Télécharger la Lettre

Télécharger la Lettre
LA LETTRE
N°42 - MAI 2013
DU SFCC
LA Fête pour nos prix
LA Télévision aussi
Sommaire
ÉDITO DU PRÉSIDENT
Notre couverture
Audrey Fleurot et Emmanuelle Bach, actrices
dans la série télévisée Un village français, dont
l’équipe est venue en force à notre Fête.
Le Syndicat français de la critique
de cinéma et des films de télévision
17, rue des Jeûneurs 75002 Paris.
Tél : 01 45 08 14 54 - Fax : 01 45 08 14 55
Email : c
ontact@semainedelacritique.com,
m.dubois@semainedelacritique.com
www.syndicatdelacritique.com
12
16
20
30
p.2
Henry Chapier à l’honneur - Gérard Lenne
p.3
édito du président - Jean-Jacques Bernard
p.4/7
Nos prix annuels - Marie-Pauline Mollaret
p.8/9
La Semaine 2013 - Charles Tesson
p.10/11
La Semaine : leur première fois - Ariane Allard,
Annick Peigné-Giuly
p.12/13
Conseil syndical - Isabelle Danel, Sophie Grassin
p.14/15
La télévision aussi - Christian Bosséno
p.16/17
Emmanuel Mouret - Patrick Flouriot
p.18/19
Eux et nous - Yves Alion p.20/21
Nos grands anciens : Henri Agel - Gérard Lenne
p.22/23
Internet - Marie-Pauline Mollaret
p.24/29
Repères bibliographiques - Claude Gauteur
p.32
Disparitions - Jean-Michel Frodon, Gérard Lenne,
Lucien Logette
Jury critique : Arras - Isabelle Danel
devint même, consécration suprême, la
cible des imitateurs.
Mais sans doute faut-il rappeler aux plus
jeunes d’entre nous que Chapier fut avant
tout le critique passionné et passionnant
du bien nommé quotidien Combat (de
1959 à 1974, de l’avènement de de Gaulle à
celui de Giscard). L’homme avait des choix
courageux, des enthousiasmes parfois
paradoxaux, car il a toujours fonctionné
à l’affectif. D’où son engagement lors
d’épisodes qui ont ébranlé l’État gaulliste :
censure de La Religieuse en 1966, affaire
Langlois en 1968…
Henry Chapier
à l’honneur
par Gérard Lenne
On ne présente plus Henry Chapier,
membre émérite de notre syndicat
depuis toujours. Son parcours
médiatique a culminé dans une
émission-culte, aussi génialement
simple que l’œuf de Colomb : Le
Divan a collectionné les invités de
prestige, dont quelques-uns des plus
grands cinéastes de notre temps.
Personnage public désormais, il
2
praesidentem ?
par Jean-Jacques Bernard
que je n’aurais jamais vu le puissant ridicule
attaché à la fonction ? Une passivité de
rombières empêcherait-elle notre Conseil
de la plus petite envie d’engagement et de
débat sur la cause ? Ou bien, pire que tout,
la Critique serait-elle devenue si critique
avec elle-même qu’elle raserait les murs
à l’idée seule de se voir représentée ?... Je
n’en sais rien. Mais je m’étonne quand même
de ce peu d’entrain vers notre minuscule
papauté. Si j’avais su, j’aurais renoncé avant
terme, histoire de redorer un peu l’attente du
prochain pontife.
Livres des adhérents - Isabelle Danel,
Christian Berger, Chloé Rolland, Jean-Jacques
Bernard, Léna Adam, Philippe Rouyer,
Gérard Lenne
p.30/31
Directeur de la publication Jean-Jacques Bernard.
Rédacteur en chef - Gérard Lenne.
Comité de rédaction - Jean-Christophe Berjon,
Jean-Jacques Bernard, Christian Bosséno,
Isabelle Danel, Gérard Lenne, Pierre Murat,
Jean Rabinovici, Charles Tesson.
Correcteur - Patrick Flouriot.
Conseiller à la rédaction - Lucien Logette.
Photos - Aurélie Lamachère, Gérard Lenne.
Maquette - Allison Lenne.
Imprimerie - Grafik Plus (Rosny-sous-Bois).
Habemus
Bien de l’eau a coulé sous bien des ponts…
C’est sous les lambris dorés de l’Hôtel
de Ville que notre ami a reçu, le 15 février
dernier, des mains de Bertrand Delanoë,
la grande médaille de la Ville de Paris. Le
maire lui a rendu un hommage émouvant,
tant pour son combat en faveur du cinéma
d’auteur que pour son activité à la tête de
la Maison européenne de la photographie.
Toutes nos félicitations, Henry ! ♦
Pas besoin de fumée blanche à l’issue du
conclave. Ni d’archidiacre pour annoncer le
nom de l’élu(e) « urbi et orbi », au balcon de
la basilique des Jeûneurs. En juin prochain,
notre syndicat s’honorera d’une nouvelle
présidence. Et repartira dare-dare à l’assaut
de défis plus grands que lui. Pour ma part, je
remettrai, heureux, les clés au récipiendaire
des meilleurs suffrages. Non que la charge
me soit parue trop lourde ou couronnée
d’épines. Mais parce que je crois fort en l’idée
démocratique de mandats reconductibles
chaque année. De même, « le moins mauvais
des systèmes » limitant chez nous à six les
mandats de la présidence, il m’apparaît
encore le meilleur ici, pour motiver chacun
du Conseil à postuler la charge. Les idées
neuves ayant besoin de mouvement,
l’implication de tous me semble directement
corollaire de cette limite. En elle seule, elle
stimule l’institution en « retournant le rôti »
avant qu’il n’attache, si l’on peut parler ainsi
d’une aussi noble tâche.
Un tout petit « hic », néanmoins (noninstitutionnel, qu’on se rassure), pourrait
venir du fait que les nouveaux postulants
semblent, pour l’heure, très peu nombreux.
À ma connaissance, et même si ce n’est
guère l’usage entre nous, personne n’a
entamé la moindre campagne avec pimpons
et oriflammes, dans le but de devenir notre
prochain élu. Pour être franc, ce silence me
tripote autant la conscience que l’orgueil.
Aurais-je été un dindon si gorgé de son
importance, durant ces six dernières années,
En tous cas, j’ai conscience de la chance que
j’ai eue, à franchir la période la plus féconde
de notre syndicat, au moins en termes
d’affichage, de notoriété, d’ouverture et de
perspectives. Et je l’écris avec d’autant moins
de modestie que je n’y suis franchement
pour rien. Je dois tout à Gérard Lenne, mon
prédécesseur dans la charge, qui avait laissé
des finances saines, un bureau apaisé et une
Semaine toute braquée sur l’énergie de son
cinquantenaire. Si je ne tenais compte du
sérieux assidu des salariés de notre syndicat,
ni de l’investissement permanent des
bénévoles de son Conseil, j’oserais presque
parler de facilité du parcours… J’ignore si
c’est la fonction qui l’induit ou le fait de mon
aveuglement obscène, mais l’impression
d’avoir été assis, tout du long, sur le portebagages d’une bicyclette, en train de saluer
la foule pendant que les autres pédalaient,
ne m’a jamais quitté.
Il se pourrait que, demain, des reliefs plus
escarpés changent notablement la donne.
Déjà, des signaux s’amoncellent. S’ils ne
prédisent rien du parcours, ils laissent
entendre qu’il faudra, plus que jamais, battre
le rappel de l’ensemble de nos adhérents et
de chaque membre du Conseil pour rester
soudés dans l’effort. La nouvelle présidence,
quel(le) qu’en soit le (ou la) titulaire, sera à
la hauteur, je n’en doute pas une seconde.
Pour ma part, je retournerai au rang de
simple adhérent dans une confiance totale
et bienveillante. On voit parfois d’anciens
présidents gesticuler encore pour être
sur la photo. Et leur épouse, chanteuse à
voix menue, miauler de pauvres rancœurs
longtemps après le terme. La mienne n’est
pas chanteuse et je lui appartiendrai juste
un peu plus après cet exercice que je vous
remercie tous de m’avoir confié. ♦
3
NOS PRIX ANNUELS
1 / Dans le cadre prestigieux du Rond-Point, le cocktail de l’année.
ces liens
qui nous unissent
2 / Louise Skira et Marine Bergère (de AdVitam) pour Take Shelter.
3 / Le légendaire Pierre Lherminier au Livre d’or.
4 / Jean-Paul Combe en compagnie de l’éditeur Yannick Dehée
(Nouveau Monde)
5 / Florence Dormoy et Jean-Pierre Sinapi, productrice et réalisateur
d’Une vie française.
1
par Marie-Pauline Mollaret
Autour d’Agnès Varda, nos lauréats au grand complet)
En ce lundi 18 février 2013, pour la remise
des prix de notre syndicat, le hall du théâtre
du Rond-Point a des faux airs de Palais des
festivals. Tant de critiques au mètre carré,
c’est presque intimidant. Pour un peu,
on n’aimerait pas être l’un des quelques
réalisateurs ou producteurs qui se pressent
eux aussi vers l’entrée de la salle sous tous ces
regards acérés. La tension semble toutefois
être des deux côtés : « Si un cinéaste mal
aimé de la profession cherchait à se venger,
ce serait le jour idéal », souffle perfidement
une jeune consœur.
Mais, apparemment, personne n’y songe,
et même le manque de places assises ne
provoque aucune rixe. Puisque la salle
s’avère, comme tous les ans semble-t-il, bien
trop petite pour la foule qui entend y prendre
place, chacun s’installe où il peut, donnant
l’impression d’une assemblée familiale réunie
dans la bonne humeur devant la scène, où se
succèdent bientôt personnalités et lauréats.
C’est le président du syndicat, Jean-Jacques
Bernard, qui ouvre le bal en promettant
des « prix pour tous les goûts », et met les
rieurs de son côté avec un « Bref, on va
bien s’amuser avant d’aller boire un coup »
4
qui met l’assistance en joie. Il donne alors
la parole à la maîtresse de cérémonie,
Charlotte Lipinska, qui se félicite que le
président du syndicat soit « toujours vaillant,
toujours gagnant ». Un exemple à suivre,
assurément…
Le temps de quelques remerciements
gracieux, Charlotte redonne la parole à notre
président, qui, plus en verve que jamais, se
lance dans un discours en forme de oneman show, dont il faut lire l’intégralité (sur
le site du syndicat) pour en saisir tout le sel.
On en retient notamment le petit état des
lieux de la critique, qui a « encore quelques
valeurs », qui a même « un intérêt » et qui crée
des « désirs » chez ceux qui la consultent,
naissant elle-même du « désir » de ceux
qui la pratiquent. La température s’étant
brusquement réchauffée face à ce déluge
de louanges, de bons mots et de désirs
multiples, Jean-Jacques Bernard conclut par
un logique (mais troublant, hors contexte)
« ensemble, nous allons faire des enfants »,
qui donne le coup d’envoi à la remise des prix.
La télévision est tout d’abord à l’honneur.
France Hatron et Christian Bosséno
remettent le Prix de la meilleure fiction à
Une vie française, de Jean-Pierre Sinapi,
« un film intimiste et subtilement construit »
sur un père retrouvant sa fille internée dans
un hôpital psychiatrique. Preuve qu’« il est
encore possible de faire des films exigeants
et ambitieux sur le service public », souligne
le réalisateur.
Le Prix du meilleur documentaire va à Noirs
de France, de Juan Gelas et Pascal Blanchard,
qui présente la place des Noirs dans la société
française de 1889 à nos jours. Un film « pas
facile » à faire de l’avis des réalisateurs,
qui ironisent : « On est un peu blancs pour
raconter cette histoire… »
2
3
C’est enfin le tour de la meilleure série. Le jury
salue une « démarche rare » et distingue la
quatrième saison d’une « série qui se bonifie
d’année en année », Un village français.
Ses représentants sont venus en force : le
scénariste Frédéric Krivine, les réalisateurs
Philippe Triboit et Patrice Martineau, les
producteurs Emmanuel Daucé et JeanFrançois Boyer et les acteurs Audrey Fleurot,
Constance Dollé, Emmanuelle Bach et Robin
Renucci ne cachent pas leur joie. « Ça nous
encourage pour les trois saisons à venir »,
assure Patrick Martineau, même si Emmanuel
4
5
Daucé ironise : « On a eu le prix à l’usure ! »
La soirée se poursuit avec les prix décernés
aux ouvrages de cinéma. « En général, les
critiques écrivent. Et quand ils écrivent des
livres, ce soir, pour eux, c’est le Goncourt. »
Marc Cerisuelo et Jean-Paul Combe font
monter la pression avant de remettre le Prix
du meilleur album à Pierre Lherminier pour
Les Annales du cinéma français – Les Voix
du silence (1895-1929). « J’ai la curieuse
impression d’avoir obtenu quelque chose
aux Victoires de la musique », s’amuse
l’auteur.
1
Jérémie Couston et Pierre-Simon Gutman
remettent ensuite le Prix du meilleur livre
étranger à l’éditrice Léonore Dauzier et au
directeur des éditions Sonatine, François
Verdoux, pour 5e Avenue, 5 heures du matin,
de Sam Wasson, tandis que Claude Gauteur
et Olivier Curchod se chargent de féliciter
Pascal Mérigeau, dont le Jean Renoir est
sacré meilleur livre français.
2
3
Caroline Vié monte alors sur scène pour
parler DVD et Blu-Ray. « On a beaucoup
discuté, on s’est beaucoup engueulés
et on est arrivés à des résultats », lancet-elle, faussement laconique, avant de
récompenser successivement Wild Side
pour sa Nuit du chasseur (meilleur DVD
unitaire patrimoine), Agnès Varda elle-même
pour Tout(e) Varda (meilleur coffret DVD),
AdVitam pour Take Shelter (meilleur unitaire
récent) et Potemkine Films, en partenariat
avec agnès b., pour Melancholia (meilleur
Blu-ray).
« J’aime dire que ce sont
des cinéphiles qui écrivent
sur le cinéma. J’aime bien que
cette profession regarde
de près ce que je fais »,
déclare Agnès Varda.
4
C’est curieusement le moment de la soirée
où les compliments commencent à pleuvoir
sur la critique… Ce n’est pas si souvent, on
en profite : « J’aime dire que ce sont des
cinéphiles qui écrivent sur le cinéma. J’aime
bien que cette profession regarde de près
ce que je fais », déclare Agnès Varda. « Sans
vous, ce serait beaucoup plus compliqué »,
renchérit Benoît Dalle de Potemkine. N’en
jetez plus…
1 / Christian Bosséno et Pascal Blanchard, réalisateur
de Noirs de France.
2 / Caroline Vié et Manuel Chiche (Wild Side) pour
La Nuit du chasseur.
3 / Emmanuelle Bach, lumineuse (Un village français)
4 / Pascal Mérigeau, biographe émérite de Jean Renoir, Charlotte
Lipinska et l’éditrice Alice d’Andigné.
Heureusement, Thomas Fouet monte sur
scène pour remettre le Prix du meilleur court
métrage. L’occasion de saluer ce format,
qui est « moins une passerelle vers le long
qu’un format à part entière, avec la richesse
5 / Margaret Menegoz, productrice de Amour, nous transmet
un message de Michael Haneke.
5
qui lui est propre ». C’est Je suis une ville
endormie, de Sébastien Betbeder, qui reçoit
la récompense « pour sa singularité ».
Transition toute trouvée, puisque c’est
justement le moment de remettre le prix
le plus « poétique » de la soirée, celui
du film singulier francophone. Michel
Ciment, accompagné de Guillemette
Odicino, appelle Emmanuel Gras pour
Bovines. Un documentaire animalier « très
particulier » où c’est le spectateur qui
« regarde passer les vaches ». Mais aussi un
film métaphysique, dans lequel les vaches
nous « transmettent quelque chose sur
l’éternité ». « Heideggérien, mais sans la croix
gammée », en quelque sorte... Le réalisateur
rappelle qu’être soutenu par la critique a été
un vrai atout pour le film. Il se félicite aussi
d’avoir trouvé un producteur en or, Nicolas
Anthomé, qui, lorsqu’on lui propose « un film
sur les vaches », répond sans se démonter :
« C’est une bonne idée. » Et le pire, c’est que
c’était vrai !
Xavier Leherpeur fait ensuite son apparition
sur scène, ravi de venir remettre le Prix
du meilleur film étranger à son favori, le
portugais Tabou, de Miguel Gomes, une
œuvre « magnifique qui lave les yeux des
navets que l’on est parfois obligé de voir »,
dixit Xavier, toujours soucieux de se faire des
amis. Thomas Ordonneau reçoit le prix à la
place du réalisateur, qui « boit du cognac
à Lisbonne » (à la santé des votants) et
rappelle qu’en 1931 le Congrès international
de la Critique avait mis en avant un jeune
réalisateur de court métrage nommé Manoel
de Oliveira. Preuve, bien sûr, que la critique a
non seulement du goût, mais également une
vision à (très) long terme sur la longévité des
cinéastes…
Vision à confirmer immédiatement avec le
prix suivant, celui du meilleur premier film,
remis par Charles Tesson à Louise Wimmer,
de Cyril Mennegun, à qui l’on souhaite de
devenir centenaire lui aussi. Son producteur,
Bruno Nahon, salue le sens du risque de tous
les intervenants pour que le film se fasse et,
faisant une allusion claire à une polémique
de saison (celle initiée par Vincent Maraval), il
rappelle que « les petits problèmes des gros
sont souvent ridicules par rapport aux gros
problèmes des petits ». Puis, au risque de
faire rougir toute l’assemblée, « cette année,
vous avez fait des miracles : vous avez
amené des gens dans les salles », lance-t-il
aux critiques présents.
On arrive alors au dénouement de la
soirée qualifiée d’« assez bonne » par
Jean-Jacques Bernard, de retour pour
remettre le Prix du meilleur film français
Robin Renucci, vedette d’Un village français)
à l’incontournable Amour, de Michael
Haneke, malheureusement absent. C’est sa
productrice, Margaret Menegoz, qui monte
sur scène, se lançant dans une longue
apologie du cinéma français, « si singulier
dans le monde ». « Toute une génération
de cinéastes a pensé qu’il fallait être critique
avant de réaliser. C’est pourquoi il y a une
qualité critique en France », souligne-t-elle
en substance. « Je pense que c’est vous tous
qui êtes le secret de la qualité du cinéma
français. Je le pense, et Michael Haneke le
pense lui aussi. »
Heureusement pour la modestie de chacun,
la cérémonie s’achève là. Jean-Jacques
Bernard est content des « choses dites sur
le lien qui nous attache les uns aux autres »,
et c’est le bon moment pour renforcer ces
liens… autour d’un verre. Pendant que les
heureux lauréats se font tirer le portrait, les
spectateurs s’égayent par petits groupes
dans le hall et sur la mezzanine. Agnès Varda
est tranquillement installée dans un canapé,
l’équipe d’Un village français bavarde un peu
en retrait, Cyril Mennegun passe furtivement.
Les conversations vont bon train mais les
yeux et les oreilles traînent. « J’ai envie de voir
les vaches, maintenant », lance une invitée.
Devant un plateau de macarons, de jeunes
critiques échangent avec philosophie sur
leurs difficultés matérielles et, avec flamme,
sur leurs passions cinéphiles du moment.
Tiens, voilà le DJ de la soirée, Francis Gavelle,
chargé d’habiller musicalement la remise des
différents prix. Plus loin, on parle de Spring
Breakers sur l’air de Blockbuster surfait ou
pépite brillante ? Bref, on virevolte, on papillonne, on s’amuse.
C’est comme une parenthèse un peu
enchantée qui résume le reste de la soirée
où désirs, singularités, faveurs et liens se
nouent. ♦
7
semaine 2013
LA SéLECTION
Le tour
du monde
en une
Semaine
3 LONGS MÉTRAGES
EN SÉANCES SPÉCIALES
Q
uel serait l’état de santé du
cinéma mondial, vu à travers le prisme des premiers
et deuxièmes films ? À notre
échelle, sur une période réduite (les films
prêts avant et pour Cannes), on constate
que le cinéma français se porte bien, malgré le résultat désastreux de certains films
autoproduits, et offre beaucoup de possibilités de choix. L’Europe aussi, mais avec
des écarts énormes, d’un pays à l’autre,
qui varie selon les années, l’Italie et la
Grande-Bretagne constituant les bonnes
surprises 2013, tandis que le cinéma belge
confirme sa bonne tenue et que le cinéma allemand semble plus en retrait, sans
parler du cinéma espagnol. L’Amérique
latine reste, avec l’Europe, le continent
le plus stimulant et le plus constant, et ce
depuis plusieurs années. Il sera représenté par Los dueños, premier film argentin
d’Agustin Toscano et Ezequiel Radusky,
vaudeville social qui oppose, autour d’une
maison, ses propriétaires et les employés
d’une ferme.
Le contexte politique, que ce soit en
Tunisie, en Égypte ou en Iran, et le
contexte économique ne favorisent guère
l’installation durable d’une politique de
cinéma en Afrique noire et en Afrique
du Nord, ainsi qu’au Proche et au Moyen
Orient. Des films arrivent, isolés, mais
8
on ne sent pas un « fond de cinéma »,
comme on dit d’une équipe de football
qu’elle dispose d’un fond de jeu. Soit le
contraire du cinéma américain, parfois
enfermé dans le moule d’une production
indépendante, sur le plan des sujets et de
la forme. Quant au Canada, représenté
dans notre sélection par le beau film,
sur la transmission, de Sébastien Pilote,
Le Démantèlement, il démontre qu’une
politique intelligente en matière de cinéma,
formation comprise, donne de très beaux
résultats. Plus compliquée est la situation
des cinémas d’Asie, à la fois stimulante et
qui donne parfois le sentiment de faire un
peu du surplace, comme si les nouveaux
cinéastes avaient du mal à dépasser les
modèles déjà constitués, pour emprunter
des voies plus originales et personnelles.
L’Inde confirme qu’elle est un continent de
cinéma à elle seule. Elle sera présente dans
notre sélection avec Lunchbox, premier
film de Ritesh Batra, sur fond de quiproquo
culinaire et de relations épistolaires.
Le visage de la sélection de la Semaine
ressemble à celui de Suzanne, notre
film d’ouverture. Il est réalisé par Katell
Quillévéré, qui avait signé Un poison
violent et revient avec un film totalement
différent. Le socle du réalisme social sur
lequel s’ancre Suzanne est vite dépassé
par un souffle romanesque, un récit
construit autour d’ellipses fulgurantes,
porteur d’énergie et d’émotion. Les deux
autres films français offrent un tout autre
visage. Nos héros sont morts ce soir,
premier film de David Perrault, tourné en
noir & blanc est un hommage au film noir
et au cinéma français d’avant la Nouvelle
Vague, à travers la vie de deux catcheurs.
De son côté, Les Rencontres d’après
minuit, premier film de Yann Gonzalez,
renoue avec une tradition du cinéma
underground, celui des premiers films de
Philippe Garrel, de Werner Schroeter et
d’Adolfo Arrieta.
Le polar, sous toutes ces formes, outre Nos
héros sont morts ce soir, est à l’honneur à
la Semaine cette année. Aussi bien dans
Salvo, premier film de Fabio Grassadonia et
Antonio Plaza, qui mêle la réalité violente
de la mafia sicilienne aux mythes du film
noir, que dans le thriller russe The Major,
deuxième film de Youry Bykov, sur fond de
corruption dans la police.
For Those in Peril, premier film de Paul
Wright, sera l’une des possibles révélations
de cette édition, par sa façon de mêler la
crudité du réel à la puissance du conte et
du mythe.
Tour du monde en dix films et une
Semaine, et monde du cinéma dont on
n’a jamais fini de faire le tour. À toutes et à
tous, belle édition 2013 ! ♦
Agit Pop
Nicolas Pariser
(France)
The Opportunist
David Lassiter
(États-Unis)
Breathe Me
Han Eun-young
(Corée du Sud)
Pátio
Aly Muritiba
(Brésil)
Come and Play
Daria Belova
(Allemagne)
Pleasure Ninja Thyberg
(Suède)
La Lampe au beurre de yak
Hu Wei
(Chine/France)
Tau Seru Rodd Rathjen
(Inde/Australie)
Océan
Emmanuel Laborie
(France)
Vikingar
Magali Magistry
(France/Islande)
Film d’Ouverture
Suzanne
Katell Quillévéré
(France)2e
Séances Spéciales
Les Amants du Texas
David Lowery
(États-Unis)2e
Ain’t Them Bodies Saints
Les Rencontres d’après minuit
Yann Gonzalez
(France)
1er
Par Charles Tesson
10 COURTS ET
MOYENS MÉTRAGES
EN COMPÉTITION
La Soirée de Clôture de cette
52e édition vous sera révélée
ultérieurement.
7 LONGS MÉTRAGES
EN COMPÉTITION
Le Démantèlement Sébastien Pilote
(Canada)2e
Los Dueños
Agustín Toscano et Ezequiel
Radusky
(Argentine)1er
For Those in Peril
Paul Wright
(Royaume-Uni)1er
The Lunchbox Ritesh Batra
(Inde/France/Allemagne)1er
The Major
Yury Bykov
(Russie)2e
Nos héros sont morts ce soir
David Perrault
(France)1er
Salvo
Fabio Grassadonia
et Antonio Piazza
(Italie/France)1er
9
SEMAINE : LEUR PREMIèRe fois
semaine de la critique
JE ME SUIS ENTENDUE dire
Étagère pleine
pour une marmotte
Par Annick Peigné-Giuly
OUI
À
vrai dire, ce n’est pas ma première
fois. J’avoue avoir déjà testé ce
type de grande bouffe cinéphilique
pour d’autres festivals. Difficile
donc de faire la vierge effarouchée devant
Charles Tesson quand il m’a proposé la
chose. Encore moins d’écrire aujourd’hui
que je ne savais pas ce qui m’attendait. Et
pourtant... Pourtant, depuis mon départ de
Libération il y a sept ans, je ne fréquentais
plus guère, en «critique», que le cinéma
documentaire. Le jeu des acteurs, le choix
du décor ou de la mise en scène, les films de
genre... ce n’était plus tout à fait mon rayon
cinématographique. Serais-je à même de
les regarder d’un bon œil, d’en juger, d’en
parler ? Sans attendre la réponse à mon
cruel dilemme intérieur, je me suis entendue
dire oui à Charles.
10
Un mois plus tard, le doute et les DVD qui
s’empilent sur mon bureau m’empêchent
de dormir. Les choses ont démarré
doucement, un film, une notule, une réunion
hebdomadaire. Là, j’y découvre le regard de
mes camarades du comité, des critiques qui
exercent au quotidien. Un regard alimenté
par leur connaissance du cinéma de fiction
contemporain. Aïe, aïe, aïe ! Je ne connais
pas la plupart des acteurs dont ils parlent,
ni vraiment le film d’horreur, le polar, j’ai un
faible pour les documentaires, oui, et aussi
pour les films pensifs, pour le poétique,
pour le politique. Tout cela fait-il un regard
«critique» ? En son temps, Serge Daney me
rassurait en prônant un éclectisme élégant.
J’essaie de m’en souvenir pour tenir.
Le Comité du long : Charles Tesson, Léo Soesanto, Xavier Leherpeur, Alex Masson, Annick PeignéGiuly, Ariane Allard, Pamela Pianezza
Deux mois et deux cents films plus tard c’est fou ce que le temps réel et le temps
de cinéma se dopent l’un l’autre -, la
programmation avance mine de rien,
abandonnant nombre de films sur le bord de
la route. Entre-temps, il y a eu le frottement
au goût des autres, les vibrations ressenties
ensemble dans les salles de projection, les
frustrations de voir un film aimé et refusé,
la solitude perplexe devant la copie DVD...
tout cela agit et m’agite fiévreusement.
Curieusement, j’aime entendre que Xavier
aime moyen ce que j’ai adoré, que Léo
y décèle une référence à Jeff Nichols,
qu’Ariane déplore la fin, que Pamela
s’interroge sur l’acteur, qu’Alex chipote sur
la mise en scène, que Charles y voit plutôt
une ouverture...
Le petit miracle est que ce travail d’effeuillage
collectif du film a moins un effet de groupe
dévastateur qu’un effet de composition de
la vision de chacun. Et heureusement, il y
Par Ariane Allard
Arrêt sur image, pour commencer. Nichée dans mon casier, une
pile de DVD et de Blu-ray, exubérante, exponentielle. Nous sommes
début mars et, très vite, je comprends qu’elle ne s’épuisera jamais.
Dix, quinze, trente longs métrages, brouillant les frontières, les
langues, les genres et les cultures, à visionner chez moi en une
semaine : peine perdue ! Sitôt que j’ai le dos tourné, mon étagère
vide me nargue, et se renfloue mystérieusement. Les ombres rieuses
d’Harold Ramis et de Bill Murray flottent dans la pièce : j’ignorais que
l’humour fantastico-ludique d’Un jour sans fin avait contaminé les
très sérieux bureaux de la Semaine de la Critique…
De fait, telle une marmotte cinéphile, j’ai beau enchaîner les séances,
jongler avec les heures d’hiver et d’été, renouer avec l’aube, abjurer
mes crépuscules, grignoter sur mes heures de sommeil, naïvement
retrancher les « films vus » de ceux qui « restent à voir » (plus que 8, plus
que 4, plus que 2…), cette pile résiste à toute tentative d’éradication.
Je savais le cinéma capable d’abolir le temps. Je découvre qu’il peut
aussi anéantir la matière. Bienvenue dans le monde parallèle de la
Sélection !
pas avoir une vie sociale, ni en février, ni en mars, ni en avril ! ».
Puis l’anecdote en forme de décompte impossible de Paméla P.,
fin janvier : « Le week-end de Pâques, l’an dernier, j’ai eu trois jours
pour visionner cinquante films ». Puis l’absorption goûteuse, limite
addictive, de pâtisseries par un Léo S. plus élancé que jamais (très
injuste, je dois préciser !). Puis, enfin, les horaires vertigineux des
mails de Charles T., délégué général aussi impliqué qu’insomniaque :
tel celui du 28 mars 2013, à 4 h 37 du matin.
Surprise ? Pas tout à fait. Petit flash-back circonstancié : des signes
avant-coureurs ont bel et bien jalonné mon immersion dans cette
« réalité » alternative. Signes gentiment adressés par d’éminents
membres (aguerris, eux) du Comité. Ainsi le « Bienvenue ! » souriant,
quoique taiseux, d’Alex M. en octobre dernier, un Alex bien plus
prolixe d’ordinaire. Curieux… Puis la mise en garde, bienveillante
mais un tantinet inquiétante, de Xavier L., peu avant Noël : « N’espère
Au bout du compte et du conte, l’enjeu est formidable :
dénicher non seulement « le » film idéal, mais encore construire
- ensemble « la » sélection excitante, et juste, des futurs
« grands » cinéastes de demain. Une liste que j’espère généreuse,
et qui devrait permettre à ma pile récalcitrante de DVD-Blu-ray
de s’accorder enfin une pause. Provisoire : nul n’est à l’abri d’un
paradoxe temporel, surtout au cinéma… ♦
Autant d’indices qui auraient pu et dû me mettre sur la voie…
Qu’importe : cette quête dévorante, jamais rassasiée – gâteaux
« merveilleux » à la clé, en effet ! – pour être bizarre n’en est pas
moins belle. Le plus singulier étant que de réunions hebdomadaires
en projections collectives quotidiennes, de rédactions de notules en
« Grand Oral », de visionnements de DVD en rencontres complices
avec Hélène et Rémi, de débats, engouements, rejets ou doutes,
ma passion obsessionnelle (sans blague ! ) pour le 7e art s’est
définitivement confirmée. Et affinée, merci chers « collègues »...
a et il reste l’indicible. Ce film qui échappe
mystérieusement à la règle que l’on vient
d’énoncer et qui nous entraîne sur d’autres
pistes. C’est là le travail souterrain de ces
centaines de films vus et qui dialoguent, se
querellent, s’ignorent ou se répondent entre
eux. Un flot inépuisable où l’on ne se lasse
pas de guetter l’hypothétique Nouvelle
Vague. ♦
Le Comité du court : Bernard Payen, Fabien Gaffez, Jean-Baptiste Etchegaray
11
ConseiL Syndical
Réunion
du 18/12/12
par Isabelle Danel
> Discussion autour de l’édition en ebook
du livre La Critique de cinéma en France, de
Jacques Zimmer et Michel Ciment. L’éditeur
Le Nouveau Monde, qui a une bibliothèque
de consultation au format ebook pour
les chercheurs et les universitaires, nous
propose de le mettre à disposition. Nous
seraient alors versés 60 % des recettes.
Présents : Jean-Jacques Bernard,
Michel Ciment, Jean-Paul Combe,
Isabelle Danel, Bernard Hunin, Xavier
Leherpeur, Gérard Lenne, Pierre
Murat, Chloé Rolland, Philippe Rouyer,
Charles Tesson et Jacques Zimmer.
Ainsi que : Rémi Bonhomme et Marion
Dubois-Daras.
> Adhésion à l’Association de la copie
Absents : Sophie Grassin (pouvoir à
Isabelle Danel), Danièle Heymann
(pouvoir à Isabelle Danel), Éric Libiot
et Caroline Vié (pouvoir à Philippe
Rouyer).
contractés par le syndicat. Cet acte syndical
consistant à payer pour nous abonner à ces
différentes publications (Positif, Cahiers du
cinéma, Les Fiches du cinéma…) est accepté
à l’unanimité.
Vie syndicale
> Point sur la Fipresci. Notre représentant,
> Point sur le mémento 2013 (liste mise
à jour de tous nos adhérents, avec leurs
coordonnées). L’idée d’un document PDF
expurgé est abandonnée, mais nous allons
étudier la possibilité que ces informations
soient en ligne sur notre site, dans un
espace privé auquel chaque adhérent
accéderait grâce à un code. Le document
papier est voté à la majorité des présents.
> Point sur la réflexion concernant le livre
blanc sur l’état de la critique.
Jean-Jacques Bernard rappelle le projet sur lequel quelques-uns d’entre nous sont
en train de plancher - d’un état social de
la critique, de ses grands empêchements
ou grands changements. Un tour de table
est lancé, dont il ressort que chacun
d’entre nous est d’accord pour que cet
objet « militant », diffusé gratuitement (de
préférence), existe, mais aussi que tout le
monde se pose des questions sur la date
de sa sortie, la forme de l’objet (lettre,
12
livre…), sa diffusion et sa cible (en dehors
de nos adhérents). Il est décidé d’attendre
le résultat des prochaines réunions et la
lecture des premiers textes, et d’en reparler
au conseil du mois de mars avec des bases
concrètes en main.
privée. Il s’agit de soutenir la défense de la
copie privée, c’est-à-dire la taxe prélevée
sur les supports vierges. Oui sur le principe,
après vérification du prix de l’adhésion et
des autres implications éventuelles.
> Point sur une liste d’abonnements
Grégory Valens, se propose de rester
coordinateur des relations entre la Fipresci,
l’UJC et nous-mêmes. Le bureau vote pour.
La Semaine 2013
Point de Charles Tesson.
Grâce aux reprises et aux déplacements
des membres du comité (à Tel Aviv ou
Pusan…), des informations et DVD sont
« remontés » très tôt. Le travail a donc déjà
commencé. Pas de changement côté jurys,
si ce n’est le retour de l’opération « la toute
jeune critique », pour lequel un nouveau
partenariat avec la Région Île-de-France
vient d’être trouvé.
Prix du SFCC 2012
Nos prix seront remis le lundi 18 février
2013. Tout se met en place pour les
prochains prix au théâtre du Rond-Point.
Avec l’augmentation de la location prévue
et acceptée lors du dernier conseil.
Questions financières
Jean-Paul Combe rappelle que le grand
enjeu de l’année 2012 était de rester sur une
enveloppe budgétaire restreinte au sortir de
l’année anniversaire. C’est réussi. Il faudra,
pour 2013, se contenter de cette enveloppe.
Rémi Bonhomme poursuit en disant que
celle-ci sera sensiblement identique.
Point sur les subventions et les partenariats
en cours.
Questions diverses
Point de Gérard Lenne sur La Lettre.
Le n° 41 est, selon son rédacteur en chef,
techniquement le plus réussi de toute
l’histoire de La Lettre ! Le prochain numéro,
le 42, sortira juste avant le Festival de
Cannes.
Nouvelles adhésions :
Rémy Roche, Nicole Vercueil, Jean
Wilkowski, Philippe Lefait et Nicolas
Azalbert.
Réunion
du 12/03/13
par Sophie Grassin
Présents : Jean-Jacques Bernard,
Jean-Paul Combe, Michel Ciment,
Sophie Grassin, Bernard Hunin, Xavier
Leherpeur, Gérard Lenne, Pierre Murat,
Chloé Rolland, Philippe Rouyer, Charles
Tesson.
Ainsi que : Rémi Bonhomme, Marion
Dubois-Daras et Clément Argouarc’h
(pour la présentation de l’affiche de la
Semaine 2013).
Absents : Isabelle Danel (pouvoir à
Sophie Grassin), Danièle Heymann
(pouvoir à Pierre Murat), Eric Libiot
(pouvoir à Jean-Jacques Bernard),
Caroline Vié-Toussaint (pouvoir à
Philippe Rouyer).
Vie syndicale
Point de Charles Tesson et Rémi
Bonhomme sur le projet d’affiche de la 52e
Semaine de la Critique.
Reprise en Corse des films de la Semaine. Elle
est fortement remise en question à cause de
la réorganisation de la structure.
Questions financières
Jean-Paul Combe souligne que le budget
2013 se maintiendra globalement au niveau
de celui de 2012. Néanmoins, en raison du
non-renouvellement de deux sponsors de la
Semaine de la Critique, difficiles à remplacer
sur des délais aussi courts, il propose
d’anticiper un possible découvert. Adopté à
l’unanimité.
Point sur les prix du Syndicat
de la Critique
Point de Marion Dubois-Daras sur la remise
de nos prix, qui a eu lieu le 18 février 2013
au théâtre du Rond-Point. (toujours un
problème de taille concernant la salle).
Jean-Jacques Bernard réaffirme son désir
de se mettre en quête d’une chaîne de
télévision partenaire pour diffuser la remise
de nos prix.
Rémi Bonhomme émet l’hypothèse
d’avancer la prochaine cérémonie à janvier
2014 pour se rapprocher de la date des
Lumières de la presse étrangère et se
démarquer des autres prix (César, Oscars,
etc.) remis en février.
Philippe Rouyer, au nom du jury DVD,
propose de faire évoluer les prix (toujours
quatre au total), en accordant désormais
deux prix Blu-Ray, un prix coffret et un
prix DVD. Cette proposition est soumise au
vote et adoptée par 9 voix : 3 contre et 2
abstentions.
au jury de la Caméra d’Or 2013 sera Chloé
Rolland.
Sont élus au jury littérature : Denitza
Bantcheva, Eithne O’Neill, Marc Cerisuelo,
Olivier Curchod et Pierre-Simon Gutman.
Sont élus au jury télévision : France Hatron,
Catherine Humblot, Christian Bosséno,
Bernard Hunin, Pierre Langlais et Jean
Rabinovici.
Sont élus au jury DVD/Blu-Ray : Philippe
Gautreau, Jean-Philippe Guérand, Gérard
Lenne, Pierre Murat et Philippe Rouyer.
Sont élus au jury du Prix singulier : Gisèle
Breteau-Skira, Marie-Pauline Mollaret,
Michel Ciment, Alex Masson et Jean-Max
Méjean.
Sont élus au jury court métrage : Rita
Bukauskaite, Yves Alion, Christophe
Chauville, Thomas Fouet et Michael
Ghennam.
Renouvellement de nos membres à la
commission de classification des films Caroline Vié et Gérard Lenne.
Le SFCC dans les festivals
Point sur la proposition de Léo Soesanto
d’accueillir un jury de la Critique au sein du
Festival du film de Bordeaux, dont il est le
directeur artistique. Nous avons également
proposé cette même initiative pour le
Festival d’Amiens à son directeur artistique,
Fabien Gaffez.
Ebook de l’ouvrage La Critique de cinéma
en France
La mise au format ebook se fera sans ajout
pour le moment.
Nouvelles adhésions
Patrick Brion, Pierre-Yves Roger et
Alexandros Tsopotos.
Rappel
Les membres du C.A. sortants en juin sont :
Charles Tesson, Isabelle Danel, Bernard
Hunin, Philippe Rouyer et Jean-Paul
Combe. ♦
Commissions et jurys
Le représentant du Syndicat de la Critique
13
La télévision aussi
La critique télé :
Terra incognita ?
Par Christian Bosséno
Si le profil type du critique de cinéma est celui d’un cinéphile, le critique de télévision
accède souvent à cette fonction à la suite d’une affectation au sein de l’organe où il
exerce son métier de journaliste. Sans littérature pléthorique, sans revues spécialisées
pour nourrir son travail, il est confronté à une absence quasi totale de références (1)
et doit seul constituer sa documentation pour, par exemple, situer une œuvre dans
une filmographie. A minima peut-il interroger le site de l’Inathèque ou Imdb. Exception
notable toutefois, les séries télévisées ont suscité une somme déjà impressionnante de
livres et de revues spécialisés.
S
ouvent lapidaire, la critique de télévision s’exprime dans une presse où Télérama
constitue une oasis dans un ensemble moins enclin à l’analyse qu’aux échos
complaisants sur les « pipoles ». Dans la presse quotidienne, sa place reste congrue (à
l’exception du Figaro, plus généreux) mais souvent pertinente (Libération, L’Humanité,
Le Monde, L’Alsace, Sud-Ouest, etc.). L’essentiel se concentre dans les cahiers hebdomadaires
dédiés aux médias par plusieurs publications : Télévisions (Le Monde), Ciné Télé Obs, cahier
de L’Humanité Dimanche). Cofondateur des Inrockuptibles et responsable du service Média
qu’il a créé, Jean-Marie Durand avait institué dans ce magazine un remarquable cahier
critique (de 16 pages parfois) accompagnant et analysant les programmes de la semaine. Il a
malheureusement été supprimé depuis quatre ans.
Du sport aux médias.
Le parcours de Claude Baudry est typique. Après avoir débuté comme
responsable de l’information d’une municipalité communiste, il fut
localier aux Nouvelles du Val-de-Marne devenues L’Humanité Valde-Marne. Au quotidien L’Humanité, il restera ensuite sept ans au
service des Sports. Jusqu’à son affectation en 1998 à la rubrique
Média, qu’il dirige depuis 2004. La télévision lui est familière. Ses
parents s’attachaient à regarder avec lui les programmes les plus
exigeants et notamment les légendaires « dramatiques » des années
60. C’est à la télévision aussi (Ciné-Club, La Dernière Séance) qu’il
s’est initié au cinéma, tout en fréquentant le ciné-club de son lycée.
À L’Humanité, il retrouve une même exigence qu’il partage avec
son équipe, notamment Marianne Behar ou Caroline Constant, exprofesseur en Seine-Saint-Denis, passée par les rubriques Société et
Santé : mettre en valeur les programmes les plus riches, apprendre
au lecteur à les décoder, en étant lisible par tous. Bref, une critique
« populaire et de qualité ».
Un corpus impressionnant.
Licenciée ès Lettres modernes, Catherine Humblot (on se souvient
qu’avec Marie-Édith Alouf de Politis, elle avait brillamment satisfait
à l’« examen de passage » souhaité par notre Conseil syndical avant
l’admission en notre sein des « critiques de télévision »), a enseigné
deux ans en Afrique avant de débuter, jeune militante maoïste, dans
le journalisme politique (J’accuse) tout en assurant le secrétariat de…
Mademoiselle Âge tendre. Elle est engagée au service culturel du
Monde, où Jacques Siclier, critique de cinéma, suit alors avec ferveur
les avancées de Maurice Failevic, Jacques Krier, Hubert Knapp et
quelques autres, qui inventent à la télévision un regard nouveau pour
découvrir la société, qu’il qualifie d’« écriture ».
Un média méprisé.
Au contraire du cinéma où les critiques s’intéressent à des œuvres
(fictions et documentaires), la télévision, média de masse multiforme,
« robinet à images », charrie plusieurs catégories de programmes :
plateaux, magazines, journaux télévisés, retransmissions sportives,
captation de théâtre et d’opéra, etc. Cette télévision de « flux »
déborde la critique classique et exige à la fois une variété de grilles
d’analyse et une compétence de « généraliste ». Aussi, avoir d’abord
traité de problèmes de société, avoir déjà couvert une rubrique
sportive peut être un atout au service Media. Catherine Humblot
insiste beaucoup, comme Jean-Marie Durand, déjà cité, sur cet
aspect protéiforme de la télévision.
Média brassant tous les sujets, la télévision est trop souvent
considérée comme un sous-genre vulgaire par les inconditionnels
du seul septième art (qui oublient alors la quantité de nanars projetés
dans les salles obscures).
Catherine Humblot se souvient que les rédacteurs du Monde affectés
à la télévision étaient pour la plupart ignorés par les critiques de
cinéma. À L’Humanité aussi une cloison étanche sépare ceux de la
télé et ceux du cinéma. Macha Séry (journaliste et romancière) qui
Critiques de télévision, membres de notre jury pour les prix TV : Philippe Gautreau, Pierre Langlais, Léo Soesanto,
Christian Bosséno, Bernard Hunin, Colette Chaduteau, Catherine Humblot, Macha Séry.
14
Les Revenants, série achetée par Channel Four !
a collaboré, ces neuf dernières années, au supplément Télévisions
du Monde, vient de réaliser un vieux rêve en passant à la critique
littéraire. Pourtant rien ne l’irrite plus que d’entendre dire qu’il s’agit
d’une promotion, tant elle s’était investie dans la critique de télévision
et la défense de ce média injustement méprisé (3) qu’elle défend si
bien.
On le sait aujourd’hui, les choses bougent et le formidable
engouement pour les séries télévisées, américaines mais aussi
scandinaves et françaises (4), vient bousculer les lignes. Ce sont
aujourd’hui les critiques de cinéma qui se pressent pour louanger
les grandes séries (5) et au passage, pour certains, « considèrent »
enfin la télévision. Un peu à la manière du capitaine Haddock qui
découvrait que l’eau avait bon goût. ♦
(1) Parmi les rares ouvrages existants, on citera 200 téléastes français (600 pages, Corlet) de votre serviteur ; Les Fictions françaises à la télévision de Jean-Marc
Doniak (tome 1), coécrit par Nicolas Schmidt (tome 2) ; les 21 volumes de Télévision française : La Saison.
(2) Aussi détaillé pour les films de télévision que pour ceux du cinéma.
(3) En prônant une politique très ambitieuse de fiction télé, associant parfois des cinéastes, Arte, sous la direction de Pierre Chevallier, avait bousculé la donne,
certaines fictions sortant ensuite en salles. C’est seulement alors que certains critiques de cinéma, qui les avaient sous-estimées lors de leur diffusion télé, leur
tressèrent des louanges.
(4) Énorme succès, après le tabac de la série Engrenages, Spiral en anglais, à l’étranger, de la série Les Revenants, Rebound en anglais (Canal+) acheté par Channel
Four, chaîne de référence outre-Manche
(5) Marianne Behar, Macha Séry et les autres critiques férus de séries entendent bien défendre leur pré carré. Ah mais !
15
RENCONTRE AVEC...
EMMANUEL
MOURET
Propos recueillis par Patrick Flouriot
Qu’aimez-vous trouver dans les critiques
de vos films ?
« Le cinéma sans critique,
c’est du vide »
P
our Emmanuel Mouret, un film
n’existe vraiment que lorsqu’on
en parle. C’est autant le critique
qui fait advenir le cinéma que le
cinéaste. Tous deux sont intimement liés.
m’a amené à Murnau. Je ne sais pas si cela
a été possible à cause de ma fascination
pour ses films ou de mon goût pour son
écriture critique. J’ai ainsi reconstitué la
cinéphilie de cinéastes que j’aimais. J’avais
pour durer. Les films sont de plus en plus
nombreux à être conservés sous forme
numérique. Alors, un jour peut-être, ils se
seront effacés, évaporés. Le papier ayant
mieux résisté au temps, on retrouvera
Comment vous est venu votre amour du
cinéma ?
Mes parents n’aimaient pas le cinéma. Ils
n’y allaient jamais. Nous n’avions pas la
télé à la maison. C’est par sa privation que
le cinéma m’a attiré. Je regardais la télé
chez ma grand-mère. J’étais fasciné par
les comédies burlesques, de Buster Keaton
jusqu’à Pierre Richard, dont j’étais un
immense admirateur, en passant par Jerry
Lewis, pour leurs gags et leur personnage
principal, malhabile et inadapté, auquel
je m’identifiais complètement. Ce qui me
réjouissait, c’était que ce maladroit ne
sombrait pas dans la dépression, qu’il y
avait toujours une charmante personne
jetant un regard tendre sur lui.
J’ai
commencé à aller au cinéma de façon
régulière à partir de 14 ans. Mais j’avais
déjà décidé de faire du cinéma quand
j’avais 12 ans, alors que je n’avais pas vu
une grande quantité de films. Comprenant
mon intérêt, mes parents ont acheté une
télévision et un magnétoscope. Comme
beaucoup de provinciaux, j’ai connu
nombre de films intéressants grâce à la
VHS.
À 14 ans, vous lisiez des critiques de film ?
J’ai commencé par les critiques écrites par
des cinéastes, ceux de la Nouvelle Vague.
J’ai été captivé par le cinéma de Jean-Luc
Godard puis j’ai lu ses articles. Ensuite, de
fil en aiguille, ceux de Truffaut, Rohmer et
Bazin. J’ai découvert que Godard parlait
de tel cinéaste, de Sirk par exemple, j’ai
donc voulu voir les films de Sirk. Rohmer
16
cinéaste, tout simplement parce qu’il n’est
pas à même d’entendre ce qu’on dit sur lui.
Dans la grande fébrilité d’une sortie de film,
il y a plein de remarques que je ne peux pas
entendre.
La preuve que certaines de mes intentions
sont passées. Bien sûr, j’apprécie également
les critiques positives, mais souvent le film
est aimé pour des raisons qui m’échappent.
C’est normal, car un film échappe à son
metteur en scène. Le pire pour une critique,
c’est lorsqu’elle n’est qu’un compte-rendu
convenu et « extérieur ». Chez les critiques
qui ont beaucoup compté pour moi,
comme Bazin, Douchet et Daney, ce que
j’ai aimé, c’est que leur analyse soit celle de
leurs propres sensations. C’est ainsi qu’ils
sont parvenus à l’intimité du film. Dans une
« bonne » critique, on sent que quelqu’un
CRITIQUER
PERMET à la fois
de regarder le cinéma
et de vivre plus
pleinement.
Emmanuel Mouret au SFCC en compagnie de Patrick Flouriot
pour programme les grands classiques, et
c’est toujours vrai. Je vois très peu de films
récents depuis que je suis réalisateur et que
j’ai des enfants alors que, durant toute une
période, j’allais tous les jours au cinéma.
La critique s’occupant essentiellement de
l’actualité, je la lis peu.
J’adore, c’est très personnel, lire les
critiques de films que je vois, par exemple,
dix ou quinze ans après leur sortie. C’est
amusant de découvrir comment une
œuvre a été reçue, surtout si, maintenant,
elle est considérée comme une référence.
Pour moi, une critique doit être écrite
des articles critiques, grâce auxquels on
pourra se faire une idée des titres disparus.
On aura ainsi à disposition l’empreinte de
chaque film dans ces textes, à la manière
des traces conservées dans la lave à
Pompéi.
La critique peut-elle vous faire découvrir
des choses sur vous-même ?
Oui, mais ces choses ne m’aident pas
beaucoup. Je préfère quand un critique a
perçu quelque chose de mes intentions,
même si mon désir, en fait, c’est de ne
pas en avoir. Une critique peut parler à
beaucoup de personnes et pas du tout au
d’autre est en train de vous parler.
J’adore écouter des gens parler de cinéma.
Que ce soit en lisant une critique ou en
écoutant un ami faire la sienne, j’aime
beaucoup qu’on me parle d’un film avant
que j’aille le voir. Cela provoque en moi une
attente et peut même rendre ensuite plus
palpitant le visionnage. Cela ne me déplaît
pas de connaître la fin. Il y a des films dont
j’ai tellement entendu parler que je me
suis fait « tout un cinéma » avant de les
voir. Le récit qu’on m’en a fait était parfois
plus passionnant que le film lui-même. Le
cinéma commence véritablement quand
on formule, ne serait-ce que mentalement,
ce qu’on a vu sur l’écran. De toute façon,
la critique, on la fait dès que la séance
est finie. On cherche les mots, on passe
beaucoup de temps à y penser et à en
parler. C’est pour cela que la critique est intimement - liée au cinéma.
La critique est une forme d’élucidation ?
Oui. On ne perçoit que ce qu’on peut
formuler. Critiquer, c’est apprendre à
distinguer, à détacher les choses les unes
des autres, ce qui permet de comprendre
les relations qu’il y a entre elles. C’est
apprendre à voir ce qu’on a ressenti et
comment ceci était plus ou moins fabriqué.
Cela permet à la fois de regarder le cinéma
et de vivre plus pleinement.
Le cinéma sans critique, ce n’est rien, c’est
du vide. Un film n’existe véritablement que
si on en parle. Nous sommes des êtres de
parole, fondés par la parole. C’est d’ailleurs
pour cela que la critique est aussi une
affaire de style. Au montage, je cherche à
retrouver intellectuellement une certaine
innocence pour éprouver pleinement le
film. La critique aussi : c’est l’innocence
retrouvée mais, en plus, savourée.
Avez-vous trouvé parfois une solution de
mise en scène dans un article critique ?
Oui. Par exemple, je pense dans certaines
occasions à un article de Rohmer sur un
film de Mankiewicz, Un Américain bien
tranquille. Il soulignait que la vitesse
avec laquelle parlaient les personnages
mobilisait l’attention du spectateur, obligé
de rester concentré sur le film pour ne rien
en perdre. J’estime, en effet, que je ne vais
pas assez vite. J’essaie de faire des progrès.
J’ai peur d’ennuyer.
Vous êtes-vous interdit quelque chose qui
a été pointé comme une faiblesse par la
critique ?
Oui, le fait de jouer dans mes films.
Cela insupporte certains. Pour eux, cela
fiche le film en l’air. Dans le précédent,
j’apparaissais à peine. Dans le prochain, je
me suis abstenu.
Est-ce que la critique vous a aidé à faire
un film ?
En un sens, oui. J’ai eu la chance d’être
soutenu. Cela m’a donné de la force pour
continuer. La critique peut énormément
aider le cinéaste et son producteur à tenir
moralement. Le cinéma est beaucoup
affaire de moral. Sans « e ». ♦
17
eux et nous
Au départ était
la curiosité
Avec Jean-Jacques Annaud
Avec Olivier Assayas
Par Yves Alion
L’article inaugural de cette nouvelle rubrique ne nous a pas
pris en traître. L’ami Gérard avait même écrit en toutes lettres :
« S’il manque des volontaires, on les désignera ». Me voici donc
volontaire. Mais puisque j’ai carte blanche et que les temps sont
à la transparence, que l’on me permette de ne pas me calquer
sur la prudence de Sioux de mon prédécesseur : je vais donner
des noms…
A
Avec Alain Corneau
Avec Jacques Doillon
18
u prime abord, le sujet fleure bon
ceux qui nous étaient imposés en
classe de français dans les annéeslycée. Et l’on est naturellement
tenté de jouer sur les mots pour mieux en
cerner les limites. Qu’est-ce que l’amitié ?
La connivence ? La critique ? On ne va pas
ergoter. Même si je ne suis pas critique
(l’analyse en profondeur d’un film pour en
déterminer la valeur intrinsèque n’est pas
l’exercice que je pratique le plus souvent,
j’avoue préférer les interviews). Et pas même
journaliste (on m’a sucré ma carte au motif
que le travail dans les festivals, l’animation
de débats ou la confection de bonus DVD ne
relèvent pas du journalisme)… Je suis donc
SDF (sans dénomination fixe) et cela me va
très bien. Mais venons-en à nos moutons.
Au mitan des années 90, j’ai eu le privilège de
coordonner un Dictionnaire des cinéastes
européens pour lequel j’avais embauché
une douzaine de camarades. Les papiers
n’étaient pas signés. Un jour, à Cannes, alors
que j’avais réuni Claude Miller et Jacques
Fansten pour parler de Jean Renoir, j’ai offert
un exemplaire de ce dictionnaire à mes
deux invités, qui naturellement y figuraient.
Jacques Fansten a lancé l’hypothèse que
l’article le concernant était de mon fait,
puisque « j’étais le seul à avoir vu nombre de
ses téléfilms ». Et Claude Miller a parié que
le sien émanait de notre rédac’ chef préféré,
Gérard Lenne, puisque ce dernier « croyait
que tous étaient des obsédés sexuels alors
que c’est lui qui l’était ». C’était de l’humour,
faut-il le préciser. En tous cas, les deux
avaient raison. Ce qui prouve que si nous
connaissons ceux dont nous admirons les
films, ces derniers ne nous ignorent pas.
Il en va des liens que nous avons avec les
cinéastes comme de toute autre relation,
l’indifférence n’étant pas exclue. Mais
l’amitié non plus. D’autant que nous avons
quand même beaucoup en commun.
L’amour du cinéma par exemple, même si
nous jugeons que pour quelques metteurs
en scène la réciproque n’est pas vraie (le
cinéma ne les aime manifestement pas).
C’est vrai qu’il existe une certaine ambiguïté
et qu’un lien paraît difficilement durable si
nous n’aimons pas les films qu’ils signent.
Mais avons-nous vraiment envie de passer
du temps avec ceux dont l’œuvre nous
débecte ? Cela étant dit, il faut rapporter la
force de cette ambiguïté à l’importance de
notre avis sur la carrière du film. Nous ne
sommes plus à l’époque où un papier de
Bory dans Le Nouvel Obs pouvait changer
la carrière d’un film. Soyons humbles, nos
rangs ne comptent que peu de prophètes.
Tout en gardant à l’esprit qu’à part quelques
grands pervers, la plupart des artistes aiment
bien qu’on les aime.
Au départ était la curiosité. C’est vrai qu’il est
tentant de frotter ses fantasmes à l’épreuve
du réel. En faisant la connaissance de ceux
qui ont réalisé ou interprété les films qui
nous émeuvent. J’ai passé, alors que je
débutais, deux heures en compagnie de
Catherine Deneuve, alors la plus belle et la
plus piquante de toutes les femmes. J’ai mis
longtemps à m’en remettre. Par la suite j’ai
rencontré Jacqueline Delubac, approchant
ainsi indirectement Guitry pour qui j’ai la plus
grande admiration. J’ai fait la bise à Carroll
Baker (elle n’était plus Baby Doll, mais son
charme restait immense). J’ai rendu visite
à Jack Cardiff, qui exposait dans sa cuisine
les photos de ses copines, Marilyn Monroe,
Ava Gardner, Marlene Dietrich, Ingrid
Bergman, Sophia Loren, etc. Peut-être me
trouverez-vous fleur bleue, mais je dois
admettre que j’ai eu ce jour-là le sentiment
de remonter le temps et de plonger tête la
première dans la grande Histoire du cinéma.
J’ai eu l’impression de toucher du doigt ce
qui nous fait tous rêver. Car nous sommes
tous des rêveurs. Et nos interlocuteurs
n’ont rien à nous envier. Le bonheur est
évidemment immense d’établir une relation
durable avec ceux dont l’œuvre nous touche
intimement, c’est une façon de prolonger
un lien unique. L’une de mes plus grandes
fiertés est d’avoir entretenu une relation,
épisodique mais pleine, avec Dino Risi, dont
l’humour décapant et l’acuité du regard
étaient sans équivalent. J’ai eu l’impression
(à tort ou à raison) de mieux comprendre la
comédie italienne, faite de cruauté mais pas
de misanthropie. Mais cela ne marche pas à
tous les coups. Ettore Scola, qui est un peu
sur le même créneau (Nous nous sommes
tant aimés me fait pleurer à chaque fois),
s’est toujours montré plutôt désagréable…
Mais il faut bien que quelques déceptions
contrebalancent nos coups de cœur. Certains
cinéastes sont infréquentables, trimballant
notamment des egos d’anthologie. Après
avoir croisé le chemin de plusieurs centaines
d’hommes et de femmes de cinéma, je dois
dire que Michael Cacoyannis reste inégalable
à ce sujet. Avec lui, nous étions au-delà du
pittoresque. Mais bon, ce n’est pas une
sinécure de se vouloir artiste.
Je crois sincèrement que notre activité nous
incite à une part d’intimité. Les cinéastes se
livrent dans leurs films. Et nous abordons
nécessairement des choses intimes en
parlant cinéma avec eux. L’expérience la
plus marquante à ce sujet est évidemment
le livre que j’ai signé avec l’ami Jean OlléLaprune, Claude Lelouch : mode d’emploi.
L’occasion d’une fréquentation assidue de
l’un des cinéastes les plus mésestimés de
la planète (et dont nous avions l’ambition,
peut-être la vanité, de mettre en lumière
l’incomparable richesse). Les séances de
travail pour une interview non-stop portant
sur tous ses films se sont parfois prolongées
jusqu’à sa maison de Normandie, où nous
passions le week-end. J’ai bien le sentiment
que nous dépassons ici la simple connivence
pour un vrai lien d’amitié. Qui a perduré.
J’ai la faiblesse de penser que cela ne me
rend pas aveugle aux faiblesses de certains
de ses films. Ni bien sûr à son talent et à la
cohérence de son univers.
Au fil des années, les cinéastes sont parfois
devenus des proches. Au point d’avoir
un très grand chagrin en me rendant aux
obsèques de certains, Claude Miller, Jacques
Poitrenaud, Patrick Schulmann, pour n’en
citer que trois. Qui me manquent autant
que l’ami Boujut… Le Père Lachaise est
définitivement (hélas) un lieu de cinéma.
Cette intimité fausse-t-elle notre jugement ?
Ou l’enrichit-elle ? D’abord, nous ne sommes
pas des inspecteurs de la répression des
fraudes. Et notre jugement vaut ce que
nous sommes, avec notre subjectivité.
Ayons l’honnêteté de reconnaître que notre
impression sur un film peut différer selon
que nous sommes heureux en amour ou
pas, que nous rentrons de vacances ou que
nous sommes noyés dans les projections
de presse, que le thème nous touche de
près ou qu’il illustre (avec génie) la pêche
aux crevettes dans le Pacifique. Assumons
cette subjectivité et tâchons de ne pas être
odieux. Un cinéaste comprendra que l’on
« n’accroche pas » à son film, moins qu’il
nous « fasse vomir ». Je n’ai pas aimé que
l’on écrive (dans Libé) « Philippe Noiret a de
grosses fesses » pour descendre un film qu’il
interprétait.
Et puis ce n’est pas « eux et nous », comme
s’il existait un mur de Berlin. Nous avons
en commun de croire que le cinéma nous
grandit. Nous le vivons avec passion,
c’est notre mode de vie plus qu’une
simple occupation. C’est pour cela que,
définitivement, je revendique des amis dans
des milieux différents. Y compris dans la
critique. ♦
19
NOS GRANDS ANCIENS
HENRI AGEL
UN DANDY
EN QUête de graal
Par Gérard Lenne
À l’âge d’or des années 50, quand
l’animation culturelle prend son
essor, que le mouvement des cinéclubs fait florès, que les revues de
cinéma se multiplient et qu’on
commence à évoquer à l’école, en
cours de culture générale, ce qu’on
appelle avec émerveillement le
« 7e art », Henri Agel est une figure
de proue de la critique.
Et, puisqu’en ce temps, une rivalité ardente
oppose laïcs et cathos, il a choisi son camp :
celui de la croix qu’il arbore crânement au
revers de son veston.
Aujourd’hui, cela poserait sans doute quelque
problème mais, au lycée Voltaire, quand il
anime la classe de préparation au concours
de l’Idhec qu’il y a créée, cela fait partie de
son personnage. Il peut bien proclamer de
temps en temps sa « foi en Jésus-Christ »,
puisqu’il nous tient en haleine en nous
parlant de cinéma avec autant de ferveur
et d’enthousiasme. Demandez à tous ses
anciens élèves, d’Alain Riou à Yves Boisset,
de Frédéric Vitoux à Christian de Chalonge,
d’André Téchiné à Pascal Bonitzer. Et Serge
Daney, Alain Corneau et Claude Miller
auraient renchéri…
Il y avait chez Agel une sincérité et une
honnêteté sans faille. Cinéphile convaincu,
il a refusé les compromissions de la presse
confessionnelle où, à l’époque, les options
religieuses prenaient le pas sur la pertinence
du jugement, c’est-à-dire qu’on louait les
films bien-pensants médiocres aux dépens
des chefs-d’œuvre sentant le soufre.
Combien de fois, animant des séances de
ciné-clubs, a-t-il dû ferrailler contre un
public de bigots afin d’imposer des cinéastes
selon son cœur ?
Parmi ceux-ci, Jean Renoir avant tout,
Grémillon, Rossellini bien sûr, Borzage
20
forcément, et Flaherty, pour lequel il rejoint
André Bazin dans son éloge du planséquence… Choix esthétique et humaniste
que ce parti pris contre la poudre aux yeux
et les facilités du montage. Agel défend bec
et ongles le cinéma qui montre contre celui
qui démontre. Ce qui lui permet, en parfaite
cohérence avec ses options philosophiques,
de rejeter le théoricien marxiste Eisenstein et
d’ignorer le provocateur surréaliste Buñuel.
Mais il n’est pas fermé au dialogue, et encore
moins à la modernité : la Nouvelle Vague
l’exalte, il soutient Godard et Pierrot le fou…
Il remet à jour sa bible personnelle, au soustitre éloquent : Les Grands Cinéastes… que
je propose (Éditions universitaires, 1960). Car
cet éducateur n’impose rien.
IL Y avait chez AGEL
une sincérité
et une honnêteté
sans faille
Chez les Américains, il est très partagé sur
John Ford, n’apprécie guère sa période
démonstrative
(celle
des
scénarios
humanistes de Dudley Nichols), se plaint que
La Chevauchée fantastique soit un huis clos
dans une diligence, appelle de ses vœux les
grands espaces du western… Mais il voue un
culte à Nicholas Ray, Johnny Guitare est un
de ses films fétiches, qu’il vient présenter à la
cinémathèque de Chaillot pour son jubilé de
cinéma. Il en vante inlassablement l’usage
des couleurs qui y orchestre l’intervention
des « forces telluriques »… La mythologie
grecque n’est jamais loin quand il analyse un
polar, un western ou un film d’aventures.
C’est que cet orateur impeccable, ce prof
passionnant fut d’abord un brillant normalien.
Une photo de classe, prise dans la cour de la
rue d’Ulm, le montre avec ses condisciples,
parmi lesquels Georges Pompidou (né,
comme lui, en 1911) et Léopold Sédar
Senghor. Latiniste et helléniste, bien
entendu, militant acharné de cette culture
classique, il découvrit le cinéma à l’âge des
études. Quand il écrivit sur le tard un Greta
Garbo (Librairie Séguier, 1990), je fus d’abord
surpris, avant de me rendre compte qu’il avait
été, à la fin des années vingt, ce post-ado
complètement fan, comme ses condisciples,
de la « Divine », venue de Suède… Bien
oubliée aujourd’hui, cette Garbomania fut la
folie d’une génération.
Ensuite, Agel a dévoré des milliers de
films. Le jeune prof a mené de front sa vie
professionnelle et sa passion cinéphilique
jusqu’à la jonction de l’une et de l’autre
après la Libération. En 1948, la fondation de
la classe du lycée Voltaire précède de peu
le coup d’envoi, en 1952, de la collection
« 7e Art », avec son Le cinéma a-t-il une
âme ? (13 000 exemplaires vendus ! De
quoi rêver, de nos jours…). C’est l’œuvre des
éditions du Cerf, dirigée par les Dominicains
qui trempent aussi dans le lancement de
Radio-Cinéma, le futur Télérama. Mais Agel
est un esprit trop libre, trop indépendant…
Il vilipende l’Université, ses routines, son
manque d’audace, et il ne se sent pas à l’aise
chez les cathos trop conventionnels.
Une classe préparatoire se doit, certes,
d’être efficace. Il multiplie les conseils pour
le concours sur ce qui plairait ou non à
« Monsieur Mitry » ou « Monsieur Sadoul »
(membres habituels du jury). Au-delà de
ces nécessités, comme tout un chacun, il
a ses constantes, certains diront ses idées
fixes, qui font d’ailleurs tout son charme. À
tout bout de champ, il nous cite Rimbaud,
ponctuant inlassablement du poing sur
son pupitre : « Je est un autre », « Nous ne
sommes pas au monde » et « L’amour est à
réinventer »… Il se réfère autant au fatum de
la tragédie grecque, qu’il traque chez Fritz
Lang, qu’à la figure du dandy, qu’il célèbre de
Barbey d’Aurevilly à Oscar Wilde.
Mais son thème de prédilection est
incontestablement la quête du Graal,
une grille de lecture qu’on peut appliquer
pratiquement à tous les films. Nous en
sourions. Un jour, il nous projette Whisky
à gogo, et nous devons plancher sur cette
comédie de Mackendrick. Pas besoin de
nous concerter pour que la plupart d’entre
nous voient dans le breuvage écossais une
métaphore transparente du divin fluide.
Dès 1967, il a quitté le lycée Voltaire pour le
Midi. Il nous l’avait bien dit, qu’il voulait se
retirer au soleil pour vivre plus longtemps et,
en effet, il y a atteint ses 97 ans. Il a terminé
tranquillement sa carrière à la fac des Lettres
de Montpellier, mais n’a pas cessé pour
autant, jusqu’aux dernières années, d’animer
des ciné-clubs locaux. Et, bien sûr, d’écrire
des livres, qui restent, car il avait la plume
aussi alerte que l’esprit.
Une trentaine de volumes publiés, dont
plusieurs cosignés avec son épouse
Geneviève, constituent son héritage. Que
lire d’Agel ? Après Le cinéma a-t-il une
âme ?, il y a quelques textes à réserver aux
spécialistes, comme Le Visage du Christ
à l’écran (Desclée, 1985). Dans la veine
métaphysique on peut préférer la réflexion
de Cinéma et nouvelle naissance (Albin
Michel, 1981). Entre deux vulgarisations,
on appréciera ses théories esthétiques
avec L’Espace cinématographique (JeanPierre Delarge, 1978). Ses approches de
Grémillon (Bruxelles, 1958) ou de Flaherty
(Seghers, 1965) gardent leur actualité. Mais
l’incontournable Romance américaine (Cerf,
1963) reste, sans doute, son ouvrage le plus
agélien. Sa réédition, en 2004, a permis
de boucler la boucle. Celle d’un homme
qui, restant fidèle à ses convictions les plus
profondes, ne leur a jamais sacrifié son
amour communicatif du cinéma. ♦
21
INTERNET
Le Web peut-il devenir
une salle de cinéma
(pas) comme les autres ?
Par Marie-Pauline Mollaret
« Tu sors ce soir ? - Ah non, surtout pas, il
y a le nouveau Pedro Almodovar en avantpremière sur Youtube dix jours avant sa sortie en salles ! » Si une scène comme celle-ci
n’est pas encore courante, elle n’appartient
pas pour autant à la science-fiction. Internet
est en effet en train de s’imposer (lentement,
mais implacablement) comme un nouveau
lieu légitime de distribution des films, au
même titre que la salle traditionnelle.
À l’automne 2012, deux longs métrages ont
ainsi créé l’événement en faisant leur avantpremière sur le site Dailymotion plusieurs
jours avant leur sortie officielle. Les Paradis
artificiels, de Marcos Prado, et #Nuit 1, de
Anne Émond, étaient disponibles gratuitement sur le site de partage de vidéos en
ligne pendant une durée limitée, et ont tous
deux attiré quelques milliers de spectateurs
curieux.
Les avantages d’une telle initiative ? Faire
parler du film, bien sûr, et lui offrir une visibilité forcément décuplée par rapport à une
avant-première classique, le tout à moindre
coût. C’est aussi l’occasion de booster le
bouche-à-oreille (le fameux effet « viral »
du Web) et de générer un certain désir pour
l’œuvre ainsi exposée. Mais, surtout, c’est
une manière extrêmement offensive d’aller
chercher le spectateur dans son cercle le
plus intime : sur son ordinateur, sa tablette
ou son smartphone, sans que cela semble le
moins du monde intrusif.
Aujourd’hui, les spectateurs sont on ne peut
plus habitués au formidable vecteur de diffusion qu’est Internet. Le piratage, à l’image
de son vieux complice Megaupload, n’en finit
pas de renaître de ses cendres. L’offre légale
n’est pas en reste, avec une croissance de
23 % en 2012, soit soixante millions d’actes
payants. Sans parler des sites qui proposent
gratuitement des œuvres tombées dans le
domaine public. C’est un fait, et quoi qu’on
en pense, le cinéma se décline de plus
en plus sur le Web. Alors pourquoi ne pas
prendre les devants et surfer directement sur
la vague ?
En Europe, certains l’ont déjà bien compris, à l’image du Suédois Simon Klose, qui
a choisi de proposer gratuitement son documentaire TPB AFK : The Pirate Bay Away
From Keyboard sur Youtube dès le jour de
sa présentation officielle au Festival de Ber-
lin 2013. Moins de vingt-quatre heures après
sa mise en ligne, le film avait déjà été vu
200 000 fois. Moins d’une semaine plus tard,
il avait dépassé le million de visionnages. Un
objectif auquel il n’aurait évidemment jamais
pu rêver s’il s’était cantonné au circuit traditionnel.
Dans le même ordre d’idée, en mars dernier,
le film anglais indépendant Pulp, d’Adam
Hamdy et Shaun Magher, est devenu le premier long métrage à sortir en exclusivité sur
Xbox, après une carrière relativement prometteuse dans des festivals comme Marbella
ou SFX. Justification de l’un ses auteurs,
Adam Hamdy ? « La Xbox 360 peut distribuer
instantanément Pulp à des millions de spectateurs britanniques et lui offrir une visibilité
impossible par les moyens traditionnels. »
Sous-entendu : cela coûte aujourd’hui trop
cher à un film au budget modeste d’assurer
une sortie en salles correcte ainsi que la promotion qui va avec.
On sent bien que si la tendance est indéniable, elle se cherche encore, tout un modèle (économique) restant à inventer. Car
choisir Internet comme lieu de diffusion parallèle à la salle de cinéma n’a rien d’anodin.
Pire, cela vient bouleverser la chronologie
des médias qui régit en France l’ordre dans
lequel chacun d’entre eux a le droit de diffuser un long métrage de cinéma (voir encadré).
Ainsi, Les Paradis artificiels, de Marcos Prado,
a-t-il fait les frais de son audace. Parce qu’il
avait été proposé librement sur Dailymotion
avant sa sortie, et n’était de ce fait plus une
exclusivité, le film a été littéralement boycotté par une partie des exploitants qui s’étaient
engagés à le programmer et seuls trois (sur
quinze) ont finalement choisi de le maintenir. Désastreux pour le film, et pas très engageant pour ceux qui envisagent de suivre ses
traces.
Et pourtant. Comme le souligne Giuseppe
de Martino, secrétaire général de Dailymotion : «Il faut vraiment que les nouvelles plateformes comme les nôtres soient vues désormais par l’industrie culturelle comme un
relais de diffusion et de distribution et non
pas comme un nouveau monde dangereux.
On doit s’entendre, c’est le mot d’ordre. On
évoluera ensemble et toutes les passerelles
possibles doivent être testées.»
En écho, de plus en plus de voix s’élèvent
pour réclamer une remise en question indispensable du système existant. Malgré l’assouplissement de la chronologie des médias
en 2009, le cinéma demeure légalement le
premier vecteur de diffusion. Mais certains
professionnels réfléchissent à la possibilité
d’une simultanéité sur plusieurs supports.
Lors des Rencontres cinématographiques
de Lyon qui se tenaient en octobre 2012, la
question a notamment été abordée par Bernard Tani, directeur de la vidéo à la demande
chez Orange. « Il y a un segment de films
pour lesquels [une diffusion parallèle en VàD
(vidéo à la demande)] peut augmenter les
recettes », a-t-il relevé, proposant d’essayer
des sorties en VàD soit « dans la zone de la
sortie en salles » pour des films non-coproduits par des chaînes de télévision, soit au
contraire dans des zones où le film n’est pas
distribué en salles, et ce, afin de permettre
aux spectateurs d’y avoir accès malgré tout.
Des films fragiles, indépendants ou engagés
pourraient bénéficier d’une telle politique.
D’autant que la productrice britannique Rebecca O’Brian expliquait, elle aussi, à Dijon
que sortir des films en salles et en VàD au
même moment lui avait permis de « doubler
le box-office et d’atteindre une nouvelle audience, par exemple les soldats britanniques
expatriés ».
De son côté, l’ARP (Société civile des auteurs,
réalisateurs et producteurs) réclame depuis
plusieurs années le droit d’opérer des expérimentations sur la chronologie des médias. Logiquement, elle pilote le projet Tide
(Transversal international distribution in Europe), retenu à l’automne par le programme
22
européen Media dans son action préparatoire sur la « circulation des films en Europe à
l’ère numérique ». L’idée est de sortir quatre
films sur le modèle day-and-date, c’est-àdire simultanément ou quasi simultanément
en salle et en VàD. Le premier film à bénéficier de l’expérience est A Musical Journey
With Gilberto Gil, de Pierre-Yves Borgeaud,
qui sera à l’affiche de dix pays européens
entre avril et juillet 2013. En France, il sera
disponible sur iTunes et Orange pendant les
trois semaines précédant sa sortie en salles,
le 8 mai.
Les premiers résultats de l’expérimentation
devraient être connus début 2014, ce qui
permettra de nourrir la réflexion déjà engagée. Même s’il est a priori difficile de déterminer si cette manière d’offrir un canal supplémentaire à certaines œuvres fragiles peut
vraiment porter ses fruits, et surtout si un
modèle économique cohérent peut en dé-
couler, il paraît indispensable de multiplier les
expériences et les initiatives pour au moins
essayer de penser un nouveau modèle. Le
cinéma ne peut pas, en effet, se permettre
de réitérer l’erreur commise par l’industrie du
disque, qui a trop longtemps snobé le Web,
niant le formidable potentiel qu’il offre. Il doit
au contraire saisir toute occasion de gagner
en visibilité, en efficacité et en modernité. ♦
Chronologie actuelle
des médias
DVD et VàD : 4 mois après la sortie
en salle
Télévision payante : 10 mois
Télévision gratuite : 22 mois
(si la chaîne a coproduit le film)
VàD illimitée sur abonnement : 36 mois
VàD gratuite : 48 mois
23
contournables du cinéma comique français
de Christophe Geudin et Jérémie Imbert,
Fetjaine.
Repères
bibliographiques
Le Cinéma fantastique en France : 18971982, sous la direction de Béatrice de Pastre,
CNC/Archives françaises du film/Scope.
Parutions 2013/1
Paris fait son cinéma, de Béatrice Billon
et Barbara Boespflug, Chêne. Paris vu par
Hollywood, sous la direction d’Antoine de
Baecque, Flammarion.
Un cinéma aux mille visages : le
film à épisodes en France, 19151932, de Christophe Trebuil, AFRHC.
par Claude Gauteur
De l’univers
visible et invisible
Par Cyrille Latour
L’Amourier, 206 p., 17,50 €
Surprise ! Le premier opus du président
des Fiches du cinéma n’est pas un ouvrage
consacré au 7e art, mais un roman. Pour notre
plus grand plaisir, ce récit envoûtant mêle un
fantastique calmement dérangeant, qui évoque
(jusque dans le titre) les contes de Théophile
Gautier, et un univers captieusement rationnel
et réaliste qui rappelle celui d’un Perec. Avec
une force faussement tranquille, portée par
un style aussi fluide que nerveux (le roman est
parsemé de formules heureuses telle « le doux
miracle de la monotonie »), Cyrille Latour nous
met peu à peu dans la peau de son antihéros
central, ingénieur au chômage (mais est-ce
si important ?), qui pénètre, comme ça, dans
les maisons et les univers d’inconnus, et se
mêle de et à leur existence, « archéologue
improvisé de (…) vies fantômes ». Un univers
qu’envahissent, fantasmes ou réels, présents
ou absents, père, mère, compagne... Où,
par le biais d’un longtemps mystérieux M.
Edouard, autre antihéros fascinant et belle
création littéraire, s’immiscent histoire et
mysticisme (l’ex-Yougoslavie des récentes
années de guerre, les apparitions de la Vierge,
la « Gospa », à de jeunes villageoises croates).
Un roman, donc, et d’une grande originalité.
Mais l’histoire, le découpage, la narration de
ce voyage entre passé, présent, rêve et réalité,
sont si constamment « cinématographiques »
(l’ancrage du récit dans un Paris aussi irréel que
précis évoque bien sûr Rivette), qu’on ne doute
pas qu’un disciple de celui-ci, ou de Ruiz par
exemple, s’en empare…
Christian Berger
24
HISTOIRE
Histoire générale
Avant le cinéma : L’œil et l’image, textes réunis par Daniel Banda et José Moure, Armand
Colin. Le Cinéma muet de Pierre Allard,
L’àpart éditions (Turquant, Maine-et-Loire).
Alice Guy, Léon Gaumont et les débuts du
film sonore, sous la direction de Maurice
Gianati et Laurent Mannoni, John Libbey
Eurotext (Montrouge, Hauts-de-Seine). Les
100 meilleurs films des années 90 de Jürgen
Müller, Taschen (Cologne, Allemagne). Histoire du cinéma, collectif, National Geographic (Gennevilliers, Hauts-de-Seine).
Cinémas nationaux
Hollywood et le rêve américain. Cinéma
et idéologie aux États-Unis de Anne-Marie
Bidaud, Armand Colin. Hollywood et la politique de Claude Vaillantcourt, éditions Écosociété, Montréal (Canada). L’Amérique des
frères Coen de Julie Assouly, CNRS éditions.
Europe et Hollywood à l’écran : regards
croisés. European and Hollywood cinéma
: cultural exchanges, sous la direction de
Gilles Menegaldo, Michel Houdiard. Universal Studios : 100 ans de cinéma, sous la
direction de Jean-François Rauger, Cinémathèque française/éditions de La Martinière.
L’Antre de la Hammer de Marcus Hearn,
Akileos (Talence, Gironde).
Aux armes, cinéma ! : Argentine 1966-1976 :
Le PRT-ERP et Le Ciné de la Base de Joaquin
Manzi, PUF (Paris)/Futuroscope (Vienne)/
CNED. Cinéma et turbulences politiques en
Amérique latine, sous la direction de Jimena
Paz Obregon Iturra et Adela Pinada Franco,
Presses universitaires de Rennes. Cinéma
et audiovisuel latino-américain : l’Indien,
images et conflits de Angelica Maria Mateus
Mora, L’Harmattan. Indiens du Brésil : (in)visibilités médiatiques d’Erika Thomas, L’Harmattan.
Annales du cinéma français. Les Voies du silence, 1895-1929 de Pierre Lherminier, Nouveau monde éditions. Tout feu tout flamme,
une traversée du cinéma français d’Olivier
Barrot, Cahiers du cinéma. Je vous trouve
très conformiste. Panorama impertinent du
cinéma français de Pierre Bas, Vendémiaire.
Dictionnaire du cinéma israélien : reflet insolite d’une société de Hèlène Schoumann,
Cosmopole éditions.
Regards sur le cinéma libanais 1990-2010 de
Elie Yazbek, L’Harmattan.
L’Apocalypse Cinéma. 2012 et autres fins du
monde de Peter Szendy, Capricci (Nantes,
Loire-Atlantique).
Le Film événement de Diana Gonzalez, Armand Colin.
Les Films de campus : l’université au cinéma de Emmanuel Ethis et Damien Malinas,
Armand Colin.
Cinémathèque de Tanger, collectif édité
par Omar Berrada et Yto Berrada, Librairie
des Colonnes (Tanger)/Virreina Centre de
la Itmage (Barcelone). Collection Cinéma,
sous la direction de Philippe-Alain Michaud,
Centre Pompidou.
Le Cinéma à l’heure du numérique : pratiques et publics, collectif, MKF. L’Image numérique au cinéma : historique, esthétique
et technique d’une révolution technologique
de Philippe Lemieux, L’Harmattan.
Henri Alekan : l’enfant des lumières de
Pierre-Alexandre Schwab, Hermann.
Profession administrateur de production de
films de Christophe Mahé-Menant, Eyrolles.
Genres
Road Movies de Marc Rosmini, éditions
Images en manœuvres. Le train fait son cinéma de Georges Di Lallo et Patrick Brion,
Riveneuve.
Esthétique du cinéma d’animation de
Georges Sifianos, éditions du Cerf/Corlet.
Les Superhéros au cinéma de Olivier Delcroix, Hoëbeke/France Info. Toi Tarzan, moi
fan de Claude Aziza, Klincksieck.
Créatures fantastiques et monstres au cinéma de John Landis, Flammarion.
Le Film noir : histoire et signification d’un
genre populaire subversif de Jean-Pierre
Eskenazi, CNRS éditions.
Hollywood Musicals. Les 100 plus grands
films musicaux de tous les temps de Ken
Bloom, Gremese.
Tartes à la crème et coups de pied aux
fesses : le cinéma comique américain. 1. Les
années flamboyantes du court métrage de
Enrico Giocavolli, Gremese (Saint-Denissur-Sarthon, Orne)
Péplum : l’Antiquité spectacle, sous la direction de Hélène Lafont-Couturier, Département du Rhône, Musée gallo-romain de
Lyon Fourvière, Musée archéologique de
Saint-Romain-en-Gal. Le Péplum italien
1946-1966 : grandeur et décadence d’une
antiquité populaire de Florent Fourcart, éditions IMHO
L’Univers de la science-fiction… et au-delà
de Michel Mallory, Rizzoli International Publications (New-York, USA).
Les Comédies à la française : 250 films in-
Divers
Jacques Aumont : Que reste-t-il du cinéma
? Vrin. Laurent Chollet avec la collaboration
de Philippe Lombard et Armelle Leroy : Le
Cinéma de ma jeunesse. Cinéphiles de notre
temps 1945-1995, Hors Collection.
Cinématismes: la littérature au prisme du
cinéma, sous la direction de Jacqueline Nacache et Jean-Loup Bourget, P. Lang (Berne,
Suisse). Entre littérature et cinéma : les affinités électives de Jean Cleder, Armand Colin.
Les Théories du cinéma depuis 1945 de
Francesco Cassatti, Armand Colin. Approches to Film and Reception Theories :
cinéma et théories de la réception, études
réunies et présentées par Christophe Gelley
et David Roche, Presses universitaires Blaise
Pascal (Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme)
La Critique sociale au cinéma de Franck Fischbach, Vrin. Habiter le monde : éloge du
poétique dans le cinéma du réel de Corinne
Maury, Yellow Now (Crisnée, Belgique).
Changements de têtes, de Georges Méliès
à David Lynch de Diane Arnaud, Rouge profond (Pertuis, Vaucluse). Dali Cinéma, sous la
direction de Matthew Gale, G3J éditeur.
L’Enfant acteur, de François Truffaut à Steven
Spielberg et Jacques Doillon de Nicolas Livecchi, Les Impressions nouvelles (Bruxelles).
Mercure de France
400 p. – 22 €.
Le Travail du cinéma 1 de Dominique Villain,
Presses universitaires de Vincennes (SaintDenis, Seine-Saint-Denis).
Le Son au cinéma et dans l’audiovisuel
de Bernard Guiraud, La Baie des Anges (Nice,
Alpes-Maritimes)/Cifap (Montreuil, SeineSaint-Denis)
Le Cinéma X, sous la direction de Jacques
Zimmer, La Musardine. Orgasmo. Les
Images incroyables du cinéma érotique !, 2
volumes de Christophe Bier et Jimmy Pantera, Serious Publishing.
Par Sophie Avon
Réaliser un storyboard pour le cinéma de
Louis de Rancoud, Olivier Saint-Vincent,
Rafaël Saint-Vincent, Eyrolles. Master Class
storyboard. 25 interviews de storyboardeurs
et réalisateurs, Eyrolles.
Les Jeux vidéo au cinéma d’Alexis Blanchot,
Armand Colin.
Le Fespaco, une affaire d’État(s) 1969-2009
de Colin Dupré, L’Harmattan.
Les Amoureux
L’Argent du cinéma. Introduction à l’économie du septième art de Claude Forest, Belin.
Comment financer une œuvre par le cinéma
et la télévision de Isabelle Terrel et Christophe Vidal, Dixit.
Pour un cinéma léger et synchrone ! : l’invention d’un dispositif à l’Office national
du Film de Montréal de Vincent Bouchard,
Presses universitaires du Septentrion (Villeneuve d’Ascq, Nord).
Etrangers d’ici : migrants et migrations au
cinéma de Laure Teulières et Serène Delmas,
Privat.
La Querelle des dispositifs : cinéma, installations, expositions de Raymond Bellour, POL.
Remake de Jean Imbeault, éditions de l’Olivier.
Le cinéma s’affiche d’Alexandra Strauss, Gulf
Stream (Saint-Herblain, Loire-Atlantique).
Yves Alion : Galerie de photos : stars mythiques, Hugo Image édition. Françoise
Denoyelle : Le Studio Harcourt, 1934-2009,
Harcourt.
Stéphane Kossmann : Black & White Carpet,
Le Bec en l’air éditions (Marseille, Bouchesdu-Rhône). Anne Wiazemsky : Photographies, Gallimard,
REVUES
Bollywood : industrie des images, Théorème
n° 16.
Intervenante régulière du Masque et
la Plume sur France Inter depuis 2005,
journaliste et critique au quotidien régional
Sud-Ouest depuis 1988, notre consœur
Sophie Avon publie aussi des romans depuis
cette date.
Son neuvième opus, Les Amoureux, est
d’abord un récit autobiographique où l’on
retrouve la jeune Sonia qui, dans Les Belles
Années (2010), vivait son apprentissage
de comédienne à Paris. C’est aussi une
éducation sentimentale, l’histoire folle
d’une passion impossible éprouvée — dans
tous les sens du terme – à 18 ans et nourrie
des grand textes littéraires (Les Souffrances
du jeune Werther, À la recherche du
temps perdu) ; un élan irrépressible pour
Alexandre le ténébreux, qui avait déjà
brisé le cœur du premier amant de Sonia,
Jan, et lui confie très vite : « J’ai besoin
d’un corps qui m’excite et me domine, et
ce corps c’est celui d’un garçon. » C’est
encore la chronique fataliste des amours
débutantes ou finissantes – ressenties par
ses amies, sa sœur, ses parents, des voisins,
son neveu – qui, sous toutes leurs formes,
portent en elles « joie et souffrance »,
comme on dit dans les films de Truffaut (la
relation triangulaire évoquant à la fois son
Jules et Jim et le Rendez-vous de Téchiné).
C’est de plus l’évocation du tournant des
années 70-80, époque vibrante encore de
liberté et pas encore tremblante du SIDA et
autres maux de la fin du siècle. C’est enfin
une sorte de romantic fiction, puisque le
livre s’ouvre sur l’héroïne parcourant les
allées d’un cimetière où elle vient d’enterrer
son compagnon de trente ans, à 60 ans
révolus… Or – faites le compte –, si elle a à
peine 18 ans en 1979 ces funérailles ont lieu
en 2020 et des poussières ! Se propulsant
dans l’âge sage où la douleur se raisonne
pour mieux retourner dans celui, sauvage,
où résonnent les sanglots autant que les
serments, Sophie Avon livre une œuvre
entre les lignes de laquelle on retrouve sa
passion pour un certain cinéma d’auteur.
Isabelle Danel
25
THE ARTIST,
LE LIVRE
100 ans de cinéma indien, La Nouvelle Revue
de l’Inde n° 161.
Par Ariane Allard
et Michel Hazanavicius
Le Cinéma américain face à ses mythes : une
foi incrédule, Cycnos 28-2.
Ed. de La Martinière – 206 p. - 28,50 €
Le Cinéma en situation : expériences et
usages du film, Théorème n° 15.
Les Cinémas du Maghreb et leurs publics,
Africultures n° 89-90.
Le Costume, CinémAction n° 144.
CinémAction n° 143.
Le Moyen Orient sous les projecteurs, Les
Cahiers de l’Orient n° 106.
Spectres, L’Art du Cinéma n° 77-78.
Si l’ouvrage - comme le film - se conclut
par “une salve de prix”, le travail entrepris
par Ariane Allard avec la collaboration de
Michel Hazanavicius est bien de remonter
le temps et de montrer que tout n’était
pas écrit d’avance. Car le projet de The
Artist n’avait rien de cynique. Au contraire,
il est non seulement le fruit d’un vrai désir
de cinéaste, mais son incroyable destinée
de
film-français-aux-5-Oscars
(entre
autres, mais c’est déjà là un exploit !) n’avait
rien a priori de prévisible. La séquence savoureuse, car nous sommes ici dans les
coulisses du plus grand festival du monde
- retraçant les échanges par textos entre
Thomas Langmann, le producteur du film,
et Thierry Frémaux, le délégué général du
Festival de Cannes, prouve qu’il fallut la
détermination du premier et la croyance du
second pour créer l’alchimie originelle de
ce succès fulgurant. Mais, avant tout, retour
sur le film lui-même. Dans The Artist, le
livre, Ariane Allard, collaboratrice régulière
de la revue Positif, révèle ce que l’œuvre a
de profondément cinématographique… et
cinéphile. Entremêlant, en effet, le travail
minutieux opéré pour recréer l’âge d’or du
cinéma muet (travail sur le corps, la musique,
les décors hollywoodiens, les costumes des
années 1920…) et celui, tout aussi minutieux,
pour lui rendre hommage (“J’ai fait les
poches de tout le monde à Hollywood”,
s’amuse Hazanavicius), l’ouvrage fourmille
d’anecdotes et de rapprochements érudits.
La contextualisation de l’année 1927, durant
laquelle se déroule The Artist, est ainsi
passionnante : en un tour du monde des
derniers chefs-d’œuvre du cinéma muet
(de Metropolis de Fritz Lang à L’Aurore de
Murnau), avant l’arrivée en fanfare - ou plutôt
en jazz - du parlant, Ariane Allard éclaire la
dure chute de George Valentin, interprété,
faut-il le rappeler, par Jean Dujardin.
Tout au long de l’ouvrage, la journaliste
s’entretient avec Michel Hazanavicius,
glanant des secrets de tournage (le mode de
rémunération des comédiens aux États-Unis
impose un certain sens de l’organisation !),
et fait revivre, notamment à l’aide d’une très
belle iconographie, le miracle d’inventivité
du cinéma muet.
Chloé Rolland
26
CINÉASTES
Écrits
Masao Adachi : Le bus de la révolution passera bientôt près de chez toi. Ecrits sur le
cinéma, la guérilla et l’avant-garde (19632000), Rouge profond. Eugène Green : Les
Atticistes, Gallimard. Sergueï Iosifovitch
Paradjanov : Le Signe des temps. Lettres de
prison, Parenthèses.
Jean Cocteau : Le Passé défini VII, 19601961, Gallimard. Raymond Depardon : Repérages, éditions du Seuil. Pierre Etaix : Textes
et textes Etaix, Le Cherche-Midi. Philippe
Labro : Mon Amérique : cinquante portraits
de légende, La Martinière. Patrice Leconte
et David d’Equainville : Reculer pour mieux
sauter, Flammarion. L’Intégrale Jean Yanne 2.
Tout le monde il est gentil de JeanYanne, Le
Cherche-Midi.
Mémoires
Nadine Trintignant : Vers d’autres matins,
Fayard.
Entretiens
Avec Noémie Lvovsky par Quentin Mevel,
Independencia éditions.
Adolfo Arrieta, avec Philippe Azoury [Un
morceau de ton rêve ... Paris underground
1966-1995], Capricci. Tim Burton, avec Mark
Salisbury, Points Seuil. Michael Haneke, avec
Philippe Rouyer et Michel Cieutat, Stock.
Hitchcock par Hitchcock, sous la direction
de Sidney Gottlieb, Flammarion.
Conversation avec un cinéaste israélien imaginé : Avi Mograbi d’Akam Zaatari, Les Laboratoires d’Aubervilliers/Kadish Art Foundation/Black Jack éditions. Miguel Gomes avec
Cyril Neyrat [Au pied du mont Tabou], Independencia éditions.
L’Atelier des cinéastes, de la Nouvelle Vague
à nos jours, conversations menées par José
Moure, Gaël Pasquier et Claude Schopp, Archimbaud/Klincksieck.
Mouchette de Robert Bresson par Daniel
Weyl, L’Harmattan.
Études
Napoléon d’Abel Gance par Kevin Brownlow,
Armand Colin,
Woody Allen de Laurent Dandrieu, CNRS
éditions ; de Marc Lemonier [Petit dictionnaire], City ; un hommage photographique,
Hors Collection. Charlie Chaplin de Jerry
Epstein, Gremese ; de Pierre Perez, City.
Ethan et Joël Coen de lan Nathan, Cahiers
du cinéma. Clint Eastwood de Frédéric Valmont, éditions Didier Carpentier. Michael
Haneke, sous la direction de Valérie Carré,
Le Bord de l’eau (Latresne,Gironde). Alfred
Hitchcock de Lydie Decobed, L’Harmattan. Abbas Kiarostami deYoussef lshagpour,
Ciré (Belval, Vosges)/Oxymore éditions (Pia,
Pyrénées-Orientales). Stanley Kubrick [1. Les
Films. 2. La Musique] sous la direction de
Brigitte Gauthier, L’Entretemps (Vic-la-Gardiole, Hérault). George Lucas de Karina Longworth, Cahiers du cinéma. Jonas Mekas,
Paris expérimental. Friedrich-Wilhelm Murnau de Claude Hadin, L’Harmattan. Mamoru
Oshii de Julien Sevéon, éditionsIMHO. Ousmane Sembene de Paulin Soumanou Vieyra,
Présence africaine. Roman Polanski de David
Ehrenstein, Cahiers du cinéma. Otto Preminger, Collectif, Capricci. Leni Riefenstahl
de Lilian Auzas, Leo Scheer. Carlos Sorin de
Françoise Heitz, EPURE (Reims, Marne). Steven Spielberg de Richard Schickel, éditions
de La Martinière. Andréi Tarkovski de Pierre
Devidts, L’Harmattan. Billy Wilder de Patrick
Brion, CNRS éditions.
Les Nibelungen de Fritz Lang, sous la direction de Violaine Auger et Antoine Roullé,
L’Harmattan.
David Fincher, Eclipses n° 21. Peter Watkins,
Décadrages n° 2
L’Encyclopédie Audiard de Stéphane Germain, Hugo et Cie. L’Intégrale Michel Audiard : tous les films de A à Z de Marc Lemonier, Hors Collection. Marcel Carné de David
Chanterrane, éditions Soteca(Saint-Cloud,
Hauts-de-Seine). Claude Chabrol de Michel
Pascal, éditions de La Martinière. Jacques
Deray de Augustin Burger, Le Bord de l’eau.
Jean Renoir de Pascal Mérigeau, Flammarion. Eric Rohmer, sous la direction de Patrick Louguet, Presses universitaires de Vincennes. François Truffaut de Madin Lefebvre,
Vrin.
Les Frères Lumière, l’aventure du cinéma de
Jacques Rittaud-Hutinet, Cabedita éditions.
Georges Méliès, édition établie et présentée
par Jean-Pierre Siroin-Trahan, éditions du
Sonneur.
Œdipe roi de Pier Paolo Pasolini par Florence
Bernard de Courville, L’Harmattan.
Le Roi et l’Oiseau de Paul Grimault et Jacques
Prévert par Jean-Pierre Pagliano, Belin.
Tel Me Lies de Peter Brook par Gilles Duval
et Séverine Wemaere, Collection des Fondations.
To Be or Not To Be d’Ernst Lubitsch par
Jean-Marc Leveratto, Vrin.
Les Tontons flingueurs de Georges Lautner
par Marc Lemonier, City.
La Grande Illusion et Partie de campagne de
Jean Renoir par Olivier Curchod [La « Méthode Renoir»], Armand Colin.
La Nouvelle vague. Godard. À bout de souffle
par Michel Marie, Armand Colin.
Ciné-voyage en Corée du Nord : l’expérience du film Moranbong par Antoine Coppola, L’Atelier des Cahiers.
SCÉNARIOS
à L’Avant-Scène Cinéma :
Demonlover d’Olivier Assayas (n° 595, septembre). Le Labyrinthe de Pan de Guillermo
del Toro (n° 597, novembre). Les Mystères
de Lisbonne de Raul Ruiz (n°548-549, décembre 2012/janvier 2013).
Amour de Michael Haneke, Actes Sud.
L’Eau froide d’Olivier Assayas, Lett Motif (La
Madeleine, Nord). Mortem d’Eric Atlan et
Marie-Claude Dazun, Intervalles. Nos vies
heureuses de Jacques Maillot, Lett Motif.
Populaire de Régis Ronsard, Daniel Preslay
et Romain Compingt, éditions J’ai lu.Trois
mondes de Catherine Corsini et Benoît Graffin, Lett Motif. Une adolescence dans l’aprèsmai d’Olivier Assayas, Cahiers du cinéma.
autres répliques cultes de cinéma de François Jouffa et Frédéric Pouhia, Tut Tut éditions.
Batman, the Dark Night [de Christopher
Nolan] : gadgets, armes, véhicules et documents secrets de la batcave, Fetjaine. Dans
les coulisses de la trilogie Dark Night: livre
officiel de Christopher Nolan et Chip, Huginn
& Munnin.
Le Hobbit : un voyage inattendu : le guide
officiel du film [de Peter Jackson] de Brian
Sibley, Fetjaine.
Le Hobbit: un voyage inattendu : le livre du
film de Jude Fisher, Fetjaine. Le Hobbit : un
voyage inattendu : chroniques, art et design
de Daniel Falconer, Fetjaine. Le Hobbit : l’encyclopédie ultime des figurines de Stephen
Sansweet, Hors Collection. Le Guide du
monde de Bilbo de Stefan Servos, Archipel.
Star Wars : l’album culte de J.W. Rinzler, Michel Lafon. Star Wars : les héros de la saga de
Simon Beecroft, Michel Lafon. Générations
Star Wars : la chronique illustrée de 30 ans
d’aventures, Hors collection. Star Wars : le
meilleur des illustrations, Huginn & Muninn.
Guide du film Twilight de Robert Abela, Hachette
Le Discours d’un roi de Tom Hooper, Erin
Brockovich de Steven Soderberg, Harvey
Milk de Gus Van Sant, tous trois à Langues
pour tous.
Au bout du rêve : La Belle au bois dormant
de Walt Disney de Michel Bosc, L’Harmattan.
5ème avenue, 5 heures du matin : Audrey
Hepburn, Diamants sur canapé et la genèse
d’un film culte de Sam Wasson, Sonatine.
Freaks : la monstrueuse parade de Tod
Browning, édité par Sam Stourdzé et Anne
Lacoste, Idpure (Morges, Suisse).
L’Amitié selon Prévert de Carole Aurouet,
éditions Textuel. Le Cinéma dessiné de
Jacques Prévert de Carole Aurouet, éditions
Textuel.
Paul Gegauff de Arnaud Le Guern, PierreGuillaume de Roux.
Avatar de James Cameron par Nathalie Depraz, Ellipses ; par Franck Pierobon, Vrin.
Les Enfants du paradis de Jacques Prévert,
Arte/Gallimard. Les Enfants du paradis de
Marcel Carné, L’Avant-Scène Cinéma n° 596,
octobre 2012.
Blow-up de Michelangelo Antonioni par
Thierry Roche, Yellow Now (Crisnée, Belgique).
Le Petit Bronzés illustré par l’exemple de Philippe Durant, Nouveau monde éditions. Pas
de bras, pas de chocolat ... et quatre cents
Catalogue de l’Exposition, sous la direction
de Laurent Mannoni et Stéphanie Salmon,
éditions Xavier Barral, Cinémathèque fran-
FILMS
50 fantasmes
cinématographiques
par Gérard
Lenne
La Musardine
190 p. - 15 €
Harry Potter, les plus belles affiches : 40 posters détachables ; portraits de légende : 10
posters détachables, Huginn & Munnin.
The Artist : le livre de Michel Hazanavicius
et Ariane Allard, éditions de La Martinière.
Asterix et Obelix au service de Sa Majesté :
l’album du film [de Laurent Tirard], éditions
Albert René. Looking for Asterix de Laurent Tirard et Thierry Valletoux, Cyclope et
Compagnie. La Grande Vadrouille [deGérard
Oury], l’album culte de Pierre-Jean Lancry, Milan. Le Magasin des suicides : le livre
du film de Patrice Leconte, éditions Prisma
(Gennevilliers, Hauts-de-Seine).
Voir également Le Personnage, le mouvement et l’espace chez Jacques Tati et Robert
Bresson, Mon oncle, Play Time, Pickpocket,
Mouchette de Paul Obaldia, L’Harmattan.
Et mes seins,
tu les aimes ? Un amour d’UIQ : scénario pour un film qui
manque de Félix Guattari, éditions Amsterdam.
Les Enfants du paradis
Sous
son
habit
écarlate, le cardinal
de Richelieu se fait
sucer par Milady
dans
Les
Trois
Mousquetaires
:
l’avez-vous vu, ou
seulement rêvé de l’avoir vu ? Nos désirs
impriment nos souvenirs mieux que la
réalité. Fort de ce constat, Gérard Lenne
s’amuse à créer une effloraison de scènes
sexuelles qu’il superpose, en succédanés
érotiques, à cinquante films de toutes
époques, de Godard à Borderie, de Cocteau
à Verhoeven. Autant de moments restés en
jachère dans une sorte d’attente inavouée du
détournement salace. Un feu sous la cendre,
mais il fallait souffler dessus. L’exercice a
tout d’amusant, de décapant, de jouissif, et
suffit à recommander le livre, toutes affaires
cessantes. Il ne va pas sans poser quelques
questions, néanmoins. Gérard Lenne, auteur
respecté de maints ouvrages cinéphiles,
laisse ici la place au poète licencieux, pour
ne pas dire à l’érotomane débridé. Ses
substitutions toujours pertinentes, plausibles,
joliment enchâssées, sont d’autant plus
pernicieuses qu’elles vont désormais rester
en perpétuelle rémanence sur les films dont
il traite. Ainsi, les futurs découvreurs des
Dix Commandements pourraient bien être
déçus de ne pas y trouver le Charlton Heston
qu’il propose : Moïse, serviteur de Yahvé,
qui arrache soudain le string perlé de Debra
Paget, attachée en offrande au-dessous du
Veau d’Or. Et les prochains spectateurs de
Monsieur Hulot se trouveront bien marris
de ne pas le voir, comme ici, se donner de
la joie en solitaire devant une collection de
Paris Flirt. De même, ceux de L’Empire des
sens attendront longtemps, dans le film,
que Sada la servante se fasse prendre, de la
plus animale façon, par un chien en levrette…
Redressés au fouet d’une telle vigueur, les
films explosent en chimères souvent plus
captivantes que les scènes originelles. Le
lecteur jubile aux dépens du cinéphile. Mais
quelle santé, Gérard !... Au finale, on aimera
cet art de la phrase courte, du tempo tenu,
de l’hybridité générale et de la franche
assumation perverse. Enfin, à l’instar de
cette phrase de l’introduction : « Quand
l’ imagination pallie les défaillances de la
mémoire, le processus fantasmatique se met
en branle », on prendra ce dernier mot à la
lettre. On lira l’ouvrage d’une seule main,
mais les yeux grands ouverts sur le plus beau
des films intérieurs.
J.J.B.
27
çaise, Fondation Jérôme Seydoux-Pathé.
L’AVANT-SCèNE
DU CINEMA
Sous la direction
d’Yves Alion
n°600 – Numéro spécial, 150 p., 15 €
J’ai sous les yeux le n°1 de L’Avant-Scène
du cinéma, qui date de février 1961. Au
sommaire, sous sa couverture fuchsia, Le
Passage du Rhin d’André Cayatte. Au départ,
cette revue était (d’où son titre) la petite
sœur de L’Avant-Scène du théâtre. Difficile
d’imaginer, en notre temps d’abondance, ce
qu’a pu représenter cette innovation pour
un adolescent provincial isolé des années
60. La possibilité de lire les films à défaut de
les voir ! Certes, l’un ne peut se substituer à
l’autre, mais dans certains cas, des années plus tard, on avait parfois l’illusion d’avoir
vu ce qu’on avait seulement lu… C’est que L’Avant-scène ne se contente pas de
reproduire des scénarios, il offre une véritable description exhaustive des films !
Et voici le n°600, paru en février. Pour fêter ça, une bonne idée : demander à des
cinéastes dont les films ont été ainsi « décrits » par la revue de désigner leur scène
de cinéma préférée. Certains, pressentis, étaient trop occupés. D’autres ont, hélas,
récemment disparu. D’Assayas à Molinaro, de Deville à Ozon, de Breillat aux Taviani,
vingt-trois d’entre eux ont répondu à l’appel. D’où une anthologie chatoyante,
surprenante parfois, respirant cet amour impuni du cinéma que nous sommes
heureux de partager avec eux.
Gérard Lenne
James Bond
007, The James Bond Archives de Paul Duncan, Taschen.
James Bond est éternel : 50 ans de cinéma, 50 histoires secrètes de l’agent 007 de
Guillaume Evin, éditions du Moment. Le
Dico secret de James Bond : d’Aston Martin
à 007 de Guillaume Evin et Gega, Hugo et
Cie. James Bond : le dossier secret de KevinBertrand Collette, éditions du Rocher.
Les Interprètes de James Bond, agent secret
de Sa Majesté de Frédéric Valmont avec la
collaboration de François Justamand, éditions Didier Carpentier. James Bond de Roger Moore, Gründ.
Les James Bond Girls de Frédéric Brun, EPA.
James Bond Girls : l’album de 50 ans d’un
mythe, les éditions Premium (Enghien-lesBains, Val d’Oise).
James Bond : 50 ans d’art et d’affiches, Huginn & Muninn.
Variations sur le James Bond Theme de Vincent Chenille, L’Harmattan.
ACTEURS
Éditions Les Fiches du Cinéma
800 p. – 41 €
28
Les Enfants du paradis de Geneviève Sellier,
Armand Colin.
James Bond : 101 voitures de légendes de
Jean-Antoine Duprat, L’Opportun (La Varenne-Saint-Hilaire, Val-de-Marne).
L’ANNUEL DU
CINÉMA 2013
C’est LA publication que les cinéphiles
français doivent se procurer, et a fortiori les
critiques. Pour une raison simple. C’est la
seule qui réunit en un volume l’analyse de
tous les films sortis dans l’année. Nanar ou
chef-d’œuvre, chaque long métrage sorti
en salles a droit à sa fiche d’une page avec
générique détaillé, avis critique et, ce qui est
très précieux, un résumé complet. Car nulle
part ailleurs (y compris sur le web), vous
ne trouverez systématiquement relatée la
fin des films. En proportion du nombre
des sorties qui s’accroît, la pagination de
L’Annuel augmente elle aussi. 800 pages
pour ce cru 2013. Avec en plus des 640
pages consacrées aux films, plusieurs index,
nécros, biblios et palmarès. Un vrai bilan
de la saison cinématographique, précédé,
comme le veut une tradition solidement
établie, d’un « carnet de tendances » conçu
par Nicolas Marcadé et toute l’équipe
des Fiches du cinéma. Soit un ensemble
d’entretiens avec réalisateurs, comédiens,
mais aussi producteurs, distributeurs et
Camé-Prévert-Trauner, les magiciens du
cinéma de Jean-Pierre Jeunet, N.T. Binh et
Philippe Morisson, Les Arènes.
Autobiographies
Jane Fonda : Prime Time, Plon. Sylvia Kristel
(avec Jean Ancelin) : Nue dans l’ombre du
fantasme, Le Cherche-Midi.
Graham Chapman : Autobiographie d’un
menteur, Max Milo éditeur. Arnold Schwarzenegger : Total Recall : l’incroyable et authentique histoire de ma vie, Presses de la
Cité.
journalistes pour mieux comprendre les
mutations économiques et esthétiques
de notre chère planète cinéma. Cette
année, c’est notre confrère Alex Masson
qui ouvre le bal en dénonçant les accords
de partenariat des distributeurs avec les
services marketing de grands médias, qui
réduisent encore la place de la critique.
Comme pour lui répondre, une enquête
donne la parole aux principaux sites
indépendants de critique sur Internet.
Philippe Rouyer
Brigitte Fossey : Mon abécédaire spirituel, Le
Cherche-Midi. Charlotte Valendrey : N’oubliez pas de m’aimer, Le Cherche-Midi.
Jean-Claude Dreyfus : Ma bio dégradable :
j’acte 1, Le Cherche-Midi. Christian Marin (et
Gilles Antomowicz) : Mémoires d’un chevalier du ciel, Sillages éditions (Chateauneuf de
Gardagne,Vaucluse).
Entretiens
Arletty : paroles retrouvées de Robert de
Laroche, La Tour verte (Grandvilliers, Eure)
La Vie d’artiste de Daniel Mesguisch, avec
Jocelyne Sauvard, Ecriture,
CRITIQUES
ROMAN
Études
Emilie Bikerton : Brève histoire des Cahiers du cinéma, Les Prairies ordinaires.
Marlene Dietrich [L’Ange bleu] de Zoë Valdès,
Hermann. Audrey Hepburn de Wili Dodson,
Milan (Toulouse, Haute-Garonne) ; de Iris
Lanclon, Chêne, E/P/A
Regards sur la critique et les revues de cinéma en France. 1. Cartographie, sous la direction de Jean Cleder et Antony Fiant, Etudes
cinématographiques, Lettres modernes Minard (Dives-sur-Mer, Calvados).
Santiago Horacio Amigorena : La Première
Défaite, POL. Satiajyit Ray : La Nuit de l’indigo, Les Belles Lettres. Mario Soldati : L’Emeraude, Le Promeneur/Gallimard.
Peter Cushing d’Eric Escoffier, Bertrand
Vonthreim, Didier Lefèvre.
Andy Kaufman [et le Rêve Américain/Comique extrémiste] de Florian Keller, Capricci.
Shah Rukh Khan de Gin Piau, Tensing (Brie,
Yvelines).
Brigitte Bardot de Oriane Oringer, Exclusif
(Neuilly-sur-Seine, Hauts-de-Seine). Annie
Girardot de Giulia Salvatori, Michel Lafon.
Bemard Blier de Christian Dureau, éditions
Didier Carpentier. Louis de Funès [de A à Z]
de Bertrand Dicale, Tana ; de Sandro Cassati,
City ; de Aurélien Deville, City ; de Claude
Raybaud, éditions Gilletta (Nice, Alpes-Maritimes). Jean Dujardin de Marielle Cra, Grimal. Fernandel d’André Ughetto, Hoëbeke.
Lino Ventura de Sandro Cassati, City ; de
Clélia Ventura [Carnets de voyages], Barnea
(Saint-Jean-de-Luz, Pyrénées-Atlantiques).
Andrée Tournès, Jeune Cinéma hors série,
octobre 2012. Bernard Chardère, 60 ans de
cinéma, sous la direction de Carole Aurouet,
Nouvelles éditions Jean-Michel Place.
Olivier Barrot : Le Fils perdu, Gallimard. JeanPierre Putters : Mad movies, la légende. Mad
ma vie, le parcours d’un cinéphile, Rouge
profond.
Jean-Luc Douin : Le Cinéma du désir, Joëlle
Losfeld.
Sophie Avon : Les Amoureux, Mercure de
France. Claire Vassé : De là où tu es, Stock.
Caroline Vié : Brioche, Jean-Claude Lattès.
Stéphane Zagdanski : Chaos brûlant, éditions
du Seuil.
DIVERS
à table avec Charlie Chaplin, 60 recettes
vagabondes de Claire Dixsaut, Agnès Vienot.
Dürer, Cranach, Mélancolie(s) de Claude
Makovski, Somogy éditions. ♦
(une analyse des programmes
du 01/09//2010 au 31/08/2011)
Coordonné par Christian Bosséno
L’Harmattan – 420 p. – 35 €
Et Dior créa la femme de Francis Huster,
Le Cherche-Midi.
Le Diable probablement. 10 amoureux, sous
la direction d’Anaëlle Lebovits-Queneheu,
Verdier (Lagrasse, Aude).
Jean-Pierre Naugrette : Edward Hopper,
Rhapsodie en bleu, Nouvelles éditions Scala.
TéLéVISION
FRANçAISE :
la saison 2012 Lettre ouverte à Alain Delon de Nicole Calfan, L’Archipel. Ce qu’il voulait de Macha Méril, Albin Michel.
501 acteurs de tous les pays par ordre chronologique : de George Arliss à Natalie Portman, sous la direction de Steve Joy Schneider, Omnibus. Dictionnaire critique de l’acteur. Théâtre et cinéma, Collectif, Presses
universitaires de Rennes.
Claude Arnaud : Brèves saisons au paradis,
Grasset.
Spectres du cinéma 1, Lett Motif.
Marilyn Monroe à 20 ans : les secrets de ses
débuts de Jannick Alimi, Au diable Vauvert
(Vauvert,Gard). De Norma Jean à Marilyn...
de Susan Bernard, photographies de Bruno
Bernard, Hugo Image. Le Style Marilyn, les
secrets d’élégance de la femme et de la star
par son couturier personnel Travilla de Andrew Hansford et Karen Omer. Marilyn Monroe : la vie d’une icône glamour de Marie
Clayton, Parragon (Bath, Grande-Bretagne).
Marilyn d’hier et d’aujourd’hui de Dominique Choulard, Mon petit éditeur. Marilyn,
la légende de Henry-Jean Servat, Hors Collection.
Les Grandes Gueules du cinéma français.
Gabin, Ventura, Belmondo, Delon de
Philippe Lombard, Express Roulada éditions.
Le Petit Gabin illustré par l’exemple de
Philippe Durant, Nouveau monde éditions.
Moi Jean Gabin de Goliarda Sapienza, Attila.
Alain Fleischer : Conférenciers en situation
délicate, Leo Scheer. Gérard Mordillat : Ce
que savait Jennie, Calmann-Levy. Jean-Daniel Verhaeghe : Le Jour de l’absence, Arléa.
« Une année sidérante ! » s’exclame
Christian Bosséno, cinéphile et
téléphile, créateur de cette Saison. Ce
21e opus, « ovni » de l’édition, rédigé
par une équipe d’enthousiastes,
propose une analyse raisonnée d’une
année de télévision, passant au crible
une sélection d’environ trois cents
fictions et documentaires. « Une
année sidérante », oui ! Rappelezvous le « feuilleton » DSK, le tsunami
au Japon, les images apocalyptiques
de Fukushima. Même les fictions
les plus audacieuses ne pouvaient
susciter
une
fascination
aussi
considérable que ces images passées en
boucle ! Si la fiction est toujours en crise,
le cru 2012 reste honorable : avec quelques
pépites dont Fracture, d’Alain Tasma ou
À la recherche du temps perdu de Nina
Companeez et une bonne quinzaine
d’œuvres de qualité. Côté séries, citons Un
village français, Les Vivants et les Morts,
fresque sociale de Gérard Mordillat et, perle
du feuilleton romanesque, Mystères de
Lisbonne, de Raul Ruiz ; des séries policières
(Les Beaux Mecs, Mafiosa, Engrenages) :
sans oublier les programmes courts dans
lesquels la télé excelle. La Saison traite
abondamment des documentaires, analyse
les livres, revues et DVD, rend hommage
aux disparus, chronique les festivals et
manifestations. Indispensable pour les
professeurs, les étudiants de l’audiovisuel, et
pour les spectateurs exigeants.
Léna ADAM
29
DISPARITIONS
HEIKE HURST
Par Lucien Logette
MICHEL FLACON
(1938-2012)
Porteuse de feu
Provincial, hédoniste, souriant
Depuis vingt ans et plus, Heike a toujours
été associée pour moi au troisième vers d’un
très court poème sans titre d’Apollinaire :
«Il ne regarde pas le pyrogène aux cheveux
rouges.» D’abord pour l’image, accrochée à
sa chevelure flamboyante immédiatement
identifiable, mais aussi pour le sens : tel le
pyrogène disparu (un porte-allumettes sur
les tables des cafés d’avant 1914), Heike
était porteuse de feu, un feu couvant
en permanence. Celui, primordial, de la
découverte, et de son corollaire, le désir
de faire connaître. Car si elle fut une
arpenteuse infatigable de festivals, ce ne
fut pas par besoin d’accumulation égoïste
de films pour emplir sa besace mentale,
mais par goût de communiquer le plaisir
éprouvé. Avec enthousiasme – jamais
raisonneuse, toujours enflammée -, avec
obstination lorsque l’on ne partageait pas
son admiration et qu’elle ne renonçait
pas à vous convaincre. L’écouter, revenue
d’un des ces festivals quelle affectionnait,
Tübingen, Namur ou Turin, raconter ses
éblouissements ou sa rencontre avec un(e)
cinéaste inconnu(e) mais dont l’avenir lui
semblait assuré (prédiction souvent avérée)
était une façon de retremper nos certitudes
parfois défaillantes quant à notre fonction.
Oui, la critique est encore une activité
nécessaire. Oui, on peut encore éveiller
l’intérêt du lecteur-auditeur. Ce qu’elle n’a
jamais cessé de faire, à travers son émission
hebdomadaire sur Radio Libertaire ou ses
articles pour Jeune Cinéma et Le Monde
libertaire – sans compter ses collaborations
à des revues allemandes. Pour le plus grand
bénéfice de ses lecteurs, elle a signé 554
fois dans Jeune Cinéma, entre avril 1991
et l’automne 2012, interrogeant Abbas
Kiarostami ou Nanni Moretti, Jean-Pierre
Lledo ou Vincent Glenn, couvrant aussi bien
Cannes que le Cinéma du réel, Locarno que
les projections de l’Acid. Un éventail ouvert
comme il y en eut peu.
Il est mort le 17 novembre 2012, dans sa maison du Mourillon à Toulon. Il venait d’avoir 85
ans. Michel Flacon avait créé la revue Raccords en 1950, avec un dynamique camarade de
khâgne nommé Gilles Jacob. Une revue de cinéma érudite, impertinente, pas politisée en
ces temps qui l’étaient extrêmement – et cela déjà lui ressemblait beaucoup. Il en fut le
directeur le temps de sept numéros, lui qui n’avait de goût pour aucun poste de direction.
Devenu, pour toute sa vie, professeur à Toulon au sortir de Normale Sup’, il allait beaucoup
aimer les films, beaucoup aimer écrire à leur propos, tout en choisissant sans retour une
existence loin de Paris – une sorte d’exil, vu la manière dont vont les choses en France, dans la
critique également. Aux côtés de Pierre Billard, ami de toujours, il sera collaborateur régulier
de Cinéma de 1958 à 1967 et du Point entre 1972 et 1978.
Elle était née en 1938, à Gotha, en Allemagne,
future RDA, qu’elle quittera tôt pour passer
à l’Ouest. En France, elle épousera JeanLouis Hurst, militant déserteur de la guerre
d’Algérie. Ils s’installeront dans ce pays après
l’indépendance, expérience de « piedsrouges » formatrice. Elle passera une
thèse sur le cinéma à Paris-VIII, enseignera
l’allemand, deviendra critique et animatrice
de radio et combattra sans faillir l’ «alien»
cancéreux qui devait la vaincre. Et quoiqu’en
ait écrit Libération, elle ne buvait pas la
bière sans mousse mais, tout à l’inverse, beaucoup de mousse sur très peu de bière.
30
(1927-2012)
Par Jean-Michel Frodon
Il aimait les films, il aimait sans doute encore davantage les mots. S’il écrivait si bien à propos
de cinéma, avec une verve où le bonheur de la formulation, la découverte d’un indice caché,
l’intuition d’une connaissance inaperçue étaient le graal de sa quête de rédacteur, c’était
aux confins de ses trois autres passions dominantes. Michel Flacon aimait la langue, il aimait
enseigner, il aimait jouer. Pour lui, écrire sur Ingmar Bergman, sur Brigitte Bardot ou sur Guy
Gilles, c’était partager des joies de spectateur, c’était s’emparer des hasards des sonorités,
de la richesse infinie des sens, c’était surtout, sous le signe du plaisir, transmettre un savoir,
comme il l’aura fait avec ses innombrables élèves, au cours d’une vie qui aura d’abord été
vouée à faire aimer la langue française et les œuvres qui la magnifient. Imperméable à tout
dogmatisme, hédoniste souriant loin des querelles de la capitale, considérées d’un œil
volontiers narquois, il pouvait pourtant venir se mêler aux controverses de la critique, lors
de ses rares participations au Masque et la Plume à la fin des années soixante-dix. Pour vite
repartir au soleil de sa vie telle qu’il l’aura voulue.
JACQUES GOIMARD
(1934-2012)
Par Gérard Lenne
La face cachée
du professeur
Il était normalien, agrégé d’histoire, et se
passionnait pour le fantastique et surtout
la science-fiction. Sur ces genres encore
bien mal vus, Jacques Goimard a écrit de
nombreuses critiques de films et études
synthétiques dans des revues : Fiction,
Cahiers du cinéma, Positif, Europe et autres…
Critique littéraire, il a collaboré au Monde des
livres et publié une édition critique des Trois
Mousquetaires (1993). Précis, méthodique, il
le fut au service de diverses anthologies qu’il
a cosignées (dans le domaine fantastique et
SF bien sûr, et aussi Le Livre noir du crime).
Comme directeur de collection, chez Pocket,
il a publié plus de 800 volumes de ses genres
préférés…
À l’université, il fut un des pionniers de
l’enseignement du cinéma (à la Sorbonne
dès 1967, à Paris I après 1971).
Il adoptait volontiers ce ton professoral qui
suscitait parfois un certain sourire chez
ses collègues et ses étudiants. Signe d’un
humour en demi-teintes, à l’anglo-saxonne,
que les garnements Dionnet et Manœuvre
ont su exploiter en lui attribuant, dans
Métal Hurlant, des rubriques aux intitulés
parodiques (« La Nuit du Goimard », « Le
Retour du Goimard »). Puis en lui faisant
arbitrer sur Antenne 2 un jeu télévisé, entouré
de filles-vampires sexy, dans L’impeccable
(département BD des Enfants du rock).
Sévère ou farceur, le Goimard ? Entre les
deux, il y avait un homme d’une grande
sensibilité. Témoin ce déjeuner auquel il
m’avait convié, à Montparnasse, quand j’eus
accepté de collaborer à son Année de la SF
et du fantastique (5 volumes, de 1978 à 1982).
À propos d’un film, il m’a soudain évoqué sa
guerre d’Algérie, qui l’avait meurtri à vie. Je
ne suis pas près d’oublier sa voix tremblante,
alors, et ses yeux inondés de larmes.
31
JURY CRITIQUE
DU HAUT INTérêt
des débats
Par Isabelle Danel
Le jury fait son show... Starring Philippe Lagouche, Xavier Leherpeur, Isabelle Danel et Valérie Cadet.
Depuis 2007, notre syndicat remet un Prix de la Critique au Festival du film d’Arras, dont la compétition
est dévolue aux œuvres européennes non encore dotées d’un distributeur français. Lors de la treizième
édition, en novembre 2012, sur une sélection de neuf fictions venues d’Allemagne, de Belgique,
d’Espagne, du Danemark, de Hongrie, d’Islande, de Norvège, de Roumanie et d’Ukraine, le très beau
long métrage du Danois Mads Matthiesen, Teddy Bear, a ainsi été couronné.
Figurant au palmarès, ce prix, comme ceux
que le SFCC décerne par ailleurs depuis plusieurs années à Biarritz, Poitiers, Toulouse
ou Trouville, a la particularité d’être désigné
par un jury composé de quelques-uns de
nos adhérents, à l’issue d’une délibération
en public.
À Arras, sous la présidence amusée et amusante de Xavier Leherpeur (Studio Ciné Live,
Canal+), champion toutes catégories de la
rhétorique critique, et aux côtés des honorables Philippe Lagouche (La Voix du Nord)
et Valérie Cadet (Radio France) qui avaient
l’avantage d’avoir déjà pratiqué ce sport
précédemment, j’étais la débutante, celle
qui vivait sa première fois : en quelque sorte
le perdreau de l’année (à défaut du dindon
de la farce). L’exercice est a priori un peu
effrayant quand on n’est familier du Masque
et la Plume que par l’oreille et qu’on préfère largement réfléchir dans l’intimité de
son bureau plutôt que de s’exprimer devant
un auditoire. Et, quand je dis «s’exprimer»,
le mot est faible, puisqu’il s’agit bel et bien,
face à une soixantaine de spectateurs,
de discuter sans se disputer (quoique…),
d’échanger en argumentant, de débattre
intelligemment, en somme. Le tout sans
être pédant ni pesant, en ne confondant pas
limpidité et simplisme, dans le respect des
films et des interlocuteurs.
Au sein de notre jury, dans le cadre d’une
réunion préalable, nous avions décidé
d’écarter quatre longs métrages sur les neuf
afin de ne pas trop diluer l’intérêt. Nous avions aussi choisi de ne pas développer entre
nous nos avis sur les cinq «finalistes» pour
garantir la fraîcheur et la spontanéité de nos
échanges futurs. L’ambiance étant bonne
enfant, et le public bienveillant et attentif,
la délibération fut légère sur la forme et
nourrie sur le fond, satisfaisante humaine-
ment et enthousiasmante intellectuellement. À l’heure où les espaces concédés à
la critique de film se raréfient dans la presse
écrite, où les colonnes d’étoiles font office
de raisonnement et où certains patrons
de presse tentent de nous faire croire que
critique cinématographique n’est plus du
tout un métier mais plutôt un hobby pour
internautes et bloggeurs, il est très encourageant que le «spectacle» de l’exercice critique d’une poignée de journalistes puisse
ainsi intéresser un public pendant plus d’une
heure et quart. Que le Syndicat français de
la Critique de Cinéma en fasse la preuve
dans cinq festivals (et bientôt plus, vraisemblablement) ne fait que nous conforter, tous
autant que nous sommes, dans la certitude
que le combat continue. ♦
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising