Penser l`usage.

Penser l`usage.
Penser
l'usage.
Enoncé théorique 2013 ∙ 2014
Master Architecture EPFL
∙
Lise Navallon & Noémie Wesolowski
∙
sous la direction de Luca Pattaroni
avec Elena Cogato Lanza & Yves Dreier
En un coup
d'oeil.
Pour commencer.
∙
∙ 18
Interlude . Appropriation
8
La ville contemporaine comme cadre.
∙
∙ 38
Interlude . Espace public
24
Solutions locales pour un désordre global.
∙
40
Interlude . Créativité
∙ 48
Interlude . DIY
∙ 84
Interlude . Participation
∙ 96
Vers une architecture appropriable.
∙ 104
∙ 132
Interlude . Architecte
L'heure du bilan.
∙ 134
Les livres.
∙ 140
Les images.
· 142
«La ville constitue un espace où les sans-voix, les sans-pouvoirs
peuvent faire l’histoire.»
Saskia Sassen
Pour commencer.
Notre intérêt se portera ici sur la ville que nous pratiquons tous les
jours à l’échelle de nos pas et de nos pratiques singulières. Cette ville
peut être Lausanne, Paris, Zurich, Valparaiso, Lisbonne, Buenos Aires,
Lyon, San Fransisco ou Toulouse. Ce sont ces lieux où la diversité et la
densité se superposent, créant un mode d’habiter spécifique.
Force est de constater que ces villes attirent de plus en plus
d’habitants et subissent une croissance considérable depuis plusieurs
années. Le mouvement simultané de mondialisation engendre pour sa
part une uniformisation des modes de vie, confrontant les villes à un
paradoxe : il y a plus de diversité mais également une généralisation
des modèles. L’enjeu qui se présente alors est de ne pas perdre de vue
la dimension humaine de la ville, car ne l’oublions pas, l’architecture
doit par essence procurer un cadre habitable pour ses habitants. Ceci se
réalise au travers de l’échelle, des pratiques, de la culture et de l’identité
d’une ville. L’école de Chicago propose ainsi une lecture de la ville
comme étant le milieu naturel de l’Homme civilisé, caractérisée par
son type culturel particulier. Cette mise en relation avec la nature, nous
amène à voir la ville comme le territoire de l’Homme qui est soumis à sa
prise de possession.
∙11∙
Pour commencer
∙10∙
«La nature d’une ville, c’est tout à la fois sa forme
matérielle et la manière dont les habitants la vivent, la
perçoivent, la conçoivent et la représentent.»1
Alice Laguarda
Nous souhaitons ainsi profiter de ce travail pour nous interroger
sur notre futur métier d’architecte, et plus particulièrement sur
l’interaction qui existe entre un architecte, l’architecture et ses
habitants-utilisateurs. Alors que nous serons amenées à projeter dans
la ville, ainsi que pour elle et pour ses habitants, comment penser une
architecture habitable qui ne néglige aucune de ces composantes ?
Comment penser une architecture pour les autres ? Comment offrir à
chaque futur habitant la possibilité de s’approprier sa ville?
1
LAGUARDA A., L’envers des villes: voyages d’architectes, inventions du monde, Paris,
Editions Sujet/Objet, 2005
1
2
3
Rues de Lisbonne (1·2) et du quartier des Grottes à Genève (3)
∙13∙
Etat des lieux.
Commencer par un "état des lieux" est une façon pour nous
d’observer et d’interroger des phénomènes urbains qui rythment
aujourd’hui notre quotidien de citadins. C’est aussi une manière de
mettre en pause notre routine pour simplement regarder la vie (ville)
qui nous entoure en non-spécialistes que nous sommes avant tout.
« Il y en a qui la traverse sans l’habiter véritablement et
d’autres qui l’investissent en se posant la question de savoir
si son habillage doit rester l’affaire des spécialistes […]. »2
Alain Milon
Habiter la ville n’est pas simplement le fait d’y résider. La ville
vit au rythme de ses habitants et de leurs pratiques, de même que les
habitants vivent au rythme de leur ville. Il devient alors difficile de
savoir si se sont les habitants qui appartiennent à la ville, ou si c’est la
ville qui appartient à ses habitants. Ainsi, dès lors que la ville devient
hostile à l’appropriation des habitants l’espace public ne vit plus. Cette
hostilité qui nous intéresse prend forme notamment au travers des
aménagements urbains normalement mis en place pour répondre au
besoin des citadins. De nombreuses villes se voient nouvellement dotées
de bancs "anti-SDF", qui cherchent à empêcher la position allongée
avec par exemple sa partition avec des accoudoirs intermédiaires ou
des lattes légèrement plus hautes que d’autres. Si ces objets dissuadent
efficacement les SDF, ils rendent aussi l’usage courant moins agréable
et surtout ils conditionnent l’usage et une unique manière de s’asseoir
sur un banc. Les cibles ne sont pas seulement les SDF, les skateurs sont
aussi visés par des aménagements "répulsifs" , comme la mise en place
d’éléments saillants sur des barres métalliques ou des bancs. Le plus
surprenant est que la catégorie des indésirables de l’espace public ne
HOSSARD N., JARVIN M. (dir), « C’est ma ville! », De l’appropriation et du détournement
de l’espace public, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 152
2
se limite pas à ces figures urbaines controversées : dans certains cas
les enfants jouant au ballon deviennent aussi des "ennemis publics".
On orne ainsi nos cours de panneaux «jeux de ballon interdits», alors
que l’on tolère le bruit incessant des voitures dans la rue adjacente.
Ces exemples semblent en totale contradiction avec ce que devrait être
l’espace public, un espace ouvert à tous et vivant. Jean Faucheur est un
graffeur qui "sévit" en France, et plus particulièrement dans la commune
de Versailles qu’il qualifie de «plus grand cimetière de France». Il a
accepté, dans le cadre d’un article d’Alain Milon, de rédiger un texte
(plutôt que de passer par l’outil graphique qu’est le graffiti) sur sa vision
de la ville que l’on peut résumer au travers d’une de ses phrases : «[La
ville] devient une réalité qui crève de son inhumanité»3.
Son statut de graffeur lui permet, selon lui, de redonner vie aux
rues au travers d’un expression libre et visible par tous. Il s’agit par là de
contrer une construction mentale qui évacue l’individu au profit d’une
vision unique de ce que devrait être notre société. Il écrit ainsi : « là
où chaque individu vit, ressent, perçoit et réagit, la société hiérarchise,
édulcore, simplifie et absorbe »4. La contestation passe alors pour les
graffeurs par les murs de nos villes avec souvent le risque de ne pas être
interprétée à sa juste valeur.
On observe dans ses conditions un compartimentage de l’espace
public : les enfants doivent jouer sur des "places de jeux", les skateurs
doivent uniquement pratiquer dans des "skateparks" et les graffeurs
s’exprimer uniquement sur commande de la ville d’une fresque montrant
une image positive de la vie urbaine. Cette forme de programmation
de l’espace public entraîne selon nous une perte en terme social, dans
le sens où les gens qui n’appartiennent pas à un même groupe ne se
rencontrent plus. D’autre part, la totale programmation de l’espace libre
ne laisse plus d’espaces dits ouverts, où il est possible de pratiquer la
3
4
Ibid., p.154
Ibid., p.156
Pour commencer
∙12∙
∙15∙
ville autrement (ouverts à l’expression publique et à l’imagination).
Cette prise en charge rigide marque selon nous une peur de l’insécurité
dans les villes d’aujourd’hui. La stérilisation des espaces publics est
aussi encouragée par une forme d’individualisation de la société. Aussi
l’idéal de la maison individuelle correspond à un idéal de tranquillité
et de sécurité, où l’interaction avec l’étranger doit être choisie et
réglée. On est ici renvoyé à la question de la codification des pratiques
urbaines. Pour des questions de rapport à autrui et de protection face
à des comportements déviants, une normalisation de l’espace public
s’est établit: de façon implicite ou explicite des règles et des normes se
mettent en place selon les cultures, les lieux, les individus. Il s’agit par là
de définir un cadre qui homogénéise le paysage urbain, notamment par
l’élimination d’éléments spatiaux se prêtant au détournement d’usage
vers une « utilisation raisonnable de l’environnement »5.
« L’environnement urbain contemporain subit une
normalisation fonctionnelle, il est désormais comme
entièrement recouvert par un espace de références
conventionnelles facilitant la prévisibilité de l’utilisation
normale qu’on peut en faire. »6
4
Marc Breviglieri
Depuis une quinzaine d’années on observe toutefois des pratiques
qui marquent un besoin de réappropriation de la ville par ses habitants.
Au delà de la rue comme lieu de manifestation d’un militantisme
politique, un agir urbain se met en place comme «une activité critique,
engagée et créative dans la ville»7. Il crée des conditions qui invitent à
occuper l’espace public, à le transformer en faisant voir une présence
différente.
BREVIGLIERI M., « Une brèche critique dans la « ville garantie » ?, espaces intercalaires
et architectures d’usage » in COGATO LANZA E., PATTARONI L., PIRAUD M., TIRONE B., De
la différence urbaine, le quartier des Grottes, Genève, MétisPresses, 2013, p.222
6
Ibid., p.218
7
PETRESCU D., QUERRIEN A. & PETCOU C., « Agir urbain », Multitudes, 2007/4 n°31,
p.11-15
5
5
6
4 · Pochoir de Banksy · 5 · Système anti-skate · 6 · Accoudoir anti-SDF
Pour commencer
∙14∙
∙17∙
« Le changement d’échelle, le passage du global au local,
et la sortie temporaire de la domination passent par le
micropolitique, des initiatives très précisément situées,
mais qui ont toujours pour objet et pour effet la conquête
d’un espace. » 8
Doina Petrescu et al.
Par opposition à l’illimité des étendues urbaines, apparaît la
nécessité pour divers acteurs d’identifier des «micro-territoires» liés
à une pratique spontanée de la ville. Ce besoin de créer de nouvelles
manières de penser la ville cherche un rôle, une place pour l’homme
ordinaire au sein de la ville contemporaine.
Cette conquête de l’espace peut passer par des pratiques
quotidiennes assez simples qui se glissent discrètement dans les
paysages urbains. Il peut s’agir du fait de mettre des pots de fleurs
devant chez-soi, d’étendre son linge par la fenêtre, de sortir une chaise
sur le trottoir pour profiter d’un rayon de soleil, etc… Cette forme d’«agir
l’espace plutôt que de le subir»9, fait appel à des valeurs de proximité,
d’échange et de réemploi qui font leur réapparition dans nos modes de
vie citadins. On observe ainsi dans toutes les grandes villes européennes
un retour en force de la pratique du vélo; il s’inscrit dans une pensée
écologiste de la ville, mais aussi dans une échelle plus "humaine" de
celle-ci. Pratiquer la ville à vélo est aussi une façon de s’approprier ses
rues et recoins, tout en ayant une vitesse plus importante qu’à pied.
Le jardinage est aussi une grande tendance urbaine, notamment au
travers des jardins partagés qui s’installent en ville pour privilégier une
pratique saine de la terre et une activité conviviale.
questionnant. Cette prise de possession de la rue est une expression
positive d’une partie de la population qui trouve sa place dans la
réalisation d’actions créatives. On pense ici au tricot urbain qui consiste
à "habiller" la ville avec des tricots faits main ; à la Guerilla Gardening qui
est un mouvement d’activistes qui utilisent le jardinage comme moyen
d’action en plantant, souvent illégalement, des lieux abandonnés ; ou
encore les Flashmobs qui sont des mobilisations express relayées par
les réseaux sociaux, mettant en place une chorégraphie, un jeu qui
disparaissent aussi vite qu’elles sont apparues sans laisser de traces de
leur passage. Ces actions s’organisent au delà des frontières d’un seul
pays et sont retransmises sur internet au travers de vidéos, créant un
véritable réseau international d’acteurs urbains. Mais l’art et les artistes
sont aussi présents sur ce thème et utilisent la ville comme support de
création dans un cadre institutionnel ou non. Ces artistes prennent alors
part à la création d’une "ville de substitution" qui invente, intensifie et
restitue d’une manière critique ces nouvelles formes de réappropriation
de la ville contemporaine10. Ces différentes façons d’investir l’espace
urbain laissent apparaître pour nous des "surligneurs urbains" qui
révèlent un potentiel existant ou des possibles encore non explorés
dans nos villes contemporaines. Ils côtoient l’univers du jeu et du désir
pour ne pas abandonner à l’oubli certains extraits de ville.
On voit également surgir de nos rues et places des actions
collectives qui cherchent à interpeler le passant et le faire réfléchir
sur son environnement quotidien en le mettant en scène ou en le
8
9
Ibid., p.14
QUERRIEN A., « L’exode habite au coin de la rue », Multitudes, 2007/4 n°31, p.91-99
PETRESCU D., PETCOU C., « Au rez de chaussée de la ville », Multitudes, 2005/1 n°20,
p.77
10
Pour commencer
∙16∙
Appropriation.
« Action consistant à prendre possession d’un objet
physique ou mental. (…) Dans le monde animal, les
ethnologues désignent sous le terme d’appropriation
du territoire les conduites de marquage par lesquelles
les individus de certaines espèces délimitent un espace
auquel ils sont plus proprement attachés. Par analogie,
l’expression "appropriation d’espace" désigne les
conduites qui assurent aux humains un maniement
affectif et symbolique de leur environnement spatial. »I
Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement
Alors que le travail des architectes et urbanistes se doit
de répondre à un nombre grandissant de normes et de
règlements, comment sont vécus ces espaces par ceux qui
les habitent ? A ce sujet, Michel de Certeau s’intéresse aux
«manières de faire», soit les pratiques des utilisateurs dans
une logique d’appropriation de l’espace.
la pluralité même du réel et donner effectivité à cette pensée
du pluriel; c’est savoir et pouvoir articuler»III.
Face aux stratégies misent en place dans les plans d’urbanisme
ou les projets d’architecture, les utilisateurs développent des
«tactiques» qui enrichissent ainsi les projets des experts en
y introduisant l’ordinaire. Alors que les autorités proposent
un projet pour la ville, ces «tactiques» ne s’attachent pas à
un lieu particulier mais profitent des occasions et s’installent
dans les failles ouvertes par certaines situations. Ainsi
un terrain vague en centre-ville peut devenir un lieu de
rassemblement pour les habitants d’un quartier ou encore le
dessin de prolongements extérieurs généreux pour chaque
appartement d’un immeuble donne à chacun la possibilité de
l’aménager selon ses envies et anime l’ensemble de la façade.
« Il s’agit de distinguer les opérations microbiennes qui
prolifèrent à l’intérieur des structures technocratiques
et en détournent le fonctionnement par une multitude de
"tactiques" articulées sur les "détails" du quotidien. »II
Michel De Certeau
Le sentiment d’appartenance ne se ferait donc plus par le
lieu mais par l’action elle-même. Ainsi la pratique de l’espace
occupe une place importante d’un point de vue social, dans
la construction d’une identité. De Certeau met en avant
les pratiques ordinaires de la ville et nous rend attentif à
l’importance de les prendre en compte dans notre travail de
planificateur. Pour lui, «planifier la ville, c’est à la fois penser
CHOAY F., MERLIN P., « appropriation » in Dictionnaire de l’urbanisme et de
l’aménagement, Paris, Presse Universitaires de France, 1988, p.58
II
de CERTEAU M., L’invention du quotidien, 1.arts de faire, Paris, Gallimard,
1990, p. XL
III
Ibid., p.143
I
Interlude ∙ Définition
∙19∙
∙21∙
Action *1
7
Action *2
Des pistolets qui ensemencent
Le goudron comme terrain de jeu
Le projet Plant the Piece consiste à fabriquer des "bombes" et des
"pistolets" de semences faites à partir d'argile, de compost et de graines.
Elles sont ensuite jetées sur des terrains vagues, difficiles d'accés ou
fermés afin de les ensemencer.
Le parkour est un style de déplacement urbain qui utilise les objets
et les matériaux de la ville comme supports. L'accent est mis sur
la fluidité, la vitesse, l'efficacité et la liberté au travers de figures et
mouvements spécifiques.
8
La ville contemporaine
∙20∙
∙23∙
Action *3
9
Action *4
Promenade sur l'autoroute
Pause urbaine
A São Paulo l'autoroute suréelevée de Minhocão traverse une zone
urbaine dense. Depuis 1990, elle est transformée tous les soirs et les
dimanches en un chemin piéton et cycliste de 2,7 km. On voit ainsi des
familles y pique-niquer, des amoureux s'y balader.
L'artiste Arno Piroud explore au travers de ses installations le potentiel
insoupçonné de la ville. Son travail présente entre autre une série
d'assises de récupération mises en place sur des souches et des dessins
de terrains de sport sur de vastes surfaces inaccessibles.
10
La ville contemporaine
∙22∙
La ville contemporaine
comme cadre.
L’observation du quotidien urbain laisse apparaître le besoin d’un
retour au sens d’un territoire commun à partager dans nos villes. Dans
les paragraphes suivants, il s’agira pour nous d’éclairer ces phénomènes
au regard d’éléments historiques, de textes et de regards emblématiques
d’une pensée de la ville.
Un premier regard historique sur la ville fonctionnelle et la
stérilisation urbaine nous amènera à sa critique et à la notion de droit
à la ville. Il s’agira ensuite de mettre en avant une critique de la ville
contemporaine et de son uniformisation, pour enfin nous questionner
sur la dimension abstraite de nos ville.
∙27∙
La ville fonctionnelle.
Dans les années 20 se met en route un processus d’industrialisation
des villes qui a conduit à une augmentation significative de la population
urbaine. Les villes ont alors mutées pour accueillir ces nouveaux
équipements et laisser place à de nouveaux modes de vie.
Dans un même temps, l’automobile se démocratise et n’est
plus l’apanage de la classe aisée, entraînant nécessairement une
augmentation de la circulation en ville. Ce gain de vitesse pour les
habitants permet alors d’aller plus loin plus rapidement, entrainant
une croissance rapide des villes. Pour les spécialistes il s’agit alors
de répondre à toutes ces questions : besoin de plus de logements,
augmentation de la circulation, noyaux anciens insalubres. Urbanistes,
architectes et aménageurs vont alors être amenés à réfléchir sur des
nouvelles formes de ville pour accompagner ces bouleversements
sociétaux.
La recherche s’est portée dès lors sur la création d’un modèle
de développement urbain homogène comme solution aux enjeux de
l’époque. En 1933 s’est tenu le IV Congrès International d’Architecture
Moderne à Athènes avec pour thème «la ville fonctionnelle».
L’aboutissement a été la mise en place d’une charte présentant quatrevingt quinze points sur la planification et la construction des villes. Les
thèmes principaux qui s’en dégagent sont : la dissociation entre bâti
et voirie
, des voies hiérarchisées (voies rapides, dessertes locales puis
voies d’accès aux
bâtiments ou cheminements piétonniers), un bien-être
accessible à tous, les constructions en hauteur doivent être privilégiées
pour permettre de bonnes conditions d’ensoleillement et d’éclairage,
des équipements scolaires , sportifs et de loisirs doivent être implantés
à proximité des habitations ou encore les zones industrielles ne doivent
pas être trop éloignées des habitations. Mais le concept principal qui a
été énoncé est celui de la nécessité d’un zonage fonctionnel au travers
de la création d’espaces différenciés. Le point 77 de la charte stipule
ainsi :
« Les clefs de l’urbanisme sont dans quatre fonctions:
habiter, travailler, se récréer (dans les heures libres),
circuler. »11
Charte d’Athènes
Ces différents concepts ont ensuite été largement repris par les
architectes et urbanistes dans la reconstruction des villes européennes
après la seconde guerre mondiale. Le modernisme a ainsi produit
les grands ensembles, les zones d’activité désertées le soir venu, les
banlieues dortoirs et les centres commerciaux. Cette conception de la
ville strictement limitée à un travail en plan ne prend pas en compte
la diversité des usagers, qui a perçu ces nouveaux ensembles comme
aliénants, isolés de tout. La ville moderne a modelé les rapports des
individus avec leur propre corps, avec autrui, avec l’espace et le temps12,
conduisant l’habitant à se soustraire à cet environnement plutôt que
d’en prendre possession.
« Le cycle des fonctions quotidiennes : habiter, travailler,
se récréer (récupération), sera réglé, par l’urbanisme,
dans l’économie de temps la plus stricte, l’habitation étant
considérée comme le centre même des préoccupations
urbanistiques et le point d’attache de toutes les mesures.»13
Charte d’Athènes
La ville devait alors être pensée comme une sorte de machine à
vivre, dans un système cloisonné où il n’y a pas de place pour l’imprévu,
en rupture avec l’organisation pluriséculaire de la ville. L’Homme
se trouvait certes au centre des réflexions, mais toujours dans un
souci d’efficacité, à l’image de la rationalisation issue des processus
industriels.
LE CORBUSIER, La Charte d’Athènes, Paris, Editions de Minuit, 1957, p.99
SECCHI B., Première leçon d’architecture, Marseille, Parenthèses, 2006
13
LE CORBUSIER, op. cit., p.102
11
12
La ville contemporaine comme cadre
∙26∙
∙29∙
Au milieu des années 70, les classes moyennes abandonnent
totalement les grands ensembles au profit des classes défavorisées.
Sonne alors le glas du logement collectif dans l’imaginaire des
habitants, se déplaçant vers le rêve du logement individuel. Cette forme
d’habiter nécessite toutefois un éloignement des centre-ville, entraînant
à la fois un mode de vie individualiste et un étalement de la ville au
delà de ses limites anciennes. Ce phénomène est fortement présent
dans les villes américaines (suburbs), et s’ancre comme modèle dans
les pratiques européennes. On se retrouve alors face à une mise en
question du principe même de ville. A cette époque le choix de l’habitat
individuel peut être interprété comme une revanche des individus sur
la planification autoritaire des grands ensembles ; enfin une forme
d’habiter qui permet de faire ses propres choix tant en question de
mobilité, que de voisinage ou encore en terme d’espaces verts.
Le droit à la ville.
Henri Lefebvre présente une critique de la ville fonctionnelle
dans son ouvrage Le droit à la ville14 paru en 1968 : il y décrit les
grands ensembles comme des cadres qui boulonnent entièrement
la quotidienneté des résidants. De façon plus générale, il aborde
la problématique urbaine de façon indissociable du processus
d’industrialisation des villes, qui est révélateur de nouveaux aspects
de la réalité urbaine et le moteur des transformations dans la société
du XIX-XXème siècle. Lefebvre souligne alors que la ville et la réalité
urbaine relèvent d’une valeur d’usage qui entre en conflit avec la valeur
d’échange liée à l’industrialisation. Cette notion d’usage sera tout au
long de son ouvrage un thème récurrent et structurant de sa pensée.
Avant d’entrer plus spécifiquement dans le sujet, Lefebvre
questionne la métaphore "tissu urbain" et la désigne comme «une
sorte de prolifération biologique et une sorte de filet à mailles inégales,
laissant échapper des secteurs plus ou moins étendus: hameaux ou
villages, régions entières»15. En intégrant les hameaux, villages et régions
dans sa définition, il introduit ici la « dépaysanisation », et une société
urbaine qui pénètre aussi les campagnes. La ville reste néanmoins un
lieu de consommation, mais devient aussi une consommation du lieu
(au travers du tourisme par exemple).
La ville a toujours eu des rapports avec la société dans son
ensemble, mais elle est aussi régie par un «ordre proche» qui prend
forme au travers des relations des individus dans des groupes plus ou
moins vastes, plus ou moins organisés et structurés, et des relations de
ces groupes entre eux. Dans son chapitre «Les spécificités de la ville», il
aborde la distinction entre la morphologie matérielle et la morphologie
14
15
LEFEBVRE H., Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 1968
ibid., p.8
La ville contemporaine comme cadre
∙28∙
∙31∙
sociale et souligne la différence entre les terminologies de ville et
d’urbain :
« Peut-être devrions-nous ici introduire une distinction
entre la ville, réalité présente, immédiate, donnée pratico
sensible, architecturale – et d’autre part l’urbain, réalité
sociale composée de rapports à concevoir, à construire ou
reconstruire par la pensée. »16
Henri Lefebvre
La ville en tant que «projection de la société sur le terrain» est le
support de l’urbain. Aussi la vie urbaine ne peut pas se limiter selon lui
au système de représentation graphique de l’architecte (projection sur le
papier, visualisations). Elle se constitue «d’une succession d’actes et de
rencontres» par l’appropriation du temps et de l’espace et en déjouant
les dominations. L’urbain apparaît alors clairement comme l’œuvre
des citadins en cela qu’il se fonde sur une valeur d’usage. La révolution
urbaine doit alors «rompre avec une pratique bureaucratique de
l’aménagement de la ville pour fonder un urbanisme expérimental»17.
Finalement Lefebvre présente la notion de droit à la ville, qui
doit passer de son point de vue par une prise en compte des besoins
anthropologiques de l’être humain. C’est un droit à la vie urbaine qu’il
revendique, un droit à la centralité rénovée, aux lieux de rencontres et
d’échanges, aux rythmes de vie et emplois du temps permettant l’usage
plein et entier de ces moments et de ces lieux.
Ibid., p. 46
PAQUOT T., «Le droit à la ville et à l’urbain » in PAQUOT Thierry, MASSON-ZANUSSI
Yvette (dir.), Alterarchitecture Manifesto, Gollion, Infolio, 2012, p.274
16
17
La ville générique.
Journaliste mais aussi scénariste pour le cinéma avant d'être
architecte, Rem Koolhaas propose un regard poussé à l’extrême sur la
ville contemporaine dans son texte The Generic City 18, publié pour la
première fois en 1995. La première phrase de cet essai en donne le ton
général : «Les villes contemporaines sont-elles, comme les aéroports
contemporains - "toutes les mêmes" ?»19. L’idée de la Ville Générique est ici
clairement résumée, et pose d’emblée la question de l’homogénéisation
des villes à travers la mondialisation et l’urbanisation. L’aéroport en est
alors la représentation caractéristique ; l’entier de la ville est accessible
au travers d’un échantillon sans sortir de l’aéroport. La ville générique
«n’est rien d’autre qu’un reflet des besoins actuels et des moyens
actuels», elle «s’autodétruit et se renouvelle, simplement».
Pour Rem Koolhaas, la ville générique est partout et surtout en
Asie, elle est «libérée de son centre, carcan de l’identité». Cette identité
même qui se dilue, se perd dans une conception globale des modes
de vie, de la différence à la ressemblance. Les villes européennes
trouvent aussi une résonance dans cette conception : elles conservent
une identité dans des centres historiques muséifiés, mais révèlent une
uniformisation mondiale des nouvelles constructions et des nouveaux
quartiers. Cette culture globale se manifeste dans notre quotidien au
travers de ce que l’on boit ou mange, de ce que l’on porte, de la musique
que l’on écoute. Il est ainsi possible de boire le même café Starbucks
à New York et à Barcelone et de manger le même Big-Mac à Genève et
à Dakar. C’est notamment grâce au développement d’internet et à sa
grande démocratisation, que les modèles circulent rapidement et sont
aussitôt réappropriés aux quatre coins du globe. On observe le même
KOOLHAAS R., The Generic City (1995) in KOOLHAAS R., Junkspace, repenser
radicalement l’espace urbain, Paris, Payot & rivage, collection Manuels Payot, 2010
19
Ibid., p.45
18
La ville contemporaine comme cadre
∙30∙
∙33∙
processus au niveau des formes architecturales et urbaines, qui tend à
rendre toutes les grandes métropoles semblables et uniformes.
« La Ville Générique est ce qui reste une fois que de
vastes pans de la vie urbaine se sont transférés dans le
cyberespace. »20
Rem Koolhaas
L’hyperville.
La destruction du lien et de l’idée de proximité dans la ville
contemporaine a des conséquences difficilement mesurables ou
quantifiables sur la morphologie de la ville contemporaine. On observe
toutefois un ordre compliqué, infini et surtout sans forme.
« La ville contemporaine apparaît au plus grand nombre
comme un amalgame confus de fragments hétérogènes,
dans lequel on ne peut reconnaître aucune règle d’ordre,
aucun principe de rationalité capable de la rendre
intelligible. »22
La ville générique à "l’état pur" présente donc un calme inquiétant.
Cette sérénité s’obtient par l’évacuation de la voie publique avec un plan
qui se charge seulement de permettre la circulation des voitures.
« La rue est morte. »21
Rem Koolhaas
Bernardo Secchi
En tout cas elle n’est plus le lieu de sociabilité qu’elle était ;
elle a été remplacée par "la toile" qui permet en tout temps de rester
connecté avec ses "amis" du monde entier. Pour Bernardo Secchi, ce
phénomène apparaît comme une clé du passage de la ville moderne
à la ville contemporaine : les nouvelles technologies construisent une
proximité artificielle et auraient détruit la proximité concrète à la base
de la construction urbaine.
Cette vision de la ville en "fragments hétérogènes" nous renvoie à
la notion d’hyperville introduite par André Corboz en 1993. Elle est une
métaphore opératoire de l’hypertexte comme lecture de l’espace urbain.
A la différence du texte imprimé sur papier formé par une succession de
paragraphes, se lisant du début à la fin, l’hypertexte est «un ensemble
de données textuelles numérisées sur un support électronique et qui
peuvent se lire dans des ordres très divers»23. Il est également non
saisissable par les sens, et donc immatérielle. A la lumière de cette
définition, l’hyperville peut se définir comme un espace qui dépend
d’un système de relations plutôt que d’une géométrie spécifique ;
«il va falloir apprendre à penser en termes de réseaux et non plus en
termes de surfaces»24. Il n’y a plus de centre, mais des polarités. On a
alors à faire à un système dynamique qui ne demande plus une lecture
en termes d’harmonie, mais en termes de contrastes, de tensions, de
discontinuité, de fragmentation, d’assemblage…
Le résultat pour la ville générique est une écriture «sans doute
indéchiffrable, défectueuse, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en a
pas». La meilleure définition de son esthétique réside dans le free style :
des éléments coexistent dans des relations flexibles, sans raison, dans
une spectaculaire diversité d’organisation.
Ibid., p.69
CORBOZ A., « La Suisse comme hyperville » in Le Visiteur n°6, p.124
24
Ibid., p.126
22
Ibid., p.50
21
Ibid., p.56
20
23
La ville contemporaine comme cadre
∙32∙
∙35∙
A partir de cette notion, il est alors possible de redéfinir une façon
de comprendre les distances dans nos villes actuelles. Manuel Bello
Marcano fait ainsi la lecture de la ville comme une reconstruction des
fragments d’un corps démembré. La ville peut alors se penser comme
un diagramme et au regard de l’application des nouvelles technologies
dans nos villes, être lue dans sa dimension virtuelle. Il va plus loin
apportant une lecture de la ville comme une structure narrative qui
permet de saisir les espaces à travers une pratique personnelle et
collective en même temps.
« Une structure qui est toujours en évolution et en
constante transformation »25
Manuel Bello Marcano
Cette caractéristique de la ville est à la fois une qualité, car la ville
a la capacité de se réinventer sans cesse, et un handicap dans le sens
où il est sans cesse nécessaire de la re-questionner pour en saisir les
enjeux.
25
Ibid., p.74
La ville contemporaine.
La ville d’aujourd’hui nous apparaît comme une lecture de ces
différentes visions, l’une complétant et enrichissant l’autre. A l’opposé
de la ville moderniste planifiée avec une vision toute-puissante du
fait urbain, la lecture de la ville contemporaine est multiple car elle
représente une réalité complexe.
Il est d’abord important de s’appuyer sur un arrière-plan historique;
la mise en place de la vision moderniste sur la ville nous apparaît comme
le point de départ pour comprendre le besoin de réappropriation de la
ville par ses habitants. Dans les années 90, le modèle d’aménagement
urbain du modernisme est entièrement remis en question avec
l’intention de rompre définitivement avec le zonage. Un vent nouveau
souffle alors sur les conceptions urbanistiques pour un retour à une
organisation multifonctionnelle de l’espace, seule capable de garantir
un accès rapide et sans voiture à tous les services de proximité. Cette
prise de conscience ne vient pas uniquement des professionnels de
la ville, les utilisateurs aussi réagissent face à l’aliénation de leur
quotidien. Ainsi dans les années 80 on voit se mobiliser des groupes
et populations pour défendre d’autres manières de vivre et d’autres
politiques sociales et environnementales de la ville avec notamment
les différentes formes de squats à Berlin, Genève ou Amsterdam, les
revendications interventionnistes aux Etats-Unis et en Angleterre, les
modes de vie communautaires comme au KraftWerk I de Zurich, etc…
Ces expérimentations cherchent à mettre en place des outils d’autoorganisation urbaine face à des planificateurs qui ont un regard crispé
sur le territoire dans son ensemble. Comme le signale Henri Lefebvre on
ne peut pas se contenter d’une projection sur le papier issue d’une vision
à vol d’oiseau, oubliant de répondre à des besoins locaux et quotidiens.
Il ne s’agit bien sûr pas de nier l’importance de la compréhension
et de l’action sur un territoire dans son ensemble. D’autant plus que
les villes font face depuis des années à une rapide expansion au
delà de ses limites originelles, caractérisée par le développement de
La ville contemporaine comme cadre
∙34∙
∙36∙
périphéries à faible densité. On parlerait d’ailleurs plutôt de zones qui
sont étalées, dispersées, hétérogènes et fractionnées. Cependant, au
regard du concept d’hyperville, la ville ne se définit plus uniquement
par sa structure physique (continuité du tissu urbain), mais bien par le
mode de vie de ses habitants. Ce mode de vie ne passe aujourd’hui plus
uniquement par la coprésence grâce à la généralisation d’internet et de
tous les services qu’il offre. Le droit à la ville de Henri Lefebvre est alors
dépassé ; il n’est plus nécessaire de résider en ville pour accéder à son
mode de vie.
Différents niveaux de lecture et de complexités se superposent et
rendent la ville difficilement saisissable et donc effrayante. La vision de
Koolhaas transmet ce malaise dans sa définition de la ville générique.
Une perte totale de conscience de la rue qui déconnecte la réalité de la
ville de ses habitants. Le risque réside dans la stérilisation de l’espace
public, mais également de son architecture.
Les problèmes soulevés ont amené différentes formes de réponse ;
l’une d’elle est le retour à une échelle humaine. Cette préconisation
toute simple se heurte alors à des villes totalement programmées pour
et par l’utilisation massive et dominante de la voiture. Un retour en
arrière n’est pas une simple affaire et demande de refaire la ville dans
ses limites, à la recherche d’une qualité de vie dans des proportions
humaines et accordées à notre œil. L’architecte Jan Gehl promeut
d’ailleurs d’aménager la ville comme on organise une fête : si l’espace
est trop vaste, les gens ne se sentiront pas à l’aise, et s’ennuieront. Si
en revanche le lieu est un peu juste pour accueillir tous les invités, et
qu’en plus la musique et le punch sont bons, le succès de l’événement est
assuré26. On note une volonté de retrouver des liens concrets qui passent
par la rencontre et la pratique d’un espace adapté à l’être humain.
Serait-ce la fin de l’émerveillement pour les nouvelles technologies ? En
GEHL J., in BENCHIMOL V., LEMOINE S., Vers un nouveau mode de ville, Paris,
Gallimard, 2013, p.57
26
tout cas un tournant a été pris vers une prise de conscience de notre
environnement proche face à une probable peur de perdre la notion du
"réel". Cette peur prend forme dans le texte de Rem Koolhaas, et suscite
une prise en compte de l’usage et de l’homme ordinaire en milieu
urbain.
Espace public.
« Un espace est public lorsqu’il est accessible à tous
à tout moment, et que son entretien est assumé
collectivement. »I
d’évitement qui n’ont que peu de choses à voir avec la
convivialité réputée de la vie de quartier et des relations
de voisinage. »III
Herman Hertzberger
Isaac Joseph
La notion d’espace public est très largement utilisée lorsqu’il
s’agit de décrire la ville et nous questionne sur son véritable
sens. Il peut d’abord être considéré comme la partie du
domaine public non bâtie, affecté à des usages publics et
collectifs. Comme le souligne Hertzberger, le qualificatif
public renvoie directement à la notion d’accessibilité de
cet espace. Il s’oppose ainsi à l’espace privé qui se doit de
préserver l’intimité des individus au travers d’un accès
contrôlé. Cette dualité n’est pourtant pas si tranchée ; même
si l’espace public se doit d’être ouvert à tous, sa pratique est
soumise à un système normatif qui régit implicitement son
accessibilité en vue de garantir "l’ordre social".
L’espace public est en cela un espace commun qui permet
la coprésence des acteurs sociaux sortis de leur cadre
domestiqueIV. L’espace public est par excellence le lieu de
l’extimité qui est la relation du moi à autrui. Il forme l’un
des espaces possibles de la pratique sociale des individus
tout en étant à la fois un lieu de l’anonymat et des rencontres
informelles.
L’accessibilité de l’espace public est aussi liée à la lisibilité de
son "mode d’emploi". Il est en effet nécessaire de rendre claires
« les "prises" disponibles pour l’usager ou le passant, prises
qui tiennent aux signes et à leur disposition dans l’espace,
aux annonces, aux invites ou aux interdits »II. Dès lors que le
privé investit le public, la lisibilité de l’espace est brouillée et
remet en question son système de normes et de règles.
« Une rue, mais aussi bien une gare, une station de
métro, une galerie commerciale ou un parking, en
tant qu’ils sont susceptibles d’être accessibles à tout
un chacun, se déploient entre les territoires familiers
du chez-soi, comme autant d’espaces de rencontres
socialement organisés par des rituels d’exposition ou
HERTZBERGER H., Leçons d’architecture, Infolio, coll. Archigraphy, 2010
Ibid., p.13
III
JOSEPH Isaac (dir.), Prendre place, espace public et culture dramatique, Ed.
Recherches, Plan Urbain, 1995, p.12
IV
LEVY J., LUSSAULT M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des
sociétés, Editions Belin, 2003
I
II
Interlude ∙ Définition
∙39∙
Solutions locales pour
un désordre global.
Coline Serreau
Dans «Reprendre la rue»27, Isaac Joseph met en évidence
l’ambivalence de l’espace public : un espace de circulation et un
espace de communication que notre expérience quotidienne de la
ville tend à confondre. Cet espace que nous évoquons ici est le lieu
commun des habitants de la ville, il ne s’agit pas simplement de lieux
de rassemblement mais plus largement d’un espace de visibilité et de
rencontre. Il évoque ainsi la dimension scénographique de l’espace
urbain en tant qu’espace de représentation.
« Le fait que le propos des scénographes ait eu quelque
écho dans les milieux de l’architecture et de l’urbanisme
s’entend comme une marque de leur volonté de repenser
l’objet architectural dans son "espacement" et la ville non
comme plan (ou succession de plans) ou comme spectacle
mais comme enchevêtrement de récits et multiplicité
JOSEPH I., « Reprendre la rue » in JOSEPH I. (dir.), Prendre place, espace public et
culture dramatique, Paris, Editions Recherches, Plan Urbain, 1995
27
∙43∙
de perspectives. Il était donc légitime de penser un
renouvellement des langages de l’espace laissant place,
entre l’éternité de l’œuvre et l’éphémère d’une rencontre, à
des moments ou à des séquences d’action ou de perception
susceptibles d’être observés et décrits et référant l’espace
des usages non pas seulement à ses formes mais à ses
cadres. »28
Isaac Joseph
On reconnaît la nécessité de penser l’espace de la ville différemment,
non plus comme un vide entre les bâtiments qui nous permet d’aller
d’un point A à un point B, mais comme un espace d’action. Il ne s’agit pas
de disposer des œuvres intouchables dans l’espace mais de déplacer le
citadin de son rôle de spectateur à celui d’acteur de l’espace qu’il habite.
Alors que nous avons appris à reconnaître les signes qui régissent
l’ordre entre les différents usagers de l’espace public, ne pourrions nous
pas y introduire de nouvelles formes afin de développer son potentiel
de sociabilisation pour passer d’un lieu de non relations à un espace de
rencontre et d’échange plus fort? Nous tenterons de mieux comprendre
le rôle que peut jouer l’architecte dans ce retour à la rue comme espace
d’échange et de convivialité.
28
Ibid., p.15
Pratiquer l’architecture autrement.
Nous nous intéressons ici à la pratique de groupements
d’architectes, notamment en France, qui revendiquent une pratique
alternative du métier. La ville est pour eux un laboratoire. Leur production
se caractérise par de nombreux projets dans l’espace public impliquant
des habitants-constructeurs. C’est par le biais de ces exemples que nous
allons aborder la relation entre architecte et utilisateur, en portant un
regard critique sur ce que l’on qualifie d’ "alternatives urbaines".
· Rencontres · Dès le début de notre réflexion, nous avons
eu l’envie de partir à la rencontre de ces architectes afin de mieux
comprendre leur volonté de pratiquer l’architecture autrement. Il était
important pour nous de confronter les connaissances que nous avons pu
acquérir grâce à nos lectures avec les réflexions de ces acteurs de la ville
contemporaine. Ces échanges ont été pour nous l’occasion d’interroger
ces personnes sur leur pratique et de ce fait de nous concentrer dans un
premier temps d’avantage sur le processus que sur l’objet produit. Ce
n’est qu’à la lumière de ces discussions que nous avons portées par la
suite un regard critique sur les formes produites.
En amont de ces rencontres, nous avons élaboré un questionnaire
qui s’articule selon trois axes : les origines de leur action, leur pratique
et le métier d’architecte. Dans un premier temps nous nous intéressons
aux éléments fondateurs du groupe, ensuite nous les interrogeons sur
l’élaboration et la mise en œuvre d’un projet à partir d’un exemple
concret de réalisation, finalement on essaye d’élargir le champ de la
discussion en les interrogeant sur leur vision du rôle de l’architecte, en
essayant de comprendre comment ils se positionnent dans la pratique
actuelle de ce métier. Nous avons ainsi pu rencontrer plusieurs membres
du Collectif ETC à St Etienne, ainsi que Etienne Delprat du collectif YA+K
et Simon Jacquemin de l’association Bellastock à Paris. Nous en avons
dégagé une vision d’ensemble de leurs travaux qui sont en de nombreux
points similaires. L’ensemble des entretiens est retranscrit dans les
annexes ci-jointes.
Solutions locales pour un désordre global
∙42∙
∙45∙
La volonté d’être des architectes-constructeurs est commune à la
formation de ces groupes : ils cherchent tous à aller au-delà des savoirs
acquis à l’école. Leur activité ne se veut cependant pas en opposition
à l’enseignement qu’ils ont reçu mais plutôt dans la continuité de
ce que proposent les écoles d’architecture. Un autre élément clé de
leur réflexion est le rapport aux autres; ainsi les notions de partage,
d’échange et d’appropriation se retrouvent dans l’ensemble de leurs
projets. On dégage de ces deux constatations l’importance qu’occupe le
terrain autant dans sa dimension sociale que construite.
« Etre in situ pour proposer des solutions in situ. »
Simon Jacquemin, Bellastock
Le support de leur réflexion est la ville et plus particulièrement
l’espace public. Leurs actions interrogent la publicité de l’espace urbain,
tout d’abord en utilisant l’événement comme outil pour rendre les
citadins attentifs au potentiel des espaces de nos villes qui tendent à
s’uniformiser et répondent à des codes esthétiques qui assurent l’ordre
de ces espaces communs. Il est important de faire la distinction entre
intervenir dans l’espace public et rendre public un espace qui ne l’est
pas dans l’imaginaire des habitants. Cette distinction renvoie à un de
leur terrain d’action : l’espace en attente ou le chantier. A ce sujet YA+K
a défini la notion d’ "entre-lieu", soit des temps courts d’intervention au
sein d’un processus plus long de transformation de la ville. Ce terme
leur vient de la lecture de Marc Augé qui définit les notions de «lieu
anthropologique» et de «non-lieu». Le lieu anthropologique est le lieu
auquel on s’identifie et qui nous rattache à une histoire collective. Le
non-lieu est un espace dans lequel il est impossible de construire un
sentiment d’appartenance collectif, c’est l’espace des individualités.
Nous ne pouvons aborder ici la question du lieu sans citer Michel
de Certeau :
«L’espace est un lieu pratiqué.»29
Michel de Certeau
Cette distinction entre lieu et espace, thématisée par Michel de
Certeau, est fondamentale: alors que le lieu renvoie à un rapport de
coexistence, d’éléments mis les uns à côté des autres sans interaction,
l’espace est la rencontre des caractéristiques de chacun et constitue
ainsi un ensemble. Ce sont donc «l’espace» de Michel de Certeau et «le
lieu anthropologique» de Marc Augé qui nous semblent intéressants de
repérer dans la ville contemporaine, tout comme le font ces collectifs.
Ces groupes de travail se disent «à géométrie variable» : alors
qu’ils se composent tous d’un noyau fondateur, ils travaillent très
souvent avec des personnes extérieures, bénévoles, généralement des
étudiants en architecture. Pour eux la notion de groupe est importante,
ainsi tous les projets sont au nom du collectif, il n’y a généralement pas
de mention précise des personnes qui ont participé. A ce groupe de
professionnels s’ajoutent les habitants-utilisateurs-citoyens intéressés
par l’expérience. Il est donc important pour eux d’établir une relation
de proximité avec ces personnes ; pour cela, l’appui d’acteurs locaux
comme les associations présentes dans le quartier jouent un rôle
fondamental. De plus, leur travail se fait au cas par cas, ainsi le format
de travail qui s’adapte le mieux à cette configuration est le workshop :
pendant une durée déterminée, l’ensemble de ces acteurs tentent de
répondre à une problématique donnée et développent ainsi une culture
commune.
Pour assurer la pluralité des participants, le travail de
communication est important. Ainsi l’ensemble de ces groupes est
très actif sur les réseaux sociaux, et ils possèdent tous un site internet
très fourni retraçant leurs différentes actions. Au-delà de ce travail
de relations publiques, on relève l’importance pour eux de mettre en
de CERTEAU M., L’invention du quotidien, 1.arts de faire, Paris, Ed. Gallimard, folio
essais, p.173
29
Solutions locales pour un désordre global
∙44∙
∙47∙
mots leur travail. Même si la forme varie (vidéo, portfolio, bilan), il est
essentiel pour eux de conserver une trace de projets généralement
éphémères autant dans une logique d’archivage que dans une dimension
pédagogique chère à leur réflexion. Ils ne revendiquent pas de copyright,
en effet ils envisagent leurs projets comme un échange de savoirs, ce qui
va jusqu’à la transmission de l’ensemble des documents nécessaires à
sa reproduction. Ainsi ils espèrent qu’une intervention peut en appeler
une autre étant donné qu’elle ne nécessite pas forcément leur présence.
Finalement, en quoi le fait d’avoir reçu une formation d’architecte
est important pour eux étant donné qu’ils revendiquent des actions
accessibles à tous ? Au-delà du fait que le titre d’architecte leur offre une
crédibilité face aux autorités, leurs facultés à coordonner les différents
intervenants ainsi que leur maîtrise des outils de communication de
l’architecte (plan, coupe, axonométrie) les distinguent du participanthabitant. Un autre élément de leur légitimité est lié à la notion d’espace :
en tant qu’architectes ils ont la capacité de synthétiser des intentions et
de les spatialiser.
· Analyses · Afin d’analyser la production architecturale de ces
groupes nous avons sélectionné quatre projets aux enjeux différents
afin de couvrir un panorama le plus large possible de leurs pratiques.
L’analyse s’organise selon trois volets. Dans un premier temps, nous
nous sommes intéressées à leur matérialité et à leur esthétique,
ensuite nous avons abordé les questions de l’échelle et de la spatialité
de ces projets. Finalement, n’ayant pu éprouver spatialement ces
constructions éphémères et au regard de ce que nous avons appris
des analyses matérielles et spatiales nous avons réalisé une série de
collages "avant/après" afin de constituer nos propres images, ressentis,
sur ces constructions. Nous avons procédé par analogies entre une idée
d’un contexte ou d’un objet et l’image à laquelle ils nous renvoient. Ainsi
nous avons extrait de chaque site les lignes fortes qui le caractérisent et
dans un second temps nous y avons ajouté les potentialités ouvertes par
les projets. Il s’agit ici d’illustrer le passage d’une expérience de l’espace
urbain comme décor à l’environnement urbain comme ambiance.
« Entre animation de territoire et instrumentalisation
politique, l’artiste propose éventuellement une nouvelle
lecture ou expérience des lieux. L’espace urbain, espace
dévolu à l’accomplissement de fonctions urbaines
spécifiques, services, production, etc. devient le lieu
même de l’expérimentation et de la création de nouveaux
spectacles. » 30
« Dans "espace public", la notion d’espace fait référence au
domaine de l’architecte et le rend légitime dans ce travail. »
Etienne Delprat, YA+K
Nathalie Blanc
30
BLANC N., Les nouvelles esthétiques urbaines, Paris, Armand Colin, 2012, p.85
Solutions locales pour un désordre global
∙46∙
Créativité
« Dans tous les cas, l’action humaine est interprétée
comme étant créative, à l’endroit précis où les êtres
humains n’agissent pas avec des fins déterminées,
mais sont engagés corporellement dans des situations
vécues. »I
Nathalie Blanc
« En encourageant la mobilisation des réseaux présents
ici et leur articulation avec les ressources développées
ailleurs, les tenants de l’économie territoriale rappellent
que c’est la qualité de la coordination collaborative
et collective qui importe pour le développement
économique et social des territoires. »II
L. Halbert
Dans une réflexion sur la transformation des villes, on
assiste, depuis quelques années, à l’apparition de nouveaux
outils : on pense la ville au travers des dimensions culturelles,
artistiques et créatives. Cette réflexion sur la "ville créative"
se fonde sur les écrits de Richard Florida. Il prétend qu’une
ville a d’autant plus de chances de connaître la prospérité
qu’elle attire le maximum de membres de la "classe créative",
soit la population dont l’activité professionnelle mobilise des
connaissances pour produire des idées nouvelles.
Il semble cependant difficile de généraliser cette théorie sur
l’existence d’une classe sociale dite "créative" car celle décrite
par Florida est un groupe sociale hétérogène composé autant
de traders que d’artistes de rue. Il est tout de même important
de noter l’imbrication croissante entre culture et économie
dans la réflexion sur le devenir des milieux urbains.
Alors que Florida nous présente une société individualiste,
on observe de plus en plus une créativité conçue dans une
dimension collective. On assiste ainsi à l’utilisation de
l’espace urbain comme une plate-forme d’innovation et
d’expérimentation avec des projets basés sur la participation
d’usagers en collaboration avec des groupes intermédiaires
(associations, collectifs, artistes).
Cette volonté de faire de l’habitant un acteur direct de l’action
est un des éléments de base de l’"agir urbain", soit la forme
actuelle de la créativité en ville. Il s’agit d’interventions
ponctuelles à une échelle locale, c’est-à-dire dans une
logique de proximité, là où les gens habitent. La volonté de
ces interventions est de fabriquer des espaces communs qui
questionnent les modèles préétablis et plus largement de
s’interroger sur la manière de vivre dans la ville d’aujourd’hui.
« Ces activistes sont souvent des artistes, des citadins
qui cherchent à faire trace et à désaliéner leur quotidien.
S’ils ne sont pas artistes dès le début, ils ne tardent
pas à la devenir, car c’est aux savoir-faire artistiques
qu’ils empruntent leurs modes d’expression visuels et
sonores, et leur éthique qui ménage une large place à
l’humour. »III
Doina Petrescu et al.
BLANC N., Les nouvelles esthétiques urbaines, Armand Colin, Domont,
2012, p.45
II
HALBERT L., « La ville créative pour qui ? », Revue Urbanisme, n°373,
2010/7-8, p.45
III
PETRESCU D. et al., « Agir Urbain », Multitudes, 2007/4, p.14
I
Interlude ∙ Définition
∙49∙
“Si on essayait pour voir ?”
Collectif etc . Reims . 2013
Ce projet du Collectif Etc se situe en limite de la ville de Reims, dans le quartier
Croix Rouge principalement constitué de barres d’immeubles abritant des
logements à loyer modéré. Alors qu’un concours pour un centre culturel a été
remporté par Jean-Philippe Thomas Architectes au printemps 2013, le collectif
etc a été mandaté par la ville de Reims pour accompagner la construction de ce
nouvel équipement pour le quartier.
Le projet final rassemblera plusieurs programmes : une salle de spectacle, une
maison de quartier ainsi qu’un espace dédié aux associations. Le site actuel
étant un parking, le projet du collectif a pour but de changer le regard actuel
des habitants sur cet espace public et de le faire vivre en l’absence d’édifice.
Leur projet est donc une préfiguration spatiale et programmatique du futur
équipement.
Il s’agit d’une série d’interventions sous forme de chantier ouvert, réparties
entre l’été 2013 et la livraison du bâtiment prévue pour 2015. Ici nous nous
intéressons à la première étape qui a eu lieu en juin 2013. Elle consistait en la
construction de six modules de 2,5 x 5m renvoyant chacun aux futurs espaces
du centre culturel. Construits essentiellement en bois, ils pourront être déplacés
par la suite suivant l’espace nécessaire au chantier.
Ces interventions sont ponctuées d’ateliers, d’événements et de discussions
pour mobiliser et impliquer le plus grand nombre d’habitants afin de les
intégrer à cette démarche qui leur permet de prendre part au chantier de
transformation de leur quartier.
∙53∙
12
∙ Vue d’ensemble ∙
13
∙ Préfiguration Maison de quartier ∙
11
14
∙ Schémas conceptuels ∙ Collectif ETC ∙
∙ Préfiguration Salle de spectacle ∙
Solutions locales pour un désordre global
∙52∙
∙55∙
∙ bois ∙
Solutions locales pour un désordre global
∙54∙
∙ Exemple fautueil en bois ∙
T
«Les enfants on les voit tous les jours sur le chantier, mais les parents ils
ne viennent pas.»
Fabrice, habitant constructeur
(à propos de la participation)
«A Croix-Rouge il y a eu beaucoup d’intervenants qui sont venus ces
dernières années. Ce qui est important c’est la continuité entre les
interventions. C’est à nous de saisir des pistes soulevées et de travailler
sur le long terme.»
0
50
15 0m
∙ Plan schématique ∙
Représentant de la maison de quartier
(à propos des interventions évènementielles)
«Nous ce qu’on a proposé avec Hamza, c’est de créer plusieurs lieux, qu’il
y ait un lieu pour les jeunes, et un lieu pour les adultes, dans des coins
différents.»
Fabrice, habitant constructeur
(à propos de la participation)
∙ Extraits de la table ronde ∙ Tirés du cahier de chantier ∙
0
5
15m
∙ Coupe schématique ∙
Solutions locales pour un désordre global
∙56∙
∙57∙
15
∙ Avant ∙
16
∙ Après ∙
The Reunion
Collectif EXYZT . Londres . 2012
Situé au cœur de Londres, à proximité de la gare de Waterloo et du Tate Modern
Museum, dans un quartier principalement constitué de bureaux, la “Public
House“ du collectif EXYZT occupe une parcelle abandonnée contre la ligne
ferroviaire.
L’espace est défini par la mise en place d’une palissade mobile en bois qui
permet de gérer l’accès à cet espace selon des horaires définis. Au-delà de cette
limite l’espace est occupé par du mobilier en bois fabriqué par le collectif. Il tire
également profit du pont ferroviaire en fond de parcelle pour aménager des
espaces couverts comme un café, un atelier ou encore un logement le temps de
la construction.
Cette intervention n’est pas la première du collectif EXYZT sur ce site. Ils ont
déjà proposé d’autres configurations d’un espace public partagé comme des
jardins partagés en 2010 ou une pataugeoire, “The Lake “, durant l’été 2013.
∙61∙
Solutions locales pour un désordre global
∙60∙
17
18
∙ Vue depuis la rue ∙ fermé ∙
∙ Vue depuis la rue ∙ ouvert ∙
19
∙ Soirée projection ∙
20
∙ Transats ∙ saison 2012 ∙
21
∙ The Lake ∙ saison 2013 ∙
Solutions locales pour un désordre global
∙ bâche ∙
∙ gravier ∙
∙ OSB ∙
∙ bois ∙
∙62∙
∙63∙
M
0
0
50
15 0m
5
∙ Plan schématique ∙
M
15m
∙ Coupe schématique ∙
Solutions locales pour un désordre global
∙64∙
∙65∙
22
∙ Avant ∙
23
∙ Après ∙
Trans 305
YA+K . Ivry-sur-Seine . 2010
Initié par l’artiste Stephan Shankland, le Trans 305 est un laboratoire de
recherche et d’expérimentation de la ville en transformation. A Ivry-sur-Seine
il prend place à l’intérieur des chantiers de la ZAC (Zone d’Aménagement
Concerté) afin de les rendre accessibles à tous.
Il s’agit d’une structure mobile faite à partir d’échafaudages et de containers
dans laquelle se trouve un espace de bureau pour le collectif Ya+K , un espace
de galerie qui fonctionne comme une vitrine du chantier pour les visiteurs et
finalement , au sommet, une terrasse qui surplombe le chantier et qui offre ainsi
une vue d’ensemble.
∙69∙
Solutions locales pour un désordre global
∙68∙
24
∙ Vue depuis le chantier ∙
26
25
∙ Vitrine sur la rue ∙
27
∙ Axonométrie éclatée ∙
∙ Vue depuis la terrasse ∙
M
0
5
0
5
Solutions locales pour un désordre global
∙ filet orange ∙
∙ végétation ∙
∙ métal ∙
∙ bois ∙
∙70∙
∙71∙
15m
15m
∙ Plan schématique ∙
∙ Coupe schématique ∙
Solutions locales pour un désordre global
∙72∙
∙73∙
28
∙ Avant ∙
29
∙ Après ∙
Made in Vitrolles
Collectif ETC . Collectif EXYZT . Les Saprophytes . Bellastock
Vitrolles . 2013
Organisé durant les mois de juin et juillet 2013, Made in Vitrolles rassemble
les collectifs Etc et EXYZT ainsi que Bellastock et Les Saprophytes autour d’une
série d’interventions dans le centre ville de Vitrolles.
Les premiers à intervenir sont Les Saprophytes qui proposent un atelier de
réalisation de films à partir de collages et de dessins sur des photos du quartier.
Ensuite viennent le Manège de Etc et l’Oasis d’EXYZT, le premier à proximité
de la gare routière et le second à la place d’une fontaine hors d’usage dans le
parc qui jouxte le centre commercial. Ces deux interventions ont une vocation
ludique : la première ne pouvant tourner sans l’action humaine et la seconde
étant constituée de jets d’eau que les enfants adorent, surtout pendant l’été.
Une troisième intervention s’est déroulée sur la place principale du quartier, là
où se situent la plupart des commerces. Après l’édification d’une chaise géante
comme point de repère, des ateliers de construction ont permis de réaliser
une série de chaises ainsi qu’une grande table très utiles lors des différentes
animations organisées en parallèle de la construction.
Finalement ces deux mois ont été conclus par la construction de mobilier
urbain avec les habitants du quartier des Pins à l’aide de matériaux récupérés
(pierres, fers d’armature, bois). Ces éléments sont les seuls à être permanents,
les autres interventions devraient disparaître après quelques mois.
∙77∙
Solutions locales pour un désordre global
∙76∙
30
32
∙ Le manège ∙ Collectif ETC .
∙ L’ oasis ∙ Collectif EXYZT ∙
31
33
∙ L’oasis ∙ Collectif EXYZT ∙
∙ Le manège ∙ Collectif ETC ∙
∙79∙
Solutions locales pour un désordre global
∙78∙
34
36
∙ Place de Provence ∙ Collectif ETC .
∙ Mobilier urbain ∙ Bellastock .
37
35
∙ Place de Provence ∙ Collectif ETC ∙
∙ Banc ∙ Bellastock ∙
Solutions locales pour un désordre global
∙ tôle ∙
∙ gabion ∙
∙ tissus ∙
∙81∙
∙ bois ∙
∙80∙
0
∙ Module de cuisine mobile ∙ Collectif ETC ∙
50
∙ Plan schématique ∙
15 0m
∙ Banc ∙ Bellastock ∙
PRISE DE POCESSION IMAGINAIRE
«Revenant ce matin du Centre Sambourg, j’en ai profité pour apprécier le mobilier
central du Centre urbain. J’avais déjà testé un transat en bois dimanche matin
en allant au marché. M’est apparu un centre d’activité activé par une douzaine de
sympathiques jeunes gens. Mais comme la totalité arborait deux jambes poilues
sortant d’un bermuda, je n’ai pas osé m’approcher avec mon pantalon de ville
cachant mes deux jambes poilues.Vu la base bois du futur manège. Et comme
disait Mac Arthur: I shall return ... A la fin des festivité et pour ne pas gaspiller,
serait-il possible de vendre aux enchères le mobilier de l’éphémère Centre urbain,
ce qui n’aura pas été volé, évidemment.»
PRISE DE POCESSION CONSTRUITE
ateliers récits
festival Bellastock
ATTRACTIONS
Manège
COMMUNAUTE
Place de Provence
Commentaire de “ABBA“, Provence.com
«Made in Vitrolles, un vrai projet à saisir»
Oasis
MOBILISIER
Constructions éphémères
AGIR
Constructions pérennes
∙ Chronologie de l’action ∙
Solutions locales pour un désordre global
∙82∙
∙83∙
38
∙ Avant ∙
39
∙ Après ∙
Do It Yourself (DIY).
Ce terme issu de l’anglais s’est introduit dans notre langage
et décrit une philosophie du «faites-le par vous-même» qui
prend depuis quelques années de plus en plus d’ampleur
dans notre société. Son application concerne de nombreux
domaines comme la musique, l’artisanat, la construction
ou encore l’informatique. Cette idée de faire les choses par
soi-même permet de développer ses propres connaissances
et de les mettre en œuvre dans une production originale et
personnelle. En ce sens, cette philosophie renvoie à la volonté
de ne pas être seulement un spectateur ou un consommateur,
mais bien d’être acteur dans la production d’éléments
nécessaires à notre vie quotidienne. Le principe ne repose
pas seulement sur la création personnelle d’éléments, mais
également sur le partage de connaissances et d’expériences,
notamment relayées sur internet.
Issu de la culture Punk des années 1970, le Do It Yourself
renvoie à une vision anti consumériste des modes de vie. Il
s’agit de consommer le minimum, et donc de jeter le minimum
d’objets du quotidien en passant systématiquement par
des techniques de réparation ou de recyclage ; par exemple
recoudre un vêtement troué plutôt que de le jeter ou réparer
son vélo soi-même plutôt que de l’apporter à l’atelier. En cela
il est associé au bricolage et à la débrouillardise car il fait
appel à l’utilisation de ce que l’on a à disposition au travers
de techniques simples. On peut aussi en faire une lecture
politique, en cela qu’il offre une alternative de vie au travers
d’une mise en pratique de l’écologie et de l’anticapitalisme.
« L’esthétique du réemploi, même s’il est un peu brut,
aide à la création d’un imaginaire. »
Simon Jacquemin, Bellastock
Cette pratique est aujourd’hui accompagnée par le
développement des nouvelles technologies, tel que la
découpeuse laser ou l’imprimante 3D. Ces outils et bien
d’autres sont accessibles dans des FabLab (de l’anglais
«fabrication laboratory») qui se développent un peu partout en
Europe et qui permettent à n’importe qui de créer ses propres
objets, tel que du mobilier. Dans ce processus, l’utilisateur
prend conscience de la matière, de la forme, mais il reste un
non-professionnel et ne peut pas reproduire son expérience à
très grande échelle.
Interlude ∙ Définition
∙85∙
∙87∙
Une esthétique commune.
Nous nous intéressons dans un premier temps à l’esthétique de
ces projets car elle nous renvoie à la première image que l’on a de ces
interventions pour ainsi saisir les outils mis en place pour accrocher le
regard.
D’après nos premières observations des formes produites on
remarque que leur force réside dans leur accessibilité. En effet il s’agit
d’objets à la portée de tous qui ont un fort caractère domestique :
des chaises, des fauteuils et des tables, ce mobilier que l’on trouve
habituellement dans nos intérieurs et que tout un chacun possède.
Ainsi, même s’ils ne nécessitent aucun mode d’emploi, les possibilités
qu’ils offrent sont multiples. Cette multiplicité des possibles est
accentuée par la relation que ces objets entretiennent avec le sol. Il ne
s’agit pas d’objets ancrés mais posés, de ce fait les combinaisons sont
nombreuses, l’agencement de l’espace peut être revu à tout moment.
« De la même façon qu’un chef-d’œuvre est riche de toute
les opérations d’interprétation qu’il permet, favorise et
valorise, la richesse d’une forme ne vaut que pour les
agentivités qu’elle sollicite. » 31
Nathalie Blanc
Le caractère évolutif de ces interventions est renforcé par le choix
des matériaux et leur mise en œuvre. Ainsi le bois qui ressort comme
le matériau incontournable de ce type d’action offre la possibilité
d’intervenir plusieurs fois sur l’objet ou encore d’être réutilisé par la
suite pour une autre construction. On note également la présence
systématique de motifs colorés avec l’utilisation de formes géométriques
élémentaires (cercle, carré, triangle) qui confèrent un caractère ludique
à l’intervention.
31
Ibid., p.199
Un élément caractéristique est la petite échelle. Ceci n’est pas
synonyme du faible intérêt des autorités pour ce type de réflexion
mais fait partie intégrante de la démarche de ces architectes. Le fait
de travailler sur des objets ou des petites structures permet à tout un
chacun de prendre part au chantier. La volonté d’un chantier collectif se
retrouve dans le choix des matériaux mis en œuvre, ainsi le bois semble
être le matériau emblématique de leurs réalisations même s’il n’est pas
le seul. La matière première de ces chantiers provient généralement
de circuits courts et est très souvent de seconde main. Le choix et la
mise en œuvre des matériaux nous renvoie au thème très actuel du Do
It Yourself. De plus, selon eux, la petite échelle associée au caractère
éphémère des ces projets offrent une liberté d’action vis à vis des normes
et des règlements que ne permet plus le projet construit "traditionnel".
La dimension ludique se retrouve à la fois dans l’organisation du
chantier sous la forme d’ateliers autant pour les adultes que pour les
enfants, et dans les objets finis dont la liberté de disposition propose un
imaginaire plus ouvert que celui du toboggan ou de la balançoire, objets
traditionnels du jeu dans l’espace public. L’utilisation d’une grammaire
différente de celle du domaine public nous apparaît comme la mise en
avant d’une deuxième lecture possible de ces espaces.
La mise en parallèle de ces projets révèle la présence d’un langage
commun qui nous renvoie à l’esthétique du bricolage caractéristique des
mouvements alternatifs. Ce qui peut se révéler comme une force dans la
mesure où elles sont facilement identifiables grâce à la rupture qu’elles
provoquent dans l’espace public traditionnel : elles revendiquent leur
caractère éphémère et la liberté de leur usage. Cependant ne sommes
nous pas face à un paradoxe, une standardisation de l’alternative ? De
ce fait, il convient de regarder plus en détail chaque projet pour déceler
les différences, les décalages, qui s’opèrent d’un projet à l’autre.
En effet si on regarde les différentes constructions produites lors
de Made in Vitrolles on note deux types d’objets du point de vue de
l’attention portée à la construction. Ainsi "Le Manège" du Collectif etc
ou encore "L’Oasis" d’EXYZT sont des constructions à part qui, même si
Solutions locales pour un désordre global
∙86∙
∙89∙
elles reprennent l’esthétique alternative, ont fait l’objet d’une attention
particulière. Les architectes ne travaillent pas avec des assemblages
simples mais élaborent des structures complexes dont le calcul n’est pas
forcement à la portée de tous. Ces structures appartiennent d’avantage
au domaine de l’architecture qu’à celui du bricolage.
On peut faire une comparaison semblable entre The Reunion et "Si
on essayait pour voir ?", deux projets qui ont pour objectif de changer les
lieux dans lesquels ils interviennent en espace.32 Alors que l’esthétique
de ces projets est la même, les formes misent en place par EXYZT nous
paraissent plus élaborées. En effet on note une recherche spatiale en
lien avec l’existant dans The Reunion qui est absente du projet du
Collectif etc qui s’apparente d’avantage à un collage de fonctions mises
côte à côte qui n’établissent aucun lien avec l’environnement construit.
Un autre élément récurent à l’ensemble de ces projets est la
transposition à l’extérieur d’un imaginaire propre à l’intérieur de nos
logements. En plus de la dimension ludique de ces objets s’ajoute une
recherche de convivialité qui a disparu des espaces urbains grandement
dévolus à la circulation. On passe mais on ne s’arrête pas !
« Les lieux où se retrouvent les habitants des villes
sont plus probablement les espaces de passages, ces
lieux dévolus à la mobilité quotidienne, tels le métro, les
périphériques, éventuellement les trottoirs de villes des
centres hypercommerçants. » 33
Nathalie Blanc
Introduire des objets domestiques dans l’espace public n’est pas
propre à ces architectes, c’est une tendance qu’on note actuellement
dans nos villes. Ainsi les catalogues de mobilier urbain se sont enrichis
de ces nouvelles formes (tables, transat). Cette volonté d’animer et de
32
33
selon la définition de Michel de Certeau
BLANC N., op. cit., p.75
proposer une vie urbaine autre se retrouve également dans le salon en
plein air réalisé par Pipilotti Rist dans le centre ville de Saint Gall. Ces
formes familières, grâce à l’imaginaire auquel elles font référence, ont
toutes pour but de redonner envie aux citadins de reprendre la rue, de
ne plus opérer cette séparation franche entre espace privé et espace
public.
Michel de Certeau parle des «pratiques microbiennes, singulières
ou plurielles» qui survivent à la dégradation de la "ville-concept", ces
pratiques qui se démarquent de l’ensemble que forme l’espace réglé de
la ville contemporaine. Ce sont des «tactiques» qui profitent des failles
laissées par les stratégies urbaines et viennent créer des surprises. Elles
ne se veulent pas révolutionnaires mais jouent avec l’ordre établi pour
s’en démarquer et produire de l’habitabilité.
« Du plus et de l’autre s’insinuent dans le cadre reçu,
ordre imposé. On a ainsi le rapport même des pratiques de
l’espace avec l’ordre bâti. » 34
Michel de Certeau
Ce "plus" et cet "autre" évoqués par Michel de Certeau ne peuvent
rester une «abstraction conversationnelle»35 mais doivent prendre forme
dans l’espace public et renvoient ainsi au monde des objets. Les objets
font office d’indices dans l’espace que chacun est libre d’interpréter
selon l’imaginaire qu’ils évoquent en lui. Ils font appel à notre perception
et mettent notre corps en mouvement. La présence matérielle de ces
formes dans la ville rend visible ces actions informelles, ce qu’un simple
discours ne permet pas.
« Apprendre du monde des objets et des artefacts pour
avancer dans nos analyses de l’espace public, de ses
"aménités", de son mobilier, et de tout ce qui peut faire de la
34
35
de CERTEAU M., op. cit., p.161
JOSEPH I., op. cit., p.32
Solutions locales pour un désordre global
∙88∙
∙91∙
Solutions locales pour un désordre global
∙90∙
rue un espace d’intelligibilité et d’action. » 36
Isaac Joseph
De plus, dans ses Leçons d’architecture 37, Hertzberger évoque «la
forme comme instrument». Il reconnaît l’interaction nécessaire entre
l’Homme et l’objet qui se renforcent mutuellement. Ainsi la forme puise
son sens dans l’usage qu’on en fait et à la fois nous nous approprions ces
objets selon nos expériences propres.
« Ces "stimulations" doivent être capables d’évoquer à
tout un chacun des images qui, projetées dans son monde
d’expériences, l’incitent à faire de son environnement
un usage personnel, c’est-à-dire l’usage qui soit le plus
approprié à sa situation particulière. » 38
Herman Hertzberger
Le choix de cette esthétique alternative contribue grandement à
l’identification de ces projets en les inscrivant dans une tradition qui se
situe en marge des codes classiques de la société. Il convient cependant
de s’interroger sur les relations que ces objets entretiennent avec
l’espace qu’ils prétendent animer.
Ibid., p.31
HERTZBERGER H., Leçons d’architecture, Gollion, Infolio, collection Archigraphy, 2010
38
ibid., p.288
40
41
36
37
42
Pipilotti Rist à Saint-Gall (1·2) et mobilier urbain à Zurich (3)
∙93∙
L’inscription dans un territoire.
Si on considère ces projets dans leur contexte, on note que même si
généralement l’emplacement n’a pas été défini par les architectes, ils se
trouvent tous dans des situations stratégiques (sur la place commerçante
de Vitrolles, face à un arrêt de tram à Reims). En plus de bénéficier d’une
grande visibilité, l’échelle très réduite de ces interventions les inscrit
dans une relation de proximité avec les habitants du quartier. Le but
n’est donc pas de rassembler tout le monde mais d’établir des relations
locales, de s’inscrire dans le quotidien.
Ces objets ne réagissent pas au contexte en tant qu’espace mais
en tant que situation. Il ne s’agit pas de se lier spatialement à l’existant
comme bâti mais d’ouvrir des possibilités socialement, de faciliter la
rencontre et les échanges pour des personnes qui côtoient régulièrement
les même lieux sans pour autant se connaître. En prenant place dans
des espaces stériles, ces projets ont vocation à révéler les potentialités
de lieux oubliés ou encore de rendre public des espaces qui ne le sont
pas généralement comme les grands chantiers de transformation des
villes.
Prenons l’exemple du Trans 305 où les architectes ont décidé
de faire une construction "totem". Au delà de l’esthétique alternative,
c’est avant tout à l’esthétique du chantier qu’ils font référence. C’est
certainement la construction la plus aboutie des projets analysés ici.
Valorisant le réemploi des matériaux déjà sur place, la multitude des
couleurs ainsi que sa grande hauteur font de lui un point de repère sur
le chantier. On s’éloigne de la domesticité, il n’est pas question de faire
sien cet espace matériellement mais plutôt de donner accès à une étape
de la transformation de la ville dont les habitants sont généralement
exclus. Même s’ils ne s’installent pas dans l’espace, ils peuvent en suivre
l’évolution. Finalement, il s’agit également d’un point de rencontre et
d’échange mais au lieu de prendre place dans un espace figé, comme
une fatalité, le projet offre une place aux habitants dans ce moment de
mutation de la ville.
Cette volonté de sensibiliser les citadins aux transformations
et aux potentiels des espaces urbains nous interroge du point de vue
des temporalités mises en jeu. En effet il existe un décalage entre nos
temporalités individuelles, celles du quotidien et les processus de
transformation de la ville. Ne serait-ce pas face à ces chantiers hors
d’échelle et hors du temps que se rompt le lien entre les habitants
et la ville ? La démarche que proposent ces projets, l’introduction
de temporalités plus courtes, nous semble révéler les potentiels en
sommeil de nos villes. Alors qu’on a d’yeux que pour les grands projets
métropolitains (le Grand Lyon, le Grand Paris, le PALM) il nous semble
important d’intégrer les habitants dans des démarches locales et de
donner ainsi une dimension humaine à ces projets qui nous dépassent.
Le caractère éphémère de ces actions nous semble toutefois à
double tranchant. Au delà de la liberté que ce type de démarche permet
de prendre vis à vis des règlementations et des normes, ces projets
prennent une tournure évènementielle. L’avantage est la dynamique
que cela provoque, ils viennent bousculer l’ordre établi du quotidien,
suscite la curiosité et touche ainsi un public varié. Cependant si on
regarde du point de vue des ambitions et du message que tentent de
relayer ces groupes, la durée limitée de leurs projets tend à rendre ces
actions anecdotiques face aux enjeux de penser la ville pour et avec ses
habitants.
Alors que selon nous la question du temps ne semble pas satisfaire
les ambitions de ces groupes, l’échelle de ces interventions prend son
sens dans l’interaction sociale recherchée. Tout d’abord du point de vue
de l’objet lui même, le travail sur des formes de dimensions réduites
plus proches du mobilier que du bâtiment permet à toute personnes
de s’impliquer sur le chantier. Elle ouvre également des possibilités
autres quant aux matériaux nécessaires à la construction. Il est en
effet possible de sortir des circuits traditionnels de fournisseurs, des
standards et de réinjecter de l’humanité dans ce processus en procédant
par récupération et en profitant des savoir-faire des personnes présentes
sur le chantier. On peut également aborder la question de l’échelle par
Solutions locales pour un désordre global
∙92∙
∙95∙
rapport à l’aire d’influence du projet et donc travailler à l’échelle d’un
quartier, d’une portion de ville. Il ne s’agit donc plus de penser la
ville dans sa totalité mais de la reconnaître dans sa diversité et de la
remettre à l’échelle de ses habitants afin de sortir de la ville générique
sans identité.
Au-delà de ces analyses, ne devrions nous pas nous questionner
sur la pratique du métier d’architecte en France aujourd’hui. Alors
que le système suisse donne accès à de nombreux concours sous
forme anonyme à l’ensemble des bureaux; en France peu de concours
s’ouvrent aux architectes peu expérimentés. Le choix de l’alternative
ne serait-elle pas pour ces groupes un moyen d’entrer sur le marché
de la construction, de se faire connaître et ainsi pouvoir prétendre à
des mandats plus traditionnels ? Pour l’instant, le rôle des collectifs se
limite toutefois à des phases de développement urbain très restreintes
et ils ne trouvent pas vraiment leur place dans un système plus large.
Finalement, après avoir observé autant le processus que la forme,
nous pouvons dégager les atouts et les faiblesses de ces groupements.
Selon nous, leur force réside dans leur capacité à synthétiser les envies
et les besoins de l’ensemble des personnes concernées par le projet.
Pour cela ils mettent en place des temps d’échange différents : tout ne se
fait pas lors des séances officielles, il est important d’établir un dialogue
informel avec les différents acteurs afin de laisser plus de place aux
rapports humains et à la convivialité. L’échange et la communication
sont donc des éléments clé du succès de leur démarche, car ils
rétablissent un mode de faire convivial. Cependant, il nous semble que
ces actions restent anecdotiques et n’ont pas forcement l’écho souhaité
à long terme. En effet alors qu’on espérait que ces projets insufflent
une dynamique nouvelle dans les quartiers où elles prennent place,
on assiste d’avantage à un essoufflement une fois que les architectes
se sont retirés. Le risque est également que l’appropriation soit forcée
par la trop forte présence des collectifs sur le terrain, et par la difficulté
qu’ils ont à "rendre les clés".
Etant donné que Patrick Bouchain connaît une bonne partie de ces
groupes et qu’il a déjà collaboré avec certains d’entre eux, nous l’avons
interrogé lors de notre entretien sur leur travail et plus particulièrement
sur les questions d’échelle et de temporalité qui leur sont propres. Alors
qu’il reconnaît que son propre travail ne peut se faire qu’à une échelle
réduite probablement à cause d’un système social qui devrait passer
d’un système de masse à un système de petites collectivités, il dit être
sur la réserve quant au travail de ces architectes. Il leur reproche de
préparer l’acte sans jamais passer à l’assaut, d’évacuer les problèmes
d’échelle en se positionnant comme des artistes-acteurs. C’est avant
tout le fait de fonctionner par acte militant que rejette Bouchain.
« Très souvent je les corrige, un peu violemment, en leur
disant : "Faites attention, vous allez vous enfermer dans
un "à côté" qui va amuser et qui va cacher le désastre dans
lequel nous rentrons tous". »
Patrick Bouchain
En revanche, au-delà du regard critique de Bouchain, on reconnait
dans ces recherches une forme d’urbanisme expérimental dont parle
Henri Lefebvre. Il mériterait d’être poussé plus loin pour effectivement
préfigurer les usages futurs et ainsi trouver sa place dans les processus
de transformation de la ville.
Solutions locales pour un désordre global
∙94∙
Participation.
« La participation est un processus au travers duquel un
projet est collectivement élaboré dans le but de mettre
en œuvre les différents types de savoirs et d’expériences
des acteurs concernés. » I
compréhension des enjeux territoriaux grâce à une plus
grande implication dans les processus de décision.
Jean-Bernard Racine
En matière de projet urbain, on ne cesse d’entendre le mot
«participation», terme générique, fourre-tout qui fait bonne
impression dans les cahiers des charges des projets de
transformation des villes. La participation peut être abordée
selon deux axes : la consultation ou la coproduction. La
différence entre ces deux modes de participation réside
principalement dans le temps de l’implication : dans le
premier cas les participants sont consultés en amont en
leur soumettant plusieurs propositions et en évaluant leurs
réactions ; dans le second cas les participants sont d’avantage
considérés comme des partenaires avec la mise en place d’une
relation de collaboration entre habitants et professionnels.
Une des limites de ces processus participatifs est la légitimité
des participants qui ne correspondent pas forcement aux
futurs habitants dans le cas d’un projet de logements ou
encore qui ne sont pas forcément représentatifs de l’ensemble
des utilisateurs futurs. Une autre interrogation repose sur
l’évolution dans le temps de cette démarche, ainsi en quoi ce
type de projet se distingue-t-il d’un projet traditionnel une fois
que les participants-habitants s’en vont ?
Ces démarches ont pour but de construire des solutions
partagées et d’offrir aux intéressés une meilleure
RACINE J.-B., « Projet urbain, participation et concertation », Tracés
n°2, 2010/02/03, p.10
I
Interlude ∙ Définition
∙97∙
∙99∙
L’architecte e(s)t l’habitant.
Nous souhaitons compléter nos analyses avec les regards de
Patrick Bouchain et Yona Friedman qui s’interrogent sur les échanges
entre architecte et utilisateur. Le choix de ces deux architectes repose
d’une part sur leurs travaux théoriques et construits, mais également
parce qu’ils semblent être les références de nombreux architectes en
quête d’une pratique différente.
Alors que nous l’interrogeons sur sa vision du métier d’architecte,
Patrick Bouchain se définit comme un «constructeur», en référence
au monde du théâtre où l’ensemble des intervenants porte le nom de
constructeur. C’est dans ce domaine qu’il a commencé sa carrière et il
en a retenu de nombreux principes. Il se définit ainsi afin de ne pas
être associé à une tâche particulière (charpentier, maçon, serrurier…),
il revendique de ce fait sa présence dans l’ensemble des étapes d’une
construction, de son élaboration à sa construction.
Nous nous sommes donc intéressées à la mise en forme de ses actes,
plus particulièrement à son opinion quant à la relation entre forme et
usage. Même s’il déclare ne pas s’intéresser particulièrement à la forme
finale, il en reste le chef d’orchestre. L’interprétation qui en est faite
ensuite par les utilisateurs vient l’enrichir même si la normalisation des
éléments de l’architecture la rend difficile contrairement aux possibilités
offertes par la littérature ou le théâtre. Il est toutefois important de noter
que l’utilisateur n’est pas automatiquement la même personne que le
commanditaire. Ainsi lors de la mise en place du projet il faut essayer
de répondre aux besoins de l’ensemble des personnes concernées, pas
uniquement ceux des habitants qui de plus ne seront pas toujours les
mêmes.
Selon Bouchain, l’architecture se fait autant quand elle se construit
que lorsqu’elle se conçoit, ces deux moments ne peuvent être dissociés.
C’est pourquoi le temps du chantier occupe une place primordiale dans
son travail. Alors qu’un projet est avant tout la réponse à une question,
comment le transmettre dans sa totalité à une équipe qui n’en a
généralement qu’une vision rationnelle ? Il nous confie alors opérer une
mise à plat afin de permettre à tous de comprendre l’ensemble de la
démarche.
« Les dessins et les maquettes ne constituent ni un moyen
de traduction directe de l’imagination de l’architecte, ni
un processus permettant de transférer les idées d’un
concepteur dans une forme physique ou celles d’une
imagination "subjective" puissante dans différente
expression "matérielles". » 39
Bruno Latour et Albena Yaneva
Bruno Latour et Albena Yaneva critiquent la vision statique qui
nous est systématiquement proposée de l’architecture en substituant
les dimensions humaines d’un projet. Selon eux, un bâtiment ne
peut se résumer à sa forme finie, il est la superposition de réflexions,
d’expérimentations et d’appropriations qui le font évoluer infiniment.
La dimension humaine de la conception de l’architecture est
introduite, chez Bouchain, par la mise en place d’un lieu de vie sur le
chantier, un endroit ou un moment où l’on ose parler. C’est à travers ce
lieu que s’instaure la confiance entre les intervenants et qu’une relation
horizontale s’installe entre les différents acteurs du chantier. Chacun
enrichi la construction de ses savoir-faire et expériences, le tout étant
pris en compte grâce à la présence permanente d’un membre de l’agence.
Cette personne est au courant de tout et met à jour en permanence
l’histoire de la construction. Cette démarche atypique est héritée, elle
aussi, du théâtre.
« Au théâtre, on ne peut faire une répétition sans le metteur
en scène ! »
Patrick Bouchain
LATOUR B., YANEVA A., « "Donnez-moi un fusil et je ferai bouger tous les bâtiments" : le
point de vue d’une fourmi sur l’architecture », site officiel de Bruno Latour, 2008, p. 4
39
Solutions locales pour un désordre global
∙98∙
∙101∙
Une continuité s’instaure d’un chantier à l’autre avec la reprise
d’au moins un intervenant (entrepreneur, ouvrier ou ingénieur). Cette
personne n’est pas là pour faire la leçon, il entraîne les autres dans une
dynamique collective et par mimétisme le fonctionnement du chantier
précédent est reproduit.
Finalement, selon Patrick Bouchain, pour une architecture avec
et pour les utilisateurs il ne faut pas oublier qu’avant d’être architecte
nous sommes des usagers. Yona Friedman propose la vision inverse
où l’utilisateur peut prendre le rôle de l’architecte au travers de
l’autoplanification dans L’architecture de survie 40. En effet, dans cet
ouvrage, il propose à «l’homme de la rue» un retour à l’architecture
comme outil, rôle qu’elle a perdu en devenant une discipline. On peut
ici se référer à Ivan Illich qui dans son ouvrage La convivialité 41, dit
qu’«aujourd’hui les soins, les transports, le logement sont conçus
comme devant être le résultat d’une action qui exige l’intervention de
professionnels».
Il associe deux processus à l’objet architectural : la réalisation et
l’utilisation ce qui engage traditionnellement deux acteurs, l’architecte
et l’habitant. Cependant, selon Friedman, l’architecte ne peut saisir
les attentes et les besoins de l’habitant qui devrait être au centre de la
réflexion.
« Comme il y a souvent conflit entre les priorités et que
la réalisation d’un désir est souvent fonction de la nonréalisation d’un autre, un arbitrage de ce conflit entre
priorités devient nécessaire. Mais l’habitant, qui devrait
être l’arbitre naturel de ce conflit, ne parvient pas à s’y
retrouver et cède cet arbitrage à l’architecte, lequel ignore
l’importance des priorités attribuées –par l’habitant- à
FRIEDMAN Y., L’architecture de survie, une philosophie de la pauvreté, Paris, Editions de
l’Eclat, 2003
41
ILLICH I., La convivialité, Paris, Seuil, 1973
certains de ses propres désirs. »42
Yona Friedman
Ce problème de communication entre l’architecte et l’habitant
nous renvoie comme précédemment à la question de la représentation
d’un bâtiment. Friedman propose donc un système de représentation
sur papier afin que l’habitant puisse tester différentes solutions et ainsi
transmettre le plus clairement possible ses besoins et ses envies. Il nous
présente alors un système proche d’un organigramme fait de boutons,
de fils et d’étiquettes, l’objectif étant de simplifier les plans pour les
rendre accessibles à tous.
« Si l’homme de la rue peut apprendre une notation
simple qui lui permette d’exprimer son programme,
qui lui permette également de connaître et de contrôler
les conséquences entrainées par son choix, pourquoi
ne pourrait-il pas "agir" de façon à être son propre
architecte ? »43
Yona Friedman
Selon Friedman, pour franchir le pas du graphe au plan architectural
l’habitant à seulement besoin de recevoir l’enseignement nécessaire.
Pour cela il rédige et dessine le « manuel de l’autoplanification ». Dans
cette logique, l’architecte occupe d’avantage le rôle d’un conseiller au
même titre qu’un médecin ou qu’un avocat. En effet le but de cette
démarche n’est pas simplement que l’habitant établisse lui-même les
plans de sa maison mais qu’il comprenne ce qu’il est en train de faire.
Friedman passe de l’échelle individuel du logement à celle de la
ville en s’interrogeant: alors que les relations de voisinage fonctionnent
depuis toujours, comment se fait-il que les habitants des villes ne soient
pas satisfaits de leur environnement ? Cette question nous renvoie à
40
42
43
FRIEDMAN Y., op.cit., p.20
Ibid., p.25
Solutions locales pour un désordre global
∙100∙
∙103∙
celle de la petite échelle, ainsi l’étendue des villes d’aujourd’hui nous
empêcherait de les penser comme un tout, il évoque à ce sujet la
« dimension critique » d’un groupe social.
« "L’animal humain", du point de vue purement biologique,
ne peut s’organiser socialement qu’en groupe de taille
limitée. »44
Yona Friedman
Ces deux regards sur la relation entre architecte et habitantutilisateur donne une place importance au dialogue et à la confiance
entre ces deux acteurs. On note l’importance d’une relation horizontale,
l’architecte fait d’avantage figure de guide que de décideur. Une
importance particulière est donnée aux outils de communication, d’une
part la revendication qu’un objet architectural ne peut se comprendre
que dans la totalité des réflexions qui ont conduit à sa forme construite,
d’autre part l’importance de définir un langage commun entre
professionnel et néophyte afin de discuter d’égal à égal. Il est important
de ne pas perdre de vue que l’on construit pour les autres et non pour
satisfaire ses désirs créatifs.
43
Manuel de Yona Friedman
44
Ibid., p.37
Solutions locales pour un désordre global
∙102∙
Vers une architecture
appropriable.
Plutôt que d’aborder la question de l’appropriation de l’espace par
l’acte festif, nous proposons de penser la place de l’usager en amont, au
moment où les idées du projet fleurissent. Ce thème peut même être
un moteur de projet et conduire à une pensée qui se joue à toutes les
échelles architecturales, de la ville, au pas de notre porte, jusqu’à la
chambre à coucher.
· De l’espace public à la forme construite · Jusqu’ici notre
travail s’est focalisé sur l’espace public, du fait de l’importance que
nous lui voyons dans les processus du droit à la ville. La confrontation
de textes de référence qui ont nourri la pensée de la ville contemporaine
témoigne de l’échec de la ville moderne quant à la place de l’homme
dans l’espace urbain. Alors que les projets que nous avons analysés
tentent de formaliser la prise de conscience des citadins et leur désir
de refaire de la rue un lieu de vie en utilisant l’événement comme
moyen d’action, il nous paraît toutefois difficile de limiter ainsi le
travail de l’architecte dans l’espace public et plus largement en vu d’une
architecture avec et pour ses utilisateurs. On reconnaît toutefois que ces
interventions trouvent un sens dans leur localisation, ainsi que dans
∙107∙
leur ancrage social et sont reçues positivement par les habitants. Plutôt
qu’une intervention ponctuelle dans un espace existant vu comme
stérile, il nous semble plus important de penser ces espaces dans des
temporalités plus longues. L’espace public reflète notre société, mais ce
sont également les modifications urbaines qui influencent nos modes
de vie. Pour que cette dualité apparaisse, l’espace public ne peut pas
être envisagé uniquement au travers d’actions éphémères.
Une lecture possible de l’espace public peut se faire comme le
résultat de l’agencement de son contexte construit proche et lointain.
Pour penser l’espace partagé de la ville il s’agit avant tout de penser
son environnement physique. Il nous semble en effet, qu’en tant que
futures architectes, notre investissement pour la ville doit passer par
une réflexion sur des formes architecturées et leur processus de mise
en place. Les espaces ouverts et construits sont étroitement liés, la
réussite de l’un nous paraît difficile sans la réussite de l’autre. Ce couple
est vecteur de l’usage et donc générateur ou non de l’appropriation d’un
lieu.
· Densifier par le vide · La densification nécessaire de nos
villes qui est le grand débat urbanistique de ces dernières années, ne
signifie pas de chercher à tout prix à combler chaque espace libre ; la
construction de la ville passe également par le vide.
« Aménager l’espace tout en ménageant de l’espace. »45
Herman Hertzberger
Cette densification ne doit pas être uniquement construite, nous
devons également envisager une densification d’activités afin de faire
vivre l’espace entre les bâtiments. Elle ne doit d’ailleurs pas être une
fin en soi, mais un moyen pour redynamiser un lieu. Les outils de cette
densification peuvent donc être à la fois la construction et le vide. Ces
45
HERTZBERGER H., op. cit., p.314
espaces laissés "ouverts", du vague, de l’indéterminé, de l’incertain ne
doivent pas être perçus comme des résidus, ce sont eux qui participent
à la production de la qualité urbaine en donnant des "respirations" à la
ville et à la vie urbaine. Pour cela, ils ne doivent pas fonctionner comme
de simples dégagements mais plutôt comme des ouvertures "mentales",
des lieux d’expression et d’échange sans appropriation définitive. Le
construit devient alors le support idéal pour l’ouverture des usages à
différents mondes de possibles. Dépasser la normalisation actuelle de
l’espace urbain nous amène à penser qu’une porosité de la ville rendrait
plus accessible chaque espace public, afin de ne pas s’en tenir à une
césure entre une rue publique et des intérieurs privés, mais de laisser le
public s’infiltrer dans le construit. Ce travail de gradation de la publicité
offre une lecture plus complexe de la ville et fait appel à notre curiosité.
Ainsi l’exploration de la ville poreuse révèle des espaces généralement
réservés aux habitants du lieu (intérieur d’ilot, cour d’entrée). L’architecte
trouve sa place dans la gestion de ces transitions et de ces nuances, et
dans la recherche d’un équilibre entre les espaces laissés ouvert aux
possibles, à l’interprétation et les espaces clairement définis.
· Penser l’espace du quotidien · Parmi les enseignements tirés
des processus alternatifs, nous retenons l’importance de remettre au
centre de nos préoccupations d’architectes la question de l’ordinaire,
du quotidien, des routines. La pratique du métier guidée par l’unique
sens de l’esthétique et de l’objet pour lui-même, entraîne selon nous des
dérives architecturales dangereuses. Cette vision se traduit au travers
de bâtiments hors d’échelle, déconnectés de leur contexte et/ou stériles,
qui ne reflètent plus les habitants et leur vie de tous les jours. Ce sont
des architectures sans histoire qui mènent à des villes sans histoire, à
l’image de la ville générique décrite par Rem Koolhaas. Une architecture
ou un urbanisme du quotidien fait surgir de l’ordinaire l’extraordinaire,
de l’oublié l’essentiel. Il s’agit surtout d’éviter de rendre étrangère
l’expérience de l’ordinaire, et de s’appuyer sur ce que Margaret Crawford
appelle «l’espace du quotidien».
Notre boîte à outils
∙106∙
∙109∙
Notre boîte à outils
∙108∙
« L’espace du quotidien, ce domaine physique où se déroule
l’activité publique de tous les jours, qui existe entre le
domaine domestique, celui de l’institution et de l’espace de
travail. » 46
Margaret Crawford
Afin de mettre en avant les éléments qui demandent une attention
particulière de la part de l’architecte pour un projet appropriable par
la diversité de ses utilisateurs, à ce stade de notre réflexion, nous
ressentons le besoin de porter notre regard sur des espaces construits,
plus traditionnels, de l’espace urbain. Nous envisageons ces espaces
comme des compléments nécessaires à notre réflexion en tant que
témoins de la richesse apportée par les usages. Ils n’ont pas été choisi
car ce sont les plus représentatifs mais parce qu’ils font partie de nos
expériences d’utilisateurs, ce qui nous permet de rendre compte d’un
ressenti qui nous semble être un des éléments clé dans ce travail de
compréhension des processus d’appropriation. Nous portons notre
regard sur des espaces d’échelle variée, planifiés ou non, à partir
desquels nous pouvons reconnaître différents types d’appropriation.
46
CRAWFORD M., « L’urbanisme du quotidien », in Criticat, sept. 2012 n°8, p.86
Typologies d’appropriation.
Face à l’entrecroisement des échelles qui fait la richesse du tissu
urbain, nous distinguons deux grands types dans notre réflexion : les
espaces liés à la domesticité et ceux liés à la représentation urbaine.
Nous entendons par domesticité ces espaces qui établissent le contact
entre le logement et l’espace public. Souvent de petites dimensions, ils
offrent une place aux pratiques individuelles dans l’espace du commun.
Les espaces de la représentation renvoient aux évènements de la ville,
ce sont ses points de rencontre, ses points de repère. De grandes
dimensions, ils sont généralement associés à des programmes uniques
aillant pour vocation l’accueil d’un nombre important de personnes. Ce
sont des espaces de grande visibilité où le regard des autres joue un rôle
plus important que dans l’espace du domestique. Nous interrogerons
ces espaces selon les mêmes thèmes que ceux utilisés pour les projets
des collectifs, l’esthétique liée aux "prises" et aux "tactiques" utilisées
par les occupants de ces espaces ainsi que la spatialité.
∙111∙
Notre boîte à outils
∙110∙
Escadinhas da Achada
Lisbonne
44
45
∙ Objets rapportés ∙
46
entrées
changements de matérialité
0
1
5m
"prises" existantes
∙113∙
Notre boîte à outils
∙112∙
Rua da Regueira
47
place
entrées
privé
Lisbonne
∙ Découpage vertical ∙
48
entrées
0
1
5m
place
rue piétonne
pavage
dessin unifiant
arbre + banc
incitation, publicité
∙115∙
Notre boîte à outils
∙114∙
Patio do Corvo
0
1
5m
Lisbonne
49
∙ Objets rapportés ∙
Passage
semi-privé
Cour d'entrées
semi-privé
∙ Coupe ∙
50
Rue
public
∙ Intériorité ∙
0
1
5m
∙117∙
Notre boîte à outils
∙116∙
Ensemble d'habitation Haarlemmer Houttuinen
Hertzberger · Amsterdam
Balcon
privé
51
52
· Appropriations · prises ·
· Appropriations · usages ·
Palier entrée
semi-privé
Seuil escalier
semi-privé
Espace commun
semi-public
Rue
public
53
0
1
5m
· Séquence d'entrée ·
· Gradation privacité ·
∙119∙
· Domesticité · Les trois exemples lisboètes renvoient chacun
à une configuration différente de l’espace public : la cour, la place et
le passage. Les appropriations identifiées sont spontanées, issues de
la volonté des habitants, elles sont liées à leurs habitudes et envies.
Certaines ont pour vocation de personnaliser et d’embellir le bâti, ce
sont principalement des objets rapportés qui permettent de fleurir
la façade. D’autres objets ont d’avantage un aspect pratique comme
par exemple étendre le linge. Ce sont des objets déplaçables dont la
configuration peut évoluer au fil des saisons. Leur fonction leur confère
également un caractère éphémère, ils disparaîtront certainement lors
d’un changement d’occupant. Ces appropriations s’appuient sur des
prises existantes qui n’ont pas été nécessairement pensées dans ce
sens : il s’agit d’un socle en pierre, d’une marche, etc… Ceci met en
avant une certaine réciprocité de la forme où ces éléments deviennent
partie de l’univers personnel des habitants. On retrouve ici, de façon
spontanée, ce que cherchent les collectifs : on s’approprie une forme par
l’affection qu’on lui porte. Forme et utilisateur semble alors avoir besoin
l’un de l’autre au travers d’une histoire commune.
Spatialement, il est difficile de distinguer ce qui fait partie du
domaine privé de ce qui appartient au public. Les transitions ne sont
pas franches, elles se font dans la profondeur et dans la hauteur. Ce
découpage de l’espace introduit une complexité des relations visuelles,
ainsi les seuils sont gérés par des éléments simples de l’architecture tels
que quelques marches ou encore un découpage de la forme construite.
Cette limite floue est renforcée par une attention particulière aux
matérialités. Dans l’exemple des escadinhas da Achada l’espace de
l’entrée dans le logement fait l’objet d’un changement de traitement
autant au sol qu’en façade. Ce procédé permet d’identifier un espace
dédié à la circulation ainsi qu’un espace dans lequel on s’arrête, en lien
direct avec l’habitation, qui en plus d’être un accès peut être aménagé
comme un prolongement extérieur.
Alors que ces exemples proviennent d’un tissu historique formé
d’une juxtaposition de constructions, d’événements et de traces, on
retrouve ces motifs d’appropriation dans l’ensemble d’habitation
Haarlemmer Houttuinen à Amsterdam. L’architecte Herman
Hertzberger a cherché ici à transposer la convivialité de quartier à une
réalisation formelle dans un langage maîtrisé et contemporain. La
question de l’entrée est centrale en tant que point de rencontre entre le
public et l’intime, elle se décompose autant en hauteur qu’en profondeur.
On ne se contente pas de franchir une porte pour entrer chez soi, une
marche, voir un escalier, assure la transition de l’espace de la rue à
celui du logement. La variation des matériaux contribue également à
la gradation de la privacité. Les matériaux choisis pour construire la
limite ne produisent pas simplement un muret mais leur forme creuse
offre la possibilité d’y planter quelques fleurs qui en plus d’augmenter
la privacité permettent également de caractériser et personnaliser ces
espaces. En comparant les photos de l’architecte avec celles que nous
avons réalisées il y quelques années, on s’aperçoit que ces espaces
restent animés, ils ont également évolués comme on peut le voir sur
les murets d’entrée qui ont été surélevés et sont généreusement fleuris.
Notre boîte à outils
∙118∙
∙121∙
Place Georges Pompidou
· Un espace attractif et non conventionnel ·
54
· Un espace hierarchisé ·
55
discuter
dormir
traverser
acheter
Renzo Piano et Richard Rogers · Paris
5
0
jouer
façade
entrer, circuler
se détendre
parvis
traverser,s'arrêter,jouer
observer
rue
déambuler,flaner
flaner
15m
56
Notre boîte à outils
∙120∙
∙123∙
Notre boîte à outils
∙122∙
Peristyle de l'Opéra
Jean Nouvel · Lyon
58
57
59
∙ Fréquentation diurne et nocturne ∙
∙ Situation ∙
0
5
15m
∙ Plan schématique ∙
0
5
15m
∙ Plan schématique ∙
∙125∙
· Représentation · Les deux espaces observés sont étroitement
liés à un bâtiment qui s’inscrit dans l’iconographie représentative de
Paris pour le parvis du centre Georges Pompidou ou de Lyon pour
le péristyle de l’Opéra. En plus d’être des emblèmes, ces bâtiments
abritent des programmes particuliers (musée, salle de spectacle) qui
leur confèrent un caractère fortement public. Autant le parvis que le
péristyle sont des espaces de grande visibilité qui ont fait l’objet d’une
attention particulière de la part des architectes. Cela ne signifie pas
nécessairement qu’ils sont opposés à un quotidien urbain, au contraire
ils marquent des temps différents dans les pratiques des citadins.
A Beaubourg, le parvis et le bâtiment entretiennent une relation
très forte ; cet espace extérieur est le prolongement sans transition
de l’intérieur. L’espace public n’est pas simplement au sol mais la
circulation en façade fonctionne comme une rue verticale reliant
l’espace public du parvis à celui de la toiture. L’animation qui se produit
ainsi en façade en fait un objet vivant et rend attractif cette place aux
dimensions généreuses. Alors que l’espace vide ne comporte que très
peu d’aménagements, le fait qu’il soit légèrement incliné pour lier le
niveau du Centre Pompidou et celui du bâti existant en fait un lieu
atypique et largement fréquenté. En effet nombreuses sont les personnes
qui s’y installent pour discuter entre amis, pour lire, se reposer. On y
observe des comportements qui sortent des codes habituels, certains
sont allongés, d’autres dansent ou jouent. Alors que l’on trouve des
places de moindres dimensions dans un voisinage très proche, on n’y
observe pas pour autant ce types de pratiques. Le détournement des
motifs traditionnels de parvis et de façade font de cet endroit un espace
attractif grâce à son caractère unique : l’usage n’y est pas formaté.
A Lyon l’échelle est toute autre. Nous observons ici l’espace entre
la façade, qui sépare l’espace chauffé et l’espace froid, et la façade qui
définit l’espace de la rue. Cette épaisseur s’anime au fil de la journée :
alors qu’elle est le repère des danseurs de hip-hop une grande partie de
l’après-midi, le soir venu elle est le point de rencontre des spectateurs
élégants de l’opéra. En plus d’être un espace couvert, la matérialité du
sol opère une rupture avec le sol de la ville : des plaques noires brillantes
lui confère un caractère semblable à un intérieur. Cet entre-deux, même
s’il est très fréquenté, offre un espace en retrait, comme au second plan
de l’agitation de la ville. Il est surprenant de constater que, même s’il
occupe une position ambigüe (à l’arrière de l’hôtel de ville, au bout de la
très fréquentée rue de la République) et qu’il jouxte une vaste place, le
péristyle est l’espace le plus occupé, le lieu où l’on s’arrête.
Ces espaces que nous avons sélectionnés, quelle que soit leur
échelle, sont le produit d’une hiérarchisation de l’espace et d’un ancrage
spécifique. Ce travail, autant en plan qu’en coupe, permet de ménager
une place aux pratiques individuelles et quotidiennes au sein de l’espace
partagé de la ville ou de dégager des espaces de liberté d’usage, faire
tomber une partie de la convention collective pour pratiquer l’espace de
la ville autrement. La question sous-jacente qu’il s’agira d’étayer dans la
partie suivante est : quelles organisations, quels découpages de l’espace
sont les plus favorables à la vie sociale ?
Notre boîte à outils
∙124∙
∙127∙
Notre boîte à outils.
En tant que concepteur, l’architecte doit élaborer un projet
constructible tout en imaginant des possibles scénarios de vie. Il
semble alors qu’une qualité essentielle du métier soit la capacité de se
mettre à la place de l’habitant/usager, une sorte d’empathie qui permet
d’éviter de passer à côté de l’essentiel : l’habitabilité. Notre objectif pour
cette dernière partie est d’esquisser une sorte de glossaire thématique
-bien entendu non exhaustif-, qui permet d’orienter le travail du dessin
architectural. Nous avons pour cela porté notre attention sur de
multiples petites situations du quotidien dans le but final de rechercher,
comme le dit Hertzberger, «le programme derrière le programme».
« Il faut s’attarder à un détail de la vie, consacrer toute
son attention à la manifestation de ce détail car c’est le
moyen de saisir les nouvelles formes de rencontre entre les
hommes. »47
Patrick Bouchain
Les outils que nous proposons ici reprennent des thèmes
fondamentaux de la "grammaire élémentaire" de l’architecture, c’est
en leur portant un regard différent que se construit une architecture
ouverte à ses utilisateurs. Il ne s’agit pas ici de chercher à réinventer
ou à révolutionner la conception architecturale, mais plutôt de soulever
des orientations favorables à une pensée de l’usage dans sa possible
diversité.
· Formes urbaines · Penser l’usage dans l’objet projeté apparaît
selon nous dès le choix de la forme urbaine. En effet on peut aisément
observer que les usages ne sont pas les mêmes pour une typologie de
cour ou une typologie de barre; la cour présentant la caractéristique
de former une intériorité qui peut être publique ou privée. Cette
BOUCHAIN P., Construire autrement – Comment faire ?, Arles, Editions Actes Sud,
collection L’Impensé, 2006, p.26
forme propose ainsi une articulation de l’espace qui permet des lieux
différenciés et des usages également différenciés. Cette question de
l’articulation de l’espace s’avère primordiale pour Hertzberger qui y voit
l’occasion de créer des unités spatiales à l’échelle de petits groupes de
personne, tout en conservant un grand ensemble pouvant accueillir
l’activité d’un plus grand groupe. Cette forme de pensée ne cherche pas
à nier la grande échelle mais plutôt à permettre différentes manières
d’interpréter l’espace. On retrouve une approche similaire lorsque
Friedman présente sa notion de «villages urbains».
« Les villages urbains supposent une ville formée par la
juxtaposition de plusieurs villages […]. Chaque village
urbain possède, en effet, un vrai centre où la vie du village
s’organise, les habitants du village urbain accomplissant la
majeure partie de leurs activités au sein de leur village. »48
Yona Friedman
L’objectif visé est de toujours revenir à une échelle maîtrisable et
appréhendable. Dans cette configuration, l’enjeu se trouve notamment
dans la mise en contact de ces différents "villages" par un réseau
assurant à chaque unité une égale importance.
· Seuils · La notion de seuil décrit une situation où des espaces
de nature différente se rencontrent. Plus qu’une simple ligne de
démarcation, le seuil permet la mise en dialogue de ces espaces
contigus. En cela on peut aussi le qualifier d’espace intermédiaire qui
réunit des conditions particulières liées à sa position d’entre-deux.
Cette particularité spatiale donne au thème du seuil une valeur forte
quant au passage d’un espace public à un espace privé. En effet la
transition entre l’extimité et l’intimité nécessite une attention toute
particulière, et nécessite de penser en terme d’espaces et de séquences
afin de clairement caractériser ces espaces particuliers.
47
48
FRIEDMAN Y., op. cit.,p.38
Notre boîte à outils
∙126∙
∙129∙
Nous souhaitons d’autre part introduire la notion de "frontage"49 très présente dans la culture anglo-saxonne et qui se définit comme
«the land between the front of a building and the street»50. Cet espace
de bord de rue est plus ou moins habité, et se caractérise par son statut
à la fois public et privé. Le premier correspond à l’espace dans lequel
se déplacent les piétons, c’est également l’espace des échanges sociaux,
l’espace partagé. Le second est un terrain privé situé entre la limite de
propriété et la façade d’un bâtiment où se déroulent différents types
d’activités. C’est la présence d’activités dans ces frontages qui encourage
les habitants à se déplacer à pied dans les rues car ils créent une
succession d’événements "à voir". Notons enfin que ce concept n’existe
pas dans le droit de tous les pays et qu’il reste donc dans certains cas
encore la liberté de l’inventer pour venir enrichir la programmation
urbaine actuelle.
· Dimensions · Espacements · Déterminer les justes
dimensions d’un espace n’est pas une chose aisée. On peut se reposer
sur le programme, le concept, l’environnement proche, mais il semble
que pour favoriser une appropriation future il est important de se baser
sur la destination de cet espace. Cela pourra ainsi donner une idée de la
distance ou proximité requise entre les gens, mais aussi des épaisseurs
et dimensions agissant sur la lumière et donc sur l’ambiance d’un
espace.
« Un bâtiment est comparable à un vêtement, qui doit aller
bien à celui qui le porte non seulement du point de vue de
l’allure, mais aussi de la taille. » 51
Herman Hertzberger
Cette comparaison avec un vêtement induit qu’il ne faut pas
nécessairement faire le plus grand possible au risque de rendre difficile
SOULIER N., Reconquérir les rues, exemples à travers le monde et pistes d’action, Paris,
Ulmer, p.125-126
50
Merriam-Webster’s Dictionnary of Law, in SOULIER N., op. cit., p.125
51
HERTZBERGER H., op. cit., p.306
49
certaines activités. Notre corps réagit effectivement différemment
selon les dimensions de l’espace dans lequel nous nous trouvons ;
la perception que nous avons d’un espace et la qualité que nous lui
accordons vient donc en partie de ses proportions.
Alors comment penser une architecture à échelle humaine ? Il
s’agit pour nous de penser l’architecture dans toutes ses dimensions, et
ne pas se contenter de la hauteur ou de la largeur mais de s’intéresser
aux épaisseurs, profondeurs et espacements qui, ensemble, doivent
produire un espace habitable aux potentialités multiples. Prendre
en compte les espaces interstitiels permet également d’accroître la
fonctionnalité d’un projet et sa capacité d’adaptation aux besoins des
usagers en rendant habitable l’espace entre les choses. Pour cela il faut
passer du registre officiel au registre informel en s’intéressant à la vie
quotidienne, ordinaire afin de rendre explicite ce qui est une demande
implicite.
· Matérialités · Comme nous avons pu l’observer tout au long de
nos analyses, les matériaux sont des outils essentiels dans la suggestion
des usages. En effet chaque matériau, grâce à sa texture, couleur,
température, acoustique, nous renvoie à un imaginaire particulier
(chantier, domestique, etc …). De même, un aspect "non fini" (la forme de
base doit toutefois s’y prêter) suscitera plus facilement une intervention
postérieure de la part de l’usager qu’une finition figée et très soignée. Il
est aussi possible de faire appel à des matériaux bruts qui présentent
un fort potentiel d’impulsion à l’usage. Par exemple, Hertzberger utilise
de façon récurrente des blocs de construction perforés pour faire un
mur intérieur, un muret extérieur, ou un garde-corps de balcon. Suivant
sa position verticale ou horizontale, il devient pour les habitants
un rangement dans le salon, une jardinière, ou encore de simples
percements dans le garde-corps.
Nous pensons aussi que des assemblages clairement visibles qui
permettent la compréhension du projet et son appréhension par tout un
chacun est une clé supplémentaire dans le processus d’appropriation, à
Notre boîte à outils
∙128∙
∙131∙
l’image des objets réalisés par les collectifs. Les matériaux seront aussi
en grande partie le support des traces des usages.
· Visibilité · L’espace public est parfois qualifié d’espace ouvert
et renvoie au fait même qu’il se donne à voir à tous au travers d’une
scénographie urbaine, comme l’évoque Isaac Joseph. Mais il est également
le lieu où il est possible de voir les autres et d’être simultanément vu par
eux. Cette question du regard joue un rôle primordial dans les relations
sociales entre individus et mérite donc toute notre attention. Il revient
donc à l’architecte de doser justement le regard ; car il ne s’agit pas
nécessairement de toujours tout voir en tout temps, mais également
d’apercevoir, de deviner sans voir, de voir loin, de voir d’en haut, de voir
dans un reflet… Ces variations possibles dans le travail de mise en vue
permettent à chacun de se situer comme il l’entend par rapport aux
autres et de ne pas subir une attitude unique dictée par l’environnement
qui nous entoure. Un lieu public peut ainsi donné l’idée d’être plus privé
car il est à l’abri du regard des passants. Ce thème peut aussi participer à
la sérendipité de la ville, qui est un potentiel de trouvailles inattendues,
d’interactions non prévues, pouvant répondre au fait qu’«une […]
caractéristique de l’animal humain, c’est qu’il est facilement envahi par
l’ennui »52.
Dans le projet construit ce thème trouve aussi son importance
car l’architecte ne crée pas seulement des murs mais également des
ouvertures qui ménagent des vues. Le degré de fermeture ou d’ouverture
entre deux espaces permet ainsi de régler le degré d’intimité voulu,
sans que la vue sur l’autre ne soit pour autant trop restreinte. Il s’agit
de permettre des relations différenciées avec un environnement bâti
qui n’impose ni le contact social, ni l’individualité, mais qui donne la
possibilité de choisir son positionnement par rapport aux autres.
· Temporalités · Polyvalence · Lors de la conception il est
uniquement comme un objet qui aura une forme finale figée à tout
jamais. Dès la phase de chantier il est possible pour le futur usager de
commencer à s’identifier à la construction pour peu que le chantier
ne soit pas considérer comme un huis-clos total entre concepteurs et
constructeurs. Une fois la construction terminée (en ce qui concerne
le rôle de l’architecte) il est important de laisser la place à l’utilisateur.
« Savoir se retirer à la fin d’un chantier, c’est créer le vide
qui permet à l’utilisateur d’y entrer. […] L’utilisateur doit
dépasser le concepteur. » 53
Patrick Bouchain
Penser les temporalités d’un lieu c’est aussi penser sa possible
évolution au cours du temps. Il s’agit ici de réfléchir à la capacité
immanente d’un espace à servir à différents usages. Dans ce sens
la forme qui ne doit pas figer les possibilités et dicter un seul usage,
contrairement à l’architecture fonctionnaliste qui séparait clairement
les fonctions plutôt que de les intégrer. Cela peut signifier rencontrer
plusieurs activités dans un même lieu, en même temps ou à des
moments différents. Un lieu polyvalent est avant tout un lieu qui n’est
pas ébranlé lorsque les usages changent.
Il nous semble qu’au travers de ces thèmes et de leur mise en forme
pour les usagers, il est possible de ne pas répéter les erreurs du passé,
sans pour autant s’inscrire dans l’alternative; et ainsi prendre le bon
virage au moment où la ville contemporaine tend à perdre son identité.
Le fait de prendre en compte la réalité sociale de la ville, l’urbain, et
non plus seulement sa morphologie, amène à dessiner une forme
accueillante pour ceux qui vont l’habiter. Il est alors important de ne
pas oublier que si l’identité d’une architecture passe en partie par son
esthétique, son caractère naît de l’usage qui en est fait.
important de penser le projet dans des temporalités longues, et pas
52
FRIEDMAN Y., op. cit., p.37
53
BOUCHAIN P., op. cit., p.114
Notre boîte à outils
∙130∙
Architecte.
« L’architecture n’est pas une activité artistique "libre",
mais une profession fondée sur une science dont le
but est de résoudre des problèmes. Qui plus est, ces
problèmes doivent être découverts et identifiés et non
pas "définis", c’est-à-dire inventés, par les projeteurs. »I
Amos Rapoport
L’architecte est généralement défini comme la personne
habilitée à concevoir une construction. Il s’agit de répondre
formellement aux usages demandés par le maître d’ouvrage.
Face à la diversité des demandes, le travail de l’architecte
nécessite la maîtrise de l’interdépendance des échelles
(territoire, ville, architecture) ; en effet un objet architectural
ne peut se concevoir sans une réflexion sur son contexte. Audelà du travail de représentation graphique, l’architecte fait
la synthèse entre les différents acteurs (maître d’ouvrage,
ingénieurs, entrepreneurs, ouvriers) : c’est en confrontant les
exigences de chacun, issues de leurs besoins ou savoir-faire,
que se conçoit le projet d’architecture.
Cependant l’architecture ne se fait pas uniquement lorsqu’elle
se conçoit mais également lors de sa construction. Ainsi
il nous semble intéressant de réintroduire une définition
historique de l’architecte comme «chef des charpentiers»II.
Au-delà du travail de coordination des différents acteurs de la
construction, l’architecte ne devrait-il pas aborder le moment
de la construction comme un moment d’élaboration du projet,
continuer à penser en construisant ?
« Est ce que c’est l’acte qui influence la pensée ou
l’inverse ? »
Patrick Bouchain
Nous souhaitons insister sur cet aspect du métier d’architecte.
En effet même si l’architecte est amené à faire un suivi
de chantier, ce dernier ne devrait-il pas se faire dans une
relation horizontale entre les différents intervenants, riches
de leurs savoir-faire. L’architecte est donc, selon nous, celui
qui transmet les intentions et gère la collaboration entre les
différents corps de métier, ainsi que la personne responsable
de retranscrire graphiquement ce qui s’est réellement construit
afin de produire un dessin comme trace d’une réalité.
Si le travail de l’architecte consiste à spatialiser, à mettre
en forme des espaces habitables, il doit le faire pour les
utilisateurs concernés. Il est donc important de concevoir le
projet pour les usagers réels qui ne sont pas automatiquement
les commanditaires. Le projet n’est pas une simple mise en
espace de besoins mais c’est également l’ambiance produite
par tel matériau et telle intensité lumineuse qui guidera par
la suite les usages qui en seront faits. Il s’agit ici de penser
la forme et ses caractéristiques comme guide des possibles
en travaillant sur l’imaginaire auquel peuvent renvoyer nos
choix et ainsi caractériser l’espace.
RAPOPORT A., Culture, architecture et design, Infolio, Collection Archigraphy
Témoignages, Gollion, 2003, p.9
II
CHOAY F., Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Quadrige/PUF,
Paris, 2010, p.62
I
Interlude ∙ Définition
∙133∙
L'heure du
bilan.
Questionner des pratiques urbaines en marge de la norme a soulevé
tout au long de ce travail la notion d’appropriation du territoire par
ses habitants. Au regard d’une ville contemporaine régie par un ordre
invisible, évoluant hors des sphères du piéton, une vision de désordre
global s’impose à un nombre grandissant de personnes. Cette perception
suscite des réponses-actions locales qui ébauchent des orientations
pour le devenir de la ville, sans jamais les ancrer durablement dans
le fait urbain. Si notre intérêt s’est ensuite porté sur les pratiques
urbaines de l’ "homme ordinaire", c’est pour finalement ouvrir la voie
vers une architecture qui laisse plus de place à ses habitants-usagers.
Alors que nous avons ouvert une boîte à outils pour une architecture
appropriable, nous nous posons finalement la question de la pratique
qui doit accompagner cette réflexion.
Si des processus de réelle implication de l’habitant sont parfois
possibles, il apparaît dans tous les cas la nécessité d’identifier les usages
en amont par l’observation et l’évaluation, et non de chercher à les
inventer. Au final, la forme ne devra pas contraindre, mais laisser des
ouvertures possibles pour des usages libres et multiples. L’architecte
∙137∙
en tant qu’intermédiaire entre différents intervenants, professionnels
et non-professionnels, doit travailler à la mise en place d’un langage
commun. On retiendra ici le travail des collectifs pluridisciplinaires
qui cherchent à développer une culture commune comme un pas vers
une grammaire partagée. Des moyens de communication classique
peuvent être utilisés, telle que la maquette, le dessin, mais également
la BD comme la montre les explorations de Yona Friedman. Il ne s’agit
pas pour autant de focaliser le travail de conception uniquement sur
les relations spatiales: aucune échelle d’intervention n’est à négliger.
L’urbain se construit certes par la juxtaposition et l’entrelacement de
multiples pièces, mais toujours avec la prise en compte du territoire
dans son ensemble, tant bâti que social.
Ainsi l’architecte trouve en partie sa place dans la synthèse des
besoins, envies et contraintes inhérentes à la commande. L’architecte
n’est pas pour autant un artiste dans sa tour d’ivoire, il doit travailler avec
un ensemble d’intervenants et utiliser efficacement la communication
pour permettre une relation de travail horizontale. Pour cela, il ne peut
pas fournir uniquement une image figée d’un projet, mais doit informer
des difficultés et des choix qui ont guidé le dessin afin de permettre de
le comprendre correctement dans sa totalité.
La phase de développement d’un projet n’est pas une étape
linéaire et prend du temps. Dans sa pratique, Patrick Bouchain explore
la possibilité de limiter cette phase au profit de celle du chantier, qui
devient de la sorte une plateforme de création et d’échange. Cette
méthode est relativement exceptionnelle, mais nous apprend qu’il est
possible de voir le site en attente comme un laboratoire du projet à
échelle 1:1. Activer ce lieu est une façon de rendre attentif les citadins
aux transformations de leur ville, mais aussi de se rendre compte
des potentialités cachées. Le temps du chantier suivra et permettra
de voir se mettre en place la construction issue de l’interprétation
des intervenants ; car ce n’est pas la main de l’architecte qui réalise,
mais bien celle de l’ouvrier. Etablir des rapports humains directs sur
le chantier permet de donner le ton sans négliger la convivialité et fait
jaillir la juste interprétation pour l’usage. Bien sûr, l’architecture et son
processus de l’idée à l’ouvrage ne peuvent faire l’objet de recettes toutes
faites, c’est en expérimentant que surgissent des résultats singuliers.
Le chantier prend un jour fin, mais la construction se prolonge
au travers de l’interprétation des usagers. Cette prise de conscience
est importante ; l’architecte peut toujours figer son "œuvre" par une
photographie, la vie finira indéniablement par faire son nid. En effet la
construction est en constante évolution avec ses utilisateurs et au fil du
temps qui passe, à l’image du palimpseste de la ville qui ne cesse de se
renouveler sur elle-même.
Cela nous amène à ouvrir la question de ce que l’on pourrait appeler
une "architecture de pétri". On entend par là un élément stimulant qui,
par l’usage qui en est fait, se développe et se multiplie à l’intérieur
du milieu dans lequel il a été introduit. A l’image de l’immeuble de
la Ciguë réalisé par l’Atelier 89 (Bonhôte et Calame) dans l’îlot 13 à
Genève où les architectes ont mis en place des motifs architecturaux,
spatiaux et esthétiques qui ont été réappropriés, et qui se sont par la
suite propagés à l’ensemble de l’îlot. L’identité de ce lieu porté par une
dynamique collective, est aussi marquée par l’intégration de locaux
d’association et de création qui apportent une plus-value culturelle et
sociale. Ces activités non-rentables pour la ville sont toutefois vecteurs
d’usage et d’identité. Elles favorisent également une convivialité et
des appropriations urbaines, et animent nos rues. Le champs est alors
ouvert vers l’invention de programmes liant le logement à la complexité
de la ville contemporaine.
A nous d’agir urbain !
L'heure du bilan
∙136∙
Se familiariser avec le
contexte.
Identification des motifs
existants (formes,
matérialité, ambiances).
Prise de contact avec
instances locales.
A conserver
évaluer
rencontrer
Echange avec
l’ensemble des acteurs
(commanditaire,
habitants,experts)
Synthèse des besoins et
envies des habitants et du
commanditaire.
Confrontation avec les
recommandations des
professionnels.
aiguiller
Discussion des
orientations suggérées.
Définition d’un cahier
des charges.
hypothèses
activer
Signaler les
changements à venir.
Interpeller.
convivialité
utilisation
chantier
développement
se retirer
Laisser le projet
aux mains de ses
utilisateurs.
Temps d’implication et
de rencontre des
non-professionels et
professionels.
∙141∙
Les livres.
· BENCHIMOL Vidal, LEMOINE Stephanie, Vers un nouveau mode de ville,
Paris, Editions Gallimard, Manifestô, 2013
· BLANC Nathalie, Les nouvelles esthétiques urbaines, Paris, Armand Colin,
Coll. « Emergences », 2012
· BORASI Giovanna, ZARDINI Mirko (dir), Actions : comment s’approprier la
ville, Montréal, Centre Canadien d’Architecture, 2008
· BOUCHAIN Patrick, Construire autrement – Comment faire ?, Arles, Editions
Actes Sud, collection L’Impensé, 2006
· De CERTEAU Michel, L’invention du quotidien, 1.arts de faire, Paris, Editions
Gallimard, folio essais, 1990
· COGATO LANZA Elena, PATTARONI Luca, PIRAUD Mischa, TIRONE Barbara,
De la différence urbaine, Le quartier des grottes, Genève, MétisPresses, 2013
· CHOAY Françoise, MERLIN Pierre, Dictionnaire de l’urbanisme et de
l’aménagement , Paris, Presse Universitaires de France, 1988
Les livres
∙140∙
· KOOLHAAS Rem, Junkspace, repenser radicalement l’espace urbain, Paris,
Payot & rivage, collection Manuels Payot, 2010
· LAGUARDA Alice, L’envers des villes: voyages d’architectes, inventions du
monde, Paris, Editions Sujet/Objet, 2005
· LATOUR B., YANEVA A., « "Donnez-moi un fusil et je ferai bouger tous les
bâtiments" : le point de vue d’une fourmi sur l’architecture », site officiel de
Bruno Latour, 2008
· LEFEBVRE Henri, Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 2009
· LEVY Jacques, LUSSAULT Michel (dir.), Dictionnaire de la géographie et de
l’espace des sociétés, Paris, Editions Belin, 2003
· PAQUOT Thierry, MASSON-ZANUSSI Yvette, Alterarchitecture Manifesto,
Gollion, Infolio, 2012
· RAPOPORT Amos, Culture, architecture et design, Gollion, Infolio, Collection
Archigraphy Témoignages, 2003
· SASSEN Saskia, « La ville est un espace intéressant pour définir une
politique » in Les séries d’été de l’Humanité, juillet 2013
· LE CORBUSIER, La Charte d’Athènes, Paris, Editions de Minuit, 1957
· SECCHI Bernardo, Premières leçons d’urbanisme, Marseille,Parenthèses,
2006
· FRIEDMAN Yona, L’architecture de survie, Une philosophie de la pauvreté
(1978), Paris, Editions de l’Eclat, 2003
· SOULIER Nicolas, Reconquérir les rues, exemples à travers le monde et pistes
d’actions, Paris, Ulmer, 2012
· HERTZBERGER Herman, Leçons d’architecture, Gollion, Infolio, collection
Archigraphy, 2010
· Revue Multitudes, « Agir Urbain », 2007/4 n°31
· HOSSARD Nicolas, JARVIN Magdalena (dir), « C’est ma ville ! », De
l’appropriation et du détournement de l’espace public, Paris, L’Harmattan,
2005
· Revue Multitudes, « Architroubles : pragmatique architecturale», 2005/1
n°20
· Revue Urbanisme, n°373, 2010/7-8
· ILLICH Ivan, La convivialité, Paris, Seuil, 1973
· Le Visiteur n°6
· JOSEPH Isaac (dir.), Prendre place, espace public et culture dramatique, Paris,
Editions recherches, Plan urbain, 1968
· Criticat, sept. 2012 n°8
· Tracés n°2, « Démarches participative », 2010/02/03
∙142∙
Les images.
Toutes les illustrations ont été réalisées par nos soins, sauf:
· 4 · http://www.unurth.com
· 5 · http://www.thelondonvandal.com
· 6 · http://www.isabellerolin.com
· 7 · http://threemiles.com
· 8 · http://12for2012.files.wordpress.com
· 9 · http://fineartamerica.com
· 10 · http://zycierzeczy.pl
· 11 à 14 · 32 à 35 · Collectif etc
· 17 à 20 · 30 · 31 · Collectif EXYZT
· 24 à 27 · YA+K
· 36 · 37 · YA+K
· 43 · http://thefunambulist.net
· 52 · 53 · Herman Hertzberger
· 54 · http://www.flickr.com · Olympi
· 55 · http://laurahoppe.wordpress.com
· 56 · Cours du professeur Christian Gilot
· 58 · 59 · Ludovic Tiollier
Citation page 7 · SASSEN S., « La ville est un espace intéressant pour définir
une politique » in Les séries d’été de l’Humanité, juillet 2013
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising