Bulletin 64 - Association Georges Perec ( PDF

Bulletin 64 - Association Georges Perec ( PDF
P
A S S O C I AT I O N G E O R G E S
Bulletin n° 64
Juin 2014
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully – 75004 Paris
Tél. : 01 53 79 39 46
http://associationgeorgesperec.fr
http://groups.google.com/group/listegeorgesperec
Dessin de couverture : droits réservés
R
E
C
Association Georges Perec
S OMMAIRE
Editorial ................................................................................... 04
Parutions ................................................................................. 05
Publications, articles, études ................................................. 06
Colloques, débats, interventions ............................................ 10
Manifestations ......................................................................... 11
Théâtre .....................................................................................13
A l’université ............................................................................ 14
Audiovisuel ...............................................................................14
Internet .................................................................................... 15
Références et hommages ....................................................... 16
Varia ......................................................................................... 18
Merci ........................................................................................ 19
Assemblée générale ............................................................... 19
Publications en vente .............................................................. 26
Renouvellement des cotisations ............................................ 26
Les informations contenues dans ce Bulletin ont été rassemblées
par Philippe Didion qui a également assuré le secrétariat de
rédaction. Rachel Easterman-Ulmann a effectué la mise en page.
La plupart des documents cités dans les différentes rubriques de
ce Bulletin peuvent être consultés, sous une forme ou une autre,
au siège de l’Association.
Association Georges Perec
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully 75004 Paris
Tél. : 01 53 79 39 46
Email : associationgeorgesperec@gmail.com
EDITORAIL
Chers amis,
Il fut un temps où tout auteur se mettant en tête d’écrire sur Paris se
voyait un jour ou l’autre renvoyé à Léon-Paul Fargue et à son Piéton
de Paris. Peu à peu, c’est Perec qui semble devenir la référence en ce
domaine : les livres, les documentaires, les reportages sur la capitale se
doivent de citer Perec à un moment ou un autre. La place Saint-Sulpice
ne cesse d’être revisitée, le carrefour Mabillon mentionné,
le vieux Belleville et la rue Vilin évoqués. Mieux, le nom de Perec
investit lui aussi, de façon officielle, la ville : après la rue GeorgesPerec du XXe arrondissement, c’est la rue Linné, dans le Ve, qui porte
désormais une mention officielle après l’inauguration d’une plaque à
l’entrée de l’immeuble où vécut Perec. Plus qu’une reconnaissance formelle,
les perecquiens ont vu là, lors du dévoilement de la plaque, une bonne
occasion de se retrouver, d’échanger des souvenirs et des projets. Une
autre opportunité de le faire leur a été donnée fin mai pour le retour du
séminaire, devenu journée d’études, à Paris, après un passage à Lille où il
s’est tenu lors de ses quatre précédentes éditions. Et l’année doit se terminer
par un autre événement, davantage tourné vers le grand public, toujours à
Paris : le 13 décembre, la Bibliothèque de l’Arsenal et la Galerie du CROUS
serviront de cadre à une manifestation qui verra se succéder expositions,
projections, performances et table ronde. Riche programme qui montre, si
besoin était, la vitalité de notre association.
Philippe Didion
Bulletin n°64 Juin 2014 p.04
Association Georges Perec
PARUTIONS
EN FRANCE
Le Condottière, édition poche, Points, novembre 2013; 192 p., 6,70 €.
Comme annoncé dans le précédent Bulletin, les éditions Julliard et l’Apprimerie
rééditent sous forme de livre numérique animé Les choses de Georges Perec.
L’objet est présenté sur différents sites : http://2doc.net/ak2en
http://2doc.net/aej6h / http://2doc.net/07p1s / http://2doc.net/txlej
http://2doc.net/jz80k / http://2doc.net/0grij / http://2doc.net/ls0t3
De plus, Colombe Schneck a présenté l’ouvrage sur France Inter le 2 janvier 2014
dans son émission L’attrape-livres, un article du Figaro littéraire du 9 janvier le
cite comme exemple réussi de livre « enrichi » par le numérique et le magazine du
Parisien – Aujourd’hui en France du 7 février lui consacre une page entière.
Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour, préface de Richard Bohringer,
Denoël, coll. Empreinte, 2014; 96 p., 9,90 €. Critiques parues dans Le Figaro littéraire
du 9 janvier 2014 et sur le site de L’Express http://2doc.net/h80jl.
La Quinzaine
er
littéraire a placé cette réédition dans sa sélection du n° 1098 (1 -15 février).
Perec/rinations, Zulma, coll. « Littérature Z/A », 2014; 137 p., 7,95 €; Le livre a
fait l’objet d’un article dans Le Figaro littéraire du 17 avril 2014.
Nouveaux jeux intéressants, Zulma, coll. « Littérature Z/A », 2014; 112 p., 7,95 €.
A L’ÉTRANGER
Turquie : Le Condottière, éditeur : SEL
Portugal : Le Condottière, éditeur : Sextante Editoria
Estonie : La Vie mode d’emploi, éditeur : Varrak
Corée : Un homme qui dort, éditeur : Munhakdongne, 2013
La Boutique obscure, éditeur : Munhakdongne, 2013
Pologne : Je me souviens, éditeur : Lokator Media, 2013
W ou le souvenir d’enfance, éditeur : Lokator Media, 2014.
A l’occasion de la sortie de cette traduction, une rencontre « Georges Perec : entre
jeux de mots et autobiographie » a eu lieu le 25 avril 2014 au siège de la rédaction de
Kultura Liberalna, à Varsovie, avec la participation d’Anna Wasilewska, traductrice
et critique littéraire, Wawrzyniec Brzozowski, traducteur, et Maxime Decout.
Ukraine : W ou le souvenir d’enfance, éditeur : Poulsary
Finlande : « Tentative d’inventaire des aliments liquides et solides que j’ai ingurgités
au cours de l’année 1974 » dans la revue Granta sur le thème de la nourriture tirée
à 800 exemplaires
Italie : « Lieux d’une ruse » (in Penser/Classer), éditeur : Henry Beyle, coll.
« Quaderni di prosa », avril 2014 (375 ex. numérotés)
« Lire : esquisse sociologique » et « 81 fiches-cuisine à l’usage des débutants »
(in Penser/Classer), éditeur : Henri Beyle, coll. « Piccola bibliotheca degli oggetti
letterari », avril 2014 (575 ex.)
Japon : W ou le souvenir d’enfance, éditeur : Suisei Sha
Chine : La Vie mode d’emploi, éditeur : Beijing Yongzhen Kaiyan (caractères simplifiés)
Suède : La Disparition, éditeur : Modernista (tirage papier, poche, audio, numérique)
La Vie mode d’emploi, éditeur : Modernista
Russie : Le Condottiere, éditeur : Ivan Limbakh.
A PARAÎTRE
Norvège : Un homme qui dort, éditeur : Solum Forlag
Suède : Un homme qui dort, éditeur : Modernista
W ou le souvenir d’enfance, éditeur : Modernista
Italie : Le Voyage d’hiver et ses suites, éditeur Biblioteca Del Vascello / Robin
Turquie : La Boutique obscure, éditeur Metis.
PUBLICATIONS, ARTICLES, ÉTUDES
Bernard Quiriny, « Plagiat par anticipation, le retour », sur Le Voyage d’hiver & ses
suites de Georges Perec et l’Oulipo, site du journal L’Opinion :
http://2doc.net/u5tkg
Sur le même livre, Raphaëlle Leyris, « Perec en aurait beaucoup ri », Le Monde des
livres, 20 décembre 2013; Juliette Einhorn, « Le poète que l’OuLiPo s’arrache »,
Le Magazine Littéraire n° 538, décembre 2013.
Jean-Pierre Allali, « Georges Perec, Le magicien des mots », Journal de
l’Association des Médecins Israélites de France (AMIF), n°631 (octobre 2013).
Article détaillé sur la filiation de l’auteur, sa vocation littéraire, La Disparition mais
on y apprend que Georges Perec est entré à l’École Normale Supérieure.
Bulletin n°6’ Juin 2014 p.06
Association Georges Perec
Tue Løkkegaard, « Une promenade dans la micro-histoire de la ville : une lecture
de «Tout autour de Beaubourg» », site de l’AGP, rubrique Le Cabinet d’amateur :
http://2doc.net/u7a5c
[en danois] Tue Løkkegaard, « En appel til erindringen. Kollektiv erindring og det
infra-ordinære i Georges Perecs Je me souviens » (« Un appel à la mémoire. La
mémoire collective et l’infra-ordinaire dans Je me souviens de Georges Perec »),
Passage: tidsskrift for litteratur og kritik, n° 70, décembre 2013.
Claude Burgelin, « Retrouver Les Choses », Acta Fabula, vol. 14, n° 8, « 1966,
annus mirabilis », novembre-décembre 2013, Acta Fabula :
http://www.fabula.org/revue/sommaire8194.php
Marie Bonnot, « Reprendre, citer et ne pas dire : enquête sur l’intertextualité proustienne dans le chapitre XCIX de La Vie mode d’emploi ». Il s’agit du texte
remanié et enrichi de sa communication lors de la journée Perec de juin 2012, repris sur
le site de l’AGP, rubrique Le Cabinet d’amateur : http://2doc.net/qr4h0
[en anglais] Lauren Elkin, « To Dream a Dream : Georges Perec’s Night Visions »,
site The Daily Beast, 26 décembre 2013 : http://2doc.net/6483p
François Bon, « Ecrire avec Perec, 5. Je me souviens des je me souviens », site Le
tiers livre, 28 décembre 2013 : http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article3664
Adrien Chassain, « «Dis-moi comment tu classes, je te dirai qui tu es», rhétorique
et écriture de soi dans l’œuvre essayistique de G. Perec », site de l’AGP, rubrique
Le Cabinet d’amateur : http://2doc.net/elkkr
Mireille Ribière, « Postérité de La Disparition : l’exemple d’Ella Minnow Pea »,
site de l’AGP, rubrique Le Cabinet d’amateur : http://2doc.net/ol7yd
Bernard Noël, « Souvenir de Perec », titre d’un chapitre de La Place de l’autre
(P.O.L., 2013).
Isabelle Dangy, « Présences du mythe dans La Vie mode d’emploi » in Marie-Hélène
Boblet (dir.), Chances du roman, charmes du mythe. Versions et subversions du
mythe dans la fiction francophone depuis 1950, Presses de la Sorbonne nouvelle,
2013.
Mokhtar Ben Henda et Henri Hudrisier, « Penser, classer, apprendre et communiquer. Normalisation et nouveaux modes de classification du savoir », C.N.R.S.
Editions, Hermès, La Revue, 2013/2 - n° 66, pages 160 à 166 : http://2doc.net/vuise
David Bellos, « Quatre visages de Georges Perec », communication faite au Club
de traductores de Buenos Aires le 4 septembre 2012, disponible en ligne :
https://www.academia.edu/5825403/Quatre_Visages_de_Georges_Perec
Claude Burgelin, « Réponse à David Bellos et à «Quatre visages de Georges Perec» »,
site de l’AGP, rubrique Le Cabinet d’amateur : http://2doc.net/zbrj4
[en allemand] Johanne Mohs, Aufnahmen und Zuschreibungen (dont le sous-titre
est ainsi traduit par l’auteur : « L’acte photographique dans la littérature de Gustave
Flaubert, Marcel Proust, Georges Perec et Denis Roche »), thèse de doctorat soutenue
à la Haute Ecole des Arts de Berne, Bielefeld, Transcript Verlag, 2013.
Vanda Miksic, « L’inscription de la subjectivité traduisante. Analyse d’un épisode de
La Disparition par Georges Perec », in Francontraste : l’affectivité et la subjectivité
dans le langage, sous la direction de Bogdanka Pavelin Lesic, Cipa, coll.
« Langages et société », 2014.
Adriana Iorgulescu, A la Recherche de l’identité perdue, à la lumière de La
Boutique obscure de Georges Perec, Edilivre, 2014.
Le numéro 216 de La Bibliothèque Oulipienne, qui porte le titre « La vérité sur Le
Voyage d’hiver » contient des informations inédites sur les activités de Georges
Perec en novembre 1959, permettant d’expliquer enfin ce qu’il a encodé plus tard
dans sa nouvelle Le Voyage d’hiver.
Anne Kraume, « Promenades nocturnes, déambulations visuelles : lectures de l’espace
urbain chez Guy de Maupassant et Georges Perec », in Scénarios d’espace.
Littérature, cinéma et parcours urbains, coordination éditoriale de Jörg Dünne et
Wolfram Nitsch, Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal, coll.
« Littératures », 2014.
[en néerlandais] Ander Uitdehaag, Het is begonnen. Onderweg met Georges Perec
(traduit par l’auteur du néerlandais en anglais : It has started. On the road with
Georges Perec), publié en mars 2014 par l’Académie royale des Beaux Arts de La
Haye. Il s’agit de onze introductions à une thèse jamais écrite sur Perec écrivain visuel.
Cahiers Raymond Queneau n° 4 : Queneau, Perec, Roubaud, coordonné par
Camille Bloomfield et Daniel Delbreil, éditions Calliopées, 2014.
Perec est également présent dans les publications suivantes :
François Legrand & Samuel Picas, Souvenirs de Paris : Hauts lieux disparus, ce qu’ils
étaient… ce qui les a remplacés, Parigramme, 2013, contient un chapitre sur la rue Vilin.
Lecteurs, à vous de jouer !, Gallimard, coll. Folio, 2013, recueil de jeux littéraires.
Roland Jaccard, Ma vie et autres trahisons, Grasset, 2013.
Dominique Viart, Anthologie de la littérature contemporaine française : romans et
récits depuis 1980, Armand Colin/ScérEn CNDP, 2013.
Bulletin n°64 Juin 2014 p.08
Association Georges Perec
Michael Sheringham, Traversées du quotidien : des Surréalistes aux
Postmodernes, Paris : Presses Universitaires de France, coll. « Lignes d’art », 2013.
Nelly Wolf, Proses du monde - Les enjeux sociaux des styles littéraires, Presses
Universitaires du Septentrion, 2014.
Régine Robin, Le mal de Paris, Stock, 2014. L’auteur a évoqué Perec lors de
l’émission Du jour au lendemain sur France Culture le 2 avril 2014.
[en anglais] Ari J. Blatt, Pictures into Words : Images in Contemporary French
Fiction, Lincoln : University of Nebraska Press, coll. « Stages Series », 2012,
249 p., présenté par Sylvia Chassaing dans « Cela tuera-t-il ceci ? La littérature
française aux prises avec un monde d’images », Acta Fabula, vol. 15, n° 2, Notes
de lecture, Février 2014, URL : http://www.fabula.org/revue/document8444.php
Patrick Roegiers, La traversée des plaisirs : escapade littéraire, Grasset, 2014.
Arnaud Viviant, Mamihlapinatapai, François Bourin, 2014.
Renaud Matignon, La liberté de blâmer : 40 ans de critique littéraire, Bartillat,
2014, pour une critique de Cher, très cher, admirable et charmant ami.
Stéphane Mahieu, La Bibliothèque invisible : catalogue des livres imaginaires,
Editions du Sandre, 2014.
PLUS ANCIEN.
Christophe Reig, « Nomen est (homen) : Lettres et onomastique dans Le Voyage
d’hiver (Georges Perec) et ses oulipiennes séquelles », article précédemment paru
dans Le pied de la lettre : Créativité et littérature potentielle (Hermes Salceda &
Jean-Jacques Thomas éd., Presses Universitaires du Nouveau Monde), désormais
en ligne : http://2doc.net/gcibc
[en castillan] Desapariciones, catalogue d’exposition de l’œuvre d’Ignasi Aballi,
inspirée par Georges Perec, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, 2002.
Proust, Kafka, Perec… remastérisés, signé art-psy, pas de nom d’éditeur, imprimé
à Paris par Jouve, 11, boulevard de Sébastopol, dépôt légal : avril 2009. 47 textes
choisis par l’auteur sont réécrits en vers libres, parmi ceux-ci Un homme qui dort,
qui devient L’homme qui dort.
Georges Perec en dialogue avec l’époque (sous la direction de Dominique Bertelli
et Mireille Ribière, Joseph K, coll. « Métamorphoses », 2012) fait l’objet d’un
compte rendu critique dans la revue Histoires littéraires, vol. XIII, n° 51 (Histoires
littéraires et Du Lérot éditeur, juillet-août-septembre 2012).
Signalons, pour clore cette partie, que la plus récente bibliographie des études
perecquiennes vient d’être mise en ligne sur le site de l’AGP à la rubrique Le
Cabinet d’amateur. C’est un précieux travail de recherche établi et mis à jour
annuellement par Christelle Reggiani, que nous remercions.
http://2doc.net/vzov5
Colloques, débats, interventions
Dans une intervention du 10 septembre 2013 à l’Institut français de Lisbonne, à
l’occasion de la sortie du livre Fukushima, récit d’un désastre en portugais,
Michaël Ferrier s’est expliqué sur le titre de la 3e partie, « La demi-vie, mode
d’emploi » : la référence à Perec n’est pas ici un simple clin d’œil révérencieux,
elle indique que Perec avait été l’un des tout premiers à sentir que l’infra-ordinaire
ou la vie quotidienne étaient voués à devenir les cibles de prédilection des stratégies
de contrôle politique dans les sociétés contemporaines mais aussi ses premiers
espaces de résistance et de révolte, ce qui est exemplairement le cas dans les sociétés
nucléarisées.
Au colloque « Paris-Tokyo-Paris : la réception de la culture japonaise en France
depuis 1945 », qui s’est tenu à la Maison franco-japonaise de Tokyo le 6 octobre
2013, la première session était intitulée : « Spectres de Georges Perec : du wabi-sabi
au zuihitsu ». Elle comprenait deux communications :
- Ursula Tidd (Université de Manchester, Royaume-Uni), « L’œil d’abord : le wabi
sabi et l’infra-ordinaire de Georges Perec »
- André Laidli (Université Jean Moulin-Lyon 3, France), « Le zuihitsu, un genre
français ? La réception de l’écrit au fil du pinceau, de Georges Perec à Michaël
Ferrier ».
Alain Chevrier, « Les lettres secrètes de Perec », sur les contraintes beaux présents
et belles absentes, XVIIe Colloque des Invalides, Paris, 15 novembre 2013.
La Fondation pour la mémoire de la Shoah a organisé en novembre 2013 au
Collège de France un cycle de trois soirées autour de la Shoah et la littérature, cycle
organisé par Anny Dayan-Rosenman, avec la participation de comédiens (Denis
Podalydès), d’écrivains (Marianne Rubinstein, Jean-Claude Grumberg, Fabrice
Humbert, Ivan Jablonka) et d’universitaires. A ce titre, Claude Burgelin y a parlé,
le 19 novembre de « Georges Perec, être juif : un silence, un flottement, une inquiétude ».
La comédienne Sophie Bourel a fait une intervention autour d’Espèces d’espaces
le 19 janvier 2014 à Poitiers dans le cadre de l’exposition « La licorne et le bézoard,
une histoire des cabinets de curiosités » au Musée Sainte-Croix.
Le 19 mars 2014 s’est déroulée une journée d’études sur « Les préoulipiens » au
Centre Censier (Paris). Marc Décimo y est intervenu sur le thème « De quelques
considérations postperecquiennes sur la tradition préoulipienne en France. »
Bulletin n°64 Juin 2014 p.10
Association Georges Perec
Le 28 mars 2014 s’est tenu le Colloque de Teesside (Royaume-Uni), intitulé
« Species of Spaces: Transdisciplinary Approaches to the Work of Georges Perec »,
avec Christian Bök, Kate Briggs, Victoria Hunter, Rebecca Camilleri, Nicola
Rayworth, Mireille Ribière, Danielle Constantin.
Claude Burgelin a présenté Georges Perec lors de la 3e séance (« Le silence des
Trente Glorieuses ») du séminaire « Ecrivains juifs de langue française » le 16 avril
2014 à l’Université de Lille III.
Marc Perelman (Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le devenir stade de la ville
dans W ou le souvenir d’enfance de Georges Perec », intervention dans le cadre du
colloque « Les espaces de la contre-utopie entre littérature et architecture »,
Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 22 et 23 mai 2014.
La « Journée d’études Georges Perec » a eu lieu le 31 mai à la Sorbonne avec le
programme suivant :
Intérieurs
Mireille Ribière : « À propos de La Clôture et autres poèmes »
Oleksandr Vynogradov (université de Kiev) : « Quelques aspects philosophiques de
l’espace perecquien »
Thomas Clerc (université de Paris Ouest Nanterre) : « De l’exotique à l’endotique ».
Espèces d’espaces
Danielle Constantin (ITEM) : « Maisons de poupées (perecquiennes) : un catalogue »
Florence de Chalonge (université de Lille III) : « Espace, action, histoire dans le
diptyque des Choses et d’Un homme qui dort ».
Manifestations
A l’initiative d’habitants de l’immeuble du 13 rue Linné (Paris Ve) où Georges
Perec a vécu de 1974 à sa mort en 1982, une plaque a été dévoilée par Paulette
Perec puis apposée sur la façade le jeudi 19 décembre 2013 vers midi en présence
de nombreux proches et amis de l’écrivain. Jean Tibéri, maire du Ve arrondissement,
ainsi que Bruno Julliard, adjoint au maire de Paris pour la culture, ont prononcé des
discours; Benjamin Lazar, acteur et metteur en scène, qui fut le plus jeune adhérent
de l’association Georges Perec, a lu « De quelques emplois du verbe habiter »
(Penser/Classer). La pluie a attendu le tout dernier instant de la cérémonie pour
tomber.
Au sujet du discours de M. Tibéri, Paulette Perec a signalé la chose suivante :
« J’ai noté, dans le discours du maire du 5e, Monsieur Tibéri, lors de l’inauguration
de la plaque Georges Perec au 13, rue Linné, une erreur que je ne crois pas sans
signification : Monsieur Tibéri a dit que Georges était né Perets (je ne sais comment
c’était écrit dans ses notes) et qu’il avait par la suite transformé son nom en
Perec. Les parents de Georges étaient de nationalité polonaise et le C en polonais
se prononce ts. Lors de la transcription de leur identité en France la graphie est restée
la même et Georges, né en France en 1936, n’a jamais eu d’autre nom que Perec.
Cette notation d’un changement de nom suggère que Georges aurait renié son origine
étrangère et juive afin de devenir un Français présentable. En plus chacun sait qu’il
désirait au contraire manifester cette origine en insistant sur le fait que son nom ne
comportait pas d’accent aigu. »
La Fundacion Francisco Godia de Barcelone a présenté le travail d’Ignasi Aballi
sur la disparition, inspirée par Georges Perec, dans le cadre de l’exposition
« Iceberg. La realidad invisible » du 29 novembre 2013 au 18 mai 2014.
Une exposition « Art et math. » s’est tenue à l’Université libre de Bruxelles du 17
janvier au 1er mars 2014. La partie littérature, fournie par Jean-Michel Pochet,
comprenait une section Perec avec le schéma de L’Augmentation, Ulcérations, et
La Vie mode d’emploi. Un catalogue a été édité.
La carte du voyage de Bartlebooth a été finalisée par Christl Lidl en une carte
papier d’1m 50 et présentée au mois de février 2014 à la galerie de l’Académie des
Beaux-arts à Bruxelles, dans le cadre d’une exposition des œuvres issues des doctorats
en cours en Art et sciences de l’art. Elle s’intitule Sérenpidité et est basée sur celle
créée en ligne : http://url.exen.fr/94856/
La plasticienne brésilienne Maura Grimaldi a récemment exposé à la Galeria
Emma Thomas de Sao Paulo (Brésil) un travail à partir d’Un homme qui dort.
À l’occasion du 16e Printemps des poètes, des textes de Paul Fournel, Jacques
Jouet, Hervé Le Tellier et Georges Perec ont été lus en public à la librairie
Mémoranda de Caen le 22 mars 2014.
A Villefranche-de-Rouergue, l’Atelier Blanc a organisé du 10 au 13 avril 2014
l’exposition « Monument à Georges Perec » dans le cadre du projet « Écriture »
réalisé sous la direction de l’artiste Anne Deguelle à l’occasion d’une résidence
d’artiste soutenue par la DRAC et la DRAAF Midi-Pyrénées et d’un projet d’avenir
par le conseil régional Midi-Pyrénées. Ce projet est le résultat d’une création collective
autour d’un travail de réécriture de l’œuvre La Disparition. Vingt-cinq élèves du
lycée Beauregard, les artistes Didier Béquillard, Michèle Cirès-Brigand, Anne
Deguelle, Fabienne Gaston Dreyfus, Corinne Laroche, Sylvain Sorgato, Louise
Paillé et des participants spontanés se sont réunis pour aboutir à cette exposition
commune. Les élèves et les artistes se sont approprié le texte de l’écrivain et en ont
réinventé la graphie.
Une installation (précédée d’une performance) « Je me souviens… Hommage à
Georges Perec » due au collectif Da Da Niet Da s’est tenue du 14 au 18 avril 2014
à la Maison de l’Etudiant de Nanterre.
Bulletin n°64 Juin 2014 p.12
Association Georges Perec
THÉÂTRE
L’Augmentation par la Compagnie Le Festin (Paris) joue les prolongations du 1er
septembre 2013 au 30 juin 2014.
Un extrait de La Vie mode d’emploi était au programme du spectacle « Entre voisins »
donné par la Compagnie Les dresseurs d’oreilles à Saint-Pierre-de-Chandieu
(Rhône) le 19 novembre 2013.
L’Augmentation par la Compagnie Talweg/Coopalign (Vanves), trois représentations
du 11 octobre 2013 au 11 octobre 2014.
L’Augmentation par la Troupe 4Frontal à l’Institut français d’Athènes du 3 décembre
2013 au 28 janvier 2014.
L’Augmentation dans une mise en scène de T. Zentis au Théâtre 104 d’Athènes,
12 représentations du 23 décembre 2013 au 23 février 2014.
L’Augmentation par la Compagnie Blutack Théâtre à Tournefeuille (HauteGaronne) le 9 janvier 2014.
Le Théâtre de la Boderie présente W ou le souvenir d’enfance dans une mise en
scène de Marie Guyonnet en tournée de fin 2013 à 2015. En résidence à Saint-Lô,
la troupe a organisé une rencontre lecture autour du livre le 8 janvier 2014. Un
extrait de la pièce a été présenté à la BNF le 16 janvier dans le cadre d’un Jeudi de l’Oulipo.
Quel petit vélo ? par la Compagnie Petit Bois en janvier-février 2014 à Toulouse,
le 18 janvier à Muret, le 20 mai à Tarbes.
L’Augmentation par le Théâtre du Miroir le 1er février 2014 à Sauzet (Gard).
Voyage d’hiver, lecture performance par Fanny De Chaillé au Théâtre de la Cité
internationale (Paris) du 6 au 18 février 2014.
Ellis Island par Eric Lareine et Pascal Maupeu à Toulouse le 8 février 2014.
« Perec-Clown », spectacle de la compagnie Matapeste, inspiré de L’art et la
manière d’aborder son chef de service… à Saintes le 20 février 2014.
Un homme qui dort, par la Compagnie Hanna R. au Théâtre national de Nice du 12
au 16 mars 2014.
Un homme qui dort par la Compagnie La Grande Mêlée à Langogne le 12 février,
à Montpellier du 14 au 18 avril 2014.
« Mots croisés », autour de textes de Georges Perec, par la Compagnie ParadisEprouvette à Toulouse le 18 avril 2014.
L’Art et la manière d’aborder son chef de service…, Théâtre Oteki Hayatlar à
Istanbul, 30 représentations d’avril 2014 à avril 2015.
L’Augmentation par la Compagnie La Nouvelle Fabrique à Lyon du 12 au 27 mai 2014.
L’Augmentation (prolongation) : 3 représentations à Logroño les 15, 16 et 17 mai
2014 et tous les mardis jusqu’à fin décembre 2014 au théâtre LARA de Madrid.
La Vie mode d’emploi, lecture publique au Théâtre Royal Danois de Copenhague,
2 ou 4 représentations en mars 2015.
A l’université
Cécile De Bary organise un séminaire « Approches de l’Oulipo » à l’université
Paris Diderot au cours de l’année 2013-2014.
Tue Løkkegaard a rédigé son mémoire de maîtrise à l’Université de Copenhague
en Littérature Comparée sur Perec avec le titre : « Mellem sociologi og litteratur.
Georges Perec og eftersøgningen af det infra-ordinære » (« Entre sociologie et
littérature. Georges Perec et la recherche de l’infra-ordinaire »).
Le site Academia.edu propose en téléchargement le travail de Matias G. Rodrigues
réalisé pour l’université Pompeu Fabra de Barcelone et intitulé « El libro como
palimpsesto de la memoria en las obras de Enrique Vila-Matas y Georges Perec. Lo
serial, lo abierto y la escritura » (« Le livre comme palimpseste de la mémoire dans
les œuvres d’Enrique Vila-Matas et Georges Perec. Sérialité, ouverture et écriture »).
http://urlz.fr/bcg
Thèse de maîtrise en littérature comparée : « Laberintos literarios en Morirás
lejos de José Emilio Pacheco y en W ou le souvenir d’enfance de Georges Perec »
par Roberto Aguilar Rojas, Universidad Nacional Autónoma de México - Facultad
de Filosofía y Letras, défendue le 30 avril 2014 et disponible en ligne :
http://132.248.9.195/ptd2014/abril/093250276/Index.html
Mémoire de licence : « La presencia de lo ausente : una lectura de La Disparition
de Georges Perec, un autorretrato novelado » par Julie Zamorano Jollivet,
Universidad Nacional Autónoma de México - Facultad de Filosofía y Letras, défendue
en 2009 et disponible en ligne : http://132.248.9.195/ptd2009/abril/0642568/Index.html
Audiovisuel
Le 22 novembre 2013, il a été question dans l’émission La dispute (France Culture)
du Voyage d’hiver et de ses séquelles, réunis dans un volume récemment paru au Seuil.
Bulletin n°64 Juin 2014 p.14
Association Georges Perec
Le 16 décembre 2013, au Jeu des 1000 euros sur France Inter, pour gagner le Banco
il fallait découvrir l’originalité du texte suivant : « Là où nous vivions jadis, il n’y
avait ni autos, ni taxis, ni autobus; nous allions parfois, mon cousin m’accompagnait,
voir Linda qui habitait dans un canton voisin. » Les candidats ont chuté et Nicolas
Stoufflet a donné la source de ce texte.
Vassilis Alexakis, dans le premier volet de l’émission A voix nue (France Culture,
20 janvier 2014), a brièvement évoqué Georges Perec.
Le 22 janvier 2014, Kathleen Evin recevait dans L’Humeur vagabonde (France
Inter), Frédérique Pressmann, réalisatrice du film Le monde en un jardin, consacré
au parc de Belleville. La rue Vilin et le documentaire de Robert Bober ont été évoqués
au début de l’émission.
Le même jour, Philippe Artières (auteur de Clinique de l’écriture, La Découverte,
2013) a évoqué l’infra-ordinaire perecquien dans l’émission Du jour au lendemain
(France Culture).
Le 14 janvier 2014, France Culture a rediffusé dans ses Nuits l’émission de Bernard
Noël Poésie ininterrompue consacrée à Georges Perec le 20 février 1977.
Paul Otchakovsky-Laurens a évoqué ses souvenirs et, partant, Georges Perec dans
l’émission de France Culture A voix nue du 17 au 21 février 2014.
Le 21 février 2014, l’émission Ca peut pas faire de mal (France Inter) était consacrée
à La Vie mode d’emploi dont Guillaume Gallienne a lu plusieurs extraits.
Le 6 avril 2014, l’émission culinaire de France Inter On va déguster a débuté par
une lecture de quelques-unes des « 243 cartes postales » de Perec.
On a pu également entendre Perec parler de son enfance (extrait de Radioscopie) le
lendemain, 7 avril, sur France Culture où Ivan Jablonka était l’invité de Laure
Adler dans Hors-champs.
Le 13 avril 2014, France Culture a rediffusé l’émission Avant goûts du 16 août 1991
dans laquelle Martine Jouhandeau recevait Catherine Binet pour une évocation de
Georges Perec.
Internet
Charlotte Gauvin, designer graphique, présente sur son site son travail sur Les
Choses, « composition à la manière des Livres Clubs, en reprenant les classiques
de la mise en page et laissant une part importante et audacieuse à l’image. »
http://www.charlottegauvin.com/page13_perec-leschoses_2.html
Le site D-Fiction présente un projet consistant à élaborer un « portrait perecquien
des bibliothèques en Seine-Saint-Denis » inspiré des travaux, entre autres, de
Philippe Vasset et de Georges Perec.
http://d-fiction.fr/2012/09/copyright-dante-dans-les-bibliotheques/
Le site Funéraire info publie une notice sur Georges Perec dans son éphéméride
« Décès un 3 mars » :
http://www.funeraire-info.fr/deces-3-mars-ephemeride-23176/
De même, la date anniversaire a donné lieu à un billet sur le site Almaniak :
http://jusrouge.unblog.fr/2014/03/07/georges-perec/
Rémi Schulz propose sur son blog une réflexion sur l’épithalame composé par
Perec « Noce de Kmar Bendana & Noureddine Mechri » :
http://2doc.net/e2guh
Références et hommages
Dans Le Journal du Japon d’octobre 2013, Patrick Mackie fait un parallèle entre la
« métafiction » de l’écrivain japonais Yasutaka Tsutsui (qui « consiste à introduire
dans le texte différents niveaux de fiction, par des procédés tels que la mise en
abyme, le roman dans le roman, ou l’implication du lecteur en tant que héros du
récit ») et les romans de Georges Perec. Une étude comparative entre les deux écrivains
avait déjà été tentée par Shuichiro Shiotsuka en 2011 dans la seconde Journée
d’études proposée par Christelle Reggiani à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3
(publié dans Formules numéro 16 en 2012).
La Tentative d’épuisement d’un lieu parisien a inspiré une expérience littéraire
dans le dernier numéro de la revue littéraire suisse Archipel (n° 36, 2013), intitulé
en guise de clin d’œil : La ville, mode d’emploi. Dans un cahier thématique consacré
à la ville et à l’espace urbain, la revue a convié trois écrivains, Alain Freudiger,
André Ourednik et Laure Mi Hyun Croset, à réitérer l’expérience descriptive de
Perec sur une place lausannoise. Durant deux heures, assis côte à côte, les trois
auteurs ont observé et décrit l’animation de la place à l’approche de la fin de la
journée, et livrent chacun le texte issu de cette expérience. Trois textes, regards et
écritures différentes pour un même moment urbain.
L’exposition rétrospective autour de l’Atelier Kroll qui s’est tenue au Lieu Unique
à Nantes du 25 septembre au 1er décembre 2013 (« Simone et Lucien Kroll : une
architecture habitée ») présentait, écrit à la craie sur un tableau noir, un détournement
d’un extrait d’Espèces d’espaces.
Dans Le Monde du 27 novembre 2013, la critique de Jacques Mandelbaum sur The
Immigant, le dernier film de James Gray, se termine par l’évocation de Récits
d’Ellis Island et une citation décrivant le projet de Perec et Bober.
Bulletin n°64 Juin 2014 p.16
Association Georges Perec
Dans l’article nécrologique sur Jean-Luc Benoziglio, mort le 5 décembre 2013,
paru dans Le Monde du 11 décembre, l’écrivain suisse est présenté par Josyane
Savigneau comme un « admirateur de Laurence Sterne, son idéal, de Raymond
Queneau et de Georges Perec ».
« L’incompréhensible sommeil, quand il se dérobe, laisse la place à des flots de
petits faits mal emboîtés, changeant la vie huilée en un casse-tête chinois où chaque
pièce est à son trou ce que le W de Bartlebooth est au territoire en X qui lui est
diaboliquement dessiné et destiné », Jacques Jouet, Du jour, P.O.L., 2013.
Un bandeau sur la couverture de l’édition d’Épépé, roman culte de l’écrivain hongrois
Ferenc Karinthy (1970) publié par les éditions Zulma (2013), mentionne une phrase
d’Emmanuel Carrère tirée de sa préface : « Ce qui me paraît absolument certain, c’est
que Perec aurait adoré Épépé ».
Dans l’exposition-installation de Philippe Parreno « Anywhere, Anywhere out of
the World » (Palais de Tokyo, Paris, octobre 2013-janvier 2014) figurait une œuvre
de Dominique Gonzalez-Forester, La Bibliothèque clandestine (2013), et sur les
rayons de cette bibliothèque, parmi les 20 titres retenus, Le Voyage d’hiver - voyage
d’hier (Georges Perec/Jacques Roubaud).
La Vie sans mode d’emploi, bande dessinée de Désirée et Alain Frappier (Editions
du Mauconduit, 2014) est présenté par l’éditeur comme « un clin d’œil à Georges
Perec, pour une décennie qui s’écoule dans un immeuble parisien où chacun
cherche son futur et se désole de son passé. »
Dans Télérama n° 3340, 18-24 janvier 2014, Pierre Murat termine son compte
rendu de l’ouvrage De la pauvreté, sous la direction d’Andrea Grunert, éd. Charles
Corlet, par cette phrase : « Car dit Aki Kaurismäki, chantre des déshérités : «pour
eux, vivre, c’est passer d’un espace à l’autre en essayant de ne jamais se cogner» ».
Jacques Roubaud revient sur l’entrée de Perec à l’Oulipo dans un entretien donné
à Télérama n° 3346, 8-14 mars 2014.
L’exposition sur Marcel Gotlib au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme fait état,
à plusieurs reprises de la collaboration entre le dessinateur et Georges Perec. Un
texte de celui-ci, intitulé « Les témoins », figure dans Sur les traces de Marcel
Gotlib de Gotlib et Frémion (Dargaud, 1996) et on trouve également son nom dans
les remerciements.
Un Georges Perec « muet qui écrit sur les murs » apparaît dans Une affaire de
caractères, BD de François Ayroles (Editions Delcourt, 2014).
http://lereseaumodiano.blogspot.fr/2013/05/la-derive-urbaine-de-patrick-modiano.html
Plus ancien
Un extrait de La Disparition figure dans Jeux de langue, par Irène Coran &
Annabelle Mège, Casterman, 2008.
On trouve dans Profession éditeur : 8 grandes figures de l’édition contemporaine
racontent d’Olivier Le Naire (IMEC, 2011) une interview de Paul OtchakovskyLaurens qui parle de l’édition de La Vie mode d’emploi (p. 32-33).
Dans Autobiographie des objets de François Bon (Seuil, 2012), on trouve cette
phrase tirée de « La France en plastique » : « Je retrouverais ce prédicat de la liste
quand je lirai plus tard Georges Perec » (p. 168 de l’édition « Points »).
On trouve de nombreuses références à Perec et à ses personnages dans le roman de
Michèle Audin Cent vingt et un jours (Gallimard, coll. L’arbalète, 2014).
Varia
L’opération « Un jour de tweets à Paris » du 19 avril 2013, présentée dans le
Bulletin 62, a fait l’objet d’une publication « dans un recueil tiré à quelques rares
exemplaires » selon le site de la Mairie de Paris.
http://2doc.net/bn256
Le Correspondancier du Collège de ‘Pataphysique reproduit, dans son numéro 24
du 15 juin 2013 un chapitre du recueil de Pierre Fasola et Jean-Charles Lyant
Savoir-vivre à notre façon (Veuillez bien) savoir-vivre (s’il vous plaît)
(L’Immarcescible, 2013) intitulé « L’esprit de l’escalier (L’escalier mode d’emploi) »
dans lequel on retrouve des personnages et des lieux de La Vie mode d’emploi.
Relevé dans Le Grand Café des brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio (Robert
Laffont, 2013), page 58 : « Zola c’est un grand pain sur la table, alors que Perec,
c’est des miettes partout dans la maison. »
Un an après la mort du spécialiste de Perec, Corinne Dupuy a réalisé le relevé de
l’entrée « Bernard Magné » dans le moteur de recherche Google, qui aboutit à un
document intitulé « Bernard Magné Google-isé : traces et écarts, 5 décembre
2013 » et relevant 287 occurrences, dont 193 concernant Bernard Magné lui-même.
La 44e édition de la Foire du livre de Bruxelles, qui s’est déroulée du 20 au 24
février 2014, avait pour thème « L’Histoire avec sa grande hache », une citation choisie
par les organisateurs en écho au centenaire du déclenchement de la Grande Guerre.
Jean-Paul Meyer a fait parvenir à l’Association la photo de l’enseigne d’un boulanger
nommé Perec pris à Novi Sad, en Serbie. Elle rejoint ainsi la photo prise par
Philippe Didion à Pecs en Hongrie montrant un marchand de bretzels ambulant
arborant l’inscription « Perec » sur le panier de son petit vélo.
Un livre de Georges Perec figure parmi les détournements de couvertures de livres
réalisés par Clémentine Mélois visibles sous ce lien :
http://blended.fr/art/lis-tes-ratures/
Bulletin n°64 Juin 2014 p.18
Association Georges Perec
Dans le décor de livres postiches agrandis du plateau de l’émission La Grande
Librairie (France 5) figure en bonne place La Vie mode d’emploi, derrière la place
de l’animateur François Busnel.
Dans la « Liste n° 9 » (février 2014) de la librairie Vignes (Paris), figure une
« Photographie originale de Georges Perec » portant cachet de la photographe Anne
de Brunhoff, prise lors du tournage des Lieux d’une fugue (400 €).
Citation : « Jusqu’aux années 1970, les écrivains, femmes et hommes confondus,
étaient majoritairement d’origine bourgeoise et vivaient à Paris où les grandes surfaces
n’étaient pas implantées. (Je ne vois pas Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute ou
Françoise Sagan faisant des courses dans un supermarché, Georges Perec si, je me
trompe peut-être) », Annie Ernaux, Regarde les lumières mon amour, (Seuil,
2014, coll. « Raconter la vie », p. 43).
La plaque lipogrammatique réalisée en hommage à Georges Perec place SaintSulpice figure dans Secrets & Curiosités des monuments de Paris de Dominique
Lesbros, Parigramme, 2014.
Merci
Les personnes suivantes nous ont adressé des renseignements pour la constitution
de ce Bulletin ou des documents qui ont rejoint notre fonds : Roberto Aguilar, Eric
Angelini, Michèle Audin, Ela Bienenfeld, Camille Bloomfield, Roland Brasseur,
Claude Burgelin, Adrien Bürki, Alain Chevrier, Pierre Cohen-Hadria, Danielle
Constantin, Raoul Delemazure, Patrick Drujon, Rachel Easterman-Ulmann,
Michaël Ferrier, Jacques Gaudier, Christine Gérard, Isabelle Gourdin, Françoise
Granger, Hans Hartje, Jean-Luc Joly, Tue Løkkegaard, Marc-Gabriel Malfant,
Basile Morin, Paulette Perec, Jean-Michel Pochet, Christelle Reggiani, Jean-Pierre
Salgas, Rémi Schulz, Martine Sonnet, Alexis Zadounaïsky, Alain Zalmanski.
Assemblée générale
Association Georges Perec
Procès-verbal de l’Assemblée générale ordinaire
du 11 janvier 2014
Sous la présidence de Jean-Luc Joly et en présence de Bruno Blasselle, directeur de
la Bibliothèque de l’Arsenal, l’Assemblée générale est ouverte à 15h dans le salon
de la Bibliothèque. Le président présente ses vœux et remercie Bruno Blasselle et
la Bibliothèque de l’Arsenal pour l’accueil réservé à l’Association. En réponse aux
remerciements du Président, Bruno Blasselle prononce quelques paroles de bienvenue,
nous présente ses meilleurs vœux et se félicite de la préparation d’une exposition
Oulipo à la Bibliothèque de l’Arsenal. L’ordre du jour proposé sur la convocation
est ensuite adopté sans modification.
1. Raoul Delemazure, secrétaire général, présente le rapport administratif et
moral
Secrétariat
Je tiens d’abord à remercier Jean-Luc Joly qui, bien que récemment promu président, continue
à assurer les permanences, et ce sans aucun passe-droit, en alternance avec moi-même, ce
qui est une aide précieuse. Je tiens également à remercier Paulette Perec et Danielle
Constantin pour leur aide précieuse et leur présence chaleureuse dans les locaux de
l’Association tout au long de l’année.
Entre le 10 janvier et le 19 décembre 2013 ont été assurées 46 permanences du jeudi aprèsmidi, dont 5 rendez-vous exceptionnels accordés à des visiteurs de passage, soit trois de
moins que l’an passé, au cours desquelles nous avons accueilli 79
visiteurs, soit trois de plus que l’an passé. Ce qui fait une moyenne de 1,7 visiteur (contre
1, 55) par permanence. Nous n’avons eu qu’une seule permanence blanche, sans aucun
visiteur, ce qui tombait très bien puisque Jean-Luc et moi-même, un temps stakhanovistes
du timbre et du tampon, en avons profité pour envoyer les bulletins.
Afin de rendre compte de ce qu’est le quotidien de notre association, voilà ce que nous faisons
le jeudi après-midi lors des permanences : nous répondons au téléphone, nous répondons au
courrier postal et surtout électronique, qu’il concerne des demandes faites par des chercheurs
ou des sollicitations plus saugrenues, comme celle de l’administration fiscale à qui il a fallu
bien du temps et des échanges pour admettre que non, nous ne possédions pas de biens
immobiliers à Asnières. Nous collectons les cotisations et les dons de nos membres et nous
envoyons le bulletin, nous nous maintenons en relation avec les ayants-droit. Nous enregistrons
et cataloguons livres, thèses, mémoires, articles, coupures de presse et autres documents ou
objets en lien avec Perec. Nous assurons la vente, et même l’expédition, de publications
perecquiennes, parfois épuisées, comme ces exemplaires des Cahiers Georges Perec n° 2,
retrouvés dans des cartons à l’Université Paris Diderot, lors du changement de direction de la
revue Textuel. Nous recevons les chercheurs, nous discutons avec eux, nous les aidons dans
la consultation de nos différents fonds, mais nous renseignons aussi des artistes, des traducteurs,
des éditeurs ou des amateurs plus ou moins éclairés.
En ce qui concerne la recherche perecquienne, nous avons reçu cette année presque deux
fois plus de chercheurs internationaux que de Français. Le Brésil a, pour la première fois,
dépassé l’Italie en nombre de visites, devançant sur le podium les chercheurs japonais.
Leurs trois champions, Daniel de Paula, Cristina Forte et Yu Maeyama, ont été présents à
plus d’une permanence sur deux. Mais nous avons également reçu des chercheurs ukrainiens,
espagnols, allemands, néerlandais, belges, iraniens et enfin coréens, puisque Won Jae Lee,
l’ancien secrétaire adjoint de l’AGP est venu, quinze ans plus tard, lors d’une visite
expresse, déposer son mémoire de DEA. L’œuvre de Perec la plus étudiée reste La
Disparition, notamment pour des études de traductologie, en concurrence néanmoins cette
année avec tout ce qui concerne l’espace et l’infra-ordinaire.
En plus de notre travail d’aide à la recherche, nous avons peu ou prou contribué en 2013 :
- à l’organisation d’un mardi littéraire du Café de la Mairie, le 15 janvier dernier, animé par
Jean-Lou Guérin
- à un projet d’édition numérique de L’Augmentation
- au projet de mise en scène de W ou le souvenir d’enfance par Marie Guyonnet pour le
Théâtre de la Boderie, dont un extrait a été joué jeudi 16 janvier lors des Jeudis de l’Oulipo
au grand auditorium de la BNF
Bulletin n°64 Juin 2014 p.20
Association Georges Perec
- à l’organisation d’une table ronde sur les ateliers d’écriture à Montmorillon
- à la préparation de la prochaine exposition Oulipo à la Bibliothèque de l’Arsenal
- à divers travaux de plasticiens dont ceux de Christl Lidl, qui travaille notamment sur les
index de La Vie mode d’emploi, de Maud Caeiro, qui a effectué un travail graphique et
photographique autour de La Vie mode d’emploi, et ceux de Daniel de Paula, qui a produit
une œuvre originale pour les Cahiers Georges Perec n°12 et qui a réalisé une exposition
dans son atelier à la Cité internationale des arts le 26 juin dernier.
Enfin, j’ai le plaisir de vous informer que dans le cadre d’un échange avec le Fonds Roland
Barthes, nous allons obtenir, grâce à Éric Marty, une copie des lettres que Perec avait envoyées
à Roland Barthes, ou plutôt une copie de la lettre (car il semblerait que Roland Barthes n’en ait
gardé qu’une seule).
Publications
Elles ont été moins nombreuses que l’année dernière, année de parution du Condottière et
du trentenaire de la disparition de Georges Perec, mais on peut tout de même signaler :
- La publication au Seuil du volume Le Voyage d’hiver & ses suites, qui rassemble, en plus
de la nouvelle de Perec, toutes les suites imaginées par les Oulipiens
- l’existence d’un numéro de La Revue des Belles-Lettres, daté de janvier 2013 et consacré
à Henri Thomas qui publie un compte rendu inédit de Georges Perec du roman John Perkins
d’Henri Thomas
- la publication numérique des Choses, avec des animations graphiques, de la musique, des
jeux typographiques.
Enfin de nombreuses traductions, notamment celles du Condottière, en plusieurs langues, et
celle, en anglais, de La Boutique obscure, par l’oulipien Daniel Levin Becker.
Cahiers Georges Perec
Le Cahier n°12, intitulé Espèces d’espaces perecquiens, sous la direction de Jean-Luc Joly,
de Christelle Reggiani et de Danielle Constantin, est prêt et n’attend plus que la subvention
du CNL. Il est prévu pour le dernier trimestre 2014.
En projet pour les prochains numéros :
- un volume sur la traduction dirigé par Éric Beaumatin et Maria-Eduarda Keating
- un volume intitulé Perecollages 2 en hommage à Bernard Magné et rassemblant ses
principaux articles parus ultérieurement à Perecollages, sous la direction de Véronique
Montémont
- un volume sur la radio projeté par Hans Hartje
- enfin un volume consacré aux filiations perecquiennes étrangères, dirigé par Jean-Luc
Joly, Danielle Constantin et moi-même, dans la lignée du Cahiers Georges Perec n°11, dirigé
par Maryline Heck, consacré aux filiations perecquiennes françaises.
Éric Beaumatin et Cécile de Bary ont entrepris une réflexion pour doter les Cahiers d’un
comité scientifique, d’un comité exécutif et d’un comité de lecture afin de garantir à cette
publication une plus grande légitimé scientifique et une plus grande visibilité, notamment
à l’étranger.
Nous avions décidé, il y a déjà deux ans, d’envoyer aux principales institutions
susceptibles d’être intéressées, en particulier aux Bibliothèques Universitaires, un courrier
signalant l’existence de notre publication et recommandant d’effectuer un abonnement permanent
auprès du Castor Astral, mais faute de temps, nous n’avons pas vraiment commencé.
L’année dernière Marie Bonnot s’était proposé, mais n’a pas eu davantage de temps libre que
nous. Nous cherchons toujours un volontaire susceptible de s’investir dans cette tâche fastidieuse
mais utile.
Manifestations, séminaire, bulletin
Le 12 janvier 2013, une soirée d’hommage à Bernard Magné organisée par Corinne Dupuy
avec l’aide d’Élisabeth Girard-Léthier s’est tenu à la galerie du CROUS, 11 rue des BeauxArts (Paris VIe).
Le 15 janvier 2013, Jean-Lou Guérin a consacré à Perec le mardi littéraire du Café de la
Mairie.
Le 20 avril s’est déroulée à l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle la 15e journée Queneau sur
le thème « Queneau / Perec / Roubaud ».
Du 7 novembre au 18 décembre 2013 s’est tenue à Muret une exposition Perecofil.
À venir : le 28 mars Simon Morris organise une journée d’étude consacrée à Perec à
l’Université de Teeside (dans le Nord de l’Angleterre) consacrée à une approche transdisciplinaire,
en particulier artistique, des travaux de Perec sur l’espace; y participeront notamment
Mireille Ribière et Danielle Constantin. Un libraire dans le XXe arrondissement, ami de
Françoise Granger, souhaite organiser au printemps 2014 une promenade Georges Perec dans
Paris, avec des lectures. Enfin, le Théâtre de la Boderie, dirigé par Marie Guyonnet, prépare une
adaptation au théâtre de W ou le souvenir d’enfance.
er
Le séminaire Perec 2013, organisé par Christelle Reggiani, s’est déroulé le 1 juin à LilleIII. Certaines des communications prononcées à cette occasion sont disponibles en ligne sur le
site de l’AGP, dans la rubrique Le Cabinet d’amateur. À partir de cette année, le séminaire
revient à Paris, et se tiendra en Sorbonne (nous sommes montés en grade), toujours organisé
par Christelle Reggiani, le 31 mai 2014.
De plus, nous avons avec Jean-Luc Joly le projet d’un deuxième rendez-vous annuel, en plus
du séminaire Georges Perec, qui serait organisé par l’Association Georges Perec, peut-être à
l’automne, si possible à l’Arsenal. Ce rendez-vous se voudrait sur le modèle de la soirée du
trentenaire de l’Association Georges Perec, mais en plus modeste. Il s’agirait d’une table
ronde ou d’une performance, ou peut-être les deux articulées entre elles, ouverte au grand
public, qui permettrait à la fois de se réunir et d’offrir une vitrine à l’AGP : ce rendez-vous
se voudrait un lieu non de recherche universitaire, mais un lieu de discussion et de présentation
de travaux autour de Perec : expositions de plasticiens, concerts, performances, etc., dont le
format reste évidemment à déterminer.
Le Bulletin de l’Association Georges Perec a encore connu deux livraisons cette année, assurées
par Philippe Didion pour le secrétariat de rédaction et Rachel Easterman-Ulmann pour la
mise en page. Qu’ils soient ici, une nouvelle fois, chaleureusement remerciés et félicités. Je
rappelle que tous les bulletins, sauf le dernier en date, sont consultables en ligne sur le site
de l’Association.
Site de l’AGP
Il faut encore une fois remercier Danielle Constantin pour tout le travail qu’elle effectue pour
animer à la fois le site de l’AGP et la liste de diffusion Georges Perec. Je lui laisse le soin
d’en dire quelques mots.
Bulletin n°64 Juin 2014 p.22
Association Georges Perec
Ce rapport est adopté à l’unanimité.
2. Danielle Constantin, trésorière, présente le rapport financier.
Voir le tableau du Bilan financier pour l’année 2013.
En 2013, notre situation financière est demeurée saine, le montant de nos revenus ayant
dépassé celui de nos dépenses.
Les revenus générés par les cotisations et les dons sont toujours notre principale ressource
financière, auxquels se sont ajoutés les revenus de la cession de publications à nos membres, des
produits du Livret A et de la location de l’exposition photographique « Visages de Georges
Perec ». Quatre-vingt-douze membres ont payé leur cotisation, soit deux de moins que l’année
précédente. Qu’ils en soient tous chaleureusement remerciés. Nos membres demeurent
notre plus grande richesse. S’il est bien de maintenir le nombre de nos membres, il serait
évidemment souhaitable de l’augmenter. Nous continuons donc à viser le nombre magique de
quatre-vingt-dix-neuf (cent moins un si on tient compte du clinamen).
Nous avons encouru les dépenses habituelles que sont les frais de banque, l’achat de publications,
les frais d’impression et d’envoi pour deux bulletins (les numéros 62 et 63), l’achat de
dosettes de café et de cadeaux pour remercier nos bénévoles (Raoul Delemazure, Philippe
Didion, Rachel Easterman-Ulmann), les frais de maintenance de notre site web de même que
ceux de location du serveur qui l’héberge. Je rappelle que nous avions souscrit en 2012 une
assurance qui couvre notre responsabilité civile et une partie de notre matériel : la prime
annuelle est maintenant une dépense récurrente. Parmi les dépenses extraordinaires : nous
avons dû remplacer notre imprimante, défrayé en 2013 certaines dépenses encourues en
2012 lors des célébrations du trentenaire de l’AGP et réglé les frais pour la publication
d’une annonce dans Le Monde lors du décès de Bernard Magné.
Les avoirs de l’Association totalisent maintenant 13 032, 01. Ce montant, en plus de nous
permettre de rencontrer les dépenses ordinaires pour le bon fonctionnement de l’AGP, nous
permet d’envisager de nouveaux projets pour les années à venir, notamment de mettre à
niveau notre parc informatique, de mettre en ligne nos fichiers documentaires et d’organiser
divers évènements culturels.
À propos du site de l’AGP, je rappelle qu’il a maintenant plus de trois ans. Depuis son lancement,
en mai 2010, il a reçu plus de 30 000 visites, une moyenne d’un peu plus de trente visites
quotidiennes. Le contenu continue à s’enrichir : plus de dix articles ont été ajoutés au
Cabinet d’amateur au cours de l’année 2013. Florent di Bartolo est toujours responsable de
la maintenance technique alors que je remplis bénévolement les fonctions de Webmestre, qui
consistent principalement à mettre à jour le contenu des différentes rubriques.
Ce rapport financier et le compte-rendu de cette Assemblée générale seront envoyés à notre
banque.
3. Discussion
Marcel Bénabou revient sur le prochain numéro des Cahiers Georges Perec et sur les nouvelles
méthodes de travail du Castor Astral : Jean-Luc Joly précise que celui qui dirige la publication
d’un des numéros des Cahiers doit désormais présenter au Castor Astral des fichiers Word
harmonisés, avec un ficher de notes à part.
Danielle Constantin revient sur le contenu de ce prochain numéro. Rachel EastermanUlmann propose son aide pour envoyer aux différentes Bibliothèques Universitaires une
lettre les invitant à faire une demande d’abonnement permanent aux Cahiers Georges
Perec auprès du Castor Astral.
Élisabeth Girard-Léthier annonce qu’à la fin de l’année 2014 il y aura une exposition Perecofil
à la galerie du CROUS.
Jean-Luc Joly revient sur l’idée d’organiser un deuxième rendez-vous perecquien annuel,
qui à la différence du séminaire Georges Perec, ne soit pas un rendez-vous universitaire,
mais un événement davantage grand public. Mireille Ribière, Marcel Bénabou, Jean-Luc
Joly, Rachel Easterman-Ulmann, Élisabeth Girard-Léthier proposent chacun qui un nom
d’intervenant possible, qui un lieu qui pourrait accueillir cet événement.
Marcel Bénabou rappelle le projet de relier les Bulletins de l’Association Georges Perec,
Bruno Blasselle nous apprend que cela est sur le point d’être fait.
À la question de Rachel Easterman-Ulmann qui cherche à savoir si l’INA prépare un
deuxième volume au DVD Georges Perec vol. 1, Jean-Luc Joly rappelle qu’avec l’aide de
Paulette Perec ils ont réalisé un début d’archivage des documents audiovisuels. Mireille Ribière
annonce qu’un volume des entretiens et conférences de Perec à la radio et à la télévision est
toujours en projet mais que se posent les problèmes de la transcription et des droits. Bruno
Blasselle propose de nous mettre en contact avec des responsables de l’INA. À ce propos,
Sylvia Richardson rappelle qu’il serait urgent de numériser les documents audiovisuels que
nous possédons, parfois sur des supports hors d’usage, et qui risquent de se détériorer.
Mireille Ribière signale l’existence d’un entretien à la radio sarroise entre Georges Perec
et Eugen Helmlé qu’il faudrait retrouver, de même que celle d’une bande vidéo d’une
conférence enregistrée au Danemark, dont nous n’avons qu’une copie d’une piètre qualité.
4. Renouvellement statutaire de la moitié sortante du Conseil d’Administration
Les membres sortant cette année sont : Eric Beaumatin, Marcel Bénabou, Danielle
Constantin, Cécile de Bary, Hans Hartje, Sylvia Richardson.
Tous sont candidats au renouvellement. Mireille Ribière est candidate au poste de Christian
Ramette, qui ne souhaitait pas se présenter à nouveau.
Tous les candidats sont élus à l’unanimité.
Composition du nouveau CA : Eric Beaumatin, Marcel Bénabou, Danielle Constantin,
Cécile de Bary, Hans Hartje, Sylvia Richardson, Mireille Ribière, Marie Bonnot, Claude
Burgelin, Raoul Delemazure, Philippe Didion, Jean-Luc Joly, Paulette Perec, Christelle
Reggiani.
Le nouveau CA se retire pour procéder à l’élection du bureau.
Il est constitué de : Jean-Luc Joly (président), Raoul Delemazure (secrétaire général), Danielle
Constantin (trésorière).
Bulletin n°64 Juin 2014 p.24
Association Georges Perec
Bilan financier
Bilan 31-12-2013
Reliquat de l’exercice 2012
11 698,73
RECETTES 2013
Cotisations et dons
Cession de publication aux membres AGP
Produits du Livret A
Location de l’expo « Visages de George Perec »
2 745,00
112,00
188,32
300,00
Total
3 345,32
Reliquat 2013 + Recettes 2013
15 044,05
DEPENSES 2013
Achats de publications
Cadeaux pour les bénévoles
Reprographie, papeterie, bulletin
Timbrage Equipement informatique
Maintenance annuelle site web
Location du serveur Assurance
Frais de banque
Célébrations du trentenaire de l’AGP
Annonce dans Le Monde - Décès Bernard Magné
Dosettes pour café
Total
Reliquat 2012 + Recettes 2013 - Dépenses 2013
158,99
250,00
565,80
197,21
39,90
235,00
28,56
152,60
100,00
120,00
112,48
51,50
2 012,04
13 032,01
Solde au 31 décembre 2013
Compte courant
Livret A
12 104,90
927,90
Total
13 032,80
Publications en vente
L’Association Georges Perec tient à la disposition de ses membres les ouvrages suivants :
Cahiers Georges Perec
Le Cabinet d’amateur
n° 2 :
20 €
n° 1 :
10 €
n° 3 :
05 €
n° 2 :
10 €
n° 9 :
20 €
n° 3 :
10 €
n° 10 :
22 €
n° 11 :
20 €
Georges Perec : Un petit peu plus de quatre mille poèmes en prose pour Fabrizio Clerici : 20 €
Bianca Lamblin : Lecture critique de la biographie de David Bellos : 9 €
De Perec etc., derechef. Mélanges offerts à Bernard Magné : 20 €
Bernard Magné : Perecollages : 5 €
Manet Van Montfrans : Georges Perec. La contrainte du réel : 23 €
Ecrire l’énigme. Actes du colloque de la Sorbonne : 25 €
L’Œuvre de Georges Perec : réception et mythisation. Actes du colloque de Rabat : 5 €
Europe, numéro 993-994, Georges Perec : 18 €
Renouvellement des cotisations pour 2014
20 € pour les étudiants et 30 € pour les autres.
Nous vous serons très reconnaissants de nous payer par chèque le plus souvent possible, et d’éviter absolument
les mandats et les eurochèques. Vous pouvez cependant utiliser le virement, en nous envoyant en même temps
un courrier (postal ou électronique). Pour les virements, nous vous rappelons les coordonnées de notre compte.
_______________
Caisse d’Epargne
Guichet du 30, rue Saint-Antoine, 75004 Paris
C/étab
C/guichet
17515
90000
N/compte
04514866010
C/rice
75
Domiciliation CE ILE DE FRANCE PARIS
___________________________________
COTISATION 2014
NOM :...............................................................................................................
Prénom :..........................................................................................................
Profession :......................................................................................................
Adresse (en cas de changement) :
...........................................................................................................
...........................................................................................................
...........................................................................................................
Numéro de téléphone :....................................................................
Courriel : ....................................................….………….......................
Bulletin n°64 Juin 2014 p.26
L'Association Georges Perec tient une permanence à son siège
le jeudi après-midi de 13h à 16h.
sauf les jours fériés et durant le mois d’août.
Publication interne de l'Association Georges Perec
ISSN 0758 3753
Tirage à 180 exemplaires
Juin 2014
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising