Politique jurassienne de relations extérieures

Politique jurassienne de relations extérieures
Politique jurassienne de relations extérieures
mode d’emploi
BUREAU DE l'INTÉGRATION DES ÉTRANGERS
ET DE LA LUTTE CONTRE LE RACISME
Table des matières
Politique jurassienne de relations extérieures : mode d'emploi. 3
1.Des relations extérieures : pourquoi ? 4
2.Des relations extérieures : comment ? 5
3.Le Service jurassien de la coopération 7
Mission 7
Cadre strategique 7
Objectifs généraux 7
Domaines d'action et outils 8
L’équipe 9
Cadre institutionnel et juridique 10
2
Politique jurassienne de relations extérieures
mode d’emploi
La politique jurassienne de coopération découle de l’histoire du Jura et
des personnalités qui ont incarné cet héritage.
La Constitution jurassienne consacre deux articles à la coopération. Elle
s’inscrit dans le droit fil de la lutte pour l’autonomie du Jura qui a trouvé,
hors des frontières cantonales et nationales, des appuis qui se sont souvent révélés précieux.
Chapitre I, traitant de la souveraineté
Art. 4
1) La République et Canton du Jura collabore avec les autres cantons de la
Confédération suisse.
2) Elle s’efforce d’assurer une coopération étroite avec ses voisins.
3) Elle est ouverte au monde et coopère avec les peuples soucieux de solidarité.
François Lachat
Des personnalités telles François Lachat
ou Roger Schaffter, dont le rayonnement dépassait largement les frontières
du nouveau canton, ont su enclencher
le mouvement et donner un cadre aux
postulats constitutionnels, appuyés
qu’ils furent par quelques ténors du
Parlement emmenés par Roland Béguelin. La dimension historique et constitutionnelle de la politique jurassienne
Chapitre III, traitant des taches de l’Etat
Art. 53
L’État encourage l’aide humanitaire et coopère au développement des peuples
défavorisés
Roland Béguelin
de coopération et le charisme de ses
pères fondateurs expliquent le développement particulier de cette activité
dans le Jura. Elle n’avait à l’époque pas
d’équivalent en Suisse.
Les temps ont changé. La plupart des
autres cantons se sont depuis lancés
dans des démarches identiques. Le
Jura, s’il a fait œuvre visionnaire, ne
Roger Schaffter
peut plus réduire son action de coopération à sa seule dimension historique. Du reste, le terme de coopération
est lui-même dépassé, il ne rend pas
compte de la complexité qui caractérise
aujourd’hui cette activité. Nous lui préférons celui de « relations extérieures ».
3
1. Des relations extérieures : pourquoi ?
SE CONNECTER AU MONDE
pour en saisir les opportunités...
Le Jura, ses autorités et ses institutions
sont partie prenante d’un monde toujours plus dominé par la communication à tous niveaux. Mises à part la Corée du Nord et peut-être la Birmanie,
aucun pays et aucune région du monde n'ont l’autarcie. La communication
et les relations extérieures ne sont dès
lors pas une fin en soi, mais le moyen
de se connecter à un monde en mouvement pour en saisir les orientations,
les menaces et les opportunités. Avec
l’avènement de l’ère de la communication, la mondialisation croissante des
échanges et, en Europe, la « continentalisation de pans entiers des activités
publiques et parapubliques, les frontières à l’intérieur desquelles se conçoi-
vent les politiques publiques reculent
sans cesse. Les exemples ne manquent
pas qui illustrent ce phénomène, et
aucun domaine de compétence de
l’État jurassien n’est épargné.
Passer de l’indépendance à l’interdépendance…
La mondialisation a conduit à la transformation de la notion d’indépendance
en celle d’interdépendance : de l’illusion de la souveraineté intégrale, on est
passé à une approche qui, en affirmant
la nécessité de l’interaction, conduit
les Etats à chercher à être aussi indispensables aux autres qu’ils leur
sont indispensables. L’indépendance
se mesure dès lors aussi à l’aune de la
qualité des relations qu’un Etat entretient en dehors de ses frontières. Ce qui
est vrai pour un Etat central l’est aussi
pour les régions et l’on a assisté ces
dernières années, en Europe notamment, au développement de relations
entre autorités publiques intra-étatiques, parallèlement à l’accroissement
des échanges internationaux, de quelque nature qu’ils soient. Le Jura, par
sa politique de relations extérieures, ne
s’est pas situé en marge de ce mouvement. En partant avant les autres, il l’a
même anticipé.
Dépasser la notion de taille critique
par des alliances à géométrie variable…
La mondialisation et la construction
européenne ont aussi pour conséquence que les cantons n'atteignent plus
seuls une « taille critique ». En réponse
à ce constat fâcheux, on a vu certains
analystes préconiser la fusion de cantons en des ensembles « eurocompatibles » qui feraient passer la Suisse de
23 à 7 cantons. A cette approche, il est
possible d’opposer celle de partenariats
à géométrie variable. La constitution
d’alliances établies en fonction d’affi-
nités et de complémentarités, dans des
réseaux évoluant constamment, est de
nature à donner des réponses aux problèmes de ce temps. Les PME ne sontelles d’ailleurs pas confrontées aux mêmes défis ? Dans les années 70, quand
on parlait de multinationales, on pensait immanquablement à de très grandes entreprises employant plusieurs
milliers d’employés seules capables, du
fait de leur taille et de leurs moyens,
d’être présentes dans plusieurs pays.
Aujourd’hui, par le jeu d’alliances,
nombres de PME de notre pays et
d’Europe ont une assise multinationale. Elles n’en ont pas moins conservé
une taille et une organisation qui leur
permettent la souplesse et la faculté
d’adaptation nécessaires pour survivre dans le monde d’aujourd’hui. Les
régions sont à la politique ce que les
PME sont à l’économie.
4
« L’universel, c’est le local moins les murs »
Miguel Torga, écrivain et poête portugais
Confrontées à l’avènement de la société dite globale, nos populations voient
leurs points de repères traditionnels
remis en question, sans que personne
ne précise les règles de fonctionnement
du « village global ». La mondialisation
est souvent perçue comme un processus déshumanisé et froid. Elle génère
des sentiments d’insécurité et des comportements de repli, que certains n’hésitent pas à exploiter. En développant
une politique extérieure proche du ci-
toyen et en établissant un lien entre
la réalité locale et celle d’autres lieux,
les autorités cantonales encouragent
une lecture du monde moins emprunte
d’idées reçues et, partant, moins inquiétante.
Faire rayonner l’image d’un canton attractif…
Coopérer, c’est aussi donner l’image
d’un canton ouvert sur le monde.
Cette ouverture, perçue ou revendiquée, véhicule une image positive et
moderne d’un canton souvent dépeint
comme lointain et isolé. Par exemple,
la politique jurassienne d’aide au développement, qui souvent fait débat dans
le Jura, jouit en dehors des frontières
cantonales d’une grande estime qui
tient autant à l’action elle-même et à
ses résultats qu’à la volonté politique
qui la sous-tend.
En ce début de 3e millénaire, de plus en
plus de régions d’Europe sont actives
dans le développement et nombreuses
sont celles qui le revendiquent haut
et fort dans leur communication. A
l’heure du développement durable, la
solidarité est une valeur dont la cote
est en hausse et un antidote au repli
identitaire que la crise pourrait engendrer.
2. Des relations extérieures : comment ?
L’expérience montre que l’existence d’un accord ou d’une réglementation
idoine ne signifie pas qu’une collaboration va se développer. La coopération ne se décrète pas, elle se cultive. La mise en œuvre d’une politique de
coopération dynamique se base dès lors sur l’identification permanente
d’actions et de projets en phase avec les objectifs de développement du
Jura. Il revient en priorité au Service de la coopération de favoriser ce
travail d’identification. Plusieurs manières peuvent être envisagées afin d'y
parvenir.
S’inspirer par le parangonnage (benchmarking)
Il ne sert à rien de réinventer la roue.
Le parangonnage a donné ses lettres
de noblesse à une pratique qui consiste
à aller regarder ailleurs ce qui se fait,
soit pour s’en inspirer, soit pour éviter de reproduire les erreurs qui ont été
commises. Afin de prendre les bonnes
décisions et d’orienter correctement les
politiques publiques, les décideurs ont
besoin de connaître d'autres expériences. Les réseaux de coopération peuvent être mobilisés à cette fin.
5
Renforcer la capacité d’influence du JurA
Canton de taille modeste, le Jura doit
pouvoir compter sur des partenariats
extérieurs pour faire entendre sa voix
là où il est nécessaire qu’elle porte.
Lors de la lutte pour l’autodétermination, les responsables séparatistes sont
allés chercher ailleurs, en Suisse et à
l’étranger, des appuis qui ont permis de
faire bouger les choses. Les temps ont
changé, mais le besoin reste identique.
C’est tout d'abord au sein des conférences intercantonales que les autorités jurassiennes trouvent informations
et appuis. En raison de l’intercantonalisation d’un certain nombre d’activi-
tés ces dernières années, ces conférences ont gagné en importance. Dans le
même temps, ces systèmes d’alliances
montrent leurs limites lorsque les intérêts de leurs membres sont trop divergents. Pour défendre au mieux les
intérêts du Jura, il est dès lors nécessaire de ne pas se laisser enfermer dans
des ensembles figés, mais d'entrer également dans des alliances à géométrie
variable. Cela suppose en premier lieu
d’être au clair sur ce que l’on veut et,
ensuite, de chercher appui là où il est
pertinent de le faire, y compris hors de
Suisse.
Développer la capacité d’action du Jura
par des partenariats et des projets communs
Les Etats sont toujours plus nombreux
à reconnaître que la coopération est
la meilleure voie pour relever les défis présents et futurs. Il suffit pour s’en
persuader d’observer de quelle manière
les dirigeants les plus importants et
les plus influents de la planète ont agi
pour faire face aux dernières crises.
Ce phénomène ne concerne pas uniquement les Etats centraux et les organisations internationales. Au niveau
suisse, les coopérations intercantonales
participent aussi d’une évolution qui
renvoie aux principes de subsidiarité
et de suppléance et à la recherche permanente de l'échelle la plus pertinente
pour conduire telle ou telle action pu-
blique. Un des quatre piliers de la RPT
(Réforme de la péréquation financière
et de la répartition des tâches entre la
Confédération et les cantons) préconise
précisément le renforcement de la collaboration intercantonale.
En prônant l’ouverture du Jura vers
l’extérieur, le Gouvernement jurassien
a bien compris qu’un Etat de 70’000
habitants doit développer des partenariats multiples pour faire face à ses défis. Le développement de projets communs est sans doute la forme la plus
aboutie et la plus souhaitable d’une
politique de relations extérieures.
Le principe de subsidiarité dans la Constitution fédérale (art. 3)
Les cantons sont souverains tant que leur souveraineté n’est pas limitée par la constitution fédérale et ils exercent tous les droits qui ne sont pas délégués à la Confédération.
Le Quotidien Jurassien
4 mars 2011
Plus de 6560 signatures pour le
maintien de la maturité théâtre
6
3. Le Service jurassien de la coopération
C’est à l’entrée en souveraineté que le Jura s'engage dans une politique
cantonale des relations extérieures. Les débuts sont hasardeux. Pionnier
en la matière, le canton ne peut pas s’appuyer sur des modèles existants.
Il faut au premier Gouvernement jurassien et au Ministre de la Coopération d’alors, François Lachat, une bonne dose d’enthousiasme et de détermination pour oser s’aventurer sur un terrain qui est l’apanage exclusif de la Confédération. Ne disposant d’aucun modèle dont s'inspirer, c’est progressivement que les autorités jurassiennes définissent les principes de la
politique de relations extérieures et le dispositif à l’appui de cette politique.
MISSION
La politique jurassienne des relations extérieures et l’action du Service de la coopération qui lui est liée vise à concrétiser,
avec détermination, ouverture et créativité, les principes constitutionnels fondant et légitimant la politique jurassienne de
coopération (articles 4 et 53 de la Constitution jurassienne) :
Art. 4
1 La République et Canton du Jura collabore avec les autres cantons de la Confédération suisse.
2 Elle s’efforce d’assurer une coopération étroite avec ses voisins.
3 Elle est ouverte au monde et coopère avec les peuples soucieux de solidarité.
Art. 53
L’État encourage l’aide humanitaire et coopère au développement
des peuples défavorisés.
CADRE STRATEGIQUE
Instrument au service du développement du canton, la politique jurassienne des relations extérieures se conçoit et se développe dans le respect du Plan directeur cantonal, des programmes de législature et des programmes de développement
économique. Les extraits qui suivent en attestent :
Il s’agit de gagner le défi de la visibilité, que le
Jura continue à être perçu comme un partenaire crédible et exerce une certaine influence
autour de lui.
Du point de vue économique, le canton du Jura
est une petite entité. Il est indispensable qu’il
cherche à démultiplier ses forces en faisant
appel à l’extérieur.
Programme Gouvernemental
de législature 2007-2010, p.4
5e Programme de Développement
Economique, p.50
Le développement d’une région comme le canton du
Jura, ..., ne peut se concevoir sans une intégration
dans un ensemble plus vaste. Le canton du Jura doit
par conséquent chercher à intensifier ses relations
avec les régions voisines…
Plan Directeur Cantonal, p.28
OBJECTIFS GENERAUX
L’objectif de la politique jurassienne de relations extérieures est de favoriser le développement économique, social, environnemental et culturel du Jura :
➤
en renforçant le rôle et l’importance de celui-ci face à l’extérieur;
➤
en développant des relations toujours plus approfondies avec les territoires voisins (Rhin Supérieur, métropole bâloise, Aire urbaine Belfort-Montbéliard, espace BEJUNE) et les autres partenaires de coopération;
➤
en initiant la mise en œuvre de projets de partenariat structurants.
7
DOMAINES D’ACTION ET OUTILS
Le Service de la coopération couvre quatre domaines de coopération (cf. tableau annexe 1).
Coopération de proximité, intercantonale et transfrontalière
Le Jura coopère, selon des règles et des outils qui diffèrent, avec des partenaires diversifiés :
➤
Vers le Nord, avec Bâle, la Suisse du Nord-Ouest et le Rhin Supérieur.
➤
Vers l’Ouest, avec l’Aire urbaine de Belfort-Montbéliard (Franche-Comté).
➤
Vers le Sud, avec l’Arc jurassien et la Suisse occidentale.
➤
Avec la Confédération et les autres cantons suisses :
La coopération de proximité est mise en œuvre à travers un dispositif relativement complexe du fait de la multiplicité
des éléments qui le constituent, interagissent ou s’emboîtent. On trouve ainsi :
➤
Les organismes institutionnels, qui permettent au canton du Jura de coordonner ses actions avec les autorités
politiques et les experts de plusieurs autres états ou cantons et de lancer des projets sur des problématiques communes comme les transports, l’aménagement du territoire, l’environnement, la santé ou l’économie.
La RCJU collabore à travers la Conférence des gouvernements cantonaux, la Conférence des Gouvernements de la Suisse du Nord-Ouest, la Conférence des
Gouvernement de Suisse occidentale, la Conférence TransJurassienne (CTJ), arcjurassien.ch, le Groupe de coordination intercantonal RCJU-Bâle, la Conférence
franco-germano-suisse du Rhin Supérieur, la Région métropolitaine trinationale du Rhin Supérieur, l’Association Métropole Rhin-Rhône.
➤
Les accords de coopération, qui posent les bases à des actions bilatérales entre la RCJU et ses voisins directs.
Les accords essentiels sont l’Accord RCJU-Bâle-Ville, l’Accord RCJU-Haut-Rhin, l’Accord RCJU-Conseil général du Territoire de Belfort, l’Accord RCJU-Pays de
Montbéliard Agglomération.
➤
Les fonds pour projets de coopération, outils incitatifs pour le développement de projets bilatéraux.
La RCJU est active à travers le Fonds de coopération RCJU-Bâle-Ville et du Fonds pour la coopération culturelle RCJU-Conseil Général du Territoire de Belfort.
➤
Les programmes de coopération, qui offrent des opportunités de projets avec des partenaires diversifiés.
Les programmes en vigueur sont le Programme opérationnel INTERREG Rhin supérieur, le Programme opérationnel INTERREG France Suisse, le Programme
de développement de l'Arc jurassien, le Programme de mise en œuvre de la loi sur la politique régionale pour l'Arc Jurassien (en cours d’élaboration).
Coopération interrégionale
La coopération interrégionale a pour partenaires des régions n’ayant pas de frontières communes avec le canton du Jura.
Ces partenariats sont de deux types :
➤
Historique, en lien avec la Francophonie et le combat jurassien pour l’indépendance : Province du Québec, Communauté Wallonie-Bruxelles et Vallée d'Aoste.
➤
Economique : Province chinoise du Zhejiang.
8
Stages
Dans l’offre de stage du Service de la coopération, il faut distinguer les stages longs, professionnels et linguistiques
(3 à 7 mois) et les stages courts proposés exclusivement par la Communauté Wallonie-Bruxelles.
➤
Stages longs : Eurodyssée, Jura – Québec, Programme d’emplois temporaires fédéral.
➤
Stages courts : Académie Internationale d’Eté de Wallonie, programme Jobs d’été.
Coopération au développement
La coopération au développement est le domaine qui exprime plus particulièrement les valeurs d’ouverture et de solidarité sur lesquelles s’est construite la RCJU. C’est par la mise à disposition de compétences techniques et de ressources
financières destinés à des projets précis que le canton, seul ou en collaboration avec la Confédération et d’autres cantons
suisses, accompagne le développement de projets de coopération. L’option choisie est de se concentrer sur quelques régions avec lesquelles des contacts étroits sont établis, plutôt que de se disperser dans de trop nombreuses actions.
La politique jurassienne d’aide au développement se concentre sur l’appui de projets au Cameroun et la mise en œuvre
d’un projet intercantonal en Bosnie-Herzégovine :
➤
Programme de soins de santé primaires dans les départements de la Lékié et de la Mefou (Cameroun).
➤
Programme de développement rural et soutien à l’Institut agricole d’Obala (Lékié, Cameroun).
➤
Programme intercantonal santé mentale en Bosnie-Herzégovine (cantons de Berne, Fribourg, Genève et Jura).
Le canton soutient par ailleurs les associations jurassiennes actives dans la coopération au développement par une alimentation du Fonds de projets de la Fédération Interjurassienne de Coopération et Développement.
L’équipe
4,0 postes
Stéphane Berdat : 100%, gestion du service, contacts Gouvernement/Parlement, relations publiques, R+D, orientations
stratégiques, suivis budgétaires, coordination, coopération intercantonale (CGSO) et interrégionale
Chantal Deschenaux : 90%, coopération de proximité Bâle, Suisse du Nord-Ouest et Rhin supérieur, coopération intercantonale (CdC, NWRK)
Valérie Falbriard : 80%, coopération de proximité, Aire urbaine Belfort-Montbéliard, coopération intercantonale, Arc
jurassien, aide au développement
Benoît Morel : 50%, secrétariat, comptabilité, formation apprentie
André Ferlin : 80%, gestion programmes PETF et Eurodyssée, développement programme Leonardo et concept Pôle
mobilité
Brigitte Steulet : apprentie
Ainsi que de nombreux et nombreuses stagiaires tout au long de l'année.
9
CADRE INSTITUTIONNEL ET JURIDIQUE
Domaine
plan multilatéral :
institutions concernées
plan bilatéral :
autorités concernées
Convention de Madrid et
protocole additionnel
Conférence TransJurassienne
Conseil général
du Territoire de Belfort
Accords de Karlsruhe
INTERREG France-CH
Cadre politico-juridique
Programmes INTERREG
Pays de Montbéliard
Agglomération
Orientations stratégiques CTJ
Accords de coopération
Coopération de proximité
5e programme de
développement économique
Conférence du Rhin supérieur
Programme de législature
INTERREG Rhin supérieur
Centre Sud
Conseil Général
du Haut-Rhin
Bâle Ville
Plan directeur cantonal
PMO NPR-JU et PMO
arc jurassien
CdC
CGSO
Conventions intercantonales
NWRK
Arc Jurassien.ch
Communauté
Wallonie Bruxelles
Coopération interrégionale
Vallée d'Aoste
Accords de coopération
Québec
Province de Zhejiang
Accord Suisse – UE
du 5 février 2010
(Participation de la Suisse
aux programmes d’éducation
et de formation de l’UE)
Stages professionnels
Lettre d’engagement
Eurodyssée
Mandat « Pôle de
compétence mobilité »
(en cours d'élaboration)
Assemblée des régions
d'Europe – Eurodyssée
13 régions partenaires
OFFT- réseau Leonardo
2 partenaires en GB et D
SOMS
(programme pour
demandeurs d'emplois)
5 partenaires dans
pays concernés
Message CF
sur politique extérieure
des cantons
Aide au développement
(Nord-Sud / Est-Ouest)
Accord Suisse-Cameroun
Accord Jura-Cameroun
Accord BE-FR-GE-JUConfédération
Gouvernement camerounais
Réseaux des cantons
et régions engagés
dans la solidarité
(10 cantons)
DDC
GE (Cameroun)
GE, FR, BE, (Bosnie)
10
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising