Chauffe-eau solaire individuel : Mode d`emploi

Chauffe-eau solaire individuel : Mode d`emploi
DOSSIER THEMATIQUE - Courrier ES n°09 – Novembre 2002
DT n°09 – Novembre 2002
Chauffe-eau solaire individuel : Mode d’emploi
Le chauffe-eau solaire utilise un principe physique connu par tous : une surface noire exposée au soleil
s’échauffe car elle « absorbe » l’énergie lumineuse. Cette technique très simple vous apporte confort,
indépendance, économie et contribue à la protection de l’environnement. Le soleil brille partout dans le
monde, à nous d’en tirer le meilleur profit !
Un principe de fonctionnement particulièrement simple
Une petite expérience pédagogique très significative
Prenez un tuyau d’arrosage en plastique souple et disposez-le en serpentin sur le sol. Laissez-le rempli,
en plein soleil pendant une heure ou deux, l’eau qu’il contient s’échauffe (plus la couleur du tuyau est
foncée – noire ou vert sombre – plus l’eau devient chaude). En plaçant une simple vitre à plat sur le tuyau
enroulé, le liquide devient brûlant.
Un système mécanique très simple
Schéma de fonctionnement d’un chauffe-eau solaire
L’équipement comprend des capteurs solaires
(placés le plus souvent en toiture) et un ballon
de stockage (installé à l’intérieur de la maison
ou au-dehors près des capteurs). Pour relier
les capteurs et le ballon, une tuyauterie
calorifugée assure la circulation d’un liquide
primaire. Selon les modèles, un échangeur
intégré au ballon, une régulation, un
circulateur et un dispositif de chauffage
d’appoint sont associés au système.
Source : ADEME – le guide chauffe-eau solaire
Le capteur solaire : Une plaque et des tubes métalliques noirs reçoivent le rayonnement solaire et
s’échauffent. Ces éléments sont placés dans un coffre rigide et thermiquement isolé sous un vitrage. La
vitre laisse pénétrer le rayonnement solaire et retient la chaleur, se comportant comme une petite serre.
Le circuit primaire : Il contient quelques litres d’un liquide (eau additionnée d’antigel) enfermé dans un
circuit étanche. Le liquide en mouvement dans les tuyaux s’échauffe au niveau du capteur et cède les
calories solaires obtenues à l’eau sanitaire du ballon grâce à un échangeur. Le liquide ainsi refroidi
retourne alors au capteur.
Le circulateur : Le circulateur est une petite pompe électrique mettant en mouvement le liquide primaire
tant que sa température dépasse celle de l’eau sanitaire du ballon de stockage. Les chauffe-eau solaires
en thermosiphon sont dépourvus de pompe (et de régulation) : le liquide caloporteur circule grâce à la
différence de température entre ce liquide et l’eau de ballon. Chauffé, le liquide primaire est moins dense
et il s’élève naturellement par thermo circulation.
www.energies-solidaires.org
DT n°09 – Novembre 2002
La régulation différentielle : elle compare à tout moment la température du capteur et celle de la partie
basse ou médiane du ballon. Si le ballon est plus chaud, la régulation arrête le fonctionnement du
circulateur. À l’inverse, quand le capteur est plus chaud que le ballon, le circulateur est remis
automatiquement en route et le liquide primaire transmet sa chaleur à l’eau sanitaire du ballon.
NB : Une énergie d’appoint prend automatiquement le relais de l’énergie solaire, mais seulement quand
c’est nécessaire. Cet appoint, par exemple une résistance électrique à mi-hauteur de la cuve, assure la
disponibilité de l’eau chaude, quelles que soient les conditions d’ensoleillement. Les calories solaires du
liquide sont transmises par conduction à l’eau sanitaire contenue dans le ballon de stockage.
Les différents modèles de chauffe-eau solaire
Modèle en thermosiphon
S’il est possible de placer le ballon plus haut que les capteurs, vous pouvez prendre un modèle en
thermosiphon. Les composants de ces modèles doivent être soigneusement dimensionnés. Leur
implantation relève en effet du « sur mesure » : elle nécessite un certain savoir faire et des précautions
de mise en œuvre. Avant de se décider, il faut vérifier que les listes d’équipement solaires éligibles aux
primes contiennent des modèles de ce type.
Modèle à circulation forcée
S’il n’est pas possible d’installer un ballon au-dessus des capteurs, il est possible de choisir un chauffeeau solaire de ce type. Il comporte un circulateur et une régulation différentielle. Les modèles de cette
catégorie sont les plus répandus.
Système à moindre coût
Le chauffe-eau solaire « monobloc » permet de préchauffer l’eau qui alimente un équipement classique
existant. Dans ce système, capteurs et ballon sont groupés sur un même châssis rigide. Bien adapté pour
une pose en toit terrasse ; il est plus difficile à intégrer sur un pan de toit incliné. Ses performances sont
moins élevées du fait du stockage situé hors du logement et du refroidissement plus rapide. Il est diffusé
en grand nombre dans les pays de la zone méditerranéenne et aux Antilles.
Choisir son CESI (Chauffe Eau Solaire Individuel) en fonction de son installation existante
Source : ADEME – le guide chauffe-eau solaire
www.energies-solidaires.org
DT n°09 – Novembre 2002
A savoir pour réussir son installation
Pour capter un maximum d’ensoleillement, l’idéal est d’obtenir les capteurs face sud. Les orientations sud
sud-est et sud sud/ouest assurent encore de très bonnes performances. Pour un usage à longueur
d’année, les capteurs solaires sont en général inclinés à 45 degrés par rapport à l’horizontale.
Cependant, une disposition à plat affecte peu les performances.
Pour une maison existante, une déclaration de travaux est à faire auprès des services municipaux. Pour
un projet de maison, la demande de permis de construire doit inclure le chauffe-eau solaire prévu. Les
chauffe-eau solaires produisent de l’énergie sous tous les climats européens. Leurs performances
dépendent bien sur de l’ensoleillement local, ainsi les départements du nord reçoivent 30 à 40% de soleil
en mois que ceux du littoral méditerranéen : il en sera de même pour le chauffe-eau solaire.
Le dimensionnement de l’installation
Pour dimensionner l’installation, le
tableau ci-dessous indique le volume
de ballon et la superficie de capteurs
préconisée, selon la zone climatique
et la taille du foyer concerné.
Source : ADEME – le guide chauffe-eau solaire
Aide à l’achat de chauffe-eau solaire
Afin d’aider l’achat de chauffe-eau solaire, l’état a souhaité créer une série de primes et avantages
fiscaux. Ainsi il existe dans certaines régions, des primes forfaitaires sur la main d’œuvre sous certaines
conditions : installateur agréé « Qualisol » et matériels conformes aux normes et règlements en vigueur.
Vous pouvez également bénéficier d’un crédit d’impôt de 50% sur le matériel selon certaines conditions
(pour en savoir plus contactez-nous).
Si vous êtes intéressé par l’installation d’un chauffe-eau solaire, l’ADEME met à votre disposition des
informations complètes sur son site internet www.ademe.fr.
Pour plus d’informations, contactez nous :
Association Energies Solidaires
Parc des Vignes – 27 rue Panhard Levassor
78570 Chanteloup-les-Vignes
01 39 70 23 06 – [email protected]
www.energies-solidaires.org
www.energies-solidaires.org
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement