Télécharger le dossier d`accompagnement pédagogique.

Télécharger le dossier d`accompagnement pédagogique.
Sainte Jeanne
des abattoirs
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
DOSSIER PÉDAGOGIQUE
Sainte Jeanne
des abattoirs
de Bertolt Brecht
mise en scène Catherine Marnas
Sainte Jeanne des abattoirs
mise en scène
traduction
décor
costumes
lumières
création son
musique originale et chants
Catherine Marnas
Gilbert Badia
Carlos Calvo et Michel Foraison
Dominique Fabrègue
Michel Theuil
Madame Miniature
Alain Aubin
Avec
Mathieu Bonfils, Guillaume Clausse, Julien Duval,
Odille Lauria, Franck Manzoni, Maud Narboni,
Tonin Palazzoto, Olivier Pauls, Bénédicte Simon,
Claire Théodoly, Martine Thinières
Coproduction › Compagnie Parnas, Théâtre La Passerelle - Scène nationale de Gap et des Alpes du Sud,
Théâtre des Salins - Scène nationale de Martigues, Théâtre de Cavaillon - Scène nationale
avec le soutien du Fonds d’Insertion pour les Jeunes Artistes Dramatiques (DRAC et Région PACA)
La Compagnie Parnas est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Provence Alpes Côte d’Azur),
par la Région Provence Alpes Côte d’Azur, par le Conseil Général des Bouches du Rhône et par la Ville de Marseille
Texte publié chez l’Arche Editeur
Rencontre avec le public, mardi 20 mars, à l’issue de la représentation
REPRÉSENTATIONS
PHOTOS
RENSEIGNEMENTS
CONTACT
du 15 au 25 mars 2007
Grand Théâtre
mardi, mercredi à 19H
jeudi, vendredi, samedi à 20H
dimanche à 15H
durée du spectacle : 2H15
Des photos libres de droits
pour la presse régionale
sont disponibles
sur notre site
www.theatre-lacriee.com
RÉSERVATIONS
Rébecca Piednoir
Tel : 04 96 17 80 30
r.piednoir@theatre-lacriee.com
Anne Pirone
billetterie groupes
Tel : 04 96 17 80 20
groupes@theatre-lacriee.com
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
04 91 54 70 54
par téléphone,
au Théâtre,
du mardi au samedi
de 12H à 18H
Tarifs de 9 à 21€
Ouverture de la location :
jeudi 15 février 2007
page 2
La pièce
Pierpont Mauler, roi de la viande et magnat de la conserve, veut se débarrasser de ses concurrents en les
entraînant à la faillite, ce qui a pour effet « secondaire » d’accroître le chômage et le désespoir des travailleurs. Membre des Chapeaux Noirs, Jeanne Dark croit à la pitié, elle entend faire appel aux bons sentiments
pour soulager la misère des travailleurs de Chicago.
A l’occasion de la visite des abattoirs à laquelle l’invite Mauler, elle découvre qu’en fait « les pauvres sont
mauvais », que le chômage et le dénuement entraînent une dégradation de la morale. Jeanne se rend
compte qu’en désamorçant la colère de ceux-ci par des consolations d’ordre uniquement spirituel, elle se
fait la complice involontaire des industriels. Elle chasse les « marchands du temple » et du même coup perd
son emploi. A Jeanne qui veut rester neutre est confié un message qui doit entraîner dans la grève une autre
usine, mais les doutes l’assaillent en cours de route et elle déserte : la violence n’est-elle pas mauvaise en
soi ? C’est l’échec de la grève générale, tandis que Mauler triomphe : il a monopolisé le marché. Jeanne, à
l’agonie, est transportée à la maison des Chapeaux Noirs, où les fabricants de conserve étouffent sous des
chants liturgiques ses ultimes supplications et la canonisent.
« Pour une certaine pièce de théâtre j’avais besoin comme arrièreplan de la bourse aux céréales de
Chicago. Je pensais, grâce à quelques questions auprès de spécialistes et de praticiens pouvoir me
procurer rapidement les connaissances nécessaires. La chose
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
tourna autrement. Personne, ni
certains économistes connus ni les
hommes d’affaires, personne n’a
pu m’expliquer suffisamment les
mécanismes de la Bourse aux
céréales. J’en retirai l’impression
que ces mécanismes étaient tout
bonnement inexplicables, ce qui
veut dire non saisissables par la
raison, ce qui veut dire encore simplement déraisonnables. La façon
dont les céréales du monde entier
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
étaient réparties était tout bonnement inconcevable. De n’importe
quel point de vue autre que celui
d’une poignée de spéculateurs, ce
marché des céréales était un
extraordinaire marécage. »
BERTOLT BRECHT,
NOTES AUTOBIOGRAPHIQUES, 1935
page 3
La grande dépression
De la spéculation boursière au jeudi noir
À l'automne 1929, une crise financière et économique sans précédent
s'abat sur le monde. Elle naît aux
États-Unis, puis, avec plus ou moins
de retard selon les pays, elle va
s'étendre au monde entier dans les
deux années qui suivent. Par ses
répercussions économiques (baisse
des prix, faillite de nombreuses
entreprises, réduction de la consommation, crise de surproduction,
effondrement des monnaies et développement du chômage) et ses
conséquences politiques (disparition des régimes politiques fragiles,
comme la République de Weimar, et
montée des dictatures et des régimes autoritaires), elle est un événement considérable de l'entre-deuxguerres, qu'elle va diviser ainsi en
deux périodes égales : un aprèsguerre euphorique (1919-1929) et un
avant-guerre lourd de catastrophes
(1929-1939) : « Vous n'avez pas de
beurre, hurlera Goebbels aux Allemands, mais vous avez des canons,
et avec des canons vous aurez du
beurre ! »
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
Alors que les banques américaines,
anglaises, allemandes et françaises
sont, comme les opérateurs boursiers jouant avec les capitaux, puissantes sur le marché international,
leurs déboires vont déstabiliser l'ensemble des puissances économiques. En effet, la circulation des capitaux est devenue de plus en plus
autonome vis-à-vis des productions
et des échanges de marchandises :
l'excès de spéculation boursière et
l'irrationalité des comportements
des agents de bourse ont accéléré
le rythme de circulation de l'argent
indépendamment des opérations
économiques. C'est ainsi que la
valeur totale des actions cotées à
Wall Street, la bourse de New York,
s'est accrue de 250 % entre janvier
1925 et janvier 1929, donnant l'impression d'une « prosperity » décennale ; quant aux crédits bancaires
américains, ils sont passés de 550 à
6 640 millions de dollars entre le 31
décembre 1924 et le 4 octobre 1929.
Mais, lorsque personne ne veut
racheter les titres dont la valeur
s'écroule, les cours s'effondrent
davantage, provoquant à la fois une
fragilisation du système de crédit net
et de l'épargne : en retirant leurs
avoirs, les déposants accélèrent la
panique générale, ainsi que l'atteste
l'apparition brutale du « krach boursier» américain, qui se déroule les
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
23, 24, 28 et 29 octobre 1929 : le jeudi
24 octobre 1929 ou Jeudi noir, la
bourse de New York connaît une activité anormale : plus de 12 millions de
titres sont jetés sur le marché ; le
mardi 29 octobre, les transactions
atteignent un chiffre record : 16 millions d'actions changent de main, et
les valeurs s'effondrent, entraînant
l'ébranlement des cours sur les
marchés mondiaux. Cette généralisation des pertes boursières provoque des faillites considérables (2 298
faillites bancaires, aux États-Unis,
en 1931), des paniques en chaîne, et
même des vagues de suicide chez
les porteurs de titres ayant ruiné par
affolement leurs clients.
C’est la grande dépression.
page 4
Quelques réflexions sur Sainte Jeanne
Sainte Jeanne des abattoirs, doit montrer le stade actuel de développement de l’homme faustien. Il tire son
origine de la pièce d’Elisabeth Hauptmann : Happy end. Ont été également utilisés certains modèles classiques et certains procédés de style : les représentations de processus déterminés ont eu la forme que l’histoire leur a conférée. Il faut montrer non seulement ces processus, mais la manière de les maîtriser au plan
littéraire et théâtral.
BERTOLT BRECHT DANS LES ESSAIS, CAHIER 5
Une pièce parabole
Sainte Jeanne des abattoirs au premier abord se présente comme une
fable, un récit métaphorique du capitalisme, simple dans les conclusions : le capitalisme a besoin de
pauvres pour fonctionner, mais complexe dans la démonstration des
rouages de la machine : le marché
de la viande, ses courtiers, ses
enjeux.
Fortement inscrite dans le contexte
de la crise boursière de son époque,
elle a aujourd’hui la pertinence et la
clarté des problèmes pris à la racine,
ce qui était alors vrai pour un pays
l’est aujourd’hui à l’échelle de la planète, les entreprises ont changé
mais les mécanismes financiers et
commerciaux sont les mêmes.
Un faux didactisme
La question n’est évidemment pas
posée de façon aussi didactique : à
travers un duel, ni simple, ni univoque, ni manichéen (que Brecht affectionne particulièrement et qui est
une grande figure d’écriture théâtrale – Dans la solitude des champs
de coton de Bernard-Marie Koltès
par exemple). Mauler le capitaliste
qui s’est ému devant la souffrance
d’un jeune taureau et Jeanne, la
révoltée qui découvre la misère, ses
rouages et ses causes, qui est ellemême remplie de doutes et trahit,
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
s’affrontent dans un duel presque
aussi mystérieux que celui de Dans
la jungle des villes : « comme deux
insectes prêts à s’entredévorer ». Qui
va dévorer l’autre ? Les personnages sont des figures de ces combats
sociaux mais ont une vraie épaisseur, ils ne sont pas absents de psychologie, non manichéenne mais
réelle: Mauler, Jeanne, Slift particulièrement, seul le chef des Chapeaux
Noirs est plus stéréotypé.
Le spirituel, le religieux comme
consolation ou comme exutoire
A l’époque, l’Église joue un rôle
important dans les rapports sociaux,
elle a une forte influence sur les masses autant par le pouvoir matériel
que spirituel : les organismes de charité essaient d’atténuer les conséquences de la crise. C’est par son activité
avec les Chapeaux Noirs que Jeanne
rencontre les pauvres et Mauler,
qu’elle découvre la malignité de la
grande machine du capitalisme, le
désir de puissance des possédantsdominants, mais aussi comment la
misère rend les pauvres complices
par impuissance, par lâcheté, ce qui
pour elle ne fait qu’accroître la responsabilité des puissants.
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
« Faut que ça saigne »
Si dans La résistible ascension d’Arturo Ui le marché qui sert de toile de
fond est celui du chou-fleur, dans
Sainte Jeanne, il s’agit de viande.
Cannibalisme, l’ouvrier tombé dans
la machine finit en conserve, Mauler
pris de faiblesse dévore un steak bien
saignant sur scène, le sang des abattoirs est omniprésent et fait de Sainte
Jeanne une pièce crue, cruelle, sauvage, sans doute la plus shakespearienne des pièces de Brecht.
Un combat a mort
On sent d’emblée que ce sera un
combat à mort, que le combat final
est inévitable : un des deux doit mourir. Quelque chose est à ce point
porté à incandescence, dans ce
moment spécial de sa vie où peur
panique, évanouissement et reconnaissance immédiate de l’adversaire
se mêlent, qu’on croit que c’est Mauler qui va mourir. Pourtant c’est
Jeanne qui meurt, elle ne se suicide
pas, elle ne se sacrifie pas, en tout
cas pas au sens chrétien, elle meurt
en combattant.
CATHERINE MARNAS
page 5
Quelques réflexions sur la mise en scène
Souvent considérée comme une pièce un peu lourdement didactique, Sainte Jeanne des abattoirs est pour
moi un joyau de « limpide complexité ». Limpide dans la fable, complexe dans la manière de décortiquer les
phénomènes économiques, elle raconte de façon extrêmement concrète et simple ”la misère du monde“. (…)
Ce qui m’intéresse c’est de revenir à
l’origine, à la source, à l’individu, à
travers l’exemple de ces fabricants
de conserves, et des deux figures
emblématiques que sont Jeanne et
Mauler, deux postures, deux allégories, deux personnages - au sens
très plein du terme - qui s’affrontent
dans un combat à mort. Dans Sainte
Jeanne des abattoirs tout le monde
lutte pour ne pas mourir, tous les
groupes sociaux représentés, et ils
sont nombreux, se battent comme
dans un combat originel où la survie
est en jeu. Au milieu de tous ces
combats, ce qui est pour moi le
moteur de la pièce est le combat de
Mauler et de Jeanne : la force et la
faiblesse, la cohérence et la contradiction, l’innocence et la culpabilité,
le mysticisme et le matérialisme
qu’ils vont montrer au cours de ce
duel à mort sont ceux de l’homme.
Mauler, le fabricant de conserves qui
ne veut plus voir mourir les animaux,
Jeanne qui abandonne l’organisation caritative pour mieux sauver les
ouvriers, ne peuvent exister conjointement, alors ils s’affrontent, s’attirent, se repoussent ; l’un d’eux doit
mourir, peut-être Mauler qui semble
parfois plus faible, que le système
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
économique va peut-être écraser, et
puis non, il joue, il écrase ses adversaires, cynique et dirait-on aujourd’hui
efficace, il joue à qui perd gagne et il
gagne, et c’est Jeanne qui meurt.
Ce texte doit être pris à « bras le
corps » pour en retrouver la violence,
la pertinence. Comme dans une toile
de Bacon, le sang et la merde des
abattoirs deviennent l’arène glissante et gluante où s’affrontent
Jeanne et Mauler.
Les premières réactions à mon désir
de mettre en scène Sainte Jeanne
des abattoirs ont été de considérer
Brecht comme un peu « poussiéreux ». Je pense que, fidèle en cela à
la recherche de Brecht et à son théâtre épique, il faut secouer la gangue
de « poussière » accumulée par le
temps pour revenir à un engagement
physique total et retrouver aujourd’hui
la fonction de la forme brechtienne.
Je pense aussi mais de manière
encore floue que dans le côté « poussiéreux » de Brecht on voit les oripeaux qui vont avec la pauvreté, les
haillons, la toile de jute qui rend la
misère muséale, toute cette imagerie ; là, il s’agira d’une misère actuelle,
déjantée, déglinguée, cruelle, âpre.
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
Le théâtre contemporain est « essentiellement, naturellement et inconsciemment » brechtien : disparition
du 4ème mur, refus de l’identification,
interrogation de la notion de personnage, fragmentation de la narration,
discontinuité, tableaux, voir l’acteur
en permanence derrière le personnage… tous héritages plus ou moins
directs de Brecht.
CATHERINE MARNAS
Les chœurs : des amateurs
Autour des personnages principaux
de la pièce (Mauler, Jeanne, Slift….)
gravitent de nombreux personnages
et notamment des groupes d’ouvriers
ou de membres d’une œuvre caritative qui s’exprimaient dès l’origine de
la pièce par des chants choraux.
Nous avons proposé à chacun des
lieux de diffusion du spectacle de
travailler avec un groupe d’amateurs
qui, avec les comédiens professionnels, constitueront les chœurs d’ouvriers ou de Chapeaux Noirs et participeront aux représentations dans
leurs villes respectives. La préparation est faite au cours de quatre
week-ends de travail avec Catherine
Marnas et certains des comédiens
de la Compagnie.
page 6
Bertolt Brecht (1898-1956)
« Je vécus parmi les hommes au temps de la révolte. Et je m’insurgeai avec eux. »
« Dialectiser, c’est extraire la dimension politique de toute chose. »
BERTOLT BRECHT
On ne présente pas Brecht, universellement connu, sans doute l’auteur le plus joué sur la planète. Au
moment où il écrit Sainte Jeanne
des abattoirs, autant que la crise
économique de 1929, l’environnement politique allemand joue un rôle
primordial.
Après une série de poèmes et de pièces de jeunesse d’un anarchisme
morbide et désespéré, selon la mode
de l’époque, la crise de la République
de Weimar radicalise les idées
esthétiques et politiques de Brecht.
Au fur et à mesure qu’il s’engage
contre le nazisme et se rapproche
du parti communiste allemand, il
oriente son œuvre vers un objectif
qu’il est le premier à définir comme
l’éveil de la conscience critique du
spectateur.
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
Dorénavant, il conçoit le théâtre
comme un moyen non seulement de
représenter, mais de transformer le
monde. Il étudie le matérialisme dialectique et cherche à l'introduire
dans ses pièces, il refuse de séparer
l'art de la politique : ses «pièces
didactiques» mettent en scène des
situations qui révèlent les conséquences néfastes de certaines pratiques politiques. Pour cela, il met
en œuvre une dialectique ouverte qui
montre notamment le jeu des
contradictions dans le comportement des personnages, leurs déterminations multiples et les interférences du politique et du privé. Cette
dialectique pose plus de questions
qu’elle n’en résout, et son issue s’ouvre le plus souvent sur une interrogation béante et non sur un enseignement moral univoque.
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
Brecht rencontre de plus en plus
d'obstacles pour faire jouer ses pièces : Sainte Jeanne des abattoirs,
satire des injustices sociales et du
capitalisme, ne connaît qu'une version radiophonique partielle en 1932.
L'année précédente, il réalise avec
Slatan Dudow Kühle Wampe (Ventres glacés), un film d'abord interdit puis tronqué par la censure, qui
trace un portrait tragiquement réaliste de la misère des ouvriers berlinois. Il lance en même temps un
appel à la création d’un front d’action
antifasciste. La dernière pièce de
Brecht jouée en Allemagne, avant
1933, est l’adaptation du roman de
Gorki La Mère (1932). Haï par les
nazis, il doit quitter l’Allemagne dès
la venue de Hitler au pouvoir.
page 7
Catherine Marnas
Directrice artistique de la Compagnie Dramatique Parnas.
Grand Prix National 1999 du Ministère de la Culture, catégorie « jeune
talent » des Arts du Spectacle Vivant.
Elle est artiste associée au Théâtre
La Passerelle - Scène nationale de
Gap et des Alpes du sud depuis 1991.
Elle a été professeur d'interprétation au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris de
1998 à 2001.
Tout en suivant une formation de
comédienne au Conservatoire de
Lyon, elle obtient un D.E.A. d’Études
Théâtrales sous la direction de
Michel Corvin en 1982.
Après avoir été assistante stagiaire
d’Antoine Vitez en 1983 et 1984, elle
est assistante puis collaboratrice
artistique de Georges Lavaudant
pour une dizaine de spectacles
jusqu’en 1994 tout en créant : Élise
et Marcel d’après Les Journaliers de
Marcel Jouhandeau en 1988, Vania
d’après Oncle Vania de Tchekhov en
1991, Les Diablogues de Roland
Dubillard en 1992.
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
A partir de 1994, elle se consacre
uniquement à sa compagnie implantée à Marseille. La plupart des créations ont lieu en résidence au Théâtre La Passerelle à Gap : Les Chiens
de conserve de Roland Dubillard
(repris au Théâtre du Rond-Point à
Paris en mars 2004), L'Héritage de
Bernard-Marie Koltès, La Tempête
de William Shakespeare, Fragments
Koltès collage de textes de BernardMarie Koltès, Mary’s à minuit de
Serge Valletti, Faust ou la Tragédie
du Savant d’après Goethe, Marlowe…
puis sont présentées en tournée.
Elle crée au Mexique avec l’aide de
l’Association Française d’Action
Artistique : Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès en 1995, Alors,
entonces atelier franco-mexicain en
1998, Eva Peron de Copi, en 2002
Et dans le cadre de festivals Le
Comte Öderland de Max Frisch en
1994 au Théâtre Antique d’Alba la
Romaine, J'étais dans ma maison et
j'attendais que la pluie vienne de
Jean-Luc Lagarce en 1998 à Sitges
(Espagne), Oh Oaxaca au Festival
d’Avignon 1999.
Passionnée par la formation et la
transmission, elle est depuis 1991
partenaire enseignante en section
A3 (Lyon, Gap, Briançon), anime des
stages professionnels et enseigne
régulièrement à l'École Régionale
d'Acteurs de Cannes (ERAC).
Elle vient de mettre en scène, en
janvier 2007, Vengeance tardive de
Jacques Rebotier, au Théâtre de
Cavaillon - Scène nationale.
A Marseille, L'Île de Dieu de Gregory
Motton (Théâtre du Gymnase 2000),
La jeune fille aux mains d’argent
opéra de Raoul Lay sur un texte
d’Olivier Py (Festival de Marseille
2001) Le Pacte de Pierre d’après Le
Premier Conte sur le pouvoir de Pier
Paolo Pasolini (Nuits Caroline / Festival de l’île du Frioul 2004).
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
page 8
Brecht et les classiques
D'après un exposé d'Irène Bonnaud,
metteur en scène associée au Théâtre Dijon Bourgogne
Des années 20 jusqu'à la fin de sa
vie, Brecht n'a cessé de réfléchir à la
constitution d'un répertoire à l'usage
et au mésusage des classiques par
les institutions théâtrales allemandes. Sa théorie de l'utilisation des
« classiques » comme « matériau
brut » est-elle encore opératoire
aujourd'hui ? Sa vision des textes
éclaire-t- elle sa création et sa propre écriture ?
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
Brecht désire faire entendre une
parole, qu'elle soit celle d'un poète
(donc cela peut être un « classique »)
ou bien celle d'un dramaturge/éducateur comme lui. En cela il est
contre un théâtre qui soit une messe
avec des spectateurs fascinés.
Si Brecht travaille les « classiques »
c'est pour les prendre comme un
matériau brut. On peut se référer
ainsi au texte L'achat du cuivre,
œuvre théorique.
Le théâtre, (et cela convient au texte
de Sainte Jeanne), n'est là que pour
réfléchir ensemble sur les problèmes de la société. Le théâtre n'est
pas une annexe de la littérature,
mais il est là pour raconter une histoire, montrer la fable, étape par
étape et poser l'intrigue de manière
très concrète.
Quand il pense à un texte classique
il cherche un effet de télescopage.
Shakespeare peut être alors représenté, à la fois comme une comédie
musicale américaine et à la fois
comme un théâtre de tréteaux très
proche du public.
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
Si on suit les propos de Brecht sur
les classiques et que l'on tente de
les mettre en perspective avec ses
propres textes et en particulier celui
de Sainte Jeanne, il semble que l'on
est donc invité, en tant que spectateur, à se poser des questions
comme :
Où est la fable ? Où se situe le réel ?
Quels sont les télescopages de la
fable et de la réalité d'aujourd'hui ?
En quoi la représentation nous
amène au-delà de la littérature ?
Et par la même, par un processus
inverse, en quoi la représentation
nous ramène-t-elle au texte de
Brecht et à la littérature ?
Notes prises lors du PNR Comment
les metteurs en scène d'aujourd'hui
mettent en scène les classiques à Dijon,
les 8,9 et 10 novembre 2006.
Notes de Christophe Roque, DAAC
Rectorat Aix-Marseille
page 9
Témoignage
Extrait de notes de Elsa Roque - élève de terminale ES
du Lycée Langevin, Martigues. Texte préparé pour le dossier
de l'option facultative « Théâtre » du baccalauréat.
photo © Pierre Grosbois
Mi-octobre j'apprends que Catherine Marnas recherche des amateurs pour participer au chœur
de sa pièce Sainte Jeanne des abattoirs, qui est en création en coproduction avec trois scènes nationales
de la région : Théâtre de la Passerelle à Gap, Théâtre des Salins à Martigues et Théâtre de Cavaillon.
Comment ne pas saisir une telle occasion ?
Je me suis donc inscrite pour participer à cette création qui comportait quatre week-end de travail. Le
premier week-end était mi-novembre et se passait au Théâtre des
Salins.
Le samedi après-midi nous nous
sommes retrouvés une vingtaine de
personnes autour d'une table, avec
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
Catherine Marnas et deux de ses
comédiens. Catherine nous a présenté son projet.
Dans la pièce de Brecht il y avait un
chœur d'ouvriers et un de Chapeaux
noirs (armée du salut) ; ces deux
chœurs, celui des ouvriers étant plus
important que les chapeaux noirs
devaient chanter (grande peur, nous
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
allions sûrement devoir chanter…
mais finalement après tout pourquoi
pas ?). A ce moment-là Catherine
ne savait pas vraiment comment les
textes seraient dits (parlés ou chantés). Après nous avoir présenté ce
projet, elle répondit dans la limite
du possible à nos questions et là, les
réponses ne furent pas concrètes,
page 10
précises, on voyait alors l'ampleur
de la mise en scène d'une pièce. La
pièce n'était pas finie, ils étaient en
pleine création… Catherine a alors
commencé à nous parler véritablement de la pièce, l'histoire, le
contexte, Brecht… Nous aurions pu
rester là toute la soirée, à parler de
nos sociétés actuelles… à écouter
Catherine… Néanmoins, avec chacun un texte en main, nous commençâmes à faire une lecture du texte,
chacun prenant un personnage. A
chaque fin de tableau on s'arrêtait, et
Catherine ainsi que Bénédicte et Olivier prenaient le temps de nous
expliquer ce qui nous échappait…
Ainsi se finit cette première aprèsmidi de travail.
Le lendemain nous nous retrouvâmes tous pour une nouvelle journée.
Mais là on ne fit pas de travail à la
table… Bénédicte et Olivier nous
firent faire des échauffements, puis
des exercices…
C'était bizarre il y avait comme un
stress de se retrouver face à un metteur en scène et des comédiens malgré l'expérience théâtrale plus ou
moins importante de chacun d'entre
nous. Mais très vite ce stress disparut… Et à la fin de cette journée nous
étions très fatigués mais en même
temps tellement heureux… Nous
avions commencé à travailler le texte
des ouvriers, mais surtout nous
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
avions fait de très belles rencontres…
Le deuxième week-end se déroula
début décembre et c'est vrai que si
nous étions déjà fatigués par notre
semaine, certains le boulot, moi les
cours… Nous étions, je crois qu'on
peut le dire, tous, heureux de se
retrouver. Cette fois ci comme pour
les deux autres week-end qui suivirent il n'y avait pas Catherine mais
Bénédicte et Olivier. Durant ce weekend nous avons continué notre travail du premier texte des ouvriers
tout en alternant avec des exercices.
En effet on ne pouvait pas plus avancer dans le texte, Catherine ne
sachant toujours pas comment se
présenteraient les ouvriers et les
Chapeaux noirs. Ce deuxième weekend se déroula comme le premier,
si ce n'est mieux, étant donné qu'on
apprenait chacun à se connaître.
Mi-janvier troisième week-end, toujours la même joie de se retrouver ;
rencontre de Maud et de Claire qui
jouaient dans la pièce… Et puis
réponse à notre travail… Les textes
avaient été mis en chanson par Alain
Aubin ; il y avait donc onze chansons
à travailler… Soprano, alto, ténor…
Il fallait prendre le temps de faire
travailler chaque groupe… Ce ne fut
pas toujours facile… Trouver le bon
timbre etc. Cependant à la fin du
week-end nous avions pu travailler
une bonne partie des chansons et
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
pour nous aider chez nous à les
apprendre, nous repartîmes chacun
avec le CD instrumental des chansons.
Nous souhaitâmes bonne chance à
Ben, Maud, Claire et Olivier car leurs
premières représentations étaient
fin février à Gap…
Arriva ensuite le quatrième et dernier week-end avant les représentations… C'était début mars ; nous
savions que beaucoup de travail nous
attendait mais nous étions prêts.
Durant ce dernier week-end nous
finîmes de travailler les chansons
toujours avec Ben et Olivier ainsi que
deux autres comédiens qui nous
avaient rejoints pour nous aider. Le
dimanche après-midi nous pûmes
travailler les déplacements sur
scène qu'on ne connaissait pas, il
n'y avait toujours pas le décor… Mais
on fit sans lui.
Le dimanche soir nous étions à quatre jours de la première à Martigues.
Le spectacle lors de ses représentations à Gap avait été très bien reçu
par le public et une très bonne critique était parue dans Libération…
Nous nous quittâmes pour pas tellement longtemps avec une pointe
de stress ou d'autre chose, je ne sais
pas vraiment, on savait que dans
moins d'une semaine on allait être
sur scène… Découvrir le travail de
Catherine mais en même temps on
savait aussi qu'après, tout serait fini…
page 11
photo © Pierre Grosbois
Le mercredi après-midi on devait se
retrouver au théâtre pour une répétition générale… Mais pour nous cela
signifiait plus. Nous rencontrâmes
tous les autres comédiens que nous
ne connaissions pas. Nous découvrîmes nos costumes pour les
ouvriers dont je faisais partie ;
c'étaient des blouses blanches avec
un tablier et un chapeau et oui, nous
étions des ouvriers d'usines d'abattoirs. Pour les Chapeaux noirs, le
costume était un long manteau noir
cintré avec la casquette assortie. En
plus des costumes nous vîmes le
décor assez impressionnant. Avant le
début de la répétition nous répétâmes les chants avec Alain (le compositeur) et tous les comédiens.
Ensuite le filage put commencer
sans les lumières et avec un son pas
très au point… Nous étions le mer-
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
credi 8 mars et les intermittents
étaient en grève, plusieurs théâtres
étaient fermés… Nous n'étions pas
comédiens, ni intermittents pourtant nous étions avec toutes ces personnes conscients de la difficulté de
leur métier, et de l'importance de
leur travail… La répétition se termina
à minuit… Cette journée passa à
toute allure. Nous étions le jeudi 9
mars. Je me retrouvais à 18h au
théâtre dans nos loges… Dernière
répétition… Échauffement de la voix…
Quelques recommandations de
Catherine qui nous dit de ne pas
nous inquiéter pour les entrées et
sorties (qui n'étaient pas très claires pour nous…) car pour la première
fois elle ne serait pas en régie mais
dans les coulisses.
20h25 tout commence dans quelques
minutes… est-ce que l'on stresse ?
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
20h30, la salle est quasiment pleine ;
petit mot d’Annette Breuil (directrice
des Salins) et de Catherine Marnas
sur le « problème » des intermittents… Applaudissement du public.
Puis les lumières s'éteignent, le
silence se fait, la pièce commence…
On voit se dérouler cette pièce…
Nous sommes sur scène, on chante,
on y met toute notre énergie. On voit
Catherine assise dans les coulisses
impassible, ne disant pas un mot…
Nous, de la voir comme ça, on pensait que ça n'allait pas… Mais en réalité tout allait bien. Elle devait elle
aussi stresser. Puis vient la fin,
l'avant-dernier chant nous prend au
ventre, l'énergie des comédiens qui
dansent est incroyable ; cette scène
est… magnifique.
page 12
photo © Pierre Grosbois
Puis on commence le dernier chant…
Tout le monde chante… Jeanne est
morte… Noir.
Les applaudissements commencent,
nous saluons ; il n'y a pas de groupes comédiens et amateurs, on est
tous mélangés… Nous revenons trois
fois sur scène… Tous ces gens qui
applaudissent nous rendent heureux… Je crois que tant qu'on ne l'a
pas vécu, on ne peut pas se rendre
compte de l'importance de ces
applaudissements qui sont encore
plus forts dans une grande salle
comme celle des Salins.
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
La phrase d’Olivier Py dans Illusions
Comiques résonne alors en nous :
« de la pierre à l'homme, l'être a
besoin d'applaudissements sans
qu'on puisse dire pourquoi ».
Mais ces applaudissements sont
mérités quand on voit tout ce que les
comédiens ont donné.
C'est vrai qu'avec les applaudissements on donne notre avis sur la
pièce dans sa totalité et l'on ne juge
pas que les comédiens.
Enfin, notre première au théâtre des
Salins se termina…
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
Une semaine après jour pour jour,
je me retrouvais avec des amis du
groupe assise dans la salle du théâtre de Cavaillon. Et l'on vit la pièce de
l'extérieur. Nous ne pouvions nous
empêcher de chanter avec eux. Voir
la pièce en n’étant pas sur scène
était complètement différent… J'aimais encore plus cette pièce. Beaucoup de gens ont aimé, d'autres pas
du tout ; moi j'y ai participé alors je
suis sûrement plus enthousiaste
qu'un bon nombre de personnes…
et ce texte de Brecht que j'ai pu lire
résonne pour moi par son incroyable
réalité et aussi son actualité.
page 13
Ressources théâtre du réseau SCEREN [CNDP-CRDP-CDDP]
pour les enseignants et les professionnels de la culture
Le CRDP d’Aix-Marseille fait partie du réseau Scéren [ Services Culture Editions Ressources pour l’Education
Nationale ] qui produit et met à disposition des enseignants et des professionnels de la culture de nombreuses
ressources liées au théâtre : ouvrages, DVD, cédéroms, etc.
Consultez l’ensemble de ces ressources sur www.crdp-aix-marseille / www.education.arts.culture.fr
Ces ressources sont à la vente et à la consultation dans les librairies et médiathèques du réseau Scéren.
Dans l’académie d’Aix-Marseille, librairies et médiathèques à : Avignon, Digne, Gap et Marseille.
« Le festival d’Avignon, une école
du spectateur » (CRDP d’Aix-Marseille / la Maison Jean Vilar)
Ce livre-DVD intéressera en premier
lieu les enseignants qui veulent faire
vivre à leurs élèves l’expérience forte
du Festival. Il sera un support pour
l’enseignant du théâtre en classe de
français et littérature dont les programmes sont tournés, pour tous
les élèves, vers la représentation. Il
pourra aussi contribuer à la formation des enseignants.
« On ne badine pas avec l’amour »
Musset - une œuvre en question
(CRDP d’Aix-Marseille / Théâtre
du Chêne Noir)
Cet ouvrage et les deux DVD qui l’accompagnent proposent de cerner les
enjeux du passage du texte à sa
représentation, à partir d’une œuvre
patrimoniale, On ne badine pas avec
l’amour.
Le DVD 1 (125’) contient la captation
intégrale de la pièce de Musset dans
une mise en scène originale de
Gérard Gelas. Le DVD 2 (120’) restitue la complexité du travail théâtral :
répétition, interview du metteur en
scène, des comédiens, des techniciens, de la costumière ; comparaison avec d’autres mises en scènes
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
historiques. Le livret (88 p.) permet
de traiter la problématique du texte
et de sa représentation à partir d’une
scène ou d’un point de vue, de travailler le texte en œuvre intégrale,
ou de compléter un groupement de
texte (Niveau : élèves de 3e et lycée).
COLLECTIONS NATIONALES
« Théâtre aujourd'hui »
Cette collection s'adresse essentiellement au public des classes et des
options théâtre. Chaque titre propose des documents iconographiques et sonores, des textes critiques,
des commentaires de spécialistes
qui permettent de travailler en classe
sur les sujets abordés. Parmi les
titres parus : L'ère de la mise en
scène, Le cirque contemporain, Shakespeare, la scène et ses miroirs,
Dire et représenter la tragédie classique, Michel Vinaver, L'univers scénique de Samuel Beckett, etc.
Collection « De Godot à Zucco :
Anthologie des auteurs dramatiques
de langue française 1950-2000 »
Des ouvrages de référence mettant
en perspective les auteurs contemporains et répondant à des préoccupations pédagogiques actuelles sur
l'écriture dramatique.
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
Collection « Baccalauréat théâtre »
Volume 1 - continuité et renouvellements
Volume 2 - récits de la vie : le moi et
l'intime
Volume 3 - le bruit du monde
Collection « Baccalauréat théâtre »
Platonov. Anton Tchekhov
Hernani. Victor Hugo
Le Théâtre du Soleil. Des traditions
orientales à la modernité occidentale
Collection « Théâtre aujourd'hui
vidéo »
Collection de films réalisés en coproduction avec des chaînes de télévision. Elle comprend des captations
et des films à partir de mises en
scène contemporaines, ainsi que des
documentaires sur une thématique
ou sur une personnalité importante
du théâtre et de son histoire. Les
enseignants et leurs partenaires
trouveront des documents de référence pour faire entrer les élèves
dans une culture vivante des arts de
la scène.
Nouveauté : Louis Jouvet ou l'amour
du théâtre. DVD. CNDP / France 3 /
INA / Agat Films & Cie, 2002.
page 14
« Entrer en théâtre »
« Entrer en théâtre » est une collection de formation pour les enseignants et les partenaires de l'école.
Chaque DVD comprend un ou deux
films et propose une thématique précise d'initiation au théâtre à travers
des démarches concrètes réalisées
avec des élèves ou des stagiaires.
Chaque DVD offre une série de
modules pour prolonger et compléter la formation. Des mises à distance éclairent les enjeux pédagogiques et les conceptions artistiques.
- Les deux voyages de Jacques Lecoq
- Texte et représentation
- Lire le théâtre à haute voix
- Du jeu au théâtre
AUTRES RESSOURCES
TDC, n° 897, 1er juin 2005,
l'art du comédien
Le théâtre, dans ses formes les plus
gestuelles ou les plus improvisées,
peut parfois faire l'économie d'un
auteur ; il ne saurait en revanche se
passer de l'acteur, même si le rôle
croissant des metteurs en scène et
scénographes a pu un temps sembler le reléguer au second plan. Le
jeu dramatique demeure l'essence
même de la création théâtrale, et
leur histoire parallèle révèle une triple évolution : du statut social du
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
comédien, de la définition de sa fonction et de la conception de son interprétation.
Théâtre-éducation :
un mode d'emploi ( Rencontres
régionales ANRAT 2005)
Comment mieux informer, analyser,
mettre en perspectives, s’enrichir
d’idées, d’expériences sur la transmission du théâtre à l’école ? Réunis
sur un même support, les huit comptes-rendus d’ateliers et colloques
des rencontres régionales proposent
des réflexions et des réponses.
L'ère de la mise en scène
CNDP 2002
Neuf versions comparées de Tartuffe de Molière, une analyse du
devenir scénique de La Cerisaie de
Tchekhov et dix-huit portraits croisés
de metteurs en scène dessinent une
histoire passionnante de la mise en
scène en France et en Europe.
Théâtre contemporain
et jeune public
CNDP 2003
L’étude de la pièce En Lettres rouges,
objet d’un spectacle itinérant en collège, permet de dresser un état du
répertoire théâtral contemporain, de
donner des pistes de travail pour la
classe et de faire une approche théorique de la mise en scène qu’enrichit une réflexion du metteur en
scène.
TDC, n° 837, 1er juin 2002 :
La scénographie
Au-delà de la simple création du
décor, la scénographie n'a cessé de
prendre de l'importance tout au long
de l'histoire du théâtre, englobant
aujourd'hui l'organisation de l'espace scénique, l'agencement de la
salle, voire l'architecture du bâtiment lui-même.
Sortir au théâtre à l'école primaire
CNDP 2001
Cet ouvrage propose de nombreuses pistes de travail qui donnent un
sens à la démarche du jeune spectateur, organisent la constitution
d'une mémoire sensible et encadrent
les pratiques artistiques dont la sortie au théâtre suscite l'envie.
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
page 15
Documents du réseau SCEREN
spécifiques à Bertolt Brecht
Le Cercle de craie caucasien
DVD vidéo - SOPAT - Paris - Hors
collection - Décembre 2003
Mise en scène par Benno Besson,
cette œuvre de Bertolt Brecht offre
la particularité, au-delà de la fable
politique, d'aborder avec les élèves
les questions du jeu masqué, d'un
espace scénographique complexe et
du rythme dans la mise en scène.
Cette captation est complétée par
des bonus : interviews, making of et
dossier.
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
Les Textes ont la parole, n°4
VHS, CNDP, 1998
Dans sa pièce La Noce chez les
petits-bourgeois, Brecht propose le
déroulement d'une noce, des entrées
au dessert. Dans la mise en scène,
Gilles Bouillon renchérit sur la tonalité de la pièce dans un registre de
farce et de caricature : frénésie du
rythme, violence et cacophonie du
dialogue, bariolage des costumes. La
puissance critique de la charge féroce
contre l'obscénité bourgeoise autorise après coup une lecture politique.
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
Maîtriser les discours, n°10
VHS, CNDP, 1998
Informer c'est mettre en forme,
organiser les idées pour les rendre
compréhensibles. Des comédiens
tentent d'illustrer la parabole « Au
commencement était le Verbe » en
mettant en scène des situations de
communication où destinataire, destinateur, message sont mis sur la
sellette. A partir de la pièce de Bertolt Brecht, Galilée, une réflexion sur
la transmission du savoir nous est
exposée.
page 16
Autour de Sainte Jeanne des abattoirs
Exemples d’approches menées avec des lycéens
Journée Pass’Arts, le 16 mars 2006, Scène Nationale de Cavaillon
Le Grete, la Scène nationale de Cavaillon et la Compagnie Parnas ont organisé une journée Pass’Arts pour
60 élèves de 4 lycées du Vaucluse (Avignon, Cavaillon, Orange) et des Bouches du Rhône (Salon).
Extrait du compte rendu de D. Vioux, professeur au lycée Lempéri (Salon) :
1 PHASE : RENCONTRE AVEC CATHERINE
MARNAS SUR SA DÉMARCHE DE CRÉATION.
ERE
2 PHASE : ATELIERS
PREMIER ATELIER : Le texte et les choix
de mise en scène (avec Catherine
Marnas)
J’accompagne le groupe qui commence avec l’atelier de Catherine
Marnas sur le texte et les choix de
mise en scène.
Dans la présentation initiale de son
travail, C. Marnas a déjà expliqué
ses partis pris liés à son engagement et donné un certain nombre de
repères.
Des extraits du texte de la pièce
avaient été distribués en amont
mais, à la suite de circonstances
diverses, ils n’ont pu être étudiés ni
même lus avec l’attention qu’ils
méritaient. Il est clair que cela va
diminuer l’impact de l’atelier.
Les thèmes abordés par Catherine
Marnas : Brecht, la pièce, le contexte
socio-politique (1929) et les liens
avec le présent, la question des coupures, la distanciation et les moyens
de la mettre en œuvre, le thème des
bons sentiments, un parallèle entre
le libéralisme soi-disant naturel et le
soi-disant naturel au théâtre.
ÈME
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
La lecture apporte une approche collective, Catherine Marnas explique
le travail, le questionnement de
l’équipe, ce qui est tout à fait l’esprit
dans lequel les journées Pass’art
sont imaginées, à savoir : accompagner la démarche d’une équipe dans
sa recherche artistique. Bref, c’est
un atelier un peu frustrant dans l’instant, mais plus tard, quand ils verront
la répétition puis le spectacle, beaucoup de choses s’éclaireront et ce
qui a été dit prendra finalement tout
son sens.
DEUXIÈME ATELIER : Travail corporel en
musique (avec deux des membres
de la compagnie)
Ce travail vise à faire expérimenter
aux élèves l’approche chorale proposée aux amateurs qui ont participé activement au spectacle. On travaille ici des entrées, des
déplacements individuels ou en
groupe, avec des énergies différentes et des consignes successives qui
s’ajoutent les unes aux autres pour
construire un cheminement vers
cette idée d’appartenance à un
groupe, un collectif, un chœur.
Cet atelier est adapté à une prise de
contact en ce qu’il permet de laisser de côté l’intellect et la parole
pour privilégier le corps et l’énergie.
Le groupe est porteur et les élèves
proposent des choses de plus en
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
plus complexes et subtiles.
La conclusion de tout cela est très
positive, grâce à l’énergie communicative des deux comédiens. Les élèves sortent toniques et enrichis, et je
pense que le lien entre ce travail et
le reste était assez clair.
TROISIÈME ATELIER : Le chant (avec
Alain Aubin, compositeur)
Alain Aubin, l’auteur des musiques
de la pièce, explique le cheminement
de sa création, ses choix et ses partis pris. La musique est « comme un
costume ». La musique dit quelque
chose des personnages et évolue
avec les étapes de la fable (résignation, risques, révoltes, impuissance..).
Les accords répétitifs, par exemple,
ou les silences, apportent un état,
une tension, un éclairage. Puis il fait
faire un premier travail vocal aux 60
élèves présents, ce qui représente
déjà une belle acrobatie, et pour
finir, à force d’y croire et de rayonner d’enthousiasme, réussit à leur
faire chanter à plusieurs voix un des
chants de la pièce, en approximativement 40 minutes ! Chapeau ! >
page 17
3 PHASE : RÉPÉTITION
Il a été proposé à ceux qui le souhaitaient d’assister aux derniers « raccords ». En fait, nous ne verrons que
ceux concernant les chœurs où figurent les amateurs (avec des professionnels). Les élèves restés là sont
très intéressés par cet « avant-spectacle » et les préparatifs des uns et
des autres (tension et concentration,
etc…)
ÈME
4 PHASE : LA REPRÉSENTATION
A la fin, les spectateurs applaudissent à tout rompre. Les comédiens
ont trouvé d’incroyables ressources
d’énergie après une journée déjà
fatigante. Mais le pari est réussi.
L’impression générale est celle d’un
travail artistique cohérent et généreux fait par une équipe engagée et
militante et le présent contexte politique trouve enfin écho, et vice versa.
ÈME
5 PHASE : LE DÉBAT
En cet instant de la journée, la réalité d’aujourd’hui et la fable de
Brecht, ancrée dans la réalité de 29,
entrent vraiment en résonance et,
de fait, la plus grande partie du débat
porte sur le fond, même si la forme
est aussi abordée. Tous les points
de vues sont écoutés et discutés
assez sereinement. On aura quand
même abordé la question de l’espace, de la scénographie, des
ÈME
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
acteurs, des incidences sur le personnage, du lien acteur / personnage plus généralement, etc… On
peut dire que ce qui a été entendu
en début de journée trouve ici une
illustration claire.
TÉMOIGNAGES :
« […] Les participants ont été sensibles au fait que la succession des
ateliers, observations, débats... leur
a permis d’aborder le spectacle avec
des outils de réflexion et d’observation (grâce à l’échange, à l’écoute,
et à l’expérimentation), ce qui l’a
rendu encore plus enrichissant et
formateur »
D. VIOUX, PROFESSEUR
AU LYCÉE L’EMPÉRI (SALON)
« Cette après-midi était vraiment
fabuleuse, le travail avec les acteurs
sur le regard, la marche et la boucle
étaient très instructifs. Merci beaucoup ! L‘ambiance était très sympathique au théâtre de Cavaillon où il y
faisait bon vivre. Les rencontres
inter-lycées et les rencontres avec
les comédiens sont très enrichissantes. Bon courage pour la suite,
un bravo particulier pour Mauler,
Jeanne et Alain le chanteur qui était
génial, sa voix est unique. Mauler
joue divinement bien. »
ANTOINE (LYCÉE DE SALON)
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
« Ce spectacle est le meilleur que j’ai
jamais vu, je suis en admiration
devant le travail, je vous félicite chaleureusement. L‘après midi passée
avec vous a été très enrichissante,
intéressante, passionnante. C’est
une de mes plus belles expériences,
les acteurs on été extrêmement
convaincants, drôles et touchants,
je suis près à la revoir encore et
encore tant je me suis régalé ; le jeu
de son et lumière est génialissime,
la mise en scène très claire et très
belle, au point de vue esthétique le
spectacle était exceptionnel et au
point de vue du texte Brecht est un
génie et le travail sur le narrateur
est époustouflant. Si Catherine Marnas repasse dans le coin, sans hésiter je serai au rendez vous. Félicitation à toute la troupe, à toute l‘équipe
et à Catherine Marnas. Merci pour
ces deux heures vingt !!!! (on ne s‘en
rend vraiment pas compte) de pur
bonheur »
ALEXANDRE RICARD
(CLASSE THÉÂTRE MISTRAL). >
page 18
« Cette longue après-midi a été efficace et a permis aux élèves de recevoir la représentation, les sens et le
cerveau en éveil. L’ensemble des
partenaires ont été satisfaits, les
comédiens aussi, bien que fatigués
par les ateliers, ont affirmé un plus
grand plaisir de savoir pour qui ils
jouaient ce soir-là. »
ESTHER GONON,
SECRÉTAIRE GÉNÉRALE,
SCÈNE NATIONALE DE CAVAILLON
Le Grete : Groupe de recherche et
d’expérimentation Théâtre et Enseignement a pour ambition de promouvoir le théâtre dans la cité et
l’éducation, de sensibiliser à la création contemporaine. Il privilégie la
relation directe aux artistes, le partenariat, l'échange, l'expérimentation et la réflexion sur le théâtre, les
arts et l’éducation artistique.
Le Grete propose colloques, stages,
séminaires, évènements et gère une
banque-ressources (publications)
Les journées Pass’Arts qu’il organise avec les théâtres et les compagnies favorisent la rencontre directe
entre élèves et équipes artistiques.
Elles reposent sur la production d’un
travail d’atelier en amont ou en aval
d’un spectacle pour mieux apprécier
le spectacle vu ou à voir.
Les actions « d'école du spectateur »,
qui s'adressent aux établissements
et aux élèves volontaires, mettent
toujours au centre l’œuvre, l'équipe
de création et l'imaginaire de la
réception, la mémoire et les traces
nées de cette expérience : une école
de la sensibilité, de la symbolisation
qui s’adresse à l’être pour qu’advienne un sujet capable d’élaborer
une parole personnelle.
Contact : GRETE (Mireille Grange)
88 rue Consolat - 13001 Marseille
courrier@grete.org
Tel / Fax : 04 91 84 36 79
www.grete.org
DOSSIER PÉDAGOGIQUE RÉALISÉ PAR :
Christophe Roque, chargé de mission Théâtre, Délégation académique à l’action culturelle, Rectorat d’Aix-Marseille
Eric Rostand, chargé de mission Culture, SCÉREN – CRDP d’Aix-Marseille
Rébecca Piednoir, responsable des relations publiques, Théâtre National de Marseille La Criée
MERCI À ELSA ROQUE ET À MIREILLE GRANGE
DOSSIER
PÉDAGOGIQUE
Sainte Jeanne des abattoirs - 23/02/2007
page 19
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising