hypertexte : la troisième dimension du langage

hypertexte : la troisième dimension du langage
HYPERTEXTE : LA TROISIÈME
DIMENSION DU LANGAGE
Michel BERNARD
1. les dimensions du langage
S
OIT l’analogie
suivante :
Discours
Figure géométrique Dimensions
cri, borborygme
point
0
discours oral
droite
1
surface
2
volume
3
discours écrit, texte
hypertexte
Que dire de ce tableau ? Le classement ainsi obtenu dans la colonne de
gauche est bien sûr chronologique, même si l’on ne peut dater convenablement, dans l’histoire de l’humanité, les deux premiers items. Les deux
colonnes de droite ne font que reprendre des définitions géométriques.
Pour ce qui est des rapports entre les colonnes Discours et Figure, dont
il sera question ici, disons d’abord que l’analogie se comprend, comme il
est de règle, de manière proportionnelle : « le discours oral est au discours
écrit ce que la droite est à la surface », « l’hypertexte a le même rapport au
volume que le texte à la surface », etc... Ce que je projette ici, c’est de
montrer à l’aide de cette analogie que l’hypertexte inaugure une ère
nouvelle du discours. Ou, géométriquement parlant, un changement de
dimension, dont seul le passage de l’oral à l’écrit, il y a cinq millénaires,
peut nous donner une idée.
Reprenons, d’abord, les étapes résumées dans la colonne de gauche :
1. L’homme, comme les autres animaux, produit des sons expressifs,
qui lui servent éventuellement à communiquer. Ce degré zéro du discours
ne s’inscrit pas dans la durée. Il n’est même pas, à proprement parler, de
6
TEXTE
l’ordre de la conscience (et donc du social, de l’humain). Si je crie « Aïe »1
en me piquant le doigt, c’est qu’un instinct me pousse, bien malgré moi,
à avertir mes semblables de la présence d’un danger, pour qu’ils me
secourent ou s’enfuient. Mais ces suites possibles de mon appel, cri
d’orfraie ou rugissement, je ne les envisage aucunement. Je n’ai pas, en
poussant ce cri, de projet, ni même de représentation. C’est d’un langage
inarticulé qu’il s’agit, au sens où, inversement, les linguistes parlent
« d’articulation du langage ». Ce qui revient à dire, aussi bien, qu’il ne
s’agit d’un langage qu’au sens impropre de « langage des animaux ».
L’analogie avec le point géométrique tient à ceci que le cri n’a pas de
dimension, pas d’avant ou d’après. Il n’entre dans aucun syntagme.
2. Le discours oral, dont on ne peut que supputer qu’il est né du cri
primitif, est, lui, doté d’une dimension. Le fil du discours suppose un
début et une fin, un ordre syntaxique dans le détail et un ordre logique
dans l’ensemble. Les bandes magnétiques sur lesquelles nous enregistrons
aujourd’hui les paroles, ou les phylactères qui, sur les peintures médiévales,
portent les paroles prononcées par les personnages sont de bonnes images
de cette linéarité de l’oral. MacLuhan2 a trop bien montré que cette
caractéristique de l’oral a été associée à une vision du monde pour que l’on
ait besoin d’y revenir. La mémoire, à ce stade, n’est pas seulement un
moyen de stockage de l’information mais aussi l’organe intellectuel qui
permet les seules opérations possibles sur ce type d’information : recherche, répétition, montage3. À ce stade, le langage n’est doté que d’une seule
dimension, à l’instar de la droite en géométrie.
3. Le passage à l’écriture, s’il favorise le stockage, a fait également
accéder l’humanité à une perception tabulaire (ou paradigmatique) du
discours. L’avant/après s’enrichit d’un plus haut/plus bas qui faisait défaut
à l’oral. Les pratiques poétiques de la rime ou de l’acrostiche sont peut-être
les exemples les plus clairs et les plus anciens de cette inscription du
discours dans la surface de la page. L’audition cède le pas à la vue, qui
1
2
3
Ou, plutôt, quelque chose que cette graphie ne rend qu’imparfaitement puisque,
nous allons le voir, elle ne fait pas partie de la même dimension.
Marshal MACLUHAN, La Galaxie Gutenberg, trad. fr. (Montréal, Hurtubise, 1967).
Il est curieux de constater que Turing, l’un des premiers théoriciens de l’informatique, n’a d’abord imaginé l’ordinateur que sous cette forme linéaire. La « machine
de Turing », modèle de nos ordinateurs, est une tête de lecture dotée d’une mémoire
se déplaçant sur une bande.
HYPERTEXTE
7
devient sens dominant. Dès lors, les éléments du langage se trouvent
inscrits dans un repère cartésien, sur un plan à deux dimensions4.
4. La quatrième étape, celle de l’hypertexte, demande un développement plus long et, avant tout, une définition. Qu’appelle-t-on hypertexte ? Sans vouloir rappeler ici tout l’historique de ce terme et ce qu’il
recouvre5, disons qu’il s’agit d’une organisation textuelle permise par
l’informatique et qui permet un accès rapide à l’information grâce à des
« boutons » que l’on actionne sur le texte. Imaginez que vous puissiez
poser votre doigt sur un des mots de la phrase que vous êtes en train de
lire et que s’ouvre alors, automatiquement, une autre page qui vous
proposerait, selon les cas, une image, un autre texte. C’est, à l’échelle
électronique, ce que nous faisons en feuilletant une encyclopédie, en
visitant un musée un guide à la main, en vérifiant dans un dictionnaire les
mots inconnus d’un texte étranger, en collationnant plusieurs documents,
etc... On voit comment s’impose l’image d’une troisième dimension du
texte6 : derrière la page à deux dimensions reproduite sur l’écran s’ouvre
la perspective d’un empilement infini d’autres pages, d’une profondeur
informationnelle dont seules des manipulations éprouvantes et lentes
pouvaient nous donner une idée.
Les réalisations les plus indiscutables dans le domaine de l’hypertexte,
à l’heure actuelle, sont précisément encyclopédiques et dictionnairiques.
Voici, pour ceux qui n’auraient jamais approché ce type de produit,
comment pourrait se dérouler la consultation d’un hypertexte documentaire typique : voulant me renseigner sur Renan, je tape son nom et
j’obtiens, à l’écran, une notice biographique classique. Y lisant le nom de
Tréguier, que je ne connais pas, je clique avec ma souris sur ce nom et
s’affiche alors l’article correspondant, ou même une carte de Bretagne qui
me montre la situation de cette ville. Je peux bien évidemment, à tout
moment, imprimer ou enregistrer les informations obtenues, ainsi que
revenir à une page déjà lue7. D’autres produits, plus ambitieux, sont dits
4
5
6
On lira une belle évocation de « l’espace de la page » dans l’article de Louis Hay,
« L’Écrit et l’imprimé », in De La Lettre au livre : sémiotique des manuscrits littéraires
(Paris, Éditions du C.N.R.S., 1989), pp. 18-9.
Le plus expédient pour moi sera de référer tout lecteur intéressé par la question au
précieux et précis volume de la collection Que sais-je ?: Roger LAUFER et Domenico
SCAVETTA , Texte, hypertexte, hypermédia (Paris, PUF, 1992).
Alain Lambert (article cité en bibliographie, p.62) parle à ce propos de « quatrième
dimension du texte », sans expliquer sa métaphore et, surtout, sans dire où il voyait
8
TEXTE
multi-médias, en ce sens qu’ils marient le texte, l’image et la musique, et
permettent, par exemple, d’écouter le chant des oiseaux sur le nom
desquels on a cliqué ou de suivre à la fois le livret et la partition de La
Flûte enchantée...
Ce dispositif électronique, dans lequel on pourrait ne voir qu’un des
multiples perfectionnement apportés par l’informatique, me paraît porter
en germe les principes d’une nouvelle ère du langage. Il nous faudra, pour
mieux le comprendre, le comparer avec le passage de l’oral à l’écrit.
2. de l’oral à l’écrit
Il n’est pas d’invention. Ce concept, inventé à la Renaissance et exalté par
les Romantiques, n’a aucune valeur historique. Chaque avancée technologique ou scientifique, à y regarder de près, est un faisceau d’efforts
collectifs, de changements progressifs de mentalités et de conditions
sociales. Il n’y a rien qui ressemble de près ou de loin à une invention de
l’écriture. Ce n’est que pour les commodités de l’étude que l’on pratique
des coupes chronologiques qui nous permettent de dire, par exemple, que
l’on ne trouve aucun document écrit datant du cinquième millénaire avant
J.-C. et que l’on en trouve au deuxième millénaire. Que s’est-il passé dans
cette tranche d’Histoire ? L’humanité (ou du moins certains de ses représentants) ont franchi l’étape suggérée plus haut, qui les fait passer d’un
langage unidimensionnel à un langage bidimensionnel.
Peu importent ici les dates exactes, les lieux précis : un très lent
processus, incontestable, a amené une nouvelle représentation du langage.
Remarquons d’abord qu’il n’y a aucun moment remarquable dans cette
évolution, sauf à le marquer artificiellement. L’apparition de l’écriture est
indissociable d’une nouvelle vision du monde, caractérisée par exemple
par la création de grands empires, la sédentarisation, le stockage des
produits agricoles, la poterie, etc... Ces facteurs, d’ailleurs liés entre eux,
tracent un arrière-plan qui rend à la fois compréhensible, techniquement
possible et socialement souhaitable l’innovation de l’écriture.
La deuxième remarque porte sur l’aspect de ce nouveau support. La
bidimensionnalité n’a pas été acquise tout de suite8. Chaque forme
7
L’exemple décrit ici se réfère au dictionnaire Zyzomys (Paris, Éditions Hachette-
HYPERTEXTE
9
commence par imiter la précédente. De ce fait, l’unité de base de l’écriture
est la ligne, qu’elle soit horizontale ou verticale. La superposition des
lignes n’est pas allée sans problème. Comment enrouler dans l’espace ce
qui, à l’oral, est déroulé dans le temps ? On retrouve dans les plus vieilles
inscriptions grecques un type d’écriture appelé boustrophédon : la première
ligne est écrite de gauche à droite, celle qui suit de droite à gauche, et ainsi
de suite, sur le modèle des sillons tracés par la charrue. La convention qui
est devenue la nôtre, qui oblige le regard à sauter d’une fin de ligne au
début d’une autre, est plus difficile à concevoir. Elle suppose une rupture
dans le cours de la lecture, exige une mémorisation et une pause.
De même, les supports sont eux aussi linéaires, rappelant la structure
de l’oral. On a beaucoup insisté sur la révolution gutenbergienne mais on
aurait pu étudier davantage le fantastique changement qu’a représenté
dans la culture antique le passage du volumen au codex, du rouleau au
cahier9. Le rouleau est encore une métaphore du discours oral. On le
déroule dans un sens ou dans l’autre, dans un parcours séquentiel qui ne
favorise guère la recherche rapide d’une information. Les bandelettes
égyptiennes qui permettent d’envelopper la momie de formules magiques
sont un autre exemple de cette analogie.
Cette linéarité des supports génère un type d’utilisation particulier de
l’écrit : n’oublions pas que les lecteurs, jusqu’au Moyen Âge, n’ont su
déchiffrer le texte qu’à haute voix10. Tant que l’équivalence déchiffrement-phonation fut la règle, les possibilités bi-dimensionnelles de l’écrit
ont été peu exploitées. L’œil, au service de la voix, ne peut s’affranchir de
l’axe horizontal11 et ne peut que suivre — le doigt y participe éventuelle-
8
9
10
On lira à ce propos les remarques du préhistorien Leroi-Gourhan dans Le Geste et
la parole : technique et langage (Paris, Albin Michel, 1964) : « La conquête de l’écriture
a été précisément de faire entrer, par l’usage du dispositif linéaire, l’expression graphique
dans la subordination complète à l ’expression phonétique. » (pp. 271-2). Cette « linéarisation des symboles » a artificiellement introduit la distinction actuelle entre arts
graphiques et écriture.
On trouvera des indications sur cette transition dans A.-G.HAMMAN (A.- G.),
L’Épopée du livre : du scribe à l’imprimerie (Paris, Librairie académique Perrin, 1985),
Guy ACHARD, La Communication à Rome (Paris, Les Belles Lettres, 1991), et Roger
CHARTIER, « Du livre au lire », in Pratiques de lecture (Paris-Marseille, Rivages,
1985).
Saint-Augustin (IVe-Ve siècle) rapporte son étonnement et son admiration à l’égard
de saint Ambroise qui lit sans bouger les lèvres. Cette performance ne deviendra
une pratique courante qu’à l’époque de l’imprimerie et de la grande diffusion de
l’écrit.
10
TEXTE
ment — le texte ligne à ligne. Une forme comme le tableau à double
entrée n’aurait pas été compréhensible à un lecteur antique ou médiéval.
Pensons que Barrême, inventeur de tables de calcul, est un mathématicien
du XVIIe siècle...
La lecture paradigmatique est donc une lente acquisition de l’humanité. Là non plus, le passage d’une dimension à l’autre ne s’est pas fait en
un jour. L’agilité intellectuelle et oculaire du lecteur ne s’est affirmée que
très progressivement, ainsi que les dispositifs graphiques qui la présupposent ou la stimulent. La présentation des manuscrits a longtemps rendu
impossible toute perception globale de la page : pas de ponctuation, texte
compact, sans titres ni sous-titres, mots séparés par des points, ligatures,
abréviations. C’est un texte écrit avec peine, par des spécialistes, sur un
support cher et de mauvaise qualité. Seule la lecture à haute voix peut lui
donner un sens. L’arrivée du papier, à la fin du Moyen Âge, et l’avènement
de la typographie, permirent de baliser le texte pour une lecture plus
globale de la page : alinéas, ponctuation, justification, titres et sous-titres,
manchettes, rubriques, enrichissement (romain/italique, maigre/gras, minuscules/CAPITALES ...).
3. du texte à l’hypertexte
Les considérations précédentes peuvent, mutatis mutandis, nous laisser
présager ce que pourrait être le passage à une troisième dimension du
langage. N’attendons pas, surtout, de changement massif et brutal de nos
pratiques culturelles. Même si la courbe du progrès et les facultés d’adaptation humaines semblent s’être emballées, il faudra sans doute encore
bien des générations d’apprentissage et bien des progrès techniques pour
que l’on ait une idée claire de ce que peut apporter une lecture tridimensionnelle. L’hypertexte d’aujourd’hui est encore bien trop semblable au
papier imprimé pour donner une image réaliste de ce qu’il pourrait être.
Ou à peu près autant qu’une tablette d’argile sumérienne pouvait annoncer
l’Encyclopaedia Universalis... Soyons donc modestes dans nos essais de
prospectives.
Les hypertextes actuels sont le plus souvent adaptés de documents
conçus pour être imprimés. Les grandes maisons d’édition, les plus
11
Ou vertical en Chine.
HYPERTEXTE
11
soucieuses de modernité, peuvent ainsi proposer deux versions de leurs
dictionnaires et encyclopédies. C’est que ces deux types d’ouvrages sont
déjà, dans la galaxie Gutenberg, les préfigurations des documents hypertextuels. De même que l’écrit n’a longtemps été qu’une prothèse de l’oral,
l’hypertexte ne peut être pensé et lu en ses balbutiements que comme un
livre perfectionné. Il n’y a pas plus de coupure technologique que de
coupure épistémologique. Nos livres expérimentent déjà, depuis quelques
siècles, les outils d’une lecture tridimensionnelle. Le feuilletage d’un
dictionnaire encyclopédique, nous l’avons vu, en est une approche archaïque.
D’autres dispositifs sont à considérer dans ce sens : les index, les tables
des matières, les renvois, la pagination, les bibliographies. La lecture d’un
quotidien est sans doute aujourd’hui la meilleure approche possible d’une
navigation dans l’information, avec son système complexe de renvois, de
tables, de titres, de sous-titres, de rubriques, de références aux numéros
précédents. Chacun sait qu’on ne lit pas le journal comme on lit un roman,
du début à la fin. On envisagera aussi des pratiques textuelles érudites
comme celle des concordances. L’étude de la Bible a suscité, dès le XIIIe
siècle, le besoin de comparer tous les contextes d’un même mot. Malgré
l’écrasante difficulté de cette tâche, le succès des concordances chez les
théologiens puis chez les critiques littéraires a suscité un grand nombre
de tentatives de ce genre. L’informatique, dans les dernières années, a
simplement accéléré le travail, sans inventer de nouvelles utilisations. La
mise en regard de plusieurs textes, fondement de toute réflexion critique,
n’a pu longtemps s’opérer que dans la mémoire, nécessairement limitée et
moyennement fiable, de quelques spécialistes. Ceux-ci ont développé, peu
à peu, des techniques de repérage (les spécialistes de l’hypertexte parlent
de navigation ou de butinage) que l’informatique a simplement systématisées.
Il est important de comprendre que ce nouvel univers textuel ne sort
pas du néant — ou des microprocesseurs, ce qui reviendrait au même.
Depuis le codex, la superposition des pages contient, en germe, la conception d’une transversalité de la lecture. C’est de la même époque que datent
les grandes bibliothèques antiques (remarquons que le codex, parallélépipédique, est aussi plus facile à empiler) et, donc, la possibilité de lectures
croisées. C’est dire que les ères du langage que je découpe ici ne sont
nullement aboutées mais qu’elles se chevauchent largement, comme il est
de règle dans l’histoire de toutes les techniques. De même, l’oral existe
toujours dans notre culture, même s’il n’en est plus la dimension domi-
12
TEXTE
nante et s’il est désormais pensé à travers le modèle bidimensionnel (que
l’on songe, par exemple, aux grilles des programmes de la radio...).
4. hypertexte et littérature
J’ai parlé jusqu’à maintenant du langage et du texte dans tous leurs usages.
Qu’en est-il, spécifiquement, de la littérature, de l’usage esthétique des
outils langagiers ? Peu nous importe ici le caractère très relatif et relativement récent de ce concept. Sans remonter aux origines, constatons simplement que le texte littéraire a suivi le mouvement général. Ainsi, la
poésie et ses rythmes linéaires originels (récurrences) ont donné lieu
d’abord à de simples transcriptions puis à des jeux graphiques (évoquons,
en vrac, les rimes orthographiques, les calligrammes, Un Coup de dés
jamais..., ).
Le texte narratif a suivi un parcours du même type. Il mime d’abord
le récit épique, linéaire, qu’il transcrit. Le roman contemporain, dans sa
soi-disant déstructuration, nous montre un autre aspect de cette lente
marche vers un langage tridimensionnel dont nous avons déjà noté
quelques prodromes. Qu’il s’agisse d’un jeu sur les déroulements multiples
(depuis Jacques le Fataliste jusqu’au Château des destins croisés) ou de
ruptures systématiques dans la temporalité ou la logique, de retours en
arrière, de digressions ou d’intertextualité, le romancier cherche évidemment à s’affranchir de la séquentialité. Il semble même que la prose
narrative ait eu plus de peine que la poésie à se découvrir une deuxième
dimension. Sa typographie ne permet guère la lecture tabulaire, de haut
en bas, et sa structure, très codée, rend difficile toute lecture qui ne
mènerait pas d’un début à une fin. Si l’on exclut des tentatives très récentes
de récits arborescents à déroulement multiples12, la seule possibilité pour
un romancier d’ouvrir une deuxième dimension dans son texte est thématique, donc intertextuelle.
12
Voir par exemple les livres de Ian Livingstone, édités par Folio Junior (collection
« Des Livres dont vous êtes le héros »), épigones héroïco-fantastiques de l’inénarrable histoire de petits pois contée par Queneau.
HYPERTEXTE
13
5. un roman hypertextuel
Que serait donc un roman hypertextuel ? C’est pour tenter de répondre à
cette question que je me propose d’étudier ici ce qui constitue, à ma
connaissance, le premier essai dans ce domaine13 : Fragments d’une histoire
de J.M. Lafaille14.
Ce texte se présente comme un programme informatique qui affiche
sur l’écran d’un ordinateur des pages de texte dont certains mots ont les
caractéristiques d’un bouton hypertextuel, ce qui permet, quand l’utilisateur les actionne au moyen d’une souris15 ou du clavier, de renvoyer à
d’autres pages, qui s’affichent à leur tour, et ce ad libitum. Voici par
exemple la première page du texte, celle par laquelle commence nécessairement toute lecture16 :
13
14
15
16
On trouvera dans l’article d’Orlando Carreño cité en bibliographie un recensement
de tentatives similaires. Il s’agit le plus souvent de « romans télématiques », qui ont
davantage expérimenté dans le domaine de l’écriture collective que dans celui de la
lecture.
La disquette contenant l’hypertexte (format PC IBM®, sous WINDOWS 3.1®)
peut être envoyée à tous les lecteurs qui en feront la demande.
En cliquant, c’est-à-dire en amenant le curseur, sur l’écran, à l’emplacement désiré,
puis en appuyant sur un bouton de la souris.
Les doctes reconnaîtront l’écran d’aide des logiciels sous Windows®. C’est en effet
le programme WINHELP qui est utilisé pour afficher l’hypertexte.
14
TEXTE
Certains des mots de ce texte (« Elle », « lui », « une photo de
Doisneau » ...) sont des boutons et sont attachés à d’autres pages, auxquelles
ils permettent d’accéder.
La lecture de ce texte suscite un certain nombre de surprises :
1. La lecture n’est pas séquentielle. Le texte complet, qui est constitué de
plusieurs centaines de pages/écrans, ne peut être lu intégralement, et
surtout pas dans un ordre unique, qui n’existe pas. Le nombre de parcours
possibles dans le réseau des pages est si grand qu’on le considérera comme
infini. S’il y a bien une première page, la même pour tous, elle est suivie
de la deuxième page que l’on voudra bien choisir, jusqu’à une dernière
page qui sera celle où le lecteur décidera d’arrêter son parcours.
2. Il y a autant de lectures que de lecteurs. Cette constatation, banale pour
les livres, prend une nouvelle ampleur dans le cas d’un hypertexte. Chaque
lecteur, par ses choix (les expressions sur lesquelles il clique) construit un
enchaînement qui non seulement n’avait peut-être jamais été suivi par un
autre lecteur mais qui, de plus, n’avait certainement pas pu être prévu par
l’auteur.
3. On peut revenir en arrière. Un bouton appelé Précédent permet de revenir
à la dernière page consultée, un autre, Historique, affiche la liste de toutes
les pages ouvertes depuis le début, auxquelles on peut accéder à nouveau.
Le bouton Index, quant à lui, permet de revenir à la page de titre. Il est
donc toujours possible, au cas où un parcours finirait dans une impasse
(une page sans boutons, une lecture décevante), de refaire le chemin en
sens inverse. La fonction Signet, pour sa part, permet de marquer certaines
pages et d’y revenir à volonté.
4. Un index permet une lecture thématique. Le bouton Rechercher donne
accès à une liste de mots-clés qui, à leur tour, aiguillent le lecteur vers les
pages du texte correspondantes. Voici un exemple :
HYPERTEXTE
15
Le mot-clé « céder » permet d’atteindre deux pages, intitulées « De
deux choses l’une » et « Elle ne céderait pas ». Il s’agit donc d’un autre type
de navigation, fondée sur les mots d’une liste et non sur les mots d’une
page particulière. Cependant, ce cheminement ne permet pas non plus la
lecture intégrale.
5. On peut prendre des notes. Une fonction d’annotation affiche une fenêtre
dans laquelle l’utilisateur peut écrire ses propres observations. De même,
il est possible de copier une page, ou un extrait, pour l’imprimer par la
suite. Les annotations sont conservées par l’ordinateur et restent attachées
à l’hypertexte. Elles sont matérialisées sur l’écran par un trombone vert,
qui devient un bouton sur lequel on peut cliquer pour lire les notes. De
cette manière, l’hypertexte peut, en circulant, s’enrichir des remarques,
des ajouts, des réactions de tous ses lecteurs.
6. Le texte est illustré. Certains boutons permettent d’afficher des images.
Le système n’est donc pas seulement hypertextuel mais aussi hypermédia.
On pourrait même imaginer qu’il permette d’afficher des images animées,
ou de reproduire des sons. Les seules limites sont celles des capacités des
unités de stockage et de l’ordinateur utilisé.
Ces dispositifs techniques conditionnent évidemment une lecture
totalement différente de celle à laquelle nous avait habitués le livre sur
papier (le pléonasme n’est peut-être que provisoire). Dans l’immédiat, la
nouveauté engendre surtout des frustrations. Il faut bien avouer, tout
d’abord, que la lecture sur écran est rapidement lassante. La position de
la tête, la manipulation de la souris, l’éclairage de l’écran sont des contraintes. Il faut à cet égard se persuader que le perfectionnement des
techniques et l’adaptation de nos habitudes à ce nouvel environnement
aboutiront tôt ou tard à une meilleure adéquation entre l’hypertexte et son
lecteur. C’est déjà ce qui s’est passé pour l’imprimé. Dans un avenir
proche, les ordinateurs portables extra-plats nous permettront de poser
sur nos genoux un substitut assez proche de nos séculaires codex.
Mais ce qui trouble le plus le lecteur d’un hypertexte, c’est moins
l’environnement informatique (supposons un instant, pour les besoins de
la démonstration, qu’il soit si perfectionné que l’on ne puisse pas le
distinguer d’un livre dont les pages pourraient s’ouvrir d’elles-mêmes
quand on souligne un mot) que la découverte d’une nouvelle organisation
textuelle. Là où la consultation d’une encyclopédie ou d’un mode d’emploi
informatisé trouve un utilisateur tolérant, voire favorable, parce que l’outil
papier mimé par l’ordinateur ne suscite d’habitude que des lectures
documentaires, le texte littéraire, lui, éveille aussitôt la méfiance. La
16
TEXTE
plupart de nos catégories littéraires, celles à travers lesquelles nous percevons un texte comme littéraire, se trouvent bouleversées.
La consommation intégrale, tout d’abord, nous est refusée. Le « Je
veux lire en trois jours l’Iliade d’Homère » de Ronsard, sur lequel reposent
nos valeurs de compétence et de culture littéraires, se trouve caduc.
Personne ne peut dire « J’ai lu Fragments d’une histoire ». Cette impossibilité, en particulier, rend périlleux le discours critique, qui suppose
toujours l’exhaustivité. Chaque lecteur est face à ses propres choix, à sa
propre construction du sens. On a bien sûr pu dire la même chose des
lectures de livres mais le texte lui-même, la chaîne de caractères parcourue
par le lecteur, ne variait pas17. Il n’est pas impossible qu’un pan entier de
l’hypertexte reste, tel un hypogée pharaonien, inviolé pendant longtemps
avant qu’un lecteur s’y introduise, par hasard. Mais il est vrai que de telles
découvertes sont possibles dans l’univers du papier.
Nos repères chronologiques et logiques sont eux aussi mis à mal. En
réalité, il n’y a pas d’histoire, comme le suggère le titre. J.M. Lafaille fait
parfois référence à cette particularité : « Le jeu est si désespérant pour qui
aime les débuts et les fins ! Et s’il n’y en avait pas ? Et si toute fin était le début
d’une autre histoire ? »18. Les personnages peuvent se quitter pour se
rencontrer ensuite. Du reste, rien ne dit non plus qu’il s’agisse toujours
des mêmes personnages, comme dans bien des romans modernes. Il s’agit
plutôt d’un enchaînement de situations, de tableaux à thèmes voisins.
C’est le lecteur qui produit du sens, qui reconstitue une histoire que
l’auteur a laissé dériver en tous sens. Je prendrai un exemple. Je suis arrivé
au cours de ma lecture à une page m’annonçant la mort, dans un hôpital,
du personnage désigné par le pronom masculin (on me pardonnera ces
inévitables périphrases...) : « Au regard du médecin, elle comprit qu’il était
passé de l’autre côté du miroir. Elle sortit sans rien dire, sans aller le voir. »19.
Mais je n’ai pu savoir comment on en était arrivé là (réflexe de lecteur de
romans) et, par la suite, j’ai pu lire des pages qui mettaient à nouveau en
scène un lui et un elle. À moi de supposer un retour en arrière, un
17
18
19
Sauf dans certains cas, qu’il serait intéressant d’analyser ici comme précurseurs d’une
perpective hypertextuelle, où des fragments (Pensées de Pascal), des œuvres inachevées (Lucien Leuwen), des correspondances ont donné lieu à des éditions diverses et
à des réactions scandalisées qui montrent bien ce que cette démarche non linéaire
peut avoir de choquant pour nous.
Quelle référence pourrais-je donner ? Disons qu’il s’agit d’une page intitulée « Que
deviennent les histoires d’amour ? ». Nostalgie universitaire des textes paginés !
« La salle d’attente ».
HYPERTEXTE
17
changement de partenaire, une mort rêvée, une histoire parallèle, toutes
configurations traditionnelles du récit qui, somme toute, n’existent que
dans mon esprit.
La notion même d’auteur, un des piliers de notre mode de réception
du texte littéraire, n’a plus cours ici. Il est impossible d’une part de savoir
si tous les textes sont de la même main. Le nom de J.M. Lafaille pourrait
bien n’être qu’un pseudonyme. L’hypertexte est particulièrement apte à la
polyphonie. On trouve d’ailleurs dans Fragments d’une histoire des extraits
de Proust, de Pascal, de Nietzsche. L’auteur d’un hypertexte est-il le
rédacteur des textes ou le navigateur qui a installé des relations entre ces
textes ? D’autre part, l’invitation faite au lecteur d’insérer ses propres
annotations indique une voie nouvelle : l’œuvre collective, réseau sans fin
de lectures/écritures croisées. Quoi qu’il en soit, il est impossible de
reconnaître la marque de l’auteur traditionnel, démiurge et créateur, dans
une narration dont personne n’a fixé le déroulement.
Le fond du problème, c’est qu’il est impossible de « raconter des
histoires » sur un tel support. L’ensemble de Fragments d’une histoire n’est
d’ailleurs qu’une longue méditation sur l’impossibilité de vivre (et donc de
se raconter) une histoire. Rappelons-nous le principe de MacLuhan : « Le
message c’est le médium »20. Nous ne pourrons pas porter nos schémas
narratifs sur le support hypertextuel. Ils y feraient aussi triste figure que
les laborieuses transcriptions du folklore oral. Ils ont été faits pour le
papier et ils devront y rester. A l’opposé, il est évident, à lire la production
romanesque contemporaine, que le livre s’essouffle de plus en plus à
vouloir exprimer les visions pluridimensionnelles de la pensée moderne.
De plus en plus d’auteurs se plaignent des limitations de ce support
séquentiel dont le prestige ne compense plus les limites. Les narrations se
font elliptiques, les points de vue cinématographiques, les progressions
achroniques. Daniel Pennac, dans Comme un roman, exprime à sa façon
ce profond malaise devant l’écrit, dont la forme bénigne, mais hautement
symptomatique, est la désaffection des plus jeunes à l’égard de la lecture.
Il édicte ainsi « les droits imprescriptibles du lecteur » :
1. Le droit de ne pas lire.
2. Le droit de sauter des pages.
3. Le droit de ne pas finir un livre.
4. Le droit de relire.
5. Le droit de lire n’importe quoi.
20
Voir, par exemple, D’Œil à oreille, trad. fr. (Paris, Denoël-Gauthier, 1977), p. 51.
18
TEXTE
6. Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible).
7. Le droit de lire n’importe où.
8. Le droit de grappiller.
9. Le droit de lire à haute voix.
10. Le droit de nous taire.21
Les droits 2, 3 et 8 sont devenus des devoirs avec l’hypertexte, qui ne
touche pas aux autres, sauf peut-être, momentanément, le septième.
Mais l’hypertexte n’est pas, on l’aura compris, un simple habillage
technologique pour plaire aux férus de jeux vidéo... Il épouse en réalité
notre mode actuel de pensée. L’après-Gutenberg, contrairement à ce que
croyait MacLuhan, ce n’est pas l’audio-visuel. Le cinéma et la télévision
sont des supports séquentiels et ils devront eux aussi passer par la révolution de l’hyper-média. Les pratiques actuelles du zapping (auxquelles
Fragments d’une histoire fait plusieurs fois référence) correspondent à ce
désir de butinage informationnel, dont seul un conservatisme à courte vue
pourrait nous faire croire qu’il ne s’agit que d’une tendance paresseuse à
l’irréflexion. C’est en réalité de notre capacité à survivre au milieu de
l’inflation des signes qu’il s’agit. Les longues mastications cognitives du
Moyen Âge ont laissé place, à la Renaissance, à de rabelaisiennes fringales
de savoir dont il faudra à notre tour, sous peine d’indigestion, nous
éloigner pour trouver le chemin de l’information vitale, quelque part au
milieu du bruit et du silence.
Comme il a toujours été de règle, c’est la littérature qui nous enseignera à lire et à écrire. C’est à elle qu’est dévolu le rôle assumé par le jeu
dans tous les apprentissages. Nous avons tous été formés, fussions-nous
rédacteurs de notes de service, de dépliants publicitaires ou de projets de
lois, à la lecture de calembredaines récréatives que nous appelons littérature et où nous affectons de trouver le modèle de toute expression.
Stendhal relisait peut-être le Code civil avant d’écrire mais, tout aussi
sûrement, les auteurs du Code civil avaient appris à écrire en lisant, dès
leur plus jeune âge, les Fables de La Fontaine ou les romans dont se
repaissait le jeune Rousseau. C’est par la littérature que nous entrerons
vraiment, hors des expériences de laboratoire, dans la troisième dimension
du langage. Il n’y a là ni idéalisme ni vaticination. Ce passage à une autre
dimension est tout simplement inscrit dans la logique de l’évolution
intellectuelle et technologique de notre temps. À nous d’y entrer de plain
pied, sans précipitation iconoclaste ni vain retard.
21
Paris, Éditions Gallimard, NRF, 1992, p.145.
HYPERTEXTE
19
Éléments d’une bibliographie sur l’hypertexte22
B ALPE, Jean-Pierre, Hyperdocuments, hypertextes, hypermédias (Paris, Eyrolles,
1990).
C ARREÑO, Orlando, « Le Texte, le son et l’image en interactivité dans les
hypermédias », Communication et langages, nº 95, 1er trimestre 1993, pp. 96105.
C HAUMIER, J. et SUTTER, E., « L’Hypertexte : une nouvelle approche de
l’information », Documentaliste, vol. 26, nº 2, 1989, pp. 71-5.
C OLLINOT, René, « L’Approche des textes par... l’hypertexte », Bulletin de l’EPI,
nº 63, septembre 91, pp. 101-9.
D ALLOZ, X., « Votre Avenir passe par l’hypertexte », L’Informatique professionnelle, vol. 20, nº 73, pp. 37-44.
D ANIEL-V ATONNE, M.C., « Hypertextes : des principes communs et des variations », T.S.I., Technique et science informatiques, vol. 9, nº 6, 1990, pp. 475-92.
D ELANY, Paul, et L ANDOW, George P., éds., Hypermedia and Literary Studies
(Cambridge, Mass., MIT Press, 1991).
L AMBERT, Alain, « L’Hypertexte : Un nouvel outil pour l’éducation et la
formation », Bulletin de l’EPI, nº 61, mars 91, pp.61-6.
L AUFER, Roger et SCAVETTA, Domenico, Texte, hypertexte, hypermédia (Paris,
PUF, coll. « Que sais-je ? », 1992).
L E C ROSNIER, H., « Une Introduction à l’hypertexte », Bulletin des bibliothèques
de France, vol. 36, nº 4, 1991.
L ÉVY, Pierre, Les Technologies de l’intelligence : l’avenir de la pensée : l’ère informatique (Paris, La Découverte, 1990).
M ELOT, M., « Nous sommes tous des illettrés ou l’avenir de la lecture », Bulletin
des Bibliothèques de France, vol. 34, nos 2-3, pp. 203-6.
S AUSTIER, Alain, « Hypertexte et pédagogie », Bulletin de l’EPI, nº 63, sept.
1991, pp. 91-9.
S AVOY, J., « Les Sources des hypertextes : une bibliographie commentée » ;
T.S.I., Technique et science informatiques, vol. 9, nº 6, 1990, pp. 515-24.
S CHMIDT, Alain, « Hypertexte et hypermédia », Bulletin de l’EPI, nº 61, mars
1991, pp. 67-79.
S EGURA, J., « Hypertexte, bateau ivre de l’information », Archimag, nº 21, 1989,
pp. 25-7.
WEIDENFELD , G., « Quelques Exemples d’utilisation d’hypertextes », Bulletin
du Centre de hautes études internationales d’informatique documentaire, nº 35,
1989, pp. 105-9.
22
Cette esquisse bibliographique exclut les références purement techniques.
20
TEXTE
Y ANKELOVITCH, N., et MEYROWITZ, N., “Reading and Writing the Electronic
book”, IEEE Computer, vol. 18, nº 10, Oct. 1985, pp. 15-30.
Université de Paris III -Sorbonne Nouvelle
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising