Apprendre ou pratiquer le français avec Jacques BREL

Apprendre ou pratiquer le français avec Jacques BREL
SOMMAIRE
Préface
Note
Introduction
Brel en classe de français
Bruxelles
Tableaux récapitulatifs
Pour découvrir la chanson
Pour exercer le vocabulaire
Pour exercer la grammaire
Pour exercer la phonétique
Pour exercer l’expression orale
Ecrire pour…
Fiches pédagogiques
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
Amsterdam
La bière
Les bonbons
Les bourgeois
Bruxelles
La chanson des vieux amants
Fils de ...
Une ile
Il neige sur Liège
Isabelle
Jef
Madeleine
Les Marquises
Mathilde
Ne me quitte pas
Le plat pays
Quand on n’a que l’amour
La quête
Vesoul
Les vieux
Jacques Brel : à la découverte de sa biographie
Bibliographie
01
Notes :
L’ensemble de cet ouvrage, y compris les textes des chansons, sont écrits en orthographe nouvelle, en application des
Rectifications de l’orthographe française de 1990, fruit du travail d’un groupe d’experts mis en place par le Premier ministre
français de l’époque, Michel Rocard. Pour plus d’informations, consulter le site http://www.orthographerecommandee.info. Trois associations s’occupant d’orthographe (l’AIROE, française, l’ANO, suisse, l’APARO, belge) ont mis
au point une brochure reprenant pratiquement les 1 400 mots touchés par ces recommandations orthographiques.
Renseignements : (00 32) 02 640 21 52.
Dans trois cas, les textes des chansons n'ont pas pu être intégrés dans les fiches pédagogiques qui leur sont consacrées :
Les bourgeois, Isabelle, Ne me quitte pas. Les maisons d'édition propriétaires des droits n'ayant pas autorisé leur reproduction.
Nous remercions la Fondation Jacques Brel qui a accepté d'accompagner notre démarche.
04
Introduction
Enseigner le français langue étrangère ou langue maternelle avec Jacques Brel peut sembler
relever de la mission impossible tant cet interprète hors normes tranche avec la culture musicale
véhiculée par les médias, où l’on mise autant sur le physique et les dons chorégraphiques que
sur la voix, le texte et la musique. Jacques Brel n’est pas un chanteur du samedi soir, qui fait
danser les foules sur des rythmes en béton. Mais il ne l’était pas non plus à son époque.
Personnalité atypique du monde de la chanson, il n’avait pas le profil d’une « idole », adulée par
les jeunes de son temps. Il était plutôt celui qui chantait ce que les hommes et les femmes vivent
au quotidien : les premières amours, les moments de joie ou de tristesse, les souvenirs intimes,
les échecs, les rêves et les désirs secrets.
Jacques Brel posait un regard à la fois tendre et cynique sur ses contemporains. Parce qu’il
n’était pas l’homme des compromis ou de la complaisance, il a souvent été détesté par ceux
qu’il caricaturait et dont ses chansons renvoyaient le reflet, comme un miroir.
Et pourtant… Les chansons de Brel ont fait le tour du monde. Traduits aux Etats-Unis, au Japon,
dans presque tous les pays d’Europe, les textes de Brel touchent l’homme en plein cœur. Brel a
réussi à mettre en mots et en musique la force de sentiments et d’émotions universels. Que l’on
pense, par exemple, à Ne me quitte pas (If you go away interprété par Patricia Kaas), Fils de
(Frank Sinatra), Amsterdam (David Bowie), mais aussi La chanson des vieux amants, Les vieux,
Quand on n’a que l’amour, etc.
Pour comprendre l’univers brélien, il faut nécessairement resituer l’homme et le contexte
artistique de l’époque qui n’a rien à voir avec celui du troisième millénaire. L’évolution technique
dans ce domaine a entrainé une véritable révolution copernicienne dans la manière de
concevoir et de faire des chansons. Aujourd’hui, enregistrer une chanson se passe dans
plusieurs « espace-temps » : on enregistre la musique à New-York, avec chaque musicien
séparément, on mixe le tout et on enregistre ensuite la (les) voix dans un studio parisien, après
l’enregistrement séparé de la musique, ce qui permet de se consacrer uniquement au timbre et
à la justesse de la voix. La mode n’est plus à l’interprète solo, mais aux groupes qu’on fabrique en
quelques semaines, qu’on forme à l’art du chant et de la danse et qui font l’objet d’un véritable
marketing avant même la sortie d’un premier disque. Rien de tel à l’époque de Brel.
05
L’homme
Fils d’un industriel belge, Jacques Brel a, dès son plus jeune âge, le gout pour l’art de la scène et
la création de textes. Elève peu motivé (sauf en français), plus intéressé par les récits de voyage
et les pitreries destinées à faire rire ses camarades que par les matières enseignées par ses
professeurs, il travaille dès 18 ans dans l’usine d’emballage de son père, tout en continuant à se
produire dans une troupe de théâtre amateur. Il se marie à 21 ans avec Miche, dont il aura trois
filles. Malgré une certaine bonne volonté, il s’ennuie dans la fabrique familiale et fréquente
assidument les cabarets de Bruxelles où il tente ses premiers essais d’auteur-compositeurinterprète. Dès l’âge de 24 ans, il fait la tournée des cabarets de Paris où il multiplie les
auditions, sans se décourager par l’enchainement des refus. Peu à peu, il commence à se faire
connaitre et enregistre son premier disque en direct, en studio avec tous les musiciens,
conditions qu’il ne voudra jamais quitter malgré les possibilités techniques offertes par
l’évolution du matériel et des procédés d’enregistrement.
Pendant cinq ans, le public, dérouté par ses allures provinciales et l’outrance de son
interprétation, ne lui réservera qu’un accueil mitigé. C’est à l’âge de 29 ans, en 1958, après
l’enregistrement de plusieurs 33 tours, qu’il conquiert son public lors d’un concert à l’Olympia.
Conseillé par ses amis musiciens, il abandonne la guitare, « trop limitée musicalement » et se
consacre entièrement au travail du chant et de la voix. Grâce à un travail acharné et solitaire, sa
voix acquiert « ampleur et puissance, devient chaude et convaincante ». Il perd presque tout
accent belge, « même si les « r » roulent encore un peu » (O. Todd, 1984, p. 122). C’est un Brel
véritable homme de scène et maitre de sa très forte personnalité, qui triomphera pendant huit
ans dans des tournées internationales.
Au sommet de sa gloire, à 37 ans (en 1966), après « quinze années d’amour », Brel décide
d’abandonner la chanson pour faire autre chose. Comédien né, il quitte la scène des music-halls
pour celle des théâtres et du cinéma. Il tourne comme acteur dans une dizaine de films1, monte
une comédie musicale (L’homme de la Mancha, 1968) et réalise lui-même deux films (Franz,
1972 ; Le Far West, 1973). En même temps que ce changement de carrière, naissent en lui deux
autres passions : la voile et l’avion. Dès 1967, il devient copropriétaire d’un voilier et deux ans
plus tard, il s’achète un avion et suit des cours de pilotage. Il va pouvoir enfin concrétiser ses
rêves de voyages et d’aventures.
En 1974, huit ans plus tard, il décide de faire le tour du monde et achète un voilier. Mais il tombe
malade dès le début du voyage. Il s’installe alors aux iles Marquises. Il achète un petit avion et fait
de celui-ci un taxi pour aider la population locale. Deux ans plus tard, touché par la maladie, il
doit retourner à Bruxelles faire des examens médicaux, mais rejoint toujours l’ile de Hiva-Oa,
malgré un climat défavorable à sa santé. En 1977, il revient à la chanson et enregistre un dernier
disque. Il repart aux Marquises et meurt à Paris en 1978, après s’être battu contre le cancer qui
lui rongeait le poumon.
C’est donc à force de ténacité et grâce à un formidable talent d’interprète que Jaques Brel, cet
ouragan, ce survolté, s’est forgé une place d’or dans le monde de la chanson. Une volonté
d’action immense, une détermination sauvage caractérisent cet homme exubérant et pudique
qui a forcé l’attention d’un public sévère et a réussi à se faire respecter et aimer de lui. Mais quel
est donc le secret du phénomène Brel ?
1
Les risques du métier (André Cayatte), 1967; La bande à Bonnot (Philippe Fourastier), 1968; Mon
oncle Benjamin (Edouard Molinaro), 1969; Mont-Dragon (Jean Valère), 1970 ; Les Assassins de l’ordre
(Marcel Carné), 1971; L’Aventure c’est l’aventure (Claude Lelouch), 1972; Le Bar de la Fourche (Alain
Levent), 1972 ; L’Emmerdeur (Edouard Molinaro), 1972.
06
L’artiste
Pol Vandromme dit en parlant de Jacques Brel : « Brel a l’instinct du poète, il n’en a pas les
moyens […] Il fait des chansonnettes, parce que le poème chez lui reste à l’état d’ébauche »
(P. Vandromme, 1977, p. 41). Les textes qu’il écrit sont accessibles, ses mots sont limpides et sa
syntaxe, simple. « Un débutant en langue française peut vite comprendre son style » (O. Todd,
1984, p. 141). Brel lui-même ne se définit pas comme un poète, qui se cache derrière son
œuvre, mais comme un chanteur, un homme qui s’exhibe devant un micro et un public,
propulsé dans les chansons par la musique. C’est donc grâce à cette union fusionnelle entre la
mélodie et les textes que Brel, auteur-compositeur-interprète, a percuté les foules. « Brel
musicien serait quelconque, poète, il serait moyen ; auteur-compositeur de textes et de musique
faits pour s’entrelacer dans des millions de tête, il est grandiose » (J-F Kahn, préface de L.
Bérimont, G. Zarate, Brassens, Gréco, Montand, Mouloudji chantent les poètes, Paris, Hachette
/ Ministère des Relations Extérieures, 1982).
Ainsi ne conçoit-il pas l’enregistrement d’un disque sans avoir testé au préalable ses chansons
lors des concerts : c’est sur scène qu’il peut ressentir les textes et la musique, leur donner corps,
travailler leur interprétation avec un art époustouflant : « dès qu’il amène au public une chanson
nouvelle, les gestes qu’il improvise, les attitudes spontanées, jamais préméditées précisent son
état d’esprit ou, comme il préfère le dire, l’état d’esprit du gars qui chante » (F. Brel et A. Sallée,
Brel, Solar, 1988, p. 91).
Il a besoin du public pour modeler ses chansons et assurer ainsi le maximum de chances de
réussite au disque : « Contrairement au tour de chant qui est un enfant mort-né, un disque c’est
un vrai môme : s’il est raté, il vous le reprochera toute sa vie », Jacques Brel (cité par F. Brel et A.
Sallée, Brel, Solar, 1988, p. 47).
Voilà pourquoi le concert est pour lui une véritable épreuve physique au cours de laquelle il
donne tout de lui-même, perdant 500 à 600 grammes d’eau en une heure de temps. Il a le trac
en coulisse, comme tout artiste avant de rentrer en scène. Il se bat sur scène, comme un boxeur
sur le ring. Il ne veut d’ailleurs jamais répondre aux rappels. Il compare le spectacle à un véritable
combat : quand l’arbitre désigne le vainqueur, cela n’a plus aucun sens que les combattants
reprennent la lutte.
Pour écrire ses textes, Brel s’inspire de sa vie, de ses expériences personnelles et de ses rêves :
personnages, ambiance, scénario sortent de son imagination nourrie d’une observation
attentive, fine, lucide, tendre et corrosive des gens. Certains thèmes l’obsèdent et constituent le
leitmotiv de son œuvre : le temps et les marques qu’il laisse sur le corps (Les vieux), le mépris
des femmes (Madeleine, Mathilde, Les bonbons), l’amour presque impossible (Ne me quitte
pas, Quand on n’a que l’amour, La chanson des vieux amants), l’enfance et les rêves qui s’y
accrochent (Fils de ..., Isabelle, La quête), le voyage et l’aventure (Une ile, Les Marquises), les
racines et le terroir (Le plat pays, Il neige sur Liège, Bruxelles) et les situations humaines du
quotidien, dramatisées (Jef, La bière, Amsterdam) ou tournées en dérision ( Les bourgeois,
Vesoul).
Pour expliciter au mieux ses textes, il cherche une musique aux rythmes et aux couleurs
multiples, capables de raconter par les notes et le choix des instruments ce que les mots
expriment sur la feuille blanche. Le texte prend tout son sens avec la musique : il « nait, vit,
grandit, jaillit, explose » avec elle ("Petite musicologie brélienne" dans F. Brel et A. Sallée, Brel,
Solar, 1988).
Quelques instruments, à forte valeur symbolique, sont d’ailleurs privilégiés par Brel : la guitare,
le piano, le violon et l’accordéon. La guitare est le premier et unique instrument de Jacques Brel,
celui du nomade par excellence, celui de l’artisan, du chanteur de rue et de la fête improvisée.
Par contraste, le piano est un instrument de sédentaire, voire « un meuble de décoration
bourgeoise » (O. Todd, 1984, p. 200), propice à l’expression de sentiments romantiques et
passionnés. Le violon incarne plutôt un état de grâce, une émotion poétique, une sensation de
merveilleux. Enfin, l’accordéon, moins classique que les autres, suggère lui aussi la fête, mais la
fête populaire où la foule se retrouve pour rire ou pour pleurer (O. Todd, 1984, pp. 200-201).
Chaque chanson a donc sa propre orchestration inspirée par le texte de la chanson. Ainsi, Brel
choisit des couleurs plutôt romantiques, que l’on retrouve dans des comédies musicales, pour
des chansons telles que Isabelle ou Une ile, alors que Ne me quitte pas et Le plat pays s’inspirent
davantage de la musique de chambre ou Les bourgeois, d’une java. Certaines œuvres sont par
contre atypiques et totalement originales, comme Les Marquises dominée par les instruments à
cordes.
Les inspirations varient, de même que les rythmes. Quand on n’a que l’amour suit un rythme
relativement entrainant ; Vesoul, La bière et Fils de suivent le rythme d’une valse plus ou moins
lente, ce qui n’est pas le cas de Bruxelles ou Madeleine dont les rythmes sont très rapides et
deviennent même galopants dans Mathilde. Pour mieux emporter l’auditeur avec lui, Brel va
même jusqu’à adopter un système de crescendo, accélérant le rythme de la chanson selon une
dramatisation efficace, comme dans Amsterdam.
07
La musique donne vie aux sentiments, notamment dans Jef dont l’orchestration rend tangibles
les sanglots du protagoniste. De même, on peut quasiment toucher les envolées de tendresse
qui s’échappent de La chanson des vieux amants ou le sentiment de tristesse qui se dégage des
lentes inflexions et des vers longs de la chanson Les vieux.
Comment s’étonner dès lors que « l’exercice d’interprétation dans le cas particulier de Brel se
révèle des plus périlleux en raison de l’empreinte laissée par le Grand Jacques sur des
prestations dont l’expressionnisme a marqué à jamais l’histoire du music-hall » (« Interprètes »
Serge Dillaz in Chorus, http://www.chorus-chanson.fr, dossier Brel, numéro 25, automne 98).
Nous invitons donc enseignants et apprenants à entrer dans l’univers de Jacques Brel, à se
laisser prendre par sa musique et ses textes, à se laisser toucher par une sensibilité qui, même si
elle reflète parfois encore « le vieux monde », continue à parler au cœur de ceux qui écoutent ses
chansons.
08
Brel en classe de français
Le choix des chansons
Auteur-compositeur-interprète, Jacques Brel est aussi un comédien et un réalisateur, qui n’hésite pas à mettre à nu et à
mettre en scène sa forte personnalité. Ces multiples facettes font de cet artiste hors-pair une porte d’entrée privilégiée
pour la chanson française. De plus, Jacques Brel écrit ses textes dans une langue simple et compose des musiques qui
se superposent clairement aux paroles. Ses chansons sont donc aisément accessibles pour une oreille allophone, au
contraire de chansons contemporaines plus difficiles à écouter et à comprendre.
Certaines chansons comme Ne me quitte pas sont incontournables, tant elles ont été reprises par divers chanteurs et
chanteuses, dans une autre orchestration ou dans une autre langue ; d’autres comme Fils de ... ou La bière sont moins
diffusées sur les ondes ou reproduites en disques, mais pourraient séduire le public des années 2000. Les vingt
chansons qui composent cet ouvrage, nous les avons choisies parce qu’elles nous plaisent, bien sûr, mais aussi parce
qu’elles nous semblent rencontrer les objectifs thématiques et linguistiques du cours de français, langue étrangère,
seconde ou maternelle. Elles sont présentées ici par ordre alphabétique.
Le public
Aborder la chanson en classe de français est accessible à tous les niveaux de compétence et à tous les âges : « […] elle
nous parle de nous, elle nous donne nos mots, elle raconte, nous raconte […] » (André Cayot, Vincent Maestracci, Les
enfants de la Zique. Demain, entre rêve et réalité, Francofolies, 2002/2003, p. 1).
Chacune des vingt chansons que nous avons reprises est précédée d’une fiche pédagogique qui propose des activités
destinées aux niveaux débutant, intermédiaire et avancé, signalés respectivement par les signes suivants:
Enseignants et apprenants trouveront, dans chaque fiche pédagogique, plusieurs types d'activités : découverte de
l’univers de la chanson, approfondissement d’un élément lexical, grammatical ou phonétique présent dans le texte,
expression orale et écrite ; ils trouveront également une analyse de la chanson par rapport à la vie et à l’oeuvre de
l’artiste ainsi que des renvois à d’autres chansons, à des extraits littéraires ou cinématographiques qui traitent du même
thème, ou encore, à de nouveaux interprètes de la chanson de Brel.
En fonction de la thématique de la chanson, des préoccupations de ses apprenants et de ses propres objectifs ou de sa
propre sensibilité, l’enseignant choisira telle ou telle chanson, empruntera telle ou telle voie. Il peut très bien remplacer
la phase de découverte par un document proposé sur le même thème : en effet, certains adolescents, peu rompus à la
forme de la chanson française de la période 1954-1977, auront besoin d’une introduction plus étoffée et plus visuelle.
C’est dans ce sens qu’apparaissent des interprétations de chanteurs contemporains : rien ne peut égaler la présence
scénique de Jacques Brel, mais une voix connue ou une orchestration plus familière peuvent établir le pont entre deux
mondes musicaux.
Faire écouter une chanson à des enfants ou à des adolescents ne s’improvise pas : non seulement ceux-ci doivent faire
silence en eux et autour d’eux, mais aussi avoir la volonté de comprendre ce qui leur est offert d’entendre. Comme le
rappelle Gérard Authelain, « entendre évoque aussi bien comprendre (j’entends ce que vous dites), accepter de l’autre
(je peux entendre ce que vous dites), connaitre (j’entends l’algèbre), donner sens (qu’entendez-vous par cette phrase),
s’informer (j’entends dire que…), que tout simplement ‘ouïr’ » (Les enfants de la Zique. Demain, entre rêve et réalité,
Francofolies, 2002/2003, p. 4). Dans son Petit traité d’art contemporain (Le Seuil, cité par Les enfants de la zique.
Demain, entre rêve et réalité, Francofolies, 2002/2003), Anne Cauquelin rejette le dogme de la perception uniquement
émotive et immédiate de l’œuvre d’art et elle démontre que la perception d’une œuvre passe par différentes étapes.
« Pour distinguer telle ou telle œuvre, il faut les extraire d’un ensemble que l’on peut lui-même isoler parmi d’autres
ensembles (p.12). » Savoir écouter, oui, mais comment ?
09
Les objectifs
Le premier objectif est, bien sûr, de partager le plaisir de la chanson ! Le deuxième entend favoriser l’expression ; aussi une
large place est-elle accordée aux activités d’expression orale ou écrite, toujours contextualisées. Le troisième consiste à
développer la pratique du français par le renforcement du code linguistique (lexical, morphologique, syntaxique ou
phonétique). Les activités, souvent à effectuer à plusieurs, renforcent l’interaction dans la classe, incitent à mieux connaitre
les condisciples et à découvrir l’univers de Jacques Brel. Le travail en duo ou en groupe offre une multitude d’interactions
orales : vérifier si l’on comprend la même chose, se mettre d’accord dans la répartition des tâches ou des rôles, créer
ensemble, vérifier, modifier et finalement faire part de la réflexion aux autres groupes. D’auditeurs ou de spectateurs, les
apprenants deviennent acteurs.
Une démarche dynamique
Ces fiches d’activité se veulent interactives et conviviales : de la même manière que les convives ont le plaisir de se trouver
autour d’une même table dressée à leur intention, enseignant et apprenants ont la satisfaction de se retrouver autour
d’exercices élaborés dans le souci d’épargner au premier un long temps de recherche et de préparation.
Comme dans un buffet où une multitude de mets sont présentés et dressés à l’intention du gastronome qui n’a plus qu’à
faire son choix, l’enseignant pourra choisir les activités qu’il juge les plus propices aux apprentissages qu’il a déterminés
pour sa classe. En fonction de son programme de l’année ou de la semaine, de ses gouts et de ceux de ses apprenants, des
contraintes matérielles, l’enseignant peut trouver très facilement à l’aide des tableaux récapitulatifs l’activité qui lui convient
le mieux.
De même que le convive ne peut manger tout ce qui est offert sur la table, le professeur ne peut épuiser une chanson : le
risque serait grand d’occulter le plaisir de l’écoute et du chant ; il est préférable alors de passer à un autre titre et de
sélectionner deux ou trois activités suggérées par la fiche pédagogique correspondante.
Internet
Enseignants et apprenants recourent de plus en plus au réseau de l’Internet en lieu et place des ouvrages encyclopédiques.
Les adresses citées fournissent rapidement illustrations et documents complémentaires. Pour ceux qui ne disposent pas des
conditions matérielles suffisantes pour utiliser la Toile en classe, les descriptions du genre d’illustration suggéré et les
références de documents citées dans la rubrique « Sur le même thème » trouveront tout leur intérêt.
Mode d’emploi
Les fiches sont toutes structurées de la même façon, ce qui en facilite la manipulation. Ceci n’impose pas pour autant un
parcours routinier, car les voies pour appréhender le lexique, la grammaire ou la phonétique sont nombreuses. Par ailleurs,
rien n’empêche de bouleverser l’ordre des rubriques et de découvrir la chanson par le biais d’un document proposé dans
« Sur le même thème ». De plus, les tableaux récapitulatifs classés par chansons et par niveaux, centrés autour d’objectifs
linguistiques (le lexique, la grammaire ou la phonétique) et communicatifs (la découverte, l’expression orale et l’expression
écrite) facilitent le choix de l’activité et de la chanson.
Les phrases à l’infinitif s’adressent à l’enseignant, pour lui proposer une aide dans l’organisation des activités ; celles en
italiques à l’impératif ou à la forme interrogative s’adressent à l’apprenant : elles lui donnent une tâche à effectuer.
10
Chaque fiche pédagogique est organisée selon les rubriques décrites ci-dessous.
OBJECTIFS
Les niveaux débutant, intermédiaire et avancé sont signalés respectivement par les signes (d), (i), (a).
MATÉRIEL
Les signes (d), (i), (a) précisent le matériel nécessaire pour chaque niveau.
DÉCOUVERTE
Jacques Brel est mort en 1978. En toute logique, les apprenants et certains enseignants n'ont guère eu l’opportunité de
connaitre ses chansons. La première tâche de l’enseignant consiste donc à susciter l’intérêt de ses apprenants, en
veillant à partir de ce qu’ils vivent pour arriver à un univers méconnu ou inconnu ; avec ou sans le texte de la chanson,
il y a toujours une tâche et souvent un échange oral.
COMPRÉHENSION
L'enseignant pourra ici sortir des sentiers battus de l’enseignement linguistique grâce à des exercices créatifs, inscrits
dans la thématique de la chanson. Les étiquettes linguistiques sont employées avec mesure et sont respectueuses du
code terminologique édicté par la Communauté française de Belgique. Les symboles phonétiques sont repris à
l’alphabet phonétique international, explicité dans tout dictionnaire de langue.
EXPRESSION ORALE
En duo, en petit groupe ou avec toute la classe, en fonction du niveau des apprenants, l'expression orale sécurise
l’apprenant et le familiarise avec les situations de communication les plus fréquentes.
EXPRESSION ÉCRITE
Toujours mise en situation, l'expression écrite permet à l’apprenant de savoir à qui, pourquoi et pour quoi il écrit. La
recherche du contenu peut se faire à plusieurs pour donner à l’apprenant le temps de soigner sa formulation.
POUR ALLER PLUS LOIN
Pourquoi ne pas donner aux apprenants une connaissance plus approfondie de l’imaginaire brélien ? Souvent au départ
de citations de spécialistes de Brel ou de la chanson belge, un travail plus personnel de recherche est proposé.
Parfois, cette rubrique ajoute une activité axée sur une autre pédagogie, comme la résolution de problème ou
l’apprentissage coopératif, sur le thème de la chanson.
SUR LE MÊME THÈME
La chanson s’intègre dans le cours et ne constitue qu'une étape : elle peut être là en amorce d’une nouvelle séquence,
en constituer la clôture ou servir à la confrontation de points de vue. Les suggestions faites dans cette rubrique
renvoient à d’autres formes artistiques (chanson, littérature, cinéma) qui traitent du même thème.
NOUVELLE VERSION
De nombreuses chansons de Brel ont été interprétées par divers chanteuses et chanteurs, en français ou traduites par
exemple en anglais (If you go away ) ou en japonais. Ces arrangements plus contemporains, avec un interprète déjà
connu, peuvent nourrir une confrontation musicale, ou plus simplement jeter un pont depuis l’univers musical des
apprenants vers celui de Jacques Brel. (*)
C’est à vous !
Ces fiches pédagogiques, soucieuses du bien-être du professeur et de l’élève, nous les avons élaborées sur un canevas
complet que nous n’avons pas eu l’occasion de rencontrer jusqu’ici dans les manuels d'apprentissage du français; nous
souhaitons qu’elles permettent au professeur de se concentrer sur son enseignement en classe et qu’elles lui donnent
envie de pratiquer davantage le français avec les chansons de Brel. Notre vœu le plus cher serait que les lecteurs de ces
fiches se lancent eux-mêmes dans l’aventure, et concoctent des activités toujours plus ludiques et créatives, dépassant
les habituels exercices lacunaires ou les questions de compréhension. Pour parodier Beaumarchais, dans un cours de
français, tout finit par des chansons…
(*) Un groupe humoriste pratiquant la parodie a repris des extraits de la chanson Le plat pays
pour en faire une défense et illustration de la Belgique (les Snuls, Avec).
11
Un poète vous invite à découvrir «sa» ville
Théâtre de rêve qui attire et ensorcelle le visiteur, depuis le Sablon, la Grand’Place, l’imposant Palais de
justice et le célèbre Atomium, une molécule géante agrandie 165 milliards de fois s’élevant à une hauteur
de 102 mètres. Le secret de Bruxelles réside dans sa chaleur, sa bienveillance et.... ses surprises !
Et la Zwanze : un mélange local unique de blagues populaires, d’humour et de récits amusants, empreints
d’une profusion de traditions bruxelloises. Une ville culturelle, capitale européenne, qui immanquablement
vous séduira !
C'est au cœur de Bruxelles qu'aujourd'hui encore vibre la voix de Brel et au cœur de ses chansons que
l'on reconnaît les rues, les gris, les lumières, les odeurs et les ambiances de la ville. En 2003, cela fait 25
ans que Jacques Brel nous a quitté. Quoi de plus normal que de lui rendre hommage à Bruxelles, capitale
d'un pays qu'il nous a révélé de manière inimitable, touchante ou gouailleuse, presque en nous prenant
par la main.
De mars 2003 au 17 janvier 2004, Bruxelles invite tout le monde à venir fêter le Grand Jacques dans cette
ville qui fut la sienne et qui sera vôtre pour l’occasion. Cette ville dans laquelle se déroula l’enfance de
Jacques Brel et qui, souvent, inspira celui-ci pour l’écriture de ses chansons. Deux d’entre elles portent
d’ailleurs le nom de Bruxelles. Dans l’une, il évoque les étincelles des trams de la capitale et, dans l’autre,
il invente, pour la rime, la Place Sainte-Justine, mais peut être le visiteur curieux pourra-t-il trouver cette
place tout en passant par la place De Brouckère et en y croisant le regard de Madeleine ?
Les événements phares qui animent cette année Brel sont nombreux et variés, aussi variés que les talents
artistiques de Jacques. Mais aussi, des visites guidées à pied, à bicyclette, en car, une carte-promenade
sur les traces de Brel,....
Les programmes complets sont disponibles sur notre site internet : www.brel-2003.be.
Pour toutes informations : ligne Brel : + 32 2 509 24 34
12
Citer des métiers
4 Bourgeois (les)
Compter les occurrences d’un mot
Qu’emporter sur une ile déserte ?
Associer des mots à «neige»
7 Fils de ...
8 Ile (une)
9 Il neige sur Liège
Les synonymes de «quitter»
Les éléments sonores ;
associer une ambiance, une couleur
Les instruments de musique ;
mots suscités par l’écoute
15 Ne me quitte pas
16 Plat pays (le)
17 Quand on n’a que l’amour
20 Vieux (les)
19 Vesoul
Discuter sur le thème des conflits entre générations
Choisir un acteur pour incarner le héros
Compléter une carte de Belgique
Associer des mots à «ile»
Entourer des mots entendus
Retranscrire le refrain
Créer d’autres titres
Retrouver l’ile où vécut Brel
Débattre à partir d’une phrase
Contextualiser le mot «amant»
Imaginer le parcours d’un homme
Associer des mots à «amour» ;
imaginer le titre de la chanson
Les expressions désignant des pays
Les synonymes de «quitter»
Découvrir la royauté en Belgique
Faire des hypothèses à partir de l’introduction musicale
Le rythme de la chanson ;
les associations à partir du mot «vieux»
Le rythme de la chanson ;
les synonymes et les contraires du mot «vieux»
Le rythme de la chanson ; découverte des lieux cités grâce à des photos
Construire un voyage
Créer une publicité pour un lieu
La mélodie de la chanson ; les couleurs
Tracer la ligne mélodique de la chanson;
poursuivre la phrase du titre
Faire un dessin et l’expliquer
Contextualiser le titre
Compléter une phrase du texte
Imaginer sa propre ile
Dire ce qu’évoque la chanson ; caractériser l’interprète et choisir un portrait du héros
Imaginer la cause d’un attroupement
Associer la chanson à un genre de film ; imaginer l’histoire du film
Les instruments de musique ; les liens de parenté
Dire ce qu’évoque une photo
Ecrire un dialogue
14 Mathilde
18 Quête (la)
Découvrir des tableaux de Gauguin
13 Marquises (les)
12 Madeleine
11 Jef
Réagir face à un adulte qui pleure
Chercher la définition du mot «amant»
10 Isabelle
Caractériser la jeunesse
Décrire la chanson
Les instruments de musique et le rythme de la chanson ; découvrir Bruxelles et les lieux cités
6 Chanson des vieux amants (la)
5 Bruxelles
Dessiner un cadeau
3 Bonbons (les)
La consommation d’une boisson alcoolisée dans diverses cultures ; la bière belge
Dire ce que la chanson évoque
Choisir dans une liste les thèmes que la chanson évoque Caractériser le rythme de la chanson
Noter des mots et écrire un texte
niveau avancé
2 Bière (la)
Compléter une phrase
niveau intermédiaire
Décrire des photos de ports autour du monde
niveau débutant
1 Amsterdam
Chanson
Pour découvrir la chanson
Tableaux récapitulatifs
13
14
Définir des mots inconnus
Mots concrets et mots abstraits
Jeu de Bingo sur le thème de la mer
Mots positifs et mots négatifs
Verbes à l’infinitif et noms dérivés
Autour des verbes «aimer» et «quitter»
Le lexique des odeurs
14 Mathilde
15 Ne me quitte pas
16 Plat pays (le)
17 Quand on n’a que l’amour
18 Quête (la)
19 Vesoul
20 Vieux (les)
Classer des mots et illustrer une métaphore
9 Il neige sur Liège
Décrire les habitants des Marquises
Les mots pour décrire une ile
8 Ile (une)
13 Marquises (les)
Les oppositions dans le texte
7 Fils de ...
Trouver des mots de la même famille
sémantique et imaginer une histoire
Dessiner des mots et les classer
6 Chanson des vieux amants (la)
12 Madeleine
Classer des mots dans des catégories lexicales
5 Bruxelles
Répondre à des questions et dessiner la scène
Les personnages de la chanson
4 Bourgeois (les)
11 Jef
Les activités pour un jour de congé
3 Bonbons (les)
Classer des mots dans des catégories
Le lexique des boissons
2 Bière (la)
10 Isabelle
Faire deviner des mots
niveau débutant
1 Amsterdam
Chanson
Pour exercer le vocabulaire
Les oppositions dans le texte
Les synonymes de «dire» et «prévenir»
Les mots intrus
Associer des mots et leur définition
Les quatre vents
Les oxymorons
Analyser le discours du narrateur
Jeu «Dessinez c’est gagné»
Travailler sur le registre familier
Répondre à des questions
Expliquer des mots difficiles
Remettre en ordre le texte de la chanson
Expressions imagées
Les noms de personnes
Distinguer l’attitude des deux partenaires
Expressions imagées liées aux sentiments
et au caractère
Le lexique des catégories sociales
Autour du mot «bonbon»
Les noms de personnes
Rechercher des mots associés
niveau intermédiaire
Les expressions de personnification
Le lexique de la géographie
Le lexique de la souffrance et de la passion
Contextualiser des mots difficiles
Imaginer l’origine de métaphores
Autour du mot «temps»
Faire le portrait de Mathilde
Classer des métaphores
Expliquer des expressions liées aux lieux ou aux nationalités
Mots du registre familier et expressions imagées
Expliquer et créer une métaphore
Illustrer le texte; le verbe «blanchir» et verbes similaires
Définir des mots inconnus
Les qualités des enfants
Corriger une version modifiée du texte
Le contexte historique et la chronologie dans la chanson
Autour des mots «bourgeois» et «cul»
Les stéréotypes dans la conversation
Expliquer des mots inconnus
Expliquer une métaphore
niveau avancé
15
L’impératif présent et la place du
pronom personnel complément
Le futur simple
Les pronoms personnels compléments
Les déterminants possessifs
Le genre des noms
Les verbes modaux (vouloir, devoir, pouvoir)
La négation
14 Mathilde
15 Ne me quitte pas
16 Plat pays (le)
17 Quand on n’a que l’amour
18 Quête (la)
19 Vesoul
20 Vieux (les)
Les pronoms relatifs simples
9 Il neige sur Liège
Le verbe «être»
Le conditionnel présent
8 Ile (une)
13 Marquises (les)
L’accord en nombre
7 Fils de ...
L’identification et la description
L’expression de la comparaison
6 Chanson des vieux amants (la)
12 Madeleine
L’indicatif imparfait
5 Bruxelles
L’impératif présent
L’indicatif imparfait
4 Bourgeois (les)
11 Jef
Les prépositions de localisation
3 Bonbons (les)
Le complément du nom
Les prépositions de lieu
2 Bière (la)
10 Isabelle
L’existence et l’identification
niveau débutant
1 Amsterdam
Chanson
Pour exercer la grammaire
Le gérondif
Les participes passés irréguliers
Les déterminants
Les déterminants indéfinis
L’expression de la comparaison
Les pronoms relatifs simples
L’expression de l’hypothèse
L’expression de la comparaison
Les temps du passé
L’emploi des temps de l’indicatif
L’interrogation
L’interrogation indirecte
Le discours rapporté
Le complément du nom
Les comparatifs et les superlatifs irréguliers
L’indicatif plus-que-parfait
Le gérondif
L’indicatif présent et futur
L’expression de la quantité
L’indicatif présent
niveau intermédiaire
L’expression de la concession
L’expression de la cause et de la comparaison
L’expression de la concession
L’expression du but
L’expression du temps
L’infinitif passé
L’expression de la cause
Les pronoms relatifs nominaux
Les locutions «même que», «sûr que» et «tant pis si»
L’expression du temps
L’expression du temps
L’expression de la conséquence
L’adjectif verbal et le participe présent
L’adjectif verbal et le participe présent
«Tout le, tous les, toutes les»
L’accord du participe passé
L’expression du souhait
Le discours rapporté
L’expression de la concession
Le gérondif
L’emploi de «jusque»
niveau avancé
16
20 Vieux (les)
19 Vesoul
18 Quête (la)
17 Quand on n’a que l’amour
16 Plat pays (le)
15 Ne me quitte pas
14 Mathilde
13 Marquises (les)
12 Madeleine
11 Jef
10 Isabelle
9 Il neige sur Liège
8 Ile (une)
7 Fils de ...
6 Chanson des vieux amants (la)
5 Bruxelles
4 Bourgeois (les)
3 Bonbons (les)
2 Bière (la)
1 Amsterdam
Chanson
Pour exercer la phonétique
niveau débutant
niveau intermédiaire
niveau avancé
17
Demander de l’aide pour soutenir sa volonté
Jouer un rôle : faire des promesses, exiger
Présenter une région à la façon de Brel
Expliquer son dessin inspiré de la chanson
Rêver un impossible rêve
Jouer un rôle : une scène de ménage
Expliquer le choix d’objets dessinés
14 Mathilde
15 Ne me quitte pas
16 Plat pays (le)
17 Quand on n’a que l’amour
18 Quête (la)
19 Vesoul
20 Vieux (les)
Rédiger et lire un bulletin météo
9 Il neige sur Liège
Jouer un rôle : donner des ordres et se rebeller
Choisir deux objets pour survivre
8 Ile (une)
13 Marquises (les)
Dire de qui on se sent le plus proche
7 Fils de ...
Jouer un rôle : rêver d’une soirée
Dire à deux une déclaration d’amour
6 Chanson des vieux amants (la)
12 Madeleine
Décrire une grande ville ou la capitale de son pays
5 Bruxelles
Dire un extrait avec un sentiment imposé
Imaginer une blague et la mimer
4 Bourgeois (les)
11 Jef
Jouer la scène avec des gestes
3 Bonbons (les)
Imaginer le caractère d’une personne
Imaginer des odeurs pour des lieux
2 Bière (la)
10 Isabelle
Dialoguer
niveau débutant
1 Amsterdam
Chanson
Pour exercer l’expression orale
Construire un dialogue entre trois personnes âgées
Insérer les expressions «je te préviens» et
«ta mère» dans un dialogue
Inventer un conte
Contextualiser les paroles de la chanson dans une saynète
Illustrer l’influence du climat sur les gens par des exemples
Dire une strophe avec une intonation liée
à un autre type de texte
Imaginer une personne qui a connu Mathilde
Convaincre de tout quitter pour partir
Émettre des hypothèses
Exprimer ses impressions comme témoin
Justifier le choix d’une photo
Décrire un phénomène en direct
Sonder la classe sur les pratiques de voyage
Formuler un souhait pour un enfant d’aujourd’hui
Interroger un couple célèbre
Argumenter : vivre à la ville ou à la campagne ?
Présenter un projet d’animation des personnes âgées
Jouer un rôle : un couple discute à propos
de leur(s) enfant(s) trop gâté(s)
Préparer et jouer une publicité pour une œuvre humanitaire
Insérer discrètement un vers de cette chanson
dans la conversation
Imaginer un clip pour cette chanson
Dicter un télégramme poétique
Jouer une discussion argumentée
Négocier l’achat d’une ile
Formuler des reproches
Faire un discours dans un registre familier
Débattre de l’influence du prénom sur le caractère
Expliquer l’origine d’un phénomène météorologique
Jouer un rôle : la réservation d’un voyage
Débattre de l’influence de l’origine sociale
Simuler un débat télévisé
Présenter un projet d’aménagement d’un quartier
Insérer un proverbe dans un dialogue
Séduire avec le langage du XVIIIe siècle
Jouer la situation transposée à notre époque (XXIe siècle)
Se raconter des plaisanteries faites pendant l’enfance
Expliquer la fabrication d’une boisson
Exprimer sa préférence
niveau avancé
Commander une boisson et en faire l’éloge
Décrire une profession par le mime
niveau intermédiaire
18
Exposer (texte descriptif)
Exprimer des sentiments (lettre d’amour)
Décrire des actions (charte des droits de l’enfant)
Exposer et exprimer une émotion (cartes postales) Raconter (le meilleur ou le pire souvenir)
5 Bruxelles
6 Chanson des vieux amants (la)
7 Fils de ...
8 Ile (une)
Jouer avec les mots (chanson)
Exposer (biographie)
Exposer (rapport de police)
Jouer avec les mots (calligrammes)
Exprimer une émotion
Raconter (un conte de fée)
Exposer (présentation de son pays)
Dire de faire (recette de la paix)
Décrire des actions
Jouer avec les mots (comptine)
Décrire des actions (programme hypothétique)
10 Isabelle
11 Jef
12 Madeleine
13 Marquises (les)
14 Mathilde
15 Ne me quitte pas
16 Plat pays (le)
17 Quand on n’a que l’amour
18 Quête (la)
19 Vesoul
20 Vieux (les)
Jouer avec les mots (haïku)
Jouer avec les mots (refrain d’une chanson)
4 Bourgeois (les)
9 Il neige sur Liège
Jouer avec les mots (chanson)
3 Bonbons (les)
Convaincre (tract publicitaire)
Exposer et convaincre (lettre argumentée)
Raconter une histoire
Exposer et exprimer une émotion (dédicace)
Jouer avec les mots (poème)
Raconter (un conte de fée)
Convaincre
Jouer avec les mots (poème en croix)
Exprimer une émotion (lettre d’amour ou de rupture)
Exposer et exprimer une émotion
Donner son opinion (perception d’un personnage)
Raconter (des souvenirs d’enfance)
Donner son opinion
Donner son opinion (courrier du cœur)
Exposer (texte descriptif)
Exposer (fait divers)
Raconter
Exposer (texte d’atmosphère)
Exposer (texte descriptif)
2 Bière (la)
Exposer (texte d’atmosphère)
niveau intermédiaire
Expliquer (légende d’un dessin)
Exposer (texte d’atmosphère)
niveau débutant
1 Amsterdam
Chanson
Écrire pour ...
Donner son opinion ou convaincre
(article d’opinion ou article de réflexion)
Exposer (itinéraire)
Donner son opinion
Donner son opinion
Exposer (texte d’atmosphère à partir d’un paysage)
Raconter (un conte de fée)
Jouer avec les mots (acrostiche)
Convaincre (lettre argumentée)
Convaincre (lettre d’explication)
Raconter (témoignage)
Exposer (article sur un prénom)
Exposer (texte descriptif)
Exposer (journal de bord)
Exposer (biographie)
Jouer avec les mots (chanson)
Faire des hypothèses
Convaincre
Conseiller
Convaincre (texte publicitaire)
Convaincre
Exposer (portrait d’un personnage)
niveau avancé
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising