Venez encourager les jeunes talents!P. 7 - Région Nord

Venez encourager les jeunes talents!P. 7 - Région Nord
N°23, Septembre-octobre 2014
www.nordpasdecalais.fr
ENTREPRISES
Ne manquez
pas le salon Créer !
P. 20
EUROSKILLS
Venez
encourager
les jeunes
talents!
P. 7
LYCÉES AGRICOLES
ACTUS
Nos jeunes
pousses
ont de l’avenir
La Région
soutient
l’apprentissage
P. 6
+ L’AGENDA DE VOS LOISIRS
P. 28
Le magazine de votre Région
P. 12
ÉDITORIAL
TROIS
MOTS
Mémoire
Nous sommes à la veille de quatre années
de commémorations du Centenaire
de la Grande Guerre. C'est un événement
considérable pour l'Humanité et particulièrement
émouvant pour le Nord-Pas de Calais et
ses quatre millions d'habitants, habitués aux jardins
de la Mort si nombreux dans nos campagnes.
Cette mémoire mondialisée, nous la partageons avec
les nations des cinq continents qui ont combattu sur
notre sol. Pour ne jamais oublier le chaos, prenons le
temps de célébrer sereinement la paix et la fraternité !
À l'heure du doute qui s'empare de notre grande
Nation, ces commémorations ont plus que jamais
du sens.
PAR DANIEL
PERCHERON
PRÉSIDENT
DU CONSEIL RÉGIONAL
DU NORD-PAS DE CALAIS
Avenir
Solidarité
Cette mémoire
mondialisée,
nous
la partageons
avec les nations
des cinq
continents
qui ont
combattu
sur notre sol. »
Permettre à celles et ceux qui ne partent
pas en vacances d'accéder aux loisirs et
à la découverte. Voilà chaque été, et ce
depuis 25 ans, l'objectif du Conseil régional.
Des dizaines de milliers de familles et de jeunes
ont pu profiter des animations de Nos quartiers
d'été et s'évader les week-ends en empruntant
les TER Mer et Vert mis à disposition par
la Région. Cette politique volontariste n'est
possible que grâce au dynamisme des associations
et des mairies, qui aux côtés de la Région ont
apporté cet été à nos enfants joie et
émerveillement.
LE NORD-PAS DE CALAIS SANS CLICHÉS
L’AUTEUR DE L’IMAGE
FRANÇOIS
BELLYNCK
46 ans, assistant clientèle
dans l'hôtellerie, à Calais
L’ENDROIT
Près de Lumbres (62)
LA DATE
Le 8 Juillet 2014 à 14 h 17
Échappés
« Passionné de cyclisme
et de photo, je ne pouvais
manquer le passage du Tour !
J’ai voulu éviter la photo
classique et mettre l'accent
sur les couleurs de notre
région. Le ciel était très gris
ce jour-là, je me suis donc
éloigné du bord de la route et
par chance j'ai eu le droit à
ces deux échappés
(Thomas Voeckler et Luis
Angel Maté Mardones). »
Plus de photos sur…
www.facebook.com/
nordpasdecalais
2 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE
Pas d’avenir si la priorité n’est pas la
formation de la jeunesse. Mais encore faut-il
que l’orientation et la formation offertes à nos
jeunes générations correspondent aux besoins et
spécificités de notre territoire et de nos entreprises.
Le Conseil régional s’engage à renforcer la mise en
cohérence des formations avec les filières de son
territoire. C’est le moment de redécouvrir des métiers
parfois délaissés à tort et qui pourtant offrent
aujourd’hui de véritables débouchés professionnels à
nos jeunes. Les perspectives qu'offrent le numérique,
les services à la personne, le commerce, sont souvent
évoqués pour garantir un avenir à nos enfants. Mais
peu avancent les atouts de l’agriculture ou de
l’agroalimentaire. En lisant ce nouveau numéro du
magazine de la Région, vous découvrirez notamment
l’univers des lycées agricoles, un univers où culture et
élevage riment désormais avec passion, technologie et
développement durable.
EZ
POS
PROPHOTOS)
VOSCENTES
(RÉ
AU SOMMAIRE DE CE NUMÉRO
LES ACTUS
À la boucherie Rigaud,
à Wambrechies
PHOTO DAVID DESCATOIRE
Des courts-métrages
en 1re partie dans
les cinémas régionaux p. 4
La Région se mobilise pour
le Centenaire de 14-18 p. 5
Suivez les
Euroskills!
Un bon coup
de pouce
à l’apprentissage !
p. 7
Une action à la loupe :
les bourses Reporters
Mineurs du Monde
p. 8
Un médiateur
pour la Région
LA BONNE
NOUVELLE
p. 6
p. 8
Ces entreprises
qui innovent :
Jeumont Electric
branché sur l’international
et l’innovation
p. 9
LE DOSSIER
UNE JOURNÉE À…
Les lycées
agricoles
font
pousser
l’agriculture
de demain
Douai à pas
de géants
p. 26
PHOTO OFFICE DE TOURISME – D. LANGLET
La bonne recette
Le Ch’ti Pom’s au Spéculoos
PHOTO DOMINIQUE BOKALO
À L’ENTRAÎNEMENT
Écologie, alimentation, marketing ou élevage :
les lycées agricoles explorent tous les domaines
Pierre-Louis, Guillaume, Anaïs et Julien
parlent de leurs études, et de leur passion.
Au lycée, on mange ce que l’on produit !
p. 27
UN SUR UN MILLION
p. 12
p. 13 et 14
p. 15
LES RUBRIQUES
Je me forme La VAE de Rosa Moulin
p. 10
Ils font les lycées Les lycées régionaux
passent à l’ère numérique
p. 11
L’œil de Boucq
p. 17
L’expression des groupes politiques
p. 18
Comprendre Comment la Région soutient
la création d’entreprises
p. 20
Ils font le territoire Le Parc naturel régional
de l’Avesnois
p. 22
Culture Le château de Versailles prend ses quartiers
p. 24
au musée des Beaux-Arts d’Arras
LA
COMMUNAUTÉ
S’AGRANDIT !
Dialoguer, partager
ses photos, échanger ses
bons plans… Les réseaux
sociaux font désormais
partie des habitudes
de la moitié des Français.
Pour relayer vos initiatives,
répondre à vos questions,
encourager les interactions
et développer une
véritable communauté
des habitants du NordPas de Calais, la Région
a investi ces réseaux.
Vous êtes de plus en plus
nombreux à nous proposer
vos photos pour la
rubrique le Nord-Pas
de Calais sans clichés
(en page 2), vous êtes
à ce jour 6 000 à gazouiller
avec nous sur Twitter et
60 000 à suivre l’actualité
du Nord-Pas de Calais
sur notre page Facebook !
Ce succès fait de nous
la onzième région la plus
suivie sur Twitter, et
la quatrième sur Facebook.
Alors… Merci à tous !
>www.facebook.com/
nordpasdecalais
>https://twitter.com/
nordpasdecalais
PHOTO ERIC MORELLE
PHOTO OLIVIER DESPICHT
À Villeneuve d’Ascq,
le rugby se conjugue
au féminin. Et ça marche
fort pour les filles
du LMRCV !
p. 25
Thomas, 21 ans, éleveur
de robots, représentera
la France aux Euroskills
à Lille du 2 au 4 octobre.
p. 31
N°23/Septembre-octobre 2014
Mon Nord-Pas de Calais
Magazine bimestriel du Conseil régional du Nord-Pas de Calais,
Direction de la Communication, 151, avenue du Président-Hoover,
59555 Lille Cedex. Tél.: 03 28 82 53 02
Directeur de la publication François Delagrange. Directrice de la communication Marie-Christine De Zeeuw.
Rédactrice en chef Hélène Fanchini. Rédaction Hélène Fanchini, Pia Todoskoff, Éléonore Papeghin, Mehdi Hariri.
Iconographie Cathy Bourge, Marianne Maillot. Conseil éditorial et réalisation Agence Cinquième Colonne. Impression Léonce Deprez,
certifié Imprim’Vert. Tirage 1,7 million d’exemplaires. Dépôt légal Septembre 2014. ISSN 2112-1583. - Ne pas jeter sur la voie publique.
Photo de couverture Les super-héros des Euroskills débarquent à Lille du 2 au 4 octobre. PHOTO AGENCE LA CUISINE
En cas de problème de distribution, contacter Adrexo au 03 20 62 99 99 ou adx@spir.fr
journal@nordpasdecalais.fr
www.nordpasdecalais.fr
Via ce QR code, retrouvez Mon NordPas de Calais sur le site de la Région :
www.nordpasdecalais.fr
N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 3
ACTUS
zapping
VISITEZ
LE SIÈGE
DE RÉGION
Rendez-vous les 20
et 21 septembre
à partir de 9 h 45 au siège
de Région, 151 avenue
du Président Hoover à Lille,
pour les Journées
européennes du
patrimoine. Trois parcours
vous permettront
de découvrir l’hémicycle,
le beffroi ou les toits
du bâtiment. Visites
guidées sur réservation.
Cinéma Avec le programme Flux, la Région offre
une « mise en bouche » aux cinéphiles.
Le court revient
à la mode
03 28 82 67 31
>accueil@
nordpasdecalais.fr
>www.nordpasdecalais.fr
LA RÉGION
EN AVIGNON
Une douzaine
de compagnies de
théâtre ont joué au Festival
Off d’Avignon en juillet,
dont six grâce au soutien
logistique et financier
de la Région. Revivez le Off
d’Avignon en photos
et en vidéos sur :
>www.nordpasdecalais.fr
/avignon-2014
LES FENÊTRES
ONT LA PAROLE
La 14e édition des
Fenêtres qui parlent
aura lieu du 27 mars au
19 avril 2015. Née dans
la métropole lilloise, cette
initiative, qui permet à des
artistes d’exposer derrière
les fenêtres des habitants,
touche désormais d’autres
villes de la région.
L’an dernier, plus de 1 500
fenêtres étaient décorées.
Pour participer, rendezvous le 15 septembre
à la Maison régionale
de l’environnement
et des solidarités (MRES),
à Lille à partir de 20 h 30.
06 10 31 10 77
> lesfenetres
quiparlent@yahoo.fr
>www.lesfenetres
quiparlent.org
Tourné à Boulognesur-Mer, Chante
ton bac d’abord sera
diffusé sur France 2
et au cinéma. photo Dr
H
ors multiplexes, il existe
dans le Nord-Pas de Calais une cinquantaine de
salles de cinéma. Ces salles municipales ou associatives, dont
certaines classées art et essai ont
été récemment équipées en numérique grâce à une aide financière du Conseil régional. Aujourd’hui, la Région leur offre un
nouveau coup de pouce en leur
proposant gratuitement des
contenus à diffuser avant le film.
Ce programme baptisé Flux repose
sur la coopération de deux associations : Les Rencontres audio-
visuelles et De la suite dans les
images. « Les deux associations se
sont réparti la recherche des cinémas
et des contenus», explique Antoine
Manier, directeur des Rencontres audiovisuelles.
NOUVEAUX SPECTATEURS
En ce qui nous concerne, nous allons proposer un catalogue de 40
courts-métrages que les salles pourront diffuser gratuitement : 20 films
régionaux et 20 films internationaux. Ce sont des films très variés au
contenu toujours accessible, la plupart ne dépassant pas les 8 minutes.» « L’objectif est de renouve-
Deux films à ne pas rater
ler l’animation culturelle dans les
salles de cinéma et de personnaliser les contenus, poursuit Agnès
Raymond-Bertrand, chargée de
mission numérique à De la Suite
dans les images. De notre côté,
nous proposerons des documentaires
réalisés en région, sur le tournage du
film ou sur une technique de cinéma, comme les films d’animation
ou la 3D, ou encore un entretien
avec le réalisateur… Le but est
d’accompagner la sortie des films et
d’amener de nouveaux spectateurs
dans ces salles spécifiques. »
n Hélène Fanchini
Deux productions régionales sont mises à l’honneur lors de cette rentrée. P’tit Quinquin, intrigue policière
déjantée de Bruno Dumont présentée hors compétition au dernier Festival de Cannes, sera diffusée en avant-première au Fresnoy à Tourcoing le 16 septembre à 19 heures et sur Arte en deux parties, les 18 et 25 septembre
à 20 h 30. France 2 programmera Chante ton bac d’abord avant sa sortie en salle le 22 octobre. Ce très joli documentaire chanté réalisé par David André raconte l’année scolaire et la préparation du bac d’une bande de copains
du lycée Mariette de Boulogne-sur-Mer. Ces deux films ont été réalisés avec le soutien du Conseil régional par
le biais de Pictanovo, la structure en charge de la production cinématographique du Nord-Pas de Calais.
>www.generation-npdc.fr/chantetonbac
>http://petitlien.fr/ptitquinquin
4 MON NORD-PAS DE CALAIS n°23, septembre-octobre 2014
La Région se mobilise
pour le Centenaire
de la Grande Guerre
Sur l’Anneau de mémoire seront gravés les noms de 600 000 victimes
de la Grande Guerre, par ordre alphabétique, sans distinction de grade,
de nationalité ni de religion.
montage philippe prost / artefactorylab
1914-1918 En attendant l’inauguration de l’Anneau de mémoire, à Notre-Dame
de Lorette, les musées régionaux ont lancé l’opération «Guerres et Paix».
L
e 11 novembre prochain, le
président de la République
et le président du Conseil
régional se retrouveront à la nécropole nationale de Notre-Damede-Lorette, près d’Arras, dans le
Pas-de-Calais, pour inaugurer ensemble l’Anneau de mémoire.
Cette structure de béton fibré de
345 mètres de long rend hommage
aux 600 000 soldats de tous pays
tombés lors de la Première Guerre
mondiale dans les Flandres françaises et en Artois. Leurs noms y
sont gravés par ordre alphabétique,
sans distinction de grade, de na-
tionalité ou de religion. Cette cérémonie officielle sera le point
d’orgue des commémorations de la
Grande Guerre dans le Nord-Pas
de Calais. La région comptabilise
près de 150 expositions, spectacles,
cérémonies, conférences ou projets
scolaires labellisés par la Mission
nationale du Centenaire. L’opération Guerres et Paix dans le NordPas de Calais a permis la tenue de
quarante expositions dans les musées régionaux.
Retrouvez l’ensemble des projets
labellisés sur :
>http://centenaire.org/fr/
nord-pas-de-calais
LIVRES Un coup de pouce aux libraires et éditeurs indépendants
« Pour faire vivre sa librairie, il faut être
dynamique, organiser des animations,
avoir constamment un fonds d’ouvrages diversifié pour répondre aux attentes des lecteurs, mais
aussi rester à la page en termes d’informatique»,
explique Émily Vanhée, présidente de
Libr’aire, association de libraires indépendants
du Nord-Pas de Calais. Cependant, comme
le remarque Benoît Verhille, président de l’association des éditeurs indépendants de la région, « les métiers du livre sont fragiles car ils
ont peu de rentabilité, il est donc difficile d’investir dans de nouveaux projets : par exemple,
pour un éditeur qui souhaite traduire un livre
étranger, le délai entre l’achat des droits d’auteur et les premiers retours financiers est de 30
mois ! »
Conscient de leurs difficultés, mais aussi de
leur importance, le Conseil régional a décidé
de soutenir les libraires et les éditeurs indépendants en finançant une partie de leurs
Grâce aux aides de la Région, les libraires
peuvent développer leur fonds et les éditeurs
gagner en visibilité. photo philippe Dapvril
projets de développement. « Il s’agit non
seulement de soutenir un secteur économique
fragilisé, mais également de soutenir un secteur
qui crée du lien social, souligne Michaël Moglia, président de la commission finances du
Conseil régional et pilote d’un groupe de travail sur la question. Dans les librairies on peut
feuilleter les ouvrages, recevoir des conseils, rencontrer des auteurs, ce qui n’existe pas avec le
e-commerce. C’est pourquoi nous avons voté une
aide de 350 000 euros en direction des libraires
et éditeurs. »
Achat de matériels informatiques, organisation d’événements, modernisation du mobilier ou évolution des catalogues… Le montant de l’aide dépend de la taille du projet.
Pour Benoît Verhille, « s’il ne règle pas tout, ce
soutien permet aux professionnels du livre
d’amorcer des projets et ainsi de pérenniser leur
activité et donc des emplois ». Pour obtenir
l’une de ces aides en 2015, il faut retourner
le dossier avant le 30 novembre 2014. n
>www.nordpasdecalais.fr/libraire
>www.eulalie.fr
n°23 septembre-octobre 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 5
ACTUS
???
zapping
TESR, NOUVEAU
MODÈLE
Repenser les
politiques publiques,
c’est l’objectif de la
Transformation écologique
et sociale en Nord-Pas de
Calais. Après quatre ans
d’expérimentations, quels
sont les principaux
enseignements de la
démarche engagée?
450 personnes sont
attendues pour en débattre
aux 4es assises de la TESR
les 15 et 16 octobre au siège
de Région.
Apprentissage Le Conseil régional va au-delà de la loi
en étendant l’aide financière à l’embauche d’apprentis.
Un coup de pouce aux
employeurs d’apprentis
À la boucherie Rigaud
et filles à Wambrechies,
Laurent Rigaud emploie
six apprentis.
PHOTO DAVID DESCATOIRE
03 20 99 24 63
>http://tesr.participons.net
PAS DE RAISON
DE SE TER !
Depuis 11 ans,
les comités de ligne
permettent aux usagers
du TER d’échanger avec
la Région et la SNCF.
13 comités de ligne
rassemblent près de 350
participants. Les prochains
se tiennent fin septembre
et courant octobre. Pour
connaître les dates et les
heures des comités près de
chez vous, vous inscrire, et
retrouver les comptesrendus, rendez-vous sur
>www.nordpasdecalais.fr
/comites-de-ligne
Vous pouvez également
envoyer vos questions à
>ter@nordpasdecalais.fr
FÊTE RÉUSSIE
AU LOUVRE-LENS!
La 25e édition
de Nos Quartiers
d’Été s’est achevée
le 23 août dans le parc du
musée du Louvre-Lens
par une fête de clôture
très réussie. Près de 3000
bénévoles, jeunes
et habitants se sont réunis.
Au programme: tournoi
de foot, balade à dos
d’ânes, cinéma, fanfare,
spectacles, chansons
et musée gratuit!
>www.nordpasdecalais.fr/
nqe2014
P
our développer l’apprentissage dans la région, il
nous faut des entreprises
prêtes à accueillir des jeunes, souligne très justement Christophe
Pilch, vice-président du Conseil
régional en charge de l’apprentissage. Or nous avons constaté un léger tassement des contrats en 2013
(moins 2 %, N.D.L.R.), dû en grande
partie au contexte économique difficile. » Pour encourager l'embauche d'apprentis, la Région a décidé d’étendre la prime de 1000 €
versée aux entreprises de moins de
21 salariés (au lieu de moins de 11
salariés). De plus, elle accorde un
bonus annuel de 500 euros à ces
mêmes entreprises pour chaque
contrat signé avec un apprenti
majeur qui prépare un CAP, Bac
Pro, ou titre de même niveau. Les
aides et bonus seront versés à la fin
de l’année de formation.
UN PROBLÈME D’IMAGE
« Je me réjouis de cette annonce, se
félicite Gabriel Hollander, chef
d’entreprise et premier vice-président de la Chambre régionale des
métiers et de l’artisanat. On se sent
ainsi considérés et aidés. » « Heureusement qu’on a les aides de la Région, ajoute Laurent Rigaud, boucher-charcutier à Wambrechies,
qui emploie six apprentis. Sans
elles, on ne pourrait pas payer et former correctement des jeunes. »
L’apprentissage souffre encore
d’une mauvaise image. « Il y a un
gros problème au niveau de l’orien-
tation, estime Gabriel Hollander.
Nous devons mieux présenter aux
jeunes nos métiers et l’excellence de
nos parcours de formation.» Mais il
faut également convaincre les employeurs. Et pour convaincre un
chef d’entreprise, rien de mieux
qu’un chef d’entreprise convaincu !
Quatorze “ambassadeurs de l’apprentissage” ont été nommés par
la Région. Ils auront pour mission
de parler avec leurs collègues, et
d’identifier les branches qui pourraient embaucher des jeunes. Ils
travailleront en étroite collaboration avec les quatorze plateformes
territoriales de la région.
n Pia Todoskoff
>www.nordpasdecalais.fr/
apprentissage
SALON Donnez une chance à votre projet d’entreprise
Une idée ? Un projet ? Une
envie de créer votre entreprise ? Ne manquez pas le rendez-vous de la rentrée ! Les 15, 16
et 17 septembre, 18 000 visiteurs sont attendus à la huitième édition du Salon Créer.
Objectif : stimuler l’envie d’entreprendre chez les habitants du
Nord-Pas de Calais. En plus des
6 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
200 exposants présents, 100
conférences et ateliers vous permettront de découvrir les nouvelles tendances de l’entrepreneuriat. Cette année, les trophées Créer mettent à l’honneur des chefs d’entreprise des
quatre grands territoires régionaux : Littoral, Artois, HainautCambrésis et Flandres Métro-
pole. Des experts et des créateurs
témoignent également sur le
plateau TV du salon, Place des
entrepreneurs. n
Lire aussi en pages 20 et 21
Quand ? 15, 16 et 17 septembre
Où ? À Lille Grand Palais
Entrée gratuite
>www.saloncreer.com
Talents Dix jeunes de la région participeront à Lille au championnat d’Europe
des métiers, du 2 au 4 octobre.
EuroSkills: nos super-héros
sont prêts!
L
photo Jean-luc cornu
es EuroSkills, championnats d’Europe des métiers,
débarquent à Lille du 2 au
4 octobre prochains. 35 jeunes,
dont dix originaires de la région, défendront les couleurs de
la France. Parmi eux Camille Dubron, 23 ans, qui termine fin
septembre son contrat professionnel de responsable visuel
merchandising chez Phildar, à
Roubaix. Juste après l’obtention
de son diplôme, elle participera
aux EuroSkills avec Louise, sa camarade au sein du CFA de Cepreco à Roubaix. « L’épreuve va durer deux jours et demi. Nous devons
construire une vitrine avec la partie menuiserie et peinture puis
mettre en scène une collection de
prêt-à-porter ou une marque. On
s’est beaucoup entraînées pour la
partie menuiserie et peinture. On
est aussi allées voir des expos et on
a flâné dans les magasins à la recherche de bonnes idées… »
« DONNER
LE MEILLEUR »
L’équipe de France des Métiers espère glaner de nombreuses médailles. Venez les encourager !
Pour Geoffroy Pira, les concours
n’ont plus de secrets. Médaillé de
bronze de la dernière finale nationale des Olympiades des métiers et membre du jury régional
en 2014, le carreleur mosaïste de
Staples a accepté de participer
aux EuroSkills pour tenter de
gagner une nouvelle médaille.
« J’aime donner le meilleur de moimême », avoue ce meilleur apprenti de France.
Les métiers technologiques aussi
seront représentés. Morganne
Borowczyk, 21 ans, est en pre-
mière année de DUT Métiers du
multimédia et d’Internet à Lens.
« Je crée des sites Internet de A à Z.
Mes profs m’ont encouragée à participer aux sélections régionales à
Lens. Je serai la seule représentante
française dans cette épreuve de Web
designer. Il s’agit d’un cas pratique
de conception d’un site Internet
avec la création d’une mise en page,
d’une charte graphique et le codage
pour que tout fonctionne. J’espère
gagner, toute ma famille va venir
m’encourager!»
Organisés par le Conseil régional
et cofinancés par le Fonds social
européen (FSE), les EuroSkills se
déroulent pour la première fois en
France.
UNE PREMIÈRE
EN FRANCE… ET À LILLE !
Plus de 500 jeunes de moins de
25 ans, originaires de toute l’Europe, vont tenter de gravir la plus
haute marche du podium et de
devenir le meilleur dans leur métier.
« C’est une fête qui met en lumière
les métiers de l’apprentissage grâce
à des jeunes motivés et passionnés,
explique Christophe Pilch, viceprésident du Conseil régional en
charge de l’apprentissage. Lors de
ces trois jours, les jeunes et leurs parents pourront se renseigner sur
les différents métiers. »
Venez découvrir ces super-héros
et supporter l’équipe de France ! n
n Pia Todoskoff
Quand ? 2, 3 et 4 octobre 2014
Où ? À lille grand palais
entrée gratuite
>www.nordpasdecalais.fr/
equipe-euroskills
>www.euroskills2014.org
CERVEAUX Parlez-moi du savoir !
Avec 163 000 étudiants, le Nord-Pas de
Calais est la troisième région étudiante de
France (hors Île-de-France). Comment améliorer les conditions de vie et de réussite des étudiants ? Comment les universités peuventelles s’engager dans la troisième révolution industrielle ? Que faire pour renforcer les liens entre les PME-PMI et l’enseignement supérieur,
valoriser les initiatives d’excellence (IDEX) et bénéficier du programme d’investissements d’ave-
nir ? Voilà quelques thèmes abordés le 7 juillet
par le Parlement du savoir, un comité rassemblant 115 personnes issues de l’enseignement supérieur, de la recherche, du monde économique,
des syndicats, de la société civile et des pouvoirs
publics.
UNIQUE EN FRANCE
« Les politiques liées à l’enseignement supérieur et
à la recherche sont très transversales. Il est important de travailler ensemble sur ces sujets pour
une plus grande efficacité », souligne Sandrine
Rousseau, vice-présidente du Conseil régional
en charge de l’enseignement supérieur et de la
recherche. Le Nord-Pas de Calais est la première
région à réunir tous les acteurs concernés. Le
Parlement est coprésidé par le président du
Conseil régional, le préfet de Région, le recteur
et le président de la Communauté d’universités et d’établissements Lille Nord de France. n
>www.nordpasdecalais.fr/parlementdusavoir
n°23 septembre-octobre 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 7
ACTUS
Interview Trois questions à Bernard Roman, conseiller
régional et médiateur de la Région Nord-Pas de Calais.
«Mon rôle est d’être
à l’écoute des habitants »
Les terrils jumeaux
de Loos-en-Gohelle.
photo philippe fruitier
UNE ACTION
À LA LOUPE
LES BOURSES
REPORTERS
MINEURS
DU MONDE
De quoi s’agit-il ?
En partenariat avec l’Institut
d’études politiques et l’École supérieure de journalisme de Lille, la
Région lance la première édition
des bourses Reporters Mineurs
du Monde. Cette opération vise à
soutenir des projets de réalisation
de reportages dans un territoire
minier d’Europe ou du monde.
À qui s’adressent-elles ?
Les bourses sont exclusivement réservées aux étudiants de bac + 2 à
bac + 5 inscrits dans une université du Nord-Pas de Calais, toutes
disciplines confondues.
En quoi consistent-elles ?
Cinq bourses sont proposées :
• Le Grand Prix Arte doté de
10 000 € pour la réalisation d’un
projet hors Union européenne.
• La bourse Triangle de Weimar
soutenant à hauteur de 5 000 € un
projet axé sur le partenariat entre
le Nord-Pas de Calais, la Ruhr allemande et la Silésie polonaise.
• Trois bourses Première chance
de 3 000 €.
Les lauréats désignés seront suivis
par un journaliste professionnel
tout au long de leur projet.
Comment en bénéficier ?
Remplissez le dossier sur
>www.nordpasdecalais.fr
Envoyez-le avant le 31 décembre 2014 par mail à
>mineursdumonde
@nordpasdecalais.fr
ou par voie postale au Siège de Région,
151, avenue du Président-Hoover 59 555 Lille.
Vous avez été mandaté par le
Président de la Région pour être
médiateur. Quel est votre rôle ?
Bernard Roman : Mon rôle est
d’être à l’écoute des habitants du
Nord-Pas de Calais qui rencontrent une difficulté avec un service de la Région, ou avec un
autre organisme dans un domaine de compétence de la Région. Si par exemple quelqu’un
a écrit à la Région et n’a pas reçu
de réponse ou s’il est en conflit
avec la SNCF, il peut faire appel
à la médiation pour trouver une
solution amiable.
Pouvez-vous nous donner un
exemple ?
Bernard Roman : J’ai étudié ré-
cemment le cas d’une jeune
femme qui avait suivi une formation en apprentissage. Elle
avait touché par erreur une aide
de la Région destinée à son employeur. Plusieurs années après,
on lui a réclamé le remboursement de cet indu, mais elle ne
disposait plus de cette somme.
Pour ne pas la mettre en difficulté, la Région a accepté de renoncer à sa demande de
remboursement. La médiation
peut également être saisie dans
le cadre d’une action collective.
Au moment de la rénovation de
la salle de concert du Nouveau
Siècle à Lille par exemple, j’ai été
saisi par un collectif d’habitants
Bernard Roman, conseiller régional, a été nommé médiateur
de la Région Nord-Pas de Calais. photo pierre thibaut
qui se plaignaient des nuisances
dues aux travaux.
Comment savoir si l’on peut
faire appel à vous ou pas ?
Bernard Roman : La médiation
intervient dans tous les domaines de compétences de la
Médiation, mode d’emploi
Un refus, une absence de réponse,
un litige non résolu ? Si la Région
est directement ou indirectement
concernée, vous pouvez contacter
le médiateur du Conseil régional :
www.nordpasdecalais.fr/mediateur
ou écrire à M. Bernard Roman,
Médiateur régional,
Siège de Région,
151, avenue du Président-Hoover,
59 555 Lille Cedex.
Région : les transports ferroviaires, la formation, les lycées,
l’action économique, l’aménagement du territoire… Je ne
peux pas intervenir sur des litiges privés ni sur les marchés
publics passés par la Région. Je
n’interviens pas non plus auprès des juridictions et bien sûr
je ne peux pas remettre en
cause une décision de justice.
En cas de doute, il ne faut pas
hésiter à saisir le médiateur. Si
quelqu’un fait appel à nous,
mais que son cas ne relève pas
de nos compétences, nous l’aiguillerons vers le bon organisme.
n Propos recueillis
par Hélène Fanchini
DÉBAT Et demain, qu’est-ce qu’on mange ?
De mars à juin dernier, plus
de 700 agriculteurs, consommateurs, producteurs ou responsables de restaurants scolaires ont
participé aux rencontres organisées
par la Région sur le thème de
l’alimentation. Le débat s’est
achevé le 27 juin lors d’un forum de
clôture. «Je suis très satisfaite, s’est
réjouie Myriam Cau, vice-présidente du Conseil régional en charge
de la démocratie participative. Le
dialogue n’était pas toujours aisé mais
8 MON NORD-PAS DE CALAIS n°23, septembre-octobre 2014
le débat a permis de comprendre les
problématiques de chacun. Au fur et
à mesure des rencontres, le ton était
beaucoup plus apaisé.»
SIX AXES PRIORITAIRES
Deux questions ont fait controverse : l’impact sur la santé des
produits chimiques utilisés en
agriculture traditionnelle et l’autonomie alimentaire du territoire.
Six axes de travail ont été réaffirmés : sensibiliser le consommateur, renforcer les circuits de
proximité dans toutes les filières
alimentaires, faciliter la mise en réseau des différents acteurs, limiter le gaspillage alimentaire et
améliorer la qualité des restaurations hors domicile, comme dans
les cantines scolaires. À l’automne, les élus vont débattre en
séance plénière autour de ces six
axes et dessiner une politique régionale de l’alimentation.
>www.alimentation.
participons.net
CES ENTREPRISES QUI INNOVENT
zapping
LES DÉFIS
DU WORLD FORUM!
Du 21 au 24 octobre,
rendez-vous pour la
8e édition du World Forum
à Lille. Entreprises, experts
et associations du monde
entier partageront
les bonnes pratiques d’une
économie responsable.
Ce sera aussi l’occasion
d’évoquer les opérations
engagées et les premiers
résultats obtenus dans
le cadre de la troisième
révolution industrielle,
un an après la présentation
du master plan de Jeremy
Rifkin.
Jeumont Electric :
créatrice d’énergies
Les bobines électriques ? Des tôles empilées dans lesquelles une partie mobile crée un circuit magnétique.
photos clauDe Waeghemacker
NOM
JEUMONT ELECTRIC
ADRESSE
367, rue de l'Industrie
59 460 Jeumont
03 61 99 96 00
>www.jeumontelectric.com
DATE DE CRÉATION 2006 sous
ce nom (mais existe depuis 1898)
EFFECTIFS 500 salariés
MÉTIER Jeumont Electric est un
constructeur de moteurs
électriques et d’alternateurs de
grande puissance destinés aux
centrales électriques, aux
équipements navals ou
industriels. L’entreprise, qui
appartient au groupe français
Altawest, possède trois usines en
France et une filiale en Inde.
LES CHIFFRES
CLÉS
105
150
millions d’euros
de chiffre d’affaires par an.
machines
(moteurs ou alternateurs)
sont produites par an.
55000
m²,
c’est la superficie des ateliers
de Jeumont. l’entreprise
peut y assembler ou réparer
des machines de plus
de 400 tonnes.
C
réée à la fin du XIXe siècle
pour construire les moteurs du métro parisien,
Jeumont Electric reste une entreprise spécialisée dans la production et la conversion d’énergie.
« Nous construisons par exemple
des moteurs pour des compresseurs
pétrochimiques, des moteurs de
pompes de centrales nucléaires ou
pour des systèmes de distribution
d’eau, explique Gérard Lescot, directeur marketing et veille industrielle. Nous produisons également des alternateurs hydroélectriques ou pour l’incinération d’ordures ménagères.» Les machines créées sont toutes destinées à
une application industrielle et de
grande puissance, pouvant atteindre plusieurs dizaines de mégawatts! Jeumont Electric est en
contrat avec EDF pour l’entretien
des centrales électriques françaises. « Nos techniciens se déplacent pour assurer la maintenance
mais nous pouvons aussi accueillir
sur place les plus grosses machines au
monde, pesant jusqu’à 400 tonnes. »
OBJECTIF: ÉNERGIES
MARINE ET ÉOLIENNE
Acteur historique dans le domaine des centrales électriques
thermiques ou nucléaires, la société est également présente dans
celui des énergies renouvelables :
hydroélectrique, solaire-thermodynamique et géothermique.
« Nous sommes aussi le leader mon-
dial de la fabrication des moteurs de
sous-marins et de bâtiments de
surface dans le domaine de la marine militaire. Nous avons équipé
toute la flotte française et travaillons actuellement sur le moteur
le plus puissant du monde destiné à
un client sud-américain. »
Avec une palette d’offres aussi
complète, Jeumont Electric résiste
très bien à la concurrence de
géants de l’industrie mondiale
tels que Siemens, General Electric,
Alstom ou Mitsubishi.
Cependant l’entreprise veut continuer à se développer et regarde
dans d’autres directions. « Depuis
2007, nous avons beaucoup misé sur
la recherche et le développement
pour améliorer notre gamme existante et travailler sur les technologies du futur, comme la supraconductivité, confirme Gérard Lescot.
Dès aujourd’hui, nous nous positionnons sur d’autres segments
comme les énergies marines renouvelables et l’éolien. Il existe une opportunité qui correspond tout à fait
à nos capacités.»
n Pia Todoskoff
03 20 99 24 63
>www.worldforum-lille.org
SURPRENEZ
LES RECRUTEURS
Vous cherchez
un emploi dans
la grande distribution,
la banque, la comptabilité,
l’immobilier ou le
numérique? Alors
le rendez-vous
Recrutement experts
est fait pour vous. OVH,
Leroy Merlin, Chronodrive…
Le 16 octobre prochain,
33 entreprises vous
attendent au stade Pierre
Mauroy. Au programme :
blind test culinaire,
recrut’impro et joblink
cocktail, soit autant
d’occasions de briser la
glace avec un recruteur.
Inscription obligatoire sur
>www.recrutementexperts.fr
ALTEN RECRUTE
Alten, groupe français
spécialisé dans
l’ingénierie et le conseil
en technologie, souhaite
embaucher 1 100
ingénieurs, dont 60 dans
la région Nord-Pas de
Calais. Si vous êtes
ingénieur chargé d’affaire
mécanique, contrôle
commande, spécialiste
groupe motopropulseur ou
automobile, postulez sur :
>www.altenrecrute.fr
n°23 septembre-octobre 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 9
JE ME FORME
PARCOURS
NOM
ROSA MOULIN
Habite Beaurains (62).
ÂGE 47 ans.
MÉTIER Animatrice
socioculturelle et directrice
de centre de loisirs.
FORMATION Rosa Moulin a
quitté l’école sans diplôme et
travaillé pendant 16 ans comme
secrétaire. En 2013 elle a obtenu
trois diplômes en VAE (Validation
des acquis de l’expérience) : un
bac professionnel secrétariat, un
diplôme de secrétaire de direction,
et un BTS assistant manager.
POINTS FAIBLES « C’est aussi
un point fort : je suis très investie
dans mon travail, parfois trop.
J’ai du mal à prendre du recul et
je dépense beaucoup d’énergie.»
POINTS FORTS « C’est le même
que mon point faible : je fais les
choses à fond. C’est bien pour mon
employeur, car mon travail est fait,
et bien fait !»
Rosa Moulin a obtenu
un bac et un BTS
la même année.
PHOTO OLIVIER DESPICHT
Autodidacte On peut réussir dans son métier sans diplômes… et les décrocher
plus tard, grâce à l’expérience. C’est tout le principe de la validation
des acquis de l’expérience, qu’a testé Rosa Moulin, directrice de centre de loisirs.
Elle VAE de l’avant
J
’ai quitté l’école sans aucun
diplôme, mais cela ne m’a
pas gênée car je suis devenue
fonctionnaire, raconte Rosa Moulin. Pendant seize ans, j’ai travaillé
au Conseil général du Val d’Oise
comme secrétaire et assistante.
Puis, comme j’avais trois enfants,
j’ai pris ma retraite.» Une fois « à
la retraite», Rosa enchaîne les petits boulots, sans grande difficulté. « En région parisienne, on ne
me demandait jamais mes diplômes.
Ce qui compte là-bas c’est l’expérience. J’ai toujours trouvé du travail. »
Les choses se gâtent lorsque Rosa
s’installe en province, pour vivre
dans un meilleur environnement.
« Il y a un peu plus de deux ans, je
suis arrivée dans le Pas-de-Calais.
Et là, impossible de retrouver du travail ! On me demandait toujours mes
diplômes. C’était très frustrant de
savoir que je savais faire les choses,
mais qu’on ne me prenait pas parce
que je n’avais pas un bac + 2. »
Au lieu de se décourager, Rosa décide d’entreprendre une VAE —
comme validation des acquis de
l’expérience. « Pour commencer il
faut bien choisir quel diplôme on
veut faire valider, en fonction de ses
compétences, explique-t-elle. Moi
je me retrouvais bien dans le BTS
assistant manager, mais je n’étais
pas sûre que ce serait accepté, alors
j’ai fait trois demandes : pour un bac
pro en secrétariat, un diplôme de secrétaire de direction et le BTS. Je me
suis dit que si je l’avais, ce serait la
cerise sur le gâteau. »
« CELA M’A REDONNÉ
CONFIANCE »
Après avoir choisi le diplôme ou
la certification qu’il veut valider,
le candidat doit vérifier que sa demande est recevable. En cas de réponse positive, il remplit un carnet de VAE, reprenant en détail ses
différentes expériences et toutes
les tâches qu’il sait accomplir et
qui correspondent au diplôme
visé.
« Cela m’a demandé beaucoup de
travail. Il faut noter tous les détails,
se souvenir de tout ce qu’on a fait.
J’y ai travaillé tous les jours pendant
plusieurs mois. Heureusement, par
l’intermédiaire de Pôle emploi, j’ai
été accompagnée lors de la rédaction
des carnets et de la préparation du
passage devant le jury.»
En un an, Rosa Moulin a obtenu
les trois diplômes visés, y compris
le BTS ! « Cela m’a redonné
confiance en moi, car cela m’a per-
VAE mode d’emploi
mis de mesurer tout ce que je savais
faire.» Redynamisée par le résultat de sa VAE, Rosa a retrouvé du
travail, mais pas comme secrétaire.
« J’avais mon Bafa — le brevet
d’animateur — depuis longtemps. À
la fin de la VAE, je me suis dit que
je pourrais faire autre chose que du
secrétariat. Aujourd’hui j’occupe
un poste d’animatrice socioculturelle, et je suis directrice de centre de
loisirs pendant les vacances. Du
coup, j’ai entamé une autre VAE
pour obtenir le DE JEPS, un diplôme
d’État de la jeunesse, de l’éducation
populaire et du sport.»
n Hélène Fanchini
La VAE, Validation des acquis de l’expérience, s’adresse aux salariés comme aux demandeurs
d’emploi. Elle permet d’obtenir un diplôme ou une certification, pour retrouver un emploi, évoluer
professionnellement, reprendre des études ou passer des concours. C’est un droit. Il suffit d’avoir trois
ans d’expérience professionnelle pour l’entreprendre. Elle se fait en trois étapes : d’abord, on vérifie
que la demande est recevable. Le candidat rédige ensuite un dossier. Puis il passe devant un jury.
Lors des étapes 2 et 3, le candidat peut se faire aider. Les salariés peuvent demander
cet accompagnement au titre du droit à la formation. Le Conseil régional finance à l’intention
des demandeurs d’emploi un « pass VAE » qui représente 20 heures d’accompagnement.
Pour tout renseignement vous pouvez vous adresser à Pôle emploi, à un Centre d’information
et d’orientation (CIO), à un Centre de bilan de compétence (CIBC) ou au Fongecif.
>www.vae-npdc.fr
>www.rncp.cncp.gouv.fr
10 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
ILS FONT BOUGER LES LYCÉES
Travaux La nouveauté de cette rentrée dans les lycées,
c’est l’Espace numérique de travail (ENT) pour tous.
Mais les travaux « ordinaires» n’ont pas été oubliés.
Une rentrée très numérique
P
rofesseurs et lycéens ont
retrouvé leurs établissements après les vacances,
mais les lycées ne sont pas restés vides cet été. La Région modernise depuis plusieurs années
les établissements dans le cadre
de la troisième révolution industrielle et pour améliorer leur
confort. À la cité scolaire des
Flandres à Hazebrouck par exemple, les travaux de construction
d’une nouvelle infirmerie et
d’une extension de la salle de restauration sont sur le point de
s’achever.
ENT DANS TOUS
LES LYCÉES PUBLICS
Édifiés avec des matériaux traditionnels et recyclables, ces deux
bâtiments respectent la réglementation thermique 2012 et
permettront d’accueillir les élèves
dans de meilleures conditions. De
plus, de nombreux abris à vélos
sécurisés ont été aménagés dans
plusieurs lycées pour inciter les
jeunes à rouler à bicyclette.
L’espace numérique de travail
(ENT), véritable outil pédago-
zapping
METTEZ
LE CAP
SUR LE MONDE
Vous êtes lycéen,
apprenti, étudiant,
jeune salarié ou en insertion
professionnelle et rêvez
de partir à l’étranger ?
Vous trouverez toutes
les informations utiles
à Cap sur le monde le 15
novembre prochain à Lille
Grand-Palais, et pourrez
rencontrer des jeunes
qui ont déjà vécu une
expérience à l’étranger.
>www.nordpasdecalais.fr
/capsurlemonde
TROUVEZ LA STAR
DE L’AVESNOIS
Tous les lycées publics seront bientôt équipés d’un réseau Wi-Fi sécurisé.
PHOTO EMMANUEL WATTEAU
gique collaboratif est pour la
première fois cette année accessible à tous les usagers — élèves,
parents, professeurs… — des lycées publics de la région. Actus,
emploi du temps, devoirs à faire,
relevés de notes, ressources pédagogiques, blogs, etc. Cet espace
sécurisé propose en fonction des
profils des utilisateurs des conte-
nus personnalisés.
Enfin, en plus de leur raccordement à la fibre optique, les lycées
seront tous équipés d’ici la Toussaint de réseaux Wi-Fi sécurisés
installés en fonction des projets
pédagogiques de chaque établissement.
n Éléonore Papeghin
>www.savoirsnumeriques5962.fr
DEMAIN J’EUROPE « On se sent tous citoyens européens »
« L’Europe, ça nous
pour un séjour sur la thémaconcerne tous, explique
tique des espaces verts, déLaura, 16 ans. Dans la classe,
taille Léandre, 16 ans. J’ai reon se sent tous citoyens eurotrouvé des représentants des
péens.» Ce n’est donc pas un
six établissements engagés
dans le programme. J’ai beauhasard si la classe de seconde E du lycée Paul-Duez
coup appris sur la culture de
de Cambrai a remporté l’an
la Turquie, son histoire et sa
dernier le concours Demain
cuisine. » Six autres élèves se
j’Europe, organisé par la Résont rendus à Manchester,
gion, qui proposait de «Réen Grande-Bretagne, pour
fléchir à l’Europe d’au- Les secondes E du lycée Paul-Duez de Cambrai
un voyage sur le thème de
jourd’hui et inventer l’Union ont édité leur journal, « Le Hublot » .
l’architecture. « J’ai aussi
européenne de demain ». Les PHOTO D. BOKALO
reçu un correspondant anglais,
32 lycéens ont travaillé sur un journal dédié au dé- raconte Carina, 16 ans. Ça s’est super-bien passé et
veloppement durable. Ils ont étudié de près ce que on continue à s’échanger des messages. » Aujourd’hui
font nos voisins européens et la classe s’est enga- en classe de première, Laura et ses camarades
gée dans un programme Comenius.
pourront profiter de leur prix : une visite de
Bruxelles et du Parlement européen avec une guide
LA TURQUIE, L’ANGLETERRE
ET DES AMITIÉS NEUVES
de choix, la députée européenne Karima Delli. L’obToute l’année, ils ont échangé avec des jeunes Al- jectif du concours est atteint. Célia le résume très
lemands, Anglais, Italiens, Espagnols, Chypriotes bien : «Après cette expérience, j’ai vraiment envie de
et Turcs, et certains ont même eu la chance de les voyager, et même d’aller étudier à l’étranger. »
rencontrer.« Je suis allé en Turquie une semaine n Mehdi Hariri
Préférez-vous
le martin-pêcheur
d'Europe ou le vanneau
huppé ? L’écureuil roux
ou le renard ? Votre avis
intéresse le Parc naturel
régional de l’Avesnois.
Il a lancé « À vous de
choisir », une grande
enquête destinée à
déterminer les espèces
préférées des habitants
du territoire et les
sensibiliser à la biodiversité.
>www.parc-naturelavesnois.fr
SAUVEZ
LA FORÊT !
Seulement 9 %
du territoire régional
sont boisés, contre 30 %
en moyenne en France.
Pour sensibiliser les
habitants à la sauvegarde
de la forêt, la Région
organise du 22 au
30 novembre la 3e édition
du Festival de l’arbre.
En 2013, plus de 7 000
personnes ont participé à
150 animations proposées
par une centaine
d’associations, de
collectivités et de
particuliers. Plantations,
sorties pédagogiques,
expositions, concours
de dessins… Proposez votre
manifestation avant
le 3 octobre sur
>http://environnement.
participons.net
N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 11
DOSSIER
En mars dernier, les apprentis du CFA horticole de Lomme ont participé à l’installation d’un décor végétal à l’Opéra de Lille. PHOTO JEAN-LUC CORNU
Formation Du CAP au BTS, les 34 établissements agricoles de la région préparent
leurs élèves à 120 métiers différents, en s’adaptant à la demande et aux besoins locaux.
Découverte d’une filière qui bouge.
LYCÉES AGRICOLES:
NOS JEUNES POUSSES
ONT DE L’AVENIR !
n Un dossier réalisé
par Éléonore Papeghin
P
errine veut devenir océanographe. En juin
dernier, elle a passé avec succès son bac
STAV (Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) au lycée agricole de
Douai-Wagnonville. «J’ai toujours voulu travailler dans
l’environnement, raconte-t-elle. Ce bac m’a permis d’approfondir mes connaissances. Comparé aux autres lycées,
ici, les profs sont plus accessibles, les classes sont plus petites et on a beaucoup de projets, d’activités et de sorties,
on est vraiment sur le terrain, c’est très concret!»
Comme Perrine, ils sont 10 500 jeunes, 8 300 lycéens
12 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
et 2 200 apprentis, à étudier dans l’un des 34 lycées agricoles (dont neuf publics) de la région. Ces établissements,
qui dépendent du ministère de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, sont bien plus que de simples
lycées. Ils forment des jeunes par voie scolaire et par apprentissage, du certificat d’aptitude professionnelle
(CAP) au brevet de technicien supérieur (BTS) en passant par les baccalauréats professionnels, technologiques
et scientifiques. Ils accueillent aussi des adultes en formation continue. Ils préparent à des métiers très variés
— exploitant agricole, conducteur d'engins, soigneur
animalier, architecte paysagiste, technico commercial, technicien d’exploitation de l’eau, technicien
agroalimentaire, éleveur…— et offrent aux élèves la
possibilité d’étudier en grandeur nature dans des
serres, des champs, des élevages ou des laboratoires.
S’ADAPTER AUX BESOINS
DES PROFESSIONNELS
Dans le Nord-Pas de Calais, les secteurs agricole et
agroalimentaire emploient environ 85000 personnes, qui exercent 120 métiers différents dans les
secteurs de la nature et du vivant. Une des particularités de l’enseignement agricole est la liberté offerte aux établissements de créer des modules de formation en fonction du territoire sur lequel ils se trouvent, et des besoins des entreprises locales.
Au lycée horticole de Raismes, les futurs jardinierspaysagistes ont droit à des cours de pavage à l’ancienne, une prestation de plus en plus demandée et
qui nécessite des compétences spécifiques. Chaque
année, les élèves mettent en pratique leur savoir-faire
en restaurant un tronçon des célèbres pavés de Paris-Roubaix, les mêmes pavés qui ont accueilli le
Tour de France cet été…
Au lycée de Douai-Wagnonville, les étudiants en BTS
Sciences et technologies des aliments (STA) travaillent par groupes sur des modules d’innovation.
Quentin, Valentine et Célia ont suivi des cours de
brasserie. «On a décidé de créer une nouvelle bière de
A à Z. On a inventé une recette “cerise-fleur de sureau”,
mais on s’est rendu compte que la couleur ne correspondait pas au goût de notre bière, elle n’était pas assez rouge… Comme il n’était pas question d’ajouter un
colorant artificiel, on a trouvé une solution naturelle:
la betterave! C’est une vraie fierté d’avoir créé notre propre bière!» Nicolas, qui prépare le même diplôme, a
mis au point une nouvelle recette de soupe à partir des courgettes produites dans l’exploitation du
Pauline s’investit beaucoup dans
les cours de conduite d’engin.
PHOTO DOMINIQUE BOKALO
Valentine, Quentin et Célia ont créé
leur propre bière. PHOTO DOMINIQUE BOKALO
DES ÉTUDES EN INTERNAT
A
ntoine et Anaïs sont tous
les deux en seconde professionnelle Conduite et gestion
d’exploitation agricole au lycée
de Radinghem, près de Fruges,
dans le Pas-de-Calais. Et comme
le rappelle Angéline Huguenin,
directrice de l’exploitation… «Il
n’y a pas de métro ici!» Pour Antoine et Anaïs, comme pour 48%
des élèves de lycées agricoles,
l’internat est donc la solution.
«C’est plus pratique, surtout quand
on commence tôt. En plus, c’est plus
familial, les profs nous connaissent
tous!» Les jeunes internes sont
pris en charge du lundi au vendredi, et rentrent dans leur famille en fin de semaine. Au lycée
de Douai, Célia (photo ci-contre),
elle-même élève de BTS, est maîtresse au pair. En plus d’assister
les surveillants, elle a un rôle de
guide pour les élèves. Elle les aide
à faire leurs devoirs, les conseille,
les écoute et parfois, les réconforte. «Quand j’étais plus jeune, ça
m’a beaucoup aidée d’avoir
quelqu’un de plus mature à qui
parler, se souvient-elle. À l’internat, on est comme une grande famille et moi, je suis un peu la
grande sœur.»
n
CHIFFRES
CLÉS
TÉMOIGNAGES
PIERRE-LOUIS
Le nombre d’emplois
dans les secteurs agricole,
para-agricole et
agroalimentaire
dans le Nord-Pas de Calais.
PHOTO DOMINIQUE BOKALO
PHOTO DOMINIQUE BOKALO
85000
90%
GUILLAUME
(À GAUCHE), EN SECONDE AMÉNAGEMENT PAYSAGER
AU LYCÉE PROFESSIONNEL AGRICOLE DE DUNKERQUE
EN SECONDE CONSEIL ET VENTE EN ANIMALERIE
AU LYCÉE HORTICOLE DE LOMME
«J’ADORE ÊTRE DEHORS
ET CRÉER»
«C’EST UNE PASSION
AVANT TOUT»
J’ai choisi ce métier car j’adore être dehors et créer des
choses. Entre la façon de tailler les végétaux et les noms
des plantes, il y a beaucoup à apprendre.
La spirale à insectes (qu’on voit sur la photo, NDLR) est
construite en pierres, et comme elle chauffe au soleil, ça crée
un microclimat. Les plantes mellifères qu’on y a placées
attirent les insectes pollinisateurs et on espère l’arrivée de
grenouilles dans la mare qu’on a reconstituée.»
Pour moi, l’animalerie, c’est une passion avant tout! En
cours de zootechnie, on apprend la classification des
animaux, leur environnement naturel et plus
de détails sur les animaux d’animalerie. Mais ce que
je préfère, c’est les TP: on change le substrat des rongeurs, on
leur donne à manger et à boire, on change l’eau et on nettoie
les vitres des poissons… On a une très bonne ambiance dans
la classe et je suis très content d’avoir choisi cette option.»
Le pourcentage
de diplômés
de l’enseignement agricole
qui trouvent un emploi
dans les trois ans.
120
Le nombre de métiers
recensés dans les secteurs
agricole, para-agricole
et agroalimentaire.
N°23 SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 13
DOSSIER
LYCÉES AGRICOLES
Chaque année, des élèves du lycée
horticole de Raismes restaurent
un tronçon des fameux pavés
de Paris-Roubaix. PHOTO DR
Gros travaux
en cours
dans les lycées
Pour accueillir les jeunes dans les
meilleures conditions, la Région investit
dans les lycées agricoles et réalise
d’importants travaux. À Douai, un hall
technologique et un hall de vente
serviront aux travaux pratiques. Les
apprenants en service à la personne de
Sains-du-Nord et de Radinghem
disposeront d’un nouveau plateau
sanitaire et social. Des hangars à
même de stocker le matériel agricole
des établissements seront construits
au Quesnoy et à Tilloy-lès-Mofflaines.
Enfin, la construction d’un nouveau
bâtiment d’exploitation des bovins sera
achevée en fin d’année à Radinghem.
lycée. «L’objectif était de la commercialiser: on a dû réfléchir aux aspects nutritionnels, réglementaires, mais
aussi au calcul des coûts et à la rentabilité.»
L’aspect commercial fait partie intégrante de la formation. Des points de vente directe, installés dans
certains établissements, permettent aux élèves de
se frotter à cette autre facette de leur futur métier.
Qu’il s’agisse de vendre des légumes, des fleurs, des
animaux, des fromages, des yaourts fermiers ou de
la bière, il faut maîtriser la gestion des stocks et la
relation avec les clients, particuliers ou professionnels (collectivités, coopératives, etc.).
EXPÉRIMENTER ENCORE,
INNOVER TOUJOURS
La recherche est un autre aspect essentiel de l’enseignement agricole. La ferme d’expérimentation de
Tilloy-lès-Mofflaines teste par exemple des méthodes de désherbage mécanique pour réduire l’utilisation de produits chimiques. L’enjeu est de taille
dans le Nord-Pas de Calais : 67 % du territoire sont
couverts par des terres agricoles, et notre région est
la moins boisée de France. À Sains-du-Nord ou à Radinghem, les lycées développent l’agroforesterie, une
pratique qui consiste à réintroduire des arbres et des
haies dans les paysages agricoles. Outre la production de fruits ou de bois, elle permet aussi de remédier à certains problèmes comme l’érosion et d’enrichir la biodiversité en offrant des habitats naturels
à des oiseaux, petits mammifères ou insectes.
À Lomme aussi, on veille à la biodiversité. « Il faut
absolument diminuer l’utilisation des pesticides, estime
Éric Janssens, directeur de l’établissement. C’est possible. On a montré par exemple que des bandes fleuries
TÉMOIGNAGES
ANAÏS
PHOTO DOMINIQUE BOKALO
PHOTODOMNIQUE BOKALO
PHOTO EMMANUEL WATTEAU
Le lycée horticole de Raismes
dispense des formations à
de futurs jardiniers d’espaces verts,
ouvriers et techniciens horticoles
ou vendeurs en jardinerie.
JULIEN
EN 2DE CONDUITE ET GESTION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES/
SYSTÈMES À DOMINANTE ÉLEVAGE AU LYCÉE DE RADINGHEM
EN BTS «GÉMEAU», SOIT GESTION ET MAÎTRISE DE L’EAU,
AU LYCÉE DE DOUAI-WAGNONVILLE
«J’AIME TRAVAILLER
AVEC LES ANIMAUX»
«POUR LE CONTACT
AVEC LA NATURE»
Mes parents sont agriculteurs, c’est donc naturel pour moi
de vouloir prendre le relais. J’aime travailler avec les
animaux. Il faut rester calme et ne pas les brusquer. Là, on
administre un bolus à la vache. C’est une grosse gélule qui
contient des vitamines et des minéraux. Après mon bac, je
partirai en Normandie me spécialiser dans l’élevage équin.
Cette nouvelle activité dans l’exploitation de mes parents me
permettra d’être associée plutôt que salariée.»
J’ai choisi ce BTS pour le contact avec la nature. L’eau
est un élément essentiel de la vie et il faut toujours
s’en occuper ! Les stations d’épuration servent à rejeter de
l’eau non toxique dans la nature, puis les rivières
terminent le travail. Pour moi, le BTS n’est pas évident car
j’ai passé un bac STG avant, donc il faut s’accrocher dès
le début, mais la classe est très soudée et quand on a les
bases, on ne fait que s’améliorer.»
14 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
PHOTO JEAN-LUC CORNU
POURQUOI
ÇA ME TIENT
À CŒUR
JEAN-MARIE
ALEXANDRE
À Radinghem, les élèves découvrent les différentes facettes du métier d’éleveur. Ils apprennent ici à vermifuger
de jeunes veaux. PHOTO EMMANUEL WATTEAU
près des cultures attirent des insectes pollinisateurs mais
aussi des insectes prédateurs des nuisibles. Plus besoin
d’autant de produits phytosanitaires !» Angéline Huguenin, directrice de l’exploitation de Radinghem,
étudie pour sa part les effets de l’environnement sur
les vaches : en analysant différents types de conduites
d’élevage, on voit concrètement comment on peut
faire évoluer les pratiques professionnelles et notamment améliorer l’efficacité de la traite.
DES SECTEURS QUI EMBAUCHENT
Dans les secteurs agricole, para-agricole et agroalimentaire, 90% des diplômés décrochent un emploi
dans les trois ans. Quand on sait qu’il existe encore
13500 exploitations dans la région et que 40% des
agriculteurs âgés de plus de 55 ans n’ont pas de successeur, on mesure le nombre de places à prendre.
Contrairement aux idées reçues, seuls 13% des élèves
de lycées agricoles sont issus d’un milieu agricole.
Et les filles représentent 43% des effectifs.
Les stages obligatoires et la formation en alternance
(selon les filières) offrent aux élèves un premier
contact avec le monde du travail qui facilite leur entrée sur le marché de l’emploi. Nicolas, en BTS
Sciences et technologie des aliments au CFA de
Douai-Wagnonville, a choisi l’apprentissage qui lui
apporte «une vraie expérience professionnelle et une
formation adaptée». Selon lui, «les débouchés professionnels sont plus faciles quand on est déjà considéré comme salarié». De son côté, Valentine prépare
le même diplôme, mais par la voie scolaire. «Tous
les travaux pratiques, stages et modules d’initiative locale et d’innovation intégrés au parcours me permettent de me professionnaliser dès le lycée.»
n
PRODUCTEURS
ET CONSOMMATEURS À LA FOIS
uisque les lycées agricoles produisent de bons
P
produits, autant que leurs
peuvent aussi convenir à la
restauration collective. «Dans
l’avenir, je souhaite conforter
ce dispositif et accompagner les
élèves en profitent! À Lomme,
collèges et lycées environnants
le chef de cuisine prépare ses
qui voudraient s’inscrire dans la
menus en fonction de la prodémarche.»
duction de légumes du lycée. À
Plusieurs lycées de la région
Radinghem, les internes boisont impliqués dans le projet
vent le lait des vaches de l’exeuropéen GreenCook qui vise
ploitation au petit-déjeuner… Les circuits courts permettent aux élèves
Pour mettre en lumière la di- de consommer des produits frais régionaux
à réduire le gaspillage alimentaire, notamment dans la resversité des productions, les au restaurant scolaire. PHOTO MATHIEU DROUET
sites de Lomme et Dunkerque ont créé pendant la se- tauration scolaire. À Tilloy-lès-Mofflaines, «on a mis
maine des saveurs régionales un repas «100% lycées en place un composteur pour les déchets verts, pris l’haagricoles»: légumes de Lomme et Dunkerque, fro- bitude de réaliser des smoothies avec les fruits abîmés
mage du Quesnoy, bœuf bio de Sains-du-Nord, ou réduit les portions des assiettes en laissant aux élèves
pommes de terre et bière de Douai. «Des produits de la possibilité de se resservir. Résultat, en un an, le gasmeilleure qualité et meilleurs tout court si l’on en juge pillage a baissé de 40%», se félicite Hélène Deberpar les assiettes vides à la fin du repas», se réjouit Éric nardi, directrice de l’établissement. «Grâce à cela, on
Janssens, directeur de l’établissement. C’est une ex- a pu développer les circuits courts de qualité pour le pain,
périence réussie qui montre que les circuits courts les yaourts fermiers, la viande et les légumes bio…» n
VICE-PRésIdEnt
ChARgé dEs LyCéEs
«L’ENSEIGNEMENT AGRICOLE
DOIT S’ADAPTER
AUX BESOINS
DU
TERRITOIRE»
Notre région est une
grande région agricole.
Nous sommes leaders
de la production d’endives
et très bien placés pour
la production de pommes
de terre. En agroalimentaire,
nous avons des entreprises
de pointe comme Lesaffre,
Bonduelle ou Roquette.
Il est donc très important
que les filières de
l’enseignement agricole
soient adaptées aux besoins
spécifiques de notre
territoire et qu’elles soient
tournées vers l’avenir et
la recherche. Un exemple :
grâce à la recherche et à
l’engagement du monde
agricole, notre région a
diminué l’utilisation des
polluants. Dans les lycées
agricoles, nous favorisons
la production bio, les circuits
courts, la lutte contre
le gaspillage alimentaire, qui
sont des pistes d’évolution.
Depuis que l’État nous
a transféré les lycées,
nous avons entrepris
d’importants travaux de
rénovation. Notre objectif
est d’accueillir les élèves
dans les meilleures
conditions possibles, mais
nous ne pouvons pas
rattraper plus de trente ans
en quelques années ! »
N°23 SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 15
DOSSIER
LYCÉES AGRICOLES
LA COOPÉRATION
INTERNATIONALE DÈS LE LYCÉE
e veux voir comment les hommes concilient
nature et civilisation urbaine dans le
J
monde », explique Stefan, 18 ans, qui prépare un bac professionnel Gestion des milieux naturels et de la faune au lycée
horticole de Dunkerque. Stefan et sa camarade de classe Sahlïa, 17 ans, ont sauté le pas
durant l’été et sont partis pour deux mois
en stage au Brésil, pour découvrir les réserves naturelles, et la caatinga, une forêt
épineuse très particulière.
« C’est difficile de décrire une expérience
comme ça… Il faut la vivre ! raconte Stefan,
On a fait et vu tellement de choses… On a participé à un grand projet de création de corridors écologiques entre une dizaine de réserves
naturelles pour permettre aux animaux de se
déplacer de l’une à l’autre. On a découvert
d’autres manières de cultiver. Par exemple les
jardins Mandala : on cultive la terre en cercle
autour d’un bassin. L’eau sert à arroser les
plantations, les poissons qui vivent dans les
bassins nourrissent les cultivateurs, et leurs excréments servent d’engrais… Résultat, il n’y a
pas besoin de produits chimiques ! Il y a vraiment de quoi s’inspirer. »
Au Brésil, sahlïa et stefan
ont logé chez Zoe Andread,
directrice d’une réserve naturelle.
PHOTO DR
ÉCHANGES GAGNANTS
La coopération internationale est l’une des
missions de l’enseignement agricole. Pour
les élèves qui s’investissent dans des chantiers de création de systèmes d’irrigation,
de jardins potagers ou dans le tri des déchets, ces échanges sont l’occasion de découvrir d’autres cultures, dans tous les sens
du terme. Et souvent de prendre l’avion
pour la première fois ! Après le bac, Stefan,
qui vient de rentrer du Brésil, a l’intention
de repartir à l’étranger pour préparer son
BTS. Et pas n’importe où. Si c’est possible,
ce sera… « en Guyane, bien sûr ! »
n
Les paysages arides de la caatinga
sont typiques du nord-est du Brésil.
PHOTO STEFAN PÉCHON
QUESTIONS-RÉPONSES
1. Dans quels domaines peut-on travailler
avec un diplôme de l’enseignement agricole ?
L’enseignement agricole prépare aux métiers de l’agriculture, de
l’agroalimentaire, du paysage et de l’environnement, de la transformation
des produits, de la commercialisation et des services à la personne et aux
territoires. De l’ouvrier agricole à l’ingénieur en passant par les jardinierspaysagistes, plus de 120 métiers sont recensés.
2. Quels diplômes peut-on préparer ?
Les lycées agricoles préparent aux CAP (certificats d’aptitude
professionnelle), bacs professionnels, technologiques et scientifiques et
aux BTS (brevets de technicien supérieur, niveau bac +2). Après le BTS,
les élèves peuvent s’orienter vers d’autres établissements pour préparer
une licence 3, un master, un doctorat ou un diplôme d’ingénieur.
3. Faut-il habiter près d’un lycée pour y étudier ?
Non. De la quatrième au BTS, la moitié des élèves sont internes. Ils sont
pris en charge du lundi au vendredi dans leur établissement.
16 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
4. Qui peut intégrer un lycée agricole ?
Filles et garçons, dès la 4e (dans certains établissements) et jusqu’à bac
+ 2. L’appellation commune «lycées agricoles» recouvre des lycées,
des centres de formation d’apprentis (CFA) et des centres de formation
professionnelle et de promotion agricoles (CFPPA).
En savoir plus sur le web
www.nordpasdecalais.fr/apprentissage
http://agriculture.gouv.fr/Enseignementagricole
Établissements publics
www.eap5962.educagri.fr
Établissements privés - conseil national de l'enseignement agricole privé
www.cneapnordpicardie.fr
Établissements privés - maison familiale et rurale
www.mfr.asso.fr
Établissements privés - union nationale rurale d'éducation et de promotion
www.maformationagricole.com
L’ŒIL DE BOUCQ
N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 17
GROUPES POLITIQUES
LES GROUPES POLITIQUES DU CONSEIL RÉGIONAL (113 ÉLUS)
16
6
11
L
a Gauche Social
e
La
Sociale
et É
cologiste
Écologiste
5
Gr
oupe Socialiste,
Socialiste,
Groupe
Cit
oyen, R
adical
Citoyen,
Radical
et App
arentés
Apparentés
22
22
41
41
116
6
Groupe
Gr
oupe
L
’Opposition
L’Opposition
R
égionale
Régionale
2
Groupe Europe
Europe Écologie
Écologie - Les
Les Verts
Verts
Groupe
Non-ins
crits
Non-inscrits
ART PRESSE
Gr
oupe Front
Front de Gauche
Groupe
Gauche,,
C
ommuniste et Unit
aire
Communiste
Unitaire
Gr
oupe F
ront National Groupe
Front
R
assemblement
Rassemblement
pour lle
e Nor
d-Pas de Calais
Calais
Nord-Pas
GROUPE FRONT DE GAUCHE, COMMUNISTE ET UNITAIRE
Rentrée sociale: sortir du piège de l’austérité
CATHY
APOURCEAU POLY
GROUPE
FRONT DE GAUCHE,
COMMUNISTE ET UNITAIRE
Mois après mois, au nom de remèdes qui ne font
qu’enfoncer la France dans la crise, le gouvernement reprend à son compte les choix politiques qui
livrent notre économie à la finance, qui creusent les
inégalités, qui divisent au lieu de créer de la solidarité.
Taux de chômage le plus élevé, revenu par habitant et
espérance de vie les plus faibles : la région Nord-Pas
de Calais est la plus durement touchée par la crise en
France métropolitaine*. La fusion forcée avec la Picardie ne changera pas la donne : ce sont des moyens
accrus pour l’action publique, et une politique tournée vers l’emploi et les salaires, non vers les marchés
financiers, qui permettront de sortir la tête de l’eau.
Une autre politique est possible et indispensable.
C’est l’expression des mouvements sociaux récents
des cheminots ou des intermittents du spectacle. Les
élus du front de gauche continuent d’y travailler, à
leur niveau, avec toutes celles et ceux qui refusent le
piège de l'austérité. n
* Source OCDE
LA GAUCHE SOCIALE ET ÉCOLOGISTE
Pour l’emploi de qualité en Nord-Pas de Calais
LAURENT MATEJKO
PRÉSIDENT DU GROUPE
LA GAUCHE SOCIALE
ET ÉCOLOGISTE
Tous les emplois ne se valent pas en termes de
qualité pour ceux qui les occupent. Si la Région
ne peut pas tout, elle peut encourager un développement des activités durables dans l’industrie, le
commerce et les services, appuyé sur des services
publics forts. Malgré la dépendance aux politiques
nationales et européennes, la Région est un échelon
pertinent pour encourager le bien-vivre local.
La suite sur notre blog : www.lgse-npdc.fr
GROUPE SOCIALISTE CITOYEN, RADICAL ET APPARENTÉS
La voix du Nord-Pas de Calais doit être entendue
MICHEL-FRANÇOIS
DELANNOY
PRÉSIDENT DU GROUPE
SOCIALISTE
CITOYEN, RADICAL
ET APPARENTÉS
En savoir plus sur le web
Vous pouvez suivre
les débats et les votes
du Conseil régional
en direct ou en différé.
www.nordpasdecalais.fr
Cet été, l’Assemblée nationale a voté le projet
de loi de fusion des Régions, portant leur nombre de 22 à 13 et actant la fusion du Nord-Pas de Calais et de la Picardie. De nombreux élus socialistes
ont manifesté leur incompréhension face à cette décision.
On ne peut pas sans discussion et brutalement vouloir fusionner deux régions en grandes difficultés.
C’est une aberration économique et sociale que
beaucoup ont condamnée. La création de grandes régions est faite pour donner à ces nouvelles collectivités
tous
les
atouts
permettant
leur
développement. Or le Nord-Pas de Calais et la Picardie, du fait de leur situation économique et sociale particulièrement difficile, n’ont pas cette
capacité. Nous continuerons à défendre cette position jusqu’au vote final. Car cet automne, un
deuxième examen de la loi sera proposé à l’Assem-
18 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
blée qui décidera aussi des nouvelles compétences
des régions.
Les élus du groupe socialiste, radical et citoyen souhaitent une réforme territoriale ambitieuse. Mais il
est primordial que le principe d’égalité des territoires guide le législateur pour qu’enfin une véritable péréquation entre les territoires riches et les
pauvres puisse s’opérer. Nos ressources ne correspondent plus à nos compétences. Il est temps de
prendre les mesures qui s’imposent pour garantir au
Nord-Pas de Calais des ressources dynamiques et
une autonomie financière pour garantir ainsi sa libre
administration.
Ce sont ces combats essentiels que les élus du
groupe socialiste, radical et citoyen mèneront pour
faire entendre la voix du Nord-Pas de Calais au Parlement. n
GROUPE EUROPE ÉCOLOGIE - LES VERTS
Transition énergétique : action !
Une rentrée sous le signe de la transition énergétique, c’est la promesse faite par le gouverneJEAN-FRANÇOIS
CARON
PRÉSIDENT DU GROUPE
EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS
ment, qui a présenté un projet de loi au conseil des
ministres du 30 juillet 2014.
Pour nous, écologistes, ce projet de loi est une priorité.
La transition énergétique ne peut être accessoire ou
secondaire. Les indicateurs, les recherches se succèdent et s'amplifient : nous devons emmener notre
pays vers un nouveau modèle de développement plus
sobre, plus respectueux des ressources.
Si le sujet de la transition énergétique s’inscrit à
l’agenda du gouvernement, le groupe Europe Écologie
a déjà engagé notre région grâce au plan de rénovation
thermique de 100 000 logements (20 000 emplois à
la clé), au soutien à la filière « bois énergie » (1 000
emplois créés en 5 ans), en privilégiant la géothermie,
l’éolien offshore (plutôt que les gaz de houille), en
soutenant la création d’une filière pour le démantèlement des centrales nucléaires en fin de vie. Mais aussi
en développant les circuits courts en alimentation, le
vélo, le TER…
Cette transition nécessite l’engagement de toutes et de
tous pour réussir. Mais ça vaut le coup ! Baisser les fac-
tures d’énergie des ménages et des entreprises,
consommer localement, passer du tout jetable au tout
recyclable. Bref améliorer nos vies tout en créant de
l’emploi. Il n’y pas meilleure ambition à partager.
Alors action ! n
GROUPE L’OPPOSITION RÉGIONALE
Oui à la fusion Nord-Pas de Calais - Picardie !
PHILIPPE
RAPENEAU
PRÉSIDENT DU GROUPE
L’OPPOSITION REGIONALE
Quel avenir pour le Nord-Pas de Calais dans la
perspective de la réforme territoriale décidée
par le Président de la République ?
Doit-il rester tel qu’il est aujourd’hui avec ses atouts
(sa situation transfrontalière, son identité culturelle
forte, sa métropole européenne) ? Pourquoi pas ? Car
ce qui compte au final c’est la puissance économique
d’une Région avec les compétences qu’elle exerce, les
moyens mis à sa disposition, et pas seulement sa
surface et sa démographie.
Ou faut-il remettre en cause la situation actuelle, et
se rapprocher de la Picardie pour ne faire qu’une
seule et grande région ?
Nord-Pas de Calais et Picardie sont historiquement
et géographiquement liés, bordés par la Côte
d’Opale, traversés par plusieurs autoroutes (A1, A2,
A26) reliant Paris au Nord et à l’Est de l’Europe. Si
ces deux Régions demain n’en font qu’une, nous
pourrions nous sentir moins à l’étroit et plus forts
entre les pôles d’attractivité que sont Paris,
Bruxelles et Londres.
Les débats autour de ce redécoupage se poursuivent.
Dommage que la Gauche en donne l’image d’un
marchandage politicien. Car ce qui est important
dans cette affaire, c’est l’avenir de notre région et de
ses habitants, et non pas l’avenir politique des dirigeants socialistes ou du Front National.
Aujourd’hui, ce que nous voulons, c’est faire de la
question des périmètres de notre future Région un
atout pour renforcer le travail que nous menons déjà
avec nos amis Picards sur des dossiers fondamentaux pour nos deux Régions comme le Canal SeineNord ou les dessertes TGV.
Si en fusionnant avec la Picardie, ces dossiers ont
plus de chance d’aboutir, ce mariage doit être célébré. Il y aura au moins eu une retombée positive à la
nouvelle carte des Régions pour les habitants du
Nord-Pas de Calais.
GROUPE FRONT NATIONAL - RASSEMBLEMENT POUR LE NORD-PAS DE CALAIS
Vive la frontière, vite nos frontières !
MARINE LE PEN
PRÉSIDENTE DU GROUPE
FRONT NATIONAL
RASSEMBLEMENT POUR
LE NORD-PAS DE CALAIS
Toujours plus de clandestins violents à Calais.
Stop!
sion ratée pour l’UMPS de ne pas fêter avec nos compatriotes la grandeur et la fierté nationales.
Violence des clandestins en hausse, routiers et commerçants harcelés, policiers réclamant des moyens et
le Ministre de l’Intérieur aux abonnés absents. Le Président du Conseil régional, suggère une taxe inutile
pour la sécurité ! Seules les frontières permettront de
stopper l’immigration.
Travailleurs détachés : la marchandisation de la pauvreté
À Bouvines le 27 Juillet 1214, la France marque sa frontière.
Ce jour-là, le roi Philippe Auguste vainc les armées impériales germaniques et écrit un épisode de l'unité nationale. Le Front National avait interpellé l'exécutif
socialiste sur la célébration de cet anniversaire. Mais,
ce 27 Juillet 2014, M. Valls a fait faux bond ! Une occa-
« Sur les 1700 travailleurs détachés du terminal méthanier
de Dunkerque, 67 % sont des travailleurs venus de l’étranger», estime la CGT (Le Phare 23.7.14). La directive européenne, soutenue par les syndicats et les partisans
du marché libre, met les travailleurs et les systèmes sociaux en concurrence déloyale. Les mêmes s’étonnent
du chômage et des travailleurs pauvres.
Pour le FRONT NATIONAL, leur monde sans frontières
est celui des maffias, des paradis fiscaux, des travailleurs
pauvres. Rétablissons vite nos frontières. n
N°23 SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 19
COMPRENDRE
(LA POLITIQUE, ÇA N’EST PAS UN GROS MOT)
En 2012, le Nord-Pas de Calais
a compté 60 créations
d’entreprises pour 10 000
habitants. Ici les locaux de
la start-up roubaisienne
Clic and Walk.
PHOTO CLAUDE WAEGHEMACKER
Soutien Du 15 au 17 septembre, venez imaginer votre entreprise au Salon Créer !
Comment la Région soutient
la création d’entreprises
CHIFFRES-CLÉS
23 548
Le nombre d’entreprises
créées en 2013 dans
le Nord-Pas de Calais.
74
Le nombre
de structures associées à
«Je crée en Nord-Pas de
Calais» qui accompagnent
les porteurs de projets.
2000
Le nombre d’experts
qui vous accueillent
au salon Créer 2014.
LE CONSTAT
D’après un sondage réalisé fin 2012*, 30 % des
Français ont envie de créer ou de reprendre une
entreprise. Et leur rêve n’est pas toujours facile à réaliser : en cause les risques financiers et la complexité
des démarches. Historiquement, la région Nord-Pas
de Calais compte moins d’entreprises par habitant
que le reste du pays, mais notre retard se réduit
chaque année grâce à une augmentation du nombre
de créations d’entreprise supérieure à la moyenne nationale. Entre 2001 et 2012, les créations d’entreprise
ont été multipliées par 3 dans la région et sont passées de 19 à 60 créations pour 10 000 habitants. La
moyenne nationale (hors Île-de-France), elle aussi en
augmentation, était de 78 créations pour 10 000 habitants en 2012.
* 29 janvier 2013 - Sondage « Les Français & l’esprit d’entreprise » mené
par l’Institut Think pour l’APCE et Cerfrance à l’occasion du 20e Salon des entrepreneurs
En savoir plus sur le web
www.nordpasdecalais.fr/economie
www.lasuitedanslesidees.fr
www.jecree.com
www.saloncreer.com
www.nouscreonssolidaires.org
20 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
LA SOLUTION
Il s’agit d’abord de faire évoluer les mentalités pour
que les habitants du Nord-Pas de Calais, notamment les jeunes, voient la création de leur propre activité comme quelque chose d’accessible. La création d’une
entreprise doit devenir un acte économique naturel, y
compris chez les femmes, qui osent encore moins se lancer que les hommes. D’autre part, il faut faciliter la vie
des porteurs de projets. Les accompagner depuis le début et leur offrir un accès égal à l’information, quel que
soit leur âge, leur sexe et l’endroit où ils habitent, c’est
l’objectif du dispositif « Je crée en Nord-Pas de Calais».
Cela nécessite en premier lieu que tous les acteurs de
la création d’entreprise travaillent main dans la main.
Pour cela, le Conseil régional Nord-Pas de Calais a mis
en place la stratégie «La suite dans les idées» en partenariat avec l’Éducation nationale, l’enseignement
supérieur, la recherche, l’État, la Chambre de commerce
et d’industrie de région Nord de France et les territoires.
2
1
Je crée… mode d’emploi
Vous souhaitez créer ou reprendre une entreprise ? «Je crée en Nord-Pas de Calais» est fait pour vous.
Grâce à ce dispositif, vous pourrez être accompagné(e) dès le début de votre projet et jusqu’au troisième
anniversaire de votre entreprise. Première étape : pousser la porte d’une Chambre de commerce,
d’une Chambre des métiers et de l’artisanat ou d’une BGE (réseau national d’appui aux entrepreneurs).
Un premier atelier collectif d’information vous donnera les détails du parcours de création.
Ensuite, en fonction de votre projet, vous serez orienté(e) vers des ateliers spécifiques animés par
l’un des 74 opérateurs membres du programme. Vous pourrez participer à des ateliers thématiques
et bénéficier d’un accompagnement individuel lors du montage du dossier, de la réalisation
d’une étude de marché ou de la recherche de financements. Enfin, vous pourrez accéder
à des modules de formation plus approfondis, en fonction de votre projet.
Chef d’entreprise et solidaire
Si votre projet concerne l’Économie sociale et solidaire (ESS), on vous proposera un accompagnement
spécifique. En effet, les associations, coopératives ou mutuelles qui constituent ce secteur d’activité
nécessitent des montages juridiques et financiers différents de ceux des entreprises traditionnelles.
L’économie sociale et solidaire (ESS) est un secteur d’avenir. Elle concerne plus de 25 000 structures
dans la région, soit 14% du nombre d’entreprises et plus de 11% des emplois salariés.
1 La 7e édition du Salon
Créer, en septembre 2013,
a réuni en trois jours
14 830 visiteurs
à Lille Grand Palais.
PHOTO MICHAËL LACHANT
2 Accompagnement,
financement, franchise ou
développement d’activité…
200 exposants
vous accueillent
du 15 au 17 septembre.
PHOTO MICHAËL LACHANT
3 En 2013, le NordPas de Calais a été
la première région française
à être récompensée
par le label « Région
européenne
entreprenante ».
PHOTO MICHAËL LACHANT
L’ACTION
«La suite dans les idées» permet la création de
mini-entreprises ou d’associations dans les collèges
et les lycées. Pour les porteurs de projets, la Région a initié le programme « Je crée en Nord-Pas de Calais » (voir
ci-dessus), avec l’État, la Caisse des dépôts, les Départements du Nord et du Pas-de-Calais et les fonds européens. Il s’agit d’accompagner les candidats qui le souhaitent, depuis le tout début de leur projet et jusqu’à trois
ans après l’immatriculation de leur entreprise. « Plus on
est accompagné, plus le financement est solide et plus l’entreprise a de chances de perdurer, souligne Franck Seels,
directeur délégué au programme « Je crée en Nord-Pas
de Calais ». En France, moins de 20 % des porteurs de projets sont accompagnés. Dans la région, ils sont entre 35 et
40 %. La création n’est pas facile, mais elle peut être facilitée. Il n’y a pas d’idée stupide ou de projet fou, il faut oser
aller voir le réseau d’accompagnement !»
n Éléonore Papeghin
3
Ne ratez pas le salon Créer !
Les 15, 16 et 17 septembre à Lille Grand Palais, le salon Créer sera une
occasion unique de rencontrer l’ensemble du réseau «Je crée en Nord-Pas de
Calais». Accompagnement, financement, franchise ou développement…
Quel que soit le stade d’avancement de votre projet, vous pourrez rencontrer
200 exposants, 2 000 experts, et participer à plus de 100 ateliers
qui vous permettront d’échanger avec des chefs d’entreprise.
N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 21
ILS FONT LE TERRITOIRE
Nature Le 21 septembre, venez découvrir le Parc naturel régional de l’Avesnois
à l’occasion de sa fête annuelle. Au programme: concours de vaches laitières, dégustation de produits locaux et animations autour de la protection de l’environnement.
Voyage au cœur du bocage
C
onnaissez-vous l’Avesnois ? Ce territoire de bocages, de forêts, de rivières
et de nappes phréatiques est le réservoir de la biodiversité du Nord-Pas de Calais.
« Dès les années 1988-1989, on a pensé que la richesse des paysages et de la biodiversité du territoire méritait le label Parc naturel, explique Paul
Raoult, président du Parc naturel régional de
l’Avesnois. Avec l’appui du Conseil régional, le
Parc naturel régional de l’Avesnois a été créé en
1998. Ce label national, attribué par le ministère de l’Environnement, concerne des territoires ruraux habités qui possèdent un patrimoine et des paysages d’exception. Il existe aujourd’hui 49 Parcs naturels régionaux en
France. Ils ont pour mission de préserver le patrimoine naturel et culturel, tout en encourageant l’activité économique du territoire. « En
2010, nous avons défini la charte du Parc avec tous
les acteurs du territoire : entreprises, artisans, agriculteurs, habitants, collectivités locales… Tous ont
pris un engagement moral à préserver le bocage
et les milieux naturels.» Le Parc dans ses différentes missions valorise le travail des agriculteurs, en mettant en avant des produits phares
— dont le maroilles — et le savoir-faire des artisans, comme celui des tailleurs de pierre
bleue. « Nous avons une collaboration de plus en
plus étroite avec les agriculteurs. Si nous possé-
Paysage de prairies entourées de haies, le bocage a été créé par l’homme entre le Ve et le XIIIe siècles
pour enclore les bêtes et les protéger du vent. Il favorise le développement d’une faune et d’une flore
diversifiées. PHOTO SAMUEL DHOTE
JEAN-JACQUES ANCEAU
CHRISTINE BATTEUX
PRÉSIDENT DU PARC NATUREL RÉGIONAL
DE L’AVESNOIS
CONSEILLER GÉNÉRAL DU NORD DÉLÉGUÉ
À L’AGRICULTURE ET VICE-PRÉSIDENT DU PARC
VICE-PRÉSIDENTE DU CONSEIL RÉGIONAL
EN CHARGE DU TOURISME ET VICE-PRÉSIDENTE DU PARC
«PROTÉGER LE BOCAGE ET
FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT»
Le rôle du Parc
est de préserver
la biodiversité de ce
territoire remarquable
tout en favorisant
le développement
économique en milieu
rural. Il faut trouver l’équilibre. Nous travaillons
avec les agriculteurs, les entreprises et les
artisans. Nous valorisons leur travail en faisant
la promotion de leurs produits. Nous formons
aussi les enfants aux gestes écocitoyens et
organisons des missions pédagogiques auprès
des habitants pour préserver les milieux naturels
et le patrimoine bâti. Le Parc expérimente,
comme avec l’opération de reconquête de la
qualité de l’eau à Sars-Poteries. Ensuite, ça se
diffuse dans toute la région. Nous avons aussi un
rôle de médiateur. Concernant les carrières
de granulats, nous avons permis qu’un vrai
dialogue s’installe entre habitants et carriers.»
«30% DE SURFACE AGRICOLE
EN BIO D’ICI À 2022»
Nous possédons
la surface agricole
biologique la plus vaste
du Nord-Pas de Calais.
Dans la charte du Parc, en
2010, nous nous sommes
engagés à atteindre
30 % d’ici à 2022. Au départ, il y avait de la
confrontation entre agriculteurs conventionnels
et agriculteurs bios. Aujourd’hui les deux
professions sont complémentaires. On se
respecte. Je suis président de la commission
agriculture bio et circuits court. Mon rôle est de
créer un réseau de producteurs bios. Il y a de plus
en plus d’Amap et quatre marchés bios sur notre
territoire. Les seize boutiques de l’Avesnois
valorisent les produits du terroir et les circuits
courts. La marque nationale Parc reconnaît
le savoir-faire d’artisans comme les tailleurs
de pierre bleue ou la qualité de produits locaux
tels que la viande bovine ou le jus de pomme.»
«UN OUTIL INCONTOURNABLE
POUR LES COMMUNES RURALES»
Le Parc de l’Avesnois
est une pépite,
un poumon vert
qui possède un potentiel
environnemental
et touristique
extraordinaire. Le Conseil
régional participe majoritairement
à son financement afin de donner
de l’ampleur aux projets du territoire,
notamment pour le développement
économique et culturel des communes
rurales. Avec la faune, la flore, le bocage,
la forêt, le patrimoine bâti et les véloroutes
voies vertes, l’Avesnois est un véritable
musée à ciel ouvert ! Tous les ingrédients
sont là pour que ce territoire devienne
une véritable destination touristique.
Le Parc a un rôle capital à jouer pour relever
le défi et inciter les habitants à participer
à cette dynamique.»
22 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
PHOTO JEAN-LUC CORNU
PAUL RAOULT
PHOTO PIA TODOSKOFF
le chauffage, on réalise des économies d’énergie
tout en permettant aux agriculteurs d’avoir un revenu supplémentaire. Aujourd’hui, il existe 29
chaudières à bois.»
PHOTO PIA TODOSKOFF
dons la plus grande surface en agriculture biologique de la région, ce n’est pas pour rien, se réjouit Paul Raoult. Nous avons développé la filière
bois énergie. En utilisant le bois de bocage pour
Dunkerque
Calais
CHIFFRES
CLÉS
Saint-Omer
Boulogne
Béthune
Montreuil
Lens
Douai
par le bocage.
Valenciennes
Le Quesnoy
Arras
Maubeuge
Cambrai
Maroilles
Le Parc aide les communes du territoire à définir leur plan local d’urbanisme, les conseille
sur le choix des plantations, aide à la structuration de la filière bois et sensibilise les habitants à la préservation de l’environnement
et du patrimoine bâti. « Les gens font beaucoup
plus attention qu’avant quand ils souhaitent faire
des travaux sur leur maison, explique Yvon Brunelle, directeur du Parc naturel régional de
l’Avesnois. Et au début du printemps, les habitants ramassent jusqu’à 5000 grenouilles pour les
aider à traverser une route…»
n Pia Todoskoff
>www.parc-naturel-avesnois.fr
03 27 77 51 60
Avesnessur-Helpe
La surface du Parc occupée
La surface occupée par
la forêt dans l’Avesnois, soit un tiers des forêts
du Nord-Pas de Calais.
ANNY CLAUDE MORISAUX
ALICE CORNIER
DIRECTRICE GÉNÉRALE DE LA SCIERIE MORISAUX SAS
À AVESNES-LES-AUBERT ET WIGNEHIES
DIRECTRICE DE L’ÉCOMUSÉE DE L’AVESNOIS
«GÉRER LA FORÊT TOUT EN DÉVELOPPANT NOTRE ACTIVITÉ»
Morisaux exploite
le bois de père en fils
depuis 1860.
Nous achetons du bois
provenant surtout
de la forêt de Mormal,
pour le revendre à des
professionnels. Nous sommes spécialisés
dans les pièces de charpente, de menuiserie
et le parquet de chêne. Certifiés PEFC,
nous sommes impliqués dans la gestion
et le développement durables de la forêt.
Le bois est un éco-matériau par excellence.
En tant qu’entreprise, nous devons aussi
diversifier notre offre. Nous avons remis l’aulne
au goût du jour. Ce bois très résistant qu’on
trouve dans l’Avesnois était utilisé pour barder
les granges. Nous développons une nouvelle
filière de bardage pour les maisons en bois.
Ainsi on exploite les ressources locales et
on fait travailler les personnes du coin. »
«TÉMOIGNER DU PASSÉ
INDUSTRIEL ET ARTISANAL »
L’écomusée regroupe
quatre musées situés
dans le Parc : le musée
du textile et de la vie
sociale à Fourmies, la
maison du bocage à Sainsdu-Nord, l’atelier musée
du verre à Trélon et le musée des bois jolis
à Felleries. Chacun possède son propre
domaine qui témoigne du passé industriel et
artisanal de l’Avesnois. Nous sommes en
parfaite cohérence avec les missions du Parc
et participons à la valorisation du patrimoine.
Par exemple, à la maison du bocage, nous
organisons tous les ans la fête traditionnelle
du cidre. Sa boutique fait partie du réseau
des boutiques de l’Avesnois. L’exposition
l’Herbier à la maison du bocage qui avait lieu
cet été était en cohérence avec l’exposition
sur la biodiversité présentée à la maison
du Parc. Nous allons dans le même sens.»
PHOTO MORISAUX
La Maison du Parc marie la brique et la pierre
bleue. Cette ancienne grange dîmière
de Maroilles date de 1735. PHOTO BARBARA GROSSMAN
138
40 %
22 %
communes font partie
du Parc. Elles rassemblent 157 000 habitants.
Lille
PHOTO ÉCOMUSÉE
Boulognesur-Mer
TAILLEUR DE PIERRE BLEUE
À WALLERS-EN-FAGNE
«NOUS METTONS EN VALEUR
NOS PRODUITS LOCAUX»
Je fais partie des
Restaurateurs
de l’Avesnois. Nous
promouvons les produits
locaux, dont le maroilles
et la pomme. Nous avons
de nombreux producteurs
de légumes bios sur le territoire, des éleveurs
d’escargots, et bien sûr des brasseurs.
Nos cartes doivent présenter les produits
locaux que nous cuisinons. Aujourd’hui le plat
du jour est une souris d’agneau braisée
à la bière des Jonquilles… Je suis un pur produit
de l’Avesnois. J’aime ma région ! Promenades à
vélo sur le sentier Émeraude, visites dans les
quatre musées de l’écomusée, randonnées en
forêt, dans le Val Joly… Les gens qui passent
quatre jours ici ne s’ennuient pas ! Pour les fans
de vélo, je connais des routes de macadam en
pleine forêt interdites aux voitures. Ce n’est pas
le bonheur?»
«ÊTRE EN CONTACT AVEC
D’AUTRES PRODUCTEURS»
Mon mari était
producteur de lait
depuis 1998. En 2003,
nous avons fait le choix
d’ouvrir un magasin
à la ferme pour y vendre
nos produits : yaourts,
beurre, fromages blancs, fromages affinés,
dont un maroilles AOC. Aujourd’hui nous
employons quatre salariés, possédons 120
vaches laitières et transformons les trois quarts
de la production. Nous vendons directement
à la ferme, mais aussi à des restaurants, des
crémeries, des grossistes, des épiceries fines…
Nous faisons partie du réseau des boutiques
de l’Avesnois. Cela nous permet d’être en
contact avec d’autres producteurs locaux et de
ne pas nous sentir seuls. Nous nous réunissons
régulièrement. On élabore des fiches recettes
et cela plaît beaucoup aux clients. En plus,
le Parc fait la promotion de nos produits.»
«UN SAVOIR-FAIRE
ARTISANAL LOCAL»
Je façonne des pierres
pour l’extérieur
et l’intérieur, pour
du mobilier urbain
ou familial, comme des
éviers ou des plans
de travail. Je travaille
pour des entrepreneurs, des collectivités
et des particuliers. La pierre bleue fait partie
du sous-sol de l’Avesnois. Elle était utilisée
auparavant dans tous les bâtiments des
villages du territoire. Elle a une teinte bleutée
et résiste très bien à l’usure du temps. Le centre
artisanal de la pierre bleue a été créé en 2002
pour redynamiser et refaire vivre cet artisanat
qui avait disparu. Aujourd’hui, on importe
la pierre du Hainaut parce que les carrières
de l’Avesnois se sont toutes tournées vers
l’extraction de granulat. La charte du Parc
de 2010 a attribué un label à la pierre bleue
pour valoriser ce savoir-faire artisanal local.»
PHOTO D. BOKALO
EDDY DEPRETZ
COGÉRANTE DE LA FERME DES BAHARDES
À ETROEUNGT
PHOTO D. BOKALO
VÉRONIQUE JUSTE
GÉRANT ET CHEF DE CUISINE
DU CHÂTEAU DE LA MOTTE À LIESSIES
PHOTO D. BOKALO
FRANCK PLATEAU
N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 23
CULTURE
Chefs-d’œuvre Une exposition exceptionnelle
recrée le château de Versailles au musée des Beaux-arts d’Arras.
Versailles comme si vous y étiez !
L
e château de Versailles en
100 chefs-d’œuvre : voilà le
titre de l’exposition qui
ouvre ses portes le 27 septembre
à Arras. « L’objectif de cette installation est d’évoquer la résidence royale et ses différentes ambiances, explique Anne Esnault,
directrice et conservatrice du
musée des Beaux-arts d’Arras. La
scénographie est très théâtrale et
fait la part belle aux œuvres, du
point de vue artistique mais aussi
historique et artisanal. Le bureau
du Dauphin, le fils de Louis XV, est
un véritable chef-d’œuvre d’ébénisterie et de marqueterie. Certaines des pièces qui nous sont prêtées n’avaient jamais quitté le château. Le groupe du bassin de Latone, par exemple. Dans les jardins
de Versailles, il y a des années qu’il
a été remplacé par une copie pour
éviter les dégradations. L’original
sortira pour la première fois de son
abri versaillais pour rejoindre Arras. »
1 Portrait de MarieAntoinette, reine de France,
par Élisabeth Vigée-Lebrun
(1755‐1842). PHOTO G. BLOT
2 Apollon servi
par les nymphes
François Girardon
et Thomas Regnaudin, 1667‐1675.
PHOTO J.-M. MANAÏ
3 Fauteuil à la reine
du « mobilier aux épis »
de la chambre à coucher
de Marie-Antoinette
au Petit Trianon. Georges Ier Jacob,
1787-1788.
CHÂTEAU DE VERSAILLES,
DIST. RMN / J.-M. MANAÏ
VALORISER LES ŒUVRES
EN SITUATION
En parcourant l’exposition, le
visiteur est invité à un voyage,
une promenade à Versailles.
Grâce à des jeux de lumière et de
miroirs, à des trompe-l’œil et des
ambiances sonores, il traverse
différentes facettes de la vie à la
cour.
D’abord, l’opulence des salons
d’apparat affirmant la puissance
du roi : « Dans ce grand appartement, Louis XIV avait une volonté
d’ostentation très forte, explique
Hélène Delalex, attachée de
2
3
1
conservation au musée national
des châteaux de Versailles et de
Trianon. Il voulait montrer à tous
ses visiteurs qu’il était le plus
grand. Le luxe est très important :
boiseries, miroirs, mais aussi trophées, plafonds peints ou encore
mobilier issu des manufactures
royales habillent la pièce. »
Prestige ensuite des parcs et des
jardins. Le groupe Apollon servi
par les nymphes quittera lui aussi
le château pour la première fois.
« C’est un groupe majestueux qui
visait aussi à montrer que les
sculpteurs de Louis XIV pouvaient
surpasser les maîtres de l’antiquité», poursuit Hélène Delalex.
L’ambiance des fêtes royales les
plus marquantes est aussi recréée, et le visiteur pourra découvrir les fontaines que d’in-
24 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23 SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
génieux mécanismes mettaient
en route au passage du roi.
L’exposition propose également
de pénétrer dans des espaces de
vie plus intimes, tels que les
appartements privés des princes,
avec leurs boiseries sculptées et
leurs fines marqueteries, ou le
mobilier aux épis et la porcelaine
de Marie-Antoinette au Trianon.
UNE EXPOSITION
SUR MESURE POUR ARRAS
Le château de Versailles en 100
chefs-d’œuvre est une exposition exclusive, créée sur mesure
pour être présentée au musée des
Beaux-arts d’Arras. C’est la
deuxième exposition née d’un
partenariat signé pour dix ans
entre le château de Versailles, la
ville d’Arras et la Région NordPas de Calais qui permet de faire
découvrir les richesses de Versailles hors les murs.
Roulez carrosses ! avait rassemblé
plus de 300 000 visiteurs en
2012-2013. Le Château de Versailles en 100 chefs-d’œuvre est un
défi à la hauteur de la région des
musées !
n Éléonore Papeghin
Le Château de Versailles
en 100 chefs-d’œuvre
Du 27 septembre 2014 au 20 mars 2016
Musée des Beaux-arts 22, rue Paul-Doumer
62 000 Arras
Lundi, mercredi, jeudi et vendredi
de 11 heures à 18 heures, samedi, dimanche
et jours fériés de 10 heures à 18 h 30.
03 21 71 26 43
>www.versaillesarras.com
>www.facebook.com/mbaarras
À L’ENTRAÎNEMENT
2
3
1
Rugby Elles ont choisi le rugby pour ses valeurs
de solidarité, de respect et de tolérance et pour l’aspect
«sport de combat en équipe ».
Les filles de l’ovalie
O
n joue comme on s’entraîne !» C’est la devise reprise en chœur par les joueuses du
club de Villeneuve d’Ascq (LMRCV). Autant dire que ces filles qui évoluent au plus haut niveau national ne s’économisent pas quand elles se
retrouvent, trois fois par semaine, pour des entraînements d’une heure et demie.
Au menu, après l’échauffement, des exercices collectifs durant lesquels on travaille et répète les stratégies de jeu. Suivent des «ateliers de combat» où
la porteuse du ballon doit essayer de franchir un
mur de six adversaires et faire face aux tentatives
de plaquages et de blocages. Enfin, après les efforts
intenses du début de l’entraînement, vient la
phase technique: «Touches, mêlées, jeu au pied et
combinaisons de jeu : il faut être capable de prendre
4
les bonnes décisions et de rester lucide, même fatiguée»,
estime Alexandra Pertus, qui joue arrière dans
l’équipe.
La section féminine du club existe depuis 21 ans.
Quatre fois championnes de France de rugby à sept
depuis 2009, les joueuses évoluent également dans
le haut du tableau du championnat de France
à quinze. La nouvelle saison commence pour elles
le 21 septembre à Perpignan et se terminera, on l’espère, par un premier titre de championnes à
quinze. Le club accueille les filles et garçons à partir de cinq ans, mais on peut commencer le rugby
à tout âge !
n Éléonore Papeghin
>www.rugby-villeneuvedascq.fr
>www.comitedesflandresderugby.com
1 Mêlée
Après un « en-avant », les huit
avants de chaque équipe luttent
pour avancer et conserver
ou gagner le ballon.
2 Amortis
Pendant les entraînements,
lors des « phases de combat »,
les joueuses utilisent
des boucliers.
3 Championnes
L’équipe de Villeneuve d’Ascq
a remporté le 8 juin dernier
son 4e titre de championne
de France de rugby à sept.
4 Trio
Hélène Ezzano, Shannon Izzar
et Yanna Rivoalen ont fini
troisièmes avec le XV de France
lors de la Coupe du monde à Paris
du 1er au 17 août derniers.
5 Poteaux
Après un essai ou une faute,
le ballon est posé sur un tee et tiré
au pied en direction des poteaux
adverses.
PHOTOS ÉRIC MORELLE
À sept ou à quinze ?
Quand il se joue à quinze, un match de rugby dure 80 minutes.
Mais à sept, sur un terrain identique, les distances
à parcourir sont bien plus importantes et les matches
se composent donc de deux mi-temps de sept minutes.
Le championnat de France de rugby à sept se déroule
en deux tournois — une qualification et une finale. En finale
en juin dernier, les filles de Villeneuve d’Ascq ont écrasé
l’équipe de Gennevilliers 31 à 0, et ainsi remporté
leur quatrième titre national.
5
N°23 SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 25
UNE JOURNÉE À…
Douai
VISITER
DOUAI
Office de tourisme
70, place d’Armes
03 27 88 26 79
>www.ville-douai.fr
Beffroi
Rue de la mairie
Visites guidées tous les jours à 10 h 30,
15 heures et 16 h 30. 6 € - tarif réduit 4 €.
Concert de carillon chaque samedi
à 10 h 45
Parc du rivage Gayant
Route de Tournai
03 27 95 93 77
Photothèque
Augustin Boutique-Grard
191, rue Saint-Albin
Exposition Deux regards de photographes
sur la Grande Guerre. 1,85€
-gratuit pour les moins de 18 ans
et le 1er dimanche du mois.
Arkeos
4401, route de Tournai
Ouvert tous les jours sauf le mardi
10 à 18 heures jusqu’en octobre
10 à 12 heures et 14 à 18 heures de
novembre à mars. 8 € - tarif réduit 5 € gratuit pour les moins de 7 ans
et le 1er dimanche du mois.
Profitez-en!
Pendant les Journées
du patrimoine, les 20 et 21
septembre, les visites
des musées (Chartreuse,
Arkéos, photothèque)
ainsi que du beffroi
et de l’hôtel de Ville
sont gratuites.
>www.ville-douai.fr
1
Gayant Ruelles étroites, maisons basses, nombreux bâtiments
du Moyen Âge… Visiter Douai, c’est remonter le temps.
Et les musées de la ville vous y aideront aussi.
D
ouai tient son surnom de la famille Gayant,
les géants qui ont élu domicile dans la cité à
partir du XVIe siècle. La ville est le témoin
d’une riche histoire, qu’elle vous propose de mieux
comprendre en vous promenant dans ses ruelles, ou
sur les bords de la Scarpe avec un audioguide disponible à l’office de tourisme. Vous pourrez alors vous
diriger vers le beffroi gothique des XIVe et XVe siècles
inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco et rénové
de frais, véritable ambassadeur des beffrois de la région et de Belgique. Vous y apprendrez beaucoup sur
l’histoire de la ville au cours des siècles. Lorsque vous
aurez gravi 196 marches et admiré les 62 cloches du
carillon ainsi que Joyeuse, le bourdon qui pèse à lui
seul 5,5 tonnes, vos efforts seront récompensés par
une vue panoramique de l’ensemble de la cité.
Pour pique-niquer ou prendre un grand bol d’air, rendez-vous ensuite au parc du rivage Gayant: en plus des
balades nature qui vous feront découvrir la faune et la
flore locales, vous aurez l’occasion de vous promener
en bateau en famille, de pratiquer le kart nautique sur
26 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
le plan d’eau ou de tester votre équilibre et votre agilité
sur l’un des deux parcours d’accrobranche.
AU CŒUR DE L’HISTOIRE
Pendant la Première Guerre mondiale, Douai, située à
l’arrière du front, était une ville occupée. En visitant
l’exposition temporaire du musée de la Chartreuse
Jours de guerre, Douai et Recklinghausen 1914-1918 ainsi
que les Deux regards de photographes sur la Grande
Guerre à la photothèque, vous connaîtrez mieux les
conditions de vie des Douaisiens, ainsi que la vie des
soldats à l’arrière du front.
Enfin, au nouveau musée-parc archéologique Arkéos,
vous apprendrez tout sur le territoire du Douaisis. Du
paléolithique au Moyen Âge, 200000 ans d’histoire
sont présentés au public. Évolution des outils, des habitations ou des objets d’art… En plus des 1 500 objets
exposés, les nouvelles technologies (bornes multimédias, écrans tactiles, etc.) vous feront découvrir le travail des professionnels de l’archéologie. Et pourquoi
pas, elles éveilleront des vocations!
n Éléonore Papeghin
PHOTO OLIVIER DESPICHT
Douai,
cité des
Géants
LA BONNE
RECETTE
PAR SYLVAIN DAUSSE
cheF cUisinier
dU lycée châtelet à doUAi
LE CH’TI POM’S
AU SPÉCULOOS
2
1 Vigie le beffroi de douai veille sur ses habitants
depuis le XiVe siècle.
PHOTO EMMANUEL WATTEAU
2 Voyage Arkéos mise sur les technologies de pointe
pour retracer l’histoire du douaisis.
PHOTO EMMANUEL WATTEAU
3 Éléments sur l’eau, sur terre ou dans les branches,
il y en a pour tous les goûts au parc du rivage gayant.
PHOTO EMMANUEL WATTEAU
PRÉPARATION : 1 HEURE
RÉSERVER AU FRAIS 24 HEURES
AVANT DÉGUSTATION
les ingrédients
(PoUr 6 Personnes)
Crispy spéculoos
—250 g de spéculoos
émiettés
—80 g de beurre
Compotée de pommes
—3 pommes Gala
—1 pomme Granny
—50 g de sucre de canne
—10 cl de crème liquide
—10 g de beurre
Crème
—400 ml de crème liquide
—50 g de sucre
—1 c. à soupe d’arôme vanille
—2 feuilles de gélatine
lA PréPArAtion
3
PHOTO DANIEL LEFEBVRE –
DOUAI, MUSEE DE LA CHARTREUSE
DÉCOUVREZ UNE ŒUVRE ET SON MUSÉE
« Une fille de pêcheur »
au musée de la Chartreuse
Ce tableau a été commandé
en 1875 par la ville de Douai à
Jules Breton, peintre originaire de
Courrières, dans le Pas-de-Calais.
Considéré par le président de
la commission des beaux-arts
lors de son acquisition comme
« la perle des œuvres
contemporaines » du musée
de Douai, il représente une jeune
fille pieds nus, adossée à une roche,
en train de raccommoder un filet
de pêche.
Volée en septembre 1918 lors
de la retraite de l’armée allemande,
l’œuvre reste introuvable jusqu’en
2000, date à laquelle le tableau
est mis en vente dans une galerie
de Zurich. Il faudra encore onze ans
au musée de la Chartreuse pour
retrouver sa perle, aujourd’hui
exposée dans sa collection
permanente. Le musée est abrité
au sein de l’ancien couvent
des Chartreux, classé monument
historique. Vous y découvrirez
une grande diversité de
mouvements artistiques, et des
œuvres allant du XIVe au XXe siècles.
OLIVIER DESPICHT
Où ? Musée de la Chartreuse, 130, rue des
Chartreux
Quand ? Tous les jours sauf le mardi de 10 à
12 heures et de 14 à 18 heures. Visites guidées
le dimanche de 16 heures à 17 h 30.
4,60 € - tarif réduit 2,30 €- gratuit le 1er dimanche du mois
>www.museedelachartreuse.fr
La Chartreuse de Douai
est l'un des musées de
la Région des musées
>www.laregiondesmusees.fr
PHOTO OLIVIER DESPICHT
Voyageuse
Volée en 1918, la perle du musée
a retrouvé son écrin 93 ans plus tard.
Une Fille de Pêcheur Jules Adolphe Breton.
1 Faire fondre le beurre
dans une casserole, ajouter
les miettes de spéculoos et
bien mélanger. Tapisser le
fond d’un cercle à gâteau
avec le mélange, réserver
au frais.
2 Laver, éplucher les
pommes et les tailler
en petits cubes. Faire
revenir avec le beurre dans
une casserole et laisser
compoter. Saupoudrer
de sucre et laisser
caraméliser. Finir en
ajoutant la crème liquide
et réserver au frais.
3 Monter la crème liquide
en chantilly à l’aide d’un
fouet électrique. Ajouter le
sucre et les feuilles de
gélatine. Mettre une
cuillère à soupe de la
compotée de pommes.
Bien mélanger le tout et
réserver au frais.
4 Recouvrir le Crispy
spéculoos d’une bonne
couche de compotée de
pommes et finir par la
crème appliquée à la
spatule. Réserver au frais
24 heures avant de servir.
N°23 SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 27
5 Cordissimo,
l’ONL à Wattignies
PHOTO UGO PONTE
6 Manu Dibango
au Tourcoing Jazz Festival
Planètes
PHOTO L. VINCENT
7 Je vous ai compris,
au Louvre-Lens.
PHOTO LUCIANA POLETTO
8 Fabrice Devienne
au Jazz club de Dunkerque
PHOTO DR
1
4
1
Exposition
Henri Le Sidaner
au musée du Touquet
PHOTO DR
2 La Condition publique
fête ses 10 ans.
PHOTO DR
3 Le tournage
contemporain, à Felleries
PHOTO V. TALLEU
4 Verreries à Trélon.
PHOTO OBJECTIF BOCAGE – JLA
2
5
3
6
FAMILLE
COMPRENDRE UNE EXPO
Écritures
et talismans
Villers-Châtel Château
C’est une exposition
d’objets collectés
depuis trente ans à Dakar
qui s’est ouverte à
l’Institut du monde arabe
(IMA) Nord-Pas de Calais.
On y trouve des talismans
et des amulettes
contenant des écritures
pour conjurer ou favoriser
le sort et dont les porteurs
se sont débarrassés parce
qu’ils n’ont pas
fonctionné ou qu’ils sont
jugés corrompus.
«Ces talismans ne sont
pas seulement des objets
exotiques, explique Éric
Delpont, directeur du musée de l'IMA et commissaire de
l’exposition. Ils trouvent leur équivalent au niveau local :
porte-bonheurs, grigris, trèfles à quatre feuilles ou reliques…
tous les hommes partagent ce type de comportement visant
à orienter le sort. Quelle que soit notre sensibilité culturelle
ou religieuse, cela nous rappelle comment nous-mêmes
réagissons aux aléas de la vie. »
Quoi ? Exposition Un Art secret, les écritures talismaniques
de l'Afrique de l'Ouest.
Quand ? Du 9 septembre au 21 décembre 2014.
Souvenirs d’un Grand Duc,
son et lumière pyroscénique
historique.
Adultes 14,50 €; enfants
(-12 ans) 9 €, famille (2
adultes, 2 enfants) 38 €.
03 28 35 04 00
> www.imarabe.org/antenne-npdc
28 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
www.louvrelens.fr
JUSQU’AU 6 OCTOBRE
Montreuil-sur-mer
Musée Roger-Rodière
A friendly invasion. Le monde
à nos portes! L’empire
britannique dans l’arrièrefront du Pas-de-Calais
durant la Grande Guerre.
et de la vie sociale
Les chants, aspect social
du travail.
03 27 60 66 11
Loos-en-Gohelle 11/19
03 21 06 10 83
www.ecomusee-avesnois.fr
Le site du 11/19… à la croisée
de vos patrimoines! Visites
guidées flash, balades
en calèche, exposition,
visites spéciales enfants…
www.musees-montreuilsurmer.fr
JUSQU’AU 21 SEPTEMBRE
Dunkerque LAAC
L’aventure d’une passion.
Gilbert Delaine, un homme,
un musée.
03 21 28 17 28
2
Lens Musée du Louvre-Lens
03 28 33 48 33
JUSQU’AU 22 SEPTEMBRE
Journées européennes
du patrimoine.
Week-end d’animations
avec visites thématiques,
ateliers créatifs, spectacles
de musique et de danse.
Entrée gratuite
www.laconditionpublique.com
Étaples Musée Quentovic
British hospitals: le camp
hospitalier britannique
de la Grande Guerre .
10 OCTOBRE-4 JANVIER
Tourcoing Musée du Fresnoy
LUX! La lumière seule.
03 21 94 02 47
03 20 28 38 00
www.musee-quentovic.fr
JUSQU’AU 26 SEPTEMBRE
03 21 18 62 62
Hallennes-lez-Haubourdin
www.louvrelens.fr
Hôtel de Ville
1914-1918, les artistes face
à la guerre. Expo itinérante.
JUSQU’EN DÉCEMBRE
Cappelle-la-Grande
Palais de l’univers
et des sciences (Plus)
03 20 17 20 40
www.musenor.com
Mémoires. Exposition
sur les secrets
de la mémoire, dès 7 ans.
JUSQU’AU 28 SEPTEMBRE
Saint-Omer Hôtel Sandelin
Beautés diaphanes, albâtres
des musées de Saint-Omer.
03 28 60 50 95
www.le-plus.fr
03 21 38 00 94
EXPOSITIONS
www.patrimoines-saint-omer.fr
1
JUSQU’AU 28 SEPTEMBRE
Le Touquet-Paris-Plage
Musée
Henri Le Sidaner et ses
amis. Rétrospective
de la vie du peintre.
03 28 65 84 20
03 21 05 62 62
www.fracnpdc.fr
www.letouquet-musee.com
Roubaix
Sheep is more,
fabrique-moi un mouton.
À l’occasion de son
10e anniversaire.
www.musees-dunkerque.eu
20 ET 21 SEPTEMBRE
7 OCTOBRE-2 NOVEMBRE
La Condition publique
03 28 29 56 00
www.chainedesterrils.eu
Latin lovers - de l’Arte
Povera dans la collection
du Frac Nord-Pas de Calais.
03 21 18 62 62
Fourmies Musée du textile
20 SEPTEMBRE
Frac Nord-Pas de Calais
Où ? Institut du monde arabe en Nord-Pas de Calais,
65, rue de l'Union 59200 Tourcoing
Les Désastres de la Guerre.
Lens Musée du Louvre-Lens
21 SEP.-7 DÉC.
www.grandduc.asso.fr
Dunkerque
Cap sur le patrimoine
maritime: un patrimoine
vivant, une culture partagée.
Accès libre.
03 20 52 46 98
06 26 86 66 30
20 SEP. 2014-30 MARS 2015
JUSQU’AU 6 OCTOBRE
Calais Salle du Minck
19 ET 20 SEPTEMBRE
PHOTO ALEP
20 ET 21 SEPTEMBRE
www.lefresnoy.net
4
JUSQU’AU 12 OCTOBRE
Trélon
Atelier-musée du verre
Trélon, Charleville
et Glageon, trois verreries
réunies.
03 27 60 66 11
www.ecomusee-avesnois.fr
JUSQU’AU 19 OCTOBRE
Marck-en-Calaisis
Ferme des Aigrettes
Exposition Eau là là: à la
découverte des watergangs.
03 21 82 71 03
JUSQU’AU 19 OCTOBRE
Gravelines Musée du dessin
et de l’estampe originale
Françoise Pétrovitch,
après les jeux.
03 28 51 81 00
www.ville-gravelines.fr
9 Martyr,
au Théâtre
du Nord.
PHOTO J.-LOUIS FERNANDEZ
10 Lisa Simone
en concert au Festival
Jazz en Nord
PHOTO DR
11 Les Serments
indiscrets
PHOTO ANNE NORDMANN
12 Roubaix Vintage
Weekender
PHOTO FOUCAULD SERRURIER
7
8
12
9
11
JUSQU’AU 24 OCTOBRE
JUSQU’EN DÉCEMBRE 2014
JUSQU’AU 4 JANVIER 2015
DÉCOUVRIR UNE SAISON
Maison du patrimoine
de l’hôtel Sandelin
Musée d’histoire naturelle
«Faire partager
une belle aventure»
Comines
Comines 14-18, le jouet
s’en va-t-en guerre.
03 20 14 21 51
www.musee-du-jouet-ancien.com
JUSQU’AU 26 OCTOBRE
Villeneuve d’Ascq
Musée de Plein Air
Lucie, paysanne
en 14-18.
03 61 26 97 44
www.museedepleinair-asso.org
3
10
JUSQU’AU 31 OCTOBRE
Felleries
Musée des bois jolis
Le tournage contemporain
entre art et industrie.
03 27 59 03 46
www.ecomusee-avesnois.fr
JUSQU’AU 19 NOVEMBRE
Dunkerque
Musée portuaire
Râmine, confiseur d’images
maritimes.
03 28 63 33 39
www.museeportuaire.com
JUSQU’AU 24 NOVEMBRE
Tourcoing
MUba
Elmar Trenwalder.
Ornement et Obsession.
03 20 28 91 60
www.muba-tourcoing.fr
JUSQU’AU 16 NOVEMBRE
Saint-Omer Musée
Lille
Saint-Omer gravée.
Néandertal, l’Européen.
03 21 38 00 94
03 28 55 30 80
www.patrimoines-saint-omer.fr
http://mhn.lille.fr
JUSQU’AU 7 DÉCEMBRE
JUSQU’AU 31 JANVIER 2015
de la dentelle et de la mode
des Beaux-arts
Calais Cité internationale
Dunkerque Musée
Lace Effects 2.
Retours de mers
www.cite-dentelle.fr
www.musees-dunkerque.eu
03 21 00 42 30
03 28 59 21 65
JUSQU’AU 31 DÉCEMBRE
Calais Cité internationale
JUSQU’AU 1 JUIN 2015
On aura tout vu. Sensations.
30 ans d’acquisitions.
Carte blanche
aux musées de la Région.
ER
Louvre-Lens
de la dentelle et de la mode
03 21 00 42 30
www.cite-dentelle.fr
03 21 18 62 62
www.louvrelens.fr
Venez chanter
du Bach ou du Mozart !
MUSIQUE
Avis aux chanteurs
amateurs, le chœur régional
Nord-Pas de Calais recrute
pour la saison complète ou
par programme. Les
répétitions ont lieu en soirée
au conservatoire régional de
Lille ou au conservatoire
départemental d’Arras.
Renseignements et
inscriptions :
18, 19 ET 20 SEPTEMBRE
8 Dunkerque
8
Jazz club
Fabrice Devienne, Dipenda.
03 28 63 51 00
www.jazzdunkerque.fr
27 SEPTEMBRE
Lumbres
Salle Léo-Lagrange
Lumb’Rock Festival #3.
www.facebook.com/
lumbrockfestival
03 20 06 37 55
contact@choeur-regional-npdc.org.
www.choeur-regional-npdc.org
3 OCTOBRE
Dunkerque
Calais
JUSQU’AU 31 DÉCEMBRE
Bateau-Feu
Monuments. Une trentaine
d’artistes ont travaillé sur le
souvenir.
historique minier
03 28 63 51 00
Musée des Beaux-Arts
03 21 46 48 40
www.musee.calais.fr
Jazz Guitar Love Story.
Lewarde Centre
Le Bassin minier au cœur des
conflits, de la guerre de
succession d’Espagne à la
guerre d’Algérie.
03 27 95 82 82
www.jazzdunkerque.fr
5
10 OCTOBRE
Wattignies
Église Saint-Lambert
JUSQU’AU 30 NOVEMBRE
www.chm-lewarde.com
Musée
de la vie rurale
JUSQU’AU 31 DÉCEMBRE
Dunkerque Frac
Cordissimo.
Dans le cadre des Belles
sorties de l’Orchestre
national de Lille.
03 28 50 33 80
03 28 65 84 20
www.onlille.com
Steenwerck
Bêtes de guerre.
www.musee-steenwerck.com
Nouvelle génération.
www.fracnpdc.fr
PHOTO THÉÂTRE DU NORD
Nous allons ouvrir
la saison du Théâtre
du Nord mi-septembre,
avec une adaptation
des Serments indiscrets
de Marivaux (photo 11).
Cette saison 2014-2015 sera
éclectique, ouverte et
généreuse.
La programmation
s’adresse à tous les publics,
CHRISTOPHE RAUCK
de 7 à 77 ans et elle aura
METTEUR EN SCÈNE
des formes aussi
ET (NOUVEAU) DIRECTEUR
DU
THÉÂTRE DU NORD
surprenantes que
l’acrobatie, les marionnettes
ou la musique. Je viens
de Saint-Denis, dans
la banlieue parisienne. Là-bas, nous faisions beaucoup
de spectacles jeune public.
Mon souhait est de faire partager une belle aventure
aux plus jeunes, de leur apporter cette richesse.
Le Nord-Pas de Calais est vraiment une région
exceptionnelle. J’ai déjà joué trois spectacles ici,
et c’est toujours quelque chose de très joyeux
car le public est incroyable. Ce qui est chouette aussi,
c’est que les gens se parlent ! »
03 20 12 82 40
Quoi ? Les serments indiscrets de Marivaux.
Quand ? Du 18 au 28 septembre.
Où ? Au Théâtre du Nord
03 20 14 24 24
> www.theatredunord.fr
N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 29
13 Raid du Bassin minier
PHOTO PHOTO SAMUEL DHOTE
14 Festival international
du court-métrage à Lille
PHOTO DR
15 Arras film festival
12 OCTOBRE
20 AU 29 SEPTEMBRE
PHOTO DR
stade. 10 et 21 km.
34e salon « Tous dans
la ronde ». Exposition de
créations d’une centaine
d’artistes professionnels et
en situation de handicap.
Marchiennes Course hors
16 Championnats du monde
de rink hockey à Tourcoing
PHOTO FFRS
www.omsmarchiennes.fr
24 OCT. AU 2 NOVEMBRE
16
Tourcoing
Rink Hockey. Championnat
du monde féminin.
http://mondialtourcoing2014.fr
25 AU 31 OCTOBRE
Touquet
Échecs. Open.
26 OCTOBRE
Baisieux Course hors
stade. Course du Chicon.
www.baisieux.net
11 NOVEMBRE
13
Fretin Course hors stade.
Pévèle Trail.
www.jafretin.fr
FESTIVALS
27 ET 28 SEPTEMBRE
FÊTE Comme du petit lait
18 SEPT. AU 5 OCT.
Festival du court-métrage
de Lille
www.festivalducourt-lille.com
2 AU 24 OCTOBRE
110 Département du Nord
28e édition de Jazz en Nord.
Ray Lema, Miles Smiles,
Pupy y los que son son…
www.jazzenord.com
contact@parc-naturel-avesnois.fr
03 27 77 51 60
3 OCTOBRE
Atelier lyrique
Auditoriumde l’Écomusée
de l’Avesnois
David et Jonathas.
Marc Antoine Charpentier
(1643-1704). Opéra.
03 20 26 66 03
www.atelierlyriquedetourcoing.fr
6
7 AU 16 NOVEMBRE
15
10 ET 12 OCTOBRE
Tourcoing
11 AU 19 OCTOBRE
Tourcoing, Roubaix,
Mouscron
Tourcoing Jazz Festival
Planètes.
28e édition
03 59 63 43 63
www.tourcoing-jazz-festival.com
THÉÂTRE
13 ET 14 SEPTEMBRE
Marcq-en-Barœul
Théâtre de la Rianderie
Arrête de pleurer Pénélope.
Par la compagnie des
Blondi Brunettes au profit
de l’association Ludopital.
10€ (entièrement reversé
à l’association).
SPORT
Fourmies
20 ET 21 SEPTEMBRE
Roubaix Marche. 28 heures.
La ronde des femmes.
Pièce de la compagnie
La Belle histoire suivi
d’un échange-débat
avec des professionnels.
Entrée gratuite
03 20 70 47 59
www.ville-roubaix.fr
21 SEPTEMBRE
Course hors stade.
Semi-marathon.
03 27 57 47 33
espace.vie-fourmies@orange.fr
03 20 45 46 41
DU 8 AU 12 OCTOBRE
27 ET 28 SEPTEMBRE
9 Lille
9
13
Théâtre du Nord
Musée du Louvre-Lens
Je vous ai compris.
Spectacle émouvant
sur la guerre d’Algérie.
03 21 18 62 62
www.louvrelens.fr
Liévin Multisports.
Raid du Bassin Minier.
Martyr, de Marius
Von Mayenburg.
Mise en scène Matthieu Roy.
www.raidbassinminier.com
www.theatredunord.fr
http://coursedesterrils.org
DU 5 AU 23 NOVEMBRE
4 ET 5 OCTOBRE
Théâtre du Nord
Planche à voile. Raid du
grand littoral: Dunkerque –
Ostende – Dunkerque.
03 20 14 24 24
Lille
Phèdre, de Racine. Mise
en scène Christophe Rauck.
03 20 14 24 24
www.theatredunord.fr
28 SEPTEMBRE
Raismes Course hors
stade. Course des terrils.
Dunkerque
http://ogsvoile.free.fr
4 ET 5 OCTOBRE
Saint-Omer Canoë-kayak.
www.ludopital.fr
7
Arras
Arras film festival, 15e édition
10 jours de rencontres avec
des réalisateurs du monde
entier, 40 films inédits et
avant-premières en
présence des équipes.
www.arrasfilmfestival.com
03 21 59 56 30
DANSE
4 OCTOBRE
Englos
Espace Kaliméra
DanseWindows. Centre
chorégraphique national
de Roubaix.
Coupe d’Europe des clubs
champions.
03 21 38 08 47
www.canoekayak-saintomer.com
5 OCTOBRE
Haubourdin Course hors
stade. Boucles
Haubourdinoises .
03 20 50 43 73
03 20 50 50 03
www.balletdunord.fr
http://cghathletisme.athle.com
30 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014
www.salon-metiers-art-lens.com
7 AU 9 NOVEMBRE
12
Roubaix
La Condition publique
Roubaix Vintage
Weekender. Le plus grand
événement vintage du Nord
de la France.
www.laconditionpublique.com
17 SEPTEMBRE
Baby-sitting dating. Organisé
par le Centre régional
information jeunesse NordPas de Calais. De 14 à
18 heures.
03 20 12 87 30
www.crij-npdc.fr
22 SEPTEMBRE
Musée du Louvre-Lens
Conférence À la rencontre
de l’art brut. Animée par
la conservatrice en chef en
charge de l’art brut au LaM,
le Lille Métropole Musée
d’art moderne.
www.louvrelens.fr
3 ET 4 OCTOBRE
Fourmies Salle
Marie-José Perec
Cancer parlons-en. Forum
de prévention santé avec
son colon Tour (un intestin
géant qui se visite).
Entrée gratuite
03 27 57 47 33
espace.vie-fourmies@orange.fr
10 OCTOBRE
Lille Casino Barrière
Marcq-en-Barœul
06 79 44 40 22
26 SEPTEMBRE
100 films courts venus
du monde entier, rencontres
avec les réalisateurs,
nuit de l’animation…
03 20 53 24 84
Les 20 et 21 septembre, le Parc naturel régional de
l’Avesnois organise la 25e édition de la fête du lait
au Quesnoy. Marché des produits du terroir,
dégustation de fromages, salon des professionnels et
du monde de l’élevage, milk bar, simulateur de traite,
concours de vaches laitières… À découvrir en famille. n
Salon international
des métiers d’art.
150 exposants, entrée
gratuite.
Lille Salle du gymnase
14
PHOTO DR
Lens Parking du stade Bollaert
03 20 43 55 75
www.charlypotter.com
16
10 AU 12 OCTOBRE
RENCONTRES
Festival de magie Fant’ascq.
15
03 27 88 41 92
Espace Concorde
Villeneuve d’Ascq
14
Douai Rue Fortier
FÊTES
20 ET 21 SEPTEMBRE
Audinghen
Fête des 2 Caps – Gris-Nez
Terre d’artistes.
Randonnées sur le site,
repas-spectacle, exposition
de flobarts. Accès libre.
03 21 32 97 78
Semaine de l’international.
Conférence de Mathias
Schultze, directeur général
du German Convention
Bureau.
www.nord-france-convention.com
17 AU 19 OCTOBRE
Dans toute la région
et en Flandre occidentale
(Bruges, Courtrai, Gand)
6 AU 12 OCTOBRE
Portes-ouvertes dans
les ateliers d’artistes
Fête de la science
03 59 73 81 77
Dans toute la région
www.poaa.lenord.fr
www.fetedelascience.fr
19 OCTOBRE
Sains-du-Nord
Maison du bocage
Fête du cidre. Entrée libre.
03 27 60 66 11
25 ET 26 OCTOBRE
Lille Gare Lille Flandres
Train de la télé. 14 voitures
pour découvrir l’histoire
du petit écran.
3635
www.ecomusee-avesnois.fr
www.trains-expo.fr
SALONS
En savoir plus sur le web
20 AU 28 SEPTEMBRE
Caudry Pôle culturel
38e Salon des Arts. Peinture,
sculpture, dessin.
Entrée gratuite.
www.salon-arts.mda-caudry.fr
Vous pouvez suivre
toutes les manifestations
culturelles et sportives
de la région sur
www.nordpasdecalais.fr
UN SUR UN MILLION
LE NORD-PAS DE CALAIS COMPTE UN MILLION DE MOINS DE 25 ANS
PHOTO OLIVIER DESPICHT
PARCOURS
NOM
THOMAS DANEL
ÂGE 21 ans. Habite à Hellemmes (près de Lille).
ACTU Thomas participera à l’épreuve de robotique mobile
des EuroSkills du 2 au 4 octobre prochains à Lille (voir page 7).
FORMATION A débuté en septembre sa 2e année du cycle ingénieur
informatique microélectronique et automatique à Polytech Lille.
DÉFAUTS «Assez perfectionniste avec moi-même et les autres. J’ai
tendance à dire toujours ce que je pense, au risque de blesser parfois. »
QUALITÉS «Je vais au bout des choses quand j’entreprends quelque
chose. Je donne le meilleur de moi-même pour que ce soit bien fait. »
J’ai toujours
été attiré par
la robotique,
c’est un métier
d’avenir. »
Robopote
M
on objectif, c’est de gagner », annonce sans
détour le jeune homme
de 21 ans. Thomas fait partie des
35 jeunes qui représenteront la
France aux EuroSkills, les championnats d’Europe des métiers, du
2 au 4 octobre à Lille Grand Palais.
Sa spécialité ? La robotique mobile.
Ce fan de mécanique et de technologie n’en est pas à son coup
d’essai : il a participé fin juillet à la
Robocup, compétition mondiale
de robotique, au Brésil.
PARCOURS SANS FAUTE
Après son baccalauréat, Thomas a
intégré une prépa maths physiques et sciences de l’ingénieur à
Boulogne-sur-Mer. « Je voulais
rester dans les matières scientifiques générales pour avoir une
bonne base.» À la fin de deux années intensives, il tente quatre
concours d’admission dans une
école d’ingénieurs et réussit celui
de Polytech. « Polytech est un réseau
de treize écoles, ce qui offre la possibilité de passer de l’une à l’autre et
de pouvoir choisir parmi une multitude de spécialités.» Il opte pour le
département informatique, microélectronique et automatique.
« J’ai toujours été attiré par la robotique, c’est un métier d’avenir. On
voit de plus en plus de machines dans
les usines, pour faire des travaux très
physiques. Et puis ça touche de
nombreux domaines, comme la
science, l’industrie, la santé…» Thomas suit donc des cours d’électronique ou de programmation,
apprivoise les microprocesseurs.
« Pour les TP d’automatique, on travaille sur le robotino.» Ce petit robot mobile et industriel est celui
avec lequel Thomas va tenter de
remporter l’or européen en octobre à Lille.
FACE AUX CHAMPIONS
En binôme avec Romain, camarade
de promo à Polytech, Thomas devra programmer le robotino pour
qu’il se déplace dans une aire de
jeu qui prendra la forme d’une nurserie. « Le robot devra porter des plateaux, ouvrir et fermer les portes des
chambres. Il faudra aussi faire du
traitement d’image en tenant compte
du choix aléatoire des couleurs.» Le
robot devra choisir un plateau et
le porter dans une chambre qu’il
identifiera par sa couleur. Il lui faudra donc s’adapter à l’environnement du Grand Palais. Pas simple… mais le jeune homme est
confiant. « Il y a quelques mois, le
Conseil régional nous a proposé un
stage technique en Allemagne où
nous avons participé aux sélections
nationales allemandes pour les
WorldSkills. On a beaucoup appris
en observant les équipes allemandes.
Le niveau était relevé.» Le binôme
allemand fait figure de favori pour
les EuroSkills. « Mais le format de
l’épreuve a changé par rapport aux
années précédentes. Nous avons eu
le sujet il y a plusieurs mois. Avant
l’épreuve était toujours la même, c’est
pourquoi l’équipe allemande conservait toujours un membre de l’année
précédente pour être performant.
Là, nous serons à égalité face à un
nouveau sujet. » Les champions
en titre n’ont qu’à bien se tenir!
n Pia Todoskoff
Allez encourager Thomas et l’équipe de France
les 2, 3 et 4 octobre à Lille Grand Palais.
03 28 82 82 82
>www.euroskills2014.org
Découvrez les membres de l’équipe de France sur
>http://petitlien.fr/euroskills2014
N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 31
LE CHÂTEAU DE VERSAILLES
>G*))<A>?L&=ÔNOK>
EXPOSITION
27 septembre 2014 - 20 mars 2016
Musée des beaux-arts - Arras
www.versaillesarras.com
ARRAS
VOUS FAIT
L A COUR
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising