Bulletin nº 59 ( PDF - 301 ko)

Bulletin nº 59 ( PDF - 301 ko)
P
A S S O C I AT I O N G E O R G E S
Bulletin n° 59
Décembre 2011
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully – 75004 Paris
Tél. : 01 53 79 39 46
http://associationgeorgesperec.fr
http://groups.google.com/group/listegeorgesperec
Dessin de couverture : droits réservés
R
E
C
Association Georges Perec
S OMMAIRE
Editorial ................................................................................... 04
Parutions ................................................................................. 05
Publications, articles, études ................................................. 06
Colloques, débats, interventions ............................................ 08
Manifestations ......................................................................... 09
Théâtre .....................................................................................11
A l’université ............................................................................ 12
Audiovisuel ...............................................................................13
Internet .................................................................................... 14
Références et hommages ....................................................... 17
Varia ......................................................................................... 19
Documents .............................................................................. 20
Bibliophilie ............................................................................... 20
Merci ........................................................................................ 21
Publications en vente .............................................................. 22
Renouvellement des cotisations ............................................ 23
Les informations contenues dans ce Bulletin ont été rassemblées
par Philippe Didion qui a également assuré le secrétariat de
rédaction. Rachel Easterman-Ulmann a effectué la mise en page.
La plupart des documents cités dans les différentes rubriques de
ce Bulletin peuvent être consultés, sous une forme ou une autre,
au siège de l’Association.
Association Georges Perec
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully 75004 Paris
Tél. : 01 53 79 39 46
Email : associationgeorgesperec@gmail.com
EDITORIAL
Chers amis,
François Bon, Patrick Modiano, Jean et Olivier Rolin, Martin
Winckler, Marie Darrieussecq, Valérie Mrejen, Annie Ernaux,
Jacques Jouet, on en passe, sont au sommaire des Cahiers
Georges Perec qui s’intéressent dans leur dernière livraison aux
« Filiations perecquiennes ». Ce sont des noms que l’on ne s’étonne
plus de voir surgir aux côtés de Georges Perec, au même titre que
certains de ses prédécesseurs (Jules Verne, Raymond Roussel…) et
de ses contemporains (Queneau, Roubaud, Mathews…).
Dans ce Bulletin on trouvera au fil des rubriques des associations
peut-être plus surprenantes concernant diverses disciplines :
la littérature, bien sûr (Perec et René Fallet, Georges Perros et
Maurice Barrès), la musique (Perec et Haydn, Nino Ferrer et
Philippe Katerine), la géographie (Perec et Nogent-sur-Seine), le
sport (Perec et Pérec), le cinéma (Perec et Julien Carette). Ce ne sont
parfois que des clins d’œil ou des rapprochements fortuits mais ils
témoignent à leur façon de l’extension du domaine perecquien.
Autre chose : les anniversaires et commémorations. Les années
2010-2011 ont été riches en célébrations, qu’elles concernent les
cinquante ans de l’Oulipo ou les trente ans passés depuis la mort
de Georges Perec. Ce numéro en recense un certain nombre, de
Bucarest à Buffalo ou de Grenoble à Melbourne, deux villes qui ont
accueilli des conférences données par Perec en 1981.
Dernière minute. Nous apprenons, au moment du bouclage
de ce numéro, le décès de Bianca Lamblin survenu le 5
novembre 2011 dans sa quatre-vingt-onzième année.
Bianca Lamblin, née Bienenfeld, était la cousine de Georges
Perec, et nous reviendrons sur son parcours dans le prochain
numéro du Bulletin.
Philippe Didion
Bulletin n°59 Décembre 2011 p.04
Association Georges Perec
PARUTIONS
EN FRANCE
Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?, dossier d’Isabelle
Mimouni, Gallimard, Folioplus classiques, 2011 ; 192 p., 5,70 €. Cette nouvelle
édition a fait l’objet d’articles dans Le Nouvel Observateur n° 2429 (26 mai)
et dans Télérama n° 3206 (25 juin-1er juillet 2011).
L’art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une
augmentation, Points, coll. Points Signatures, 2011 ; 96 p., 6,50 €. Cette édition
en poche a été chroniquée dans Le Monde des livres du 9 septembre 2011.
Georges Perec, En dialogue avec l’époque et autres entretiens (1965-1981),
édition établie par Dominique Bertelli et Mireille Ribière, Paris, Editions
Joseph K, coll. Métamorphoses, 2011 ; 192 p., 12 €, sortie prévue mi-janvier
2012. Extrait de la présentation de l’éditeur :
« Cet ouvrage n’entend pas remplacer les deux volumes réunissant les
entretiens et conférences donnés par Georges Perec entre 1965 et 1981, et
publiés par Joseph K. en 2003 dans une édition critique établie par nos
soins. Il vise tout simplement à présenter un aperçu des commentaires de
Perec sur son œuvre et son activité d’écrivain. Les documents réunis dans
ce florilège permettent ainsi de suivre à grands pas le cheminement de
l’écrivain à partir de l’automne 1965, où son premier roman publié, Les
Choses, obtient le prix Renaudot, jusqu’à l’automne 1981, où très sollicité
depuis La Vie mode d’emploi qui lui a valu le prix Médicis en 1978 et l’a
imposé définitivement sur la scène littéraire, Perec effectue plusieurs
séjours à l’étranger. »
Le Figaro littéraire du 10 novembre 2011 annonce pour mars 2012 l’édition du
Condottiere au Seuil, présenté comme « un polar inédit de Georges Perec ».
A L’ÉTRANGER
Penser/Classer, traduction de David Bellos, sous le titre Thoughts of
Sorts. With an introduction by Margaret Drabble. London: Notting Hill
Editions, [May 5] 2011. ISBN 978-190790300. Même texte de base que dans
le volume publié aux Etats-Unis par Godine en 2009. PUBLICATIONS, ARTICLES, ÉTUDES
Le numéro 51 (juin 2011) de la revue lilloise Roman 20-50 est consacré à
Georges Perec et plus particulièrement aux Choses et à Un homme qui dort.
Coordonné par Christelle Reggiani et Florence de Chalonge, il contient des
articles de Paulette Perec, Jean-Luc Joly, Matthieu Remy, Sylvie Thorel,
Dominique Bertelli, Isabelle Dangy et Maryline Heck.
On trouvera en ligne en format PDF l’article suivant :
Valeria Cammarata, « Il Cabinet d’amateur di Georges Perec », Between.
Rivista dell’Associazione di Teoria e Storia Comparata della Letteratura,
vol.1, n. 1 (Maggio/May 2011).
En ligne également, dans Le Cabinet d’amateur version électronique, les
articles suivants :
- Bénédicte Mallier : « Littérature/Architecture. Georges Perec, archi-lecture
du quotidien »
- Raoul Delamazure : « Portrait de l’artiste en singe savant : Perec ou la
rhétorique de l’autoportrait »
- Philippe Piedevache : « La rue Vilin : télescopage de l’Histoire »
- Pablo Martin Sanchez : « Hypertextualité et pseudo-hypertextualité dans
l’œuvre de Georges Perec »
- Julie Zamorano : « La question de l’autoportrait dans Un homme qui dort
et La Disparition »
- Hermes Salceda : « La reconstruction de la mémoire dans La Disparition »
(article déjà paru en espagnol, traduit et augmenté). Suivi de « La Disparition
racontée aux enfants » (résumé ordonné de la fiction de La Disparition).
- Christelle Reggiani : Bibliographie des études perecquiennes depuis 1990
(mise à jour juillet 2011).
http://associationgeorgesperec.fr/spip.php?rubrique12
Danielle Bajomée, « Penser la mélancolie : mémoire et blessures du temps
chez Georges Perec et Annie Ernaux », dans Annie Ernaux. Se perdre dans
l’écriture de soi, édité par Danielle Bajomée, Juliette Dor (Paris, Klincksieck,
coll. Circare » ; 2011, 168 p., 27 €).
Yû Maeyama, « La «mise en abyme» chez Georges Perec », dans le numéro
167 de Poétique (septembre 2011, Editions du Seuil ; 15 €).
Alberto Ruiz de Samaniego éd., Pere(t)c. Tentativa de inventario, catalogue
de l’exposition de la Fondation Luis Seoane (La Corogne), Madrid, Maia
Ediciones, 2011 ; 424 p.
Harry Mathews, Hans Ulrich Obrist, Conversation avec Harry Mathews, traduit
de l’anglais par Ian Monk, Manuella Editions, 2011; 80 p., 9,50 €.
Bulletin n°59 Décembre 2011 p.06
Association Georges Perec
David Bellos, « Trial by Letter for A Translator », Wall Street Journal,
October 8, 2011 [sur la traduction du Compendium de LVME].
Mentions de La Vie mode d’emploi dans : - David Bellos, « The five best French novels of all time », site « Five Books »,
26 octobre 2010 :
http://thebrowser.com/interviews/david-bellos-on-great-french-novels - « David Bellos’s 6 Favorite Translated Books », The Week, 19 septembre 2011.
Divers passages pris dans l’œuvre de Perec sont présentés également dans
David Bellos, Is That A Fish in Your Ear ? Translation and the Meaning of
Everything. London: Particular Books/Penguin, [1er septembre] 2011. ISBN
978-1-846-14464-6, notamment aux pp. 18-19, 100, 144, 146, 289, 299, 317-18,
334-35, où on trouvera entre autre choses la solution d’une des énigmes de
53 jours. Dans la version américaine [New York: Faber and Faber, 11 octobre
2011. ISBN 978-0865478572] la pagination est différente mais l’index fonctionne
encore mieux. Voir aussi le compte rendu de ce livre par Adam Thirlwell, New York Times,
30 octobre 2011 : http:www.nytimes.com/2011/10/30/books/review/is-thata-fish-in-your-ear-translation-and-the-meaning-of-everything-by-davidbellos-book-review.html?pagewanted=all
Une traduction française comportant quelques références supplémentaires
à l’œuvre de Georges Perec paraîtra en janvier 2012 chez Flammarion sous
le titre Le Poisson et le bananier. L’histoire fabuleuse de la traduction.
Le numéro 11 des Cahiers Georges Perec doit paraître au Castor Astral au
mois de novembre 2011. Il s’intitule « Filiations perecquiennes » et contient
des textes réunis et présentés par Maryline Heck.
PLUS ANCIEN
Gérard Durozoi, « Les pièges mode d’emploi », Canal (« Arts et expressions
culturelles ») n° 22, novembre 1978. L’auteur nous a fait parvenir cette critique
« à chaud » de La Vie mode d’emploi dans laquelle il fait preuve d’une belle
lucidité : « Il suffit de lire une seule fois – et c’est peu – La Vie mode d’emploi
pour comprendre qu’il faudrait lui consacrer une série d’articles s’étendant
sur une année entière (au moins) tant ce roman, cet ensemble de romans
possibles, apparaît inépuisable et magistral. »
Dilma Castelo Branco Diniz, « As cidades imaginárias de Italo Calvino e
Georges Perec », revue Caligrama (Belo Horizonte, Brésil) vol. 6, juillet
2001. Il s’agit d’une lecture comparative des romans Les villes invisibles,
d’Italo Calvino, et W ou Le souvenir d’enfance, de Georges Perec, dans le but
de montrer l’emploi de deux formes narratives diverses qui manifestent un
nouvel ordre du discours : l’hétérogénéité des jeux de langage. L’article (en
portugais) est disponible sur le site le la revue à cette adresse :
http://periodicos.letras.ufmg.br/index.php/caligrama/article/view/341
Adrien Bürki, « «Ne pas écrire etc. « Pratiques de la liste dans l’œuvre de
Georges Perec », mémoire de Licence sous la direction d’André Wyss,
Université de Lausanne, Faculté des Lettres, Section de Français, printemps 2005.
Colloques, débats, interventions
Franziska Sick, professeur de littérature française à l’Université de
Kassel, est intervenue sur le thème « Événements et traces dans l’espace.
Réflexions sur la temporalité chez Perec et Margolles » le 13 octobre 2011
dans le cadre des Journées d’études « Temporalité et narrativité dans les
arts visuels » à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.
L’Université de l’Ouest de Timisoara (Roumanie) organisait le 25 octobre
2011 un « Hommage à Georges Perec (1936-1982) » sous la forme d’une
conférence et d’une journée d’études dont voici le programme :
Conférence inaugurale
Modérateur : Andreea Gheorghiu
Brigitte Denker-Bercoff (Université de Bourgogne), Hommage à Georges
Perec : contrainte et per(f)ection
Journée d’études doctorales
Diana Motoc (Université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca), La Disparition, traduite
en roumain et espagnol : limites, défis, re-création
Lucia Udrescu (Université de l’Ouest de Timisoara), Étude traductionnelle du
roman en lipogramme : La Disparition. Enjeux et stratégies traductifs
Bulletin n°59 Décembre 2011 p.08
Association Georges Perec
Raluca Radac (Université de l’Ouest de Timisoara), Traduire le lipogramme
ou traduire le contenu ? La Disparition dans les versions russes de Kislov et
A. Astashonok-Jghirovski
Bianca Constantinescu (Université de l’Ouest de Timisoara), Traduire l’ambiguïté
du roman Un homme qui dort. Approche titrologique et traductologique des
oeuvres de Georges Perec
Neli Ileana Eiben (Université de l’Ouest de Timisoara), Les Choses en traduction.
Histoire d’une lecture hypertextuelle
Georgiana Lungu-Badea (Université de l’Ouest de Timisoara), (Para)Logique
de la traduction de l’écriture perecquienne. Métamorphose ou anamorphose ?
Brigitte Denker-Bercoff a également donné sa conférence le 24 octobre à
l’Université Lucian Blaga de Sibiu et le 27 octobre à l’Université de Bucarest.
Ces manifestations, données à l’occasion du 75e anniversaire de la naissance
de Georges Perec, étaient organisées par l’Institut français, avec le soutien
du Service de Coopération et d’Action culturelle de l’Ambassade de France
en Roumanie.
Le 8 novembre 2011, c’est à Melbourne (Australie) que Georges Perec était
à l’honneur. La Trobe University French Club présentait à l’Alliance française
« Georges Perec : The Australian Connection, 30 Years On » pour commémorer
le trentième anniversaire de la conférence tenue par l’auteur dans cette ville
en 1981. Au menu une discussion avec Norie Neumark, Maria Miranda et
Raphaël Trantoul dirigée par Philip Thiel et un atelier d’écriture organisé par
Philip Thiel et Julien Leyre. Présentation ici : http://ltufrenchclub.blogspot.com/
2011/10/event-melbourne-salon-georges-perec.html
Marcel Bénabou, invité de l’Association icaunaise de recherche, d’échanges
et de formation en psychologie a donné une conférence intitulée « Contrainte
et créativité : l’expérience de l’Oulipo » le 9 novembre à Auxerre (Yonne)..
Manifestations
Selon le site qobuz, Philippe Hurel compose actuellement Espèces d’espaces,
une œuvre de théâtre musical sur le texte de Georges Perec pour voix,
acteur, ensemble et électronique, qui sera créée en 2012 à Radio France par
l’ensemble 2e2m sous la direction de Pierre Roullier en collaboration avec
La Muse en circuit.
Suite à la réédition du texte « Ce qui stimule ma racontouze » présentée
dans le Bulletin 58, Fabrice Vigne, auteur et éditeur à l’enseigne du Fond du
tiroir, a lu en public une anthologie de textes de Perec prélevés dans toute
son œuvre. Afin d’introduire une contrainte aléatoire, le public était invité à
lancer les dés pour désigner les textes lus. Cette manifestation, intitulée
« Un coup de dé jamais n’abolira Georges Perec » entrait dans le cadre des
« Lectures à la Roseraie ». Elle s’est tenue le 29 juillet 2011 à Grenoble, la
ville où Perec avait donné une causerie à l’origine de ce texte il y a trente ans.
On imagine que Perec était à l’honneur dans l’exposition « Oulipo@50 - The
exhibit », qui s’est tenue au Karpeles Manuscript Library Museum (Buffalo,
New-York) du 1er septembre au 9 octobre 2011.
Dans le cadre des « Rendez-vous de l’art contemporain : Brussels Art Days »
qui se sont tenus à Bruxelles les 10 et 11 septembre 2011, trente-quatre galeries
bruxelloises ont ouvert leur espace avec de nouvelles expositions. Pour l’occasion,
Meessen De Clercq a choisi de consacrer la totalité de son espace à une
exposition de groupe intitulée La vie Mode d’emploi (Life A User’s Manual)
« qui peut être considérée comme un double hommage. A la fois, elle prend
clairement appui sur le livre éponyme de Georges Perec publié en 1978 et
célèbre aussi d’une façon détournée le centenaire de la construction de la
maison (1911) dans laquelle la galerie exerce son activité. »
Au programme des 28e Assises de la traduction littéraire qui se sont tenues
à Arles du 11 au 13 novembre 2011 figurait, le dernier jour, une table ronde
animée par Camille Bloomfield sur « Traduire La Disparition de Georges
Perec » avec Valeri Kislov (russe), Vanda Mikši (croate), John Lee (anglais),
Marc Parayre (espagnol), Shuichiro Shiotsuka (japonais).
Un extrait de W ou le souvenir d’enfance a été lu à Lasalle (Gard), au
Bosquet du souvenir, lors d’une cérémonie commémorative relatée par le
quotidien Midi Libre le 3 octobre 2011.
Le 30 septembre 2011 à la librairie Charybde (Paris), l’écrivain-traducteuréditeur Claro a présenté au public 10 livres qu’il considérait comme importants.
Parmi ceux-ci, La Disparition de Georges Perec.
Le 9 octobre 2011, au cours d’un stage sonore animé par Hélène Cœur au
sein de l’Ourapo (Ouvroir de radio potentielle) à Bruxelles, Georges Perec
(rebaptisé Georges « Play-Rec ») était la référence d’une expérience.
Une dizaine de stagiaires ont été réunis, par unités ou par groupes de
deux, sur la place en face de l’église Saint-Josse, pour une mini-tentative
d’épuisement du lieu (référence à Tentative d’épuisement d’un lieu parisien).
Bulletin n°59 Décembre 2011 p.10
Association Georges Perec
Vingt minutes de description infraordinaire, avec chacun son point de vue
sur une même place. Le mixage devait réunir toutes ces descriptions orales,
pour une vision sonore de la place, en mouvement et en trois dimensions.
A l’occasion du lancement de Six instants fataux, textes de Marcel Bénabou,
Paul Fournel, Jacques Roubaud, Frédéric Forte, Olivier Salon et Jacques
Jouet sur des dessins de Mario Prassionos (Le Crayon qui tue, 2011), une
lecture oulipienne a eu lieu le 27 septembre 2011 à la librairie Le Divan
(Paris). Les oulipiens présents ont entre autres lu « 35 variations sur un
thème de Marcel Proust » de Georges Perec.
Georges Perec et Harry Mathews sont présents à travers le texte « Roussel
et Venise » dans une exposition sur Raymond Roussel présentée au Centre
d’art contemporain Reina Sofia de Madrid (Espagne) intitulée « Locus
Solus » et qui se tient jusqu’au 27 février 2012.
The Israel Museum de Jérusalem présente une exposition intitulée « Life :
A User’s Manual » du 12 avril 2011 au 5 février 2012. La traduction de David
Bellos est citée dans le texte de présentation :
http://www.imj.org.il/exhibitions/2011/Life_A_Users_Manual/about.html
THÉÂTRE
L’ARTCHIPEL, Scène Nationale de la Guadeloupe, a présenté la pièce
L’Augmentation de Georges Perec mise en scène par Anne-Laure Liégeois
à Basse-Terre (Guadeloupe) les 17 et 18 juin 2011.
Anne-Laure Liégeois a également présenté L’Augmentation en duo avec
Débrayage de Rémi De Vos au Théâtre du Rond-Point (Paris) du 6 octobre au
6 novembre 2011. Ce diptyque, qui dépeint « le monde du travail en deux
spectacles » a fait l’objet d’articles dans Les Echos (13 octobre), sur le site
des Inrockuptibles et dans Le Monde (22 octobre).
Le Théâtre de la Boderie a donné L’Augmentation dans le cadre du festival
off d’Avignon au Théâtre de la Luna du 8 au 31 juillet 2011. Mise en scène de
Marie Martin-Guyonnet.
Cette même pièce est annoncée pour les dates du 17 et 18 janvier 2012 à La
Comète (Scène nationale de Châlons-en-Champagne) dans le quotidien
L’Union du 10 septembre 2011.
Le 10 septembre 2011, Olivier Chantraine a présenté son spectacle issu de
La Boutique obscure à Clarques (Pas-de-Calais) où il était l’hôte de l’association
A travers champs.
Sans donner de détails, La Voix du Nord du 15 octobre 2011 signale que « le
29 octobre, le public sera invité à «une soirée des rêves» animée par une
troupe lilloise. L’écrivain Georges Perec mais aussi les Surréalistes seront
de la fête ». Cette soirée se déroulait dans le cadre de la 7e édition des
semaines théâtrales du château Mollack à Marquise (Pas-de-Calais).
« What a Man » et Je me souviens font partie du spectacle « Oulipo Show »
(collage et mise en scène de Denis Marleau, production de la Compagnie
UBU) donné du 18 octobre au 12 novembre 2011 au théâtre Espace Go à
Montréal (Québec).
Du 27 au 30 octobre 2011, au Petit Théâtre de Sion (Suisse), la Compagnie
Anadyomène a présenté Interroger l’habituel, un spectacle créé à partir de
textes de Perec (Espèces d’espaces, L’Infra-ordinaire).
A Landerneau (Finistère), le 4 janvier 2012, Jérôme Rouger a présenté Je me
souviens, un spectacle inspiré de Georges Perec dans lequel il met en scène
des bribes de vie qui ont jalonné son enfance.
L’Augmentation, mise en scène de Marie Martin-Guyonnet, avec Jehanne
Carillon, Jean-Marc Lallement et Olivier Salon, sera à l’affiche de la Maison
de la Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines) le 24 mai 2012.
A l’université
Du 6 octobre 2011 au 12 janvier 2012 se tient le séminaire de Master &
Doctorat intitulé « Penser/Classer (Avec Georges Perec) » tous les jeudis de
15 à 18 heures à l’Université Paris 8 sous la direction de Marc Escola.
Présentation sur le site fabula : http://www.fabula.org/actualites/penserclasser-avec-g-perec-seminaire-de-m-escola-paris-8_46736.php
Pierre Ménard présente sur le site Liminaire une série d’ateliers d’écriture
prévue pour le premier semestre 2011-2012 et destinée aux étudiants de
Sciences Po. Paris. Le point de départ en est le projet « Lieux » de Georges
Perec. http://liminaire.fr/spip.php?article1336
Toujours à Sciences Po. Paris, Olivier Salon anime au semestre d’automne
de l’année 2011-2012 un cours intitulé « Styles, figures de style
et contraintes littéraires » qui fait appel à Georges Perec, notamment pour
Je me souviens et les formes lipogrammes et beaux présents.
Bulletin n°59 Décembre 2011 p.12
Association Georges Perec
Maylis de Kerangal propose pour sa part, concernant la même période,
« Territoires du roman », une série de cours qui concerne Perec dans les
parties « De l’exil à l’errance » (avec W ou le souvenir d’enfance) et « La
carte comme fiction de l’espace » (avec Espèces d’espaces).
Audiovisuel
France Culture a rediffusé L’Art et la manière d’aborder son chef de service
pour lui demander une augmentation sous forme de feuilleton (10 épisodes,
première diffusion février 2011) en juin 2011.
La même radio a rediffusé Je me souviens, dit par Sami Frey, dans la nuit du
26 au 27 juin 2011.
Le 2 juillet 2011, dans son émission Etonnez-moi Benoît (France Musique),
Benoît Duteurtre a lu le Je me souviens n° 41 après avoir diffusé Flamingo
par Earl Bostic.
Le même jour, Olivier Rolin a évoqué Georges Perec à plusieurs reprises
dans l’émission d’Alain Finkielkraut Répliques (France Culture) sur le thème
« La lecture dans la vie ».
La nouvelle édition de Quel petit vélo… ? a fait l’objet d’une critique plurielle
dans l’émission Jeux d’épreuves (France Culture) du 16 juillet 2011.
Le 18 août 2011 lors de l’émission La Boîte à musique (France 2), l’animateur-musicien Jean-François Zygel a cité à propos d’un menuet palindrome
de Haydn, le palindrome souvent attribué à Perec « Tu l’as trop écrasé César
ce port-salut ».
Le 29 août 2011, l’émission Sur les docks (France Culture) donnait la parole
à Martin de la Soudière qui a placé son travail d’ethnologue sous l’égide de
l’infra-ordinaire cher à Georges Perec.
Le 2 septembre 2011, France Culture a diffusé dans l’émission L’Atelier du
son la pièce sonore Les noms salis, construite par Jean-Michel Espitallier à
partir des 243 cartes postales de Georges Perec.
Le 10 septembre 2011, sur France Culture, dans l’émission Une vie, une
œuvre consacrée à Nino Ferrer, un intervenant a dit : « Il y a quelque chose de
Perec chez Nino Ferrer » (à propos des inventaires et de l’inventivité langagière).
Le 15 septembre 2011, Hervé Le Tellier a évoqué Perec dans l’émission La
grande table dont le thème était « Intertextualité et plagiat ». Trois jours
plus tard sur France Musique, dans l’émission Voyage en moi majeur, il a
expliqué ce que la lettre W contenue dans le titre de son dernier livre
(Electrico W, Lattès, 2011) devait à Perec.
Le 24 septembre 2011 Guillaume Gallienne a lu dans son émission Ca peut
pas faire de mal (France Inter) un extrait de Mont-Blanc de Fabio Viscogliosi
(Stock, 2011) dans lequel le narrateur cite Perec dans une liste d’écrivains
disparus.
Le 28 septembre 2011, Philippe Lejeune était l’invité des Nouveaux chemins
de la connaissance sur France Culture dont le thème était « Le statut de la
vérité dans l’autobiographie et le journal intime ». Il a cité Perec au sujet de
l’autobiographie au XXe siècle.
Gotlib a évoqué sa rencontre et sa collaboration avec Georges Perec lors de
la dernière émission de la série A voix nue diffusée le 14 octobre 2011 sur
France Culture.
On a pu entendre un enregistrement de Perec parlant du projet « Lieux » à
Viviane Forrester en 1976 dans l’émission La grande table (France Culture,
17 octobre 2011).
Un homme qui dort, film de Bernard Queysanne et Georges Perec a été projeté
à la Cinémathèque française (Paris) le 15 octobre 2011.
En écho à la pièce de théâtre L’Augmentation de Georges Perec, mise en
scène par Anne-Laure Liégeois au Théâtre du Rond Point jusqu’au 6 novembre,
l’interview de Georges Perec par Moussa Abadi dans l’émission Images et
visages du théâtre d’aujourd’hui au sujet de sa première pièce (23 avril 1970)
a été diffusée dans l’émission Inaltérable (France Inter) le 25 octobre 2011. Internet
Pascal Marty parle de la polygraphie du cavalier sur son blog dans la
rubrique De choses sues ou oubliées, à la date du 26 mai 2011 :
http://www.visorion.fr/?page_id=11
Allison Weiss a réalisé un album musical en anglais intitulé Georges Perec :
The Page accessible ici :
http://allisonweiss.bandcamp.com/album/georges-perec-the-page
Bulletin n°59 Décembre 2011 p.14
Association Georges Perec
Le texte du feuilleton de Michèle Audin Mai vu du quai Conti est désormais
complet, avec toutes ses allusions à différents écrivains dont notablement
Georges Perec (mais pas seulement), présentés dans l’ordre naturel de la
lecture, avec la bibliographie et les mots-clefs (ou tags) qui, comme tout
bon index, ajoutent leur grain de sel au texte, sur : http://blogs.oulipo.net/ma/
On doit également à Michèle Audin une sextine (chaque vers commence
par une note de la gamme - sauf ré) composée à l’aide de citations de
La Disparition que l’on trouve sur le site de l’Oulipo :
http://www.oulipo.net/oulipiens/docs/un-sixtin-musical
Le 15 juin 2011, Thierry Beinstingel a publié une note de lecture concernant
Un homme qui dort sur son site Feuilles de route :
http://www.feuillesderoute.net/noteslecture.htm
Dans un billet du 28 juin 2011 publié sur son blog Quaternité, Rémi Schulz
établit un parallèle entre La Vie mode d’emploi et une nouvelle de Claude Aveline
parue en 1931 : http://quaternite.blogspot.com/2011/06/3-histoires-1-voyage.html
On trouve sur le site de l’INA une interview filmée de Georges Perec et
Robert Bober sur Récits d’Ellis Island, provenant d’un journal télévisé de TF1 (23
novembre 1980) : http://www.ina.fr/media/television/video/CAA8001860205/
dessin-recits-d-ellis-island.fr.html
Le site de L’Express a publié le 15 juillet 2011 un petit encart intitulé
« Traduire Perec, le casse-tête » dans le corps d’un article de Marianne
Payot « Ecrivain et traducteur, pour l’amour du livre » : http://www.lexpress.fr/
culture/livre/ecrivain-et-traducteur-pour-l-amour-du-livre_1011848.html
Pierre Cohen-Hadria propose sur le site Pendantleweekend une visite illustrée de
la rue de l’Atlas avec référence à Perec, qui vit le jour dans la maternité de cette
rue parisienne : http://www.pendantleweekend.net/2011/07/oublier-paris-27/
Thierry Beinstingel a écrit sur le site mélico un « roman de bureau » en six
épisodes. Chacun d’eux commence par une citation de Perec prise dans un
livre à chaque fois différent : http://melico.org/fr/accueil
Dans l’annonce de l’exposition de Gérard Zingg sur le site de la galerie La
Niche (Paris, 8 septembre 2011), on apprend que l’artiste « va entreprendre
cette année le tournage d’Alfred et Marie, scénario écrit avec son ami
Georges Perec » : http://alaniche.fr/laniche/news/1164
Le site actuellecd.com signale un CD (épuisé) de Jean Derome intitulé Je me
souviens ; hommage à Georges Perec (Ambiances magnétiques, 1997) :
http://www.actuellecd.com/en/cat/am_044/
Le site duodartiste présente une série d’œuvres de Marion Canevascini
comme la manifestation d’une « volonté de poursuivre intuitivement en
peinture un mémoire universitaire sur La Vie mode d’emploi de Georges
Perec. » : http://www.duodartiste.com/marion/fr/works.html
Georges Perec apparaît dans la liste des 100 livres du XXe siècle qui ont
compté pour François Bon et qu’il déploie sur son site Le tiers livre :
http://tierslivre.net/spip/spip.php?article2634
L’Est Eclair a consacré une page à Georges Perec et à ses rapports avec la
ville de Nogent-sur-Seine dans son édition du 9 octobre 2011. J.-M. Van
Houtte signe un article intitulé « Perec, Flaubert et Nogent-sur-Seine » et
un autre article est disponible sur le site du journal :http://www.lest-eclair.fr/
article/visites-libres/francoise-dans-les-pas-de-perec
Le Bulletin de l’AGP fait l’objet d’une présentation sur le site La Criée, mise
en ligne le 10 octobre 2011 : http://periodiques.wordpress.com/2011/10/10/
bulletin-de-l-association-georges-perec/
Le plan d’un cours (destiné aux classes de première) sur W ou le souvenir
d’enfance est disponible sur un site pédagogique de l’académie d’AixMarseille : http://lettres.ac-aix-marseille.fr/lycee/perec/perec.html
Le site de l’Association contient une nouvelle rubrique intitulée « La bibliothèque
de Georges Perec ». Le catalogue de la bibliothèque est la transcription de
l’inventaire sur fiches réalisé par Eric Beaumatin et Catherine Binet en 1985
dans l’appartement où avait vécu Georges Perec. Paulette Perec qui a
supervisé et révisé la transcription de cet inventaire a aussi écrit le texte
d’introduction. Le fichier PDF peut être consulté ou téléchargé. Il inclut un
outil de recherche : http://associationgeorgesperec.fr/spip.php?rubrique13
Les numéros 1 à 57 du Bulletin ont été numérisés et sont désormais disponibles
en ligne en format PDF. Ils peuvent être consultés ou téléchargés sur le site
de l’association à la rubrique « Le Bulletin » :
http://associationgeorgesperec.fr/spip.php?rubrique3
.
Bulletin n°59 Décembre 2011 p.16
Association Georges Perec
Références et hommages
Le magazine Première présente dans son numéro 412 (juin 2011) « La
DVDThèque de... Philippe Katerine ». Parmi les cinq DVD présentés : Un
homme qui dort de Georges Perec et Bernard Queysanne (La Vie est belle)
que le chanteur se flatte d’avoir en double.
Dans un catalogue des éditions Sonatine on peut lire à propos du livre de
Christophe Tison, Nos vies formidables (2011) : « Avec Nos vies formidables,
Christophe Tison s’attache à mettre en lumière certains de nos petits
secrets et de nos attitudes, avec lesquels nous vivons sans cesse, mais auxquels
nous ne pensons jamais vraiment. Ces choses minuscules relevant de ce
que Georges Perec appelait «l’infra-ordinaire». »
Le couturier Roland Mouret se dit captivé par La Disparition dans une interview
parue sur le site de Madame Figaro (31 août 2011).
Lu dans le dernier livre d’Emmanuel Carrère, Limonov : « [...] Il aurait pu
[Limonov], comme Georges Perec, dresser la liste des lits où il avait dormi,
comme Don Juan celle des femmes avec qui il avait couché, ou encore, en
bon dandy, raconter l’histoire de quelques-uns de ses habits. [...] »,
Emmanuel Carrère, Limonov, P.O.L., 2011, p. 436.
Dans Le Monde du 11 septembre 2011, les deux photographes anglais Adam
Murray et Robert Parkinson sont présentés comme étant « deux fans de
Georges Perec [qui] cultivent avec obstination une poésie du quotidien ».
Les Choses est le numéro 9 des 100 livres préférés de Frédéric Beigbeder
présentés dans son Premier bilan après l’apocalypse (Grasset, 2011).
Le numéro 3219 de Télérama (21 septembre 2011) consacre un dossier aux
plagiaires. Dans un entretien, Hélène Maurel-Indart rappelle le cas de
Michel Houellebecq qui, au sujet des emprunts contenus dans La carte et le
territoire, « avait rappelé La Vie mode d’emploi de Georges Perec, qui joue
de citations cachées. Sauf que chez Perec c’est tout un art : s’il parsème son
roman de bribes de textes sans en signaler l’origine, le lecteur découvre tout
de même la liste de ses sources à la fin, en annexe… »
Dans Le Monde des livres du 23 septembre 2011, Florence Dupont signe une
critique du dernier livre de Martha Nussbaum (Les Emotions démocratiques,
Climats, 2011), vibrant plaidoyer pour les humanités et la gratuité du savoir.
Selon Florence Dupont, Martha Nussbaum convoque Perec en compagnie
de Balzac au nombre des auteurs susceptibles de « développer la sympathie
imaginative des jeunes gens » mais la critique se demande « comment La
Disparition pourrait servir un tel projet pédagogique ».
« A Montréal, les plaques des voitures portent, sous l’immatriculation, les
trois mots «Je me souviens». C’est la devise de Québec, dont le sens précis est,
paraît-il, sujet à interprétation, et c’est aussi le livre d’un livre de Perec », Hervé
Le Tellier, fin observateur, dans Libération des 24-25 septembre 2011.
Selon Le Figaro littéraire (28 septembre 2011), Antoine de Gaudemar évoque
dans son anthologie sur Le goût de courir réédité en poche au Petit Mercure
(Mercure de France, 2011) « aussi bien Marie-Josée Pérec que Georges Perec ».
PLUS ANCIEN
La Première phrase est un recueil paru en 1989 dans le cadre de la campagne
« La Fureur de lire » organisée par le Ministère de la Culture et de la
Communication. Il est composé de « 156 premières phrases d’œuvres littéraires
à déchiffrer comme des énigmes ». La solution des énigmes se trouve dans
un livret joint. Georges Perec apparaît deux fois dans ce non-livre pour les
phrases 35 (Un homme qui dort) et 116 (La Vie mode d’emploi).
Dans son livre Du côté de Saint-Germain-des-Prés (Jacques Bertoin éditeur,
1992), Salim Jay cite un passage de Vœux (« Scandale à Saint-Germain-desPrés ») et un paragraphe des Choses à propos du boulevard Saint-Germain.
Seul le premier ouvrage apparaît dans la bibliographie sélective qui clôt le livre.
Lettres en folie : petite fabrique de littérature 2 d’Alain Duchesne et Thierry
Leguay (Magnard, 1999) cite Perec à la rubrique « Hétérogramme »,
« Histoire alphabétique » et « Mots croisés ».
« En effet, dès Les taches d’encre et avec une lucidité exceptionnelle pour
un garçon de vingt ans, Barrès – avant le Perec des Choses – a mis à nu
l’agacement des nuits d’orgie de café et de cigarettes où des talents s’exténuent
à refaire le monde et souvent arrachent à la littérature un temps qui ne sera
jamais retrouvé. », Sarah Vajda, Maurice Barrès (Flammarion, 2000).
Enigmes littéraires extraordinaires, un livre de Stéphanie Bouvet (Marabout,
2009) contient le poème anacyclique de Georges Perec « Dos, caddy d’aisselles ».
Bulletin n°59 Décembre 2011 p.18
Association Georges Perec
Varia
Extrait de la Correspondance (1950-1971) Georges Perros/Jean Grenier, éditions
La Part Commune (Rennes, 2007), dans une lettre de Jean Grenier à
Georges Perros (3 avril 1955) :
« (…) Est-ce vous G. Perec ? (…) »
Et dans la réponse de Georges Perros du 8 avril 1955 :
« (…) J’ai fait la connaissance, l’autre jour, de G. Perec. Il descend* d’après
ce que j’ai compris, de Pologne. Jeune et l’air triste. C’est peut-être un pléonasme. (…) »
*souligné par Perros
Charlie Hebdo a publié dans son n° 1000 (17 août 2011) un dessin de Luz
représentant Georges Perec et ainsi légendé : « Les agences de notation
voudraient retirer un «A» à la France. «Et alors, j’ai bien retiré un «E» à tout
un roman» » répond Perec.
Deux noms de personnages sont à remarquer dans le roman Le
Ravissement de Britney Spears de Jean Rolin, (P.O.L., 2011) : un certain
Colonel Otchakov et un dénommé François-Ursule de Curson-Karageorges.
« La Disparition de Perec ne comporte aucune lettre «e», à quelle lettre les
traducteurs espagnols ont-ils renoncé ? » est une question du jeu de société
Gallimard sorti en octobre 2011 intitulé C’est dans quoi déjà ?
Brève énigmatique parue dans Charlie Hebdo n° 1005 (21 septembre 2011) :
« La disparition. L’écrivain Michel Houellebecq a disparu. Son nom n’apparaît
jamais dans aucun livre de Georges Perec. »
L’entrée (légèrement modifiée) numéro 164 de Je me souviens est utilisée
comme citation dans la notice Wikipédia de l’acteur Julien Carette :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Julien_Carette
Le site Internet des éditions Points Seuil a lancé en octobre 2011 un jeuconcours permettant de gagner un exemplaire de L’Art et la manière
d’aborder son chef de service pour lui demander une augmentation. Il
s’agissait de raconter en 1 200 signes maximum ses « expériences les plus
loufoques en la matière » : http://www.lecerclepoints.com/page-153.htm
Jean-Michel Pochet a fait parvenir à l’Association la recension des citations
de Perec dans Le Grand Robert de la langue française. Perec est cité
aux entrées biceps, bimbeloterie, bis, bistré, escalier, étage, labyrinthique,
lipogramme, modulable, poster, puzzle et tourneur.
Le 25 octobre 2011, sur France 3, dans l’émission Questions pour un champion,
lors de l’épreuve du « Quatre à la suite » - le questionnaire portant sur
les homonymes d’écrivains - la question fut : « Quelle athlète française est
l’homonyme de l’auteur de La Disparition ? ». Le candidat a bien répondu.
Documents
En 1998, le groupement de libraires « Initiales » publiait un Bulletin intitulé
Lire et relire René Fallet. On y trouvait entre autres une série de lettres
écrites par Fallet à son neveu Gérard Pussey, futur romancier. La lettre du
5 mars 1982, date à laquelle Fallet sait sa mort prochaine, se termine sur
ces mots : « Remember, frère en Modiano. Perec est mort et je ne me sens
pas très bien moi-même. »
Le nom de Perec sous la plume de René Fallet étonne un peu, si l’on se
réfère à leurs œuvres qui ne pêchent pas vraiment dans les mêmes eaux.
Essayez d’établir un parallèle entre Le beaujolais nouveau est arrivé et W ou
le souvenir d’enfance, deux livres parus en 1975…
Nous avons demandé à Agathe Fallet, la femme de l’écrivain bourbonnais
décédé en 1983, si celui-ci connaissait et appréciait Georges Perec. Voici
des extraits de sa réponse qui nous est parvenue sous forme de lettre :
« […] Bien sûr que Fallet a lu et apprécié Perec. Votre demande me rappelle
une période heureuse de notre vie. René adorait faire partager les lectures
qu’il avait aimées. Ce furent de grands moments, Les Choses, Quel petit
vélo à guidon chromé au fond de la cour, Un homme qui dort – une petite
fête. On citait Perec à tout propos. On était dans Perec. Il y a des périodes
comme ça de lectures qui vous comblent et renouvellent votre vision du
monde. Je pense également à Je me souviens (mais Perec ne se souvient
pas de Brassens ce qui ne laisse pas de m’agacer – même si longtemps
après). Je n’ai pas d’autres souvenirs de lecture de Perec – je vois La Boutique
obscure d[an]s la bibliothèque et cela ne m’évoque rien. René l’a peut-être lu.
Mais moi probablement pas. En tout cas, nous n’en avons pas parlé. Je crois
me souvenir que La Vie mode d’emploi lui était tombé des mains. Voilà. […] »
Bibliophilie
Marc-Gabriel Malfant propose deux numéros de revues concernant Perec
dans son catalogue 2011-2 de la Librairie du Scalaire (Lyon) :
TEM. « Texte en main ». Grenoble. Directeurs : Claudette Oriol-Boyer et
Bernard Magné. Grand in-8° broché.
N° 1. Printemps 1984. Cette livraison comporte un long entretien avec
Georges Perec.
Bulletin n°59 Décembre 2011 p.20
Association Georges Perec
N° 2. Eté 1984. Entretien avec Michel Butor. « Les citations de Butor dans La
Vie mode d’emploi », par Bernard Magné. Les deux 40 €
Le numéro suivant du catalogue de la même librairie (septembre 2011) propose
une section Perec encore plus étendue :
[PEREC Georges]. PRICE Roger. Le cerveau à sonnettes. Traduction de Jacques
Papy. Préface de Georges Perec. Julliard 1967. In-8°, reliure cartonnage
d’éditeur sous jaquette. 214 pages. 60 figures dans le texte. Amusante préface
dialoguée de Georges Perec. Jaquette un peu fendillée ; bon exemplaire. 30 €
PEREC Georges. Je me souviens. Edition pré-originale (souvenirs 1 à 163)
dans les Cahiers du chemin, n° 26, 15 janvier 1976 (pp. 83-108). Très propre. 45 €
[PEREC Georges]. DANNEQUIN Claudine. Les enfants bâillonnés. Préface
de Georges Pérec [sic]. Editions CEDIC. 1976. In-8° broché. 175 pages. E.O.
(pas de grand papier). Très propre. 40 €
PEREC Georges. La Vie mode d’emploi. Hachette-POL. 1978. Fort in-8° broché.
699 pages. E.O. sur papier ordinaire. (Achevé d’imprimer le 25 août 1978).
Bon état. 130 €
[PEREC Georges]. STAMPFLI Peter. Catalogue d’exposition au Centre
Georges Pompidou. Préface de Georges Perec : « Alphabet pour Stampfli ».
Centre Georges Pompidou. 1980. In-4° broché. 64 pages. 93 illustrations en
noir et couleurs. Très propre. 40 €
PEREC Georges & WHITE Cuchi. L’œil ébloui. Editions du Chêne. 1981.
Album grand in-8°, reliure cartonnage sous jaquette illustrée. 17 pages de
texte suivies de 72 photographies en couleurs de Cuchi White sur le thème
des trompe-l’œil. Très propre. 45 €
[PEREC Georges]. HOFFENBACH Marie-Jeanne. Rétrospective 1929-1984.
Sans nom d’éditeur. 1985. Album cartonné. 56 pages. 45 œuvres de Marie-Jeanne
Hofenbach reproduites en couleurs. Textes de Georges Perec, Jean-Marie
Magnan, José Pierre, Catherine Marty, Christiane Baroche. Très propre. 40 €
Merci
Les personnes suivantes nous ont adressé des renseignements pour la
constitution de ce Bulletin ou des documents qui ont rejoint notre fonds :
Cécile de Bary, Marcel Bénabou, Thierry Beinstingel, David Bellos, Eric
Beaumatin, Camille Bloomfield, Marie Bonnot, Roland Brasseur, Ronan
Céron, Pierre Cohen-Hadria, Danielle Constantin, Michel Didion, Gérard
Durozoi, Agathe Fallet, Christine Gérard, Françoise Granger, Hans Hartje,
Jean-Luc Joly, Joël Lambolez, Eric Lavallade, Marc-Gabriel Malfant, Pascal
Marty, Anne-Sophie de Monsabert, Jean-Michel Pochet, Robert Rapilly,
Christelle Reggiani, Mireille Ribière, Robert Roth, Hermes Salceda, JeanPierre Salgas, Frédéric Schmitter, Rémi Schulz, Serge Sion.
Publications en vente
L’Association Georges Perec cède à ses membres au prix des libraires certaines
publications :
Cahiers Georges Perec
n° 2 :
n° 3 :
n° 9 :
n° 10 :
13 €
05 €
18 €
24 €
Georges Perec, Fabrizio Clerici, Un petit peu plus de quatre mille poèmes
en prose pour Fabrizio Clerici / Un petit peu plus de quatre mille dessins
fantastiques, préface de Hector Bianciotti et de Bernard Magné : 20 €
La Biographie de Perec par David Bellos, lecture critique de Bianca Lamblin : 9 €
De Perec etc., derechef : 20 €
Bernard Magné, Perecollages : 5 €
Manet van Montfrans, Georges Perec. La Contrainte du réel : 23 €
Ecrire l’énigme (actes du colloque de Paris) : 25 €
L’œuvre de Georges Perec. Réception et mythisation
(actes du colloque de Rabat) : 5 €
Le Cabinet d’amateur n° 1 : 10 €
Le Cabinet d’amateur n° 2 : 10 €
Aux autres prix s’ajoutent 2,50 € de frais de port au tarif « Lettre » pour les
envois en France et 3 € pour les envois à l’étranger au tarif économique.
À cause de son poids, nous devons pratiquer une tarification spéciale pour
l’envoi de Georges Perec. La Contrainte du réel de Manet van Montfrans :
3,20 € pour la France et 5,80 € pour l’étranger.
Bulletin n°59 Décembre 2011 p.22
Association Georges Perec
Renouvellement des cotisations
Les cotisations pour l’année 2011 :
20 € pour les étudiants et 30 € pour les autres.
Nous vous serons très reconnaissants de nous payer par chèque le plus
souvent possible, et d’éviter absolument les mandats et les eurochèques.
Vous pouvez cependant utiliser le virement, en nous envoyant en même
temps un courrier (postal ou électronique). Pour les virements, nous vous
rappelons les coordonnées de notre compte.
_______________
Caisse d’Epargne
Guichet du 30, rue Saint-Antoine, 75004 Paris
C/étab
C/guichet
N/compte
17515
90000
04514866010
C/rice
75
Domiciliation
CE ILE DE FRANCE PARIS
___________________________________
COTISATION 2011
NOM :............................................................................................
Prénom :.........................................................................................
Profession :.....................................................................................
Adresse (en cas de changement) :
.......................................................................................................
.......................................................................................................
.......................................................................................................
Numéro de téléphone :..............................................................
Courriel : ....................................................….…………
Georges Perec - 1978
droits réservés
L'Association Georges Perec tient une permanence à son siège
le jeudi après-midi de 13h à 16h.
sauf les jours fériés et durant le mois d’août.
Publication interne de l'Association Georges Perec
ISSN 0758 3753
Tirage à 220 exemplaires
Décembre 2011
L'Association Georges Perec tient une permanence à son siège
le jeudi après-midi de 13h à 16h.
sauf les jours fériés et durant le mois d’août.
Publication interne de l'Association Georges Perec
ISSN 0758 3753
Tirage à 220 exemplaires
Décembre 2011
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising