Tout pour bien faire la fête

Tout pour bien faire la fête
Circulations
douces
> Le prêt des
vélos simplifié
p.8
Exposition
> Nouveau
regard sur les
peintures des
XVIIe et XVIIIe
siècles
p.24
Corrida
> Des toros
de légende
aux arènes
p.26
MAGAZINE
Dossier
Fêtes de Bayonne
Tout pour bien faire la fête
n°151
°
> Juillet-août
ill
û 2008
PUBLICITÉ
Toutes les pages blanches sont les pages
de publicité, dont le contenu est retiré
pour alléger la version web du magazine.
Ces pages sont laissées pour préserver la
pagination du sommaire.
sommaire
LE MAGAZINE DE LA VILLE > n°151 Juillet-août 2008
Action publique
4
4
6
8
9
10
- ÉDITORIAL
- JEUNESSE
- DÉPLACEMENT
- VIE SOCIALE
- ÉCOLOGIE
> « Que la fête soit belle ! … »
> Une aide sérieuse à la mobilité européenne
> Le prêt de vélos simplifié
> Une Cyber-base ouverte à tous
> Les enjeux de l’éco-construction
Dossier > Dossier Fêtes de Bayonne
13
14
16
18
20
- TOUT POUR BIEN FAIRE LA FÊTE
- COMMENT JOUER LA CARTE DE LA PROPRETÉ ?
- POUR QUE LA FÊTE SOIT BELLE !
- LES FÊTES MODE D'EMPLOI
Vie de la cité
23
24 - EXPOSITION
26 - CORRIDAS
28 - PORTRAIT
29
30
32
34
35
-
SPORT
PATRIMOINE
HISTOIRE
QUARTIER
QUARTIER
> Peintures des XVIIe et XVIIIe siècles
« Le plaisir esthétique vient après l’effort »
> Des toros de légende dans les arènes
> Véronique Erramuzpe,
tapissier d’ameublement
> Des champions à la pelle !
> Un escalier restauré à la façon du XIXe
> Les cimetières des Anglais
> Éducation à l’environnement à Arrousets
> Sainte-Croix
Collégiens et maternelles à cœur joie
Actualité associative > Bloc-notes >
> Carnet > Bayonne scope
36
Directeur
de la publication
> J. Grenet
Responsable
de la rédaction
> K. Danjoux
Secrétaire de rédaction
> S. Daguin
Rédaction
> K. Danjoux, J. Gallais
Photos
> J. Palus,
C. Pasquini,
J.-Ph. Plantey,
M. M Stewart,
M. Thibert-Bunel,
P. Tuzeau,
L. Zeller,
F. Capri,
Mise en page
> Scoopcommunication
Impression
> Imprim’33
Régie publicitaire
> Supports Promotion
4
Action publique
Éditorial
« Que la fête soit belle ! … »
Avec une équipe municipale rajeunie,
vous avez procédé à une modification
de la commission des Fêtes. Pour quelles
raisons ?
Jean Grenet,
maire de Bayonne, président
de la Communauté d’agglomération du BAB, député des
Pyrénnées-Atlantiques.
Effectivement, j’ai souhaité une équipe municipale rajeunie. Cela me parait tout à fait
indispensable de mettre le pied à l’étrier à
une nouvelle génération, à celles et ceux qui
nous succèderont. La gestion d’une Ville ne
s’invente pas. Tout s’apprend.
Compte tenu de l’évolution des fêtes de
Bayonne et de leur contexte, la commission
qui s’en occupait se trouvant déconnectée
des décisions prises par les services de l’État
et par ceux de la Ville, il m’a paru nécessaire
de ne faire qu’une seule instance, présidée
par un représentant de la société civile, en
l’occurrence Henri Lauqué. Cette commission
associe les élus de la majorité et de l’opposition du Conseil municipal à celles et ceux
qui, à des titres divers mais incontestables,
sont les acteurs responsables du bon déroulement de la fête. Elle a été mise en place
lors du Conseil municipal du 24 juillet et a
été limitée à vingt membres car, au-delà, il
est bien difficile de travailler sérieusement.
Elle se mettra au travail dès la rentrée pour
faire des propositions relatives à l’animation
et à l’organisation de l’édition 2009. Ce sont
les Fêtes de tous. Personne ne détenant la
vérité, j’ai souhaité provoquer une réflexion
en profondeur sur leur avenir que nous voulons tous pérenne, dans le respect de nos
traditions.
En quoi les Fêtes de Bayonne ont-elles
évolué ?
Je crois être un observateur objectif et suffisamment bien placé pour dire qu’elles ont à la
fois peu et beaucoup évolué. Peu évolué dans
leur contenu, car on ne peut pas indéfiniment
inventer des animations. Et beaucoup dans
leur forme depuis quelques années, depuis
que la fête se fait davantage le jour. La fête
se faisait autrefois de nuit et exclusivement
de nuit. Aujourd’hui, les journées sont très
animées et chaque jour s’adresse à une fraction de la population à travers des animations
spécifiques, comme la journée des enfants
le jeudi et la journée des seniors le vendredi.
Le succès de la fête de jour nous a conduit
à mettre en place ces dernières années de
nouvelles dispositions, comme la fermeture
du centre-ville, pour qu’elle se déroule dans
les meilleures conditions possibles.
Pour bien faire la fête,
il faut rester maître de soi
Les fêtes ont aussi beaucoup évolué dans
leur contexte car la façon de faire la fête
aujourd’hui, notamment par la jeunesse, n’est
pas la même que celle qu’a connu ma génération. Les problèmes liés à l’hyper alcoolisation
rapide, notamment, sont flagrants : ils ne sont
néanmoins pas typiques de Bayonne. Il s’agit
d’un phénomène sociologique d’ampleur
nationale qui nous a conduit, ces dernières
années, à mettre en place des dispositifs de
santé et de salubrité publiques sans lesquelles
les fêtes ne pourraient pas avoir lieu.
Nous sommes par ailleurs victimes du succès
de la manifestation : nous n’avons jamais fait
de publicité, il y a déjà trop de monde et il
serait ridicule d’en faire venir davantage. Pour
accueillir ces nouveaux venus, nous avons
notamment mis en place des aires d’accueil,
où il est possible de planter sa tente, ceci
afin d’éviter les conduites en état d’ivresse.
Ces dispositifs sécuritaires et sanitaires coûtent fort chers, 770 000 E en 2007 contre
100 000 E en 2001, et ce n’est pas par plaisir
Action publique
Éditorial
que nous les mettons en place. Sans compter
qu’ils mobilisent de plus en plus d’agents
des services municipaux et de plus en plus
longtemps.
Quelles sont les clés, aujourd’hui, pour
bien faire la fête ?
Faire la fête de jour est une bonne chose, car
le mixage sociologique et intergénérationnel y
est intéressant. C’est à ce moment-là qu’il se
fait le mieux. Et aujourd’hui, l’image positive
des fêtes est surtout donnée par la fête de
jour.
Pour bien faire la fête, il faut savoir rester maître de soi et lucide. Il faut savoir se respecter
soi-même. C’est ainsi que l’on respecte les
autres, les personnes et les biens.
Quels avantages la Ville tire-t-elle d’un
événement d’une telle ampleur ?
Les fêtes sont un moment de partage, de joie
et de convivialité, qui est rare et très particulier à notre ville. Les Fêtes de Bayonne ne
ressemblent pas aux autres fêtes.
Ces fêtes font partie de notre patrimoine.
Nous y sommes attachés. Nous voulons qu’elles soient belles, nous voulons les pérenniser.
Pour ce faire, nous avons besoin de tous
les acteurs, car c’est ensemble que nous
les réussirons. La Ville n’en tire aucun autre
avantage que celui d’une réussite culturelle,
festive et amicale.
Bonnes Fêtes à toutes et à tous ! N
Jean Grenet
Maire de Bayonne
Président de la Communauté d’agglomération du BAB
Député des Pyrénées-Atlantiques
La journée des enfants
a lieu le jeudi
des fêtes.
5
6
Action publique
Jeunesse
BIJ
Une aide sérieuse
à la mobilité européenne
Depuis février, une convention a été signée entre la Ville et l’association Les chemins
de l’Europe pour inciter les jeunes à la mobilité européenne. Nathalie Chevrit en est
la cheville ouvrière. Rencontre.
Bayonne Magazine : Quels sont les outils
dont disposent les jeunes dans leurs projets
de mobilité européenne ?
Nathalie Chevrit : Il en existe plusieurs. Les
plus connus sont les programmes Socrate,
destiné aux étudiants, et Leonardo, axé sur
la formation professionnelle. Pour ma part,
je m’occupe surtout de Jeunesse en action,
un autre programme de la Communauté
européenne qui s’intéresse aux jeunes qui
n’ont pas forcément de qualifications ou de
connaissances en langues.
Nathalie Chevrit,
directrice de l’association
Les Chemins de l’Europe.
B.M. : Quels types de projets leur sont proposés ?
N. Chevrit : Beaucoup d’animations avec des
enfants, sur des thématiques d’éducation à
l’environnement, des activités de loisirs dans
des camps de vacances, des projets dans des
maisons de retraite ou auprès de publics handicapés, des projets environnementaux, dans
des fermes pédagogiques, etc.
« Fabrique à projets »
L’association Les Chemins de l’Europe va bientôt être
labellisée « Fabrique à projet », du nom d’une association
paloise qui aide les jeunes de 16 à 25 ans à créer un
événement, monter une association, voire une entreprise.
B.M. : Comment votre interlocuteur choisit-il
son projet et comment cela se passe-t-il ?
N. Chevrit : Il se passe entre trois et six mois
entre l’idée et sa concrétisation à l’étranger.
Dans un premier temps, je reçois le volontaire
intéressé (NDLR : le programme est ouvert
aux 18-30 ans), je m’intéresse à son profil,
ses motivations, mais aussi à son contexte
familial : est-il déjà aller à l’étranger, y a-t-il
des freins au voyage dans sa famille ou dans
son entourage, des peurs, etc. Ensuite, je le
renvois à une base de données où sont recensés tous les projets européens. Quand il en a
repéré un, nous revoyons le C.V. ensemble
et il postule. S’il est retenu, je m’occupe de
toute la partie administrative, qui est énorme
(l’équivalent d’une ramette de papier par
candidat) et de la préparation du voyage, qui
dure de deux mois à un an.
B.M. : Qui contrôle le contenu des projets ? Y
a-t-il des filtres ?
N. Chevrit : Les projets sont portés par des
associations à but non lucratif ou des collectivités. Ils sont transmis à l’agence nationale
pour le programme Jeunesse en action – il
en existe une dans chaque pays, qui retient
les projets les plus sérieux et les plus fiables.
Sur place, les volontaires sont suivis par des
correspondants locaux, comme moi pour les
Landes et les Pyrénées-Atlantiques, avec mon
agence Les Chemins de l’Europe. Des rencontres sont proposées chaque mois ou plus si le
besoin s’en fait sentir. En général, les choses
se passent plutôt bien et les volontaires ne
viennent pas me trouver si souvent. Cela veut
dire qu’ils ont réussi leur intégration.
Action publique
7
Jeunesse
B.M. : Quels sont les organismes labellisés
dans la région ?
N. Chevrit : L’auberge de jeunesse de Biarritz,
Emmaüs, l’association Landes musique amplifiée et le Point information jeunesse de
Ciboure. L’université de Pau et des Pays de
l’Adour, la mairie de Charitte-de-Bas et le
Foyer des jeunes travailleurs de Dax sont en
cours de labellisation.
B.M. : Quelles sont les destinations les plus
prisées par les Français ?
N. Chevrit : Le Royaume-Uni est très prisé,
mais il y a peu de places. En même temps, j’ai
fait partir deux jeunes en Suède l’an passé. Ils
sont revenus quasiment bilingues en anglais.
Il n’est donc pas toujours impératif de partir
au Royaume-Uni pour apprendre l’anglais.
L’Espagne est naturellement très demandée
également. J’ai aussi envoyé des jeunes en
Géorgie pour une association qui s’occupe
d’enfants de la rue, en Bulgarie, et plus communément en Italie ou en Grèce. N
Le 9 mai au Bij, Nathalie Chevrit a organisé une journée européenne avec la participation de quatre volontaires : Julia Borda,
Allemande ; Pavel Berky, Slovaque ; Marco Campagna, Italien ;
et Jan Liharik, Tchèque. Elle reçoit les futurs jeunes volontaires
européens tous les vendredis matins, au Bureau information jeunesse, 71 rue Bourgneuf, ou sur rendez-vous au 06 10 84 64 43.
Spectacle de cirque à Emmaüs
Avec l’aide d’un programme d’échanges européens, deux groupes
de jeunes venus de Turquie, Géorgie, Grèce, Pologne, Italie,
Portugal, Allemagne, Roumanie et Bosnie se retrouveront en juillet
et août à Emmaüs pour s’initier aux arts du cirque. À l’issue de leur
stage (d’une durée d’un mois pour chaque groupe), ils donneront
un spectacle, qui aura lieu les 26 juillet et 23 août à Tarnos.
8
Action publique
Déplacement
CIRCULATIONS DOUCES
Le prêt de vélos simplifié
À l’occasion de la fête du vélo, la procédure de prêt de vélos a été simplifiée.
Une carte d’abonnement gratuit, ainsi que la mise en place d’un contrat de groupe sont
désormais proposés au public. Le nombre de points de prêts a également été multiplié.
La Fête du vélo à Bayonne
a eu lieu pour la première fois
les 7 et 8 juin.
verso
>
> ent : 05 59 46
on Stationnem
Bayonne Gesti
63 50
Les points de prêts
Office de tourisme,
place des Basques,
de 9h à 19h du lundi au samedi
et de 10h à 13h le dimanche
(jusqu’au 31 août)
Maison de la Ville,
3 bis av. de Jouandin, de 9h15 à
12h15 et de 13h30 à 17h30 du
lundi au vendredi
Maison des associations,
11 allée de Glain, de 9h à 19h du
lundi au samedi
À partir de septembre 2008 :
Bureau Information Jeunesse,
place Marc-Aubert, de 9h à 12h30
et de 14h à 18h du lundi au
vendredi
Les parcs de stationnement :
Vauban, 1 avenue des allées
Paulmy, de 9h à 12h et de 14h30 à
17h du lundi au vendredi ; Paulmy,
allée de la Poterne, de 7h30 à 21h
du lundi au samedi ; Tour-de-Sault,
avenue du Chanoine-Lamarque ;
Sainte-Claire, place de l’Arsenal ; la
Gare, place Sainte-Ursule de 7h30
à 21h tous les jours
Les vélos orange roulent d’un très bon train ;
leur attrait va croissant. On a pu le constater
lors de la fête du vélo qui a eu lieu les 7 et
8 juin à Bayonne, au même titre que dans
300 autres villes de France. Leur usage,
réservé aux plus de quinze ans (accompagnés
par les parents pour les mineurs), présente en
effet plusieurs avantages : on les emprunte
gratuitement, ils ne polluent pas et se garent
plus facilement, ils prennent trois fois moins
de place sur la chaussée et dix fois moins sur
une place de stationnement qu’une voiture,
ils sont confortables avec six vitesses et une
selle rembourrée ; pédaler est excellent pour
la santé, etc. Pour en faciliter l’accès, une
formule d’abonnement annuel a été mise
en place. Une fois le contrat établi, il suffit
de présenter sa carte dans un des points de
prêts, pour repartir gratuitement avec un vélo,
et ce pour quelques heures seulement ou la
journée. Le même type de contrat est également valable pour un groupe, une famille
par exemple, qui aurait l’habitude de voyager
régulièrement ensemble et à bicyclette. N
Pour s’abonner
Pour obtenir une carte d’abonnement, il suffit de se présenter muni d’une photo
d’identité et d’un chèque de caution de 150 ` (qui sera rendu à l’issue du
contrat) au bureau des formalités simples de la mairie, place de la Liberté,
ou à la Maison de la Ville, au 3 bis avenue de Jouandin.
Renseignements : 05 59 46 66 72 / 05 59 55 80 10.
Action publique
9
Vie sociale
TIC
Une Cyber-base ouverte à tous
La Cyber-base qui a ouvert en février rue Bourgneuf est ouverte
à tous types d’usagers. En plus de répondre aux besoins des particuliers,
des ateliers sont également conçus pour répondre aux projets éducatifs
menés dans les écoles primaires.
« On trouve vraiment tous types d’usagers
à la Cyber-base de la rue Bourgneuf : de la
grand-mère qui communique par courriel au
quadragénaire qui vient retoucher ses photos
puis au jeune qui vient jouer en réseau ou
"chatter", les usages sont très diversifiés »,
commente Sylvie Durruty, adjointe au maire
déléguée aux Technologies de l’information
et de la communication. Dans un local qui
lui est propre, la Cyber-base emploie trois
animateurs, Didier Stupfel, Sébastien Lasserre
et Arnaud Nevers. Ils conseillent et organisent
des ateliers de découverte d’un PC, d’initiation
et de perfectionnement à Internet ou tel type
de logiciel. Pendant la fête de l’Internet, un
atelier d’initiation à la visioconférence, grâce
au logiciel Skype, a par exemple été proposé
au public. Dix postes connectés sont en accès
libre. Tous les mois, un programme d’ateliers
est établi, auquel les adhérents ont gratuitement accès.
Partenariat avec les écoles
« Depuis que la Cyber-base est entrée dans
ses nouveaux locaux, des partenariats avec les
écoles ont été mis en place, » reprend Sylvie
Durruty. Le plus avancé concerne l’école du
Grand-Bayonne, avec les classes de CE2 et
CM1. Sur plusieurs matinées, les élèves de
CE2 ont participé à des ateliers dessins sur
Photoshop, tandis que les CM1 créaient un
petit film d’animation grâce au logiciel Flash.
Ces ateliers entraient dans le cadre des projets
pédagogiques des deux classes de l’école. Et
cela fait plusieurs années que la Ville mène
des actions dans le sens de l’initiation des plus
jeunes aux TIC. L’espace numérique de travail
e-b@n, expérimenté dans six écoles bayonnaises, en est la parfaite illustration. » N
Le prix des abonnements
Pour profiter des services de la Cyber-base, il est nécessaire de prendre
un abonnement à l’année. À titre d’exemple, une carte individuelle coûte
15 ` à un Bayonnais, 20 ` au résident d’une autre commune et 10 `
aux demandeurs d’emploi, RMistes et moins de 18 ans. Il existe des tarifs
spécifiques aux associations et familles. La carte d’adhérent donne aussi
accès à la Cyber-base de l’Espace socioculturel Sainte-Croix.
Le programme mensuel des ateliers est téléchargeable sur
www.bayonne.fr > Vie citoyenne > Bayonne pratique >
Bayonne @ccès internet
Cyber-base, 71 rue Bourgneuf. Tél. : 05 59 15 10 91.
10 Action publique
Écologie
HABITAT
Les enjeux de l’éco-construction
Jusqu’au 27 juillet,
une exposition
consacrée à
l’habitat écologique
est présentée à
la Maison des
Barthes, à la plaine
d’Ansot. L’occasion
de faire le point
sur une demande
grandissante dans
ce domaine.
Entretien avec
Martine Bisauta,
adjointe au maire
déléguée au
Développement
durable et à la
Participation
citoyenne.
> Martine Bisauta, adjointe au maire
déléguée au développement
durable et à la participation
citoyenne.
Exemple de maison écologique
à ossature bois
Action publique 11
Écologie
Bayonne Magazine : Le public semble
de plus en plus intéressé à l’écoconstruction. L’exposition présentée
à la Plaine d’Ansot lui permet-elle de
trouver des repères dans ce domaine ?
Martine Bisauta : L’exposition a pour but
de sensibiliser et d’informer le consommateur sur les avantages de tel ou tel matériau naturel et sur son mode opératoire.
Le public peut toucher ces matériaux,
visualiser leurs aspects et mieux comprendre leurs fonctionnements. L’exposition
cherche à les sensibiliser et à leur apporter
des réponses, parfois à l’encontre d’idées
reçues. En ce sens, cette exposition présentée avec l’aide du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement
remplit parfaitement son rôle. Le public,
qu’il soit novice ou averti, y trouve des
réponses.
B. M. : La collectivité doit-elle aller plus
loin en terme d’informations ?
M. Bisauta : Je le crois, oui. Convaincue
de longue date du bien-fondé d’un usage
écologique des choses, j’ai souvent été
consultée sur l’opportunité d’installer tel
ou tel type de chauffage, tel ou tel type
d’isolant, etc., alors que je ne suis pas une
spécialiste de la question. Et, je me suis
rendu compte que le public en général
était un peu perdu, que l’information
diffusée sur Internet, notamment, pouvait
induire en erreur. Elle n’est pas toujours
objective, a parfois des visées commerciales et peut être parcellaire. Du côté
des professionnels, les usagers peuvent là
aussi être trompés, parfois même détournés d’une volonté écologique, tout simplement parce que les artisans ne sont pas
tous formés à l’installation de ces nouveaux matériaux. Certains le sont maintenant, mais le souci pour l’usager est alors
de savoir où les trouver. Mon idée serait
de mettre les intéressés en réseaux avec
l’espoir, qu’à terme, les artisans créent
eux-mêmes leur réseau. Certains artisans
se sont déjà fait connaître à l’issue de leur
visite de l’exposition à la Plaine d’Ansot,
et j’aimerais aller plus loin en aménageant
un pôle d’informations permanent. Ce
serait un lieu ressources où du personnel
formé aux questions écologiques renseignerait le public sur les techniques
existantes, les interlocuteurs adaptés, les
aides financières à solliciter…
B.M. : Où se situerait ce lieu et quand
ouvrirait-il ?
M. Bisauta : Il devrait se situer rue
Bernède, et s’appellera Écologie - Bayonne
Info. Mais, bien que localisé à Bayonne, il
sera utile à tout le bassin de vie bayonnais.
Sa date d’ouverture n’est pas encore fixée.
Nous en sommes à la phase de réflexion
et de mise en œuvre. N
ÉcoConstruire a été produite
et réalisée par le Conseil d’Architecture,
d’Urbanisme et de l’Environnement
des Pyrénées-Atlantiques (C.A.U.E. 64),
en partenariat avec la Ville de Bayonne
et la Communauté d’agglomération
de Bayonne Anglet Biarritz.
Maison des Barthes,
tous les jours sauf le lundi,
de 10h30 à 18h.
Entrée libre.
Définitions clés
Le développement durable
permet de répondre aux besoins
des générations actuelles
sans compromettre la capacité
des générations futures à
répondre aux leurs. Il doit être
économiquement efficace,
socialement équitable et
écologiquement soutenable.
L’éco-construction apparaît dans
les années 1960, pour contrecarrer
la construction de masse, liée à la
consommation de masse. Dans l’écoconstruction, le concepteur recherche
l’harmonie avec l’environnement,
le confort et la santé des occupants,
l’économie des ressources
(matériaux, énergie, eau).
Pique-nique
en bord de Nive
Une dizaine de tables de
pique-nique ont été mises
en place à la plaine d’Ansot,
en bordure de Nive. Une
mini-déchetterie, avec possibilité de trier ses déchets,
est installée sur cette aire
de pique-nique. Elle a été
construite par les Compagnons du Tour-de-France, à
l’occasion de démonstrations
effectuées en appui à l’exposition. L’aire est accessible au public aux horaires
d’ouverture de la plaine
d’Ansot.
Plaine d’Ansot, tous les jours
sauf le lundi, de 9h30 à 20h.
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
dossier
POUR EN SAVOIR PLUS >
w w w. b ayo n n e. f r
Tout pour bien
faire la fête
Des animations riches et de qualité,
un important dispositif de communication et de prévention,
un maintien de la propreté et de la sécurité exigeant :
toutes ces actions sont menées pour rendre
la fête véritablement belle. Un équilibre ténu
qui nécessite la participation et les efforts de tous.
Explications.
14 - Un maximum de détente
et de joie de vivre
16 - Comment jouer la carte
de la propreté ?
18 - Pour que la fête soit belle !
20 - Les fêtes mode d'emploi
14 Dossier
FÊTES DE BAYONNE
Du 30 juillet au 3 août, les Fêtes de
Bayonne offrent un temps de détente
et de joie de vivre à toutes celles et tous
ceux qui souhaitent en partager l’esprit.
Pour en profiter pleinement, des rendezvous musicaux, chantés et dansés sont
proposés au public. Ils sont aussi l’occasion
de s’initier et découvrir ou faire découvrir
une certaine façon de faire la fête.
> Henri Lauqué (à droite) et
Thomas Jaussaud (à gauche)
devraient être nommés respectivement
président et vice-président de
la future commission extra-municipale
des Fêtes, à l’issue de la séance
du Conseil municipal du 24 juillet.
Un maximum de détente et
> En soirée, des bandas
animent les rues.
La notion de « faire les Fêtes » et non d’y
assister en simple spectateur a toujours été
d’importance pour les festayres accoutumés.
Celle du « savoir-fête » en découle. Pour permettre à la multitude de personnes présentes,
parfois tout à fait novices, de s’impliquer
dans ce « savoir-fête », le comité des Fêtes
de Bayonne, que préside Henri Lauqué, s’est
toujours préoccupé du contenu des Fêtes,
de son programme. Il est appuyé en ce sens
par des techniciens de l’Office de tourisme.
Aux quatre coins de la ville, il est possible de
se divertir en écoutant des voix de chœurs
d’hommes, sur un répertoire de chants basques en particulier. « Le concert de l’ensemble
vocal Aizkoa, qui se présentera le jeudi à 18h
Dossier 15
FÊTES DE BAYONNE
> Tout le monde est invité à
participer aux danses traditionnelles
lors du dantzazpi et du karrikaldi.
de joie de vivre
à l’église Saint-Esprit, est à ce titre remarquable, commente Henri Lauqué. Sur un autre
registre, espagnol cette fois, je conseillerais
d’aller voir et écouter les Joteros, qui se produiront rue d’Espagne le samedi matin. Mais
il m’est difficile de faire des choix, tant nous
essayons de miser sur la qualité des groupes
présentés dans ce programme. Nous sommes sur ce point aidés par les représentants
d’associations culturelles locales, dont Pierre
Haira, professeur et grand défenseur de la
gaita. Il est l’un des pionniers, ayant importé
cette cornemuse basque espagnole des Fêtes
de Pampelune aux Fêtes de Bayonne. Pour
mieux faire connaître cet instrument, nous
programmons un concert orgue, gaita, txistu
à la cathédrale Sainte-Marie. L’un des axes
des Fêtes est aussi la promotion de la culture
locale. »
Apprendre les danses basques
Une autre façon de faire la fête est d’entrer
soi-même dans la danse, en participant au
Karrikaldi, littéralement « danse dans la rue,
danse de rue ». Cette animation, portée par
les associations Leinua et Ibaialde, a vu le
jour à partir des bals traditionnels basques.
« Ces bals étaient en perte de vitesse, explique Roger Goyenetche, l’un des initiateurs
du projet. Pour leur redonner vie, nous avons
d’abord créé le Dantzazpi qui permettaient
aux gens d’apprendre et de reprendre en
groupe les pas de danses traditionnelles.
Sur cette manifestation s’est ensuite greffé
le Baionan Kantuz, qui leur permettait
également de chanter. Et aujourd’hui, en
prélude aux danses et chants, ils peuvent
assister à un spectacle donné par des jeunes talents de la danse basque. L’ensemble
de la manifestation se terminant par un bal
traditionnel. » L’engouement est tel que le
public se donne rendez-vous toute l’année
durant pour répéter et reprendre des pas
ensemble, partager un moment de joie le
week-end, aux halles de Bayonne pour le
chant et en différents quartiers de la ville et
des environs pour la danse.
Le soir venu, des orchestres animeront les
quatre coins de la ville. Des bandas de cuivre
et notamment la très appréciée Txaranga
de Saint-Sébastien, avec un répertoire très
latino, animeront les rues. « Le fondement
des Fêtes, c’est vraiment d’écouter différentes couleurs musicales, reprend Henri Lauqué.
La musique représentative de l’identité culturelle basque espagnole en fait partie. Elle y
a évidemment toute sa place au même titre
que de multiples autres répertoires. » N
Retrouvez l'actualité des fêtes
dans le JT quotidien sur
www.fetes.bayonne.fr
90 décibels,
pas plus !
Pour éviter les excès en
matière de sonorisations,
deux agents municipaux
circulent dans les rues de
la ville à partir de 20 h le
soir et jusqu’à 3 h du matin.
Leur mission : faire la chasse
aux décibels ! Équipés de
sonomètres, ils vérifient
que la réglementation est
bien suivie, à savoir que
les émetteurs de musique
restent dans la limite des
90 décibels !
16 Dossier
FÊTES DE BAYONNE
À l’issue d’un rassemblement tel que celui des Fêtes de Bayonne,
un problème se pose : celui de la gestion des détritus. Les tonnes de déchets
sont collectées chaque jour par 130 agents ! L’effort municipal a atteint sa limite.
Les actions mises en place cette année visent à limiter les dégâts.
Comment jouer la carte
> La plus grosse pollution est
celle des gobelets en plastique
qui représentent la moitié du volume
de déchets collectés.
« Quand on connaît le volume de déchets
collectés pendant les Fêtes de Bayonne, il y
a de quoi s’alarmer, déclare Jean-Luc Duten,
responsable du service municipal Propreté. Le
ramassage et le nettoyage se font entre 3 h
et 9 h du matin. 130 volontaires sont recrutés
pour cela. Ces efforts de la collectivité ont
atteint une limite qui devient ingérable. Nous
sommes donc dorénavant obligés d’agir en
amont, par un programme de prévention et
de sensibilisation. »
Que faire ? Telle est la question que se pose
la collectivité face aux abus de festayres
irresponsables. Plusieurs acteurs se mobilisent pour tenter d’y répondre : la Ville de
Bayonne, la Communauté d’agglomération
du BAB, qui gère la collecte des déchets, et le
syndicat Bil Ta Garbi, qui en assure le traitement (et qui soutient la mise en place du Baso
Berri, verre consigné et réutilisable). Un partenariat a notamment été signé avec la CABAB
pour la mise en place de bacs d’apport
volontaire (micro-déchetteries) auprès des
espaces repos, ainsi que pour l’utilisation des
conteneurs enterrés, qui étaient jusqu’alors
hors service pendant les Fêtes, et ce, pour
des raisons de sécurité. Ils sont en place en
une trentaine de points du centre-ville et à
Saint-Esprit. Près des micro-déchetteries, des
spécialistes du tri et de la gestion des déchets
se mobiliseront pour sensibiliser le public.
Une sensibilisation du public accrue
Pour étayer ce plan, une communication de
ce dispositif Propreté sera mise en place. Elle
viendra compléter la campagne « Pour que la
fête soit plus belle » lancée en 2007 sur les
risques encourus par les auteurs de violence à
caractère sexiste et sur ceux liés à la conduite
en état d’ivresse. En plus de l’édition d’affiches, L’indispensable des Fêtes sera réédité,
Dossier 17
FÊTES DE BAYONNE
130 agents
au nettoyage !
de la propreté ?
de même que le kit des Fêtes, destiné aux
professionnels (cafetiers, restaurateurs,…).
On trouvera toutes les informations nécessaires à mieux vivre les Fêtes dans tous les points
d’accueil habituels, ainsi qu’au Point info
Fêtes, rue Bernède. Ces informations seront
aussi téléchargeables depuis le site Internet
de la Ville de Bayonne (www.bayonne.fr) ou
depuis celui des Fêtes (www.fetes.bayonne.fr).
L’exposition itinérante initiée l’an dernier sera
complétée et reconduite. Présentée par des
jeunes à destination d’autres jeunes, elle vise
à prévenir les conduites à risques en amont
de la manifestation.
En terme de sensibilisation, enfin, une animation pédagogique sera menée par l’association Surfrider pendant la journée des
enfants, qui a lieu chaque année à la Poterne
le jeudi. N
Pour en savoir plus :
www.fetes.bayonne.fr
où un forum de discussion est ouvert
« Le nettoyage : un match auquel tous participent ! »
Clément Soulé, président de l’Union des cafetiers
Bien connu des Bayonnais, Clément Soulé a tenu
pendant quelque trente ans le café des Pyrénées,
au Petit-Bayonne. Bien qu’ayant quitté le métier,
il reste président de l’Union des métiers de
l’industrie hôtelière du Pays Basque, et viendra
« donner un coup de main pendant les Fêtes. » Il
garde un excellent souvenir de l’aspect « nettoyage
en commun » de la voie publique, parce que
chaque matin à l’aube, « rendre la ville propre et
présentable pour le lendemain est devenue l’affaire
de tous. C’est un match auquel les cafetiers et les
restaurateurs du quartier participent aux côtés du
service municipal Propreté. Et tout cela se passe
dans une ambiance bonne enfant ! Chacun balaie
> Clément Soulé, président
les débris, des verres en plastiques principalement,
de l’Union des métiers de l’industrie
amassés devant sa porte, et les rassemble dans
hôtelière du Pays Basque
un coin. » Sur la question de la pollution par le
volume de verres en plastique collectés, pas de solution visible pour le moment.
« Les verres en plastique sont incompatibles avec le respect de l’environnement, et
c’est la pollution majeure. D’un autre côté, les verres en verre sont incompatibles
avec la sécurité des usagers, et incompatibles avec le rythme de travail des cafetiers
en période d’influence, le soir en particulier. Par contre, je pense que l’effort des
commerçants en faveur d’une jolie décoration et d’une bonne tenue de leur bar
influe positivement sur le comportement du client. La tenue vestimentaire aussi,
d’ailleurs. À ce sujet, plus de la moitié des cafetiers portaient le t-shirt Pour que
la fête soit plus belle, l’an dernier. Et je pense que cette image témoigne d’une
unité entre nous, tout à fait respectable du point de vue du client, également. »
La mobilisation du
personnel municipal
pendant les Fêtes de
Bayonne est d’importance.
Pendant cinq jours,
130 agents ramassent
les débris laissés à
l’abandon sur les espaces
publics, soit un volume
de 900 m³ environ. Il faudra
encore deux semaines
aux 49 agents du service
Propreté pour ramener la
ville dans son état
de propreté initial. En plus
du travail manuel,
quatorze balayeuses
et laveuses collectent
245 tonnes d’ordures
ménagères sur ces cinq
jours. Sur ces quatorze
machines, huit d’entre elles
sont prêtées par
les Villes de Tarbes,
Bordeaux, Dax, Anglet
et Biarritz. La plus grosse
pollution engendrée
par ces nombreux déchets
est celle des gobelets
en plastique, qui sont
non recyclables et qui
finissent enfouis.
> Les conteneurs pourront être
utilisés pendant toute
la durée des Fêtes.
18 Dossier
FÊTES DE BAYONNE
L’an dernier, une impulsion nouvelle avait été donnée
aux Fêtes de Bayonne. À travers une campagne de
communication et le renforcement de la prévention,
les acteurs des Fêtes de Bayonne étaient invités à plus de
responsabilité. Ce programme a reçu un accueil favorable :
il est donc poursuivi.
Pour que la fête soit belle !
> Le Point Info Fêtes,
rue Bernède, est ouvert
de 10 h à 3 h
sans interruption.
« Nous avons crée ce
logo pour montrer nos
attachements aux valeurs de
la fête. Ceux qui le portent
en sont les ambassadeurs.
Ce logo indique plus
particulièrement les lieux
où les femmes sont assurées
d'être protégées face aux
violences sexistes. »
Martine Bisauta, adjointe
au maire déléguée au
développement durable et à
la participation citoyenne.
La fermeture des Fêtes à 3 h avait déjà permis de limiter les excès liés à l’alcoolisation
notamment. Les moyens de prévention ont
été renforcés l’an dernier avec des volontaires
de la Croix-Rouge, de la CPAM, de l’Association nationale de Protection civile, du Rotary
Club, de la Maison de la Vie citoyenne du
centre-ville, du Moto Club Agora et du Rotary
Club. Une campagne de communication avait
encore enfoncé le clou en rappelant aux
auteurs de délits les risques qu’ils encouraient.
Cette façon d’appréhender les Fêtes, révélant
les répercussions possibles d’un tel rassemblement et sollicitant le public sur son sens
de la responsabilité, a été jugée favorable. L’expérience sera donc reconduite cette
année : transports en commun renforcés
jusqu’à 23 h, accueil dans deux aires de
camping aménagés pour l’occasion, postes
de secours au nombre de quatre cette année,
espaces repos maintenus, signalisation des
points repères à l’aide de gros ballons, etc.
(voir pages 20 et 21).
La prévention par des spécialistes
Sur le camping de la Floride par exemple, qui
a accueilli près de 1 000 tentes en 2007, soit
3 000 personnes environ, trois éducateurs de
prévention sont intervenus du jeudi au lundi
matin de 9 h à 14 h. Ils accueillaient le public,
souvent jeune et mal informé du contenu des
Fêtes, transmettaient des informations pratiques (le guide L’Indispensable des Fêtes, où
trouver les douches, comment se repérer,…),
donnaient des plans de la ville… Cette simple
action a été extrêmement bénéfique aux
jeunes qui pouvaient discuter d’éventuelles
difficultés rencontrées pendant la nuit, prendre un café en compagnie d’adultes le matin,
etc. Elle est venue complétée l’accueil du
public dans les points repos, ouverts de 10h
à 3 h. Dans ces espaces, au nombre de trois,
possibilité est donnée de s’asseoir, se reposer,
discuter, prendre un café et mesurer son taux
d’alcoolémie. Gérard Larrenduche, bénévole
à la Croix-Rouge témoigne du bien-fondé de
l’initiative : « ancien secouriste impliqué à la
Dossier 19
FÊTES DE BAYONNE
> La même campagne
de communication sera menée
cette année, sur le thème
des risques encourus par
une alcoolisation excessive
ou des violences
à caractère sexiste.
Un volet incitant au respect de
l’environnement et à la propreté
y est ajouté cette année.
Croix-Rouge depuis plusieurs années, je trouve important de miser sur l’aspect préventif
des choses. À l’espace repos de l’avenue
Paul-Pras, nous accueillons beaucoup de gens
qui viennent vérifier leur taux d’alcoolémie
avant de reprendre la route. Nous assistons là
à une évolution importante des mentalités :
cela veut dire que celui qui prend la route sait
qu’il ne doit pas conduire en état d’ivresse.
Certains étaient parfois surpris par leur taux,
alors ils restaient un moment à discuter avec
nous, en attendant que leur taux baisse. Une
autre évolution que j’ai pu noter, c’est la
tendance des gens du pays à venir pendant
la journée, plutôt que la nuit. Ils prennent
un apéritif, mangent entre amis, vont danser
et viennent nous voir avant de reprendre la
route… Ces évolutions révèlent l’efficacité
des mesures préventives ! »
Une consommation freinée
La même tendance s’est avérée au Point
Info Fêtes, ouvert l’an dernier, rue Bernède.
« Le public accueilli était très varié, explique
Véronique Bartassot, qui y travaillait. Du
vacancier aux gens du cru, tous étaient bien
contents de trouver un lieu calme, où l’on
pouvait les renseigner. J’ai eu l’impression
d’être vraiment utile, de servir de relais avec
les espaces repos et parfois le centre de
secours. Je n’ai jamais ressenti aucune agressivité, l’ambiance était plutôt bonne enfant.
J’ai pu noter, chez de nombreux jeunes, une
certaine inquiétude par rapport à leur taux
d’alcoolémie. Beaucoup m’ont demandé où
ils pouvaient se procurer un éthylotest. Je les
envoyais dans un espace repos. »
Prévention sur les plages
Pour prévenir les conduites à risques (alcool,
violences sexuelles,…), la Ville a également
signé un partenariat avec la Maison de la Vie
citoyenne Balichon, qu’elle reconduit cette
année. Grâce à une subvention municipale,
la MVC engage neuf jeunes pour faire de la
prévention sur les plages et dans les grandes surfaces pendant toute la semaine des
Fêtes : porter une tenue appropriée, en blanc
et plutôt en pantalon pour les filles, rester
propre et ne pas systématiquement jeter son
gobelet sur la voirie ou dans la Nive, veiller à
son verre et rester vigilant sur les rencontres
effectuées… « Le message transmis par des
jeunes à des jeunes passe plus facilement,
commente Emmanuel Lejarre, animateur
socioculturel à la MVC Balichon, et responsable de l’équipe. En plus d’une certaine
efficacité dans l’action, les jeunes que nous
embauchons acquièrent ainsi une expérience
professionnelle. L’an passé, nous avions un
élève infirmier et des jeunes en formation
dans le domaine de l’animation, mais ceci
n’est pas un critère de recrutement. Pour les
jeunes, travailler à l’occasion des Fêtes leur
donnent l’occasion de les faire autrement, de
l’intérieur. » N
> Il est possible de tester
son alcoolémie dans les
trois espaces repos.
Des actions
à la Commission
européenne
Les actions de prévention
menées pendant les Fêtes
de Bayonne ont produit
leur effet. En mai 2007,
l’initiative a été présentée à
la Commission Européenne
par le service Prévention de
la CPAM. Voici un extrait du
rapport : « durant les fêtes
de Bayonne, une campagne
de communication
sur les risques liés à la
consommation excessive,
ainsi qu’un espace repos
distribuant des éthylotests
aux conducteurs ont tout
particulièrement été mis en
place. Un partenariat est
mis en place depuis 1999
avec le service Jeunesse de
la Mairie de Bayonne et les
associations, au moment
des fêtes. En 2005, 2 espaces
de repos ont ainsi pu
fonctionner en partenariat
avec la Croix-Rouge,
l’Association Départementale
de la Protection Civile, les
Alcooliques Anonymes,
l'ANPAA, la Maison de Vie
Citoyenne de Bayonne centre
ville et deux grandes surfaces
de l'agglomération. Plus
de 6.000 personnes d’une
moyenne d'âge de 30 ans
ont fréquenté les espaces
repos pour "récupérer" de
la fête autour d'une tasse
de café ou d'une soupe. »
20 Dossier
FÊTES DE BAYONNE
Le point Infos Fêtes pour s’informer, des postes de secours
en cas d’urgence, des points de repères balisés
pour se retrouver, et toute une foule d’informations pratiques
pour bien s’organiser avant et pendant les fêtes.
Les fêtes
sLes horaires de fermeture
Le centre-ville est fermé dès 15 h le mercredi de
l’ouverture. Les jours suivants, il est fermé de 11 h à
7 h le lendemain matin.
Les débits de boissons ouvrent à 9 h et ferment
à 3 h tous les jours des Fêtes. Les peñas ferment à
5 h du matin mais ne servent plus d’alcool à partir
de 3 h.
Les postes de secours
Changement cette année : le poste principal est à la
Maison des associations, 11 allée de Glain – Les
postes secondaires sont au lycée Paul-Bert, place
Paul-Bert (derrière l’église Saint-André), à l'École du
Grand-Bayonne, rue Albert-Ier et à la Crèche du
quai Chaho, quai Chaho.
Les appels vers les services de secours
doivent se limiter aux seules urgences - Tél : 18.
En cas de blessure légère, les festayres doivent
se déplacer vers les postes de secours.
Le point Infos Fêtes
C’est le point central en terme de service des Fêtes.
Situé au cœur de la fête, rue Bernède, devant la
Mairie, il est accessible tous les jours de 10 h à 3 h
sans interruption. Il propose toute l’information
pratique : L’Indispensable des Fêtes, le plan, le programme.
Les points repères
Sept ballons lumineux blancs portant des chiffres
verts balisent la ville et permettent de se repérer
dans les rues et de se donner rendez-vous à des
points visibles de tous. Ils sont situés comme suit :
n°1, espace repos square Gambetta à Saint-Esprit ;
n°2, espace repos place des Basques ; n°3, rue
Bernède devant le point info Fêtes ; n°4, sur les
bords de la Nive, quai Roquebert ; n°5, espace repos
derrière l’Aviron Bayonnais, avenue Paul-Pras ; n°6,
sur le mail Chaho-Pelletier ; n°7, au niveau de
l’École du Petit-Bayonne, rue de Ravignan (près du
poste de secours du gymnase Paul-Bert).
Dossier 21
FÊTES DE BAYONNE
mode d'emploi
Les espaces de repos
Les trois espaces sont situés Avenue Paul-Pras
(derrière l’Aviron Bayonnais), place des Basques
(devant l’Office de tourisme) et square Gambetta
(en amont du pont Saint-Esprit). Ouverture dès le
mercredi 30 juillet à 17 h, puis toutes les nuits de
23 h à 4 h. A coté des trois espaces de repos se
trouvent des micro-déchetteries.
Avant de quitter la fête, une tasse de café ou un bol de
soupe chaude accompagnés d’une collation vous sont
offerts. On peut également y tester son alcoolémie avant
de reprendre son véhicule.
Les transports
La circulation et le stationnement sont interdits dans
les lieux et sur les axes de sécurité. Les véhicules stationnés sur l’axe de sécurité et de secours (matérialisé
par les barrières) seront mis en fourrière. Les bus,
cars et trains urbains et inter-urbains sont renforcés
jusqu’à 23 h. Dernière arrivée sur Bayonne à 23 h et
derniers départ à 4 h (4 h 30 pour la SNCF).
Pour en savoir plus : pour le réseau inter-urbain :
Tél : 05 59 25 45 78 et 05 59 26 30 74
Le parking deux-roues
Il est situé place des Basques. Ouvert tous les
jours de 17 h à 4 h, dès le mercredi. Ce parking est
gardé.
Les campings
Deux aires d'accueil sont proposées : La Floride
(fléché en vert), 2000 places, avenue Raoul-Follereau,
ouvert du mardi 29 juillet à 14 h au lundi 4 août à
9 h, douches au gymnase – Mousserolles (fléché en
blanc), 1 500 places, avenue Duvergier-de-Hauranne,
ouvert du mercredi 30 juillet à 9 h au lundi 4 août à
9h, douches à Lauga. – Tarif unique : 40 ` par tente
pour les 5 jours. Sites gardés, interdits aux mineurs.
Pour en savoir plus : www.fetes.bayonne.fr
et sur France Bleu Pays Basque, 101.3 FM,
la radio des Fêtes.
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
vie de la cité
POUR EN SAVOIR PLUS >
w w w. b ayo n n e. f r
24 - Exposition
Peintures des XVIIe et XVIIIe siècles
« Le plaisir esthétique
vient après l’effort »
26 - Corridas
Des toros de légende dans les arènes
28 - Portrait
Véronique Erramuzpe,
tapissier d’ameublement
29 - Sport
Des champions à la pelle
30 - Patrimoine
Un escalier restauré
à la façon du XIXe
32 - Histoire
Les cimetières des Anglais
36 - Quartier
Éducation à l’environnement
à Arrousets
P 37 - Quartier
Sainte-Croix
Collégiens et maternelles à cœur joie
EXPOSITION
24 Vie de la cité
L’Admiration des bergers, Guy François, après 1630.
Ses peintures sont religieuses parce que commanditées par
des congrégations religieuses. Elles comportent une dimension sociologique puisqu’il peint des paysans de l’époque.
Peintures des XVIIe et XVIIIe siècles
« Le plaisir esthétique
vient après l’effort »
Les collectionneurs Monique et Edwin Milgrom prêtent trente-deux tableaux
de l’école française des XVIIe et XVIIIe siècles pour une exposition qui aura lieu
du 11 juillet au 13 octobre au musée Bonnat. L’occasion de poser un œil nouveau
sur cette période de l’histoire de la peinture française.
EXPOSITION
Bayonne Magazine : Les peintures des XVIIe
et XVIIIe siècles sont mal connues du grand
public, et pas toujours appréciées à leur
juste valeur. À quoi cela tient-il,
d’après vous ?
Edwin Milgrom : Pour des raisons de mode
et de défaut d’enseignement, les Français ont
complètement perdu le rapport avec la peinture française d’avant les Impressionnistes.
Cette situation est grave culturellement, parce
qu’elle crée un vide. À Versailles, même les
fresques et les peintures sont sur les murs. Les
Français s’y comportent comme des touristes
japonais qui ne savent pas plus ce que représente une peinture de cette époque que ce
qu’était la royauté. Les tableaux des XVIIe et
XVIIIe siècles sont aussi dans les églises et leurs
visiteurs ont été coupés de ce qui les entoure.
Mon deuxième reproche, je l’adresserai aux
médias qui influencent le monde de façon
extraordinaire et répétitive en nous présentant des expositions devenues obligatoires, au
Grand Palais, au Palais du Luxembourg, que
l’on voit dans de mauvaises conditions, tant il
y a du monde. Ces expositions sont devenues
des manifestations mondaines.
B.M. : Ceci est un constat. Mais que peut-on
faire pour y remédier ?
E. Milgrom : Se faire l’œil à cette peinture,
aller voir les peintures françaises des XVIIe et
XVIIIe siècles, passer un peu de temps dans
le musée de sa ville. On ne peut apprécier ce
genre de choses dans la seconde. Ce ne sont
pas des objets de consommation immédiate.
Il y a un effort à faire. Le véritable plaisir, le
plaisir esthétique, vient ensuite. On ne sait
pas skier ou jouer au tennis sans passer par
un apprentissage. En plus de se faire l’œil,
pour se mettre dans la situation d’un spectateur du XVIIe ou du XVIIIe siècle, l’effort de
lecture est important. En tout cas, il ne faut
pas voir ces tableaux comme quelque chose
de superficiel. Si l’on regarde l’autoportrait de
Nicolas Poussin au Louvre : sans aucune clé,
l’on se dit que c’est un beau tableau. Si l’on
pousse l’étude, l’on y voit une réflexion sur la
mort (une inscription rectangulaire est en fait
une pierre tombale et ce portrait est le dernier
de Poussin), puis une réflexion sur l’amitié : le
tableau a été commandité par un ami ; à l’arrière plan, un femme représente la peinture,
les deux bras qui l'étreignent signifient l'amitié que le peintre a pour son ami. Ce portrait
Vie de la cité 25
est très émouvant. Le plaisir esthétique vient
après s’être donné la peine d’aller voir dans
un livre. Et les gens se privent de beaucoup
de choses sans cet effort...
B.M. : Le thème religieux est par ailleurs
très représenté. N’y a-t-il pas aussi une
sorte de rejet de la peinture religieuse de la
part du public du XXIe siècle ?
E. Milgrom : En tout cas, ce serait une
erreur que de réduire la peinture des XVIIe
et XVIIIe siècles à de la « bondieuserie ».
Au Cambodge, l’art Khmer, c’est Bouddha.
Jusqu’au XVIIe siècle, la totalité de la production picturale française est religieuse. Cet art
pictural était dominant jusqu’à une époque
récente, parce qu’il était destiné aux églises.
De ce point de vue, on peut comprendre l’émotion du peintre sans être sensible
au phénomène religieux. Guy François, par
exemple, a surtout peint des scènes religieuses, parce que la religion était une source
d’inspiration et de richesse au Puy-en-Velay,
son village de naissance et lieu de passage du
pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.
Son tableau L’Admiration des bergers est une
rareté. Il est caravagesque par son éclairage
et extrêmement réaliste parce qu’il met en
scène des paysans de l’époque, originaires
du Puy, dans une adoration des bergers.
Ce peintre est peu connu. Beaucoup de ses
tableaux se trouvent dans le Sud-Ouest, la
plupart sont au Puy-en-Velay. On en trouve
peu dans les musées, et pourtant c’est un
peintre savant qui s’est formé à Rome et à
qui l’on prête des tableaux importants. N
Portrait du graveur
Johann Georg Wille, Greuze.
Ce portrait a été commenté par
Diderot dans La critique du salon
de 1765 : « Très beau portrait. C’est
l’air brusque et dur de Wille. C’est
sa roide encolure. C’est son œil,
petit, ardent, effaré. Ce sont ses
joues couperosées. Comme cela
est coiffé ! Que le dessin est beau.
Que la touche est fière ! Quelle
vérité et variété de tons ! ».
Parcours d’un collectionneur,
l’histoire, la fable et le portrait
Du 11 juillet au 13 octobre au musée Bonnat,
5, rue Jacques-Laffitte. Tél. : 05 59 59 08 52.
Ouvert TLJ de 10h à 18h et nocturnes
le mercredi jusqu’à 21h30 jusqu’à fin août, fermé
le mardi à partir du 1er septembre.
Le service éducatif du musée Bonnat
Le service éducatif du musée Bonnat est animé
par deux artistes plasticiennes. De septembre 2007
à juin 2008, près de 3500 élèves répartis en 150 classes
de Bayonne et de l’extérieur ont bénéficié
de ce service, tourné vers la découverte des Beaux-arts.
Le service éducatif du musée Bonnat
se déplace également dans les classes.
26 Vie de la cité
CORRIDAS
Temporada
Des toros de légende
dans les arènes
Cette année la Ville de Bayonne propose six corridas, une novillada piquée,
quatre sans picadors et une corrida à cheval (dite corrida de rejon).
Au programme, des têtes d’affiche comme Enrique Ponce ou El Juli.
Mais cette saison marque surtout le retour des ganaderias (élevages) légendaires.
> ENTRETIEN avec Olivier Baratchart, directeur des arènes de Bayonne
Bayonne Magazine : Quelles sont
les particularités de cette temporada ?
Olivier Baratchart : Nous revenons
cette saison vers des fondamentaux
avec le « Toro roi ». Des élevages légendaires seront à Bayonne : Miura pour
l’Espagne, Palha du Portugal et Yonnet
de France. Celui de Miura existe depuis
plus d’un siècle et demi et revient dans
nos arènes après vingt ans d’absence,
et la présence de Yonnet à Bayonne est
une première.
Bayonne Magazine : Qu’est-ce que
leur présence apporte au spectacle ?
O.B : Ces trois élevages mythiques
européens sont très redoutés par les
toreros et peu d’entre eux sont prêts à
les affronter. Ceux qui s’y frottent savent
les mettre en valeur et c’est un véritable
combat qui est livré devant les spectateurs. L’émotion est au rendez-vous de
chacune de ces rencontres si particulières : émotion de la lidia, du tiers des
piques… Autant d’ingrédients qui révèlent l’intégrité du spectacle taurin.
Bayonne Magazine : Quelles
vedettes seront présentes dans
les arènes ?
O.B : Le grand El Juli sera présent
pour la corrida du 15 août. Avec lui,
le spectacle est toujours à la hauteur.
Enrique Ponce torée le 10 et le 31 août.
À noter le retour exceptionnel de Victor
Mendes qui vient fêter dans notre plaza
ses 26 ans d’alternative. Encore un
grand moment d’émotion !
Bayonne Magazine : Est-ce
qu’aujourd’hui les jeunes
s’intéressent à la corrida ?
O.B : Oui et la formule Olé Djeun’s
que nous avons lancée l’année dernière connaît un véritable succès. Avec
leur carte d’étudiant ou de lycéen, ils
peuvent assister aux corridas pour 10
ou 15 euros. Et toutes les novilladas,
piquée et non piquées, sont gratuites
pour les moins de 15 ans. L’objectif
est bien d’amener les familles dans les
arènes pour permettre aux anciens de
perpétuer les traditions, de transmettre
l’afición,… sans se ruiner.
vages et la sélection est beaucoup plus
pointue. Rien n’est laissé au hasard. La
maîtrise de l’aspect physique – idem pour
le moral –, du toro est impressionnante.
Quant aux toreros, grâce aux écoles,
ils ont une technique beaucoup plus
précise, plus rigoureuse et ils s’adaptent
beaucoup plus vite.
Internet a également révolutionné ce
petit monde qui s’est ouvert, a communiqué d’un bout à l’autre de la Terre. Et
pour le grand public, cela a permis de
démystifier cet univers qui, du coup, a
rallié de nouveaux aficionados ! N
Bayonne Magazine : Est-ce que le
monde de la tauromachie est un
monde moderne qui a su évoluer?
O.B : Certainement et il est même
complètement ancré dans son époque.
Dans les élevages, on utilise les nouvelles technologies pour obtenir les plus
beaux spécimens. Il y a moins d’éle-
Victor Mendes fêtera à Bayonne
ses 26 ans d’alternative. Ici, avec
le jeune torero Julien Lescarret.
Vie de la cité 27
CORRIDAS
Enrique Ponce se présentera
deux fois cette année
dans le ruedo, les 10 et 31 août.
Le grand El Juli sera
à Bayonne le 15 août.
PORTRAIT
28 Vie de la cité
Véronique Erramuzpe,
tapissier d’ameublement
Véronique Erramuzpe est tapissier d’ameublement rue Deluc.
Elle exerce avec goût et simplicité un métier longtemps réservé aux hommes.
Véronique Erramuzpe dans
son atelier de la rue Deluc.
Véronique joue sur
la complémentarité
des couleurs pour
agrémenter un
appartement.
Le métier de tapissier était auparavant destiné aux hommes. Les choses ont évolué de
ce côté, tandis que les techniques perdurent,
bien que leurs tenants se fassent de plus en
plus rares. Véronique Erramuzpe a appris son
métier d’André Domingo, un ancien tapissier
de Bassussarry. Elle lui doit beaucoup : « il
m’a initiée il y a dix ans et aujourd’hui encore
dès que j’ai le moindre souci, il a la solution.
C’est toute une vie de savoir-faire qu’il continue à me transmettre, explique-t-elle. » Il lui
a enseigné la manière traditionnelle : évaluer
la solidité d’un meuble et faire intervenir un
ébéniste en cas de doute, conserver ce qui
mérite de l’être, mettre en place une garniture en crin végétal puis animal, calculer la hauteur des ressorts et appliquer les sangles sur
la face cachée de l’assise, etc. Parallèlement
et grâce à la Chambre de métiers, Véronique
se forme aussi aux techniques plus actuelles,
en utilisant des mousses en alternative au
crin, solution plus économique et souvent
tout aussi durable.
Riche choix de tissus
L’avantage du métier, en ce début de XXIe siècle, est qu’il offre une riche palette de tissus
et ouvre ainsi toutes grandes les portes de la
créativité. Des grands classiques floraux aux
rayures bariolées, le choix ne manque pas du
côté des motifs. Les matériaux sont eux aussi
plus diversifiés, avec des tissus en synthétique
ou même en PVC, auxquels s’ajoutent des
soieries de très grande qualité, au tissage
impeccable. « Cette diversité permet d’habiller des intérieurs classiques, tout comme
les contemporains. Certains de mes clients
s’amusent dans le choix d’un tissu, et je dois
dire que l’amusement est partagé. Je ne fais
pas qu’habiller un fauteuil, je l’habille en
fonction d’un environnement donné, de la
luminosité ambiante, des autres meubles, etc.
Pour chaque demande, je me déplace chez les
clients et discute avec eux. Puis, je leur prête
une panoplie de différents tissus qui leur correspond et qu’ils essaient chez eux. Au jour
d’aujourd’hui : une seule insatisfaite ! » N
SPORT
Vie de la cité 29
Des champions à la pelle !
Une équipe de foot en tête de tableau, une équipe féminine de rugby en
1ère division, une équipe de basket championne de France, trois champions de France
d’aviron… La saison sportive 2007 – 2008 a été exceptionnelle à plus d’un titre.
Les seniors de l’Aviron Bayonnais Football
Club finissent en tête de tableau après s’être
accrochés toute la saison, et avoir vécu des
matchs parfois difficiles. Ce succès leur donne
l’opportunité d’accéder en division nationale.
La Direction nationale de contrôle de gestion
a rendu un avis favorable sur la montée effective de l’équipe en division supérieure.
L’équipe féminine de rugby de l’ASB accède
à la 1ère division. Le président, Gilles Pénoche,
se dit « très satisfait de voir que l’équipe et
son entraîneur ont pu atteindre l’objectif fixé
en début d’année. Ce résultat est source de
dynamisme pour nos effectifs au complet :
la deuxième équipe que nous avons créée,
ainsi que la section sportive du collège AlbertCamus. Il permet de développer la pratique
du rugby au féminin dans une ville comme
Bayonne, alors que les équipes les plus proches se trouvent à Bordeaux et Toulouse. »
Basket et aviron aussi :
le Denek Bat, champion de France
Le Denek Bat Urcuit Bayonne est champion
de France de Nationale 2. Après un parcours
remarquable tout au long de la saison sportive, où elle était tantôt en tête, tantôt seconde
du championnat, l’équipe a brillamment remporté la finale le 1er juin. La saison prochaine,
elle jouera à nouveau en Nationale 1, aux
portes de la Pro B.
En aviron, Romain Traille et Julien Montet
sont champions de France juniors. Ces deux
sociétaires de l’Aviron Bayonnais ont remporté la finale avec 4 secondes et demi d’avance, sur une épreuve (NDLR : un 2 000 m)
qui se court en environ 7 minutes. Depuis le
7 juillet, ils suivent un entraînement intensif
en vue du championnat du monde qui se
courra en Autriche du 23 au 27 juillet. Ils
sont dans la même équipe que Rachelle
Jung, championne de France junior d’aviron en deux avec une jeune femme de
Mimizan, titre qu’elle a décroché avec la
Société Nautique de Bayonne. Saluons enfin
les résultats de deux nageurs de l’Aviron
Bayonnais, Antton Haramboure et Tony de
Peligrini, respectivement meilleur cadet français en crawl et deuxième meilleur brasseur
au niveau national. N
L'équipe féminine de
rugby de l'ASB accède à
la 1ère division.
L'équipe senior de l'Aviron
Bayonnais Football Club
en haut du tableau.
Romain Traille et Julien Montet,
champions de France d’aviron en
catégorie juniors 2e année, avec
leur entraîneur Hervé Brousmiche.
Le Denek Bat Urcuit Bayonne
est champion de France
de Nationale 2.
PATRIMOINE
30 Vie de la cité
Un escalier restauré
e
à la façon du XIX
Détail de décors en terres
cuites vernissées agrémentant
la façade de l’immeuble
Après avoir été sauvé des flammes il y a quinze ans, l’immeuble
du 35 rue des Basques a été restauré. L’une de ses particularités
est sa cage d’escalier et son escalier de forme courbe et hélicoïdale,
tout à fait caractéristique du XIXe siècle.
Les cadres des fenêtres
donnant sur la cage
d’escalier sont dotés d’un
épaulement qui donne de
l’élégance à la fenêtre là
où la plupart des cadres
sont simplement moulurés.
Jusqu’au XVIIIe siècle, les escaliers sont solidaires
des parois de leurs cages. Au XIXe siècle, l’ingéniosité et la hardiesse des charpentiers augmentent : les escaliers se détachent des parois, qui
ne les soutiennent plus que par l’intermédiaire de
consoles en fer forgé. L’escalier semble suspendu.
Il gagne en légèreté et en raffinement. Celui du
35 rue des Basques marque parfaitement cette
évolution technique. Sa qualité tient également
à ses limons (parties qui soutiennent les marches)
puisqu’ils ont été réalisés en pièces massives. Le
bois a donc été travaillé pour épouser les courbes,
et non découpé. Ce caractère exceptionnel contribue à sa valeur, y compris financière : après qu’il
ait brûlé en 1992, les compagnies d’assurance
avaient fait estimé le coût de sa restauration à
des compagnons charpentiers. Trois devis avaient
été fixés entre un million et 1,5 million de francs !
De fait, il a enfin pu être restauré en 2007, à
l’identique. Sa cage en pans de bois enduits l’a
été, elle aussi, alors que le reste de l’immeuble a
été modifié.
Il a été restauré en plusieurs logements, un par
étage, et c’est aussi une des caractéristiques de
l’immeuble d’avoir une seule porte par pallier, avec
des appartements traversants, là où la plupart des
immeubles bayonnais comportent deux logements
par pallier. Le bâtiment a également fait l’objet
d’un curetage sur l’arrière, destiné à accroître son
degré d’ensoleillement. La façade arrière a donc
été démolie à partir du deuxième étage et reculée
de plusieurs mètres.
Un immeuble voisin a déjà connu pareil traitement
et le même sort sera normalement réservé à deux
autres courant 2009. N
PATRIMOINE
Vie de la cité 31
La cage d’escalier après restauration
HISTOIRE
32 Vie de la cité
Les cimetières des Anglais
Dans le quartier Saint-Étienne, deux petits cimetières d’une dizaine
de sépultures étonnent les citadins. Isolés dans une campagne verdoyante,
ils témoignent des tous derniers combats entre l’armée du duc de Wellington
et les troupes napoléoniennes, en 1814.
citadelle de Bayonne. Ses hommes surprennent les Anglais dans leurs campements et
leur infligent de nombreuses pertes. Alors
que les soldats défunts sont normalement
ensevelis dans une fosse commune, les officiers britanniques tués à l’aube du 14 avril
sont inhumés là où ils sont tombés. Cette
bataille est la dernière action militaire dans
le sud du pays, car dans la soirée du 14 avril,
l’annonce de l’armistice demandé par le
nouveau gouvernement (restauration bourbonienne) arrive par le canal des Anglais. Le
18, les hostilités sont définitivement suspendues et le 5 mai, la convention mettant fin au
blocus est signée.
Deux cimetières
Le 20 mars 1889, sa majesté la
reine Victoria, de passage sur
la côte basque, visita les deux
cimetières des Anglais.
De 1809 à 1813, le duc de Wellington
chasse les Français et le roi Joseph, imposé
aux Espagnols par l’empereur Napoléon Ier,
de la péninsule ibérique. Le 7 octobre 1813,
les Anglo-Portugais du duc de Wellington,
renforcés des troupes espagnoles, franchissent la Bidassoa. Cet événement marque le
début d’une invasion de la France napoléonienne. L’empereur désigne le maréchal Soult
pour commander et réorganiser l’armée des
Pyrénées. Celui-ci aménage la place forte de
Bayonne en un vaste camp retranché, mais
la supériorité numérique des armées alliées
de Wellington et la lassitude de la population
locale mettent à mal l’Empire.
Les cimetières des Anglais témoignent d’un
de ces combats. Dans la nuit du 14 avril
1814, le général Thouvenot, qui assure la
défense de la place, tente une sortie de la
En 1830, le capitaine Harvey, qui avait participé aux combats de 1814 alors qu’il servait
dans les Coldstream Guards, revient comme
Consul de Grande-Bretagne à Bayonne. Il fait
regrouper les tombes de ses camarades de
combat dans un terrain acheté à cet effet, à
proximité de l’actuel chemin de Laborde. En
1868, une clôture avec un portail est installée par le capitaine Fergus Graham, consul à
Bayonne, et surtout, la tombe du général Hay
qui était jusqu’alors inhumé dans le chœur
de l’église Saint-Étienne (là où il était tombé)
est transféré dans ce cimetière, le Coldstream
Guards Cemetery.
Après le combat du 14 avril 1814, quatre
autres officiers ont été inhumés à moins
d’1 km à vol d’oiseau et au nord-est de ce
cimetière. En 1876, Miss Holborne, sœur
de l’un de ces officiers, fait aménager leurs
sépultures dans un terrain de 100 m² qu’elle
parvint à louer selon un bail renouvelable. Elle
fait envoyer un très bel obélisque en marbre
rose d’Aberdeen, placé à la tête du tombeau
de son frère. Un solide mur, surmonté d’une
forte grille garnie de chevaux de frise, sert
HISTOIRE
de clôture à ce Third Guards Cemetery, du
nom de la garnison à laquelle appartenaient
ces officiers. En 1877, le même type de clôture est mis en place au Coldstream Guards
Cemetery.
Depuis, les lieux n’ont pas subi de modifications importantes et leur existence continue
de surprendre un voisinage qui en a souvent
oublié l’origine.
Les services de la Ville assurent leur entretien
et, chaque année, le 14 avril, une cérémonie
de commémoration, menée par l’association
du Souvenir franco-britanique,
co britanique, a lieu dans
l’un et l’autre des cimetières. N
Vie de la cité 33
Le Coldstream
Guards Cemetery
est situé près du
chemin de Laborde.
On accède au Third Guards
Cemetery par la rue de Coumers.
QUARTIER
34 Vie de la cité
Éducation à l’environnement
à Arrousets
Depuis septembre, le centre de loisirs du Moulin d’Arrousets mène un projet
d’éducation à l’environnement auprès des enfants. Tri sélectif, soin des animaux,
jardinage au naturel et récupération d’eau de pluie sont au programme.
tour à tour, profiter de ces denrées toutes fraîches. Le centre de loisirs n’est pas une ferme,
mais les activités en rapport avec la nature, qui
la respectent, y sont bien ancrées.
Tri sélectif
Les œufs récoltés en fin de journée sont ensuite mis à la disposition des parents, à l’accueil.
Centre de loisirs du
Moulin d’Arrousets
Ouvert du lundi au samedi
en périodes de vacances
scolaires et les mercredis
et samedis en périodes
scolaires. Renseignements :
05 59 55 72 90.
« Saviez-vous que les œillets d’Inde protègent
les tomates de certains insectes ? » Julie,
animatrice jardinage au centre de loisirs du
Moulin d’Arrousets, elle, le sait. Après s’être
formée en lycée agricole, elle a poussé plus
loin ses connaissances pour proposer aux
enfants de jardiner de la façon la plus naturelle possible. Résultat, des radis aux tomates
en passant par les laitues, les fraises et les
citrouilles, tout est biologique ! Sans le label,
toutefois, car les produits ne sont pas destinés
à la vente, mais directement aux consommateurs : les enfants ! Quelle joie de porter une
belle laitue à la cuisinière du centre pour la
déguster lors du déjeuner. Au Moulin d’Arrousets, la cuisine se fait sur place. C’est tellement
plus simple et agréable quand l’espace le
permet. Avec 1400 m² de bâtiment sur 3 ha
de terrains (dont 2 boisés), l’espace y est. On
est aux portes de Bayonne et l’on respire bon
la nature. Dans le bois, trois chèvres naines
paissent dans leur enclos : elles font office de
débroussailleuse naturelle. Les enfants adorent. Ils aiment aussi aller à la récolte des œufs
dans le poulailler. Le soir, les parents peuvent,
Autres contributions à la protection de l’environnement : l’eau, qui sert à l’arrosage des
légumes, est de l’eau de pluie, récupérée dans
des citernes. Pas de gaspi ni d’eau, ni d’engrais
d’ailleurs, puisque le compost des déchets
organiques en fait office. Les épluchures de
légumes en sont exclues toutefois, car régulièrement portées à la ferme porcine d’à côté.
Et si le tri sélectif des déchets ménagers n’est
pas encore au point (les plastiques et boîtes
métalliques sont encore exempts de la collecte
effectuée par les services de la Communauté
d’agglomération du BAB), des efforts sont en
cours : des minuteurs ont été installés dans les
toilettes, les enfants apprennent à produire
le moins de déchets possibles, l’on recycle les
restes de carton et de papier pour en faire
des supports à dessin… Au point que ce sont
les enfants qui, à leur tour, apprennent aux
parents à devenir des consommateurs plus
responsables. « Certains en ont même été surpris », conclue Francis Charquaoui, directeur
de l’établissement. N
Au centre aéré du Moulin d’Arrousets,
les enfants cultivent un jardin sans
pesticide ni produit de synthèse.
QUARTIER
Vie de la cité 35
Sainte-Croix
Collégiens et maternelles
à cœur joie
Pendant deux trimestres, les élèves du collège Albert-Camus
et ceux de l’école maternelle Malégarie ont travaillé
sur un projet commun : peindre sur grand format.
Sérieusement investis, ils ont eu le bonheur de voir
leurs créations exposées sur les cimaises du Carré Bonnat.
Le projet Le peintre et des élèves est né sous
l’impulsion de Serge Destrugues, coordinateur de la Zone d’Éducation Prioritaire de
Bayonne nord et grâce à la participation
continuelle de Franck Cavadore, artiste
peintre. Ce dernier est intervenu chaque
semaine de décembre à mai dans chacun
des établissements scolaires, en symbiose
avec les institutrices d’une part et le professeur d’arts plastiques d’autre part. Le
thème retenu était : le plaisir de peindre
sur grand format ! Challenge pour les
uns, compte tenu des contraintes d’un
programme scolaire à respecter, épanouissement pour les autres : les élèves… qui
ont eu l’occasion de « se lâcher » un peu
et surtout de découvrir des techniques
inattendues, l’acrylique par exemple. La
façon de procéder était aussi moins convenue qu’à l’habitude. Se coucher par terre,
dessiner la silhouette du copain sur un
carton, choisir les couleurs qui siéraient le
mieux à cette silhouette et les méthodes
d’application qui conviendraient le mieux,
accrocher des grands cartons au mur… et
s’en donner à cœur joie.
« J’ai été surprise de voir à quel point
nt les
collégiens ont pris à cœur leur rôle de grand
frère auprès des plus petits de maternelle,
rnelle,
commente Hélène Larrouturou, profesrofesseur d’arts plastiques au collège AlbertbertCamus. Chacun d’eux était très ému
u
d’avoir été choisi comme partenaire
d’un plus jeune (NDLR : les enfants
ont travaillé en binômes au cours
d’une séance commune ; les plus
petits devant choisir leur aîné). »
Et Serge Destrugues, initiateur du
projet, d’ajouter : « J’ai beaucoup aiméé
la façon dont les plus jeunes prenaient
ient
plaisir à imiter les grands, à traverss un
coup de pinceau par exemple. Il y a tout
de suite eu de la complicité entre eux, et
un certain sérieux. » N
36
BLOCNOTES
>>>>
EXPOSITION
> > > > SPECTACLES
Les concerts
de l’été
Le Pays Basque de 1860 à 1930 en photos
Du petit concert à la grande production,
une multitude de spectacles musicaux aura
lieu à Bayonne cet été. Du 11 au 13 juillet,
la Ruée au jazz ouvrira la marche avec
plusieurs concerts programmés sur le mail
Chaho-Pelletier et à la Maison des associations. La marraine du festival Mina Agossi et
son quartet ouvriront le 11. Elle sera suivie
par Ahmad Jamal (le 12), puis Erik Truffaz,
le Soul Jazz Orchestra et Ceux qui marchent
debout (le 13).
Plus intimiste et proposé par les Amis
des orgues de Bayonne, le 13 juillet, un
concert de jeunes talents sera présenté en
l’église Saint-Esprit par trois jeunes musiciens originaires du département : Aude
Randrianarisoa au violon, Pascal Guichandut
à la trompette et Thomas Ospital à l’orgue.
L’entrée est libre.
Deux spectacles de grande envergure auront
lieu aux arènes : la Traviata le 18 juillet et
Manu Chao les 30 et 31 juillet (complets).
L’été se terminera en beauté avec le festival
Musique en Côte Basque. Du 29 août au
10 septembre, plusieurs concerts de musique classique se dérouleront à Bayonne,
Anglet, Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Ascain,
Urrugne et Ciboure. À Bayonne, la Camarata
of Ireland présentera l’intégrale des concertos pour pianos de Beethoven les 29 et
30 août au Théâtre. Le 1er septembre, le
pianiste Jun Hee Kim jouera du Mozart et du
Beethoven au musée Bonnat.
Renseignements > 06 19 25 72 48 pour la
Ruée au jazz ; 05 59 43 96 96 pour La Traviata ;
05 59 51 19 95 pour Musique en Côte basque.
Au musée Basque et de l’histoire de Bayonne, l’exposition révèle la richesse documentaire
d’un fonds photographique relativement méconnu : sa valeur ethnographique et l’importance
qu’il représente dans la connaissance d’un Pays Basque disparu. Les photographies originales,
prises entre 1860 et 1930, seront présentées en rapport direct avec les objets et documents des
collections permanentes du musée.
Renseignements > Musée Basque, 37 quai des Corsaires.
Ouvert TLJ de 10 h à 18 h 30 du 11 juillet au 31 août
Nocturne gratuite de 18 h 30 à 21 h 30 les mercredis
Ouvert de 10 h à 18 h 30 sauf le lundi et jours fériés du 1er septembre au 9 novembre.
Entrée gratuite le 1er dimanche de chaque mois.
Prix d’entrée : 5,5 ` ; réduit : 3,5 `.
EXPOSITION
Pataplume,
illustratrice pour enfants
Jusqu’au 20 août,
l’illustratrice bayonnaise Pataplume
expose au cafégalerie des Minots,
au sein du magasin Terres océanes,
sur le quai Chaho.
Cette jeune maman
d’à peine trente ans
a déjà illustré deux albums (L’Enfant de neige,
Contes pour rire) et travaille pour un magazine
pour enfants (À propos). Ses peintures et dessins
au pastel, ses jeux de collage aboutissent à des
créations tendres et poétiques, où chaque image
renvoie à des expériences de vie, bien connues
des mamans.
Renseignements > Terres océanes,
jouets d’hier et d’aujourd’hui, quai Chaho.
Ouvert du lundi après-midi au samedi.
Renseignements : 06 83 56 32 16.
PRÊT-À-PORTER
Des t-shirts, reflets
du Pays Basque
Il y a peu, Marie Etchegoyen et sa maman créaient
la ligne Itsusia (espiègle en basque), en commençant par des t-shirts destinés aux hommes et aux
femmes. En tant que photographe, Marie s’est
promené dans la campagne et les villages du Pays
Basque et en a recueilli l’essence, ses images les
plus fortes. La collection été s’adresse dorénavant
aussi aux enfants, en leur
proposant des animaux
de la ferme, du pottok
au coq, en passant par
les lapins, les vaches et
les cochons. Marie les a
immortalisés sous leur
meilleur profil pour le
bonheur des plus jeunes !
Renseignements > Collection "Enfant"
disponible au magasin Otentik,
19, rue d'Espagne, Bayonne
>>>>
BLOCNOTES
Édition > > > > > > > > > > >
UNIVERSITÉ
Concilier la danse et les études
À Bayonne, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
permet de concilier danse et études supérieures en
intégrant la danse aux formations en licence et master. L’unité d’enseignement danse est dispensée en
partenariat avec le Centre Chorégraphique National
Ballet Biarritz, le Conservatoire de Bayonne, et le
réseau des écoles de danse partenaires.
Sans droit d’inscription supplémentaire, l’étudiant
choisit au minimum trois cours ou ateliers par semaine correspondant à son niveau (débutant à pré-professionnel) dans un ou plusieurs styles parmi : classique, contemporain jazz, modern jazz, hip-hop, danse espagnole, africaine, orientale, basque.
Pré-inscription avant le 31 août pour la rentrée 2008. Renseignements et dossier de préinscription sur www.univ-pau.fr/uppadanse
Attention, la première période d'inscriptions à l'UFR Pluridisciplinaire du BAB se déroulera
du 7 au 18 juillet 2008, au campus St Crouts, 29-31 cours du Comté de Cabarrus à Bayonne,
le déménagement sur le site de la Nive n’ayant lieu que pour la rentrée de septembre.
CINÉMA
Un jeudi ciné en plein air
Si le temps est de la partie, aller au cinéma en plein air est redevenu possible ! Depuis trois ans, la Ville de
Bayonne organise dans les quartiers Saint-Esprit, Saint-Étienne, Sainte-Croix, Bâlichon et Petit-Bayonne
les jeudis cinés. Avec à chaque fois une programmation différente de films à fort succès : cette année,
La môme, La faute à Fidel, Le fils de l'épicier, etc. Il est possible, voire conseillé, d’apporter sa chaise pliante !
Renseignements > Programme disponible au Bureau d’information municipale de la rue
Bernède et sur www.bayonne.fr.
Devenir aquacitoyen !
Jusqu’au 15 octobre 2008, une consultation nationale sur l'eau, sa qualité et son utilisation est relayée par
l’agence de l’eau Adour Garonne. Elle porte sur des décisions visant à maintenir ou à retrouver le « bon
état » des milieux aquatiques : cours d'eau, zones humides, estuaires, lacs, zones côtières, nappes souterraines... Les propositions sont exprimées dans un Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux
(Sdage) et son programme de mesures. Un nouveau Sdage entrera en vigueur début 2010. Chaque citoyen
peut y participer en répondant au questionnaire qui lui sera envoyé pendant l’été ou en se connectant au
site www.aquacitoyen.org. Un Bus de l’eau, de passage à Bayonne du 24 au 26 juillet, appuie cette invitation
à une démarche participative.
Simplification
des paiements
Le système de paiment des cantines et de la garderie péri-scolaire sera simplifié à compter de la
rentrée 2008. Les usagers n'auront plus de tickets
à acheter. Les repas pris à la cantine et les heures
de garderie effectuées leur seront facturés en fin
de mois. Le réglement pourra se faire en espèces, par chèques, prélèvement automatique ou
Chèque Emploi Service Universel (CESU).
Bayonne Magazine
au format MP3
Quelques jours
après sa parution
sous forme papier,
Bayonne Magazine
pourra dorénavant
être écouté sur le
site Internet de la
Ville de Bayonne,
où il sera également
téléchargeable au
format MP3. Cette
nouveauté s’inscrit
dans une ligne
en série d’actions
mises en place par
la Ville de Bayonne
à destination des
publics malvoyants
et aveugles. Le magazine municipal
existe déjà en version sonore sur K7.
Il est également édité en braille et en
gros caractères. Toutes ces versions
sont mises à disposition du public à la
bibliothèque municipale de Bayonne et
à la bibliothèque annexe.
www.bayonne.fr
Parution d’un
dictionnaire
du Pays Basque
CONSULTATION
CANTINES
37
3e ÂGE
Repas animé
et dansé pour
les Fêtes
Comme chaque année pendant les Fêtes de
Bayonne, un repas animé par une chorale et un
orchestre est proposé aux retraités bayonnais.
Pour y participer, la tenue en rouge et blanc est de
rigueur. La bonne humeur est un plus !
Renseignements et inscriptions >
jusqu'au 25 juillet : service Solidarité intergénérationnelle, 05 59 46 60 14.
Bayonnais depuis plusieurs générations,
ancien journaliste et responsable d’une
société de production audiovisuelle,
Alain Gardinier vient de publier un
Dictionnaire du Pays Basque. Intéressant
et très documenté, ce dictionnaire
contient des explications sur des noms
de lieux, de personnes, de rues, des
traditions, des termes liés à la faune
et la flore locales, etc. Qui étaient les
corsaires ? Qui sont les artistes Anne
Etchegoyen, Niko Etxart ou bien encore
Beñat Achiary ? Quelle
est l’histoire du pelotari
et contrebandier
professionnel Ganix de
Macaye ? Qu’est-ce que l’Euskadi (beaucoup
auront des surprises) ?
Ce qu’on y apprend
est si diversifié qu’on
pourrait s’amuser à en
faire un Trivial Pursuit !
Renseignements >
Dictionnaire du Pays Basque,
éditions Pimientos, 30 `.
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
>>>>
ACTUALITÉASSOCIATIVE
ACTUALITEASSOCIATIVE
EXPOSITION
39
VEUVAGE
Les métiers d’art au cloître
Depuis 28 ans, le Groupement d’artisans d’art
des Pyrénées-Atlantiques organise l’exposition
Métiers d'art au cloître de Bayonne. Cette année,
elle aura lieu du 5 au 13 août. Une occasion
pour les visiteurs de découvrir ces artisans d’art
qui travaillent sur des matériaux aussi divers
que le bois, la pierre, le verre, le textile, le cuir,
le métal et bien d'autres encore. Pour mieux
connaître leurs métiers, un atelier permanent
y sera installé. Les visiteurs sauront apprécier la
créativité et l'imaginaire de ces professionnels.
Une nocturne musicale aura lieu le vendredi
8 août à partir de 21 h.
Du 5 au 13 août de 10h à 19h. Entrée gratuite.
Accueil
et écoute
L’association départementale des
conjoints survivants ouvre une
antenne à Bayonne. Sa mission est
l’accueil et l’écoute des veufs et
veuves récents. Elle informe également sur les droits, peut apporter
une aide dans les démarches et un
soutien psychologique en dehors
de toute considération politique
ou religieuse.
Pour en savoir plus :
Favec, permanence à la Maison
des associations le mercredi
après-midi de 14h30 à 17h15.
ENVIRONNEMENT
« Des vacances utiles »
Les jeunes âgés de 14 à 17 ans sauront mettre à
profit leurs vacances en participant au chantier de
jeunes bénévoles qu’organise l’association LéoLagrange du 7 au 16 juillet. S’ils sont sensibles à la
protection de l’environnement et à la sauvegarde
de la nature, ils se plairont à Espelette, au pied du
Mondarrain. Ils auront l’occasion de participer à la
protection du patrimoine en restaurant un milieu
naturel dit de « tourbière » : débroussaillage, remise en état de clôtures, installation de nouvelles
clôtures et restauration d’abreuvoirs.
L’après-midi, le séjour est axé sur la découverte
de nouveaux paysages et la pratique d’activités
sportives : rafting, randonnée, pelote basque, visites diverses,...
Renseignements : Club Léo-Lagrange, porte Mousserolles à Bayonne.
Tél : 05 59 59 33 79 du mardi au vendredi de 15h à 19h et le lundi de 17h30 à 19h30.
ANIMATION
Silhouettes d’animaux
En ce début d’été, des silhouettes d’animaux ponctuent l’allée qui mène du pont Blanc à la Maison des barthes.
Ces silhouettes en bois ont été réalisées par des enfants du centre de loisirs du Moulin d’Arrousets et peintes
par des adultes handicapés du foyer de vie d’Urt. Ils ont également créé un tableau sur le même thème. Ces réalisations ont eu lieu après une visite commune à la ferme pédagogique de Billère et un après-midi d’échanges à
la plaine d’Ansot. Un lapin, une poule, un cochon, une chèvre, une vache, un âne ont ainsi été reproduits.
IKUSGARRIA
Roncesvals
Baionako
zezen plazan
Orreaga/Roncesvals ikusgarria
Baionako zezen plazan izanen da
uztailaren 26an. Pier-Paul Berzaitsen sorkuntza hori Théâtre du
Versant konpainiaren zuzendaria
den Gaël Rabas-ek taularatuko du.
Kantatua eta dantzatua, euskaraz
okzitandarrez frantsesez eta gaztelanez emana, Zaragozan galdu
ondotik Charlemagne Pirinioak
zeharkatzearen epopeia berriz
aipatzen du eta Roldanek Ibañetako
lepoan eraman zuen azken gudaldiaren ondorioz nola zendu zen
baita ere. Frantses erresuman gaindi barreiatu zen alegiarenaz doit
bat bestelakoa den kontabidea !
Sartzeak aintzinetik salgai: Baionako
turismo bulegoa, Euskaldunen plaza.
Astelehenetik Ostiralera irekia
9:00etatik 19:00etara, igandean
10:00etatik 13:00 arte.
Retrouvez cette information sur
www.bayonne.fr
Retrouvez les associations bayonnaises sur le site www.ville-bayonne.fr, rubrique CARNET D’ADRESSES
40
BAYONNE SCOPE
Ça s’est passé à Bayonne et vous ne l’avez peut-être pas vu...
1
3
2
4
7
-1- Le 18 janvier, Chrisian Brocas, président du Kiwanis Bayonne Côte Basque, remet un chèque à des jeunes de 1re S du Lycée Cassin
qui ont fait en février 2008 un voyage en Chine avec leurs professeurs. -2- Le 12 avril, Jean Grenet, maire de Bayonne, remettait des
fleurs et cadeaux aux couples célébrant leurs 50 et 60 ans de mariage. -3- Le 3 mai, les Journées de chocolat ont été l’occasion pour
les amateurs de tremper des pétales de rose dans du chocolat fondu. Cette expérience gustative a été proposée alors que les Journées du chocolat ont eu lieu en même temps que la Bourse aux plantes ! -4- Le 3 mai, à la Poterne, la Bourse aux plantes accueillait
une multitude d’intéressés. Échanges de boutures et de conseils allaient bon train ! -5- Le 22 mai, Jean Grenet remettait la médaille de
la famille française à Madame Andrée Gérard, mère de cinq enfants. -6- Le 24 mai, la princesse Napoléon a été reçue dans le Grand
salon de l’Hôtel de Ville par Jean-René Etchegarray, adjoint au maire délégué à la culture et au patrimoine, dans le cadre du colloque
Napoléon. -7- Le 25 mai, pendant les Maimorables, les ballets de l’Opéra de Paris se sont produits sur une scène en plein air dans le
5
6
BAYONNE SCOPE
41
8
7
9
quartier de Sainte-Croix. -8- Le 26 mai, à la Maison des associations, le premier forum des conduites addictives a réuni 600 élèves
de 4e et3e pour un échange avec des professionnels. -9- Le 6 juin, France Bleu Pays Basque a fêté ses 25 ans en invitant ses auditeurs
à un grand concert aux arènes de Bayonne. 8000 spectateurs ont pu écouter une douzaine d’artistes dans une ambiance familiale.
-10- Le 7 juin, une fête du potager a réuni les élèves de grande section de maternelle de l’école Jean-Pierre Brana et les résidents du
foyer logement Harambillet. Des fleurs et des légumes ont été cultivés pendant l’année par cette équipe intergénérationnelle, avec le
soutien d’une animatrice du Muséum d’histoire naturelle de Bayonne. -11- Le 8 juin, la première Fête du vélo a eu lieu à Bayonne. Une
randonnée a rassemblé de nombreux cyclistes au départ de la place des Basques jusqu’à la plaine d’Ansot : ils ont pu découvrir des
pistes et bandes cyclables méconnues. -12- Le 13 juin, Tanguy Samzun présentait son exposition Chaîne de montagne un jour d’été au
Carré Bonnat. Ici, face à un autel sacrificiel dédié au meurtrier en série du film Vendredi 13.
10 11
12
42
CARNET
NAISSANCES
Bienvenue
à Luca Dumoulin
né le 17 avril 2008
Margot Lorin de Reure 20/11/2007 N Liam Billard 23/11/2007 N Shirel HAZZOUT 27/02/2008 N
Gwendoline VERGER 3/03/2008 N Luna GRUSON 4/03/2008 N Sofiane IAZZI 5/03/2008 N
Rayan CARRAU 6/03/2008 N Emeric DA COSTA 8/03/2008 N Ana RECART 8/03/2008 N Amaia
LABRADOR 9/03/2008 N Diégo PREISS-ECHEVESTE 10/03/2008 N Noah LABARRERE-FAVREAU
10/03/2008 N Nicolas KILINÇ-CAYROU 11/03/2008 N Mathis LAPLACE 11/03/2008 N Morgane
PRÉVOST 14/03/2008 N Aïssatou CISSE 15/03/2008 N Claudia STUMPF 17/03/2008 N Louen
CHARUEL 18/03/2008 N Carla PRZYBYSZ 19/03/2008 N Haize ELHORRIBURE 22/03/2008 N Lucie
BENOIT--DUGAI 22/03/2008 N Lilian ALZA 22/03/2008 N Manoé DUMUIS 25/03/2008 N Gaspard
BOUZATS 26/03/2008 N Ruben PUENTE 26/03/2008 N Léna LAJUS 28/03/2008 N Yon LARRETCHE
1/04/2008 NMaxime LOISEAU 2/04/2008 NNoémie ROUILLON 5/04/2008 NCindy MEKAL-YANDZA
5/04/2008 NAinhoa FRANÇOIS 5/04/2008 NEsteban CAMIN 6/04/2008 NMartin RIBO 8/04/2008 N
Gilen HARGUINDEGUY 9/04/2008 N Yanis CASTANCHOA 10/04/2008 N Quentin BERHONDE
10/04/2008 N Julie DHOSPITAL 11/04/2008 N Gabin BOUCHOT 11/04/2008 N Aïtor CARRICANO
11/04/2008 N Manon STOFFOLO 11/04/2008 N Enora REBIÈRE 13/04/2008 N Lucie LESCOURRETPICABÉA 13/04/2008 NAnaé MAIRE 13/04/2008 NCharles MARCOTTE de QUIVIÈRES 13/04/2008 N
Maël LARROQUIS 15/04/2008 N Inès DESNOYER 16/04/2008 N Inès GARCIA 17/04/2008 N Luca
DUMOULIN 17/04/2008 N Inès DA SILVA 18/04/2008 N Julie MARVOYER 21/04/2008 N Nolhan
SERMANDE 21/04/2008 N Jone CASSUS-COUSSÉRE 21/04/2008 N Julien JUBREAUX 22/04/2008 N
Théo POURNIN 24/04/2008 NMallita DUPIN 25/04/2008 NAgathe BOYER-LABORDE 26/04/2008 N
Maria GHIRANE 27/04/2008 NMartin Simon ETCHETO 28/04/2008 NElena DA SILVA 29/04/2008 N
Claire IRIGOY 29/04/2008 N Louise LAYRE-CASSOU 29/04/2008 N Ambre ESCODER 29/04/2008 N
Kayna LUPERINI-BOUR 30/04/2008 N Iban PETRAU 3/05/2008| N Fabrice ROUSSEAU 6/05/2008 N
Alexandre BARBIER 6/05/2008 N Saioa CAMPO-NOVION 6/05/2008 N Stella CLAVÉ 6/05/2008 N
Ugo BELLEFEUILLE-RAVIER 7/05/2008 N Nahia ONCHALO-MEYNARD 9/05/2008 N Paul NAVARRET
9/05/2008 N Noa LEVERT-FREBAULT 10/05/2008 N Louis ETCHEVERS 12/05/2008 N Mylae AMAYMILICE 12/05/2008 N Samba SARR 13/05/2008 N Pauline TROUNDAY 13/05/2008 N Assïa
CISSE 13/05/2008 N Carla VERILHAC 13/05/2008 N Léopold PERRIAT 14/05/2008 N Clélia JOLY
16/05/2008 N Camille PIROLLEY 16/05/2008 N Charlotte DAMESTOY 17/05/2008 N Nathan de
VAUGIRAUD 17/05/2008 N Loan MENDEZ 18/05/2008 N Enzo REVILLE-WILMART 20/05/2008 N
Ethan GARAY 21/05/2008 N Yukiko MATEESCU 22/05/2008 N Sayoko MATEESCU 22/05/2008 N
Xana LE BRONNEC 24/05/2008 NEva SOUARD-MAIRE 26/05/2008 NAmaïa VIVET 28/05/2008 NEvin
ISENÇ 28/05/2008 NOihan CLAUDIO 29/05/2008 NPaul VUITON 29/05/2008
DÉCÈS
Jean-Léon CEBEDIO 21/01/2008NPierre DISTRIC 28/02/2008NLucienne LINAGE 02/03/2008N
Martin BÉRAUD 4/03/2008 N Adrienne SABY 6/03/2008 N Marthe LIBAT 8/03/2008 N Pilar
ROMERO MAIYON 14/03/2008NPierrette RECART 15/03/2008NAlice De HARO 18/03/2008N
Gracianne LAFOURCADE 19/03/2008 N Joseph CEBEDIO 20/03/2008 N Robert LEBEAUPIN
29/03/2008NMarie-Louise LOUMÉ 1/04/2008NGinette PAULINI 1/04/2008NBasilia BARRASA
1/04/2008NFélicie OYHANART 2/04/2008NIolanda SALDUMBIDE 3/04/2008NMaria NOUGUÉLABARTHE 4/04/2008NNicole LARTIGUE 5/04/2008NJean BLANCHARD 8/04/2008NChristian
RACAUD 9/04/2008NGabriel GOYENECH 13/04/2008NClaude BOURDEL 13/04/2008NMarie
PETTES 13/04/2008 N Jacqueline WEYDERT 14/04/2008 N Michèle FRANCOIS 19/04/2008 N
Marie LEPORTOUX MENARDAIS 23/04/2008 N Sylvette LASCARAY 25/04/2008 N Charles
VAICHERE 26/04/2008NLaurentino da SILVA 28/04/2008NPierre GARAT 2/05/2008NJacques
CHANCEREL 2/05/2008 N Jean ELISSONDE 3/05/2008 N André COMPS 4/05/2008 N Nicole
LENOIR 5/05/2008NBernard GRENADE 8/05/2008NGeorgette CÉSARD 9/05/2008NRaymond
ARDOHAIN 13/05/2008 N Micheline GAUSSET 14/05/2008 N Marie BERRIA 16/05/2008 N Jean
TROUNDAY 17/05/2008 N Henriette KREMER 17/05/2008 N Arnaud LASCARAY 24/05/2008 N
Madeleine CARREL 24/05/2008 N Marthe SAYOUS 25/05/2008 N Marguerite GASTELLUSSARRY
27/05/2008NJeanne CARASCO 28/05/2008
MARIAGES
Virginie et Jérôme BONNARD 15/03/2008 N Cynthia et Fernand BRAMARD 05/04/2008 N Maria
et Deric LI VIGNI 05/04/2008 N Aube-Claire et Guillaume SAUVAGNAC 05/04/2008 N Eugénie
et Jean-Marc ELISE 05/04/2008 N Brigitte et Michel VARNIER 19/04/2008 N Catherine et Thierry
CAZEAUX 21/04/2008 N Audrey et Julien PREVOST 26/04/2008 N Cindy et Dominique AUBERT
10/05/2008 N Sylvie et Sébastien LE FOLL 10/05/2008 N Virginie et Ricardo TAVARES AZEVEDO
10/05/2008 N Christine et Miguel COMBE VEGA 17/05/2008 N Sandrine et Jonathan CHOURY
17/05/2008N Flore et Sébastien MARTIN 24/05/2008N Mariela et Eckhart MATTER 31/05/2008N
Sylvie et Gérard LACAZE 31/05/2008N Céline et Brice GUINCHE 31/05/2008
MAGAZINE
n° 151
Expression
des groupes politiques
BAYONNE ENSEMBLE
Groupe des élus de gauche
Madame, Monsieur,
Tout d’abord nous tenons à remercier les 39% d’électrices et d’électeurs qui
nous ont accordé leur confiance lors du dernier scrutin des élections municipales. Sachez bien que, c’est empreints d’une grande responsabilité et avec
un grand sens du devoir que nous défendrons les valeurs pour lesquelles
vous nous avez élus au sein du Conseil Municipal.
Parce que toute politique mise en œuvre au niveau national, et fortement
soutenue par notre député-maire Jean Grenet, a inévitablement des répercussions au niveau local, nous serons très vigilants sur les choix faits en
matière de logement, de petite enfance, d’éducation, de culture et de développement durable.
Certes, nous serons vigilants sur tous ces thèmes et sur bien d’autres, mais
notre volonté est de mettre en place une opposition constructive qui sera
force de propositions car nous croyons qu’il est aussi de notre devoir de
contribuer à la marche en avant de Bayonne, cette ville que nous aimons
tous.
DE LA NOUVELLE GOUVERNANCE À MOINS DE DÉMOCRATIE
Souvenez vous ! Pendant la campagne électorale, Jean Grenet nous avait
rebattu les oreilles avec ce concept très à la mode de « nouvelle gouvernance »,
nous laissant par là même subodorer un changement radical dans sa façon de
diriger notre ville.
Force est de constater aujourd’hui que pour Jean Grenet, sa nouvelle gouvernance se traduit par moins de démocratie pour son opposition. Les places qui
nous sont laissées dans les différentes instances parallèles au Conseil Municipal
sont moins nombreuses que dans la précédente mandature.
Pas de membres de l’opposition dans les conseils d’écoles, dans le conseil
d’administration de l’OPHLM et de l’hôpital par exemple. Et surtout, plus de
place réservée à l’opposition au sein de la C.A.B.A.B. Nous n’y avons même plus
de poste de suppléant (siège que Colette Capdevielle avait tenu pendant les
7 dernières années).
Ce que Jean Grenet n’a pas fait à Bayonne, Jean Espilondo l’a fait à Anglet et
nous constatons que quand la gauche dirige une ville, elle est beaucoup plus
respectueuse de son opposition et par là même de tous les électeurs.
BUDGET 2008 : LA DETTE AUGMENTE
En 2001, l’encours de la dette s’élevait à 39,3 millions d’euro et il est aujourd’hui
de 62,3 millions d’euros, soit une augmentation de 58% en sept ans.
Nous pourrions le comprendre, voire l’admettre, si Bayonne possédait des
équipements structurants nettement supérieurs à des villes d’importance
identique mais force est de constater qu’il n’en est rien.
De plus, il faut savoir que l’endettement par habitant est de 1498 euros alors
que la moyenne nationale est de 1029 euros par habitant pour des ville de
strate identique.
Autres chiffres inquiétants : 1% d’augmentation des taux pour la taxe d’habitation et 2% pour la taxe foncière ce qui fait une moyenne de 515 euros par
habitant contre 419 en moyenne.
BAYONNE
ÉCOLES
Au cours du conseil municipal du 15 avril, nous avons interpellé le maire sur les
problèmes auxquels s’affrontent bon nombre des écoles bayonnaises : état de
vétusté de certaines d’entre elles, accès de plus en plus difficile des familles aux
services de cantine pour des raisons financières, manque de personnel ATSEM.
LOGEMENT : ORAÏ BAT DÉMÉNAGE
Nous sommes tous très heureux qu’un accord ait été trouvé entre la municipalité et l’association Oraï Bat afin que cette dernière puisse continuer à
œuvrer dans de bonnes conditions.
En revanche, au cours du conseil municipal du 15 avril nous avons voté contre
la délibération qui prévoit de mettre en vente les anciens locaux d’Oraï Bat
à des fins de promotion immobilière. En effet, même si Bayonne est dans
les cordes en termes de logement social nous estimons que cela n’est pas
une condition nécessaire et suffisante pour s’en contenter. La demande est
immense et énormément de nos concitoyens, directement ou indirectement,
sont affrontés à ce grave problème qu’est le logement.
Beaucoup de jeunes couples, par exemple, sont obligés de partir pour réaliser
leur premier achat immobilier avec tous les problèmes de transport que cela
induit. Nous pensons qu’il est urgent de mettre en place un vaste programme
d’accession sociale à le propriété afin que tous ces jeunes puissent rester à
Bayonne et que les anciens locaux d’Oraï Bat auraient été l’endroit idéal pour
donner un signe fort dans ce sens là.
Du déni de démocratie : de la maison de retraite au couvent de Sœurs
Blanches à l’Ilot de la Monnaie :
ON NE NOUS A PAS TOUT DIT !!!!!
Nous apprenons après les élections que la maison de retraite à l’ancien couvent de Sœurs Blanches ne se fera plus.
Ce projet est abandonné sous un prétexte que nous estimons fallacieux, à
savoir un coût de désamiantage trop important. Quand la ville a acheté ce
site il y a 7-8 ans, le bilan amiante était obligatoire ….
À qui Jean Grenet pourra-t-il faire croire qu’il découvre juste ce problème?
Nous serons très vigilants quant au devenir de ce site ainsi qu’à celui du
Château de Caradoc.
Autre tromperie : l’Ilot de la Monnaie
Rassurez vous, notre mémoire est bien meilleure que celle de Jean Grenet.
Propos de Jean Grenet au cours du conseil municipal du 16 février 2006 : « Je
ne signerai pas ce permis de construire ».
Il avait appuyé cette décision en arguant du fait qu’un parking souterrain de
165 places sur trois niveaux était contraire à la politique de la ville tout en
prétendant exiger du promoteur qu’il revienne au projet initial d’un parking
de 80 places sur un seul niveau.
Aujourd’hui, par la signature de ce permis de construire nous assistons à une
volte-face totale de notre maire dans la mesure où de l’aveu même du promoteur, le nouveau projet est le même « à quelques détails prés ».
Nous ne contestons pas la vocation à bâtir de cette parcelle pour y établir
du logement et de l’activité commerciale mais nous nous élevons contre
la démesure de ce projet et sa mauvaise insertion dans son environnement
urbain. De plus, du point de vue démocratique, nous réprouvons la méthode
cynique et déloyale qui a prévalu. Les bayonnaises et les bayonnais ont été
bernés et méprisés dans cette affaire.
MAGAZINE
n°151
Expression
des groupes politiques
FÊTES DE BAYONNE
Nous sommes tous très attachés à ce grand rendez-vous annuel que sont les
fêtes de Bayonne.
En revanche, nous avons décidé de ne pas prendre part au vote sur les trois
délibérations qui concernaient cet évènement au cours du conseil municipal
du 5 juin dernier.
En effet, il nous paraissait très important d’alerter le conseil municipal sur le
fait que depuis 4-5 ans, ces fêtes sont sujettes à polémiques tendant à dévaloriser l’image de Bayonne et des bayonnais. Nous pensons que le maire et ses
adjoints ont du mal à maîtriser cet évènement et ne savent y donner qu’une
réponse sécuritaire. La prévention et l’éducation du public passent plutôt par
l’appropriation de la fête par tous les habitants et associatifs : ils doivent être
plus associés à la gestion des espaces et à l’organisation.
Pour nous, il est important de transformer cet espace festif où autorité publique et milieu associatif assurent le caractère socialisant de la fête.
Cette occupation du domaine public doit être réévaluée afin de permettre
l’extension du territoire festif ainsi qu’une mixité générationnelle, culturelle
et sociale.
De nombreuses associations bayonnaises, depuis des années, animent les fêtes
et veillent au maintien des traditions.
Ces pourquoi ces associations doivent être encouragées et encore plus aidées
par une gestion plus professionnelle de ces fêtes.
Enfin, il nous semble important de faire comprendre à tous nos amis de France
et de Navarre qui nous rejoignent à ce moment de l’année qu’il ne viennent
pas faire les fêtes DE Bayonne mais qu’il viennent faire les fêtes À Bayonne.
CORRIDA-GESTION DES ARÈNES
Nouvelle non participation au vote de notre part en ce qui concerne la temporada 2008.
La saison des corridas 2007 s’est terminée avec un déficit de 153 000 euros
(247 000 après imputation des amortissements).
Il nous semble important de trouver des solutions car, compte tenu du caractère très spécifique de ces spectacles, nous considérons que le financement
doit être assuré par l’usager client des arènes.
C’est pour cela qu’il nous semble fondamental de revoir leur mode de gestion
en étudiant la possibilité d’opter pour une délégation de service public avec
une préférence de notre part pour l’affermage.
Ainsi, il y aurait une réelle transparence et le risque financier serait assumé
par le délégataire qui , pour sa part, aurait tout intérêt à soigner la que lité du
spectacle proposé.
CONSEIL DE QUARTIER DE SAINTE-CROIX
C’est avec attention que nous examinerons l’évolution de ce conseil de quartier dont ce quartier a bien besoin.
Au-delà du quartier Sainte-Croix, nous pensons que ce type de conseil doit être
créé dans tous les quartiers de Bayonne.
C’est en tout cas ce que nous avons proposé au cours de la campagne électorale et ce à quoi toute l’équipe de Bayonne Ensemble travaille pour être force
de proposition en termes de démocratie participative.
Des ateliers de travail sont en place et vous pouvez venir nous y rejoindre.
COMMENT NOUS JOINDRE ?
Nous n’aurons de cesse de vous le répéter durant les 6 années qui viennent :
nous sommes à votre disposition.
Etre à votre disposition, cela veut dire aussi que vos idées nous intéressent et
que vous êtes les bienvenus si vous voulez contribuer à notre réflexion.
Pour cela, vous pouvez nous contacter sur le site bayonne-ensemble.fr ou nous
écrire directement à la mairie.
N’hésitez pas à le faire parce que nous n’oublions pas que ce n’est qu’ensemble
que nous avancerons.
Pour BAYONNE ENSEMBLE
Jérôme Aguerre, Colette Capdevielle, Mathieu Bergé, Eliane Puibouleau-Blain,
Henri Etcheto, Caroline Thicoïpé, Jean-Claude Soudre, Déborah Loupien-Suares
Pour nous écrire : Bayonne Ensemble
Jérome Aguerre - Hôtel de Ville, BP 4, 64100 Bayonne.
Tél. : 06 63 03 24 22. www.bayonne-ensemble.fr
BAYONNE PAR CŒUR
LES FEUX SONT BIEN A L’ORANGE
Les premiers conseils municipaux étaient axés sur des décisions financières
majeures :
- vote du budget primitif 2008 le 15 avril 2008
- arrêté du compte administratif le 5 juin 2008
BAYONNE PAR CŒUR a mis au centre de ses préoccupations la gestion des
finances de notre commune, constatant dans les dernières années une fiscalité
excessive, un endettement galopant, des investissements et des charges non
maîtrisés.
S’agissant de fonds publics confiés par les concitoyens à leurs élus, ces derniers doivent avoir à cœur d’en faire le meilleur usage. A savoir : respecter les
budgets prévus, être prudents dans les engagements à long terme, intégrer
systématiquement les notions de développement durable et, surtout, ne pas
faire prendre en charge par les concitoyens des postes budgétaires pouvant
être financés par les utilisateurs du service.
Notre discours a été et restera celui d’élus vigilants et attentifs à la préservation
des finances publiques. A ce titre nous vous proposons cette analyse :
Le compte administratif 2007 confirme les dérives antérieures. La simple
lecture de la première page du document suffit à illustrer nos inquiétudes. La
comparaison des chiffres avec ceux des villes comparables en France permet
en effet d’observer :
- la dérive de la dépense par habitant : +18% par rapport à la moyenne des
villes comparables qui est de 1 073 `. Pour Bayonne : 1 267 `.
- la dérive de la fiscalité directe par habitant : +18%. Moyenne des villes
comparables : 419 `. Bayonne : 496 `.
- la dérive de la dette par habitant : + 45%. Moyenne des villes comparables :
1 029 `. Bayonne : 1498 `.
Source : chiffres officiels établis par les responsables financiers de notre ville.
Le budget primitif 2008 fait apparaître une augmentation des dépenses
de fonctionnement (hors amortissement) de + 5.10 %, soit 2 701 000 ` à
financer, dans un contexte où les dotations de l’Etat progressent peu (1 %
pour la DGF), ce qui met à la charge du contribuable bayonnais l’essentiel,
soit 1 521 000 `.
Mécaniquement, pour trouver la ressource, les impôts locaux vont allégrement
augmenter de 4.21 %, malgré les augmentations de bases des impôts.
Au Budget Prévisionnel de 2007, la municipalité annonçait un délai de
7.6 années pour nous désendetter. À la fin de cette année, ce délai est
passé à 9.4 années.
Nous ne nous attendions pas à l’impossible dès cette année mais nous pensions qu’une pause dans la pression fiscale et un frein à l’endettement, dans le
contexte actuel, auraient été mis en œuvre. Rien n’est venu.
Pour nous écrire : Bayonne par cœur
Yves Ugalde - Cité du Palais - 24 avenue de Marhum 64100 Bayonne
BAYONNE
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising