le dossier de presse

le dossier de presse
d’après le roman de Mark Haddon
adaptation Simon Stephens
mise en scène Philippe Adrien
texte français Dominique Hollier
Représentations
du 11 septembre
au 18 octobre 2015
8 salle Serreau
du mardi au samedi 20 h
dimanche 16 h
8 durée 2 h 15
8 rencontre-débat
avec l’équipe de création,
dimanche 13 septembre
après la représentation
Théâtre de la Tempête
Cartoucherie, Rte du Champde-Manœuvre, 75012 Paris
8 infos et réservations
– www.la-tempete.fr
– tél. 01 43 28 36 36
collectivités Amandine Lesage
8 tarifs
plein tarif 20 €
tarifs réduits 15 € et 12 €
mercredi tarif unique 12 €
8 accès métro ligne 1 jusqu’au
terminus Château de Vincennes
(sortie 6) puis bus 112 ou navette
Cartoucherie.
Vos contacts
8 presse
Pascal Zelcer // 06 60 41 24 55
[email protected]
8 administration & tournée
ARRT / Philippe Adrien
Marie-Noëlle Boyer,
Guillaume Moog
Caroline Sazerat-Richard
Aurélien Piffaretti
– tél. 01 43 65 66 54
– [email protected]
Le Bizarre Incident du
chien pendant la nuit
d’après le roman de Mark Haddon (Éditions Pocket)
adaptation Simon Stephens, texte français Dominique Hollier
mise en scène Philippe Adrien
—avec
Pierre Lefebvre Christopher —Juliette Poissonnier Siobhan —
Sébastien Bravard Ed (père de Christopher) —Nathalie Vairac Judy
(mère de Christopher) —Bernadette Le Saché Mme Alexander / femme
snob —Mireille Roussel Mme Shears / Mme Gascoyne / Femme dans
le train / Femme Hampstead Heath / Commerçante —Laurent Montel
Roger (M. Shears) / Policier de garde —Laurent Ménoret Policier 1 /
M. Thompson —Tadié Tuéné Révérend Peters / Rhodri / Oncle Terry /
Policier gare / Agent service gare / Policier londonien.
—décor Jean Haas —lumières Pascal Sautelet assisté de
Maëlle Payonne —vidéo Olivier Roset assisté de Michaël
Bennoun —musique et son Stéphanie Gibert assistée de Farid
Laroussi —costumes Cidalia Da Costa assistée de Anne
Yarmola —maquillages Pauline Bry —mouvement Sophie
Mayer —collaboration artistique Clément Poirée —direction
technique Martine Belloc assistée de Erwan Creff.
Production : ARRT/Philippe Adrien, compagnie subventionnée par le ministère
de la Culture, avec le soutien de l’Adami (L’Adami, société des artistes-interprètes,
gère et développe leurs droits en France et dans le monde pour une plus juste
rémunération de leur talent. Elle les accompagne également par ses aides
financières aux projets artistiques), en coréalisation avec le Théâtre de la Tempête.
>> Cette pièce est présentée avec l’aimable autorisation de Warner Bros. Entertainment.
L’auteur original, l’adaptateur théâtral et la traductrice sont représentés dans les pays
de langue française par l’agence MCR, Marie-Cécile Renauld, Paris www.paris-mcr.
fr, en accord avec Mark Haddon représenté par Cursing and Sobbing Ltd et Simon
Stephens représenté par Casarotto Ramsay & Associates Ltd.
C’est une histoire de famille.
Ça parle de ce que c’est qu’élever
un enfant, ou bien… être élévé
par des parents. C’est aussi
une célébration du courage,
qui se manifeste ici dans
un environnement des plus
inattendus ; le courage et
la famille se retrouvant
intimement liés au sein de cet
environnement. Simon Stephens
Christopher Boone, quinze ans, possède une intelligence et une logique
imparables ; il aime les listes, les plans et la vérité, et c’est un fan de Sherlock
Holmes ; mais tout seul il n’est jamais allé plus loin que le bout de sa rue.
Il réussit des exercices de mathématiques très difficiles et comprend la
théorie de la relativité. Ce qu’il ne comprend pas, ce sont les autres êtres
humains. À part la jeune Siobhan qui suit sa scolarité et l’aide à écrire ce
récit, et son père qui connaît ses troubles comportementaux, les autres
sont pour lui comme des étrangers… Lorsqu’il découvre le chien de sa
voisine transpercé d’une fourche, Christopher décide de retrouver le
meurtrier et son enquête l’entraîne dans un véritable parcours initiatique… Son sens de l’observation, la rigueur de sa pensée, l’absence totale
de duplicité sont propres à débusquer mensonges et lâchetés. Les adultes
n’ont qu’à bien se tenir… Ce petit chef-d’œuvre d’imagination et de suspense nous introduit aux émotions et aux vertiges d’un jeune garçon
autiste pour qui « le monde est plein de choses évidentes que personne
ne remarque. » Un autre regard sur notre réalité…
C’est une amie comédienne qui, ayant assisté sur Broadway à une représentation de
The Curious Incident of the Dog in the NightTime, d’après le roman de Mark Haddon,
m’a alerté : le spectacle l’avait transportée.
Ce titre, en français Le Bizarre Incident du
chien pendant la nuit, me parut d’abord pour le
moins énigmatique, mais mon interlocutrice
me communiquait un tel enthousiasme que
je l’écoutai volontiers. Si je me fie à de tels
élans spontanés, c’est peut-être en songeant à
Jouvet pour qui mettre en scène était comme
tomber en amour : « aimer et admirer »… Oui,
aimer et faire partager à d’autres ce sentiment, ma question étant toujours de renouveler la surprise et le bonheur du théâtre.
« C’est l’histoire d’un jeune garçon
autiste ! » Il y avait là de quoi m’intriguer…
le théâtre m’ayant toujours semblé, comme
le disait Kafka dans ses conversations avec
Janouch, plus fort lorsqu’il nous met en prise
sur la dimension mentale. Un « autiste » : c’est
bien sûr la supposition d’autres mondes,
d’autres perceptions et d’autres modes
d’être…
Après plusieurs séances de lecture de
l’adaptation théâtrale de Simon Stephens,
je commençai à entendre vraiment le texte
et singulièrement la parole de Christopher.
Une histoire véridique mais débarrassée
du pathos qui souvent nous encombre au
théâtre et précisément dans le registre dramatique. On pourrait peut-être appeler cela
du nom de notre héros, l’effet Christopher. Et
pour la première fois, moi qui depuis toujours suis plutôt réticent à cet égard, je vais
donc me risquer à mettre en scène sur le
mode du « théâtre récit » qui est le parti-pris
de l’adaptation.
Du fait d’une appréhension différente du
monde et des autres qui isole Christopher
de façon particulière, le régime qui consiste
à raconter en jouant et à jouer en racontant
– oui, cet effet de « distance » apparaît tout
à fait adéquat : le chœur, la troupe de comédiens partage les rôles mais assume également la narration, pour Christopher et avec
lui. On se demande du reste qui pourrait
résister au pouvoir de ce jeune garçon dès
lors que, le premier, il a trouvé le chien de
madame Shears avec une fourche de jardinier plantée dans le corps. Tel Sherlock
Holmes, son héros, il se lance le défi de
trouver l’assassin de Wellington ! C’est ainsi
que débute son parcours initiatique. Il ira
jusqu’au bout. Ayant découvert le coupable
en la personne de son père et du même coup
libéré de son devoir d’obéissance filiale, il
surmontera toutes les épreuves jusqu’à
affronter le monstre – le métro londonien –
caché dans le ventre de la terre pour finalement rejoindre sa mère et triompher dans
un concours de mathématiques.
Un récit dont la réalisation scénique présente une grande exigence mais aussi quan-
PAS DE LARMOIEMENTS inutiles
ni de sophistication clinique :
l’auteur privilégie l’observation
du quotidien d’un adolescent
très doué avec ses angoisses et
phobies. (…) Christopher est
atteint du syndrome d’Asperger,
un autisme de haut niveau, qui
fait de lui un génie des sciences,
mais un être dépendant des
autres au jour le jour. Sa colère
peut parfois être impressionnante, sa compréhension des
règles sociales reste superficielle,
alors que sa mémoire est
excellente, et sa faculté de
tité de chances à courir. Comme on sait,
l’autisme a pour conséquence une perception amplifiée, violente et parfois traumatique du monde extérieur et de ses désordres.
Ainsi, plutôt qu’à illustrer le parcours de
Christopher, nous nous attacherons à éprouver et à transmettre les émotions, sensations,
rythmes, syncopes et autres accidents subis
ou vécus par lui.
Enfin, il me semble que l’écoute de
Christopher comme son expression parlée
pourrait donner à entendre ou simplement
à deviner – dans le mouvement de l’énonciation comme au milieu du silence où l’être
parlant cherche le chemin de sa pensée
– l’énorme travail de la langue : murmures,
bruissements, fracas des syllabes et des
mots ; tumulte et passion du sens qui depuis
les premiers âges, sans relâche, accaparent
l’humanité.
raisonnement implacable. Il peut
tout aussi bien se couper du
monde dans une intense phase
d’observation que devenir
inquisiteur pour son enquête.
Le récit est un véritable puzzle
que le lecteur s’amuse à
reconstruire en même temps que
Christopher. Le Bizarre Incident
du chien pendant la nuit nous fait
découvrir l’autisme de façon
surprenante et ouvre de
nombreuses pistes de lecture.
Franck Boussard
Philippe Adrien
LA FAÇON dont le cerveau de
Christopher fonctionne fait penser
à un ballet. L’agilité avec laquelle
il passe d’une pensée à une autre,
puis à une autre encore, est
l’agilité d’un danseur. Cette
caractéristique du personnage
se prête extraordinairement bien,
sur le plateau, à une transcription
physique de cette danse de
l’esprit. Cela contribue grandement à rendre théâtral ce que le
roman crée, en extériorisant de
manière totale et concrète le
cerveau – et la pensée – de
Christopher Boone.
Simon Stephens
Philippe Adrien
• Fonde en 1985 l’Atelier de recherche et de
réalisation théâtrale (ARRT) à la Cartoucherie.
• Directeur du Théâtre de la Tempête depuis 1996.
• Professeur au Conservatoire national d’art
dramatique de 1989 à 2003 et auteur de Instant
par instant, en classe d’interprétation (éd. Actes
Sud-Papiers).
• A réalisé récemment : Bœsman et Léna de A. Fugard ;
La Maison d’à côté de S. White (Théâtre du petit
St-Martin) ; La Grande Nouvelle de J.-L. Bauer et
Sébastien Bravard
Formation à l’École du Théâtre
national de Strasbourg. A joué
notamment avec A.-L. Liégeois
La Duchesse de Malfi de Webster,
Rapport aux bêtes de Revaz,
Édouard II de Marlowe,
Embouteillage, et La Maison d’os
de Dubillard ; G.-P. Couleau Les
Justes de Camus ; J.-M. Patte La
Comédie de Macbeth et Manque
de Kane ; G. Delaveau Peer Gynt
d’Ibsen ; G. Bouillon Songe d’une
nuit d’été de Shakespeare et La
Surprise de l’amour de Marivaux ;
B. Sobel Bad Boy Nietzsche de
Foreman ; J.-B. Sastre Tamerlan
de Marlowe ; P. Golub La Puce à
l’oreille de Feydeau, Le Cabaret de
la Grande Guerre de Dugowson ;
A. Bas Matériau Platonov d’après
Tchekhov et aussi C. Thiry,
G. Shelley, E. Cormann, N. Casale,
G. Aperghis, E. Pommeret…
Cofondateur de la cie Les Loups :
Canis Lupus et Les Éphémères
d’après Les Vagues de V. Woolf.
Ph. Adrien ; L’École des femmes de Molière
(nomination pour le Molière 2014 de la mise en
scène du Théâtre public, en tournée depuis
novembre 2014) ; Protée (Prix Poquelin) et Partage
de midi de P. Claudel (nomination Palmarès du
théâtre 2013) ; Exposition d’une femme d’après
B. Solange ; Bug ! de J.-L. Bauer et Ph. Adrien ; L’Affaire
de J.-L. Bauer ; Les Chaises de E. Ionesco ; La Tortue de
Darwin de J. Mayorga ; Le Dindon de G. Feydeau
(4 nominations aux Molières 2011)…
Pierre Lefebvre
Formation au Studio-théâtre
d’Asnières. A joué notamment
avec Ph. Adrien L’Ivrogne dans la
brousse deTutuola, L’Ecclésiaste,
Rêves, Le Dindon de Feydeau, Bug !
et La Grande Nouvelle de Bauer
et Adrien, L’École des femmes de
Molière ; A. Madani Méfiez-vous
de la pierre à barbe, et Le Songe
d’une nuit d’été de Shakespeare ;
J.-P. Klein Rien à lui, tout à lui ;
M. Cochet En voie / En voix
d’Hikikomori de Schivre… Cinéma
avec Ph. Locquet Je vous aime très
beaucoup. Télévision avec L. David
Cours toujours.
Bernadette Le Saché
Comédie-Française de 1977 à 1981.
A notamment joué avec J. Rosner
Le Mariage de Figaro de
Beaumarchais ; J.-P. Roussillon
L’École des femmes de Molière ;
J.-L. Boutté Les Acteurs de bonne
foi de Marivaux et Edith Détresses
de Bauer ; G. Strehler La
Villégiature de Goldoni ; P. Ionesco
La Célestine de De Rojas ;
M. Lonsdale La Vie mode d’emploi
de Perec et Les Premières
fiançailles de Franz K. ; J.-L. Paliès
Les Jardins de France de
Doutreligne ; J. Champagne Les
Femmes russes ; A. Campo L’Histoire
du soldat de Stravinsky et Ramuz ;
L. Terzieff Meurtre dans la
cathédrale de T.S. Eliot ; A. Alexis
Les Sincères de Marivaux ;
A.-L. Liégeois Embouteillage ;
D. Wittorski Ohne ; Ph. Adrien
Le Dindon de Feydeau et Bug !
de Bauer et Adrien ; G. Wilson
Turandot de Brecht ; L. Wurmser
Entre les actes de Woolf ; P. Houriet,
J.-L. Bauer… Cinéma avec
J. Doillon, B. Tavernier,
V. Schlöndorff, C. Chabrol,
A. De Caunes… Télévision
avec S. Moati, G. Mordillat
et N. Companeez.
Laurent Ménoret
Formation au Conservatoire
national d’art dramatique. A joué
notamment avec L. Laffargue Les
Géants de la montagne de
Pirandello ; G. Lavaudant La Mort
d’Hercule d’après Euripide ;
I. Solano La Nuit de Madame
Lucienne de Copi ; J.-Y. Ruf Mesure
pour mesure de Shakespeare ;
C. Poirée Dans la jungle des villes
de Brecht, Beaucoup de bruit pour
Laurent Montel
Pensionnaire à la ComédieFrançaise, de 1997 à 2002, il joue
sous la direction de T. Hancisse,
J. Lavelli, J. Connort, D. Mesguich,
N. Lormeau, G. Werler, V. Vella, et
avec D. Mesguich Le Diable et le
bon Dieu de Sartre, Dom Juan de
Molière, Le Prince de Hambourg
de Kleist, Cinna de Corneille,
Comme il vous plaira et Hamlet
de Shakespeare… ; S. Anglade
L’Oiseau vert de C. Gozzi et Le Cid ;
J.-L. Benoit De Gaulle en mai
d’après Foccart, La Nuit des rois
de Shakespeare ; D. Pharao La
Dame d’Ithaque de Pirot et
Pharao ; P.-E. Fourny Charly 9
d’après Teulé. Il travaille avec
l’ensemble musical FA7 pour qui
il écrit Petit Tom et Pierre de la lune
(avec le compositeur O. Dejours),
et conçoit Veillée douce avec
S. Frydman.
Juliette Poissonnier
Formation au Conservatoire
national d’art dramatique. A joué
notamment avec Ph. Adrien Le
Dindon de Feydeau, Bug ! de
Bauer et Adrien ; J.-M. Patte Titre
provisoire ; T. Lavat La Maman et la
putain de Eustache, Êtes-vous
prêts à servir votre reine de
Chouchan, Pique-nique au bord du
Styx de Recoing ; J. Nichet Le Jour
se lève, Léopold de Valletti et
Casimir et Caroline de Horvath ;
L. Laffargue Othello et Le Songe
d’une nuit d’été ; E. Demarcy-Motta
Marat-Sade de Weiss ; I. Ronayette
On ne badine pas avec l’amour de
Musset ; X. Letourneur J’aime
beaucoup ce que vous faites de
Greep ; L. Fréchuret Ouz de
Calderon ; B. Lavigne Le Palmarès
du théâtre, Variations théâtrales ;
G. Darier Qui est qui ? ; J. Franco et
G. Mélanie Pour combien tu
m’aimes ?. Cinéma avec Ph. Garel,
M.-F. Pisier, A. Berberian, A. Chabat,
P. Braoudé, J. Biras, O. Doran,
P. Leconte, V. Guignabodet,
D. Le Pêcheur…
Mireille Roussel
Formation au Conservatoire
national d’art dramatique. A joué
notamment avec Ph. Adrien
Grand Peur et misère du IIIe Reich
de Brecht ; L. Lagarde Le Petit
Monde de Courteline, Sœurs
et Frères de Cadiot, Platonov et
Ivanov de Tchekhov, Le Cercle
de craie caucasien de Brecht, Oui
dit le très jeune homme de Stein ;
N. Casale Antoine et Cléopâtre
de Shakespeare ; J.-Y. Lazennec
Voyage en Sicile de Pirandello ;
N. El Azan Le Collier d’Hélène de
C. Fréchette ; Célie Pauthe S’agite
et se pavane de Bergman ;
R. Munoz Majorette ! Cinéma avec
L. Achard, C. Corsini, J.-P. Civeyrac,
Ph. Garrel, B. Cauvin, F. Girod, B. Sy,
P. Rabate…
Nathalie Vairac
Comédienne guadeloupéenne.
A joué notamment avec
Ph. Adrien Bœsman et Léna de
A. Fugard, Andromaque de Racine,
La Noce chez les petits bourgeois
de Brecht (version Créole) ;
O. Jeannelle Les Caprices de
Marianne de Musset ; S. Limbvani
Othello ; A. Ollivier Les Nègres
de Genet ; S. Kouyaté Œdipe de
Sophocle ; S. Joco Elle de Genet ;
J.-C. Sormain Microfictions d’après
Jauffret ; S. Akrich Lettres à
l’humanité de Pliya. Cinéma
avec Amar Saraka Bâ ; P. Legitimus
Antilles sur Seine ; H. Henriol Les
Baobabs ne poussent pas en hiver.
Tadié Tuéné
Comédien de 1974 à 1983 au
Centre culturel français de
Yaoundé au Cameroun ; intègre
ensuite le Conservatoire national
supérieur d’art dramatique. A
joué notamment avec D. Lykoudis
Œdipe à Colone d’après Sophocle ;
M. Touré Orphée noir d’après
Senghor ; D. Lurcel Mange-moi
et Debout de N. Papin, Une saison
de machettes d’après Hatzfeld ;
Ph. Adrien L’Ivrogne dans la
brousse de Tutuola, Le Projet
Conrad, Bœsman et Léna de
Fugard ; A. Bourseiller Le Bagne
de Genet ; V. Goethals Bureau
national des Allogènes, Et si nos
pas nous portent de Cotton ;
G. Dambury Verre cassé d’après
Mabanckou. Conteur et
animateur au Festival de l’enfance
en Guadeloupe.
silhouette du chien Henry Steadman // conception graphique Durand, Besançon
rien et
La Nuit des rois de Shakespeare ;
E.-A. Maillet Hiver de J. Fosse ;
Ph. Adrien Bug ! de Bauer et
Adrien ; M. Rémond André ;
J. Châtel Petit Eyolf d’après
H. Ibsen… Cinéma avec
J.-M. Ribes, A. Malherbe,
A. Resnais et B. Podalydès.
C
hristopher — Dans le bus
en allant à l’école on a croisé
quatre voitures rouges d’affilée.
Donc aujourd’hui, c’est un Bon Jour…
Je vais essayer de découvrir qui a tué
Wellington parce qu’un Bon Jour,
c’est un jour pour faire des projets
et organiser des choses.
Siobhan — Qui est Wellington ?
Christopher — Wellington est
un chien qui appartenait à ma voisine
Mme Shears…
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement