Le tourisme pour handicapés mentaux en Wallonie

Le tourisme pour handicapés mentaux en Wallonie
ANNÉE ACADÉMIQUE 2009-2010
Le tourisme pour
handicapés mentaux en
Wallonie
Une tentative d’étude exhaustive du sujet
Caroline Bodson
Sous la direction de Madame Anne-Marie Duquesne
Mémoire présenté en vue de l’obtention du Master en Gestion du tourisme
Merci à Kathelyne Terroir et AnneMarie Terroir d’avoir rendu ce
mémoire possible. Merci à Yaya,
Thibaut et Tristan.
Caroline Bodson
Page 2
Introduction .....................................................................................................6
Contexte général..............................................................................................8
Méthodologie ................................................................................................ 10
Chapitre1 : Définitions des sujets .................................................................... 12
I.
Le handicap mental : Définition de l’AFRAHM ................................................ 12
II.
Les personnes à mobilité réduite ................................................................... 14
III.
Le tourisme pour handicapés mentaux ...................................................... 14
Conclusion ........................................................................................................... 15
Chapitre II : Aspects juridiques........................................................................ 16
I.
Belgique ....................................................................................................... 16
1)
2)
3)
II.
Le Code Civil Belge : La loi du 29 juin 1973 ................................................................... 16
CWATUP ........................................................................................................................ 16
Loi belge du 19 juillet 2007 ........................................................................................... 18
Organisation des Nations Unies ..................................................................... 18
1) Déclaration des droits du déficient mental adoptée le 20 Décembre 1971 par
l’assemblé générale de l’ONU ................................................................................................ 18
2) Convention relative aux droits des personnes handicapées ......................................... 19
Conclusion ........................................................................................................... 20
Chapitre III : Les labels.................................................................................... 21
I.
Qu’est-ce qu’un label? .................................................................................. 21
1)
2)
3)
4)
Le classement « Soleils »en Wallonie ............................................................................ 21
Tourisme et Handicap en France ................................................................................... 22
Un outil: L’Indice Passe-Partout en Wallonie ................................................................ 23
Les limites de l’IPP ......................................................................................................... 25
Chapitre IV : Les acteurs concernés par le tourisme pour handicapés mentaux.
...................................................................................................................... 27
I.
Maisons du tourisme .................................................................................... 27
II.
Offices de tourisme et syndicats d’initiatives ................................................ 27
III.
L’Horeca ................................................................................................... 29
IV.
Les gîtes .................................................................................................... 29
V.
Commissariat général du tourisme ................................................................ 31
VI.
L’agence wallonne pour l’intégration des personnes handicapées .............. 32
VII.
Groupe d’action pour une meilleure accessibilité aux personnes handicapées.
32
Caroline Bodson
Page 3
Chapitre IV : Etude des infrastructures nécessaires ......................................... 34
I.
Bâtiments ..................................................................................................... 35
1)
2)
3)
4)
5)
6)
7)
L’accès au bâtiment ....................................................................................................... 35
La signalétique .............................................................................................................. 37
Le plan d’accès .............................................................................................................. 38
L’intérieur du bâtiment ................................................................................................. 39
La sortie ......................................................................................................................... 40
Précisions générales de sécurité ................................................................................... 41
Le restaurant ................................................................................................................. 41
II.
Les relations interpersonnelles ..................................................................... 42
III.
L’information ............................................................................................ 44
1)
2)
3)
4)
L’information écrite ....................................................................................................... 44
Les automates ............................................................................................................... 45
Les sites internet ........................................................................................................... 46
Les spécificités du tourisme .......................................................................................... 47
IV.
Les démarches d’accessibilité pour les handicapés mentaux dans un cadre
touristique en Wallonie. ....................................................................................... 48
Conclusion ........................................................................................................... 50
Chapitre VI : Etude de l’offre, une comparaison entre les maisons du tourisme et
le terrain. ....................................................................................................... 51
I.
Méthodologie ............................................................................................... 51
1)
Les maisons de tourisme ............................................................................................... 51
V.
L’Indice Passe-partout ................................................................................... 52
II.
Etude quantitative ........................................................................................ 53
III.
La province du Luxembourg ....................................................................... 58
1)
FTLB ............................................................................................................................... 58
VI.
La maison du tourisme du Val de Salm et des sources de l’Ourthe .............. 61
VII.
La maison du tourisme d’Ourthe et Aisne, du pays de Bouillon, et de la
Semois entre Ardenne et Gaume .......................................................................... 61
VIII.
La Forêt d’Anlier........................................................................................ 62
IV.
Province de Liège ...................................................................................... 64
1) La Vallée de la Burdinale et de la Mehaigne, les Cantons de l’Est, le pays de Herve, et la
Basse-Meuse .......................................................................................................................... 64
IX.
Le pays de Vesdre, Hesbaye-Meuse et Huy-Meuse Condroz........................ 66
1.
2.
3.
L’entreprise citoyenne .............................................................................................. 66
Gastronomica ............................................................................................................ 67
Loisirs et handicap .................................................................................................... 68
X.
Ourthe-Amblève ........................................................................................... 68
XI.
Thermes et Coteaux .................................................................................. 69
Caroline Bodson
Page 4
XII.
Le Pays des sources ................................................................................... 71
XIII.
Le pays de Liège ........................................................................................ 72
V.
La province de Namur ................................................................................... 74
1) La Haute-Meuse-dinantaise, Sambre-Omeau, Ardenne-namuroise et CondrozFamenne. ............................................................................................................................... 74
XIV.
Le Val de Lesse-Beauraing-Houyet-Rochefort et le Vallée des Eaux Vives .... 75
XV.
Le Pays de Namur...................................................................................... 76
VI.
La province du Hainaut ............................................................................. 78
1)
2)
3)
Région de Tournaisis .................................................................................................... 79
Région de Mons ............................................................................................................ 79
Parc des canaux et châteaux ......................................................................................... 79
VII.
La province du Brabant Wallon .................................................................. 80
VIII.
Analyse ..................................................................................................... 81
1) Brève description de la Wallonie................................................................................... 81
2) Description du Pays de Liège, pays des Sources, Pays des thermes et Coteaux, et du
pays de Namur ....................................................................................................................... 82
3) Tentative d’analyse ....................................................................................................... 83
Conclusion ........................................................................................................... 85
Conclusion ..................................................................................................... 86
Glossaire ........................................................................................................ 87
BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................. 88
NOTES DE COURS ........................................................................................... 89
WEBOGRAPHIE .............................................................................................. 89
PROPOS RECUEILLIS ....................................................................................... 91
ANNEXES ....................................................................................................... 92
Caroline Bodson
Page 5
Introduction
Le tourisme durable englobe trois aspects différents du tourisme :
l’écologie, l’économie et le social.1 Dans tourisme social on imagine plus
facilement un tourisme pour les familles à revenus modestes ou pour
les
personnes à mobilité réduite. Mais qu’en est-il du tourisme pour handicapés
mentaux ? Ont-ils besoin d’un tourisme adapté eux- aussi? Quel tourisme adapté ?
Et surtout, où en sommes-nous en matière de tourisme pour handicapés mentaux
en Wallonie ? Existe-il des infrastructures accessibles aux handicapés mentaux ?
Dans ce travail, nous essayerons de répondre à ces questions. Ce travail est
divisé en deux parties. La première comprend les cinq premiers chapitres et est
plus théorique, la deuxième comprend le dernier chapitre, plus pratique.
Dans le premier chapitre, seront exposées les définitions des sujets abordés
que nous utiliserons. Cela nous permettra de répondre partiellement à la question
de la nécessité d’infrastructures spécifiques aux handicapés mentaux. Le
deuxième chapitre présentera brièvement les acteurs concernés par ce sujet. Le
troisième chapitre tentera de répondre à la question « où en sommes-nous en
matière de tourisme pour handicapés mentaux ?», par un récapitulatif des normes
en vigueur, relatives au tourisme pour handicapés mentaux. Dans le chapitre
quatre, nous prendrons le temps d’exposer, grâce à des textes ou des propos
récoltés, de quels types d’infrastructures ont besoin les handicapés mentaux dans
les lieux publics et plus précisément dans les lieux touristiques. Cela nous
permettra de répondre également à la question de la nécessité d’avoir des
infrastructures spécifiques ainsi qu’à la question de l’existence d’infrastructures
spécifiques. Enfin, pour confirmer cette idée de nécessité d’infrastructures propres
aux handicapés mentaux, nous verrons dans le chapitre cinq, s’il existe des labels
qui poussent à favoriser ce type d’approche touristique. Enfin, le dernier chapitre
fera un état des lieux en Wallonie, et je tenterai d’expliquer mes observations.
Nous nous pencherons sur le territoire Wallon par proximité linguistique.
De plus le territoire bruxellois n’étant pas assez vaste et n’offrant pas la possibilité
de faire du tourisme « en pleine nature », mon choix s’est arrêté sur la Wallonie
car d’après Burnette and Backer, « les destinations calmes et sereines de
1
« On peut éventuellement y insérer un quatrième aspect qui est celui de la culture » DECROLY, J-
M., « Cours de méthode d’analyse du tourisme », le 29/03/2010.
Caroline Bodson
Page 6
campagnes sont importantes pour les touristes faiblement ou fortement
handicapés »2.
Ce mémoire tente également de pallier au problème d’appellation, en
délimitant certains termes ambigus. En effet, nous verrons que dans la littérature,
comme dans la langue courante, il y a une réelle ambiguïté au niveau de
l’utilisation de certains termes : handicapé mental, déficient, arriéré, débile,
personne à mobilité réduite, autonomie, indépendance…. Le sujet étudié sera
donc la personne handicapée mentalement souffrant de déficience intellectuelle et
de retard mental. Cela n’inclut pas les handicapés mentaux à mobilité réduite. Les
personnes polyhandicapées, si elles entrent dans les sites répertoriés, seront
reprises. Mais ce mémoire ne traite pas du tourisme pour les personnes
polyhandicapées. Ce mémoire ne traitera pas non plus des personnes souffrant
d’autisme. L’autisme étant un handicap tout à fait particulier, il faudrait certaines
connaissances médicales et psycho-médicales approfondies en ce domaine pour
pouvoir réaliser une étude sur ce sujet.
Nous parlerons d’indépendance des handicapés mentaux plutôt que
d’autonomie car comme l’explique Claude Hamonet, la dépendance existe quand
la personne handicapée dépend de ses propres limites et qu’une intervention
extérieure est nécessaire. Or, le terme « autonomie » doit être conservé au sens
éthique et civique, c’est-à-dire que la personne placée sous la tutelle sera privée de
son autonomie, ce qui est le cas pour les retards mentaux graves 3.
Enfin, nous prendrons en compte la définition d’accessibilité proposée par
le guide d’ « Amélioration des informations sur le tourisme accessible aux
personnes handicapées », car c’est un guide spécifique au sujet de l’accessibilité
dans le tourisme. Celui-ci nous dit : « l’accessibilité est la facilité avec laquelle
une personne peut arriver à proximité de bâtiments, d’espaces de plein air et
d’autres infrastructures, y pénétrer et en utiliser les équipements de manière
autonome et sans dispositions particulières »4.
2
Idem.
Voir partie législation
4
COMMISSION EUROPENNE, D.G. Entreprises et Industries, « Amélioration des informations sur le
3
tourisme accessible aux personnes handicapées », Luxembourg, 2004,
Caroline Bodson
p 5.
Page 7
Contexte général
Actuellement, les personnes à mobilité réduite représentent une bonne
fraction de la population. Effectivement, « 35% des belges sont à mobilité réduite,
ou le seront un moment dans leur vie, que ce soit le temps d’une grossesse, d’une
convalescence, lorsque l’on a un enfant en poussette ou encore quand on souffre
de myopie…. »5. C’est pourquoi, il semble évidemment plus intéressant de
développer un tourisme accessible aux personnes à mobilité réduite qu’aux
handicapés mentaux puisque l’on évalue à environ maximum 3% de la population
mondiale6, le taux de personnes souffrant de déficience intellectuelle dont
seulement 0,3% aurait une déficience moyenne grave ou profonde.
Toutefois, les 35% des personnes à mobilité réduite englobent également
de multiples difficultés de mobilité, allant des plus dérisoires aux plus
importantes, comme par exemple une mère avec une poussette et une personne
paraplégique. Dans une étude réalisée par N.M. Ray et M.E. Ryder7, concernant
les touristes handicapés, l’une des personnes répondant au sondage se présentait
comme ayant un handicap culturel car elle était végétarienne dans une culture
basée sur la nourriture de la mer. Cette étude ne comprenant que des personnes
paralysées, opérées ou sourdes, la personne végétarienne n’a pas été acceptée
dans l’échantillon des personnes à analyser. Cet exemple démontre l’énorme
difficulté que l’on a à nommer un handicap et à le délimiter. C’est pourquoi il est
difficile également de délimiter un sujet d’étude ainsi qu’un public cible pour le
tourisme pour handicapés.
Le tourisme pour handicapés mentaux
semble avoir peu de valeur
économique. Pourtant, les familles concernées par le handicap nécessitent plus
que quiconque de moments de répits8.
De surcroit, le BITS9 précise que la
demande ainsi que l’offre en matière de tourisme pour personnes handicapées est
en forte croissance. Non seulement les personnes handicapées sont demandeuses
mais de plus en plus de structures sont mise en place pour accueillir correctement
les personnes handicapées. C’est évidemment un enjeu intéressant pour l’industrie
5
Julie Soens, AFRAHM, 17/02/2010.
http://www.who.int/whr/2001/chapter2/fr/index4.html
7
RAY N.M., RYDER M.E., “ “Ebilities” tourism: an exploratory discussion of the travel needs and
motivations of the mobility disabled”, Tourism Management 24, 2003, p 63.
8
AWIPH, « Le répit », Recherche pour la commission subrégionale de Namur, Service Etudes, Statistiques et
méthodes, Juillet 2007
9
http://www.bits-int.org/fr/index.php?menu=2&submenu=6
6
Caroline Bodson
Page 8
du tourisme puisque d’après le BITS, le tourisme pour handicapés peut aussi
générer l’activité économique, et cela pour cinq raisons : Tout d’abord, étant
donné le nombre de personnes qui souffrent d’un handicap, l’on peut déduire qu’il
y a un potentiel élevé de clients. De plus, ces personnes handicapées voyagent
rarement seules, elle apportent donc d’autres clients à l’industrie du tourisme. De
plus, le marché touristique s’est ouvert, maintenant les personnes âgées elles aussi
partent en vacances. Enfin, il ne faut pas oublier que les personnes âgées et
handicapées, pour la plupart, ne travaillent pas, elles peuvent donc partir en basse
saison et déjouer le problème de saisonnalité du tourisme. Finalement, c’est une
clientèle qui réserve souvent longtemps à l’avance, ce qui représente une certitude
pour l’industrie.
Selon l’étude: « Profiting from opportunities, a new market for
tourism »10, les handicapés représentent un potentiel de 293 millions de nuitées
supplémentaires en Europe. Naturellement ces chiffres concernent tous les
handicaps, mais peut être un argument de motivation d’adaptation auprès des
personnes à qui cela profite, c’est-à-dire, les acteurs touristiques.
10
TOUCHE R., « Profiting from Opportunities- A new Market for tourism Research », Touche-Ross,
London, 1993 d’après COUPEZ, S., « Tourisme et handicap en Wallonie », Rôle des associations de
personnes handicapées, IGEAT, ULB, p32.
Caroline Bodson
Page 9
Méthodologie
Dans ce point, je présenterai la méthodologie que j’ai utilisée pour les cinq
premiers chapitres, la méthodologie du dernier chapitre sera présentée au début de
celui-ci.
J’ai commencé mes recherches sur le catalogue cible de l’ULB. Les
ouvrages que j’y ai trouvés et qui m’ont intéressée étaient principalement des
mémoires sur le tourisme social et le tourisme pour handicapés11, et des livres
généraux sur le handicap mental12. Ensuite j’ai consulté les périodiques
électroniques où j’ai trouvé des articles sur le tourisme pour handicapés13. Même
si je pouvais y trouver quelques informations, ces articles ciblaient fortement leur
contenu sur les handicapés moteurs. A ce moment, j’ai stagné dans mes
recherches car il me fallait d’autres sources d’information pour pouvoir dresser le
contexte de mon sujet.
Je me suis alors dirigée vers les Asbl et autre organismes14. Tous m’ont
renvoyée les uns vers les autres mais la plupart concernaient elles-aussi les
personnes à mobilité réduite. Mais le site internet du BITS15 a commencé à
éclairer mon paysage de recherche, ça a été également le cas pour l’Awiph16 . En
effet, j’ai envoyé un courrier électronique auquel on m’a répondu par une liste de
centres de documentation17 dont celui de l’Afrahm. Je m’y suis rendue et y ai
trouvé un ouvrage sur la conception des espaces accessibles.18 Les autres adresses
ne m’ont menée nulle part. Ces centres de documentation n’avaient pas de
documents sur mon sujet.
11
BOUET SOPHIE « Où en sommes-nous en matière de tourisme social ? Evolution et avenir en Belgique»,
IGEAT, ULB, 2007; COUPEZ, S., « Tourisme et handicap en Wallonie, Rôle des associations de personne
handicapées », 2008.
12
HAMONET C., « Les personnes handicapées », Que sais-je ?, PUF, 1990 ; ZRIBI G., « Dictionnaire du
handicap », éditions école nationale de la santé publique, 2007.
13
SHAW G., COLES T., « Disability, holiday making and the tourism industry in the UK: a preliminary
survey”, Tourism Management 25, 2004, p397-403; RAY N.M., RYDER M.E., ““Ebilities” tourism: an
exploratory discussion of the travel needs and motivations of the mobility disabled”, Tourism Management
24, 2003, p 57-72; HUNTER C., SHAW J., “The ecological footprint as a key indicator of sustainable
tourism”, Tourism Management, Vol. 28, Feb. 2007, p46-59
14
http://www.accessibletourism.org/?i=enat.fr ; www.cawab.be; http://www.anlh.be ;
http://www.access4wheelies.be; http://www.stomie.be/association/passe-muraille-handicapes.htm
15
http://www.bits-int.org/fr/index.php?menu=1
16
Agence wallonne pour l’’intégration des personnes handicapées
17
Le centre de documentation de la ligue aux Infirmes Moteurs cérébraux de la communauté française de
Belgique, Le centre de documentation de l’Afrahm, Le centre de documentationde l’Apem, Le centre de
documentation du CIO, le centre de documentationde la maison de l’AP3, Le centre de documentation du
CEFESULB, et le centre d’études Cedores, ASBL Parthages, et le centre de documentation de ANLH.
18
GOUTTE C., Nadia Sahmi, J-M Lauby, Christopher Longé , « Concevoir des espaces accessibles à tous :
transports, voiries, habitations, erp, iop, lieux de travail», accessibilité handicapés, CSTB 2008 .
Caroline Bodson
Page 10
Ensuite j’ai cherché d’autres ouvrages sur ce sujet et j’ai trouvé des
dossiers téléchargeables sur internet19. Par après, je me suis rendue à la
bibliothèque de droit de l’ULB où j’ai trouvé des articles de loi qui relatifs à mon
sujet.20
En ce qui concerne les statistiques, l’Afrahm explique sur son site qu’il n’y
a pas de statistiques pour la Belgique. Le site www.statbel.fgov.be donne accès à
des statistiques sur les hébergements mais pour la Belgique entière sans
différencier les types d’hébergements. Eurostat propose d’autres statistiques qui
ne nous seront pas utiles non plus. Nous utiliserons donc les chiffres repris par
l’Observatoire du Tourisme Wallon qui sont ciblés sur le territoire qui nous
concerne même si, nous le verrons plus loin, certaines données manquent malgré
tout.
19
AWIPH, « Le répit », Recherche pour la commission subrégionale de Namur, Service Etudes, Statistiques
et méthodes, Juillet 2007 ; CAMBHO, « Abécédaire d’accessibilité pour les architectes, urbanistes, maîtres
d’ouvrages et gestionnaires inventaire des besoins matériels et matériaux à privilégier, mise en œuvre»,
Cabinet du ministre des affaires sociales et de la santé de la région wallonne ; UNAPEI « Le guide pratique
de l’accessibilité: Pour vous accompagner dans vos démarches en matière d’accessibilité en faveur des
personnes en situation de handicap mental », 2010. AWIPH, « Les entreprises de travail adapté en région
wallonne », 2009 ; AWIPH, « L’accompagnement, l’accueil, et l’hébergement : Mode d’emploi à l’attention
des personnes handicapées et de leur familles », 2006 ; AWIPH, « La minorité prolongée à l’épreuve de la
pratique quotidienne », 2005. AWIPH, « Etude qualitative sur les besoins rencontrés par les personnes
cérébrolésées et leur familles », 2009.
20
Voir bibliographie
Caroline Bodson
Page 11
Chapitre1 : Définitions des sujets
I.
Le handicap mental : Définition de l’AFRAHM
L’Afrahm est l’Association Francophone d’Aide aux Handicapés
Mentaux. L’Afrahm est une fraction de l’ANAHM21 constituée de parents de
personnes handicapées mentales, de personnes handicapées mentales ellesmêmes, ou encore de professionnels. Leur but est de contribuer à l’amélioration
de leur condition et de leur qualité de vie. L’Afrahm est composée de onze
sections locales en Wallonie et de quatre sections spécifiques autour de quatre
syndromes.22
« Tout d’abord, différentes appellations plus ou moins synonymes sont
aujourd’hui utilisées : handicap mental, déficience mentale, déficience
intellectuelle, retard mental. L’objectif est d’éviter les connotations péjoratives
relatives à des formulations anciennes ou une confusion avec d’autres concepts,
comme la maladie mentale. Malgré tout, quelle que soit l’utilisation de l’un de ces
termes, si la stigmatisation et la discrimination des personnes vivant un handicap
subsistent, ces changements de terminologie ne serviront à rien ! Toute nouvelle
appellation sera un jour rattrapée par une valeur péjorative. Pour preuve, les
insultes que sont devenus les mots «mongole», «arriéré», «idiot», «imbécile» et
«débile» qui désignaient dans le passé des catégories de retard mental. En se
basant sur les informations qui prévalent au niveau international, à savoir celles
de l’American Association on Mental Retardation (AAMR) et de l’Organisation
Mondiale de la Santé (OMS), trois axes sont nécessaires pour définir la déficience
intellectuelle chez une personne :
- un niveau de fonctionnement cognitif global significativement inférieur à la
moyenne,
- une réduction des capacités d’adaptation aux exigences quotidiennes de
l’environnement social,
- la manifestation de ces difficultés pendant la période de développement, donc
21
22
Association nationale d’aide aux handicapés mentaux
http://www.afrahm.be
Caroline Bodson
Page 12
avant 18 ans.
Pour parler de déficience intellectuelle, il faut que la personne présente ces 3 critères.
Exprimé d'une manière plus générale, le retard mental fait référence à une atteinte au
développement et aux capacités d’apprentissage qui se manifestent très diversement. Le
développement se fait plus lentement que pour les autres personnes et les phases de
développement sont moins prévisibles. Il ne s’agit ni d’une maladie mentale, ni d’une
maladie contagieuse.
Le handicap va dépendre non seulement des capacités de l’individu, de ses possibilités
d’agir sur ses conditions de vie, mais aussi des valeurs de la communauté, des obstacles
physiques et sociaux. Les facteurs facilitant la participation sociale ne sont pas les
mêmes partout et influencent la perception du handicap mental. Ainsi, il n’est pas
possible de définir le handicap mental de façon figée et définitive. »23
En ce qui concerne l’évolution de la malade, elle n’est pas curable, c’est
pourquoi il est important de leur procurer un apprentissage et une éducation qui
leur permet d’appréhender le monde à leur manière.
D’après l’AFRAHM, aucune donnée administrative ne permet de faire des
statistiques et de recenser toutes les personnes déficientes intellectuellement. En
outre, comme précisé dans la méthodologie, j’ai cherché moi-même des
statistiques et je n’ai rien trouvé à ce sujet. Enfin Christian Huyttebroeck du
Forealclub24 nous confirme ce fait. Pourtant, l’AFRAHM évalue le taux entre 2%
à 3% des personnes qui nous entourent.25
Il y a donc plusieurs expressions de la déficience mentale. Premièrement la
personne handicapée mentale peut avoir des capacités amoindries. Elle sera plus
lente à la compréhension, éprouvera des difficultés à contrôler son affectivité et
aura des problèmes pour se repérer dans l’espace. Ensuite, il y a les personnes qui
ont un déficit de mémoire, ce qui rend le handicap déjà bien plus difficile à gérer
au quotidien et de manière autonome. Enfin, il y a les handicapés mentaux qui ont
23
http://www.afrahm.be/?action=onderdeel&onderdeel=55&titel=La+d%C3%A9ficience+intellectuelle
http://www.florealclub.be/BEFR/vacances/default_vacances.aspx
25
http://www.afrahm.be/?action=onderdeel&onderdeel=58&titel=Statistiques
24
Caroline Bodson
Page 13
des problèmes d’adaptation et d’apprentissage, ceux-ci ont besoin d’aide ou
doivent jouir d’une forme plus spécialisée d’éducation. 26
Plus simplement, ceci signifie que le handicap mental commence chez les
personnes ayant une intelligence normale mais ayant des difficultés de
compréhension, comme l’orientation chez les personnes âgées, allant jusqu’aux
handicaps profonds.
II.
Les personnes à mobilité réduite
Il est intéressant de découvrir à la lecture du site internet de GAMAH ce que
l’on entend par personnes à mobilité réduite. En effet, voici les différentes
catégories de personnes reconnues dans cette abréviation : « Les personnes en
chaise, personnes marchant difficilement, personnes aveugles ou malvoyantes,
personnes sourdes ou malentendantes, personnes avec difficulté de
compréhension »27. Ceci entre quelque peu en contradiction avec nombre
d’association et d’ASBL, qui entendent les personnes à mobilité réduite au sens
stricte du terme. Pour faciliter la compréhension du discours, nous considérerons
dans ce travail que les personnes à mobilité réduite sont les personnes ayant un
handicap moteur.
III.
Le tourisme pour handicapés mentaux
Le tourisme pour handicapés mentaux est un tourisme de niche, appartenant
au tourisme social. La difficulté à définir ce dernier vient certainement des
conceptions très variables du tourisme social et rend, de ce fait, l’élaboration de
définitions de ses sous-secteurs également difficiles. Nous pouvons malgré tout
dire que le tourisme pour handicapés mentaux, comme fraction du tourisme
social, vise à donner l’accès au tourisme aux personnes handicapées mentalement
et à leurs proches en tant que minorité. Le tourisme pour handicapés mentaux
26
« Le guide pratique de l’accessibilité: Pour vous accompagner dans vos démarches en matière
d’accessibilité en faveur des personnes en situation de handicap mental », UNAPEI, 2010, p12.
27
http://www.gamah.be/missions/08-02-05-depliant-presentation-gamah.pdf
Caroline Bodson
Page 14
permet donc aux handicapés mentaux de jouir des infrastructures touristiques au
même titre que les autres touristes.
Selon Julie Soens, collaboratrice à l’éducation permanente, il est
important de développer l’accès au tourisme et aux loisirs pour handicapés
mentaux : « C’est très important car cela sert à beaucoup de monde : il y a les
handicapés physiques, mais on oublie souvent les autres handicaps pour lesquels
l’accessibilité à la culture et à l’information avec les outils « facile à lire » sont
très utiles. Et c’est utile à beaucoup de personnes, les personnes âgées, les
personnes qui ne parlent pas notre langue, les personnes qui n’ont pas été à
l’école, les enfants, les personnes qui ne lisent pas bien, les sourds qui n’ont pas
nécessairement un vocabulaire élaboré,… c’est donc aussi bien pour les
handicapés mentaux que pour les autres ».
Conclusion
Nous l’avons compris, le handicap mental est une maladie différente de
toutes les autres. Elle n’est pas curable ni contagieuse. C’est une maladie mentale
qui est difficile à évaluer et donc difficile à appréhender. Pourtant, comme le dit
la collaboratrice à l’éducation permanente Julie Soens, il est important que les
handicapés mentaux jouissent des loisirs dont tout le monde peut jouir. Afin de
leur permettre d’avoir accès à la culture au même titre que les autres, il faut rendre
les choses accessibles. Etant donné la complexité du handicap mental, l’on
pourrait estimer cette démarche irréalisable en justifiant qu’il y a pratiquement
autant de handicaps que d’handicapés mentaux. Pourtant Julie Soens nous
explique qu’il y a quelques éléments de base comme l’outil « facile à lire » qui
peuvent être mis en œuvre, et qui seraient utiles à un bon nombre de visiteurs, audelà du handicap mental.
Caroline Bodson
Page 15
Chapitre II : Aspects juridiques
La sécurité sociale pour les personnes handicapées est une compétence
fédérale. Les matières d’urbanisme, d’aménagement du territoire, du tourisme et
du logement sont des compétences régionales, et la politique des handicapés est
une matière communautaire.28 Nous aborderons ici les aspects juridiques
contraignants en Belgique, en Europe et dans le monde, liés au tourisme pour
handicapés mentaux en Wallonie.
I.
Belgique
1) Le Code Civil Belge : La loi du 29 juin 1973
Le code civil belge énonce les principes de la loi du 29 juin 1973. Ceux-ci
sont les suivants : « Le mineur dont il est établi qu’en raison de son arriération
mentale grave, il est et paraît devoir rester incapable de gouverner sa personne
et d’administrer ses bien, peut être placé sous le statut de minorité prolongée …
Celui qui se trouve sous statut de minorité prolongée est, quant à sa personne et
quant à ses biens, assimilé à un mineur de moins de quinze ans. »
C’est à partir de cette loi que nous comprenons que nous ne pouvons parler
d’autonomie pour les handicapés mais plutôt d’indépendance. 29
2) CWATUP
Le CWATUP est le code wallon de l’aménagement du territoire, de
l’urbanisme et du patrimoine. Dans ses articles 414 et 415, celui-ci se soucie
manifestement uniquement des personnes à mobilité réduite, ayant donc un
handicap moteur. L’ambiguïté du terme, comme nous en avons parlé plus haut
n’est pas sujette à confusion ici. En effet, l’article 414 décrit de manière détaillée
les lieux concernés, et l’article 415 reprend très clairement les normes requises
d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Toutefois, à la lecture de ces
paragraphes, l’on y trouve certaines normes requises également pour les
28
COUPEZ, S., « Tourisme et handicap en Wallonie, Rôle des associations de personne handicapées »,
2008.
29
Hamonet, C., « Les personnes handicapées », Que sais-je ?, PUF, 1990.
Caroline Bodson
Page 16
personnes mentalement déficientes. Nous prendrons ici le temps de détailler les
quelques articles qui peuvent potentiellement concerner les handicapés mentaux.
Art.415/5
« 1° les systèmes d’appel et de commande sont perceptibles par toutes les
personnes handicapées, à l’aide de dispositifs lumineux et vocaux, si nécessaire. »30
Il s’agit ici d’une facilité d’accès à l’information. En effet, nous le verrons
plus loin, c’est un aspect de l’aménagement à ne pas négliger pour les personnes
handicapées mentales. De plus, le fait de favoriser plusieurs sens pour faire
comprendre un même message est aussi une propriété requise dans le cadre de
l’accessibilité.
« 6° L’ascenseur ou l’élévateur n’est pas verrouillé, sans préjudice de
l’application des règles de sécurité. »31
« 10° un signal auditif et lumineux indique le passage d’un étage. »32
Il semble que la sécurité soit le premier point à régulariser en matière de
tourisme pour handicapés mentaux. Ici encore, et nous le verrons plus loin,
l’autonomie ne peut se faire si la sécurité des lieux utilisés à cet effet n’est pas
assurée. Aussi, il ne doit pas y avoir d’ambigüité dans l’utilisation des appareils
électroniques ou automates, ni de difficulté d’accès à ceux-ci.
Art. 415/7
« Les bâtiments cités à l’article 414 disposant d’un système d’information
interne par haut-parleurs, doivent pouvoir rendre visuels les messages diffusés.
De plus leur système sonore d’alerte doit être doublé d’une signal lumineux »33
Ici encore, le souci est de faciliter l’accès à l’information quelque soit le
handicap, mais également de dédoubler les sources d’informations pour un même
message.
30
Code wallon d’aménagement du territoire de l’urbanisme et du patrimoine, art.414 et art.415, version du 22
septembre 2009.
31
Idem.
32
Idem.
33
Idem.
Caroline Bodson
Page 17
L’article suivant est aussi important dans le cadre de l’autonomisation et
de la sécurité de la personne aux difficultés de compréhension.
Art. 415/9
« 7° Si un clavier numérique est utilisé, les chiffres « 1 à 9 » y sont
disposés en carré, alignés de gauche à droite ; le chiffre « 5 », central, est pourvu
d’un repère en relief ; la touche « zéro » sous celle du « 8 ». »34
3) Loi belge du 19 juillet 2007
« Loi du 19 juillet 2007 : protocole relatif au concept d’aménagements
raisonnables en Belgique en vertu de la loi du 25février 2003 tendant à lutter
contre la discrimination et modifiant la loi du 15 février 1993 créant un centre
pour l’égalité des chances et de lutte contre le racisme. (Mon. 20 septembre
2007) »35
II.
Organisation des Nations Unies
1) Déclaration des droits du déficient mental adoptée le 20
Décembre 1971 par l’assemblé générale de l’ONU
Cette Déclaration réaffirme sa foi en les droits de l’Homme et des Libertés
Fondamentales et rappelle les principes de la Déclaration Universelle des droits de
l’Homme. Elle souligne également que la Déclaration sur le progrès et le
développement du tourisme social a déclaré important de protéger les droits des
handicapés physiques et mentaux et de les réadapter. Elle proclame la Déclaration
des droits du déficient mental et demande qu’une action soit entreprise sur le plan
34
35
Idem.
Voir détail des articles en annexe n° 2
Caroline Bodson
Page 18
national et international afin que cette déclaration constitue la base et une
référence commune pour la protection de ces droits selon sept articles.36
2) Convention
relative
aux
droits
des
personnes
handicapées
Cette convention a été rédigée par l’ONU et adoptée le 13 décembre 2006.
Cette convention rappelle les droits de l’homme, dont bénéficient naturellement
les personnes handicapées, mais elle rappelle également le respect des personnes
handicapées et à celui des valeurs sociales.37 Les principes généraux de cette
Convention sont les suivants :
-
Respect de la dignité intrinsèque, de l’autonomie individuelle, y compris
la liberté de faire ses propres choix, et de l’indépendance des personnes ;
-
La non-discrimination ;
-
La participation et l’intégration pleines et effectives à la société ;
-
Le respect de la différence et l’acceptation des personnes handicapées
comme faisant partie de la diversité humaine et de l’humanité ;
-
L’égalité des chances ;
-
L’accessibilité ;
-
L’égalité entre les hommes et les femmes ;
-
Le respect du développement des capacités de l’enfant handicapé et le
respect du droit des enfants handicapés à préserver leur identité »38
Il est à noter que l’adoption de cette convention internationale a eu lieu le 13
décembre 2006 et que la parution dans le Moniteur belge a eu lieu le 22 juillet
2009. Cela signifie que presque trois ans se sont écoulés entre l’adoption de la
convention et l’application de celle-ci au sein de l’état belge.
36
http://dcalin.fr/internat/droits_déficient_mental.html
http://www.handicap-international.fr/kit-pedagogique/pages/module3fr.html
38
Convention relative aux droits des personnes handicapées, art.3: principes généraux.
37
Caroline Bodson
Page 19
Conclusion
Le handicap prend une toute autre dimension quand les facultés mentales
sont altérées. La personne handicapée sera privée alors d’autonomie, ce qui n’est
pas le cas des handicapés moteurs. De plus les différents aspects du tourisme pour
handicapés étant éparpillés entre les différentes entités de l’Etat, cela rend la
coordination difficile.
Des lois commencent à se mettre en place pour les
handicapés en général, et pour les handicapés moteurs en particulier. Mais en ce
qui concerne les handicapés mentaux dans le tourisme, c’est encore dans le flou.
Afin d’avoir une idée plus concrète des infrastructures nécessaires au
tourisme pour handicapés mentaux, le chapitre suivant énoncera en détail ce qui
doit être une priorité dans l’accueil de ces personnes ayant des difficultés de
compréhension.
Caroline Bodson
Page 20
Chapitre III : Les labels
Qu’est ce qu’un label ? Existe-t-il un label en Belgique qui permette de
contrôler et de mesurer l’accessibilité des lieux publics? Nous tenterons de
répondre à ces questions à travers ce chapitre en prenant exemple sur un label
français spécialisé en tourisme pour handicapés.
I.
Qu’est-ce qu’un label?
« Un label est une marque apposée par certains syndicats professionnels
sur un produit destiné à la vente. »39
N’importe quel professionnel du tourisme peut demander à être labellisé
afin de faire reconnaître que son produit est bien conforme aux critères repris dans
le cahier de charges du label. D’après Infolabel.be40, le guide des labels pour une
consommation responsable, un label est fiable si ses critères sont plus exigeants
que la législation en vigueur. En effet, l’on peut espérer que le label pousse
éventuellement au vote de nouvelles lois à postériori.
1) Le classement « Soleils »41en Wallonie
Le commissariat général du tourisme a mis sur pieds en 2008 un label de
qualité pour les hôtels et restaurants : le classement « soleils ». Ce label a été créé
afin de garantir la compétitivité de la Wallonie dans le secteur touristique au
niveau durable. Son fonctionnement est simple, il s’agit d’une échelle de soleils
allant de un à cinq en fonction de l’engagement pour la durabilité du lieu, et selon
une adhésion à certains critères d’un cahier de charges établi. Plus récemment, en
201042 , on a étendu cette charte aux attractions touristique.
39
“Le petit Larousse illustré”, Larousse, 1995.
http://www.infolabel.be/informatie
41
http://www.actu24.be/article/detail.aspx?articleid=175243
42
http://parlement.wallonie.be/content/default.php?m=04&p=04-03-02&id_doc=24230
40
Caroline Bodson
Page 21
2) Tourisme et Handicap en France
Le label « tourisme et handicap » est un label français créé à l’initiative de
l’association elle-même et cela en partenariat avec le ministère français de la
culture et de la communication, le Secrétariat d'Etat chargé du commerce, de
l'artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme et des services, et
l’ANCV43. Cette association se charge de labelliser des structures touristiques
telles que des hébergements, des lieux de restauration, des sites culturels et des
lieux de loisirs qui cherchent à être conformes à l’accueil des quatre types de
handicaps : le handicap visuel, le handicap mental, le handicap moteur et le
handicap auditif. Pour obtenir ce label, il faut répondre aux obligations présentées
dans le cahier de charges imposé par celui-ci. Ce label est un label simple et
complet, de nombreux sites en France y sont répertoriés et est un incontournable.
Ce qui le rend particulièrement pratique, est le fait que chaque handicap possède
une icône le représentant. Ainsi les lieux d’accueil peuvent répondre à un, deux,
trois ou quatre critères. A côté de chaque structure touristique proposée, il y a le
nombre d’icône auquel correspond l’accessibilité. Naturellement cela n’entre pas
dans les détails de chaque handicap mais il répond à certains critères de base
d’accessibilité. 44
43
Agence Nationale pour les Chèques-Vacances, France.
Caroline Bodson
Page 22
3) Un outil: L’Indice Passe-Partout en Wallonie
Le Groupe d'Action pour une Meilleure Accessibilité aux personnes
Handicapées est une Asbl créée en 1980. A la base, son but était d’obtenir des
places de parking spécifiques aux handicapés. Depuis, cette association s’est
développée et s’est également diversifiée au point d’avoir créée en 2001, en
collaboration avec le bureau d’études Plain-Pied, l’Indice Passe-Partout, dans le
cadre d’une convention avec le ministre wallon des Affaire sociales et de la Santé,
Thierry Detienne.
Cette ASBL se décrit comme se souciant des personnes à mobilité réduite
et comme ayant quatre grandes fonctions : Conseiller, former, évaluer et
interpeller. Il s’agit de conseiller les personnes qui travaillent dans la construction
du bâtiment et dans la conception de ceux-ci. La formation s’articule autour des
acteurs du bâtiment, ceux de la voirie et des transports. L’évaluation se charge
d’apprécier l’accessibilité des structures déjà existantes et enfin l’interpellation
cherche à attirer l’attention des politiques et des constructeurs afin de les
sensibiliser aux besoins des personnes à mobilité réduite. Il n’existe pas d’IPP
pour des évènements éphémères car cela prend beaucoup de temps, et un
évènement créé pour une courte durée ne permet pas de faire ce type d’analyse.
C’est dans le cadre de l’évaluation qu’a été créé l’indice passe-partout qui
est en réalité un moteur de recherche permettant de trouver un établissement et
d’en déterminer les niveaux d’accessibilité. Parmi les six handicaps cités plus haut
dont se préoccupe l’IPP, nous ne nous soucions que d’un seul : les personnes
ayant des difficultés de compréhension.
Les personnes souffrant de difficultés de compréhension sont (PDC) : les
personnes ayant des déficiences intellectuelles, les personnes ne maîtrisant pas la
Caroline Bodson
Page 23
langue locale, les personnes peu scolarisées et les personnes âgées facilement
désorientées. Si ces différentes catégories de personnes ne sont pas
nécessairement déficientes intellectuellement, selon l’Indice Passe Partout, elles
entrent dans les mêmes critères de nécessité. Ceci facilite l’empathie en nous
imaginant dans un pays que l’on ne connait pas, dont on ne connait ni la langue, ni
la culture.
Selon l’IPP, l’analyse d’un bâtiment permet de déterminer son niveau
d’accessibilité. Le niveau d’accessibilité est évalué selon une progression logique
en neuf étapes (on obtient le dernier niveau d’accessibilité que l’on a acquis,
c’est-à-dire que la dernière fonction acquise détermine le niveau d’accessibilité et
non la première fonction non acquise).
L’IPP agit comme un label de qualité. Grâce à celui-ci, l’on peut savoir
quelle partie d’un bâtiment est accessible et à qui, ou quel bâtiment est accessible
à qui, ces niveaux d’accessibilité sont plus complets que la chaise roulante
habituelle.
Marie- Ange Vandecandenare, conseillère en accessibilité chez Gamah,
explique que Gamah est une Asbl qui se soucie avant tout de l’accessibilité des
espaces publics. L’ASBL porte également ses intérêts sur les cheminements et
enfin sur les transports. Elle n’est pas spécialisée en tourisme mais ce sont souvent
des entreprises touristiques qui demandent à être évaluées par l’ASBL, surtout
depuis la mise en place du classement « Soleils ». Contrairement à ce que dit
l’OPT sur son site internet, Gamah n’est pas un label. Il n’y a pas de label
régional, ni de label belge sur l’accessibilité. L’association préfère se présenter
comme un outil. Naturellement Gamah espère un jour devenir un label national et
éventuellement européen, ce qui serait vraiment un aboutissement. Elle a donc
créé un collectif avec d’autres associations du secteur du handicap, répertoriant
des critères d’accessibilité pour minimum 30% de chaque handicap. Un cahier de
charges a été créé et voté par la région wallonne. Mais ceci n’est qu’une première
étape. La région wallonne a reconnu ce cahier de charges mais ce n’est qu’une
première lecture du gouvernement. Pour l’instant la clé et les pictogrammes
restent donc des outils.
Caroline Bodson
Page 24
L’obtention d’un indice IPP se fait en cinq étapes : l’arpentage, l’analyse,
la validation, la publication et le suivi. Après les deux premières étapes, l’IPP
rédige un dossier qu’il envoie au propriétaire ou au gestionnaire du bâtiment.
Celui-ci a trente jours pour émettre un avis. L’obtention définitive se fait lorsque
l’IPP envoie le rapport final et l’autocollant. Il y a ensuite un suivi.
4) Les limites de l’IPP
Ce qui pose problème dans ce système de moteur de recherche est
l’inaccessibilité du moteur de recherche lui-même. L’on essaie de tendre vers une
indépendance de la personne en difficulté, or, il n’est pas facile de comprendre le
fonctionnement de ce moteur de recherche et il fait appel à des pré-requis qui ne
sont pas accessibles à tous, pas même dans une tranche de population ne souffrant
pas de déficience, toute catégories socioculturelles confondues.
45
Cela rend donc
ce matériel difficile d’utilisation pour les personnes ayant des difficultés de
compréhension. De plus, comme nous l’avons vu, Gamah ne se soucie que des
infrastructures architecturales dans les lieux publics, et non des sites en général,
un parc public ne jouira pas de ce label alors que le label français lui, est utilisable
partout. De plus, nous somme bien loin du label « Tourisme et Handicap » qui est
spécialisé en tourisme. C’est un élément important car il y a des spécificités au
tourisme, comme certains aspects sécuritaires que nous avons vu précédemment,
et qui ne peuvent être négligés.
L’avantage de Gamah sur « Tourisme et
Handicap » est qu’elle permet d’apprécier l’accessibilité selon différents niveaux
partant de un à neuf, ce qui n’est pas le cas de « Tourisme et Handicap » qui ne
fournit qu’un pictogramme. Il est vrai que le fait de niveler l’accessibilité est
important lorsque l’analyse concerne les bâtiments, mais en tourisme, on peut
exiger dans un cahier de charges que certains critères soient remplis, et donner ou
refuser le label en fonction du respect des critères. Il n’est pas nécessaire de tout
détailler pour le secteur touristique. Enfin, les deux couvrent plusieurs handicaps,
Gamah en couvre six et tourisme et handicap en couvre quatre. Ils permettent
45
=, >,<,…
Caroline Bodson
Page 25
tous deux de combiner les handicaps pour les personnes polyhandicapées. Par
exemple :
On ne peut pas reconnaître le bâtiment
0
On peut reconnaître le bâtiment
1
On peut repérer l’entrée et les lieux d’ouverture
2
On peut entrer dans le bâtiment
3
On peut reconnaître les différents services
4
On trouve des informations pour s’orienter
5
Ces informations sont claires
6
On peut recevoir des informations précises oralement
7
8
On peut trouver des informations de type « facile à lire »
9
On peut trouver quelqu’un pour aider
Le tableau des différents niveaux d’accessibilité de l’IPP
Conclusion
Nous ne sommes donc pas encore dotés d’un label touristique pour
handicapés en Belgique tel que c’est le cas en France. Toutefois, depuis peu, nous
avons un label mesurant la qualité des attractions touristiques en termes de
durabilité. De plus, nous avons en Wallonie un outil très précis mesurant
l’accessibilité des lieux publics. Cet outil espère s’étendre au tourisme dans un
avenir proche et projette de devenir un label national, voire européen.
Avec les moyens que nous avons rassemblés dans les chapitres précédents,
nous allons pouvoir tenter de réaliser un recensement des lieux touristiques
accessibles aux handicapés mentaux en Wallonie. Nous ferons une comparaison
entre ce qui est proposé par les maisons de tourisme de la Wallonie qui ont un
rôle d’information et de promotion et ce qui est réellement accessible selon l’Asbl
Gamah qui a un rôle plus social.
Caroline Bodson
Page 26
Chapitre IV : Les acteurs concernés par le tourisme pour
handicapés mentaux.
L’inventaire des acteurs concernés
par le tourisme pour handicapés
mentaux en Wallonie nous permettra de mieux comprendre qui est impliqué dans
le tourisme pour handicapés mentaux en Wallonie, dans quelle mesure et à quelle
échelle. La lecture de ce chapitre servira également à une meilleure
compréhension des chapitres suivants.
I.
Maisons du tourisme46
Dans le cadre de ce travail, les maisons du tourisme ont un rôle de médiation
et de promotion. Elles sont des centres d’accueil et d’information qui couvrent
tout un pays touristique. Un pays touristique doit comprendre au minimum deux
communes.
Les fonctions d’une maison du tourisme sont donc avant tout
l’accueil et l’information du touriste sur un site en particulier ou sur la région
wallonne en général.
Dans le cadre du tourisme pour handicapés mentaux, les maisons de tourisme
devraient également avoir un rôle d’information. Cependant nous le verrons dans
le dernier chapitre, les maisons du tourisme connaissent très peu le tourisme pour
handicapés et ont donc du mal à renseigner le touriste dans cette matière. La
maison du tourisme aura tendance à diriger les touristes handicapés mentaux vers
des Asbl plutôt que vers des structures touristiques adaptées.
II.
Offices de tourisme et syndicats d’initiatives 47
Les offices de tourisme et syndicats d’initiatives ont le même rôle que les
maisons de tourisme, la médiation et la promotion. Un office du tourisme est le
service d'une administration communale ou une
46
ASBL
créée à l'initiative de la
VAN DE CASTEELE, « Cours d’organisation du secteur touristique », IGEAT, CERIA, 2008.
Idem.
47
Caroline Bodson
Page 27
commune afin d’en développer l’économie touristique par l’information et la
promotion de celle-ci. L’office couvre donc une seule commune.
Les syndicats d’initiatives, eux sont des ASBL non créée par la commune,
mais plutôt à l’initiative de commerçants qui veulent promouvoir et développer un
tourisme qui fait partie de la commune, ou qui est à cheval sur plusieurs
communes ou sur plusieurs thématiques.
Comme les maisons du tourisme, les syndicats d’initiatives doivent être à
même de connaître suffisamment leur territoire que pour fournir des informations
complètes sur les infrastructures touristiques adaptées aux handicapés mentaux.
Caroline Bodson
Page 28
III.
L’Horeca
L’expression « Horeca » reprend les hôtels, restaurants et cafés. Au niveau
de la politique de l’Horeca sur l’accessibilité des lieux, J-P Boegen nous
explique que depuis plus de quatre ans, tous les nouveaux établissements
doivent être accessibles aux personnes non-valides. La fédération s’assure que
ceci soit respecté. Par contre, en ce qui concerne l’accessibilité aux personnes
handicapées mentales, le secrétaire de la fédération nous explique que « c’est
une démarche qui se fait au coup par coup, c’est le patron qui doit être
conciliant, il doit informer ses employés, c’est lui qui décidera du climat qu’il
désire avoir dans son établissement »48. J-P Boegen nous explique également
que l’accessibilité dépend du patron de l’établissement mais également de la
clientèle : « il faut savoir que certains clients ne souhaitent pas se retrouver
dans la même pièce que des handicapés mentaux, parce que cela les dérange,
ils sont mal à l’aise, et ils s’en plaignent au patron de l’établissement»49.
IV.
Les gîtes
Les gîtes qui assurent une partie de l’hébergement en Belgique, ont
également un rôle à jouer dans l’accessibilité. J-M Orban de Xivry,
responsable développement de la fédération des gîtes de Wallonie confirme
l’engagement des gîtes par rapport au handicap mental : « Dès la création des
hébergements touristiques, l'association a tenu compte de ces personnes en
incitant les propriétaires qui le pouvaient à créer des hébergements accessibles
aux "chaisards". En 2003, Année Européenne de la personne handicapée,
notre association a rentré auprès du Ministre compétent à l'époque, un projet
de labelisation de 30 hébergements accessibles aux personnes handicapées. Ce
projet a été réalisé, en collaboration avec Gamah et propose des hébergements
accessibles à divers niveaux, certains étant peu accessibles et d'autres
totalement.
48
49
Interview téléphonique J-P Boegen, 26 mai 2006, 15h.
Idem.
Caroline Bodson
Page 29
Gamah a indexé 32 hébergements à l'aide de son Indice Passe-Partout.
Cette politique se poursuit encore aujourd'hui dans la mesure où, si les pièces
de séjour ainsi qu'une chambre et une salle d'eau sont situées de plain pied au
rez-de-chaussée, nous invitons le propriétaire à les aménager en tenant compte
des normes d'accessibilité et en particulier pour la salle d'eau qui doit être
totalement accessible. Bon an, mal an nous avons 1 ou 2 gîtes qui s'ouvrent
ainsi, adapté à l'accueil des handicapés. Par ailleurs au niveau du handicap
mental. Je sais que certains hébergements, plus particulièrement de grande
capacité (de 10 à 20 personnes) adaptent leur prix et leur conditions pour
pouvoir accueillir des handicapés mentaux pour un séjour en été.
Généralement ces derniers sont très bien encadrés et leur accueil en gîte ne
pose pas de problème particulier. Mais il n'existe pas de structure adapté pour
ce type de handicap et très souvent les institutions qui gèrent ces handicapés
font appel au tourisme social plus qu'au tourisme rural parce qu'elles se
retrouvent avec des petites structures dans lesquelles elles doivent de plus
assurer les repas, ce qui n'est pas toujours le cas dans le tourisme social. »50
Nous le verrons plus loin51, pour 0 hôtels accessibles aux handicapés
mentaux en Wallonie, nous trouvons, 36 gîtes accessibles. C’est un nombre
important proportionnellement au nombre d’hébergements sociaux recensés
par l’observatoire du tourisme wallon qui s’élève à 64.
Parmi ceux-ci, un petit nombre est très accessible. Le Gîte du Fournil à
Ucimont, Energîte, le Gîte du Plateau de Trooz, Betula à Flostoy, le Gîte aux
Anes de Leglise et enfin le Gîte Amandine à Ambly. Pourtant voici ce qu’en
dit la directrice d’Energîte : « Handicap mental, pour moi, cela ne veut rien
dire parce que domaine trop vaste ... A chaque handicap il faut une situation
spéciale et adaptée. Nous n'avons pas d'handicapé moteur dans notre
entourage et ne pouvons pas nous baser sur notre expérience ou notre vécu.
50
Interview de ORBAN DE XIVRY, J-M., Responsable développement de la fédération des gîtes de
Wallonie, 6 aout 2010.
51
Voir annexe n°4
Caroline Bodson
Page 30
Nous avons créé un espace qui répond à certains besoins et nos hôtes ont
l'air satisfaits. Nous veillons à répondre le plus précisément possible aux
questions pratiques qui nous sont posées avant la réservation afin que la
famille que nous accueillons sache si les limites de notre hébergement lui
conviennent. Nous veillons à ne pas ajouter une souffrance supplémentaire en
vendant un séjour "à tout prix". Pourquoi ? Parce que nous avons eu la
possibilité matérielle de créer un espace accessible dans 1 de nos 3
appartements de vacances. Nous n'avons pas visé ce public en particulier.
Nous n'avons pas de but militant dans ce domaine. » 52
V.
Commissariat général du tourisme
Il n’existe pas de cellule spécifique au tourisme pour handicapés au CGT.
Frédérique Denis, assistant au CGT, explique que lorsque l’on fait des travaux
dans un cadre touristique et que l’on y prévoit un accès pour personnes à
mobilité réduite, que ce soit un lieu d’accueil, des toilettes ou autre, les frais
sont intégrés dans les subventions pour les travaux. Le CGT prend donc en
considération les aménagements pour les personnes à mobilité réduite en tant
que partie subsidiable, cependant cela doit faire partie d’aménagements autres.
Ce n’est donc pas réellement la démarche d’accessibilité qui est subsidiable.
Toutefois, cela reste très réduit car « dès qu’il y a vente, on ne peut plus
subsidier car cela doit être gratuit et accessible à tous »53. Cela signifie donc
que pour les restaurants et taverne ce n’est pas possible d’être subsidié.
52
53
Interview « Energîte », Nathaly Laitat-Pereaux, 22 juillet 2010, 14h
Denis Frédérique, assistant au commissariat général du tourisme, 2 aout 2010, 15h
Caroline Bodson
Page 31
VI.
L’agence wallonne pour l’intégration des personnes
handicapées
L’Awiph n’accorde pas de subsides mais il est intéressant dans le cadre de
ce travail de savoir quel sont les organismes qui interviennent financièrement
dans les démarches d’accessibilité et quels organismes n’interviennent pas.
Anne-Marie Degueldre, Conseillère Numéro vert précise « Non l' AWIPH
n'intervient jamais que pour des logements individuels en fonction du handicap
de la personne » . 54
VII. Groupe d’action pour une meilleure accessibilité aux
personnes handicapées.
Dans ce travail, nous considérerons Gamah comme un acteur étant donné
que même si cette ASBL ne subside pas les démarches d’accessibilité, elle
reste malgré tout un médiateur et une référence dans toute la Wallonie en
matière de handicap. Avec sa clé d’accessibilité, Gamah n’est certes pas un
label, mais peut être considéré comme un label en devenir. Gamah fait partie
du Cawab55 et espère ultérieurement « encourager les lieux publics accessibles
et donner une mauvaise note aux nouveaux bâtiments qui ne le sont pas »56 .
54
Anne-Marie Degueldre, Conseillère Numéro, AWIPH, 9 juillet 2010.
Collectif d’accessibilité Wallonie-Bruxelles
56
Propos de Julie soens
55
Caroline Bodson
Page 32
Conclusion
Par ce chapitre, l’on peut réaliser à quel point il est, pratiquement, difficile
pour un site touristique d’être accessible. Tout d’abord parce que comme nous
l’avons vu précédemment, les normes se préoccupent principalement des
personnes à mobilité réduite. Ensuite, parce qu’au niveau des subsides accordés, il
s’agit également, lorsqu’il y en a, de subsides accordés pour les personnes à
mobilité réduite. Les démarches d’accessibilité ne sont donc pas évidentes.
Toutefois, les acteurs du tourisme ne sont pas insensibles à la démarche
puisque plusieurs gîtes, restaurants et cafés demandent à faire évaluer leur
accessibilité par Gamah.
Dans le chapitre suivant, nous tenterons de comprendre en quoi, pourtant,
il est important d’être accessible. Je tenterai d’être la plus exhaustive possible en
proposant un descriptif des nécessités à l’accessibilité.
Caroline Bodson
Page 33
Chapitre IV : Etude des infrastructures nécessaires
Dans ce chapitre, nous tenterons de répondre à la question concernant la
nécessité d’infrastructures particulières et à l’existence de celles-ci. Selon Julie
Soens, collaboratrice à l’éducation permanente à l’Afrahm, l’accès au tourisme
pour les handicapés mentaux profite à tous, et ne doit pas être perçu comme une
utopie. « Tout le monde à droit au loisir, il n’y a pas de raison que les personnes
handicapées ne profitent pas des musées. Cela doit bénéficier à tout le monde,
c’est bien pour les gens qui vont dans un pays dans lequel on parle une autre
langue. Cela aide aussi les sourds qui n’ont pas un vocabulaire très élaboré,
beaucoup de musées demandent une présentation en « facile à lire », il faut
penser que cela peut concerner tout le monde, c’est un principe de
communication très basique qui fonctionne très bien et ce n’est pas du tout
utopique, c’est peu couteux, et très facile à réaliser ».57
Il est important de préciser également que certains handicapés mentaux
sont en demande de sites touristiques et culturels accessibles. « La personne qui
donne les formations avec moi est handicapé mental et aime s’informer tout seul.
Mais il se perd facilement, et il est en demande de sites touristiques adaptés, le
problème est que les personnes handicapées n’ont pas l’habitude d’aller vers les
sites touristiques car jusqu’il y a peu, les musées par exemple coutaient assez
chers, et les handicapés mentaux n’en tiraient aucun plaisir car ils n’avaient pas
compris grand-chose en sortant de là. »58
Selon la collaboratrice de l’Afrahm, les premières nécessités en matière de
tourisme pour handicapés mentaux sont peu couteuses et facile à réaliser. Elle en
compte trois : l’orientation- fléchage- repérage, l’adaptation du vocabulaire lors
de la visite et sur les panneaux, l’adaptation du comportement de la personne qui
accueille et qui guide.59
A l’aide de propos récoltés et de textes lus sur l’accessibilité dans les lieux
publics et le tourisme, nous prendrons le temps dans ce chapitre de faire
57
Julie Soens 15/07/2010, collaboratrice éducation permanente formation tourisme-handicap
Idem.
59
Idem.
58
Caroline Bodson
Page 34
l’inventaire de ce qu’une infrastructure adaptée aux handicapés mentaux signifie.
L’importance que nous allons accorder à ce chapitre et au détail de celui-ci
s’explique par le manque de sources dans la littérature sur ce sujet. En effet par les
quelques titres qui suivront, j’espère être la plus exhaustive possible en matière
d’aménagement et d’accessibilité pour handicapés mentaux dans le tourisme et
proposer une source d’informations complète en ce domaine.
I.
Bâtiments
1) L’accès au bâtiment60
Au niveau de l’orientation, les
handicapés
mentaux
souffrent
d’une
réduction des facultés de compréhension
et de décision, de lecture, d’écriture et de
situation dans l’espace.
L’adaptation est
donc difficile et l’affectivité est différente.
Être handicapé mental, c’est comme être dans un pays qui a une toute autre
culture, on ne comprend pas tous les codes. 61
Pourtant les personnes souffrant de déficience intellectuelle sont
susceptibles de se déplacer, voire de vivre seules. Ces personnes sont à la
recherche d’informations visuelles et sonores telles que des pictogrammes ou
enregistrement audio. 62
C’est pourquoi avant même d’arriver à la porte d’entrée, il faut favoriser
l’accès à celle-ci. Afin de favoriser l’accès au bâtiment, il faut que l’entrée soit
visible de loin. Prenons le cas de l’ULB, en sortant du bus, du tram, en arrivant à
pieds ou en arrivant en voiture, les deux entrées principales du campus du
Solbosch sont tout à fait visibles. C’est une infrastructure adéquate à ce niveau-là.
60
COMMISSION EUROPENNE, D.G. Entreprises et Industries, « Amélioration des informations sur le
tourisme accessible aux personnes handicapées », Luxembourg, 2004, p13.
61
GOUTTE C., Nadia Sahmi, J-M Lauby, Christopher Longé , « Concevoir des espaces accessibles à tous :
transports, voiries, habitations, erp, iop, lieux de travail», accessibilité handicapés, CSTB 2008, p17.
62
UNAPEI « Le guide pratique de l’accessibilité: Pour vous accompagner dans vos démarches en matière
d’accessibilité en faveur des personnes en situation de handicap mental », 2010, p12.
Caroline Bodson
Page 35
Prenons maintenant le cas du site de Kinépolis, où le métro est en retrait par
rapport à l’entrée de Brupark. L’entrée du site est mal indiquée, et elle n’est pas
mise en évidente, une personne aux capacités intellectuelles normales, elle-même
peut avoir du mal à s’y repérer. Le site ne répond donc pas aux conformités
d’accessibilité. L’organisation de la signalétique veut qu’un fléchage soit installé
jusqu’à l’entrée principale du site. Le mieux est de prévoir une signalisation à
partir du parking et des lieux d’arrivées. Pour faciliter le repérage par la personne
handicapée, il est conseillé d’apposer un logo à l’entrée. Dès l’entrée, il faut
installer un système de signalétique en désignant avant tout les premières
nécessités et les points stratégiques, telles que le point d’accueil, l’entrée, la sortie
ou les bornes d’appel…
L’Union Nationale des Associations de Parents d'Enfants Inadaptés nous
parle aussi des bandeaux directionnels de couleurs qui facilitent le repérage,
l’orientation et également du fléchage. Celui-ci est conseillé et si fléchage il y a,
il est important que celui-ci soit cohérent et suivi. Dans le cadre du cheminement,
les zones et espaces doivent être précisés et signalisés par un pictogramme, une
photo, ou un panneau. Il est indispensable d’indiquer les obstacles et zones de
dangers, que ceux-ci soient temporaires ou non.
Enfin comme précité, la
signalétique doit être homogène et uniforme sur le territoire, répétée et claire, et
l’utilisation des couleurs n’est pas à négliger.
L’accessibilité au bâtiment
concerne aussi
tout ce qui peut
encombrer l’accès. Ainsi, l’accès à
une porte d’entrée visible ne doit pas
être
entravé
quelconques
par
tels
des
obstacles
qu’une
porte
d’entrée non fonctionnelle avec une
petite porte d’accès à côté, comme
c’est parfois le cas dans les magasins,
ou dans les restaurants. De plus, il existe parfois des installations de systèmes de
contrôle d’accès, les tourniquets en sont un exemple, mais il y en a d’autres, les
portes tournantes pour éviter les courants d’air ne sont pas non plus favorables à
Caroline Bodson
Page 36
l’indépendance des personnes handicapées.
Il est préférable d’éviter ces
installations. Si toutefois c’est impossible, il faut que ces systèmes soient
extrêmement faciles d’utilisation, ou éventuellement penser à laisser un accès
simplifié à côté.63
Enfin,
l’entrée principale doit être visible et distinctive. C’est-à-dire
qu’un bâtiment muni de plusieurs portes identiques ne permet pas à la personne
mentalement déficiente de se repérer dans ce bâtiment. Il faut impérativement que
l’entrée du bâtiment soit distinctive des autres portes que ce soit par sa forme, par
sa taille, ou sa couleur. Une haie trop haute ou une rangée de sapins ne permettant
pas de voir l’entrée à distance ne convient pas non plus. De ce fait s’il s’agit
d’adapter une infrastructure préexistante pour un bâtiment de style constructiviste,
dont plusieurs portes sont identiques au rez-de-chaussée et pour lequel chaque
entrée de chaque étage est exactement la même, il faudra jouer avec les couleurs.
Peindre la porte d’entrée en rouge et laisser les autres portes de la couleur de la
construction, ou mettre un insigne visible et distinctif. Eventuellement, il est
intéressant de mettre un bouton d’appel à l’extérieur et que celui-ci soit mis en
évidence.64
2) La signalétique 65
La localisation de la signalétique impose des particularités à ne pas
omettre. La hauteur des panneaux doit être réfléchie, tout le monde doit pouvoir
les lire et certains handicapés mentaux sont aussi handicapés moteurs. Il faut aussi
pouvoir les repérer de loin.66 Ils ne doivent, par exemple pas être cachés par un
feuillage. La signalétique doit être installée de manière à prendre le temps de la
lire ne gênent pas le passage des autres personnes car cela entraverait l’accès au
bâtiment. Il est préférable qu’un message soit donné à la fois, et qu’il y ait une
hiérarchisation de l’information.
Cette signalétique doit être visible dans les
63
GOUTTE C., Nadia Sahmi, J-M Lauby, Christopher Longé , « Concevoir des espaces accessibles à tous :
transports, voiries, habitations, erp, iop, lieux de travail», accessibilité handicapés, CSTB 2008 .
64
UNAPEI « Le guide pratique de l’accessibilité: Pour vous accompagner dans vos démarches en matière
d’accessibilité en faveur des personnes en situation de handicap mental », 2010.
65
Idem.
66
CAMBHO, « Abécédaire d’accessibilité pour les architectes, urbanistes, maîtres d’ouvrages et
gestionnaires inventaire des besoins matériels et matériaux à privilégier, mise en œuvre», Cabinet du ministre
des affaires sociales et de la santé de la région wallonne.
Caroline Bodson
Page 37
endroits stratégiques c’est-à-dire les points de décision, l’accueil, les entrées, les
étages et les intersections. Le mieux est d’installer une signalétique dans les
endroits ou le visiteur est ralenti, afin qu’il ait le temps de regarder tranquillement
le panneau mais aussi parce que c’est le meilleur moyen d’attirer l’attention sur le
panneau. En effet, si le visiteur marche, il n’est peut-être pas à la recherche d’une
information et passera à côté de celle-ci.
Le format de la signalétique importe aussi. En effet, l’utilisation d’une
police standard et sans fioritures est fortement recommandée. Ce qui risque de
déconcentrer ou de perturber n’est pas nécessaire. Cela concerne également les
enfants. Les dessins inutiles peuvent altérer la concentration et détourner
l’attention de l’information. Il faut dont donc éviter tout les soulignements, mise
en gras et italiques et les polices graphiques. Il faut en outre utiliser un grand
corps de police : 14 pour lire de près et 20 pour lire de loin au minimum. Une
signalétique adéquate est une signalétique contrastée au niveau des couleurs,
simple en matière de police et de textes et dépourvue d’excentricité.
3) Le plan d’accès67
Avant tout, le plan d’accès doit être disponible avant d’être sur place. Le
téléchargement facile de celui-ci par internet est une idée à ne pas négliger.
Ensuite, sur place, le plan doit être présenté de manière claire et visible sans que
l’on ne doive le chercher.
La configuration d’un plan d’établissement ou d’un site ne peut être
négligée. Les plans doivent être facile à la compréhension, simples d’utilisation et
épurés. La légende doit être claire et présentée par ordre alphabétique. Comme
souvent, il est recommandé d’utiliser les pictogrammes et les couleurs qui sont
d’une grande aide à la compréhension. La personne handicapée doit pouvoir
utiliser un plan sans avoir recours à l’aide d’une tierce personne. C’est pourquoi
les échelles doivent être respectées afin que la personne handicapée puisse
apprécier les distances. Le plan doit être éclairé et éviter les ombres. Il doit y avoir
67
GOUTTE C., Nadia Sahmi, J-M Lauby, Christopher Longé , « Concevoir des espaces accessibles à tous :
transports, voiries, habitations, erp, iop, lieux de travail», accessibilité handicapés, CSTB 2008 .
Caroline Bodson
Page 38
un plan sur les documents de présentation de l’établissement, cela permet de se
préparer.
Afin que la personne puisse s’orienter adéquatement, « Vous êtes ici »
sur le plan n’est pas à négliger, c’est un détail qui prendra tout son sens pour la
personne mentalement déficiente et qui lui sera d’une grande aide pour se repérer
lorsqu’elle lira le plan. Ici encore, les couleurs et textures sont intéressantes afin
de faciliter l’identification des différents espaces.
Il est préférable que les
couleurs et pictogrammes utilisés sur le plan, le soient aussi en réalité.
La
répétition des codes, la régularité et l’homogénéité de ceux –ci sont des repères
dans l’espace68. Enfin, l’on peut éventuellement intégrer sur le plan, des points
lumineux afin de mieux visualiser un itinéraire.
En ce qui concerne les itinéraires, ceux-ci doivent aussi être disponibles
avant d’être sur place afin d’être appréhendés. Les dangers doivent être bien
indiqués et des photos du site sont les bienvenues. 69
4) L’intérieur du bâtiment70
La personne présentant des difficultés intellectuelles ne se repère pas dans
l’espace de la même manière que nous le faisons. Alors que nous lisons les
informations, cette personne se fiera plus à sa sensation dans l’espace, aux
couleurs et aux formes, aux bruits, à la lumière, qu’elle rencontre. Elle crée des
associations d’idées très simples dans son cerveau. « Le plus grand ennemi de la
matière demeure l’uniformité des lieux »71, il faut donc différencier les espaces.
En matière de signalétique, le pictogramme ou la photo sont les seuls à être
compris dans leur sens réel. Cependant, l’image ou le pictogramme doit être bien
choisi pour éviter toute ambigüité. Il est bon d’utiliser des pictogrammes déjà
68
AWIPH, « Etude qualitative sur les besoisn rencontrés par les personnes cérébroléseés et leurs familles »,
2009.
69
TOURISME ET HANDICAP, « Les critères incontournables à la labellisation », France, 2005.
70
UNAPEI « Le guide pratique de l’accessibilité: Pour vous accompagner dans vos démarches en matière
d’accessibilité en faveur des personnes en situation de handicap mental », 2010.
71
Cyril Goutte, Nadia Sahmi, J-M Lauby, Christopher Longé , « Concevoir des espaces accessibles à tous :
transports, voiries, habitations, erp, iop, lieux de travail», accessibilité handicapés, CSTB 2008,p 25.
Caroline Bodson
Page 39
connus ou utilisés dans un autre contexte tel que les panneaux routiers : « c’est
rouge, on ne peut pas passer, c’est vert on peut passer ».
Au niveau de la circulation, l’on évitera les tourniquets et favorisera
d’autres systèmes de contrôle des entrées ou sorties. Il est aussi important de
savoir que les personnes souffrant de handicap mental craignent d’utiliser des
escaliers mal éclairés ou d’utiliser les ascenseurs, les escaliers de secours ne
peuvent donc pas être négligés.
Il faudra à chaque étage favoriser une couleur différente des autres et ne
pas laisser au hasard les escaliers de secours qui sont souvent utilisés. Le but de
favoriser une couleur par étage est que la personne handicapée associe de manière
systématique un étage à une couleur. Ainsi, à l’entrée, un panneau d’affichage
reprendra un plan de l’immeuble avec chaque étage écrit dans la couleur qui le
représente. Des aires de repos doivent être prévues à l’intérieur comme à
l’extérieur.
5) La sortie72
Le fait de repérer la sortie rassure une personne mentalement déficiente.73 Il
faut que celle-ci soit visible et indiquée par des pictogrammes ou autre moyen
visuel, sonore ou tactile. Il va de soi qu’il ne faut pas y installer d’obstacle sur le
trajet d’accès à la sortie.74 La sortie, comme l’entrée, doit être indiquée sur les
plans et être visible de loin, ou si ce n’est pas le cas, être facile d’accès et indiquée
72
COMMISSION EUROPENNE, D.G. Entreprises et Industries, « Amélioration des informations sur le
tourisme accessible aux personnes handicapées », Luxembourg, 200, p21.
73
GOUTTE C., SAHMI N.,, LAUBY J-M., LONGE C. , « Concevoir des espaces accessibles à tous :
transports, voiries, habitations, erp, iop, lieux de travail», accessibilité handicapés, CSTB 2008 .
74
UNAPEI « Le guide pratique de l’accessibilité: Pour vous accompagner dans vos démarches en matière
d’accessibilité en faveur des personnes en situation de handicap mental », 2010.
Caroline Bodson
Page 40
sans que l’on ne doive chercher l’information. Pour des raisons de sécurité la
sortie ne doit pas être parsemée d’embûches. Si urgence il y a, il faut redoubler
d’efforts pour que cette urgence ne paralyse pas la personne en difficulté.
6) Précisions générales de sécurité75
Les points de lumière ne doivent pas dégager de chaleur dans un souci de
sécurité. En effet, il ne faut pas que le contact avec ces appareils lumineux soit
possible afin d’éviter tout accident, que ce soit une brulure ou un incendie. Les
personnes handicapées mentales n’ont pas toujours la notion du danger comme
nous l’avons, elles peuvent être plus facilement déconcentrées et ne pas se soucier
de ce genre de détail de sécurité si elles ont l’attention détournée.
De plus, si un lieu touristique est équipé d’une piscine, il est important pour
les mêmes raisons que celles précitées que celle-ci soit entourée d’une barrière ou
d’une clôture.
Dans les salles de bains et les cuisines, il faut que les robinets d’eau ne soient
sujets à aucune confusion quant aux températures afin d’éviter les brûlures
également. Les robinets dont l’un désigne la température et l’autre, l’intensité de
l’eau sont donc à exclure.
7) Le restaurant7677
Hormis les nombreuses caractéristiques précisées ci-dessus comprenant
donc, les appareils lumineux non chauffant, une utilisation claire des robinets
d’eau, et de nombreux affichages explicatifs des directions à prendre pour les
points les plus importants du lieu : toilettes, accueil, buffet,… Il y a un aspect tout
à fait propre au restaurant qui doit être réfléchi : les mets proposés. La manière
dont les plats sont proposés sur les présentoirs ainsi que sur les menus a beaucoup
75
TOURISME ET HANDICAP, « Les critères incontournables à la labellisation », France, 2005.
COMMISSION EUROPENNE, D.G. Entreprises et Industries, « Amélioration des informations sur le
tourisme accessible aux personnes handicapées », Luxembourg, 200, p21.
77
UNAPEI « Le guide pratique de l’accessibilité: Pour vous accompagner dans vos démarches en matière
d’accessibilité en faveur des personnes en situation de handicap mental », 2010.
76
Caroline Bodson
Page 41
d’importance. L’on peut y ajouter éventuellement une photo : les informations
données doivent être le plus imagées possible et il est préférable d’éviter toute
ambiguïté dans la formulation. De plus, la présentation a toute son importance, il
doit y avoir de la couleur, et dans le cadre d’un buffet, il faut que l’agencement
des plats soit logique: les entrées, les plats principaux, les desserts, et à l’intérieur
de ces catégories, il faut à nouveau penser à un agencement qui convienne (les
viandes ensemble, ou une viande, un légume, un féculent,…). Naturellement cet
aspect est moins important que les autres et relève plus d’un petit luxe
supplémentaire qui conviendrait également dans un cadre tout à fait standard de
vacances.
II.
Les relations interpersonnelles 78
Etant donné que les personnes déficientes intellectuellement ont un pouvoir
de décision amoindri et que celles-ci ne sont pas toujours accompagnées, il faut
les amener à participer aux activités développées sur le site par le biais de la
stimulation de l’attention visuelle, auditive et tactile. Cela favorise la propension à
la participation ainsi que la compréhension des messages que l’on désire
véhiculer.
En ce qui concerne la formation et la sensibilisation du personnel, il est
préférable que le personnel chargé du contact avec les personnes handicapées
mentales soit formé à cet effet. Il est important que ce personnel s’engage
volontairement afin de s’assurer de l’implication personnelle de celui-ci ainsi que
de sa motivation. En effet, ce genre d’activité ne peut être pratiquée sans un réel
dont de soi. Il est intéressant et conseillé d’intégrer à la formation des personnes
handicapées mentales elles-mêmes en tant que formateurs, cela permet d’avoir
une approche plus concrète du sujet. Le reste du personnel n’étant pas directement
en contact avec les personnes handicapées, doit tout de même être sensibilisé un
minimum au handicap mental. Le handicap mental étant très complexe, l’on ne
peut laisser au hasard une rencontre éventuelle. Aussi, le personnel doit connaître
78
GOUTTE C., SAHMI N.,, LAUBY J-M., LONGE C. , « Concevoir des espaces accessibles à tous :
transports, voiries, habitations, erp, iop, lieux de travail», accessibilité handicapés, CSTB 2008, P25
Caroline Bodson
Page 42
le besoin d’équilibre, de cohérence et de stabilité des handicapés.79 Enfin, le
personnel doit être repérable facilement : badges, pin’s, pictogramme devant
d’accueil, et cela en essayant de garder les mêmes couleurs et les mêmes signes
sur tout le site.
80
Le personnel, toute hiérarchie confondue, doit mettre un point d’honneur
à ce que soient respectés plusieurs aspects de la communication. Le premier
contact est important dans toute relation interpersonnelle. Il faut donc qu’il soit
soigné, c’est pourquoi un accueil respectueux de la personne handicapée est
indispensable. Le ton de la voix est important, une voix calme, apaisante et
dépourvues de signes de stress est préférable. Les regards de pitié sont difficiles à
supporter, c’est donc une attitude à éviter. Il est aussi très important de s’adresser
à la personne handicapée elle-même et non à la personne qui l’accompagne. Si
l’on désire qu’une personne handicapée soit autonome, il faut avant tout la
considérer comme une personne à part entière, ce qu’elle est. Comme dans tout
aspect de la communication en général, il faut adopter les comportements
adéquats en fonction de la situation et des personnes face à qui l’on se trouve. Il
est important de prendre le temps nécessaire à la bonne compréhension des
informations que l’on fournit. Un langage adapté et un discours clair sont de
rigueur. Si c’est nécessaire, avoir recours à l’image, à la gestuelle ou à la
reformulation peut être utile pour imager une idée.
Il est préférable d’accompagner les personnes handicapées mentales dans
leurs démarches dans la mesure du possible. Les personnes handicapées ont une
personnalité comme tout le monde. C’est pourquoi, dans l’exercice d’un emploi, il
ne faut pas omettre de prendre les évènements et les personnes au cas par cas, et
donc de répondre à leurs besoins particuliers. Si une personne handicapée est en
mesure de réaliser une tâche elle-même, il ne faut pas la réaliser à sa place, il faut
la laisser faire et l’encourager, cela fait partie de tout processus d’apprentissage.
79
AWIPH, « Etude qualitative sur les besoins rencontrés par les personnes cérébrolésées et leur familles »,
2009.
80
UNAPEI « Le guide pratique de l’accessibilité: Pour vous accompagner dans vos démarches en matière
d’accessibilité en faveur des personnes en situation de handicap mental », 2010.
Caroline Bodson
Page 43
Le personnel doit être formé à être capable de répondre et renseigner une
personne handicapée mentale par téléphone. En effet, comme nous l’avons
précité, le premier contact, qu’il soit de visu ou par téléphone est très important.
Toute forme de nervosité, d’impatience et d’agacement est naturellement à
exclure.
Le personnel doit être formé à pouvoir réagir dans le cas ou la personne
handicapée est perdue, en sachant comment rassurer et poser des questions.
Comme le dit le guide d’ « Amélioration des informations sur le tourisme
accessible aux personnes handicapées », beaucoup d’obstacles à un tourisme
accessible peuvent être facilement évités, et cela à moindre coût. La
sensibilisation du personnel au handicap est un premier pas vers l’adaptation afin
de proposer un service à tous types de clients et également pour permettre à ce
personnel d’identifier les problèmes et de proposer des solutions.
III.
L’information
1) L’information écrite
L’accès à l’information passe par tous
les moyens de transmission de l’information. Il
y a donc le discours, les documents écrits, et les
documents électroniques.
L’implication des
personnes
mentales
handicapées
à
la
conception de l’information ainsi que le fait de
leur faire tester le contenu des messages afin
d’en déterminer l’efficacité, est tout à fait bénéfique dans l’organisation préalable.
Le choix des mots, à l’écrit comme à l’oral, doit valoriser les mots simples
et courts, familiers et concrets.
Aussi, faut-il favoriser les phrases courtes,
explicites et claires, constituées de mots simples et à la forme active afin de
pouvoir anticiper la suite du message. De plus il vaut éviter toute tournure de
phrase susceptible d’engendrer des malentendus telle que les doubles négations.
La mise en page sera plus adéquate si le fond ne comporte pas d’images,
celles-ci représentant une distraction inutiles et risqua$nt d’induire en erreur le
Caroline Bodson
Page 44
lecteur. Il faut favoriser le meilleur contraste entre la police et le fond, et choisir
une police usuelle. La taille de la police doit s’élever à 14 et l’espace de
l’interligne doit être au moins égal à la hauteur des caractères de la police.
L’alignement doit être à gauche, de cette manière, la personne handicapées
décèlera aisément les différentes idées du texte, ce qui est moins le cas dans le cas
de l’alignement central. Les mots ne peuvent pas être entrecoupés sur deux lignes.
Les informations doivent être regroupées par thème pour faciliter le rangement
des idées « dans des cases ». Il faut éviter les énumérations et favoriser les puces.
Enfin, les pages doivent être numérotées et les documents et paragraphes doivent
être titrés.
Afin de s’assurer que la communication se passe bien, il ne faut pas hésiter
à multiplier les moyens d’accès à l’information en donnant des illustrations
concrètes écrites et /ou imagées ou en répétant les informations importantes ou
encore en donnant accès à l’information écrite et sonore en même temps par le
biais de médias interactifs.
Les images ont beaucoup de qualités recherchées dans le cadre de la
diffusion de l’information en général et donc aussi aux handicapés mentaux.
Utilisées à bon escient, elles deviennent incontournables.
2) Les automates
Les automates sont, par définitions, les appareils automatiques, nous
entendons dans ce cadre les billetteries, les bornes d’appels, les bornes
d’informations, les interphones,…
L’organisation, le menu, l’interface d’utilisation doivent être réfléchis au
préalable dans la conception de cet outil. L’automate doit être identifiable et
visible de loin, si ce n’est pas le cas, il doit être indiqué par un pictogramme.
L’automate est une forme de panneau d’affichage, et la plupart des propriétés que
l’un doit avoir, l’autre doit l’avoir aussi. Ainsi donc, l’accès doit être facile,
comme nous l’avons déjà dit, il faut éviter les feuillages devant l’appareil et
l’interface doit répondre à certains critères auxquels doit répondre l’information
écrite. Egalement, l’intervention de personnes handicapées mentales dans la
Caroline Bodson
Page 45
conception de l’outil ainsi que l’exercice de tests
utilisateurs sont vivement
recommandés.
L’interface doit utiliser un langage clair. Il faut qu’une action de
l’utilisateur entraine immédiatement une réaction de la part de l’automate. Cette
confirmation peut être visuelle ou sonore, voire les deux. L’appareil ne doit pas
être trop complexe, il comporte peu de fonctionnalités. Le chemin d’accès à une
fonctionnalité ne doit pas être trop long ou demander trop de manipulations
différentes. L’on comptera au maximum trois manipulations distinctes.
L’aide supplémentaire doit être prévue dans la configuration de l’appareil.
Avant tout, une aide humaine doit être à même de pouvoir intervenir en cas de
besoin (la personne située à proximité ou la personne de l’accueil). Toutefois, le
personnel n’est pas exempté d’intervention à l’initiative personnelle quand
l’usager utilise l’automate. L’appareil doit prévenir l’usager en cas de
dysfonctionnement. Les fonctions de l’automate doivent être compréhensibles et
les commandes simples d’utilisation. Enfin, le plus important est de s’assurer de
fournir une synthèse vocale pour les non-lecteurs.
3) Les sites internet
En ce qui concerne les sites internet, il y a cinq étapes. L’organisation
préalable dont nous avons parlé pour les automates, la mise en page, le contenu, le
recours adapté au multimédia, et les moyens d’aider l’utilisateur.
Pendant la phase de conception, il faut travailler avec des personnes
handicapées afin de déceler leurs besoins réels. Par la suite, on peut envisager des
tests utilisateurs.
Ensuite, pour réaliser la mise en page, il est préférable d’utiliser une mise en
page standard sans fioritures. Ici encore, le corps de la police ne doit pas être
inférieur à 14 points et les liens doivent être clairs et concis. Il faut également
qu’il y ait une charte graphique qui couvre tout le site afin que chaque page ait la
même structure que les autres et que la personne puisse agir méthodiquement. Les
contrastes doivent être favorisés mais il ne faut pas utiliser de couleurs dans les
textes. Les textes doivent être alignés à gauche comme pour les textes écrits
manuellement. L’espacement entre les mots doit être constant et il faut respecter
Caroline Bodson
Page 46
les règles de l’informatique, c'est-à-dire qu’un lien vers un autre site doit être
souligné et écrit en bleu afin que les notions déjà connues et acquises soient
utilisées et respectées. Il faut utiliser des codes couleurs et éviter les colonnes.
Afin d’avoir un contenu accessible à tous, le langage doit être simplifié, les pages
doivent être courtes et une information doit, comme pour tous les automates, être
accessible en deux ou trois clics maximum. Les informations sont regroupées par
thématique et chaque thématique doit être visiblement distincte des autres. Les
listes doivent être concises. Un page web ne peut contenir plus de huit liens par
page. Il est intéressant d’avoir la possibilité d’ajuster le contenu en fonction du
niveau de l’usager.
Le
recours
au
multimédia
peut,
comme
nous
l’avons
précisé
précédemment, être utile, mais il faut que celui-ci soit adapté. Il faut donc que les
illustrations soient en cohérence avec le texte et que les liens soient faciles à faire.
Les textes et images doivent être fixes car les fenêtres intempestives et les images
qui clignotent empêchent non seulement l’accès à l’information qui importe, mais
distrait également le lecteur. Les zones textuelles et les images doivent être titrées.
L’on doit pouvoir imprimer les images dans une taille normale sans devoir faire
de modification. Enfin, l’interactivité doit être possible, c’est-à-dire que l’usager
doit pouvoir faire des choix.
4) Les spécificités du tourisme
Hormis les aspects sécuritaires pour lesquels il faut redoubler d’attention
pour les lieux touristiques, le guide d’ « Amélioration des informations sur le
tourisme accessible aux personnes handicapées » conseille que les acteurs de
l’industrie
touristique
fournissent
un
certain
nombre
d’informations.
Premièrement, il faut procurer des informations concernant la manière de se
rendre sur place, incluant les transports menant sur le site touristique ainsi que
les transports présents sur le site touristiques, les distances et les horaires.
Deuxièmement, des informations sur l’environnement local doivent être
disponibles. Par environnement, le guide entend les informations générales sur les
trottoirs, carrefours, climats et qualité de l’air. Ensuite, le touriste handicapé doit
avoir accès à la liste des établissements ayant rempli les fiches d’information sur
Caroline Bodson
Page 47
l’accessibilité. Enfin, une assistance pendant le séjour doit être prévue, et les
renseignements nécessaires doivent être préalablement disponibles. 81
Si toutefois, le fait de modifier des infrastructures touristiques
préexistantes se montre trop onéreux, l’on peut fournir les informations à l’accès à
l’attention des touristes sous forme de fiches d’informations. 82 Il y a cinq étapes à
respecter pour fournir l’information nécessaire :
-
Remplir la fiche d’information sur l’accessibilité
-
Remettre la fiche d’information sur l’accessibilité remplie aux offices du
tourisme
-
Fournir des photos des principales caractéristiques
-
Obtenir une vérification indépendante des informations sur l’accessibilité
-
Participer à un système d’accessibilité national
Ces fiches sont très intéressantes car elles permettent aux visiteurs de
déterminer si un lieu est accessible ou non en fonction des besoins de tout un
chacun. Cela permet donc à certains lieux d’être accessibles pour certaines
personnes et moins pour d’autres. Et pour les lieux moins accessibles, il s’agit
malgré tout d’une démarche de tourisme durable, de permettre aux visiteurs
d’évaluer eux-mêmes le site touristique en fonction de ces fiches.
IV.
Les démarches d’accessibilité pour les handicapés
mentaux dans un cadre touristique en Wallonie.
En Wallonie, l’Afrahm propose des formations aux personnels des lieux
touristiques. Ces formations tourisme-handicap sont réalisées en collaboration
avec l’ASBL Passe-Muraille et le Forem. Il s’agit de formations d’accueil et de
propositions d’outils pour le site. L’Afrahm et Passe-Muraille font un audit de
tout ce qui manque et vérifient si l’accessibilité est bien réalisée.83 Ils proposent
plusieurs modules dans leur formation : le premier concerne la sensibilisation à
81
COMMISSION EUROPENNE, DG Entreprises et Industries, « Accessibilité des informations sur le
tourisme accessible aux personnes handicapées, Luxembourg, 2004, p29.
82
COMMISSION EUROPENNE, D.G. Entreprises et Industries, « Amélioration des informations sur le
tourisme accessible aux personnes handicapées », Luxembourg, 2004, p10
83
Julie Soens 15/07/2010, collaboratrice éducation permanente formation tourisme-handicap à l’Afrahm
Caroline Bodson
Page 48
l’accueil, le deuxième est un module à l’animation et le troisième se charge de la
communication et de la création d’offre. « Les sites sont demandeurs de savoir
comment faire connaître leur accessibilité, les gens se renseignent un peu comme
ça, en contactant le site et en demandant s’ils sont accessibles ou non, le
problème c’est qu’il n’y a pas de Vademecum des lieux accessibles, tout est un
peu éclaté ».84
Selon la collaboratrice à l’éducation permanente à l’Afrahm, il y a depuis
deux ans, il y a une réelle demande de la part des sites touristiques pour faire et
faire encore des formations, mais un problème se pose malgré tout: C’est le
responsable qui envoie les employés et ceux-ci n’ont pas toujours la motivation
de suivre ces formations.
Julie Soens confirme que l’accessibilité du tourisme aux handicapés
mentaux est réalisable, et profitable à beaucoup de personnes. « Il suffit que les
gens soient de bonne volonté, il faut trois fois rien. Le mieux serait d’aller avec un
groupe d’handicapés mentaux pour voir si le site est adapté, pour pouvoir bien
auditer »85
Mais une question persiste pourtant : l’accessibilité des lieux touristiques à
tous est-elle réalisable ? « En ce qui concerne les handicapés mentaux, le
summum de l’accessibilité, je ne sais pas si on l’atteindra. Au point des musées
par exemple, c’est assez difficile car ceux-ci sont très élitistes d’un point de vue
intellectuel. Ca bouge pas mal, faut que ca se passe et il faut que les directions
suivent les initiatives des guides et animateurs et vice versa. »86
84
Julie Soens 15/07/2010, collaboratrice éducation permanente formation tourisme-handicap
Idem.
86
Idem.
85
Caroline Bodson
Page 49
Conclusion
Comme nous avons pu le constater, seulement quelques ouvrages
abordent les infrastructures nécessaires aux handicapés mentaux. Pourtant, nous
avons également pu remarqué que les personnes handicapées mentalement ont
effectivement besoin de ces infrastructures, et qu’il existe réellement des
infrastructures adaptées. Les premières nécessités sont réalisables et peu couteuses
et elles peuvent profiter à une grande fraction de la population.
La base de l’information est donc la même que celle souhaitable dans un
cadre communicationnel standard. Il faut ensuite être plus attentif aux détails, à la
répétition et surtout à la clarification des moyens et à celle du message. Il est
important de garder en tête dans la conception d’un site ou d’un bâtiment public
que l’information doit être à la portée de tous, de plus, elle doit être accessible
facilement. Il est d’autant plus important de favoriser cet aspect dans le cadre
d’une infrastructure accessible à tous, notamment par la possibilité de consulter
des fiches informatives, si les travaux pour rendre un site accessibles sont trop
onéreux. Nous retiendrons comme phrase importante à la communication comme
à l’adaptation la suivante : Une bonne information n’est pas une information
que la personne doit chercher mais une information qui va à la personne.
Dans le domaine du tourisme, il y a d’autres aspects à ne pas négliger. La
sécurité est très importante, principalement, car on sort du cadre habituel et le
contexte peut être différent.
Puisque le contexte n’est pas le même que celui du quotidien, il faut mettre
un point d’honneur à ce que les informations fournies au préalable soient correctes
et complètes.
Enfin, le point spécifique au tourisme concerne le personnel rencontré
depuis les premières étapes de la démarche touristique jusqu’à la dernière. Celuici doit être d’une qualité irréprochable et doit pouvoir fournir une information de
qualité.
Julie Soens déplore le fait qu’il n’y ait pas de vadémécum de tout ce qui
existe dans le tourisme pour les handicapés mentaux. C’est ce que nous tenterons
de faire dans le chapitre suivant pour le territoire wallon, à travers l’étude de
l’offre.
Caroline Bodson
Page 50
Chapitre VI : Etude de l’offre, une comparaison entre les
maisons du tourisme et le terrain.
Le but de cette partie est de proposer une liste exhaustive des lieux
touristiques étant accessibles aux personnes handicapées. Il ne faut pas oublier,
que comme précité, l’objectif n’est pas de créer des ghettos ou des communautés
spécifiquement accessibles pour les handicapés. En effet Prager87 dit que le
meilleur moyen d’intégrer les personnes handicapées dans un marché est de les
incorporer dans la publicité de ce marché.
De plus, il ajoute que les gens ne sont effectivement pas habitués à voir
des handicapés dans une publicité. Il faut donc rendre le handicap visible. Et c’est
ici le but recherché : éviter la marginalisation des handicapés mentaux dans des
centres spécialisés et fermés, et leur donner accès à tous les lieux publics. Comme
précisé plus haut également, ne négligeons pas les démarches déjà engagées et la
bonne volonté, car parfois cela ne suffit pas à l’élaboration d’une structure
adaptée à tous. En effet, une question importante qui dépasse les limites de ce
mémoire est de savoir si l’accessibilité totale est vraiment possible.
Nous verrons également que certains canaux d’analyse portent à croire que
le tourisme est démuni de site touristiques et d’infrastructures d’accueil
accessibles, alors qu’en réalité les initiatives individuelles des acteurs touristiques
ou des acteurs commerciaux qui ont un rôle dans le tourisme, comme les cafés et
tavernes, sont bien présentes dans le tourisme wallon.
I.
Méthodologie
1) Les maisons de tourisme
Afin de faire une étude du sujet, nous utiliserons la découpe touristique des
maisons du tourisme. Certaines d’entre elles m’ont redirigée vers des fédérations
de tourisme ou des syndicats d’initiative. La première étape de cette étude s’est
faite par l’envoi de courriers électroniques88 dans lesquels je me présentais
87
AY N.M., RYDER M.E., “Ebilities” tourism: an exploratory discussion of the travel needs and motivations
of the mobility disabled”, Tourism Management 24, 2003, p 58.
88
Voir copie du courier en annexe n°3
Caroline Bodson
Page 51
comme étant à la recherche d’informations sur des hébergements et activités
touristiques à titre personnel. J’ai choisi ce chemin car le but étant de vendre la
ville, j’ai supposé que le moyen le plus évident d’avoir une réponse était de se
présenter comme un client potentiel. Les deux demandes étaient les suivantes :
- La possibilité de loger pour un groupe de personnes handicapées ou pour un
séjour individuel avec un accompagnateur
- Des lieux permettant des activités sportives, culturelle ou de détente pour un
groupe ou individuel et accompagnateur 89
Comme on peut le voir, c’était donc une demande assez large, permettant à
la personne qui me répondrait, de me proposer un panel d’activités ou
d’hébergements, et cela sans restriction, que ce soit au niveau de la capacité, ou
au niveau des exigences propres au handicap.
La deuxième étape a été d’analyser chaque site internet, selon les données
reçues par les maisons de tourisme et selon les critères choisi dans ceux proposés
par l’indice passe-partout.
V.
L’Indice Passe-partout
J’ai utilisé l’indice passe-partout parce que, lors de mes contacts avec les
maisons de tourisme, j’ai réalisé que l’on me proposait très peu de choses qui
répondaient vraiment à ma demande. Je détaillerai les propositions plus loin.
Aussi, je voulais m’assurer de ne pas manquer d’informations. C’est
pourquoi j’ai fait le travail dans le sens opposé à mon idée de départ. Au lieu de
chercher les lieux accessibles par le biais des maisons de tourisme, j’ai préféré
partir des sites accessibles pour voir quelles informations je pouvais trouver à leur
sujet sur les sites internet et fascicules des maisons de tourisme. Le meilleur
moyen de trouver tous les sites accessibles était de les chercher avec le moteur de
recherche de l’IPP proposé par l’Asbl Gamah. J’ai donc sélectionné
douze
critères. Ces douze critères sont des espaces publics pouvant être utilisés à des fins
touristiques :
89
9 avril 2010
Caroline Bodson
Page 52
1. Les sites touristiques
2. Les restaurants
3. Les offices de tourisme
4. Les musées
5. Les moulins
6. Les hotels
7. Les gîtes
8. Les gares-informations-transports
9. Les bâtiments religieux
10. Les centres de remise en forme
11. Les banques
12. Les tavernes et cafés
Je les ai ensuite répertoriés par maison de tourisme90 et les ai classés par
provinces. J’ai enlevé les sites situés à Bruxelles et également, les sites accessibles
aux personnes ayant d’autres handicaps mais dont la cote pour les personnes à
difficulté de compréhension était de « 0 ». Sur 280 lieux publics, deux étaient
bruxellois et dix-huit ne concernaient pas les handicapés mentaux. Il en reste donc
désormais 260. Ensuite j’ai compté combien de lieux étaient accessibles, par
critère, par maison, et j’ai fait un total des sites accessibles par maison. De plus
j’ai compté le nombre de sites accessibles par catégorie. 91
II.
Etude quantitative
Sur quarante-deux maisons de tourisme, vingt92, ont répondu, ainsi que la
FTLB93. Quinze m’ont envoyé, par courrier postal, leurs fascicules et cinq ont
envoyé des informations par courrier électronique.
Ce qui s’est avéré intéressant, premièrement, est que non seulement, une
seule maison du tourisme sur les quarante-deux a utilisé l’indice passe-partout
dans la publicité de deux de ses lieux de visite, la maison du tourisme de Namur.
Deuxièmement, il a été très instructif de constater que la fédération du
90
Voir tableau en annexe n°4
http://www.ipp-online.org/recherche/recherche.php
92
Voir tableau en annexe n °4
93
Fédération touristique du Luxembourg Belge
91
Caroline Bodson
Page 53
tourisme luxembourgeois belge, nous renvoyait vers un outil qui n’est pas encore
public, et qui est donc inconnu. De surcroit, les maisons de tourisme de la
province du Luxembourg94 n’utilisent pas cet outil. Troisièmement, il est
interpellant de constater la différence frappante entre ce qui est proposé et ce qui
existe en réalité.
Voici les quatre maisons qui ressortent de ce recensement en termes
d’importance du nombre de lieux accessibles et de diversité de l’offre.
94
Voir tableau en annexe n°4
Caroline Bodson
Page 54
Tableau récapitulatif des lieux accessibles selon l’Indice Passe-Partout de
Gamah
Maisons
S
R
O
Mu M H
G
T
B
F A C
o
tal
de 3
14
2
14
6
2. Pays des 1
14
1
1
3
2
6
1
6
1
1
3
1
1
2
1. Pays
To
5
21
65
1
2
15
40
1
3
8
29
1
2
10
Liège
sources
3. Pays
de 2
Namur
4. Thermes
et
Coteaux
Total
S= sites touristiques ; R= restaurants ; O= offices de tourisme ; Mu= Musées ;
Mo= Moulins ; H= Hôtels ; G= Gîtes ; T= Gares-informations-transports ; B=
bâtiments religieux ; F= centres de remise en forme ; A= les agences bancaires ;
C= cafés et Tavernes.
Tableau du nombre de maisons ayant X nombres de sites accessibles
Caroline Bodson
Nombre de sites
Nombre de
accessibles
maisons
0
5
1
11
2
4
3
4
4
3
5
2
6
6
7
2
8
1
Page 55
10
1
29
1
40
1
65
1
TOTAL= 180
N= 42
La moyenne de lieux publics accessibles aux handicapés mentaux est donc
243/42= 5,895. Cependant, avec des valeurs extrêmes telles que 29, 40 et 65, que
nous expliquerons plus loin, cela fausse quelque peu l’analyse. C’est pourquoi,
afin d’avoir une idée plus réelle des données, nous ne compterons pas ces trois
maisons de tourisme et utiliserons la moyenne suivante : 109/39= 2,896.
Nous obtenons donc une moyenne de 2,8 sites accessibles aux handicapés
mentaux par maison de tourisme.
Nous constatons également qu’en ne comptant que trente-neuf maisons de
tourisme, vingt se trouvent en dessous de la moyenne avec onze maisons ne
comptant qu’un seul site, et dix-neuf se trouvent au dessus de la moyenne avec six
maisons comptant six sites.
Il ne faut pas oublier que dans ce calcul ne sont comptés que les lieux
répertoriés par l’Asbl Gamah, cela signifie donc que tous les lieux accessibles qui
existent ne sont certainement pas comptés. Cela s’explique par le fait que la
demande pour obtenir la clé d’accessibilité doit être faite à l’initiative du
restaurateur, de l’hôtelier, du responsable du musée,… Tous ces lieux ne sont
donc pas systématiquement soucieux de l’accès aux handicapés mentaux, d’autres
ne savent peut être pas que cette possibilité existe, d’autres encore pensent que
leur lieux n’est pas accessible et que le rendre accessible leur couterait trop cher…
Les données statistiques de l’Observatoire du Tourisme Wallon
seront également utilisées à des fins comparatives lors de cette analyse.97 On y
constate que, lorsque l’on compare nos données avec celles de l’Observatoire du
95
(5x0)+(11x1)+(4x2)+(3x4)+(5x2)+(6x6)+(7x2)+(8x1)+(10x1)+(29x1)+(40x1)+(65x1)/42= 5,7
(5x0)+(11x1)+(4x2)+(3x4)+(5x2)+(6x6)+(7x2)+(8x1)+(10x1/39= 2,6
97
Voir Annexe n°5
96
Caroline Bodson
Page 56
Tourisme Wallon98, le nombre d’attractions touristiques comptées par celui-ci
n’est pas très loin du nombre d’attractions touristiques recensées par Gamah. Ceci
signifie qu’une grande partie du secteur touristique wallon, au niveau des
attractions, se soucie de son accessibilité et également que les maisons de
tourisme ne comptant pas beaucoup de lieux accessibles aux handicapés mentaux,
ne comptent peut-être tout simplement pas beaucoup d’attractions touristiques.
98
Voir annexe n°5
Caroline Bodson
Page 57
III.
La province du Luxembourg
1) FTLB
La fédération du tourisme luxembourgeois belge, elle, ne propose à aucun
endroit la clé d’accessibilité, cependant, en réponse au mail que j’ai envoyé, voici
ce que l’on m’a répondu :
« Nous avons conclu en 2009 une convention de
collaboration avec l'asbl Gamah (groupe d'action pour
une meilleure accessibilité aux personnes handicapées).
Cette convention a pour but d'assurer aux opérateurs
touristiques qui le souhaitent, la possibilité de bénéficier
d'un audit dit de recommandation pour connaitre les
aménagements nécessaires en vue d'une meilleure
accessibilité. De même, les sites et hébergements qui
sont déjà dans de bonnes conditions d'accessibilité vont
pouvoir bénéficier d'une meilleure visibilité et d'une
Caroline Bodson
Page 58
promotion spécifique via un audit d'évaluation via
l'indice ipp www.ipp-online.org
Ces audits ont financièrement assurés par la FTLB.
L’asbl Gamah travaille sur les 4 critères d’accessibilité
dénommés SECU : S pour stationner, E pour entrer, C
pour circuler, U pour utiliser.
Pour chacun de ces maillons, les prescriptions du
CWATUP sont évaluées afin de conclure à la conformité
ou non du site avec la réglementation en vigueur.
Il est tenu compte de 5 formes de handicap :
A) personnes se déplaçant en chaise roulante ;
B) personnes marchant difficilement (aidées de cannes,
béquilles, prothèses ou déambulateur) ;
C) personnes déficientes visuelles (malvoyantes ou
Aveugles); personnes déficientes auditives
(Malentendantes
ou
sourdes);
personnes
avec
difficulté de compréhension (déficience cognitive,
défaut d’accès à la langue, à la lecture et/ou
l’écriture).
- si le pictogramme est vert : le niveau d’accessibilité des
activités principales devrait permettre une visite des
lieux en autonomie ;
- si le pictogramme est orange : l’aide d’une tierce
personne s’avèrera par moment nécessaire (présence
d’une marche non compensée par une rampe, portes
lourdes à ouvrir, obstacles non détectables à la cane. »99
La FTLB est le seule organisme touristique sur
les quarante-deux
maisons de tourisme à m’avoir redirigée vers l’indice passe-partout. Anne Van
Looy100, me redirige vers un pictogramme qui changerait de couleur en fonction
du niveau d’accessibilité. Cette information, si elle n’est pas erronée, n’est pas
99
VAN LOOY, Ann, FTLB 14 avril 2010.
Idem.
100
Caroline Bodson
Page 59
non plus vérifiée puisque les bâtiments repris par l’Indice passe-partout sont
nivelés grâce à une clé de lecture et la couleur de celle-ci ne varie pas.
Est-ce une nouvelle forme d’utilisation proposée par Gamah qui n’est pas
encore publique ? Afin d’éclaircir ce point, j’ai pris contact avec l’Asbl Gamah.
Marie-Ange
Vandecandenare,
conseillère
en
accessibilité
explique
qu’effectivement il s’agit d’un nouvel outil, une évolution de la clé d’accessibilité.
En effet, la clé d’accessibilité étant très complète, il est difficile de compréhension
pour les handicapés mentaux, mais également pour les personnes venant de
l’étranger, celle-ci ne permet pas une compréhension immédiate. Elle nécessite
des prérequis, et une lecture préalable des conditions d’acceptation d’un niveau.
Or, il se trouve que de nombreux restaurants ou tavernes utilisent la clé
pour valoriser leur établissement en apposant celle-ci sur leur vitrine. La clé
d’accessibilité proposant trop d’informations visuelles, elle ne correspond pas à
un usage rapide, précis, et facile. C’est pourquoi l’asbl Gamah, en association
avec d’autres associations du secteur du handicap, à créé l’évolution de la clé en
un pictogramme de couleur variable suivant la possibilité d’indépendance de
l’utilisateur.
Elle fonctionnera donc comme suit : Vert, pour une utilisation totalement
indépendante du lieu, orange, pour une utilisation qui nécessitera de l’aide à un
moment donné et enfin, rouge pour les lieux non accessible. Etant donné que
Gamah se veut encourageante et son but n’étant pas de pointer du doigt ce qui ne
convient pas, son choix est de ne pas exposer un pictogramme rouge, on préfèrera
ne rien mettre, d’autant plus que « ce n’est pas vendeur dans l’industrie du
tourisme » nous dit Marie-Ange Vandecandenare. La clé, source d’informations
plus précises, pourra être consultée sur internet même si ce n’est que provisoire
car l’Asbl prévoit une évolution totale du concept jusqu’à la création d’une
nouvelle appellation « Access-I ».
Ce nouvel outil n’est encore utilisé nulle part et n’est pas même publié. Il
comble donc en grande partie les failles rencontrées par la clé d’accessibilité dont
nous avions cité plus haut les difficultés.
Caroline Bodson
Page 60
VI.
La maison du tourisme du Val de Salm et des sources
de l’Ourthe101
Au niveau des hébergements et des activités, seule la maison du tourisme
du Val de Salm et des sources de l’Ourthe utilise un pictogramme handicapé
signifiant « accessible aux personnes moins valides » et cela uniquement pour les
hébergements. Bien que la démarche soit intéressante, il est difficile avec ces
informations d’avoir une idée de ce que signifie « les personnes moins valides ».
Cela concerne-t-il, les chaisards, les personnes à cannes, tous les handicapés ?
VII. La maison du tourisme d’Ourthe et Aisne, du pays de
Bouillon, et de la Semois entre Ardenne et Gaume102
Le site internet la maison du tourisme d’Ourthe et Ainse ne propose rien,
que ce soit au niveau des hébergements ou des activités, il n’y a pas non plus de
moteur de recherche interne. Cependant, ma correspondante à la maison du
tourisme, C. Mottet, indique103 les musées de la région et me renvoie vers les sites
internet des quatre communes qu’elle couvre104 . Mais ici encore, rien n’est inscrit
à l’attention des personnes souffrant d’un handicap mental.
Comme pressenti, le tableau de recensement ne compte aucun lieu public
répertorié.
C’est également le cas pour le pays de saint Hubert, le site internet ne
propose
rien
à
l’attention
des
handicapés
mentaux,
mais
Sandra
MANDERSCHEID, représentante du syndicat d’initiative du pays de Saint
Hubert nous redirige vers ses gîtes et activités ainsi que vers l’Asbl Gamah. Mais
Gamah ne reprend aucun lieu public de tourisme accessible aux handicapés et aux
handicapés mentaux.
101
http://www.vielsalm-gouvy.org
http://www.semois-tourisme.be/index2.php?sm=semois_tourisme_fr-1
103
Le 9 avril 2010
104
Warre, Villers-saint-Gertrude, Rome, Durbuy.
102
Caroline Bodson
Page 61
En ce qui concerne le pays de Bouillon, la responsable de la maison du
tourisme,
nous renvoie105 vers une maison d’accueil et d’hébergement pour
adultes handicapés mentaux mais cela n’entre pas dans notre domaine de
recherche puisque cela ne concerne pas le tourisme.
Le site internet, lui, ne nous donne aucune information. Pourtant en
matière de gîtes106, le pays de Bouillon est le pays wallon le plus gâté, puisqu’il
possède cinq gîtes répertoriés comme étant accessibles aux handicapés mentaux,
et que c’est la seule région qui en possède autant. A aucun endroit, toutefois, il
est inscrit que ces gîtes sont accessibles et rien ne nous renvoie vers ceux-ci. Anne
Gilbos, hôtesse d’accueil de la maison du tourisme du pays de Bouillon dit
« tomber des nues » et n’avoir jamais eu connaissance de ces gîtes accessibles,
elle nous explique qu’effectivement, la maison du tourisme n’a pas connaissance
de ces gîtes accessibles car la communication est difficile entre les gîtes et la
maison du tourisme. Ils donnent peu d’informations sur leurs activités, et leurs
démarches pour être plus accessibles restent inconnues pour la maison du
tourisme. On peut donc déduire que les gîtes ne basent pas leur promotion sur leur
accessibilité.107
Enfin, la Semois nous propose l’Eurovillage qui ne présente rien en
matière de tourisme pour handicapés mentaux sur son site, et le site internet non
plus. L’Eurovillage n’est pas repris par l’IPP mais le site touristique « Les ruines
du château féodal » l’est bien et le niveau qui lui est attribué est de « 8 », ce n’est
donc pas un hasard si il est répertorié comme tel. C’est à nouveau l’IPP, sans
lequel nous ne pourrions pas trouver ce site, qui nous a redirigés.
VIII. La Forêt d’Anlier108
La maison du tourisme propose des centres de jour mais cela ne répond
pas à ce que nous désirons, puisque nous somme à la recherche de lieux
touristiques de types inclusifs.
105105
Le 9 avril 2010
Voir annexe n°4
107
GILBOS A., Hôtesse d’accueil de la maison de tourisme du Pays de Bouillon, le 25 mai 2010, 15h,
interview téléphonique.
108
http://www.foret-anlier-tourisme.be
106
Caroline Bodson
Page 62
Les autres maisons du tourisme109 ne m’ont pas répondu et l’on ne peut
rien trouver sur les sites internet, or l’IPP reprend trois gîtes accessibles dans la
région du pays de Bastogne, ainsi que trois musées accessibles dans le pays
d’Arlon.
109
Voir tableau en annexe n°4.
Caroline Bodson
Page 63
IV.
Province de Liège
Comme nous l’avons vu plus haut dans le tableau, la province de Liège couvre
onze maisons de tourisme110, et héberge trois des maisons de tourisme les plus
avancées en matière d’accessibilité pour les handicapés mentaux. Le pays des
sources possède quarante lieux publics accessibles, la région des Thermes et
Coteaux en possède dix, et enfin la région de Liège, la plus développée en ce sens,
en possède soixante-cinq.
1) La Vallée de la Burdinale et de la Mehaigne111, les
Cantons de l’Est112, le pays de Herve113, et la BasseMeuse114
Les maisons de tourisme de la Vallée de la Burdinale et de la Mehaigne,
des Cantons de l’Est et du Pays de Herve ont répondu à ma demande par courrier
110
Voir tableau en annexe n°4
http://www.tourismebm.be
112
http://www.eastbelgium.com
113
http://www.paysdeherve.be
114
http://www.basse-meuse.be/fr
111
Caroline Bodson
Page 64
électronique. La première, représentant la Vallée de la Burdinale et de la
Mehaigne,
m’a répondu en proposant une longue liste d’hébergement.
Cependant, il est très difficile pour moi, comme pour quelqu’un qui ferait une
démarche personnelle, de déterminer si ces hébergement sont accessibles. De
plus, à la lecture du tableau récapitulatif de recensement115, aucun hébergement
n’est reconnu comme étant accessible. On peut se demander dès lors, si une
démarche a été faite dans ce sens de la part des acteurs du tourisme,
puisqu’uniquement un bâtiment sur toute la région, est repris dans le moteur de
rechercher passe-partout. La lecture du site internet de la maison du tourisme de la
Burdinale et de la Mehaigne possède un moteur de recherche sur lequel j’ai choisi
d’entrer « handicapés mentaux », comme sur tous les autres moteurs de
recherches internes, c’est également un choix que j’ai fait par expérience car c’est
celui qui apporte le plus de réponses. On y trouve ainsi pour cette région, « La
promenade des Châteaux », « le Château féodal de Moha », et le « Musée du
cycle ». Et pourtant, il est explicitement précisé sur la page du Château féodal
qu’il est non accessible aux handicapés.
En ce qui concerne la maison du tourisme des Cantons de l’Est, le site
internet n’utilise pas de pictogramme et ne propose même pas de gîtes. La maison
du tourisme propose toutefois des randonnées pour les personnes à mobilité
réduite. Elle propose trois sites internet116. Seul l’un d’entre eux117 parle d’un
accès aux moins valides, mais comme nous l’avons déjà vu plus haut, ce type
d’appellation n’a pas de réelle signification puisqu’on ne sait pas ce que « moins
valides » signifie. De plus, l’IPP compte un seul site touristique accessible, le
domaine provincial de Wégimont qui se présente comme ayant une vocation
sociale118. Toutefois le niveau accordé à ce site est de « 1 » cela signifie donc, que
l’indépendance de la personne handicapée sur le site n’est pas possible et que le
site reste très peu accessible. Enfin, le site touristique de la maison du tourisme
ne nous apporte rien. La région de la Basse –Meuse possède un site touristique
accessible aux handicapés mentaux, le domaine touristique de Blégny119. Ici
115
Voir annexe n°4
www.lesfawes.be, www.homefranck.be, www.provincedeliege.be/wegimont
117
www.homefranck.be
118
http://www.provincedeliege.be/wegimont/accueil
119
http://www.blegnymine.be/hpfr.htm
116
Caroline Bodson
Page 65
encore c’est un site touristique qui n’obtient que le niveau « 1 » d’accessibilité
pour les handicapés mentaux. Cela s’explique par le fait qu’une page est
consacrée aux personnes à mobilité réduite, mais rien n’est organisé pour les
handicapés mentaux. La maison du tourisme n’a pas répondu à ma demande et le
site internet n’aborde les handicapés et handicapés mentaux à aucun moment, ni
en ce qui concerne les hébergements, ni en ce qui concerne les activités et loisirs.
IX.
Le pays de Vesdre120, Hesbaye-Meuse121 et Huy-Meuse
Condroz122
Ces trois régions sont au dessus de la moyenne des sites accessibles
comptés par maison de tourisme. En effet, le pays de Vesdre et la HesbayeMeuse ont trois lieux publics repris dans le moteur de recherche Gamah et la
région Huy-Meuse-Condroz, en a six. Dans la région de Hebaye-Meuse, le musée
« les maîtres du feu », possède l’indice IPP « 3 », cela signifie qu’il est accessible
jusqu’à l’entrée du bâtiment, c’est-à-dire, au niveau de la visibilité et de l’accès.
Or, la maison du tourisme nous propose de consulter quatre sites internet123. Trois
d’entre eux n’aboutissant à rien et n’abordant pas le handicap mental ou moteur,
le site de Gastronomica124, lui, nous permet de découvrir qu’il existe un prix
d’entreprise citoyenne que celui-ci a obtenu.
1. L’entreprise citoyenne
Le prix de l’entreprise citoyenne est un prix décerné
par
Cap48 avec la participation de la RTBF dans les
trois domaines suivants : la solidarité, l’accessibilité et
l’emploi. Ce sont les entreprises qui posent leur
candidature pour pouvoir obtenir ce prix mettant en valeur les initiatives en
faveur les handicapés. Ce prix existe depuis 2006. Il permet aux
120
http://www.paysdevesdre.be
http://www.tourisme-hesbaye-meuse.be
122
http://www.pays-de-huy.be
123
http://www.tourisme-hesbaye-meuse.be/fr/hebergement , www.gastronomica.be , www.chateaudice.be ,
http://wform.awiph.be/awiph.loisir.loisirWeb/,
124
www.gastronomica.be
121
Caroline Bodson
Page 66
entreprises d’avoir une grande couverture médiatique et c’est donc une
forme de promotion pour celles-ci125.
2. Gastronomica
Gastronomica est une Asbl créée autour du
thème de la gastronomie, comme son nom l’indique,
par le Syndicat d'initiative de Hermalle-sous-Huy La
Rawète et par la Ferme Catrale. C’est la Rawette qui a
redonnée vie à cette ferme, patrimoine architectural de
la région, en 1993. Ont donc été créés sur place, deux musées, le musée de
la Gourmandise et le Musée Poste restantes, une taverne-restaurant et la
possibilité d’y faire des activités ponctuelles. Elle a reçu le prix
d’entreprise citoyenne « pour sa politique très active d’accessibilité
malgré les moyens limites »126. Elle propose des visites guidées modulées
en fonction du type de client y compris pour les clients handicapés. Elle
utilise les logos de l’Asbl Gamah mais n’est pas reprise par l’IPP.
Ce qui est très intéressant dans ce site internet proposé par l’Asbl,
est la manière dont le plan d’accès est proposé en fonction des capacités
physiques du visiteur. Une partie accessibilité aux handicapés explique aux
handicapés moteurs que le bâtiment est vieux est qu’il est construit sur un
terrain en pente. Il propose alors un chemin plus facile d’accès. De plus un
plan est disponible pour permettre d’appréhender le trajet. Enfin, il est
expliqué ce qui est exactement mis en œuvre pour chaque handicap. Pour
les difficultés de compréhension, nous l’avons vu, le personnel est formé
afin de pouvoir répondre adéquatement à leurs difficultés.
Sur le site de la maison du tourisme, il n’y a rien qui réfère aux handicapés
mentaux au niveau des hébergements mais au niveau des musées, un pictogramme
« mobilité réduite » est utilisé.
125
http://blogrtbf.typepad.com/cap48/2010/04/5e-prix-cap48-de-lentreprise-citoyenne-2010-----cap48organise-pour-lacinqui%C3%A8me-ann%C3%A9e-le-prix-cap48-de-lentreprise-citoy.html#more
126
Idem.
Caroline Bodson
Page 67
Le pays de Vesdre compte également trois lieux publics reconnu par
Gamah. Les nombreuses brochures envoyées par la maison du tourisme nous
permettent de constater l’utilisation d’un pictogramme « accès aux personnes à
mobilité réduite ». Le site internet, comme pour celui des Thermes et Coteaux, ne
parle à aucun moment des handicapés, mais il propose des promenades balisées
très bien expliquées avec des plans téléchargeables et un degré de difficulté ainsi
que la description des différents types de chemins.
L’on peut donc voir à quel
type de danger l’on doit s’attendre et faire en sorte de l’anticiper.
Enfin la région Huy-Meuse-Condroz compte six lieux publics accessibles :
deux gîtes, deux sites touristiques et deux bâtiments religieux. La maison du
tourisme n’utilise pas cet avantage dans sa promotion car le site internet n’intègre
rien sur les handicapés dans ses informations. Mais la responsable de la maison du
tourisme
127
nous conseille de nous renseigner auprès du site « Loisirs et
Handicaps »128.
3. Loisirs et handicap
Loisirs et handicap propose un moteur de recherche des activités
ponctuelles ou permanente sélectionnées en fonction de l’âge, du handicap, des
dates et du lieu. Ce site espère pouvoir étendre son activité dans le tourisme. Nous
ne considérons pas ce site dans notre recherche car il n’est pas axé sur le tourisme.
Et effectivement, après quelques clics on comprend vite qu’il ne reprend pas les
sites touristiques.
De plus, il s’agit d’activités proposées à l’attention de
personnes handicapées exclusivement alors que ce mémoire porte bien sur le
recensement de site accessibles aux handicapés et non exclusifs à ceux-ci.
X.
Ourthe-Amblève129
Le site internet de la maison du tourisme de cette région propose des
musées pour lesquels, il y a une indication « accessible aux handicapés : ouinon ». Etant donné que cette région présente un nombre de sites accessibles bien
au-delà de la moyenne présentée plus haut, l’on peut se demander pourquoi cette
127
Ch. Enard, le 9 avril 2010
http://wform.awiph.be/awiph.loisir.loisirWeb
129
http://www.ourthe-ambleve.be
128
Caroline Bodson
Page 68
région ne s’enorgueillit pas de ses atouts dans son premier outil de promotion.
Dans la brochure envoyée sur les hébergements un pictogramme « accessible aux
handicapés » est utilisé, mais ici encore, cela ne donne pas réellement
d’information sur le type d’infrastructure. S’il y a une piscine, est-elle sécurisée ?
Si on se trouve près de la route, est-ce clôturé ? Qu’entend-on par handicapés ?
Nous l’avons vu plus haut, une infrastructure accessible aux personnes à mobilité
réduite ne l’est pas réellement pour les personne aveugles ou malvoyantes.
L’Ourthe-Amblève jouit pourtant d’un musée accessible au niveau « 7 », le
Musée du moulin à eau et de la Boulangerie, de deux gîtes de niveau « 4 », un gîte
rural à Stoumont et le « gîte au Vergers d’Angélique ».
XI.
Thermes et Coteaux130
La maison du tourisme des thermes et coteaux nous propose trois endroits
différents. Tout d’abord, il y a le centre protestant de Nessonvaux qui se charge
d’accueillir des groupes issus de tous horizons, pour une journée ou pour des
séjours plus longs. Comme on peut le lire sur le site, leur objectif est de partager
ce lieu avec toutes les personnes qui le désirent sans exclusion, ainsi que de
véhiculer des valeurs religieuses. Au vu des photos, l’on peut y voir une l’entrée
est bien distinctive et donc facilement identifiable. Par contre, l’on peut y
constater que les chambres sont loin d’être adaptées. Le fait qu’il y ait des lits
superposés ne correspond pas du tout aux besoins des personnes handicapées
mentales. Premièrement, le lit superposé n’est pas une habitude pour la personne
handicapée et deuxièmement, ce n’est pas une structure des plus sures. Ajoutons à
cela qu’il y a des escaliers en colimaçon, ce qui n’est pas une infrastructure qui
convient à ce type de handicap. Le centre protestant de Nessonvaux est donc un
centre d’accueil pour les groupes en général mais qui ne se présente pas comme
étant adéquat à l’accueil des handicapés mentaux et qui ne l’est pas en réalité,
pour certains détails basiques déjà visibles sur les photos.
130
http://www.thermesetcoteaux.be
Caroline Bodson
Page 69
La maison du tourisme propose pour cette région en deuxième lieu,
l’Union Francophone des Amis de la Nature de Belgique. Ce site se définit sur sa
page d’accueil comme suit : « Un tourisme social, des loisirs actifs, différents,
pour les amateurs de Nature, les sportifs de cœur, les amateurs de Culture, les
esprits créatifs ».131 L’historique du site nous explique immédiatement que
l’UFAN a vite mis un point d’honneur à ce que soit intéressés par sa cause, les
personnes issues de couches plus défavorisées. En conclusion, la fédération insiste
sur le fait qu’elle partage les valeurs du développement durable et qu’elle veut y
participer en faisant valoir un tourisme social respectueux de l’environnement.
Nous comprenons donc que les valeurs sociales mises en avant sont celles prônées
à la base du tourisme social, le tourisme pour les personnes économiquement
défavorisées.
Enfin la maison du tourisme des thermes et coteaux propose « gîtes aux
ânes » qui possède une infrastructure d’accueil pour les personnes à mobilité
réduite et qui est reprise dans le moteur de recherche proposé par Gamah. En ce
qui concerne
l’accessibilité et
l’accueil pour personnes
à difficulté de
compréhension le niveau attribué par la clé est de « 8 », ce qui signifie que ce site
est pratiquement entièrement accessible.
En réalité, il n’y a qu’un seul site proposé par la maison du tourisme qui
convienne. Par ailleurs, la maison du tourisme des Thermes et Coteaux possède
dix lieux publics accessibles dont deux gîtes, l’un étant le « Gîtes aux ânes »,
l’autre n’étant repris, ni par la maison du tourisme, ni par le site internet de celleci. Sur le site internet, rien n’est inscrit pour les handicapés moteurs ou les
handicapés mentaux, pas de pictogramme pour les hébergements ni pour les
musées et restaurants. Or, l’IPP recense trois restaurants accessibles aux
handicapés mentaux. Mais il est intéressant toutefois de ne pas délaisser certains
détails qui, s’ils ne sont pas spécifiques aux handicapés mentaux, peuvent
pourtant leur être d’une grande aide. En effet le site internet propose des
promenades balisées ainsi qu’une carte téléchargeable de ces promenades, c’est
un aspect important de la préparation au tourisme dont nous avons pris
connaissance plus haut. La personne handicapée mentalement doit avoir
131
http://www.ufan.be/
Caroline Bodson
Page 70
préalablement tous les moyens pour pouvoir appréhender une activité et cela
particulièrement dans le cadre d’une randonnée.
Nous en déduisons que la
maison du tourisme préfère axer sa promotion sur la randonnée. Elle n’est peutêtre pas consciente de sa condition, ou c’est un aspect du tourisme qu’elle préfère
négliger et pourtant elle est la quatrième maison à posséder des sites accessibles.
XII. Le Pays des sources132
Le site internet du Pays des Sources est en maintenance, on ne peut donc y
trouver aucune information pour le moment, et il est également difficile d’avoir
une idée de la direction que prend la maison pour sa promotion. La maison du
tourisme n’a pas non plus répondu au courrier électronique que je lui ai envoyé.
Suite à l’analyse quantitative que j’ai réalisée à l’aide du moteur de recherche de
l’IPP, nous avons pu constater que le pays des sources propose quarante lieux
publics accessibles aux handicapés mentaux, une grande partie d’entre ceux-ci
étant situés à Spa133. Une telle position ne peut pas être envisagée comme un
hasard, d’autant plus qu’aucun facteur extérieur n’intervient ici : cette région n’est
pas plus grande que les autres, il n’y a pas de surpopulation… Comment expliquer
cela ? Comme on peut le voir dans le tableau134, quatorze sites accessibles sont
des restaurants et quinze sont des cafés et tavernes.
L’on peut également constater135 que sur les quatorze restaurants, douze
sont situé à Spa, et que sur quinze cafés et tavernes du pays des sources, les
quinze se trouvent à Spa. Cela montre bien la volonté de Spa d’être une ville
touristique. Les infrastructures d’accueil dans l’Horeca associées au tourisme nous
permettent de le dire. Mais aussi grâce aux spécialités touristiques propres à Spa
comme les thermes, et le circuit de Francorchamps le casino. On le sait également
car tous ces établissements ont fait une démarche vers l’IPP pour être mesurés en
matière d’accessibilité.
La spécificité de Spa, est, comme on peut le voir que c’est la seule ville en
Wallonie qui propose des automates adaptés reconnu par l’IPP. En effet, cette
ville compte cinq banques adaptées, une de niveau « 3 » et quatre de niveau « 7 ».
132
http://www.pays-des-sources.be
http://www.ipp-online.org/recherche/recherche_resultat.php
134
Voir annexe n° 4
135
Idem.
133
Caroline Bodson
Page 71
De plus, la ville de Spa espère être un jour patrimoine mondial de l’Unesco136. Par
contre, il est étonnant de voir qu’aucun hôtel n’est repris par l’IPP.
C’est
cependant le seul critère sélectionné dans les lieux publics proposés par Gamah
qui n’est pas rempli par la région du Pays des Sources. Florence Delsaux,
employée administrative de l’office du tourisme de Spa nous explique que l’office
du tourisme de Spa base sa publicité sur ses thermes et qu’aucune politique de
tourisme durable n’est développé dans l’office de tourisme. Elle explique
également que si la maison du tourisme du Pays des Sources ne propose aucun de
ces lieux accessibles, c’est parce que l’office du tourisme de Spa ne leur a pas fait
parvenir ces informations. Enfin, elle nous précise qu’aucun de ces lieux n’a fait
une démarche vers l’office du tourisme donc que ce n’était pas possible d’en faire
la publicité.137
Le Pays des Sources possède l’offre la plus diversifiée en matière de
tourisme pour handicapés mentaux.
XIII. Le pays de Liège138
Le pays de Liège couvre les communes de Neupré, Seraing, Flémalle,
Liège, Saint-Nicolas, Grâce-Hollogne, Herstal, Juprelle, Ans, Awans et Pexhe-leHaut-Clocher. Cette région est de loin la plus prospère avec, à son avantage,
quatorze restaurants, quatorze musées, six moulins, cinq bâtiments religieux et
vingt et un cafés et tavernes, adaptés. Si cette région est certes moins diversifiée
que celle du Pays des Sources, puisqu’elle délaisse clairement l’hébergement, le
Pays de Liège offre pourtant de nombreux lieux culturels et touristiques adaptés à
visiter, ce qui est moins le cas du Pays des Sources qui axe son accessibilité sur
l’Horeca à Spa.
Il ne s’agit plus d’un hasard dans ce cas-ci, tout porte à croire que le Pays
de Liège favorise une politique promotionnelle en faveur du tourisme accessible.
Tout porte à croire également, que les acteurs touristiques se sentent concernés
par cette problématique puisqu’ils ont fait une demande d’évaluation de leur site
touristique auprès de Gamah.
136
DIEKMANN, A., Cours de « Cultural Tourism », IGEAT, ULB, 2010.
DELSAUX F., employée administrative de l’office du tourisme de Spa, le 25 mai 2010, 15h30, interview
téléphonique.
138
http://www.mtpaysdeliege.be
137
Caroline Bodson
Page 72
Contrairement à cette première image reçue de la région, la maison du
tourisme ne présente qu’un formulaire en ligne sur son site internet et donc peu
d’informations générales. Pareillement, la maison du tourisme du Pays de Liège a
répondu au courrier électronique139 par un lien vers le site de l’Afrahm140 et bien
qu’il soit très intéressant car il nous donne des informations sur le service social
de Liège, il ne répond pas à la demande. Nous le comprenons maintenant, le fossé
est creusé entre la promotion et les faits. Un manque d’information évident se fait
ressentir à la lecture de ce courrier. Comment se fait-il que dans son courrier
électronique, la maison du tourisme ne nous redirige pas vers l’IPP ? Pourquoi la
maison du tourisme néglige-t-elle des informations si importantes à la promotion
de sa région ? Cette région est-elle consciente de son potentiel ? Il y a un réel
paradoxe entre l’absence d’information subie auprès de la maison du tourisme et
la large panoplie de propositions faites par les acteurs touristiques.
139
140
Luis cadenas, 9 avril 2010
http://www.afrahm.be/?action=onderdeel&onderdeel=23&titel=Li%C3%A8ge
Caroline Bodson
Page 73
V.
La province de Namur
Nous verrons plus loin, que la moitié de la province n’est pas vraiment
active en matière de tourisme accessible alors que le Pays de Namur est, comme
nous l’avons déjà dit, le seul à utiliser dans son catalogue, la clé d’accessibilité de
l’IPP.
1) La
Haute-Meuse-dinantaise141,
Sambre-Omeau142,
Ardenne-namuroise143 et Condroz-Famenne144.
Ces quatre régions sont délaissées en matière de tourisme pour handicapés.
Toutes ces régions sont géographiquement séparées les unes des autre, on ne peut
donc pas soupçonner le relief de la région comme étant un facteur décisif dans
l’absence d’infrastructures. Egalement, les maisons de tourisme se sont faites très
discrètes puisqu’elles n’ont pas répondu à mon courrier, et qu’elles n’abordent
141
http://www.dinant-tourisme.com
http://www.sambre-orneau.com
143
http://www.ardenne-namuroise.be/ardenne-namuroise-fr
144
http://www.valleesdessaveurs.be/condroz-famenne-fr
142
Caroline Bodson
Page 74
aucunement les handicapés sur leurs sites internet, excepté la maison de CondrozFamenne qui m’a envoyé ses fascicules. Il n’est pas difficile pour cette dernière de
constater que sa promotion est entièrement basée sur le tourisme gourmand
puisqu’elle se présente sur son site internet, comme dans ses prospectus comme
« La vallée des Saveur s », proposant une vastitude d’activités organisées autour
de ce thème. Il est dommage qu’une telle région n’utilise pas l’avantage de ce
type de tourisme pour attirer cette minorité que sont les handicapés mentaux. En
effet, un tourisme des sens avec un personnel formé serait un avantage
considérable et renforcerait le slogan de la région « Il y a toujours quelque chose
à faire dans la Vallée des Saveurs ».
XIV. Le Val de Lesse-Beauraing-Houyet-Rochefort145 et le
Vallée des Eaux Vives146
Ces deux régions jouissent toutes deux de six lieux publics accessibles, la
première se dénote avec ses quatre gîtes dont un de niveau « 8 », le gîte du
Plateau, et la deuxième avec trois musées, dont deux de niveau « 7 », le Musée de
la vie régionale et le Musée du Malgré-Tout, et enfin deux gîtes.
La maison du tourisme du Val de Less-Beauraing-Houyet-Rochefort n’a
pas répondu à ma demande. Son site internet utilise toutefois un pictogramme
nommé « accès aux personnes à mobilité réduite ». Ceci n’est pas vraiment
significatif pour une personne qui fait une recherche précise, pour un handicap
précis, mais cela reste une démarche vers le tourisme pour handicapés
contrairement aux nombreuses régions qui n’utilisent pas de pictogramme. Nous
l’avons vu dans la première partie, bon nombre d’exigences requises pour les
handicapés moteurs peuvent être retenues pour les handicapés mentaux.147148
145
http://www.valdelesse.be
http://www.valleesdeseauxvives.be/vallees-eaux-vives-fr
147
Code wallon, et architecture… CAMBHO, « Abécédaire d’accessibilité pour les architectes, urbanistes,
maîtres d’ouvrages et gestionnaires inventaire des besoins matériels et matériaux à privilégier, mise en
œuvre», Cabinet du ministre des affaires sociales et de la santé de la région wallonne
148
Code wallon d’aménagement du territoire de l’urbanisme et du patrimoine, art.414 et art.415
146
Caroline Bodson
Page 75
La maison du tourisme de la Vallée des Eaux Vives utilise sur son site
internet un pictogramme pour les musées « accessible aux mobilités réduites ».
Le fait de préciser le niveau d’accessibilité obtenu pour les deux musées ci-dessus
pour une personne souffrant de handicap mental serait une idée intéressante et un
avantage considérable par rapport aux autres musées de la région.
La maison du tourisme avoue n’avoir rien en matière de tourisme pour handicapés
mentaux
maison
nous
propose
toutefois
une
liste
d’hébergements,
malheureusement ceux-ci ne sont pas commentés à l’aide de pictogrammes
« handicapés ».
XV. Le Pays de Namur149
La maison de tourisme de Namur utilise la clé passe-partout dans ses
prospectus pour la visite de la citadelle de Namur ainsi que pour la visite du
musée de Félicien Rops. Les niveaux accordés à ceux-ci sont respectivement
« 3 » et « 7 ».
Comme nous l’avons vu plus haut, si le niveau 3 signifie uniquement que
les accès et le repérage sont conformes à la lecture alternative, le niveau 7, lui,
signifie que l’on a accès au bâtiment, que l’on peut y circuler et s’y repérer mais
également que la signalétique est claire et ininterrompue. L’on peut aussi y
obtenir des informations communiquées oralement. De plus, dans un courrier
électronique, la maison du tourisme de Namur propose réellement cinq lieux
accessibles aux handicapés :
1. la visite guidée des Vieux Quartiers, qui peut-être adapté en fonction
du groupe, certains guides ayant suivi une formation PMR150.
149
150
http://www.mtpn.be
Personnes à mobilité réduite
Caroline Bodson
Page 76
2. Le tour en train de la citadelle (avec transfert pour les personnes en
chaise roulante), salles des maquettes et vidéo.
3. Le musée Félicien Rops qui dispose d’un personnel formé et de
matériel adapté.
4. Le musée du Petit Chapitre de Fosses la Ville
5. Le Lac de Bambois
Dans ces cinq propositions, l’on n’a pas encore d’information sur ce qui
est accessible ou non aux handicapés mentaux et pourtant, nous avons vu que
deux d’entre-elles sont reprises dans le répertoire de l’indice passe-partout au
niveau des personnes ayant des difficultés de compréhension.
Au vu du tableau comparatif des sites accessibles151 en Wallonie, il est
intéressant de constater que Namur est la troisième maison à proposer le plus de
lieux accessibles. Namur en propose 29 parmi lesquels principalement les
restaurants, les musées, et les tavernes et cafés. Or il est important de rappeler que
sur le site internet, rien ne porte à croire que les communes152 représentées par la
maison du tourisme de Namur sont performantes à ce point dans l’adaptation des
lieux publics aux personnes handicapées.
151
Voir annexe n°4
Eghezée, Fernelmont, La Bruyère, Andenne, Namur, Ohey, Gesves, Floreffe, Assesse, Fosses-la-ville,
Profondvilles, Mettet.
152
Caroline Bodson
Page 77
VI.
La province du Hainaut
La province de Liège héberge sept maisons de tourisme.153 Sans avoir de
région qui se dénote en termes de lieux publics accessibles, les maisons de
tourisme de la province du Hainaut, à l’exception, de celle de la Botte du Hainaut
et de a Picardie propose des lieux publics accessibles au-delà de la moyenne.
Les sites internet des maisons du tourisme ne parlent d’accès aux
personnes à mobilité réduite sauf pour l’une d’entre elles : la maison de Parc des
Canaux et Châteaux cite dans un texte que les randonnées sont accessibles aux
personnes à mobilité réduite. Aucune maison du tourisme n’a répondu, sauf celle
du Val de Sambre et de Thudinie qui m’a encouragé à visiter son site internet. Les
informations fournies par les maisons de tourisme de cette province sont donc
quasiment inexistantes. C’est une absence regrettable puisque les sites adaptés
recensé par l’IPP cernent immédiatement l’aspect culturel et non l’aspect
153
Voir tableau en annexe n °4
Caroline Bodson
Page 78
infrastructurel du tourisme. Ce sont donc bien principalement les musées et les
bâtiments religieux qui sont accessibles.
1) Région de Tournaisis 154 155
a. Le musée « au fil de la pierre » : niveau « 3 »
b. L’espace Gallo-Romain : niveau « 4 »
c. L’Archéosite d’Aubechies : niveau « 4 »
d. Le musée des Beaux-arts : niveau « 4 »
2) Région de Mons156 157
a. Le musée des Beaux-arts: niveau « 7 »
b. Musée du Rail : niveau « 1 »
c. MAC’S musée : niveau « 7 »
3) Parc des canaux et châteaux158159
a.
Bois du Luc : niveau « 3 »
b. Centre de la gravure et de l’imagerie imprimée : niveau « 7 »
c. Musée Royal de Mariemont : niveau « 5 »
154
http://www.tournaisis.be/web/fr/index.aspx
Voir annexe n°4
156
Idem.
157
http://www.paysdemons.be
158
Voir annexe n°4
159
http://www.parcdescanauxetchateaux.be/web/fr/index.aspx
155
Caroline Bodson
Page 79
VII. La province du Brabant Wallon
La promotion et l’information touristique du Brabant Wallon se fait par
cinq maisons différentes160. Le site internet de la maison du tourisme de Waterloo
propose une réduction tarifaire pour les personnes à mobilité réduite, mais cela ne
concerne peut-être pas les handicapés mentaux. Le site des villes en Brabant
Wallon est le seul à préciser au niveau des restaurants s’ils ne sont pas accessibles
« aux personnes handicapées ». Cela ne nous donne pas beaucoup d’information,
mais cela nous permet toute de même d’éviter les endroits qui pourraient ne pas
convenir.
Waterloo possède cinq lieux touristiques adaptés dont deux musées : le
musée Wellington de niveau « 4 » et la Fondation Folon de niveau « 7 ». Mais la
spécificité de Waterloo est qu’elle possède un centre de remise forme accessible
aux handicapés mentaux de niveau « 3 », ce n’est pas un bon niveau, mais c’est le
seul centre de Wallonie à se soucier de son accessibilité via l’IPP.
Les Ardennes brabançonnes ont six lieux publics accessibles mais tous
dispersés dans des critères différents, cela ne nous permet donc pas d’identifier la
direction que veut prendre cette région. Comme pour le Roman Pais, qui ne
possède que deux sites accessibles, la maison du tourisme des Ardennes
Brabançonnes nous a envoyés plusieurs adresses d’Asbl, proposant des activités
pour les résidents de centre d’handicapés mentaux, ou proposant des emplois
adaptés. Nous ne nous attarderons pas sur cet aspect car comme nous l’avons
160
Voir tableau en annexe n°4.
Caroline Bodson
Page 80
précisé plus haut, nous ne focalisons notre étude que sur les acteurs du tourisme et
non sur les Asbl, et cela malgré le dévouement des personnes qui les représentent.
VIII. Analyse
Comme nous l’avons vu précédemment, le Pays de Namur est situé dans la
province de Namur et le Pays de Liège, les Thermes et Coteaux et le Pays de
Sources sont trois territoires touristiques situés dans la province de Liège. Et
pourtant ces territoires sont dotés de paysages très différents depuis le Pays de
Liège en descendant jusqu’au Pays des Sources. Nous allons réaliser une analyse
topographique de ces territoires afin de déterminer quelles pourraient être les
motivations de leur fonctionnement touristique et leur sensibilité au tourisme pour
handicapés plus spécifiquement. Pour se faire, nous utiliserons les cartes mises à
disposition par l’observatoire du tourisme wallon sur son site internet.
1) Brève description de la Wallonie
Le paysage exprime l’évolution d’ouest en est, depuis les larges plaines
du plateau hennuyer, en passant par les feuillus du centre de la Wallonie, pour
terminer dans les Ardennes, à l’est, avec les forêts de conifères.
Le réseau routier favorise, en ce qui concerne les autoroutes, les grandes
villes du Nord de la Wallonie avec des points centraux tels que Liège, Charleroi,
Mons et Tournai, toutes les quatre reliée à Bruxelles. Le sud-ouest du pays est
dépourvu d’autoroute, mais il y a des routes rapides dans le sud-ouest et le sudest. Un grande voie navigable traverse horizontalement le pays en passant par les
grandes villes également, avec la Meuse qui est navigable jusque dans le sud en
passant par Dinant et faisant de Namur un point d’intersection. Le trafic de ces
voies est plus important d’Anvers à Liège jusque Namur.
Des noyaux d’habitats sont formés autour des grandes villes, par ordre
décroissant nous trouvons Liège, Charleroi, Mons, La Louvière, Namur, Tournai
et Mouscron. Entre ces grandes villes sont dispersés petites villes et villages
délaissant considérablement le sud du pays, qui se voit avoir une faible densité de
Caroline Bodson
Page 81
population excepté à la frontière du Luxembourg où la densité de population est
plus importante.
Il y a deux grands bassins industriels, à Liège et ses alentours et CharleroiMons-Seneffe.
On peut donc dire que la typologie des espaces en Wallonie se divise en
deux partie, la première est le nord au dessus de Liège et Charleroi, qui est plutôt
urbaine, industrielle et agricole, et la deuxième est le sud, plutôt forestière et
agricole. Il y a des parcs naturels dispersés sur le territoire et des réserves
naturelles également dispersées mais de plus grande taille du coté est de la région
wallonne.
En matière de Tourisme, les attractions touristiques sont dispersées sur
tout le territoire avec une majorité de Musée et d’attractions nautiques sauf dans
les alentours de Ciney où l’on ne trouve aucune attraction. L’ouest du massif
ardennais et la Lorraine sont également en reste. En ce qui concerne la capacité
d’hébergements161, c’est le Luxembourg qui se dénote par rapport aux autres
provinces, principalement en matière de campings, de tourisme de terroir, et de
villages de vacances. Ensuite, c’est Liège qui possède une capacité
d’hébergements plus élevée, mais cela pour toutes les catégories d’hébergements,
excepté les hébergements de type social.
2) Description du Pays de Liège, pays des Sources, Pays
des thermes et Coteaux, et du pays de Namur
Le pays de Liège est établit sur un relief moyen, c’est-à-dire entre 100 et
200 mètres d’altitude. Liège est un point important car c’est là que la Meuse se
divise en différents courts d’eau : la Vesdre, l’Amblève et l’Ourthe. Il s’agit d’un
paysage en plaines.
Le pays de Liège est doté d’une grande diversité de transports puisqu’il y a
l’aéroport de Liège, mais également l’autoroute, des routes et des chemins de fer
la sillonnent. En ce qui concerne les routes et autoroutes, Liège est un point
d’intersection important de Wallonie avec Namur, Mons et Charleroi. Ce territoire
est également traversé par le Canal Albert venant d’Anvers. Ce canal est une voie
161
Voir annexe observatoire du tourisme
Caroline Bodson
Page 82
navigable et Liège est la ville wallonne qui possède la fréquence de navigation la
plus élevée avec la seule voie navigable supportant des gabarits de 2000 tonnes
pour la Wallonie. 162
Au niveau institutionnel, Liège possède une université, l’Université de
Liège.
C’est une ville qui bénéficie d’un patrimoine historique important puisque
c’est une principauté depuis 985 jusqu’en 1801, et que la ville a été une place
forte durant la première guerre mondiale, avec Namur et Anvers. De plus, durant
la deuxième guerre mondiale, Liège était aussi une zone de bombardements avec
La Louvière, Charleroi et Namur. Depuis, Liège est l’un des bassins industriels de
Belgique, et un point central d’économie avec Charleroi, ce que l’on peut
également voir sur la carte.163
Le pays des sources se situe dans la région des Hautes Fagnes, c’est-à-dire
dans le nord des Ardennes. C’est une région qui possède un relief bien prononcé
puisque son altitude varie entre 180m et 560 mètres. En ce qui concerne le
paysage, il y a une évidente domination de conifères et de prairies dans la région.
Au niveau de l’habitat, Spa est le territoire le plus peuplé de cette région.
Le Pays des Thermes et Coteaux se trouve dans la même zone géographique et
possède les mêmes propriétés. Elle se situe sur le cours d’eau la Vesdre et se trouve entre
Liège et Spa.
Le pays de Namur est traversé par la Meuse, navigable, et possède une altitude qui
varie entre 100 et 300 mètres d’altitude. Comme liège, Namur se trouve dans un paysage
entre la ville et la nature puisque la ville marque la séparation entre le nord et le sud de la
Wallonie. Comme Liège également, cette ville possède son université.
3) Tentative d’analyse
Pourquoi les régions de Liège et Namur sont-elles plus favorisées que la
région de Charleroi alors qu’elles possèdent pratiquement les mêmes
caractéristiques? L’on peut comprendre que le Luxembourg soit moins avancé
162
163
SERET G., « Espace et société : ATLAS ERASME », Editions Erasme, Namur, 1992, p45, fenêtre D.
SERET G., « Espace et société : ATLAS ERASME », Editions Erasme, Namur, 1992, p52, fenêtre 4.
Caroline Bodson
Page 83
puisque, même si celle-ci possède une offre diversifiée en matière d’hébergement,
c’est la province de Wallonie qui possède le moins d’attractions.
Plusieurs points font la différence entre la région Namuroise, la région
Liégeoise et la région de Charleroi : Namur et Liège possèdent tous les deux une
université, l’on peut s’imaginer que les actions de sensibilisation gravitent autour
des lieux de recherche.
De plus, Namur et Liège ont tout deux un passé historique puisque ces
deux zones ont été places fortes pendant la première guerre mondiale.
Egalement, il est important de rappeler la cadre industriel de Charleroi qui,
comme nous l’avons vu dans l’introduction de ce travail, n’est pas favorable à
l’épanouissement du tourisme pour handicapés mentaux alors que Namur et Liège
possèdent des paysages très verts.
Cependant il faut noter que si le Pays de Namur fait partie des quatre
territoires les plus accessibles, il délaisse fortement les territoires touristiques
avoisinants ce qui n’est pas le cas de Liège. Une dernière explication peut être
avancée pour l’accessibilité de Liège est que le centre Gamah est situé à Liège et
peut faire que les données sont, tout simplement biaisées par cette proximité
géographique entre le centre et les lieux publics analysés.
Caroline Bodson
Page 84
Conclusion
On constate dans cette partie, l’engagement qu’ont pris les acteurs
touristiques sur le territoire de la province de Liège. On constate également, que
même si les acteurs locaux décident personnellement de s’investir ou d’investir
leur entreprise dans l’aspect durable du tourisme en demandant d’être évalué par
Gamah, les maisons du tourisme ne renvoient pas la même image d’engagement
d’un tourisme soucieux d’accessibilité. Marie- Ange Vandecandenare explique cet
engagement par l’arrivée du classement des « soleils ». Cependant, comme nous
l’avons vu, toute la Wallonie n’évolue pas de manière homogène vers un tourisme
accessible aux handicapés mentaux.
Nous avons constaté aussi que contrairement à ce que le guide
d’ « Amélioration des informations sur le tourisme accessible aux personnes
handicapées » conseillait, aucune maison du tourisme ne proposait de fiches
d’information sur l’accessibilité ou la non-accessibilité d’un lieu touristique. Si
certains aménagements touristiques adaptés coutent fort cher, il est déplorable
aujourd’hui de ne pas utiliser les moyens mis à dispositions des responsables du
tourisme telles que les maisons de tourisme, et syndicats d’initiatives.
Nous pouvons également comprendre suite à cette analyse, que les
personnels des responsables touristiques ne sont pas informés, ni formé à toutes
les facettes du développement durable, et ne peuvent donc pas à leur tour procurer
une information complète. Cela rappelle l’importance indéniable que nous avons
soulignée dans la quatrième partie de ce travail concernant la formation du
personnel.
Caroline Bodson
Page 85
Conclusion
Comme nous avons pu le constater, il est difficile d’étudier un sujet si les
différentes instances, organisations et associations concernées n’ont pas un
vocabulaire universel. Egalement, nous comprenons dans la partie « acteurs » que
peu d’organismes sont effectivement actifs dans le tourisme pour handicapés
mentaux et qu’il n’existe presque pas de subventions à cet effet.
Nous avons ensuite compris que l’écart entre les normes exigées et celles
recommandées dans les écrits, reste fort large. En effet, à la lecture de plusieurs
textes, nous avons pris conscience que le fait de créer un environnement adapté
aux personnes handicapées mentales n’est pas une évidence. Les handicapés
mentaux nécessitent eux-aussi une infrastructure spécifique à leur handicap même
s’ils peuvent se déplacer normalement. Cependant, nous avons découvert qu’il y a
des alternatives à l’adaptation très onéreuse des lieux touristiques grâce aux fiches
d’information et à la formation proposée par « Tourisme- Handicap ».
Malgré cet écart, la Région Wallonne est cependant consciente qu’il faut
être concurrentiel sur le marché en matière de tourisme durable. Il y a donc une
réelle démarche vers le label « access-I », qui mesurerait l’accessibilité des lieux
publics et s’étendrait certainement au tourisme ultérieurement. Nous sommes
pourtant loin de notre voisine la France, qui elle, propose déjà un label propre au
tourisme avec des critères spécifiques au secteur.
Il y a également un écart évident entre les responsables touristiques et les
acteurs locaux. Ceux –ci étant bien plus soucieux de leur accessibilité que les
maisons du tourisme, dont le personnel manque de formations et d’informations.
Il reste donc un décalage non négligeable qui empêche l’arrivée massive du
tourisme accessible.
Enfin, nous avons découvert que le souci d’accessibilité est présent chez
un grand nombre d’acteurs touristiques, cela signifiant donc que c’est une notion
maintenant bien ancrée dans la conscience collective et que nous avons déjà bien
entamé le processus d’adaptation des lieux touristiques aux personnes
handicapées.
Caroline Bodson
Page 86
Glossaire
CHAISARD = personne en chaise roulante
GAMAH= Groupe d’Action pour une Meilleure Accessibilité aux Personnes
Handicapées
AFRAHM= Association francophone d’Aide aux Handicapés Mentaux
ANAHM= Association Nationale d’Aide aux Handicapés Mentaux
AWIPH= Agence Wallonne pour l’intégration des Personnes Handicapées
PDC= Personne ayant des difficultés de compréhension
PMR= personnes à mobilité réduite
IPP= Indice Passe partout
BITS= Bureau international du tourisme social
Caroline Bodson
Page 87
BIBLIOGRAPHIE
HUNTER C., SHAW J., “The ecological footprint as a key indicator of
sustainable tourism”, Tourism Management, Vol. 28, Feb. 2007, p46-59
AWIPH, « Le répit », Recherche pour la commission subrégionale de
Namur, Service Etudes, Statistiques et méthodes, Juillet 2007
CAMBHO, « Abécédaire d’accessibilité pour les architectes, urbanistes,
maîtres d’ouvrages et gestionnaires inventaire des besoins matériels et matériaux à
privilégier, mise en œuvre», Cabinet du ministre des affaires sociales et de la
santé de la région wallonne
UNAPEI « Le guide pratique de l’accessibilité: Pour vous accompagner
dans vos démarches en matière d’accessibilité en faveur des personnes en
situation de handicap mental », 2010.
GOUTTE C., Nadia Sahmi, J-M Lauby, Christopher Longé , « Concevoir
des espaces accessibles à tous : transports, voiries, habitations, erp, iop, lieux de
travail», accessibilité handicapés, CSTB 2008 .
HAMONET C., « Les personnes handicapées », Que sais-je ?, PUF, 1990.
CONSEIL ECONOMIQUE
ET SOCIAL DE LA REGION
WALLONNE, « Pour les personnes handicapées : vivre sans barrière… »,
LIEGE, 2008.
SHAW G., COLES T., « Disability, holiday making and the tourism
industry in the UK: a preliminary survey”, Tourism Management 25, 2004, p397403.
RAY N.M., RYDER M.E., ““Ebilities” tourism: an exploratory discussion
of the travel needs and motivations of the mobility disabled”, Tourism
Management 24, 2003 p 57-72.
GUYOT CEDRIC“ Le droit du tourisme: régime actuel et développement
en droit belge et européen »,
BOUET SOPHIE « Où en sommes-nous en matière de tourisme
social ? Evolution et avenir en Belgique», IGEAT, ULB, 2007.
AWIPH, « Les entreprises de travail adapté en région wallonne », 2009.
AWIPH, « L’accompagnement, l’accueil, et l’hébergement : Mode
d’emploi à l’attention des personnes handicapées et de leur familles », 2006.
AWIPH, « La minorité prolongée à l’épreuve de la pratique quotidienne »,
2005.
AWIPH, « Etude qualitative sur les besoins rencontrés par les personnes
cérébrolésées et leur familles », 2009.
« Déclaration de Montréal (1996), addendum d’Aubagne (2006) », BITS,
2006
REGION WALLONNE, Art.2,§1 du décret relatif au tourisme social du 6
mars 1997.
Caroline Bodson
Page 88
ZRIBI G., « Dictionnaire du handicap », éditions école nationale de la
santé publique, 2007.
Convention relative aux droits des personnes handicapées, art.3: principes
généraux, 2009.
Code wallon d’aménagement du territoire de l’urbanisme et du patrimoine,
art.414 et art.415
OMT, « Code mondial d’éthique du tourisme », 2001
“Le petit Larousse illustré”, Larousse, 1995.
COMMISSION EUROPENNE, D.G. Entreprises et Industries,
« Amélioration des informations sur le tourisme accessible aux personnes
handicapées », Luxembourg, 2004.
COUPEZ, S., « Tourisme et handicap en Wallonie, Rôle des associations
de personne handicapées », 2008.
TOURISME ET HANDICAP, « Les critères incontournables à la
labellisation », France, 2005.
DEVILLERS, A., « Vers une adéquation entre le secteur touristique et le
handicap ? », IGEAT, ULB, 2009.
Données statistiques de l’observatoire du tourisme wallon.
BLETARD J., « La Belgique : terre de tourisme social. Hier, aujourd’hui
et demain », BITS, 2004.
SERET G., « Espace et société : ATLAS ERASME », Editions Erasme,
Namur, 1992.
NOTES DE COURS
DECROLY, J-M., « Cours de méthode d’analyse du tourisme », le
29/03/2010.
VAN DE CASTEELE, « Cours d’organisation du secteur touristique »,
IGEAT, CERIA, 2008.
DECROLY, J-M., “Economie du tourisme: les hébergements
commerciaux”, Igeat, ULB, 2009.
DECROLY, J-M., « Géographie du tourisme », IGEAT, ULB, 2009.
DEVILLERS, A., « Vers une adéquation entre le secteur touristique et le
handicap ? », IGEAT, ULB, 2009, p11.
VANHOVE, N., « Tourism and employment », Journal of tourism
Management, 1981.
WEBOGRAPHIE
http://www.afrahm.be
http://www.who.int
http://www.bits-int.org
http://www.tourisme-handicaps.org
http://www.tourisme-autrement.be/
Caroline Bodson
Page 89
http://www.vitamintravel.be
http://www.infolabel.be/informatie
http://www.handicap-rh.fr/articles/hrh-deficiences-intellectuelles-25-50.php
http://www.ipp-online.org/fr/pq_4.html
http://www.social-label.be
http://www.opt.be
http://www.wallonie.be/fr/informations-generales/institutions/autresinstitutions/cpas/index.html
http://www.ocmw-info-cpas.be
http://www.staatsbladclip.be/moniteur/lois/2007/05/31/loi-2007022835.html
http://www.unwto.org/aboutwto/index_f.php
http://www.uvcw.be/communes/prov/bw.cfm
http://www.handicap-international.fr/kit-pedagogique/pages/module3fr.html
http://www.gamah.be/missions/08-02-05-depliant-presentation-gamah.pdf
Les sites internet des maisons de tourisme
http://www.paysdebastogne.be
http://www.soleildegaume.com
http://www.ourthe-et-aisne.be
http://www.coeurdelardenne.be
http://www.vielsalm-gouvy.org
http://www.sthubert.be
http://www.semois-tourisme.be/index2.php?sm=semois_tourisme_fr-1
http://maisontourisme.nassogne.marche.be
http://www.haute-lesse-tourisme.be/accueil-1.fr
http://www.arlon-tourisme.be/agenda_events.php?l=fr
http://www.foret-anlier-tourisme.be
http://www.bouillon-tourisme.be
http://www.paysdevesdre.be
http://www.eastbelgium.com
http://www.ourthe-ambleve.be
http://www.pays-des-sources.be
http://www.tourisme-hesbaye-meuse.be
http://www.thermesetcoteaux.be
http://www.paysdeherve.be
http://www.mtpaysdeliege.be
http://www.pays-de-huy.be
http://www.tourismebm.be
http://www.basse-meuse.be/fr
http://www.paysdemons.be
http://www.tournaisis.be/web/fr/index.aspx
http://www.parcdescanauxetchateaux.be/web/fr/index.aspx
http://www.picardiebelge.be/web/fr/index.aspx
http://www.botteduhainaut.com/web/fr/index.aspx
http://www.paysdecharleroi.be/web/fr/index.aspx
http://www.valdesambre-thudinie.be/web/fr/index.aspx
Caroline Bodson
Page 90
http://www.dinant-tourisme.com
http://www.mtpn.be
http://www.valdelesse.be
http://www.sambre-orneau.com
http://www.ardenne-namuroise.be/ardenne-namuroise-fr
http://www.valleesdeseauxvives.be/vallees-eaux-vives-fr
http://www.valleesdessaveurs.be/condroz-famenne-fr
http://www.waterloo-tourisme.be/include/index.asp
http://www.tourisme-roman-pais.be
http://www.mtab.be
http://www.hesbayebrabanconne.be
http://www.paysdevillers-tourisme.be/index.htm
PROPOS RECUEILLIS
Julie Soens, AFRAHM.
DMITREVSKI M., Etudiant éducateur spécialisé à la HEB Defré, multiple stages
réalisés.
Marie-Ange Vandecandenare, conseillère en accessibilité chez Gamah
DELSAUX F., employée administrative de l’office du tourisme de Spa.
GILBOS A., Hôtesse d’accueil de la maison de tourisme du Pays de Bouillon.
BOEGEN J-P., secrétaire de la fédération de l’Horeca du Luxembourg.
DENIS Frédérique, assistant au commissariat général du tourisme, 2 aout 2010,
15h
DEGUELDRE A-M., Conseillère Numéro, AWIPH, 9 juillet 2010.
ORBAN J-M DE XIVRY, responsable développement de la fédération des gîtes
de Wallonie, 06 aout, 2010.
Caroline Bodson
Page 91
ANNEXES
Annexe n°1 : Code mondial d’éthique du tourisme
ARTICLE
1
Contribution du tourisme à la compréhension et au respect mutuels entre hommes
et
sociétés.
ARTICLE
Le tourisme, vecteur d’épanouissement individuel et collectif
2
ARTICLE
Le tourisme, facteur de développement durable
3
ARTICLE
4
Le tourisme, utilisateur du patrimoine culturel de l’humanité et contribuant à son
enrichissement
ARTICLE
Le tourisme, activité bénéfique pour les pays et communautés d’accueil
ARTICLE
Obligations
des
acteurs
du
développement
5
6
touristique
ARTICLE
Droit au tourisme
7
ARTICE
Liberté des déplacements touristiques
8
ARTICLE
Droits des travailleurs et entrepreneurs de l’industrie touristique
9
ARTICLE
Mise en œuvre des principes du Code mondial d’éthique du tourisme
Caroline Bodson
10
Page 92
Annexe n°2 : protocole relatif au concept d’aménagement raisonnables en
Belgique.
19 juillet 2007 : protocole relatif au concept d’aménagements raisonnables en
Belgique en vertu de la loi du 25février 2003 tendant à lutter contre la
discrimination et modifiant la loi du 15 février 1993 créant un centre pour
l’égalité des chances et de lutte contre le racisme. (Mon. 20 septembre 2007)
Art. 1er. Objectif du protocole
Pour l’interprétation du concept des aménagements raisonnables l’Etat fédéral et
les communautés et les régions se laisseront guider par les principes et les
indicateurs dans le présent protocole.
Art.2. Description du concept des aménagements raisonnables
§1er. Un aménagement est une mesure concrète pouvant neutraliser l’impact
limitatif d’un environnement non adapté sur la participation d’une personne
handicapée.
§2 l’aménagement doit :
-
Être efficace afin de permettre à la personne en situation de handicap de
participer effectivement à une activité
-
Permettre une participation égale de la personne en situation de handicap
-
Permettre une participation autonome de la personne en situation de
handicap
-
Assurer la sécurité de la personne en situation de handicap
Une réalisation uniquement partielle au niveau de la participation égale ou
autonome ne peut être un alibi pour la non réalisation de l’aménagement
raisonnable.
§3. Le caractère raisonnable de l’aménagement est évalue à la lumière des
indicateurs suivants entre autre :
-
L’impact financier de l’aménagement, compte tenu :
-
D’éventuelles interventions financières de soutien
-
De la capacité financière de celui qui est obligé de réaliser l’aménagement
Caroline Bodson
Page 93
-
L’impact organisationnel de l’aménagement
-
La fréquence et la durée prévues de l’utilisation de l’aménagement par la
personne handicapée
-
L’impact de l’aménagement sur la qualité de vie d’une des utilisateurs
effectifs ou potentiels handicapés
-
L’impact de l’aménagement sur l’environnement et sur d’autres
utilisateurs
-
L’absence d’alternatives équivalentes
-
La négligence de normes évidentes ou légalement obligatoires
Art.3. Mise en œuvre du protocole
§1er dans le cadre de la réalisation de l’objectif visé au présent protocole, chaque
autorité rassemble régulièrement des informations sur :
-
Les meilleures pratiques au niveau des aménagements raisonnables
-
La façon dont des aménagements raisonnables sont stimulés (primes,
sensibilisation, recommandations,…)
-
La façon dont le concept des aménagements raisonnables est ancrée dans
la réglementation.
§2. Chaque autorité transmet régulièrement les informations visées au §1er à la
conférence interministérielle au sein de laquelle la politique en matière des
personnes handicapées est traitée. Elles feront l’objet d’un rapport bisannuel,
rédigé par les services du Ministre en charge du secrétariat de ladite
conférence interministérielle et présenté à tous les membres de cette
conférence interministérielle.
Art 4. Dispositions finales
Le présent protocole entre en vigueur pour chaque partie dès approbation par
son gouvernement.
Caroline Bodson
Page 94
Annexe n° 3 :Courrier envoyé aux maisons de tourisme
« Madame, Monsieur,
Je suis à la recherche de lieux accueillant des personnes handicapées
mentales en Wallonie pour des vacances, dans le cadre d'une démarche
personnelle. Je voudrais donc savoir si vous pouviez m'éclairer sur le sujet.
Concrètement je recherche:
- La possibilité de loger pour un groupe de personnes handicapées ou pour un
séjour individuel avec un accompagnateur
- Des lieux permettant des activités sportives, culturelle ou de détente pour un
groupe ou individuel et accompagnateur
Merci d'avance.
Bodson Caroline »
Caroline Bodson
Page 95
Maisons de tourisme
1. Pays de
Bastogne
S
R O M
U
M
O
1
1
1
2. La Gaume
1
H G I B C A F Tot
al
3
4
1
Luxembourg
3. Ourthe et
Aisne
0
4. Pays
d’Houffali
ze-La
Roche-enArdenne
1
5. Val de
Salm et
des
sources de
l’Ourthe
1
1
1
6. Pays de St
Hubert
7. Pays de la
Semois
entre
Ardenne
et Gaume
1
1
9. Haute
Lesse
1
10. Pays
d’Arlon
1
1
1
2
3
3
1
5
11. Forêt
d’Anlier
N
a
Caroline Bodson
13. Haute
2
0
8. Pays de
Marche
de
Nassogne
12. Pays de
Bouillon
4
0
1
2
0
5
8
Page 96
0
Meuse
Dinantais
e
14. Pays de
Namur
2
15. Val de
LesseBeauraing
- HouyetRochefort
1
6
1
6
1
1
1 3
4
1
6
1
1
16. SambreOmeau
18. Vallée des
eaux-vives
3
2
19. CondrozFamenne
1
1
20. Pays de
Vesdre
2
22. OurtheAmblève
1
23. Pays des
sources
1
2
1
4
1
1
3
25. Thermes
et
Coteaux
26. Pays de
Herve
1
27. Pays de
Liège
3
1
1
6
2
3
3
1
1
2
2 7
2
1
24. HesbayeMeuse
1
1
21. Cantons
de l’Est
Liège
29
1
17. Ardennenamuroise
Caroline Bodson
8
1 2
1
5
2
1
2
1
5
40
3
2
10
1
1
4
2
14
6
5
2
1
65
Page 97
28. HuyMeuseCondroz
2
2
29. Vallée de
la
Burdinale
et de la
Mehaigne
30. BasseMeuse
Hainaut
6
1
1
1
1
31. Région de
Mons
3
1
2
6
1
1
7
2
6
32. Tournaisi
s
1
4
33. Parc des
Canaux et
Châteaux
1
3
1
34. Picardie
1
2
35. Botte du
Hainaut
0
2
36. Pays de
Charleroi
2
37. Val de
Sambre et
de
Thudinie
38. Waterloo
1
2
1
39. Roman
Pais
Brab. Wall.
2
40. Ardennes
Brab.
1
41. Hesbaye
Brab.
1
42. Villes en
Caroline Bodson
1
2
4
1
3
1
1 5
1
2
1 1
2
6
1
1
1
Page 98
Brab.W.
1
9
3
9
8
54
14
0
3
6
4 3
0
5
0
5 1 261
Maisons de tourisme qui ont répondu à mes courriers électroniques
S= sites touristiques ; R= restaurants ; O= offices de tourisme ; Mu= Musées ;
Mo= Moulins ; H= Hôtels ; G= Gîtes ; T= Gares-informations-transports ; B=
bâtiments religieux ; F= centres de remise en forme ; A= les agences bancaires ;
C= cafés et Tavernes.
Caroline Bodson
Page 99
Annexe n°5 : Chiffres de l’observatoire du tourisme wallon
1) Les hébergements touristiques
Nombre
d’hébergements
Campings Hôtels
Tourisme de
terroir
Tourisme
social
Villages
vacances
Brabant wallon
6
23
88
1
0
Hainaut
27
60
331
9
0
Liège
60
134
714
18
5
Luxembourg
109
195
1278
17
13
Namur
73
100
774
19
11
Région wallonne
275
512
3185
64
29
Capacité
d’accueil
Campings Hôtels
Brabant wallon
Tourisme de
terroir
Tourisme
social
Villages
vacances
165
2.151
289
36
0
Hainaut
1.554
2.485
1.712
723
0
Liège
8.319
5.765
4.773
1.695
3.380
Luxembourg
18.882
5.924
8.576
2.196
8.595
Namur
6.246
3.718
4.701
1.947
5.300
Région
wallonne
35.166
20.043
20.051
6.597
17.275
2) Les attractions touristiques
Territoire
Nombre d’attractions
Brabant wallon
12
Hainaut
64
Liège
36
Luxembourg
39
Namur
62
Région wallonne
213
Type d’attractions
Nombre d’attractions
Attractions "nature"
24
Attractions nautiques
20
Centres récréatifs et parcs d’attractions
23
Châteaux et citadelles
18
Demeures et monuments historiques
15
Musées
113
Total
213
Caroline Bodson
Page 100
Caroline Bodson
Page 101
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement