Informations sur la mesure de volumes

Informations sur la mesure de volumes
Manuel pour travailler avec des appareils
de laboratoire.
Informations
sur la mesure de volumes
F I R S T
C L A S S · B R A N D
Préface
La mesure de volumes est d’une importance primordiale au laboratoire. L’utilisateur doit clarifier l’exactitude nécessaire pour la réalisation d’une mesure concrète. A partir de cette évaluation, il peut
choisir l’appareil qui convient à sa mesure de volume.
Des mesures exactes exigent des appareils de mesure exacts et
une manipulation correcte. Pour une meilleure compréhension des
appareils de volumétrie utilisés dans le laboratoire et leur maniement,
une explication des termes les plus importants de classification et
d’utilisation est donnée dans la suite, à l’exemple des appareils de
laboratoire BRAND.
La brochure 'Informations sur la mesure de volumes' a pour but de
mettre à disposition du lecteur une vision générale des appareils de
volumétrie. Elle ne saurait toutefois remplacer les modes d’emploi
des appareils de Liquid Handling décrits. Veuillez dans tous les cas
lire le mode d’emploi joint à ces appareils avant de les mettre en
service, cela est dans l’intérêt de votre sécurité.
Si vous désirez d’obtenir des informations complêmentaires, n’hésitez
pas à nous contacter.
BRAND GMBH + CO KG
P.O. Box 11 55
97861 Wertheim/Main · Germany
Téléphone: +49 93 42 808-0
Télécopieur: +49 93 42 808-98000
E-Mail:
info@brand.de
Internet: www.brand.de
© BRAND GMBH + CO KG · Tous droits réservés
Table des matières
n Vision générale des appareils de volumétrie
5
n Fabrication des appareils de volumétrie en verre
De la matière première à l’appareil de volumétrie de précision Identification des appareils de volumétrie
Appareils de volumétrie et leur classification en classes d’exactitude 6
6
8
9
n Travailler avec des appareils de volumétrie
10
Ménisque d’un liquide
10
Temps d’écoulement et d’attente
11
Pipettes en général 12
Maniement des pipettes13
Maniement des fioles jaugées15
Maniement des éprouvettes bouchées et graduées 15
Maniement des burettes
16
Maniement des pycnomètres
17
Travailler avec des auxiliaires de pipetage
18
n Travailler avec des appareils de 'Liquid Handling'
21
Distribuer avec des distributeurs adaptables sur flacon 22
Titrer avec des burettes adaptables sur flacon 24
Pipetter avec des pipettes à coussin d’air25
Pipetter avec des pipettes à déplacement positif29
Distribuer avec des distributeurs de fractions30
n Sur l'exactitude
32
n La surveillance des moyens de contrôle
33
Procédé du contrôle de volume 34
Logiciel de calibrage 36
Service de calibrage
36
n Attestations de conformité et certificats
37
n Appareils de volumétrie BLAUBRAND® USP
38
n La directive DIV
39
n Gestion de la qualité
40
n Le nettoyage des appareils de laboratoire
41
n Conseils concernant la sécurité
43
Appareils de volumétrie
Vision générale des appareils de volumétrie
Appareils de volumétrie en verre/
en plastic
Fioles jaugées
La mesure de volumes de liquides fait partie des travaux de routine de chaque laboratoire. Les appareils
de volumétrie en verre, comme les fioles jaugées, les pipettes jaugées et graduées, les éprouvettes
graduées et les burettes, sont donc des instruments de base. Ils peuvent être en verre ou en matière
plastique. Les appareils de volumétrie proposés par les fabricants sont de qualités différentes. Les
béchers gradués, béchers, fioles Erlenmeyer, entonnoirs à robinet, etc. ne sont pas des appareils de
volumétrie! Ils ne sont pas ajustés de manière précise et leur échelle ne sert que de repère approximatif.
Ci-dessous une sélection d’appareils de volumétrie de qualité BRAND est presenté:
Pipette jaugée
Pipette graduée
Eprouvette graduée
Burette
Distributeur
adaptable sur flacon
Distributeur
adaptable sur flacon
Burette
adaptable sur flacon
Pipette à déplacement positif
Distributeur à répétition mécanique
Distributeur à répétition électronique
Appareils de Liquid Handling
Afin de répondre aux exigences de plus en plus
sévères dans la mesure de volumes réalisée au
laboratoire (examens en série, séries de tests), de
nouveaux appareils ont été développés en permanence, par exemple pour la distribution, le pipetage
et le titrage. Les appareils conçus pour les mêmes
applications par les différents fabricants fonctionnent
tous selon un principe similaire. En fonction du fabricant, il existe cependant des différences parfois
importantes au niveau des détails de la construction
et du design des appareils. La sélection d’appareils
de Liquid Handling de BRAND présente:
Pipettes à coussin
d’air, à un canal
Pipettes à coussin
d’air, multicanaux
BRAND
5
Appareils de volumétrie en verre · Fabrication
Fabrication d'appareils de volumétrie en verre
De la matière première à l'appareil de volumétrie de précision
Les ébauches
Les pipettes jaugées et graduées sont réalisées en verre
de chimie (par ex. AR-GLAS®)
et pour les fioles jaugées,
éprouvettes graduées et les
burettes on emploie du verre
borosilicaté (par ex. Verre borosilicaté 3.3). Ces verres possèdent une résistance chimique
et physique élevée qui est
adaptée aux applications du laboratoire.
Cela est indispensable pour
obtenir une solidité mécanique
optimale et garantir que le
volume reste constant lors
de sollicitations thermiques
ultérieures. Les appareils de
volumétrie BLAUBRAND® et
SILBERBRAND peuvent donc
subir une température allant
jusqu’à 250 °C dans les étuves
de séchage ou de stérilisation,
sans risque que leur volume
soit modifié.
Il faut toutefois faire attention
au fait que le chauffage irrégulier des appareils en verre ou
les chocs thermiques brusques
provoquent des contraintes
thermiques qui peuvent causer
leur casse.
Des ébauches de grande
qualité ainsi qu’un contrôle statistique rigoureux des critères
de qualité exigés sont indispensables à la production d’appareils de volumétrie de haute
qualité. Ainsi, les contraintes
thermiques présentes doivent
être éliminées par un réchauffement et un refroidissement
contrôlés des ébauches.
Donc:
Ne placer les appareils en verre
dans les étuves de séchage ou
de stérilisation que lorsque ces
dernières sont à froid, pour les
chauffer lentement.
Une fois le temps de séchage
ou de stérilisation révolu, laisser les appareils se refroidir
lentement dans l’étuve de
séchage ou de stérilisation
éteinte.
Ne jamais chauffer des appareils de volumétrie sur plaques
chauffantes!
Ebauches de foiles jaugées
Le calibrage
Chaque appareil de volumétrie
en verre de BRAND est ajusté
individuellement. Pour ce faire,
une quantité d’eau définie est
dosée avec précision et le trait
de jauge est appliqué au point
le plus bas du ménisque. Dans
le cas des appareils de volumétrie gradués, deux traits de
jauge sont appliqués. Lors de
la production entièrement automatisée, des systèmes pilotés
par ordinateurs assurent la précision maximale possible. La
'commande statistique de la fabrication' permet alors de produire des appareils de volumétrie présentant des écarts aussi
petits que possible par rapport
à la valeur nominal (exactitude)
ainsi qu’une faible variation des
valeurs individuelles (coefficient
de variation).
En principe, on différencie deux façon de calibrage: calibrage pour
contenir 'In' et calibrage pour écouler 'Ex'.
Calibrage pour contenir 'In':
Calibrage pour écouler 'Ex':
Température de référence:
La quantité de liquide contenue
correspond au volume imprimé.
Parmi ces appareils de mesure on compte, par exemple,
les éprouvettes graduées, les
fioles jaugées et les pipettes
capillaires d’un volume maximal
de 200 μl.
La quantité de liquide évacuée
correspond au volume imprimé.
La quantité résiduelle de liquide
adhérant aux parois de l’appareil de mesure (mouillage) a été
prise en compte lors de l’ajustage. Ce calibrage est effectué,
entre autres, pour les pipettes
jaugées et graduées ainsi que
pour les burettes.
La température de référence
normale, c’est-à-dire la température à laquelle l’appareil de
volumétrie doit contenir ou distribuer son volume, est 20 °C.
Si l’ajustage ou le calibrage est
effectué à une température différente, les valeurs de mesure doivent être corrigées en
conséquence.
Remarque:
En raison du faible coefficient
de dilatation du verre, la température de référence ne revêt
que peu d’importance dans la
pratique, étant donné que les
écarts de mesure dus à la dilatation du volume des appareils
de mesure sont en général inférieurs à la limite d’erreur.
Installation de calibrage pour pipettes graduées
BRAND
6
Appareils de volumétrie en verre · Fabrication
La réalisation des
impressions
Après le calibrage, on procède
à l’impression par sérigraphie.
BRAND utilise des écrans de
soie pour sérigraphie extensibles pour toutes les pipettes
graduées, les burettes, les
éprouvettes graduées et éprouvettes bouchées. En étirant
les écrans de soie, ceux-ci
correspondent exactement aux
traits de jauge et c’est pourquoi
même les volumes intermédiaires sont d’une précision
extrême.
En ce qui concerne les pipettes,
on applique sur leur extrémité
supérieure un anneau de couleur dénommé 'code-couleur'
pour une meilleure distinction
des capacités des pipettes
qui, sinon, seraient faciles à
confondre. Il est défini dans la
norme ISO 1769 quelle couleur
correspond à quel volume
nominal.
Les couleurs d’imprimerie
BRAND utilise des couleurs d’imprimerie de qualité fabriquées spécialement pour les appareils de
volumétrie en verrre:
Couleur émaillée bleue:
Couleur émaillée blanche:
Couleur à diffusion brune:
Contraste élevé, combinaison
optimale de résistance et de lisibilité. La couleur émaillée bleue
est utilisée pour les appareils
de volumétrie BLAUBRAND®
(classe A/AS).
La couleur émaillée blanche
est utilisée pour les appareils
de volumétrie SILBERBRAND
(classe B).
Cette couleur se diffuse dans
la surface du verre et ne peut
être éliminée que par l’abrasion
du verre. Elle est employée
pour les appareils de volumétrie soumis à des méthodes
de nettoyage particulièrement
agressives. La couleur à diffusion brune est utilisée pour
les appareils de volumétrie
BLAUBRAND® ETERNA
(classe A/AS) ainsi que pour
les appareils de volumétrie
SILBERBRAND ETERNA
(classe B).
Réalisation des impressions sur les fioles jaugées, à la machine
La cuisson
Assurance de qualité
La cuisson des inscriptions est
la dernière phase du processus
à suivre de l’ébauche à l’appareil de volumétrie fini.
Le procédé de cuisson soigneusement contrôlé est une
condition essentielle, en plus
du choix des couleurs d’imprimerie de qualité, spécialement
fabriquées à cet effet, pour une
graduation résistante sur les
appareils de volumétrie. Cela
signifie: chauffage et refroidissement contrôlés des appareils
de volumétrie gradués.
La température maximale est
entre 400 °C et 550 °C, selon
le type de verre.
Chez BRAND, l’assurance de
qualité est garantie par des
contrôles continus durant la
production et un contrôle statistique lors du contrôle final.
(Pour des informations plus
détaillées, voir page 39.)
Eprouvettes graduées avec impressions réalisées, avant cuisson
BRAND
7
Appareils de volumétrie en verre · Fabrication
Identification des appareils de volumétrie
Numéro de lot
Exemple:
Pipette jaugée BLAUBRAND®
le signe pour l’attestation de
conformité BRAND, suivant les
règles allemandes sur l’étalonnage
des poids et mesures et la
norme DIN 12 600
Fabricant
Désignation de la norme
Marque de BRAND pour
les appareils de volumétrie
de classe A/AS
Pays d'origine
Température de référence (20 °C),
temps d’attente (5 sec),
calibrage (ici 'Ex' = écoulement)
Volume nominal
Limite d'erreur
Classe 'A' signifie la classe
de qualité la plus élevée
'S' = écoulement rapide
Unité de volume
Les indications suivantes doivent être imprimées sur chaque appareil de volumétrie:
En outre, les indications suivantes peuvent
figurer sur l’appareil:
n Volume nominal
l
Pays d'origine
n Symbole d’unité: ml ou cm³
l
Limite d'erreur
n Température de référence: 20 °C
l
Marque (dans notre cas:
BLAUBRAND®)
l
Norme, par ex. ISO 648
l
Numéro de lot
n Calibrage: Ex ou In
n Classe: A, AS ou B
n Le cas échéant, temps d’attente:
sous la forme ‘Ex + 5 s’
n Nom ou logo du fabricant
BRAND
8
Appareils de volumétrie en verre · Fabrication
Classification en classes d’exactitude
En général, les appareils de volumétrie sont divisés en deux classes d’exactitude:
Classe A/AS
Les appareils de volumétrie de la classe A et AS possèdent des
limites d’erreur identiques déterminées par la norme DIN EN ISO.
En général, seuls les appareils de volumétrie en verre sont en
mesure de respecter ces limites. Étant conçus pour répondre aux
exigences les plus sévères, les fioles jaugées en PFA et PMP
ainsi que les éprouvettes graduées en PMP de BRAND, qui appartiennent également à la classe A, constituent une exception.
Dans le cas des appareils de volumétrie de la classe AS avec calibrage pour écouler 'Ex', la mention 'S' signifie écoulement rapide.
Les appareils de volumétrie de la classe AS se sont largement
imposés. Avec les pipettes et burettes possédant une pointe à
grande ouverture, le risque d’obturation est faible. Le comportement d’écoulement des différents liquides est compensé par le
respect du temps d’attente prescrit (voir 'Temps d’écoulement et
d’attente', page 11).
Classe A/AS
■ désigne toujours la classe
d’exactitude la plus élevée
■ ‘S’ signifie écoulement rapide (pipettes et burettes)
■ seule la classe A/AS est
marquage DE-M
■ Graduation:
Les traits longs s’étendent
sur au moins 90 % de la circonférence du tube ou sont
imprimés sous forme de trait
circulaire.
Classe B
Les appareils de volumétrie de la classe B sont disponibles en
verre ou en matière plastique. Pour la classe B, les limites d’erreur correspondent généralement au double de celles de la classe
A/AS. Aucun temps d’attente n’est spécifié pour les appareils de
mesure de la classe B avec calibrage pour écouler ‘Ex’.
Classe B
■ en règle générale le double
des marges de tolérance de
la classe A/AS
■ Graduation:
Les traits longs s’étendent
sur env. 20 - 40 % de la
circonférence du tube.
Que choisir: des appareils de volumétrie
en verre ou en matière plastique?
Le matériau universel, répondant à toutes les exigences du
laboratoire, n’existe pas.
Le choix du verre ou des matières plastiques est fonction
de l’application prévue pour le
produit, de son exécution, des
propriétés spécifiques du matériau en question et des aspects
économiques.
L’excellente résistance à la
casse et la légèreté sont les
avantages les plus décisifs
des appareils de volumétrie en
matière plastique.
Le PP, le PMP et le PFA ont
déjà fait leurs preuves.
Le PP est utilisé pour fabriquer
des pipettes jaugées, des pipettes graduées de même que
des fioles jaugées et des éprouvettes graduées dont l’exactitude correspond aux limites
d’erreur de la classe B.
Le PMP et le PFA sont également utilisés pour des appareils de mesure avec des limites
d’erreur identiques à celles de la
classe A, par ex. des fioles jaugées (PMP/PFA) et des éprouvettes graduées (PMP). En raison de sa grande pureté, le PFA
est avant tout utilisé dans le domaine de l’analyse de traces.
Eprouvettes graduées, PMP,
classe A
BRAND
9
Appareils de volumétrie en verre · Mesure de volumes
Travailler avec des appareils de laboratoire
Le ménisque du liquide
Le terme 'ménisque' est utilisé
pour décrire la courbure de la
surface d’un liquide.
Le ménisque peut prendre une
forme convexe ou concave.
La courbure résulte du rapport
entre les forces d’adhésion et
de cohésion.
Si les molécules du liquide
subissent une force d’attrac-
tion plus forte de la part de la
paroi de verre (force d’adhésion) que de la part des autres
molécules du liquide (force de
cohésion), le ménisque prend
une forme concave.
C’est-à-dire, le liquide monte
près des bords du récipient.
C’est le cas, par exemple, des
solutions aqueuses.
Si le diamètre d’une pipette
est suffisamment petit, par ex.
celui d’une pipette capillaire,
la force d’adhésion suffit non
seulement pour faire monter
le liquide près des bords du
récipient, mais en plus pour
faire monter toute la surface du
liquide (effet de capillarité).
Si la force de cohésion entre
les molécules d’un liquide est
supérieure à la force d’adhésion entre les molécules du
liquide et celles de la paroi de
verre, le ménisque prend une
forme convexe. C’est le cas,
par exemple, du mercure.
Ajustage du ménisque
Une condition essentielle pour la mesure exacte de volumes est l’ajustage exact du ménisque.
Remarque importante:
Ménisque concave dans une
pipette graduée.
Ménisque convexe dans une
pipette graduée.
Indication du ménisque par
la bande photophore d’une
burette.
Dans le cas d’un ménisque
concave, la lecture du volume
se fait au point le plus bas
de la surface du liquide. Ce
faisant, le point le plus bas du
ménisque doit toucher le bord
supérieur du trait.
Dans le cas d’un ménisque
convexe, la lecture du volume
se fait au point le plus haut
de la surface du liquide. Ce
faisant, le point le plus haut du
ménisque doit toucher le bord
inférieur du trait.
La bande photophore est une
étroite bande bleue au centre
d’une bande blanche. Elle est
imprimée au dos des burettes
afin d’améliorer la lisibilité.
En raison de la réfraction, la
bande bleue apparaît sous
forme de deux flèches au
niveau du ménisque. La lecture
se fait au point de contact des
deux pointes.
Lecture du ménisque
Pour obtenir un ajustement
sans parallaxe du ménisque, il
convient de tenir l’appareil de
volumétrie à la verticale. L’œil
de l’utilisateur doit se trouver
à la même hauteur que le ménisque. Dans cette position, le
trait circulaire apparaît en tant
que ligne droite.
Lorsque l’on tient une feuille de
papier foncé derrière l’appareil,
juste en dessous du trait circulaire ou d’une subdivision, le
ménisque devient plus sombre
et par conséquent plus visible
sur un fond clair.
BRAND
10
trait circulaire/
trait
ménisque
Lors de l’application pratique,
la température du liquide et la
température ambiante jouent
un rôle important. Alors que
la dilatation des appareils de
volumétrie en verre est négligeable, il faut tenir compte de
la dilatation des liquides qui varie en fonction des différentes
températures. Afin que l’erreur
de volume soit aussi faible que
possible, tous les volumes des
liquides ayant un rapport entre
eux doivent être mesurés à la
température habituelle (régnant
tous les jours). Lors de la composition de solutions standard,
notamment, il est préférable
d’effectuer le pipetage de
l’échantillon et le titrage à
la même température. Par
ailleurs, les grandes différences
de température entre l’appareil
et le liquide sont à éviter.
Appareils de volumétrie en verre · Mesure de volumes
Temps d'écoulement et d’attente
Dans le cas des appareils de volumétrie conçus pour distribuer des liquides (calibrage pour écouler
‘Ex’), le volume distribué est toujours inférieur au volume contenu dans l’appareil. Cela est dû au
mouillage, c’est-à-dire au film de liquide qui adhère aux parois intérieures de l’appareil. Le volume
de ce film de liquide dépend du temps d’écoulement pris en compte lors de l’ajustage de l’appareil.
Erreurs de volume possibles:
Le volume distribué d’une pipette ou d’une burette diminue lorsque la pointe est cassée (temps
d’écoulement plus bref) ou bien il augmente lorsque la pointe n’est pas propre et que l’écoulement
du liquide est entravé (temps d’écoulement plus long). Le volume augmente également si la quantité
de liquide restant dans la pointe après le pipetage est soufflée par erreur.
(Pour connaître la manipulation correcte des pipettes, voir page 13.)
Le temps d’écoulement
Le temps d’attente
Le temps d’écoulement est
défini en tant que temps requis
pour la chute libre du ménisque
(évacuation d’eau par gravité)
entre le trait de graduation de
volume supérieur et le trait de
graduation de volume inférieur
ou la pointe d’écoulement.
Avec les appareils de volumétrie de la classe AS, ce temps
d’écoulement est suivi d’un
temps d’attente défini.
Le temps d’attente commence dès que le ménisque
a atteint le trait de graduation
de volume inférieur ou qu’il
s’est immobilisé dans la pointe
d’écoulement. Durant ce temps
d’attente, le liquide restant qui
adhère aux parois s’écoule vers
le bas.
Temps d’attente, classe AS:
Le temps d’attente de 5 s
défini pour les pipettes jaugées
et les pipettes graduées de la
classe AS est le temps qui est
à respecter suite à l’immobilisation apparente du ménisque
dans la pointe d’écoulement
et avant le retrait de la pointe
d’écoulement de la surface du
récipient.
Le fabricant doit indiquer le
temps d’attente de 5 s sur la
pipette (voir page 8).
Exemple de temps d’écoulement et d’attente
se référant aux différentes classes de pipettes
(pipette jaugée de 25 ml)
Classe A (marquage DE-M)
25 - 50 sec. de temps d’écoulement (pas de temps d'attente)
Classe AS (marquage DE-M)
15 - 20 sec. de temps d’écoulement + temps d'attente 5 s
Classe B
10 - 50 sec. de temps d’écoulement (pas de temps d'attente)
BRAND
11
Appareils de volumétrie en verre · Maniement
Travailler avec des appareils de volumétrie
Pipettes en général
En règle générale, les pipettes sont des appareils de volumétrie avec calibrage pour écouler ‘Ex’ servant à mesurer des volumes de liquides. Elles sont individuellement mesurées volumétriquement lors
du processus de fabrication et portent un ou plusieurs traits de jauge.
On distingue les pipettes jaugées et les pipettes graduées (avec calibrage pour écouler ‘Ex’), ainsi que
les micropipettes pour des volumes jusqu’à 200 μl à usage unique (avec calibrage pour contenir ‘In’).
Pipettes jaugées
Pipettes graduées
■Calibrage:
Classe AS: 'Ex + 5 s'
Classe B: 'Ex'
■ Calibrage:
Classe AS: 'Ex + 5 s'
Classe B: 'Ex'
■ Exactitude de mesure en
général plus élevée que
celle des pipettes graduées
■ Grâce à la graduation, possibilité de lire des volumes
partiels
■ Modèles de pipettes
jaugées:
■ Types de pipettes graduées:
Type 2 – volume nominal en haut, écoule ment total même pour volumes partiels
Le modèle principal est
la pipette jaugée à 1 trait
(écoulement total).
Le modèle à 2 traits est
moins courant (écoulement
partiel).
Type 1– volume nominal en bas, écoule-
ment partiel de tous les volumes
Type 3– volume nominal en bas, écoule-
ment total unique-
ment pour le volume nominal
Pipette jaugée avec 1 trait
BRAND
12
Pipette graduée type 2,
volume nominal en haut
Pipettes capillaires
par ex. intraMARK
BLAUBRAND®
Pipettes capillaires
par ex. intraEND
BLAUBRAND®
■ calibrées pour contenir 'In'
■ calibrées pour contenir 'In'
■ un trait circulaire
■ sans trait
■ volume compris entre l’extrémité et le trait circulaire
■ volume compris entre les
deux extrémités (capillaires End-to-End)
Appareils de volumétrie en verre · Maniement
Maniement des pipettes
Pipettes calibrées pour écoulement 'Ex'
Pipetage correct avec des pipettes jaugées, 1 trait (ici volume nominal 25 ml)
et pipettes graduées type 2, classe AS (ici volume partiel 3 ml)
Accessoire auxiliaire: auxiliaire de pipetage (voir page 18)
Remplissage
Pipette
jaugée
1 trait
1.A l’aide d’un auxiliaire de
pipetage, remplir la pipette
jusqu’à 5 mm au-dessus
du trait de graduation de
volume souhaité.
Type 2
Type 1
Type 3
écoulement
total,
écoulement
partiel,
écoulement
total,
volume nominal
en haut
zéro en
haut
zéro en
haut
régler le
menisque
2 fois
2.Essuyer l’extérieur de la
pointe de la pipette avec
un tissu de cellulose.
régler le
menisque
2 fois
régler le
menisque
1 fois
3.Régler le menisque
4.Essuyer les gouttes restantes sur la pointe.
Evacuation
5.Tenir la pipette verticalement, appuyer la pointe de
la pipette contre la paroi du
récipient étant tenu incliné et
laisser s’écouler le contenu.
Ne pas écarter la pointe de
pipette de la paroi!
6.Dès que le ménisque s’immobilise dans la pointe, commence le temps d’attente de
5 s (seulement pour classe
AS).
Type 1 et Type 3
régler le
menisque
1 fois
7.Une fois le temps d’attente
écoulé, faire glisser et
essuyer le long de la paroi
la pointe de la pipette sur
environ 10 mm vers le haut.
Une partie du liquide restant
s’écoule alors.
En cas d’utilisation des pipettes
graduées de type 1 ou 3 (zéro
en haut), le ménisque
1.) doit d’abord être réglé sur
le point zéro, puis le liquide
doit être évacué jusqu’à ce
que le niveau se situe juste
au-dessus du volume partiel
souhaité,
2.) et après un temps d’attente
de 5 s, il faut ajuster une
nouvelle fois le ménisque.
Remarque: La petite
quantité de liquide qui
reste dans la pointe ne
doit pas être ajoutée
par ex. par soufflage ou
versée dans le récipient:
cette quantité a déjà été
prise en considération
lors du calibrage de la
pipette.
Aspirer
Essuyer
Ajuster le
ménisque
Evacuer
Cette opération s’effectue
beaucoup plus simplement et
plus rapidement avec les pipettes de type 2. De plus, avec
le type 1 et le type 3 utilisés
jusqu’à présent, il est possible
qu’une trop grande quantité
de liquide soit évacuée lors du
deuxième ajustement indispensable du ménisque et que
l’échantillon doive être prélevé
une seconde fois (tout comme
dans le cas de pipettes jaugées
à 2 traits).
BRAND
13
Appareils de volumétrie en verre · Maniement
Maniement des pipettes
Pipettes calibrées pour contenir 'In'
Pipetage correct avec des pipettes capillaires
Accessoire auxiliaire: auxiliaire de pipetage (voir page 18)
Les pipettes capillaires sont des pipettes d’un très petit diamètre intérieur. L’aspiration du
volume de liquide s’effectue avec un auxiliaire de pipetage ou automatiquement par capillarité.
Après l’évacuation, la pipette capillaire doit être lavée et rincée plusieurs fois avec du diluant.
Remplissage
■ Aspirer le volume de liquide
le plus précisément possible
jusqu’au trait souhaité.
■ Tenir le capillaire horizontalement et l’essuyer doucement avec un tissu
de cellulose.
Evacuation
■ Afin de vider évacuer le
liquide par soufflage à l’aide
d’un auxiliaire de pipetage
et rincer 2 à 3 fois avec du
diluant (le capillaire étant
calibré pour contenir 'In').
■ Les capillaires end-toend sont souvent déposés
directement dans la solution diluante et rincés en
secouant.
Porte pipette avec
capillaire end-to-end
BRAND
14
Aspirer
Essuyer
Evacuer
Appareils de volumétrie en verre · Maniement
Maniement des fioles jaugées
Les fioles jaugées, classe A et
B, sont des appareils de volumétrie calibrés pour contenir
'In', qui servent en particulier
pour préparer des solutions
exactes, comme par ex. solutions étalons et standards, et
dissolutions.
Les méthodes d’analyse modernes exigent des fioles jaugées de petits volumes.
Les fioles jaugées de forme
standard, dans cette gamme de
volumes (jusqu’à env. 50 ml)
ont tendance à se renverser à
cause de leur centre de gravité
élevé et leur base réduite.
Les fioles jaugées de forme
trapèze offrent une stabilité
nettement améliorée. Leur centre de gravité se place plus bas
et leur base est plus du double
de celle d’une fiole standard à
volume égal.
Utilisation d’une fiole jaugée pour la préparation d’une solution
étalon:
1. Placer dans la fiole jaugée la quantité de substance exactement pesée ou bien verser un concentré liquide standard.
2.Remplir la fiole d’eau distillée jusqu’à la moitié environ et l’agiter afin de réaliser la dissolution ou bien le mélange.
3.Ajouter de l’eau distillée presque jusqu’au trait de jauge.
4.Ajouter le volume restant nécessaire à l’aide d’une pissette (ou
pipette) jusqu’à ce que le ménisque se trouve exactement au
niveau du trait circulaire. Important: la lecture doit être effectuée à la hauteur des yeux! La paroi de verre au-dessus du
trait ne doit pas être mouillée.
5.Ensuite, boucher la fiole et l’agiter en la retournant plusieurs
fois pour réaliser le mélange.
Maniement des éprouvettes bouchées et graduées
Eprouvettes graduées
Maniement
Eprouvettes bouchées
Les éprouvettes graduées,
classe A et B, sont des appareils de volumétrie calibrés
pour contenir 'In', c’est-à-dire
qu’elles indiquent exactement
le volume contenu.
■ Verser un liquide
Tout comme les éprouvettes
graduées, les éprouvettes
bouchées sont calibrées pour
contenir ‘In’. Elles possèdent
de plus un col rodé et un
bouchon.
■ Ajuster le ménisque au trait
souhaité (effectuer la lecture
à la hauteur des yeux).
■ La paroi de verre au dessus
du trait ne doit pas être
mouillée.
■ Le volume lu correspond à
la quantité de liquide contenue.
Remarque:
Au laboratoire, l’éprouvette
graduée est souvent utilisée
comme un appareil de mesure
calibré pour écouler ‘Ex’.
Des mesures effectuées avec
de l’eau ont permis de constater qu’en raison du mouillage
résiduel, le volume évacué est
réduit d’une valeur correspondant à peu près à la limite d’erreur de l’éprouvette graduée.
Condition: le liquide est évacué
lentement et d’une seule traite
et pour l’écoulement du liquide
restant, l’éprouvette est tenue
inclinée pendant 30 s.
Les éprouvettes bouchées
peuvent être utilisées comme
les fioles jaugées pour réaliser
des solutions standard et des
dilutions.
■ Suite à la mesure, par
exemple, de différentes
quantités de liquides, ces
derniers peuvent être directement agités et mélangés
dans l’éprouvette bouchée.
Remarque:
Lors du mélange de deux liquides, il se peut que le volume
change.
BRAND
15
Appareils de volumétrie en verre · Maniement
Maniement des burettes
Les burettes sont des appareils de volumétrie en verre calibrés
pour écouler 'Ex', qui servent pour le titrage appliqué à l’analyse
étalon.
Remarque concernant le temps d’attente:
Contrairement aux pipettes, les burettes ne sont dans la pratique
pas utilisées de la même manière que lors du calibrage. Habituellement, un volume inférieur au volume nominal est utilisé pour le
titrage et, peu avant le virage de couleur, la solution étalon est
ajoutée en goutte-à-goutte afin d’éviter un sur-titrage.
Calibrage
Classe AS: 'Ex + 30 s'
Classe B: 'Ex'
Cet ajout en goutte-à-goutte nécessite un temps identique, voire
supérieur au temps d’attente défini. Par conséquent, il n’est alors
pas nécessaire de respecter le temps d’attente de 30 secondes
lors de l’utilisation de burettes de classe AS.
Différents modèles de burettes:
Maniement
1.Rincer la burette avec la solution étalon à utiliser et l’orienter
de telle manière que le tube de la burette se trouve à la verticale. Il faut veiller à n’utiliser que des solutions étalon entièrement homogènes. Aucune opacité, floculation ni aucun dépôt
ne doivent être visibles.
2.Remplir la burette jusque légèrement au-dessus du zéro, ensuite laisser le liquide s’écouler au maximum jusqu’au volume
nominal pour désaérer le robinet de burette. S'il reste une petite bulle d’air dans la burette, pencher l’appareil et tapoter légèrement avec le doigt sur l’endroit où se trouve la bulle.
3.Aspirer la solution étalon sans formation de bulles d’air jusqu’à
environ 5 mm au-dessus du zéro. La paroi de verre au-dessus
du zéro ne doit pas être mouillée.
4.Ajuster exactement au zéro en laissant s’écouler du liquide. La
lecture se fait à la hauteur des yeux (sans parallaxe). Dans le
cas de burettes à zéro automatique: remplir également jusqu’à
environ 5 mm au-dessus du point zéro. Celui-ci s’ajuste automatiquement après désaération.
5.Essuyer la goutte éventuellement suspendue à la pointe de la
burette.
6.Ouvrir le robinet de burette et ajouter lentement la solution étalon à la solution contenant la substance à analyser (avec indicateur). Le robinet de burette ne doit pas toucher la paroi de
verre. Lors de l’ajout en goutte-à-goutte de la solution étalon,
agiter légèrement le récipient ou le poser sur un agitateur magnétique.
Afin de faciliter la visualisation du virage de couleur, le récipient
à pesée devrait être placé sur une base blanche.
Dès que le point de virage est atteint l’indicateur change de
couleur, fermer le robinet de burette. Le titrage est terminé.
Burette avec
robinet latéral
Burette à zéro automatique de Pellet
Burette à zéro
automatique du
Dr. Schilling
7.La lecture du volume de la solution titrée se fait à la hauteur
des yeux. Etant donnée la durée du titrage, le temps d’attente
(classe AS: 30 sec.) s’est déjà écoulé, dans la pratique, pendant le processus de titrage. Il doit uniquement être pris en
compte lors du calibrage de l’appareil.
8.Essuyer la goutte éventuellement suspendue à la pointe de
la burette du robinet contre la paroi intérieure du récipient à
pesée pour l’ajouter (elle fait partie du volume de la solution
titrée).
■ Avant de procéder à un nouveau titrage, ajuster à nouveau le
point zéro, le processus de titrage devant toujours commencer
au point zéro.
Afin d’effectuer les titrages on a besoin à part de burettes,de
fioles jaugées, de pipettes jaugées et de fioles Erlenmeyer.
BRAND
16
Appareils de volumétrie en verre · Maniement
Maniement des pycnomètres
Les pycnomètres servent en particulier pour déterminer la densité de liquides pas très visqueux.
Bien qu’ils ne soient pas considérés comme des appareils de volumétrie, ils sont calibrés pour
contenir ‘In’, tout comme les fioles jaugées.
On distingue deux types de pycnomètres:
Maniement
1.Déterminer le poids à vide du pycnomètre sec.
2.Remplir le pycnomètre de liquide sans formation de bulles d’air.
Le col rodé doit être rempli jusqu’à un tiers environ.
3.Ajuster la température du pycnomètre et du liquide dans un
bain-marie à 20 °C.
4.Aligner le bouchon ou bien le thermomètre du pycnomètre sur
le corps conformément à la marque et l’introduire soigneusement. Ce faisant, le tube du capillaire se remplira et du liquide
déplacé débordera.
5.Essuyer et sécher soigneusement avec un tissu de cellulose la
surface du bouchon ou bien celle du capillaire latéral, ainsi que
l’extérieur du pycnomètre.
ATTENTION:
absolument éviter d'absorber du liquide d'essai contenu dans
le capillaire. Le niveau du liquide d’essai doit coïncider exactement avec le bord supérieur du capillaire.
Pycnomètre
à bouchon
Pycnomètre avec
thermomètre et
capillaire latéral
(recommandé pour
les liquides avec une
pression de vapeur
élevée)
6.Déterminer le poids du pycnomètre rempli.
La densité est calculée à partir de la masse (poids) et du volume
du liquide réfèrant à 20 °C. Le volume est gravé sur l’appareil.
On applique l’équation suivante:
Densité (ρ) = masse (m) / volume (V)
Il faut prendre en considération la poussée aérostatique lors de la
pesée.
Note: 
Chaque pycnomètre calibré porte un numéro d’appareil, lequel
est également indiqué sur tous les composants. Seuls des composants portant le même numéro peuvent être utilisés ensemble.
BRAND
17
Appareils de volumétrie en verre · Auxiliaires de pipetage
Travailler avec des auxiliaires de pipetage
Lors du travail avec des pipettes, les auxiliaires de pipetage
sont des aides indispensables.
On distingue deux types d’auxiliaires de pipetage:
■ Auxiliaires de pipetage manuels
Il est interdit de pipetter à la bouche ou avec un tuyau
buccal. Par conséquent, utiliser impérativement un auxiliaire de pipetage. Ce dernier contribue considérablement à la réduction du risque d’infection et de blessure.
■ Auxiliaires de pipetage à moteur
Auxiliaires de pipetage à moteur
Les auxiliaires de pipetage à moteur conviennent particulièrement
pour le pipetage de grandes séries (par ex. dans le domaine de la
culture cellulaire).
par ex. accu-jet® pro de BRAND
Grâce à la régulation variable du régime de moteur et au système
de soupape spécial, les pipettes d’un volume compris entre 0,1
et 200 ml doivent être manipulées avec davantage de doigté.
Une soupape antiretour incorporée offre, en combinaison avec
Maniement
Le pipetage est commandé au moyen de deux grands boutons de
fonction:
Aspiration
Evacuation
Appuyer sur le bouton de
pipetage supérieur pour
aspirer le liquide à pipetter. La vitesse d'aspiration
augmente continuellement
à mesure que l'on pousse
le bouton dans l'appareils.
La vitesse d’évacuation
augmente continuellement
à mesure que l’on pousse
le bouton dans l’appareil.
à sélectionner:
écoulement libre
ou
évacuation par soufflage
avec support du moteur
Évacuation du liquide: écoulement libre ou par soufflage?
On fait le choix entre les deux
modes de évacuation selon
l’application. Au laboratoire
analytique, par exemple, on
travaille principalement dans le
mode 'écoulement libre' pour
obtenir l’exactitude nécessaire
des volumes à pipetter. Afin
d’obtenir l’exactitude indiquée
sur la pipette, l’écoulement libre du milieu est indispensable,
tout en respectant les temps
d’écoulement et d’attente.
BRAND
18
Par contre, dans le domaine
de la microbiologie, l’exactitude de volume est de moindre
importance. Dans ce cas,
c’est la mesure uniforme et
rapide de solutions de cultures
etc. qui est primordiale. C’est
pourquoi on préfère dans ce
domaine d’application travailler
dans le mode 'évacuation par
soufflage'.
une membrane filtrante, une protection efficace contre les infiltrations de liquides. Afin de protéger l’appareil contre la corrosion,
les vapeurs de liquide sont évacuées de l’appareil par compensation de pression active.
Appareils de volumétrie en verre · Auxiliaires de pipetage
Auxiliaires de pipetage manuels
Les auxiliaires de pipetage manuels sont utilisés avant tout pour
le pipetage de petites séries dans les laboratoires chimiques.
par ex. l'auxiliaire de pipetage macro de BRAND
Le macro est l’auxiliaire approprié pour toutes les pipettes jaugées
et les pipettes graduées de 0,1 à 200 ml. Un système de soupapes spécial aux changement de pression fait de l’ajustage sen-
sible et exact du ménisque. Une membrane filtrante hydrophobe
protège le système contre les infiltrations de liquide.
Maniement
Etablissement d’une
dépression
Aspiration
Soufflage
Ajustage du ménisque /
Evacuation 'ecoulement libre'
Comprimer le soufflet
d’aspiration.
Déplacer le levier de pipetage
vers le haut.
Plus le levier est poussé vers le
haut, plus la pipette se remplit
rapidement.
Déplacer le levier de pipetage
quelque peu vers le bas. Le ménisque descend – dès que vous
relâchez le levier, le ménisque
s’immobilise.
Pour évacuer le liquide, déplacer
le levier de pipetage complètement vers le bas.
Pour garantir le respect de
l’exactitude de la classe A, ne
pas souffler le liquide restant!
Souvent, les pointes de pipettes
ne se vident pas entièrement
lors du pipetage de liquides
visqueux par ‘écoulement libre’.
Dans ce cas, évacuer le liquide
restant en appuyant sur la bulle
en caoutchouc de l’auxiliaire de
pipetage macro.
La poire pour pipetage
Auxiliaire de pipetage standard classique pour les pipettes jaugées et les pipettes graduées
A
Maniement
Soufflage
Attention!
1. Introduire la pipette
Pour le soufflage de liquides
visqueux, il faut comprimer la
petite poire, l’ouverture latérale
étant obturée.
Ne pas conserver la poire à
l’état comprimé, ne pas aspirer
de liquide!
2. Presser sur 'A' et comprimer la poire
(établir une dépression)
S
E
3. Presser sur 'S' et aspirer le
liquide jusque légèrement
au-dessus du trait souhaité
4. En pressant sur 'E', laisser
le liquide s’écouler jusqu’au
trait souhaité ou bien évacuer la pipette
BRAND
19
Appareils de volumétrie en verre · Auxiliaires de pipetage
Auxiliaires de pipetage manuels pour pipettes
de petits volumes jusqu’à 1 ml
Pour ces pipettes, des auxiliaires de pipetage spéciaux ont été
mis au point. Ils sont utilisés entre autres dans le domaine médical, en combinaison avec des pipettes capillaires, des pipettes à
dilution de sang et pour sucre sanguin jusqu’à un volume maximal
de 1 ml.
Il est interdit de pipetter à la bouche ou avec un tuyau
buccal. Par conséquent, utiliser impérativement un auxiliaire de pipetage. Ce dernier contribue considérablement à la réduction du risque d'infection et de blessure.
par ex. l'auxiliaire de pipetage micro de BRAND
Maniement
Aspiration / Evacuation
Evacuation 'écoulement
libre'
Ejection
En tournant la molette, le
liquide est aspiré ou bien
évacué. Les pipettes calibrées
pour contenir ‘In’ sont rincées
par un remplissage et une vidange répétés avec la solution
diluante.
Pour l’évacuation de liquides de
pipettes calibrées pour écouler
‘Ex’, appuyer sur le bouton
d’aération (respecter, le cas
échéant, le temps d’attente).
La touche large sert pour
éjecter (sans les toucher) les
pipettes utilisées.
Fixation de la pipette
Aspiration
Evacuation
Fixer toujours la pipette à
l’extrémité courte, c’est-à-dire
tenir la pipette au niveau du
code couleur et l’insérer avec
précaution dans l’adaptateur.
Tourner la molette de réglage
vers l’arrière jusqu’à ce que le
liquide atteigne exactement le
trait souhaité.
Dans le cas de pipettes calibrées pour contenir 'In':
tourner la molette de réglage
vers l’avant jusqu’à ce que le
liquide soit évacué. Rincer au
moins 3 fois la pipette avec la
solution diluante.
Dans le cas de pipettes calibrées pour écoulement 'Ex':
pour 'écoulement libre' appuyer
sur le bouton d’aération jusqu’à
ce que le liquide soit écoulé
(tout en respectant le temps
d’attente, si applicable).
par ex. l'auxiliaire de pipetage micro-classic de BRAND
En raison de sa forme coudée, il est particulièrement approprié
pour les travaux au microscope dans le laboratoire FIV et le laboratoire médical.
Maniement
BRAND
20
Appareils Liquid Handling
Travailler avec des appareils 'Liquid Handling'
Les exigences de plus en plus sévères quant à la qualité des résultats d’analyses et l’augmentation des
échantillons à analyser dans les laboratoires exigent des appareils de mesure qui permettent de réaliser
les travaux de routine dans la préparation d’échantillons le plus efficacement possible.
Pour répondre à ces nécessités, les fabricants de matériel de laboratoire ont développé les appareils
Liquid Handling representant le perfectionnement des appareils de volumétrie en verre et en matière
plastique et permettant un travail rationnel avec un maximum de précision et de confort de manipulation.
Les appareils de Liquid Handling des différents fabricants fonctionnent presque tous selon un principe
similaire, mais en fonction du fabricant, il existe des différences parfois importantes au niveau des détails
de la construction et des matériaux utilisés.
Pour l’explication du principe de fonctionnement et de l’utilisation d’appareils Liquid Handling, voici, à
titre d’exemple, la description de quelques appareils de BRAND:
Distributeur
adaptable sur flacon
Dispensette®
Pipette à coussin
d’air, à un canal
Transferpette® electronic
Distributeur
adaptable sur flacon
seripettor®
Pipette à coussin
d’air, multicanaux
Transferpette®-8/-12
electronic
Burette
adaptable sur flacon
Titrette®
Pipette à déplacement positif
Transferpettor
Pipette à coussin
d’air, à un canal
Transferpette® S
(mécanique)
Distributeur à
répétition
HandyStep®
(mécanique)
Pipette à coussin
d’air, multicanaux
Transferpette® S -8/-12
(mécanique)
Distributeur à
répétition
HandyStep® electronic
BRAND
21
Appareils Liquid Handling · Distribution
Distribution avec des distributeurs adaptables sur flacon
Qu’est-ce qu’on entend par 'distribution'?
Par 'distribution', on entend la mesure de quantités définies.
Pour la distribution simple, rapide et précis de réactifs, on utilise fréquemment des distributeurs adaptables sur flacon, qui s’adaptent directement, ou à l’aide d’adaptateurs, sur les flacons de réactif courants. De ce fait, le transvasement de produits chimiques n’est plus nécessaire, ce qui rend le travail
nettement plus facile, en particulier la distribution en série (substitution des éprouvettes graduées).
Principe commun du fonctionnement des distributeurs
adaptables sur flacon
En déplaçant le piston vers
le haut, la quantité de liquide
ajustée est aspirée directement
du flacon de réactif dans le
cylindre de l’appareil. En déplaçant le piston vers le bas, le
liquide est évacué à l’aide d’un
système de soupapes à travers
la canule de distribution.
Il n’est plus nécessaire ni
d’ajuster le ménisque ni de
respecter les temps d’attente.
On distingue deux types de distributeurs adaptables sur flacon:
distributeurs à piston flottant et distributeurs avec piston à
joint d’étanchéité.
Distributeurs à piston flottant, adaptables sur flacon
Ce système fonctionne sans joint de piston, étant pour cela très robuste et d’un entretien facile.
Le piston est incorporé dans le cylindre de distribution sans avoir contact avec celui-ci. Il existe un
espace minime entre piston et cylindre de distribution de seulement quelques millièmes de millimètre, rempli de liquide. Ce film de liquide fonctionne comme un lubrificateur. C’est pourquoi le
piston glisse avec très peu de frottement.
par ex. la Dispensette® de BRAND
Domaines d’application
Materialien
Pour la distribution de réactifs
corrosifs tels que des acides
très concentrées comme
H3PO4, H2SO4, lessives alcalines comme NaOH, KOH,
solutions salines, ainsi qu'un
grand nombre de solvants
organiques:
Dispensette® III
En fonction de l’exécution,
les parties en contact avec le
liquide sont en matériaux particulièrement résistants,
par ex. céramique, platine
iridié, tantale, ETFE, PFA.
Pour la distribution des solvants
organiques, tels que des hydrocarbures chlorés et fluorurés,
comme le trichlorotrifluoroéthane et le dichlorométhane,
ou des acides, comme HCl et
HNO3 concentrés, ainsi que
pour l’acide trifluoracétique
(TFA), le tetrahydrofurane THF)
et les peroxydes:
Dispensette® Organic
Non approprié pour la distribution d'acide fluorhydrique (HF).
BRAND
22
Appareils Liquid Handling · Distribution
Surveillance des moyens de contrôle / Calibrage
La sécurité avant tout!
Lors de la sélection de distributeurs adaptables sur flacon, il
faut tenir compte des dispositifs de sécurité de l’appareil.
Comment, par exemple, le
risque de blessure en cas de
bris de verre peut-il être réduit?
Comment la projection accidentelle lors de la purge est-elle
évitée? Comment le contact
avec le milieu est-il limité lors
de l’obturation de la canule de
distribution?
L’utilisateur doit également vérifier si le distributeur convient
pour le milieu à distribuer. Des
remarques à ce sujet figurent
dans le mode d’emploi, en
général au chapitre 'Fonctions
et limites d’emploi'. En cas de
doute, adressez-vous directement au fabricant.
Le mode d’emploi doit également contenir des informations sur la maintenance et
surveillance des moyens de
contrôle.
Dans le cadre de la surveillance
des moyens de contrôle selon
les directives ISO et BPL, les
appareils de volumétrie doivent
être régulièrement contrôlés
quant à leur exactitude et être
réajustés, si nécessaire (voir
page 33).
Distributeurs avec piston à joint d’étanchéité, adaptables sur flacon
Outre les distributeurs à ‘piston flottant’, on utilise également des distributeurs équipés d’un joint
d’étanchéité. Souvent, ce système demande des forces d’actionnement plus importantes et le frottement entraîne l’usure du joint de piston.
par ex. le seripettor® de BRAND
Ici, l’ensemble du système est conçu de telle manière que l’unité
L’exemple présent est un distributeur peu coûteux pour les
de distribution puisse être remplacée dans son intégralité. Les
simples tâches de distribution de volumes compris entre 0,2 et
forces d’actionnement plus élevées requises lors du remplissage
25 ml.
sont diminuées grâce à l’action de levage automatique d’un ressort.
Domaines d’application et matériaux
Le domaine d’application est
dans la routine quotidienne,
pour distribuer les alcalins, les
acides à faible concentration,
tampons biologiques, milieux
pour la culture de cellules, détergents biologiques et solvants
polaires.
Le distributeur seripettor® pro
est l’appareil idéal pour la distribution d’acides, par ex. HCl
concentré, de solvants polaires
(par ex. acétone), d’huiles
essentielles et de milieux sensibles aux rayons UV. Par rapport au distributeur seripettor®,
certains composants de cet
appareil, comme les soupapes,
sont réalisés en matériaux plus
résistants.
BRAND
23
Appareils Liquid Handling · Titrage
Titrer avec des burettes adaptables sur flacon
Qu’est-ce qu’on entend par 'titrage'?
Le titrage est une méthode d’analyse volumétrique servant à la détermination quantitative d’une
substance en solution.
Comment ça fonctionne?
Une quantité définie d’un échantillon (liquide avec une proportion inconnue d’une substance dissoute,
par ex. de l’acide acétique) est remplie dans une fiole Erlenmeyer au moyen d’une pipette jaugée.
Suite à la dilution de ce liquide avec de l’eau, on ajoute environ 3 gouttes d’un indicateur. Ensuite,
tout en agitant la fiole, on ajoute à l’aide d’une burette un réactif titrant approprié d’une concentration
connue (par ex. NaOH 0,1 M) jusqu’à ce que le virage de couleur de l’indicateur indique la fin du
titrage.
Par le biais de la consommation en réactif titrant et à l’aide de l’équation de la réaction chimique, il
est possible de calculer la quantité de la substance dissoute dans l’échantillon.
Principe commun du fonctionnement
des burettes adaptables sur flacon
Lecture du volume
Les burettes adaptables sur
flacon s’adaptent directement
sur le flacon de réactif. En déplaçant le piston vers le haut, le
liquide est aspiré du flacon de
réactif dans le cylindre de l’appareil. En déplaçant le piston
Dans le cas de burettes adaptables sur flacon, le volume de
la solution titrée peut être lu
directement dans l’affichage
de la burette: des erreurs de
lecture du ménisque sont ainsi
évitées.
ensuite vers le bas, le liquide
est lentement évacué à travers
la canule de titrage dans la
solution contenant l’analyte
jusqu’à ce que le titrage soit
terminé (par ex. virage de couleur de l’indicateur).
par ex. la Titrette de BRAND en 10 ml, 25 ml et 50 ml
Le fait de tourner les molettes
déplace le piston et du liquide
est alors aspiré ou évacué. Par
le biais du sens de rotation,
l’électronique de l’appareil reconnaît automatiquement si l’appareil est utilisé pour remplir ou
pour titrer. Il est possible d’aspirer le liquide rapidement, mais
aussi de le distribuer très lentement et très exactement une
goutte après l’autre. Lors de la
purge, la soupape de purge assure le retour du liquide dans
le flacon. De cette manière, les
bulles d’air peuvent être éliminées quasiment sans perte de
milieu. L’appareil peut être facilement désassemblé au laboratoire pour les travaux de nettoyage et de maintenance.
BRAND
24
Domaines d’application
Matériaux
Utilisable dans de nombreux
domaines avec des solutions
aqueuses et non aqueuses (par
ex. KOH alcoolique) jusqu’à
1 M.
Les parties venant en contact
avec le liquide sont en matériaux particulièrement résistants, par ex. verre borosilicaté,
PTFE, platine iridié, céramique
Al2O3.
Appareils Liquid Handling · Pipetage
Pipetter avec des pipettes à coussin d’air
Qu’est-ce qu’on entend par 'pipetage'?
Par pipetage, on entend l’aspiration et l’évacuation précises et uniques de liquides.
La pipette à coussin d’air sert à pipeter des liquides aqueux dans la gamme du microlitre au millilitre.
Elle fonctionne selon le principe du coussin d’air (air interface).
tige de pipette
pointe à
usage unique
coussin d’air
Principe commun de fonctionnement
Calibrage
En déplaçant le piston dans
la tige de pipette vers le haut
et le bas, il se produit un vide
partiel ou bien une surpression
dans la tige. De cette façon, le
Dans le cadre de la surveillance
des moyens de contrôle selon
les directives ISO et BPL, les
appareils de volumétrie doivent
être régulièrement calibrés
quant à leur exactitude (donc
contrôlés) et être ajustés, si
nécessaire (voir page 33).
liquide est aspiré dans la pointe,
ou bien évacué. Le liquide est
séparé du piston par un coussin
d’air.
Avantage
réactif
Pas de mouillage de l’appareil, vu que le liquide entre
seulement dans la pointe qui
n’est utilisée qu’une seule fois.
Ainsi est assuré un travail sans
résidus – ce qui est particulièrement important pour les
domaines dans lesquels il faut
travailler de façon stérile ou
sans contamination.
Pipettes monocanal mécaniques
par ex. la Transferpette® S de BRAND
Que ce soit dans le laboratoire de routine ou dans la recherche – précision et fonctionnalité sont les
caractéristiques qui devraient être standard pour le pipetage avec des pipettes à cousin d'air à piston.
➀
➧
➁
➠
➠
➀
➠
Maniement
➁
Aspirer le réactif
Evacuer le réactif
Ejecter la pointe
1. Appuyer sur le bouton de
pipetage jusqu’à la première
butée. Tenir l'appareil à
la verticale et immerger la
pointe dans le liquide.
1.Placer la pointe de la pipette
contre la paroi du récipient
et appuyer le bouton de
pipetage jusqu'à la première
butée et l'y maintenir.
Enfoncer la touche d’éjection.
Gamme de
volume
Profondeur
Temps
d'immersion d'attente
in mm
en s
0,1 µl - 1 µl
1-2
1
> 1 µl - 100 µl
2-3
1
> 100 µl - 1000 µl
2-4
1
> 1000 µl
3-6
3
2.Laisser doucement remonter
le bouton de pipetage pour
aspirer le liquide.
2.Appuyer sur le bouton de
pipetage jusqu'à la deuxième
butée pour que les pointes
se vide totalement et essuyer
la pointe de la pipette contre
la paroi du récipient sur env.
10 mm.
BRAND
25
Appareils Liquid Handling · Pipetage
Pipettes multicanaux mécaniques
Les pipettes multicanaux fonctionnent également selon le principe du coussin d’air. Avec elles,
8 ou bien 12 pipetages simultanés peuvent être effectués.
En travaillant selon la méthode de microtitrage, on pipette dans les plaques de microtitration de
8 x 12 cupules (plaques de microtitration de 96 cupules), dont les distances sont normalisées.
Cette technique permet, entre autres, la détermination d’infimes quantités de protéines (de la
gamme micro) et ne peut être appliquée de façon rationnelle qu’avec des pipettes multicanaux.
Les pipettes multicanaux sont particulièrement appropriées pour le transfert rationnel d’échantillons et pour les dilutions en série étant idéales pour le lavage des plaques de microtitration.
Domaines d’application
Techniques d’analyse
■ Diagnostic clinique
■ Immunofluorescence (IF)
■ Analyse agroalimentaire
■ Dosage radio-immunologique (RIA)
■ Immunologie
■ Dosage immunoenzymatique
(EIA, ELISA)
■ Biochimie
■ Culture de cellules
■ Dilution de cultures cellulaires
par ex. la Transferpette® S -8/-12 de BRAND
26
➁
Aspirer le réactif
Evacuer le réactif
Ejecter la pointe
1. Appuyer sur le bouton de
pipetage jusqu’à la première
butée, immerger les pointes
2-3 mm dans la liquide.
1. Placer les pointes de la
pipette contre la paroi du
récipient et appuyer le
bouton de pipetage jusqu'à
la première butée et l'y
maintenir.
Enfoncer la touche
d’éjection.
2.Laisser doucement remonter
le bouton de pipetage pour
aspirer le liquide.
BRAND
➀
➧
➁
➠
➠
➀
➠
Maniement
2. Appuyer sur le bouton de
pipetage jusqu'à la deuxième butée pour que les
pointes se vide totalement
et essuyer les pointes de la
pipette contre la paroi du
récipient sur env. 10 mm.
Appareils Liquid Handling · Pipetage
Ergonomie et sollicitation
En raison de la contrainte permanente, les travaux intensifs et répétitifs avec les appareils mécaniques à ergonomie insuffisante peuvent entraîner l’apparition d’un grand nombre d’affections musculaires. On les connaît sous le nom de RSI (Repetitive Strain Injury). Les muscles les plus sollicités
se situent au niveau de la nuque, de l’épaule, des bras et des pouces. C’est pourquoi les travaux au
laboratoire entraînent fréquemment des tendinites et le syndrome du canal carpien. Dans le cas des
micropipettes notamment, il est donc primordial que la manipulation se fasse sans grand effort.
Pipettes monocanal et multicanaux électroniques
Principe de fonctionnement
L’actionnement de la touche de
pipetage déclenche le mécanisme d’aspiration ou d’évacuation (avec surcourse). Le
piston de la pipette est déplacé
par un moteur, l’aspiration et
Avantages des pipettes électroniques
l’évacuation du volume sont
commandées par un microprocesseur. Les touches de
commande permettent d’entrer
divers programmes de pipetage.
La combinaison du pipetage
motorisé et du design ergonomique permet un travail sans
effort et détendu et sans sollicitation permanente du pouce
lors du pipetage de grandes
séries (risque de RSI).
Un autre avantage est la
possibilité d’exécuter des programmes de pipetage, comme
le mode électrophorèse sur
gel (avec indication précise du
volume dosé) et le mode de
distribution, qui ne sont pas
réalisables avec des pipettes
mécaniques.
par ex. la Transferpette® electronic monocanal
et multicanaux de BRAND
Touches de
programmation
Touche de pipetage
Touche d'éjection
des pointes
Il est très important que les pipettes monocanal et multicanaux
électroniques possèdent un design ergonomique, une répartition
adaptée du poids, un logiciel intuitif et, surtout, qu’elles soient
accompagnées d’une documentation technique claire et compréhensible.
Maniement
Aspirer le réactif
Evacuer le réactif
Ejecter la pointe
Plonger les pointes dans le
réactif et appuyer une fois
sur la touche de pipetage, le
volume réglé est aspiré.
Appuyer la touche pipetage à
nouveau, le liquide est éjecté.
La surcourse s’effectue automatiquement à la fin. Pour finir,
essuyer les pointes de pipette
contre la paroi du récipient sur
env. 10 mm.
Enfoncer la touche d'éjection
des pointes.
BRAND
27
Appareils Liquid Handling · Pipetage
Programmes de pipetage de la micropipette Transferpette® electronic
Ecran d'affichage
Programme
Indicateur de charge
Symbole de flèche
'Aspiration'
Indicateur de volume
Les programmes de pipetage
Fonctions supplémentaires
Pipetage
Programme permettant un mélange des liquides. Un échantillon
est aspiré puis expulsé à plusieurs reprises et le nombre de cycles
est affiché sur l’écran.
Selon leur qualité et leur
exécution, les pipettes électroniques peuvent offrir des
fonctions supplémentaires spécifiques venant s’ajouter aux
programmes de pipetage. Dans
le cas de la Transferpette®
electronic, ces fonctions sont,
par exemple, un programme
permettant l’ajustage simple et
rapide de l’appareil ainsi qu’une
fonction de régénération de la
batterie.
Pipetage inverse
Que signifie 'inverse'?
Programme spécialement conçu pour le pipetage de liquides à
viscosité élevée et à tension de vapeur élevée ainsi que pour le
pipetage de fluides moussants.
En plus du volume réglé, la pipette aspire le volume de surcourse.
Après l’évacuation, ce volume reste dans la pointe afin d’éviter
que du liquide ne continue à s’écouler de manière indéfinie et pour
empêcher les projections et la formation de mousse ou de bulles.
L’ordre des butées est inversé!
Pour les pipettes mécaniques,
cela signifie:
Pour aspirer du réactif, on
enfonce le bouton jusqu’à la
deuxième butée et le laisse
lentement revenir dans sa
position initiale. Ensuite, il suffit
d’enfoncer le bouton jusqu’à la
première butée pour évacuer
le volume réglé.
Le programme standard. Un volume programmé préalablement
est aspiré puis expulsé.
Mélange d’échantillon
Pipetage lors de l’électrophorèse
Programme permettant de charger les gels d’électrophorèse.
Un volume d’échantillon variable est aspiré à une grande vitesse
programmable avant d’être expulsé très lentement. Le volume
très précis de liquide expulsé est affiché sur l’écran.
Distribution
Programme permettant de distribuer les liquides.
Un volume aspiré est éjecté en plusieurs fractions.
BRAND
28
Appareils Liquid Handling · Pipetage
Pipetter avec des pipettes à déplacement positif
Là où les pipettes à coussin d’air touchent aux limites physiques, l’efficacité des pipettes à déplacement positif se fait ressentir. Elles sont particulièrement appropriées pour les liquides visqueux ou peu
visqueux, les liquides moussants ou à haute pression de vapeur.
Principe de fonctionnement
capillaire en verre
piston à déplacement positif
réactif
Contrairement aux pipettes à
coussin d’air, le piston de la pipette à déplacement positif est
en contact direct avec le liquide
à pipetter. Le piston essuie
toujours parfaitement les parois
des capillaires/pointes – ceci
jusqu’à la dernière goutte dont
la sortie de l’orifice est bien
visible. Grâce à ce principe, on
obtient des résultats reproductibles avec exactitude et ce,
indépendamment des propriétés du liquide.
Avantage
Les capillaires ou bien les pointes n’ont pas besoin d’être
jetés après chaque opération
de pipetage étant donné que le
mouillage résiduel est minime
et peut être négligé en règle
générale. Toutefois: dans le
cas où aucun entraînement de
liquide n’est admissible, par ex.
avec des milieux infectieux ou
radioactifs, il est recommandé
d’utiliser une pipette à coussin
d’air pour le travail avec des
pointes à usage unique.
Un maximum de précision et
un travail rapide. Les pointes
ou bien capillaires peuvent
être utilisés plusieurs fois. La
lecture du ménisque n’est plus
nécessaire lors du pipetage.
Les milieux à haute pression
de vapeur, comme par ex. les
alcools, les éthers et les hydrocarbures.
Les milieux ayant tendance à
mousser, comme par ex. les
solutions tensio-actives.
par ex. le Transferpettor de BRAND
Domaines d’application
Les milieux de viscosité élevée,
comme par ex. les solutions
protéiques très concentrées,
les huiles, les résines ou les
graisses.
Maniement (analogue à des pipettes à coussin d’air)
Réglage du volume
Aspiration
Evacuation
Régler sur le volume souhaité
en tournant le bouton de pipetage.
Enfoncer le bouton de pipetage et le piston jusqu’à la
butée, plonger la pointe dans
le milieu et aspirer le milieu en
laissant revenir lentement le
bouton de pipetage.
Appuyer la pointe/le capillaire
contre la paroi du récipient et
enfoncer le bouton de pipetage
une seconde fois jusqu'à la
butée. Les pipettes à déplacement positif ne possèdent pas
de surcourse.
BRAND
29
Appareils Liquid Handling · Distribution
Distribution avec des distributeurs de fractions
Un des travaux les plus importants et les plus fréquents dans les laboratoires médicaux, pharmaceutiques et biologiques est la distribution de liquides. Des techniques de travail habituelles et très
utilisées sont le dosage, la distribution et le pipetage. La distribution est l’évacuation répétitive de
quantités de liquide identiques. Cette technique possède un grand avantage sur le pipetage: elle permet une économie considérable de temps, vu que l’aspiration répétée n’est plus nécessaire. Étant
donnée l’utilisation répandue de cette technique de travail, l’ergonomie et le dessin des appareils
jouent un rôle essentiel.
Les travaux de distribution au laboratoire sont rarement réalisés avec des systèmes complètement
automatiques éliminant toute manipulation manuelle. Pour ces travaux de routine, on utilise en règle
générale des distributeurs à répétition.
On distingue deux types de distributeurs de fractions:
■ distributeurs à répétition totalement mécaniques
■ distributeurs à répétition électroniques à moteur
Principe de fonctionnement
Dans le cas de distributeurs
à répétition mécaniques, le
réglage du volume s’effectue
à l’aide d’une crémaillère, où
s’engrène un pignon pas à pas,
en combinaison avec les pointes
à déplacement direct. Pour cette
raison, ces appareils ne permettent qu’un nombre déterminé
d’opérations de distribution
clairement définies. Il n’est pas
possible d’ajuster des volumes
intermédiaires. Le principal
avantage de ces appareils est
leur construction robuste, le désavantage est souvent la fatigue
due aux efforts musculaires.
Le principe de fonctionnement éprouvé du distributeur
à répétition est également le
déplacement positif. Les milieux
problématiques, comme par ex.
les solutions à haute pression
de vapeur, de viscosité élevée
ou les milieux moussants, ne
représentent aucun problème
pour le distributeur à répétition.
En fonction de la gamme de
volume souhaité, le distributeur
à répétition peut être utilisé
avec les pointes DD tips (à
déplacement direct) de différentes capacités.
Distributeurs à répétition mécaniques
Le distributeur à répétition simplifie le pipetage en série en évacuant en plusieurs fractions de volume un liquide préalablement
aspiré. En fonction de la capacité des pointes DD tips utilisées
qui varient entre 2 µl et 5 ml, jusqu’à 49 opérations de pipetage
peuvent être réalisées sans remplir l’appareil à nouveau.
Ces données sont calculées à partir de la position ajustée du bouton coulissant (1-5) en combinaison avec le type de pointe utilisé.
Les pointes à déplacement direct de BRAND sont disponibles en
10 capacités différentes, non stériles ou stériles.
Il est également possible d’utiliser des pointes compatibles
d’autres fabricants.
par ex. le HandyStep® de BRAND
Exemple des possibilités de combinaison avec des pointes
DD tips différentes de BRAND
Tip size (ml)
0.1
0.5
1
1.25
2.5
5
30
12.5
25
50
1
2
10
20
25
50
100
200
250
500
1000
49
1.5
3
15
30
37.5
75
150
300
375
750
1500
32
2
4
20
40
50
100
200
400
500
1000
2000
24
2.5
5
25
50
62.5
125
250
500
625
1250
2500
19
3
6
30
60
75
150
300
600
750
1500
3000
15
3.5
7
35
70
87.5
175
350
700
875
1750
3500
13
4
8
40
80
100
200
400
800
1000
2000
4000
11
4.5
9
45
90
112.5
225
450
900
1125
2250
4500
10
5
10
50
100
125
250
500
1000
1250
2500
5000
9
Volume (µl)
BRAND
10
Steps
Setting
Opérations et gammes de volume
Appareils Liquid Handling · Distribution
Ergonomie et dessin
Les travaux répétitifs de forme intense avec des appareils manuels peuvent provoquer de nombreux
problèmes musculaires à divers égards: ils présentent un risque particulièrement élevé pour la musculature de la nuque et des épaules, ainsi que celle des bras et des pouces. Surtout pour les distributeurs à répétition, l’exigence concernant un maniement économisant les forces est très importante,
étant donné que ces appareils sont utilisés presque exclusivement pour les distribution en série.
Particulièrement pour la réalisation de longues séries dans la même position, l’ergonomie et le dessin
des appareils jouent un rôle décisif.
Distributeurs à répétition électroniques à moteur
Principe de fonctionnement
En appuyant sur une touche,
le mécanisme d’aspiration ou
bien d’évacuation se met en
marche. Le piston des pointes se déplace à l’aide d’un
moteur, l’évacuation du volume
et le nombre d’opérations sont
pilotés par un microprocesseur.
Cette combinaison d’ergonomie
et de dessin permet un travail
détendu. Le piston essuie
toujours parfaitement les parois
intérieures des pointes, ce qui
permet d’obtenir des résultats
exactement reproductibles
indépendamment des in-
fluences d’un coussin d’air. Les
pointes à déplacement direct
rendent possible la distribution
de liquides à haute densité,
de liquides très volatils ou à
haute pression de vapeur et
de liquides ayant tendance à
mousser.
Les pointes DD tips de BRAND
possèdent un code de capacité
incorporé dans leur piston. Une
fois la pointe logée, sa capacité identifiée est automatiquement affichée. Les erreurs sont
ainsi évitées et le volume à do-
ser et le programme souhaité
peuvent être facilement sélectionnés. Le réglage de l’appareil reste conservé en logeant
une nouvelle pointe de la même
capacité.
par ex. le HandyStep® electronic de BRAND
Tandis que les distributeurs à répétition mécaniques, de par leur
construction, servent uniquement pour la distribution de fractions
de volume à nombres entiers sans décimaux, le distributeur à répétition électronique permet la distribution de fractions de volume
telles que 1,01 ml.
Les différents programmes de travail
Distribution
Mode standard
Une fois le liquide aspiré,
celui-ci est distribué de façon
répétée dans les fractions
de volume ajustées par l’utilisateur.
Distribution automatique
Pipetage
L’appareil calcule la valeur
moyenne sur trois fractions et
continue à travailler automatiquement dans ce rythme.
Travailler comme avec une
pipette à déplacement positif.
Un volume défini auparavant
est aspiré et évacué.
BRAND
31
Exactitude
Sur l'exactitude
Que signifient dans la mesure volumétrique limite d'erreur,
exactitude, coefficient de variation et précision?
Représentation graphique de précision et exactitude
La cible représente la plage de volumes autour de la valeur nominale qui est au centre.
Les points noirs sont les valeurs obtenues de différentes mesures d’un volume défini.
Exactitude mauvaise:
Les impacts sont loin du centre
Reproductibilité mauvaise:
Les impacts sont très dispersés.
Résultat:
Ces appareils de volumétrie
sont de qualité médiocre.
Exactitude bonne:
Les impacts sont répartis régulièrement autour du centre.
Exactitude mauvaise:
Bien que les impacts soient
les uns près des autres, le but
(valeur nominale) n'est quand
même pas atteint.
Reproductibilité mauvaise:
Pas d'erreur grossière, mais
les impacts sont très dispersés.
Reproductibilité bonne: Tous
les impacts sont les uns près
des autres
Résultat:
Toutes les déviations ont la
'même probabilité'. Il est nécessaire d’exclure les appareils
de volumétrie dont les valeurs
dépassent les limites d’erreur.
Résultat:
Production mal contrôlée, déviation systématique. Il est nécessaire d’exclure les appareils
de volumétrie dont les valeurs
dépassent les limites d’erreur.
Exactitude bonne:
Tous les impacts sont tout près
du centre, donc près de la
valeur nominale.
Reproductibilité bonne:
Tous les impacts sont les uns
près des autres.
Résultat:
Cette production est parfaitement contrôlée par un système d'assurance de qualité
accompagnant la fabrication.
Déviation systématique minime
et dispersion serrée. La limite
admissible n'est pas atteinte.
Une sélection n'est pas nécessaire.
Plusieurs termes sont utilisés pour décrire la précision: pour les appareils de volumétrie
en verre, c’est la «reproductibilité», alors que pour les appareils de Liquid Handling ce
sont les termes statistiques «exactitude [%]» et «coefficient de variation [%]».
➊ Limite d'erreur
La limite d’erreur (LE) définie dans les normes correspondantes
indique la déviation maximale admissible de l’appareil par rapport
à la valeur assignée.
➍ Volume partiel
E et CV sont généralement rapportés au volume nominal (VN ).
Ces valeurs données en % doivent être converties pour le
contrôle de volumes partiels (VP ). Par contre, la conversion pour
les volumes partiels ne sera pas faite, si E et CV sont donnés en
unités de volume (par ex. ml).
➋ Exactitude (E)
L'exactitude (E) indique jusqu'à quel point les valeurs mesurées
s'approchent de la valeur nominale, c'est-à-dire elle indique
l’erreur systématique.
_
L'exactitude est la différence entre la valeur moyenne ( V ) et la
valeur nominale (Vnominale ), se référant à la valeur nominale en %.
➎ Limite d'erreur à partir des valeurs E et CV
Il est possible, à partir de l’exactitude et du coefficient de variation, de calculer de manière approximative la limite d’erreur (LE)
de l’appareil, par ex. pour le volume nominal (VN ).
➌ Coefficient de variation (CV)
Le coefficient de variation (CV) indique jusqu'à quel point les
valeurs mesurées individuelles s'approchent les unes des autres,
c'est-à-dire il indique l'erreur aléatoire. Le coefficient de variation est défini comme écart type en % se référant à la valeur
moyenne.
2
1
LE ≥ Vréelle - Vnominale
3
V - Vnominale
E [%] =
· 100
Vnominale
CV [%] =
➏ Reproductibilité
Si la dispersion des
_ résultats de mesure individuels autour de la
valeur moyenne V est indiquée en unités de volume, on utilise le
terme "reproductibilité".
s · 100
V
4
E P [%] =
VN
· E N%
VP
(de manière analogue pour CVP [%] )
BRAND
32
5
LE ≥
E% + 2CV%
· VN
100 %
Surveillance de moyens de contrôle
La surveillance des moyes de contrôle
Qu’est-ce qu’on entend par 'moyens de contrôle'?
On entend par 'moyens de contrôle' tous les systèmes de mesure utilisés pour la vérification des
caractéristiques publiées des produits.
Dans tout laboratoire analytique, l’exactitude des moyens de contrôle utilisés doit être évidente afin
d’obtenir des résultats d’analyse fiables. Cette exigence est valable dans une large mesure pour les
laboratoires qui travaillent conformément aux directives BPL, qui sont accrédités selon la norme DIN
EN ISO/IEC 17 025, ou certifiés selon DIN EN ISO 9001 et suivantes. Ces directives exigent l’existence d’instructions écrites qui décrivent en détail le procédé du contrôle des moyens de contrôle.
Il faut aussi indiquer pour les moyens de contrôle le limite d'erreur ou bien l’exactitude et le coefficient de variation, et il faut déterminer quelles mesures sont à prendre en cas de dépassement de
ces valeurs limites.
A quel moment et à quelle
fréquence est-il nécessaire
d’effectuer le contrôle?
Dans le cadre de la surveillance des moyens de contrôle,
il est obligatoire de connaître et
de documenter l’exactitude et
l’incertitude de mesure de tous
les systèmes de mesure avant
de les libérer pour l’utilisation.
De même, il est obligatoire
d’effectuer des contrôles périodiques selon un rythme défini
(voir DIN EN ISO 10 012).
Le motif:
L’exactitude de mesure d’appareils de volumétrie peut
être modifiée résultant par
ex. de l’utilisation de produits
chimiques agressifs, des procédés et de la fréquence
du nettoyage.
Etant donné que l’exactitude
exigée pour les mesures dépend de façon considérable
des conditions d’application,
l’utilisateur lui-même doit définir le rythme des contrôles.
Les intervalles de contrôle
typiques pour les appareils de
Liquid Handling et appareils de
volumétrie en plastique sont de
3 à 12 mois et, pour les appareils de volumétrie en verre, de
1 à 3 ans.
Quel est le procédé selon lequel s’effectue le contrôle?
Investissement de temps
pour le contrôle?
Le contrôle des appareils de
volumétrie s’effectue de façon
gravimétrique, dans le cas des
appareils Liquid Handling selon
la norme ISO 8655, et dans le
cas des appareils de volumétrie
en verre selon ISO 4787. Lors
de la réalisation, il faut tenir
compte de nombreux facteurs.
BRAND met à disposition,
pour tous les appareils de
volumétrie, des instructions de
contrôle qui décrivent, un point
après l’autre, le procédé du
contrôle. Outre cela, BRAND
offre un logiciel qui effectue
tous les calculs nécessaires,
les enregistre dans une banque
de données et imprime les
résultats dans un procès-verbal
d’essai au choix de l’utilisateur.
La surveillance des moyens de
contrôle ne doit pas devenir
le travail principal au laboratoire analytique, mais doit être
limitée à un espace de temps
raisonnable. Ceci demande un
maniement simple et, par là,
réalisation rapide et économique.
Les instructions de contrôle et
le logiciel EASYCAL™ spécialement développés à cette
fin, en combinaison avec les
appareils de volumétrie avec
certificat individuel ou de lot,
sont appropriés pour atteindre une diminution considérable du temps investi dans le
contrôle.
Le contrôle est-il également
nécessaire pour les appareils de volumétrie marquage DE-M?
Comme tous les moyens de
contrôle, les appareils de volumétrie marquage DE-M selon
la norme DIN 12 600 sont également soumis à la surveillance
des moyens de contrôle.
Il n’est pas déterminé clairement et sans équivoque si,
pour ces appareils, le premier
contrôle est obligatoire ou non.
Il est donc de la responsabilité
de l’utilisateur de décider comment procéder.
Toutefois, par sécurité, il est
conseillé d’effectuer le premier
contrôle sur un échantillon
représentatif choisi par un procédé aléatoire. Ceci documente
en même temps l’état initial
pour les contrôles futurs. Une
alternative est, dans le meilleur
des cas, l’utilisation d’appareils
de volumétrie avec certificat du
fabricant.
Termes techniques des moyens de contrôle
Calibrage
Ajustage
On entend par 'calibrage' la
détermination du volume réel.
On entend par 'ajustage' la
correction de l’écart de la
valeur mesurée par rapport à la
valeur vraie.
Afin de permettre un calibrage
rapide et simple et d’éviter les
sources d’erreurs, BRAND
propose à titre gratuit des instructions de contrôle détaillées
pour tous ses appareils de
volumétrie.
En fonction du fabricant,
l’ajustage d’appareils de Liquid
Handling s’effectue généralement en tournant une vis de
réglage. Suite au réglage, il
faut procéder à un nouveau calibrage à des fins de contrôle.
Cette procédure doit être répétée jusqu’à ce que le volume se
trouve dans les limites d’erreur
BRAND
33
Surveillance de moyens de contrôle
Procédé du contrôle de volume
par ex. la micropipette Transferpette® Variable, 20-200µl
Nous recommandons un calibrage une fois tous les 3 à 12 mois, comme décrit
par la suite. En fonction de la fréquence d’utilisation et des milieux employés,
l’utilisateur peut également déterminer des intervalles de contrôle différents.
A Préparation:
1. Déterminer le type de l’appareil et le volume nominal.
2. Lire le numéro de série.
3. En cas de souillures, démonter, si nécessaire, l’appareil et le
nettoyer (voir mode d’emploi).
4. Vérifier s’il y a des détériorations (boîtier, bout de la tige de
pipette, dispositif d’éjection, piston, joint) et, dans le cas de
détériorations, se procurer des pièces de rechange correspondantes.
5. Placer la Transferpette® avec ses accessoires dans la salle
d’essai pendant au moins 2 heures pour les tempérer, toutes
les pièces étant déballées.
B Essai de fonctionnement:
1. Placer une nouvelle pointe de pipette.
2. Pré-rincer une fois la pointe de pipette avec le liquide d’essai
(eau distillée/déionisée).
3. La pointe de pipette étant remplie, tenir l’appareil verticalement et observer environ 10 sec. s’il se forme une goutte
au bout de la pointe de pipette. Ce faisant, veiller à ce que
la pointe ne s’échauffe pas, par ex. sous l’effet du soleil ou
d’autres facteurs similaires. Ensuite évacuer le liquide d’essai.
Pour les petits volumes inférieurs à environ 50 µl, la formation de gouttes est empêchée, ceci même en cas de perte
d’étanchéité (tension superficielle).
C Contrôle gravimétrique:
1. Déterminer la température du liquide d’essai.
2. Placer une nouvelle pointe de pipette.
3. Conditionner la pipette: aspirer le liquide d’essai cinq fois et
l’évacuer. Ce procédé augmente l’exactitude du contrôle.
4. Pré-rincer une fois la pointe de pipette.
5. Placer le récipient à pesée sur la balance et la remettre à zéro.
6. Enlever le récipient à pesée de la balance.
7. Evacuer l’échantillon dans le récipient à pesée. Ce faisant,
vider totalement la pointe de pipette à l’aide de la surcourse.
8. Placer le récipient à pesée sur la balance; prendre note de la
valeur obtenue de la pesée.
9. Remettre la balance à zéro.
10. Répéter les nos 2 - 9 dix fois et inscrire les valeurs obtenues
des pesées de 100 %, 50 % et 10 % du volume nominal au
procès-verbal d’essai.
Valeurs du contrôle gravimétrique
à 21,5 °C (Z = 1,0032)
Un petit conseil:
Evacuer une petite goutte de la pointe remplie de manière à
ce qu’un petit coussin d’air (bulle d’air) se forme en bas. Si
le coussin d’air descend, il y a un défaut d’étanchéité.
Volume contrôlé (µl):
200,0000
Valeur vraie (mg):
199,3620
x1
200,2000
x2
199,6000
x3
199,4900
x4
199,7000
x5
199,7000
x6
199,2900
x7
199,3500
x8
199,4100
x9
199,2000
x10
199,1900
1. Calculer le volume moyen:
Le calcul se réalise en multipliant la valeur moyenne des valeurs
obtenues des pesées ( –x ) par le facteur Z (µl/mg) qui tient en
compte la densité de l’eau, la température du contrôle et la pression atmosphérique. Z se monte à 1,0032 µl/mg, se référant à
21,5 °C et 1013 mbar (hPa).
–
V = x– · Z
– x + x2 + x3 +... + x10
V= 1
·Z
n
– 200,2 +199,6 +199,49 + ... + 199,19
V=
· 1,0032
10 –
V = 199,513 · 1,0032
–
V = 200,1514
BRAND
34
Les valeurs obtenues des pesées lors du contrôle gravimétrique ne sont que des valeurs
de masse du volume pipetté.
Pour obtenir le volume réel,
il est nécessaire d’effectuer
une correction qui tient en
compte la température (voir cidessous). Des instructions de
contrôle détaillées pour tous
les appareils de volumétrie de
BRAND peuvent être téléchargées sur www.brand.de.
2. Calculer l’exactitude:
Extrait de la table 'Facteur Z pour
appareils Liquid Handling'
Température
°C
Facteur Z
ml/g
18
1,00245
18,5
1,00255
19
1,00264
19,5
1,00274
20
1,00284
20,5
1,00294
21
1,00305
21,5
1,00316
22
1,00327
22,5
1,00338
23
1,00350
23,5
1,00362
24
1,00374
24,5
1,00386
25
1,00399
25,5
1,00412
26
1,00425
E [%] =
E [%] =
–
V - Vnominale
Vnominale
· 100
200,1514 - 200
200
E [%] = 0,076
· 100
Surveillance de moyens de contrôle
3.
Afin de pouvoir calculer le coefficient de variation, calculer d’abord l’écart type
s=Z·
(x1 - x– )2 + (x2 - x– )2 + (x3 - x– )2 + ... + (x10 - x– )2
n-1
(200,2 - 199,51)2 + (199,6 - 199,51)2 + (199,49 - 199,51)2 + ... + (199,19 - 199,51)2
s
= 1,0032 ·
9
0,8393
s = 1,0032 ·
9
s = 0,306
4. Le coefficient de variation est alors obtenu du calcul suivant:
CV [%] =
s · 100
–
V
0,306 · 100
CV [%] =
200,1514
CV [%] = 0,153
Pour l’exemple calculé, le résultat suivant est obtenu:
Evaluation du contrôle gravimétrique:
Volume contrôlé: (µl)200,0000
Valeur moyenne: (µl)200,1514
E [%] 0,076
CV [%] 0,153
E [%] nominale*0,600
CV [%] nominale*0,200
* limites d'erreur du mode d’emploi
⇒ l’appareil est en bon état!
Si les valeurs calculées de
l’exactitude (E [%]) et du coefficient de variation (CV [%])
sont comprises dans le limites
d'erreur ou correspondent à
ces dernières, l’appareil est en
bon état.
Note:
Dans le cas d’un contrôle
de volumes partiels, les
données indiquées pour
E [%] nom. et CV [%] nom.,
se référant au volume
nominal VN doivent être
converties.
Pour le volume de contrôle
de 20 µl s’applique:
E 20 µl [%] =
E 20 µl [%] =
VN
V20 µl
200 µl
20 µl
Que faire lorsque les valeurs d’un appareil contrôlé se
situent en dehors des limites d'erreur?
1.Vérifier si toutes les instructions des instructions
de contrôle ont été effectuées correctement.
2.Prendre en considération les
indications sur le paragraphe
'Dérangement – que faire?'
du mode d’emploi.
Si ces mesures ne livrent pas
le résultat souhaité, veuillez
contacter le fabricant afin de
pouvoir clarifier le procédé à
suivre.
3.Ajuster l’appareil suivant les
instructions dans le mode
d’emploi.
· EN [%]
· 0,5%
E 20 µl [%] = 5%
Le calcul de CV20 µl s'effectue de manière analogue.
BRAND
35
Surveillance de moyens de contrôle
Logiciel de calibrage
Parfois la surveillance des moyens de contrôle conformément à BPL et DIN EN ISO 9001 n’est pas aussi simple
que cela. Non seulement il arrive facilement que l’on fasse des erreurs de calcul à cause des formules compliquées,
la documentation des résultats aussi entraîne parfois des difficultés. Afin de vous faciliter ce travail le plus souvent
difficile et fastidieux, quelques fabricants de matériel de laboratoire ont développé des logiciels de calibrage spéciaux.
par ex. EASYCAL™, le logiciel de calibrage de BRAND
EASYCAL™ vous épargne les
calculs et effectue automatiquement la documentation qui
en fait partie! A cet effet, vous
n’avez besoin que d’une balance
analytique, d’un ordinateur personnel, d’une imprimante (en option) et du logiciel EASYCAL™.
■ Contrôle des appareils, indépendamment de leur fabricant.
■ Données de base de nombreux appareils déjà déposées.
■ Contrôle conformément
aux normes ISO 4787,
ISO 8655 et autres.
Surveillance des moyens de contrôle rendue facile
Le logiciel de calibrage
EASYCAL™ offre une simplification de la surveillance des
moyens de contrôle conformément à BPL et DIN EN ISO
9001 pour les appareils de
Liquid Handling et appareils de
volumétrie en verre et matière
plastique. Le pratique logiciel
peut être manipulé de façon
intuitive. Après détermination
du type de l’appareil à contrôler
– appareil Liquid Handling ou
appareil de volumétrie en verre
ou en matière plastique – on
inscrit dans la fenêtre 'Entrée
des valeurs mesurées' les
données nécessitées les unes
après les autres. Pour la saisie
des valeurs de pesée, deux options sont disponibles: la saisie
manuelle et l’import automa-
tique des valeurs de pesée.
Le système analyse ensuite
automatiquement les valeurs.
Suite à la définition des valeurs
limites, EASYCAL™ effectue
automatiquement tous les
calculs. Pour imprimer un
rapport, il suffit d’appuyer sur
le bouton.
Tous les résultats sont enregistrés dans une banque de
données. L’historique des
contrôles gestionne les appareils déjà contrôlés rendant
ainsi la surveillance des moyens
de contrôle plus facile. Les
intervalles de contrôle déterminés en fonction des instructions de contrôle (SOPs) peuvent être définis individuellement.
Service de calibrage pour
des appareils Liquid Handling
BRAND offre un service complet comprenant calibrage et, si
besoin est, également réparation et ajustage des moyens de mesure aux personnes pour lesquelles le calibrage est un trop grand
investissement de temps.
Procès-verbal d’essai imprimé
BRAND
36
Une version de démonstration
du logiciel est disponible sur
Internet (www.brand.de) pour
être téléchargée ou peut être
obtenue gratuitement sur
CD-ROM.
Déclaration de conformité et certificats
Déclaration de conformité et certificats
On distingue:
■ déclaration de conformité
■ certificats de qualité (certificats d’usine)
■ attestations de calibrage (bureau allemand de vérification des poids et mesures, DAkkS)
Déclaration de conformité
Attestations de calibrage
Réglementation d'étalonnage et de mesure
et le marquage DE-M
Attestation de calibrage officiel
Pour les appareils de volumétrie mis à disposition et utilisés pour
des mesures dans des domaines réglementés par la loi, par ex.
dans les secteurs médicaux et pharmaceutiques (fabrication et
contrôle de médicaments), la réglementation d'étalonnage et de
mesure allemande exige une attestation de conformité au lieu
d’un étalonnage. Ces régulations s’appliquent également aux
accessoires importants pour la technique de mesure (par ex.
pointes de pipette pour pipettes à piston).
Qui atteste conformité?
Conformité DE-M veut dire: conformité d'un appareil avec
l'homologation pour le secteur régie par lois selon la réglementation d'étalonnage et de mesure allemande. Les détails concernant le procédé d'attestation de marquage DE-M sont décrits
dans la réglementation d'étalonnage et de mesure allemande du
décembre 2014.
Par le marquage DE-M, le fabricant déclare que l'appareil correspondant satisfait aux exigences de la réglementation d'étalonnage
et de mesure allemande, ainsi que des normes applicables. En
général, le marquage DE-M est directement imprimé sur les appareils et, en ce qui concerne les articles à usage unique complémentaires, sur l'emballage.
signe de conformité
Marquage DE-M
Tous les appareils de volumétrie BLAUBRAND® sont identifiés par
DE-M. Par ce marquage, le fabricant BRAND certifie la conformité des appareils à la réglementation d'étalonnage et de mesure
allemande. En général, le marquage DE-M est directement
imprimé sur les appareils.
Dans chaque certificat de lot et certificat individuel, BRAND indique
tous les moyens de contrôle utilisés.
Certificats de qualité
L’assurance de qualité réalisée conformément à la norme DIN
EN ISO 9001 constitue la base pour la délivrance d’attestations
de calibrage d’usine – et les certificats de qualité sont de tels
certificats.
Ces certificats d’usine sont disponibles en tant que certificat de
lot ou certificat individuel. Tous les résultats de contrôle sont
documentés et archivés pendant 7 ans au minimum; ainsi, si l’on
connaît le numéro de lot ou bien le numéro de série, il est possible de recourir à chaque instant à des résultats individuels obtenus à partir de mesures effectuées au moment de la fabrication.
Cette attestation de calibrage est délivrée par le bureau allemand
de vérification des poids et mesures et est reconnue en Allemagne et dans beaucoup d’autres pays. L’appareil de mesure et
l’attestation de calibrage portent un numéro de série individuel
pour l’identification et l’année de délivrance.
Attestation de calibrage DAkkS
Le Service de Calibrage Allemand (DKD) fut fondé en 1977
comme institution commune de l’Etat et de l’économie, laquelle
représente le lien entre les moyens de mesure des laboratoires
de l’industrie, de la recherche, des instituts de contrôle, ainsi que
des pouvoirs publics, et les étalons nationaux du PTB (Institut
Fédéral Physico-Technique Allemand).
A partir du 2010, l'accréditation DKD a été sur une base légale
placé successivement dans l'agrément DAkkS (Deutsche Akkreditierungsstelle GmbH).
L’attestation de calibrage DAkkS avec le signe de calibrage
DAkkS documente, en tant que certificat officiel de haut niveau,
le rattachement des valeurs mesurées (traçabilité) à des étalons nationaux et internationaux et avec cela à des unités du SI,
comme l’exigent, entre autres, les normes DIN EN ISO 9001 et
ISO/IEC 17 025 pour la surveillance des moyens de contrôle.
Une différence déterminante entre les services de calibrage en
usine et les laboratoires de calibrage DAkkS consiste en l’indication fiable de l’incertitude de mesure, une indication qui est
surveillée par le DAkkS et dont le laboratoire se porte garant.
On fait usage de l’attestation de calibrage DAkkS là où des calibrages d’un laboratoire accrédité sont exigés et où il est question de calibrages d’une extrême qualité, ainsi que de la mise à
disposition d'étalons de référence et du calibrage d’appareils de
référence.
Le DAkkS est membre de l’International Laboratory Accreditation
Cooperation (ILAC). Etant donné des conventions multilatérales,
l’attestation de calibrage DAkkS est homologuée obligatoirement
dans de nombreux pays. Elle est délivrée en plusieurs langues.
Certificat de lot
Certificat individuel
Tous les appareils de mesure et
certificats d’un lot de fabrication portent le même numéro
de lot. Le certificat indique,
pour ce lot, la valeur moyenne,
l’écart type et la date de délivrance.
L’appareil de mesure et le
certificat portent, en plus du
numéro de lot, un numéro de
série individuel. Le certificat
indique le volume mesuré, l’incertitude de mesure et la date
de délivrance.
BRAND
37
Appareils de volumétrie BLAUBRAND ® USP
Les entreprises qui fabriquent des produits pharmaceutiques destinés au marché américain et qui sont
par conséquent auditées par des autorités des États-Unis, comme la FDA (Food and Drug Administration), sont contraints de respecter les exigences de l'USP (United States Pharmacopoeia).
L'USP actuelle décrit au chapitre 31 que les appareils de volumétrie en verre doivent respecter les
limites d'erreur de classe A selon les normes ASTM. Ces limites d'erreurs sont répertoriées dans des
tableaux pour les fioles jaugées, pipettes jaugées et burettes. Pour les pipettes graduées jusqu'à
10 ml, les limites d'erreur sont indiquées dans le texte.
Limite d'erreur
Les appareils de volumétrie en
verre BRAND sont fabriqués
selon les normes DIN EN ISO
actuelles. Comme les prescriptions des normes DIN EN ISO
diffèrent de celles des normes
ASTM, les limites d'erreur sont
différentes pour les différents
appareils de mesure.
BRAND confirme pour les appareils de mesure USP dans les
certificats USP joints, que les
limites d'erreur de classe A ont
été respectées selon les normes ASTM.
Marquage DE-M
Tous les appareils de volumétrie BLAUBRAND®, sont marquage DE-M en série. Avec le
sigle DE-M le fabricant BRAND
atteste des appareils selon les
régulations allemandes sur l'étalonnage des poids et mesures.
Selon la norme DIN 12600 le
sigle DE-M est imprimé directement sur les appareils.
Dans chaque certificat de lot
et certificat individuel, BRAND
indique tous les moyens de contrôle utilisés.
BRAND
38
Certificat de lot USP
Le certificat indique la valeur
moyenne et l’écart type du lot
ainsi que la date de délivrance
(numéro de lot: année de fabrication/lot).
Certificat individuel USP
Le certificat indique le volume
mesuré, l’incertitude de mesure
et la date de délivrance (numéro
de série individuel: année de
fabrication/lot/numéro d’ordre
de l’appareil).
Directive DIV
La directive IVD
Importance et effets
Directive IVD de l’UE
La directive de l'UE concernant
les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro (directive IVD)
a été publiée le 7 décembre
1998 dans le bulletin officiel
de l'Union Européenne et, avec
cela, est entrée en vigueur.
Son application est possible
depuis le 7 juin 2000.
Qu'est-ce qu'on entend par
'dispositif médical de diagnostic in vitro (IVD)'?
On entend par 'dispositif médical de diagnostic in vitro' tout
dispositif médical utilisé dans
l‘examen in vitro d‘échantillons
provenant du corps humain,
y compris les dons du sang
et de tissus. A ces dispositifs
appartiennent: des réactifs, des
substances ou dispositifs de
calibrage, des substances ou
dispositifs de contrôle, équipements, instruments, appareils,
systèmes, ou également des
récipients pour échantillons,
qu’ils soient sous vide ou
non, s’ils sont spécifiquement
destinés par le fabricant à être
utilisés pour des échantillons
médicaux. Les 'dispositifs
médicaux de diagnostic in vitro'
servent principalement à fournir
des informations
■ concernant un état physiologique ou pathologique
■ concernant une anomalie
congénitalen permettant
de contrôler des mesures
thérapeutiques.
Qu'est-ce qu'on entend par
'dispositif médical'?
On entend par 'dispositif médical' tout instrument, appareil,
équipement, matière ou autre
article, y compris le logiciel,
destiné par le fabricant à être
utilisé chez l’homme
■ à des fins de diagnostic, de
prévention, de contrôle, de
traitement, d’atténuation
ou de compensation d‘une
maladie, d‘une blessure ou
d’un handicap
■ à des fins d’étude, de
remplacement ou modification de l’anatomie ou d’un
processus physiologique
■ à des fins de maîtrise de la
conception.
Les agents pharmacologiques
ou immunologiques réglementés par la législation sur les
médicaments n’appartiennent
pas à ces dispositifs.
Marquage CE
Avec le symbol CE sur un produit, le fabricant atteste que ce
produit répond aux exigences
fixées dans les directives de
l'UE pour les produits de ce
genre et qu’il a été soumis, en
tant que besoin, aux contrôles
exigés. Le fabricant applique
ce signe sur le produit et établit
additionnellement une attestation de conformité certifiant la
concordance du produit avec
les directives et normes citées.
Les dispositifs médicaux fournis par BRAND appartiennent
tous à la gamme des dispositifs
médicaux de diagnostic in vitro
(IVD). Parmi ces produits se
trouvent entre autres
– cellules de numération
– lamelles couvre-objets
– pipettes capillaires à usage
unique
– tubes capillaires microhématocrites
– cire de cachet pour
hématocrites
– godets pour analyseur
– pots à urine
– pots pour coprologie
– vials cryogéniques
– pointes de pipette
– pointes DD tips
– micropipettes Transferpette®
– distributeurs à répétition
HandyStep®
BRAND
39
Gestion de la qualité
Gestion de la qualité
La gestion de la qualité est indispensable et devrait, dans le cas idéal, commencer déjà avec la phase
de projet d’un produit et accompagner son développement (jusqu’à ce que celui-ci soit prêt pour la
fabrication en série) ainsi que la fabrication ultérieure. Ceci assure à l’utilisateur la plus grande sécurité possible lors du travail avec les appareils de laboratoire et la fiabilité de ses analyses.
Gestion de la qualité chez BRAND
Gestion de la qualité à l'exemple des appareils de Liquid Handling
et des appareils de volumétrie BLAUBRAND®
La gestion de la qualité
BRAND commence déjà avec
la phase de projet d'un produit
et accompagne son développement jusqu'à ce que celui-ci
soit prêt pour la fabrication en
série. Les contrôles permanents du procédé de fabrication
sur toute sa longueur ont pour
but de produire des appareils
de volumétrie différant le moins
possible de la valeur nominale
(exactitude) et dont les valeurs
individuelles ont une plage de
dispersion (coefficient de variation) la plus réduite possible.
Pour finir, le résultat de cette
'commande statistique de la
fabrication (SPC)' est contrôlé
par un essai sur prélèvement
selon la norme DIN ISO 3951
au cours du contrôle final.
BRAND
40
Le procédé du système de
gestion de la qualité réalisé
chez BRAND certifié selon la
norme DIN EN ISO 9001 est
une combinaison de surveillance de la capacité de la
fabrication et d'essais sur prélèvement. Le niveau de qualité
limite acceptable (N.Q.A.) est
d'au moins 0,4. Cela signifie
que les valeurs limites données
sont observées avec une probabilité statistique de 99,6 %
au minimum.
Tous les moyens de contrôle
utilisés dans l'assurance qualité
sont régulièrement contrôlés et
raccordés aux étalons nationaux du PTB (Institut Fédéral
de Physique et de Métrologie).
Ce système de gestion de la
qualité réalisé conformément
à la norme DIN EN ISO 9001
constitue également la base
pour la délivrance de certificats
de calibrage d'usine (Les certificats de qualité sont de tels
certificats).
Tous les résultats de contrôle
sont documentés et archivés
pendant 7 ans au minimum;
ainsi, si l'on connaît le numéro
de lot ou bien le numéro de
série, il est possible de recourir
à chaque instant à des résultats individuels du moment de
la fabrication.De par le fait que
BRAND est fabricant d'appareils de volumétrie marquage
DE-M, l'assurance de la qualité
BRAND ainsi que la qualité de
ses produits sont surveillées
par le bureau de vérification
des poids et mesures allemand. Ainsi, les exigences sont
satisfaites en ce qui concerne
la surveillance des moyens
de contrôle et sa traçabilité
par raccordement aux étalons
nationaux ainsi que la qualification du personnel.
Nettoyage
Le nettoyage des appareils de laboratoire
Nettoyage à la main et en machine
Les appareils de laboratoire en verre ou matière plastique peuvent être nettoyés à la mains dans un
bain, selon la méthode de trempage, ou en machine à laver de laboratoire.
On devrait nettoyer les appareils de laboratoire juste après leur emploi, à basse température, pendant une courte durée et avec un produit légèrement alcalin. Les appareils de laboratoire ayant été
en contact avec des substances infectieuses sont tout d’abord désinfectés avant d’être nettoyés
puis, le cas échéant, stérilisés à l’autoclave. Ce n'est que de cette façon que l'on peut empêcher
un collage des souillures et une détérioration des appareils pouvant être causée par des restes de
produits chimiques.
Note:
Le materiel de laboratoire doit être désinfecté avant nettoyage du fait de la possibilité d'accident
pendant celui-ci.
La méthode d'essuyage
La méthode de trempage
Les bains à ultrasons
Le procédé le plus connu est
la méthode d'essuyage. On
essuie ou frotte les utensiles
souillés avec un chiffon ou une
éponge imbibés d'une solution
détergente. Les appareils de
laboratoire ne doivent jamais
être traités avec des produits
ou éponges abrasifs, qui pourraient abîmer leur surface.
Pour le nettoyage à la main
selon la méthode de trempage,
on plonge généralement les appareils de laboratoire dans une
solution détergente pendant
20 à 30 minutes à température
ambiante, puis on les rince
avec de l'eau de ville et ensuite
avec de l'eau distillée. N'augmenter le temps d'immersion et
la température que dans le cas
de souillures tenaces!
Les bains à ultrasons peuvent
être utilisés aussi bien pour
nettoyer les appareils en verre
et ceux en matière plastique.
Il faut cependant éviter tout
contact direct avec la membrane.
Les appareils en verre
Le nettoyage dans les
analyses de traces
Le nettoyage en machine
Le nettoyage dans des machines à laver de laboratoire
ménage les appareils bien
plus que le nettoyage selon la
méthode de trempage. Car les
appareils ne sont en contact
avec la solution détergente que
lors des phases relativement
courtes pendant les-quelles
celle-ci est pompée par des
gicleurs ou des tubes injecteurs
sur la surface à nettoyer
■ Les appareils de laboratoire
légers doivent être protégés
par des filets afin de ne pas
être projectés et abîmés par
le jet de lavage.
■ Les appareils de laboratoire
sont mieux protégés des
détériorations de leurs surfaces quand les paniers de
la machine à laver sont revêtus de matière plastique.
Dans le cas d'appareils en
verre, les temps d'immersion
prolongés au-dessus de 70 °C
sont à éviter dans des milieux
alcalins. Ceci pourrait, tout
particulièrement dans le cas
d'appareils de volumétrie, modifier les volumes par dégagement de verre ou détruire les
graduations.
Les appareils en matière
plastique
Les appareils en matière plastique ont généralement des surfaces lisses et non mouillables,
ce qui permet en général de
les nettoyer facilement avec un
produit légèrement alcalin. Les
appareils de laboratoire en polystyrène et polycarbonate, particulièrement les tubes à centrifuger,
ne doivent être nettoyés qu'à
la main et avec des détergents
neutres. Un temps d’immersion
prolongé influence la solidité,
même s’il s’agit de détergents
légèrement alcalins. La résistance chimique des matières
plastiques utilisées est à vérifier
pour chaque cas individuel.
Afin de réduire à un minimum les traces de métal, les
appareils de laboratoire sont
trempés pendant 6 heures
maximum dans du HCl 1N ou
du HNO3 1N à température
ambiante. (Les instruments
de laboratoire en verre sont
souvent bouillis pendant une
heure dans du HNO3 1N.) Ils
sont ensuite rincés avec de
l’eau distillée. Afin de réduire
les souillures organiques, il est
possible de nettoyer les appareils de laboratoire au préalable
avec des bases ou des solvants, par ex. de l’alcool.
BRAND
41
Nettoyage
Nettoyage non agressif
50
,
40
,
Perte de poids (mg/100 cm²)
couche attaquée (µm)
Afin de ménager les appareils de laboratoire, on devrait les
nettoyer juste après leur emploi, à température basse, pour une
courte durée et avec un produit légèrement alcalin. Les temps
d'immersion prolongés au-dessus de 70 °C sont à éviter dans des
milieux alcalins, tout particulièrement dans le cas d'appareils de
volumétrie en verre. Autrement, ceci pourrait modifier les volumes
par dégagement de verre ou détruire les graduations.
,
Information
20
10
0
1,4 µm, à 100 °C, soit donc
le décuple. Pour cette raison,
éviter les températures de
nettoyage au-dessus de 70 °C
et préférer des détergents
légèrement alcalins.
Attaque de lessive sur le verre Boro 3.3
en fonction de la température, calculée
à partir des pertes de poids.c (NaOH) =
1 mol/l. Durée d'attaque: 1h.
6
8
10
12
14
pH
température (°C)
Tandis qu'une lessive caustique
1N dégage une couche d'env.
0,14 µm seulement d'une
surface en Boro 3.3 (verre
borosilicaté 3.3) en 1 heure à
70 °C, elle en dégagera env.
30
Attaque de lessive sur le verre Boro
3.3 en fonction du pH à 100 °C. Durée
d'attaque: 3h.
(Diagrammes de la brochure 'Technische Gläser' de SCHOTT AG, Mainz)
La désinfection et la stérilisation
La désinfection
La stérilisation à la vapeur
Remarques quant à la stérilisation
Les appareils de laboratoire
ayant eu contact avec du matériel infectieux ou organismes
génétiquement modifiés doivent
être désinfectés avant tout
autre usage/élimination, cela
signifie: les ramener à un état
tel, qu’ils ne présentent plus de
risque.
Pour cela, traiter les appareils de laboratoire avec des
détergents désinfectants, par
example. Si besoin est, et si
le matériau est approprié, les
appareils pourront être stérilisés à la vapeur (autoclavés) par
la suite.
Stérilisation à la vapeur (autoclavage) signifie l'extinction
et/ou l'inactivation irréversible
de tous les microorganismes
susceptibles de se multiplier
sous l'action de vapeur saturée
à 121 °C (2 bar), selon DIN
EN 285. L'exécution conforme
de la stérilisation, et ce jusqu'à
la sécurité biologique fait
partie de la responsabilité de la
personne chargée du secteur
hygiène.
■ Une stérilisation efficace à la vapeur n'a vraiment lieu que si la
vapeur est saturée et qu'elle peut atteindre tous les endroits
contaminés sans empêchement.
Résistance à la chaleur
Tous les appareils de volumétrie réutilisables BLAUBRAND® et
SILBERBRAND peuvent subir une température allant jusqu'à
250 °C dans les étuves de séchage ou de stérilisation, sans
risque que leur volume soit ensuite modifié. Il faut toutefois faire
attention au fait que le chauffage irrégulier des appareils en verre
ou les chocs thermiques brusques provoquent des contraintes
thermiques qui peuvent causer leur casse. Donc:
■ Ne placer les appareils en verre dans les étuves de séchage ou
de stérilisation que lorsque ces dernières sont à froid, puis les
chauffer.
■ Une fois le temps de séchage ou de stérilisation révolu, laisser
les appareils se refroidir lentement dans l'étuve.
■ Ne jamais chauffer des appareils de volumétrie sur plaques
chauffantes!
■ Pour les appareils plastiques la température maximale est la
température d'utilisation.
BRAND
42
■ Les récipients doivent toujours être ouverts afin d'éviter toute
surpression.
■ Les appareils de laboratoire réutilisables souillés doivent être
soigneusement nettoyés avant d'être stérilisés à la vapeur.
Autrement, les résidus seraient cuits et collés pendant la stérilisation à la vapeur. Les microorganismes – protégés par ces
souillures – ne seraient pas tués de façon efficace; de plus,
les produits chimiques collant encore aux parois pourraient
abîmer les surfaces des appareils sous l'effet des températures
élevées.
■ Les matières plastiques ne résistent pas toutes à la stérilisation
à la vapeur. Le polycarbonate, par ex., perd sa solidité, raison
pour laquelle les tubes à centrifuger de ce matériau ne doivent
pas être stérilisés à la vapeur.
■ Lors de la stérilisation à la vapeur (autoclavage), les appareils
en plastique ne doivent pas être sollicités de manière mécanique (par ex. ne pas les empiler). Afin d’éviter les déformations,
veillez à ce que les béchers, les flacons et les éprouvettes graduées par ex. soient debout lorsqu’ils sont stérilisés à l’autoclave.
Conseils concernant la sécurité
Conseils concernant la sécurité
Sur la manipulation de substances dangereuses
La manipulation de substances dangereuses comme les produits chimiques, les matériels infectieux,
toxiques ou radioactifs ainsi que les organismes génétiquement modifiés demande une grande responsabilité de la part de tous, pour la protection de l'homme et de l'environnement.
Les règlements correspondants doivent strictement être suivis: par ex. les 'Directives pour laboratoires' distribuées par les Caisses de Prévoyance et les règlements par les bureaux chargés de
la protection de l'environnement, de la radioprotection et de l'élimination des déchets; également
respecter les règles techniques généralement admises, comme par ex. les normes DIN ou ISO, etc.
Quelques conseils importants concernant la sécurité
■ Avant d'utiliser un appareil
de laboratoire, l'utilisateur
doit vérifier que celui-ci est
bien approprié pour cette
application, et en contrôler
le bon fonctionnement.
■ Toujours saisir une pipette
près de l’extrémité du tube
d’aspiration et la pousser
avec précaution dans l’adaptateur de l’aide de pipetage
jusqu’à ce qu’elle soit bien
fixée. Ne pas forcer. Le
verre brisé peut provoquer
des blessures.
■ Avant une réutilisation,
contrôler si l'appareil a été
endommagé. Cette mesure
est particulièrement importante pour les appareils
fonctionnant sous vide ou
sous pression (dessicateurs,
par ex. flacons à vide, ou
autres).
■ Un appareil de laboratoire
défectueux représente un
danger à ne pas sousestimer (coupures, par ex.,
brûlures par acide ou risque
d'infection). Au cas où une
réparation conforme aux
règles ne serait pas rentable
ou serait impossible, il faudra l'éliminer correctement.
Quelques remarques pour l'utilisation
Lorsqu'on travaille avec du verre, il faut tenir compte des limites de ce matériau sous l'influence de chocs thermiques ou de
contraintes mécaniques, et suivre des mesures de sécurité très
strictes:
■ Ne pas chauffer des appareils de volumétrie, comme
par ex. éprouvettes graduées et fioles jaugées, sur
plaques chauffantes.
■ Ne réaliser les réactions
exothermes, comme la dilution d'acide sulfurique ou la
dissolution d'hydroxyde de
sodium solide qu'en brassant et refroidissant, dans
une fiole Erlenmeyer par ex.
jamais dans une éprouvette
graduée ou dans une fiole
jaugée.
■ Ne jamais exposer des
appareils en verre à un
brusque changement de
temperature. Donc, ne pas
les retirer encore chauds de
l'étuve de séchage et les
déposer sur une paillasse
froide ou même mouillée.
■ Tout appareil retourné en vue
de réparation doit être nettoyé parfaitement et éventuellement stérilisé selon les
prescriptions. Les appareils
contaminés radioactivement
doivent être décontaminés
selon les prescriptions du
bureau de radioprotection!
Les appareils de volumétrie en verre endommagés
comme les fioles jaugées,
les éprouvettes graduées,
etc. ne devraient pas être
réparés. L'action de la
chaleur pourrait provoquer
des contraintes permanentes
dans le verre (risque de
casse très élevé!), ou bien
modifier le volume de façon
permanente.
■ Il est inadmissible de simplement couper une éprouvette
graduée lorsqu'elle est
défectueuse. Ceci a pour
effet de raccourcir la distance entre le trait supérieur
et le bec verseur, distance
définie par la norme DIN.
Le danger de renverser
des liquides chimiques s'en
trouve augmenté, et la
sécurité de travail n'est
plus garantie.
■ Les déchets doivent être
éliminés selon les lois existantes. Ceci est également
valable pour les articles à
usage unique usagés. Ils
ne doivent pas présenter
un danger pour l'homme ou
l'environnement.
■ Les appareils de laboratoire
doivent être nettoyés avant
d’être éliminés. Leur mise
au rebut doit être effectuée en tenant compte des
matériaux utilisés et en
respectant les prescriptions
en vigueur.
Veuillez noter que le verre
de laboratoire n'est pas
recyclé.
■ Pour les applications sous
pression seuls les appareils
en verre prévus à cet effet
doivent être utilisés; les
fioles de filtration et dessicateurs par ex. ne doivent
être mis en service qu'après
contrôle du bon état.
BRAND
43
Notes:
Répertoire des marques
accu-jet®,
BLAUBRAND®,
BRAND®,
Dispensette , EASYCAL™, HandyStep® S,
®
®
seripettor®,
Titrette®,
Transferpette®,
ainsi que les marques verbales et figuratives représentées ici sont des marques
de la BRAND GMBH + CO KG, Allemagne.
Les marques ou les termes protégés, les symboles ou les illustrations d'autres détenteurs
®
ne sont mentionnés dans cette publication
qu'à titre de référence et sans revendication
d'utilisation. Les marques reproduites sont la
propriété de leurs fabricants respectifs.
9946 45 · Printed in Germany · 21/0215
BRAND GMBH + CO KG · P.O. Box 11 55 · 97861 Wertheim · Germany
Tel.: +49 9342 808-0 · Fax: +49 9342 808-98000 · E-Mail: info@brand.de · Internet: www.brand.de
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising