Ecrire, notre passion

Ecrire, notre passion
Écrire, notre passion
COMMUNICATION D’ALAIN BOSQUET DE THORAN
À LA SÉANCE MENSUELLE DU 13 OCTOBRE 2007
E
n premier lieu, fixons les choses : en l’occurrence, il s’agit bien de poésie.
Nous avons tous écrit un poème, un beau jour de notre jeunesse, ou une
lettre d’amour, ce qui est un peu la même chose. C’est bien elle qui nous réunit
aujourd’hui, poètes, prosateurs, philologues et historiens.
Avant tout, il y a, selon la légende, l’irrépressible attirance de la page blanche.
Elle est le symbole, l’archétype du désir d’écrire, le réceptacle de nos pulsions
écriveuses, si je puis dire.
Mais commençons par le début : l’apparition du premier poème sur cette
page blanche posée devant nous. Permettez-moi tout d’abord de citer André
Malraux, lui-même cité par le musicologue André Souris, dans son ouvrage
Conditions de la Musique, Malraux qui écrivait, dans un article de la revue Verve, en
, avant qu’il n’en reprenne et développe certaines idées dans La Psychologie de
l’Art : « L’artiste ne se conquiert pas sur la vie, mais sur l’imitation ; toute forme
est, à l’origine, la lutte d’une forme en puissance contre une forme
imitée » ; « C‘est à une lecture, une audition, la découverte d’un tableau que
l’artiste connaît ou reconnaît sa vraie nature, ce n’est pas devant la vie » ; « On ne
devient pas poète par un matin de printemps, mais par l’exaltation d’un poème ».
Cette dernière remarque est capitale : pour chaque poète, cette exaltation,
cette première lecture d’un poème est décisive. Quant à moi, comme bien d’autres,
ce fut d’abord dans la collection « Poètes d’Aujourd’hui » de Pierre Seghers, que je
la trouvai, et en particulier Léon-Paul Fargue, et ses Ludions, dont les images
m’enchantèrent et me conduisirent à mon premier poème : un lamentable
pastiche.

Qu’importe, j’avais contracté le virus, dont on ne se débarrasse jamais,
comme on sait.
Et puis, comme on tire un écheveau, les autres poètes suivirent, pêle-mêle :
de Maurice Scève à Charles Baudelaire, de Guillaume Apollinaire à Paul Eluard,
d’Henri Michaux à George Shéhadé, de René Char à Yves Bonnefoy, bientôt tout
un cortège, dont un jour on fait partie, intimidé mais secrètement fier, loin au
dernier rang, avec son premier recueil publié sous le bras…
Poète, poésie : encore faut-il avoir un premier lecteur. C’est en principe sans
problème dans le cas de la lettre d’amour. Pour moi, ce fut mon père. Point tant
que pour avoir son avis que pour jeter un voile de brume sur mes désastreux
résultats scolaires, brume qui ne fut d’ailleurs pas long à se dissiper. Le temps
n’était pas encore venu où je pouvais ériger comme un fragile rempart mon
premier recueil face à mon inaptitude définitive aux études. Il ne put me dire de
quelle mystérieuse alchimie le poème est-il le fruit, d’ailleurs je ne lui demandai
pas.
À vrai dire, je me suis posé cette question pour la première fois en préparant
cette communication… On parle d’inspiration, de circonstances, de minutieuses
mises en scène. Pour l’un, il faut tel papier et telle plume, de la musique ou le
silence du soir, pour l’autre du vin ou du café, pour ne pas parler d’ivresse ou de
drogue. On dit aussi que le premier vers serait donné. Comme tombé du ciel :
« Les dieux gracieusement nous donnent pour rien le premier vers ; mais c’est à
nous de façonner le second », dit Valéry. Et Baudelaire n’est pas en reste :
« L’œuvre ne tombe pas du ciel comme un aérolithe. » Mais n’est-ce pas trop
simple ?
Voyons-y de plus près. Il n’y a pas de poème sans image, que celle-ci naisse du
rapprochement substantif-adjectif, comme chez Baudelaire :
Le vert paradis des amours enfantines,
L’innocent paradis, plein de plaisirs furtifs
Ou qu’elle soit suggérée, sans adjectif, comme chez Eluard :

Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens,
Elle a la forme de mes mains
Elle a la couleur de mes yeux
Elle s’engloutit dans mon ombre
Comme une pierre sur le ciel.
Que nous enseignent ces exemples, qu’on peut multiplier à l’envi, sinon que
ces vers provoquent une émotion de même qualité, ce qui laisse le mystère en son
entier. Vous me direz que dans le cas d’Eluard, il n’y a pas d’image, à proprement
parler. Mais cela ne fait que renforcer le mystère.
Voyons ce qu’en dit Pierre Reverdy : « L’image est une création pure de
l’esprit. Elle ne peut naître d’une comparaison mais du rapprochement de deux
réalités plus ou moins éloignées. Plus les rapports des deux réalités rapprochées
seront lointains et justes, plus l’image sera forte, — plus elle aura de puissance
émotive et de réalité poétique. »
Ceci peut s’appliquer à Baudelaire, pas à Eluard.
Je cite à présent André Breton : « Au terme actuel des recherches poétiques il
ne saurait être fait grand état de la distinction purement formelle qui a pu être
établie entre la métaphore et la comparaison. Il reste que l’une et l’autre
constituent un véhicule interchangeable de la pensée analogique et si la première
offre des ressources de fulgurance, la seconde (qu’on en juge par les “ beaux
comme ” de Lautréamont) présente de considérables avantages de suspension. Il
est bien entendu qu’auprès de celles-ci les autres “ figures ” que persiste à
énumérer la rhétorique sont absolument dépourvues d’intérêt. Seul le déclic
analogique nous passionne : c’est seulement par lui que nous pouvons agir sur le
moteur du monde. Le mot le plus exaltant dont nous disposions est le mot
COMME, que ce mot soit prononcé ou tu. C’est à travers lui que l’imagination
humaine donne sa mesure et que se joue le plus haut destin de l’esprit. »
Une fois mise à part l’enflure superlative propre à André Breton, le
comparatif « comme » s’applique bien à Eluard dans mon exemple, et évidemment
à beaucoup d’autres, dont Baudelaire même :

Ces serments, ces parfums, ces baisers infinis,
Renaîtront-ils d’un gouffre interdit à nos sondes,
Comme montent au ciel les soleils rajeunis
Après s’être lavés au fond des mers profondes
Ô serments ! ô parfums ! ô baisers infinis !
De plus, dans ce cas-ci, « comme » est placé dans la strophe comme un
miroir, la seconde partie étant le reflet de la première.
C’est encore plus frappant dans ces vers de Victor Hugo :
…Médine aux mille tours, d’aiguilles hérissées,
Avec ses flèches d’or, ses kiosques brillants,
Est comme un bataillon arrêté dans les plaines,
Qui parmi ses tentes hautaines,
Élève une forêt de dards étincelants.
Y a-t-il une définition générale de la poésie ? Allons au plus simple : les
dictionnaires. Commençons par le Littré : « Poème : ouvrage en vers. » « Poète :
celui qui s’adonne à la poésie. » Vous conviendrez que c’est un peu court. Voyons
le Robert. « Poésie : art du langage, visant à exprimer ou à suggérer par le rythme
(surtout en vers) l’harmonie et l’image. » Voilà qui est mieux, et une citation
opportune de Roger Caillois la complète : « l’idée se fait jour qu’il existe des vers
qui ne sont pas de la poésie et qu’il est au contraire de la poésie en dehors des
vers ».
Quant au Larousse, il donne une définition proche du Robert.
Mais aucune de ces définitions ne peut nous satisfaire, car il leur manque une
part essentielle : celle du mystère. Voici ce qu’en dit Mallarmé : « Le poème est un
mystère dont le lecteur doit chercher la clé. » De son côté, Jean Paulhan, dans son
essai Clé de la poésie, confesse, aux trois quarts de son ouvrage : « Je cherche une loi
dont le mystère fasse partie. »

C’est probablement Rimbaud qui apporte une vision, à défaut d’une
définition, la plus proche du phénomène poétique : « Le poète se fait voyant par
un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. »
Laissez-moi faire une dernière citation, en forme de devinette. Qui a dit :
« La poésie veut quelque chose d’énorme, de barbare et de sauvage. » Est-ce
Tristan Tzara ? Victor Hugo ? …C’est Diderot.
Ce n’est pas le fruit de ma culture, mais celui d’une incursion sur Internet,
qui malheureusement ne cite pas ses sources…
Faut-il conclure que la poésie n’a pas besoin de définition pour exister ? Sans
doute, mais cependant on sent bien que c’est une question qui tarabuste de beaux
esprits, et non des moindres, de Paulhan à Valéry, qui en fit même un cours de
poétique au Collège de France. Et nous avons encore les Conseils à un jeune poète
de Max Jacob et les Lettres à un jeune poète de Rilke, dont voici deux extraits de la
première : « Il m’est permis de vous dire que vos vers n’ont pas de manière propre,
mais qu’on y trouve pourtant, silencieux et recouverts, les rudiments de quelque
chose de personnel. C’est ce que je sens le plus clairement dans le dernier poème,
“ Mon âme ”. Là, quelque chose qui vous est propre veut des mots, cherche son
mode d’expression. Et dans le beau poème “ À Leopardi ” croît peut-être une sorte
de parenté avec ce grand solitaire. Malgré tout, ces poèmes ne sont rien encore par
eux-mêmes, rien qui tienne par soi, pas même le dernier, ni celui à Leopardi. »
Je m’arrête un instant pour constater, comme vous probablement, que le
phénomène de l’exaltation d’un poème dont parle Malraux, s’appliquait sans
doute, pour Frans Kappus, le poète qui s’adresse à Rilke, à Leopardi. Mais je
reprends ma lecture : « Vous demandez si vos vers sont bons. Vous me le
demandez. Vous l’avez déjà demandé à d’autres. Vous les envoyez à des revues.
Vous les comparez à d’autres poèmes, et vous vous inquiétez si certaines rédactions
refusent vos tentatives Hé bien (puisque vous m’avez autorisé à vous conseiller), je
vous prie de renoncer à tout cela. Vous regardez vers le dehors, et c’est là
précisément ce que vous devez ne pas faire aujourd’hui. Personne ne peut vous
conseiller ni vous aider, personne. Il n’est qu’un seul moyen. Rentrez en vousmême. Cherchez la raison qui, au fond, vous commande d’écrire ; examinez si elle
déploie ses racines jusqu’au lieu le plus profond de votre cœur ; reconnaissez-le
face à vous-même : vous faudra-t-il mourir s’il vous était interdit d’écrire ? Ceci

surtout : demandez-vous à l’heure la plus silencieuse de la nuit : dois-je écrire ?
Creusez en vous-même vers une réponse profonde. Et si cette réponse devait être
affirmative, s’il vous est permis d’aller à la rencontre de cette question sérieuse avec
un fort et simple “ je dois ”, alors construisez votre vie selon cette nécessité ; votre
vie, jusqu’à son heure la plus indifférente, la plus infime, doit se faire signe et
témoignage pour cette poussée. »
Ces remarquables paroles, qui décrivent cette lente descente en soi-même, les
yeux bandés, comme sur un chemin initiatique, paraissent conduire à un point de
non-retour , où le poète, dans un état d’exaltation créatrice, se sent fort de porter
son œuvre à son plus haut degré d’incandescence.
Après cette envolée lyrique « à la Breton », je reviens à notre question, qui
reste ouverte : qu’est-ce que la poésie ? Qu’est-ce qui peut encore en éclairer le
mystère ?
Les surréalistes ont eux-mêmes mené des expériences, comme l’écriture
automatique, ou en état de transe hypnotique, comme Robert Desnos, avec des
résultats divers et d’ailleurs incontrôlables, plutôt médiocres. Le jeu dit du
« cadavre exquis », qui tient son nom du premier essai : « le cadavre exquis boira le
vin nouveau », fut une autre tentative d’introduire le hasard dans le champ
poétique, sans plus guère de résultats probants. « L’huître du Sénégal mangera le
pain tricolore » n’est guère une réussite, ni « Le chlore en poire fait parler les
sénéchaux atroces ».
C’est Raymond Queneau qui introduit un phénomène nouveau avec ses « Cent
mille milliards de poèmes ». Il s’agit de dix sonnets dont chaque vers est imprimé
sur une bandelette mobile.
Voici ce qu’en dit Queneau dans son « mode d’emploi » qui tient lieu de
préface : « En comptant  s pour lire un sonnet et  s pour changer les volets, en
en lisant toute la journée  jour par an, on obtient  millions  mille 
années de lecture, plus quelques plombes et broquilles (sans tenir compte des
années bissextiles et autres détails)… » C’est, en quelque sorte, une machine à
écrire des poèmes. D‘ailleurs Queneau termine son mode d’emploi ainsi :
« Comme l’a bien dit Lautréamont, la poésie doit être faite par tous, non par un. »

C’est aussi à Queneau que l’on doit certains des travaux les plus significatifs
au sein de l’Oulipo, autrement dit : l’Ouvroir de littérature potentielle, dont les
membres, comme Queneau, Perec, François le Lionnais, Jean Queval, se
retrouvent aussi au Collège de Pataphysique. C’est dire qu’ils ne se prenaient pas
trop au sérieux, ce qui n’enlève rien à la qualité de la plupart de leurs recherches et
exercices. La méthode dite « S +  » donne en particulier des résultats bénéfiques.
De quoi s’agit-il ? On prend un texte quelconque, et on remplace chaque mot par
e
le  suivant dans un dictionnaire donné.
Par exemple, « la cigale et la fourmi » deviennent « la cimaise et la fraction ».
Dans le cas suivant, la méthode est appliquée à un sonnet bien connu de Gérard
de Nerval. Donnons la parole à Queneau : « Il s’agit d’un A+1, S+1, V+1
fonctionnel », c’est-à-dire que l’on prend, dans le dictionnaire choisi : le
Petit Larousse Illustré., l’adjectif, le substantif ou le verbe suivant à la condition
qu’il remplisse les mêmes fonctions syntaxique et prosodiques ; on a de plus
conservé les mêmes rimes.
Les verbes auxiliaires ou quasi-auxiliaires (être, avoir, aller) ne sont pas
modifiés. On a utilisé pour les mots historiques et géographiques la seconde partie
du même petit Larousse. Le titre vient d’un dictionnaire espagnol ».
Voici ce que cela donne :
EL DESDONADO
Je suis le tensoriel, le vieux, l’inconsommé
Le printemps d’Arabie à la tourbe abonnie
Ma simple étole est molle et mon lynx consterné
Pose le solen noué de la mélanémie
Dans l’obi du tombeur toi qui m’a consommé
Romps-moi le Peïpous et la miss d’Olympie
La foi qui poignait tant à mon coin désossé
Et la trempe où la pente à la rosse s’appuie

Suis-je Ampère ou Phédon ? Luxembourg ou Biton ?
Mon fruit est roux encor du balai de la peine.
J’ai riblé dans la grue où nappe la trentaine
Et j’ai trois fois vairé travesti l’Alagnon,
Moissonnant tour à tour sur la mâche d’Ougrée
Les sourcils de la salle et les crics de la fouée.
Quel mécanisme interne se met en jeu pour nous faire immédiatement
reconnaître le poème de Nerval, comme par décalque,et provoque en nous une
émotion de même nature ? Alors qu’il est vidé de ses mots et de leur sens ? C’està-dire des deux principaux éléments qui précisément font la poésie, composent ses
images ? Par contre, ce qui reste présent est ce qu’il faut bien appeler le rythme,
faute d’un autre mot, ou plutôt ce qu’on appelle en musique le « tactus », ce qui
contient à la fois la mesure et le rubato, l’équilibre et sa rupture, l’essentiel de ce
qui fait la différence entre deux interprétations.
Quant au mystère, constatons qu’il reste entier. Mais finalement, n’est-ce pas la
nature même de la poésie de se dérober à l’analyse, et qui fait qu’il s’éloigne à
mesure qu’on croit s’en approcher, tel un mirage. Et que, comme un langage
secret, un message crypté, la poésie reforge sa clé, et réinvente sa définition à
chaque poème.
Dernier mystère. Comment se fait-il que les plus beaux vers de la langue
française sont quasi toujours des alexandrins, que ce soit de Racine comme :
La fille de Minos ou de Pasiphae
Le jour n’est pas plus pur que le fond de mon cœur
Ariane, ma sœur, de quel amour blessé
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée

De Hugo :
Des avalanches d’or s’écroulaient dans l’azur
L’ombre était nuptiale, auguste et solennelle
De Baudelaire :
J’aime de vos longs yeux la lumière verdâtre
De Corneille :
Cette sombre clarté qui tombe des étoiles
Ou encore ce très beau vers d’Aragon :
Octobre électroscope a frémi mais s’endort
On sent que l’hémistiche, qu’il soit ou non marqué par une virgule, introduit
une respiration qui le rythme, lui donne comme une légèreté de ballerine.
L’alexandrin serait-il le nombre d’or de la poésie ?
Permettez-moi de terminer par un exercice. Vous êtes assis sur une tombe, dans
un cimetière, face à la mer. Il est midi. Décrivez vos impressions, de préférence en
 strophes de  vers décasyllabiques.
Et tout le reste est silence…
Copyright ©  Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. Tous droits réservés.
Référence bibliographique à indiquer :
Alain Bosquet de Thoran, Écrire, notre passion [en ligne], Bruxelles, Académie royale de langue et
de littérature françaises de Belgique, . Disponible sur :
<http://www.arllfb.be/ebibliotheque/communications/bosquetdethoran131007.pdf>

Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising