Bulletin 58 ( PDF - 352 ko)

Bulletin 58 ( PDF - 352 ko)
P
A s s o c i At i o n G e o r G e s
Bulletin n° 58
Juin 2011
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully – 75004 Paris
Tél. : 01 53 79 39 46
http://associationgeorgesperec.fr
http://groups.google.com/group/listegeorgesperec
Dessin de couverture : droits réservés
r
e
c
Association Georges Perec
S OMMAIRE
Editorial ................................................................................... 04
Parutions ................................................................................. 05
Publications, articles, études ................................................. 08
Colloques, débats, interventions ............................................ 10
Manifestations ......................................................................... 12
Théâtre .....................................................................................14
A l’université ............................................................................ 14
Audiovisuel ...............................................................................14
Internet .................................................................................... 16
Références et hommages ....................................................... 18
Varia ......................................................................................... 21
Documents .............................................................................. 21
Carnet ...................................................................................... 26
Merci ........................................................................................ 26
Assemblée générale ................................................................26
Publications en vente .............................................................. 33
Renouvellement des cotisations ............................................ 34
Les informations contenues dans ce Bulletin ont été rassemblées
par Philippe Didion qui a également assuré le secrétariat de
rédaction. Rachel Easterman-Ulmann a effectué la mise en page.
La plupart des documents cités dans les différentes rubriques de
ce Bulletin peuvent être consultés, sous une forme ou une autre,
au siège de l’Association.
Association Georges Perec
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully 75004 Paris
Tél. : 01 53 79 39 46
Email : associationgeorgesperec@gmail.com
EDITORIAL
Chers amis,
la confection de ce numéro intervient à une période intense de
l’activité perecquienne : le séminaire de Lille vient de se terminer,
le colloque de Nancy s’annonce et sera passé lorsque vous recevrez
ce 58e Bulletin. Des échanges fructueux, de nouvelles pistes à
explorer auront marqué ces journées successives qui auront vu
également de nouveaux intervenants, témoins du renouvellement
et de l’enrichissement des études sur Georges Perec. Des études
qui vont trouver un nouveau terrain d’exposition avec la renaissance
électronique du Cabinet d’amateur dont il est question dans ces
pages. Avis aux amateurs donc.
Les rubriques consacrées aux traductions et aux documents de
ce numéro sont bien remplies, l’actualité est toujours dense.
Inutile d’en dire plus, plongez sans plus attendre. Bonne lecture.
Philippe Didion
Le chat noir - Yelena Bryksenkova
http://ybryksenkova.blogspot.com
Bulletin n°58 Juin 2011 p.04
Association Georges Perec
PARUTIONS
EN FRANCE
La boutique obscure est sortie en novembre 2010 dans la collection
« L’imaginaire » de Gallimard. Le livre a fait l’objet d’une critique croisée
dans l’émission Jeux d’épreuves sur France Culture le 25 décembre 2010 et
d’un conseil d’Arnaud Viviant dans Le Masque et la Plume (France Inter) du
16 janvier 2011.
Annonce de Fabrice Vigne parue sur la liste Perec :
« J’ai le plaisir de vous annoncer que Le Fond du Tiroir, modeste maison
d’édition associative dont je suis la cheville ouvrière, réédite en plaquette la
retranscription d’une conférence donnée par Perec à Grenoble en février 1981.
En accord avec le précédent éditeur de ce texte, Joseph K., cette plaquette
intitulée « Ce qui stimule ma racontouze » n’aura qu’un tirage limité à 250
exemplaires et une diffusion restreinte, tant dans le temps que dans l’espace.
Néanmoins voici, à toutes fins utiles, le lien vers le bon de souscription » :
http://www.fonddutiroir.com/Docs/racontouze.pdf
Livres Hebdo n° 858 (25 mars 2011) annonce le lancement de
« Métamorphoses », collection poche des éditions Joseph K. Les Entretiens
et conférences de Georges Perec, que Joseph K. a publiés en grand format,
font partie du catalogue prévu.
Fayard va sortir L’Art et la manière d’aborder son chef de service… en livre
audio sous forme de CD MP3.
A L’ÉTRANGER
Voici quelques nouvelles traductions d’œuvres de Georges Perec arrivées à
l’Association :
> traductions de L’Art et la manière d’aborder son chef de service pour lui
demander une augmentation :
En anglais : The Art of asking your boss for a raise, traduction de David
Bellos, New-York, Verso, 2011.
Et The Art and craft of approaching your head of department to submit a
request for a raise, traduction de David Bellos, London, Vintage, 2011.
Les deux traductions anglaises sont une seule et même traduction, seuls
l’emballage (jaquette, titre sur la jaquette mais non sur la page de titre) et
l’orthographe de la présentation sont différents. Cette double parution a
provoqué une certaine effervescence perecquienne dans les medias de
langue anglaise, notamment :
en Australie, article de Kevin Rabalais, The Australian, le 5 mars 2011
en Écosse, article de Stuart Kelly, The Scotsman, le 2 avril 2011
en Irlande, article de Eileen Battersby, The Irish Times, le 9 avril 2011
en Angleterre, long article du romancier Tom Payne, Daily Telegraph, le 3 mai 2011
en Amérique, article de Rob Spillman, Bookforum, avril-mai 2011
Une version simplifiée de l’organigramme rendue interactive a été confectionnée
par l’éditeur américain : http://www.theartofaskingyourbossforaraise.com.
En néerlandais : Tips en wenken voor wie zijn afdelingschef om opslag wil
vragen, postface de Bernard Magné, traduction de Rokus Hofstede,
Amsterdam, Arbeiderspers, 2010.
En coréen : chez The Open Books, 2011.
En portugais : A Arte e o modo de abordar o seu chefe de serviço para lhe
pedir um aumento, traduction d’Isabel Pascoal, Editorial Presencia, 2010.
En italien : L’Arte e la manera di affrontare il proprio capo per chiedergli un
aumento, traduction d’Emanuelle Caillat, éd. Enaudi, 2010.
En polonais : O sztuce oraz sposobach usidlenia kierownika dzialu w celu
upomnienia sie o podwyzke [approx.], traduction de Wawrzyniec Brzozowski,
éditions Wydawnictwo, Varsovie, 2011.Scheffel (Lengwil, Suisse, Libelle
Verlag, 2010).
> traduction de La Disparition :
En roumain : Disparitia, traduction de Serban Foarta, Editura Art, 2010.
> traduction de « notes brèves sur l’art de ranger ses livres » :
En italien : « Brevi note sull’arte e il modo di riordinare i libri », traduction
d’Eliana Vicari, éditeur : Henry Beyle, 2010. Cet ouvrage à été tiré à 400
exemplaires (22 euros). Par ailleurs un tirage de 99 exemplaires numérotés
existe en édition d’art dans laquelle figurent deux eaux-fortes d’Assadour au
prix de 200 euros. Un article de Stefano Salis y est consacré dans le Sole 24
ore n° 320 du 21 novembre 2010.
Bulletin n°58 Juin 2011 p.06
Association Georges Perec
> traductions de Les choses :
En chinois : approximativement Wu. Liu shi niandai jishi, traduction de Gong
Mi, Pékin, Xinxing Chubanshe, 2010, 155 p.
En suédois : Tingen, traduction de Fredrik Rönnbäck, Stockholm,
Modernista, 2010. > traduction de La Boutique obscure :
En italien : La bottega oscura, traduction de Fernando Amigoni,
éditions Quodlibet, 2011. Raffaele Aragona a écrit un compte rendu du livre
dans le quotidien Il Mattino du 24 mars 2011.
El Pais du 26 février a publié un article sur la traduction en castillan de ce
livre (La camara oscura, éditions Impedimenta, 2010, traduction de
Mercedes Cebrian).
> traductions de W ou le souvenir d’enfance :
En catalan : W o el record de la infantesa, traduction de Margarida
Casacuberta, Barcelone, L’Avenç, 2011.
En mandarin : par l’éditeur taïwanais UNITAS Publishing Co., Ltd, mai 2011.
> traduction de Quel petit vélo...?
En castillan : Qué pequeño ciclomotor de manillar cromado en el fondo del
patio ?, traduction de Marisol Arbués et Hermes Salceda, éditions Alpha
Decay, Barcelone, 2009.
> traduction d’Un cabinet d’amateur :
En polonais : Gabinet Kolekcjonera, traduction de Wawrzyniec Brzozowski,
éditions Wydawnictwo Lokator, Cracovie 2010.
> traduction de La Vie mode d’emploi :
A noter la deuxième édition (même traduction) en danois de chez Rosinante.
PUBLICATIONS, ARTICLES, ÉTUDES
Trois articles concernent Perec dans le n° 2 de la revue tango (novembre 2010)
intitulé « Fous de Paris » :
- Paul Fournel, « Au 24 de la rue Vilin »
- Jean-Louis Ducournau, « Archéologie de la rue Vilin »
- Gérard Mordillat, « Je me souviens de la rue Vilin ».
La revue a été présentée sur France Culture le 24 décembre 2010 dans
l’émission A plus d’un titre.
Erika Martelli, Per una poetica dello scacco. semantica del soggetto
nell’autobiografia da Michel Leiris a Georges Perec (Edicta, 2010).
Signalons aussi à l’intention des italianisants l’œuvre de Francesco Piccolo,
explicitement inspirée par Georges Perec et, spécialement, son dernier
ouvrage : Momenti di trascurabile felicità (Einaudi, déc. 2010).
Denis Cosnard, Dans la peau de Patrick Modiano (Fayard, 2010), ici présenté
par l’auteur :
« Il s’agit d’une enquête littéraire, qui à travers l’œuvre et la vie de Modiano,
essaie d’aller au-delà du mythe, de lever une partie de la brume qui entoure
cet écrivain. Mais il y est aussi beaucoup question de Georges Perec.
D’abord parce que l’auteur de La Boutique obscure et celui de Rue des
Boutiques Obscures ont eu des parcours qui se recoupent sur de nombreux
points (les traumatismes de l’Histoire avec sa grande hache liés à ceux de
l’histoire familiale, la rencontre avec Queneau, etc.), qu’ils ont vécu grosso
modo au même endroit et à la même époque, et que ces expériences communes
se retrouvent dans leurs livres, comme l’a bien montré Roland Brasseur. Ils
ont aussi été confrontés en partie aux mêmes interrogations littéraires, et y
ont parfois répondu de la même façon : le dispositif des sutures mis en
place dans W, par exemple, se retrouve exactement dans Livret de famille.
Ensuite, Perec est l’un des rares écrivains contemporains que Modiano
apprécie. Il l’a lu de très près. Et cela se repère aussi dans ses textes. Dans
La Petite Bijou, un roman sur la relation avec la mère, le couple 11-43
revient ainsi de façon insistante. »
Denis Cosnard est revenu sur ces thèmes dans un entretien publié dans Le
Figaro littéraire le 20 janvier 2011 et dans une interview disponible sur le
site de France 2 (http://culture.france2.fr/livres/actu/un-journaliste-infiltredans-la-peau-de-modiano-67011042.html).
Norbert Czarny, dans sa critique parue dans La Quinzaine littéraire n° 1032
(16-28 février 2011) considère que le lien que Denis Cosnard établit avec
l’œuvre de Perec « est sans doute l’un des aspects les plus passionnants du livre. »
Bulletin n°58 Juin 2011 p.08
Association Georges Perec
Christelle Reggiani, L’Éternel et l’éphémère. temporalités dans l’œuvre
de Georges Perec (Amsterdam, New York, Rodopi, Coll. Faux Titre, 2010).
Pour plus de détails, voir le site de l’éditeur :
http://www.rodopi.nl/functions/search.asp?BookId=FAUX+358
Claude Burgelin, « Les choses, un devenir-roman des Mythologies », dans
Le Devenir-roman des Mythologies de Barthes (Grenoble, Université
Stendhal, Recherches et Travaux n° 77, 2010).
Andreas Gipper, « Phantasma und tabu in Georges Perec’s roman La
Disparition », p. 29-43.
Franz Penzenstadler: « Das Leben als Kunst in Bild und text. Georges
Perecs La Vie mode d’emploi als Alternative zum nouveau roman », p. 4472. Ces deux articles se trouvent dans la revue universitaire allemande
Lendemains (université de Bochum) qui édite un dossier dirigé par Jörn
Steigerwald intitulé « OULIPO : Projekte des Romans nach der Moderne –
jenseits des Nouveau Roman ».
Claude Burgelin nous signale que vient de paraître aux éditions Devillez, de
Bruxelles, co-édité avec l’Institut d’Histoire du judaïsme, un recueil de
textes sur les enfants cachés pendant la Guerre (direction: Adolphe
Nysenholc), L’enfant terrible de la littérature. Autobiographies
d’enfants cachés : « J’y ai collaboré avec un texte sur Georges Perec
(« rester caché, être découvert »). Mais ce qui est passionnant dans cet
ensemble est le témoignage de Renée Fainas Wehrmann qui, monitrice
dans une colonie de vacances en 1949, a eu à s’occuper du jeune Georges
âgé de treize ans et qui a gardé de lui un souvenir saisissant. »
Patricia Bissa Enama, « Écrire le silence et l’amnésie : Georges Perec et
Jean-roger essomba », paru dans Loxias, 32, mis en ligne le 15 mars 2011 :
http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=6652.
L’ouvrage de Julien Longhi Visées discursives et dynamiques du sens commun
(L’Harmattan, 2011) traite en partie de l’œuvre de Perec. Présentation sur le
site de l’éditeur :
www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=33902
Jacques Mervant, traiter avec la psychose : schreber, Perec... et quelques
autres, (Campagne première, 2011).
PLUS ANCIEN
D’après Le Magazine littéraire n° 499 (juillet-août 2010), Frank Wagner cite
Un cabinet d’amateur comme exemple de « métalepse de grande amplitude
qui intervient en fin de récit pour réduire à néant tout ce qui vient d’être
construit » dans son article « Glissements et déphasages. notes sur la
métalepse narrative » paru dans Poétique n° 130, avril 2002, p. 235-253.
Colloques, débats, interventions
Le Gres (groupe de recherche en écritures subversives) de l’Université
Autonome de Barcelone a organisé une « semaine oulipo » du 13 au 20
décembre 2010. Dans ce cadre, Marc Parayre a fait une conférence sur les
œuvres de Georges Perec, avec une mention spéciale pour La Disparition et
sa traduction en espagnol.
Le 3 février 2011, Jean-Luc Joly est intervenu dans le colloque
« Architecture, littérature et enfance » organisé par la Société Française
des Architectes et les Universités de Nanterre et d’Aix-Marseille à la SFA
(Paris) avec une communication intitulée « Maquettes perecquiennes »
(dans La Vie mode d’emploi).
En avril et en mai 2011, Jacques Gaudier a donné un cours sur l’œuvre de
Georges Perec à l’Université Ivane Javakhichvili de tbilissi (Géorgie). Il a
particulièrement présenté Les Choses, Quel petit vélo à guidon chromé au
fond de la cour ?, Un homme qui dort, La Disparition, W ou le souvenir d’enfance et La Vie mode d’emploi.
Programme de la Journée Perec du 7 mai 2011, Université Charles de
Gaulle-Lille III, Maison de la Recherche :
Espèces d’espaces 10h30 Pablo Martin (universités de Lille III et Granada) : « Hypertextualité et
pseudohypertextualité dans l’œuvre de Perec » 11h Philippe Piedevache (université de Lyon II) : « “La rue Vilin” : télescopage
de l’Histoire » 11h30 Bénédicte Mallier (ENSA Paris-La Villette) : « OUvroir d’ARchitecture
Potentielle ? Georges Perec, vers une architecture de l’infra-ordinaire »
Bulletin n°58 Juin 2011 p.10
Association Georges Perec
Autoportraits
14h Julie Zamorano (université de Lille III) : « La question de l’autoportrait
dans Un homme qui dort et La Disparition » 14h30 Raoul Delemazure (université de Paris VII) : « Portrait de l’artiste en
singe savant. Les Gnocchis de l’automne ou la rhétorique de l’autoportrait »
Récritures
15h15 Éléonore Hamaide-Jager (université d’Artois) : « Zeina Abirached, une
écriture sous influence perecquienne » 15h45 Shuichiro Shiotsuka (université Waseda, Tokyo), « Deux romans lipogrammatiques en japonais : la traduction de La Disparition et Mettons du
rouge à lèvres sur l’image rémanente de Tsutsui Yasutaka ». Cette dernière
communication n’a pu avoir lieu, Shuichiro Shiotsuka n’ayant pu se déplacer
suite aux événements survenus au Japon.
Programme du Colloque « Georges Perec artisan de la langue » de Nancy
(19-20 mai 2011)
Premier jour.
10h15 Paulette Perec (conservatrice honoraire BNF, Paris) : « Remarques »
10h30 Véronique Montemont (Nancy Université, ATILF-CNRS) : « Du lexique
perecquien »
11h30 Julien Longhi (Université de Cergy-Pontoise) : « Un autre versant du
langage : le travail fond/forme et figure/fond dans l’œuvre de Perec »
12h Maryline Heck (Université de Tours) : « L’écriture blanche de Georges Perec »
14h30 Viviane Berthelier (ATILF-CNRS) : « Visite guidée des archives du TLF
et du fonds des dictionnaires anciens »
15h15 Florence de Chalonge (Université Charles de Gaulle-Lille III) :
« Stylistique de l’indifférence : Un homme qui dort de Perec »
15h45 Marie Bonnot (Université Paris III) : « Trouvailles poétiques d’une
rhétorique précisément onirique : le rêve comme pré-texte »
16h45 Dominique Moncond’Huy (Université de Poitiers) : « Ecrire l’ordinaire :
le jeu de l’intime et du collectif dans Espèces d’espaces »
17h15 Yvonne Goga (Université de Cluj-Napoca, Roumanie) : « Douze
regards obliques : un discours d’indirection ».
Deuxième jour.
9h30 Jacques Dürrenmatt (Université de Toulouse II-Le Mirail) : « Que dit la
ponctuation de Perec ? »
10h Isabelle Dangy (Paris) : « La conjugaison de La Vie mode d’emploi »
11h Hermes Salceda (Université de Vigo) : « Transposer la variation du Petit
vélo en espagnol »
11h30 Isabelle Parnot (Laseldi, Besançon) : « Faufilage à l’anglaise d’un
sujet sans langue : de l’art de délier les langues »
14h Catherine Rannoux (Université de Poitiers) : « Les effets de listes dans
Espèces d’espaces et Les Choses »
14h30 Matthieu Remy (Université de Nancy 2) : « Valeurs et vertus de
l’énumération dans Les Choses de Georges Perec »
15h30 Lucia Manea (ATILF-CNRS, Université de Clermont-Ferrand II) :
« Pratiques de la liste topographique et effets de style perecquiens »
16h Marc Parayre (Université de Perpignan) : « Grammaire du lipogramme ».
Manifestations
compte rendu d’une exposition Perec à La corogne par eric Beaumatin :
exposition Pere(t)c à la Fondation Luis seoane de La corogne.
« L’héritage artistique et intellectuel du peintre Luis Seoane (1910-1979) a
donné lieu à la création d’une fondation à son nom dans sa ville galicienne
de La Corogne (A Coruña en galicien), désormais sise dans un magnifique
bâtiment qui abrite expositions, archives et rencontres. Alberto Ruiz de
Samaniego, professeur d’esthétique à l’université de Vigo et responsable du lieu,
a eu l’idée de cette exposition intitulée Pere(t)c et en a assumé le commissariat.
Il s’agit d’une exposition privilégiant résolument le visuel, le plastique dans et
autour de l’œuvre de Georges Perec : portraits photographiques de l’auteur,
place et exercice du regard dans les textes, films, richesse graphique des
manuscrits, rôle des tableaux dans l’œuvre ou créations plastiques suscitées
autour ou à partir d’elle etc., esquissant un univers à la fois partialement
envisagé sous ce plan de coupe et ouvrant sur une mise en perspective plus
vaste de cette œuvre dans son moment historique. On y trouve des photos
de Christine Lipinska ou Bernard Plossu, des reproductions de manuscrits,
des clichés de tournage, des tableaux (le Cabinet d’amateur d’Isabelle
Vernay-Lévêque mais aussi des toiles de Klasen, par exemple) et des créations
récentes d’artistes (Jean-Luc Parant, Anne Heyvaert…) parmi quantité d’autres
éléments originaux ou reproductions de documents richement mis en
valeur, toujours soigneusement mis en rapport avec des extraits de texte
présentés en français comme en traduction galicienne.
Bulletin n°58 Juin 2011 p.12
Association Georges Perec
L’ensemble a bénéficié d’un degré avancé de moyens en matière de professionnalisme technique et muséographique comme de financement, sans
parler des locaux remarquables qui l’accueillent. Entièrement conçu par
Alberto Ruiz de Samaniego, il a reçu le concours ou la participation de nombre
d’artistes concernés, de l’Association Georges Perec et des ayants-droit de
l’auteur, et notamment l’aide très concrète, informée et efficace de Hermes
Salceda (sur place) et de Camille Bloomfield (à Paris).
Sous-titrée Tentativa de inventario, cette exposition a été inaugurée le 29
octobre en présence d’Hermes Salceda et Eric Beaumatin et fait l’objet
d’abondants reportages dans la presse galicienne. Elle a duré jusqu’au 16
janvier 2011. Conformément aux pratiques du lieu, une publication est en
cours, qui en portera trace. »
D’après Hermes Salceda, le commissaire Alberto Ruiz a à tout moment
montré sa reconnaissance à l’Association pour son ouverture et pour l’aide
que différents membres lui ont prêtée. Le succès de l’exposition s’est
étendu à l’ensemble de l’Espagne puisque les quotidiens nationaux lui ont
consacré des articles, le plus important étant sans doute celui signé par
Enrique Vila-Matas dans El País du 20 novembre, lisible ici :
www.elpais.com/articulo/cultura/Georges/Perec/laberinto/elpepicul/
20101120elpepicul_1/Tes
A l’occasion du Printemps des poètes, la médiathèque de Marcq-enBarœul (nord) a organisé (8-19 mars 2011) un atelier autour de La
Boutique obscure et proposé le 19 mars un spectacle tiré du texte de Perec,
dans une mise en scène d’Olivier Chantraine.
La Maison des écrivains et de la littérature et l’Institut National de
l’Audiovisuel, en partenariat avec Le Magazine littéraire, ont proposé à
l’auditorium du Petit Palais (Paris) dans le cadre du cycle « Entendez-voir,
la littérature est-elle soluble dans la télévision ? » une rencontre
avec Valérie Mréjen, plasticienne, vidéaste et écrivain, le 2 février 2011. Elle a
choisi dans les fonds de l’Ina des extraits d’émissions qui mettent à l’honneur
deux architectes de la forme et de la langue : Alain Robbe-Grillet et Georges Perec.
Le 4 février 2011, une après-midi consacrée à Perec a été organisée au centre
corrosia d’Almere (Pays-Bas). Manet van Montfrans a introduit la manifestation;
les plasticiens Laurence Aëgerter (voir le Cahier Perec n° 10), Loek
Grootjans ainsi que le designer graphiste Herman van Borstelen ont présenté
leur travail en lien avec Perec; la compagnie de théâtre Het Barre Land a
présenté quelques scènes d’une pièce inspirée par La Vie mode d’emploi.
L’anniversaire de Georges Perec a été fêté à la Maison française de New
York University le 7 mars 2011 autour d’une présentation de l’art et la
manière... par le traducteur David Bellos et Emmanuelle Ertel.
Jour 54, opéra radiophonique de Pierre Jodlowski d’après 53 jours de
Georges Perec, a été donné à la Gaîté lyrique (Paris) le 20 mars 2011.
THÉÂTRE
Le théâtre du rond-Point (Paris) annonce L’Augmentation dans une mise
en scène d’Anne-Laure Liégeois avec Olivier Dutilloy du 6 octobre au 6
novembre 2011.
A l’université
sofia Volpato a déposé à l’Association son mémoire de master franco-italien,
La scrittura autobiografica di Georges Perec : mode d’emploi (Università
degli studi di Torino/Université de Savoie à Chambéry), dir. : Pierangela
Adinolfi (Université de Turin), 2009. Le jury était composé par Mme Daniela
Amsallem (Université de Savoie).
Ce mémoire a gagné le prix de l’Istituto Storico della Resistenza e della
Società Contemporanea de la ville de Cuneo pour le meilleur travail en histoire
et littérature de la Province de Cuneo.
Audiovisuel
Du 30 novembre au 19 décembre 2010, le Mémorial de la shoah (Paris), en
partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel, a rendu hommage, à travers
un cycle de films, à l’œuvre de robert Bober. Au programme :
> le 5 décembre, Le cahier des charges de La Vie mode d’emploi de
Georges Perec, documentaire de Robert Bober et Pierre Dumayet (1993, 58
minutes) produit dans la collection « Lire et relire » de Pierre Dumayet.
> le 14 décembre, récits d’ellis island de Robert Bober et Georges Perec et
en remontant la rue Vilin de Robert Bober.
Le réalisateur est venu parler de son œuvre, et de Perec, au micro de Michel
Ciment dans l’émission Projection privée sur France Culture le 1er janvier 2011.
Bulletin n°58 Juin 2011 p.14
Association Georges Perec
Le 24 novembre 2010, France culture a rediffusé un numéro des nuits
magnétiques intitulé « nu devant les fantômes », avec Marguerite Duras,
Philippe Sollers et Georges Perec (première diffusion : 5 mars 1980).
Paul Fournel, Hervé Le Tellier et Marcel Bénabou étaient invités à parler des
cinquante ans de l’Oulipo dans l’émission La grande table (France culture)
le 2 décembre 2010. Perec était bien sur au menu des propos échangés.
On a pu entendre la voix de Perec évoquant la rue Vilin au cours de l’émission
L’humeur vagabonde (France inter) le 8 décembre 2010. L’invité du jour, Didier
Blonde, auteur de Carnet d’adresses (Gallimard, 2010) dont un chapitre porte le
titre « Rue Simon-Crubellier », a évoqué ensuite l’origine du nom de cette rue et
du numéro choisi pour situer l’immeuble de La Vie mode d’emploi. Il s’est livre
au même exercice le 14 janvier 2011 dans l’émission Du jour au lendemain
(France culture et le 16 janvier dans carnet nomade, sur la même chaîne.
Dans l’émission Les passagers de la nuit de France culture du 10 décembre
2010, Thomas Baumgartner s’entretenait avec Hans Hartje sur le volet
radiophonique de l’œuvre de Georges Perec.
Le film de Robert Bober en remontant la rue Vilin a été projeté le 30 janvier
2011 à la Bellevilloise/espace Forum (Paris) dans le cadre d’une soirée
« Georges Perec et Willy Ronis », premier volet d’un cycle de projections et
débats intitulé « Belleville - Ménilmontant en images ». La séance était suivie
d’une rencontre avec Robert Bober. Une autre projection s’est déroulée le 15
avril 2011 au cours du festival « Lille mode d’emploi ».
Le 19 janvier 2011 sur France inter dans l’émission L’humeur vagabonde
de Kathleen evin, il a été question des Choses et de leur inscription dans
leur temps, de la possibilité pour des jeunes gens à l’époque, en comparaison
à aujourd’hui, d’être propriétaire.
L’Art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une
augmentation a fait l’objet d’un feuilleton radiophonique en 9 épisodes sur
France culture du 31 janvier au 11 février 2011.
Le 9 mars 2011, sur France culture, dans la Fabrique de l’histoire sur le thème
« La chambre et le lit » dans la série « Histoires d’intérieur », Georges Perec a
été cité comme « critique de la modernité des années 60 » pour Les Choses.
Michelle Perrot, l’invitée du jour, mentionna aussi Un homme qui dort. Enfin fut
lu un extrait d’Espèces d’espaces, et ce texte fut comparé à ceux de Xavier de
Maistre (Voyage autour de ma chambre) et Huysmans (A rebours).
La radio suisse romande a diffusé « Georges Perec, une vie dans les
mots » sous la forme d’un feuilleton en dix épisodes en avril 2011.
L’émission de Thomas Baumgartner sur France culture, Les passagers de
la nuit a diffusé le 6 mai 2011 un entretien inédit de Perec avec Kaye Mortley,
une journaliste australienne. Cet entretien a été publié dans The Review of
Contemporary Fiction et repris dans le volume II d’Entretiens et conférences. Ci-dessous la notice qui le précède p. 244 : « the Doing of Fiction » Propos recueillis par Kaye Mortley le 24 août 1981, à Paris (transcription et traduction de Mireille Ribière).
De l’entretien original en anglais, réalisé quatre jours avant le départ de
Perec pour l’Australie et publié en 1993 dans The Review of Contemporary
Fiction (vol. XIII, n° 1), il ne subsiste que les extraits retenus pour figurer
dans le numéro spécial de l’émission The Listening Room consacré à Perec
par Kaye Mortley et diffusé en Australie au début des années quatre-vingt.
Commentaires, extraits de l’entretien et lectures, notamment celle de « Still
life/Style leaf » dans la traduction de Harry Mathews, alternent tout au long
de ce programme de quelque soixante-dix minutes. Nous proposons ici une
nouvelle transcription à partir d’une copie de la bande magnétique réalisée
par The Radio Arts Department of the Australian Broadcasting Corporation
et fournie par Robyn Ravlich, productrice de l’émission The Listening Room. Internet
Yves Pagès reprend sur son blog à la date du 6 septembre 2010 un texte de
Georges Perec intitulé « chalands et nonchalants » paru dans Cause commune
n° 7 (octobre 1973) : www.archyves.net/html/Blog/?p=534
Une interview de claude Burgelin parlant de Georges Perec, enregistrée le
27 novembre 2010, est disponible sur le site de Max Kohn à l’adresse :
www.maxkohn.com
François Bon présente un travail proposé à la B.U. d’Angers le 13 janvier
2011 à partir de W ou le souvenir d’enfance sur le site Le tiers livre :
www.tierslivre.net/spip/spip.php?article2405
François Morey lit la page 48 de W ou le souvenir d’enfance sur le site
Liminaire : http://liminaire.fr/spip.php?article1214
Une lecture illustrée de Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?
se trouve sur Youtube à l’adresse suivante :
www.youtube.com/watch?v=VzUVxooe8zi
Bulletin n°58 Juin 2011 p.16
Association Georges Perec
Alain Zalmanski mentionne Perec à plusieurs reprises dans un article sur
Martin Gardner paru sur le site Image des mathématiques (CNRS) en date
du 8 février 2011.
http://images.math.cnrs.fr/Un-portrait-de-Martin-Gardner.html
Perec apparaît dans un texte sur raymond roussel de Jean-Michel Bony :
http://rroussel2doc.free.fr/Accueil.html
sébastien Bailly publie sur son blog à la date du 7 mars 2011 un billet intitulé « Quel petit zeugme chromé au fond de la cour ? »
http://bailly.blogs.com/traces/2011/03/quel-petit-zeugme-chromé-aufond-de-la-cour-.html
Un extrait de W ou le souvenir d’enfance a été mis en ligne par Angèle Paoli
sur son blog Terre de femmes à la date du 7 mars 2011 en référence à la
date anniversaire de la naissance de Georges Perec :
http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2010/03/7-mars1936naissance-de-georges-perec.html
rémi schulz a mis en ligne un billet sur Georges Perec le 7 mars 2011 sur
son blog Quaternité :
http://quaternite.blogspot.com/2011/03/linsolite-affaire-de-stylo.html
Michèle Audin publie chaque dimanche sur le site de l’Oulipo un feuilleton
intitulé Mai quai conti riche en références à Georges Perec.
http://blogs.oulipo.net/ma/
Le centro Virtual cervantes a mis en ligne le 6 avril 2011 un article sur la
traduction des revenentes :
http://cvc.cervantes.es/trujaman/anteriores/abril_11/06042011.htm
On trouve sur le site http://ebookbrowse.com de nombreux documents en
format PDF ou DOC au sujet de Perec et pouvant être téléchargés gratuitement.
Le Cabinet d’amateur. Revue d’études perecquiennes est paru sous sa
forme papier de 1993 à 1998. Sept numéros dont un double furent entièrement consacrés à l’étude de l’œuvre de Georges Perec. Bernard Magné et
Dominique Bertelli en étaient les éditeurs.
En reprenant le titre de la revue, le site de l’Association Georges Perec
(http://associationgeorgesperec.fr/spip.php?rubrique12) veut offrir à nouveau un lieu où chercheurs chevronnés et débutants pourront proposer pour
publication en ligne des articles abordant divers aspects de l’œuvre de
l’écrivain. On y trouve d’ores et déjà un premier article : Julie Magot, « essai
de poétique comparée : Georges Perec et Jacques roubaud » et « La
bibliographie des études perecquiennes depuis 1990 », préparée par
christelle reggiani.
Les articles peuvent être soumis à :
> Christelle Reggiani - christelle.reggiani@gmail.com
> Danielle Constantin - constantin.danielle@hotmail.com
Le cabinet d’amateur ne se réserve aucunement l’exclusivité des articles
publiés et ils pourront à tout moment être retirés à la demande des auteurs.
Références et hommages
entre miens, recueil posthume d’articles de François caradec
(Flammarion, 2010) contient trois mentions de Georges Perec, à propos des
243 cartes postales (p. 369), de l’Oulipo et du texte « Raymond Roussel et
Venise » co-signé avec Harry Mathews et paru dans L’Arc.
thierry Leguay mentionne Perec, notamment à propos des Revenentes
dans la Petite brocante des mots (Points, juin 2010).
Les éditions Inculte ont publié en juillet 2010 un livre de Johan Faerber préfacé
par Mathias Enard et illustré par Yann et Julian Legendre : La cuisine des
écrivains ou De la littérature à l’estomac. On y trouve quatre petits
chapitres extraits de L’infra-ordinaire et de Penser/Classer, la Mousseline
aux fraises de La Vie mode d’emploi ainsi qu’un portrait de Perec
aux oreilles de lapin.
Le correspondancier du collège de Pataphysique (n° 13, 8e série, 15 septembre
2010) présente une reproduction d’une œuvre graphique de Georges Perec,
un droodle intitulé « Dans le vent, fleuve chauve » datant de 1967 pour illustrer l’annonce de la parution de Droodle scrapbook présenté dans le
Bulletin 56. « Rarement vus, les droodles de Perec, composés à la machine
à écrire, sont ici reproduits en négatif, ce qui ajoute à leur mystère. »
etienne de Montety dresse le portrait de Gotlib dans Le Figaro littéraire du
7 janvier 2011 : « Ne trouve-t-on pas dans sa bibliothèque, aux côtés de
Philip K. Dick, les Exercices de style, de Queneau, et les œuvres de Perec.
Sur l’auteur des Choses, Gotlib est intarissable. L’inverse est presque aussi
vrai : ne trouve-t-on pas dans La Vie mode d’emploi, prix Renaudot en 1969,
une mention de la Rubrique-à-brac de Gotlib, au milieu d’une énumération
où figurent Corneille et Le Cid et Agatha Christie. La Disparition, roman que
Perec a écrit sans utiliser la voyelle e, et Les Revenentes, rédigé au moyen
Bulletin n°58 Juin 2011 p.18
Association Georges Perec
exclusif de celle-ci, autant de prouesses que salue en connaisseur ce virtuose
de parodies et de pastiches : bien des pages de la RAB, qui détournent
La Fontaine, Perrault, Sergio Leone, Melville, ou la série Cinémastock, réalisée avec Alexis, l’attestent. »
Lu dans Le Monde Magazine du 1er janvier 2011, dans une chronique sur la
sortie en poche du roman de Jean-Bernard Pouy Le Rouge et le Vert :
« [Pouy] se lance depuis une trentaine d’années des défis consistant à écrire
des polars remplis de contraintes, comme Queneau dans Zazie dans le
métro ou Perec dans La Disparition. »
Dans une chronique parue dans Le Monde du 20 janvier 2011, Franck
nouchi évoque le séminaire d’Antoine Compagnon au Collège France intitulé
« 66 : annus horribilis » et indique – faussement - qu’en 1966 « furent
publiées Les Choses de Georges Perec »
Le même Franck nouchi, dans sa chronique parue dans Le Monde en date
du 27 janvier 2011, présente un livre édité par Marie-Aude Caraës et Nicole
Marchand-Zanartu (Réunion des musées nationaux, 2011) intitulé Images
de pensées. C’est un recueil de dessins, graphiques, etc. faits par différents
peintres, écrivains, chorégraphes, cinéastes, etc., qui ont accompagné chez
eux la naissance d’une idée. Parmi ces « personnalités » Georges Perec.
« Quand j’ai vu que Perec, dans La Vie mode d’emploi, appelait un des locataires
Morellet, j’en ai presque pleuré. M’imaginer qu’on avait pu lui parler d’un
couillon qui faisait des trucs avec des systèmes ! », François Morellet interviewé
par Le Monde (6-7 mars 2011) à l’occasion de la rétrospective de son œuvre
au Centre Pompidou de Paris.
Dans la récente parution des cahiers Le clézio (n° 3-4, éditions
Complicités, 2011), on peut lire une interview de l’écrivain norvégien rune
christiansen, qui cite Georges Perec et Marcel Bénabou.
Perec est mentionné (pour W ou le souvenir d’enfance) dans Une histoire
politique de la littérature de stéphane Giocanti, p. 187 (Flammarion, 2009,
réédité dans la collection Champs essais, 2011).
« Dans les publicités de l’entracte, je guette le sourire de Mademoiselle
Dents Blanches, ma préférée, si avenante et saine dans sa salle de bains
immaculée. Un jour, Georges Perec se souviendrait, lui aussi, de Geneviève
Cluny, notre blonde hygiénique », Michel Boujut, Le jour où Gary cooper est
mort (Rivages/Noir, 2011) p. 88.
Une photo de l’édition originale des Choses illustre la page que Le Figaro
littéraire consacre à Maurice nadeau dans son édition du 14 avril 2011.
Perec est plusieurs fois mentionné dans les articles du supplément, comme
dans tous ceux qui ont salué le centième anniversaire de l’éditeur
(télérama, Le nouvel observateur, etc.).
Piotr Kalinski a déposé à l’Association plusieurs ouvrages dont il est l’auteur :
chmuri i humorki (Lokator, 2009) et samotnosc (Lokator, 2010), recueils de
dessins dont le second est inspiré par Un homme qui dort ainsi que La vie
bataille navale, ensemble de 99 lipogrammes inspirés par les chapitres de
La Vie mode d’emploi accompagné d’un DVD montrant l’artiste au travail,
livre d’artiste tiré à 3 exemplaires.
PLUS ANCIEN
« On ne sait jamais, un fabriquant de puzzle tordu aurait pu en glisser une
qui n’ait pas la bonne forme - un W au lieu d’un X ou, pour ce qui nous
concerne, un X au lieu d’un Y », Martin Winckler, Le chœur des femmes, p.
561 (P.O.L., 2009).
Jean Mailland et Ana Prucnal possédaient un bois dans la forêt d’Othe, en
Champagne, et donnaient des noms d’écrivains à leurs arbres. Parmi ceuxci, un chêne Perec au sujet duquel Jean Mailland relate une histoire de
dépendaison de crémaillère dans son Journal des arbres (p. 151-152,
L’Amourier, 2009).
La revue Histoires littéraires (Du Lérot éditeur) fait mention de Perec dans
les numéros suivants :
- n° 38 (avril-mai-juin 2009) où l’on signale un article sur les définitions
dans les mots croisés de Perec dans Effets de textes, un livre de JeanFrançois Jeandillou (Lambert-Lucas, 2009).
- n° 40 (octobre-novembre-décembre 2009), à la rubrique « Notes de lecture »
est mentionné l’ouvrage dirigé par Sandrine Joseph, Révéler l’inhabituel.
La banalité dans le récit littéraire contemporain (Paragraphes, 2009).
Apparemment, l’éditrice place son projet sous l’invocation de Perec.
- n° 41 (janvier-février-mars 2010), à la rubrique « En société » est relevé
l’article de Sonia Pérez-Baguès « L’énigme bulgare de La Disparition »
parue dans le Bulletin n° 55.
Bulletin n°58 Juin 2011 p.20
Association Georges Perec
Varia
Pêché dans charlie Hebdo n° 959 du 3 novembre 2010 : « Arnaud
Montebourg s’enorgueillit de sortir, le 17 novembre prochain, un livre de
« trois cents pages de propositions, où [il] ne cite qu’une seule fois Sarkozy »
(Le Parisien, 27/10). Pas mal, mais peut mieux faire. Dans son roman La
Disparition, Georges Perec avait réussi à supprimer le «e». Montebourg, lui,
ne s’est pas encore débarrassé totalement du «nœud» ».
Frédéric Beigbeder a réalisé pour la revue Aéroports de Paris Lifestyle une
« tentative d’épuisement d’un aéroport de Paris ». Il n’omet pas de citer
Perec dans sa présentation.
On signale la parution d’un petit ouvrage de Joachim schmid et publié par
ses soins, qui répond plutôt bien à l’injonction de Perec « questionnez vos
petites cuillères » : souvenirs. thirty-two photographs of spoons that i collected
over twenty-five years of travelling (9.5 x 13 cm, 40 pages, softcover, 5 €).
Documents
A propos du livre de claudine Dannequin Les enfants bâillonnés préfacé par
Perec (ceDic, 1976), eric Beaumatin apporte quelques éclaircissements :
« J’avais rencontré Claudine Dannequin en 1981 et, du coup, lui avais même
demandé (en gros sur la foi de ses états de service en termes de complicité
perecquienne, et sur les conseils de Georges Perec) un texticule pour la brochure
«Index» qui accompagnait la toute première exposition Perec, à savoir celle
que j’avais montée, très artisanalement, à la résidence de l’ENS de SaintCloud. Exposition que Georges Perec n’a pas pu visiter malgré son souhait
de le faire, puisqu’il est mort juste quelques jours avant l’inauguration.
Claudine Dannequin a effectivement écrit pour l’occasion un « Je me souviens
des Choses ».
C’est l’occasion de rappeler que l’ENS de Saint-Cloud (transférée depuis à
Lyon) était à l’époque un haut lieu de recherche et de production innovantes
en plusieurs domaines, comme l’informatique et l’enseignement assisté par
ordinateur, les méthodes audio-visuelles d’enseignement des langues
étrangères, la linguistique et les méthodes de français langue étrangère. De
fait, elle a représenté, à partir de la fin des années 60 un espace d’agitation
perecophile intense et séminalement très important pour la suite, quoique
alors peu visible du grand public, mais qui a donné ses fruits dans la mesure
où l’on y assurait, dans tous ces domaines, de la «formation de formateurs»,
c’est-à-dire que s’y jouait et organisait la transmission de savoirs et de pratiques
dans l’enseignement tous azimuts. Beaucoup de chercheurs, d’enseignants
et d’étudiants ou stagiaires du lieu ont participé à cette sorte d’avant-garde
discrète et souterraine mais sacrément efficace. Parmi les conditions
« culturelles » en vigueur qui ont sans doute favorisé ce rôle, il faut signaler
le moment de gloire des formalismes structuralistes au sens large, tant en
linguistique qu’en littérature, en même temps que l’émergence de fortes
problématiques sociologiques dans ces mêmes domaines (et, plus généralement
le type de débats politiques qui agitaient l’air du temps), et la très fructueuse
cohabitation à l’ENS Saint-Cloud de «scientifiques» et de «littéraires».
Ainsi, outre le texte de Claudine Dannequin, diverses traces de cette perecophilie
«vintage» sont-elles repérables dans cet espace. En voici de mémoire
quelques-unes, très en-deçà de l’intensité réelle de la chose : la version
pré-théâtrale de L’Augmentation avait été publiée à la demande de Jacques
Perriault, dans la revue Enseignement programmé de l’ENS... puis une
dizaine (?) d’années plus tard dans une sorte de fanzine des stagiaires en
informatique du même lieu, La Limande; Les Choses a été l’un des premiers
textes à être mis en fiches cartonnées dans le labo de lexicographie informatique
dirigé alors par Maurice Tournier; Je me souviens et Espèces d’espaces,
puis La Vie mode d’emploi étaient déjà largement utilisés à divers titres
dans les manuels ou méthodes de FLE que l’on y produisait (de même, d’ailleurs,
que dans l’institution concurrente qu’était le BELC, dirigé au CIEP de Sèvres
par l’excellent Francis Debyser : voir par exemple « Les Lettres de Paulette
et Victor », ou « L’immeuble »)... c’est-à-dire avec une bonne longueur
d’avance sur la pénétration perecophile, quenellophile ou plus largement
oulipophile dans les manuels de français tout court. »
Dans un article publié par Libération le 3 novembre 2010, edouard Launet
établit un parallèle entre le projet Bartlebooth de La Vie mode d’emploi et
celui du peintre Paul signac :
« En octobre 1928, Citroën présente au Salon de l’auto, sous les verrières du
Grand Palais, un nouveau modèle : la C4. C’est une voiture élégante, ses
quatre cylindres en ligne sont coulés d’un seul bloc et son refroidissement
à eau est facilité par une pompe : c’est une première. Quelques semaines
plus tard, le 26 décembre, le peintre Paul Signac écrit à son ami et mécène
Gaston Lévy, cocréateur des magasins Monoprix, la lettre suivante : « Mon
cher ami, voici l’idée que j’ai; je vous la communique telle qu’elle m’est
venue. Voyez si elle peut vous intéresser. […]. Depuis longtemps je rêve de
faire une suite importante d’aquarelles sur « les Ports de France ». J’ai
relevé 40 ports de la Manche, 40 ports de l’océan; 20 ports de la
Méditerranée. En tout, une centaine. »
Bulletin n°58 Juin 2011 p.22
Association Georges Perec
Paul Signac aura bientôt 65 ans, c’est un peintre reconnu, pointilliste aux
côtés de Georges Seurat, puis théoricien du néo-impressionnisme, et
désormais figure établie de l’art. Cet homme arrivé mène une vie plutôt
confortable. Sa lettre poursuit : « Pour vous mettre tout à fait à l’aise à ce
sujet, je puis vous dire, ce que vous savez d’ailleurs : que je n’ai qu’à faire
une centaine d’aquarelles (même sans but défini, et sans les dépenses que
comporterait mon expédition) et que j’en trouverais immédiatement le placement
fructueux. […] Si ce projet avait votre agrément, je commanderais une
conduite intérieure C4 Citroën, je prendrais un chauffeur et je partirais
en février pour les ports de la Méditerranée. »
Paul Signac expose son plan à son mécène : après le Sud, il remonterait
en avril vers l’Atlantique afin de pouvoir terminer en été les ports du Nord,
soit au total cinq ou six mois de « travail un peu fou ». « Je ferais deux aquarelles
dans chaque port, l’une pour vous et l’autre pour moi, différentes d’ailleurs,
et vous choisiriez celle des deux qui aurait votre préférence. Nous déciderions
ensemble du format et du prix. Les marchands n’auraient rien à y voir ! » La
C4 Citroën permettrait d’aller rapidement et confortablement d’un port à
l’autre et de réaliser le projet en un court laps de temps. Si Gaston Lévy
ne donnait pas suite, « je le ferais alors non plus en bloc mais par tranches
successives. Certes, cela n’aurait plus le parfum d’aventure si excitant; ce
ne serait plus une escapade d’amant, mais un sage voyage de mari… »
Finalement, Paul Signac aura sa voiture et son chauffeur (Jean Evain), mais
la réalisation de sa série ne prendra pas moins de deux ans. Elle commencera à Sète en mars 1929 et s’achèvera à Menton en avril 1931 après des
complexes zigzags à travers la France.
Quatre-vingts ans plus tard, cette série est exposée pour la toute première
fois. Elle l’est actuellement au musée Malraux du Havre, et le sera l’an prochain
à Roubaix. Certes les commissaires n’ont pu réunir que 90 des quelque
200 peintures réalisées (on n’en connaît pas le nombre exact, ni la liste complète
des 100 ports), mais ceci suffit à donner une bonne idée du projet. En découvrant
ces images vives et fraîches, toutes à peu près au format 28 x 44 cm, on est
tenté de faire sienne l’appréciation de ce critique du magazine Time qui, les
découvrant en 2001 à New York, écrivait : « Paul Signac vous fait ressentir ce
que c’est de vivre dans un monde gouverné par le plaisir de la couleur et par
le reflet calme de ses échos lumineux postcoïtaux, pour ainsi dire. »
Les autres échos que perçoit immédiatement tout amateur de Georges
Perec, ce sont ceux de La Vie mode d’emploi. Cette architecture littéraire
parue en 1974 raconte, au milieu d’un entrelacs d’autres histoires, celle de
Bartlebooth, un homme riche qui entreprend de réaliser en vingt ans
500 peintures de 500 ports de la planète, à raison d’une tous les quinze jours
(œuvres qui seront ensuite transformées en puzzles de 750 pièces, reconstituées
puis dissoutes in situ : au total un programme fou et gratuit planifié sur
quarante ans). Bartlebooth est-il né de Signac ? « Il n’est pas impossible que
Georges Perec ait eu connaissance de l’existence de la série, mais à ce jour,
rien ne le prouve. Quand il publie La Vie mode d’emploi, la série des ports de
France est très peu connue », indique Marina Ferretti-Bocquillon, commissaire
scientifique de l’exposition et responsable des archives Signac (par ailleurs
directrice scientifique du musée des Impressionnismes à Giverny, Eure).
Peu connue mais connue tout de même : c’est en 1971 que la série des
« Ports de France » est mentionnée pour la première fois, dans une monographie
que Françoise Cachin, petite-fille de Paul Signac et future directrice des
musées de France, consacre à son grand-père. Marina Ferretti-Bocquillon
aura l’occasion de découvrir ces œuvres lors d’une visite chez le collectionneur
qui possédait les albums où Gaston Lévy et son cousin André avaient réuni
leurs images, quelques années avant qu’elles ne soient dispersées aux
enchères en 1995. Mais ce n’est qu’à la fin des années 90 qu’elle prendra
connaissance de la lettre où Paul Signac expose son projet à Gaston Lévy.
Marina Ferretti-Bocquillon poursuit : « Paul Signac n’a pas été le premier
peintre à consacrer ses pinceaux aux ports de France : Claude-Joseph
Vernet ou Ambroise-Louis Garneray l’ont précédé [respectivement aux XVIIIe
et XIXe siècles, ndlr]. Surtout, il y a un abîme entre le délire de Bartlebooth,
qui sillonne le monde pour peindre des aquarelles destinées en définitive à
être détruites, et l’aventure, somme toute très raisonnée, de Paul Signac. »
Le projet aurait surtout une dimension testamentaire, comme le souligne de
son côté Annette Haudiquet, conservatrice en chef du musée Malraux au
Havre. Plaçant explicitement son projet dans le sillage de ceux de ClaudeJoseph Vernet et d’Ambroise-Louis Garneray, il écrit à Gaston Lévy :
« Je serais heureux de laisser une œuvre de ce genre. » Toutefois, le plaisir
semble rester un des principes directeurs de l’entreprise. Navigateur passionné
qui a possédé près de vingt bateaux au long de sa vie, Paul Signac connaissait
bien les côtes de France. L’âge venant, l’envie lui prend peut-être de faire un
(ultime ?) tour d’horizon de ses escales. Pas idiot, puisqu’il meurt
quatre ans plus tard, en 1935. Surtout, parmi les motivations et attraits qu’il
expose dans sa lettre à Gaston Lévy, le peintre assure que « le principal
serait la bonne excitation d’art que créeraient un but précis, une combinaison
amusante et une création importante. En outre la joie de réaliser un projet
à quoi je pense depuis longtemps, et qu’il est temps de mettre à exécution,
car bientôt l’âge m’en empêchera ». Une « bonne excitation d’art », une
Bulletin n°58 Juin 2011 p.24
Association Georges Perec
« combinaison amusante » : le projet « un peu fou » n’a-t-il pas finalement
un quelque chose d’oulipien (de : Oulipo, ouvroir de littérature potentielle,
groupe dont Raymond Queneau comparait les membres à des « rats qui
construisent eux-mêmes le labyrinthe dont ils se proposent de sortir » et
dont Georges Perec fut une figure majeure) ?
On connaît peu de choses sur le déroulement du projet lui-même, sinon les
lieux et dates de réalisation de ces œuvres, quand celles-ci sont indiquées
sur l’image. Beaucoup semblent avoir été réalisées très vite, peut-être en
moins de deux heures, sur un papier assez souple, légèrement ivoire, après
une vive esquisse au crayon. La série a absorbé presque tout le temps du
peintre puisqu’en dehors des aquarelles, il ne fera que onze huiles sur toile
durant ces deux ans.
Au bout de quelques mois, Paul Signac s’aperçoit que son projet à grande
vitesse est sans doute un peu trop ambitieux. « Il faut lutter contre le temps
et les circonstances, écrit-il en juin 1929. Il pleut, il vente, il n’y a pas d’effets,
ou l’effet est contraire, comme par exemple ces jours-ci à Penmarch. » Il y
faisait « un temps niçois » peu compatible avec une représentation tragique
du lieu breton. Le temps court trop vite et Paul Signac aime à revenir sur
ses pas. Après tout, il a fallu plus de quatre ans au photographe Raymond
Depardon pour livrer sa vision de la France parcourue en camping-car ! Et
puis il y eut la crise de 1929, qui fit fondre la fortune du créateur des
Monoprix. André Lévy, cousin et associé de Gaston, dut venir à la rescousse
pour soutenir le projet de Paul Signac. Mais on ignore à peu près tout des
arrangements financiers entre le peintre et ses mécènes.
Le périple s’achève donc à Menton en avril 1931. Les œuvres disparaissent
dans des albums gardés par les familles Lévy et Signac. Au fil des ans, des
pages s’en échappent peu à peu, qui finissent dans les maisons de vente.
Chacun de leur côté, deux collectionneurs, l’un américain (James Dyke, qui
a donné sa collection au musée de Little Rock, Arkansas), l’autre européen,
partent en chasse des pièces du puzzle. C’est en grande partie grâce à eux
que l’exposition « Ports de France » a pu être montée. Difficile de dire, pour
chaque création, si elle provient de la collection Signac ou Lévy. Parfois sont
reconstituées les paires (pour Barfleur, La Rochelle, Toulon, Martigues, Le Tréport,
Saint-Malo, Landerneau, Saint-Nazaire). Parfois, il y en a trois (Morlaix)…
Réunies pour la première fois, ces peintures chantent ensemble une belle
et ample mélodie. « Le voisinage de la mer détruit la petitesse », a écrit
Stendhal, auteur de chevet de Paul Signac. »
Carnet
Franca trentin Baratto est morte à Venise le 28 novembre 2010, deux
semaines avant son quatre-vingt-onzième anniversaire. Résistante de premier
plan, sœur de Bruno Trentin (grand syndicaliste et rénovateur de la gauche
italienne), grande figure de la gauche intellectuelle italienne, professeur de
littérature, elle était une vieille et fidèle complice et amie de l’Association
Georges Perec.
La veille, c’est Dado (Miodrag Djuric), peintre, sculpteur et graveur, qui
disparaissait à l’âge de 77 ans, dans l’Oise. On se souviendra que cet artiste
considérable (voir Le Monde du 3 décembre 2010) avait notamment illustré
le volume Alphabets de Georges Perec (1976 : il en existe une édition avec
des planches en couleur). Malade, il n’avait pu assurer le prêt de quelques
œuvres à l’exposition de La Corogne.
Merci
Les personnes suivantes nous ont adressé des renseignements pour la
constitution de ce Bulletin ou des documents qui ont rejoint notre fonds :
Laurence Aëgerter, Raffaele Aragona, Michèle Audin, Eric Beaumatin, David
Bellos, Marcel Bénabou, Dominique Bertelli, Christine Bini, Camille Bloomfield,
Marie Bonnot, Claude Burgelin, Pierre Cohen-Hadria, Danielle Constantin,
Denis Cosnard, Jacques Gaudier, Christine Gérard, Françoise Granger, Eléonore
Hamaide, Hans Hartje, Maryline Heck, Francis Henné, Jean-Luc Joly, Piotr
Kalinski, Joël Lambolez, Eric Lavallade, Marc-Gabriel Malfant, Marc Parayre,
Paulette Perec, Robert Rapilly, Christelle Reggiani, Mireille Ribière, Hermes
Salceda, Jean-Pierre Salgas, Julien Schuh, Rémi Schulz, Serge Sion, Martine
Sonnet, Sofia Volpato, Alexis Zadounaïsky, Alain Zalmanski.
Assemblée générale
Procès-verbal de l’Assemblée générale ordinaire du 15 janvier 2011
Sous la présidence de Marcel Bénabou, et en présence de M. Bruno
Blasselle, directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal, l’Assemblée générale
est ouverte peu après 15h dans la « salle des estampes » de la Bibliothèque.
Le président remercie d’abord, au nom de tous, Bruno Blasselle pour l’accueil
réservé à l’Association par la Bibliothèque de l’Arsenal. En réponse,
M. Blasselle redit l’importance, pour la BNF, de partenariats tels que celui-ci,
et explique que, les salons habituellement mis à la disposition de
Bulletin n°58 Juin 2011 p.26
Association Georges Perec
l’Association étant occupés par une exposition sur les archives de la Bastille,
l’Assemblée générale se tient dans le salon où Charles Nodier réunissait ses
amis en 1830. Il ajoute qu’une nouvelle tranche de travaux est prévue, mais
ne concernera pas, cette fois, la partie du bâtiment où se trouve le local de l’AGP.
L’ordre du jour proposé sur la convocation est ensuite adopté sans modification.
1. christelle reggiani, secrétaire, présente le rapport administratif et moral.
secrÉtAriAt
christelle reggiani confirme sa décision de quitter le secrétariat, et cédera
en effet son poste au terme de cette Assemblée. Elle adresse à cette occasion
ses plus vifs remerciements à Marie Bonnot et à Jean-Luc Joly pour leur
disponibilité et leur efficacité, qui ont permis que les permanences du jeudi
soient maintenues.
PUBLicAtions
On note plusieurs publications importantes, récentes ou à venir :
> La Boutique obscure vient de reparaître chez Gallimard dans la collection
« L’Imaginaire » ;
> les éditions du Seuil vont publier Le condottière, dans la collection « La
librairie du XXIe siècle », avec une préface de Claude Burgelin. C. Burgelin
précise que cette publication doit intervenir à l’automne 2011, et qu’est également
prévue, aux éditions Le Bleu du ciel, la parution de la correspondance de
Georges Perec avec l’un de ses amis ;
> la revue europe publiera bientôt un numéro « Perec » ;
> Christelle Reggiani annonce que le numéro « Perec » (consacré aux
Choses et à Un homme qui dort) qu’elle coordonne pour la revue roman 20-50
avec Florence de Chalonge sortira en juin 2011.
sÉMinAire
Conformément à ce qui avait été prévu, le séminaire Perec a désormais pris
la forme d’une journée d’études annuelle, consacrée, comme c’était auparavant
le cas, à des présentations de recherches en cours sur l’œuvre de Perec
(notamment par de jeunes chercheurs). Cette journée a eu lieu le 15 mai
2010 à l’université de Lille iii (Maison de la Recherche), devant une assistance
relativement nombreuse, et a été notamment marquée par la lecture de
l’autoportrait du « perecquien », concocté par Marcel Bénabou et Coraline
Soulier (de l’association « Zazie mode d’emploi »). Le Président promet que
ce texte sera publié dans le Bulletin.
La prochaine journée d’études aura lieu le samedi 7 mai 2011, selon des
modalités similaires. Le programme en sera bientôt diffusé, sur la Liste
Perec et les sites de l’AGP et de Fabula.
BULLetin
Le n° 57 du Bulletin vient d’être envoyé aux membres, grâce à l’efficacité et
à la diligence de Philippe Didion, son rédacteur en chef, et de Rachel
Easterman-Ulmann, qui se charge de sa mise en page. Christelle Reggiani
leur adresse, au nom de toute l’Association, ses remerciements les plus sincères.
Danielle Constantin a entrepris de numériser la collection complète des
Bulletins. L’ensemble devrait être bientôt accessible en ligne.
Par ailleurs, Éric Beaumatin a posé lors de la réunion du CA la question de la
reliure de la collection papier ; Danielle Constantin consultera à ce sujet
l’atelier de la bibliothèque de l’Arsenal, la numérisation une fois terminée.
site internet
Le site de l’Association est parfaitement fonctionnel, et la secrétaire adresse
à ce sujet ses plus vifs remerciements à Danielle Constantin, qui a été la
cheville ouvrière de l’opération. D. Constantin rappelle l’histoire de ce chantier,
dont la réalisation a été confiée à Florent Di Bartolo, le plus compétitif des
différents prestataires qui avaient répondu à l’appel d’offres qu’elle avait
lancé. La trésorière remercie également Patrice Salsa, dont l’expertise et la
disponibilité ont été précieuses au moment de la rédaction du cahier des
charges. Les frais de l’entretien de ce site s’élèvent à 200 € par an, une
somme jugée très modique par l’Assemblée.
D. Constantin, en tant que webmestre, donne quelques statistiques : le site
a reçu 3 418 visites depuis sa création en mai dernier, soit une moyenne de
13 visites par jour, la tendance étant à la hausse. Les rubriques
« Actualités », et surtout « Bulletin », sont de loin les plus visitées.
outre l’accès en ligne du Bulletin, le site a également permis la renaissance
du cabinet d’amateur, revue d’études perecquiennes, qui a vocation,
comme par le passé, à accueillir les textes des communications présentées
au séminaire. (Le comité de rédaction est constitué de Danielle Constantin
et Christelle Reggiani.)
Cécile De Bary pose la question du sort des textes présents dans la première
version de cette revue électronique : D. Constantin répond qu’ils seront en
effet repris sur le site actuel dès que les fichiers correspondants auront pu
être retrouvés. Quant à Éric Beaumatin, il souligne le très grand intérêt de
ce type de publication en ligne pour rendre à nouveau disponibles des textes
devenus introuvables, ou des recherches encore dans leur état préparatoire.
L’AssociAtion Perec en ArGentine
Des journées d’hommages à cortázar et Perec seront organisées à Buenos
Aires en juin 2011 : un colloque, des projections de films, une exposition sont
notamment prévus… La responsable de cette manifestation a écrit au
Président pour lui dire qu’elle souhaitait associer l’AGP à l’événement.
Bulletin n°58 Juin 2011 p.28
Association Georges Perec
A priori, Danielle Constantin, qui a travaillé sur Cortázar et Perec, accompagnera
Marcel Bénabou à Buenos Aires. Il est notamment prévu que l’AGP participe
à la préparation d’une exposition sur Perec et l’Oulipo, qui pourra donc
bénéficier de l’expérience acquise à l’occasion de l’exposition oulipienne de
Rennes.
On voit donc que l’année 2010 a été fertile en réalisations importantes, aussi
bien qu’en projets, notamment éditoriaux, que 2011 devrait permettre de
mener à bien. ce rapport est adopté à l’unanimité.
2. Danielle constantin, trésorière, présente le rapport financier, dans les
termes suivants :
Encore une fois cette année, nos finances ont réussi à demeurer
saines malgré certaines dépenses extraordinaires au-delà de celles encourues
pour l’impression et l’envoi de deux bulletins, l’achat de publications et celui
des cadeaux de remerciements pour nos bénévoles.
Ainsi, l’Association s’est associée à l’événement Perec et l’art
contemporain qui s’est déroulé du 7 au 9 mai à la Galerie Crous à Paris et
qui voulait souligner la parution du numéro 10 des Cahiers Georges Perec.
Nous avons subventionné avec plaisir les rafraichissements et les amusegueules qui ont été offerts lors du vernissage (400 euros).
La dépense la plus importante a été sans contredit celle associée au
développement de notre site internet (www.associationgeorgesperec.fr).
Dans un premier temps, un cahier des charges a été rédigé sous l’aimable
direction de Patrice Salsa, en collaboration avec Bernard Magné, Christelle
Reggiani, Paulette Perec et moi-même. Un appel d’offre a été lancé et trois
prestataires y ont répondu : Tristan Huber, Florent di Bartolo et La Maison
des Associations. Les services de Florent di Bartolo ont été retenus. Il a
développé le site rapidement et efficacement pour la somme de 1 600 euros.
Il assurera aussi la maintenance technique du site au coût de 218 euros
annuellement. Depuis mai, nous avons donc un nouveau site Internet qui, à
ce jour, a reçu 3418 visites (soit une moyenne de 13 visites par jour).
Comme je l’avais déjà mentionné l’an dernier, le nombre de nos
membres cotisants est en déclin depuis quelques années. J’ai donc inclus
dans le bulletin 57, envoyé au début de janvier 2011, une invitation amicale
à nos anciens membres afin qu’ils cotisent et soutiennent à nouveau notre
association. En espérant que l’initiative portera fruit.
ce rapport est adopté à l’unanimité.
3. Projets et programmes
cAHiers GeorGes Perec
Le Président informe l’assemblée que Hans Hartje s’est engagé à réaliser
le volume consacré au Hörspiel au cours de l’année 2011. Il s’agirait donc
du n° 12, Maryline Heck venant de remettre à l’éditeur le manuscrit du
n° 11 (Filiations perecquiennes, sur la postérité littéraire de Georges Perec).
Éric Beaumatin et Maria Keating dirigeront ensuite un numéro sur la traduction,
qui rassemblera études et bibliographies.
Par ailleurs, décision a été prise par le Conseil d’administration de donner
désormais au répertoire bibliographique qui concluait chacun des volumes
la forme d’une bibliographie en ligne, qui conservera la même structure.
Christelle Reggiani s’en chargera.
Jean-Luc Joly fait ensuite part de son expérience de coordinateur du n° 10
(Perec et l’art contemporain), publié avec un très grand retard, alors
qu’une simultanéité était bien entendu souhaitable avec l’exposition organisée
à la galerie du CROUS. Ce retard semble dû à la combinaison de plusieurs
difficultés : celle(s) inhérente(s) au fait de publier un gros volume (mais les
articles soumis étaient encore plus nombreux), en outre illustré, venant
s’ajouter aux problèmes tenant au mode de fonctionnement de l’éditeur.
J.-L. Joly ajoute que des prolongements à cette publication sont cependant
prévus : le site de l’Association devrait abriter une version virtuelle de l’exposition,
et la bibliothèque de l’Arsenal devrait accueillir, après l’exposition sur la
Bastille, une table-ronde réunissant les contributeurs du volume.
Marcel Bénabou donne ensuite lecture à l’Assemblée d’un courriel de
Bénédicte Pérot (du castor astral), qui s’interroge sur l’ « intérêt économique »
des cahiers Georges Perec. Un débat s’engage : Éric Beaumatin n’est pas
persuadé du bien-fondé de ce motif, et Jean-Luc Joly ajoute qu’il n’est pas
parvenu à savoir si la subvention traditionnellement accordée par le CNL
couvrait – ou non – les frais liés à l’édition d’une livraison des Cahiers.
Le Président demandera donc à l’éditeur ses comptes, et posera la question
de l’indispensable publicité à faire auprès des institutions susceptibles
d’être intéressées par une telle publication (au premier chef les bibliothèques
universitaires, françaises et étrangères). Danielle Constantin précise que le
site de l’Association renvoie par un lien à celui du Castor astral.
Claude Burgelin intervient alors, pour rappeler que les subventions du CNL
sont malheureusement vouées à une forte diminution, et suggérer que les
cahiers Georges Perec pourraient être à l’avenir rattachés à un centre de
recherches universitaire, par exemple à l’université de Lille III. christelle
reggiani posera la question aux responsables des Presses Universitaires
du septentrion.
Bulletin n°58 Juin 2011 p.30
Association Georges Perec
L’exPosition « Pere(t)c » à LA FonDAtion LUis seoAne (LA coroGne, GALice)
Éric Beaumatin rappelle l’organisation, fin 2010, de cette exposition, qui a
connu un grand retentissement en espagne (Enrique Vila-Matas en
a notamment rendu compte, de manière très positive, dans El Pais).
É. Beaumatin souligne d’ailleurs l’importance, dans la vie culturelle espagnole,
de telles fondations, qui n’ont pas leur équivalent en France. Quant à l’exposition
elle-même, les commissaires avaient choisi de privilégier très largement le
visuel, dans ses différents aspects : œuvres de plasticiens, films, traces du
visuel dans l’œuvre de Georges Perec, portraits de l’écrivain… Au total,
É. Beaumatin estime qu’il s’agit, après l’exposition naguère organisée au
centre Georges Pompidou, de la manifestation qui a mobilisé le plus de
moyens, avec le plus de professionnalisme (en particulier au plan muséographique). La publication d’un catalogue est par ailleurs prévue.
ProJet D’ÉDition Des HörsPieLe
Maryline Heck fait état d’un projet d’édition des Hörspiele de Perec (sous la
forme de cD), à l’initiative de Célia Houdart (écrivain) et de Sébastien Roux
(musicien). Paulette Perec et Éric Beaumatin soulignent l’intérêt (et la difficulté)
d’un tel projet.
4. renouvellement statutaire de la moitié sortante du conseil d’administration
Sont sortants : Patrick Bideault, Claude Burgelin, Philippe Lejeune, Bernard
Magné, Paulette Perec, Christian Ramette, Christelle Reggiani, Mireille
Ribière. Tous sont candidats, à l’exception de Patrick Bideault, et de Philippe
Lejeune ; Marie Bonnot et Jean-Luc Joly présentent en outre leur candidature. tous les candidats sont (ré)élus, à l’unanimité des 41 bulletins de
vote.
5. constitution du bureau par le conseil d’administration
Le CA se retire quelques instants pour délibérer et procéder à l’élection du
bureau. Le bureau est ainsi constitué :
président > Marcel Bénabou trésorière > Danielle constantin secrétaire > Jean-Luc Joly secrétaire adjointe > Marie Bonnot
Marcel Bénabou remet, pour les remercier de leur travail, des bons-cadeaux
de la Fnac à Philippe Didion, Jean-Luc Joly et Marie Bonnot.
L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 16h30.
BiLAn FinAncier
Bilan 31-12-2010
11 981,45
Reliquat de l’exercice 2009
recettes 2010
Cotisations et dons
Cession de publication aux membres AGP
Produits du Livret A
Subvention
1 630,00
120,00
151,33
0,00
Total
1 901,33
1 901,33
13 882,78
Reliquat 2009 + Recettes 2010
DePenses 2010
Achats de publications
Evénement spécial : Perec et l’art contemporain
Cadeaux pour les bénévoles
Reprographie, bulletins, papeterie, aménagements
Timbrages
Microfilmage
Equipement informatique
Développement site web
Maintenance annuelle site web
Frais de banque
120,00
400,00
175,00
896,16
289,00
0,00
0,00
1 600,00
218,00
100,00
Total
3 798,16
3 798,16
10 084,62
Reliquat 2009 + Recettes 2010 - Dépenses 2010
solde au 31 décembre 2010
Compte courant
Livret A
Caisse et timbres
Total
395,75
9 597,57
91,30
10 084,62
10 084,62
Bulletin n°58 Juin 2011 p.32
Association Georges Perec
Publications en vente
L’Association Georges Perec cède à ses membres au prix des libraires certaines
publications :
Cahiers Georges Perec
n° 2 :
n° 3 :
n° 4 :
n° 5 :
n° 6 :
n° 7 :
n° 8 :
n° 9 :
n° 10 :
13 €
05 €
épuisé
épuisé
épuisé
épuisé
épuisé
18 € (22 € pour les non membres)
24 €
Georges Perec, Fabrizio Clerici, Un petit peu plus de quatre mille poèmes
en prose pour Fabrizio Clerici / Un petit peu plus de quatre mille dessins
fantastiques, préface de Hector Bianciotti et de Bernard Magné : 20 €
La Biographie de Perec par David Bellos, lecture critique de Bianca Lamblin : 9 €
De Perec etc., derechef : 20 €
Bernard Magné, Perecollages : 5 €
Manet van Montfrans, Georges Perec. La Contrainte du réel : 23 €
Ecrire l’énigme (actes du colloque de Paris) : 25 €
L’œuvre de Georges Perec. Réception et mythisation
(actes du colloque de Rabat) : 5 €
Le Cabinet d’amateur n° 1 : 10 €
Le Cabinet d’amateur n° 2 : 10 €
Aux autres prix s’ajoutent 2,50 € de frais de port au tarif « Lettre » pour les
envois en France et 3 € pour les envois à l’étranger au tarif économique.
À cause de son poids, nous devons pratiquer une tarification spéciale pour
l’envoi de Georges Perec. La Contrainte du réel de Manet van Montfrans :
3,20 € pour la France et 5,80 € pour l’étranger.
Renouvellement des cotisations
Les cotisations pour l’année 2011
sont de 20 € pour les étudiants et de 30 € pour les autres.
Nous vous serons très reconnaissants de nous payer par chèque le plus
souvent possible, et d’éviter absolument les mandats et les eurochèques.
Vous pouvez cependant utiliser le virement, en nous envoyant en même
temps un courrier (postal ou électronique). Pour les virements, nous vous
rappelons les coordonnées de notre compte.
_______________
Caisse d’Epargne
Guichet du 30, rue Saint-Antoine, 75004 Paris
C/étab
C/guichet
N/compte
17515
90000
04514866010
C/rice
75
Domiciliation CE ILE DE FRANCE PARIS
___________________________________
COTISATION 2011
NOM :............................................................................................
Prénom :.........................................................................................
Profession :.....................................................................................
Adresse (en cas de changement) :
.......................................................................................................
.......................................................................................................
.......................................................................................................
Numéro de téléphone :..............................................................
Courriel : ....................................................….…………
L'Association Georges Perec tient une permanence à son siège
le jeudi après-midi de 13h30 à 16h30,
sauf les jours fériés et durant le mois d’août.
Publication interne de l'Association Georges Perec
issn 0758 3753
tirage à 200 exemplaires
juin 2011
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising