L`HABITAT GROUPE FAIT POUR DURER ?

L`HABITAT GROUPE FAIT POUR DURER ?
HAUTE ECOLE LIBRE DE BRUXELLES
ILYA PRIGOGINE
ECOLE OUVRIERE SUPERIEURE
DEPARTEMENT SOCIAL
SECTION ECOLOGIE SOCIALE
Session 2005-2006
Travail de fin d’études
L’HABITAT GROUPE FAIT POUR DURER ?
Essai d'un mode d'emploi
Catheline Giaux
TFE présenté sous la direction de
Mr Elotmani en vue de l’obtention
d’un Bachelor en écologie sociale.
Tables des matières
TABLES DES MATIÈRES ......................................................................................................................................1
I.
INTRODUCTION : ......................................................................................................................................5
II.
DÉFINITION ................................................................................................................................................8
A.
L'HABITAT GROUPÉ, QU'EST-CE QUE C'EST?...................................................................................................... 8
a.
Définitions de l’habitat groupé ..................................................................................................................8
b.
Habitat groupé, habitat communautaire, éco-village...............................................................................14
c.
Les différents types d’habitat groupé .......................................................................................................15
B.
ECOLOGIE SOCIALE ET HABITAT GROUPÉ ....................................................................................................... 18
a.
Le terme "écologie" .................................................................................................................................18
b.
Le terme "développement durable" ..........................................................................................................19
c.
Rapport entre écologie sociale et habitat groupé.....................................................................................19
III.
CONTEXTE ................................................................................................................................................21
A.
HISTORIQUE DE CE CONCEPT ET EXEMPLES DE TENTATIVES DE VIE COLLECTIVE AU FIL DE L'HISTOIRE. ........ 21
a.
Les bandes ...............................................................................................................................................21
b.
Les familles étendues...............................................................................................................................21
c.
Les communautés ‘’taisibles’’ .................................................................................................................22
d.
Les abbayes et monastères ......................................................................................................................22
e.
Les béguinages ........................................................................................................................................23
f.
La saline royale d'Arc et Sénans .............................................................................................................24
g.
Le Familistère..........................................................................................................................................24
h.
Les cités-jardin (habitations horizontales, juxtaposées) .........................................................................25
i.
Unité d'habitation verticale superposée ..................................................................................................27
j.
L’habitat d’aujourd’hui...........................................................................................................................28
B.
SITUATION INTERNATIONALE DE L’HABITAT GROUPÉ. ................................................................................... 30
a.
Les pays anglo-saxons et le "Co-Housing" ..............................................................................................30
b.
Les Pays-Bas et les "Woongroepen" ........................................................................................................31
c.
Le Danemark et les "Bofaelleskaber’’......................................................................................................32
d.
La Suède et les"Kollektivhuis"..................................................................................................................33
IV.
ELÉMENTS INCONTOURNABLES POUR DÉFINIR UN HABITAT GROUPÉ .............................36
A.
LE CADRE JURIDIQUE ..................................................................................................................................... 36
a.
Dans le cas où les habitants sont propriétaires........................................................................................36
b.
Dans le cas où les habitants sont locataires.............................................................................................40
c.
La Charte..................................................................................................................................................42
1
B.
MOTIVATIONS ET CONTEXTE D'ÉMERGENCE .................................................................................................. 43
a.
Définition et historique du concept de motivation....................................................................................43
b.
Le champ social........................................................................................................................................44
c.
Le champ économique ..............................................................................................................................46
d.
Le champ idéologique ..............................................................................................................................47
C.
DIMENSIONS SPATIALES : COMPOSITION D’UN HABITAT GROUPÉ ................................................................... 50
a.
Situation géographique ............................................................................................................................50
b.
Forme de l'habitat : construction ou rénovation ......................................................................................52
c.
Composition .............................................................................................................................................53
D.
INTÉGRATION ................................................................................................................................................. 54
a.
L'intégration par rapport au quartier ......................................................................................................54
b.
L'organisation interne ..............................................................................................................................55
c.
L'intégration de nouvelles personnes dans l'habitat groupé ....................................................................56
V.
LE LIEU DU STAGE .................................................................................................................................58
A.
PRÉSENTATION DU LIEU DE STAGE : ............................................................................................................... 58
a.
Historique.................................................................................................................................................58
b.
Objectifs ...................................................................................................................................................58
c.
Domaines d'intervention...........................................................................................................................59
d.
Outils et méthodes de travail (pour promouvoir la participation des citoyens). ......................................61
e.
Missions en cours .....................................................................................................................................62
B.
TRAVAIL PENDANT LE STAGE ......................................................................................................................... 63
VI.
INTRODUCTION DE LA RECHERCHE ...............................................................................................66
A.
IDÉE CENTRALE DE LA RECHERCHE ................................................................................................................ 66
B.
MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE .................................................................................................................... 66
a.
La méthode ...............................................................................................................................................66
b.
Présentation de l’échantillon de recherche : Noms/lieux des habitats visités..........................................72
b.
Types d’habitats groupés..........................................................................................................................73
VII.
RECHERCHE SUR L’HABITAT GROUPÉ...........................................................................................75
A.
LE CADRE JURIDIQUE : RÉSULTATS ET ANALYSE ............................................................................................ 75
a.
Illustrations des cadres juridiques par des cas concrets..........................................................................75
b.
La forme la plus rencontrée .....................................................................................................................81
c.
Pourquoi opter pour un cadre juridique, plutôt qu'un autre ? Avantages et inconvénients.....................83
B.
LES MOTIVATIONS : RÉSULTATS ET ANALYSE DE CEUX-CI ............................................................................. 85
a.
Illustrations des motivations par des cas concrets ...................................................................................85
b.
Les motivations les plus récurrentes ........................................................................................................93
c.
Comment les motivations de départ évoluent-elles au fil du temps? ........................................................95
2
C.
LES DIMENSIONS SPATIALES : RÉSULTATS ET ANALYSE DE CEUX-CI ............................................................ 101
a.
Raisons de la situation géographique: ...................................................................................................101
b.
Construction ou rénovation : qu'elle est la forme la plus fréquente?.....................................................104
c.
Commentaires sur les espaces collectifs : quels sont ceux que l'on rencontre le plus fréquemment?....106
d.
Quels sont les éléments à prendre en compte lors de la réalisation d'un habitat groupé pour qu’il dure
dans le temps?..................................................................................................................................................109
D.
L’INTÉGRATION : RÉSULTATS ET ANALYSE DE CEUX-CI ............................................................................... 112
a.
Illustration de l'intégration par rapport au quartier, entre eux et des nouvelles personnes ..................113
a.
Réponses aux trois questions concernant l'intégration ..........................................................................127
VIII.
CONCLUSION : .......................................................................................................................................135
IX.
ANNEXE: ..................................................................................................................................................138
X.
BIBLIOGRAPHIE :..................................................................................................................................138
3
Je remercie Mr Elotmani, de m'avoir suivie tout au long de ce
travail ainsi que l'équipe au complet d'Habitat et Participation,
Pascale, Benoît, Isabelle, Daniel et Laurent pour leur précieux
conseils et soutien pendant toute la durée de mon stage. Ils
m'ont fait découvrir l'intérêt de l'habitat. De manière plus
personnelle, je tiens à remercier, l'ensemble de la famille
Fournal d'avoir été disponible, Ben, particulièrement pour
l'illustration de mon travail et Fred pour l'aide précieuse qu'il
m'a apportée techniquement, sans oublier ma propre famille qui
s'est mobilisée lorsque le besoin s'en est fait ressentir. Je
tiens également à remercier toutes les personnes de mon
entourage, qui ont cru en moi et m'ont soutenu durant
l'entièreté de mon travail.
4
I. Introduction :
Depuis toujours, l'homme recherche le contact avec autrui. Il fait partie de cette
espèce qui à travers le temps, s'est toujours rassemblée en bandes, en clans, en
groupes, en familles, etc. Il est en chercher constante d'un certain équilibre…………Au
fils de l'histoire, l'homme s'est montré capable de créer et réinventer des modes de
vie adaptés aux besoins du moment. Ceux-ci se sont avérés être principalement
collectifs et communautaires selon les affinités et les valeurs, ce jusqu'à la fin de la
deuxième guerre mondiale. C'est à cette époque que l'individualisme fait son apparition.
Il devient une valeur sûre de notre société.
Cependant les valeurs collectives restent défendues par une partie de la société. Les
retombées de mai '68, donnent une impulsion de force aux expériences d'habitats
communautaires. Ce sont essentiellement de jeunes individus qui se lancent dans
l'aventure. Guidés par leur "rêve de communautaire", qui répondrait à leur envie
utopique de sortir de la société de consommation en formant des groupes soudés.
L'habitat communautaire n'est cependant pas la réponse que tous attendaient. Il
demande énormément de souplesse et ne laisse pas toujours assez de place au
développement individuel. Certains de ces jeunes porteurs de projets communautaires,
ne sont pas convaincus de leur capacité à vivre dans ce type d'habitat à long terme en
familles, avec des enfants. Ainsi ils perfectionnent leur projet d'habitat
communautaire en y ajoutant la dimension impérative, du respect de l'épanouissement
individuel. Leur première expérience communautaire a prouvé combien l'investissement
collectif entravait l'épanouissement individuel des membres.
Ils proposent un habitat qui est à la fois commun et privé sur un même territoire, qui
respecte l'individualité de chacun : l'habitat groupé. Ce type d'habitat est une
alternative à la maison individuelle, trop privée et à la maison communautaire, trop
commune.
Ces innovateurs étaient pour la plus part, de jeunes couples souvent avec enfants,
animés de la volonté de vivre autrement. Ils se sont rassemblés et se sont lancés dans
des projets d'habitats groupés. Espérant, qu'ils pourraient y construire un mode de vie
plus solidaire et offrir à leurs enfants, la possibilité de vivre dans un système de vie
basé sur la proximité, le service et l'aide à autrui. Ils se donnent comme objectif
d'être solidaires entre eux mais également vers l'extérieur. Cette dimension est
primordiale dans leur initiative. Il ne s'agit pas de former un groupe autonome et replié
sur lui-même, bien au contraire. Cet habitat tend à favoriser les rapports humains, dans
l'optique de réinventer un mode de vie plus solidaire de manière globale et pas
5
uniquement dans au sein de leur groupe. Telle est leur particularité en plus de vivre de
manière collective, ils ouvrent aux personnes extérieures leur espace de vie pour
partager leurs valeurs.
Un tel habitat est-il viable, dans le temps? Telle est la question que je me pose. Parmi
ces expériences de mai '68, en restent –ils encore qui seraient à même de témoigner de
la réussite d'une vie collective? Ont ils su concrétiser leur envie de vivre
collectivement de manière durable?
C'est à cette question que vais tenter dans répondre au travers de ma recherche. Il me
faut tout d'abord éclaircir le concept d'habitat groupé. Dans ce sens, je vais dans la
première partie, aborder les éléments théoriques de ce concept pour pouvoir
développer ma recherche de manière pratique et proposer des pistes de réflexion dans
la deuxième partie.
Pour comprendre ce qu'est l'habitat groupé, il me semble opportun d'aborder ce
concept dans sa définition, qui malgré le fait que celui-ci soit apparu fin des années '70,
est encore difficile à préciser.
Il s'agit dans ce premier chapitre de définir le concept, le différentier d'autres qui lui
sont proches et avec lesquelles l'amalgame est très fréquent et finalement d'en
préciser les différents types.
Le deuxième chapitre est consacré à son contexte d'émergence. Afin de comprendre le
comment et le pourquoi de son apparition. Pour ce, un petit bout d'histoire de l'habitat
et de la notion de collectif pourra sans doutes clarifier le concept et ce à quoi il tente
de répondre. Toutefois si l'habitat groupé existe chez nous depuis la fin des années
'70, qu'en est il dans les pays limitrophes? Ont-ils, dans le domaine de l'habitat, un
concept identique ou similaire? Cette question vaut la peine d'être soulevée, c'est
pourquoi, j'y accorderai un sous point dans ce chapitre.
Une fois, le concept défini et remis dans son contexte, c'est via quatre éléments qui me
paraissent incontournables que je vais tenter de le caractériser : le cadre juridique
d'un habitat groupé, les motivations qui sont à l'origine de ce genre de projet, les
dimensions spatiales et la notion d'intégration (les relations quotidiennes en soi sein,
son intégration dans un quartier et l'intégration de nouvelles personnes).
La partie pratique de ma recherche, commence par une présentation de mon lieu de
stage, me focalisant sur leurs objectifs, outils, méthodes et missions en cours. Je
développerai aussi le travail réalisé en tant que stagiaire qui est en rapport étroit avec
ma présente recherche.
Dans le 5ème chapitre, l'idée principale de ma recherche est développée. La
6
méthodologie utilisée pour ma rechercher sera précisée. Il s'agit d'une méthode
qualitative, réalisée par interviews auprès d'habitants vivant dans un habitat groupé.
Le dernier chapitre est consacré à l'analyse de ma recherche. Je vais reprendre les
quatre éléments choisis précédemment comme incontournables à la définition d'un
habitat groupé. Ceux-ci sont les piliers de ma recherche puisqu'ils sont les thématiques
qui ont orienté mes interviews. Pour ces quatre éléments, je vais tenter de faire
apparaître leur fréquence, d'en analyser leur évolution au fils du temps ainsi que leur
impact sur le long terme.
Dans la conclusion je tenterai de répondre à ma question de départ en précisant les
avantages et inconvénients des différentes pistes de recherche possible que je mettrai
en évidence.
7
II.
Définition
A. L'habitat groupé, qu'est-ce que c'est?
C'est une forme d'habitat qui a vu le jour dans les années 70 et qui revient à la mode
depuis quelques années. L'habitat groupé n'est pas encore défini de manière reconnue.
Pour ce concept, différentes définitions ont été proposées par les personnes
intéressées. Plusieurs éléments se recoupent entre eux, mais rien n'est encore officiel.
C'est pourquoi, je vais citer, ici, plusieurs définitions qui correspondent le mieux à ce
que l'on appelle un habitat groupé.
a.
Définitions de l’habitat groupé
1. Valentine CHARLOT1 et Caroline GUFFENS sont les auteurs d'une étude intitulée
"Où vivre mieux, le choix de l'habitat groupé"2, subsidiée par la Fondation Roi
Baudouin et traitant de l'habitat groupé pour personnes vieillissantes. Cette étude
a été publiée début 2006 et est la suite d'une première publication, également de
la Fondation Roi Baudouin : "Où vivre vieux"3.
Cette 1ère publication traitait de l'éventail des cadres de vie qui existent pour les
personnes vieillissantes. Elle posait les questions qui pouvaient conduire au choix du
cadre de vie le mieux adapté et était suivie d'une présentation des initiatives en
Belgique et à l'étranger. Les conclusions réaffirmaient qu'un éventail d'offres
diversifiées pourra plus adéquatement répondre à des attentes individuelles très
variées.
L'intérêt de l’étude de Valentine CHARLOT et de Caroline GUFFENS fut de se pencher
sur une sorte d'habitat en particulier : l'habitat groupé pour personnes vieillissantes.
L'habitat groupé est une forme d'habitat qui répond aux besoins d'une nouvelle tranche
d'âge se situant entre l'âge mûr et la vieillesse. Cette même tranche d'âge a sans doute
1
Neuropsychologue et consultante auprès d'enfants et personnes âgées, Présidente de l'asbl 'Bien vieillir'.
2
Fondation Roi Baudouin, Où vivre mieux? Le choix de l'habitat groupé pour personnes âgées, Ed namuroise,
Namur, 2006.
3
. Fondation Roi Baudouin, Où vivre vieux? Quel éventail de cadres de vie, pour quelles personnes vieillissantes?,
Bruxelles, 1998.
8
de nouveaux besoins dont ceux en terme de logement (sortir du binôme domicile –
institution4).
L'habitat groupé est vu, dans ce cas, comme une alternative au logement individuel qui
devient trop grand, inadapté en terme de sécurité et de facilités, et la maison de repos
‘'classique'’ qui représente un manque d'autonomie, de liberté.
C'est avec l'objectif de proposer un éventail d'alternatives le plus large possible que
les deux auteurs se sont intéressés à l'habitat groupé.
Au travers de leurs interviews et de leurs rencontres, elles ont donné une définition de
l'habitat groupé qui est la suivante : "Un lieu de vie qui abrite en moyenne 5 à 15
personnes, où l'on bénéficie de son espace privatif et où l'on partage des lieux
communs, et qui est autogéré par ses habitants à des degrés divers"’5.
2. En 2003, l’asbl Habitat et Participation réalise un document qui s'intitule
"L'habitat groupé pour les personnes en précarité sociale"6. Leur équipe tente de
donner des réponses à une multitude de questions dont notamment
concerné par ce type d’habitat, le mode de régulation interne,
le public
une solution
temporaire ou définitive, etc. Le document présente également quelques exemples
d'habitats
groupés
visités
accueillant
ce
type
de
personnes.
Tout comme Valentine CHARLOT et Caroline GUFFENS l'ont fait pour leur étude, les
travailleurs d'Habitat et Participation proposent une définition de l'habitat groupé : "
Il s'agit bien souvent de petites habitations de vie regroupées sur un espace donné et
avec un ou des espaces communs (pour prendre un repas, pour réaliser une activité, pour
s'ouvrir collectivement vers l'extérieur). A ces dimensions spatiales et collectives, il
faut ajouter la dimension volontariste : c'est un choix tant de la personne (de la
famille) qui rejoint le groupe que du groupe qui peut ou non accepter ce/ces nouveau(x)
venu(s). Enfin une dernière dimension, celle de la temporalité est venue s'ajouter au fil
du temps : l'habitat groupé se structure dans le temps avec des évolutions possibles en
matière de règles internes de vie, d'organisation des espaces, de projets communs,
etc."7
4
Citation de Valentine Charlot lors de la conférence sur l'habitat groupé organisée par HetP, le 24 avril 2006.
5
Définition donnée par Valentine Charlot, opcit.
6
HetP, avec le soutien du Cabinet du Ministre des Affaires sociales et de la Santé de la Région wallonne L'habitat
groupé pour des personnes en précarité sociale, Louvain la Neuve, 2003.
7
l'habitat groupé pour des personnes en précarité sociale, opcit, pg.3
9
3. Le livre "L'habitat groupé, une alternative"8 édité en 1984 tente de donner une
explication sur le regain d’intérêt que connaît l'habitat groupé dans toute
l'Europe. Dans un premier temps, il se penche sur ce que peut amener l'habitat
groupé en terme d'aménagement du territoire, de vie collective, etc. Ensuite, il
traite de l'historique de l'habitat, de l'évolution des quartiers, etc. et termine par
donner des pistes quant au pourquoi d'un tel habitat en les illustrant par plusieurs
cas concrets.
Une des définitions que les auteurs donnent au travers de leurs recherches est la
suivante : "L'habitat groupé peut se réaliser en faible ou moyenne densité; il doit
intégrer des activités et des fonctions sociales, se définir à partir de gabarits à
l'échelle de l'homme, créer des espaces favorisant l'épanouissement de la vie sociale,
sans négliger pour autant la sphère privée de chaque individu"9.
Cette définition, contrairement aux autres, donne plutôt des instructions quant à
l'aménagement de l’habitat groupé afin qu'il puisse, le mieux possible, satisfaire les
besoins de la vie commune et individuelle et respecter ces deux aspects primordiaux de
l'habitat groupé.
4. En 1981, le CREDOC (Centre de Recherche Pour l'Etude et l'Observation des
Conditions de Vie), en partenariat avec le CESP (Centre d'Ethnologie Sociale et de
Psychosociologie), réalise un dossier intitulé "Une révolution paisible, l'habitat
autogéré". La différence avec l’habitat groupé est que l’habitat autogéré met en
avant via son terme "autogestion" et au travers de sa définition l'aspect collectif.
Dans leur travail, les auteurs citent les quelques éléments qui différencient l'habitat
autogéré, l’habitat groupé, de tout autre, et surtout mettent en avant l’inadéquation
entre l'habitat dans ces années-là (toujours d'actualité) et la demande de certaines
personnes.
"L'habitat groupé répond aux aspirations "d'enracinement", de "confort social et de
vécu", d'appropriation de l'espace et enfin de "singularité ou de diversité""10.
8
. Wohnsiedlungen, Ed. Association pour l'aménagement national, ASPAN-SO- Institut de recherche sur
l'environnement construit, IREC-EPFL, Suisse, 1984.
9
L'habitat groupé, une alternative. L'évolution de nos quartiers, une exposition, opcit, pg 14.
10
CREDOC et CESP, Une révolution paisible : l'habitat autogéré, Ministère de l'Urbanisme et du Logement, 1981,
pg. 5.
10
Le terme "enracinement" explique le fait que tout individu doit pouvoir s'identifier à
l'environnement qu'il occupe (vie et travail) afin de répondre au sentiment de propriété,
de territorialité.
Quant à celui de " confort social et vécu", nous pouvons dire que les habitants sont
attachés à une histoire collective, un passé commun. C'est la base d'une certaine
solidarité sociale et culturelle. Ce confort social recouvre également tout ce qui a à
trait aux relations de voisinage, trouver un juste milieu entre la promiscuité forcée et
le repli sur soi.
Quand on parle "de singularité ou de diversité", il s'agit de pouvoir assimiler le
logement à un "produit" personnalisé et de ne pas s'inscrire dans les contraintes des
règles de la banalité.
5. Dans les mêmes années, en 1983 pour être précise, le sujet attire de plus en plus
de personnes. Un étudiant à l'Institut Supérieur d'Architecture de l'Etat, La
Cambre, en section architecture, présente un travail de fin d'études sur "Le
Hameau, approche des relations humaines au sein de l'habitat groupé volontaire"11.
Après une étude historique, il met en évidence plusieurs éléments pour préciser la
notion d'habitat groupé volontaire :
"1) L'habitat groupé volontaire est constitué de cellules autonomes (individuelles ou
familiales), qui possèdent leurs propres espaces culinaires, sanitaires et de repos.
2) Ces cellules privées sont rapprochées afin de constituer un ensemble du point de vue
aménagement et architecture.
3) L'habitat groupé volontaire se caractérise par une faible proportion de personnes
seules (célibataires), à l'opposé des communautés religieuses, d'étudiants,…où du
fait de l'absence d'enfants, les participants mettent en place un système de valeurs
fort différent de celui propre à l'habitat groupé.
4) Les habitants prennent en charge la conception de leur propre logement (via un
architecte, souvent le même pour tous), tandis que les décisions au niveau de
l'aménagement des espaces communs (bâtis et non bâtis) et de leur organisation
sont prises collectivement.
5) Ils ont la volonté de développer des relations entre eux, d'aller au-delà des simples
rapports de bon voisinage, de partager un certain nombre de choses, mais dans le
respect des espaces privatifs.
11
Y. Godding, Le Hameau, approche des relations humaines, au sein de l'habiat groupé volontaire, travail de fin
d'études, Institut Supérieur d'Architecture de l'Etat-La Cambre, 1982-1983.
11
6) L'habitat groupé doit être distingué des "chantiers groupés", où le but recherché
est exclusivement économique et où tout projet de vie collective est absent. Dans le
cas de l'habitat groupé, si une économie est parfois réalisée au niveau du coût des
maisons individuelles, elle est souvent réinvestie dans la construction de bâtiments
communs ou l'acquisition d'avantages et services communs.
7) La notion d'habitat groupé volontaire peut également englober les initiatives
publiques qui, bien qu'elles ne soient pas encore très nombreuses dans ce domaine,
témoignent de l'intérêt manifesté par certains pouvoirs à l'égard de ce mode de
vie"12.
6. Dans un ouvrage qui date de 1984 et qui traite plus particulièrement de l'habitat
groupé en terme d'aménagement du territoire, la notion d'habitat groupé est
définie comme "un terme en voie de passer dans le langage courant désignant une
certaine manière de construire et d'habiter. Il est présent à la fois comme une
alternative aux autres formes d'habitations récentes et à la fois comme une
redécouverte de formes plus anciennes"13.
Ceci est une définition qui correspond assez bien au terme d'habitat groupé. Elle prend
en considération trois notions qui me paraissent primordiales et qui sont :
→
la notion "d'habiter", c'est-à-dire de s'approprier un endroit, de l'aménager
→
la notion "d'alternatif" qui implique que cette formule peut répondre à des
attentes différentes en terme d’habitation, en réaction à ce que la société
propose (plus collectif, alternative au logement individuel)
→
la notion "de temporalité, d'historique" est importante dans le sens où, à
toute époque, l'homme a vécu entouré. Qu'il soit inclus ou exclu d'un groupe,
l'homme se positionne toujours par rapport à celui-ci. La notion d'échange
avec autrui lui a donc toujours été familière. On peut observer qu'au fils de
l'Histoire, malgré l'évolution de la société vers un mode de vie plus
individualiste, ce besoin d'échange et de communication est toujours
présent. Les personnes qui se battent pour conserver un mode de vie basé
sur la notion de collectivité y accordent simplement plus d'importance que
d'autres.
L'habitat groupé est donc une des alternatives de notre époque en terme d'habitat, qui
tente d'offrir et de permettre à certains de se construire une vie basée sur des
12
Le Hameau, approche des relations humaines, au sein de l'habiat groupé volontaire, opcit, pg. 35
13
L'habitat groupé, une alternative, opcit, pg 4
12
valeurs communes tout en respectant l'individualité de chacun.
Toutes les définitions qui viennent d’être exposées ont des éléments en commun. A
partir de ceux-ci, nous allons essayer de donner une définition plus précise de l’habitat
groupé.
L'habitat groupé est " un lieu de vie alternatif à la maison individuelle et à l'habitat
communautaire’’.
Différentes dimensions le caractérisent :
-
La dimension spatiale : l'habitat groupé est composé d'espaces privés
(habitations ou appartements autonomes) ainsi que d'espaces communs (jardin,
salle commune, etc.) définis par l'ensemble du groupe
-
La dimension sociale : cette dimension est complémentaire à la première puisque
qu'elle prône l'épanouissement de la vie sociale (au travers des espaces
communs) sans altérer l'épanouissement de l'individu (au travers de sa sphère
privée).
-
La dimension volontariste : la spécificité de l'habitat groupé est qu'il faut avoir
la volonté de vivre dans du collectif. Ce type d'habitat peut être proposé à un
public en difficulté mais celui-ci doit alors faire preuve de volonté afin d'y être
intégré.
-
La dimension idéologique : l'habitat groupé se construit autour d'un projet
commun à tous les membres du groupe. Cela n'empêche aucunement aux
habitants de mettre des éléments en commun afin de faire des économies
d'échelle. Mais cette économie n'est pas la motivation principale, elle est
secondaire au projet collectif.
-
La dimension d'autogestion : les habitants d'un tel habitat sont les gestionnaires
de leur lieu et de leur mode de vie (organisation interne, rencontres, tâches,
etc.), ce qui varie en fonction du public de l'habitat groupé.
-
La dimension de temporalité : l'habitat groupé peut répondre à différentes
attentes en terme de temporalité 14(long, moyen, court terme). Il se structure
dans le temps avec la possibilité d'évoluer quant à son organisation interne, ses
règles, ses projets, ses habitants, etc.
Cette définition récapitulative ne se veut pas être l'unique mais j'ai essayé d'y intégrer
les éléments incontournables pour pouvoir définir de manière complète le terme
d’habitat groupé.
14
Voir : les différents types d'habitats groupés, pg 15.
13
b.
Habitat groupé, habitat communautaire, éco-village
La définition de l’habitat groupé étant faite, il me paraît maintenant judicieux de le
situer parmi d'autres afin de l’en différencier et d’ainsi éviter tout amalgame entre
eux.
1.
Habitat groupé et habitat communautaire
La vie en habitat groupé n'est pas comparable à la vie communautaire.
Les habitants d’un habitat groupé bénéficient d'un espace privé, qui leur est réservé.
Chaque habitant ou famille "possède" une maison ou appartement15 (avec une cuisine,
salon, chambres, salle de bains) qui représente son espace privé. Cet espace lui permet
de vivre selon ses valeurs, ses lois, ses rythmes, etc. Cet espace est à l'image du
respect de la vie privée de chacun. Les habitants partagent, avec les autres membres
du groupe, des espaces communs dans lesquels tous les habitants se "plient" aux règles
qu'ils se sont collectivement imposées.
Cet espace privé (familial) est crucial lorsque l'on parle d'habitat groupé. Il permet, en
effet, de cerner ce qui le différentie de l'habitat communautaire.
Dans celui-ci, les habitants partagent tout, mis à part la chambre.
De plus lorsque l'on parle d'habitat communautaire, le partage ne se fait pas
uniquement en terme d'espaces mais également en terme d'argent, c'est-à-dire qu'en
plus de partager tous les espaces tel que la cuisine, les sanitaires, etc., ils mettent bien
souvent (mais pas dans tous les cas) leurs revenus en commun.
Cette particularité n’est pas rencontrée dans un habitat groupé16.
2.
Habitat groupé et éco-village17
Les éco-villages existent depuis déjà plusieurs années dans diverses régions du monde.
Ils semblent être des lieux d'expérimentation et de démonstration d'idées et de
technologies nouvelles qui pourraient nous aider à tendre vers un futur dit durable. Ils
ne sont pas la représentation d'anciennes communautés mais constituent plutôt des
15
16
L'un ou l'autre selon les dimensions de l'habitat groupé
Cela ne veut pas dire que c'est interdit. Certains auraient tenté l'expérience mais avec très peu de succès.
Toutefois, il arrive que certains montants soient mis en commun pour ce qui est de l'entretien des espaces
communs par exemple ou encore de l’achat de viande ou de nourriture en grande quantité dans le but de faire des
économies.
17
Agenda Plus; Vivre en collectivité, n°165, Bruxelles, Mars 2005. pg 11.
14
expériences pilotes susceptibles d'être reprises en partie et adaptées dans la société
par des individus ou des collectivités.
‘’L’éco-village est intégré dans le tissu social, économique et institutionnel, dont il
constitue un pôle attractif et innovant de par ce qu'il peut amener en terme de
tourisme, d'accueil, de formations, d'agrobiologie, de pédagogie, etc. Il peut être petit
(éco-hameau) ou grand (éco-cité). Chacun a son propre habitat, son autonomie
économique et idéologique, tout en ayant un esprit de partage et de solidarité"18.
En bref, le but des éco-villages est de s'atteler collectivement à vivre au travers d'un
mode de vie écologique et juste. Ceci est une définition assez concise de ce qu'est un
éco-village mais permet toutefois de mieux cerner son concept.
Nous pouvons dès lors mettre en avant les éléments qui différencient ces deux modes
de vie. Nous parlons ici de mode de vie car c'est plutôt en terme d'idéologie que l'écovillage et l'habitat groupé se distinguent.
Tout d'abord, on peut très vite remarquer que l'éco-village, de par sa dénomination, est
axé sur une idéologie écologique, dans le sens pragmatique du terme. Ses habitants
mettent en place et utilisent des techniques dans le but d'un développement durable :
que ce soit dans leurs habitations, dans leur mode de consommation, dans leur vie
quotidienne, etc. Ce qui ne veut pas dire que l'habitat groupé ne peut pas y répondre,
bien au contraire, mais tout simplement que ce n'est pas la motivation de base de
l'ensemble de ses habitants19.
On peut également remarquer que l'habitat groupé ne s'intègre pas de la même manière
que l'éco-village dans le tissu social, mais surtout économique. Il est vrai que des
crèches, des petits magasins, … peuvent être à l'initiative d'habitants vivant dans des
habitats groupés mais c'est assez peu fréquent.
Toutefois, il est vrai que la volonté de vivre dans un mode de vie plus collectif et juste,
leur est commune. Tous deux sont des rassemblements de personnes qui tentent de
trouver une alternative au mode de vie individualiste que prône actuellement la société.
c.
Les différents types d’habitat groupé
18
Agenda Plus, Opcit, pg 12.
19
Voir chapitre IV : Eléments incontournables pour définir un hg : motivations, pg. 41.
15
L'habitat groupé, ainsi situé par rapport aux deux autres concepts qui sont similaires
mais pas identiques, nous allons analyser maintenant les différents types d’habitat
groupé.
Pour cela, nous allons nous baser sur un schéma qui a été réalisé par l'asbl Habitat et
Participation dans le cadre d'une recherche sur l'habitat groupé qu'il mène pour le
moment20 en collaboration avec les facultés St Louis de Liège et SumProjet (Flandres).
Typologie des habitants en Habitats groupés ou collectifs
Habiter autrement
Aménager/favoriser
les projets existants
Légaliser/Favoriser
les projets
Légaliser les
projets si
nécessaire via
l’institutionnel
Mode de vie
Type collectif ou communautaire
Durée du séjour longue voire à vie
Fondements religieux-philosophiques-idéologiques
Accueil de personnes en précarité : +ou- 5%
Moment de vie
Type habitat groupé/co-location
Durée du séjour moyenne Mois -années
Jeunes- Femmes seules-Personnes âgées-isolés
Accueil de personnes en précarité : +ou- 50%
Transitoire
Institutionnel
Logement d’insertion ou de transit
Durée du séjour limitée 2x 6 Mois Max. en R. Wal.
Ex détenus-Personnes en fin d’assuétudes-victimes-SDF
Accueil de personnes en précarité : 100%
Cible I
périphérique
Cible II
principale
de l’étude
Cible III
principale
de l’étude
11
Ce schéma met en évidence 3 types d‘habitat groupé, mais également les types
d’habitants que l’on y rencontre.
1.
Mode de vie
Ce type d'habitat groupé est le plus fréquent. Les porteurs de ce type de projet en
sont également les initiateurs. Il touche le public des "marginaux supérieurs’’.
Ce terme désigne des personnes de la classe moyenne (souvent des universitaires) qui
dans les années 70 se sont regroupées pour créer des habitats groupés. Ce sont eux qui
20
Cette recherche a pour objet de faire progresser la faisabilité de l’habitat solidaire en Belgique. Etudier et
proposer de nouveaux dispositifs juridiques pour faire face à la perte ou la diminution des revenus de
remplacement en cas de logement en habitat groupé. Analyser les implications juridiques et budgétaires de
l’existence d’un « habitat solidaire » pour certaines personnes. (Soutien : Cabinet Dupont)
16
furent les premiers à imaginer ce genre d'habitat. Ils étaient jeunes, avaient une
approche universitaire (architecture, sociologie) et avaient les moyens financiers de
construire un tel projet. Ils avaient, surtout, l'envie de vivre autrement. Ayant pour la
plupart connu l'expérience de l'habitat communautaire pendant leurs études, ils se sont
rendus compte que vivre de manière communautaire avec des enfants pourrait poser
des problèmes. C'est pourquoi, s'appuyant sur cette expérience qu'ils avaient de "trop
commun", ils ont tenté de réfléchir et imaginer ensemble un autre mode de vie, qui allie
vie privée et vie collective.
Le constat est le suivant : ils ont la volonté de construire, de créer un habitat dans
lequel ils pourront décider du mode de vie qu'ils veulent plus collectif ( pas
communautaire mais moins individuel) . Ils se mettent à plusieurs et construisent leur
projet du début à la fin, élaboration, construction ou rénovation, installations, etc., ce
qui leur demande énormément de temps et d'investissement. En effet, il faut compter,
en moyenne, une durée de 3 à 5 ans avant l'installation des porteurs de projets dans
leur habitat. Les habitants de ce premier type d'habitat groupé s'engagent dans un
projet à long terme voire à vie et cela va dépendre de leur entente, de leur évolution
collective et personnelle, etc.
2.
Moment de vie
Dans ce type d'habitat, l’engagement est de durée moyenne (mois, années). L’habitat
est destiné à des individus qui auraient besoin de réponses collectives face à une
société où le seul modèle valable semble être celui de l’individualisme.
Le constat est le suivant : il manque, dans notre société, des réponses collectives pour
certains individus. Les réponses individuelles sont insatisfaisantes pour eux. L'objectif
d'autonomie collective a remplacé celui de l'autonomie individuelle.
Dans ce type d’habitat, les habitants peuvent être à l'initiative du projet mais ne le
sont pas automatiquement. Certains habitants peuvent concevoir un projet d'habitat
groupé qui correspond à leurs attentes à un moment donné de leur vie, par exemple des
personnes vieillissantes qui ne veulent ni rester seules dans une grande maison ni entrer
dans une maison de repos et qui choisissent alors de monter un projet ensemble.
D’autres, par contre, ne font que l'intégrer pendant un certain temps, par exemple de
jeunes mamans seules avec enfants intégreront un habitat groupé qui est réservé à ce
type de public et qui peut, de plus, dans certains cas, leur proposer un accompagnement.
3.
Transitoire
17
Il existe une troisième forme d’habitat groupé qui est de type transitoire. Les
habitants ne sont pas les initiateurs du projet mais intègrent ces habitats pour une
durée déterminée qui varie en fonction des habitats et du public qu'ils ciblent, mais
également d'une personne à l'autre (en fonction de ses besoins). Ces habitats sont
destinés à des individus qui auraient besoin d'un passage volontaire en collectivité pour
retrouver une capacité d'autonomie individuelle.
Le constat est le suivant : il manque, pour certains publics, une étape entre le logement
en institution et le logement individuel (considéré comme objectif d'autonomie à
atteindre).
Ces habitats proposent cette étape. Ils sont institutionnalisés dans le sens où les
personnes qui l'intègrent sont suivies moralement, administrativement ou autre. A
travers l'exemple des ex-détenus, il est plus aisé de comprendre à quoi ces initiatives
tentent d'arriver. Ceux-ci, dans certains cas, ont besoin d'un logement transitoire
entre la prison et l'habitat individuel. Ce type d'habitat groupé leur permet d'habiter
de manière transitoire en collectivité afin de pouvoir retrouver petit à petit une
autonomie, une confiance en soi, un certain équilibre ainsi qu'une place dans la société
(travail, appartement,…). Il en est de même pour les SDF qui en ont parfois besoin pour
se réintégrer dans le système. C'est pourquoi l'habitat groupé par son mode de vie
collective peut leur permettre de trouver un certain soutien (via les autres habitants et
accompagnateurs) et une volonté de réinsertion.
Dans ces trois types d'habitats groupés, les projets et les habitants ne sont pas les
mêmes mais ils ne s'excluent pas les uns les autres, ils renvoient à des constats
différents, à des projets répondant à des problématiques différentes.
B. Ecologie sociale et habitat groupé
Ce paragraphe tente d'expliquer le rapport entre ce que l'on appelle l'écologie sociale
et le concept d'habitat groupé.
Dans un premier temps, nous allons définir le terme d'écologie, ainsi que les termes qui
lui font prendre tout son sens et qui définissent le contexte dans lequel il s'inscrit.
a.
Le terme "écologie"
Le terme ‘’écologie’’ vient de oikos (maison, habitat) et logos (science), qui exprime donc
la science de la maison, de l'habitat. Ce terme "écologie" fut inventé en 1866 par
18
HAECKEL, biologiste allemand pro-darwiniste. Il désignait par ce terme "la science des
relations, des organismes avec le monde environnant, c'est-à-dire, dans un sens large, la
science des conditions d'existence". Plus précisément et d'une manière qui est plus
souvent admise, la définition de l'écologie est la science qui étudie les conditions
d'existence des êtres vivants et les multiples interactions qui existent entre ces êtres
vivants d'une part, et le milieu d'autre part.
"L'écologie est semble t-il le seul choix possible pour co-créer un monde viable à long
terme. Le respect de notre environnement et de tous les règnes vivants implique le
choix d'une attitude constructive et responsable, loin des errements et de
21
l'exploitation des hommes, régis par la seule loi du profit" .
b.
Le terme "développement durable"
Un deuxième terme qu'il me paraît important de définir pour pouvoir comprendre dans
son entièreté le terme d'écologie est le terme de "développement durable". Celui-ci
doit répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations
futures à répondre aux leurs22. C'est un mode de croissance qui garantit à la fois, et à
long terme, le progrès économique, social et environnemental de la société. "A la fois ne
pas miner la base de la vie à long terme sur la planète, améliorer le bien-être et se
donner une chance réelle de créer des richesses"23.
c.
Rapport entre écologie sociale et habitat groupé
L'écologie et le développement durable sont dès lors tous deux, au travers de leur
définition, intimement liés au concept d'habitat groupé. Si l'écologie est la science de
l'habitat des êtres vivants, l'habitat groupé est application de cette science. L'écologie
sociale étudie plus particulièrement l'habitat humain et son environnement.
L'habitat groupé intéresse non seulement l'aménagement du territoire mais aussi les
politiques publiques du logement, le mouvement coopératif du logement, l'architecture,
la sociologie urbaine, l'économie immobilière, la sociologie rurale et urbaine, etc.
De nombreuses recherches et expériences pour garantir un monde viable aux les
générations futures doivent encore être réalisées. L'habitat groupé est une des pistes
21
22
Revue Agenda Plus, n°165, page 13.
Rapport Notre avenir à tous, Gro Harlem Brundtland, Commission Mondiale des Nations Unies sur
l'environnement et le Développement, 1987.
23
T. O'Riordan, La revue durable (numéro test), Université de l'East Angelia à Norwich, juin 2002.
19
proposée qui essaye de trouver un équilibre entre les hommes et leur milieu.
Cette alternative à la maison individuelle permet une réflexion sur l'habitat et peut
offrir à certains un mode de vie qui ne leur est pas imposé par la société mais qui
répond à leurs attentes.
20
III.
Contexte
Après avoir présenté ce qu'est l'habitat groupé, l'avoir différencié de l'habitat
communautaire et de l'éco-village, après avoir cité et commenté les différents types
d'habitat groupé qui existent, il est maintenant temps de s'intéresser au contexte dans
lequel il a émergé ainsi que son évolution au travers de l'Europe.
Nous allons donc d’abord évoquer la naissance du concept et ce qui le lie à la vie
collective. Nous aborderons ensuite la notion d’habitat groupé dans le contexte
européen principalement.
A. Historique de ce concept et exemples de tentatives de vie collective au fil de
l'histoire.
a.
Les bandes
A l'origine, les hommes ont constitués naturellement des bandes. Si ces groupements
avaient surtout pour but de se défendre contre l'homme ou la nature, l'instinct de
cohésion devait aussi être à l'origine de ce que Claude Levi-Strauss appelle la famille
primitive. Celle-ci était formée de plusieurs noyaux familiaux, était une "bande" non
hiérarchisée. L'équilibre social était assuré par la participation de tous les membres.
"Dans certaines tribus de petite taille et de grande cohésion,
le savoir est partagé très équitablement entre la plupart des membres de la tribu
et tous savent la plus grande partie de ce que chacun sait".
Ivan Illich, "La convivialité’’
Plus tard, par la découverte de nouveaux moyens de subsistance (l’élevage, la culture,
l'artisanat, etc.), une diversification des tâches et une spécialisation des membres de la
bande sont apparues. Ce fut le premier pas vers la hiérarchisation et vers la chefferie.
Cette transition se fait lorsque la bande acquière une puissance économique et une
population plus grande ; ces éléments imposant apparemment la présence d'un chef24.
b.
24
Les familles étendues
Aujourd'hui, l'égalité présente au sein de la bande est complètement détériorée. L'inégalité entre les individus se
manifeste face au travail, face à la richesse, face au pouvoir, face au savoir,…
21
On parle plus tard de familles étendues, plusieurs générations vivant dans un système
communautaire hiérarchisé. Il s'agissait en effet de groupements familiaux du type
patriarcal ou matriarcal. Les membres de la famille étaient unis par le lien du sang mais
vivaient aussi sous un même toit et partageaient la même activité (culture, élevage,
artisanat,…). Ces familles vivaient souvent en autarcie ou avec des échanges très
limités.
c.
Les communautés ‘’taisibles’’
Au 10ème siècle, aux familles étendues, se succèdent alors les communautés "taisibles".
"Deux facteurs ont motivé la formation de ces communautés : le refus du pouvoir
féodal et de la recherche d'un espace de liberté". Les Taisibles s'opposent au pouvoir
féodal en tant que puissance hiérarchique stricte et formelle, ce qui leur vaut la marque
de "marginaux", allant à l'encontre de l'ordre établit. Pour pallier ce manque de liberté,
ils tentent de se construire un lieu d'indépendance spatiale et économique, équivalent à
la propriété familiale25. Il s'agit en fait d'exploitations agricoles existant dans le cadre
de familles "élargies". Elles regroupent non seulement les trois générations
traditionnelles, mais également les parents collatéraux : oncles, tantes, frères, sœurs,
cousins, cousines. Ces groupements atteignaient le nombre de quarante personnes et se
caractérisaient, notamment, par une habitation commune, sous le même toit et une mise
en commun des ressources et dépenses.
On remarque déjà, dans ce type de communauté, la recherche de compatibilité entre
l'existence du groupe et la personnalisation de l'individu. 26
d.
Les abbayes et monastères
Parallèlement à l’évolution des structures familiales, les abbayes et monastères font
leur apparition. Le grand mouvement de création des monastères se situe aux XIème et
XIIème siècles.
Des hommes se rassemblent autour d'un "projet radical et exigeant". Ils rompent avec
les valeurs matérielles de l'époque pour s'astreindre à de nouvelles règles de vie, ils
25
M. Scholler, Les habitats groupés: une expérience de vie associative, mémoire, section sociologie, Université
Catholique de Louvain-La-Neuve, 1984.
26
B. Scoubeau, L'habitat groupé autogéré. Construction, réhabilitation, rénovation?, mémoire d'Institut Urbanisme,
ULB, 1983.
22
décident de vivre en commun27.
Ces communautés ont comme objectif principal la coupure avec le monde environnant
(site entouré de murs). Aucun monastère ne doit être construit dans les cités, les
châteaux, les villes mais dans les lieux déserts à l'écart de la fréquentation des
hommes. Elles sont régies au moyen d'une hiérarchisation stricte. dCes cités idéales ne
renfermèrent l'utopie de départ que très peu de temps. "A partir du XIVème siècle et
jusqu'à la Révolution française (1789), l'histoire des abbayes fondées aux XIème et
XIIème siècles ne sera plus que l'histoire de la longue agonie d'un projet utopique
irrémédiablement récupéré par le contexte dans lequel il était vécu. Le dortoir commun
devint un étage à cellules individuelles puis à mini-appartements. Ceux dont le projet
initial consistait à rompre avec la richesse pour vivre dans la pauvreté, devenaient plus
riches que ceux qui se voulaient riches"28.
e.
Les béguinages
Le béguinage est un mouvement qui naît au XIIème siècle et qui engendre une double
réalité, spatiale et sociale.
Au départ, des femmes, les béguines, qui cherchent le même mode de vie, se
rencontrent (elles vont l'une chez l'autre). Elles forment ensuite des associations et
organisent des réunions communautaires régulières à l'issue desquelles elles décident
de vivre ensemble et donc de construire un groupe de maisons.
Le béguinage réuni donc une communauté qui respecte l'intégrité de chacune des
personnes qui la compose tout en établissant le voisinage sans la promiscuité. Il en
résulte un ensemble urbain composé d'une série de maisons groupées, d'une église pour
la prière commune, d'un hôpital pour les actes de dévouement et de bâtiments
utilitaires (boulangerie, ateliers, etc.).
"Chacune des constructions individuelles était faite pour favoriser la communication et
en même temps pour protéger la vie recluse. Chacune des constructions
communautaires était établie pour favoriser le rassemblement et protéger la vie
personnelle"29.
Par la suite, ces communautés féminines, surtout lorsque les béguines étaient
nombreuses, se sont données des règles strictes. Elles instituaient le port d'un
vêtement identique, contrôlaient les relations (surtout avec les hommes), réprimaient
27
L'habitat groupé autogéré. Construction, réhabilitation, rénovation?, opcit.
28
Abbayes de Belgique, groupe Clio 70, pg.20
29
F. Weyergans, Béguinages de Belgique, pg.30
23
sévèrement la médisance (cette règle réduisait le contrôle social), contrôlaient les
revenus trop élevés (chaque béguine participait aux frais communs, mais devait subvenir
à son entretien), établissaient une hiérarchie très poussée.
f.
La saline royale d'Arc et Sénans30
Voici un premier projet d'habitation pour ouvriers. Le projet de saline est l'œuvre de
Claude Nicolas Ledoux (1736-1806), qu'il réalise en 1774. Il s'agit du site de
traitement du sel minier de la saline royale d'Arc et Sénans (France) sous Louis XV. Ce
site comprenait les bâtiments abritant selon un plan semi-circulaire : au centre, le
pavillon de l'administration, l'appartement du directeur et la chapelle; de part et
d'autre, sur le diamètre, les ateliers de fabrication ; sur le demi-cercle, quatre
bâtiments contenant les logements et ateliers secondaires des ouvriers, sauniers,
berniers, forgerons et tonneliers; au centre du demi-cercle, l'entrée. L'architecture de
l'époque donne une certaine emphase à ce projet industriel.
g.
Le Familistère
Avec le 19ème siècle, sont nées de nouvelles projections communautaires, les utopies
communautaires. Fourier et son projet de Phalanstère31, un habitat collectif qui permet
de faire des économies d'échelle, un jardin commun et des lieux communs de réunion :
"Outre des appartement, le Phalanstère doit contenir, beaucoup de salles de relations
publiques"32.
Plus tard, J.B. Godin nourri des pensées de Fourier, met en pratique la première
expérience d'utopie sociale à grande échelle en associant à un lieu de travail - l'usine
Godin, toujours en fonctionnement - un Palais sociétaire pour former une société
harmonieuse, le Familistère33 : habitation collective, piscine, économat, jardin, nurserie,
30
www.athenaeum.ch/ledouper
31
Fourier (1772-1837), le Phalanstère : 1820.
32
J. Debu-Bridel, L'actualité de Fourier, France empire, 1979, page 96.
33
J.B. Godin (1819, 1888), premier Familistère : 1859.
24
écoles et le théâtre, temple de la communauté familistérienne. Cette expérience
durera, sous une forme coopérative, jusqu'en 1968. Godin est le seul de l'époque à avoir
réussit à créer un habitat de type communautaire qui fonctionna pendant près d'un
siècle. Le Familistère de Guise en est un exemple très explicite. Les principes de base
étaient les suivants : salaires versés dans un pot commun, rotation des tâches
domestiques, développement des activités culturelles, etc. Pratiquement, par exemple
pour les repas, Le Familistère disposait d'une cuisine collective, mais chacun avait la
possibilité de faire également ses repas chez soi. Les marchandises elles, étaient
achetées par un syndicat. Il y avait des services communs, par exemple dans un
établissement spécial, chacun pouvait trouver des baquets et des appareils propres
pour laver son linge. Le Familistère a également apporté une solution au problème de la
garde des enfants grâce à la création d'une nourricerie dans l'habitat. De plus les
habitants étaient associés à la gestion du Familistère. L'objectif de Godin, dans cette
réalisation d'ensemble, nommé Familistère, est de procurer aux ouvriers tous les
avantages, principalement en équipements et services collectifs, dont les "riches"
pouvaient jouir individuellement. Ainsi qu'un objectif sous jacent, d'assurer la présence
des ouvriers sur leur lieu de travail, d'exercer un forme de contrôle.
h.
Les cités-jardin (habitations horizontales, juxtaposées)
Fin du 19ème, début du 20èmesiècle, apparaît la "cité jardin".
"Le mouvement en faveur des cités-jardins est né avec la publication, à Londres en
1898, par l'urbaniste, socialiste et utopiste anglais, Ebenezer Howard, du livre To-
morrow, a peaceful path to real reform (Demain, un chemin pacifique vers une véritable
réforme). C'est en 1903, qu'il entreprit la création d'une première cité-jardin,
Letchworth, à 70 km au Nord de Londres"34.
Il s'agit selon lui de créer en bordure des villes de nouvelles cités qui feraient la
transition entre ville et campagne. Ces cités-jardins se voudraient promouvoir un
meilleur contact avec la nature et entre les habitants. Elles sont gérées par des
sociétés coopératives et représentent à la fois une nouvelle conception sociale et
34
P. Merlin, Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement, Presses Universitaires de France, Paris, 1988.
25
urbanistique35.
La cité-jardin se veut autarcique, assurant la diversité des tranches d'âge, des groupes
sociaux et des activités de production, afin d'atteindre un équilibre et d'être
autosuffisante sur le plan alimentaire comme sur celui des produits industriels"36.
Les idées de Howard furent popularisées mais aussi transformées.
En France, elles le furent par Georges Benoit-Levy.
C'est autour de 1930 que l'on vit les premières cités-jardins apparaîtrent aux alentours
de la capitale, pour "assurer la décongestion"37 de Paris. Toutefois, il ne fallut pas
attendre longtemps pour que les contraintes financières et le manque d'espace
remplacent les cités-jardins par des logements collectifs, voire des tours.
Aux Etats-Unis, avec l'aide du gouvernement fédéral, la City Housing Corporation en
1924, puis le programme des greenbelt cities en 1935, expérimentérent les principes
des cités-jardins, ce qui servi d'ancêtres aux news communities des années 1960 et
197038.
Chez nous, en Belgique, c'est en 1921 (après la première guerre mondiale) que naît une
société coopérative, "Le Logis", qui a pour objectif d'améliorer les conditions
domestiques et sociales (entraide mutuelle) de ses membres, d'organiser le bénéfice
pécuniaire, de recueillir du capital, de créer un magasin, de construire ou d’acheter des
maisons. Cette société fut un succès et très vite d'autres se sont constituées39.
La cité-jardin répond à la demande de l'époque en matière de logement. En voici un
exemple : "Le Logis situé à Watermael-Boisfort (Bruxelles) réalisé en 1921.
35
fr.wikipedia.org /wiki/Cit%C3%A9-jardin_%C3%A0_Bruxelles
Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement, pg.164-165.
37
Opcit
38
Opcit
39
Opcit.
36
26
"La cité-jardin est économique, la construction de groupes de maisons selon les mêmes
plans et avec les mêmes matériaux permettant des économies d’échelle et la mise à
disposition de nombreux logements en peu de temps. Toutefois, les cités-jardins belges
s’écartent de l’idée de Ebenezer Howard qui prévoyait la construction de villes entières
combinant habitat et activité professionnelle pour se limiter à la construction de
simples quartiers de logements.
A partir des années 30, la construction de cités-jardins fut progressivement
abandonnée par les sociétés d’habitations sociales au profit de celle d’immeubles à
appartements"40.
i.
Unité d'habitation verticale superposée41
Le Corbusier (1887-1965), architecte, urbaniste, designer, peintre et écrivain né à La
Chaux-de-Fonds, est le concepteurs de ces unités d'habitation verticales. Son objectif
au travers de ces réalisations est de libérer de l'espace au sol au bénéfice de la
circulation ainsi que d'espaces verts et de fonctions récréatives. Il fait connaître ses
principes architecturaux et urbanistiques novateurs avec selon "5 points" : pilotis, toitjardin, plan libre, fenêtre en longueur, façade libre.
Il propose une ville verticale, plutôt qu'une ville horizontale dévoreuse d'espace, avec
des immeubles dans la verdure, les futures "unités d'habitation".
Ses constructions de cités furent traitées selon le principe du "Modulor", selon lequel
l'unité de mesure est la hauteur d'un homme, elle-même devant s'intégrer dans une
"Ville Radieuse" conçue pour permettre à l'homme d'habiter, de travailler, de se
cultiver le corps et l'esprit, et enfin de circuler. Priorités à la fonctionnalité et aux
rencontres.
Elles sont également conçues pour le bien-être de leurs habitants, des "cités
radieuses", et pas seulement en tant qu'habitats de reclassement de populations
pauvres et sinistrées.
Il faut reconnaître que les principes architecturaux de LE CORBUSIER étaient
novateurs pour son époque et répondaient au besoin non seulement de résoudre la crise
du logement, mais aussi de réaliser des cités qui fonctionnent et où l'on circule.
Il faut surtout retenir l'idée qu'une ville doit être un ensemble complet et harmonieux
adapté à l'ensemble des besoins de l'homme moderne, ce qui est à l'opposé de la notion
de banlieue dortoir.
40
fr.wikipedia.org /wiki/Cit%C3%A9-jardin_%C3%A0_Bruxelles
41
www.villes-en-france.org/histoire/Corbu
27
Toutes ces tentatives communautaires ont manifestement, même inconsciemment,
influencé la trame de développement des habitats groupés en de nombreux points.
Architecturalement, la cour du Familistère de Guise, les galeries de circulation et
passages de chez Godin, tous ces espaces appelant à l'intimité communautaire et la
rencontre informelle, rappellent les cours, les placettes ou les sentiers qui composent
les habitats groupés de nos jours.
En ce qui concerne les objectifs, la lutte contre la société dominante, la volonté de
libération, l'envie d'un meilleur logement rejoignent assez bien, les revendications
d'autonomie personnelle, de communication, d'interconnaissance que prônent les
habitants d'habitats groupés.
j.
L’habitat d’aujourd’hui
Après la deuxième guerre mondiale, la priorité est de remédier à la pénurie de
logements. L'industrialisation étant en plein essor, des logements en série et de
grandes hauteurs se sont développés, et ce pour assurer les nouveaux impératifs de
rentabilité. Etant donné la forte demande de logements, la rareté du sol et son prix
toujours plus élevé, la construction est devenue un placement sûr et rentable pour les
capitaux. C'est pourquoi la proportion d'immeubles locatifs et de maisons tours a pris
une telle ampleur par rapport à l'ensemble de la construction des logements42.
On a pu observer au travers de cette mode de logements en hauteur que la fonction
même du logement s'est de plus en plus trouvée isolée de la vie en commun. En effet,
l'amoncellement en hauteur a entraîné la diminution (voire la disparition) de contacts
avec le niveau de la rue43. Ces logements en hauteurs sont inspirés des unités
d'habitation de Le Corbusier, en ayant tout simplement mis de côté un élément
primordial dans son architecture, les espaces prévus pour les échanges sociaux.
42
L'habitat groupé, une alternative, opcit
43
L'habitat groupé autogéré. Construction, réhabilitation, rénovation?, opcit.
28
En réaction à ce logement (appelé communément de grands ensembles) qui favorise la
dépersonnalisation, apparaît (et se généralise) l'habitat "pavillonnaire". Ce dernier se
définit comme "un ensemble de petites maisons isolées entourées d'un jardin"44,
portant également le nom de "villas". Il permet de satisfaire le besoin d'identification,
d'affirmation de soi, de contact avec la nature de la part des habitants. Effectivement,
la maison entourée de verdure semble promettre un environnement de qualité, d'où le
grand nombre de gens désirant habiter une villa.
C'est donc ainsi qu'est apparu ce courant contraire aux grands ensembles anonymes :
l'engouement pour les maisons individuelles isolées qui envahissent la campagne.
Elles offrent un maximum d'espace extérieur privé, mais en revanche elles occupent
une part disproportionnée de terrain45. Ce type d'habitat a donc pour objectif de
permettre une "véritable" appropriation de l'espace de vie par son propriétaire. Mais
très vite, le pavillon s'est trouvé tout aussi impersonnel que l'appartement standard.
Plus rien n'est laissé à l'initiative du propriétaire : c'est l'uniformité46.
Pourtant, dans ces deux types de logements que sont les immeubles locatifs et les
maisons individuelles, soi-disant contradictoires, se trouvent des points communs :
l'anonymat et le repli sur soi mais aussi une modification de l'environnement. Il manque
très clairement une conception d'ensemble cohérente. Autour de noyaux anciens, on
voit s'additionner un grand nombre de bâtiments isolés. Ce qui implique que des notions
telles que l'ambiance du quartier, le sentiment d'appartenance , le folklore, etc.… sont
altérées par la valorisation de la famille nucléaire.
Un logement ne se limite pas uniquement à son aménagement intérieur. Les
"prolongements extérieurs" jouent un rôle aussi important dans le bien-être des
habitants.
Dans les quartiers où il fait bon vivre, on trouve, en plus du logement, des espaces pour
la vie collective. Autrefois, ces places, ces rues étaient des lieux de contacts et
d'échanges, soigneusement aménagés. Elles offraient à la fois une intimité et une
possibilité de rencontre.
44
Le Robert d’aujourd’hui, dictionnaire de la langue française, Paris, 1991. .
45
L'habitat groupé, une alternative, opcit, pg.4
46
L'habitat groupé autogéré. Construction, réhabilitation, rénovation?, opcit
29
Aujourd'hui, dans les villes plus particulièrement, les rues ont totalement changé de
fonction. Leur valeur d'usage a profondément diminué au profit de l'accroissement de
la circulation de l'automobile. La rue est devenue unifonctionnelle; on ne s'y exprime
plus47. L'automobile a privé villes et villages de nombreux espaces publics au détriment
de la vie communautaire. La division du sol en zones unifonctionnelles (habitation,
agriculture, commerce, industrie, etc.) ne nous permet plus d'y habiter mais seulement
d'y loger. Au fils du temps, l'infrastructure sociale de nos quartiers s'est vue refluée
derrière nos préoccupations matérielles48.
L'habitat groupé pourrait être une solution aux problèmes de la "rareté" de terrain
(surtout en ville) mais surtout au prix élevé de la construction. Une telle politique,
acceptée par les pouvoirs publics, permettrait de mieux utiliser le sol et de mettre les
espaces collectifs à disposition d’un plus grand nombre d'habitants. C'est également en
terme de solidarité et de mode de vie que l'habitat groupé peut être une solution aux
attentes de certains.
B. Situation internationale de l’habitat groupé.
L'habitat groupé trouve diverses appellations en fonction de sa situation géographique
avec toutefois quelques variantes.
a.
Les pays anglo-saxons et le "Co-Housing"
Terme principalement utilisé dans les pays anglo-saxons, le co-housing est un concept
similaire au concept d'habitat groupé, bien qu'il soit utilisé aussi bien pour l'habitat
communautaire que collectif. Le co-housing se définit "par la propriété individuelle des
maisons ou des logements et par celle commune de certains locaux"49. La particularité
de ce concept suppose un processus participatif : les résidents participent à la
conception et à l'organisation de leur habitat. Ils sont également responsables en tant
que groupe pour ce qui est des choix pris.
‘’En ce qui concerne l'organisation des espaces, l'architecture privilégie l'esprit
communautaire : le regroupement des voitures en un même lieu pour encourager les
relations interpersonnelles, les équipements collectifs sont conçus pour faciliter la vie
47
L'habitat groupé autogéré. Construction, réhabilitation, rénovation?, opcit pg.9
48
opcit.
49
Agenda Plus, n°165, page 9.
30
quotidienne et font partie intégrante de la communauté, le bâtiment communautaire est
perçu comme un endroit où aller quand on a le désir de sortir de son "privé". La gestion
au jour le jour est assurée par les résidents et les décisions sont prises en commun lors
des réunions"50.
Comme on peut le remarquer dans cette définition, le co-housing fait plutôt référence
au communautaire, ce qui implique un plus grand partage des espaces51.
En résumé, le terme de co-housing est un concept plus large que celui de l’habitat
groupé. En effet, il englobe aussi bien les kots étudiants que les familles ensembles.
Les Pays-Bas et les "Woongroepen"52
b.
Aux Pays-Bas, l'habitat groupé est également connu et porte le nom de "Woongroepen".
Il y est très développé, particulièrement pour les personnes vieillissantes (plus de 50
ans).
Ces habitats groupés peuvent se présenter de deux manières différentes :
- sous la forme de petites structures indépendantes et autonomes,
- en une série de logements au sein d'une plus grande structure de logements (par
exemple, 10 ou 20 logements sur 100 qui sont attribués pour de l'habitat groupé53).
De plus, il faut des structures pour la promotion et la gestion de ces habitats groupés,
elles portent le nom de "centres de ressources et de gestion des demandes". Elles sont
indispensables pour développer des projets d'habitat groupé sur une large échelle
territoriale.
Les woongroepen font leur apparition dans les années 70. A cette époque, les pouvoirs
publics décident d’intervenir de manière active dans l'accès au logement des habitants,
et ce dans le but de rehausser le niveau de vie. Des bâtiments sont alors, dans cette
optique, rachetés et rénovés. En 1976, le logement est reconnu comme droit
fondamental aux Pays-Bas, pour toute personne d'au moins 18 ans. Toutefois, l'offre
n'est pas assez grande pour combler la forte demande, ce qui entraîne le squattage des
habitations. La famille nucléaire généralisée, c'est l'idée d'un ménage non traditionnel
50
Agenda Plus, opcit.
51
Agenda Plus, opcit, pg. 10.
52
Habitat et Participation avec le soutien de la Fondation Roi Baudouin, Habitat de personnes âgées aux Pays Bas,
woongroepen et centres de ressources, Louvain La Neuve, 2002.
53
Une expérience concrète de cette forme d'habitat groupé est "De Refter", Ubbergen, il y a 10 personnes âgées sur
95 habitants au total avec la particularité d'être intergénérationnel.
31
qui amène à l'idée de woongroepen, appelés "groupes habitants"54.
"Concrètement, aujourd'hui, les woongroepen se structurent sous forme de petits
logements individuels avec des espaces collectifs et des possibilités de rencontres et
de degrés de participation très divers. Il existerait plus de 300 woongroepen pour
personnes âgées répartis dans toute la Hollande. Il semblerait que les "responsables"
actuels de ce type de projet aient davantage pour objectif de mettre les gens
ensemble, puis de leur laisser choisir le mode d'organisation, de rencontres, le type de
projets à développer. Les conditions d'accès à ce type de logement sont quant à elles
fort définies puisqu'il existe des procédures d'admission (qui varient bien sûr d'un
woongroepen à l'autre)"55.
c.
Le Danemark et les "Bofaelleskaber’’
Dans les années 70, un nouveau type d'habitation voit le jour au Danemark, "l'habitat
autogéré communautaire" ou "Bofaelleskaber". Le succès de cette formule est du à
plusieurs facteurs, mais c'est principalement à l'influence des mouvements populaires
des années 60 et à la réaction aux formes d'habitat individuel traditionnel ainsi qu'au
concept de famille en tant qu'institution.
L'habitat autogéré communautaire serait une réponse aux grandes transformations,
aux mutations sociales que la famille vit à cette époque (les parents travaillent
beaucoup plus à l'extérieur ce qui a un impact sur les enfants, leur garde dans des
centres, l'évolution du rôle des femmes et des hommes, etc.). Il favoriserait
l'enrichissement du quotidien et particulièrement l'épanouissement des enfants.
L'habitat autogéré communautaire est un groupement d'habitations autour duquel
s'articulent des espaces communautaires. Ce type d'habitat est généralement élaboré à
l'initiative des futurs habitants qui participent ainsi à toutes les phases de conception
du projet.
Les premiers56 font donc leur apparition début des années 70 suite à une longue période
54
H. Jansen et R. Knoope, Woongroepen in Nederland, Instituut Preventieve en Sociale Psychiatrie, Erasmus,
Universiteit Rotterdam, 1981. Leur définition : "Le groupe d'habitat est considéré comme un groupe d'au moins
trois adultes qui occupent ensemble une habitation et qui, au minimum, partagent régulièrement (1 fois par
semaine ou plus) leur repas".
55
Habitat de personnes âgées aux Pays Bas, woongroepen et centres de ressources, opcit, pg.20.
56
Les deux premiers projets se nomment : "Saettedamen" et "Skraplanet".
32
de gestation. Et très vite de nouvelles unités voient le jour. C'est à partir des années
80 que le nombre de projets croisse très fort. En 1988, le Danemark compte une
cinquantaine d'habitats autogérés communautaires. Dans ceux-ci, sont représentés des
projets dans le cadre d'accès à la propriété mais également des ensembles locatifs à
caractère social57.
En 1982, la solution du régime des coopératives fait son apparition et entraîne avec elle
une flopée de partisans (ce type de régime est toutefois resté marginal au Danemark).
Habituellement, la taille d'un tel habitat va de 12 à 30 logements et se situe
fréquemment aux abords de la ville de manière à avoir une bonne relation à la nature,
mais aussi une vie de quartier pas trop éloignée du tissu urbain.
Au point de vue de l'organisation, il est possible que les habitants se retrouvent jusqu'à
cinq fois par semaine pour manger ensemble, moments au travers desquels se vit la
démocratie de façon informelle. Les habitants doivent s'investir dans le travail
communautaire (entretien par 52exemple) qui peut être assez prenant. Mais il y a
également du temps pour l'amusement, les fêtes, les activités, etc.
Un critère de la bonne entente au sein de ces habitations est perçu par le fait que très
souvent les portes restent ouvertes, qu'il n'y ait pas de clôtures et que rarement les
fenêtres sont occultées. Toutefois, ce côté d'autosuffisance sociale peut constituer un
risque de sectarisme (perception enrichie par les personnes alentours lorsque le projet
est trop fermé sur lui-même). Et le fait d'habiter de manière si proche peut bien
évidemment engendrer des problèmes au quotidien58.
Voilà en quelques mots en quoi consiste l'habitat autogéré communautaire des années
70 au Danemark. Il est très proche pour ne pas dire pareil à ce qu'on appelle chez nous
l'habitat groupé. Apparu dans les mêmes années, ils portent un nom un peu différent
mais répondent aux mêmes caractéristiques.
d.
La Suède et les"Kollektivhuis"
La Suède est à l'initiative d'un type d'habitat appelé les "Maisons Collectives" ou
"Kollektivhuis". Ce pays a une grande expérience dans le domaine de l'habitat
communautaire et particulièrement dans celui des "Maisons Collectives à services
intégrés". En 1985, on compte plus de 35 réalisations ou projets en cours. Ces maisons
collectives sont représentées selon deux modèles : "celui qui intègre des services gérés
par des employés et celui qui exige l'implication des habitants"59.
57
Les premiers a caractère social sont "Tinngarden" et "Drejerbanken" construits en 1978.
58
Article, texte rédigé par Roland Mayerl de la Revue n° 40, Habitat et Participation, pg, 6
59
Article de Roland Mayerl, opcit.
33
Tout d'abord qu'est-ce qu'une maison collective?
C'est un habitat accessible à une grande variété d'individus et qui propose des services
collectifs, en particulier la possibilité de prendre des repas en commun. L'architecture
caractéristique de ce type de réalisation s'articule comme suit : des cheminements
intérieurs, des galeries, des rues intérieures, reliant les logements privatifs aux
espaces communautaires.
Il existe des Maisons Collectives en Suède depuis les années 50. Elles ont été assez
longtemps marginalisées et étaient plutôt destinées à une élite socio-culturelle. Ce sont
particulièrement les femmes, dès l'après-guerre, qui réclamaient ce genre d'habitat
car elles y voyaient une possibilité de se libérer de certaines tâches ménagères.
Dans les années 70, il y eu une plus grande disposition à accepter ces projets. Ils
reprirent alors vie60 sous l'impulsion des mouvements féministes. Les objectifs étaient :
- la diminution du temps prévu pour le travail ménager en proposant en plus un service
de restauration, 61
- l'intégration de personnes âgées au sein de l'habitat,
- l'utilisation des services communs (moyens de favoriser une meilleure solidarité
intergénérationnelle) et des services de garde et d'activités pour les enfants (afin
de proposer un environnement plus favorable pour les enfants).
En Suède, 17,8% de la population a plus de 65 ans (5,1% de + de 80 ans). En 1998, il y
avait 908 Suédois de plus de 100 ans62. Et ces personnes âgées vivent des problèmes de
solitude et d’insécurité et ont besoin que des réponses soient apportées à leur
demande.
Aux Pays-Bas, des actions sont menées pour offrir une alternative à l’hébergement en
institution (home). En 1975, près de 10% des personnes de plus de 65 ans habitaient
dans une maison de retraite et 2% dans une maison de soins (proportion la plus élevée
du monde). Depuis, de nombreux projets expérimentaux ou non ont été initiés, des
habitats-services, l’adaptation des logements, la construction de logements destinés
aux personnes âgées, la création de points d’appui, la création du SEV (groupe pilote
d’expérimentation en matière d’habitat) et la création d’habitats groupés.
60
Exemple "La fourmiière", une Maison Collective à GÖterborg en Suède.
61
Article de Roland Mayerl, opcit.
62
Habitat et Participation, Visites d'habitats seniors en écoconstruction, Louvain la Neuve, novembre 2002, page 19.
34
En matière de politique des personnes âgées, le parlement suédois a défini les objectifs
suivants, à savoir que les personnes âgées :
•
doivent pouvoir vivre une vie active et avoir une influence sur leur vie quotidienne ;
•
doivent pouvoir vieillir en sécurité et en toute indépendance ;
•
doivent être traitées avec respect et avoir accès à des soins et des services
sociaux de qualités.
C'est à ces objectifs que l'habitat groupé, tout comme les nouvelles formes d'habitat,
en Suède, tente de répondre particulièrement pour les personnes vieillissantes.
De plus, l'habitat groupé en Suède s'est toujours imposé des objectifs en terme de
respect de l'environnement, de respect de la nature et des rapports sociaux.
35
IV.
Eléments incontournables pour définir un habitat groupé
Afin de rendre ce concept plus concret, nous allons, à travers ce chapitre, développer
quatre thématiques caractérisant l'habitat groupé. Ces quatre points sont les piliers de
mon analyse et seront également les points de référence tout au long du développement
de celle-ci.
A. Le cadre juridique
Commençons par le cadre juridique qui est chronologiquement une des premières étapes
auquel tout groupe est confronté lors de la mise en route d'un projet. Ce cadre vise à
lui donner un statut légal.
Il n'existe pas une seule forme juridique mais plusieurs, celles-ci peuvent servir à
reconnaître légalement un habitat groupé.
Avant toute chose, il est important de faire la différence entre les habitats groupés
dont les habitants sont propriétaires et ceux dont ils sont locataires.
a.
Dans le cas où les habitants sont propriétaires
Dans le cas où les habitants sont propriétaires de l'habitat, il existe deux formes
juridiques récurrentes : la copropriété et la coopérative.
1.
La COPROPRIETE
Définition
La copropriété est "l'organisation d'un immeuble bâti ou d'un groupe d'immeubles
bâtis dont la propriété est répartie entre plusieurs personnes, par lots
comprenant chacun une partie privative et une quote-part des parties communes".
La répartition de ces parties est consignée dans un document appelé « Etat
descriptif de division » et leur usage régi par un quasi-contrat appelé
« Règlement de copropriété »63.
Règlement de copropriété :
Le règlement de copropriété constitue la bible d'une copropriété. C'est un texte
63
Définition tirée du site Internet : http://fr.wikipedia.org/wiki/Copropriété
36
de référence obligatoire qui définit les parties communes et privatives, fixe les
règles de bon voisinage et permet de répartir les charges. Il définit:
-
l'usage que l'on peut faire des parties privatives
Souvent, l'usage est limité. Sera, par exemple, interdite l'implantation d'un
restaurant au pied d'un immeuble de standing ou l'exercice d'une activité
bruyante dans un bâtiment abritant essentiellement des logements.
-
l'usage que l'on peut faire des parties communes
Ce règlement fixe l'affectation de chacune d'elles (place de stationnement,
locaux à usage spécifique...) ainsi que leurs règles d'administration.
-
les règles de vie commune
Par exemple, l'interdiction d'étendre du linge aux fenêtres ou de garer des vélos
dans une cour. Tout ou presque est consigné dans cette sorte de règlement
intérieur. Ces limites s'étendent parfois jusqu'aux parties privatives. Ce
document peut également interdire à un copropriétaire de remplacer sa moquette
par du carrelage.
Etat descriptif de division :
L'état descriptif de division est le document qui liste les lots privatifs d'une
copropriété : tout un art du découpage.
La loi de 1965 prévoit que l'état descriptif soit inclus au règlement de
copropriété, mais rien n'interdit qu'il s'agisse d’un document autonome. Ce
document décrit par le menu le découpage des parties privatives.
Chaque lot est ainsi numéroté et localisé précisément dans l'immeuble, par
exemple bâtiment B, 3ème étage, porte gauche. La composition des locaux y est
également indiquée (un appartement de trois pièces principales avec une cuisine,
une salle de bains comprenant des toilettes, une penderie, une entrée et un
balcon), ainsi que la quote-part des parties communes attachée à chaque lot,
exprimée en millièmes ou en tantièmes. Effectivement, chaque copropriétaire
possède une part des parties communes déterminée à partir de la valeur des
parties privatives qu'il possède. Pour déterminer cette quote-part, on parle
souvent de millièmes de copropriété, mais ce terme ne doit normalement être
utilisé que lorsque la copropriété est divisée en mille millièmes : détenir cent
millièmes de copropriété, c'est en détenir 10%. Il est plus exact de parler de
"tantièmes"64.
64
Voir Annexe, exemple d'état descriptif de division et de tantièmes.
37
Acte de base :
L'acte de base n'est pas défini par la loi, y figurent seulement les mentions
obligatoires qui sont :
- la description de l'immeuble
- la description des parties privatives et communes
- la fixation des quote-part des parties privatives dans les parties communes en
tenant compte de la valeur respective de celles-ci. Toute modification doit faire
l'objet d'un acte authentique, il faut donc l'intervention d'un notaire65.
Le règlement d'ordre intérieur (ROI) :
Ce règlement n'est pas défini par la loi. L'article 577-4 et 2 du Code civil prévoit
uniquement que, s'il est décidé d'établir un règlement d'ordre intérieur, il peut
être établi par un acte sous seing privé.
Aucune règle légale ne fixant son contenu, il pourra contenir ce que décidera
l'assemblée générale.
Cette dernière fixera également les règles et l'organisation de la vie en
communauté.
La COOPERATIVE66:
2.
Définition :
Une coopérative, c'est une "association autonome de personnes volontairement
réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et
culturels communs au moyen d'une entreprise dont la propriété est collective et
où le pouvoir est exercé démocratiquement"67.
C'est donc une forme de société immobilière fondée sur le principe de la
coopération. Comme tous les autres types de coopératives, elle a pour objectif de
servir au mieux ses participants (salariés ou usagers) et repose sur le principe
démocratique de «un Homme, une voix» pour les prises de décisions. Les salariés
ou usagers sont ainsi égaux en droit.
Principes de la coopérative :
Une coopérative d'habitation, c'est un logement ordinaire pour plusieurs
65
www.copropriete.be
66
Voir, www.notaire.be/info/societes/006_code_des_societes_07.htm, pour consulter les articles de loi sur la
coopérative.
67
Définition de l'Alliance Coopérative Internationale.
38
personnes (généralement un immeuble), petit ou grand, neuf ou ancien, où
habitent des personnes qui sont à la fois locataires de leur logement et
collectivement propriétaires du bâtiment.
Chaque membre de la coopérative s'engage à :
-
contribuer économiquement à la coopérative en souscrivant une part sociale
lors de son adhésion;
-
exercer son pouvoir démocratique en participant aux assemblées des
membres et en votant;
-
accomplir un certain nombre de tâches requises pour le bon fonctionnement
de la coopérative.
Comme propriétaires collectifs, les membres, c'est-à-dire les résidents,
assument ensemble la gestion complète et autonome de leur édifice et de la
coopérative elle-même. Et puisque tout le monde participe à la gestion et à
l'entretien du bâtiment, il en résulte des coûts d'opération moindres pour la
coopérative. Celle-ci est donc normalement en mesure d'offrir des loyers moins
chers que les prix du marché68.
L'ASSOCIATION SANS BUT LUCRATIF (ASBL)69
3.
Cette troisième forme est assez particulière puisqu'elle peut être un cadre
juridique en elle-même (exemple, le Collectif d'Hannut) mais peut aussi se trouver
au sein même de la copropriété ou de la coopérative. Je m'explique : certains
habitants d'habitats groupés peuvent se constituer en ASBL afin de justifier et de
légaliser une activité qu'ils pratiquent ensemble tout en étant juridiquement
reconnus comme faisant partie d'une copropriété ou d’une coopérative pour leur
habitat.
Définition :
Une ASBL est "un groupement de personnes physiques ou morales qui
poursuivent un but désintéressé’’. L'ASBL ne peut procurer aucun gain matériel à
ses membres. Cette interdiction signifie que les membres d'une ASBL ne
peuvent recevoir des bénéfices qui résulteraient des activités de l'association.
Statuts:
L'ASBL dispose, contrairement aux associations de fait, d'une personnalité
juridique propre indépendante de celle de ses membres. Cela signifie que l'ASBL
68
www.fr.ekopedia.org/Coopérative_d'habitation
69
Document pdf, www.asbl.be
39
est titulaire de droits et d'obligations. Les membres disposent d’une
responsabilité limitée et n'engagent en principe pas leur patrimoine propre pour
les engagements de l'ASBL.
La loi impose que le but de l'ASBL soit déterminé de manière précise. Il donc
important de ne pas confondre le but et les activités mises en place pour
l'atteindre.
Modifications:
Depuis le 28 octobre 2002, une nouvelle loi sur les ASBL a été publiée au
Moniteur Belge. Cette loi concerne beaucoup plus de monde puisque, depuis sa
publication, on a recensé plus de 90.000 ASBL en Belgique. "Cette loi vise
notamment à assurer une plus grande transparence des associations vis-à-vis des
tiers mais aussi au profit de ces membres"70.
b.
Dans le cas où les habitants sont locataires
Dans ce cas-ci, les habitants sont locataires d'une maison qui a pour particularité de
faire partie d'un habitat groupé. Cette forme juridique est un peu délicate à aborder
puisque l'avis n'est pas unanime quant à dire que ce type d'habitat est un habitat
groupé au même titre que les autres.
Ce type de projet groupé n'est pas l'initiative des habitants. En effet, la réalisation se
fait par des personnes extérieures aux habitants eux-mêmes. Pourtant, il porte ce nom
car les personnes qui souhaitent habiter dans un tel habitat doivent faire preuve de
volonté. Ils doivent montrer et prouver leur volonté de vivre et de s'investir dans une
"structure" collective. Les personnes qui veulent y entrer doivent également être en
accord avec les autres membres du groupe afin que la vie commune se déroule au mieux.
Les habitats groupés dans lesquels les habitants sont locataires sont destinés à un
public un peu différent des habitats groupés d'habitants propriétaires.
-
pour personnes vieillissantes
Ces habitats groupés sont alors une alternative aux maisons de repos dans lesquelles
la vie apparaît à certains comme trop communautaire ou trop assistée.
L'habitat groupé leur permet de vivre dans une maison plus petite (qui leur
correspond mieux) dans laquelle ces personnes gardent leur autonomie tout en étant
70
www.asbl.be
40
entourées.
Il existe aussi dans certains habitats groupés, la possibilité de bénéficier de
services (repas, ménage, soins, etc.)
-
pour personnes en précarité sociale
Ce type d'habitat groupé a été l'objet de recherches réalisées par l'asbl Habitat et
Participation et sont d'ailleurs toujours d'actualité.
La précarité sociale est un terme plutôt vaste. Effectivement, les personnes qui en
sont victimes peuvent tout aussi bien souffrir de problèmes d'insertion, d'argent ou
bien encore de maladies. Et il est plus que fréquent que cette précarité ne se limite
pas à un seul facteur mais que ce soit une accumulation de plusieurs d'entre eux.
L'habitat groupé pour ce type de personnes essaie alors dans un premier temps de
résoudre leur problème en terme de logement. Toutefois, les attentes et besoins
peuvent être très différents. C'est pourquoi il faut faire la différence entre
+ les personnes qui sortent d'institutions (prisons, jeunes placés, etc.) et qui ont
besoin, de manière transitoire, de se trouver dans un habitat collectif avec comme
objectif l'intégration du logement individuel,
+ et les personnes qui ont besoin, en terme de logement, d'un mode de vie plus
collectif que le modèle individualiste que la société promeut.
Pour ces deux publics, en plus de tenter de répondre à leurs besoins en terme de
logement, ils peuvent être encadrés, accompagnés afin d'assurer un suivi au point de
vue administratif, moral, etc.
Pour ce type d'habitat dans lequel les habitants sont locataires, il existe également
plusieurs cadres juridiques. Une ASBL, un CPAS, une commune ou un service public
peuvent alors être les responsables légaux de l'habitat groupé. Ils encadrent l'habitat
et apporte un soutien aux habitants si besoin il y a.
L'ASSOCIATION SANS BUT LUCRATIF (ASBL) 71.
1.
Les bâtiments de l'habitat groupé sont la propriété de l'ASBL. Les habitants, quant
à eux, sont locataires de l'ASBL. Dans certains cas, pour pouvoir entrer dans
l'habitat groupé, ils doivent être membres effectifs de l'ASBL. Autrement, il y a
certains critères que les habitants doivent remplir pour pouvoir y entrer (ceux-ci
71
Voir définition dans la partie au dessus concernant les habitats groupés dans lesquelles les habitants sont
propriétaire.
41
varient bien sûr en fonction des habitats groupés). En ce qui concerne les contrats
de bail, ils sont aussi tous différents les uns des autres selon l'habitat groupé dans
lequel on se trouve. Ils peuvent être à durée déterminée (courte ou longue) ou
encore indéterminée.
2.
LE CENTRE PUBLIC D’AIDE SOCIALE (CPAS)
Les CPAS possédant des bâtiments, il est possible que ceux d'un habitat groupé soit
la propriété d'un CPAS. Celui-ci peut en assurer la gestion administrative et c'est
alors fréquemment les habitants ou une ASBL qui en gère la vie quotidienne.
3.
LES COMMUNES OU SERVICES PUBLICS
Il se peut qu’une commune ou un service public soit propriétaire de bâtiments et
qu'une ASBL soit titulaire d'un bail emphytéotique avec ce service public. Les
habitants sont alors soit locataires soit membres effectif de l'ASBL pour avoir le
droit d'habiter cet habitat groupé. (Maison Abbayfield référence ????).
4.
Accord entre CPAS, ASBL et commune
Les bâtiments de l'habitat groupé sont la propriété d'une commune, d'un CPAS ou
encore d’une ASBL et il existe un bail emphytéotique vis-à-vis du propriétaire. Soit
il y a deux niveaux d'accord, c’est à dire que les bâtiments appartiennent à une des
trois institutions et un bail emphytéotique est signé avec une des deux autres
institution; soit il existe trois niveaux d’accord - par exemple, les bâtiments
appartiennent à un CPAS, une commune est emphytéote et enfin, une ASBL est
titulaire d'un bail emphytéotique avec la commune qui est donc elle-même
emphytéose du CPAS, les habitants étant eux dans ce cas locataires de l'ASBL.
c.
La Charte
Bien que tous très différents, de par leur public essentiellement, l'ensemble des
habitats groupés peuvent tout de même avoir un élément en commun : une charte. Celleci n'est ni obligatoire ni "légalement reconnue", mais elle constitue un accord passé par
l'ensemble du groupe sur certaines valeurs et principes à respecter au sein de la vie
commune. Elle n'est pas présente dans l'acte de base mais est fréquemment placée à la
vue de tous (pièces communes) dans l'habitat groupé. Les valeurs ou principes qui y sont
inscrits sont le fruit d'une élaboration commune de l'ensemble du groupe. Lorsqu'une
42
charte est réalisée, tous les habitants doivent participer à son élaboration et doivent
se mettre d'accord sur les principes qu'ils s'imposent.
B. Motivations et contexte d'émergence
a.
Définition et historique du concept de motivation
1.
Définition
Pour la philosophie classique, « motif » et « mobile » constituaient, autrefois, les objets
d’une distinction, voire d’une opposition, dans notre langue, qui pouvait s’avérer utile à
travers ses nuances.
mobile (originaire du latin mobilis, contraction de movibilis, racine mov :
« susceptible d’être mu ou de se mouvoir », donnant en français automobile, meuble,
mobilier, mobiliser…)1 : signifiant plutôt des déterminations psychiques profondes, mais
plus ou moins troubles, à l’origine d’un comportement ou d’une action individuelle ou
collective
On le voit à travers ces éléments d’étymologie, mobile reste parent de mouvement et de
changement, mais il faudra plus tard distinguer entre mouvement – movitamentum -,
changement de position dans l’espace et mutation, changement de nature de l’objet
motif (dérivé du latin motor, motus , motum, supin de movere, racine mov, mo2mouvement-, motivus, : « ce qui explique et justifie les termes d’un jugement, d’une
décision, d’une action, d’une conduite »), motion (d’où dériveront à leur tour émotion ou
commotion), sans préjudice de significations esthétique, musicale ou architecturale,
plus techniques et évidemment d’emploi plus limité
motivation, d’apparition récente (en français XXème siècle) : « relation d’un acte aux
motifs qui l’expliquent ou le justifient ». Ce dernier terme appartient plutôt au
vocabulaire de la psychologie contemporaine. Il se retrouve également employé en
pédagogie, en formation des adultes, dans le domaine du commerce et de la vente, dans
celui du management…72
Le point de vue général de la philosophie antique, exprimé particulièrement par
l'eudémonisme73, considère que la recherche du bonheur est l'exigence impérative à la
base de la motivation; les autres attentes n'en étant que des objectifs partiels et
isolément insuffisants.
72
www.barbier-rd.nom.fr
73
Le Petit Larousse : Doctrine morale qui fait du bonheur le but de l'action (par exemple l'épicurisme).
43
"La motivation est, dans un organisme vivant, la composante ou le processus qui règle
son engagement dans une action ou expérience. Elle en détermine le déclenchement
dans une certaine direction avec l'intensité souhaitée et en assure la prolongation
jusqu'à l'aboutissement ou l'interruption"74.
"Se manifestant habituellement par le déploiement d'une énergie (sous divers aspects
telle que l'enthousiasme, l'assiduité, la persévérance), la motivation est trivialement
assimilée à une réserve d'énergie. Mais plus qu'une forme d'énergie potentielle, la
motivation est une instance d'intégration et de régulation d'une multitude de
paramètres relatifs aux opportunités d'un environnement et aux sollicitations d'une
situation ‘’.
Pour faire un rapport direct avec les motivations qui poussent des habitants à créer un
habitat groupé, je pourrais donner l'exemple de leur implication à l'élaboration d'un
projet d'habitat groupé qui est en partie dépendante de leur envie "d'autre chose", de
construire un autre mode de vie.
Dans un travail antérieur sur l’habitat groupé, réalisé par l’asbl Habitat et Participation
75
, les motivations ont été classées selon 3 champs différents : social, économique et
idéologique. C'est d’après cette structure que je vais énoncer les motivations qui
peuvent apparaître déterminantes à la réalisation d'un habitat groupé.
b.
Le champ social
Dans ce champ, nous allons aborder les différentes motivations qui animent de
nombreuses personnes à s'investir dans le montage d'un habitat groupé. Elles sont
d'ordre personnel, dans le but d'aider, de soutenir, d'offrir une alternative, etc.
I) une vie en collectivité solidaire
Par ce mode de vie alternatif, les personnes habitant un habitat groupé
concrétisent leur volonté de vivre autrement. Les habitants s’inscrivent dans ce
type de projet en réaction à un système de vie social qui favorise l’individualisme, la
74
http://fr.wikipedia.org/wiki/Motivation
75
Référence, texte préparatoire à "Habitat groupé, une alternative" par l'asbl Habitat et Participation, 1983.
44
famille nucléaire76 et l’individu atomisé77.
Pour certains d'entre eux, il s'agit également d'élever et de faire grandir leurs
enfants dans une société de solidarité, de proximité, d’entraide.
Ce type d’habitat est motivé par une volonté de créer des rapports sociaux plus
profonds (et pas juste se connaître de vue) avec les gens du quartier, du voisinage, …
Il y a là un refus de l’isolement qui se manifeste par la volonté d’une vie plus
conviviale, alimentée de contacts, de rencontres, de rapports sociaux qui se
construisent.
Le mot solidarité revient très souvent dans les propos des gens que nous avons pu
rencontrer. Ils le mettent en avant dans leurs motivations, comme étant une
réponse à la question de l’individualisme que prône la société.
Cette solidarité, que les personnes recherchent dans leur lieu de vie, est une
manière d’offrir à l'autre un soutien dans ses actes journaliers. Il ne faut pas
oublier qu’en plus, ce type d’habitat regroupe sous un même toit différentes
compétences, différentes approches de la vie, différents âges… Il y a derrière
cette initiative un réel espoir de communauté interculturelle.
II) en solidarité avec des "exclus" de la société
Bien que nous ayons déjà abordé la solidarité dans le point précédent, nous tenons à
préciser les différents aspects de cette solidarité.
Certains ont intégré, en plus d'un projet collectif en terme d'habitation, un
« accueil social ». J’entends par là, le fait d’accueillir, dans des chambres prévues à
cet effet, des personnes en difficultés sociales pour une durée déterminée (+/- à
court terme) afin qu’elles puissent traverser une étape difficile de leur vie,
entourées de familles, de personnes prêtes à les aider et les soutenir dans les
démarches administratives ou autres.
III) en solidarité envers les plus démunis (projet social)
« L’accueil social » peut également être la seule motivation d’un tel habitat. Les
habitats groupés sont alors mis en place par des personnes (asbl, associations, …)
76
Ménage regroupant les deux parents et leurs enfants, à l'opposé d'une famille élargie qui peut compter plusieurs
générations
77
Représente une exclusion individuelle où le lien social est globalement rompu
45
désirant en aider d'autres en difficultés sociales préférant vivre dans du collectif.
Ceux qui sont "acceptés" dans ces habitats groupés sont ceux qui montrent un
intérêt et une volonté d'investissement dans la vie collective. Il faut préciser que
les personnes à l’initiative de ces projets n’habitent pas dans ces habitats mais
proposent, à court terme, aux personnes en difficulté de retrouver via ce mode de
vie une certaine confiance en eux.
IV) un besoin d’appartenance et de construction identitaire
A la base d'un projet d'habitat groupé, il peut aussi y avoir une volonté
d’appartenance et de reconnaissance du groupe. Le fait d’avoir un projet commun et
une habitation commune permet à tout individu de se définir et de trouver une
identité sociale.
C’est cette même cohésion sociale qui peut entraîner un repli de l’habitat sur luimême, et être qualifié de « ghetto ». C’est pourquoi dans ce type d’habitat,
l’ouverture vers l’extérieur est primordiale. Elle permet de faire vivre le groupe en
étant alimentée d’avis, de connaissances, de personnes extérieures et ainsi de ne
pas se fermer au changement, à l’évolution, tout en étant une entité à part entière
avec ces membres propres.
c.
Le champ économique
I) la construction et le cadre de vie
Nous avons pu remarquer via nos interviews que pour l'ensemble des habitats
groupés rencontrés, le facteur économique était présent. Effectivement, malgré le
fait que ce ne soit pas majoritairement le premier intérêt dans l'élaboration d’un tel
projet, il est évident que l'idée de se mettre à plusieurs pour rénover ou construire
un habitat présente un avantage financier.
La majorité des habitants rencontrés déclare avoir fait des économies par rapport
à la construction d’une maison unifamiliale. Cette économie s'explique assez
facilement par le fait qu'ils partagent tous les frais entre eux, l'architecte, les
coûts administratifs, l'achat du terrain, la signature de l'acte notarial, les coûts des
matériaux, les frais de construction, etc.
Ces économies personnelles faites sur les investissements de départ peuvent alors
être utilisées pour l'aménagement des espaces collectifs. Que ce soit dans la
réalisation d'un bâtiment, d'une salle commune, d'une cour, l'aménagement d'un
jardin, ou autre, ils peuvent dès lors tous participer à cette réalisation en
46
investissant l'équivalent du montant économisé grâce à leur projet d'association.
II) Le fonctionnement
Lorsque l'on vit dans du collectif, il y a bien évidemment le fonctionnement de la vie
de tous les jours à gérer. C'est aussi un secteur dans lequel l'ensemble des familles
peut faire des économies d'échelle : l'électricité, le chauffage, les machines à laver,
les voitures (covoiturage…). Cela demande évidemment un peu d'organisation au
départ pour tout mettre en place mais cela représente un gain quotidien.
III) la location
En ce qui concerne plus particulièrement les habitats groupés d'initiative publique
ou d'initiative de personnes extérieures à l'habitat, on peut remarquer la volonté de
favoriser son accès à des personnes bénéficiant de faibles revenus. Ce type
d'habitat groupé est un peu particulier puisqu'il n'est pas basé sur du long terme. Il
peut être de court terme ou comme on l'appelle de "transit". Les personnes restent
pendant une durée déterminée, et dans certains cas, ne participent au loyer qu'en
fonction de leurs moyens financiers.
d.
Le champ idéologique
Les motivations d'ordre idéologique sont basées sur une réflexion concernant les
effets néfastes des modes de fonctionnement de notre société. Ce peut être aussi
bien une réflexion sur le mode de vie individualiste que la société nous propose, qu'une
réflexion sur un projet de type religieux ou encore sur la conservation du patrimoine.
Il est assez délicat de généraliser quant à savoir laquelle de ces motivations, le fait
d'habiter en collectivité ou le fait d'avoir une volonté idéologique commune autre que
l'habitus, est la plus prégnante dans la construction d'un tel habitat.
I) la conservation du patrimoine
La volonté d'habiter dans du groupé peut être celle de la conservation du
patrimoine, ou plus largement la conservation du bâti. Plutôt que de construire du
neuf, pourquoi ne pas rénover?
La différence fondamentale entre de la conservation de patrimoine et de la
conservation de bâti est sans doute que le patrimoine est de l'ordre du "public".
Cela implique donc de pouvoir laisser libre accès au public à certains moments.
47
Cela dit, ce genre d'habitat groupé est assez rare puisqu'il n'est pas aisé de
trouver un site qui soit abordable financièrement et qui se prête à cet usage.
II) un intérêt écologique
En plus de vouloir vivre de manière collective, les habitants peuvent partager un
intérêt, pour l'environnement. Ils peuvent alors insérer à leur projet de vie
commune, un aspect écologique. Il peut avoir attrait à divers domaines : aux
matériaux de construction (le bois par exemple), à l'eau (citerne d'eau de pluie) ou
bien encore à l'énergie (panneaux solaires, isolation). Toutefois, intégrer cet aspect
écologique au projet doit être également économiquement rentable pour les familles.
Les habitants ont donc la volonté d'être le plus écologique possible mais à la mesure
de leurs moyens. Ce qui implique que certains domaines vont peut être plus favorisés
que d'autres en fonction de ce que chacun peut investir financièrement.
III) la conservation du patrimoine, une vie spirituelle, une gestion économique et
une réinsertion sociale
Certains habitats groupés peuvent poursuivre plusieurs idéologies en plus de leur
volonté de vivre en collectivité. C'est comme cela que l'on peut trouver des habitats
groupés qui ont, à la fois, une volonté de conservation, de vie spirituelle, d'autogestion économique ainsi que de réinsertion sociale. Ces divers domaines d'"action"
demandent bien évidemment une organisation soutenue du groupe, de la cohésion,
des moyens.
IV) une vie spirituelle
Ce genre d'habitat groupé ne répond pas à une volonté première de collectivité mais
à celle de partage spirituel. Comme ce type de partage peut être très contraignant
(prière tous les jours, etc.), la solution de l'habitat groupé est une manière de
rapprocher les personnes afin qu'elles "perdent" moins de temps dans les trajets et
particulièrement au point de vue familial (jeunes enfants par exemple).
V) une vie spirituelle et un public plus âgé
Vie spirituelle ou projet d'inspiration chrétienne, c'est ici une envie de se
rassembler autour d'un sujet commun. Certains habitats regroupent des personnes
d'un certain âge (ici, de plus de 60 ans) partageant une idéologie religieuse. Cela
48
leur permet de garder leur indépendance tout en étant entouré d'autres personnes
avec qui elles peuvent échanger (paroles et activités). Ce type d'habitat constitue
une alternative entre la maison individuelle et la maison de repos.
VI) un logement et un emploi
D'autres habitats groupés voient le jour suite à une volonté de faire cohabiter le
logement et l'emploi. Certaines parties du lieu d'habitation sont alors transformées
en "bureaux" ou QG d'associations, par exemple.
Cette démarche est, dans un premier temps, une manière d'ouvrir l'habitat groupé
aux personnes extérieures via des associations. Mais c’est aussi dans un deuxième
temps, une volonté de mélanger les compétences au sein d’un même espace.
VII) l’accueil social
Il s'agit d'habitats groupés qui, en plus du fait d'habiter dans une optique de
collectivité, accueillent des personnes en difficultés (économiques, sociales, etc.) et
ce durant une durée déterminée. Ils disposent de chambres au sein de leur habitat
pour l'accueil et accompagnent les personnes dans leurs démarches administratives
(ou autres). Cet accueil a pour but d'aider des personnes à traverser une étape de
leur vie un peu difficile en étant "soutenu" par un groupe.
VIII) l’accueil social et intergénérationnel
Ici, la motivation de base est de mettre un habitat groupé à disposition de
personnes en grande souffrance, qui ont besoin d'être encadrées, aidées et surtout
entourées. Elles se voient ainsi offrir à court terme et sous certaines conditions
(qui sont d'être volontaire, d'être près à y mettre du sien dans les relations, de
s'invertir dans la vie collective) un cadre de vie où se rétablir.
En ce qui concerne l'aspect intergénérationnel, il s'est dévoilé être un facteur
positif pour l'ensemble des personnes accueillies. De part et d’autre, cette
cohabitation semble bénéfique. L'expérience des plus âgés est appréciée, tout
comme la présence des plus jeunes permet aux autres de se sentir encore utiles et
d'être toujours en relation avec la société et son évolution.
49
Conclusion :
Dans l'ensemble de ces habitats groupés, se retrouve une volonté commune qui est de
vouloir faire cohabiter le privé et le collectif. L'habitat groupé se veut être une
forme d'habitat qui permet à tout un chacun de vivre de manière individuelle, en ayant
ses repères personnels (maisons unifamiliales, voitures, occupations personnelles,…)
tout en mettant certaines choses en commun sur base volontaire.
Ce qui peut se traduire techniquement par la réalisation de logements privés autour
d'une série d'installations communes, en évitant les barrières, le cloisonnement (jardin
commun), de manière à favoriser le partage des espaces de rencontre.
Une autre volonté commune à tous ces habitats est celle de vivre dans un cadre naturel,
c'est-à-dire dans un environnement proche de la nature, que ce soit dans leur
situation géographique, dans les matériaux (peinture, bois…) ou encore dans les
installations écologiques (tels que des panneaux solaires, un compost, le recyclage de
certains déchets…). Ce souci écologique est une préoccupation récurrente, que les
habitants se disent "devoir" prendre en considération lorsqu'ils réfléchissent à un
projet d'habitat groupé puisque celui-ci tend à améliorer leur mode de vie en l'abordant
d'une manière collective.
C. Dimensions spatiales : composition d’un habitat groupé
a.
Situation géographique
Cette dimension est la concrétisation physique du concept d'habitat groupé. Au même
titre que le lancement et l'élaboration "sociologique" du projet collectif, la phase de
recherche et de réalisation concrète de celui-ci est primordiale puisqu'elle va définir le
cadre de vie physique de tous les habitants qui en feront partie.
Comme nous l’avons déjà exprimé, l'habitat groupé est un concept qui existe de par le
monde et qui sous diverses formes est depuis toujours présent. Toutefois dans ce
contexte-ci, nous allons nous limiter au territoire belge. Classifiés par provinces et la
région pour Bruxelles, seule la partie flamande ne sera pas représentée puisque nous
n'avons pas encore de données :
50
Cette carte représente très nettement la proportion plus élevée d’habitats groupés
présents en Région Bruxelloise et dans le Brabant Wallon. Dans le Brabant Wallon, la
majorité des habitats groupés sont d’initiatives privées (rassemblement d’amis ou
connaissances). Pour la Région Bruxelloise, se sont plus souvent des habitats groupés qui
sont à finalité sociale. Des ASBL ou communes mettent en place des habitat de ce type
afin de répondre à une demande des personnes en précarité, a savoir la possibilité de
vie de manière plus collective. Il existe différentes finalités à ces habitats groupés
mais leur particularité est que les habitants ne sont pas les initiateurs du projet, ils
sont alors locataires.
Les chiffres présents sur cette carte, sont le résultat d’un premier inventaire qui fut
réalisé, en avril par l’ASBL habitat et Participation sur base d’anciens listings et de
nouvelles données. Cette liste est régulièrement mise à jour dans le but de pouvoir,
dans un futur proche, la mettre à disposition du public. Elle permet de dévoiler
l’effervescence que l’habitat groupé connaît à notre époque. Celle-ci pourrait être
utilisée par de nouveaux porteurs de projets qui voudraient entrer en contact avec les
habitants d’anciens habitats groupés ou encore par des personnes intéressées par le
sujet qui voudraient visiter un habitat groupé ou en connaître sa localisation.
51
b.
Forme de l'habitat : construction ou rénovation
On entend par forme de l'habitat "la manière d'être extérieure, la configuration des
corps, des objets et qui peut revêtir un aspect particulier en fonction de ces corps ou
objets"78. Elle est, dans le cas de l'habitat groupé, la structure physique qui le soutient
et qui, à travers sa composition, lui fait prendre tout son sens (collectif et non pas
communautaire).
L'habitat groupé peut être réalisé sous deux formes, la rénovation ou la construction.
1.
La rénovation
Cette forme de réalisation est, sans aucun doute, la plus compliquée à réaliser. Tout
d'abord, il n'est pas aisé de trouver un bâtiment ayant la surface et le volume
suffisant pour accueillir plusieurs familles. Ensuite, cela représente un coût
financier peu abordable pour les familles, car il est souvent supérieur à leur budget
(achat et rénovation).
C'est toutefois une solution qui permet de conserver et de donner une nouvelle
existence à un bâtiment ou à un site historique.
C'est pour cette raison que, d'un point de vue écologique, cette solution me paraît
être celle à préconiser et à rendre plus accessible au public.
2.
La construction
Il s'agit ici d'une toute autre forme de réalisation, particulièrement parce qu'elle
ne part de rien et qu'elle permet de ce fait une plus grande "créativité". Cet aspect
de créativité est également présent dans la rénovation mais les porteurs de projets
sont alors tenus par une structure.
Cette forme d'habitat, basée sur du neuf, répond alors parfois mieux aux attentes
des porteurs de projets puisque qu'ils ne sont pas limités à un espace préexistant.
Toutefois, arriver à concevoir un projet qui satisfasse tous les membres du groupe
peut constituer une grande difficulté.
D'un point de vue écologique, la construction est discutable car elle ne fait
qu'augmenter le nombre de constructions déjà présentes. Cependant, nous avons pu
très souvent remarquer que les porteurs de projet se préoccupent de leur
environnement et essaient donc d'intégrer des systèmes écologiques à leurs
constructions, proportionnellement à leurs moyens (tel que des panneaux solaires,
citernes d'eau de pluie, matériaux (bois), isolation, mini cogénération, etc.).
78
Définition du dictionnaire Le Petit Larousse, 1998.
52
c.
Composition
La composition, dans sa définition, est "l'action, la manière de composer un tout en
assemblant les parties"79. L'habitat groupé pourrait être comparé à un "corps composé"
(terme utilisé en chimie), terme qui désigne un corps formé par une combinaison de
plusieurs éléments. Que se soit sous forme de rénovation ou de construction, pour des
maisons ou des appartements, trois types d'espaces y sont présents et ont chacun une
utilisation bien précise.
1.
Les espaces privés
Représentés par les maisons familiales ou les appartements, ce sont les espaces dont
toutes familles faisant partie du groupe bénéficient. Il s'agit là d'espaces de liberté,
quant à leurs aménagements, à leurs habitudes, leurs envies (éducation des enfants,
rapports familiaux, etc.). Ils sont primordiaux car ils permettent à toutes les familles
d'être respectées dans leur mode de vie et de leur assurer une intimité, tout en vivant
entourées d'autres familles. Il n'est pas rare qu'elles possèdent une parcelle de jardin
ou une terrasse, considérée comme un espace privé.
2.
Les espaces intermédiaires
Ce sont les espaces "neutres" comme les escaliers, les couloirs, les chemins extérieurs,
etc. Ils sont ceux que tous utilisent de manière transitoire. Ces espaces ne sont pas
habités mais utilisés. Bien que secondaires, ils relient les espaces privés et collectifs et
favorisent les rencontres informelles.
3.
Les espaces communs
Ceux-ci sont des espaces de rencontre qui concrétisent l'aspect collectif de l'habitat
groupé. Ils sont présents dans les habitats sous diverses formes, salle commune (avec
cuisine, salon, parfois des chambres), jardin commun, potager, buanderie, caves,
parkings, garages, etc. Ils ne sont bien sûr pas tous utilisés de la même manière mais ils
représentent ce que les habitants veulent mettre en commun et partager.
La salle commune est un des éléments qui est le plus significatif de la collectivité. Elle
est utilisée par les habitants pour des repas, des réunions, des fêtes, des ateliers, etc.
Mais sa particularité réside dans le fait qu'elle peut tout aussi bien être utilisée par
des personnes extérieures (moyennant une petite location, si les habitants le
souhaitent).
79
Définition Le Petit Larousse, 1998.
53
D. Intégration
a.
L'intégration par rapport au quartier
Lorsqu'un habitat groupé décide de s'installer dans un quartier, il y a forcément une
modification architecturale dans le cas d'une rénovation, ou une modification de
l'environnement physique lors d'une construction. Ces modifications ont un impact sur
les habitants de cet environnement. C'est pourquoi fréquemment, pour ne pas dire à
chaque fois, on a pu remarquer une réticence de la part des habitants du quartier quant
à cette nouvelle installation. Elle s'explique par la méfiance que les habitants
développent à l’égard de ce type d'habitat. Cette méfiance est nourrie par plusieurs
facteurs :
-
la peur d'un gros chantier (quand construction il y a).
-
le fait qu'avec cette construction vienne s'installer un vaste groupe de personnes,
ce qui crée un effet de masse important
-
le bouleversement de la vie des habitants du quartier
-
dans le même ordre d’idées, la peur que la circulation du quartier n’augmente
fortement
-
le fait que les personnes qui achètent le terrain (pour construire), la maison ou le
site (à rénover) près de chez eux ne soient pas du quartier ou de la région
-
et en dernier lieu, mais qui n'est pas des moindres, le fait que les habitants du
quartier ont peur de ce nouveau concept que l'on appelle "habitat groupé", peur
d'une secte. Ce dernier facteur est le plus fréquent et même si les autres sont
absents (rénovation plutôt qu'une construction, seulement 5 familles,…), celui-ci
revient en première ligne dès que des habitants savent qu'un habitat groupé va
s'installer dans leur quartier.
La plupart des gens, qui entreprennent de s'installer dans un quartier pour fonder un
habitat groupé, savent que cette réticence existe et peuvent la comprendre. Il est vrai
que l'arrivée d'un tel concept, en prenant compte de son volume, des personnes qu'il
amène, etc., peut éveiller la méfiance de tout un chacun. Effectivement, peu de
personnes apprécient de savoir le terrain vierge accolé au leur, racheté dans le but d'y
construire plusieurs maisons. Surtout lorsqu'il s'agit d'un quartier habité par les
mêmes personnes depuis longtemps et qui se sont appropriées l'espace qui les entoure
au fils du temps.
Dans cette optique, certains habitats groupés ont fait l'objet de pétitions lancées par
les habitants du quartier. Cette solution de revendication de la part des autochtones
est un peu radicale mais c'était sans doute, à l'époque, leur seul moyen de se faire
54
entendre. Toutefois, en majorité, les habitats groupés qui en ont fait l'objet se sont
tout de même installés.
Il est assez difficile d'aller à l'encontre de cette réticence, peur ou méfiance de la
part des habitants. Une des pistes pour y remédier est de faire connaître ce concept
publiquement, ce qui est en train de se développer de plus en plus. On peut aussi
essayer d'intégrer les gens du quartier dans le projet (les mettre au courant) dès son
début. C'est-à-dire de les tenir informer des objectifs, de l'avancement,… tout au long
de la réalisation de manière à ce qu'ils puissent mieux le comprendre et ne pas être
surpris lors de la phase de construction. Les futurs résidents ne le font pas tous de la
même manière mais avec le même objectif, faire connaissance, rencontrer les autres
habitants et leur faire part de leur projet collectif.
Malgré ces démarches de communication, beaucoup restent perplexes vis à vis de ces
projets. Certains habitats groupés ne sont toujours pas vraiment intégrés dans leur
quartier après des années d’installation. Il paraît surtout évident que l'intégration dans
un quartier n'est pas uniforme, que certains habitants peuvent s'y habituer et intégrer
l'habitat groupé tout comme d'autres n'y arrivent pas. Il n'y a pas, ici, à trouver ou à
justifier qui a tord ou raison mais tout simplement à observer que ce concept par sa
nouveauté et son importance matériellement ne peut pas être intégré dans n'importe
quel endroit de n’importe quelle façon.
b.
L'organisation interne
Chaque habitat groupé à une organisation interne propre à ses habitants. Cependant,
ces organisations internes semblent être construites sur une base similaire, autour de
certains points centraux.
-
Tous les habitants mettent des choses en commun sur base volontaire. Cela peut
être revu à tout moment et varie selon les disponibilités de chacun.
-
Chacun se voit attribuer des tâches au nom de la vie collective.
-
Une journée de travaux communs à laquelle tous les habitants participent est
régulièrement prévue (souvent une fois par mois). Ils s'occupent de l'entretien
des espaces communs comme le jardin, des travaux de réparation,… Pendant cette
journée de travaux, les repas sont l'occasion de discuter de la vie quotidienne
dans l'habitat groupé.
-
Des rencontres sont organisées fréquemment pour discuter de la vie de l'habitat,
55
des problèmes, des envies de chacun, des soucis,… de manière à mettre les choses
au clair et à ne pas laisser les problèmes s'accumuler.
-
Des rencontres en petit comité s’organisent fréquemment dans les habitats
groupés. Les habitants nous ont dit avoir des relations privilégiées avec certains.
C'est pourquoi, ils organisent ensemble des dîners, des sorties et ce avec un petit
groupe et non avec l'ensemble de l’habitat groupé. – pour moi, ce n’est pas un point
de l’organisation interne
-
Des fêtes sont animées pour diverses occasions avec tous les habitants : Noël,
Nouvel An, anniversaire de la première pierre de l'habitat ou bien encore des
week-end avec l'ensemble des habitants (La Placette)…
c.
L'intégration de nouvelles personnes dans l'habitat groupé
Avant de parler de la manière dont de nouvelles personnes sont intégrées dans ce type
d'habitat, il est important de faire la distinction entre les personnes qui entrent dans
l'habitat en tant qu'habitant proprement dit et celles qui entrent dans l'habitat en
tant que personnes accueillies.
1.
Les nouveaux habitants
Lorsque l'on parle d'intégration de nouvelles personnes dans un habitat groupé, cela
implique inévitablement qu'il y a eu des départs. Il y a diverses raisons qui peuvent
motiver les départs, des raisons personnelles (divorces, séparations, envies de
voyages,…), des problèmes relationnels avec les membres du groupe qui peuvent
survenir au fils du temps ou bien encore incompatibilité avec le type d'habitat, etc..
La décision de quitter un tel groupe n'est pas chose facile puisque cela implique de
"perdre" un ensemble de personnes ainsi qu'un mode de vie. Pourtant lorsque
certains décident de s'en aller, le reste du groupe ne peut l'en empêcher et dans
l'ensemble ne veut pas l’en empêcher, même si c'est parfois assez difficile de faire
face au départ de personnes qui étaient à la base du projet : cela peut remettre en
question les objectifs et espérances que chacun avait mis dans l'habitat groupé.
Malgré la difficulté des départs, l'habitat ne s'arrête pas là. Bien que ce fût le cas
pour certains pour qui des départs ont entraîné l'échec de l'habitat groupé. En cas
de départs, il faut alors pouvoir aller de l'avant et intégrer de nouvelles personnes
au projet de manière à ce que celui-ci se pérennise dans le temps et que les
habitants puissent continuer à y croire.
Pour ce qui est de l'intégration proprement dite de nouveaux habitants, elle se fait
56
de différentes façons dans chaque habitat. Les critères ne sont pas les mêmes pour
tous : la manière dont on "sélectionne" les nouveaux arrivants, la manière dont on les
accueille, etc.… peuvent varier.
Lorsque une nouvelle personne (famille, couple) entre dans un habitat groupé, elle
sera, selon le cadre juridique de cet habitat et le souhait de l'ancien habitant (et du
reste du groupe) propriétaire ou locataire. Si elle est propriétaire, l'intégration au
sein de l'habitat groupé se fait en général très bien. C'est lorsque qu'elle est
locataire parmi des propriétaires que cela peut créer des tensions. Effectivement,
les personnes locataires peuvent ne pas s'investir de la même manière dans la vie
collective, ce qui est compréhensif dans un sens puisque ce logement ne leur
appartient pas. De plus, elle peut se sentir mal à l'aise d'être la seule locataire, et
n'ose peut-être pas s'exprimer de la même façon (elle n’est pas sur le même pied
d'égalité).
2.
Les personnes accueillies
Tous les habitats groupés ne sont pas ouverts à l'accueil de personnes. Cela dit,
quand c'est le cas, on peut rencontrer différents types d'accueil et d'invités.
Peuvent être ciblées les personnes en difficultés sociales, économiques, de
logements, ou autres. Tout dépend de ce que l'ensemble du groupe décide en terme
d'accueil.
Les habitants de ce type d'habitats groupés accueillent principalement des
personnes en difficultés pour pouvoir les soutenir et les aider durant un passage
délicat de leur vie. Cet accueil se fait dans des chambres prévues à cet effet, ce qui
permet aux personnes accueillies d'avoir un espace à elles, le temps de l'accueil.
57
V. Le lieu du stage
A. Présentation du lieu de stage :
a.
Historique
L'asbl "Habitat et Participation" a été fondée dans le courant de l'année 1982. Les
fondateurs de cette asbl sont des professeurs de l'Université Catholique de Louvain et
plus particulièrement dans les sections architecture et sociologie.
Deux types d'aspirations ont présidé à la fondation de l'asbl :
D'une part, à l'époque, l'éclosion récente de ce que l'on a convenu d'appeler les
"habitats groupés autogérés", a suscité parmi ses adeptes le désir de se rencontrer
pour échanger leurs expériences, conjuguer leurs efforts de réponse aux difficultés
(juridiques, techniques, économiques, etc.) inhérentes à ce nouveau mode de vie,
encourager l'apparition et le développement de nouvelles expériences analogues.
En 1980, les fondateurs de l'asbl sont à l'initiative d'une rencontre des "habitats
groupés" à Nivelles. Celle-ci constituera un premier temps fort dans cette voie.
"Habitat et Participation" se présente donc, en quelque sorte, comme instrument de
cette volonté d'échange qu'ont les porteurs de projets.
D'autre part, quelques architectes et chercheurs ouverts aux expériences
"participatives", aspirent, par leur présence dans l'asbl, à se mettre au service de
celles-ci. C'est dans l'optique d'une démarche "démocratique" qu'ils s'engagent à
mettre en place une consultance architecturale, mais aussi une réflexion sur la
"participation". Et ce dans le but de confronter sans cesse l'action des habitants à un
effort de conceptualisation et de façonner de la sorte des outils d'analyses bénéfiques
aux expériences elles-mêmes.
b.
Objectifs
Pour démarrer ce projet, une équipe de 9 collaborateurs est mise sur pied. Ceux-ci ont
pour objectifs de travail des actions dans trois domaines : la recherche sur la
"participation", le recueil d'informations ainsi que l’information du public. C'est pourquoi
à long terme, les objectifs de l'asbl seront de créer un réseau reliant des expériences
participatives ayant des intérêts similaires et permettant un échange continu
d'informations, rechercher des connaissances et informations nouvelles sur la
participation dans le domaine de l'habitat, aider à la mise en application de démarches
favorisant les pratiques participatives.
58
L'asbl "Habitat et Participation" a pour objet de promouvoir les processus
participatifs décisionnels interactifs, supposant la mise en œuvre d'un dialogue et
d'un partenariat.
→ "processus" signifie mettre en œuvre des changements ou des projets qui ont un
caractère durable dans les formes d'organisation ou les changements de mentalité.
→ "participatif", avec la participation de l'ensemble des acteurs concernés (décideurs,
publics, acteurs "techniciens", personnes concernées ou intéressées).
→ "décisionnel" parce que, pour nous, la participation réelle requiert des enjeux réels,
dont l'accès à un certain pouvoir décisionnel pour chaque acteur.
→ "interactif", c'est-à-dire par une relation de va et vient, de dialogue pour construire
des axes stratégiques par boucles de rétroaction avec l'ensemble des acteurs
(étapes de validation).
→ de plus en plus convaincu de l'intérêt des partenariats, l'association développe ses
activités, entre autres, par le travail en réseau, la recherche de connaissances
nouvelles, l'élaboration d'études et enquêtes, l'accompagnement de démarches
favorisant les pratiques participatives, y compris par le biais de formations
adaptées aux acteurs de terrain.
Il s'agit en d'autres termes :
- d'aider les acteurs, les porteurs de projets dans le domaine de l'habitat groupé
ainsi que dans celui de la "participation" en assurant un accompagnement
- d’assurer un accompagnement des comités d'habitants, des travailleurs sociaux dans
leurs démarches mais également de leur donner des outils pour renforcer leurs
pratiques ou se défendre face aux pouvoirs publics.
- parallèlement, cette expérience de terrain permet à l'asbl d'être dépositaire d'un
message d'information à porter aux pouvoirs publics dans l'optique de changements
favorables à la population concernée
- de travailler en réseau (volet militant) dans le domaine du "droit à l'habitat"
c.
Domaines d'intervention
1.
L'habitat, le logement
Dans la même optique de vocation première de l'ASBL qui était de promouvoir la
participation des habitants au sein de leur habitat (environnement), Habitat et
Participation mène aujourd'hui encore des projets d’habitat en laissant une grande
place à la participation des futurs locataires ou futurs utilisateurs de cet espace.
59
2.
L'espace public
Assez rapidement, les travaux de l'asbl ont été liés à l'aménagement d'espaces
publics (place de village, traversée d'agglomération, etc.). C'est pour eux, une
manière privilégiée d'entamer des processus participatifs avec les habitants et si
possible les utilisateurs de ces espaces. Dans tous les cas, ils ont mis un point
d'honneur à privilégier les solutions initiatives plutôt que coercitives.
L'apprentissage de l'espace public a le grand avantage d'être extrêmement concret
pour les personnes et de les toucher dans leur quotidien (la place qu'ils traversent
chaque matin, le parc où ils se promènent, etc.).
3.
Le développement local
Ayant mené de nombreux travaux dans le domaine du développement local urbain ou
rural, ils sont persuadés qu'une approche plus globale des problématiques (traiter la
dimension sociale avec la dimension économique ou la dimension habitat) est
favorable à la découverte de solutions réelles. De même que le travail sur un
territoire donné (à définir en accord avec le vécu des individus) est capital.
4.
L'exclusion sociale
Après avoir abordé le domaine du logement et de l'espace public, l'asbl fut
sensibilisée à la problématique de l'exclusion sociale. Au travers de celle-ci, il s'agit
toujours, pour eux, de promouvoir les processus participatifs (ainsi que donner des
outils ou méthodes) auprès des populations moins nanties financièrement et/ou
culturellement, qu'il s'agisse du sans domicile fixe, du handicapé, de la personne
âgée ou encore tout simplement de la personne qui se sent "exclue" du débat qui la
concerne. C'est en quelque sorte la revendication pour tous du droit de ne pas "être
agi".
5.
L'innovation sociale
Depuis 2001, l'asbl s'intéresse tout particulièrement à l'innovation sociale dans les
pratiques sociales. Il leur est apparu que tant pour les praticiens de terrain que
pour les personnes qui les soutiennent (ceux qui attribuent les subsides),
l'innovation sociale reste une nébuleuse. L'objectif d'Habitat et Participation est
de définir plus concrètement pour et avec les praticiens de terrain ce qui est
60
innovant et n'est dès lors pas repris dans les créneaux actuels de subsidiation, voire
créer un fonctionnement à la marge de la légalité. Ils travaillent également avec les
responsables politiques de façon à définir ce qui est innovant, tenter de l'approcher
et de le mesurer pour pouvoir davantage soutenir cette innovation sans pour autant
cadenasser la dynamique.
d.
Outils et méthodes de travail (pour promouvoir la participation des citoyens).
1.
Formations et animations
L'asbl propose son appui pour structurer les démarches participatives des
personnes ou des groupes. Il s'agit de concevoir des outils et des méthodes
adaptées à chaque demande pour permettre aux projets de se dérouler de manière
plus participative tout en tenant compte des impératifs d'efficacité liés à ces
demandes.
2.
La participation
L'asbl a voulu, dès son origine, promouvoir une prise de conscience chez tout
concepteur de projets urbanistiques et architecturaux de l'importance à prendre en
compte l'avis des habitants pour la création ou l'aménagement de logements et
espaces qu'ils auront à s'approprier. Pour l'asbl, aujourd'hui encore, le citoyen a
plus que jamais non seulement le droit, mais aussi le devoir de participer à la vie de
notre société qui est sans cesse en mouvement. De plus, l'asbl met l'accent sur le
fait que la participation est un objectif à atteindre dans une société de démocratie
représentative ainsi qu'une méthodologie pour développer des projets à long terme.
3.
Le travail en réseau
L'asbl s'est créée avec pour finalité de favoriser le travail en réseau, notamment en
matière de pratiques participatives. La définition que donne B. HAVERKORT, réseau
ILEIA, du terme de réseau est la suivante : "Un réseau est un groupe quelconque
d'individus ou d'organisations qui, sur base volontaire, échange des informations et
des biens ou implante des activités conjointement pendant que l'autonomie de
l'individu reste intacte."
C'est dans cette optique que les travailleurs de l'asbl œuvrent et tentent de créer
des réseaux en ce qui concerne la participation ainsi que l'appropriation de l'espace
public par la population.
61
4.
L'évaluation et l'auto-évaluation
Ayant été plusieurs fois amenée à réaliser des travaux d'évaluation de politique
publique ou de projets de terrain, l’asbl Habitat et Participation est persuadée que
l'évaluation par les acteurs eux-mêmes du projet est incontournable en plus des
autres types d’évaluations réalisés. C'est pourquoi, plus que l'évaluation, ils mettent
en œuvre l'auto-évaluation qui doit déboucher non seulement sur des constats par
rapport aux travaux réalisés, aux actions menées, mais aussi apporter des
propositions concrètes pour les faire évoluer.
5.
Les échanges d'expériences
Depuis sa création, Habitat et Participation a pour finalité de promouvoir l'échange
d'expériences en matière de pratiques participatives en lien avec l'habitat. Depuis
1992, l'association est devenue membre du réseau international (multilingue et
multithématique) d'échange d'expériences DPH (Dialogue et Documents pour le
Progrès de l'Homme). Ce qui permet à partir de ces échanges entre acteurs, la
réalisation de nombreux travaux et formations.
e.
Missions en cours
Les travaux actuels sur lesquels se penche l'asbl sont les suivants :
•
Créer un pôle de ressources sur l’habitat groupé, principalement en région
wallonne. Repérer les expériences, les analyser, aider ceux qui sont à la recherche
de telles solutions d’habitat, organiser une journée de rencontres avec les porteurs
de projet, créer un site Internet le plus exhaustif et interactif que possible. Un
cycle de conférences-débats–visites d'habitats groupés est pour le moment en
route afin de faire découvrir ce nouveau pôle ressources sur l’habitat groupé en
région wallonne et montrer la variété des approches et sujets en lien avec ce type
d’habitat (Soutien : Cabinet Antoine)
•
Réaliser
une
valisette
d’outils
et
d’informations
pour
favoriser
l’action
collective, notamment face à des problèmes juridiques. Créer des outils
d’animation appropriés, réfléchir à partir d’expériences concrètes issues de 4 pays,
proposer des documents de synthèse d’approche du droit. (Soutien : Programme
SOCRATES, Cabinet Vienne et Action Vivre Ensemble)
•
Réaliser un module de formation pour les travailleurs sociaux sur la thématique
62
de l’accompagnement social en matière de logement : à partir d’échanges
transfrontaliers entre travailleurs sociaux belges et français. (Soutien : Programme
INTERREG, Cabinets Vienne et Antoine)
•
Faire progresser la faisabilité de l’habitat solidaire en Belgique. Etudier et
proposer de nouveaux dispositifs juridiques pour faire face à la perte ou la
diminution des revenus de remplacement en cas de logement en habitat groupé.
Analyser les implications juridiques et budgétaires de l’existence d’un « habitat
solidaire » pour certaines personnes. (Soutien : Cabinet Dupont)
•
Organiser une journée d’animation sur la thématique de la participation des
publics moins mobilisables dans le développement local. Cette journée s’inscrit
plus largement dans la création d’une plate-forme belge pour la participation des
habitants dans le développement local. (Soutien : Fondation Roi Baudouin)
•
Promouvoir un premier prototype d’habitat bois pour les résidents des campings
(habitat permanent) en région wallonne. Suite à l’étude de faisabilité réalisée en
2003-2005 avec le soutien du Cabinet Happart, tenter de promouvoir une première
auto-construction avec le public visé, filmer les étapes de cette réalisation.
•
Etre à disposition de groupes, associations qui veulent organiser des animations
sur des thématiques proches de leurs préoccupations, exemple, en 2006, habitat
groupé pour les personnes en précarité sociale avec le Relais social de Liège –
participation locale en milieu rural avec la Maison de l’Urbanisme de Marche en
Famenne – méthodes d’accompagnement social collectif avec des fonctionnaires de
la Métropole lilloise.
B. Travail pendant le stage
Lors de ma période de stage au sein de l'asbl Habitat et Participation, la préoccupation
principale de l'association était de mettre en route le projet "Pôle ressources sur
l'habitat groupé".
"Pourquoi un pôle ressources sur l'habitat groupé?’’
Cela s'explique par un retour en force de l'engouement pour l'habitat groupé, 30 ans
après sa première vague, dans les années '70. Est-ce un phénomène de mode? Une
réponse à des difficultés financières d'accès au logement? Un besoin de collectif et de
solidarité?
L'habitat groupé, concept flou, en dehors de tout cadre réglementé, suscite un
questionnement multiple : architecture – aspect juridique – patrimoine – aspects sociaux
63
– environnement - …
Ce pôle ressources permettra de rendre accessible à tous des informations diverses,
des espaces de réflexion et des pistes méthodologiques de réalisation concrète"80.
Dans un premier temps, au sein de ce projet, il m'a été demandé de répertorier avec le
plus de précision possible les habitats groupés existants en région wallonne. Cette
première tâche avait pour but de me familiariser avec le concept d'habitat groupé ainsi
que de pouvoir en observer les diverses représentations.
Dans un deuxième temps, mon investissement dans l'association fut de répondre à une
demande qui était formulée par un habitat groupé pour personnes vieillissantes, Le Petit
Béguinage de Louvain-La-Neuve. Leur demande initiale était assez vague puisqu'elle
consistait à répertorier les habitats groupés pour personnes vieillissantes uniquement
(en région wallonne) afin de mettre en place, dans un futur proche, un groupe de
réflexion sur ce type d’habitat. L'asbl leur a dès lors proposé un projet de recherche
en trois phases:
1. Identification des projets : ceux concernant exclusivement la problématique de
l'habitat groupé pour les personnes vieillissantes en se focalisant sur trois types
d'habitats groupés :
+ les habitats groupés POUR personnes vieillissantes
+ les habitats groupés intergénérationnels INTEGRANT des personnes vieillissantes
+ les habitats groupés créés de longue date COMPRENANT aujourd'hui des
personnes plus âgées qui avaient fait le choix d'un habitat groupé plus jeunes et
qui s'y trouvent encore.
2. Analyse des projets : réalisation d'un questionnaire-type avec les membres du Petit
Béguinage pour cibler les questions clés à aborder. Ce questionnaire a été envoyé à
tous les habitats groupés recensés en phase 1 et analysé après réponses. Les
principales thématiques abordées dans ce questionnaire étaient l'intégration de
l'habitat et de ses habitants dans l'environnement, la motivation à l'entrée et dans
la durée, la dimension spatiale d'un tel habitat ainsi que les formes juridiques et le
montage financier de ce type d'habitat.
3. Mise sur Internet. Après avoir collecté et traité les données, les résultats
devraient être mis sur Internet afin que les informations recueillies puissent être
consultées par toute personne intéressée par le sujet (avec l'accord des personnes
80
Équipe d'Habitat et Participation dans une présentation du projet (fascicule, création d'un pôle ressources sur
l'habitat groupé en Région wallonne).
64
rencontrées). Directement sur le site de l'asbl, il est convenu de mettre l'ensemble
des données récoltées dans ce travail, complétées de données antérieures obtenues
via des travaux de l'association.
Ma participation au sein de l'association Habitat et Participation fut la réalisation de ce
projet pour Le Petit Béguinage. Pour ce faire, je me suis limitée dans le nombre
d’habitats groupés interrogés puisque j'ai opté non pas pour une recherche quantitative
mais pour une recherche qualitative. Les raisons de mon choix sont multiples et je vous
invite à les découvrir et à comprendre ma démarche dans le chapitre suivant.
65
VI.
Introduction de la recherche
A. Idée centrale de la recherche
Les habitats groupés interrogés lors de mon stage avaient tous une durée de vie entre
10 et 33 ans.
La question sur la pérennité de telles initiatives m'a de suite interpellée.
Les projets d'habitats groupés ont sans aucun doute une certaine volonté de "durée",
en ce sens que l'investissement qu'il faut mettre à sa réalisation de par son ampleur
spatiale et relationnelle est conséquent. Le temps et la patience sont requis, encadrés
par la rigueur en ce qui concerne les relations d'organisation interne.
L'existence actuelle des habitats interrogés prouve la pérennité possible de ce type de
vie. Ce qui entraîne une seconde question à savoir :
Comment un habitat groupé évolue-t-il selon les motivations de ses habitants et
relations interpersonnelles qu'ils entretiennent? Quels éléments peuvent être pris en
considération lors de la création d'un habitat groupé pour en favoriser sa durée dans le
temps? Et d'après l'évolution du projet quelles en sont les différentes étapes?
B. Méthodologie de recherche
a.
La méthode
La méthodologie mise en œuvre dans ce travail de recherche va être présentée de
manière détaillée dans ce paragraphe.
Les matériaux utilisés dans ma partie analytique sont essentiellement issus d'une
méthodologie qualitative. En sciences humaines et sociales, la recherche qualitative
privilégie le recueil de données non numériques, dans le milieu naturel des personnes
ressources et cela, pour en faire surgir d'éventuelles significations.
Contrairement à la méthode quantitative qui favorise plutôt l'utilisation de méthodes
rigides de collecte des informations et qui conduit à des interprétations relativement
objectives des résultats, la recherche qualitative est caractérisée par une grande
souplesse dans la façon d'obtenir les informations désirées et par une participation
importante du chercheur à l'interprétation des résultats81.
81
Ou vivre mieux; le choix de l'habitat groupé, opcit, pg.49.
66
Pour faire la différence entre les analyses quantitatives et qualitatives, certains
auteurs retiennent comme seule différence le fait que l'analyse qualitative repose sur
l'absence ou la présence d'éléments donnés, tandis que l'analyse quantitative pour sa
part recherche les fréquences des mots, des thèmes ou des symboles retenus. Dans
l'analyse quantitative, ce qui importe c'est "le nombre de fois". Alors que dans l'analyse
qualitative, ce qui importe c'est la nouveauté, l'intérêt, la valeur d'un thème et donc un
critère et une interprétation beaucoup plus subjectifs82.
Dans le cas présent de cette recherche, je me suis limitée aux habitats groupés sur le
territoire francophone belge et qui plus est sur une dizaine d'entre eux, ce qui ne
justifiait pas une recherche quantitative. Pour mener à bien cette recherche, j'ai
utilisé une technique d'interviews, d'entretiens. J'ai donc rencontré plusieurs
habitants, dans leur habitat groupé dans le but de récolter des résultats qui seront la
base de ma recherche.
L'objectif des entretiens avec les habitants vivant dans ces habitats groupés était de
pouvoir prendre connaissance de leurs avis quant à l'évolution de leur vie collective au
sein même de leur lieu de vie. Cette recherche accorde donc un statut important à la
parole des personnes. Elle m'a permis de découvrir leurs propres expériences (celles
dont elles ont choisi de me faire part) et de m'assurer de l'authenticité de leurs dires.
Effectivement, le fait d'être en présence des personnes lorsqu'elles évoquent des
souvenirs, relatent des faits ou bien encore nous font part de leur ressenti au travers
de toutes ces années de vie commune, nous permet de "capturer", d'être touché par
l'émotion de ces dires mais également d'être les témoins de ce qu'ils partagent.
Ces éléments nouveaux, leurs conseils, les leçons qu'ils en ont tiré sont également des
données qui peuvent sans aucun doute être bénéfiques, utiles, à toute personne voulant
se lancer dans un tel projet de vie. Je ne dis pas ici, que toutes les expériences sont
identiques et que via ces données les erreurs peuvent être évitées dans le futur, bien
au contraire, mais plutôt que l'expérience des anciens peut enrichir les réflexions et
actions des novices. Pensée qui semble être partagée par les personnes interviewées.
1. Aux méthodes sont liées les techniques
Il s'agit de fixer les objectifs poursuivis afin de trouver une cohérence entre la
82
Syllabus du cours de recherche de Mr Safi, EOS, pg. 39
67
vision théorique et la technique de recueil des données que l'on va employer83.
Commençons par les données, celles que j'ai pu récolter pour cette recherche
peuvent être classées selon leurs sources :
• des données de sources écrites : des données documentaires (revues,
littérature, articles de presse, newsletters émises par certains habitats
groupés, études sur le sujet, etc.)
• des données de source directe : des données récoltées "sur le terrain".
Ces données peuvent être classées en 2 catégories qui définissent la distance
qui sépare le chercheur des données :
-les données immédiates : le chercheur participe à la vie sociale du groupe auquel
il s'intéresse
-les données médiates : une ou plusieurs personnes viennent s'intercaler dans la
récolte des données, entre le chercheur et les données, jouant ainsi le rôle
d'intermédiaires. Selon le nombre d'intermédiaires, on parle de données
primaires, secondaires, tertiaires, etc. C'est donc ce type de données que j'ai
récoltés.
Afin d'obtenir ces données, présentées ci-dessus, j'ai au recours à une technique
d'interrogation. C'est par des interviews ou entretiens passés avec des habitants
vivant dans un habitat groupé, que j'ai pu récolter mes données. Je vais dans le
point suivant en décrire la particularité de mes interviews.
83
Cours de recherche, opcit, pg. 9.
68
2. Les étapes techniques de ma recherche
I)
Dans un premier temps, j'ai pris connaissance du projet des habitats groupés
que je voulais analyser via d'anciennes fiches d'expériences réalisées par
Habitat et Participation ainsi que d'anciens listings de diverses sources.
II) Après m'être familiarisée avec le sujet, j'ai pris contact par téléphone et par
e-mail avec les habitants de ces habitats groupés afin de leur proposer un
entretien pour leur soumettre les différents sujets que je voulais aborder
avec eux.
III) Ensuite, est venu le temps des entretiens avec les habitants, par groupe (focus
groupe).
IV) Et pour terminer, l’analyse des données récoltées pendant les interviews et
rédaction des résultats
Les deux premiers points ne sont pas très intéressants à développer contrairement au
troisième qui concerne les entretiens, qui constitue la base d'analyse de cette
recherche.
Les entretiens ou interviews se sont faits en groupe. Cette technique d'interview
groupée est née des considérations suivantes :
-
L'interview traditionnel est quelque chose de bien artificiel
-
L'interview implique une relation interpersonnelle et les réponses qui sont
données par les personnes interrogées sont, en partie, fonction de la nature de
cette relation.
-
Il y a une grande différence entre ce que les gens disent au cours d'un
interview et ce qu'ils font dans la réalité.
-
Il y a également une grande différence entre ce que les gens disent quand ils
sont en tête à tête avec l'enquêteur et ce qu'ils disent quand ils sont en
groupe.
C'est pourquoi, l'interview groupé est né, en tentant de créer une situation moins
artificielle, plus vraie. Au cours de ceux-ci, l'enquêteur joue le rôle d'animateur, de
meneur de jeu; il lance des questions, des thèmes de conversation, des sujets de
discussion ; il s'efforce de susciter une discussion générale (usage d'enregistreur)84.
Ce type d'interview est appelé le "focus groupe", méthode d'enquête qualitative rapide
qui fut développée en 1940 aux USA. Technique très privée en marketing, le focus
84
Cours de recherche, opcit.
69
groupe a été utilisé en sciences sociales à partir des années 80. Il est généralement
utilisé pour collecter des opinions et des attitudes concernant un sujet ou une
problématiques précise et confirmer des hypothèses préalablement émises sur ce
sujet85.
Les arguments qui ont motivé mon choix vers les interviews en groupe sont multiples et
répondent parfaitement aux avantages des interviews groupés sur les interviews
individuels. L'interview en groupe apporte une certaine dynamique à l'entretien qu'il ne
pourrait y avoir dans une relation de personne à personne. Effectivement l'enquêteur
est présent et donne une direction à la discussion mais entre eux les participants
s'interpellent, se répondent, des avis s'échangent et peuvent parfois s'opposer. Les
oppositions sont très enrichissantes autant pour l'enquêteur que pour l'ensemble du
groupe, qui peut ainsi réaliser ou cibler le(s) point(s) problématiques. Certains résidents
m'ont d'ailleurs fait part de la richesse que l'entretien leur avait apporté après avoir
vraiment entendu l'avis des autres ainsi que les différents qu'ils leur fallaient mettre
sur le tapis (entre eux) et régler.
Il faut toutefois noter que, lors de ces interviews, l'ensemble des habitants de chaque
habitat groupé n'a pas été présent. De même que pour certains interviews, nous n'avons
pu parler qu'à quelques personnes (couples, personnes seules), contrairement à d'autres
où tous les habitants ont participé. Cet aspect de nos rencontres a pu "fausser" en
quelque sorte nos informations, dans le sens où nous n'avons pas eu l'avis de tous. Cela
nous a également révélé que dans certains habitats groupés, des tensions sont
présentes ou bien encore que l'information a parfois du mal à circuler entre eux
(difficulté de communication ou pour se mettre d'accord).
Les multiples rencontres avec les habitants furent incroyablement révélatrices. Tout
d'abord en ce qui concerne la perception de la vie en habitat groupé, qui n'est pas la
même pour tous, ainsi que les difficultés et les joies d'un tel mode de vie. Ils nous ont
fait partager leur expérience de vie commune et nous ont permis d'avoir un aperçu de
ce qu'elle peut impliquer. Alors qui mieux qu'eux pouvait alimenter cette recherche sur
leurs motivations, leur vie collective, leur attentes, etc.?
Au travers de ces interviews en groupe, nous avons examiné plusieurs thématiques qui
sont les suivantes :
-
85
leurs motivations à la construction ou à l'entrée dans un habitat groupé ainsi que
Slocum. N., Participatory methods toolkits. A practioner's manual, Fondation Roi Baudouin, 2003.
70
leur évolution dans le temps.
-
leurs réflexions quant à leur avenir dans leur habitat ou ailleurs
-
le montage financier et la forme juridique d'un tel projet, quel est leur statut,
pourquoi et qu'est-ce qu'il implique au point de vue de la gestion quotidienne et
future
-
les dimensions spatiales, ce qui comprend l'architecture, l'agencement des
espaces ainsi que leurs utilisations
-
l'intégration de l'habitat groupé dans son environnement (quartier) ainsi que
l'intégration ou départ de personnes de l'habitat et leur fonctionnement interne
Les interviews se sont déroulés sur une période d'approximativement 3 mois. Durant
cette période, 12 entretiens ont été effectués, toujours chez les habitants (dans
l'habitat groupé afin de pouvoir le visiter). En majorité, les entretiens ont été réalisés
par deux enquêteurs ; pour les quelques-uns restant, je les ai réalisés seule. Toutefois,
le fait d'être deux dans ce type d'interview est bénéfique autant pour l'écoute que
pour la gestion du temps ainsi que pour la richesse des questions. Ces interviews ont
également pour atout, lorsqu'on sait les gérer, de laisser se dérouler la conversation
librement tout en ramenant occasionnellement l'attention sur certains sujets à
aborder. C'est au travers de ces échanges "hors sujet" que l'on peut découvrir des
choses insoupçonnées et vraiment découvrir le sujet traité. C'est sans doute l'avantage
le plus explicite de l'analyse qualitative, la découverte, ce qui induit inévitablement une
remise en question d'où une compréhension plus complète.
L'ensemble des interviews s’est déroulé dans les habitats groupés même, ce qui nous a
permis de visiter les lieux et surtout de pouvoir se rendre compte de l'ambiance qui
anime ce genre d'habitation (très différente parfois d’un habitat à l’autre).
Il faut tout de même ajouter que dans un premier temps (partie théorique), j'ai récolté
et compilé des informations au travers d'études, de dossiers, d'articles afin de me
faire une première opinion de la situation (ma propre opinion). Dans un deuxième temps,
je suis allée sur le terrain dans le but d'observer la réalité et essayer de la
comprendre. Cette étape s'est concrétisée via mon stage et mon enquête auprès des
habitants. C'est donc la combinaison de la théorie et de l'approche de terrain qui me
permet maintenant de répondre le plus pertinemment possible à mes questions de
départ.
En ce qui concerne la dernière étape, qui comprend les résultats et l'analyse de ceux-ci
71
: je me suis basée sur les quatre thématiques choisies au début de la recherche.
Il s'agit donc du cadre juridique, des motivations, des dimensions spatiales et enfin de
l'intégration. Je montre dès lors, dans cette étape, les résultats que j'ai pu tirer des
interviews. C'est qui est exprimé par les différents exemples rencontrés. Suit l'analyse
de ceux-ci, c'est-à-dire, de ce qu'ils ont pu m'apprendre ainsi que de leur intérêt.
b.
Présentation de l’échantillon de recherche : Noms/lieux des habitats visités
Ma recherche se base sur 12 habitats groupés dont j'ai pu rencontrer les habitants.
Tous se situent en Belgique et plus particulièrement dans la partie francophone du
pays.
Le tableau ci-dessous reprend les éléments importants caractérisant ces 12
habitats groupés.
Nom
Localité
Date de
Particularités
construction
1°Les Arbrelles
Braine-le-
1985-1986 (+/-
Hg de 6 familles avec un aspect
Château
20 ans
écologique (panneaux solaires)
d'existence)
2°Le Hameau
Rosières
Début des
Hg composé de 13 familles
années 80 (25
ans d'existence)
3°La Vieille Voie
Liège
de Tongres
4°L'Abreuvoir
Watermeal
Début des
Hg de 6 familles, basé sur un
années 90 (août
rassemblement de personnes qui
90, entrée pour
priaient ensemble (Hg est un moyen
tous)
plutôt qu'un but)
1975
Un des premiers hg qui a vu le jour
Boisfort
en Belgique, 14 appartements + 1asbl
et 1bureau d'architecture (auteur
du projet)
5°Le Jardin du
Etterbeek
1997
Béguinage
Hg pour personnes vieillissantes, 7
petites maisons individuelles (1seul
homme)
6°Le Petit
Louvain La
Béguinage
Neuve
1990
Hg pour personnes vieillissantes,
inspiration du Jardin du Béguinage,
6 maisons, 1 appartement
72
7°Le Collectif
Hannut
En 1988 et
Hg intergénérationnel, de transit
1990, rachat de
pour jeunes, définitif pour
bâtiments par
personnes vieillissantes. Plusieurs
un mécène.
maisons à des endroits différents
Thimister
Début des
Hg dans une seule maison, 4
(Liège)
années '70
appartements, 1 maison + 1asbl qui
d'Hannut
8°La Verte Voie
cohabite avec le logement (12 ou
13)9°L'Abbaye St
Près de Mons
Site racheté en
Hg sur un site historique, 21
Denis en
1978, habité en
appartements et maisons confondus
Broqueroie
1981
10°L’Abbaye Val
Val Dieu
Pas encore
Hg assimilé à une communauté
Dieu
(Aubel)
terminé
chrétienne (toujours en travaux),
maintenant : 2 familles, 3
célibataires
11°Le Bois Del
Limelette
Terre
Pas encore fini,
Prévu pour 5 familles et 1 personne
prévu pour la mi-
vieillissante + aspect écologique
2007
12°La Placette
b.
Wezembeek
20 ans, en
Composée de 11 unités + 2
Oppem
septembre 2006
appartements pour de l'accueil
Types d’habitats groupés
Au sein même des 12 habitats groupés visités, il existe 3 types différents :
I)
Les habitats groupés pour personnes vieillissantes
II)
Les habitats groupés intégrant des personnes vieillissantes
III)
Les habitats groupés comprenant des personnes vieillissantes : se sont
les habitats groupés créés de longue date et dans lesquels résident des
personnes de plus de 60 ans qui étaient à la base du projet.
Type d'habitat
Nom
Localité
Formes juridiques
groupé
Habitat groupé pour
Le Petit Béguinage
personnes
Le Jardin du
vieillissantes
Béguinage
Louvain la Neuve
Etterbeek
copropriété
ASBL (un bail
emphytéotique avec
le CPAS de BXL)
73
Habitat groupé
Le Collectif
intégrant des
d'Hannut
Hannut
achetées par un
personnes
vieillissantes
ASBL (maisons
mécène)
L'Abbaye St Denis
Mons
copropriété
Val Dieu
ASBL (bail
en Broqueroie
L'Abbaye Val Dieu
emphytéotique avec
l'ordre cistercien)
Bois Del Terre
Limelette
copropriété
Habitat groupé
Les Arbrelles
Braine le Château
copropriété
comprenant des
Le Hameau
Rosières
copropriété
Liège
copropriété
L'Abreuvoir
Watermeal Boisfort
copropriété
La Verte Voie
Thimister
coopérative
La Placette
Wezembeek Oppem
copropriété
personnes
La vieille Voie de
vieillissantes
Tongres
On peut se rendre compte via ce tableau que c'est au sein des habitats comprenant
des personnes vieillissantes que la représentation est la plus forte. Tout simplement
car ce sont les habitants de ce type d'habitat groupé qui sont les plus aptes, les
mieux placés à donner un avis concret (via leur expérience) sur les éléments
importants à prendre en compte lors de la construction d'un tel projet. Ils sont
également ceux qui ont le plus d’expérience de la vie en collectivité et peuvent dès
lors conseiller ou prévenir toute personne voulant se lancer dans un projet d'habitat
groupé, c'est-à-dire de vie en collectivité.
Ces habitants sont donc ceux que j'ai mis en priorité dans ma recherche (par
rapport à leur vécu), tout en n'ignorant pas les autres et en prenant en compte leurs
avis ou interventions.
74
VII.
Recherche sur l’habitat groupé
J’aborde ici la partie pratique de ma recherche.
Quatre thématiques vont y être traitées. Je reprends la structure de la partie
théorique, à savoir que je commence par le cadre juridique de l'habitat groupé, suivi
des motivations, des dimensions spatiales et je termine par l'intégration. Ces quatre
points ont donc été présentés théoriquement dans le titre IV. Je vais ici les illustrer et
les analyser afin de tenter de répondre à certaines questions détaillées dans
l'introduction de chaque thématique.
A. Le cadre juridique : résultats et analyse
1° Nous allons d’abord illustrer les différents types de cadres juridiques, présentés
dans le titre IV, par des cas concrets rencontrés dans notre échantillonnage de
recherche.
2° Nous allons ensuite mettre en avant celui que nous avons rencontré le plus souvent, le
plus récurrent, et pourquoi l'est-il.
3° Nous tenterons enfin de répondre aux questions suivantes :
Pourquoi le choix d'un tel ou d’un tel cadre juridique? Avantages et inconvénients.
Comment le cadre juridique influence t-il la vie collective des habitats groupés?
a.
Illustrations des cadres juridiques par des cas concrets
1.
Dans le cas où les habitants sont propriétaires
I) La COPROPRIETE
Les investissements
Dans l'habitat groupé l'Abreuvoir, "Tout le monde a mis une part pour la maison
personnelle en fonction de ce qu'il pouvait et dans les actes notariaux, une
distinction est faite entre les parties communes normales (les cages d'escaliers,…)
et les parties communes spéciales (la salle commune, le jardin, la buanderie…)"86.
86
Mme Bonitz, habitante de l'Abreuvoir, interview du 7 février 2006, Boisfort, page 5.
75
Voici ce que dit un habitant des Arbrelles quant aux parties privées et communes :
"Chaque famille a la possibilité d'avoir sa propre maison familiale. Donc chacun peut
vivre ses relations familiales librement, comme bon lui semble. Ce que l'on met en
commun, c'est sur base volontaire, ça dépend de ce que le groupe décide de faire,
pendant combien de temps et peut être à tout moment révisable"87.
A la Vieille Voie de Tongres, les résidents ont eu une proposition d’achat d’un
habitat avant de construire mais l'ont refusé pour deux raisons : tout d'abord parce
que c'était une grosse bâtisse dans un quartier d'habitations sociales ("ce n'était
pas tout à fait l'image que l'on voulait donner de proximité, d'ouverture,
d'accessibilité…"88) et ensuite, parce qu'ils devaient signer un bail emphytéotique de
99 ans ("Ce fut une grosse décision à prendre car, pour une partie de nous, c'était
important de pouvoir transmettre sa propriété à ses enfants"89).
Pour ce qui est de la question des habitations, deux choix s'offraient à eux : soit
des habitations adaptées aux besoins des familles, soit des entités identiques. C'est
la deuxième solution qui fut adoptée. "Nous avons donc opté pour 6 maisons
totalement identiques, de même cubage. Certains y vivent avec 4 enfants, d’autres à
deux."90. Ils ont fait ce choix dans une optique d'uniformité.
La prise de décision
Dans le Hameau, "On discute jusqu'à ce qu'il y ait un compromis, qui évidemment en
déçoit certains mais ça fait partie du principe du compromis. C'est ce qu'on appelle
la démocratie. Il faut respecter la décision de la majorité ce qui n'est pas toujours
évident"91. De ce fait, il y a souvent des décisions qui traînent ("Au fond on
n’applique pas vraiment le quota décidé dans l'acte de base. On attend qu'il y ait une
unanimité et quand il n'y en a pas, on gèle l'histoire. Dans l'acte de base, la majorité
est de 11/13 mais dans certains cas, on ne va pas contre les deux qui ne sont pas
d'accord. On se connaît donc pourquoi irait-on contre l'avis d’une personne et d’une
autre. On essaye donc d'avoir l'avis de tout le monde").
Comme quoi prendre des décisions en groupe n'est pas toujours facile et que même
les plus petites décisions peuvent être problématiques surtout lorsque l'on veut
87
Porteurs de projets des Arbrelles, interview aux Arbrelles, le 10 décembre 2005, Braine le Château, page 3.
88
Mr Schenkelaars, porteur de projet, interview à L'Abbaye de Val Dieu, le 6 janvier 2006, page 2.
89
opcit
90
opcit
91
Guy Verwacht, habitant du Hameau, interview au Hameau, le mardi 20 décembre, 2005, Page 3.
76
contenter tout le monde (ici, par exemple, pour repeindre les boîtes aux lettres, la
décision a été gelée!). Le fait de connaître et de vivre avec les gens de manière
assez proche, peut poser des problèmes lors de la prise de décision, il s’agit de ne
vexer personne, de ne pas créer de conflits.
L'avis d'une des locataires au Hameau, Myriam Robbe, locataire depuis 5 ans : "Je
trouve que ça discutaille toujours beaucoup et j'ai été surprise. Mais c'est vrai que
dans un grand immeuble on décide au pourcentage parce qu'on ne connaît pas les
gens, on applique juste le règlement. On ne sait pas contre qui on vote, alors qu'ici
on le sait".
Dans le cas de La Vieille Voie de Tongres, "chaque famille ou célibataire a 2 parts
dans la copropriété (2 voies), donc 12 voies en tout. Le notaire nous disait avoir une
copropriété un peu lourde dans le sens où il faut qu'on ait les 5/6 d'accord pour
changer les choses"92. Il est vrai qu’avoir 5 personnes d'accord sur 6, n'est pas
évident dans tous les cas. Cela demande, bien souvent, de longues heures de
palabres.
A La Placette, toute décision est prise par consensus collectif, et non par vote sauf
en cas de vente ou de location, il faut alors avoir les 3/4 des voix ou l’unanimité dans
le cas des décisions très importantes.
En cas de vente de parties privées
A l'Abreuvoir, en cas de vente d'un appartement (habitants qui partent et qui ne
veulent pas garder leur part), les résidents ont la priorité à l'achat. Toutefois, s’ils
ne veulent pas acheter, ils ont leur mot à dire concernant les nouveaux habitants.
Ils précisent : "On peut donner son avis, mais c'est un droit pour tous de trouver du
logement et de venir éventuellement ici. Donc nous n'avons pas à choisir la personne
qui achète! De toute façon, aucune des personnes qui est entrée à l'Abreuvoir,
n'était tout à fait inconnue des autres habitants"93.
Aux Arbrelles, ils sont en copropriété "pure et dure", comme ils disent. Leur notaire
leur avait conseillé de vraiment rester dans les lignes de la loi de manière à ce que
lorsqu'un propriétaire revend sa part, ce soit "nickel, clean". Il revend sa propriété
92
Mr Schenkelaars, opcit, page 3.
93
Mme Bronitz, opcit, page 5.
77
personnelle et ses parts, ce qui ne sort pas du carcan juridique et est la meilleure
façon d'éviter tout problème. "On peut revendre à n'importe qui juridiquement,
mais il y a aussi le fait que ce doit être accepté par tous les autres propriétaires de
la copropriété. C'est dans ce cas, un accord moral entre tous!".
A La Vieille Voie de Tongres, le cas ne s'est pas encore présenté mais ils ont
toutefois précisé les droits des habitants si cela devait se présenter. Ils ont donc
un droit de préemption à prix égal et ont éventuellement un mot à dire par ce droit
sur tout qui intégrerait le groupe.
II) La COOPERATIVE
Parmi tous les habitats groupés visités lors de ce travail, nous n'avons rencontré
qu'un seul cas constitué en coopérative, La Verte Voie.
Cet habitat est né d'un rassemblement d'amis qui avaient tous besoin d'un logement
à l'époque. Ils ont choisi de se constituer en coopérative. Cette solution leur a paru
la meilleure pour plusieurs raisons : financière (tous investissaient la même somme),
cela leur permettait de les tenir soudés, ils étaient seuls gestionnaires de leur
habitat et pouvaient faire cohabiter du logement et des asbl.
Toutefois, seuls deux couples de cette bande d'amis qui comptait 7 unités ont
habité la maison. Les autres, célibataires au départ de l'aventure, se sont retrouvés
en couple mais avec des partenaires qui n'étaient pas intéressés par une forme de
vie collective. Ils sont, malgré cela, tous restés membres de la coopérative. Les
appartements ont été occupés par d'autres personnes "de passage".
Cette situation soulève des questions, depuis un certain temps, au dernier couple de
départ restant, d'une soixantaine d'années. La situation est pour eux préoccupante
car le jour où ils ne seront plus là, qui va reprendre le projet? Ils essaient de
trouver une solution et sont notamment en train de réviser les statuts afin de
passer de leur statut de coopérative à celui de société coopérative à responsabilité
limitée et à finalité sociale (intermédiaire entre l’ASBL et la société coopérative).
"On voudrait bien que le projet d’habitat groupé continue mais sans qu’il soit l’objet
d’une nouvelle spéculation financière. Et dans un deuxième temps, pour que les
nouveaux coopérateurs aient moins de parts que les anciens afin que ces derniers
puissent récupérer ce qu’ils ont investi "94.
94
Porteuse de projet de La Verte Voie, interview à La Verte Voie, le 3 mars 2006, page 1.
78
2.
Dans le cas où les habitants sont locataires
I) L’ASBL
Gestion, achat des bâtiments, etc.
En 1910, fut construite la Cité Jouret-Rey, à Etterbeek. Elle fut un jour réaffectée
en un hospice pour personnes âgées. Les lieux appartenaient alors à l'Assistance
Publique de Bruxelles. C'est suite à l'abandon et au squattage des lieux que dans les
années 90, trois asbl se sont battues côte à côte pour investir et rénover les
bâtiments. Ces trois asbl ont chacune leur vocation propre : appartements
thérapeutiques (Arémis), accueil de mamans avec enfants, handicapés légers,
familles ou jeunes en situation précaire (Les Trois Pommiers), initiative
d'habitations solidaires (habitat groupé) pour personnes vieillissante (Le Jardin du
Béguinage).
Ces 3 asbl prônent une plus grande ouverture sociale et ont la volonté de réinventer
une vie en ville moins individuelle.
Apparemment, il y a eu beaucoup de problèmes entre la commune d'Etterbeek et la
ville de Bruxelles quant à l'appartenance du terrain. Le montage financier fut
également assez long entre les trois asbl. Deux des associations possèdent un
pavillon (8 maisons) de l'îlot, Les Trois Pommiers en possède deux. A l'intérieur de
ceux-ci, un jardin commun. Il est d'ailleurs plus que commun, il est public. Il est la
propriété de l'IBGE95, qui est responsable de son entretien.
Pour ce qui est de l'asbl Le Jardin du Béguinage plus particulièrement, une partie
des habitants font partie du conseil d’administration. C'est, depuis toujours, un
souhait du président et les habitants en sont très contents car cela leur permet
d'avoir également l’avis de personnes extérieures.
Dans le cas du Collectif d'Hannut, c'est une asbl qui s'occupe de la gestion des
bâtiments, de la sélection des personnes, du suivi moral et administratif, etc.
Toutefois, c'est avec l'aide de mécènes qu'elle est parvenue à construire ce projet.
La présidente de l'asbl précise : "le coup d'envoi du collectif correspond à un
moment où le mécène de départ avait le logement comme préoccupation. Il n'avait
investi, jusque là, qu'en milieu urbain et était intéressé par un projet en milieu rural.
Nous l'avons rencontré, fait visiter la maison et il l'a achetée. Il l'a transformée en
95
IBGE sont les initiales de l'Institut Bruxellois pour la Gestion de l'Environnement.
79
bureaux (pour les travailleuses), en pièces collectives et en trois appartements "96.
Ce mécène a donc acheté et transformé le bâtiment et prends les charges à son
compte. L'asbl, elle, bénéficie des locations, ce qui lui permet de fonctionner. De
plus, elle est reconnu comme "association de promotion du logement" et est donc
subsidiée.
Plus tard, l’asbl a acheté avec l'aide de la Loterie Nationale, de la Région Wallonne
et de mécénats, la maison d'à côté ainsi que celle de derrière, ce qui leur fait
maintenant un petit îlot.
L'Abbaye Val Dieu, a, quant à elle, une structure un peu particulière. L'ensemble de
l'Abbaye est la propriété d'une ASBL qui s'appelle "Abbaye Val Dieu" dont les
membres font partie de l'ordre cistercien (abbés et abbesses).
La communauté cistercienne du Val Dieu (ASBL composée des habitants de l'habitat
groupé) a un bail emphytéotique avec la première ASBL pour l'occupation des locaux.
Une troisième ASBL, "L'Accueil", gère toute l'activité économique du site (magasin,
visites, etc.). Elle emploie 7 membres de la communauté. Une des sources de revenus
est bien sûr la bière et le fromage qui portent le nom "Val Dieu". Ces revenus
servent à entretenir le patrimoine (la toiture, etc.). Pour ce qui est de l'entretien
des bâtiments classiques (patrimoine classé), c'est l'ASBL "Abbaye Val Dieu" qui le
prend à sa charge. Les habitants, eux, doivent prendre à leur charge le quotidien.
Les habitants ont donc un bail emphytéotique avec l'ASBL "Abbaye Val Dieu". Ils
disposent des lieux et doivent en contre partie, rénover les habitations qu'ils
veulent intégrer et assurer l'entretenir le terrain
Les baux
Pour ce qui est des baux au "Jardin du Béguinage", il y a tout d'abord un accord
(bail) entre la commune et la ville de Bruxelles. L'asbl, elle, sous-loue à la commune,
avec un bail emphytéotique. Les habitants sont donc locataires de l'asbl. Deux
contrats successifs d'un an leur sont proposés qui se transforment ensuite en un
contrat à durée indéterminée, comme le prévoit la loi.
Le loyer demandé aux habitants n'a pas été indexé depuis le début, il s'élève à 310
euro par mois par maisonnette. En ce qui concerne les frais généraux (corniches,
assurance incendie, etc.), c'est l'asbl qui les prend à sa charge, tout comme le ferait
un propriétaire.
96
Présidente du Collectif d'Hannut, interview à Hannut, le lundi 19 décembre 2005, Page 1.
80
Pour le Collectif d'Hannut, les plus jeunes habitants ont la possibilité d'avoir des
baux à court terme (bail d'un an renouvelable une fois), ce qui permet un mouvement
constant des jeunes. Les personnes vieillissantes, elles, signent des baux à long
terme. "Les personnes âgées signent pour un an et si ça se passe bien de part et
d'autre, alors on part sur un contrat à plus long terme. On ne va pas demander aux
personnes âgées de déménager tous les deux ans!"97. La durée n'est donc pas la
même pour tous les publics, car les besoins sont différents d’un cas à l'autre. Il leur
faut donc adapter leur fonctionnement.
Il y a également dans l'ensemble des bâtiments que le Collectif possède, des
logements (dans le centre) qui sont. Le loyer en est calculé sur base des revenus. Ils
sont donc accessibles à des personnes en précarité mais ne sont pas dans la même
dynamique collective que les autres (logements individuels mais ils peuvent
participer aux activités collectives).
Les habitants qui intègrent ces logements d'insertion ont un statut "d'isolés". Ils
ont des logements distincts et chacun une boîte aux lettres à leur nom.
3.
La charte
A La Vieille Voie de Tongres, ils ont rédigé une charte de 2 pages. Elle dit par
exemple :
- l'habitat essaie de s'inspirer de la tradition bénédictinne, de la règle de Taizé
- les habitants s'engagent à rester et à faire partie de la vie communautaire plus
ou moins régulièrement
- les familles gardent leur autonomie tant financière que "éducationnelle"
A La Placette, les habitants sont, pour le moment, en discussion quant à la rédaction
d’une charte. Ils ont déjà essayé auparavant mais sans trouver exactement les mots
qui leur convenaient. Les raisons pour lesquelles ils tentent de rédiger une charte
sont une manière de présenter clairement l’habitat à d’éventuels arrivants, une
manière pour les habitants d’essayer de se définir en prévision de l’avenir. Ils ont
commencé par proposer un questionnaire à tous les habitants de la Placette, même
aux plus jeunes (4-5 ans), et sont maintenant dans la phase de rédaction (en se
posant encore la question de son intérêt et de ce qu’ils voudraient y dire).
b.
97
La forme la plus rencontrée
Assistante sociale présente lors de l'interview, opcit.
81
En me basant sur le tableau de présentation de mon échantillon (2ème partie, les types
d'habitats groupés), je peux observer que la forme juridique la plus rencontrée est
celle de la copropriété. Il s'agit de la forme juridique dans laquelle les habitants sont
propriétaires de leur habitat. Et qui selon eux est le cadre juridique le plus fort.
La coopérative, quant à elle, est très peu fréquente. Sur les douze habitats groupés
auxquels je me suis intéressée, un seul est constitué en coopérative. De même que dans
le listing (recensement des habitats groupés en Wallonie en 2006) établi par Habitat et
Participation, très peu ont opté pour ce statut.
Pour les habitats groupés dans lesquels les habitants sont locataires, je ne suis pas en
mesure d'avancer quelle est la forme juridique la plus courante. Mis à part que pour les
deux que j'ai pu visiter, c'était une asbl qui avait la gestion administrative de l'habitat.
La gestion interne était de la responsabilité des habitants (Jardin du Béguinage) ou
partiellement (Collectif d'Hannut).
Dans le premier cas, le Jardin du Béguinage, c'est un habitat groupé pour personnes
vieillissantes. Il répond à un "moment de vie"98. Après 60 ans, ces personnes ont besoin
de se trouver dans un structure collective mais tiennent à garder leur autonomie, c'est
pourquoi elles se dirigent vers de l'habitat groupé pour personnes vieillissantes. Le fait
d'assurer elles-mêmes la gestion interne de leur habitat (relations, organisations,
services, etc.) est le reflet de l’autonomie qu'elles veulent toutes préserver (être
gestionnaire de leur mode de vie).
Dans le deuxième cas, le Collectif d'Hannut, cet habitat groupé est destiné à divers
publics. Et ce depuis son évolution vers de l'habitat groupé intergénérationnel. Il tente
de répondre à un besoin de logement apparemment prégnant dans la région et plus
particulièrement pour les personnes en précarité. Cet habitat accueille des jeunes
seuls, de jeunes couples avec enfant, des familles et des personnes vieillissantes. La
durée des accueils, varie en fonction des publics et de leurs besoins. En ce qui concerne
la gestion interne, ils n'en sont que partiellement gestionnaires. Les assistantes sociales
s'occupent de l'encadrement, c'est-à-dire qu'elles sont présentes pour l'organisation,
le suivi personnel, etc. Mais elles ne planifient pas le timing des habitants, ni les
relations qu'ils entretiennent entre eux. Elles réfléchissent avec les habitants et non
pas pour eux. Elles essaient par exemple de trouver des activités collectives qui
correspondent aux attentes des habitants. Ce qui est alors demandé aux habitants,
c’est de faire preuve de bonne volonté et de manifester un intérêt pour certaines
activités dans lesquelles ils sont près à s'engager (participer, organiser, améliorer).
98
Fait référence au Chapitre II : différents types d'habitats groupés, pg. 15.
82
C'est bien sûr, la participation de chacun qui est importante afin de construire des
projets collectifs où tous s'y retrouvent.
c.
Pourquoi opter pour un cadre juridique, plutôt qu'un autre ? Avantages et
inconvénients
Je vais, dans ce troisième point, me focaliser sur les raisons qui poussent les habitants
d'habitats groupés d'initiative privée (dans lesquels, les habitants sont propriétaires) à
opter pour un cadre juridique plutôt qu'un autre.
Je ne m'occupe donc que des cas de la copropriété et de la coopérative et non pas des
différentes possibilités que l'on rencontre dans les initiatives publiques (où les
habitants sont locataires).
Comme énoncé dans le point précédent, la copropriété est la forme juridique la plus
fréquente. Elle est semble t-il plus avantageuse sur un bon nombre de points, mais tout
comme l'ensemble des cadres rencontrés, elle a également ses inconvénients. Ses
avantages et ses inconvénients sont donc des éléments importants quant à la
compréhension de son utilisation fréquente comme cadre légal.
1.
Avantages de la copropriété
→ A la réalisation : lors de la rédaction des statuts, la copropriété permet de
séparer nettement et indiscutablement les parties privés et les parties
collectives de l'habitat et de définir exactement les investissements financiers
(tantièmes). Les habitants sont alors totalement libres quant à l'aménagement
intérieur de leur habitat, la structure extérieure étant élaborée par l'ensemble
du groupe.
→ Dans la gestion de tous les jours : concernant cet aspect, la gestion quotidienne
varie d'une copropriété à l'autre. Tout dépend de ce que les résidents mettent en
commun. Toutefois, très fréquemment, en terme d'électricité, de chauffage et
d'eau, les habitants ont une formule commune qui leur permet de faire des
économies d'échelle.
Un autre aspect de la gestion quotidienne est le fait que les habitants aient leur
autonomie financière et familiale. Chacun vit chez lui comme bon lui semble et est
le seul gestionnaire de ses revenus.
→ En cas de départ : les parties privées et les parties collectives étant détaillées
dans le règlement de copropriété (état de division), lorsque quelqu'un décide de
quitter l'habitat, cette formule juridique facilite le processus de vente, à partir
83
du moment où les autres résidents acceptent le départ d'anciens et l'arrivée de
nouveaux. En ce qui concerne les démarches administratives, la clarté de l'état de
division (millièmes, tantièmes) empêche tous conflits financiers ou désaccords sur
la part d'investissement. Les éventuels nouveaux habitants rachètent la partie
privée des anciens (maison ou appartement) et doivent également reprendre les
parts collectives que les anciens avaient investies dans la copropriété. Ils
deviennent alors propriétaires et membres à part entière de la copropriété.
2.
Inconvénients de la copropriété
→ En terme d'héritage : c'est un élément important pour beaucoup d'habitants
rencontrés, le fait d'être propriétaire et de pouvoir transmettre sa propriété
aux générations futures. Dans le cas de la copropriété, il est vrai que l'on peut
transmettre sa maison mais les habitants transmettent aussi leur "implication
dans le projet". C'est-à-dire que les enfants (ou autres) héritent de la maison
privée mais également des parts communes. Ce qui n'est pas toujours évident si
les enfants n'ont pas l'envie de vivre un mode de vie collectif. Il faut alors
dissoudre la copropriété. Il est assez difficile et très peu fréquent de trouver
des personnes intéressées à reprendre en groupe un tel habitat. Dans le cas de la
dissolution, le projet d'habitat collectif disparaît alors pour laisser place à un
lotissement. Ce qui permet évidement de rentabiliser son bien.
En ce qui concerne la coopérative, nous n'avons rencontré qu'un seul exemple d'habitat
groupé ayant opté pour ce type de cadre juridique. C'est pourquoi, ce point n'exprime
de quelques idées de ce que peut avoir comme avantage ou inconvénient ce type de
cadre juridique. Les habitants de La Verte Voie, nous ont fait part de quelques
exemples qui illustrent en quoi, la coopérative peut être intéressant ou non.
1.
Avantages de la coopérative
Le fait que cet habitat soit constitué en société coopérative peut avoir une
influence quant à la perception des personnes extérieures sur celui-ci. En voici un
exemple pour lequel, cette vision de société coopérative est bénéfique : "toutes les
personnes qui ont habiter un moment à La Verte Voie et plus particulièrement les
personnes avec des revenus de remplacement ont toujours été considérées comme
des « isolées ». Et ce parce que cet « habitat groupé » a toujours été vu comme une
maison contenant des appartements séparés par les pouvoirs publics (police,
contôleur…).
84
2.
Inconvénients de la coopérative
Par leur statut de coopérative, il y a quelques petites choses dont les habitants ne
peuvent pas bénéficier car ils sont considérés comme une société avant tout.
Par exemple, les primes d’énergie, ils ne peuvent pas les recevoir car une société ne
peut en bénéficier. Alors que seuls, chacun de leurs côtés, ils pourraient.
Un Autre exemple : dans l’autre sens, est que pour les taxes d’immondices, l'ensemble
des unités (familles ou personne seule) doivent payer la taxe et non pas une seule taxe
pour tous. Alors qu’ils n’avaient pas beaucoup de déchets car ils ont un composte et
qu’ils récupèrent pas mal de choses.
B. Les motivations : résultats et analyse de ceux-ci
1° Tout comme dans la partie qui précède concernant les cadres juridiques, nous allons,
ici, illustrer certaines motivations citées dans la partie théorique (titre IV) par des
cas concrets rencontrés lors de nos interviews,
2° Essayer de cibler celles qui sont les plus fréquentes et à quoi elles répondent en
terme de demandes des habitants,
3° Afin de répondre aux questions :
Comment les motivations de départs évoluent-elles au fil du temps?
Que sont-elles devenues après une vingtaine d'années de vie commune?
a.
Illustrations des motivations par des cas concrets
1.
Dans le champ social
I) Une vie en collectivité solidaire
Cette motivation est une de celles qui a fait émerger l'habitat groupé.
Effectivement, pour vouloir vivre en habitat groupé, il faut avoir l'envie de partager
des choses avec d'autres. Que ce soit du ressort du matériel (jardin, espace
commun, matériel d'entretien, etc.) ou bien du relationnel (rencontres, prises de
décisions, etc.), cet habitat requiert une volonté d'échange et de partage. Tout ne
doit pas être partagé bien sûr, mais vivre en habitat groupé veut dire que les
habitants ont leurs espaces privés et se mettent d'accord ensemble sur les choses
à mettre en commun. Cette démarche de partage est la concrétisation de l’envie des
85
résidents de vie collective solidaire.
Je dirais que c'est la motivation que l'on retrouve principalement chez les
"marginaux supérieurs" ( pg. 16 – le type collectif ou communautaire)
L'Abreuvoir en est un exemple concret. Il existe depuis déjà 32 ans et lors de
notre interview les personnes rencontrées nous ont fait part du fait que "le groupe
de départ était composé d'amis, universitaires pour la majorité. Le projet est né et
est resté composé exclusivement d'universitaires car il y avait un esprit très "mai
68", beaucoup de projets et de discussions"99. Cette habitante rajoute qu'il y avait
plusieurs projets au départ de l'habitat groupé, un projet architectural, un projet
social ("comme nous sommes tous des personnes avec beaucoup de personnalité, nous
sommes aussi quelque part assez individualistes. Et donc, la vie en communauté, avec
notre groupe, n'aurait pas duré. On se serait marché sur les pieds!"100). C'est à
travers ce projet social qu'ils se sont rassemblés. Elle précise qu'il n'y avait pas de
projet philosophique si ce n'est "que dans la société à l’époque qui devenait très
individualiste et où personne ne se parle dans un lieu de vie, il y avait moyen
d’obtenir une vie sociale plus importante, de partager des choses, de se réunir
régulièrement, etc."101
Le Hameau est un autre exemple de cette motivation pour une vie plus collective.
Une bande d'amis et de cousins se sont mis ensemble pour essayer de réfléchir à un
habitat qui conviendrait mieux à leurs attentes. Les habitants du Hameau voulaient
vivre de manière plus collective, dans un endroit où ils pourraient profiter de la
nature tout en ayant facilement accès aux axes routiers pour aller travailler (n'être
pas trop loin de leurs lieux de travail respectifs). Ils étaient au départ 4 unités et
quand ils ont trouvé le terrain à Rosières, ils ont du agrandir le groupe car il y avait
de la place pour 12 ou 13 unités! Cette étape marque le véritable départ du projet
(tel qu'il existe maintenant).
Toutes les unités ont trouvé finalement un terrain d'entente pour arriver "en même
temps à avoir de l'air, de l'espace, moins de frais, à rester près de Bruxelles et
être en quelque sorte en vacances102. La construction du projet a duré 5 ans, ils
99
Mme Bronitz habitante de l'Abreuvoir, lors de notre interview à l'Abreuvoir, le mardi 7 février 2006.
100
Opcit, page 1.
101
Opcit.
102
Ils habitaient en ville en banlieue et ils voulaient plus d'espace mais avoir une résidence secondaire en campagne,
c'était impossible. Donc, ils ont combiné les deux via leur habitat groupé.
86
n’avaient aucune expérience sur laquelle se baser, à part l'Abreuvoir"103.
Dans le cas de la Placette, la motivation première était un désir d’habitat groupé,
non pas construit autour d’un intérêt commun religieux ou philosophique mais comme
manière de vivre ensemble : Faire Ensemble tout en ayant le respect de l’autre et de
ses différences. Ce choix de vie en habitat groupé fut pris par les adultes
(parents), non pas pour les enfants (jeunes) mais ceux-ci ont été leur point commun.
II) Solidarité avec des "exclus" de la société
C’est l’expérience des Arbrelles : depuis une vingtaine d’années, ils accueillent des
personnes en difficultés (d’une personne seule à une famille entière).
A l’époque, lorsqu’ils ont commencé l’accueil, c’est le CPAS lui-même qui leur envoyait
des personnes car il n’avait pas de structure pour accueillir ces gens dans le besoin
et que cet habitat était dès lors le lieu idéal !
"Notre volonté dès le départ, c'était de faire de l'accueil, sinon on n’aurait pas fait
2 chambres d'accueil, avec possibilité de kitchenette et de sanitaire. On a accueilli
plus de 20 personnes en 20 ans!"104.
Au sein de la Placette, qui est constituée en copropriété, plusieurs membres du
groupe ont mis en place une asbl appelée « Mosaïque » qui a pour objectif l’accueil
de transit (de quelques mois). Cette asbl propose un accueil social au sein de
l'habitat. Il est destiné aux personnes qui sont en situation difficile, comme un
divorce, une sortie d’hôpital, etc.… Cet accueil leur permet de traverser un moment
difficile avec le soutien du groupe en fonction de ce que chacun peut leur mettre à
disposition et surtout de ne pas se retrouver seul.
L’asbl dispose d’une petite maison, au sein de la Placette, composée de 2 studios.
Elle a un bail emphytéotique de 99 ans (avec la possibilité de construire une maison)
signé avec la copropriété. Plusieurs personnes de l’habitat et des amis extérieurs
ont mis des parts dans le projet et se sont remboursés, au fur et à mesure et au
même intérêt que celui proposé par la banque, par les loyers des personnes occupant
ces studios.
Le loyer d’un studio est de 250 euro par mois, alors que normalement dans la région
ce type de logement aurait une valeur de 500 euro. Ce loyer peut être modifié en
103
Opcit page 2.
104
Porteur de projet, toujours dans l'habitat, interview aux Arbrelles, le 10 décembre 2005, Braine le Château, page
3.
87
fonction des revenus de la personne accueillie.
III) Solidarité envers les plus démunis (projet social)
Le Collectif d’Hannut pratique cette solidarité. Cette asbl, implantée à Hannut,
avait pour objectif de répondre à un besoin en matière de logement. Avec l’aide de
mécènes et de subsides, l’asbl a pu acheter plusieurs bâtiments qui ont été rénovés
en habitat groupé. "L'objectif de départ, c'était le logement et plus
particulièrement le logement pour personnes à faibles revenus"105. La présidente du
collectif ajoute : "C'est le logement qui a été notre moteur de départ, et le fil
conducteur du projet. Puisque sans logement vous n'avez aucun droit et lorsque ce
sont des familles qui sont en recherche d’un logement, c'est son entièreté qui est
déstabilisée. C'est donc permettre à des personnes qui essuient un revers de se
recomposer une santé physique, psychologique et matérielle".
Les personnes en difficulté accueillies se présentent volontairement chez eux et
sont prêtes à vivre aux côtés d'autres résidents en difficulté eux aussi et ce de
manière transitoire. Cet accueil a également pour objectif d'aider ces personnes à
renouer des contacts avec d'autres en vivant en collectivité, ainsi que de leur
redonner confiance en eux via les activités liées à cette vie collective.
2.
Dans le champ économique
I) La construction et le cadre de vie
- Avantages :
Lors de notre entretien, à l'Abreuvoir, les habitants nous ont fait part du fait que
"l'habitat groupé, c'est montrer que l'on peut "rivaliser" avec le coût des buildings
tout en étant dans un cadre de vie beaucoup plus agréable (naturel) et de
proximité avec ses voisins!"106
Le Hameau, page 2, Guy Verwacht : "c’est se mettre ensemble, en partageant les
frais, on achète ensemble, on construit ensemble, on choisit les matériaux
ensemble, on a un architecte, un entrepreneur".
- Inconvénients :
Aux Arbrelles, les habitants nous ont démontré leur volonté de diminuer les coûts
105
Présidente du Collectif d'Hannut, le 19 décembre, 2005, page 1.
106
Mr Bronitz, interview à l'Abreuvoir, le 7février 2006, Boisfort, page 3.
88
de construction via un projet commun : "en plus du projet social, essayer que cette
mise en commun favorise la diminution des coûts au niveau de la construction et
éventuellement même au niveau du fonctionnement courant. Mais ce n'est pas sûr
qu'on ait réussi"107. En effet, les économies réalisées à titre privé pour les
habitations familiales ont été réinvesties dans les locaux communautaires qui sont
des espaces qui nous ont coûté et qui nous coûtent encore. C'est donc, les gains
individuels qui sont réinvestis dans le communautaire"108.
II) Le fonctionnement
A L'Abreuvoir, par exemple, ils disposent d'une chaudière commune au gaz pour
l'eau et le chauffage. Il n'y a pas de compteurs personnels, ils se répartissent donc
entre eux les coûts. Le fait qu'elle soit commune leur permet de faire une économie
d'échelle.
Dans le cas, du Hameau, pendant une dizaine d'années, ils ont mis en place un
système de voiture commune. C'est-à-dire, qu'ils ont tous participé à l'achat d'une
voiture, qu'ils ont décidé être un bien collectif. Ils l'utilisaient tout
particulièrement pour les enfants de l'habitat. Partageant, l'essence et l'assurance
entre tous les habitants de l'habitat. Toutefois, les enfants partis, ils ont
abandonné l'idée de la voiture collective, mais ils essayent tout de même de ne pas
utiliser plusieurs voitures pour les mêmes trajets (covoiturage).
A La Verte Voie, ils se sont rendus compte que pour ce qui était des achats de
nourriture, il était parfois intéressant de les faire ensemble. Ainsi que de les
stocker au même endroit. Ils font donc certaines courses en gros, par exemple
l'achat de viande chez un boucher privé. De plus ils ont installé deux congélateurs
dans la cave commune où il y a déjà des machines à laver commune, pour pouvoir y
mettre les surgelés de tous les habitants.
Ce sont ci-dessus, quelques exemples d'organisation interne qui permettent de faire
des économies via des systèmes collectifs.
III) La location
107
Porteuse de projet des Arbrelles, interview aux Arbrelles, le 10 décembre 2005, Braine Le Château, page 2.
108
Habitant des Arbrelles, opcit, page 2.
89
Le Collectif d'Hannut et le Jardin du Béguinage en sont deux très bons exemples.
Bien qu'ils ne touchent pas le même public, ils accueillent tout deux, des personnes
qui n'ont pas spécialement des revenus très élevés (souvent en difficultés
financières). Le Jardin du Béguinage, à comme public cible les personnes
vieillissantes. Le loyer demandé aux habitants n'a pas été annexé depuis la création
du projet, c'est-à-dire début des années '90.
En ce qui concerne le Collectif d'Hannut, il est quant à lui sans doutes la
représentation la plus explicite. Effectivement les personnes qui sont accueillies
dans leurs habitats groupés, sont en plus d'être en grande souffrance personnelle,
en situation financière précaire. C'est d'ailleurs pour cette raison que le Collectif a
vu le jour, afin de tenter de proposer une solution en terme de logement pour les
personnes en précarité sociale.
Il existe également des projets d'initiatives privées qui ont créé au sien leur
habitat, un lieu d'accueil pour personnes en précarité sociale. La Placette par
exemple, a quelques appartements, qui sont disponibles à l'accueil de personnes. Ce
sont souvent dans ce cas, des personnes qui traversent un moment de vie difficile
(divorce, problèmes financiers, etc.) et qui profitent alors d'être dans un habitat
collectif pour le traverser, tout en étant soutenu par le groupe.
3.
Dans le champ idéologique
I) Conservation du patrimoine
L'Abbaye St Denis en Broqueroie a la particularité d'exister car le site de
l'abbaye était à l'abandon et que plusieurs personnes (amis) étaient à la recherche
d'un logement. En plus de vouloir se loger, ils avaient tous un intérêt commun pour la
conservation de ce site. Ils ont donc racheté l'abbaye pour pouvoir conserver ce
site "historique". Dans le but de faire quelque chose des briques et de conserver la
beauté et le culte du site, ils ont décidé de la réhabiliter en habitat groupé, tout en
la laissant accessible au public pour les visites, les promenades et les fêtes qu'ils y
organisent.
II) Intérêt écologique
Le projet Bois Del Terre, qui n'est donc pas encore terminé (phase de
construction) à pris très a cœur le problème écologique dans la réalisation de leur
habitat groupé. Ils ont essayé dès le départ de l'introduire dans le projet en optant
90
pour un architecte spécialisé architecture bioclimatique. C'est-à-dire qu'il essaye
de faire bénéficier les habitations au maximum des ensoleillements (par exemple les
pièces de la vie quotidienne au sud) ou autre. Les habitants ont aussi opté pour
d'autres solutions écologiques : le bois pour leurs constructions, une citerne d'eau
de pluie pour l'eau des toilettes et de douches, des panneaux solaires pour l'eau
chaude ainsi que l'isolation pour minimiser les pertes en chauffage. Ils ont dans leur
cas, la possibilité d'intégrer plusieurs technologies écologiques à leur habitat, en
partie parce qu'ils ont eu le terrain à un très bon prix et ont décidé de réinvestir
leur gain à cet escient.
III)
Conservation du patrimoine, vie spirituelle, gestion économique et réinsertion
sociale
Val Dieu est un site qui fut occupé par des moines. A l'abandon depuis peu, les
moines cisterciens (propriétaires) ne savaient qu’en faire.
En plus de la réaffectation d'un site "historique’’, cet habitat groupé est particulier
pour sa connotation religieuse et sa pratique.
L'habitat n'est pas encore complètement habité puisque les bâtiments qui vont être
affectés à de l'habitation restent à rénover (lanciennes cellules des moines et
autres parties de l'abbaye). Seule une famille et quelques célibataires occupent
pour le moment les lieux. Mais les familles impliquées viennent au moins une fois
toutes les deux semaines pour les travaux communs. Ils se réunissent tous les jours
à 9h et à 17h30 dans la chapelle pour prier et le mardi est le jour de silence.
En plus de ces aspects de conservation et religieux, les habitants ont, au sein de
l'abbaye, un restaurant, un magasin, un accueil touristique, la production de bière et
de fromage qui leur permettent de financer l'entretien du site ainsi que d'employer
une partie des habitants de l'habitat groupé et des personnes via le CPAS dans le
cadre d'un projet de réinsertion professionnelle (dans l'horeca spécialement).
III) Vie spirituelle
La Vieille Voie de Tongres est d'inspiration chrétienne mais moins exigeante que
l’Abbaye du Val Dieu en pratique.
Certains des habitants de la Vieille Voie de Tongres sont à l'initiative de la
réaffectation de l'Abbaye du Val Dieu.
Les habitants se rencontraient quotidiennement pour prier mais ce fut de plus en
plus difficile avec leurs enfants, le travail,… de pouvoir se réunir. Ils ont alors pensé
à la solution de l'habitat groupé pour être plus proches et faciliter leurs
91
rencontres. L'habitat groupé répond ici à une idéologie qui les rapprochait tous. Ce
projet est, dans ce cas, une conséquence plutôt qu'un but, le moyen de concrétiser
leur recherche (se rassembler pour prier). "Si on voulait continuer à se voir
régulièrement pour prier ensemble et prendre un repas commun, il était
indispensable d'habiter de manière proche ou en commun"109.
IV) Vie spirituelle et public plus âgé
Le jardin du Béguinage est un habitat groupé pour personnes de plus de 60 ans.
"Notre projet est d'inspiration chrétienne, ce qui n'exclut pas les personnes non
croyantes"110. Cet aspect est présent dans leur vie de tous les jours mais de manière
assez individuelle. Ils respectent tout à fait que certains soient pratiquants,
d'autres pas, etc. C'est pourquoi chacun est libre de vivre ce projet comme il le
veut.
Lors de notre rencontre avec les habitants, ils nous ont fait part de leurs
motivations personnelles. Elles valent la peine d'être citées.
Le seul homme de l'habitat depuis le depuis du projet : "Depuis déjà quelques
années, je voulais habiter dans du groupé (suite à un divorce). Mon but était de
pouvoir réunir des personnes du même âge et de pouvoir vieillir le plus longtemps
possible ensemble, ne pas devoir aller trop vite dans une maison de repos!".
Une habitante, depuis 4 ans dans l'habitat : "De nature plutôt timide, je ne suis pas
du genre à aller vers les gens. Toutefois, à mon âge, je voulais me rapprocher des
gens. Donc pour moi, l'habitat groupé était une solution (facilité de rencontres)".
La plus ancienne des résidentes : "Il était clair, pour moi, que lorsque je prendrais
ma pension, je changerais de logement. Jusque là, il n'avait été qu'un dortoir, je
rentrais chez moi, je ne connaissais rien dans mon quartier, ça ne m'intéressait pas.
Mais j'avais envie pour après de trouver un tissu relationnel lié au quartier".
Ceci est un extrait, bien sûr, de ce dont les gens nous ont fait part. Mais il y a un
point commun à l'ensemble de leurs motivations, qui est de vouloir reconstruire un
tissu social, des relations de proximité tout en gardant leur autonomie, leur liberté
le plus longtemps possible. "Vieillir ensemble" est également un terme important.
L'ensemble des personnes vieillissantes qui vivent en habitats groupés ne souhaite
pas être exclu de la vie sociale. Ils ont la volonté d'en être les acteurs jusqu'au
bout, de mener une vie sociale active, la volonté d'interaction et d'interrelation tout
109
Mr Schenkelaars, porteur de projet, interview à l'Abbaye Val Dieu, le 6 janvier 2006, page 1.
110
Habitante ayant le plus d'ancienneté dans l'habitat (participante à la construction du projet), interview au Jardin
du Béguinage, le 13 janvier 2006, page 1.
92
en étant conscients de leur âge et de ce que ça peut impliquer au point de vue santé
et fatigue.
V) Logement et emploi
La Verte Voie est un habitat groupé vraiment particulier puisque les résidents ont
décidé de faire cohabiter du logement et de l'associatif. Ils ont acheté à plusieurs
une vieille maison qu'ils ont rénové de manière à ce que plusieurs familles puisent y
vivre tout en étant autonomes (cuisine, salle de bains, chambre, salon…privé). Dans
cette même maison, se sont installées plusieurs asbl (7 en tout), ce qui permet à
certains habitants d'être actifs dans une asbl.
VI) Accueil social
Les Arbrelles, comme déjà mentionné plus haut, accueillent des personnes en
difficultés pour une durée déterminée. Elles les aident à surmonter un passage de
leur vie un peu difficile, pour les démarches administratives,…
VII) Accueil social et intergénérationnel
Le Collectif d'Hannut accueille également des personnes souvent en grande
souffrance, pour une durée déterminée. Mais depuis peu, cet habitat groupé a la
particularité d’être intergénérationnel : des jeunes, des couples avec ou sans
enfant, des personnes vieillissantes peuvent rester à long terme dans cet habitat.
Ce point, concernant l'évolution de cet habitat vers de l'intergénérationnel, est
abordé de manière plus pointue plus loin dans cette partie111.
b.
Les motivations les plus récurrentes
Je vais, dans ce point, tenter de mettre en avant ce qui motive particulièrement les
gens à réaliser un habitat groupé.
Dans le point précédent, nous avons pu observer que les motivations de l'un n’étaient
pas celles de l'autre. Toutefois, n'y aurait-il pas un élément ou l'autre qui
reviendrait dans tous les cas?
111
Voir 3ème point sur les motivations : comment les motivations évoluent-elles au fil du temps? Que sont-elles
devenues après une vingtaine d'années de vie commune? Pg. 94.
93
Il est évident que tous les habitants que j'ai pu rencontrer, ont un dénominateur
commun en terme de motivation. Particulièrement en ce qui concerne les porteurs de
projets. Ceux- là même qui sont prêts à consacrer parfois jusqu'à 5 ans de leur vie à
l'élaboration d'un tel projet. Prêts à tenter une expérience inconnue de vie
collective.
L’élaboration d’un projet d'habitat groupé peut, dans certains cas, être assez
lourde, car elle demande des rencontres fréquentes, des discussions de fond, de
forme, etc., tout en ne voyant pas tout de suite de résultats concrets. Lors de cette
période de préparation, de réflexions, de décisions, il n'est pas rare que des
personnes décrochent. Ce n'est effectivement pas toujours évident de tenir dans la
longueur, les envies peuvent changer, les motivations se dissiper, la peur subvenir ou
bien encore le découragement s'installer.
Pourtant, certains s'accrochent, s'investissent, ajoutent petit à petit de nouvelles
pierres à l'édifice. Ces années de préparation sont primordiales quant au futur de
l'habitat en terme de relations internes. C'est durant cette période que, tout
doucement, le groupe se construit. Les futurs habitants doivent se mettre d'accord
tout d'abord sur les envies de chacun afin que tous puissent trouver leur place dans
le groupe, dans l'habitat, essayer d'exprimer leurs motivations personnelles, leurs
attentes, leurs craintes, etc. et bien sûr entendre celles des autres. Et puis surtout,
s'assurer que les aspirations de chacun puissent être soit les mêmes, soit
complémentaires mais qu'elles se rejoignent d'une manière ou d'une autre. Parce
que sans ça, les membres du groupe ne trouveront pas de terrain d'entente et ne
pourrons en aucun cas, se lancer dans un projet de vie collective.
Mais alors qu'est-ce qui les rassemble tous, autour de cette même idée de vie
collective?
Dans l'ensemble des personnes que nous avons rencontrées, un élément revient très
souvent. Cet élément pousse les gens à se regrouper et à réfléchir à leur habitat. Il
s'agit de leur envie de vie plus solidaire. Plutôt que de vivre de leur côté, l’ensemble
des habitants rencontré était bien décidé à trouver une solution d'habitat qui leur
conviendrait mieux. Cela demande, comme déjà dit ci-dessus, beaucoup
d'investissements personnels. Mais lorsque la motivation des gens est d'améliorer
leur mode de vie et de satisfaire leurs attentes, tout est faisable, même s’il y a pas
mal d'embûches.
Ces personnes se regroupent alors (il peut s’agir d’ amis, de connaissances ou d’
inconnus) afin de construire un habitat dans lequel la personnalité et l'individualité
de chacun puisse être respectée, tout en créant une atmosphère collective. Celle-ci
94
se traduit par le partage de certains lieux mais également par des relations plus
profondes, des échanges et un soutien collectif.
Parallèlement à ce projet de vie (né en opposition au modèle proposé par la société),
d'autres peuvent être présents. Ils peuvent être d'ordre social, économique ou
idéologique et ne sont nullement en contradiction avec la volonté première de
collectivité. Ils en sont au contraire des compléments : ils apportent de nouveaux
intérêts partagés par l'ensemble du groupe. Cela rapproche donc les personnes du
groupe autour d'un deuxième projet commun.
c.
Comment les motivations de départ évoluent-elles au fil du temps?
1.
Evolution des motivations dans les différents habitats groupés rencontrés
- Collectif d'Hannut:
Au départ de l'accueil, c'était essentiellement des jeunes ou des couples qui
occupaient les maisons (ou chambres). C'est maintenant devenu un "habitat groupé
"intergénérationnel" dans lequel les personnes âgées peuvent rester à long terme.
Ce « glissement » est du à la présence d'une des habitante qui entretenait de très
bonnes relations avec les jeunes. Selon une AS : "c'est au niveau de ses échanges
avec les plus jeunes, et le fait qu'elle soit tellement bien intégrée ici. Tous ses
échanges se passent bien avec toutes les générations. S'adressant à la personne :
On ne te le dit pas souvent, mais c'est ton exemple de relation avec les autres qui
nous a servi de motivation pour nous diriger vers de l'habitat intergénérationnel"112.
Autre locataires présente pendant la discussion, dit d'elle : « Tu es quand même un
cas, hein. Tu t’entends avec tout le monde, tu es honnêtes, tu es ouvertes, toujours
prête à aider!". Les AS se sont rendues compte à quel point la personnalité de cette
habitante (contact facile, écoute, conseil, etc.) était une richesse pour beaucoup de
personnes. De plus, les sollicitations venaient le plus souvent de deux types de
publics : les personnes âgées entrant dans le 3ème âge et les jeunes mamans seules.
Tous ces éléments ont donc rapidement convaincu les travailleuses et les
responsables à aller de l'avant et à construire ce projet. Elles (trouve un autre mot,
il y est deux fois à la suite) l'on construit théoriquement alors qu'il est était déjà
présent en pratique. Pour les travailleuses tout comme pour les habitants, cet
habitat groupé intergénérationnel est une grande réussite, surtout parce que,
conformément à leur volonté, il a été construit avec et non pour les personnes
accueillies. Et par-dessus tout, l'ensemble des personnes qui sont investies dans le
112
Assistante sociale au Collectif d'Hannut, opcit.
95
Collectif, se refuse tout à fait à l'idée d'un ghetto!
Un couple de plus de 60 ans est déjà installé dans l'habitat et cette expérience
semble être bénéfique pour l'ensemble des habitants. C'est pourquoi, une maison
est entrain d'être rénovée pour mener ce projet encore plus loin.
-
L’ Abreuvoir:
Selon les habitants, toutes les personnes impliquées au départ sont encore là
maintenant. Il y a bien sûr eu des départs et des arrivées, mais pour le moment,
tous les appartements sont occupés. Dans l'ensemble, tout à l’air de bien se passer
mais il y a une nette diminution du "communautaire" : "les temps ont changés mais
surtout du à l'âge, les divorces, les morts… c'est la vie… en 33 ans"113.
Effectivement, tous ces facteurs font qu'il y a une sorte d'usure au fils du temps.
La vie collective, ce n'est pas de tout repos. Les discussions, les prises de décisions,
les compromis, …peuvent fatiguer les habitants après autant d’années de vie
commune. De plus, en ce qui concerne, par exemple, l'entretien ou la gestion des
espaces communs (jardin, salle commune, etc.), certains habitants ne se sentent plus
capables de s'en occuper (vieillesse, problèmes physiques, santé, fatigue, etc.). Cela
pose de sérieuses questions quant au futur de leur habitat. Toute fois, le couple
d'habitants interviewé se dit très content du projet, et particulièrement de sa
durée dans le temps. "Si c'était à refaire, nous le referions sans hésiter!"114.
- Les Arbrelles:
Selon un habitant présent depuis le début dans le projet : "Dans l'habitat groupé, il
y a un aspect communautaire qui peut être à géométrie variable dans le temps, dans
l'espace, entre différents habitats groupés, etc. Ici, cet aspect communautaire est
relativement limité!". Cette réflexion fut approuvée par l'ensemble des habitants
des Arbrelles présents lors de l'interview, avec, cependant, quelques nuances :
"C'est-à-dire que cet aspect s'est minimisé de plus en plus", "C'est une évolution",
ou bien encore "On recommence tout doucement à faire des sorties ensemble : aller
au cinéma ou autre".
Une des habitantes réagit par rapport à la vie en collectivité à long terme et à l'âge
:"Actuellement, l'âge est facteur qui fait que je me sens beaucoup plus fatiguée
maintenant qu'il a 20 ans. Il y a un aspect d'usure de la vie. Je sais, par exemple,
moins m'impliquer aujourd'hui que plus jeune, que ce soit dans l'accueil ou dans les
relations communes. L'âge est donc un facteur important pour moi". Il y a,
113
Mme Brontz, opcit.
114
Couple Brontiz, opcit.
96
effectivement, une usure due à l'âge associée à celle du temps déjà passé ensemble.
Car la vie collective demande beaucoup d'organisation, de discussions, de remises en
question. A un moment donné, en plus du travail, des enfants et des activités
extérieures, cela peut devenir pesant, épuisant parfois. Toute fois, cela ne les a pas
empêché de mettre sur pied un nouveau projet, à savoir un magasin Oxfam. Non
seulement cela a redonné un petit coup de "peps" aux habitants mais en plus, c'est
un bon moyen de s’ouvrir aux personnes extérieures à l'habitat. D'ailleurs, quelques
personnes du quartier se sont associées à la réalisation du projet.
Concernant l'accueil plus particulièrement, avec le recul et l’expérience, les
habitants des Arbrelles peuvent dire que cela demande un certain
professionnalisme, une certaine disponibilité et du savoir-faire pour ne pas se faire
"manger par les personnes"115. C’est pourquoi, pour certains d’entre eux, l’accueil fut
« une erreur », non pas pour leur expérience et le temps qu’ils y ont consacré mais
de la part des pouvoirs publics, d’avoir dirigé des personnes en grande difficulté
(déstructurées et désocialisées) vers eux alors qu’ils n’étaient pas qualifiés pour
pouvoir suivre, soutenir et faire face à certains problèmes que ces personnes
devaient surmonter.
D’autres, par contre, maintiennent haut et fort que « lorsque l’on est généreux, on
ne se trompe pas ! ».
Et pourtant, malgré leur divergence d’opinion sur l’historique de cet accueil, ils
étaient jeunes, sans expérience, mais sont tous très heureux et assez fiers d’avoir
pu accueillir autant de personnes et surtout d’avoir pu les aider à repartir du bon
pieds!
2.
Petite synthèse
De manière générale, j'ai pu observer que les motivations des habitants rencontrés
ne sont plus tout à fait les mêmes après leurs années de vie commune que celles
qu'ils avaient au départ du projet. Il existe plusieurs explications à ce phénomène.
Tout d'abord, il faut savoir que, même si pour certains, la vie collective parait
attrayante, elle est loin d'être "agréable" tous les jours. Effectivement, choisir de
vivre en habitat groupé n'est pas une solution de facilité, bien au contraire. Elle
demande de faire pas mal de concessions, de mettre à disposition beaucoup de
115
Anecdote: Pendant un souper entre eux, dans la pièce commune, un homme accueillit avait une chambre au
dessus. Tout a coup, il est sorti de sa chambre et a dit "Bon maintenant on va aller dormir, hein?". Les habitants
étaient mal à l'aise et ne se sentaient plus chez eux, presque mis dehors.
97
temps, etc. Ce qui implique qu'au fils du temps, une certaine fatigue peut s'installer.
Les besoins de chacun évoluent, ce qui peut entraîner un changement dans leurs
motivations initiales. Il s’agit simplement d’étapes à passer dans leur vie collective.
Il est pour ainsi dire utopique de penser qu'au fils du temps tout restera identique,
que se soit en terme de personnes, de relations, d'implications ou de besoins. Les
gens changent, les situations changent, les besoins et les envies également. C'est
pourquoi je vais ici tenter de mettre en avant certaines étapes qui me paraissent
importantes dans la vie d'un habitat groupé (de "marginaux sup." =d'habitats
groupés élaborés par de jeunes couples avec enfants comme par exemple : Les
Arbrelles, Le Hameau, La Placette, etc.) ainsi que d'expliquer ce qu'elles induisent
en terme de besoins et d'objectifs des habitants.
1ère étape : L’élaboration du projet. Elle fait référence à la période de construction
du projet. Très souvent éprouvant, c'est à ce moment que les personnes se
rassemblent régulièrement afin de mettre le projet en route. Les porteurs de
projet nous en fait par du fait qu'il est parfois difficile de suivre le rythme des
réunions. Ils se retrouvent en moyenne, une fois par semaine et ce pendant une
période de 3 à 5 ans. Cette période demande beaucoup d'investissement : en plus du
travail, de la vie de famille, etc. les personnes doivent penser et discuter le projet
ensemble. L'élaboration du projet est une étape assez exigeante et qui permet dès
le départ aux personnes intéressées de se rendre compte que l'habitat groupé n'est
pas une solution de facilité et qu'il faut faire preuve d'une certaine maturité.
2ème étape : L'entrée dans l'habitat groupé. C'est la période durant laquelle, les
habitants vont s'installer dans leur habitat. Ils vont entamer leur vie côtes à côtes.
Après avoir pensé et réalisé leur lieu de vie, ils peuvent s'y plonger et vivre
quotidiennement leur projet. C'est surtout le moment de tester concrètement un
mode vie qu'ils ont élaboré ensemble mais qui n'était, jusque là, que théorique. La
pratique est le meilleur moyen de savoir si ce type d'habitat et ce mode de vie leur
conviennent. Elle peut amener à rediscuter de certaines règles communes ou à
remettre en question certains points élaborés théoriquement.
3ème étape : la période de vie avec les enfants. Je lui donne ce nom car, pendant
toute cette partie de vie, les enfants grandissent dans l'habitat groupé et sont un
élément très important quant au fonctionnement de l'habitat. Ils ont un impact sur
les relations interpersonnelles, sur l'organisation du temps, sur l'investissement des
parents, etc. Lorsqu'ils sont encore petits, il est très fréquent que les parents
mettent en place une garderie pour l'ensemble des enfants de l'habitat et ceux du
98
quartier par exemple. Au plus ils grandissent, au plus les activités se multiplient.
C'est pourquoi les parents s'organisent pour faire des trajets communs (pour aller à
l'école, pour les activités extérieures), pour créer, avec les enfants, des ateliers
(cours dans la salle commune, de musique, de dessin, etc.) … Dans cette période
arrive aussi la crise d'adolescence, moment délicat autant pour les parents que pour
les autres adultes. Cependant, il semblerait que l'habitat groupé soit pour ainsi dire
un "atout" lors de cette période difficile. Effectivement, les ados ont la possibilité
de s'adresser à d'autres adultes que leurs parents. De plus, ils les connaissent
depuis toujours, ce qui facilite leur solicitation. Ce phénomène peut également se
produire lors de divorces, les enfants peuvent alors en parler et trouver un soutien,
que ce soit de la part des adultes de l'habitat ou des autres enfants.
Cette période mobilise fortement les parents puisqu'ils essayent de trouver des
solutions collectives à un tas de situations qui impliquant leur progéniture. Les
enfants sont alors des moteurs importants dans leurs réflexions en terme
d'organisation. Ils sont également le moteur de beaucoup d'échanges dans l'habitat
groupé (affinités avec certains, passions partagées, activités en commun) mais
également avec l'extérieur (via les amis, les activités, etc.). Ils peuvent vraiment
être un élément favorisant l'intégration de l'habitat dans le quartier.
4ème étape : Sachant que, lorsque les habitants s'installent, ils sont pour la majorité
de jeunes couples avec enfants, cette troisième étape correspond à la période du
départ des enfants et plus particulièrement à « l'après départ ». Comme je l'ai
expliqué dans la troisième étape, lorsque les enfants grandissent dans l'habitat
groupé, ils poussent les parents à s'organiser et demandent beaucoup de temps.
Mais lorsqu'ils partent ailleurs pour mener leur propre vie, c'est un sacré
changement pour l'ensemble du groupe. Il ne reste plus que les adultes, parfois un
peu troublés. Il est évident que les départs ne font pas du jour au lendemain, mais
cela peut tout de même être assez rapide. A ce moment, les parents doivent
sérieusement remettre leur habitat en question, non pas de manière négative mais
pour réfléchir collectivement au devenir de l'habitat. Car après une vie collective de
cette intensité (nouveauté et évolution quotidienne des enfants, investissement de
temps et d'énergie des parents), les habitants doivent se questionner quant à leurs
envies, leurs besoins et autres dans l'habitat, et ce particulièrement dans le but de
savoir si les habitants sont tous près à continuer l'expérience. Si oui, il faut alors
reconstruire un mode de vie qui leur correspond, peut être pas dans son entièreté,
mais au moins de manière à l'adapter afin qu'il convienne le mieux possible à leurs
besoins présents.
99
5ème étape : la vieillesse. Cette avant dernière étape est celle dans laquelle quelques
uns des habitats groupés que j'ai visité se trouvent pour le moment. Les habitants
commencent à vieillir et sont en plein questionnement quant à l'avenir de l'habitat.
Bien qu’il soit difficile à certains d’aborder le sujet, ils y réfléchissent tous
personnellement mais n'ont pas encore eu d'échanges collectifs sur le sujet. Deux
questions fondamentales les préoccupent, à savoir : « Est-ce que l'on va rester dans
l'habitat jusqu'au bout de notre vie? » et « Que va devenir l'habitat après nos
départs? »
Concernant la première question, les avis sont très partagés puisque certains sont
prêt à s’investir, à modifier l’architecture des lieux, à faire appel à des aides
médicales, etc. D’autres sont totalement contre. Pour eux, lorsqu'ils perdront leur
autonomie physique (ne plus savoir conduire, se déplacer seul, etc.), cela signera la
fin de leur investissement dans l'habitat groupé. Ils quitteront l'habitat et se
dirigeront vers les maisons Abbeyfield116ou vers les maisons de repos. Certains
pourraient également décider de trouver un logement dans un habitat groupé pour
personnes vieillissantes. Pour ceux qui décident de rester, ils rentrent dans la 6ème
étape. Leur habitat deviendra un habitat groupé pour personnes vieillissantes.
Pour ce qui est de la seconde question, il est difficile de dire à l'avance ce qu'il
adviendra de l'habitat après le départ des habitants. Sera-t-il repris? Gardera-t-il
le même projet? Ces questions sont intimement liées à la première. Effectivement
certains, ne veulent pas rester dans l'habitat, le transformer, etc. car ils craignent
que personne ne veuille reprendre l'habitat après leur départ cela pour deux
raisons. Au point de vue architectural, ils peuvent ne pas avoir le courage de
retransformer ou pas les moyens. Au point de vue de l'aspect et de l'atmosphère,
certains ne veulent pas s'installer dans un "mouroir"! Ce serait, selon eux, la fin de
l'habitat groupé ou en tout cas un point de non retour. Leurs craintes sont
compréhensibles, car une fois plusieurs personnes décédées, les maisons ne
pourront pas rester vides très longtemps. Mais des jeunes seraient-ils prêts à venir
s'installer dans un habitat groupé entourés de personnes vieillissantes? Ce sont de
questions qui restent sans réponse mais qui continuent à être posées.
6ème étape : Ce sont les derniers moments que les habitants passeront ensemble.
Plutôt que de s'éteindre dans une maison de repos, les habitants décident de mourir
116
Abbeyfield est à la fois un concept d'habitat groupé et un mouvement de volontaires qui aide des aînés le plus
souvent isolés mais autonomes à partager un cadre de vie épanouissement. Pour plus d'informations consultez le
www.abbeyfield.be
100
dans l'habitat groupé. Tout comme dans tout autre habitat, ils peuvent être suivis
médicalement à domicile via des aides soignantes ou bénéficier de repas à domicile
ou autre. Ce choix implique également d'en voir partir d'autres avant soi. Cette
épreuve peut être très douloureuse. Effectivement, il n'est pas facile d’assister au
décès de quelqu'un avec qui l'on a partagé plusieurs années de vie collective.
Je tiens à préciser que la remise en question du fonctionnement et de la gestion de
l'habitat groupé se fait quotidiennement, afin que tous puissent toujours se sentir
en harmonie au sein même de leur projet collectif. J'ai donc ici repris les étapes
clés de la vie en collectivité des "marginaux sup". Je précise aussi que je n’ai pas la
prétention d’étendre cela à la réalité de tous les habitats groupés, puisqu'ils
peuvent toucher des publics différents et avoir diverses finalités.
Après avoir développé ce point sur les motivations, je vais maintenant m'intéresser,
au cadre spatial de ces habitats groupés, c’est-à-dire analyser leur environnement
architectural, les raisons de leurs choix géographiques et l'aménagement de leur
habitat.
C. Les dimensions spatiales : résultats et analyse de ceux-ci
Lorsque l'on prend la décision de réaliser un habitat groupé, les dimensions spatiales
doivent être réfléchies ensemble. Effectivement, c'est l'entièreté du groupe qui doit
s’interroger sur l'habitat et trouver un terrain d'entente afin que tous puissent faire
partie prenante du projet et se sentir chez eux.
1° Je vais tenter de définir le pourquoi des différents lieux de résidence des habitats
groupés que nous avons rencontrés.
2° Quel est la forme de réalisation (construction ou rénovation) la plus récurrente et
pourquoi?
3° Commentaires sur les espaces collectifs : quels sont ceux que l'on rencontre le plus
fréquemment?
4° Dans le but de s'investir dans un projet à long terme (jusqu'à la vieillesse et mort),
quels sont les éléments à prendre en compte lors de la réalisation du projet.
a.
Raisons de la situation géographique:
Dans ce point, je vais tout d'abord illustrer, grâce aux interviews, quelles sont les
101
raisons qui ont poussé les porteurs de projet à s'installer dans une situation
géographique bien précise.
Dans le cas de La Vieille Voie de Tongres, c’est la particularité géographique (à savoir
qu’il se situe à Tongres) qui a fait son succès. "L'idée était de faire des maisons
unifamiliales avec des espaces communs. L'intérêt du terrain était qu'il était à un peu
près un étage au dessus de la rue, du côté jardin. C'est pour ça que nous avons
construit tous les communs au rez-de-chaussée, côté rue et les maisons unifamiliales à
l'étage. La terrasse privée que chaque famille possède dans le jardin permet un peu plus
d’intimité à chacun. Le reste de celui-ci étant collectif"117. Leurs espaces communs ont
également tout leur sens en bas, car ils les mettent à disposition des mouvements de
jeunesse assez régulièrement (la salle commune et les garages).
En ce qui concerne les Arbrelles, les habitants ont cherché pendant près de 2 ans, sans
résultat, un bâtiment à rénover à Bruxelles. Ils voulaient tous y trouver un car ils
aimaient beaucoup cette ville et tenaient à y rester. Pourtant, après avoir cherché
vainement pendant autant de temps, ils se sont finalement décidés à chercher ailleurs.
Ils ont dirigé leurs recherches vers le Brabant Wallon et ont trouvé un terrain à
Braine-le-Château.
Témoignage d'un habitant du Hameau118 : "On était en ville, en banlieue et on voulait
plus d'espace. Mais en même temps, on se disait que la charge de deux maisons n'était
pas possible. Une résidence secondaire, c'était trop lourd pour nous. On s'est alors dit
qu'il fallait combiner les deux. Et en trouvant le terrain, on s'est dit "Euréka", c'est ça
qu'il nous faut". Dans le cas du Hameau, ils avaient déterminé ensemble un périmètre
dans lequel ils voulaient s'installer, principalement par rapport à leur lieu de travail.
"Nous travaillons presque tous soit à Bruxelles soit à Louvain-la-Neuve. Et l'autoroute a
joué puisque nous sommes tout prêt. Donc pour les voitures, c'était l'idéal et à l'époque
ça roulait mieux. De plus on faisait des tournantes voitures (covoiturage)".
Il est évident qu'ils ont du visiter plusieurs endroits avant de trouver celui qui leur
117
118
Mr Schenkelaars, habitant de La Vieille Voie de Tongres, opcit, pg 2.
Guy Verwacht, habitant du Hameau à Rosières, opcit, pg 2.
102
conviendrait. Il n'est pas facile de trouver un endroit qui réponde aux attentes de tout
le monde. C'est pourquoi chacun doit y mettre du sien, ce qui implique parfois de faire
des concessions. "Au départ, c'était dans la partie francophone du pays, près de
Bruxelles. On avait délimité un rayon et en principe on voulait que se soit près des
transports en communs. Ce qui n'est pas du tout le cas ici. Ce n'est pas ce terrain ci que
nous avions comme idée au départ. Je travaille à Louvain-la-Neuve et c'est là-bas que
j'aurais aimé être"119.
Cette habitante soulève un sujet très important qui est celui de la proximité des
transports en commun. Au Hameau, ils n'y sont pas arrivés. 120Cette dimension est
importante, et plus particulièrement en ce qui concerne les enfants. Fréquemment les
habitants rencontrés nous ont dit vouloir que leurs enfants puissent être autonomes.
Dans le cas du projet Bois Del Terre (en voie de construction), les porteurs de projets
nous ont fait part de l’importance qu'ils ont accordé à cette dimension. C'était un des
éléments importants en terme de choix de terrain. C'est pourquoi quant l'opportunité
du terrain à Limelette s'est présentée, ils n'ont pas mis beaucoup de temps à se
décider.
D'autres éléments, tel que la proximité de magasins ou de centres sportifs étaient
également des attentes quant au choix de leur terrain. Le projet n'est pas encore fini
mais les enfants, tout comme les parents, pourront profiter de la gare d'Ottignies
(train et bus) pour leurs déplacements.
La Placette est un très bon exemple aussi puisqu'ils ont trouvé un espace hors de la
ville mais assez proche que pour pouvoir assurer l’autonomie de leurs enfants quant aux
déplacements vers Louvain-la-Neuve ou Bruxelles (tram et métro). Ils sont donc dans la
périphérie de Bruxelles, près de Zaventem, au bout d’une ruelle en cul de sac (calme et
facilité de parkings). De plus, ils sont proches du Ring, ce qui est pratique pour leurs
déplacements. De même que pour les commerces, ils peuvent se rendre dans les grandes
surfaces de Woluwé St Lambert.
- Conclusion :
Dans ce point, au travers différents témoignages, j'ai pu remarquer que certains
éléments récurrents motivaient les habitants à vivre à un endroit plutôt qu'à un autre,
par exemple, le fait de ne pas être trop loin de son lieu de travail ou d'être proches des
transports en commun (pour l'autonomie des enfants particulièrement) ou bien encore
119
Mme Jouret, habitant du Hameau, opcit, pg 2.
120
Ils sont juste à côté de l'autoroute mais à minimum 5 km d'une gare ou d'un arrêt de bus
103
de vivre dans un cadre naturel. Si tous ne partagent pas ces motivations, c’est tout de
même le cas d’une grande majorité. C'est pourquoi une grande partie des habitats
groupés répertoriés par l'ASBL Habitat et Participation se trouve dans le Brabant
Wallon ainsi qu'à Bruxelles.
b.
Construction ou rénovation : qu'elle est la forme la plus fréquente?
Aux Arbrelles, les habitants ont mis beaucoup de temps à trouver un endroit qui leur
convenait. Ce parce au départ, ils voulaient trouver un bâtiment à rénover. "On a été
voir plusieurs endroits, des entrepôts mais bon, finalement, soit il n'y avait pas le
volume ni l'espace nécessaire pour tout un groupe, soit il fallait tout faire sur un
terrain en hauteur ou bien encore refaire l'entièreté du bâtiment (un entrepôt). Ca
coûtait au final aussi cher, si pas plus encore, que de faire une nouvelle construction"121.
Ce problème s'est présenté à plusieurs groupes qui voulaient rénover plutôt que de
construire. Ce qui fait que, dans la majorité des cas, ils ont laissé tombé et se sont
rabattu sur la construction.
Pour les habitants de La Placette, leur volonté première était de rénover un bâtiment
plutôt que de construire. Leurs recherches avaient abouti à un endroit proche de
Louvain-la-Neuve mais qui ne fut pas retenu car il y avait une trop grande fréquence de
passage ferroviaire. C'est à ce moment qu'ils se sont résignés à trouver un bâtiment à
rénover et ont cherché un terrain à bâtir, ce qui les a mené à Wezembeek Oppem.
121
Un des porteurs de projet des Arbrelles, opcit, pg 8.
104
La Verte Voie est un exemple d'habitat groupé qui a opté pour la rénovation, trouvé un
bâtiment et l'a rénové en appartements. Il y a d'autres cas de rénovation mais pas dans
un bâtiment unique. Les autres se trouvent sur d'anciens sites (L'Abbaye en Broqueroie
ou Val Dieu) ou lieux déjà habités dans le passé (Jardin du Béguinage). Dans l'habitat
groupé de La Placette, plusieurs des coopérateurs venaient des alentours de Liège. Ils
connaissaient donc les environs et surtout les propriétaires de cette vieille maison en
ruine. Ils se sont alors lancés, l'ont rachetée à 7 coopérateurs et l'ont rénovée
ensemble. Elle peut maintenant accueillir 4 familles (3 appartements et une maison). En
plus des logements, ils ont séparé le bas et une partie de l'étage avec de petites pièces
maintenant occupées par des ASBL. Cette maison est très agréable et les appartements
suffisamment grands pour pouvoir accueillir des familles avec plusieurs enfants.
L'Abbaye Saint Denis en Broqueroie est également un habitat groupé qui a opté pour
la rénovation. Dans ce cas et celui de l'Abbaye Val Dieu, il y a tout de même une petite
différence par rapport aux autres. Contrairement à eux qui avaient envie de vivre
collectivement et qui ont cherché un lieu pour réaliser leur habitat, le groupe s'est
formé autour du projet de rénovation. C'est-à-dire que quelqu'un a trouvé ce site à
vendre et a cherché d'autres personnes qui pouvaient être intéressées pour investir
dans un projet d'habitat groupé. C'est petit à petit que les gens sont arrivés (dans les
deux cas). Ces personnes qui ne se connaissaient pas se sont donc associées pour
redonner vie à ces anciens sites abandonnés.
L'Abbaye Val Dieu :
105
L'Abbaye St Denis en Broqueroie
- Conclusion:
Je n'ai donné ici que quelques exemples de ceux qui ont été construits, car en fait, 7
des 12 habitats groupé rencontrés avaient à la base la volonté de rénover un bâtiment.
Malheureusement, faute de trouver une infrastructure satisfaisante, ils ont du se
rabattre sur la construction. Certains ont trouvé, comme La Verte Voie, l'Abbaye en
Broqueroie ou encore L'Abbaye Val Dieu, mais cela reste tout de même une solution qui
ne se présente pas fréquemment (pour ceux que j'ai rencontré). Pourtant, les gens
semblent intéressés par la rénovation. La plus grande difficulté qui se présente à eux
est très souvent celle dépenses faramineuses que cela implique, particulièrement
lorsqu'ils se rendent compte que construire peut leur revenir mois cher! Je pense,
personnellement que c'est une piste à travailler et à favoriser, cela pour trois raisons.
Premièrement, cela permet, d'un point de vue écologique, de ne pas prendre part à
l’augmentation des nouvelles constructions. Deuxièmement, cela redonne une nouvelle
vie à des bâtiments parfois en mauvais état. Troisièmement, ces anciens sites sont des
lieux idéaux pour ce genre d'habitat. Cependant, il est vrai que la construction permet
de réaliser ce que l'on veut architecturalement parlant, sans devoir se soucier de
structures préexistantes.
c.
Commentaires sur les espaces collectifs : quels sont ceux que l'on rencontre le
plus fréquemment?
Dans les nouvelles constructions, la salle commune est bien souvent une maison à part
106
entière puisqu'elle peut contenir en plus de la salle, des chambres (accueil comme aux
Arbrelles ou pour invités), une kitchenette et une salon. Cette salle est généralement
utilisée par les habitants pour des repas, des réunions, des fêtes, des ateliers (la
Placette)… mais peut tout aussi bien être utilisée par des personnes extérieures.
Certains habitats groupés (Abbaye St Denis par exemple) ont plusieurs salles
communes, ils peuvent alors décider ensemble à quoi elles vont servir. "C'est cette
maison commune qui, quelque part, matérialise la volonté de faire un habitat groupé qui
permet aux personnes de se rencontrer, de faire des repas communautaires et aussi de
se tourner vers l'extérieur car beaucoup de personnes extérieures sont venus dans ces
locaux. Elle est aussi disponible pour les personnes extérieures. Il y a parfois, des
répétitions de fanfares, des déjeuners Oxfam, des réunions, etc. Pour ce qui est de
l'espace privé, nous avons chacun noter maison familiale et une parcelle derrière la
maison (jardin) qui est plutôt à usage privatif".
Pour le Hameau :"La salle commune est utilisée pour nous, pour nos réunions, nos
soupers, etc. Elle peut être utilisée soit par des membres de l'habitat qui l’a réservent
soit par des personnes extérieures. Pour le moment, il y a souvent des réunions
d'anciens collégiens, des journées de ressourcements, etc. En général, après nos
journées communes, souvent le samedi soir, on fait un repas ensemble et on se retrouve
là, dans cette salle"122.
Tout comme les autres habitats groupés, La Placette dispose d’une maison commune
construite sur 2 étages. Au rez-de-chaussée se trouve une grande salle pouvant
accueillir les habitants pour une réunion, une fête, etc.…C’est un espace très modulable.
Quant à l’étage, il s’y trouve une plus petite salle qu’ils utilisent pour des ateliers (cours
de dgembés pour les enfants par exemple) ou bien encore comme chambre pour des
visites éventuelles.
Leur maison commune est mise à disposition de personnes extérieures pour des petites
fêtes, réunions, ou autres (pas trop bruyantes) moyennant une location ainsi que la
confiance des habitants en le locataire. Elle est utilisée par des écoles, des familles,
des amis,…
Pour le moment, ils y organisent le « café Placette » qui se fait 2 fois par mois et au
quel tout le monde est convié. Cependant, se sont souvent des amis qui y viennent et
très peu de personnes du quartier.
Pour La Verte Voie qui est une ancienne maison rénovée, il existe pas mal d'espaces
122
Mme Jouret, opcit, pg 4.
107
communs : les coopérateurs partaient plutôt dans l'optique d'une maison semicommunautaire. Mais cela s’est assez rapidement transformé en habitat groupé. Ils
disposent de deux salles TV et de lecture qui, autrefois, étaient beaucoup plus
occupées puisque personnes n'avaient de TV personnelle. Ces deux salles existent
toujours mais sont surtout utilisées par les enfants comme salles de jeux. Ils ont
également une grande salle commune très souvent utilisée. Ils y font des fêtes, des
soupers (pour les réunions c'est plutôt chez l'un et chez l'autre) mais ce sont très
souvent les ASBL qui l'utilise, pour des réunions, des animations, etc.
En ce qui concerne le jardin, tous les habitats groupés visités possèdent un jardin
collectif. Il est accessible à tous les habitants. Seuls quelques endroits peuvent y être
privés (terrasse, potager, ou autre).
"Eviter les barrières, le cloisonnement par un jardin commun et une salle commune"123
sont les paroles d'un habitant de L'Abreuvoir qui voulait nous exprimer ce que
représente l'habitat groupé pour lui. Plusieurs espaces communs ont été mis en place :
une salle (pour les réunions, les fêtes, des cours de yoga, etc.), un jardin (à l'arrière
des appartements), des sentiers (tout autour de l'habitat) et une buanderie (avec 3
machines à laver).
"Ce n’est pas une communauté mais c’est un groupe où l’on essaye d’être le plus ouvert
possible entre nous et vers l’extérieur. Ce qui implique que l'on ne clôture pas par
exemple, mais on laisse l’espace accessible à tous avec certaines réserves si
nécessaires". Cet habitat à la particularité d'être construit autour d'une placette,
comme son nom l'indique. Cet espace central est la propriété de tous et peut être
utilisée par tous. Le jardin commun (dans lequel ils ont un poulailler) n’entoure pas
toutes les maisons mais se limite à la partie sud (derrière la moitié des maisons).
Ils disposent d’un parking, juste devant l’entrée de l’habitat, où il y a assez de places
pour l’ensemble des voitures des habitants.
123
Un habitant de l'Abreuvoir, opcit, pg 3.
108
-Conclusion :
L'élément le plus fréquemment rencontré dans les habitats groupés visités, en terme
d'espaces collectif, est la salle commune. Elle peut avoir différentes fonctions mais
est tout d'abord un lieu de rencontre pour les habitants et les personnes extérieures.
Effectivement, dans tous les cas rencontrés, la salle commune est laissée à disposition
de personnes qui voudraient l'utiliser moyennant un petit montant de location. Le but
n’est pas d’en tirer profit mais plutôt de faire profiter de cet espace à toute personne
qui en aurait besoin. C'est également une manière de faire connaître le concept
d'habitat groupé à un plus grand public.
A côté de cette salle commune, on rencontre également souvent d’autres types
d’espaces communs. Le jardin, dans certains habitats, est divisé en parties privées et
communautaires. Cela permet d'avoir un espace extérieur sans haies, sans clôtures ni
palissades, contrairement à ceux qu’on aperçoit fréquemment derrière les maisons
individuelles. Les habitants peuvent alors y créer des espaces de détentes collectifs
(bancs, petits terrains,…). Cet espace est beaucoup utilisé par les enfants mais il n'est
pas rare d'y retrouver les parents qui s'occupent, par exemple, du poulailler ou du
potager.
Certains habitats ont des espaces communs tel qu’une buanderie (machines collectives,
congélateurs communs), un parking, des caves, un salon, etc. A La Vieille Voie de
Tongres, ils ont même une petite chapelle dans leurs espaces communs. Ces lieux
varient en fonction de chaque habitat, selon le désir plus ou moins grand de vie en
collectivité des habitants.
d.
Quels sont les éléments à prendre en compte lors de la réalisation d'un habitat
groupé pour qu’il dure dans le temps?
Il y a deux types d'éléments à prendre en compte lors de la création d'un habitat
groupé : tout d'abord, les éléments architecturaux et ensuite les éléments de
109
proximité.
1.
Eléments architecturaux
Dans l'optique du long terme, il faut pouvoir construire ou rénover son habitat de
manière à ce que celui-ci puisse être modulable dans le temps. Même si les habitants
potentiels ne sont pas encore certains de leur choix et de leur avenir en collectivité,
il est tout de même possible, dès le début, de faire attention à certains éléments
qui pourraient dans le futur s'avérer utiles.
Lorsque l’on pense au long terme, on ne peut passer outre la question du
vieillissement. Ce qui peut créer des complications futures. De manière plus
concrète, s’il on veut construire ou rénover à long terme, il faut réfléchir aux points
suivants :
-
L'accessibilité extérieure : éviter d'encercler le terrain (et plus
particulièrement les habitations) d'escaliers. Dans le cas contraire, il faut
prévoir un espace qui pourrait accueillir une rampe, afin de permettre à
toutes personnes à mobilité réduite de pouvoir se déplacer plus aisément. A
La Placette par exemple, un habitant se déplace en chaise roulante et pour
lui, certaines rampes d’accès ont été installées afin de facilité ses
déplacements (d'une maison à une autre ou sortir de l'habitat).
-
Éléments intérieurs : dans le même ordre d'idée, il s'agit, par exemple, de
faire des portes un peu plus larges que la moyenne pour pouvoir y laisser
passer une chaise roulante. Les éviers peuvent être pensés de la même
façon : pas trop haut en laissant un espace libre en dessous pour passer une
chaise roulante ou un tabouret. Il en va de même pour les toilettes ou les
douches (sans rebords, à hauteur du sol). Les escaliers intérieurs doivent
être plus larges, afin de pouvoir y installer un remonte personne.
Témoignage d'une habitante de L'Abreuvoir : "Il y a beaucoup d'escaliers
extérieurs pour monter aux différents niveaux, tout dépend où on l'habite à
L'Abreuvoir mais ça peut vraiment devenir difficile pour les personnes plus âgées
lorsqu'elles doivent se déplacer. Surtout que les garages sont au rée de chaussée et
que le jardin est lui au premier, la seul possibilité d'accès c'est par les escaliers. On
en parle beaucoup entre nous, de ce problème d'escaliers mais rien ne c'est encore
vraiment décidé. Le doyen, lui doit les monter et les descend et il est toujours apte
à le faire mais pour combien de temps? Certains ont par exemple déjà quitté
l'habitat parce qu'ils ne savaient plus marcher donc c'était impossible pour eux de
110
se déplacer". Ce témoignage résume assez bien la situation dans laquelle peuvent se
trouver les habitats qui n'ont pas pris en considération la vie futur (en terme de
vieillesse) des habitants. Dans leur cas, il est vrai que tous les appartements sont à
des niveaux différents et que pour les personnes accidentées ou âgées, il est
vraiment difficile de se déplacer. De plus au point de vue de l'aménagement de
L'Abreuvoir, il me semble que ça va être difficile de trouver une solution en terme
de déplacements (manque de place, aménagements compliqués). Ce problème de
circulation qu'ils rencontrent est très prégnant, car il est une entrave à l'autonomie
des personnes vieillissantes.
2.
Eléments de proximité
Ces éléments sont à prendre en considération particulièrement pour des raisons de
facilité et d'autonomie individuelle. Effectivement, que se soit pour les enfants, les
parents ou pour les personnes vieillissantes, ils peuvent être pratiques et bien
souvent facilité la vie de tous.
-
Transports en commun: que se soit pour l'autonomie des enfants, pour les
personnes vieillissantes qui ne peuvent plus prendre leur voiture ou bien les
adultes qui n'en ont pas une grande utilité. Il est très avantageux de les avoir
à proximité. Cela permet de ne pas être trop isolé et assure une plus grande
autonomie des habitants.
-
Routes : il s'agit ici, de facilité pour les habitants ainsi que pour toute
personne qui voudrait s'y rendre. Certains sont plutôt isolés des axes routiers
ce qui n'est pas spécialement un avantage lorsque les personnes vieillissent ou
bien tout simplement pour les personnes qui doivent se rendre sur leur lieu de
travail alors qu'il n'y a pas de transports en commun dans les alentours.
-
Commerces : le fait de les avoir près de chez soi est un gain de temps et
d'énergie. Devoir courir loin pour faire ses couses peut vraiment être
fatiguant sur le long terme. Leur proximité est également très avantageuse
lorsque les personnes vieillissent, ça leur permet de pouvoir continuer de faire
leurs achats seuls (autonomie).
-
Soins médicaux : Ce point concerne particulièrement les personnes
vieillissantes. Effectivement, le fait de savoir leur médecin traitant proche de
chez elles, est rassurant mais leur permet aussi de garder leurs habitudes et
de se déplacer chez lui seule en cas de besoin.
-
Etc.
111
Voici l'exemple d'un autre habitat groupé qui a pris en considération ces différents
points autant architecturalement qu'au point de vue de la proximité. Il s'agit du
Petit Béguinage de Louvain La Neuve. C'est un habitat groupé pour personnes
vieillissantes, ils ont donc réfléchi à ce qui pourrait leur être utile dans le futur par
rapport à leur âge. Pour le moment ils sont encore tous valides et autonomes mais ils
comptent bien terminer leur vie dans cet habitat. C'est pourquoi, ils ont prévu à
l'avance que des problèmes physiques pouvaient survenir et comment les anticiper
afin que les adaptations qu'ils auraient besoin de faire dans le futur soient les moins
lourdes possibles.
Après avoir abordé via des exemples et au travers de petites conclusions la dimension
spatiale des habitats groupés. Tout comme dans la structure théorique, nous allons dans
le prochain point nous préoccuper de tout ce qui touche à l'intégration. Trois
thématiques vont y être développées, l'intégration des habitats groupés dans les
quartiers, les relations interpersonnelles au sein des habitats groupés ainsi que
l'intégration de nouveaux habitants dans le projet, ce qui implique également les
départs d'anciens.
D. L’intégration : résultats et analyse de ceux-ci
Pour aborder ce sujet, il nous faut prendre en considération, différentes formes
d'intégration existantes. Comme déjà cité précédemment (titre IX) de manière
théorique, elles sont toutes très importantes, que se soit par rapport au quartier, entre
les habitants ou concernant de nouvelles personnes. Ces intégrations définissent les
relations sociales qui existent autour, entre et au travers des habitants de ce type
d'habitat qu'est l'habitat groupé.
1° Nous allons illustrer au travers d'exemples concrets, les relations de voisinages et
internes que l'on a pu observer via nos interviews dans les douze habitats groupés.
2° Quelles sont les relations qui prédominent dans l'ensemble des habitats visités?
3° Afin de répondre aux questions :
112
Quelle importance l'intégration dans un quartier peut- elle avoir sur la vie
future des habitants de l'habitat groupé?
Quels sont les aspects relationnels qui doivent être pris en compte dans un
habitat groupé afin d’en maximiser sa durée dans le temps?
Quels impacts les départs d'anciens et l'intégration de nouveaux habitants ontils sur la vie collective d'un habitat groupé?
a.
Illustration de l'intégration par rapport au quartier, entre eux et des nouvelles
personnes
1.
Intégration par rapport au quartier
Nous allons ici, illustrer par l'expérience de quelques habitats groupés, comment les
gens du quartier ont réagi lors de leur arrivée.
Par exemple, le fait que les personnes qui achètent le terrain (pour construire), la
maison ou site (à rénover) près de chez eux ne soient pas du quartier ou de la région
donne une impression négative aux habitants du quartier.
"L'Abbaye St Denis", en est un exemple, les habitants de St Denis espéraient voir
l'Abbaye réaffectée à une entreprise pour retrouver un emploi près de chez eux.
Puisqu'il l'avait perdu à la fermeture de la filature et de l'entreprise qui avait suivi
quelques années plus tôt. A la place, ce sont des privés qui ont acheté pour en faire
du logement et de plus ils n'étaient pas de la région, ce que les habitants de la
région n'ont pas apprécié. Toutefois, dans ce cas-ci, une grande partie des
habitants n'est pas restée sur ce premier sentiment. Lors des animations, fêtes ou
visites du site, organisées par les habitants de l'habitat groupé, les habitants des
alentours se joignent à eux pour leur donner un coup de main.
"La Placette", ce n'est pas tant le fait que se soient des habitants d'une autre
région mais plutôt que beaucoup d'entre eux, ne parlent pas le flamand.
Effectivement, La Placette se situe à Wezembeek Oppem, en partie
néerlandophone. Cependant, trois habitants sont bilingues et ont essayé avec les
autres du groupe de créer un contact avec le voisinage, ce qui n'a pas spécialement
bien fonctionné. Leur disposition spatiale n'a pas aidé énormément non plus.
L'habitat s'est construit de manière circulaire, sur un terrain vierge qui se trouvait
entouré de maisons. Les habitants se sont dès lors retrouvés avec onze nouvelles
maisons donnant sur la vue de leur jardin où quelques années avant, il y avait un
espace de verdure, un champ, bien plus jolie vue!
113
Toutefois, un élément a joué en leur faveur, les membres du groupe qui constitue
l'habitat groupé ont pour la majorité des enfants. Ce sont eux, qui via leurs amis et
l'école ont permis aux parents de rencontrer les habitants des alentours, ce qui a
créé des relations entre le groupe et les habitants du voisinage. Ils ont pu
comprendre ce qu'était ce groupe, leurs motivations, leur fonctionnement, etc. Ainsi
les habitants de La Placette ont pu être compris par le voisinage et mieux accepté
(par certains).
"Le Hameau", à Rosières, a lui fait l'objet d'un pétition. Elle fut signée par une
majorité des habitants des alentours. Car l'endroit est assez isolé et n'était occupé
que par de grosses fermes rénovées. Le Hameau est alors venu troubler "la paix des
champs". Une habitante du Hameau, Mme Verwacht nous dit: "Ce n'est que des
années après notre installation que l'on a appris qu'il y avait eu une pétition contre
nous, on a appris ça incidemment par quelqu'un du coin. Ce qui nous a beaucoup
surpris". Mme Jouret, également habitante du Hameau précise leur crainte : "Ils
ont eu peur au point de vue circulation, comme c'est un petit coin de campagne et
que nous étions beaucoup"
Certains habitants peuvent également ne jamais se faire à l'idée d'un habitat
groupé près de chez eux, ou ne pas vouloir entrer en communication avec les
personnes qui y habitent.
Concernant "l'Abreuvoir", nous avons une petite anecdote pour illustrer leur
intégration à Watermael Boisfort dont nous a fait part Mme Bronitz lors de notre
interview124. "Il y a peu, un policier est venu pour trouver quelqu’un à l’abreuvoir, il
venait après un appel des voisins car un sapin du terrain de l’abreuvoir dépassait sur
le leur et qu’ils réclamaient que quelqu’un vienne le couper. Selon le policier, les
voisins n’osaient et ne savaient pas à qui s’adresser à propos de ce sapin". Ils sont
donc en bon terme avec leurs voisins mais tout de même certains habitants ont
encore du mal à les aborder et continuent à appeler l'Abreuvoir, "la cage aux
poules"125.
Pourtant paradoxalement, pendant notre interview à l'Abreuvoir, Mme Bronitz nous
a partagé : "nous sommes bien conscients que notre projet a eu un effet de masse
due à notre grand groupe mais il y a maintenant, après 33 ans, un autre contact avec
les gens du quartier car nous connaissons individuellement ces habitants aux
124
Interview à l'Abreuvoir, le mardi 7 février 2006, pg 4.
125
C'est un nom, qu'un commerçant du quartier leur a donné lors de leur arrivée.
114
alentours et inversement. Nous ne sommes donc plus à leurs yeux juste un groupe de
personnes mais des « individus » à part entière qui forment un groupe".
Dans le cas du Jardin du Béguinage, les personnes vieillissantes sont confrontées à
une réaction de la part des gens qui occupent les autres pavillons à laquelle elles ne
s'attendaient pas du tout. Effectivement, elles ont très peu de contacts avec les
personnes qui sont dans le centre thérapeutique, ce qu'elles comprennent bien (en
cure de soins donc pas toujours en état de sortie) mais en ce qui concerne les
familles des deux autres pavillons c'est un peu plus compliqué. Les familles qui
arrivent dans ces maisons viennent tout droit d'institutions, c'est pourquoi ils sont
à la recherche d'indépendance. Ils en ont assez du trop commun, c'est plus une
demande d'autonomie que de participation. Des liens et contacts (à court ou long
terme peu importe) sont désirés de la part des personnes vieillissantes puisque
c'était ce qu'elles espéraient au départ, mais ils ne sont pas "renvoyés" par les
familles de l'autre côté. Les habitants du Jardin du Béguinage respectent donc leur
choix d'indépendance. Avec toutefois le sentiment qu'elles leur font un peu
impression de dames patronnesses ou en tout cas d'un groupe de vieilles personnes.
Ces différentes exemples, nous démontrent que l'intégration dans un quartier n'est
pas uniforme, que certains habitants peuvent s'y habituer et intégrer l'habitat
groupé tout comme d'autres n'y arrivent pas. Il n'y a pas, ici, à trouver ou justifier
qui à tort ou raison mais tout simplement observer que ce concept de par sa
nouveauté et son importance matériellement ne peut être intégré de la même
manière n'importe où et surtout pas de n'importe quelle manière!
On peut surtout remarquer que les habitats groupés bouleversent, en général, les
habitudes des gens qui habitent le quartier où ils s'installent. Que les gens du
quartier sont déstabilisés, ils ont pour la plus part peur ou sont sceptiques quant à
l'arrivée d'un groupe parfois imposant auquel ils associent la notion de "sectes". Ne
sachant pas, qui ils sont et surtout pourquoi, ils habitent tous ensemble. Les gens du
quartier s'en méfient et peuvent réagir plus ou moins fort (pétition, insultes,
commérages, etc.).
-conclusion
Parmi les habitants que j'ai rencontrés, tous ont essayé de trouver une manière
d'entrer en contact avec les habitants du quartier. Tous ne l'ont pas fait de la
même manière mais avec le même objectif, faire connaissance, rencontrer les
habitants du quartier et leur faire part de leur projet collectif. Je vais ci-dessous
citer quelques unes de leurs démarches :
115
- Un goûter ou verre de l'amitié pour les habitants du quartier dès leur installation
dans l'habitat groupé.
- Des visites pendant et après les travaux ouvertes au public mais plus
particulièrement aux habitants du quartier.
- Organisation de petites fêtes avec les gens du quartier :
- à l'Abbaye St Denis, les habitants de St Denis, malgré leur déception, sont venus
à ces fêtes et certains se sont même investis de manière active dans les
différentes animations (brocante, concerts,…).
- à La Vieille Voie de Tongres, ils organisent "une crêpe party" pour la chandeleur,
"la fête des fous" à la St Walburge, une fête de quartier importante qui rassemble
énormément de monde. "Une auberge espagnole", le samedi de la fête, la rue est
barrée, les gens sortent dans la rue avec des plats et "comme maintenant il y a
beaucoup + d'immigration, ils viennent avec des spécialités. Ca fait 3 ans que cette
fête a lieu tous les ans"126.
- les Arbrelles ont fait des petites fêtes dans leur salle commune et récemment ils
ont ouverts un magasin Oxfam tenu par les gens des Arbrelles ainsi que par des
habitants du quartier. Ce magasin se situe à l'entrée principale des Arbrelles.
- Via les enfants : mise en place de garderie également ouverte aux enfants du
quartier ou bien de cours de musique pour les enfants de l'habitat et ceux du
quartier. C'est via les enfants que la plupart des habitants nous ont dit être entrés
en contact avec les gens du quartier, via l'école, leurs amis, leurs activités. Souvent
pour ne pas dire toujours, les enfants sont des agents de rencontres entre les
adultes (les parents).
- L'habitat groupé de la Verte Voie a choisi d'ouvrir leur habitat aux personnes
extérieures en faisant cohabiter au sein de leur maison, leurs logements et des asbl.
Ces asbl aident à l'approche de l'habitat groupé et en plus d'ouvrir leur habitat via
les asbl, les habitants connaissaient beaucoup de gens qui ont servi de "relais" pour
positiver dans les alentours tout comme ailleurs leur mode de vie. Pourtant encore
bien des gens restent méfiants par rapport à leur habitat, particulièrement certains
126
Habitant de la Vieille Voie de Tongres.
116
de leurs voisins proches alors que d'autres se déplacent de pays limitrophes pour
visiter leur maison.
Et pourtant, malgré les démarches pour mettre au courant les habitants du quartier
sur le concept d'habitat groupé, beaucoup restent perplexes quant à ces projets.
Certains habitats groupés ne sont toujours pas vraiment intégrés dans leur quartier
après des années d’installation. D'autres heureusement le sont davantage mais il ne
serait pas correct de dire que c'est un concept bien accepté par les personnes des
alentours.
Il me parait important de soulever le « risque » qu'il existe par rapport à
l’entourage de tout habitat groupé, de parfois avoir tendance à se suffire à soimême, de s’auto-suffire. Les habitants de La Verte Voie nous en ont fait la
réflexion lors de l'interview "C'était parfois le cas des enfants par exemple.
Effectivement ils restaient plus autour de l’habitat groupé avec les autres enfants
qui en faisaient partie plutôt qu’avec les voisins"127. C'est le risque de perdre tout
contact avec les personnes du voisinage, de transformer un habitat groupé en une
forme de ghetto. Ce qui n'est ni bon pour les habitants qui s'enferment dans un
carcan, ni pour les personnes extérieures qui voient ça d'un mauvais œil. L'habitat
donne dans ce cas là, l'impression d'être un rassemblement de gens à part qui ne
souhaitent pas se mêler aux personnes du quartier. Ce que les personnes du
voisinage acceptent encore moins. C'est très souvent la première impression d'un
habitat groupé, donnée aux gens du quartier dans lequel ils s'installent.
2.
Organisation interne
→ Au point de vue de la gestion interne
Au Collectif d'Hannut, ce sont des Assistantes Sociales qui s'occupent de
l'entrée des personnes, de leur accompagnement, de l'aspect administratif, etc.
"On propose pour chaque personne un contrat d'accompagnement social, qui
implique en dehors de tout ce qui est remise en ordre administrative,… aussi une
participation si possible active à certains ateliers que l'on organise ici (atelier
cuisine, jardinage, braderie, etc.). Car c'est aussi quelque chose qui fait partie de
la vie collective en dehors du logement. De plus les ateliers sont ouverts à toute
127
Habitante de La Verte Voie, opcit, pg 2.
117
personne extérieure, ce qui est un excellent moyen, de rencontrer de nouvelles
personnes"128. Ceci est le témoignage d'une des travailleuses de l'ASBL, qui pour
moi exprime assez bien deux choses. Tout d'abord, la volonté dont les personnes
qui entrent dans ces habitats, doivent faire preuve : s'intégrer dans les activités
collectives en plus d'être habitant. Ainsi que le fait d'avoir les AS qui motivent
les troupes afin d'organiser des activités avec les habitants et selon leurs
intérêts et non pas pour eux. Ces ateliers ont lieu une fois par semaine dans la
maison principale (dans laquelle se trouve les bureaux de l'ASBL).
Pour Le Jardin du Béguinage, malgré que se soit l'ASBL qui s'occupe de la
gestion administrative. Ce sont les habitants (personnes vieillissantes) qui gèrent
leur vie quotidienne. Nous avons pu observer quelques particularités dans cet
habitat qui ne se retrouvent pas dans d'autres. Ils se retrouvent un
matin/semaine, chez l'un ou chez l'autre, à tour de rôle (car pas de pièce
commune), pour un petit déjeuner. C'est pour eux un moment de discussion et de
partage de choses qui leur paraissent importantes avec l'envie d'en faire part aux
autres. Lors de ces déjeuners, ils tiennent un journal de bord "le carnet vert",
dans lequel chacun à son tour fait un compte rendu de ce qui a été dit (pour
garder un trace!). Ce carnet est quelque chose que nous n'avons rencontré nulle
part ailleurs, mais qui toutefois a été mentionné par d'autres habitants qui
voudraient en rédiger un qui retracerait les grandes lignes du passé de l'habitat
et de sa vie actuelle. Les habitants du Jardin du Béguinage ont aussi, tous les
deux mois, des réunions avec leur groupe d'accompagnement129. Ils ont également
comme tous les autres habitats constitués en ASBL (ou qui en ont une dans leur
habitat), des réunions avec les membres du CA. Ces réunions ont pour but de les
tenir les membres au courant de la vie de l'habitat ainsi que de discuter de
choses techniques ou de problèmes à régler.
Pour la "Vieille Voie de Tongres" et "L'Abbaye Val Dieu", les rencontres sont
plus spécifiques puisque ces deux habitats groupés sont d'inspiration chrétienne
et les habitants sont pratiquants. Ils se retrouvent régulièrement pour prier
ensemble, 2 fois par semaine à la Vieille Voie de Tongres et 2 fois par jour à
L'Abbaye Val Dieu. Tous deux font également des "retraites" de quelques jours,
un fois l'an pour vraiment passer du temps avec l'ensemble des habitants. Les
128
129
Assistante sociale, travailleuse au Collectif d'Hannut, interview à Hannut, le 19 décembre 2005, pg 2.
Ce groupe ne se retrouve que dans le cas du Jardin du Béguinage, il s'agit de personnes extérieures qui se
réunissent et aident les habitants en cas de prise de décisions difficile ou d'intégration de nouvelles personnes.
118
deux habitats ne fonctionnent pas de la même manière puisque à la Vieille Voie de
Tongres, leurs rencontres de prières (antérieures) qui ont motivé l'habitat
groupé en famille, alors que pour l'Abbaye de Val Dieu, c'est la rénovation du site
religieux qui a motivé cet habitat groupé. De plus les personnes qui sont inscrites
dans ce projet (toujours en cours de rénovation) ont toutes la volonté de
réaménager cet endroit et d'y vivre en gardant des éléments de la vie des moines.
Ce qui implique une prière avant et après la journée de travail ainsi qu'un journée
de silence par semaine.
Pour certains habitats groupés la mise en place d'activités ou rencontres
communes furent sans succès. Ce n'est pas faute d'avoir essayé mais
apparemment il était trop difficile de mettre les gens d'accord sur les temps ou
sujets de rencontres. Ils se sont tout de même rencontrés quelques fois mais
c'est rapidement tombé à l'eau. D'autres ont organisé certaines rencontres mais
faute de temps et demandant beaucoup d'investissement, ils ont abandonné une
partie des réunions.
C'est le cas, par exemple des "Arbrelles" qui avaient une réunion de fond et une
réunion technique par mois mais qui faute de temps ont supprimé la réunion de
fond. Toutefois, reviennent souvent, lorsqu'il n'y a pas ou plus de rencontres pour
discuter, les rencontres en petit comité (seulement quelques habitants ensemble
pour un dîner ou autre mais par avec l'entièreté des habitants). Cette formule de
petit comité est tout à fait naturelle et compréhensible dans un tel mode de vie.
Effectivement tous les habitants ne peuvent pas partager la même passion ou
participer aux mêmes activités en même temps. C'est pourquoi, ils se retrouvent
de manière plus restreinte mais ça ne veut pas dire que les groupes sont toujours
les mêmes puisque les envies et intérêts communs peuvent évoluer dans le temps
et modifier la configuration des petits groupes en fonction des envies et des
affinités.
La gestion d'un habitat implique aussi l'entretien, les tâches communes, ou
individuelles auxquelles les habitants doivent participer.
Voici un exemple du Hameau, qui illustre les tâches communes et quand ils les
réalisent : "Il y a les travaux courants, 4 week-ends de travaux communs, avec
tous les habitants. On travaille alors sur tout le terrain (entretien des chemins,
119
des arbres, etc.) et la maison commune"130. De plus dans leur habitat, il existe une
particularité qui touche une personne en particulier mais qui est primordiale pour
le fonctionnement de l'habitat. Il s'agit d'un des habitants qui est le "grand
financier du Hameau".C'est lui qui gère tous les comptes communs depuis le début
et c'est apparemment un atout considérable pour le bon fonctionnement de
l'habitat. Il a la confiance de l'ensemble du groupe et est reconnu pour ses
compétences et son honnêteté. "Il gère ça très bien depuis le tout début.
Heureusement qu'il est là car les problèmes d'argent peuvent vraiment devenir
impossible à vivre"131. Un autre habitant rajoute "Pour moi, ça aborde un autre
aspect qui est que des tas de compétences, comme on est beaucoup, sont réunies
et peuvent œuvrer ensemble et se compléter dans l'intérêt du groupe".
En ce qui concerne La Placette, ils ont régulièrement des activités ensemble que
se soit pour discuter ou passer un moment ensemble.
Ils ont une réunion par mois ensemble pour discuter, des travaux dans la maison
commune, des poubelles, des problèmes entre voisins, du bruit de la salle
commune (enfants), de la préparation de la fête des 20 ans de l’habitat en
septembre,…
Un samedi sur le mois, est une journée collective pour l’entretien du terrain,
réparation quelconques,… pendant laquelle ils ont un repas commun dans la maison
commune.
Une AG qui est prévue le samedi d’après la journée commune.
Un week-end par an, ils font une activité avec toutes les personnes de La
Placette. Soit ils partent à la mer, à la campagne, ou bien restent à La Placette et
font un week-end ateliers et balades à vélo, etc.….. Ils passent ce week-end là
tous ensemble, c’est une manière d’être vraiment rassemblés et de pouvoir
partager un moment avec tous.
La fête est un élément très présent dans leur groupe et ils aiment en organiser
pour toutes sortes d’événements. Ils sont d'ailleurs entrain d'organiser une
grande fête pour les 20 ans de La Placette qui aura lieu en septembre.
→ Relations interpersonnelles
Ces relations sont très présentes dans les habitats groupés, puisque les habitants
vivent très rapprochés les uns des autres. Cela ne veut pas dire qu'ils partagent
130
Mme Jouret, habitante du Hameau, opcit, pg 3.
131
Opcit pg 4.
120
tout et tout le temps. Mais qu'ils sont sans arrêt confrontés aux autres
personnes de l'habitat que se soit via leurs activités ou au travers de discussions.
Ils entretiennent donc des relations interpersonnelles qui peuvent être intenses.
Surtout que leurs rencontres commencent bien avant le moment où ils habitent
ensemble (réunions de préparation, d'élaboration du projet).
Une habitante du Hameau : "l'habitat groupé, c'est lourd, c'est une gigantesque
entreprise, on avait des réunions toutes les semaines, pendant 2 ou 3 ans avant
d'y habiter. De plus mettre les gens d'accord, pour tous les choix ce n'est pas
évident. Il ne faut pas que les gens s'imaginent que c'est la solution de la facilité.
Tout dépend aussi du nombre, ici on est 13 unités, ce n'est pas tout à fait pareil
que 3 ou 4 unités. En général, on est arrivé à des consensus mais il faut être bien
clair avec ceux qui commencent". Un autre enchaîne : "Il y a aussi une gestion
humaine qui doit se faire, pas seulement du mobilier!"132.
Dans leur cas, les habitants nous ont fait part que la force du groupe réside dans
le fait que des personnes se voient davantage que d'autres. Ce qui veut dire qu'il
y a des affinités avec certains. "c'est normal et ça se vit très bien comme ça.
Mais il ne s'est pas formé de clans entre nous, ce sont de petits sous-groupes, qui
ne sont pas toujours les mêmes en fonction des activités, des années, les enfants
qu'il fallait conduire à l'école, etc."133
Dans le cas de l'habitat groupé de La Vieille Voie de Tongres, c'est sur la
lenteur de la vie collective, surtout au point de vue des décisions, qu'ils mettent
l'accent. "La vie communautaire impose la lenteur, ceux qui sont impatients
doivent mordre sur leur chique. C'est une aventure, dès le départ il faut savoir
que toutes les décisions que l'on doit prendre prennent du temps, ça va évidement
plus vite quand on est seul!"134.
A L'Abreuvoir, au début les habitants organisaient des repas collectifs une fois
par mois, des déjeuners les samedi matin et pendant le reste de la journée
s'occupaient des petites choses à faire pour l'entretien du terrain.
Apparemment, c’était un moment très agréable qu'ils passaient ensemble surtout
qu'ils prenaient alors le temps de discuter ensemble, de manière informelle.
Pourtant cela n'a pas tenu très longtemps, car la préparation du petit déjeuner
132
Guy Verwacht, opcit, pg 4.
133
Opcit, pg 4.
134
Mr Schekelaars, habitant de La Vielle Voie de Tongres, opcit, pg 6.
121
prenait trop de temps, surtout c'était assez difficile de contenter tout le monde
(beaucoup de nationalités différentes). Les rencontres se font aujourd'hui par
petits groupes, en fonction des affinités entre les gens.
Cela étant, lorsqu'il arrive un événement tragique, le soutien et l'aide de la
communauté est extraordinaire. Le couple Bronitz en a fait l'expérience : "Nous
avons perdu notre fils, il y a quelques années et le soutien que tous n'ont apportés
fut absolument extraordinaire. Ils ont été présents et nous ont beaucoup aidés
au travers de cette période difficile".
Ils ont également soulevé la question de la vieillesse et disent assez clairement
que le fait de vieillir ensemble va être difficile quant à la perte de certaines
personnes par exemple. Car il y a des affinités entre certains et puis que malgré
les crises qu'ils peuvent traverser, la
proximité qui existe entre eux , les lie.
A La Placette, lors de la construction de leur habitat groupé, les différentes
compétences de chacun ont été mises à l’épreuve et ont surtout été utilisées.
C’est pour eux, une force dans un groupe, que tout un chacun puisse apporter sa
compétence et la mettre au service du groupe. Par exemple, un des habitants de
La Placette est artiste et il a une vision assez différente surtout en ce qui
concerne la décoration (bancs en bois, aménagement de la placette au centre de
l’habitat groupé), ceci est la preuve que tous cohabitent avec leurs qualités (et
défauts) en essayant d'apporter au groupe ce qu’ils peuvent.
Une autre force de leur groupe est selon eux, la parole. Effectivement dans le
temps, lorsque ils ont construit à Wezembeek Oppem, ce sont deux groupes de
personnes qui voulaient construire un habitat groupé qui se sont mis ensemble. Il
n’y a pas eu de coup de foudre entre eux, mais ils se sont rendus compte qu’ils
avaient une facilité de discussion. C’est grâce à cette communication et le respect
qu’ils ont les uns envers les autres, que leur groupe s’est fortifié et leur a permis
de réaliser ce projet et surtout de le faire tenir dans le temps.
- Conclusion:
Dans l'ensemble des cas que je viens d'illustrer, on peut retirer quelques points
récurrents. Tout d'abord celui qui me parait le plus signification est que les
habitants ne forment pas un groupe compact et homogène. Au sein des différents
groupes, il arrive que des personnes soient en désaccord ce qui peut mener
jusqu'à des conflits interpersonnels. C'est ça aussi l'habitat groupé, c'est
trouver des solutions à des problèmes entre les gens. Il est utopique de penser
que parce qu'ils habitent ensemble sur le même terrain et qu'ils ont un projet
122
collectif, tout se passe bien entre eux tous. C'est évident que non, toute
personne ayant fait partie d'un groupe que ce soit en sport, en musique, etc. sait
que la vie en collectivité n'est pas de tout repos. Les habitants eux aussi en sont
conscients et le savaient avant même d'entrer dans l'habitat. C'est pourquoi ils
ne tentent pas de faire ressembler le groupe à une masse uniforme, bien au
contraire. Ils acceptent que les rapports interpersonnels ne soient pas toujours
évidents. C'est pourquoi ils reconnaissent que dans un habitat groupé, se forment
au fils du temps des sous-groupes qui varient en fonction du temps, des affinités
du moments, des centres d'intérêts; etc. Ils sont d'ailleurs tous d'accord pour
dire que de telles relations sont certainement plus saines que celles qui impliquent
sans arrêt l'équivalent de 20 personnes ou plus.
En ce qui concerne leurs rencontres au sein de l'habitat, elles s'articulent toutes
autour d'un même axe. Celui de leur mise en commun. Ils essayent de garder dans
le temps, un système de discussions efficace, de conserver un respect mutuel, un
droit de parole, etc. C'est sur ces bases interrelationnelles qu'un habitat groupé
peut s'élaborer et surtout se pérenniser dans le temps.
2.
Intégration de nouvelles personnes
Pour ce qui est de l'intégration proprement dit de nouveaux habitants, elle se fait,
de différente façon dans chaque habitat. Les critères ne sont pas les mêmes pour
tous, la manière dont on"sélectionne" les nouveaux habitants, la manière dont on les
accueille, etc.…
Dans certains groupes, ils procèdent de manière similaire, c'est-à-dire : dans un
premier temps, le groupe décrit, explique clairement la spécificité de leur habitat.
Dans le cas où les personnes sont toujours intéressées, elles rencontrent alors
l'ensemble des membres du groupe pour faire connaissance et peut être exprimer
leurs envies et leurs motivations à se diriger vers un tel habitat. Ils prennent alors
connaissance de l'acte de base ou autre en fonction de la construction juridique du
projet et il leur est souvent demandé de participer à une réunion collective ainsi
qu'à une journée de travaux en commun. C'est une manière pour le groupe et pour
les personnes intéressées de prendre conscience de ce qu'est la vie en habitat
groupé. Chacun de l'habitat groupé donne son avis quant aux "nouveaux potentiels"
et une fois le groupe d'accord et les arrivants aussi, ils peuvent "entrer" dans
l'habitat.
Pour certains habitats groupés, lors de vente, les habitants ont un droit de
123
préemption, pour les autres les nouvelles personnes sont souvent des connaissances
ou des amis d'amis mais peuvent tout aussi bien être des personnes inconnues.
Selon un habitant du Hameau : "C'est pour celui qui arrive que c'est le plus difficile,
enfin c'est lui qui doit le plus se méfier, car il doit s'intégrer dans un groupe. Enfin
c'est vrai que c'est également très difficile de déceler quelqu'un qui pourrait
mettre le projet en péril! Au début, tout est beau, tout est formidable et c'est
dans la vie de tous les jours qu'il se révèle. On a d'ailleurs déjà eu le cas avant la
construction. On a décidé ensemble de ne pas l'accepter dans le projet et on en a
tous été un peu malades mais il faut également être réaliste aussi"135.
Dans certains habitats groupés les intégrations se font de manière "très formelle",
cela permet d'être impartial (pas de préférences donc tout le monde a les mêmes
chances de pouvoir entrer dans l'habitat groupé). C'est le cas du "Jardin du
Béguinage", ils ont élaboré quelques critères objectifs:
-
les revenus égaux aux loyers sociaux,
-
l'âge:60ans (donc certains pourraient encore travailler, ce qui est assez
fatiguant, la personne ne se sent pas tout à fait dans l'Hg, pas toujours
disponible),
-
l'optique de vie : être capable d'indépendance et être solidaire .Il est
important d'être d'accord sur ces 2 pôles.
-
vivre dans cet environnement (avec d'autres asbl)
-
prépondérance d’une bonne santé
En pratique la personne rencontre les habitants chacun séparément. Ensuite le choix
d'accepter ou non cette nouvelle personne, est fait par le groupe d'accompagnement
et les habitants (décision prise d'un commun accord). Lorsqu'une personne entre
dans l'habitat, pour entrer en contact, la nouvelle personne se présente aux
habitants et inversement ensuite elle reçoit un petit historique de l'habitat qui a
été écrit par un des premiers habitants pour ceux qui arrivent en cours de route.
A L'Abreuvoir, il n'y a pas spécialement de critères d'intégration. Les personnes
intéressées par le projet, se présentent à l'ensemble du groupe et c'est plutôt au
feeling que ça fonctionne. Mais cela peut jouer des tours, évidemment. Par exemple :
"Un couple est arrivé à L'Abreuvoir, il y a quelques années, après les débuts de
l'habitat et on ne peut pas dire que ça se passe très bien. Ils ne sont pas vraiment
intégrés au groupe. D'ailleurs beaucoup les considèrent comme ne faisant pas partie
135
Mme Verwacht, habitante du Hameau, opcit, pg 4.
124
du groupe. Même si ils sont venus relativement tôt à L'Abreuvoir, ils attendaient
tout du groupe. Alors que ce groupe ne peut exister que par ce que les gens veulent
en faire. C'est leur cas, mais d'autres personnes sont venues plus tard à
L'Abreuvoir et sont eux vraiment intégrées au groupe car ils participent!"136. Ce que
cette habitante veut faire comprendre via son témoignage, c'est que les gens qui
habitent dans un habitat groupé doivent être actifs. Ils doivent participer aux
réunions, à l'organisation, etc. qu’ils soient porteurs de projets ou nouveaux
arrivants. Ceux-ci ont d'ailleurs la possibilité de par leur position de redonner un
petit coup de frais à la vie collective. Ils peuvent effectivement apporter de
nouvelles idées aussi bien pour l'organisation, que pour le projet collectif (nouvelles
activités, etc.). Ce qui peut leur être reproché, c'est de ne pas s'investir dans les
projets et d'attendre que tout vienne du groupe.
L'intégration de nouvelles personnes induit inévitablement le départ d'autres. Cette
situation, les habitants des Arbrelles l'ont vécu et ce fut apparemment assez dur
particulièrement pour l'une d'entre eux :"Il y avait des relations d'amitié profonde
avec d'autres personnes depuis des années, c'était un espèce d'engagement moral.
Le fait d'élaborer le projet ensemble, nous a pris beaucoup de temps. Ca a été une
période très intense qui nous a fortement mobilisés. Nous avons donc tous mis un
idéal et des aspirations dedans. C'est pourquoi quand les premiers ont quitté le
groupe, je l'ai ressenti comme une cassure importante. Leur départ a été une forme
de perte car pour moi les Arbrelles n'était pas un projet temporel. C'était "arbre",
mettre ses racines quelque part"137. Effectivement dans les premières années,
plusieurs couples ont quitté l'habitat, ce qui a apparemment été très difficile à
accepter en particulier pour cette habitante.Toutefois, de nouvelles familles se sont
intégrées dans le projet et il existe toujours. Quand ces familles sont arrivées,
elles se sont intégrées juridiquement mais moralement aussi. Elles ont rencontré
les autres habitants, discuté, afin de créer une relation de confiance. Les anciens
précisent que : "le plus dur est sans doute pour les nouveaux venus car ils doivent
s'insérer dans un système préexistant".
Lorsque une nouvelle personne (seule, famille, couple) entre dans un habitat groupé,
selon le cadre juridique de cet habitat, ainsi que le choix de l'ancienne personne,
elle sera propriétaire ou locataire. Lorsque les nouvelles personnes sont
propriétaires, l'intégration au sein de l'habitat groupé se fait en général très bien.
136
Mme Bronitz, habitante de L'Abreuvoir, opcit, pg 3.
137
Une porteuse de projet des Arbrelles, opcit, pg 4.
125
C'est lorsque les personnes sont locataires parmi des propriétaires que cela peut
créer des tensions. Effectivement les personnes locataires peuvent ne pas
s'investir de la même manière (ce qui est compréhensif dans un sens) dans la vie
collective. Elles ne sont pas dans leur propre logement, peut être est ce juste un
logement transitoire ou autre. C'est ce qui ce passe à "L'Abbaye de St Denis en
Broqueroie, " au début on cherchait des participants au projet, c-à-d des personnes
qui voulaient s'investir pour conserver un site ancien et le remettre tout a fait en
état tout en faisant leur vie là, des gens avec les mêmes objectifs, intéressés par le
projet et pas juste des locataires de transit!!!". C'est évidement un peu radical mais
compréhensif lorsque des personnes sont très investies dans leur projet. Ceci est
l'exemple d'un cas où il y a quelques problèmes surtout parce que le site est grand
et donc qu'il y a beaucoup de familles. Pourtant les locataires peuvent être pour les
propriétaires, une source de réflexion car ils ont un regard critique sur le
fonctionnement de l'habitat groupé. C'est dans cette optique que la diversité est
intéressante lorsqu'elle est bien gérée.
Sur l'ensemble des habitats groupés visités, il y en a trois qui ont un projet
d'accueil.
- Les Arbrelles, leur projet de base est la vie en collectivité mais également
l'accueil, c'est pourquoi ils ont construit dans leur maison commune, 2 chambres
réservées à l'accueil de gens en difficultés, des personnes seules, des couples et
des familles. Une convention est signée entre les habitants et les accueillis pour une
durée de 3 mois qui peut être prolongée. Pour chaque personne qui arrive aux
Arbrelles, une famille de référence lui est attitrée pendant la période où elle sera
là. Le critère d'intégration des personnes accueillies est une relative autonomie car
les familles ne peuvent pas s'en occuper tout le temps. Cela fait maintenant, quelque
temps qu'ils n'ont plus accueilli personne. Ils sont en grande discussion justement à
ce propos car les avis sont partagés concernant le fait de continuer ou pas. Il est
vrai que l'accueil n'est pas de tout repos et qu'il faut pouvoir disposer de temps
pour faire les choses correctement. Mais ils vont accueillir prochainement une jeune
fille avec une yourte dans leur jardin et des étudiants pendant quelques temps
- La Placette, eux aussi ont une forme d'accueil. Plusieurs habitants ont créé un
asbl "Mosaïque", qui a pour objectif l’accueil de transit (de quelques mois) et est
ouvert aux personnes qui sont en situation difficile, comme un divorce, une sortie
d’hôpital, etc.… Cet accueil leur permet de traverser un moment difficile avec le
soutien du groupe en fonction de ce que chacun peut leur mettre à disposition. L’asbl
dispose d’une petite maison, au sein de La Placette, composée de 2 flats. Plusieurs
personnes de l’habitat et amis extérieurs principalement ont mis des parts dans le
126
projet. Le loyer d’un flat est de 250 euro par mois, alors que normalement dans la
région cette superficie aurait une valeur de 500 euro. Ce loyer peut être modifié en
fonction des revenus de la personne qu’ils accueillent.
- Le Collectif d'Hannut, ce collectif tente de répondre à une demande en matière
de logement pour les personnes à faibles revenus. Ils rachètent des maisons et les
rénovent en habitat groupé. Dans un premier temps, l'accueil était à court terme de
manière transitoire, les personnes accueillies signaient un bail à court terme d'un
an, renouvelable une fois (sauf exception d'une personne qui est là depuis quelques
années). Maintenant que le collectif se dit être un habitat groupé
intergénérationnel, il accueille également des personnes âgées. C'est pourquoi dans
leur cas, elles signent un bail d'un an et si tout se passe bien, elles signent un bail à
long terme. Pourquoi? "On ne va pas demander aux personnes âgées de déménager
tous les 2 ans "dit une des AS.
Quand une personne veut une chambre, les As lui présente le projet, le cadre précis
avec le contrat d’accompagnement social. Toutefois après expériences, les As
savent que les personnes qui sont dans l’urgence et qui ont besoin d’un logement
social, vont dire oui à tout et une fois ici, elles risquent de se désintéresser. C'est
pourquoi, elles ont travaillé une grille de clarification de la demande. "Ca n’est pas
évident de décoder ce qui motive les gens à venir chez nous". Donc elles font passer
un premier entretien avec leur grille de clarification et puis elles "trient" un peu les
personnes que ça intéresse toujours après leur avoir parlé du projet. Suite à ce
premier entretien les personnes sélectionnées, sont présentées aux membres du
conseil d’administration (qui a une grille d’évaluation et ils attribuent des points) qui
prend la décision finale tout en prenant compte des avis des As qui ont fait passer
les entretiens
a.
Réponses aux trois questions concernant l'intégration
1.
Quelle importance l'intégration dans un quartier peut elle avoir sur la vie
future des habitants de l'habitat groupé?
Tout habitat groupé qui se crée est amené à être confronté aux réactions que va
susciter son arrivée dans le quartier. Quartier proche ou pas, mais rares sont les
habitats groupés qui sont totalement isolés d'un quartier. La réaction que les gens
du voisinage ont à leur arrivée est généralement mauvaise. Ce qui s'explique par
différentes raisons qui ont déjà été citées plus haut138. Toutefois les habitants
138
Voir, partie théorique, Intégration dans le quartier, pg 54.
127
mettent en place des initiatives, très différentes d'un habitat à l'autre, pour
entrer en contact avec les gens des alentours139. Deux réactions de leur part :
→ Soit ils acceptent de participer aux fêtes, visites, ou autres afin de se
faire leur propre opinion de ce qu'est ce nouvel habitat. Ce qui les fera
peut être changé d'avis quant au concept de l'habitat groupé.
→ Soit ils ne se déplacent pas, et se confortent dans leur première
impression : un groupe de gens bizarres qui viennent s'installer dans leur
quartier.
La réaction de toutes les personnes du quartier est rarement uniforme,soit noire
soit blanche. Certains sont intrigués mais pas contre, d'autres le sont tout à fait et
ne sont pas prêts à changer d'avis. Toutefois certaines des initiatives des habitants
peuvent porter leurs fruits. Les gens ayant pris connaissance de leur projet de vie
collective et de leur envie de s'intégrer et faire partie du quartier sont près à les
aider en s'associant par exemple à l'élaboration de fêtes de quartier.
Dans le cas, où les habitants du quartier restent fermés à l'idée qu'il y ait un
habitat groupé près de chez eux, certaines personnes de l'habitat groupé le vivent
mal tout comme celles de l'extérieur ,confrontées tous les jours à un projet qui ne
les enchante gère. Cela peut entraîner des malaises semblables à ceux que deux
voisins ont lorsqu'ils ne se supportent pas. L'avantage de l'habitat groupé dans ce
cas, est sans doute que les habitants ne sont pas seuls contre tout un quartier. Mais
c'est ce même avantage qui crée au départ cette réticence de la part du voisinage.
Il n'existe pas de solutions miracles quant à l'intégration d'un tel habitat dans un
quartier.
Pourtant lors de la rencontre avec un porteur de projet de l'habitat groupé Bois Del
Terre qui est encore en cours de réalisation. Celui-ci nous a fait part de la
"stratégie" qu'ils ont adoptée. Depuis, leur acquisition du terrain à Limelette, ils ont
décidé d'entrer en contact avec les gens du quartier. Pour ce ils ont d'une part fait
du porte à porte en se présentant et laissant aux habitants un petit prospectus de
présentation de leur projet collectif. De plus, ils tiennent régulièrement ces mêmes
gens du quartier au courant par des courriers, de l'avancement du projet et des
décisions prises par l'ensemble du groupe. Je pense pour ma part, que c'est assez
bien pensé. Pour deux raisons, tout d'abord car cela permet aux personnes du
quartier de se faire à l'idée qu'un habitat groupé va s'installer près de chez eux et
d'être mis au courant de l'avancement du projet. Ensuite cette prudence de la part
139
Voir, partie pratique, Intégration dans le quartier, conclusion, pg 114.
128
des porteurs de projets, permet aux gens du quartier de réagir très vite si quelque
chose ne devait pas leur plaire et puis évidement elle leur enlève toute possibilité de
venir se plaindre lorsque le projet sera là de ne pas avoir été prévenus en temps
voulu. C'est peut-être un peu trop anticipateur, mais n'est ce pas là une solution qui
est bénéfique et pour les habitants du quartier et pour les habitants du futur
habitat groupé!
2.
Quels sont les aspects relationnels qui doivent être pris en compte dans un
habitat groupé afin d’en maximiser sa durée dans le temps?
Les interrelations qu'entretiennent les habitants dans ce genre d'habitat sont
primordiales pour deux raisons : premièrement parce qu'ils sont omniprésents dans
la vie collective de proximité et deuxièmement parce qu'ils jouent un rôle important
dans le bon fonctionnement de l'habitat et donc inévitablement dans la pérennité.
Je vais ici, reprendre trois aspects relationnels qu'il est important de prendre en
considération lorsque l'on vit en habitat groupé afin d'en favoriser son
fonctionnement à long terme.
Je vais pour ce, me baser sur un témoignage qui a été fait par une habitante de La
Placette. Reprenant point par point les éléments qu'elle a mentionnés concernant les
relations qu'ils entretenaient les uns avec les autres.
- Egalité entre eux :
Il s'agit de conserver un respect mutuel, tout au long de la vie collective. Ne pas
permettre que quelqu'un prenne les commandes de l'organisation collective et ce
dans aucun cas (ancienneté, expériences, etc.). Dans un habitat groupé tout un
chacun est sensé être sur le même pied. Et particulièrement en ce qui concerne les
décisions. Tout individu a droit de donner son avis et que celui ci soit considéré par
l'ensemble du groupe. Leurs relations internes doit, me semble-t-il, se baser sur le
respect de tout un chacun et ce de manière durable.
Voici l'illustration de cette égalité exprimée par une habitante de La Placette :
"Pendant tout ce temps que nous avons passé ensemble dans l’habitat groupé, jamais
une personne n’a pris la place de leader ou gourou, en effet il n’y a pas de personne
centrale mais plusieurs personnes qui se relayent dans les fonctions et dans le
temps. Dans la pratique, lors de prise de décision, cette égalité est concrétisée par
le fait que chaque personne a une voie (si couple, chacun a une voie) car chacun a le
droit de donner son avis surtout si il est différent".
129
- Proximité :
Le fait de vivre de manière proche amène les habitants à entretenir des rapports de
proximité. En découle un souci de l'autre qui peut se traduire pas du soutien en cas
de moments difficiles à vivre ou tout simplement lorsque le besoin s'en fait
ressentir. Il s'agit ici, d'être attentif ou disponible envers les autres personnes du
groupe. Il est toutefois évident, que lorsque les groupes sont composés de 10, 20 ou
30 personnes, il est difficile d'être disponible pour tout le monde à la fois. C'est
pourquoi, au sein même de ce genre d'habitat se créent des sous-groupes. Ils sont
le résultat d'affinités entre certaines personnes à un moment donné.
Ici une illustration en ce qui concerne les sous-groupes qui peuvent se créés dans un
habitat groupé : "Comme on est une vingtaine d’adultes et une trentaine d’enfants, il
est évident qu'on ne peut pas tous être proches les uns des autres, c’est pourquoi
selon les affinités, de petits groupes se forment de 3 ou 4 unités et peuvent évoluer
dans le temps. Très souvent quand on se retrouve en petits groupes, c'est plutôt
dans nos maisons que dans la salle commune car c’est plus chaleureux (la salle
commune est assez froide, pas chaufféé tout le temps et puis trop grande quand
c’est juste un petit groupe)"140.
- conflits internes :
Les tensions ou les conflits sont monnaie courante lorsque l'on vit de manière
collective. L'ignorer serait tout simplement, entraîner l'habitat groupé vers l'échec.
Une des solutions aux tensions ou aux désaccords est d'y faire face au plus vite.
Effectivement vivre tous les jours aux côtés d'autres personnes ne peut avoir
d'avenir que si régulièrement les tensions sont exorcisées. Car le fait de traîner
dans le temps, des problèmes relationnels est ce qui entrave le plus les chances de
réussite de l'habitat groupé.
Encore un témoignage d'une habitante de La Placette : "Ce n’est pas toujours simple
de faire avec autant d’avis différents, de valeurs différentes mais c’est très gai car
il y a des discussion incessantes. Les problèmes quant à eux, doivent parfois se
régler en plusieurs fois mais peu importe puisqu’ils se régleront par la parole et la
discussion".
Le fait que plusieurs personnes qui cohabitent de manière proche, et entretiennent
des relations plus ou moins intenses permet à chacune d’elle, d'être confrontée aux
140
Un habitant de La Placette, opcit, pg 5.
130
différences de l'autre. Ces relations engendrent des remises en question
individuelles mais elles permettent surtout d’évoluer personnellement et
collectivement ainsi que d’acquérir une certaine souplesse, une vraie tolérance vis-àvis des divergences d'opinons.
Ce qui semble toutefois être assez récurrent après des années de vie commune dans
les habitats rencontrés, c'est la présence d'une certaine usure de la vie collective.
Il est vrai que de devoir sans arrêt discuter afin de prendre toutes sortes de
décisions, ce qui peut prendre, dans certains cas, énormément de temps, n'est pas
de tout repos. Les gens peuvent à un moment donné avoir envie d'un peu plus de
légèreté et laissent alors un peu de côté la vie collective. Il est évident que tout le
monde ne peut pas se le permettre en même temps, mais je pense qu'il faut pouvoir
accepter que de temps en temps, le fait de toujours tout devoir discuter et de
remettre en question les projets peut être usant. C'est pourquoi, je pense que tout
habitat groupé n'est pas sans arrêt en discussion. Il y a des moments forts, des
moments clés, où tout est remis sur le tapis, ou bien que des décisions importantes
doivent être prises collectivement. C'est ce qui fait tenir les habitants dans la
longueur. Ils ont du temps pour eux (épanouissement individuel), et sont parfois
dans des moments de grands questionnements collectifs (évolution collective).
3.
Quels impacts les départs d'anciens et l'intégration de nouveaux habitants
ont-ils sur la vie collective d'un habitat groupé
Aux Arbrelles, des 6 unités de départ, il ne reste plus de que 2 familles, elles nous
disent :" C'est aussi quelque chose qui a très fort fait évoluer le projet de base. On
a donc dû, nous aussi évoluer et adapter le projet en fonction des circonstances, des
personnalités, des arrivages. C'est une question qui est inhérente à toute vie
sociale. On ne reste pas figé, des enfants partent, d'autres arrivent… C'est une
évolution inéluctable". Malgré la difficulté des départs, l'habitat ne s'arrête pas
(bien que ce fut le cas pour certains), il faut alors pouvoir aller de l'avant et
intégrer de nouvelles personnes au projet de manière à ce que le projet se
pérennise dans le temps et que ceux qui restent et qui y croient toujours puissent
continuer à le faire exister. L'arrivée de nouvelles personnes, pimente la vie
collective. A travers ces personnes ce sont des valeurs, des envies qui viennent
compléter le projet de départ. Un autre habitant nous dit :"avec le temps, les
changements survenus ont renforcé le fait que c'est un habitat groupé, variable
dans le temps et l'espace, en fonction de tout un chacun qui y habite".
131
La Placette : Seuls certains enfants ont quitté l’habitat et un couple s’est séparé (le
mari est parti), ce qui n’est vraiment pas facile pour la personne qui quitte car il
perd à la fois sa famille et la dynamique d’un groupe tout entier.
Mis à part ces deux situations, ils ne se sont encore jamais retrouvés face à la
situation de devoir revendre ou louer une maison.
Tout comme dans l'habitat groupé de La Vieille Voie de Tongres, ils n'ont jamais
connu de départs d'un des porteurs de projets. Des enfants sont partis, une
personne âgée est décédée et un couple a divorcé. "C'est toujours les mêmes
personnes qui sont dedans. Sauf la maman de la personne célibataire qui est
décédée et un couple qui s'est séparé mais dont la femme et les enfants sont restés
dans l'habitat. Ca n'est par définition, pas un habitat fermé à d'autres mais il n'y a
rien qui permette non plus de l'ouvrir"141.
Le cas du Jardin du Béguinage est un peu particulier puisque c'est un habitat
groupé pour personnes vieillissantes, ce qui implique que la question de la mort est
omniprésente. "Il y a déjà eu plusieurs décès et c'est assez difficile d'y faire face
car nous avons des relations différentes par rapport à de simples voisins! On se voit
régulièrement depuis des années et c'est difficile de voir quelqu'un qui fait partie
de son quotidien s'en aller. On occupe de petites maisons jumelées, il y a donc à
chaque fois 2 maisons qui ont une petite terrasse commune ce qui renforce encore
un peu plus les rapports entre certains"142.
Le fait qu'il y ait des départs ou non des porteurs de projets dans un habitat groupé
n'est pas spécialement un facteur de réussite. C'est fréquemment ce que les gens
auraient tendance à dire, mais pour ma part je n'en suis pas convaincu.
Effectivement dans l'ensemble des habitats groupés que j'ai rencontrés, beaucoup
ont été confronté aux départs d'anciens. Je ne suis pas en mesure de dire, que tout
c'est bien toujours passé puisque ceux qui restent peuvent être déçus et certains
peuvent quitter dans de mauvaises conditions. Mais il serait un peu radical de dire
que ceux qui n'ont pas connu de départ se portent mieux ou on plus de chance de
réussite dans le long terme.
Les difficultés se situent plutôt par rapport à l'arrivée de nouvelles personnes dans
l'habitat. Effectivement lorsque ce sont les enfants qui partent, les parents
(porteurs de projets) sont eux toujours présents. Ces départs impliquent forcément
141
Mr Schenkelaars, opcit, pg 3.
142
Une des porteuses de projet du Jardin du Béguinage, pg 3.
132
des modifications143mais pas les mêmes que lorsque qu'un propriétaire s'en va. Car
lors d'un départ de propriétaires, qui sont généralement des membres qui étaient à
l'initiative du projet, il décide soit de vendre son bien et ses parts collectives, soit
il loue. Cela implique dès lors qu'une nouvelle personne ou famille va intégrer
l'habitat groupé. Dans ce cas, ce sont les personnes de l'habitat qui doivent se
confronter à un changement qui peut être radical. De nouvelles personnes amènent
l'ensemble du groupe à réorganiser la vie interne de l'habitat. Cela ne veut pas dire
que tout va être modifié, mais leur arrivée sous- entend, de nouvelles attentes, de
nouveaux avis à prendre en considération dans le projet collectif. Ce qui peut
parfois poser des problèmes, pas tant au point de vue de leurs attentes mais de leur
implication dans la vie collective. Soit parce que ces nouveaux arrivants attendent
trop du groupe (ne proposent pas ou ne s'investissent pas personnellement) soit
parce qu'ils restent extérieurs au groupe (par exemple, des locataires pour qui
c'est un logement de transit et donc n'ont pas forcément l'envie de s'investir).
C'est donc particulièrement en ce qui concerne les nouveaux habitats que le projet
collectif peut être un peu en danger. Les habitants essayent tout de même de
prévenir ce genre de problèmes en mettant au courant dès le départ, les personnes
potentiellement intéressées par le projet. Et bien souvent, ils s'assurent que ceuxci sont prêts à s'investir et adhèrent avec les objectifs de l'habitat avant leur
entrée. Mais il est toutefois très difficile de prévoir à l'avance le déroulement des
événements. C'est pourquoi, il peut en découler de mauvaises expériences tout
comme de très bonnes.
- Conclusion :
L'intégration que se soit au point du quartier, de nouvelles personnes dans l'habitat
ou bien encore les relations que les habitants entretiennent entre eux, jouent
toutes un rôle quant au bon fonctionnement de l'habitat.
L'intégration dans le quartier, lorsqu'elle est positive permet aux habitants de
s'approprier leur lieu de vie. C'est-à-dire que l'acceptation de l'habitat groupé par
les gens du quartier permet aux habitants de ce même habitat de se sentir partie
intégrante de ce qui est entrain devenir leur quartier.
L'intégration de nouvelles personnes dans l'habitat groupé, est un facteur qui joue
143
Voir, les 6 étapes dans motivations, pg 98.
133
sur le fonctionnement de l'habitat. Car lors de leur arrivée, elles doivent s'intégrer
(avec l'aide des habitants) dans un projet collectif déjà existant. Elles peuvent
enrichir le projet de nouvelles idées ou initiatives complémentaires, apportant une
dimension nouvelle à ce même projet. Il ne s'agit toutefois pas de modifier le projet
jusqu'au point de transformer intégralement le projet initial bien au contraire. Mais
pour que des personnes soient vraiment intégrées dans un habitat groupé, elles
doivent forcément y mettre une part d'eux-mêmes, être touchées par l'aspect
collectif. Elles ne sont en aucun cas obligées d'apporter des modifications au projet
de vie collective mais au minimum de s'y impliquer, afin de trouver leur place dans le
groupe.
Pour cette intégration se fasse au mieux, il faut que deux facteurs soient réunis :
tout d'abord que les porteurs de projet soient près à intégrer les nouvelles
personnes, c'est-à-dire en leur permettant de prendre une place dans la collectivité,
ensuite, que les nouveaux arrivants se mobilisent en vers la collectivité et
n'attendent pas que tout vienne du groupe.
Si un deux facteurs est déficient, l'intégration des nouvelles personnes sera
faussée. L’intégration requière une maturité réciproque des parties.
Les relations interpersonnelles que les habitants entretiennent au sein de l'habitat
groupé sont un facteur très important quant au fonctionnement de la collectivité
ainsi qu’à sa durée dans le temps. Comme déjà dit précédemment, vivre ensemble
demande certaines règles ou certains codes afin que tout se passe au mieux dans la
vie quotidienne de tout un chacun. Le plus difficile est sans doutes de ternir dans la
longueur. Effectivement, il faut pouvoir trouver un équilibre entre l'épanouissement
personnel et collectif. C'est pourquoi, il est me semble impossible que la vie
collective soit toujours à son apogée. Les habitants pour pouvoir être actifs et
investis dans les activités ou l'organisation collective doivent être avant tout
matures et épanouis personnellement. Ce qui implique, à certains moments, que la vie
collective soit, non pas délaissée, mais minimisée au profit de la vie privée. Ce n'est
toutefois qu'une étape, qui n'est généralement que de courte durée. Si elle prend
trop d'ampleur, la vie collective peut être mise en "danger", à savoir qu'elle peut
tout simplement disparaître. Tout habitant qui choisit ce mode de vie, engage sa
responsabilité à essayer de trouver l'équilibre entre ce qu'il investit dans sa vie
privée et la vie collective. Pouvoir s'épanouir personnellement et faire évoluer un
groupe, tel est le défi, qui exige une grande maturité.
Par la mise en place et la réussite de ces projets sociaux écologiques les habitants
d’habitats groupés oeuvrent à l’exercice de la démocratie locale et globale.
134
VIII.
Conclusion :
La recherche présente, a tenté de répondre à la question de la viabilité d'un habitat
groupé. Au travers des diverses interviews avec des habitants vivant encore dans un
habitat groupé, après des années de création, que j'ai pu trouver la réponse à ma
question. Je peux dès lors, en m'appuyant sur nos rencontres, sans hésitations affirmer
que l'habitat groupé est viable à long terme. Le fait d'avoir pu trouver et rencontrer
des personnes qui vivent encore, après des années de création, dans ce type d'habitat
en est la preuve.
Cette recherche par interview m'a permis de rencontrer ces habitants, certains en
groupe. La méthodologie choisie a permis que les rencontres soient organisées dans les
habitats groupés, c'est-à-dire dans leur lieu de vie. Cela nous a permis deux choses.
Premièrement, d'observer et d'avoir un aperçu des relations qu'ils entretiennent entre
eux (divergence d'opinion à certains moments, accord unanime à d'autres ou encore leur
lucidité quant au besoin de remettre certains points à l'ordre du jour). Deuxièmement
de pouvoir visiter leur habitat groupé afin d'avoir une vision architecturale, spatiale de
leur vie collective. Ce deuxième point fut très révélateur, car tout habitat groupé est
"unique". Et c'est précisément dans l'aspect spatial que cette unicité est la plus
explicite. Elle se reflète dans l'agencement des espaces en fonction du nombre de
familles et de l'étendue du territoire occupé. Cette dimension spatiale a donné un sens
très concret à ma recherche qui se base plutôt sur la dimension temporelle de l'habitat
groupé. Pourtant ces deux dimensions sont intimement liées. Effectivement tout comme
les relations internes ou externes qu'entretiennent les habitants de ce type d'habitat,
la dimension spatiale peut avoir une influence quant à la viabilité de celui-ci, par
exemple, la situation géographique, l'isolement ou non d'un quartier, la disposition des
espaces privés par rapport aux espaces collectifs et inversement, la fonction de ces
espaces communs, sont favorables ou non.
Le cadre juridique et les motivations ont eux aussi un rôle à jouer quant à la durée de
vie (courte, moyenne ou longue) d'un habitat groupé. La copropriété apparaît être le
meilleur cadre juridique pour protéger les individus et le projet. Les motivations
doivent évoluer et suivre les six étapes rencontrées au fil de la vie du projet
d'habitation.
J'ai mis en valeur les éléments les plus récurrents dans l'ensemble les plus récurrents
dans l'ensemble des douze habitats groupés visités. Ce qui m'a permis de dégager
certaines constances sans oublier pour autant de préciser les différences spécifiques à
135
chaque habitat groupé. En effet, le concept ne peut pas être enfermé dans un carcan.
L'habitat groupé n'est pas un modèle reproductible comme certains utopiste l'auraient
souhaité à son apparition : chaque cas d'habitat groupé présente des données
différentes, variables à la fois quant aux personnes concernées (attentes, volonté, etc.)
et au site choisi pour son implantation.
De cette recherche, j'ai pu mettre en valeur trois modes de vie, vérifiées au travers
de mes interviews qui peuvent favoriser la viabilité d'un habitat groupé. A chaque mode
correspondent des avantages et inconvénients spécifiques comme suit :
1. Mode intergénérationnel :
Ce mode de vie favorise la viabilité d'un habitat groupé pour deux raisons. Tout d'abord
le fait que différentes générations soient rassemblées permet un roulement plus ou
moins fréquent. Ce qui peut favoriser la pérennité de l'habitat groupé par l'adaptation
du projet collectif à chaque nouvelle arrivée. Il ne subit pas de modification intégrale
mais est stimulé par de nouvelles personnalités.
Ensuite le fait de réunir plusieurs générations dans un même habitat peut avoir un
impact positif sur les rapports sociaux qu'elles entretiennent entre elles. C'est-à-dire
que toutes les générations ont la possibilité d'apporter une spécificité liée à leur âge.
Les personnes vieillissantes disposent de temps et d'une certaine expérience de vie
utile aux plus jeunes. Les jeunes, maintiennent une ouverture d'esprit des plus âgées,
etc. L'inconvénient dans ce cas est, la difficulté à satisfaire les besoins et attentes
respectifs dans la vie quotidienne. Les personnes vieillissantes ont besoin de plus de
calme et de tranquillité que les jeunes qui sont eux demandeurs de mouvements et de
vie parfois très impulsive.
2. Mode soudé :
Dans ce mode de vie les porteurs de projets restent de manière durable dans l'habitat
groupé. Mis à part les départs des enfants, la séparation ou le décès d'un parent, le
groupe de départ reste le même. Aucun membre du groupe ne quitte et dès lors aucune
nouvelle personne n'y entre. Le fait que le groupe reste intact peut être un facteur de
réussite quant à la vie d'habitat groupé à long terme. L'inconvénient majeur est le
risque de tout habitat groupé : la ghettoïsation. Effectivement, lorsqu'il n'y a aucun
changement interne à l'habitat, en terme de personnes, le risque de repli sur soi est
alors très prégnant.
3. Mode expérimental :
Ce mode de vie, donne à quiconque la possibilité d'expérimenter l'habitat groupé. Les
136
porteurs de projets lors de la réalisation d'un habitat de ce genre ont l'objectif de
s'engager à long terme tout en étant conscients que ce mode de vie peut ne plus
convenir à certains fil du temps. Les statuts juridiques prévoient la possibilité de
quitter l'habitat groupé. Il n'est effectivement pas rare que des porteurs de projet
aient l'envie ou le besoin après quelques années de vie dans un habitat groupé de s'en
extraire. Malgré la peine ou la déception des autres membres du groupe, la possibilité
de départs doit être acceptée par l'ensemble des habitants. Tout simplement parce que
l'habitat groupé est basé sur le respect d'autrui.
Dans le cas de départs, cela suppose qu'une maison se vide. Alors pour assurer la
continuité du projet, de nouvelles personnes seront admises. Celles-ci peuvent être
alors un élément perturbateur au projet collectif, mais elles peuvent également lui être
bénéfique. Leur arrivée peut avoir un impact négatif lorsque ces nouvelles personnes
attendent tout du groupe et ne s'investissent pas assez dans le projet collectif. Par
contre, lorsque leur investissement est réel, l'impact peut être positif dans le sens où
elles apportent une sorte de renouveau au projet par leur présence et les idées qu'elles
proposent.
Il m'a été donné de rencontrer ces trois cas de figure au travers de ma recherche
pratique. Ils ont tous les avantages et inconvénients mais sont avant tout des exemples
qui prouvent que l'habitat groupé est viable sur du long terme. Que malgré les
différends, la proximité ou les départs, c'est un mode de vie qui peut convenir à
certains. Dès le départ, il exige des habitants une grande maturité relationnelle et un
sens des réalités pour la gestion du quotidien sur le long terme.
Cette recherche m'a permis de cerner le concept d'habitation groupé actuel, de
réaliser un état des lieux partiel en Wallonie et après d'en ébaucher une classification
selon les modes de vie choisis.
Ce travail prouve surtout la viabilité des habitats groupés et contribue à la mise en
confiance de ce type de projet. Il pourrait être utile lors de l'élaboration de nouvelles
initiatives par la mise en évidence de critères de création et de gestion incontournables
à sa viabilité.
A l'issue de ma recherche une nouvelle question surgit : comme ce type d'habitat me
semble être une pépinière, un lieu d'apprentissage et d'exercice de démocratie,
l'habitat groupé devrait il être soutenu et encouragé, dans un perspective d'écologie
sociale?
137
IX.
Annexe:
A) Exemple d'un état descriptif de division
Lot n°1 : un appartement 4 pièces, situé au rez-de-chaussée du bâtiment et comprenant
une entrée, un séjour donnant sur une terrasse, une cuisine, une chambre, une salle de
bains. Est attachée à ce lot une quote-part de 2654/10 000e.
Lot n°2 : un appartement d'habitation, situé au 1er étage et comprenant une entrée, un
séjour donnant sur un balcon, deux chambres, une cuisine, une salle de bains et des
toilettes indépendantes. Est attachée à ce lot une quote-part de 2878/10000e.
Lot n° 3 : un appartement de 5 pièces, situé au 2ème étage du bâtiment et comprenant
une entrée, un séjour, un bureau, deux chambres et une cuisine, une salle de bains, des
toilettes indépendantes. Est attachée à ce lot une quote-part de parties communes à
hauteur de 2 681/10 000e.
Lot n°4 : un appartement de 3 pièces, situé au 3ème et dernier étage du bâtiment et
comprenant, outre la pièce principale, deux chambres, une salle d'eau avec toilettes,
une entrée, une penderie. A ce lot est attachée une quote-part de parties communes à
hauteur de 1 787/10 000e144. ]---------------B) Millièmes et tantièmes : Chaque copropriétaire possède une quote-part (ou parts) de
la copropriété. Cette quote-part est exprimée en tantièmes (un certain nombre, qui
rapporté au total de toutes les parts peut être exprimé en pourcentage). La plupart du
temps les copropriétés sont divisées en millièmes de parts, d'où l'appellation courante
millièmes, qui sont de fait des tantièmes exprimés sous forme de mille.
La détermination du nombre de tantièmes est libre : 1.000, 10.000, 100.000... tout
dépend en fait de la taille de la copropriété et du nombre de ses lots145.
Les tantièmes de copropriété déterminent fondamentalement le pouvoir de vote
(nombre de voix en assemblée générale) du lot au sein de la copropriété, et plus
généralement des droits et obligations.
Comment se déterminent les tantièmes de copropriété ou mode de détermination
des tantièmes (déterminant les droits et obligations)? L'art. 5 de la loi de 1965
laisse toute latitude aux rédacteurs du règlement de copropriété pour répartir les
tantièmes à leur convenance ; en effet, la référence à "la consistance, la superficie et
la situation des lots" laisse aux rédacteurs une grande marge de manoeuvre. L'article 10
de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 précitée est complété par un alinéa ainsi rédigé:
« Tout règlement de copropriété publié à compter du 31 décembre 2002 indique les
144
http://fr.wikipedia.org
145
http://sos-net.eu.org/copropriete/1/1-1-1.htm
138
éléments pris en considération et la méthode de calcul permettant de fixer les quotesparts de parties communes et la répartition des charges. »146
1) La consistance
Cette notion recouvre les aménagements intérieurs (logement, bureau, atelier, cave...),
la qualité des matériaux et le degré de confort (balcon, ascenseur...).
2) La situation
Sont désignés l'étage (éclairement), l'orientation (ensoleillement), le côté (rue, cour,
jardin : l'estimation porte sur le niveau de bruit), la vue.
3) La superficie
La loi Carrez (obligation de mention de superficie privative des lots en copropriété)
n'étant pas obligatoire pour ce calcul, l'estimation peut se faire sur plans selon les
dimensions externes et sans tenir compte des cloisons intérieures (qui sont de toute
manière susceptibles de modification)147.
C) Les votes en assemblée générale : Les copropriétaires, réunis en assemblée générale,
prennent des décisions qui, suivant leur importance, exigent leur accord plus ou moins
unanime.
La majorité simple : Les décisions d'administration courante demandent une majorité
simple. Depuis l'entrée en vigueur de la loi SRU du 13 décembre 2000 (le 14/12/2000 à
Paris), cette majorité correspond à celle des votes enregistrés, sans les abstentions.
Ainsi, lors d'un vote, si les copropriétaires présents réunissent en tout 400 millièmes,
et que le scrutin se répartit en : 180 millièmes "pour" une résolution, 140 "contre" et 80
"abstentions".
La majorité simple est réunie puisqu'elle est supérieure à 160 millièmes. Ces 160
millièmes correspondent à la moyenne des votants, soit 180 +140 = 320 / 2.
La majorité absolue : d'autres décisions, plus spécifiques, exigent une majorité
absolue. Selon la loi nouvelle :
- Si plus d'un 1/3 de tous les copropriétaires s'est prononcé en faveur de la résolution
lors de la première assemblée, un nouveau vote organisé sur le champ doit emporter
seulement la majorité simple des copropriétaires votants.
- Si ce 1/3 n'est pas atteint, le syndic convoquera alors une nouvelle assemblée dans les
3 mois, votant à la majorité simple.
Sont visés notamment la désignation ou la révocation du syndic et du conseil syndical ;
les travaux propres à certains copropriétaires ou rendus obligatoires ; la pose de
canalisations dans les parties communes ; la modification des charges spéciales.
La double majorité : pour les décisions importantes : la double majorité doit toujours
146
?????? vient d'où
147
http://sos-net.eu.org/copropriete/1/1-1-1.htm
139
réunir à la fois 2/3 des voix et la majorité de tous les copropriétaires. Ainsi, s'ils sont
12, il faut que 7 d'entre d'eux, représentant 666/1000èmes, soient d'accord.
Sont ainsi concernées l'acquisition de parties communes, la modification du règlement
de copropriété, la pose d'un système de sécurité. A défaut, une seconde assemblée
tranchera à une double majorité réduite, réunissant les 2/3 des votes des seuls
présents.
L'unanimité : enfin, l'unanimité est nécessaire pour les décisions les plus graves : la
vente de parties communes, les constructions créant des locaux privatifs, la
modification des charges et des tantièmes148.
D) photos d’habitats groupés visités.
148
http://www.lemoneymag.fr/Kalideo/Site/Application/Fiche_Pratique/s_FichePratique/0,1729,7-13036-13040-
4724-4726-4608-FIC,00.html
140
X. Bibliographie :
-
P. Merlin, Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement, Presses Universitaires
de France, Paris, 1988.
-
X., Le Petit Larousse illustré, Larousse, Paris, 1999.
-
X., Le Robert, …………………;;;
-
D. Bernfeld, J-F. Mabardi (Habitat et Participation), L'habitat groupé autogéré, au
Benelux et en Europe, Louvain La Neuve, 1984.
-
A. Brauman et M. Louis, Le familistère de Guise ou les équivalents de la richesse, Ed.
des Archives d'Architecture Moderne, Bruxelles, 1976.
-
F. Dansereau, Politique et interventions en habitation : Analyse des tendances
récentes en Amériques du Nord et en Europe, Ed. Les Presses de l'Université Laval,
Canada, 2005.
-
Le Conseil du Développement du Logement Communautaire, Qu'est ce qu'une
coopérative d'habitation?, Canada, 1982
-
Wohnsiedlungen, L'habitat groupé, une alternative. L'évolution de nos quartiers, une
exposition, Ed. Association pour l'aménagement national, ASPAN-SO- Institut de
recherche sur l'environnement construit, IREC-EPFL, Suisse, 1984.
-
X., Et si nous habitions autrement? Ed. Feuilles Familiales, Malonne, 2001.
-
Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (CREDOC)
et Centre d'ethnologie sociale et de psychosociologie (CESP), Une révolution
paisible : l'habitat autogéré, Ministère de l'Urbanisme et du Logement, 1981.
-
J. Evangelopoulos, Une conception d'habitation : du collectif au groupé, mémoire,
Université Catholique de Louvain la Neuve, architecture-maîtrise en sciences
appliquées, 1982-1983.
-
Fondation Roi Baudouin, Où vivre vieux? Quel éventail de cadres de vie, pour quelles
personnes vieillissantes?, Bruxelles, 1998.
-
Fondation Roi Baudouin, Où vivre mieux? Le choix de l'habitat groupé pour
personnes âgées, Ed namuroise, Namur, 2006.
-
Habitat et participation, Bulletin d'information trimestriel n°1, Louvain la Neuve,
1983.
-
Habitat et participation, C'est repati… : Revue n°40, Louvain la Neuve, 1991.
-
Habitat et participation, Coopératives d'habitants et concepteurs coopératifs :
Revue n°51, Louvain la Neuve, 1992.
-
Habitat et participation, L'habitat des personnes âgées : enjeu des solidarités
intergénérationnelles futures : Revue n°47, Louvain la Neuve, 1991.
141
-
Habitat et Participation, L'habitat groupé pour les personnes en précarité sociale,
Louvain La Neuve, 2003.
-
Habitat et Participation, Rapport final, volume II : lien social et habitat, analyse
transversale, Louvain la Neuve, 2002.
-
Habitat et Participation, Visites d'habitats seniors en écoconstruction aux Pays Bas
et en Suède, Louvain la Neuve, 2002.
-
J-E. Havel, Que sais-je? Habitat et logement?, Presses Universitaires de France,
Paris, 1968.
-
K. Kinkade, J'ai vécu cinq ans dans une communauté, extrait de "Psychologie",.
art.173, USA, 1973.
-
R. Safi, Cours de recherche, EOS, Bruxelles.
-
M. Scholler, Les habitats groupés: une expérience de vie associative, mémoire,
section sociologie, Université Catholique de Louvain-La-Neuve, 1984.
-
B. Scoubeau, L'habitat groupé autogéré. Construction, réhabilitation, rénovation?,
mémoire d'Institut Urbanisme, ULB, 1983.
-
X., Agenda Plus, Vivre en collectivité, n° 165, Ed. Jean Annet, Louvain La Neuve,
Mars 2005.
-
X., Projet "Bois Del Terre", habitat groupé en construction à Limelette, DVD.
-
Conférence sur l'habitat groupé : dimensions juridiques, architecturales et
psychosociale, organisée par Habitat et Participation, le 24 avril 2006, Namur.
-
Conférence sur l'habitat groupé : habitats groupés complément ou alternative à
l'institution, organisée par Habitat et Participation, le 29 juin 2006; Le Balloir,
Liège.
-
www.athenaeum.ch/ledouper : le 13 juillet, 2006.
-
www.wikipedia.org : le5 août, 2006.
-
www.villes-en-france.org/histoire/Corbu : le 7 août, 2006.
-
www.wikipedia.org/wiki/Copropriété : le 27 juillet, 2006.
-
www.copropriete.be: le 25 juillet, 2006.
-
Voir, www.notaire.be/info/societes/006_code_des_societes_07.htm, pour
consulter les articles de loi sur la coopérative: le 28 juillet, 2006.
-
www.fr.ekopedia.org/Coopérative_d'habitation: le 27 juillet, 2006.
-
www.asbl.be: le 27 juillet, 2006.
-
www.barbier-rd.nom.fr: le 15 août, 2006.
-
www.wikipedia.org/wiki/Motivation : le 25 juillet, 2006.
-
www.abbeyfield.be : le 12 août, 2006.
142
143
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement