Mise en page 1 - Jeune Théâtre National

Mise en page 1 - Jeune Théâtre National
LE JEUNE THÉÂTRE NATIONAL
LE JTN
A 40 ANS
0
ÉLISABETH CATROUX (CNSAD 77)
SOLVEIG MAUPU (CNSAD 04)
MURIEL CORNEILLE (CNSAD 77)
CAMILLE GARCIA (CNSAD 04)
PIERRE-BENOIST VAROCLIER (CNSAD 09)
SOMMAIRE
34 — LE JTN, VU PAR
LA DIRECTRICE DE L’ÉCOLE DU TNS
5 — LE JTN A 40 ANS
ET LE DIRECTEUR DU CNSAD
6 — .1971
38 — L’AUDITION
CRÉATION DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL
44 — LES MAQUETTES
12 — .1975
48 — LE COMITÉ DE LECTEURS DU JTN
18 — .1981
50 — LE JTN ET LES ÉCOLES SUPÉRIEURES
20 — .1983
LA RÉFORME : L’EMPLOI AIDÉ
53 — LE JTN, MODÈLE D’INSERTION
26 — .1993
54 — LES DISPOSITIFS DES AUTRES ÉCOLES ET LE JTN
30 — .2000
58 — L’AVENIR
M
DE GAUCHE À DROITE
ÉRIC BERGER (CNSAD 95)
ROLAND GERVET (CNSAD 95)
ÉTIENNE LEFOULON (CNSAD 87)
MAXIME LE GALL (CNSAD 06)
ISABELLE RONAYETTE (CNSAD 97)
AVEC PAULINE ET SARAH (FILLES D’ISABELLE RONAYETTE)
ET SES FILLES (PAULINE ET SARAH)
_
(2)
_
(3)
LE JTN
A 40 ANS
Le Jeune Théâtre National (JTN) facilite l’entrée dans la vie
professionnelle des artistes issus du Conservatoire
National Supérieur d’Art Dramatique (CNSAD) et de l’École
supérieure d’art dramatique du Théâtre National
de Strasbourg (École du TNS).
L’ÉQUIPE DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL
MARC SUSSI, DIRECTEUR
ÉLISA CORNILLAC, ADMINISTRATRICE
Au cours de ces 40 années, le JTN et ses équipes
ont su relever un défi: devenir un pilier incontournable
et incontesté du renouveau théâtral.
AGNÈS QUINZONI, SECRÉTAIRE GÉNÉRALE
ANNE DAUPHIN, RESPONSABLE DE L’ACCUEIL ET DES AUDITIONS
À travers la parole des directeurs et directrices du Jeune
Théâtre National et de celles et ceux qui ont contribué
à son rayonnement, nous retraçons l’histoire de cette
institution qui sert aujourd’hui de modèle aux dispositifs
d’insertion des écoles supérieures d’art dramatique
françaises et européennes.
Le jeune théâtre national est une association loi 1901
subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication
M
DE GAUCHE À DROITE
ISABELLE DUPERRAY (CNSAD 04)
ODILE LOCQUIN (CNSAD 77)
PHILIPPE LARDAUD (CNSAD 96)
FLORENCE MULLER (CNSAD 91)
HÉLÈNE MARTEAU (CNSAD 95)
ANNE CANTINEAU (TNS95)
JÉRÔME ROBART (CNSAD 96)
MAUD WYLER (CNSAD 08)
_
(4)
_
(5)
.1971
CRÉATION
DU JEUNE
THÉÂTRE
NATIONAL
L’équipe
Daniel Gacon, régisseur
Jacques Martin, directeur technique
Bernard Michelin, régisseur
DIRECTEUR : LOÏC VOLARD 1971-1975
PRÉSIDENT : PIERRE-AIMÉ TOUCHARD
DIRECTEUR DU CNSAD 1968-1974
VICE-PRÉSIDENT : PIERRE DUX
ADMINISTRATEUR DU THÉÂTRE FRANÇAIS
M
DE GAUCHE À DROITE
YUMI FUJIMORI (CNSAD 82)
JÉRÔME RAGON (CNSAD 00)
VALÉRIE VOGT (CNSAD 86)
JULIETTE NAVIS BARDIN (CNSAD 06)
FRANCK DE LAPERSONNE (CNSAD 86)
FRÉDÉRIC BAZIN (CNSAD 82)
MICHEL BAUMANN (CNSAD 72)
DOMINIQUE CHARPENTIER (TNS 92)
LAURENT HUON (CNSAD 82)
SOPHIE GOURDIN (CNSAD 87)
DENIS LÉGER-MILHAU (TNS 87)
AGATHE DRONNE (CNSAD 95)
CLAUDE GUYONNET (CNSAD 84)
_
(6)
_
(7)
.1971
.1971
GUY BRAJOT
LOÏC VOLARD
DIRECTEUR DU THÉÂTRE DES MAISONS DE LA CULTURE ET DES LETTRES 1970-1979
PREMIER DIRECTEUR DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL 1971-1975
PREMIÈRES ARMES
UNE COMPAGNIE
Depuis qu’il assurait la direction du Conservatoire National Supérieur
d’Art Dramatique, Pierre-Aimé Touchard était préoccupé par le problème
de l’entrée dans la vie professionnelle des quelques vingt comédiens qui
sortaient chaque année de cet établissement, et dont quelques-uns
seulement étaient recrutés par la Comédie-Française.
Il souhaitait donc, sans avoir jamais eu les moyens de concrétiser cette
idée, voir se constituer une sorte d’école d’application où ces jeunes
comédiens pourraient faire leurs premières armes en présence du public,
apprendre ainsi véritablement leur métier et se faire connaître de leurs
employeurs potentiels : directeurs de théâtres ou de compagnies, metteurs
en scène, etc.
Le redéfinition de la mission du éâtre de France allait permettre
de transformer ce rêve en réalité. (…) La décision que prit finalement
Jacques Duhamel – maintien de l’autonomie du Théâtre de l’Odéon,
et nomination à sa tête de l’Administrateur Général de la ComédieFrançaise – prévoyait que le théâtre présenterait chaque saison, à côté
de spectacles invités, des spectacles produits par une troupe, à constituer,
d’anciens élèves du Conservatoire.
La naissance d’une nouvelle troupe formée par les élèves sortant du
Conservatoire s’inséra dans la réorganisation du éâtre de l’Odéon dont
la direction venait d’être confiée à Pierre Dux. Cette nouvelle troupe
jouerait à l’Odéon et Pierre Dux en acceptait le principe. II fallait lui
trouver un directeur qui suive régulièrement la scolarité des élèves afin de
bien les connaître à l’issue de leurs quatre années d’études, moment où ils
étaient susceptibles d’être engagés. Pierre-Aimé Touchard proposa mon
nom au Ministre et je devins le premier directeur d’une compagnie dont
il allait falloir définir les moyens, les objectifs, le fonctionnement, les
conditions d’engagement des comédiens et le projet artistique.
Les moyens : une subvention annuelle était allouée par la Direction
du éâtre pour faire face au déficit qui existerait entre les recettes et les
dépenses. Les recettes viendraient de l’exploitation des spectacles à
l’Odéon et partout où je parviendrais dans l’avenir à organiser des
représentations pour que la compagnie vive et existe. Les dépenses étaient
constituées avant tout par les salaires des seize comédiens que je
devais engager et par les frais de chaque création. Les objectifs étaient
de faire jouer ces seize jeunes comédiens le plus souvent possible, dans
les meilleures conditions artistiques possibles, de les faire connaître
suffisamment à la profession pour qu’ils s’insèrent facilement après
deux années de troupe. En résumé, l’objectif, comme toujours au théâtre,
était de réussir les spectacles qui allaient être créés.
— extrait de la publication Jeune Théâtre National, 1971-1991
— extrait de la publication Jeune Théâtre National, 1971-1991
M
DE GAUCHE À DROITE
LUCAS ANGLARES (TNS 04)
NATHAN GABILY (CNSAD 06)
JUAN COCHO (TNS 98)
ÉLODIE CHANUT (CNSAD 91)
CAROLINE ESPARGILIÈRE (CNSAD 08)
DELPHINE RAOULT (TNS 96)
MAËLLE POÉSY (TNS 10)
FULVIA COLLONGUES (CNSAD 06)
JEAN-PAUL SCHINTU (CNSAD 75)
EMMANUELLE LEPOUTRE (CNSAD 94)
LOÏC HOUDRÉ (CNSAD 89)
_
(8)
_
(9)
.1971
.1971
JEAN-PIERRE MIQUEL
TÉMOIGNAGE DE MICHEL BAUMANN
METTEUR EN SCÈNE, DIRECTEUR ARTISTIQUE DU THÉÂTRE DE L’ODÉON 1971-1977,
DIRECTEUR DU CNSAD 1983-1992
COMÉDIEN CNSAD 1972
J’étais au tout début du JTN. Il est fondé en 1971, j’arrive en 1972. Il y
avait Pierre Dux et Pierre-Aimé Touchard. Comme à l’époque au
Conservatoire, j’avais déjà la barbe parce que j’avais joué dans Le Roi se
meurt de Ionesco, on me faisait jouer les papas, les tontons… On m’a fait
signer mon engagement au JTN avant ma sortie du Conservatoire :
comme c’était une troupe, on était sélectionnés et l’on avait le droit d’y
rester deux ans. Au bout de deux ans, ils m’ont fait re-signer un contrat
parce qu’ils avaient besoin d’un acteur qui joue les papas ! Les pièces étaient
choisies pour la troupe, les rôles étaient équilibrés. Dans ma pratique, je
m’intéressais à la mise en scène, et j’ai été assistant de Jean-Pierre Miquel et
de Jean-Pierre Vincent. J’ai pu faire une mise en scène au JTN. C’est sûr,
j’y ai appris beaucoup de choses. En même temps, quand on était au JTN,
on ne se coltinait pas les gens du métier. Je pense qu’aujourd’hui, le
système des auditions permet de connaître pas mal de gens et met à égalité
tous les sortants.
LE JTN À L’ODÉON
Le nouveau statut du éâtre National de l’Odéon permettait de fournir
une base parisienne au JTN, en coproduisant chaque saison un spectacle
dans la grande salle et un autre dans la petite. C’est bien sûr cette
possibilité qui donna d’emblée au JTN un statut important. Pour cette
jeune troupe, se produire directement sur une scène nationale permettait
une véritable promotion des acteurs et des œuvres, et l’organisation de
tournées nationales et internationales. Pendant les sept saisons où j’assurais
la responsabilité artistique de l’Odéon, la contribution du JTN fut
déterminante dans les programmes, Loïc Volard et Pierre-Aimé Touchard
étant d’accord pour choisir des œuvres contemporaines entrant dans le
répertoire global et spécifique de l’Odéon, tel que le nouveau cahier des
charges le prévoyait. (...) L’idée de cette troupe d’anciens élèves du
CNSAD et de l’école de Strasbourg se révéla bonne et efficace tant qu’il y
eut à monter un répertoire jouable par de jeunes comédiens uniquement.
Mais il fallut, au bout d’un temps, constater que ce répertoire n’était pas
extensible, et l’invitation – indispensable – d’acteurs plus âgés pour jouer
certaines œuvres commença à enlever une partie de sa spécificité à
l’entreprise. Mais, de nos jours, où une solution n’a toujours qu’un temps,
la participation du JTN aux saisons de l’Odéon, pendant une dizaine
d’années, fut une chance unique donnée à de nombreux jeunes acteurs.
— extrait de la publication Jeune Théâtre National, 1971-1991
M
DE GAUCHE À DROITE
STÉPHANIE RONGEOT (TNS 93)
BENOÎT MARCHAND (CNSAD 96)
DIMITRI RATAUD (CNSAD 97)
MIREILLE ROUSEL (CNSAD 92)
VIRGINIE VIVES (CNSAD 02)
GILDUIN TISSIER (TNS 05)
CATHERINE ANNE (CNSAD 84)
JULIETTE POISSONNIER (CNSAD 97)
MURIEL SOLVAY (CNSAD 92)
ISABELLE CAGNAT (CNSAD 95)
FABIENNE LUCCHETTI (CNSAD 84)
AGATHE CHOUCHAN (CNSAD 92)
SYLVIE GENTY (CNSAD 75)
GAËLLE HAUSERMANN (CNSAD 02)
VINCENT NEMETH (CNSAD 88)
_
(10)
_
(11)
.1975
.1975
JACQUES ROSNER
METTEUR EN SCÈNE, DIRECTEUR DU CNSAD 1974-1983.
PRÉSIDENT DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL 1981-1983
RESSERRER DES LIENS
Pendant l’été 1974, Michel Guy, alors Secrétaire d’Etat à la Culture, me
demanda de prendre la direction du CNSAD. Le Conservatoire, à mes
yeux, était le vrai laboratoire de l’Art de l’Acteur. Il me semblait nécessaire
qu’il disposât d’un lieu de production et de création (en plus de la
traditionnelle classe d’ensemble). Ce lieu ne pouvait-il pas être le JTN,
créé quelques années plus tôt, à l’initiative de Pierre Dux et Guy Brajot,
par Jacques Duhamel ? Etait-il possible de resserrer les liens qui unissaient
Conservatoire et Jeune éâtre National ? (...) Mon intention était
de faire du JTN le théâtre des élèves du CNSAD et de l’école du TNS, un
théâtre qui allait permettre aux nouveaux acteurs, aux nouveaux metteurs
en scène d’entrer dans la profession par une voie royale. Les résultats ne
furent pas minces. (...) Mais peu à peu, je pris conscience d’un certain
nombre de contradictions. Le JTN n’avait pas de lieu qui lui soit propre.
Jouer régulièrement à l’Odéon, ce qui avait été la règle des débuts, devenait
de plus en plus problématique et Josyane Horville dut faire des miracles
pour nous faire jouer à Aubervilliers, aux Bouffes du Nord, etc. Le Jeune
éâtre National n’avait pas les moyens d’accueillir tous les élèves du
CNSAD et du TNS et de devenir ce théâtre-école dont je rêvais.
(Je multipliais alors les spectacles d’élèves au sein même du Conservatoire).
Enfin, n’était-il pas souhaitable que les jeunes comédiens puissent
travailler avec des comédiens de tous âges ? La jeunesse est-elle une valeur ?
Alors, avant de quitter le Conservatoire et le JTN, dont j’étais devenu
président, je proposai la réforme que Denise Leclerc a fait entrer dans la
réalité. Mais ceci est une autre histoire.
L’équipe
Daniel Gacon, régisseur
Serge Odyniec, directeur technique
Chantal Palleau, secrétaire générale
DIRECTION : JACQUES ROSNER
DIRECTEUR DU CNSAD 1974-1983
JOSYANE HORVILLE 1975-1981
PRÉSIDENT : PIERRE-AIMÉ TOUCHARD
VICE-PRÉSIDENT : PIERRE DUX
— extrait de la publication Jeune Théâtre National, 1971-1991
M
DE GAUCHE À DROITE
VALENTINE ALAQUI (TNS 10)
JINA DJEMBA (CNSAD 08)
BRUNO FLEURY (TNS 90)
SANDRINE ATTARD (TNS 95)
ODILE GROSSET GRANGE (CNSAD 00)
SYLVIE PASCAUD (TNS 90)
FLORENCE VIALA (CNSAD 92)
AGNÈS PONTIER (CNSAD 95)
ÉRIC PRAT (CNSAD 80)
JULIE SICARD (CNSAD 98)
FRANÇOIS GENTY (CNSAD 94)
_
(12)
_
(13)
.1975
.1975
JOSYANE HORVILLE
JEAN-PIERRE VINCENT
DIRECTRICE DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL 1975-1981
METTEUR EN SCÈNE, DIRECTEUR DU TNS 1975-1983,
VICE-PRÉSIDENT DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL 1980-1983
TROUVER DES LIEUX
TRANSGRESSION
Trouver des lieux permettant aux collectifs artistiques du JTN de se réunir,
de répéter, de jouer, tels ont été mes objectifs durant ma présence au JTN
auprès de Jacques Rosner de 1975 à 1981. Bien sûr, il y avait le privilège de
présenter un spectacle par saison au éâtre de l’Odéon dirigé par
Jean-Pierre Miquel, mais il fallait aussi une permanence, une continuité.
Ce fut d’abord l’atelier de la rue des Lions Saint-Paul, garage aménagé
en salles de répétitions ; puis grâce à la complicité attentive de Peter Brook
et de Micheline Rozan, le plaisir de nous “poser” dans les meilleures
conditions, durant toute une saison et un peu plus, dans ce lieu magique
des Bouffes du Nord ; puis la coproduction de cette pièce si forte, si insolite
de Michel Vinaver Iphigénie Hôtel, mise en scène par Antoine Vitez, alors
directeur des Quartiers d’Ivry et présentée au Centre Georges Pompidou et
au éâtre des Quartiers d’Ivry ; notre passage à la Cité Universitaire où
Claude Risac mit en scène la pièce Hedda Gabler dans une distribution où
acteurs et personnages étaient interchangeables. Que de bonnes fées se
penchèrent sur ce JTN ; Gabriel Garran nous accueille au éâtre de la
Commune d’Aubervilliers, Paul Puaux au Festival d’Avignon... Plusieurs
productions du JTN se sont également “promenées” à travers la France : Si
jamais j’te pince, Caligula et La Double Inconstance, jusqu’aux Amériques...
J’ai partagé avec Jacques Rosner le plaisir de voir des actrices et acteurs
prendre leur envol à nos côtés. Il y a même eu un passager clandestin : la
préparation du premier spectacle de Jérôme Deschamps... Quelle époque !
Ce fut la nôtre, “mon général” !
C’était en 1974, si ma mémoire est bonne, En Rev’nant d’l’Expo (N.D.L.R. :
de Jean-Claude Grumberg, mise en scène Jean-Pierre Vincent) et les
questions qu’a soulevées sa réalisation, ont marqué un moment sensible de
l’évolution du JTN. La troupe commençait à souffrir, dans son répertoire
et dans sa pratique, de l’étroitesse de son recrutement. Ou bien il fallait ne
monter que des textes interprétables par des jeunes comédiens. Ou bien
certains jeunes comédiens étaient voués d’avance aux compositions (ce qui
souvent leur était déjà arrivé au Conservatoire). De plus, le “frottement”
avec des comédiens d’autres générations, si profitable, faisait défaut.
J’ai donc transgressé, avec la complicité de Loïc Volard et du Conseil
d’Administration, les règles en vigueur. Il y eut dans cette distribution des
anciens élèves du TNS (mais bien anciens... comme Philippe Clévenot
ou Bernard Freyd) se mêlant à des membres de la troupe (Maurice Risch
ou Joël Demarty) et à des frais émoulus du Conservatoire (Pierre Romans
ou Nada Strancar). Il y eut aussi des personnes étrangères au statut. On
peut le dire : il y a prescription ! C’était Hélène Vincent ou Yveline
Ailhaud. Et cela faisait une belle distribution et une expérience plus que
profitable. Ce spectacle a préludé d’une certaine façon à l’invention
des nouveaux statuts et des nouvelles pratiques du JTN : sa liaison active
avec tous les secteurs du métier.
— extrait de la publication Jeune Théâtre National, 1971-1991
— extrait de la publication Jeune Théâtre National, 1971-1991
M
DE GAUCHE À DROITE
LAÏS FOULC (TNS 05, SECTION RÉGIE)
KÉLIG LE BARS (TNS 01, SECTION RÉGIE)
LAURE-LUCILE SIMON (CNSAD 10)
ZAZIE DELEM (CNSAD 84)
ANNABELLE SIMON (TNS 05)
CYRILLE GAUDIN (CNSAD 87)
OLIVIER MARTINAUD (CNSAD 04)
YVELINE HAMON (CNSAD 77)
PRISCILLA BESCOND (CNSAD 08)
JÉRÉMIE BÉDRUNE (CNSAD 08)
MARIE-JOSÉ HUBERT (CNSAD 78)
NINE DE MONTAL (CNSAD 97)
CAMILLE DE SABLET (CNSAD 09)
LORELLA CRAVOTTA (CNSAD 83)
ANNE-SOPHIE ROBIN (CNSAD 96)
NATHALIE LACROIX (CNSAD 95)
_
(14)
_
(15)
.1975
M
.1975
TÉMOIGNAGE D’ODILE LOCQUIN
TÉMOIGNAGE D’YVELINE HAMON
COMÉDIENNE CNSAD 1977
COMÉDIENNE CNSAD 1977
C’était en 1978, Jacques Rosner, qui était alors directeur du Conservatoire,
avait pour projet de mettre en scène au Théâtre de l’Odéon La
Manifestation, une pièce de Philippe Madral. Il a réuni, pour assurer la
distribution, des acteurs sortis du Conservatoire depuis peu (22) et un seul
acteur sortant de Strasbourg. C’est un spectacle qui se passait dans
les années trente, où toutes les couches de la société étaient représentées,
et toutes les classes d’âge. Nous avons donc pour certains joué des rôles
de composition. C’est gratifiant et encourageant, quand on sort du
Conservatoire, d’avoir tout de suite un engagement, c’est une
reconnaissance d’avoir été choisi dans ce métier où il faut être sûr de soi.
Une continuité aussi, un passage en douceur dans la vie professionnelle...
Au Conservatoire, on travaillait beaucoup en groupe, on montait des
spectacles entre nous, c’était très créatif – en tout cas, dans la classe
d’Antoine Vitez – et là, on était encore entre nous, avec en plus d’autres
élèves issus d’autres classes, qu’on avait côtoyés sans vraiment travailler
avec eux. On répétait dans les locaux du JTN actuel, c’était bien d’être
“dans une maison”, c’était chez nous un peu comme en famille. Nous
n’avons eu le plateau de l’Odéon que huit jours. C’était un grand et beau
théâtre, un outil de travail superbe, avec une équipe technique importante.
On faisait partie d’une grosse production, tout en étant en terrain
familier, puisque nous connaissions Jacques Rosner. C’était à la fois
sécurisant et exaltant : un tremplin qui nous permettait d’être vus par un
large public et toute la profession.
J’ai été dans la troupe du JTN de ma sortie du Conservatoire en juin 1977
à 1979. Magnifique expérience. J’ai joué dans deux pièces mises en scène
par Jacques Rosner, alors directeur du Conservatoire : La Manifestation
de Philippe Madral d’après Le Cheval de Troie de Paul Nizan et Si jamais j’te
pince de Labiche. La troupe a joué ces deux spectacles à l’Odéon, au
éâtre de la Commune à Aubervilliers, et dans de nombreuses grandes
salles de théâtres en région. On y travaillait avec les camarades de
promotion, certes, mais aussi avec d’autres, des promos antérieures. On y
confrontait dans la pratique nos enseignements, très différents parfois à
l’époque, mais nous nous connaissions à peu près tous. C’était
extrêmement joyeux ! Cela m’a servi incontestablement dans le sens où, en
sortant du Conservatoire, il est fondamental de pratiquer le théâtre.
D’être dans la réalité du travail. De partager aussi avec les camarades. En
tout état de cause, cela m’a mis de façon certaine “le pied à l’étrier”.
DE GAUCHE À DROITE
CHLOÉ RÉJON (CNSAD 98)
AGNÈS QUINZONI
XAVIER LEGRAND (CNSAD 05)
FRANÇOIS KERGOURLAY (CNSAD 85)
MARC SUSSI
NOÉMIE DEVELAY RESSIGUIER (TNS 07)
(SECRÉTAIRE GÉNÉRALE DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL)
ADELINE ZARUDIANSKY (CNSAD 05)
FRANÇOISE PINKWASSER (CNSAD 84)
(DIRECTEUR DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL)
ÉLISA CORNILLAC
YANNICK CHOIRAT (TNS 02)
(ADMINISTRATRICE DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL)
ANNE DAUPHIN
(RESPONSABLE DE L’ACCUEIL ET DES AUDITIONS DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL)
_
(16)
_
(17)
.1981
.1981
PATRICK GUINAND
METTEUR EN SCÈNE, DIRECTEUR DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL 1981-1983
UTOPIES
Insertion : tel était depuis 1971 pour le Jeune éâtre National, le maîtremot, le mot magique. Mais insérer n’a qu’un temps, le temps du sas,
du passage, de l’entrée en profession. Savoir ainsi que l’idée généreuse des
fondateurs portait en elle-même sa propre contradiction : l’identité du
JTN serait forcément transitoire, furtive, trop rapide, trop rotative pour
être reconnaissable, pour fidéliser un public, des publics, pour inscrire une
image sur la scène hexagonale. Savoir aussi que l’effet de juvénilité toujours
renouvelée n’attirerait aucune attente ou indulgence particulières, sinon
des difficultés de cohérence programmatique, de crédibilité scénique,
acquises souvent au prix de torsions ou de détours dramaturgiques. Savoir
donc que l’insertion, la belle idée, n’aurait de vie que précaire : la vie
d’un insert. Quelle image alors pour le JTN ? Quel rôle pour le
conducteur, le passeur ? Quelle pièce, quelle dramaturgie, quel art donc
seraient possibles pour un ensemble d’acteurs jeunes, du plus haut niveau,
livrés individuellement et collectivement à la rudesse de la compétition,
et délivrés de l’image post-scolaire ? Comment donc servir ces acteurs
au mieux de leur carrière naissante ? Les réponses apportées de 1981 à
1983, je n’ai pu alors que les nommer “utopies”. L’utopie première : faire
du JTN, théâtre sans troupe et sans théâtre, un ensemble repérable, un lieu
de vie continue. Tisser des fidélités dans un temps limité, statutaire.
Proposer aux personnalités les plus remarquées au sein de nos deux écoles
nationales un parcours individuel et collectif, de spectacle en spectacle, sur
une ou plusieurs saisons. Former ainsi un JTN embryonnaire, identifiable
de lieu en lieu. (...) L’utopie seconde : remplacer la présence morcelée,
ponctuelle du JTN – de type biannuel dans les saisons précédentes – par
une présence constante, polyphonique, sur des théâtres et lieux d’ampleur
et de statuts divers. En quelque sorte, pour le public : une occupation de
terrain, et pour les acteurs : une propédeutique des lieux.
L’équipe
Bernard Chatelier, assistant
Jacques Cousinet, secrétaire général
Daniel Gacon, régisseur
DIRECTEUR : PATRICK GUINAND 1981-1983
PRÉSIDENT : JACQUES ROSNER
DIRECTEUR DU CNSAD 1974-1983
VICE-PRÉSIDENT : JEAN-PIERRE VINCENT
DIRECTEUR DU TNS 1975-1983
— extrait de la publication Jeune Théâtre National, 1971-1991
M
DE GAUCHE À DROITE
SOPHIE PINCEMAILLE (CNSAD 96)
PIERRE HIESSLER (TNS 96)
LAURENT STOCKER (CNSAD 96)
ALAIN LENGLET (CNSAD 79)
VALÉRIE BLANCHON (CNSAD 93)
AGNÈS BOURGEOIS (TNS 87)
JEFF TORRE (CNSAD 81)
SARA LLORCA (CNSAD 09)
YAËL ELHADAD (CNSAD 99)
JULIE POUILLON (CNSAD 96)
AVA MARIA, FILLE DE SARA ET DE GUILLAUME
MICHEL ALBERTINI (CNSAD 79)
GUILLAUME SÉVERAC SCHMITZ (CNSAD 07)
_
(18)
PHILIPPE CRUBEZY (CNSAD 81)
_
(19)
.1983
.1983
LA
RÉFORME :
L’EMPLOI AIDÉ
L’équipe
Daniel Gacon, régisseur
Jacqueline Ledogar, assistante de direction
DIRECTRICE : DENISE LECLERC 1983-1993
PRÉSIDENT : JEAN-PIERRE MIQUEL
DIRECTEUR DU CNSAD 1983-1992
VICE-PRÉSIDENTS : JACQUES LASSALLE 1983-1990
JEAN-MARIE VILLÉGIER 1990-1993
DIRECTEURS DU TNS
M
DE GAUCHE À DROITE
ÉMILIE ROUSSET (TNS 05, SECTION MISE EN SCÈNE)
MARIE MONTEGANI (TNS 92
JEAN-CHRISTOPHE LEBERT (CNSAD 83)
STÉPHANE DELBASSÉ (TNS 81)
MAY BOUHADA (CNSAD 97)
PIERRE GÉRARD (CNSAD 87)
SORTIE SOUS LE NOM DE PETTOELLO)
RAPHAÈLE BOUCHARD (CNSAD 06)
LUDMILLA DABO (CNSAD 10)
CHARLOTTE CORMAN (CNSAD 06)
SOPHIE FONTAINE (CNSAD 86)
CAMILLE SCHNEBELEN (CNSAD 07)
CLÉMENT BRESSON (TNS 07)
SARAH MESGUICH (CNSAD 99)
GUILLAUME MARQUET (CNSAD 04)
ANNE RAPHAËL (CNSAD 83)
ALISON HORNUS (CNSAD 86)
RÉBECCA CONVENANT (CNSAD 99)
MARION LÉCRIVAIN (CNSAD 06)
VIOLAINE SCHWARTZ (TNS 90)
_
(20)
_
(21)
.1983
.1983
DENISE LECLERC
JEAN-PIERRE MIQUEL
DIRECTRICE DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL 1983-1993
METTEUR EN SCÈNE, DIRECTEUR DU CNSAD ET PRÉSIDENT DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL 1983-1992
UNE AIDE POUR TOUS
DES RÉSULTATS POSITIFS
Après avoir fonctionné pendant plusieurs années comme une compagnie
permanente, à partir de 1983, le JTN eut un autre mode d’action que je
fus chargée de mettre en place. à partir de ce moment, l’ensemble des
artistes sortis du CNSAD et de l’école du TNS (actuellement seules écoles
nationales supérieures sous tutelle du Ministère de la Culture) font
automatiquement partie du JTN. Tous, comédiens, décorateurs, régisseurs
y restent pendant trois ans sans que le JTN ait aucune exclusivité. Je dois
rechercher pour eux les spectacles en projet qui comportent des rôles
correspondant à leur âge et qui offrent toutes les garanties artistiques et
professionnelles. Lorsque le projet est accepté, le metteur en scène
recherche dans le fichier les artistes qui peuvent lui convenir et procède
avec eux comme il a l’habitude de le faire. Pour inciter à leur engagement,
le JTN rembourse au producteur leur salaire et les charges sociales durant
trois mois, sous réserve que ces artistes soient engagés au salaire fixé par le
Conseil d’Administration du JTN. (...)
Cette formule présente bien des avantages :
- Elle permet une liaison active avec toutes les formes et structures actuelles
du théâtre.
- Les comédiens sont confrontés à des artistes plus âgés ayant une
formation autre et davantage de pratique professionnelle.
- Ils sont placés dans des conditions de travail diverses correspondant aux
pratiques de terrain : théâtres parisiens, centres dramatiques de province,
jeunes compagnies, tournées.
- Enfin, sous déduction des frais de fonctionnement, la totalité de la
subvention est affectée au remboursement de leurs salaires.
J’avoue avoir été réticent et dubitatif lorsqu’en 1982, Jacques Rosner et
Robert Abirached décident de transformer le Jeune éâtre National de
Troupe-Entreprise de production en une sorte d’office de coproduction
prenant en charge les salaires de jeunes comédiens issus des deux écoles
dans des spectacles divers. Or, la réalisation de cette nouvelle formule a
donné des résultats très positifs, car elle a assuré effectivement une
“insertion professionnelle” plus évidente, fait travailler davantage de jeunes
acteurs chaque année, favorisé des rencontres, et indirectement, permis à
beaucoup de spectacles d’avoir lieu grâce à l’apport du JTN. Elle a permis
aussi à des équipes qui s’étaient constituées, à l’intérieur du Conservatoire
notamment, de continuer dans la profession par la reprise de spectacles
montés et joués par les élèves dans l’école ou d’en créer de nouveau avec les
mêmes comédiens. La formule a donc des avantages certains.
— extrait de la publication Jeune Théâtre National, 1971-1991
— extrait de la publication Jeune Théâtre National, 1971-1991
M
DE GAUCHE À DROITE
JULIE PALMIER (TNS 10)
STÉPHANIE PASQUET (TNS 99)
MARILU BISCIGLIA (CNSAD 93)
CYRIL DUBREUIL (CNSAD 92)
DAMIEN WITECKA (CNSAD 92)
LÉA FAZER (TNS 89
DE DOS RÉBECCA CONVENANT (CNSAD 99)
CAMILLE BLOUET (CNSAD 09)
MATILA MALLIARAKIS (CNSAD 10)
FRANÇOIS TOUMARKINE (CNSAD 82)
SORTIE SOUS LE NOM DE ARIANE FAZZUOLI)
FANNIE OUTEIRO (CNSAD 10)
OPHÉLIE KOERING (CNSAD 93)
FRANCK MOLINARO (CNSAD 97)
_
(22)
_
(23)
.1983
.1983
ROBERT ABIRACHED
TÉMOIGNAGE DE STÉPHANE DELBASSÉ
DIRECTEUR DU THÉÂTRE ET DES SPECTACLES AU MINISTÈRE DE LA CULTURE 1981-1988
COMÉDIEN, TNS 1981, SECTION JEU
S’AJUSTER À LA RÉALITÉ
Quand j’ai pu bénéficier du JTN, la formule venait de changer, il n’y avait
plus de spectacles qui tournaient, c’étaient des compagnies qui
souhaitaient engager des acteurs et qui faisaient une demande au JTN
pour bénéficier de l’emploi aidé. Il n’y avait pas ou peu d’auditions. J’ai
commencé à travailler en sortant de l’école avec un metteur en scène, JeanLouis Martinelli, qui d’ailleurs n’a pas fait appel au JTN. Si le JTN m’a
servi, j’ai aussi fait tout de suite à la sortie de l’école des spectacles en
dehors, avec des équipes que je connaissais déjà. Le système des auditions,
c’est très important pour les jeunes qui sortent des écoles. C’est tellement
dur d’avoir du travail. Enfin à l’époque, si on était au Conservatoire à Paris,
les professionnels nous voyaient pas mal, mais quand on sortait de
Strasbourg, très peu de gens nous connaissaient.
Le premier commandement de toute politique qui vaille est de s’ajuster à la
réalité : le théâtre échappe moins que d’autres à cet impératif, puisque ses
conditions d’exercice ne cessent de changer en même temps que se
transforme la société où il se produit. Il était devenu urgent en 1982 de
réformer le fonctionnement du JTN, pour plusieurs raisons signalées par
ceux-là mêmes qui avaient eu à s’en occuper :
1/ L’idée d’une troupe exclusivement composée de très jeunes gens,
problématique dès les débuts du Jeune éâtre National, était devenue de
plus en plus difficile à soutenir, pour des raisons artistiques : cette
contradiction avait été souvent détournée, en particulier par Jean-Pierre
Vincent, mais fallait-il la maintenir ouverte ?
2/ Au moment où la suprématie de la mise en scène était à son apogée, il
apparaissait de moins en moins pertinent de placer le JTN sous l’autorité
d’un metteur en scène, obligé dès lors de renoncer à son ambition
personnelle ou de mettre la troupe au service de son propre univers.
3/ L’envolée des coûts du spectacle vivant, largement amorcée alors,
restreignait les possibilités de réalisation propres du JTN, dès lors que sa
fonction demeurait de produire des spectacles, appelés à entrer en
concurrence avec un nombre de productions en croissance exponentielle.
4/ Il devenait enfin de plus en plus difficile de trouver des lieux où jouer les
spectacles du JTN, depuis qu’une nouvelle vocation avait été prescrite à
l’Odéon.
Il fut donc décidé d’assigner au JTN une fonction de formation
professionnelle, en mettant ses membres au contact des metteurs en scène
les plus divers et des entreprises les plus différentes, dans les conditions
mêmes de la vie normale du théâtre, telle qu’elle fonctionnait à Paris
et dans les régions. L’excellence de la formation reçue au Conservatoire et
à Strasbourg ne devait pas, nous semblait-il, enfermer les jeunes comédiens
dans un ghetto de luxe et les soustraire aux rigueurs d’un métier difficile
entre tous : ils auraient à s’intégrer dans des distributions, à partir en
tournée, à surmonter les aléas et les soubresauts propres à tous les projets
artistiques, pourvu qu’ils ne soient engagés que dans des productions
de qualité. Il reviendrait à Denise Leclerc, nommée à la tête du JTN, d’y
veiller avec le plus grand soin, compte tenu des difficultés qu’il y aurait
inévitablement à se placer en amont des projets retenus. On sait avec
quelle passion et quelle compétence elle s’est acquittée de cette charge.
M
DE GAUCHE À DROITE
— extrait de la publication Jeune Théâtre National, 1971-1991
CHRISTOPHE VANDEVELDE (CNSAD 95)
ALAIN FOURÈS (CNSAD 71)
CAROLE GUITTAT (CNSAD 09)
CATHY TARTARIN (TNS 01)
SCALI DELPEYRAT (CNSAD 90)
CLÉMENT VICTOR (TNS 01)
SARAJEANNE DRILLAUD (CNSAD 04)
ANNE KREIS (CNSAD 73)
_
(24)
_
(25)
.1993
.1993
JOSYANE HORVILLE
DIRECTRICE DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL ENTRE 1975 ET 1981 PUIS ENTRE 1993 ET 2000
REDONNER LE LIEU AUX ARTISTES
Je suis revenue au JTN en 1993 avec un projet redonnant le lieu aux
artistes du Jeune éâtre National, demandant aux metteurs en scène qui
souhaitaient bénéficier du soutien financier du JTN d’auditionner tous les
comédiens libres aux dates de répétitions et de représentations ; cette
nouvelle pratique permettant aux metteurs en scène de connaître
l’ensemble des artistes du Jeune éâtre National. Il était déterminant
que cette contrainte soit acceptée, ce qui fut le cas. Et dès la première
année, nous avons accueilli Georges Lavaudant, Matthias Langhoff,
Jean-Pierre Vincent, Lambert Wilson, Dominique Pitoiset et Christophe
Perton, entre autres.
Les rencontres entre les comédiens, techniciens, décorateurs des deux
écoles ont fait très vite apparaître des projets artistiques. Ce furent les
maquettes, quatre par saison, avec, à la clé, une modique somme
forfaitaire. Un public professionnel se montra curieux, fidèle, et certaines
de ces maquettes devinrent des spectacles programmés dans de nombreux
théâtres.
Entourés d’une dizaine de membres du JTN, nous avons pu mettre au
point des projets nouveaux : lectures, rencontres et réflexions sur l’outil
et son développement.
L’équipe
Yannik Burk, assistante de direction de 1998 à 2000
Daniel Gacon, régisseur
Jacqueline Ledogar, assistante de direction jusqu’en 1998
Agnès Quinzoni, secrétaire générale
DIRECTRICE : JOSYANE HORVILLE 1993-2000
PRÉSIDENT : MARCEL BOZONNET
DIRECTEUR DU CNSAD 1993-2001
VICE-PRÉSIDENT : JEAN-LOUIS MARTINELLI
DIRECTEUR DU TNS 1993-2000
M
DE GAUCHE À DROITE
CHRISTOPHE CAUSTIER (CNSAD 95)
NICOLAS CARTIER (TNS 05)
ANDRÉA SCHIEFFER (CNSAD 89)
ALAIN FOURÈS (CNSAD 71)
VALENTIN DE CARBONNIÈRES (CNSAD 10)
FRÉDÉRIC PELLEGEAY (CNSAD 91)
AURÉLIE TOUCAS (CNSAD 07)
MARIE FRÉMONT (CNSAD 08)
PASCALE BAROUK (CNSAD 92) PHOTO SUR LE MUR
PATRICIA FRANCHINO (CNSAD 96)
IRINA SOLANO (CNSAD 05)
_
(26)
ASTRID BAYIHA (CNSAD 10)
SOPHIE NEVEU (CNSAD 05)
_
(27)
.1993
L’INSTITUT NOMADE DE LA MISE EN SCÈNE
.1993
TÉMOIGNAGE DE JEAN BOILLOT
COMÉDIEN CNSAD 1996, METTEUR EN SCÈNE, DIRECTEUR DU NEST, CDN DE THIONVILLE-LORRAINE
Mais après ? Les metteurs en scène, “en essai” lors des maquettes, se
posaient cette question. Depuis mes fréquents voyages au Berliner
Ensemble dès 1965 et la venue de Matthias Langhoff et Manfred Karge,
je m’interrogeai sur cette “formation à la mise en scène”. Je consultai parmi
les metteurs en scène en place, peu étaient convaincus. Ce ne fut pas
facile de venir à bout de leur réticence. Le Ministère de la Culture étudia
ce projet avec scepticisme. Le financement modeste fut apporté par la
direction de l’AFDAS et l’AFAA. L’aventure commença, ce fut le projet de
l’Institut Nomade de la Mise en scène. Un mois durant avec un passeur,
les nomades travaillaient sur une œuvre et effectuaient un passage à l’école
du TNS, entre les mains de techniciens de grande expérience. Le monde de
l’Est s’ouvrait. J’organisai des séjours dans des théâtres, lieux qui abritaient
des écoles, Saint-Pétersbourg – Lev Dodine, Moscou – Piotr Fomenko,
Cracovie – Krystian Lupa, et les nomades JTN issus des maquettes se
passionnèrent… Plusieurs d’entre eux animeront une compagnie, seront
nommés dans des centres dramatiques nationaux et à la tête d’un théâtre
national. Puis en 2001, l’Unité Nomade de Formation à la Mise en scène
s’installa au CNSAD, où les nomades seront recrutés par concours.
Merci à ceux qui m’ont aidée, ils se reconnaîtront.
M
J’ai fait trois stages dans le cadre de l’Institut Nomade de la Mise en Scène :
un stage au Maly éâtre de Saint-Pétersbourg avec Lev Dodine, un stage
au TNS en régie plateau, lumière et son, et un troisième stage à la Ernst
Busch Schule de Berlin, avec Manfred Karge. Je continue à penser que
cette formule de l’Institut Nomade en tant que formation professionnelle
est unique et irremplaçable. Le concept développé par Josyane Horville
impliquait que l’on rencontre des équipes de théâtre, que nous voyions la
manière dont le travail s’organisait dans le cadre d’une création et que nous
assistions à toutes les étapes. En parallèle, je travaillais sur mes mises en
scène et je renouvelais mon exigence au contact des grands metteurs en
scène que je rencontrais. Le stage du TNS m’a permis de creuser un désir
d’enfance : la machinerie de théâtre. J’ai pu avoir accès à certaines
connaissances allant de la machinerie traditionnelle aux technologies
contemporaines que j’ai mises en application dans la scénographie du
Balcon de Genet que j’allais monter. Le stage de Berlin m’a avant tout
permis de découvrir la vitalité de cette métropole théâtrale.
à Saint-Pétersbourg, j’ai observé des fonctionnements, des positionnements,
une pratique, qui nourrissent aujourd’hui encore mon travail de metteur
en scène et de directeur de théâtre. J’avais eu l’occasion de voir des spectacles
de Lev Dodine (Gaudeamus, Frères et Sœurs) avec le même ensemble de
comédiens que j’ai rencontré à Saint-Pétersbourg. Je voulais voir de
l’intérieur comment c’était fabriqué. Le stage au Maly fut une expérience
complète, une immersion culturelle, artistique, linguistique et humaine.
Avec les cinq autres metteurs en scène français, on s’est confrontés à un
éâtre d’Art à la russe. C’était une écriture de plateau, rien n’était
préalablement finalisé, Dodine faisait travailler les acteurs selon plusieurs
techniques, par improvisations, déléguant à des acteurs-assistants un
travail d’esquisse. Parfois jusqu’au chantage affectif, échangeant les rôles
des acteurs jusqu’au dernier moment, c’était très autoritaire. Dodine
construisait cet aller-retour constant entre la vie du pays, l’actualité politique
et Tchevengour, le roman de Platonov qu’il était en train d’adapter pour la
scène. Sur le plateau, on a vu à l’œuvre un travail collectif, un chœur
d’acteurs exceptionnel. On répétait dans un local tout petit, et il y avait
une telle écoute que personne ne se gênait. Cela m’a aidé, notamment dans
mon travail de pédagogue.
DE GAUCHE À DROITE
ALEXANDRE SOULIÉ (TNS 96)
OLIVIER BRUN (CNSAD 95)
LAURENCE JEANNERET (CNSAD 77)
ANNE CRESSENT (CNSAD 03)
GÉRALDINE MARTINEAU (CNSAD 08)
ANNE SAUBOST (CNSAD 01)
MARIE RÉMOND (TNS 07)
PASCAL VANNSON (CNSAD 96)
RÉGIS ROYER (CNSAD 96)
DELPHINE COGNIARD (CNSAD 03)
_
(28)
_
(29)
.2000
.2000
MARC SUSSI
DIRECTEUR DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL DEPUIS 2000
LE JTN AUJOURD’HUI
En prenant mes fonctions, j’ai hérité d’un outil en ordre de marche.
Josyane Horville a su donner au Jeune éâtre National un nouveau
souffle en introduisant le principe des auditions et des maquettes.
Après avoir effectué quelques travaux, agrandissement de la salle de
répétition, création d’une troisième salle, nous nous sommes attachés
à développer les missions et les actions du JTN :
- Augmentation du nombre de maquettes
- Ouverture à l’international
- Création d’un “comité de lecteurs”
- Accueil des artistes des sections dramaturgie et mise en scène, créées par
Stéphane Braunschweig à l’école du TNS
- Création d’un festival à l’Odéon-éâtre de l’Europe favorisant la
visibilité des jeunes artistes issus des écoles supérieures. Cette
manifestation se poursuit depuis 2010 au CDN de Dijon, dans le cadre
de éâtre en Mai
- Création d’un répertoire de l’ensemble des artistes issus des écoles
supérieures d’art dramatique.
L’équipe
Élisa Cornillac, administratrice depuis 2006
Anne Dauphin, responsable de l’accueil et des auditions depuis 2001
Daniel Gacon, régisseur général jusqu’en 2002
Agnès Quinzoni, secrétaire générale
Nicolas Royer, administrateur de 2001 à 2006
DIRECTEUR : MARC SUSSI
PRÉSIDENTS : MARCEL BOZONNET 1993-2000
CLAUDE STRATZ 2001-2007
DIRECTEURS DU CNSAD
MURIEL MAYETTE DEPUIS 2007
ADMINISTRATEUR GÉNÉRAL DE LA COMÉDIE-FRANÇAISE
VICE-PRÉSIDENTS : STÉPHANE BRAUNSCHWEIG
DIRECTEUR DU TNS 2000-2008
DANIEL MESGUICH DEPUIS 2008
DIRECTEUR DU CNSAD
SECRÉTAIRE : JULIE BROCHEN DEPUIS 2008
DIRECTRICE DU TNS
M
DE GAUCHE À DROITE
MARIE-LAURE ROCHER (TNS 93, SECTION SCÉNOGRAPHIE)
PHILIPPE DELBART (CNSAD 92)
ARNAUD CHURIN (CNSAD 95)
DENIS EYRIEY (TNS 05)
CÉCILE BOUILLOT (CNSAD 93)
OLGA GRUMBERG (CNSAD 96)
OLIVIER BALAZUC (CNSAD 01)
CÉCILIA HORNUS (CNSAD 86)
AURÉLIE RUSTERHOLTZ (TNS 93)
_
(30)
_
(31)
.2000
Nous avons
en charge 135 artistes,
comédiens(nes),
régisseurs,
scénographes-costumiers,
metteurs en scène,
dramaturges,
qui sont ayants droit JTN
pour une période
de trois ans
après leur sortie
de l’école.
M
DE GAUCHE À DROITE
NATHALIE BOURG (TNS 10)
GRÉGOIRE BAUJAT (CNSAD 08)
PIERRE-HENRI PUENTE (TNS 89)
HÉLÈNE ARIÉ (CNSAD 70)
JANAINA SUAUDEAU (CNSAD 07)
JEAN-CHARLES CLICHET (TNS 08)
CATHERINE GANDOIS (CNSAD 76)
AGATHE ROUILLIER (TNS 96)
THIBAUT EVRARD (CNSAD 10)
JULIE-ANNE ROTH (CNSAD 99)
BRICE COUSIN (TNS 07)
FRANÇOIS DE BRAUER (CNSAD 10)
ALIX RIEMER (CNSAD 10)
ANNE CAILLÈRE (TNS 95)
_
(32)
_
(33)
VU PAR
LA
DIRECTRICE
DE L’ÉCOLE
DU TNS
ET LE
DIRECTEUR
DU CNSAD
LE JTN
..
.
_
(34)
_
(35)
JULIE BROCHEN
DANIEL MESGUICH,
COMÉDIENNE CNSAD 1994, METTEUSE EN SCÈNE, DIRECTRICE DE L’ÉCOLE DU TNS DEPUIS 2008
COMÉDIEN CNSAD 1973, METTEUR EN SCÈNE, DIRECTEUR DU CNSAD DEPUIS 2008
Le JTN a été pour moi l’expérience d’un premier lieu “public” et “libre”.
Lieu d’apprentissage, de recherches et de découvertes, il ouvrait des
perspectives mais aussi de nouvelles responsabilités, ce qui impliquait pour
moi des droits, mais aussi et surtout, des devoirs, des règles communes, des
principes qu’il nous fallait toujours travailler, réfléchir et re-définir.
En 1991, Daniel Mesguich évoquait dans la publication anniversaire des
vingt ans du JTN, son expérience de metteur en scène engageant des
acteurs du JTN sur ses spectacles :
Ces acteurs, ces techniciens, parfaitement formés dans nos écoles
nationales et très talentueux, m’ont permis de créer des spectacles qui ont
eu un retentissement auprès du public, ils restent mes amis et, au-delà de la
période dite JTN, je continue à travailler avec eux.
La première découverte saisissante et enrichissante était la rencontre
des élèves du Conservatoire et ceux de l’école du TNS, qui bénéficiaient
alors d’une année supplémentaire pour compenser l’éloignement
strasbourgeois vis-à-vis des professionnels côtoyés pendant nos trois années
au Conservatoire de Paris. La règle était juste, démocratique comme
celle des concours, et les lois, celles d’un service public réaffirmé et fort
de cette nouvelle “institution” qu’était alors le JTN.
En 2011, il parle du JTN de son point de vue de directeur du
Conservatoire :
Il m’est arrivé de réfléchir à ce que c’était que le JTN, non pas parce que ça
me regarde directement, mais parce que ça me regarde indirectement,
puisque, pour les élèves du Conservatoire, c’est, d’une certaine manière, un
“prolongement” de leurs années d’école, c’en est une forme d’ultime étape.
Et je pense qu’il est formidable tel qu’il existe. Il remplit parfaitement sa
vocation affichée, celle d’être un outil d’“insertion professionnelle”,
comme on dit. Et, en effet, il aide efficacement les jeunes acteurs et les
techniciens issus des deux écoles nationales du ministère à “prendre pied”
dans les métiers qu’ils ont choisis.
Mais il ne les aide pas seulement de manière infrastructurelle, il les aide
aussi, et peut-être surtout, à “y voir” un peu plus clair. Il les aide à
s’orienter, il les guide. Il provoque des rencontres, par les auditions, par les
maquettes. Certaines de ces rencontres ne se concrétisent pas toujours tout
de suite, mais elles auront eu lieu là. Le JTN n’est plus une troupe depuis
longtemps, mais il en a gardé une partie de l’esprit. Il les maintient en
contact les uns avec les autres, il permet la naissance effective d’aventures
conçues au sein de l’école.
Bref, il offre à tous ces jeunes gens un lieu, encore, des possibles. Après les
années d’école, où ils sont tout de même extrêmement choyés et en partie
pris en charge, il est une sorte de sas qui finit de les accompagner en
douceur jusqu’à leur autonomie artistique. En cela, il est irremplaçable.
Nous apprenions à nous connaître et à travailler ensemble, à développer
pour certains d’entre nous des projets, fondement et socle de nos histoires
de compagnies en devenir qui naissaient là dans un accompagnement
rigoureux, exigeant, initiatique et professionnel. Les auditions existaient
déjà, mais mes souvenirs les plus forts furent ces “maquettes” proposées par
Josyane Horville, dont certaines sont devenues des spectacles : je pense
bien sûr à Trézène Mélodies mis en scène par Cécile Garcia Fogel, prix de la
critique et longue tournée après une reprise au éâtre de la Bastille,
je pense encore au éâtre de la Bastille quand nous l’avons envahi, grâce
à Jean-Marie Hordé et Marc Sussi, avec notre Penthésilée mise en pièces, notre
“Fête des roses”, mais aussi aux Veilleurs écrit et mis en scène par Arnaud
Poujol, et à beaucoup d’autres émotions de spectatrice de ce “foyer”
en commun que nous avions rue des Lions Saint-Paul. Il y eut aussi des
rencontres importantes, de celles qui vous marquent et vous transforment
à jamais... Parmi elles et loin devant pour moi, le travail conduit
par Claude Régy et Maryse Gautier sur Maeterlinck dans ce que Josyane
Horville appelait la préfiguration de l’Institut Nomade de la Mise en
Scène.
Il y avait aussi le grand miroir, la machine à café, les canapés fatigués
et Daniel Gacon à qui je ne peux aujourd’hui que rendre hommage, un
caractère revêche, mais un gardien du temple qui nous laissait parfois
répéter beaucoup plus tard dans la nuit, ce qui a permis des séances de
travail inoubliables pour moi.
J’ai été marquée par ces trois années au JTN, elles me constituent encore
aujourd’hui dans la continuité d’un temps ardent et privilégié, celui de
l’école au sens d’une école d’Art et de vie, sans début ni fin. C’est au JTN
que nous trouvions cette nécessité commune de continuer ensemble et
de prolonger nos apprentissages respectifs en les croisant, en les partageant,
en les confrontant.
Aujourd’hui, alors que j’éprouve chaque jour le bonheur de diriger l’école
du TNS, lieu de transmission exigeant certes, mais aussi espace permanent
d’expérimentations, de recherches, de risques et de désirs pour l’ensemble
de ses élèves durant leurs trois années communes, le JTN est plus que
jamais à mes yeux le prolongement de ce temps de formation, le lieu où,
dans cette continuité, tout se poursuit, où tout se crée.
_
(36)
_
(37)
L’AUDITION
..
.
MARC SUSSI
PROPOS RECUEILLIS PAR MURIEL MALGUY
MODE D’EMPLOI
La mise en place du “principe de l’audition”, qui oblige un metteur en scène
souhaitant un financement du Jeune Théâtre National à rencontrer les comédiens(nes) disponibles aux dates de répétitions et de représentations de son
spectacle, est un système d’insertion qui continue aujourd’hui à faire ses
preuves.
Chaque année, le JTN organise une quarantaine d’auditions, au cours desquelles les artistes sont confrontés, dès leur sortie de l’école, à des esthétiques
différentes. À la suite de ces rencontres, ils jouent dans des productions menées
par des artistes expérimentés ou par de jeunes metteurs en scène dont j’ai la
conviction qu’ils ont un avenir. Le Jeune Théâtre National leur permet de nouer
des complicités artistiques durables et d’acquérir un premier parcours professionnel. Ils s’inscrivent ainsi rapidement dans le milieu théâtral.
80% des projets que nous soutenons sont des projets de compagnies.L’aide du
JTN est pour celles-ci un soutien financier incontestable, elle est même vitale
pour les compagnies émergentes, qui n’auraient ni la possibilité ni les moyens
financiers d’engager des artistes formés dans une école supérieure.
LA PARITÉ
Le métier d’acteur est plus difficile pour une femme. Mais comment pourraitil en être autrement ? Les auteurs, même contemporains, écrivent encore majoritairement pour des hommes. Je veille, cependant, à respecter l’équité : il y a
autant de contrats d’engagement pour les comédiennes que pour les comédiens.
Le nombre de projets de maquettes initiées par les femmes est, lui aussi, équivalent à celui initié par les hommes.
En revanche, nous recevons beaucoup moins de demandes de participation
financière de metteuses en scène. Les femmes ont plus de difficultés à produire
et à diffuser leurs spectacles.
_
(38)
_
(39)
L’AUDITION
REGARDS
SUR LES AUDITIONS,
PAROLES
D’ACTRICES, D’ACTEURS
ET DE
METTEURS EN SCÈNE
Du côté des metteurs en scène
CLÉMENT POIRÉE
METTEUR EN SCÈNE
Au moment de faire ma première audition au JTN pour Kroum l’ectoplasme, qui
était aussi mon premier spectacle, j’avais un gros souci : je n’avais aucune idée
de la manière dont cela pouvait se passer. Je n’avais jamais ni assisté, ni passé
une audition. Je me suis donc résolu à aller voir Philippe Adrien, avec qui je travaillais comme assistant, pour le lui demander. Sa réponse m’avait alors désarçonné : “Évite les relations contre-transférentielles”. Qu’est-ce qu’il voulait
que je fasse de ça ? Je m’en sers encore. La particularité des auditions du JTN,
c’est que les personnes qui se présentent à nous ne sont pas filtrées par des critères préalables. On se retrouve souvent en butte avec cette incompatibilité
première entre l’acteur qui se présente et l’imaginaire du rôle qu’on trimballe.
C’est par moments un peu fastidieux et embarrassant, mais c’est aussi un exercice très intéressant qui permet de décliner un éventail de possibilités, d’écouter
les nombreuses résonances que peut avoir un rôle, et bien souvent, de préciser
notre propre approche de ce rôle. C’est un vrai moment de travail.
BRIGITTE JAQUES-WAJEMAN
METTEUSE EN SCÈNE
Je considère les auditions comme de véritables séances de travail. Elles ont lieu
souvent avec l’aide d’un assistant et parfois une partie de la troupe déjà engagée y participe. Suite à ces auditions, j’ai eu, à maintes reprises, d’excellents
retours de la part des comédiens, même s’ils n’avaient pas été retenus pour le
spectacle. Je tente d’expliquer le spectacle à venir dans une note d’intention
précise, afin de bien faire comprendre le sens du projet. Mais certains comédiens se présentent parfois pour faire connaissance, même s’ils savent déjà
qu’ils ne correspondent pas au projet. Et c’est très bien. J’ai souvent engagé les
comédiens que j’ai connus au JTN pour les trois ou quatre spectacles suivants !
Dans la mesure où le système de l’emploi aidé peut aider les compagnies à
s’ouvrir à de jeunes acteurs, scénographes, costumiers ou régisseurs, je n’en
pense que du bien. C’est une aide appréciable ! Ce système d’aide permet,
pendant trois ans, à ces jeunes acteurs de s’inscrire rapidement dans l’aventure
théâtrale et de commencer leur carrière avec des metteurs en scène exigeants
et confirmés. Ce système est désormais imité par les écoles de théâtre régionales, ce qui garantit, quelque temps, un emploi aux jeunes acteurs, ainsi
qu’une vraie qualité dans les projets qui leur sont offerts, et permet en même
temps à certains projets rares, qui peinent à parfaire leur financement, de se
réaliser.
JACQUES OSINSKI
METTEUR EN SCÈNE, DIRECTEUR DU CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL DES ALPES
Je suis plus à l’aise avec l’entretien individuel, et moins avec l’audition en
groupe. On peut passer à côté des gens, même en entretien individuel ; il peut
y avoir aussi des acteurs qui ne correspondent pas aux rôles mais c’est l’occasion de rencontrer des gens. Depuis 2002, une famille d’acteurs est née de ces
rencontres au JTN avec qui j’ai travaillé de manière régulière. J’ajoute que j’ai
rencontré via le JTN un costumier-décorateur et un dramaturge qui sont devenus des collaborateurs réguliers.
J’ai souvent un à deux comédiens JTN par projet. Quand j’étais en compagnie,
cela pouvait représenter 20% de mon budget ; maintenant que je suis dans une
structure plus solide, cela varie. Il y a un intérêt financier et artistique des deux
_
(40)
_
(41)
L’AUDITION
côtés, du côté du metteur en scène et du côté des acteurs qui sont embauchés.
Mais il faut jouer le jeu : si on a des rencontres fortes avec des artistes, il faut les
réemployer.
d’un autre. Aussi, le but est-il de se distinguer naturellement, c’est-à-dire de
créer une évidence, quelque chose d’objectif, à partir d’un matériau éminemment subjectif. Nous avons la chance, au théâtre, à la différence du cinéma,
d’auditionner directement avec le metteur en scène. C’est un luxe car cela permet de faire une vraie proposition comme acteur, qui peut faire évoluer, voire
transformer, la façon dont le metteur en scène pensait le rôle ou la pièce.
OLIVIER BALAZUC
COMÉDIEN CNSAD 2001, AUTEUR, METTEUR EN SCÈNE
Passer des auditions a été l’occasion pour moi de croiser des façons différentes
de faire ce métier, d’envisager la pratique du théâtre (même si je n’ai jamais été
engagé). J’ai longtemps rêvé de faire un spectacle à partir des ces expériences,
bonnes ou mauvaises. On entre dans l’œuvre de quelqu’un quand on est comédien, mais ce qui fait la joie du métier, c’est qu’il s’agit d’une collaboration. Le
théâtre est un exercice collectif. Le metteur en scène est un chef d’équipe, il
fédère les énergies et fait en sorte que les gens se rencontrent, mais tout le
monde participe de cette œuvre commune. Plus tard, quand je suis venu faire
passer des auditions à mon tour, j’ai tenté de créer les conditions d’une rencontre. En tout cas, ce qui me semble essentiel, c’est qu’au JTN, le principe de l’audition fonctionne dans les deux sens. Les metteurs en scène voient les comédiens qui le souhaitent et se doivent de recevoir tous ceux qui en font la demande.
Au-delà d’un enjeu immédiat, la vraie rencontre peut se faire dans le temps...
CAMILLE DE SABLET
COMÉDIENNE CNSAD 2009
Une audition, c’est une rencontre humaine entre deux artistes qui ont autant
besoin l’un de l’autre. Je trouve les auditions souvent très courtes et assez
déstabilisantes. Il y a aussi l’idée de concurrence qui, pour moi, n’est pas le
théâtre. Je ne passe pas toutes les auditions, et je cherche, avant de venir, à en
savoir plus sur le metteur en scène, son univers, ses recherches, l’esthétique,
son parcours, sa distribution, ce qui l’intéresse. Comme l’audition dure très
peu de temps, je fais ma recherche auparavant. Je pars du principe qu’on se
choisit aussi mutuellement. J’aimerais m’exprimer sur un phénomène, qui est
celui qu’étrangement, la plupart des metteurs en scène, pour les rôles féminins, viennent chercher des très jeunes femmes au JTN, alors même que le
concours du Conservatoire vient d’être reculé à 26 ans. Il faut se souvenir que
l’âge des jeunes comédiennes au JTN peut aller jusqu’à 30 ans !
Du côté des actrices et des acteurs
JULIE PALMIER
COMÉDIENNE TNS 2010
Les journées d’auditions en groupe sont plus agréables et plus faciles à aborder
que l’audition individuelle. Je me renseigne avant sur le parcours du metteur en
scène et j’y vais au moins pour la rencontre. On a une chance énorme, en tant
que comédien(ne) JTN, d’avoir accès à toutes ces auditions, mais il faut bien
comprendre que c’est surtout un espace de rencontre qui peut aussi aboutir à
quelque chose, plus tard. Cette idée admise, on est moins touché par le fait de
ne pas être pris.
JULIA VIDIT
COMÉDIENNE CNSAD 2003, METTEUSE EN SCÈNE
Parfois la personne sait exactement ce qu’elle cherche : par exemple si elle
cherche une petite femme fragile et maigre, ce n’est pas moi. Donc, je me
déplace pour rien, et en même temps, je ne me déplace pas pour rien parce
qu’un jour, elle aura peut-être besoin d’une femme plantureuse comme moi. Il
faut croire à cela, se dire qu’on rencontre peut-être quelqu’un pour plus tard.
YOHAN LOPEZ
COMÉDIEN CNSAD 2010
GÉRALDINE MARTINEAU
Quand je viens passer des auditions, la première chose qui m’intéresse est le
texte, quel que soit le metteur en scène. Si le texte ne me convient pas, si cela
ne me parle pas, je n’y vais pas. Et le choix du metteur en scène vient ensuite,
ce qu’il a fait, ce qu’il dégage. Je ne passe pas toutes les auditions, je fais des
choix personnels. J’ai choisi de faire ce métier pour le plaisir, je n’ai pas envie
d’être sur un plateau en sachant que cela ne va pas me convenir, je n’ai pas
envie de “faire du cachet”. Je préfère encore faire un petit boulot à côté, je vis
vraiment des choses qui me parlent, où je m’épanouis.
COMÉDIENNE CNSAD 2008
Le système de l’audition est assez efficace. Faire une proposition de jeu, entrer
dans la matière du texte que le metteur en scène a choisi de monter, se rencontrer par le travail en somme : c’est sans doute le meilleur moyen pour qu’il y
ait la possibilité d’une rencontre. Je commence à travailler une audition en me
disant : si j’ai le rôle, qu’est-ce que j’en ferai ? Je suis dans cette optique-là,
plutôt que de me demander ce qui va plaire au metteur en scène. Si je veux vraiment une audition, je me renseigne avant, je lis plusieurs fois la pièce, je vais
voir le travail du metteur en scène. Mais je travaille surtout en pensant à ce que
je ferai de personnel avec le rôle.
NICOLAS CARTIER
COMÉDIEN TNS 2005
Cette aide au salaire a été précieuse, notamment parce que j’étais engagé par
des jeunes compagnies. Cela a permis à ces compagnies d’avancer, de démarrer vraiment. En ayant la possibilité de travailler, de montrer le travail, elles ont
pu trouver des partenaires, des coproducteurs, augmenter leur volume financier. Aujourd’hui, nous travaillons toujours ensemble. Ces compagnies comptent de nombreux acteurs anciens JTN.
PIERRE-BENOIST VAROCLIER
COMÉDIEN CNSAD 2009
Le principe de l’audition, je trouve cela assez juste, assez républicain, avec la
même chance pour tous ; et, de fait, pour entrer dans une de ces écoles, il faut
a priori s’y être déjà préparé. Être acteur ou actrice, c’est dépendre du désir
_
(42)
_
(43)
LES
MAQUETTES
..
.
REGARDS
SUR LES MAQUETTES
JEAN-YVES RUF
COMÉDIEN TNS 1996, METTEUR EN SCÈNE
Nous avons répété une maquette pendant plusieurs semaines en faisant toutes
les tentatives possibles. Et nous avons joué cette maquette au JTN. Nous avons
pris le mot “maquette” au sens strict du terme, parce que pour nous, cela
n’était pas forcément l’occasion de vendre un futur spectacle, mais plutôt de
recueillir des retours pour nourrir un processus de recherche. Ce qui nous
importait était non pas de savoir si notre spectacle était programmable ou pas,
on savait qu’il ne l’était pas, mais d’expérimenter notre travail en public et
d’observer quelles résonances il produisait.
Chaque année, nous présentons dans nos locaux une dizaine de
maquettes de spectacles à la profession. Elles sont réalisées par
des artistes du Jeune Théâtre National, ou des écoles supérieures d’art
dramatique, qui mettent en scène des comédiens(nes) issus de
ces écoles. Bon nombre de ces maquettes deviennent par la suite
des spectacles, avec ou sans le soutien financier du JTN. Nous
observons que ces équipes continuent à travailler ensemble longtemps
après leur sortie du JTN, c’est très encourageant.
Les maquettes, comme les auditions, sont les piliers de notre politique
d’insertion professionnelle.
OLIVIER BALAZUC
COMÉDIEN CNSAD 2001, AUTEUR, METTEUR EN SCÈNE
Le JTN est d’abord un lieu où l’on se retrouve, une sorte de soupape vers la vie
professionnelle. Il y a des banquettes nettement plus confortables qu’aux Assedics et une machine à café. Cela permet, au sortir de l’école, de transformer
l’attentisme en laboratoire de projets, de penser des maquettes, de faire le
point, de réfléchir à notre métier et d’avoir des interlocuteurs, bref de ne pas
dépendre complètement du jeu des auditions. Au théâtre, on est vraiment heureux et épanouis quand on rencontre la famille avec laquelle on va faire un bout
de chemin. Le JTN est une occasion de fédérer une famille artistique et de lui
trouver un premier foyer, même s’il est essentiel d’en sortir.
SABRINA BALDASSARRA
COMÉDIENNE CNSAD 2003
Le système des maquettes est très précieux. C’est un espace de visibilité et il
faudrait que cela le soit encore plus. Le collectif que nous avons créé quand
nous étions au JTN a utilisé la compagnie de l’une d’entre nous, Lucie Nicolas,
qui n’était pas JTN mais faisait partie du Comité de lecture du JTN. La compagnie existait déjà structurellement. On a présenté un épisode de Foucault 71 en
maquette au JTN. On a fait venir du monde, mais pas tant de professionnels que
cela. On a invité une amie metteuse en scène, Pauline Bureau. Elle en a parlé à
Christian Benedetti, le directeur du Théâtre-Studio d’Alfortville. Et lui, en toute
confiance, a décidé de nous programmer. Voilà comment cela a démarré.
Aujourd’hui, nous tournons notre projet sur Foucault, divisé en épisodes, donc
différents spectacles, qui chaque année, trouvent des lieux de diffusion. Il faut
cibler les professionnels, c’est un aspect capital. Il faut consolider son réseau,
ce n’est pas vraiment au JTN qu’on fera de nouvelles rencontres pour vendre un
spectacle. Pour que ces espaces de visibilité soient utiles, il faut faire un vrai
travail de diffusion en amont.
_
(44)
_
(45)
LES MAQUETTES
VIOLETTE BELKADI
GABRIEL DUFAY
RESPONSABLE DE LA PROGRAMMATION DU NOUVEAU THÉÂTRE DE MONTREUIL, CDN DE MONTREUIL
COMÉDIEN CNSAD 2007, METTEUR EN SCÈNE
Je suis assez régulièrement la présentation des maquettes du JTN et je trouve
pertinent de faire découvrir le travail des jeunes artistes qui démarrent dans le
métier. Ces maquettes, même si je ne les ai pas accueillies directement, m’ont
permis de découvrir, entre autres, le travail de Frédéric Sonntag, Julia Vidit,
Sandrine Lanno, Hedi Tillette de Clermont-Tonnerre et Pauline Bureau. Ces
deux derniers ont été accueillis par le Nouveau Théâtre de Montreuil et le CDN
a coproduit le spectacle de Pauline Bureau, Modèles.
Le JTN m’a vraiment servi en tant qu’outil de création. À ma sortie du Conservatoire, j’ai eu à cœur de regrouper certains acteurs autour d’un projet. J’ai
répété dans les locaux du JTN et au Conservatoire. J’ai joué deux fois la maquette.
J’ai dû quand même faire un énorme travail de diffusion au préalable. C’est certain qu’il faut se battre. Par la suite, sur les nombreux professionnels contactés,
une dizaine s’est déplacée, dont des metteurs en scène qui en ont parlé autour
d’eux. Très lentement, le projet s’est mis en place. C’est un long travail. J’ai
monté une partie du spectacle au JTN et j’ai eu la chance d’être dirigé alors vers
le Théâtre Vidy-Lausanne, formidable lieu de création, qui m’a programmé et a
permis que la production se concrétise. Je pense que le principe de la maquette
est essentiel. Cela pourrait encore évoluer, mais c’est un avantage indéniable
de pouvoir explorer notre pratique dans le cadre du JTN.
AURÉLIE NAMUR
COMÉDIENNE CNSAD 2004, METTEUSE EN SCÈNE
Au cours d’un stage européen en Italie, j’ai rencontré celle avec qui j’ai fondé
une compagnie. J’ai alors écrit un premier spectacle. Il était déjà coproduit par
une scène conventionnée, mais présenter la maquette au JTN a permis de se
faire repérer. Paris est une vitrine, c’est presque incontournable de s’y produire : les professionnels qui viennent de province se déplacent plus volontiers
sur Paris, cela leur donne la possibilité de voir plusieurs choses en un temps
donné. Marc Sussi m’a donné un très bon conseil, il m’a dit que si je ne faisais
pas un travail de diffusion acharné un mois avant la date, il n’y aurait personne
ou presque. J’ai donc suivi son conseil, et nombre de programmateurs étaient
au rendez-vous. Bien qu’ayant fait le CNSAD, je n’étais pas spécialement cooptée, ayant travaillé avec peu de metteurs en scène reconnus. Le JTN donne une
alternative quand on n’est pas totalement coopté. Les programmateurs qui
sont venus n’ont pas forcément acheté le spectacle, mais nous ont repérées et
aujourd’hui, la compagnie a grandi, a tourné. L’ONDA est notamment venu et
nous a permis de nous faire connaître dans un premier réseau.
PAULINE BUREAU
COMÉDIENNE CNSAD 2004 METTEUSE EN SCÈNE
À la sortie du Conservatoire, on a fondé une compagnie, La Part des Anges, avec
quelques acteurs de ma promotion. Le JTN nous a accompagnés sur les premiers projets et continue à le faire sur certaines créations. Les maquettes, c’est
très important : cela permet de faire du JTN un lieu de recherche et de création,
où on peut être soi-même moteur de ses projets. C’est plus facile que dans bien
des endroits pour faire venir des professionnels. On a tourné le spectacle Lettres de l’intérieur (présenté en maquette en 2007), trois saisons de suite. Il se
jouait encore la semaine dernière au Théâtre 71 à Malakoff. La plupart des
acteurs JTN avec qui j’ai travaillé étaient ceux de ma promo et on continue à
avancer ensemble.
JULIA VIDIT
COMÉDIENNE CNSAD 2003, METTEUSE EN SCÈNE
Le CDN de Thionville, dirigé par Laurent Gutmann, avait mis en place les Plateaux Lorrains, dispositif d’aide à la maquette en vue d’une future production.
Une des conditions était d’être une structure basée en Lorraine, ma région
d’origine. Le théâtre sélectionnait sur dossier trois compagnies pour présenter
une étape de travail, il finançait une semaine de création dans un lieu correct
avec des techniciens pour présenter deux fois la maquette. J’ai pensé que
c’était intéressant que cette maquette aille aussi au JTN. J’ai fait un gros travail
de diffusion, et surtout le CDN de Thionville m’a aidée à diffuser l’information
auprès de professionnels pour qu’ils viennent la voir. C’était très précieux
d’avoir un lieu de représentation à Paris. C’est court, parce qu’on ne joue que
deux fois : il faut férocement préparer l’information pour faire venir les professionnels !
_
(46)
_
(47)
LE COMITÉ
DE LECTEURS
DU JTN
..
.
REGARDS SUR LE COMITÉ
DE LECTEURS
MAXIME LE GALL
COMÉDIEN CNSAD 2006
Un Comité de lecteurs, ouvert à l’ensemble des artistes issus
des écoles supérieures, se réunit régulièrement au JTN. Il permet à ces
artistes de se rencontrer et d’échanger leur point de vue sur des
pièces de théâtre contemporaines. Le Comité organise quatre à cinq
lectures par saison et est régulièrement sollicité pour participer à des
manifestations dédiées à l’écriture contemporaine.
Je suis au comité depuis ma sortie du Conservatoire en 2006. Dès mon arrivée,
j’ai découvert un comité auto-géré, qui n’existe que parce que les ayants droit
JTN l’animent, avec la forte complicité de l’équipe du JTN. Ma première année
de comité fut marquée par un événement autour de l’année Lagarce : nous
avons fait une soirée autour de l’œuvre de Lagarce, qui s’appelait Ce que je veux
dire (...). C’était déambulatoire, il y avait des lectures, des enregistrements, un
court métrage. Deux petites formes extraites de cette soirée sont devenues des
spectacles. Le comité, c’est le seul moment où j’ai pu vraiment rencontrer
d’autres promotions, d’autres écoles. Nous avons changé l’appellation “comité
de lecture” en “comité de lecteurs”, car nous ne sélectionnons pas de texte,
comme dans un comité de lecture, nous choisissons, nous ciblons les textes sur
lesquels nous voulons travailler. Cela fait d’ailleurs l’objet de réunions en début
de semestre où nous définissons l’axe de nos recherches pour les semaines à
venir, où nous prenons acte des agendas de chacun, pour qu’il puisse y avoir,
au bout du compte, des présentations, des lectures, l’accès à des salles pour
des événements, etc. Nous avons organisé, avec la complicité du Centre National du Théâtre et de Laurent Lalanne, une soirée qui s’appelait Prochainement
dans vos salles, où nous réunissions des textes inédits, que nous mettions en
lecture. Au cours de cette soirée d’ailleurs, un auteur dont le texte était mis en
voix a découvert un acteur qu’il a embauché sur son spectacle. La soirée même
a eu une suite, puisqu’elle a été achetée pour un événement théâtral. Ce comité
peut faire advenir des impulsions fortes quand on arrive à les saisir. Cela m’a
apporté beaucoup. Quand on m’appelle maintenant pour des lectures, des
mises en voix à la radio, etc. je me sens à l’aise, à ma place, j’ai un vrai goût pour
cela. J’ai aussi la chance d’être en relation avec des auteurs, ce que je trouve
passionnant.
NOÉMIE ROSENBLATT
COMÉDIENNE CNSAD 2008
Je suis entrée au comité dès mon arrivée au JTN. Cela permet de découvrir des
auteurs, et surtout, de rencontrer des comédiens d’autres écoles et d’autres
promotions. Nous travaillons toujours sur un temps court avec un des membres
du comité qui prend en charge le projet. L’objectif étant simplement de faire
entendre un texte, la seule motivation des membres du comité est de se rencontrer et s’offrir un bon moment de travail en parallèle à nos projets personnels. Il y a donc une très bonne ambiance, un bon état d’esprit. Ce sont des
moments de travail exigeants et légers. Pour moi, ce sont des respirations entre
des projets plus lourds, et dans des moments plus creux, cela me permet de
garder une activité, d’avoir un espace de réflexion, de création, et de rester
dans une bonne énergie de travail. Nous espérons faire sortir certains textes du
comité et peut être aller vers des mises en scène. À suivre.
_
(48)
_
(49)
LE JTN
ET LES ÉCOLES
SUPÉRIEURES
..
.
MARC SUSSI
PROPOS RECUEILLIS PAR MURIEL MALGUY
Le JTN et les autres dispositifs
d’insertion professionnelle
Ces écoles, nées pour la plupart dans le cadre de la décentralisation, ont créé
leurs dispositifs d’insertion pour nourrir et enrichir l’activité théâtrale de leur
région, ce qui n’exclut pas qu’elles aident également leurs artistes à se produire
sur le territoire national et international. Il n’y aurait donc pas grand sens à
regrouper l’ensemble de ces artistes au sein d’une seule et même structure
francilienne. L’autonomie des différents dispositifs d’insertion des écoles est à
préserver. Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas travailler ensemble, au
contraire, il est important que nous ayons des règles communes afin de pouvoir
soutenir des actions et des projets communs.
La mise en réseau
des systèmes d’insertion
L’Europe
Il faut dire et redire qu’il est souhaitable d’entrer dans une école
supérieure pour exercer le métier d’acteur. Les écoles
supérieures dispensent un enseignement de qualité et, à l’issue
de la formation, garantissent à leurs élèves un début de parcours
professionnel, en partie grâce aux dispositifs d’insertion que
la majorité d’entres elles ont mis en place.
La mise en réseau des systèmes d’insertion sous l’égide du JTN peut favoriser
l’émergence de jeunes artistes français en Europe. Il existe en effet un certain
nombre d’artistes au sein des onze écoles supérieures qui, même s’ils sont parfaitement bilingues, rencontrent des difficultés pour travailler hors de nos frontières. Le Jeune Théâtre National peut les aider en organisant dans ses locaux
des auditions avec des metteurs en scène étrangers. Une aide financière serait
accordée à ceux-ci, sur le même mode que celle accordée aux metteurs en
scène français, chaque système d’insertion finançant l’artiste dont il est issu.
Des auditions communes
Lorsqu’un metteur en scène recherche des acteurs ou des actrices pour jouer
des personnages d’origine étrangère, des rôles d’enfant ou encore des rôles
nécessitant des talents confirmés de chanteurs ou d’instrumentistes, il est possible, et même souhaitable, de lui faire rencontrer l’ensemble des comédiens(nes) du réseau des écoles possédant les caractéristiques qu’il recherche.
Des auditions communes pourraient également être mises en place sur des
projets de spectacles singuliers. Cette année, nous en avons fait l’expérience
avec Krystian Lupa. Pour son prochain spectacle, il souhaitait une distribution
composée de quatorze jeunes acteurs. À sa demande, l’audition a été ouverte
aux artistes de l’HETSR de Lausanne, de l’ESTBA de Bordeaux et du JTN. Nous
pourrions envisager trois ou quatre auditions de cette nature par saison. Ces
auditions créeraient incontestablement une dynamique entre les différents
dispositifs d’insertion et offriraient aux professionnels une meilleure connaissance du réseau des écoles.
_
(50)
_
(51)
LE JTN,
MODÈLE
D’INSERTION
..
.
La jeune création
Depuis quelques années, le Jeune Théâtre National fédère l’ensemble des
écoles supérieures et leurs différents dispositifs d’insertion pour favoriser
l’émergence de jeunes équipes qui se constituent à l’issue de leur formation
théâtrale.
Le Jeune Théâtre National et l’Odéon Théâtre de l’Europe avaient déjà présenté
aux Ateliers Berthier, en 2005, 2006 et 2007, une sélection de premiers spectacles d’artistes issus des écoles supérieures.
Depuis deux ans, le Théâtre Dijon Bourgogne a pris le relais. Nous collaborons
ensemble dans le cadre du festival Théâtre en Mai avec les mêmes ambitions :
offrir un espace de visibilité dans des conditions professionnelles à ces artistes.
L’objectif : aider les talents de demain à se faire connaître dès aujourd’hui, faciliter leur rencontre avec le public, encourager les expériences des uns et la
curiosité des autres.
Jean-Pierre Baro, Pauline Bureau, Le Groupe Incognito, Vincent Macaigne,
Richard Mitou, Mirabelle Rousseau, Émilie Rousset, Frédéric Sonntag, Lucie
Valon, pour n’en citer que quelques-uns, ont ainsi fait connaître leur travail. Ils
continuent aujourd’hui leur parcours de metteurs en scène avec une partie des
mêmes acteurs.
Forts de ces réussites, nous réfléchissons avec l’Office National de Diffusion
Artistique (ONDA) à créer, en Île-de-France, un festival de la jeune création qui
serait complémentaire de notre collaboration avec Théâtre en Mai.
ENTRETIEN AVEC BENOIT VREUX
DIRECTEUR DU CENTRE DES ARTS SCÉNIQUES
Je dirige le Centre des Arts Scéniques (CAS) qui est un peu l’équivalent
du JTN en Belgique francophone. Il a été créé en 1998 après une étude que
j’avais menée auprès du ministère de la Culture sur l’emploi et les jeunes et
pour laquelle j’avais rencontré Josyane Horville. Le Jeune Théâtre National est
devenu un modèle pour nous, nous nous en sommes beaucoup inspirés pour
créer le Centre des Arts Scéniques. Nous travaillons un peu de la même façon :
sont bénéficiaires du CAS, pendant trois ans, les comédiens issus des écoles
supérieures d’art dramatique au comité français : trois conservatoires, Mons,
Bruxelles et Liège, et deux instituts, l’INSAS et l’IAD. En ce qui concerne l’aide à
l’insertion, trois ans d’élégibilité est une bonne durée. Le CAS fonctionne
comme le JTN : je reçois des projets, j’organise une rencontre professionnelle
en deux temps ; un premier qui est une audition, puis un second avec un groupe
plus restreint de comédiens, parmi lesquels le metteur en scène choisit. Nous
intervenons financièrement, en prenant en charge 100% du salaire du comédien sur une période limitée à deux mois de répétitions, les structures de
production ayant à leur charge les charges patronales. Ne sont financés que les
acteurs ayant passé une audition, c’est une règle absolue. Nous organisons une
quinzaine d’auditions par an. Mes priorités sont les projets recherchant des
comédiennes, car nous avons deux tiers de comédiennes pour un tiers de comédiens. Nous ne présentons pas de maquettes, car nous n’avons pas de lieu
comme le JTN, ni de financement pour cela. Nous nous occupons également de
formation continue, mission que j’aimerais développer : nous mettons en place
trois projets par an, sous forme de stages de formation pour les acteurs.
_
(52)
_
(53)
LES
DISPOSITIFS
DES AUTRES
ÉCOLES
ET LE JTN
..
.
DIDIER ABADIE
DIRECTEUR DE L’ÉCOLE RÉGIONALE D’ACTEURS DE CANNES (ERAC)
C’est en avril 2004 que la Région Provence Alpes Côte d’Azur et la DRAC ont
décidé de mettre en place un mécanisme d’insertion professionnelle directement inspiré du JTN : le FIJAD (Fonds d’Insertion pour les Jeunes Artistes Dramatiques). L’objectif était de mettre en concordance les deux outils en favorisant les échanges et créant du même coup un réseau d’insertion. Le soutien à
la création artistique par le biais de l’aide à l’emploi renforce la cohésion des
deux systèmes et confère au JTN une place de tête de réseau sur l’insertion des
jeunes comédiens. C’est cette place qu’assure actuellement le JTN en permettant une concertation régulière et dynamique de l’ensemble des écoles de la
plateforme de l’enseignement supérieur pour la formation du comédien.
DOMINIQUE PITOISET
DIRECTEUR DE L’ÉCOLE SUPÉRIEURE DE THÉÂTRE BORDEAUX EN AQUITAINE (ETSBA)
La question de l’insertion dans le métier et le réseau doit être pensée dès le
début des cursus. Le groupe sortant participe ici toute la saison à des productions du TnBA (Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine). Pendant trois ans,
les élèves sortants bénéficient d’un système d’insertion professionnelle financé
par la Région Aquitaine qui garantit des salaires, comme le JTN. Il est bénéfique
et vraiment nécessaire pour la formation et la créativité que toutes les écoles
supérieures, les historiques comme les récentes, aient le même statut. Personne ne doit faire bande à part. Il est à cet égard urgentissime d’ouvrir une
école de mise en scène dans ce pays, car sans accompagnement, on ne peut
éviter certaines erreurs. Notre ambition est aussi de créer une association de
directeurs des écoles européennes, afin de réfléchir à nos troncs communs, de
mettre en place un réseau d’échanges et de savoirs.
BRIAC JUMELAIS
RESPONSABLE DES ÉTUDES DE L’ÉCOLE SUPÉRIEURE D’ART DRAMATIQUE DU THÉÂTRE NATIONAL
DE BRETAGNE (TNB), RENNES
THIERRY PARIENTE
La réalité des rapports entre notre école (et des autres sans doute) et le JTN se
fonde et s’organise à partir de 2008. Le JTN devient l’endroit d’abord de rencontre entre les différents représentants des écoles, puis le lieu de réunion, de
discussion et de confrontation des points de vue des écoles de la plateforme par
rapport aux nouvelles donnes induites par la mise en place du DNSPC, Diplôme
National Supérieur Professionnel de Comédien (habilitation, partenariats universitaires, mise en situation professionnelle, insertion, statut…), en bref,
toutes les questions liées à la nouvelle donne ministérielle, et plus particulièrement (puisqu’il s’agit là d’une de ces nouvelles missions), la mise en réseau de
nos écoles autour des problématiques des systèmes d’insertion. Cela se concrétise notamment par la mise en place d’un répertoire des artistes issus de nos
écoles et d’une plaquette de présentation des écoles de la plateforme et de leur
système d’insertion. Il est aujourd’hui le lieu “naturel”, évident, de rencontre
de nos écoles autour des grandes questions de la formation. Le système d’insertion mis en place par le TNB fonctionne bien. S’il s’agit pour nous de le renforcer (notamment et évidemment en terme financier) dans les années qui
viennent, il pourrait aussi se voir complété par la possibilité pour nos jeunes
comédiens de participer aux auditions organisées au JTN dans des conditions et
des principes encore à définir. Nous aurions ainsi un système d’insertion plus
cohérent et diversifié.
DIRECTEUR DE L’ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES ARTS ET TECHNIQUES DU THÉÂTRE, LYON (ENSATT)
L’ENSATT, qui fête ses 70 ans en 2011, est la seule, parmi les onze écoles supérieures de théâtre françaises, à être placée sous tutelle du Ministère
de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. L’insertion professionnelle
n’était pas prise en charge jusqu’à son installation à Lyon en 1997. Modèle inégalé d’attention aux projets artistiques des compagnies et des institutions,
le JTN est donc très vite devenu un exemple à suivre et c’est en calquant son
mode de fonctionnement que l’ENSATT, dotée de crédits de l’Etat et du Conseil
Régional Rhône Alpes, travaille désormais à l’entrée de ses étudiants dans la vie
professionnelle. À ce jour, le système est conçu avec un effet Lagardère : soit
des projets viennent à l’ENSATT, qui favorisent la participation d’un ou de plusieurs de ses élèves des trois dernières années, soit l’ENSATT vient aux projets
en s’associant, lorsque cela est possible, aux auditions proposées par le JTN.
Ensuite, la prise en charge épouse les règles établies par le JTN en termes de
salaires et de durée. Seule la question de nommer cela “aide à la production”
ou “aide à l’emploi” est encore à l’œuvre : le résultat est le même, mais la philosophie diffère. Les discussions avec la Région sont en cours, preuve que l’insertion demeure un objet en mouvement.
_
(54)
_
(55)
LES DISPOSITIFS DES AUTRES ÉCOLES ET LE JTN
ARNAUD MEUNIER
ARIEL GARCIA VALDÈS
DIRECTEUR DE L’ÉCOLE DE LA COMÉDIE DE SAINT-ÉTIENNE
DIRECTEUR DE L’ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D’ART DRAMATIQUE DE MONTPELLIER
Au moment où le Jeune Théâtre National célèbre ses 40 ans d’existence, l’École
de la Comédie de Saint-Étienne s’apprête quant à elle à fêter, en 2012, son
trentième anniversaire. Elle est de fait la plus ancienne des écoles de la plateforme installée au sein d’un centre dramatique national. Pour autant, elle est
résolument tournée vers l’avenir, et plus particulièrement, vers celui des vingt
élèves comédiens répartis en deux promotions. Consciente que leur futur professionnel se joue dès les années d’apprentissage, son ambition est de former
les interprètes de demain en phase avec l’évolution de l’Art dramatique. Un
fonds d’insertion professionnelle géré directement avec le soutien du Conseil
régional de Rhône-Alpes est mis en place sur le modèle des aides du JTN. En
outre, les contacts réguliers avec les professionnels et l’organisation d’auditions viennent compléter ce dispositif.
Depuis 2002, l’École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier a
créé un fonds pour l’insertion professionnelle, qui permet de prendre en charge
le salaire de comédiens sortis de l’école lorsqu’ils ont un engagement et d’aider des compagnies issues de l’école. C’est un volet important de l’école que
nous désirons amplifier. Le dispositif est valable trois ans pour l’aide au salaire
des comédiens, cette aide est liée à l’existence d’un lieu de représentation,
d’une production ou d’une coproduction. Sans salaire fixe imposé (qui dépend
de la production de la structure) dans un souci de cohérence salariale, le nombre d’artistes pris en charge est limité en fonction de l’importance de la distribution. L’aide aux compagnies de talent issues de l’école est valable six ans,
nous les aidons énormément à s’implanter fortement dans la région : notre
politique est de les soutenir dans la durée pour une vraie efficacité car ce sont
les mêmes troupes qui engagent par la suite d’autres comédiens issus de l’école.
Les créations théâtrales d’anciens élèves peuvent s’élaborer chez nous durant
l’année et surtout l’été. Ce dispositif permet la rencontre entre des compagnies
issues de l’école et des élèves comédiens, il impulse fortement la création
théâtrale de la région, nous mettons à leur disposition des salles de répétition
et du matériel technique.
DIDIER KERCKAERT
RESPONSABLE PÉDAGOGIQUE DE L’ÉCOLE PROFESSIONNELLE SUPÉRIEURE D’ART DRAMATIQUE, LILLE
(EPSAD)
Depuis sa création en 2003 par Stuart Seide, l’Epsad et son équipe entretiennent avec le JTN un dialogue régulier et constructif. Cela nous a permis d’enrichir notre réflexion sur la question essentielle de l’insertion professionnelle de
nos élèves. Concrètement, l’Epsad prend place dans les réunions et les rencontres organisées par le JTN, auprès des autres écoles de la plateforme de l’enseignement supérieur. Ces échanges nous ont permis de nous connaître mutuellement, d’harmoniser nos pratiques, et de parler d’une voix unique face à nos
tutelles, et particulièrement, face à la Direction Générale de la Création Artistique. Ceci étant facteur d’une efficacité plus grande dans la résolution de
l’épineuse question du devenir de nos sortants. À cet égard, nous nous réjouissons des décisions prises par le JTN d’ouvrir ses sites et fichiers aux jeunes
comédiens formés dans les écoles signataires de la plateforme, et de les faire
participer aux auditions organisées par ses soins. L’Epsad n’accueille qu’une
promotion à la fois, soit 15 élèves tous les 3 ans. N’ayant pas, comme d’autres
écoles, un dispositif spécifique d’insertion, nous procédons, pour réaliser cet
objectif, de manière plus “artisanale”, pour focaliser le regard et l’attention
des employeurs potentiels sur nos élèves sortis et à sortir. Le choix de nos intervenants artistiques, les rencontres, échanges, ou débats avec des personnalités du monde théâtral, les restitutions publiques d’ateliers, contribuent à la
mise en place des premiers linéaments d’une sortie réussie. L’Epsad a la chance
d’être adossée à un centre dramatique national, le Théâtre du Nord, qui apporte
une aide importante dans la promotion de nos promotions. Nous nous efforçons de donner au spectacle de sortie, mis en scène par Stuart Seide, directeur
de l’école, le rayonnement le plus large possible. Celui-ci est présenté dans le
cadre de la programmation du Théâtre du Nord et sur d’autres scènes. Le lien
qui nous unit au Théâtre du Nord est très précieux : Stuart Seide a engagé, pour
une saison complète, dès la sortie de la première promotion, huit élèves qui ont
formé au sein du CDN le collectif artistique. Nombre de jeunes gens issus de
l’Epsad travaillent et comptent fortement dans le paysage culturel régional et
parfois national. L’apport de ces jeunes comédiens a infléchi et modifié les pratiques professionnelles en Nord-Pas de Calais notamment.
_
JEAN-CLAUDE COTILLARD
DIRECTEUR DE L’ÉCOLE SUPÉRIEURE D’ART DRAMATIQUE DE LA VILLE DE PARIS
Le fonds d’insertion de l’ESAD Paris-PSPBB (Pôle Supérieur Paris/Boulogne Billancourt) répond à deux objectifs, celui d’aider les jeunes comédiens à trouver
leur premier emploi en prenant en charge les salaires versés par les productions
(théâtres, CDN ou compagnies) et celui de soutenir les compagnies émergentes
issues de l’ESAD (metteurs en scène et comédiens) par une aide financière à la
création. Cette aide concerne les frais techniques engagés (décors-costumeséclairage et son-communication).
PIERRE PRADINAS
DIRECTEUR DE L’ACADÉMIE - ÉCOLE SUPÉRIEURE PROFESSIONNELLE D’ART DRAMATIQUE DU LIMOUSIN
L’Académie a pour vocation de former des acteurs, c’est-à-dire qu’elle doit
permettre à chacun de nos élèves de développer sa créativité selon sa personnalité, et lui donner les outils techniques pour y parvenir. Le lien entre l’Académie
et le Théâtre de l’Union, CDN de Limoges, est naturel dans le projet artistique
du CDN qui comprend la formation, la création et l’insertion professionnelle.
Les étudiants de la “séquence 6” (sortis en 2010) sont la première promotion
de l’Académie à recevoir le Diplôme National Supérieur Professionnel du Comédien (DNSPC). Grâce à un cursus complémentaire intégré à leur formation et un
partenariat avec la Faculté de Lettres et de Sciences Humaines de Limoges, ils
obtiennent également une Licence professionnelle d’ingénierie culturelle. Ils
ont pu, entre autres, bénéficier d’un programme d’insertion professionnelle
efficace, à travers les créations de deux spectacles, présentés au CDN et dans
d’autres lieux du Limousin, au Nouveau Théâtre de Montreuil, au Théâtre de
l’Aquarium à Paris et en Île-de-France. Le partenariat avec le JTN permet des
échanges réguliers avec les autres écoles supérieures de théâtre en France, et
joue depuis sa création un rôle fédérateur pour l’insertion professionnelle des
futurs comédiens et la vie des compagnies.
(56)
_
(57)
L’AVENIR
..
.
Au cours de ces 40 années, le Jeune
Théâtre National, avec le soutien
et la complicité du Ministère de la Culture,
a su renouveler son mode
de fonctionnement pour rester un acteur
majeur de la vie théâtrale.
Nos collaborations avec les différents
dispositifs d’insertion des écoles
supérieures méritent d’être poursuivies
et structurées afin de garantir un avenir
à nos artistes. Peut-on imaginer une
fédération de ces dispositifs ayant pour
objectif un renouvellement du paysage
théâtral ? Sous quelle forme ?
De nos réponses, dépend le théâtre
de demain.
_
(58)
_
(59)
62 —
LE COMITÉ DIRECTEUR
DU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL
64 —
LES SPECTACLES DU JTN
ET LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ
DE LA PARTICIPATION DU JTN
106 — LE SALAIRE DES ARTISTES JTN
108 — MOIS-SALAIRES ET AUDITIONS
110 — LES MAQUETTES
116 — LES MAQUETTES
DEVENUES SPECTACLES
118 — L’INSTITUT NOMADE DE LA MISE EN SCÈNE
120 — LE COMITÉ DE LECTEURS
124 — BERTHIER ET THÉÂTRE EN MAI
_
(60)
_
(61)
LE COMITÉ
DIRECTEUR
DU JEUNE
THÉÂTRE
NATIONAL
Les membres de droit, qui composent le Comité directeur
du Jeune Théâtre National en 2011, sont
- Le directeur du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique (CNSAD)
Daniel Mesguich
- La directrice de l’École supérieure d’art dramatique du Théâtre National de Strasbourg (École du TNS)
Julie Brochen
- L’administrateur général de la Comédie-Française
Muriel Mayette
- Deux représentants du Ministère de la Culture et de la Communication
Stéphane Fiévet délégué au théâtre à la Direction Générale de la Création Artistique (DGCA)
Michèle Durand déléguée adjointe au théâtre à la DGCA
Les membres cooptés sont
- Pauline Bureau
metteuse en scène
- Stéphane Braunschweig
metteur en scène, directeur du Théâtre National de la Colline
- Charlotte Corman
comédienne CNSAD 2006
- Brice Cousin
comédien TNS 2007
- Lukas Hemleb
metteur en scène
- François Le Pillouër
directeur du SYNDEAC (ès qualités)
- Christophe Rauck
metteur en scène, directeur du Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis
- Marie-Christine Soma
éclairagiste, metteuse en scène
- Jean-Pierre Vincent
metteur en scène
- les représentants et représentantes des artistes JTN
Guillaume Fafiotte comédien TNS 2010
Eléonore Joncquez-Simon comédienne CNSAD 2007
Charlotte Lagrange dramaturge TNS 2010
Géraldine Martineau comédienne CNSAD 2008
Le bureau est composé de
- Présidente : Muriel Mayette
- Vice-Président : Daniel Mesguich
- Trésorier : Lukas Hemleb
- Secrétaire : Julie Brochen
Le JTN est une association loi 1901, subventionnée par le Ministère de la Culture
et de la Communication.
_
(62)
_
(63)
LES SPECTACLES DU JTN
LES SPECTACLES
DU JTN
ET LES
SPECTACLES
AYANT BÉNÉFICIÉ
DE LA
PARTICIPATION
DU JTN
SOUS LA DIRECTION DE LOÏC VOLARD, 1971-1975
.
année 1972
Le Testament du chien de Ariano Suassuna
mise en scène Jean-Pierre Miquel
La Grande Muraille de Max Frisch
mise en scène Jacques Rosny
Le mal court de Jacques Audiberti
.
année 1973
mise en scène Jean-Louis Thamin
Le Médecin malgré lui de Molière
Viendra-t-il un autre été de Jean-Jacques Varoujean
.
mise en scène Michel Baumann
La Catin aux lèvres douces de René Clair
mise en scène Jean-Pierre Miquel
Dom Juan de Molière
année 1975
En r’venant d’l’expo de Jean-Claude Grumberg
Les longs chapeaux de André de Baecque
mise en scène Jean-Pierre Vincent
mise en scène Guy Lauzin
SOUS LA DIRECTION DE JACQUES ROSNER ET JOSYANE HORVILLE, 1975-1981
.
.
année 1976
La Double Inconstance de Marivaux
mise en scène Jacques Rosner
L’Eveil du printemps de Frank Wedekind
mise en scène Pierre Romans
mise en scène Jacques Rosner et Jean Vautier, assistés de Claude Risac et Jacques Voizot
année 1977
Iphigénie Hôtel de Michel Vinaver
Acqua Quemada de Octavio Paz
La Guerre des piscines de Yves Navarre
Hedda Gabler de Henrik Ibsen
(64)
mise en scène Jean-Pierre Miquel
traduction et mise en scène Jacques Lassalle
Grécité de Yannis Ritsos
Les Prodiges de Jean Vautier
_
mise en scène Jacques Spiesser
année 1974
Junon et le paon de Sean O’Casey
.
mise en scène Guy Lauzin
mise en scène Michel Berto
Le Remora de Serge Rezvani
mise en scène Antoine Vitez
mise en scène Claude Risac
mise en scène Jacques Rosner
mise en scène Claude Risac
_
(65)
.
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
SOUS LA DIRECTION DE DENISE LECLERC, 1983-1993
année 1978
La Manifestation de Philippe Madral
mise en scène Jacques Rosner
Si jamais j’te pince de Eugène Labiche
mise en scène Jacques Rosner
Fugue en mineur de Pierre Léaud
mise en scène Pierre Romans
.
année 1983
Heiner Müller
.
Le Marchand de Venise de William Shakespeare
année 1979
L’Atelier de Jean-Claude Grumberg
mise en scène Maurice Bénichou et Jacques Rosner
Anecdotes provinciales d’après Alexandre Vampilov
.
année 1984
mise en scène Gabriel Garran
Monsieur Vitrac de Roger Vitrac
.
année 1980
mise en scène Eric Civanyan
Le Triomphe de l’amour de Marivaux
mise en scène Sylvie Mongin
Top girls de Caryl Churchill
Macbeth de William Shakespeare
mise en scène Jacques Rosner
Les mémoires d’un visage pâle de Thomas Berger
Du côté des îles de Pierre Laville
mise en scène Jacques Rosner
Les serments indiscrets de Marivaux
Woyzeck de Georg Büchner, nouvelle traduction Bernard Dort
Manipulsations de Paul Eloi
année 1981
Caligula de Marcel Camus
mise en scène Patrick Guinand
Othello de William Shakespeare
.
Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux
Le Misanthrope de Molière
Dorval et moi de Diderot
Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare
mise en scène Pierre Romans
mise en scène Jean Dautremay
.
Poussière de soleils de Raymond Roussel
Roméo et Juliette de William Shakespeare
Les infertiles de August Stramm
mise en scène J-Ph. Guerlais
mise en scène Pierre-Olivier Scotto
mise en scène Georges Vitaly
mise en scène Pierre Debauche
mise en scène Christian Colin
mise en scène Robert Gironès
mise en scène Théâtre de la Chamaille
mise en scène Jean-Louis Hourdin
mise en scène Arlette Tephany
mise en scène Liliane Nataf
mise en scène Daniel Mesguich
mise en scène Gaston Jung
Le chanteur d’opéra de Frank Wedekind
mise en scène Patrick Guinand
Du sang sur le cou du chat de Rainer Werner Fassbinder
mise en scène Gilles Chavassieux
Ain Salah de Michel Albertini
mise en scène Michel Albertini
La Collection de Harold Pinter
mise en scène Jean-Pierre Miquel
Le Prince de Hombourg de Heinrich Von Kleist
mise en scène Patrick Guinand
Le Concile d’amour de Oscar Panizza
Joe Orton de Louis-Charles Sirjacq
mise en scène Louis-Charles Sirjacq
La Comédie de Macbeth de Jean-Marie Patte à partir de William Shakespeare
Les Soldats de Jakob Lenz
La Tempête de William Shakespeare
mise en scène Gilbert Rouvière
mise en scène Claude Régy
mise en scène Jean-Louis Hourdin
mise en scène Jean-Christian Grinevald
mise en scène Jean-Marie Patte
Sauvés de Edward Bond
Le Naufrage du Titanic de Enzensberger
mise en scène Patrick Guinand
L’intervention de Victor Hugo
mise en scène Marc Zammit
La Vallée de l’ombre de la mort de Malcolm Lowry
mise en scène Aurélien Recoing
Le Plaisir des autres de Agnès Mallet
mise en scène Gilles Gleizes
Œil pour œil de Louis-Charles Sirjacq
.
mise en scène Alain Recoing
année 1985
Mille francs de récompense de Victor Hugo
année 1982
mise en scène Jacques Lassalle
mise en scène Jean-Claude Buchard
Comme il vous plaira de William Shakespeare
L’Illusion comique de Pierre Corneille
(atelier-spectacle)
mise en scène Alain Ollivier
Andromaque de Jean Racine
Ubu enchaîné de Alfred Jarry
année 1981
mise en scène A.Cazalas
mise en scène Saskia Cohen-Tanugi
J’veux du bonheur de Michel Viala
.
mise en scène Isabelle Famchon
Docteur X Hero ou Le dernier client du Ritz de Meriba de Cabès
L’Orestie de Eschyle et Leconte de l’Isle
SOUS LA DIRECTION DE PATRICK GUINAND, 1981-1983
mise en scène Jean-Christian Grinevald
Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos et R. Le Gall
La ville à voile de Paul Willems
.
mise en scène Hervé Loichemol
mise en scène Saskia Cohen Tanugi
mise en scène Louis-Charles Sirjacq
Intérieurs de Maurice Maeterlinck
Andromaque de Jean Racine
Jungle de Jacques-Henri Pons
année 1983
Fin d’été à Baccarat de Philippe Minyana
Surtout quand la nuit tombe de Arlette Namiand
Partage de Michel Deutsch
Climats tempérés
Crépuscules de Jean-Marie Patte
mise en scène Patrick Guinand
mise en scène Jean-Claude Buchard
mise en scène Jean-Marie Patte
La Bataille de Waterloo de Louis Calaferte
Qui a peur de Virginia Woolf de Edward Albee
Les Femmes savantes de Molière
(66)
mise en scène Bruno Carlucci
mise en scène Carlos Wittig
mise en scène Robert Gironès
mise en scène Jean-Pierre Miquel
mise en scène Daniel Romand
La septième porte d’après Eschyle, Sophocle, Euripide et Yannis Ritsos, texte français Dominique Grandmont
mise en scène Nicos Cornilios
Les Contes d’Hollywood de Christopher Hampton
_
mise en scène Claude Régy
mise en scène Pierre Debauche
mise en scène Pierre-Etienne Heymann
mise en scène Sylvie Mongin
_
(67)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
mise en scène Jean-Claude Drouot
Le Misanthrope de Molière
mise en scène Philippe Mercier
Portrait de famille de Denise Bonal
Les irresponsables d’après Hermann Broch
Phèdre de Jean Racine
mise en scène J. Rousseau
Le Changeon de Thomas Middleton et William Rowley
mise en scène Stuart Seide
mise en scène Christian Colin
Plus jamais seul de Bruno Agati
spectacle de danse
mise en scène Jean-Michel Rabeux
Le Songe de August Strindberg
mise en scène Jean-Pierre Sarrazac
mise en scène Daniel Mesguich
Lorenzaccio de Alfred de Musset
L’Idiot de F.M. Dostoïevski
mise en scène Gérard Desarthe
Le Cid de Pierre Corneille
mise en scène Bernard Sobel
Hécube de Euripide
.
année 1986
La Dupe de Georges Ancey
mise en scène René Loyon
Marat Sade de Peter Weiss
mise en scène Walter Le Moli
.
mise en scène Stéphanie Loïk
L’Indien cherche le Bronx de Israël Horovitz
Technique pour un coup d’état d’après “La Conjuration de Fiesque” de Schiller mise en scène Saskia Cohen-Tanugi
mise en scène Martine Wijkaert
Roméo et Juliette de William Shakespeare
Les Exaltés de Robert Musil
mise en scène Jean-Pierre Vincent
mise en scène Gilles Chavassieux
La Vie est un songe de Calderon
mise en scène Jean-Paul Wenzel
Passions selon Saint-Flour de Arlette Namiand
année 1988
On ne badine pas avec l’amour de Alfred de Musset
mise en scène Jean-Pierre Miquel
Les Justes de Albert Camus
La Dispute de Marivaux
mise en scène Laurence Février
Combien de nuits faudra-t-il marcher dans la ville de Catherine Anne
mise en scène Catherine Anne
mise en scène Bernard Sobel
Les amis font le philosophe de Jakob Lenz
mise en scène Christlan Colin
Amphitryon de Molière
mise en scène Jacques Lassalle
mise en scène Claudia Morin
Le Roi Lear de William Shakespeare
mise en scène Jacques Kraemer
Les Fourberies de Scapin de Molière
mise en scène Jacques Echantillon
La Route des chars de Heiner Müller
mise en scène Jean Jourdheuil
L’Evangile de Jean, traduction France Quéré
mise en scène Dominique Quéhec
Outrage de Françoise Causse
Désirs sous les ormes de Eugène O’Neill
mise en scène Arlette Tephany
L’Illiade d’après Homère
On ne badine pas avec l’amour de Alfred de Musset
mise en scène Viviane Théophilidès
Spectacles, lectures
mise en scène Gilles Gleizes
Spectacle “Schnitzler”
mise en scène Eric Civanyan
Antigone de Jean Anouilh
mise en scène Pierre-Etienne Heymann
Les Mains sales de Jean-Paul Sartre
mise en scène Jean-Pierre Miquel, Viviane Théopholidès, Jean-Pierre Vincent, Mario Gonzalez
Tango de Slamowir Mrozek
mise en scène Georges Werler
Peines d’amour perdues de William Shakespeare
mise en scène Daniel Pouthier
Les Trachiniennes de Sophocle
mise en scène Guy Jacquet
Le Criminel de Leslie Kaplan
mise en scène Claude Régy
mise en scène Daniel Mesguich
Sophonisbe de Pierre Corneille
Prométhée d’après Eschyle
mise en scène Mehmet Ulusoy
Le Camp de Pierre Bourgeade
Cimbeline de William Shakespeare
mise en scène Gilbert Rouvière
Chronique des jours souverains de Gilles Manceron
Hamlet de William Shakespeare
mise en scène Bernard Sobel
La Charrue et les étoiles de Sean O’Casey
mise en scène Brigitte Jaques
mise en scène Dominique Quéhec
mise en scène René Loyon
mise en scène Jean-Claude Fall
Par les villages de Peter Handke
mise en scène Christlan Colin
Le Tunnel d’après Ernesto Sabato
mise en scène Julien Bosc
mise en scène Gilbert Rouvière
Africa Pôle Express de Hervé Royer
mise en scène Maurice Attias
Les Ensorcelés d’après Barbey d’Aurevilly
.
mise en scène Jean-Pierre Rossfelder
L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel
mise en scène Jean-Pierre Miquel
L’Epreuve et Les Sincères de Marivaux
Tête d’Or de Paul Claudel
mise en scène Aurélien Recoing
Angélique et les mamelles de Tirésias de J. Ibert et F. Poulenc
mise en scène Olivier Benezeck
mise en scène Adel Hakim
Prométhée enchaîné de Eschyle
année 1987
mise en scène Jeanne Champagne
Rencontres avec Bram Van Velde de Charles Juliet
mise en scène Eric Da Silva
Troïlus et Cressida de William Shakespeare
Image de Mussolini en hiver de Armando Llamas
Une année sans été de Catherine Anne
mise en scène Stéphanie Loïk
Ainsi va le monde de W. Congreve
mise en scène Michel Dubois
mise en scène Catherine Anne
Gracchus Babeuf de Henri Bassis
mise en scène Pierre Santini
mise en scène Bernard Sobel
Nathan le Sage de G.E.Lessing
mise en scène Elisabeth Chailloux et Adel Hakim
Alexandre le Grand de Jean Racine
Le Malade imaginaire de Molière
mise en scène Alain Mergnat
Titus Andronicus de William Shakespeare
mise en scène Michel Dubois
Le Guetteur de Cahit Atay
L’Otage de Paul Claudel
année 1989
mise en scène François Kergourlay
La Double inconstance de Marivaux
mise en scène Michel Cerda
mise en scène Ewa Lewinson
Les Amants magnifiques de Molière
mise en scène Jean-Luc Paliès
Théâtre Noir, recherche décoration
mise en scène Bernard Sobel
La Forêt de Alexandre Ostrovski
mise en scène Mathias Jung et Damien Dodane
Molière 3 pièces en un acte
mise en scène Jacques Lassalle (atelier-spectaclede l’école du TNS)
Les Acteurs de bonne foi de Marivaux
A la conquête du Pôle Sud de Manfred Karge
.
mise en scène Véronique Widock
Les Rescapés de Stig Dagerman
mise en scène Philippe Van Kessel (atelier-spectaclede l’école du TNS)
Le Malade imaginaire de Molière
mise en scène Jean-Marie Broucaret
mise en scène Sophie Loucachevsky
Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare
mise en scène Nathalie Schmidt
Alice de Lewis Carroll
mise en scène Gilles Chavassieux
Sainte-Carmen de Montréal de Michel Tremblay
De la monarchie à la terreur - Nicomède dans la Lune de Jacques Cousin
La Méprise - Les Acteurs de bonne foi de Marivaux
mise en scène Philippe Adrien
Vous qui habitez le temps de Valère Novarina
On achève bien les chevaux de Horace Mac Coy
mise en scène Micheline Kahn
Le Fusil de chasse d’après Yasushi Inoué, adaptation L.Roy
Mobilier urbain de Claudy Malherbe
mise en scène Carlos Wittig
Eclats de Catherine Anne
mise en scène Judy Stewart
mise en scène Valère Novarina
mise en scène Stuart Seide
mise en scène Catherine Anne
L’Eclipse de la balle de Arnold Calveyra
mise en scène Catherine Dasté
Léonce et Léna de Georg Büchner
Chaleurs de Eva Pokas
mise en scène Catherine Anne
Idées sur le geste et l’action théâtrale de J.J. Engel mise en scène Jean Dautremay (atelier-spectaclede l’école du TNS)
Goethe Wilhelm Meister de Jean-Pol Fargeau
Doux oiseaux de jeunesse de Tennessee Williams
mise en scène Léonidas Strapatsakis
mise en scène Françoise Maimone
_
(68)
Médée d’Euripide, G.H.Durand
Le Roi Lear de William Shakespeare
mise en scène Jacques Lassalle (atelier-spectaclede l’école du TNS)
mise en scène Dominique Quéhec
mise en scène Alain Mergnat
_
(69)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
mise en scène Guy Rétoré
Clair de terre de Daniel Besnehard
Catherine de Heilbronn de Heinrich Von Kleist
mise en scène Philippe Adrien
Sade concert d’enfer de Enzo Cormann
La mer est trop loin de Jean-Gabriel Nordmann
Richard II de William Shakespeare
mise en scène Gilbert Rouvière
Coup de sang de Eric Didry, Sophie Meriem, Gilbert Rouvière
Algérie 54-62 de Jean Magnan
mise en scène Robert Gironès
mise en scène Jean-Gabriel Nordmann et Robert Cantarella
mise en scène Jean-Claude Buchard
La Dame de la mer de Henrik Ibsen
mise en scène Daniel Mesguich
Titus Andronicus de William Shakespeare
mise en scène Lisa Wurmser
Le Clavecin oculaire de Lisa Wurmser
Tableau de Paris de L.S. Mercier
.
année 1991
mise en scène Philippe Honoré
L’année des treize lunes de Rainer Werner Fassbinder
mise en scène Jean Dautremay et Edgar Petitier
Des taureaux dans la tête d’après l’œuvre de Zumbiehl
Embrasse-les tous de Nicolas Lormeau
Le jeu de l’envers d’après les nouvelles de Antonio Tabucchi
mise en scène Jean Dusaussoy
Les apparences sont trompeuses de Thomas Bernhard
mise en scène Nicolas Lormeau
Homme et galant homme de Eduardo de Filippo
mise en scène Daniel Zerki
mise en scène Dominique Féret
mise en scène Félix Prader
mise en scène P.E. Deiber
Andromaque de Jean Racine
mise en scène Jean-Pierre Rossfelder
Entrevue au parloir de F. Seltz
mise en scène Jean Bouchaud
Phèdre de Marina Tsvetaeva
mise en scène Sophie Loucachevsky
Le Misanthrope de Molière
mise en scène Jacques Weber
Les Bacchantes d’Euripide
Crime et châtiment de F.M. Dostoïevski
Ces Fous d’Anton Tchekhov
mise en scène Jean-Claude Fall
La Veuve de Pierre Corneille
mise en scène Christian Rist
Polyeucte de Pierre Corneille
La Lettre brûlée d’après George Sand
mise en scène François Rancillac
mise en scène Antonio Arena
La Mère de Maxime Gorki et Bertolt Brecht
mise en scène Bernard Sobel
Andromaque de Jean Racine
mise en scène Jacques Hadjaje
Les guerres picrocholines de Gabor Rassov
L’Etranger de Albert Camus
Le Songe de Poliphile de Colonna
année 1990
La seconde surprise de l’amour de Marivaux
Vendredi jour de liberté de Hugo Claus, texte français Marnix Vincent
Place Garibaldi de Jean-Claude Penchenat
mise en scène Jean-Claude Penchenat
mise en scène Philippe Adrien
Roméo et Juliette de William Shakespeare
Le cycle du crabe de Gabriel Cousin
.
mise en scène Eric Sadin
mise en scène Isabelle Janier
Ondine de Jean Giraudoux
mise en scène Anne Petit
mise en scène Pierre Pradinas
mise en scène Odile Michel
mise en scène Robert Azencott
mise en scène Yves Faure
mise en scène Daniel Mesguich
mise en scène Eric de Dadelsen
mise en scène François Rancillac
Mémoires d’un homme du peuple de Bernard Chartreux
mise en scène Yves Brulois
As you like it de William Shakespeare
Théâtre Bouffe “Le Potomak” de P. Bertin et J. Cocteau
mise en scène Olivier Benezech
Le Café de Rainer Werner Fassbinder
mise en scène Yvan Morane
Ruy Blas de Victor Hugo
mise en scène Nicolas Lormeau
Le mariage forcé et La Comtesse d’Escarbagnas de Molière
mise en scène Joëlle Seranne
L’amie de leurs femmes de Luigi Pirandello
La Femme abandonnée de Honoré de Balzac
La bonne âme de Setchouan de Bertolt Brecht
mise en scène Jean-Michel Rabeux
Eté et fumée de Tennessee Williams
mise en scène Stéphane Auvray-Nauroy
Les invités de Sem de Saskia Cohen Tanugi
mise en scène Bernard Sobel
Bête de style de Pier Paolo Pasolini
Don Juan de Molière et Mozart
mise en scène François Joxe
Les amertumes de Bernard-Marie Koltès
Versus de Laurence Sendrowicz
mise en scène Bruno Netter
Chutes de Gregory Motton
Vive l’eau de Michel de Maulne
mise en scène Michel de Maulne
Macbeth de William Shakespeare
La faute de l’abbé Mouret ou L’amour coupable de Emile Zola
Crime et châtiment de F.M. Dostoïevski
Vania d’après “Oncle Vania” de Anton Tchekhov
mise en scène Régis Santon
Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux
mise en scène Serge Basbuscia
La Famille Schroffenstein de Heinrich Von Kleist
mise en scène Jean-Claude Amyl
La Légende de Siegfried de Stanislas Nordey
Walter et les marchands ambulants de Murray Schisgal
mise en scène Bernard Ortega
Phèdre de Jean Racine
Mélite de Pierre Corneille et spectacle Aperghis
mise en scène Jacques Lassalle
Pièces en un acte de Tennessee Williams
La Double inconstance de Marivaux
mise en scène Claudia Morin
Ma chère biche d’après Honoré de Balzac
Le Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux
L’Echange de Paul Claudel
La vie à pleines dents d’après Claude Tardat
Madame Bovary, je t’embrasse partout, Gustave d’après Gustave Flaubert
Don Quichotte de Cervantès
Rendre à César de Marguerite Yourcenar
L’annonce faite à Marie de Paul Claudel
Revue de Marc Dugowson
Les Mutilés de Hermann Ungar
Le vrai classique du vide parfait de Lie Tseu
Fragments d’une lettre d’adieu lue par des géologues de Normand Chaurette
Le seuil du roi de W.B. Yeats
Boomerang ou Le salon rouge de Philippe Minyana
L’Idéal de Daniel Lemahieu
Pierre de patience de Claude Alranc
Gaspacho, un chien mort de Olivier Py
Le Dibouk d’après Shalom Anski
Les co-épouses de Fatima Gallaire
Tableaux impossibles en collaboration avec les peintres
mise en scène Marc François
mise en scène Gilles Gleizes
mise en scène Saskia Cohen Tanugi
mise en scène Stanislas Nordey
mise en scène René Chéneaux
mise en scène Claude Régy
mise en scène Catherine Marnas
mise en scène Jacques Kraemer
mise en scène Eloi Recoing
mise en scène Stanislas Nordey
mise en scène Stéphane Auvray Nauroy
mise en scène Stuart Seide
mise en scène Christian Peythieu
mise en scène Gilles Cohen
mise en scène Philippe Sireuil
mise en scène Martine Feldmann
mise en scène Jean-Luc Borg
.
année 1992
mise en scène Bruno Sebag
mise en scène J.P. Andréani
mise en scène Philippe Adrien
mise en scène Marc Dugowson
mise en scène Marc François
mise en scène Dominique Quéhec
mise en scène Gabriel Garran
mise en scène Jean Bollery
mise en scène Michel Didym
mise en scène Daniel Lemahieu
mise en scène Jean-Claude Perrin
mise en scène Olivier Py
mise en scène Bernard Djaoui
mise en scène Maurice Attias
mise en scène Gilberte Tsaï
_
(70)
Cycle Racine
mise en scène Anne Delbée
La neige vient du ciel de Guy Mousset
mise en scène Guy Mousset
La Mouette de Anton Tchekhov
La Descente d’Orphée de Tennessee Williams
Mademoiselle Rose ou Le langage des fleurs de Federico Garcia Lorca
Romulus le Grand de Friedrich Dürrenmatt
Papa de Serge Valletti
La Dispute de Marivaux
Histoire de la fille qui ne savait pas s’agenouiller de Etty Hillesum
Chef-lieu de Alain Gautré
Joyzelle de Maurice Maeterlinck
mise en scène Philippe Sireuil
mise en scène Yvon Lapous
mise en scène Michel Cerda
mise en scène Guy Paquette
mise en scène Pierre Ascaride
mise en scène Stanislas Nordey
mise en scène Madeleine Marion
mise en scène Jean-Claude Fall
mise en scène Antoine Juliens
Andromaque de Jean Racine
mise en scène Daniel Mesguich
Boulevard du Boulevard de Gaston Portail
mise en scène Daniel Mesguich
Lisbeth est complètement pétée de Armando Llamas
mise en scène Michel Didym
_
(71)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
mise en scène Jeanne Sigée
La Frontière de Jeanne Sigée
mise en scène Michel Dubois
La Tempête de William Shakespeare
Le Régiment de Sambre et Meuse de Eric Vigner et Denis Léger-Milhau
La Baraque foraine de Georges Aperghis
mise en scène Eric Vigner
mise en scène Thierry Atlan
Avatar de Théophile Gautier
SOUS LA DIRECTION DE JOSYANE HORVILLE, 1993-2000
.
saison 1993-1994
mise en scène Françoise Rivalland, Richard Dubelski et Georges Aperghis
mise en scène Patrick Dumas
Monte-Christo de Alexandre Dulas
En attendant Godot de Samuel Beckett
mise en scène Catherine Delattres
mise en scène Philippe Adrien
La Dispute de Marivaux
mise en scène Gilbert Rouvière
Le vaste monde contes d’Andersen
mise en scène Arlette Bonnard
Antonio Barracano de Eduardo de Filippo, texte français Huguette Hatem
mise en scène Jacques Mauclair (Compagnie Jacques Mauclair - Théâtre du Marais)
Jodelet ou le maître valet de Paul Scarron
mise en scène Aurélien Recoing
Faust de Fernando Pessoa
Madame de Sade de Yokio Mishima
mise en scène Philippe Macaigne
Le Siècle d’or - hommage à Calderón
mise en scène Jean-Marie Villégier
Le Lapon, le savant et l’apprenti de Françoise Coupat
mise en scène Françoise Coupat
mise en scène Olivier Py
Les Aventures de Paco Goliard de Olivier Py
mise en scène Pierre-Etienne Heymann
Le Débit de pain de Bertolt Brecht
mise en scène Christian Dente
Voix lointaines d’après le scénario de Terence Davis
Baal de Bertolt Brecht (version de 1926), traduction Malika B.Durif
mise en scène Daniel Girard (atelier de sortie de l’école du TNS)
Cinna ou La clémence d’Auguste de Pierre Corneille
mise en scène Jean-Claude Drouot et Annette Barthélémy (Théâtre de l’Atelier)
L’Institut Benjamenta de Robert Walser, traduction Marthe Robert
mise en scène Joël Jouanneau (L’Eldorado - Compagnie Joël Jouanneau)
La pluie d’été de Marguerite Duras
mise en scène Eric Vigner (Compagnie Suzanne M)
Spectacles à vendre auteurs et metteurs en scène Frédéric Constant, Michel Fau, Irina Dalle, Géraldine Bourgue, Xavier Béja
mise en scène Daniel Zerki
Conservation en Sicile de Elio Vittorini
mise en scène François Rancillac
Ondine de Jean Giraudoux
Le Parc de Botho Strauss
mise en scène Adel Hakim
Le Repos du 7ème jour de Paul Claudel
mise en scène Jean Bollery
texte de Raymond Carver, R.Coover St Dixon
Pratiques innommables
mise en scène Jean-Gabiel Nordmann
L’Entretien du solitaire de Bernard-Marie Koltès
mise en scène Stanislas Nordey
Calderon de Pier Paolo Pasolini
Carmen la nouvelle de Louise Doutreligne d’après “Prosper Mérimée”
mise en scène Jean-Luc Paliès (Compagnie Paradoxe)
Le petit monde de Georges Courteline
décor et mise en scène Ludovic Lagarde
(Le Channel, Scène Nationale de Calais puis Théâtre Granit, Scène Nationale de Belfort)
L’étourdi ou Les contretemps de Molière
conception et mise en scèneDominique Lardenois (Compagnie L’Attroupement 2)
Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux
mise en scène Jean-Marc Montel (Compagnie Autrement Dit)
.
Mademoiselle Julie de August Strindberg, texte français Alain Lioure et Luis Del Aguila
mise en scène Luis Del Aguila (Compagnie du Condor)
année 1993
Sœurs et frères de Olivier Cadiot
décor et mise en scène Ludovic Lagarde (Théâtre Granit, Scène Nationale de Belfort)
mise en scène Mario Gonzalez (Compagnie Avant-Quart)
La Tempête de William Shakespeare
Henri VI de William Shakespeare
Le Naufrage du Titanic de Hans-Magnus Enzensberger
Sans titre de Federico Garcia Lorca
Solness le Constructeur de Henrik Ibsen
mise en scène Catherine Anne (Compagnie A Brûle Pourpoint)
mise en scène Samir Siad (Compagnie Théâtre en Partance)
Le constructeur Solness de Henrik Ibsen, traduction Eloi Recoing et Ruth Orthmann
mise en scène Eloi Recoing (Compagnie du Passeur)
mise en scène Jean-Louis Hourdin (GRAT Compagnie Jean-Louis Hourdin)
mise en scène Jean-Claude Amyl (Compagnie Théâtre de l’Evénement)
Le Procès de Jeanne d’Arc textes de Bertolt Brecht, Anna Seghers et Charles Peguy
mise en scène Jean-Claude Fall (Théâtre Gérard Philipe Saint-Denis, CDN)
Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux
Le Pélican de August Strindberg
L’Eveil des Ténèbres de Joseph Danan
Porcherie de Pier Paolo Pasolini
Fin d’été à la campagne de Carlo Goldoni
Molière Masqué
Agnès de Catherine Anne
mise en scène Stuard Seide (CDR de Poitou-Charentes)
La ménagerie de verre de Tennessee Williams, texte français Nicole Brette et Elisabeth Chailloux
mise en scène Elisabeth Chailloux (Théâtre des Quartiers d’Ivry)
Antigone de Sophocle
mise en scène Yaël Bacry (Compagnie des Pas)
mise en scène Jean-Marc Montel (Compagnie Autrement Dit)
mise en scène Jean-Pierre Rossfelder (Compagnie Théâtre de la Fontanelle)
Bettine de Alfred de Musset
mise en scène Jacques Kraemer (Théâtre des Deux Rives Rouen, CDR)
mise en scène Jacques Kraemer (Comédie de Picardie)
mise en scène Christophe Perton (Compagnie Christophe Perton)
L’étrange histoire de Peter Schlemihl de Adalbert von Chamisso
mise en scène Anne-Marie Lazarini (Compagnie Les Athévains)
mise en scène Claudia Morin (Compagnie Théâtre Cassiopée)
mise en scène Mario Gonzalez (Compagnie Mario Gonzalez)
La Rue du Château d’après les rencontres des surréalistes sur la sexualité
mise en scène Michel Didym (Compagnie Boomerang)
La Petite Catherine de Heilbronn de Heinrich von Kleist, traduction Eloi Recoing et Ruth Orthmann
mise en scène Philippe Berling (Théâtre du Peuple de Bussang)
Penthésilée ou Les roses sanglantes de Heinrich von Kleist, traduction Julien Gracq
mise en scène Jeanne Champagne (Compagnie Théâtre Ecoute)
Le Prince travesti ou l’illustre aventurier de Marivaux
mise en scène Philippe Macaigne (Compagnie L’Argonaute)
Des fakirs, des momies et Maman… de Louis-Charles Sirjacq
mise en scène Nathalie Sultan (Compagnie Allegra)
Le locataire de Joe Orton, traduction Yves Beneyton
mise en scène Christian Rauth (Compagnie Granier Rauth)
Les soldats de Jakob Lenz
adaptation et mise en scène Christophe Perton (Compagnie Christophe Perton)
Pylade de Pier Paolo Pasolini
mise en scène Stanislas Nordey (Compagnie Véronique Nordey)
L’enfant d’Obock de Daniel Besnehard
mise en scène Claude Yersin (Nouveau Théâtre d’Angers, CDN)
Roméo et Juliette de William Shakespeare, texte français Yves Bonnefoy
mise en scène Stéphane Verrue (Théâtre de Suresnes Jean Vilar)
_
(72)
_
(73)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
Visiteurs de Botho Strauss, texte français Claude Porcell
mise en scène René Loyon et Michel Didym (CDN de Franche Comté)
Don Juan le baiseur de Séville de Tirso de Molina, traduction Benito Pelegrin
mise en scène Françoise Chatôt (Compagnie Chatôt Vouyoucas)
De l’aube à minuit de Georg Kaiser, texte français René Radrizzani
mise en scène Sylvain Maurice (Compagnie L’Ultime and Co)
Le rayon vert d’après le scénario du film de Eric Rohmer
adaptation et mise en scène Joël Jouanneau (Heyoka, CDNEJ de Sartrouville)
Chemin de feux de Jacques Doazan
Abbas d’après “La malédiction d’Abdelmalek Sayad”, extrait de “La misère du monde” de Pierre Bourdieu
mise en scène Dominique Féret (Compagnie Féret)
mise en scène Hans Peter Cloos (Skarabaus Production)
Vol pour demain de Catherine Dasté
Agnès de Catherine Anne
mise en scène Catherine Dasté (Rencontres et Ateliers de Pernand)
mise en scène Catherine Anne (Compagnie A Brûle Pourpoint)
Les caprices de Marianne de Alfred de Musset
mise en scène Lambert Wilson (Centre International de Créations Théâtrales)
Héraclius de Pierre Corneille
Tartuffe de Molière
mise en scène Laurent Laffargue (Compagnie du Soleil Bleu)
Haute Autriche et Meilleurs souvenirs de Grado de Franz Xaver Kroetz, texte français Claude Yersin, Claude Yung
mise en scène Michel André (Théâtre Granit, Scène Nationale de Belfort)
Le fusil de chasse de Yasushi Inoué, texte français Sadamichi Yokoö, S. Goldstein, G.Bernier
mise en scène Guy-Pierre Couleau (Théâtre du Pont Neuf )
Médée de Sénèque, texte français Florence Dupont
mise en scène Gilles Gleizes (Théâtre La Limousine, CDN de Limoges)
Trilogie de Arnold Wesker – 1: Soupe de poulet à l’orge, traduction Rosalind Greenstein et Jean-Pierre Loriol
mise en scène Jean-Pierre Loriol (Théâtre de la Grande Ourse)
La Dispute de Marivaux
L’histoire (qu’on ne connaîtra jamais) de Hélène Cixous
Médée de Pierre Corneille
mise en scène Jean-Marie Villégier(L’Illustre Théâtre - Compagnie Jean-Marie Villégier)
mise en scène et décor Dominique Pitoiset (Théâtre National de Bretagne Rennes)
mise en scène Daniel Mesguich (La Métaphore, CDN)
mise en scène Jean-Marie Villégier (L’Illustre Théâtre - Compagnie Jean-Marie Villégier)
Gibiers du temps de Didier-Georges Gabily - 1 époque : Thésée
mise en scène Didier-Georges Gabily (Groupe T’chan’G !)
La Bataille d’Arminius de Heinrich von Kleist, texte français Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil
mise en scène Jean Jourdheuil (Théâtre Nanterre-Amandiers, CDN)
Le médecin malgré lui de Molière
mise en scène Daniel Pierson (Ça respire encore)
Anatole de Arthur Schnitzler: 4 pièces choisies: La Question fatale, Achats de Noël, Souper d’adieu, Le Matin du Mariage,
traduction Cahors
adaptation et mise en scène Louis-Do de Lencquesaing (Les Artisans du Cinéma et du Théâtre)
mise en scène François Rancillac (Théâtre du Peuple de Bussang)
Platonov de Anton Tchekhov, adaptation Olivier Cadiot, Ludovic Lagarde
mise en scène Ludovic Lagarde (Théâtre Granit, Scène Nationale)
ère
L’Aiglon de Edmond Rostand
King Kong Palace ou L’exil de Tarzan de Marco Antonio de la Parra, texte français Denise Laroutis
mise en scène Vincent Colin (Théâtre des Arts, Scène Nationale)
.
mise en scène Gildas Milin (Compagnie Les Bourdons Farouches)
L’Ordalie de Gildas Milin
Gloucester time / matériau Shakespeare. Richard III de William Shakespeare, texte français Jean-Michel Déprats
mise en scène Matthias Langhoff (La Fonderie Le Mans)
Lève-toi et marche d’après F.M. Dostoïevski
mise en scène Joël Jouanneau (Atelier de sortie de l’Ecole du TNS)
saison 1994 - 1995
Cabaret chaosmique
atelier de Enzo Cormann (Atelier de sortie de l’Ecole du TNS)
Naïves Hirondelles de Roland Dubillard
mise en scène Pierre Vial (Théâtre du Vieux-Colombier)
Thyeste de Sénèque, texte français Florence Dupont
mise en scène Jean-Pierre Vincent (Théâtre Nanterre-Amandiers, CDN)
.
saison 1995 - 1996
Œdipe à Colone de Sophocle, traduction Jacques Lacarrière
mise en scène Gaël Rabas (Théâtre du Versant)
Les bonnes ménagères de Carlo Goldoni, texte français Huguette Hatem
mise en scène Claude Yersin (Nouveau Théâtre d’Angers, CDN)
La Cagnotte de Eugène Labiche et Alfred Delacour
mise en scène Julie Brochen (Compagnie Les Compagnons de jeu) reprise d’un atelier du CNSAD
Ah la la ! Quelle histoire de Catherine Anne
mise en scène Catherine Anne (Compagnie A Brûle Pourpoint)
Amphitryon de Molière
mise en scène Geneviève Rosset (Théâtre de l’Orle d’Or)
ère
Gibiers du temps de Didier-Georges Gabily (triptyque): 1 époque: Thésée — 2e époque: Voix — 3e époque: Phèdre encore
mise en scène Didier-Georges Gabily (Groupe T’chan’G !)
Les Femmes savantes de Molière
mise en scène Isabelle Moreau et Gloria Paris
(Productions Passage Public) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Trilogie de Arnold Wesker — 1 : Soupe de poulet à l’orge — 3 : Je vous parle de Jérusalem
mise en scène Jean-Pierre Loriol (Théâtre de la Grande Ourse)
traduction Rosalind Greenstein et Jean-Pierre Loriol
La noce chez les petits bourgeois de Bertolt Brecht
mise en scène Philippe Adrien (Compagnie ARRT Philippe Adrien)
Qu’une tranche de pain de Rainer Werner Fassbinder
mise en scène Bruno Bayen= 30 représentations (Théâtre de la Bastille)
Histoire vécue du Roi Totaud textes Antonin Artaud
mise en scène Jean-Baptiste Sastre (Théâtre de la Bastille, d’après une maquette du Jeune Théâtre National)
Othon de Pierre Corneille, textes d’après Les Histoires de Tacite, adaptés par Myriam Revault d’Allonnes et
Anne Torrès
mise en scène Anne Torrès (Compagnie du Mimosa)
Le Radeau de la Méduse ou Gustave et Théo de Roger Planchon
mise en scène Roger Planchon (TNP Villeurbanne, CDN)
Thyeste, Les Troyennes et Agamemnon de Sénèque, traduction Florence Dupont
mise en scène Adel Hakim (Théâtre des Quartiers d’Ivry)
Ivanov et Platonov de Anton Tchekhov (en alternance)
mise en scène Ludovic Lagarde (Théâtre Granit, Scène Nationale de Belfort)
L’Enchanteur
conception et réalisation Thierry Collet
(Le Grand Bleu, CDNEJ de Lille) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Les Femmes savantes de Molière
mise en scène Isabelle Moreau et Gloria Paris
(Le Grand Bleu, CDNEJ de Lille) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Marina, le dernier rose aux joues de Michèle Magny
mise en scène Michel de Maulne (Compagnie L’Athanor)
Bérénice de Jean Racine
mise en scène Daniel Mesguich (La Métaphore - Théâtre National de Lille, CDN)
Pourvu que ça dure de Léa Fazer
mise en scène Léa Fazer (Compagnie Spectacles à vendre)
Un mois à la campagne de Ivan Tourgueniev, traduction et adaptation Yves Beaunesne, Judith Depaule
mise en scène Yves Beaunesne (Compagnie des Petites Heures)
Grande Ecole de Jean-Marie Besset
mise en scène Patrice Kerbrat (Théâtre Bouffe)
_
(74)
_
(75)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
L’Ile des Esclaves de Marivaux
mise en scène Elisabeth Chailloux (Théâtre des Quartiers d’Ivry)
Va-t’en chercher le bonheur et ne reviens pas les mains vides… d’après une idée de Evelyne Didi
un spectacle de Sentimental Bourreau (Sentimental Bourreau)
mise en scène Catherine Marnas (Compagnie Dramatique Parnas)
Peer Gynt de Henrik Ibsen, texte français François Regnault
mise en scène et scénographie Stéphane Braunschweig (CDN Orléans)
Les Chiens de Conserve de Roland Dubillard
L’Illusion comique de Pierre Corneille
Au rêve de gosse de Serge Valletti
mise en scène Eric Vigner (Théâtre de Lorient, CDR)
mise en scène Philippe Berling (Théâtre Obligatoire)
Hercule Furieux et Hercule sur l’Œta de Sénèque, traduction Florence Dupont
mise en scène Jean-Claude Fall (Théâtre Gérard Philipe, CDN)
L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer de Copi
Qui je suis de Pier Paolo Pasolini, traduction Jean-Pierre Milelli
Pelléas et Mélisande de Maurice Maeterlinck
mise en scène Philippe Adrien (ARRT Philippe Adrien)
mise en scène Dominique Féret (Compagnie Féret)
Surprise de Catherine Anne
mise en scène Olivier Werner (Théâtre de L’Anneau)
La mort de Tintagiles de Maurice Maeterlinck
mise en scène Catherine Anne (Compagnie A Brûle Pourpoint)
mise en scène Claude Régy (Les Ateliers Contemporains)
Iphigénies. Iphigénie à Aulis de Euripide, texte français Jean-Paul Ramat, Marie-Alix Defrance
mise en scène Augusto Boal (Théâtre de l’Opprimé)
Quai Ouest de Bernard-Marie Koltès
Phèdre de Sénèque, traduction Florence Dupont
Le Révizor de Nicolas Gogol, texte français Arthur Adamov
mise en scène François Kergourlay (Théâtre Firmin Gémier)
mise en scène Jean Lacornerie (Compagnie Ecuador)
Un paysage sur la tombe de Fanny Mentré
mise en scène Elisabeth Chailloux (Théâtre des Quartiers d’Ivry)
Zakat de Isaac Babel, texte français Judith Depaule
mise en scène Fanny Mentré (Compagnie du Cygne noir)
mise en scène Bernard Sobel (Théâtre de Gennevilliers, CDN)
La rue du Château d’après les conférences des surréalistes sur la sexualité
mise en scène Michel Didym (Compagnie Boomerang)
Germania 3. Les spectres du Mort-homme de Heiner Müller, traduction Jean Jourdheuil et Jean-Louis Besson
mise en scène Jean-Louis Martinelli (Théâtre National de Strasbourg)
L’Orestie d’Eschyle
Karl Marx. Théâtre Inédit, essai théâtral imaginé par Jean-Paul Chambas, Bernard Chartreux, Hélène Fabre,
Eléonora Rossi, Jean-Pierre Vincent
mise en scène Jean-Pierre Vincent (Théâtre Nanterre-Amandiers, CDN)
mise en scène Silviu Purcarete (Théâtre de l’Union, CDN de Limoges)
Napoléon ou Les cent-jours de Christian Dietrich Grabbe, traduction et adaptation Bernard Pautrat
mise en scène Bernard Sobel (Théâtre de Gennevilliers, CDN)
Le Misanthrope de Molière
La sage épouse de Carlo Goldoni, texte français Huguette Hatem
mise en scène, décors et costumes Antonio Arena (Compagnie Persona)
Eloge du Cycle :
Les Jumeaux Vénitiens de Carlo Goldoni
adaptation et mise en scène Gildas Bourdet (La Criée - Théâtre National de Marseille, CDN)
mise en scène Charles Tordjman (La Manufacture, CDN de Nancy)
Le Col de l’homme mort de Alain Pierremont
Tour de France de Gilles Costaz
L’œil du taureau de Joël Jouanneau
(Artistic Athévains)
mise en scène Anne-Marie Lazarini
mise en scène René Loyon
mise en scène Gilles Bouillon
Hamlet de William Shakespeare et Dom Juan de Molière (en alternance)
mise en scène Daniel Mesguich (La Métaphore - Théâtre National de Lille, CDN)
Psyché de Molière et Corneille
mise en scène Yan Duffas
(Théâtre des Arts, Scène Nationale de Cergy-Pontoise) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Fruits
chorégraphie Catherine Diverrès (Centre Chorégraphique National de Rennes)
La vie est un songe de Pedro Calderón de la Barca, texte français Céline Zins
mise en scène Laurent Gutmann (Théâtre Suranné)
Edouard II de Christopher Marlowe, texte français Jean-Michel Déprats
mise en scène Alain Françon (CDN de Savoie)
Des Perles aux cochons de Richard Foreman, texte français Anne Bérélowitch
mise en scène Bernard Sobel (Théâtre de Gennevilliers, CDN)
La Cerisaie d’après la comédie de Anton Tchekhov, texte français André Markowicz et Françoise Morvan
mise en scène Margarita Mladenova et Ivan Dobtchev (Compagnie Allegra)
Jérémy Fisher de Mohamed Rouabhi
Peer Gynt de Henrik Ibsen
Les Cordonniers de Stanislas Ignacy Witkiewicz, traduction Koukou Chanska et Jacques Lacarrière
mise en scène et adaptation Sanda Herzic (Compagnie Espeho)
mise en scène Philippe Berling (Théâtre du Peuple de Bussang)
mise en scène Claire Lasne (Heyoka, CDNEJ de Sartrouville)
Pirates de Olivier Maurin
.
mise en scène Olivier Maurin (Heyoka, CDNEJ de Sartrouville)
Liliom de Ferenc Molnar, adaptation Bruno Boëglin d’après la traduction de Georges Gara
mise en scène Stéphanie Chévara (Compagnie Mack et les gars)
saison 1996 - 1997
L’Héritage de Bernard-Marie Koltès
Le Chanteur d’opéra de Frank Wedekind, texte français Louis-Charles Sirjacq
mise en scène Louis-Do de Lencquesaing (Théâtre de la Bastille)
La Fausse suivante de Marivaux
mise en scène Gloria Paris (Comédie de Picardie Amiens)
Macbeth de William Shakespeare, traduction André Markowicz
mise en scène Marc François (Théâtre des Deux Roses)
Hamlet de William Shakespeare, traduction Luc de Goustine
mise en scène Philippe Adrien (ARRT Philippe Adrien)
Lève-toi et marche d’après Fédor Dostoïevski, traduction André Markowicz
mise en scène Joël Jouanneau et Serge Tranvouez (L’Eldorado - Compagnie Joël Jouanneau)
Trézène Mélodies fragments chantés de “Phèdre” de Jean Racine
mise en scène et musique Cécile Garcia-Fogel (Heyoka, CDNEJ de Sartrouville, d’après une maquette du Jeune Théâtre National)
mise en scène Catherine Marnas (Compagnie Dramatique Parnas)
Plaidoyer pour un boxeur de Marcia Romano
mise en scène Serge Brincat (Théâtre à Spirale) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Cavalerie rouge et autres récits d’après Isaac Babel, traduction Irène Markowicz et Cécile Terouanne mise en scène
Anton Kouznetsov (Compagnie Babel)
Nathan le sage de G.E. Lessing, texte français Denis Marleau et Marie-Elisabeth Morf
mise en scène Denis Marleau (Festival d’Avignon)
Le Décaméron d’après Boccace. Station I : Epopée de femmes. Station II : Nocturnes
mise en scène Jean Boillot (Théâtre à Spirale)
La Passion selon Saint Jean de Jean-Sébastien Bach (version scénique) et Le Capitaine Fracasse d’après
Théophile Gautier (en alternance)
mise en scène Erik Krüger (Opéra-Tréteaux)
La Querelle de l’Ecole des femmes : L’Ecole des femmes, La Critique de l’Ecole des femmes et L’Impromptu de
Versailles de Molière
mise en scèneRené Loyon (Nouveau Théâtre de Besançon, CDN)
_
(76)
_
(77)
.
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
saison 1997 - 1998
Dans la jungle des villes de Bertolt Brecht, traduction Hubert Colas en collaboration avec Angela Konrad
mise en scène Hubert Colas et Philippe Duclos (Compagnie L’Arrière-Monde)
Paillasse(s) d’après “Plus d’histoires” de Serge Valletti et “Un impromptu de plus ou de moins” de Eugène Durif
miseenscèneMichelCerda(LeVardaman-CompagnieMichelCerda)
Histoires de France de Michel Deutsch et Georges Lavaudant
mise en scène Georges Lavaudant (Odéon-Théâtre de l’Europe, théâtre national)
Le Cid de Pierre Corneille
Monparnasse reçoit de Yves Ravey
Chaos debout de Véronique Olmi
mise en scène Declan Donnellan (Festival d’Avignon)
mise en scène Joël Jouanneau (Théâtre de Sartrouville, Scène Nationale)
mise en scène Jacques Lassalle (Festival d’Avignon)
La Grande Magie de Eduardo de Filippo, texte français Huguette Hatem
mise en scène Lisa Wurmser (Théâtre de la Véranda)
I paRAPazzi fictions de non-fictions, texte Yves Pagès
conception théâtrale et synoptique François Wastiaux (Théâtre Valsez-Cassis)
Nous avons les mêmes nuages… d’après “Il débusque le démon” de Bertolt Brecht, “Le dénouement imprévu”
Séance de travail d’après Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, dirigée par Eric Lacascade
suivie de Sorties textes issus du studio d’écriture animé par Enzo Cormann
de Marivaux et “Les méfaits du tabac” de Anton Tchekhov
mise en scène Michel Cerda (Le Vardaman - Compagnie Michel Cerda)
Penthésilée d’après Heinrich von Kleist, traduction Julien Gracq
mise en scène Julie Brochen (Le Quartz, CDN de Brest) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Armor de Elsa Solal
mise en scène Philip Boulay (Compagnie du Tournesol)
Récit d’un inconnu d’après la nouvelle de Anton Tchekhov, texte français Edouard Parayre et Lily Denis
mise en scène Maurice Attias (Compagnie Le Rideau cramoisi)
Sainte Jeanne des Abattoirs de Bertolt Brecht, traduction Gilbert Badia et Claude Duchet,
mise en scène Marie-Noël Rio (L’Atelier du Rhin, CDR de Mulhouse)
Samedi, dimanche et lundi de Eduardo de Filippo, texte français Huguette Hatem
mise en scène Robert Cantarella (Théâtre du Gymnase Marseille)
La mort de Danton de Georg Büchner
mise en scène Philippe Lanton (Association Cartel)
Le Miracle de György Schwajda, traduction Anna Lakos et Jean-Loup Rivière
mise en scène Michel Didym (Compagnie Boomerang)
Les deux gentilshommes de Vérone de William Shakespeare
traduction, adaptation, mise en scène Adel Hakim (Théâtre des Quartiers d’Ivry)
Les quatre morts de Marie de Carole Fréchette
mise en scène Catherine Anne (Compagnie A Brûle Pourpoint)
La Fausse suivante de Marivaux
mise en scène Gloria Paris (La Comédie de Picardie Amiens)
mis en scène et interprétés par le groupe 30, sous la direction de Philippe Delaigue et Enzo Cormann (Ateliers de sortie de l’Ecole duTNS)
.
saison 1998 - 1999
Victor ou les enfants au pouvoir de Roger Vitrac
mise en scène Philippe Adrien (Compagnie ARRT Philippe Adrien)
La Dame de chez Maxim de Georges Feydeau et Les Démons de Fédor Dostoïevski (en alternance),
traduction André Markowicz
mise en scène Roger Planchon (TNP Villeurbanne, CDN)
Peine d’amour perdue de William Shakespeare, traduction libre François Regnault
version scénique et mise en scène Emmanuel Demarcy-Mota (Théâtre des Millefontaines)
Marion de Lorme de Victor Hugo
mise en scène et adaptation Eric Vigner (CDDB Théâtre de Lorient, CDR)
Savent-ils souffrir ?
mise en scène et montage Jean-Yves Ruf (Théâtre de la Bastille) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
La Mer de Edward Bond, texte français Jérôme Hankins, et Le Jour se lève, Léopold de Serge Valletti (en alternance)
mise en scène Jacques Rosner (Théâtre National de Toulouse, CDN)
Yvonne, Princesse de Bourgogne de Witold Gombrowicz
mise en scène, traduction et adaptation Yves Beaunesne (Compagnie des Petites Heures)
Narcisse de Jean-Jacques Rousseau
mise en scène Didier Bezace (Théâtre de la Commune, CDN d’Aubervilliers)
Mesure pour mesure de William Shakespeare, texte français Jean-Michel Déprats
mise en scène Claude Yersin (Nouveau Théâtre d’Angers, CDN)
Pit-bull de Lionel Spycher
Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès
et Gauche uppercut de Joël Jouanneau
mise en scène Joël Jouanneau
mise en scène Serge Tranvouez
(Heyoka, CDNEJ de Sartrouville)
mise en scène Brigitte Foray (Compagnie Theatrett)
La Nuit des Rois de William Shakespeare, adaptation Jean-Michel Déprats
mise en scène Hélène Vincent (La Criée Théâtre National de Marseille, CDN)
Œdipe Roi de Sophocle, traduction Jean Bollack
Lulu de Frank Wedekind, traduction Jean-Louis Besson, Henri Christophe
montage scénique et mise en scène Hans Peter Cloos (Skarabaus Production)
Le corps et la fable du ciel de Jules Supervielle
Aujourd’hui (titre provisoire)
Le roi du poulpe et de la sardine de Edwige Cabélo
mise en scène Laurent Gutmann (Théâtre Suranné)
mise en scène Marc Le Glatin (Théâtre de l’Envol)
auteur - metteur en scène Michel Deutsch (Théâtre Ouvert)
mise en scène Nabil El Azan (Compagnie La Barraca)
mise en scène Michel Cerda (Le Vardaman - Compagnie Michel Cerda)
Mozart Wolfgang suite et fugue, texte Philippe Gumplowicz, musique François Couturier, Jean-Marc Larché
mise en scène Isabelle Hurtin (Compagnie du Ness)
traduction et mise en scène Rosine Lefebvre (Nouveau Théâtre d’Angers, CDN)
La Mouette de Anton Tchekhov, texte français André Markowicz et Françoise Morvan
mise en scène Louis Castel (Compagnie Le Théâtrographe)
Electre de Hugo von Hofsmannthal
La Moscheta de Ruzante
Réponse à la question précédente de Jacques Rebotier
mise en scène Jacques Rebotier (Compagnie VoQue)
Sainte Jeanne des Abattoirs de Bertolt Brecht, traduction Pierre Deshusses
mise en scène Alain Milianti (Le Volcan, Scène Nationale du Havre)
Le Crocodile de Paris de Catherine Anne
mise en scène Catherine Anne (Théâtre des Jeunes Spectateurs, CDNEJ de Montreuil)
La Fuite en Egypte de Bruno Bayen
Tout ce qui vit s’oppose à quelque chose
Le Marchand de Venise de William Shakespeare, texte français Jean-Michel Déprats
mise en scène et scénographieStéphane Braunschweig (Le Théâtre-Machine)
spectacle de Sentimental Bourreau (Compagnie Sentimental Bourreau)
Zoé sans A ni B de Agathe Chouchan
mise en scène Bruno Bayen (Théâtre de Gennevilliers, CDN)
Hedda Gabler de Henrik Ibsen, traduction Terje Sinding
mise en scène Agathe Chouchan (Compagnie du Soleil Bleu)
mise en scène Gloria Paris (Comédie de Picardie Amiens)
Le Décaméron d’après Boccace : Station III : La passion d’Alatiel. Station IV : Tedaldo; Le Coffre ; Andreuccio.
Station V : Ciappelletto ; La foire de la Brigata
mise en scène Jean Boillot (Compagnie Théâtre à Spirale)
L’Inconnue de la Seine de Ödön von Horváth, texte français Henri Christophe
mise en scène Christian Peythieu (Théâtre de l’Opossum)
Après la répétition de Ingmar Bergman, traduction C.G. Bjurström et Lucie Albertini
mise en scène Jacques Rosner (Le Sorano, CDN de Toulouse)
Journée de noces chez les Cromagnons de Wajdi Mouawad
_
(78)
mise en scène Jacques David (Théâtre de l’Erre)
_
(79)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
Les Liaisons dangereuses d’après le roman de Choderlos de Laclos
adaptation et mise en scène Philippe Faure (Théâtre de la Croix Rousse - Compagnie Philippe Faure)
Trois femmes ou l’Echappée de Catherine Anne
Hudson River, un désir d’exil de Daniel Besnehard
Les Habits du Dimanche de François Morel
mise en scène Catherine Anne (Compagnie A Brûle Pourpoint)
mise en scène Claude Yersin (Nouveau Théâtre d’Angers, CDN)
mise en scène Michel Cerda (Le Vardaman - Compagnie Michel Cerda)
Le Malade Imaginaire ou Le Silence de Molière, d’après “Le Malade Imaginaire” de Molière et “Le Silence de
Molière” de Giovanni Macchia
mise en scène et adaptation Arthur Nauzyciel (CDDB Théâtre de Lorient, CDR)
Le carnaval des femmes d’après “Les Thesmophories” d’Aristophane, adaptation Michèle Laurence
et Nabil El Azan
mise en scène Nabil El Azan (Compagnie La Barraca)
A cheval sur deux pages
conception et mise en scène Geoffroy Lidvan (Compagnie Dekismokthon)
Les Muses orphelines de Michel-Marc Bouchard,version pour la scène française Noëlle Renaude
mise en scène Isabelle Ronayette (Compagnie LRIR) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Loué soit le progrès de Gregory Motton, texte français Nathalie Godard
mise en scène Lukas Hemleb (Odéon-Théâtre de l’Europe, théâtre national)
Quatorze Isbas rouges de Andréi Platonov, texte français Louis Martinez
mise en scène Christophe Perton (Maison de la Culture de Bourges, Scène Nationale)
Chant d’amour pour l’Ulster de Bill Morrison, traduction Jean-Pierre Richard
mise en scène Christophe Rouxel (Compagnie Théâtre Icare)
Le premier et le dernier de Gildas Milin
La fameuse tragédie du riche Juif de Malte de Christopher Marlowe, texte français Henri-Alexis Baatsch
mise en scène Bernard Sobel (Théâtre de Gennevilliers, CDN)
Gabriel(le) d’après Gabriel de George Sand
adaptation et mise en scène Gilles Gleizes (La Rose des Vents, scène nationale)
Turing-Machine
Tokyo Notes de Oriza Hirata, traduction Rose-Marie Makino-Fayolle
mise en scène Frédéric Fisbach, en collaboration avec l’auteur (Compagnie Ensemble Atopique)
playshop conçu et réalisé par Jean-François Peyret (TF2 - Compagnie Jean-François Peyret)
L’Enéide de Virgile, traduction Jacques Perret
mise en scène Gildas Milin (Compagnie Les Bourdons Farouches)
Chaux vive, écriture Chat Borgne Théâtre
direction et mise en scène Brigitte Jaques (Auditorium du Louvre)
La douce Léna de Gertrude Stein, adaptation Catherine Benhamou
mise en scène Michel Cerda (Le Vardaman - Compagnie Michel Cerda)
TDM3 (Théâtre du Mépris 3) de Didier-Georges Gabily
La Nuit de l’Enfant-Caillou, textes Caroline Marcadé et Michel Vittoz
mise en scène Caroline Marcadé (Compagnie Théâtre Evadé)
Le Marchand de Venise de William Shakespeare, traduction Jean-Michel Déprats
mise en scène et musique Cécile Garcia-Fogel (Théâtre de Sartrouville)
Suivez-moi de Gérard Watkins
TES de Jérôme Robart
mise en scène Aurélien Recoing (Compagnie Les Nyctalopes)
mise en scène Gérard Watkins (Compagnie Les Cowboys et les Indiens)
mise en scène Jérôme Robart (L’Eldorado - Compagnie Joël Jouanneau)
Toute nudité sera châtiée de Nelson Rodrigues, traduction Angela Leite-Lopes
mise en scène Alain Ollivier (Studio-Théâtre de Vitry)
Les Perses d’Eschyle, traduction Myrto Gondicas et Pierre Judet de La Combe
mise en scène Olivier Werner (Compagnie L’Anneau)
Gyubal Velleÿtar de Stanislas Ignacy Witkiewicz
mise en scène David Maisse (Odéon-Théâtre de l’Europe, dans le cadre des Maquettes du Jeune Théâtre National à la Cabane)
Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov, adaptation Jean-Claude Carrière
mise en scène Lisa Wurmser (Théâtre de la Véranda)
Henry V de William Shakespeare, traduction Jean-Michel Déprats
mise en scène Jean-Louis Benoit (Théâtre de l’Aquarium)
La vie de Galilée de Bertolt Brecht, texte français Eloi Recoing
mise en scène Jacques Lassalle (Orion pour la Compagnie Jacques Lassalle)
La Fin d’un monde ou presque de Christian Caro
Le Pont de pierre et la peau d’images de Daniel Danis
mise en scène Jacques Nichet (TNT Théâtre de la Cité, CDN de Toulouse)
mise en jeu Christian Caro (Serena Compagnie)
.
mise en scène Jean-Yves Ruf (Chat Borgne Théâtre)
Histoire naturelle de l’esprit (suite et fin)
spectacle conçu et réalisé par Jean-François Peyret (TNT Théâtre de la Cité, CDN de Toulouse)
Léonce et Léna de Georg Büchner, texte français François Rey
mise en scène Jacques Osinski (Maison de la Culture d’Amiens, Scène Nationale)
saison 1999 - 2000
Bad boy Nietzsche de Richard Foreman, texte français Anne Bérélowitch, et Manque de Sarah Kane (en alternance)
mise en scène Bernard Sobel (Théâtre de Gennevilliers, CDN)
Dom Juan de Molière
mise en scène Jacques Kraemer (Théâtre de Chartres - Compagnie Jacques Kraemer)
Titanic City - Péripétie à itinéraires multiples
conception et mise en scène Frédéric Constant (Maison de la Culture de Bourges, Scène Nationale)
Les belles endormies du bord de scène, création collective de la Compagnie d’EDVIN(e)
mise en scène Eric Ruf et Pierre Lamandé (Compagnie d’EDVIN(e))
Le Malade imaginaire de Molière
mise en scène Théo Kailer (Compagnie Helios Perdita)
Albert Herring de Benjamin Britten, livret de Eric Crozier d’après “Le rosier de Madame Husson” de Guy de Maupassant
direction musicale Olivier Reboul, mise en scène, éclairages Lukas Hemleb (CNSMDP de Paris)
Décaméron d’après Boccace
adaptation et mise en scène Bérangère Jannelle (CDDB Théâtre de Lorient, CDR)
Roméo et Juliette de William Shakespeare
traduction et mise en scène Stuart Seide (Théâtre du Nord, CDN de Lille)
Les Quatre Jumelles de Copi
mise en scène Daisy Amias (Compagnie Pasiphaé)
Fragments Koltès, textes Bernard-Marie Koltès
un spectacle de Catherine Marnas (Compagnie Dramatique Parnas)
Bruit de François Bon
maître d’œuvre Charles Tordjman (Théâtre Ouvert)
La Fausse suivante de Marivaux
mise en scène Yves Beaunesne (Compagnie des Petites Heures)
L’Idiot, dernière nuit de Zéno Bianu d’après l’œuvre de Fédor Dostoïevski
mise en scène Balazs Gera (Compagnie Balazs Gera)
L’Ombre de Venceslao de Copi, traduction de l’espagnol Jorge Lavelli et Dominique Poulange
mise en scène Jorge Lavelli (Compagnie Le Méchant Théâtre)
Le Golem de Jacques Kraemer
mise en scène Jacques Kraemer (Théâtre de Chartres - Compagnie Jacques Kraemer)
Extermination du peuple de Werner Scwhab, texte français Henri Christophe
mise en scène Hervé Taminiaux (Compagnie Flagrants Désirs)
Anéantis de Sarah Kane
mise en scène Louis-Do de Lencquesaing (Les Artisans du Cinéma et du Théâtre)
La Mouette de Anton Tchekhov, traduction André Markowicz et Françoise Morvan
mise en scène Marc Betton (Maison de la Culture de la Seine-Saint-Denis)
La Révolte des outils de Dominique Sampiero et Tiffany Tavernier
mise en scène Balazs Gera (Compagnie Balazs Gera)
Nos nuits auront raison de nos jours
Le Songe d’une nuit d’été et Othello de William Shakespeare (en alternance), texte français Jean-Michel Déprats,
mise en scène Laurent Laffargue (Compagnie du Soleil Bleu)
_
(80)
Frontière Frontière de Jacques Rebotier
mise en scène Jacques Rebotier (Le Carreau, Scène Nationale de Forbach)
_
(81)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
Aminte drame pastoral de Torquato Tasso, dit Le Tasse, traduction du Sieur de la Brosse
mise en scène Christian Rist (Le Studio Classique - Compagnie Christian Rist)
L’éveil du printemps de Frank Wedekind, traduction François Regnault
mise en scène Paul Desveaux (L’héliotrope - Compagnie de la Vallée)
Black Spring
Crave (Manque) de Sarah Kane, traduction Evelyne Pieiller
chorégraphie Heddy Maalem (Compagnie Ivoire - Heddy Maalem)
mise en scène Jean-Marie Patte (compagnie Le Jardin)
adaptation et mise en scène Guillaume Delaveau (Compagnie X Ici)
Les Caprices de Marianne de Alfred de Musset et Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée
mise en scène Philip Boulay (Théâtre Granit, Scène Nationale Belfort)
Peer Gynt de Henrik Ibsen
Marivaux / Barthes. Jeux de l’Amour, extraits du théâtre de Marivaux et de “Fragments d’un discours amoureux”
de Roland Barthes
mise en scène Marie Tikova (Compagnie Feux de la Rampe)
.
Anne-Marie de Philippe Minyana
mise en scène Philippe Minyana (Théâtre Ouvert, CDN)
Piccoli/Pirandello d’après “Les Géants de la montagne” de Luigi Pirandello
avec la complicité de Klaus Michael Grüber (PoLimniA)
Rixe suivi de Les gnoufs et de Sortie de théâtre, un soir de pluie trois courtes pièces de Jean-Claude Grumberg
mise en scène Muriel Mayette (Théâtre du Gymnase Marseille)
saison 2000 - 2001
Le Pays lointain / Traversées d’après la pièce de Jean-Luc Lagarce
mise en scène Joël Jouanneau (Théâtre Ouvert, CDN) reprise d’un atelier du CNSAD
Cymbeline de William Shakespeare, traduction Jean-Michel Déprats
mise en scène Philippe Calvario (compagnie Les Mots dits)
Maison d’arrêt de Edward Bond, texte français Pierre Alféri
mise en scène et scénographie Ludovic Lagarde (Théâtre National de Strasbourg)
’Aïsha de Christophe Bident
mise en scène Emmanuel Ray (compagnie Théâtre en Pièces)
Le Balcon de Jean Genet
mise en scène Jean Boillot (compagnie Le Théâtre à Spirale)
Le Roi Lear de William Shakespeare
mise en scène Philippe Adrien (compagnie ARRT)
Embouteillage
conception et mise en scène Anne-Laure Liégeois (compagnie Théâtre du Festin)
Clémence de Noël Casale
mise en scène Noël Casale (compagnie Les Deux Traces)
Macbeth de William Shakespeare, texte français Jean-Michel Déprats
mise en scène Sylvain Maurice (L’Ultime & Co, compagnie)
Cet infini jardin de Susana Lastreto
mise en scène Susana Lastreto (compagnie GRRR)
La Polonaise d’Oginski de Nicolaï Koliada, texte français Lily Denis, en collaboration avec Lisa Wurmser
mise en scène Lisa Wurmser (Comédie de Picardie Amiens)
Marat-Sade de Peter Weiss, traduction Jean Baudrillard
mise en scène Emmanuel Demarcy-Mota (compagnie Théâtre des Millefontaines)
Le Malade imaginaire de Molière
mise en scène Philippe Adrien (Compagnie du 3ème Œil)
Baal de Bertolt Brecht, traduction Laurent Muhleisen
mise en scène Patrick Verschueren (compagnie Théâtre Ephéméride)
Sarcelles-sur-Mer de Jean-Pierre Bisson
mise en scène Stéphane Olivié-Bisson (compagnie Alice Lidell)
Rien pour Pehuajo de Julio Cortázar, traduction Françoise Thanas
mise en scène Jean Boillot (compagnie Le Théâtre à Spirale)
.
saison 2001 - 2002
La vie est un songe de Pedro Calderón de la Barca, texte français Céline Zins
mise en scène Elisabeth Chailloux (Théâtre des Quartiers d’Ivry)
Asservissement Sexuel Volontaire de Pascal Rambert
mise en scène et installation Pascal Rambert (compagnie Side one posthume)
Lear de Edward Bond, traduction Georges Bas, adaptation Henri-Alexis Baatsch
mise en scène Christophe Perton (Comédie de Valence, CDR)
Six Personnages en quête d’auteur de Luigi Pirandello, traduction François Regnault
mise en scène Emmanuel Demarcy-Mota (compagnie Théâtre des Millefontaines)
Légendes de la forêt viennoise de Ödön von Horváth, texte français Sylvie Müller et Henri Christophe
mise en scène Laurent Gutmann (Théâtre Suranné - Compagnie Laurent Gutmann)
Cadmus et Hermione musique de Jean-Baptiste Lully, livret de Philippe Quinault
direction artistique Christophe Rousset, mise en scène et scénographie Ludovic Lagarde (Festival d’Ambronay)
Le Misanthrope de Molière
Sur la grand-route de Anton Tchekhov, traduction Simone Senz-Michel
mise en scène Antoine Caubet (compagnie Théâtre Cazaril)
mise en scène Jean-Pierre Miquel (Théâtre du Vieux-Colombier)
Fin de partie - Endspiel de Samuel Beckett, traduction allemande Elmar Tophoven
mise en scène Christian Colin et Walter Weyers (Compagnie Atelier II)
Ah ! Anabelle de Catherine Anne
Le Diable et le Bon Dieu de Jean-Paul Sartre
mise en scène Daniel Mesguich (Miroir et Métaphore - Compagnie Daniel Mesguich)
Ay ! Quixote d’après “Don Quichotte” de Cervantès
Les Fausses confidences de Marivaux
La Princesse Maleine de Maurice Maeterlinck
mise en scène Catherine Anne (Théâtre de l’Est Parisien)
mise en scène Omar Porras (Compagnie Teatro Malandro)
mise en scène Alain Milianti (Le Volcan, Scène Nationale Le Havre)
mise en scène Yves Beaunesne (Compagnie des Petites Heures)
William Pig, le cochon qui avait lu Shakespeare de Christine Blondel
mise en scène David Géry (Comédie de Picardie Amiens)
Shake autour de "La Nuit des rois" de William Shakespeare, taduction Marie-Paule Ramo
mise en scène Dan Jemmett (Théâtre Vidy-Lausanne)
Habitations de Philippe Minyana
Dom Juan de Molière
mise en scène Edith Scob (Compagnie Jérémie)
mise en scène Guy Lumbroso (compagnie Le Théâtre du Fait-divers)
Les Petites Odyssées d’après “L’Odyssée” de Homère, texte Lancelot Hamelin
mise en scène Géraldine Bénichou (compagnie Théâtre du Grabuge)
Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux
mise en scène Jacques Kraemer (Théâtre de Chartres - Compagnie Jacques Kraemer)
Cycle Sarah Kane : Anéantis / Blasted, direction Jean-Christophe Saïs, en collaboration avec Jean-Marc Montera,
musicien et 4.48-Psychosis, direction Hubert Colas, en collaboration avec Jean-Marc Montera, musicien, et la
La nuit blanche textes inédits Arlette Farge et divers textes du 18ème siècle
montage et mise en scène Gilberte Tsaï (CDN de Montreuil)
participation de Blandine Masson, réalisatrice radio (Diphtong Compagnie)
Tamerlan le Grand de Christopher Marlowe, texte français Luc de Goustine
mise en scène Jean-Baptiste Sastre (Théâtre National de Chaillot)
Maître Zacharius d’après Jules Verne
conception, mise en scène, effets magiques Thierry Collet (compagnie Le Phalène)
Le langue-à-langue des chiens de roche de Daniel Danis
mise en scène Michel Didym (Théâtre du Vieux-Colombier)
Erwan et les Oiseaux
conception et mise en scène Jean-Yves Ruf (Heyoka, CDNEJ)
_
(82)
_
(83)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
Villa dei Misteri
Suite de Philippe Minyana
texte et mise en scène Ivan Stanev (Théâtre de la Bastille)
mise en scène, scénographie, lumière Massimo Bellini (Compagnie Urbaine)
Purifiés de Sarah Kane, texte français Evelyne Pieiller
mise en scène et scénographie Hubert Colas (Diphtong Compagnie)
Valparaiso de Don DeLillo, texte français Dominique Hollier
Juliette et Roméo d’après William Shakespeare, traduction Marie-Paule Ramo
mise en scène Irina Brook (Théâtre National de Chaillot)
Le JTN en Argentine :
mise en scène Thierry de Peretti (Théâtre de la Bastille)
La forma perfecta de Luis Cano
mise en scène Daniel Veronese
La Sangre caliente de la Tierra de Christophe Huysman (Le sang chaud de la Terre), traduction Jaime Arrambide
mise en scène Jean-Yves Ruf (Chat Borgne Théâtre)
La Forêt de Alexandre Ostrovski, traduction André Markowicz
mise en scène Guy-Pierre Couleau (Compagnie des Lumières et des Ombres)
Mille sabords
L’Ombre de Mart de Stig Dagerman, traduction Gunilla Koch-de Ribaucourt
mise en scène Jacques Osinski (compagnie La Vitrine)
spectacle de Gilberte Tsaï (Centre Dramatique National de Montreuil)
Mère Courage et ses enfants de Bertolt Brecht, traduction Eugène Guillevic, musique Paul Dessau
Opérette pour cinq marionnettes et une compagnie de chaussures danseuses, textes de Jacques Prévert, Dario Fo
mise en scène, marionnettes Alice Laloy (Compagnie S’appelle reviens)
et Boris Vian
mise en scène Christian Schiaretti (Comédie de Reims, CDN)
Ah la la ! Quelle Histoire de Catherine Anne
Le JTN au Burkina-Faso :
Pylade de Pier Paolo Pasolini
mise en scène Catherine Anne (Théâtre de l’Est Parisien)
Roméo et Juliette de William Shakespeare
(AFAA / Compagnie Feeren / Théâtre Dijon Bourgogne)
mise en scène Amadou Bourou
La Marche de l’architecte de Daniel Keene, traduction Séverine Magois
mise en scène Renaud Cojo (compagnie Ouvre le chien)
mise en scène Isabelle Janier (Compagnie Lencre)
La Marmite de Plaute, traduction inédite Florence Dupont
Visites de Jon Fosse, traduction Terje Sinding
mise en scène Brigitte Jaques (Compagnie Pandora)
Philoctète de Sophocle, texte français François Rey et Damianos Konstantinidis
mise en scène Guillaume Delaveau (Compagnie X ici)
Le conte d’hiver de William Shakespeare, traduction Bernard-Marie Koltès
mise en scène Pierre Pradinas (Compagnie Le Chapeau Rouge)
mise en scène Marie-Louise Bischofberger (Théâtre Vidy-Lausanne)
.
saison 2002 - 2003
Le Nom de Jon Fosse, texte français Terje Sinding
mise en scène Christian Colin (Compagnie Atelier II)
La Mousson d’été : Les auteurs français et d’Amérique Latine
(Compagnie Boomerang)
Od ombra od omo. Vision de Dante
conception et mise en scène Lukas Hemleb (Maison de la Culture de Bourges)
Nannie sort ce soir de Sean O’Casey, traduction Françoise Morvan
mise en scène Marc François (compagnie L’Atelier du Pollet)
Brutopia de Howard Barker, texte français Isabelle Famchon
mise en scène Guillaume Dujardin (Nouveau Théâtre de Besançon, CDN)
Phèdre de Jean Racine
mise en scène Christian Rist (Maison de la Culture de Bourges)
Ce siècle avait deux ans ! Bicentenaire de la naissance de Victor Hugo
conception / réalisation Etienne Pommeret (Compagnie Théâtrale Cazaril)
Le mariage, l’affaire et la mort de Alexandre Soukhovo-Kobyline, traduction André Markowicz
mise en scène Robert Cantarella (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN)
La Mouette de Anton Tchekhov, traduction André Markowicz et Françoise Morvan
mise en scène Philippe Calvario (Théâtre National de Bretagne)
La Flûte enchantée de Wolfgang Amadeus Mozart, direction musicale Alain Altinoglu
mise en scène et lumières Lukas Hemleb (CNSMDP)
La Machine infernale de Jean Cocteau
mise en scène Gloria Paris (Compagnie Chant V)
Anticlimax de Werner Schwab, texte français Mike Sens & Michael Bugdahn
mise en scène, scénographie et conception sonore Hauke Lanz (MC 93 Bobigny, scène nationale)
Odyssée Petit Bazar
mise en scène Géraldine Bénichou (compagnie Théâtre du Grabuge)
Le Tartuffe de Molière
mise en scène Claude Duparfait (Théâtre National de Toulouse Midi Pyrénées, CDN)
Hedda Gabler de Henrik Ibsen, texte français Michel Vittoz
mise en scène Alain Milianti (Le Volcan Scène Nationale)
En délicatesse de Christophe Pellet
mise en scène Jean-Pierre Miquel (Compagnie ARRT)
Drames brefs (1) de Philippe Minyana
mise en scène Etienne Pommeret (Compagnie C’est pour Bientôt)
Canis Lupus (Le Loup)
de et par Sébastien Bravard, Olivier Constant, Gaëlle Le Courtois,Stéphanie Pasquet
(Centre Dramatique National de Montreuil) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Entre nous (3), traduction Youlia Abdoulova, Natalia Mavlevitch, Anna Sabatchnikova
mise en scène, adaptation scénique Christophe Feutrier (Compagnie Entre Nous)
Extermination du peuple ou Mon foie n’a pas de sens de Werner Schwab
traduction Henri Christophe, mise en scène Philippe Adrien (Théâtre du Vieux Colombier)
Homme à homme de Noël Casale d’après “Le Germe” de Tarjei Vesaas, traduction Jean-François Battail
adaptation et mise en scène Noël Casale (Compagnie Les Deux Traces)
Le Traitement de Martin Crimp, traduction Elisabeth Angel-Perez
mise en scène Nathalie Richard (Théâtre National de Chaillot)
Beaucoup de bruit pour rien de William Shakespeare, traduction Jean-Pierre Richard
mise en scène Benoît Lavigne (Compagnie des Saltimbanques)
Un cœur faible et Aventures de Monsieur Goliadkine de F.M. Dostoïevski, traduction André Markowicz
mise en scène Philippe Sire (Compagnie Le Menteur Volontaire)
Naïves hirondelles de Roland Dubillard
mise en scène Vincent Debost (Comédie de Reims, CDN) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Pylade de Pier Paolo Pasolini, traduction Michèle Fabien et Titina Maselli
mise en scène Arnaud Meunier (Compagnie de la Mauvaise Graine)
Le projet Fassbinder : Les Ordures, la ville et la mort de Rainer Werner Fassbinder, texte français et dramaturgie
Jorn Cambreleng
mise en scène Pierre Maillet (Compagnie Théâtre des Lucioles)
Sextuor banquet de Armando Llamas
mise en scène Jean-Pierre Dumas (Paradoxale Compagnie)
Les travaux et les jours de Michel Vinaver
mise en scène Robert Cantarella (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN)
Sans famille, l’autre voyage de Eric de Dadelsen d’après Hector Malot
mise en scène Eric de Dadelsen (Le Préau, CDR)
Algérie 54/62 de Jean Magnan
mise en scène Robert Cantarella (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN)
Non ora non qui / Pas maintenant, pas ici d’après “Une fois, un jour” de Erri de Lucca, traduction Danièle Valin
adaptation et mise en scène Eric Didry (Compagnie Indices Terrestres)
_
(84)
Anthropozoo de Gildas Milin
mise en scène Gildas Milin (Compagnie Les Bourdons Farouches)
Faust ou la tragédie du savant d’après Goethe, Marlowe, Pessoa, Klinger, Ghelderode…, texte et adaptation
Virginie Lou
mise en scène Catherine Marnas (Compagnie Parnas)
Robinson, voyage au pays de nulle part à partir du texte de Daniel Defoe
adaptation et mise en scène Bérangère Jannelle (Minijy)
_
(85)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
Comme il vous plaira de William Shakespeare, traduction André Markowicz
mise en scène Jean-Yves Ruf (MC 93 Bobigny, scène nationale)
Matériau Platonov d’après Anton Tchekhov, traduction André Markowicz et Françoise Morvan
mise en scène Astrid Bas (Odéon-Théâtre de l’Europe)
Le Tracteur de Heiner Müller, traduction Jean-Pierre Morel
mise en scène Irène Bonnaud (Théâtre de la Bastille)
Padam Padam d’après “Moscou-Pétouchki” de Vénédoct Erofeiev
spectacle du Groupe Incognito (La Maison du Comédien Maria Casarès)
Opérette de Witold Gombrowicz, musique Oscar Strasnoy, traduction Constantin Jelenski et Geneviève Serreau
mise en scène Christian Gangneron (Compagnie Arcal)
Homebody / Kabul de Tony Kushner, texte français Pierre Laville
mise en scène Jorge Lavelli (Compagnie Le Méchant théâtre)
Edgard et sa bonne et Le dossier de Rosafol de Eugène Labiche
mise en scène Yves Beaunesne (Compagnie de la Chose incertaine)
Europa Danse (5e édition) : tournée d’été de “Chorégraphes d’aujourd’hui”
La Bibliothèque censurée / En enfer d’après “Les saisons en enfer du jeune Ayyâz” de Reza Baraheni
mise en scène Thierry Bedard (Compagnie Notoire)
Foi amour espérance de Ödön von Horváth, texte français Henri Christophe
mise en scène Cécile Garcia-Fogel (Théâtre de Bussang)
La Danse en Corps, musiques Henry Purcell, Philip Glass, Edith Piaf, Giora Feidman, Serge Prokofiev
chorégraphie et interprétation Mélanie Marie et Nicolas Maurel (Compagnie A\Corps)
Marisol de José Rivera, traduction Isabelle Famchon
mise en scène Pascale Siméon (Compagnie Ecart théâtre)
(Europa Danse)
.
saison 2003 - 2004
La Campagne de Martin Crimp, traduction Philippe Djian
mise en scène Louis-Do de Lencquesaing (polimniA)
La Tragédie du roi Richard II de William Shakespeare, traduction Jean-Michel Déprats
mise en scène Paul Desveaux (L’Héliotrope - Compagnie de la vallée)
Bleu\-\Chair, musique Olivier Messian, Edgar Varèse, Astor Piazzola, Christophe Zhurflu
chorégraphie Mélanie Marie et Nicolas Maurel (Compagnie A\Corps)
Médée Kali de Laurent Gaudé
mise en scène et scénographie Philippe Calvario (Compagnie les mots-dits)
Solness le constructeur de Henrik Ibsen, traduction Hélène Hervieu et Sandrine Anglade
mise en scène Sandrine Anglade (Compagnie des Petites Heures)
La Cerisaie de Anton Tchekhov
mise en scène Jean-René Lemoine (Théâtre Gallia de Saintes)
Algérie 54/62 de Jean Magnan
mise en scène Robert Cantarella (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN)
Zaïde opéra de Wolfgang Amadeus Mozart, livret de J. Andreas Schachtner, piano et études musicales Samuel Jean
mise en scène Emmanuelle Cordiliani (Opéra National de Montpellier)
Manuscrit Corbeau de Max Aub, traduction Robert Marrast
mise en scène Nicolas Bigards (MC 93 Bobigny, scène nationale)
La Jeune Fille, le Diable et le Moulin de Olivier Py
mise en scène Clément Victor (Compagnie Théâtre Alchimique)
Onze débardeurs de Edward Bond, texte français Catherine Cullen et Stuart Seide
mise en scène Jean-Pierre Vincent (Studio Libre Compagnie Jean-Pierre Vincent)
Témoins Voyageurs, sur une idée originale de Ariel Cypel
réalisation Comité de lecture du JTN (Confluences)
Titus Andronicus de William Shakespeare, traduction André Markowicz
mise en scène Lukas Hemleb (Maison de la Culture de Bourges, Scène Nationale)
Petit de Catherine Anne
mise en scène Catherine Anne (Théâtre de l’Est Parisien)
Le Voyage de Benjamin de Gérard Wajcman
mise en scène Brigitte Jaques-Wajeman (Théâtre de Sartrouville, CDN)
Le Pain de Abdelkader Alloula, traduction Mohamed Kacimi
mise en scène Baki Boumaza (Compagnie Hippône Théâtre)
Dickie. Un Richard III d’après William Shakespeare et autres auteurs
mise en scène Joël Jouanneau (L’Eldorado - Compagnie Joël Jouanneau)
Encouragement(s) de Sophie Lannefranque
mise en scène Eric Massé (Compagnie des Lumas)
La Veste
mise en scène collective (Compagnie du Singulier)
Richard II de William Shakespeare, adaptation Jacques Osinski et Marie Potonet
mise en scène Jacques Osinski (Compagnie La Vitrine)
George Dandin de Molière
mise en scène Guy-Pierre Couleau (Compagnie des Lumières et des Ombres)
Séjour pour 8 à Tadécia de Luc Girerd
mise en scène Gildas Bourdet (CADO Orléans)
On ne badine pas avec l’amour de Alfred de Musset
mise en scène Isabelle Ronayette (Compagnie LRIR)
Innocents coupables de Alexandre Ostrovski, texte français Jean-Pierre Thibaudat et Macha Zonina
mise en scène Bernard Sobel (Théâtre de Gennevilliers, CDN)
La Pensée de Leonid Andreïev d’après “La Pensée” et la nouvelle “Les Ténèbres”, traduction André Markowicz,
Sophie Benech
mise en scène et dispositif vidéo Georges Gagneré (Compagnie Incidents Mémorables)
Le Bonheur du vent de Catherine Anne
mise en scène Catherine Anne (Théâtre de l’Est Parisien)
Le Soulier de satin de Paul Claudel (version intégrale)
mise en scène Olivier Py (Centre Dramatique National d’Orléans)
Haute Surveillance de Jean Genet
mise en scène Vincent Ecrepont (Compagnie à vrai dire)
Monsieur M. de Sibylle Berg, texte français Sylvia Berutti-Ronelt et Laurent Hatat
mise en scène Laurent Hatat (Comédie de Valence, CDN)
Avant / Après de Roland Schimmelpfennig, texte français Laurent Mulheisen
mise en scène Michèle Foucher (Artistes Producteurs Associés)
Dynamo de Eugène O’Neill, texte français Françoise Morvan
mise en scène Robert Cantarella (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN)
Un cœur, deux mondes, composition en tadjik de textes de Eugène Ionesco et Djalâl-ud-Dîn Rûmî
mise en scène Christophe Feutrier (Compagnie Tradjectoire ADM)
Pseudolus, le truqueur de Plaute, traduction Florence Dupont
mise en scène Brigitte Jaques-Wajeman (Compagnie Pandora)
Les Repas HYC de Christophe Huysman
mise en scène Christophe Huysman (Compagnie Les Hommes penchés)
Violences-reconstitution de Didier-Georges Gabily
mise en scène Yann-Joël Collin (Compagnie La Nuit surprise par le jour) reprise d’un atelier de l’Ecole du TNS
Le Soldat Tanaka de Georg Kaiser, traduction Huguette et René Radrizzani
mise en scène Guillaume Lévêque (Théâtre National de la Colline)
Quand j’avais 5 ans d’après le roman “Quand j’avais cinq ans, je m’ai tué” de Howard Buten,
traduction Jean-Pierre Carasso
adaptation et mise en scène Lucie Tiberghien (Théâtre de Suresnes Jean Vilar)
Tempêtes. Matière première “La Tempête” de William Shakespeare, traduction Jean-Michel Déprats
assemblage et scénographie Barbara Bouley (Compagnie Un Excursus)
Le Jeu d’Adam de Adam de la Halle, texte en français Jacques Darras
mise en scène Jacques Rebotier (Théâtre du Vieux-Colombier)
Des chimères en automne ou l’Impromptu de Chaillot, texte Jean-François Peyret et Alain Prochiantz
mise en scène Jean-François Peyret (TF2 Compagnie Jean-François Peyret)
L’Endroit du cœur (avec vue sur l’envers)
mise en scène Jean-Claude Penchenat (Théâtre de la Ville Paris)
Jean et Béatrice de Carole Fréchette
mise en scène Catherine Anne (Théâtre de l’Est Parisien)
Plaidoyer en faveur des larmes d’Héraclite de Bruno Bayen
mise en scène Bruno Bayen (Compagnie Pénélope)
_
(86)
_
(87)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
Le Cadavre vivant de Léon Tolstoï, traduction André Markowicz et Françoise Morvan
mise en scène Julie Brochen (Théâtre de l’Aquarium)
S.B.I.P. (Sandy Beans Interviews Polyglottes) de Christophe Huysman
mise en scène Christophe Huysman (compagnie Les Hommes Penchés)
Colza de Karin Serres
Erotica Asphyxia de Hauke Lanz
mise en scène et scénographie Karin Serres (Théâtre de l’Est Parisien)
mise en scène Hauke Lanz (Forum Culturel du Blanc-Mesnil)
mise en scène Jean-Baptiste Sastre (Théâtre National de Chaillot)
Die Dreigroschenoper (L’opéra de quat’sous) de Bertolt Brecht
direction musicale Joachim Arnold, mise en scène Christian Colin (Atelier 2 - Compagnie Christian Colin)
Les Paravents de Jean Genet
Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès
Shot / Direct de Patrick Bouvet
mise en scène Philippe Calvario (Comédie de Reims, CDN)
mise en scène Cyril Teste (Compagnie 3BC)
Richard II de William Shakespeare, traduction originale André Markowicz
mise en scène Thierry de Peretti (Théâtre de la Ville Paris)
Disparu(e)(s) de Frédéric Sonntag
mise en scène Frédéric Sonntag (Compagnie Asanisimasa) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Ajax de Sophocle
mise en scène et dramaturgie Cyril Teste (Structures Compagnie) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Bartholdi, a way en d’Freiheit, spectacle de Richard Stroh
mise en scène Pierre Speght (Compagnie Théâtre Alsacien Colmar)
Depuis ce matin tout a changé de Karin Serres
spectacle baladeur mis en scène par les comédiens de la Troupe du TEP (Théâtre de l’Est Parisien)
Le Petit Maître Corrigé de Marivaux
Lettres aux provinciales de Véra Bosc
L’enfant recherché de Jens Smærup Sørensen, traduction Janine et Karl Poulsen
mise en scène Yvon Lapous (Compagnie Théâtre du Loup)
mise en scène Olivier Treiner (Compagnie du Shaboté)
mise en scène Yaël Elhadad et Thierry Bosc (Compagnie La Véraison)
Britannicus de Jean Racine
En enfer d’après “Les saisons en enfer du jeune Ayyâz” de Reza Baraheni
mise en scène Brigitte Jaques-Wajeman (Théâtre du Vieux-Colombier)
mise en scène et scénographie Thierry Bedard (Compagnie Notoire)
Dans l’intérêt du pays de Timberlake Wertenbaker, traduction Matthew Jocelyn, Isabelle Famchon
mise en scène Matthew Jocelyn (Atelier du Rhin, CDR)
Oui dit le très jeune homme de Gertrude Stein, traduction Olivier Cadiot
mise en scène Ludovic Lagarde (Compagnie Ludovic Lagarde)
Inutile de tuer son père, le monde s’en charge de Pierre Ascaride
mise en scène Ariane Ascaride (Théâtre 71, Scène Nationale)
Un Homme est un homme de Bertolt Brecht, texte français Bernard Chartreux, Eberhard Spreng, Jean-Pierre Vincent
miseenscèneBernardSobel(ThéâtredeGennevilliers,CDN)
Mehr Licht: L’étang et Blanche Neige de Robert Walser, traduction Gilbert Musy, Claude Mouchard et Hans Hartje
mise en scène Pascaline Ponti (Compagnie Théâtre de l’Adour)
Description de l’omme, Prologue -encyclopédie-théâtre- de Jacques Rebotier
direction artistique Jacques Rebotier (Compagnie voQue)
Derniers remords avant l’oubli de Jean-Luc Lagarce
mise en scène Jean-Pierre Vincent (Compagnie Studio Libre)
L’Amour d’un brave type de Howard Barker, texte français Sarah Hirschmuller, Sinéad Rushe
mise en scène Jean-Paul Wenzel (Dorénavant Compagnie)
.
saison 2004 - 2005
Bamako de Eric Durnez
mise en scène Claude Yersin (Nouveau Théâtre d’Angers, CDN)
Bartleby ? d’après la nouvelle de Herman Melville, traduction et collaboration artistique Laura Koffler
adaptation et mise en scène David Géry (compagnie T. d’Or théâtre)
Folles journées! adaptation de la trilogie de Beaumarchais, musique Mozart, Rossini, Verdi (opéra version scénique)
direction musicale Alain Altinoglu, mise en scène Emmanuelle Cordoliani (CNSMDP de Paris)
L’Illusion comique de Pierre Corneille
mise en scène Paul Golub (Compagnie Le Théâtre du Volcan Bleu)
Les Sacrifiées de Laurent Gaudé
mise en scène Jean-Louis Martinelli (Théâtre Nanterre-Amandiers, CDN)
Matériau Chimère d’après “Chimère et autres bestioles” de Didier-Georges Gabily
mise en scène Sandrine Lanno (Théâtre de la Bastille)
Les joyeuses commères de Windsor de William Shakespeare
mise en scène Jean-Marie Villégier et Jonathan Duverger (L’Illustre Théâtre - Compagnie Jean-Marie Villégier)
Sans Faim de Hubert Colas
mise en scène Hubert Colas (Diphtong Compagnie)
J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne de Jean-Luc Lagarce
mise en scène Joël Jouanneau (Théâtre du Peuple)
Musée haut, Musée bas de Jean-Michel Ribes
écrit et conçu Jean-Michel Ribes (Théâtre du Rond-Point Paris)
Yvonne, princesse de Bourgogne de Witold Gombrowicz, traduction Kinga Wyrzykowska
adaptation et mise en scène Philippe Adrien (ARRT - Compagnie Philippe Adrien) reprise d’un atelier du CNSAD
Feu le music-hall d’après l’œuvre et la vie de Colette, textes de Colette, inserts dramatiques de Christophe Pellet
adaptation et mise en scène Karine Saporta (Théâtre du Vieux-Colombier)
Le Gai Savoir
conception et mise en scène Gilberte Tsaï
(Centre Dramatique National de Montreuil) reprise d’un atelier du CNSAD
Icône de Gérard Watkins
mise en scène Gérard Watkins (Compagnie Perdita Ensemble)
Paradise (Codes inconnus I) de Daniel Keene, texte français Séverine Magois
conception et mise en scène Laurent Laffargue (Compagnie Le Soleil Bleu)
Les visages du labyrinthe : La P… respectueuse de Jean-Paul Sartre, traduction en arabe dialectal
Le Cri d’Antigone d’après “Antigone” de Henry Bauchau
adaptation et mise en scène Géraldine Bénichou (Compagnie Théâtre du Grabuge)
et Les Justes de Albert Camus, traduction en berbère tachelhit
conception et mise en scène Moïse Touré (Compagnie Les inachevés)
Oncle Vania de Anton Tchekhov, traduction et adaptation Marion Bernède, Marina Abelskaïa et Yves Beaunesne
mise en scène Yves Beaunesne (Compagnie de la Chose incertaine - Yves Beaunesne)
Le Luthier de Venise de Gualtiero Dazzi, livret de Claude Clément
direction musicale Alain Altinogliu, mise en scène et décors Giorgio Barberio Corsetti (Théâtre du Châtelet Paris)
D’états de femmes
mise en scène Alice Laloy (Compagnie S’appelle reviens) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
La vie est un rêve de Pedro Calderón de la Barca, nouvelle traduction Denis Laroutis
mise en scène Arnaud Meunier (Maison de la Culture d’Amiens, scène nationale)
Naïves Hirondelles de Roland Dubillard
mise en scène Vincent Debost (Compagnie Pandora) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Le Belvédère de Ödön von Horváth, texte français Bernard Kreiss et Henri Christophe
mise en scène Christophe Perton (Comédie de Valence, CDN)
Concertina d’après des extraits de Jane Sautière et Michel X
Coriolan de William Shakespeare, traduction et adaptation Olivier Chapuis, Laetitia Coussement
mise en scène Jean Boillot (Compagnie Théâtre à Spirale)
mise en scène Eric Massé (Compagnie des Lumas)
Kroum l’Ectoplasme de Hanokh Levin, texte français Laurence Sendrowicz
mise en scène Clément Poirée (Compagnie Hypermobile)
Qui ne travaille pas ne mange pas
Le Petit Ramoneur de Benjamin Britten
direction musicale Philippe Hui, mise en scène Bérénice Collet (Théâtre des Champs-Elysées)
La Chasse au Snark de Lewis Caroll, traduction Lydia Devos
mise en scène Delphine Lamand (Scène Nationale Evreux Louviers)
_
(88)
conception, mise en scène Judith Depaule (Compagnie Mabel Octobre)
_
(89)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
Le pays de Rien de Nathalie Papin
mise en scène Catherine Anne (Théâtre de l’Est Parisien)
Têtes pansues de Eugène Durif et Jonathan Pontier
L’assassin sans scrupules de Henning Mankell, traduction Terje Sinding
mise en scène Blandine Savetier (Compagnie Longtemps je me suis couché de bonne heure)
L’Ile des esclaves de Marivaux
mise en scène Christian Gangneron (compagnie Arcal)
mise en scène Eric Massé (Compagnie des Lumas)
Oui dit le très jeune homme de Gertrude Stein, traduction Olivier Cadiot
mise en scène Ludovic Lagarde (Compagnie Ludovic Lagarde)
Rêves de Wajdi Mouawad
George Sand à l’Assemblée Nationale
conception, adaptation et mise en scène Jeanne Champagne (Compagnie Théâtre Ecoute)
Hamlet de William Shakespeare
Les Vagues de Virginia Woolf, adaptation Marion Stoufflet, Guillaume Vincent
mise en scène Guillaume Vincent (Théâtre National de Bretagne) reprise d’un atelier de metteur en scène de l’Ecole du TNS
La jalousie du barbouillé de Molière et Une belle journée de Noëlle Renaude
mise en scène Robert Cantarella (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN)
Dehors, devant la porte de Wolfgang Borchert, texte français Pierre Deshusses
mise en scène Laurent Hatat (Compagnie Anima Motrix)
Dormez, je le veux de Georges Feydeau
Don Juan revient de guerre de Ödön von Horváth, traduction Henri Christophe
mise en scène Sylvain Maurice (Nouveau Théâtre de Besançon, CDN)
Le Prince de Hombourg de Heinrich von Kleist
Pour Bobby de Serge Valletti
J’aime ce pays de Peter Turrini, texte français Henri Christophe
mise en scène Eva Doumbia (Compagnie La part du pauvre)
mise en scène Michel Cerda (MC2 Maison de la Culture de Grenoble)
Le mystère de la rue Rousselet de Eugène Labiche
mise en scène Guy-Pierre Couleau (Compagnies des Lumières et des Ombres)
mise en scène, scénographie Hubert Colas (Diphtong Compagnie)
mise en scène Florence Giorgetti (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN)
mise en scène Daniel Mesguich (Compagnie Miroir et Métaphore)
mise en scène Thierry de Peretti (Théâtre du Vieux-Colombier)
La Conférence de Cintegabelle de Lydie Salvayre
mise en scène Jean-Yves Lazennec (Compagnie Théâtre Mains d’Œuvres)
Les Variations Darwin, spectacle de Jean-François Peyret et Alain Prochiantz
mise en scène Jean-François Peyret (Tf2 - Compagnie Jean-François Peyret)
La Chanson de Roland, nouvelle traduction François Regnault et Bertrand Suarez-Pazos
mise en scène Brigitte Jaques-Wajeman (Compagnie Pandora)
Le Belvédère de Ödön von Horváth, texte français Bernard Kreiss, avec la collaboration de Henri Christophe
mise en scène Jacques Vincey (Compagnie Sirènes)
Crocus et Fracas de Catherine Anne
Un songe, une nuit d’été… d’après William Shakespeare, adaptation et traduction Benoîte Bureau et Pauline Bureau
miseenscènePaulineBureau(CompagnieLaPartdesAnges)reprised’unatelierd’élèvesduCNSAD
La Tour de la Défense de Copi
Müller Factory : Germania 3, Hamlet-Machine, Petit traité d’hantologie de Bertolt Brecht, traduits de l’allemand
Théâtre à la campagne de David Lescot
mise en scène Catherine Anne (Théâtre de l’Est Parisien)
mise en scène et décor Marcial Di Fonzo Bo (Théâtre National de Bretagne)
mise en scène Gilles Cohen (Compagnie Tsen Productions)
par Jean-Louis Besson, Jean Jourdheuil, Heinz Schwarzinger
mise en scène et scénographie Michel Deutsch (MC 93 Bobigny, scène nationale)
Dix Phèdre textes de Sénèque, Euripide, Robert Garnier, Jean Racine, Marina Tsvetaeva, André Gide, Yannis
Le Pont de pierres et la peau d’images de Daniel Danis
mise en scène et scénographie Emmanuel Ray (Compagnie Théâtre en Pièces)
Ritsos, Per Olov Enquist, Ximena Escalante, Sarah Kane, Eugène Durif
mise en scène Sylvie Mongin-Algan (Nouveau Théâtre du 8ème Lyon)
Les Fusils de la mère Carrar de Bertolt Brecht, texte français Gilbert Badia
mise en scène Antoine Caubet (Compagnie Théâtre Cazaril)
Sallinger de Bernard-Marie Koltès
Plus loin que loin de Zinnie Harris, texte français Dominique Hollier et Blandine Pélissier
mise en scène Sandrine Lanno (Théâtre du Rond-Point)
Foucault 71
Tokyo < Line d’après Murakami Ryû, traduction Sylvain Cardonnel
mise en scène et vidéo Véronique Caye (Compagnie Le Laboratoire Vérité)
La Belle et les Bêtes fable musicale de Alfredo Arias et René de Ceccatty
mise en scène Alfredo Arias (Théâtre de Sartrouville, CDN)
Le Fou d’Elsa de Louis Aragon
mise en scène, décor et costumes Anne Torrès (Compagnie du Mimosa)
Le Cri d’Antigone d’après “Antigone” de Henry Bauchau
adaptation et mise en scène Géraldine Bénichou (Compagnie Théâtre du Grabuge)
Vents du Nord lectures d’auteurs contemporains scandinaves
(Théâtre de l’Est Parisien)
La répétition des erreurs d’après “La Comédie des erreurs” de William Shakespeare et “La Raison” de Pascal Quignard
conception et adaptation pour la scène Claude Duneton et Marc Feld (Théâtre National de Chaillot)
Marcel B de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre
mise en scène Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre (Maison de la Culture de Bourges, Scène Nationale)
mise en scène Michal Sieczkowski (Compagnie Arteria, Pologne)
projet collectif de Sabrina Baldassarra, Stéphanie Farison, Emmanuelle Lafon, Sara Louis, Lucie Nicolas
(Compagnie La Concordance des Temps) d’après une maquette issue du Comité de lecture du Jeune Théâtre National
L’Orage de Alexandre Ostrovski, traduction André Markowicz
mise en scène Paul Desveaux (Compagnie L’Héliotrope - compagnie de la vallée)
Villeggiatura (Polichinelleries) de Jean-Christophe Bailly et Serge Valletti
mise en scène Gilberte Tsaï (Centre Dramatique National de Montreuil)
Mondes en Passages, spectacle en allemand, kazakh, tadjik, kirghize, afghan
mise en scène Christophe Feutrier (Compagnie Trajectoire ADM)
Merlin de Tankred Dorst, texte français Hélène Mauler, René Zahnd
version scénique, mise en scène Jorge Lavelli (Compagnie Le Méchant théâtre)
Festival du Mot (1ère édition)
(Compagnie Mots-et-Mots)
2
Cosi deux propositions théâtrales de l’acte II de “Cosí Fan Tutte” de Wolfgang Amadeus Mozart
direction musicale Didier Puntos, mise en scène Jean-Louis Martinelli, Jean-Yves Ruf (Atelier Lyrique - Opéra national de Paris)
Ça (Préliminaires) textes Philippe Crubézy, Caroline Lamarche, Richard Morgiève, Yves Nilly, Jean-Bernard
Anéantis de Sarah Kane, traduction Lucien Marchal
mise en scène et scénographie Daniel Jeanneteau (Théâtre Gérard Philipe, CDN)
Pouy, Noëlle Revaz, Jacques Serena, Catherine Zambon
conception et mise en scène Anne-Laure Liégeois (Le Festin Montluçon, CDN)
La vie de Timon de William Shakespeare, traduction André Markowicz
adaptation et mise en scène Victor Gauthier Martin (Compagnie Théâtre du Troisième Œil)
Le Cas de Sophie K. de Jean-François Peyret et Luc Steels
mise en scène Jean-François Peyret (TF2 Compagnie Jean-François Peyret)
Dom Juan de Molière
Le bourgeois, la mort et le comédien de Molière
mise en scène Eric Louis (Compagnie La Nuit surprise par le jour)
mise en scène Jacques Osinski (Compagnie La Vitrine)
Grand et Petit de Botho Strauß, texte français Jean Launay
L’Ile des esclaves de Marivaux
mise en scène Philippe Calvario (Compagnie Les mots-dits)
mise en scène Olivier Treiner (Compagnie du Shaboté)
La Trilogie de Belgrade de Biljana Srbljanovic, traduction Ubaska Zaric, avec la collaboration de Michel Bataillon
mise en scène Christian Benedetti (Théâtre-Studio / compagnie Christian Benedetti) reprise d’un atelier du CNSAD
_
(90)
_
(91)
.
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
saison 2005 - 2006
Richard III de William Shakespeare, texte français Jean-Michel Déprats
mise en scène Philippe Calvario (Théâtre du Gymnase Marseille)
Le Libera de Robert Pinget
adaptation et mise en scène Joël Jouanneau (Théâtre de la Bastille)
Meurtre de Hanokh Levin, texte français Laurence Sendrowicz
mise en scène Clément Poirée (Compagnie Hypermobile)
mise en scène Guillaume Vincent (Théâtre du Peuple
La Fausse suivante de Marivaux
et Centre Dramatique de Thionville-Lorraine, CDR) reprise d’un atelier d’élèves de l’Ecole du TNS
mise en scène Arnaud Meunier (Compagnie de la Mauvaise Graine)
Cent vingt-trois de Eddy Pallaro
Le Chemin de Damas de August Strindberg
mise en scène pour comédiens, musiciens et circassiens Laurence Mayor (Compagnie Laurence Mayor)
Marcia Hesse de Fabrice Melquiot
mise en scène Emmanuel Demarcy-Mota (Comédie de Reims, CDN)
Roméo et Juliette de William Shakespeare, traduction Jean-Michel Déprats
mise en scène Benoît Lavigne (Compagnie des Saltimbanques)
Hippolyte de Robert Garnier
On ne saurait penser à tout de Alfred de Musset
mise en scène Robert Cantarella
mise en scène Philippe Minyana (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN)
Ce que j’ai vu et appris au Goulag, exercice de mémoire d’après des entretiens de Jacques Rossi
conception mise en scène Judith Depaule (Compagnie Mabel Octobre)
Le cas Blanche Neige ou Comment le savoir vient aux jeunes filles de Howard Barker, traduction Cécile Menon
mise en scène Frédéric Maragnani (Compagnie Travaux Publics)
Iphigénie, suite et fin d’après “Iphigénie en Tauride” de Euripide et “Le retour d’Iphigénie” de Yannis Ritsos,
traductions françaises Malika Hammou et Irène Bonnaud, Dominique Grandmont
mise en scène Guillaume Delaveau (Compagnie X Ici)
L’homme de février de Gildas Milin
mise en scène Gildas Milin (Compagnie Les Bourdons Farouches)
L’une de l’autre de Nadia Xerri-L.
mise en scène Nadia Xerri-L. (Compagnie de la Grande Petite)
Penthésilée Paysage d’après “Penthésilée" de Heinrich Von Kleist et “Paysage sous surveillance” de Heiner
Müller, traductions Ruth Orthmann et Eloi Recoing, Jean Jourdheuil et Jean-François Peyret
mise en scène Aurélia Guillet (Compagnie Image 1/2) reprise d’un atelier de metteur en scène de l’Ecole du TNS
Gaspard de Peter Handke, traduction Thierry Garrel et Vania Vilers
mise en scène Richard Brunel (Compagnie Anonyme)
Pœub de Serge Valletti
mise en scène Michel Didym (Compagnie Boomerang)
L’Objecteur de Michel Vinaver
mise en scène Claude Yersin (Nouveau Théâtre d’Angers, CDN)
Petits meurtres en famille de François Roux
mise en scène François Roux (La Compagnie du Sept)
L’Avare de Molière
mise en scène Alain Gautré (Compagnie Tutti Troppo)
Corées de Balazs Gera et Philippe Gilbert
conception et mise en scène Balazs Gera (Compagnie Balazs Gera)
Macbeth de William Shakespeare
traduction et adaptation, mise en scène Daniel Pâris (Compagnie Bleu 202)
Tête d’Or de Paul Claudel
mise en scène Anne Delbée (Théâtre du Vieux-Colombier)
La Surprise de l’amour de Marivaux
mise en scène Jean-Baptiste Sastre (Théâtre National de Chaillot)
Quelqu’un va venir de Jon Fosse, traduction Terje Sinding
mise en scène Jérémie Lippmann (Compagnie AJL)
Des fins (épilogues de Molière)
mise en scène et scénographie Alain Béhar (Compagnie Quasi)
Théâtre en appartement : Monsieur Armand dit Garrincha de Serge Valletti et Le complexe de Thénardier de José Pliya
(Châteauvallon,Centrenationaldecréationetdediffusionculturelles)
Doña Rosita la célibataire ou le langage des fleurs de Federico García Lorca, texte français Luis Del Aguila
mise en scène Matthias Langhoff (Théâtre Nanterre-Amandiers, CDN)
Don, mécènes et adorateurs de Alexandre Ostrovski, texte français André Markowicz
mise en scène Bernard Sobel (Théâtre de Gennevilliers, CDN)
Dors mon petit enfant de Jon Fosse, traduction Terje Sinding
mise en scène Etienne Pommeret (Compagnie C’est pour bientôt)
Getting attention de Martin Crimp, traduction Séverine Magois
mise en scène Christophe Rauck (Compagnie Terrain Vague - Christophe Rauck)
Une famille ordinaire de José Pliya
mise en scène Isabelle Ronayette (Compagnie LRIR)
Du même ventre de Catherine Anne
mise en scène Catherine Anne (Théâtre de l’Est Parisien)
La Corde
écriture à base d’improvisations au plateau et mise en scène Damien Mongin (Compagnie Le d’ores et déjà)
L’Ignorant et le Fou de Thomas Bernhard, traduction Michel-François Demet
mise en scène Célie Pauthe (Compagnie Irakli)
Pluie d’été à Hiroshima d’après “La Pluie d’été” et “Hiroshima mon amour" de Marguerite Duras
adaptation, décor et mise en scène Eric Vigner (CDDB Théâtre de Lorient, CDN)
Festival du Mot : Le jour de l’italienne
sous le regard de Sophie Lecarpentier (Compagnie Mots-et-Mots)
Loretta Strong de Copi, précédé de Les poulets n’ont pas de chaises d’après les dessins de Copi
conception et mise en scène Marcial Di Fonzo Bo et Elise Vigier (Compagnie Théâtre des Lucioles)
La Place Royale de Pierre Corneille
mise en scène Catherine Delattres (Compagnie Catherine Delattres)
La folie du jour de Maurice Blanchot
mise en scène Yves Adler (Théâtre Gérard Philipe, CDN)
Silures d’après Samuel Taylor Coleridge, Nikos Kavvadias, conception Chat Borgne Théâtre
mise en scène Jean-Yves Ruf (Compagnie MM Productions)
Au-delà les étoiles sont notre maison de Abel Neves, traduction Alexandra Moreira Da Silva et Jorge Tomé
mise en scène Véronique Bellegarde (Compagnie Le Zéphyr)
Dommage qu’elle soit une putain de John Ford, traduction Marion Bernède et Yves Beaunesne
mise en scène Yves Beaunesne (Compagnie de la chose incertaine - Yves Beaunesne)
Macbeth de William Shakespeare, adaptation Matthew Jocelyn d’après la traduction de Stuart Seide
mise en scène Matthew Jocelyn (Atelier du Rhin, CDR)
Le Vol de Lindbergh et Les Sept Péchés Capitaux de Kurt Weill, texte de Bertolt Brecht
direction musicale Roberto Minczuk, mise en scène François Girard (Opéra National de Lyon)
Histoire vraie de la Périchole d’après “La Périchole" de Jacques Offenbach
mise en scène Julie Brochen (Théâtre de l’Aquarium)
5 minutes avant l’aube
projet imaginé et mis en jardin par Pauline Bureau et Adrien de Van (Compagnie La Part des Anges)
La Dispute de Marivaux
mise en scène Marc Paquien (Compagnie des Petites Heures)
La Dispute de Marivaux
mise en scène Annabelle Simon (Compagnie Lalasonge)
La Maison des Morts de Philippe Minyana
mise en scène Robert Cantarella (Théâtre du Vieux-Colombier)
Le Songe de August Strindberg, traduction Carl Gustaf Bjurström et André Mathieu
mise en scène Jacques Osinski (Compagnie La Vitrine)
Filumena marturano de Eduardo de Filippo, traduction Fabrice Melquiot
mise en scène Gloria Paris (Compagnie Chant V)
Antoine et Cléopâtre de William Shakespeare, traduction Yves Bonnefoy
adaptation et mise en scène Noël Casale (Compagnie Théâtre Les Deux Traces)
_
(92)
_
(93)
.
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
saison 2006 - 2007
L’Elégant Profil d’une Bugatti sous la lune de Jean Audureau
mise en scène Serge Tranvouez (Théâtre du Vieux-Colombier)
e
e
Procès Ivre de Bernard-Marie Koltès
mise en scène Frank Hoffmann (Compagnie des Petites Heures)
Clowns à partir de textes de clowns russes, français et allemands de la fin du 19 et du début du 20
mise en scène Christophe Feutrier (Compagnie Trajectoire ADM)
et Un Caprice de Alfred de Musset
Dissident, il va sans dire de Michel Vinaver
Napoli Express
Le Président de Thomas Bernhard, traduction Claude Porcell
mise en scène Blandine Savetier (Comédie de Béthune, CDN)
proposition scénicomatographique Benoît Bradel (Compagnie Zabraka)
Santiago High Tech de Cristiàn Soto, traduction Carole Martin
mise en scène Laurent Hatat (Compagnie Anima Motrix)
mise en scène Emilie Rousset (Diphtong Compagnie)
Le Mental de l’équipe de Emmanuel Bourdieu et Frédéric Bélier-Garcia
mise en scène Denis Podalydès et Frédéric Bélier-Garcia (Maison de la Culture d’Amiens, Scène Nationale)
Nous, les héros de Jean-Luc Lagarce
mise en scène Guillaume Vincent (Compagnie Avec le bleu de midi et le noir de minuit)
Massacre à Paris de Christopher Marlowe, traduction Pascal Collin
mise en scène Guillaume Delaveau (TNT Théâtre National de Toulouse, CDN)
Hannah Crafts
Pièce africaine de Catherine Anne
écriture, mise en scène Dany Martinez (Compagnie Théâtre du Ballon Rouge)
Atteintes à sa vie de Martin Crimp
mise en scène Catherine Anne (Théâtre de l’Est Parisien)
Le Marin d’eau douce de Joël Jouanneau
mise en scène Joël Jouanneau (Maison de la Culture de Loire-Atlantique)
mise en scène Joël Jouanneau (Scène Nationale d’Evreux)
Les Illusions Vagues d’après “La Mouette" de Anton Tchekhov, traduction André Markowicz et Françoise Morvan
miseenscèneOlivierCoulonJablonka(CompagnieMoukdenThéâtre)
La Dispute de Marivaux et Scenes of love de Shakespeare
Les Géants de la Montagne de Luigi Pirandello, nouvelle traduction Jean-Paul Manganaro
Meurtres de la princesse juive de Armando Llamas
mise en scène Eric de Dadelsen (Le Préau, CDR)
mise en scène Philippe Adrien (ARRT - Compagnie Philippe Adrien)
mise en scène Laurent Laffargue (Compagnie du Soleil Bleu)
La Femme d’avant de Roland Schimmelpfennig, texte français Bernard Chartreux et Eberhard Spreng
mise en scène Claudia Stavisky (Les Célestins Théâtre de Lyon)
Napoli Express
La Marquise d’O d’après Heinrich Von Kleist
adaptation et mise en scène Lukas Hemleb (Maison de la Culture d’Amiens, Scène Nationale)
Léonce et Léna de Georg Büchner, traduction Bruno Bayen
mise en scène Jean-Baptiste Sastre (Théâtre National de Chaillot)
Ubu Roi de Alfred Jarry
Le Roland (trilogie) 1er volet : La Vengeance de Marsile de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre
mise en scène Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre (Maison de la Culture d’Amiens, Scène Nationale)
mise en scène Valéry Warnotte (Compagnie de l’Intervention)
Phèdre/Jouvet/Delbo. 39/45
une proposition de Benoît Bradel, sur une partition de Anne-James Chaton (Compagnie Zabraka)
Moderato
mise en scène Jacques Kraemer (Compagnie Jacques Kraemer)
mise en scène Alice Laloy (Compagnie S’appelle Reviens)
Coriolan de William Shakespeare, texte français Jean-Michel Déprats
mise en scène Christian Schiaretti (Théâtre National Populaire, CDN)
La Maison brûlée de August Strindberg, traduction Emmanuel Rouglan et Aurélia Guillet
mise en scène Aurélia Guillet (Compagnie Image ½)
Antigone, Hors-la-loi d’après “Antigone” de Sophocle
texte, conception et mise en scène Anne Théron (Théâtre de la Commune, CDN)
Raté, rattrapé, raté, conception et écriture Nikolaus Maria Holz
mise en scène Christian Lucas (Compagnie Préoccoupé)
Kebab (mady-baby.edu) de Gianina Carbunariu, texte français Anamaria Marinca et Gabriel Marian
Barbe-Bleue, espoir des femmes de Dea Loher, texte français Laurent Muhleisen
mise en scène Véronique Widock (Compagnie Le Hublot)
en collaboration avec Christian Benedetti
mise en scène Christian Benedetti (Théâtre-Studio d’Alfortville - Compagnie Christian Benedetti)
Amor ! ou Les “Cid” de Pierre Corneille
mise en scène Bérangère Jannelle (Compagnie La Ricotta)
K.Lear d’après “La Tragédie du Roi Lear” de William Shakespeare, traduction Jean-Michel Déprats
adaptation et mise en scène Marie Montegani (Compagnie des Transports Amoureux)
L’apprentie, le cuistot, les odeurs et le piano, conception Chat Borgne Théâtre
mise en scène Jean-Yves Ruf (Le Granit, Scène Nationale)
Mensch oder Schwein - La décennie rouge de Michel Deutsch
mise en scène Michel Deutsch (MC 93 Bobigny, Scène Nationale)
“Car cela devient une histoire.” d’après l’œuvre de Charlotte Delbo
conception Déborah Münzer et Noam Morgensztern (Compagnie Théâtre de Barnabé)
Barthes le questionneur d’après Roland Barthes, sur une idée de Francis Marmande et Persida Asllani
conception et réalisation Nicolas Bigards (MC 93 Bobigny, scène nationale)
Bonjour et Où sont les mamans ? de Claude Ponti
mise en scène Léna Bréban (La Compagnie du Tamanoir)
L’Usine de Magnus Dahlström, traduction Terje Sinding
mise en scène Jacques Osinski (Compagnie La Vitrine)
L’Architecte de David Greig
traduction et mise en scène Matthew Jocelyn (Atelier du Rhin, CDR)
Le Triomphe de l’amour de Marivaux
mise en scène Cendre Chassanne (Compagnie Barbès 35)
La Tour de Gérard Watkins
mise en scène Gérard Watkins (Compagnie Perdita Ensemble)
Les Justes de Albert Camus
mise en scène Guy-Pierre Couleau (Compagnie des Lumières et des Ombres)
Voyage en Sicile, textes de Giovani Verga, Antonio Tabucchi et Luigi Pirandello
mise en scène Jean-Yves Lazennec (Scène Nationale de Sénart)
Lazarillo, sortie clownesque de Emmanuel Schaeffer
mise en scène Didier Lelong (Compagnie Le Facteur Théâtre)
Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare
adaptation et mise en scène Jean-Michel Rabeux (la Compagnie, compagnie Jean-Michel Rabeux)
Chants d’adieu de Oriza Hirata, texte français Yutaka Makino
mise en scène et scénographie Laurent Gutmann (Centre Dramatique de Thionville-Lorraine, CDN)
Une confrérie de farceurs d’après l’anthologie “Les Farces, Moyen âge et Renaissance”, édition et traduction
Bernard Faivre
chefs de troupe Jean-Louis Hourdin et François Chattot (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN)
Richard III de Peter Verhelst, librement adapté de “Richard III” de William Shakespeare, traduction Christian Marcipont
miseenscèneLudovicLagarde(CompagnieLudovicLagarde)
L’Echange de Paul Claudel (1ère version 1893)
mise en scène Julie Brochen et Valérie Dréville (Théâtre de l’Aquarium)
La Cagnotte de Eugène Labiche et Alfred Delacour
mise en scène Laurence Andreini (Théâtre Amazone, compagnie Laurence Andreini)
Machine sans cible de Gildas Milin
mise en scène Gildas Milin (Compagnie Les Bourdons Farouches)
Un Homme en faillite de David Lescot
mise en scène David Lescot (Comédie de Reims, CDN)
La force de tuer de Lars Norén, traduction Amélie Berg
mise en scène Sophie Fontaine (Compagnie T.M.L.)
_
(94)
_
(95)
.
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
saison 2007 - 2008
La Trilogie de la Villégiature de Carlo Goldoni, version scénique Despina Nikiforaki, Danielle Deinhammer
mise en scène et scénographie Patrick Haggiag (Compagnie In Situ)
Van Gogh à Londres de Nicholas Wright, adaptation Jean-Marie Besset
mise en scène Hélène Vincent (Théâtre de l’Atelier Paris)
La Thébaïde de Jean Racine
mise en scène Sandrine Lanno (Centre Dramatique National de Montreuil)
Welkom John de Emilie Rousset
mise en scène Emilie Rousset (Diphtong Compagnie)
Henry VI d’après l’œuvre de William Shakespeare, traduction Line Cottegnies
mise en scène Nicolas Oton (Machine Théâtre, compagnie)
Drames de princesses de Elfriede Jelinek : La Jeune fille et la Mort I-V, traduction Magali Jourdan et Mathilde
Sobttke, adaptation Mariette Navarro et Matthieu Roy
mise en scène Matthieu Roy (Compagnie du Veilleur) reprise d’un atelier de metteur en scène de l’école du TNS
Ce soir, on improvise d’après Luigi Pirandello, traduction Ginette Henry
montage et mise en scène Gilberte Tsaï (Nouveau Théâtre de Montreuil, CDN)
L’Opérette - Un acte de L’Opérette imaginaire de Valère Novarina
mise en scène Marie Ballet, Jean Bellorini (Compagnie Air de Lune)
Edouard II de Christopher Marlowe, traduction et adaptation Nigel Gearing et Anne-Laure Liégeois
mise en scène et scénographie Anne-Laure Liégeois (Le Festin Montluçon, CDN)
Nicomède de Pierre Corneille
mise en scène Brigitte Jaques-Wajeman (Compagnie Pandora)
Les Nègres de Jean Genet
mise en scène Cristele Alves Meira (Compagnie Arts en sac)
Quand nous nous réveillerons d’entre les morts de Henrik Ibsen, traduction Terje Sinding
mise en scène Jacques David (Théâtre de l’Erre, compagnie)
Andromaque de Jean Racine
mise en scène Declan Donnellan(Théâtre des Bouffes du Nord Paris)
Le Génie des bois de Olivier Balazuc
mise en scène Olivier Balazuc (Espace des Arts, Scène Nationale de Chalon-sur-Saône)
Le Mendiant ou La Mort de Zand de Iouri Olecha, texte français Luba Jurgenson
mise en scène Bernard Sobel (Compagnie Bernard Sobel)
Vous en rêvez (Youri l’a fait)
conception, mise en scène Judith Depaule (Compagnie Mabel Octobre)
e
Le Roland (trilogie) 2 volet : La Trahison de Ganelon de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre
mise en scène Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre (Maison de la Culture d’Amiens, Scène Nationale)
Les gardiens du rêve de Elsa Solal
Slogans de Maria Soudaïeva, d’après “Slogans” de Maria Soudaïeva et “Vociférations” de Antoine Volodine,
traduction et adaptation Antoine Volodine
mise en scène Charles Tordjman (Théâtre de la Manufacture, CDN)
Main dans la main de Sofia Fredén, traduction Gunilla Koch de Ribaucourt avec la collaboration de Aziz Chouaki
mise en scène Edouard Signolet (Compagnie Le Cabinet vétérinaire)
Sonde 01#08 : Les mutations de l’écrit rencontre entre chercheurs et artistes
(Centre National des Ecritures du Spectacle)
Le Sicilien ou l’Amour peintre de Molière, comédie ballet
mise en scène Emilie Capliez (Compagnie Théâtre La Querelle)
Des Batailles d’après “Pylade” de Pier Paolo Pasolini et autres matériaux, traduction Michèle Fabien et Titina Maselli
mise en scène Olivier Coulon Jablonka (Compagnie Moukden-théâtre)
Dieu comme patient - Ainsi parlait Isidore Ducasse, inspiré des “Chants de Maldoror” du Comte de Lautréamont
montage, mise en scène, décor, films Matthias Langhoff (Compagnie Rumpelpumpel)
Antigone à New York de Janusz Glowacki, nouvelle traduction Olivier Cohen et Urszula Mikos
mise en scène, scénographie et lumière Urszula Mikos (Théâtre le Proscenium - Compagnie Urszula Mikos)
mise en scène Jeanne Champagne (L’Apostrophe, Scène Nationale)
Anagrammes pour Faust, librement adapté de “Monsieur Teste” de Paul Valéry et de “L’Invention de Morel” de
Le père tralalère, création collective de la compagnie D’ores et déjà
mise en scène Sylvain Creuzevault (Compagnie D’Ores et déjà)
Adolfo Bioy Casarès avec des textes d’Ezéquiel Garcia Romeu
mise en scène et scénographie Ezéquiel Garcia Romeu (Compagnie Théâtre de la Massue)
George Dandin de Molière
Andromaque de Jean Racine
mise en scène Mario Gonzalez (Compaagnie Collectif Masqué)
mise en scène Francis Azéma (Léonard & Associés)
mise en scène Lisa Wurmser (Théâtre de la Véranda, compagnie)
Eldorado de Marius Von Mayenburg, traduction Laurent Muhleisen
conception, mise en scène Olivier Lopez (Compagnie Actea)
Pinok et Barbie de Jean-Claude Grumberg
Chemin du ciel (Himmelweg) de Juan Mayorga, texte français Yves Lebeau
conception et mise en scène Jorge Lavelli (Compagnie Le Méchant Théâtre)
Sallinger de Bernard-Marie Koltès
Un Chapeau de paille d’Italie de Eugène Labiche
mise en scène Jean-Baptiste Sastre (Théâtre National de Chaillot)
Falstafe de Valère Novarina, d’après “Henri IV” de William Shakespeare
mise en scène Claude Buchvald (Compagnie Claude Buchvald)
mise en scène Igor Mendjisky (Compagnie Les Sans-Cou)
Le conte d’hiver de William Shakespeare, traduction Marie Potonet, Jacques Osinski
mise en scène Jacques Osinski (Compagnie La Vitrine)
Le plus heureux des 3 de Eugène Labiche
Nous les héros de Jean-Luc Lagarce
mise en scène Erika von Rosen (Compagnie Anadyomène)
86 centimètres
mise en scène Elisabeth Hölzle (Centre Dramatique de La Courneuve)
Déplaçons-nous, artistes d’Afrique artistes de France plate-forme multidisciplinaire
mise en scène Alice Laloy (Compagnie S’appelle reviens)
Manque (Crave) de Sarah Kane, traduction Evelyne Pieiller
(Collectif 12 Mantes-la-Jolie)
mise en scène Sophie Lagier (Compagnie Acétone)
L’Orestie d’Eschyle, traduction Daniel Loayza
adaptation et mise en scène David Géry (Théâtre de la Commune, CDN)
Roméo et Juliette d’après William Shakespeare, traduction et adaptation Benoîte et Pauline Bureau
mise en scène Pauline Bureau (Espace des Arts, Scène Nationale de Chalon-sur-Saône)
La Mort d’Hercule d’après “Les Trachniniennes” de Sophocle, textes français Daniel Loayza
mise en scène Georges Lavaudant (Compagnie LG théâtre)
Agnès 68 de Jacques Kraemer
Antigone de Sophocle, traduction Florence Dupont
La Nuit des feux de Eugène Durif
mise en scène Jacques Kraemer (Compagnie Jacques Kraemer)
mise en scène René Loyon (Compagnie René Loyon)
mise en scène Karelle Prugnaud (Compagnie L’Envers du décor)
mise en scène Philippe Crubézy (Théâtre de l’Est Parisien)
L’Araignée de l’éternel. Nougaro, textes Claude Nougaro
mise en scène Christophe Rauck (Compagnie des Petites Heures)
Moloch de Philippe Crubézy
MurMure, librement inspiré des récits et dialogues de Amira Hass et Mahmoud Al Safadi
écriture et mise en scène Ariel Cypel et Gaël Chaillat (Confluences Paris)
L’Orestie d’Eschyle
Ex Onomachina de Régis Hébette
Eloge de l’escapologiste. Aventures verticales
traduction et mise en scène Olivier Py (Odéon-Théâtre de l’Europe)
mise en scène Régis Hébette (L’Echangeur Compagnie Public Chéri)
conception Árpád Schilling (MC 93 Bobigny, scène nationale)
Les Sacrifiées opéra de Thierry Pécou d’après la pièce de Laurent Gaudé
direction musicale Laurent Cuniot, mise en scène Christian Gangneron (Compagnie Arcal)
Yerma de Federico García Lorca, traduction Denise Laroutis
mise en scène Vicente Pradal (Théâtre du Vieux-Colombier)
La théorie de l’échec de Hichem Djemaï
mise en scène et scénographie Elodie Chanut (Compagnie L’œil des cariatides)
_
(96)
_
(97)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
Festival du Mot (4ème édition)
Saint-Elvis de Serge Valletti
(Compagnie Mots-à-Mots)
mise en scène Olivier Werner (Comédie de Valence, CDN)
République de Pierre-François Pommier
mise en scène, scénographie Pierre-François Pommier (Compagnie Le Souffleur de Verre)
Les Bouts de bois de Dieu d’après Sembène Ousmane
adaptation et mise en scène Hugues-Serge Limbvani (Boyokani Kyeseli Company)
L’Infedeltà Delusa opéra de Franz Joseph Haydn
direction musicale Jérémie Rhorer, mise en scène Richard Brunel (Festival d’Aix-en-Provence)
On ne badine pas avec l’amour de Alfred de Musset
Ordet (La Parole) de Kaj Munk, texte français Marie Darrieussecq, Arthur Nauzyciel
mise en scène Arthur Nauzyciel (Centre Dramatique National d’Orléans)
Diptyque “Au temps de l’amour”
Feux d’après trois pièces de August Stramm : Rudimentaire / La Fiancée des landes / Force, traduction Huguette
et René Radrizzani
mise en scène, scénographie et lumières Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma
(Maison de la Culture d’Amiens, Scène Nationale)
Britannicus de Jean Racine
mise en scène Joël Dragutin (Théâtre 95 Cergy)
L’amour conjugal d’après le roman de Alberto Moravia, traduction Claude Poncet, et Histoire d’amour (derniers
chapitres) de Jean-Luc Lagarce (en alternance) adaptation et mise en scène Matthieu Roy (La Compagnie du Veilleur)
Partage de Midi de Paul Claudel
mise en scène Jean-Christophe Blondel (Compagnie Divine Comédie)
Chevalier texte Hugo Musella
mise en scène Laurence Andreini (Théâtre Amazone / Compagnie Laurence Andreini)
mise en scène Stéphan Ramirez (Compagnie Voix Public)
Horace de Pierre Corneille
.
mise en scène Naidra Ayadi (Compagnie L’Alter-native)
Cœur ardent de Alexandre Ostrovski, texte français André Markowicz
mise en scène Christophe Rauck (Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis, CDN)
saison 2008 - 2009
La Ville de Martin Crimp, traduction Philippe Djian
Electre de Sophocle, traduction Marion Bernède
mise en scène et scénographie Emmanuel Ray (compagnie Théâtre en Pièces)
Ivanov de Anton Tchekhov, texte français Philippe Adrien, Vladimir Ant
mise en scène Philippe Adrien (ARRT Compagnie Philippe Adrien)
Sainte Jeanne des Abattoirs de Bertolt Brecht, traduction Pierre Deshusses
mise en scène Bernard Sobel (Compagnie Bernard Sobel) reprise d’un atelier du CNSAD
La Grande Magie de Eduardo de Filippo, texte français Huguette Hatem
mise en scène Laurent Laffargue (Compagnie du Soleil Bleu)
mise en scène Marc Paquien (Compagnie des Petites Heures)
La Flèche et le Moineau, adaptation libre à partir de l’œuvre de Witold Gombrowicz
conception Didier Galas (Compagnie Ensemble Lidonnes)
Dans la colonie pénitentiaire opéra de Philip Glass, livret Rudolph Wurlitzer, d’après “Dans la colonie
pénitentiaire” de Franz Kafka direction musicale Philippe Forget, mise en scène Richard Brunel (Compagnie Anonyme)
Parasites de Marius Von Mayenburg, traduction Laurent Muhleisen
mise en scène Philippe Calvario (Compagnie Philippe Calvario)
Des Utopies
spectacle de Oriza Hirata, Amir Reza Koohestani, Sylvain Maurice (Nouveau Théâtre de Besançon, CDN)
Jackson Pan, création du D’ores et déjà
texte, mise en scène Lise Maussion (compagnie D’ores et déjà)
Le Suicidé de Nicolaï Erdman, traduction André Makowicz
adaptation et mise en scène Volodia Serre (Théâtre Romain Rolland Villejuif )
Les enfants du soleil de Maxime Gorki, traduction André Markowicz
mise en scène Côme de Bellescize (compagnie Théâtre du Fracas)
La guerre n’a pas un visage de femme (fragments) de Svetlana Alexievitch, traduction Galia Ackerman et Paul
Lequesne
mise en scène Didier Ruiz (La compagnie des Hommes)
Seule dans ma peau d’âne, librement inspiré du conte de Charles Perrault
texte et mise en scène Estelle Savasta (Compagnie Hippolyte a mal au cœur)
Les Communistes, à partir d’entretiens réalisés par Wajdi Mouawad
mise en espace Pierre Ascaride (Théâtre 71 Malakoff, scène nationale)
Le Canard sauvage de Henrik Ibsen, texte français et adaptation Marion Bernède et Yves Beaunesne
mise en scène Yves Beaunesne (Compagnie de la Chose incertaine Yves Beaunesne)
Mesure pour mesure de William Shakespeare, traduction André Markowicz
mise en scène Jean-Yves Ruf (MC 93, scène nationale)
Une nuit dans la montagne de Christophe Pellet
mise en scène Jacques David (Compagnie Théâtre de l’Erre)
Edouard II de Christopher Marlowe, traduction André Markowicz avec la collaboration de Cédric Gourmelon
mise en scène, scénographie, lumière Cédric Gourmelon (Compagnie Réseau Lilas)
La Petite pièce en haut de l’escalier de Carole Fréchette
mise en scène Blandine Savetier (Compagnie Longtemps je me suis couché de bonne heure)
S’agite et se pavane de Ingmar Bergman, traduction Carl Gustav Bjurström et Lucie Albertini
mise en scène Célie Pauthe (Nouveau Théâtre de Montreuil, CDN)
La Dispute de Marivaux
mise en scène Muriel Mayette (Théâtre du Vieux-Colombier)
Médée de Jean Anouilh
mise en scène Ladislas Chollat (Compagnie Théâtre de l’Héliotrope)
La charrue et les étoiles de Sean O’Casey, texte français Irène Bonnaud, Christophe Triau
mise en scène Irène Bonnaud (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN)
Les névroses sexuelles de nos parents de Lukas Bärfuss, traduction Pascal Paul-Harang
mise en scène Hauke Lanz (compagnie Deus Ex Machina)
Fantasio de Alfred de Musset
mise en scène Julia Vidit (Compagnie Java Vérité) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Les Américains a dream ballad, spectacle musical imaginé par Hervé Tougeron et Catherine Verhelst
direction musicale Catherine Verhelst, mise en scène Hervé Tougeron (Compagnie Ensemble Skêné)
Leaves de Lucy Caldwell, texte français Séverine Magois
mise en scène Mélanie Leray (Compagnie Théâtre des Lucioles)
Liliom ou La vie et la mort d’un vaurien de Ferenc Molnár, traduction Kristina Rady, Alexis Moati, Stratis Vouyoucas
mise en scène Frédéric Bélier-Garcia (Nouveau Théâtre d’Angers, CDN)
A.L.I.C.E. d’après “Through the Looking-Glass and what Alice found there” et autres inventions, dessins et
photographies de Lewis Carroll
projet écrit et mis en scène par Benoît Bradel (Compagnie Zabraka)
Le garçon du dernier rang de Juan Mayorga, texte français Jorge Lavelli et Dominique Poulange
mise en scène Jorge Lavelli (Compagnie Le Méchant Théâtre)
Woyzeck de Georg Büchner, traduction Stéphane Braunschweig
mise en scène Jacques Osinski (Centre Dramatique National des Alpes)
Le Sang des amis de Jean-Marie Piemme
mise en scène Jean Boillot (Compagnie La Spirale)
Le Cycle de l’omme : La revanche du dodo de Jacques Rebotier
mise en scène Jacques Rebotier (Compagnie VoQue)
Jean la Chance de Bertolt Brecht, traduction Bernard Banoun et Marielle Silhouette
mise en scène Elisabeth Hölzle (Centre Dramatique de La Courneuve)
Qui a peur de Virginia Woolf ? de Edward Albee, traduction Daniel Loayza
mise en scène et scénographie Dominique Pitoiset (Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, CDN)
Promenades de Noëlle Renaude
mise en scène Marie Rémond (Compagnie Ceci-Cela)
En manteau rouge, le matin traverse la rosée qui sur son passage paraît du sang. ou Ham. And Ex by William
Terre sainte de Mohamed Kacimi
Shakespeare, traduction Jörn Cambreleng
mise en scène, décors Matthias Langhoff (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN)
_
(98)
mise en scène Sophie Akrich (Compagnie Les Aimants)
_
(99)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
Littoral de Wajdi Mouawad
Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux
mise en scène Wajdi Mouawad (Espace Malraux Chambéry, Scène Nationale)
mise en scène Philippe Calvario (Théâtre 95 Cergy)
Vassa 1910 d’après “Vassa Geleznova” de Maxime Gorki, traduction Gilberte Tsaï et Macha Zonina
adaptation et mise en scène Gilberte Tsaï (Nouveau Théâtre de Montreuil, CDN)
Strindbergman à partir de “Persona” de Ingmar Bergman et “La Plus Forte” de August Strindberg
mise en scène Marie Dupleix (Compagnie Les Mistons)
La Chair de l’homme de Valère Novarina, chapitres I, XII, XVII, XXXV, LX, LXII
mise en scène Aurelia Ivan (Compagnie Tsara)
La Fable du fils substitué de Luigi Pirandello
On ne paiera pas l’oxygène de Artistide Tarnagda et Le grand écart de Dieudonné Niangouna
conception, mise en scène Eva Doumbia (Compagnie La Part du Pauvre)
TOBY ou le saut du chien de Frédéric Sonntag
Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès
Si ce monde vous déplaît… vous devriez en voir quelques autres de Philip K. Dick
mise en scène Mirabelle Rousseau (Compagnie T.O.C.)
mise en scène Christophe Perton (Comédie de Valence, CDN)
Un nid pour quoi faire de Olivier Cadiot
mise en scène Nada Strancar (TNP Théâtre National Populaire, CDN)
mise en scène Frédéric Sonntag (ASANISIMASA Compagnie)
We are l’Europe de Jean-Charles Massera
mise en scène Ludovic Lagarde (Comédie de Reims, CDN)
mise en scène Benoît Lambert (Compagnie Théâtre de la Tentative)
Dans la jungle des villes de Bertolt Brecht, texte français Stéphane Braunschweig
mise en scène Clément Poirée (Compagnie Hypermobile)
Merlin ou la terre dévastée de Tankred Dorst, traduction Hélène Mauler et René Eahnd
création collective du Collectif Les Possédés dirigée par Rodolphe Dana (Collectif Les Possédés)
Cami. La vie drôle !, adaptation Agathe Mélinand
mise en scène Laurent Pelly (TNT Théâtre National de Toulouse Midi-Pyrénées, CDN)
Lorenzaccio de Alfred de Musset
Stuff happens de David Hare, texte français William Nadylamn
mise en scène Bruno Freyssinet et William Nadylam (Compagnie La Transplanisphère)
La Pierre de Marius Von Mayenburg, traduction Hélène Mauler et René Zahnd
mise en scène Bernard Sobel (Compagnie Bernard Sobel)
Des signes des temps, Giordano Bruno, adaptation de textes de Giordano Bruno
mise en scène Laurent Vacher (Compagnie du Bredin)
Liliom ou la vie et la mort d’un vaurien de Ferenc Molnár, texte français Kristina Rady, Alexis Moati, Stratis Vouyoucas
mise en scène Marie Ballet (Compagnie Air de Lune)
Laissez-moi seule (Let me alone) de Bruno Bayen
mise en scène Bruno Bayen (Compagnie Pénélope)
Soudain l’été dernier de Tennessee Williams, nouvelle traduction Jean-Michel Déprats et Marie-Claire Pasquier
mise en scène René Loyon (Compagnie RL)
Chroniques du bord de scène - Saison 2 : Hello America
conception, réalisation Nicolas Bigards, Chantal de La Coste (MC 93, scène nationale)
Push Up de Roland Schimmelpfennig, traduction Henri-Alexis Baatsch
mise en scène Gabriel Dufay (Compagnie Incandescence) d’après une maquette du Jeune Théâtre National
Tartuffe de Molière
mise en scène Brigitte Jaques-Wajeman (Compagnie Pandora)
La Vie est un songe de Pedro Calderón de la Barca
mise en scène William Mesguich (Théâtre de l’Etreinte - Compagnie Fenwick - Mesguich)
adaptation et mise en scène Christophe Honoré (Festival d’Avignon)
Amphitryon de Heinrich Von Kleist, traduction Eloi Recoing et Ruth Orthmann
mise en scène et scénographie Benjamin Moreau (Centre Dramatique National des Alpes)
Angelo, tyran de Padoue de Victor Hugo
Barbe Bleue, texte Christian Caro
mise en scène Yves Beaunesne (Compagnie de la Chose incertaine Yves Beaunesne)
Les estivants de Maxime Gorki
mise en scène Laurence Andreini (Théâtre Amazone - Compagnie Laurence Andreini)
adaptation et mise en scène Eric Lacascade (Compagnie Lacascade)
Histoires courtes de Luigi Pirandello : La Fleur à la bouche, Amis intimes, Pourquoi
mise en scène François Orsoni (Compagnie Théâtre de NéNéKa)
Le Monde Merveilleux de Dissocia de Anthony Neilson
traduction et mise en scène Catherine Hargreaves (Compagnie les 7 sœurs)
Le Projet Järnbörd : Quel est le texte que vous ne pourriez pas dire/entendre sur un plateau de théâtre ?
sous la direction de Stanislas Nordey (Théâtre Paris-Villette)
Le Ciel est pour Tous de Catherine Anne
mise en scène Catherine Anne (Théâtre de l’Est Parisien)
L’Oggre et la poupée de Daniel Lemahieu
.
mise en scène François Lazaro (Compagnie Clastic Théâtre)
Terre océane de Daniel Danis
saison 2009 - 2010
mise en scène Véronique Bellegarde (MC2 Grenoble, scène nationale)
Vaterland, le pays du père d’après le récit de Jean-Paul Wenzel
version scénique et mise en scène Cécile Backès (Compagnie Les Piétons de la Place des Fêtes)
Notre terreur création collective du d’ores et déjà
mise en scène Sylvain Creuzevault (Compagnie D’Ores et déjà)
Le Cauchemar de Jean-Michel Rabeux
mise en scène Jean-Michel Rabeux (La Compagnie - Compagnie Jean-Michel Rabeux)
Métamorphoses à partir d’extraits du texte de Ovide, traduction Georges Lafaye
adaptation et mise en scène Jérémie Fabre (Habaquq et Compagnie)
Philoctète de Jean-Pierre Siméon, variation à partir de Sophocle
mise en scène Christian Schiaretti (TNP Théâtre National Populaire, CDN)
La Nuit des Rois de William Shakespeare, traduction Jean-Michel Déprats
mise en scène Jacques Vincey (Compagnie Sirènes)
Baïbars, le mamelouk qui devint sultan d’après le “Roman de Baïbars”, traduit de l’arabe par Georges Bohas et
Jean-Patrick Guillaume
mise en scène Marcel Bozonnet (Maison de la Culture d’Amiens, scène nationale)
La Paranoïa de Rafael Spregelburd, texte français Marcial Di Fonzo Bo et Guillermo Pisani
mise en scène Marcial Di Fonzo Bo et Elise Vigier (Compagnie Théâtre des Lucioles)
La Parisienne de Henry Becque
mise en scène et scénographie Frédéric Maragnani (Travaux Publics - Compagnie Frédéric Maragnani)
Dehors devant la porte de Wolfgang Borchert, traduction Corinne Atlan
mise en scène Jacques Osinski (Centre Dramatique National des Alpes)
L’Eveil du printemps d’après Frank Wedekind, traduction François Regnault
mise en scène Guillaume Vincent (Compagnie Avec le bleu de midi et le noir de minuit)
Le Cabinet de Curiosités de Fabrice Melquiot
mise en scène Christian Duchange (Compagnie L’Artifice)
Le Legs / Les acteurs de bonne foi de Marivaux
mise en scène David Géry (Espace des Arts Chalon-sur-Saône, scène nationale)
La Terreur du Boomerang de Anne Kawala
mise en scène Emilie Rousset (Comédie de Reims, CDN)
Le Vertige des animaux avant l’abattage de Dimitris Dimitriadis, texte français Olivier Goetz et Armando Llamas
mise en scène et scénographie Caterina Gozzi (Odéon-Théâtre de l’Europe, théâtre national)
L’Homme qui rit de Victor Hugo
adaptation et mise en scène Marion Lécrivain (Centre Dramatique de La Courneuve)
Le Grenier de Yôji Sakate, traduction Corinne Atlan
mise en scène Jacques Osinski (Centre Dramatique National des Alpes)
L’Affaire de la rue de Lourcine de Eugène Labiche
mise en scène Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma
(Maison de la Culture d’Amiens, scène nationale) reprise d’un atelier-spectacle de l’école du TNS
Le mariage de Figaro de Beaumarchais
mise en scène Ladislas Chollat (Compagnie Théâtre de l’Héliotrope)
_
(100)
_
(101)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
Les Trois Sœurs de Anton Tchekhov, traduction Arthur Adamov révisée par Jean-Philippe Vidal
mise en scène Jean-Philippe Vidal (Compagnie Sentinelle 0205)
La Petite Sirène d’après Hans Peter Andersen
.
saison 2010 - 2011
Le Funambule de Jean Genet
mise en scène Marie Potonet (Centre Dramatique National des Alpes)
R.E.R. de Jean-Marie Besset
mise en scène Cédric Gourmelon (Compagnie Réseau Lilas)
Le Dindon de Georges Feydeau
mise en scène Gilbert Désveaux (Compagnie BCDV Théâtre)
mise en scène Philippe Adrien (Théâtre de la Tempête Paris)
Parcours dans l’œuvre de Svletana Alexievitch : La Guerre n’a pas un visage de femme et Les Cercueils de zinc
adaptation et mise en scène Stéphanie Loïk (Compagnie Théâtre Le Labrador) reprise d’un atelier du CNSAD
Les Acteurs de bonne foi de Marivaux
Mort d’un commis voyageur de Arthur Miller
mise en scène et scénographie Dominique Pitoiset (Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, CDN)
Corps de police de Thierry Illouz
Robert Plankett création du collectif La vie brève
conception et mise en scène Jeanne Candel (Compagnie Jeanne Candel)
La Coupe et les lèvres de Alfred de Musset et des extraits de “Confession d’un enfant du siècle”
adaptation et mise en scène Jean-Pierre Garnier (Compagnie Jean-Pierre Garnier)
Vénus de Suzan-Lori Parks, traduction Jean-Pierre Richard
mise en scène Cristèle Alves Meira (Compagnie Arts-en-Sac)
Les Femmes savantes de Molière
Masques & Nez
Festival actOral : L’Objet des Mots
mise en scène Jean-Pierre Vincent (Compagnie Jean-Pierre Vincent)
mise en scène Jean-Pierre Dumas (Paradoxale Compagnie)
mise en scène Bruno Bayen (Théâtre du Vieux-Colombier)
mise en scène Igor Mendjisky (Compagnie Les San-Cou)
Impasse des anges de Alain Gautré
de et par Philippe Grandrieux et Pavel Hak
Les Femmes savantes de Molière
mise en scène Alain Gautré (Compagnie Tutti Troppo)
mise en scène et scénographie Marie Montegani (Compagnie Les Bacchantes)
mise en scène Simon Delétang (Comédie de Reims, CDN)
Les Vagues d’après le roman de Virginia Woolf, traduction Marguerite Duras
adaptation et mise en scène Marie-Christine Soma (Studio-Théâtre de Vitry)
J’ai la femme dans le sang d’après les farces conjugales de Georges Feydeau, adaptation Richard Brunel,
mise en scène Richard Brunel (Le Préau Vire, CDR)
Pauline Sales
L’Oiseau vert de Carlo Gozzi, traduction et adaptation Nathalie Fillion
mise en scène Sandrine Anglade (Compagnie Sandrine Anglade)
mise en scène, lumière et scénographie
Ciseaux, papier, caillou de Daniel Keene, traduction Séverine Magois
Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma (Maison de la Culture d’Amiens, scène nationale)
Les Trois Sœurs de Anton Tchekhov, traduction et adaptation Lorène Ehrmann et Volodia Serre
mise en scène Volodia Serre (Théâtre Romain Rolland Villejuif )
La Jalousie du Barbouillé et Le Médecin volant de Molière
mise en scène Raphaël De Angelis (Compagnie Théâtre de l’Eventail)
La Cerisaie de Anton Tchekhov, traduction André Markowicz et Françoise Morvan
mise en scène et scénographie Paul Desveaux (Compagnie L’Héliotrope)
Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès
Peau d’âne
Manque de Sarah Kane, traduction Evelyne Pieiller
mise en scène Pauline Bureau (Compagnie La Part des Anges)
texte et mise en scène Lazare Herson-Macarel (Compagnie de la jeunesse aimable)
mise en scène Fabrice Dauby (Compagnie Fabrice Dauby)
Docteur Faustus de Christopher Marlowe, traduction Jean-Louis Backès
mise en scène Victor Gauthier-Martin (Compagnie Microsystème)
Avril 08, conte moderne de Fabrice Dauby
La Ronde du carré de Dimítris Dimitriádis, traduction Claudine Galéa, avec Dimitra Kondylaki
mise en scène Giorgio Barberio Corsetti (Odéon-Théâtre de l’Europe, théâtre national)
L’œuf et la poule de Catherine Verlaguet
Le Bouc & Preparadise sorry now de Rainer Werner Fassbinder
mise en scène Guillaume Vincent (Comédie de Reims, CDN)
Macbeth de William Shakespeare, traduction originale Dorothée Zumstein avec des textes slam de Xtatik
mise en scène Eric Massé (Compagnie des Lumas)
Festival du Mot (6ème édition)
(Compagnie Mots-et-Mots)
Roméo et Juliette de William Shakespeare, nouvelle traduction Blandine Pélissier
mise en scène Magali Léris (Compagnie Aux Arts etc…)
Prométhée 2071 de Jacques Kraemer librement inspiré de Eschyle
mise en scène et scénographie Jacques Kraemer (Compagnie Jacques Kraemer)
Platonov de Anton Tchekhov, adaptation André Markowicz et Françoise Morvan
mise en scène Nicolas Oton (Compagnie Machine Théâtre)
Baal de Bertolt Brecht, traduction Bernard Lortholary
Planète de Evguéni Grichkovets, texte français Arnaud Le Glanic
création dirigée par David Clavel / Collectif Les Possédés (Collectif Les Possédés)
mise en scène François Orsoni (Compagnie Théâtre Nénéka)
mise en scène Bénédicte Guichardon (Compagnie Le Bel après Minuit)
La Tempête… d’après “La Tempête” et “Le Songe d’une nuit d’été” de William Shakespeare, traduction et
adaptation Daniel Loayza
mise en scène Georges Lavaudant (Compagnie LG Théâtre)
Amphitryon(s) de Plaute, traduction Christian Nicolas
Le roi s’amuse de Victor Hugo
mise en scène François Rancillac (Théâtre de l’Aquarium Paris)
TDM3 Théâtre du Mépris 3 de Didier-Georges Gabily
mise en scène Yann-Joël Collin (Compagnie La Nuit surprise par le jour)
La Tragédie du roi Richard II de William Shakespeare, traduction Frédéric Boyer
mise en scène Jean-Baptiste Sastre (Festival d’Avignon)
Pornographie de Simon Stephens, traduction Séverine Magois
mise en scène Laurent Gutmann (Compagnie La dissipation des brumes matinales/Laurent Gutmann)
Le Barbier de Séville ou La précaution inutile de Beaumarchais
mise en scène Patrick Haggiag (Compagnie In Situ)
As you like it de William Shakespeare, nouvelle traduction Pascal Collin
mise en scène Cendre Chassanne (Compagnie Barbès 35)
(Les Nuits de Joux)
J’ai 20 ans qu’est-ce qui m’attend ?, textes de François Bégaudeau, Arnaud Cathrine, Aurélie Filipetti, Maylis de
Kerangal, Joy Sorman
maîtres d’œuvre Cécile Backès, Maxime Le Gall (Compagnie Les Piétons de la Place des Fêtes)
Festival Les Nuits de Joux
mise en scène Hervé Daartiguelongue (Compagnie La cccp)
Ennemi public d’après “Un ennemi du peuple” de Henrik Ibsen, traduction et adaptation Frédéric Révérent
mise en scène Thierry Roisin (Comédie de Béthune, CDN)
Casteljaloux de Laurent Laffargue
mise en scène Laurent Laffargue en collaboration avec Sonia Millot (Compagnie Le Soleil Bleu)
Harper Regan de Simon Stephens, traduction Dominique Hollier
mise en scène Lukas Hemleb (Maison de la Culture d’Amiens, scène nationale)
La Nuit des Rois de William Shakespeare
adaptation et mise en scène Jean-Michel Rabeux (La Compagnie - Compagnie Jean-Michel Rabeux)
_
(102)
_
(103)
LES SPECTACLES AYANT BÉNÉFICIÉ DE LA PARTICIPATION DU JTN
Le Misanthrope de Molière
mise en scène Nicolas Liautard (La Nouvelle Compagnie)
Traité des passions de l’âme de António Lobo Antunes (Chroniques du bord de scène, saison 4), traduction
mise en scène Nicolas Bigards (MC 93, scène nationale)
Geneviève Leibrich
mise en scène Mathieu Bertholet (Compagnie MuFuThe)
Cancrelat de Sam Holcroft, traduction de Sophie Magnaud
mise en scène Jean-Pierre Vincent, dans le cadre de Théâtre Ouvert / 40 ans (Compagnie Studio Libre)
mise en scène Marc Paquien (Compagnie des Petites Heures)
Au moins j’aurai laissé un beau cadavre d’après “Hamlet” de William Shakespeare
adaptation, mise en scène et conception visuelle Vincent Macaigne (Festival d’Avignon)
L’avenir seulement de Mathieu Bertholet
Les Femmes savantes de Molière
La Vie de Galilée de Bertolt Brecht, traduction Armand Jacob et Edouard Pfrimmer et Variations Galilée d’après
Festival Les Nuits de Joux
(Les Nuits de Joux)
Bertolt Brecht de Denis Puy et Pierre Hoden (en alternance)
mise en scène Pierre Hoden (Centre Dramatique de La Courneuve)
Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée et On ne saurait penser à tout de Alfred de Musset
mise en scène Frédérique Plain (Espace des Arts Chalon-sur-Saône, scène nationale)
La Nuit du train de la Voie lactée d’après Kenji Miyazawa, traduction Hélène Morita
adaptation et mise en scène Oriza Hirata (Théâtre de Sartrouville, CDN)
Oh, les beaux jours ! de Samuel Beckett
mise en scène Blandine Savetier (Compagnie Longtemps je me suis couché de bonne heure)
Suréna de Pierre Corneille, en alternance avec “Nicomède” de Pierre Corneille
mise en scène Brigitte Jaques-Wajeman (Compagnie Pandora)
Série B, titre noir et provisoire
texte et mise en scène Laurent Vacher (Compagnie du Bredin)
Vineta : la république des utopies de Mortiz Rinke, texte français Patrick Demerin et Lisa Wurmser
mise en scène Lisa Wurmser (Compagnie Théâtre de la Véranda)
Zone Education Prioritaire de Sonia Chiambretto
espace, image et mise en scène Benoît Bradel (Compagnie Zabraka)
Les interrompus de Vincent Ecrepont
mise en scène Vincent Ecrepont (Compagnie A vrai dire)
Soleil couchant de Isaac Babel, traduction du russe Judith Depaule
mise en scène Irène Bonnaud (Le Nest Thionville, CDN)
Le chercheur de traces de Bernard Bloch, librement inspiré de la nouvelle éponyme de Imre Kertész, traduction
Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba mise en scène et adaptation Bernard Bloch (Compagnie Réseau théâtre)
Dealing with Clair (Claire en affaires) de Martin Crimp, traduction Jean-Pierre Vincent et Frédérique Plain
mise en scène Sylvain Maurice (Nouveau Théâtre de Besançon, CDN)
Karaokhéâtre d’après “Georges Dandin” de Molière
conception Théo Kailer (Compagnie Hélios Perdita)
Pierrette Pan Ministre de l’Enfance et des Produits dérivés de Jasmine Dubé
mise en scène Amélie Nouraud (Compagnie Alegria kryptonite)
Se souvenir de Violetta création collective, matériau textuel Alexandre Dumas fils, Caroline Masini
mise en scène Caroline Guiela (Comédie de Valence, CDN)
Louise, elle est folle de Leslie Kaplan
conception et jeu Elise Vigier et Frédérique Lolliée (Compagnie Théâtre des Lucioles)
Turandot ou le congrès des blanchisseurs de Bertolt Brecht, texte français Armand Jacob
mise en scène Mirabelle Rousseau (Compagnie T.O.C.)
Une visite inopportune de Copi
mise en scène Philippe Calvario (Saudade Compagnie)
Un jour en été de Jon Fosse, traduction Terje Sinding
mise en scène Charlotte Bucharles (La Compagnie de l’Entre)
Le Précepteur de Jakob Lenz, traduction et adaptation Le T.O.C.
mise en scène Mirabelle Rousseau (Compagnie T.O.C.)
Qui a peur du loup ? de Christophe Pellet
mise en scène Matthieu Roy (La Compagnie du Veilleur)
1669 Tartuffe, Louis XIV et Raphaël Lévy de Jacques Kraemer
mise en scène Jacques Kraemer (Compagnie Jacques Kraemer)
J’ai couru comme dans un rêve création collective
mise en scène Igor Mendjisky (Compagnie Les Sans Cou)
As you like it de William Shakespeare, traduction Jean-Michel Déprats
mise en scène et scénographie Catherine Riboli (compagnie Retour à la 1ère Hypothèse)
La Salle d’attente librement adapté de “Catégorie 3.1” de Lars Norén
texte, scénographie, lumière et mise en scène Krystian Lupa (Théâtre Vidy-Lausanne)
_
(104)
_
(105)
LE SALAIRE
DES
ARTISTES
JTN
ANNÉE
SALAIRE JTN
FEUX
PRISE EN CHARGE JTN
(salaire brut + charges)
_
(106)
1984
7500F (1143€)
100F (15€)
10000F (1524€)
1985
7725F (1178€)
100F
10875F (1658€)
1986
8000F (1220€)
100F
11200F (1707€)
1987
8000F
100F
11200F
1988
8300F (1265€)
200F (30€)
11620F (1771€)
1989
8300F
200F
11620F
1990
8650F (1319€)
200F
12110F (1864€)
1991
9000F (1327€)
200F (compagnie)
500F (76€) (cdn)
12600F (1921€)
1992
9000F
200F ou 500F
12600F
1993
9500F (1448€)
200F ou 500F
13300F (2028€)
1994
9500F
200F ou 500F
13300F
1995
9500F
200F ou 500F
13300F
1996
9500F
200F ou 500F
13300F
ANNÉE
SALAIRE JTN /
COMPAGNIE
SALAIRE JTN /
CDN
PRISE EN CHARGE JTN
(salaire brut)
1997
12500F (1906€)
15000F (2287€)
13300F (2028€)
1998
12500F
15000F
13300F
1999
12500F
15000F
13300F
12500F (au 1er juillet)
2000
12500F
15000F
12500F (1906€)
2001
12500F
15000F
12500F
2002
1920€
2310€
1920€
2003
1920€
2310€
1920€
2004
1920€
2310€
1920€
2005
1920€
2310€
1920€
2006
1920€
2310€
1920€
2007
1920€
2310€
1920€
2008
1920€
2010€ (au 1er juillet)
2310€
2400€ (au 1er juillet)
1920€
2010€ (au 1er juillet)
2009
2010€
2400€
2010€
2010
2010€
2400€
2010€
2011
2010€
2400€
2010€
_
(107)
MOISSALAIRES
ET
AUDITIONS
_
(108)
ANNÉE
MOIS
SALAIRES
SAISON
AUDITIONS
RÔLES F
AUDITIONS
RÔLES H
AUDITIONS
RÔLES F ET H
TOTAL
AUDITIONS
1984
245
1985
311
1986
259
1987
260
1988
271
1989
286
1990
323
1991
324
1992
291
1993
274
1993-94
1
7
7
15
1994
231
1994-95
4
9
10
23
1995
253
1995-96
5
6
12
23
1996
242
1996-97
4
4
16
24
1997
265
1997-98
3
7
16
26
1998
273
1998-99
10
3
17
30
1999
224
1999-00
9
5
15
29
2000
277
2000-01
3
9
16
28
2001
254
2001-02
12
13
18
43
2002
262
2002-03
7
13
19
39
2003
265
2003-04
8
14
13
35
2004
259
2004-05
10
16
20
46
2005
252
2005-06
6
15
13
34
2006
271
2006-07
8
18
10
36
2007
242
2007-08
14
13
13
40
2008
245
2008-09
10
11
19
40
2009
238
2009-10
12
11
21
44
2010
249
2010-11
13
11
16
40
_
(109)
LES
MAQUETTES
.
saison 1993 - 1994
Le monte-plats de Harold Pinter, adaptation Eric Kahane
Avec Laurent Lucas, Stephen Rotenberg
Le petit manoir de Stanislas Ignacy Witkiewicz, traduction Alain van Guigten
Direction d’acteurs Dominique Richard
Lecture de nouvelles
Réalisation Michel André
.
saison 1994 - 1995
Les Femmes savantes de Molière
Mise en scène Isabelle Moreau et Gloria Paris
L’Enchanteur
Conception et réalisation Thierry Collet
Le sel de la vague de Gérard Poli
Interprétation Sandy Ouvrier
Histoire vécue du Roi Totaud d’après Antonin Artaud
Projet de Jean-Baptiste Sastre, éric Caravaca
Vous ne faites donc plus rien, Baudelaire ? (Lettres à la mère) d’après Baudelaire
Par Pierre Mermaz
Trézène Mélodies fragments chantés de “Phèdre” de Jean Racine
Musique, mise en scène Cécile Garcia-Fogel
.
saison 1995 - 1996
L’Avare de Molière
Mise en scène Ophélie Koering
Peppino
De et par Bruno Ricci
C’était le jour de la fête d’après “Penthésilée” de Heinrich von Kleist, traduction Julien Gracq
Mise en scène Julie Brochen
Psyché de Molière et Corneille
Mise en scène et scénographie Yan Duffas
.
saison 1996 - 1997
Plaidoyer pour un boxeur de Marcia Romano
Mise en scène Serge Brincat
Savent-ils Souffrir ?
Mise en scène et montage Jean-Yves Ruf
Minetti de Thomas Bernhard, traduction Claude Porcell
Mise en scène Nicolas Moreau
Les Veilleurs de Arnaud Poujol
Direction Arnaud Poujol
.
saison 1997 - 1998
Rilke - Pessoa. Chemins croisés
Montage réunissant des extraits de “La Princesse blanche” de Rainer Maria Rilke, traduction Maurice Regnaut, éditions Acte Sud
et “Le Privilège des chemins” de Fernando Pessoa, traduction Teresa Rita Lopes, éditions José Corti
Mise en scène Jean-Luc Taillefert
_
(110)
_
(111)
.
Les Muses Orphelines de Michel-Marc Bouchard, traduction Noëlle Renaude
Mise en scène Isabelle Ronayette
Henri Michaux - Fracture
LES MAQUETTES
saison 2002 - 2003
Extermination du peuple ou Mon foie n’a pas de sens de Werner Schwab
Direction et jeu Christophe Maltot
.
Mise en scène Marie-Charlotte Biais
Les Monologues de Victoria à Paris textes de Pam Emmerik, Hanneke Paauwe, Christophe Vekeman
mise en scène Katrin Verlende. En partenariat avec Victoria, maison de production basée à Gand (Belgique)
saison 1998 - 1999
Friche 22.66. ou Texte à couper et à dépecer encore et encore… de Vincent Macaigne
Mise en espace Vincent Macaigne
La chute, la chair et le chiffon
Cabaret poélitique. Qu’est-ce que j’ vous sers ? ou L’actualité sur un plateau
Sous la direction de Laurent Rogero
Création collective
Ailleurs tout près de Françoise Mesnier
Disparu(e)(s) de Frédéric Sonntag
Mise en scène Victor Gauthier-Martin
.
Mise en scène Frédéric Sonntag
Recherches sur “Gyubal Velleÿtar” de Stanislas Ignacy Witkiewicz, d’après la traduction de Alain van Crugten
Mise en scène David Maisse
Atelier multidisciplinaire (théâtre, musique, cirque, arts plastiques)
L’incroyable et triste histoire de la candide Erendira et de sa grand-mère diabolique de Gabriel Garcia Marquez
Direction Gaëlle Fernandez-Bravo
Bye bye JTN
Création collective
De et par Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre
.
saison 1999 - 2000
Un fleuve en chaleur (extraits) de Boudjema Bouhada
saison 2003 - 2004
D’états de femmes (titre provisoirement définitif)
Mise en scène May Bouhada
.
Mise en scène Alice Laloy. Maquette présentée à l’Arcal
L’Épreuve de Marivaux
Mise en scène émilie Anna Maillet, metteuse en scène de l’Unité Nomade de Formation à la Mise en Scène
saison 2000 - 2001
Lalla ou la terreur de Didier-Georges Gabily
Mise en scène Lucie Valon
Gaspard d’après Peter Handke, traduction Vania Vilers et Thierry Garrel
Soirée autour de Philippe Dorin
Mise en scène Valérie de Dietrich
Mise en scène Lucie Nicolas, du Comité de lecture du JTN
Cendrillon de Robert Walser, traduction Roger Lewinter
Mo de Louis Calaferte
Mise en scène Stéphane Mercoyrol
Mise en scène Jean-Edouard Bodziak. Maquette présentée au Théâtre de l’Aquarium
Le Dilemme de l’architecte Mâhyâr de Reza Ghassemi, traduction Jean-Charles Florès
Mise en scène Emmanuelle Cordoliani
Musique et Théâtre
de et par Frédéric Aspisi, Eline Holbø-Wendelbo, Elisabeth Hölzle, Rémy Jannin, Arnaud Vincent
La Postière. Après-hier. Trajet dit sonore
Padam Padam
Un spectacle musical du Groupe Incognito
.
Projet de Alexia Monduit et Thomas Rannou
Le Loup à partir du conte “Le Loup" de Marcel Aymé
De et par Sébastien Bravard, Olivier Constant, Gaëlle Le Courtois, Stéphanie Pasquet. Maquette présentée à l’Arcal
.
saison 2004 - 2005
Le Misanthrope de Molière
Mise en scène Maï David
Foucault 71. Première étape de travail autour de Michel Foucault
Par les membres du Comité de lecture : Sabrina Baldassarra, Stéphanie Farison, Sara Louis, Lucie Nicolas
saison 2001 - 2002
are my feelings appropriate ? Parcours sur des textes d’Hervé Guibert
Mise en scène, scénographie, adaptation Olivier Martinaud
Jackets ou la main secrète de Edward Bond, traduction Malika B. Durif
Mise en scène Joseph Menant
L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer de Copi
Mise en scène Thomas Scimeca
Jacques Prévert. Promenade poétique et musicale
.
saison 2005 - 2006
La muse, la mort et l’inconnu
Conception Fabien Teigné
Par Catherine Tartarin et Gaël Chaillat. Maquette présentée à l’Arcal
Anatomie Aja / x. Installation Théâtrale, à partir de la tragédie de Sophocle, traduction Paul Mazon et François Rey
Mise en scène, scénographie Cyril Teste
Robe bleue de David Léon
Mise en scène David Léon
e
Naïves hirondelles de Roland Dubillard
Mise en scène Vincent Debost
D’elle à lui. Chansons du début du XX siècle textes et collaboration artistique David Geselson
Chant Emeline Bayart
L’Institut Benjamenta d’après Robert Walser, traduction Marthe Robert
Adaptation et mise en scène Olivier Balazuc. Maquette présentée au Centre Dramatique National de Montreuil
Robert Guiscard, Duc des Normands de Heinrich Von Kleist, traduction Eloi Recoing et Ruth Orthmann
Mise en scène Mirabelle Rousseau
Brouillons d’une lettre d’amour (effacée par la pluie) de Marc Lainé
Mise en scène Marc Lainé. Maquette présentée à Confluences
Morts et dormeurs sont des images vides, montage-lecture de “Macbeth” d’après William Shakespeare de
Heiner Müller, traduit de l’allemand par Jean-Pierre Morel, à paraître aux Éditions de Minuit en mars 2006
Mise en scène Olivier Coulon-Jablonka
Carline d’Acanthe textes Emmanuel Faventines
Chant Odja Llorca
_
(112)
_
(113)
.
.
saison 2006 - 2007
Le di@ble en bouche
LES MAQUETTES
saison 2009 - 2010
Du caractère relatif de la présence des choses (Un événement qui doit beaucoup à John Cage)
Ecriture, mise en scène Charles-éric Petit. Maquette d’artistes de l’ERAC
Un projet de l’IRMAR (Institut des recherches menant à rien) : Baptiste Amann, Solal Bouloudnine,
Victor Lenoble, Lyn Thibault, Olivier Veillon. Maquette d’artistes issus de l’ERAC
Morphine de Mikhaïl Boulgakov, adaptation Grégoire Aubert, Gilduin Tissier
Mise en scène Grégoire Aubert
Andromaque seul(e) d’après “Andromaque” de Jean Racine
Par Leïla Naceur, avec la complicité de Clémentine Bernard
Le mouton et la baleine de Ahmed Ghazali (Editions Théâtrales, collection Passages Francophones)
Mise en espace Bryan Polach
Music-hall de Jean-Luc Lagarce (Solitaire intempestifs)
Création collective de Anne Saubost, Louis-Jean Corti, Maxime Le Gall
Fantasio de Alfred de Musset
Mise en scène Julia Vidit
Compagnons de voyage. Prose et poésie de Fernando Pessoa pour une comédienne et une musicienne
Mise en scène et interprétation éléonore Joncquez-Simon
Les âmes ourgueuzes de Elibert
Mise en scène Elise Bertero
.
Le gène de l’amour fou
écriture et mise en scène ève-Chems de Brouwer
Devenir le Ciel de Laurent Contamin, texte lauréat de l’Aide à la création 2008 du Centre national du Théâtre
Mise en scène Claire Fretel. Maquette d’artistes issus de l’ESAD
saison 2007 - 2008
Et blanche aussi texte Aurélie Namur
Mise en scène, collaboration à l’écriture Félicie Artaud
Lettres de l’intérieur d’après l’œuvre de John Marsden, publiée à L’École des Loisirs, traduction Valérie Dayre.
Mise en scène Pauline Bureau
Première étape de travail
Le Pélican de August Strindberg, texte français Michel Vittoz
Collaboration artistique Dan Artus, Jonathan Bidot, Xavier Déranlot, Jean-Luc Vincent
Maquette de comédiens issus de l’Ecole du TNB
Dom Juan de Molière
.
saison 2010 - 2011
Le Conte d’Hiver d’après William Shakespeare, traduction Bernard-Marie Koltès
Création collective dirigée par Pauline Ringeade
On n’est pas là pour disparaître d’après Olivia Rosenthal, d’après “On n’est pas là pour disparaître” de Olivia
Rosenthal, © Editions Gallimard, publié par Verticales
Adaptation et mise en scène Charlotte Lagrange
Fragments d’un discours amoureux d’après Roland Barthes
Mise en scène Benjamin Guillard
Mise en scène Julie Duclos
Par Frédéric Giroutru
Funérailles d’hiver de Hanokh Levin, texte français Laurence Sendrowicz (Editions Théâtrales)
Mise en scène Maëlle Poésy
Mise en scène Thomas Condemine
L’Hamblette de Giovanni Testori, traduction Jean-Paul Manganaro
Mise en scène Giampaolo Gotti et La Nouvelle Fabrique. Maquette d’artistes issus de l’ENSATT
Une Saison en enfer de Arthur Rimbaud
Iphigénie de Jean Racine
L’extraordinaire voyage d’un cascadeur en Françafrique
Théâtre à la campagne de David Lescot
De Karima El Kharraze et Bryan Polach
Mise en scène Sara Llorca
Mise en scène et scénographie Alexandre Zeff
Les Dactylos de Murray Schisgal, adaptation Laurent Terzieff et Pascale de Boysson
Par Bartholomew Boutellis et Claire Sermonne
Le 20 Novembre de Lars Norén, traduction Katrin Ahlgren (L’Arche)
Push Up de Roland Schimmelpfennig, traduction Henri-Alexis Baatsch (L’Arche)
Le Privilège des chemins d’après Fernando Pessoa
Mise en scène Gabriel Dufay
Pâte à clowns, pâte à clones
Mise en scène Julien Allouf
Misterioso-119 de Koffi Kwahulé (Editions Théâtrales)
Mise en scène Annabelle Simon
Le Gars / La Danseuse d’après un texte original de Marina Tsvetaeva
Conception et mise en scène Nadine Baier et Ludmilla Dabo
La Dernière Berceuse
Mise en scène Vincent Bouyé
.
Un solo de Louis Arene
Pitchfork Disney de Philip Ridley, traduction Elisabeth Wrightson, avec la collaboration de Evelyne Pieiller
(Christian Bourgeois éditeur)
saison 2008 - 2009
Travail dirigé par Chloé Catrin
Philippine
De, par et avec Matila Malliarakis
Les Nuits de Alfred de Musset
Mise en scène et interprétation Elya Birman et Florence Payros
Agassi
Un projet de Marie Rémond d’après les écrits de André
Chat en poche de Georges Feydeau
Mise en scène Marion Lécrivain
Off-Shore de Philippe Braz
Lecture-mise en espace par Clément Morinière. Avec les comédiens de la troupe du TNP issus de l’ENSATT
L’enfant silence texte publié dans la revue Europe, numéro de mars 09
Le Frigo de Copi
Par Christophe Dumas
Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, d’après les traductions de Pascal Collin et André Markowicz
Mise en scène et adaptation Marie Frémont
Texte et mise en scène Vincent Farasse
_
(114)
_
(115)
LES
MAQUETTES
DEVENUES
SPECTACLES
_
(116)
SAISON
NOMBRE DE MAQUETTES PRÉSENTÉES
NOMBRE DE MAQUETTES DEVENUES
SPECTACLES
1993-1994
3
0
1994-1995
6
5
1995-1996
4
3
1996-1997
4
2
1997-1998
3
2
1998-1999
4
1
1999-2000
1
0
SOUS-TOTAL
25
13
2000-2001
6
1
2001-2002
7
3
2002-2003
7
2
2003-2004
6
2
2004-2005
3
1
2005-2006
6
4
2006-2007
5
3
2007-2008
11
7
2008-2009
4
2
2009-2010
6
3
2010-2011
15
8
SOUS-TOTAL
76
36
_
(117)
L’INSTITUT
NOMADE
DE LA MISE
EN SCÈNE
.
saison 1996 - 1997
Rencontre de jeunes metteurs en scène avec Claude Régy
autour de Maurice Maeterlinck
Paris
.
saison 1998 - 1999
Stage avec Lev Dodine
Théâtre Maly, Saint-Pétersbourg
Stage technique et artistique
Architecture et scénographie - Lumière - Son
Théâtre National de Strasbourg
.
saison 1999 - 2000
Stage avec Matthias Langhoff autour du montage
de “Prométhée” d’Eschyle
avec le Ballet National du Burkina-Faso (direction Irène Tassembedo)
Théâtre Populaire, Ouagadougou Burkina-Faso
Stage technique et artistique
Machinerie - Lumière - Son
Théâtre National de Strasbourg
Stage avec Claude Régy
Paris
Stage avec Manfred Karge
École Ernst Busch, Berlin
Au 1er janvier 2001, l’Institut Nomade de la Mise en Scène est rattaché au CNSAD
sous l’appellation Unité Nomade de Formation à la Mise en Scène
_
(118)
_
(119)
.
LE COMITÉ
DE LECTEURS
saison 2001 - 2002
Lectures de pièces ayant obtenu l’Aide à la création d’œuvres dramatiques
En partenariat avec la DMDTS / Ministère de la Culture, le Théâtre de la Cité Internationale
et le Théâtre Populaire de Lorraine
Les pièces tout public de L’École des Loisirs
soirée organisée autour des “pièces tout public” de l’École des Loisirs
.
saison 2002 - 2003
Plus d’école d’Emmanuel Darley
Dans le cadre de la manifestation “Lire en fête” au Théâtre du Rond-Point
Moscou sur Scène
Mise en lecture d’un parcours à travers la littérature dramatique russe des vingt dernières années
En collaboration avec ANETH (Aux Nouvelles écritures Théâtrales) et le Théâtre de la Cité Internationale
Le Gros Bazar au TEP
Mises en espace ou en jeu de textes contemporains pouvant s’adresser à un jeune public, dans des lieux les
plus insolites du Théâtre de l’Est Parisien
En partenariat avec le Théâtre de l’Est Parisien
Transport/Transportes
Participation aux ateliers de traduction des auteurs argentins : Luis Cano et Marcelo Bertuccio
En collaboration avec la Maison Antoine Vitez
.
saison 2003 - 2004
Témoins Voyageurs
Mise en jeu de témoignages de femmes et d’hommes sur leur traversée des frontières jusqu’en France,
sur une idée d’Ariel Cypel
En partenariat avec Confluences
Une Rentrée Québécoise
Traversée des nouvelles écritures dramatiques québécoises
En partenariat avec ANETH, le Centre Culturel Canadien et le Théâtre Artistic Athévains
Lecture de textes issus du fonds Sida-mémoires
En partenariat avec l’association Sida-mémoires
L’Islande côté théâtre
Festival consacré au théâtre islandais, à l’initiative de la compagnie La Barracca
En partenariat avec ANETH, le Théâtre de l’Est Parisien et le Théâtre Varia à Bruxelles
.
saison 2004 - 2005
Lectures de textes de Michel Foucault lors des manifestations commémorant sa mort
Avec la collaboration de Philippe Artières
Avec la collaboration de Philippe ArtièresHé bien monsieur, quoi de neuf dans le théâtre polonais ?
Dans le cadre de Nova Polska saison culturelle polonaise en France et du mois du théâtre polonais à Paris
En partenariat avec ANETH, la Maison Antoine Vitez, le Théâtre du Rond-Point et Paris-Bibliothèques
Nouveaux visages de la dramaturgie roumaine
Dans le cadre du programme roumain “Face à Face”
En partenariat avec la Maison Antoine Vitez et le Théâtre de la Cité Internationale
Le 20 du mois
Lectures (coups de cœur, découverte d’un auteur, lectures autour d’un thème…), suivies de la dégustation
d’un vin, sélectionné par les membres du Comité
Les auteurs présentés : Hanokh Levin, José Pliya
_
(120)
_
(121)
.
saison 2005 - 2006
Le 20 du mois
Les auteurs présentés : Sylvian Bruchon, Luc Tartar, Dea Loher, Tarkos et la “pâte-mot”, Wajdi Mouawad
Lecture de textes de Jacques Jouet et du groupe L’Oulipo
En partenariat avec le Théâtre Nanterre-Amandiers
ce que je veux dire
Parcours Jean-Luc Lagarce
Lecture d’extraits des pièces, écrits et journal de Jean-Luc Lagarce
Dans le cadre de l’Année (…) Lagarce
.
saison 2007 - 2008
Prochainement dans vos salles
Les artistes du JTN lisent leur sélection de textes issus de l’Aide à la création du Centre national du Théâtre
Lecture de pièces de Alexis Fichet, Sandrine Roche, Gustave Akakpo, Juan Mayorga (traduit par Yves Lebeau),
Philippe Malone, Julien Thèves, David Greig (traduit par Blandine Pélissier), Frédéric Sonntag, sélectionnées
par le Comité de lecteurs du JTN, parmi les textes issus de l’Aide à la création du CNT
En partenariat avec le Centre national du Théâtre
.
saison 2009 - 2010
Complete de Andrea Kuchlewska, traduction Grégoire Courtois
Première étape d’un cycle de lectures de textes de jeunes dramaturges new-yorkais
Traité pratique des correspondances
D’après “Le Secrétaire pratique” de MM. Durand et Meslins et “Le parfait secrétaire” de Louis Chaffurin
.
saison 2010 - 2011
Man-Man de Nicole Sigal
En écho à la session XI du festival Actuelles au TapS à Strasbourg
Obstinés par la nuit de Marc Dugowson
Sélection du Comité de lecture du Théâtre du Rond-Point
Dans le cadre des Mardis Midi au Théâtre du Rond-Point
Il ne s’était rien passé de Pierre Astrié
En écho à la session XII du festival Actuelles au TapS à Strasbourg
Sous contrôle de Frédéric Sonntag
Sélection du Comité de lecture du Théâtre du Rond-Point
Dans le cadre des Mardis Midi au Théâtre du Rond-Point
_
(122)
_
(123)
BERTHIER
BERTHIER
ET
THÉÂTRE EN MAI
BERTHIER’05
UN FESTIVAL POUR LES JEUNES ACTEURS
Organisé par le jeune théâtre national et l’Odéon-Théâtre de l’Europe
Du 1er au 5 juin 2005 aux Ateliers Berthier
Conférences et petits fours
mise en scène Georges Lavaudant
Les hommes de terre de Marion Aubert
mise en scène Richard Mitou
Paradiscount de Patrick Bouvet
performance du collectif MxM, mise en scène Cyril Teste
Songes d’une nuit d’été d’après William Shakespeare
mise en scène Alain Béhar
Œdipapa, ou comment porter les crimes de ses pères de Laure Bonnet
mise en scène Damien Caille-Perret
Friche 22.66 de Vincent Macaigne
mise en scène Vincent Macaigne
Direct d’après Patrick Bouvet, collectif MxM
mise en scène Cyril Teste
Des heures entières avant l’exil (1. les habitudes / les aventures) de Frédéric Sonntag
mise en scène Frédéric Sonntag
Passer le pont
lectures choisies par Philippe Morier-Genoud
BERTHIER’06
UN FESTIVAL POUR LES JEUNES ACTEURS
Organisé par le jeune théâtre national et l’Odéon-Théâtre de l’Europe
Du 9 au 11 juin et du 16 au 18 juin 2006 aux Ateliers Berthier
De nos jours les Saintes Vierges ne versent plus de larmes d’après Pier Paolo Pasolini
mise en scène Céline Massol
Paysages Pinter d’après des textes de Harold Pinter
mise en scène Stuart Seide
Les Utopies
un spectacle du Groupe Incognito
Paroles d’Alger textes de Laurent Gaudé et Aziz Chouaki
mise en scène Vincent Goethals
Dans le rouge
conçu par Lucie Valon
Hiver de Jon Fosse
mise en scène Romain Jarry
Roméo / Juliette / Fragments d’après William Shakespeare
mise en scène Pauline Bureau
_
(124)
_
(125)
THÉÂTRE EN MAI
THÉÂTRE EN MAI 2010
Fœtus
création collective de la compagnie D’Ores et Déjà
Léonce et Léna / Chantier de Georg Büchner
mise en scène Jean-Pierre Baro
5 petites comédies pour une Comédie (en deux parties)
mise en scène Jean-Claude Berutti et Yves Bombay
L’Étang de Robert Walser
mise en scène émilie Rousset
Festival organisé par le Théâtre Dijon Bourgogne
Du 18 au 29 mai 2010 à Dijon
Equipes issues des écoles présentées en partenariat
avec le jeune théâtre national
Push Up de Roland Schimmelpfennig, traduction Henri-Alexis Baatsch
mise en scène Gabriel Dufay - compagnie Incandescence
Les Atrides d’après des textes de Eschyle, Euripide, Sénèque, Hugo von Hofmannsthal et Heiner Müller,
adaptés par la Compagnie Moebius
BERTHIER’07
mise en scène Thomas Bédécarrats - compagnie Moebius
UN FESTIVAL POUR LES JEUNES ACTEURS
Calderón de Pier Paolo Pasolini, traduction Michèle Fabien
mise en scène Clara Chabalier - compagnie Les Ex-citants
Organisé par le jeune théâtre national et l’Odéon-Théâtre de l’Europe
Du 8 au 10 juin et du 15 au 17 juin 2007 aux Ateliers Berthier
THÉÂTRE EN MAI 2011
La Nuit de Madame Lucienne de Copi
mise en scène Irina Solano
Mensch d’après “Fragments Woyzeck” de Georg Büchner
mise en scène Pascal Kirsch
Le di@ble en bouche de Charles-Éric Petit
mise en scène Charles-éric Petit
Histoire d’amour (derniers chapitres) de Jean-Luc Lagarce
mise en scène Guillaume Vincent
Festival organisé par le Théâtre Dijon Bourgogne
Du 18 au 29 mai 2011 à Dijon
Equipes issues des écoles présentées en partenariat
avec le jeune théâtre national
À quoi pensent les agneaux ? de Pio Marmai
mise en scène Pio Marmai
Les Trois Sœurs d’après Anton Tchekhov
mise en scène Astrid Bas
Woyzeck / Wozzeck d’après Georg Büchner et Alban Berg
Le Conte d’Hiver d’après William Shakespeare, traduction Bernard-Marie Koltès
création collective dirigée par Pauline Ringeade - collectif iMaGiNaRiuM
La Triste désincarnation d’Angie la Jolie
mise en scène Thibaut Fack
mise en scène Marine de Missolz
mise en scène Charlotte Baglan
Funérailles d’hiver de Hanokh Levin, texte français Laurence Sendrowicz
mise en scène Maëlle Poésy - compagnie Drôle de Bizarre
mise en scène Vincent Macaigne
Gênes 01 de Fausto Paravidino, traduction Philippe Di Meo
mise en scène Julien Gosselin - collectif Si vous léchiez mon coeur
Mine de rien
Requiem 3 de Vincent Macaigne
Contention, un baisser de rideau de La Dispute de Marivaux de Didier-Georges Gabily
mise en scène Marion Laboulais
Christophe Tarkos, Ma langue
dispositif Mirabelle Rousseau
L’Humiliante histoire de Lucien Petit de Jean-Pierre Baro
mise en scène Jean-Pierre Baro
_
(126)
_
(127)
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : MARC SUSSI
COMITÉ DE RÉDACTION : MURIEL MALGUY, AGNÈS QUINZONI
CONCEPTION GRAPHIQUE : AGENCE COMME ÇA
PHOTOGRAPHIE © MICHEL LABELLE
PHOTOGRAVURE : I&D, IMPRESSION STIPA
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising