La Feuille n°2 - Lycée Louis Feuillade

La Feuille n°2 - Lycée Louis Feuillade
La
Le journal du lycée Louis Feuillade
numéro 2 ... juin 2011
Fe u i lle
Coup
de
crayon
sur
les
L
Sommaire
- Sarko, le caméléon de la République, page 4
- Les femmes au pouvoir, page 5
- Feuillade, version ROCK,
pages 6 & 7
- Démineurs, un film explosif,
l’actu de la section
européenne page 8
- 18 ans, le grand jour, page 9
- Coups de gueule, page 10
Meurtre à Espeyran, Dom Juan
revisité, page 11
- La vie du C.V.L, page 12
pages 2 & 3
... L’aF FICHE ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... événements ...
édito
L
a Feuille revient en force
pour faire vivre
la liberté d’expression et de la presse
dans notre lycée.
Dans ce numéro 2,
nous vous parlerons
d’art, de culture, de
politique, mais aussi
des réactions que
suscitent des sujets polémiques tels
que les rapports
hommes-femmes, le
système scolaire actuel, la majorité civile...
Vous pourrez ainsi
admirer les talents
de caricaturiste de
certains élèves, vous
faire une idée des
groupes de rock locaux, découvrir à travers des écrits et critiques virulents qu’un
certain militantisme
existe au lycée...
Les 1ère L en connaissent un (c)rayon !
ts ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...
n
e
m
e
n
é
v
é
... ... ... ... . .. ... ... l’ aFFI CHE ...
...
La caricature, un portrait à charge
Le 18 avril dernier, la première L1 sortait au château d’Espeyran pour y découvrir le monde de la caricature. Une fois sur place, les élèves ont rencontré un
caricaturiste, Jean-Michel Renaud, qui tout au long de la journée, leur a appris
une partie de l’histoire de la caricature et les a conseillés pour en dessiner une
à leur tour.
À l’origine, le mot « caricature » vient du latin « caricare »
qui signifie « charger ». Car une caricature est une image
satirique où la représentation est obtenue par l’exagération
et la déformation des traits caractéristiques du visage, ou
des proportions du corps.
l était une fois le château d'Espeyran. Cette ancienne demeure, restée dans le même état que
l'avaient laissée ses derniers propriétaires au
19ème siècle, avait déjà été visitée par les élèves de
1L1, lorsque le temps fut venu d'y retourner. Ainsi, le
18 avril 2011, le château les accueillit pour la seconde
fois, menés par Mme Blanchaud et M. Fenoy, afin de
proposer à ces fantastiques élèves de faire leurs
premiers pas dans le domaine de la caricature en
compagnie du célèbre Jean-Michel Renault, caricaturiste de renom.
ême si l’on ne parlait pas encore de caricature à
l’époque, de nombreux dessins sur des vases ou des
fresques par exemple, datant de l’Antiquité, représentant d'excellents exemples de déformation, d'exagération et de
charge ont été retrouvés.
Plus tard, au Moyen-Âge, on rencontre dans de nombreuses
peintures et sculptures, des personnages grotesques. Un des
personnages importants dans l’histoire de la caricature fut Léonard de Vinci (1452-1519), avec son étude sur la physionomie humaine, et ses dessins de portraits grotesques. À cette période,
la physiognomonie qui est une méthode fondée sur l’idée que les
traits physiques d’une personne montrent le caractère de celleci, refait surface et ramène avec elle de nombreuses caricatures
montrant la ressemblance entre les traits d’un homme et ceux
d’un animal, avec l’aide de plusieurs croquis en partant d’un visage
humain, pour arriver à une tête d’animal.
La caricature est faite pour se moquer mais aussi pour dénoncer,
c’est pour cela que son développement commene lors de l’invention de l’imprimerie, et que son apogée se situe
pendant la révolution française et au XIXème siècle, des périodes de troubles politiques. SD I
Après avoir exposé ses œuvres et donné quelques
conseils, les élèves ont dû mettre leur créativité en
marche : ils se sont attaqués au courageux Jean
Paul (aussi connu sous le nom de J.P ou la bête ), lui
dressant de magnifiques caricatures dans la joie et la bonne humeur.
Mais le talent creuse l'appétit. C'est donc après avoir dégusté un succulent repas (...)
et s'être défoulés au cours d'une bovine partie de rugby, qu'ils ont repris les chemins
de la pénitence pour se caricaturer en binôme. Entre rires et vexations (si, si, ça
existe...), les élèves ont réussi la mission qui leur avait été confiée en présentant à
tous leurs chefs-d'œuvre juvéniles. Ils sont donc impatients de retourner au château
pour y vivre de nouvelles aventures. QJ
M
Dernière info : bien
que
Ben
Laden
soit mort, nous ne
sommes pas à l’abri
d’un nouvel ennemi
public... à découvrir en
page 11.
La Feuille vous accompagne quotidiennement pour votre
bien-être
intellectuel et vous souhaite une enrichissante lecture. ZS
2
Même les profs ont dû y passer...
3
... IL éTAIT U NE FOIS LA RÉVOLUTION ... ... ... ... ... politique ...
Sarko, le caméléon de la République
Nicolas Sarkozy, président de la république depuis 2007, appartient à l’UMP depuis sa création. Cependant, à un an des prochaines présidentielles, on se demande toujours ce qui définit sa pensée politique,
son discours mêlant des idées de gauche, de droite... voire d’extrême-droite.
S
du doigt les musulmans : « la France est un pays laïque,
il n’y a pas de place pour les minarets ni les muezzins
pour appeler à la prière». S’il est si sévère avec cette
religion, pourquoi ne le serait-il pas avec les catholiques
quand ces derniers utilisent la cloche pour appeler à la
messe ? Seulement, il est vrai
que Sarkozy ne peut pas être
Français, je vous ai compris !
objectif quand on sait qu’il a
Ce sont les bons pères et les bons maris qui
font les bons citoyens. Vive la république, la
rencontré le pape à plusieurs
liberté, l’égalité et la fraternité. Qui a dit
reprises notamment au Vatique je n’ai aucune personnalité ?
can. On en vient même à se
demander en voyant tous les
débats sur l’islam de France,
si le président est un conservateur influencé par le pape...
a volonté de tout contrôler rappelle le bonapartisme, sa manie de critiquer l’islam lui vaut parfois
la comparaison avec l’extrême-droite. À moins
qu’il ne s’inspire du gaullisme, dont il assure être l’héritier,
même s’il n’est pas sûr que papy Charles soit en accord
avec son petit Nicolas...
Sarkozy Ier : depuis
son élection, Nicolas
Sarkozy a été comparé
à Napoléon 1er pour des
raisons peu politiques
(la taille, par exemple...)
alors qu’il y en a. Le Bonapartisme se fonde
sur un état autoritaire
et centralisé, mais assis sur la consultation
du peuple par le biais
du vote. Les similitudes
ne s’arrêtent pas là, car
tout comme Napoléon
voulait l’adhésion populaire, Nicolas Sarkozy
affiche le slogan : «ensemble, tout devient
possible».
Napoléon
voulait l’adhésion de la
bourgeoisie, Sarkozy la
veut aussi, avec le bouclier fiscal ou l’allègement de l’impôt sur la
fortune.
Un président en croisade : la république étant laïque, le
président doit mettre en application lui aussi une politique laïque. Nicolas Sarkozy le fait bien d’un côté car il
fait appliquer la loi de 2004 qui interdit le port de signes
religieux ostensibles dans les écoles, collèges et lycées
publics. La religion visée est l’islam, car la loi ne tolère
pas que l’on porte un voile islamique à l’école. De plus,
Sarkozy indique que la pratique de la religion doit être
en accord avec la France. Une nouvelle fois, il montre
4
Un gaulliste miniature ? Nicolas Sarkozy se dit aussi gaulliste, héritier de la doctrine de
Charles de Gaulle. Il est vrai
que tout comme De Gaulle, il
désire que le pouvoir exécutif
soit fort et stable pour que le
président ait plus de pouvoir.
Sa façon de parler éloquente
rappelle parfois un peu celle
du Général. Cependant, Nicolas Sarkozy s’écarte du gaullisme dans plusieurs domaines
comme l’entrée de la France
dans le commandement intégré de l’OTAN, alors que De
Gaulle l’en avait fait sortir...
On en conclut que Nicolas Sarkozy a pris des idées
de l’UMP mais il a aussi pris ce qui l’intéressait dans
chaque mouvement politique de l’histoire, de cette
union est née un personnage ambivalent, car il cite Jaurès comme un socialiste, et il avantage la bourgeoisie
comme un homme de droite qu’il est. Nicolas Sarkozy
change d’idées et donc d’étiquettes comme le caméléon change de couleurs. Décidément, on ne peut cerner ce président de la république... HB
...
...
...
..
.
.
..
HoMMES, FEMM
.
..
.
.
.
.
.
.
.
.
.
... ...
ES, MO DE D’E MPL OI ...
Le coin des féministes présente :
les femmes au pouvoir !
Comme les inégalités entre la femme et l’homme perdurent, nous avons choisi d’exprimer notre mécontentement, tout en comprenant quand même que les hommes ont besoin de garder une certaine
fierté, et ça, on ne peut pas leur enlever...
P
remièrement, notre avis sur la question est
que, bien sûr, nous sommes pour le pouvoir des
femmes sur la totalité des choses, mais plus particulièrement en politique, car il faut bien qu’elles soient
représentées pour qu’elles participent activement à la
vie de leur pays. Messieurs, pensez-vous que l’action
des femmes sur le monde n’est pas importante ?
Il faut savoir que les femmes anticipent souvent les problèmes, n'emploient pas la langue de bois, se projettent
dans le futur, savent tirer un trait sur l'aspect négatif du
passé. Leur côté concret ne se satisfait pas « d'à peu
près », d'explications tronquées ou de commentaires
évasifs. Elles sont réalistes, et savent qu'il vaut mieux se
couper un doigt tout de suite que de gangrener le bras
tout entier au risque de le perdre. Elles savent convaincre
leurs interlocuteurs de l'intérêt ou non d'opter pour une
décision qu'elles défendront. Le sens des responsabilités est un de leurs atouts majeurs, car elles assument
leurs décisions avec tous les risques ou les conséquences
qui pourraient en résulter. Elles se retranchent rarement
derrière les actes des autres. Et non, la femme n’est
pas indisponible, elle ne fait pas que
s’occuper de sa famille, malheureusement pour vous mes chers messieurs, le stade de « ma femme fait
la cuisine, s’occupe des enfants, fait
le ménage, la vaisselle, le linge, etc.
» est révolu. Le niveau de formation, de professionnalisme que les
femmes ont acquis, leur permet de faire
abstraction dans le domaine professionnel
de leur domaine personnel. Elles sont organisées
et savent gérer les priorités. Nous tenons à ajouter que si les femmes avaient pu avoir certaines
initiatives politiques dans le passé, du fait de leur
maternité naturelle et de leur tendresse extrême,
nous aurions évité beaucoup de massacres et de
guerres, car elles n’ont pas comme l’homme cet indéfinissable esprit de conquête.
nomique, juridique, politique et personnel entraveraient la
participation des femmes à la vie publique et politique. De
plus, dans les sociétés plus traditionnelles, les femmes
en quête de pouvoir sont souvent mal vues, la politique
étant considérée comme un domaine masculin où tous
les moyens s’utilisent, y compris les actes répréhensibles
comme la corruption, la violence, l’intimidation, les coups
bas etc. qui ne sont pas ceux utilisés par les femmes,
pour le plus grand bien de l’humanité évidemment. En
plus, de nombreux électeurs estiment que les hommes
font de meilleurs dirigeants que les femmes. «Électeurs»
étant au masculin, puisque trop d’hommes au pouvoir impliquent trop peu de femmes électrices, et évidemment,
les hommes, en majorité, élisent des hommes. Il s’ensuit que de nombreuses femmes ne veulent pas entrer
en politique, qui est un milieu qui leur semble hostile et
agressif.
Malgré tous les efforts faits par les femmes comme
par les hommes, pour obtenir la parité, un blocage demeure en politique. Principalement causé par les a priori
des hommes, qui on le sait, auraient voulu toujours nous
garder dans l’ignorance. Mais non,
ce n’est plus le cas, alors
avançons, ensemble
c’est mieux !
MA&CL
Tellement de points positifs, qu’on se demande
presque pourquoi elles demeurent minoritaires... Soit
disant, plusieurs obstacles d’ordre social, culturel, éco5
... mU SIC bO X ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... actu musique ...
ue... ... . . ... ... ... ... ... ... ... .
... actu musiq
.. ... ... ... .... mU SIC bOX ...
Rock à Feuillade : les fans parlent aux fans!
C'est dans les lycées que l'on peut connaître la nouvelle génération de musiciens. Les jeunes se baladent avec des écouteurs, jouent de la guitare pendant les intercours. On y trouve
de tout : reggae, rap, RnB, classique, rock... Comment les lycéens interprètent-ils la musique qu'ils écoutent et plus particulièrement le rock ? Nous avons interrogé plusieurs lycéens
qui nous font part de leurs opinions.
LES CONS SANS GAINS :
Les Cons sans Gains sont un groupe de pop-rock mélangeant également du jazz et du funk.
Le groupe a été fondé il y a 3 ans par Mathéo Philbert et Julien Petoux qui lancent tout
d’abord « Les Chacals du désert » puis le nom évoluera et deviendra « Les Cons sans Gains ».
Grâce au talent de ces jeunes musiciens et l’humour dont ils font preuve dans leurs chansons, Les Cons sans Gains organisent en ce moment de plus en plus de concerts dans la
région. Nous avons interviewé Mathéo Philbert, le guitariste du groupe, afin d’en savoir plus.
La Feuille : pour toi, la musique c'est quoi ?
Mathéo Philbert : c'est une passion, on est motivé et on cherche tout le temps à s'améliorer.
Et ça permet de passer de bons moments entre potes quand on crée un groupe.
Quels sont tes groupes préférés ?
Il y a Les Red Hot Chili Peppers que j'aime beaucoup, AC/DC que j'adore. J'aime également
les Rolling Stones et bien sûr les Fatals Picards que je connais bien.
Que jouez-vous et pourquoi ?
Dans notre groupe, on joue surtout du rock humour, funk et alternatif. Au départ, on avait
créé ce groupe il y a trois ans pour s'amuser puis on s'est de plus en plus professionnalisé.
Nous allons d'ailleurs sortir notre premier album en août. Nous avons participé à de nombreux concerts et nous jouerons le 28 mai au festival « Rock you ! » de Congénies.
La Feuille : tu préfères un style particulier de rock?
Roch Coelho-Mandes (bassiste dans le groupe
« Twenty-Swear ») : je suis à fond dans le heavymetal mais j’adore également d’autres styles divers.
Quels sont tes groupes préférés ?
IL y en a bien trop ! Je pourrais citer Iron Maiden,
Megadeth, Rammstein, les Beatles et Metallica
mais ce n’est qu’une infime partie de ce que
j’écoute.
Qu’est-ce qui te fait aimer le rock ?
On trouve dans le rock et surtout dans le métal
des accords très simples comme des accords
très compliqués à la guitare ou à la basse. C’est
également une manière de se défouler, de s’éclater entre potes.
À quel festival rêves-tu d’aller ?
Au HELL FEST !!!
Une dernière chose à dire ?
« LETS ROCK !! »
Et côté fan ? Qu’est devenu le rock ? Nous avons interrogé quelques fans de rock pour qu’ils nous fassent
partager leurs opinions sur la musique actuelle et leurs goûts musicaux.
La Feuille : tu préfères un style particulier de rock?
Léo Guyard : je me focalise pour le moment sur le Post-Hardcore. Mais j’aime également le rock, le folk, le funk et le punk.
Quels sont tes groupes préférés ?
J’en ai beaucoup : Bullet For My Valentine, Sonic Syndicate,
Escape the fate, Bring me the Horizon et Black Veil Brides que
j’ai découvert récemment. Mais je ne peux pas tous les citer.
Qu'est-ce qui te fait aimer le rock ?
C’est une passion qui devient presque une drogue. J’écoute
tellement ces styles de musique que l’électro et le rap me
sont devenus proprement insupportables.
Comment exprimes-tu cette passion ?
Je joue un peu de basse, garde un goût vestimentaire
qui mélange punk, goth et emo. Je vais souvent à des
concerts et je partage des vidéos ou des musiques avec
mes amis.
6
La Feuille : tu préfères un style particulier de rock?
Fanny Joyard : j’aime en général toute sorte de rock, du
plus calme au plus déjanté.
Tes groupes préférés ?
Je n’ai pas de groupe préféré étant donné que j’en aime
beaucoup. Mais je peux citer Bullet For My Valentine, Scary
Kids Scaring Kids, Bring Me The Horizon, Snow Patrol,
Alesana et plein d’autres.
Qu'est-ce qui te fait aimer le rock ?
J’aime le rock pour son impulsivité. Je trouve que selon le
moral, cela permet de se vider. Et puis sinon, le rock de
tous les jours exprime bien tous nos ressentis et je trouve
ça très entraînant !
Comment exprimes-tu cette passion ?
Et bien je ne l’explique pas. Mais parfois il faut apprendre
à écouter le rock et à l’apprécier pour ensuite avoir la passion de cette musique.
La Feuille : tu préfères un style particulier de rock?
Trébor Lupien : et bien comme Roch j’aime le Heavy-Metal ainsi que le
punk d’où le genre est dérivé.
Tes groupes préférés ?
Presque les mêmes que ceux de
Roch, je pourrais compléter en citant
Les Sex pistols, Pantera, Système of
a Down, Lafofora , Rage Again The
Machine les Red Hot Chili Peppers…
Mais il y en a vraiment trop !
Qu'est-ce qui te fait aimer le rock ?
C’est un style de musique qui déchire !
Je pourrais même dire que c’est
la base de la société. Par exemple,
toutes les musiques de film d’action
ou de jeux vidéo comportent des morceaux de rock ou de métal !
Comment exprimez vous cette passion ?
J’écoute des morceaux, bien entendu,
je découvre de nouveaux groupes et j’ai
l’attitude du punk... et bientôt le style !
Une dernière chose à dire ?
« Fuck yeah ! »
7
... cIN EMA PARADISO ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... . . ... ... films ...
Démineurs, des explosions tout en finesse
À
dire vrai, ma première impression sur Démineurs n'était
pas bonne. Le pitch de départ me laissait perplexe
: « Bagdad. Le lieutenant James est à la tête de la
meilleure unité de déminage de l'US Army. Leur mission : désamorcer des bombes dans des quartiers civils ou des théâtres
de guerre, au péril de leur vie, alors que la situation locale est
encore... explosive. » On se dit « oh chouette, encore un film
hollywoodien où ça pète de partout et où on nous ressort encore le cliché du choix des deux fils à la dernière seconde ».
Seulement cette fois-ci ça pète, oui, mais «intelligemment».
Scène d'ouverture, caméra subjective, dans la peau d'un « bot »
de déminage, évacuation de civils... Dès le départ on nous met
dans l'action, la tension est palpable, on comprend que ce n'est
pas le film hollywoodien typique, ici pas de héros, pas de grandes
scènes d'actions, et étonnamment peu d'explosions malgré le
titre du film. Il y en a oui, bien sûr (et de belles). Mais tout l'intérêt réside dans l’ambiance : la tension, le danger, l'adrénaline
sont les maîtres mots, on est captivé par ce qui se passe à
l'écran, et on est sous tension dès que l'action se déroule hors
de la base. Démineurs joue avec nos nerfs, et on aime ça.
Pour ce qui est du réalisme (explosions, technique…), j'ai eu une
agréable surprise, ça fait réel. Et, si certains comportements des
personnages ne le sont pas, seul un connaisseur peut réellement
le voir : on est loin d'un Hulk Hogan portant une mitrailleuse dans
chaque main, anéantissant un camp entier de «méchants» en tirant
uniquement à hauteur de hanche. Néanmoins, mauvais point pour
l'uniforme du héros, totalement improbable avec son camouflage de
forêt dans le désert Irakien... mais là je cherche la petite bête. QB
... Lo ST IN T RANSLATION ... ... ... ... do you hablas italiano ? ...
The European section in England
From Sunday 13th March to Saturday 19th March, the Spanish European section, the English European section went to England more precisely to London.
T
hey visited the Olympic Park and BedZed (an ecological park) within
the framework of the history program and famous London monuments such as Windsor castle, the Saatchi gallery, Westminster abbey, the National Gallery, the Docklands museum and the British museum.
They were able to meet their pen friends and spent two mornings in
Burnham Grammar School. The pupils were accommodated by host families through which they could discover English culture (food, houses …).
They were accompanied by Mrs. CANAVATE and by Mrs. GRANIER (two
teachers of history and geography), by Mrs. PANTAINE (the English European section teacher), and by Mrs. LANGLEY (the Spanish European
section teacher).
The pupils have happy memories of this trip and they are already thinking about
next one which will be to Spain, maybe to the Canary Islands. TF
Euro espagnol c’est super !
Comme le voyage en Angleterre !
On travaille,on s’investit,
Puis l’année prochaine, le voyage aux Canaries....
Beaucoup d’exposés...
Pour mieux se cultiver.
Après tout le travail c’est la santé
Donc on est là pour travailler !
Avec Madame Langlet, c’est du régal !
Franchement espagnol euro c’est de la balle !
Vous allez adorer l’espagnol ,
À la fin vous trouverez même ça drôle !
De la joie, tout le monde est heureux
L’espagnol c’est tellement chaleureux
Que l’on soit un ou deux
L’espagnol on en tombe tous amoureux ! EP
8
.
..
...
...
...
..
.
. ... ... ... ... ... ... ... ..
..
.
..
.
.
.
s
o
d
... a
. ... LE p ÉRIL J EUN E ...
Dix-huit ans, le grand jour ?
Ça y est, le moment est venu. Drôle d’impression parce que la majorité, c’est un moment à la fois insignifiant et exceptionnel...
C
ette porte qui s'ouvre enfin à vous et dont le
passage vous octroie du jour au lendemain tellement de choses, des droits nouveaux... Ça c'est
pour le caractère exceptionnel. Voilà ce que je me dis,
conformément à la représentation que se fait le lycéen
moyen de ses 18 ans... « À partir de maintenant je fais
ce que je veux =) ».
À 18 ans, c'est bien simple : on peut aller dans toutes
les boîtes sans problème, pas de raison de se faire refouler (normalement), on peut acheter de l'alcool au
supermarché légalement (sans avoir peur qu'on nous
demande notre carte d'identité à la caisse), on peut
conduire ! Enfin, passer le permis disons... Et puis voter.
Et gérer son budget. On peut sortir avec n'importe qui.
C'est mal dit : avec quelqu’un de n'importe quel
âge plutôt. On peut mater tous les
types de films qui existent
(sans commentaire), on
est dans son DROIT
le plus légitime.
Ne croyez pas
que je me suis
jetée sur un
porno le soir
de mes 18
ans je démens.
Et j'ajoute : on
peut se faire ses
petits mots d'excuse à la vie scolaire
tout seul comme un grand,
sans plus passer par la case papamaman (juste leur faire écrire une délégation
comme quoi c'est nous qui justifions nos absences dorénavant)
Fête exceptionnelle pour jour exceptionnel ? On ne peut
pas s'imaginer ne rien organiser pour fêter cette pseudo-libération... Il faut à tout prix pour cette fois-ci un
anniversaire hors du commun !
Pourtant le principe même de l'anniversaire est assez
dérisoire. Que ce soit 18 ans ou 81 ans, c'est insigni-
fiant. « L'homme a structuré le temps de cette manière, mais le calendrier aurait pu être autre....bla bla
bla » on connaît la chanson. Mais sérieusement, tous
ces jours où nous commémorons, pleurons sur le passé,
célébrons des événements historiques, ou avons une
soudaine et ridicule prise de conscience « Merde, j'ai
vieilli d'un an depuis l'an dernier », à quoi riment-ils ?
Ce qui a marqué l'Histoire s'est produit une fois et puis
c'est tout, pas la peine de remettre en scène chaque
année ce qui n'a plus lieu d'être. De même pour les anniversaires, on pourrait raisonnablement se dire qu'il y a
un moment qui compte pour chacun, c'est la naissance
et puis basta, après la vie s'écoule de façon linéaire.
J'avoue donc être partie sur l'idée de « ne rien faire ».
Mais une force inexprimable s'est réveillée en
moi in extremis pour soulever ce
dilemme inextricable : « Je
m'en fous mais je m'en
fous pas ». Cet
anniversaire-là
est
différent, c'est
un
moment-clé
de la vie,
il apporte
des changement
concrets,
et pas des
moindres. Est-ce
une raison pour inviter
foule chez soi avec musique à fond les ballons jusqu'au
matin ? Je ne sais pas. Peut-être.
Cela dit, même si je critique le côté conventionnel, je
l'aurais sans aucun doute en travers de la gorge si mes
proches (les plus proches) oubliaient cet « événement »
qui, au rythme d'une fois par an, ne concerne que moi...
C'est idiot et en contradiction avec le fond de ma pensée, mais c'est un fait. Après tout, pourvu qu'elles ne
soient pas trop bêtes, je n'ai rien contre les traditions.
Donc j'ai fait une « soirée » comme il se doit... ZS
9
... c’E ST PAS PARCE QU’ON A RIEN À DIRE QU’IL FAUT FERMER SA GUEULE ...
...
LES
gE
NS NORMAUX N’ON
.
..
s
r
e
v
i
d
s
t
i
a
f
T RIEN D’ EXCEPT ION NEL ...
...
Meurtre à Espeyran : le cadavre
était dans un sac poubelle !
Que la fête continue !
Cet été encore, la région va voir ses villages en fête. Malheureusement, des problèmes de sécurité et d’organisation jettent une ombre sur nos traditions.
L
es fêtes de village défrayent souvent la chronique : accidents, comas éthyliques, altercations…
En juillet dernier à Beaulieu, le jeune Gaétan est
retrouvé mort. Une violence gratuite.
Pourtant, des efforts en matière de prévention ont été
réalisés : l’an dernier, lors de la fête de Lunel, le poste de
santé a distribué des places de cinéma gratuites à tous
les conducteurs qui soufflaient dans un ballon. C'est une
opération qui marche, à renouveler. Les municipalités
améliorent la prévention des accidents (entorses, fractures, voire plus grave...) durant les spectacles taurins,
en avertissant le public des risques auquel il s'expose.
La réglementation se fait plus contraignante. Du coup, les
jeunes qui nous offrent ces spectacles transforment peu
à peu leurs acrobaties en véritables disciplines sportives.
Les abrivades, longtemps pratiquées de façon routinière,
sont aujourd’hui animées par des équipes. Des concours
se déroulent avec des prix, la compétition est intense et
le spectacle est au rendez-vous. Les écoles taurines font
le plein car,
dans notre région, ce sport
suscite
des
vocations.
Pourtant,
certains politiques ne voient pas d'un très bon œil les fêtes votives,
et tous les points noirs sont mis en avant pour casser un
peu plus nos traditions, souvent sous prétexte de sécurité : couvre-feu a 2h du matin, restrictions sur la vente
d'alcool, port de casque pour les gardians...Tout cela pèse
sur les spectacles et affaiblit notre identité régionale.
Alors, à quand une véritable prise de conscience de la
part de la population, des innovations en matière de prévention et d'encadrement ? Tournons notre regard vers
le spectacle que nous offrent les acteurs de la fête, les
manades, les municipalités, et la jeunesse, cette jeunesse
motivée qui veut continuer à faire la fête ! JPP
Pour la fin des cartons
Imaginez l’école de demain : ces maudites notes de 0 à 20 seraient abolies...
L'
AFEV (une association d'étudiants qui lutte contre l'échec scolaire) fait appel en ce moment même à des professionnels, des parents d'élèves et des
personnalités dans un seul but : supprimer les notes à l'école primaire. Et s'ils
gagnaient... Plus de déceptions ! Plus d'efforts pour rien ! Plus de disputes en famille!
Plus de privations de sorties ! Il faut bien dire que les mauvaises notes sont vécues
comme une sanction et ne font pas progresser les élèves. D'ailleurs, de nos jours,
quatre écoliers sur dix passent au collège avec d'importantes lacunes malgré
des notes tout à fait convenables. L'important n'est-il pas l'acquisition des
savoirs indispensables ? L'école ne devrait-elle pas être une étape positive
de notre développement ? Un chemin de plaisir vers la découverte ? Il faut
savoir qu'en Finlande, pays en tête des classements internationaux pour
l'éducation, les élèves ne sont notés qu'à partir de onze ans...
Opposés à ces révolutionnaires des notes, d'autres sont plus conservateurs. Il ne faudrait quand même pas que Charlemagne aie inventé
l'école pour rien, vous ne croyez pas ? Car les notes sont aussi une
récompense pour l'effort ! Et les petites compétitions entre amis
n'ont jamais fait de mal à personne, bien au contraire ! Sans oublier que
les notes permettent de suivre plus facilement le niveau des élèves, de prévenir
plus vite d'un décrochement. Et elles situent les points forts et les points faibles de manière fiable... D'ailleurs pour les
réfractaires aux notes, il reste les appréciations. Ne peuvent-ils pas s'en contenter ?
À l'heure qu'il est Luc Chatel, ministre de l'Education nationale a refusé de trancher. Il estime que les notes et l'évaluation
des compétences coexistent et qu'il n'y a rien à changer. C’est pas demain la veille qu’on va battre les Finlandais... NC
10
Les mauvais élèves, Me Blanchaud s’en occupe à coup de tronçonneuse : la suspecte, professeur de français au lycée Feuillade à Lunel,
a été vue transportant au fond de la forêt des cadavres dans un sac
poubelle.
Son sourire machiavélique laisse peu de doute sur ses criminelles
intentions...
de
...
...
.
.
a
l
... ... ... ... ... . . ...
il
u
e
F
à
e
i
v
a
l
... ... eN TRE LES MU RS ...
...
Dom Juan revisité
Une centaine d’élèves ont assisté, en soirée, en dehors de leurs heures de cours, et avec l’autorisation
compréhensive de leurs parents, à une représentation théâtrale gratuite dans l’enceinte même du lycée. Il s’agissait d’une réécriture contemporaine du Dom Juan de Molière, au programme de première.
L
’auteur, E.E. Schmitt est connu en raison de ses biographies romancées, et fortement personnalisées,
de Ponce- Pilate ou d’Hitler pour le roman, de Freud
ou Diderot au théâtre. La pièce s’intitule La nuit de Valognes. Sur scène,
cinq femmes font le procès de Dom
Juan qui a déshonoré une jeune fille
(jouée par une ancienne élève du lycée, Hélène) mais celui-ci a, depuis,
complètement changé de comportement. Serait-il amoureux ? Oh que
non ! Petit à petit, elles en viennent à
faire une enquête sur les motifs de
cette métamorphose qui ne cadre pas avec la volonté
habituelle de puissance affichée par l’éternel séducteur.
On apprend à la fin que, la fameuse nuit de son changement, il a rencontré le frère de la jeune fille, lequel est
La Feuille n°2, tiré à 200 exemplaires, journal du lycée
Louis Feuillade, Lunel (34)
Responsable de la publication : Alain Sueur, proviseur
Maquette : Fabrice Fenoy, Mélanie Lecha, Pierre Pérès, Ingrid Régis
Mise en page : Fabrice Fenoy
Encadrement : Michèle Noé-Tazi, Claire Pantaine,
Fabrice Fenoy, Bernard Teulon-Nouailles
Rédaction : les élèves du C.V.L, Lionel André, Maguelone
Aullen, Quentin Bailly, Hugo Bès, Noëllie Combes, Suzon Denis,
mort à son tour d’amour pour lui, lors d’un duel entre les
deux hommes. Tel est le lourd remords qui le hante.
Un texte très fourni, qui n’a pas dû être facile à mémoriser, et qui prête souvent à réflexion.
Les comédiens ont su en rendre
toutes les nuances, de la dérision à la
colère, du désespoir à l’ironie. Ce sont
les Ateliers du Hasard, bien connus
dans la région, qui ont accepté l’invitation de l’équipe pédagogique et
qui ont permis aux élèves de voir
combien la diction, le jeu d’acteur, la
capacité qu’ont les comédiens de
s’approprier un rôle, permettaient au texte de s’incarner
dans une voix, un physique, une mise en scène. Et tout
cela en direct, avec ses aléas. Si tu ne vas pas au théâtre,
à Louis Feuillade, c’est le théâtre qui viendra à toi. FT&LA
Sébastien Di Ceglie, Aline Fauré, Tessa Ferrari, Léo Guyard,
Quentin Jabelot, Camille Lamorthe, Jean-Paul Pastre, Eliott
Pellot, Fanny Pigouchet, Zoé Sédano, Florian Tournier
Illustrations : Julien Daga, Inès Darder, Léo Guyard,
Quentin Jabelot, Althéa Lebon, Anissa Ouzeroual,
Pierre Pérès, Chrystelle Pereira, Julien Perderiset,
Mathilde Ponsy, Ingrid Régis, Zoé Sédano
Pour nous écrire : la.feuille@yahoo.fr
Pour nous lire en ligne : www.louis-feuillade.com/actualités/journal du lycée
11
... eNT RE LES M URS ... ... ... ... ... . . ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... la vie à Feuil ade ...
CVL : on avance quand même ! HALDE aux discriminations !
Le 17 mars, Brice, Coline et moi-même nous
sommes réunis pour évoquer le projet de fête de
fin d’année et l’intervention de l’association Le
REFUGE sur le thème de l’homophobie.
Le CVL a suivi une formation sur le site de la
HALDE (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité), sur le thème : de la
caractérisation à la discrimination.
Pas simple à trois…
Le CVL est soucieux de l’existence de préjugés de toutes
Pour l’intervention sur les discriminations, nous envisortes (sexe, origine, orientation sexuelle, handicap) : un
sageons d’inviter l’association Le Refuge, pour une
camarade dont on se moque, que l’on taquine ... Les élèves
présentation de l’association et de ses objectifs,
du CVL trouvent que chacun devrait accéder à cette forsuivie d’un débat avec les
mation afin d’éviter de passer
classes de seconde et de Appel aux bonnes volontés ! Si nos actions vous inté- du simple amusement « sur
première.
ressent, contactez-nous ! (RDC bât 4 ou vie scolaire) le dos » d’un camarade à des
Le 7 avril Jérémy, Coline,
attitudes discriminatoires, du
Brice, Marc et moi-même
harcèlement, où l’on passe de
avons tenu une réunion à 13h dans notre salle au bâla régulation interne (règlement intérieur) à la justice.
timent 4 en présence de la direction. La réunion s’est Quelles perspectives donner à cette formation ? Il y a de
bien passée. Nous avons discuté de cette fête de fin
nombreuses pistes. Former tous les délégués en rajoud’année qui n’est malheureusement pas envisageable
tant ce module à la formation qu’ils reçoivent habituelcette année dans notre lycée.
lement. Mais aussi en ECJS. De plus, le CVL s’est monNéanmoins il se déroulera peut être une journée des
tré intéressé par les questions liées à l’homophobie et
talents en nocturne où vous pourrez vous exprimer. FP a souhaité organiser une action sur ce thème, au lycée.
Interview : Brice Garcia et Jérémy Vigne, vice-présidents du CVL
La Feuille : pourquoi t’es tu présenté ?
Brice Garcia : pour défendre les droits
des lycéens, car je pense être une
personne avec du répondant quand il
le faut… tout en sachant me maîtriser
et rester poli, respectueux avec les
adultes.
Jérémy Vigne : c’est ma deuxième année au CVL.
L’an dernier je me suis dévoué pour la HALDE car je
voulais apporter des infos aux élèves. Finalement,
après un an de débat, il y aura cette année une
intervention. Quand on devient vice-président au
CVL on se doit d’assister au C.A. , on prend donc plus
d’ampleur dans le lycée et on devient quelqu’un d’important. J’aime plutôt bien m’occuper de tout cela
car ça nous apprend à être à l’aise à l’oral.
C’est important pour toi de représenter les élèves au
CVL ?
B.G : je représente la série technologique, qui n’est
pas bien vue par tout le monde. Pour moi c’est
important de se dire qu’un élève de Bac STG défend les droits des élèves de tous bacs confondus
(général, technologique, professionnel), une responsabilité qui montre qu’un élève de STG n’est pas plus
12
bête qu’un autre pour effectuer ces
tâches-là.
J.V : mon autre but est aussi de représenter la section professionnelle car
cette section est à l’écart des autres
bâtiments, et des fois on se sent un
peu oublié. Je veux aussi aider les élèves timides à
prendre la parole, ce qui n’est pas forcément facile.
Je suis aussi très fier d’être le porte-parole des
élèves au C.A. comme mon camarade Brice.
Ce n’est pas trop dur d’assister aux réunions du CVL
et du C.A. (conseil d’administration) ?
B.G : oui, il y a des fois des fois où c’est très dur
mais on l’a voulu on s’est présenté donc on assume.
De rester plusieurs heures après les cours, c’est
vraiment pas cool. Je trouve quand même cela
intéressant. Je trouve plus pénible d’assister au C.A.
qu’au CVL car on n’y parle pas que de la vie lycéenne.
J.V : le C.A. est beaucoup plus important que le CVL
car les propos sont notés. Tout ce qui est dit au CVL
est redit au C.A. Il faut donc savoir gérer entre les
deux réunions. Je suis content d’avoir été élu viceprésident par mes collègues du CVL car c’est ma
dernière année au lycée.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising