Dossier de presse - Théâtre du Rond

Dossier de presse - Théâtre du Rond
Élisabeth
ou l’Équité
de
Éric Reinhardt
Frédéric Fisbach
mise en scène
avec Valérie Blanchon, Anne Consigny
Madalina Constantin, Alexis Fichet, Frédéric Fisbach
D.J. Mendel, Benoît Résillot, Gérard Watkins
dossier
de presse
12 novembre - 8 décembre, 21h
générales de presse :
les 12, 13, 14, 15 et 16 novembre à 21h
contacts presse
Hélène Ducharne
Carine Mangou
01 44 95 98 47
01 44 95 98 33
helene.ducharne@theatredurondpoint.fr
carine.mangou@theatredurondpoint.fr
Élisabeth ou l’Équité
de
mise en scène
Éric Reinhardt
Frédéric Fisbach
avec Valérie Blanchon................... Carine Vallette (déléguée syndicale CFTC) /
l’avocate (amie d’Elisabeth Basilico)
Anne Consigny ..................... Élisabeth
Madalina Constantin............. Bénédicte (l’assistante d’Elisabeth Basilico /
Lynn (l’assistante de Peter Dollan)
Alexis Fichet........................ Pradeyrol, un syndicaliste
Frédéric Fisbach .................. Bernard, le mari d’Élisabeth
DJ Mendel ............................ Peter Dollan
Benoît Résillot ..................... Jean-Paul Couvellaire
Gérard Watkins .................... Denis Dubreuil
scénographie, lumières, costumes
vidéo
assistante costumes
assistant à la mise en scène
Laurent P. Berger
Pierre Nouvel
Elisabeth Jacques
avec l’aimable participation de Maison Martin Margiela
Alexis Fichet
production Théâtre du Rond-Point / Le Rond-Point des tournées, coproduction Théâtre
Liberté / Toulon, Cie Frédéric Fisbach,
avec l’aimable participation de Maison Martin Margiela
Le spectacle jouera le 11 et 12 décembre au Théâtre de la Liberté à Toulon
e
aîtr
r
à pa
Le texte sera publié le 3 novembre 2013 aux éditions Stock
contact presse éditions Stock
Vanessa Retureau
01 49 54 36 60 / 06 35 32 81 10
vretureau@editions-stock.fr
en salle Renaud-Barrault (745 places)
12 novembre - 8 décembre, 21h
dimanche, 15h, samedis 16 et 23 novembre, 17h30 et 21h
relâche les lundis et les 17 et 19 novembre
générales de presse : les 12, 13, 14, 15 et 16 novembre à 21h
plein tarif salle Renaud-Barrault 36¤
tarifs réduits : groupe (8 personnes minimum) 21¤ / plus de 60 ans 26¤
demandeurs d’emploi 18¤ / moins de 30 ans 15¤ / carte imagine R 11¤
réservations 01 44 95 98 21 - www.theatredurondpoint.fr - www.fnac.com
Note d’intention
Élisabeth, DRH, traverse les épreuves de la vie d’un énorme groupe industriel. Fermetures de
site, conflits sociaux, joutes syndicales, grèves et cynismes en tous genres, dérives en tous sens,
l’ultralibéralisme et la mondialisation bousculent Élisabeth, qui cherche le sens premier du mot
« équité ». Première pièce du romancier Éric Reinhardt.
1. Il faut que je me souvienne.
En septembre 2007, je lis Cendrillon d’Eric Reinhardt. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été pris à ce
point par un roman. Il y a des lectures qui rendent le monde excitant, qui réveillent l’intelligence et le désir
de vivre. Un roman joueur, libre, mettant en scène un Paris que j’aime à travers les tribulations de son auteur
que je ne connais pas encore mais qui me touche déjà ; la crise financière de 2008 est déjà là, avec ses acteurs
principaux, fonds de pension, banques et traders. Une rare vitalité traverse le livre, due en grande partie à des
trouvailles et des audaces formelles réjouissantes mais aussi à un humour irrésistible. J’ai guetté dans la presse
et à la radio tout ce qui se rapportait à Cendrillon. J’ai lu ses romans précédents. Je découvrais un auteur qui allait
« m’accompagner » pour un temps.
Début novembre 2007, je remonte la rue Saint Maur en scooter, je reconnais Eric Reinhardt qui traverse.
Je l’arrête et lui dit en vrac, mon admiration, l’état d’effervescence que m’a procuré la lecture de Cendrillon, de
ses autres livres… Nous nous reverrons quelques jours plus tard devant un café, nous sommes voisins. Nous
nous verrons régulièrement pour le plaisir de la conversation. Je découvre un homme passionné par l’art et en
particulier par le théâtre.
Il me parle de l’après Cendrillon, de la lente maturation du Système Victoria qui n’a pas encore de titre. Je lui
confie mes doutes sur la suite à donner à mon travail, j’étais dans un état de confusion que j’essayais de masquer
comme je pouvais.
Je sortais d’un été 2007 où j’avais été à l’honneur au Festival d’Avignon d’abord, à la Mostra de Venise ensuite,
et pourtant… Je sentais que ma vie boitait, comme si je n’étais plus aux commandes. J’avais décidé de me jeter
dans l’aventure du Centquatre avec énergie et enthousiasme, mais je sentais bien que je m’éloignais de quelque
chose d’essentiel. Je ne ressentais pas encore le manque de la pratique du théâtre, de la création, du jeu, mais
comme une gêne insistante et diffuse. Je confiais à Eric mes interrogations sur ce que j’étais en train de vivre,
les joies et les difficultés d’une entreprise aussi énorme, engageant tant d’acteurs différents avec leurs attentes
et leurs besoins, tous si différents.Une amitié s’est forgée avec le temps.
J’ai quitté la direction du Centquatre tout début 2010 pour retrouver la création et plus simplement ma vie.
En septembre 2011, Eric Reinhardt publie Le Système Victoria. Je suis impressionné par le projet et la façon
dont il le mène au bout. Il réussit à être encore une fois au cœur des questions qui creusent le présent. C’est un
roman politique, radical et vénéneux qui trouble les rapports habituels entre homme et femme, droite gauche,
dominant dominé. Il met à mal nos façons de nous retrancher trop souvent derrière des idées et des postures
qui sont devenues impuissantes et tristes.
Éric Reinhardt aborde le travail sans porter de jugement à la va-vite, mais en rentrant dans la mécanique des
métiers et la complexité des fonctions. Il ne s’agit pas de moquer les patrons ou de leur donner raison. Il ne
s’agit pas de victimiser les salariés et de rentrer dans un discours partisan qui discrédite trop souvent ceux qu’il
voulait soutenir. Son talent d’écrivain et d’homme, c’est de chercher à comprendre. Il nous incite à agir dans
le monde en notre âme et conscience en ne perdant jamais de vue que notre plus grand ennemi est sans doute
nous-mêmes. Il y a du Brecht chez lui. Quand je lis un roman d’Éric, j’apprends des choses, je comprends
comment ça marche, il a le talent de rendre exaltant une réunion de chantier, ou un déjeuner entre collègues.
Il y a au départ un travail d’investigation incroyable, il travaille comme un grand reporter de guerre. Il déplace
le lieu du combat dans le champ de l’entreprise.
En novembre 2011, j’ai proposé à Éric d’écrire une pièce qui parlerait de ça, de la beauté et de la sauvagerie de
tout ça : le travail. Des violences que tout ceux qui travaillent dans une entreprise finissent par accepter, plus
ou moins consciemment. De la cupidité qui est aujourd’hui une valeur acceptée, théorisée, désirée. Il rêvait
d’écrire pour le théâtre, je lui ai dit que le théâtre avait besoin d’une parole comme la sienne, qui n’a pas peur
de s’aventurer sur les terrains minés en assumant la complexité des êtres et des événements. Il a accepté sans
hésiter.
Je l’ai incité à écrire comme il le souhaitait, sans se soucier de la « faisabilité ». C’est dans les « problèmes »
qu’il va nous poser, et dans les moyens scéniques que nous trouverons pour y répondre, par la mise en scène
et le jeu, que le spectacle sera ou non, fort, inventif et beau : vivant. Il sait que le théâtre ne peut prétendre à
être un art que dans l’articulation entre un auteur, un metteur en scène, des acteurs et des spectateurs. J’aime
mettre en scène les pièces qui portent comme l’impossibilité de leurs représentations, écrites par des auteurs
qui portent un rêve de théâtre. Ce sont eux qui font avancer l’art de la scène.
Avec ce projet je m’aventure sur un territoire que je n’ai jamais abordé jusque là. Je parle du travail, du rapport
au travail, de l’intime et du commun dans le rapport au travail, des joies, des brutalités, de la survie en territoire
hostile. De la vanité et du ridicule de la course au pouvoir... La tragicomédie de tout ça. Jusque-là, il me semblait
qu’il me manquait l’expérience et la maturité pour évoquer ce sujet.
Élisabeth ou l’Équité est une sorte de conte moral qui se déploie sous la forme d’une grande pièce épique
contemporaine. Elle se présente comme une pièce réaliste mais vrille dans son milieu, suspendue alors, entre
la tragédie et des scènes de pure comédie.
J’ai vécu de l’intérieur la vie d’une entreprise qui même si elle était singulière, m’a permis de rencontrer des
situations et des rapports qui se retrouvent dans la pièce, sans doute étaient-ils assez universels, représentatifs
en tout cas de ce que l’on peut vivre dans une entreprise en général.
La direction d’Élisabeth essaye de la forcer à jouer le rôle du fusible, elle se retrouve mise à pied, isolée et
perdue. Cela me rappelle des sensations, de stress profond, des états d’angoisse pénibles, dans lesquels je
me souviens de moments suspendus de grande lucidité, de clarté calme. Ces moments sont une aubaine, ils
sauvent.
À cette époque j’ai beaucoup pensé à un livre de Jan Kott Shakespeare notre contemporain. Dans ce livre, pour
parler des grandes pièces historiques de l’auteur, il utilisait l’image d’un escalier, dont les personnages
s’acharnent à gravir chaque marche et qui une fois arrivés en haut n’ont plus qu’à tenir le plus longtemps
possible avant d’être précipités par un autre, plus jeune, plus fort, plus malin ou plus têtu ou plus traître…
Parce que l’escalier du pouvoir ne débouche que sur le vide et cet escalier est à sens unique.
A l’époque du Centquatre, je ne me suis dit qu’une chose : « Il faut que tu te souviennes. »
Que je me souvienne de tout, des réunions avec le personnel, avec les représentants syndicaux, avec la mairie,
avec les politiques et l’administration municipale. Que je me souvienne des CA, de la foule de sentiments et de
pensées qui m’assaillaient à ce moment. De la peur, de la colère, de la rage, du désespoir… pour pouvoir en
faire quelque chose. Que je me souvienne de la complexité des situations difficilement réductible à une analyse
univoque. Ce qui me frappe le plus rétrospectivement, c’est la sensation qu’à cette époque j’avais de ne plus
avoir de corps. Ou plutôt d’être écartelé et d’avoir un mal fou à garder un centre, un quant-à-soi.
Un corps démembré par des injonctions impossibles à satisfaire.
En juillet 2012, j’ai lu une première version de la pièce. Elle n’était pas encore terminée mais l’essentiel était
déjà là. Éric Reinhardt choisit de porter notre attention sur le détail d’une grande fresque, la vie d’une entreprise
industrielle à l’heure de la mondialisation. Il choisit de traiter le sujet en nous plongeant dans la vie d’Elisabeth
Basilico, DRH de ATM. On la suit, qui exerce ce métier si singulier qui par moment nous semble infaisable tant
il fait appel à une sorte de schizophrénie. C’est passionnant de la voir avancer ses pions, ses arguments, aussi
bien à New York devant le patron du fonds de pension qu’avec les responsables syndicaux ou avec le directeur
général insupportable dont elle dépend.
On va assister à sa mise à mort professionnelle et sociale, orchestrée par la communication d’entreprise qui
s’appuie sur des médias en quête de coupables… Et à sa renaissance après des jours douloureux et angoissés
d’une solitude radicale et salvatrice.
L’auteur nous donne à vivre ce conflit, à travers le corps et le regard d’une cadre supérieure. Le seul fait qu’il
choisisse cet axe, renverse notre façon d’appréhender l’événement et donne d’autres clefs de compréhension.
Cela nous permet de sortir, de fait, mécaniquement, des réflexes qui troublent la lecture que nous avons de ces
conflits qui se sont multipliés ces dernières années dans un mouvement national de désindustrialisation. On
cherche moins à savoir qui sont les « gentils » et les « méchants », on rentre dans le réel, dans la complexité
des choses, où le conflit, avant d’être un conflit de personnes est un conflit intérieur. Face à cela il ne reste
aux acteurs de l’événement que la recherche d’une honnêteté, d’une « mesure », une faculté de jugement qui
seules pourront les faire se déplacer un peu sur le terrain de l’autre et envisager des solutions communes, le
début d’une pensée d’intérêt général.
Cependant, si la pièce s’articule autour d’une négociation qui a pour but d’arriver aux meilleures conditions de
« départ » de cent quatre-vingt-douze salariés, il n’en demeure pas moins que ces personnes, après la pièce,
juste après, seront dehors, sans emploi, au chômage. La pièce ne leur donne pas de visages, ils sont « hors
champ » comme c’est le cas dans la vie. Ce n’est pas rien de perdre son travail. Ce n’est pas rien de se pointer à
Pôle emploi, c’est dur, c’est humiliant souvent, on n’est plus rien, un poids mort, on ne fait plus partie des actifs,
on est disqualifié. La pièce ne l’aborde qu’à travers la mise à pied de Basilico mais comme c’est difficile d’être
en empathie avec une qui est en haut de l’escalier, qu’on admire et qu’on exècre et qu’on oubliera dès qu’elle
aura été précipitée dans le vide. Une qui représente une vision paradoxalement déshumanisée de l’entreprise.
Le paradoxe tient dans le H de sa fonction.
2. L’équipe.
En septembre 2012, nous avons fait une lecture devant Jean-Michel Ribes et une partie du comité de lecture
du Rond-Point. Depuis, j’ai été dans la recherche des actrices et des acteurs qui allaient m’accompagner dans
l’aventure. Je voulais une réunion de personnes qui viennent du théâtre bien sûr mais aussi du cinéma. J’ai
envie de ne pas éviter le réalisme que propose la pièce.
J’ai longtemps cherché Élisabeth, je voulais constituer le reste de l’équipe à partir de l’actrice qui l’incarnerait.
Anne Consigny a eu un coup de foudre pour la pièce et le rôle. Sa compréhension des enjeux de la pièce était
impressionnante, très vite nous sommes rentrés dans le vif de la pièce. J’ai toujours eu un grand bonheur à la
voir à l’écran depuis Le Soulier de satin de Manuel de Oliveira. Bluffé par l’apparente facilité de son jeu, à chaque
fois comme une évidence et une grâce réservée, subtile et nuancée. Des qualités qui me semblaient essentielles
pour jouer Élisabeth. Autour d’elle des compagnons de longue date comme Gérard Watkins, Benoit Résillot,
Valérie Blanchon, des plus récents comme l’actrice franco-roumaine Madalina Constantin.
Éric m’avait demandé si j’étais partant pour que les scènes à New York soient en anglais. J’avais répondu avec
enthousiasme, pour deux raisons : pour nombre d’entre nous, l’anglais est la langue internationale associée à
nos professions, nombre de termes techniques que nous utilisons tous les jours sont anglais ; la deuxième était
que cela me donnait l’occasion de « jouer » avec le surtitrage, d’introduire des éléments de distance dans la
représentation, donc de jeu. Et puis je trouve toujours un bonheur d’entendre parler plusieurs langues. Mieux
que tout, la langue nous fait nous sentir étrangers, condition première pour moi de la relation aux autres.
Je voulais trouver un acteur américain pour incarner Dollan. Qu’on entende l’américain ! Un acteur qui vienne
d’une autre culture de jeu pour qu’il puisse venir troubler nos façons d’aborder le travail. C’est DJ Mendel,
compagnon de route du cinéaste indépendant Hal Hartley, performeur, réalisateur, producteur de film, qui
jouera le patron du fonds de pension.
Je tenais à jouer. Depuis mes retrouvailles avec le théâtre, mon amour pour cet art m’a poussé à chercher toutes
les manières de le vivre qui s’offraient à moi. J’ai décidé de jouer dans Élisabeth ou l’Équité, parce que ça change
tout d’être sur le plateau avec les acteurs, parce que le metteur en scène que je suis vient de là, parce que j’ai
envie de me mettre au travail tous les soirs devant le public à leurs côtés et prendre les mêmes risques qu’eux.
Je poursuis mon compagnonnage avec Laurent P Berger. Dans la pièce les scènes se passent dans des lieux
différents, éloignés, intérieurs souvent, dans des espaces professionnels ou intimes. Nous avons imaginé
ensemble un espace théâtral ouvert qui puisse évoquer, dans un premier temps de façon réaliste, les espaces
du travail en entreprise puis qui va se dépouiller au fur et à mesure, pour devenir un « théâtre monde », comme
dans le théâtre élisabéthain habité par les corps et les voix des acteurs. La coulisse sera avouée et des « serviteurs
de scène » chers au théâtre japonais, auront un rôle essentiel dans l’écriture de la mise en scène.
À partir du surtitrage, nécessaire pour les scènes en anglais, nous développons avec le vidéaste Pierre Nouvel,
un travail sur l’écriture projetée. La place de l’écrit dans la vie professionnelle, mail, sms, tweet, est de plus en
plus importante. Aujourd’hui, au cours d’un rendez-vous ou d’une réunion, nos écrans nous sollicitent et nous
lisons tout en continuant à participer à la conversation. Cela peut ne rien avoir à faire avec ce que nous sommes
en train de dire, cela peut au contraire être un message envoyé par une personne présente, pour souligner
un détail important qui pourrait nous avoir échappé, un oubli. Ces usages se multiplient dans les réunions à
plusieurs. Il y a là, comme un sous-texte, un off de la parole avec lequel j’aimerais jouer. Sans doute que nous
utiliserons aussi la vidéo pour faire exister certains espaces difficiles, voire impossibles à représenter, que
l’image seule peut prendre en charge.
Frédéric Fisbach, 20 aout 2013
Entretien avec Éric Reinhardt
Qui est cette femme, figure forte de l’entreprise,
DRH, Élisabeth… Vous l’avez rencontrée ?
Comment la voyez-vous sur le plateau ?
Les cadres que vous faites travailler, en
gros vous leur dites : acceptez les règles
que nous avons fixées, jouez le jeu, vous
verrez bien jusqu’où vous parviendrez à
vous élever dans la structure, de toute
manière c’est la seule voie à suivre pour
atteindre les sommets. Alors ils vous
obéissent comme des enfants, c’est
pour ça que le monde est fou et qu’il
court à sa perte : ces dirigeants sont
comme de grands enfants, leur petite
voiture a juste changé de taille et ils sont
hyperintelligents : mais c’est tout. Leur
intelligence s’est développée comme une
espèce de maladie perfide dans les hautes
sphères de leur mental mais tout le reste
est resté à l’état d’enfance. Ton type, ce
matin, il a beau avoir fait Polytechnique
ou je ne sais quoi, il va se soumettre à
ton pouvoir, il va être comme un gamin
devant l’institutrice qui le convoque,
tu vas peut-être le priver de son avenir
comme on retire son pain au chocolat
à un enfant : s’il n’était pas un écolier
soumis il refuserait le principe de cet
entretien, il te dirait qu’il faut le juger sur
son parcours professionnel (...)
Élisabeth, qui se revendique libérale, est DRH d’un
groupe industriel appartenant à un fonds de pension
américain. À l’occasion d’un événement tragique
survenu dans l’entreprise, elle voit son propre système
se retourner contre elle et la broyer. Trahie, elle se
met à réfléchir et retrouve ses valeurs d’adolescente.
Élisabeth, plus jeune, a réellement été humaine et
humaniste, elle l’est d’ailleurs en partie restée, sauf
que cette fibre a été émoussée par le temps, elle a été
ensevelie sous le quotidien et les responsabilités,
la DRH a fini par négliger cette dimension de sa
vie intérieure, à de rares exceptions près. De la
même manière que l’on peut finir par aimer son
conjoint mécaniquement, on peut finir par travailler
mécaniquement, avec talent et efficacité mais sans
vraiment réfléchir au sens de ce que l’on fait. Il est
souvent plus simple de se laisser porter par le courant
(surtout si l’entreprise rémunère royalement votre
servilité), plutôt que de se compliquer la vie avec des
cas de conscience, des scrupules, des idéaux ou de
nobles pensées… On croise de plus en plus souvent
des cadres supérieurs qui, après des années et des
années de dévouement, se retrouvent éjectés du jour
au lendemain avec la brutalité qu’eux-mêmes, la
veille encore, dans certains cas, employaient vis-àvis de leurs subalternes. Alors, c’est un peu comme si
ces bons soldats loyaux se réveillaient soudain à euxmêmes pour comprendre l’aveuglement dans lequel
ils se sont sagement maintenus pendant des années,
et ils changent de vie, ils tournent le dos au monde
de l’entreprise, ils prennent leurs économies et ils
vont faire du vin, ils montent une petite structure. Ces
situations qui se multiplient sont symptomatiques
extrait
de la violence du monde du travail. Élisabeth, sur le
plateau, je l’imagine complexe, séduisante, toujours à
la limite, insaisissable. Elle est alternativement terrible et attirante, sans que l’on sache très bien où elle se
trouve, sauf à la fin. Elle n’est pas attendue, elle est en permanence une superposition de femmes diverses,
à la fois féminine, maternelle, indépendante, conquérante, fragile, sincère, cinglante, professionnelle,
rationnelle, détachée, lucide, exigeante. Ce qui m’intéresse, avec la femme de pouvoir, c’est qu’elle possède
une dimension d’autorité comparable à celle de ses homologues masculins, tout en conservant un mystère et
une sensibilité dont ils sont dépourvus, eux, la plupart du temps. Les hommes sont plus monolithiques dans
l’exercice de leur pouvoir.
En quoi dresser cet état des lieux terrible d’un monde qui vacille vous a-t-il été essentiel ?
Cette peinture m’est venue d’une documentation accumulée pour écrire mon dernier roman, Le Système
Victoria. Une avocate m’avait raconté deux histoires assez démentes vécues par une DRH qu’elle conseillait, et
n’ayant pas utilisé cette matière dans mon roman j’ai décidé de m’en inspirer pour écrire une pièce de théâtre.
Ce qui m’intéressait, c’est que ces deux histoires mettaient en relation, pratiquement sur le mode de la comédie,
une petite usine française ancrée sur son territoire régional, et le pouvoir abstrait, international, climatisé,
du fonds de pension new-yorkais, avec entre les deux une barrière idéologique incarnée par la barrière de la
langue, l’anglais étant la langue de la finance, de la domination, et le français une langue ancienne et résistante.
J’aimais l’idée de faire se rencontrer, physiquement, sur un plateau de théâtre, lieu du langage par excellence,
ces deux langues, ces deux visions du monde, ces deux
(...) Tu es complice de cet
rapports au réel : le financier new-yorkais d’un côté, les
enlaidissement de notre réalité : tu y
syndicalistes à la française de l’autre, avec entre les deux
participes activement.
la DRH, Élisabeth. À ce moment-là de la pièce, personne
ne parle le même langage : cette situation burlesque rend
Il est possible qu’un jour ce système
très bien compte du monde dans lequel nous vivons. Plus
généralement, ce que j’ai voulu mettre en évidence, c’est
se retourne contre toi. J’aimerais
que les cadres supérieurs, dans les entreprises, ont une
bien être dans les parages quand
réelle responsabilité, qu’ils le veuillent ou non, par rapport
les mâchoires de tes méthodes s’en
à la question de l’intérêt général. Tout ne peut pas venir du
politique et du législateur, c’est trop facile de se réfugier
prendront à ta charmante personne :
derrière ce fatalisme en faisant croire qu’on ne peut pas
juste pour voir ta surprise.
s’opposer à la marche du monde, que le système mondialisé
est plus puissant que tout, qu’il faut se résigner à endurer ses
Je te consolerai. Tu basculeras peutcoups et ses nuisances, sa froideur, son inhumanité. C’est
être dans l’autre camp.
faux, il est possible d’organiser des micro-résistances,
localement et sur des cas particuliers, encore faut-il en
extrait
avoir conscience et envie. Les cadres supérieurs, et en
particulier les DRH, disposent d’une certaine marge de manœuvre, ils ont une responsabilité dans la société. Il
faut le dire, il faut le rendre manifeste, c’est ce que j’ai voulu faire avec cette pièce : montrer qu’on peut agir, de
l’intérieur, en retrouvant en soi le chemin d’un certain humanisme. Mais sans le dire, en jouant masqué. C’est
une résistance qui ne fonctionne que si elle reste invisible. Voilà un paradoxe passionnant pour un écrivain.
Vous passez du roman au théâtre, pourquoi ? Qu’est-ce que le théâtre peut vous apporter que le roman ne
vous apporte pas ?
Mais le théâtre justement ! C’est-à-dire le plateau, les comédiens, l’incarnation. J’adore le théâtre depuis
longtemps, j’y vais énormément, c’est un réel besoin, pour moi, de voir des spectacles. La lumière, l’atmosphère,
le son, le corps, la voix, le temps, l’espace, le mouvement, l’énergie, dans un lieu, la scène du théâtre, qui devient
une représentation du monde, une stylisation de la réalité, une projection d’un univers mental : c’est ce que
j’aime, comme spectateur, et c’est à quoi j’ai eu envie de me confronter en écrivant une pièce de théâtre. Voir
un comédien vivre une réplique et incarner une pensée, avec son souffle, dans sa chair, avec toute la fragilité,
la possibilité de grâce et de magie, mais aussi de chute, que cela suppose, c’est ce que je recherche à travers
cette expérience. Le roman, on l’écrit seul dans son bureau, pendant des mois voire des années, on se fait à
soi-même son propre spectacle, on se procure à soi-même des sensations, de la peur, du plaisir, des angoisses
et du réconfort, mais on est à la fois le créateur et le spectateur, seul avec soi-même. Puis, quand le roman est
imprimé puis diffusé, le lecteur partage avec son auteur un temps et un espace dans lesquels celui-ci n’est plus
depuis longtemps, il y a un décalage. Ce que j’aime et recherche, en définitive, avec le théâtre, c’est le présent,
l’incarnation. En d’autres termes le mystère de la vie.
Suivez-vous le travail que conduit Frédéric Fisbach ? Etes-vous associé aux choix de l’espace, de la
distribution, du rythme ?
Je connais le travail de Frédéric Fisbach depuis quelques années, et il me plaît beaucoup. C’est lui qui m’a
passé commande de cette pièce, en me laissant une totale liberté. Je l’en remercie car ce faisant il m’a permis
de concrétiser un de mes plus vieux rêves. Frédéric m’a consulté sur la distribution, en particulier pour le rôle
d’Élisabeth, car il était essentiel pour moi qu’elle soit jouée par une comédienne que j’aime profondément.
Pour le reste, je préfère le laisser s’accaparer le texte, travailler seul, tracer ses perspectives et déployer son
esthétique, pour me surprendre et faire de cette pièce autre chose que ce que moi, en l’écrivant, j’ai pu imaginer
qu’on pouvait faire. Sinon, à quoi bon ? Quel serait l’intérêt de faire appel à un fidèle régisseur ? Si j’écris du
théâtre, c’est parce que j’aime le théâtre, l’art de la mise en scène : j’ai donc envie que Frédéric, sans se sentir
surveillé, déploie son art de metteur en scène, emmène mon texte dans son monde et fasse œuvre à son tour,
afin qu’il y ait, sur le plateau, pendant les représentations, une évidence, quelque chose d’irrécusable et de
lumineux qui s’impose à tous. Le théâtre devient intéressant quand il n’y a plus de théâtre mais une vérité
qui s’impose au spectateur. Quand la scène devient un prolongement du spectateur, comme si lui-même était
en train de rêver la pièce. C’est à cela, pour moi, que toute mise en scène doit prétendre, et je ne veux pas
interférer dans ce fragile processus. Cela étant dit, j’ai très envie de pouvoir assister, une fois de temps à autre,
aux répétitions, et Frédéric aussi. C’est une aventure artistique et humaine dont j’ai envie de me sentir proche
jusqu’au bout, en compagnie des comédiens et de tous ceux qui travailleront sur le spectacle. Et s’il faut apporter
des modifications de dernière minute à mon texte pour satisfaire un comédien ou répondre à des problèmes de
rythme, j’ai déjà fait savoir que je le ferais volontiers. Il faut être à l’écoute du plateau.
propos recueillis par Pierre Notte
Éric Reinhardt
auteur
Eric Reinhardt est né en 1965 et habite à Paris. Il a publié Demi-sommeil (Actes Sud, 1998), Le Moral des ménages
(Stock, 2002), Existence (Stock, 2004), Cendrillon (Stock, 2007) et Le Système Victoria (Stock, 2011), qui a figuré
sur les listes des prix Goncourt, Renaudot et Académie française.
En 2009, dans le cadre de son programme des Petites Formes, la Comédie-Française lui a passé commande
d’une pièce courte sur le thème de l’argent, Leverage de quatre, paru à L’Avant-Scène Théâtre. La même année,
à la demande du musée du Louvre, il s’est inspiré du tableau Le Dessert de gaufrettes de Lubin Baugin pour écrire
la nouvelle Vingt minutes il y a vingt ans, parue en 2010 chez Flammarion dans un ouvrage collectif intitulé
Le Petit Pan de mur jaune.
En 2010, il a signé le livret d’un ballet d’Angelin Preljocaj pour l’Opéra Bastille, Siddharta, dont il a été le
dramaturge, avec une musique originale de Bruno Mantovani et une scénographie de Claude Lévêque.
Le livre d’art qu’il a conçu avec Christian Louboutin à l’occasion du vingtième anniversaire de sa maison a paru
en novembre 2011 aux éditions Rizzoli New York, avec un long entretien entre le chausseur et l’écrivain.
En 2012, dans le cadre du programme de rencontres « La création à l’œuvre », il a été invité par le
Centre Pompidou à parler de son travail. Il reçu la même année un Globe de cristal d’honneur pour
l’ensemble ses livres.
En mai 2013, il a été président du jury d’Impatience, festival du théâtre émergent, organisé par le Théâtre du
Rond-Point et le CENTQUATRE avec Télérama.
Eric Reinhardt travaille actuellement, avec le metteur en scène Pascal Rambert, sur un scénario de longmétrage, Gladys, que ce dernier réalisera.
Élisabeth ou l’Equité est sa première pièce de théâtre.
Frédéric Fisbach
metteur en scène, interprète - Bernard, le mari d’Élisabeth
Après une formation de comédien au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, Frédéric
Fisbach accompagne les premières années de l’aventure de la compagnie de Stanislas Nordey jusqu’au Théâtre
Nanterre-Amandiers. Il crée sa première mise en scène en 1992 au Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis,
Les Aventures d’Abou et Maïmouna dans la lune d’après Bernard-Marie Koltès. À la suite de ce spectacle il fonde
sa compagnie l’Ensemble Atopique et devient artiste associé de la Scène Nationale d’Aubusson. En 1994, il
monte L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel, avant de s’intéresser à Maïakowsky, Kafka, Racine, Corneille et à
Strindberg avec L’Île des morts. Lauréat de la villa Medicis hors les murs en 1999, il séjourne au Japon, découvre
les arts traditionnels de la scène et rencontre l’auteur dramatique Oriza Hirata, dont il mettra en scène Tokyo
Notes et Gens de Séoul. De 2000 à 2002, il est artiste associé au Quartz de Brest, il crée Les Paravents de Jean Genet
avec la compagnie de marionnettistes traditionnels japonais Youkiza et Bérénice de Racine avec le chorégraphe
Bernardo Montet. Il est ensuite nommé directeur du Studio-Théâtre de Vitry en 2002 puis est codirecteur avec
Robert Canterella du CENTQUATRE de 2006 à 2009. Artiste associé du Festival d’Avignon en 2007, il propose
pour la Cour d’honneur une installation, performance de trois jours et trois nuits où il convie le public à des
conférences, ateliers de pratiques théâtrales et à la représentation de Les Feuillets d’Hypnos de René Char. Il
présente aussi Les Paravents de Jean Genet. Au Festival d’Avignon 2011, il monte Mademoiselle Julie d’August
Strindberg avec notamment Juliette Binoche. En 2013, il y met en jeu Corps… d’après le roman d’Alexandra
Badea.
Il met en scène des opéras, contemporains ou classiques, et réalise un long métrage en 2007, La Pluie des prunes
qui reçoit le Prix du meilleur film au Festival du film de Genève.
repères biographiques depuis 2000
théâtre - mise en scène
opéra - mise en scène
2013
Corps… d’après le roman d’Alexandra Badea
2004
2011
Mademoiselle Julie d’August Strindberg
Shadowtime de Brian Ferneyhough
livret Charles Bernstein
2010
The descendents of the eunuq admiral
de Kuo Pao Kun
Phèdre de Racine
2003
2007
Les Feuillets d’Hypnos de René Char
Les Paravents de Jean Genet
Kyrielle du sentiment des choses,
opéra de Jacques Roubaud,
musique François Sarhan
Agrippina de Haendel,
direction Jean-Claude Malgoire
2006
Gens de Séoul de Oriza Hirata
2000
Forever Valley, opéra d’après le roman de
Marie Redonnet, musique Gérard Pesson
2005
Animal de Roland Fichet
2004
L’Illusion comique de Corneille
2003
Dors mon petit enfant de Jon Fosse
Cendres et lampions de Noëlle Renaude
Agrippine, livret de Vincenzo Grimani
2010
Images latentes de Joana Hadjithomas
et Khalil Joreige
2009
Phèdre de Racine, m.e.s. Frédéric Fisbach
2002
Les Paravents de Jean Genet
L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel
2001
Bérénice de Racine
co-dirigé avec Bernardo Montet
2005
- 2012 Hippolyte de Robert Garnier,
m.e.s. Robert Cantarella
2000
Tokyo Notes de Oriza Hirata
théâtre - interprète
Valérie Blanchon
interprète - Carine Vallette (déléguée syndicale CFTC) /
l’avocate (amie d’Elisabeth Basilico)
Valérie Blanchon est formée au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, dans les classes
de Philippe Adrien et Catherine Hiegel. Elle collabore à la création de l’Ensemble Atopique avec Frédéric
Fisbach, joue dans ses spectacles entre 1997 et 2003 ( L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel, Les Paravents
de Jean Genet, L’Illusion comique de Pierre Corneille ), et participe avec lui à différents projets de recherche à
Aubusson et au Studio théâtre de Vitry.
Avec Jean-Pierre Vincent elle interprète Molière, Alfred de Musset, Jean Luc Lagarce ; avec Stanislas Nordey,
Heiner Müller ; avec Alain Françon, Anton Tchekhov ; avec Wajdi Mouawad, artiste invité au festival d’Avignon
2010, elle crée la pièce Ciels.
Elle travaille également sous la direction d’Agnès Bourgeois, Michel Didym, Adel Hakim, Jean-Claude Fall,
Yves Beaunesne, Christian Colin, Richard Sammut, Aurélia Guillet, Myriam Marzuki, Sophie Lecarpentier,
Jean-Christophe Blondel... Elle met en scène et adapte plusieurs textes dont Journal d’une autre, Lydia
Tchoukovskaïa/Anna Akhmatova au théâtre Paris-Villette, Aurélia Steiner de Marguerite Duras au Studio théâtre
de Vitry, La Chasse au Snark de Lewis Caroll au festival maritime de Portsmouth (Grande-Bretagne).
Et joue dans des courts métrages dont Vie matérielle de Franck Eslon, pour lequel elle reçoit le prix
d’interprétation féminine au festival Paris tout-courts.
Anne Consigny
interprète - Élisabeth
Anne Consigny débute au théâtre en 1972 à neuf ans, dans Le Soulier de satin de Claudel, mis en scène par
Jean-Louis Barrault. En 1980, à dix-sept ans, elle sort première du Conservatoire National Supérieur d’Art
Dramatique. L’année suivante, elle est engagée par Peter Brook pour La Cerisaie de Tchekhov, puis entre à la
Comédie-Française, dont elle démissionne en 1984. Après s’être essayée à la mise en scène à Lisbonne en
compagnie de Luis Miguel Cintra, avec Père de Strindberg (elle fera par la suite deux autres mises en scène),
elle interprète de nombreux rôles au théâtre jusqu’en 2003. On retiendra notamment sa prestation dans La
Place Royale de Corneille mise en scène par Brigitte Jaques (qui fera l’objet d’un téléfilm de Benoît Jacquot en
1993), dans Le Masque de Robespierre de Gilles Aillaud mis en scène par Jean Jourdheuil en 1996, dans Elvire
de Bernstein mis en scène par Patrice Kerbrat en 2002 et dans La Preuve de David Auburn, mise en scène par
Bernard Murat en 2003. Elle est nominée aux Molière par deux fois (2002 et 2003).
Alors qu’elle ne l’avait abordé que brièvement au début de sa carrière, avec Le Soulier de satin de Manoel de
Oliveira en 1984, le cinéma prend progressivement la place du théâtre dans sa vie professionnelle. Après
Isabelle Nanty, Arnaud Desplechin l’engage pour un jour de tournage dans Léo dans la compagnie des hommes.
Cette journée de tournage va changer sa vie, puisque c’est à la suite de ce film que Stéphane Brizé lui confie
le rôle de Fanfan dans Je ne suis pas là pour être aimé, qui lui vaut sa première nomination aux César. Au cours
des années suivantes, elle joue notamment dans Le Scaphandre et le Papillon de Julian Schnabel et Un conte de
Noël d’Arnaud Desplechin. 2009 la voit tourner aussi bien dans La Première Étoile de Lucien Jean-Baptiste
que dans Les Herbes folles d’Alain Resnais, qu’elle retrouvera en 2012 pour interpréter une des Eurydice de
Vous n’avez encore rien vu.
Anne Consigny a également tourné pour la télévision, notamment pour trois séries (L’État de Grâce de Pascal
Chaumeil en 2007, Les Beaux mecs de Gilles Bannier en 2011, Les Revenants de Fabrice Gobert en 2012 puis 2014)
et le film E-Love d’Anne Villacèque.
repères biographiques
théâtre (sélection)
cinéma (sélection)
2014
Savannah Bay de Marguerite Duras,
m.e.s. Didier Bezace
2013
Sous le figuier d’Anne-Marie Etienne
12 ans d’âge de Frédéric Proust
2013
Élisabeth ou l’équité d’Eric Reinhardt,
m.e.s. Frédéric Fisbach
2012
Vous n’avez encore rien vu d’Alain Resnais
2003
La Preuve de David Auburn,
m.e.s. Bernard Murat
2009
2002
Elvire d’Henry Bernstein,
m.e.s. Patrice Kerbrat
1996
Le Masque de Robespierre de Gilles Aillaud,
m.e.s. Jean Jourdheuil
Rapt ! de Lucas Belvaux
Les Herbes folles d’Alain Resnais
La Première Étoile de Lucien Jean-Baptiste
John Rabe, le juste de Nankin
de Florian Gallenberger
Bambou de Didier Bourdon
2008
1992
La Place Royale de Corneille,
m.e.s. Brigitte Jaques
Un conte de Noël d’Arnaud Desplechin
Le Grand Alibi de Pascal Bonitzer
Coupable de Laetitia Masson
1984
Les Estivants de Gorki, m.e.s. Jacques Lassalle
2007
Le Scaphandre et le Papillon de Julian Schnabel
1982
Les Corbeaux d’Henry Becque,
m.e.s. Jean-Pierre Vincent
2005
Je ne suis pas là pour être aimé
de Stéphane Brizé
1981
La Cerisaie d’Anton Tchekhov
m.e.s. Peter Brook
2003
L’Équipier de Philippe Lioret
1984
Le Soulier de satin de Manoel de Oliveira
Madalina Constantin
interprète - Bénédicte (l’assistante d’Elisabeth Basilico) /
Lynn (l’assistante de Peter Dollan)
Madalina Constantin est née en Roumanie. Elle fait ses études à l’Académie de Théâtre de Cinéma de Bucarest.
À sa sortie, elle commence à travailler avec Catalina Buzoianu dans Lolita de Nabokov et dans L’Odyssée au
Théâtre National de Bulandra et au Mic Theatre. En 2003 elle est admise au Conservatoire National Supérieur
d’Art Dramatique de Paris. La même année elle entame un compagnonnage avec Eva Doumbia, notamment sur
des textes de Dieudonné Niangouna.
En 2005 elle fonde avec l’auteur et metteur en scène Alexandra Badea la compagnie Europ´artes qui défend les
écritures contemporaines. Elles créent ensemble Histoires de familles de Biljina Srblianovic, La Femme comme
champ de bataille de Matei Visniec ou Fuck You Europa de Nicoleta Esinescu et la création des premiers textes
d’Alexandra Badea, Mode d’emploi et Contrôle d’identité.
En 2006 elle rencontre Anatoli Vassiliev, assisté de Stéphanie Lupo sur des textes de Marguerite Duras.
En 2010 elle le retrouve à Rome pour une étude sur les textes d’Anton Tchekhov, elle se passionne pour sa
méthode des perspectives ludiques. Cette rencontre décisive oriente son travail d’actrice. En 2010 elle explore
des textes d’Albert Camus et de Jean Genet dans le spectacle Quel chemin reste-t-il que celui du sang ? mis en
scène par Sophie Rousseau à la Rose des Vents.
Elle joue pour Dieudonné Niangouna dans la mise en scène de son texte Sheda présenté à la Carrière Boulbon
dans le cadre du Festival d’Avignon 2013. Dans la même édition elle joue pour la première fois dans une mise
en scène de Frédéric Fisbach pour la création de Corps..., une adaptation du premier roman d’Alexandra Badea :
Zone d’amour prioritaire.
Madalina Constantin partage son travail entre le théâtre et le cinéma. En Roumanie elle a tourné dans des longs
métrages comme Bénie soit prison de Nicolae Margineanu, Bloodrayn de Owi Ball ou des films pour la télévision
comme Gunpowder Treasure and Plot réalisé par l’anglais Guillis McKannon pour BBC. En 2008 elle tourne dans
le premier long métrage de Fanny Ardant Cendres et Sang, présenté au Festival de Cannes l’année suivante.
Avec le court métrage Solitudes de Liova Jedlicki, elle remporte en 2013 le Prix d’Interprétation Féminine au
Festival de Clermont-Ferrand.
Alexis Fichet
interprète, assistant à la mise en scène - Pradeyrol, un syndicaliste
Assistant de Frédéric Fisbach sur plusieurs spectacles entre 2002 et 2008, Alexis Fichet est membre du
collectif rennais Lumière d’août. Auteur et metteur en scène, il travaille exclusivement sur les textes d’auteurs
contemporains, qu’ils viennent du théâtre ou de la littérature.
Depuis Vos ailes les mouettes (2004) jusqu’à Oralieu (2013-14), son travail d’écriture questionne le rapport de
l’homme aux animaux, et à son environnement. Les formes théâtrales qu’il propose s’imprègnent souvent des
arts plastiques, jusqu’à devenir des installations, comme dans Over Game, en 2011. Régulièrement, il met en
scène ses propres textes : Vos ailes les mouettes, Plomb laurier crabe, ou Hamlet and the something pourri, publié au
Solitaires intempestifs.
D.J. Mendel
interprète - Peter Dollan
DJ Mendel travaille avec des metteurs en scène d’avant-garde tels que Richard Foreman, (The Universe ;
Permanent Brain Damage et Panic !), Karen Coonrod (Christmas at the Ivanov’s / CSC), et 31 Down (Red Over Red,
Here At Home). Récemment, il présente un seul en scène, Dick Done Broke, au Théâtre Bushwick Starr à Brooklyn.
D.J. joue à plusieurs reprises sous la direction de Hal Hartley dans les films Meanwhile (2012), The Girl from
Monday (2004), et Fay Grim (2007). Au cinéma, il tourne aussi avec Richard Sylvarnes dans The Cloud of
Unknowing (2004) et H.C.E (2007), tous les deux présentés au festival du film de Tribeca. En 2006, il est le
rôle-titre de Charlie de Salvatore Interlandi.
Outre la réalisation de films et pièces de théâtre, il met en scène les performances de nombreux artistes :
Symphony for the Dance Floor de Daniel Bernard Romain au Festival Next Wave de la Brooklyn Academy of Music.
Aux Subsistances, à Lyon, il a créé This Clement World de Cynthia Hopkins.
Il écrit, réalise et apparaît dans son propre film Make Pretend en 2003 puis réalise Planet Earth : Dreams sur un
scénario de Richard Foreman.
Benoît Résillot
interprète - Jean-Paul Couvellaire
Depuis 1996, Benoit Résillot joue dans des mises en scène de Frédéric Fisbach (L’Annonce faite à Marie de
Paul Claudel, L’Île des morts d’August Strindberg, Le Gardien de tombeau de Franz Kafka, À trois de Barry Hall,
Bérénice de Jean Racine, Les Paravents de Jean Genet, L’Illusion comique de Pierre Corneille, Les Feuillets d’Hypnos
de René Char). Il est assistant et dramaturge de Frédéric Fisbach pour Un avenir qui commence tout de suite de
Vladimir Maiakovski, Agrippina de Georg-Friedrich Händel, Kyrielle du sentiment des choses de François Sarhan,
Shadowtime de Brian Ferneyhough, Mademoiselle Julie de Strindberg.
Il joue également dans Les Perses d’Eschyle, mise en scène d’Olivier Werner (2000), dans Madame Ka de Noëlle
Renaude (2002), mise en scène par Florence Giorgetti, dans Bastards of millionaires de Laurent Quinton mise
en scène d’Alexis Fichet (2009), D’un retournement l’autre de Frédéric Lordon, mise en scène de Judith Bernard
(2012), et prochainement dans Les Aveugles de Maurice Maeterlinck, mise en scène de Daniel Jeanneteau.
Il met en scène 40 minutes de théâtre réel sur des textes de Daniil Harms, C’est pas la même chose, textes de Pierre
Louÿs, spectacle présenté dans les cafés (2000). Puis, au Studio Théâtre de Vitry, Cavaliers vers la mer de John
M. Synge (2006) et Twitille de Catherine Hubert (2009).
En 2007, il écrit et performe le striptease When I was a child, I will be a girl. Il dirige régulièrement des ateliers
de pratique théâtrale. Depuis 2010, il enseigne l’histoire du théâtre français (University of Illinois).
Gérard Watkins
interprète - Denis Dubreuil
Gérard Watkins est né à Londres en 1965. Il passe une partie de son enfance en Scandinavie et aux
États-Unis et s’installe en France en 1973. Il écrit sa première pièce en un acte en 1980, qu’il met en scène au
Lycée International de St-Germain-en-Laye. Il écrit également paroles et musique pour son groupe, « Western
Eyes », dans lequel il chante et joue de la guitare jusqu’en 1988.
En Classe Libre, au cours Florent, il écrit Scorches, qu’il met en scène avec une quinzaine d’acteurs. Il entre
ensuite au C.N.S.A.D, où il écrit Barcelone, tout en suivant des cours avec Viviane Theophilides, Michel Bouquet,
Pierre Vial, et Gérard Desarthe.
Il joue ensuite comme acteur dans une trentaine de productions, avec Véronique Bellegarde, Jean-Claude
Buchard, Elizabeth Chailloux, Michel Didym, André Engel, Marc François, Daniel Jeanneteau, Philipe Lanton,
Jean-Louis Martinelli, Lars Norén, Claude Régy, Yann Ritsema, Bernard Sobel et Jean-Pierre Vincent. Il joue
au cinéma avec des réalisateurs comme Julie Lopez Curval, Jérome Salle, Yann Samuel, Julian Schnabel, Hugo
Santiago et Peter Watkins. Depuis 1994, il dirige sa compagnie, le Perdita Ensemble, pour laquelle il met en
scène tous ses textes, La Capitale secrète, Suivez-moi, Dans la forêt lointaine, Icône, La Tour, Identité dans des
espaces différents, navigant de théâtres comme l’Echangeur et le Colombier à Bagnolet, au Théâtre Gérard
Philipe de St-Denis, Théâtre de Gennevilliers, la Ferme du Buisson, et le Théâtre de la Bastille,en passant par
la piscine municipale de St-Ouen. Il est lauréat de la fondation Beaumarchais, et de la Villa Medicis Hors-lesMurs, pour un projet sur l’Europe.
Il vient de créer, Lost (Replay) Création Douai Octobre 2012/Théâtre Bastille 2013, et prépare actuellement Je ne
me souviens plus très bien ; Monsieur Qui et les Maîtresses de l’Univers ainsi que Europia / fable géo-poétique spectacle
de sortie des élèves de l’ERAC 2013. Il est lauréat du Grand Prix de la littérature dramatique 2010.
Monsieur Qui et les Maîtresses de l’Univers vient d’être déposé au Centre National du Théâtre pour l’aide à la
création.
À l’affiche
Théâtre
sans
animaux
repr
ise
Jean-Michel Ribes
texte et mise en scène
avec Caroline Arrouas, Annie Gregorio, Philippe Magnan
Christian Pereira, Marcel Philippot
Chapitres
de la chute
Saga des Lehman Brothers
Stefano Massini
mise en scène Arnaud Meunier
de
avec Jean-Charles Clichet, Philippe Durand, Martin Kipfer
Serge Maggiani, Stéphane Piveteau, René Turquois
Perplexe
de
Marius von Mayenburg
Frédéric Bélier-Garcia
mise en scène
avec Valérie Bonneton, Samir Guesmi
Christophe Paou, Agnès Pontier
19 novembre - 8 décembre, 18h30
7 - 30 novembre, 19h
4 décembre - 5 janvier, 20h30
Scènes de
la vie d’acteur
Les Visages
et les Corps
Un métier
idéal
d’après le livre éponyme
Denis Podalydès
Scali Delpeyrat
adaptation, mise en scène et jeu
de
Patrice Chéreau
Philippe Calvario
mise en scène et jeu
Nicolas Bouchaud
John Berger et Jean Mohr
Éric Didry
un projet de et avec
d’après le livre de
mise en scène
10 octobre - 10 novembre, 21h
17 octobre - 10 novembre, 19h
21 novembre - 4 janvier, 21h
Trousses de secours
en période de crise
Martin Granger - Olivier Salon
Conférence en forme de poire
5 décembre 2013, 18h30
La Piste d’envol
Rodolphe Burger et Pierre Alféri
28 novembre 2013, 18h30
Jean-Michel Espitallier
Geographic Fantasy
29 novembre 2013, 18h30
Yves Pagès
Emploi fictif et sommeil paradoxal
30 novembre 2013, 18h30
Frédéric Ferrer
Les déterritorialisations du vecteur
6 décembre, 18h30
Jacques Bonnaffé
Jean-Christophe Bailly
Tout autour...
7 décembre, 18h30
Une révolution
mardi 12 novembre, 12h30
Alors Carcasse
mardi 26 novembre, 12h30
Des femmes qui font des
trucs bizarres dans les coins
26 novembre, 18h
Retrouvez tous les événements sur
www.theatredurondpoint.fr
contacts presse
Hélène Ducharne attachée de presse
Carine Mangou attachée de presse
Justine Parinaud assistante presse 01 44 95 98 47
01 44 95 98 33
01 44 95 58 92 helene.ducharne@theatredurondpoint.fr
carine.mangou@theatredurondpoint.fr
justine.parinaud@theatredurondpoint.fr
accès 2bis av. Franklin D. Roosevelt 75008 Paris métro Franklin D. Roosevelt (ligne 1 et 9) ou Champs-Élysées Clemenceau (ligne 1 et 13)
bus 28, 42, 73, 80, 83, 93 parking 18 av. des Champs-Élysées librairie 01 44 95 98 22 restaurant 01 44 95 98 44 > theatredurondpoint.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising