Octobre 2012

Octobre 2012
I trimestriel I numéro 84 I octobre 2012 I
France Évangélisation et l’Église
Proclamer Les évangélistes de FE se déclarent « au service de l’Église » /p. 2
Multiplier Les églises peuvent-elles sans « risques » confier certains de leurs jeunes ? /p. 7
Penser Une Église : pour quoi faire ? /p. 13
>>> Encart mémo prière octobre 2012
I www.france-evangelisation.com I
1
Édito
France Évangélisation et l’Église
Existe-t-il une rivalité ou une complémentarité entre l’Église – les Églises – et une œuvre
comme France Évangélisation ? Longtemps le débat a opposé l’Église et les œuvres. Aujourd’hui les missiologues, à l’exemple de Winter, s’accordent à dire que chacune participe
à la mission rédemptrice de Dieu, et que la conjugaison de leurs talents respectifs est indispensable à l’avance du Royaume de Dieu. Winter va jusqu’à
démontrer qu’elles sont indissociables et indispensables l’une à
l’autre. Comme les deux branches d’un même ADN parce que
Dieu désire que tout homme soit sauvé 1. Ce numéro ne va donc
pas s’impliquer dans ce débat, ni le relancer, mais souligner la
vision de FE en faveur et au service de l’Église. Puissions nous
être ainsi tous encouragés, fidèles, à la place que Dieu nous a
assignés dans son plan pour le salut des âmes. Mettant en commun ce que nous avons reçu du Maître de la moisson.
A l a i n S ta m p, p r é s i d e n t 
The two structures of God’s redemptive mission. En anglais. http://www.pcms-usa.org/articles/The%20Two%20Structures%20
of%20God’s%20Redemptive%20Mission.pdf
1
Proclamer
Les évangélistes de
FE se déclarent « au
service de l’Église » :
en quoi est-ce plus
qu’une formule ?
« Les jeunes et mon équipe ont vraiment
apprécié tes interventions et ton témoignage en a touché plus d’un ! Ta prédication du dimanche matin m’a vraiment encouragée, et je t’en remercie car j’en avais
besoin. J’espère avoir de nouveau l’occa2
sion de t’inviter à nos camps ; en tout cas,
je suis contente du travail que tu fais pour
le Seigneur. Cela me réjouit ! » – Yesan Lee,
responsable jeunesse et organisatrice, Département jeunesse des Communautés
Hmong de France.
« Merci de t’être déplacé dans le Nord
pour nous voir. Et merci pour ton intervention, pleine de bon sens, de respect, d’ambition. Tout ce que tu nous as dit m’a paru
« évident ». Voilà, ce petit mot pour t’encourager dans ton ministère. Tu as de vrais
talents. J’espère maintenant que chacun
de nous, et tous ensemble, nous saurons
mettre à profit ce que tu nous as partagé. » – Église France Mission à Amiens.
pour annoncer le message du Salut à des
non croyants, mais aussi pour enseigner,
encourager, réveiller, et motiver le Corps
de Christ.
Je vis comme un véritable privilège
d’avoir un ministère au service du corps
de Christ et pas uniquement local. Certes,
le contexte local m’apporte beaucoup de
joie, mais je ne veux pas négliger mon ministère itinérant. Je réalise constamment
son efficacité et sa légitimité. Non pas
parce que le Seigneur m’a doté de talents,
mais parce que le message de l’Évangile
est extraordinaire, non seulement par sa
grandeur, mais par le fait qu’il sauve des
âmes, ravive les cœurs défaillants, redonne de l’enthousiasme dans des situations les plus difficiles. Quant à mon ministère à la radio, il me pousse au-delà des
frontières, dans des contextes politiques,
culturels et religieux des plus fermés. Quel
privilège de proclamer l’Évangile de JésusChrist !
Que chaque évangéliste, quels que soient
ses talents, quel que soit le contexte dans
lequel le Seigneur l’a placé, puisse chanter
aux côtés de Frank Houghton :
3
Proclamer
« Merci encore pour l’enseignement percutant que tu nous as apporté le weekend
dernier en Alsace. J’espère qu’il nous fera
réfléchir profondément et revenir à l’essentiel. » – Église Baptiste de Colmar en
Alsace.
Pas besoin de vous dire que ces quelques
retours m’ont beaucoup encouragé dans
mon ministère d’évangéliste itinérant. Cela m’a permis aussi de me souvenir de ce
que disait l’apôtre Paul aux Corinthiens :
Je ne dis pas que nous soyons capables, par
nous-mêmes, de concevoir quelque chose
comme si cela venait de nous. Notre capacité, au contraire, vient de Dieu. Il nous
a aussi rendus capables d’être serviteurs
d’une nouvelle alliance, non de la lettre,
mais de l’Esprit ; car la lettre tue, mais l’Esprit fait vivre (2 Corinthiens 3 : 5-6).
John Bunyan, au xviie siècle disait : « J’ai
prêché ce que je ressentais, ce que je ressentais intensément, comme une brûlure. » On pourrait aussi évoquer John et
Charles Wesley. En plus d’être un évangéliste, Charles W. a écrit plus de sept mille
cantiques et en plus de prêcher cinq sermons journaliers, il organisait des campagnes d’évangélisation. On dit qu’après
les réunions, il se rendait disponible au bavardage… comme il m’arrive aussi de le
faire. Ce sont des moments précieux où
les langues se délient et les cœurs s’ouvrent.
Même si quitter la famille régulièrement
pour de longs week-ends est parfois difficile, j’en reviens toujours encouragé car je
vois que le Seigneur se sert de moi d’une
façon ou d’une autre.
Depuis la Pentecôte, l’Église de JésusChrist a toujours été en contact avec le
ministère d’évangélistes. Pas uniquement
Proclamer
Nous portons la torche ardente
Qui est tombée des mains de ceux
Qui ont donné leur vie en proclamant
Que Jésus est mort et ressuscité.
Nous avons la même mission,
Enflammés par la même ambition,
Nous te remercions de tout ce que nous
savons faire.
(Facing a task unfinished)
J’ai le souvenir d’une invitation dans
une petite Église locale des Alpes. Ce dimanche, le thème de ma prédication était
« Le fils prodigue ». Après la réunion, trois
personnes pleuraient dans les bras l’une
de l’autre. Un homme d’une cinquantaine
d’années, accompagné de son épouse et
leur fils, la trentaine. Ce dernier avait repris contact avec ses parents la veille,
après trois ans de silence total. Ils avaient
décidé de se rendre tous ensemble à la
réunion du dimanche. Personne n’était au
courant… sauf le pasteur de cette petite
Église… et Dieu. Le pasteur n’aurait jamais
pu prêcher un tel message dans de telles
circonstances. Dans sa divine providence,
Dieu m’avait inspiré.
Je pourrais vous raconter encore beaucoup d’histoires semblables à celle-ci.
Après avoir vécu de telles expériences, je
ne peux avoir qu’une profonde conviction
qu’un évangéliste au service de l’Église va
bien au-delà d’une simple formule.
Non, ce que nous annonçons, ce n’est pas
nous-mêmes, mais Jésus-Christ le Seigneur. Et nous, nous sommes vos serviteurs
à cause de Jésus (2 Corinthiens 4 : 5).
Da n i e l C o r o n è s 
4
En quoi l’Église
a-t-elle besoin
d’évangélistes
« extérieurs » pour
remplir sa mission ?
L’évangéliste a parfois été considéré
comme l’homme miracle. Celui qui, en
l’espace de trois réunions, va amener à
la conversion les cœurs les plus endurcis,
guérir tous les malades, résoudre les problèmes de l’assemblée, apporter le Réveil
et permettre à l’Église de connaître une
croissance phénoménale. Et tout cela, bien
sûr, en un week-end !
Même si ce cliché de l’évangéliste tend
à s’estomper, il reste présent dans l’esprit de beaucoup. L’évangéliste n’est ni le
Christ, ni Harry Potter, ni un surhomme.
Éphésiens 4 : 11 apporte un coup de projecteur salutaire et remet les choses en
place par rapport à sa mission et au bien
fondé de son ministère. Les dons qu’il a
faits, ce sont des apôtres, des prophètes,
Une expérience irremplaçable
L’évangéliste bénéficie d’une certaine expérience. Il travaille avec des Églises de
différentes dénominations. Il voyage. Il
exerce son ministère dans des contextes
et avec des publics différents. L’appel et les
dons que Dieu lui a donnés, le savoir-faire,
le discernement, sa capacité à s’adapter, à
comprendre le milieu où il intervient sont
autant d’atouts pour la communauté qui
l’invite. Avant de prêcher ou d’enseigner
l’évangéliste est d’abord là pour écouter les leaders de la communauté, comprendre les besoins et écouter Dieu.
Aider à moissonner
Ne l’oublions pas : l’évangéliste est avant
tout un gagneur d’âmes. Un moissonneur.
Il y a quelques mois, une Église en région
parisienne m’a invité pour un week-end
d’évangélisation. Grâce à Dieu, grâce à
une excellente préparation et un engagement sans faille sur plusieurs jours, nous
avons vu plus de 25 personnes répondre
à l’appel au salut. Même en France, il est
possible de moissonner. L’évangéliste est
heureux lorsqu’il peut apporter son aide à
une communauté, surtout lorsque celleci n’attend pas tout de lui, mais se prépare dans la prière, le jeûne, le témoignage, la réconciliation… La bénédiction
est au rendez-vous. C’est aussi ce que
nous avons vécu tout récemment en août
dernier au Rwanda. Une vingtaine d’évangélistes étaient invités pour une mission
de 7 jours. Une année de préparation par
les Églises locales. Un authentique travail
d’unité entre dénominations. 105 réunions d’évangélisation organisées dans
différents lieux et milieux en une semaine.
80 000 personnes ont entendu l’Évangile.
Plus de 7 500 personnes ont décidé de
confier leur vie à Jésus. Des communautés ont grandi, comme cette assemblée
qui est passé de 50 membres à 120 en une
semaine.
Former à l’évangélisation
Éph. 4 : 11 et 1 Tim. 4 : 5 mettent l’accent, sur l’aspect de l’équipement pour
les croyants. En particulier dans tout ce
qui touche à la question de l’évangélisation. Comment préparer une semaine ou
un week-end d’évangélisation ? Comment
témoigner de sa foi ? Apporter son témoignage ? Que répondre à telle ou telle question ? Etc. En juin dernier, une communauté, encore en banlieue parisienne, m’a invitée. Au programme, formation à l’évangélisation et le samedi après-midi, sous
l’impulsion du pasteur, mise en pratique.
5
Proclamer
des évangélistes, des pasteurs et enseignants, afin de mettre les saints en état
d’accomplir le ministère pour bâtir le corps
de Christ. Si j’ai bien compris :
– L’évangéliste est un cadeau de Jésus à
son Église. Ce n’est donc pas un boulet, un
homme-miracle, ou un saint illuminé !
– Comme les quatre autres dons, son ministère s’exerce surtout par le biais de la
Parole.
– Une partie de son ministère consiste
à équiper ou mettre les croyants en état
d’accomplir le ministère. Il met donc les
autres au boulot. C’est un créateur d’emplois !
L’évidence est là : l’Église a besoin d’évangélistes pour remplir sa mission. Certains
l’ont compris et font appel régulièrement
à des ministères « extérieurs ». D’un point
de vue pratique, un évangéliste peut être
utile de plusieurs manières :
Proclamer
Allez, on sort ! Nous étions huit, dont plus
de la moitié pour la première fois, à aller
frapper aux portes des immeubles du voisinage. Résultat :
– Des chrétiens qui ont pris conscience
des besoins et de la soif spirituelle de personnes à quelques mètres de chez eux
– La joie d’avoir pu allier spontanément la
théorie à la pratique. Ca marche !
– Une personne qui nous a fait rentrer
chez elle, nous a demandé nos témoignages et touchée, est venue le lendemain
passer la journée avec nous à l’Église.
Tout cela en à peine 1 h 30 ! Imaginez
1 h 30 répétée 20 ou 50 fois !
Au fait, à quand pour une série de rencontres chez vous ?
e m m a n u e l m a e n n l e i n 
L’évangéliste,
doit-il lui-même
appartenir à une
Église locale ?
Appartenir à une Église locale et y participer lorsqu’il est sur place, est primordial pour tout évangéliste itinérant. Cela
est d’une grande aide pour son itinérance.
En effet, il comprend les enjeux, les aspirations, les besoins des Églises locales. De
même, il est avantageux pour une Église
locale d’avoir comme membre en son
sein un évangéliste itinérant. De par ses
voyages, il pourra faire profiter l’Église de
son expérience, son réseau. Le don que
6
Dieu a mis en lui, permettra aussi d’équiper les membres de l’Église dans leur témoignage. Ainsi, afin d’exploiter au maximum ce partenariat, une collaboration of-
ficielle peut être mise en place. Lorsque
j’ai débuté avec France Évangélisation,
il a été décidé que je serais l’évangéliste
des églises de Rennes et de Saint-Brieuc
(France Mission). Nous avons ensemble
rédigé une charte de collaboration, approuvée par France Mission. Ayant grandi
dans l’Église de Rennes, il était tout naturel pour moi de poursuivre mon ministère
en son sein. L’Église de St-Brieuc est quant
à elle une Église dont je suis proche. Avec
ces Églises j’ai pu particulièrement intervenir dans quatre domaines :
– La formation à l’évangélisation : la
connaissance des réalités locales permet
une meilleure contextualisation de la formation.
– L’édification : il a été décidé que je prêcherai une fois par mois dans chacune des
églises. L’évangéliste n’a pas la même façon d’aborder un texte ou une thématique
qu’un pasteur. Nous aimons confronter
Sa o t r a Ra j a o b e l i n a 
Multiplier
Les églises peuventelles sans « risques »
confier certains
de leurs jeunes
au « R2E » ou
au « Réseau des
associés » ? Dans
quel but et pour
quel profit ?
L’un des trois axes de travail de France
Évangélisation est la multiplication
d’évangélistes en France. Pour cela, nous
avons deux programmes internes : le R2E
(Réseau des Évangélistes Émergents) et
le Réseau des Associés. Un troisième programme externe, celui-là, complète l’offre :
le FDE (Forum des Évangélistes) auquel FE
apporte sa contribution. Il a fallu quelques
années de rodage pour que ces programmes démontrent leur pertinence et
leur efficacité à susciter des évangélistes
passionnés par leur ministère, mais aussi
exemplaires par leur caractère.
L’axe formation a été pensé à FE pour répondre à une carence dans le milieu évangélique francophone : le manque de formation pour évangélistes. Nous sommes
actuellement seuls à offrir en France une
formation spécifique pour évangélistes.
Du coup, notre positionnement en tant
qu’œuvre au service de l’Église est unique.
Le programme Associés par exemple permet à une Église, ou à une Union d’Églises,
de confier l’accompagnement de leur
évangéliste proclamateur à FE. Pour la
somme de 120 euros par an, nous proposons : un weekend de ressourcement et
d’enseignement, et un suivi de leur ministère adapté selon leur besoin. L’associé
est intégré à la structure de FE – Convention, AG – et bénéficie des relations et des
réseaux des évangélistes pour la promotion de son ministère. Ainsi les Associés
ont l’opportunité de se voir confier les en7
Multiplier
notre auditoire, appeler à la repentance,
rappeler la mission de l’Église. Mes prédications étaient donc complémentaires de
celles des autres.
– La vision des nations : par les diverses
conférences, voyages internationaux, a
grandi en moi une vision des nations et
des peuples non atteints par l’évangile. J’ai
immédiatement retransmis cette passion
à ces deux églises.
– La multiplication des évangélistes : multiplier est au cœur du ministère et de la
vision de FE. C’est tout naturellement que
j’encourage les évangélistes que je repère
dans les églises où je passe, qui plus est
dans les églises avec lesquelles je collabore.
Pour conclure, je dirai que le partenariat
permet que tout le monde soit gagnant.
L’itinérance permet d’ouvrir de nouveaux
horizons avec les Églises collaboratrices.
La connaissance du fonctionnement des
églises locales donne une légitimité lors
de formation dans les églises où l’évangéliste passe.
Multiplier
gagements (prédication, formation, campagne) que les évangélistes à temps plein
ne parviennent pas à assumer faute de
temps. Les Associés peuvent également
promouvoir leur ministère au travers du
site internet de FE : www.france-evangelisation.com/associes. Une page à visiter !
Nous travaillons également en partenariat
avec les instituts de formation (IBG, IBN,
IBME) qui nous confient leurs étudiants
désirant se préparer au ministère d’évangéliste. Ce partenariat s’opère essentiellement au travers du R2E. Les instituts proposent leurs candidats, et nous sélectionnons ceux qui correspondent le mieux
aux critères du programme. Les étudiants
sont formés par le R2E pour la partie « ministère » et valident le programme sous
forme de stage ou de crédits universitaires. Cela permet aux instituts de proposer une formation au ministère d’évangéliste, sans toutefois devoir supporter les
coûts de formation en interne pour un ou
deux étudiants par année. Si la formation
a été quasi gratuite jusque-là, nous demandons aujourd’hui aux étudiants d’apporter eux-mêmes leur soutien (80 euros
par mois) en coopération avec leur Église
locale (20 euros par mois). Cela encourage la formation d’un cercle de soutien
en amont du programme qui porte l’étudiant dans son projet de ministère. Celuici est l’embryon d’un futur cercle de donateurs – le jour où celui-ci envisagera le
plein-temps - et la redevabilité à ce cercle
encourage l’étudiant à exceller dans son
travail !
Lors de mes recherches doctorales sur le
R2E, j’ai pu constater avec beaucoup de
8
satisfaction que les instituts de formation étaient unanimes pour souligner l’excellence de la formation. Cela honore non
seulement France Évangélisation, mais
aussi tous les mentors qui investissent en
temps, énergie et prière pour le développement de ces jeunes pousses !
Que ce soit pour les Églises locales, les
Unions d’Églises, ou les instituts de for-
mation, les programmes de formation FE
existent pour encourager les évangélistes
dans leur service au Maître. Le bénéfice
est mutuel : FE persévère dans son champ
d’action et les bénéficiaires persévèrent
dans leur appel !
Un dernier mot concernant le positionnement théologique et stratégique de
FE dans le CNEF. Tout d’abord, notre rattachement au Réseau FEF – historique –
nous classe dans la mouvance non-charismatique du CNEF. Cela ne veut pas dire
que FE travaille exclusivement avec les
Églises affiliées à ce pôle. FE est une œuvre
inter-dénominationelle. Cela veut dire que
nous travaillons avec des Églises d’arrièreplan théologique très divers, charisma-
certaines œuvres qui perdent lentement
mais sûrement leurs prérogatives. Il faut
aussi compter avec d’autres traditions
d’Églises qui ne reconnaissent pas la validité du statut d’une œuvre non affiliée à
une Union d’Églises. Par conséquent, elles
remettent en question le sacro-saint statut d’inter-dénominationalité. Tout cela
peut être générateur de tensions au sein
du CNEF. C’est pourquoi la charte abordera tour à tour :
l’aspect théologique de la relation ŒuvresÉglises (dans les Écritures, quel est le statut des Œuvres ? Sont-elles ecclésiales ?)
l’aspect politico-ecclésiologique (comment les Unions et Œuvres ont-elles opéré en France par le passé ? Quelles sont les
traditions présentes au sein du CNEF ?)
l’aspect stratégique (Comment mieux intégrer les Œuvres des Unions avec celles
du Pôle Œuvre ? Quels sont les mécanismes politiques de régulation ? Quels
sont les enjeux futurs ?).
Merci de prier pour que ce groupe de travail -composé de représentants des diverses instances du CNEF- produise d’ici
un an une charte qui puisse être validée
par l’ensemble du CNEF.
Ra p h a ë l A n z e n b e r g e r 
Un nouvel
évangéliste :
Philippe Monnery
J’ai eu la grâce de naître dans une famille chrétienne dans laquelle j’ai entendu
l’Évangile dès mon plus jeune âge. Ma mère
m’a instruit dans les Écritures soir après
9
Multiplier
tiques et non charismatiques, dispensationalistes, réformées. C’est l’avantage du
CNEF qui permet à chacun d’assumer son
positionnement théologique personnel,
tout en travaillant avec l’ensemble des acteurs du monde évangélique !
FE est représentée dans plusieurs instances du CNEF : Comité régional 67 (Emmanuel), Comité Représentatif et Assemblée Plénière (Raphaël et Alain), Pôle
Œuvre, Commission Évangélisation, Commission Implantation d’Églises Nouvelles
(Raphaël), et le groupe Lausanne France
(Raphaël et Alain).
Ainsi qu’au Réseau FEF (Alain et Saotra)
et enfin au FDE (Raphaël, Emmanuel et
Alain). Plusieurs enseignent dans les instituts ou œuvres : IBN (Emmanuel et Raphaël), IBG (Emmanuel, Raphaël et Alain),
Jeunesse en Mission (Saotra).
Cette présence nous permet de promouvoir le ministère d’évangéliste auprès
d’acteurs qui sont plutôt centrés sur le
pastorat ou l’enseignement. Cela permet
de préserver l’équilibre des ministères et
de permettre l’articulation d’une vision
d’évangélisation où tous s’accordent pour
œuvrer, chacun à sa place, en vue du bien
commun.
Enfin, au sein du CNEF, pour accélérer
et formaliser le lien Œuvres-Églises, un
groupe de travail que je dirige a été mis
en place. Il travaille à la rédaction d’une
charte de collaboration entre ces deux
entités. L’effort est salutaire. Aujourd’hui,
beaucoup d’œuvres peinent à se réinventer à l’aire du CNEF. Nombre de ministères (jeunesse, édition, social, évangélisation, mission) ont été progressivement
intégrés dans les structures d’Églises. Ce
qui provoque une grande frustration chez
Multiplier
soir et mes parents ainsi que ma tante ont
prié pour que je devienne un évangéliste.
En 2000, à l’âge de 13 ans et après une
période de rejet et d’égarement, Dieu m’a
amené à la repentance et j’ai pu vivre une
conversion radicale. Très vite, j’ai commencé à témoigner autour de moi et à
découvrir une passion pour l’annonce de
l’évangile.
Quelques mois plus tard, j’ai lu la biographie d’Hudson Taylor et j’ai été touché par cette phrase laissée dans une de
ses lettres : « De tous côtés des âmes périssent faute de connaître la vérité. Comment pouvons-nous rester assis, sans rien
faire, sans que le sang de ces populations
ne retombe sur nos têtes ? » Je crois que
c’est à ce moment-là que j’ai reçu mon
appel pour être évangéliste.
Dieu a ensuite permis que cet appel mûrisse à son service. Pendant plusieurs années, j’ai pu travailler dans un centre de
vacances chrétien et participer à plusieurs
camps d’évangélisation. Étant dans une
toute petite Église, j’ai également été rapidement sollicité pour prêcher.
En 2005, j’ai eu l’occasion de créer, avec
plusieurs jeunes, une association pour organiser des actions d’évangélisation à
Saint-Étienne, ainsi que des camps de formation à l’évangélisation pour les jeunes.
C’est en organisant ce premier camp en
2006 que je suis rentré en contact avec
Raphaël Anzenberger qui m’a ensuite proposé d’intégrer la première promotion
du R2E. Cela a été le coup d’accélérateur.
Le mentorat d’Alain Stamp, l’intégration
au sein de ce réseau de jeunes évangé10
listes, m’ont permis de prendre davantage
confiance dans mon appel et de développer mon ministère.
À l’issue du R2E, j’ai intégré le réseau des
Associés de FE. J’ai ainsi bénéficié à nouveau de l’accompagnement mentoral
d’Alain et des évangélistes. Mon ministère se développant, nous avons senti avec
mon épouse que Dieu nous appelait à franchir un pas de plus et nous avons rencontré le Comité Directeur de France Évangélisation en juillet 2011 pour étudier notre
candidature. Celle-ci a été confirmée lors
de l’assemblée générale 2012.
Perspectives de ministère
Avec mon épouse Rébecca, nous vivons
toujours à Saint-Étienne avec notre fille
Anaëlle (1 an et demi). Rébecca travaille
à mi-temps comme professeur des écoles
et je suis ingénieur commercial dans une
société de services informatique jusqu’en
novembre. Après je pourrai me consacrer
complètement au ministère.
Une partie de mon temps sera consacré à
ma formation théologique au travers d’un
tutorat académique avec Florent Varak
Entrée en matière
Le ministère démarre sur les chapeaux de
roues, avec un calendrier déjà bien plein.
Au niveau de la partie proclamation de
mon ministère, j’ai déjà plusieurs invitations pour prêcher dans le cadre d’actions
d’évangélisation en France, organisées par
les églises ainsi que les GBUs.
Concernant la formation et la mobilisation à l’évangélisation, je suis en charge
avec Raphaël Charrier (Évangéliste Associé) de l’organisation de la première Journée Régionale de l’Évangélisation RhôneAlpes. Je serai également impliqué dans le
programme R2E.
Au niveau local, notre Église sort de la
phase d’implantation, avec le retrait progressif des missionnaires fondateurs, ce
qui implique une phase de transition importante avec une réflexion sur la vision
de l’Église, la formation de responsables
et le discipulat. Nous nous réjouissons de
voir Dieu à l’œuvre.
Enfin, nous sommes vraiment encouragés par les chrétiens qui s’engagent avec
nous dans la prière et le soutien financier,
témoignage de la fidélité de Dieu à notre
égard.
P h i l i p p e M o n n e r y 
Deux nouveaux
associés…
… Agnès Baroncini
Je suis née à Strasbourg en 1960 et je vis
toujours dans cette belle région. Après
une vie mouvementée dans l’occultisme
(professeur de Yoga, astrologue et autre),
j’ai expérimenté mes dons occultes dans
le cadre d’une secte durant quelques années. En 1992, je la quitte avec pertes
et fracas puis passe par des années difficiles. En 2000, une amie me témoigne de
sa foi. Touchée
non seulement
par son témoignage mais aussi par ce qu’elle
dégage, je suis
ébranlée dans
mes croyances
et convictions.
Après de nombreuses discussions et interrogations, je
me plonge dans la lecture de l’Évangile de
Jean. Et c’est le déclic, la délivrance. Enfin, la rencontre avec Christ s’est opérée.
La relation est établie.
En 2008, je découvre que je suis atteinte
d’une forme rare de cancer. Cette épreuve
11
Multiplier
pour les deux ans qui viennent. Je développerai ensuite une partie de mon ministère au niveau local à Saint-Étienne où je
suis ancien et évangéliste dans mon Église
locale.
Je serai également disponible pour la prédication et la formation en France voire
ponctuellement à l’étranger, en lien avec
les églises locales ou dans le cadre de
campagnes d’évangélisation.
Je souhaite aussi garder un temps pour
participer à des groupes de réflexion telle
que la commission d’évangélisation et
d’implantation d’église des CAEF ou le
groupe Lausanne France.
Enfin, j’aimerais pouvoir continuer à écrire
ponctuellement des traités ou des articles
pour des revues ou sites internet chrétiens.
Multiplier
modifie en profondeur ma relation avec
Dieu. Je me bats « avec Dieu aux commandes » alors que le corps médical ne
prévoit qu’un sursis de 6 mois de vie.
En 2009, j’écris mon premier livre Mon
cancer, entre combats et découvertes, livre
d’évangélisation, aux éditions BLF Europe.
Un réel tournant dans mon ministère. Depuis, j’ai l’opportunité de partager ma foi,
de communiquer l’Évangile lors de conférences-auteure. J’anime également des
études bibliques pour adultes au sein de
cellules de maisons et d’un groupe de
dames. À côté de cela, je termine une formation à la relation d’aide et travaille sur
l’écriture de deux autres livres.
… Frédéric Chapelle
Je suis né en mars 1966 à Nivelles dans la
province du Brabant Wallon en Belgique.
Très jeune, je me suis retrouvé dans les cafés et dans des soirées de fin de semaine.
Cette vie très festive m’amènera immanquablement au décrochage scolaire. À 18
ans, je quitte définitivement l’école avec
une seule idée
en tête : devenir
riche, très riche.
Mon parcours
très chaotique
me conduit petit à petit dans
un véritable enfer et dans une
vie de débauche qui me détruit et me
consume. À 26 ans, c’est la rupture, le fond
du trou, la débâcle générale. Mon premier
12
mariage volera en éclats. Criblé de dettes,
je serai poursuivi par les huissiers et la justice.
Un jour, un couple d’amis me témoigne
qu’eux aussi sont passés par des moments
très difficiles. Ils ont rencontré un avocat, un ami, un conseiller très efficace, Jésus-Christ. Je suis interpellé par ce témoignage. Et je vais de découverte en découverte. Le 14 juin 1992, alors que j’écoute
une prédication en Allemagne, la réalité
du Christ se révèle à moi. Mon cœur est
touché et ma vie transformée. Rien ne sera plus pareil.
Quelques années plus tard je monte une
entreprise de réparation et de protection
des bétons. Mais mon principal client fait
faillite, ce qui entraîne un dépôt de bilan. C’est alors que débute une véritable
vie par la foi. Avec ma femme, nous ferons
face à de grands défis financiers au travers
desquels nous découvrirons la fidélité de
Dieu et de l’assurance de sa Parole.
Aujourd’hui je partage mon temps, entre
ma vie professionnelle – dans la logistique
– ma vie familiale avec ma femme Patricia
et notre fille Aurore, et mon ministère de
prédicateur. Je prêche lors de campagnes
d’évangélisation et encourage l’Église locale à répondre à sa mission. J’ai déjà visité quelques pays : le Brésil, le Sri Lanka, la
Roumanie, la France, le Canada, le Congo,
Kinshasa et le Burkina Faso.
C’est au travers de ma rencontre avec Emmanuel Maennlein que j’ai fait la connaissance de France Évangélisation dont
je suis devenu évangéliste Associé en
juillet 2012.
Une Église :
pour quoi faire ?
Vous trouverez ici le résumé des cinq
études données par Antoine Doriath lors
de la convention de France Évangélisation
en juillet 2012 précisément sur ce thème.
Il s’agit de notes qui demandent que vous
lisiez préalablement les textes cités.
1. L’Église « berceau »
Jean 1 : 12 ; 3 : 3, 5, 7 ; Actes 2 : 47 ; 1 Pi. 2 : 2
Bien que l’église soit le lieu d’accueil des
nouveau-nés spirituels, ce n’est pas elle
qui fait les enfants. Son
rôle est d’accueillir ceux
et celles que Dieu va
y placer. Dans son infinie sagesse, Il choisit de nous accorder ou
non des enfants. Le rôle
de l’église sera alors de
les accueillir sans jugement, avec énormément
d’amour, de compassion
et de compréhension.
Les membres se doivent
d’être des exemples pour les bébés spirituels afin qu’ils grandissent dans la paix.
La question primordiale est : voulons-nous
des « bébés » spirituels avec la même ardeur qu’Anne (1 Sam. 1 : 9-13) ou Paul
(Rom. 9 : 2-3 ; 10 : 1) ?
2. L’Église « école »
1 Cor. 3 : 16 ; 6 : 2-3, 9, 15, 19 ; 1 Tim. 1 : 20 ; 5 : 4 ;
Éph. 1 : 20 ; Phil. 4 : 11-12
Arrivé dans l’Église, le bébé spirituel est désormais destiné à grandir. L’image de l’école
s’observe par les emprunts au champ lexical de l’enseignement dans la Bible. La Parole appelle les fidèles à être plus que de
simples élèves, mais plutôt des disciples de
Christ, le seul Maître digne de confiance.
Le manuel de l’Église-école, la Bible, comprend des textes difficiles qui nécessitent
un éclairage. Tout au long de la formation, ceux qui sont chargés de l’enseignement (moniteurs, responsables de jeunes,
de groupes de maison, pasteurs) sont alors
tenus de transmettre le message de manière adaptée, audible et intelligible, non
pour le plaisir de faire de l’érudition mais
pour toucher les cœurs et armer le nouveau converti ! Les devoirs des membres
de l’église consistent à sonder l’Écriture et
mettre en pratique les enseignements. Enfin, la présence de l’élève
demeure une condition
évidente essentielle pour
réussir l’apprentissage.
3. L’Église « salle
d’entraînement »
1 Cor. 9 : 26 ; Héb. 12 : 1 ;
Gal. 6 : 2 ; Actes 24 : 16 ; Col.
4 : 12 ; 1 Thes. 1 : 7
L’église permet au jeune
converti de s’entraîner.
Il s’agit d’un lieu d’exercice où les connaissances se transforment
en convictions. L’église, dans la Bible, est à
la fois un tapis roulant selon Paul qui nous
prépare au marathon de la vie chrétienne,
un lieu où est pratiquée l’haltérophilie car
on y porte les fardeaux des uns des autres
et un stade d’escrime pour manier l’épée
de l’esprit. Dans cette Église-salle de sport,
l’exercice est constant. Les membres de
l’église peuvent alors s’entraîner à prier,
enseigner, témoigner et servir. La prière
s’apprend par mimétisme et celles des plus
13
Penser
Penser
Penser
avancés dans la foi doivent donc être précises, explicites et régulières. Dans la salle
de sport, la persévérance est de rigueur. Le
fait d’avoir des modèles à proximité en paroles, conduite, amour et pureté, aide les
plus jeunes dans la foi tout comme les
Thessaloniciens de l’époque de Paul.
4. L’Église « armée »
Rom. 15 : 30 ; Col. 4 : 12 ; Jude 1.3 ; 2 Tim. 4 : 7 ;
Matt. 13 : 28 ; 1 Pi. 5 : 8 ; Col. 4 : 12 ; 2 Sam. 23 : 9-10
Après l’entraînement, le converti passe au
combat. Cette image est développée dans
la Bible. Dieu, appelé Éternel des armées,
encourage le croyant dans le Nouveau Testament à combattre avec des armes spirituelles, à combattre dans la prière, à combattre pour la foi. Il est bon que le nouveau converti prenne conscience qu’il y a
un adversaire à ne pas sous-estimer. De
plus, il n’est pas le seul ennemi : la lutte
est constante contre le péché, le monde
et la chair. La bataille se déroule sur deux
grands terrains : l’arrière est celui de la
prière (combative, dynamique et pleinement consciente à l’image d’Épaphras), le
front celui de la parole (l’enseignement
et l’évangélisation à l’image d’Éléazar qui
brandit l’épée comme nous pouvons brandir la Parole de Dieu). La lutte concerne de
nombreux domaines tels que l’immoralité, les injustices, la mondanité, le matérialisme, une certaine forme de féminisme…
L’ensemble des chrétiens est concerné
par ce combat et est appelé à persévérer
jusqu’au bout pour être sauvé. Mais sachons que la victoire est déjà acquise en
Jésus-Christ ! Parfois, lors des combats, il
arrive que le soldat souffre ou soit blessé
14
mais l’église est aussi là pour encourager
dans la longueur.
5. L’Église « hôpital »
Enfin, l’église est un hôpital. La Bible parle
constamment de maladie et de guérison. À
l’instar du bon Samaritain, le chrétien est
appelé à concourir à la guérison de ceux
qu’il rencontre sur le chemin de la vie. Le
péché est souvent caractérisé par des maladies. Tout comme le médecin urgentiste,
le premier souci de l’église doit être celui
de sauver la vie du blessé. Dans cette mission, les évangélistes reçoivent parfois des
coups, mais heureusement que les églises
sont derrière eux pour les relever. Parfois,
ce qui blesse, ce sont aussi les poisons autour de nous (philosophiques ou religieux),
Par exemple, l’évangile de la prospérité fait
des ravages et laisse sur le sentier beaucoup de déçus. Il y a aussi les blessés par la
vie, les laissés-pour-compte et les asservis
qui peuvent trouver le repos et l’aide dans
l’église. Dans l’hôpital, plusieurs postes
sont occupés. L’accueil nécessite une
écoute particulièrement attentionnée du
problème, l’infirmier doit visiter régulièrement le malade et le chirurgien doit parfois
même amputer. Des dons divers ont donc
été dispensés à chacun dans l’Église-hôpital. Ainsi, tout le monde n’est pas chirurgien mais au moins un bon Samaritain.
a n to i n e d o r i at h , N ot e s
p r i s e s p a r F l o r e n c e H o d a p p 
France Évangélisation
Le journal
Publication trimestrielle éditée
par France Évangélisation
ISSN 0768 6773
© Copyright France Évangélisation.
La reproduction, même partielle, des articles
est interdite sans autorisation.
contact@france-evangelisation.com
www.france-evangelisation.com
Directeur de publication :
Alain Stamp – 5 rue de Siewiller
67320 Drulingen – France
Dépôt légal : Octobre 2012
Maquette : www.blfeurope.com
Crédits photos : FE – BLF Europe
Imprimé par : Imprimerie Contiprint
Prix du numéro : 2,50 e/10FS
Abonnement annuel (janvier) :
France 10 e, (soutien 20 e)
Étranger 15 e (soutien 25 e)
Chèque en euros à l’ordre de France Évangélisation.
Voir talon d’abonnement ci-dessous.
Coordonnées bancaires de France Évangélisation :
CCM de la région de Drulingen
10278 01610 00020155501 67
IBAN FR76 1027 8016 1000 0201 5550 167
Alain Stamp, Président
5 rue de Siewiller – 67320 Drulingen – France
Tél. 06 07 28 21 19
alain.stamp@france-evangelisation.com
Raphaël Anzenberger
21 rue Victor Hugo – 37600 Loches – France
Tél. 06 87 38 43 61
raphael.anzenberger@france-evangelisation.com
Daniel Coronès
11 rue des Grillons – Les Marronniers
06130 Grasse – France – Tél. 06 51 11 24 34
daniel.corones@france-evangelisation.com
Emmanuel Maennlein
6 route des Romains – 67117 Hurtigheim – France
Tél. 06 83 52 64 44
emmanuel.maennlein@france-evangelisation.com
Philippe Monnery
14 rue Palluat de Besset – 42000 Saint-Étienne – France
Tél. 06 37 49 61 45
philippe.monnery@france-evangelisation. com
Saotra Rajaobelina
11 Square Léon Bourgeois – 35000 Rennes – France
Tél. 06 25 92 45 57
saotra.rajaobelina@france-evangelisation. com
Abonnement
!
À renvoyer dûment complété à France Évangélisation
5 rue de Siewiller – 67320 Drulingen – France
Je souhaite
m’abonner au journal France = 10 e (soutien 20 e) pour 4 numéros
Étranger = 15 e (soutien 25 e) pour 4 numéros
offrir un abonnement cadeau (7 e pour 4 numéros) à :
Nom ________________________________Prénom______________________________________
Raison sociale _____________________________________________________________________________
Adresse _____________________________________________________________________________
CP-Ville-Pays _____________________________________________________________________________
Je souhaite
soutenir l’action de France Évangélisation. Ci-joint un don de __________________ e
par chèque à l’ordre de France Évangélisation
Mes coordonnées
Nom ________________________________Prénom______________________________________
Raison sociale _____________________________________________________________________________
Adresse _____________________________________________________________________________
CP-Ville-Pays _____________________________________________________________________________
15
Multiplier les leaders :
le mentorat l’art de
l’accompagnement
Martin Sanders,
Alain Stamp
Éditions BLF
www.blfeurope.com
Disponible
Les livres des collaborateurs FE
Médiums voyants
astrologues… ce qu’ils
ne vous disent pas
Emmanuel Maennlein
Collection « Nouveau
Départ »
Éditions BLF
www.blfeurope.com
Disponible
Moi aussi je voudrais
croire ! Mais…
Raphaël Anzenberger
Collection « Nouveau
Départ »
Éditions BLF
www.blfeurope.com
Disponible
J’ai failli mal
tourner…
Daniel Coronès
Collection « Nouveau
Départ »
Éditions BLF
www.blfeurope.com
Disponible
Mon cancer :
entre combats et
découverte…
Agnès Baroncini
Collection « Nouveau
Départ »
Éditions BLF
www.blfeurope.com
Disponible
Évangéliste,
mode d’emploi
Raphaël Anzenberger
Éditions BLF
www.blfeurope.com
Parution décembre
2012
I www.france-evangelisation.com I
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising