Télécharger (1.7 Mo)

Télécharger (1.7 Mo)
Cadre de vie
> Le projet
d’aménagement
de l’avenue
du capitaine
Resplandy
p6
Événement
> La ruée au
jazz, un festival
populaire de
qualité
p25
Dossier Fêtes
de Bayonne :
> pour mieux
en profiter
p15
MAGAZINE
Dossier
Fêtes de Bayonne,
pour mieux en profiter
n° 142 > juillet-août 2006
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
Photo : L. Zeller
sommaire
LE MAGAZINE DE LA VILLE > n°142
Action publique
4
4 - CAPITALE
6 - CADRE DE VIE
8 - ENVIRONNEMENT
10 - TIC
11 - CADRE DE VIE
> Développement économique : Ikea choisit Bayonne
> Avenue du Capitaine-Resplandy : changer l’allure d’une entrée de ville
> Un service modèle à la plaine d’Ansot
> La bibliothèque médiathèque se modernise
> Déjections canines : “Responsabiliser les propriétaires de chiens”
Dossier
13
13 14 16 18 -
> Fêtes de Bayonne : pour mieux en profiter
> Des Fêtes dans de bonnes conditions
> S’informer pour mieux faire les Fêtes
> Les Fêtes mode d’emploi
Vie de la cité
21
22 - ÉVÉNEMENT
23 - ÉVÉNEMENT
24 - ÉVÉNEMENT
25 - ÉVÉNEMENT
26 - SPORT
28 - SPORT
29 - ÉVÉNEMENT
30 - HISTOIRE
32 - PORTRAIT
35 - PORTRAIT
> Les Jeudis ciné de Bayonne-Nord
> Les novilladas, spectacles intenses
et formateurs
> "Nabucco” joué aux arènes
> Du jazz pour tous
> Aviron Bayonnais : merveilleux public !
> L’ASB, le club de la rive droite
> Découvrir le quartier Montaut
par son marché médiéval
> Des caves, témoins de l’époque médiévale
> Viseux ou la mutation perpétuelle
> Maureen, heureuse par dévouement
Actualité associative > Bloc-notes >
> Bayonne scope > Carnet
36
Directrice
de la publication
> S. Durruty
Responsable
de la rédaction
> K. Danjoux
Secrétaire de rédaction
> S. Daguin
Rédaction
> K. Danjoux, M. Beyris,
J. Gallais
Photos
> C. Pasquini, J.-Ph. Plantey,
L. Zeller, A. Vaquero,
Christian Laroche,
Gabrielle Duplantier,
Xabi Senderain
Mise en pages
>Scoop Communication
Impression
> Imprim’33
Régie publicitaire
> Supports Promotion
4
Action publique
Capitale
Développement économique :
Ikea choisit Bayonne
> ENTRETIEN avec Jean Grenet, maire de Bayonne, député des Pyrénées-Atlantiques
François Bioy, Communauté de
communes Nive-Adour ; JeanRené Etchegaray, 1er adjoint
au maire de Bayonne ; Roland
Hirigoyen, vice-président de la
Communauté de communes NiveAdour ; Alain Iriart, président
de la Communauté de communes
Nive-Adour, Jean Grenet ; JeanLouis Baillot, directeur général
d’IKEA France ; Richard Vathaire,
directeur général d’IKEA développement SAS ; Franck Cartier,
directeur général inter
IKEA centre France.
Vous avez annoncé le 31 mai dernier,
avec le directeur général d’Ikea France,
l’installation d’un magasin Ikea sur le site
d’Ametzondo. Comment avez-vous procédé
pour faire venir Ikea à Bayonne ?
Jean Grenet : En mai 2002, j’ai écrit au
directeur général d’Ikea France pour lui proposer une implantation sur un positionnement stratégique de notre agglomération,
idéalement situé entre les Ikea existant déjà à
Bordeaux, Toulouse et Bilbao. Il s’agit du site
d’Ametzondo, à l’intersection de l’autoroute
A 63 nord-sud et l’autoroute A 64 est-ouest,
avec une zone de chalandise d’un million de
personnes, comprenant au nord et à l’est toutes les Pyrénées-Atlantiques, une partie des
Hautes-Pyrénées et le sud des Landes ainsi
bien sûr qu’au sud tout le Guipuzcoa et au
sud-est tout notre Pays basque intérieur.
Depuis 2002, j’ai rencontré les responsables
d’Ikea France à plusieurs reprises, à Paris
comme à Bayonne. Ikea me paraissant intéressé, notamment depuis deux ans, j’ai alors
constitué, dans la discrétion, un groupe de
Un magasin Ikea
de 23 000 m², mais
également un forum
commercial de 33 000 m²
travail avec les maires de Saint-Pierre-d’Irube
et de Mouguerre, la Communauté de communes Nive-Adour, la Communauté d’agglomération, en associant très tôt Monsieur le
Sous-Préfet et les services de l’État.
Action publique
5
Capitale
Avant même de connaître les résultats de notre
proposition, nous avons donc avancé sur les
éléments techniques du dossier, notamment
avec les ASF qui vont créer un échangeur
autoroutier A 63/A 64 d’ici 2010. Courant
mai, j’ai été informé que le conseil d’administration de la maison mère Ikea Suède et
ensuite le comité de financement de Ikea
avaient donné leur accord pour une implantation sur l’agglomération bayonnaise.
Quels arguments avez-vous avancés
pour convaincre le conseil d’administration
de ce grand groupe de s’installer
sur l’agglomération bayonnaise ?
J. Grenet : Je ne fais que reprendre ce que
le directeur général d’Ikea France a confirmé
dans la conférence de presse qui s’est tenue
en mairie de Bayonne : la qualité et la visibilité
du site au bord de l’autoroute, l’importance du
foncier disponible permettant non seulement
d’implanter un magasin Ikea de 23 000 m²,
mais également un forum commercial de
33 000 m², de façon à accueillir d’autres
enseignes, l’accessibilité du site parfaitement
desservi par l’intersection des deux autoroutes et l’échangeur qui va être créé. Enfin,
c’est le directeur général d’Ikea qui le dit, la
qualité du dossier présenté, la pugnacité et le
sérieux dont notre équipe a fait preuve dans
la conduite du projet.
Quelles retombées peut-on
attendre d’une telle implantation ?
J. Grenet : Je pense qu’accueillir Ikea sur
l’agglomération est une reconnaissance pour
celle-ci, une véritable chance en matière
d’emploi (500 à 600 emplois prévus) avec
des retombées économiques importantes à
travers la taxe professionnelle. C’est aussi une
chance pour le commerce bayonnais dans
son ensemble car l’expérience montre que
les clients d’Ikea venus souvent de plus de
100 km à la ronde prennent la journée et sont
donc amenés à fréquenter les centres-villes.
Sachant qu’il n’existe que 13 Ikea en province
et plus de six en région parisienne, le choix
de l’agglomération bayonnaise montre bien
l’attractivité commerciale de notre région.
La forte croissance démographique prévue
sur les vingt ans à venir n’a probablement
pas non plus échappé aux dirigeants d’Ikea.
La date prévue de l’ouverture du magasin a
été fixée à mi 2009. C’est un challenge car
les procédures en matière d’acquisition du
foncier et de formalités administratives sont
encore à régler…
Sur un projet d’un tel intérêt pour notre agglomération, on espère bien sûr plus de compréhension et de soutien que d’obstacles.
Enfin, en tant que député de la 5e circonscription, je suis heureux de cette implantation sur les communes limitrophes de SaintPierre d’Irube et Mouguerre, au cœur de ce
territoire. Pour elles aussi les retombées en
matière d’emploi et de fiscalité seront très
importantes et conforteront la jeune communauté de communes Nive-Adour (*).
C’est aussi une chance
pour le commerce
bayonnais
dans son ensemble
Pour l’heure, les esprits sont à l’été 2006 et
à tous les moments de détente qu’il nous
promet. Je vous souhaite donc de vivre
d’excellentes Fêtes, corridas, sans oublier les
festivals, concerts en plein air et projections
cinématographiques.
Excellent été à toutes et à tous ! ■
* Saint-Pierre d’Irube, Lahonce, Mouguerre,
Urcuit, Villefranque.
La Nuit des Leaders, organisée
par Sud-Ouest, récompense les
entreprises régionales les plus
performantes. Ici, Jean Grenet
remet le prix de l’innovation en
tant que vice-président de la
Communauté d’agglomération de
Bayonne Anglet Biarritz. Etaient
nominés : Alain Avril d’AXMED,
Vincent Dupourqué de ROBOSOFT,
et Daniel Rouquié d’ASP 64.
Le lauréat 2006 est Alain Avril
d’AXMED.
Nota bene :
Vous constaterez que
l’espace réservé à
l’expression des groupes
politiques encarté dans ce
numéro n’a pas sa forme
habituelle.
À la demande de l’opposition
municipale, il est consacré
au thème de la consultation
sur la question relative à la
création d’un département
basque, initié par Batera.
Je n’ai pas souhaité qu’y
figure un coupon détachable
destiné à organiser une
consultation des Bayonnais
sur ce sujet. J’ai considéré
que le magazine municipal
n’avait pas à être détourné
de sa fonction d’information
et n’avait pas à être utilisé
comme outil de consultation
de la population.
6
Action publique
Cadre de vie
DÉVELOPPEMENT URBAIN
Avenue du Capitaine-Resplandy :
changer l’allure d’une entrée de ville
D’ici à 2009, l’avenue du Capitaine-Resplandy aura totalement changé d’allure.
Sa réfection complète correspond à plusieurs objectifs, dont celui d’assurer
la sécurité sur cette entrée de ville de plus en plus fréquentée.
Jean-René Etchegaray, adjoint au
maire délégué à l’aménagement
urbain et Henri Labayle, adjoint
au maire délégué au cadre de vie
et aux espaces publics.
L’avenue du Capitaine-Resplandy avait
déjà fait parler d’elle il y a quelques
années, lorsque le siège de la Guyenne
et Gascogne a pris feu, et que le maire
et son adjoint au développement urbain
ont incité la société à maintenir son siège
sur place, plutôt que de l’installer dans
les Landes. Le site même va donc être
en partie reconstruit au profit du siège
social et pour une autre partie vendu à
un promoteur immobilier qui y démarre la construction de 150 nouveaux
logements dont 20 logements sociaux.
Environ 500 habitants viendront donc
prochainement enrichir la vie de ce quartier, qu’il devenait important de reconsi-
dérer. Longeant l’Adour, l’avenue est une
entrée de ville de plus en plus fréquentée,
qui accueille en moyenne 15 000 véhicules par jour. Le projet vise donc à sécuriser
un maximum la circulation sur l’avenue,
grâce à des aménagements urbains spécifiques et à la mise en place d’un rondpoint, qui sera installé à l’entrée du site
Guyenne et Gascogne par exemple. Il faut
s’imaginer une avenue qui, demain, ressemblera davantage à une rue de centreville, incitant les automobilistes à conduire
en maintenant une vitesse réduite.
Là où l’avenue est trop étroite,
une voie dédiée aux circulations douces sera
créée en surplomb de l’Adour.
Action publique
7
Cadre de vie
Favoriser les circulations douces
Du rond-point de la Nautique au rondpoint des Salines, près de deux kilomètres de voirie sont ainsi concernés par
les aménagements. En bord de fleuve
en particulier, une voie destinée aux
déplacements doux (cyclistes et piétons)
sera créée sur les quais, qui devront être
consolidés par endroits. Là où la largeur
de l’avenue est trop étroite pour l’accueillir, elle sera disposée en surplomb de
l’Adour. Cette voie dédiée aux circulations
douces sera séparée de celle des véhicules
à moteur par une bordure haute. Elle sera
agrémentée de plantations et de balcons
pour les pêcheurs. Des trottoirs seront
créés le long des zones d’habitation, de
même que des places de stationnement.
De nombreux passages piétons permettront enfin de traverser l’avenue en toute
sécurité.
Compte tenu de l’ampleur des travaux,
le chantier s’étalera sur trois ans. Son
budget est de 15 millions d’euros. Avant
tous travaux d’aménagement, il est en
effet nécessaire de déplacer certaines
canalisations (gaz), de mettre en place
un nouveau système de collecte des
eaux usées, d’enfouir des réseaux, etc.
Pendant toute cette durée, la circulation
sera maintenue, éventuellement alternée,
du lundi au vendredi, et totalement rétablie le week-end. ■
En bordure du fleuve, la voie dédiée aux
piétons et cyclistes sera séparée de celle
des voitures par une bordure haute.
EN SAVOIR PLUS > www.bayonne.fr
Jean-Luc Etcheverry, direction de l’eau et des
infrastructures, 05 59 46 60 55, pour toutes les
questions relatives à l’avancée des travaux
Jean-René Etchegarray, adjoint au maire délégué
à l’aménagement urbain, à l’environnement et
au développement durable, reçoit les jeudis
et vendredis sur rendez-vous pour toutes les
questions d’ordre particulier (Tél. 05 59 46 60 20).
L’avenir
du Pont de fer
D’ici à 2009, le pont
ferroviaire, ou Pont de
fer, qui traverse l’Adour
sera remplacé par un pont
moderne dont la structure
garantira une nette réduction
du bruit lié à la circulation
des trains. Le nouveau
pont sera complété par
une passerelle dédiée aux
circulations douces. Le trafic
automobile sera quant
à lui reporté vers le pont
Saint-Frédéric, dont l’accès
est facilité par le giratoire
d’Aquitaine.
8
Action publique
Environnement
ÉCOLOGIE URBAINE
Un service modèle
à la plaine d’Ansot
Depuis le mois d’avril, le service Environnement - Écologie urbaine est installé
dans la Maison des Barthes, à la plaine d’Ansot. L’occasion de rappeler
les missions de ce service, pionnier dans la région.
ENTRETIEN avec Dominique Gentili-Bédarrides, conseillère municipale chargée de l’environnement.
L’équipe du service
Environnement - Écologie urbaine
dirigée par Patrick Auriault, avec
Dominique Gentili-Bédarrides,
conseillère municipale
déléguée à l’environnement.
Ouverture de la
plaine d’Ansot
au public
Le 9 juillet à partir de
midi, rendez-vous à la
plaine d’Ansot pour
un pique-nique géant
ouvert à tous, où chacun
apporte son déjeuner
(nappes fournies). Des
visites guidées de la
plaine seront proposées
gratuitement au public.
L’accès se fera par la
passerelle du pont
Blanc ou par l’entrée de
Villefranque. Ce piquenique marque le jour
d’ouverture au public
de la plaine d’Ansot.
À quels types de problèmes ou
de questions sur l’environnement
se trouve-t-on confronté à l’échelle
de l’agglomération bayonnaise ?
Dominique Gentili-Bédarrides : Aux problèmes communs à toutes les agglomérations mais aussi à certains plus typiques
et spécifiques à Bayonne puisque nous
sommes commune littorale, que nous
avons un port industriel et commercial,
une histoire et un patrimoine de valeur,
un fleuve et une rivière et des espaces
naturels sensibles à valoriser. On peut citer
certaines priorités :
– Préservation de notre patrimoine naturel ;
– Risques technologiques liés aux activités
du port, pollution de l’air et de l’eau ;
– Risques naturels : inondations ;
– Dégradation de notre qualité de vie :
bruit, circulation, qualité de l’air, qualité des
eaux (potables, naturelles, pluviales) ;
– Réduction des nuisances, des usages de
produits chimiques et phytosanitaires ;
– Économies de l’eau potable et des énergies. Utilisation des énergies renouvelables ;
– Diminution, tri et valorisation de nos
déchets.
Les problématiques d’environnement et
d’écologie urbaine sont prises en charge
par différents services, l’Europe, l’État, la
Région, le Département, la Communauté
d’agglomération, la commune et un grand
nombre d’associations.
Action publique
9
Environnement
Quelles sont les missions propres
au service Environnement - Écologie
urbaine (S2EU) de la Ville de Bayonne ?
D.G.-B. : Elles sont multiples et répondent
aux questions et problèmes généraux
posés plus haut et, nous l’espérons, aux
attentes de nos concitoyens. Les études et
les missions en matière d’écologie urbaine
se réalisent grâce au travail, en commun,
de différents services de la Ville (Espaces
verts et Espaces publics, Garage municipal
en particulier) :
– Préservation et réhabilitation de la barthe d’Ilbarritz. C’est un espace de 7 hectares le long du boulevard d’Aritxague.
Cette barthe, ou zone humide, a été
restaurée en 1992 et est utilisée comme
parc public par les habitants du quartier
Polo Beyris, et comme espace d’éducation
à la nature pour les enfants en collaboration avec le muséum d’Histoire naturelle.
Cette barthe est entretenue par des jardiniers de la nature qui n’utilisent que des
produits écologiques ;
– Ouverture de la plaine d’Ansot au public
cette année (le projet a maintenant 10
ans), avec une mission éducative déjà
mise en place depuis un an avec des
scolaires ;
– Surveillance de la qualité de l’eau des
ruisseaux ;
– Mise en place de circuits fermés dans
les anciennes fontaines publiques et les
lavoirs pour économiser l’eau potable ;
– Mise en place d’un pôle énergies renouvelables sur le site d’Ansot ;
– Mise en place depuis 2002 d’un système de collecte sélective pour les déchets
de la Mairie.
Le service Environnement - Écologie urbaine est unique sur l’agglomération.
Seule la Ville de Bayonne a créé un tel
service. Mais il travaille avec les services
de la Communauté d’agglomération, en
particulier pour l’hydraulique et le développement durable, avec la participation
du service Environnement de Bayonne,
à l’élaboration et à la réalisation de la
Charte de l’Environnement, conduite
par la CABAB, depuis 2000. ■
L’exemple écologique de la Maison des Barthes
Pour montrer ce qu’il est possible de faire en terme d’énergies renouvelables,
la Maison des Barthes, qui est située à la plaine d’Ansot où elle accueille le
service Écologie - Environnement urbain, a été conçue en rassemblant différentes
techniques : mise en place d’une pompe à chaleur eau/eau pour le chauffage et la
climatisation, production de l’eau chaude sanitaire par panneaux solaires, ministation d’épuration avec rejets, et bientôt installation d’une unité de production
d’électricité par panneaux photovoltaïques (permettant une revente de l’électricité
produite par la lumière à EDF) et épuration des eaux de rejet par jardin filtrant.
Ce sont quelques exemples de ce qu’il est convenu d’appeler les nouvelles
technologies de l’environnement.
Atelier Découverte de la plaine
d’Ansot avec une classe de BEP
Entretien et Aménagement
du territoire du lycée ArmandDavid, le 1er juin 2006.
L’éducation à la nature est
une des missions du service
Environnement - Écologie urbaine
à la plaine d’Ansot.
10 Action publique
Technologies de l’Information
CULTURE
La bibliothèque
médiathèque se modernise
Un système informatique de gestion de catalogue permettant d’améliorer
la recherche des livres, CD ou DVD, notamment via Internet, a été installé
dans les deux bibliothèques bayonnaises. Cette réalisation s’intègre dans
le développement des e-services mené par la Ville.
ENTRETIEN Sylvie Durruty, adjointe déléguée à la communication et aux TIC, et Bernard Massé, adjoint délégué à la culture,
présentent les avantages de ce nouveau fonctionnement.
Bayonne Magazine : En quoi
ce système informatique va-t-il
faciliter la vie de l’usager ?
Claude Husson (au centre),
conservateur de la bibliothèque,
fait une démonstration à Bernard
Massé et Sylvie Durruty
du nouveau système de gestion
du catalogue.
Sylvie Durruty : Les bénéfices auprès
des usagers sont immédiats car cet
outil est très pratique : il suffit d’une
connection à Internet pour accéder aux
170 000 documents du catalogue de
la bibliothèque médiathèque et de la
bibliothèque annexe.
Bernard Massé : La consultation peut
se faire à partir de nos bibliothèques, où
des postes ont été installés et le personnel formé. Les utilisateurs pourront ainsi
être guidés dans leurs consultations,
qui pourront revêtir plusieurs formes :
recherche de l’existence et de la disponibilité des ouvrages, interrogation du
compte personnel et également recherches documentaires sur le Net.
Bayonne Magazine : Quel est le mode
d’emploi ?
B.M. : Pour avoir accès à son compte
en ligne, l’utilisateur doit auparavant
s’inscrire à la bibliothèque. Il se rendra
à l’accueil, qui lui fournira un mot de
passe. Le reste de l’inscription se fait en
ligne avec le numéro de carte. Ainsi son
compte personnel est ouvert et l’utilisateur pourra consulter en temps réel
ses sorties de documents et vérifier les
délais de retour. À terme, il sera également possible de réserver directement
en ligne les documents (livres ou CD)
que l’on souhaite emprunter.
S.D. : L’utilisateur est guidé pas à pas sur
cette interface. Trois menus sont disponibles. Un menu “Médiathèque pratique”
qui fournit toutes les informations relatives aux horaires, au contenu du catalogue ou encore à l’historique de la médiathèque ; un menu “Recherche” qui va
permettre soit de rechercher l’existence
et la disponibilité d’un document, soit de
consulter l’historique des recherches et
enfin un menu “Mon compte” qui permet de consulter ses opérations.
Bayonne Magazine : Est-ce que
cet outil est susceptible d’évoluer ?
S.D. : Oui, bien sûr. Nous nous sommes
équipés du même logiciel que les bibliothèques d’Anglet et de Biarritz.
À terme, les trois villes pourront donc
mettre en réseau l’ensemble de leurs
documents pour proposer au public une
offre globale et commune.
B.M. : Nous pourrions même envisager
d’aller plus loin : une personne habitant
Anglet réserve via le Net son livre à la
médiathèque de Bayonne où il travaille.
Après l’avoir lu, il le dépose dans une des
trois bibliothèques du BAB… Cet outil
communautaire doit pouvoir offrir des
solutions concrètes et pratiques et faciliter le quotidien des administrés. ■
EN SAVOIR PLUS > www.bayonne.fr
Action publique 11
Cadre de vie
DÉJECTIONS CANINES
”Responsabiliser
les propriétaires de chiens“
En cohérence avec les Journées de la propreté qui ont eu lieu du 24 avril au 5 mai,
la municipalité va mettre en place un plan d’actions axé sur la médiation pour régler
la nuisance liée aux déjections canines.
ENTRETIEN avec Maryline Chevrel, conseillère municipale déléguée à la propreté.
Bayonne Magazine : L’Association
française d’information et de recherche sur
l’animal de compagnie (Afirac), présente
lors des Journées de la propreté, a établi
un diagnostic de la situation à Bayonne
par rapport au problème des déjections
canines. Vous a-t-elle déjà fait
des suggestions ?
Maryline Chevrel : Lors de la conférence
grand public qui s’est tenue le 28 avril dans
le Grand Salon de l’hôtel de ville, Hervé
Guillaume, consultant auprès de cette association, a évoqué plusieurs types d’actions
possibles et complémentaires à celles que
nous avons déjà mises en œuvre (canisites,
distributeurs de poches plastiques, campagne de communication…). Comme lui, je
crois beaucoup à la vertu de la médiation.
Aussi, sur la base du volontariat, allons-nous
former plusieurs agents des services Espaces
verts et Propreté urbaine à la médiation avec
les propriétaires de chiens. Car ils sont très
bien placés pour entrer en contact et dialoguer positivement avec cette population
qu’ils côtoient au quotidien. D’autres acteurs,
tels que les commerçants, les vétérinaires, les
toiletteurs et les clubs canins, peuvent également intervenir car ils sont d’excellents relais
d’information auprès des maîtres de chien.
Bayonne Magazine : Une expérience
menée sur le terrain le 28 avril a montré
que certains propriétaires de chien avaient
déjà acquis le geste propreté, en disposant
d’une poche en plastique pour ramasser.
Comment encourager les autres à faire
de même ?
M.C. : Les propriétaires qui ramassent ont
une attitude citoyenne et l’on peut dire
qu’ils sont véritablement responsables de
leur chien. Ramasser est surtout une question d’hygiène, y compris dans les espaces
verts non dédiés aux ébats canins. Il faut
penser aux enfants qui jouent sur ces aires
de détente, aux personnes qui se déplacent en fauteuil roulant sur les trottoirs,
sans compter tous ceux qui nettoient
leurs chaussures en rentrant chez eux !
Ces personnes responsables doivent servir
d’exemple à celles qui n’osent pas encore
faire ce geste, peut-être par peur du ridicule ou par méconnaissance des règles.
Pour faciliter l’usage de la poche plastique,
nous allons en outre mener des actions de
sensibilisation auprès des enfants, dans les
centres aérés par exemple, avec l’intervention de maîtres-chiens ou de représentants
de clubs canins. Ces actions, et d’autres
encore, seront répétées et coordonnées
dans un plan d’ensemble cohérent. Bien
sûr, il faudra du temps pour que les
comportements changent, mais, depuis
quelques mois, on peut déjà constater
une amélioration à Bayonne. Vous savez,
en tant qu’enseignante, je peux vous affirmer que la base de la pédagogie, c’est la
répétition ! ■
N° VERT BAYONNE PROPRETÉ > 0 800 64 00 64
Maryline Chevrel : “Nous allons
former des agents à la médiation
avec les propriétaires de chiens.”
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
dossier
POUR EN SAVOIR PLUS >
w w w. b ayo n n e. f r
Fêtes de Bayonne : pour
mieux en profiter
14 - Des fêtes
dans de bonnes conditions
16 - S’informer
pour mieux faire les Fêtes
18 - Les Fêtes mode d’emploi
Développer les animations dans la journée, instaurer une pause en fin
de nuit, informer les “festayres” de toute la France, optimiser la sécurité…
Quelques exemples des priorités de la Ville pour assurer à tous de faire
les Fêtes dans les meilleures conditions et satisfaire tous ses acteurs.
14 Dossier
FÊTES DE BAYONNE
Les Fêtes de Bayonne attirent des centaines de milliers
de personnes. Depuis 1990, elles évoluent : le programme
s’enrichit et de nouvelles règles permettent d’accueillir dans de
bonnes conditions des ”festayres“ de plus en plus nombreux.
ENTRETIEN avec Henri Lauqué, président de la commission des Fêtes.
Des Fêtes dans de bonnes co n
Bayonne Magazine : Quelle est
votre priorité cette année ?
Henri Lauqué : Nous avons réfléchi principalement au contenu. Des rendez-vous
très fédérateurs comme la musique et
la danse traditionnelles rassemblent des
”festayres“ de tous âges et de tous
horizons. Baionan Kantuz et Dantzazpi,
par exemple, connaissaient un tel succès
qu’il a fallu les déplacer sur un lieu apte
à recevoir plus de monde, ils seront place
Chanter et danser aux Fêtes de Bayonne
Les Fêtes de Bayonne sont une belle vitrine pour la musique
traditionnelle basque. Les deux rendez-vous incontournables sont
menés par Baionan Kantuz et Dantzazpi. Ils se déplacent cette année
place Jacques-Portes pour permettre à leur public, plus nombreux
chaque année, de trouver assez de place pour chanter et danser avec
eux. Dès l’ouverture c’est un grand moment d’émotion qui est partagé
sur la place de l’Hôtel-de-Ville avec une dizaine de chœurs d’hommes
qui interprètent les plus beaux chants du répertoire traditionnel. La
jota, chant traditionnel navarrais, accompagne également les festivités.
Le soir, l’ambiance musicale change. Une grande scène accueille, sur le
mail Chaho-Pelletier, le groupe Manhattan et ses reprises. Les festayres
déambulent au son des sonos installées dans les bars. Pour éviter une
trop grande cacophonie dans certaines petites rues, la Ville a décidé
cette année de baisser le volume de décibels autorisé. Il passe donc de
85 à 75 décibels et les contrôles seront renforcés pour faire respecter
cet arrêté. Certains rendez-vous orchestrés par des particuliers comme
les concerts salsa rue Thiers, réunissent des centaines de festayres.
Autre rendez-vous musical, autre lieu, avec le concert d’ouverture des
Fêtes aux arènes avec cette année Raphaël le jeudi 3 août. Consacré
artiste masculin de l’année aux dernières Victoires de la musique,
il fédère toutes les générations, point commun non négligeable
avec l’esprit des Fêtes.
Jacques-Portes. Les formations musicales
qui s’installent spontanément sur une
petite place, au coin d’une rue, participent également aux plaisirs de la fête, à
ses imprévus. En déambulant, on découvre une chorale, un chœur d’hommes,
des bandas, des rencontres inattendues
et souvent réjouissantes. Sans oublier les
nombreuses initiatives locales qui ont su
également trouver leurs fidèles, comme
les concerts de salsa organisés rue Thiers.
L’un des objectifs était donc de mettre en
valeur ces rendez-vous et de favoriser les
initiatives organisées autour de la musique, du chant et de la danse.
Bayonne Magazine : Les mesures de
sécurité sont annoncées cette année
conjointement avec Dax. Dans quel but ?
H.L. :Jean Grenet, député-maire de
Bayonne, et Jacques Forté, maire de Dax,
ont décidé de ce travail en commun car
les deux villes sont confrontées aux mêmes
problématiques, avec un afflux important de
personnes sur une courte période. Ces rencontres ont permis dans un premier temps
de s’inspirer mutuellement des mesures qui
fonctionnent. Et cette annonce à deux voix
montre bien que les règles sont les mêmes
partout. Elle permet également de donner
un écho plus large aux règles élémentaires
qu’il faut absolument respecter pour faire
la fête dans de bonnes conditions. On
pourrait imaginer, dans un futur proche,
associer à ce rendez-vous d’autres grandes
places des ferias d’été.
Dossier 15
FÊTES DE BAYONNE
Une pause dans la fête
L’objectif principal des mesures décidées en 2005 était d’instaurer une pause
dans la fête. Ce temps de repos a incité de nombreux ”festayres“ à venir plus tôt
à Bayonne, pour mieux profiter des animations de la journée. Les principales
mesures, toujours d’actualité, sont :
■ la fermeture des débits de boisson à 3h les mercredi, jeudi et vendredi
et à 4h les samedi et dimanche. Ils devront attendre 9h du matin avant
de rouvrir leurs portes ;
■ la fermeture des peñas à 5h du matin. Il leur sera également demandé
de ne plus servir d’alcool dès l’heure de fermeture des débits de boisson ;
■ la suppression des arrivées de bus, de cars et de trains après 23h ;
■ le renforcement du dispositif de transport : bus, cars et trains
urbains - inter-urbains.
nditions
Bayonne Magazine : Comment les Fêtes
ont-elles évolué depuis les nouvelles
mesures établies en 2005 ?
H.L. : Le changement est toujours difficile
à faire accepter. La Ville et la commission
des Fêtes ont à cœur d’assurer la pérennité
des Fêtes de Bayonne et, vu l’ampleur de la
manifestation aujourd’hui, il a fallu s’adapter. En 1990, la tenue du ”festayre“ est
devenue blanche et rouge, le blanc oblige
à plus de maintien. L’un des objectifs principaux des nouvelles mesures appliquées
l’année dernière était d’instaurer une pause
la nuit. Cette nouvelle donne a modifié
certaines habitudes. Des peñas ont ouvert
leurs portes plus tôt, ce qui favorise les
rencontres, les échanges, moins évidents
la nuit. Toutes les générations se retrouvent, se mélangent. Certains acteurs de
la fête, enfermés dans leurs casemates,
reviennent dans la rue. On peut dire que
l’an passé la scission entre la fête du jour
et celle de la nuit était moins évidente.
Ceci renforce le travail effectué depuis des
années pour que la fête se vive d’avantage la journée. Au final, tout le monde a
trouvé son compte dans cette évolution :
les ”festayres“, les acteurs de la fête et
les commerçants. ■
> La soirée d’ouverture attire chaque
année près de 250 000 “festayres”.
16 Dossier
FÊTES DE BAYONNE
S’informer pour mieux faire le s
La Ville de Bayonne met à disposition des ”festayres“
plusieurs supports d’informations pour faire les Fêtes
dans les meilleures conditions.
Cette année le site Internet fait peau neuve.
L’outil essentiel, et largement utilisé par
les nombreuses personnes qui viennent
de la France entière et de l’étranger, est
le site Internet : fetes-de-bayonne.com.
Il permet de faire comprendre l’esprit
des Fêtes.
L’année dernière, 80 000 personnes
l’ont utilisé, avec près de 900 000 pages
vues en quatre semaines. Il regroupe,
dans une première rubrique, toutes les
informations pratiques : Comment venir
aux Fêtes, Où se loger, dîner, acheter la tenue… On y trouve les règles
à connaître impérativement : horaires
d’ouverture et de fermeture des bars
et des peñas, circulation, fermeture de
la ville… Et aussi un plan de la ville,
avec la localisation des lieux à repérer,
comme les espaces de repos, les postes de secours, les toilettes et douches
publiques…
La deuxième grande rubrique est un
espace image réservé au multimédia.
Une webcam en vrai direct (vidéo live)
est installée place de la Liberté. Elle va
permettre à tous les curieux de suivre la
fête jour et nuit en direct. À découvrir
également, des repor-tages quotidiens,
photo et vidéo.
La troisième rubrique concerne le programme, avec un éclairage quotidien sur
les temps forts de la journée. L’histoire
des Fêtes, ses particularités, ses lieux
emblématiques… sont ici détaillés pour
ne rater aucun rendez-vous incontournable et décrypter les codes du parfait
festayre.
La quatrième rubrique, intitulée Autour
des Fêtes, s’adresse plus particulièrement aux ”festayres“ en vacances dans
la région. Ils trouvent ici toutes les activités touristiques, culturelles à découvrir
dans la région.
Et pour terminer, le forum, haut lieu
d’échange des bons plans : logement,
covoiturages. Fetes-de-bayonne.com
évolue mais ce n’est qu’une étape
vers encore plus de services. Dans un
futur proche, il suffira de quelques clics
pour bien préparer ses Fêtes, réserver
un logement, acheter directement sa
Dossier 17
FÊTES DE BAYONNE
À se procurer impérativement
L’Indispensable des Fêtes est un petit dépliant à glisser dans la poche. C’est
un plan de la ville où sont indiqués tous les lieux importants des Fêtes :
postes de secours, campings, toilettes publiques, ainsi que tous les numéros
indispensables.
Le second document est Le Programme officiel des Fêtes. On y retrouve les
temps forts et le programme détaillé. Il est tiré à 50 000 exemplaires et
diffusé à l’Office de tourisme, place des Basques et au Bureau municipal
d’information, rue Bernède.
s Fêtes
> Le Dantzazpi se déplace cette année
place Jacques-Portes. Retrouvez toutes
les infos sur : www.fetes-de-bayonne.fr
tenue, des billets de concerts… Le site,
consulté par des milliers de personnes,
est un outil essentiel pour transmettre un
”savoir-fête“. Il doit permettre aux noninitiés de comprendre les traditions pour
mieux participer à la fête, sachant que
83 % des internautes sont hors Aquitaine.
Derrière tous les aspects pratiques qui
viennent renforcer l’intérêt du site web
des Fêtes, c’est cela l’objectif principal. ■
Le journal des Fêtes
France Bleu Pays Basque diffuse du lundi 31 au vendredi 4 août le
journal des Fêtes à 9h50, 16h20 et 17h45 et le samedi et dimanche
à 9h50.Vous y retrouverez toutes les infos pratiques : places
de camping, horaires de transport, animations de la journée…
France Bleu Pays basque : 101.4
18 Dossier
FÊTES DE BAYONNE
Certaines informations sont à connaître impérativement
pour s’organiser avant les festivités. D’autres lieux,
comme les postes de secours, les espaces repos… doivent
être connus et identifiés. Des plans de Bayonne avec
toutes ces informations pratiques sont donnés par la Ville.
Les Fêtes mode d’emploi
■ L’emplacement
des trois postes de secours :
Poste principal : Gymnase du lycée Paul-Bert, place
Paul-Bert (derrière l’église Saint-André).
Postes secondaires : École du Grand-Bayonne, rue
Albert-Ier. Crèche du quai Chaho, quai Chaho.
Les appels vers les services de secours doivent être
limités aux seules urgences. Il est demandé aux ”festayres“ de se déplacer vers les postes de secours en cas
de blessure légère.
■ Le fonctionnement
des deux campings :
Camping blanc : Mousserolles, avenue Duvergier-deHauranne
Ouvert du mardi 18h au lundi 12h.
Camping vert : La Floride, avenue Raoul-Follereau
Ouvert du mercredi 14h au lundi 12h.
Prix : 25 € par tente pour les 5 jours.
Sites gardés. Accès réservés aux campeurs.
■ Parking deux roues :
Place des Basques, ouvert de 17h à 4h les jeudi, vendredi et samedi et jusqu'à 5h les dimanche et lundi.
Tarifs : 1 € pour les moins de 50 cm3, 2,50 € pour
les plus de 50 cm3.
Parking gardé.
Dossier 19
FÊTES DE BAYONNE
> Camping blanc Mousserolles :
avenue Duvergier-de-Hauranne.
■ Le train et le bus des Fêtes :
Les bus, cars et trains urbains - inter-urbains sont renforcés jusqu’à 23h, heure à partir de laquelle aucun
transport ne dessert Bayonne.
■ Les espaces de repos :
Fontaine du roi Léon, avenue Chanoine-Lamarque
(derrière l’Aviron Bayonnais).
Fontaine des Basques, place des Basques (devant l’Office de tourisme).
Avant de quitter la fête, une tasse de café ou un bol de
soupe chaude vous sont offerts, toutes les nuits de 00h
à 4h le mercredi, le jeudi et le dimanche (de 00h à 5h le
vendredi et le samedi). On peut y tester son alcoolémie
avant de reprendre son véhicule.
Ce service vous est proposé par la Ville et la Maison de
la Vie citoyenne Bayonne centre-ville.
■ Les horaires de fermeture de la ville,
des peñas et des débits de boisson :
Le centre-ville est fermé dès 18h le mercredi soir de
l’ouverture. Les jours suivants, il est fermé de 11h à 7h
le lendemain matin.
Les débits de boisson ouvrent à 9h et ferment à 3h les
jeudi, vendredi et samedi et à 4h les dimanche et lundi.
Les peñas ferment à 5h du matin et ne servent plus
d’alcool dès la fermeture des cafés. ■
© Inca
POUR EN SAVOIR PLUS > fetes-de-bayonne.com et la
Radio des Fêtes sur France Bleu Pays Basque, 101.3 FM
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
vie de la cité
POUR EN SAVOIR PLUS >
w w w. b ayo n n e. f r
22 - Événement
Les Jeudis ciné de Bayonne-Nord
23 - Événement
Les novilladas, spectacles
intenses et formateurs
24 - Événement
« Nabucco » joué aux arènes
25 - Événement
Du jazz pour tous
26 - Sport
Aviron Bayonnais :
merveilleux public !
28 - Sport
L’ASB, le club de la rive droite
29 - Événement
Découvrir le quartier Montaut
par son marché médiéval
30 - Histoire
Des caves,
témoins de l’époque médiévale
32 - Portrait
Viseux ou la mutation perpétuelle
35 - Portrait
Maureen,
heureuse par dévouement
ÉVÉNEMENT
22 Vie de la cité
Les Jeudis ciné
de Bayonne-Nord
À l’initiative du Centre socioculturel Sainte-Croix et de la Maison de la Vie citoyenne
Saint-Étienne, huit longs métrages seront projetés en plein air et à l’Atalante
tout au long de l’été. C’est la première édition de cette opération baptisée
Été 2006 - Les Jeudis ciné de Bayonne-Nord.
Programme
■ 6 juillet, 22h30,
■
■
■
■
place Francis Jammes
Mon voisin Totoro
13 juillet, 22h30,
esplanade Sainte-Croix
Million Dollar Baby
20 juillet, 22h30, Rail Bayonnais
Carnets de voyage
27 juillet, 22h30,
place des Gascons
La Marche de l’empereur
Projection précédée d’un
repas partagé à partir
de 20h30
10 août, 21h30, cinéma
l’Atalante
Kiss Kiss Bang Bang, projection
précédée d’un concert et d’un
repas partagé à partir
de 20h30
■ 17 août, 22h, château
Sainsontan
Charlie et la chocolaterie
Projection précédée d’un
repas partagé à partir
de 20h30
■ 24 août, 22h, Rail Bayonnais
Paï
■ 31 août, 22h, esplanade
Sainte-Croix
Le Petit Lieutenant
En septembre,
Cinéma l’Atalante
■ Première partie : Projection
du film réalisé par dix jeunes
des Hauts-de-Sainte-Croix et
d’Habas-la-Plaine lors d’un atelier
vidéo Éducation à l’Image (*)
■ Deuxième partie : Projection
surprise. Débat en présence
d’un invité.
(*) Renseignements : 05 59 55 79 08
www.bayonne.fr
C’est pour animer les quartiers de BayonneNord tout au long de l’été que les deux
institutions de quartiers (l’espace socioculturel Sainte-Croix et la MVC SaintÉtienne) ont lancé l’opération. Animer le
quartier, permettre aux habitants de se rencontrer et d’échanger, inviter les habitants
d’autres quartiers à découvrir les quartiers
nord… tels sont donc les objectifs de cette
grande opération financée par le Contrat
de Ville, l’association FACIL, Cinéville,
l’École du regard, le cinéma l’Atalante et
la MVC Saint-Étienne, pour un coût de
20 000 €. En plus des projections ciné
gratuites qui auront lieu dans les divers
quartiers de la rive droite, les Bayonnais
auront tout loisir de faire connaissance
au cours de repas partagés. La formule,
qui s’est fait connaître grâce à une autre
opération appelée La Fête des voisins,
séduit par sa convivialité, sa simplicité.
Sur le principe, chacun amène un ”petit
quelque chose à partager“ : tarte salée,
salade, pizza, gâteaux apéritif, boisson…
À chacun ses idées et ses envies pour créer
une ambiance toute sympathique ! ■
ÉVÉNEMENT
Vie de la cité 23
Novilladas,
des spectacles
intenses et formateurs
Dès le 14 juillet, la temporada
s’installe à Bayonne. Si les plus
grands toreros se produisent
dans les arènes Marcel-Dangou,
le parti pris cette année est
de renforcer les novilladas afin
d’initier les plus jeunes.
ENTRETIEN avec Olivier Baratchart,
directeur des arènes de Bayonne.
Bayonne Magazine : Cette année, le budget
des novilladas augmente. Pourquoi mettre
l’accent sur ce spectacle ?
Olivier Baratchart : Il faut penser à l’avenir, éduquer les jeunes à la corrida. C’est la
meilleure façon d’apprendre et d’apprécier.
De plus, c’est un spectacle intense et plus
abordable que les corridas. Les jeunes aspirants se donnent à 100 % avec les lacunes
d’un apprenti mais qui sont palliées par une
hargne et une envie de se dépasser que l’on
perd souvent avec le temps. Ils essayent
toutes sortes de passes, testent le public.
L’an dernier, nous avons vécu un moment
historique lors de la finale des novilladas sans
picadors. Buenorro, un novillo de Santafé
Marton, a été gracié. C’était une première
dans les arènes de Bayonne ! Le bonheur
et l’émotion dans le public étaient d’une
telle intensité que tous les jeunes présents
reviendront. La sélection pour les novilladas
permet aux éleveurs de préparer les toros et
nous avons choisis cette année, de privilégier
les élevages locaux avec un élevage du SudEst et deux du Sud-Ouest (le Gersois Darré et
El Palmeral d’Arraute Charritte) et toujours
Santafe Marton pour la finale.
Bayonne Magazine : Quand on n’est pas
d’une famille d’aficionados, comment
découvrir la corrida ?
O.B. : La Ville met en place une politique
de prix très accessible pour les plus jeunes.
L’entrée aux novilladas sans picadors est au
tarif unique de 10 €, une occasion pour venir
en famille. De plus, l’entrée pour les moins de
15 ans est gratuite pour toutes les novilladas.
La Ville propose également aux jeunes de s’initier gratuitement à la tauromachie pendant les
vacances dans le cadre des activités de Ticket
découverte. Si les jeunes ressortent rarement
avec une envie viscérale de devenir matador,
ils deviennent des aficionados plus aguerris.
Bayonne Magazine : Deux filles participent
aux novilladas, est-ce que la profession
de torero se féminise ?
O.B. : Non, je ne pense pas. Même si elles
ont le même courage que les hommes, le
physique ne suit pas. Vanessa Montoya et
Veronica Rodriguez sont espagnoles. C’est
vrai que les filles sont un peu plus nombreuses qu’autrefois dans les écoles taurines
mais je ne pense pas que cela reflète une
tendance.
Bayonne Magazine : À quelle date peuton commencer à se procurer les billets
pour la temporada ?
Dès le 10 juillet aux arènes et à l’Office de
tourisme mais surtout sur le site Internet
de la Ville : bayonne.fr (rubrique Corridas).
Ce site permet également de regarder les
vidéos des élevages. Un nouveau numéro
de téléphone est exclusivement réservés à la
location : 08 92 46 64 64 ■
Olivier Baratchart : "Il faut penser
à l’avenir, éduquer les jeunes à
la corrida. C’est la meilleure façon
d’apprendre et d’apprécier.”
Qu’est-ce
qu’une novillada ?
Les novilladas sont menées par
des novilleros, apprentis toreros. Ils
n’ont pas pris l’alternative, examen
obligatoire pour devenir un torero.
Les novillos sont des jeunes toros.
Il y a deux sortes de novilladas.
Pour une novillada non piquée, le
novillo a moins de 3 ans. Pour une
novillada piquée, le novillo est âgé
de 3 à 4 ans maximum. À 4 ans,
un toro est adulte et réservé
aux corridas.
Novilladas sans picadors :
■ Vendredi 14 juillet à 11h
■ Dimanche 13 août à 11h
■ Mardi 15 août à 11h
■ Dimanche 3 septembre à 11h
Novillada piquée :
■ Vendredi 14 juillet à 18h
Pour en savoir plus :
www.bayonne.fr, rubrique
corrida
ÉVÉNEMENT
24 Vie de la cité
« Nabucco » joué aux arènes
Nabucco, le célèbre opéra du compositeur Giuseppe Verdi, sera joué aux arènes
de Bayonne dans la soirée du 28 juillet. Cette œuvre, qui a donné sa réputation
au grand maître italien, est d’une force incontestée : un hymne à la liberté
qui traverse les siècles.
la jeune femme s’empare de la couronne
et condamne les Hébreux à mort. Quand
Nabucco recouvre la raison, il renie le culte
de Baal, dieu d’origine sémite, se convertit
au judaïsme et rend la liberté au peuple
qu’il avait conquis.
Nabucco, un tournant décisif
Nabucco, inspiré de l’Ancien Testament,
raconte l’histoire du peuple hébreu sous
le règne de Nabuchodonosor. L’intrigue
commence avec la prise de Jérusalem par
les Assyriens en 587 avant Jésus-Christ,
accompagnée de la destruction du grand
temple et suivie de la déportation de la
population à Babylone. Nabuchodonosor
est le roi qui a commandité cet acte. Il n’est
pourtant pas le personnage principal du
Nabucco de Verdi. Celui-ci est campé par sa
fille illégitime Abigaïlle, fille d’une esclave
que Nabucco traite néanmoins comme son
enfant et qui cultive l’ambition de lui succéder. Alors que le roi s’enfonce dans la
folie (il se prétend d’inspiration divine),
Nabucco joue un rôle fondamental dans
l’histoire de Verdi, qui y adopte des moyens
linguistiques et expressifs d’un genre nouveau. Son langage musical, créé pour être
compris et apprécié de tous, du plus humble paysan à l’homme cultivé, s’inscrit en
rupture avec l’opéra solennel, d’inspiration
néoclassique. Il fait de Verdi le maître
incontesté de la scène musicale italienne.
La pièce fut jouée pour la première fois à la
Scala de Milan le soir du 9 mars 1842, où
elle remporta un immense succès : le public
demanda avec insistance que soit bissé le
chœur des esclaves Va, pensiero, sull’ali
dorate. Cette mélodie raffinée et pourtant dotée d’une sonorité caractéristique
des chants populaires est devenue l’hymne
national italien officieux, symbolisant les
aspirations révolutionnaires du peuple italien dans la seconde moitié du XIXe siècle.
Pour la représentation de Bayonne, plusieurs voix de choristes locaux rejoindront
le chœur des professionnels au cours de
ce passage, célébrant ainsi cet hymne à la
liberté. ■
Nabucco
Le 28 juillet aux arènes - Musique de Giuseppe Verdi
Livret de Termistocle Solera
Prix de 40 à 85 €
Les concerts des arènes
En plus de l’opéra Nabucco, trois concerts sont programmés aux arènes cet été :
Jean-Louis Aubert le 17 juillet, Raphaël le 3 août (concert des Fêtes)
et Julien Clerc le 10 août.
Location : Office de tourisme de Bayonne : 05 59 46 01 46
et points de vente habituels.
ÉVÉNEMENT
Vie de la cité 25
Du jazz pour tous
”La Ruée au jazz“ retrouve les rues de Bayonne,
du 13 au 16 juillet. Reconnu aujourd’hui comme un festival
de jazz populaire et de qualité, sa programmation s’annonce
très variée. Des artistes d’univers très différents mettent
en avant les multiples facettes du jazz.
L’artiste française Elisabeth
Caumont ouvre cette 4e édition.
Cette année, trois grands noms et trois
styles bien marqués sont à l’affiche. Le
compositeur libanais Rabih Abou-Khalil est
à l’origine d’un nouveau style, mélange de
jazz classique et de musique arabo-orientale.
Il a notamment introduit, dans ses compositions, son instrument fétiche, le oud (mandoline). Autres influences avec le contrebassiste
Renaud Garcia Fons, qui mêle habilement
le flamenco au jazz classique. La chanteuse
Elisabeth Caumont, artiste emblématique de
la chanson jazz française, ouvrira le festival.
Avec ses chansons à texte, elle balade les
spectateurs dans un univers très poétique.
Le trompettiste Stéphane Belmondo, artiste
phare de la nouvelle scène française, est
très apprécié pour son audace. La critique
applaudit cette nouvelle génération d’artistes qui, à l’image de la marraine de ce festival, Mina Agossi, maîtrisent parfaitement
les bases du jazz mais osent le mélanger aux
influences musicales en vogue.
Une soirée grand public
Autre soirée emblématique de cette nouvelle édition, celle du 14 juillet. L’entrée est
gratuite et la programmation musicale très
tendance. Au programme, de l’électrojazz, avec le groupe Smooth, une musique
dansante qui associe le funk, l’électro, le
jazz. La première partie est menée par un
groupe local, Dounshaq, composé des trois
frères Werner. Un mélange de groove, de
hip-hop et de funk. La soirée sera clôturée
par un DJ de Saint-Sébastien.
Les grandes soirées ont lieu sous chapiteau
sur le mail Chaho-pelletier. Mais ”La Ruée
au jazz“, ce sont également de nombreux
concerts dans plusieurs quartiers de la
ville : Petit-Bayonne, Sainte-Croix et SaintEsprit, avec des artistes de la région.
Le programme détaillé est sur le site :
larueeaujazz.com. ■
Des tarifs attractifs
Les entrées pour les soirées
varient entre 8 et 14 € et sont
gratuites pour les moins de
15 ans. De nombreux concerts
sont gratuits. Les billets sont
en vente sur place, chez Elkar
à Bayonne et chez Harmonia
Mundi à Bayonne, Tarbes et Pau.
26 Vie de la cité
SPORT
Aviron Bayonnais
Merveilleux public !
En foot comme au rugby, l’engouement et la ferveur des supporteurs Bleu et Blanc
font du public le seizième homme du match. Retour sur une saison en demi-teinte…
avec la relégation des footballeurs en CFA et le maintien de l’Aviron dans l’élite
du rugby français.
Vingt-sixième et dernière journée du Top 14, fin
de la rencontre Aviron Bayonnais - ClermontAuvergne. Après deux minutes d’une attente
insoutenable, les 12 000 spectateurs du stade
Jean-Dauger exultent : malgré la défaite,
Bayonne assure son maintien dans l’élite grâce
à la victoire de Castres à Pau. Une immense
explosion de joie traverse le terrain envahi par
des milliers de supporters soulagés. Bayonne
a gagné son duel à distance avec son voisin
béarnais. L’Aviron peut préparer sa troisième
saison dans l’élite et confirmer sa volonté
de réussir au plus haut niveau en retrouvant
l’aura d’un club au glorieux passé. Avec des
structures d’encadrement solidifiées depuis
deux ans et de nouvelles fondations posées :
L’Aviron Bayonnais jouera
à nouveau contre le Stade
Toulousain la saison prochaine
dans un stade Jean-Dauger
pouvant accueillir
14 000 spectateurs.
Des tarifs pour tous
Avec un prix d’appel
à 99 €, les nouveaux tarifs
pour la saison 2006/2007
sont très raisonnables
et le club propose des
abonnements en tribune
(assis et couvert) à partir
de 219 €, soit 10 € de
moins que l’an dernier.
De plus, l’Aviron Bayonnais
est le seul club du Top 14
à proposer la gratuité
pour les jeunes de moins
de 17 ans.
Pour en savoir plus :
www.avironbayonnaisrugby.fr
les travaux des tribunes ont débuté dès le lendemain pour offrir au public un stade digne
de son indéfectible soutien. ”Nous avons un
public merveilleux, extraordinaire, à Bayonne,
s’exclame Jean Grenet, député-maire. C’est
pour lui que l’on fait tout cela.“ Et de rappeler
qu’en portant la capacité du stade à 14 000
places dont 7 000 assises et couvertes, ”la
municipalité marque son soutien à l’Aviron
Bayonnais Rugby qui a montré sa capacité à
se maintenir“.
Un nouveau challenge se dessine maintenant
pour les entreprises chargées de l’aménagement des tribunes : être prêt pour accueillir,
dès le 26 août, le premier match à domicile
des Bleu et Blanc.
Vie de la cité 27
SPORT
Il y a une place et un public
pour le football à Bayonne.
Ici au stade Didier-Deschamps
lors du match de la montée en
National contre Toulon en 2004.
Foot : fin de l’aventure en National
Comme les rugbymen, il aura fallu attendre l’ultime rencontre de la saison pour
connaître le sort, cette fois-ci malheureux, de l’Aviron Bayonnais Football Club, qui
a marqué le pas cette année et évoluera en CFA la saison prochaine. Mais quel
chemin parcouru depuis 2001 ! Un parcours exceptionnel (passer de la division
d’honneur au National en 4 ans) réalisé sous l’impulsion deux hommes, le
président Manu Merin et l’entraîneur Christian Sarramagna. Et tous les Bayonnais
se souviennent de l’exploit des Bleu et Blanc en Coupe de France (défaite en 8e de
finale face au PSG au parc des Princes). Aujourd’hui, avec le départ du charismatique
Christian Sarramagna, c’est une nouvelle page de l’histoire de l’Aviron Bayonnais
qui se tourne. Manu Mérin se dit ”persuadé qu’il y a ici une place pour le football
sur le long terme “. Quant à la Ville, elle affirme son soutien à un club qui, au-delà de
l’équipe phare, regroupe plus de 540 licenciés dont 380 jeunes de moins de 18 ans !
Pour en savoir plus : www.aviron-bayonnais-fc.com
”Mettre le feu“
Car, à n’en pas douter, les supporters seront
là, comme le montre l’engouement pour
les abonnements : ”Dès l’ouverture de la
billetterie, précise Francis Salagoity, président
de l’Aviron Bayonnais Rugby, 400 nouveaux
abonnés nous ont rejoints en deux jours. Je
rappelle d’ailleurs que nous sommes parmi les
deux ou trois clubs qui présentent les tarifs les
plus raisonnables du Top14“ (voir encadré).
L’avenir du rugby de haut niveau à Bayonne
passe aussi par l’aspect économique. Les
capacités accrues des spectateurs (dans le
Le projet des tribunes
Jean-Dauger
Une exposition présente
le stade Jean-Dauger, son
histoire, sa rénovation et le
projet des nouvelles tribunes.
C’est au Bureau d’information
municipal jusqu’au 21 juillet.
Rez-de-chaussée de l’Hôtel
de ville, rue Bernède.
Du lundi au vendredi, de 10h
à 12h et de 14h à 17h.
confort et la sécurité), la création de loges
pour les partenaires, assurent au club un
budget supplémentaire d’un million d’euros
qui se traduira sur le terrain par la présentation d’une belle équipe pour pouvoir monter
dans la hiérarchie du rugby français.
La peña Baiona, le Kop des jeunes, la mascotte Pottoka et tous les autres peuvent
continuer ”à mettre le feu“ dans un stade
Jean-Dauger qui reste parmi les plus grosses
affluences du championnat (10 000 spectateurs en moyenne par match) et mérite
l’oscar rugby du meilleur public. ■
Les supporters Bleu et Blanc
sont l’un des meilleurs publics
du Top 14 de rugby.
SPORT
28 Vie de la cité
L’ASB : le club de la rive droite
Présente depuis 1920 dans le quartier Saint-Esprit, l’Association sportive bayonnaise
s’impose au fil des ans comme le club de la rive droite. Son implantation permet
aux dirigeants du club d’être les partenaires d’un projet sportif de quartier, renforçant
ainsi le rôle social et associatif de ce petit club aux excellents résultats.
Dire de l’ASB qu’il est un petit club n’est
pas péjoratif mais une évidence. En effet,
seulement deux disciplines y sont enseignées : le triathlon et le rugby. Reste que
les résultats parlent d’eux-mêmes et, cette
année, le rugby de l’ASB est à l’honneur.
Le président du club, Gilles Peynoche, se
réjouit de la tournure que prennent les
événements.
Bayonne Magazine : Pouvez-vous
commenter pour nous les résultats
de la section rugby ?
Le président du club,
Gilles Peynoche, dans le local
de l’ASB situé à quelques pas
de la gare.
Gilles Peynoche : L’équipe première
monte en fédéral 3 et a décroché le titre de
championne du comité Côte basque - Landes. Les féminines ont accédé à la première
division. Quant à l’équipe réserve, elle vient
d’obtenir elle aussi le titre de championne
du comité Côte basque - Landes dans la
catégorie honneur et a perdu de justesse
en finale du championnat de France. Nous
sommes évidemment très fiers de ces bons
résultats et c’est une belle récompense
pour notre club.
Bayonne Magazine : L’ASB a cette
particularité de conserver dans ses effectifs
une section féminine. Est-ce que le rugby
féminin est une réalité au Pays basque
et ailleurs ?
G.P. : Il y a dix ans, nous avons assisté à un
véritable boom du rugby féminin. Peu à
peu, les sections ont fermé et nous avons
accueilli à l’ASB toutes les passionnées qui
sont venues des différents clubs du Pays basque. La réglementation pour les filles est très
contraignante puisque nous avons la possibilité d’accueillir les filles jusqu’à 13-14 ans,
puis, à partir de 16 ans, c’est la règle fédérale. Entre les deux, il y a un vrai problème
de suivi alors que l’école de rugby accueille
les garçons sans discontinuité. De plus, les
équipes féminines étant disséminées un
peu partout dans l’Hexagone, de grosses
contraintes financières et logistiques sont à
prendre en compte… mais leur réussite vaut
le coup. Elles accèdent cette année en 1re
division et Sandrine Jauréguiberry, la figure
emblématique de l’équipe, est titularisée
pour la deuxième fois en équipe de France.
Alors oui, les filles deviennent une réalité
dans le rugby et elles y viennent, comme les
garçons, pour le sport et l’état d’esprit.
Bayonne Magazine : Comment
expliquez-vous ces bons résultats ?
G.P. : Nous avons le vent en poupe car les
gars sont plus entraînés et les dirigeants,
mieux formés. Les spectateurs ne tolèrent
plus la violence et l’“à peu près”. Nos
joueurs et nos joueuses sont donc les
garants des valeurs de ce sport qui nous est
si cher. Respect, tolérance, sens du combat
collectif mais aussi convivialité… nos jeunes
sont dans cette dynamique-là. Et puis il y a le
quartier. Quasiment 100 % de notre effectif
est constitué de jeunes de la rive droite, ce
qui renforce le sentiment d’appartenance
au club et l’envie constante de se dépasser.
Pour les joueurs de l’ASB, Saint-Esprit et la
rive droite en général, c’est important, c’est
chez eux, et c’est Bayonne ! ■
ÉVÉNEMENT
Vie de la cité 29
Découvrir le quartier Montaut
par son marché médiéval
Du 12 au 14 juillet, le 14e marché médiéval sera un nouveau moment fort pour tout
le quartier de la place Montaut, qui invite Bayonnais et estivants à la découverte
d’un quartier historique de la ville.
Le marché médiéval a été créé par quelques bénévoles de l’Amicale de la porte
d’Espagne, anciens commerçants ou habitants du quartier, et surtout amoureux
des lieux. Leur but : faire vivre ces rues
du Grand-Bayonne, chargées d’Histoire
et d’anecdotes, grâce à trois jours de festivités et d’animations. Le pari est réussi
tant l’événement amène de visiteurs à la
découverte d’un quartier historique particulièrement intéressant. La physionomie du
quartier a certes beaucoup changé depuis
le Moyen Âge, puisque la place Montaut
n’existait pas encore (elle apparaît plus
tard, et porte le nom d’une maison noble
mentionnée pour la première fois dans des
archives de 1615, et qui disparut au début
du XXe siècle).
Un quartier d’artisans
Au Moyen Âge, le secteur était quadrillé
de petites rues portant le nom des corporations qui y étaient installées. Il en va ainsi
de la rue des Faures, où les forge-rons (fer,
acier, cuivre ou étain) étaient fortement
représentés et qui voisine avec la rue des
Hasters, fabricants de bois de lance et
collaborateurs des faures. La rue de la
Sabaterie rappelle quant à elle l’existence
des savetiers, fabricants de chaussures,
sans oublier la rue Douer où exerçaient
les tonneliers puis la rue Vieille-Boucherie,
anciennement dédiée aux ”carnaceirie“
(boucheries).
Ces corporations-là ont certes disparu,
mais la tradition artisanale est toujours fortement ancrée dans ce périmètre, et le visiteur aura tout loisir de noter toute la diversité des métiers artisanaux représentée :
mosaïste, relieur, restaurateurs de tableaux
ou de meubles anciens, brocanteur, antiquaire, joaillier, doreur, libraire spécialisé
en livres anciens, fabricant de makilas,
encadreur, tapissier à l’aiguille, galeriste
d’art, couturier, luthier… L’animation festive du marché médiéval les met en valeur
et il est toujours intéressant de pousser
leurs portes à la quête d’un savoir-faire
qualitatif mis en œuvre par de véritables
passionnés. ■
HISTOIRE
30 Vie de la cité
Des caves,
témoins de l’époque médiévale
Sur la partie haute de la ville, cent trente caves
médiévales ont été inventoriées par l’historien
Maurice Haulon en 1939. Toutes n’ont pas survécu
à l’usure du temps, mais certaines restent visibles
et témoignent du parcellaire urbain de Bayonne
au Moyen Âge.
Autour de la cathédrale et en particulier
dans les rues du Pilori et Argenterie, la rue
d’Espagne et celle des Prébendés, des caves
en pierre voûtées servent d’entrepôts aux
commerçants. Leurs homologues du Moyen
Âge en faisaient déjà le même usage, à la
différence près qu’elles servaient aussi de
lieux de vente ! Il faut s’imaginer le niveau
des rues un peu plus bas qu’à l’heure actuelle
(d’environ 50 cm) et pointer les ouvertures
visibles au bas des façades. Ces ouvertures
donnent sur les caves en question. Il y a plusieurs siècles, on y accédait depuis la rue par
des escaliers en pierre. Souvent, une lampe
à huile était mise à la disposition du client,
dans une petite niche percée sur le côté des
escaliers.
On trouvait là des ateliers d’artisans, tout
comme des commerçants. C’est du moins
ce que l’on déduit de l’observation faite de
caves médiévales identiques construites dans
d’autres villes.
Lutter contre les incendies
Elles ont été construites aux XIVe et XVe siècles sur le modèle des voûtes en pierre de
style gothique de la cathédrale. En 1258, le
chœur en pierre de cette cathédrale était déjà
réalisé. Lorsque l’on s’aperçut qu’il résistait à
l’épreuve du feu, les habitants eurent l’idée
de bâtir leurs maisons, alors en bois, sur des
caves en pierre. Ils pourraient y entreposer
leurs marchandises et s’y abriter en cas
d’incendie (il y en avait souvent à l’époque).
Cette cave se trouve rue des Gouverneurs
et présente la particularité d’être dotée
des deux systèmes d’architecture utilisés
à Bayonne : la première partie de la cave
est montée sur croisées d’ogive, tandis que la
seconde possède des arcs en berceau légèrement brisés. Elle peut se visiter
avec les guides de l’Office de tourisme.
HISTOIRE
Vie de la cité 31
Il semblerait que les architectes et ouvriers
(des compagnons du Tour de France) à l’origine de la cathédrale contribuèrent à leur
construction. Le principe était simple : dès
qu’une maison brûlait, l’on creusait un trou à
la dimension du parcellaire de la maison, puis
à l’aide d’un coffrage en bois, l’on édifiait la
cave en pierre (grès de Mousserolles). Audessus de celle-ci, une nouvelle habitation
prenait place. À l’exception près des façades,
qui avançaient plus ou moins sur la rue en
fonction des plans de reconstruction, ces
caves nous rappellent le parcellaire urbain
de Bayonne à l’époque médiévale. Il en est
d’ailleurs le seul témoin, toutes les bâtisses
construites au-dessus ayant été détruites. ■
Intérieur d’une cave
appartenant
à un particulier.
Plan des caves de Bayonne,
établi par Maurice Haulon
en 1930. les caves sont
rectangulaires et croisées
en leur centre pour certaines.
PORTRAIT
32 Vie de la cité
Viseux
ou la mutation perpétuelle
Jusqu’au 25 septembre, le sculpteur Claude Viseux exposera à Bayonne au Carré
Bonnat. À l’occasion de cette installation intitulée ”État de Nature“, l’artiste créera
deux sculptures. Deux créations qui rendent ce rendez-vous encore plus exceptionnel.
”Je ne me suis jamais emmerdé !“ La
phrase est de Claude Viseux et pourrait
résumer le parcours et le caractère de cet
artiste hors normes.
L’homme est breton, passionné des
bords de mer où il trouve matière à ses
compositions. L’homme est surtout un
brin anarchiste et revendique encore, à
presque 80 ans, sa force de penser et
d’agir en esprit libre.
Viseux est aussi protéiforme que les
sculptures qu’il donnera à voir au Carré
Bonnat, tout cet été.
Diplômé de l’École nationale supérieure
des Beaux-Arts de Paris, il a été architecte, peintre et sculpteur. De 1975 à
1992, il a également été chef d’atelier
de sculpture aux Beaux-Arts.
Pour le comprendre, il faut repartir dans
un Paris de l’après-guerre où il a pu laisser s’exprimer la démesure créatrice qui
l’habitait.
Viseux et ses récupérations
Au début des années 50, Viseux exécute
ses premières peintures gestuelles et
expose dès 1952 à la galerie parisienne
Vibaud. Ce n’est qu’à partir des années
60 qu’il s’adonne entièrement à la sculpture. Arman sera connu et reconnu pour
ses accumulations d’objets, César ses
compressions, Viseux, lui, pour ses récupérations. Son travail s’immerge dans un
univers industriel dans lequel il pille des
pièces mécaniques pré-usinées en tout
genre, des tubes droits ou coudés prêts à
PORTRAIT
être tordus et malmenés, soudés, assemblés, froissés. La sculpture de Viseux, en
acier inoxydable, fait la part belle aux
boules, aux ellipses, aux sphères, aux
cônes et aux cylindres…
Transformiste à l’excès, Claude Viseux
se joue des formes, les associe, crée par
concaténation des figures mutantes, des
montages irréels qui viennent contredire
un réel trop lisse et sans poésie.
En cinquante ans de carrière, l’artiste,
qui est passé de l’informel aux structures géométriques, est un rassembleur,
comme il se définit lui-même. Plus qu’un
sculpteur… un chirurgien de l’acier. Il
a un pied dans le XXe siècle et un autre
dans le XXIe. Sa modernité s’affiche partout en Europe dans des villes qui ont
choisi d’installer les plus grands de ses
formats. ”J’aime créer la surprise sur des
surfaces réglées. Une sculpture monumentale installée en milieu urbain est un
événement social. Les musées, c’est bien,
évidemment, mais en ville, la sculpture
est admise et acceptée. L’acier brille et
réfléchit le soleil. Elle est œuvre d’art et
monument, elle est anti-nature.“
Pour ”État de nature“, titre de l’exposition
qui s’installera au Carré Bonnat, Claude
Viseux va créer deux sculptures. Des toupies
réceptacles, sortes de nutations ferreuses.
L’événement est de taille car l’artiste, à la
tête d’une grande collection personnelle
installée dans son atelier d’Anglet, crée
Vie de la cité 33
moins. ”Vincent Ducourau, le conservateur
du musée Bonnat, va faire son marché
dans mon atelier… il va faire son banquet
d’art et choisira ce qui lui plaît. Pour les
deux nutations qui seront créées pour
l’exposition, je suis en plein travail avec
la SAREM*. La chaudronnerie me donne
une certaine liberté. C’est pour cela que
je l’aime.“
Une liberté que Claude Viseux a toujours revendiquée et qui guide, encore
aujourd’hui, ses choix de vie. ■
* La SAREM est une chaudronnerie. Elle travaille essentiellement dans le domaine de l’aéronautique et s’est
spécialisée dans la confection de sculptures monumentales. Une toute petite activité très chère aux cœurs de
ces chaudronniers angloys.
Claude Viseux se joue des
formes, les associe, crée par
concaténation des figures
mutantes, des montages irréels.
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PORTRAIT
Vie de la cité 35
Maureen,
heureuse par dévouement
Maureen Rubichon est un exemple
de dévouement associatif.
Elle s’est investie en tant que bénévole au sein
de l’association Léo-Lagrange, où elle décore le char
des Fêtes pendant l’été et dirige une chorale mixte toute l’année.
Depuis son arrivée en France en 1966,
Maureen, anglo-irlandaise de naissance, n’a
cessé de participer à la vie associative locale.
Passionnée de jazz chanté, elle a d’abord
prêté sa voix à une chorale de Pau, Cool and
Hot. Puis, ayant créé un petit attroupement
autour de son engouement, elle faisait répéter chez elle, dans son petit pavillon d’Urt.
Jusqu’à ce qu’une de ses filles lui parle de
l’association Léo-Lagrange, à Bayonne, qui
recherchait un bénévole pour donner des
cours d’anglais à des enfants. Ayant déjà eu
une expérience très encourageante en milieu
scolaire, elle a dit oui sans hésiter. ”De toutes mes expériences d’enseignante, ce sont
celles que j’ai pu avoir avec les plus jeunes
qui m’ont le plus touchée. Les enfants ont un
tel potentiel pour les langues étrangères !“
Expériences à l’appui. Maureen en aurait tellement à raconter… Mais elle se retient pour
ne dire que l’essentiel.
Créer le souvenir
À Léo-Lagrange, elle a donc donné des
cours de soutien pour les petits, puis a créé
une chorale mixte, Go Swing, qui rassemble
quelque trente chanteurs réguliers autour
de chants gospel, jazz américain, mais aussi
jazz français, son préféré des deux, bien que
le moins aisé à mettre en voix en raison de
la particularité des harmonies. ”Les Français
n’aiment pas le jazz français. C’est dommage.
Lorsque j’inscris un nouveau morceau au
répertoire, on croirait à une punition !“ ditelle avec humour… Mais, rien ne l’empêche
d’insister encore un peu pour vivre sa passion.
Progressivement, avec constance et persévérance, elle encourage chacun à se faire
confiance et apporte quelques morceaux supplémentaires de ce jazz réputé si difficile.
Toujours prête à rendre service, elle s’est en
outre impliquée dans l’élaboration du char
des Fêtes de Léo-Lagrange. Chaque année,
pendant tout le mois de juillet, elle est donc à
pied d’œuvre pour ajouter de son savoir-faire
(la peinture, une discipline qu’elle a apprise
de son père) à un monument de bien courte
durée (les chars ”sortent“ deux fois de leur
entrepôt). Qu’à cela ne tienne, l’on sent bien
que l’aspect matériel n’est pas prioritaire
chez cette dame : elle est plus forte dans le
domaine du relationnel. Les souvenirs, ceux
qu’elle crée autour de ses passions, tiennent
donc chez elle une place de premier choix. ■
Maureen Rubichon a créé et
dirige la chorale mixte Go Swing.
ACTUALITÉASSOCIATIVE
ACTUALITEASSOCIATIVE
FESTIVAL
Hommage
à Mozart
La 47e édition du festival Musique
en Côte Basque rend naturellement hommage à Mozart, alors
que l’on célèbre partout dans le
monde les 250 ans de sa naissance.
Deux concerts auront notamment lieu à Bayonne : le quatuor
Parisii et Gérard Caussé conduiront le public dans l’ineffable secret des quintettes à cordes (le
2 septembre au théâtre) ; le violoncelliste Gary Hoffman, accompagné
du pianiste David Selig, fera vibrer
les voûtes du Cloître de la cathédrale (le 9 septembre). De multiples
autres concerts sont programmés
lors de ce festival baptisé Mozart
en son temps, dont un concert
de l’Orchestre national Bordeaux
Aquitaine sous la direction de
Michel Dalberto.
Renseignements et réservations
> 05 59 26 79 63.
>>>>
FESTIVAL
Errobiko Festibala,
créé par une association bayonnaise
Errobiko festibala, célèbre festival de musiques,
danses, arts plastiques et poésie, a été conçu
par l’association bayonnaise Ezkandrai, sous
l’impulsion de son directeur artistique Beñat
Achiary. De nombreux artistes bayonnais y participent, en donnant une couleur toute locale à
ce festival international. On peut citer des musiciens comme Boujelal, Homa, Haydar & Kada,
Kob’aW, Yaninga, L.Guerin, Saälam, des poètes
comme Itxaro Borda, Etxezaharreta, la plasticienne Daniela Maitia (de l’atelier L’Enfance de
l’Art), la danseuse orientale Malika, la danseuse
contemporaine Sandra Lanusse et le performer
Jean-Yves Roques (MC du Bœuf).
Errobika Festibala
Itxassou, 20-22 juillet 2006
Renseignements
> errobikofestibala.free.fr
Performance de Sandra Lanusse
autour de l’installation Begi Solasak
de Daniela Maitia
CHANT CHORAL
© Xabi Senderain
36
EXPOSITION
MALVOYANCE
Le tout nouveau CD d’Argileak La fête
Le service
de la couleur d’écoute gratuit
de ValentinHaüy
Cela faisait huit ans qu’Argileak n’avait pas enregistré de CD. 2006 était la
bonne année. Ainsi en a décidé André Lassus, l’un des trois chefs de chœur
et répétiteurs de ce chœur d’hommes bayonnais. Les trente-cinq choristes
étant fin prêts pour l’enregistrement, il les a dirigés sur un répertoire qu’il
a voulu varié : des chants traditionnels basques bien entendu, des chants
basques moins courus, des chants espagnols et des chants d’animation
accompagnés par un accordéoniste et des guitaristes. Édité par Agorila, ce
CD sortira dans le courant de l’été et sera disponible auprès des membres
du chœur puis dans tous les circuits de distribution habituels.
Le 8 juillet, à partir de 14h, une
exposition d’œuvres de l’atelier
L’Enfance de l’art, ainsi qu’une animation (fresque sur le thème du
mandala réalisée par les enfants)
auront lieu place de Lacarre. De
leur côté, les adultes de l’association seront à l’œuvre dans des
conditions d’”atelier live“, le tout
autour d’une table gourmande. À
16h30, spectacle de marionnettes basques avec Azika. À 18h30,
apéritif musical avec les chanteurs
musiciens Pantxix Bidart et JeanChristian Hirigoyen.
Pour tous les aveugles et malvoyants qui souffrent du manque
de communication, l’association
Valentin-Haüy a mis au point un
service Écoute Déficience visuelle,
disponible tous les lundis et jeudis
de 14h à 18h.
Il suffit de composer
le 0 800 21 21 62
l’appel est gratuit.
Couleur, vie et culture bilingue sont
au programme de cette fête de la
couleur 2006 !
Samedi 8 juillet place Lacarre et
dans l’atelier L’Enfance de l’art,
34, rue Poissonnerie.
Retrouvez les associations bayonnaises sur le site www.ville-bayonne.fr, rubrique CARNET D’ADRESSES
>>>>
BLOCNOTES
ÉDITION
La fraternité de trois hommes basques
Frères humains est le récit véridique de trois hommes issus de deux grandes familles basques : les
Inschauspé de Saint-Palais et les Castaingts de
Béhasque, un village voisin. Au cours de la Seconde
Guerre mondiale, leur combat les a réunis autour
d’une fraternité qui fait chaud au cœur. Édouard,
meunier à Saint-Palais, est retenu prisonnier en
Silésie. À peu près libre de ses mouvements, il exerce son métier de meunier, il s’attache à soulager
ses camarades. Il se mobilise pour aider à sauver
son frère Pierre, résistant déporté dans un camp,
et l’ami de ce dernier, Jean-Pierre Castaingts (qui
était instituteur à Bayonne). À force de courage
et de solidarité, les trois hommes triompheront
de la tourmente.
37
>>>>>>>>>>
Musée Bonnat :
Au repos dans le patio…
EXPOSITIONS
Autour de La Fillette
endormie de Léon Bonnat
et de La Jeune Fille
endormie de Maurice
Denis, le musée Bonnat
a rassemblé quelques
tableaux (provenant des
musées de Lille, Roubaix,
Béziers, Bordeaux, Pau…)
mettant en scène des
personnages plongés
dans le farniente.
Images de sieste,
lecture, conversations
silencieuses… sont présentées dans le
patio ensoleillé du musée Bonnat, sous
les raies d’ombres de grands bambous et
entre les murmures d’eau.
Frères humains
Jean-Pierre Gaubert
Éd. Loubatières, 23,50 €.
Les ailes du dessin
COMMERCE
Le miel de Bayonne
Jacques Salles, apiculteur à Bayonne, vend son miel quai des Corsaires, dans sa nouvelle boutique, Loreztia. Ce miel est produit sur les remparts de Mousserolles (caserne de la Nive), dans le
parc de Caradoc et au domaine des Sœurs Blanches à Saint-Bernard. Des ruches ont été installées
là à la demande du service des Espaces verts de la Ville. Les abeilles sont d’ailleurs d’une très
grande vitalité puisque l’apiculteur ne déplore quasiment aucune perte à Bayonne, contrairement à celles constatées à la campagne ou à la montagne (de 40 à 50 % de perte). La raison tient
au traitement écologique réservé à tous les espaces verts entretenus par la Ville (aucun pesticide
n’est utilisé). Les abeilles y sont très sensibles et butinent avec plaisir toutes les fleurs des parcs
cités, stimulant ainsi leur induction florale (phénomène par lequel la fleur, par réaction, tend à
se développer davantage). Le miel de Bayonne provient donc d’abeilles saines et heureuses :
son goût n’en est donc que meilleur.
Loreztia,
52, quai des Corsaires, Bayonne.
Tél. 05 59 59 55 37.
La deuxième partie de l’exposition d’art
contemporain “Les Ailes du dessin” est
présentée tout l’été au premier étage
du musée Bonnat. Sur le principe d’une
confrontation entre artistes classiques
et artistes contemporains, trois salles
sont investies de dessins, peintures
et installations. Xavier Goupil, qui est
à l’origine des diverses propositions
scénographiques et artistiques, artiste
lui-même, installe une grande peinture
face à plusieurs dessins de Rembrandt.
Son œuvre s’inscrit en référence à La
Mort d’Empédocle, un texte d’Hölderlin,
grand poète romantique allemand. Elle
se compose d’abstractions géométriques
dans des tons rompus (des couleurs
primaires sur fond noir). Benoît Pingeot,
peintre et ”performer“, présente un film
réalisé au musée du Louvre, où il prend la
parole devant le Gilles de Watteau. Par
d’autres de ses peintures, il se confronte
à cet artiste du XVIIIe siècle. Jean-Michel
Alberola, enfin, fait face à Albrecht Dürer,
par dessins et tapisseries interposés.
Jusqu’au 21 septembre, de 10h à 18h30
TLJ sauf mardi, nocturnes gratuites
jusqu’à 21h30 le mercredi Au musée
Bonnat - 5, rue Jacques-Laffitte
Tél. 05 59 59 08 52
www.musee-bonnat.com
38
BLOCNOTES
3e ÂGE
> > > > Musée Basque :
sculptures de
Jesus Etcheverria
Jesus Etcheverria est né en Espagne, en
Alava, au début du siècle dernier. Après huit
ans passés dans les prisons franquistes, il se
réfugie ”au nord“, à Cambo dans sa famille.
C’est là qu’il s’intéressera à la sculpture,
c’est là qu’il produira la majeure partie de
son œuvre. D’inspiration religieuse, lyrique
et ibérique, il n’en est pas moins un des
sculpteurs basques les plus emblématiques,
de la génération des Oteiza, Basterrechea
et Chillida. Il s’est certes moins exporté, a
moins exposé (surtout après son expérience
d’exposition au centre Georges-Pompidou
en 1979, qui l’a incité à fuir les galeristes
et autres incitateurs artistiques), mais est
tout aussi reconnu. C’est pourquoi le musée
Basque expose ses œuvres majeures dont
La cancíon del moi Cid, Le Sacre du printemps et La Genèse.
>>>>
EXPOSITION
S’inscrire
Artisanat d’art
au repas des Fêtes au Cloître
À partir du 10 juillet, les retraités bayonnais qui le
souhaitent pourront s’inscrire au repas des Fêtes
de Bayonne. Le repas aura lieu le 4 août à partir
de midi dans le très agréable parc de Caradoc. Il
sera animé par un orchestre et d’autres groupes
musicaux, type chorale ou fanfare. Pour s’y rendre, un bus gratuit sera mis à la disposition des
participants : il s’arrêtera en différents points de
la ville (le plan est à consulter à l’inscription).
Renseignements > bureau de la Solidarité
intergénérationnelle, rez-de-chaussée de la
mairie, 05 59 46 60 14.
Sculptures de Jesus Etcheverria
Du 22 juillet au 10 septembre, de 10h à 18h30
TLJ sauf mardi, nocturnes gratuites
jusqu’à 21h30 le mercredi
Au musée Basque - 37, quai des Corsaires
Tél. 05 59 46 61 85
www.musee-basque.com
Du 11 au 20 août, de
10h à 19h, les artisans
d’art de Bayonne et de
la région exposent le
produit de leur savoirfaire au Cloître de la
cathédrale. Il s’agit de
la 25e édition de cette
exposition de métiers
d’art organisée par le
Groupement d’artisans
d’art des PyrénéesAtlantiques (GAAPA).
Elle regroupe une trentaine d’artisans d’art
représentant les métiers de la restauration du
patri-moine et de la création, et reçoit chaque
année plus de 15 000 visiteurs. Lors de ces journées, une nocturne musicale avec mandoline et
contrebasse sera donnée le 18 au soir (ce jour-là,
l’exposition est ouverte jusqu’à 23h). Une conférence sur les arts de la couleur au Moyen Âge,
époque particulièrement faste en la matière,
sera animée par une historienne de l’art.
Entrée libre.
Renseignements > GAAPA,
Jean Darricarrère, 05 59 59 02 68
(aux heures de bureau)
SPORT
Championnat fédéral de Force basque
Il se tient à Lauga, le samedi 22 juillet. Les meilleurs dans chaque catégorie seront ici en compétition.
Les disciplines en en lice sont : lever de charrette, transport de bidon, course de sac, lever de bottes de
paille, ramassage de maïs, lever d’enclume, scieur de long, hache, lever de pierre.
Ces jeux ruraux existent depuis de nombreuses années. Traditionnellement, après leur journée de
travail, les agriculteurs, bûcherons et autres ouvriers manuels se retrouvaient sur la place du village où
ils organisaient des joutes. Ces rencontres amicales se sont transformées en véritables compétitions
sportives. La Fédération des jeux ruraux compte aujourd’hui près de 220 adhérents.
Samedi 22 juillet, de 16h à 19h, Palais des sports de Lauga, 2, avenue Jean-Rostand.
Tarif : 8 € Rens. > 05 59 54 85 40.
EDITION
Bayonne et sa politique
environnementale
Dans son édition du mois d’août, le magazine de
jardin et d’art de vivre Mon jardin et ma maison
consacre, dans un dossier spécial Pays basque,
une double page à Bayonne, avec un coup de projecteur sur ses jardins, sa belle diversité variétale,
ses chèvres, ses ruches, et sa politique environnementale exemplaire. Le magazine sera en vente en
kiosque dès la fin du mois de juillet.
>>>>
BLOCNOTES
L’info du BIJ
Carte CIJA
PERSONNES FRAGILISÉES
Le plan canicule réamorcé
Le plan canicule mis en place
après l’été meurtrier de 2003
(décès de 15 000 personnes
âgées) est réamorcé cet été
selon le même principe que les
années passées. Les personnes
fragilisées, isolées socialement,
handicapées ou âgées peuvent
se faire connaître auprès du
Centre local d’information et de
coordination (Clic). Une situation
délicate peut aussi être commu-
niquée par un voisin ou un ami,
mais la personne concernée
doit toujours donner son accord
pour être contactée, voire visitée par les services sociaux, en
cas de déclenchement du plan.
Assurer sa sécurité
Une petite plaquette au format poche a été éditée par le
Centre local d’information pour
rappeler les gestes qui peuvent
éviter aux personnes fragilisées
d’être agressées chez elles ou
abusées. Elle paraît alors que
les services de police, municipale et nationale, ainsi que les
services sociaux ont été alertés
à plusieurs reprises de tentatives d’infraction ou infractions
39
constatées chez des particuliers. Elle est diffusée avec ce
numéro de Bayonne Magazine
et disponible au Clic.
Clic, 31 rue Sainte-Catherine.
Tél. 05 59 50 80 30.
BIARRITZ
Une conquête de l’art d’Amérique
latine
Une conquête de l’art d’Amérique latine… tel est le titre de la rétrospective dédiée aux maîtres fondamentaux de l’art latino-américain à partir des œuvres issues de la collection Chappard, au Bellevue,
à partir du 27 juin.
”Commençant avec les maîtres uruguayens de l’École du Sud jusqu’aux abstraits constructifs et cinétiques du Venezuela et des jeunes des nouvelles générations du continent, une constante parcourt
son étendue : le besoin d’intégrer les affections du monde et les exigences intérieures de l’âme avec
le concept“, explique Elena Ramos, commissaire de l’exposition.
Jusqu’au 30 septembre au Bellevue.
Tarifs : 2 €, 4 €, 6 €, gratuit jusqu’à 12 ans - Ouvert TLJ de 11h à 20h sauf le mardi
Rens. > service des Affaires culturelles de la Ville, 05 59 22 57 50
ANGLET
Exposition de Tony Soulié
Cet été, l’artiste contemporain Tony
Soulié expose à Anglet, à la villa
Beatrix Enea et à la galerie Pompidou.
Dans son œuvre, il intervient sur des
supports photographiques de paysages, a recours à l’écriture, réemploie
des supports industriels. Il confond
son travail de peintre/plasticien
avec son goût du voyage en laissant
parfois apparaître des personnages
– pêcheurs de Zanzibar ou boxeurs
de la Havanne –, issus de ses rencontres.
>>>>>>>>>>
Tous les trains tous
les jours à moitié prix !
La carte est délivrée aux étudiants de
moins de 26 ans domiciliés en Aquitaine
et poursuivant des études en Aquitaine
ou dans les régions limitrophes : Limousin,
Poitou-Charentes et Midi-Pyrénées. Elle
est délivrée avec un coupon SNCF pour un
montant de 23 € et permet aux étudiants
de bénéficier de 50 % de réduction
sur le réseau SNCF 2e classe pour leurs
déplacements entre leur domicile et leur
lieu d’études. Elle donne également accès
aux tarifs étudiants sur les bus urbains de
Bordeaux, Bayonne, Agen, Pau, Périgueux
et Mont-de-Marsan.
Pour se la procurer, il suffit de retirer
l’imprimé au BIJ à partir de mi-août et
de le renvoyer au Centre information
jeunesse Aquitaine de Bordeaux
avec les pièces demandées.
Logements étudiants
Beaucoup de jeunes recherchent, dès
à présent, des logements sur le BAB.
Le BIJ met en relation gratuitement
propriétaires et locataires.
Associations, organisateurs de
spectacles… Envoyez-nous vos infos !!
POUR EN SAVOIR PLUS : www.bijbayonne.com
Stationnement > > > > > > > > >
Jean-Paul Vanhems,
le nouveau directeur
Jusqu’au 2 septembre à la villa
Beatrix Enea et à la galerie
Pompidou (biblitohèque). Ouvert
du mardi au samedi de 10h à 12h
et de 14h à 19h.
Jean-Paul Vanhems a été recruté le 9 mai
en tant que directeur du stationnement.
Il a pour mission d’appliquer les nouvelles
orientations politiques en la matière :
privilégier le stationnement de courte
durée en hypercentre et développer
l’usage des parcs de périphérie pour les
durées plus longues, notamment. À ce
titre, il entend ”favoriser le contact avec
le public et s’engage à répondre aux
questions des usagers“.
Renseignements
> 05 59 58 35 60.
Service du stationnement, les halles,
1er étage, 05 59 59 21 81.
40
BAYONNE SCOPE
Ça s’est passé à Bayonne et vous ne l’avez peut-être pas vu…
1
2
3
4
1 - Le 12 mai, un thé dansant a réuni environ 70 participants à la salle Lauga. L’événement était organisé par le Bureau d’aide aux
Bayonnais. - 2 - Le 13 mai, le premier marché équitable de la région s’est tenu place de la République. Il aura désormais lieu chaque
deuxième samedi du mois. - 3 - Le 20 mai, la sixième édition de la Fête du jeu a réuni enfants, parents et grands-parents autour de
jeux de société surdimensionnés, jeux traditionnels basques, jeux de rôle et jeux anciens. Il était même possible de troquer ses jeux !
- 4 - Le 23 mai, Madame Mercedes Damestoy recevait la médaille de la Famille française dans le Grand Salon de l’hôtel de ville.
- 5 - Le 26 mai, lors des Journées du chocolat, trois nouveaux membres ambassadeurs du chocolat de Bayonne ont été nommés : autour
de Geneviève Moll, journaliste à France 2, Joël de Rosnay, biochimiste et écrivain (à droite), et Marcelo Fernandez de Cordoba, ambassadeur d’Équateur en France. - 6 - Les 26 et 27 mai, les maîtres chocolatiers et les élèves de la Chambre de métiers et d’artisanat offraient
un “trempage” du chocolat devant leurs boutiques, l’Office de tourisme et le musée Basque. Les passants pouvaient librement déguster
5
6
BAYONNE SCOPE
7
41
8
10 11
9
des petites friandises enrobées de chocolat - 7 - Le 27 mai, les jardins familiaux de Chauron ont été inaugurés par Jean Grenet, maire de
Bayonne, et Daniel Lozano, conseiller municipal délégué aux jardins familiaux en présence des jardiniers. - 8 - Inauguration de l’allée Marcel-Suarès le 29 mai, en présence de la veuve de ce grand homme décédé l’an passé et reconnu pour ses hauts faits de résistance pendant
la Seconde Guerre mondiale. - 9 et 10 - Le 27 mai, dans le cadre des Maimorables, Wax Tailor (platines) et son groupe orchestrait des
”samples“ (extraits) pour en faire une sorte de long métrage, où le hip-hop côtoie le trip-hop et le down-tempo. Pendant ce temps, des
plasticiens performers du collectif Spacejunk créèrent une œuvre exclusive. - 11 - Le 28 mai, dans le cadre des Maimorables, Olivia Ruiz
donnait un concert gratuit sur l’esplanade de l’espace socioculturel Sainte-Croix. - 12 - Le 3 juin, Sagarno Eguna, la journée du cidre, a eu
lieu sur le mail Chaho-Pelletier. - 13 - Le 10 juin, Peña y salsa a permis à de nombreux danseurs amateurs de s’exercer dans leurs disciplines favorites, rock ou salsa. - 14 - Le 21 juin, la Fête de la musique a rassemblé des milliers de personnes à Bayonne.
7
12 13
14
42
CARNET
MARIAGES
Bienvenue à
Lise Dufourcq, née le
7 février 2006.
et à
Angelina Ainhoa
née le 1er avril 2006.
Félicitations à
Aurora BARREIRA TEIXUGUEIRA et Christophe CABANNE 20/05/2006 ■ Céline FAJOLLE et
Christophe BANDEIRA 27/05/2006 ■ Dominique LARRERE et Patrick MACEL 15/04/2006 ■ Edwige
MARCHISET et Francis MARQUES 06/05/2006 ■ Françoise KERKHOF et André PUJOL 07/04/2006
■ Inna TUKANOVA et Stéphan AZZOLA 15/04/2006 ■ Nadine BERROUET et Henry MARVOYER
26/05/2006 ■ Natacha OTONDO et Gilles MARGUERITTE 29/04/2006 ■ Pantxika CAMPET et
Sébastien SAJOUS 20/05/2006 ■ Pascale COCHETEUX et Jean-Pierre MENIER 13/05/2006 ■ Patricia
MOMDEDEU et Frédéric GAUSSET 29/04/2006 ■ Valérie CORNU et Mikel SARRIQUET 06/05/2006
■ Viviana SOUZA COMPAGNONI et Hervé ESTEBETEGUY 13/05/2006 ■
DÉCÈS
François VERDIER 02/04/2006 ■ Pierre PINSOLLE 05/04/2006 ■ Gérard CAMPET 07/04/2006 ■
Marie VAUTROT 07/04/2006 ■ Joseph LIBARDI 08/04/2006 ■ Vincent ANCHÉTABÉHÈRE 09/04/2006
■ Jean MOULIER 10/04/2006 ■ Fanny CLÉRY 10/04/2006 ■ Jeanne CAZAUMAYOU 11/04/2006 ■
Dolorès BAREA 12/04/2006 ■ Roger PUCHEU 13/04/2006 ■ Jacques MÉTADIEU 13/04/2006 ■
Carlos MOREIRA DA SILVA 15/04/2006 ■ Hélène SAINT-PIERRE 17/04/2006 ■ Georgette COQUEREL
19/04/2006 ■ Georgette BELLOC 29/04/2006 ■ Marguerite SABALOUA 30/04/2006 ■ Dominique
de GAIL 01/05/2006 ■ Marie BRUNEAU 02/05/2006 ■ Jean DUPLASSO 03/05/2006 ■ Thérèse
DUCHATEAU 03/05/2006 ■ Paulette DEGERT 05/05/2006 ■ Jeanne LAFARGUE 06/05/2006 ■
Noélie OUTEIRAL 08/05/2006 ■ Paula ETCHEVERRY 11/05/2006 ■ Germaine CLÉMENT 12/05/2006
■ Freddy MIROUX 13/05/2006 ■ Pierre LESPIAU 13/05/2006 ■ Maria ARIZMENDI 13/05/2006
■ Claude GILBERT 15/05/2006 ■ Marie ELISSALDE 16/05/2006 ■ Catherine BALLU 18/05/2006
■ Simonne PÉCONNET du CHASTENET 19/05/2006 ■ Louise MEYRIGNAC 19/05/2006 ■ Louis
VALLÉE 20/05/2006 ■ René REBEYROL 22/05/2006 ■ Jean-Marie IMM 23/05/2006 ■ Justin
BELLECAVE 26/05/2006 ■ Pierre DUBOUIX 29/05/2006 ■
NAISSANCES
Quentin Guerineau 5/01/2006 ■ Leila Laplace 20/01/2006 ■ Amane IRIBARNÉGARAY-SANZBERRO
29/03/2006 ■ Oïhana BELEDO 29/03/2006 ■ Angelina Aïnhoa MARTINEZ 1/04/2006 ■ Melchior
LACHAMP 1/04/2006 ■ Anouck ETCHEVERRY 2/04/2006 ■ Ana LASCARAY 5/04/2006 ■ Zahra
TOIBA-SALANNE 6/04/2006 ■ Inès DHOUM 7/04/2006 ■ Jules CASTANDET 08/04/2006 ■ Yohan
ROUX 11/04/2006 ■ Oihana REGNIER 11/04/2006 ■ Benjamin URRUTIA 11/04/2006 ■ Emma REIX
12/04/2006 ■ Sonia VANTRIBOUT 12/04/2006 ■ Lou-Ann LAHERY 13/04/2006 ■ Nahia LIPSKY
13/04/2006 ■ Erwan DEBAUD-SUHY 16/04/2006 ■ Iban PAUL-ORTIZ 18/04/2006 ■ Noélie HUBERT
19/04/2006 ■ Xabi SASCO 20/04/2006 ■ Adrien PILPRÉ 21/04/2006 ■ Maïana AMULET 22/04/2006
■ Shelby VALLET 23/04/2006 ■ Xanti BLAIN 24/04/2006 ■ Enzo BOURBON 25/04/2006 ■
Cassandra DUCASSE 25/04/2006 ■ Mehdi MANSOUR 28/04/2006 ■ Kéryan ASSENGO 03/05/2006
■ Lucille PLACÉ-LAULÉ 03/05/2006 ■ Coralie PLACÉ-LAULÉ 03/05/2006 ■ Louis THOMAS
03/05/2006 ■ Argitxu CASSEZ 04/05/2006 ■ Shana MOREAU 05/05/2006 ■ Constantin JORDAN
06/05/2006 ■ David ANICETO-NAVASCUES 10/05/2006 ■ Thomas LARTIGAU 10/05/2006 ■ Lola
URRUTIA 10/05/2006 ■ Morgane FIOL 11/05/2006 ■ Xana BAILLON 11/05/2006 ■ Clémence
TINARD 11/05/2006 ■ Amaia BEGIL-ETCHEBARNE 14/05/2006 ■ Mathéo COTEL 15/05/2006 ■
Gabin BONTE 15/05/2006 ■ Roméo BODAR 17/05/2006 ■ Judy GUYOT 17/05/2006 ■ Nathan
CHAPELAIN 18/05/2006 ■ Victoire BRAU 19/05/2006 ■ Xan DEL VALLE 21/05/2006 ■ Ewan
GERBOU 21/05/2006 ■ Xéna DERYNCK 21/05/2006 ■ Rébecca FRANCK-SALIERNO 22/05/2006 ■
Ethan DUPOUY 24/05/2006 ■ Lina MRAOUNA 24/05/2006 ■ Sarah EL OMRI 25/05/2006 ■ Shana
LAPLANCHE 26/05/2006 ■ Chiara THOMAS-QUILLÉ 26/05/2006 ■ Andréa HERLAX 27/05/2006 ■
Soizic Le Fouest
et Cédric Aranda
qui se sont mariés le 9 juillet 2005.
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
MAGAZINE
n°142
Expression
des groupes politiques
“Nous, conseillères et conseillers municipaux à Bayonne, considérons que
la démocratie et la proximité de gestion des affaires publiques constituent
des droits fondamentaux.
Nous considérons également qu’il est de notre responsabilité de soutenir
publiquement toute démarche favorisant le débat public et la consultation
démocratique.
C’est pourquoi nous nous prononçons pour une consultation de la population afin qu’elle se détermine par rapport à la revendication du département Pays Basque. Nous appelons les bayonnaises et les bayonnais à
soutenir cette démarche en signant la pétition.”
Martine BISAUTA, Colette CAPDEVIELLE, Philippe CASENAVE, Bernard
CAUSSE, Monique LARRAN LANGE Groupe “Gauche Plurielle”
Evelyne DAMESTOY Groupe “100% à gauche”
Xabi LARRALDE, Béatrice PEYRUCQ Groupe “Baiona Berria”
“Guk, Baionako hautetsiek demokrazia eta gai publikoen hurbileko kudeaketa, oinarrizko eskubideak direla kontsideratzen dugu”.
“Uste dugu ere, eztabaida publikoa eta kontsulta demokratikoaren alde
den edozein ekimena publikoki sustengatzea gure erantzunkizuna dela.
Horregatik, euskal departamenduaren inguruko kontsulta baten antolatzearen eskakizunarekin bat egiten dugu, gisa hortan herritarrek aldarrikapen horri buruz haien hitza adierazteko eskubidea izan dezaten.
Petizioa izenpetuz, Baionako hiritarrak ekimen hori sustengatzerat deitzen
ditugu. ”
Martine BISAUTA, Colette CAPDEVIELLE, Philippe CASENAVE, Bernard
CAUSSE, Monique LARRAN LANGE “Ezker Ainitza” taldea.
Evelyne DAMESTOY “Ezkerrean ¨%100” taldea.
Xabi LARRALDE, Béatrice PEYRUCQ “Baiona Berria” taldea.
Depuis près de vingt ans, la revendication du département Pays Basque est
au centre du débat public local. Ce dossier a été en tout temps défendu par
ses partisans d’une manière exclusivement pacifique. Sondages d’opinion,
votes des maires et délibération de conseils municipaux, pétitions diverses
et manifestations de rues attestent qu’il y a là un mouvement s’étant inscrit
dans la durée et rencontrant une adhésion populaire importante. Une
opposition à cette revendication existe également dans certains secteurs
du Pays basque et parmi certains élus locaux. Nous pensons qu’il n’est
souhaitable pour personne que le processus de décision devant répondre
à cette demande soit source de frustration, sentiment d’impuissance ou
d’injustice pour quelque partie de la population du Pays basque que ce
soit. Une consultation de la population pourrait éclairer l’opinion des pouvoirs publics, des responsables et élus locaux, quant à l’importance réelle
de l’adhésion de la population locale à cette revendication portée par la
plate-forme BATERA. Conformément à l’article L1112-16 du code général
des Collectivités Territoriales nous souhaitons recueillir l’appui de 10 %
des électrices et électeurs (46 000 signatures) inscrits sur les listes électorales du département des Pyrénées-Atlantiques pour pouvoir demander
l’organisation de ce référendum. Nous vous remercions de soutenir cette
démarche en signant la pétition.
Badu orain hogei bat urte, Euskal departamenduaren eskakizuna plaza
gainean dela. Dosier hori beti defenditua izan da manera lasai batez. Iritzi
inkestek, auzapezen eta herriko kontseiluen deliberazioek, petizio ezberdinek eta manifestazioek erakutsi digute herri sostengu zabala bildu duen
mugimendu iraunkor bat badela. Aldarrikapen horren aurka diren zenbait
Ipar Euskal Herriko sektore eta hautetsi batzuk ere badira. Pentsatzen
dugu erabaki prozesu hori ezin dela izan edozein Ipar Euskal Herriko
biztanleentzat frustrazio iturri bat, ahalgabe edo injustizia sentimendu
bat. Herri kontsulta batek botere publiko, lekuko hatetsi eta arduradunen
iritzia argituko luke, BATERA plataformak eramaten duen aldarrikapen hori
populazioak sustengatzen duenez erakutsiz. Lurralde kolektibitateetako
kogogo orokorreko L1112-16 artikuluak dion bezala, nahi genuke lortu
Pireneo Atlantikoko hautesleen %10aren sostengua (46000 izenpetze)
erreferenduma bat plantan jarria izan dadin galdegiteko. Karta izenpetuz
urrats hori sustengatzeagatik eskertzen zaitugu.
MAGAZINE
n°142
Expression
des groupes politiques
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising