Bulletin n° 61 ( PDF - 523.4 ko)

Bulletin n° 61 ( PDF - 523.4 ko)
P
A S S O C I AT I O N G E O R G E S
Bulletin n° 61
Décembre 2012
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully – 75004 Paris
Tél. : 01 53 79 39 46
http://associationgeorgesperec.fr
http://groups.google.com/group/listegeorgesperec
Dessin de couverture : droits réservés
R
E
C
Association Georges Perec
S OMMAIRE
Editorial ................................................................................... 04
Parutions ................................................................................. 05
Publications, articles, études ................................................. 05
Colloques, débats, interventions ............................................ 08
Manifestations ......................................................................... 10
Théâtre .....................................................................................12
A l’université ............................................................................ 13
Audiovisuel ...............................................................................14
Internet .................................................................................... 15
Références et hommages ....................................................... 17
Varia ......................................................................................... 18
Documents .............................................................................. 19
Bibliophilie ............................................................................... 21
Merci ........................................................................................ 22
Publications en vente .............................................................. 22
Renouvellement des cotisations ............................................ 22
Les informations contenues dans ce Bulletin ont été rassemblées
par Philippe Didion qui a également assuré le secrétariat de
rédaction. Rachel Easterman-Ulmann a effectué la mise en page.
La plupart des documents cités dans les différentes rubriques de
ce Bulletin peuvent être consultés, sous une forme ou une autre,
au siège de l’Association.
Association Georges Perec
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully 75004 Paris
Tél. : 01 53 79 39 46
Email : associationgeorgesperec@gmail.com
L’AGP À TRENTE ANS !
« La femme de trente ans peut se faire jeune fille,
jouer tous les rôles, être pudique, et s’embellir même d’un malheur. »
Balzac, La Femme de trente ans, III
Chers amis adhérents,
Au moment où vous lirez cet éditorial, dont Philippe Didion a bien
voulu, exceptionnellement, me céder la rédaction, nous aurons célébré
d’une manière ou d’une autre, dans la joie, sans trop de tristesse ni
l’imminence d’une apocalypse, j’espère, les trente ans de
l’Association Georges Perec – qui fut effectivement fondée le 11
décembre 1982 dans le Grand Salon de l’Hôtel de Massa par environ
soixante-dix « constituants », tous persuadés du devenir exceptionnel
d’une œuvre, l’année même où son créateur s’éteignait.
En rédigeant ces lignes, mes pensées vont d’abord à Bernard Magné qui
accomplit loin de nous son Voyage d’hiver et qui fut parmi ces fondateurs ;
en Perecquie, la « bande magnétique » (selon l’heureuse expression
d’Eric Beaumatin) est l’une des tribus les plus fournies ; écrire ici
avec justesse et précision tout ce que nous devons à Bernard outrepasserait naturellement le cadre trop étroit d’un éditorial, mais il va
par contre presque sans dire que nous lirions encore bien mal l’œuvre
perecquienne s’il ne nous en avait pas fourni la grammaire.
Je pense ensuite aux lignées de présidents, de secrétaires et de
bénévoles qui ont fait de l’AGP, ces trois décennies durant, sans solution
de continuité (« Je me souviens du mal que j’ai eu… »), un lieu de
recherche, de découvertes, de rencontre, de convivialité et même
d’amitié. Le petit (même s’il s’est récemment agrandi) local de
l’Association, dans les aîtres de l’Arsenal, est de ces lieux discrets
mais habités qui deviennent naturellement, spontanément, lieux de
mémoire car peuvent s’y apercevoir et même s’y palper ces sédiments
du temps littéraire d’habitude si difficiles à observer ou à sentir. Y officier
chaque semaine ou presque lors d’une rituelle permanence du jeudi
qui n’a toujours pas voulu sacrifier à la modernité inutile du mercredi
donne le privilège de voir se construire lentement, à travers l’effort
collectif des chercheurs et des curieux, des fidèles et des prosélytes,
des collectionneurs et des passants, une œuvre qui tient tout autant
du génie d’un auteur que de l’intelligence amicale de ses lecteurs.
En cette veille ou ce début d’une décennie nouvelle qui la conduira, je
n’en doute pas, à la sagesse quadragénaire, je me risque à souhaiter
pour l’Association Georges Perec qu’elle soit pareille à la femme de
trente ans selon Balzac (un confrère que, contrairement à la plupart
des « modernes », Perec était bien loin de mépriser), qui sait entre
autres choses demeurer jeune fille dans la maturité.
Jean-Luc Joly, secrétaire de l’Association Georges Perec
Bulletin n°61 Décembre 2012 p.04
Association Georges Perec
PARUTIONS
EN FRANCE
L’ouvrage d’Alain Barandard, La cathédrale de Chartres dans tous ses états, préfacé
par Georges Perec, a été réédité chez Hoëbeke (coll. Beaux livres, mai 2012).
Georges Perec, Les mots croisés / Considérations de l’auteur sur l’art et la
manière de croiser les mots, Gallimard, coll. Folio n° 5482, 2012 ; 272 p., 6,95 €.
Le recueil a fait l’objet d’un article dans Le Figaro littéraire du 11 octobre 2012.
A L’ÉTRANGER
En espagnol : Julio Cortazar, Georges Perec, Versiones de la imaginacion
(Ciudad Autonoma de Buenos Aires, 2012), contient des extraits des œuvres
des deux auteurs, publié à la suite du colloque qui les a réunis en mars dernier à
Buenos Aires.
Voici les dernières traductions parvenues au siège de l’Association :
- Les Choses et Un homme qui dort en turc
- Les Choses en portugais (Brésil)
- un volume regroupant des textes extraits de l’Infra-ordinaire, Je suis né, LG,
Cantatrix Sopranica L., ainsi que Le Voyage d’hiver, « Quatre figures pour La Vie
mode d’emploi » et « J’aime, je n’aime pas » en japonais
- Un homme qui dort en polonais
- Tentative d’épuisement d’un lieu parisien en italien
A PARAÎTRE
Février 2013 chez Melville House la traduction anglaise de La Boutique obscure
par Daniel Levin Becker sous le titre La Boutique obscure : 124 Dreams.
PUBLICATIONS, ARTICLES, ÉTUDES
Le numéro 168 de la revue Poétique (2011/4, Le Seuil) s’intitule « Perec,
l’Oulipo » et comprend notamment les articles suivants :
- Jean-François Jeandillou, « Echos d’une voix de fin silence dans l’écriture
lipogrammatique »
- Maxime Decout, « Perec, l’abyme de Robbe-Grillet, le miroir de Stendhal »
- Cécile de Bary, « Les listes oulipiennes ».
Daouda Pare, Georges Perec, un cas de marginalité littéraire (Editions universitaires
européennes, 2011, 112 p., 39 €).
Christophe Cusimano & Joachim Dupuis, « La notion de «petite erreur» chez
Daniil Harms et ses correspondances dans l’œuvre de Georges Perec »,
Ianua. Revista Philologica Romanica - Vol. 11 (2011), p. 217-234.
http://www.romaniaminor.net/ianua/Ianua11/13.pdf
Véronique Montémont, « Topographies perecquiennes », Frédéric Yvan,
« Espèces d’espaces, arpenter l’inhabitable », in Architecture et littérature
contemporaines, sous la direction de Pierre Hyppolite (Presses universitaires
de Limoges, coll. Espaces Humains, 2012).
David Bellos, « Perec and Translation », Hermes Salceda, « Jeu de pignons pour
un petit vélo (variation et combinatoire) », Shuishiro Shiotsuka, « Deux romans
lipogrammatiques en japonais : la traduction de La Disparition et Mettons du
rouge à lèvres sur l’image rémanente de Yasutaka Tsutsui », Maryline Heck, « Ce
repère, Perec : postérité de Perec oulipien » ainsi que d’autres articles mentionnant
Perec figurent dans Formules n° 16 : L’Oulipo à 50 ans, actes du colloque de
Buffalo (Presses Universitaires du Nouveau Monde, 2012).
En néerlandais : Manet van Montfrans, Het verleden ontsloten. Georges Perec
19 oktober 1967, in Armada. Tijdschrift voor wereldliteratuur, Achttiende
Jaargang nr 68 – herfst 2012, p. 94-101. L’auteur nous donne ces précisions :
« Le thème du numéro était «Journées cruciales», et l’objectif était de désigner
une journée dans la vie d’un auteur et les répercussions de celle-ci dans l’œuvre.
J’avais choisi la semaine passée par Perec sur l’île de San Giorgio Maggiore
en octobre 1967 pour assister au Congrès «Mass-Media et création imaginaire »
dans la fondation Giorgio Cini, séjour dont les échos dans W ou le souvenir
d’enfance sont bien connus des perecquiens. »
Philippe Didion, « Perec et les petits papiers », Histoires littéraires vol. XIII,
n° 50, avril-mai-juin 2012 (Histoires littéraires & Du Lérot éditeur).
Robert Bonaccorsi, « Perec/Poli : treize figures dans le temps, 1978-1997 »,
dossier figurant dans le catalogue de l’exposition Jacques Poli à la Villa
Tamaris de La Seyne-sur-Mer, mai-juin 2012.
Luke Arnott, « Unravelling Braid : Puzzle Games and Storytelling in the
Imperative Mood », article en anglais sur La Vie mode d’emploi et les jeux présenté
à la Canadian Game Studies Association le 30 mai 2012 :
http://2doc.net/rw33f
Raoul Delemazure, « Georges Perec : A corps perdus » (sur Georges Perec :
Le corps à la lettre, de Maryline Heck), Acta Fabula, notes de lecture en date
du 4 juin 2012, URL : http://www.fabula.org/revue/document7045.php
Georgia Makhlouf, « Georges Perec : faux et usage de faux » (critique du
Condottière), L’Orient littéraire (supplément au quotidien libanais L’Orient Le
Jour), n° 72, juin 2012, accessible ici :
http://www.lorientlitteraire.com/article_details.php?cid=14&nid=3861
Bulletin n°61 Décembre 2012 p.06
Association Georges Perec
Au dossier critique du Condottière, on peut aussi ajouter un article de Giovanni
Parenzan (site L’Intermède, 25 juillet 2012), un entretien avec Danielle
Bajomée (site de l’Université de Liège, juillet 2012), un billet de Noé Gaillard
(site Murmures, 6 août 2012), une critique sur le site Prix Virilo (9 octobre
2012) :
http://lintermede.com/dossier-contraintes-georges-perec-le-condottiereanalyse.php
http://culture.ulg.ac.be/jcms/prod_988442/le-condottiere-de-georges-perec
http://www.murmures.info/index.php?kro=9899&action=view
http://prixvirilo.com/2012/10/09/le-condottiere-de-georges-perec/
« Traduire l’intraduisible » : entretien avec Vanda Miksic, traductrice de Perec
en croate, réalisé par Camille Bloomfield et mis en ligne le 10 juillet 2012 :
http://ifverso.com/taxonomy/term/1165
En anglais, « For Georges Perec », disponible sur le site de Wayne Burrows :
http://wayneburrows.wordpress.com/for-georges-perec/
En anglais, Joshua Kosman, Jenri Pisciotto, « Georges Perec on Puzzles »,
article paru sur le site de The Nation, 13 septembre 2012, repris le 11 octobre
sous le titre « Georges Perec on Crosswords »
http://www.thenation.com/blog/169920/georges-perec-puzzles#
http://www.thenation.com/blog/170517/georges-perec-crosswords#
Danielle Constantin, « Sur les traces du «scrivain» : les manuscrits de La Vie
mode d’emploi », Item, mis en ligne le 18 septembre 2012, disponible sur :
http://www.item.ens.fr/index.php?id=578432
Richard Khaitzine, La langue des oiseaux, t. 2 : Georges Perec de l’alchimie du
verbe à la permutation des mots, Dervy Poche, 2012.
Dans le genre ésotérique, signalons également « Georges Perec – W ou le souvenir
d’enfance : La Société des Maîtres » publié le 8 octobre 2012 sur le site News
of Tomorrow : http://2doc.net/c5lsh
Georges Perec est également étudié dans les ouvrages suivants :
- A la plage : d’Apollinaire à Zola, anthologie réalisée par Iman Bassalah et
Pauline Baer (Balland, 2012).
- Quand les écrivains font du cinéma : instantanés critiques / sous la direction
de Valérie Berty et Marc Cerisuelo (Archives Karéline éditions 2012, 256 p.).
- Daniel Levin Becker, Many Subtle Channels : In Praise of Potential Literature
(Harvard University Press, 2012).
- Alexandre Prstojevic, Le Témoin et la bibliothèque. Comment la shoah est
devenue un sujet romanesque (Éditions Nouvelles Cécile Defaut, 2012).
- Thangam Ravindranathan, Là où je ne suis pas. Récits de dévoyage (SaintDenis, Presses Universitaires de Vincennes, coll. L’Imaginaire du texte, 2012,
310 pages, 25 €), qui étudie entre autres La Vie mode d’emploi.
- Claude Burgelin, Les Mal Nommés : Duras, Leiris, Calet, Bove, Perec, Gary
et quelques autres (Le Seuil, coll. Librairie du XXe et du XXIe siècles, 2012, 268
p., 25 €). A l’occasion de la sortie de ce livre, Claude Burgelin était l’invité de
David Collin dans l’émission Entre les lignes sur Espace 2 (Radio Télévision
Suisse), le 19 novembre 2012, avec la lecture de plusieurs textes évoqués dans
le livre par Jacques Roman.
- Mireille Hilsum, Comment devient-on écrivain ? De Sartre à Aragon, Perec
et Modiano (Kimé, 2012; 224 p., 22 €).
- Scott Esposito, Lauren Elkin, The End of Oulipo ?, Zero Books, à paraître, qui
contient une partie intitulée « Eight Glances Past Georges Perec ».
- Véronique Montémont, Christelle Reggiani, Georges Perec, artisan de la langue
(PUL, coll. Textes et Langues, 2012), actes du colloque de Nancy (19-20 mai 2011).
Nouveautés parues sur le site de l’Association, rubrique Le Cabinet d’amateur :
- Ela Valimareanu, « Pour une poétique du faux dans la recette de l’œuvre
perecquienne : faux-semblant, fausse piste, faux-fuyant » :
http://associationgeorgesperec.fr/IMG/pdf/EValimareanu.pdf
- Virginie Tahar, « D’Un cabinet d’amateur au Voleur de nostalgie : transposition
d’une supercherie » (texte de la communication faite dans le cadre de la Journée
Perec – Lille – 2 juin 2012) : www.associationgeorgesperec.fr/IMG/pdf/VTahar.pdf
PLUS ANCIEN.
Hugues Corriveau, « Georges Perec ou Le système de la déception », Etudes
littéraires, vol. 23, n° 1-2, 1990, p. 135-148, disponible en ligne sur www.erudit.org :
http://2doc.net/a8bop
En anglais, Claude Burgelin, « Georges Perec, or the Spirit of Beginnings »,
Yale French Sudies n° 105, 2004, disponible en ligne :
http://fr.scribd.com/doc/109884722/Georges-Perec-Or-the-Spirit-ofBeginnings-Claude-Burgelin-and-Joseph-Mai
Colloques, débats, interventions
L’Université de Londres à Paris a organisé le 8 juin 2012 la conférence : « La
Littérature authentique ? » qui a réuni des professeurs d’université français et anglais
pour aborder notamment les œuvres de Georges Perec, Jean-Philippe Toussaint,
Annie Ernaux ou encore la littérature existentialiste, par le prisme de l’authenticité.
Bulletin n°61 Décembre 2012 p.08
Association Georges Perec
La bibliothèque de La Part-Dieu (Lyon) organisait le 12 juin 2012 une rencontre
débat : « Ecrivains de toujours, Georges Perec ». Au programme la projection de
Lire et relire Georges Perec, un film de Pierre Dumayet réalisé par Robert
Bober et une causerie sur Georges Perec avec Claude Burgelin, Maxime
Decout et Maurice Olender.
« Georges Perec l’intraduisible – et pourtant traduit », conférence de David
Bellos donnée le 13 juin 2012 à l’université de Genève.
A la suite des Journées Julio Cortázar / Georges Perec qui se sont tenues en mars
dernier, le Club des Traducteurs Littéraires de Buenos Aires a mis sur pied un
cycle de conférences du 3 au 5 septembre 2012 avec le programme suivant :
- « Comment traduire Perec ? », table ronde avec David Bellos, Mercedes Cebrian et
Yolanda Morato
- Naci [Je suis né], traduction de Jorge Fondebrider, lecture de Marilu Marini
- « Du Je de Joe Brainard au Nous de Georges Perec », conférence de Yolanda Morato
- No recuerdo [Je ne me souviens pas], performance d’Esteban Feune de Colombi
- « Quatre visages de Georges Perec : le faussaire, le déshérité, l’ambitieux, l’ami »,
conférence de David Bellos.
« Photographie, souvenir, écriture. Genealogie der Identität bei Georges Perec und
W. G. Sebald », intervention de Michele Vangi au cours du colloque « (R)évolution des
médias. L’intermédialité : histoire et tendances contemporaines », université de
Leipzig, 20 septembre 2012.
Claude Burgelin a donné une conférence sur Le Condottière le 27 septembre
à l’Université de Savoie de Chambéry sous l’égide de l’OEIL (Observatoire de
l’Ecriture et de l’Interprétation Littéraire).
La Maison des écrivains et de la littérature organisait le 7 novembre 2012 à
l’auditorium de Petit Palais (Paris) une rencontre intitulée « Georges Perec vu
par Olivia Rosenthal » animée par Frédéric Ferney. Un texte est disponible en
ligne : http://2doc.net/mng02
Les Champs libres de Rennes ont organisé le 21 novembre 2012 une rencontre
en hommage à Georges Perec en présence de Marcel Bénabou et d’autres
membres de l’Oulipo. La conférence peut être suivie sur le site :
http://www.leschampslibres.fr/
« Perec, petit cousin de Queneau », intervention de Tonia Raus le 30 novembre 2012
au colloque « Parentés » ou « Queneau et l’esprit de famille », université de Liège.
La conférence donnée le 27 juin 2012 à l’initiative de Musée d’Art et d’Histoire du
Judaïsme est en ligne sur Akadem.org sous le titre : « Le récit d’une défaite, Le
Condottière, de Georges Perec ». On peut la voir à l’adresse suivante :
http://www-prod.akadem.org/_articles/768/45768.php
Manifestations
Alexandra Rübner proposait un parcours de lectures autour de Georges Perec à
Cherbourg le 9 mai 2012.
Le 25 mai 2012, 14 résidents du foyer de vie La Chevanière (Charnay-lès-Mâcon,
Saône-et-Loire) ont donné un spectacle de musique et de danse inspiré d’Espèces
d’espaces et intitulé Espace d’un moment. Cette prestation s’inscrivait dans le cadre
du Printemps du handicap, initié par l’AMI (Association nationale de défense des
malades, invalides et handicapés).
La lecture musicale de L’art et la manière d’aborder son chef de service… par
Armand Suhm (lecteur) et Malek Sadki (contrebasse) a été donnée les 2 et 7 juin 2012
au Magique (Paris).
Le 23 juin 2012, à l’occasion de la Fête des arts organisée pour célébrer les 50 ans
du Moulin d’Andé, Raphaël Enthoven, philosophe, a lu des extraits de La Disparition
de Georges Perec, et Marie Nimier, écrivain, d’autres extraits de son œuvre.
Le 26 juin 2012, Philippe Bertin a donné une lecture-concert d’Un homme qui dort
à l’hôtel de Massa, siège de la Société des Gens de Lettres (Paris).
Le festival Terres de Paroles qui s’est tenu en Haute-Normandie proposait un
hommage à Georges Perec sous la forme de trois spectacles : Un homme qui dort
par Alexandra Rübner le 29 juin 2012 au Moulin d’Andé, Je me souviens par
Elisabeth Maccoco le 30 juin au Parc de Clères, Récits d’Ellis Island par Valérie
Lang le 1er juillet au Moulin d’Andé.
Le 29 juin 2012 à Toulouse, Jean-Pierre Lorit a donné une lecture de 56 lettres à un
ami dans le cadre du Marathon des mots qui proposait également I Remember de
Jo Brainard (lu par Alexandre Pavloff le 28), Tentative d’épuisement d’un lieu parisien
(lu par Fathi Heddaoui, le 29), La Disparition (lu par Jean-Baptiste Malartre le 29), W
ou le souvenir d’enfance (lu par Sami Frey le 29), Les Choses (lu par Ariane Ascaride
le 29), Espèces d’espaces (présenté par Marcel Bénabou et lu par Danièle Lebrun le
30), What a Man (lu par Marcel Bénabou le 30), Penser/Classer (présenté par
Maurice Olender et lu par Nathalie Richard le 30), La Vie mode d’emploi (lu par
Michel Vuillermoz le 30), Récits d’Ellis Island (lu par Eric Lareine accompagné à la
guitare par Pascal Maupeu le 30), et L’Augmentation (lu par Pierre Marty, le 1er juillet).
Le 30 juin s’est également tenue une rencontre « Pour saluer Georges Perec » avec
Marcel Bénabou, Claude Burgelin et Hervé Le Tellier. D’autres spectacles ont été
annoncés dans le Bulletin n° 60.
Sami Frey a été interviewé pour l’occasion par Ladepeche.fr : http://2doc.net/00wel
Du 9 juin au 7 juillet 2012, l’Espace 36 de Saint-Omer (Pas-de-Calais) a abrité
l’exposition « Vois Lis Voilà » consacrée à l’Oulipo et aux croisements entre
arts plastiques et écriture.
Bulletin n°61 Décembre 2012 p.10
Association Georges Perec
La galerie In Situ (Paris) proposait du 21 juin au 21 juillet 2012 une exposition
de « Photographies de trompe l’œil, années 75-80 » réalisées par Cuchi White :
« Extraits du livre L’œil ébloui, édité en 1981 avec l’écrivain Georges Perec, ces
clichés photographiques représentent des trompe-l’œil que Cuchi White aura
traqués à travers le monde entier de 1975 à 1980. »
Le 7 juillet 2012, le comédien chanteur Christophe Bonzom a proposé une lecture
gastronomique qui comprenait des extraits de « 81 fiches-cuisine à l’usage
des débutants » dans le cadre du festival Lot of saveurs à Cahors.
Un concert performance autour d’Espèces d’espaces intitulé « Perec : Io inhabitable »
s’est déroulé les 17 et 18 août 2012 au Hall del Teatro San Martin à Buenos Aires. Un
compte rendu de ce spectacle figure sur le blog d’Isabelle Laumonier à la date du 21
août : http://chroniquesdebuenosaires.hautetfort.com/search/pérec
Dans le cadre de la manifestation « Livres en Scène 2012 » des 25 et 26 août à
Villard-de-Lans, un jeu-concours d’écriture autour de Georges Perec a été proposé
avec la collaboration de la librairie « Au temps retrouvé ». Les amateurs devaient
répondre en 15 lignes à la question « Comment vivre davantage dans les escaliers ? »,
en écho à cette citation d’Espèces d’espaces :
« Escaliers.
On ne pense pas assez aux escaliers.
Rien n’était plus beau dans les maisons anciennes que les escaliers.
Rien n’est plus laid, plus froid, plus hostile, plus mesquin, dans les immeubles d’aujourd’hui.
On devrait apprendre à vivre davantage dans les escaliers. Mais comment ? »
Toujours dans « Livres en scène », le 25 août, une soirée Perec s’est déroulée
à Villard-de-Lans avec une représentation d’Espèces d’espaces par la
Compagnie Home Théâtre, une exposition permanente de livres, des sculptures
d’Alain Bourdel et des interventions musicales de Luc Mortier. Le lendemain,
Claude Burgelin, parrain de la manifestation, organisait un petit déjeuner
autour de Georges Perec.
Une « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien » organisée par l’émission de
radio #Antibuzz s’est déroulée le 25 août 2012 place Saint-Sulpice à Paris,
sous l’égide de Georges Perec. Description sur le site de France Inter :
http://www.franceinter.fr/evenement-antibuzz-tente-d-epuiser-un-lieu-parisien
Un atelier chorégraphique intitulé « Questioning the Everyday » sur Georges
Perec et la rue s’est tenu à Nottingham (Royaume-Uni) le 12 septembre 2012
dans le cadre du festival World Event Young Artists. Il était présenté par
Rebecca Gamble : http://2doc.net/kqowr
Francis Lebrun a lu Quel petit vélo… à la médiathèque de Fontenay-le-Comte
(Vendée) le 10 octobre 2012.
Le 13e salon du livre de Margny-lès-Compiègne (Oise) a présenté du 3 au 27
octobre 2012 deux expositions sur Perec : « Visages de Georges Perec » (propriété
de l’AGP) et « Les souvenirs de Perec » (collectés par Roland Brasseur).
A Coufouleux (Tarn), la Compagne du Morse invitait à une lecture musicale de
morceaux choisis de Georges Perec le 21 octobre 2012.
Le colloque « L’ordine e la bellezza – La citta del potenziale et il potenziale
della città » qui s’est tenu à Naples du 14 au 17 novembre 2012 a consacré une
journée à Perec à laquelle ont participé les personnes suivantes :
Sur le thème « Per Perec – Tradurre Perec »
-
Camille Bloomfield, « I traduttori di Perec »
Piero Falchetta, « Altre scomparse »
Laura Brignoli, « Doppio legame : il cappio del traduttore »
Jean Talon, « L’arte della citazione in Un home qui dort, problemi di traduzione »
Eliana Vicari, « Attenzione alla variazone ! »
Sur le thème « Per Perec »
- Marcel Bénabou, « L’influenza di Perec sulla letteratura francese contemporanea »
- Paul Fournel, « Perec et la critique »
- Paolo Albani, « Perec : costrizione e libertà »
- Olivier Salon, « Du problème des 36 officiers à La Vie mode d’emploi ».
Sur le thème « Per Perec – Trente ans après »
- Marcel Bénabou et Paul Fournel, « Nous nous souvenons de Georges Perec »
- Emanuela Grimalda, « Letture et performance oplepiane ».
L’Augmentation est au programme des Jeudis de l’Oulipo le 20 décembre 2012 à la BnF.
A venir : une soirée Perec est prévue le 15 janvier 2013 dans le cadre des
« Mardis littéraires de Jean-Lou Guérin » qui se tiennent au Café de la Mairie,
place Saint-Sulpice, Paris.
THÉÂTRE
Dates des représentations d’Un homme qui dort dans une mise en scène
d’Alexandra Rübner :
- Le Vox à Cherbourg le 3 mai 2012
- Théâtre du château d’Eu, le 15 mai
- Festival Terres de paroles au Moulin d’Andé, le 29 juin
- Théâtre du Passage à Fécamp, le 23 octobre
- Théâtre Charles-Dullin au Grand-Quevilly, le 27 novembre
- Théâtre Le Rayon vert à Saint-Valery-en-Caux, le 15 janvier 2013
- Centre culturel de Canteleu, début 2013.
L’Augmentation, dans la mise en scène de Marie Martin-Guyonnet :
- 24 mai 2012 à Saint-Quentin-en-Yvelines
- 16 septembre à Champigny
- 18 octobre à Seyssinet-Pariset
- 19 octobre à Barcelonnette
- 20 octobre à Château-Arnoux-Saint-Auban
- 11 décembre à Lisieux
- 20 décembre à Paris (Jeudi de l’Oulipo)
- 24 janvier 2013 à Saint-Lô
- 1er février à La Ravoire.
Bulletin n°61 Décembre 2012 p.12
Association Georges Perec
L’Augmentation, dans la mise en scène d’Anne-Laure Liégeois :
- 9 et 10 octobre 2012 à Saint-Christol-lès-Alès
- 11 octobre à Saint-Privat-des-Vieux
- 12 octobre aux Vans
- 13 octobre à Saint-Jean-du-Gard
- 7 décembre à Noisy-le-Sec
- 9 - 12 janvier 2013 au Havre.
Elseneur-Machine, une pièce de José Lillo montrée au Théâtre Saint-Gervais
(Genève) le 9 juin 2012, présente Georges Perec sous la forme d’un personnage et
des échos sonores du film Un homme qui dort.
http://www.gauchebdo.ch/?Les-raisons-de-la-colere
L’Augmentation a été donnée, par une troupe d’adolescents dans le cadre des
ateliers amateurs mis en place par le Théâtre du Bocage le 13 juin 2012 à
Bressuire (Deux-Sèvres).
Le 16 juin 2012, à l’occasion du festival 48 Stunden Neukölln, Clément Labail
a lu et joué Tentative d’inventaire des aliments liquides et solides que j’ai
ingurgités au cours de l’année 1974 au Revier (Berlin).
En partenariat avec Le Marathon des mots, le Pavillon blanc de Colomiers a
proposé le 29 juin 2012 le spectacle « Mots croisés » donné par la compagnie
Paradis Eprouvette autour de textes de Georges Perec.
L’Art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une
augmentation, interprété par des élèves de l’Ecole transfontalière du spectacle à
Tourcoing les 20 et 21 septembre 2012.
Michel Lopez, metteur en scène, présente en ces termes (sur le site de La
Nouvelle République) le spectacle chorégraphique « L’espace dans tous ses
états » donné à Châteauroux le 24 août 2012 : « A chaque fois, j’essaie de
trouver un thème générique pour toutes les disciplines. Là, j’ai pris l’espace
et je me suis un peu inspiré de Georges Perec, qui avait fait de l’espace ce bouquin,
Espèces d’espaces. Donc il travaillait la rue, les immeubles, la porte, le lit…
Après, il y a l’espace architectural, le côté citadin, la campagne. On démarre
avec Georges Perec et les acteurs vont improviser leur espace à eux. Après,
ça va être improvisé là puis réécrit pour le spectacle. »
La Boutique obscure, par l’Association Pour un Théâtre d’Oklahoma, à La
Madeleine, dans le cadre de Lille Fantastic, le 11 décembre 2012.
A l’université
Morgane Yung est l’auteur d’un mémoire de recherche pour le Master Lettres et
Arts, spécialité « Ecritures et représentations XIXe – XXe », présenté à l’université
Stendhal de Grenoble et intitulé « Sous l’œil de Perec » : http://2doc.net/3j7t4
« L’Atlas de la mémoire dans l’œuvre de Georges Perec », mémoire de master
présenté par Simon Miaz sous la direction de Muriel Pic, université de
Neuchâtel (juin 2010) : http://2doc.net/10vpv
Le résumé de la thèse de Daniela Valimareanu (dir. Yvonne Goga), « Fichescuisine d’une écriture. Le thème du repas, points de rencontres esthétiques dans
la recette de l’œuvre perecquienne », université Babes-Bolyain, Cluj-Napoca,
Roumanie, soutenue en juin 2012 : http://2doc.net/21yg9
W ou le souvenir d’enfance est au programme de licence en littérature française
à l’université de Pau en Lettres modernes pour le premier semestre 20122013. Dans le même établissement, toujours en licence de lettres, Sylvain
Dreyer a inscrit Les Choses et Un homme qui dort au programme de son
cours « Littérature et cinéma ».
Georges Perec est au programme du cours d’écriture créative donné par
Maylis de Kerangal à Sciences Po Paris (année universitaire 2012-2013,
semestre d’automne) sur le thème « Territoires du roman » avec Récits d’Ellis
Island et Espèces d’espaces.
Audiovisuel
Denis Podalydès a lu des extraits de L’infra-ordinaire dans l’émission Lecture
du soir sur France Culture du 28 mai au 1er juin 2012.
Dans sa chronique « Les idées claires » (France Culture) du 5 juin 2012, Marie
Darrieussecq a évoqué un atelier d’écriture consacré à Perec qu’elle a dirigé
dans un collège de Clichy-sous-Bois.
W ou le souvenir d’enfance a été mentionné le 20 août 2012 sur France Inter
à l’occasion du Débat de midi intitulé : « Jeux Olympiques, est-ce qu’on n’en
fait pas de trop ? »
Suzanne Lipinska a évoqué « les années Perec » au Moulin d’Andé dans
l’émission Hors-champs (France Culture, 31 août 2012).
Il a été question de Perec à propos du dernier livre de François Bon, Autobiographie
des objets (Le Seuil, 2012) dans les émissions suivantes : La fabrique de l’histoire
(France Culture, 27 août), Le Masque et la Plume (France Inter, 2 septembre), Du
jour au lendemain (France Culture, 4 septembre 2012).
France Culture a rediffusé un numéro des Nuits magnétiques le 24 septembre
2012 intitulé « Nu devant les fantômes : Duras, Sollers, Perec ».
Un extrait de Tentative d’épuisement d’un lieu parisien a été diffusé sur Radio
Nova le 24 septembre 2012.
La Radio Télévision Suisse a rediffusé le 14 octobre 2012 une émission du 6 avril
2002 intitulée « Visite de la maison Perec (30 ans après) ». Voir le site de la radio :
www.rts.ch/espace-2/programmes/le-labo/4312327-le-labo-du-14-10-2012.html
Bulletin n°61 Décembre 2012 p.14
Association Georges Perec
L’émission Le tire-lire du 27 octobre 2012 (France Inter) était consacrée à Je
me souviens. Une émission, selon Rémi Schulz, « un peu approximative, car
on y apprend que Georges Peretz a été renommé Perec pour le protéger des
nazis, qu’il y a 430 Je me souviens, et le présentateur a pu énoncer sans la
commenter la liste des ingrédients du quatre-quarts donnée par Perec. »
En remontant la rue Vilin, film de Robert Bober a été montré dans le cadre du
Banquet d’automne 2012 de Lagrasse (Aude) le 4 novembre 2012. La veille a
eu lieu une lecture de textes de Georges Perec et de Pierre Dumayet.
Récits d’Ellis Island a été projeté au festival de la Cimade « Migrant’ Scène »
qui s’est tenu du 15 novembre au 2 décembre 2012 à Montreuil.
Lire et traduire Georges Perec, film de Bernard Queysanne (1999) a été projeté le
19 novembre 2012 à la Maison de l’Image de Strasbourg.
Internet
Un billet sur Le Condottière figure sur le blog Locus Solus à la date du 16 mai 2012.
http://locus-solus-fr.net/?p=558. Sur le même sujet, un billet du GlobeLecteur, mis en ligne le 26 juillet 2012 : http://2doc.net/ahbah
Cantatrix sopranica L. fait l’objet d’un article sur Wikipédia. Concernant ce site,
signalons également l’existence d’un court volume (34 pages selon Amazon, 116
selon Google Books) intitulé Naissance dans le 19e arrondissement : Georges
Perec, Jean-Jacques Goldman, Henri Désiré Landru, Georges Saupique, Eddy
Mitchell (Livres Groupe, éd. General Books LLC, 2010) qui n’est autre qu’une
compilation des articles de Wikipédia consacrés à ces personnalités.
Oriane Relier, étudiante en design, présente un hommage architectural à Georges
Perec : http://www.behance.net/gallery/Homage-to-Georges-Perec/4091725
Unesceneparjour.com a publié, le 4 juin 2012, une intéressante conversation
imaginaire entre Georges Perec et Robert Scipion intitulée « Mots croisés :
combat de chefs » : www.unesceneparjour.com/article-mots-croises-combatde-chefs-106376071.html / Une autre interview imaginaire figure également
sur le blog Biblio : http://2doc.net/w6uiv
Le site Babelio propose un quiz en quinze questions sur Georges Perec :
www.babelio.com/quiz/1720/Je-me-souviens-de-Georges-Perec
Même exercice ludique sur le site Quizz.biz : www.quizz.biz/quizz-348959.html
Le site 1 jour 1 dessin, le 15 juin 2012, présentait un dessin de Luc Desportes
sur lequel figuraient Georges Perec, Bernard Zitzermann et Jacques Spiesser
à Paris en 1974 : http://lucdesportes.tumblr.com/
Le site cadaeic.net publie un poème Scrabble de Mike Keith (janvier 2000) qui fait
référence à Perec et à La Vie mode d’emploi : www.cadaeic.net/scrpoem.htm
Perecest abondamment convoqué dans le 123e billet du blog de Rémi Schulz, Quaternité,
à propos de l’affaire du RAPT de La Disparition et de la polémique Ricardou-Magné dans
la revue Formules : http://quaternite.blogspot.fr/2012/06/puzzle-echevele.html
Un autre billet du même Rémi Schulz s’intéresse aux hétérogrammes perecquiens :
http://quaternite.blogspot.fr/2012/09/taquin-tree.html
Le site de Radio Clype propose un enregistrement de lectures théâtrales sur
le travail (Perec, Pommerat, De Vos) réalisé par l’atelier de lectures théâtrales
de Véronique Deslandes : http://radioclype.scola.ac-paris.fr/?p=1252
Léonie Durr présente sur son blog un travail de reliure concernant Tentative
d’épuisement d’un lieu parisien.
http://leoniedurr.blogspot.fr/2012/07/george-perec-tentative-depuisement-dun.html
Le site Mediapart présente un projet de l’auteur de bande dessinée américain Chris
Ware intitulé Building Stories et qui rappelle fortement, dans sa description des
habitants d’un immeuble de Chicago, La Vie mode d’emploi : http://2doc.net/xhh8n
La Grande Mêlée – Compagnie Bruno Geslin d’Alfortville présente sur son site
un Projet Perec en ces termes : « Vous pourrez suivre sur ce blog l’évolution
de la création du Projet Perec. Pendant trois ans, nous y posterons ce que
l’œuvre de Georges Perec nous pousse à observer, à imaginer, à produire : des
images et des textes sur les ateliers des 200 chambres, sur la création du spectacle
«Un homme qui dort», sur la préparation de la performance «Un homme sur le
toit», et sur le travail de ce que Georges Perec appelait «l’infra-ordinaire» : une
observation infatigable du quotidien. » : http://www.projetperec.com/
Le site de la BPI du Centre Pompidou présente dans sa rubrique « Maisons
d’écrivains et promenades littéraires » la place Saint-Sulpice avec rappel du
travail de Perec et le film Tentative d’épuisement d’un lieu parisien de JeanChristian Riff : http://2doc.net/hxofd
On trouve sur Biblio un entretien imaginaire avec Georges Perec : http://2doc.net/5b3zh
Rue89 propose un florilège de l’émission littéraire Lectures pour tous avec, entre
autres, le numéro dans lequel Perec présentait Les Choses : http://2doc.net/cyxxg
L’article de Michèle Audin sur Chamboula de Paul Fournel, « Le roman et le
baobab », Images des Mathématiques, CNRS, 2012, contient quelques mentions
d’œuvres et une citation de Georges Perec, en ligne sur le site du CNRS Image
des Maths : http://images.math.cnrs.fr/Le-roman-et-le-baobab.html
Sur Mediapart, Marc Tertre établit un parallèle entre La Vie mode d’emploi et le
roman de Cédric Villani Théorème vivant (Grasset, 2012) : http://2doc.net/xwrae
Le dossier de presse réalisé dans le cadre de l’exposition « Perec et l’art
contemporain » qui s’est tenue en avril 2010 à la galerie du Crous (Paris) est en
ligne : http://www.associationgeorgesperec.fr/spip.php?article12
Kevin Hyde propose une recension de The Art of Asking Your Boss for a Raise
(traduction de David Bellos, Verso, 2001) sur le site Asymptote : http://2doc.net/kpgij
Bulletin n°61 Décembre 2012 p.16
Association Georges Perec
Célia M. Grzegorska signe un billet sur Le Voyage d’hiver sur Lacause littéraire.fr :
http://www.lacauselitteraire.fr/le-voyage-d-hiver-georges-perec.html
La BnF propose sur son site une bibliographie des ouvrages disponibles en
libre accès de et sur Georges Perec : www.bnf.fr/documents/biblio_perec.pdf
De même, le Centre Pompidou a établi une liste des ressources disponibles
sur l’auteur : http://2doc.net/zalnc
Normand Baillargeon reprend sur son blog trois jeux de Georges Perec mis
en ligne le 26 octobre 2012 : http://2doc.net/ymfg3
On peut voir sur le site de Bart Van Loo un petit film de Didier Philippe intitulé
La Dissimulation inspiré par La Disparition : http://2doc.net/ocfxt
Un mix d’Un homme qui dort et de Taxi Driver est visible sur le site d’ARTE.
http://2doc.net/2a22g
Ruud Verwaal propose sur son blog « 22 variations sur un thème de Georges
Perec », à savoir la phrase « Il y a beaucoup d’objets sur ma table de travail » :
http://2doc.net/p8kmc
Grégory Haleux étudie sur son blog les « ricochets citationnels » figurant dans le
chapitre LVIII de La Vie mode d’emploi : http://www.cynthia3000.info/blog/p,345/
Références et hommages
Maxime Bondu est l’auteur de Germania, une histoire des années soixante-dix,
un livre d’artiste (2012) ainsi présenté au sein d’une exposition à la galerie Joseph
Tang (Paris) : « 5 mars 1982. Sur une des pages du journal Libération du 5
mars 1982 se trouve juxtaposées, recto-verso, l’annonce de deux décès. D’un
côté la mort de l’écrivain de science-fiction américain Philip K. Dick, de l’autre, la
mort de Georges Perec, écrivain français, membre de l’Oulipo. Cette juxtaposition
fortuite est le point de départ d’une réécriture. Germania, une histoire des
années soixante-dix est un roman qui reprend le texte original, Les Choses, de
Georges Perec, mais où le contexte, dates et noms de personnages sont devenus
autres afin de faire glisser le texte dans une narration uchronique. »
La Direction des Affaires culturelles de la Mairie de Paris a proposé et obtenu
d’apposer une plaque commémorative sur la façade de l’immeuble du 13, rue
Linné à Paris 5e, portant le texte suivant :
L’ÉCRIVAIN GEORGES PEREC
A VÉCU DANS CET IMMEUBLE
DE 1974 À 1982
Un exemplaire de la plaque de rue « Place G org s P r c » réalisée par
Christophe Verdon et signalée dans le précédent Bulletin a été installé au Café
de la Mairie, place Saint-Sulpice, le 23 octobre 2012 et une autre offert à
l’Association par Françoise Granger, que nous remercions.
PLUS ANCIEN
Le recueil Art et espace publics réalisé sous la direction d’Alain Charre (OMAC –
Maison du Rhône, Givors, 1992) porte en exergue le titre de Perec « De la difficulté
qu’il y a à imaginer une cité idéale ».
Dans Cuisine entre 4 murs : excursion carcéro-gastronomique (Les Editions
par défaut, 2000), Philippe A. Leclercq propose p. 47 un « Aïoli à la Gorgs Prc »,
lipogramme en e ainsi présenté : « Je me faisais ce matin cette réflexion
qu’ayant, en vingt mois, perdu cinquante livres, je m’étais, de ce fait, évadé à
16,5 %. Pour fêter cette lipo-disparition, il me fallait une recette qui combinât
la célébration calorique et une absence remarquable… »
Enigmes littéraires extraordinaires, un livre de Stéphanie Bouvet (Marabout,
2009) contient un extrait de La Disparition accompagné de la question « En
quoi cet extrait du roman de Georges Perec est-il remarquable ? »
Dans La traversée des jours : Souvenirs de la République des Lettres (Le
Cherche Midi, 2010), François Bott évoque Perec à deux reprises. La première
pour dire sa préférence pour Les Choses face à Les Mots et les Choses de
Michel Foucault, la seconde pour indiquer que La Vie mode d’emploi figurait
dans la liste des « Meilleurs livres des dix dernière années » établie en mars
1986 par Le Monde des livres, qu’il dirigeait alors.
Le n° 46 de la revue Histoires littéraires (avril-mai-juin 2011, Histoires littéraires
& Du Lérot éditeur) publie dans la rubrique « Livres reçus » un compte rendu
du livre de Franck Evrard Georges Perec ou la littérature au singulier pluriel
(Les Essentiels Milan, 2010) et un autre sur le Bulletin de l’Association
Georges Perec n° 57 (décembre 2010). Le Bulletin 56 avait fait l’objet d’une critique
dans le n° 45 (janvier-février-mars 2012).
Varia
Sur le plan du cimetière du Père-Lachaise (édition octobre 2011) estampillé
par la Mairie de Paris et qui comporte au verso la liste des célébrités dont on
peut aller fleurir la tombe, on lit :
PEREC Georges (1936-1982) - comédienne et directrice de théâtre
L’Association Georges Perec a téléphoné à l’administration du cimetière du PèreLachaise voici quelques mois pour faire part de cette erreur signalée par Henri
Chavranski. On lui a répondu qu’elle serait prochainement corrigée. A suivre...
Le coffret « Broder Perec » réalisé par l’association Perecofil (édition limitée
de 1 à 100 exemplaires) est en vente à l’adresse suivante :
http://www.auxlivresetc.com/?abc=35
Le Tigre (n° 15, mars 2012) propose cette énigme dans sa page « Jeux »,
rubrique « Trois œuvres » (il s’agit de deviner un roman) : « Dans un roman
n’avouant jamais qui y manquait, l’auteur, au nom ici banni, suivait son héros
Anton, dans l’intrigant parcours qui l’accoupla à la squaw. » On aura remarqué
que le rédacteur de l’énigme a raté son lipogramme.
Bulletin n°61 Décembre 2012 p.18
Association Georges Perec
Un site consacré aux chats a réalisé une page intitulée « Tentative d’épuisement
d’un chat perecquien » qui rassemble les images de l’auteur avec cet animal :
http://liousha.blogspot.fr/2012/06/tentative-depuisement-dun-chat.html
Georges Perec a trouvé place dans le recueil de Perles de la littérature, de Pierre
Ferran et Dominique Jacob (Horay, 2012) pour la phrase : « Oui, les dictionnaires tiennent
une grande place dans ma vie et dans mon travail d’écrivain. J’en possède d’ailleurs
une soixantaine et le tiers de mon temps d’écriture est consacré à les feuilleter. »
Forvo (« All the words in the world. Pronounced ») propose une illustration sonore de la façon
dont le nom Georges Perec doit être prononcé : http://fr.forvo.com/word/georges_perec/
Doctorak.co (« T-shirts et objets littéraires de tous genres ») propose à la vente des macarons (en bon français, des pin’s) siglés Georges Perec, à 3$ l’unité : http://2doc.net/xloxe
La partition d’Hommage à Georges Perec, une pièce de Philippe Hurel pour voix
et instrument est en vente sur le site woodbrass.com : http://2doc.net/0m4pw
Le site thatsmathematics a publié cet article, dans l’esprit de Cantatrix Sopranica L. :
« Injectivity In Abstract Lie Theory », signé Perec G., Cantatrix S., Gotlib M. et Tomato T.
http://2doc.net/shuvi
Le skieur Emile Allais est mort le 17 octobre 2012. Il avait fêté son 100e anniversaire
le 25 février et était la plus âgée des personnes vivantes nommées dans Je me
souviens, précisément JMS 457. Le doyen est maintenant l’un des Frères
Jacques, Georges Bellec (JMS 134), né le 18 mars 1918. Son dauphin aurait pu
être le coureur cycliste italien Aldo Ronconi, né le 20 septembre 1918 mais il
est décédé le 12 juin dernier.
Dans Le Figaro du 10 novembre 2012 les mots croisés de Louis Morand proposaient
la définition suivante : « Homme de lettres et de lttrs ». L’ensemble de la solution
satisfaisant à une contrainte chère à Perec.
PLUS ANCIEN
Franck Evrard, De la fellation dans la littérature (Le Castor astral, 2001), cite
Perec aux pages 101-102 (extrait des Revenentes), p. 189-190 (extrait des
Œuvres anthumes) et p. 211 (extraits des Revenentes).
Documents
Renata Lopes Araujo a fait parvenir à l’AGP un texte de jeunesse inédit de Perec intitulé
« Manderre » dont l’original se trouve à Belgrade. Il a été écrit en 1956 et David Bellos
le décrit comme un pastiche du premier ouvrage publié par Gide, Paludes (Georges
Perec. Une vie dans les mots, p. 180, où l’on trouve une demi-page d’analyse de
« Manderre »). Renata Lopes Araujo en a obtenu une photocopie auprès de l’Indiana
University, par le biais du département de manuscrits de la Lilly Library.
Compte rendu de la troisième journée d’études Perec (2 juin 2012,
Université Lille 3-Charles de Gaulle, Maison de la recherche) par Eloïse Damerose :
Organisée par Christelle Reggiani et animée par Jean-Luc Joly, la troisième journée
d’études consacrée à Perec s’est ouverte sur deux communications traitant de l’intertextualité et de l’art citationnel dans l’œuvre perecquienne.
Marie Bonnot s’est, tout d’abord, attachée à analyser la présence de Proust chez Perec.
Etudiant l’intégration d’une citation d’Albertine disparue dans le chapitre 99 de La Vie, mode
d’emploi, M. Bonnot a montré que les reprises proustiennes, pouvant prendre la forme de
thèmes, de motifs ou de fragments textuels, répondent à la règle de l’implicitation.
Néanmoins, l’insertion du corps textuel étranger s’effectue au sein de références qui
construisent un contexte suggérant l’emprunt. L’évocation de la cité perdue, d’un paysage
labyrinthique où s’entrecroisent des ruelles, le champ lexical du réseau, du passage, la mention
des ruines de même que la phrase longue sont autant de signes renvoyant au cotexte dans
lequel prend place la citation extraite d’Albertine disparue par Perec. Ainsi, l’auteur intègre la
citation proustienne dans un réseau de références intertextuelles dissimulées qui désigne
l’intertextualité, chez Perec, comme un jeu de cache-cache. La découverte de l’intertexte et
du sens du texte se fait alors au prix d’une enquête qui requiert la collaboration interprétative
du lecteur. Plus qu’un emprunt érudit, le point de rencontre des deux auteurs et des deux
œuvres réside dans la perte de l’être aimé, dans la thématique de la disparition. Tandis que
le narrateur proustien, quelques pages avant la citation utilisée dans La Vie mode d’emploi,
rejoint sa mère à la gare alors qu’il avait décidé de rester à Venise, la gare de Lyon est le lieu
des adieux à la mère pour Perec. Au confluent du biographique et du fictionnel, la citation
proustienne reprise par Perec est alors chargée de suggérer ce que le texte ne peut énoncer.
S’inscrivant dans « l’inter-dit », l’intertexte fait donc appel à la collaboration énonciative du
lecteur qui, invité à chercher le non-dit, est amené à exprimer ce que l’œuvre tait.
Raoul Delemazure a ensuite démontré qu’Un Homme qui dort ne pouvait être considéré comme
un centon. Si la nature de collage est manifeste dans l’avant-texte, le dossier préparatoire, elle
devient sous-jacente dans l’œuvre finale qui répond davantage au concept d’intertextualité
diffuse. La possibilité de lire Un Homme qui dort comme un centon, question soulevée lors
d’une précédente journée d’études, constitue, pour R. Delemazure, une lecture forcée
de l’avant-texte et une interprétation erronée des déclarations théoriques de Perec sur l’art
citationnel. Toutefois, la densité de l’intertextualité dans le dernier chapitre de l’œuvre l’a
conduit à distinguer les divers régimes d’intertextualité dans le dénouement. Si Un Homme
qui dort se tend entre deux citations, entre Kafka et Melville, l’entreprise perecquienne diffère
du principe de création initié par Roussel. Mettant à distance l’expressivité subjective, la citation,
dans cette œuvre, devient également une auto-citation lorsque Perec introduit des fragments
d’œuvres de jeunesse perdues et inconnues du public. Ce cryptage, impossible à déchiffrer par
le lecteur, inscrit la présence d’un temps mélancolique à travers la mémoire de textes disparus.
En outre, la citation peut se transformer en un positionnement stratégique dans le champ
littéraire. Les emprunts à Robbe-Grillet et à Sartre apparaissent comme un moyen de rejeter
dos à dos deux écrivains contemporains majeurs tout en se distinguant du Nouveau Roman et
de la littérature engagée, deux esthétiques récusées par Perec. Loin de constituer un hommage
ou une inscription dans un héritage littéraire, la citation tendrait, selon R. Delemazure, vers
la répétition à vide. La répétition et l’indifférence envers des citations exemptes de toute hiérarchisation, dessineraient un monde mortifère et figé. Ainsi, sans être un centon, Un Homme
qui dort fait de la citation, de son traitement et de ses enjeux une question cruciale.
Virginie Tahar s’est intéressée, quant à elle, à l’influence de Perec sur Hervé Le Tellier,
membre de l’Oulipo depuis 1992. Elle a dégagé l’intertexte perecquien dans le roman Le
Voleur de nostalgie, publié en 1992. Cette œuvre, constituée de quinze nouvelles, présente
des jeux intertextuels avec Un Cabinet d’amateur, des clins d’œil et des allusions à Perec
Bulletin n°61 Décembre 2012 p.20
Association Georges Perec
sous la forme de périphrases et d’anagrammes. Empruntant, à Perec, la métaphore du puzzle
et la mise en abyme de l’écriture dans la peinture, Le Tellier transforme la supercherie picturale
d’Un Cabinet d’amateur en une tromperie épistolaire révélée dans le post-scriptum à la fin du
roman. Le Tellier reprend donc, à Perec, la thématique de l’usurpation, la métaphore de la
supercherie renvoyant à l’écriture littéraire. Par cette étude, V. Tahar a souligné l’impact de
l’auteur sur les générations postérieures et les membres de l’Oulipo en mettant en exergue
les intertextes que suscite l’œuvre de Perec.
Dans un second temps consacré aux stratégies de la fiction, Tonia Raus s’est penchée sur la
mise en abyme chez Perec. Les caractéristiques de la mise en abyme – l’inclusion d’un
énoncé premier dans un énoncé second, la répétition, la partie reflétant le tout – correspondent
à la vision du monde et à la poétique romanesque de l’écrivain. L’image du puzzle comme
métaphore de l’œuvre perecquienne illustre la tension entre le tout et ses parties et révèle
le procédé d’inclusion de fragments textuels divers. L’histoire de Grégoire Simpson dans le
chapitre 52 de La Vie mode d’emploi fait écho à La Métamorphose de Kafka tout en proposant
une réécriture d’Un Homme qui dort puisque chaque paragraphe est un résumé de ce roman
antérieur. Perec opère ainsi un redoublement du récit qu’il déplace puisqu’il relit le récit premier
au moment où il le réécrit. Apparaît alors une distance entre le récit-source et le récit-cible
par l’encryptage autobiographique que recèle le chapitre 52. Se présentant comme un digest
selon la typologie de Genette, la réécriture d’Un Homme qui dort dans La Vie mode d’emploi
montre l’existence de passerelles transfictionnelles entre les œuvres de Perec. T. Raus a donc
démontré qu’Un Homme qui dort est intégré de façon traditionnelle dans La Vie mode d’emploi
par le prélèvement d’éléments de la diégèse-source mais également de manière inédite par
une extension du récit à travers des motifs autobiographiques ou susceptibles de l’être. Cette
inclusion d’un récit dans un autre, d’un livre dans une autre œuvre a donc permis d’observer
la construction d’une mise en abyme dans l’œuvre de Perec.
Enfin, Philippe Piedevache, mettant en parallèle L’Education sentimentale de Flaubert et Les
Choses de Perec, a éclairé l’écart séparant le roman perecquien du Bildungsroman flaubertien
et du roman réaliste du XIXe siècle. P. Piedevache a souligné que l’abondance des descriptions
chez Perec ne répond pas à une entreprise réaliste sur le modèle balzacien. L’énoncé
descriptif, accueillant le conditionnel, devient, dans Les Choses, le signe de la réversibilité des
mondes et désigne toute entreprise de description comme une illusion. Alors, la description
ne constitue pas, dans cette œuvre, une ouverture vers l’histoire mais une fermeture, le lieu
du fantasme et de sa négation. A la construction d’une narration romanesque linéaire, se
substitue l’élaboration d’images, de plans séquences donnant à voir un monde inexistant. La
représentation de la défaillance du monde fait écho à la transformation du personnage
devenu, à travers Sylvie et Jérôme, des témoins, au sens sociologique ou psychologique du
terme, plus que des héros romanesques. L’enlisement de la narration qui se répète symbolise
également l’impossible épanouissement du sujet dans une société matérialiste et sclérosante
où le règne de l’argent a supplanté les valeurs humanistes. Ainsi, les divergences des poétiques
romanesques et des modalités narratives étudiées signalent les mutations d’un monde qu’il
ne s’agit plus de faire évoluer ou contre lequel il n’est plus envisageable de lutter. Ce monde,
dépeint par Georges Perec dans Les Choses, a changé de nature. Fondé sur l’avoir, plus que
sur l’être, accueillant des silhouettes, plus que des personnages, il a engendré l’anéantissement
de la rêverie, des illusions et des convictions.
Bibliophilie
On trouve beaucoup de Perec dans le catalogue n° 6 de la librairie Faustroll (Paris), dont
- Les Choses, enrichi d’un envoi autographe : 500 euros
- ULCÉRATIONS, BO n° 1 : 500 euros
- Plaquette L’Éternité, numérotée et signée au colophon par Perec : 750 euros.
Merci
Les personnes suivantes nous ont adressé des renseignements pour la constitution de ce Bulletin ou des documents qui
ont rejoint notre fonds : Eric Angelini, Michèle Audin, Dominique Bertelli, Camille Bloomfield, Roland Brasseur, Magdalena
Campora, Elisabeth Chamontin, Catherine Chauchard, Pierre Cohen-Hadria, David Collin, Danielle Constantin, Eloïse
Damerose, Christine Gérard, Pierre Getzler, Françoise Granger, Grégory Haleux, Eléonore Hamaide, Francis Henné, JeanLuc Joly, Renata Lopes Araujo, Marc-Gabriel Malfant, Hervé Moritz, Elsa Pierrot, Robert Rapilly, Mireille Ribière, Christelle
Reggiani, Jean-Pierre Salgas, Rémi Schulz, Martine Sonnet, Coraline Soulier, Alain Zalmanski.
Publications en vente
L’Association Georges Perec tient à la disposition de ses membres les ouvrages suivants
:
Cahiers Georges Perec
Le Cabinet d’amateur
n° 3 :
n° 9 :
n° 10 :
n° 11 :
05 €
20 €
22 €
20 €
n° 1 :
n° 2 :
n° 3 :
10 €
10 €
10 €
Georges Perec : Un petit peu plus de quatre mille poèmes en prose pour Fabrizio Clerici : 20 €
Bianca Lamblin : Lecture critique de la biographie de David Bellos : 9 €
De Perec etc., derechef. Mélanges offerts à Bernard Magné : 20 €
Bernard Magné : Perecollages : 5 €
Manet Van Montfrans : Georges Perec. La contrainte du réel : 23 €
Ecrire l’énigme. Actes du colloque de la Sorbonne : 25 €
L’Œuvre de Georges Perec : réception et mythisation. Actes du colloque de Rabat : 5 €
Europe, numéro 993-994, Georges Perec : 18 €
Renouvellement des cotisations pour 2013
20 € pour les étudiants et 30 € pour les autres.
Nous vous serons très reconnaissants de nous payer par chèque le plus souvent possible, et d’éviter absolument
les mandats et les eurochèques. Vous pouvez cependant utiliser le virement, en nous envoyant en même temps un
courrier (postal ou électronique). Pour les virements, nous vous rappelons les coordonnées de notre compte.
_______________
Caisse d’Epargne
Guichet du 30, rue Saint-Antoine, 75004 Paris
C/étab
C/guichet
17515
90000
N/compte
04514866010
C/rice
75
Domiciliation CE ILE DE FRANCE PARIS
___________________________________
COTISATION 2013
NOM :...............................................................................................................
Prénom :..........................................................................................................
Profession :......................................................................................................
Adresse (en cas de changement) :
...........................................................................................................
...........................................................................................................
...........................................................................................................
Numéro de téléphone :....................................................................
Courriel : ....................................................….………….......................
Bulletin n°61 Décembre 2012 p.22
L'Association Georges Perec tient une permanence à son siège
le jeudi après-midi de 13h à 16h.
sauf les jours fériés et durant le mois d’août.
Publication interne de l'Association Georges Perec
ISSN 0758 3753
Tirage à 180 exemplaires
Décembre 2012
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising