morphosyntaxe et sémantique du verbe - Crisco

morphosyntaxe et sémantique du verbe - Crisco
Cahier du CRISCO n°23
octobre 2007
MORPHOSYNTAXE ET SÉMANTIQUE
DU VERBE
RELATIONS ACTANCIELLES,
VOIX, ASPECT ET STATUT GRAMMATICAL
EN FRANÇAIS ET EN ARABE
Jacques FRANÇOIS
&
Ahmed BRAHIM
(dir.)
CRISCO
Université de Caen (Bât. Sciences Porte SA S13), 14032 CAEN CEDEX
Tél. : 02 31 56 56 27 — Fax : 02 31 56 54 27 — Site web : www.crisco.unicaen.fr
Courriel direction : jacques.francois@crisco.unicaen.fr
Courriel secrétariat : greneche@crisco.unicaen.fr
Le Centre de Recherches Interlangues sur la Signification en Contexte (CRISCO) contribue au
débat linguistique à l’aide de trois outils éditoriaux :
I
Syntaxe & Sémantique
Revue de linguistique créée en 2000 aux Presses Universitaires de Caen
Responsables de la revue : J. FRANÇOIS & N. LE QUERLER
Comité de rédaction : C. GUIMIER, A. LACHERET, F. NEVEU, R. RENAULT, J. FRANÇOIS, N. LE
QUERLER
Comité scientifique : P. BLUMENTHAL (Cologne), A. BORILLO (Toulouse-le-Mirail), M. CHAROLLES
(Paris 3), B. COMBETTES (Nancy), J.P. DESCLES (Paris 4), D. GEERAERTS (Leuven), B.N. GRUNIG
(Paris 8), ), P. HIRSCHBUHLER (Ottawa), G. KLEIBER (Strasbourg 2), P. KOCH (Tübingen), B.
LAMIROY (Leuven), A. LEMARECHAL (Paris 4), R. MARTIN (INALF), S. MEJRI (Tunis), C. VET
(Groningen), B. VICTORRI (CNRS).
n°1
Connecteurs et marqueurs de connexions, sous la direction de Claude GUIMIER (mars 2000)
n°2
Sémantique du lexique verbal, sous la direction de Françoise CORDIER, Jacques FRANÇOIS et
Bernard VICTORRI (avril 2001)
n°3
Les grammaires du français et les “mots outils”, sous la direction de Gudrun LEDEGEN et Nathalie
ROSSI (mars 2002)
n°4
La valence vue d’Allemagne, sous la direction de Peter BLUMENTHAL et Peter KOCH (mars 2003)
n°5
Polysémie et polylexicalité, sous la direction de Salah MEJRI (avril 2004)
n°6
Aux marges de la prédication, sous la direction de Irmtraud BEHR, Jacques FRANÇOIS, Anne
LACHERET-DUJOUR & Florence LEFEUVRE (décembre 2005)
n°7
La terminologie linguistique – Problèmes épistémologiques, conceptuels et traductionnels, sous la
direction de Franck NEVEU (mars 2007)
II
Bibliothèque de Syntaxe & Sémantique
collection de linguistique créée en 2002 aux Presses Universitaires de Caen
Traits d’union, sous la direction de Nicole LE QUERLER & Georges KLEIBER [Actes des Journées de
Linguistique Rhénane de novembre 2000, organisées par SCOLIA et le CERLICO] (mai 2002)
L’adjectif en français et à travers les langues, sous la direction de Jacques FRANÇOIS [Actes du colloque de
Caen, 28-30 juin 2001] (janvier 2005)
Composition syntaxique et figement lexical, sous la direction de Jacques FRANÇOIS & Salah MEJRI [Actes de
l’atelier franco-tunisien de Caen, septembre 2002] (printemps 2006)
SOMMAIRE
Introduction par J. François & A. Brahim
3
SECTION 1 : LES VERBES FRANÇAIS
Houda BEN HAMADI, Réflexions sur l'emploi de certains auxiliaires de mode : le
cas de ‘vouloir’
5
Imen BEN SALAH, Contribution à l’étude des ‘verbes symétriques’en français
contemporain
15
Jacques FRANÇOIS, ‘Commencer par’ / ‘finir par’ : un couple mal assorti
38
Raja GMIR, L’actant « circonstanciel » en français
50
Nicole RIVIÈRE, La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
60
Mehrez SAADAOUI, La délimitation des verbes dénominaux ‘construits’ en
français contemporain
80
SECTION 2 : LES VERBES ARABES
Ahmed BRAHIM, Marquage locatif de l’objet et aspect progressif en arabe et en
berbère tunisiens
94
Marzouga NSIRI, L’opérateur kāna en arabe : valeur aspectuo-temporelle, emploi
modal et interprétation anaphorique
106
Abdelaziz MESSAOUDI, La transitivité en arabe classique entre interprétation et
syntaxe
115
SECTION 3 : ÉTUDES CONTRASTIVES
Dhouha DAHECH, Les nominalisations déverbales en arabe et en français : Etude
exploratoire des critères de classement
128
Ranya SAMET, Le verbe support arabe, ses constructions et leur traduction en
français
139
Sommaire & Introduction
1
Sommaire & Introduction
2
INTRODUCTION
L’essentiel des contributions à ce Cahier 23 du CRISCO est constitué de neuf
communications à la journée scientifique MORPHOSYNTAXE ET SÉMANTIQUE DU VERBE
(relations actancielles, voix, aspect et statut grammatical en français et en
arabe) coorganisée par les Unités de recherche Langage et métalangage (Faculté des Lettres,
Université de la Manouba, Tunisie) et CRISCO (Université de Caen et CNRS, France) le 3
novembre 2006 à la Faculté des Lettres de l’Université de la Manouba à Tunis.
La communication de Morgane Sénéchal, destinée à une autre publication, a laissé la place à
une contribution de Marzouga Nsiri. En outre nous avons été heureux d’accueillir un article
de Nicole Rivière qui offre, dans le domaine des auxiliaires de modalité, un contrepoint
stimulant à celui de Houda Ben Hamadi.
Les onze articles rassemblés entrent naturellement dans trois rubriques : six études de
linguistique du français, trois études de linguistique arabe et typologique et deux études
contrastives entre le français et l’arabe. C’est le classement que nous avons adopté. Dans
chaque rubrique les articles sont rangés par ordre alphabétique des auteurs.
La première section portant sur LES VERBES FRANÇAIS est la plus diversifiée. La contribution
de Houda BEN HAMADI, Réflexions sur l'emploi de certains auxiliaires de mode : le cas
de ‘vouloir’, est centrée sur celui des verbes de modalité qui présente un comportement
syntaxique atypique. Celle de Imen BEN SALAH, Etude syntaxique, sémantique et
pragmatique de quelques verbes symétriques, porte sur une classe de verbes qui a donné lieu
à différentes terminologies (verbes à renversement, réversibles, ergatifs, symétriques, etc.) et
examine spécialement les particularités de leur emploi intransitif. L’étude de Jacques
FRANÇOIS, ‘Commencer par’ / ‘finir par’ : un couple mal assorti, vise à montrer que –
contrairement au couple « bien assorti » commencer à / finir de, les semi-auxiliaires
commencer par / finir par n’assurent pas une fonction équivalente d’introducteur de procès
relativement à l’axe du temps. L’article de Raja GMIR, L’actant « circonstanciel en
français », examine la valeur locale ou temporelle de certains sujets grammaticaux postposés
et la valeur de semi-auxiliaire de diathèse que peut prendre le verbe voir. La contribution de
Nicole RIVIÈRE, La pronominalisation et les auxiliaires de modalité porte sur
l’interprétation des emplois pronominaux des verbes de modalité et en particulier se vouloir.
Enfin celle de Mehrez SAADAOUI, La délimitation des verbes dénominaux ‘construits’ en
français contemporain, a une orientation morphosémantique, en appliquant aux verbes
français dérivés d’un nom la distinction proposée par Danielle Corbin entre lexèmes
« construits » et lexèmes « complexes ».
Sommaire & Introduction
3
La seconde section portant sur LES VERBES ARABES est composée de trois contributions. Celle
de Ahmed BRAHIM, Marquage locatif de l’objet et aspect progressif en arabe et en berbère
tunisiens, a une visée contrastive avec un arrière-plan clairement typologique. L’article de
Marzouga NSIRI, L’opérateur kāna en arabe : valeur aspectuo-temporelle, emploi modal et
interprétation anaphorique est centré sur les valeurs temporelle, aspectuelle et modale de la
forme kāna qui a primairement une fonction d’opérateur et assure secondairement un rôle
dans la cohésion du discours. Enfin l’article de Abdelaziz MESSAOUDI, La transitivité en
arabe classique entre interprétation et syntaxe, vise à mettre en vis-à-vis la conception arabe
classique de la transitivité et des travaux récents de linguistique cognitive et typologique.
La troisième section consacrée à la MISE EN CONTRASTE DES STRUCTURES DU FRANÇAIS ET
DE L’ARABE est constituée de deux articles. Celui de Dhouha DAHECH, Les nominalisations
déverbales en arabe et en français : Etude exploratoire des critères de classement, porte
comme précédement celui de Mehrez SAADAOUI, sur les relations morphosémantiques entre
nom et verbe mais cette fois à propos de la formation de noms déverbaux et dans une
perspective contrastive et calssificatoire. Quant à celle de Ranya SAMET, Le verbe support
arabe, ses constructions et leur traduction en français, elle cherche à définir dans les deux
langues la notion de « verbe support de prédication nominale » issue des travaux du
Laboratoire d’Automatique et de Linguistique Française de Maurice Gross.
Nous remercions les université de Caen et de la Manouba ainsi que le CNRS, Département
des Sciences de l’Homme et de la Société, de nous avoir donné les moyens d’organiser la
rencontre qui est à la source de ce Cahier, car elle a permis une confrontation instructive, pour
le français et l’arabe, entre des visions différentes de l’articulation entre sémantique et syntaxe
et du mode d’exploitation d’un matériau classé comme « verbal » en termes morpho- ou
lexico-syntaxiques, pour assurer des fonctions prédicatives, non prédicatives (les auxilaires et
verbes supports) et intermédiaires (les semi-auxiliaires de modalité, de diathèse ou de mise en
ordre) et pour servir de source ou de cible dans les opérations de dérivation lexicale.
Jacques FRANÇOIS &
Université de Caen
Sommaire & Introduction
Ahmed BRAHIM
Université de La Manouba
4
III
Cahiers du CRISCO
Cahiers de recherche linguistique diffusés par le CRISCO depuis 2000. Les Cahiers du CRISCO sont
distribués gratuitement.
A. Cahiers 1-12 en format papier
n°1
Jacques FRANÇOIS, Sur la grammaire de van Valin (septembre 2000)
n°2
Véronique LENEPVEU, Adjectifs et adverbes : une corrélation syntactico-sémantique (janvier
2001)
n°3
Jacques FRANÇOIS & Hansjakob SEILER, Gespräche
Universalienforschung (mai 2001, version originale en allemand)
n°4
Denis RAMASSE, L’intonation des phrases présentant un détachement à gauche en français : une
première approche (juin 2001)
n°5
Heike BALDAUF, Voyage au bout de la langue : quelques remarques sur des énoncés minimaux
(mars 2002)
n°6
Jacques FRANÇOIS (avec la participation de Hansjakob SEILER, La faculté de langage et les
universaux : perspectives fonctionnalistes actuelles (mars 2002)
n° 7
Catherine CAMUGLI GALLARDO, La langue des jeunes en Italie — Guide à une enquête de
terrain (mars 2002)
n° 8
Jacques FRANÇOIS, La représentation des structures verbo-nominales et du figement verbal dans
deux formalismes de grammaire fonctionnelle (mai 2002)
n° 9
Valeriano BELLOSTA von COLBE & Jacques FRANÇOIS, Windowing of attention and the coreperiphery boundary (septembre 2002)
n° 10/1
Maxi KRAUSE, AUS, élément prépositionnel, élément constitutif de particules diverses et particule
verbale (septembre 2002)
n° 10/2
Maxi KRAUSE, VON, préposition et élément constitutif d’adverbes et de tournures adverbiales
(octobre 2002)
n° 10/3
Maxi KRAUSE, BEI, préposition, élément constitutif de particules diverses et particule verbale
(novembre 2002)
n° 10/4
Maxi KRAUSE, MIT, préposition, élément constitutif de particules diverses et particule adverbiale
(novembre 2002)
n° 11
Richard RENAULT, Morphosyntaxe des participes finnois (décembre 2002)
n° 12
Dominique LEGALLOIS (coordination), Unité(s) du texte [Journée Scientifique du CRISCO, 6
décembre 2002] (juin 2003)
über
Hansjakob
Seilers
B. Cahiers 13-20 téléchargeables sur le site du CRISCO : www.crisco.unicaen.fr
n°13
Jacques FRANÇOIS (dir.), Aspects de la « Role and Reference Grammar » [Journée Scientifique
du CRISCO, 14 mars 2003] (septembre 2003)
n°14
Jacques FRANÇOIS, Jean-Luc MANGUIN & Bernard VICTORRI, La réduction de la polysémie
adjectivale en cotexte nominal : une méthode de sémantique calculatoire (octobre 2003)
n°15
Emmanuelle ROUSSEL, Le commentaire associé au passif anglais (février 2004)
n°16
Corinne OZOUF, Caractère différentiel et relation d’équivalence entre voir et regarder (juin 2004)
n°17
Jean-Luc MANGUIN & Jacques FRANÇOIS (coordination), Le Dictionnaire Electornique des
Synonymes du CRISCO – Un mode d’emploi à trois niveaux (juillet 2004)
n°18
Dominique LEGALLOIS & Song-Nim KWON, Sémantique lexicale et examen écologique de la
co-occurrence (janvier 2005)
n°19
Jacques FRANÇOIS, Les bases épistémologiques des grammaires cognitives et ‘néofonctionnelles’ (juin 2005)
n°20
Jacques FRANÇOIS, Le fléchage synonymique de la polysémie verbale (octobre 2005)
n°21
Dominique LEGALLOIS & Jacques FRANÇOIS (coordination), Autour des grammaires de
constructions et de patterns (janvier 2006) [avec la participation de Philippe GREA et Morgane
SENECHAL]
n°22
Odile BLANVILLAIN, Le marqueur SUCH en anglais contemporain – Anaphore qualitative et
identification notionnelle (mai 2006)
Houda MELAOUHIA BEN HAMADI
Houda MELAOUHIA BEN HAMADI
ISLT, UR « Langage et métalangage »
RÉFLEXIONS SUR L’EMPLOI DE CERTAINS AUXILIAIRES
DE MODE – LE CAS DE VOULOIR
Résumé
Les travaux sur les verbes vouloir, devoir et pouvoir ne cessen de se multiplier, mais les approches diverses et
variées les traitent sur le plan sémantico-logique, voire même pragmatique, plutôt que sur le plan syntaxique.
Cela est essentiellement dû à ce que ces verbes ont partie liée à la notion de modalité. Cet article se veut être une
contribution à l'étude syntaxique du verbe vouloir qui se distingue des verbes pouvoir et devoir. Eu égard à ses
propriétés syntaxiques, vouloir se comporte comme un verbe à sens plein et non comme un auxiliaire. Cette
hypothèse est appuyée par les travaux des générativistes qui le considèrent comme un verbe de contrôle,
contrairement à devoir et pouvoir qui fonctionnent comme des verbes à montée. L'analyse des structures
elliptiques dans des phrases complexes comme :
Je vous aurais aidé, si j'avais voulu.
montre que le verbe vouloir implique le phénomène de l'anaphore du complément nul, alors que devoir et
pouvoir permettent l'ellipse du syntagme verbal. Or, si l'on considère des phrases telles que :
Il a mangé tous les gâteaux qu'il a pu.
on se rend compte que cette distinction est discutable. C'est pourquoi nous proposons de traiter le problème de
l'auxiliation selon le degré de solidarité que peut avoir le verbal modal avec l'infinitif qui le suit.
Abstract
This paper champions the hypothesis that vouloir (want) in French is a lexical verb and not an auxiliary like
pouvoir (can) and devoir (must). This view is based on a syntactic approach.
Le présent travail a pour objectif de porter une réflexion sur la notion d'auxialiation qui,
malgré l'effort des grammairiens pour la définir, reste floue, surtout lorsqu'il s'agit de classer
les verbes tels que vouloir, devoir et pouvoir. Les avis sont partagés : les uns comme
Gougenheim les considèrent comme des auxiliaires de mode, les autres comme Damourette et
Pichon vont jusqu'à refuser cette appellation. Il faut dire que toute la difficulté à laquelle on se
heurte, en ce qui les concerne, vient d'une autre notion, celle de modalité, qui a partie liée à la
sémantique, puisqu'elle fait appel à des valeurs telles que « le nécessaire, le possible, le
probable, le désir, la volonté, l'éventuel, etc. ». La multiplicité de ces valeurs a amené les
linguistes à répartir ces verbes en deux classes : d'une part, les verbes déontiques qui
Vouloir, auxiliaire de mode
5
Houda MELAOUHIA BEN HAMADI
expriment l'obligation et la permission (ex: avec pouvoir : tu peux sortir) et les verbes
épistémiques qui expriment la possibilité (ex : il peut arriver d'un moment à un autre)1.
Or, ce point de vue sémantique ne permet pas de rendre compte du comportement
grammatical particulier de ces verbes. Si l'on considère comme Pottier que l'auxiliaire « est
une forme verbale, marquant une relation, une modalité ou un déroulement, faiblement
porteuse de sens, ayant des propriétés combinatoires originales et ne régissant pas
l'accusatif » (cité in Feuillet 1989), est-ce qu'on peut classer ces verbes, comme l'ont fait
certains grammairiens et linguistes tels que Gougenheim et N. Rivière, sous la même étiquette
parmi les auxiliaires dits de mode ?
Dans un premier moment, nous essaierons de voir si vouloir suivi de l'infinitif a les mêmes
propriétés syntaxiques que devoir et pouvoir.
S'appuyant sur la théorie de la grammaire générative, nous tenterons, dans un second moment,
de montrer que pouvoir et devoir sont des verbes à montée et sont à cet égard considérés
comme des auxiliaires de mode, contrairement à vouloir qui en tant que verbe de contrôle
régit un accusatif et se comporte ainsi comme un verbe à sens plein.
Enfin, sachant que les structures elliptiques telles que :
(1)
(2)
(3)
Je vous aurais aidé, si j'avais voulu.
Je vous aurai aidé, si j'avais pu.
Tu as agi comme tu devais.
sont analysées de deux manières différentes selon qu'elles sont considérées comme des
ellipses du SV ou des anaphores du complément nul, nous essaierons de vérifier l'hypothèse
ci-dessus selon laquelle on distingue les auxiliaires des verbes lexicaux .
1.
Vouloir, pouvoir, devoir sont-ils des auxiliaires ?
Avant d'examiner vouloir en l'inscrivant dans le cadre théorique de la grammaire générative, il
y a lieu d'identifier ses propriétés syntaxiques en le comparant aux autres verbes dits semiauxiliaires ou auxiliaires de mode.
Tous les grammairiens s'accordent pour définir le semi- auxiliaire comme un verbe qui, étant
suivi d'un infinitif, perd de son contenu lexical pour exprimer comme le dit Grévisse "des
nuances de temps, d'aspect et de mode". Le semi-auxiliaire se rapproche ainsi de l'auxiliaire,
dans la mesure où il porte la flexion du temps, du mode et de la personne. Et c'est l'infinitif
qui le suit qui donne le sens tout comme le participe passé dans une forme verbale conjuguée.
Dans les exemples suivants, le verbe est constitué de l'auxiliaire modal et de l'infinitif :
(4)
Il veut / peut / doit vaincre sa peur.
L'infinitif, quant à lui, garde sa transitivité : sa peur est le COD du verbe vaincre. D'ailleurs,
sa pronominalisation et la position qu'il occupe montrent qu'il est rattaché à l'infinitif :
(5)
1
Il veut / peut / doit la vaincre.
Kronning (1996) a ajouté une troisième classe, celle des verbes aléthiques
Vouloir, auxiliaire de mode
6
Houda MELAOUHIA BEN HAMADI
Il est à noter qu'en français classique, le pronom peut précéder l'auxiliaire modal :
(6)
Il la veut / peut / doit vaincre.
Mais les exemples auxquels nous nous référons sont du français moderne.
Le critère formel qui permet de définir l'auxiliaire de mode est qu'il ne peut pas avoir de
complément nominal (rappelons la définition de Pottier où il fait remarquer qu'il ne peut pas
régir un accusatif). Or, nous pouvons dire :
(7)
Il veut la victoire.
mais non :
*Il peut la victoire.
ni :
*Il doit la victoire.
Pour devoir, il faut ajouter un autre complément pour obtenir une phrase grammaticale :
(8)
Il doit la victoire à sa persévérance.
Mais le sens de devoir change. D'ailleurs, dans cet emploi, le complément nominal peut être
pronominalisé, comme le complément nominal de vouloir :
(9)
Il la doit à sa persévérance.
Pouvoir peut être employé avec un pronom neutre, mais celui-ci représente non pas un
complément nominal, mais un infinitif :
(10) Résistez, si vous le pouvez.
Résistez, si vous pouvez [résister]
En ce qui concerne la transformation passive, seul vouloir peut la permettre :
(7')
Cette victoire est voulue.
*Cette victoire est pue / est due.
La passivation est possible pour devoir, lorsqu'il est employé avec un complément nominal :
(9')
Cette victoire est due à sa persévérance.
En outre, contrairement aux verbes déclaratifs, d'opinion, etc., pouvoir et devoir ne peuvent
pas être suivis d'une proposition subordonnée complétive :
(4a) *Il peut / doit qu'il vainque sa peur.
Même lorsque le sujet de l'infinitif est différent de celui de ces verbes, la structure demeure
irrégulière :
(4b) *Il peut / doit que tu vainques ta peur.
alors que vouloir impose l'emploi d'une proposition complétive, lorsque les sujets ne sont pas
coréférentiels :
(4c) Il veut que tu puisses vaincre ta peur.
Vouloir, auxiliaire de mode
7
Houda MELAOUHIA BEN HAMADI
Dans cet emploi, vouloir se rapproche des verbes tels que souhaiter :
(11)
Il souhaite que tu puisses vaincre ta peur.
Certains grammairiens considèrent vouloir comme un semi-auxiliaire, lorsqu'il est suivi d'un
infinitif et comme un verbe à sens plein, lorsqu'il précède une proposition subordonnée
complétive. On ne peut appuyer ce point de vue, puisque cela touche également d'autres
verbes qui ne sont pas considérés comme des auxiliaires de mode :
(12)
(13)
(14)
(15)
(16)
Je souhaite rester jeune.
J'aimerais devenir championne.
J'espère vous revoir bientôt.
Je crois entendre du bruit.
Je pense rentrer tôt.
Par ailleurs, vouloir, comme souhaiter ou désirer, peut être mis en relief :
(4d) Ce qu'il veut, c'est pouvoir vaincre sa peur.
(11') Ce qu'il souhaite (désire), c'est vaincre sa peur.
Ce n'est le cas ni de pouvoir, ni de devoir :
(4e) *Ce qu'il peut, c'est vaincre sa peur.
(4f) *Ce qu'il doit, c'est vaincre sa peur.
Si nous récapitulons, nous pouvons dire que pouvoir et devoir fonctionnent comme des
auxiliaires de mode, dans la mesure où non seulement ils ne gèrent pas un complément
nominal (bien sûr nous considérons que devoir ayant un complément nominal comme un
verbe à sens plein. D'ailleurs, il est exclu de la classe des auxiliaires par le sens), mais
également l'infinitif qui les suit ne peut pas en être séparé par une virgule, contrairement à
vouloir qui bénéficie d'une certaine autonomie.
Toutefois, vouloir peut être employé comme un auxiliaire. En effet, l'insertion de ce verbe
dans la structure impersonnelle montre qu'il n'est pas, sur le plan grammatical, différent de
pouvoir et de devoir :
(17)
(18)
Il veut pleuvoir.
Il peut / doit pleuvoir.
Ce test révèle que seul l'infinitif est impersonnel et donc ces verbes ont subi une certaine
« sublimation sémantique , selon les propres termes de Damourette et Pichon. Mais si pouvoir
et devoir expriment une certaine modalité, vouloir a une valeur purement temporelle. Il a été,
de ce fait, complètement délexicalisé pour être grammaticalisé. Le sens de vouloir devient
abstrait pour indiquer une action qui est près de se réaliser. A cet effet, vouloir peut être
paraphrasé par aller, un autre semi-auxiliaire qui exprime le futur proche. Selon Brunot (dans
La pensée et la langue), cette forme « est usitée dans le sud et dans l'est; elle n'est pas
parisienne ». Quoi qu'il en soit, c'est seulement dans cette structure que vouloir paraît
fonctionner comme un auxiliaire, non pas de mode, mais de temps.
Vouloir, auxiliaire de mode
8
Houda MELAOUHIA BEN HAMADI
2. Vouloir dans la littérature générative
Dans la littérature générative, vouloir a toujours été considéré comme un verbe transitif. En
soulevant le problème des règles transformationnelles, celles de déplacement et d'effacement,
les générativistes ont classé vouloir parmi les verbes dits de contrôle, parmi lesquels on peut
trouver aimer, préférer, espérer, ordonner, persuader, promettre, etc. Il est à noter que la
notion de coréférence est à la base de la distinction entre verbe de contrôle dont le sujet de
l'infinitif et celui du verbe tensé sont coréférentiels, et verbe à montée comme sembler dont le
sujet doit se déplacer ( monter).
Dans la théorie du gouvernement et liage, un énoncé comme :
(4) Jean veut vaincre sa peur.
est analysé comme une phrase complexe comprenant une proposition complétive. Autrement
dit, le verbe vouloir, qu'il soit suivi d'un infinitif ou d'une proposition subordonnée, a la même
représentation syntaxique. En effet, si l'on considère comme Chomsky 91 que les infinitives
sont des constituants de catégorie C", même en l'absence d'un complémenteur, vouloir devrait
être sous-catégorisé de telle sorte qu'elle admet la présence d'un complémenteur vide.
Normalement, le complémenteur introduit une proposition tensée contenant un sujet et un
verbe conjugué, dans le cas de la complétive infinitive, le sujet, étant phonétiquement non
réalisé, est représenté par la catégorie vide PRO :
[IP [N"i Jean] [V" veut [ C" [IP' [N" PRO [ V" vaincre sa peur]]]]]
Cette représentation syntaxique respecte le principe de projection qui prédit que toute
proposition doit être munie de tous ses constituants obligatoires à tous les niveaux de la
grammaire. L'interprétation de PRO est généralement déterminée par son antécédent, qui le
contrôle. Comme nous le voyons, le contrôle se manifeste formellement au moyen de la
coïndexation de N", sujet de vouloir et de PRO, sujet de la complétive infinitive.
Dans le cas des verbes tels que devoir ou pouvoir, la représentation syntaxique ne peut
s'assimiler à celle de vouloir. En effet, si l'on considère comme Chomsky (1986) que IP, la
tête de toute la phrase, est AgrP (agreement phrase), on doit présenter le nœud INFL comme
contenant tous les traits qui concernent l'Accord, le Temps et le Verbe. Ainsi, pour recevoir
ces traits, les auxiliaires ne peuvent rester dans le nœud réservé au verbe, ils doivent se
déplacer (monter) vers Agr. Pour mieux comprendre, nous reproduisons la configuration
suivante, empruntée à Lobeck (1995) :
Vouloir, auxiliaire de mode
9
Houda MELAOUHIA BEN HAMADI
AgrP
Spec
AGR'
AGR
TP
T
Temps
SV
V
SV
Dans la représentation syntaxique, pouvoir et devoir, en tant qu'auxiliaires de mode montent
vers le nœud Agr, avant de s'adjoindre à leur infinitif dans la structure de surface. C'est
pourquoi ils sont classés parmi les verbes à montée. Certains linguistes comme Matushansky
(2002) distingue les verbes à montée des verbes de contrôle selon l'orientation sujet : les
premiers comme sembler n'ont pas d'orientation sujet, les seconds comme vouloir impliquent
une orientation sujet. Cette distinction permet de comprendre la raison pour laquelle les
auxiliaires de mode occupent le nœud AGR dans la structure profonde et non le nœud SV
comme vouloir.
3. L'analyse des structures elliptiques
Toutefois, en passant en revue les différents emplois de ces verbes dits auxiliaires de mode,
nous avons trouvé que cette distinction paraît aléatoire, lorsque ceux-ci entrent dans des
constructions elliptiques. En témoignent les exemples suivants :
(19) Il m'a proposé de sortir, mais je n'ai pas voulu.
(20) Je lui ai menti, mais je n'aurais pas dû.
(21) Il m'a demandé de lui rendre service, mais je n'ai pas pu.
Dans ces trois phrases, c'est l'infinitif de ces verbes qui est ellipsé :
(19') Il m'a proposé de sortir, mais je n'ai pas voulu [sortir]
(20') Je lui ai menti, mais je n'aurais pas dû [mentir]
(21') Il m'a demandé de lui rendre service, mais je n'ai pas pu [lui rendre service]
La question qui se pose est de savoir si nous devons les traiter de la même manière.
Compte tenu de l'hypothèse que nous avons déjà avancée, selon laquelle vouloir a un
comportement grammatical différent de celui de pouvoir et de devoir, le traitement de ces
exemples serait en quelque sorte un test qui permet non seulement de distinguer les propriétés
syntaxiques, mais également de voir si l'on peut homogénéiser l'analyse.
Dans la littérature générative, ces ellipses sont connues sous le nom de l'ellipse du SV. Ce
phénomène a fait l'objet de plusieurs études sur des structures de phrases anglaises. Nous
Vouloir, auxiliaire de mode
10
Houda MELAOUHIA BEN HAMADI
pouvons citer, à ce propos, les travaux de Sag et Hankamer (Deep and surface anaphora,
1976) et de Lobeck (Ellipsis, 1995), d'où nous avons tiré les exemples suivants de l'anglais :
(22) Claudine is a good student, and Mary is too.
(23) Hans will drive home, and Mary will too.
(24) John can drive home, and Mary can too.
Comme nous le constatons, les auxiliaires have / be en anglais ne fonctionnent pas comme
avoir / être en français. Ces derniers ne peuvent permettre l'effacement de leur participe,
puisqu'en l'absence de ce dernier, l'information concernant les traits d'Accord serait
incomplète. Les auxiliaires modaux en anglais tels que can / may / must / will / shall au
présent, et could / might / would / should au prétérit appartiennent à une classe fermée,
puisque tous ont les mêmes propriétés :
ƒ Ils sont toujours suivis de la base verbale sans to.
ƒ Ils ne peuvent pas être conjugués entre eux.
ƒ Ils n'utilisent pas l'auxiliaire to do aux formes interrogatives et négatives.
ƒ Ils n'ont pas de participe passé et donc ne peuvent pas être transformés à la forme
passive.
ƒ Ils n'ont pas de participe présent et donc ils n'ont pas de forme progressive.
C'est pourquoi ils bénéficient du même traitement que celui des auxiliaires have / be.
Cependant, ils diffèrent des verbes qui expriment la modalité en français, dans la mesure où
ils ne peuvent pas être suivis d'un complément de nature pronominale. En témoigne l'exemple
suivant :
(25) *He wants to stay here, but I don't think he can it.
L'ellipse rend la phrase grammaticale :
(25') He wants to stay here, but I don't think he can.
En français, l'infinitif qui suit ce type de verbes peut être représenté par un pronom neutre :
(1a) Je vous aurais aidé, si je l'avais voulu.
(2a) Je vous aurais aidé, si je l'avais pu.
(3a) Tu as agi comme tu le devais.
ou bien par la pro-forme " le faire" :
(1b) Je vous aurais aidé, si j'avais voulu le faire.
(2b) Je vous aurais aidé, si j'avais pu le faire.
(3b) Tu as agi comme tu devais le faire.
La question qui se pose est de savoir si ces structures sont touchées par le phénomène de
l'ellipse du SV comme les structures ci-dessus de l'anglais ou bien par un processus de mise
Vouloir, auxiliaire de mode
11
Houda MELAOUHIA BEN HAMADI
en relation anaphorique connu sous le nom d'anaphore de complément nul ou mieux encore
d'anaphore zéro.
Il va sans dire que l'ellipse du SV concerne les auxiliaires, alors que l'anaphore de
complément nul touche les verbes lexicaux.
Eu égard à la pronominalisation, nous pouvons être tentée par l'hypothèse de l'anaphore zéro.
En effet, celle-ci serait la contrepartie de l'anaphore pleine et semble, de ce fait, soumise aux
mêmes contraintes formelles. Entre l'anaphore et son antécédent s'instaure une relation de
dépendance : la seconde proposition (appelée proposition cible) ne peut être correctement
interprétée que grâce à la proposition source à laquelle elle renvoie. Pour ce faire deux
conditions, celles de la précédence et de la coïndexation, doivent être remplies. La proposition
source doit précéder l'anaphore zéro (mais on peut rencontrer des contre-exemples : si j'avais
voulu, je l'aurais aidé). Cette condition est donc non suffisante. L'anaphore zéro doit être liée
à son antécédent au moyen de la coïndexation.
Cette hypothèse est entérinée par Zribi-Hertz (1986) et Abeillé (1991) qui considèrent que les
verbes vouloir, pouvoir, devoir et même les semi- auxiliaires d'aspect tels que commencer,
être en train de permettent l'anaphore de complément nul. Elles citent des exemples de
phrases comme :
(26) Jean voulait que Marie accorde le piano, mais elle n'a pas voulu.
(27) Pierre n'a pas fini de taper sa thèse, mais il est en train.
Or, cette généralisation ne peut pas rendre compte des propriétés syntaxiques de ces formes
verbales.
J. Busquets et P. Denis (2004), en s'appuyant sur les travaux de Hankamer et Sag (1976), et
Lobeck (1996), ont essayé de montrer que les verbes devoir et pouvoir sont des auxiliaires de
mode qui impliquent non pas l'anaphore de complément nul, mais l'ellipse du SV. A cet effet,
ils ont établi une série de tests qui, selon eux, « permettront de distinguer l'ellipse modale à la
fois de la NCA (l'anaphore de complément nul) et des cas où le verbe modal est précédé par
le pronom anaphorique le ». Il s'agit de contraintes sémantico-syntaxiques qui portent sur
l'antécédent, telles que la contrainte de l'antecedent contained deletion (l'ellipse est contenue
dans son antécédent) comme dans les structures relatives :
(28) Il a mangé tous les gâteaux qu'il a pu.
Abeillé (1991) fait remarquer que seuls pouvoir et devoir peuvent entrer dans ce type de
structures.
Toutefois, une phrase comme :
(29) Il a reçu tous les cadeaux qu'il voulait.
paraît acceptable.
L''interdiction de représenter l'infinitif par un pronom est un fait grammatical qui est dû, à
mon avis, à l'emploi du pronom relatif et non pas à celui du semi-auxiliaire.
(28a) *Il a mangé tous les gâteaux qu'il le pouvait.
(29a) *Il a reçu tous les cadeaux qu'il le voulait.
Vouloir, auxiliaire de mode
12
Houda MELAOUHIA BEN HAMADI
Le COD ne peut pas être représenté deux fois dans le même domaine phrastique.
(28b) * Il a mangé tous les gâteaux qu'il pouvait manger
Normalement, le pronom neutre doit représenter l'infinitif et son complément, comme dans :
(21) Il m'a demandé de lui rendre service, mais je n'ai pas pu lui rendre service.
Dans le cas des relatives, le pronom neutre ne peut reprendre le complément qui est déjà
représenté par le pronom relatif. C'est ce qui explique l'agrammaticalité de ces phrases. Par
conséquent, ce test ne peut être révélateur de l'emploi des verbes tels que devoir et pouvoir
comme auxiliaires.
Contrairement à Busquets et Denis, je pense que dans les structures elliptiques, ces verbes
fonctionnent comme vouloir, lorsqu'ils sont employés avec un pronom. Ils sont, de ce fait,
soumis à des contraintes de type anaphorique. D'ailleurs, ces deux linguistes ont fait
remarquer à la suite des résultats de tests qu'ils ont fait subir aux verbes devoir et pouvoir
qu' « il semble inadéquat d'assimiler intégralement le phénomène de l'ellipse modale du
français à celui de la VPE (ellipse du SV) anglaise ».
La difficulté que nous rencontrons pour intégrer ces verbes dans le phénomène de l'ellipse du
SV nous conduit à soulever le problème de l'auxiliation. Certes, sur le plan sémantique aussi
bien que sur le plan énonciatif, ces verbes expriment des modalités : ils reflètent l'attitude du
locuteur vis-à-vis du procès exprimé par le verbe à l'infinitif, mais cela ne peut être suffisant
pour les considérer comme des auxiliaires. Le cas de vouloir, en tant que verbe de contrôle, ne
lui permet pas de jouer un simple rôle de "translateur" comme dit Tesnière ou de "marquant
grammatical" selon les propres termes de Feuillet. Il fonctionne comme un verbe transitif qui
régit son complément. Pour ce qui concerne devoir et pouvoir, leur statut reste ambigu :
tantôt, ils fonctionnent comme des auxiliaires de mode et sont analysés comme des verbes à
montée (je renvoie à l'article sur l'ellipse modale de Busquets et Denis dans Cahiers de
grammaire, 2001), tantôt, ils se comportent comme des verbes qui régissent leur complément,
lorsque celui-ci est exprimé sous forme de pronom.
4. Conclusion
Au seuil de ce travail, nous sommes amenée à tirer les conclusions suivantes.
En nous appuyant sur des critères syntaxiques, il est apparu que les verbes vouloir, devoir et
pouvoir ne peuvent pas être regroupés sous la même étiquette. Contrairement aux auxiliaires
de mode de l'anglais, ces verbes n'ont pas les mêmes propriétés syntaxiques. Vouloir se
comporte comme un verbe qui régit un complément nominal: d'ailleurs il peut subir la
transformation passive et il peut entrer dans des structures de mise en relief; alors que devoir
et pouvoir, ne régissant pas de complément, ne peuvent ni être passivés, ni être mis en relief.
Leur emploi les rapproche beaucoup plus des auxiliaires que des verbes lexicaux. Dans le
cadre de la théorie générative, l'un est analysé comme un verbe de contrôle, les deux autres
comme des verbes à montée. Or, cette répartition ne peut rendre compte de tous les emplois
de ces formes verbales. En effet, dans les structures elliptiques, l'analyse de ces verbes comme
impliquant un processus anaphorique conforte l'idée selon laquelle vouloir est un verbe à sens
plein, mais montre que devoir et pouvoir peuvent également se comporter comme un verbe et
non comme un auxiliaire. Ce qui remet en question notre première analyse et reflète toute la
Vouloir, auxiliaire de mode
13
Houda MELAOUHIA BEN HAMADI
difficulté à traiter ces verbes de modalité. Peut-être faut-il les considérer dans le contexte où
ils apparaissent selon le degré d'auxiliation. Autrement dit, un même verbe peut être pris pour
un auxiliaire, lorsqu'il paraît très solidaire avec l'infinitif qui le suit, (ex : il veut pleuvoir), ou
bien pour un verbe de mode lorsque l'infinitif peut être remplacé par un nom ou un pronom
(ex : il veut les vaincre), même s'il exprime une modalité. Ainsi, le problème de l'auxiliation
n'est pas tout à fait lié à l'expression de la modalité, quoique le sens soit un critère non
négligeable pour regrouper ces verbes sous une même classe.
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
Abeillé A., Une grammaire lexicalisée d’arbres adjoints pour le français, Thèse de doctorat,
Université Paris 7, 1991.
Busquets J. & Denis P., « L'ellipse modale en français : le cas de devoir et pouvoir », Cahiers de
grammaire, 2001, pp. 56-74.
Damourette J. & Pichon E., Des mots à la pensée, essai de grammaire de la langue française, Tomes
3 et 5, éd. d'Artrey, 1969.
Duchet J.L, « L'auxiliaire chez Meillet et ses contemporains », Travaux de linguistique du CERLICO,
1989, pp. 23-37.
Feuillet J., « Problématiques de l'auxiliation, La question de l'auxiliaire », Travaux de linguistique du
CERLICO, 1989, pp. 1-17.
Fuchs C., L'analyse des auxiliaires dans L'essai de grammaire de langue française de Damourette et
Pichon, Travaux de linguistique du CERLICO, 1989, pp. 45-57.
Gilbert E., « L'auxiliaire dans la théorie de Pottier », Travaux de linguistique du CERLICO, 1989, pp.
83-101.
Darraut I., « Modalités : logique, linguistique, sémiotique », Langages, n° 43, sept. 1976.
Kronning H., 1996, Modalité, cognition et polysémie : sémantique du verbe devoir, Studia Romanica
Upsaliensia 54.
Lobeck A., Ellipsis, Cambridge University Press, 1995.
Rivière N., « Les auxiliaires de modalité pouvoir, devoir et vouloir en français, un point de vue
théorique », Annales de l'université de Craïova, 2005, pp. 35-42.
Sag I. & Hankamer J., Deep and surface anaphora, Linguistic inquiry, 1976, pp. 391-426.
Zribi-Hertz. A, Relations anaphoriques en français : esquisse d'une grammaire générative raisonnée
de la réflexivité et l'ellipse structurale, Thèse de doctorat, université Paris 8, 1986.
Vouloir, auxiliaire de mode
14
Imen BEN SALAH TLILI
Imen BEN SALAH TLILI
Université de Tunis
UR « Langage et métalangage »
Imen.tlili@laposte.net
CONTRIBUTION À L’ÉTUDE DES ‘VERBES
SYMÉTRIQUES’ EN FRANÇAIS CONTEMPORAIN
Résumé
Nous nous proposons dans cet article d’étudier ce qu’on appelle essentiellement dans les grammaires usuelles
françaises les « verbes symétriques ». Nous y délimitons cette classe de verbes en recourant à quatre critères
définitoires qui sont à la fois d’ordre syntaxique et sémantique. L’objectif de ce travail est double. En effet,
nous montrerons, dans un premier temps, que la propriété de « symétrie » en français est, à notre sens,
d’ordre sémantique. Dans un second temps, nous mettrons en avant les caractéristiques distinctives de
l’emploi « symétrique » intransitif, caractéristiques qui le différencient à la fois de l’emploi passif
canonique et des emplois réflexifs passif et neutre.
Abstract :
We intend in this article to study what the French usual grammars generally call the “symmetrical” verbs. We
define this class of verbs by resorting to four definitory criteria of syntactic as well as of semantic order. The
purpose of this paper is twofold. Indeed, we will show, in a first time, that the property of “symmetry” in
French is of a semantic one. In a second time, we will underline the distinctive features of the intransitive use
of the symmetrical verbes, that that differentiate it on the one hand of the canonical “passive use and on the
other hand of the “medio-passive” and of the “neutral” uses.
Verbes symétriques
15
Imen BEN SALAH TLILI
Introduction
On se propose dans cet article de présenter une contribution à l’analyse d’une classe de
verbes, ceux qu’on appelle généralement en linguistique française les « verbes
symétriques ».
Ce travail s’articulera autour de trois axes principaux. Dans un premier temps, nous allons
présenter les critères définitoires des « verbes symétriques ». Dans un deuxième temps,
nous essaierons de dégager les propriétés essentiellement d’ordre sémantique de cette
classe de verbes. En dernier lieu, nous allons nous intéresser exclusivement à l’emploi
intransitif « symétrique » qui constitue de l’avis général une diathèse sans marque ou à
marquant morphologique zéro.
1.
Les critères définitoires des ‘verbes symétriques’
Les verbes qui constituent l’objet de notre travail peuvent être illustrés par l’exemple
suivant :
Le vent casse la branche. / La branche casse.
et représentés par la formule1:
N0 V N1 Ù N1 V.
Ces verbes ont reçu différentes appellations. Ils ont été baptisés symétriques par J. Dubois
(1967) et cette appellation a été adoptée plus tard par plusieurs linguistes (Lagane, Le
Goffic et Combe, Chevalier, Moignet, R. Forest,…). Ils ont été également appelés verbes à
double diathèse par Benveniste et verbes diathétiquement neutres par Blinkenberg (1960).
Ruwet et Boons, Guillet & Leclère (1976) ne gardent que le qualificatif neutres. M.
Larjavaraa (2000) les appelle les verbes labiles. Rothemberg (1974), elle, parle de verbes à
renversement, alors que les auteurs de la Grammaire méthodique du français (1994) les
qualifient de réversibles. Ces mêmes auteurs réservent l’appellation de « symétrique » à un
tout autre phénomène linguistique auquel s’est particulièrement intéressé Borillo dans son
article cité en bibliographie et qui peut être illustré par les exemples :
(1) a- Pierre et Paul rivalisent. / Paul et Pierre rivalisent.
b- Pierre rivalise avec Paul. / Paul rivalise avec Pierre.
c- On confond le ciel et la mer. / On confond la mer et le ciel.
En fait, si nous avons opté pour l’appellation de « verbes symétriques », c’est seulement
parce qu’elle est la plus employée dans les grammaires usuelles récentes et pour éviter de
multiplier les dénominations et ce bien que la notion de « symétrie » ne soit pas
satisfaisante à plusieurs égards.
En effet, en algèbre, l’adjectif « symétriques » qualifie les « fonctions qui restent sans
changement quand leurs variables s’échangent par paires ». Si nous appliquons cette
1
Quel emploi est premier ? L’emploi transitif est dérivé de l’intransitif ou l’inverse ? ne constitue pas l’objet
de notre étude. C’est pour cette raison d’ailleurs que nous avons employé une flèche à doubles pointes. Pour
avoir de plus amples données sur ce sujet Cf. M. Krötsch & W. Östereicher (1996) et J. François (2002).
Verbes symétriques
16
Imen BEN SALAH TLILI
définition, N0 et N1 seraient les deux éléments qui s’échangent, le verbe seulement le centre
de symétrie et ce seraient les deux énoncés où figure ce verbe qui pourraient être qualifiés
de « symétriques ».
Par ailleurs, dans le cas de ces verbes, on ne peut même pas parler d’ « énoncés
symétriques ». En effet, si N1 est conservé dans les deux énoncés, ce n’est pas toujours le
cas pour N02. En outre, même si N0 est récupéré dans l’emploi intransitif, il doit être,
comme le montrent les exemples cités en (2), impérativement introduit par un démarcatif,
lequel démarcatif rompt l’équilibre ou la « symétrie ».
(2) a-Le vent casse la branche. / La branche casse (sous l’effet, sous l’action du
vent).
b- Le soleil sèche le linge. / Le linge sèche (au soleil).
Par ailleurs, si toute l’expression de « verbes symétriques » est signalée entre des
guillemets dans le titre, c’est parce que, comme nous allons le montrer dans la deuxième
partie, ce ne sont pas les verbes qu’on pourraient qualifier de « symétriques », mais les
constructions ou les emplois contenants ces verbes.
Ces verbes se définissent, à notre sens, par quatre critères.
1.1
Leur aptitude à être employé transitivement et intransitivement :
C’est ce qu’illustrent les couples d’énoncés :
(3)
a- On cuit une sauce. / La sauce cuit.
b- Le coiffeur (dé)frise les cheveux de Paul. / Les cheveux de Paul (dé)frisent.
c- On appuie le mur par un arc-boutant. / Le mur appuie sur un arc-boutant.
d- Cette situation déprime Paul. / Paul déprime.
L’acceptabilité de l’un ou l’autre des deux emplois pour certains verbes ne fait
cependant pas, toujours l’unanimité et varie parfois d’un dictionnaire à l’autre ou d’un
linguiste à l’autre. Tel est le cas, d’une part, de l’emploi intransitif des verbes plisser et
ramifier cités en (4) et, d’autre part, de l’emploi transitif du verbe renchérir cité en (5) :
(4) a- On plisse le tissu. / ? Le tissu plisse bien.
b- On ramifie la route. / ? La route ramifie.
(5) ? On renchérit les prix. / Les prix renchérissent.
1.2
L’identité de l’objet de l’emploi transitif et du sujet de l’emploi intransitif :
C’est ce qu’illustre, d’ailleurs, la formule N0 V N1 Ù N1 V, citée ci-dessus.
Ce critère est aussi nécessaire que le premier. Il permet d’éliminer de la liste des « verbes
symétriques » des verbes tels que crier, monter, nager, fredonner et boire cités en (6) :
2
Nous verrons dans la troisième partie de ce travail que l’emploi intransitif constitue sur le plan pragmatique
l’un des modes de la non-spécification de l’agent ou plutôt de la source de l’action.
Verbes symétriques
17
Imen BEN SALAH TLILI
(6)
a- Il crie. / Il crie des ordres à sa secrétaire.
b- Il monte. / Il monte les bagages.
c- Il nage. / Il nage le crawl.
d- Il fredonne. / Il fredonne un air à la mode.
e- Il boit un verre d’eau. / Il boit.
Ces verbes, en effet, correspondraient plutôt à la formule N0 V N1 / N0 V et ne satisfont
donc pas le deuxième critère.
Par ailleurs, ils n’admettent pas tous vraiment les deux emplois transitif et intransitif. En
effet, si crier et monter sont « fonctionnellement bivalents » selon l’expression de
Blinkenberg (1960) (même si l’emploi transitif du verbe monter a été longtemps perçu
comme familier). Ce n’est pas le cas pour nager et fredonner qui constituent des verbes
« essentiellement intransitifs », si l’on peut dire, et qui n’admettent pas de vrais objets,
mais des « objets internes », ni non plus le cas pour boire qui est au contraire un verbe
« essentiellement transitif ». Son emploi intransitif est considéré, selon le contexte, comme
un emploi absolu ou comme un cas d’anaphore zéro3.
Ce deuxième critère concernant l’identité de N1 permet également d’éliminer des verbes
tels que écumer cité en (7). Ce verbe admet certes les deux emplois transitif et intransitif,
mais jamais avec le même N1.
(7)
On écume le pot-au-feu. / La mer écume.
D’un autre côté, l’identité de N1 dans les deux emplois « symétriques » n’est pas
seulement d’ordre morphologique, mais concerne également le rôle sémantique joué par le
référent de N1 au sein de ces deux énoncés. En effet, que ce soit dans l’emploi transitif ou
intransitif, le N1 garde le même rôle sémantique, celui, selon les terminologies, de
« patient », « site » ou « siège de procès ».
Cette double identité morphologique et sémantique permettrait d’éliminer un verbe tel que
sortir :
(8)
Il sort sa petite amie. / Sa petite amie sort,
dans la mesure où le N1, sa petite amie ne joue pas le même rôle sémantique dans ces deux
énoncés.
1.3
La nécessité de l’emploi du même verbe dans les deux énoncés et non deux
verbes homonymes 4:
Ce critère permet d’éliminer des exemples de « fausse symétrie », si l’on peut dire, comme
dans les cas des verbes voler et fumer :
(9)
3
4
a- Paul vole l’avion. / L’avion vole.
b- Paul fume une cigarette. / La cigarette fume.
Pour avoir de plus amples détails sur ce sujet, voir essentiellement Noailly (1998).
Nous précisons que l’homonymie est considérée uniquement sur le plan synchronique.
Verbes symétriques
18
Imen BEN SALAH TLILI
Cependant, si le caractère homonymique de ces deux couples de verbes est évident sur le
plan synchronique, du moins, ce n’est pas le cas pour des verbes comme saigner et sentir :
(10) a- On saigne le cochon. / Le cochon saigne.
b- Paul sent la fleur. / La fleur sent bon.
Dans le cas de tels verbes, pour trancher et dire s’il s’agit de « verbes symétriques » ou
non, il nous faut recourir à un quatrième critère définitoire.
1.4
La quasi-équivalence sémantique de l’emploi transitif « symétrique » et de la
construction en faire que :
On peut illustrer ce fait en transformant les emplois transitifs des « verbes symétriques »
cités en (3) en emplois factitifs :
(11) a- On cuit une sauce. / On fait que la sauce cuit.
b- Le coiffeur (dé)frise les cheveux de Paul. / Le coiffeur fait que les cheveux
de Paul (dé)frisent.
c- On appuie le mur sur un arc-boutant. / On fait que le mur appuie sur un arcboutant.
d- Cette situation déprime Paul. / Cette situation fait que Paul déprime5.
Ce dernier critère nous permet d’éliminer de la liste des « verbes symétriques » les couples
de verbes dont le caractère homonymique n’est pas évident tels que saigner et sentir cités
en (10). En effet, pour saigner, les emplois transitif et factitif ne nous semblent pas
sémantiquement équivalents, alors que, pour sentir, l’emploi factitif ne semble même pas
acceptable:
(12) a- On saigne le cochon. / On fait que le cochon saigne.
b- Paul sent la fleur. / ? Paul fait que la fleur sent bon.
Par ailleurs, cette quasi-équivalence d’ordre sémantique entre l’emploi factitif en faire que
et l’emploi transitif « symétrique », nous autorise à considérer ce dernier comme un emploi
factitif ou causatif synthétique.
Ces quatre critères réunis nous semblent à la fois nécessaires et suffisants pour la
détermination des « verbes symétriques ». Ils nous ont permis, en effet, d’établir une liste
d’un peu plus de trois cents verbes auxquels on peut accorder le statut de « verbes
symétriques » en français contemporain6.
Cependant, les verbes formant cette classe se caractérisent-ils par une ou des propriétés
communes ? Autrement dit qu’est-ce qui fait qu’un verbe est « symétrique » ou ne l’est pas
en français contemporain ? La notion de « symétrie » trouve-t-elle son explication dans
l’aspect morpho-lexical ou plutôt dans l’aspect sémantique du verbe ? Ou constitue-t-elle
un phénomène capricieux et idiosyncrasique en français contemporain ?
5
L’application de la transformation factitive ne veut pas dire, pour nous, que l’emploi intransitif est premier
est que par conséquent l’emploi transitif en est dérivé. Nous employons cette transformation seulement en
tant que critère définitoire de la classe des « verbes symétriques ».
6
Vous trouverez cette liste agrémentée d’exemples dans la partie annexe.
Verbes symétriques
19
Imen BEN SALAH TLILI
2.
La ou les propriété(s) des ‘verbes symétriques’
2.1
La propriété de « symétrie » est-elle d’ordre morpho-lexical ?
Selon R. Forest (1988 : 140), dans une langue comme le nahuatl, seuls les verbes en « (a)hua » sont doublement orientés (i.e. ont les deux emplois transitif et intransitif):
(13) a- ehua : « se lever » (intransitif) / « mettre debout » (transitif).
b- chicahua : « forcir » (intransitif) / « fortifier » (transitif).
c- tomahua : « grossir » (intransitif et transitif).
d- canahua : « mincir » (intransitif) / « rendre mince » (transitif).
La propriété de « symétrie », dans cette langue, trouve donc son explication dans la nature
morpho-lexicale du verbe.
En français, par contre, un bref examen de la liste des « verbes symétriques » nous montre
que la propriété de « symétrie » n’est pas d’ordre morpho-lexical.
En effet, les « verbes symétriques » français peuvent, d’une part, être non-préfixés (14 a)
ou prendre différents préfixes (14 b) :
(14) a- les « verbes symétriques » non-préfixés : baigner, casser, commencer,…
b- les « verbes symétriques » préfixés :
-préfixe « a- » : approcher, allonger,…
- préfixe « é- » : éclaircir, élargir,…
- préfixe « en- » ou « em- » : enlaidir, embellir,…
- préfixe « dé- » ou « dés- » : déculpabiliser, dérouiller, défroisser,…
- préfixe « re- », « ré- » ou « r- » : replonger, rouvrir / rouvrir, …
Ils peuvent prendre, d’autre part, les différents suffixes verbaux disponibles en français :
(15) a- Suffixe « -er » : accélérer, bouger, déprimer,…
b- Suffixe « -iser » : caraméliser, culpabiliser, …
c- Suffixe « -ir » : aigrir, blanchir, pourrir,…
d- Suffixe « -re » : cuire, pendre, joindre,…
Les verbes en question peuvent être, par ailleurs, des verbes primaires (16 a) ou des verbes
dérivés de substantifs (16 b) ou d’adjectifs (16 c) :
(16)
a- Verbes primaires : brûler, rouler, monter,…
b- Verbes dérivés de substantifs : angoisser, boucler, caraméliser,…
c- Verbes dérivés d’adjectifs : blondir, épaissir, grandir,…
Il s’avère, ainsi, que les verbes que nous étudions ne présentent aucune propriété commune
sur le plan de leur nature ou de leur formation morpho-lexicale.
2.2.
La propriété de « symétrie » est-elle d’ordre sémantique ?
Les avis des linguistes sur ce point sont très divergents. Ainsi, Lazard (1994 :155) pense
qu’ « il est probablement vain de chercher à délimiter une sphère sémantique commune
aux verbes réversibles, car ils peuvent convoyer des sens très divers. ». Boons, Guillet &
Leclère (1976 :118) admettent, quant à eux, que « le verbe reste le paramètre essentiel du
Verbes symétriques
20
Imen BEN SALAH TLILI
problème ». Robert Forest (1988 :140) affirme même que « les verbes candidats au titre de
« symétriques » puisent aux mêmes réservoirs sémantiques ou à peu près. ».
En ce qui nous concerne, il nous semble que le sémantisme du verbe ne constitue pas, du
moins, à lui seul une explication à ce phénomène. Ce qui nous conforte dans notre position
c’est que les synonymes des « verbes symétriques » ne sont pas toujours « symétriques ».
C’est ainsi que, les verbes briser, tirer et croître, que nous pourrions considérer comme
les synonymes respectifs des « verbes symétriques » casser, traîner et augmenter, ne sont
pas « symétriques » :
(17) a- On (casse + brise) la branche. / La branche (casse+ *brise).
b- Pierre (traîne + tire) la bâche sur le sol. / La bâche (traîne + *tire).
c- On (augmente + *croît) les prix. / Les prix (augmentent + croissent).
En fait, nous pensons que la propriété de « symétrie » ne dépend pas uniquement du
sémantisme du verbe, mais également de celui de N1.
Il nous semble, en effet, que le sémantisme de N1 intervient dans l’acceptabilité ou la nonacceptabilité du couple d’énoncés « symétriques ». C’est d’ailleurs la raison pour laquelle
les verbes que nous considérons comme « symétriques » ne le sont pas avec tous les
N1qu’ils peuvent admettre, c’est-à-dire qu’un verbe admet les deux emplois transitif et
intransitif avec un certain N1 (ou au plus deux ou trois N1 différents), mais n’admet pas
l’un ou l’autre de ces deux emplois avec d’autres N1.
Selon ce critère, nous pouvons classer les « verbes symétriques » en quatre sous-classes7 :
A- Les « verbes symétriques » ayant au moins un emploi transitif « autonome »8, mais
aucun emploi intransitif « autonome ». Tel est le cas pour le verbe remuer :
(18) a- Le vent remue les feuilles. / Les feuilles remuent.
b- Cette lecture a remué Marie. / * Marie a remué.
B- Les « verbes symétriques » ayant au moins un emploi intransitif « autonome », mais
aucun emploi transitif « autonome ». C’est le cas par exemple du verbe moisir :
(19) a- L’humidité a moisi les fruits. / Les fruits ont moisi.
b- * (Ceci + Pierre) a moisi Marie en taule. / Marie a moisi en taule.
C- Les « verbes symétriques » pour lesquels les deux emplois « autonomes » existent.
Selon Boons, Guillet & Leclère (1976), cette sous-classe constitue le cas général. Elle
peut être illustrée par un verbe tel que plonger :
(20) a- Pierre plonge le linge dans l’eau. / Le linge plonge dans l’eau.
b- Ceci plonge Marie dans l’embarras. /* Marie plonge dans l’embarras.
c-*(Ceci + Pierre) plonge Marie dans la crique chercher un coquillage. / Marie
plonge dans la crique chercher un coquillage.
D- Les verbes intrinsèquement « symétriques » n’ayant pas d’emplois autonomes ni
transitifs, ni intransitifs. Les verbes qui font partie de cette quatrième sous-classe sont
7
Ce classement est emprunté à l’ouvrage de J.P. Boons, A. Guillet, C. Leclère, La Structure des phrases
simples du français, constructions intransitives, Droz, Genève, (1976 :105 -120).
8
Boons, Guillet & Leclère (1976) désignent par cette appellation les emplois exclusivement transitif ou
intransitif.
Verbes symétriques
21
Imen BEN SALAH TLILI
peu nombreux. C’est le cas, selon Boons, Guillet & Leclère (1976) des verbes
« culinaires »9 dont l’objet représente un aliment tels que cuire, frire, faisander,
gratiner,… :
(21) a- On cuit la viande. / La viande cuit.
b- Le cuisinier frit le hareng. / Le hareng frit.
c- Le cuisinier faisande le lièvre. / Le lièvre faisande.
d- Le cuisinier gratine la purée. / La purée gratine au four.
Ces données nous permettent de dire qu’en règle générale, nous ne sommes pas en
présence de « verbes symétriques », mais plutôt d’emplois « symétriques » ou de
constructions « symétriques ». Dans ces constructions, deux paramètres entrent en jeu : le
sémantisme du verbe et celui de N1.
Nous pensons, par ailleurs, que chacun de ces deux paramètres doit remplir deux
conditions pour qu’il y ait construction « symétrique ».
2.2.1
Les propriétés sémantiques du verbe
Boons, Guillet & Leclère (1976:109) affirment avec cependant une certaine réserve que
« la transitivité impliquerait le « contrôle extérieur » de l’agent N0 sur le procès ;
l’intransitivité impliquerait l’ « activité indépendante » de l’objet N1 (…). Il y aurait
neutralité lorsque la sémantique du verbe admet les deux interprétations. ».
Pour illustrer ce fait, nous allons comparer deux couples de verbes que nous pourrions
considérer comme synonymes, d’une part, casser et briser, que nous avons déjà cités cidessus en 17 a , et d’ autre part, couler et sombrer :
(22) a- On casse la branche. / La branche casse.
b- On brise la branche. / *La branche brise.
(23) a- On coule la barque. / La barque coule.
b- *On sombre la barque. / La barque sombre.
Le verbe briser (22 b) suppose une intervention agentive très importante qui ne peut être
ignorée ou même reléguée au second plan. C’est pour cette raison que l’emploi transitif est
grammatical alors que l’emploi intransitif ne l’est pas.
Au contraire, le verbe sombrer (23 b) traduit une action qui se passe de toute intervention
agentive externe et c’est pourquoi son emploi intransitif est grammatical alors que son
emploi transitif ne l’est pas.
La particularité des verbes casser (22 a) et couler (23 a), qui seraient les synonymes
respectifs de briser et sombrer, c’est qu’ils peuvent, à la fois, admettre une intervention
externe, ce qui rend leurs emplois transitifs acceptables et exprimer une action
spontanée ou naturelle, ou du moins présentée comme telle, et c’est ce qui justifie la
grammaticalité de leurs emplois intransitifs.
9
Nous pensons que même ces verbes peuvent avoir des emplois autonomes transitifs ou intransitifs. En effet
le verbe cuire, à titre d’exemple, peut avoir un emploi intransitif autonome : - « Paris cuisait au feu d’un
dimanche d’août. » (Martin du Gard) / *On / le feu d’un dimanche d’août cuisait Paris.
Verbes symétriques
22
Imen BEN SALAH TLILI
2.2.2 Les propriétés de N1
Il nous semble que le sémantisme du N1 d’une construction « symétrique » doit remplir ces
deux mêmes conditions. En effet, il doit non seulement admettre de subir l’intervention
d’un agent externe, mais également, admettre d’être à la base d’une action présentée
comme naturelle et spontanée.
Pour illustrer ce fait, nous allons comparer trois emplois des verbes brûler et griller qui
prennent, à chaque fois, un N1 différent :
(24) a- Pierre (brûle + grille) le steak. / Le steak (brûle + grille).
b- Pierre (brûle + grille) le feu rouge. / *Le feu rouge (brûle + grille).
c-*(Ceci + Pierre) (brûle + grille) Paul de partir. / Paul (brûle +*grille) 10de
partir.
Ces deux verbes n’admettent, ainsi, les deux emplois qu’avec un N1 « aliment » (24 a).
Avec d’autres N1 l’un ou l’autre des deux emplois n’est pas grammatical (24 b et c).
Sans prétendre proposer une explication au phénomène de « symétrie », il nous semble,
néanmoins, que nous sommes en mesure d’avancer que la propriété de « symétrie » en
français est d’ordre sémantique et qu’elle est tributaire d’une double condition qui pèse à la
fois sur le sémantisme du verbe et sur celui de N1.
Dans la troisième et dernière partie de cet article, nous allons nous pencher sur l’un des
deux emplois de cette paire « symétrique », à savoir l’emploi intransitif « symétrique ».
3.
L’emploi intransitif ‘symétrique’ : une diathèse sans marque ou à
marquant morphologique zéro
Certaines appellations attribuées aux « verbes symétriques », telles que celles de « verbes à
double diathèse » ou encore « verbes diathétiquement neutres » mettent l’accent sur la
relation diathétique qui existe entre les deux énoncés où figurent les deux emplois
« symétriques » ; il s’agit dans ce cas d’une diathèse sans marque ou à marquant
morphologique zéro, puisque la forme du verbe reste inchangée dans les deux énoncés.
Par ailleurs, certains linguistes tels que Blinkenberg (1960), Dubois (1967) et Lagane
(1967) dépassent cette particularité morphologique et considèrent l’emploi intransitif
« symétrique » comme l’un des modes par lesquels s’opère la « transformation passive ».
Cet emploi serait, par conséquent, équivalent au passif avec « être » et à une certaine forme
réflexive :
(25) a- Le vent casse la branche. (Actif)
b- La branche est cassée. (Passif avec « être » ou prototypique).
b’- La branche se casse. (Passif réflexif)
b’’- La branche casse. (Passif intransitif)
10
Ces exemples sont également empruntés à Boons, Guillet & Leclère (1976).
Verbes symétriques
23
Imen BEN SALAH TLILI
Dans un premier temps nous allons présenter certains points communs de ces trois formes
concurrentes et, dans un second temps, nous essaierons de mettre en relief les spécificités
qui nous semblent les plus importantes : celles d’ordre morphologique, syntacticoénonciatif et sémantique de l’emploi intransitif « symétrique », lesquelles spécificités le
différencient des deux autres formes.
3.1
Points communs des trois formes concurrentes
Les trois formes concurrentes citées ci-dessus, à savoir le passif avec « être », le passif
réflexif et le passif intransitif présentent des points communs essentiellement d’ordre
syntaxique et énonciatif.
3.1.1
Points communs d’ordre syntaxique
Sur le plan syntaxique, ces trois formes se caractérisent par les trois modifications qu’on
reconnaît généralement à la forme passive canonique, à savoir :
ƒ
ƒ
ƒ
3.1.2
la périphérisation ou l’effacement de N0,
la promotion de N1en positon de sujet grammatical, et
la détransitivation du verbe ou la réduction de la « valence » du verbe qui passe de
l’état d’un verbe « divalent » à celui d’un verbe « monovalent » selon les termes de
Tesnière (1959).
Points communs d’ordre énonciatif
Sur le plan énonciatif et selon les études récentes consacrées essentiellement au « passif
prototypique », la fonction principale de cet emploi est d’assurer la non-spécification de
l’agent ou d’une manière générale de la source de l’action.
Cette fonction de non-spécification de l’agent prend des désignations différentes. En effet,
Shibatani parle de ‘défocalisation’ (defocusing). Dans l’usage de Comrie, Keenan et
Givón, il s’agit d’une ‘dégradation’ (demotion). Selon la terminologie de Foley et Van
Valin, c’est une mise à l’arrière plan par périphérisation ou non-explicitation
(‘backgrounding passive’ avec dénucléarisation de l’agent).
Il nous semble que cette fonction énonciative ne caractérise pas seulement l’emploi passif
prototypique, mais également les deux autres formes, à savoir l’emploi passif réflexif et
l’emploi intransitif « symétrique ». D’ailleurs A. Brahim (1996, 2000) dépasse les
différences morphologiques de ces trois formes en vue de montrer qu’elles assurent toutes
la même fonction sur le plan pragmatique. En effet, s’inspirant de Tesnière et de la
grammaire arabe, il parle d’ « occultation de l’agent » et considère l’emploi intransitif
« symétrique » comme une « forme occultive récessive à marquant zéro », la forme passive
canonique et la forme réflexive comme respectivement des « formes occultives récessives
à marquant passif ou à marquant réflexif ».
Verbes symétriques
24
Imen BEN SALAH TLILI
Cependant, cette fonction commune ne doit en aucun cas voiler les particularités d’ordre
syntaxique, sémantique ou même énonciatifs qui caractérisent chacune de ces trois formes.
En effet, chacun de ces emplois en assurant la même fonction énonciative ou pragmatique
se différencie des deux autres par certaines caractéristiques.
En comparant à chaque fois ces trois emplois, nous allons à présent, mettre en avant les
spécificités de l’emploi qui constitue l’objet de notre étude, à savoir l’emploi intransitif
« symétrique ».
3.2
Spécificités de l’emploi intransitif « symétrique » :
Ainsi dans ce qui suit, nous allons nous focaliser sur les spécificités de cet emploi.
Nous envisagerons, essentiellement, celles d’ordre morphologique, syntactico-énonciatif
et sémantique.
3.2.1 Spécificités morphologiques de l’emploi intransitif « symétrique »
Il est évident que le premier point de divergence des trois formes considérées comme
concurrentes est d’ordre morphologique (Cf. les exemples b, b’ et b’’ cités en 25).
Sur ce plan, l’emploi intransitif se présente comme la forme la plus économique dans la
mesure où il a une unité lexicale en moins par rapport aux deux autres formes.
En cas d’énoncé expansé, cependant, le démarcatif introduisant le N0 du passif canonique
est généralement plus économique que celui utilisé dans les deux autres emplois :
(26) a- La branche est cassée par le vent.
b- La branche (se) casse sous l’action / sous l’effet du vent.
Néanmoins, étant donné que plusieurs études récentes semblent affirmer que les énoncés
expansés sont moins fréquents que les énoncés non-expansés, nous concluons que ce
facteur d’économie joue en faveur de l’emploi intransitif « symétrique ». Ce facteur
expliquerait, par ailleurs, la productivité de cet emploi notamment à l’oral. En effet, le
nombre des verbes admettant ce type d’emploi ne cesse d’augmenter. Tel est le cas à titre
d’exemple de « verbes psychologiques », comme : je culpabilise, je déprime, je complexe,
je (dé)stresse,… qu’il n’y a pas si longtemps ne s’employaient que transitivement ou à la
forme passive.
3.2.2 Spécificités syntactico-énonciatives de l’emploi intransitif « symétrique »
Sur le plan syntactico-énonciatif, nous avons vu (Cf. III-1-2) que les formes concurrentes
qui font l’objet de notre comparaison constituent, avant tout, des modes de nonspécification de la source de l’action.
Verbes symétriques
25
Imen BEN SALAH TLILI
Il nous semble, néanmoins, que l’emploi intransitif « symétrique » se distingue sur ce
même plan par deux propriétés.
D’une part et contrairement à l’emploi passif canonique, l’emploi intransitif n’admet
jamais la présence d’un N0 humain tout comme d’ailleurs l’emploi réflexif d’ailleurs :
(27) a- La branche est cassée par Paul. / *La branche (se) casse par Paul, ? sous
le poids de Paul
b-La sauce est cuite par le cuisinier. /*La sauce (se) cuit par le cuisinier,
sous l’action du cuisinier.
En fait, l’emploi intransitif « symétrique » n’admet même pas la présence d’un
complément adverbial impliquant l’intervention d’un tel agent, ce qui n’est pas toujours le
cas de l’emploi réflexif passif :
(28)
a- * La viande cuit avec soin. / Ce type de viande se cuit avec soin.
b- * La porte ouvre discrètement. / Une porte, ça s’ouvre discrètement.
L’emploi intransitif « symétrique » aurait, quant à l’utilisation de telles expressions, plutôt
le même comportement que l’emploi réflexif appelé « neutre » ou « moyen » :
(29)
a- * Le fer (se) rouille avec soin.
En fait, pour les verbes réflexifs qui peuvent admettre les deux emplois « passif » et
« neutre », c’est la présence de tel adverbiaux qui permet de différencier ces deux emplois:
(30) a- La porte se ferme discrètement. (Emploi réflexif passif)
a’- La porte se ferme(bien). (Emploi réflexif neutre ou moyen)
b- Les cheveux se frisent avec soin. (Emploi réflexif passif)
b’- Ses cheveux se frisent (d’eux-mêmes). (Emploi réflexif neutre ou moyen)
D’autre part, l’emploi intransitif « symétrique », tout comme l’emploi réflexif « neutre »
ou « moyen », peut admettre des expressions telles que « tout seul » ou « de lui-même »
(31 a et b), ce qui n’est le cas ni pour l’emploi passif canonique (31 c) ni pour l’emploi
réflexif passif (31 d) :
(31) a- La branche (se) casse toute seule, d’elle-même.
b- Le fer (se) rouille tout seul, de lui-même.
c- * Le tissu est fabriqué tout seul, de lui-même.
d- * Le tissu se fabrique tout seul, de lui-même.
Ces deux faits corrélés nous permettent de distinguer deux couples d’emplois. D’un côté,
l’emploi passif canonique et l’emploi médio-passif et de l’autre, l’emploi réflexif
« neutre » et l’emploi intransitif « symétrique ».
Les deux premiers emplois impliquent nécessairement la présence d’un agent responsable
du procès. En effet, même dans le cas d’énoncés non-expansés, l’agent reste toujours
impliqué et généralement restituable sous la forme d’un « complément d’agent » pour la
première construction et de compléments adverbiaux attestant la présence d’un tel agent
pour la deuxième. Ainsi, pour ces deux formes, la « récession » concerne seulement la
valence syntaxique du verbe et non sa valence sémantique.
Par contre, les deux emplois intransitif et réflexif « neutre » n’admettent jamais la présence
d’un agent humain ou même de compléments attestant la présence d’un tel agent et sont, au
Verbes symétriques
26
Imen BEN SALAH TLILI
contraire, tous les deux compatibles avec des expressions impliquant que l’action se passe
de toute intervention agentive externe. De ce fait, pour ces deux emplois la « récession
valencielle » est à la fois d’ordre syntaxique et sémantique.
Ces deux propriétés syntactico-énonciatives conférent donc une valeur sémantique à ces
deux emplois, celle d’exprimer des actions naturelles et indépendantes de tout facteur
externe. C’est essentiellement sur cet aspect sémantique que nous allons nous pencher dans
ce qui suit.
3.2 3 Spécificités sémantiques de l’emploi intransitif « symétrique »
Les deux emplois intransitif « symétrique » et réflexif « neutre » exprimeraient
donc des actions naturelles et spontanées. C’est ce qu’illustrent les exemples suivants :
(32) a- La maladie guérit. (d’elle-même, sans intervention médicale ou de
médicaments)
b- Paul angoisse. (Il est enclin de par sa nature, son caractère à un tel
état)
c- Les jours (s’) accourcissent en hiver. (phénomène naturel)
d-Le fer (se) rouille. (C’est « une altération conforme à une altérabilité »11)
e- L’enfant se coucha. (de sa propre initiative)
Ces deux formes sont, d’ailleurs, associées et constituent le même phénomène chez
certains linguistes. C’est le cas à titre d’exemple de M. Rothemberg (1974), d’ A. ZribiHertz (1987) qui parle de formes « ergatives réflexives » et de formes « ergatives nonréflexives » et également de Boons, Guillet & Leclère (1976) qui parlent de verbes
« neutres pronominaux » et de verbes « neutres non pronominaux » ou d’ « intransitifs
pronominaux » et d’ « intransitifs non pronominaux ».
Ces derniers affirment, en outre, que « les intransitifs pronominaux et non pronominaux
(…) ont tellement de propriétés en commun que (…) l’intuition ne peut déceler aucune
différence de sens entre les phrases :
- Le plomb liquéfie à 327,4 degrés celsius.
- Le plomb se liquéfie à 327,4 degrés celsius. » (1976 :130)
Les linguistes qui se sont intéressés à l’étude des « verbes symétriques » ont essayé de
définir cette propriété sémantique. C’est ainsi que R. Forest (1988) affirme que ces verbes
expriment « la réalisation d’une virtualité inscrite dans le participant » ou « une autoaffectation » ou encore « une altération conforme à une altérabilité ». Pour attribuer un
nom à ce sémantisme particulier, il emprunte le terme d’ « entéléchique » à Aristote et
définit l’ « entéléchie » comme « la réalisation de ce qui est en puissance dans quelque
chose, et qui distingue ce concept de celui de mouvement ou de changement, envisagé pour
lui-même et indépendamment des potentialités d’un être. » (ibid.:152)
En fait, une quinzaine d’années plus tôt, M. Rothemberg (1974) affirmait à peu près la
même idée. Elle soutient, en effet, que la forme non-réflexive des verbes à renversement
présente le sujet comme possédant des qualités permettant la réalisation du processus.
11
C’est une expression de Robert Forest (1988).
Verbes symétriques
27
Imen BEN SALAH TLILI
Cependant, nous pensons que cette propriété sémantique échoue en tant qu’explication
globale des données puisqu’elle se heurte à d’importants contre-exemples.
En effet, si les verbes cités en (32) traduisent bel et bien des procès spontanés se passant de
toute intervention agentive, ce n’est le cas ni pour les emplois intransitifs des « verbes
symétriques » cités en (33a, b, c, d et e), ni pour les verbes réflexifs « neutres » cités en (34
a et b) :
(33) a- Le rôti cuit, dore au four.
b- Le fer dérouille.
c- La séance commence, démarre, continue.
d- Le magasin ouvre, ferme en août.
e- Les prix baissent, montent.
(34) a- Le rôti se cuit au four.
b- Les erreurs se multiplient.
Certains de ces contre-exemples n’échappent d’ailleurs pas à M.Rothemberg elle-même.
Elle note, ainsi, que le verbe cuire décrit un processus qui n’est ni spontané, ni naturel et
qui trouve sa cause à l’extérieur de l’objet qui le subit. La linguiste se voit donc contrainte
de conclure que, contrairement à ce que l’on serait enclin à penser, la langue traite la
cuisson comme un processus naturel, induit par les propriétés de l’objet cuit.
Cette conclusion ne nous semble guère convaincante dans la mesure où elle n’est pas
conforme à la réalité.
Pour notre part, nous pensons que la propriété sémantique commune des emplois intransitif
« symétrique » et réflexif « neutre » n’est pas d’exprimer des actions spontanées comme
l’affirment Forest et Rothemberg, mais seulement de présenter l’action comme telle. Et
ce sont, il nous semble, les propriétés syntactico-énonciatives de ces deux emplois qui leur
permettent d’exprimer cette valeur sémantique particulière.
Par ailleurs, il nous semble que l’emploi intransitif « symétrique » se caractérise par une
deuxième propriété sémantique qui le distingue, cette fois-ci, de l’emploi réflexif
« neutre ». En effet, nous pensons que, sur le plan sémantique, la propriété distinctive de
cet emploi est l’expression de la valeur descriptive.
Forest (1988), en empruntant la terminologie de C. Hagège (1982), affirme, dans ce sens,
que « les verbes symétriques français dans leurs emplois intransitifs (…) ont tous une
affinité avec le type sémantique descriptif d’énoncé. » (ibid.:150).
En effet, si nous comparons les couples d’énoncés cités en (33) :
(35) a- Les vêtements collent à la peau. (description)
- Les vêtements se collent à la peau. (modification)
b- Le verre casse. (constatation)
- Le verre se casse. (changement d’état)
c- Le sirop cristallise. (constatation d’un état)
- Le sirop se cristallise. (modification d’un état)
d- Il fatigue. (description d’un état clinique)
- Il se fatigue. (changement d’état)
e- Il stresse / désespère. (description d’un état psychologique)
- Il se stresse/ se désespère. (changement d’état psychologique),
Verbes symétriques
28
Imen BEN SALAH TLILI
il nous semble que, si dans l’emploi réflexif l’accent est mis sur l’idée de modification ou
de transformation, ce n’est pas le cas pour l’emploi intransitif. Dans ce dernier emploi,
l’idée de modification reste, certes dans la plupart des cas impliquée, mais elle est en
quelque sorte reléguée au second plan. L’accent est mis essentiellement sur l’évocation et
la description d’un fait et la simple constatation du fait l’emporte sur toute autre valeur.
Cette propriété descriptive confère, d’ailleurs, à l’emploi intransitif « symétrique » une
valeur actuelle. Et c’est la raison pour laquelle l’expression des énoncés de valeur générale
se fait plutôt par l’emploi réflexif « neutre » :
(36) - Le rôti cuit au four. (valeur actuelle)
- Le rôti se cuit au four. (règle générale)
Conclusion
Au terme de cet article, il nous semble que nous sommes en mesure d’avancer les
propositions suivantes :
i.
Nous sommes en présence de constructions « symétriques » et non de « verbes
symétriques ».
ii.
L’explication du phénomène de « symétrie » en français contemporain est d’ordre
sémantique. Elle dépend à la fois du sémantisme du verbe et de celui de N1, objet
de l’emploi transitif.
iii.
L’emploi intransitif « symétrique » constitue, sur le plan énonciatif, tout comme les
emplois passif canonique et réflexif un mode de non-spécification de l’agent ou
de la source de l’action.
iv.
Sur le plan sémantique, l’emploi intransitif « symétrique » se caractérise par deux
propriétés : son aptitude à présenter l’action comme naturelle et spontanée et sa
valeur descriptive.
Références bibliographiques
Blinkenberg A., Le Problème de la transitivité en français moderne, Copenhague,
Munksgaard, 1960.
Borillo, « Remarques sur les verbes symétriques français », Langue française 11, Larousse,
Paris, 1971, pp17-31.
Boons J.P., Guillet A., Leclère C., La Structure des phrases simples du français,
constructions intransitives, Droz, Genève, 1976.
Brahim A., L’Occultif. Hypothèse pour un traitement trans-linguistique du passif et des
structures apparentées, Association tunisienne de linguistique, Etudes
linguistiques, Volume 2, Tunis, 1996.
Brahim A., « Relief actanciel et diathèse verbale », Etudes romanes, 45, Université de
Copenhague, 2000.
Verbes symétriques
29
Imen BEN SALAH TLILI
Dubois J., Grammaire structurale du français, Le verbe, Larousse, Paris, 1967.
Dubois J.& Dubois-Charlier F., Les Verbes français, Larousse, Paris, 1997.
François J., Changement, causation, action. Trois catégories majeures du lexique verbal
français et allemand, Genève, Droz, 1989.
François J., «Le continuum de transitivité en français et la dimension universelle de
« participation » », Zeischrift für französische Sprache und Literatur, 115/1,
2006, pp 1-20.
Forest R., « Sémantisme entéléchique et affinité descriptive : pour une ré-analyse des
verbes symétriques ou neutres du français », Bulletin de la société linguistique
de Paris, 83/1, 1988, pp 137-162.
Hagège C., La Structure des langues, Paris, PUF, 1982.
Krötsch, M. & Österreicher, W. (2002), « Dynamique des configurations actancielles :
Modifications des construction verbales en français non standard ». In : P.
Blumenthal & P. Koch (éds.), Valence : perspectives allemandes. Syntaxe &
Sémantique 4, Presses Universitaires de Caen, p.109-137.
Lagane R., « Les verbes symétriques : étude morphologique et différenciation
sémantique », Cahiers de lexicologie, 10/1, 1967, pp 21-30.
Larjavaraa M., Présence ou absence de l’objet. Limites du possible en français
contemporain, Academia Scientiarum Fennica, Thèse, 2000.
Lazard G., L’Actance, Presses Universitaires de France, 1994.
Noailly M., (1998), « Emploi absolu, anaphore zéro et transitivité », A. Rousseau (éd.), La
transitivité, Presses Universitaires du Septentrion, pp 131-144.
Riegel M. & alii, Grammaire méthodique du français, Paris, P.U.F, 1994.
Rothemberg M., Les Verbes à la fois transitifs et intransitifs en français contemporain, La
Haye, Mouton, 1974.
Ruwet N., Théorie syntaxique et syntaxe du français, Seuil, Paris, 1972.
Tesnière L., Eléments de syntaxe structurale, Klincksieck, Paris, 1959, 19762.
Zribi-Hertz A., « La réflexivité ergative en français moderne », Le Français moderne, 55,
1987, pp 23-54.
Verbes symétriques
30
Imen BEN SALAH TLILI
Annexe
12
Liste des « verbes symétriques »
abonnir
Le temps a. le vin. / Le vin a. avec l’âge.(R)
accélérer
On a. la vitesse, les battements du cœur. / La
vitesse, les battements du cœur a.
accoucher
Le médecin a. cette femme. / Cette femme a.
d’une fille à la clinique.
accourcir
L’été a. les jours. (V) / Les jours a.(L)
accrocher
On a. la serrure en forçant. / La serrure a.
activer
On a. Marie. / Marie a. (R)
affleurer
Le menuisier a. deux pièces de bois jointes. /
Les deux pièces de bois a.
affoler
Cette perspective a. Paul. / Paul a. (R)
aigrir
On a. le vin. / Le vin a.
allonger
Le printemps a. les jours. / Les jours a.
alterner
On a. le travail et le repos. / Le travail et le
repos a.
angoisser
Cette prédication a. Paul. / Paul a.
approcher
La lunette a. les objets. / Les objets a. quand on
se sert de la lunette. (B)
appuyer
On a. le mur par un arc-boutant. / Le mur a. sur
un arc-boutant. (B)
arquer
On a. la barre de fer. / La barre de fer a. sous le
poids.
asphyxier
Cette ambiance a. Paul. / Paul a. (R)
augmenter
a- On a. le domaine de 10 hectares. / Le
domaine a. de 10 hectares.
b- On a. le prix, les pouvoirs, les salaires. / Le
prix, les pouvoirs, les salaires a.
avancer
a- On a. la voiture. / La voiture a.
b- On a. sa montre d’une heure, le départ, le
rendez-vous de 10 jours. / Sa montre a. d’une
heure, le départ, le rendez-vous a. de 10 jours.
12
Les exemples employés sont empruntés au
dictionnaire Les Verbes français de Dubois et DuboisCharlier (1997). Ceux suivis des mentions (B), (L) et
(BGL) sont respectivement empruntés à Blinkenberg
(1960), Lagane (1967) et Boons, Guillet & Leclère
(1976).
Les emplois suivis des mentions (R), (V) ou (L) en gras
sont considérés comme respectivement rares, vieux ou
littéraires.
Verbes symétriques
avorter
Le médecin a. cette femme. / Cette femme a.
dans une clinique.
baigner
On b. le ragoût dans la sauce. / Le ragoût b.
dans la sauce.
baisser
a- On b. le tableau de 10 cm. / Le tableau b. de
10 cm.
b- On b. Les prix, les salaires. / Les prix, les
salaires b.
balancer
Le vent b. le lustre. / Le lustre b. au plafond.
ballotter
Les vagues b. le bateau. / Le bateau b. au gré
des vagues.
basculer
a- On b. la voiture dans le fossé. / La voiture b.
dans le fossé.
b- On b. la table. / La table b.
battre
On b. le tambour. / Le tambour b. dans le
lointain.
blanchir
a- L’âge b. ses cheveux. (R) / Ses cheveux b.
b- L’aube b. la cime des montagnes. (R) / La
cime des montagnes b.
blêmir
La lueur de l’aube b. la cime des arbres. (R) /
La cime des arbres b.
blettir
L’humidité b. le fruit. / Le fruit b.
bleuir
a- Le métallurgiste b. l’acier. / L’acier b. à la
chauffe.
b- Le froid b. les mains./ Les mains b.
c- Le coucher de soleil b. la montagne. / La
montagne b. à l’horizon.
blondir
Le coiffeur b. les cheveux de Paul. / Ses
cheveux b. au soleil.
bloquer
a- On b. la porte. / La porte b.
b- On b. les négociations. / Les négociations b
bomber
La chaleur b. la chaussée. / La chaussée b.
boucler
Le coiffeur b. les cheveux de Paul. / Ses
cheveux b.
bouger
a- On b. le bras, la jambe, la tête aisément. / Le
bras, la jambe, la tête b
b- On b. le clou. / Le clou b.
bouillir
On doit b. le lait. / Le lait b.
boutonner
On b. la robe par derrière. / La robe b. par
derrière. (B) (R)
bouturer
L’horticulteur b. une plante. /
La plante b. (R)
brancher
On b. le faisan sur l’arbre. / Le faisan b. sur
l’arbre.
branler
On b. la tête, la chaise / La tête, la chaise b.
31
Imen BEN SALAH TLILI
bronzer
Le soleil b. la peau / La peau b. au soleil.
brûler
a- L’église b. les sorcières. / Les sorcières b. en
enfer.
b- On b. le rôti. / Le rôti b.
c- On b. le tissu, les papiers avec ce produit. /
Le tissu, les papiers b.
brunir
a- Le soleil b. le dos. / Son dos b. au soleil.
b- Le coiffeur b. ses cheveux. / Ses cheveux b.
cabaner
Le marin c. un bateau. / Le bateau c. (R)
cailler
Le vinaigre c. le lait. / Le lait c.
caler1
On c. le moteur au démarrage. / Le moteur c.
caler2
Le marin c. le navire. / Le navire c. trop.
caraméliser
Le cuisinier c. le sucre. / Le sucre c. dans la
casserole.
carboniser
On c. des os. / Les os c.
carburer
On c. l’air pour obtenir un mélange détonant. /
L’air c.
carillonner
On c. les cloches. / Les cloches c.
casser
On c. le carrelage, la cloison, le fil, la branche,
le verre. / Le carrelage, la cloison,le fil, la
branche, le verre c.
cautériser
L’alcool c. la blessure. / La blessure c. (R)
centupler
On c. la production avec cette machine. / La
production c.
cesser
C. ce bruit ! / Le bruit c. (B)
changer
a- La prison a c. Paul en monstre. / Paul c. avec
le temps.
b- On c. l’aspect de la ville. / L’aspect de la
ville c.
c- On c. le sens avec une virgule. / Le sens c.
avec une virgule.
charbonner
On c. le mur. / Le mur c. dans un incendie.
chauffer
On c. le moteur, le four, l’eau. / Le moteur, le
four, l’eau c.
chavirer
On c. la barque. / La barque c. dans le courant.
cicatriser
L’alcool c. la plaie. / La plaie c.
cloquer
a- Le soleil c. la peau. / La peau c., à l’endroit
du coup de soleil.
b- L’humidité c. la peinture. / La peinture c.
coaguler
Ce déficit c. le sang. / Le sang c.
coincer
a- On c. la porte avec la main. / La porte c.
b- On c. les négociations. / Les négociations c.
coller
On c. l’affiche au mur. / L’affiche c. mal. (B)
Verbes symétriques
commencer
Un long monologue c. la pièce. / La pièce c. par
un monologue.
commuter
On c. un élément avec un autre. / Les deux
éléments c.
complexer
Sa timidité, sa petite taille c. Paul. / Paul c.
compter
a- On c. cet auteur parmi les plus grands. / Cet
auteur c. parmi les plus grands
b- On c. les taxes dans le prix. / Les taxes c.
dans le prix.
continuer
Il faut c. le travail. / Le travail c. (B)
copolymériser
Le chimiste c. les monomères. / Les monomères
c.
couler
L’ouvrier c. l’or dans un moule. / L’or c. dans
un moule.
coulisser
On c. la porte. / La porte du placard c. bien.
courber
On c. le bâton. / Le bâton c. sous le poids.
couver
On c. une maladie. / La maladie c.
craindre
a- On c. le soleil. / Le soleil c.
b- On c. son père, son directeur. / Son père, son
directeur c.
craqueler
La cuisson c. la porcelaine. / La porcelaine c.
(R)
craquer
a- On c. sa chemise. / Sa chemise c.
b- On c. une branche. / La branche c.
crêper
Le coiffeur c. ses cheveux. /
Ses cheveux c. (R)
crever
a- Le truand a c. le flic. / Le flic c.
b- On c. le pneu, le ballon, l’abcès. / Le pneu, le
ballon, l’abcès c.
crisper
Ce reproche, cette situation a c. Paul. /
Paul c. (R)
cristalliser
On c. du sucre. / Le sucre c.
croquer
On c. une noisette. / La noisette c. sous la dent.
cuber
On c. la production avec cette machine. / La
production c.
cuire
a- On c. la viande au four. / La viande c. au
four.
b- L’ouvrier c. la poterie. / La poterie c.
culbuter
On c. la voiture dans le fossé./ La voiture c.
culpabiliser
Cette séparation c. Paul / Paul c.
cuver
On c. le vin. (R) / Le vin c. dans des tonneaux.
débarquer
On d. les caisses. / Les caisses d. du cargo au
moyen de grues.
32
Imen BEN SALAH TLILI
déborder
On d. le mur d’un mètre. / Le mur d. d’un
mètre.
déboucler
La pluie d. ses cheveux. / ses cheveux d. (R)
débourrer
On d. les bourgeons. / Les bourgeons d.
débucher
Le chasseur d. le cerf. / Le cerf d.
débusquer
Le chasseur d. le cerf. / Le cerf d. du bois.
décanter
On d. le vin (L) / Le vin d.
décélérer
On d. la voiture. (R) / La voiture d.
décomplexer
Cette expérience a d. Paul. / Paul a d. (R)
décompresser
Le repos d. Paul. / Paul d. après cet effort.
décongeler
On d. les aliments surgelés. / La viande d. (R)
décrêper
Le coiffeur d. les cheveux. / Les cheveux d. (R)
déculpabiliser
Ce succès d. Paul. / Paul d. (R)
décupler
On d. la production. / La production d.
défeuiller
Le vent d. les arbres. / Les arbres d. (R)
défléchir
Le médecin d. le fœtus. / Le fœtus d.
défleurir
Le gel d. les cerisiers. / Les cerisiers d.
défriser
Le coiffeur d. les cheveux. / Les cheveux d.
après une averse. (R
défroisser
On d. un pantalon en le repassant. / Le pantalon
d. facilement. (R
défroncer
La couturière d. cette robe. / Cette robe d. (R)
facilement
dégazer
L’équipage d. le pétrolier. / Le pétrolier d.
dégeler
a- On d. ses pieds au feu. / Ses pieds d.
b- Le cuisinier d. les aliments surgelés. / Les
aliments d.
c- La chaleur d. la rivière. / La rivière d
dégivrer
On d. le réfrigérateur. / Le réfrigérateur d. (R)
dégonfler
a- On d. le poignet avec une pommade. / Le
poignet d.
b- On d. le pneu. / Le pneu d.
dégorger
On d. l’égout. / L’égout d. dans ce collecteur.
déjanter
On d. le pneu en roulant. / Le pneu d. (R)
déjucher
On d. la poule. / La poule d. de son perchoir.
démarrer
On d. la campagne électorale. / La campagne
électorale d. par la télé.
démâter
Les marins, la tempête, d. le bateau. / Le bateau
d.
Verbes symétriques
dénicher
On d. les oiseaux pour prendre les œufs. / Les
oiseaux d. (R)
dépassionner
Ce long débat d. Paul. / Paul d. (R)
déplisser
La couturière d. un tissu. /
Ce tissu d. facilement. (R)
dépolymériser
Le chimiste d. un polymère. (R) / Le polymère
d.
déprimer
Ce renvoi d. Paul. / Paul d. après ce renvoi. (R)
dérougir
On d. une étoffe. (R)/ Ce tissu d. à l’air.
dérouiller
On d. le fer avec un produit. / Le fer d. avec ce
produit. (R)
désarmer
L’armateur d. le bateau. / Le bateau d. (R)
descendre
On d. les prix de 10%. / Les prix d. de 10%.
désemplir
On d. une salle avec ce film. (R) / La salle d.
désenfler
Ce bain chaud d. la jambe. / La jambe d.
désespérer
Son échec d. Paul . / Paul d. (R)
dessaler
Le cuisinier d. une morue. / La morue doit d.
(R)
dessaouler / dessouler / dessoûler
On d. cet ivrogne avec du café. (R) Cet
ivrogne d
déteindre
a- On d. la chemise au lavage. / La chemise d.
au lavage.
b-Le soleil d. le papier. / Le papier d. au soleil.
dévier
On d. la balle vers la gauche. / La balle d. vers
la gauche.
diffuser
La bougie d. une bonne odeur. / L’odeur d. dans
la pièce. (R)
diminuer
On d. les risques, les salaires de beaucoup. / Les
risques, les salaires d. de beaucoup.
disjoncter
On d. le disjoncteur. / Le disjoncteur d.
dorer
a- On d. le rôti au four. / Le rôti d. au four.
b- Le soleil d. la peau. / La peau d. au soleil.
doubler
On d. la production. / La production d.
durcir
a- La colère d. Paul. / Paul d.
b- La coiffure d. son visage. / Son visage d.
c- Le soleil d. le sol. / Le sol d.
échouer
« J’é. mon
bateau
au
rivage. »
(Chateaubriand) (R) / Le bateau é. sur la plage
éclaircir
L’âge é. les cheveux. / Les cheveux é. (R)
éclater
On é. un pneu sous l’effet de la chaleur. / Le
pneu é.
33
Imen BEN SALAH TLILI
écluser
Le marin é. le bateau. / Le bateau é. (R)
égoutter
On é. le fromage. / Le fromage é. sur un
clayon.(R)
élargir
On é. la robe, la route. / La robe, la route é. (R)
embellir
a- Cette coiffure e. Paul. / Paul e. tous les jours.
b- Le vase e. le salon. / Le salon e
empanner
Le marin, le calme e. le bateau. (R) / Le bateau
e. faute de vent
empirer
On e. leur querelle en intervenant. (R) / Leur
querelle e.
enfler
a- Le vent e. les voiles. / Les voiles e.
b- Les pluies avaient e. la rivière. / Les rivières
e. à la fonte des neiges.
c- L’hydropisie e. son corps. / Son corps e.
d- La piqûre e. la main. / La main e.
e- On e. les frais de beaucoup avec ces
factures. / Les frais e.
enfoncer
On e. le sol. / Le sol e. sous les pas.
engraisser
L’éleveur e. les oies en les gavant. / Les oies e.
engrener
Le mécanicien e. une roue dentée à un pignon.
/
Les roues e. (R)
enlaidir
a- « Le haut-de-forme l’e. et le feutre mou
l’embellit ». (Colette) / J’ai trouvé qu’elle
avait e.
b- On e. la ville avec toutes ces tours de béton. /
La ville e.
enrager
Cela m’e. (R) / J’e.
enrayer
Le choc a e. les roues. / Les roues e. (R)
épaissir
a- L’âge l’a é. / On é. avec l’âge.
b- On é. la sauce. / La sauce é.
c- Le calme a é. la brume. / La brume é.
d- Ce crime é. le mystère. / Le mystère é
étouffer
a- La chaleur, les larmes é. Paul. / Paul é. avec
cette chaleur, par ces larmes
b- La colère é. Paul. / Paul é. de colère.
étrangler
La peur l’é. / Il é. de peur. (B) (R)
faisander
Le cuisinier f. le lièvre. / Le lièvre f. (R)
faner
La chaleur a f. les fleurs. / Les fleurs ont f. (L)
fatiguer
a- Cette vitesse f. le moteur / Le moteur f.
b- L’obésité f. le cœur. / Le cœur f.
c- Cette posture f. Paul. / Paul f. à rester
debout.
fendre
On f. du bois avec une hache. / Le bois f. (L)
(R)
Verbes symétriques
fermer
a- On f. la porte. / La porte f. bien, à clé.
b- On f. les magasins en août. / Les magasins f.
en août
feutrer
La torsion f. le lainage. / Le lainage f. (R)
figer
Le froid f. l’huile. / L’huile f. (R)
filer
On f. un collant. / Le collant f.
filtrer
On f. le vin. / Le vin f. lentement.
finir
On f. le repas dans le silence. / Le repas f. dans
le silence.
flamber
Le cuisinier f. les bananes. / Les bananes f.
fléchir
a- On f. les jambes. / Les jambes f.
b- On f. la barre. / La barre f. sous la charge.
flétrir
a- L’âge a f. sa beauté. / Sa beauté a f. (R)
b- Le soleil a f. les fleurs. / Les fleurs ont f. (R)
foncer
a- Le coiffeur lui f. les cheveux. / Ses cheveux
blonds f.
b- Le peintre f. les couleurs. / Les couleurs f.
avec le temps.
fondre
On f. du beurre dans la poêle. / Le beurre f.
friper
On f. la robe. / Cette robe f. vite. (R)
frire
Le cuisinier f. le hareng. / Le hareng f.
friser
Le coiffeur f. les cheveux de la cliente. / Ses
cheveux f.
frisotter
Le coiffeur lui f. les cheveux. / Ses cheveux f.
froisser
On f. la robe en s’asseyant. / Cette robe f. vite.
(R)
froncer
La couturière f. le tissu. / Ce tissu f. bien. (R)
gauchir
L’humidité g. la porte. / La porte g. sous l’effet
de
l’humidité.
gaufrer / gauffrer
Les ouvriers g. le tissu. / Le tissu g. facilement.
(R)
geler
a- Le courant d’air nous g., g. les mains. / Nous
g.; les mains g.
b- Le froid a g. le sol. / Le sol g. sur 2 mètres.
gercer
Le froid g. les mains, les lèvres. / Les mains, les
lèvres g.
givrer
La pluie g. le pare-brise. / Le pare-brise g. (R)
glacer
On g. la crème au réfrigérateur. / La crème g. au
réfrigérateur. (R)
glisser
Il avait g. la lettre sous le livre. / La lettre avait
g. sous le livre. (B)
34
Imen BEN SALAH TLILI
gondoler
L’humidité a g. la porte. (R) / La porte a g.
gonfler
La piqûre lui g. la main. / La main g.
gouverner
On g. le bateau selon le vent. / Le bateau g. à la
lame. (R)
grainer / grener
On g. de la terre. / La terre g.
grandir
a- Cette hormone l’a g. / Il a g.
b- On g. une tache en la lavant. / La tache g.
c- Cet appel a g. la foule. / La foule a g.
gratiner
Le cuisinier g. la purée. / La purée g. au four.
(V)
griller
Le cuisinier g. les marrons. / Les marrons g.
dans la poêle.
gripper
Le manque d’huile a g. le moteur, les rouages. /
Le moteur, les rouages g.
griser
On g. une peinture blanche avec du noir. / La
peinture blanche g.
grossir
a- Les pluies g. le torrent. / Le torrent g.
b- Le microscope g. les objets. / Les objets g.
en approchant.
guérir
a- Le médecin g. Paul. / Paul g.
b- Le médecin a g. la grippe. / La grippe g.
halluciner
Le souvenir de cette scène h. Paul. / Paul h. (R)
hausser
On h. les prix, les salaires. /
Les prix, les salaires h. (R)
incuber
On i. une maladie. / La maladie i. (R)
infuser
On i. du tilleul. / Le tilleul i.
jaunir
a- L’hépatite a j. son visage. / Son visage a j.
avec l’hépatite.
b- On j. les dents avec le tabac. / Les dents j.
c- Le temps a j. les teintures. / Les teintures j.
d- L’automne j. les feuilles. / Les feuilles j.
joindre
On j. les deux planches. / Les deux planches j.
bien.
jouer
On j. un film policier au cinéma. / Un film
policier j. au cinéma.
jucher
On j. la poule sur le perchoir. / La poule j. sur le
perchoir.
laver
On l. une étoffe. / Cette étoffe l. bien (B+L) (R)
lever
Le chasseur l. le gibier. / Le gibier l. (R)
liquéfier
On l. le plomb. / Le plomb l. à 327.4° (B.G.L)
(R)
loger
On l. les poules dans un poulailler. / Les poules
l. dans un poulailler
Verbes symétriques
macérer
Le cuisinier m. les cerises. / Les cerises m. dans
l’eau-de-vie.
mailler
Le filet m. la perdrix. / La perdrix m.
marcotter
L’horticulteur m. les figuiers. / Les figuiers m.
(R)
mariner
Le cuisinier m. des harengs dans l’huile. / Les
harengs m. dans l’huile
mijoter
Le cuisinier m. le ragoût. / Le ragoût m. dans la
marmite.
mincir
Ce régime a m. Paul. (R) / Paul a beaucoup m.
avec ce régime.
mitonner
Le cuisinier m. le ragoût. / Le ragoût m. dans la
marmite.
moisir
L’humidité a m. le pain. (R) / Le pain a m.
moitir
L’humidité m. le linge. /
Le linge m. à l’humidité. (R)
mollir
L’inaction a m. leur résistance. / Leur résistance
m.
a- On m. la vitre, le tableau de 10cm / La
vitre, le tableau m. de 10 cm.
b- On m. la vitesse à 100 Km / h. / La vitesse
m. à 100 Km / h.
c- On m. les salaires. / Les salaires m.
multiplier
On m. les erreurs. / « Les conséquences m. à
proportions » (Pascal). (R
mûrir
a- Le soleil m. les fruits. / Les fruits m. au
soleil.
b- La chaleur a m. l’abcès. / L’abcès m. et peut
être percé.
c- On mûrit un projet. / Ce projet a mûri
dansson esprit.
d- Les échecs ont m. Paul. / Paul a m. avec les
échecs.
noircir
Les nuages n. le ciel. / Le ciel n.
octupler
On o. la production avec cette machine. / La
production o. (R)
onduler
Le coiffeur lui o. les cheveux. / Ses cheveux o.
ouvrir
a- On o. le tiroir. / Le tiroir o. mal.
b- On o. les magasins en septembre. / Les
magasins o. en septembre.
c- On o. la séance par une présentation de
l’orateur. /La séance o. par une présentation de
l’orateur .
pâlir
a- La maladie p. son visage. / Son visage p.
b-Le soleil p. les couleurs. / Les couleurs p.
avec le temps.
paniquer
L’examen p. Paul. / Paul p.
passionner
Les maths p. Paul. / Paul p. pour les maths.
35
Imen BEN SALAH TLILI
peler
Le soleil lui a p. le nez. (V) / Son nez p.
pencher
On p. le tableau vers la gauche. / Le tableau p.
un peu de côté.
pendre
On p. du jambon au plafond. / Le jambon p. au
plafond.
percher
On p. l’oiseau sur une branche. / L’oiseau p. sur
une branche.
permuter
a- On p. ces deux fonctionnaires. / Ces deux
fonctionnaires p.
b- On p. ces deux mots. / Ces deux mots p.
plier
On p. une branche. / La branche p. sous le
poids des fruits.
plisser
a- La brise p. les eaux du lac. / Les eaux dulac
p.
b- La couturière p. le tissu. / Le tissu p. bien.
plonger
L’éclipse p. la ville dans le noir. / La ville p.
dans le noir.
ployer
a- On p. ses jambes. (L) / « Ses jambes p. sous
lui.» (Gautier)
b- « Le vent p. (...) ce mât. » (Hugo) (L) / Le
mât p.
polymériser
Le chimiste p. les monomères. / Les monomères
p. (R)
pourrir
L’humidité p. les fruits. / « Les fruits p. sous
l’arbre. » (Balzac)
pousser
a- L’enfant p. une dent. / Une dent p. à cet
enfant.
b- Cette orchidée p. beaucoup de fleurs. / Les
fleurs p.
précipiter
On p. une solution en la chauffant. / La solution
p. au fond de l’éprouvette. (R)
putréfier
L’humidité p. les fruits. / Les fruits p. (R)
quadrupler
On q. la production avec cette machine. / La
production q.
quintupler
On q. la production avec cette machine. / La
production q.
raccourcir
a- On r. les délais. / Les délais r.
b- L’hiver r. les jours. / Les jours r. en hiver.
radoucir
Le vent du sud r. le temps. / Le temps r. (R)
rafraîchir
a- On r. la bière dans le frigo. / La bière r. dans
le frigo.
b- La pluie r. le temps. / Le temps r.
raidir
a- Le froid r. les membres. /Les membres r. (R)
b- Le froid r. la corde. / La corde r. (R)
c- Le calcaire r. le linge. / Le linge r. avec le
calcaire. (R)
Verbes symétriques
rajeunir
Cette robe r. Marie. / Marie r. avec cette robe.
ralentir
La pente r. la vitesse. / La vitesse r.
rallonger
Le printemps r. les jours. / Les jours r.
ramollir
On r. la cire. / La cire r. (R)
rancir
Le séjour dans la cuisine a r. le beurre. (R) / Le
beurre a r.
rapetisser
On r. la robe. / La robe r.
rassir
Une nuit a r. le pain. (R) / Le pain a r.
rater
a- Il a r. son coup. / Son coup a r
b- Il a r. son entreprise. / Son entreprise a r. (B
rebaisser
a- On r. le store. (R) / Le store r.
b- On r. les prix de beaucoup. (R) / Les prix r.
de beaucoup
recommencer
On a r. la guerre. / La guerre a r. (B)
recuire
On r. une viande trop rouge encore. / La viande
r.
reculer
a- On r. sa voiture. / Sa voiture r.
b- On r. ce moment. / Ce moment r. (B)
redémarrer
On r. le travail. (R) / Le travail r.
redescendre
On r. les prix. / Les prix r.
redoubler
a- L’ennemi r. ses attaques. / Les attaques r.
(R)
b- On r. son angoisse par cette nouvelle. (R) /
Son angoisse r.
réduire
On r. la sauce. / La sauce r. à la cuisson. (R)
refermer
On r. le magasin en février. / Le magasin r. en
février. (R)
refroidir
a- Le vent r. le temps. / Le temps r.
b- On r. l’eau avec de la glace. / L’eau r.
regeler
a- Le cuisinier r. les aliments frais. / Les
aliments frais r.
b- Le froid r. le lac. / Le lac r.
relever
On r. sa jupe. / Sa jupe r. derrière.
rembrunir
Le temps r. les couleurs. (V) / Les couleurs r.
(R)
remonter
a- On r. la vitre. / La vitre r.
b- On r. les salaires. / Les salaires r.
remuer
Le vent r. les feuilles. / Les feuilles r. au vent.
renchérir
On r. les prix par cette loi. / Les prix r.
renverser
On r. du vin sur la nappe. / Le vin r. sur la
nappe. (R)
36
Imen BEN SALAH TLILI
réouvrir / rouvrir
On r. les magasins en août. / Les magasins r. en
août.
replonger
a- La grève r. la ville dans le noir. / La ville r.
dans le noir.
b- Cette guerre r. le pays dans l’anarchie. / Le
pays r. dans l’anarchie.
repousser
« Cet arbre a r. de plus belles branches »
(Littré) / Les branches, les feuilles, l’herbe r.
reprendre
On r. l’activité. / L’activité r. (B)
ressuciter
a- Jésus a r. Hazare. / Hazare a r.
b- Ce médicament a r. Paul. /Paul a r. après
cette maladie.
c- On a r. cette tradition. / Cette tradition a r.
retarder
On r. la pendule. / La pendule r. (B)
rétrécir
On r. la chemise. / La chemise r. au soleil.
réussir
On r. un projet, une tentative. / Le projet, la
tentative r.
reverdir
Le printemps r. les prés. / Les prés r.
riper
Les ouvriers r. une partie de la voie ferrée. /
La voie ferrée r.
rissoler
Le cuisinier r. les beignets. / Les beignets r.
dans la poêle.
rompre
On r. la corde. / La corde r. (R)
rosir
a- Le soleil r. son visage. / Son visage r.
b- L’aube r. le ciel. / Le ciel r.
rôtir
On r. un gigot au four. / Le gigot r. au four.
rougir
Le feu r. le fer. / Le fer r. au feu.
rouiller
L’humidité r. le fer. / Le fer r.
rouler
Le torrent r. des rochers vers la plaine. / Les
rochers r. jusqu’en bas.
roussir
L’automne r. les feuilles. / Les feuilles r. en
automne.
saturer
« Tous ces socialistes forcenés nous s. de
raisonnements et d’enseignement impérieux ».
(Péguy) / On s. à la fin de la journée.
sécher
a- On s. les vêtements. / Les vêtements s.
ausoleil.
b- On s. des raisins. / Les raisins s.
c- Le soleil s. les flaques d’eau. / Les flaques
d’eau s.
septupler
On s. la production avec cette machine. / La
production s.
serrer
Elle s. sa jupe. / Sa jupe s. (B) (R)
Verbes symétriques
sextupler
On s. La production avec cette machine. / La
production s.
sonner
On s. les cloches. / Les cloches s.
stopper
On s. le cortège avec un barrage. / Le cortège s.
au barrage. (R)
stresser
Cette nouvelle a s. Paul./ Paul s.
suffoquer
Les sanglots, les vapeurs s. Paul. / Paul s.
surir
La chaleur s. les aliments. (R) / Les aliments s.
tarir
a- La sécheresse t. les puits. / Les puits t.
b- L’âge t. sa force créatrice. / Sa force créatrice
t.
tenir
On t. la pile d’assiettes en équilibre. / La pile
d’assiettes t. en équilibre.
ternir
L’humidité t. les couverts. / Les couverts t. (R)
tiédir
On t. de l’eau dans une casserole. / L’eau t.
dans la bouilloire
tinter
On t. La cloche. / La cloche t.
tourner
Paul t. la poignée. / La poignée t.
traîner
Pierre t. la bâche sur le sol. / La bâche t. sur
lesol. (B.G.L)
tremper
On t. le linge dans l’eau. / Le linge t. dans l’eau.
tripler
On t. la production avec cette machine. / La
production t.
varier
On v. son style, ses plaisirs. / Son style, ses
plaisirs v.
verdir
Le printemps v. les prairies. / Les prairies v.
verser
On v. la voiture dans le fossé. / La voiture v.
dans le fossé.
vieillir
a- Le malheur v. son visage. / Son visage v.
b- Le cultivateur v. son vin en cave. / Le vin v.
bien.
violacer
Le froid v. les joues, les lèvres. / Les joues, les
lèvres v. (R)
37
Jacques FRANÇOIS
Jacques FRANÇOIS
CRISCO, CNRS & Université de Caen
jacques.francois@unicaen.fr
COMMENCER PAR / FINIR PAR :
UN COUPLE MAL ASSORTI1
Résumé :
Si la paire de semi-auxiliaire commencer à / finir de [_ INF] a fait l’objet d’études principalement consacrées au
phénomène dit de « coercition de type », il n’en est pas de même de commencer / finir par [_ N/INF] qui ne
présente pas une symétrie analogue pour la mise en ordre de micro-événements ou micro-actions. A partir de la
distinction primaire entre deux lectures, méréologique et dialectique, l’article examine les différents types de
construction en commencer / finir par avec et sans infinitive, avec et sans objet nominal. Dans une seule
configuration (l’alternance Nx commence Ny en Vppre Ù par Nz) on retrouve un phénomène apparenté à la
coercition de type.
Abstract :
Whereas the pair of semiauxiliaries commencer à / finir de [_ INF] has been studied basically with reference to
the « type coercion » phenomenon, no similar study has been devoted to the pair commencer / finir par [_
N/INF] that does not convey a symmetrical reference either to the first or to the last micro-event (or microaction) in the framework of a macro-event (or macro-action). Beginning with the distinction between a
mereological and a dialectic reading of these constructions, the paper investigates the two types of constructions
commencer / finir par… with and without infinitive phrase, with and without an object NP. In only one
configuration, namely the alternating constructions Nx commence Ny en Vppre Ù par Nz, one discovers a
phenomenon related to type coercion.
Le verbe commencer a donné lieu récemment à de nombreux travaux qui concernent
essentiellement l’une de ses constructions, à savoir N1<qn :x> commence N2<qc :y>, ex. Le
romancier commence son nouveau roman, sous l’angle de la « coercion de type » :
commencer introduit soit un objet événementiel, ex. commencer une conférence / la
valorisation / transformation de qch, soit un objet concret, ex. commencer un plat / un roman
1
Cet article a fait l’objet de deux présentations partielles, en premier lieu le 3 novembre 2006 dans le cadre de la
journée scientifique « Morphosyntaxe et sémantique du verbe » coorganisée par Ahmed Brahim & Jacques
François à la Faculté des Lettres de la Manouba (Tunis), puis dans l’Atelier de linguistique française CRISCOSCOLIA, organisé les 7-8 décembre 2006 au CRISCO (Caen) par Véronique Lenepveu (CRISCO) assistée de
Catherine Schnedecker (SCOLIA).
commencer par / finir par
38
Jacques FRANÇOIS
/ un opus musical, etc. Mais en fait commencer (et aussi bien finir) n’est pas compatible avec
un objet de ce type conceptuel : commencer un plat / roman / opus musical<y> implique donc
COMMENCER À ACCOMPLIR UNE ACTION RELATIVE À <y>. C’est la « coercion de type » (cf.
Pustejovsky 1995, Kleiber 1999), la spécification de l’action en cause étant à établir à partir
du contexte :
commencer
commencer
commencer
un plat
un roman
un opus
→ à préparer / consommer / etc.
→ à écrire / traduire / imprimer / relier / etc.
→ à composer / interpréter / recopier / etc.
La construction N1<qn :x> commence par {N2 <qc/qn :y> / INF1} n’a en revanche pas
suscité un intérêt comparable2. Dans un article antérieur (François 2000), j’ai laissé entendre à
tort que commencer par N2 / INF1 et finir par N2 / INF1 constituaient un couple symétrique
au même titre que commencer N2 / à INF1 et finir N2 / de INF1. J’ai corrigé cette erreur
ultérieurement3 en introduisant les deux constructions commencer par et finir par dans la
même classe « Modalité temporelle d'action (ou d’événement) », moyennant toutefois deux
sous-classes différentes : « mise en ordre d’une macro-action » pour commencer
et « résolution tardive pour une action » pour finir.
Le couple commencer à INF1 / finir de INF1 est donc « bien assorti » (c’est-à-dire
symétrique), tandis que le couple commencer par INF1 / finir par INF1 est « mal assorti »
(c’est-à-dire asymétrique) en ce sens que commencer par véhicule la sélection d’une microaction constitutive d’une macro-action, tandis que finir par véhicule seulement l’engagement
tardif d’une action (valeur de nature plus pragmatique que sémantique, puisqu’elle suppose de
la part d’un observateur un jugement du type « X aurait pu/dû accomplir plus tôt l’action α »).
L’objet de cet article est donc4
i. d’élucider les types d’emploi de commencer par INF1 (section 1) et finir par INF1 (section
2),
ii. de tester les relations de paraphrase entre commencer / finir par N2<e :act/évén> et
N1<qn :x> commence / finit par INF1 (section 3) ,
iii. et entre commencer N2<qc/act :y> par N3<qn/qc/qct :z> et commencer N2<act :y> en
Vppre N<qc :z> (avec la variante adventice : PrepLoc Ny, Nx commence par INF1).
Pour ce faire, je recours à un corpus textuel constitué de deux années du journal le Monde
(2001 & 2002) annoté par le catégoriseur syntaxique Tree Tagger5.
2
Le bon usage (Grévisse & Goosse 1986, §879, p. 1336) se contente de noter que « commencer, finir ont
souvent comme complément adverbial un infinitif précédé de par » et que débuter par est littéraire et terminer
par hors d’usage. Rien n’est dit de la fonction de ces constructions par opposition à commencer à / finir de, si ce
n’est que « dans la langue populaire, le complément adverbial est parfois confondu avec le complément d’objet :
Il commence par m’embêter, celui-là ! ».
L’article commencer du Trésor de la Langue Française consacre à commencer par N / INF la sous-section IA4b
« [Le verbe est précisé par un compl. circ. de moyen, de manière (prép. par) indiquant la première d'une série
d'opérations] Faire la première d'une suite d'actions. Fâcheuses nouvelles d'Italie. Victor-Emmanuel a commencé
par un échec; ses deux divisions ont dû repasser le Mincio (AMIEL, Journal intime, 1866, p. 346). L'esclave
commence par réclamer justice et finit par vouloir la royauté (CAMUS, L'Homme révolté, 1951, p. 41). » et
l’article finir consacre la section IIC à la construction finir par INF, définie comme « en arriver à , en venir à ».
3
Cf. François 2003, Section IV—2.2. Le type fonctionnel des entrées verbales non prédicatives.
4
Comme chez M. Gross, INF1 désigne une construction infinitive dont le sujet absent est contrôlé par N1. Vppre
symbolise un verbe au participe présent.
5
Programme TWIC.PL élaboré par Achim Stein, Université de Stuttgart, permettant d’obtenir des contextes
d’occurrence de chaînes de phrases, combiné à un concordancier conçu au CRISCO, Caen (J.L. Manguin, M.
Sénéchal et J. François).
commencer par / finir par
39
Jacques FRANÇOIS
1. Les deux lectures de [Nx commence par INF1]
Nx commence par INF1 donne lieu à deux types de lecture, que j’appellerai respectivement
« MÉRÉOLOGIQUE » et « DIALECTIQUE ». Dans la première lecture méréologique, un microprocès6 est identifié comme le composant initial d’un macro-procès, ex.
(1)
Le prévenu a commencé par expliquer où il se trouvait à l’heure du crime, puis il a
accusé X du crime.
Le prévenu fait une déclaration à la police (macro-action) et le premier volet de cette
déclaration consiste à « expliquer où il se trouvait à l’heure du crime ». La seconde valeur,
dialectique, se présente lorsqu’une action (ou un événement) 1 est suivi d’une action (ou
événement) 2 opposée, soit « X commence par faire A1, avant de faire A2 ≠ A1 », soit « X
commence par être impliqué dans E1, avant d’être impliqué dans E2 ≠ E1 », ex.
(2)
(3)
Le prévenu a commencé par nier, mais s’est rendu compte de l’absurdité de ses
arguments et s’est résolu à avouer.
La tempête a commencé par ravager les champs de blé, mais elle s’est calmée
avant d’atteindre le village.
Voici une illustration de la lecture méréologique empruntée au corpus du Monde7 :
(4)
pour évoquer l'apport multiple de Claude Lévi- Strauss, pour rendre sensible son
extraordinaire attention au concret, à la richesse des mondes, il faut commencer
par [ÉCARTER LE MUSÉE, LA STATUE, L' ENCYCLOPÉDIE, TOUT CE QUI FIGE ET RAIDIT].
(22-11-02, p.7)
Dans cet extrait, l’objectif est de rendre justice à la figure de l’ethnologue et philosophe
Claude Lévi-Strauss (2 macro-actions juxtaposées), et la méthode préconisée consiste à
accomplir en premier la micro-action « écarter le musée, la statue, l’encyclopédie, tout ce qui
fige et raidit ».
La lecture dialectique étant plus rare, j’en donne trois illustrations. L’action A2 opposée à A1
apparaît avec un soulignement double.
(5) Les Bourguignons ont engagé une démarche similaire, avec sanctions et radiations
de l’appellation à l’appui. Les uns et les autres n'en démordent pas : le vin de
cépage, fer de lance de leurs concurrents étrangers, n’est pas fait pour eux. "Tous
les adolescents commencent par [ALLER AU MCDO]. Ensuite ils passent au
restaurant": c’est le pari de Tanguy Chatillon, directeur du marketing du CIVB, qui
estime que d’ici quelques années, les "vins de qualité produits dans une région
déterminée" (AOC et vins de pays) représenteront plus de 50 % de la
consommation européenne. (26-11-01, p.22)
En (5) il s’agit d’appellations œnologiques contrôlées et du comportement des adolescents
comme consommateurs de restauration. A2 « ils passent au restaurant » implique que le
6
La notion de « Macro-procès » englobe les « macro-actions » en présence d’un agent et les « macroévénements » en absence d’agent.
7
L’expression des macro-actions apparaît en caractères soulignés et celle des micro-actions en petites capitales
grasses entre crochets. En cas de simple suggestion de la macro-action, le constituant véhiculant cette suggestion
est soulignée d’un trait discontinu.
commencer par / finir par
40
Jacques FRANÇOIS
« McDo » n’entre pas dans cette catégorie. C’est particulièrement pertinent relativement à la
consommation de vin, car les espaces de restauration rapide n’ont pas la licence de débit
d’alcool. A1 : « commencer par aller au McDo » (vs. A2 : « passer au restaurant ») véhicule
donc un schéma interprétatif dialectique.
(6)
Le secret que Lucie confie à l'écrivain est le viol répété qu'enfant elle a subi de la
part de son père. L'inceste et l'holocauste rapprochés ? La simple idée commence
par [RÉVOLTER L’ÉCRIVAIN]. Et puis, par amour, la réflexion s'affine en lui. (6-122002, p.3)
En (6) l’écrivain commence par se révolter (A1) à l’idée du rapprochement entre le viol répété
subi par Lucie et l’holocauste, avant de réfléchir plus avant (A2 ≠ A1).
(7)
Entendu par le Congrès le 23 octobre, Tommy Thompson, secrétaire d’Etat
américain aux services sanitaires et sociaux, déclarait à propos des négociations
serrées menées avec Bayer, producteur de l’antibiotique ciprofloxacine utilisé contre
le bacille du charbon : "Je peux vous assurer que nous n'allons pas payer le prix
qu'ils demandent." Bayer a commencé par [DEMANDER UN PRIX SITUÉ ENTRE 1,75
DOLLAR ET 1,85 DOLLAR LE COMPRIMÉ], "et je peux vous assurer qu'ils sont loin du
compte", a ajouté M. Thompson devant des journalistes.Tommy Thompson avait
également assuré devant le Congrès qu’ au cas où Bayer ne baisserait pas son prix
le gouvernement américain pourrait lui retirer son autorisation de mise sur le
marché et faire appel à une version générique du Cipr.(7-11-01, p.16)
En (7), on comprend à partir de l’expression circonstancielle « à propos des négociations
serrées menées avec Bayer » que le gouvernement américain négocie (A1) avec la société
pharmaceutique Bayer une baisse du prix de l’antibiotique ciproflaxine. « Ils sont loin du
compte » signifie que le prix demandé par Bayer est encore trop élevé, mais l’action A2 ≠ A1
« demander un prix moins élevé » n’est exprimée qu’indirectement par l’hypothèse « au cas
où Bayer ne baisserait pas son prix ».
2. Les deux variantes de la seule lecture dialectique de [Nx finit par INF]
Globalement, la construction Nx finit par INF ne présente pas de valeur méréologique
(sélection d’une micro-action dans une macro-action), mais seulement une valeur de
résolution tardive (je reviendrai sur ce jugement en fin de section). Ainsi Au bout de trois
jours le prévenu a fini par avouer le meurtre n’implique aucune action du prévenu pendant
les trois jours précédant l’aveu du meurtre, il peut s’être tu ou avoir défendu différents
scénarios, en tout cas avouer le meurtre ne constitue pas la micro-action finale d’une
quelconque macro-action.
La lecture dialectique présente deux variantes selon que le référent du sujet de commencer
contrôle ou pas le procès exprimé par l’infinitive. Je commence par la variante agentive en
rangeant les illustrations par ordre croissant d’explicitation de l’action préalable A1 opposée à
A2 exprimée par l’infinitive.
(8)
Il continue de jouer à La Chapelle des Lombards et finit par [ÉPOUSER
SOEUR DU PATRON, JEAN-LUC FRAISSE, ANCIEN RESPONSABLE DES PIQUETS
OLIVETTI]. (31-12-01, p.14)
commencer par / finir par
LA BELLEDE GRÈVE
41
Jacques FRANÇOIS
En (8) il est question d’un jazzman, pour qui continuer à jouer dans le local de jazz mentionné
favorise la rencontre avec la belle-sœur du patron qu’il épouse finalement (A2). Il n’y a pas de
A2 ≠ A1, mais on comprend que ce n’est pas dans le but de faire ce mariage que le jazzman a
résolu de continuer ses prestations.
(9)
Noël Mamère, qui avait déclaré, dans Le Monde, que sa décision de ne pas se
présenter était " irrévocable ", finit par [CHANGER D’AVIS DEVANT L’ULTIMATUM QUE
LUI LANCE MME VOYNET] : "Si tu n’y vas pas, il n’y aura pas de candidat", lui dit elle, droit dans les yeux, ce dimanche matin (28-12-01, p.7).
En (9), l’action A1 est énoncée : « ne pas se présenter » (à une élection) et le caractère
antinomique de A2 est explicité par « changer d’avis » qui implique « se présenter ».
Voici maintenant deux exemples de lecture dialectique indécise quant à l’agentivité (10) ou
faiblement agentive (11) :
(10) [agentif ?] M. Khatami a fini par [REPRENDRE SES ACTIVITÉS], sans que l’on sache si
la rumeur avait eu quelque fondement. (29-12-01, p.11)
On comprend en (10) qu’une rumeur a failli obliger M. Khatami a abandonner ses fonctions
(A1), mais qu’en l’absence de confirmation d’accusations supposées à son encontre lui a
permis de « reprendre ses activités » (A2 ≠ A1). Mais la reprise de ses activités est-elle
décidée ou seulement permise ? Le contexte se révèle insuffisant pour assigner la valeur [+/agentif].
(11) [± agentif] N’y a-t-il pas dans l’islam politique certaines des composantes qui ont
fait le succès de l’URSS, la capacité de créer une surréalité, [À LAQUELLE] les gens
finissent par [ADHÉRER], une sorte de schizophrénie, un système qui fonctionne en
dehors de la réalité ? (24-12-01, p.12)
En (11), l’opérateur finir par INF véhicule l’idée que les gens qui vivent dans un milieu
d’islam politique ne sont pas a priori tentés d’adhérer à la « surréalité » politique qui leur est
proposée (A1), mais y adhèrent finalement (A2 ≠ A1), malgré son caractère schizophrénique,
par un effet de psychologie des masses. L’agentivité des « gens » concernés est minimale,
limitée à une absence de résistance au comportement collectif.
La lecture dialectique non agentive se présente naturellement en priorité lorsque le référent du
sujet de finir est inanimé, ex. (13-15).
(13) "Sans séparation, nous sommes en route vers la Bosnie, ou vers l’Afrique du Sud",
autrement dit soit vers une sauvage guerre interethnique, qui finira par [VOIR UNE
INTERVENTION DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE], soit vers l’instauration d’un
apartheid pour les Palestiniens, clamait récemment l’ancien numéro un travailliste,
Ehoud Barak, lors d’un colloque à Herzliyah. (26-12-01, p.2).
En (13) l’intervention possible de la communauté internationale (A2) constitue une résolution
qui succède à une période d’atermoiement (non-intervention A1 ≠ A2) par un effet
d’accumulation causé par « une sauvage guerre interethnique ». Ici aboutir à N est
substituable à finir par voir N (voir assurant une fonction de simple verbe support).
(14) Ce "malaise", largement mis en avant par les syndicalistes, a fini par [ÊTRE ADMIS
MÊME PAR LE MINISTÈRE DE L’EMPLOI ET DE LA SOLIDARITÉ ET PAR LA CAISSE NATIONALE
D’ASSURANCE-MALADIE (CNAM)]. (26-12-2001, p.5).
commencer par / finir par
42
Jacques FRANÇOIS
En (14) le schéma est analogue à (13) : le malaise en question a produit une tension croissante
qui, après une période d’attentisme (A1, non exprimée) a conduit les institutions sociales et
politiques à l’admettre (A2 ≠ A1).
(15) Les restrictions de l’équipe de l’Ecole biblique finirent par [EXCÉDER LES
ORIENTALISTES ÉTRANGERS QUI NE POUVAIENT ACCÉDER À CE TRÉSOR]. (26-12-2001,
p.12).
De même, en (15), (où il s’agit de la conservation des manuscrits de Qumran), l’Ecole
biblique de Jérusalem s’est réservé pendant de nombreuses années le droit d’étudier seule ces
manuscrits. Les orientalistes étrangers ont rongé leur frein (A1 non exprimée) jusqu’au jour
où leur exaspération s’est manifestée (A2 ≠ A1).
Dans certains cas, la lecture est non agentive, bien que le référent du sujet de finir soit un
humain (ex. 16-18). Cela tient à la voix passive (16), à l’expression d’un résultat par mégarde
(17) ou à celle d’un événement incontrôlé (18).
(16) Il a déjà été arrêté à plusieurs reprises ces dernières années, mais a toujours fini
par [ÊTRE RELÂCHÉ]. (31-12-01, p.19).
En (16), une série d’arrestations donne lieu à chaque fois à une relaxe, ce qui est
symbolisable par {A1 ≠A 2 → A1’ ≠A 2’ → A1’’ ≠ A2’’ → etc}.
(17) A entretenir ce type d’amalgames malsains, on finit par [CREUSER DES TRANCHÉES
ENTRE DES APPARTENANCES QUI VIDENT DE SON SENS LA PRATIQUE D’UNE CITOYENNETÉ
FRANÇAISE FONDÉE SUR DES VALEURS DE JUSTICE ET D’ÉGALITÉ]. (24-12-01, p.14).
En (17), l’entretien d’amalgames malsains (A1) est la cause par accumulation de la
production de clivages. Ces clivages, qualifiés de « tranchées creusées » (A2) constituent un
aboutissement non intentionnel – et donc une phase finale – de A1, ce qui peut suggérer une
lecture méréologique.
(18) Trois jours après, Azuquita embarque pour Cuba, atterrit à La Havane, prend le bus
pour Santiago - dix-neuf heures d’un voyage mouvementé avec ses nouveaux
copains - et finit par [PROFITER D’UNE ANNULATION AU STUDIO EGREM, LA COMPAGNIE
D’ETAT, DE SANTIAGO]. (31-12-2001, p.14)
En (18) également, la lecture est quasiment méréologique dans la mesure où les actions
mentionnées : embarquer pour Cuba, atterrir à la Havane et prendre le bus pour Santiago,
constituent bien des phases d’une expédition dont l’occasion finale d’enregistrer (exprimée
par « profiter d’une annulation… ») est le point final.
Je dois donc revenir sur mon affirmation péremptoire selon laquelle finir par INF ne
donnerait jamais lieu à une lecture méréologique. A titre exploratoire, je propose un
continuum tel que plus le caractère d’agentivité est assuré, plus la lecture est clairement
dialectique. En revanche moins il s’agit d’une action et plus l’interprétation s’apparente à une
lecture méréologique. Le schéma suivant – dans l’esprit de ceux de Jacqueline Picoche (1986)
ou Hansjakob Seiler (2000) - illustre ce continuum :
commencer par / finir par
43
Jacques FRANÇOIS
[-agentif] >
>
>
>
>
>
>
[+agentif]
LECTURE MÉRÉOLOGIQUE
LECTURE DIALECTIQUE
3. Examen de la relation de paraphrase entre Nx commence / finit par
Ny<act/évén> et Nx commence / finit par INF1
L’examen minutieux de constructions du type Nx commence / finit par Ny où Ny réfère à une
action ou à un événement révèle que la paraphrase n’est possible qu’à la condition que le sujet
grammatical de la construction réfère à un humain agent de Ny ou à un produit de l’esprit
humain impliqué dans Ny.
Dans les illustrations (19-21), le sujet grammatical est un humain ou une collectivité :
(19) " J'ai commencé par LA GESTION DE CONTRATS, puis le marketing et enfin le
développement commercial d’un réseau de plus de 2 500 collaborateurs. (01-10-01,
p.8)
→
J’ai commencé par gérer des contrats
(20) Les élus et les aménageurs doivent donc commencer par LA CONCERTATION LA PLUS
LARGE POSSIBLE, avant de faire des choix qui devront finalement donner la priorité à
un usage sur un autre (20-09-01, p.4)
→
les élus et les aménageurs doivent donc commencer par se concerter le plus
largement possible
(21) Paria commence par LA TOURNÉE NOCTURNE D’UN BUS destiné à collecter la misère
urbaine et à l’emmener en banlieue. (17-11-2001, p.29)
→
Paria commence par effectuer une tournée nocturne à bord d’un bus…
Dans les illustrations (22-24) en revanche, le sujet grammatical réfère un produit de l’esprit
humain. Lorsque ce produit acquiert un statut d’autonomie, la paraphrase devient douteuse/
(22) L’essai qu’il lui consacre commence par L’ÉVOCATION CHARMÉE DE
(21-12-01, p.2)
→
L’essai commence par évoquer sous son charme sa façon d’être
SA FAÇON D’ÊTRE.
(23) Après ce prologue, l’exposition commence par une courte plongée dans l’histoire du
Mali. (15-12-01, p.30)
→
l’exposition commence par plonger brièvement dans…
(24) Une position morale doit commencer par une condamnation sans équivoque, faute
de quoi le langage même qui permet la communication entre les peuples
disparaîtra. (25-09-01, p.26)
→
? Une position morale doit commencer par condamner sans équivoque8
La paraphrase est en revanche impossible quand le sujet grammatical ne réfère ni à un humain
ni à un produit de l’esprit humain, cf. (25-27).
8
De préférence : Pour une position morale, on doit commencer par condamner sans équivoque.
commencer par / finir par
44
Jacques FRANÇOIS
(25) Tout a commencé par UN COUP DE TÉLÉPHONE À LA PAROISSE DE DONGTANG ("l’Eglise
de l’Est") du quartier de la rue de Wangfujing, à proximité de la Cité interdite, pour
se renseigner sur l’heure précise de la messe de Noël. (26-12-01, p.1)
→ *Tout a commencé par téléphoner…
(26) Cela a commencé par L’EXPLOITATION DU LAPIS-LAZULI, pour lequel existait un
débouché en joaillerie. (10-11-01, p.26)
→
*Cela a commencé par exploiter le lapis-lazuli
(27) Le matin, leur travail commençait par UN ÉPLUCHAGE DE LA PRESSE INTERNATIONALE
pour critiquer son traitement "trop sécuritaire" et pas suffisamment "axée sur le
fond" de la mobilisation sociale européenne. (18-12-01, p.23)
→
*Leur travail commençait par éplucher…
Dans la plupart des cas, le sujet grammatial Nx réfère à une période de temps, Ny référant à
une action accomplie au début de l’intervalle Ny (cf. 28-31).
(28) La journée de lundi a commencé par UNE RÉUNION À HUIS CLOS du groupe dit "6 + 2"
(avec les ministres des affaires étrangères des pays voisins de l’Afghanistan plus
ceux des Etats-Unis et la Russie). (14-11-01, p.4)
→
* la journée commence par réunir à huis clos le groupe…
(29) Une phase de reconstruction personnelle est nécessaire, qui commence par UN
TRAVAIL DE DEUIL. (16-11-01, p.7)
→
*une phase de reconstruction personnelle commence par effectuer un travail de
deuil
(30) Dans la grande salle de l’opéra, la soirée d’ouverture commençait par LA
PROJECTION D’UN MESSAGE FILMÉ envoyé par l’acteur noir américain Danny Glover,
auquel le festival rend hommage. (17-10-01, p.35)
→
*la soirée d’ouverture commençait par projeter un message filmé…
(31) L'après-midi de vendredi avait commencé par UNE CONFRONTATION
MINISTRE ET DEUX DE SES ANCIENS COLLABORATEURs. (17-09-01, p.29)
→
*l’après midi avait commencé par confronter le ministre et …
ENTRE LE
4. Nx commence /finit Ny par Nz / en Vppre Nz
Si la construction Nx commence / finit Ny par INF1 est exclue (* Paul commence / finit la
vaisselle par rincer les verres), on peut cependant lui substituer, non seulement Nx commence
/ finit Ny par Nz (Paul commence / finit la vaisselle par le rinçage des verres) (cf. §3), mais
aussi Nx commence / finit Ny en Vppre (Nz) (Paul commence / finit la vaisselle en rinçant les
verres). Il se trouve toutefois que mon corpus ne présente aucune occurrence de cette
construction avec le verbe finir, je n’illustrerai donc le propos qu’à l’aide de commencer.
4.1. Examen de la relation de paraphrase entre [Nx commence Ny par Nz] et [Nx
commence Ny en Vppre Nz]
Trois cas de figure sont à distinguer :
i. la paraphrase est possible à l’aide du verbe source dont Nz est le nom d’action ou
d’événement (32-35) :
commencer par / finir par
45
Jacques FRANÇOIS
(32) Les parlementaires ont commencé leurs travaux par une discussion sur la
demande défendue par Jean-François Mattei (DL, Bouches-du-Rhône) de renvoi du
texte en commission. (14-05-01, p.11)
Ù
Les parlementaires ont commencé leurs travaux en discutant sur…
(33) En commençant son film par la description des conséquences d’un krach
asiatique sur la vie quotidienne de quelques porteños (habitants de Buenos Aires),
Daniel Burman excite la curiosité. (12-09-01, p.29)
Ù
En commençant son film en décrivant les conséquences…
(34) Human Links commence son travail par une réorganisation des signets déjà
présents sur l’ordinateur de l’utilisateur. (9-06-01, p.24)
Ù
Human Links commence son travail en réorganisant les signets…
(35) Présent au dernier Salon du livre de Paris dans le cadre du forum e-book, Warren
Adler a d’ailleurs commencé sa conférence par cette abrupte déclaration
d’indépendance : " I don't need any of you, guys. (9-06-01, p.6)
Ù
Warren Adler a commencé sa conférence en déclarant abruptement son
indépendance : « … ».
ii. La paraphrase passe par la sélection d’une construction à prédication nominale (Nz nétant
pas un dérivé déverbal)
(36) Musicien issu de la petite bourgeoisie paulista, Patife commence sa carrière par
le hip-hop, au sein du groupe Fatos Reais (faits réels) dont l’un des grands succès,
Terror no Carandiru, décrivait les émeutes meurtrières de la prison paulista de
Carandiru. (27-11-01, p.30)
Ù
en dansant le hip-hop
(37) Icare a commencé sa carrière par un succès. (6-04-01, p.3)
Ù
en connaissant un succès
(38) A partir de mai 1997, il commence ses messages par "Salaam O Alaikum", et
signe Br Mujahid. (15-12-01, p.34)
Ù
en disant / s’exclamant : « … »
(39) Patti Smith a toujours commencé ses concerts par une lecture
p.19)
Ù
en donnant une lecture
(28-05-01,
(40) De quel singulier privilège, dont les acteurs étaient privés, les critiques
d’aujourd'hui ne disposent-ils pas : ils peuvent commencer leur récit par sa fin !
(14-05-01, p.11)
Ù
en prenant par la fin
iii. Enfin dans le reste des cas, la reconstitution d’un schème cognitif est nécessaire (cf. 4147).
(41) L’idée était de commencer l’émission par des reportages et de la poursuivre
par un débat. (27-02-01, p.6)
Ù
en présentant /*faisant des reportages [Le reportage doit déjà exister pour
pouvoir entrer dans l’émission]
(42) La tradition veut, en effet, qu’au Moyen Age on commençait le réveillon par une
bouillie de lait. (26-12-01, p.13)
Ù
en offrant /*faisant une bouillie de lait [La bouillie de lait doit déjà exister pour
entrer dans le programme du réveillon]
commencer par / finir par
46
Jacques FRANÇOIS
(44) Je peux commencer une soirée par une ambiance mélancolique, puis joyeuse,
pour terminer par des sons plus sombres et méditatifs. (17-09-01, p.25)
Ù
en créant une ambiance mélancolique [S’agissant d’un disc jockey, son rôle est de
créer une atmosphère par le choix de morceaux judicieux]
(45) Mais, s’il a bien commencé son exposé par les problèmes de l’eau, M. Allègre
n'a pas tardé à bifurquer sur l'Etat et son impossible réforme. (31-08-01, p.6)
Ù
en évoquant / traitant les problèmes de l'eau [Le rôle d’un exposé est d’évoquer
et de traiter une série de questions]
(46) C’est une erreur de commencer le nettoyage par un centre sportif qui en a le
moins besoin. (26-10-01, p.14)
Ù
en s'occupant d'un centre sportif
(47) Il réfléchit en ce moment sur Le Président, mettant en compétition des hommes
politiques commençant leur carrière par une mairie, puis devenant ministre.
(18-08-01, p.8)
Ù
en prenant la tête d'une mairie
(47) constitue une illustration particulièrement intéressante, dans la mesure où l’on peut dire
aussi d’un fonctionnaire qu’il « commence sa carrière par une mairie » (avant par exemple
d’exercer ses fonctions dans une préfecture ou une communauté territoriale). Mais s’agissant
d’hommes politiques, leur ambition est naturellement de devenir maire, comme tremplin pour
une carrière de ministre. Dans ce cas seulement, il s’agit dans un premier temps de prendre la
tête d’une mairie .
4.2. Examen de la relation de paraphrase entre [Nx commence Ny en Vppre] et
[PrepLoc Ny, Nx commence par INF]9
Pour terminer j’aimerais évoquer – pour le seul verbe commencer – la possibilité de
revenir sur la construction initiale Nx commence par INF : s’il est vrai qu’elle ne tolère pas
l’intrusion d’un objet direct (* Nx commence Ny par INF), en revanche, elle peut paraphraser
la construction Nx commence Ny en Vppre étudiée plus haut (§4.1) à condition d’adjoindre
un complément circonstanciel à valeur locative spatiale et/ou temporelle : PrepLoc Ny, Nx
commence par INF, cf. (48-51)10.
(48) A la dernière réunion des ministres de la défense, le représentant américain, Paul
Wolfowitz, a commencé Ny[son intervention] en invitant ses collègues à
reprendre leur travail habituel : élargissement de l’OTAN, relations avec la Russie,
missions dans les Balkans. (2-10-01, p.4)
Ù
[Dans son intervention], PW a commencé par inviter ses collègues à…
(49) Effet de mimétisme ou non, l’ancien entraîneur du Mans avait commencé Ny[le
tournoi] en donnant l’impression d’être aussi timoré que ses joueurs. (4-9-01,
p.14)
9
Dans toutes les occurrences rencontrées Nx réfère à un humain, cependant un sujet non humain ne peut pas être
exclu, ex. Le météorite a commencé sa rentrée dans l’atmosphère en se divisant en de multiples fragments, avant
de se vaporiser.
10
Il va de soi que [Dans Ny, Nx commence par INF<a>] équivaut à [Au début de Ny, Nx V<a>], ex. Dans son
intervention, Paul Wolfowitz a commencé par inviter ses collègues à reprendre leur travail habituel Ù Au début
de son intervention, PW a invité ses collègues à reprendre leur travail habituel.
commencer par / finir par
47
Jacques FRANÇOIS
Ù
[Dans le tournoi], l'ancien entraîneur a commencé par donner l'impression
d'être…
(50) N’a -t-il pas commencé Ny[sa carrière] en entrant à l’âge de vingt et un ans
comme stagiaire au département marketing de Pilkington ? (12-06-01, p.19)
Ù
[Dans sa carrière], JB a commencé par entrer …
(51) Il commence Ny[un cours] en disant à ses étudiants "Une question me vient à
l’esprit : pourquoi êtes -vous ici ? (16-02-01, p.6)
→
[Dans un cours], il commence par dire à ses étudiants …
Enfin, quand Ny réfère à un intervalle de temps, la paraphrase implique en général que le
sous-intervalle initial soit spécifié (le début de la journée en 52, le début de l’année en 53), ce
qui revient à introduire une redondance (voir les paraphrases 52’ et 53’).
(52) Là, après être revenu des toilettes, je m’installe devant ma console de
commandement type militaire et je commence Ny[ma journée] en espionnant
les conversations qui se tiennent généralement à brûle-pourpoint à l’heure du petit
déjeuner dans les salons privés de Janet Jackson IIIb. (4-07-01, p.58)
Ù
[ ? Dans la journée → En début de journée], je commence par espionner les
conversations…
(52’) En début de journée, je commence par espionner les conversations Ù En début de
journée, j’espionne les conversations
(53) Je commence Ny[l’année] en demandant à mes élèves si, à leur avis, des
différences perdurent aujourd'hui dans l’éducation des filles et des garçons. (17-122001, p.11)
Ù
[ ? Dans l’année → En début d'année], je commence par demander à mes élèves
si…
(53’) En début d’année, je commence par demander à mes élèves si P Ù En début
d’année, je demande à mes élèves si P
5. Conclusions
5.1. Commencer / finir par INF
i.
Nx commence par INF a 2 lectures, méréologique et dialectique.
ii.
Nx finit par INF ne peut avoir de lecture méréologique que si le référent de Nx n’est pas
interprétable comme un agent intentionnel. Dans les autres cas la lecture est dialectique,
agentive ou non agentive.
iii.
Nx commence / finit par Ny<act/évén> n’est paraphrasable par Nx commence / finit par
INF que si x est un humain ou un produit de l’esprit humain dénué d’autonomie.
5.2. Commencer Ny par Nz / en Vppre / commencer par INF
i.
Nx commence Ny par Nz – et sans doute NX finit Ny par Nz – n’est paraphrasable par
Nx commence Ny en Vppre Nz qu’à l’une des 3 conditions :
¾ un verbe source est disponible, ex. commencer son film par la description de N Ù en
décrivant N
commencer par / finir par
48
Jacques FRANÇOIS
¾ une construction à verbe support et prédication nominale est disponible, ex.
commencer sa carrière par le hip-hop → en dansant le hip-hop
¾ un schéma cognitif d’action est disponible, ex. commencer sa carrière par une mairie
→ en prenant la tête d’une mairie
ii.
[Nx commence Ny en Vppre] semble toujours paraphrasable par [PrepLoc Ny, Nx
commence par INF], mais toutes les occurrences rencontrées ont un sujet humain.
Références
François, J. (2000 ), « Fonction et portée des opérateurs verbaux de repérage chronologique
en français » Faits de Langue 14, (L. Danon-Boileau & M.A. Morel, dir.), La
catégorisation dans les langues, pp. 257-266. Paris-Gap : Ophrys.
François, J. (2003), La prédication verbale et les cadres prédicatifs. Louvain : Peeters.
Grévisse, M. & Goosse, A (1986), Le bon usage – Grammaire française [12e édition]. ParisGembloux : Duculot
Kleiber, G. (1999), Problèmes de sémantique – La polysémie en question. Villeneuve
d’Ascq : Presses du Septentrion [Spécialement chapitres VI : « Polysémie et zones
actives : le cas de commencer un livre (I) », p. 149-171 et VII : « Polysémie et
coercition de type : le cas de commencer un livre (II) », p. 173-209]
Picoche, J. (1986), Les structures sémantiques du lexique français. Paris : Nathan-Université.
Pustejovksy, J. (1995), The generative lexicon. Cambridge (Mass.) : MIT-Press.
Seiler, H. (2000), Language Universals Research : A Synthesis. Language Universal Series
8.Tübingen : Gunter Narr Verlag
Trésor de la Langue Française informatisé. Diffusé par l’ATILF (CNRS, Nancy) et
consultable sur le site http://atilf.atilf.fr/tlf.htm
commencer par / finir par
49
Raja GMIR-EZZINE
Raja GMIR-EZZINE
Université des sciences humaines et sociales de Tunis
gmirraja@yahoo.fr
L’ACTANT ‘CIRCONSTANCIEL’ EN FRANÇAIS
Résumé
Dans cet article, nous cherchons à montrer qu’il peut y avoir une disparité entre le plan syntaxique et le plan
sémantique du fait qu’un argument, en l’occurrence le sujet grammatical, peut exprimer le temps ou la localisation.
Cette disparité est réalisée par un processus d’inversion comparable à celui qui s’applique à l’objet direct, lequel
devient l’argument préverbal grâce à l’auxiliaire être. De la même manière, des adverbiaux de temps ou de lieu sont
promus au statut de premier argument grâce au verbe voir, lequel peut être alors considéré comme un semiauxiliaire
de diathèse. Cela justifie le parallèle avec la voix passive du français proposé à la fin de l’article.
Abstract
In this article, we try to show that there can be a discrepancy between the syntactic level and the semantic level
insofar as an argument, namely the grammatical subject, can express time or location. This discrepancy is made
possible by a process of inversion comparable to that which applies to the direct object, which becomes the preverbal
argument by means of the auxiliary be. In the same way, adverbials of time or location are promoted to the status of
first argument by means of see, which can then be considered as a diathetic semi-auxiliary. This justifies the parallel
with the French passive voice proposed at the end of the article.
1.
Introduction
La question est de savoir comment un circonstant, élément facultatif, accessoire, périphérique,
mobile, peut changer de catégorie grammaticale et de fonction en passant de la classe des groupes
prépositionnels assumant la fonction de circonstants à celle des substantifs occupant une place
privilégiée, une place initiale de l’énoncé, celle de sujet grammatical. Ce décalage entre le plan
syntaxique et le plan sémantique nous semble intéressant, car il rompt avec les règles de la
L’actant circonstanciel en français
50
Raja GMIR-EZZINE
grammaire traditionnelle et même de la grammaire moderne. Si la voix passive au moyen de
l’auxiliaire être fait du patient le sujet du passif, d’autres retournements possibles réorganisent les
éléments constitutifs de la phrase en les topicalisant en position de sujet grammatical. Parmi ces
éléments, on trouve le complément du nom, le complément d’objet second ou complément
d’attribution, le complément d’objet direct et les circonstants de temps et de lieu. Ce sont ces
derniers qui feront l’objet de notre exposé. En effet ce retournement est possible au moyen du
verbe voir ou se voir (selon l’élément à topicaliser) qui se trouve vidé de son sens plein et joue,
dès lors, le rôle d’un semi-auxiliaire diathétique.
Le titre oxymorique que nous avons choisi L’actant « circonstanciel » est une notion que nous
empruntons à Marianne Hoboek Haff1, non pas pour désigner, comme elle le fait, l’actant le
moins optimal, c’est-à-dire celui qui se rapproche le plus du circonstant, mais le sujet
grammatical qui exprime une circonstance de temps ou de lieu. Actant renvoie au plan syntaxique
et “ circonstanciel ” au plan sémantique. L’adjectif “ circonstanciel ” diffère de celui que nous
trouvons dans l’appellation traditionnelle de “ complément circonstanciel ” et ne doit pas être
confondu avec lui.
Parler d’actant “ circonstanciel ” souligne le fait que le sujet des énoncés de notre corpus est un
sujet qui n’est ni agent, ni patient, ni possesseur, ni objet localisé, mais une circonstance de temps
ou de lieu, exprimée au moyen de la transformation (transformation au sens premier de
retournement) d’un circonstant en actant. Bien que le circonstant soit facultatif et puisse être
omis, il se trouve, ici, topicalisé : il occupe une place de choix, celle de sujet grammatical, terme
initial de l’énoncé.
Chateaubriand est né dans cette maison en l’année 1768.
Cette maison a vu naître Chateaubriand en l’année 1768.
L’année 1768 a vu naître Chateaubriand dans cette maison.
Notre corpus met en évidence que cette construction est d’un emploi de plus en plus courant,
notamment dans la presse écrite et dans les récits historiques ; nous avons recensé, en
interrogeant la base textuelle Frantext, six mille cinq cents exemples tirés de cinq cents textes
extraits, entre 1900 et 2000, uniquement de romans et de récits de voyages. Nous avons ensuite
retenu près de deux cents phrases qui ont toutes un sujet exprimant soit une circonstance
temporelle, soit une circonstance locative.
Nous exposerons, dans un premier temps, les énoncés dont le prime actant exprime une
circonstance de lieu ou de temps, puis dans un deuxième temps, nous évoquerons les contraintes
syntaxiques et sémantiques concernant la sélection du sujet. Enfin dans un troisième temps, nous
montrerons, en appliquant quelques critères définitoires de l’auxiliarité, que voir joue le rôle de
semi-auxiliaire diathétique et nous mettrons en parallèle la structure avec verbe voir et la
structure passive. Pour conclure nous proposerons l’hypothèse que cette construction manifeste,
tout comme les langues austraunésiennes, ce qu’on pourrait appeler une « voix
circonstancielle »2.
1
Hobaek Haff, M. (1992)
Creissels, D. (1995): Nous appelons “voix circonstancielle” la structure avec voir +infinitif en nous basant sur la
définition syntaxique et lexicale de la voix que propose Creissels (p.265-266).
2
L’actant circonstanciel en français
51
Raja GMIR-EZZINE
La présente réflexion porte pour l’essentiel sur la dernière étape, à savoir l’auxiliation du verbe
voir ; l’état actuel de notre recherche nous permet en effet de donner quelques indications sur les
étapes précédentes.
2.
L’actant circonstanciel
Nous désignons par l’expression actant “ circonstanciel ” le circonstant de lieu ou de temps,
circonstant essentiellement supprimable, qui se transforme en prime actant sujet au moyen du
verbe voir. Actant, comme nous l’avons dit précédemment, renvoie au plan syntaxique et
circonstanciel au plan sémantique.
En effet, Voir permet de déplacer plusieurs constituants de la phrase, pour les mettre en position
sujet. Ce qui revient à réorganiser la structure syntaxique de l’énoncé en en redistribuant les
constituants essentiels ou non essentiels sur la chaîne syntagmatique. Ces constituants sont,
rappelons-le, le complément du nom, le complément d’objet direct, le complément d’objet
indirect, le circonstant de temps et le circonstant de circonstant de lieu3. Notre intérêt porte, dans
ce travail, uniquement sur les circonstants.
Les énoncés sur lesquels nous allons nous pencher dans le cadre de cet exposé consistent
uniquement en des phrases simples4 que nous avons classées selon que l’expression
circonstancielle désigne le lieu ou le temps.
2.1
L’actant “ circonstanciel ” sujet exprime le lieu
Nous avons recensé dans les quatre vingt dix exemples, extraits de romans et de récits de
voyages, ayant un sujet grammatical exprimant le lieu. En effet, les sujets des énoncés ci-dessous
sont paraphrasables par des expressions circonstancielles de lieu.
1.
Cette fois, la gare Montparnasse me vit arriver en voiture. (H. Bazin. Vipère au poing,
1948).
1a. Cette fois, j’arrivai à la gare Montparnasse en voiture.
2. Toulouse avait vu passer Richard d’Angleterre avec ses bandes de Navarrais… (Z.
Oldenbourg, Les cités charnelles ou l’histoire de Roger De Montbrun, 1961).
2a. Richard d’Angleterre était passé à Toulouse avec ses bandes de Navarrais…
3. Le musée de l’impressionnisme voit défiler quotidiennement une moyenne de 500
personnes. (Les Musées en France, 1950).
3a. Une moyenne de 500 personnes défile quotidiennement au musée de
l’impressionnisme.
4. La société post-industrielle verra croître rapidement le nombre relatif des “ cadres
qualifiés ”. (Dumazedier-Ripert, Loisir et culture, 1966).
3
Bat-Zeev Shyldkrot, H. (1980), (1987), (1997).
Nous entendons par phrase simple ce que Creissels (1995) désigne par “unité phrastique” qu’il définit comme
suit:“[…] la notion d’unité phrastique repose sur la possibilité d’analyser deux énoncés ou fragments d’énoncés
comme représentant la même conceptualisation d’un événement à travers deux élaborations énonciatives
différentes”.
4
L’actant circonstanciel en français
52
Raja GMIR-EZZINE
4a. Le nombre relatif des “ cadres qualifiés ” croîtra rapidement dans la société postindustrielle.
Tous les groupes soulignés dans les énoncés a sont des groupes prépositionnels circonstants de
lieu qui se transforment (exemples 1-4) au moyen du semi auxiliaire voir en un sujet
grammatical. Nous appelons énoncés standards les énoncés a avec circonstant et les énoncés avec
voir énoncés marqués, ces derniers présentant la construction marquée par voir.
2.2. L’actant “ circonstanciel ” sujet exprime le temps :
Nous dénombrons plus de cent exemples sur les deux cents qui mettent en position de sujet un
prime actant circonstanciel exprimant le temps.
5.
La même heure demain me verra couper les premiers raisins de la vendange.
(Colette, La naissance du jour, 1928).
5a. Je couperai les premiers raisins de la vendange à la même heure demain.
(ou je couperai à la même heure demain les premiers raisins de la vendange).
6.
Ma douzième année vit arriver la mauvaise fortune, les départs, les séparations.
(Colette, La naissance du jour, 1928).
6a. La mauvaise fortune, les départs, les séparations arrivèrent dans ma douzième
année.
7.
Le dimanche suivant vit rentrer chez eux la plupart des enfants. (Y. Queffelec, Les
Noces barbares, 1985).
7a. La plupart des enfants rentrèrent chez eux le dimanche suivant.
8.
Cette fin du XVIIIe siècle voit naître à peu près toutes les formes de la presse. (J.
Morienval, Créateurs De La Grande Presse, 1934).
8a. Toutes les formes de la presse naissent à peu près en cette fin du XVIIIe Siècle.
9.
Chaque semaine voyait paraître une nouvelle brochure. (J. Guehenno, Jean-Jacques,
T.3, 1952).
9a. Une nouvelle brochure paraissait chaque semaine.
10. 1887 voit naître, sous l’impulsion de Hall et de Baldwin, l’AmericaJournal
of
Psychology et la Psychological Review. (Histoire de la science, 1957).
10a. L’American Journal of Psychology et la Psychological Review naissaient en 1887, sous
l’impulsion de Hall et de Baldwin.
Nous avons replacé le circonstant dans sa position standard: il est alors soit direct soit introduit
par l’une des prépositions suivantes à, en et dans dans les énoncés paraphrasés.
3.
Contraintes syntaxiques et sémantiques
Le retournement du circonstant de temps ou de lieu en position de sujet au moyen de voir semiauxiliaire n’est pas toujours opérationnel, il obéit à plusieurs contraintes syntaxiques et
sémantiques. Une première contrainte est en rapport avec le choix du sujet « circonstanciel »,
celui-ci dépend de la nature grammaticale du circonstant à topicaliser, car toute une classe de
circonstants, tels que les adverbes et les locutions adverbiales sont impossibles à mettre en
position de sujet ( Nous partirons bientôt / *Bientôt nous verra partir). Seuls sont susceptibles de
L’actant circonstanciel en français
53
Raja GMIR-EZZINE
devenir sujets les circonstants ayant une forme grammaticale de syntagme nominal ou de
syntagme prépositionnel introduit par une des prépositions suivantes : à, en et dans5.Une
deuxième contrainte est liée à l’emploi particulier de voir semi-auxiliaire et le choix du verbe à
l’infinitif qui le suit car son sémantisme est déterminant dans la procédure de retournement. En
effet, l’infinitif est généralement un verbe perfectif tel que naître, paraître, apparaître,
réapparaître, disparaître, mourir, arriver, venir, partir, etc. Nous comptons quarante huit
occurrences rien que pour le verbe naître sur les deux cents recensés, soit le quart.
3.1.
Le choix du SN sujet
L’actant “ circonstanciel ” sujet est généralement un groupe nominal étendu. Il est déterminé soit
par un adjectif épithète (La société post-industrielle), soit par un nom apposé (La gare
Montparnasse) ou par un groupe prépositionnel complément du nom (Le musée de
l’impressionnisme). Il est, dans la plupart des cas, introduit par un déterminant défini, sauf
quand il s’agit d’un nom propre (nous pensons aux noms de pays, de villes Toulouse). Ce
déterminant est, alors, un article défini (La même heure demain), un adjectif possessif (Ma
douzième année) ou un adjectif démonstratif (Cette fin du XVIIIè siècle). En effet la suppression
de l’expansion ou la permutation du déterminant par un déterminant indéfini rend les énoncés
généralement inacceptables (*Une même heure demain me verra couper les premiers raisins de
la vendange / *Une gare me vit arriver en voiture / *Une fin du XVIIIè siècle). Cependant, dans
certains cas, l’emploi de l’article indéfini comme dans les deux exemples (Un musée voit défiler
quotidiennement une moyenne de 500 personnes. / Une société verra croître rapidement le
nombre relatif des « cadres qualifiés ») est acceptable et donne une lecture générique à l’énoncé.
3.2. Voir + Infinitif : périphrase verbale :
La notion d’auxiliaire est réservée, dans la plupart des grammaires traditionnelles ou modernes,
aux seuls verbes être et avoir qui s’associent aux participes passés pour la construction des
formes composées. Gross6 qualifie ces auxiliaires traditionnels de « circonstanciel[s]7 », étant
donné le rôle sémantique secondaire qu’ils ont, et les associe à l’adverbe, car « auxiliaires et
adverbes ne font qu’introduire des précisions (ou modalités) pour le procès principal qui
correspond au verbe ». D’autres verbes peuvent également acquérir le statut d’auxiliaire en
perdant progressivement leur contenu sémantique et en s’unissant à un verbe à l’infinitif, il s’agit,
notamment, des auxiliaires aspectuels, modaux et temporels qu’énumèrent toutes les grammaires
tels que devoir, falloir, pouvoir, aller, etc. L’ensemble auxiliaire et verbe à l’infinitif est étiqueté,
alors, périphrase verbale et joue le même rôle qu’un verbe de forme simple. En effet, les verbes
appelés auxiliaires ou semi-auxiliaires8ont pour caractéristique de former un tout indissociable
5
Nous ne suivons pas Bat-Zeev Shyldkrot (1980), (1987), quant aux différentes prépositions énumérées pour la
topicalisation du circonstant, car d’autres prépositions peuvent également introduire le circonstant telles que pendant,
durant, etc….
6
Gross, M., (1999), p.8.
7
L’emploi de « circonstanciel » diffère de celui que nous adoptons pour désigner l’actant « circonstanciel ».
8
Nous préférons cette appellation pour le verbe voir, nous réservons l’emploi d’auxiliaire aux seuls auxiliaires être
et avoir.
L’actant circonstanciel en français
54
Raja GMIR-EZZINE
avec le verbe à l’infinitif qui les suit puisqu’ils perdent tout contenu sémantique. Nous pensons
qu’il en est ainsi avec voir où la structure syntaxique que nous avons dans les énoncés est la
suivante : SN0+ Voir+ Vinf+ SN1+ complément. Le syntagme verbal composé de voir et de
l’infinitif est une périphrase verbale qui forme un tout insécable, il correspond à un seul verbe à
la forme simple, l’auxiliant9 est voir et l’auxilié le verbe à l’infinitif. En effet, si nous supprimons
l’infinitif, l’énoncé change de sens avec un sujet inanimé et devient agrammatical. Voir est vidé,
donc, de son sens plein, ou, mieux, est en train de se vider de son sens plein ; il supporte
uniquement les marques de personne, de nombre, de mode, d’aspect et de temps, et le verbe à
l’infinitif donne son sens à la périphrase verbale. Le verbe voir est donc en voie d’auxiliation10,
terme par lequel Benveniste désigne « la jonction syntagmatique d’une forme auxiliante et d’une
forme auxiliée, ou plus brièvement, d’un auxiliant et d’un auxilié », voir est en train d’acquérir
par l’usage le statut d’auxiliaire. Pour montrer que voir n’est pas employé au sens plein, nous
allons nous appuyer sur deux critères qui sont, selon nous, particulièrement définitoires de
l’auxiliarité.
i.
Premier critère : la suppression impossible de l’infinitif.
Un des critères définitoires de l’auxiliarité est la suppression de l’infinitif qui donne à la
périphrase verbale son aspect sémantique.
*1b
?2b
*3b
Cette fois, la gare me vit en voiture.
Toulouse avait vu Richard d’Angleterre avec ses bandes de Navarrais…
Le musée de l’impressionnisme voit quotidiennement une moyenne de 500
personnes.
*4b La société post-industrielle verra rapidement le nombre relatif des “ cadres qualifiés
”.
*5b La même heure demain me verra les premiers raisins de la vendange.
*6b Ma douzième année vit la mauvaise fortune, les départs, les séparations.
*7b Le dimanche suivant vit la plupart des enfants. ( ? vit la plupart des enfants chez
eux).
*8b Cette fin du XVIIIe siècle voit à peu près toutes les formes de la presse.
*9b Chaque semaine voyait une nouvelle brochure.
*10b 1887 voit, sous l’impulsion de Hall et de Baldwin, l’American Journal of Psychology et
la Psychological Review.
Les énoncés sont asémantiques dès lors que le verbe auxilié à l’infinitif est supprimé car le
verbe voir retrouve son sens plein (percevoir par les yeux) qui appelle un sujet humain. On
hésitera peut-être sur l’énoncé 2b (Toulouse avait vu Richard d’Angleterre avec ses bandes de
Navarrais…) qui ne paraît pas asémantique en soi, mais le verbe voir est employé au sens plein et
Toulouse n’est plus ici personnifiée, il désignerait plutôt, métonymiquement, les habitants de la
ville. Nous ne tenons donc pas compte des lectures métaphoriques que peuvent avoir certains
énoncés en contexte.
ii.
Deuxième critère : remplacer l’infinitif par une complétive.
Le deuxième critère définitoire de l’auxiliarité consiste à remplacer l’infinitif par une complétive
9
Auxiliant et auxilié, termes de Benveniste (1974).
Benveniste, E., (1974), tome II, chap. XIII. p. 179.
10
L’actant circonstanciel en français
55
Raja GMIR-EZZINE
avec que, nous savons que l’auxiliaire exclut, en effet, selon Lamiroy,11 « […] la propriété
formelle commune qui distingue les auxiliaires romans du reste des verbes est qu’ils se font
suivre d’un complément infinitif tout en excluant la complétive Que P. » Elle ajoute que « ce
dernier trait est en même temps leur propriété syntaxique définitoire. »:
*1c
?2c
*3c
Cette fois, la gare Montparnasse vit que j’arrivai en voiture.
Toulouse avait vu que Richard d’Angleterre passait avec ses bandes de Navarrais…
Le musée de l’impressionnisme voit qu’une moyenne de 500 personnes défilent
quotidiennement.
*4c
La société post-industrielle verra que le nombre relatif des “ cadres qualifiés ” croîtra
rapidement.
*5c
La même heure demain verra que je couperai les premiers raisins de la vendange.
*6c
Ma douzième année vit que la mauvaise fortune, les départs, les séparations
arrivèrent.
*7c
Le dimanche suivant vit que la plupart des enfants arrivèrent chez eux.
*8c
Cette fin du XVIIIe siècle voit que naissent à peu près toutes les formes de la presse
(ou que toutes les formes de la presse naissent à peu près).
*9c
Chaque semaine voyait qu’une nouvelle brochure paraissait.
*10c 1887 voit que, sous l’impulsion de Hall et de Baldwin, l’American journal of
Psychology et la Psychological Review naissent.
La même remarque que nous faisions sur 2b vaut pour 2c (Toulouse avait vu que Richard
d’Angleterre passait avec ses bandes de Navarrais), ici Toulouse est employé métonymiquement.
L’innacceptabilité de ces phrases est due au fait que le sujet logique du verbe principal est non
humain alors que le verbe fait appel à une faculté mentale. Voir renvoie à une perception ou à une
intentionnalité : remarquer, constater, etc.
Le verbe voir dans notre corpus suppose un processus de désémantisation12, ce qui veut dire
qu’il perd de sa valeur informative, perte qui se fait progressivement : plus il se grammaticalise et
plus son emploi devient fréquent. Il y a donc une sorte de continuum dans la grammaticalisation
du morphème qui s’accompagne d’une désémantisation graduelle. Si une lecture métaphorique
est possible pour certains énoncés sans l’infinitif (revenons à l’exemple 2 (Toulouse, nom propre
d’une ville employé métonymiquement pour désigner les « habitants de Toulouse »), d’autres
énoncés sont absurdes (exemple 5c : *La même heure demain verra que je couperai les premiers
raisins de la vendange). L’absurdité vient, d’une part, du complément du verbe voir qui est
concret (les premiers raisins de la vendange) et donc incompatible avec le verbe, elle vient
d’autre part du sujet abstrait (la même heure demain). En effet, La structure syntaxique avec voir
semi-auxiliaire n’est pas toujours possible et obéit aux contraintes syntaxiques et sémantiques
que nous avons passées en revue dans la deuxième partie de notre travail.
11
Lamiroy, B. (1999), p.38.
Lamiroy, B. (1999), désémantisation, terme que l’auteur emprunte à Damourette & Pichon (1911-1936) et qui est
synonyme de “javellisation” (semantic bleaching), terme de Lehman (1982).
12
L’actant circonstanciel en français
56
Raja GMIR-EZZINE
4. La voix « circonstancielle ”
Creissels13 dit qu’ « on peut parler de « voix » chaque fois qu’une différence morphologique
entre deux formes verbales issues d’un même lexème est associée de façon relativement régulière
à une différence au niveau des schèmes argumentaux avec lesquels elles sont compatibles ». Il
précise que la voix doit être étudiée d’un point de vue syntaxique et lexical, par syntaxique, le
linguiste entend « correspondances régulières entre des modifications morphologiques des formes
verbales et des modifications de leur schème argumental définissables en termes de permutation,
adjonction ou suppression d’arguments », par lexical, le linguiste entend « correspondances
régulières entre la présence de certains morphèmes dans une forme verbale et la nature des rôles
sémantiques attribués au référent du sujet et (dans le cas où un objet est présent) au référent de
l’objet ». La voix, étant une catégorie grammaticale associée au verbe et à son auxiliaire et
indiquant la relation grammaticale entre le verbe, le sujet et l’objet, a, alors, ses propres flexions
verbales. Ainsi, en français, nous opposons la voix active à la voix passive, la première se
caractérise par l’orientation du procès vers l’agent qui exerce une action sur un objet, la deuxième
par l’orientation du procès vers l’objet, celui-ci se transformant en sujet passif au moyen de
l’auxiliaire « être » suivi du participe passé du verbe actif correspondant.
En effet, une phrase à la voix active peut se transformer en phrase à la voix passive, lorsqu’elle
est composée d’un sujet, d’un verbe et d’un objet. L’objet occupe alors la position de sujet et
s’appelle sujet passif, il est suivi de l’auxiliaire être mis au temps et au mode du verbe actif,
lequel peut être suivi du sujet actif introduit, par la préposition par et ayant la fonction de
complément d’agent : Pierre répare la voiture. / La voiture est réparée par Pierre.
Nous pensons qu’il y a un parallélisme entre la voix passive et la structure avec voir + infinitif,
où le procès se trouve orienté vers l’indication temporelle ou locative grâce au semi-auxiliaire
diathétique. Les deux constructions ayant plusieurs points communs, pour le passif français, il est
toujours périphrastique, il n’existe pas de passif univerbal, comme c’est le cas pour l’arabe, par
exemple, de même, pour la “ voix circonstancielle ”, elle est périphrastique, le circonstant de
temps ou de lieu se trouvant promu au rang d’actant grâce au verbe voir suivi de l’infinitif.
Ajoutons à cela les différentes opérations que nous effectuons pour passer de la phrase non
marquée, c’est-à-dire, la phrase avec circonstant à la phrase marquée, où le circonstant se
transforme en actant. Si nous observons les différentes étapes nécessaires pour passer de la voix
active à la voix passive et de la voix active à ce que nous appelons “ voix circonstancielle ”, nous
remarquons qu’il s’agit des mêmes opérations.
En effet, lorsque la phrase de départ a un circonstant de temps ou de lieu non essentiel et
supprimable, celui-ci devient sujet grammatical, en perdant bien évidemment la préposition qui
l’introduit, et est suivi de voir mis au temps et au mode du verbe actif, lequel est employé à
l’infinitif et suivi du sujet de la phrase de départ : Chateaubriand est né dans cette maison. / Cette
maison a vu naître Chateaubriand.
Mais la “ transformation circonstancielle ” n’est pas toujours possible, elle obéit à plusieurs
contraintes syntaxiques et sémantiques, comme nous l’avons vu précédemment.
13
Creissels, D., (1995), p. 265-266.
L’actant circonstanciel en français
57
Raja GMIR-EZZINE
Nous pouvons nous hasarder à appeler, alors, “ voix circonstancielle ” l’opération qui consiste à
topicaliser le circonstant de temps ou de lieu et à en faire le sujet grammatical de la phrase au
moyen du semi-auxiliaire voir.
Nous nous arrêtons à ces trop brèves indications, nous ne pourrons pas, à ce stade de la réflexion,
apporter des réponses tranchées quant à la question relative à l’existence d’une « voix
circonstancielle » en français que lorsque nous aurons répondu aux multiples interrogations que
supposent les précédentes étapes.
5.
Conclusion
Nous avons vu, au cours de cet exposé, que des éléments accessoires, en l’occurrence les
circonstants de temps et de lieu, peuvent occuper une position de choix dans l’énoncé, à savoir la
place du sujet. Cette mise en avant ou cette promotion du circonstant est rendue possible grâce au
verbe voir, dans un emploi particulier, proche de celui de l’auxiliaire. Ces compléments
circonstanciels placés en tête de phrase opèrent un passage de l’accessoire à l’obligatoire, de
sorte que ces éléments, qui étaient au départ périphériques avec pour base d’incidence l’ensemble
de la phrase, se voient attribuer la place centrale, celle de l’actant le plus indispensable, dans une
langue telle que le français.
Ce retournement au moyen de voir n’est pas toujours possible. Nous avons observé les
contraintes d’ordre syntaxique ou sémantique qui touchent au choix de cette structure. Seuls les
circonstants supprimables peuvent être topicalisés sujet. Ainsi, les circonstants qui complètent le
verbe sont difficilement transformables, voire impossibles à transformer, alors que ceux qui sont
accessoires le sont.
Cette opération de thématisation n’est possible que grâce au semi-auxiliaire voir qui connaît une
sorte de continuum dans l’auxiliation ; sa grammaticalisation se fait graduellement. En effet, son
emploi est de plus en plus courant, notamment avec certains verbes à l’infinitif tel que naître, par
exemple, nous pouvons alors nous demander si l’auxiliarité de voir ne se situe pas à ce niveau,
puisque une des caractéristiques de l’auxiliation est la fréquence, et si, enfin, nous ne sommes pas
en train d’assister à l’émergence d’une nouvelle voix en français, la voix “ circonstancielle ”,
comparable par sa forme à la voix passive.
Bibliographie
Bat-Zeev Shyldkrot, H. (1980), “ Les constructions de voir auxiliaire ”, thèse de Doctorat de 3e
Cycle (inédite), Université de Paris VIII.
Bat-Zeev Shyldkrot, H. (1987), “ Les compléments de temps et de lieu sont-ils toujours des
compléments circonstanciels ? ”, Folia linguistica, Acta Societatis Linguisticae
Europaeae, Tome XXI/ 2-4, p.229-247.
Bat-Zeev Shyldkrot, H. (1997), “ La grammaticalisation des auxiliaires : Le cas de voir ”, Scolia
10, p.205-224.
L’actant circonstanciel en français
58
Raja GMIR-EZZINE
Benveniste, E., (1974), Problèmes de linguistique générale, 2, p. 177-193, Gallimard.
Chervel, A. (1979), “ Rhétorique et grammaire : Petite histoire du circonstanciel ”, Langue
française 41, p.5-19.
Chocheyras, J (1968), “ Un nouvel outil grammatical en français moderne : le verbe voir ”, Le
Français Moderne, 3, p.219-225.
Creissels, D. (1995), Eléments de syntaxe générale, P.U.F.
Feuillet, J. (1992), “ Actants et Circonstants : Quelques problèmes de définition ”, Lucien
Tesnière Aujourd’hui, Actes du Colloque International C.N.R.S. Université de
Rouen, ED. Peeters, p.175-181.
Gaatone, D. (1970), “ Le rôle de voir dans les procédures de retournement de la phrase ”,
Linguistics 58, p.18-29.
Gross, M., (1999), “ Sur la définition d’auxiliaire du verbe ”, Langages, 135, p.8-31.
Hagège, C., (1978), “ Du thème au thème en passant par le sujet. Pour une théorie cyclique ”, La
linguistique, Vol.14, Fasc.2, p.3-38.
Hagège, C. (1982), “ La structure des langues ”, Que sais-je ?, Paris, P.U.F.
Hagège, C. (1983), “ Pour un retour d’exil des périphériques ”, Modèles Linguistiques, Tome V,
Fasc.1, p.107-116.
Hobaek Haff, M (1992), “ Actants circonstanciels et circonstants actanciels - une analyse de la
dichotomie actant / circonstant ”, Revue Romane 27, p.285-291.
Lamiroy, B., (1999), “ Auxiliaires, langues romanes et grammaticalisation ”, Langages, 135,
p.33-45.
Riegel, M., Pellat, J-C., Rioul, R., (1994), Grammaire méthodique du français, Paris, P.U.F.
Tesnière, L. (1969), Eléments de syntaxe structurale, 2ème édition, Paris, Editions Klincksieck.
Touratier, Ch., (1987), “ Définition typologique du sujet ”, Travaux d’Aix-en-Provence, 5, p.5979.
L’actant circonstanciel en français
59
Nicole RIVIÈRE
Nicole RIVIÈRE
Université Paris 7 et UMR 7110 : LLF du CNRS
nicole.riviere@linguist.jussieu.fr
LA PRONOMINALISATION ET LES AUXILIAIRES DE
MODALITÉ
1
Introduction
Je n'ai pas connaissance de travaux sur la construction pronominale qui analyseraient les
modifications de signification entraînées par la pronominalisation des auxiliaires de modalité
en français. Il m'a semblé que cela pouvait être une manière d'apporter un éclairage différent
sur le problème de la pronominalisation dans une langue déjà abondamment décrite comme le
français. On sait que les énoncés modalisés par les auxiliaires pouvoir, vouloir et devoir
peuvent être ambigus, et que l'ambiguïté peut être levée sous certaines conditions que je
commencerai par rappeler brièvement. Le point soulevé ici est : que se passe-t-il
sémantiquement et syntaxiquement lors de la pronominalisation?
Ces trois auxiliaires sont considérés comme transitifs : ils peuvent tous les trois avoir pour
complément une proposition infinitive dont le sujet est identifié au sujet de l'auxiliaire (Jean
veut/doit/peut marcher). La pronominalisation devrait alors entraîner l'interprétation réfléchie.
Mais une complication survient du fait qu'un jugement modal est posé de l'extérieur, par
l'énonciateur, soit sur le sujet de l'énoncé, soit sur la prédication dans son ensemble. On
observe alors des modifications syntaxiques et des glissements de sens, et la focalisation sur
un des sens possibles.
Le problème est donc d'une part d'identifier les rôles actanciels en jeu et leur répartition sur
les arguments en présence, et d'autre part de classer les significations obtenues. En effet si les
significations des trois pronominalisations sont clairement distinctes les unes des autres, le
type de deux d'entre elles n'est pas immédiatement classifiable.
2
Vouloir - Se vouloir
Vouloir est transitif, et son complément est analysé comme un objet direct. Vouloir peut être
suivi d'une complétive, d'un infinitif ou d'un substantif. Le sujet animé est interprété comme
un Agent du procès modalisé : il fera tout pour que ce procès envisagé devienne une
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
60
Nicole RIVIÈRE
occurrence réelle. Si le sujet est inanimé, vouloir est suivi d'un infinitif et n'exprime plus la
volonté mais un jugement de l'énonciateur sur la probabilité que l'événement considéré se
déclenche dans le futur (on dirait qu'il veut neiger = un faisceau de circonstances fait dire à
l'énonciateur que « il neige» va être déclenché/se déclencher1).
La signification modale de vouloir ne semble pas varier autant que celle des autres auxiliaires,
mais les constructions que cet auxiliaire autorise sont plus variées. Or la pronominalisation
sélectionne certaines constructions.
2.1. Vouloir + complétive
Le sujet de vouloir n'est pas Agent : l’énonciateur constate et rapporte que le sujet de l’énoncé
fera tout pour la réalisation d’un but. Vouloir se construit avec une complétive objet lorsque le
sujet de vouloir est différent du sujet de la complétive. Lorsque vouloir est suivi d'une
complétive, le sujet de vouloir envisage pour le sujet de la complétive le rôle d'Agent,
contrairement à ce que ce dernier envisage (on dit je veux que tu partes à quelqu'un qui
n'envisage pas de partir), ou malgré toute opposition qui peut survenir.
1. Jean veut que Pierre fasse des études « il le veut pour Pierre, à la place de Pierre / envers
et contre tout »
Aucune identification entre un Agent et un Patient n'est possible. Cette construction ne
donne pas lieu à la pronominalisation en se.
2.2
Vouloir + infinitif
Cette construction marque que le sujet de vouloir et celui du procès à l'infinitif sont
identifiés :
2. Jean veut acheter une maison. « Jean veut que Jean achète une maison »
Jean veut partir. « Jean veut que Jean parte »
Deux rôles sont attribués à Jean, en tant que sujet de vouloir, et en tant que sujet de acheter.
En tant que sujet de vouloir il n'est pas un Agent, son rôle est proche de celui du sujet de faire
causateur : il est le déclencheur de l'agentivité potentielle du sujet de acheter. Il pousse Jean à
faire l'achat, c'est son but. On constate alors que la pronominalisation ne touche pas le modal
mais le prédicat modalisé :
3. a- *Jean se veut acheter une maison
b- Jean veut s'acheter une maison « Jean veut que Jean achète une maison pour Jean »
Malgré l'identification de l'agent et du bénéficiaire, et la relation de possession2 posée entre
l'agent, le bénéficiaire et le patient, cette construction où le sujet est agent+bénéficiaire ne
1
Cette glose comporte volontairement un pronominal : pour l'observateur le temps "se construit" en temps de
neige : les causes qui déclenchent la neige sont en train de se mettre en place. Voir : quand ça veut, on a
beaucoup de neige et on peut faire de la luge.
2
La même construction avec une "possession inaliénable" ne modifie pas le résultat : *Jean se veut laver les
mains.
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
61
Nicole RIVIÈRE
donne pas lieu à la pronominalisation en se pour vouloir. La pronominalisation de vouloir
est même bloquée3.
2.3
Le sujet de vouloir n'est pas le seul Bénéficiaire.
Un deuxième Bénéficiaire est mentionné sous la forme d'un complément introduit par une
préposition :
4. a- Jean veut un stylo pour son fils. « J. veut qu'on lui donne (vende, trouve) un stylo »
Le Bénéficiaire final est introduit par la préposition pour. Le sujet de vouloir est le
déclencheur d'un procès envisagé qui a (aura) pour résultat la modification par un Agent de la
localisation de l'objet. Le sujet de vouloir est un deuxième localisateur-transitoire,
intermédiaire entre la localisation initiale et la localisation finale, le destinataire du stylo.
Le complément prépositionnel représentant le Bénéficiaire ne peut pas être pronominalisé, il
ne peut pas « remonter » avant vouloir :
4 b- *Jean lui veut un stylo
Cette construction, où le sujet n’est ni Agent ni Bénéficiaire final, ne donne pas lieu à la
pronominalisation de vouloir (§ 2.4).
2.3.1
Vouloir + GNCOD
On peut ramener la construction de vouloir avec un substantif à une construction avec un
infinitif, avec un même sujet :
5. Jean veut un stylo « Jean veut avoir un stylo »
Le sujet de vouloir et celui de avoir sont bien coréférents, mais les rôles actanciels ont
changé. En tant que sujet de avoir le rôle qui lui est assigné n'est pas Agent : il est le
deuxième localisateur du stylo.
La glose en serait : « Jean veut pour Jean que Jean ait un stylo = qu'un stylo soit à Jean ». Un
Agent indéterminé (qui peut être Jean lui-même) est impliqué, dont l'action aboutira à
localiser un stylo par rapport à Jean, ce qui attribue au sujet de vouloir deux rôles actanciels :
déclencheur d'un processus dont il sera le Bénéficiaire (il veut qu'on lui procure un stylo).
L'identification du sujet-déclencheur de vouloir et du Bénéficiaire n'entraîne pas la possibilité
d'avoir le pronom se :
5. a- Jean veut un stylo pour lui-même
3
b- *Jean se veut un stylo
en français actuel.
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
62
Nicole RIVIÈRE
2.3.2
Vouloir GNCOD + adjectif
Le COD peut être modifié par un adjectif, et nous verrons plus loin (§ 2.4) que le point est
important. L'adjectif est interprétable, soit comme une simple épithète, soit comme un attribut
du COD. Il est attribut lorsque la qualité qu'il exprime est le but, ce qui est voulu par le sujet :
6. a- Il veut sa grande valise
- épithète : il veut la valise-qui-est-grande
b- Il veut sa valise grande - attribut : veut une valise et qu'elle soit grande4
c- Il veut son steak saignant
- épithète : il veut le steak-saignant, celui qu'il a
commandé
- ou attribut : il veut un steak pour lui et qu'il soit saignant
Dans ces deux cas le sujet de vouloir a pour but de déclencher un procès dont il sera le
Bénéficiaire du résultat, mais il n'est pas Agent.
Cette construction donne lieu à la pronominalisation de vouloir, mais pas
directement.
2.3.3
En vouloir à qqn
Le sujet considère que le résultat d'un événement est à son détriment (l'expression,
lexicalisée, implique toujours un jugement négatif « avoir de la rancune, en avoir contre »).
L'occurrence de cet événement, qu'il considère comme « voulu par quelqu'un contre lui » a
déclenché chez le participant un état d'esprit de « victime » :
7. a- Jean en veut à son père (de ne pas lui avoir prêté sa voiture)
b- Jean lui en veut (, de ne pas lui avoir prêté sa voiture).
Le pronom en est la reprise de la Cause, ce qui est à l'origine du jugement négatif. Elle peut
ne pas être explicitée, mais si elle l'est, elle se présente sous la forme d'un infinitif introduit par
la préposition de5.
Les coréférences sont croisées dans les deux propositions : (i) le complément d'attribution de
en vouloir et le sujet de l'infinitif, (ii) le sujet de vouloir et le complément d'attribution de
l'infinitif :
7. c- Il[Jean] lui[à son père] en veut, de ne pas lui[à Jean] [son père] avoir prêté sa voiture.
Les référents des deux lui en (8c) sont parfaitement clairs, il n'y a pas d'ambiguïté : le père de
Jean n'a pas voulu prêter sa voiture à Jean et Jean en veut à son père. On relève une relation
de cause à effet :
cause :
son père ne lui [à Jean : Bénéficiaire] a pas prêté sa voiture
conséquence : Jean lui [à son père : Détrimentaire] en veut
Dans la prédication le sujet de vouloir n'est le déclencheur d'aucun procès6. En vouloir fait du
sujet un Patient-Détrimentaire : il n'a pas été le Bénéficiaire qu'il voulait être, et il localise un état
4
La relation de possession marque le rôle de Bénéficiaire du sujet de vouloir.
ou par une causale : parce qu'il ne lui a pas prêté sa voiture.
6
c'est sans doute un Agent potentiel, une réaction de sa part est prévisible.
5
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
63
Nicole RIVIÈRE
qui résulte d'un événement antérieur.
Sémantiquement, volonté, but envisagé, et évaluation de la probabilité de réalisation du procès ont
disparu. Alors qu’avec vouloir le sujet localise l'origine de la volonté qui sera considérée comme à
l'origine de la réalisation éventuelle, avec en vouloir, c'est la proposition complément qui exprime
une origine, la cause.
─ Avec vouloir, le complément exprime l'occurrence d'un événement qui ne s'est pas encore
produit et qui est le but envisagé par le sujet comme nécessaire postérieurement au moment
où on l'envisage ;
─ Avec en vouloir on constate un état qui est le résultat d'un événement antérieur.
Par ailleurs on relève une relation intersubjective entre le sujet de l’énoncé et l’énonciateur.
Syntaxiquement, la prédication contient deux sujets différents : dans ces circonstances vouloir
demanderait une complétive. Or le complément est une infinitive ce qui implique un sujet
identique.
Dans cette construction deux rôles actanciels sont attribués au sujet : Patient et Détrimentaire.
On constate que cette dernière signification, où l'actant sujet n'est pas Agent mais Patient
et Bénéficiaire (Détrimentaire), donne lieu à une construction pronominale en se : s'en
vouloir.
2.3.4 S'en vouloir : le sujet est Agent, Patient et Bénéficiaire (Détrimentaire)
S'en vouloir signifie en vouloir à soi-même. Un seul participant assume tous les rôles et toutes
les fonctions qui construisent le sens de en vouloir à qqn. Dans l'exemple suivant :
8. a- Jean s'en veut d'avoir répondu à la lettre de Pierre
b- Jean s'en veut d'avoir été trop vif
Jean est à la fois le sujet de vouloir et celui de l'infinitif. Il localise l'état défavorable
conséquence d'un procès dont il a été l'Agent7 à son propre Détriment. L'interprétation semble
être réfléchie.
Avec un sujet pluriel, l'interprétation peut être réciproque8, mais ne l'est clairement qu'en
l'absence du déclencheur, ou si la proposition infinitive exprimant la cause est également
réciproque :
7
Pour (b) Agent n'est pas le bon terme : Jean reconnaît simplement sa responsabilité dans une conséquence non
voulue. C'est ce qui permet l'utilisation d'un verbe de type état dans la construction de la cause; il sera
immédiatement interprété comme le déclencheur de conséquences, et son sujet sera compris comme une sorte
d'Agent parce qu'un résultat est construit : on gloserait d'avoir été trop vif par d'avoir agi, d'avoir répondu trop
vivement, de s'être montré trop vif. La qualité du résultat construit, ici une conséquence, est clairement en
désaccord avec l'attente.
8
ce que pouvaient laisser prévoir l’absence d’ambiguïté des références croisées que nous avons relevées au §
2.3.3.
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
64
Nicole RIVIÈRE
9. a-Jean et Pierre s'en veulent de ne pas avoir parlé à temps/écrit : ambigu
b- Jean et Pierre s'en veulent de ne pas s'être écrit
: réciproque
c- Jean et Pierre s'en veulent.
: d'abord réciproque
Si on pense que l'interprétation réciproque est dérivée du « réfléchi » avec un sujet pluriel,
alors s'en vouloir est de sens réfléchi.
Dans les trois cas, et bien que le sujet soit animé, la volonté, le point de vue prospectif propre à
vouloir a disparu de la signification. Parce que s'en vouloir se renouvelle à chaque instant à
l'identique, la signification est de type propriété, « qualité acquise, stabilisée ».
2.4
Vouloir + un attribut du sujet : vouloir = prétendre
Si vouloir porte sur un événement qui a déjà eu lieu, exprimé dans une complétive dont le
verbe est à un temps composé, vouloir est synonyme de façon non ambiguë de « prétendre,
asserter vraisemblablement à tort ». Ainsi :
10. Jean veut qu'il ait fait beau ce jour-là / que Pierre ait été partial.
n'est pas ambigu, il est compris comme une opposition entre le jugement de l'énonciateur et ce
qu'a asserté Jean, sujet de l'énoncé, à propos d'un événement réalisé et connu. La glose
suivante rend compte de la construction de la signification :
L'énonciateur rapporte :
Jean affirme « il a fait beau ce jour-là» / « Pierre a été partial » ;
mais l'énonciateur ajoute vouloir et par là asserte qu'il doute fortement que cela soit vrai à
coup sûr9.
Avec vouloir, la référence à un événement antérieur n'entraîne pas la valeur modale
épistémique comme c'est le cas avec pouvoir (il peut avoir raté son train) ou devoir (il doit
avoir raté son train). Mais il se produit néanmoins une modification : l'énonciateur qui
emploie vouloir établit une relation intersubjective entre lui et le sujet de vouloir. Par l’ajout
de cet auxiliaire il exprime son opposition, son refus d'accepter la valeur de vérité assertée par
le sujet de vouloir comme étant la bonne valeur, comme le montrent les exemples relevés
dans le Monde Diplomatique.
11. Il est vraisemblable que, demain, les produits de substitution vont y faire leur
entrée lorsque la société aura compris l'intérêt de cette mesure (alors que les
préservatifs restent interdits car, bien sûr, l'utopie carcérale veut qu'il n'y ait
pas de sexualité en prison...). MD novembre 1997, page 22
12. Le monde économique est-il vraiment, comme le veut le discours dominant, un
ordre pur et parfait, déroulant implacablement la logique de ses conséquences
prévisibles, et prompt à réprimer tous les manquements par les sanctions qu'il
inflige, soit de manière automatique, soit - plus exceptionnellement - par
l'intermédiaire de ses bras armés, le FMI ou l'OCDE, et des politiques qu'ils
9
Si le choix de l'auxiliaire modalisant est le fait de l'énonciateur, dans le cas de vouloir, il traduit l'état d'esprit du
participant sujet de la prédication : Jean veut partir est l'interprétation d'une attitude de Jean, ou la répétition de
ce que Jean a dit ("je veux partir", "je pars"…). Ici, ce n'est pas le cas.
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
65
Nicole RIVIÈRE
imposent. MD mars 1998, page 3
Dans cette construction la signification de vouloir est préservée, mais déplacée : le but n’est
pas pour le sujet la réalisation d’un événement, mais la reconnaissance par tout le monde de la
valeur de vérité de ce qu’il a asserté.
Si le jugement rapporté est celui du sujet de l'énoncé sur lui-même, la complétive est alors
remplacée par une infinitive à un temps composé qui introduit un attribut du sujet. Dire :
11. Jean veut absolument avoir été juste
c'est dire que le participant sujet attribue la qualité « juste » à lui-même, que la valeur de
vérité est pour lui « j'ai été juste », mais qu'elle ne l'est pas pour d'autres dont l'énonciateur
fait partie. Le fait que cette qualité ne soit pas universellement acceptée favorise l'interprétation « jugement défavorable »
de la part de l'énonciateur10.
Par ailleurs, l'infinitif complément peut être de construction passive, qui marque bien le rôle
de Patient joué par le sujet :
12. Jean veut absolument avoir été trahi par son meilleur ami.
Il est difficile dans ce cas d'attribuer le rôle de déclencheur au sujet de vouloir. On serait
plus proche de la signification en lui attribuant le double rôle de Patient-Bénéficiaire.
On constate également une relation intersubjective qui oppose deux énonciateurs. Or cette
signification donne lieu à la pronominalisation en se11.
2.4.1
Se vouloir + qualité
Dans la construction pronominale la qualité est exprimée par un adjectif ou un participe passé
adjectival, ce qui reste en quelque sorte de la forme verbale infinitive passive :
13. Jean se veut impartial / objectif / respecté de tous
Syntaxiquement on a affaire à un attribut du sujet. Sémantiquement se vouloir signifie comme
vouloir « prétendre à tort ». Le sujet s'attribue à lui-même une propriété, que l'énonciateur
rapporte, tout en laissant entendre que pour lui cette assertion n'est pas vraie12. C’est ce que
laissent entendre tous les exemples trouvés dans Le Monde Diplomatique :
14. La difficulté stratégique principale du mouvement pour la justice écologique tient à
l'existence en son sein de fractures sociales et géographiques qui l'empêchent, pour le
10
Néanmoins le sujet de l'énoncé s'attribue une qualité "favorable", digne d'être voulue ou valorisante (exemple (13)) ; des
éfavorable rendent l'énoncé difficilement acceptable bien que grammaticalement correct : 13'. ?Jean veut avoir été injuste / partial
11
La coréférence entre le sujet de vouloir et celui de la prédication modalisée peut déjà être considérée comme
contenant des éléments syntaxiques et sémantiques qui caractérisent une construction de type réflexif. Pour une
argumentation de l'hypothèse que le sujet d'un énoncé interprété comme réfléchi n'est pas l'agent, voir Rivière
(2000). L'observation faite ici est une confirmation de la thèse soutenue que l'agentivité du sujet est le résultat
d'une opération dont le pronom se est l'image.
12
Ceci se trouve confirmé si l'on compare l'énoncé pronominal et le non pronominal à la première personne : je
veux être juste est un but ambitieux, mais positif tandis que je me veux juste, qui n'est certes pas impossible,
serait considéré comme d'une extrême prétention. À la deuxième personne, dire à quelqu'un tu te veux impartial
serait une impertinence et soulignerait le fait que cette personne se croit impartiale mais ne l'est pas.
adjectifs à connotation d
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
66
Nicole RIVIÈRE
moment, de lancer une campagne politique d'ampleur nationale. Même si le mouvement
s'est voulu multiethnique dès le départ, il a légitimement mis l'accent sur le problèmes
des minorités raciales, qui ont le plus souffert des dangers en matière d'environnement.
MD février 1998, page 6;7
15. Pourquoi M. Belisario Betancur, cet homme pétri de culture et d'humanisme, qui s'est
voulu le champion de la réconciliation nationale, a-t-il été amené à refuser de négocier le
sort des otages, sourd aux appels pathétiques que lui adressait le président de la Cour
suprême, M. Alfonso Reyes? MD janvier 1986, page 6;7;8
16. Notons que l'ALK se veut "non terroriste". Si elle annonce qu'elle vengera les morts de la
Drenica, elle dit ne pas en vouloir aux peuples serbe et monténégrin auxquels elle "assure
qu'ils ne courent aucun risque" MD avril 1998, page 6
Mais ici un but a été envisagé, dont le sujet prétend qu'il l’a réalisé que la propriété est
acquise, de telle sorte que tout événement à venir la réactualisera.
L'identification du sujet de vouloir et du sujet sur lequel la qualité est prédiquée conduit à
l'effacement obligatoire de la copule ou de l'auxiliaire du passif :
17. a- Jean se veut impartial / objectif / respecté de tous
b- *Jean se veut être impartial / *être objectif / *être respecté de tous
La syntaxe est celle qui caractérise l'interprétation réfléchie puisque le sujet et se sont
coréférentiels, ce qui est censé construire une orientation active.
Néanmoins :
─ la glose qui met en évidence la coréférence : « Jean veut que Jean soit / se montre
objectif », fait du sujet de vouloir un agent potentiel identifié au sujet de la proposition
COD. Or cette glose ne construit pas le sens obtenu : Jean se veut objectif ne signifie pas
que l'événement est envisagé et non réalisé, mais asserte un état, une propriété que
s'attribue le sujet.
─ dans la fonction de sujet, on trouve couramment un inanimé métonymique ou impliquant un
animé : il est alors impossible de reconstruire un énoncé actif non pronominal en gardant le
même sujet. Comparer les exemples suivants :
18. a- le prétexte de ce rassemblement se voulait thématique
b- *le prétexte de ce rassemblement voulait (être) thématique
c- *ce rassemblement voulait13 un prétexte thématique
en revanche un énoncé comportant vouloir au passif (18.d) est en relation paraphrastique avec
(18.a) :
d- Manifestement le prétexte de ce rassemblement hétéroclite a été voulu thématique
(MD Juin 1994 p. 16)
Si la signification construite par se vouloir ne peut pas s'analyser comme réfléchie, peut-on
dire qu'elle est de sens passif?
On peut effectivement constater une relation paraphrastique entre la construction pronominale
13
alors qu'on pourrait avoir par exemple : ce rassemblement demandait un prétexte thématique où demander
implique un animé humain.
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
67
Nicole RIVIÈRE
et la construction passive :
Cela se veut + une qualité, adjectif ou participe passé passif (ex 17a) et (18a)
Cela a été voulu (passif) (18d)
La pronominalisation de vouloir paraît liée à une « orientation passive » de l'ordre syntaxique
des participants porteurs des rôles actanciels. Mais les significations construites ne sont pas
parfaitement synonymes.
2.4.2
Le passif face à se vouloir
Le fait qu'un inanimé puisse être sujet de se vouloir inciterait en effet à poser une relation
paraphrastique entre la phrase passive et la phrase pronominale. Syntaxiquement, c'est ce que
semblent indiquer les deux exemples (redonnés ci-dessous) :
18 d- Manifestement le prétexte de ce rassemblement hétéroclite a été voulu thématique
18 a- Manifestement le prétexte de ce rassemblement hétéroclite se voulait thématique
Dans les deux cas, le résultat attendu n'était pas au rendez-vous. On pourrait penser que cette
signification de vouloir n'est pas le fait de la pronominalisation mais de l'opposition claire
entre « hétéroclite », ce qui a été observé et « thématique » ce qui était voulu mais pas réalisé.
En l'absence de ces éléments la différence de signification entre les deux énoncés devient tout
à fait sensible :
18. d' - Manifestement le prétexte de ce rassemblement a été voulu thématique
18. a' - Manifestement le prétexte de ce rassemblement se voulait thématique
En (18d'), la volonté des initiateurs du rassemblement est posée, elle n'est pas mise en doute ;
on ne trouve pas l'aspect polémique présent en (17a'), où, pour l'énonciateur, la qualité voulue
par les initiateurs du rassemblement n'est pas réalisée : on attend un « mais » de contradiction.
Dans l'énoncé passif (18d'), l'énonciateur reconnaît un agent indéfini à l'origine du résultat.
L'énoncé pronominal (18a') reprend ce qui est signifié dans l'énoncé passif, mais du point de
vue du résultat : le jugement porte alors sur l'adéquation de la qualité posée par rapport au
résultat observé et pose son inadéquation.
L'énoncé passif ne signifie pas une mise en doute. On peut encore comparer les deux versions
de l'exemple suivant. Dans l'exemple suivant, avec le passif :
19. a- Le procès Barbie a été voulu, entre autres raisons, comme une vivante « leçon
d'histoire» à l'usage des jeunes générations. (MD juin 1992 : 32)
la qualité mentionnée est une parmi d'autres, et il ne s'agit pas de savoir si pour l'énonciateur
le but a été atteint ou non, mais d'énoncer l'intention donnée et acceptée comme telle, des
personnes à l'origine du procès Barbie. Le sujet est un prédicat nominalisé complexe dont la
glose serait : « les déclencheurs et les agents du procès ont voulu que le procès soit une
leçon ».
Le même énoncé, pronominalisé en revanche :
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
68
Nicole RIVIÈRE
19. b- Le procès Barbie se voulait, entre autres raisons, comme une vivante « leçon
d'histoire» à l'usage des jeunes générations.
signifie que l'énonciateur reconnaît qu'il y a eu une volonté affichée (vivante leçon d'histoire),
mais laisse entendre que la qualité voulue n'était pas au rendez-vous. Ce qui est mis en doute
est l'adéquation entre l'intention de l'Agent occulté et le résultat effectivement obtenu. On
peut discerner sémantiquement la présence d'un Bénéficiaire identifié à l'Agent : les acteurs
du procès. Mais les acteurs du procès et ceux à qui il s'adressait ne sont pas d'accord sur la
réussite du projet14.
On est alors en droit de penser que c'est la pronominalisation qui donne à vouloir le sens
prétendre. La signification n'est pas réfléchie, mais elle n'est pas non plus de sens passif. Une
relation intersubjective est construite, qui ne fait pas partie des valeurs associées à vouloir.
De plus, la transformation d'un énoncé contenant vouloir au passif en un énoncé contenant se
vouloir n'est pas toujours possible.
i.
L'ÉNONCÉ PASSIF AVEC UN SUJET INANIMÉ ET LA RELATION INTERSUBJECTIVE.
Tous les énoncés contenant vouloir au passif ne donnent pas lieu à un énoncé pronominal. On
distinguera deux cas, selon que l'inanimé est ou non métonymique d'un animé.
Si le sujet syntaxique n'est pas métonymique d'un animé, la construction pronominale donne une
suite inacceptable. C'est ce que semblent refléter les quelques exemples que j'ai trouvés avec
vouloir dans une construction passive : ils ne supportent pas la pronominalisation en se
vouloir. Par exemple :
20. a- La surface du granit a été voulue très lisse. Rien de raboteux, aucune saillie ne
reste. Les outils ont été probablement d'obsidienne. (MD novembre 1997 : 23)
b- *La surface du granit se voulait / s'est voulue très lisse
Le sujet ne peut pas être interprété comme métonymique d'un agent, il est seulement Patient,
ce qui semble bloquer la pronominalisation. On n'obtient même pas le « sens passif » qu'on
aurait pu attendre.
En revanche la pronominalisation est possible si le sujet inanimé peut être interprété comme
métonymique d'un animé, mais avec des contraintes. Prenons l'exemple suivant :
21. la politique du président Tudjman [...] prend place dans la coalition antiserbe, mais, en
sens inverse, elle s'oppose à la perspective d'un État bosniaque unitaire, tel qu'il est voulu
par le président Izetbegovic (MD janvier 1993 : 8-9)
a- actif : un État bosniaque unitaire est ce que veut le président, c'est sa perspective ;
b- passif : que l'État bosniaque soit unitaire est voulu par le président ;
c- pronominal : *l'État bosniaque se veut unitaire, c'est la perspective du président Izetbegovic ;
d- autre pronominal : l'État bosniaque se veut unitaire.
14
Peut-être est-ce dû à la valeur modale de l'imparfait? Mais si je n'ai pas trouvé d'exemple avec le passé
composé et les informateurs que j'ai interrogés n'ont pas totalement rejeté ??Le procès Barbie s'est voulu, entre
autres raisons, comme une vivante "leçon d'histoire" à l'usage des jeunes générations. De toute façon le passé composé ne
modifie pas fondamentalement l'interprétation.
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
69
Nicole RIVIÈRE
Dans les énoncés actif et passif (a et b) l'Agent (le président) et le Patient (l'état bosniaque)
sont explicites et distincts. La qualité envisagée est explicitement un but (perspective) qui
n'est pas encore atteint. Cette qualité est posée par l'énonciateur comme le but du président
qui la juge bonne pour l'Etat qui la localisera. L'énoncé actif ne dit pas autre chose : une
transformation du Patient est envisagée.
En revanche, dans les énoncés pronominaux (c et d) qu'ils soient ou non bien formés, il y a
contestation d'un état dont la qualité est jugée acquise et bonne par le sujet qui se l'attribue : il
devient un Bénéficiaire.
─ Dans l'énoncé pronominal, l'État bosniaque en position de sujet devient métonymique de
ses dirigeants ; être unitaire n'est plus une perspective, c'est un acquis. C'est pourquoi la
mention de « la perspective du président » rend l'énoncé (c) sémantiquement mal formé.
─ La signification de se veut unitaire dans (d), seul énoncé correct, n'est donc pas en relation
paraphrastique avec les énoncés actif et passif, il n'est pas de « sens passif ». Le sujet n'est
ni un Agent ni un Patient, il est métonymique du sujet énonciateur dont le jugement est
contesté.
Si on ne peut pas poser cette relation intersubjective la pronominalisation de vouloir est
bloquée.
ii.
LA RELATION INTERSUBJECTIVE ET LES CONTRAINTES SUR L'ATTRIBUT DU SUJET.
L'attribut du sujet inanimé dans l'énoncé pronominal est soumis à des contraintes : la qualité
attribuée au sujet inanimé doit se présenter comme acquise par l'intermédiaire d'un animé et la
qualité exprimée par l'attribut doit pouvoir être partagée par l'animé et par l'inanimé :
22. a- Ce livre se veut objectif
b- Ce livre se veut bien écrit
c- *Ce livre se veut recouvert en cuir
d- *Ce livre se veut vendu en librairie
(c-d) sont inacceptables parce que ni « être recouvert en cuir», ni « être vendu en librairie», ne
s'appliquent à l'animé15. En revanche, dans les exemples (a-b) le livre et l'auteur sont
confondus : si le livre est objectif / bien écrit, l'auteur est objectif / il a bien écrit. L'inanimé
doit donc se présenter comme métonymique de l'agent à l'origine de l'inanimé. Dès lors la
métonymie se situe non pas au niveau du circonstanciel comme avec le sens passif reconnu de
ce livre se vend en librairie, qui permet de reconstruire les libraires vendent ce livre, mais au
niveau du sujet lui-même.La contrainte portant sur le type de qualité qui peut être exprimé
met en évidence la relation intersubjective qui oppose deux opinions sur la validité d'une
assertion.
2.5
Conclusion : Se vouloir + qualité : le sujet est Agent, Bénéficiaire, et Patient
Que le sujet soit un animé ou un inanimé, les rôles actanciels mis en évidence par les
significations qui résultent de la construction pronominale font intervenir au moins
15
Un auteur ne dira pas "Je me veux vendu en librairie", alors qu'il peut dire "je veux être vendu en librairie"
pour "je veux que mes livres soient vendus en librairie".
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
70
Nicole RIVIÈRE
l'agentivité (ce qui exclut les inanimés) et le rôle de Bénéficiaire construit dans une relation
intersubjective.
Dans la signification prétendre de se vouloir, on peut voir les relations suivantes :
a) se vouloir construit une relation intersubjective entre le sujet énonciateur de l'énoncé
et l'animé humain (explicite ou reconstruit) à l'origine de la prédication mise en doute :
un premier énonciateur prend en charge la valeur de vérité d'une prédication ; ce qui
peut être glosé par « pour lui ». Un deuxième énonciateur reprend la prédication et la
module en suggérant que « pour lui » la valeur de vérité contraire est plus conforme à la
vérité ;
b) on peut considérer le premier énonciateur comme le premier localisateur du prédicat, du
jugement qu'il porte sur le procès ; une partie de la construction de la signification de se
vouloir est donc de type réflexif, il est à la fois localisateur et localisé, juge et jugé ;
c) la reprise par le deuxième énonciateur équivaut à lui attribuer un deuxième localisateur.
Le deuxième énonciateur est le juge, le premier devenant jugé.
L'adjonction de se à vouloir marquerait alors la composition de deux prédications. :
un premier énonciateur, localisateur (proche du rôle d'Agent), qui est considéré par lui-même
(= se considère) comme Bénéficiaire de la qualité. Cette construction est caractéristique de
l'interprétation « réfléchi » :
〈S01 attribue <S01 est trahi par ses amis>à S01〉
S01 se juge : trahi par ses amis
(S01 a dit : « je suis trahi par mes amis »)
et un deuxième énonciateur transforme le premier en un localisé (proche du rôle de Patient).
Le sens se rapproche de l'interprétation « sens passif ».
〈S02 attribue S01<S01 non trahi /autre que trahi>〉
S02 juge S01 : non trahi /autre que trahi
l’ajout de vouloir à la reprise de l'assertion replace cette assertion dans le domaine du non
certain : la valeur positive choisie est une des possibilités mais ce n'est pas la seule. La
composition des deux prédications précédentes donne le résultat :
S02 asserte que pour S02 〈S01 attribue <S01 est trahi par ses amis>à S01〉 n'est pas la bonne
valeur « S01 se veut trahi par ses amis »
L'interprétation de se vouloir est peut-être plus proche du sens réfléchi au sens de moyen16
que du sens passif, mais la relation intersubjective, au travers de la hiérarchie entre les deux
énonciateurs, manifeste un « sens passif »17.
Enfin, les caractéristiques de la pronominalisation de vouloir font ressortir que se est la
marque d'une opération de composition de deux prédications, l’une faisant du sujet un agent
16
au sens grec du terme moyen, « pour soi-même », troisième voix dont la conjugaison est à l’origine de celle du
passif.
17
ce que j'ai glosé par « est considéré comme ».
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
71
Nicole RIVIÈRE
et un Bénéficiaire et la deuxième, par le biais de la relation intersubjective, lui attribuant les
rôles de Patient et de Détrimentaire.
3
Devoir est un verbe transitif qui accepte comme complément :
─ une proposition infinitive ;
─ un groupe nominal COD : devoir de l'argent à qqn ;
─ il peut se passiver : cette somme est due depuis longtemps, cet état de fait est dû aux
circonstances ;
─ il accepte la construction impersonnelle : il doit y avoir une solution ;
─ il exprime soit l'obligation, soit la forte probabilité.
Il exprime l'obligation avec un sujet animé et un verbe qui renvoie à un procès de type
processus. L'origine de l'obligation peut être un animé (obligation morale), ou une cause, des
circonstances contraignantes, qui agit comme déclencheur de l'agentivité potentielle du sujet
animé :
23. Vous devez manger moins [si vous ne voulez pas être malade/que vous le vouliez ou non]
24. Jean doit prendre le train de 7 heures [s'il veut être à l'heure/qu'il le veuille ou non]
Une relation intersubjective hiérarchisée peut donc être posée entre deux animés.
Avec un verbe dont le procès renvoie à un état, devoir peut également exprimer l'obligation si
les connaissances du monde le justifient, par exemple une relation d'autorité entre la source de
l'obligation et le sujet de la prédication :
25. Jean doit être sage [sinon il aura affaire à moi]
Si le verbe exprime une qualité indépendante de la volonté du sujet, que celui-ci soit animé ou
inanimé, l'interprétation est : l'énonciateur pose que, pour lui, il y a une « forte probabilité que
la prédication soit vraie », laquelle peut être l’indice constaté justifiant ce qui est déduit :
26. Cette maison doit dater du 18ème siècle
27. Jean doit avoir 10 ans maintenant
28. Vous devez manger moins, puisque vous avez perdu du poids
3.1
Se devoir
Se devoir est d'un usage très limité. Je n'ai trouvé d'exemples qu'au présent et à l'imparfait, et
les variations syntaxiques et sémantiques sont inexistantes. Se devoir cesse d'être ambigu : il
est spécialisé dans l'expression de l'obligation. La pronominalisation bloque la valeur
épistémique. Il ne reste donc, avec se devoir, que la signification dénotant (i) une relation
intersubjective et (ii) l'obligation morale.
Une construction impersonnelle est possible : comme il se doit. Le verbe est obligatoirement à
un temps simple (je n'ai trouvé aucun exemple à un temps composé, et les phrases que j'ai
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
72
Nicole RIVIÈRE
fabriquées n'ont plu à personne : *comme il s'est dû).
Le sujet syntaxique peut être :
─ soit un animé :
29. Quant à l'homme [type de héros omnipotent], puisqu'il aime l'héroïne et la connaît dans sa
vérité fondamentale, il se doit d'avoir ce comportement supérieur, ironique, narquois,
un peu méprisant et dominateur pour être l'homme aimé, l'homme véritable. (MD sept
1998, 28)
Un jugement extérieur est porté sur l'homme : le monde extérieur contraint moralement le
sujet à avoir un comportement qui manifeste clairement le statut qu'il veut voir reconnu.
─ soit un inanimé, mais alors l'inanimé est métonymique
30. L'écologie de marché limitera les pollutions, [...]. Une véritable rationalité économique se
doit d'intégrer le savoir écologique et la préoccupation éthique. On peut même avancer
que, dans le long terme, l'économie se doit d'être écologique. (MD avril 1998 : 2)
L'énonciateur pose que les économistes, s'ils veulent que leur vision de l'économie soit
reconnue comme « rationnelle », doivent intégrer l'écologie. Si cette obligation n'est pas
respectée, la rationalité, même si elle est revendiquée par ses tenants, ne sera pas reconnue
véritable par le monde extérieur, dont l'énonciateur fait partie.
La relation semble bien impliquer le rôle de Bénéficiaire. Celui-ci doit quelque chose à luimême, et aux autres s’il veut atteindre le but visé, i.e. que la qualité prédiquée soit reconnue
comme réalisée/vérifiée.
La relation intersubjective, mais elle est inhérente au sens de devoir, fait intervenir un
jugement extérieur : le sujet est confronté à une obligation posée par « les autres », qu'il soit
ou non d'accord.
Aucune connotation négative n'émerge de l'emploi de se devoir. Le procès est conforme à ce
qui est considéré comme bien (ou normal), pour celui qui « doit », comme pour les autres. On
« doit » de façon identique à soi-même et aux autres.
La relation exprimée implique un animé humain extérieur, dont le jugement représente une
obligation que les choses soient de la manière énoncée. La glose que je propose pour se devoir
est la suivante :
à cause des circonstances et pour que le contenu de la prédication soit pour tout le
monde jugé cohérent avec les données (correspondant à « bon, attendu, conforme »), le
sujet à la fois se soumet et est soumis à la nécessité « d'être d'une certaine manière ».
Contrairement à se vouloir, et bien que se devoir modalise une prédication à l'infinitif
introduite par de avec une coréférence partielle sujet-se, *s'en devoir n'existe pas.
L'interprétation de cette construction n'est pas réfléchie : le sujet et se ne sont en effet que
partiellement coréférents. Le sujet est porteur à la fois du rôle de localisateur de la qualité et
de patient de l'obligation18, tandis qu'une cause extérieure déclenche l'obligation, et que le
18
ce qui correspondrait à un passif "avoir ce comportement est dû par le sujet", si celui-ci était possible.
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
73
Nicole RIVIÈRE
deuxième énonciateur localise le jugement de conformité.
Comme avec se vouloir la pronominalisation est la marque de l'association de deux
prédications. Mais elles ne sont pas construites de la même façon : l’ensemble est pris en
charge par un seul énonciateur, le double rôle du sujet est (i) jugé par l’énonciateur
(assimilable au rôle de Patient), et localisateur de l’obligation (assimilable à Bénéficiaire).
Les rôles assignés au sujet, origine de l’obligation, et Patient-Bénéficiaire par le biais de
relation intersubjective, permettent la construction pronominale se devoir.
4
Pouvoir - Se pouvoir
Vouloir semblait n'avoir qu'une signification et on vient de voir que la construction
pronominale la diversifiait.
Au contraire, on reconnaît deux interprétations à devoir, et en construction pronominale une
seule subsiste, la valeur intersubjective d'obligation.
Pouvoir connaît trois significations, la capacité du sujet, la permission ou l'éventualité :
comme pour devoir, la pronominalisation en bloque deux, une seule subsiste.
4.1
Pouvoir : rappel des propriétés connues
Pouvoir est un verbe transitif qui se construit obligatoirement avec un infinitif. Mais pouvoir
ne se passive pas19 :
31. a- *Jean peut la réussite
32. a- Jean peut conduire
b- *la réussite a été pue par Jean
b- *conduire la voiture d'une seule main a été pu
Pouvoir peut signifier la permission (tu peux prendre un bonbon), la capacité (Jean peut
écrire de la main gauche / il peut être sage), ou l'éventuel (cette maison peut dater du 12ème
siècle / Jean peut avoir dans les 20 ans)
Pouvoir de permission et de capacité : le sujet de pouvoir est considéré comme un Agent
potentiel. Pour l'énonciateur, la réalisation envisagée du procès dépend en dernier ressort de la
volonté de l'animé humain sujet : s'il veut, et si l'occasion se présente, il possède les propriétés
nécessaires pour valider le procès.
Dans les deux cas l'agentivité est suspendue, son activation dépend de la volonté du sujet. Le
sujet ne peut pas être considéré comme un Patient.
La permission instaure une relation hiérarchique entre un animé extérieur qui, en ne posant
pas d'interdit, laisse libre l'expression de l'agentivité potentielle du sujet. Le sujet peut être
considéré comme un Bénéficiaire.
Pouvoir renvoyant à l'éventuel est marqué par des restrictions spécifiques :
19
L'exemple (a) pourrait être « passivé » à l’aide d’une paraphrase, mais la construction ferait de Jean non pas
un Agent mais un Bénéficiaire : La réussite a été rendue possible pour Jean.
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
74
Nicole RIVIÈRE
(i) soit le sujet est inanimé
33. Cette maison peut dater du 12ème siècle / peut être du 12ème /date peut-être du 12ème
(ii) soit le type de procès dénoté par le verbe est statif, le sujet n'est pas un agent20. L'adjectif
ou le participe passé adjectival prédique une qualité du sujet dont l'énonciateur pose qu'elle est
envisageable, l'état ne dépend pas de la volonté du sujet :
34. Jean est bizarre aujourd'hui. Il peut être malade (ou : il est peut-être malade)
35. Il peut être vexé (ou : il est peut-être vexé).
Dans ces deux cas, le procès dénote un événement constaté dont on essaye de reconstruire la
cause, l'origine21.
(iii) soit la modalité porte sur un événement non connu placé dans un moment antérieur :
l'énonciateur émet des hypothèses sur les raisons qui ont causé ce qui est constaté au moment
où il parle. Ce qui exclut toute ambiguïté : le sujet de la prédication n'est pas impliqué en tant
qu'agent :
36. [Jean n'est pas là] Il peut avoir raté son train / il a pu rater son train / il a peut-être raté
son train
37. [qu'est devenue la maison?] Elle peut avoir été rasée/elle a pu être rasée / elle a peut-être
été rasée
Pouvoir est compatible avec une construction impersonnelle, dont la seule signification est
l'éventualité, toute agentivité de la part d'un sujet est exclue :
38. Il peut neiger / avoir neigé
39. Il peut y avoir un retard / y avoir eu un retard
40. Il peut venir moins de monde que prévu
SEULE CETTE CONSTRUCTION IMPERSONNELLE EST SUSCEPTIBLE DE SE PRONOMINALISER.
4.2
Se pouvoir
La pronominalisation de pouvoir opère un tri dans les significations, et modifie les
caractéristiques sémantiques et syntaxiques.
Seule l'éventualité peut être exprimée.
Syntaxiquement :
Le premier argument ne peut plus être un substantif ; on a soit un il impersonnel, image de
la prédication choisie comme thème de l’énoncé, soit un démonstratif qui reprend la
complétive:
20
Dans un exemple comme Jean peut être sage où le procès renvoie à un état, la capacité la propriété du sujet
est instable, temporellement sporadique (on pourrait alors parler "d'état agentif"). Ce n'est pas le cas de être
grand (physiquement) qui ne dépend pas de la volonté du sujet : il peut être grand/obèse n'exprime pas une
capacité du sujet mais l'éventualité d'une occurrence qui vérifie la qualité prédiquée, dépendante de la volonté du
sujet : une paraphrase serait Jean peut se montrer sage, avec un verbe agentif en construction pronominale.
21
Il s'agit d'un résultat acquis et non d'une propriété inhérente à Jean qui le rend "facile à vexer".
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
75
Nicole RIVIÈRE
41. *Jean se peut qu'il sorte
42. *Le portail se peut rouiller
43. Il se peut que le train soit passé.
44. Que le train soit passé, cela se peut. Mais je ne l'ai pas entendu.
La proposition modulée ne peut plus être une infinitive, c’est une complétive, construction
impossible autrement avec pouvoir :
41. a-*Jean se peut sortir
b- Il se peut que Jean sorte
Les contraintes associées à il peut + inf. ne s'appliquent pas à il se peut que.
Il peut (il impersonnel) + inf. n'accepte que les verbes intransitifs inaccusatifs (conjugués avec
être) :
45. Il peut encore arriver (entrer, sortir...) quelqu'un / une catastrophe.
ou les verbes intransitifs inergatifs (conjugués avec avoir) dont le sujet est inanimé ; si le sujet
est animé il peut n'est pas possible :
46. Il peut encore neiger
47. *Il peut encore marcher (travailler, rire...) quelqu'un.
Ces restrictions n'existent pas avec Il se peut que :
45' Il se peut que quelqu'un arrive (entre, sorte...) encore
46' Il se peut qu'il neige encore
47' Il se peut que quelqu'un ait marché sur la pelouse (travaillé, ri...)
on relève une autre contrainte : contrairement à il peut, il se peut ne se trouve pas à une forme
composée :
48. *Il s'est pu que la maison ait été rasée
La forme composée devient possible en déplaçant la pronominalisation sur un verbe support à
l'infinitif22 qui exprime une occurrence d'événement. *Il s'est pu que devient il a pu se faire
(se produire, se trouver, se passer...) que. Pouvoir signifie qu'il s'agit d'une hypothèse
envisageable, tandis que le verbe support exprime l'existence de l'occurrence (cela a pu être le
cas) pour l'énonciateur :
49. a- *il s'est pu que
b- Il a pu se faire que la maison soit détruite
Si on considère que le pronominal est syntaxiquement « descendu» , les formes se trouver, se
faire, se passer étant généralement vues comme moyennes au sens de participant à la fois du
passif23 et de l'actif, se pouvoir serait une construction moyenne.
Mais en construction impersonnelle on peut établir une correspondance entre la forme
pronominale de pouvoir et la forme passive ou pronominale de sens passif du procès
modalisé24 :
22
la contrainte de temps qui affectait se pouvoir est reportée sur le verbe support : *il a pu s'être fait que …
On peut remarquer que pour exprimer se passer, se produire le latin utilise, tantôt le passif de ago ou de
gero, tantôt une forme pronominale comme se habere.
24
Rivière (Papon) (1995) pp 448-468. L'occultation, de l'agent est forte. On parle souvent à ce propos d'une
relation paraphrastique avec une construction active avec on pour sujet. Mais l'équivalence sémantique n'y est
23
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
76
Nicole RIVIÈRE
50. a- il se peut qu'on ait dit que...
b- il peut avoir été dit que...
c- il a pu se dire que…
51. a- il se peut qu'on construise qqch
b- il peut être construit qqch
c- il peut se construire qqch
La relation paraphrastique qui existe entre la construction passive et la construction
pronominale devrait indiquer une interprétation de sens passif pour il se peut que.
4.3
Se pouvoir : le sens « pour l’énonciateur »
Le pronominal ne marque pas ici une opération de coréférenciation entre deux arguments.
L'interprétation réflexive est exclue.
L'alternance il se peut qu'on construise / il peut se construire/être construit semble indiquer
un sens passif, avec occultation de l'Agent.
L'alternance il se peut que / il peut se faire que semble infléchir le sens vers le moyen25 avec
occultation de la Cause.
Dans l’exemple suivant :
52. Il se peut qu'un jour un immeuble se construise sur ce terrain.
les deux verbes pronominalisés ne sont pas interprétables de la même façon bien qu’ils soient
tous les deux paraphrasables par une construction active avec le sujet indéfini on : « on peut
voir un jour un immeuble se construire » et « il se peut qu’on construise ». Seul se construire
est clairement de sens passif.
Par ailleurs la paraphrase « on peut un jour construire un immeuble sur ce terrain », qui
mentionne un agent indéterminé, énonce une probabilité beaucoup plus forte que l'énoncé
pronominal, et ensuite elle réintroduit de l’ambiguïté : la permission n'est pas exclue.
La pronominalisation, se pouvoir, enlève toute possibilité d'une interprétation faisant
intervenir une quelconque relation intersubjective du type si le sujet veut, il est autorisé/il le
peut.
La pronominalisation, qui ajoute donc la relation intersubjective à la signification de vouloir,
la préserve avec devoir, l’ôte à pouvoir. Il ne reste que l’expression du jugement de
l’énonciateur en tant que localisateur du jugement (pour lui-même).
5
Conclusion
La pronominalisation de pouvoir, vouloir et devoir construit une réorganisation syntaxique et
pas : on a pu dire laisse passer la permission ("on a été autorisé à dire"), ce qui n'est pas le cas dans l'énoncé
pronominal. Avec on il y a un agent indéterminé, il n'est pas occulté.
25
voir Rivière (2005)
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
77
Nicole RIVIÈRE
sémantique. Une seule des significations de chacun des modaux trouve une réalisation
pronominale, une seule construction syntaxique est sélectionnée.
Se pouvoir ne connaît que l'interprétation épistémique et une construction impersonnelle : on
ne peut pas parler de coréférence entre le il impersonnel et se, ce qui exclut clairement le
réfléchi. Ni le rôle d’Agent, ni celui de Patient ne sont attribués : la qualité de l’occurrence de
procès proposée dans la subordonnée est envisageable « pour l’énonciateur » qui localise le
jugement. Par ailleurs la paraphrase de il se peut que : il peut se faire que, semblerait indiquer
qu'il existe une « cause occultée ». La signification construite se rapprocherait alors du « sens
passif ».
Se devoir ne connaît que l'interprétation d’obligation de résultat ; la relation entre
l'énonciateur et le sujet posée par devoir demeure, mais elle inclut le participant sujet dans le
groupe de pression ; le sujet est à la fois à l'origine de l'obligation et le Patient soumis à
l’obligation ; il est également le Bénéficiaire de la réalisation. L'identification du sujet et de
se ferait pencher vers l'interprétation moyenne de la construction.
Se vouloir ne peut porter que sur un procès réalisé. La valeur de vérité de l'assertion est mise
en doute et la volonté ne porte pas sur le procès, mais porte sur l'adéquation de la qualité
attribuée au sujet de vouloir par l'auteur de l'assertion (Jean dans Jean se veut objectif). Deux
énonciateurs successivement s'attribuent à eux-mêmes le bon jugement.
Le rôle de Bénéficiaire est attribué au sujet et ferait basculer l'interprétation vers le sens
réfléchi. Néanmoins la paraphrase possible de se vouloir par un passif et la possibilité d'avoir
une cause extérieure (s'en vouloir de) semblent indiquer que le sujet est également un Patient.
Et ceci suggère la construction d'un sens moyen-réfléchi.
Les auxiliaires de modalité posent une relation entre l'énonciateur et la prédication telle qu'il
ne suffit pas d'examiner les relations entre les arguments syntaxiquement présents. Par ailleurs
les contraintes syntaxiques et les modifications sémantiques qui découlent de la
pronominalisation posent le problème des interprétations construites. La distribution des rôles
actanciels est particulière et se situe dans un continuum entre ce que l'on observe dans les
constructions actives et dans les constructions passives.
Cette étude représente une étape supplémentaire dans l'étude de la construction pronominale
en français et montre une cohérence au travers de ses emplois. Dans cette perspective, l’ajout
du pronom se correspondrait à l’ajout d’un rôle actanciel, celui de Bénéficiaire, dans une
prédication où le sujet n’est pas interprétable comme d’abord Agent. C’est ce que montrent
les cas où se vouloir n’est pas possible.
Bibliographie
BRAHIM Ahmed. 1998. L'occultif, hypothèse pour un traitement trans-linguistique du "passif"
et des structures apparentées, Etudes linguistiques. Publications de l'association
tunisienne de linguistique, vol n°2.
CULIOLI Antoine. Pour une linguistique de l'énonciation. Ophrys, Gap, Paris.
1999. Tome 2 : Formalisation et opérations de repérage.
1999. Tome 3 : Domaine notionnel.
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
78
Nicole RIVIÈRE
GUENTCHÉVA Zlatka et RIVIÈRE Nicole. 2007. « Reciprocal and reflexive constructions in
French », in Typology of Reciprocal Constructions. Typology of Verbal
Categories and Constructions, Nedjalkov, V., Geniušenė E. & Guentchéva, Z.
(éds), part II, chapitre 12, Benjamins : Amsterdam pp 561-607.
HERSLUND Michael. 2000. « Les deux passifs du français» In Le Passif Actes du colloque
international, Institut d'Études Romanes, Université de Copenhague du 5 au 7
mars 1998, Études Romanes de l'Université de Copenhague n° 45 pp 71-81.
LEHMANN Winfred. 1993 : Theoretical bases of indo-european linguistics, Routledge, London
and New York.
RIVIÈRE (PAPON) Nicole. 1995. Repères temporels et repères énonciatifs: La construction
impersonnelle, le pronominal et le participe passé adjectival en français, Presses
Universitaires du Septentrion, Lille.
RIVIÈRE Nicole
– 1997 : « Le pronominal, les rôles actanciels et la diathèse ». In La Transitivité, Cahiers
Charles V n° 23, Université Paris 7, 7-45.
– 2000 : « Le pronominal face à l'actif et au passif : la construction du sens ». In Le Passif
Actes du colloque international, Institut d'Études Romanes, Université de
Copenhague du 5 au 7 mars 1998, Études Romanes de l'Université de
Copenhague n° 45 pp 155-169.
– 2005 : « La transitivité revisitée à la lumière de la construction pronominale en français », in
Diacritica n° 19.1, Universidado do Minho, Portugal, pp 203-228.
La pronominalisation et les auxiliaires de modalité
79
Mehrez SAADAOUI
Mehrez SAADAOUI
ISET, Nabeul
CRISCO, Université de Caen
LA DÉLIMITATION DES VERBES DÉNOMINAUX
‘CONSTRUITS’ AVEC en- EN FRANÇAIS CONTEMPORAIN
Résumé :
Si certains considèrent la morphologie dérivationnelle comme le domaine de l’irrégulier, c’est qu’ils ne voient
que l’aspect apparent des choses. En fait, le désordre des apparences dans ce domaine cache un ordre profond
qu’il est facile de saisir pourvu qu’on accepte l’abstraction des opérations de dérivation. Pour illustrer notre
propos nous prendrons l’exemple des verbes dénominaux en français contemporain et plus particulièrement ceux
construits avec « en ». Pour ces verbes, l’intégration du matériau nominal dans le lexème verbal obéit à des
modalités morphophonologiques et des modalités morphosémantiques.Toutefois, nous dirons, selon la théorie de
Danièle Corbin, que faire apparaître une régularité quelconque dans ce domaine, c’est avant tout distinguer les
unités construites de celles qui sont complexes. Bien que tous les verbes préfixés en « en » soient construits
morphologiquement, nous nous demandons si tous ces verbes sont construits quant à leur sens. L’analyse d’un
certain nombre de doublets tels que embosser/bosser, empailler/pailler…nous réserve bien des surprises.
Abstract :
Behind an apparent disorder in the domain of derivational morphology, a hidden order appears which is easy to
grasp as soon as one takes the abstraction of the derivational processes for granted. In order to illustrate our
purpose, we take the example of denominative verbs in contemporary French and precisely of the verbs derived
with the prefix en-. For such verbs, integrating the nominal matter in the verb obeys morphophonological
and morphosemantic rules. As a matter of fact, revealing some regularities in this domain implies distinguishing
constructed from complex items.
La morphologie dérivationnelle se définit en linguistique générale comme la procédure de
formation de mots par combinaison d'un élément lexical (appartenant à un inventaire ouvert)
et d’un élément infralexical (appartenant à un inventaire fermé). Nous nous sommes intéressé,
dans ce travail, à la dérivation des verbes et plus particulièrement à celle des verbes
dénominaux « construits » en français contemporain. Pour plus de rigueur et d’efficacité, nous
avons traité une catégorie de ces verbes ; ceux préfixés en « en-».
Nous avons commencé par faire l’état des lieux de la morphologie dérivationnelle, nous nous
sommes interrogé, ensuite, sur les modalités d’incorporation du matériau nominal dans un
Verbes dénominaux
80
Mehrez SAADAOUI
lexème verbal (préfixé en « en- ») et nous avons essayé, enfin, de délimiter, parmi ces verbes,
ceux qui sont construits et ceux qui sont complexes, nous basant en cela sur la théorie de
Danièle Corbin.
1. Etat des lieux
1.1
La morphologie, domaine de l’irrégulier ?
La morphologie a beaucoup souffert, il y a quelque temps, des accusations injustifiées de ses
détracteurs à cause, essentiellement, de ses irrégularités aussi bien au niveau de ses règles
morphologiques que dans la construction du sens. Nous nous pressons de souligner que si ces
reproches paraissaient, quelquefois, fondés, il n’en demeure pas moins vrai que la réalité est
toute autre puisque cela ne concerne, en fait, que la partie visible de l’iceberg.
En effet, l’observation superficielle des mots complexes peut faire penser qu’il n’y a pas
toujours une harmonie entre leur forme et leur sens. C’est ainsi que :
ƒ des mots apparemment construits de la même façon ne semblent nullement entretenir
la même relation sémantique avec leurs constituants (ex : maisonn(ette) & lun(ette))
ƒ un même sens peut être exprimé par des formes différentes (mot dérivé, mot composé
ou mot non construit) : Zwanenburg, considère, par exemple, les mots voilier, bateau
à voiles et voile comme équivalents sémantiquement, insinuant par là la non
spécificité du sens des mots construits ;
ƒ une distribution croisée paraît régner dans les procédés morphologiques et les sens
qu’ils servent à construire : d’une part, à une même forme affixale paraissent
correspondre plusieurs structures et plusieurs sens ( ex : -ier(e) peut construire des
noms et des adjectifs sur des bases variables et les noms porteurs de ce suffixe peuvent
référer à des personnes, des animaux, des objets, des lieux et d’autre part, à un même
sens paraissent correspondre plusieurs procédés morphologiques (ex : un adjectif de
relation peut être construit à l’aide des suffixes –al, -aire, -el, -ier, -ique, etc .)
1.2
Désordre des apparences / Ordre profond
En fait, le désordre des apparences cache un ordre profond qu’il appartient aux chercheurs de
restituer et de modéliser.
Pour apporter des solutions ou des débuts de solutions à toutes les distorsions constatées,
peut-être faudrait-il avant tout se libérer des fausses évidences observables et dépasser les
descriptions superficielles en acceptant l’abstraction dans le domaine de la morphologie
constructionnelle comme on l’accepte naturellement dans d’autres domaines.
Ce n’est, évidemment, ni le moment ni le lieu d’entrer dans les détails des solutions
proposées, bien que nous en abordions une en l’occurrence la théorie de D. Corbin qui se base
essentiellement sur deux facteurs principaux : l’associativité et la stratification (nous y
Verbes dénominaux
81
Mehrez SAADAOUI
reviendrons). Mais ce qui est essentiel à signaler, c’est qu’il semble que depuis quelques
années, un vent nouveau souffle sur la morphologie et en particulier sur la morphologie
dérivationnelle, branche de la morphologie qui traite de la formation des mots. Les travaux de
D. & P. Corbin, F. Kerleroux, Martine Temple, Georgette Dal, Denis Delaplace, Bernard
Fradin, Nabil Hathout, J. François et bien d’autres ne sont qu’un exemple du regain d’intérêt
pour cette discipline.
Est-il besoin de rappeler que la morphologie dérivationnelle procède par :
ƒ affixation : application à une base d’un opérateur de construction de mots obéissant à
des contraintes déterminées et porteur d’une instruction sémantique spécifique.
ƒ composition savante et non savante : combinaison de deux unités lexicales et/ou
infralexicales à sens référentiel selon une structure spécifique à laquelle est associé un
sens compositionnel spécifique.
ƒ conversion : conservation de la forme de la base avec changement de catégorie et de
sens (ex : bleu A Æ bleu N, cochon N Æ cochon A, scie N Æ sci(er) V, vol(er) V Æ
vol N) ;
ƒ divers procédés de « déformation » d’unités lexicales, impliquant le plus souvent
une atteinte à l’intégrité phonologique de l’unité-source et associés à la construction
d’un sens plus énonciatif que descriptif : apocope (ex : professeur Æ prof), suffixation
familière (ex : valise Æ valoche), combinaison de plusieurs procédés (ex : crasseux Æ
crado).
1.3
Dérivation des verbes dénominaux
Pour ce qui est des verbes dérivés dénominaux, nous dirons que les opérations de leur
construction relèvent de deux types possibles de procédés :
ƒ l'affixation : quand il y a ajout à une base nominale d'un affixe, c'est-à-dire d'un
morphème lexical qui peut être un préfixe (ex : pointe N Æ (é)pointer V), ou un suffixe
( ex : nid N Æ nid(ifier) V ou vampire N Æ vampir(iser) V).
ƒ la conversion (appelée aussi "dérivation impropre") qui met en relation deux
catégories grammaticales sans l'entremise de matériel lexical et qui consiste dans la
conservation de la forme de la base avec changement de catégorie et de sens (ex : scie
N Æ sci(er) V)
Le présent travail s’occupe
préfixés en « en »
d’une catégorie des verbes dénominaux ; celles des verbes
Comment se fait donc l’intégration, dans la terminologie de Dubois & Dubois-Charlier, ou
l’incorporation, dans la terminologie de J. François, de l’unité lexicale nominale dans une
unité lexicale verbale ?
Verbes dénominaux
82
Mehrez SAADAOUI
2.
Incorporation de matériau nominal dans un lexème verbal (préfixé
avec « en- »)
Deux sortes de modalités sont nécessaires à cette
morphophonologiques et des modalités morphosémantiques.
2.1
opération :
des
modalités
Modalités morphophonologiques
Le Petit Robert Electronique (PRE) nous donne 237 verbes préfixés en « en ». Sur ces 237
verbes, 15 sont des dérivés adjectivaux (embellir, engourdir, enjoliver, enlaidir, enrichir,
etc.), 18 sont des dérivés verbaux ( embraquer, emporter, endormir, enfermer, enserrer,
entraîner, etc.), 23 sont des emprunts mais que nous avons mentionnés parce qu’ils avaient
déjà subi une opération de dérivation et qu’ils sont formés sur une base nominale
(embusquer : d'apr. it. imboscare, de bosco « bois », encastrer : du bas lat. ou du lat. class.
castrum « forteresse », enclaver : lat. pop. °inclavare « fermer avec une clé », de clavis
« clé », etc.). Les dérivés dénominaux qui nous intéressent aujourd’hui sont au nombre de
181.
La construction morphologique de la plupart de ces verbes s’est opérée généralement d’une
manière régulière. Cependant, nous avons relevé, quelquefois, des distorsions de diverses
natures. Mais avant tout, demandons-nous : comment se fait la morphologie de construction
régulière et sur quelles bases portent les opérations morphologiques de construction ?
Il existe un large consensus pour dire que les bases des opérations morphologiques de
construction sont des lexèmes, c’est-à-dire des unités lexicales abstraites, distinctes des unités
minimales que sont les morphèmes, et des unités syntaxiques que sont les mots tels qu’ils sont
grammaticalisés lorsqu’ils figurent dans une phrase. La morphologie constructionnelle (ou
dérivationnelle ou lexicale) est ainsi définie comme opérant sur des formes non fléchies. Le
lexème est non spécifié pour les catégories morphosyntaxiques contextuellement variables
afférentes à l’emploi syntaxique. Ainsi n’apparaît-t-il pas dans une phrase ou un syntagme.
C’est un type dont les instances sont les « grammatical words »
Force est de constater que la majeure partie de nos verbes dénominaux obéit à ces règles.
Toutefois, pour certains, nous avons constaté que leur dérivation subit l’action de divers
dispositifs tels que :
(i) L'allomorphie qui consiste en un traitement synchronique d'un ensemble de phénomènes
historiquement hétérogènes (emprunts, dérivation dite « savante », évolution phonétique)
mais que l'on peut réduire synchroniquement à une certaine régularité. Ainsi :
ƒ le verbe emblaver, dont le sens est compositionnel par rapport à celui de blé, peut être
analysé comme ayant subi une déformation phonologique dans sa dérivation ;
déformation somme toute régulière puisque nous constatons le même phénomène pour
d’autres verbes ayant la même terminaison phonologique tels que enclaver (verbe
dénominal de « clé »), entraver (verbe dénominal de en- et a. fr. tref « poutre ») et peut
être même engraver (« faire une raie dans les cheveux »)
ƒ Pour des verbes comme empoigner (base nominale : poing), l’allomorphie y joue un
peu de la même manière que dans la terminaison phonologique de verbes tels que
Verbes dénominaux
83
Mehrez SAADAOUI
besogner (busuigner « être dans le besoin »), cogner (fin XIIe; lat. cuneare « enfoncer
un coin »), éloigner (XIe; de é- et loin), soigner ( frq. °sunnjôn soin)), témoigner
(tesmoignier 1131; refait sur témoin) et même trépigner (frq. °trippôn « sauter ») :
nous constatons, dans tous ces exemples une alternance régulière et récurrente entre
une voyelle nasale et une consonne nasale [oing /oin/ôn] en [gner]
ƒ D’autres verbes voient leur dernière lettre se transformer comme c’est le cas pour le
verbe enfoncer (base nominale fond) qui subit la même transformation que le verbe
engoncer (base nominale gond) ou empiéter (base nominale pied) ou encore
envenimer (base nominale venin).
ƒ Les verbes embraser (base nominale braise) et engrener (base nominale grain) ont
perdu dans l’opération de dérivation la voyelle « i » qui suit une autre voyelle, les
deux voyelles se trouvant entre deux consonnes. Nous constatons la régularité de ce
phénomène dans des exemples tels que refréner (réfréner) (« retenir par un frein
(frenum) » ou enchifrené (de chanfrein)
ƒ En revanche, Le verbe enfourner (base nominale four) a bénéficié de la consonne « n »
ajoutée à sa base ; phénomène régulier puisqu’on retrouve la même structure pour
d’autres verbes assimilés tels que
ajourner et séjourner (de jour) ou tourner
(« façonner au tour »)
(ii) La troncation qui permet d'expliquer l'absence superficielle de segments dont la présence
est prédite par une structure morphologique conforme à l'interprétation. Elle peut être liée
à la structure phonologique du mot construit (elle correspond alors à ce que l'on nomme
«haplologie») ou à sa structure morphologique. Le verbe ensiler, par exemple, illustre la
troncation de type phonologique. En effet, sa base silo a perdu sa suffixation étrangère (le
mot est d’origine espagnole) et ne peut donc pas correspondre à la suffixation verbale
française.
A travers ces différents exemples, nous constatons que les cas de distorsions apparentes entre
la forme et le sens des mots construits sont réductibles. Il s'agit bien de mots construits pourvu
qu’on considère leur construction non pas comme une simple concaténation formelle et
sémantique d'éléments, mais comme le résultat de la combinaison d'opérations hiérarchisées
de nature dérivationnelle, sémantique et phonologique.
2.2
Modalités morphosémantiques
La description du mécanisme d’incorporation d’un rôle sémantique dans le matériau verbal
que nous présentons dans ce paragraphe prend appui sur le classement des entrées verbales
dénominales proposé par Dubois & Dubois-Charlier (1999) et sur la typologie des cadres
prédicatifs proposée dans François (2003). C’est l’incorporation de la base nominale dans un
monolexème verbal morphosémantiquement motivé.
Du point de vue de la motivation morphosémantique, concernant les verbes préfixés en
« en », deux cas de figures se présentent :
(i) le verbe est motivé morphosémantiquement par explicitation de l’activité de l’agent,
ex. empailler (qn :x ~ qch :y)
Verbes dénominaux
84
Mehrez SAADAOUI
(ii) ou par explicitation du changement subi par le patient, ex. envaser (qn :x ~ qch :y).
Il est à noter que cette opération s’accompagne d’une d’intégration actancielle qui suppose
une réduction de valence, par ex. encuver (x :qn ~ y :N<vendange>) → mettre(x :qn ~
y :N<vendange> dans z :cuve)
Le viticulteur encuve la vendange (val 2).
→ Le viticulteur met la vendange dans une cuve (val 3)
Remarquons tout de suite que la majorité de ces verbes expriment une action causatrice de
changement et que cette action causatrice de changement est conceptuellement biprédicative,
c’est-à-dire qu’elle articule une activité (le faire d’un agent) et un changement subi par un
patient par une relation de causation.
Les verbes construits sur la prédication d’un changement non relationnel intègrent le Patient,
ex. Le jardin embaume → le jardin émet un baume.
Dans le cas d’un changement attributif (par exemple les billets transformés en liasses) c’est le
rôle Prédicateur qui est intégré (le commerçant enliasse ses billets).
Pour les verbes d’action causatrice de changement construits sur la prédication de causation,
c’est-à-dire dont la prédication de causation fournit la base dérivationnelle, par ex.
empailler(qn :x ~ qch :y), la prédication de causation est explicitée et celle de changement
reste inférable, car elle continue à sous-tendre la hiérarchisation du lexique verbal.
En revanche, pour les verbes d’action causatrice de changement construits sur la prédication
de changement, celle-ci est explicitée par motivation morphosémantique, mais la prédication
de causation n’est pas inférable (sauf dans le cas où un seul type d’activité permet de produire
le changement sur le patient) : pour un agent ‘x’ et un patient ‘y’, encapsuler(x,y) →
enfermer(x,y) et la phrase Les comprimés ont été encapsulés, mais j’ignore comment on s’y
est pris est sémantiquement bien formée.
Les actions causatrices peuvent produire un changement simple sur un Patient ou un
changement relationnel entre un « Relatum » et un Relateur (Dans une prédication
relationnelle, le rôle « Relatum » supporte la relation et le rôle Relateur la spécifie. Par
exemple pour une relation locative, l’entité localisée a le rôle de « cible », c’est-à-dire de
Relatum local, l’entité localisante celui de « site », cest-à-dire de Relateur local. Dans Un
bouquet de fleurs est dans le vase, la cible (Relatum) est sélectionnée comme sujet, dans Le
vase contient un bouquet de fleurs, c’est le site (Relateur).
Le cadre prédicatif d’un verbe d’action causatrice de changement relationnel comporte deux
rôles à statut relationnel, dont l’un est affecté de la fonction syntaxique d’objet direct et
devient donc le Patient, tandis que l’autre est réalisé comme un syntagme prépositionnel.
Dans le domaine de la localisation, le Patient peut être soit le Relatum, en l’occurrence le rôle
« Cible », soit le Relateur, en l’occurrence le rôle « Site ».
Pour ce qui est de l’intégration d’un instrument, comme enchaîner (x :qn ~ y :qch) →
attacher(x :qn ~ y :qch avec N<chaîne>) « D’un point de vue syntaxique, l’instrument est un
circonstant, tout complément instrumental étant facultatif, mais d’un point de vue conceptuel
l’instrument est le medium sans lequel l’action peut être irréalisable » (François : 1999).
Verbes dénominaux
85
Mehrez SAADAOUI
Type 1. Verbe d’action causatrice non relationnelle construit sur la prédication de
changement par intégration du rôle « Patient (produit) »
ex. Le jardin embaume
Verbe
dénominal
Nom
source
Syntaxe
Définition
morphosémantique
Constr.
gramm.
Relation
Type d’intégration
1/ Verbe d’action causatrice non relationnelle construit sur la prédication de changement, intégrant
le rôle « Patient produit »
enrager
rage
V. int.
émettre N
qn
act.caus. / Patient prod
objet/ émission son
embaumer
baume
V. int.
émettre N
qch
act.caus. / Patient prod
objet/ émission
parfum
Type 2. Verbe d’action causatrice relationnelle attributive construit sur la prédication de
changement (de statut) par intégration du rôle « Prédicateur » (Le rôle
« Prédicateur » spécifie le nouveau statut du Patient au terme de l’action causatrice.)
ex. Le commerçant enliasse ses billets.
Verbe
dénominal
Nom
source
Syntaxe
Définition morphosémantique
Constr.
gramm.
Relation
Type
d’intégration
2/ Verbe d’action causatrice relationnelle attributive construit sur la prédication de changement,
intégrant le rôle « Prédicateur »
empiler
pile
V. tr.
donner forme N2 à N1
qn~qch
act.caus.att./
forme résultante
Prédic.
enliasser
entasser
liasse
tas
V. tr.
V. tr.
donner forme N2 à N1
donner forme N2 à N1
qn~qch
act.caus.att./
<billets>
Prédic.
qn~qch
act.caus.att./
forme résultante
forme résultante
Prédic.
Verbes dénominaux
86
Mehrez SAADAOUI
Type 3. Verbe d’action causatrice relationnelle locative construit sur la prédication de
changement de lieu par intégration du rôle « Cible»
ex. Certains ne manqueront pas de voir dans cette stricte application du règlement une
volonté de la FIFA de ne pas envenimer les relations parfois houleuses que les
institutions sportives entretiennent avec les clubs professionnels. (Le Monde du
27/11/2002, p 3)
Le terme « Cible » désigne le Relatum local qui est affecté par la relation à la fin de l’action.
Verbe
dénominal
Nom
source
Syntaxe
Définition
morphosémantique
Construction
grammaticale
Relation
Type
d’intégration
embrumer
brume
V. tr.
couvrir de N
qch~qch
act.caus.loc./Cibl.Finale
empailler
paille
V. tr.
couvrir de N
qn~qch
act.caus.loc./Cibl.F
empoussiérer
poussière
V. tr.
recouvrir
N
qch~qch
act.caus.loc./Cibl.F
encagouler
cagoule
V. tr.
revêtir de N
qn~qch<têtedeqn>
act.caus.loc./Cibl.F
encapuchonner
capuchon
V. tr.
couvrir de N
qn~qch
act.caus.loc./Cibl.F
enfieller
fiel
V. tr.
remplir de N
qn/qch~qn
act.caus.loc./Cibl.F
engazonner
gazon
V. tr.
recouvrir
N
qn~qch<terrain>
act.caus.loc./Cibl.F
envenimer
venin
V. tr.
imprégner de
N
qn~qch
act.caus.loc./Cibl.F
Verbes dénominaux
de
de
moyen (nantissement)
3/ Verbe d’action causatrice relationnelle locative construit sur la prédication de changement,
intégrant le rôle « Cible »Æ Site final
87
Mehrez SAADAOUI
Type 4. Verbe d’action causatrice relationnelle locative construit sur la prédication de
changement de lieu par intégration du rôle « Site final »
ex. Les nouvelles générations de plats surgelés, qui réclament un geste culinaire symbolique
avant d’être enfournés dans le micro-ondes, ne disent rien d’autre. (Le Monde du
30/11/2002, p 27)
Verbe
dénominal
Nom
source
Syntaxe
Définition
morphosémantique
Construction
grammaticale
Type
d’intégration
Relation
4/ Verbe d’action causatrice relationnelle locative construit sur la prédication de changement,
intégrant le rôle « Site final»
encapsuler
capsule
V. tr.
enfermer dans N
qn~qch
act.caus.loc /
Site final
locatif
final
DANS
encuver
cuve
V. tr.
mettre dans N
qn~qch
act.caus.loc /
Site final
locatif
final
DANS
enfûter
fût
V. tr.
mettre dans N
qn~qch<vin>
act.caus.loc /
Site final
locatif
final
DANS
entoiler
toile
V. tr.
fixer sur N
qn~qch
act.caus.loc /
Site final
locatif SUR final
envaser
vase
V. tr.
enfoncer dans N
qn~qch
act.caus.loc /
Site final
locatif
final
DANS
Type 5. Verbe d’action causatrice relationnelle construit sur la prédication d’action causatrice
par intégration du rôle « Instrument/Moyen »
Ex. L’orthopédiste a encloué l’os fracturé
Verbe
dénominal
Nom
source
Syntaxe
Définition
morphosémantique
Construction
grammaticale
Relation
Type d’intégration
5/ Verbe d’action causatrice non relationnelle construit sur la prédication d’action (causatrice),
intégrant le rôle « Instrument/Moyen »
enchaîner
chaîne
V. tr.
attacher avec
N
qn~N<animal>
act.caus./
Inst/Moy.
instrument
fixation)
enclouer
clou
V. tr.
maintenir
avec N
qn~qch<os>
act.caus./
Inst/Moy.
inst. (de blocage)
Verbes dénominaux
(de
88
Mehrez SAADAOUI
CLASSEMENT DES VERBES DÉNOMINAUX (PRÉFIXÉS EN –EN) D’ACTION CAUSATRICE
EN FONCTION DU MODE DE CONSTRUCTION MORPHOSÉMANTIQUE DU VERBE
(CLASSEMENT INSPIRÉ DE CELUI DE DUBOIS & DUBOIS-CHARLIER REVU PAR J. FRANÇOIS)
Verbe
dénominal
Nom
source
Syntaxe
Définition
morphosémantique
Construction
grammaticale
Relation
Type
d’intégration
1/ Verbe d’action causatrice non relationnelle construit sur la prédication de changement,
intégrant le rôle « Patient produit »
enrager
rage
embaumer
baume
V.
int.
V.
int.
émettre N
qn~
act.caus./ Patient prod
émettre N
qch~
act.caus./ Patient prod
émission
expression
émission
parfum
2/ Verbe d’action causatrice relationnelle attributive construit sur la prédication de
changement, intégrant le rôle « Prédicateur »
empiler
pile
V. tr.
enliasser
liasse
V. tr.
entasser
tas
V. tr.
dner frme N2
à N1
dner frme N2
à N1
dner frme N2
à N1
qn~qch
at.caus.att./Prédic.
qn~qch<billets>
act.caus.att./Prédic.
qn~qch
act.caus.att./Prédic.
forme
résultante
forme
résultante
forme
résultante
3/Verbe d’action causatrice relationnelle locative construit sur la prédication de changement,
embrumer
empailler
empoussiérer
brume
paille
poussière
V. tr.
V. tr.
V. tr.
encagouler
encapuchonner
enfieller
engazonner
cagoule
capuchon
V. tr.
V. tr.
fiel
gazon
V. tr.
V. tr.
envenimer
venin
V. tr.
couvrir de N
couvrir de N
recouvrir de
N
revêtir de N
couvrir de N
qch~qch
qn~qch
qch~qch
act.caus.loc./Cibl.Finale
act.caus.loc./Cibl.F
act.caus.loc./Cibl.F
qn~qch<têtedeqn>
qn~qch
act.caus.loc./Cibl.F
act.caus.loc./Cibl.F
remplir de N
recouvrir de
N
imprégner de
N
qn/qch~qn
qn~qch<terrain>
act.caus.loc./Cibl.F
act.caus.loc./Cibl.F
qn~qch
act.caus.loc./Cibl.F
moyen (nantissement)
intégrant le rôle « Cible »Æ Site final
4/ Verbe d’action causatrice relationnelle locative construit sur la prédication de changement,
intégrant le rôle « Site final»
encapsuler
capsule
V. tr.
encuver
cuve
V. tr.
enfûter
fût
V. tr.
entoiler
toile
V. tr.
envaser
vase
V. tr.
enfermer
dans N
mettre dans
N
mettre dans
N
fixer sur N
qn~qch
act.caus.loc / Site final
qn~qch
act.caus.loc / Site final
qn~qch<vin>
act.caus.loc / Site final
qn~qch
act.caus.loc / Site final
enfoncer
dans N
qn~qch
act.caus.loc / Site final
locatif
DANS final
locatif
DANS final
locatif
DANS final
locatif SUR
final
locatif
DANS final
5/ Verbe d’action causatrice non relationnelle construit sur la prédication d’action
(causatrice), intégrant le rôle « Instrument/Moyen »
enchaîner
chaîne
V. tr.
attacher
avec N
qn~N<animal>
act.caus./ Inst/Moy.
enclouer
clou
V. tr.
maintenir
avec N
qn~qch<os>
act.caus./ Inst/Moy.
Verbes dénominaux
instrument
(de
fixation)
inst. (de
blocage)
89
Mehrez SAADAOUI
3. Verbes construits vs Verbes complexes
3.1
Théorie de D. Corbin.
La théorie élaborée par D. corbin sur les unités lexicales construites repose sur deux principes
fondamentaux qui sont l’associativité (forme et sens) et la stratification (hiérarchisation des
niveaux de régularité).
Le fait est que les unités lexicales construites ont une spécificité par rapport aux unités non
construites. C’est que la relation entre leur structure et leur sens est motivée. Cette spécificité
légitime d’une certaine manière la perspective associative, qui cherche à relier la forme, la
structure et le sens des unités construites.
La stratification des données observables passe par des stratégies d’analyse qui cherchent à
déceler et à baliser le parcours qui mène des apparences à ce qui est réellement produit par la
langue, et à hiérarchiser entre eux les divers niveaux de régularités.
Les procédés de construction des unités lexicales sont ainsi conçus comme des moyens de
donner à des concepts des dénominations dont le sens construit (et donc la forme) soit aussi
proche que possible de la façon dont est appréhendé le référent.
Pour D. Corbin, si le domaine d’application des RCM (règles de construction des mots) est
l’ensemble des mots dont la structure et le sens sont construits conjointement, alors un mot est
analysé comme construit s’il satisfait les trois conditions suivantes :
i.
Les constituants de sa structure morphologique profonde doivent tous être
catégorisables et associables à un sens de façon reproductible (sont non construits selon
cette règle des mots comme royaume ou précoce : « aume », dans le premier exemple,
ne fonctionne pas comme suffixe ailleurs que dans cet exemple alors que si on
considère « pré », dans le deuxième exemple, comme préfixe, « coce » n’a plus aucun
sens)
ii.
Son sens prédictible et sa structure morphologique profonde doivent être
compositionnels l’un par rapport à l’autre (complexe mais pas construit un mot comme
peuplier puisque peuple veut dire, déjà, arbre)
iii.
Les éventuelles distorsions entre sa structure morphologique profonde et sa forme
apparente ou entre son sens prédictible et son sens lexicalisé doivent être explicables
par des mécanismes réguliers permettant de passer de l’un(e) à l’autre.
Quant à la construction du sens d’une unité lexicale, on peut dire que « le sens lexical d’une
unité construite est le produit de la combinaison des propriétés sémantiques que confère à
cette unité l’opération qui l’a construite (sens construit) et des propriétés résultant de
l’utilisation de cette unité pour dénommer un ou plusieurs référents (sens référentiel) ». Ce
sens construit ne détermine que partiellement l’utilisation référentielle des unités. Par
exemple, pour le sens construit du verbe délaiter (débarrasser le beurre du petit lait qu’il
contient), l’emploi référentiel suppose qu’une inférence vienne compléter ce qu’autorise le
sens construit.
Verbes dénominaux
90
Mehrez SAADAOUI
3.2
Verbes dénominaux construits vs verbes dénominaux complexes
Bien que tous les verbes préfixés en « en » soient construits morphologiquement puisque ce
sont des verbes construits sur des bases nominales intégrées dans l’unité lexicale verbale : la
suffixation verbale garantissant le changement de catégorie grammaticale et la préfixation
étant le mode opératoire de l’intégration de la base nominale, nous sommes en droit de nous
demander si tous ces verbes sont construits quant à leur sens. Un examen hâtif pourrait nous
amener à croire qu’ils le sont effectivement. Mais l’analyse d’un certain nombre de doublets
tels que embosser/bosser, empailler/pailler, emprésurer/présurer, encaserner/caserner,
enchemiser/chemiser, engazonner/gazonner et engommer/gommer nous a conduit à tirer
d’autres conclusions.
Il ressort, en effet, de cette analyse certaines remarques que nous mentionnons dans ce qui
suit :
(i) S’agissant de ces doublets, nous avons constaté que les verbes préfixés en « en » sont tous
postérieurs à ceux qui ne le sont pas :
bosser : 1516; de bosse
embosser : 1752; de en- et bosse « cordage »
pailler: 1364; de paille
empailler : 1660; empaillé « mêlé de paille » 1543; de en- et paille
présurer : 1600; de présure
emprésurer : 1922; 1568 au p. p.; de en- et présure (Substance extraite de la caillette des jeunes
ruminants, contenant un enzyme qui fait cailler le lait.)
caserner : 1718; de caserne
encaserner : 1790 au p. p.; de en- et caserne
chemiser : 1838; de chemise
enchemiser : 1901; de en- et chemise
gazonner : 1295; de gazon
engazonner : 1554; de en- et gazon
gommer : XIVe; de gomme ;
engommer : 1581; de en- et gomme
(ii) Tous les doublets mentionnés ont pratiquement le même sens. Le PRE nous donne les
définitions suivantes :
bosser : fixer avec des bosses:cordages
embosser : amarrer (un navire) de façon à le maintenir dans une direction déterminée
pailler : garnir de paille tressée.
couvrir ou envelopper de paille, de paillassons
empailler : garnir, couvrir de paille (un siège)
envelopper, entourer de paille (pour protéger des chocs).
présurer : cailler (du lait) avec de la présure
emprésurer : additionner (le lait) de présure, pour le faire cailler.
caserner : loger dans une caserne.
encaserner : mettre, loger dans une caserne.
chemiser : garnir d'un revêtement protecteur
enchemiser : munir d'une chemise protectrice (un livre).
gazonner : revêtir de gazon.
engazonner : recouvrir de gazon
gommer : enduire de gomme.
engommer : enduire de gomme (un tissu, le support d'une poterie mise au four).
Verbes dénominaux
91
Mehrez SAADAOUI
Dans ce cas-là peut-on alors parler de sens construit à la suite de la construction
morphologique ? une réponse affirmative nous semblerait plus qu’inappropriée. Nous
considérerons donc ces verbes comme des unités complexes et non construites à une
exception près (celle du verbe empailler dans l’un de ses sens que nous considérons comme
construit ; celui de « bourrer de paille la peau d’un animal mort qu'on veut conserver» et qui
n’est pas dans le sens de pailler).
La question qui se pose alors est celle de l’opportunité de leur dérivation et le rôle du préfixe
ajouté à leur base nominale. Nous pensons ne pas trop nous hasarder en avançant la thèse que
le préfixe ajouté ne joue dans le cas présent que le rôle d’un marqueur paradigmatique. Non
pour intégrer l’unité lexicale dans la catégorie des verbes mais plutôt pour l’intégrer dans le
paradigme des verbes d’action causatrice relationnelle locative construits sur la prédication de
changement, intégrant le rôle « Cible »Æ Site final (cas de empailler, emprésurer,
enchemiser, engazonner, engommer) ou dans le paradigme des verbes d’action causatrice
relationnelle locative construits sur la prédication de changement, intégrant le rôle « Site
final» (le cas d’encaserner) ou dans le paradigme des verbes d’action causatrice non
relationnelle construits sur la prédication d’action (causatrice), intégrant le rôle
« Instrument/Moyen » (le cas d’embosser).
Conclusion
Ce travail nous aura permis, tout d’abord, de constater que les spécificités des formes
construites en morphologie sont loin d’être minimes, que les problèmes et les hésitations sont
légion et que le travail d’abstraction seul capable d’instaurer une régularité, dont la
morphologie constructionnelle a grandement besoin, n’est pas un travail pour demain. Mais,
en même temps, cette étude des verbes dénominaux nous aura permis de nous rendre compte
que ce champ de la linguistique ne peut pas se suffire d’un tourisme lexical dilettante et qu’un
travail de fond est capable de révéler les possibilités énormes que nous offre ce champ de la
linguistique.
Nous pensons, en effet, que la description des structures lexicales dans un texte
technologique, par exemple, ne doit pas se limiter à la seule description des noms, toutes les
catégories sont a priori également concernées. En particulier, puisque les domaines
spécialisés sont liés à des pratiques professionnelles, la prise en compte des verbes reste
primordiale pour accéder à une meilleure description de l’action, sous la forme de prédicats
associés à des arguments.
Un autre domaine où les possibilités de productivité paraissent très utiles aujourd’hui, c’est
celui de la traduction et nous nous rendons compte tous les jours du transfert de ces structures
lexicales d’une langue à une autre (notamment de l’arabe au français et du français à l’arabe)
car comment expliquer que des Français vous « kifent1 grave » alors que des Tunisiens
« yveysou2 et yfelmou3 » ?
1
Kifer : v. de l'ar. maghrébin kif « état de béatitude » : apprécier, aimer bien.
Yveysou : v. du dialectal tunisien, base nominale française « vice » : jouer au malin, être vicieux.
3
Yfelmou : v. du dialectal tunisien, base nominale française « film » : faire son cinéma
2
Verbes dénominaux
92
Mehrez SAADAOUI
Références bibliographiques
CORBIN D. (1991), « Introduction. La formation des mots : structures et interprétations ». LEXIQUE
10 La formation des mots : structures et interprétations, Presses Universitaires de Lille,
pp : 7-30
CORBIN D. (2004), « Programme de recherche (1997-2003). Le Dictionnaire des affixes et le
Dictionnaire dérivationnel du français ». LEXIQUE 16 La formation des mots : horizons
actuels. Presses Universitaires du Septentrion, pp : 53-66
CORBIN P. (2004), « Introduction : Lexique 16, treize ans après Lexique 10 ». LEXIQUE 16 La
formation des mots : horizons actuels. Presses Universitaires du Septentrion, pp : 9-46.
CORDIER F., FRANÇOIS J., KEFALOVA L., MULLET V. (1997), « Conscience dérivationnelle et
formation linguistique : compte-rendu d’expérience ». Landisco n°5, Université de Nancy
DAL G. (2003), « Productivité morphologique : définitions et notions connexes ». Langue Française
n° 140. La productivité morphologique en questions et en expérimentations. Larousse, pp :
3-23.
DUBOIS, J. & DUBOIS-CHARLIER, F. (1999), La dérivation suffixale en français. Paris : NathanUniversité, pp : 238-261.
FRANÇOIS, J. (1999), « Les caractères aspectuels et participatifs des prédications verbales et la
transitivité », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris XCIV : 139-184.
FRANÇOIS, J. (2002), « La catégorisation verbale », in : F. Cordier & J. François (coord.),
Catégorisation et langage.Paris : Hermès, p. 53-82.
FRANÇOIS, J. (2003a), « La représentation des structures verbo-nominales et du figement verbal dans
deux formalismes de grammaire fonctionnelle ». Cahiers de lexicologie82 :61-88.
FRANÇOIS, J. (2003b), La prédication verbale et les cadres prédicatifs. Louvain : Peeters
FRANÇOIS, J. (2004) « Prédication verbale et intégration actancielle en français ». Mémoire de la
Société de Linguistique de Paris n° XIV Les constituants prédicatifs et la diversité des
langues, Paris
IBRAHIM, A. H. (1999), « Justification d’une classification des verbes en six classes asymétriques
hiérarchisées ». Sémantique du lexique verbal, Cahier de l’ ELSAP, Université de Caen,
pp : 99-106.
KERLEROUX F. (2004), « Sur quels objets portent les opérations morphologiques de
construction ? ». LEXIQUE 16 La formation des mots : horizons actuels. Presses
Universitaires du Septentrion, pp : 85-123.
LEHMAN A. MARTIN-BERTHET F. (1997) Introduction à la lexicologie: sémantique et
morphologie. Dunod
Verbes dénominaux
93
Ahmed BRAHIM
Ahmed BRAHIM
Université de la Manouba
LE MARQUAQUE « LOCATIF » DE L’OBJET
EN ARABE ET EN BERBÈRE TUNISIEN
Résumé :
Un des traits typiques des parlers arabes et berbères du Maghrebcentral est l’expression de l’aspect progressif
grâce au marquage des objets par une préposition dénotant l’intériorité. Après une présentation des conditions
dans lesquelles intervient ce type de marquage du progressif et des structures, notamment causatives, où la
préposition signifiant « dans » précède le terme nominal référant à un patient, l’article compare le phénomène
en question aux cas, fréquents dans plusieurs autres langues, où la construction indirecte du second actant
alterne avec sa construction directe, ce qui permet de considérer sous un éclairage particulier la question
typologique le rapport entre marquage indirect de l’objet-patient et degré de transitivité sémantique.
Abstract :
One of the typical features of Arabic and Berber dialects is the expression of progressive aspet by marking
objects with a prepositon denoting interiority. After a presentation of the conditions where this kind of marking
progressive is used and the structures where a preposition meaning “in” precedes the nominal term referring to
a patient, the paper compares this phenomenon to other cases, frequently found in many languages, where the
indirect construction of the second actant alternates with its direct construction, which allows to consider under
a particular light the typological question of the relation between the indirect marking of the object/patient and
the degree of semantic transitivity.
L’affinité entre le locatif et le progressif est un phénomène interlinguistique bien connu. On
sait, en effet, que les progressifs se développent assez souvent à partir de constructions
périphrastiques où est utilisée la copule ( ou quelque marqueur de relation prédicative)
accompagnée d’un substantif déverbal marqué comme locatif. C’est ce qu’on a en finnois, par
exemple, avec l’infinitif en mä- à l’inessif : Olla teke mässä (= être en faire = « être en train
de faire) 1 . C’est un phénomène qui est également présent en français même, dans la
périphrase être en train de ainsi que dans les paraphrases que l’on peut en faire en utilisant un
1
Sur cette corrélation entre progressif et locatif, voir en particulier P.M. Bertinotto (1986 : 131-34)
Marquage locatif de l’objet
94
Ahmed BRAHIM
substantif déverbal : Je suis en train de travailler / en plein travail ; Je suis en train de lire un
roman / plongé dans la lecture d’un roman ; Le moteur est en train de marcher / en marche.
Le phénomène dont il va être question dans cet article est, cependant, assez différent de cette
situation somme toute assez courante, puisque le progressif des verbes transitifs pourvus de
leur objet (actant 2) est marqué, non dans le verbe fini ou non fini, ni dans la sphère
morphosyntaxique du verbe, mais dans l’objet lui-même.
Un des traits typiques des dialectes arabes et berbères du Maghreb et particulièrement de la
partie centrale de celui-ci (allant de l’Est algérien à l’Ouest libyen en passant par la Tunisie)
est, en effet, le marquage locatif des objets grâce à une préposition signifiant l’intériorité
« dans ». Ce marquage prépositionnel locatif du second actant est de règle quand le verbe
transitif est à l’inaccompli (forme dite « préfixée ») de valeur progressive. C’est ce que l’on
peut voir dans :
(1)
a. i-čča
b.y-uDrub
dg
fi:
uma-k
hu:-k
3MS-frapper/Inacpl
dans frère-2S
[Berbère (Aurès, Algérie) Reesink, 1984]
[Arabe tunisien]
« Il est en train de frapper ton frère »
Comme on peut le voir dans les exemples (2) et (3), la présence de la préposition fi: en arabe
tunisien et g- en berbère de Douiret2 (Tunisie) peut régulièrement être opposée à son absence,
cette absence correspondant à ce que D. Cohen appelle l’inaccompli « non concomitant » à
valeur générique :
(2)
a. yessis i:fku
Il-boit lait
b. yessis g’i:fku
Il-boit dans lait
[Berbère (Douiret, Tunisie)]
(3)
a. yašrab (lə-)ħli:b
« Il boit du lait »
b. yašrab fi: lə-ħli:b
[Arabe tunisien]
« Il est en train de boire du lait »
Dans quelles conditions ce type de marquage de l’aspect progressif indirectement sur l’objet
peut-il ou doit-il intervenir ? La réponse à cette question sera l’objet de la première partie de
cet article. Dans la deuxième partie, j’examinerai l’extension de ce marquage locatif de l’objet
à des constructions autres que les constructions transitives simples et notamment aux
constructions causatives. Dans la troisième et dernière partie, la situation de l’arabe et du
berbère tunisiens sera comparée à celle d’autres langues qui connaissent une alternance entre
construction directe et construction indirecte du second actant. Cette comparaison vise à
préciser, dans la conclusion, l’impact de ce type de marquage oblique sur le degré de
transitivité sémantique (au sens de Hopper et Thompson).
1.
Conditions d’emploi
L’emploi de ce type de marquage est soumis à un certain nombre de contraintes :
2
Je remercie M. Ali Saïdane pour les données sur ce parler.
Marquage locatif de l’objet
95
Ahmed BRAHIM
1.1.
Contraintes aspectuelles et temporelles
Le verbe transitif doit avoir une forme inaccomplie (préfixée) associée à une valeur
concomitante. C’est ainsi que le marquage locatif se trouve exclu quand le verbe est à
l’accompli (4a’) ou à l’impératif (4b’) :
(4)
a. klä: l-kusksi
a’. *klä: fî: -l-kusksi
[Arabe tunisien]
manger/Acpl-3MS le-couscous
« Il a mangé le/du couscous »
b. ku:l əl-kusksi
b’. *ku:l fî: -l-kusksi
manger/Imp-2S le-couscous
« Mange le/du couscous ! »
Ce type de marquage n’est pas normalement utilisé lorsque la forme inaccomplie a une valeur
générique :
(5) a. yä:kul
fi: -l- kusksi
b. yä:kul əl-kusksi
3MS-manger/Inacpl dans le-couscous
« Il est en train de manger du/le couscous »
3MS-manger/Inacpl le-couscous
« Il mange (habituellement)du couscous
Je dis normalement car des facteurs liés notamment à l’objet lui-même peuvent faire pencher
la balance en faveur de l’interprétation habituelle même quand le second actant du verbe est
précédé de fi:. Ainsi à une question comme :
(6)
’ä:š yä‘mal ?
quoi 3MS-faire/Inacpl
« Qu’est-ce qu’il fait ? »
On peut répondre soit (6a), soit (6b) :
(6)
a. iSallaħ fi: -t-tälvzä
3MS-réparer/Inacpl dans la-télévision
« Il est en train de réparer la télévision »
b. iSallaħ
fi: -t-tlävəz
dans les télévisions
« C’est un réparateur de télévisions »
1.2.
Contraintes catégorielles
Ce type de marquage locatif de l’objet est toujours possible lorsque celui-ci est un terme
nominal (nom ou pronom), y compris un substantif déverbal objet interne (7a-b) ou noyau
prédicatif d’une structure à verbe support (7’a-b) :
(7)
a. Hdem hidmä bä:hyä
Il-a-travaillé travail bon-F
« Il a fait un/du bon travail »
Marquage locatif de l’objet
b. yehdem fi:hidmä bä:hyä
[Arabe tunisien]
Il-travaille dans travail bon-F
« Il est en train de faire du bon travail »
96
Ahmed BRAHIM
(7’)
a. ‘mäl
du:ra fi: -j-jni:nä
Il-a-fait tour
dans le-jardin
« Il s’est promené dans le jardin »
b. yä‘mäl fi: du:ra fi: -j-jni:nä
Il-fait
dans tour
dans le-jardin
« Il est en train de se promener dans le jardin »
Il est également possible dans les constructions où la position de second actant est occupée
par un nom réfléchi (8) et dans celles où c’est une proforme indéfinie interrogative ou
négative (9) :
(8)
a. šä:f ru:ħu fi :-l-mrä:yä
a’. išu:f fi: ru: ħu fi :-l-mrä:yä
Il-a-vu âme-lui dans la-glace
Il-voit dans âme-lui dans la-glace
« Il s’est vu dans la glace »
b. ‘mäl ru:ħu mä: yesmä‘-š
« Il est en train de se voir dans la glace »
b’. yä‘mäl fi: ru:ħu mä: yesmä‘-š
Il-a-fait âme-lui NEG il-entend-NEG
Il-fait dans âme-lui NEG il-entend-NEG
a. f-ä:š tä :kul ?
a’. mä: nä:kul fi:
dans-quoi tu-manges
NEG je-mange
« Il a fait semblant d’être sourd »
(9)
« Il est en train de faire le sourd »
šäyy
dans rien
« Qu’est-ce que tu es en train de manger » «…rien »
b.
f-ešku:n testännä ?
b’. mä: nestännä fi: ħadd
NEG j’attends
dans personne
« Qui es-tu en train d’attendre ? » « Je ne suis en train d’attendre personne »
dans-qui tu-attends ?
Mais le marquage locatif est exclu lorsque la position de second actant est saturée par une
complétive :
(10) a. qa:l (elli) žä: we lqa: -l-bä:b msakkar
Il-a-dit (que) il-est-venu et il-a-trouvé la-porte fermée
« Il a dit qu’il était venu et avait trouvé la porte fermée »
b. *iqu:l fi:(elli) žä: we lqa: -l-bä:b msakkar
1.3. Contraintes liées à l’actionalité
Comme c’est normalement le cas avec le progressif, les verbes d’état signifiant « aimer »,
« haïr », « posséder », etc. sont exclus de ce type de construction (11b) :
(11) (‘allummu – llummu – llummu)
[Chanson populaire tunisienne]
a. n-ħibb-u u-n-akrah umm-u
j’-aime-lui et-je-déteste mère-lui
« Je l’aime mais je déteste sa mère »
b. * n-ħibb fi:-h u-n-akrah f-umm-u
j’aime dans lui et-je-déteste dans-mère-lui
« * Je suis en train de l’aimer et de détester sa mère »
De même, il existe en principe une incompatibilité entre ce marquage et les verbes
d’achèvement (selon le modèle post-vendlérien) de sens instantané ponctuel comme « faire
éclater », « faire exploser » (12b). Cette restriction est levée, cependant, en cas d’itération
obtenue, par exemple, par simple pluralisation de l’objet comme dans (12c) :
(12) a. flaq el-balu:nä
« Il a fait éclater le ballon »
[Arabe tunisien]
b. *y-eflaq fi: l-balu:nä
Marquage locatif de l’objet
97
Ahmed BRAHIM
« *Il est en train de faire éclater le ballon »
c. y-eflaq fi: l-balu:n-ä:t
« Il est en train de faire éclater les ballons »
2.
Extension du marquage locatif à d’autres constructions
Jusqu’où ce marquage locatif de l’objet peut-il être étendu au-delà des constructions
monotransitives ?
2.1
Constructions ditransitives
2.1.1. Il y a d’abord les verbes ditransitifs (trivalents) qui peuvent régir, dans certaines
conditions, deux compléments directs dont l’un est un pronom suffixé référant au donataire, et
l’autre est un syntagme nominal correspondant à l’objet donné. Dans ce genre de stuctures, les
deux compléments sont régulièrement précédés de la préposition fi: au progressif (13c):
(13) a. ‘Ta:t-u
l-ktub
b. γudwa ta‘Ti:-h
Elle-a-donné-3MS les-livres
« Elle lui a donné les livres »
c. ta‘Ti
fi:-h
el-ktub
[Arabe tunisien]
Demain elle-donne-3MS les livres
« Demain elle lui donnera les livres »
fi: l-ktub
Elle-donne dans-3MS dans les-livres
« Elle est en train de lui donner les livres »
2.1.2. Ce type de double objet marqué locativement se rencontre également dans les
constructions causatives dont le verbe est dérivé d’un verbe monotransitif ou peut être mis
en relation « transformationnelle » avec un verbe de ce type: la préposition fi: (ou g’- en
berbère) introduit alors aussi bien le causataire (le sujet de la construction monotransitive « de
base ») que l’objet de cette même construction « initiale » :
(14) a. l-awlä:d y-u‘rD-u
Les-enfants 3M-réciter/Inacpl-3PL
fi: alwa:H-hum
[Arabe tunisien]
dans tablettes-3PL
« Les enfants sont en train de réciter leurs tablettes »
b. el-meddeb i‘arreD
fi: l-awlä:d
Le-maître 3M-réciter/CAUS/Inacpl
dans les-enfants dans tablettes-3PL
fi: alwa:H-hum
« Le maître de l’école coranique est en train de faire réciter leurs tablettes aux enfants »
c. elmeddeb esazzam g’ettnawi g’ellouHatensen [Berbère, Tamezret, Tunisie]3
« Le maître de l’école coranique est en train de faire réciter leurs tablettes aux enfants »
Fait remarquable : tandis que le second actant des verbes de sentiment, qui ne peuvent pas
être employés à l’aspect concomitant progressif, ne peut pas être introduit par la préposition
locative (v.(11c) et (15a’)), l’emploi de cette préposition devient parfaitement normal une fois
que le verbe est transformé en causatif par dédoublement de sa consonne médiane. Le
marquage locatif du « causataire » fonctionne alors difficilement comme signifiant du
progressif (15b), mais celui du second objet du verbe causativé correspondant à l’objet unique
3
Je remercie M. Mansour Ghaki pour les données et les informations qu’il m’a fournies sur ce parler
Marquage locatif de l’objet
98
Ahmed BRAHIM
du verbe de base semble être une marque obligatoire de fonction objectale indépendamment
des variations aspectuo-temporelles (15c-e):
(15) a. n-akrah el-kusksi
a’. *n-akra
1-détester/Inacpl le-couscous
fi: l-kusksi
[Arabe tunisien]
1-détester/Inacpl dans le-couscous
« Je déteste le couscous »
« *Je suis en train de détester le couscous »
b. ?? t-karreh fiy-ya fi: l-kusksi
3F-détester/CAUS/Inacpl
dans-1S dans le-couscous
« Elle est en train de me faire détester le couscous »
c. šayy i-karreh
fi: l-kusksi
Chose 3MS-détester/CAUS/Inacpl
dans le-couscous
« Il y a de quoi détester le couscous »
d. karrhe-t-ni
fi: l-kusksi
Détester/CAUS/Acpl-3F-1S dans le-couscous
« Elle m’a fait détester le couscous »
[Berbère, Tamezret, Tunisie]
e. yissihsi g’it-tirku
« Il m’a fait aimer le football »
2.2. Arguments de substantifs déverbaux
2.2.1. Nom d’action (maSdar)
Lorsque les noms dérivés de verbes transitifs régissent un seul argument, celui-ci est mis en
« état d’annexion » (muDa:f), avec la possibilité d’une double lecture (génitif subjectif :
qra:yet muHammad « La lecture de Mohamed », ou génitif objectif : qra:yet el-qur’ä:n « La
lecture du Coran »).
Lorsque le nom déverbal a deux arguments, on a la répartition suivante : l’état d’annexion est
appliqué à l’argument correspondant à l’agent alors que l’argument correspondant au patient
est normalement précédé de la préposition locative :
(16) a. tärbyet-hä fi:
awlä:d-ha
[Arabe tunisien]
éducation-3FS dans enfants-3FS
“ L’éducation qu’elle donne à ses enfants”
b. etterbit-is
éducation-3MS
gi memm-is tamafount
[Berbère,Douiret, Tunisie]
dans enfants-3MS détestable
« Sa façon d’éduquer ses enfants est détestable »
Ce marquage du patient par fi:/g’ intervient aussi lorsque le déverbal n’a pas d’agent exprimé
mais est lui-même défini :
(17) a. el-mäkla fi: l-Ha:r
le-manger
tži:b
el- ‘ud
[Arabe tunisien]4
dans le-piquant amène les-hémorroïdes
« La consommation de piquant donne les hémorroïdes »
b. imatta
wan tirwa
Pourquoi cette collecte
dans
g’
lehbar?
[Berbère, Douiret, Tunisie]
les nouvelles
« A quoi bon cette chasse aux ragots ? »
4
Exemple emprunté à Marçais & Guiga (1959:3078 )
Marquage locatif de l’objet
99
Ahmed BRAHIM
2.2.2. Nom d’agent
Avec les noms d’agent, il y a opposition pertinente entre le marquage prépositionnel du terme
référant au patient et sa mise en état d’annexion. Cette opposition se rencontre dans des
contextes attributifs (18b-c) qui confèrent à l’emploi de la préposition locative une valeur
augmentative :
(18) a. rabbä:yet-el-bill
[Arabe tunisien]
éleveurs-les-dromadaires
“Les éleveurs de dromadaires”
b. el-mra:zi:g rabbä:yet bill
les-Mrazig éleveurs
dromadaires
“Les Mrazig (nom de tribu) sont des éleveurs de dromadaires”
c. el-mra:zi:g rabbä:y-ä fi:-l-bill
les-Mrazig éleveurs
dans les-dromadaires
« Les Mrazig sont de grands/bons éleveurs de dromadaires »
Ce même effet de sens intensif est possible lorsque l’emploi prédicatif du nom d’agent ne
correspond pas à une qualité ou un état permanents mais est associé à une valeur nettement
processive qui implique une équivalence sémantique et syntaxique claire entre les suites Nom
d’agent + fi: +Patient et Verbe à l’inaccompli + fi: + Patient :
(19) a. Dalle:nä en-nha:r kä:mel HaSSa:dä/ n-uHSdu fi: š-š‘i:r [Arabe tunisien]5
nous-sommes-restés le-jour entier moissonneurs / nous-moissonnons dans l’orge
« Nous avons passé toute la journée à moissonner l’orge »
b. ‘add-ä:u –S-SubHiyyä
laqqa:Ta:t/ i-laqqTu
fi: -l-babbu:š
Ont passé la-matinée
ramasseuses elles-ramassent
dans les-escargots
« Elles ont passé la matinée à ramasser des escargots »
2.3. Comparatifs/Superlatifs à base verbale
On sait que l’exclamation sur les qualités nécessite en arabe la conversion de l’adjectif en une
forme comparative/superlative dite ’af‘al at-täfDi:l. Ainsi en arabe standard, à partir de
kari:m ‘noble, généreux’, on peut dériver ’akram : Zayd-un’akram-u min ‘Amr-in (‘Zayd est
plus noble que Amr’) ; Zayd-un ’akram-u –n-nä:s-i (‘Zayd est le plus noble des hommes’).
C’est cette même forme qui est utilisée dans les exclamatives : mä: ’akram-a-hu
(‘Qu’/Comme il est noble !’). L’arabe parlé tunisien étend la dérivation en question à
certaines bases verbales transitives de valeur stative. Dans les constructions exclamatives
ainsi obtenues, le second argument est réguliètrement introduit par la préposition locative fi:
(v.(20b) et (21b)), dont l’emploi serait tout à fait agrammatical si cet argument était régi par la
forme conjuguée du verbe (v.(20a) et (21a) :
(20) a. t-Hibb (*fi:)
el-qma:r
[Arabe tunisien]
2-aimer/Inacpl (*dans) le-jeu de hasard
« Tu aimes le jeu de hasard »
5
Ibidem : p.3082.
Marquage locatif de l’objet
100
Ahmed BRAHIM
b. mä: ’a-Habba-k fi: -l-qma:r !
EXCL SUP-aimer-2S (*dans) le-jeu de hasard
« Comme tu aimes le jeu de hasard ! »
(21) a. y-eHsed (*fi:) –n-nä:s
3MS-envier/Inacpl (*dans) les-gens
« Il envie les gens »
b. mä: ’a-Hsd-u fi: -n-nä:s !
EXCL SUP-envier-3MS dans les-gens
« Comme il envie les gens ! »
3.
Marquage oblique ou locatif et degré de transitivité
Les principales conditions syntaxiques et sémantiques dans lesquelles intervient le marquage
locatif de l’objet ayant été précisées, il peut être intéressant de comparer ce phénomène avec
d’autres types de marquage oblique assez répandus à travers les langues.
3.1.
Exemples de patients compléments indirects
3.1.1. Il y a d’abord une opposition de nature essentiellement lexicale – et de caractère plus ou
moins idiosyncrasique – entre absence et présence d’une préposition dans des contextes où
aussi bien le verbe que son complément et le référent de celui-ci restent invariants :
(22) a. He kicked the ball
b. He kicked at the ball [Anglais, < Dixon, 1991: 267-79]
Si une construction transitive prototypique réfère à une activité envisagée comme une unité
complète impliquant un effet sur un partient spécifique affecté par cette activité, on peut
affirmer que l’insertion d’une préposition entre le verbe et son objet correspond dans les
énoncés de ce genre à un certain écart par rapport à cette situation idéale. Ainsi dans (22a), on
a un schéma d’événement achevé avec un agent qui décide de botter le ballon, le botte
effectivement et le fait s’envoler dans une certaine direction ; dans (22b), en revanche, la
possibilité que le ballon n’ait pas été touché par le pied du joueur est laissée ouverte, ce qui
signifie que la préposition marque ici une incomplétude de l’action et donc un affaiblissement
de la transitivité sémantique.
3.1.2. Il y a, d’autre part, l’exemple où l’opposition entre le marquage casuel direct de l’objet
et son marquage oblique relèvent davantage de la grammaire de la langue concernée et
correspond soit à une affectation incomplète du patient, soit à un inachèvement du procès du
point de vue aspectuel. Cette situation peut être illustrée par l’exemple du finnois, où, dans les
assertions positives, l’action transitive affectant seulement une partie du patient (23d) et celle
qui est envisagée comme étant en cours d’accomplissement (24b) sont exprimées de la même
manière, grâce à l’attribution au nom objet d’un cas partitif opposable à un accusatif (23a,d et
24a)
(23) a. Silja juo maido-n
Silja/NOM boire/3S lait-ACC
« Silja boit le lait »
Marquage locatif de l’objet
b. Silja ei juo
maito-a [Finnois, < Faarlund :1998, 189]
S/NOM NEG boire/3S lait-PART
« Silja ne boit pas le/de lait »
101
Ahmed BRAHIM
c. juo-n maido-n
d. juo-n
boire-1S lait-ACC
maito-a
[Finnois, <Lazard, 2001: 307]
boire-1SG lait-PART
« Je bois le lait »
« Je bois du lait »
(24) a. luen kirja-n
b. luen
lire/1SG livre-ACC
kirja-a
[Finnois, < Bossong, 1998 : 244]
lire/1SG livre-PART
« Je lis le livre [aspect terminatif]»
« Je suis en train de lire le livre »
Comme on le voit en (23c), l’emploi du partitif est, en finnois, une contrainte imposée par la
négation, ce qui est une forme absolue de l’incomplétude de l’action. Cette corrélation entre
négation et partitif se retrouve d’ailleurs sous une forme plus ou moins prononcée dans
d’autres langues comme le français (25):
(25) a. J’ai une voiture
3.2.
b. Je n’ai pas de voiture
Le marquage différentiel de l’objet
Dans beaucoup de langues, l’objet référant à un patient et pourvu du trait d’humanitude et/ou
de définitude est marqué différentiellement par le biais d’une adposition, postposition (26a,c)
ou préposition (27a) :
(26) a. mard-i-ra:
did-ø
b. meda:d-i xarid-ø [Persan, Lazard, 2001b, 330-34]
homme-ART-POST voir/Passé-3S
crayon-ART
« Il vit un homme »
acheter/Passé-3S
« Il acheta un crayon »
c. (ra:n) keta:b-ra: xa:nda-am d. keta:b xa:nd-am
(ce) livre-POST
lire/Passé-1S
« J’ai lu (ce)/le livre »
(27) a. lo
3MS/ACC
has visto a
mi
as
mon frère
vu
PREP
« Tu as vu mon frère »
livre
lire/Passé-1S
« J’ai lu un/des livre(s) »
herman
[Espagnol, Bossong, 1998: 221-28]
b.el hombre bebe (la) cerveza
l’homme
boit (la) bière
« L’homme boit (de) la bière »
La variation qu’implique ce type de marquage est fondée sur une différenciation référentielle
et/ou ontologique entre les objets. Moins il y aura d’affinité entre le verbe et l’objet-patient,
plus probable sera le marquage oblique de celui-ci. Il s’agit d’un phénomène qui, dans les
langues qui le connaissent, concerne des entités dont les propriétés sémantiques inhérentes ou
référentielles sont celles de sujets potentiels. Les humains, les êtres animés et les entités
définies ont en principe vocation à être des sujets-agents et le fait que les nominaux qui leur
correspondent soient pourvus d’une marque spéciale lorsqu’ils sont employés comme objets
exprime en quelque sorte le caractère peu naturel de cette relation avec le procès, qui
constitue un écart par rapport à la transitivité prototypique.
3.3.
Une transitivité sémantique plus faible ?
A partir de faits de ce genre, certains linguistes ont tendance à affirmer que les constructions
indirectes et l’incomplétude de l’action qu’elles impliquent signifient une transitivité
sémantique plus réduite que dans les constructions à objet direct. L’objet marqué par une
Marquage locatif de l’objet
102
Ahmed BRAHIM
adposition ou mis à un cas oblique pourrait correspondre à un patient moins affecté par
l’action. C’est la position défendue, par exemple, par G. Lazard (2001), qui considère qu’on a
affaire ici à des constructions « intermédiaires » (entre ce qu’il appelle la « construction biactancielle majeure » (CBM) et la construction uniactancielle (CU)) dont les corrélats
sémantiques « manifestent un écart par rapport à celui de la CBM ; autrement dit, les procès
qu’elles expriment se caractérisent par le fait qu’il y manque un ou plusieurs traits qui
définissent la transitivité prototypique"(p.316). Toutes ces constructions seraient, par
définition, le signe d’« une transitivité réduite par rapport à la CBM… » et « une diminution
de la transitivité morphosyntaxique (ou grammaticale) […] est en corrélation avec la perte
d’un ou plusieurs composants de l’action prototypique, ce qu’on peut décrire comme une
diminution de la transitivité sémantique. » (p.317-18).
Naturellement, c’est toujours par opposition à une construction où, toutes choses étaént égales
par ailleurs, la relation verbe-objet serait moins distanciée (absence d’adposition, par
exemple), que doit se mesurer le degré de transitivité sémantique. Car, comme le remarque G.
Lazard lui-même, la transitivité sémantique n’est pas forcément inversement proportionnelle à
la « distance actancielle ». Ainsi en persan, c’est la construction avec un objet marqué par ra:
qui est plus transitive que celle à objet « proche », lequel tend à former avec le verbe une
unité complexe dont ce verbe est le « support » et l’objet le noyau prédicatif :
(28) keta:b mota:lee kard-am
livre
lecture
[Persan,< Lazard, 1995 :137]
faire-1S
« J’ai lu un/des livre (s) »
Dans cette phrase, c’est mota:lee « lecture » qui est l’objet proche de faire, avec lequel il
forme une unité qui régit keta:b, objet plus distant, si bien que (28) est similaire à (26d) cidessus et qu’on peut opposer à (28) une phrase (28’) dans laquelle cet objet distant serait
marqué comme défini grâce au morphème ra: et qui serait donc similaire à (26c):
(28’) keta:b-ra: mota:lee kard-am
livre-POSTP lecture
faire-1S
« J’ai lu ce/le livre »
Mais là où il est difficile de suivre Lazard, c’est quand il affirme (1995 : 144) que, dans la
paire d’exemples ci-dessous de l’arabe d’Alger (empruntés à Galand, 1985 :90), c’est (29b)
qui serait « moins transitif » :
(29) a. kul əS-Sbaħ na:kul əč-čina
tout ART-matin manger/1S ART-orange
b. ra:-ni
na:kul
voici-moi manger/1S
fi-čina
dans-orange
« Chaque matin, je mange des oranges » « Je suis en train de manger une orange »
Le point crucial ici est, en effet, que c’est dans le domaine de l’aspect inaccompli que
l’opposition entre présence et absence du marquage « locatif » de l’objet par une préposition
signifiant l’intériorité est pertinente. Une action inaccomplie est, certes moins achevée, donc
moins « transitive » qu’une action inaccomplie, mais une action inaccomplie concomitante est
plus effective qu’une action inaccomplie non concomitante, même habituelle comme dans
(29a). Autrement dit, il faut tenir compte non seulement de la distance « syntaxique »
(marquage indirect), mais aussi et surtout de la distance temporelle par rapport au moment de
l’énonciation.
Le phénomène que l’on a en arabe et en berbère tunisiens (et maghrébins) ne saurait être
assimilé, comme le fait Lazard (2001 : 317) à l’alternance entre zéro et at devant les objets de
verbes anglais comme to kick (22) ou to shoot (I shot a rabbit/I shot at a rabbit « J’ai tué un
Marquage locatif de l’objet
103
Ahmed BRAHIM
lapin d’un coup de feu/ J’ai tiré sur un lapin »). Cette dernière alternance relève plus du
lexique que de la grammaire et constitue un phénomène limité à un petit nombre de verbes,
alors que l’alternance entre zéro et fi: ou ge est un fait de morphosyntaxe qui concerne tous
les verbes d’action conjugués à l’aspect inaccompli. D’ailleurs, même dans des situations
comparables à celle des exemples anglais, il arrive que le marquage de l’objet par une
préposition soit le signe d’une action transitive plus effective que l’absence de marque. Ainsi,
en arabe tunisien, le verbe frapper à l’impératif connaît ce type de variation, notamment
lorsque son objet est humain :
(30) a. ’uDərb-u
frappe-3MS
« Frappe-le ! »
b. ’uDrəb li:-h
[Arabe tunisien]
frappe à-3MS
« frappe-le encore et encore ! »
La première phrase n’implique pas que l’action de frapper soit effectuée, alors que la seconde
est employée surtout lorsqu’on veut manifester son « encouragement » à l’auteur d’une action
en cours, à qui il est même demandé plus de sévérité !
En somme, la préposition de l’intériorité, en tant que seul moyen d’exprimer le progressif des
verbes transitifs, semble indiquer que l’action à l’accompli concerne hic et nunc le domaine
de l’objet-patient : elle est dans le domaine de l’objet6. Quand on compare la construction
inaccomplie indirecte (locative) à la construction inaccomplie directe (ya:kul el-kusksi /ya:kul
fi:-l-kusksi « Il mange du/le couscous/Il est en train de manger du/le couscous »), on voit donc
que la construction est plus proche de la transitivité prototypique. En termes de réalisation
effective de l’action, d’affectation du patient et d’individuation du référent de l’objet, il est
difficile, par conséquent de considérer que la présence d’une préposition –même avec le sens
d’incomplétude et de « partialisation »7 du procès évidemment impliqué par le progressif –
doive nécessairement correspondre à une réduction de la transitivité sémantique.
SYMBOLES
ACC: Accusatif
Acpl: Accompli
ART/ Article
CAUS : Causatif
EXCL: Exclamatif
F : Féminin
Imp : Impératif
Inacpl: Inaccompli
NOM : Nominatif
PART : Partitif
PL: Pluriel
POST : Postposition
PREP : Préposition
PROG : Progressif
S: Singulier
SUP : Superlatif
6
Une manière de rendre compte de cette corrélation entre intériorité et progressif serait de partir de ce que
B.Heine (1993 :27-34) appelle les schémas de base de l’événement (Basic Event Schema) qu’il considère
comme étant à la source des des catégories de temps, d’aspect et de mode à travers les langues. Parmi ces
schémas, il y a la localisation (Location : X is at Y). C’est ce schéma qui est à la base du progressif en ewe
(langue Kwa, Niger-Congo), comme on peut le voir dans l’exemple suivant (Heine, 1993 : 121) :
Kofi le
x‫כ‬
tum´
Kofi PROG maison construire PROG « Kofi est en train de construire une maison ».
Exemple où le est une copule locative (être à), m un morphème similaire à la postposition *me (à l’intérieur de)
et le ton « flottant » ´ surmontant m indique un verbe nominalisé.
7
Les études sur le progressif en finnois dans les formes utilisant l’infinitif en ma- suivi d’un nom déverbal à
l’inessif (olla tekemässä = être à faire) ont montré que cet aspect est fortement lié aux actions intentionnelles et
contrôlées par un agent et agrammatical avec les états et les événements non agentifs. Sur ce point voir le
compte-rendu de H-J Sasse (2002 : 241).
Marquage locatif de l’objet
104
Ahmed BRAHIM
M : Masculin
NEG: Négation
1,2,3 : Pronoms ou affixes de 1ère , 2ème, 3ème
personne.
RÉFÉRENCES
Bertinetto, P.M. (1986) : Tempo, aspetto et azione nel verbo italiano. Il sistema
Firenze :Presso l’Accademia della Crusca.
dell’indicativo,
Bossong, G. (1998) : « Le marquage différentiel de l’objet dand les langues d’Europe », in J. Feuillet
(éd), pp. 259-294.
Brahim, A. (2002) : « Y a-t-il des « européèmes » dans la structure d’actance ?... », C.R de J. Feuillet,
éd. (1998), in Etudes Linguistiques,4, Tunis : ATL, pp.109-122.
――― (2006) : « Métaphore, métonymie et grammaticalisation », in Aux carrefours du sens.
Hommages offerts à Georges Kleiber pour son 60ème universitaire, Louvain-Paris : Peeters,
pp. 629-640.
Cohen, D. (1984): La phrase nominale et l’évolution du système verbal en sémitique, Paris:
Klincksieck.
Dixon, R.M.W. (1991) : A new approach to English grammar on semantic principles, Oxford:
Clarendon Press.
Faarlund, J.T.(1998) : « Symétrie et dissymétrie des actants centraux », in J.Feuillet (éd), pp.147-192
Feuillet, J. éd.(1998) : Actance et valence dans les langues d’Europe, Berlin : Mouton de Gruyter.
Galand, L. (1985) : « Exemples berbères de la variation d’actance », in Actances, I, Paris : Rivalc,
pp.79-96.
Heine, B.(1993): Auxiliaries. Cognitive forces and grammaticalization, New York/Oxford: Oxford
University Press.
Hopper, P. & Thompson, S. (1980) : « Transitivity in grammar and discourse», in Language, 56,
pp.251-299.
Kuteva, T. (1998) : «Large linguistic areas in grammaticalization : Auxiliation in Europe», in
Language Sciences,20, n°3, pp.289-311.
Lazard, G. (1994): L’actance, Paris: PUF.
――― (1995) : « La notion de distance actancielle », in Langues et langages. Problèmes et
raisonnements en linguistique. Mélanges offerts à Antoine Culioli, Paris : PUF, pp. 135146, réédité in Lazard, 2001, pp. 387-398.
――― (2001) : Etudes de linguistique générale. Typologie grammaticale, Louvain-Paris : Peeters.
――― (2002) : « Transitivity revisited as an example of a more strict approach in typological
research», in Folia Linguistica XXXVI, 3-4, Berlin: Mouton de Gruyter, pp.141-190.
Marçais, W. & Guiga, A.(1959): Textes arabes de Takrouna, II: Glossaire, Tome 6, Paris: Imprimerie
Nationale.
Sasse, H.Y. (2002) : «Recent activity in the theory of aspect : Accompilshments, achievements, or just
non progressive state? », in Linguistic Typology,6-2, pp.199-272.
Stumme,H. (1900): Märchen der Berberen von Tamazratt in Süd-Tunisien, Leipzig: Hinrich.
Zucchi, S. (1999): «Incomplete events, intensionality and imperfective aspect», in Natural Language
Semantics, 7, pp.179-215.
Marquage locatif de l’objet
105
Marzouga NSIRI
Marzouga NSIRI
ISLT, U.R. LML et E.A. LILPA
marzougansiri@yahoo.fr
L’OPÉRATEUR kāna EN ARABE : VALEUR ASPECTUOTEMPORELLE, EMPLOI MODAL ET INTERPRÉTATION
ANAPHORIQUE
Résumé
Cette étude est centrée sur la description de la forme verbale arabe « kāna », laquelle fait partir d’un groupe
d’unités grammaticales qui peuvent être considérées comme une classe morphosyntaxiques d’ « opérateurs ». La
forme « kāna » est généralement conçue comme fournissant une indication temporelle dans le passé. L’analyse
montre que cette forme verbale n’a pas seulement une interprétation aspectuelle et modale, mais joue également
un rôle majeur dans la cohésion temporelle du discours.
Abstract
This study focuses on the description of the arabic verbal form “kāna”. “kāna” enters a group of grammatical
items which may be called “operators”, a morphological syntactical class. “kāna” is usually thought of as
providing a temporal indication in the past. The analysis shows that this verbal form has not only an aspectual
and a modal interpretation, but also an important role in the temporal cohesion in discourse.
0.
Introduction
Ce travail qui s’inscrit dans le cadre d’un intérêt général accordé à la problématique de la
temporalité selon une perspective comparative, a pour objet l’examen de quelques emplois de
l’opérateur kāna « était, a été, fut » en arabe et de voir si le fait de le considérer comme une
forme verbale qui fait partie d’un ensemble « homogène » est justifiable.
La grammaire arabe traditionnelle range dans une même catégorie des éléments auxiliaires
(verbes) qu’elle considère comme ’aẖawāt kāna « les sœurs de kāna ». Toute la catégorie
contient des auxiliaires aspectuels, surtout inchoatifs et duratifs. Nous pouvons en citer les
L’opérateur kāna en arabe
106
Marzouga NSIRI
formes ṣāra, ’aṣbaḥa « est devenu, devint1 » qui impliquent un changement d’état avec un
procès accompli, ou ḍalla « est resté (dans l’état de) » qui implique un procès continuatif
accompli, etc. La constitution même de cette catégorie d’éléments, ainsi que leur introduction
dans la classe des (nawāsiẖ2) (modificateurs) sert à prouver la relation temps-aspect-modalité.
Nous relevons par ailleurs la présence des négations comme le pseudo-verbe négatif laysa
« ce n’est pas le cas », mā zāla « c’est encore le cas », etc..
Toutes ces formes nécessitent un complément prédicatif qui peut être soit sous la forme
verbale (la Forme Préfixée), soit sous la forme adjectivale, soit sous la forme substantivale :
ƒ
(1)
Forme verbale :
kāna yu-ḥibbu-hā
être/Accompli/3MS 3MS-aimer/Inaccompli-3FS
Tr. « Il l’aimait »
(2)
ṣāra (’aṣbaḥa) yu-ḥibbu-hā
devenir/Accompli/3MS 3MS-aimer/Inaccompli-3FS
Tr. « Il est devenu amoureux d’elle »
ḍalla yu-ḥibbu-hā
(3)
rester/Accompli/3MS 3MS-aimer/Inaccompli-3FS
Tr. « Il est resté amoureux d’elle »
ƒ
(4)
Forme adjectivale :
kāna sa‘īdan
être/Accompli/3MS heureux
Tr. « Il était heureux »
(5) ṣāra (’aṣbaḥa) sa‘īdan
devenir/Accompli/3MS heureux
Tr. « Il est devenu heureux »
(6) ḍalla sa‘īdan
rester/Accompli/3MS heureux
Tr. « Il est resté heureux »
ƒ
Forme nominale :
(7) kāna ṭabīban
être/Accompli/3MS médecin
Tr. « Il était médecin »
(8) ṣāra (’aṣbaḥa) ṭabīban
devenir/Accompli/3MS heureux
Tr. « Il est devenu médecin »
1
ṣāra et ’aṣbaḥa n’ont pas tout à fait la même valeur aspectuelle. Faute d’espace et parce que ce travail a pour
objet l’étude de kāna, nous ne parlerons pas de cette différence.
2
Ce sont des modificateurs qui introduisent un changement au niveau de la forme : la phrase nominale devient
verbale. Ils constituent ainsi un écart par rapport à la norme
L’opérateur kāna en arabe
107
Marzouga NSIRI
(9) ḍalla ṭabīban
rester/Accompli/3MS heureux
Tr. « Il est resté médecin »
Nous essayerons de montrer, que bien classés ensemble, kāna d’une part et les autres formes
verbales (auxiliaires ou verbes copules) d’autre part, n’ont pas les mêmes valeurs, du moins
selon le point de vue de la temporalité. kāna outre sa valeur aspectuo-temporelle de base,
joue un rôle discursif temporel beaucoup plus important que les autres formes. Nous
essayerons de le montrer dans les paragraphes suivants. Nous commencerons ainsi par un
descriptif rapide du système temporel de l’arabe et du rôle que joue le verbe dans un tel
système, nous passerons par la suite aux différentes valeurs de kāna : aspectuo-temporelle,
modale et anaphorique.
1.
Le système verbal de l’arabe et l’expression du temps
Tous les verbes arabes, primaires ou dérivés partagent le même type de conjugaison à deux
formes : kataba vs yaktubu, qui ont été interprétés par certains sémitisants (cf. D. Cohen,
1989) comme des formes à valeurs essentiellement aspectuelles. La grammaire arabe
ancienne rapportait les deux formes au temps, celui-ci étant, d’ailleurs, la catégorie utilisée
même pour la définition du verbe. Dans la dénomination des deux formes en question, il y
avait une asymétrie. La forme suffixée se prêtant particulièrement à rendre le passé, les
grammairiens l’ont appelé l-māḍī « le passé ». Ils ont, par contre, choisi pour la forme
préfixée, qui pose plus de problèmes, un nom qui prend en considération les similitudes de
flexions entre cet aspect du verbe et le nom et ils l’ont appelée l-muḍāri‘ « celui qui
ressemble ». Ils ont réservé le mot l-mustaqbil, « le futur », à son emploi avec des particules
ou dans un contexte qui lui attribue ce temps.
La différence morphologique entre les deux paradigmes, sur laquelle repose le système
verbal de l’arabe est basée sur la disposition des marques de personne, de genre et de nombre
par rapport au radical verbal ; placées avant et après le radical, elles forment avec lui la forme
préfixée ; postposées, elles forment avec lui la forme suffixée. Cette disposition des
morphèmes fait dire à Pottier (1992 :80) que :
« Lorsque le verbe est à l’achevé, l’événement a eu lieu dans son entier, et il
est posé comme départ. Ensuite vient la marque de personne qui le
caractérise : katab-ta « tu as écrit ». Par contre, à l’inachevé quels que soient
ses champs d’application, c’est la personne, point de départ envisageant un
événement à venir, qui est posée, et l’événement en est la perspective :
ta-ktubu « tu écris, écriras ».
La forme préfixée a été appelée par la plupart des sémitisants comme la forme de
l’inaccompli. Exprimant un procès en cours de déroulement aussi bien au présent, au futur,
qu’au passé, cette forme semble exprimer un procès ouvert qui n’est pas délimité dans sa
réalisation. S’explique ainsi la différence avec la forme suffixée dans des emplois comme :
’inna-hu yaqra’u haḏā l-kitāba munḏu ‘ašrati ’ayyāmin.
Il lit ce livre depuis dix jours.
qar’a haḏā l-kitāba munḏu ‘ašrati ’ayyāmin.
Il a lu ce livre il y a dix jours.
L’opérateur kāna en arabe
108
Marzouga NSIRI
Nous remarquons que même la valeur du circonstant munḏu ‘ašrati ’ayyāmin a changé avec
le changement de la forme employée. Avec la forme préfixée, il signifie que la lecture a
commencé il y a dix jours et continue encore. Avec la forme suffixée, il signifie que la lecture
a été achevée il y a dix jours.
Nous voyons ainsi, que même si elles sont reconnues comme « sensibles » au contexte, ces
deux formes gardent des valeurs qui leur sont inhérentes, leur permettant ainsi de se distinguer
l’une de l’autre.
La répartition des formes en « temps » pour l’expression des rapports chronologiques de
l’événement avec le moment de l’énonciation, soit directs, soit indirects par l’intermédiaire
d’un second point de référence, n’est pas universelle : le cas de l’arabe classique couvrant par
une même forme les trois « époques » fondamentales en constitue une preuve.
Français
Arabe
tu écris
tu écrivais
tu
tu
tu
tu
tu
tu
tu
as écris
avais écrit
écrivis / tu eus écrit
auras écrit
aurais écrit
ta-ktubu
« tu-écris-Ø »
katab-ta
« as écrit-tu »
Une première conclusion peut être dégagée d’un tel tableau qui présente une idée sommaire
des deux paradigmes de formes : les formes verbales de l’arabe classique ne paraissent pas
déterminées par le temps. Du moins ne le sont-elles pas de la même façon que celles du
français, puisque chacune des trois « époques » (passé, présent, futur) se trouve couverte
simultanément par les deux formes de l’arabe.
2. Les valeurs aspectuo-temporelles de kāna
Appartenant au paradigme de formes de la forme suffixée, kāna marque, selon l’approche
aspectuelle, l’aspect accompli ou « délimité » selon l’expression de Cohen (1989). Toutefois,
le sémantisme du verbe qui est en rapport avec le mode d’action nous permet de le classer
dans la catégorie des états, (Vendler, 1964). Cet effet de discordance entre le sens inhérent au
verbe et sa valeur aspectuelle est responsable, en partie, de la diversité des valeurs aspectuotemporelles de cet opérateur.
2.1. La localisation dans le passé
Le présent avec toutes ces valeurs (momentané, atemporel, transtemporel, etc.) est en arabe
aussi le temps de toute proposition qui n’a pas d’autre temporalisation : on peut ajouter donc
la séquence « cela est » à toute proposition nominale (qui n’a pas de verbe copulatif en
arabe) :
(10) ṭ-ṭaqsu jamīlun
le climat beau
Tr. Il fait beau
L’opérateur kāna en arabe
109
Marzouga NSIRI
ou à toute proposition contenant un verbe non localisé au passé ou au futur. Mais s’il s’agit au
passé de l’opérateur kāna, il peut être supposé ou explicitement introduit pour ajouter « cela a
été » à la proposition assertée. C’est d’ailleurs ce que Sībawayhi (vol.I : 45) avait remarqué
dès le VIIIe siècle, en analysant :
(11) kāna ‘abdu l-lāhi ’aẖā-ka
être/Accompli/3MS Abdu Allah frère/3MS»
Abdu Allah était ton frère
où la prédication se rapportait à l’idée de fraternité et kāna n’avait d’autre fonction que de
mettre cela dans le passé.
2.2. L’antériorité dans le passé
Nous proposerons dans ce cadre d’examiner les emplois de kāna précédé de la particule qad.
Cette dernière employée seule n’exprime pas l’antériorité, de même kāna employé seul ne
l’exprime pas non plus. La valeur d’antériorité dans le passé est exprimée par la jonction de
ces deux formes ensembles employées avec la forme suffixée.
(12) ‘indamā waṣl-ta kāna qad ġādara
Lorsque arriver /Accompli/1MS être/Accompli/3MS qad quitter /Accompli/3MS
Lorsque vous êtes arrivé, il était déjà parti
Nous remarquons ainsi que la particule qad, élément emphatique dans ce cas, sert à mettre en
relief la valeur temporelle d’antériorité de kāna. Nous remarquons, par ailleurs que le verbe
qui suit kāna qad est à la forme suffixée ġādara, la seule forme possible dans ce cas. Il s’agit
donc d’un procès « doublement » accompli dans le passé et cette valeur est introduite
respectivement par kāna et ġādara - vous êtes arrivé à un moment du passé, déjà révolu et
lorsque vous êtes arrivé, cette personne avait déjà quitté bien avant-.
3.
Les emplois modaux de kāna
Outre sa valeur aspectuo-temporelle, l’opérateur kāna peut être employé pour exprimer
essentiellement la modalité. Cette valeur n’est pas tributaire de kāna seulement.
3.1. L’irréel du passé
Il s’agit des cas où le procès exprimé par kāna associé à d’autres éléments est employé dans
une construction hypothétique où la possibilité de réalisation du procès est nulle.
(13) law ’ijtahada, la-kāna qad najaḥa
Si travailler/Accompli/3MS la être/Accompli/3MS qad réussir/Accompli/3MS
S’il avait travaillé, il aurait réussi.
Nous tenons à remarquer que la valeur modale est dans ce cas tributaire du contexte et que
l’opérateur kāna situe le procès (qui n’a pas eu lieu) dans un passé fictif. kāna participe donc
à la valeur modale du procès, sans en être la seule responsable. La distinction valeur
L’opérateur kāna en arabe
110
Marzouga NSIRI
temporelle / valeur modale est plus claire à discerner avec l’emploi de kāna pour exprimer
l’irréel du présent
3.2. L’irréel du présent
Il s’agit notamment des cas où le procès avait une condition au passé de se réaliser au présent.
La condition n’ayant pas été remplie, le procès n’a pas lieu au présent.
(14) law da‘aw-ta-hu la-kāna ma‘a-nā l-’āna
Si inviter/Accompli/2MS/3MS la être/Accompli/3MS avec/1MP maintenant
Si tu l’avais invité, il serait avec nous maintenant
L’emploi de kāna ou de tout autre verbe à la forme suffixée véhicule une valeur
essentiellement modale (irréel du présent) associée à sa valeur aspectuelle de base
(l’accompli).
3.3. Le souhait
Il s’agit d’un emploi assez courant en arabe3 où on emploie la forme suffixée pour exprimer le
souhait.
(15) kāna l-lāhu ma‘a-ka! 4
être/Accompli/3MS Dieu avec/2MS
Que Dieu soit avec toi !
A la différence de l’emploi avec la forme préfixée « li-yakun l-lahu ma‘a-ka » qui donnerait
la même traduction en français « Que Dieu soit avec toi ! », l’emploi de kāna à la forme
suffixée, suppose que le soutien du bon Dieu aie déjà eu lieu dans le futur, au moment où la
personne en question (pour qui on émet ce souhait) en aurait besoin.
L’emploi de kāna nous semble ainsi relié chronologiquement à un repère temporel, même
dans les emplois modaux. Nous essayerons dans le paragraphe suivant de rapprocher cette
valeur temporelle à une interprétation anaphorique référentielle en rapport avec la cohésion
discursive. Nous prendrons comme exemple l’emploi de kāna avec la forme préfixée, pour
voir ses différents effets de sens.
4.
L’interprétation anaphorique kāna : kāna renvoie à une situation
temporelle dans le passé
La complexité des rapports chronologiques entre les différents points de référence dans le
passé associée à la spécificité du système verbo-temporel de l’arabe qui ne dispose que de
deux formes verbales, donne au contexte un grand rôle dans la spécification du cadre temporel
3
On trouve un emploi spécifique de tous les verbes à la forme suffixée en arabe dans le texte coranique. Ce type
d’emploi étant spécifique et étant en rapport avec le type de texte en question, nous n’en parlerons pas dans ce
travail.
4
Cet exemple admet une autre interprétation « effective » où le procès introduit par kāna exprimerait l’accompli
certain. C’est le contexte qui favorise l’une ou l’autre interprétation.
L’opérateur kāna en arabe
111
Marzouga NSIRI
général. Examinons ce tableau proposé par D. Cohen (1989 : 185), où cp correspond à forme
préfixée.
Passé
Présent
Futur
Inaccompli
(kāna) + cp = Imparfait
cp
[sa (wfa)] +cp
kāna qui est à l’origine un verbe d’état qui a un sens plein, s’emploie comme auxiliaire
introduisant les verbes à la forme préfixée et permettant ainsi de les situer temporellement. La
forme préfixée se trouve ainsi modifiée : elle n’a plus seulement une valeur aspectuelle, mais
aussi une valeur aspectuo-temporelle.
La forme préfixée est présentée ainsi comme une forme très sensible au contexte.
L’opérateur kāna ne donne pas par lui même une localisation temporelle dans le passé. Il
permet à un procès d’être situé par rapport à un moment du passé que kāna ne précise pas.
Cela nous permettra de chercher les indications contextuelles et de voir de près comment se
fait la structuration temporelle à l’intérieur d’un récit. L’examen du rôle entretenu par les
formes verbales et extra-verbales sera d’un grand intérêt dans l’identification de la valeur
temporelle que peuvent avoir les procès dans de tels textes.
wa fī dālika l-yawmi kānat ta’hudu ’uhbata-hā li-ziyārati š-šuqqati l-wustā l-latī
tuqīmu bi-hā ’ummu hamīda. wa lam yakun min ‘ādati-hā l-’iktāru min ziyārati
’ahadin, wa rubbamā lam takun tadhulu hādihi l-šuqqata ’illā ’awwala kulla šahrin litahsula ‘alā l-’ujrati, ’illā ’anna bā‘itan jadīdan dabba fī ’a‘māqi nafsi-hā ja‘ala
ziyārata ’ummi hamīda mina l-wājibāti l-hāmmati
(Najib Mahfudh, Zuqāqu l-madaq L. 24-29, 1-7. pp. 15-17)
Ce jour-là, elle s’apprêtait à faire une visite au second étage, où demeurait
Oumm Hamida. Elle n’avait pourtant pas coutume de faire beaucoup de visites et
sans doute ne franchissait-elle d’ordinaire le seuil de cet appartement que le
premier de chaque mois, pour encaisser son loyer. Mais une raison nouvelle et
secrète faisait de cette visite à Oumm Hamida une importante obligation.
(Traduction de A. Cottin, Passage des Miracles, L 1-22. p. 28)
L’intervalle temporel, qui sépare le premier procès du dernier procès introduits par ce
paragraphe, n’est pas d’une grande importance. D’ailleurs les emplois de wa que nous avons
soulignés, introduisent des rapports de concomitance entre deux ou plusieurs procès.
Le point de référence qui sert à situer temporellement le verbe à la forme préfixée précédé de
kāna est l’indication circonstancielle fī dālika l-yawmi. D’ailleurs, c’est pour la première fois
dans ce paragraphe, qu’on présente le point de référence d’une manière explicite. Le plus
souvent, dans ce type de cas, l’opérateur kāna a déjà été introduit devant un autre verbe à la
forme préfixée. Nous pouvons dire que, dans ce cas, kāna continue à être opératoire puisqu’il
concerne toute une série de verbes à la forme préfixée. Le fait de ne pas employer cet
auxiliaire avant chaque verbe constitue une sorte d’économie, le verbe étant déjà situé au
passé. Ce genre d’ellipse est d’ailleurs assez fréquent dans les langues.
kāna constitue en quelque sorte le lien entre l’emploi du circonstant temporel renvoyant au
passé et l’emploi la forme préfixée, supposée exprimer le présent. D’ailleurs, on aurait du mal
à imaginer cette phrase sans l’emploi de kāna.
L’opérateur kāna en arabe
112
Marzouga NSIRI
Nous pouvons en conclure que chaque fois qu’il y a une indication temporelle précise
(circonstant) la présence de kāna avec la forme préfixée semble nécessaire
wa qad-ištahara bi-wasfāti-hi l-mufīdati, wa ’in kāna yufaddilu l-hal‘a gāliban ka’ahsani ‘ilājin,
(ibid. L 25-26. p. 7)
Il était devenu célèbre pour ses ordonnances judicieuses, même s’il préférait le
plus souvent l’extraction de la dent malade, ce qui lui paraissait en général le
meilleur remède.
(ibid. L 1-4. p. 17)
Avec cet exemple, c’est surtout l’indication circonstancielle gāliban traduite par le plus
souvent qui montre qu’il s’agit de l’une des habitudes du personnage et qui introduit au
même temps une durée très étendue. Le verbe à la forme préfixée appartient à la classe de
l’Activité (+duratif, -borné) (Vendler, 1967).
Nous avons dans cet exemple deux procès : celui introduit par la forme préfixée précédée de
kāna et un autre à la forme suffixée précédée de qad. Le procès introduit par la forme préfixée
précédée de kāna peut être soit antérieur soit concomitant au procès à la forme suffixée et
précédée de wa qad.
L’emploi de kāna en arabe classique semble entrer dans une organisation de la structure
temporelle basée surtout sur les paramètres extra-verbaux. Le verbe, en arabe, y compris
l’opérateur kāna exprime le temps moins par sa forme que par son insertion dans un discours.
Tous les paramètres entrent en jeu dans la précision de la valeur temporelle et kāna y prend
part.
5.
Conclusion
Arrivée au terme de ce travail, il nous semble nécessaire de préciser que l’éventail des
différents emplois et des différentes valeurs de l’opérateur kāna en arabe est loin d’être
exploré. Nous pensons avoir apporté une contribution à l’identification des différentes
possibilités d’emploi de kāna qui, à notre connaissance, n’ont pas jusque là fait l’objet d’une
étude générale qui tiendrait compte non seulement des paramètres en rapport avec les
catégories verbales : aspect, temps et modalité, mais également du rôle important que peut
jouer cet opérateur dans la cohésion discursive temporelle, surtout avec le mode d’énonciation
de type récit. Toutes les formes verbales de l’arabe dépendent du contexte phrastique, en
l’occurrence de tous les éléments extra-verbaux ayant trait à l’expression de la temporalité,
mais également du mode d’énonciation et du contexte dans son acception linguistique et
extra-linguistique.
L’opérateur kāna en arabe
113
Marzouga NSIRI
BIBLIOGRAPHIE
ANGHELESCU, N. 1988, « L’aspect en arabe : suggestions pour une analyse », in Revue romaine de
linguistique, Tome XXXIII, n° 5.
BENVENISTE, E. 1966, Problèmes de linguistique générale, Tome I, Paris : Gallimard, Chap. 19.
BENVENISTE, E. 1974, Problèmes de linguistique générale, Tome II, Paris : Gallimard.
BERTHONNEAU, A-M. & KLEIBER, G., 1993, Pour une nouvelle approche de l’imparfait.
L’imparfait, un temps anaphorique méronomique, Langages 112, 55-73, Paris : Larousse.
BLACHÈRE, R. & GAUDEFROY-DEMOMBYNES, M. 1975, Grammaire de l’arabe classique,
Paris : G-P. Maisonneuve et Larose. pp. 36-73.
COHEN, D. 1989, L’aspect verbal, Paris : PUF
KLEIBER, G., 1993, Lorsque l’anaphore se lie aux temps grammaticaux, in Vetters, C. (éd), Le temps
de la phrase au texte, Paris : Presses universitaires de Lille, pp. 117-166.
POTTIER, B. 1992, Sémantique générale, Paris : PUF.
SĪBAWAYHI, 1966, l- kitāb, Caire : dār l-kitāb l-‘arabī. Vol. I.
VENDLER, Z. 1967, Linguistics in philosophy, New York : Cornell University Press. Chap. IV
‘Verbs and times’, pp. 97-121.
CORPUS
N. Mahfūd, Zuqāqu l-madaq, Dār l-qalam : Beyrouth. (les trois premiers chapitres). Traduction de A.
Cottin, 1970, Passage des miracles, Sindbad : Paris.
L’opérateur kāna en arabe
114
Abdelaziz MESSAOUDI
Abdelaziz MESSAOUDI
Faculté des Lettres et des Sciences Humaines
de Sousse (Département d'Arabe)
messaoudi_abd@yahoo.fr
LA TRANSITIVITÉ EN ARABE CLASSIQUE ENTRE
INTERPRÉTATION ET SYNTAXE1
Résumé
Les problèmes de correspondance entre actants syntaxiques et actants sémantiques ont été largement débattu en
linguistique moderne; néanmoins nous avons noté, à travers la tradition grammaticale arabe, que certains aspects
de ce débat sont très anciens et qu'ils peuvent être poursuivi dans un cadre cognitif afin de mieux expliquer
quelques cas de distorsion concernant la structure de phrase verbale en arabe classique.
Abstract
This paper is concerned with the syntactic structure and the argument structure correlations in some main
classical arabic verbal sentences. According to the present data anlysis the cognitive and the arabic grammatical
points of view seem not to be contradictory.The former framework enable us to afford better explication of
several linking distortions.
0.
Introduction
Le but de cet article est de rendre compte de la notion de transitivité dans la Tradition
Grammaticale Arabe (dorénavant TGA) et notamment chez Ibn jacīš 2(m. 1246) et Al’astarābāḏī3 (m.1289), et de soulever quelques problèmes de corrélation entre la syntaxe et la
1
Mes remerciements les plus sincères vont à Ahmed Ibrahim pour ses remarques de fonds, à Rafik Ben
Hammouda, Thourayya Ben Amor et Dhouha Dahech pour leurs remarques linguistiques et terminologiques, et
enfin à Jacques François pour le vif intérêt qu'il a manifesté pour cet article depuis sa première version jusqu'à sa
parution.
.‫ اﺑﻦ ﻳﻌﻴﺶ‬2
.‫ اﻷﺳﺘﺮاﺑﺎذي‬3
La transitivité en arabe classique
115
Abdelaziz MESSAOUDI
sémantique des phrases verbales à partir des exemples de šaraḥ al-kāfija4 d'Al-’astarābāḏī
(Chap. du complément d'objet), que nous allons décrire selon la théorie standard des rôles
sémantiques (cf.III). Nous interpréterons ensuite les cas de non correspondance entre actants
syntaxiques et arguments sémantiques selon quelques principes de la grammaire cognitive
(cf.IV), par exemple à chaque changement de construction doit correspondre un changement
de sens même s'il s'agit d'un seul contenu sémantique. Cette corrélation entre la forme et le
sens est due à la capacité cognitive chez les humains à conceptualiser la même chose de
plusieurs façons selon le degré de spécificité (Langacker, 2000 :5, Talmy, 2000 :82).
1.
La transitivité grammaticale et la transitivité sémantique selon la
T.G.A
Les idées reçues provenant des siècles du déclin laissent croire que la transitivité est un
phénomène purement syntaxique. Or, une lecture attentive des œuvres d'Ibn jacīš et d'Al’astarābāḏī nous démontre la face cachée de la transitivité.
1.1
Définition de la transitivité chez Ibn jacīš:
Ibn Jacīš nous propose la définition suivante du verbe transitif :
’almuta caddī mā jaftaqiru wuūduhu ’ilā maḥallin ġayra-l fācili wat-tacaddī
attaāwuzu (…) aj ’anna l-ficla taāwaza-l-fācila ’ilā maḥallin ġayrahu wa
ḏālika -lmaḥallu huwa -lmafcūlu bihi
« Le transitif est celui que son existence nécessite une position syntaxique à
part celle du sujet. La transitivité est le dépassement, (…) le verbe dépasse le
sujet pour atteindre une autre position qui est celle du complément
d'objet ».( Ibn jacīš, šarḥ al- mufaṣṣal, 7:62).5
La transitivité selon ce passage est une relation dynamique purement syntaxique, entre la
position du verbe transitif et la position du complément d'objet. Le verbe intransitif (al-fi
c
lu allāzimu)6 dans le métalangage des grammairiens arabes est littéralement "le verbe qui
s'attache à une seule position". Ibn ja‘īš en donne l'exemple des deux verbes qāma 7(se
lever) et ḏahaba 8(partir) :
’a lā tarā ’anna –l-qijāma lā jataāwazu-l-fācila wa kaḏālika -ḏḏahābu
9
« Ne voyez-vous pas que le fait de se lever ne dépasse pas le sujet, ainsi que
le fait de partir » (Ibn jacīš, idem).
Notons, dans cette citation, que la relation n'est plus entre un verbe et une position
syntaxique mais plutôt entre un événement et une position. Elle peut être aussi entre un
.‫ ﺷﺮح اﻟﻜﺎﻓﻴﺔ‬4
) "‫ﻞ هﻮ اﻟﻤﻔﻌﻮل ﺑﻪ‬
ّ ‫ﻞ ﻏﻴﺮﻩ وذﻟﻚ اﻟﻤﺤ‬
ّ ‫ن اﻟﻔﻌﻞ ﺗﺠﺎوز اﻟﻔﺎﻋﻞ إﻟﻰ ﻣﺤ‬
ّ ‫( أي أ‬...) ‫ﻞ ﻏﻴﺮ اﻟﻔﺎﻋﻞ واﻟﺘﻌﺪّي اﻟﺘﺠﺎوز‬
ّ ‫ اﻟﻤﺘﻌﺪّي ﻣﺎ ﻳﻔﺘﻘﺮ وﺟﻮدﻩ إﻟﻰ ﻣﺤ‬5
.(62 :7 ،‫ ﺷﺮح اﻟﻤﻔﺼّﻞ‬، ‫اﺑﻦ ﻳﻌﻴﺶ‬
.‫ اﻟﻔﻌﻞ اﻟﻼزم‬6
.‫ ﻗﺎم‬7
.‫ ذهﺐ‬8
.(‫ ﻧﻔﺴﻪ‬،‫ن اﻟﻘﻴﺎم ﻻ ﻳﺘﺠﺎوز اﻟﻔﺎﻋﻞ وآﺬﻟﻚ اﻟﺬهﺎب ) اﺑﻦ ﻳﻌﻴﺶ‬
ّ ‫ أﻻ ﺗﺮى أ‬9
La transitivité en arabe classique
116
Abdelaziz MESSAOUDI
événement (ḥadaṯ)10 ou un procès et un argument sémantique selon la terminologie
moderne :
"’alā tarā anna-ḍ-ḍarba wa-lqatla jaqtaḍiyāni maqtūlan wa maḍrūban (…)wa
mā lam yunbi’ lafḏuhu can ḍālika fahwa lāzimun ġayru mutacaddin naḥwa
qāma wa ḏahaba .11
« Ne voyez-vous pas que le fait de frapper et de tuer nécessitent un frappé et
un tué.(…) Par contre, un verbe dont le terme qui n'annonce pas cette
nécessité est un verbe intransitif qui s'attache à une seule position tel que
qāma (se lever) et ḏahaba (partir) » (Ibn jacīš, idem).
D'après cette citation, seul le sens du verbe exige un complément d'objet .Par conséquent, les
motivations de la transitivité sont purement sémantiques. Dans un passage consacré aux
verbes de sensation (’afcâlu–lḥawâssi)12 la face sémantique de la transitivité est encore plus
explicite :
"’af cālu -lḥawāssi kulluhā jatacaddā ’ilā mafcûlin wāḥidin naḥwa ’abṣartuhu wa
šamamtuhu wa ḏuqtuhu wa lamastuhu wa samictuhu wa kullu wāḥidin min
’af-cāli hāḏihi-lḥawāssi jatacaddā ’ilā mafcūlin mimmā taqtaḍihi tilka-l-ḥāssatu
falbaṣaru yaqtaḍī mubṣaran waš-šammu jaqtaḍī mašmûman wa-s-samcu
jaqtaḍī masmūcan.13
« Tous les verbes de sensation dépassent le sujet pour un complément
comme voir sentir goûter toucher et entendre, chacun de ces verbes
nécessite un complément d'objet qui appartient à ce que nécessite chacun
des cinq sens. La vision demande quelque chose de perceptible visuellement,
l'odorat exige un olfactif et l'audition quelque chose d'audible » ( Ibn jacīš,
šarḥ al- mufaṣṣal,7:62).
Nous remarquons que les deux pôles de la relation sont l'événement que dénote le verbe
d'une part et " l'argument éventuel" qui occupera la position du complément d'objet de
l'autre. Argument éventuel car les termes perceptible, olfactif et audible réfèrent à des
champs sémantiques auxquels doit appartenir l'argument approprié à chaque verbe. Nous
remarquons aussi que ces termes sont en arabe dérivés de la même racine que le verbe selon
le schème du nom de patient ’ism ’al mafcul (ex. š. m.m → šamma (v) → mašmûm (n.de
patient) )14 . La terminologie d' Ibn Jacīš nous laisse confirmer que chaque verbe de
sensation attribue des rôles sémantiques qui lui sont spécifiques 15.On peut dire que la
transitivité sémantique chez Ibn Jacīš a quelques traits en commun avec la théorie des rôles
sémantiques spécifiques 16 (Pollard and Sag,1994) ). Cette description à double facette de la
.‫ ﺣﺪث‬10
.(‫ ﻧﻔﺴﻪ‬،‫)اﺑﻦ ﻳﻌﻴﺶ‬.‫( وﻣﺎ ﻟﻢ ﻳﻨﺒﻰء ﻟﻔﻀﻪ ﻋﻦ ذﻟﻚ ﻓﻬﻮ ﻻزم ﻏﻴﺮ ﻣﺘﻌ ّﺪ ﻧﺤﻮ ﻗﺎم وذهﺐ‬...) ‫ن اﻟﻀﺮب واﻟﻘﺘﻞ ﻳﻘﺘﻀﻴﺎن ﻣﻘﺘﻮﻻ وﻣﻀﺮوﺑﺎ‬
ّ ‫ أﻻ ﺗﺮى أ‬11
.‫ أﻓﻌﺎل اﻟﺤﻮاس‬12
‫ﻞ واﺣﺪ ﻣﻦ أﻓﻌﺎل هﺬﻩ اﻟﺤﻮاس ﻳﺘﻌﺪّى إﻟﻰ ﻣﻔﻌﻮل ﻣﻤّﺎ‬
ّ ‫س آﻠّﻬﺎ ﻳﺘﻌﺪّى إﻟﻰ ﻣﻔﻌﻮل واﺣﺪ ﻧﺤﻮ أﺑﺼﺮﺗﻪ وﺷﻤﻤﺘﻪ وذﻗﺘﻪ وﻟﻤﺴﺘﻪ وﺳﻤﻌﺘﻪ وآ‬
ّ ‫ أﻓﻌﺎل اﻟﺤﻮا‬13
.(62 :7 ،‫ﺗﻘﺘﻀﻴﻪ ﺗﻠﻚ اﻟﺤﺎﺳﺔ ﻓﺎﻟﺒﺼﺮ ﻳﻘﺘﻀﻲ ﻣﺒﺼﺮا واﻟﺸ ّﻢ ﻳﻘﺘﻀﻲ ﻣﺸﻤﻮﻣﺎ واﻟﺴﻤﻊ ﻳﻘﺘﻀﻲ ﻣﺴﻤﻮﻋﺎ ) اﺑﻦ ﻳﻌﻴﺶ‬
.‫ ش م م ← ﺷ ّﻢ ← ﻣﺸﻤﻮم‬:‫ اﺳﻢ اﻟﻤﻔﻌﻮل‬14
15
La description d' Ibn jacīš des verbes de sensation nous rappelle le même principe de la théorie des rôles
sémantiques spécifiques appliqués à une échelle plus large englobant tous les verbes de la langue .
16
Selon cette théorie, il y a autant de rôles sémantiques que de verbes (cf. HPSG).
La transitivité en arabe classique
117
Abdelaziz MESSAOUDI
relation entre verbe et complément prouve sans doute que la transitivité dans la TGA est un
phénomène syntactico-sémantique.
2.
La corrélation entre structure syntaxique et structure sémantique
Deux types majeurs de phrases verbales sont à distinguer selon la corrélation entre positions
syntaxiques et arguments sémantiques et notamment selon la correspondance ou la non
correspondance en nombre de ces corrélats.
a. Les cas de correspondance : ex. les verbes d'attribution
Al-’astarābāḏī a illustré les cas de correspondance par les verbes d'attribution qui semblent
être prototypiques pour ce type de cas.
" wa bābu kasawtu wa ’acajtu mutcaddin ’ilā mafcūlayni ḥaqīqatan (…)’iḏ
Zaydan fi qawlika : kasawtu zajdan ubbatan wa ’a‘caytu zajdan ubbatan :
maksuwwun wa mucan wa ṯānīhimā mafcūlu muāwici hāḏa-l-ficl ’iḏi-lubbatu muktasātun wa macuwwatun ’ay ma’ūḏatun.17
« Les verbes du type habiller et donner dépassent le sujet pour avoir
réellement(c'est nous qui soulignons) deux compléments (…) car Zayd dans
la phrase J'ai habillé Zayd (d'une) djebba18 et J'ai donné (à) Zayd une djebba
est l'habillé et le recevant. Le deuxième c'est le complément de l'anti-causatif
de ce verbe car la djebba est (la chose) donnée et reçue » (Al-’astarābāḏī,
šarḥ al-kāfija ,1:334 -335).
Al-’astarābāḍī a attribué deux rôles différents aux deux compléments d'objet des deux verbes
kasā 19(habiller) et ’a cā 20(donner). Ces deux rôles –chez Ibn jacīš aussi- sont dérivés de la
même racine que le verbe. Quand au rôle d'agent, qui est absent de la nomenclature de ce
chapitre consacré au complément d'objet, est automatiquement dérivable selon le schème
morphologique du nom d'agent ’ism ’al-fācil21 correspondant au sujet ’al-fācil 22 23sur le plan
syntaxique i.e. le rôle d'agent spécifique au verbe ’a cṯā (donner) et au verbe kasā 24(habiller)
c'est mu cṯin 25(donneur) et kāsin26 (habilleur).
Nous proposons ci-dessous dans le tableau (1) l'analyse d'Al-’astarābāḏī accompagnée d'une
autre qui correspond à la théorie standard des rôles sémantiques.
18
23
‫ ﻣﻜﺴ ّﻮ وﻣُـﻌﻄﻰ وﺛﺎﻧﻴﻬﻤﺎ ﻣﻔﻌﻮل‬: ‫ آﺴﻮت زﻳﺪا ﺟﺒﺔ وأﻋﻄﻴﺖ زﻳﺪا ﺟﺒّﺔ‬: ‫( إذ زﻳﺪا ﻓﻲ ﻗﻮﻟﻚ‬...) ‫ وﺑﺎب آﺴﻮت وأﻋﻄﻴﺖ ﻣﺘﻌ ّﺪ إﻟﻰ ﻣﻔﻌﻮﻟﻴﻦ ﺣﻘﻴﻘﺔ‬17
.(335-334 :1،‫ﻣﻄﺎوع هﺬا اﻟﻔﻌﻞ إذ اﻟﺠﺒﺔ ﻣﻜﺘﺴﺎة وﻣﻌﻄﻮّة أي ﻣﺄﺧﻮذة)ﺷﺮح اﻟﻜﺎﻓﻴﺔ‬
Une longue robe traditionnelle portée par les hommes.
.‫ آﺴﻰ‬19
.‫ أﻋﻄﻰ‬20
.‫ اﺳﻢ اﻟﻔﺎﻋﻞ‬21
.‫ اﻟﻔﺎﻋﻞ‬22
c
Pour plus de détail sur le rapport théorique entre le nom d'agent (’ism ’al-fā il) et le nom de patient (’ism ’alc
c
c
maf c ūl ) d'une part et les fonctions du sujet (’al-fā il ) et du complément d'objet (mafc ūl bihi ) d'autre part ,
cf. Ben Hammouda R.(2003)
.‫ آـَﺴﻰ‬24
.‫ ﻣـُﻌﻂ‬25
.‫س‬
ِ ‫ آﺎ‬26
La transitivité en arabe classique
118
Abdelaziz MESSAOUDI
(1)
Kasaw-
tu
zajd-an
ubbat-an
habiller
1SG
Zayd-ACC
djebba-ACC
V
S
CO1
CO2
habilleur
habillé
habit
ARG.1 source
ARG.2 but
ARG.2 objet
PRED.
L'état de correspondance est clair d'après le tableau (1): Les fonctions syntaxiques et les rôles
sémantiques correspondent non seulement en nombre mais aussi en nature puisque les deux
verbes prototypiques d'attribution attribuent à chaque fonction syntaxique le rôle sémantique
qui lui est approprié.
b. Les cas de non correspondance
Nous distinguons deux cas selon la nature syntaxique ou sémantique des constituants
supérieurs en nombre. Le premier sera illustré par les verbes d'estimation ’af cālu -l- qulūb27,
le second par l'usage intransitif du verbe réciproque ištaraka (s'associer).
2.1
Les verbes d'estimation
Il existe dans la grammaire de l'arabe une sous-catégorie verbale connue sous le nom de ’af
ālu-l qulūbi (litt. Les verbes des cœurs). Ces verbes qui dénotent des états mentaux tels que le
savoir, le doute..28, et que Blachère (1952 :264) nomme verbes d'estimation, ne correspondent
qu'en partie aux "verbes affectifs" chez G. Lazard (1994 :146). Les verbes d'estimation
exigent - selon la TGA - deux compléments directs. Néanmoins Al-’astarābāḏī, qui accepte la
description traditionnelle de ces verbes" trivalents" 'un regard critique, dévoile la face cachée
de la transitivité sémantique un peu différente de la transitivité syntaxique dont la présence est
fortement pesante dans la tradition:
c
Wa ’afcālu-l-qulūbi filḥaqīqati (c'est nous qui soulignons) lā tatacaddā ’illā ’ilā
mafcūlin wāḥidin wahwa maḍmūnu al juz’i ṯ-ṯhānī muḍāfan ’ilā-l’awwali, falmaclūmu fi calimtu Zaydan qa’iman qijāmu zaydin lākin naṣabahumā macan
litacalluqihi bi maḍmūnihimā macan .29
« Les verbes des cœurs , en réalité ,( c'est nous qui soulignons) ne dépassent [le
sujet] que pour un seul objet qui est le contenu du deuxième nom annexé au
premier , car le su dans la phrase j'ai su [que ] Zayd[ est] généreux c'est la
générosité de Zayd, mais le verbe a régi les deux noms à la fois car il a une
relation avec leurs deux contenus en même temps »( Al-’astarābāḏī, šarḥ alkāfija,1:334 -335)
Al-’astarābāḏī, dans ce passage, qui nous paraît intéressant, oppose deux structures
différentes une structure sémantique qui exige un seul complément d'objet et une structure
syntaxique à double régime direct selon la convention des grammairiens arabes. Comme
.‫ أﻓﻌﺎل اﻟﻘﻠﻮب‬27
28
Les verbes d'estimation les plus usuels sont ḍanna ‫ﻦ‬
ّ ‫( ﻇ‬penser /croire), ḥasiba ‫( ﺣ ﺴﺐ‬estimer), āla ‫ﺧ ﺎل‬
imaginer, calima ‫( ﻋﻠﻢ‬savoir), waada ‫ ( وﺟﺪ‬trouver/considerer), ra’ā ‫( رأى‬juger), zacama ‫ ( زﻋﻢ‬prétendre).
‫وأﻓﻌﺎل اﻟﻘﻠﻮب ﻓﻲ اﻟﺤﻘﻴﻘﺔ ﻻ ﺗﺘﻌﺪّى إﻻ إﻟﻰ ﻣﻔﻌﻮل واﺣﺪ وهﻮ ﻣﻀﻤﻮن اﻟﺠﺰء اﻟﺜﺎﻧﻲ ﻣﻀﺎﻓﺎ إﻟﻰ اﻷول ﻓﺎﻟﻤﻌﻠﻮم ﻓﻲ ﻋﻠﻤﺖ زﻳﺪا ﻗﺎﺋﻤﺎ ﻗﻴﺎم زﻳﺪ ﻟﻜﻦ‬29
.(335 -334 :1، ‫ ﺷﺮح اﻟﻜﺎﻓﻴﺔ‬، ‫ﻧﺼﺒﻬﻤﺎ ﻣﻌﺎ ﻟﺘﻌﻠــّﻘﻪ ﺑﻤﻀﻤﻮﻧﻬﻤﺎ ﻣﻌﺎ) اﻷﺳﺘﺮاﺑﺎذي‬
La transitivité en arabe classique
119
Abdelaziz MESSAOUDI
conséquence directe de cette divergence structurelle le nombre d'argument sémantique ne
coïncide pas avec le nombre de position syntaxique. Nous illustrons cet état de non
correspondance par la description en (2) du fonctionnement syntactico-sémantique du verbe
c
alima (savoir) :
(2)
c
alim-
tu
zayd-an
qā ’im-an
savoir
1SG
Zayd-ACC
debout -ACC
V
S
CO1
CO2
PRED.
ARG.1 expérient
ARG.2 objet
Le verbe calima exige –selon la TGA - deux compléments directs qui ne correspondent en
fait, selon Al-’astarābāḏī, qu'à un seul argument, et ce, vu le caractère attributif du deuxième
complément. Ce régime attributif selon Blachère (1952) explique la supériorité des
constituants syntaxiques aux constituants sémantiques.
2.2
Les verbes réciproques, le cas de ištaraka (s'associer)
Le deuxième cas de non correspondance est illustré par le verbe ištaraka (s'associer).Nous
citons une remarque très subtile d'Al-astarābāḏī à propos de ce verbe:
’inna macnā ištaraka fī qawlihim : ištaraka zaydun wa camrun lā jufhamu
bacda ’isnādika ’ilā zajdin ’illā bi šaj’in ’āara wahwa camrun ’aw ġajruhu, wa
lajsa bimafcūlin fil-’iṣilāḥi.30
« le sens de ištaraka (s'associer) dans la phrase Zayd et Amr se sont
associés ne se comprend après sa prédication à Zayd qu'avec autre chose qui
est Amr ou autre, mais conventionnellement il n'est pas un complément. »
(Al-’astarābāḏī, šarḥ al-kāfija,1:334).
Al-’astarābāḏī suit la même logique qu'il a déjà emprunté dans sa description des verbes
d'estimation, en distinguant le niveau sémantico-logique du niveau syntaxique et formel. Le
verbe ištaraka exige, selon Al-’astarābāḏī, deux individus i.e. deux arguments. Le test
d'ellipse du nom coordonné (al macūf31 ) en (3) confirme ce constat :
(3)a. ištaraka
s'associer PASS
zajd-un
wa
Zayd-NOM et
« Zayd et Amr s'associent »
b.* ištaraka
s'associer PASS
c
amr-un
Amr- NOM
zajd-un .
Zayd-NOM
« Zayd s'associe »
L'usage du nom coordonné - qui est normalement facultatif en arabe- serait obligatoire avec
ištaraka32,. Par contre ce verbe à double argument est considéré comme intransitif dans la
)‫ اﺷﺘﺮك زﻳﺪ وﻋﻤﺮو ﻻ ﻳـُﻔﻬﻢ ﺑﻌﺪ إﺳﻨﺎدك إﻟﻰ زﻳﺪ إﻻ ﺑﺸﻲء ﺁﺧﺮ وهﻮ ﻋﻤﺮو أو ﻏﻴﺮﻩ وﻟﻴﺲ ﺑﻤﻔﻌﻮل ﻓﻲ اﻻﺻﻄﻼح‬:‫ن ﻣﻌﻨﻰ اﺷﺘﺮك ﻓﻲ ﻗﻮﻟﻬﻢ‬
ّ ‫ إ‬30
.(334 :1 ،‫ﻧﻔﺴﻪ‬
.‫ اﻟﻤﻌﻄﻮف‬31
.‫ اﺷﺘﺮك‬32
La transitivité en arabe classique
120
Abdelaziz MESSAOUDI
grammaire de l'arabe classique. L'analyse en (4) nous démontre la supériorité des arguments
sémantiques puisqu'on a deux arguments qui occupent une seule position syntaxique.
(4)
Ištaraka
zajd-un
s'associer PASS
Zayd-NOM. et
V Intr
PRED.
c
wa
Amr-un
Amr-NOM
S
Agent/ objet
Objet/ Agent
Ce cas de non correspondance est parfaitement clair selon l'analyse d'Al-’astarābāḏī que nous
avons illustrée par le tableau (4). En fait, nous avons affaire à un verbe à la fois intransitif
syntaxiquement mais transitif sémantiquement. C'est ce qui nous amène à dire que les
"mécanismes" de la transitivité ne sont pas toujours les mêmes sur les deux plans.
2.2.1
Problèmes d'attribution de rôles
La phrase (4) pose deux autres problèmes concernant l'attribution de rôles sémantiques qui
sont en relation directe avec la non correspondance entre le nombre de positions et le nombre
d'arguments :
a. L'attribution de deux rôles différents pourrait être contradictoire avec le sens
réciproque du verbe ištaraka car les deux participants ont – normalement- le même
rapport avec le procès.
b. L'attribution d'un même rôle sémantique aux deux arguments contredit un principe de
la théorie standard des rôles sémantiques. Selon cette théorie, un seul rôle doit être
attribué une seule fois dans la même phrase.
La solution que nous proposons à ces deux problèmes est l'attribution de deux rôles différents
(une pratique tolérée par certains linguistes) inversés (agent / objet, objet /agent) à chacun des
deux arguments, et ce selon le degré de saillance. Le tableau (4) ainsi que le schéma (5) nous
représentent le rapport de réciprocité et l'attribution de rôles selon le degré de saillance :
(5)
Ištaraka
Zayd
⇄
Agent/ objet
3.
Amr
Objet /Agent
Interprétation des cas de non-correspondance
Les cas de correspondance en nombre et en rôle relèvent du principe de naturalité chez Milner
(1989). Mais les cas contraires pourront être considérés -selon ce même point de vue - comme
des distorsions qui méritent une explication. Autrement dit :
a. Pourquoi le nombre de positions est-il supérieur au nombre d'arguments avec les
verbes d'estimation ’af cālu-l qulūbi (litt. Les verbes des cœurs) ?
La transitivité en arabe classique
121
Abdelaziz MESSAOUDI
b. Pourquoi ce même nombre est-il, au contraire, inférieur avec certaines constructions
de verbes réciproques ?
3.1
Les verbes d'estimation
Avant de répondre à la question (a), il faut noter d'abord que le deuxième complément des
verbes d'estimation peut être un attribut qui désigne un fait mental qui est le lieu de pertinence
(mawḍi cu-l-fā’idati33) selon Ibn jacīš. Pour confirmer ce fait Ibn assarrā (m.316 Hég.≈929)
nous propose le test suivant :
’iḏā qulta ḍanantu zajdan munaliqan faš-šakku innamā waqaca fi-l inilāqi lā
fī zajdin fa liḏālika lā jaūzu an taqūla ḍanantu wa taqaca al kalāma. 34
« Si vous dites j'ai cru ( que) Zayd (est) parti, le doute concerne le départ et
non pas Zayd , pour cela il n'est pas acceptable de dire j'ai cru que Zayd et tu
suspends la parole ».( Ibn assarra, al ’uṣūl , 2:187)
Ce que l'on peut déduire du test proposé par Ibn assarrā est que le deuxième complément
direct (CO2) est un constituant obligatoire, non seulement pour des raisons de grammaticalité
mais aussi parce qu'il confirme le caractère mental ou psychologique de ce genre de verbe. Le
test d'ellipse du CO2 confirme cette déduction car son omission engendre un changement total
du sens lexical du verbe (6a'). Les phrases de la colonne (6 A) décrivent des situations
mentales, par contre les phrases de la colonne (B) dénotent généralement des situations
physiques (6b'-c'). Parfois l'omission du CO2 transforme la phrase en question en une phrase
agrammaticale (6d').
(6)
A
a.
ḍanan-tu
Croire -1SG
B
zajd-an
Zayd-ACC
qā ’im- an
debout-ACC
« j'ai cru (que ) Zayd( est) debout »
b. waada-ka
Trouver-2SG
c
ā’ilan
ayant une famille nombreuse
zajd-an.35
a'. ḍanan-tu
Croire- 1SG
Zayd- ACC
« J'ai soupçonné Zayd »
b'. Waada-ka.36
trouver-
2SG
« Il t'a trouvé entretenant une famille
nombreuse »
« Il t'a trouvé. »
c. Ra’aj-tu zajd-an
c'. Ra’aj-tu zajd-an.37
voir-2SG
Zayd-ACC
ġaniyy-an
riche- ACC
J'ai vu Zayd.
« J'ai constaté (que) Zayd (est) riche. »
« J'ai vu Zayd. »
d. iltu-ka
d'. * iltu- ka.
wafiyy -an
Croire -2SG fidèle- ACC
« Je t'ai cru fidèle. »
38
Croire -2SG
« Je t'ai cru ».
Notons aussi que le deuxième complément, dans la colonne A, est généralement un nom
prédicatif – ou un attribut selon la description de Blachère(1952) – qui n'occupe pas
.‫ ﻣﻮﺿﻊ اﻟﻔﺎﺋﺪة‬33
.(187 :2،‫ اﻷﺻﻮل‬،‫ إذا ﻗﻠﺖ ﻇﻨﻨﺖ زﻳﺪا ﻣﻨﻄﻠﻘﺎ ﻓﺎﻟﺸﻚ إﻧّﻤﺎ وﻗﻊ ﻓﻲ اﻻﻧﻄﻼق ﻻ ﻓﻲ زﻳﺪ ﻓﻠﺬﻟﻚ ﻻ ﻳﺠﻮز أن ﺗﻘﻮل ﻇﻨﻨﺖ وﺗﻘﻄﻊ اﻟﻜﻼم)اﺑﻦ اﻟﺴﺮّاج‬34
.‫ ﻇﻨﻨﺖ زﻳﺪا ﻗﺎﺋﻤﺎ أ' – ﻇﻨﻨﺖ زﻳﺪا‬-‫ أ‬35
.‫ وﺟﺪك‬-'‫ وﺟﺪك ﻋﺎﺋﻼ ب‬-‫ب‬36.‫ رأﻳﺖ زﻳﺪا‬- '‫ رأﻳﺖ زﻳﺪا ﻏﻨﻴـّﺎ ج‬-‫ ج‬37
.‫ *ﺧﻠﺘﻚ‬-'‫ ﺧﻠﺘﻚ وﻓﻴـّﺎ د‬-‫ د‬38
La transitivité en arabe classique
122
Abdelaziz MESSAOUDI
normalement la position d'un complément d'objet. Mais vu le fait qu'il est un constituant
syntactico-sémantique obligatoire qui nous permet de distinguer les verbes d'attribution des
autres verbes, on comprend déjà pourquoi il occupe une position syntaxique à part. Sur le plan
interprétatif, nous supposons que le locuteur traite ces noms prédicatifs comme des signes
référant à des entités mentales qui ont le même statut référentiel et syntaxique que les noms
d'entités physiques. Cette façon de voir les choses, fait partie d'une vision détaillante de la
réalité qui s'oppose à la vision globalisante qui conceptualise le contenu propositionnel d'une
prédication seconde en tant qu'une seule entité, c'est ce qui permet de réduire le nombre
d'entités linguistiques et par conséquent, le nombre de positions (7b-c).
(7) a)
c
alim-
Savoir/PASS
tu
zajd - an
1SG
Zayd-
ACC
karīm-
an
39
généreux - ACC
« J'ai appris que Zayd est généreux. »
→ b)
c
alim-
Savoir/PASS
tu
karama
1SG
générosité
zajd-in40
Zayd- SUB
« J'ai appris la générosité de Zayd. »
→ c)
c
alim-
tu
šaj’-
an.41
Savoir/PASS
1SG
chose
ACC
« J'ai appris une chose. »
Si l'on compare les trois phrases précédentes dont (a) et (b) sont analogues à celles d'Al’astarābāḏī, on remarque que les problèmes de non correspondance relèvent du niveau
d'expression linguistique le plus riche ou extensif (7a) selon l'expression de Charif (2002). Par
contre, avec les niveaux moins riches ou réductifs (7b-c), les problèmes de correspondance en
nombre entre constituants syntaxiques et constituants sémantiques disparaissent (&V) :
3.2
Les verbes réciproques (le cas de ištaraka42)
Pour mieux décrire et interpréter la corrélation au sein de la phrase (4): ištaraka zayd-un
wa‘amr-un43, nous proposons de la comparer avec une phrase similaire que nous décrivons en
(9):
(9)
Ištaraka
zajd-un
maca camr-in44
s'associer PASS
Zayd-ACC
avec Amr-SUB
V
S
CO
PRED.
Agent
Patient
Si l'on interprète ištaraka comme un verbe dénotant une situation à la fois réciproque et
dynamique on peut dire que les deux phrases (4) et (9) ont le même contenu sémantique i.e.
.‫ ﻋﻠﻤﺖ زﻳﺪا ﻗﺎﺋﻤﺎ‬39
.‫ ﻋﻠﻤﺖ آﺮم زﻳﺪ‬40
.‫ ﻋﻠﻤﺖ ﺷﻴﺌﺎ‬41
.‫ اﺷﺘﺮك‬42
.‫ اﺷﺘﺮك زﻳﺪ وﻋﻤﺮو‬43
.‫ اﺷﺘﺮك زﻳﺪ ﻣﻊ ﻋﻤ ِﺮ‬44
La transitivité en arabe classique
123
Abdelaziz MESSAOUDI
elles dénotent la même configuration finale selon le terme de Langacker (2001 :12) Mais les
deux phrases n'interprètent pas le procès de la même manière. Surtout si l'on part du principe
fondamental de la grammaire cognitive qui considère que chaque changement au niveau des
constructions symbolise une structuration différente du même contenu conceptuel
(Hamawand, 2005 :195.), et si l'on part d'une comparaison rapide entre la structure des deux
phrases nous pouvons soulever une différence sur le plan syntaxique et une autre sur le plan
sémantique :
ƒ
Syntaxiquement parlant, il ne s'agit pas d'un même et seul verbe ištaraka mais plutôt
de deux : ištaraka1 en (4) qui est un verbe intransitif et ištaraka2 en (9) qui est un
verbe transitif.
ƒ
Lexicalement, on peut noter l'existence de deux lexèmes qui concrétisent la relation
des deux participants : la préposition de coordination wa 45(et) en (4), et le nom
d'accompagnement ma ca 46(avec) en (9). Commençons par le niveau lexical. Les deux
coordonnants n'ont ni le même sens ni la même catégorie de mot ce qui se traduit
d'ailleurs par une différence au niveau des structures syntaxiques, sémantiques et
conceptuelles : Le coordonnant wa apparaît avec la variante intransitive, ištaraka1,
pour mettre les deux participants sur un même pied d'égalité devant le procès. En fait,
les deux participants entretiennent une relation de réciprocité qui s'exprime sur le plan
syntaxique par le syntagme de coordination murakkab bil caf 47 , et par "la
cohabitation" des deux arguments dans la même position syntaxique
d'où
l'intransitivité du verbe. Par conséquent, le verbe ištaraka n'est pas intransitif dans
l'absolu mais il l'est avec un moule syntaxique bien déterminé : ištaraka x et y.
Au niveau de la variante ištaraka2 l'entité ma ca a un rôle de coordonnant sémantique mais
syntaxiquement elle fonctionne comme ayant un rôle de disjonction puisqu'il sépare les deux
arguments en s'annexant au deuxième pour former un syntagme à part entière murakkab bil
’iḍāfa 48 (syntagme d'annexion) qui occupe la position du complément d'objet. Quant au
premier argument il occupe la position sujet.
Si l'on revient à l'image des actants et du" petit drame" chez Tesnière (1959) on peut dire que,
sur le plan syntaxique, le locuteur organise la scène d'une façon différente en (9) car il
sélectionne Zayd pour la position de saillance initiale selon la terminologie de Langacker
(Hamawand, 2005: 194) qui est la position du sujet. Et il choisit Amr pour la position de
saillance secondaire qui est celle du complément d'objet .Cette répartition des actants a
affaibli le sens réciproque du verbe ištaraka. Les deux arguments jouent deux rôles
sémantiques différents, successivement les rôles d'agent et d'objet. Cette différence de rôle
aura une répercussion directe sur la structure sémantique de la phrase. Le moule ištaraka x
avec y qui exige la répartition des arguments sur deux positions syntaxiques selon deux
degrés différents de saillance, nous indique que le locuteur conceptualise la situation en (9)
d'une façon dynamique et détaillante qui implique que Zayd était le point de départ de l'action
. Par exemple, il a cherché un associé, il a pensé à Amr, il lui a proposé de s'associer à lui et
c'est à ce stade là que Amr a accepté et par conséquent est entré en scène… En d'autres
termes, Zayd était le participant le plus actif et le plus ancien historiquement sur la scène
d'action. Donc c'est pour des raisons de ce genre que le locuteur a sélectionné Zayd en
‫و‬
.‫ﻣﻊ‬
.‫ﻣﺮآـّﺐ ﺑﺎﻟﻌﻄﻒ‬
.‫ﻣﺮآـّﺐ اﻻﺿﺎﻓﺔ‬
La transitivité en arabe classique
45
46
47
48
124
Abdelaziz MESSAOUDI
saillance initiale. Par contre, en (4) les deux participants ont le même apport au procès vu leur
relation qui était réellement réciproque parce qu'ils ont décidé simultanément de s'associer
l'un à l'autre, ou bien parce que le locuteur a conceptualisé le procès d'une manière
globalisante en se limitant à la configuration finale du procès, abstraction faite de sa
dynamicité e.i. des étapes impliquées dans la structure profonde de la phrase (9).
4.
Pour conclure
Nous devons s'attendre à une réponse concernant le rapport entre les cas de non
correspondance et la notion de spécificité. A première vue, et selon la description des
exemples cités dans cet article, on peut nier tout rapport direct et explicite entre les deux
phénomènes, puisqu'il y a non correspondance à la fois avec la vision détaillante (ex.2) et la
vision globalisante (ex.4).
Néanmoins, nous pouvons confirmer le parallélisme entre le nombre de positions syntaxiques
et le degré de spécificité, ce nombre était supérieur à celui des arguments avec une
conceptualisation détaillante (ex.2) mais il était inférieur avec la conceptualisation
globalisante (ex.4).
Il faut, enfin, noter qu'un classement pertinent des différents cas de corrélation entre
transitivité syntaxique et transitivité sémantique, ne peut se faire en dehors du mode universel
de saisie de l'espace conceptuel par le langage (François, 2002:124) qui se caractérise selon
les travaux du groupe de recherche UNITYP par :
ƒ
ƒ
ƒ
un pôle d' « indicativité » (c'est-à-dire un mode d'expression recourant à un minimum
de matériau linguistique),
un pôle de « prédicativité » (un mode d'expression utilisant un matériau linguistique
complexe) et
une aire centrale d' « inversion » entre les deux tendances inverses à l'indicativité ou à
la prédicativité (François, idem).
Cette même caractéristique universelle des langues est exprimée différemment par Charif
(2002) qui prévoit au niveau du marquage structurel, deux mouvements inversés : un
réductif ’inizāl 49 et un extensif ’intišār 50. Nous adopterons sa conception dynamique que
nous représentons par une ligne à double flèche, à laquelle nous ajoutons la division
tripartite de l'UNITYP. Les deux conceptions complémentaires nous aident à tracer ce que
nous appelons un continuum valenciel présenté comme suit :
RÉDUCTION VALENCIELLE
+ <----------------------
ÉQUILIBRE VALENCIEL
-----/---------------
Arg. Syn. < Arg. Sém.
(ex. verbes réciproques)
EXTENSION VALENCIELLE
-----------------/---------------------------------> -
Arg. Syn.= Arg. Sém
(ex. verbes d'attribution)
Arg. Syn. > Arg. Sém
(ex. verbes mentaux)
Les trois cas de correspondance et de non correspondance sont répartis sur les trois domaines
du continuum : Les verbes d'estimation appartiennent au pôle extensif, les verbes réciproques
.‫اﻧﺨﺰال‬
.‫اﻧﺘﺸﺎر‬
La transitivité en arabe classique
49
50
125
Abdelaziz MESSAOUDI
à constructions intransitives sont rangés dans le domaine réductif. Quant aux verbes
d'attribution don, ils appartiennent à un domaine que nous avons qualifié d'équilibré
valenciellement puisqu'il s'agit, dans ce cas, de constructions où le nombre de positions est
équivalent au nombre d’arguments.
RÉFÉRENCES
Al-’astarābāḏī, Raḍiyyu-d-dine, šarḥ al-kāfija, Bengazi51.
Blachère,R., M. Gaudefroy-Demombines (1952) : Grammaire de l'Arabe Classique, Edition
Maisonneuve, Paris.
Ben Hammouda, R. (2003 ): « Al ’ismijja alficlijja fi–t-turaṯ an-naḥwī : aṣā’iṣuhā wa dalālātuhā » ,
nadwat al-macnā wa tašakkuluhu , Faculté des Lettres La Mannouba ,Tunis.52
Charif M. S., (2002) : Aššar wal-’inšā’u-n-naḥwī lilkawn, Faculté des Lettres La Mannouba, Tunis.53
Creissels, D. (1995) : Eléments de syntaxe générale, Presses Universitaires de France.
Dowty, D. (1991 ): « Thematic Proto-Roles and argument selection », in Language 67:547-619.
Dubois, J. & al. (1994) : Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse.
Fillmore, C. (1975): « Quelques problèmes posés à la grammaire casuelle », in Langages n° 38, 65-80.
François, J. (2002 ): « Le continuum de transitivité en français et la dimension universelle de la
participation », Le continuum en Linguistique, Faculté des Lettres et des Sciences
Humaines de Sousse.
Hamawand, Z. : « The construal of salience in atemporal complement clauses in English » ,in
Language Sciences 27,193-213.
Hopper P.J, Thopson S.A. (1980) : « Transitivity in grammar and discourse », in Language 56,
Number 2, 251-291
Ibrahim, A. (2000 ): « Relief actanciel et diathèse verbale », in Le passif, Hans Peter Helland ed.,
Lund, University of Copenhagen.
Ibn Assarrā, Abou bakr, al ’uṣū l fi-n-naḥw, mu’assassatu r-risālat,, Beyrouth1.
Ibn Jacīš , Muwaffaq- ud-dine, šaraḥ al- mufaṣṣal, cālam al-kutub,, Beyrouth. 2
Langacker, R. (2000) : Grammar and Conceptualization, Mouton de Gruyter , Berlin .New York.
------------ (2001) : « Dynamicity in grammar », in Axiomathes 12: 7-3.
Lazard, G. (1994) : L'actance, Presses Universitaires de France.
Lin, J. (2004) : « Fine-Grained Lexical Semantic Representations and Compositionally-Derived
Events in Mandarin Chinese », In Proceedings of the HLT/NAACL,2004,Workshop on
Computational Lexical Semantics, Boston, Massachusetts.
Lyons, J, (1968) : Introduction to theoretical linguistics, Cambridge University Press.
.‫ ﺑﻨﻐﺎزي‬،‫ ﺷﺮح اﻟﻜﺎﻓﻴﺔ‬،‫ رﺿﻲ اﻟﺪﻳﻦ‬،‫ اﻷﺳﺘﺮاﺑﺎذي‬51
.‫آﻠﻴﺔ اﻵداب ﺑﻤﻨﻮﺑﺔ‬1999 "‫ ﺿﻤﻦ ﻧﺪوة"اﻟﻤﻌﻨﻰ وﺗﺸﻜﻠﻪ‬،"‫ ﺧﺼﺎﺋﺼﻬﺎ ودﻻﻻﺗﻬﺎ‬:‫ "اﻻﺳﻤﻴﺔ اﻟﻔﻌﻠﻴﺔ ﻓﻲ اﻟﺘﺮاث اﻟﻨﺤﻮي‬:2003 ،‫ رﻓﻴﻖ‬،‫ ﺑﻦ ﺣﻤﻮدة‬52
.‫ ﺗﻮﻧﺲ‬،‫ آﻠﻴﺔ اﻵداب ﻣﻨﻮﺑﺔ‬.‫ اﻹﻧﺸﺎء اﻟﻨﺤﻮي ﻟﻠﻜﻮن‬:2002، ‫ﻣﺤﻤﺪ ﺻﻼح اﻟﺪﻳﻦ‬، ‫ اﻟﺸﺮﻳﻒ‬53
La transitivité en arabe classique
126
Abdelaziz MESSAOUDI
Marin Arrese, J.I. (1999) : « Conceptualization of events, semantic relations between constructions
and topology: a catastrophe theoretic study of get and Be ». Journal of English studies, 97117.
Milner J.C. (1989) : Introduction à une science du langage, éd. du Seuil.
Seriot, P. (2004) : « L'affaire du petit drame : filiation franco-russe ou communauté de pensée?
(Tesnière et Dmitrievskij ) », Slavica Occitania n°: 17,Toulouse, p. 93-118.
Steels, L., De Beule , J. Neubauer, N., « Linking in fluid grammar », Sony Computer Science
Laboratory, Paris.
Swart, P. (2003) : « Transitivity and the unmarked object », UBC Linguistics Colloquium, December .
ABRÉVIATIONS
ACC
ARG
CO
CO1
CO2
NOM
PASS
accusatif
argument
complément
premier complément direct
2eme complément direct
nominatif
passé
La transitivité en arabe classique
PRED
S
1SG
2SG
SUB
V
V INTR
prédicat
sujet
première personne du singulier
deuxième personne du singulier
subordonné
verbe
verbe intransitif
127
Dhouha DAHECH
Dhouha DAHECH
Université de Tunis
UR Langage et Métalangage
dhouha.dahech@laposte.net
LES NOMINALISATIONS DÉVERBALES EN FRANÇAIS ET
EN ARABE : ÉTUDE EXPLORATOIRE DES CRITÈRES DE
CLASSEMENT
Résumé :
Dans cet article, nous essayons de trouver des critères de classification des nominalisations en arabe et en
français. Partant du fait que la nominalisation est tout d’abord une modification de la forme, nous allons essayer
de trouver des critères morphologiques communs ou plus généralement un cadre théorique qui peut englober les
systèmes de la formation des mots du français et de arabe. Toutefois, nous allons voir que dans un cadre d’étude
contrastive entre l’arabe et le français la morphologie ne peut pas fournir un critère de classification. En effet,
ces critères ne peuvent pas être d’ordre morphologique quoi que la nominalisation soit tout d’abord un
phénomène morphologique, une modification de la forme. Pour cette raison, nous recherchons d’autres
paramètres pour une analyse comparative des nominalisations en arabe et en français. Il s’agit de la sémantique
et la syntaxe dont la pertinence sera prouvée à partir de la traduction de quelques exemples tirés du journal Le
Monde.
Abstract :
In this paper we are searching for criteria able to classify nominalizations in Arabic and French. It turns out that
in the framework of a contrastive study between these two languages, the criteria needed cannot be only
morphological. Syntactic and semantic criteria prove essential too.
Introduction
Tout en présentant des différences dont la plus évidente est la graphie, le français et l’arabe
offrent des sujets de recherche qui fournissent une matière très intéressante pour la
linguistique contrastive. En effet, l’analyse contrastive constitue un cadre général pour l’étude
de langues aussi différentes, en apparence, que le français et l’arabe, un cadre dans lequel se
Les nominalisations déverbales
128
Dhouha DAHECH
situe notre recherche sur la nominalisation en français et en arabe, l’objet de notre thèse de
doctorat en cours.
Etant au début de ce projet, nous avons entamé une recherche des critères de classification des
nominalisations. Ce travail, qui va servir de base pour l’analyse contrastive détaillée des
nominalisations, constitue l’objet même de cet article.
Nous allons alors présenter dans ce qui suit une esquisse préliminaire de regroupement des
nominalisations dans les deux langues en question.
Partant du fait que la nominalisation est tout d’abord une modification de la forme, nous
avons essayé de trouver des critères morphologiques communs ou plus généralement un cadre
théorique qui peut englober les systèmes de la formation des mots et précisément les
substantifs déverbaux en français et en arabe. Toutefois, les différences majeures entre ces
deux systèmes et que nous avons rencontrées à ce niveau nous ont menée à conclure que, dans
une étude pareille, la morphologie ne peut pas fournir un critère pertinent de classification et
ce contrairement à la sémantique et la syntaxe. La prévalence de ces deux derniers
paramètres sera démontrée dans la seconde partie de ce travail tandis que la première sera
consacrée à la question des différences morphologiques entre les deux langues en question.
Toute l’analyse se basera sur la traduction de quelques exemples tirés du journal Le Monde.
1.
Le français et l’arabe, deux systèmes morphologiques très différents
Avant d’aborder la question de la différence morphologique entre ces deux langues, il faut
mentionner que, pour la langue arabe, il y a depuis longtemps une opposition entre les
disciples de deux écoles : celle de Bassra1 et celle de Kufa2. Les premiers affirment que le
verbe dérive du « maṣdar 3» (presque l’équivalent du substantif déverbal) ; les seconds disent
plutôt que c’est le « maṣdar » qui dérive du verbe. Chaque groupe justifie son point de vue
par de nombreux arguments4.
Ce problème occupe une place primordiale dans la grammaire arabe et il est toujours
mentionné et dans les ouvrages de linguistique anciens et dans les travaux modernes qui
portent sur la morphologie (que ce soit des livres, des articles, des thèses ou des mémoires)
(voir par exemple Achour (Moncef) pp 56-86, Amine (Abdallah) pp 5-15,Azzajaji
(Aboulkacem) pp. 56-63, Choubana (Samira) p. 1, Sayeh Dehmani (Zakya) pp. 53-56 et
Tantawi (Mohamed Darraz) pp.125-140)
Cependant, nous remarquons qu’au niveau pratique (empirique), le verbe constitue chez les
uns comme chez les autres le point de départ de toute dérivation. En fait, aucune différence
de choix ou de positions ne correspond à cette discussion théorique et à ces oppositions citées
ci-dessus. C’est ce que mentionnent clairement Sayeh Dehmani (Zakya) p. 59 et Amine
(Abdallah) p. 14. et c’est ce qui nous incite à parler, pour l’arabe comme on le fait pour le
française, de « dérivation déverbale » qui consiste à dériver une forme nominale à partir d’un
1
‫اﻟﺒﺼﺮة‬
‫اﻟﻜﻮﻓﺔ‬
3
Ce terme ( ‫ )ﻣﺼﺪر‬désigne non pas tous les substantifs déverbaux mais uniquement le nom de l’action qui fait
l’objet de tout le travail. On ne parle pas par exemple du nom de l’agent ou de celui qui subit l’action.
4
Pour voir les détails, consulter les références citées dans le paragraphe suivant.
2
Les nominalisations déverbales
129
Dhouha DAHECH
verbe. Il s’agit dans les deux cas d’une modification de la forme qui ne se fait pas de la même
façon dans ces deux langues.
1.1
Les processus de formation des déverbaux en français
Un substantif peut dériver d’un verbe par :
¾
¾
¾
dérivation affixale (suffixale)
dérivation régressive
dérivation impropre ou conversion
Ce sont des processus qui nous permettent respectivement d’obtenir à partir du verbe
« coucher », par exemple, les substantifs : « couchage », « couche » et « coucher ». Il s’agit
dans ces trois cas d’une dérivation qui peut être qualifiée de « segmentale » : adjonction (le
suffixe –age ou le suffixe zéro) ou suppression d’un segment.
1.2
Les processus de formation des déverbaux en arabe
Quelques chercheurs (comme Chhaybi (Mustapha) pp. 12-16), soutiennent l’hypothèse que la
dérivation en arabe est segmentale ; elle se fait alors par l’adjonction d’affixes ; Il parle donc
de préfixes, (sawābiq5), de suffixes (lawāḥiq6) et d’infixes (dawāḫil7).
Une telle position est très contestable dans la mesure où la construction des mots en arabe se
fait, d’une manière générale, par le croisement d’un schème prédéfini (wazn8) et d’une racine
(žiḏr 9) . Par exemple : les substantifs dérivés des verbes du schème « facala10 » se
construisent - entre autres - selon le schème « faclun11 » : ainsi, un verbe comme « qatala12 »
(dont racine est : q / t / l) donne « qatlun 13» ou encore le schème « ficālatun 14» tel est le cas
de « kataba15 » ( la racine est : k / t / b) qui donne «kitābatun16 » 17.
Il y a donc une différence radicale entre les deux langues au niveau des processus de
formation des substantifs déverbaux. Ce ci dit, il ne peut pas y avoir des regroupements
possibles qui se fondent sur des bases purement morphologiques et qui puissent constituer un
point de départ de l’étude contrastive des déverbaux en français et en arabe.
5
‫ﺳﻮاﺑﻖ‬
‫ﻟﻮاﺣﻖ‬
7
‫دواﺧﻞ‬
8
‫وزن‬
9
‫ﺟﺬر‬
10
‫ﻞ‬
َ ‫ﻓـَــﻌَــ‬
11
‫ﻞ‬
ٌ ‫ﻓــَـﻌـْـــ‬
12
‫ﻞ‬
َ ‫ﻗــَـﺘــَـ‬
13
‫ﻞ‬
ٌ ‫ﻗـَــﺘـْـ‬
14
ٌ‫ﻓــِـﻌـَـﺎﻟــَﺔ‬
15
‫ﺐ‬
َ ‫آــَـﺘــَـ‬
16
ٌ‫آــِـﺘـَـﺎﺑـَـﺔ‬
17
En fait, il s’agit d’une alternance vocalique en arabe accompagné ou non de l’adjonction d’une consonne. Ce
sont les schèmes qui déterminent les formes des dérivés. De ce fait, nous avons dit qu’il ne s’agit pas d’une
dérivation segmentale.
6
Les nominalisations déverbales
130
Dhouha DAHECH
N’ayant pas trouvé des critères de classification au niveau de la formation des substantifs,
nous allons nous occuper d’un autre paramètre à savoir le fonctionnement du substantif, un
paramètre qui peut être défini à partir de deux niveaux : le niveau sémantique et le niveau
syntaxique dont la prévalence sera prouvée dans ce qui suit.
2.
Prévalence des critères sémantique et syntaxique pour la comparaison
des déverbaux en français et en arabe
Pour en étudier le fonctionnement, il faut prendre les substantifs non pas comme des unités
indépendantes mais comme un constituant d’un syntagme nominal. Pour ce faire, il ne faut
pas considérer la nominalisation comme étant une simple conversion d’un verbe en un
substantif mais comme la conversion d’une phrase en un nom ou en un syntagme nominal.
C’est, en d’autres termes, la transformation de toute une séquence phrastique que nous
nommerons P, en un syntagme nominal dont la tête est un déverbal N telle est la théorie de
Ruwet (Nicolas, 1967, p.213), de Dubois (Jean) (1969 (a), p.53; 1999, p.14) et de DuboisCharlier (Françoise) (1970, p.21), une théorie qui, bien que un peu ancienne, semble être une
perspective très intéressante pour l’étude contrastive de la nominalisation d’autant plus
qu’elle est applicable aussi bien pour le français que pour l’arabe ( comme nous allons voir cidessous).
Mais J. Dubois définit la nominalisation non seulement comme l’obtention d’un syntagme
nominal à partir d’une phrase simple, mais comme une transformation généralisée qui
consiste à la conversion de deux phrases en une seule par le moyen de l’enchâssement de la
première sous la forme d’un groupe nominal constituant d’une seconde dite phrase principale
ou matrice. Elle consiste, en d’autres termes, « à appliquer à une séquence de propositions
nucléaires des règles de transformation qui les réalisent en une seule phrase (ou énoncé
minimal) » (J. Dubois 1969 (a), p.50). Elle se définit donc comme une transformation dont le
schéma est :
[P1] + [P2]
[P3]
La transformation de la séquence [P1] + [P2] en une seule phrase [P3] peut se faire en
appliquant à l’une des deux phrases de départ [P1] ou [P2] des règles morpho-syntaxiques qui
transforment la phrase en un syntagme nominal. Si la transformation nominale porte sur [P1]
nous obtenons le schéma :
[(SN1) + (SV1)] + [(SN'1) + ( SV2 )]
[(SN3) + (SV2)]
C’est le cas par exemple de la phrase (1) :
(1)
Depuis la condamnation de Jean-Marc Deperrois à vingt années de réclusion, la mère de la
victime a signé deux livres. (02/05/03)
Qui résulte en fait de l’application de ce schéma sur les deux propositions (1-a) et (1-b):
(1a) Jean-Marc Deperrois est condamné à vingt années de réclusion.
(1b) La mère de la victime a signé deux livres.
Les nominalisations déverbales
131
Dhouha DAHECH
Au cas où la transformation nominale est appliquée à [P2] et non à [P1], nous obtenons une
formule du type :
[(SN1) + (SV1)] + [(SN’1) + (SV2)]
[(SN1) + (SV1) + (SN3)]
Ainsi les deux phrases (2-a) et (2-b) :
(2a) Le Ministère de l'intérieur avait refusé d'interdire quelque chose.
(2b) On vend le livre aux mineurs.
Donnent (2) :
(2)
Le Ministère de l'intérieur avait refusé d'interdire la vente du livre aux mineurs (16/05/03)
Cette transformation passe par tout un processus et " impliqu[e] une dérivation à partir d’une
proposition nominalisée par QU (E)". (J. Dubois, 1969 (a), p.56), une proposition qui peut
être relative ou conjonctive. La distinction entre ces deux types de propositions nous conduit à
distinguer deux types de substantifs sur le plan sémantique tel est l’objet du paragraphe
intitulé « le niveau sémantique ».
Étant donné que la proposition transformée ou la proposition de départ comprend, outre du
verbe - qui donne après la nominalisation le substantif déjà nommé N- plusieurs autres
éléments dont nous pouvons citer les arguments qui subissent également des modifications
lors de la nominalisation, l’étude comparative des propriétés et du comportement de ces
arguments dans les deux langues nous paraît essentielle pour la comparaison des
nominalisation et c’est ce que nous allons développer dans le cadre de ce que nous avons
appelé « les critères syntaxiques ».
2.1
Le niveau sémantique
Nous avons dit que la dérivation passe par la nominalisation d’une relative ou d’une
conjonctive : Le premier type "consiste dans l’enchâssement de la première phrase sous la
forme d’une relative déterminative nominalisée de type « QU- est Vpp »18 auprès d’un
antécédent vide représenté ici par Nqc»19 ".(Dubois (Jean) 1999, p.14)
C’est le cas par exemple de « ajout » dans :
(3)
Dans un ajout à l’édition originale, l’auteur (…)met en exergue l’appel lancé en juillet 2001
par des hommes politiques et des intellectuels israéliens et palestiniens. (28/03/03)
Le substantif souligné est obtenu à partir de :
(3a) Dans cette chose, [QUI a été ajoutée à l’édition originale], l’auteur (…)met en exergue
l’appel lancé en juillet 2001 par des hommes politiques et des intellectuels israéliens et
palestiniens.
18
19
Participe passé du verbe
Nom de non animé, il peut être remplacé par « quelque chose »
Les nominalisations déverbales
132
Dhouha DAHECH
Si nous essayons de faire la traduction, nous retrouverons la même structure en arabe car, à la
proposition relative française, correspond, en arabe, une proposition du même type (relative)
introduite par le pronom relatif « al-laḏī » comme dans (4-a) qui est l’équivalente de (3-a):
(4a) fi hāḏa-aš-šaj’i [al-laḏī ’uḏīfa liṭ-ṭabcati-l-’aṣlijjati], jobrizu-l-kātibu ad-dacwata-l-latī
nādā bihā fī žwīlja 2001 sāsatun wa muṯaqqafūna ’isrā’īlijjuna wa filisṭinijūna
Et qui donne après la nominalisation de la proposition relative :
(4)
fi iḍāfatin liṭ-ṭabcati-l-’aṣlijjati, jobrizu-l-kātibu ad-dacwata-l-latī nādā bihā fī žwīlja
2001 sāsatun wa muṯaqqafūna ’isrā’īlijjuna wa filisṭinijūna
Cette dernière est la traduction fidèle et exacte de (3)20.
Le sens de la phrase enchâssée qui est entre des crochets dans (3-a) et (4-a) indique pour les
verbes « ajouter » en français et « aḏāfa » en arabe, « ce qui est le résultat de V », un résultat
concret dans ce cas21. De ce fait, ces substantifs peuvent être qualifiés de résultatifs.
Le second type « consiste dans l’enchâssement de la première phrase sous la forme d’une
proposition conjonctive nominalisée « (le fait) QUE N V » dans la principale à la place d’un
élément vide, représenté ici par les pronoms neutres ça, cela, ce, c’. La phrase enchâssée
indique « l’action ou la manière de V »… ".
Dans une phrase comme :
(5)
Une directive européenne autorisera, à partir d’août, l’ajout à hauteur de 5%
de matières grasses végétales dans le chocolat (22/04/03)
le substantif « ajout » est obtenu à partir de :
(5a) Une directive européenne autorisera, à partir d’août (cela), [QU’on ajoute] à
hauteur de 5% de matières grasses végétales dans le chocolat.
En arabe, nous obtenons la phrase (6) à partir des mêmes transformations. Il s’agit de la
nominalisation d’une proposition conjonctive qui débute en arabe par « ‘an » comme dans :
(6a) sajasmaḥu qānūnun ’ūrūbbijjun, bidājatun min šahri ‘ūt
tuḍāfa] mawāda dohnijjatin nabātijjatin fiš-šukulāṭati binisbati 5%.
(hāḏā),
bi[‘an
qui donne l’équivalent de la phrase (6)
(6)
sajasmaḥu qānūnun ’ūrūbbijjun, bidājatun min šahri ‘ūt (hāḏā), bi ’iḍāfati mawāda
dohnijjatin nabātijjatin fiš-šukulāṭati binisbati 5%.
Les substantifs « ajout » dans (5) et « ’iḏāfati» dans (6) expriment non pas le résultat de
l’action (comme dans (3) et (4)) mais l’action elle-même ; pour cette raison, ils peuvent être
qualifiés de « processifs ». (Par opposition à « résultatifs »)
Il y a une différence entre les deux types de substantifs en français comme en arabe. La
distinction entre ces deux types de déverbaux peut constituer un premier critère de
20
La phrase en arabe étant la traduction exacte et presque linéaire de la phrase en français, nous avons décidé
d’éviter la transcription juxtalinéaire de nos exemples.
21
Il peut être dans d’autres cas un résultat abstrait comme « les dires » et son équivalent en arabe « al‘aqwālu»
Les nominalisations déverbales
133
Dhouha DAHECH
classification valable aussi bien au sein d’une même langue que dans le cadre d’une étude
comparative.
Nous pouvons alors faire la différence entre les différentes utilisations d’un substantif et
distinguer les substantifs statifs des substantifs évènementiels.
Mais cette distinction ne prend en considération que le substantif qui ne représente qu’un
constituant entre autres de la proposition transformée (puisque nous avons dit que la
nominalisation est la transformation de toute une proposition) qui contient également les
arguments qui deviennent après la transformation des compléments du nom et dont l’étude
peut fournir des critères de classification d’ordre syntaxique.
2.2
Les critères syntaxiques
En français comme en arabe, le substantif régit des arguments. En fait, il garde généralement,
dans les deux langues, la même structure argumentale que le verbe qui lui correspond avant la
nominalisation comme le montrent les exemples suivants :
(7)
4 Novembre 1995 : assassinat du premier ministre Yitzhak Rabin par un extrémiste
israélien Ygal Amir. (06/06/03)
Cette phrase est en relation avec la phrase passive française:
(7a) 4 Novembre 1995 : le premier ministre Yitzhak Rabin a été assassiné par un extrémiste
israélien Ygal Amir.
qui donne en arabe la phrase de le même forme (passive) « construite pour l’inconnu » (mabnijjatun
lilmažhūl 22) .
(8a) 4 nūfimbr 1995 : ’uġtīla ra’īsu-lwuzarā’i ’isḥāq rābīn calā jadi mutaṭarrifin ’isrā’īlijjin judcā
’īgāl ‘amīr.
Après la nominalisation, la phrase (8-a) donne:
(8)
4 nūfimbr 1995 : ’iġtijālu ra’īsu-lwuzarā’i ’isḥāq rābīn calā jadi mutaṭarrifin ’isrā’īlijjin judcā
’īgāl ‘amīr.
Dans ces exemples, comme dans plusieurs autres, les substantifs déverbaux conservent les
mêmes arguments du verbe conjugué à savoir : le sujet (Yitzhak Rabin) et « le complément
d’agent» (un extrémiste israélien Ygal Amir) pour la phrase en français (7) ; le « complément
d’objet » (mafcūl bihi23) (ra’īsu-lwuzarā’i ’isḥāq rābīn) et le « substitut du sujet » ( nā’ib fācil24)
(mutaṭarrifin ’isrā’īlijjin judcā ’īgāl ‘amīr ) pour l’exemple en arabe (8).
Sur le plan sémantique les arguments gardent les mêmes rôles, mais ils subissent, par contre,
au niveau syntaxique, lors de la nominalisation, des modifications dont l’étude peut constituer
un critère de classification des nominalisations. Dans ce qui suit, nous allons étudier les
modifications que subissent certains arguments (le sujet, complément d’objet direct, le
22
‫ﻣﺒﻨﻴﺔ ﻟﻠﻤﺠﻬﻮل‬
‫ﻣﻔﻌﻮل ﺑﻪ‬
24
‫ﻧﺎﺋﺐ ﻓﺎﻋﻞ‬
23
Les nominalisations déverbales
134
Dhouha DAHECH
complément d’agent et le complément d’objet indirect) lors de la nominalisation tout en
comparant leurs comportement dans les deux langues.
2.2.1 Le sujet
Dans les phrases :
(9)
L'accès des journalistes aux opérations militaires pose problème. (28/03/03)
(10)
inna duẖūla-ṣ-ṣaḥafijjina ila-l-camalijjāti-l-caskarijjati jumaẖẖilu muškilan.
Les syntagmes les journalistes et aṣ-ṣaḥafijjina correspondent aux sujets des verbes conjugués
« accéder » et « daẖala » dans les phrases :
(9a)
Que les journalistes accèdent aux opérations militaires pose problème
(10a) an jadẖula-ṣ-ṣaḥafijjūna ila-l-camalijjāti-l-caskarijjati jumaẖẖilu muškilan.
Qui sont les équivalents respectifs des phrases (9) et (10).
Nous remarquons qu’après la nominalisation, le syntagme qui correspond au sujet du verbe ne
subit, par rapport à la phrase de départ pour la langue arabe qu’un changement de régime : il
passe du nominatif au génitif. Pour le français, par contre, la transformation nominale a
imposé aussi bien un changement de position (de la position pré-verbale à la position postnominale) qu’un changement de structure (d’un syntagme nominal à un syntagme
prépositionnel)
2.2.2 Le complément d’objet direct
Les syntagmes soulignés dans (11) et (12) correspondent respectivement aux compléments
d’objet direct des verbes « perdre » et « faqada » dans (11-a) et (12-a) avant la nominalisation
(11)
Prenant acte de la perte de popularité du mouvement, certains considèrent
aujourd'hui qu'il est urgent de parvenir à une solution négociée. (2021/04/03)
(11a) Prenant acte du fait que le mouvement a perdu sa popularité, certains
considèrent aujourd'hui qu'il est urgent de parvenir à une solution négociée
(12)
c
inda cilmihim bifiqdāni hāḏihi-l-ḥarakati šacbijjatahā,
‘annahu jatawažžabu-t-tajaṣṣlu ilā ḥallin wasain.
(12a)
c
‘ictabara-l-bacḍu
inda cilmihim bi’anna hāḏihi-l-ḥarakati faqadat šacbijjatahā, ‘ictabara-l-bacḍu
‘annahu jatawažžabu-t-tajaṣṣlu ilā ḥallin wasain.
Par rapport à la construction avec le verbe (11-a), le complément d’objet subit pour le
français, suite à la nominalisation (11) un changement unique au niveau de sa
construction. Il y a eu passage d’un syntagme nominal à un syntagme prépositionnel.
Les nominalisations déverbales
135
Dhouha DAHECH
Pour l’arabe, deux cas de figure sont possibles : on peut avoir affaire soit à une
nominalisation qui n’a aucun impact sur le complément d’objet direct du verbe (12) soit
à un changement de la construction du complément, un passage d’un syntagme nominal
à un syntagme prépositionnel. C’est le cas de l’exemple 12-b).
(12b)
c
inda cilmihim bifiqdāni hāḏihi-l-ḥarakati li šacbijjatihā, ‘ictabara-l-bacḍu
‘annahu jatawažžabu-t-tajaṣṣlu ilā ḥallin wasain.
Dans ce cas, on retrouve la même situation qu’on rencontre en français sauf que pour
l’arabe ce changement implique impérativement un changement de régime (passage de
l’accusatif au génitif).
2.2.3
Les compléments de construction indirecte : le complément d’agent et le complément
d’objet indirect
Nous avons décidé de regrouper ces deux arguments sous la même rubrique car ils ont des
comportements identiques dans les deux langues après la nominalisation :
A. LE COMPLÉMENT D’OBJET INDIRECT
(13)
L’aspiration à la beauté (13/06/03)
(14)
at-taallucu ‘ila-l-žamāli
(15)
La réflexion sur les moyens et les fins a toujours été un chapitre essentiel
des arts poétiques. [Titre] (14/03/03)
(16)
inna-t-afkīra fi-l-wasā’ili wa-n- natā’iži maẖẖala dā’iman faṣlan ḍarūrijjan fi
fanni-š-šicri.
A partir des exemples précédents, nous pouvons dire que, pour les deux langues en
question, il n’y a aucun changement au niveau du complément d’objet indirect après la
nominalisation. En effet, ce complément, post posé aussi bien avec le verbe qu’avec le
substantif et de construction indirecte dans les deux cas, garde non seulement la position
et la construction mais aussi la préposition qui l’introduit : nous avons « à » et « sur »
respectivement avec « aspirer/ aspiration » et «réfléchir/réflexion » et « ‘ilā25 » et
« fī26 » respectivement avec «taallaca 27/ taallucun 28 » et « fkkara29/ tafkīrun30 ».
B. LE COMPLÉMENT D’AGENT
(17) … la mort de treize Arabes israéliens lors de la répression par l'armée israélienne de
manifestations de soutien à l'Intifada palestinienne n'en ayant été que le catalyseur.
(07/03/03)
(18) inna mawta ṯalāṯata cašara mina-l-carabi-l-’isrā’īlijjīna cinda qamci masīrātin musānidatin li-l’intifāḍati-l-filisṭīnijjati min ṭarafi-l-žajši-l-’lisrā’īlijji lam jakon siwa-l-cāmila-l-musācida.
25
‫إﻟﻰ‬
‫ﻓﻲ‬
27
‫ﺗﻄﻠـٌﻊ‬
28
‫ﺗﻄﻠـٌﻊ‬
29
‫ﻓﻜـٌﺮ‬
30
‫ﺗﻔﻜﻴــﺮ‬
26
Les nominalisations déverbales
136
Dhouha DAHECH
Le complément d’agent est presque toujours introduit par « par » en français. En arabe, il est
introduit par « min ṭarafi 31» ou bien « min qibali 32» (littéralement « de la part de ») et même
« calā jadi 33» (littéralement « sur la main de »). Cette même préposition est conservée après la
nominalisation.
Ceci dit, la nominalisation n’impose aucun changement pour les arguments de construction
indirecte ni au niveau de la structure ni au niveau de la construction.
Pour récapituler, nous pouvons dire que, le passage de la construction verbale à la
construction nominale implique parfois des modifications variables qui touchent dans certains
cas les arguments. Ces différents changements peuvent servir de base pour classifier les
nominalisations : ainsi peut-on faire des regroupements en distinguant, d’une part, les
arguments qui ne subissent aucun changement et ceux qui en subissent un ou plusieurs par
rapport à la construction verbale. Au sein de ce second groupe, nous pouvons également
distinguer les arguments qui présentent les mêmes modifications dans les deux langues et
ceux qui subissent des modifications différentes. Mais nous remarquons que quelles que
soient les modifications, nous obtenons dans les deux langues un complément post-nominal
appelé pour le français un complément de nom et pour l’arabe un annexé (mudaf ’ilajh34)
(littéralement « ajouté » : pour dire ajouté au nom). Quand à la construction : nous avons
toujours affaire à un complément indirect en français et un complément qui porte la marque
du génitif ou de l’accusatif en arabe.
Nous pouvons dire que ces compléments ont des statuts comparables dans les deux langues en
question.
Conclusion
Les propriétés morphologiques des deux langues en question étant différentes, elles nous
empêchent de trouver un critère commun de classification. Par contre la sémantique et la
syntaxe peuvent fournir des bases de l’étude contrastive. En effet, en nous basant sur le critère
sémantique, nous pouvons faire la différence, pour le français comme pour l’arabe, entre les
déverbaux processifs et les déverbaux statifs (ou résultatifs). Syntaxiquement parlant, nous
pouvons classifier les nominalisations selon les types et les degrés de modifications qu’elles
imposent aux arguments du verbe de départ. Rappelons que nous considérons la
nominalisation non pas une simple transformation morphologique mais une modification
généralisée qui consiste à obtenir, à partir d’une phrase un syntagme nominal. Le statut des
arguments peut donc peut être un point de départ pour l’analyse contrastive des
nominalisations.
Pour finir, nous insistons sur le fait que les perspectives cité ci-dessus (à savoir l’opposition
entre substantif statif/processif), la structure et la position des arguments ne représentent que
des critères possibles de classification entre autres du fait que nous pouvons par exemple
vérifier, à partir d’un corpus plus large et plus varié, non seulement les propriétés des
arguments et les modifications éventuelles mais aussi la possibilité de les élider. Nous
31
‫ﻣﻦ ﻃﺮف‬
‫ﻣﻦ ﻗﺒﻞ‬
33
‫ﻋﻠﻰ ﻳﺪ‬
34
‫ﻣﻀﺎف اﻟﻴﻪ‬
32
Les nominalisations déverbales
137
Dhouha DAHECH
pouvons également étudier la diathèse exprimée par les déverbaux dans les deux langues et
les façons de les exprimer.
L’étude contrastive détaillée des nominalisations en français et en arabe consiste l’objet de
notre thèse de doctorat en cours. N’étant qu’au début de notre recherche, nous étions
contrainte de donner seulement une classification préliminaire qui peut servir de point de
départ pour notre projet.
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ACHOUR, Moncef, 2004 : ḍāhiratu-l-’il’ismi fi-t-tafkīri-n-naḥwwjji35, Publication de la faculté des
lettres, La Manouba, pp 45-186
AMINE, Abdallah, 1956 : al-’ištiqāq36, Le Caire
ASSAEH ADDEHMANI, Zakiya, 1996 : « tasā’ulāt ḥawla qaḍājā ‘aṣli-l’ištiqāq37» in dirāsāt lisānijja,
Tunis, pp 50-70
AZZAJAJI, Aboulcacem, 1982 : al’īḍāḥ fī cilali-n-naḥwi38, Beyrout, pp 41-84
ACHIHEB, Mustapha, 1965: almuṣṭalaḥāti-l-cilmijjati fi-l-luġati-l-carabijjati fi-l-qadīmi walḥadīṯi39,
Damas
BLACHÈRE, Robert, 1975: Grammaire de l’arabe classique, Paris, pp 48-104
CHOUBANA, Samira, 2007 : « L’infinitif arabe : nom déverbalisé ou verbe nominalisé », in Cerlico
n°20 : Les formes non- finies du verbe, Tome 2
CORBIN, Danielle (dir), 1991: La formation des mots : structures et interprétation, Lexique n°10,
Presses Universitaires de Lille
CORBIN, Danielle, 2004: « Programme de recherche (1997-2003) : Le dictionnaire des affixes et le
dictionnaire dérivationnel du français, mise en pratique d’une théorie morphologique » in
Lexique n°16, Presses Universitaires du Septentrion. pp53-66
CORBIN, Danielle, 1988 : « Pour un composant lexical associatif et stratifié », in DRLAV n° 38, pp
63-92
DUBOIS-CHARLIER, Françoise, 1970, Eléments de linguistique anglaise - La phrase complexe et les
nominalisations ; Paris, Larousse
DUBOIS-CHARLIER, Françoise, 1970, Eléments de linguistique anglaise – Syntaxe ; Paris, Larousse
DUBOIS, Jean, 1967, Grammaire structurale du français le verbe ; Paris, Larousse
DUBOIS, Jean, 1969, Grammaire structurale du français – La phrase et ses transformations ; Paris,
Larousse [spécialement pp 53-92]
DUBOIS, Jean & DUBOIS-CHARLIER, Françoise, 1999, La dérivation suffixale en français ; Paris,
Nathan
RUWET, Nicolas, 1967, Introduction à la grammaire générative ; Paris, Librairie Plon
TANTAWI, Mohamed Darraz, 1986 : ḍāhiratu-l-’eštiqāqi fi-l-luġati-l-carabijjati40, Le Caire
35
‫ﻇﺎهﺮة اﻻﺳﻢ ﻓﻲ اﻟﺘﻔﻜﻴﺮ اﻟﻨﺤﻮي‬
‫اﻻﺷﺘﻘﺎق‬
37
‫ﺗﺴﺎؤﻻت ﺣﻮل ﻗﻀﺎﻳﺎ أﺻﻞ اﻻﺷﺘﻘﺎق‬
38
‫اﻹﻳﻀﺎح ﻓﻲ ﻋﻠﻞ اﻟﻨﺤﻮ‬
39
‫اﻟﻤﺼﻄﻠﺤﺎت اﻟﻌﻠﻤﻴﺔ ﻓﻲ اﻟﻠﻐﺔ اﻟﻌﺮﺑﻴﺔ ﻓﻲ اﻟﻘﺪﻳﻢ و اﻟﺤﺪﻳﺚ‬
40
‫ﻇﺎهﺮة اﻻﺷﺘﻘﺎق ﻓﻲ اﻟﻠﻐﺔ اﻟﻌﺮﺑﻴﺔ‬
36
Les nominalisations déverbales
138
Rania SAMET
Rania SAMET
Université des Sciences Humaines et Sociales de Tunis
Unité de Recherches « Langage & Métalangage »
ranya_samete@yahoo.fr
LE VERBE SUPPORT ARABE, SES CONSTRUCTIONS ET
LEUR TRADUCTION EN FRANÇAIS
Résumé
L’objectif de notre travail est de faire une description typologique de la notion de « verbe support » à travers
l’étude de quelques collocations en arabe tunisien et de la comparaison avec leurs équivalents en français. Ce
travail propose une étude syntactico-sémantique des expressions en ‘mal, verbe qui se traduit par faire en
français. Grâce à la traduction de ces collocations ainsi que l’application des manipulations syntaxiques, telles
que (pronominalisation, relativisation, équivalence avec un verbe simple…), nous tenterons d’élaborer une
échelle des différents degrés de coalescence entre le collocatif et la base, notre but étant de vérifier si des
expressions équivalentes ont ou pas le même degré de cohésion dans les deux langues.
Abstract
Our paper aims at delivering a typological description of the notion of « verbe support » (prop verb) by studying
some collocations based on the verb‘mal (do) in Tunisian Arabic and comparing them with their French
correlatives. After translating these collocations into French, we test syntactic operations such as
pronominalization, relativization, substitution for a simple verb, etc. Thus we try to elaborate a scale of
coalescence between the collocative and the collocation base in order to check if equivalent expressions enjoy
the same degree of cohesion in both languages.
1.
Introduction
Le présent article se veut une analyse syntactico-sémantique de quelques « collocations » de
l’arabe tunisien. Il s’agit de déterminer les propriétés des collocations à verbe support ‘mal en
arabe et de s’interroger sur leurs équivalents structuraux en français.
Cette étude constrastive nous permettra donc de situer notre verbe par rapport à son
équivalent dans un autre système linguistique. Pour ce faire, nous allons présenter dans un
Le verbe support arabe
139
Rania SAMET
premier temps le cadre théorique et le choix du verbe ‘mal d’une manière assez brève. Nous
passerons par la suite à la distinction entre les unités polylexicales en arabe à travers
l’application des transformations syntaxiques sur des collocations avec‘mal. Enfin, nous
proposerons quelques propriétés sémantiques et syntaxiques de verbe support en arabe
tunisien.
En ce qui concerne la terminologie, nous nous inspirons des travaux de Grossmann & Tutin
dans Les collocations : analyse et traitement (2002) et de Blumenthal & Hausmann (dir.
2005), Collocations, corpus, dictionnaires. Ces auteurs définissent la « collocation » comme
« une cooccurrence lexicale restreinte composée d’une base, c’est-à-dire un constituant libre,
et d’un collocatif sélectionné en fonction de la base et qui n’est ni définissable ni traduisible.»
(2006:3) Il s’agit donc d’une combinaison limitée de deux éléments linguistiques dont le sens
est compositionnel et qui est en revanche différente aussi bien des expressions figées,
caractérisées par l’opacité sémantique et par le blocage des propriétés transformationnelles,
que des combinaisons libres.
2.
Choix du verbe
Sur le plan pratique, nous avons choisi de travailler sur le collocatif ‘mal en arabe tunisien,
qui est synonyme de faire en français. Cette forme ‘mal renvoie au passé du verbe, conjugué à
la troisième personne du singulier « il ». Sa traduction littérale est donc : il a fait. Ainsi, nous
excluons de notre corpus toute expression formée avec ‘mal et dont le sujet soit est un pronom
impersonnel soit réfère à un objet non animé, non humain comme dans « ja‘mel el ‘ašra
tawa » synonyme de « il doit être dix heures maintenant » et « šaj ja‘mel el ‘r » traduisible
par « c’est scandaleux ».
Le choix de ce verbe s’explique par le fait qu’il appartient à la série des verbes dits
« généraux et polysémiques » (Willems, 2006 : 437) dont les relations sémantiques qu’il
exprime varient selon la structure valencielle dans laquelle il entre d’où la distinction entre
emploi transitif, impersonnel, factitif, auxiliaire modal, etc. Il peut également jouer le rôle
d’un verbe opérateur ou d’un verbe support, Dans le second cas, il donne lieu à des unités
lexicales plus ou moins codées en langues.
3.
Critères de distinction entre les unités polylexicales
Pour distinguer les constructions à verbe support des expressions figées en arabe, nous
partons des critères sémantico-syntaxiques élaborés par la grammaire transformationnelle tout
en tenant compte des différents travaux qui ont été élaborés sur les verbes supports en arabe
tel par exemple l’étude de B. Ouerhani sur Les critères de définition des verbes supports entre
le français et l’arabe (2006).
Nous rappelons brièvement les traits communs aux verbes supports dans ces deux langues:
ƒ
D’abord, il s’agit d’un verbe sémantiquement vide qui n’a pour rôle que d’actualiser le
substantif prédicatif qui le suit. Il perd ainsi sa valeur prédicative au profit de ce nom,
étant donné qu’on ne peut avoir deux prédicats successifs dans une phrase simple.
Le verbe support arabe
140
Rania SAMET
Il convient donc de noter que l’appellation « verbe support » vient du fait qu’il s’agit d’un
élément servant d’appui à un autre élément.
ƒ
De plus, le verbe support peut s’effacer lors de la formation d’un groupe nominal
comportant le prédicat nominal et ses arguments. Or, cette réduction ne peut avoir lieu
qu’après une transformation relative sur la séquence en question. D’où la parenté entre
certains prédicats nominaux et certains verbes simples.
ƒ
Ensuite, la formation des groupes nominaux et l’effacement du verbe sont liés à une
autre transformation qui est celle de la relativisation et qui consiste à promouvoir
l’objet en tête de phrase. Cette manipulation syntaxique est généralement non
applicable aux expressions figées mais possible pour les constructions à verbe support
en français et en arabe tunisien grâce aux pronoms « qui » et « elli ».
Cette propriété nous permet d’évoquer une autre transformation possible avec ce type de
construction, à savoir l’extraction au moyen de « c’est…que » et de « haḍa … elli ».
ƒ
Enfin, les prédicats nominaux se caractérisent par un paradigme de détermination plus
ou moins libre.
Cependant, la distinction entre ces deux langues réside dans l’application de la nominalisation
et de l’insertion d’un adjectif. En effet, si l’insertion d’un adjectif est opérationnelle en
français, en arabe elle ne permet pas de mesurer le degré de coalescence verbe-objet car
l’adjectif est toujours postposé au nom et non antéposé. Quant à la nominalisation, c’est une
transformation morphosyntaxique qui sert à distinguer l’emploi « prédicatif » du verbe de son
emploi en tant que support d’un prédicat nominal, puisque seuls les verbes opérateurs
admettent la nominalisation. En arabe tunisien, le verbe ne peut être nominalisé car la forme
‘amla est un substantif qui peut s’employer avec notre support dans ‘mal ‘amla. Nous
pouvons dire que ce critère de changement de catégorie ne peut être définitoire pour les
verbes supports dans cette langue.
Nous constatons dès lors que les critères de reconnaissance du verbe support en arabe sont : la
non-prédicativité, la vacuité sémantique, l’équivalence avec un verbe simple et l’application
des tests de relativisation grâce au pronom relatif elli synonyme de « qui », d’extraction au
moyen de haḍa … elli, de permutation du déterminant et d’effacement du verbe support.
Il se trouve donc que les constructions à verbes supports sont des expressions attestant un
degré de coalescence syntaxique et sémantique plus faible que celui des locutions verbales et
plus important que celui des expressions compositionnelles. Nous proposons alors de les
désigner par l’expression « collocations à verbes supports » que nous empruntons, d’ailleurs,
à Blanco (2002) dans son article « Les déterminants figés » : Langages, n° 145.
4. Application des critères sur les expressions en arabe
Ainsi, pour distinguer les collocations des constructions idiomatiques et des expressions
libres, nous avons d’abord cherché à appliquer nos tests syntactico-sémantiques sur un
ensemble d’expressions verbales avec ‘mal ; ensuite, nous avons créé des « classes de base ou
des classes d’objet » à partir de leurs équivalences lexicales, c’est-à-dire que nous avons
regroupé les différentes expressions dont les éléments nominaux sont sémantiquement
Le verbe support arabe
141
Rania SAMET
voisins ; et enfin nous avons effectué un classement distributionnel des différents types de
l’objet, qu’il renvoie à un nom abstrait ou à un nom concret, comme l’atteste le tableau 1 :
‘mal ta‘sīla
Faire un petit somme
‘mal tartīḥa
‘mal nūma
Se reposer
Faire un bon sommeil
Des noms de
« mouvement
du corps »
‘mal dūra
Faire un tour
Des noms
relatifs aux
« soins du
corps »
Des noms
« relatifs à la
joie »
‘mal taḥwīsa
‘mal kīf
faire un massage à soimême
se faire masser par qqn
OU faire un massage à qqn
Prendre plaisir à
‘mal žaw
S’amuser/ faire la fête
‘mal taksīla
‘mal massaž
‘mal taḥlīgua
Des noms
d’ «événements»
relatifs à des
organisations
Des noms de
« jeux et de
loisirs »
Des noms de «
relatifs aux
actions de se
laver et de se
détendre »
Des noms
« relatifs aux
petits plaisirs »
Des noms
d’équipement
Des noms
« relatifs à un
événement
brusque »
Des noms
de « jugement
de valeurs »
Faire une promenade
‘mal qa‘da
‘mal
‘mal
‘mal
‘mal
sahria
‘šả
ḥafla
resepsion
Rester avec un groupe
pour passer le temps
S’entretenir avec des
personnes pour passer le
temps
Organiser une soirée
Organiser un dîner
Organiser une fête
Organiser une réception
‘mal partie +
karta/ sinema
Faire une partie de
+cartes/cinéma
‘ma bnu
‘al dūš
Prendre un bain
Prendre une douche
Prendre un bain
‘mal ḥammēm
+
+
+
+
Nature de
l’objet
+
+
+
Abstr
it
Conc
+
Equivalence avec
un verbe simple
+
Pluralisation du
déterminant
Relativisation
Des noms de
« repos du
corps »
Effacement du
verbe
Equivalences en
FRANÇAIS
Constructions
verbales en
ARABE
Regroupements
sémantiques
Tableau 1
-
+
+
-
+
+
+
+
-
-
+
+
-
-
+
+
+
+
+
-
+
-
-
-
-
+
+
+
-
-
+
+
-
-
+
+
+
+
-
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
-
+
+
+
+
+
-
-
-
+
+
+
+
+
-
+
+
+
+
+
-
-
+
-
+
+
‘mal tabḥīra
‘mal kēss
‘mal qahwa
‘mal aperitif
‘mal sīguru
‘mal šīša
‘mal taḥrīša
‘mal
klimatizeur/
šoffa
‘mal aksidan
‘mal ḥdeṭ
Se baigner
Prendre un verre
Prendre un café
Prendre un apéritif
Fumer une cigarette
Fumer un narguilé
Prendre un goûter
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
-
+
+
+
-
Installer un climatiseur /
un chauffage
+
+
+
-
+
Avoir un accident
Avoir un accident
+
+
+
+
+
-
-
+
+
‘mal šute
Faire une chute
+
+
-
-
+
‘mal el īr
Faire le bien
-
+
-
-
+
‘mal eššar
Faire le mal
-
+
-
-
+
Le verbe support arabe
+
+
+
+
+
+
+
142
Relativisation
Pluralisation du
déterminant
Equivalence avec un
verbe simple
Abstrait
+
-
+
Faire (un+E) effort
+
+
-
-
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
-
+
+
+
+
+
-
+
-
-
+
‘mal dr
‘mal šnti
‘mal mramma
‘mal prože
‘mal hažža
Faire du bruit
Faire un tapage
Faire une bagarre
Causer des problèmes
Faire scandale
Faire un grand tapage
Faire un tapage diurne/
nocturne
Construire
Faire un chantier
Faire un chantier
Faire un projet
Faire un pèlerinage
Des noms
relatifs aux
« mauvaises
situations »
Des noms
relatifs à l’acte
de
« construire »
Des noms
« relatifs à un
acte religieux »
Le substantif
« coup » au
singulier, au
duel et au
pluriel
« Le
déverbal » de
faire
Des
« onomatopées»
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
‘mal ‘omra
Aller en pèlerinage
+
+
+
-
+
‘mal ḍarba/
ḍarbet
Faire les choses à moitié
Le sens varie selon le
contexte
-
-
+
-
‘mal ‘amla
(behia/ajiba)
Faire une
(bonne /mauvaise) action
+
+
+
-
‘mal tic-tic
/bloum
Faire tic-tic /bloum …
+
-
-
-
+
+
+
-
+
+
+
+
+
-
+
+
+
-
+
+
+
-
‘mal mažhūdu
‘mal effor
‘mal
‘mal
‘mal
‘mal
‘mal
‘mal
el ḥiss
fawḍa
‘arka
muškla
fḍīḥa
šoūha
‘mal nhr/līla
‘mal ‘amalia
‘mal
‘mal
‘mal
‘mal
̉ afr
bronzaž
tswer
appel
Equivalences en
FRANÇAIS
Faire de son mieux
Se faire opérer
Faire une opération
Faire une bonne affaire
Bronzer
Se faire prendre en photos
Biper
Concret
Effacement du verbe
+
Constructions
verbales en ARABE
+
Regroupements
sémantiques
Des noms
relatifs à l’acte
de « faire une
action »
Nature de
l’objet
Rania SAMET
+
+
+
+
+
+
+
+
+
Le tableau 1 appelle quelques commentaires :
4.1. Les corrélations sémantiques, illustrées par les classes d’objets montrent que le collocatif
‘mal se combine avec des bases définissables et sémantiquement transparentes mais pourtant
restreintes et closes telle par exemple la classe des noms de « mouvement du corps », des
noms « relatifs aux petits plaisirs », des noms « relatifs à un événement brusque ».
4.2. Les spécificités syntaxiques de ces collocations sont élaborées à partir de deux critères :
Le verbe support arabe
143
Rania SAMET
► D’abord, grâce aux manipulations syntaxiques citées plus haut.
► Ensuite, grâce à la comparaison des collocations arabes par rapport à leurs équivalentes en
français. D’ailleurs, la traduction de ces collocations avec ‘mal nous permet d’avancer un
certain nombre de remarques :
4.2.1. Nous constatons que les expressions équivalentes en français sont de quatre types,
soient des verbes simples, soient des collocations à verbe support, soient des locutions
verbales :
A ─ Equivalence avec un verbe simple :
Les expressions avec des noms relatifs « aux constructions », se traduisent par « construire ».
De même, les collocations (‘mal bronzaž, ‘mal žaw, ‘mal tabḥīra ) se traduisent
respectivement par les verbes simples suivants (bronzer, s’amuser, se baigner).
B ─ Avec une collocation dont le verbe support est prendre :
Les expressions avec les noms relatifs « aux actions se laver et de se détendre », « aux petits
plaisirs » comme « ‘mal bnu », « ‘mal kēss », «‘mal aperitif » qui ont un équivalent avec
prendre tel « prendre un bain », « prendre un verre », « prendre un apéritif».
C ─ Avec une collocation dont le verbe support est avoir :
Les collocations «‘mal aksidan », « ‘mal ḥdeṭ », qui expriment un événement brusque, se
traduisent par « faire » ou « avoir » puisqu’on peut dire : « il a eu un accident » et « il a fait
un accident ». Encore faut-il remarquer ici que le verbe faire fonctionne alors comme un
causatif de avoir.
D ─ Avec une collocation dont le verbe support est faire :
Avec les noms relatifs au « repos du corps », « au mouvement du corps », « aux mauvaises
situations », ou « à un événement brusque ou à un événement gai », « aux jugements de
valeurs », « aux actes religieux » et avec les collocations «‘mal ‘afr », « ‘mal mažhūdu », la
collocation arabe se traduit par une construction formée à partir du verbe support faire et d’un
substantif prédicatif, nous citons à titre d’exemple : (faire un petit somme, faire un tour, faire
du bruit, faire des efforts, faire une cérémonie). Et nous pouvons alors de constructions
symétriques dans les deux langues.
E ─ Avec une locution verbale formée à partir de faire :
Il faut cependant signaler que certaines expressions arabes se traduisent par des locutions
verbales dont le verbe faire et le nom qui le suit sont en forte coalescence, il s’agit des suites
«‘mal el īr », «‘mal eššar» qui donnent respectivement lieu à « faire le bien », « faire le
mal ».
En ce qui concerne la construction «‘mal partie + karta/ Sinema » elle est équivalente à la
locution « faire une partie de », la seule différence entre les 2 expressions résideraient dans la
complémentation de cette unité verbale puisqu’elle est transitive directe en arabe et transitive
indirecte en français.
Le verbe support arabe
144
Rania SAMET
Finalement, nous relevons des expressions dont la traduction est assurée par « faire » en tant
que verbe pronominal tel est par exemple le cas de « ‘mal taksīla», « ‘mal massaž », « ‘mal
tswer » qui peuvent avoir ou bien le sens réfléchi avec « se faire masser soi-même » ou le
passif avec « se faire masser par qqn », et « se faire prendre en photos ».
4.2.2 Après avoir distingué les différents types d’équivalences des expressions arabes en
français, nous passons maintenant à la démarcation entre expressions figées, collocations à
verbe support et expressions compositionnelles en arabe tunisien.
•
Les expressions libres sont les suites dont le sens des deux termes est transparent, dont
le verbe est le prédicat et dont la classe d’objet est non restreinte, nous donnons à titre
d’exemple les expressions formées avec les noms relatifs à l’acte de « construire » ou
« d’installer quelque chose » comme « ‘mal dr », «‘mal pisine ».
•
Par ailleurs, nous relevons des suites verbales qui n’acceptent aucune manipulation
syntaxique et dont le sens n’est ni calculable ni compositionnel, il est autonome par
rapport à ceux de ses éléments comme dans « ‘mal ta‘sīla », « ‘mal kēss », «‘mal
ḍarba». Il s’agit de constructions idiomatiques que le locuteur sélectionne en bloc
dans la langue. Elles présentent le degré de coalescence maximal.
•
Nous considérons comme collocation à verbe support toute expression qui accepte
certaines propriétés transformationnelles, dont le verbe est vide de sens et dont le pivot
sémantique est assuré par le nom qui, lui, est souvent lié morphologiquement à un verbe
simple, d’où l’idée d’équivalence entre verbe simple et collocation à verbe support. Et
en observant notre exemplier, nous remarquons que dans la majorité des cas le verbe
‘mal fonctionne comme un verbe support. Ainsi les valeurs sémantiques qu’il exprime
sont en rapport avec le sens du complément « objet » qui présente, lui, le pivot
sémantique de la collocation.
5.
Propriétés sémantiques et syntaxiques du verbe ‘mal :
A la suite de la comparaison des expressions formées avec ‘mal et de leurs équivalents en
français, nous pouvons avancer un certain nombre de conclusions :
i.
D’abord, nous remarquons que les deux verbes donnent lieu à divers types de
constructions allant des expressions compositionnelles jusqu’aux constructions figées.
ii.
De plus, ils changent de sens selon la nature et la structure de leur objet. Ainsi, nous
nous inspirons des travaux de Ponchon qui a établi une distinction entre « valeur
plénière » et « valeurs déviantes » du verbe faire. Ce dernier constate en effet que ces
nuances d’emplois sont en rapport avec la nature du complément qu’il réfère à un nom
animé ou un nom non animé. Quand le verbe faire est équivalent à « fabriquer »,
« réaliser », « procurer » ou tout simplement « agir », il assure sa valeur plénière. Par
contre, sont déviantes, les valeurs où faire, toujours ipsivalent (Ponchon, 1994:11),
perd une infime partie de sa notion concrète de fabrication, pour accepter des nuances
plus ou moins concrètes et il a alors pour équivalent « constituer », « former »,
« créer » (Ibid, P12).
Le verbe support arabe
145
Rania SAMET
En ce qui concerne nos collocations arabes, nous constatons que le verbe ‘mal se
construit dans la plupart des cas avec des noms concrets et non déverbaux, et qu’il garde
sa valeur sémantique première à savoir « effectuer » ou « réaliser une action ». Nous
parlons dans ce cas de la construction prototypique du verbe.
En revanche, les expressions formées avec un substantif déverbal comme « ‘mal taksīla
», « ‘mal dūš », « ‘mal qahwa » et respectivement équivalentes aux verbes simples
« tkasil », « daweš », qahweʒ )véhiculent des valeurs déviantes.
iii.
iv.
6.
Ensuite, nous remarquons que dans la plupart des cas nous avons affaire aux mêmes
types de constructions dans les deux langues : c’est-à-dire que :
ƒ
Les collocations à verbe support «‘mal tartīḥa », «‘mal nūma », « ‘mal dūra »,
« ‘mal taḥwisa », « ‘mal maʒhūdu» » ont comme équivalents des collocations
formées à partir du verbe support faire comme : « faire la sieste », « faire une
promenade », « faire des efforts ».
ƒ
Les expressions figées en arabe telles que «‘mal kēss », «‘mal fišta » sont
synonymes de « prendre un verre » et « faire la fête » qui se caractérisent par un
fort degré de coalescence entre le verbe et son objet.
ƒ
Cependant nous relevons des cas où le français et l’arabe n’ont pas le même type
de constructions pour une expression particulière.
ƒ
Les collocations «‘mal tswer », « ‘mal massaʒ» se traduisent par une
expression compositionnelle dont le verbe faire a un emploi pronominal « se faire
masser » et « se faire prendre en photos ».
ƒ
Certaines collocations se traduisent aussi par des verbes simples.
La dernière remarque porte sur la détermination des substantifs en arabe. Nous
constatons que la majorité des « bases » sont introduites par les articles indéfinis
(un/une) ; et seules les collocations (‘mal el īr ; ‘mal eššar, ‘mal el ḥiss) portent un
article défini. D’une manière générale, défini ou indéfini, ces déterminants ne sont pas
commutables les uns avec les autres, ce qui montre d’ailleurs le fort degré de cohésion
entre le verbe et son objet dans ces constructions. En ce qui concerne le pluriel ou le
duel, seules quelques expressions le permettent comme (‘mal dūra ; ‘mal massaž ;
‘mal aksidan) qui donnent respectivement lieu à (‘mal dūretin ; ‘mal massažēt ;
‘mal aksidonēt). Celles-ci seraient ainsi moins coalescentes que celles qui n’admettent
aucune permutation du déterminant, tel par exemple (‘mal tartīḥa ; ‘mal fawḍ a; ‘mal
ḥammem).
Conclusion
Au terme de cette étude, nous pouvons dire que l’examen de quelques collocations en arabe
tunisien nous a permis d’aborder le problème du figement à travers les langues.
Le verbe support arabe
146
Rania SAMET
En effet, Cette notion « scalaire » du processus de la coalescence est à observer au sein de la
langue même entre plusieurs collocations ou entre les deux langues à travers la comparaison
des expressions sémantiquement équivalentes.
Ainsi avons-nous constaté que le verbe ‘mal et son équivalent faire en français sont des
verbes polysémiques qui entrent dans plusieurs types de constructions et se caractérisent alors
par divers degrés de coalescence avec leur objet, de même nous avons remarqué une symétrie
sémantique et syntaxique entre certaines collocations françaises et arabes ayant le même
degré de cohésion entre le collocatif et la base.
Cette étude nous a enfin permis de mesurer les difficultés qu’on peut rencontrer lors de la
traduction des collocations d’une langue à une autre, nous citons à titre d’exemple deux
obstacles :
ƒ D’abord, la traduction mot à mot d’une langue à une autre ne donne pas toujours lieu à
une formule correcte.
ƒ
De plus, il y a des mots qui ne se traduisent pas ce qui constitue une autre difficulté
pour la traduction comme les termes (ta‘sīla, taḥlīgua šuha).
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
Baccouche T. (1998), « La langue arabe dans le monde arabe », in L’information grammaticale,
numéro spécial « Tunisie », mai 1998, pp 49-51
(2006), « Le concept de figement en linguistique arabe », in Composition syntaxique et
figement lexical, presses universitaires de Caen, pp 219-226
Blanco X, (2002), « Les déterminants figés », Langages 145
Durieux Ch., (2003), « Le traitement du figement lexical en traduction », In Cahiers de linguistique,
n° 82, Paris : H.Champion, pp 193-207
El Khil K. (1998), « Les lexies complexes à base prendre : principes de classement », in
l’information grammaticale, numéro spécial « Tunisie », mai 1998, pp 23-26
Giry-Schneider J. (1986), « Les noms construits avec faire: compléments ou prédicats », In langue
française, n°69, pp 49-63
(1987), Les prédicats nominaux en français. Les phrases simples à verbe support,
Genève-Paris, Droz
Gross G.
(1989), Les constructions converses en français, Genève-Paris : Droz.
(1993), « Trois applications de la notion de verbe support », in L’information
grammaticale, n°59, pp 16-23
(1998), « Degré de figement des noms composés », Langages 90, pp 57-72
(2000), Les expressions figées en français : noms composés et autres locutions. Paris,
Orphys
Hausmann F.& Blumenthal P., (2006), « Collocations, corpus, dictionnaires », in Langue française,
n°150, juin 2006, Larousse, pp 3-13
Hosni. L & Kammoun. B, (2004), « Les concepts linguistiques modernes en arabe : traitement
lexicographique et précision conceptuelle : cas de la terminologie du figement », In S.
Mejri & Ph. Thoiron (dir), La terminologie entre traduction et bilinguisme, Tunisie,
Le verbe support arabe
147
Rania SAMET
Journée scientifique de formation et d’animation régionale, Hammamet le 14 Octobre
2004, pp 60-68
Mel’čuk I., (2003), « La nature des collocations : définition, rôle et utilité », In Grossmann F & Tutin
A, Les collocations : analyse et traitement, Travaux de recherches en linguistique
appliquée, pp.23-44
Ouerhani B.(2004), « La terminologie linguistique entre innovation lexicale et renouvellement des
analyses », In S. Mejri & Ph. Thoiron (dir), La terminologie entre traduction et
bilinguisme, Tunisie, Journée scientifique de formation et d’animation régionale,
Hammamet le 14 Octobre 2004, pp 121-137
(2006), « Les critères de définition des verbes supports entre le français et l’arab »e, in J.
François & S. Mejri (dir.), Composition syntaxique et figement lexical, Presses
Universitaires de Caen, pp 55-72
Ponchon Th., (1994), Sémantique lexicale et sémantique grammaticale : le verbe FAIRE en français
médiéval. Genève & Paris : Droz.
Willems D, (2006), « La complémentation verbale dans le texte : le cas du verbe donner », in
Grammatica, Hommage à Michael Herslund, Bern/Berlin/Bruxelles, Peter Lang, pp 437451
SYSTÈMES DE TRANSCRIPTIONS
Le système de transcription utilisé pour les consonnes et les voyelles arabes est celui de
l’Alphabet Phonétique International (A.P.I). En ce qui concerne les voyelles longues, nous
avons adopté le signe (:). Nous avons également opposé les phonèmes arabes à leurs
correspondants en français comme l’atteste le tableau ci-dessous :
Tableau 2
Phonème
en arabe
‫أ‬
‫ع‬
‫ﻬ‬
‫ح‬
‫ج‬
‫ق‬
‫ش‬
‫ث‬
‫ض‬
‫خ‬
‫ي‬
Le verbe support arabe
Transcription
phonétique
̉
‘
h
ḥ
ʒ
q
š
ṭ
ḍ

j
148
Rania SAMET
Dans le tableau 3, nous avons classé les phonèmes spécifiques à la langue arabe d’après leurs
propriétés phonologiques :
Tableau 3
Occlusives
Sourdes
Fricatives
Sonores
Sourdes
Sonores
Semi-voyelles
j
Bilabiales
Interdentales
ṭ
ḍ
Prépalatales
š
ʒ
q
Postpalatales
Vélaires

Pharyngales
ḥ
̉
Glottales
‘
h
Corpus
123456789101112131415161718-
‘mal ̉ ̉fr̉
‘mal aksidan
‘mal aperitif
‘mal appel
‘mal bnu
‘mal bronzaž
‘mal šnti
‘mal šīša
‘mal šuha
‘mal šute
‘mal dr
‘mal dūra
‘mal duš
‘mal eššar
‘mal effor
‘mal el ḥiss
‘mal el īr
‘mal fawḍa
Le verbe support arabe
192021222324252627282930313233-
‘mal fḍīḥa
‘mal ḥdeṭ
‘mal ḥafla
‘mal ḥažža
‘mal ḥammem
‘mal žaw
‘mal kēss
‘mal klimatizeur
‘mal massaž
‘mal mažhūdu
‘mal muʃkla
‘mal mramma
‘mal nhr/li:la
‘mal nūma
‘mal partie + (karta/
sinema)
34- ‘mal prože
35- ‘mal qa‘da
363738394041424344454647484950515253-
‘mal qahwa
‘mal resepsion
‘mal sahria
‘mal sīguru
‘mal tabḥīra
‘mal tadlīka
‘mal taḥīgua
‘mal taḥwissa
‘mal taksīla
‘mal tartīḥa
‘mal tic-tic /bloum
‘mal tswer
‘mal ‘amalia
‘mal ‘amla (behia/ajiba)
‘mal ‘arka
‘mal ‘chả
‘mal ‘omra
‘mal ḍarba
149
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising