L`eau dans tous ses états

L`eau dans tous ses états
Association des
L'eau dans tous ses états
Editeurs :
D. Guex
E. Reynard
Actes du cycle de conférences 2001
de l'Association des Anciens de l'IGUL
Lausanne, mai 2002
Travaux et recherches n°22
Edition
Institut de Géographie de l’Université de Lausanne (IGUL)
et Association des Anciens de l’IGUL, mai 2002
Impression
Easy Document, 1442 Montagny-près-Yverdon
Mise en page
Gaston Clivaz, Cartographe à l’IGUL
Tirage
150 exemplaires
La publication de cet ouvrage a bénéficié d’un appréciable soutien financier de :
• l’Institut de Géographie de l’Université de Lausanne
• l’Association des Anciens de l’IGUL
que nous remercions sincèrement.
Table des matières
L'eau dans tous ses états
1.
L'eau, un enjeu mondial pour le 21ème siècle ............................................................ 1
2.
Et en Suisse ?..................................................................................................................... 3
3.
Un cycle de conférences sur l'eau ................................................................................. 4
Bibliographie..................................................................................................................... 5
Les îles australes françaises et le mythe de la Terre de Gonneville
1.
Introduction et situation géographique....................................................................... 7
2.
Les Iles ? australes ? françaises ? ................................................................................... 8
3.
Le mythe de la Terre de Gonneville et les îles australes........................................... 9
4.
Les Trois Mondes de La Popelinière (1582) ................................................................ 10
5.
L'abbé Paulmier et l'évangélisation des Indiens ........................................................ 11
6.
L'expédition de Bouvet (1738-1739).............................................................................. 13
7.
La France australe de Kerguelen (1771-1775) ............................................................. 15
8.
Les découvertes du Capitaine Cook (1776 et 1778) ................................................... 18
9.
La Terre de Gonneville existe bien ............................................................................... 19
Bibliographie..................................................................................................................... 20
Annexe : Les Kerguelen, impressions de voyageurs................................................. 20
Groenland: un mois dans un désert de glace
1.
Un projet pas comme les autres .................................................................................... 23
2.
Une île recouverte de glace ............................................................................................ 24
3.
Le Groenland et les hommes ......................................................................................... 24
3. 1 Les Inuits ................................................................................................................................................. 24
3. 2 Les ressources ......................................................................................................................................... 25
3. 3 Un peu de politique............................................................................................................................... 26
4.
Trois jeunes Suisses au pays des Inuits........................................................................ 26
5.
Premiers contacts avec la calotte glaciaire................................................................... 27
6.
Au milieu de nulle part................................................................................................... 29
7.
Une base fantôme............................................................................................................. 30
8.
Semaine de doute............................................................................................................. 31
9.
Retour à la civilisation..................................................................................................... 33
Bibliographie..................................................................................................................... 34
-I-
L’eau dans tous ses états
La question de l'eau au Sahel
1.
Introduction ...................................................................................................................... 35
2.
Caractères des pluies au Sahel....................................................................................... 36
3.
Les conditions d'exploitation de l'eau.......................................................................... 38
4.
Eleveurs et agriculteurs face au problème de l'eau ................................................... 40
5.
Les droits d'eau ................................................................................................................ 41
6.
Quelles solutions ? ........................................................................................................... 45
Bibliographie..................................................................................................................... 46
Les cycles institutionnels de l'irrigation paysanne
1.
Introduction ...................................................................................................................... 47
2.
Autorités, pouvoirs et enjeux institutionnels : une approche théorique
des dynamismes............................................................................................................... 48
2. 1 Des principes contradictoires depuis des siècles............................................................................. 48
2. 2 L'engagement et le désengagement de l'Etat.................................................................................... 48
2. 3 Des jeux entre acteurs coalisés ............................................................................................................ 49
2. 4 La division du travail ............................................................................................................................ 50
2. 5 La compétition entre services de l'Etat .............................................................................................. 50
2. 6 Des territoires décalés d'exercice de l'autorité sur l'eau................................................................. 51
3.
Synthèse entre les visions socio-politiques et économiques de l'eau ..................... 51
4.
Les représentations du temps, de l'histoire et des trajectoires des
institutions de l'irrigation ............................................................................................... 53
5.
Premier cas d'analyse historique : Urcuqui, nord des Andes
équatoriennes.................................................................................................................... 55
6.
Deuxième cas d'analyse historique des cycles institutionnels : les
Pyrénées-Orientales......................................................................................................... 58
7.
Conclusion......................................................................................................................... 59
Bibliographie..................................................................................................................... 59
Les bisses du Valais
1.
Introduction ...................................................................................................................... 61
2.
Les données géographiques........................................................................................... 62
3.
Le début des grands bisses............................................................................................. 62
4.
L'extension et la modernisation des bisses.................................................................. 64
5.
Les techniques de construction ..................................................................................... 66
- II -
Table des matières
6.
Le bisse, mode d'emploi ................................................................................................. 67
7.
L'arrosage .......................................................................................................................... 71
8.
Quel avenir pour les bisses?........................................................................................... 71
Bibliographie..................................................................................................................... 72
Agriculture irriguée et tourisme de randonnée en Valais. Le cas
du Bisse d'Ayent
1.
Introduction : transformations récentes de l'agriculture irriguée de
montagne........................................................................................................................... 73
2.
De l'eau pour irriguer...................................................................................................... 74
3.
4.
5.
2.1
Les contingences climatiques et topographiques ............................................................................ 74
2.2
L'irrigation dans la Contrée d'Ayent.................................................................................................. 77
2.3
Les transformations du Bisse d'Ayent au XIXe et XXe siècle ........................................................ 81
De l'eau pour distraire .................................................................................................... 84
3.1
Les nouvelles nécessités touristiques................................................................................................. 84
3.2
Les aménagements à but touristique du Bisse d'Ayent.................................................................. 85
Le bisse d'Ayent et ses institutions de gestion ........................................................... 87
4.1
Un consortage et des droits d'eau....................................................................................................... 87
4.2
Transformations récentes et situation actuelle du consortage ...................................................... 89
Conclusions....................................................................................................................... 92
Bibliographie et sources.................................................................................................. 93
L'eau conduite ou les "pipe-lines" des Alpes
1.
De l'eau à la lumière ........................................................................................................ 95
2.
Les "pipe-lines" des Alpes .............................................................................................. 96
3.
Les chantiers "de l'extrême" ........................................................................................... 100
4.
Une image de marque ..................................................................................................... 102
5.
Aujourd'hui on gomme, on dissimule ... ..................................................................... 103
Bibliographie..................................................................................................................... 106
- III -
L’eau dans tous ses états
-1-
L’eau dans tous ses états
GUEX Dominique, REYNARD Emmanuel
Institut de Géographie
Université de Lausanne
BFSH 2
CH – 1015 Lausanne
Dominique.Guex@epfl.ch
Emmanuel.Reynard@igul.unil.ch
1.
L’eau, un enjeu mondial pour le 21ème siècle
"L'eau, un enjeu mondial pour le 21ème siècle!" Cette formule, tant de fois
entendue, n'est certainement pas dénuée de fondements, tant il est vrai
que les problèmes liés à la ressource en eau se sont multipliés au cours
du dernier demi-siècle. A mesure que la population mondiale
poursuivait son développement quasi-exponentiel, les quantités d'eau à
disposition diminuaient. Malgré des réserves somme toute encore très
suffisantes bien qu’inégalement réparties, il devenait de plus en plus
évident que les besoins croissants des populations seraient difficiles à
satisfaire, les solutions techniques ne parvenant pas toujours à amener
l'eau là où on l'attendait. Ainsi aujourd’hui, 23 pays, peuplés de 125
millions d’habitants, sont dans une situation de pénurie avec une
ressource en eau sous le seuil des 1000 m3 par an et par habitant, dont
53 millions en situation de pénurie absolue au-dessous du seuil de 500
m3/an/habitant (Margat & Tiercelin, 1998).
Le développement industriel et surtout celui de l’agriculture (extension
et généralisation des pratiques d’irrigation) se sont de plus avérés
extrêmement dommageables pour la qualité de la ressource en eau,
nécessitant la mise en œuvre de techniques toujours plus sophistiquées
de dépollution (apparition dans les années 60 des premières stations
d’épuration en Suisse), afin de préserver le renouvellement qualitatif de
la ressource à travers le cycle hydrologique.
Les cours d’eau des pays industrialisés ont été endigués, canalisés,
domestiqués depuis le milieu du XIXe siècle. Aujourd’hui, il s’agit de
redonner de l’espace à nos rivières (ProNatura, 2000) ; la
« revitalisation » et la « revalorisation » des paysages fluviaux et des
zones humides sont encouragées par de nouvelles législations,
notamment l’Ordonnance fédérale sur la protection des zones alluviales
d’importance nationale afin que les hydrosystèmes retrouvent leur
fonctionnement naturel.
L'eau est un bien vital, mais économique également, ayant de tout
temps accompagné le développement puis le déclin des civilisations
humaines. Il suffit de penser par exemple au génie hydraulique agricole
des civilisations du Croissant Fertile mésopotamien ou de l'ancienne
Egypte, à la civilisation romaine et à son génie hydraulique urbain ou
encore à la défense par l'eau des villes médiévales pour s'en convaincre.
La maîtrise de l’eau, son aménagement, sa gestion ont été et restent d'un
intérêt primordial pour toute civilisation.
-2-
L’eau dans tous ses états
Et à l'heure de la globalisation de l'économie et de la société, la
communauté internationale l'a bien compris, elle qui multiplie depuis 10
ans les forums et autres rencontres sur la thématique de l'eau. Après la
décennie internationale de l'eau et de l'assainissement (années 80), dont
l'objectif d'accroître l'accès à l'eau pour tous n'a de loin pas été atteint,
1,4 milliard d'hommes, de femmes et d'enfants, n'ayant toujours pas
accès à une eau de bonne qualité à l'heure actuelle, l'année 1992 est à
marquer d'une pierre blanche. En effet, lors de la conférence de Dublin,
une résolution a été adoptée, mettant l'accent sur quatre éléments
essentiels (OMM 1992) :
• La protection de la qualité de l'eau douce ;
• La promotion du rôle de la femme dans la gestion de l'eau,
spécialement dans les pays du Sud ;
• Le développement de systèmes de gestion intégrée de l'eau par
bassins versants, associant usagers, planificateurs et décideurs,
à tous les échelons ;
• Et finalement, la prise en considération de l'eau comme un bien
économique auquel il faut attribuer une valeur, un prix, afin de
lutter contre son gaspillage.
Ces principes ont été largement repris quelques mois plus tard lors de la
conférence de Rio sur le développement et intégrés dans le chapitre 18
de l'Agenda 21.
Les réunions spécialisées et les actions se sont par la suite multipliées
(adoption en 1993 d'une journée mondiale de l'eau, le 22 mars, création
du Conseil Mondial de l'eau en 1996, 1er Forum Mondial de l'eau à
Marrakech en 1997, 2ème Forum à la Haye en 2000, etc.). Toutes ces
actions visent à cerner les problèmes actuels et à y trouver des solutions,
bien souvent dans la douleur. On peut citer à cet effet le combat qui
oppose les tenants d'une vision patrimoniale de l'eau comme bien
commun de l'humanité (Petrella, 1999) et les tenants d'une vision
économique de la ressource en eau, ouvrant la porte à une
marchandisation de l'eau.
Bien vital et bien économique, l'eau est également une ressource
stratégique et son contrôle est d'une importance essentielle pour le
développement des pays, surtout dans les régions où elle se fait rare. La
rétention des eaux amont par la construction de grands barrages, comme
cela est par exemple le cas avec le grand projet anatolien de la Turquie
qui prive les pays aval du Tigre et de l’Euphrate que sont la Syrie et
l’Irak de ressources en eau substantielles ou le cas du barrage sur la
Narmada en Inde, les transferts d’eau en Afrique australe et dans le
cadre du projet des Trois-Gorges ou la présence de réservoirs
souterrains d’eau douce comme cela est le cas sous le plateau du Golan,
sont autant de situations conflictuelles et explosives, parfois au sens
propre du terme, où les relations entre pays ou régions sont envenimées
par la question de l'accès à l'eau et de son contrôle (Roy, 1999 ; Lacoste,
2001).
L’eau dans tous ses états
2.
-3-
Et en Suisse ?
Si en Suisse, on est loin d’arriver à des situations proches d’une "guerre
de l'eau", force est de constater que dans le château d'eau de l'Europe
qu'est notre pays, la question de l'eau tient une place centrale en matière
de gestion environnementale (voir Reynard et al. 2001). Un bref coup
d'œil en arrière montre en effet que l'eau a joué un rôle essentiel dans le
développement économique du pays. Il suffit de rappeler que
l'industrialisation de la Suisse et le développement du réseau ferroviaire
n’ont pu se faire que grâce aux grands travaux de correction et
d’assainissement du 19ème siècle (correction de la Linth, correction des
eaux du Jura, correction du Rhône et du Rhin, etc…) et que certains
secteurs industriels clés de la Suisse, tels que la chimie ou la métallurgie,
doivent leur implantation dans notre pays au potentiel énergétique de
nos cours d'eau. Mais, ce développement n'est pas allé sans provoquer
des modifications majeures dans le fonctionnement du système
hydrologique naturel et de nombreux efforts sont encore nécessaires
pour corriger les erreurs du passé (ex. contamination de sites,
disparition de zones humides, corrections trop massives et pertes de
biodiversité associées, pollution des lacs par les phosphates,
assèchements de tronçons à l'aval de certains ouvrages hydroélectriques,
etc.) et pour prévenir les impacts négatifs futurs de notre mode de vie et
de consommation (ex. pollution diffuse, accroissement des écoulements
de surface en raison de l'imperméabilisation des sols, etc.) (OFEFP/OFS
1997).
De ce fait, la gestion actuelle de l'eau en Suisse tourne autour de trois
enjeux principaux. Le premier est celui du maintien de la qualité de la
ressource. S'il est vrai que les mesures politiques prises depuis le début
des années 1970 ont permis d'améliorer la qualité des eaux de nos lacs,
surtout en matière de concentration en phosphore, la pollution diffuse,
notamment par l'agriculture, reste un problème crucial pour la
conservation de la qualité des eaux souterraines (pollution par les
nitrates). Un second enjeu est celui de la gestion des débits à l'aval des
ouvrages de dérivation et de retenue, essentiel pour la préservation de la
biodiversité des milieux humides et de la qualité des paysages alluviaux.
La mise en œuvre des articles 31 (débits résiduels minimaux) et 80
(assainissement des ouvrages existants) de la loi fédérale sur la
protection des eaux (LEaux) de 1991 n’en est pour l'instant qu'à ses
débuts. Finalement, la gestion des écoulements de surface est soumise
à deux types de pressions cumulatives. D'une part, les changements
climatiques globaux pourraient augmenter la fréquence d’événements
hydrologiques extrêmes (crues et inondations catastrophiques), tels que
ceux vécus en 1987, 1993 et 2000 dans les Alpes (Overney et al., 1997),
et d'autre part, la croissante imperméabilisation des sols par
l’urbanisation et les techniques modernes d’exploitation des terres
agricoles accentue les effets dévastateurs de tels événements. La
réduction des risques hydrologiques est ainsi l’un des objectifs des
récentes dispositions légales en matière d'aménagement des cours d'eau
(LACE 1991) qui visent à donner plus d'espace aux cours d'eau et
fournit des instruments de planification tels que les plans régionaux
d’évacuation des eaux (PREE) et les plans généraux d’évacuation des
-4-
L’eau dans tous ses états
eaux (PGEE) qui visent à gérer de manière intégrée et globale les
écoulements de surface à l’échelle communale.
3.
Un cycle de conférences sur l’eau
Ce bref panorama, loin d’être exhaustif, présente bien la complexité qui
caractérise la gestion de l'eau, ainsi que la multiplicité et la diversité de
ses enjeux ! Montrer quelques facettes de cette multiplicité était l'un des
objectifs du cycle de conférences « L’eau dans tous ses états » mis sur
pied par l'Association des Anciens de l'IGUL durant le printemps 2001,
en collaboration avec l'Institut de Géographie de l'Université de
Lausanne (IGUL). Six conférences ont ainsi été organisées, chacune
d’elle ayant développé un aspect de la gestion de la ressource eau ou
alors présenté une relation particulière que nous entretenons avec cet
élément. Une excursion à la découverte du Bisse d'Ayent a complété ce
cycle thématique. Les textes découlant de ces conférences et de
l’excursion ont été rassemblés sous la forme d’« actes » dans le présent
ouvrage.
Dans son texte sur les îles australes françaises, Mme Gracie Delépine,
Conservateur en chef honoraire à la Bibliothèque nationale de France,
nous fait découvrir ces îles situées à 1’000 km de l’Antarctique et plus
de 13’000 km de Paris, tourmentées par les vents subantarctiques et les
tempêtes de l’Océan Indien. Elle nous relate les diverses péripéties qui
ont conduit à sa découverte, notamment cette chimère qui motiva de
nombreux voyages dans les mers du Sud, à savoir l’existence de la Terra
Incognita Australis.
Parti à la découverte de la calotte glaciaire du Groenland pour un
exploit sportif, accomplir sa traversée d’est en ouest, M. Claude-Alain
Blanc, ancien étudiant de l’Institut de Géographie (IGUL) nous relate ses
impressions sur cette traversée à ski. Une découverte qui ne manquera
pas de nous rappeler l’importance de la valeur paysagère de l’eau, en
l’occurrence sous sa forme solide !
Le Professeur Jörg Winistörfer, titulaire de la chaire de géographie
physique de l’Institut de Géographie (IGUL), dresse quant à lui un
tableau de la gestion de l’eau dans les pays sahéliens, le Niger plus
particulièrement. Après avoir rappelé les enjeux de la gestion de l’eau
dans la région, il s’intéresse aux actions et mesures prises pour favoriser
la croissance des plantes dans les terrains particulièrement dégradés par
les pressions climatique et anthropique.
Les trois textes suivants traitent de l’irrigation dans les zones de
montagne. M. Thierry Ruf, Directeur de l’unité de recherche
« Dynamique sociales de l’irrigation » de l’Institut de Recherche sur le
Développement (IRD) de Montpellier, compare la gestion institutionnelle
de l’irrigation dans les Andes équatoriennes et dans les Pyrénées
Orientales. Il met notamment le doigt sur la cyclicité des
développements institutionnels.
L’eau dans tous ses états
-5-
M. Jean-Henry Papilloud, Directeur de la Médiathèque Valais – Image et
Son à Martigny, retrace l’histoire du réseau des bisses du Valais, ces
canaux d’irrigation typiques du canton le plus sec de Suisse.
M. Emmanuel Reynard, maître-assistant à l’Institut de Géographie
(IGUL), analyse quant à lui les développements récents d’un canal
particulier, le Bisse d’Ayent. Il met notamment l’accent sur les nouvelles
fonctions touristiques du canal et sur les transformations qu’a vécu le
consortage chargé de gérer ce bisse.
Finalement, Mme Chantal Spillemacker, Conservateur au Musée
Dauphinois/Conservation du Patrimoine de l’Isère de Grenoble, nous
présente une partie de l’histoire du développement de l’hydroélectricité
dans les Alpes françaises.
Nous remercions toutes ces personnes pour leur participation au cycle
de conférences et à la rédaction de cet ouvrage qui, nous l’espérons,
satisfera la curiosité du lecteur, qu’il soit un membre actif de
l’Association des Anciens de l’IGUL ou issu de cercles plus larges.
Bibliographie
Lacoste Y. (2001) (éd.). Géopolitique de l’eau, Hérodote, Revue de géographie et d e
géopolitique, 112, 3-162.
Margat J., Tiercelin J.-R. (1998) (éds). L’eau en questions. Enjeu du XXIe siècle, Paris,
Romillat, 301 p.
OFEFP/OFS (1997). L’environnement en Suisse 1997. Berne, OFEFP.
OMM (1992). Conférence internationale sur l’eau et l’environnement : le développement
dans la perspective du 21ème siècle, Dublin, 26-31 janvier 1992, Déclaration de
Dublin et rapport de la conférence, Genève, Organisation météorologique
mondiale.
Overney O., Consuegra D., Musy A., Lazaro P., Boillat J.-L., Sinniger R.O. (1997).
Influence des changements climatiques sur le régime hydrologique et
hydraulique des cours d’eau, Rapport final PNR 31, Zürich, VDF
Hochschulverlag, 88 p.
Petrella R. (1999). Le manifeste de l’eau, pour un contrat mondial, Lausanne, Ed. Page deux,
135 p.
ProNatura (2000). RésEAU : davantage d’espace pour nos rivières, Bâle, Pronatura.
Reynard E., Thorens A., Mauch C. (2001). Développement historique des régimes
institutionnels de l’eau en Suisse entre 1870 et 2000, in: Knoepfel P., KisslingNäf I., Varone F. (Hrsg./éds): Institutionelle Regime für natürliche Ressourcen:
Boden, Wasser und Wald im Vergleich, Basel/Genf/München, Helbing &
Lichtenhahn, 101-139.
Roy A. (1999). Le coût de la vie, Paris, Arcades, Gallimard, 164 p.
Dominique Guex, Emmanuel Reynard
Lausanne, mai 2002
DELEPINE Gracie
- 7 --
Les îles australes françaises et le mythe
de la Terre de Gonneville
DELEPINE Gracie
Conservateur en chef honoraire à la Bibliothèque nationale de France,
membre de la Commission de Toponymie des Terres Australes et
Antarctiques Françaises
1.
Introduction et situation géographique1
Les terres australes comprennent plus de 20 îles ou groupes d’îles
réparties entre 37° et 60° de latitude sud (voir fig. 1). Appartenant pour
la majorité au domaine subantarctique, elles sont caractérisées par un
climat uniforme avec des étés sans chaleur et des hivers peu rigoureux.
Baignées par un océan Austral perpétuellement houleux, battues par des
vents violents, isolées, ces îles sont quasi totalement dépourvues de
végétation arbustive et inhabitées de manière pérenne à l’exception des
Falkland et de Tristan da Cunha. Elles sont sous l’autorité de 6 pays : la
Nouvelle-Zélande, l’Australie, la Norvège, la Grande-Bretagne, l’Afrique
du Sud et … la France.
Fig. 1
1
Situation des Iles australes françaises
Ce texte fait suite à une conférence que Mme Gracie Delépine a donnée le 1er février 2001 dans le cadre du cycle
de conférences des Anciens de l’IGUL.
-8-
2.
Les îles australes françaises et le mythe de la Terre de Gonneville
Les Iles ? australes ? françaises ?
En effet, au sud de l’océan Indien, deux archipels (celui de Crozet et des
Kerguelen) et deux îles (Amsterdam et Saint-Paul) font partie des Terres
Australes et Antarctiques Françaises (TAAF).
Françaises, elles le sont depuis fort peu de temps. Les Iles Kerguelen,
découvertes par le chevalier de Kerguelen en 1772, n'appartiennent à
personne pendant plus d'un siècle.
Les Iles Crozet, découvertes par Marion-Dufresne en 1772 également,
n'appartiennent non plus à personne pendant un siècle et demi.
Et les îles Amsterdam et Saint-Paul, sans doute découvertes par les
Portugais, ne sont également sous aucune souveraineté jusqu'à la fin du 19e
siècle. Aujourd'hui, ces trois territoires sont français. Voilà comment cela
s'est passé.
C'est en 1893, à l'époque de la conquête de Madagascar par les
Français, que la Marine Nationale vient effectuer une prise de
possession officielle des Kerguelen. Des armateurs du Havre, les
Bossière, sont autorisés à y établir des pêcheries.
En même temps, toujours en 1893, deux autres cérémonies de prise de
possession sont effectuées sur les îles Amsterdam et Saint-Paul. Depuis
longtemps des Réunionais viennent y pêcher.
Puis, en 1920, les Bossière emploient des chasseurs jusqu'aux îles Crozet
(à 1’500 km des Kerguelen). La Marine Nationale envoie, en 1931, une
mission de surveillance des pêches, et en même temps, elle exécute la
cérémonie de prise de possession. Crozet est, de tous les territoires français,
la terre la plus récemment française.
Ces îles sont désormais dans la zone de surveillance française de
l'Océan Indien. Et la communauté internationale n'a jamais fait aucune
opposition à la souveraineté française.
Mais au moins une utopie du XVIIIe siècle s'est-elle là réalisée. En effet,
au XVIIIe siècle, le duc de Croÿ, un mécène des sciences et grand
amateur de géographie, écrivait : "Rien ne ferait plus d'honneur aux nations
et aux souverains que d'établir pour ainsi dire des cabarets [escales]
d'antipodes et des refuges libres et utiles à tous les habitants du globe dans les
grands points opposés". Or, c'est bien ce qui s'est passé: pendant plus de
cent ans, ces îles ont été librement fréquentées par les chasseurs,
pêcheurs, et scientifiques, de toutes les nations, sans rivalité ni
contestation d'aucune sorte !
Australes, ces îles le sont bien, dans le sud de l'Océan Indien, à 12’000
ou 13’000 km de la France de la métropole.
Elles font partie d'une sorte de couronne d'îles subantarctiques, qu'on
voit émerger depuis la pointe de la Terre de Feu à l'ouest, jusqu'à
l'extrêmité sud de la Nouvelle-Zélande à l'est.
Toutes ces îles sont des volcans ayant jailli des grandes profondeurs du
sud de l'Atlantique et de l'Océan Indien, et certaines ont encore des
manifestations très vives de volcanisme.
Elles ont toutes été découvertes par les Européens, désertes : il n'y a, à
l'origine, pas d'hommes, pas d'animaux terrestres - seulement des
DELEPINE Gracie
- 9 --
animaux marins qui ne viennent sur les rivages qu'au temps de la
reproduction.
Enfin, ce sont des îles : là est la surprise de l'histoire, car ce n'était pas
du tout cela qu'on s'attendait à trouver, à l'époque des grandes
découvertes qui va de la fin du XVe siècle à la fin du XVIIIe siècle.
Depuis l'Antiquité, on est persuadé de la nécessité, pour que la terre soit
équilibrée et symétrique, qu'il y ait la même masse d'eau et de terre dans
les deux hémisphères. Le pôle sud doit donc être entouré d'un immense
continent, qui, à des latitudes équivalentes à celles des pays habités de
l'hémisphère Nord, présenterait les mêmes richesses et les mêmes
créatures humaines.
La difficulté est qu'on n'a jamais vu ces terres australes, à cause du
terrible obstacle des océans. Mais tous les cartographes les dessinent sur
leurs mappemondes, sous le nom de Terra australis incognita.
Quels évènements ont donc, à partir du XVIe siècle, incité à entreprendre
la découverte de ce monde austral ?
3.
Le mythe de la Terre de Gonneville et les îles
australes
En 1503, un marin de Honfleur, Binot Paulmier de Gonneville, va à
Lisbonne. Binot est l'équivalent de Benoît, Paulmier est son nom, et il est
né à Gonneville, petit village de Normandie. On a l'habitude de l'appeler
le capitaine de Gonneville.
A Lisbonne, Gonneville voit les richesses que les Portugais ramènent de
l'Inde grâce à la nouvelle route de Vasco de Gama qui contourne le Cap,
et il décide de monter lui-même une expédition de commerce. Il
embauche deux marins portugais qui disent avoir déjà fait la route. Et,
revenu à Honfleur, il arme une nef, baptisée l'Espoir, équipée de 60
marins normands.
Accompagné par deux bourgeois de Honfleur qui veulent voir du pays
nouveau, Gonneville part le 24 juin 1503, dans la tradition des grands
départs de l'époque, le jour de la Saint-Jean.
Trois mois plus tard, le 12 septembre, on passe l'équateur et l'on
commence à voir la Croix du Sud. Ensuite, Gonneville prend la fameuse
grande volte initiée par Vasco de Gama, qui consiste, grâce aux alizés, à
faire une boucle vers le sud-ouest pour s'éloigner des calmes de la côte
africaine, puis à se laisser porter par les vents soufflant alors vers l'est
pour aller doubler le cap de Bonne-Espérance et entrer dans l'Océan
Indien.
Au début de novembre, donc, après plus de quatre mois de navigation,
et déjà de nombreux cas de scorbut, l'Espoir arrive dans le sud de
l'Atlantique, et s'apprête à prendre la direction de l'est. C'est alors que
surviennent deux catastrophes : d'abord, le pilote meurt subitement; de
plus une très forte tempête sévit pendant plusieurs jours, suivie d'un
calme plat terrible. Gonneville, qui ne connaît pas le ciel austral,
comprend qu'il est perdu, et les deux matelots portugais ne semblent se
révéler d'aucun secours...
- 10 -
Les îles australes françaises et le mythe de la Terre de Gonneville
Enfin, on aperçoit une terre. Gonneville décide d'y aller pour sauver son
équipage et son navire, et il abandonne alors complètement son projet
d'aller aux Indes orientales.
Le 5 janvier 1504, -plus de 6 mois après le départ d'Europe !- l'Espoir
mouille dans un magnifique estuaire.
Gonneville et ses compagnons passent plusieurs mois sur ces rivages, où
tout leur paraît merveilleux. Ils sont très bien accueillis par les indigènes.
Les Normands font des explorations à l'intérieur du pays, et l'on fait de
nombreux dessins de tout ce qu'on découvre.
Gonneville appelle cette terre découverte les Indes méridionales, et il ne
doute pas qu'il est arrivé à un point de ces terres australes dont
l'existence est alors une certitude pour tout le monde.
Les rapports des Normands avec les indigènes sont excellents. Après
quelques six mois, en juillet 1504, Gonneville se prépare au retour. Le roi
indien, Arosca, confie son propre fils Essoméricq à Gonneville, qui
promet de revenir lui-même le ramener.
Pendant le retour, plusieurs malheurs surviennent à l'Espoir. Débarquant
d'abord sur une côte inconnue, les Français sont assaillis par des
sauvages cruels, des cannibales, et plusieurs hommes sont tués.
Puis, ayant repassé l'équateur en février 1505, ils arrivent dans la
Manche, le 7 mai, devant Jersey et Guernesey. Là, ils sont attaqués par
un pirate anglais, doublé d'un pirate breton. Le bateau est détruit et
pillé, et de nombreux marins sont tués. Sur les 66 hommes au départ, ils
ne sont plus que 28, dont Essoméricq et les deux Portugais.
Ayant tout perdu, Gonneville et ses hommes réussissent à gagner la côte
et, le 20 mai 1505, deux ans après leur départ, ils arrivent à pied à
Honfleur. Il ne leur reste absolument rien, ni les "plumasseries", les bois
rares, les animaux exotiques et autres effets rapportés pour le
commerce, ("près de cent quintaux", estime-t-il) mais, plus grave, ni les
journaux de bord, ni les portulans, ni les dessins!
Pour porter plainte contre les pirates, Gonneville dépose alors un récit à
l'amirauté de Rouen. Réduit à sa seule mémoire, il y raconte assez
brièvement le voyage par mer, et très longuement le séjour chez les
Indiens, leurs mœurs, leur gouvernement, etc. Ce récit reste dans les
archives de Rouen, et n'est donc pas divulgué.
Quant à Essoméricq, le fils du roi indien, qui a été baptisé pendant le
retour, Gonneville le recueille chez lui, et n'arrive jamais à le ramener
comme promis chez les siens. Gonneville l'adopte, lui donne son propre
nom de Binot Paulmier, et lui fait épouser une sienne parente. L'exEssoméricq devient ainsi bon chrétien, bon Normand, et fait souche (il
aura 8 enfants).
Puis, on ne parle plus de rien, puisque ... on ne sait rien. Et la croyance
dans l'immense continent austral continue à faire son chemin, puisque
personne ne l'a démentie.
4.
Les Trois Mondes de La Popelinière (1582)
Les drames des guerres de religion suscitent les réflexions des plus
grands penseurs de l'époque. Un historien et géographe, La Popelinière,
DELEPINE Gracie
- 11 --
un protestant, publie en 1582, - après l'échec du Français Jacques Cartier
au Canada, l'échec du Français Villegagnon au Brésil, les massacres des
Français en Floride par les Espagnols, après la main-mise de l'Espagne
sur le Portugal en 1580,- un livre alors célèbre intitulé : Les Trois mondes,
qui propose une nouvelle politique coloniale des puissances
européennes.
Les trois mondes sont : le "vieil", c'est-à-dire Europe/Afrique/Asie, - le
"neuf", toute l'Amérique, et l'"inconnu", les Terres Australes. Le "vieil" et
le "neuf" sont déjà partagés, estime La Popelinière:"Le Portugais a couru
vers l'orient, l'Espagnol vers l'occident, l'Allemand et l'Anglais vers le
septentrion : aucun n'a donné atteinte aux terres australes qui sont si
grandes... Elles ne peuvent être moins pourvues de richesses ...C'est là où les
princes de ce temps devraient faire montre de leur puissance".
Il est évident, à ses yeux, que les terres australes sont habitées, puisque
"Dieu, rappelle-t-il, ordonna à Adam et Eve de croître et multiplier et de
remplir le monde".
D'autre part, le grand intérêt d'une telle terre de peuplement serait de
fonder un empire au moins égal à celui de l'Espagne.
Et La Popelinière conclut : "C'est dédaigner la nature même et le devoir de
l'humanité, que de ne pas travailler à tirer honneur et profit d'une chose si
avantageuse à tout le siècle dans lequel on vit... Quand il ne s'y trouverait rien
digne de mémoire, la curiosité serait toujours louable... Voilà un monde qui ne
peut être rempli que de toutes sortes de biens et de choses excellentes. Il ne faut
que le découvrir".
5.
L’abbé Paulmier et l’évangélisation des Indiens
Un siècle et demi après l'aventure de Gonneville, une curieuse affaire de
taxe fiscale réveille brusquement le souvenir, qu'on pourrait croire éteint,
de son énigmatique voyage.
En 1658, un certain abbé Jean Paulmier, chanoine à Lisieux en
Normandie, est averti de devoir payer le droit d'aubaine, taxe imposée à
tout étranger vivant en France. Il est en effet un étranger, car il est
l'arrière-petit-fils de l'Indien Essoméricq, issu du mariage de celui-ci
devenu Binot Paulmier avec la parente du capitaine de Gonneville !
L'abbé Paulmier représente à l'administration qu'Essoméricq est resté en
France involontairement, et qu'on ne peut donc pas imputer la qualité
d'étranger à ses descendants. À cela, on lui réplique qu'il doit produire,
comme preuve, l'original de la déclaration de Gonneville à l'amirauté de
Rouen. L'abbé Paulmier se fait donc délivrer la copie du mémoire déposé
par Gonneville, et, grâce à ce document, il obtient l'exemption de l'impôt.
Cette aventure incite l'abbé à se pencher sur le sort de ces tribus
d'Indiens, dont il descend. Il s'intéresse essentiellement à leur salut
spirituel. Par l'intermédiaire de la puissante Compagnie du SaintSacrement, l'abbé Paulmier demande la fondation de missions spéciales
pour les terres australes, et il convainc même de ce pieux projet Monsieur
Vincent, futur Saint-Vincent de Paul, en espérant que, par celui-ci, il
pourrait obtenir pour lui-même une charge de vicaire apostolique "in
- 12 -
Les îles australes françaises et le mythe de la Terre de Gonneville
partibus infidelium": demande repoussée par l'office romain de la
Propagation de la Foi.
L'abbé Paulmier est sans doute conforté par son ami Étienne de
Flacourt, le directeur de la Société royale d'orient à Madagascar.
Flacourt avait déjà demandé à M. Vincent la venue de deux
missionnaires pour Madagascar, qui lui furent accordés. Sans doute estce à cette occasion que l'abbé Paulmier et Flacourt se sont rencontrés.
La célèbre Histoire de la grande île de Madagascar, de Flacourt, est rééditée
en 1661, après sa mort, augmentée de la partie relative aux terres
australes, où Flacourt raconte ce que l’abbé Paulmier lui a dit sur le
voyage de Gonneville. Et il écrit : "pour les terres australes, leur continent
n'étant éloigné que de quelques semaines de trajet... Madagascar peut servir
comme d'échelle [escale], d'entrepôt et de commodité pour le commerce et
pour la navigation des Indes Orientales et des terres australes".
En 1660, Flacourt meurt, noyé, sur son retour à Madagascar. En 1660
également meurt Saint-Vincent de Paul, en même temps que disparaît la
Compagnie du Saint-Sacrement, et qu'est créée la Société des Missions
Etrangères, à Paris, dont le but est l'évangélisation des infidèles.
L'abbé Paulmier reste seul avec ses rêves, sans charge missionnaire, et
c'est alors qu'il publie un livre, de plus de 200 pages, qui s'intitule :
Mémoires touchant l'établissement d'une Mission chrétienne dans le Troisième
monde, autrement appelé la Terre Australe, Méridionale, Antartique [sic] et
Inconnue ... par un ecclésiatique originaire de cette mesme terre (à Paris, chez
Cramoisy, 1663). Au moins de cœur, l'abbé Paulmier se sent un
missionnaire.
Ce livre est rare, mais il a touché les personnes essentielles, puisque
l'exemplaire conservé à la Bibliothèque Nationale de France porte la
marque autographe de Colbert, le tout-puissant ministre de Louis XIV,
qui porte un intérêt marqué pour l'orient en créant en 1664 la Compagnie
des Indes, avec le monopole du commerce de l'extrême-orient.
Dans la préface, l'abbé Paulmier expose son histoire de taxe, la
"découverte du monde austral" par son arrière-arrière-grand-oncle, et sa
requête pour une mission évangélisatrice. Et il exprime surtout son souci
pastoral pour "ces pauvres et misérables Austraux qui gémissent depuis tant
de siècles sous la tyrannie de Satan". Il les estime facilement à plusieurs
millions ...
C'est uniquement ce qui l'intéresse, les Indiens. Et là, par chance pour
nous, il reproduit toute la partie du texte de Gonneville relatif aux
Indiens, d'après la copie établie par le greffe de Rouen.
Pour convaincre de son projet, l'abbé Paulmier cite même longuement La
Popelinière. Il vante ces "terres australes qui ne peuvent manquer de jouir
d'un printemps perpétuel". Et il expose le plan de la mission souhaitable:
80 personnes feraient l'affaire, puisque, dit-il, à Madagascar, la colonie
suffit avec 60 personnes. Pour les serviteurs, il lui paraît avéré que les
Austraux ont l'usage des esclaves, et il suffira donc d'en amener de
Madagascar. D'ailleurs, il propose que cette nouvelle Société pour les
Missions australes ait son siège à Madagascar, puisque, affirme-t-il, "cette
île n'est éloignée des terres australes que d'une navigation de quelques
semaines".
DELEPINE Gracie
- 13 --
Car, pour ce qui est de l'itinéraire de Gonneville, l'abbé Paulmier ne fait
que le résumer en quelques lignes, affirmant que le capitaine, " après avoir
doublé le Cap de Bonne-Espérance", s'est dirigé droit vers le sud.
Peut-être l'abbé Paulmier cherche-t-il à égarer une éventuelle expédition
de conquête, et qu'il ne livrera le texte véritable que lorsqu'il sera certain
de la constitution de sa mission d'évangélisation, "une mission
entièrement détachée des désirs de l'usurpation", précise-t-il.
Finalement, tous ces projets sont restés un vœu pieux. Mais ces"quelques
semaines de trajet", c'est ce qu'on a le mieux retenu pendant tout le XVIIIe
siècle !
Grâce à l'abbé Paulmier, le voyage de Gonneville devient connu. Sur les
cartes, l'on trouve maintenant Terre de Gonneville, au bord de la Terra
australis incognita, à peu près sur le méridien du Cap. Cela suscite
plusieurs propositions d'expédition aux terres australes, mais, soulignet-on,"sans que dans sa déclaration Gonneville marque le lieu où il aborda ni
par latitude ni par longitude".
Un certain François Coreal publie, en 1722, un recueil de Voyages aux
Indes occidentales, réédité en une Nouvelle édition...augmentée d'une
nouvelle découverte des Indes méridionales et des terres australes. On y lit:
"Aucune nation de l'Europe ne peut disputer les Terres australes à nos
Français puisqu'ils les ont reconnues dès l'an 1503".
6.
L’expédition de Bouvet (1738-1739)
C'est finalement, vers 1738, le valeureux capitaine breton Bouvet qui,
par ses projets argumentés comme par sa réputation d'excellent marin,
va convaincre la Compagnie des Indes, à laquelle il appartient depuis
l'âge de vingt-cinq ans, de lui confier une mission de re-découverte de la
Terre de Gonneville.
Bouvet adresse à la Compagnie des Indes trois mémoires, en 1733, en
1735, et en 1737. Bien entendu, il s'appuie d'abord sur le texte publié
par l'abbé Paulmier : le climat tempéré, le "trajet de quelques semaines
depuis Madagascar", etc. Mais il fait surtout valoir l'intérêt que
représenterait l'existence sur la route des Indes d'une relâche plus à l'abri
et mieux fournie que l'Ile de France (Maurice), où l'on trouverait des bois
de mâture, du ravitaillement, et qui pourrait servir d'entrepôt pour le
commerce.
Ces terres "si peuplées" seraient aussi un débouché pour les produits
manufacturés de la métropole, et les indigènes pourraient servir
éventuellement à la traite d'esclaves. Il évoque également la possibilité
d'études scientifiques:"on pourrait, propose-t-il, y répéter les observations
faites sur le cercle polaire arctique par Maupertuis [ce savant revient juste, en
1737, de son voyage de Laponie]". Enfin, écrit-il, "une nouvelle Europe
est offerte à qui veut la découvrir" : c'est la reprise de la phrase de La
Popelinière, déjà citée par l'abbé Paulmier.
En somme, Bouvet développe pour la Compagnie les trois modèles qui
justifient une expédition : l'intérêt du commerce maritime des Indes, la
connaissance géographique et scientifique, et l'amorce d'une domination
- 14 -
Les îles australes françaises et le mythe de la Terre de Gonneville
coloniale. On est bien éloigné des conceptions évangélisatrices des
Missions étrangères : nous sommes dans un autre siècle.
Se trouvant, en 1736, au comptoir français de Chandernagor en Inde,
Bouvet a "eu l'occasion, écrit-il, de parler du projet de la découverte des terres
australes à M. Dupleix, ...[qui] offre d'en faire l'armement à ses frais".
Dupleix se révèle, comme toujours, très entreprenant avec l'argent qui
n'est pas forcément le sien: n'importe, l'intérêt qu'il manifeste dans cette
affaire emporte l'adhésion de la Compagnie au projet de Bouvet.
Le 29 juin 1738, Bouvet reçoit, avec le commandement de deux frégates
l'Aigle et la Marie, les instructions pour son voyage. Faisant d'abord
escale au Brésil, à Sainte-Catherine, puis allant vers le sud de
l'Atlantique, il devra naviguer, en zigzag, entre les latitudes de 44° et de
55°, exactement au sud, sud-est et sud-ouest du méridien du Cap,
depuis le milieu du sud de l'Atlantique jusqu'au milieu du sud de
l'Océan Indien, à la latitude de la Patagonie.
Les deux frégates sortent de Lorient, le port breton de la Compagnie des
Indes, le 19 juillet 1738. Elles font escale au Brésil, à Sainte-Catherine, et
se trouvent sur les lieux de leur recherche dans le sud de l'Atlantique en
décembre suivant.
Alors, écrit Bouvet:"Les brumes et brouillards commencent à devenir si épais,
que le plus souvent les deux vaisseaux ne pouvaient s'entrevoir à une portée de
pistolet de distance. Et plus ils ont avancé vers le sud, plus ces brouillards
étaient fréquents. Le 15 décembre, on commence à apercevoir les premières
glaces qui paraissaient élevées de plus de cent toises [200 m] au-dessus de
l'eau". Ce sont les terrifiants icebergs.
Le 31 décembre, -le plein été austral pourtant !-, le froid est intense, des
glaces immenses apparaissent à travers les brouillards et la neige: "Elles
revêtaient toutes sortes de figures, d'isles, de forteresses, de bâtiments; elles
prêtaient à tous les mirages, et les effets fantastiques que produisaient ces
masses flottantes et diaphanes auraient été bien plus pittoresques encore, si le
soleil les avait éclairées de ses rayons. La mer était sillonnée de baleines, de
plongeons, de pingouins, d'albatros au vol lourd et puissant".
Bouvet, sur l'Aigle, passe en avant, "ainsi, dit-il, personne ne courrait de
plus grands risques que ceux auxquels j'étais exposé le premier".
Le 1er janvier 1739, par grand vent, grosse mer, brume épaisse, on voit:
"une terre fort haute que le brouillard avait seul empêché de voir plus tôt, elle
parut couverte de neige et cernée de grosses glaces. Le haut des montagnes était
couvert de neige, les versants paraissaient boisés".
Cette terre, on la baptise, naturellement, Cap de la Circoncision, du nom
de la fête du 1er janvier. Jusqu'au 12 janvier, toutes les tentatives de
reconnaissance pour déterminer s'il s'agit d'un cap avancé du continent
ou d'une île, sont entravées par la brume, le vent, les glaces, et
l'épuisement: "Nous ne voyions plus sur le pont que quelques officiers
mariniers et quelques jeunes matelots que l'honneur ou la force de l'âge
soutenaient, encore avaient-ils tous la voix presque éteinte".
Voyant, écrit-il, que "les périls ne sont pas moindres que les souffrances",
Bouvet décide alors d'abandonner. "Comme prévu, nous nous séparâmes,
sans qu'il fût mort personne à bord des deux vaisseaux; chacun fit sa route,
DELEPINE Gracie
- 15 --
l'Aigle pour l'Ile de France, et nous [Bouvet] sur la Marie pour le Cap de
Bonne-Espérance".
Revenu à Lorient, le 1er juillet 1739, un an après son départ, Bouvet
écrit aux directeurs de la Compagnie des Indes: "Messieurs, J'ai le chagrin
de vous dire que les terres australes, de beaucoup moins reculées vers le pôle que
ne le croyaient les géographes, le sont aussi de beaucoup trop pour pouvoir
servir de relâche aux vaisseaux de l'Inde".
Après avoir tant rêvé d'un eden austral, et couru tant de risques, ce mot
de chagrin paraît d'une extrême modestie. Bouvet, dont l'honnêteté est
parfaite, publie à deux reprises le récit de son échec, d'abord dans le
Journal de Trévoux, puis dans le Conservateur.
Au moins, ce Cap de la Circoncision, qui n'est pas un cap, perpétue
aujourd'hui le souvenir de ce courageux capitaine. C'est l'actuelle Ile
Bouvetøya, norvégienne depuis 1927. Située à 54°25' de latitude Sud et
3°21' de longitude Est, elle est à la latitude de la Géorgie du Sud, un peu
à l'ouest du méridien du Cap. Cette île, de 10 km sur 7 km, est un glacier
permanent de 800m d'altitude, bordée au nord (du côté où l'a
entr'aperçue Bouvet) de hautes falaises très abruptes, la profondeur de
la mer tout autour atteignant 5000 m. Les Norvégiens ont eu l'élégance
de nommer l'extrêmité nord-ouest de l'île: Kapp Circoncision.
Ce qu'on peut admirer, c'est que Bouvet soit justement tombé, dans tout
l'immense océan austral, sur cette tête d'épingle !
Par la suite, Bouvet doit faire rappeler avec force son mérite dans ces
termes: "Si les circonstances ont empêché depuis, que [je] ne fus employé à
suivre cette entreprise dont le succès peut être aussi glorieux qu'utile à l'État,
il [me] reste au moins la satisfaction de l'avoir le premier proposée à ce siècle".
Il ne faut pas croire que, dans le monde savant de l'époque, Bouvet
reçoive des compliments. Le mathématicien Maupertuis, "l'homme des
glaces", juge de haut l'expédition de Bouvet. Il écrit, en 1752, dans la
Lettre sur le progrès des sciences : "On pourrait faire voir qu'on n'avait pas
pris les mesures les plus justes pour cette entreprise...On pourrait donner aussi
quelques conseils...Les glaces ne sont point, pour aborder une terre, des obstacles
invincibles..." etc.
Maupertuis est injuste envers Bouvet. Mais à cause de ce voyage arrêté
par les glaces, on voit apparaître pour la première fois la confusion
entre terres australes et terres antarctiques. Et l'accord entre la relation de
Gonneville, et ce qu'on voit être une réalité, devient, de cette façon, de
plus en plus difficile à faire.
7.
La France australe de Kerguelen (1771-1775)
C'est alors le grand ouvrage de Charles de Brosses, Histoire des
navigations aux terres australes, paru en 1756, qui relance l'intérêt en
publiant quarante-sept récits de voyages, vrais ou supposés, accomplis
depuis le XVe siècle.
Il y reproduit, bien sûr, la relation de Gonneville donnée par l'abbé
Paulmier, mais il en relativise la valeur : "iI y a lieu de croire qu'il a un peu
trop flatté son pays dans le portrait avantageux qu'il en a fait. On doit lui
- 16 -
Les îles australes françaises et le mythe de la Terre de Gonneville
reprocher une plus grande faute, c'est d'avoir omis de nous en désigner la
latitude et la longitude". Mais de Brosses ne doute aucunement de sa
véracité, et il publie à son tour le récit de Bouvet: il répète que "le
continent austral est certain", puisque Bouvet en a vu un cap avancé.
Il souhaite que la recherche soit relancée. Il écrit:"Dans le nouveau monde
austral, … on doit trouver… de merveilleux spectacles physiques et moraux…
L'entreprise ne peut être faite que par un roi, … Elle est au-dessus des forces
d'un particulier; même, si je ne me trompe, au-dessus de celles d'une
compagnie de commerce… L'entreprise la plus grande, la plus noble que puisse
faire un souverain est la découverte des terres australes".
Mais, quoiqu'en dise de Brosses, il n'est plus bien sûr, maintenant, qu'on
croit vraiment à l'histoire de Gonneville, "cette relation, vraie ou fabuleuse",
ironise Maupertuis. Elle semble plutôt servir d'argument conventionnel,
rebattu, on pourrait presque dire un topos des voyages d'exploration.
Lorsque le malouin Marion-Dufresne, ancien capitaine de la Compagnie
des Indes établi à l'Ile de France, accompagné du lorientais le capitaine
Crozet, organise de lui-même, en 1771, un voyage d'exploration dans
l'Océan Indien à partir de l'Ile de France (Maurice), au sud de
Madagascar, c’est peut-être pour trouver la Terre de Gonneville et ses
Indiens et ses perroquets, mais d'abord pour chercher le continent
austral possible dans une partie où personne ne serait encore allé. Ils
aperçoivent, en janvier 1772, à une latitude (46°Sud) moins haute que
l'Ile Bouvet (54°Sud), les actuelles Iles du Prince-Edouard, Marion, et
Crozet, petites, très dangereuses, quasi-inabordables et désolées, dans
des conditions climatiques presque aussi détestables que celles
rencontrées par Bouvet.
Par la suite, accostant sur une côte de la Nouvelle-Zélande, MarionDufresne et quarante de ses hommes sont assassinés par des indigènes,
très probablement cannibales. C'est Crozet qui ramène les navires, et qui
donne le rapport de l'expédition.
Mais en même temps, en 1771 aussi, le lieutenant de vaisseau de
Kerguelen, de la Marine Royale, obtient le commandement d'une autre
expédition, à caractère officiel cette fois. Avec deux lourds vaisseaux de
guerre armés de plus de 60 canons et de 600 hommes, il part de l'Ile de
France vers le sud, sur la foi encore de l'existence de la Terre de
Gonneville.
Et il y a là quelque chose de terriblement anachronique de sa part, au
point même que, en janvier 1772 également, lorsqu'il découvre enfin une
terre élevée, à une latitude de 50°Sud, dans le froid glacial, la neige et la
tempête, une terre sur laquelle il n'a même pas débarqué lui-même, il en
fait un rapport complètement imaginaire décrivant "verdures, richesses,
grand nombre d'habitants". "J'ai découvert un continent magnifique !"
clame-t-il au premier officier rencontré dès son retour à Brest.
Il décrit ce qu'il croit, et non ce qu'il voit, et voici le rapport qu'il rédige
dès son retour: "Ces terres que j'ai eu le bonheur de découvrir paraissent
former la masse centrale du continent antarctique...La latitude sous laquelle
cette terre est située permet toutes les productions végétales de la métropole
[l'illusion séculaire continue]. La France australe [c'est ainsi qu'il nomme
la terre découverte, et non point comme on pourrait s'y attendre : Terre
DELEPINE Gracie
- 17 --
de Gonneville, ou bien Indes méridionales] procurera des bois de
construction et des mâtures, des goudrons, des chanvres. Ce sera très facile d'y
établir des salines, et tout le monde sait que le sel des mers froides est préférable
à celui des mers chaudes. Les baleines, les loups marins dont on tire de l'huile,
feront un commerce très lucratif. Il n'est pas douteux qu'on trouvera des mines
de toutes espèces, au moins du cuivre, du fer et du plomb. On peut trouver
dans les latitudes froides des diamants, des rubis, des saphirs, des émeraudes.
On y trouvera peut-être des hommes nouveaux. Enfin, si l'on n'y trouve pas
des hommes d'une espèce différente, on y trouvera du moins des hommes
naturels, vivant comme dans l'état primitif, sans défiance et sans remords, et
ignorant les artifices des hommes civilisés. Enfin la France australe fournira de
merveilleux spectacles physiques et moraux".
Et on reconnaît là les termes mêmes du texte de Charles de Brosses,
écrit douze ans auparavant.
Rappelons que, dans son illusion, Kerguelen a alors publié un article
dans la Gazette d'Amsterdam déclarant: "Ce pays est peuplé d'un grand
nombre d'habitants d'une couleur noirâtre, il s'y trouve des prairies couvertes
d'une quantité immense de bestiaux". Ce sont les innombrables
compagnies de ...manchots, ces oiseaux au plumage blanc et noir dont la
démarche verticale a trompé plus d'un voyageur, et les éléphants de mer
vautrés en troupeaux sur les rivages!
Un telle description va dans le sens de la mythologie alors dominante.
Mais de la part d'un marin qui y est allé ... Ce rapport n'a pas été publié
à l'époque: néanmoins, il a été connu et il subsiste bien dans les archives
du ministère de la marine.
Et c'est bien, en partie, sur la foi de ce rapport extravagant fait par un
témoin oculaire, que Kerguelen est envoyé une deuxième fois, en 177374, pour confirmer sa merveilleuse découverte et implanter une colonie. Il
part encore plus lourdement chargé, avec des colons volontaires et tout
le nécessaire. C'est, évidemment, l'échec: une fois de plus, le temps
épouvantable et les énormes falaises de l'île repoussent toute tentative,
il est impossible de faire un vrai débarquement.
À son retour, Kerguelen doit reconnaître que, écrit-il, "ces terres australes
ne paraissent offrir aucune ressource, elles sont recouvertes de neige presque
partout, il n'y a pas d'apparence que le pays soit habité".
Mais, continuant de s'accrocher au mythe de la Terre de Gonneville
fabuleuse, Kerguelen propose de situer celle-ci, cette fois, à Madagascar
même! En effet, il semblerait bien que Kerguelen ait voulu chercher
l'aventure à Madagascar, -il s'est d'ailleurs assez compromis sur l'île
avec l'aventurier polonais Beniowsky, à qui il remet sans aucune
autorisation tout le matériel emporté pour l'établissement projeté sur sa
France australe,- et ce serait un argument en faveur de la colonisation
que de situer là la terre des perroquets et des Indiens à moitié nus.
En 1775, à son retour en France, Kerguelen est jugé par un conseil de
guerre à Brest, et est chassé de la Marine royale.
Cependant, après les échecs de Kerguelen et ses graves erreurs de
conduite qui ont jeté un discrédit certain sur la marine française, la main
a passé. Ce ne seront plus, maintenant, les Français qui feront les
découvertes australes. L'officier de marine Latouche le déplore, dans
une lettre au ministre de la marine Sartine, en 1774 : "J'ai vu avec peine la
- 18 -
Les îles australes françaises et le mythe de la Terre de Gonneville
France privée de partager avec les autres puissances l'honneur des découvertes
dans l'hémisphère austral et dans la mer Pacifique, depuis Gonneville qui eut
celui [l'honneur] en 1503 de pénétrer le premier dans cette partie du globe".
Cet honneur revient maintenant à l'Angleterre
8.
Les découvertes du Capitaine Cook (1776 et 1778)
Car c'est finalement l'Anglais le capitaine James Cook qui, en 1776 et
1778, vérifie d'abord les découvertes françaises. Il ne retrouve pas le
Cap Circoncision, mais il débarque sur les actuelles îles du PrinceEdouard et Marion, il reconnaît les Iles Crozet, il apporte la preuve que
les Kerguelen ne sont pas le continent mais une île, et c'est d'ailleurs lui
qui baptise toutes ces îles de leurs noms actuels (fig. 2). Et surtout, il
franchit à trois reprises le cercle polaire antarctique à la latitude de 66°
Sud, une fois dans le sud de l'Atlantique, et deux fois dans le sud du
Pacifique, sans jamais rencontrer le supposé continent austral. Et le continent
antarctique, au climat impropre à toute vie, protégé par d'énormes
barrières de glaces, est reculé à l'intérieur du cercle polaire antarctique.
Cook peut donc écrire: "Je crois avoir prouvé qu'il n'existe point de
continent austral". Et Kerguelen finit par se ranger à ses conclusions : "Il
y a apparence, écrit-il, d'après le voyage de M. Cook, que toute cette étendue
des mers méridionales est semée d'îles et de rochers, mais qu'il n'y a ni
continent ni grande Terre".
Fig. 2
Port-Christmas
Mais une chimère ne se laisse pas facilement tuer. On trouve encore,
sous la plume d'un certain Laborde, dans son Histoire abrégée de la mer
du sud, en 1791, que la Terre de Gonneville doit se trouver au sud de la
DELEPINE Gracie
- 19 --
Nouvelle-Zélande! N'écrit-il pas: "Je suis convaincu que cette terre est entre
le 50e et le 60e degré de latitude sud, et assez près de la Nouvelle Zélande. [...]
Je ne vois que cette position qui puisse lui convenir. Il faut espérer que les
Anglais ne tarderont pas à découvrir cette contrée, qui doit être bien
intéressante, puisque les hommes y sont bons". On voit que même le
Français Laborde ne compte plus sur la marine française...
9.
La Terre de Gonneville existe bien
Toute cette longue histoire n'aurait, finalement, pas grand intérêt autre
qu'historique, si l'on n'arrivait pas à un vrai coup de théâtre, à la fin du
19e siècle. C'est la découverte que, cette Terre de Gonneville, elle existe
bien !
En effet, voilà qu'on retrouve, en 1869, à la Bibliothèque de l'Arsenal à
Paris, le dossier complet de la réclamation faite par l'abbé Paulmier en
1658, avec la copie certifiée conforme de la Relation de Gonneville faite
sur l'original déposé à Rouen! Cette relation remplit une douzaine de
pages, d'une petite écriture de bureaucrate. Elle a été publiée dès 1869 à
Paris, puis rééditée plusieurs fois jusqu'à aujourd'hui. Et on y trouve
enfin la phrase qui éclaire tout !
Lorsque l'Espoir est arrivé dans le sud de l'Atlantique, après la mort
subite du pilote, la tempête et les grands calmes, "ils commencèrent à voir
plusieurs oiseaux venant et retournant du côté du sud, ce qui leur fit penser
que de là ils n'étaient éloignés de terre: pour quoi, jaçoit qu'aller là [=à cause
de quoi, bien qu'aller là] fut tourner le dos à l'Inde orientale, nécessité ci [la
nécessité leur] fit tourner les voiles; et le cinq janvier découvrirent une grande
terre".
C'est donc que l'Espoir n'a pas doublé le Cap de Bonne-Espérance,
comme l'affirmait l'abbé Paulmier, n'est pas allé dans le sud, - mais, en
tournant le dos aux Indes orientales, il est bien allé vers l'ouest, et qu'il
n'a pu qu'arriver sur la côte du Brésil.
Peut-être que les deux marins portugais n'étaient pas aussi nigauds
qu'ils en avaient l'air, et que, à défaut de la route de Vasco de Gama,
c'est sur celle de Cabral le Portugais qu'ils ont emmené Gonneville, vers
cette terre découverte par Cabral seulement quatre ans auparavant?
Peut-être aussi que Gonneville a, volontairement, dissimulé l'endroit où il
a fait un séjour fructueux (n'a-t-il pas rapporté "près de cent quintaux" ,
dit-il, d'effets de commerce), et où il pensait pouvoir retourner ?
Mais grâce aux pages bien documentées de Gonneville sur les Indiens,
des ethnologues comme Lévi-Strauss et Métraux en France, et de
nombreux autres au Brésil, ont pu déterminer quelle était cette tribu, qui
n'était pas cannibale - comme la plupart des autres déjà rencontrées -,
qui allait assez vêtue - alors que tous les autres étaient nus -, qui
dormait sur des nattes de feuilles sèches sur la terre - et non dans des
hamacs. Ce pourrait être la tribu des Carijo, qui vivaient dans l'actuel
état de Santa Catarina, sur la côte entre Rio de Janeiro et Porto Alegre, à
une latitude de 27° Sud bien plus convenable pour des perroquets que
l'Ile Bouvet !
- 20 -
Les îles australes françaises et le mythe de la Terre de Gonneville
Quelle ironie que la destinée, quand on se souvient que c'est précisément
à Santa Catarina du Brésil que Bouvet a d'abord fait escale, en 1738,
avant de partir avec l'Aigle et la Marie à la recherche de la Terre de
Gonneville, au milieu des icebergs et des rafales redoutables du grand
sud!
Nous concluerons par cette phrase désabusée de Montaigne,
contemporain de ces grands voyages dans le sud :"Nous voulons tout
embrasser, et nous n'étreignons que du vent".
Bibliographie
Aubert de La Rüe E. (1932). Etude géologique et géographique de l’Archipel des Kerguelen,
Paris, Thèse de la Faculté des Sciences de Paris, Revue de Géographie physique
et de Géologie dynamique.
Aubert de La Rüe E. (1954). Deux ans aux îles de la Désolation, Paris.
Bossière R.-E. (1910). La Terre de Kerguelen colonie française, Paris.
Delépine G. (1995). Les îles australes françaises, Editions Ouest-France, Rennes.
Delépine G. (1998), L’amiral de Kerguelen et les mythes de son temps, Editions
L’Harmattan, Paris.
Dossier La vie sur les îles antarctiques, in Pour la Science 285, juillet, 2001.
Floch D. (2000). Les oubliés de l’île Saint-Paul. Des Crozet et des Kerguelen, Editions
Maritimes & d’Outre-Mer, Paris.
Kauffmann J.-P. (1993). L’Arche des Kerguelen, Voyage aux îles de la Désolation,
Flammarion, Paris.
Rallier du Baty R. (2000). Aventures aux Kerguelen, Editions Maritimes & d’Outre-Mer,
Paris.
Annexe : Les Kerguelen, impressions de voyageurs
Les voyageurs des îles australes n'ont pas fait que souffrir ou rêver. Ils
ont bien souvent, devant ces lointains paysages inattendus, éprouvé des
émotions, tels les rédacteurs anonymes des Annales hydrographiques ou
des Instructions nautiques.
Par exemple, le rédacteur des Instructions nautiques de 1879 écrit des Iles
Kerguelen : "La diversité dans la forme des montagnes fait que l'île aperçue
par temps clair, permettant de distinguer les montagnes, les hauts plateaux
neigeux (fig. 3) et les sommets de l'intérieur, est loin d'offrir aux yeux l'aspect
monotone et désolé que le manque de broussailles et d'arbres pourrait faire
supposer, et qui lui valut le nom d'Ile de la Désolation", et s'avançant
jusqu'à un lac intérieur, il continue : "ces formes diverses, la végétation un
peu plus riche, deux ruisseaux qui s'échappent en belles cascades du flanc des
montagnes et une petite rivière qui parcourt une vallée dans l'angle de ce
bassin, donnaient aux alentours du lac un aspect bien séduisant".
Les membres de l'expédition du Challenger, le célèbre navire
océanographique anglais, arrivant aux Kerguelen en janvier 1874, sont
admiratifs : "L'aspect de tout l'ensemble est grandiose, et le contraste marqué
entre la noirceur des roches et le vert-jaune brillant de la végétation qui
recouvre tous les niveaux inférieurs, si caractéristique de ces îles antarctiques,
donne, par beau temps, un effet général très beau".
DELEPINE Gracie
- 21 --
Fig. 3
Iles Kerguelen
En 1908, Rallier du Baty, jeune officier breton au long cours, est
particulièrement séduit: "La beauté particulière de Kerguelen s'insinue dans
les cœurs et vous prend sous son charme, avant de hanter les mémoires des
marins qui s'y sont aventurés".
Mais voici aussi ce qu'écrit, en 1820, le commandant d'un bateau de
pêche de Saint-Malo, la Petite Henriette : "Il nous tombait de lourds paquets
de vent de dessus presque toutes les hauteurs, leurs sommets étaient chargés de
nuages épais. On ne voyait dans tout le pourtour de la rade que cascades et
torrents. Par l'effet des tourbillons qui soufflaient dans toutes les directions, ces
nombreuses chutes d'eau étaient relevées et agitées comme d'énormes
guirlandes, brisées, dispersées dans l'air. Ce spectacle imposant et terrible fixa
plusieurs fois mon attention malgré le danger de ma position qui occupait
fortement mon esprit". C'est la description de ce qu'on appelle
aujourd'hui communément les cascades remontantes.
En 1939, le professeur Jeannel, du Muséum de Paris, pris par une
bourrasque dans un fjord, raconte : "Les nuées chassées par le vent
descendent le long des pentes et tombent presque verticalement dans le fjord en
produisant un étrange arc-en-ciel lunaire, tout blanc. On voit tout à coup la
mer blanchir devant l'ombre de la falaise; sous la rafale, qui tombe à pic, elle
fume et paraît bouillir. Le vent hurle, la mer déferle, on se tient debout avec
peine."
L'ingénieur géographe Frölich, en 1982, réussit une courte descente sur
une des petites îles des Crozet : "Les passagers et les équipages des navires
de relève, qui bien souvent ne font que l'apercevoir de loin, dans la brume ou la
pluie, ne peuvent être que frappés par tant de sauvagerie, de grandeur et de
mystère."(fig. 4)
- 22 -
Les îles australes françaises et le mythe de la Terre de Gonneville
Fig. 4
Iles Crozet
A Saint-Paul, cette toute petite île qui est un parfait cratère égueulé (fig.
5), le capitaine Tinot, pêcheur réunionais, décrit en 1853 :"A peine entré,
on est dominé par un spectacle imposant et sévère, dont on se trouve être le
centre, on est pénétré d'un sentiment d'effroi devant ce vaste cirque dont les
immenses parois sont une véritable œuvre de titans". Et le jeune géologue
Charles Vélain, du Muséum, venu au même endroit en 1874 : "On ne
peut se défendre d'une émotion profonde. Cet isolement absolu, au milieu d'un
silence que les grandes voix de la mer seules troublent par intervalles, est
écrasant".
Fig. 5
Ile St-Paul
BLANC Claude-Alain
- 23 -
Groenland: un mois dans un désert de glace
Le long périple de trois étudiants de l'Université de Lausanne, qui ont traversé en
1999 à ski le Groenland d'Est en Ouest à la hauteur du cercle polaire arctique.
BLANC Claude-Alain
Institut de géographie de l’Université de Lausanne (IGUL)
1.
Un projet pas comme les autres1
80°
Océan Glacial Arctique
Mer
du Groenland
Baie de Baffin
KALAALLIT NUNAAT
(Groenland)
Ile de Disko
Kangerlussuaq
Nuuk
(Godthab)
Ammassalik
Océan Atlantique
Mer du Labrador
0
Fig. 1
1
200km
Carte du Groenland et itinéraire parcouru
Claude-Alain Blanc a donné un exposé sur ce périple le 8 mars 2001, dans le cadre du cycle de conférences des
Anciens de l’IGUL.
- 24 -
Groenland : un mois dans un désert de glace
Partis du petit village inuit d'Ammassalik (voir fig. 1) sur la côte
orientale du Groenland, cette île gigantesque que les Vikings appelèrent
« Terre verte », Frédéric Bille, Fabian Gertsch et Claude Alain Blanc ont
vécu un rêve en atteignant en un mois de traversée le littoral ouest et la
ville-aéroport de Kangerlussuaq. En tout, 600 km du détroit du
Danemark au détroit de Davis à travers un « désert » de glace « dans
tous ses états ! ».
Tout a commencé, un soir, lorsque nous nous sommes retrouvés autour
d’un atlas à observer cette immense tache blanche de l’hémisphère Nord.
Et pourquoi ne pas partir à la découverte de cette curiosité arctique !
2.
Une île recouverte de glace
Le Groenland est une immense île située au Nord-Est du Canada. Elle
est entourée au Nord par l’océan Arctique, à l’Est par la mer du
Groenland, au Sud-Est et au Sud par l’océan Atlantique. Le cap Morris
Jesup, à l’extrême nord du Groenland, territoire le plus septentrional de
la planète, n’est distant du Pôle Nord que de 730 km, tandis que le cap
Farvel, situé à l’extrême Sud du Groenland, est à la hauteur des
capitales nordiques d’Oslo et d’Helsinki.
Partout, les conditions de vie sont marquées par la présence de la
calotte glaciaire. La glace recouvre près de 85 % de la surface du
Groenland qui s’étend sur 2’500 km du Nord au Sud, et sur 1’000 km,
dans sa partie la plus large, d’Est en Ouest. Au centre de cette île
gigantesque, la glace peut atteindre une épaisseur de près de 3 km. Si
cette masse d’eau, qui représente environ 10 % des réserves d’eau douce
de la planète, venait à fondre, le niveau des océans augmenterait
théoriquement de près de 6 mètres. De quoi rendre inquiets quelques
habitants des côtes !
Voisin du Pôle Nord, le Groenland a généralement un climat arctique,
puisque la température moyenne du mois le plus chaud de l’année ne
dépasse pas 10° C. Du fait de son étendue, le Groenland offre
cependant de fortes variations climatiques.
3.
Le Groenland et les hommes
3. 1
Les Inuits
Avant nos trois skieurs, ce territoire fut visité et colonisé par les Vikings
dès la fin du Xe siècle. Puis, à partir de 1721, ce sont les Danois qui
commencèrent à s’y établir et s’imposèrent aux peuples indigènes.
Aujourd’hui, la population du Groenland approche les 55’000
habitants. L’immense majorité est native de l’île, d’origine inuit, et parle
une langue de la famille eskimo-aléoute, le groenlandais, une forme
d’inuktitut un peu différent de celui parlé par les Inuits du Canada.
Historiquement, les Inuits émigrèrent de l’Asie centrale par la Sibérie, le
BLANC Claude-Alain
- 25 -
détroit de Béring (libre d’eau à l’époque des glaciations quaternaires),
l’Alaska et le Canada pour finalement arriver au Groenland. La dernière
émigration date d’il y a un peu plus de 130 ans. Les autres habitants
sont, pour la plupart, originaires du Danemark, mais le pourcentage des
Danois vivant au Groenland est en baisse depuis la fin des années 1980.
Géographiquement, plus des deux tiers de la population se localisent sur
la côte ouest, dans la région de Disko et dans celle du centre du pays,
notamment parce que les eaux de cette région restent libres toute l’année
et que la pêche, par conséquent, y bénéficie des meilleures conditions de
développement. Nuuk, la capitale connaît de loin la plus forte
concentration démographique du Groenland avec près de 13’000
habitants. Les autres « grandes » villes de Qaqortoq, Maniitsoq,
Sisimiut, Aasiaat et Ilulissat comptent en moyenne 3’500 habitants. Le
reste de la population réside dans des hameaux, stations ou centres
d’élevage de mouton.
La vie des habitants des « villes » diffère considérablement de celle des
habitants des « campagnes ». Le choix restreint des infrastructures des
villages contraste avec le vaste éventail offert par beaucoup des grandes
villes : écoles, facilités de formation et possibilités d’emplois
différenciés. Le nombre des emplois salariés est aussi extrêmement
réduit hors des villes.
3. 2
Les ressources
Les habitants vivent principalement de chasse et de pêche. Le marché
de la pêche représente la source principale de revenus (environ 85 % des
produits exportés). Pendant les six mois d’été, la fonte des neiges et des
glaces apporte de grandes quantités de sels minéraux nutritifs dans les
eaux groenlandaises et la durée prolongée de l’ensoleillement des
journées d’été génère une floraison intense du plancton végétal qui
constitue la base de l’alimentation de la faune marine. C’est pourquoi les
eaux groenlandaises sont parmi les plus productives du monde ; on y
trouve plus de 200 espèces de poissons, de crustacés et de coquillages.
La crevette est de loin la ressource la plus importante du point de vue
de l’exploitation commerciale. Les deux marchés les plus importants
sont les Etats-Unis et le Japon. Globalement, plus de 5’000 personnes
sont employées dans les pêcheries et dans les branches qui s’y
rattachent.
Quant à la chasse, elle concerne près d’un cinquième de la population.
Les principales espèces sont les phoques, les morses et un nombre limité
de baleines dont la viande est vendue et échangée localement pour des
sommes considérables. Parmi les mammifères terrestres, c’est surtout le
renne, présent à l’Ouest du Groenland et plus haut vers le Nord, qui joue
un rôle important dans les échanges. Le renne est chassé par les
chasseurs professionnels des communes de l’Ouest du Groenland, mais
c’est aussi une cible appréciée pour les chasseurs amateurs. Quant à
l’ours blanc, il peut être considéré comme un mammifère plus marin que
terrestre, puisqu’il se nourrit surtout des phoques qu’il capture sur la
glace marine. Les chasseurs tuent moins de 100 ours blancs par an, mais
ces prises ont une importance essentielle pour les chasseurs de l’Est du
Groenland en raison du prix élevé des peaux.
- 26 -
Groenland : un mois dans un désert de glace
Ce sont les services et l’administration qui fournissent le plus grand
nombre d’emplois (plus de 7’000) dont une grande partie se trouvent
dans la capitale de Nuuk.
Finalement, l’extraction de minerai, restée limitée jusqu’ici en raison de
l’hostilité du climat et des difficultés d’accès de ces gisements, et le
tourisme représentent les deux autres piliers principaux de l’économie
groenlandaise.
3. 3
Un peu de politique
Politiquement, le Groenland fait partie du royaume du Danemark, mais
depuis 1979, il constitue un territoire doté d’une autonomie politique. En
d’autres termes, le territoire est doté de son propre parlement (le
Lansting), mais envoie toujours deux députés au parlement de
Copenhague. C’est pourquoi le groenlandais et le danois sont tous les
deux considérés comme étant les langues officielles de l’île.
4.
Trois jeunes Suisses au pays des Inuits
C’est le 25 juillet 1999 que Frédéric Bille du département de Biologie,
Fabian Gertsch de l’Institut des Sciences du Sport et Claude-Alain Blanc
de l’Institut de Géographie de l’Université de Lausanne décident de
partir à la rencontre des Inuits et des glaces de l’Inlandsis groenlandais.
Nous ne sommes bien sûr pas les premiers à nous aventurer sur cette
terre hostile. La première traversée date de 1888 et fut réalisée à skis
par le Norvégien Frtijof Nansen (1996).
L’approche en avion du territoire groenlandais nous offre un premier
spectacle unique. Avec ses montagnes en dents de scie et ses grandes
vallées glaciaires rabotées, le Groenland est marqué par l’activité de la
glace. La côte est rocheuse, bordée par d’innombrables îles, grandes et
petites, et de nombreux fjords entaillent profondément les terres.
Après plusieurs heures de vol, notre avion se pose sur l’aéroport de
Kangerlussuaq, plus connu sous le nom de Sondre Stromfjord en danois,
qui signifie « le long fjord ». Entre 300 et 400 personnes vivent dans ce
village. Cette ancienne base américaine, construite durant la deuxième
guerre mondiale, représente aujourd’hui la plus grande plaque tournante
de la circulation au Groenland et se situe à la pointe d’un fjord long de
près de 170 km. La région de Kangerlussuaq et du Sud-Ouest du
Groenland possède une épaisse végétation allant jusqu’au taillis et aux
arbres dans les endroits protégés, mais cette région mise à part, l’île est
privée d’arbres et ne possède qu’une rare couverture végétale. Plus on va
vers le Nord et vers l’Est, plus le nombre des espèces végétales diminue.
Plusieurs régions du Nord du Groenland sont même des montagnes
désertiques suite au manque de précipitations.
De cette magnifique région, un petit avion nous amène à Tasiilaq, sur la
côte Est, dans un petit hameau aux maisons colorées (fig. 2). Le temps
de préparer nos pulkas (traîneaux), de régler quelques formalités avec la
police locale… et nous voilà embarqués à bord d’un bateau de pêche qui
nous mène au véritable point de départ de notre expédition.
BLANC Claude-Alain
- 27 -
Fig. 2
Fabien médite quelques instants aux abords du village de Tasiilaq
Le climat de la côte orientale est fortement marqué par le courant
polaire de l’Est du Groenland ; des couches de neige de plusieurs mètres
d’épaisseur recouvrent le pays pendant les six mois d’hiver. Pendant les
six mois d’été, de gigantesques blocs de glace dérivent du bassin polaire
pour longer la côte jusqu’au Sud de cap Farvel. Ces icebergs détachés de
la banquise créent de gros problèmes de navigation sur la côte Est et au
Sud du Groenland pendant les mois de printemps et d’été. Mais notre
petit bateau, grâce au talent du pilote inuit, arrive à bon port, au pied
d’une magnifique langue glaciaire qui s’écoule vers l'océan.
5.
Premiers contacts avec la calotte glaciaire
Le silence qui suit le départ du petit canot à moteur nous permet de
mesurer toute la grandeur du moment : excitation du départ, conscience
de n'avoir encore rien vu, et puis cet avenir incertain, plein de promesses
à concrétiser et encore tout auréolé de mille attentes projetées. Nous
voilà au milieu de nulle part, livrés à nous-mêmes.
C'est alors que commence véritablement notre aventure. Les premiers
jours ne sont pas les plus pénibles. Nous attaquons à pied les premières
pentes du glacier avec les 70 kilos embarqués sur notre traîneau attaché
à la taille (fig. 3). Nous serpentons entre les crevasses à la recherche du
meilleur passage. C’est un véritable labyrinthe de glace extrêmement
abrasive, même coupante par endroits. Recouverte de particules
rocheuses aux tons gris et noirs, la langue glaciaire semble figée. Derrière
nous, les icebergs brillent et trônent comme des paquebots sur la mer.
Mais rapidement les difficultés de l'entreprise nous ramènent dans le
présent. Il faut monter le bivouac, amarrer la tente par grand vent au
moyen de vis à glace, charger et décharger sa pulka, maintenir une
- 28 -
Groenland : un mois dans un désert de glace
température corporelle supportable, cuisiner un repas chaud, entretenir
son matériel et surtout progresser, encore et toujours, vers le faîte de la
calotte glaciaire à près de 2’600 mètres au-dessus du niveau de la mer,
puis ce sera la descente vers cette côte Ouest si lointaine.
Plus nous gagnons de l’altitude et plus la calotte devient blanche. La
neige fond et s’écoule vers les fjords. Si parfois l’eau s’engouffre dans
une crevasse (fig. 4), le plus souvent elle s’accumule jusqu’à former des
bédières, ces rivières supra-glaciaires qui entaillent les glaces de
l’Inlandsis. Les portions plus plates de la montée nous obligent à
traverser des « marécages » de neige… et nous qui espérions garder les
pieds au sec ! Heureusement, nous atteignons une zone de neige plus
dure. Au loin, les montagnes de la côte ont depuis longtemps disparu et,
autour de nous, tout est blanc à perte de vue.
Fig. 3
Premier contact avec la calotte glaciaire du Groenland
BLANC Claude-Alain
- 29 -
Fig. 4
6.
Des obstacles parfois difficile à traverser !
Au milieu de nulle part
Depuis deux jours, notre spectre de couleurs se réduit au blanc. Un
épais brouillard limite notre champ de vision à quelques dizaines de
mètres seulement. Impossible de différencier le sol du ciel. Pour
conserver le cap, nous avançons en file indienne : le premier fait la trace,
guidé par le second qui rectifie la direction en se référant à la boussole
- 30 -
Groenland : un mois dans un désert de glace
ou au GPS. Le « traceur » cherche autant que possible des points de
repères à distance dans la neige, mais la visibilité est telle que
s’appliquer à trouver un point fixe donne la nausée. Et comme tout a
une fin, un soir, le ciel se déchire laissant apparaître un coin de ciel bleu.
Le point culminant de notre traversée approche. A partir de là, une
nouvelle aventure commence. En effet les vents, les courants soufflent
normalement du plateau sommital en direction des côtes. Et une petite
idée trotte dans nos têtes.
Enfouies dans nos pulkas, nos voiles de traction n’attendaient que les
conditions idéales pour se déployer. Du sommet, nous redescendons
vers la côte en nous laissant glisser, entraînés par le vent. Lorsque le
souffle nous le permet, nous pouvons parcourir en deux heures la même
distance qui nous avait coûté la veille toute une journée d'effort. Les
sensations sont étonnantes; nous prenons le vent légèrement de côté
pour accélérer ou alors montons la voile au-dessus de nos têtes, au point
mort, pour freiner et nous immobiliser. Grisés par la vitesse, nous
perdons tout bon sens, oubliant qu’à dix mètres du sol, là où nos voiles
se baladent, la vitesse est deux fois plus forte qu’au sol !
Un matin, le vent souffle à plus de 40 km/h. Nous précipitant sur
l’aubaine, nous préparons les voiles. Mais, une fois gonflées, celles-ci
deviennent incontrôlables. Entraînés aux quatre vents, nous essayons
tant bien que mal de détacher nos pulkas et de déchausser nos skis.
L’un d’entre nous se fait tirer sur plusieurs centaines de mètres avant
qu’une main secourable ne parvienne à saisir la voile et mette fin à son
calvaire. Le troisième arrive à remonter jusqu’à sa voile en enroulant les
fils autour de son corps. Après toutes ces émotions, nous finissons par
nous retrouver, sains et saufs. Le moral est au plus bas. Les voiles,
torchons de fils enlacés, sont inutilisables. Mais nous refusons de baisser
les bras. Il nous reste encore une petite voile en réserve qui pourrait jouer
le rôle de locomotive pour un train de trois skieurs encordés.
D'une énergique traction des bras, Fabian fait s'élever la voile dans le ciel
du Groenland. A peine a-t-il le temps de se retourner que déjà il file à
vive allure sur ses skis-télémark, tirant sa luge derrière lui. Le train est en
marche, nous glissons à plus de 30 km/h. Le barreur se fait diriger par le
deuxième de cordée, à l’aide du GPS, alors que le troisième immortalise
ce convoi insolite.
7.
Une base fantôme
Le brouillard a repris ses droits. Nous savions que nous étions tout
proches de la seule construction humaine de notre périple. Nous
pensions tous l’apercevoir ailleurs à l’horizon. Mais, tel un mirage,
l’espoir se dissipait dans la brume. Baissant finalement les yeux, nous
suivons les indications du GPS. Et puis, l'immense base militaire
américaine désaffectée, appelée "Dye II", nous apparaît enfin,
majestueusement perchée sur pilotis à dix mètres du sol et surmontée de
son énorme coupole (fig. 5).
BLANC Claude-Alain
- 31 -
Fig. 5
Une journée de repos bien méritée dans un « palais » un peu spécial !
Abandonnés depuis les années 1980, ce « palais », qui servait de radar
durant la guerre froide, abritait alors une centaine de personnes qui
devaient donner l’alarme en cas d’attaque nucléaire soviétique par le
pôle Nord. Désormais, il sert parfois de camp de base pour les
expéditions scientifiques, qui profitent plus de la piste d’atterrissage
aménagée dans la neige que du bâtiment lui-même, totalement délabré.
Nous y passons une journée pour nous « retaper un peu », à l’abri d’une
grosse tempête de neige. A la lumière de nos lampes frontales, nous nous
aventurons dans les labyrinthes de couloirs sombres de la bâtisse
abandonnée. Dans le radar, tout a été mis sans dessus dessous. Des
matelas jonchent les couloirs, les meubles sont retournés, les sols
recouverts de magazines et de bouts de tapisserie décollée. Nous
explorons les lieux, tels des spéléologues, pour découvrir un sauna, un
bar et même une salle de billard ! Un peu plus loin, des sacs de riz, de
pâtes, de cacao, des centaines de boîtes de conserves, pour la plupart
périmées depuis plus dix ans, s’entassent dans le garde-manger. Même
si cela ne ressemble pas à un festin, quel vrai régal que d’essayer de
nouveaux goûts après deux semaines d'aliments séchés gonflés à l'eau.
8.
Semaine de doute
Il faut penser à repartir et garder en point de mire Kangerlussuak, auloin, tout à l'Ouest. Et plus nous nous rapprochons de la côte, plus nous
sentons la fin du voyage, le retour à la civilisation, l'appel du confort.
Mais la nature décide et demande son dû. La dernière semaine est la
plus éprouvante.
Le terrain devient de plus en plus accidenté, défoncé par le travail
combiné du soleil, de l’eau et du vent. Les glaces forment des dunes qu'il
- 32 -
Groenland : un mois dans un désert de glace
faut franchir à l'aide de piolets et de crampons. Entre deux collines
coulent des rivières glaciaires qu'il faut longer, parfois sur plusieurs
centaines de mètres, faute de pouvoir les traverser. Les pieds sont
mouillés en permanence, les traîneaux se renversent et se cassent quand
ils se retournent (fig. 6, 7). Il faut les réparer. Certains jours, alors que
nous marchons des kilomètres, notre GPS nous indique une progression
effective de quatre kilomètres à vol d'oiseau. Le but que nous croyions si
proche paraît maintenant à des années lumières. Impossible de suivre le
cap dans ce terrain-là. Il faut franchir des crevasses, suivre le fond des
canyons glaciaires. Au sommet de chaque colline de glace, l'horizon est
encore bouché par d'autres dunes gelées.
Fig. 6
Et nous qui pensions garder les pieds au sec !
BLANC Claude-Alain
- 33 -
Fig. 7
Trois « petits » suisses perdus au milieu de nulle part
Alors le moral s'estompe. Et les réserves de nourriture s’amoindrissent.
Mais il n’est pas question de jeter l’éponge si près du but. Nous nous
serrons les coudes et, le 24 août, nous posons le pied sur la terre ferme.
Toujours gelée peut-être, mais de la terre !
9.
Retour à la civilisation
L'hélicoptère qui nous conduit à Kangerlussuaq nous offre la dernière
sensation forte du périple. Le pilote qui prend un plaisir certain à nous
épater zigzague au fond des gorges taillées par les glaces et l’eau. Il
surprend même un troupeau de bœufs musqués.
Les trois jours qui nous restent, avant le retour en Suisse, nous
permettent d’apprécier un repos bien mérité. Chacun refait à sa manière
le dernier mois qu’il vient de vivre. C’est l’occasion également de
découvrir un autre Groenland, sans neige, sans glace.
C’est l’heure du départ. Le vol en avion nous offre un dernier contact
avec la calotte. Paysage magique. Sentiment de liberté. Au-dessous, un
monde désertique, démesuré, inhospitalier, dans lequel nous avons vécu
26 jours, et sur lequel, au travers des vitres de l’avion, nous portons un
dernier regard plein de respect et de reconnaissance.
- 34 -
Groenland : un mois dans un désert de glace
Bibliographie
Freuchen P. (1997). Aventure arctique. Ma vie dans les glaces du Nord. Format 23, Paris,
Comité des travaux historiques et scientifiques, 485 p.
Greenland Tourism a/s, Facts about Greenland 1997/98, Odense, ClockWork PrePress.
Malaurie J. (1989). Les derniers rois de Thulé. Paris, Terre Humaine/Poche, Presses
Pocket, 749 p.
Malaurie J. (1990). Ultima Thulé. Paris, Terre Humaine/Poche, Presses Pocket, 444 p.
Malaurie J. (2000). Ultima Thulé. De la découverte à l’invasion. Paris, Ed. du Chêne,
Hachette-livre, 400 p.
Nansen F. (1897/1996). Vers le Pôle. Paris, Hoëbeke, 301 p.
Nansen F. (1996). En skis à travers le Groenland. Paris, Hoëbeke, 315 p.
Rasmussen K. (1994). Du Groenland au Pacifique. Deux ans d’intimité avec des tribus
d’esquimaux inconnus. Format 12, Paris, Comité des travaux historiques et
scientifiques, 354 p.
WINISTÖRFER Jörg
- 35 -
La question de l’eau au Sahel
WINISTÖRFER Jörg
Professeur ordinaire
Institut de Géographie, Université de Lausanne
BFSH 2, CH – 1015 Lausanne
Jorg.Winistorfer@igul.unil.ch
1.
Introduction1
Contrairement aux idées reçues et à l’opinion générale, l’eau ne manque
pas au Sahel. La réputation de région en voie de désertification, les
problèmes alimentaires récurrents ont fait que le Sahel soit identifié à
une région à l’aridité croissante.
Or l’espace est tel que les rares pluies suffisent pour la population
sahélienne. Ce qui est en cause au Sahel, ce n’est pas la quantité totale
mais la disponibilité saisonnière et la distribution spatiale de l’eau. Le
problème principal est la question de l’accessibilité et du coût de l’eau
dans certaines zones.
Le Sahel est une bande qui traverse l’Afrique subsaharienne d’ouest en
est sur une largeur variant entre 200 et 300 km. Cette bande est
déterminée par les conditions climatiques et édaphiques; elle est
comprise entre 250 et 700 mm de précipitations annuelles et la
végétation est essentiellement composée d’épineux, des acacias
principalement.
Le Sahel est une zone de peuplement ancien, composé d’agrocultivateurs et de nomades éleveurs qui, dans le passé, ont vécu en
symbiose et en complémentarité sur un espace vaste et relativement bien
délimité.
A partir des années 60, avec la fin de la période coloniale, les nouveaux
Etats ont connu une croissance démographique très forte; actuellement
encore, les populations augmentent de 3 à 4 % par année. Cette forte
croissance, doublée d’une baisse sensible de la pluviométrie, est l’une
des causes principales de la diminution de la productivité agricole et de
la dégradation du milieu menant à une désertification croissante.
Cette pression sur le milieu est particulièrement sensible dans les marges
Nord de la zone de cultures sous pluies et dans la frange Sud de la zone
d’élevage.
1
Ce texte fait suite à une conférence que le professeur Jörg Winistörfer a donnée le 22 mars 2001 dans le cadre du
cycle de conférences des Anciens de l’IGUL.
- 36 -
La question de l'eau au Sahel
Fig. 1
2.
Cette carte met en évidence la variation spatiale de l’isohyète2
300 mm au cours des dernières décennies. Avant la diminution des
pluies, les cultivateurs ont pacifiquement pris possession des terres
vouées à l’élevage. Depuis la dégradation des conditions climatiques,
les éleveurs tentent de reprendre les meilleures terres pastorales; il s’en
suit des conflits récurrents entre les groupes.
Caractères des pluies au Sahel
La région sahélienne peut être définie à partir des conditions
climatiques, des habitudes liées à l’exploitation de l’espace et au mode
de vie des populations. Le Sahel est encore une région du globe où la
population rurale domine. Près de 80% des sahéliens vivent en
campagne et tirent leur subsistance de l’agriculture ou de l’élevage. Ils
dépendent des conditions climatiques de leur région, en particulier de la
pluviométrie. Or, cette pluviométrie au Sahel est erratique, aucune
régularité ni en terme de quantité, ni en terme de distribution ne peut être
assurée d’une année à l’autre; au cours du dernier demi-siècle, trois
sécheresses ont été enregistrées entre 1969 et 1973, 1984 et 1985, 1992
2
Ligne joignant les points où la hauteur des précipitations recueillie au cours d’une période donnée est la même.
WINISTÖRFER Jörg
- 37 -
et 1993, après une période de précipitations abondantes, très
supérieures à la moyenne séculaire, entre 1950 et 1967.
Au cours des vingt dernières années, l’isohyète 300 mm est descendu de
100 à 150 km vers le Sud, réduisant d’autant la bande utile pour les
cultures sous pluies.
En plus du caractère très violent des pluies, la capacité d’infiltration des
sols est en moyenne faible, les eaux ruissellent et transitent trop
rapidement pour être « utiles » pour l’agriculture.
Seuls les massifs dunaires présentent une capacité d’infiltration et de
stockage de l’eau; les plateaux, les vallées et les versants voient les eaux
s’écouler dans des oueds et disparaître en quelques heures, donnant
naissance à des mares, dont la position géographique et la pérennité est
aléatoire.
Le climat sahélien présente deux périodes très contrastées, une saison
chaude, période de repos de la végétation entre octobre et mai et une
période pluvieuse entre juin et septembre.
La période chaude enregistre des températures avoisinant 45°C en
journée, avec des nuits à plus de 25°C. Durant les mois de décembre à
avril, l’humidité relative avoisine 20 %, ce qui implique une évaporation
extrême et l’assèchement des mares et points d’eau. L’alizé continental,
l’Harmattan, souffle d’Est en Ouest et contribue à renforcer le sentiment
de sécheresse général.
Avec l’arrivée de la mousson guinéenne, vers fin mai, les conditions
changent, l’humidité relative augmente considérablement, les premières
pluies orageuses font leur apparition. Ces pluies sont très localisées,
d’une violence extrême. Les intensités peuvent atteindre plus de
100 mm/heure ; elles sont de plus très agressives, les sols n’étant pas
protégés par la végétation.
Dès l’arrivée des premières pluies, l’activité agricole reprend, les
paysans ensemencent les champs, les éleveurs reprennent le chemin des
pâturages du Nord, les réfugiés économiques des villes retournent
cultiver leurs champs.
En plus de son rôle pour l’agriculture, la pluie doit assurer la recharge
des nappes superficielles, celles situées à quelques mètres de profondeur
(nappes de subsurface, situées dans les lits des oueds ou dans les
vallées fossiles) et celles situées à environ 20 à 30 mètres de profondeur
(nappes exploitées par les puits traditionnels).
La pluviométrie sahélienne est caractérisée par deux facteurs
fondamentaux, la quantité précipitée d’une part et la distribution tant
spatiale que temporelle d’autre part. D’une année à la suivante, les
données peuvent changer radicalement.
Au Sahel, la saison des pluies s’étale en général de fin mai à mi-octobre
dans les régions du Sud et de juin à fin août au Nord de la zone
sahélienne.
La disponibilité en eau dépend de la saison des pluies et des activités
des différents utilisateurs.
- 38 -
La question de l'eau au Sahel
Les utilisateurs de l’eau se répartissent en trois groupes principaux:
•
•
•
les urbains, pour qui la question de la disponibilité ne se pose pas
depuis quelques années, seule importe la question de la fluctuation
du prix en fonction de la saison;
les agriculteurs et les cultivateurs sédentaires, pour qui l’arrivée et
la constance des pluies constituent la préoccupation majeure;
les éleveurs enfin, pour qui l’arrivée des pluies signifie la fin de la
période difficile, la fin de la soudure entre les dernières pluies et la
première repousse des herbacées et la disponibilité de l’eau dans les
zones de pâturage.
La notion de soudure, partagée entre tous les sahéliens n’est pas
identique selon que l’on parle des agriculteurs sédentaires ou des
éleveurs semi-nomades. Pour les premiers, la soudure est réalisée à la
récolte des premiers épis de mil, soit vers la mi-septembre; pour les
autres, il s’agit de la repousse des premières graminées, soit quelques
jours après les premières pluies utiles, vers la mi-juin.
3.
Les conditions d’exploitation de l’eau
Les villes du Sahel sont alimentées par des châteaux d’eau et un réseau
certes insuffisant mais existant. Les grandes villes comme Niamey
pompent l’eau du fleuve Niger. Ouagadougou est quant à elle alimentée
à partir de lacs de barrage. D’autres villes, comme Zinder ou Tahoua ont
recours au pompage dans les nappes profondes ou cherchent l’eau à
grande distance. Ces solutions induisent un prix parfois très élevé de
l’eau disponible.
Dès que l’on se situe dans les villages, ce sont les puits qui sont mis à
contribution. Il en va de même pour les zone d’élevage; dans ce cas, c’est
l’effort physique lié à l’exhaure3 qui va être déterminant.
Le puisage quotidien est remplacé en période de bonne pluviométrie par
l’exploitation de mares, des points d’eau temporaires et des eaux
disponibles dans de petits puisards creusés dans les lits des oueds.
Cette exploitation « facile » est fonction de la quantité d’eau précipitée.
Mais la majeure partie de l’eau de pluie est utilisée directement pour la
culture pluviale en vue de produire le mil indispensable à la survie des
ruraux.
Pour les éleveurs, après l’exploitation des mares et nappes de
subsurface, il faut passer au puisage quotidien et finalement avoir
recours aux forages lorsqu’ils sont fonctionnels.
En plus de l’utilisation quotidienne de l’eau pour les hommes, environ 5
litres par jour et par personne, il faut tenir compte des travaux de
production agricole hors saison des pluies: les cultures irriguées contrealéatoires ou de contre-saison (Waziri Mato, 1999), essentiellement le
maraîchage et le jardinage, et les programmes de grande irrigation
comme les rizières dans les périmètres aménagés.
3
Installation qui assure l’épuisement des eaux d’infiltration.
WINISTÖRFER Jörg
- 39 -
Photo 1 Périmètre rizicole avec station de pompage
Photo 2 Irrigation traditionnelle avec moyens rudimentaires
Dans les deux cas, bien que moins directement dépendants de la saison
des pluies, les producteurs sont soumis à la disponibilité en eau. Les
grands périmètres (photo 1) sont en général situés sur les abords des
fleuves comme au Sénégal, au Mali ou au Niger, ou dépendent de la
présence de barrages sur les oueds comme au Burkina Faso ou dans la
région du centre du Niger et aux abords immédiats du lac Tchad.
La période d’exploitation est en général limitée aux mois « frais ». Dès
la mi-avril, les températures sont trop élevées pour économiquement
justifier l’irrigation, l’évaporation directe absorbant une importante
- 40 -
La question de l'eau au Sahel
quantité de l’eau disponible. La question de la salinisation des sols est,
de plus, accentuée par cette forte évapotranspiration.
Photo 3 Culture sous pluie, mil et sorgho
La petite irrigation ou culture de contre-saison débute vers la minovembre, elle est effectuée sur des puits traditionnels ou à partir de
points d’eau avec des moyens souvent rudimentaires (photo 2). La
production est étroitement dépendante de la disponibilité en eau des
puits et des mares, une faible pluviométrie inhibant la production sur
une longue durée. Ainsi, en cas de faible pluviométrie, l’agriculteur est
pénalisé au niveau du rendement des cultures principales, celles
réalisées sous pluie et la faible disponibilité en eau résultant de ce déficit
le pénalise une deuxième fois au niveau des cultures de rattrapage.
4.
Eleveurs et agriculteurs face au problème de l’eau
La disponibilité en eau pour la majorité des ruraux au Sahel est donc
fonction de la saison des pluies.
Pour le cultivateur, une quantité de 350 mm au minimum est nécessaire
pour obtenir une récolte suffisante. A ce total, il faut encore ajouter une
deuxième exigence: la maturation du mil demande entre 75 et 110 jours
selon les espèces semées. La stratégie paysanne consiste, afin de mettre
un maximum de chances de son côté, à mélanger les types de mils dans
le même champ, espèces hâtives et tardives étant plantées côte à côte
(photo 3).
La distribution des pluies doit donc être régulière durant au moins 70 à
90 jours pour éviter que les tiges ne se dessèchent avant de parvenir à
maturité. Ainsi, le cultivateur sait vers la mi-août si la récolte est assurée
ou si la campagne va être catastrophique. Il ne saurait ressemer après
cette date, assuré de ne plus disposer d’assez de jours de pluie.
WINISTÖRFER Jörg
- 41 -
Pour les éleveurs, les données sont différentes: dès les premières pluies,
les herbages se reconstituent, les mares temporaires se reforment
(photo 4), les nappes des oueds se reconstituent. L’activité est dès la
première pluie facilitée, les troupeaux retrouvent une lactation et
commencent à engraisser, ne devant plus se déplacer sur des kilomètres
pour satisfaire la faim et la soif.
Photo 4 Mare d’alimentation des hommes et du bétail
L’éleveur quant à lui n’est plus tenu de puiser pour abreuver ses bêtes,
activité qui peut demander des heures d’efforts en fonction de la
profondeur de la nappe.
5.
Les droits d’eau
Les eaux souterraines appartiennent à l’Etat. Ce principe semble acquis
mais n’a pas grande signification pour les usagers à ceci près que,
propriété de l’Etat est synonyme de propriété de chacun et il s’ensuit
une difficulté majeure lors des aménagements comme les forages ou les
pompages (photo 5).
Les usagers refusent de participer à l’entretien des installations en
payant un droit d’eau, considérant que l’eau est disponible librement
pour chacun dans le cas d’équipements installés par les projets de
développement ou par les services des Etats.
- 42 -
La question de l'eau au Sahel
Dans le cas des puits traditionnels (photos 6 à 8), le droit de puisage
appartient à celui ou à ceux qui ont foncé l’ouvrage. Le droit d’eau est
libre pour les particuliers, on ne refuse pas l’eau à l’étranger, mais l’eau
pour le bétail ou pour l’irrigation fait l’objet soit d’un interdit total, soit
d’un contrat, fondé sur l’échange ou le financement.
Photo 5 Forage à haut débit
WINISTÖRFER Jörg
Photo 6
- 43 -
Puits pastoral
Photo 7
Puits traditionnel
- 44 -
La question de l'eau au Sahel
Photo 8 Puits traditionnel
La possession d’un puits en zone pastorale correspond en fait à un
droit de pacage aux abords du point d’eau. Les nomades ne possèdent
pas le sol, ils exercent donc un droit d’usage fondé sur la disponibilité
en eau de l’espace considéré.
Au niveau des sédentaires, les puits villageois sont affectés aux familles
de même rang social, en fonction des différents quartiers des villages; de
plus, les puits destinés à abreuver les bestiaux sont séparés des puits
WINISTÖRFER Jörg
- 45 -
familiaux, souvent situés en périphérie des villages. Dans les deux cas,
l’exploitation des puits est soumise à autorisation par la chefferie
traditionnelle.
6.
Quelles solutions ?
On l’a compris, le problème de l’eau reste une des préoccupations
majeures des sahéliens.
Les solutions que l’on peut apporter à cette question reposent toutes sur
le même principe : il faut ralentir les écoulements et augmenter
l’infiltration. Divers ouvrages mécaniques permettent d’atteindre ce
résultat (photo 9).
Une des fonctions majeures des ouvrages entrepris vise à rétablir
l’écoulement laminaire aux dépens des écoulements concentrés; le travail
sur la pente des thalwegs et sur les griffes d’érosion est une des réponses
possibles.
Par ailleurs, pour limiter la déperdition par évaporation, l’infiltration
des eaux dans les bas-fonds et une gestion rationnelle dans le cadre de
l’irrigation peuvent apporter une amélioration importante des conditions
alimentaires des populations (photo 10). La réorganisation et
l’aménagement des périmètres humides doivent, ces prochaines années,
être l’objet d’une préoccupation accrue de la part des autorités locales
afin d’arriver à une gestion durable et égalitaire des eaux de surface.
Photo 9 Ouvrage anti-érosif
- 46 -
La question de l'eau au Sahel
Photo 10 Aménagement autour d’une mare, culture de décrue
Bibliographie
BRIDEL L., MOREL A ., OUSSEINI I. (éds.) (1994) : Au contact Sahara-Sahel. Milieux et
sociétés du Niger. Volume I, Revue de géographie alpine, N° hors-série,
Collection Ascendances, Grenoble, 277 p.
BRIDEL L., MOREL A ., OUSSEINI I. (éds.) (1995) : Au contact Sahara-Sahel. Milieux et
sociétés du Niger. Volume II, Revue de géographie alpine, N° hors-série,
Collection Ascendances, Grenoble, 277 p.
DORTHE-MONACHON C. (éd.) (1999): Actes du colloque SPP/E tenu à Niamey (Niger)
du 10 au 11 décembre 1997 sur le thème : Méthodes pour comprendre et mesurer
les pratiques agraires en milieu tropical et leurs transformations, Travaux et
Recherches de l’IGUL n°16, Lausanne, 264 p.
SOUMANA I. (éd.) (1996) : L’environnement au Niger. RESADEP/Institut PANOS,
Niamey, 311 p.
WAZIRI MATO M. (1999) : Les cultures de contre-saision dans le sud de la région d e
Zinder (Niger), Travaux et Recherches de l’IGUL n°15, Lausanne, 358 p.
RUF Thierry
- 47 -
Les cycles institutionnels de l’irrigation paysanne
Approches théoriques et exemples dans les Pyrénées-Orientales et dans les Andes
équatoriennes
Thierry RUF
Institut de recherche pour le développement (IRD)
UR 044 Dynamiques sociales de l’irrigation
BP 5045, 34032 Montpellier cedex 1, France
Thierry.ruf@mpl.ird.fr
1.
Introduction1
Au moment du passage d’un millénaire à un autre, il est intéressant de
rapprocher et comparer des situations de gestion de réseaux d’irrigation
par des organisations paysannes dont les origines remontent à plusieurs
siècles et qui subsistent encore. Les cas choisis correspondent à des
réseaux d’irrigation et des sociétés locales sur lesquelles porte une
documentation abondante allant de la fondation des canaux aux
problèmes actuels de gestion collective d’un bien commun.
En procédant par une analyse détaillée des conflits d’usage successifs
sur plusieurs siècles, on peut montrer que la mise en place des
institutions de gestion, des droits d’eau et des règles de répartition des
eaux s’opère par apprentissage de la gestion et par essais et échecs de
dispositifs de régulation.
Les crises proviennent de trois grandes dynamiques :
• Le contrôle politique du territoire par des pouvoirs extérieurs
face aux emprises locales des élites rurales ;
• Les divergences d’intérêt au sein de la société locale rendant les
conventions obsolètes car non respectées ;
• L’effondrement de l’économie locale à la suite de disettes, de
sécheresses exceptionnelles ou au contraire de crues
dévastatrices.
Les réponses à ces crises permettent de façonner des institutions
durables comme l’ont montré Hunt (1989) ou Ostrom (1992), en
partant d’une analyse politique et socio-anthropologique sur les sociétés
modernes. Nous avons cherché à comprendre comment des réseaux
d’irrigation anciens – et des sociétés humaines – avaient pu surmonter
diverses crises sur une longue période historique. Ce travail prend en
compte l’ouvrage d’histoire générale de l’irrigation le plus conséquent
publié en France et qui remonte au milieu du XIXe siècle (Jaubert de
Passa, 1846).
1
Thierry Ruf est directeur de l’unité de recherche « Dynamiques sociales de l’irrigation » à l’Institut de
recherche sur le développement (IRD) de Montpellier. Il a notamment dirigé des travaux sur l’irrigation
communautaire de montagne en Equateur, au Maroc et en France. Il a présenté une conférence intitulée « La
gestion de l’eau dans les communautés de montagne. Comparaison entre les Andes équatoriennes et les PyrénéesOrientales », le mardi 24 avril 2001.
- 48 -
2.
Les cycles institutionnels de l’irrigation paysanne
Autorités, pouvoirs et enjeux institutionnels :
approche théorique des dynamismes
2. 1
une
Des principes contradictoires depuis des siècles
Depuis des siècles, la question de l’eau met en relation des pouvoirs
politiques qui s’appuient sur des légitimités différentes : le pouvoir
central et le pouvoir local. En France, la loi sur l’eau de 1992 perpétue
cette dualité souvent idéalisée dans une vision harmonieuse (voir la
Vision française de l’eau, 2e Forum Mondial de l’Eau de la Haye, 2000)2.
Elle comporte en réalité de fortes contradictions potentielles du fait
même de conflits d’autorités :
• Le premier principe est que l'eau appartient au patrimoine
commun de la nation et que, par conséquent, une gestion
globale et équilibrée doit être mise en œuvre afin de concilier
les besoins des usagers et la préservation des milieux naturels.
• Le deuxième est le principe de subsidarité qui stipule que la
gestion de l'eau doit se faire dans un cadre décentralisé,
concerté et collectif au niveau le plus approprié.
La loi Stratae au XIIe siècle, connue également sous le nom des Utsages
de Barcelone, repose sur les mêmes principes de pouvoirs dédoublés.
Les décisions d’allocation des ressources en eau relèvent du Royaume
mais les pouvoirs seigneuriaux sont aussitôt confirmés pour allouer l’eau
pour le bien de tous les usagers (Assier-Andrieu, 1984; Caucanas,
1995).
La nature de la ressource en eau explique une partie de l’apparente
anomalie qui consiste à affirmer la souveraineté sur une ressource que
l’on s’empresse de céder à des pouvoirs locaux. En effet, pendant des
siècles, et aujourd’hui encore, l’eau est un bien difficile à localiser,
quantifier, évaluer, stocker, redistribuer. L’eau est un lien entre les
pouvoirs et les sociétés, qui permet de passer des alliances, de donner
des statuts, de reconnaître des droits en échange de soumissions aux
pouvoirs (Bédoucha, 1987). On trouvera donc au fil de l’histoire et selon
les lieux, des visions antagonistes de l’eau perçue comme un bien
économique et social et de l’eau perçue comme un lien politique et social.
2. 2
L’engagement et le désengagement de l’Etat
Pour aborder la gestion des périmètres irrigués collectifs à l’aube du XXIe
siècle, un premier enjeu serait celui de clarifier dans quel contexte
politique et dans quelle phase historique s’exercent les relations entre
acteurs. La question est plus complexe que l’affirmation lapidaire du
désengagement ou du réengagement de l’Etat. C’est au niveau local que
l’on peut comprendre ce que signifie cette terminologie. Que signifie un
désengagement de l’Etat s’il n’y a pas en contrepartie un engagement
d’institutions locales communautaires voire privées ? Si on regarde les
grandes réformes politiques et économiques de l’histoire de l’eau, on
remarque que la réorganisation institutionnelle, juridique et politique ne
2
http://www.oieau.fr/riob/forum2/recontri.htm
RUF Thierry
- 49 -
correspond pas à un affaiblissement de l’Etat aux profits de potentats
locaux mais au contraire à un engagement marqué de l’autorité de l’Etat
concomitant à un renouvellement du contrat de reconnaissance
d’institutions locales gérant l’eau pour le bien commun. Chaque pouvoir
y retrouve son compte. Chaque légitimité est affirmée mais en des termes
renouvelés correspondant aux besoins sociaux du moment, plus ou
moins clairement définis selon les régimes politiques et les représentants
des divers intérêts. Comme nous allons le voir dans les exemples, on
peut repérer dans la gestion des périmètres irrigués des cycles
institutionnels influençant directement les corps de règles de gestion.
2. 3
Des jeux entre acteurs coalisés
On peut d’ores et déjà comprendre qu’il peut exister dans l’application
de ces principes des phases - sinon des cycles - où les acteurs coalisés et
attachés à la vision globale et les acteurs coalisés autour de la gestion
des ressources locales ont des positions convergentes ou au contraire
s’affrontent clairement (figure 1).
Communautés rurales :
gestion du territoire local
mais aussi différenciations
Arène
Compromis
Services de l'Etat :
régulation, intérêt public
mais aussi clientélisme
Fig. 1
Acteurs privés :
efficacité économique
mais aussi compétition
Eau, lien politique et social
Les communautés rurales s’organisent avec les services de l’Etat et les
entrepreneurs privés et façonnent une sorte de compromis dans l’arène
politique du territoire local. Ces relations complexes à trois
composantes se retrouvent également dans la vision libérale des sociétés
de distribution de l’eau (figure 2 ).
- 50 -
Les cycles institutionnels de l’irrigation paysanne
Primauté du service public
et de l'intérêt général
Autorité
Organisme
de droit
privé
s
su
en
e
ns
Co Polic
Dé
Co léga
nt tio
rô n
le
Etat
Service
Contrat
Sociétés d'aménagement régional
pour les grands périmètres
et le multi-usage de l'eau
Usager
client
Les vieux systèmes entrent en ruines
du fait de gestion trop locale et à courte vue
(pas d'amortissement technique
et de maintenance des réseaux d'irrigation)
Associations syndicales
pour les petits périmètres
Fig. 2
2. 4
Eau, lien technique et économique
La division du travail
Ces questions renvoient au développement économique et à la division
du travail. Dans le cas de l’agriculture irriguée, on peut cerner deux
mondes qui vivent l’un de l’autre mais qui s’en défendent souvent. Le
monde hydraulique affirme volontiers qu’il est producteur de l’eau au
nom de la nation, le monde agricole étant producteur d’aliments pour la
nation.
2. 5
La compétition entre services de l’Etat
Dans tous les pays, les ministères de l’hydraulique et de l’agriculture
défendent des approches singulièrement différentes et parfois
antagonistes en matière de gestion de l’eau, sans oublier le poids
croissant des ministères de l’environnement mais aussi des affaires
sociales.
RUF Thierry
2. 6
- 51 -
Des territoires décalés d’exercice de l’autorité sur l’eau
Ce qui rend les choses encore plus difficiles en pratique, c’est qu’il n’y a
guère de liens territoriaux évidents entre les différents pouvoirs. Le
pouvoir central s’exerce sur la nation et dans un découpage
administratif en préfectures, régions et départements. Il n’y a guère qu’en
Egypte que l’Etat exerce bien un pouvoir régulateur non équivoque sur un
espace hydraulique et agricole bien délimité. Le pouvoir local s’exerce
sur des portions très limitées de territoires inclus dans des aires
hydrauliques plus vastes, et il est rare de voir une coordination
spontanée entre pouvoirs locaux pour gérer les ressources communes
employées de manière concurrentielle. On la trouve surtout dans des
sociétés de montagne ou dans des oasis où les pouvoirs locaux ont une
vision claire et un savoir approprié pour réguler la gestion de l’eau.
3.
Synthèse entre les
économiques de l'eau
visions
socio-politiques
et
La figure 3 tente de synthétiser différentes approches et visions des
relations sociales et des institutions sur l’eau lorsqu’il y a un
développement important de l’irrigation. On constate d’abord que
s’élaborent effectivement des compromis entre acteurs sociaux placés en
situation de dépendance, soumis à des phénomènes de dérégulation
(une politique chasse l’autre) et de déséquilibres (pressions nouvelles,
climatiques ou anthropiques, sur les ressources). Les groupes d’acteurs
échafaudent deux à deux des compromis politiques lors de phases de
conflits d’usage et de pouvoir, mais chaque compromis bilatéral est
influencé par le troisième pôle. Ainsi, l’Etat cherche à planifier
l’économie et le secteur privé propose une large privatisation. L’équilibre
politique sera influencé par les communautés rassemblant les citoyens
qui se fondent sur des principes d’équité. De la même manière, les
relations entre le secteur privé et les communautés rurales, marquées par
du paternalisme et de la revendication, sont pondérées par les principes
de précaution et la formulation d’un certain modèle social émanant de
l’Etat. Enfin, les liens entre communautés rurales et l’Etat, marqués par
du populisme et des exigences démocratiques sont sous la pression des
valeurs du secteur privé, telles que l’efficacité, le capital, la productivité,
la maintenance.
Il y a donc une large place pour le déplacement des équilibres au sein
d’une aire de compromis acceptable par l’ensemble des forces sociales
en présence, ce qui explique la diversité des arrangements institutionnels
et sociaux sur la gestion d’une ressource. En outre, il y a de multiples
façons de sortir du compromis pour entrer dans le conflit, dès lors que
des acteurs s’engagent sur des positions trop radicales. Populisme,
planification et absence de démocratie locale renvoient à un modèle
totalitaire de gestion de ressource. On peut aussi combiner populisme,
privatisation et revendication, et on voit le modèle ultralibéral surgir. Il
ne faut pas oublier une vision purement paternaliste et locale qui
pourrait conduire à une distribution fort inégale des ressources au plan
local et à l’émergence d’un certain féodalisme dans l’accès à la ressource.
- 52 -
Les cycles institutionnels de l’irrigation paysanne
Diversité des types de
collectivités de gestion
des ressources (territoriales,
sociales, économiques)
Collectivités
locales
Compromis
politique local
Secteurs
intermédiaires
Groupes
Communautés rurales d'intérêts
Equité
(travail,
accès aux
ressources)
en
ev
er
Ax
Ax
Régulation
(précaution,
modèle social)
f
ati
dic
e
list
rna
ate
Zone
de
compromis
ep
Ax
ed
ém
oc
rat
Ax
iqu
e
ep
op
uli
ste
Associations
d'usagers
Efficacité
(capital
ressources)
Axe planificateur
Commerçants, intrants
et produits
Axe privatisateur
Services de l'agriculture
Compromis
administratif local
Services
fiscaux
Services de l'Etat
Services de
l'environnement
Diversité des administrations locales,
des visions de gestion des
ressources relevant du domaine
public (territoires, ressources
naturelles, ressources politiques)
Fig. 3
Compromis
d'intérêt local
Sociétés privées
du secteur eau
Industriels
Secteurs privés transformateurs
Diversité des unités économiques
et de leur emprise sur la gestion
des ressources (capitaux,
savoirs, travail)
Synthèse des représentations sociales, politiques et économiques
RUF Thierry
- 53 -
Dans le cadre d’une approche historique de la gestion de l’eau, cette
représentation nous incite à beaucoup de prudence, tant les conflits sont
possibles et de nature variée en fonction des cultures, des territoires et
des pouvoirs. On imagine fort bien qu’il y a une certaine intégration des
épisodes historiques d’affrontement et de résolution de conflits. En
chaque lieu, se produit une intégration - plus ou moins déformée avec le
temps - des arrangements passés.
Pour rendre les choses encore moins faciles, les analyses de situations
concrètes sur le terrain démontrent la diversité des coalitions intra- et
inter-secteurs. Les communautés rurales ne s’identifient pas strictement
avec des associations d’usagers, elles sont aussi composées de
groupements d’intérêts particuliers, souvent différents des précédents,
et de collectivités territoriales (municipalités). Ces entités peuvent
s’entendre ou non sur un projet commun mais aussi se distinguer et
passer des alliances fortes avec les autres secteurs économiques et
politiques. Du côté du privé, les conflits d’intérêt ne manquent pas, par
exemple entre fournisseurs d’eau et fournisseurs d’autres matières et visà-vis des transformateurs des produits agricoles issus de l’agriculture
irriguée. Enfin, et ce n’est pas le moindre des conflits au sein des
institutions, les services de l’Etat ont des logiques d’intervention
différentes, parfois très contradictoires, souvent doublées de conflits de
corps spécialisés.
4.
Les représentations du temps, de l'histoire et des
trajectoires des institutions de l'irrigation
On trouve également des décalages des repères entre les acteurs. On
distingue une vision linéaire de l’histoire hydraulique, du progrès
technique, de l’intégration inéluctable de la gestion de l’eau à un niveau
global, rationnel. Mais il faut également tenir compte d’autres visions
du temps à travers les cycles de générations (familles, peuplement,
alliances, etc.) mais aussi des cycles de projets. En effet, Sun (EDI,
1996) insiste sur le cercle vicieux de l’irrigation : le gouvernement
s’endette, les services de l’irrigation sont déficients, le remboursement
des projets est insuffisant (figure 4). Les conséquences sont un manque
d’eau dans les secteurs aval, la mauvaise maintenance du système, le
manque de critères et de structures de contrôle, les mauvaises
allocations pour faire fonctionner le système, la distribution inégale de
l’eau, le manque d’incitation à l’économie d’eau, l’inefficacité du
drainage.
Comment expliquer que certains systèmes irrigués ont des siècles
d’existence avec un tel engrenage d’échecs ? Ohlsson (2000) donne une
idée plus dynamique et historique aux cycles de gestion des eaux (figure
5). C’est une spirale qui rend compte du phénomène de raréfaction de la
ressource et des pressions exercées sur les acteurs pour dépasser
l’époque héroïque des ingénieurs aménageurs, maximiser la productivité
de l’eau, puis lui donner une valeur économique décourageant tous les
abus d’usage.
- 54 -
Les cycles institutionnels de l’irrigation paysanne
Le gouvernement
s'endette
Les paysans n
payent pas
leur redevance
Fig. 4
e gestionnaire
e des services
in
nsuffisants
Le cercle vicieux de l’irrigation par le secteur public (source : EDI,
1996).
Le tour de vis
3
Efficacité de
l'allocation
Gestion de la
demande II
Me
Gestion de la
demande I
Gestion de
l'offre
ill e u
re va
leur de la goutte
M e ill e u
P lu s d
r e u s a g e de la goutte
Efficacité de
l'usage final
Efforts des
ingénieurs
'e a u
Leif Ohlsson
Fig. 5
Les trois grands cycles du tour de vis dans l’apparition des crises de
l’eau (source : Ohlsson, 2000).
Nous nous sommes inspirés de ce travail pour reprendre l’analyse sur
plusieurs siècles de différents systèmes d’irrigation et nous évoquerons
ici deux cas significatifs, les Andes équatoriennes et les Pyrénées
Orientales, où une documentation historique très riche existe à travers
les procès de l’eau.
RUF Thierry
5.
- 55 -
Premier cas d’analyse historique : Urcuqui, nord des
Andes équatoriennes
Les réseaux d’irrigation andins ont été inventoriés par le projet de
recherche « Etude de l’irrigation traditionnelle dans les Andes
équatoriennes » (Ruf 1999). Plusieurs dizaines de canaux d’irrigation
coexistent sur chaque versant. Seule une approche historique pouvait
permettre de comprendre les logiques d’aménagement et l’ensemble des
institutions et règles complexes de gestion des eaux (Apollin, Nuñez,
Ruf, 1998).
Les principaux résultats montrent que plusieurs cycles s'enchaînent,
amenant par étapes l'accroissement de l'offre, l'extension spatiale des
réseaux et en même temps, le morcellement des périmètres en quartiers
et la répartition des ressources en eau selon des principes divers (figure
6). A Urcuqui, on peut repérer sur 5 siècles d’histoire trois grandes
spirales similaires à celle qu’Ohlsson utilise à propos de l’hydraulique
contemporaine (figure 7). On distingue une phase d’initiatives indiennes
au XVIe et XVIIe siècle, qui s’achève lorsque la valorisation de l’eau est
manifestement plus rentable chez les colons espagnols; une phase de
reprise héroïque de canaux d’irrigation aux mains des seuls grands
haciendados qui culmine au XIXe siècle, et une phase de prise en main par
l’Etat et de révolte paysanne au cours du XXe siècle.
- 56 -
Les cycles institutionnels de l’irrigation paysanne
1
2
Construction
du premier canal
Ceci implique :
• Un groupe fondateur avec des règles de
partage.
• Un espace d’utilisation de l’eau : une zone
agricole.
• Un espace de contrôle de la ressource : le
haut bassin.
• Un système de transfert de l’eau
3
Un premier conflit interne
apparaît dans le groupe
fondateurou chez ses héritiers ...
périmètre
sous bassin
haut
4
La société locale se divise
en deux groupes antagonistes
5
Evolution du conflit ?
Trois grandes voies de
sorties de crise
p rimètre
sous bassin
haut
tre
ètre
Construction d’un canal en aval
de la prise antérieure (appropriation
d’une ressource jusqu’à présent
non utilisée)
Fig. 6
Constrution d’un canal en amont
de la prise antérieure (appropriation
d’une ressource déjà utilisée,
aggravation du conflit et relation de
force et d’autorité)
Construction d’un canal dans un bassin versant
voisin (appropriation d’une ressource jusqu’à
présent non utilisée mais possibilité d’une rencontre
avec d’autres acteurs et conflit)
Cycles de création de périmètres et de leur fragmentation dans les
Andes équatoriennes
RUF Thierry
- 57 -
Périodisation et cycles institutionnels successifs au cours de l’histoire
des périmètres d’Urcuqui en Equateur
DYNAMIQUE HISTORIQUE DE CAPTATION DES RESSOURCES HYDRIQUES
PAR BASSIN VERSANT
Débits captés dans les bassins versants pour la
ZARI d'URCUQUI (ordre de grandeur en litres par seconde)
Période
Pigunchuel
100
100
100
20
1500 - 1550
1550 - 1600
1600 - 1650
1650 - 1700
1700 - 1750
1750 - 1800
1800 - 1850
1850 - 1900
1900 - 1950
1950 - 2000
Huarmihuayc Haut Cariyacu Bas Cariyacu
20
20
200
50
300
110
450
150
450
150
450
750
20
450
900
50
450
1000
350
450
1000
350
450
Après 1650
Saturation
seule la rive
acquise
gauche prélève
au
de l'eau.
XVIIe siècle
Saturation
acquise
au
XIXe siècle
Ambi
Total
Système représentatif
Coambo (Pigunchuela)
Caciques (Huarmihuaycu)
Coñaqui (Huarmihuaycu)
Coñaqui (Cariyacu)
20
900
1800
120
320
450
580
600
600
1220
1420
2700
3600
Saturation
acquise
au début du
XXe siècle
Chiquita (Cariyacu)
Tapiapamba (Cariyacu)
Jijona (Ambi)
Salinas (Ambi)
Saturation
acquise
à la fin du
XXe siècle
Débits captés dans les bassins versants pour la ZARI d'URCUQUI
(ordre de grandeur en litres par seconde)
Litres par seconde
4000
Le tour de vis
3
3500
3
Nouvelle phase de
2
partage conflictuel
des ressources
Phase de fondation
avec des moyens
Salinas
industriels
Phase de fondation
Internacional
de canaux, avec les
haciendados, maîtres 1
Jijona
de la terre
Guzmana
meilleure valeur de la goutte
2
meilleure usage de la goutte
3000
1
plus d'eau
2500
2000
1500
1000
500
Phase de fondation
de canaux par
les caciques,
maîtres des eaux
Phase de conservation,
de gestion et de conflit
sur une ressource rare
3
3
2
Tapiapamba
1
2
Chiquita
Coñaqui
1
Grande de Caciques
0
1550 1600
années
Pigunchuela
1650
1700
1750
Huarmihuaycu
Fig. 7
1800
1850
Haut Cariyacu
1900
1950
Bas Cariyacu
2000
Ambi
Périodisation et cycles institutionnels successifs au cours de l’histoire
des périmètres d’Urcuqui en Equateur
- 58 -
6.
Les cycles institutionnels de l’irrigation paysanne
Deuxième cas d’analyse historique
institutionnels : les Pyrénées-Orientales
des
cycles
Les canaux de Prades (Pyrénées-Orientales) ont été étudiés selon une
méthode similaire aux canaux d’Equateur (Ruf, 2001a, b). Les sources
proviennent des archives départementales confrontées aux archives
locales, interprétables dès lors qu’une cartographie précise des réseaux
est réalisée. On retrouve trois grandes phases historiques de
mobilisation, gestion et crise des systèmes irrigués, sur 7 siècles
d’histoire.
1er cycle : fondation médiévale avec coalition forte entre
tenanciers et pouvoir royal contre les seigneuries
ecclésiastiques
Les tenanciers des bourgs reçoivent de l’administration royale une
concession qu’ils payent. Les seigneurs tentent de redevenir maître des
eaux. Les tenanciers de Prades se divisent au XVIe. Ceux du bas
établissent un canal propre avec une prise située entre les deux réseaux
existants. Les droits d’eau sont rattachés à la terre mais le partage est
conflictuel. Au milieu du XVIIe et jusqu’à la révolution française, les
canaux de Prades sont affermés à des entrepreneurs privés.
2e cycle : coalition entre syndics des canaux et industriels
privés pour conforter les réseaux (branches nouvelles) contre
l'Etat
La Révolution française abolit les privilèges, mais la reconnaissance des
droits d’eau anciens finit par être rétablie. Les tenanciers reprennent en
gestion communautaire leurs réseaux. Ils négocient la consolidation des
prises et des canaux primaires aux frais des privés en échange de la
force hydraulique. Ils accueillent de nouveaux irrigants, mais leur font
payer un double rôle. Ceux-ci se constituent en associations
indépendantes.
3e cycle : engagement fort de l'Etat par un nouveau réseau et
par le contrôle des associations syndicales
L’Etat reprend autorité sur la construction de nouveaux canaux et sur le
contrôle des associations syndicales par le jeu des subventions sur les
travaux d’entretien. Les tours d’eau sont une nouvelle fois révisés et les
états-matrice3 publiés. Mais une partie des agriculteurs opte pour des
réseaux sous pression pour irriguer les vergers qui deviennent la
spéculation principale. Le réseau le plus récent connaît des difficultés,
sa gestion se fait par un syndicat intercommunal. Une nouvelle crise
apparaît, du fait de la déprise agricole et de l’urbanisation.
3
Liste détaillée des parcelles et des propriétaires avec superficies et liens au réseau et calcul de la taxe
d’arrosage.
RUF Thierry
7.
- 59 -
Conclusion
La mise en place répétée de compromis entre parties prenantes se fait à
des moments précis de l’histoire, sous l’égide de médiateurs, selon des
schémas tantôt autoritaires, tantôt démocratiques. L’histoire des
institutions locales n’est pas linéaire. Autour du même réseau physique
de captation, de transport et de distribution de l’eau, se succèdent des
formes administrées, autogérées ou privatisées. Il y a donc des cycles
institutionnels très divers en chaque lieu. Deux villages proches peuvent
aussi être complètement décalés et avoir disposé de systèmes de gestion
radicalement différents.
Cependant, il semble que les dispositifs actuels des réseaux cités
connaissent d’importantes tensions du fait des politiques nationales de
l’eau, des problèmes de raréfaction des ressources et des phénomènes
d’individualisation des accès à la ressource aux dépens du collectif local
et de l’environnement global.
Bibliographie
Apollin F, Nuñez P., Ruf T. (1998). The historical development of equity in irrigation:
changes in water distribution in Urcuqui, Ecuador. In : Boelens R., Dávila G. J.
(eds.). Searching for equity. Conceptions of justice and equity in peasant
irrigation, Assen, Van Gorcum, 373-390.
Assier-Andrieu L. (1984). Tradition juridique et changement politique : la persévérance
du droit commun catalan dans la province du Roussillon. In : Actes primer
congres d’historia moderna de Catalunya, Barcelona. 17-21/12/1984, Vol II,
Univ. Barcelona, 195-204.
Bédoucha G. (1987). L’eau, l’ami du puissant. Une communauté oasienne du Sud Tunisien.
Paris, CNRS, 427 p.
Caucanas S. (1992). Energie hydraulique et irrigation en Roussillon du IXe au XVe siècle,
histoire de l'aménagement d'un réseau. In: Broc N., Brunet M., Caucanas S.,
Desailly B. Vigneau J.P (eds.). De l'eau et des hommes en terre catalane.
Perpignan, Trabucaire, 57-109.
Caucanas S. (1995). Moulins et irrigation en Roussillon du IXe au XVe siècle. Paris, CNRS
Editions, 422 p.
EDI (1996). Participatory irrigation management. Washington, Worldbank, 56 p.
Hunt R. (1989). Appropriate social organization? Water user associations in
bureaucratic Canal Irrigation Systems. Human Origanization, 48/1, 79-90.
Jaubert De Passa M. (1846). Recherches sur les arrosages chez les peuples anciens. 6e
partie, ch.4. Des lois et du régime des eaux sous le rapport agricole. Réédition
intégrale AFEID, 1981, Editions d’Aujourd’hui, Collection « Les
introuvables ».
Ohlsson L. (with J. Lundqvist) (2000). The Turning of a Screw - Social adaptation to
water scarcity, Part 3 of Falkenmark et al., New dimensions in water security,
A study prepared for FAO, Rome, AGLW.
Ohlsson L., Turton A. (2000). The Turning of a Screw: Social Resource Scarcity as a
Bottle-Neck in Adaptation to Water Scarcity. Stockholm Water Front - Forum
for Global Water Issues, no. 1 (February), Stockholm International Water
Institute (SIWI).
Ostrom E. (1992). Crafting institutions for self-governing irrigation systems. San
Francisco, ICS Press, Institute for Contempory studies, 111 p.
Ruf T. (1999). Traditions et innovations dans la gestion des systèmes irrigués andins
(Equateur). In : Chauveau J.-P., Cormier-Salem Ch., Mollard E. (eds.).
L’innovation en agriculture, questions de méthodes et terrains d’observation.
IRD, A travers champs, 273-286.
- 60 -
Les cycles institutionnels de l’irrigation paysanne
Ruf T. (2000). Du passage d’une gestion par l’offre en eau à une gestion par la demande
sociale. Ordre et désordre dans les questions d’irrigation et de conflits d’usage
de l’eau. In : Honegger A., Ruf T. (eds.). Approches sociales de l’irrigation et de
la gestion collective de l’eau en France et dans le monde. Territoire en mutation,
7, 9-33.
Ruf T. (2001a). Droits d’eau et institutions communautaires en montagne, sept siècles
d’histoire des tenanciers des canaux de Prades (Pyrénées-Orientales). Histoire
et sociétés rurales, 16, à paraître (article accepté).
Ruf T. (2001b). L’eau, l’art et la violence. Un millénaire de confrontations, coordinations
et régulations dans le bassin de la vallée de la Têt (Pyrénées-Orientales). In :
Politique de l’eau et développement local. De la réflexion à l’action en milieu
méditerranéen. Montagnes méditerranéennes, 14, 71-77.
PAPILLOUD Jean-Henry
- 61 -
Les bisses du Valais
PAPILLOUD Jean-Henry
Médiathèque Valais Image et Son
Av. Gd-St-Bernard 4, CH – 1920 Martigny
Jhenry.Papilloud@imageson.vsnet.ch
1.
Introduction1
Creusés dans le sol, suspendus ou taillés dans les parois rocheuses,
comme des cicatrices chargées de souvenirs, les bisses du Valais
symbolisent le combat des Valaisans pour le contrôle de l'eau. Ils sont
des témoins importants d'une histoire, d'une culture, d'une civilisation.
A l’heure de la mondialisation, du bricolage biologique, d’internet et du
virtuel, que deviennent les bisses qui ont irrigué depuis des siècles les
coteaux asséchés du Valais ? Contre toute attente, beaucoup d’entre eux
continuent de couler leurs eaux tranquilles et laiteuses du torrent
glaciaire aux prairies, aux vignes et aux champs.
Mieux encore. Devenus des atouts touristiques, les bisses font l’objet de
soins attentifs : des institutions officielles les recensent ; des
associations les rénovent, des amis inconditionnels les entretiennent.
Après avoir été relégués au second plan, délaissés, presque laissés pour
morts, ils ont retrouvé, si ce n’est une nouvelle jeunesse, du moins une
place dans le monde d’aujourd’hui.
Ce n’est pas la première révolution de leur histoire. Aussi loin qu’on
remonte dans les traces du passé, on est frappé tout à la fois par leur
permanence et par les variations de leur rôle, dictées par les influences
du climat ou les besoins des hommes.
Le nom des bisses.
Les canaux d'amenée d'eau ou d'irrigation ont des noms différents suivant les régions. Ils
sont appelés bisses en Valais central, raies dans le Bas-Valais, rus au Val d'Aoste,
Suonen ou Wasserleite dans le Haut-Valais.
Comme le montre Maurice Casanova, la forme bief, à l'origine du mot bisse, connaît ellemême de nombreuses variantes dont les principales sont: bai, bi, bie, bye et bis, la forme
patoise en usage dans les districts de Sion, Hérens et Sierre.
Ainsi, le mot bisse tel qu'on le connaît aujourd'hui remonte à ce bis patois et à lui seul; il
nous a été transmis sous la forme biss, bis depuis 1569...
Les bisses du Valais, 1999, p. 17
1
Ce texte fait suite à une conférence que M. Jean-Henry Papilloud a donnée le jeudi 5 avril 2001 dans le cadre du
cycle de conférences des Anciens de l’IGUL. Ce texte a été publié préalablement dans la revue L’Alpe.
- 62 -
2.
Les bisses du Valais
Les données géographiques
Situé au coeur des Alpes, le Valais est une grande vallée longitudinale de
110 km, encaissée entre deux chaînes de montagnes parallèles: les Alpes
bernoises et les Alpes valaisannes, qui font barrage au passage des
perturbations atlantiques et méditerranéennes. De ce fait, les régions
d'altitude reçoivent d'importantes précipitations alors que dans la
plaine et sur les bas-coteaux, la pluviométrie est une des plus basses de
Suisse. De plus, ce déficit naturel est encore accentué par une forte
évaporation, provoquée par un ensoleillement élevé et les effets d’un
vent sec et chaud, le foehn.
Comme les habitants d'autres vallées alpines aux caractéristiques
analogues, telles l’Isère, le Val d'Aoste, la Maurienne, le Val di Susa, la
Romanche, la vallée de la Durance, le Queyras, l'Engadine ou les vallées
tyroliennes, les Valaisans ont eu recours à l'irrigation artificielle pour
pallier le manque d'eau.
Cependant, les données climatiques ne suffisent pas à expliquer
pourquoi les Valaisans ont construit un réseau d'irrigation qui a suscité
l'admiration des observateurs. Comme toute œuvre humaine, les bisses
sont au centre d’un réseau de facteurs et d’influences qui laissent peu de
place au hasard. Trois éléments sont ici particulièrement importants: les
besoins en eau, les connaissances techniques et les moyens matériels et
humains à disposition. On les retrouve dans une évolution historique qui
est, à cet égard, riche d'enseignements.
3.
Le début des grands bisses
Le mystère des origines
Face à des réalisations humaines qui surprennent par leur audace, il est tentant de
recourir à des causes surnaturelles. C'est ainsi que de nombreuses légendes populaires ont
fait appel aux diables, aux fées et autres créatures malicieuses pour expliquer la
construction de certains bisses. Plus tard, des lettrés ont apporté à la légende un soupçon
de vraisemblance. Sur la base d'indices ténus ou de simples hypothèses, ils ont attribué
ces constructions, qui aux Romains, qui aux païens, qui aux Sarrasins.
Les bisses du Valais, 1999, p. 16
D’emblée, il faut bien reconnaître l’évidence : le mystère des origines
demeure. Lorsque les premiers documents conservés - à partir du XIIIe
siècle - attestent l'existence des bisses, ils signalent souvent des
constructions plus anciennes. Mais, bientôt, les archives deviennent plus
explicites : contrats de construction, règlements, dossiers judiciaires,
montrent que les problèmes d'irrigation sont une des grandes
préoccupations des communautés.
PAPILLOUD Jean-Henry
- 63 -
Un premier grand tournant s’observe au XVe siècle. Après avoir atteint
un de ses maxima, la population du Valais reflue. Les ravages de la
peste, à partir de 1349, sont considérables. Dans certains endroits, la
population diminue de moitié en quelques années. Ce recul des hommes
a des répercussions importantes sur la répartition des cultures. Tout se
passe comme si les individus, moins nombreux, pouvaient accéder à une
alimentation plus riche. Transformation de champs de céréales en prés
de fauche, explosion des conflits d’alpage, augmentation du commerce
des bovins, tous les indices concordent : l’élevage du bétail est en pleine
expansion.
Fig. 1
Prise d'eau de la Neue Wasserfuhr, Täsch, vers 1935. Charles Paris,
Médiathèque Valais - Image et Son
Or, pour assurer les réserves de fourrage nécessaire à l’hivernage des
bêtes, il faut non seulement augmenter la surface des prés, mais aussi
améliorer leur rendement par une irrigation soignée. Aussi n’est-on pas
surpris de trouver, dans les archives, la confirmation de ce mouvement.
Pour amener l’eau des rivières glaciaires, souvent très encaissées, les
- 64 -
Les bisses du Valais
communautés décident la construction d’ouvrages extraordinaires :
Ausserberg construit son « Chänilwasser » en 1420; Savièse, avec l’aide
de Sion, décide, en 1430, l’aménagement du Torrent-Neuf qui canalise
les eaux de la Morge à travers les parois abruptes du Prabé ; à Lens, en
1448, les quartiers de la paroisse confient la construction du nouveau
bisse au prieur Jean Crossard ; Vex met en chantier son « Grand Bisse »
en 1453 ; Orsières, le sien en 1471 ; et l’on pourrait citer encore
l’apparition des bisses d’Hérémence en 1440, d’Ayent en 1448, du
Levron en 1465...
Puis la situation des bisses paraît se stabiliser à partir de 1500. Tout au
long de l'Ancien Régime, l'utilisation de l'eau reste néanmoins une
question lancinante. Les conflits mettent d'avantage en évidence la
recherche de nouveaux équilibres entre et à l'intérieur des communautés,
ainsi que les améliorations qui doivent être apportées aux tracés
existants.
4.
L'extension et la modernisation des bisses
Le système semble donc bien rôdé lorsque, au XIXe siècle, des
transformations importantes s’opèrent qui poussent à la recherche de
nouveaux équilibres. Les bisses sont à nouveau au cœur du changement.
Au milieu du siècle, l’arrivée du train - il est à Sion en 1860 - modifie les
structures du marché. Alors que les produits d’élevage trouvent de bons
débouchés à l’extérieur, et voient leur prix monter, les céréales indigènes,
concurrencées par les farines étrangères sont en perte de vitesse.
Mais l'extension des prairies demeure liée à la question de l'eau.
D'autant plus que le réchauffement relatif du climat - bien visible par le
grand recul des glaciers qui débute - accentue encore les effets de la
sécheresse.
Fait significatif du renouveau, en 1871, une grande maquette de bisse est
la vedette de l’Exposition cantonale d’agriculture de Sion. Un ingénieur,
Léopold Blotnitzki, venu en Valais diriger l’endiguement du Rhône, se
prend d’intérêt pour la question et établit le premier inventaire des
bisses du Valais. Tous ces éléments annoncent ou accompagnent une
nouvelle politique des pouvoirs publics qui interviennent directement en
subventionnant et en contrôlant les travaux d'améliorations foncières.
La modernisation des bisses s’affirme dans la période de
développement qui marque le Valais au tournant du siècle ; elle se
poursuit durant l’entre-deux-guerres. L'utilisation de l’eau d’irrigation
s'élargit. A côté de son rôle traditionnel d'arrosage des prairies, elle sert
de plus en plus, suivant l'exemple de Sion, à l'irrigation des vignes et,
bientôt, à celle des nouvelles cultures maraîchères et fruitières qui se
développent alors.
PAPILLOUD Jean-Henry
Fig. 2
- 65 -
Bénédiction du bisse. Charles Paris, Médiathèque Valais - Image et
Son
En 1929, l'amélioration des conditions d'irrigation entre dans le cadre
d'un «plan d'intensification intégrale de notre culture agricole», affirme
le Conseil d’Etat. Une vingtaine de projets de transformation sont
présentés par les consortages et les communes. Dans la liste, pas moins
de 15 tunnels sont prévus, car ils assurent un plus grand débit,
garantissent la continuité de l'amenée d'eau et diminuent les frais
annuels d'entretien. Parmi les plus importants, le tunnel du Prabé
remplace le bisse de Savièse, un des plus spectaculaires du canton.
Une nouvelle étape de modernisation est lancée après 1945. Le passage
de l’irrigation par ruissellement à l’aspersion nécessite une
transformation des canaux et la réalisation de bassins d’accumulation.
Mais déjà, la fin du Valais pastoral est annoncée. Les prairies sont
progressivement remplacées par d’autres cultures intensives qui, à leur
tour, déclineront bientôt.
- 66 -
Les bisses du Valais
Les abandons de bisses se multiplient et les mutations du Valais
semblent devoir emporter ces survivants d’un autre âge. Pourtant, contre
toute attente, ils bénéficient d’un nouveau sursis. Alors que leur valeur
agricole est en perte de vitesse, le développement d’un tourisme plus
proche de la nature en fait des lieux d’excursion privilégiés, grâce aux
sentiers qui les bordent.
Pris en compte par le plan directeur de l’aménagement du territoire, les
bisses sont à nouveau l’objet d’une attention particulière. Recensés,
mesurés, étudiés, ils sont restaurés et, certains, remis en eaux pour le
plus grand bonheur des anciens gardiens qui peuvent les faire revivre
dans l’esprit et la mémoire des Valaisans et de leurs hôtes.
5.
Les techniques de construction
La construction des anciens bisses n'est pas régie par un savoir
technique issu d'études académiques. En général, comme le relève P.
Chavan, ils sont construits par les montagnards disposant de moyens
très primitifs, mais secondés par une connaissance exacte des lieux, par
un esprit d'observation remarquable et, surtout, par beaucoup d'énergie
et de ténacité.
La diversité des lieux et des conditions géologiques entraîne une grande
variété de formes. Lorsque le terrain s’y prête, une simple rigole est
creusée dans le sol. Au besoin le remblai de soutènement est consolidé.
Mais lorsqu’il s’agit de traverser des zones difficiles, de véritables
ouvrages d’art sont mis en place. Le canal artificiel le plus simple est
constitué de troncs d'arbres - en général de mélèze - évidés en forme de
chenaux, et qui sont emboîtés les uns à la suite des autres. Afin
d’augmenter le volume d’eau, on procède par un assemblage de planches
qui forme un chenal fixé à la paroi au moyen de consoles.
A Savièse, le bisse du Torrent Neuf offre un exemple extraordinaire de
fixation double : la canalisation et la passerelle sont soutenues par deux
séries de poutres fixées perpendiculairement dans le rocher et reliées
entre elles par une traverse verticale. Ce système dit des «boutzets»
n'utilise que des éléments de bois. Les pièces en fer n'apparaissent, et de
manière limitée, qu'à la fin du XIXe siècle.
Lorsque la qualité de la roche et l'outillage le permettent, le tracé du
bisse peut être entaillé dans la paroi. Du simple renforcement à la demigalerie, on trouve une grande variété de passages protégés. L'emploi de
la poudre explosive - attesté pour de tels ouvrages à partir du XVIIe
siècle seulement - facilite ce type de construction. De même, elle permet
le percement de tunnels.
PAPILLOUD Jean-Henry
Fig. 3
6.
- 67 -
Bisse de Savièse, les Branlires, vers 1930. Charles Paris, Médiathèque
Valais - Image et Son
Le bisse, mode d'emploi
S’il n’est guère sensé de vouloir réduire la multitude des bisses du Valais
à un modèle, il est possible de brosser le portrait d’un bisse, de montrer
comment il fonctionne et de quelle manière les hommes l'ont utilisé.
La forme juridique la plus courante est le consortage. Les propriétaires
d'un territoire à irriguer unissent leurs efforts, construisent un canal
d'amenée d'eau et organisent l'arrosage de leurs parcelles. Dès les
premiers documents conservés, de telles associations apparaissent.
- 68 -
Les bisses du Valais
Leurs règlements fixent les devoirs et les obligations des consorts et des
responsables, les modalités de l'entretien, la mise en eau ainsi que la
répartition des temps d'arrosage.
Dès le printemps, les travaux de remise en état commencent sous la
direction des responsables désignés. Tous les propriétaires participent,
en proportion de leurs droits d'eau, aux corvées ou manoeuvres. Les
hommes et les femmes sont affectés à des tâches précises en fonction de
leur expérience et de leur savoir-faire.
Fig. 4
Reconnaissance des travaux. Charles Paris, Médiathèque Valais Image et Son
Les travaux durent plus ou moins longtemps, selon les dégâts subis
durant l'hiver. Obstrué par des éboulements ou de simples dépôts de
l'année précédente, le canal est vidé; les éléments de canalisation,
enlevés pour les préserver des avalanches et des chutes de pierres, sont
replacés; les tronçons endommagés sont consolidés ou reconstruits.
PAPILLOUD Jean-Henry
- 69 -
Dans certains endroits, la mise en eau est une opération complexe, qui
ne se réduit pas à une suite précise de travaux techniques; elle obéit
aussi à des coutumes empreintes d'un certain cérémonial. Les
témoignages oraux et photographiques sur le bisse de Savièse, dans les
premières décennies du siècle, mettent en évidence les aspects multiples
de la levée du bisse qui a lieu, traditionnellement, avant la mi-avril.
Fig. 5
Récolte de mousse et d'humus pour le colmatage du bisse. Charles
Paris, Médiathèque Valais - Image et Son
- 70 -
Les bisses du Valais
Fig. 6
Colmatage du bisse. Charles Paris, Médiathèque Valais - Image et
Son
Le marteau avertisseur
Ce tourniquet est dû à une invention assez ingénieuse[...]. Sur un point resserré du bisse,
généralement dans un passage des conduites en bois, est établie une roue à palettes qui tourne sous
l’impulsion du courant. L’office de cette roue est de soulever un marteau qui tombe à coups
réguliers sur une planche sonore disposée à sa portée. Souvent, parmi les hautes solitudes, [...]
vous croyez entendre les coups scandés d’une hache de bûcheron. Vous vous approchez et, pour
tout être animé, vous rencontrez cet appareil dont le premier arrêt de fonctionnement annonce à
l’oreille avertie du garde-bisse que l’eau est arrêtée ou en tout cas insuffisante.
Louis Courthion, Echo des Alpes, 1920, p.21
PAPILLOUD Jean-Henry
7.
- 71 -
L’arrosage
A la fin du tronçon principal, l'eau du bisse est répartie en fonction des
secteurs à irriguer. Tout cela nécessite des installations ingénieuses et
précises. Le système le plus répandu est celui des écluses en bois qui
comportent autant d’ouvertures calibrées qu’il y a de parts à faire et qui
s’expriment en quarts, cinquièmes, sixièmes, etc.
Dans les grands bisses, les répartiteurs se répètent, en cascade,
jusqu’aux parcelles à irriguer. Ainsi, à Ayent, les différents villages
reçoivent leurs parts d’eau qui a été mesurée par cinq répartiteurs
successifs.
Le temps nécessaire à l’arrosage d’un territoire lié à un bisse constitue un
tour. Celui-ci dure de 10 à 20 jours. Cela signifie donc que chaque
propriétaire peut arroser son bien 5 à 6 fois durant la période de
croissance de l’herbe. La répartition entre les ayants droit n’obéit pas
aux mêmes règles partout. En général, les droits d’irrigation sont
attachés à la terre, mais, dans certains endroits, ils sont personnels et
répartis en actions. A Savièse, dans les années 1880, on en compte 830
qui donnent droit à un « bulletin », soit trois heures d’arrosage.
Alors que la construction et l’entretien du bisse principal sont du ressort
de la collectivité, l’arrosage proprement dit est une affaire privée.
Travail routinier, l'arrosage est le parent pauvre de la littérature des
bisses. Pourtant il demande une grande patience, une attention soutenue
et une bonne connaissance empirique des différents terrains à irriguer.
Grâce aux matières minérales en suspension, l'eau des bisses provenant
des glaciers a une action fertilisante sur les sols. On le constate, à
contrario avec l'irrigation par aspersion qui utilise une eau décantée
dans les bassins d'accumulation et la répartit uniformément sur le
terrain entraînant ainsi une uniformisation, donc un appauvrissement de
la flore.
8.
Quel avenir pour les bisses?
Depuis leur création, les bisses ont répondu aux besoins de ceux qui les
ont construits. Que, par la suite, les hommes qui ont hérité de ces
ouvrages avec le paysage dans lequel ils vivaient les aient adaptés à
leurs propres besoins paraît assez naturel.
Aujourd’hui, et c'est un fait majeur, un nombre important de bisses sont
utilisés à des fins touristiques. 94 sentiers longeant des bisses sont
inscrits dans le réseau des chemins de randonnées pédestres ; ils
constituent souvent le seul élément qui préserve le bisse d'une totale
dégradation. Aussi, loin de s’élever contre cette « récupération », faut-il
s’en réjouir. A condition toutefois de rêver d’un parcours qui ne mettrait
pas seulement quelques vestiges en évidence, mais qui nous emporterait
à la rencontre de ceux qui ont construit et fait fonctionner le bisse, avec
leurs préoccupations, leur environnement économique, social, culturel et
- 72 -
Les bisses du Valais
mental. Une promenade historique au cours de laquelle, au-delà des
traces, on devinerait les hommes qui, à un moment donné de l'histoire,
ont imprimé une petite marque de leur passage, comme un message, à
nous adressé.
Fig. 7
Les agréments du bisse, vers 1930. Pierre Odier, Médiathèque Valais
- Image et Son
Bibliographie
Collectif, 1995. Les Bisses, Actes du Colloque international sur les bisses. Sion, 15-18
septembre 1994, Annales Valaisannes, 70, 375 p.
Papilloud, J.-H., 1999. L’épopée des bisses, Les Bisses du Valais. Sierre, Monographic, pp.
11-117.
Reynard, D., 2002. Histoires d’eau. Bisses et irrigation en Valais au XVe siècle. Lausanne,
Cahiers lausannois d'histoire médiévale, n° 30, sous presse.
Des références exhaustives sur l’histoire des bisses peuvent être trouvées dans ces trois
ouvrages. Sur les transformations récentes des bisses, voir également l’article d’E. Reynard
dans ce volume.
REYNARD Emmanuel
- 73 -
Agriculture irriguée et tourisme de randonnée en Valais.
Le cas du Bisse d’Ayent
REYNARD Emmanuel
Institut de Géographie, Université de Lausanne
BFSH 2, CH –1015 Lausanne
Emmanuel.Reynard@igul.unil.ch
1.
Introduction : transformations récentes de l’agriculture
irriguée de montagne
Dans un article paru au printemps 2001 dans le quotidien Le Temps, un
journaliste rappelait que l’on a souvent pu traiter les Valaisans d’Arabes
de l’eau, pour montrer à quel point ils avaient pu, au cours du XXe siècle,
développer leur canton grâce à la transformation en énergie de leur or
bleu, l’eau. Quelques décennies plus tôt, Louis Seylaz et Charles Paris,
deux fins observateurs des bisses valaisans, parlaient ainsi du bisse de
Savièse (Paris & Seylaz 1934) :
On comprend [...] que l’eau est la condition indispensable de
fertilité, qu’elle est le pain et le vin, ce que le Nil a été de tout
temps pour l’Egypte, et que par conséquent rien n’est trop cher, ni
trop dur, ni trop difficile, rien ne doit être impossible pour en
assurer l’arrivée.
Ces deux exemples montrent à quel point la question de l’eau en Valais
est paradoxale : d’un côté, la région est considérée comme le château
d’eau de l’Europe (Onde 1953a, Onde 1953b), de l’autre, l’aridité et la
continentalité climatique empêchent le développement d’une agriculture
non irriguée, pour certaines cultures du moins. C’est ce paradoxe, mêlant
une surabondance en eau sur les hauteurs et un déficit hydrique dans les
régions de cultures de la plaine et du coteau, qui est à l’origine du
développement d’un réseau impressionnant de canaux d’irrigation de
montagne : les bisses (Reynard 1995, 1998a ; Papilloud 1999).
Ce réseau des bisses1, et surtout les prouesses techniques que sa mise en
place a nécessitées, ainsi que l’organisation sociale que les pratiques
d’irrigation demandaient, ont suscité l’admiration des historiens,
géographes et autres anthropologues qui se sont attachés à étudier
l’irrigation valaisanne (voir par exemple Lehmann 1913, Mariétan 1948,
Collectif 1995, Collectif 1999). Depuis un siècle au moins, ce réseau
subit des transformations radicales liées aux transformations socioéconomiques que le canton a connues (Baud 1998, Reynard & Baud
2002). Sous l’effet conjugué de l’explosion de l’agriculture de plaine,
induite par l’assainissement de la plaine du Rhône, de la déprise
agricole dans les régions de montagne, des améliorations foncières, de la
dépopulation de certaines vallées et du développement de
1
Un réseau qui a pu compter, selon certains auteurs, jusqu’à 2’000 km de canaux principaux et 25’000 km de
canaux et rigoles secondaires ! Les inventaires les plus fiables, notamment celui de l’ingénieur Fritz
Rauchenstein sont plus modestes et parlent d’un réseau de 1’400 km pour un total de 207 bisses principaux
(Rauchenstein 1908) au début du XXe siècle.
- 74 -
Le Bisse d’Ayent
l’hydroélectricité et du tourisme alpin, les bisses ont été couverts,
abandonnés, transformés ou modifiés pour faire face aux nouveaux
besoins (Baud 1998).
Dans cet article, nous étudierons comment ces transformations générales
de la société et de l’économie valaisannes se sont répercutées sur un
canal d’irrigation, le Bisse d’Ayent2, et son consortage3. Nous
préciserons tout d’abord pourquoi il est nécessaire d’irriguer certaines
cultures (herbages, vignes, arboriculture) en Valais, puis nous nous
attarderons sur l’irrigation dans la Contrée d’Ayent (fig. 1), et plus
particulièrement sur le Bisse d’Ayent (photo 1). Nous étudierons dans
un deuxième temps les transformations induites par le développement
du tourisme estival dans la région, avant d’analyser les transformations
récentes du consortage du Bisse d’Ayent. Nous terminerons par
quelques conclusions plus générales sur l’avenir des bisses valaisans.
N
Contrée d'Ayent
Alpes Bernoises
Li
Sio
ône
ine
Pla
Sierre
èn
nne
e
Léman
Viège
Sion
h
uR
d
Martigny
es
in
enn
P
pes
Ayent
Al
Fig. 1
2.
Situation de la région d’étude (Reproduit avec l’autorisation de
l’Office fédéral de topographie, BA024230).
De l’eau pour irriguer
2.1
Les contingences climatiques et topographiques
Avant toute chose, il s’agit de préciser rapidement quels sont les
facteurs climatiques et topographiques qui ont induit le développement
du réseau des bisses du Valais. Ayant déjà eu l’occasion d’analyser
2
3
Ce bisse a été le cadre d’une excursion conjointe de l’Association des Anciens de l’IGUL et de l’Institut de
Géographie (étudiants suivant le cours Gestion de l’eau dans les régions de montagne), le 13 mai 2001.
Un consortage est une association de propriétaires s’unissant pour construire un canal d’irrigation. Les
membres d’un consortage sont appelés « consorts ».
REYNARD Emmanuel
- 75 -
Bilan hydrique [mm d'eau]
dans le détail cet aspect de l’irrigation valaisanne (Reynard 1995,
1998a), nous n’esquissons que quelques considérations générales, et
renvoyons le lecteur à ces publications, ainsi qu’aux travaux de
Mariétan (1948), Bratt (1995) et Papilloud (1999), pour une analyse
plus détaillée.
60
50
40
30
20
10
0
-10
-20
-30
-40
-50
-60
Sion - 500 m - Moyenne 1901-1993
J
F
M
A
M
J
J
A
S
O
N
D
100
Montana - 1500 m - Moyenne 1931-1993
Bilan hydrique [mm d'eau]
80
60
40
20
0
-20
-40
J
F
M
A
M
J
J
A
S
O
N
D
Source des données: Baud (1998), pp. 31-33
Les déficits ou surplus hydriques sont obtenus au moyen de la Formule de Turc.
Fig. 2
Bilan entre les précipitations et l’évapotranspiration de référence dans
le Valais central, avec estimation des surplus ou déficits hydriques
mensuels pour la végétation (source : Baud 1998, pp. 32-33).
Deux caractéristiques naturelles des lieux doivent être invoquées pour
expliquer le développement, depuis le XIIIe siècle au moins4, de cet
important réseau de canaux et autres infrastructures d’irrigation. Le
climat, tout d’abord ! Le Valais central est la région la plus sèche de
Suisse, avec des moyennes annuelles de précipitations ne dépassant pas
4
Pour les détails sur l’histoire du réseau des bisses, on se reportera notamment aux diverses contributions
historiques parues dans les Actes du colloque international sur les bisses de Sion en 1994 (Collectif 1995) et à
l’analyse de Papilloud 1999 et ce volume.
- 76 -
Le Bisse d’Ayent
600 mm en plaine et 800 mm à 1’500 mètres d’altitude, dans les lieux les
plus secs. Cette situation est due à un effet d’abri lié à l’encaissement de
la vallée du Rhône entre les hautes chaînes des Alpes Pennines, au sud,
et des Alpes Bernoises, au nord (voir fig. 1). Les coteaux et la plaine de
la vallée principale reçoivent ainsi des précipitations très réduites,
réparties toutefois assez uniformément tout au long de l’année. Les
effets du déficit pluviométrique sont encore accentués sur l’adret et dans
certaines vallées par la forte insolation et par l’abondance des situations
de foehn. Ces conditions climatiques provoquent ainsi un déficit
hydrique qui atteint en juillet en moyenne 2 mm d’eau par jour en plaine
et 1 mm à 1’500 m (fig. 2). Ce déficit doit être comblé par un apport
d’eau par l’irrigation.
Photo 1 Le bisse d’Ayent.
Le découpage topographique des vallées latérales (voir fig. 1) permet
quant à lui de comprendre l’abondance des ouvrages d’art en bois (voir
photo 2) qui ont dû être réalisés sur de longues portions des canaux de
la rive droite du Rhône. Lors du dernier maximum glaciaire (Würm), les
glaciers locaux débouchaient en effet dans la vallée principale à
relativement haute altitude (Dorthe-Monachon 1993). Avec le recul des
glaciers, les cours d’eau latéraux ont généralement incisé de profondes
gorges de raccordement afin de rétablir leur profil d’équilibre. C’est ce
qui explique que les bisses doivent souvent traverser de longues portions
REYNARD Emmanuel
- 77 -
de versants escarpés entre les prises d’eau et les secteurs à irriguer situés
sur les interfluves orientés vers la vallée du Rhône.
Nous avons montré ailleurs (Reynard 1998a) que deux régions sont
particulièrement riches en bisses : le Valais central entre Riddes et Sierre,
et plus particulièrement le coteau de l’adret, ainsi que la région de Viège.
La Contrée d’Ayent, située sur l’adret de la vallée du Rhône entre Sierre
et Sion (voir fig. 1), est ainsi au cœur de l’une des deux régions
traditionnelles d’irrigation.
Photo 2 Vestiges (boutsets) du bisse d’Ayent à Torrent-Croix. Sur ce secteur,
le canal, autrefois suspendu contre la paroi, a été remplacé par un
tunnel creusé en 1831. Ces vestiges ont été restaurés en 1991 et 1997
(voir photo 3).
2.2
L’irrigation dans la Contrée d’Ayent
La Contrée d’Ayent, terme utilisé notamment par Crettaz (1933),
désigne la région comprise entre la Liène et la Sionne (fig. 1) et occupée
par les territoires des communes d’Ayent, d’Arbaz et une partie de
Grimisuat. Arbaz et Ayent ont conservé des liens territoriaux jusqu’à la
fin du XIXe siècle. A la fin du XIIIe siècle, la communauté d’Ayent a tout
d’abord été subdivisée en trois tiers : le Tiers d’Arbaz et les Deux-Tiers
- 78 -
Le Bisse d’Ayent
de Luc-Botyre (actuelle commune d’Ayent). Les deux communes ont
toutefois conservé des terrains communs jusqu’en 1848 (Loretan 1999)
et ce n’est qu’en 1875 que le village de Blignoud a été séparé d’Arbaz
pour rejoindre la commune d’Ayent. Quant à la commune de Grimisuat,
bien qu’elle ait formé une entité indépendante dès le XIIIe siècle, son
destin n’en demeure pas moins intimement lié à celui des trois tiers
d’Arbaz et d’Ayent, notamment en raison des nombreux conflits relatifs
à la délimitation des frontières. En effet, en raison de l’indigence des
alpages et des ressources en eau sur son propre territoire, Grimisuat se
trouvait dans la nécessité de rechercher ces ressources ailleurs, ce qui ne
pouvait qu’envenimer les relations de voisinage. Actuellement, toutefois,
ces conflits sont de l’histoire ancienne.
Six bisses principaux drainent la Contrée d’Ayent. Nous rappelons
brièvement le développement de ce réseau, des canaux les plus anciens
aux plus récents sur la base des travaux de Loretan (1999) et Bratt
(1995), ainsi que de l’inventaire des bisses réalisé par le Service de
l’aménagement du territoire (SAT 1993). Pour la localisation des canaux
et leurs caractéristiques techniques, on se réfèrera à la carte de la figure 3
et au tableau 1.
Le bisse le plus ancien, encore en activité, semble être le Bitailla, qui
capte les eaux de la Sionne et permet d’irriguer les terrains agricoles
d’Arbaz et d’Ayent. Sa construction est antérieure à 1307, date de la
première mention dans un texte5. Les droits d’eau relatifs à ce bisse ont
fait l’objet de nombreux conflits entre Sion et les autres communes du
bassin versant de la Sionne, ainsi qu’entre les communiers de la Contrée
d’Ayent. Ces conflits sont retracés par Loretan (1999). Un second bisse
dérive les eaux de la Sionne en rive droite : le Bisse de Grimisuat, le seul
canal permettant d’irriguer les cultures de Grimisuat. Il est en tout cas
antérieur à 1427 (Reynard 2002).
Bisse d’Ayent
Bitailla
Bisse de Sion
Liène
Sionne
Altitude
du départ
de l’arrivée
Longueur
2520 m
940 m
15 km
Construction
Captage
Gestion actuelle
Bisse de Clavau
Source du Loquès
Bisse de
Grimisuat
Sionne
1510 m
1235 m
4 km
1820 m
1140 m
14 km
1214 m
904 m
3 km
680 m
630 m
8 km
1446
Avant 1307
1902-1903
Avant 1427
Avant 1440
Consortage
du Grand Bisse
Commune
d’Ayent
Commune
de Sion
Commune
de Grimisuat
Commune
de Sion
Liène
Tabl. 1 Caractéristiques principales des bisses en activité de la Contrée
d’Ayent (source : Loretan 1999, p. 35, modifié).
5
Sur les sources documentaires permettant de dater la construction des bisses et sur les problèmes
méthodologiques relatifs, voir Ammann (1995) et Reynard (2002).
REYNARD Emmanuel
- 79 -
Le Bisse d'Ayent et le réseau
hydrographique associé
Barrage de
Tseuzier
1778 m
Gorges de
la Liène
Bis
se
Bis
se
d
d'A
yen
t
eS
ion
e
La Lièn
Ehéley
1400 m
To
rre
nt
T.
d
e
-C
ro
ix
Fo
rn
Anzère
1515 m
iri
illa
Bita
Le
Dr
ah
Arbaz
1146 m
in
Ayent
ne
e
La Sionn
Bisse de
Grimisuat
de
Le
nti
ne
Grimisuat
881 m
au
lav
C
de
se
s
i
B
Le
ô
Rh
St-Léonard
505 m
Bis
se
N
0
Sion
508 m
0.5
1 km
Source: Baud, 1998
Fig. 3
Carte des bisses en activité de la Contrée d’Ayent.
Au XVe siècle, sont également construits, comme dans beaucoup de
régions du Valais (voir Dubuis 1995), deux canaux dérivant les eaux de
- 80 -
Le Bisse d’Ayent
la Liène : le Bisse de Clavau (avant 1440) et le Bisse d’Ayent,
également appelé Grand Bisse ou Bisse Neuf (1446). Le premier, qui fut
construit à l’initiative de l’Evêque et de la Bourgeoisie de Sion (Loretan
1999), est affecté principalement à l’irrigation du vignoble. Le second,
situé à plus haute altitude, a été construit pour parer à l’insuffisance du
Bitailla dans la partie occidentale de la Contrée et pour irriguer la partie
orientale, que le Bitailla n’atteignait pas (Loretan 1999). La partie
amont du bisse était particulièrement périlleuse (voir par ex. Bonvin &
Bender 1998), ce qui explique la construction tardive de ce bisse, par
rapport au Bitailla, et également son abandon partiel durant quelques
années au XIXe siècle, en raison des difficultés d’entretien. Il faut encore
ajouter que le réseau des bisses est complété par une série d’étangs de
stockage (Lombardon, Saxonne, Botyre, Frisse), ce qui permet de mieux
gérer la distribution temporelle de l’eau. Ces étangs, généralement
aménagés artificiellement dans des dépressions marécageuses
surcreusées lors du passage du glacier du Rhône, sont une particularité
de l’adret de la vallée du Rhône compris entre Montana et Savièse.
Ailleurs, notamment sur les versants beaucoup plus escarpés du HautValais, la configuration topographique ne permettait pas d’aménager de
tels bassins d’accumulation.
En raison de l’augmentation des besoins en eau d’irrigation (voir par ex.
Papilloud 1999), un cinquième bisse, le Bisse des Audannes, est
laborieusement construit à haute altitude entre 1859 et 1862 par les
communes de Sion et d’Ayent, dans le but principal de réalimenter la
Sionne, dont les débits ne suffisaient plus à couvrir les besoins (SIS
1991). En raison des trop nombreuses infiltrations, il n’a été exploité que
partiellement pendant 5 ans, puis abandonné. Finalement, en 1903, la
commune de Sion met en eau le Bisse de Sion, construit uniquement
pour transférer de l’eau du bassin versant de la Liène vers celui de la
Sionne, dans le but de compenser la réduction de débits de cette
dernière, suite aux captages des sources de la Fille et de la Fillette pour
l’approvisionnement en eau potable de la ville de Sion.
On a ainsi, dans le cas de la Contrée d’Ayent, une configuration de
développement du réseau d’irrigation typique de plusieurs régions du
Valais. L’irrigation existe déjà au moins au début du XIVe siècle. Ce sont
d’abord les secteurs médians (alt. 800-1500 m) qui sont irrigués
(prairies). Il faut ensuite attendre le XVe siècle et l’augmentation des
besoins, et certainement aussi l’amélioration des techniques, pour que les
paysans entreprennent des réalisations plus périlleuses, telles que la
partie amont du bisse d’Ayent. Le réseau s’élargit également vers le bas
du coteau (Bisse de Clavau). Finalement, le XIXe siècle voit la réalisation
de nouveaux canaux, souvent à haute altitude, pour faire face à de
nouveaux besoins. Ces canaux de haute altitude sont ensuite les
premiers à être abandonnés, en raison principalement des difficultés
d’entretien. Une telle configuration se retrouve notamment dans le
bassin versant de la Printse et sur le Haut-Plateau (Reynard 2000).
Cet abandon est une des multiples facettes des transformations du
réseau des bisses depuis la fin du XIXe siècle. Cette question a déjà été
bien étudiée (voir notamment Papilloud 1999 ou Reynard & Baud 2002)
et les principales raisons ont été mises en évidence (voir par ex. Baud
1998), à savoir surtout la diminution de l’agriculture de montagne et
parfois la périurbanisation dans les secteurs touristiques. Tous les
REYNARD Emmanuel
- 81 -
canaux n’ont toutefois pas été abandonnés et il reste au moins 600 km
de bisses en activité en Valais (SAT 1993). C’est le cas du Bisse
d’Ayent, qui irrigue encore maintenant 590 ha de prairies et 300 ha de
vignes (Crettol 1998:42). A Grimisuat, seules des vignes sont irriguées,
au moyen d’un système de conduites et d’arrosage par aspersion. A
Ayent, l’irrigation des prés se fait par ruissellement ou par aspersion.
Les techniques gravitaires ont tendance à régresser. Pour l’irrigation du
vignoble, les consorts du Grand Bisse fournissent l’eau à six consortages
viticoles de la commune, tous situés au-dessus du Bisse de Clavau.
Chaque consortage possède son propre réservoir de stockage où l’eau
est dirigée avant d’être utilisée pour un arrosage par aspersion (Loretan
1999:27)6. L’eau est distribuée à la demande, sans tours d’eau établis.
Le cas échéant le surplus d’eau se jette dans le système de répartition
du Bitailla (Genoud 1997).
2.3
Les transformations du Bisse d’Ayent au XIXe et XXe
siècle
Nous rappelons ici quelles ont été les transformations physiques
majeures du Bisse d’Ayent au cours des deux derniers siècles. Elles
permettront de comprendre d’une part les transformations des
institutions de gestion et d’autre part l’apparition des nouvelles
fonctions des bisses. Sans entrer dans le détail de tous les travaux et
modifications réalisés, on peut globalement distinguer quatre moments
typiques du développement des bisses depuis le XIXe siècle.
Premièrement, comme nous l’avons déjà mentionné, le début du XIXe
siècle est marqué par une série de catastrophes naturelles (éboulements
et avalanches) affectant fortement l’entretien du bisse. Il en est résulté
un abandon momentané durant sept ans (Crettaz 1933:142), suite à la
détérioration du passage en chenaux suspendus de Torrent-Croix.
N’oublions pas que la période 1800-1850 correspond à une période
relativement rigoureuse du Petit Age Glaciaire, propice à une
recrudescence de catastrophes en montagne (Lamb 1995, Bader & Kunz
1998). Le climat devait également être suffisamment humide pour
diminuer les besoins d’irrigation. Une telle situation a également été à
l’origine de l’abandon du Bisse de Saxon dans les années 1920.
En 1831, le percement d’une galerie de 95 mètres à Torrent-Croix
permet d’éviter le passage le plus vertigineux, qui avait dû être traversé
jusque-là par des chenaux en bois (photo 2), et de diminuer les coûts et
les risques d’entretien. Il s’agit ici d’un deuxième type de
transformations lié aux avancées techniques dès la Révolution
industrielle, notamment la maîtrise du creusement à l’explosif
(Papilloud 1999). Dans le cas du Bisse d’Ayent, il s’agit encore d’une
galerie de petite envergure, creusée à la main dans les schistes par des
mineurs italiens (Genoud 1997:63), réalisée avant l’invention de la
dynamite en 1866. Un siècle plus tard, des bisses entiers seront
remplacés par des galeries de plusieurs kilomètres. C’est le cas
6
Loretan (1999) fait remarquer que les jardins et pelouses des villages de la commune d’Ayent ne sont pas
arrosés à partir du bisse, aucun système de conduites sous pression n’ayant été réalisé, et les particuliers
doivent donc s’alimenter sur le réseau d’eau potable, ce qui ne manque pas de surexploiter une eau de bonne
qualité, en partie traitée, au détriment de l’approvisionnement en eau potable.
- 82 -
Le Bisse d’Ayent
notamment des bisses vertigineux d’Ausserberg, de Savièse, du Heido
(Visperterminen) ou du Roh (Haut-Plateau).
Dans les années 1950, une troisième transformation majeure vient
modifier fortement l’organisation du réseau dans la Contrée d’Ayent, et
le Bisse d’Ayent en particulier. En 1957, est en effet mis en service
l’aménagement hydroélectrique de Tseuzier (Electricité de la Lienne
SA), qui induit une forte réorganisation des prises d’eau de tous les
bisses du bassin versant (Reynard 2000). La première partie du bisse
d’Ayent, celle qui nécessitait les travaux d’entretien les plus onéreux, est
ainsi abandonnée (photo 3). Depuis, le bisse est alimenté directement
sur la conduite forcée de Lienne SA, au lieu-dit Samarin, « mais comme
l’eau ne peut être rendue au bisse sous une pression de 390 mètres, il a
fallu construire en caverne une petite centrale auxiliaire, dite de Samarin,
qui permet de faire d’une pierre deux coups, à savoir produire de
l’électricité en épuisant la pression et laisser l’eau s’engager normalement
dans l’aqueduc » (Loretan 1999). Une telle réorganisation des réseaux
d’irrigation induite par les aménagements hydroélectriques n’est pas une
exception et plusieurs cas peuvent être observés en Valais (par exemple,
la Dranse de Bagnes ou la Morge).
Photo 3 Passage des Follets, abandonné au moment de la mise en service des
installations hydroélectriques de Lienne SA. Actuellement, le bisse est
mis en eau à l’aval de ce passage dangereux, au lieu-dit Samarin.
REYNARD Emmanuel
- 83 -
Photo 4 Rénovation d’un passage suspendu à Torrent-Croix. Les travaux de
réhabilitation ont été réalisés en 1991 et 1997. Sur ce tronçon, le bisse
coule en galerie. Les piétons peuvent suivre le canal à l’intérieur de la
galerie et une plate-forme a été aménagée à mi-chemin pour faciliter
l’observation des vestiges.
Dans les années 90, une dernière série de travaux sont entrepris à
Torrent-Croix, afin de reconstituer les chenaux en bois tombés en
désuétude depuis 1831 (photos 2 et 3). Ces travaux, qui n’ont aucune
valeur agricole, sont la conséquence de l’émergence d’un nouveau besoin
d’activités de tourisme doux, privilégiant la randonnée pédestre et la
découverte culturelle locale. Ici encore, il ne s’agit pas d’une initiative
unique et de multiples exemples peuvent être observés sur plusieurs
canaux, notamment au Bisse du Roh, de Vex, de Saxon, du Trient…
pour ne citer que les plus connus (Reynard 1998b).
On observe donc dans le cas de la Contrée d’Ayent, et du Bisse d’Ayent
en particulier, une évolution de type cyclique, guidée par des
transformations extérieures des besoins, cycle que nous résumons à la
figure 4, et qui peut être considéré comme représentatif, à quelques
nuances près, de la plupart des bassins versants du Valais central. Sur
cette figure, la courbe est dessinée en pointillés entre 1’500 et 1’800 car
peu d’éléments concrets permettent pour l’instant de dégager une
tendance durant le Petit Age Glaciaire. Il y a en effet à notre
connaissance très peu d’études qui retracent le développement de
l’irrigation durant cette longue période, ainsi que les liens avec
- 84 -
Le Bisse d’Ayent
Nouveaux besoins (élevage bovin)
Construction de grands bisses
Premiers canaux
importants
3.
Petit Age Glaciaire
Diminution des besoins ?
2000
1900
1800
1700
1500
1400
Régression de l'agriculture et de l'irrigation
1300
Périodes de régression de
l'irrigation et des réseaux
Crise économique
et démographique
Fig. 4
Renouveau touristique
et patrimonial
Nouveaux besoins:
Construction de bisses
et innovations techniques
1600
Périodes de développement
des bisses et d'innovation
l’évolution climatique, démographique et politique. Il y a certainement là
matière à recherche sur un domaine encore assez méconnu, celui des
effets de la péjoration climatique du Petit Age Glaciaire sur l’irrigation
de montagne.
Schématisation du développement du réseau des bisses valaisans.
De l’eau pour distraire
3.1
Les nouvelles nécessités touristiques
Depuis une vingtaine d’années, à côté des activités touristiques
hivernales, qui constituent en Valais le cœur de l’offre touristique, se
sont développées de nouvelles formes d’activités touristiques formant ce
qui est communément appelé le tourisme doux. Cette forme de tourisme
tente de rechercher un équilibre entre la charge touristique au sens large
et l’espace d’accueil (Lozato-Giotard 1993:240). Il privilégie les activités
provoquant peu d’impacts sur l’environnement, tant naturel que culturel.
La découverte par la randonnée pédestre est un des moyens privilégiés
d’atteindre cet équilibre. Et le bisse, à la fois témoin culturel d’un passé
agricole révolu et bordé d’un sentier de randonnée peu pentu et souvent
ombragé, est un lieu essentiel du développement du tourisme doux
valaisan (Baud 1998:72ss.). Le canal agricole subit ainsi un
« phénomène de réinterprétation », perdant le sens premier pour lequel il
a été créé pour adopter « une signification plus esthétique que
fonctionnelle » (Genoud 1997:49). Toutefois, la plupart du temps, il y a
superposition de la fonction agricole et touristique, le bisse continuant
de fonctionner tout en devenant, en plus, un lieu d’activités touristiques.
Les autorités politiques et administratives, en particulier le Service de
l’Aménagement du Territoire, et les milieux touristiques, ont bien
compris la valeur que représentent les canaux, actifs ou abandonnés,
REYNARD Emmanuel
- 85 -
pour étoffer l’offre touristique estivale. Il ont donc multiplié les
aménagements et la promotion de la randonnée le long des bisses au
cours de ces dernières années (voir Reynard 1998b, 2000, pour le détail).
Le bisse d’Ayent, qui est considéré comme bisse d’importance cantonale
par l’inventaire du SAT (1993), en raison de sa haute valeur historique,
agricole, touristique et paysagère, n’a pas failli à la règle et a fait l’objet
de plusieurs aménagements que nous détaillons ci-dessous.
3.2
Les aménagements à but touristique du Bisse d’Ayent
Le Bisse d’Ayent est certainement l’un des exemples les plus aboutis de
la mise en valeur touristique du patrimoine hydraulique valaisan, une
mise en valeur qui s’appuie sur trois réalisations majeures : le balisage
pédestre, une reconstitution de chenaux en bois et la création d’un
musée du bisse au centre de la station d’Anzère.
Le balisage pédestre a été réalisé par la commune en application des
lois fédérale (1985) et cantonale (1988) sur les chemins de randonnée
pédestre. Le sentier est entretenu par le consortage à l’aval de la prise
de Samarin et par les services communaux à l’amont7. Le Bisse d’Ayent
est un des bisses sélectionnés par Valrando, association chargée de la
promotion de la randonnée pédestre en Valais, dans sa brochure Les
bisses, édition de 1999. La randonnée le long du Bisse d’Ayent est
particulièrement variée: à l’amont, là où le bisse a été abandonné, les
passages sont impressionnants et sont à déconseiller aux personnes
sujettes au vertige. Des encorbellements (passages creusés directement
dans la roche) sont visibles. Plus à l’aval, le parcours ne présente plus
aucun risque. Il est ainsi très approprié à la randonnée familiale.
Le passage de Torrent-Croix constitue l’attraction patrimoniale du
bisse. L’idée d’un sentier didactique avait également été envisagée,
comme cela existe ailleurs, mais les zones intéressantes ont été jugées
trop éloignées les unes des autres (Genoud 1997), et l’accent a été mis
sur une concentration des rénovations à Torrent-Croix (photos 4 et 5).
Ce secteur a été rénové en deux étapes : en 1991, dans le cadre du 700ème
anniversaire de la Confédération, puis en 1997. Les travaux ont été
réalisés et financés par le consortage du bisse. La bourgeoisie d’Ayent a
offert le bois. Aucune subvention n’a été demandée au canton ou à la
Confédération par souci de réalisation rapide des travaux.
Finalement, en 1987, un musée des bisses a été installé de manière
permanente dans une salle d’expositions, le musée alpin, au cœur de la
station d’Anzère (photo 6). Ce musée est géré par une association
formée de l’office du tourisme d’Anzère, des commerçants de la station,
de la commune d’Ayent et de particuliers. L’exposition retrace les
différentes facettes de la construction et de la gestion des bisses. Une
maquette constitue l’attraction principale.
Actuellement, le bisse et son musée font partie intégrante de l’offre
touristique de la station d’Anzère. Le bisse est également intégré dans
les parcours de randonnées de l’Association NAT (NAT = nature –
7
On remarquera que la collaboration entre le consortage et les services communaux est actuellement facilitée par
le fait que le président du consortage est également chef des travaux publics de la commune.
- 86 -
Le Bisse d’Ayent
agriculture – tourisme), qui vise à promouvoir l’agrotourisme sur l’adret
de la rive droite du Rhône entre Crans et Savièse (pour le détail, voir
Baud 1998, Reynard 1998b).
Photo 5 Détails des rénovations des vestiges du bisse à Torrent-Croix. Les
travaux ont été réalisés et financés par le consortage.
REYNARD Emmanuel
- 87 -
Photo 6 Musée des bisses à Anzère.
Il y a donc dans le cas du bisse d’Ayent, comme dans celui de beaucoup
d’autres canaux en activité du Valais, une superposition aux fonctions
agricoles traditionnelles de nouvelles fonctionnalités, touristique et
patrimoniale, qui est sans conteste un facteur de dynamisme des
organes de gestion de l’irrigation (Reynard & Baud 2002).
4.
Le bisse d’Ayent et ses institutions de gestion
4.1
Un consortage et des droits d’eau
Nous avons jusqu’ici discuté principalement des infrastructures et des
usages de l’eau. Mais l’irrigation de montagne ne se résume pas, loin de
là, à des canaux et des infrastructures touristiques. Comme le rappelle
Crettaz (1995), « les bisses sont, chacun, une communauté et, tous
ensemble, ils forment un vaste réseau de sociabilité ». L’exploration
détaillée de l’organisation sociale de l’irrigation dépasserait largement le
propos de cette courte analyse. Nous nous bornerons à esquisser les
grandes lignes de l’organisation de l’irrigation, surtout les aspects
institutionnels (règles de gestion) et juridiques (droits d’eau). La charge
symbolique, l’analyse des conflits sociaux ou l’organisation sociale des
travaux d’entretien échapperont complètement à notre propos.
Contrairement à d’autres bisses de la région, qui ont été construits par
les autorités communales, c’est-à-dire sous l’impulsion du pouvoir
politique (bisses de Clavau, de Sion et des Audannes), le Bisse d’Ayent
a, depuis ses origines, été la propriété d’un consortage, c’est-à-dire une
association de propriétaires s’unissant pour construire le canal,
l’entretenir et gérer son exploitation8. Sa réalisation a donc été l’œuvre
8
Pour une analyse détaillée de l’origine des consortages, nous renvoyons à l’ouvrage de Reynard (2002). Cet
auteur retranscrit également les statuts et conventions initiales du bisse (Convention entre les communautés de
- 88 -
Le Bisse d’Ayent
des irrigants eux-mêmes et non du pouvoir seigneurial, comme dans le
cas du Bisse de Clavau, construit à la même époque. Les origines des
consortages d’irrigation, et notamment leurs relations avec les
communautés rurales9 et avec le pouvoir seigneurial, sont toutefois
encore assez mal connus. Grâce à l’existence d’un certain nombre de
documents d’archives, Reynard (2002) a toutefois pu préciser certaines
caractéristiques particulières de l’organisation institutionnelle de
l’irrigation dans la région, que nous pouvons résumer ci-dessous.
Tout d’abord, l’organisation de la communauté d’Ayent en trois tiers,
ainsi que la proximité spatiale d’une communauté pauvre en eau,
Grimisuat, a sans conteste eu des répercussions importantes sur
l’organisation du consortage (voir notamment la vente de droits d’eau à
Grimisuat en 1464 ; Reynard 2002). Deuxièmement, à l’origine, il semble
y avoir eu superposition des intérêts de la communauté en général et
d’intérêts plus particuliers de certaines personnes, les propriétaires de
prairies de fauches (les consorts). L’institution de gestion de l’irrigation
initiale semble donc bien être un mélange assez peu formalisé de la
communauté et du consortage. Comme le relève Reynard (2002), « la
communauté n’est pas loin : dans les relations avec les communautés
voisines, surtout en cas de litige, elle est prête à représenter et à
défendre ses membres. Comme les consorts du bisse sont en même
temps des membres de la communauté, ces deux cadres sont fortement
liés et leurs intérêts ne divergent pas nécessairement ».
En ce qui concerne les droits d’eau, il faut distinguer deux niveaux
(Reynard & Baud 2002) : celui de l’appropriation de la ressource et celui
de l’utilisation du canal par les consorts. Le premier niveau met en
relation le propriétaire de la ressource (en l’occurrence, dans le Valais
médiéval, l’évêque de Sion ou la Maison de Savoie, parfois de petits
nobles locaux) et une communauté d’usagers, le consortage ou la
communauté. La règle veut que le noble accorde une concession sur les
eaux au consortage ou à la communauté. Reynard (2002) a montré que
dans le Valais épiscopal, qui nous occupe ici, les associations d’irrigants
semblent négliger complètement de demander une autorisation formelle
d’appropriation de l’eau à l’évêque, contrairement au Valais savoyard.
Quant au partage de l’eau à l’intérieur du consortage, le bisse devant
approvisionner deux communautés (les tiers de Luc et Botyre, puis la
communauté de Grimisuat), le canal est utilisé alternativement par les
gens d’Ayent et ceux de Grimisuat, qui obtiennent en 1464 le droit
d’irriguer « du samedi matin au lundi soir » (Reynard 2002), ce qui
correspond à 2/7 des droits. Cet auteur nous apprend aussi que,
contrairement à d’autres régions du Valais romand, « à Ayent, on
précise que chacun peut avoir accès à l’eau du bisse et à toutes les
autres eaux communes et particulières des deux tiers ». Il y a donc
clairement eu volonté de mobiliser le maximum d’eau pour faire face aux
situations de sécheresse. On sait par contre peu de choses sur
l’organisation temporelle des droits d’accès à l’eau par les consorts
(tours d’eau), si ce n’est qu’ils étaient dépendants des surfaces à irriguer
(Crettaz 1933:138). La lourdeur des peines en cas de vol d’eau ou
d’aliénation des droits d’eau (Reynard 2002) indique toutefois que
9
Grimisuat et d’Ayent de 1427, statuts du bisse de 1448, vente de droits d’eau à la communauté de Grimisuat en
1464). Sur les transformations récentes des consortages d’irrigation du Valais central, voir Reynard & Baud
(2002).
Sur les « communautés » et leurs origines, voir notamment Dubuis (1993) et Reynard (2002).
REYNARD Emmanuel
- 89 -
même si peu de documents écrits nous sont pas parvenus, la question
des droits d’utilisation du canal et de son eau devait être au centre des
préoccupations.
Avant 1640 au moins, le bisse a été divisé en quatre quarts, eux-mêmes
subdivisés en quatre autres petits quarts, dirigés chacun par un
procureur, responsable de l’entretien sur la partie du bisse qui lui
revenait, de l’encaissement des amendes, de la tenue des comptes, ainsi
que de la distribution de l’eau (Crettaz 1933).
Si nous avons autant insisté sur les origines du consortage, c’est parce
que les grandes lignes de l’organisation se dégageant à la fin du XVe
siècle ont perduré, avec assez peu de changements, jusqu’au début du
XXe siècle. Durant le dernier siècle, parallèlement aux transformations
des infrastructures, que nous avons présentées ci-dessus, certains
changements institutionnels ont également eu lieu.
4.2
Transformations récentes et situation actuelle du
consortage
Crettaz (1933:143) donne un aperçu assez complet de l’organisation
institutionnelle au début du XXe siècle. Cet auteur rapporte que dans les
années 1920, l’organisation de la gestion du canal a été modifiée : un
comité a été formé et deux directeurs se partagent les travaux à
exécuter, l’un pour la partie orientale du bisse, l’autre pour la partie
occidentale. Les procureurs existent toujours, mais ils n’ont plus que la
charge de la commande de l’eau pour les irrigants. Ils ne sont plus
nommés à vie et sont payés en nature (heures d’arrosage). La commande
minimale d’eau est de 5 seiteurs10 et correspond à trois heures d’arrosage
avec le quart de l’eau du bisse. Deux gardes du bisse se chargent de la
surveillance. Ils sont payés en argent et ont droit au « bran du Bisse »,
c’est-à-dire aux débits du canal le jour de son ouverture. Les consorts
paient une taxe, en argent ou en travaux, en fonction des surfaces à
irriguer. Les droits d’eau se vendent et s’héritent indépendamment des
terrains, contrairement à ce qui se fait au Bitailla, où les droits
d’irrigation sont liés aux surfaces. C’est également à cette période que
l’Etat du Valais demande l’homologation des statuts et règlements
d’irrigation établis par les consortages ou les communes (Crettol
1998:8).
En 1953, le consortage du Grand Bisse d’Ayent, la commune de
Grimisuat et la société Suisselectra signent une convention dans le cadre
de l’aménagement hydroélectrique de Tseuzier11. La société
hydroélectrique reconnaît au bisse un droit d’eau de 450 l/s au
maximum, durant la période d’irrigation (15 mai – 30 septembre) et
s’engage à racheter l’eau inutilisée.
Les statuts actuels datent de 1980. Ils précisent que pour être consort, il
faut être bourgeois et « posséder au minimum un droit de fonds et au
maximum vingt droits » (Crettol 1998:72). Les organes du consortage
10
11
Un seiteur ou fauchée correspond à la surface qu’un homme peut faucher à la main en une journée. Voir par
exemple les estimations faites par Roten Dumoulin (1990).
Convention du 16 janvier 1953 entre le consortage du bisse, la commune de Grimisuat et la Société suisse
d’électricité et de traction à Bâle, concessionnaire, dossier SCAF 3480, Archives cantonales, Sion.
- 90 -
Le Bisse d’Ayent
sont l’assemblée générale et le comité. L’assemblée générale décide à la
majorité absolue des droits représentés par les consorts présents, quel
que soit le nombre de participants. Il n’y a pas d’amendes prévues pour
les absents. L’eau est répartie en quatre parts égales et la commande
minimale d’eau est de cinq seiteurs (art. 1). Le commandeur d’eau est
nommé pour quatre ans. Il est chargé de « commander » l’eau pour les
consorts, ainsi que de la vente aux non consorts. Il se charge également
des relations avec la société Lienne SA, en ce qui concerne la prise ou la
cession d’eau (art. 2). Chaque propriétaire prenant son tour d’eau est
tenu de poser sur l’écluse utilisée un billet comportant son nom et la
durée pour laquelle l’eau lui appartient (art. 8). Il n’y a plus qu’un garde,
chargé de la surveillance du bisse à l’aval de l’usine de Samarin. Il est
tenu de faire une tournée par semaine et un passage après chaque
intempérie et reçoit un salaire minimal de 500 francs par année (art. 4).
Les travaux annuels d’entretien se font par les consorts (art. 3) et
l’entretien des écluses est également à la charge du consortage (art. 10).
Voilà pour les statuts ! Mais qu’en est-il de la situation sur le terrain ?
La participation des consorts à la gestion du bisse, « n’existe que sur le
papier » (Crettol 1998:73). Les assemblées générales ne réunissent pas
plus d’une vingtaine de personnes. Les droits d’eau n’étant pas liés à la
terre et aliénables, le nombre de membres du consortage est fluctuant.
Toutes les modifications, issues notamment d’héritages, n’ont pas été
annoncées au consortage. Ainsi, le nombre exact de consorts n’est-il pas
connu et doit se situer aux alentours de 500 à 600. Par contre le nombre
de droits d’eau est connu avec précision et se monte à 1472 seiteurs ou
actions. Le comité est actuellement formé de trois membres : le
président, qui assure également la fonction de commandeur d’eau, le
secrétaire et teneur du registre des droits, et le responsable des travaux,
qui est également le caissier. Le garde du bisse est actuellement le même
qu’au Bitailla. Si l’on ajoute le fait que le président du Grand Bisse est
également le responsable des travaux publics de la commune d’Ayent,
on remarque clairement une concentration des charges qui, certes, facilite
la gestion, mais qui est peut-être également un indice de la difficulté de
trouver des bénévoles (ou quasi-bénévoles) pour assurer ces charges.
Concrètement, la gestion du bisse est actuellement assurée par une
excellente collaboration entre quatre acteurs principaux : le comité du
consortage du Grand Bisse, la commune de Grimisuat, la commune
d’Ayent et Lienne SA. Comme nous l’avons vu, depuis 1957, la livraison
de l’eau se fait à l’usine de Samarin directement par Lienne SA. C’est le
consortage qui fixe les dates de mise en charge du bisse et de la fin de
l’exploitation. La commande de l’eau est faite de manière centralisée par
le président du consortage. La commande pour la commune de
Grimisuat passe également par le président du consortage et une
répartition interne des frais est effectuée à la fin de la saison
d’irrigation. L’entretien des installations de restitution de l’eau est à la
charge de Lienne SA. Par contre, l’entretien du canal à l’aval de Samarin
est effectué par le consortage et la commune de Grimisuat et les coûts
sont à leur charge, à raison de 2/3 pour le consortage et de 1/3 pour la
commune de Grimisuat. En cas de travaux importants, la répartition des
coûts est faite à raison de 5/7 pour le consortage et 2/7 pour Grimisuat.
Ces deux acteurs s’entendent pour souligner que la collaboration est
excellente et facile à gérer (Crettol 1998:59). Une manœuvre est effectuée
chaque printemps. Ces travaux, qui réunissent toujours les mêmes
REYNARD Emmanuel
- 91 -
consorts, sont rémunérés. Le chemin pédestre est entretenu par la
commune d’Ayent sur le secteur du bisse abandonné à l’amont de la
prise d’eau de Samarin et par le consortage, à l’aval. La commune de
Grimisuat participe financièrement pour 1/3 de l’entretien jusqu’à la
prise d’eau. La livraison de l’eau est actuellement très peu codifiée. Il y a
bien toujours un commandeur, mais l’organisation est très souple. Les
tours d’eau ont disparu durant les années 60, parallèlement à la
diminution du cheptel bovin dans la commune. Le système des billets
sur les écluses, pourtant mentionné dans les statuts actuels, est
également abandonné. La livraison de l’eau à Grimisuat n’est plus
limités à deux jours par semaine. Pour éviter un dessèchement du fond
du canal, préjudiciable à l’imperméabilité, un débit minimal de 150 l/s
est maintenu continuellement durant la période d’irrigation. Les
prélèvements de petites quantités (par exemple pour l’arrosage de
jardins potagers) sont plus ou moins libres. Le commandeur se contente
de gérer les grosses demandes, notamment lors de l’arrosage des vignes.
L’accès à l’eau est gratuit, y compris pour les non-consorts. Les
consortages d’irrigation des vignes, qui sont approvisionnés par le bisse,
paient une taxe symbolique de 30 francs par 24 heures d’arrosage pour
les frais de gardiennage du bisse (Crettol 1998:73)12.
La situation financière du consortage est saine. Les charges
concernent principalement des travaux d’entretien et les aménagements
de mise en valeur touristique. Les produits proviennent essentiellement
des achats d’eau par Lienne SA. En 1997, le tarif de rachat des surplus
d’eau était de 59.25 francs par 100 l/s, ce qui représentait un montant
de 36’000 francs pour le consortage (Crettol 1998:59). Le décompte des
heures d’irrigation est présenté chaque année par Lienne SA lors d’une
réunion tripartite (Lienne SA, consortage, commune de Grimisuat), puis
les deux partenaires se répartissent les bénéfices en fonction de leurs
droits d’eau (5/7 pour le consortage et 2/7 pour la commune de
Grimisuat). Sur la base des comptes 1996 et 1997, Crettol (1998:65)
évalue les dépenses annuelles courantes à environ 22’000 francs,
répartis à raison 5’000 francs pour le salaire du garde, de 7’000 francs
pour la manœuvre annuelle, et de 5’000 à 10'000 francs pour divers
travaux et pour les assurances. Des subventions sont également
accordées par la Confédération ou le canton lors de travaux
d’améliorations foncières. Ainsi, par exemple, en 1982-83, des travaux
d’améliorations foncières, pour un coût total de 200’000 francs ont été
subventionnés à raison de 55 % (Crettol 1998). Quant au balisage de
randonnée pédestre, il a été subventionné par le canton à raison de 24 %
des coûts. Suite aux intempéries d’octobre 2000, des travaux de
réfection ont également été en partie subventionnés par le canton et la
Confédération. Par contre, comme nous l’avons relevé plus haut, et
contrairement à de nombreux autres cas de rénovation en Valais
(Reynard 1998b), aucune subvention n’a été demandée aux autorités
cantonales et fédérales pour les travaux de restauration et de mise en
valeur patrimoniale de Torrent-Croix.
12
A Grimisuat, la situation est un peu différente. Les propriétaires de vignes paient une taxe annuelle de 6 ct par
m2 s’ils sont propriétaires individuels et de 4 ct par m2 s’ils sont membres d’un consortage d’irrigation (Crettol
1998:73).
- 92 -
5.
Le Bisse d’Ayent
Conclusions
Pour qui s’intéresse à l’évolution temporelle sur une longue durée des
réseaux d’irrigation et de leurs institutions de gestion, le Bisse d’Ayent
offre un terrain d’étude privilégié à plus d’un titre :
• Il s’agit tout d’abord d’un canal ancien, vieux de plus de 550
ans, ayant ainsi traversé plusieurs périodes climatiques et
historiques. Il permet donc de reconstituer les grands moments
de l’irrigation valaisanne, comme nous l’avons fait à la figure 4.
• Les institutions de gestion, relativement complexes, faisant
intervenir autant un acteur communautaire, le consortage, qu’un
acteur public, la commune de Grimisuat, sont le reflet de la
pression qui existait à certains moments sur l’eau d’irrigation et
donc de la nécessité de créer des institutions adéquates pour
gérer cette eau.
• En revanche, en raison de la régression de l’élevage bovin et de
la diminution de l’arrosage viticole, les besoins en eau
d’irrigation ont fortement diminué au cours du XXe siècle. Il
s’ensuit un relâchement des mécanismes de régulation interne
du consortage et un accès plus ou moins libre à l’eau.
• Contrairement à d’autres bisses du Valais (cf. Reynard & Baud
2002), le consortage garde toutefois un dynamisme certain. Il
faut y voir au moins trois raisons : les apports financiers de
Lienne SA, qui garantissent la viabilité économique du
consortage, le dynamisme du président du consortage et la
bonne entente entre les différents acteurs, publics, privés et
communautaires.
• Le bisse d’Ayent est finalement un cas exemplaire de gestion
intégrée et multifonctionnelle de l’eau en montagne. Au cours du
XXe siècle sont venus s’ajouter aux usages agricoles et ménagers
de l’eau des besoins énergétiques (Lienne SA) et paysagers, et le
consortage a su à chaque fois intégrer la nouvelle donne, d’une
part pour assurer son assise financière, d’autre part pour
assurer la pérennité de l’ouvrage dans un contexte où l’irrigation
est en régression.
Cet article a volontairement un caractère monographique. Il avait
notamment pour objectif de documenter ce canal dont l’intérêt
didactique est majeur en raison de la richesse et de la variété des
problématiques actuelles de l’irrigation de montagne qu’il permet
d’étudier, telles que la superposition d’activités agricoles et touristiques,
la multifonctionnalité des ouvrages d’irrigation, la gestion
institutionnelle de l’eau, etc. Il se veut aussi un exemple pour d’autres
études de ce type sur d’autres canaux du Valais. De telles
reconstitutions diachroniques sont en effet d’un intérêt certain dans un
contexte plus large d’étude de l’évolution des institutions de gestion de
l’eau en montagne, notamment en guise de comparaison avec les
situations de transformations institutionnelles que vivent actuellement
de multiples systèmes d’irrigation traditionnelle dans les montagnes du
Sud (voir par exemple Boelens & Dávila 1998, Bruns & Meinzen-Dick
2000, Shivakoti & Ostrom 2001).
REYNARD Emmanuel
- 93 -
Remerciements
Deux étudiantes de l’IGUL, Marinette Baud et Véronique Loretan, ont
partiellement réalisé leur mémoire de licence sur le bisse d’Ayent. Ces travaux,
ont constitué une très bonne base de travail pour la présente étude. Il en a été
de même du mémoire de licence soutenu par Denis Reynard à la section
d’histoire de l’UNIL en 2001. Je remercie également Jeannot Travelletti,
secrétaire communal de la commune d’Ayent, et Firmin Morard, président du
consortage du Grand Bisse d’Ayent, pour l’entretien qu’ils m’ont accordé et les
multiples renseignements qu’ils m’ont fournis. Mes remerciements vont
également à Gaston Clivaz pour le dessin de la figure 3 et Denis Reynard pour
la relecture critique du manuscrit.
Bibliographie et sources
Ammann, H.R., 1995. Aperçu sur les documents relatifs aux canaux d’irrigation du hautValais à l’époque médiévale (XIII-XVe siècles), Actes du Colloque international
sur les bisses, Sion, 15-18 septembre 1994, Annales Valaisannes, 70, pp. 263-279.
Bader, S. & Kunz, P., 1998. Climat et risques naturels – La Suisse en mouvement.
Genève/Zurich, Georg/vdf Hochschulverlag, 312 p.
Baud, M., 1998. Eau d’irrigation, eau atout touristique. Les bisses valaisans à l’interface
entre agriculture et tourisme. Perspectives de développement durable dans une
région de montagne à l’aube du XXIe siècle. Mémoire de licence, Institut de
Géographie, Université de Lausanne, 104 p.
Boelens, R. & Dávila G., 1998, (Ed.), Searching for equity. Conceptions of justice and equity
in peasant irrigation. Assen, Van Gorcum, 472 p
Bonvin, V. & Bender, D., 1998. Modifications anthropiques du territoire: les bisses
d’Ayent, des Audannes et de Sion. Rapport de terrain, Institut de Géographie,
Université de Lausanne.
Bratt, G., 1995. The Bisses of Valais. Man-made watercourses in Switzerland. Gerrards
Cross, G. Bratt, 144 pp.
Bruns, B.R. & Meinzen-Dick, R., 2000, (Ed.), Negociating water rights. London,
International Food Policy Research Institute, 394 p.
Collectif, 1995. Les Bisses, Actes du Colloque international sur les bisses. Sion, 15-18
septembre 1994, Annales Valaisannes, 70, 375 p.
Collectif, 1999. Les Bisses du Valais. Sierre, Monographic, 311 p.
Crettaz, B., 1995. La vie quotidienne du bisse, Actes du Colloque international sur les
bisses. Sion, 15-18 septembre 1994, Annales Valaisannes, 70, pp. 323-328.
Crettaz, S., 1933. La Contrée d’Ayent, St-Maurice, 200 p.
Crettol, M., 1998. Gestion et préservation des bisses en Valais. Mémoire de mastère en
administration publique, Lausanne, IDHEAP, 84 p.
Dorthe-Monachon, C., 1993. Etude des stades tardiglaciaires des vallées de la rive droite
du Rhône entre Loèche et Martigny. Institut de Géographie, Lausanne, Travaux et
Recherches n°10, 113 p.
Dubuis, P., 1993. La "préhistoire" des communautés rurales dans le Valais médiéval
(XIIIe-XIVe siècles). In: Fosson, A. & Rivolin, J.-G. (Ed.), Liberté et libertés. VIIIe
centenaire de la charte des franchises d’Aoste. Aoste, Région autonome de la Vallée
d’Aoste, pp. 85-98.
Dubuis, P., 1995. Bisse et conjoncture économique. Le cas du Valais aux XIVe et XVe
siècles, Actes du Colloque international sur les bisses. Sion, 15-18 septembre 1994,
Annales Valaisannes, pp. 39-46.
Genoud, A.-F., 1997. Les faiseurs de patrimoine. Vers une meilleure compréhension du
phénomène de patrimonialisation. Le cas des bisses en Valais. Mémoire de licence,
Université de Genève, Faculté des sciences économiques et sociales, 94 p.
Lamb, H.H., 1995. Climate, history and the modern world. London/New York, Routledge,
433 p.
Lehmann, L., 1913. L’irrigation dans le Valais. Paris, Delagrave, 75 p.
Loretan, V., 1999. L’eau dans la Contrée d’Ayent. Eau d’irrigation et gestion de l’eau
potable. Mémoire de licence, Université de Lausanne, Institut de Géographie, 64 p.
- 94 -
Le Bisse d’Ayent
Lozato-Giotard, J.-P., 1993. Géographie du tourisme. Paris, Masson, 312 p.
Mariétan, I., 1948. Les bisses. La lutte pour l’eau en Valais. Neuchâtel, Le Griffon.
Onde, H., 1953a. La Suisse, château d’eau de l’Europe. Geographia, pp. 28-33.
Onde, H., 1953b. Le château d’eau helvétique et valaisan. Bulletin de la Murithienne, 70,
pp. 1-8.
Papilloud, J.-H., 1999. L’épopée des bisses, Les Bisses du Valais. Sierre, Monographic, pp.
11-117.
Paris, C. & Seylaz, L., 1934. Le bisse de Savièse. Les Alpes, 1934, pp. 348-354.
Rauchenstein, F., 1908. Les bisses du canton du Valais, Sion.
Reynard, D., 2002. Histoires d’eau. Bisses et irrigation en Valais au XVe siècle. Lausanne,
Cahiers lausannois d'histoire médiévale, n° 30, sous presse.
Reynard, E., 1995. L’irrigation par les bisses en Valais. Approche géographique, Actes du
Colloque international sur les bisses, Sion, 15-18 septembre 1994, Annales
Valaisannes, 70, pp. 47-64.
Reynard, E., 1998a. Bisses, ghiacciai e rock glaciers nella valle superiore del Rodano
(Vallese, Svizzera). Terra Glacialis - Annali di cultura glaciologica, 1, pp. 11-20.
Reynard, E., 1998b. Réhabilitation de canaux d’irrigation de montagne à des fins
touristiques. L’exemple des bisses du Valais. L’eau, l’industrie, les nuisances, 213,
pp. 24-30.
Reynard, E., 2000. Gestion patrimoniale et intégrée des ressources en eau dans les stations
touristiques de montagne. Les cas de Crans-Montana-Aminona et Nendaz (Valais).
Institut de Géographie, Lausanne, Travaux et Recherches n°17, 371 p.
Reynard, E. & Baud, M., 2002. Les consortages d’irrigation par les bisses en Valais
(Suisse). Un système de gestion en mutation entre agriculture, tourisme et
transformation du paysage. In: Aubriot, O. & Jolly, G. (Ed.), Histoire d’une eau
partagée. Provence, Alpes, Pyrénées. Aix-en-Provence, Presses de l’Université de
Provence, pp. 187-212.
Roten Dumoulin, R.-M., 1990. Savièse. Une commune rurale dans le Valais du XIXe siècle.
Brig, Rotten Verlag.
SAT, 1993. Rapport Bisses / Suonen, Sion, Service de l’aménagement du territoire.
Shivakoti, G.P. & Ostrom, E., 2001, (Ed.), Improving irrigation governance and
management in Nepal, Oakland, ICS Press, 304 p.
SIS, 1991. Bisse des Ohannes 1859-1862, Sion, Services industriels de la Ville de Sion.
Sources :
Statuts du nouveau bisse d’Ayent, 2 décembre 1448, Archives de l’Etat du Valais (AEV),
AC Ayent, Ay 15.
Vente d’un droit d’eau du bisse d’Ayent par la communauté d’Ayent à celle de Grimisuat,
22 avril 1464, AEV, AC Grimisuat, E 1.
Convention du 16 janvier 1953 entre le consortage du bisse, la commune de Grimisuat et la
Société suisse d’électricité et de traction à Bâle, concessionnaire, AEV, dossier SCAF 3480.
Règlement d’utilisation 1980, Consortage du Grand Bisse, Ayent.
SPILLEMAECKER Chantal
- 95 -
L'eau conduite ou les "pipe-lines" des Alpes
SPILLEMAECKER Chantal
Conservateur au Musée Dauphinois
30, rue Maurice Gignoux
38031 Grenoble Cedex 1
c.spillemaecker@cg38.fr
Il y a bien peu d'années encore, les torrents de nos montagnes
faisaient le bonheur des artistes, mais nul ne pouvait se douter que
la splendide ruée des eaux bouillonnantes deviendrait pour notre
pays une inépuisable richesse : la montagne, jusque-là inactive et
inféconde, allait prendre part au labeur universel.
Paroles prononcées lors du premier Congrès de la
Houille Blanche en 1902 à Grenoble par R. Joya,
ingénieur – constructeur.
1.
De l'eau à la lumière1
A la fin du XIXe siècle, apparaît dans le paysage alpin un nouvel
élément : la "conduite forcée" (fig. 1). Alors que traditionnellement et ce,
depuis l’Antiquité, l'eau était véhiculée dans des canalisations
horizontales ou légèrement en pente, ouvertes et généralement en bois, ou
plus tard, dans des chutes limitées à quelques mètres de dénivellation,
pour actionner les roues des moulins, l'homme se mit cette fois-ci à
enfermer, à "forcer" l'eau dans des tuyaux métalliques, longs rubans
noirs accrochés aux parois des montagnes, dégringolant des lacs
d'altitude jusqu'aux turbines des usines d'abord, puis jusqu'aux
centrales des vallées, afin de la conduire sous pression et de la
transformer en nouvelle énergie : l'énergie hydromécanique puis
"l'hydroélectricité", dont les applications franchiront bientôt les
frontières du massif pour se répandre dans toutes les autres régions
montagneuses du globe. De l'eau a jailli la lumière.
Notre propos n'est pas de relater les innovations techniques qui ont
présidé à cette "épopée de la houille blanche" car de nombreux auteurs
les ont déjà exposées dans une abondante littérature, mais seulement
d'évoquer les métamorphoses qu'ont engendrées ces installations dans
quelques vallées, au côté des centrales hydroélectriques et des usines que
la révolution industrielle alpine fit naître vers 1900. Tel un exemple de
l'occupation industrielle du territoire de montagne, à un moment où l'on
célébrait avec grandiloquence le développement économique des Alpes.
1
Ce texte fait suite à une conférence que Mme Chantal Spillemaecker a donnée le 31 mai 2001 dans le cadre du
cycle de conférences des Anciens de l’IGUL.
- 96 -
L’eau conduite ou les « pipe-lines » des Alpes
Fig. 1
2.
A la fin de la guerre de 1914 - 18, des ouvriers de la SDEM (Société
d'Etudes et de Montage), filiale de Bouchayer & Viallet, ainsi que
des prisonniers allemands transportent une conduite forcée à
Rencurel, Isère, pour la Société Hydroélectrique de la Bourne.
Collection Musée Dauphinois
Les "pipe-lines" des Alpes
Dans la continuité de leur quête énergétique, les hommes recherchèrent,
pour animer leurs machines, des sites où la pente des torrents puisse
créer une dénivellation suffisante, la quantité d'énergie fournie par l’eau
étant proportionnelle à la hauteur de chute. Après les premières
tentatives de l’ingénieur français Benoît Fourneyron (1802-1867),
inventeur de la turbine, qui installa vers 1840 en Allemagne une première
chute de 114 m de hauteur pour actionner sa turbine, les premières
véritables "hautes chutes" en France furent installées aux alentours de
1870 autour de Grenoble. Et s'il faut évoquer celle qui fut exécutée à
Uriage pour les ciments Vicat, la palme revient néanmoins dans les
Alpes françaises à Aristide Bergès (1833-1904) (fig. 2), initiateur du
modèle de haute chute, qui avec les autres papetiers du Grésivaudan,
près de Grenoble, a su promouvoir cette nouvelle technologie.
L'innovation technique fut d'installer en 1882 une chute de 500 m et la
relier non pas directement à une machine mais à une dynamo. Le "père
de la houille blanche", comme Aristide Bergès fut surnommé ici, ouvrait
la voie.
SPILLEMAECKER Chantal
- 97 -
Fig. 2.
Aristide Bergès et la Fée Electricité, par Mucha. Début
XXe siècle, collection Musée de la Houille Blanche à
Lancey, Isère
Durant les quelques décennies de cette fin de siècle, on assista au
développement parallèle des industries électriques : l’invention de la
dynamo par Gramme en 1869, la réversibilité du moteur électrique par
Fontaine en 1870 , l’Exposition Internationale d’Electricité à Paris en
1881 et finalement les premiers essais de transmission d’énergie en 1883
par Desprez. De progrès en progrès, les conditions qui allaient
provoquer la prodigieuse expansion de la « Houille blanche » se
trouvaient réunies.
En Suisse, en Italie et en Autriche, le développement des techniques était
fort proche, chacun affichant son record de chute, sa longueur de
conduite et sa puissance en "chevaux vapeur", dans une vaste
concurrence et une course folle afin de capter tout le potentiel
hydroénergétique des Alpes. Pendant que les alpinistes (britanniques,
- 98 -
L’eau conduite ou les « pipe-lines » des Alpes
français, suisses et italiens) rivalisaient entre eux pour ouvrir de
nouvelles voies et chercher la victoire vers les sommets, les industriels
oeuvraient à des travaux titanesques pour capter l'eau des lacs,
accrocher sur des rochers abrupts des tuyaux, qui leur permirent
d'accroître la force motrice de leurs usines et vaincre leurs concurrents.
Le palmarès des chutes était affiché comme les ascensions et les voies
des alpinistes ; la domestication de l'eau à leur profit devint leur moyen
de dominer la montagne.
Je vous indiquerai comment on procède pour dompter l'eau de nos torrents, de
nos rivières et des lacs pour "l'embouteiller" dans des canalisations et rendre
utile les innombrables "chevaux" sauvages qui descendent des glaciers et des
forêts de nos montagnes, énonçait en 1919 Régis Joya, constructeur à
Grenoble.
C'est alors que des matériaux qui avaient leur terre d'élection dans
l'industrie des villes - la fonte, le fer, le ciment et l'acier - se confrontèrent
avec les matériaux de l'architecture vernaculaire et les éléments naturels.
La présence de la conduite forcée eut pour conséquence l'introduction de
composantes faisant référence à la modernité, dont l'intégration dans le
paysage, contestée aujourd'hui, était à cette époque une fierté des
constructeurs. Les entrepreneurs transforment le paysage et, d'un désert font
un lieu de prédilection pour les touristes … (1919, conférence d'un industriel
grenoblois) (fig. 3). Leur discours, dans le contexte des "Merveilles de
l'industrie" et de la foi dans le progrès trouvaient ici la manifestation
éclatante de la réconciliation de la technique et de la nature, par le
travail des ingénieurs.
Bien avant l’émergence du Land-art, les industriels « équipèrent »,
« aménagèrent » la montagne, comme les artistes de ce courant
s’approprient aujourd'hui l’espace, interviennent sur les composants du
paysage pour transformer le réel, créant à l’extérieur un nouveau langage
symbolique.
Les premières conduites forcées, dans lesquelles l'eau s'engouffrait pour
se diriger vers la centrale hydroélectrique en contrebas, furent d'abord
constituées de tôles de fer rivées, puis furent ensuite assemblées de
tuyaux forgés en acier, soudés au gaz à l'eau vers 1900 et à l'arc
électrique plus tard. Vers 1925, les hauteurs de chutes étant de plus en
plus importantes, les constructeurs limitèrent l’épaisseur du métal, mais
le renforcèrent en ayant recours aux frettes, cercles en aciers spéciaux
disposés autour du tuyau afin que celui-ci résiste à d'importantes
pressions.
SPILLEMAECKER Chantal
- 99 -
Fig. 3
Affiche de l’exposition internationale Houille Blanche
et Tourisme à Grenoble en 1925, par Andry-Farcy.
Collection Musée Dauphinois, Grenoble
Les ingénieurs hydrauliciens durent faire face à une multitude de
problèmes techniques : déformations et dilatations des tuyaux, gel et
corrosion du métal, coups de bélier lors des arrêts brusques de
l'écoulement de l'eau. Pour interrompre les débits et remédier à ces effets
désastreux, ils inventèrent, avec la complicité des chaudronniers et
métallurgistes, de nombreux dispositifs : robinets, vannes, régulateurs,
reniflards, cheminées d'équilibre, « culottes de bifurcation avec âme
centrale »…, qui eux aussi, trouvèrent place sur les flancs des
montagnes.
- 100 -
3.
L’eau conduite ou les « pipe-lines » des Alpes
Les chantiers "de l'extrême"
Tandis que les récits descriptifs des installations hydroélectriques
admirent les prouesses de ces rubans vertigineux, plongeant dans le
vide, à même le roc ou traversant des vallées étroites par les airs, les
images nous montrent une foule d'hommes, ouvriers et paysans,
suspendus parfois entre ciel et terre, sans aucune protection ni sécurité,
accrochés aux conduites dans des postures parfois acrobatiques ou
juchés sur des échafaudages de fortune ou des câbles aériens, affrontant
le danger et le vertige en permanence (fig. 4, 5). Les ouvriers, pour la
plupart des immigrants, le payèrent parfois de leur vie.
Fig. 4 Installation de la conduite forcée
pour la Société pyrénéenne d'Energie
électrique à Orlu, Ariège. Eux aussi
participaient à la conquête de la
nouvelle énergie. Collection Musée
Dauphinois
Fig. 5 Travaux
acrobatiques
pour
l’installation d’une conduite forcée
dans la vallée de la Romanche vers
1920. Collection Musée Dauphinois
SPILLEMAECKER Chantal
- 101 -
Les industriels, rivalisant entre eux dans le "grapillage des forces
hydroélectriques des Alpes du Nord" et se lançant des défis dans la
conquête de l'électricité, faisaient exécuter les projets en des temps
record en mettant au travail une masse d’hommes uniquement armés
d'outils sommaires et dont seule la force comptait (fig. 6).
Fig. 6
Transport de matériel hydraulique pour la construction de la centrale
d'Avignonnet, Isère, en 1902. La centrale fut noyée dans les eaux du
barrage de Monteynard en 1962. La rencontre de deux mondes : le
rural et l’industriel et l'énormité de la machine écrasant les véhicules
traditionnels. Collection Musée Dauphinois
Les ouvriers monteurs et chaudronniers partaient en montagne sur les
chantiers, aidés par les habitants des villages alentour, embauchés pour
l'occasion. Parfois, il fallait recouper sur place les tuyaux, car le profil
dessiné en usine par les ingénieurs ne correspondait pas parfaitement à
- 102 -
L’eau conduite ou les « pipe-lines » des Alpes
la pente, tout le travail d'ajustage et de soudure se réalisait alors sur
place avec les outils apportés de l'usine.
Quant au transport, il s'effectua d'abord par de longs convois attelés à
des bœufs ou à des chevaux ; charrois surdimensionnés par rapport aux
chemins de montagne, dans une lutte quotidienne pour acheminer les
matériaux. En l'absence d'électricité, les treuils des câbles porteurs
étaient actionnés à la main ou les "tuyaux" étaient hissés par les hommes
tirant des wagonnets sur rail (fig. 7). Sans l'aide de machines, les
hommes élevaient en haute montagne des tronçons de conduite de plus
de quatre tonnes !
Fig. 7
4.
Pour la conduite forcée qui devait franchir l'Arc à La Praz en
Maurienne, Paul Héroult, l'inventeur de l'aluminium par électrolyse,
s'est installé avec sa femme et ses enfants sur la conduite lors de la
mise en eau, en 1898, pour prouver à ses détracteurs la foi qu'il avait
en ses travaux ! Alors que l'usine a disparu, la conduite en voûte
autoportante, plus que centenaire, a été conservée in situ, pour
témoigner des exploits industriels de la vallée.
Une image de marque
Sont conservés à la photothèque du Musée Dauphinois plusieurs fonds
iconographiques, dont celui des Etablissements Bouchayer & Viallet à
Grenoble, rassemblant quelques milliers de clichés illustrant les
productions de ces métallurgistes ainsi que les prouesses des
installations de conduites forcées sur les montagnes alpines,
pyrénéennes et même d'Afrique, du Maghreb à Madagascar.
Ces prises de vue servirent à illustrer les multiples catalogues et albums
publicitaires que l'entreprise faisait imprimer et les records de chute
constituèrent le nouvel instrument de prestige des industriels. Les
photographies - houille blanche en chambre noire - étaient montrées
orgueilleusement à tous les visiteurs des grandes expositions
SPILLEMAECKER Chantal
- 103 -
industrielles, au côté des modèles réduits. Les conduites forcées étaient
le symbole de la révolution industrielle alpine, de la toute puissance et
de la gloire des constructeurs, tels les cheminées d'usine en ville ou les
chevalements dans les bassins miniers. Elle furent représentées en masse
sur les papiers à en-tête des entreprises et même sur les vitraux de leurs
bâtiments ou des églises (qu'ils avaient financés …) comme dans la
Romanche à l’église de Livet.
5.
Aujourd'hui on gomme, on dissimule …
En 1946, toutes les sociétés hydroélectriques furent rassemblées pour
donner naissance à Electricité de France, qui dorénavant exploite,
transporte et distribue l'énergie électrique sur tout le territoire français.
Aujourd'hui, dans un tel contexte, les préoccupations environnementales
sont devenues primordiales. L'eau captée est maintenant acheminée
dans des conduites à l'intérieur de galeries souterraines. L'épopée s'efforce
à l'invisibilité (Cleuson-Dixence), l’occultation devient mystère. Les
programmes se raréfient et les autorisations de construction et
d'aménagement s'avèrent de plus en plus difficiles; le temps de la toute
puissance des industriels est achevé. Les mouvements écologistes,
comme en Suisse pour Cleuson-Dixence, réussissent souvent à bloquer
ou à retarder les chantiers. Le WWF s'affronte avec les producteurs. En
France, les lois sur la protection de la nature en 1976, sur la pêche en
1984 ou sur l'eau en 1992 fixent les axes d'intervention d'EDF dans le
domaine hydraulique. On tient compte de la migration des poissons ou
de l'habitat des castors, à qui on recrée des sites. L'hostilité envers
l'industrie et ses composantes, hors de certaines zones urbaines bien
délimitées, est de plus en plus forte.
Dans la vallée de la Romanche, au lourd passé industriel, un projet EDF
de chute hydroélectrique est en cours, qui devrait, à terme, supprimer le
fonctionnement de toutes les anciennes centrales (dont celle des Vernes,
classée Monument historique) (fig. 8) pour les remplacer par une seule,
comprenant une prise d'eau, une galerie en rive droite de la rivière et une
centrale, souterraine bien sûr.
Au côté de l'impact économique, c'est l'impact sur l'environnement qui
devient prédominant. Ainsi pour EDF, l'aspect de la vallée serait
sensiblement modifié par la disparition des ouvrages les plus inesthétiques, au
premier rang desquelles les conduites ... Autres temps, autres mœurs.
Bientôt la vallée aura gommé tout vestige de la révolution industrielle
alpine du début du XXe siècle : la forêt aura caché le béton et la fonte
(fig. 9) ; les usines et les "cafés de l'industrie" auront depuis longtemps
fermé leurs portes, les paysagistes auront redessiné la montagne, les
truites fario seront revenues dans la rivière. Mais où seront les hommes ?
Peut-être traverseront-ils la vallée, très vite, pour rejoindre les stations
de sport d'hiver, où les pylônes des télécabines, les téléphériques et
autres remontées mécaniques, signes manifestes de l'industrie de "l'or
blanc", n'ont pas encore été rayés du paysage alpin…
- 104 -
L’eau conduite ou les « pipe-lines » des Alpes
Fig. 8
Les Vernes à Livet-Gavet. Construite en 1918 par l'industriel
Charles-Albert Keller pour alimenter en énergie électrique les aciéries
de la Société des Etablissements Keller et Leleux puis pour produire
du courant à la ville de Grenoble, cette centrale fut imaginée pour une
mise en scène spectaculaire de l'eau : bâtiment massif en maçonnerie
de pierre, escalier à double volée en béton moulé permettant l'accès à
un jardin à la française, fontaine monumentale avec cascade,
constituée par la chambre de mise en charge et le déversoir. Classée
Monument historique en 1994, la centrale des Vernes demeure, alors
que la vallée panse ses plaies, le symbole de la grande époque de
l'industrie électrométallurgique de la Romanche.
SPILLEMAECKER Chantal
Fig. 9
- 105 -
Centrale de Bas-Laval, Isère. Maurice Bergès, fils d'Aristide, fit
construire en 1906 cette centrale entièrement intégrée à la montagne.
Eclairée par une immense baie vitrée dont les portes semblent
dominées par deux yeux, illustrant le goût artistique de l'industriel
papetier, cette centrale exceptionnelle est en très bon état de
conservation et sera prochainement intégrée à un circuit de visite
autour du Musée de la Houille Blanche.
Les centrales n'avaient jamais encore été considérées comme un
élément à part entière du patrimoine architectural. En 1991, eut lieu
au Musée Dauphinois une exposition intitulée "Cathédrales
- 106 -
L’eau conduite ou les « pipe-lines » des Alpes
électriques, cent ans d'hydroélectricité en Dauphiné" présentant le
résultat d'un vaste travail d'inventaire et d'analyse des usines
dispersées dans les vallées alpines et témoignant de la civilisation de
la houille blanche. Le travail a permis de déterminer quatre grandes
périodes dans l'histoire des centrales : de 1888 à 1898 : les centrales
dites "pionnières" ; de 1898 à 1930, les centrales dites
"pittoresques" ; de 1930 à 1960, la "grande période" et finalement
depuis 1960, les centrales contemporaines.
Bibliographie
Barblan M.-A. (1984). Il était une fois l'industrie, Collection Patrimoine industriel de la
Suisse, Genève.
Caron F., Cardot F. (1991). Histoire générale de l'électricité en France, tome 1, Fayard,
Paris.
Linossier J., Vernus I. (éds) (1993). Bouchayer et Viallet, photographies, Archives
départementales de l'Isère, Grenoble.
Papilloud J.-H. (1999). L'épopée des barrages, de la Dixence à Cleuson-Dixence, EOS
(énergie ouest suisse), Martigny.
Institut de Géographie
Secrétariat - Mme M. Curchod
BFSH 2 – Dorigny
1015 Lausanne
Travaux et
recherches de
l'Institut
Tél. : 021 692 30 70
Fax : 021 692 30 75
INSTITUT DE GEOGRAPHIE
N° 15
Maman Waziri Mato
Les cultures de contre-saison dans le sud de la région de Zinder (Niger)
Lausanne 2000 - 358 p., CHF 45.-
N° 16
N° 17
C
D
M
éd.
laire
orthe- onachon
Méthodes pour comprendre et mesurer les pratiques
agraires en milieu tropical et leurs transformations
Lausanne 1999 - 264 p., CHF 26.-
Emmanuel Reynard
Gestion patrimoniale et intégrée des ressources en eau dans les
stations touristiques de montagne. Les cas de Crans-Montana-Aminona
et Nendaz (Valais)
Lausanne 2000 - vol.1 - 371 p., vol. 2 - annexes- 98 p., CHF 55.(étudiants CHF 30.-)
G
P S
J
G
W
L
B
N° 18
iuseppe
ini, téphane oost,
érard
idmer, aurent ridel
Interfaces de transport : interfaces de territoires?
Actes du séminaire de 3ème cycle de géographie de la CUSO, 1er au 5 mars
1999, Lausanne 2000 - 112 p., CHF 15.-
N° 19
éd.
Jacques Macquat, Anne-Françoise Genoud
séminaire du cours d'aménagement du territoire, 1999-2000 (Collectif)
Commune d'Yverdon-les-Bains
Lausanne 2000 - 178 p., CHF 18.-
N° 20
Angela Alaimo
Les associations d'immigrés italiens de Lausanne
Lausanne 2001- 118 p., épuisé
N° 21
Marina Marengo
Les trajectoires migratoires: entre flux, filières et mythes. Le cas des Italiens
du Canton de Vaud
Lausanne 2001 - 364 p., CHF 40.-
D
G
E
R
N° 22
ominique
uex, mmanuel
eynard
éd.
L'eau dans tous ses états
Actes du cycle de conférences 2001 de l'Association des Anciens de l'IGUL
Lausanne 2002 - 106 p., CHF 20.-
N° 23
Christophe Mager, Antonio Da Cunha, Jean-François Both
Evaluation du territoire, développement durable et prospective.
Les lignes directrices du canton de Vaud
Lausanne 2002 - 78 p., CHF 15.-
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising