LES BONNES PRATIQUES D`ADMINISTRATION DES

LES BONNES PRATIQUES D`ADMINISTRATION DES
Agence Régionale
de l’Hospitalisation du Centre
C.R.M .D.M .
LES BONNES PRATIQUES D'ADMINISTRATION
DES MEDICAMENTS
- Edition 2002 -
PREAMBULE
Le Comité Régional du Médicament et des Dispositifs Médicaux est une instance régionale de conseil
créée par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation du Centre.
Ce livret a été élaboré et rédigé par la commission "Assurance qualité de la prescription à
l’administration" et fait suite à la plaquette intitulée " Les Bonnes pratiques de prescription" (12).
Le bureau permanent du CRMDM a validé le contenu et la présentation de ce guide le 14 mars 2002.
Ce guide répond à l’un des objectifs du CRMDM : "promouvoir la sécurité et la qualité des
prescriptions". En mettant en place des recommandations pour la lutte contre les pathologies
iatrogènes, il répond aussi aux textes réglementaires actuellement en vigueur. Il peut constituer une
aide à la démarche d’accréditation de votre établissement. Il s’adresse à tous les personnels
hospitaliers dans le cadre de leur exercice.
Liste des membres de la commission "Assurance qualité de la prescription à l’administration"
ayant participé à l'élaboration de ce guide.
Médecins
Pharmaciens
JP. BLANCHET – Bourges
AP. JONVILLE-BERA – Tours
MP. ADAM – Vendôme
E. COETMEUR –Levroux
JY. LEMONNIER – Orléans
P. MARTIN – Orléans
M. MASSOT – Bourges
JM. DESPREZ-CURELY - Chartres
P. DURANTHON – Châteauroux
C. HARNOIS – Blois
I. HERMELIN -JOBET - Orléans
S. LALY - Tours
S. HARDY - Tours
P. PLOCCO – Orléans
A. ROULEAU – Tours
L. TURQ – ERSM – CNAMTS
Infirmiers
M. CHAILLOU - Blois
M. LOUE - Vendôme
R. PAPON - Tours
C. PILLETTE - Tours
V. SLONINA - Tours
CRMDM – Commission Assurance qualité : Bonnes pratiques d'administration des médicaments
2/ 13
SOMMAIRE
L’administration des médicaments : sa place dans les soins infirmiers
•
•
•
p4
Rappels
Le rôle de l’infirmier(e) dans l’acte d’administration
Cas particulier
Les 6 étapes de l’administration
p5
1- Préalable à l’administration
2- Préparation
3- Distribution
4- Administration
5- Enregistrement des soins
6- Surveillance du traitement
Les devoirs de l’infirmier(e) envers les Patients
p8
Documents d’aide à l’administration
p8
Les principaux risques d’erreurs d’administration
p8
• Erreurs liées à la prescription
• Erreurs liées à la pratique infirmière
• Risques liés à l’organisation et aux conditions de travail
Arbre décisionnel
p 10
Références bibliographiques
p 13
CRMDM – Commission Assurance qualité : Bonnes pratiques d'administration des médicaments
3/ 13
L’administration des médicaments : sa place dans les soins infirmiers
Deux préoccupations essentielles lors de l’administration des médicaments :
- garantir la qualité et la sécurité de l'acte d'administration des médicaments par le personnel
infirmier pour éviter les erreurs d'administration
- tenir informés les autres professionnels de santé des conditions d'exécution des prescriptions
La qualité de la préparation dépend de la qualité de la prescription
•
Rappels
"le médecin doit formuler ses prescriptions avec toute la clarté nécessaire, veiller à leur bonne
compréhension et s’efforcer d’obtenir la bonne exécution du traitement" (14)
L'administration des médicaments est une composante des soins infirmiers sur prescription
médicale.
La prescription médicale peut se présenter sous deux formes :
• Ecrite : prescription validée par le médecin
Elle doit comporter (12) :
- la date
- le nom et signature du prescripteur
- toutes les informations sur le médicament : nom en toutes lettres, forme galénique,
dosage par unité de prise, dose à administrer, voie d'administration, mode d’emploi,
durée de traitement , précautions d’administration et de suivi (2)
• Déléguée : basée sur un protocole de soins
"L’infirmier(e) est habilité, après avoir reconnu une situation comme relevant de l’urgence,
à mettre en œuvre des protocoles de soins d’urgence préalablement écrits, datés, signés par
le médecin responsable.
Dans ce cas, l’infirmier(e) accomplit des actes conservatoires jusqu’à l’intervention du
médecin. Ces actes doivent obligatoirement faire l’objet de sa part et dès que possible d’un
compte-rendu écrit, daté signé et remis au médecin" (13)
L’administration sur prescription orale majore le risque d'incompréhension d'oublis et d'erreurs (10)
Elle ne doit être acceptée qu‘exceptionnellement, devant une situation d’urgence
La responsabilité de l’infirmier(e) est alors entièrement engagée..
Le médecin devra confirmer par écrit sa prescription systématiquement et dès que possible (2)
CRMDM – Commission Assurance qualité : Bonnes pratiques d'administration des médicaments
4/ 13
L’infirmier(e) doit avoir à sa disposition toutes les informations concernant le patient :
-
nom, prénom, date de naissance, poids ( taille et surface corporelle si utiles).
des éléments sur son état clinique (ex : insuffisance rénale, HTA, diabète..)
•
Le rôle de l’infirmier(e) dans l’acte d’administration
L'infirmier(e) est habilité(e) à accomplir la plupart des injections et des perfusions en utilisant des
cathéters veineux (3) :
-
cependant la première injection ou la première perfusion dans un cathéter veineux central
doit être effectuée par un médecin
les injections et les perfusions des produits d'origine humaine peuvent être effectué par
un(e) infirmier(e) si un médecin peut intervenir à tout moment.
-
seul(e)s, les infirmier(e)s anesthésistes sont habilité(e)s à participer à l'application des
techniques d'anesthésie générale et loco-régionale à condition qu'un médecin puisse
intervenir à tout moment.
•
La collaboration infirmier(e) aide- soignant
"Lorsque les soins sont dispensés dans un établissement ou un service à domicile, à caractère
sanitaire, social ou médico-social, l’infirmier(e) peut, sous sa responsabilité, les assurer avec la
collaboration d’aides-soignants ou d’auxiliaires de puériculture qu’il encadre et dans la limite de la
compétence reconnue à ces derniers du fait de leur formation" (15)
Les 6 étapes de l’administration
L’infirmier(e) est responsable de l'administration.
1- Préalable à l’administration
Deux contrôles simultanés sont nécessaires :
-
identité du malade versus la prescription médicale
identité des médicaments versus la prescription médicale (1) :
Si le médicament délivré ne correspond pas à la prescription médicale (substitution), par son
nom, sa forme galénique, son dosage ou sa présentation, l’infirmier(e) doit contacter le
prescripteur afin d’obtenir une modification de la prescription. Dans ce cas, il est impératif de noter
sur le dossier de soins du patient le nom du médicament substitué, si cela n’a pas déjà été fait par le
pharmacien.
De plus, l’infirmier doit s’assurer de la qualité soit de la prescription médicale qui est, sauf urgence,
écrite, qualitative et quantitative, datée et signée ; soit du protocole de soins qui est écrit, qualitatif et
quantitatif, préalablement établi, daté et signé par un médecin (3).
CRMDM – Commission Assurance qualité : Bonnes pratiques d'administration des médicaments
5/ 13
2- La préparation
Chaque établissement doit mettre en place une organisation qui devrait supprimer les
retranscriptions.
La préparation des médicaments doit répondre à deux impératifs : hygiène et sécurité
-
-
-
respecter les protocoles d'hygiène : mains (18), désinfection du plan de travail, tiroirs
casiers, gobelets et autres contenants, chariots (prévoir des modes opératoires de
désinfection).
l'infirmier(e) vérifie, pour chaque médicament : nom, dosage, forme, date de péremption,
intégrité de l'emballage, modalités de conservation .
la préparation doit être réalisée à partir de la prescription originale, sans retranscription.
l'infirmier(e) vérifie et respecte la date de péremption et le mode d'emploi des
médicaments.
l’ouverture des gélules, l’écrasement des comprimés est fortement déconseillé rendant le
médicament dangereux ou inefficace. Si cette manipulation paraît incontournable,
l’infirmier(e) doit contacter le prescripteur pour une modification de la prescription ou une
préparation faite à la pharmacie.
les médicaments doivent être identifiables et placés dans un support de distribution
nominatif
Pour les préparations injectables :
-
le prescripteur doit préciser le solvant à utiliser et les modalités d’administration (durée de
la perfusion, nature, volume, voie d’administration…)
Le nom du patient doit être clairement noté sur la préparation
l'infirmier(e) s'assure de la compatibilité physico-chimique des produits entre eux
La préparation des cytotoxiques exige certaines précautions : port de gants et de
masques, manipulation sous hotte à flux laminaire, exclusion des infirmières enceintes
(17)…
Si des calculs posologiques sont nécessaires, ceux-ci doivent être faits par le prescripteur et vérifiés
par l'infirmier(e) avant l'administration.
En cas de doute sur la posologie ou le mode d’administration, l’infirmière ne doit pas hésiter à
demander au prescripteur une confirmation de la prescription.
3 - La distribution
En règle générale pour des problèmes de sécurité, la distribution et l'administration au patient
devraient s’effectuer en même temps.
L'infirmier(e) ne doit pas laisser le chariot de distribution sans surveillance.
CRMDM – Commission Assurance qualité : Bonnes pratiques d'administration des médicaments
6/ 13
4 - L’administration
L'infirmier(e) :
-
s’assure de l’identité du patient pour que le "bon patient" prenne le "bon médicament"
vérifie la concordance du médicament donné avec le traitement prescrit
s'assure que le patient dispose de quoi prendre son traitement : verre, eau de préférence à
toute autre boisson qui risque de modifier la résorption du médicament.
respecte les horaires d’administration autant que possible et les indique au patient
le médicament doit être dans la mesure du possible identifiable jusqu’au moment de la
prise
en cas d’injection, celle-ci doit avoir lieu, le plus tôt possible, après la préparation.(5)
Lorsqu’un médicament, notamment s’il relève de la réglementation des substances vénéneuses (6),
n'a pas été administré, le prescripteur et le pharmacien en sont informés.
L’administration orale est assurée par l’infirmier(e) quand il (elle) estime que le patient n’est pas en
mesure de prendre seul son traitement. Sinon, le patient assure lui-même la prise de son traitement.
5 - L’enregistrement des soins
L'administration des médicaments doit être accompagnée d'une trace écrite sur le dossier de soins
du patient, on doit y trouver :
-
le nom des médicaments administrés, la posologie, la voie d’administration
la date et l’heure d'administration
le nom et la signature manuelle ou informatique de la personne qui a administré le
médicament
les effets secondaires constatés ou l’effet attendu.
L’infirmier(e) doit prévenir le prescripteur en cas de non administration : refus, vomissements (si voie
orale), diarrhée (si suppositoire)…
Par ailleurs, la réglementation exige :
•
-
pour les stupéfiants, l’enregistrement :
du nom de l'établissement et de l'unité de soins
les nom et prénom du malade
l'identification du prescripteur
la dénomination du médicament
la dose administrée
la date et l'heure de l'administration
le nom et la signature de la personne ayant administré le médicament (6)
C'est au vu du relevé d'administration et des ordonnances que les délivrances de
stupéfiants sont assurées pour les administrations ultérieures. Ce document est ensuite
archivé dans le service concerné(6).
•
pour certains médicaments, la traçabilité : cas des Médicaments dérivés du sang
Ne pas oublier de coller les étiquettes des flacons sur les documents d’administration,
dont un exemplaire reste dans le dossier de soins du patient et un autre transmis à la
Pharmacie.
CRMDM – Commission Assurance qualité : Bonnes pratiques d'administration des médicaments
7/ 13
6 - La surveillance du traitement
Cette étape engage la responsabilité de l’infirmier(e) au regard des règles professionnelles.
L'infirmier(e) participe à la surveillance clinique des patients et à la mise en œuvre des
thérapeutiques.(16). Il (elle) est responsable de l'élaboration, de l'utilisation et de la gestion du
dossier de soins infirmiers (9)
L'infirmier(e) :
-
connaît le motif d'hospitalisation ou le diagnostic
surveille l'effet du traitement : éventuels effets secondaires, signes d'intolérance,
manifestation de dépendance et les reporte sur le dossier de soins
informe le médecin de ses observations
La prudence doit être particulièrement accrue chez l'enfant, les personnes âgées, les patients
atteints de maladies chroniques (diabète, maladies cardiovasculaires, hypertension, affections
respiratoires, insuffisant rénal).
Prudence également si le traitement comporte des médicaments dont la dose efficace est souvent
proche de la dose toxique (anticoagulants, digitaliques, antiépileptiques …)
Les devoirs de l’infirmier(e) envers le Patient
En complément des informations données par le prescripteur au patient, l’infirmier(e) l’ informe :
-
du nom des médicaments, de la posologie, de certains effets secondaires éventuels
lors d'un traitement de longue durée, de certains inconvénients des médicaments, de la
manière d'y remédier, de ce qui devra être signalé au médecin sans tarder
de ne pas modifier le traitement et de respecter les horaires de prise(5)
Le rôle d'information et d'éducation de l'infirmier(e) doit porter également sur le risque de survenue
d'accident lors de l'arrêt de certains médicaments, surtout lorsqu'il s'agit d'un arrêt brusque.
L'infirmier(e) tenu(e) au secret professionnel doit, sur le lieu de son exercice, préserver la
confidentialité des soins dispensés (9)
Documents d’aide à l’administration des médicaments
Les infirmiers(es) de même que les prescripteurs doivent disposer à tout moment de documents
centralisés et actualisés.
Exemples :
-
dictionnaires et guides d'utilisation des médicaments actualisés. Ex : Vidal de l’année
protocoles thérapeutiques, protocoles d’urgence et protocoles éducatifs validés et datés
liste des médicaments à conserver à l'abri de la lumière et au réfrigérateur
liste des principales incompatibilités physico-chimiques …
CRMDM – Commission Assurance qualité : Bonnes pratiques d'administration des médicaments
8/ 13
Les principaux risques d’erreurs d’administration
Les erreurs d’administration sont pluridisciplinaires et multifactorielles.
Erreurs liées à la prescription
•
prescription incomplète, illisible, retranscrite, ambiguë (abréviations) ou mal transcrite
(orale)
Erreurs liées à la pratique infirmière
! Confusion entre malades
Ex :
•
•
•
homonymie de patient
le personnel non prévenu d'une mutation
pas de contrôle systématique de l'identité du patient
! Erreurs sur le choix du médicament
Ex :
•
•
•
•
erreurs d'identification : deux spécialités ayant des noms proches
erreurs de dosage, de la forme galénique (forme LP)
médicament détérioré ou périmé
erreurs de transcription
! Erreurs lors de la préparation
Ex :
•
•
•
le déconditionnement ne permettant plus l’identification du médicament
erreur de posologie, absence ou erreur d’identification du nom du patient, erreur de
dilution, broyage de comprimés, ouverture de gélules
interaction physico-chimique, solvant inapproprié
! Erreurs lors de l’administration
Ex :
•
•
•
•
•
•
•
erreur de voie d’administration (une nouvelle forme)
erreur de technique d’administration ( vitesse d‘injection …)
non respect des horaires d'administration ou des modalités de prise
absence d'enregistrement de la prise ou de l'injection
médicament administré mais non prescrit, médicament administré deux fois
oubli d’administration
dysfonctionnement des seringues électriques et autres dispositifs
C'est avec les formes injectables que les erreurs sont les plus graves
CRMDM – Commission Assurance qualité : Bonnes pratiques d'administration des médicaments
9/ 13
! Erreurs liées au Pharmacien
Ex :
•
substitution inappropriée, non délivrance, erreur de délivrance et/ou défaut
d’information.
Risques liés à l'organisation et aux conditions de travail
Le risque est accru lorsque les infirmiers (ères) ne peuvent pas s’isoler pour effectuer la préparation
des médicaments.
L’interruption fréquente des tâches engendre une augmentation des erreurs
Lors d'une dispensation traditionnelle, le rangement du stock de médicaments dans la pharmacie est
source d'erreurs :
•
•
•
déconditionnement, défaut d'identification
classement inadapté : spécialités et dosages mélangés
manque d'approvisionnement …
ARBRE DÉCISIONNEL
Cet arbre décisionnel est destiné au personnel infirmier devant toute prescription médicale ou
protocole de soins validé. En cas d’urgence et en dehors de la mise en œuvre d’un protocole de soins
établi par un médecin responsable, l’infirmier décide des gestes à pratiquer en attendant qu’un
médecin puisse intervenir (3).
CRMDM – Commission Assurance qualité : Bonnes pratiques d'administration des médicaments
10/ 13
Ordonnance
Prescription médicale
Bonnes pratiques
de prescription
Préalable à l’administration :
- Vérifier la qualité de la prescription
- Vérifier que l’identité du patient est la même que celle de la prescription
- Vérifier que l’identité du médicament est identique à celle de la prescription
Le médicament est-il disponible
dans l’armoire du service?
NON
OUI
Immédiatement
Est-il référencé dans le
livret du Médicament ?
Livret du
Médicament
OUI
NON
Contacter le prescripteur
et/ou le pharmacien
pour décision
Commande à la
pharmacie sur le
support adapté
Modification de la
prescription
Substitution, arrêt…
OUI
NON
Commande (délai)
Vérifier la conformité du médicament
par rapport à la prescription
(principe actif, dosage, concentration, péremption…)
Préparation des doses à administrer
-
-
Vérifier les calculs de doses
Les médicaments ne doivent pas être écrasés ou ouverts
pour les gélules sauf mention du prescripteur et/ou du
pharmacien
S’assurer de la compatibilité du solvant et des produits,
notamment pour les médicaments injectables
Les médicaments doivent rester identifiables dans leur
support
CRMDM – Commission Assurance qualité : Bonnes pratiques d'administration des médicaments
11/ 13
Original de la prescription
Protocoles d’hygiène
Bonnes pratiques de
manipulation des
cytotoxiques
Notice d’utilisation
Administration des doses
Vérifier avant l’administration :
-
ordonnance
que l’identité patient est la même que celle de la
prescription
que les médicaments préparés sont ceux prescrits
les horaires d’administration du médicament
Note d’information patient
Informer le patient sur son traitement
Le médicament est-il pris par
voie orale ?
OUI
NON
Le patient peut il prendre
seul son traitement ?
OUI
L’IDE administre
le médicament
NON
L’IDE l’aide
à prendre son médicament
Le médicament a t-il été
administré ?
L’IDE fait un compte rendu écrit
des difficultés rencontrées dans le
dossier patient
L’IDE prévient le prescripteur
NON
Dossier patient
OUI
L’IDE enregistre par écrit l’administration du médicament
(date, heure, signature…)
Dossier patient
L’IDE surveille les effets liés à l’administration du médicament
Prévenir le prescripteur si nécessaire
Notice d’utilisation
Enregistrement des effets liés à
l’administration du médicament
CRMDM – Commission Assurance qualité : Bonnes pratiques d'administration des médicaments
Dossier patient
12/ 13
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
(1)
Le risque médicamenteux nosocomial SCHMITT Etienne Ed. Masson, 1999, 96-138
(2)
Circulaire n° 666 du 30 janvier 1986 relative à la mise en application des pratiques de bonnes
dispensations des médicaments en milieu hospitalier.
(3)
Article 6, décret 2002-194 du 11 février 2002 relatif aux actes professionnels et à l'exercice de la
profession d'infirmier
(4)
Revue de l'infirmière n°55, Décembre 1999, p 23.
(5)
L'infirmière et l'administration des médicaments ABEILLE Ed. Maloine, 1998, 44-53.
(6)
Arrêté du 31 mars 1999 relatif à la prescription, à la dispensation et à l'administration des médicaments
soumis à la réglementation des substances vénéneuses dans les établissements de santé, les
syndicats inter hospitaliers et les établissements médicaux sociaux disposant d'une pharmacie à usage
intérieur mentionnés à l'article L-595-I du code de la santé publique.
(7)
B. O. N° 86-11 bis. Circulaire DGS/DH n° 98 /586 du 22 septembre 1998 relative à la mise en œuvre du
plan d'action triennal de lutte contre la douleur dans les établissements de santé publics et privés.
(8)
Circulaire DGS/DH n° 387 du 15 septembre 1989 relative au mode d'exercice de la profession
d'infirmière dans les établissements hospitaliers.
(9)
Décret n° 93-221 du 16 février 1993 relatif aux règles professionnelles des infirmiers et infirmières.
(10)
Circulaire DGS-DH-n°387 du 15 septembre 1989
(11)
Circulaire DGS/DH n° 99-84 du 11 février 1999
(12)
Les Bonnes pratiques de prescription CRMDM, ARH
(13)
Article 8, décret 93-345 du 15 mars 1993
(14)
Article 34, décret 95-1000 du 6 septembre 1995. Code de Déontologie Médicale.
(15)
Article 2, décret 93-345 du 15 mars 1993
(16)
Article 1, décret 93-345 du 15 mars 1993
(17)
Article 13, décret 2001-97 du 1er février 2001 établissant les règles particulières de prévention des
risques cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction et modifiant le code du travail
(18)
Texte de la DGS, Avis du Comité technique national des infections nosocomiales du 5 décembre 2001
sur la place de la friction hydro-alcoolique dans l’hygiène des mains lors des soins
CRMDM – Commission Assurance qualité : Bonnes pratiques d'administration des médicaments
13/ 13
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement