Petit Guide de l`énergie Petit Guide de l`énergie

Petit Guide de l`énergie Petit Guide de l`énergie
Petit Guide
de l’énergie
s
o
t
i
éd
Maîtriser l’énergie et assurer un développement durable, tels sont deux des enjeux
majeurs qui s’imposent en ce XXI e siècle. Conscient des nouvelles exigences en
matière d’environnement, le Conseil Régional Midi-Pyrénées a décidé pour sa part de
contribuer à l’utilisation rationnelle de l’énergie, dans le cadre de sa politique
d’aménagement équilibré du territoire.
Cette volonté forte se traduit par l’accord-cadre signé avec l’Agence de l’Environnement
et de la Maîtrise de l’Energie pour développer les énergies renouvelables et
accompagner les collectivités locales dans leurs efforts de développement durable.
Elle se manifeste aussi très concrètement par un budget de plus de 35 millions
d’euros consacrés en sept ans à ces actions, soit dix fois plus qu’il n’avait été
dépensé pour notre environnement sur la période précédente.
2
3
Trois volets de cet accord touchent directement le domaine social :
• la mise en place de systèmes de gestion centralisée pour optimiser les performances
énergétiques des installations, dans les HLM et les logements locatifs sociaux des
collectivités ;
• le développement du solaire thermique collectif et individuel, qui permet de réduire
les charges des locataires en eau chaude sanitaire ;
• la création de réseaux de chaleur bois, notamment en zone rurale, afin de valoriser
les ressources locales tout en réduisant les coûts de chauffage de bâtiments publics
ou sociaux.
Ce guide de l’économie d’énergie accompagne efficacement l’engagement de la
Région en faveur du logement social. J’espère que cet outil pratique sera utile à tous
les acteurs et qu’il contribuera à promouvoir l’effort de tous en faveur des
économies d’énergie.
Martin MALVY
Ancien Ministre
Président du Conseil Régional Midi-Pyrénées
Le logement est un facteur d’insertion incontournable et constitue une des grandes priorités
de l’action sociale.
A l’orée du 21e siècle, nombreuses sont les familles qui vivent encore dans des logements
dégradés et insalubres. Cette situation est d’autant plus criante que le niveau de confort des
logements neufs ne cesse de s’améliorer.
On constate aujourd’hui une inflation des charges d’énergie et d’eau dans la part des
dépenses des ménages les plus démunis, au point que leur confort est compromis et au risque
d’altérer leur santé.
Les Fonds Départementaux Solidarité Energie sont une réponse pour aider les foyers en
difficulté à surmonter ponctuellement les échéances de leurs factures, mais ils revêtent un
caractère d’urgence.
C’est pourquoi, on note, ça et là, l’émergence de dispositifs visant à améliorer par de petits
travaux le confort énergétique des habitations. Mais leur mise en œuvre est complexe : le parc
de logements est extrêmement dispersé et vétuste et chaque situation requiert une solution
particulière.
La relance par les Pouvoirs Publics d’une politique d’efficacité énergétique et la récente loi
« Solidarité et Renouvellement Urbain » - dont une des premières dispositions concerne la
garantie du droit à un logement décent pour tous - doivent se conjuguer pour construire à
l’avenir des dispositifs efficaces afin d’agir durablement en direction des ménages à revenus
modestes.
L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie s’est engagée dans un programme
« Maîtrise de l’Energie dans les Logements et Lutte contre l’Exclusion » qui vise à la mise en
place d’actions de réhabilitation thermique et énergétique des logements occupés par les
familles les plus démunies ou en difficulté.
Les professionnels sociaux sont au cœur de cette démarche, et c’est particulièrement pour les
accompagner dans leur activité que ce guide a été conçu.
J’espère qu’il sera une aide précieuse, afin de leur permettre de mieux appréhender les enjeux
de l’énergie dans le logement et d’apporter des conseils pratiques aux familles.
Jean-Marie FRAYSSE
Délégué Régional de l’ADEME
e
r
i
e
a
r
m
i
a
ss oo mm m
L’énergie dans tous ses états
5
Energie et précarité : une cohabitation difficile
6
Les consommations du logement : des consommations qui s’ignorent
7
Compter l’energie, un dénominateur commun : le kilowattheure (kWh) 8
Le prix des énergies : le grand écart ?
9
La facture EDF/GDF : les clefs de lecture
13
Des prix contrastés… dans une stabilité exemplaire
14
Isoler : c’est gagner !
16
Les isolants : chasser les idées reçues !
17
4
Le chauffage : le glouton du foyer
19
5
L’eau chaude sanitaire (ECS) :
les petits gestes font les grandes économies
22
L’eau : une ressource précieuse à préserver
23
L’électroménager : faites vos comptes !
24
L’éclairage : les fluocompactes en pôle position !
26
Les veilles : à la recherche des consommations cachées …
27
Financement des travaux : des pistes à suivre
28
Législation de l’habitat : ne jouez pas avec le feu !
29
Energie, sécurité, santé
30
Quelques précisions…
33
Contacts utiles
35
Avertissement :
Pour la compréhension de ce guide qui se veut généraliste, nous avons
souvent arrondi les chiffres et simplifié les notions physiques.
L’énergie
dans tous
ses états
Tout est énergie.
“Impossible de créer, de transformer, de déplacer quoi
que ce soit sans énergie.
Impossible de vivre sans énergie.
Nous consommons de l’énergie en respirant, en marchant,
en travaillant et en nous reposant, en dormant et digérant
pour, justement, nous approvisionner en énergie.”
Des sources et des formes diverses,
Le Soleil est à l’origine des sources
usuelles d’énergie : bois, charbon, gaz,
pétrole, vent, etc.
L’énergie se manifeste sous des formes
variées : énergie calorifique, électromagnétique, électrique, nucléaire,
mécanique, chimique, etc.
… des usages multiples,
Se chauffer, s’éclairer, se déplacer : au
cœur de nos vies quotidiennes,
l’énergie est un enjeu planétaire ;
l’économie mondiale dépend de la
gestion des stocks d’énergie.
… des stocks limités,
Les réserves mondiales d’énergie
fossiles sont épuisables. Depuis qu’il a
domestiqué le feu, il y a 600 000 ans,
l’homme n’a cessé d’augmenter ses
consommations.
Le 21e siècle s’achemine vers la
disparition des énergies conventionnelles : à l’horizon de 40 à 80 ans, le
pétrole et le gaz seront très difficilement exploitables.
… et des risques de pollution.
Marée noire, dégradation de la qualité
de l’air, changement climatique sont
quelques unes des conséquences
actuelles de l’utilisation massive des
ressources énergétiques.
Une réponse :
l’efficacité énergétique.
Confrontés à ces enjeux, tous les pays
européens ont décidé de favoriser une
politique de maîtrise de l’énergie et de
développement des énergies locales et
renouvelables (bois, solaire, vent,
biomasse…).
Utiliser les énergies renouvelables,
maîtriser nos consommations sont les
défis d’aujourd’hui et de demain.
Energie et précarité :
une cohabitation difficile
L’énergie,source d’inégalités…
L’énergie a le même caractère vital
que la nourriture : si elle vient à
manquer, les conditions de vie et
de développement s’en trouvent
dégradées.Bien qu’elle soit,en France,
accessible à tous, son coût est un
facteur d’exclusion sociale.
6
7
Le logement est un élément clé pour
l’intégration sociale des personnes en
situation précaire.
Cependant, de nombreuses familles
n’arrivent pas à honorer les factures
inhérentes au logement : loyer, eau,
énergie,…
La performance énergétique est un des
principaux indicateurs de la qualité d’un
logement.La qualité de l’isolation et des
équipements domestiques pèsent sur le
montant des factures et influent sur le
niveau de confort.
De l’aide d’urgence…
Depuis quelques années, les Conseils
Généraux viennent en aide aux personnes
ayant des difficultés à faire face aux coûts
de l’énergie. La loi n° 92-732 du 28 Juillet
1992 précise :
“Toute personne ou famille éprouvant
des difficultés particulières du fait
d’une situation de précarité a droit à
une aide de la collectivité pour accéder
ou préserver son accès à une fourniture
d’eau et d’énergie”.
La solution la plus courante est le recours
aux aides proposées par les services
sociaux.L’étude menée dans le Lot et en
Ariège en 2001 a permis de chiffrer à
150 000 € par an et par tranche de
100 000 habitants,le montant moyen de
l’aide à apporter pour pallier,en partie,les
impayés d’énergie.
… à la solution durable.
La réalisation de diagnostics simples et la
mise en œuvre de petits travaux
d’amélioration de l’habitat permettent
de réduire, dans de nombreux cas, les
dépenses énergétiques. Cette démarche
améliore sensiblement le confort des
logements et assure aux occupants des
conditions de vie décente.
Certains départements de Midi-Pyrénées
(Ariège, Lot) ont initié une politique de
détection et d’aide à la réalisation de
travaux de maîtrise de l’énergie pour des
familles à revenus modestes.
Ce guide est une synthèse de
l’expérience acquise dans ces deux
départements.
Il se veut un outil pour les travailleurs
sociaux : les assistantes sociales et les
conseillères en économie sociale et
familiale.
Les consommations
du logement :
des consommations
qui s’ignorent
Une maison
pleine d’énergie…
Pour un logement tout électrique, cet
exemple représente une facture
annuelle de 2 020 € T.T.C. (13 253 F) soit
18 368 kWh à 0,11 € (0,72 F).
Cette répartition-type peut varier
sensiblement selon l’isolation, les
équipements et le comportement de la
famille.
La facture énergie représente en
moyenne 7 % du budget familial ; cette
part est beaucoup plus élevée dans le
cas d’un budget modeste, au point de
mettre en péril l'équilibre des finances
familiales.
De l’influence
du comportement
Chacun a ses propres critères de bienêtre et le comportement individuel
influe sur les consommations :
température de confort, manière
d’utiliser l’eau chaude ou l’éclairage,
sont des éléments importants de
variation de la facture.
Evoluer vers une utilisation rationnelle
de l’énergie suppose de connaître
quelques notions de base.
Hypothèse :
pavillon de 100 m2
très bien isolé,
occupé par une
famille de
4 personnes.
Electricité
(éclairage +
électroménager
21 %
cuisson
6%
Chauffage
56 %
Eau chaude
17 %
Source « Maison des Négawatts »
En prenant l’exemple ci-dessus :
• 1°C de plus dans la maison représente
une augmentation de 7 % de la facture
de chauffage (79 € - 519 F). Dans un
logement mal isolé,cette tendance sera
accentuée.
• La prise systématique de bains à la
place de douches peut augmenter de
50 % la facture de chauffage de l’eau
(171,7 € - 1 126,5 F).
La connaissance poste par poste des
consommations permet de détecter les
gisements d’économies d’énergie.
Compter l’energie,
un dénominateur commun :
le kilowattheure (kWh)
Comme les distances se mesurent en mètre, le temps en seconde, l’énergie se mesure en Joule.
Cependant le Joule n’est utilisé que par les spécialistes. Les particuliers, eux, connaissent le
kWh* (1000 Wh) qui est utilisé comme unité de mesure de la consommation en
énergie électrique. Mais dans un logement on peut utiliser des bouteilles de gaz, des
litres de fioul, des stères de bois,..
Le tableau suivant établit les correspondances entre ces différentes unités de mesure de
l’énergie.
* 1kWh = 3 600 000 Joules
8
9
Energie
Electricité
Gaz de ville
Gaz butane ou propane
Fioul ou pétrole désaromatisé
Bois
Charbon
Unité commerciale
kWh
kWh PCS
1 kg =
1 litre =
1 stère** =
1 kg =
Equivalent en kWh
1
1
12,88
10
1800
8,74
** pour un stère (1 m3 apparent) de bois sec (20 % d’humidité) d’un poids de 420 kg .
Le kWh utile
Selon les rendements des installations de
chauffage et de distribution, une partie de
l’énergie fournie par le combustible va être
perdue. Le coût de l’énergie utile comprend
donc ces pertes, les frais fixes (abonnements, …) et les frais d’entretien.
Ainsi, un stère de chêne sec brûlé dans un
poêle à bois performant et bien entretenu
(rendement = 60 %) fournira une énergie
utile de 1080 kWh, alors que brûlé dans une
cheminée ouverte (rendement = 10 %),
ce même stère fournira seulement 180 kWh.
Pour un stère à 38,11 € (250 F) le coût du
kWh passera de 0,035 € (0,23 F) avec le
poêle à 0,21 € (1,40 F) avec la cheminée
ouverte.
Bien que dans de moindres proportions,
il en va de même pour toutes les énergies et
tous les équipements. Le choix de ces
équipements et leur entretien régulier sont
donc particulièrement importants.
Le prix des énergies :
le grand écart ?
Le prix de chaque énergie est fonction
des quantités, de la période et
des lieux d’achat. Nous indiquons
ci-après des fourchettes de prix au kWh.
Certains prix intègrent les coûts
d’abonnement auprès des fournisseurs
(EDF, GDF).
EDF peut vérifier sur demande la bonne
adéquation abonnement/équipements.
Gaz de ville ou gaz naturel (1)
Electricité (1)
L’électricité est utilisée pour tous les
usages domestiques : chauffage, eau
chaude, éclairage, froid, moteurs
(électroménager) et électronique.
Selon l’abonnement souscrit,la quantité
consommée et les taxes locales,son prix
varie dans une fourchette de 0,10 à
0,15 € (0,65 à 1 F) le kWh.
Il est important de vérifier la cohérence
entre la consommation et le type
d’abonnement souscrit.
A titre indicatif :
• 3 kW : très faibles consommations
(moins de 2000 kWh /an) : personne
seule sans chauffage électrique ;
• 6 kW simple tarif : famille non équipée
d’un chauffage électrique,ni d’un cumulus électrique ;
• 6 kW double tarif : famille équipée d’un
chauffage électrique et/ou d’un cumulus
électrique ;
• 9,12,15 kW double tarif : famille dans un
grand logement,équipée d’un chauffage
et d’un cumulus électriques.
Le gaz de ville,ou gaz naturel,est fourni
par Gaz de France ; il peut être utilisé
pour toute production de chaleur :
chauffage, eau chaude, cuisson.
Selon l’abonnement et la quantité
consommée, son prix varie dans une
fourchette de 0,04 à 0,07 € (0,27 à 0,47 F)
le kWh.
Le gaz de ville a la réputation, méritée,
d’être une des énergies les moins
chères. Malheureusement, les infrastructures de distribution (conduites
enterrées) ne desservent pas l’ensemble
du territoire.
Attention : le compteur de gaz
indique la consommation en m3. Pour
connaître la quantité en kWh, ce
volume doit être multiplié par un
coefficient indiqué sur la facture.
(1) Prix moyen août 2001,
source «observatoire de l’énergie» (DGEMP)
Gaz butane et gaz propane
Ces deux gaz de pétrole liquéfiés (GPL)
sont très répandus ; la principale
différence entre ces deux produits
étant leur comportement au froid . Le
propane doit être stocké à l’extérieur
de l’habitation,alors que la bouteille de
butane doit être à l’intérieur du
logement pendant son utilisation.
Ils peuvent être utilisés pour toute
production de chaleur. Leurs prix
varient fortement en fonction du
conditionnement.
Propane en cuve (1) :
10
11
Utilisé pour le chauffage, l’eau chaude
et la cuisson.
Il est vendu à la tonne. Le plus souvent
l’approvisionnement est lié à un contrat
pluriannuel.Les modalités de paiement
sont difficilement négociables.
Le contrat peut intégrer un abonnement pour la location et l’entretien
de la cuve.
Les coûts de livraison peuvent être
importants : il est donc préférable
d’attendre que la cuve soit vide pour la
remplir entièrement.
Selon les contrats, la quantité
consommée et la prise en charge, ou
non,de l’entretien de la cuve,le prix à la
tonne varie de 770 à 1030 € (5051 à
6759 F). Soit de 0,06 à 0,08 € (0,39 à
0,52 F) le kWh.
Propane ou butane en bouteilles
Propane en bouteille de 35 kg (2)
Utilisée de préférence pour l’eau chaude
et la cuisson, cette bouteille, difficile à
manipuler, « contient » 450 kWh.
Son prix est de l'ordre de 55 € (360,78 F)
la bouteille, soit 0,122 € le kWh (0,8 F).
Butane ou propane en bouteille de
13 kg (1)
Utilisée de préférence pour l’eau chaude
et la cuisine,cette bouteille « contient »
167 kWh.
Son prix est de l'ordre de 20 € (131,2 F)
la bouteille, soit 0,12 € le kWh (0,79 F).
Attention : cette bouteille est également utilisée dans des appareils de
chauffage mobiles qui peuvent poser
des problèmes (voir p 19).
Butane en bouteille de 6 kg (2)
Cette bouteille « contient » 77 kWh,
pour un prix de 10,67 € la bouteille (70 F)
soit 0,14 € le kWh (0,9 F) : elle ne se
justifie que pour des usages très
particuliers.
(1) prix moyen août 2001, source : « observatoire de l’énergie » (DGEMP)
(2) prix moyens constatés en 2000 & 2001, Ariège et Lot
Combustibles liquides :
le fioul et
le pétrole désaromatisé
Ces combustibles liquides sont issus du
pétrole ; ils sont utilisés principalement
pour le chauffage, parfois pour l’eau
chaude (chauffage central au fioul
avec production d’eau chaude), très
rarement pour la cuisson.
Fioul (1) :
D’usage très répandu, le fioul permet
d’alimenter des poêles ou des chaudières de chauffage central.
Selon le mode d’approvisionnement
(bidon ou cuve), le prix varie entre 0,38
et 0,53 € (2,50 et 3,50 F). Il « contient »
10 kWh par litre et coûte donc de 0,03 à
0,053 € (0,20 à 0,35 F) au kWh.
Le fioul n’est généralement pas lié à un
contrat d’approvisionnement ; il est
possible de faire jouer la concurrence
lors de l’achat. Le prix peut varier
fortement en fonction des quantités
commandées (ex : commande groupée).
Pétrole désaromatisé (2) :
parfois nommé
par la marque Kerdanne
Utilisé dans des appareils d’appoint, ce
produit connaît une forte progression
sur le marché. Vendu en bidon dans
beaucoup de commerces de détail,on le
trouve aussi en « vrac » dans certaines
stations services.
Son prix est très variable selon le point
de vente et sa qualité de désaromatisation.De 0,61 à 1,22 € (4 à 8 F) le litre,
son contenu énergétique est de 10 kWh,
soit de 0,061 à 0,122 € (0,40 à 0,80 F)
le kWh.
Attention : les appareils utilisant ce
produit peuvent présenter un danger
dans le cas d’une utilisation non
adéquate (voir p.19).
Charbon (1)
Energie de moins en moins utilisée, le
charbon est toutefois encore utilisé par
certaines familles dans des poêles ou
des cuisinières. Il est parfois brûlé dans
des appareils mixtes bois/charbon,
surtout pour « tenir » la nuit, sa
combustion étant plus lente.
Son prix moyen est de 0,32 € le kg (2,12 F)
pour un contenu de 8,74 kWh.Le prix au
kWh est de 0,037 € (0,24 F).
Attention : la combustion du charbon
est très polluante surtout à bas régime
et entraîne des risques sanitaires
importants si elle a lieu dans un
appareil ancien ou inadapté (intoxication au monoxyde de carbone…).
(1) prix moyen août 2001, source « observatoire de l’énergie » (DGEMP)
(2) prix moyens constatés en 2000 & 2001, Ariège et Lot
Bois (2)
Le bois est une
énergie renouvelable
C’est un combustible hétérogène dont le
comportement dépend de plusieurs
facteurs dont deux sont prépondérants : les
essences et le taux d’humidité
12
13
• Les essences constituant le combustible :
le pouvoir calorifique des différents bois
est très proche à poids équivalent. En
revanche les comportements en combustion peuvent différer, en particulier entre
feuillus et résineux.
• L’humidité : du bois vert (plus de 50 %
d’humidité) au bois sec (20 à 25 %
d’humidité), toutes les étapes intermédiaires sont possibles.
Le bois est réputé sec au bout de 18 à
24 mois de séchage, selon qu’il est fendu
ou non.
Il est vendu au volume apparent,en général
le stère (1 m3), à un prix variant de 30,49 € à
45,73 € (200 à 300 F) le stère.
Le coût du kWh est variable :
Ainsi, un stère de chêne à 38,11 € (250 F)
fournira, selon son taux d’humidité, une
quantité d’énergie variable :
• bois peu sec, mal rangé : 1500 kWh/m3,
soit 0,025 € le kWh (0,17 F)
• bois moyennement sec (35 % d’humidité) :
1650 kWh /m3,soit 0,023 € le kWh (0,15 F)
• bois lourd et sec (25 % d’humidité) :
1800 kWh /m3, soit 0,021 € le kWh (0,14 F)
Le bois est la seule énergie permettant
l’auto-fourniture.Elle permet des économies
significatives, à condition de respecter les
conditions suivantes :
• L’utilisation de bois suffisamment sec (plus
de 18 mois) assure un bon rendement et
évite l’encrassement et la détérioration des
appareils de combustion.
• La qualité des appareils de combustion fait
varier le rendement ; le prix du kWh utile
subit là encore de fortes variations.
(2) prix moyens constatés en 2000 & 2001,Ariège et Lot
Le solaire
Encore peu répandue en France,l'utilisation
de l'énergie solaire thermique permet de
réaliser d'importantes économies (de 50 à
60 %) sur la facture de chauffage de l'eau.
Sous nos latitudes, il est toujours nécessaire
de l'utiliser couplée à une énergie d’appoint.
Par nature l'énergie solaire est gratuite,
mais elle suppose des équipements
performants pour être captée. Des dispositifs financiers existent pour aider les
propriétaires à réaliser ces investissements
(voir p. 28).
La facture EDF/GDF :
les clés de lecture
1
Recto
1 Le tableau « évolution de votre
consommation en kWh » permet de
reconstituer la consommation annuelle
en additionnant toutes les consommations
entre deux dates.
Les consommations correspondant à des
relevés sont notées en gras.
Attention aux consommations « estimées » !
Il est important de vérifier à chaque facture
estimée la correspondance des index notés
sur la facture avec ceux du compteur ; EDF
peut émettre une facture rectificative sur
simple demande.
2
Verso
3
2 Index : vérifier ici la bonne utilisation des
heures creuses. Dans le cas d’une bonne
gestion elles devraient représenter au moins
30 % de la consommation totale.
3 Les informations indiquées au bas du
verso de la page permettent de connaître :
• les plages horaires des tarifications en
heures creuses et en heures pleines,
• le type d’abonnement souscrit (voir p 9).
Des prix contrastés…
dans une stabilité exemplaire
On constate que, malgré des variations ponctuelles, l'écart de prix entre les énergies demeure dans
le temps sensiblement identique.
Cette stabilité est un encouragement à réfléchir sur le choix des équipements énergétiques à installer
ou à substituer.
Coût de l’énergie « utile » : l’exemple du chauffage
Pour être en mesure de comparer le prix de revient des énergies entre elles suivant le type
d’installations, on calcule le coût de l’énergie « utile ». Celui-ci dépend du type d’énergie, du
rendement des installations (kWh utile), des frais fixes (abonnements,…) et des frais d’entretien.
Le tableau suivant montre les consommations annuelles en kWh et compare la dépense nécessaire
pour assurer un besoin en chauffage de 10 000 kWh, correspondant à une température de confort de
18° C dans une maison de 100 m2 bien isolée.
A=
Coût d’achat
du kWh T.T.C.
(frais inclus)
Type
d’installation
Convecteurs
ou Radiants
Electricité
(Abon. 9 kW
double tarif)
0,113 €
(0,74F)
Chaudière récente
Gaz propane
14
15
Chaudière âgée
0,075 €
(0,49F)
Chaudière récente
Fioul
0,039 €
(0,26F)
Chaudière âgée
Chaudière récente
Gaz naturel
Abon. B1
0,043 €
(0,28F)
Chaudière âgée
Poêles et
cuisinières
Charbon
0,037 €
(0,24F)
Poêles et inserts
performants
Poêles et inserts
classiques
Cheminée ouverte
Bois
(1.500kWh/
stère)
0,025 €
(0,17F)
B=
Rendement
C = 10 0000/B
Energie (en kWh)
E=
nécessaire pour
Coût d’entretien
un chauffage à 18°C
D=(AxC)+E
Dépense
annuelle
Prix de
revient TTC
du kWh utile
90 %
11 000 kWh
0
1.243 €
(8 153,5 F)
0,124 €
(0,815 F)
85 %
11 765 kWh
76,2 €
(500 F)
972 €
(6 375,9 F)
0,097 €
(0,638 F)
70 %
14 286 kWh
76,2 €
(500 F)
1180,28 €
(7 742,1 F)
0,118 €
(0,774 F)
80 %
12 500 kWh
106,71 €
(700F)
620,88 €
(4 072,7 F)
0,062 €
(0,407 F)
65 %
15 385 kWh
106,71 €
(700F)
764,17 €
(5 012,6 F)
0,076 €
(0,501 F)
85 %
11 765 kWh
76,2 €
(500 F)
595,52 €
(3 906,35 F)
0,060 €
(0,391 F)
70 %
14 286 kWh
76,2 €
(500 F)
723,14 €
(4 743,48 F)
0,072 €
(0,474 F)
50 %
20 000 kWh
53,36 €
(350F)
846,72 €
(5 554,1 F)
0,085 €
(0,555 F)
70 %
14 286 kWh
53,36 €
(350F)
433,37 €
(2 842,7 F)
0,043 €
(0,284 F)
45 %
22 222 kWh
53,36 €
(350F)
674,13 €
(4 422 F)
0,067 €
(0,442 F)
10 %
100 000 kWh
53,36 €
(350F)
3033,6 €
(19 899,1 F)
0,303 €
(1,990 F)
Dans le tableau ci-dessus, il existe une différence de prix importante entre les énergies : les moins
chères étant le gaz naturel, le bois et le fioul.
Le coût « global » intègre l’achat des équipements et leur installation ainsi que le coût de l’énergie
"utile". On comprend ainsi que certains systèmes de chauffage dont le coût est très raisonnable à
l’achat, peuvent se révéler extrêmement coûteux à l’utilisation.
• prix moyen août 2001, source : « observatoire de l’énergie » (DGEMP)
ou prix moyens constatés en 2000, Ariège et Lot
Evaluer le coût des charges
annuelles d'énergie
Chiffrer précisément les consommations annuelles d'énergie d'un logement
dépend de nombreux facteurs et suppose des calculs complexes. Aujourd’hui les
thermiciens ont à leur disposition des logiciels leur permettant d’établir une
prévision des consommations.
Cependant il est intéressant d'évaluer sommairement cette consommation et son
coût.
Nous vous proposons ci-après une méthode de calcul simplifiée qui peut être
utilisée par les professionnels sociaux, et qui permet d'évaluer le coût énergétique
d'un logement.
Pour cela, il faut connaître approximativement la surface du logement et son
niveau d'isolation; le nombre d'occupants et les énergies utilisées (voir les prix
détaillés page précédente).
Les chiffres indiqués dans les calculs sont des ratios issus des bilans énergétiques
réalisées dans le cadre de l'action "Fonds d'aide à la Maîtrise de l'Energie" en
Ariège.
■ Pour le chauffage :
• En logement individuel :
Niveau d’isolation
Pas d'isolation
Moyennement isolé (plafond)
Bien isolé (murs et plafond)
Calcul
surface du logement x 200 x prix kWh
surface du logement x 150 x prix kWh
surface du logement x 100 x prix kWh
• En logement collectif :
les voisins peuvent être considérés comme une isolation dès lors qu'ils se chauffent.
■ Pour l'eau chaude :
nombre d'occupants x 850 x prix kWh
■ Pour l'électricité spécifique :
(1200 + nombre d'occupants x 300) x prix kWh
■ Pour la cuisson :
(500 + nombre d'occupants x 200) x prix kWh
Le résultat obtenu est un indicateur permettant d'avoir un ordre de grandeur de la
facture énergétique annuelle.
Isoler : c’est gagner !
Certains bâtiments sont de véritables passoires énergétiques qui servent à « chauffer les petits
oiseaux ».
Le niveau d’isolation est le facteur déterminant du niveau de consommation d’énergie pour le
chauffage.
Les 4 exemples suivants montrent les différences de coût du chauffage en fonction de la qualité de
l’isolation et de l’énergie utilisée.
Energie
16
17
Rendement
Electricité
Gaz Propane
Fioul
Gaz Naturel
Bois
Energie
90%
85%
80%
85%
70%
Rendement
Electricité
Gaz Propane
Fioul
Gaz Naturel
Bois
90%
85%
80%
85%
70%
Cas N°1
Cas N°2
27000 kWh
18000 kWh
Non
isolée
Toit
isolé
Besoin. Chauffage Prix kWh Prix total € Prix total F
30 000 kWh
31 800 kWh
33 800 kWh
31 800 kWh
38 600 kWh
0,11 €
0,07 €
0,04 €
0,03 €
0,02 €
3 400 €
2 400 €
1 400 €
1 000 €
800 €
22 303 F
15 743 F
9 183 F
6 560 F
5 248 F
Energie
Rendement
Electricité
Gaz Propane
Fioul
Gaz Naturel
Bois
Besoin. Chauffage Prix kWh Prix total € Prix total F
90%
85%
80%
85%
70%
20 000 kWh
21 200 kWh
22 500 kWh
21 200 kWh
25 700 kWh
0,11 €
0,07 €
0,04 €
0,03 €
0,02 €
Cas N°3
Cas N°4
13000 kWh
8000 kWh
Toit et murs
isolés
Toit, murs
et sol isolés
Besoin. Chauffage Prix kWh Prix total € Prix total F
14 400 kWh
15 300 kWh
16 300 kWh
15 300 kWh
18 600 kWh
0,11 €
0,07 €
0,04 €
0,03 €
0,02 €
1 600 €
1 100 €
700 €
500 €
400 €
10 495 F
7 216 F
4 592 F
3 280 F
2 624 F
Energie
Rendement
Electricité
Gaz Propane
Fioul
Gaz Naturel
Bois
90%
85%
80%
85%
70%
2 300 €
1 600 €
900 €
700 €
600 €
15 087 F
10 495 F
5 904 F
4 592 F
3 936 F
Besoin. Chauffage Prix kWh Prix total € Prix total F
8 900 kWh
9 400 kWh
10 000 kWh
9 400 kWh
11 400 kWh
0,11 €
0,07 €
0,04 €
0,03 €
0,02 €
1 000 €
700 €
400 €
300 €
300 €
6 560 F
4 592 F
2 624 F
1 968 F
1 968 F
Consommations pour un pavillon de 100 m2 de plain-pied sur sous-sol, 15% de simple vitrage,
bien exposé,murs en briques de 25 cm,altitude 350 m,combles non aménagés,renouvellement
d’air 0,8 volume/heure, avec 4 occupants.
Température de référence : 19°.
Consommations et prix moyens arrondis. Calculs avec logiciel Bege.
Pour une même construction, le coût de chauffage peut varier
dans une fourchette de 1 à 10.
Les isolants :
chasser les idées reçues !
Beaucoup de préjugés existent :
« un mur en pierre très épais est un bon isolant thermique ». Or, pour qu’un mur en
pierre possède un niveau satisfaisant d’isolation, il faut le doubler avec au moins 4 cm
d’isolant.
De même, le double vitrage ne présente un intérêt thermique que si le reste
de la maison est isolé (les murs notamment).
Une maison correctement isolée suppose d’avoir une isolation haute (sous toiture ou au
sol des combles) de 20 cm d’épaisseur, d'au moins 4 cm sur les murs et de 4 cm au sol
(si elle surmonte une cave ou un garage).
Equivalence approximative du pouvoir d’isolation des principaux matériaux :
ISOLANTS
: Laines minérales, polystyrène, polyuréthane, liège, chanvre, laine de mouton.
MATERIAUX
Pour obtenir l’équivalence de 1 cm d’isolant il faut :
4 cm
Béton cellulaire, bois, béton de chanvre.
15 cm
Brique creuse
25 cm
Parpaing creux
45 cm
Béton plein, pierre
Attention !
Les laines minérales perdent leur pouvoir d’isolation en présence d’humidité. Leurs
poussières sont classées par l’Union Européenne parmi les agents irritants ou
potentiellement cancérigènes.
A n’utiliser que si l’on peut les confiner.
Les isolants minces (feuilles d’aluminium séparées par de la mousse) ne sont pas,pour
l’instant, certifiés en France.
Des solutions techniques…
Il est relativement facile pour une famille
occupant un logement surmonté d’un
grenier d’améliorer sensiblement son
confort et de réduire sa facture énergétique
en posant au sol de ce grenier un isolant de
20 cm d’épaisseur.Le coût de l’opération est
souvent amorti dès la première année.
18
19
Pour les plus bricoleurs, l’isolation d’un
plancher se réalise par le collage de
panneaux d’isolant au plafond de la cave ou
du garage.
L’isolation des murs, des combles aménagés
ou le remplacement des huisseries demande
des investissements plus élevés et généralement l’intervention d’un professionnel.
Dans tous les cas, l’autorisation du propriétaire est nécessaire.
…et des gestes simples
Fermer les foyers ouverts
une cheminée, comme une fenêtre
ouverte en permanence, laisse partir la
chaleur ; un panneau isolant, une plaque
de plâtre ou de béton cellulaire, permet
de stopper efficacement ces fuites.
Fermer les volets la nuit
ils limitent les pertes de chaleur et
atténuent la sensation de froid devant
les fenêtres ; poser des rideaux devant les
fenêtres réduit la sensation d’inconfort.
Calfeutrer portes et fenêtres
la pose de joints en mousse et la remise
en état des mastics permettent d’importantes économies.
Isoler les tuyaux transportant de l’eau
chaude qui transitent par la cave ou les
pièces non chauffées.
Attention :
• Vérifier la présence
d’une aération suffisante.
• Ne pas couvrir ou
cacher les radiateurs.
Poser un isolant réflecteur (type
feuille d’aluminium) derrière les radiateurs de chauffage central (pour le cas
d’un mur non isolé) améliore le rayonnement et réduit les pertes.
Le chauffage : le glouton du foyer !
Modes de chauffage
Chauffage électrique
Chauffage par poêles
Le chauffage électrique est très répandu, certainement
grâce au faible coût d'investissement qu'il suppose.
Toutefois le coût de l'énergie électrique est élevé, et
l'installation de ce type de chauffage devrait être réservé
aux petits logements parfaitement isolés.
Les poêles à bois à feu continu et les poêles à fioul,
lorsqu’ils peuvent être raccordés à un conduit de
cheminée, sont des solutions préventives aux problèmes
d’énergie rencontrés par les familles en secteur rural. Ces
systèmes sont parfois contraignants à l’utilisation. En
milieu urbain, dans les quartiers desservis par le gaz
naturel, un poêle à gaz pourra être installé, raccordé à un
conduit de cheminée ou raccordé à l’extérieur à travers le
mur (système d’évacuation ventouse). Ces appareils
procurent une chaleur rayonnante et agréable et sont
bien adaptés aux petits logements.
Les foyers fermés à bois (communément appelés inserts)
présentent l’intérêt d’assurer une diffusion de l’air chaud
dans plusieurs pièces. L’investissement est cependant plus
élevé (fourniture et pose = 3 050 € (20 006 F)) que pour un
poêle (fourniture et pose = 915 € (6 002 F)).
Il existe trois principaux types d’appareils : convecteurs,
panneaux radiants et radiateurs à accumulation.
Les convecteurs sont les moins coûteux à installer, mais
présentent l'inconvénient de dessécher l'air et de mal
répartir la chaleur.
Les panneaux radiants deviennent plus répandus
aujourd’hui : la résistance électrique chauffe un matériau
qui diffuse tout ou partie de la chaleur par rayonnement.
Le confort, comparativement aux convecteurs, est accru.
Cependant, le coût de fonctionnement reste équivalent
et l’investissement est plus élevé.
Les accumulateurs électriques sont des appareils très
lourds et ont l'avantage de pouvoir se recharger pendant
les heures creuses : généralement, la mise en marche d’un
ventilateur permet de diffuser la chaleur stockée lors des
besoins.
Attention ! Certains systèmes de chauffage électrique
dit “à accumulation” sont en fait trop légers pour
stocker la chaleur durant une journée entière : ils
présentent surtout l'intérêt d'une bonne capacité de
régulation. Le coût d'installation de tels systèmes est
équivalent à celui d'un chauffage central.
Le chauffage électrique demande peu d’entretien. Pour
les convecteurs, veiller à nettoyer les grilles inférieures
assurant la libre circulation de l’air.
La présence d'un chauffage électrique suppose une
installation électrique conforme et en parfait état.
Tous ces appareils doivent être installés, entretenus
(ramonage mécanique) et vérifiés au moins une fois l'an
par un professionnel. Le label « Flamme verte » pour les
appareils utilisant le bois-bûche est le gage d’un
rendement correct. L’entretien évite une augmentation
de la consommation et garantit la sécurité de l’usager. Le
ramonage des appareils au bois doit être fait plusieurs
fois par an en cas d’utilisation intensive ou si l’on utilise
du bois de mauvaise qualité.
En cas de sinistre les compagnies d’assurance peuvent
exiger la preuve du ramonage par un professionnel au
cours des 12 derniers mois.
Attention !
• Les poêles à catalyse au butane ou au pétrole
désaromatisé ne sont pas conçus pour le chauffage
principal des logements ; ils ne peuvent être
considérés que comme un appoint dans des pièces très
ventilées (atelier, garage). Leur utilisation entraîne un
fort dégagement de vapeur d’eau et de gaz de
combustion créant un inconfort et des risques
sanitaires (intoxication au monoxyde de carbone). De
plus, ces appareils obligent à une forte aération qui rend
le prix du kWh utile très cher.
Chauffage central
Une chaudière distribue de l’eau chaude à des radiateurs
ou à un plancher chauffant. La chaleur est rayonnante et
confortable. Le coût d’utilisation peut varier très
sensiblement en fonction de l’énergie employée. Une
régulation par thermostat d’ambiance couplée à quelques
robinets thermostatiques dans les autres pièces
permet de limiter et de mieux gérer les consommations.
Entretien des installations : obligatoire !
20
21
• Lors de l’entrée en location, les installations de chauffage doivent avoir été entretenues et les conduits de
fumées ramonés.
• Le locataire doit faire procéder aux opérations courantes d’entretien : tous les appareils de chauffage à
combustion doivent être inspectés, nettoyés et réglés au moins une fois par an par un professionnel. Cet
entretien évite une augmentation de la consommation et garantit la sécurité de l’usager.
• Si le bail ne le prévoit pas, il est conseillé de passer un contrat d’entretien avec un artisan plombierchauffagiste qui vérifiera régulièrement la qualité de l’installation.
• Lorsque la chaudière est vétuste ou défaillante, son remplacement, à la charge du propriétaire, s'impose.
C'est l'occasion d'envisager l'utilisation d'une chaudière plus performante et d'une énergie moins onéreuse…
• Les installations de stockage (cuves de gaz propane ou de fioul) doivent être révisées régulièrement.
• Les installations utilisant du gaz exigent une attention particulière ( qualité des tuyaux et des raccordements).
De petites opérations d’entretien permettent d’optimiser le fonctionnement des installations de
chauffage central :
Purger l’air des radiateurs en début de saison est indispensable : dévisser la molette ou la vis placée en partie
supérieure de chaque radiateur : de l’air, puis de l’eau, doivent s’échapper. Lorsque l’eau coule, il faut rapidement
refermer la vis.
Contrôler la pression d’eau dans les circuits, notamment après la purge des radiateurs (voir mode d’emploi de
la chaudière).
Laisser les radiateurs dégagés pour une bonne diffusion de la chaleur.
Des gestes simples
pour économiser
le chauffage
« La chaleur idéale est souvent celle que
l’on ne sent pas »
• Un degré de moins pour la température
ambiante de l’habitation représente
une économie sur la facture de
chauffage de près de 7% !
La température de confort est de
l'ordre de 19°C la journée et de 16°C
la nuit.
• Un thermostat d’ambiance programmable, également appelé thermostat à
horloge, relié à la chaudière permet
d’une part de gérer au mieux le niveau
de température et d’autre part de
prendre en compte les périodes de jour
et de nuit ainsi que les périodes
d’absence, et donc de réaliser des
économies significatives tout en
améliorant le confort. Cet équipement,
dont le coût varie entre 75 € (492 F) et
200 € (1 311 F) est généralement remboursé en deux saisons de chauffe
environ.
• Le calfeutrage des portes et des
fenêtres peut être assuré par la pose de
mousses adhésives dans les encadre-
ments permettant de limiter les
déperditions de chaleur. Toutefois, il est
indispensable que le logement soit
équipé d'un système de ventilation
permanent (grilles d'aération ou
Ventilation Mécanique Contrôlée -VMC).
• Pour aérer une pièce, l'ouverture des
fenêtres pendant 5 minutes est suffisante.
• Les tuyaux d’eau chaude qui transitent
par les espaces non chauffés doivent
être isolés, les déperditions étant très
importantes ; les marchands de matériaux vendent des manchons
flexibles, faciles à poser.
L’eau chaude
sanitaire (ECS) :
les petits gestes font
les grandes économies
Une personne consomme entre 800 et 1000 kWh
par an pour produire son eau chaude. Cette
consommation varie considérablement d’une
personne à l’autre, ainsi qu’en fonction des
équipements.
Les systèmes
de production d’ECS
22
23
Chauffe-eau électrique (cumulus)
Le cumulus électrique est peu coûteux à l’achat,
son installation et son entretien sont faciles, mais il
peut s'entartrer plus ou moins rapidement selon la
qualité de l’eau. Son coût de fonctionnement est
élevé : à partir de deux personnes il est nécessaire
que l’appareil fonctionne en heures creuses. Pour
les familles nombreuses, la capacité du ballon peut
être insuffisante, ce qui oblige à un fonctionnement en heures pleines.
Un cumulus situé dans une pièce froide (garage,
grenier,…) peut perdre beaucoup de sa chaleur. Il
est donc important de le sur-isoler en l’entourant
d’une matière isolante.
En cas d’absence prolongée (plusieurs jours), il est
rentable de couper l’alimentation électrique.
Production d’ECS instantanée
(chaudière ou chauffe-eau mural )
La production est instantanée donc la capacité de
tirage est illimitée. Le coût de fonctionnement
dépend de l’énergie utilisée (butane, propane ou
gaz naturel, fioul).
Certains appareils sont équipés d’un allumage
automatique ; pour les autres, il convient d’éteindre
la veilleuse en cas d'absence prolongée.
En fonction de la distance entre le robinet et le
système de production, l'arrivée d'eau chaude peut
être assez longue : dans ce cas, privilégier l'eau
froide pour les petits usages (économie d’eau et
d’énergie).
Production d’ECS à partir d'une
chaudière avec ballon de stockage
Le chauffage de la réserve est plus rapide qu'avec
un cumulus électrique. Le coût dépend de l’énergie
utilisée (fioul, bois, gaz plus rarement). Son
utilisation hors de la période de chauffage
provoque une sur-consommation d’énergie par une
chute de rendement. Il faut alors asservir la
chaudière avec un programmateur pour qu’elle ne
fonctionne qu’une ou deux fois par jour.
Chauffe-eau solaire
L'énergie solaire est une source d’énergie
renouvelable intéressante pour la production
d'ECS. Elle peut répondre à une partie conséquente
des besoins d’une famille (entre 50 et 70 % de la
consommation). Le chauffe-eau solaire est couplé à
une énergie d’appoint de manière à assurer une
continuité de la production d’eau chaude tout au
long de l’année.
Une aide conjointe de l'ADEME et du Conseil
Régional Midi-Pyrénées permet de réduire fortement l'investissement (voir p.28).
D'autres primes sont cumulables avec ces subventions : crédits d'impôts, primes à l’amélioration de
l’habitat (Agence Nationale pour l’Amélioration de
l’Habitat, ANAH).
L’eau :
une ressource
précieuse
à préserver
Même si, au premier abord, le domaine
de l’eau ne semble pas avoir un lien
direct avec celui de l’énergie, sauf en ce
qui concerne l’eau chaude sanitaire, il est
important de l’aborder car la
consommation d’eau représente une part
croissante du budget domestique.
Contrairement aux énergies distribuées
par réseau, le prix de l’eau varie d’une
collectivité à l’autre. Il a fortement
augmenté dans les communes ayant amélioré leur
dispositif d’assainissement, conformément aux
nouvelles règlementations.
Le prix de l’eau prend en compte, d’une part la fourniture de l’eau potable, d’autre part l’évacuation et le traitement
des eaux usées.
Le prix moyen national , constaté en 1998 par l’INC (Institut National de la Consommation), est de 2,6 € (17 F) le m3.
La consommation d’une famille de quatre personnes est estimée à 150 m3 par an.
Il n'y a pas de petites fuites
Nature de la fuite
Petit goutte à goutte
Robinet qui goutte
Fuite légère de la chasse d’eau
ou du chauffe-eau (groupe de sécurité)
Chasse d’eau qui coule
Débit (litres/heures)
0,5
1,5
Consommation (m3/an)
5
15
3
30
30
250
Solutions pratiques : réduire ses factures d’énergie et d’eau
Des gestes simples : le saviez-vous ?
• Une douche consomme 15 litres d’eau en étant
économe (par exemple en refermant le robinet
pendant que l’on se savonne), et plus de 60 litres
si on laisse couler l’eau en permanence.
• Un bain consomme environ 150 litres d’eau.
• Pour les petits usages (lavage des mains, brossage
des dents, …) ne pas laisser couler l’eau en
permanence.
• Bien remplir la machine à laver et /ou utiliser la
touche "éco".
Solutions techniques :
• Vérifier le groupe de sécurité du cumulus.
• Si le logement en est équipé, veiller au bon état
du régulateur de pression (tarage à 3 bars)
• Réparer les fuites
• Pour réduire les consommations, installer :
- un interrupteur de douche,
- une chasse d'eau double flux,
- des réducteurs de débit (brise jet),
- des robinets mitigeurs thermostatiques,
- des pommes de douche économique…
L’électroménager :
faites vos comptes !
Ordre de coût global annuel
Sèche cheveux
Cafetière
Lave linge
Lave vaisselle
Télévision + magnétoscope
Lampes halogènes
Réfrigérateurs
Sèche linge
Eclairage
Congélateur
24
25
14 kWh
24 kWh
240 kWh
260 kWh
262 kWh
310 kWh
373 kWh
480 kWh
500 kWh
620 kWh
1,90 €/an
3,26 €/an
32,64 €/an
35,36 €/an
35,63 €/an
42,16 €/an
50,73 €/an
65,28 €/an
68,00 €/an
84,30 €/an
12,49 F/an
21,41 F/an
214,10 F/an
231,90 F/an
233,73 F/an
276,55 F/an
332,75 F/an
428,21 F/an
446,00 F/an
553,00 F/an
Base de calcul de ce tableau : prix de l’électricité au 15 août 2001 DGEMP (simple tarif 6 kW : consommation annuelle de 1700 kWh)
0,136 €/ kWh T.T.C. (0,893F /kWh)
Sources : 60 millions de consommateurs – Cabinet Sidler
La consommation annuelle est surtout liée à la fréquence d'utilisation des appareils,
les équipements les plus puissants ne sont pas toujours les plus voraces.
Des gestes simples pour économiser l’électricité
Les appareils de froid
Ce sont les plus énergivores. Il est préférable de les éloigner des
sources de chaleur. Ainsi, le frigo sera à l’écart du four et des
radiateurs, le congélateur sera placé dans la cave ou dans une pièce
tempérée. Il est conseillé de ne pas les plaquer aux murs afin de
faciliter une bonne ventilation de la grille arrière.
Le changement des joints défectueux des portes des appareils de
froid évite des déperditions importantes, car permanentes.
Quelques conseils :
• dégivrer régulièrement les appareils
• ne pas introduire de plats chauds
Attention : le fonctionnement permanent du moteur du frigo est un symptôme de dysfonctionnement.
La cuisson
La cuisson des aliments est un poste en
général peu coûteux, sauf pour les
familles très nombreuses ou avec des
habitudes culinaires particulières (plats
systématiquement mijotés).
Son coût de revient dépend de l'énergie
utilisée.
Quelques conseils :
• Utiliser les brûleurs ou les plaques
adaptées aux casseroles et poêles.
• Toujours couvrir les casseroles pour
faire chauffer l'eau.
• Utiliser des casseroles à fond plat sur les
plaques électriques
• Eteindre les plaques et le four
électrique un peu avant la fin de la
cuisson (ils restent chauds encore une
dizaine de minutes).
• Eviter d'ouvrir trop souvent la porte du
four.
Les appareils de lavage et de séchage
L’utilisation des heures creuses doit être
privilégiée par les familles qui disposent
d’un abonnement EDF double tarif,
adapté à leurs consommations (cf. page 9) :
un programmateur permet pour un
investissement d’environ 15 € (100 F), de
différer la mise en service des machines
à laver (linge, vaisselle), et du sèche linge
à la plage des heures creuses.
Très fort consommateur d’électricité, le
sèche-linge ne s’utilisera qu’en cas d’impossibilité de séchage extérieur du linge.
Etiquette énergie
L’étiquette énergie guide le choix de
l’acheteur en indiquant les consommations électriques en kWh. Elle donne la
classe énergétique de l’appareil : de A,
très performant, à G, peu
économe.
L’étiquette précise également la consommation en
eau pour les machines à
laver et le niveau de bruit
de l’appareil, ainsi que
d’autres caractéristiques
techniques (volume,qualité
de lavage, …).
Progressivement, les appareils énergivores disparaissent du marché (classes E à G) au profit de
nouveaux appareils encore plus performants (classes A, B ou label Energy +, …).
Eclairage :
Les fluocompactes
en pôle position !
Comparatif des types d’ampoules
Si la maîtrise des dépenses liées à l’éclairage est d’abord une question de comportement, la
technologie permet de réduire les consommations avec l’apparition des lampes fluocompactes.
Ces ampoules à "économie d’énergie", ou "basse consommation", remplacent très avantageusement les ampoules à incandescence dans les pièces éclairées pendant une à plusieurs heures
par jour ; elles sont moins adaptées aux lieux fréquentés ponctuellement (couloirs, WC…).
26
27
Lampe
fluocompacte
Puissance absorbée
20 W
Production lumineuse (lumens)
1200 lm
Consommation annuelle en kWh (3 h/jour)
22 kWh
Prix d’achat moyen
8€
Dépense annuelle
2,5 €
Durée de vie
5000 h
à incandescence
100 W
1300 lm
109 kWh
1€
12 €
1000 h
halogène
300 W
4200 lm
328 kWh
8€
35 €
2000 h
Dans cet exemple, la lampe fluocompacte et l’ampoule à incandescence ont la même
efficacité lumineuse. La lampe halogène coûte plus à l’utilisation : trop puissante, son
intensité lumineuse doit être tamisée ou l’éclairage doit être indirect (illumination du
plafond…).
Des gestes simples
• Eteindre les lumières en sortant des pièces
• Choisir un éclairage adapté à l’usage
de chaque pièce
• Opter pour des lampes fluocompactes
Les veilles :
à la recherche
des consommations cachées …
Avec la multiplication des appareils de hi-fi, de multimédia,… les veilles représentent un
poste de consommation non négligeable : les nombreux affichages numériques, les
transformateurs, même sans voyant lumineux, absorbent de faibles puissances, mais
généralement de façon permanente.
Ainsi, l'ensemble téléviseur / magnétoscope / décodeur / démodulateur / chaîne hi-fi peut
absorber jusqu’à 100 watts par heure, soit une consommation électrique annuelle d'environ
80 € (536 F), à raison de 21 heures de mise en veille par jour.
Tableau de consommation des veilles
Puissance Nb. d’heures de veille/
en W
jour (au minimum)
Téléviseur
8 à 20
Magnétoscope
5 à 19
Décodeur
9 à 16
Démodulateur antenne
13 à 15
Lecteur de CD
0 à 21
Lampe halogène
0 à 10
Four micro-ondes
2à9
Machine à café
2à4
Console vidéo
1
Totalité de ces équipements
15
15
15
15
21
20
23
23
20
=
Consommation
perdue
en kWh /an
43,8 à 109,5
27,4 à 104
49,3 à 87,6
71,2 à 82,1
0 à 161
0 à 73
16,8 à 75,5
16,8 à 33,6
7,3
232,6 à 733,6
Des gestes simples
• Pour les appareils dont on ne peut grouper le branchement, l’achat d’une
multiprise munie d’un interrupteur permettra de supprimer
ces consommations superflues.
• Pour les autres appareils, qui généralement ont un programmateur et/ou
une horloge, penser à les éteindre ou à les débrancher.
Financement des travaux :
des pistes à suivre
Divers types de travaux permettent de diminuer les consommations d’énergie et d’utiliser des énergies plus
compétitives. Pour les financer, il existe des dispositifs de subventions ou de prêts.
Deux cas sont à distinguer : le propriétaire occupant et le propriétaire bailleur
Aides de l’ANAH
Les conditions de leur obtention étant variables, il est nécessaire de consulter les services de l’ANAH et
de la DDE.
Propriétaire occupant
Une prime destinée au propriétaire occupant ayant des ressources modestes peut varier de 20 à 70 % du
montant des travaux subventionnables (avec un plafond), selon le type d’intervention et le niveau de
ressources.
Propriétaire bailleur
• Le propriétaire bailleur privé a accès à des subventions ANAH pour des travaux d’amélioration. Selon le statut
des logements, ces aides représentent 20 % des travaux subventionnables H.T. (loyer libre).
• Ces aides sont supérieures dans le cadre d’une OPAH (Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat) ;
28
dans ce cas elles peuvent être majorées par les collectivités locales : le montant de base est de 35 % pour un
logement conventionné et de 50 % pour un logement très social (Programme Social Thématique, Programme
29
Intérêt Général).
• Des primes particulières peuvent s’ajouter pour aider à l’installation de matériel particulièrement performant
(chaudière à condensation, fenêtres très performantes).
Il existe également des intervenions sociales et techniques (ANAH Social) pour des travaux destinés à améliorer
le logement de locataires défavorisés, de propriétaires bailleurs à ressources modestes, ou de personnes âgées
ou handicapées, ainsi que pour lutter contre le saturnisme.
Ces aides peuvent atteindre 70 % pour un montant de travaux plafonné à 8000 €. Cette procédure est trop
souvent méconnue et il ne faut pas hésiter à l’utiliser !
Autres aides
• L’ADEME et le Conseil Régional Midi-Pyrénées proposent des aides spécifiques pour le chauffe-eau solaire
pouvant atteindre 50 % du prix d’un équipement installé.
• Les Conseils Généraux et les Communes peuvent parfois compléter les aides mentionnées ci-dessus.
• Des organismes tels la CAF, la MSA, … proposent des prêts à taux réduits pour compléter le financement.
• Dans certains départements, les Fonds Solidarité Energie, principalement utilisés pour prendre en charge les
impayés d’énergie, permettent également de mettre en place des actions préventives : information,
formation, aide pour la réalisation de travaux de maîtrise de l’énergie.
• Des fonds particuliers ont été créés dans deux départements de Midi-Pyrénées (Ariège, Lot) dans le cadre
d'actions préventives de réduction des impayés d’énergie.
Attention : si le locataire réalise des travaux dans son logement, il doit au préalable avoir obtenu un accord
écrit du propriétaire.
Au-delà des aides, l'implication des familles dans la démarche “maîtrise des dépenses énergétiques”, avec
l’aide des travailleurs sociaux, est un facteur essentiel de réussite.
Législation de l’habitat :
ne jouez pas avec le feu !
La loi du 6 juillet 1989 régit la quasi-totalité
des locations à usage d’habitation.
Complexe et souvent méconnue, elle est source de nombreux conflits. Elle pose un principe général : l'entretien
courant et les petites réparations incombent au locataire, tandis que les grosses réparations sont à la charge
du propriétaire.
Le locataire doit se comporter de façon raisonnable et prévoyante.
Il doit prendre les précautions nécessaires pour parer aux dommages prévisibles (gel, vent…).
Il est responsable de l'entretien du logement et de ses équipements : remplacer les joints des robinets,
entretenir la chaudière, effectuer les ramonages. A défaut, il devient responsable des conséquences liées à sa
négligence.
Si ces entretiens s'avèrent problématiques à cause de la vétusté ou de malfaçons, le propriétaire doit être alerté
et apporter une solution.
Le locataire doit informer le propriétaire par lettre recommandée de tout problème apparaissant dans le
logement, par exemple toit qui fuit, apparition d'humidité, dysfonctionnement du chauffage ; dans le cas
contraire, les dégâts pourraient lui incomber.
L'état des lieux est indispensable dès l’entrée dans le logement, et se réalise en présence des deux parties
(locataire et bailleur). A défaut, le locataire est présumé avoir intégré un logement en bon état, notamment en
ce qui concerne l'entretien des équipements de chauffage (certificats d'entretien et de ramonage).
Il faut conserver toutes les pièces justificatives concernant l’entretien et les réparations faites dans le logement.
Ces documents seront indispensables en cas de conflit.
Le décret 2002-120 définit le logement décent
Ce décret du 30 Janvier 2002, pris pour l’application de la loi du 13 décembre 2000 relative à la Solidarité et au
Renouvellement Urbains -dite loi SRU- précise les points suivants :
En matière de chauffage, le logement doit être équipé “d'une installation permettant un chauffage normal,
munie des dispositifs d'alimentation en énergie et d'évacuation des produits de combustion et adaptée aux
caractéristiques du logement.”
Concernant la sécurité :
• “Les réseaux et branchements d'électricité et de gaz et les équipements de chauffage et de production d'eau
chaude sont conformes aux normes de sécurité définies par les lois et règlements et sont en bon état d'usage
et de fonctionnement”.
• “La nature et l’état de conservation et d’entretien des matériaux de constructions, des canalisations et des
revêtements du logement ne présentent pas de risques manifestes pour la santé et la sécurité physique des
locataires”.
Ce décret permet au locataire d'exiger la mise en conformité de son logement.
Pour toutes précisions, n'hésitez pas à consulter les organismes de conseil pour l’habitat (ADIL, DDE,
associations de consommateurs, …).
Energie,
sécurité, santé
Les sources de pollution à l’intérieur d’un
logement sont multiples. Elles sont liées à la
conception du bâtiment (matériaux de
construction, revêtements…), mais aussi au
mode de vie de ses habitants ( tabagisme,
défaut d’aération des pièces…) et au type
d'équipements utilisés (chauffage, ventilation…).
Humidité dans le logement
30
31
Un taux d’humidité de l’air ambiant compris
entre 30 et 70 % à l’intérieur d’un logement
est considéré comme nécessaire à un bon
confort.
L’excès d’humidité est un phénomène
fréquemment rencontré dans les logements
mal aérés, peu ou pas chauffés. Celui-ci est
souvent accentué par des systèmes de
chauffage sans évacuation des imbrûlés de
combustion (poêles mobiles à pétrole ou à
gaz…). Le séchage du linge à l'intérieur
accroît également l'humidité.
Un taux d’humidité trop important provoque
une condensation qui se traduit par des
tâches sur les papiers peints, des moisissures
dans les angles des murs, ou encore derrière
les meubles.
C’est un phénomène qui peut entraîner des
allergies et des problèmes respiratoires, et qui
de surcroît, rend peu à peu le logement
insalubre.
L'humidité peut être aussi causée par des
remontées d'eau par capillarité ou par
infiltration dans les parois : un traitement du
bâti doit alors être envisagé.
Solutions techniques :
• Garantir une aération permanente de
l’ensemble du logement est indispensable :
c’est le rôle des grilles hautes et basses
(ventilation naturelle) ou des VMC
(Ventilation Mécanique Contrôlée) rencontrées notamment dans les cuisines et les
salles d’eau. Il est dangereux d'obstruer cette
ventilation.
Attention : pour aérer le logement, ouvrir
les fenêtres cinq minutes par jour suffit,
dans la mesure où une ventilation
permanente existe.
• Un mode de chauffage adapté au logement
limite les problèmes d’humidité. Par exemple,
un poêle à bois ou à fioul, correctement
raccordé à un conduit d’évacuation des
fumées, assure un confort minimum pour un
coût d’utilisation abordable et diminue le taux
d’humidité de l’air.
Les causes principales :
• un appareil défectueux,
• un mauvais raccordement au conduit
de fumée,
• l’obturation du conduit d’évacuation,
• l’utilisation d’appareils non raccordés à
un conduit d’évacuation des imbrûlés.
Solutions techniques :
Combustion et pollution
de l’air intérieur
Le monoxyde de carbone est devenu
tristement célèbre : il constitue en effet
la première cause de mortalité par
toxicité aiguë en France (plusieurs
centaines de décès par an). C’est un gaz
incolore, inodore, de densité voisine de
celle de l’air, et très toxique (il se
substitue à l’oxygène dans le sang).
Difficile à détecter, il provoque des
troubles plus ou moins graves (maux de
tête, nausées, vomissement, coma, …).
C’est l’un des résidus de toute combustion incomplète des générateurs de
chaleur tels que les chaudières, poêles,
chauffe-eau,... et utilisant un combustible du type : charbon, bois, fioul, pétrole
et gaz.
Un entretien régulier est indispensable :
l’intervention d’un professionnel est
obligatoire chaque année pour la
vérification et l’entretien de l’appareil de
chauffage.
• Un ramonage mécanique permettra un
meilleur « tirage » du conduit et
prévient des feux de cheminée. Les
bûches de ramonages utilisées seules,
n’offrent aucune garantie de bons
résultats
• L’étanchéité des appareils doit être
vérifiée, notamment le joint de la porte
d’un poêle ou d’un insert. (coût de la
fourniture : 15 à 30 € )
Certains organismes proposent également un diagnostic des installations
(GDF, …).
Les appareils non raccordés (poêles à
pétrole et à gaz) à une évacuation des
imbrûlés doivent être utilisés dans une
pièce suffisamment aérée (garage,
atelier, …). Par ailleurs, il ne faut jamais
recharger des poêles de ce type lorsqu’ils
sont chauds ou allumés.
Principales autres
sources de pollutions
Polluant
Définition
Fibres
minérales
artificielles
Fibres des laines
isolantes (laine de verre,
de roche)
Plomb
Plomb et ses dérivés
(canalisation
très utilisés depuis des siècles
d'eau et peintures dans le monde pour adduction
dans les bâtiments
d’eau, peintures, carburants
construits avant 1948)
Effets sur
la santé
Solutions
Irritation de la peau, des yeux
Confiner ces matériaux
et des voies respiratoires. pour éviter de respirer leurs poussières.
Probablement cancérigène.
Le chanvre, le lin ne causent pas
ces problèmes
Réversibles ou non.
Saturnisme.
Dans les peintures :
• intoxication chronique
chez les enfants
(ingestion de poussières)
• intoxication accidentelle
chez les travailleurs ou
les bricoleurs (décapage)
Si vos canalisations sont en plomb,
envisager provisoirement
de laisser couler
un peu d'eau avant
de la consommer.
Asthme, rhume des foins,
pneumopathies.
Limiter l'humidité
Pour les peintures,
prendre contact avec la DDASS.
32
33
Moisissures
Température
+ humidité
+ CO2
Respiration,
combustion.
Légionelles
Canalisations
et ballons eau
chaude
sanitaire
Champignons microscopiques
Ce ne sont pas des polluants,
Sécheresse excessive :
mais effets négatifs si excès • symptômes irritatifs favorisés
(en plus ou en moins)
par la présence de composés
chimiques dans l’air CO2
• somnolence, impression
de manque d’air.
Bactéries généralement
inoffensives.
Si en suspension dans l’air
associées à gouttes d’eau :
maladies respiratoires,
fièvre de Pontiac (bénin).
Légionellose
(500 morts par an).
Chauffer et aérer
suffisamment.
Une température
supérieure à 65 °C
inactive la bactérie
en quelques minutes.
Les cumulus doivent
être entretenus (détartrage…)
Quelques précisions
La maîtrise de l’énergie
“ L’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas… ”
Moins consommer est généralement une affaire de bon sens et d'attention : surveiller ses
gestes et pratiques, relever les compteurs et “suivre” ses consommations, suffit souvent à
réduire sa facture.
L'isolation
La qualité de l'isolation du logement est le facteur déterminant de la consommation
d'énergie et du confort.
Kilowattheure
Le kilowattheure (kWh) est l’unité de référence permettant d’évaluer et de comparer les
quantités d’énergie. Toutes les énergies, qu’elles soient vendues par litres, tonnes, m3,
peuvent se comparer en les ramenant à cette unité.
Poêles mobiles au pétrole désaromatisé ou au gaz butane
Le pétrole désaromatisé utilisé dans les convecteurs radiants (ou poêles à pétroles mobiles)
coûte de 0,91 à 1,52 € (6 à 10 francs) le litre, soit de 0,091 à 0,152€ (0,60 à 1 franc) le kWh.
Comparativement, le prix du fioul oscille entre 0,03 et 0 ,06 € (0,20 et 0,40 francs) le kWh.
De la même façon, les poêles à bouteille de gaz utilisent une énergie très chère (plus de
0,091 € (0,60 franc) le kWh.
L’utilisation de ces appareils, non raccordés à un conduit de cheminée, peut s’avérer
malsaine et dangereuse.
VMC
Les Ventilations Mécaniques Contrôlées ont pour vocation de réguler en permanence le
renouvellement d’air du logement. Elles sont souvent réglées sur une vitesse d’extraction
minimale pouvant être augmentée par l’utilisateur. Lors des départs en vacances, il est
recommandé de maintenir en fonction la VMC pour éviter les apparitions de moisissures.
Diagnostic thermique
Un diagnostic thermique permet d’évaluer les consommations d’énergie théoriques du
logement en fonction des différents paramètres (isolation, ensoleillement, nombre
d’habitant…), et donc de détecter et d’évaluer les problèmes du logement et/ou les
problèmes comportementaux de ses occupants.
.../...
.../...
Convection / rayonnement
Termes souvent présentés en opposition, mais en fait étroitement complémentaires.
La circulation de l’air par différence de température et de masse volumique est un phénomène de
convection : l’air chaud monte et la chaleur se dissipe.
Le rayonnement est assimilé à la chaleur dispensée par le soleil et la lumière. Il traverse l’air sans le
déplacer et réchauffe les matériaux compacts du sol et des murs, ainsi que les êtres vivants.
La sensation de confort résulte d'un équilibre entre ces deux modes de transmission, le
rayonnement étant le facteur prépondérant.
Les systèmes de chauffage à air pulsé (convecteurs électriques, insert dynamiques…) accentuent
les phénomènes de convection ; les appareils rayonnants (planchers chauffant, panneaux en
plafond, radiants muraux), sont généralement, plus confortables et moins dispendieux en énergie.
34
35
Electricité spécifique
Se dit des usages de l'électricité hors production de chaleur (chauffage, eau, cuisine).
Renouvellement d'air
L'air ambiant d'un logement a besoin d'être plus ou moins renouvelé en fonction des activités
exercées (cuisine, toilette, tabagie,…). Le renouvellement est très difficile à estimer, il est convenu
que l'air d'un logement doit être changé au rythme de 0,7 volume/heure (70 % du volume du
logement par heure).
Les VMC ou les systèmes de ventilation naturelle sont prévus pour remplir cette fonction, il ne faut
jamais les obturer.
Ont participé à la conception technique
et rédactionnelle de ce guide :
ADEME - Agence de l’Environnement
et de la Maîtrise de l’Energie
Délégation Régionale Midi-Pyrénées
29, voie l’Occitane- Labège Innopole
BP672 – 31319 Labège Cedex
Contact : Sylvie Geissmann
Tél.: 05 62 24 00 33
Espaces INFO ➜ ENERGIE : www.ademe.fr
n° azur : 0810 060 050
A3E - Ariège, Energie, Economie,
Environnement
Pavillon n°1, Maison de la Forêt
09000 Loubières
Contact : Franck Dimitropoulos
tél.: 05 61 03 09 77
[email protected]
ARPE – Agence Régionale
Pour l’Environnement Midi-Pyrénées
14, rue de Tivoli
31 068 Toulouse Cedex
Contact : Jean-Louis Fabry
tél.: 05 34 31 97 13
www.arpe-mip.com
Quercy-Energies
Agence locale de l'énergie du Lot
70, rue Georges Clémenceau
46 000 Cahors
Contact : Jean-Michel Ferry
tél.: 05 65 35 81 26
[email protected]
[email protected]
Dans votre département vous pourrez trouver …
ADIL : Agence Départementale pour l’Information sur le Logement .www.anil.org
DDE : Direction Départementale de l’Equipement. www.equipement.gouv.fr
ANAH : Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat. www.anah.fr
CAF : Caisse d’Allocations Familiales. www.caf.fr
INC : Institut National de la Consommation. www.inc60.fr
Associations de consommateurs. www.finances.gouv.fr
QUERCY ENERGIES
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement