En communion - Diocèse de Nicolet

En communion - Diocèse de Nicolet
Février 2014
o
Vol. 27, n 4
Diocèse catholique de Nicolet – Bulletin électronique d’information
Le bulletin diocésain d’information, nouvelle génération, que l’on ne garde pas pour soi :
on le transfère, on l’imprime, on le partage, on le propage!
MOT DE LA RÉDACTION
Un jour à la « foi »
Luc Benoit, responsable des communications
Bon an, mal an, le mois de février est celui où il se passe le moins de
choses dans nos paroisses et notre diocèse : il ne compte que 28
jours!
Contenu
e
Février est le mois de la journée mondiale de la vie consacrée. Ce 3
numéro du bulletin En communion, maintenant devenu mensuel, en
fait le sujet de son dossier principal.
Février 2014 est aussi le mois du colloque « De nouvelles routes
pour notre Église », du lancement du carême, de la présentation
tant attendue aux Assemblées de fabrique du rapport sur le financement de nos paroisses, de l’inauguration des nouvelles paroisses
Saint-Jean-Paul II et Bienheureux-François-de-Laval, de la poursuite
de notre réflexion collective sur le sacrement du pardon, de la
quatrième et dernière journée de formation «Être catéchète »,
formation tellement appréciée que les participantes et participants
ont demandé « un rappel ». En communion n’arrive pas à rendre
compte de tout ce que l’Esprit accomplit. Comment le pourrait-il?
Prenons une pause, respirons un peu, soyons zens... Ne perdons pas
de vue l’essentiel.
Un jour, un vieillard s’approcha de Mère Teresa et lui dit : « Répètele de nouveau! Cela me fait tellement de bien! J’ai toujours pensé
que personne ne nous aimait, c’est vraiment merveilleux de savoir
que Dieu nous aime! Dis-le, dis-le encore! »
Au fil des pages de ce numéro, vous découvrirez comment des gens
de chez nous parlent de l’Amour de Dieu et prennent la vie un jour à
la « foi » : certaines et certains par le témoignage éclatant de leur
vie consacrée, d’autres par leur dévouement dans une Assemblée
de fabrique, d’autres encore par leur engagement missionnaire
auprès des enfants handicapés, d’autres enfin, par… Voyez plutôt
par vous-même.
Pleins feux sur
Billet de l’évêque
2
Lancement du carême 2014
3
La grande séduction
4
La vie consacrée aujourd’hui
5
L’âme « sœur »
6
Les instituts séculiers
7-8
La communauté diaconale
8
Ma mission chez les pauvres
9-10
Agenda de l’évêque
10
Des confirmands allumés
11
Sur les bancs d’école
12-13
Paroisse Saint-Jean-Paul II
14-15
Paroisse Bx-François-de-Laval
16-17
Journée des femmes
17
Neuf femmes de la Bible
18
Bâtir l’unité entre nous
18
Mission accomplie!
19
Du chocolat équitable
19
La nullité de mariage
20
S’ABONNER AU BULLETIN
ÉLECTRONIQUE EN COMMUNION
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
___________________________________________________________________________________________________________
BILLET DE L’ÉVÊQUE
Le carême, un temps d’enracinement
Mgr André Gazaille
La vie chrétienne, depuis plusieurs années, ne ressemble guère à un long fleuve tranquille. Nous avons
souvent l’impression de naviguer en pleine tempête.
« Ça brasse » dans le monde et nous découvrons avec
étonnement que, dans certains pays, vivre sa foi peut
mener à la persécution.
l’intérieur afin de devenir pour nous lumière, guide,
roc inébranlable.
« Ca brasse » aussi chez nous (débat sur la laïcité, sur
l’euthanasie) et nous découvrons de plus en plus que
notre société, autrefois unanimement chrétienne est
aujourd’hui traversée par toutes sortes de courants au
point de nous retrouver en pleine terre de mission.
Pour croire aujourd’hui, vaut mieux avoir des racines
profondes et solides sinon nous risquons d’être emportés dans toutes sortes de directions.
C’est ce à quoi nous invite le carême chaque année :
développer nos racines. À nouveau l’appel du Seigneur
va se faire entendre par le prophète Joël, le mercredi
des Cendres : « Revenez à moi de tout votre cœur.
Déchirez vos cœurs et revenez au Seigneur votre Dieu,
car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et
plein d’amour. » (Joël 2, 12) Un appel non pas d’abord
à se centrer sur nous-mêmes, mais plutôt une
invitation à se centrer sur lui, à nous laisser enraciner
en lui et par lui.
Le carême : un temps pour faire des racines
Le carême c’est d’abord un temps de grâce, un temps
où Dieu agit comme nous le rappelle saint Paul : « Nous
vous invitons à ne pas laisser sans effet la grâce reçue
de Dieu. Or c’est maintenant le temps favorable, c’est
maintenant le jour du salut. » (2 Cor, 6, 2)
C’est le travail de l’Esprit Saint sur lequel nous
n’avons aucun contrôle mais auquel nous devons
consentir. Un travail qui, la plupart du temps, se fait
silencieusement au cœur de notre vie mais qui parfois
nous atteint en plein cœur.
Un temps pour nous laisser enraciner dans la Parole
comme le Christ lui-même l’a été. Enracinement qui
lui a permis de choisir le chemin de vie que lui proposait son Père et de refuser les chemins d’illusions
vers lesquels le tentateur voulait l’attirer.
C’est cela faire des racines. Nous devons y travailler
sans cesse, mais le carême est un temps pour y
consentir davantage et permettre à la Parole de Dieu
de faire de plus en plus son nid dans notre cœur, dans
notre vie. C’est alors qu’elle peut faire de nous de
véritables disciples du Christ, des témoins de son
amour, de véritables passeurs d’espérance capables
de voir et de révéler la présence et l’action du
Seigneur dans le monde d’aujourd’hui. Bon carême à
toutes et à tous.
Un temps pour faire des racines et pour cela accepter
d’être en contact avec la Parole de Dieu, celle qui
nous est donnée à chaque messe dominicale, celle
que nous pouvons lire personnellement dans la Bible,
celle que nous pouvons décider de partager dans des
« Maisonnées d’Évangile » ou autres groupes de
partage évangélique. Parole que nous refusons de
fuir pour au contraire y plonger nos racines. Parole
qui, pour nous habiter, doit passer de l’extérieur à
_______________________________________________________ 2 _________________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
___________________________________________________________________________________________________________
CARÊME 2014 : DU 5 MARS AU 19 AVRIL
S’enraciner : mode d’emploi
Luc Benoit, responsable des communications
Imperceptiblement, les racines assurent la
vitalité, la solidité et la pérennité d’un plant,
d’un arbuste ou d’un arbre. À l’occasion du carême 2014, interrogeons-nous sur notre enracinement comme personnes baptisées et comme
communautés. Quelles sont les racines qui nous
font vivre?
Le 3 février 2014, à Sainte-Eulalie, la dynamique
équipe responsable de la liturgie dans le diocèse
de Nicolet a « chauffé les troupes à blanc » pour
vivre ce précieux temps de conversion qu’est le
carême.
L’équipe de liturgie a proposé divers aménagements liturgiques pour animer le carême
2014 : un visuel dont la vérité n’a d’égal que la
simplicité, un dessin symbolique solidement
enraciné, des gestes significatifs à poser à
différents moments des célébrations.
Mgr
Gazaille et le service de liturgie ont produit des
pistes d’homélie faisant un lien entre les textes de
chaque dimanche du carême et le sacrement du
pardon. Un répertoire de 8 chants judicieusement
choisis est suggéré pour assaisonner le carême, la
Semaine sainte et le Temps pascal. Nous avons eu
le bonheur de les répéter ensemble pour nous en
imprégner. Une manne descendue du ciel!
Le diacre Jean-Denis Lampron (responsable
diocésain de Développement et Paix depuis… la
fondation du diocèse en 1852!) nous a sensibilisés à la solidarité avec les pauvres et aux moyens
à notre disposition pour vivre le carême de
partage 2014. « C’est bien d’avoir de belles
liturgies, a-t-il dit, mais une personne sur huit a
faim dans le monde. » Idéalement, chacune de
nos 26 paroisses devrait avoir une ou un responsable de Développement et Paix.
L’équipe diocésaine des G.O. (Gentils Organisateurs)
de la liturgie : les abbés Jean-Luc Blanchette et Luc Lafond,
Mme Marijke Desmet, Sr Mirielle Pellerin, Mme Louisette Garand
Nous avons d’abord pris le temps d’écouter, puis
de partager, à partir des récits bibliques de la
création et des tentations de Jésus au désert. En
quoi ces deux récits éclairent notre entrée en
carême, comme personne mais aussi comme
Église? Dans l’intériorité et le respect mutuel,
nous avons mis en commun nos questions et nos
réflexions.
L’abbé Jean-Luc Blanchette, curé de Saint-Nicéphore, nous a amenés à prendre conscience de la
richesse de la prière eucharistique dans notre
vécu de croyante ou de croyant. Cosmique, la
prière eucharistique a une portée sociale radicale :
« Nous prions pour l’Église entière, avec les défis
qu’elle relève chaque jour partout dans le
monde. » Développer ce qu’il appelle « une
spiritualité eucharistique » nous permet de prier
de façon enracinée dans la Parole de Dieu.
Cerise sur le sundae, le lancement s’est terminé
par des propositions concrètes d’aménagements
liturgiques pour Pâques et le Temps pascal.
Chaque époque doit réinventer sa façon de dire
« Voici la lumière du Christ ».
_______________________________________________________ 3 _________________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
___________________________________________________________________________________________________________
2 FÉVRIER - JOURNÉE MONDIALE DE LA VIE CONSACRÉE
La grande séduction
Luc Benoit, responsable des communications
« Tu m’as séduit Seigneur, et je me suis laissé
séduire. » (Jr 20, 7) Dans le cadre de la journée
mondiale de la vie consacrée, des personnes
consacrées de Drummondville ont participé à
une célébration eucharistique présidée par Mgr
André Gazaille en la chapelle de la Maison
Marie-Reine-des-Cœurs de Drummondville.
Grâce au témoignage lumineux des personnes
consacrées, nous pouvons percevoir ce qui nous
attend : « une vie de totale communion que
nous vivrons un jour avec le Seigneur ».
Avec d’autres qui vivent le même appel, les
personnes consacrées, loin de fuir le monde, s’y
engagent.
Chez nous, elles et ils ont marqué au moins six
domaines de notre vie sociale : l’éducation, la
santé, les loisirs, les arts, les services sociaux et
la pastorale paroissiale. « À travers ce qu’ils
font, on peut percevoir Celui qui les fait vivre ».
Personnes consacrées avec Mgr Gazaille – 2014-02-04
Pour Mgr Gazaille, le choix de la vie consacrée
détonne aujourd’hui dans un monde marqué par
l’hédonisme, la consommation, l’autonomie et
l’indépendance. « Pourquoi ainsi tout quitter et
suivre le Seigneur sur le chemin exigeant de la
chasteté, de la pauvreté et de l’obéissance? »
Leur témoignage est essentiel à l’heure où
l’Esprit nous appelle à une nouvelle évangélisation. Plus que des techniques ou des façons
de faire, la nouvelle évangélisation nous invite à
un retour à la vie intérieure.
« C’est précisément ce que les personnes
consacrées ont vécu toute leur vie » de conclure
Mgr Gazaille en invitant les gens présents à prier
pour que l’Esprit suscite de nouvelles vocations
si nécessaires à notre Église d’aujourd’hui.
COMMUNAUTÉS RELIGIEUSES ET INSTITUTS SÉCULIERS PRÉSENTS DANS NOTRE DIOCÈSE
Sœurs de l’Assomption de la Sainte Vierge
Sœurs Grises de Montréal
Sœurs Hospitalières de Saint-Joseph
Sœurs de Sainte-Jeanne d’Arc
Sœurs de la Présentation de Marie
Oblates Missionnaires de Marie Immaculée
Frères de la Charité
Frères Maristes
Frères du Sacré-Cœur
Pères Montfortains
Pères Clarétains
Membres de Voluntas Dei
Membres de l’Institut Pie X
_______________________________________________________ 4 _________________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
____________________________________________________________________________________________________________
2 FÉVRIER – JOURNÉE MONDIALE DE LA VIE CONSACRÉE
Vie consacrée aujourd’hui… pourquoi pas!
Sr Lise Vallée, sasv
L’appel à la vie consacrée est lancé à différentes
personnes et cela même sans qu’elles ne l’aient
recherché : fondateurs, fondatrices de nombreuses congrégations, vies cachées et données, et
cela jusqu’à vous et moi. Et pourquoi pas?
Parce que cet appel vient d’un Autre, qui agit
quand Il veut, où Il veut et comme Il
veut : « Viens et suis-moi », il peut parfaitement
continuer à se faire entendre durant des siècles
et des siècles. C’est ainsi que je me retrouve avec
un groupe de sœurs qui continuent à vivre à plein
leur engagement et cela jusqu’au bout. Oui
vraiment, je dis bien « jusqu’au bout », car dans
cet appel il y a quelque chose de dynamisant et
d’attrayant qui projette dans un engagement
fécond, fidèle et aimant.
Je vous assure que pour cela, il n’est pas d’âge.
Que ce soit de vingt à cent ans (pour les plus
vigoureuses), les femmes consacrées ne veulent
pas d’une vie à peu près. Elles la veulent féconde
et aimante jusqu’à « la dernière goutte ». N’estce pas le désir qui est au cœur de toute personne
humaine : aimer et se laisser aimer; se donner;
rendre le bonheur visible, révéler l’Amour sous
toutes ses formes?..
Dans son engagement, oui je dis bien engagement, car n’allons pas penser que parce que
l’âge avance, que les facultés diminuent, il y a
manque d’engagement. Engagement ne rime pas
avec âge avancé, fragilité, célibat (dans la
mentalité actuelle). À cause de cela, la vie
religieuse sera toujours à contre-courant.
De même, engagement ne rime pas nécessairement avec activité. Bravo quand il est fécond
et aimant dans les années de pleine autonomie.
Mais comme j’admire cet engagement quand il
est une continuité dans l’accueil de la maladie, de
la souffrance, d’une vieillesse heureuse et
combien plus dans une vie de prière féconde
pour les proches et plus encore pour l’humanité
en besoin.
Dans ma Congrégation, je lis dans notre livre de
vie : « La densité contemplative de leur vie
constitue pour les sœurs le premier service
ecclésial et la force de leur engagement.»
Sr Lise Vallée, sasv, 34 ans missionnaire au Brésil
Et cela est à la portée de tous et toutes. Nous y
voilà. Une vie de prière qui est toujours allée
puiser à la Source de la Parole et de l’Eucharistie.
C’est ainsi qu’aujourd’hui nombre de personnes
consacrées sont les paratonnerres de ce monde
en mutation, en recherche de sens à la vie et
même, de vie tout court. Elles sont cette petite
flamme que le monde cherche éperdument à
raviver. Oh oui, comme les pensées et l’agir de
Dieu sont différents des nôtres. Et heureusement!
Croire aujourd’hui à mon bonheur et à ma
fécondité dans le monde, m’amène également à
croire que cette même semence continue à se
poser dans des cœurs réceptifs, ouverts.
Pourquoi pas? Puisque ce n’est pas moi, ni vous
qui allons déposer cette semence. Cet appel
s’incarnera toujours en des cœurs, ceux d’hier,
d’aujourd’hui et de demain. Vie consacrée
aujourd’hui… J’y crois et je l’aime.
_______________________________________________________ 5 _________________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
___________________________________________________________________________________________________________
2 FEVRIER – JOURNEE MONDIALE DE LA VIE CONSACREE
L’âme « sœur »
Sr Sylvie Gagné, sasv
Démodée?
Au Québec pour certaines générations, l’expression vie religieuse a toutes sortes de
connotations négatives. « Es-tu une religieuse? » Quand j’entends cette question, j’ai
encore parfois la tentation de répondre non ou
d’hésiter avant de répondre, car je me demande
alors ce que la personne met sous l’expression. Il
est arrivé que des gens me demandent si je
devais demander la permission pour ceci ou cela,
comment je faisais pour être dans un moule,
comment je pouvais renoncer à la vie en couple
et autres. Mon Dieu! Tout ceci est contraire à ma
manière de voir la vie religieuse. L’Esprit Saint
inspire toutes sortes de manières nouvelles de
vivre aujourd’hui.
Le Baptême en action
Pour faire une certaine analogie, en fait, tout
commence avec « La Voix » : celle du Christ. On
veut être dans son équipe. Il nous attire à lui
d’abord, puis à un style de vie ensuite. La vie
consacrée et la vie religieuse sont une réponse
d’actualisation du baptême. C’est une mise en
actes du baptême. L’amour de notre cœur veut
se donner. Il nous appartient de découvrir la
meilleure manière pour nous de le faire. C’est
une question de modalité, de manière de vivre le
baptême.
Une réponse
« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, dit Jésus,
c’est moi qui vous ai choisis. » (Jn 15, 16) On ne
se donne pas un appel, on le reçoit. Je n’étais pas
attirée par la forme de vie religieuse, mais par la
vie consacrée de manière générale. En fait, ma
vie de célibataire cherchait un ancrage, une
manière de se vivre, une couleur familiale à
laquelle appartenir. L’appel s’inscrit dans ce que
nous sommes profondément. La réponse n’est
pas une fuite, un détour, une manière d’être
quelqu’un d’autre! L’appel est une correspon-
dance parfaite et une affinité avec ce
qu’on porte déjà en soi de talents, de valeurs, de
désirs d’engagement. C’est comme trouver l’âme
sœur!
Sylvie Gagné, Sœur de l’Assomption de la Sainte Vierge
Et les vœux dans tout ça?
Les vœux sont une autre manière de ressembler
au Christ concrètement : le Christ chaste et
disponible, pauvre et obéissant à son Père. C’est
une réponse libre, un goût de vivre intensément
la foi et une manière de vivre le quotidien avec
l’aide de l’Esprit :



Pauvreté : être libre des biens matériels
(simplicité volontaire)
Obéissance : être libre du besoin du pouvoir
(partage des responsabilités)
Célibat consacré - Chasteté : être libre de
dépendances et mature psychologiquement
(disponibilité du service)
Le Seigneur nous veut heureuses et heureux et
il nous guide vers des personnes qui peuvent
nous aider à le devenir. La communauté
représente alors pour nous, pour moi, l’Église
qui m’appelle à aimer, à pardonner, à vivre du
Christ dans le monde. « Demeurez en mon
amour » dit Jésus. (Jn 15, 4) C’est le secret de la
fidélité à l’appel. Merci Seigneur de continuer de
me conduire.
_______________________________________________________ 6 _________________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
___________________________________________________________________________________________________________
2 FÉVRIER – JOURNÉE MONDIALE DE LA VIE CONSACRÉE
Les instituts séculiers : un don de l’Esprit à notre temps
Réjeanne Allard et Paulette Chénard, ommi
À ses apôtres qu’il envoyait annoncer l’Évangile
et faire des disciples, le Christ promettait l’Esprit
Saint. Cette promesse ne cesse de s’actualiser
dans la vie de l’Église par une diversité de dons
et de charismes, porteurs d’autant de richesses
spirituelles et apostoliques. Les Instituts séculiers, reconnus par l’Église en 1947, sont une
expression de cette diversité. (L’Église canadienne, volume 33, numéro 1, janvier 2000)
Mme Réjeanne Allard, ommi
Une consécration vécue de manière séculière
Les membres des instituts séculiers ont reçu la
grâce d’une forme nouvelle et originale de
consécration. Ils sont des laïcs parmi les laïcs,
mêlés aux hommes et aux femmes de ce monde en
leur vie de tous les jours, sans que rien ne les
distingue extérieurement. Portant leurs craintes et
leurs espoirs, ils tendent à imprégner leurs milieux
de l’esprit évangélique en étant témoins de la
présence aimante et agissante de Dieu. Cette façon
de vivre la consécration est leur manière de rendre
l’Église présente dans le monde, en étant signes
vivants de l’amour de Jésus-Christ. Les baptisés qui
sont appelés à une consécration séculière font le
don radical de leur vie. Ils recherchent la liberté du
cœur pour aimer d’un amour inconditionnel et
universel. Ils s’engagent librement à l’égard des
biens pour partager avec les autres, dans la
solidarité. Ils veulent se garder l’esprit libre pour
être disponibles à Dieu et aux autres.
Une mission de présence d’Église dans le monde
Paul VI décrit bien le lien privilégié et la mission des
personnes appartenant à un institut séculier : «Être
dans le monde, c’est-à-dire engagés dans les
valeurs séculières, telle est votre façon d’être de
l’Église et de rendre l’Église présente. » Les
membres des instituts séculiers tendent à être le
sel qui donne saveur de fraternité dans un monde
impersonnel, un levain pour le développement
humain et communautaire des personnes et des
sociétés, une lumière pour éveiller l’espérance sur
les situations qui font naître peur et angoisse.
Une spiritualité inspirée de l’Incarnation
Pour vivre dans le monde comme consacrées, ces
personnes vivent une spiritualité propre à chaque
institut.(La spiritualité des Oblates missionnaires
de Marie Immaculée est synthétisée dans la
formule 5-5-5 ) Cette spiritualité nourrit leur foi et
leur permet d’être un levain dans leur milieu de
vie. Elle s’inspire de la vie de Jésus avec le monde
de son temps. Jésus, à son époque, est à la fois un
homme comme les autres, semblable à ses
concitoyens, et en même temps très différent. De
même, la personne appartenant à un institut
séculier ressemble aux autres, tout en étant
différente. Elle continue de vivre dans son
logement, seule ou avec des membres de sa
famille; elle gère ses biens comme le font les
personnes de son milieu. Ce qui la différencie des
autres, c’est son engagement radical au Seigneur.
Mme Paulette Chénard, ommi
_______________________________________________________ 7 _________________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
___________________________________________________________________________________________________________
Une vie de prière intense
Comme Jésus se retirait à l’écart pour converser
avec son Père, la personne appartenant à un
institut séculier se garde des temps forts de
recueillement et de prière (Eucharistie, méditation,
oraison etc.) afin de nourrir son cœur pour mieux
aimer et servir dans son quotidien. Dans son milieu
de vie, elle est attentive aux appels qui lui
demandent un dépassement dans la foi et s’engage
pour être fidèle à sa vocation.
En solidarité
Une mission aussi exigeante demande un
soutien. Les membres se gardent unis dans la



communion fraternelle qui leur rappelle leur
idéal premier, leur propose un programme de
vie centré sur le Christ et son enseignement. Ils
ont régulièrement des rencontres d’équipe pour
partager sur leur vécu et la mission.
De plus, tous les instituts séculiers entretiennent
entre eux des liens de fraternité par la
Conférence nationale et mondiale. Ils ont foi en
la fécondité du charisme reçu en tant que
bénéficiaires d’un don pour que, en communion
avec tous les baptisés engagés, l’histoire du salut
se poursuive là où ils sont présents.
INSTITUTS SÉCULIERS DANS LE MONDE ET DANS NOTRE DIOCÈSE
Il y a 207 instituts séculiers dans le monde entier pour un total d’environ 35 000 personnes.
L’Institut des Oblates Missionnaires de Marie Immaculée fondé par le Père Louis-Marie Parent o.m.i. en
1952 est présent dans 21 pays. En 1958, il a fondé aussi l’Institut des Voluntas Dei présent en 22 pays.
Dans le diocèse de Nicolet, 3 instituts séculiers sont présents : Les Voluntas Dei, Pie X et les Oblates
missionnaires de Marie Immaculée.
LA COMMUNAUTÉ DIACONALE SE RESSOURCE
« Me voici Seigneur! »
Claude Larose, diacre
Tricotée serrée, la communauté diaconale diocésaine a vécu un
temps de fraternité et un intense moment de ressourcement
spirituel le samedi 25 janvier dernier, à l’église Saints-Pierre-etPaul de Drummondville. Vingt-trois membres de la communauté,
surtout de la région du grand Drummondville, ont célébré une
eucharistie présidée par l’abbé Pierre Rivard, prêtre accompagnateur de la communauté. Les rares membres absents,
principalement pour cause de maladie, à ce rendez-vous attendu
sont demeurés soudés au groupe par la force de la prière.
Des diacres, leurs épouses, l’abbé Pierre Rivard
En cette fête de la conversion de saint Paul, la liturgie nous proposait la lecture du livre des Actes (Ac 9, 122) où Ananie impose les mains sur Saul pour le guérir, le remplir du Saint Esprit et le lancer dans sa mission
d’évangéliser le monde. Après avoir partagé et prié à partir de ce texte stimulant pour notre engagement
au service de l’Évangile aujourd’hui, nous avons nous aussi vécu le rite de l’imposition fraternelle des mains
dans un climat de grande intériorité. Ensemble, nous avons prié pour que l’Esprit Saint accompagne les
diacres et leurs épouses. Comme Ananie, chacune et chacun a répondu « Me voici Seigneur». Ainsi, dans
une même célébration eucharistique, nous avons vécu les deux grands impératifs de l’Évangile : « Viens » et
« Va ».
_______________________________________________________ 8 _________________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
___________________________________________________________________________________________________________
TÉMOIGNAGE DE VIE
Ma mission auprès des enfants handicapés
Fr. Bernard Houle, F.C, missionnaire au Pérou
N
é dans le quartier Saint-Pierre à Drummondville, le frère Bernard Houle a
prononcé ses premiers vœux le 2 février
1959 chez les Frères de la Charité. Missionnaire
depuis 55 ans au Pérou, pays secoué par 13
années de terrorisme causé par le Sentier
Lumineux et le Mouvement révolutionnaire
TUPAC (MRTA), le Frère Bernard nous témoigne
du chemin parcouru dans ce pays qui jouit,
aujourd’hui, d’une paix relative.
que j’utilise l’immense terrain que nous avions
pour le service aux personnes handicapées. C’est
alors qu’a germé l’idée d’un camp d’été pour
personnes handicapées physiques et mentales.
En janvier 1986, aidé de volontaires, je recevais
50 personnes handicapées recrutées parmi les
plus pauvres. Nous n’avions presque rien, mais
beaucoup d’amour à donner. Je me dois de
souligner l’aide de beaucoup de gens de
Drummondville afin de réaliser ces « rêves de
fou » comme plusieurs disaient lors des soupers
bénéfices réalisés par ma famille, Claude
Gendron et son épouse ainsi que le Frère Rolland
Thibeault
du Collège
Saint-Bernard à
Drummondville. Ces camps d’un mois ont duré
16 ans. La Providence aidant, je n’ai jamais
manqué de volontaires pour distribuer l’amour
qui fait tellement défaut dans la vie de ces genslà.
Fr. Bernard Houle, missionnaire depuis 55 ans
C’était un jour de mai 1966. Je venais de donner
mon dernier examen à la faculté de Sciences
Religieuses de l’Université de Montréal et je
devais aller signer mon contrat de superviseur de
l’enseignement de la religion à la Commission
scolaire régionale Carignan-Salière de Sorel.
Durant le dîner, notre Supérieur Provincial arrive
en disant : « Ils ont absolument besoin d’un frère à
Tingo María au Pérou ». J’ai levé la main en
disant : « Je peux y aller ». Le supérieur de
reprendre : « On peut te prendre au sérieux ». Le
dimanche suivant, j’étais nommé. La Providence a
toujours su utiliser mes coups de cœur.
Lors d’une récollection en 1985, j’ai fait un rêve
dans lequel je voyais des tentes et des gens en
fauteuils roulants. J’ai senti que le Christ voulait
C’est sur un autre « coup de cœur » que j’ai
fondé en 1998, le Centre d’éducation Pierre
Joseph Triest (CEPETRI) pour les enfants et les
jeunes avec habilités différentes. Ce centre
continue toujours de servir la population pauvre.
Présentement, je travaille pour la Commission
de Santé Mentale de Ayacucho (COSMA).
_______________________________________________________ 9 _________________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
___________________________________________________________________________________________________________
Ayacucho en quechua veut dire : « recoin de morts ». Ma Congrégation a accepté
cette œuvre en 2010. Deux confrères, un
Péruvien et un Congolais y travaillent depuis le
15 décembre de la même année. J’y suis arrivé le
29 février 2012. Le frère responsable a su, en
peu de temps, imprégner cette œuvre du
charisme de la Congrégation et de l’esprit de
notre Fondateur le Chanoine Pierre-Joseph
Triest : «Un amour et un respect uniques envers
les pauvres, surtout ceux qui souffrent dans leur
esprit, surtout ceux qui sont blessés dans leur
dignité humaine».
Il y règne un esprit de charité vraiment extraordinaire. Les professionnels qui y travaillent,
psychiatres, psychologues, infirmiers et infir-
mières, travailleuses sociales ont toutes et tous un
contact d’accueil et d’amour envers les patients
qui y viennent. La majorité des gens accueillis est
très pauvre. Ils sont tous victimes du terrorisme
des années 80, début 90. Pour moi, simple frère
de la Charité, c’est vraiment très agréable de voir
fleurir le charisme de ma Congrégation et c’est un
cadeau du ciel lorsque se dessine un sourire dans
les visages préoccupés.
J’ai travaillé beaucoup avec des laïcs dans les
camps d’été et dans le CEPETRI. Le travail des
frères a donné comme résultat que nous avons
actuellement 6 membres associés à Comas dans la
ceinture de pauvreté de Lima, alors que 7
membres du personnel du COSMA se préparent
actuellement pour devenir membres associés à
Ayacucho.
À la fin d’août 2013, lors de mon congé au
Québec, j’ai participé au lancement de l’année
pastorale à Drummondville. J’ai été impressionné
par l’enthousiasme des laïcs du diocèse de Nicolet.
Toute ma vie, j’ai essayé de semer l’Espérance
dans le cœur des pauvres de mon cher Pérou. Je
peux affirmer avec force que tout travail fait avec
le Christ en faveur des pauvres, ses amis, est voué
au succès. Je me sens très fier d’être un petit
instrument dans les mains du Père.
AGENDA DE L’ÉVÊQUE – MARS 2014
2
9
10
10-11
11-14
14
16
18
20
21
23
25
26
27
28
30
Inauguration de la paroisse Notre-Dame-des-Monts à Saint-Médard (Warwick)
5e anniversaire de la paroisse Notre-Dame-de-la-Paix à Sainte-Perpétue
Ressourcement diocésain avec Mgr Paul-André Durocher, évêque de Gatineau
Rencontre des confirmandes, confirmands et leurs parents à la cathédrale
Assemblée des évêques du Québec
Trio de coordination
Appel décisif d’une catéchumène à l’église Sainte-Angèle
Prédication à l’église Saint-Frédéric de Drummondville
Souper avec les cursillistes à l’église Immaculée-Conception de Drummondville
Conférences de presse pour Développement et Paix (Nicolet, Drummondville et Victoriaville)
Comité de formation à la vie chrétienne
Trio de coordination
Prédication à l’église Saint-Frédéric de Drummondville
Conseil presbytéral
Services diocésains et comité diocésain de la famille
Comité d’éducation chrétienne de l’Assemblée des évêques du Québec
Trio de coordination
Rencontre des confirmandes, confirmands et leurs parents de la paroisse Bienheureux-Louis-Zéphirin-Moreau
Prédication à l’église Saint-Frédéric de Drummondville
_______________________________________________________ 10 _________________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
___________________________________________________________________________________________________________
CONFIRMATION 2014 : UN LUCERNAIRE À SAINT-NICÉPHORE
Des confirmandes et confirmands « allumés »
Johane Hevey-Courchesne, agente de pastorale
Saint-Nicéphore, 14 janvier 2014 - Les jeunes qui
se préparent à la confirmation ont été invités
avec parents, parrains et marraines de
confirmation et les gens de la communauté de
l’Unité Le Jourdain pour vivre un Lucernaire.
L’église est plongée dans la noirceur; il n’y a que
le cierge pascal qui éclaire un peu. On sent de
l’excitation, de la fébrilité, il y en a même qui
vivent un peu d’inquiétude…
À son arrivée, chaque personne reçoit un petit
cierge et est invitée à faire silence et à se laisser
aimer par le Christ. Nous débutons par la
bénédiction de la lumière pour nous diriger
ensuite vers l’avant de l’église. Une jeune adresse
un mot à Mgr Gazaille qui a accepté notre
invitation à assister au Lucernaire.
L’encens qui accompagne le livre de la Parole est
béni; les jeunes déposent quelques grains sur le
charbon pour que notre prière monte vers Dieu.
Les parents ainsi que les parrains et marraines
partagent aux jeunes un moment où ils ont senti
la présence de Dieu dans leur vie. Quel beau
moment d’échange!
Plus la célébration avance, plus la lumière se fait
présente à l’aide des petits luminaires que les
animatrices allument à différents endroits dans le
chœur.
Nous échangeons autour de la Parole « Vous êtes
sel de la terre et lumière du monde » avec les
jeunes qui nous partagent comment on peut
donner de la saveur au monde et être lumière
autour de nous, comment rayonner de la
présence de Dieu aujourd’hui.
Mgr Gazaille, les prêtres Jean-Luc Blanchette et
Michel Bédard allument leur petit cierge au cierge
pascal et ils allument ceux des animatrices. Les six
allument ensuite ceux des parents qui sont invités
à allumer celui de leur(s) jeune(s) en leur disant :
« Merci d’être lumière pour moi! ». Les jeunes
allument ensuite les petits cierges de leurs
parrains/marraines et ceux des gens de la
communauté. Toute l’assemblée se retrouve
éclairée!
Mgr Gazaille lit une prière et s’adresse aux jeunes
et à l’assemblée. Son résumé de la rencontre est
une catéchèse en soi! Pour terminer, les jeunes et
les adultes résument la soirée en un mot, en voici
quelques-uns : lumière, tendresse, paix, rafraîchissant, partage, la Parole, prière, amour,
intériorité, ça a du goût, ça fait du bien, on sent la
présence de Dieu, sérénité, Église en vie, sortir
comme une lumière pour les autres. Finalement,
tous ont apprécié cette célébration axée sur la
lumière!
Le Lucernaire, du latin Lucernarium (c'est-àdire: allumage des lampes) est une prière
liturgique communautaire célébrant le
Christ-Lumière qui, même la nuit, veille sur
la famille humaine. D’origine très ancienne
elle est intégrée à l’office de Vêpres à partir
du Ve siècle. Elle retrouve une certaine
faveur, à la suite du concile Vatican II, et la
réforme de l’office divin qui s’ensuivit, et
que l'on appelle aujourd'hui la « liturgie des
heures ».
_______________________________________________________ 11 _________________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
__________________________________________________________________________________________________________
FORMATION DES NOUVEUX MARGUILLERS ET MARGUILLÈRES
Les marguillères et marguillers vont à l’école…
Luc Benoit, responsable des communications
D’où l’importance de « s’approcher des gens,
se mettre à l’écoute de leur expérience et de
leur désir profond, de faire route avec eux, de
diversifier nos approches ». Bref, nous passons
d’une Église de chrétienté à une Église
missionnaire. Au milieu de nos succès et de
nos difficultés, nous expérimentons « la
vulnérabilité, l’humilité et le dépouillement ».
Le groupe de marguillères et marguillers
ayant participé la formation du 18 janvier 2014
Le samedi 18 janvier 2014, une trentaine de
marguillères et marguillers ont participé à une
journée de formation destinée principalement
aux nouveaux membres des Assemblées de
fabrique. Offerte annuellement par le diocèse,
cette rencontre permet de bien cadrer les
responsabilités des administratrices et administrateurs au service de la communauté.
Mme Sylvie Carrier a brillamment « ouvert le bal »
en situant le rôle de la paroisse dans la mission de
l’Église et du diocèse. « Notre façon de vivre la
mission est appelée à se transformer et à
s’adapter parce que le monde change » a-t-elle
précisé d’entrée de jeu. Notre mission est notre
raison d’être : « Notre Église est essentiellement
missionnaire : pas de mission, pas d’Église! ».
Notre mission est audacieuse : annoncer une
Bonne Nouvelle au monde d’aujourd’hui, celle de
l’Amour de Dieu pour chaque personne. Concrètement, cela se traduit par « des façons d’être, de
penser et d’agir qui traduisent l’Amour de Dieu ».
Encore hier, nous vivions dans une société
homogène et chrétienne. Il était impensable de
« naitre, vivre et mourir sans passer par l’église
paroissiale ». La société pluraliste et sécularisée
dans laquelle nous militons aujourd’hui engendre
des cheminements spirituels variés et différenciés.
Mme Sylvie Carrier, coordonnatrice de la pastorale
Mme Carrier a ensuite présenté globalement
l’ensemble de la vingtaine de politiques
diocésaines en vigueur - disponibles dans leur
intégralité sur le portail du site Web diocésain concernant le personnel, les immeubles, les
paroisses et les orientations pastorales.
Désolé de n’avoir pu être physiquement
présent à cette journée, Mgr André Gazaille a
quand même « fait une apparition » par le
truchement d’une vidéo de 15 min qu’il a
enregistrée et qui sera distribuée à chacune
des fabriques du diocèse. Monseigneur y parle
de l’importance de l’unité dans une nouvelle
paroisse. Le cœur de son message se trouve
dans l’Évangile de Jean (Jn 13, 31) : « C’est à
l’amour que vous aurez les uns pour les autres
qu’on vous reconnaitra pour mes disciples. »
VIDÉO (15 MIN) : LE DÉFI DE L’UNITÉ DANS LA
NOUVELLE PAROISSE PAR MGR ANDRÉ GAZAILLE
________________________________________________________ 12 _____________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
__________________________________________________________________________________________________________
Mgr Simon Héroux, p.h., a poursuivi la formation
en présentant les tenants et les aboutissants de la
Loi sur les fabriques qu’il connait mieux que le
fond de sa poche. Ses quarante-deux années
d’expérience à titre de chancelier du diocèse et
ses attitudes pastorales en font la personneressource toute désignée pour l’exercice.
L’important, précise-t-il, est de « travailler en
toute légalité » afin que les décisions prises par
l’Assemblée de fabrique soient valides.
différents types de comptabilité pour lesquels
la fabrique a à rendre compte de son administration.
M. Claude Larose, économe diocésain
Mgr Simon Héroux expliquant la Loi sur les fabriques
Mgr Héroux a accompagné les participantes et
participants dans un tour guidé des dix sections de
la Loi sur les fabriques. Ce tour, épicé de judicieux
commentaires et de croustillants exemples, a
permis de connaitre l’esprit de la Loi civile qui
régit les fabriques. Les principaux sujets abordés
ont été les suivants : rôle et responsabilités de
l’évêque, de l’assemblée de fabrique, des
marguillères et marguillers, de l’assemblée de
paroissiens. « On sait maintenant clairement à
quoi s’en tenir » déclarera une participante suite à
ce trop bref exposé.
Suite à un diner fraternel pris sur place, les
participantes et participants qui le désiraient on
pu visiter la cathédrale et l’évêché.
En après-midi, l’économe diocésain, M. Claude
Larose a exposé les grandes lignes de l’administration d’une fabrique : les responsabilités à
partager ainsi que les relations avec le personnel
de l’animation pastorale et avec le diocèse.
Comme on ne peut « sortir l’économe de ce
corps », M. Larose a terminé son exposé en
brossant différents tableaux expliquant les
M. Larose a soumis que, parfois, en paroisse,
nous prenons des décisions financières qui
peuvent paraitre « non rentables » à court
terme mais dont les dividendes peuvent nous
être « remis au centuple » à moyen ou long
terme. Comme membres de l’Assemblée de
fabrique, nous devons constamment garder à
l’esprit la mission qui est confiée par le
Seigneur à notre Église.
Les évaluations unanimement positives de
cette rencontre démontrent bien sa pertinence et la justesse de la formule expérimentée. Des suggestions constructives, dont
nous tiendrons volontiers compte, ont été
apportées pour améliorer l’offre de services.
En suivi à cette formation, une autre rencontre
est prévue le 22 février prochain concernant le
financement des paroisses.
Quand on considère la qualité et le
dynamisme des personnes engagées comme
marguillères et marguillers ainsi que la qualité
des interventions effectuées lors de cette
journée, on se demande qui, des marguillers
ou du diocèse va l’école de l’autre?
TÉLÉCHARGER LA LOI SUR LES FABRIQUES
CÉLESTE INTERMÈDE :
PATER NOSTER AVEC ANDREA BOCELLI
________________________________________________________ 13 _____________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
__________________________________________________________________________________________________________
MGR GAZAILLE AUX GENS DE LA NOUVELLE PAROISSE SAINT-JEAN-PAUL II :
« Vous avez choisi un saint patron exigeant! »
Luc Benoit, responsable des communications
Sainte-Sophie, le 26 janvier 2014 - Issue du
regroupement volontaire des 6 communautés
locales situées au Nord-Est du diocèse (celles de
Lemieux, Manseau, Saint-Pierre, Sainte-Cécile,
Sainte-Marie et Sainte-Sophie), la nouvelle
paroisse Saint-Jean-Paul II a été officiellement
inaugurée lors d’une célébration eucharistique
solennelle présidée par Mgr André Gazaille, en
l’église de Sainte-Sophie, le dimanche 26 janvier
2014.
la toute première paroisse au monde consacrée
à ce saint patron. Merci à notre chancelier
d’avoir gentiment fermé les yeux sur ce divin
empressement.
Inauguration de la paroisse Saint-Jean-Paul II – 2014-01-26
Mgr Gazaille a souligné que porter le nom d’un
tel saint a toutefois ses exigences : Jean-Paul II
a été le premier à parler, dès 1979, de nouvelle
évangélisation pour les pays, comme le nôtre,
de vieille chrétienté; il a été aussi un
missionnaire ardent - nous en sommes toutes
et tous témoins! - qui a parcouru sans relâche
tous les continents pour porter l’Évangile et
raviver la foi. Jamais dans l’histoire, un pape
n’est autant sorti du Vatican. « Avec un tel
saint patron au ciel, comment pourrions-nous
penser nous reposer sur terre? »
Soigneusement préparée, la célébration d’inauguration en a mis plein la vue grâce à la
présence active des sires chevaliers provenant
des six conseils de la nouvelle paroisse; plein
les oreilles aussi grâce à la chorale unifiée dont
les choristes provenaient des six communautés
locales formant maintenant Saint-Jean-Paul II.
Oriflamme de la nouvelle paroisse Saint-Jean-Paul II
Signe de l’avant-gardisme de cette nouvelle
paroisse, elle porte déjà fièrement le nom de
Saint-Jean-Paul II même si, on le sait, ce pape
que nous avons tant aimé ne sera officiellement
canonisé que dans quelques mois. Le diocèse de
Nicolet peut probablement s’enorgueillir d’avoir
« La simplicité est la sophistication suprême »
nous apprend le grand Léonard de Vinci. Sans
artifice, Mgr Simon Héroux, chancelier du diocèse, a lu publiquement le décret épiscopal de
fondation de la nouvelle paroisse. On a présenté à l’assemblée les 6 personnes, trois
femmes et trois hommes, qui ont été élues
________________________________________________________ 14 _____________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
__________________________________________________________________________________________________________
pour administrer la nouvelle paroisse. Ensemble, ils ont lu à haute voix un court texte
fort bien tourné (voir encadré ci-contre) précisant le sens de leur engagement. Puis, ce fut
au tour des membres de l’équipe pastorale
d’être présentés à l’assemblée et d’être mandatés par l’évêque. Finalement, les membres
du comité d’orientation pastorale se sont partagé la lecture des intentions de prière.
Dans son lumineux mot de la fin, le curé de la
nouvelle paroisse, M. l’abbé Louis-Paul
Deshaies, a invité l’assemblée, comme l’a fait
Jean-Paul II au début de son pontificat à bâtir
sur la confiance : « N’ayez pas peur! » a-t-il
lancé d’une voix forte et rassurante avant
d’inviter les gens présents à partager un vin
d’honneur dans la joie.
PAROISSE SAINT-JEAN-PAUL II
Formule d’engagement des membres
de l’Assemblée de fabrique
Inauguration de la paroisse Saint-Jean-Paul II – 2014-01-26
Dans son homélie, Mgr Gazaille a invité
l’assemblée à rechercher par-dessus tout
l’unité. « Chacune des six communautés locales
porte une histoire riche. Nous acceptons
aujourd’hui de construire notre histoire
ensemble. » Une paroisse est d’abord « une
communauté de personnes, de frères et de
sœurs qui désirent faire du neuf ensemble ».
Une paroisse n’est pas là pour elle-même, elle
est là pour accomplir une mission : faire
connaitre et aimer Jésus-Christ. Cette mission
prend sa source dans notre vie intérieure, là où
brule le feu sacré.
Membre de l’ACPC :
Association canadienne des
périodiques catholiques
Dépôt légal :
Bibliothèque nationale du Québec
et du Canada (ISBN 0847-2939)
Poste-Publication :
Convention 40007763
Enregistrement 09646
Moi, __________, en acceptant de siéger
au conseil de fabrique de la paroisse
Saint-Jean-Paul II, je promets de m’acquitter consciencieusement de mes
tâches conformément à la Loi sur les fabriques et aux règlements de la corporation épiscopale. Je désire servir dans un
esprit d’intégrité et de charité afin de
soutenir la mission d’évangélisation de
ma paroisse. Je demande au Seigneur de
m’éclairer par son Esprit Saint dans mes
prises de décision. Amen.
PAROISSE SAINT-JEAN-PAUL II
Décret de fondation
En communion
49-A Mgr-Brunault
Nicolet (Québec) J3T 1X7
Tél. : 819 293-6871 poste 421
Responsable : Luc Benoit
communications@diocesenicolet.qc.ca
Rédaction et révision :
Services diocésains
Édition et diffusion :
Diocèse de Nicolet
________________________________________________________ 15 _____________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
__________________________________________________________________________________________________________
MGR GAZAILLE AUX GENS DE LA NOUVELLE PAROISSE BIENHEUREUX-FRANÇOIS-DE-LAVAL :
« François de Laval était un missionnaire intrépide! »
Luc Benoit, responsable des communications
« François de Laval était un missionnaire intrépide… intrépide et infatigable! » d’ajouter Mgr
André Gazaille dans son homélie lors de la
célébration eucharistique d’inauguration de la
nouvelle paroisse Bienheureux-François-deLaval, à l’église Saint-Eusèbe de Princeville, le
dimanche 9 février 2014.
La nouvelle évangélisation est l’affaire de chacune et chacun de nous. Notre mission, tant
personnelle que collective, prend sa source dans
notre propre rencontre avec le Seigneur.
« Ayons la certitude que l’Esprit est avec nous,
qu’il nous envoie et nous précède là où nous
allons. »
Après l’homélie, les marguillères et marguillers
nouvellement élus par la communauté se sont
avancés à l’avant de l’église et se sont engagés à
« servir dans un esprit d’intégrité et de charité »
afin de soutenir la mission d’évangélisation de
leur nouvelle paroisse.
Principaux artisans et artisanes du regroupement
Comme Mgr de Laval en son temps, la nouvelle
paroisse sait s’adapter aux conditions de vie
actuelles. Trois communautés locales (SaintNorbert, Sainte-Hélène et Saint-Eusèbe) s’unissent pour faire route ensemble et remplir leur
mission dans le monde d’aujourd’hui.
La
nouvelle paroisse fait également équipe avec
celle de Saint-Louis-de-Blandford avec laquelle
elle est regroupée en unité pastorale.
L’assemblée présente s’est engagée à soutenir
les membres du conseil par leur prière et leur
collaboration. Chacune des communautés locales a reçu une icône de Mgr de Laval. Puis ce fut
au tour des membres de l’équipe pastorale
d’être présentés à l’assemblée : le curé Gilles
Bédard, l’abbé Léo-Paul Baril, Mesdames Sylvie
Jutras et Suzanne Laroche, respectivement
agente de pastorale et collaboratrice.
Pour y arriver, « nous acceptons de nous faire
confiance et de partager nos forces, nos faiblesses et notre espérance ». Ce regroupement est
le fruit de plusieurs années de concertation où la
bonne volonté a produit des fruits.
« Nous ne vivrons dans l’unité que si nous avons
les yeux et le cœur fixés sur Jésus-Christ! » a
partagé l’évêque de Nicolet visiblement heureux
de cette belle réussite pleine de promesses
qu’est la nouvelle paroisse BienheureuxFrançois-de-Laval. Vivre ensemble demande une
conversion du cœur aux valeurs de Notre
Seigneur : solidarité, partage, réconciliation,
recherche du bien commun.
Le conseil s’engage à servir dans l’intégrité et la charité
À l’offertoire, des familles représentant chacune
des 4 communautés locales ont offert des
éléments typiquement représentatifs de leur
milieu de vie : gerbe de blé, mouton en peluche,
sirop d’érable, farine de sarrasin, paire de bas de
laine, fromage, canneberges.
________________________________________________________ 16 _____________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
__________________________________________________________________________________________________________
Inauguration de la paroisse
Bienheureux-François-de-Laval
PRESENTATION DE L’EQUIPE PASTORALE
Mgr Gazaille à Gilles Bédard, curé :
« Gilles, acceptes-tu d’être pasteur de la paroisse
Bienheureux-François-de-Laval pour proclamer la
Parole de Dieu, célébrer les sacrements, être
signe de l’Amour de Dieu en prenant soin des
petits, des pauvres et des malades en
collaboration avec les autres personnes qui
exercent divers ministères en Église, et ainsi être
témoin de Jésus-Christ au quotidien? »
Des produits typiques de chacune des commuanutés
Le mot de la fin revenait à l’abbé Gilles Bédard,
curé de Bienheureux-François-de-Laval, qui,
avant d’inviter à partager un vin d’honneur, a
tenu à féliciter et remercier sincèrement les
artisanes et artisans de cette belle réussite
qu’est la nouvelle paroisse.
Mgr Gazaille à Léo-Paul, Sylvie et Suzanne :
« Léo-Paul, Sylvie et Suzanne, acceptez-vous de
collaborer à la charge pastorale de la paroisse
Bienheureux-François-de-Laval, à vous investir
de tout cœur pour l’annonce de la Parole de
Dieu, à prendre soin des pauvres, des malades,
des jeunes et des familles, à vivre ce ministère en
collaboration avec les autres personnes qui
exercent divers engagements en Église? »
Au nom de l’assemblée, il a remercié Monseigneur Gazaille pour son soutien indéfectible et
sa présence significative dans la vie de la
communauté. Il a remercié également les
chorales qui se sont unies pour cette mémorable
célébration d’inauguration. Les paroles du chant
de communion sont éloquentes : « Seigneur,
augmente en nous la foi, pour être des témoins
d’espérance. »
QUI ÉTAIT FRANÇOIS DE LAVAL?
PAROISSE BX-FRANÇOIS-DE-LAVAL
Décret de fondation
8 MARS : JOURNÉE INTERNATIONALE DES FEMMES
Des clés à la portée de toutes
Cette année c’est sous le thème «Des clés à portée de toutes» que se célèbrera la Journée
internationale des femmes. À cette occasion, des activités sont organisées dans les quatre centres de
femmes de notre diocèse dont voici les coordonnées :
La Collective des femmes de Nicolet et région
690 rue Mgr Panet, Nicolet, J3T 1W1
Tél. : 819 293-5958
coll.femmes.ny@sogetel.net
Maison des femmes de Drummondville
198, rue Dorion, Drummondville, J2C 1T9
Tél. : 819 477-5957
maisontr@bellnet.ca
PARMI ELLES Centre de Femmes
2170, boul. Bécancour
Bécancour, secteur Gentilly (Québec) G9H 3V7
Tél. : 819 298-2585 ou 1 866 909-2585 (sans frais)
cdfparmielles@tlb.sympatico.ca
Site Web : www.parmielles.com
Maison des femmes des Bois-Francs
19, rue de Courval, Victoriaville, G6P 4W2
Tél. : 819 758-3384
maisondesfemmes@cdcbf.qc.ca
________________________________________________________ 17 _____________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
__________________________________________________________________________________________________________
JOURNÉE INTERNATIONALE DES FEMMES
Découvrez 9 femmes de la Bible
Pour souligner la Journée internationale des femmes le 8 mars prochain, voici quelques récits de
femmes inspirantes que l’on retrouve dans la bible. Si vous aimez les «thrillers», vous serez comblés en
lisant ces histoires de l’Ancien Testament.
Tout en décrivant des coutumes parfois barbares, il est utile de savoir que les textes bibliques parlent
de la réalité telle qu’elle est. C’est dans cet esprit et avec la collaboration d’Anne Penelle, que vous
découvrirez le courage de ces femmes qui, bien avant nous, ont contribué à marquer l’histoire de
l’humanité.
Il y a encore aujourd’hui des milliers de femmes à travers le monde qui sont prophétesses et
rassembleuses, qui démontrent que la foi vraie mène à des décisions courageuses. Et la Journée
internationale des femmes, le 8 mars de chaque année, rend visible cette solidarité pour des relations
humaines justes et fécondes.
DÉCOUVRIR NEUF FEMMES DE LA BIBLE
DÉJEUNER ŒCUMÉNIQUE À DRUMMONDVILLE
Bâtir l’unité entre nous
Yves Grondin, agent de pastorale
Au-delà des différences et des divergences, nous
voulions vivre ce moment de fraternité, enracinés dans la foi en Jésus-Christ qui fait de nous
des fils et filles d'un même Père.
Membres des Églises catholique, anglicane, de la Pentecôte et de la
Vie comblée – Déjeuner œcuménique du 24 janvier
Le vendredi 24 janvier dernier, une quinzaine
de responsables de chacune des dénominations
chrétiennes ayant pignon sur rue dans le grand
Drummondville ont partagé le déjeuner ensemble pour souligner la semaine de prière de
l'Unité des chrétiens.
Au menu? Un repas tout à fait frugal qui était en
fait davantage un prétexte à se retrouver et à
fraterniser, nous qui exerçons notre zèle apostolique sur la même terre sacrée que nous partageons harmonieusement et dans le plus grand
respect mutuel.
Il faut dire que nous travaillons depuis des années à bâtir un esprit d’unité entre nous.
L’automne dernier, le projet commun PROCLAMATION nous a permis encore une fois de
mettre
nos
ressources
en
commun.
e
Pour célébrer le 200 anniversaire de la ville de
Drummondville, nous projetons ensemble
d’organiser une grande célébration œcuménique d’Action de grâces qui aura lieu le 20 janvier 2015.
En hiver, comme en toutes saisons, les membres
des différentes dénominations chrétiennes de
Drummondville se nourrissent à la même Parole
qui fait vivre.
________________________________________________________ 18 _____________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
__________________________________________________________________________________________________________
PROCLAMATION : SEMER LA PAROLE DE DIEU
Mission accomplie!
Mme Reine Crosnier et M. Raymond
Martin avaient mis la barre haute : faire
une lecture intégrale, publique et œcuménique de la Bible en 10 jours seulement!
Au-delà d’un millier d’auditrices et
d’auditeurs ainsi que 290 lectrices et
lecteurs plus tard, Reine et Raymond
peuvent dire fièrement que le défi est
relevé. La Parole de Dieu a été proclamée
du 21 au 30 novembre dans quinze églises
et chapelles différentes de Drummondville
pour se terminer par un « festival de
louange » à l’église Saints-Pierre-et-Paul le
30 novembre.
Guy Martin, Église de la Pentecôte; Jonathan Bersot, Église de la Pentecôte;
Guillaume Duvieusart, Société biblique; Ken Mafu, Église évangélique Vie
comblée; Yves Samson, paroisse anglicane Saint-George; Pierre Rivard,
paroisse catholique Bon-Pasteur
Mme Crosnier situe ce projet inusité dans notre mission de « semer la Parole de Dieu pour changer le
cœur et transformer la vie des gens et du monde ». De fait, une lectrice, catholique pratiquante de
longue date, témoigne avoir redécouvert, grâce à Proclamation, la Parole de Dieu : « Il y a des merveilles
là dedans! » partage-t-elle spontanément. Bravo pour cette réussite audacieuse aux membres du comité organisateur : outre Reine et Raymond, Sr Pierrette Leclerc, Sr Georgette Gagné, Mme Marielle P.
Turgeon et M. Yves Grondin.
PLUS D’INFORMATION ICI
Victoriaville
se souvient :
SALON DU 150E
RECHERCHEZ LE LOGO « CERTIFIÉ ÉQUITABLE »
Du chocolat équitable, pourquoi?
Odette Belval, Présence au monde
Les membres du groupe Alonvert de la pastorale sociale missionnaire
du diocèse de Nicolet vous invitent à privilégier l’achat de chocolat
équitable. Pour ce faire, recherchez le logo « Certifié équitable » sur
l’emballage.
Pour vous en convaincre, voyez la courte vidéo (7 min) présentée par
la campagne d’Équiterre : www.pareilpaspareil.com
Est-ce juste d’acheter des produits équitables? Oui si nous croyons
que la «justice précède la charité». Oui si nous croyons que le projet
de Dieu est «la vie en abondance pour toutes et pour tous».
________________________________________________________ 19 _____________________________________________________
Diocèse de Nicolet – Bulletin électronique En communion – Février 2014
__________________________________________________________________________________________________________
LA CHANCELLERIE NOUS INFORME
Déclaration de nullité de mariage
David St-Laurent, vice-chancelier
C’est improprement que l’on parle «d’annulation
de mariage » au sujet des jugements rendus par
les tribunaux ecclésiastiques dans les causes
matrimoniales. Il s’agit, en effet, de déclaration de
nullité. Le tribunal ne dissout pas un lien qui a
existé, mais il déclare qu’il n’y a pas eu de lien (sur
le plan juridique) après avoir fait la preuve que le
mariage était invalide dès son début.
Un avocat rédige un plaidoyer en faveur des
motifs soulevés par la partie demanderesse,
tandis que le défenseur du lien expose tout ce
qui peut être raisonnablement avancé en
faveur du maintien du lien matrimonial.
Le motif principal sur lequel le tribunal déclare un
mariage invalide est un défaut dans le
consentement initial des époux. Ce consentement, qui est essentiel à la construction du lien
matrimonial, doit être libre, suffisamment
assumé, éclairé et réellement voulu.
Une première rencontre permet de voir s’il y a
fondement à une déclaration de nullité de
mariage. Est alors pris en note le récit des
événements qui ont précédé et suivi la célébration
du mariage.
S’il y a des raisons sérieuses d’introduire la cause,
la demande officielle (le libelle) est adressée au
tribunal ecclésiastique compétent (habituellement
Montréal). Par la suite, le tribunal communiquera
avec la partie demanderesse pour fin d’entente au
sujet de frais d’instruction de la cause. Ces frais
s’élèvent actuellement à 1500 $.
Le juge ecclésiastique procède à l’interrogatoire
des deux parties (les époux) et de leurs témoins
après les avoir convoqués individuellement. Ces
dépositions se font habituellement dans le
diocèse respectif de chacune des personnes
convoquées et elles ont un caractère confidentiel.
Une fois les témoignages entendus, le dossier est
souvent soumis à un expert psychiatre ou
psychologue (selon la nature des motifs soulevés)
pour un avis professionnel.
Finalement, le juge prononce le jugement. Si le
mariage est reconnu invalide par le tribunal de
première instance, le dossier est nécessairement transmis au Tribunal d’appel à Ottawa
(desservant tout le Canada) qui aura à confirmer ou infirmer le jugement rendu. La personne pourra contracter un nouveau mariage
uniquement après ce deuxième jugement s’il
confirme la nullité du mariage. Il peut se passer
environ un an et demi entre l’acceptation de la
demande par le tribunal et le jugement
définitif.
Les personnes dont le mariage a été déclaré
nul par le Tribunal ecclésiastique recouvrent
leur liberté religieuse de contracter mariage.
Puisque la déclaration de nullité n’a aucun
effet civil, ils doivent aussi obtenir d’un tribunal
civil un jugement de divorce pour obtenir leur
liberté civile de contracter mariage.
La déclaration de nullité d’un mariage ne dispense pas la personne qui l’a obtenue de ses
obligations morales et civiles envers son ancienne conjointe ou son ancien conjoint ni
envers ses enfants.
________________________________________________________ 20 _____________________________________________________
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising