Jeunes diplômés

Jeunes diplômés
Vous voulez le meilleur ?
Rejoignez
le
N°1...
en pages centrales
credit-agricole.com
© Getty Images
On va plus loin
avec le n°1
■
1ER GROUPE BANCAIRE EN EUROPE*
■
1ER BANCASSUREUR EN FRANCE
■
1ER EMPLOYEUR BANCAIRE EN FRANCE
* Par les revenus de la banque de détail. Les 3 classements sont établis au 31/12/07.
Rendez-vous en
pages centrales et
sur credit-agricole.com
GRATUIT
ne peut être vendu
Beaucoup de possibilités.
À voir absolument.
Bienvenue chez FONCIA.
Nos métiers
Gestionnaire immobilier locatif ■
Gestionnaire de copropriété ■
Comptable immobilier ■
Chargé de contentieux ■
Leader des services à l’immobilier, FONCIA apporte son savoir-faire et son conseil
à plus d’1 million de clients à travers 377 agences. Auprès de nos 5 810 collaborateurs,
vous innoverez en permanence pour apporter vos expertises dans la location, la vente,
le syndic de copropriété, la gestion de patrimoine…
FONCIA : une opportunité à saisir… à voir absolument !
Profils juniors ou expérimentés h/f
Bac+2 à Bac+5 immobilier, commerce, gestion et droit.
Un espace pour vous épanouir, des volumes pour vous permettre d’évoluer, un point de
vue unique sur votre avenir.
Négociateur conseil location ■
Consultant immobilier et financier ■
Chargé d’affaires immobilier ■
Opportunités de mobilité France entière et Europe
Belgique, Allemagne, Suisse, Europe de l’Est.
Formation
Evolution
Mobilité
International
Expertise
Des opportunités à saisir… à voir absolument sur
Pour tout renseignement concernant cette parution, contactez-nous :
01.56.52.22.00 – emploi@zefir-carrieres.fr
Ce magazine a été réalisé & commercialisé par ZEFIR CARRIERES
Gérant : Pierre Conte, Directeur général : Guillaume Teilhard de Chardin
avec la collaboration de :
- Création graphique : Ecole Estienne (École supérieure des arts et
industries graphiques de Paris)
- Rédaction & mise en page : Relaxnews
- Impression : Indicateur Bertrand / Imprimé en U.E
Ce magazine & son mini-mag broché en pages centrales ont été édité
en avril 2008 et sont diffusés gratuitement.
Pour les mentions légales, se reporter à l’hebdomadaire REUSSIR de
référence.
SNC ZEFIR CARRIERES - 9 rue Pillet-Will 75430 PARIS cedex 09 –
www.zefir-carrieres.fr
édito
Mode d’emploi(s)
On a longtemps cru qu’il suffisait d’être diplômé
pour que les portes des entreprises s’ouvrent.
Après plusieurs cycles qui ont vu les jeunes osciller entre déprime et enthousiasme, l’ère qui s’annonce aujourd’hui semble placée plutôt sous le
signe de l’optimisme. Certes, les soubresauts de la
crise des subprimes américains et de toutes les
répercussions dans la planète finance ont de quoi
inquiéter, mais les besoins des entreprises, tant en
France qu’à l’étranger, sont bien réels. C’est que
les jeunes profitent à plein du double effet
conjugué du développement important des
entreprises et des départs à la retraite des
enfants du baby-boom. Du coup, la pénurie réelle et même parfois très inquiétant
ne guette plus seulement les entreprises. Elle les handicape réellement. De
la PME à la grande entreprise, plus
beaucoup de sociétés qui ne se désolent de ne pas trouver les ressources humaines nécessaires à leur développement. Mais même en temps de pénurie, les
entreprises ne se veulent pas moins sélectives.
C’est toute la raison de ce guide, qui est autant
un outil d’aide à la décision qu’une mine de
conseils éclairés pour bien commencer sa carrière
et la mener le plus loin possible.
Bonne lecture.
Albert ZENNOU
Rédacteur en chef REUSSIR
3
à retenir
à apprendre
Étape 1 Comment les entreprises
6 > 18 séduisent les jeunes diplômés
6 > 7 Les entreprises se « responsabilisent
durablement » pour vous séduire
à noter
8 Ils vous ouvrent les portes
de l’international
10 > 11 Les outils de la rémunération :
à faire
pensez global
12 > 14 Passer par la case création d’entreprise
16 > 17 La loi handicap encore trop peu
respectée
sommaire
18 Culture d’entreprise : info ou intox
50 > 60
En direct
50 Crédit Agricole S.A.
52 Deloitte
54 Icade
56 Bureau Véritas
58 Keolis
60 Areva
Vous êtes notre principale source d’énergie.
Étape 2 Secteurs porteurs
20 > 77 pour les jeunes diplômés
20 > 21 Des postes pour une carrière
en béton
22 Immobilier, bien connaître le terrain
24 > 29 Sous le soleil brillant de la
bancassurance
30 > 36
38
40 > 41
42 > 48
Jobs en stock au rayon alimentaire
Coup de frein sur les embauches
Une faim de jeunes loups
Étape 3 Préparer son
78 > 86 recrutement
78 > 79
80
82
82
84
Décrypter son futur poste
La lettre de motivation en question
Convertir son stage en CDI
Faut-il commencer à l’international ?
Match PME-grands groupes :
le pour ou contre
86 Paris-régions :
l’écart des salaires se réduit
L’audit et le conseil s’ouvrent à la
diversité
62 > 64 Energie-environnement :
charger les batteries
66 Transport et logistique
sur la route de l’international
67 Chimie-cosmétique : tout beau, tout bio
68 > 70 Les ingénieurs sur de nouvelles tâches
72 Télécoms : la voie royale de la
convergence
74 > 75 L’heure de passer à table
76 > 77 Profession de santé une forme mitigée
88 > 100
Book des recruteurs
Coordonnées directes & processus
de recrutement en détail, toute l’info
utile pour des CV gagnants !
Minimag Formation
Cahier supplément de 16 pages,
broché en pages centrales.
Ingénieurs, Diplômés d’écoles de commerce,
Universitaires h/f
130
pays
500
métiers
10 000
recrutements
par an
Donnez de l’élan à votre carrière.
Rejoindre Total, c’est se donner l’opportunité d’un parcours varié et motivant.
C’est choisir d’intégrer un Groupe multiculturel, ouvert sur le monde. Un Groupe
qui place le talent de ses équipes, l’innovation et la haute technologie au cœur
de sa stratégie. Aujourd’hui, 100 000 hommes et femmes soutiennent notre projet
d’entreprise : fournir au monde l’énergie dont il a besoin et inventer ensemble
les énergies de demain.
Chaque année, près de 10 000 personnes intègrent Total pour participer
à cette aventure. Et vous ?
> Parce que le monde aura toujours besoin d’énergie www.careers.total.com
Pour vous, notre énergie est inépuisable
- Crédits photos : Corbis
débutants et expérimentés
Comment les entreprises séduisent les JD étape1
Les entreprises se
« responsabilisent
durablement »
pour vous SÉDUIRE
Pour attirer les meilleurs candidats,
les entreprises n’ont plus qu’à se faire bien
voir. C’est sur l’éthique et le bien-être
qu’elles comptent faire la différence.
S
«
ur le dernier forum emploi de l’Ecole
supérieure de commerce de Paris, nous
étions 140 recruteurs… recherchant
tous les mêmes profils de candidat », lance
Isabelle Grevez, directrice du recrutement du
cabinet d’audit-conseil PricewaterhouseCoopers. Pour séduire les meilleurs, les entreprises se lancent dans de véritables
opérations séduction mettant en avant leur
responsabilité sociale.
Pour cela, elles travaillent leur « marque
employeur ». Importé des Etats-Unis en
1998, ce concept vise à parler de son entreprise – en bien – pour générer des candidatures. « Souvent, les politiques et les pratiques internes sont bonnes, mais invisibles et incompréhensibles de l’extérieur par manque de formulation.
“Faire ce qu’on dit, dire ce qu’on fait”, c’est comme
cela que l’on construit une marque employeur »,
explique Valérie Sauteret, associée en charge du
développement chez Publicis conseil communication RH. Le premier à avoir tenté le coup est
Unilever. En 2003, le groupe va même jusqu’à
déposer sa marque employeur « You U ». Objectif
avoué : attirer les jeunes talents en
Thème en vogue
créant une « marque » capable de
chez les employeurs : dépasser toutes celles du géant de
l’agroalimentaire et de l’hygiène.
la diversité
Le nombre de CV reçus a plus
que triplé en quatre ans. « Dans les entreprises
qui fonctionnent grâce à leur matière grise, la
marque tient aux gens présents à bord », souligne
Sébastien Point, professeur des universités à
l’IAE de Besançon.
Confronté à un important turn-over, en 2001, le
cabinet de conseil parisien Deloitte interroge ses
troupes. Les résultats de l’enquête sont sans appel :
une gestion des carrières défaillante et un manque
d’équilibre vie professionnelle/vie privée. Pour fidéliser ses collaborateurs, Deloitte ne tergiverse pas
6
longtemps. L’entreprise revoit ses processus d’évolution de carrière, implante une conciergerie d’entreprise et offre la possibilité à ses salariés de prendre un congé humanitaire. Le tout assorti d’une
charte d’engagements RH, avec les droits et devoirs
des collaborateurs. Aujourd’hui, le cabinet se distingue parmi les entreprises « où il fait bon vivre »
(classement Best workplaces France, mars 2008).
Opération diversité
Pour montrer leur visage d’employeur, les entreprises utilisent de plus en plus les termes de responsabilité sociétale ou sociale. Il faut dire aussi qu’en
France, la loi de 2001 sur les nouvelles régulations
économiques (NRE) impose aux grandes entreprises de publier dans leurs rapports annuels des données sur leur prise en compte des conséquences
sociales et environnementales de leur activité. Mais
si certaines entreprises jouent le jeu, d’autres font
semblant ou ignorent tout bonnement la loi.
A l’instar de 3 600 entreprises dont 429 françaises,
PricewaterhouseCoopers adhère au Pacte mondial.
Cette initiative lancée en 1999 par l’ancien
secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, vise à
La Nouvelle Cour des grands
agence lancée en novembre
Manque d’expérience
2006. Un coup de pouce
professionnelle,
utile mais pas un passeadresse dans le
droit. Comme leurs
« quartier » de la
concurrents, ses jeunes
Courneuve, nom à consocommunicants se démènent
nance maghrébine… les
pour remporter des appels
jeunes titulaires du BTS
d’offre. Visiblement, avec
Communication du lycée
succès. En un an, Nouvelle
Jacques-Brel peinaient à
Cour compte 25 clients,
décrocher leur premier job.
affiche plus de 400 K¤ de
Face à ces discriminations
CA et emploie 5 chefs de
notoires, un de leurs profesprojets en CDI, tous
seurs, Francis
Un coup de anciens du BTS.
Benhaim, décide de
pouce utile Le deal étant de laisser
créer Nouvelle Cour,
mais
pas un la place à d’autres
une agence de
passe-droit. « juniors » au bout
communication au
de 18 mois environ. Joanna,
cœur DU quartier où ses
qui a passé quatre mois
poulains pourraient débuter
chez Nouvelle Cour avant
comme chefs de projet.
de décrocher un job, revenGrâce à une amie, l’initiative
dique le côté « entreprise
arrive aux oreilles de la présicitoyenne ». « Sans donner
dente de TF1 Publicité,
de leçon, on contribue à
Claude Cohen, qui, à son
ce que la discrimination en
tour, sensibilise
entreprise ne soit plus qu’un
le groupe de communication
souvenir. Seules comptent
TBWA\France dont des
la compétence et l’envie »,
consultants, volontaires,
explique David Breysse,
deviendront tuteurs des
le directeur trentenaire.
apprentis communicants.
L’initiative devrait même faire
TF1, la SNCF et BNP Paribas
des petits dans d’autres
seront les parrains et
secteurs comme le tourisme
octroieront les trois premières
et la comptabilité.
DM
missions à la nouvelle
Delphine Demazel,
25 ans,
auditrice chez PwC,
Neuilly-sur-Seine
(92).
« J’avais bien sûr
entendu parler des opérations
comme Planète Urgence,
mais le volet “responsabilité
sociale” n’a pas été décisif
dans mon choix d’intégrer
PricewaterhouseCoopers.
Toutefois, le fait de savoir que
mon entreprise s’investit dans
des opérations de solidarité
internationale est un plus.
Même si le mécénat de
compétences ne fait pas
partie de mes projets à court
terme, je me sens fière d’appartenir à une entreprise qui
promeut de telles initiatives. »
promouvoir la responsabilité sociétale des entreprises à travers dix principes. Droits de l’Homme,
normes du travail, environnement, lutte contre la
corruption… Egalement adepte du « mécénat de
compétences », PwC propose à ses collaborateurs
volontaires de participer, durant leurs vacances,
aux projets de solidarité internationale de l’ONG
Planète Urgence, PwC prenant en charge le coût
de la mission. Une trentaine de collaborateurs en a
déjà profité. Autre thème très en vogue chez les
recruteurs : la diversité. Pour parer à la pénurie de
candidats, SFR a mis en place en 2006 un « passeport ingénieur télécom ». Coachés par des tuteurs,
salariés de l’opérateur, et aidés par des bourses, de
bons élèves issus de quartiers sensibles peuvent
accéder aux écoles d’ingénieur.
Reste à savoir si toutes ces stratégies de séduction
estampillées « socialement responsables », seront
durablement fructueuses. Robert Reich, professeur
d'économie à l'Université de Berkeley (USA) et
ancien secrétaire d'Etat au Travail de Clinton en
doute. Dans son ouvrage Super-capitalisme (Ed.
Vuibert), il estime que la responsabilité sociale des
entreprises relève de la supercherie. Certes, à long
terme, leur civisme peut être payant. Mais le long
terme est-il une notion pertinente pour des PDG
accros aux « quarters »* ?
Delphine MONINOT
Lamine Ben Salem, 26 ans,
ingénieur chez GFI,
Paris (75).
« Mon cas est particulier car je
suis Tunisien. Ingénieur en
biologie, c’est mon premier
emploi en France. Malgré mon
expérience passée en Tunisie,
ici je suis considéré comme
un junior. Bien sûr que si
j’avais le choix, tout le volet
“responsabilité sociale”/ initiatives socialement
responsables rentrerait
en ligne de compte dans mon
choix d’employeur.
Mais comme j’ai moins
de possibilités à cause
de ma nationalité, le critère
social reste pour l’instant
un élément secondaire. »
* Projections trimestrielles
7
Marie Dia, 23 ans,
chef de projet chez
Nouvelle Cour,
La Courneuve (93).
« J’acquiers ma première
expérience dans une entreprise citoyenne qui donne
leur chance à des diplômés
de la Seine-Saint-Denis.
A nous de prouver la valeur
de notre diplôme et de
révéler nos vrais talents.
Je suis donc déjà sensible
à cette ouverture d’esprit.
Une entreprise qui donne
un congé humanitaire à ses
salariés aurait toute mon
attention. Plus on permet
au salarié de s’exprimer, plus
il est performant dans son
travail. C’est une motivation
supplémentaire. »
Alexandre Cuiné, 23 ans,
titulaire d’un master 2 en
webmarketing, en recherche d’emploi, Lyon (69).
« Je ne crois pas vraiment à
ces initiatives “socialement
responsables”. Le risque est
de se donner bonne
conscience avec des actions
ponctuelles. Les entreprises
qui communiquent beaucoup
là-dessus ont forcément une
idée derrière la tête, un intérêt supérieur à celui qui paraît
désintéressé à première vue.
Je m’interroge quand un
grand pétrolier parle du respect de l’environnement,
sponsorise des expéditions
scientifiques à portée écologique, mais ne veut pas
payer quand il est condamné
pour une immense
pollution. »
Ils vous ouvrent les portes
de L’INTERNATIONAL
Accélérateur de carrière,
l’expatriation est devenue
un passage quasi obligé
pour les jeunes diplômés.
Comment les entreprises séduisent les JD étape1
L
’international ! Les grands
groupes n’ont plus que ce
mot à la bouche pour attirer
les jeunes diplômés et leur faire
miroiter des évolutions de carrière
fulgurantes. L’Oréal, Total, Accor,
Faurecia, Michelin, LCL… tous envoient chaque
année des centaines de jeunes recrues aux quatre
coins du globe pour leur confier des missions techniques, souvent à fortes responsabilités. « Les jeunes
diplômés estiment qu’ils ont tout à gagner à débuter
à l’étranger. Cela leur permet d’acquérir en un temps
record de vraies compétences et de les revendre à
leur retour », explique Jacques-Olivier Meyer,
directeur général d’Intelfi, un cabinet en fiscalité RH
internationale. Mais l’expatriation n’est plus l’eldorado des années 1980. Si le défi d’une expérience à
l’étranger demeure, la manne financière que pouvait
en attendre un salarié s’estompe peu à peu. Les primes à l'expatriation et à l'adaptabilité ont fondu
comme neige au soleil et, quand elles existent
encore, elles se situent aujourd'hui aux alentours de
5 à 10 % de la rémunération. On est loin des 50 %
d’il y a trente ans !
Les contrats ont également évolué, pas toujours au
bénéfice du salarié. Soucieuses de réduire leurs
coûts, de plus en plus d’entreprises recourent à des
formules plus économiques comme le contrat local.
Le candidat est embauché directement par une
société locale. Il est soumis au droit du travail – et à
la grille de salaires – du pays d’accueil. Il ne bénéficie
plus de sécurité sociale, ni de retraite et peu d’avantages y sont associés.
Les primes se sont En cas de problème de
réduites. Place santé, l’aventure de l’exau contrat local. patriation peut vite
tourner au cauchemar.
Ce type de contrat est en augmentation et en 2007,
52 % des Français travaillant à l’étranger étaient sous
contrat local (+ 4 points par rapport à 2006*).
Pour limiter les risques et convaincre les candidats
indécis, les grands groupes n’hésitent pas à assortir le
contrat local de garanties complémentaires. « Le
contrat local “plus” commence à se développer. Il peut
comprendre la protection sociale du pays d’origine,
l’accès à la caisse des Français à l’étranger – qui permet de cotiser pour sa retraite, et quelquefois le bénéfice d’un logement », poursuit Jacques-Olivier
Meyer. Pour garder les meilleurs, quelques entreprises vont encore plus loin et versent des stock-options
à leurs collaborateurs en contrat local.
Si les contrats locaux sont devenus monnaie courante,
l’expatriation au sens classique n’a pas totalement disparu. Notamment dans les grandes entreprises
implantées
dans des zones
à risques. Celles-ci
mesurent la nécessité
d’accompagner au plus près
leurs « salariés ambassadeurs ». Les collaborateurs de
Total ou Schneider Electric bénéficient dans la
grande majorité d’un statut d’expatrié au sens strict
avec incitations financières, couverture sociale, billets
d’avion pour un ou deux allers-retours dans l’année,
logement gratuit… En 2007, sur les 2,3 millions de
Français travaillant à l’étranger, 28 % avaient ainsi le
statut d’expatrié ou de détaché.
Valérie FROGER
*enquête « Expatriés, votre vie nous intéresse », pour la
19e édition du salon Avenir international, avenir expat.
Justine Gassier,
27 ans,
chargée de
mission en VIE
pour Alcan
Packaging
Tubes, à
Schesslitz (Allemagne),
diplômée d’HEC en 2005.
« C’est mon stage de fin
d’études effectué chez
Michelin, en Suède en 2005
qui m’a donné envie de
travailler à l’étranger. J’ai
commencé mes recherches
et j’ai répondu à une petite
annonce sur le site d’Alcan.
L’entreprise recherchait
un jeune diplômé pour aller
en Pologne et faire l’interface
avec un de ses gros clients,
l’Oréal, sur toute la partie
packaging des tubes de
cosmétiques. Je suis partie
8
en 2006 dans le cadre
du volontariat international
en entreprise, en VIE. Je ne
parlais pas un mot de
polonais. J’ai pris des cours
sur place, financés par
l’entreprise, et en quelques
mois, je suis devenue
bilingue. En septembre 2007,
ma mission a été redéfinie et,
dans un souci de proximité
avec les sites de production,
j’ai été affectée en
Allemagne. Mon salaire est
faible (ndlr : 1597 euros net)
mais j’ai peu de charge sur
place. La contrepartie : j’ai de
vraies responsabilités. Mon
contrat se termine en août,
j’ignore ce que je vais faire
chez Alcan ou ailleurs, mais
cette expérience n’aura pu
être que positive. »
ON DIT QUE LES ENTREPRISES NE FONT PLUS
PROGRESSER LEURS COLLABORATEURS…
« Chez nous, c’est différent »
Nous sommes une entreprise qui vous ressemble et partage avec vous des valeurs
de confiance, de challenge, d’écoute, d’engagement, d’intégrité et d’évolution.
PROMOTEURS DES VENTES H/F
Leader sur notre marché, nous commercialisons des marques reconnues mondialement.
Nous recrutons des jeunes diplômés niveau bac+4/5, à fort tempérament commercial et dotés d’un
véritable leadership.
Votre mission : Conseiller notre réseau de distribution, tisser avec lui une relation de confiance afin de
développer notre part de marché. Piloter les actions de merchandising et de promotion des nouveaux
produits.
Nos engagements : Vous évoluez au sein d’une entreprise dont la moyenne d’âge est jeune (33 ans),
qui place au cœur de son projet le respect des clients, des salariés et des fournisseurs. Notre culture,
orientée « résultat », nous amène à tout mettre en œuvre afin de vous placer en situation de réussite.
Ainsi, non seulement vous disposez de moyens structurés (outils performants d’aide à la décision,
véhicule de fonction, secteurs de faible étendue géographique) mais vous évoluez aussi dans un environnement favorisant votre développement (management de proximité, cursus de formation complet…). Enfin la promotion interne, pilier de notre politique RH, donnera aux meilleurs une réponse à
leurs souhaits d’évolution (94 % de l’encadrement issus du terrain).
Pour nous rejoindre :
resourcing.franceventes@pmintl.com
Pour en savoir plus :
www.pmicareers.com
Les outils de la rémunération :
pensez GLOBAL
Comment les entreprises séduisent les JD étape1
Pour attirer les meilleures jeunes
recrues, les employeurs sont de plus en
plus généreux. Notamment sur
tous les à-côtés du salaire. Détails.
La part fixe. Tout dépend de votre diplôme et de la
cote de votre école. Selon le cabinet de conseil en ressources humaines Mercer, le « fixe » oscille entre
35 300 et 35 800 € pour un diplômé de grande école,
et de 32 300 à 32 500 € pour une école type ESC.
Comptez ensuite 30 à 33 K€ pour des écoles de type
3 (petites écoles de commerce en région) ; de 28 à
30 K€ pour un bac +4 et de 24 à 26 K€ pour un
bac +3. Un jeune diplômé issu d’un master universitaire pourra prétendre à 29 K€. Excepté pour
Dauphine et certains IAE (Instituts d’administration
d’entreprise), l’écart entre grandes écoles et universités
se creuse. « En 2007, les salaires proposés se situaient
plutôt dans la partie haute de la grille », analyse
Véronique Feucher, consultante au cabinet
HayGroup.
La part variable. Elle doit être basée sur des objectifs précis et rester entre 3 et 5 % de la part fixe pour
un premier poste.
Les primes et bonus. Peu souvent proposés aux
jeunes diplômés, même si certaines entreprises les
généralisent dès la première année. Comptez entre
1 mois et 1,5 mois par an.
Intéressement et participation. Ces rémunérations dépendent des résultats de l’entreprise. La participation, obligatoire dans les sociétés de plus de
50 salariés, est bloquée pour cinq ans dans un plan
d’épargne entreprise. L’intéressement, facultatif, peut
dépendre de l’ancienneté et du salaire. Déblocable
immédiatement ou versé sur un plan d’épargne entreprise. De plus en plus de sociétés proposent des
fonds dédiés à la préparation de la retraite, type
Perco. Selon la Cegos, 70 % des sociétés disposent
Odile de Damas-Nottin,
directrice rémunérations,
engagements sociaux
et expatriation chez Total.
Tous les salariés du groupe
peuvent bénéficier de stock-options et
d’actions gratuites. Pourquoi ?
Odile de Damas-Nottin : Dès le début des
années 1990, nous avons généralisé notre
politique de participation. D’abord en procédant à une augmentation de capital tous les
deux ans. Sur 95 000 salariés, 80 000 sont
actionnaires du groupe et pèsent 5 milliards
d’euros dans le capital. Puis nous avons ouvert
notre politique de stock-options à tous et,
d’un package incluant au moins la
part variable, l’intéressement ou
l’épargne salariale.
Actionnariat. Les grandes entreprises
lancent régulièrement des plans d’actionnariat salarié. Les stockoptions sont rarement proposées aux jeunes diplômés.
Les actions gratuites
concernent à peine 20 %
des grands groupes et sont
souvent réservées à l’élite.
Quelques exceptions existent tel France Télécom
(actions gratuites pour
tous) ou Total (voir encadré).
Compte épargne-temps.
Ce dispositif permet de
capitaliser des jours en vue
d’un projet personnel ou de
convertir ce temps sous forme
monétaire. Le CET peut être couplé à un plan
d’épargne entreprise (PEE).
Protection sociale. En plus des mutuelles santé,
certains employeurs souscrivent aussi des contrats
de prévoyance qui couvrent les risques d’incapacité
de travail, invalidité et décès.
Autres avantages. La liste est longue : voiture ou
logement de fonction, remboursement de frais…
Attention : les outils de travail comme le téléphone
ou l’ordinateur ne sont pas considérés comme des
avantages en nature.
Audrey CORET
« Un bon moyen de reconnaissance et de fidélisation »
depuis 2005, nous l’avons
étendue aux actions gratuites.
Comment sont-elles
attribuées ?
ODN : Rien à voir avec l’ancienneté ou le niveau hiérarchique. C’est le supérieur hiérarchique qui juge de la performance de ses collaborateurs
et désigne les bénéficiaires.
17 000 salariés dans le monde
ont bénéficié de stock-options
10
ou d’actions gratuites.
Entre 2005 et 2006, le taux
de renouvellement s’est élevé
à 45 %. Notre objectif est
de passer de 17 000 à
25 000 collaborateurs.
Les jeunes diplômés
en bénéficient-ils ?
ODN : Absolument, car c’est
un bon moyen de reconnaissance et de fidélisation. Les
jeunes diplômés bénéficient
d’actions gratuites car nous
privilégions leur attribution aux
postes moins hiérarchiques.
En moyenne, 290 actions
gratuites sont accordées par
personne, ce qui représente
environ 15 000 ¤ aux cours
actuels. Les JD en reçoivent
au minimum 80, parfois plus
s’ils sont considérés comme
hauts potentiels.
Propos recueillis
par Audrey CORET
Les secteurs et métiers
à la hausse
Informatique, audit-conseil, immobilier… Certains profils sont particulièrement
recherchés par les entreprises. Qui adaptent leur rémunération.
L’effet de tension lié, entre autres, aux départs d’affaires (30 à 40 € au bout d’un an + part
massifs en retraite des cadres, impacte tous les variable pouvant s’élever à 5 000 ) et
secteurs d’activité. « La demande de nos clients le chargé de clientèle professionnel (34 à 38 € et
porte tant sur des métiers de chefs de produit, jusqu’à 3 000 de variable). « La tension est égamarketing, finance, ingénieurs que sur des postes lement très forte dans les grandes SSII, sur des
en grande distribution ou dans le
métiers comme chef de projet et anasecteur du conseil », remarque L’audit-conseil en lyste, et dans les cabinets de conseil
Véronique Feucher, consultante au tête au niveau des pour des postes de certification des
cabinet HayGroup.
rémunérations. comptes, consultants ou analystes »,
A lui seul, le secteur bancaire préaffirme Eric Wuithier, directeur assovoit 80 000 embauches d’ici à 2010, les jeunes cié au cabinet de conseil en rémunération Towers
diplômés représentant 70 % des postes à pour- Perrin. Au total, l’emploi dans ce secteur devrait
voir. Pour Caroline Le Canu, manager chez augmenter de 20 % cette année. Un tiers des posRobert Half Banque & Assurance, spécialiste du tes serait réservé aux jeunes diplomés (source :
recrutement en banque commerciale, « les ban- lesjeudis.com). L’association Munci estime que
ques, soumises aux mêmes exigences, recher- leur rémunération a progressé de 5 à 10 % en un
chent des profils identiques. D’où des compéten- an (entre 33 et 35 € annuels).
ces qui ne cessent de se raréfier ». Le cabinet dis- Malgré la crise des « subprimes », l’immobilier
tingue trois métiers phare pour 2008 : le gestion- recherche également des profils très pointus,
naire de patrimoine (30 à 40 € ), le chargé de dans la promotion ou l’immobilier d’entreprise.
clientèle entreprises, qui évoluera ensuite vers la « Ce secteur manque cruellement d’expertise
direction d’agence ou responsable d’un centre dans la gestion financière des parcs ou des
immeubles », remarque Fabrice Coudray, directeur adjoint chez Robert Half International.
Côté rémunérations, l’audit-conseil fait la course
en tête, du fait du niveau de formation requis et
des objectifs demandés, selon Florent Bardet,
consultant en étude de rémunération chez
Mercer. Les profils commerciaux et ingénieurs
(double compétence technique et commerciale)
peuvent espérer des salaires en hausse de 10 %
par rapport aux grilles de rémunération moyennes, de même que certains métiers de la finance
comme l’audit interne.
Audrey CORET
Initiative régionale
L’attractivité
à la mode bressane.
A Bourg-en-Bresse, on flirte
avec le plein emploi. L’agglomération affiche un taux de
chômage d’à peine 3,7 %.
Mais les entreprises manquent de talents pour accompagner leur croissance. Avec
l’appui de la cellule Mobilité et
compétences, créée au sein
de Promobourg, l’agence
de développement de
l’agglomération, elles se sont
regroupées en association
pour travailler sur une gestion
prévisionnelle de l’emploi. Une
force de frappe de quelque
300 sociétés de tous
secteurs. « Nous avons mis
11
en place des
prévisions de
recrutement à
long terme,
basées sur une
politique salariale cohérente, explique
Emmanuel Coste, directeur
général de Promobourg. Cela
nous permet d’être en phase
avec les rémunérations du
marché et d’éviter le zapping
entre les entreprises. » L’offre
globale va beaucoup plus loin
que l’attractivité des salaires :
engagement pour trouver un
emploi au conjoint, logement
temporaire, création de crèches inter-entreprises, accompagnement du salarié.
AC
Passer par la case
création D’ENTREPRISE
La création d’entreprise a le vent
en poupe et séduit de nombreux jeunes
diplômés. Mais attention, les risques
sont réels.
Comment les entreprises séduisent les JD étape1
E
Pierre Gautrey
et Damien Tixier,
créateurs de Petits Fils
(aide à domicile pour les
personnes âgées).
« Avec Damien, mon
associé, nous nous sommes
rencontrés sur les bancs de
l’école, à l’Edhec. Nous
voulions l’un comme l’autre
créer notre entreprise mais
cherchions une idée rentable.
Nous ne sommes pas allés la
chercher bien loin : nous
avons tous les deux des
grands-mères qui vivent
seules et qui ont besoin
d’assistance régulière pour
leurs petits travaux domestiques. Le secteur des services
à la personne nous semblait
porteur et nous avons décidé
de lancer notre entreprise
d’aide à domicile pour
personnes âgées. Pour être
sûr de notre coup, nous avons
réalisé nos mémoires de fin
d’étude sur la création de notre
entreprise et avons bénéficié
du conseil de plusieurs de nos
professeurs. L’idée a rapidement été validée et en mars
2007, nous avons lancé
n 2007, 321 000 entreprises ont été
créées, soit 13 % de plus qu’en 2006. Ce
nouveau record montre, une fois encore,
que l’entrepreneuriat attire de plus en plus de
Français désireux de se mettre à leur compte.
Les jeunes diplômés n’échappent pas à ce mouvement de fond : d’après une étude réalisée par le
fonds d’amorçage Petit Poucet, ils sont 21 000 à se
lancer chaque année. Mais tous ne réussissent pas
car la création d’entreprise présente des risques,
souvent méconnus. Voici les conseils de jeunes
créateurs pour éviter le pire.
1/ Penser que cela va être facile.
Horaires de fous, absence de revenus… Créer son
entreprise n’est pas de tout repos. Mieux vaut le
savoir dès le départ. « Je voulais être autonome et je
rêvais de créer mon entreprise. Mais je n’avais pas
bien mesuré ce que cela sous-entendait
en termes d’implications et de sacrifices », remarque
Lucile Bernadac, créatrice de Papili (doudous issus du commerce équitable) et diplômée de l’ESC Tours.
2/ Négliger l’étude de marché.
Une étude de marché est indispensable mais
son aspect fastidieux en décourage plus
d’un ! C’est une grossière erreur car cette
étape permet de vérifier la validité du
projet et de positionner son offre.
3/ Attendre trop
longtemps avant
de se lancer.
Préparer son projet,
c’est bien, mais il y a un
moment où il faut
accepter la part de
risque et commencer à
vendre. « Après l’étude de
marché, il faut se lancer rapidement. C’est le seul moyen efficace de gagner de l’argent », prévient Benoît-Charles Lavauzelle,
diplômé de Polytechnique et créateur d’Allomatch.com, un site qui
recense les bars retransmettant les
évènements sportifs.
4/ Choisir un mauvais
associé.
Bien connaître la ou les personnes
avec qui l’on s’associe est primordial. C’est la condition …
12
Petits Fils avec 25 K¤. Notre
jeune âge (ndlr : 24 et 25 ans)
nous a parfois joué des tours
auprès des acteurs du secteur, peu habitués à travailler
avec de jeunes diplômés, mais
notre projet a été bien accueilli.
Nous avons remporté
plusieurs concours à la
création et profité de
nombreuses aides (exonération de charges Accre, prêt
Eden, PCE, subvention...).
Aujourd’hui, nous avons une
cinquantaine de clients et
prévoyons un développement
en réseau, en propre ou peutêtre en franchise ».
Sébastien Chevrier,
Vindiamo (négoce de vins).
« J’ai créé mon entreprise en
janvier 2007, pendant ma
dernière année d’école de
commerce à Bordeaux.
J’ai découvert le monde du vin
un peu par hasard. En
première année, l’école
demande aux étudiants de
réaliser une étude de marché
pour une entreprise. J’ai réalisé ce travail pour le compte
d’un négociant bordelais et je
me suis pris de passion pour
ce secteur. Je me suis dit qu’il
y avait quelque chose de nouveau à proposer et j’ai décidé
de lancer une marque de vins
composée de plusieurs
Bordeaux. Le pari est audacieux dans un univers bercé
par la tradition. Pour parfaire
mes connaissances, j’ai interrompu mes études pendant
un an et j’ai fait deux stages
de six mois chacun, l’un en
cave, l’autre en négoce. A
mon retour, mes professeurs
de marketing et de finances
m’ont aidé à peaufiner mon
business plan et poussé à
participer à des concours à la
création d’entreprise. J’ai été
remarqué par le fonds d’amorçage Petit Poucet qui a investi
40 K¤ dans mon projet. Tout
cela a joué en ma faveur et je
n’ai eu aucun mal à obtenir un
prêt de 30 K¤ ».
www.fiducial.fr
RECRUTE
Chaque jour, les 5 860 collaborateurs de FIDUCIAL s’engagent au
service de leurs 187 000 clients. Ils les accompagnent dans la
gestion de leur entreprise grâce à leurs expertises complémentaires,
dans les domaines juridique, comptable, social, fiscal, patrimonial,
informatique et bureautique. FIDUCIAL, véritable acteur de
proximité au service des entreprises de moins de 20 salariés, a
réalisé un chiffre d’affaires de 543M€ en 2007, et compte
530 bureaux en France - soit un tous les 30 km. Que vous soyez
auditeur ou expert comptable, avocat ou conseil en gestion de
patrimoine, informaticien ou commercial, gestionnaire de paie ou
formateur, comme nous, vous vous impliquerez auprès de ceux qui
font la vie économique en région pour les aider à se développer, se
défendre, progresser. Et en donnant de la valeur à ces entreprises
vous donnez du sens à votre expertise. Rencontrons-nous.
L’offre globale de services aux entreprises
Passer par la case
création D’ENTREPRISE
… sine qua non d’une association réussie et d’une 8/ Etre l’otage d’un seul client.
Comment les entreprises séduisent les JD étape1
équipe qui fonctionne. « Avec mon associé, un étudiant de mon école, nous nous sommes séparés pour
cause de mésentente. J’ai dû lui racheter ses parts et
cela m’a coûté environ 100 K€ », raconte Nicolas
Bourgerie, fondateur de Méthodia (cours à domicile)
et diplômé de l’EM Lyon.
5/ Se tromper de forme juridique.
On l’oublie souvent mais en cas de pépins,
le créateur peut être poursuivi et saisi sur ses
biens personnels. Le mieux est de se
faire conseiller sur la forme juridique la mieux adaptée au projet,
à sa taille et à ses ambitions.
6/ Vouloir tout faire
tout seul.
Quand on sort d’une
école prestigieuse, on
croit que l’on sait tout faire et
qu’on pourra mener de front la
vente, la prospection client, etc.
C’est faux ! « Je pensais que je
réussirais à tout faire seule mais j’ai
rapidement vu l’intérêt de déléguer
ma comptabilité et ma communication
à des étudiants », raconte Laurence
Constant, créatrice du Poussette Café
(café pour les parents de jeunes enfants)
et diplômée de l’ESC Rennes.
Au départ, il peut être judicieux d’avoir un client
référence pour montrer de quoi est capable l’entreprise. Mais, il faut rapidement en trouver d’autres, au
risque de ne plus du tout réaliser de chiffre d’affaires.
9/ Oublier les charges sociales.
Elles arrivent dans les trois mois suivant la création
et peuvent mettre en péril l’entreprise si cette dernière ne les a pas intégrées à son plan de financement.
10/ Rester isolé du monde extérieur.
La solitude ! Tous les créateurs en souffrent à un
moment ou un autre. « Il faut s’entourer et ne pas hésiter à échanger avec d’autres entrepreneurs », conseille
Virginie Piubello, créatrice de Piubell’Events (communication événementielle) et diplômée de l’Edhec.
Les réseaux nationaux d’aide
à la création d’entreprise
France Initiative :
www.france-initiative.fr
Tél. : 01 40 64 10 20
Les boutiques de gestion :
www.boutiques-degestion.com
Tél. : 01 43 20 54 87
Réseau Entreprendre :
www.reseau-entreprendre.org
7/ Sous-estimer ses besoins
financiers.
La principale erreur est de croire que l’entreprise va vivre avec les fonds de départ. Au
fur et à mesure qu’elle grandit, il faut rechercher des fonds. « Nous avons renfloué les
comptes de l’entreprise petit à petit, grâce
notamment à des prêts d’honneur et des aides à
la création », déclare Armelle Weisman,
27 ans, créatrice de Trois Temps (conseil en
mécénat) et diplômée de Sciences Po.
CCI – Entreprendre
en France :
www.entreprendre-en-france.fr
Oséo :
www.oseo.fr (pour
les projets innovants)
Les salons
Salon des entrepreneurs :
janvier (Paris), juin (Lyon)
et novembre (Nantes)
Salon des
micro-entreprises :
du 14 au 16 octobre 2008,
Palais des congrès de Paris,
porte Maillot.
Site d’information
www.apce.com :
conseils, fiches pratiques,
actualités, guide sur la
création, newsletter...
Les livres
Créer ou reprendre
une entreprise
Apce, 640 p.
Quel statut pour
mon entreprise
Editions d’organisation, 164 p.
Se lancer en franchise ?
Jean-Michel Illien,
dirigeant du
cabinet conseil
Franchise
Management.
« La franchise
permet de créer une
entreprise à moindre risque.
C’est une formule sécurisante car le concept a déjà
été prouvé et l’entrepreneur
bénéficie de l’appui et
des conseils du franchiseur.
Un jeune diplômé peut parfaitement se lancer dans
cette voie s’il choisit une
enseigne qui n’exige pas
des droits d’entrée trop
élevés. C’est le cas des
réseaux de services à la
personne et d’enseignes
comme Illico Travaux ou
14
Adhap Services. Les investissements de départ dépassent rarement les 30 K¤ et
avec un concours bancaire,
un petit coup de pouce de
la famille ou des amis, c’est
tout à fait jouable pour un
jeune diplômé. Il y a également des places à prendre
au siège des réseaux pour
des postes de développeurs,
d’animateurs, de formateurs
ou d’assistants réseau. Les
franchiseurs cherchent des
profils école de commerce
ou des BTS Action commerciale pour toutes ces
fonctions. Les salaires
d’embauche avoisinent les
30 K¤, avec des variables
importants liés au nombre
de contrats signés »
© AKKA Technologies - Airbus SAS 2005 - GettyImages - Corbis *Votre futur est notre quotidien.
1500
opportunités
de carrière
en France et à
l’international !
Ingénieurs et Commerciaux h/f
jeunes diplômés et profils expérimentés
Your Future
is our Business.*
Chaque jour nous accompagnons nos clients de tous secteurs dans leur processus d'innovation en étant toujours plus
compétitifs et dynamiques. Spécialiste reconnu de l'Ingénierie et du Conseil en Technologies, solidement implanté
en Europe Occidentale, AKKA Technologies intègre des expertises complémentaires : Ingénierie Informatique et Systèmes,
Ingénierie Produit, Ingénierie Process et Ingénierie Documentaire. Une grande diversité qui offre à nos collaborateurs la
possibilité de travailler sur des projets innovants et d'enrichir leurs compétences.
Notre première richesse : le talent de nos collaborateurs !
Vous aussi, mettez votre énergie au coeur de nos projets sur
www.akka.eu
. Spatial/Défense . Aéronautique . Equipementiers . Automobile . Ferroviaire . Energie .
Chimie/Pharmacie . Sidérurgie . Télécommunications . Naval . Tertiaire .
La LOI HANDICAP
encore trop peu respectée
Même si on est encore loin d’atteindre les quotas légaux, les initiatives pour
recruter et accueillir des travailleurs handicapés se multiplient dans les entreprises.
Comment les entreprises séduisent les JD étape1
U
n taux de 6 % de salariés handicapés.
Voilà en principe ce que la loi sur le
handicap de février 2005 impose aux
entreprises de plus de 20 salariés. Sur le terrain,
la réalité est tout autre. En 2007, le taux d’emploi
des travailleurs handicapés (TH) était de 4,1 %
dans le secteur privé et de 3,7 % dans le public.
Selon l’Agefiph (Association de gestion du fonds
pour l’insertion des personnes handicapées), sur
100 000 entreprises assujetties à l’obligation d’emplois de travailleurs handicapés, la moitié seulement est en conformité avec la loi. Pire, 23 % n’en
emploient aucun.
Un faible niveau de qualification
Ce décalage s’explique par le nouveau mode de calcul
imposé par la loi de 2005, plus représentatif, mais
aussi par le manque de formation des travailleurs
handicapés. « Les entreprises éprouvent des difficultés à recruter des personnes handicapées. Plus
de 80 % ont un niveau inférieur au BEP. Les
fonds collectés en 2007, soit 740 millions d’euros,
vont notamment servir à financer des actions de
formation », déclare Valérie Létard, secrétaire
d’Etat à la Solidarité qui proposera de nouvelles
Hasnae Abdallah
32 ans, chargée
d’études RH et relations
sociales chez Areva.
« Même si je ne souffre pas
d’un gros handicap physique
(ndlr : Hasnae boîte depuis
son plus jeune âge), j’ai été
déclarée travailleur handicapé
par la Cotorep en 2002.
Cette décision a été un peu
difficile à accepter mais je
reconnais que professionnellement, tout s’est décanté
à partir de ce moment-là.
Je suis en effet entrée en
contact avec les membres
de Tremplin, une association
qui met en relation des entreprises et des jeunes étudiants
handicapés. Grâce à eux, j’ai
pu suivre des formations en
alternance chez Bull, chez
Veolia Water et enfin chez
Dassault Systèmes. C’est
comme cela que j’ai obtenu
mon BTS d’assistante de
direction, ma licence et mon
Master en gestion des
ressources humaines. En
2006, je me suis inscrite chez
TH conseil, un
cabinet de
recrutement
spécialisé pour
les personnes
handicapées et
j’ai participé à
une journée job dating
organisée par l’Adapt. Areva
était présent à cette séance
de RDV et ouvrait un poste
aux ressources humaines.
J’ai postulé et ma candidature
a été retenue, j’ai été embauchée en juillet 2006. Je trouve
que les entreprises sont
de plus en actives en matière
de recrutement de salariés
handicapés. Lorsque la
mission handicap du groupe
m’a demandé de témoigner
dans le livre qu’elle préparait
sur le sujet, j’ai naturellement
accepté de raconter mon
histoire. Je souhaite montrer
qu’un jeune diplômé avec
un handicap peut intégrer
une grande entreprise et
réussir aussi bien que
n’importe quel autre. »
16
mesures en faveur de l’emploi à l’occasion de la conférence nationale sur le handicap en mai 2008.
Consciente du retard, l’Agefiph s’est déjà lancée dans
cette bataille de la formation. L’association a engagé
100 millions d’euros pour développer son programme
Handicompétences. En 2007, plus de 10 000 personnes ont ainsi pu suivre des formations qualifiantes.
Des entreprises de plus en plus actives
Du côté des entreprises, les choses évoluent également. Accords avec les syndicats, nomination de responsables handicap, participation à des événements
nationaux... plusieurs grands groupes ont décidé de
montrer l’exemple. Parmi eux, le Crédit agricole. En
2006, la banque a créé l’association Handicap et
emploi au Crédit agricole (HECA) pour
promouvoir l’emploi des travailleurs
handicapés. L’objectif est d’embaucher 800 nouveaux collaborateurs d’ici à 2010, en privilégiant
les CDI et les formations en
alternance. Mêmes ambitions à
La Poste qui a signé son quatrième accord le 18 février 2008.
« Nous allons recruter au moins …
… 600 personnes d’ici à 2010, principalement sur
des postes à temps complet, explique Anne
Deschanel, chef du projet handicap. Chaque personne sera suivie par un conseiller mobilité pour évoluer dans l’entreprise, un guide des bonnes pratiques
sera édité, des aides seront octroyées… Notre objectif est non seulement d’intégrer les nouveaux arrivants mais aussi de les garder ».
A la SNCF qui recrute 125 travailleurs handicapés
chaque année à des postes d’agents de maintenance,
de guichetiers ou d’opérateurs de circulation, l’accent
est particulièrement mis sur le parcours professionnel
et l’articulation vie professionnelle/vie personnelle.
« Un système de chèque emploi service universel
(Cesu) va, par exemple, être lancé
pour permettre aux personnes handi- La SNCF met
capées de financer quelques heures de
l’accent sur
ménage », explique Laurent Thévenet,
le parcours
responsable de la mission handicap et
emploi. Chez Colas ou Conforama, les professionnel.
actions portent davantage sur la formation des managers. Depuis quelques mois, le géant du BTP diffuse
à l’ensemble de ses collaborateurs un film avec des
témoignages de travailleurs handicapés volontaires.
Chez Conforama qui a recruté 83 personnes handicapées en 2007, principalement en magasin, plusieurs
outils de formation sont diffusés : un guide « travailler avec un handicap » et un CD de formation avec
des modules sur le recrutement, l’intégration ou
l’aménagement du poste de travail. « Depuis quelques mois, nous travaillons également avec les écoles
et les universités afin d’accueillir davantage de jeunes
diplômés handicapés sur 2008 et 2009 », précise
Audrey Mroz, responsable de la mission handicap.
Les grandes écoles
se bougent
Programmes adaptés, partenariat avec les
entreprises… l’enseignement supérieur se mobilise
pour préparer les étudiants handicapés à la vie active.
En 2007, sur 1,6 million d’étudiants, 12 000 jeunes handicapés étaient inscrits à l’université ou
dans des grandes écoles. Soit deux fois plus qu’en
2002 ! Depuis la loi sur le handicap de février
2005, l’enseignement supérieur multiplie les initiatives pour permettre à davantage d’étudiants
handicapés d’accéder à une formation supérieure.
En septembre 2007, dans le cadre de la charte
université-handicap, Valérie Pecresse, ministre
de l’Enseignement supérieur, a ainsi fixé un
objectif de 1 000 étudiants handicapés supplémentaires par an dans les facs.
Du côté des grandes écoles, la situation s’est elle
aussi améliorée. Sous l’impulsion de la
Conférence des grandes écoles, environ 70 établissements (écoles centrales, ESC, EM
Grenoble, IFM…) se sont dotés d’un référent
handicap. L’idée ? Améliorer l’accueil, assurer un
suivi de la scolarité, faciliter l’accès aux stages,
aménager les emplois du temps… Nombre de ces
mêmes écoles participent également au programme Handimanagement. Dans chaque établissement, une dizaine d’étudiants volontaires se
mobilisent pour sensibiliser leurs camarades et
leurs professeurs à la question de l’insertion proFG
fessionnelle des handicapés.
Fanny GAUTHEROT
Les bonnes adresses pour travailler
avec un handicap
De nombreuses structures
et associations aident
les personnes handicapées
à trouver du travail.
Petit tour d’horizon des
solutions existantes.
Pour trouver du travail.
Les Cap Emploi (118 agences) proposent un accompagnement personnalisé
pour aider les personnes
handicapées à bâtir leur
projet et à trouver du travail
www.capemloi.net
A Paris, il existe une ANPE
spécialisée dans l’emploi
des travailleurs handicapés :
Handipass 01 43 38 27 34.
C’est la seule du genre
en France.
Pour se former.
Depuis 2006, l’Agefiph propose le programme
Handicompétences (bilan
de compétences, formation
en alternance, stages...)
ouvert à tous. En 2007,
10 000 personnes en ont
bénéficié. www.agefiph.fr
Pour trouver un stage.
L’Association pour faciliter
l’insertion professionnelle
des jeunes diplômés (AFIJ)
organise chaque année des
17
journées emploi/stages handicap. www.jd-handicap.info.
L’association Tremplin met
également en relation les JD
handicapés et les entreprises. 01 46 96 61 50
Pour faire de l’intérim.
Adecco, Vedior, Manpower,
Kelly services, Creyf’s...
Toutes ces sociétés
possèdent des missions
handicap et délèguent
chaque année des milliers
d’intérimaires handicapés.
Adecco a même lancé
une plate-forme dédiée :
www.trilogie.org
Pour se faire recruter.
L’Adapt (Association pour
l’insertion sociale et professionnelle des personnes
handicapées) organise chaque année une trentaine de
job dating (entretien d’une
durée de 12 minutes avec
des DRH) partout en France.
www.adapt.net
Les cabinets TH Conseil
et Alizé TH, spécialisés dans
le recrutement et l’aménagement, aident les personnes
handicapées à trouver
un emploi ou à évoluer.
www.thconseil.fr
www.alize-th.fr
Culture d’entreprise :
INFO ou INTOX ?
Alors que la fidélisation des salariés est
un enjeu crucial, valoriser sa « culture
d’entreprise » devient essentiel.
A condition de ne pas la galvauder.
Dis-moi où tu es classée,
je te dirai quelle entreprise tu es
Comment les entreprises séduisent les JD étape1
P
as une plaquette de communication, pas un
discours de patron, pas un site sans sa
référence à la « culture d’entreprise ». Si la
notion est apparemment simple, chacun y appose
une définition différente. Ce qui n’est pas sans
conséquence. Pour Maurice Thévenet, professeur
de management au Cnam et à l’Essec, la culture
d’entreprise est un « ensemble de références partagées, construites dans l’entreprise au fil de l’histoire.
Ces références déterminant des façons de voir et
d’agir. » Si toutes les sociétés ne l’ont pas définie, il
n’existe pas d’entreprise qui n’ait de culture propre.
Elle est plus ou moins consciente et assumée, mais bel
et bien là. Les employeurs qui communiquent sur ce
thème le font pour se distinguer. Il s’agit de valoriser
des pratiques érigées en culture, pour attirer puis fidéliser les collaborateurs. « Parler de culture revient à
pallier un déficit de connaissances sur
Il n’y a pas
l’entreprise, car finalement, l’entreprise
est un monde peu connu, explique d’entreprise sans
culture propre.
Maurice Thévenet.
L’effet médiatique est important dans la vision
qu’ont les étudiants des entreprises. Certains secteurs sont à la mode, car plus ou moins dans la
lumière. » Ainsi, Apple revendique une ligne antiestablishment, mais élitiste. Chez Danone, le leitmotiv est de contribuer à une meilleure santé par l’alimentation.
Quand on définit des valeurs, on utilise vite les
grands mots. Ethique, convivialité, confiance...
reviennent souvent. Au risque de sonner creux
si la réalité n’est pas en adéquation. « Chez
nous, on gère des hommes, pas des contrats. La culture maison, c’est l’écoute. Je tiens à rester disponible. Ma porte est toujours ouverte, au sens propre
comme au figuré. » Gérald Favre-Bonte, PDG de
Seriacom, une SSII de 200 personnes, tient à faire
passer ce message à ses collaborateurs.
Mais la culture est avant tout ce que les gens en
font. Au-delà des mots, comment un jeune fraîchement diplômé, peu rompu aux us et coutumes
du monde du travail, peut-il décrypter concrètement cette « culture ». Pour Maurice Thévenet,
« un moyen rapide et simple est d’observer les
systèmes d’évaluation des activités et des personnes ». Jeter un œil à la gestion des carrières est instructif. Savoir où en sont les personnes après quinze
ans en apprend beaucoup sur la promotion interne.
S’ils n’ont pas changé de poste, et que le discours
ambiant prône l’évolution, alors il faut chercher à
comprendre ce que l’employeur entend réellement
par gestion de carrière. Mais le moment où l’on est
le plus conscient de la culture de son entreprise,
c’est quand on la quitte.
Delphine MONINOT
18
D’une année sur
l’autre, on retrouve
toujours un peu
les mêmes entreprises
au palmarès des
classements. L’Oréal, Total et
Danone sont les entreprises
préférées
des futurs cadres, selon
le classement La TribunePlaceOjeunes de janvier
2008. LVMH, L’Oréal,
Air France chez les commerciaux, selon le palmarès
Universum publié en juillet
2007. TNS Sofres interroge
aussi les étudiants des
grandes écoles de
commerce et d’ingénieurs
pour connaître leurs attentes
à l’égard de l’entreprise
et l’attractivité de leurs futurs
employeurs. Autre hit-parade
en vogue : les entreprises où
il fait bon vivre (Great place
to work). Voilà pour les
classements les plus cotés.
Parvenir au sommet
récompense un effort, aussi
bien en termes de communication, de recrutement, que
de travail auprès des grandes
écoles et universités. Les
classements permettent non
seulement aux entreprises
de comparer leur capacité
respective à séduire les
jeunes diplômés, mais
ils livrent aussi des enseignements sur les cotes des
secteurs économiques
auprès de leurs futurs cadres.
Le groupe qui crée des liens
Créé suite au rapprochement des réseaux de Crédit Mutuel de Bretagne,
du Sud-Ouest et du Massif Central, le Groupe Arkéa compte aujourd'hui plus de
7200 salariés sur l'ensemble du territoire national. Il développe une large gamme
d'activités dans les domaines de la banque de détail, de la banque privée, de la
finance de marché et de l'assurance.
arkea.
com
Des opportunités de carrière riches et variées peuvent vous être proposées au sein
du groupe dans les métiers du conseil à la clientèle, de la finance, de l'audit, du
contrôle de gestion, de la gestion des risques ou de l'organisation. Vous bénéficiez
d'un parcours d'intégration au sein d'un groupe innovant offrant de larges
perspectives d'évolution.
Vous partagez nos valeurs de développement et souhaitez intégrer une entreprise
dynamique, éthique et innovante ?
Découvrez nos offres et postulez directement sur notre site www.arkea.com en
indiquant la référence JD/FIG.
Sud-Ouest
arkea.com
Des postes pour
une carrière en BÉTON
Le BTP recrute à la pelle. Pour les bac+2, le métier de chef de chantier
est la principale porte d’entrée. Mais face à la pénurie de cadres, tous les
profils sont les bienvenus. Et les carrières prometteuses.
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
A
vec quelque 100 000 recrutements en dus pour tous les métiers liées à la conduite de tra2007, le BTP reste en tête du palmarès des vaux, les achats, le contrôle de gestion, la qualité
secteurs qui embauchent le plus. La et la sécurité.
construction de 500 000 logements en 2008 et le Au-delà des fortes prévisions de recrutement du
développement de l’accession à la propriété prôné secteur, le BTP offre de nombreuses évolutions
par le gouvernement devraient encore faire tour- de carrière. Un bac +2, entré comme technicien
ner les bétonneuses et doper le secteur. Résultat de d’étude ou de maintenance, peut rapidement
cet afflux de commandes, tous les acteurs de la évoluer vers un poste de conducteur de travaux
puis, au bout de dix à quinze ans, devenir chef de
construction recrutent en masse.
Les jeunes diplômés sont particulièrement recher- secteur ou chef de groupe, voire directeur des trachés. Vinci, le géant du secteur, prévoit d’embau- vaux. Pour les bac +5, les possibilités d’évolution
cher 2 500 débutants (bac+2, écoles d’ingénieur, sont également fortes. « Au bout de deux ou
écoles de commerce) pour des postes de chefs de trois ans, un ingénieur peut devenir responsable
chantier, d’ingénieurs et techniciens
de plusieurs chantiers ou en piloter
d’étude, de conducteurs de travaux et Le BTP offre de des plus complexes », explique
les fonctions supports (contrôle de
nombreuses et Michel Cieutat, directeur emploi,
école et mobilité de Colas.
gestion, qualité, sécurité). Bouygues
rapides évolutions. Mais
attention, le métier est rude.
Construction recherche 1 000 jeunes
diplômés, notamment pour des postes de cadres et Les investisseurs demandent une rentabilité plus
d’ingénieurs. « Les candidats issus des grandes rapide et la pression se répercute sur les équipes.
écoles sont les bienvenus mais nous recrutons de La vie sur les chantiers n’est pas toujours facile et
plus en plus de diplômés issus de formations uni- les aléas météorologiques peuvent rendre les proversitaires en génie civil, en électricité... C’est un jets difficiles. Pour encourager les vocations, les
axe de développement fort chez nous », déclare recruteurs n’hésitent pas à généraliser les rémunéVincent Nicot, directeur en charge du recrutement rations sur 13 ou 14 mois, assortis de quelques
et des relations grandes écoles de l’entreprise. avantages (véhicule de fonction, téléphone portaColas, la filiale route du groupe Bouygues, table ble, plans d’épargne et d’actionnariat, primes en
sur 350 recrutements de jeunes, dont 80 % d’ingé- tout genre...). Chez Spie-Batignolles, un jeune
nieurs issus des grandes écoles et de formations diplômé recruté à un poste d’ingénieur peut espéuniversitaires.
Plus
modestement,
Spie- rer toucher entre 31 et 36 K€ par an. Chez Colas,
Batignolles envisage pour sa part de recruter la fourchette passe à 33/41 K€ et chez Vinci, la
110 jeunes diplômés : les profils écoles d’ingé- rémunération varie de 35 à 45 K€ selon la formaValérie FROGER
nieurs et « universitaires, DUT, BTS » sont atten- tion initiale.
Des femmes sur les chantiers
Le BTP, un
métier d’hommes ? Voilà
bien une idée
reçue qui a pris
du plomb dans
l’aile ces dernières années.
En 2007, les femmes représentaient 10 % des effectifs
globaux et 15 000 étaient présentes sur le terrain. Ces chif-
20
fres en constante augmentation ne sont pas près de baisser car la population féminine
est attendue à bras ouverts
par les entreprises qui n’hésitent plus à aller les chercher à
la sortie de leurs études. « Les
femmes ont tout à fait leur
place dans le secteur, aussi
bien dans les bureaux que sur
les chantiers. Elles ont des
qualités que les acteurs du
marché recherchent. Elles
sont respectueuses des
délais, accros à la sécurité et
très rigoureuses », explique
Jean-Luc Sethi, chef de file à
la FFB sur les questions de
recrutement des femmes.
L’entreprise Cari, qui compte
actuellement une centaine de
femmes sur les chantiers,
24 heures dans la vie d’un
conducteur de travaux
Yann Bonjout, diplômé de l’ESITC de Cachan, est entré chez Colas
en 2005 comme chef de chantier. Depuis mai 2007, il est conducteur de
travaux. Aujourd’hui, il travaille sur le chantier d’un magasin Castorama.
7h : Yann commence sa journée à l’agence. « Le en bouteille. « Pour des questions de sécurité, je bois
personnel embauche vers 7 h 20 et commence à
travailler sur les chantiers à 8 h. Je passe toujours
au bureau avant d’aller sur le terrain ».
Aujourd’hui, la journée commence mal. Il doit
échanger un lot de caniveaux qui ne correspond
pas à une commande passée la semaine dernière.
A la clé, une facture de 7 000 €.
8h30 : Tour des travaux avec le chef de chantier.
« J’établis les priorités du jour et recadre si besoin
le planning de la journée ». Yann est le chef ici. Il
planifie, organise et contrôle tous les travaux de
voierie et d’aménagements des réseaux divers. A
25 ans, il encadre une équipe de 20 personnes, des
compagnons souvent plus âgés que lui. Il privilégie le dialogue mais doit souvent s’imposer.
« D’accord ou pas d’accord, c’est moi qui tranche.
J’essaie d’être irréprochable sur la partie technique pour faire passer mes directives et me faire
respecter ».
10h : Yann s’installe dans un Algeco du chantier
avec son ordinateur portable. Il s’apprête à commander les fournitures nécessaires aux prochains
travaux. Son téléphone sonne une première fois,
c’est le chef de chantier qui l’appelle en renfort
pour vérifier un profilage en sablon. Trois minutes
plus tard, deuxième appel. Au bout du fil, un soustraitant qui veut un rendez-vous dans la semaine.
« Je dois sans cesse gérer l’urgence. Pour m’organiser, je note tout dans deux petits carnets
que j’ai toujours avec moi. Un est réservé au
chantier, l’autre à l’administratif. Je m’en
sors comme ça ».
rarement d’alcool ». Le repas se passe dans la bonne
humeur. « Nous sommes dans les temps mais il va falloir mettre les bouchées doubles si on veut tenir la
date de livraison ». Peut-être même travailler le
samedi !
14h : Réunion de coordination avec les autres
sous-traitants du chantier. Une vingtaine de personnes est installée autour de la table. « Nous
essayons de faire correspondre nos plannings pour
que chacun puisse avancer de son côté. S’il y en a
un qui prend du retard, c’est tous les autres intervenants qui en pâtissent. »
15h : Fin de la réunion, Yann prend à part le soustraitant chargé du bâtiment. Il y a un problème.
Plusieurs de ses engins sont garés sur une zone de
travail réservé aux ouvriers de Colas. Ils ne peuvent
pas travailler. Le ton monte mais finalement, les
camions sont rapidement évacués. « En cas de gros
soucis, j’en réfère à mon chef de secteur. C’est lui
alors qui intervient. »
15h30 : Dernier tour de chantier avant le départ
des ouvriers à 16 heures et l’arrêt des machines. « Je
refais un point avec le chef de chantier ». Demain, il
faut attaquer les enrobés à la première heure.
17h : Retour à l’agence pour toute la partie administrative. « Je lance les consultations, je sélectionne
les nouveaux sous-traitants, je vérifie les budgets... ».
Mail, coups de téléphone à droite à gauche à droite,
prise de RDV... « Cela fait aussi partie du job ».
20h : Trois heures plus tard, Yann quitte le bureau
12h : Déjeuner en ville avec l’architecte de et rentre chez lui. Dans sa voiture, il cogite. « Ça
Castorama et le responsable du projet immobilier
Arches de Métropole. Au menu : grillades et eau
espère en recruter autant en
2008 à des postes de
conductrice de travaux, de
grutière ou au sein de ses
bureaux d’études. Chez
Colas, 10 à 15 % des jeunes
diplômés recrutés par l’entreprise sont des jeunes femmes. Nul doute, la féminisation
m’arrive de rêver du chantier la nuit. Mon métier
prend pas mal de place dans ma vie ».
En savoir plus
du secteur est en marche :
10 000 femmes étaient en
cours de formation en 2007
et à l’Ecole supérieure des
jeunes dirigeants du bâtiment
(ESJDB), 20 % de la promo
est féminine. Avec une telle
relève, l’objectif fixé par la FFB
– 30 000 femmes sur les
chantiers d’ici à 2009 – devrait
être atteint.
Valérie Froger
Infos
Fédération française
du bâtiment
www.ffbatiment.fr
Fédération française
des travaux publics.
www.fntp.fr
21
Salon
Batimat : du 7 au 10 novembre
2008, Parc des expositions,
porte de Versailles.
www.batimat.com
IMMOBILIER
Bien connaître le terrain
La crise des subprimes n’a pas paralysé
le secteur qui recherche des profils tant
dans la promotion que dans le conseil en
immobilier d’entreprise.
«
Ségolène
Bianchi, 25 ans,
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
négociatrice
chez JonesLang-LaSalle.
« En poste depuis
près d’un an, j’accompagne
les directeurs immobiliers ou
dirigeants d’entreprise ou d’association dans leur choix
immobilier en tenant compte
de leurs impératifs humains,
stratégiques et économiques.
Au départ, je les conseille
dans l’opportunité de déménager, louer, acheter, ou simplement s’agrandir, puis je
suis l’avancement du
projet jusqu’à l’installation dans les
nouveaux
locaux.
Ma formation initiale
ne me destinait pas à
ce secteur d’activité : une
licence Info-Com complétée
par un cursus stratégie et
management de la communication à l’ESC de Lille. Mais
grâce à des amis travaillant ici,
je me suis intéressée à l’immobilier d’entreprise. J’ai
En savoir plus
Infos
Fédération nationale
de l'immobilier,
01 44 20 77 00
www.fnaim.fr
Fédération nationale
des promoteurs
constructeurs
01 47 05 44 36,
www.fnpc.fr
P
as de gel des embauches mais un plan de
recrutement validé au trimestre en fonction
de notre activité », observe Corinne Cohen
envoyé mon CV en avril 2007
Scali,
DRH de CB Richard Ellis, spécialiste du
et j’ai été contactée immédiaconseil
en immobilier d’entreprise. Si l’impact en
tement. Je travaille dans Paris,
France de la crise des subprimes se révèle, au premier tritouche un salaire fixe et une
mestre 2008, limitée, les pros de l’immobilier restent prupart variable très motivante en
dents mais maintiennent leurs plans d’embauches, tant
fonction des objectifs et j’espère évoluer vers un poste de
leurs besoins sont criants sur certains profils. Pourquoi ?
responsable d’équipe et, pourLa France manque d’habitation. 500 000 logements
quoi pas, partir à
sociaux doivent être construits cette année. Dans l’immol’international. »
bilier d’entreprise, les investissements battent des
records : 15 milliards d’euros depuis début 2007 (source
Cushman & Wakefield). Les acteurs de la promotion tel
Giboire ou Bouygues Immobilier (une centaine de recrutement de jeunes diplômés) sont friands de développeurs fonciers. « Le terrain, c’est la matière première de l’immobilier, explique Vincent Bidoli,
DRH adjoint chez Bouygues Immobilier. Ce poste
stratégique nécessite une réelle capacité à créer des
réseaux et à trouver l’information ». Ils recrutent aussi
des responsables programmes immobilier ainsi que des
ingénieurs pour la maîtrise d’ouvrage. Sans surprise, les
acteurs de la transaction s’arrachent les négociateurs
dès leur sortie de l’école. Nexity prévoit 445 créations
de postes et recherche aussi des conseillers financiers,
des responsables développement, des ingénieurs d’études et gestionnaires de copropriété. BNP Paribas
Immobilier, qui annonce l’embauche de 80 jeunes
diplômés sur les 400 recrutements prévus cette année,
recherche des profils pour la transaction (consultants
en immobilier d’entreprise et experts). « Leur rôle est de
déterminer la valeur des locaux qui composent le patrimoine des investisseurs et utilisateurs, explique Nathalie
Micheau-Maillou, responsable du recrutement. C’est une
responsabilité importante du fait des enjeux économiques à la clé, dans le cadre d’une cession ou d’une acquisition. » Le groupe propose aussi des postes de responsables programmes, ingénieurs d’affaires ou travaux. Icade,
la filiale de la Caisse des dépôts et consignations, ouvre
168 postes (10 % pour les jeunes diplômés) à des responsables de patrimoine… Les agences immobilières ne sont
pas en reste. Laforêt prévoit 1 500 recrutements, dont
une part importante de jeunes diplômés (36 à 48 K€).
Century 21 annonce 1 000 embauches, sur des postes de
conseillers vente ou location, gestionnaires de coProfils en vogue : propriété, chefs d’équipe. Jones-Lang-LaSalle,
leader mondial des services liés à l’immobilier
négociateurs
d’entreprise, compte embaucher 40 à 50 jeunes
et experts.
diplômés dont une majorité de négociateurs
(40 K€). CB Richard Ellis veut recruter 150 salariés en
2008 (dont 80 % de jeunes diplomés) sur la transaction
mais aussi des analystes financiers et des property managers (gestion des actifs immobiliers).
Audrey CORET
22
Qui a cru en vous pour la dernière fois ?
• Responsable de programmes • Responsable MOT
• Développeur foncier
En donnant à ses collaborateurs les moyens de développer durablement leurs
compétences, Bouygues Immobilier leur offre ce qu’il y a de plus précieux : la
confiance. Il en faut pour concevoir et manager des projets immobiliers destinés au
bien-être du plus grand nombre. Chez Bouygues Immobilier, chacun peut avancer
de manière autonome tout en ayant à ses côtés une équipe qui partage avec lui
le même goût du challenge et de l’excellence. Si vous avez l’ambition pour réussir
et l’envie de créer, nous croyons en vous. Pour accompagner notre croissance, nous
recherchons des développeurs fonciers, responsables de programmes, responsables
maîtrise d’ouvrage technique (H/F).
Pour postuler, rendez-vous sur notre site :
Merci de préciser la référence “FIGJD08“
www.bouygues-immobilier.com
Sous le soleil brillant
de la BANCASSURANCE
Taux de croissance élevés, renouvellement générationnel… Les banques
et les assureurs recrutent plusieurs
dizaines milliers de débutants par an.
Des métiers
aux rémunérations attractives
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
A
vis de beau temps. En 2008, les secteurs
de la banque et de l’assurance devraient
continuer à recruter sur le même rythme
élevé que ces dernières années. De quoi offrir des
opportunités aux débutants, tant les jeunes diplômés
figurent en bonne place parmi les dizaines de milliers
de salariés que ces deux filières embauchent à tour de
bras à chaque nouvel exercice. « Depuis une dizaine
d’années, les entreprises accueillent chaque année
entre 10 et 13 000 nouvelles recrues, dont 60 % ont
moins de 30 ans », témoigne ainsi Norbert Girard,
chargé de mission à l’Observatoire de l’évolution des
métiers de l’assurance. Même son de cloche du côté
des banques, où la Fédération bancaire française
annonce 68 % de moins de 30 ans parmi les 35 000
recrutements annuels du secteur.
On a coutume
de dire que le
secteur de la
bancassurance
dispose des
deux meilleures
conventions collectives de
France. Un « avantage
salarié » qui se retrouve dans
les systèmes de rémunération.
Papy-boom en vue…
Les causes d’un tel volume d’embauches ? A en
croire les spécialistes, elles sont multiples. Premier
élément d’explication : la bonne santé des deux filières, qui chaque année voient leur chiffre d’affaires
augmenter. Ces bons résultats sont notamment dus
aux importants efforts commerciaux réalisés par l’ensemble des acteurs du secteur. « Les établissements
financiers et les assureurs s’adaptent à un environnement fortement concurrentiel en proposant toujours
plus de services à leurs clients », précise ainsi
Caroline Le Canuc, responsable du pôle Banque
commerciale du spécialiste du recrutement
Robert Half banque et assurance. Un
exemple ? On estime à 40 000 le nombre de guichetiers d’agences bancaires
vendant des produits d’assurance, tandis que les assureurs, eux, proposent
désormais en masse des produits de
crédit. La deuxième raison est d’ordre
démographique. Les banques et les
assureurs, qui avaient énormément
recruté dans les années 1960 et 1970,
sont sévèrement touchés par le phénomène du papy-boom. « Un tiers des
6 400 embauches planifiées pour l’année 2008 sont des remplacements de
départs à la retraite », indique Frédéric
Vaquié, directeur du recrutement de la
Société générale. Côté assurance, le
gros des recrutements est également
effectué pour préparer l’avenir. « Le
pic des départs sera atteint d’ici 7 ou
8 ans. Autant s’y préparer… », anticipe
Norbert Girard. Enfin, conséquence
logique de cette relative facilité à
retrouver du travail, le turn-over des …
Les salaires : Les bac+2
des secteurs de l’assurance
et de la banque (chargés de
clientèle, chargés d’indemnisation, chargés d’accueil,
conseillers clientèle particuliers…) sont rémunérés entre
20 et 25 K¤ brut annuels en
moyenne. Pour les profils
bac+5 (chargés de clientèle
professionnelle, actuaires,
souscripteurs, gestionnaires
d’actifs et de fortunes personnelles…), le salaire d’embauche se situe en général
entre 32 K¤ et 40 K¤ brut
annuels. Dans tous les cas,
la différence se fait sur la
valeur du diplôme et l’expérience professionnelle (stages, VIE…). A noter : la plupart des rémunérations sont
sur 13 mois.
Les compléments de
rémunération :
Assureurs comme banquiers
bénéficient d’avantages complémentaires. Les profils commerciaux sont de plus en plus
rémunérés, en plus de leur
fixe, sur la base d’un variable
pouvant constituer, dans le
meilleur des cas, jusqu’à 50 %
de leur salaire. De plus, la plupart des entreprises ont mis
en place des plans d’intéressement et de participation
représentant entre 1 et 4 mois
de salaire supplémentaires.
Les autres avantages :
Logiquement, les salariés des
établissements financiers et
des groupes d’assurance se
voient proposer des « ristournes » sur leurs produits
d’épargne et d’assurance.
Exemple : un banquier paiera
en général sa carte bancaire
25 à 30 % moins cher que le
client lambda. Les acteurs du
secteur de la bancassurance
proposent également des
plans d’actionnariat salarié
avantageux à leurs collaborateurs, permettant d’acquérir
des actions du groupe décotées d’environ 20 %.
24
* Un nouveau monde professionnel
© Eric Tourneret / Philippe Abergel
NOUS AVANÇONS, NOUS AGISSONS
Depuis 10 ans, le groupe Société Générale s’est développé partout dans le monde, dans
tous les métiers de la banque et de la finance. Afin d’assurer sa compétitivité internationale
et son développement en Europe et en Asie, Société Générale poursuit une politique
de recrutement active à destination des jeunes diplômés. Chaque année, le Groupe propose
des missions en Volontariat International à l’Etranger (VIE) d’une durée de 12 à 24 mois.
En 2007, plus de 300 jeunes diplômés français ou européens ont rejoint l’une des
82 implantations à l’étranger.
Jeunes diplômés en VIE h/f
Vous acquérez une expérience professionnelle unique de 12 à 24 mois dans l'une de nos
implantations : Allemagne, Italie, Europe Centrale et Orientale, Afrique, Asie, etc. Rejoindre
Société Générale en VIE, c’est travailler au sein d’équipes multiculturelles, en relation avec tous
les intervenants du groupe Société Générale pour des missions spécifiques dans tous les métiers
de l’un de nos trois pôles d’activités : les Réseaux de détail et Services financiers, les Gestions
d’actifs et Services aux investisseurs, la Banque de financement et d’investissement.
Vous serez accompagné tout au long de votre mission par votre manager et les Ressources
Humaines du Groupe. Parce que nous croyons que l’expérience permet aux talents de se
développer, le VIE chez Société Générale est une véritable formule de pré-recrutement : deux tiers
des volontaires sont recrutés à la fin de leur mission.
Issu d’une grande école d’ingénieurs, de commerce ou d’un Master 2, vous avez, de préférence,
eu une première expérience similaire à la mission proposée durant votre formation. Bilingue
français-anglais, vous maîtrisez de préférence une autre langue européenne (allemand, italien,
etc.). L’usage d’une langue rare (chinois, tchèque, russe, etc.) serait un plus. Vos qualités
d’ouverture d’esprit et de capacité d’adaptation à un environnement multiculturel seront autant
d’atouts pour la réussite de votre mission.
careers.socgen.com
A new professional world*
Si vous êtes en situation de handicap, vous pouvez
également postuler sur mission.handicap@socgen.com
Réseaux de Détail & Services Financiers
. Gestions d’Actifs & Services aux Investisseurs . Banque de Financement & d’Investissement
Sous le soleil brillant
de la BANCASSURANCE
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
… deux secteurs a tendance à augmenter. Ce qui
occasionne en retour de nouveaux recrutements…
Deux types de profils s’annoncent comme les grands
gagnants de cette course aux jeunes diplômés. En
première position, les bac +2 sont particulièrement
courtisés. Ces jeunes sont destinés à occuper en priorité des postes de commerciaux : vendeurs itinérants,
opérateurs de plate-forme téléphonique ou gestionnaires de sinistres chez les assureurs, chargés d’accueil ou de clientèle particuliers chez les banquiers. « Même si la finance de marché
offre de réelles opportunités, c’est
toujours essentiellement la banque de détail qui recrute »,
précise ainsi Frédéric
Vaquié. Ce n’est pas un
hasard si 1000 agences
bancaires ont été
créées entre 2004 et 2006 en
France.
Les ingénieurs séduisent les recruteurs
En deuxième ligne suivent les bac +4/5, pour qui
les perspectives sont également au beau fixe.
Leurs débouchés ? Marketeurs, actuaires,
chargés de clientèle professionnelle, analystes
financiers, gestionnaires d’actifs… « environ
30 % des 2 500 recrutements de jeunes diplômés prévus sur l’année à venir relèvent du profil bac +5 », précise Bénédicte Monneron, responsable recrutement de BNP Paribas. Si les diplômés
d’écoles de commerce et de management séduisent
toujours autant les recruteurs, les jeunes ingénieurs
sont de plus en plus demandés. « Entre les analystes
financiers, les spécialistes d’informatique et les salariés spécialisés dans la La finance a besoin
gestion des risques, nous avons besoin
de profils
de profils matheux », reprend
«
matheux
».
Bénédicte Monneron. Une analyse
partagée par les assureurs, chez qui les ingénieurs
informaticiens représentent une bonne part des
embauches. « Nous proposons beaucoup de postes
faisant appel à des compétences de modélisation ou
de statistique », pointe Isabelle Calvez, DRH du
groupe Groupama. A noter également, les universitaires à bac +5 (master pro en finances…) viennent de plus en plus concurrencer les grandes écoles, traditionnellement favorites des recruteurs. La
preuve ? « Deux tiers des jeunes bac + 5 que nous
recrutons sont titulaires d’un master ou d’une formation universitaire équivalente », détaille Valérie
Languille, directrice des talents du groupe Caisse
d’épargne. Dernier détail intéressant : la part grandissante des femmes dans ces embauches. Selon la
Fédération Bancaire Française, elles représentaient en effet 57 % des embauches en 2006. Un
chiffre déjà élevé du côté des assureurs, puisque
les femmes constituent 57 % des recrutements de
cadres. « La banque se fixe comme objectif d’arriver à 40 % de femmes parmi les cadres dans les
26
trois années à venir. De notre côté, nous sommes
déjà parvenus à ce chiffre », se félicite Norbert
Girard, de l’Observatoire de l’évolution des
métiers de l’assurance.
Une fois intégrés à l’entreprise, ces jeunes se voient
offrir de réelles opportunités d’évolution. « Les
métiers sont fortement évolutifs. En moyenne, un
salarié va changer de poste tous les quatre ou
cinq ans », indique Caroline Le Canuc.
Illustration dans le groupe Crédit
agricole SA, au sein duquel
Nathalie Rauhoff, responsable
du
recrutement,
a dénombré « 600 mobilités en 2007 entre
filiales ». La banque comme l’assurance investissent
énormément dans la
formation professionnelle. « Nous
avons mis en place 43 000 heures de
formation orientées métiers cette
année. En tout, cela représente 6 %
de la masse salariale du groupe »,
précise ainsi Bertrand Leriche,
DRH adjoint des métiers de crédit immobilier spécialisé chez
UCB. Un chiffre qui représente
plus du triple de l’obligation
Stéphane RÉGY
légale.
Mounir Chelloul,
associé chez
Columbus.
« La crise des
subprimes, du
nom de ces
fameux prêts
immobiliers à
risque, a déjà
eu des répercussions sérieuses en terme
d'emplois dans le monde
anglo-saxon. A Londres et
aux Etats-Unis, plusieurs
milliers de personnes ont en
effet été licenciées ces
derniers mois, tandis que les
traditionnels bonus versés
aux traders, qui étaient ces
dernières années mirobolants, vont l’année prochaine,
sans doute, être revus à la
baisse. En France, nous
sommes encore dans
l’expectative. Ce qui est
certain, c'est que nos banques ont pris des options
prudentes dans leurs
budgets pour 2008.
Certaines, malgré l'optimisme
annoncé, devraient être
touchées. Mais il faut
également souligner
qu'une partie des activités
liées à la banque de
financement ne sont pas
directement concernées :
les marchés d’actions ou
de fusion-acquisition se
portent très bien, par
exemple. Dans la banque
commerciale, la gestion
des prêts à taux variable
reste surveillée par les
états-majors. La contagion
à ce secteur financier est
possible et commence aux
Etats Unis. Au final, seules
certitudes, les métiers de
trading taux seront clairement touchés, tous les
autres secteurs sont sous
surveillance et la France
vivra les effets de cette
crise de façon retardée et
atténuée par rapport aux
Etats-Unis. »
Nous prenons le meilleur partout
Royalty-Free / Corbis - Bettmann / Corbis - Bridgeman / Giraudon
POUR VOUS OFFRIR LE MEILLEUR DE NOUS.
www.groupe.caisse-epargne.com/recrute
TE
NE RECRU
G
R
A
P
’E
D
008
PE CAISSE
ÉS EN 2
LE GROU
DIPLÔM
UNES
2 400 JE
Bienvenue dans la plus jeune des banques universelles
Sous le soleil brillant
de la BANCASSURANCE
Itinéraire d’une jeune banquière gâtée
Rozenn Carrière-Montjosieu, 32 ans,
directrice de l’agence HSBC Convention (Paris XV).
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
« Des perspectives d’évolution multiples »
La banque, Rozenn Carrière-Montjosieu n’y a pas
pensé tout de suite. « Je travaillais depuis un an et
demi dans une entreprise de renseignements financiers lorsque j’ai compris que les capacités d’évolution y étaient plutôt minces. J’ai donc essayé de
regarder quels étaient les secteurs qui offraient des
opportunités de mobilité à leurs salariés, et je me
suis arrêtée sur la banque », confie-t-elle. Bon
choix. Employée d’HSBC depuis 2001, cette titulaire d’une maîtrise d’économie et de gestion obtenue à la Sorbonne n’a cessé de gravir les échelons
pour occuper aujourd’hui, à 32 ans, le poste de
directeur de l’agence Convention, située dans le
XVe arrondissement de Paris. « Ma première fonction était chargée de clientèle
entreprise, dans une autre agence. Je m’occupais d’un portefeuille d’une centaine de
PME dont le chiffre d’affaires variait entre 10
et 15 millions d’euros. J’ai tout de suite aimé être
au cœur du développement des entreprises. Plus
que des clientes, je considérais ces PME comme de
véritables partenaires », explique-t-elle.
Durant ses premières années chez HSBC, Rozenn
Carrière-Montjosieu suit de multiples formations
– « au moins une par mois pendant un an », se souvient-elle – sur des sujets aussi divers que la comptabilité, le management, les techniques de vente ou
encore les nouveautés en matière juridique. Résultat :
au bout de trois ans, le service RH du groupe lui propose un poste de sous-directeur d’agence à SaintGermain-des-Prés. « Lors de ma deuxième année
chez HSBC, j’avais profité de mon évaluation
annuelle pour faire part de mes désirs de progresser
dans l’entreprise. Un exercice plus tard, j’avais ma
promotion. » L’autre tournant date de septembre
En savoir plus
Associations
Association française
des banques (AFB),
www.afb.fr
Club des jeunes financiers,
www.jeunesfinanciers.com
Observatoire des métiers
de la banque,
www.observatoire-metiersbanque.fr
A lire
Les métiers de la banque
et de la finance, Caroline
Andreani,
Coll. L’Etudiant, 184 pages,
11,50 ¤.
Psychologie des grands
traders, Thami Kabbaj,
éditions Eyrolles/Editions
d’organisation, 292 pages,
35 ¤.
28
2006. De retour de congé maternité, la jeune femme
est convoquée par le service RH d’HSBC pour faire
le point sur ses futures aspirations. « Je leur ai dit que
je voulais continuer dans les fonctions d’encadrement,
et ils m’ont proposé de prendre la direction de
l’agence Convention », détaille-t-elle. Aujourd’hui responsable d’une équipe de six personnes, la jeune
femme gère une centaine d’entreprises, 250 professionnels en libéral et 650 comptes particuliers.
« Même si je m’occupe encore d’un petit portefeuille
client, l’essentiel de mes journées est consacré au
management. Motiver les membres de mon
équipe, les faire adhérer aux objectifs et les
faire progresser peu à peu est passionnant », explique-t-elle. Et la suite ? A court
terme, la jeune femme souhaite prendre la
tête d’une agence plus importante avant,
pourquoi pas, d’évoluer vers des fonctions internationales. « HSBC est un
groupe anglo-saxon, et je parle
anglais. Alors pourquoi pas ? »,
s’interroge-t-elle. Une volonté de
progresser d’autant plus compréhensible que chaque promotion
de la jeune femme s’est jusqu’à
présent accompagnée d’une revalorisation salariale. Embauchée
autour de 32 K€ brut annuels en
2001, Rozenn a vu
depuis sa rémunération augmenter de
plus de 50 % en
six ans !
Stéphane RÉGY
Les codes pour séduire
la finance de marché
La banque de financement et d’investissement offre de belles opportunités. Mais elle est quasi-réservée aux profils haut de gamme.
« Pour spécialistes uniquement ». Cette mention més des grandes écoles de management ou d’ingépourrait figurer au dos de chaque offre d’emploi nieurs disposant d’un troisième cycle en finance »,
dans la banque de financement et d’investissement détaille-t-il. Autre prérequis : maîtriser l’anglais.
tant les recrutements y sont sélectifs. « Si les Crise des subprimes oblige, les métiers les plus
acteurs anglo-saxons sont ouverts à des profils porteurs sont les postes liés au contrôle des risdifférents, les établissements français restent très ques : contrôleur interne, risk manager… Si les
centrés sur les diplômés des grandes écoles telles grandes banques recrutent des jeunes diplômés
Polytechnique, HEC, Centrale ou l’Essec », expli- sur ces postes – 190 chez HSBC pour l’an proque Thami Kabbaj, auteur du livre Psychologie des chain, et autour de 750 chez BNP Paribas aux
grands traders. Un constat partagé par Vincent fonctions de banque de financement, d’asset
Picard, associé du cabinet de recrutemanagement et d’autres fonctions de
ment Fed Finance, qui précise que Les métiers les middle et de back-office –, le plus
l’entrée dans le métier se fait à bac + 5 plus porteurs : la simple reste de postuler après une
minimum. « Souvent, les profils gestion du risque. première
expérience
réussie.
recherchés correspondent aux diplôImpossible de devenir trader du jour
au lendemain. En principe, il faut avoir fait plusieurs stages, ou avoir passé quelque temps dans
Iyani Thantrilage,
un cabinet d’audit financier, le temps de se famiAvec Groupama, cela s’est
29 ans,
liariser avec la banque d’affaires. L’explication de
ingénieur financier fait en 40 jours. Le choix de
ce nécessaire apprentissage : les métiers de banla gestion d’actifs était évichez Groupama
que d’affaires et, surtout, de finance de marché,
dent pour moi : il s’agit d’un
Asset managesont si exigeants en termes de compétitivité qu’il
métier où l’on peut mettre de
ment, Paris.
est facile d’y couler. Le secteur compte beaucoup
manière très vivante en appli« Suite à une formation sciend’acteurs, et les objectifs sont toujours plus élevés.
cation les modèles mathématifique – un Deug de mathéIl faut être prêt à travailler de longues heures.
tiques que l’on construit en
matiques à l’université de
L’autre grande qualité des professionnels de la
amont. De plus, l’ambiance
Cergy puis un master 2
sur le plateau de gestion est
Ingénierie économique et
filière, c’est leur résistance au stress. « Même sous
très prenante : on travaille en
financière à Dauphine – j’ai
la pression, un trader doit rester disponible et diséquipe, le marché est en
été recrutée en novembre
cipliné. On dit souvent que le bon trader est zen.
constante évolution, per2006 chez Groupama Asset
Ce qui est normal, car sans détachement, impossisonne ne déconnecte
Management deux mois seuble de gérer des sommes aussi considérables en
jamais, c’est très motivant.
lement après avoir obtenu
gardant la tête froide », témoigne Thami Kabbaj.
Niveau rémunération, c’est
mon diplôme. Pour trouver
Enfin,
bénéficier d’un bon réseau peut s’avérer un
satisfaisant aussi. En fonction
cet emploi, je n’ai pas eu de
atout non négligeable car pour ces métiers de chifgrande difficulté : j’ai consulté des résultats, mon salaire
fre et de décision, le relationnel compte beaucoup.
annuel se situe entre 35 et
des offres et envoyé 10 CV,
et j’ai reçu 7 propositions !
Stéphane RÉGY
40 K¤ brut. »
29
Jobs en stock
au rayon ALIMENTAIRE
L’image des métiers de la distribution
change. Les enseignes embauchent à
tour de bras des jeunes commerciaux
pour des postes à responsabilité.
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
D
es embauches à tous les rayons ! Tel est le
credo de la grande distribution alimentaire. Le marché se porte bien et les
enseignes recrutent en permanence. Champion
mise sur l’arrivée de 3 600 CDI en 2008, Monoprix
en vise 2 600, Carrefour, 15 000 et Casino 1 000...
En cause, un fort turn-over (entre 15 et 20 % selon
les enseignes) mais également plusieurs évolutions
favorables. En effet, en janvier 2007, les enseignes
ont été autorisées à faire de la publicité à la télévision,
boostant ainsi leur visibilité et chiffre d’affaires, et
l’offre des principaux acteurs de la filière s’est enrichie. Après Auchan et Carrefour, les centres Leclerc
sont devenus des opérateurs de téléphonie mobile.
Ces diversifications, notamment dans les services,
offrent des perspectives d’embauches intéressantes,
notamment pour les jeunes diplômés.
C’est sur le terrain, en magasin, et non derrière un
bureau au siège social, qu’on les attend. Les bac + 2/3
débutent le plus souvent comme commerciaux :
ils sont vendeurs dans un rayon ou adjoint à un
manager de rayon. Carrefour et
La diversification Auchan, les deux ténors du secdes activités crée de teur, appliquent à la lettre cette
nouveaux besoins. politique. Carrefour va ainsi
recruter 840 jeunes diplômés
cette année dont 300 seront à la vente dans les hypermarchés. Tendance encore plus affirmée chez
Auchan qui cherche 800 jeunes cadres dont 85 %
seront appelés à prendre des postes opérationnels en
magasin. « Au départ, un bac +2/3 peut débuter
comme second de rayon. En quelques années, il peut
évoluer vers davantage de responsabilités et devenir
manager de rayons. » précise Edwige Delattre, responsable du recrutement de Auchan. Les bac +2/3
qui veulent néanmoins accéder directement à un
poste de chef de rayon peuvent frapper à la porte
d’entreprises de taille plus modestes comme Atac,
Champion ou dans le hard discount. « Nous cherchons entre 150 et 180 jeunes diplômés issus
d’école de commerce pour des postes de responsables
de
réseau.
Ils
auront à gérer 4 ou
5 magasins, veilleront à appliquer le
concept de l’enseigne et joueront un
rôle
d’interface
entre les magasins
et la direction
générale », déclare
Caroline
Brubacher,
responsable recrutement
chez Lidl.
Pour les bac +5, de plus
en plus courtisés par les
enseignes, l’expérience en magasin reste également
un passage obligé. Ils sont principalement recrutés
pour devenir managers de rayon ou chefs de
secteur. « C’est la voie royale pour entrer dans le …
Fabien Gil, 26 ans, manager du rayon jouets, Carrefour de Nantes-Beaulieu.
« J’ai découvert le
monde de la
grande distribution
lors de mon stage
de fin d’études de
l’Institut de gestion de
Rennes. J’étais second de
rayon dans le secteur des
jouets. Cette expérience sur
le terrain m’a beaucoup plu
et quand
le groupe m’a proposé un
poste de stagiaire manager,
j’ai accepté. Je suis resté en
formation pendant neuf mois
avant de prendre les rênes
du rayon jouets-sports-bricolage du Carrefour NantesBeaulieu. Je gère une équipe
de 5 personnes et un rayon
d’environ 90 mètres carrés.
Je m’occupe du réassort,
des commandes, des plannings, du SAV, du suivi
comptable et budgétaire de
mon rayon. C’est très complet : sur une journée type,
je passe 60 % de mon
temps sur le terrain, 40 % à
mon bureau. Il m’arrive de
30
faire de la vente en rayon,
surtout à l’époque de Nöel.
C’est une période très chargée et je travaille non stop
à ce moment-là. J’espère
évoluer rapidement vers
d’autres responsabilités.
Un poste à l’international
ou au siège, en tant
qu’acheteur, me plairait ».
Auchan
Terrain d'expression
pour
commerçants
dans
l'âme.
Laura,
Manager de rayon
Jeunes Diplômés ou Expérimentés h/f
Avec 121 hypermarchés et 50 000 collaborateurs en France, Auchan
est vraiment le terrain d’expression de celles et ceux qui souhaitent
prendre les rênes d’un véritable centre de profit. L'entreprise
encourage les initiatives et fait confiance à ses collaborateurs. Ainsi,
les managers Auchan s’engagent et déploient des trésors
d’imagination pour satisfaire leurs clients, mettre en scène leur
rayon et emmener leurs équipes vers le succès.
Votre premier moyen d’expression ?
http://talent.auchan.fr
- photos : A. Meyssonnier
Avec son équipe, elle repousse chaque jour
les limites du savoir-faire pour ses clients.
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
Jobs en stock
au rayon ALIMENTAIRE
… secteur car les missions sont diversifiées. Le pâte. Tout bac +5 qu’il est, un manager de rayon
jeune diplômé gère un centre de profit et encadre peut très bien être amené à décharger des palettes
une équipe. Il peut ensuite évoluer vers d’autres si le besoin se fait sentir. Côté salaire, la situation
postes opérationnels jusqu’à devenir directeur s’est un peu améliorée. Pour fidéliser leurs jeunes
d’hypermarché ou poursuivre sa carrière en cen- recrues, et éviter qu’elles aillent revendre leur
trale d’achat », fait remarquer Edwige Delattre première expérience dans l’industrie agro-alimend’Auchan. Pour ce poste qui nécessite une solide taire, les enseignes ont assorti les rémunérations
formation en gestion, les diplômés de grandes éco- de base de quelques avantages supplémentaires.
les de commerce sont particulièrement bien Chez Carrefour, un débutant gagne entre 26 et
accueillis. Les ingénieurs et les univer35 K€, avec un variable pouvant
Côté salaire, la aller jusqu’à 2,5 mois de salaire supsitaires peuvent accéder à des foncsituation s’est
tions transversales, notamment en
plémentaires. Chez Auchan, cela
ressources humaines ou en logistique. (un peu) améliorée. grimpe à 28/33 K€ (30/35 K€ sur
Quel que soit le poste convoité et le
Paris) avec en sus de la participaniveau de diplômes, le goût du commerce, l’envie tion et de l’intéressement. Enfin, chez Lidl, un
de prendre des responsabilités et l’esprit de chal- jeune bac +3/4 qui entre comme responsable de
lenge sont des qualités indispensables. Car la réseau peut gagner la première année 25 à 40 K€,
grande distribution est une rude école de la vie : avec en prime une voiture de fonction.
on ne compte pas ses heures et on met la main à la
Valérie FROGER
Michel-Edouard Leclerc Président des centres E. Leclerc.
« La distribution est un
formidable ascenseur social »
A 20 ans, pensiez-vous qu’un
jour vous deviendriez le patron
des centres E.Leclerc ?
Michel-Edouard Leclerc :
Non, pas du tout. Je ne voulais
pas rentrer dans la distribution,
et encore moins dans l’entreprise familiale que mon père
dirigeait à l’époque. A 20 ans,
je voulais être prof. J’ai enseigné l’économie deux ans à
La Sorbonne. En parallèle, j’ai
commencé à
écrire pour quelques journaux,
notamment les
premiers numéros
de Que Choisir
sur des thèmes
liés à l’écologie et
à l’environnement. J’étais très
motivé, mais j’ai rapidement
senti un décalage entre ma soif
d’action et cette manière de
commenter le monde. J’ai
éprouvé une grande frustration.
C’est à ce moment, là que les
centres E.Leclerc m’ont invité
à les rejoindre.
Comment avez-vous
débuté votre carrière ?
MEL : Au départ comme simple conseiller technique, en
intérim. Les représentants des
centres E. Leclerc voulaient
casser le monopole sur les car-
burants et faire baisser le prix
de l’essence. Ils manquaient de
techniciens sur le sujet dans le
groupement et m’ont demandé
de les rejoindre dans ce combat. Je suis rentré par la petite
porte, j’étais payé au Smic et je
n’ai bénéficié d’aucun passedroit. J’ai constitué des équipes, bâti un projet et en 1979,
j’ai créé la société d’importation
pétrolière Siplec dont l’objectif
était de mettre en compétition
les fournisseurs de carburants.
J’avais 26 ans et je me sentais
un peu dépassé par la tâche
mais je trouvais le challenge
intéressant. J’ai foncé en dépit
de mes doutes. Cinq ans plus
tard, le prix des carburants était
libéralisé.
Vous avez gravi les échelons
au sein des centres
E.Leclerc pour en prendre la
présidence en 2005. Quels
conseils donneriez-vous à
un jeune diplômé qui souhaite rejoindre le secteur ?
MEL : De foncer même si en
France, tradition culturelle
oblige, on a plutôt tendance à
dénigrer la distribution ! C’est
un secteur dynamique, pourvoyeur d'emplois quelle que
soit la conjoncture économique et un formidable ascen-
seur social grâce à la
promotion interne et aux
systèmes d'intéressement.
Aujourd’hui, un jeune peut
faire carrière dans le secteur
et s’enrichir. A la fin de sa
carrière, un directeur d’hypermarché a un salaire plus élevé
qu’un ingénieur dans une
grande entreprise. Il faut
accepter quelques règles,
notamment passer par le terrain – même si on sort d’HEC
ou de Dauphine – avant de
pouvoir évoluer vers des postes de management. A 28 ou
30 ans, on ne peut pas gérer
un chef-boucher sans avoir un
peu de bouteille.
La plupart des jeunes diplômés sont recrutés à des
postes de chef de rayon.
Quelles sont, pour vous, les
forces de ce métier ?
MEL : C’est le personnage
clé de notre métier. De son
32
implication et
de la qualité de son
travail dépendent l’attractivité de l’offre et la fidélisation
de l’enseigne. Ce sont eux
qui connaissent le mieux la
réactivité du marché et le
comportement des consommateurs. Sans eux, les chefs
de produit et les responsables marketing ne sont rien.
C’est un poste qui nécessite
de la polyvalence et une
grosse capacité d’adaptation.
C’est le poste d’entrée par
excellence dans le secteur
car il est très formateur et
peut mener loin. La plupart
des directeurs d’hypermarché
sont souvent d’anciens chefs
de rayon qui ont évolué.
Propos recueillis
par Valérie FROGER
N°1 de la distribution de matériaux
de construction en France
Leader et proche de vous
rejoignez le Groupe Point.P
1 700 points de vente
3 500
200
métiers
différents
recrutements en CDI
partout en France
Leader…
N°1 français de la distribution de matériaux de construction, nous avons
multiplié par 3 notre taille sur les 10 dernières années. Nous sommes aujourd’hui 25 000 répartis
sur toute la France au sein d’un réseau multi-enseignes généralistes et spécialisées.
Proche de vous… et de nos clients professionnels et particuliers, grâce à notre
réseau de plus de 1 700 points de vente. Mais surtout grâce à notre management et notre
politique RH qui privilégient la convivialité, l’écoute, le développement des compétences
et la mobilité y compris internationale, au travers du Groupe Saint-Gobain présent dans plus
de 50 pays.
Nous recrutons, cette année, plus de 3 500 nouveaux collaborateurs en CDI, auxquels nous
donnons les moyens d’exprimer pleinement leur potentiel dans les métiers du management,
de la vente, de la logistique, du marketing, des ressources humaines…
Poussez la porte du Groupe Point.P, nous avons certainement une opportunité à vous proposer.
> Toutes nos offres d’emploi, infos métiers, témoignages…
www.groupe-pointp-recrute.fr
Le Groupe Point.P est une filiale de
Jobs en stock
au rayon ALIMENTAIRE
Quand distribution rime
avec passion
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
Sport, bricolage, mode, jardinage, beauté... les enseignes de distribution spécialisées cherchent du sang neuf pour gérer les rayons.
Et des candidats passionnés.
On manque de bras dans la distribution spécialisée ! plus transversales (achat, contrôle de gestion, approVictime d’un fort turn-over (10 % chez Leroy- visionnement, marketing). « Sur l'ensemble de nos
Merlin, 16 % chez Sephora), toutes les enseignes 200 recrutements cadres CDI, 15 % d'entre eux
cherchent du personnel. Conforama va recruter seront des jeunes diplômés principalement position1 500 personnes en CDI, Ikéa 800 quand Séphora nés sur des fonctions managériales en magasin »,
prévoit 900, Décathlon 1 000, Kiabi 1 000 ; enfin, déclare Laure Mantoux, responsable du recruteLeroy-Merlin vise 2 500 recrutements et Castorama ment et de la gestion des carrières chez Conforama.
2 150... Dans la filière, le bricolage se porte comme La mobilité interne est un axe fort, largement utilisé
un charme : jamais les Français n’ont autant bricolé par les acteurs du secteur pour fidéliser les jeunes
et en 2007, un quart de leur budget a
recrues. Les échelons se gravissent
Distribution
fini dans le tiroir-caisse des enseignes
rapidement : après avoir été manager
du bricolage. Côté recrutement, les
spécialisée : la de rayon, il est possible de devenir chef
postes à pourvoir ressemblent peu ou
secteur puis directeur de magasin.
palme au conseil de
prou à ceux de la distribution alimen« Chez nous, il faut entre trois et quataire. Mais la relation avec le client est différente car tre ans pour prendre la direction d’un magasin »,
la vente est souvent assistée. « Nous cherchons des précise Patrice Landais, DRH France de Décathlon.
profils qui ont le sens du client. Le conseil et l’ac- Les métiers étant généralement plus techniques que
compagnement sont importants dans nos métiers », dans l’alimentaire, une période de formation est touexplique Jean-Michel Rousseau, responsable de la jours réservée aux nouveaux arrivants. Chez Kiabi,
gestion cadres et carrière chez Leroy Merlin. Avoir cette phase s’étale sur trois mois. « Tous les jeunes
un intérêt pour le produit est un vrai plus et certai- diplômés suivent une formation en alternance sur
nes enseignes comme Décathlon se font un point des aspects théoriques et opérationnels. Ils sont égad’honneur à embaucher des passionnés. Les postes lement accompagnés par un parrain. Ensuite, ils
de commerciaux sont les plus recherchés et c’est volent de leurs propres ailes mais continuent d’être
dans les rangs des écoles de commerce et des formés tous les six mois au sein de notre école de
BTS/DUT que la plupart des enseignes font leur managers. C’est un moyen de les fidéliser », assure
marché. Comme dans la distribution alimentaire, Isabelle Leroy, responsable emploi et carrière chez
c’est en magasin, sur le terrain, que les postes se Kiabi. Autre source de motivation : les salaires.
trouvent. Les bac +2 sont recrutés comme vendeurs, Même s’ils ne sont pas très élevés (environ 30 K€
et après quelques années d’expérience peuvent évo- annuels), beaucoup d’enseignes ont mis en place des
luer vers un poste de chef de rayon. Quant au bac systèmes d’intéressement, de participation ou d’ac+5, on les attend le plus souvent à des fonctions de tionnariat très avantageux. Certaines proposent égamanagers de rayon, parfois au siège sur des activités lement des remises sur les produits. Valérie FROGER
Cédric Sennepin,
28 ans,
directeur d’un magasin
Leroy-Merlin, Saint-Denis
(93), diplômé Edhec Lille.
« Je suis entré
chez Leroy-Merlin
en 2006 après une
première expérience en Italie pour
le groupe Agapes
Restauration (ndlr :
Flunch, Pizza Paï). J’ai été
embauché pour prendre la
direction du magasin de
Saint-Denis qui emploie
170 personnes et réalise
38 millions de chiffre d’affaires. A 25 ans, j’estime que
c’est une vraie opportunité.
Au départ, j’ai suivi une
formation de 10 mois en
magasin pour me familiariser
avec le métier, connaître les
valeurs de l’entreprise,
maîtriser les flux de marchandises et apprendre à gérer
les hommes. C’est un métier
passionnant, on ne s’ennuie
jamais et aucune journée ne
ressemble à la précédente.
Je peux aussi bien être en
magasin avec mes équipes
et les clients que devant
mon écran à mettre en
place des opérations de
promotion, à gérer les plannings ou à régler les problèmes avec des fournisseurs.
Je travaille beaucoup,
parfois plus de 10 heures par
jour, quelquefois le samedi
mais j’arrive malgré tout à me
ménager du temps libre pour
ma passion, l’improvisation
théâtrale. »
34
Pour votre avenir professionnel …
misez sur la fraîcheur !
Découvrez la grande diversité de nos métiers et rejoignez les 8200 collaborateurs de Pomona pour un avenir riche
en vitalité professionnelle.
Jeunes diplômés
h/f
Pomona (CA 2,5 Mrds €) est un groupe majeur de l’agroalimentaire, leader sur ses principaux métiers : la distribution de produits alimentaires
auprès d’une clientèle de professionnels de la Restauration Hors Domicile et de la Grande Distribution, et l’agro-industrie. Présent sur 150
sites en France, Pomona a su préserver une organisation en structures à taille humaine, où les talents de chacun sont reconnus.
Rapide prise de responsabilités, évolution vers des postes de management d’équipe, formation sur mesure... : à chaque étape de votre carrière,
Pomona saura valoriser vos compétences en vous offrant un parcours à la hauteur de vos ambitions.
Nous recrutons chaque année en Ile de France et en régions sur l'ensemble de nos métiers :
> Commercial
> Qualité
> Achat
> Logistique
> Administratif
et Financier
Découvrez tout l'univers Pomona et postulez en ligne (réf.REJD08) sur www.pomona.fr
POMONA, service recrutement, 2/4 place du Général de Gaulle, 92164 ANTONY cedex.
Riche en vitalité professionnelle
Avec nous, vous n’avez pas fini de grandir !
Alinéa (330 M€ de CA, 2000 collaborateurs, 15 magasins) est
l’enseigne spécialisée en ameublement et décoration du Groupe Auchan.
En très forte croissance sur le marché du jeune habitat, nous prévoyons
5 nouveaux magasins en 2008/2009 et recrutons pour nos prochaines
ouvertures de Rennes, Melun, Mulhouse et Reims.
JEUNES DIPLOMES COMMERCE
h/f
Nous vous proposons des postes en magasin et des parcours adaptés à
votre formation et vos aspirations.
Bac + 2 à Bac + 4/5, vous possédez une première expérience de chef
de secteur ou d’encadrement dans la distribution : Devenez CHEF DE
SECTEUR. Membre de l’équipe de direction, vous êtes impliqué dans
l’atteinte des objectifs et optimisez les performances de votre secteur en
développant son attractivité commerciale. Vous motivez et fédérez vos
équipes (5 à 10 pers.) en faisant vivre les valeurs d’Alinéa.
Bac + 4/5, vous êtes débutant et mobile sur toute la France : Intégrez
Alinéa en tant que CHEF DE SECTEUR JUNIOR au sein de l’un de nos
magasins. Vous serez formé par les équipes en place pendant 1 an.
Bac + 2, vous souhaitez un poste dans votre région : Devenez CONSEILLER
DE VENTE au sein de l’un de nos magasins. Rattaché au Chef de secteur,
vous accueillez et conseillez les clients, assurez l’approvisionnement et
l’entretien de votre rayon. Vos aptitudes et votre personnalité vous
permettront d’évoluer en interne.
Accro de déco ? Venez vivre votre passion et partager nos valeurs.
Envoyez votre candidature (lettre, CV et photo) sous réf JD/MJD à ALINEA - DRH
Route de Gémenos - BP 1442 – 13785 - Aubagne Cedex recrutement@alinea.fr
D’autres postes sur
alinea.fr
www.
Jobs en stock
au rayon ALIMENTAIRE
Le boom du e-commerce
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
Informaticiens, marketeurs, web développeurs...
les acteurs du e-commerce recrutent en masse.
Ils ne cherchent plus des passionnés mais de vrais spécialistes.
Les chiffres du e-commerce font tourner la tête des lement des bac +5 issus d’écoles d’ingénieurs ou
spécialistes. En 2007, les ventes en ligne ont pro- d’écoles de commerce pour des postes d’informatigressé de 35 % et les 37 000 sites marchands du sec- ciens et de marketeurs. C’est assez nouveau pour
teur affichent un chiffre d’affaires de 16,1 milliards nous car, avant, nous n’embauchions pas de jeunes
d’euros. Du jamais vu ! « Le secteur se développe diplômés. Aujourd’hui, nous sommes capables de
rapidement et les perspectives d’embauche sont les accueillir et de les former à nos métiers »,
nombreuses. Les jeunes diplômés ont une vraie carte déclare Geoffroy Fourgeaud, DRH de Voyagesà jouer », explique Marc Lolivier, délégué général de sncf.com qui, avec 1,6 milliard d’euros de volume
la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à d’affaires, représente près du quart du e-tourisme
distance). Car aujourd’hui, les entreprises, tous sec- français. Certains profils, comme les développeurs
teurs confondus, sont en quête de spécialistes en web, sont particulièrement recherchés, pour ne pas
marketing, en informatique, en droit et non plus seu- dire courtisés par les acteurs du e-commerce. « Sur
lement de passionnés d’Internet.
ce type de postes, il y a une véritable pénurie. Nous
Tous les acteurs du e-commerce recrutent : sommes en concurrence directe avec les SSII qui
FotoVista recherche 300 jeunes diplôleur font des ponts d’or. Pour attirer
Il y a une vraie les jeunes recrues et les fidéliser, nous
més, le site de la Redoute une trentaine,
PriceMinister une vingtaine... Les inten- pénurie de déve- devons jouer des coudes et être attractions d’embauche sont cependant plus
tifs. Nous avons mis en place une
loppeurs web
élevées chez les pure players, particulièéchelle de rémunération sur trois
rement ceux
du voyage (voyages-sncf.com, niveaux pour nos développeurs web : junior,
Travelprice), de l’univers high-tech (Rueducommerce, confirmé et senior. C’est un moyen de les faire évoPixmania, Mistergoodeal) et des biens culturels luer et de leur montrer que nous offrons de la mobi(Alapage, Cdiscount, Chapitre.com). Ces entreprises lité interne », explique Loïc Guénée, DRH du
ont été les premières à se lancer sur Internet et leur groupe Fotovista. Les rémunérations sont elles
activité est désormais mature. Résultat, elles aussi attractives et varient, selon les postes et les forembauchent à gogo et cherchent des pro- mations initiales, entre 28 et 35 K€ annuels. « Nos
fils qualifiés. Ce sont les fonctions liées salaires d’embauche correspondent aux grilles du
à l’informatique, aux centres d’appels marché mais nous proposons en plus des stocksinternalisés et au marketing qui sont les options. C’est motivant dans un contexte de croisplus demandées. « Nous cherchons une sance », précise Pierre Krings, directeur général de
vingtaine de jeunes diplômés, principa- PriceMinister.
Valérie FROGER.
En savoir plus
Institutionnels
Fédération des
entreprises du
commerce et de la
distribution,
www.fcd.asso.fr
Association pour le
commerce et les
services en ligne
www.acsel.asso.fr
Fédération des entreprises de vente à distance,
www.fevad.com
36
Forums emploi
Job salon relation client,
le 18 septembre, Espace
Champerret, Paris.
Job salon distribution,
5 novembre 2008, Espace
Champerret, Paris.
www.jobrencontres.fr
A lire
Les métiers de la grande
distribution,
Coll. L’Etudiant, 184 pages.,
11,50 ¤.
La culture est un plaisir
et le plaisir est tendance
…avec Cultura
Jeunes Diplômés bac +2, bac +4/5
Rejoignez-nous comme :
Responsable de département H/F
France entière
Après une période de formation, vous exercez un métier riche et diversifié en tant que
véritable patron de votre département dans les domaines de la gestion, du commerce,
du merchandising et du management d’équipe. Dans une ambiance de travail basé
sur la simplicité, la convivialité, la responsabilisation et la confiance, de nombreuses
opportunités s’offrent à vous.
Pour en savoir plus sur nos métiers et postuler en ligne, consultez notre site :
www.cultura-societe.com
Merci d’adresser votre candidature en précisant la référence du poste à Cultura,
DRH, Héliopolis B2, Avenue de Magudas, 33691 Mérignac Cedex
ou par e-mail : ccapel.000409.567@recrut.ccld-recrutement.com
Ricoh aide les entreprises à partager les informations cruciales
rapidement et simplement. Pour notre développement, nous
recherchons :
INGÉNIEUR DES VENTES COMPTES RÉGIONAUX - H/F
France entière
Passionné par les NTIC et attiré par les challenges commerciaux, vous
assurez le développement et la fidélisation d’un portefeuille de clients
et prospects professionnels. Vous proposez des solutions personnalisées
d’impression et de gestion documentaire. De formation commerciale,
vous possédez une première expérience de la vente terrain en BtoB
idéalement dans le secteur de la solution d’impression. Pour tous ces
postes, nous vous apportons une formation de pointe, des outils d’aide
à la vente, une rémunération attractive non plafonnée (fixe + commissions
+ primes) et un véhicule.
Postuler à la Direction Unité Opérationnelle de votre région :
• DUO IDF : ricoh-28114@cvmail.com
• DUO NORD : ricoh-34407@cvmail.com
Publicis Consultants I RH AC Conseil - Crédit photo : Getty Images
• DUO SUD-OUEST : nrg-43943@cvmail.com
SIO
NOUS
Z
E
N
N
S
IMPRE
• DUO SUD-EST : nrg-59369@cvmail.com
• DUO OUEST : nrg-21697@cvmail.com
• DUO EST : ricoh-10402@cvmail.com
Notre groupe : Plus de 2500 collaborateurs (en
France), un chiffre d'affaires consolidé 2006 de
plus d'1 milliard d'euros, une présence forte dans
plus de 15 pays d’Europe et une part de marché
de 25% dans le monde. w w w. r i c o h . f r
Battant, positif, ouvert, impressionnez-nous par votre
personnalité. Et laissez-nous Vous impressionner. Des formations
sur mesure au sein de notre Université. Une rémunération
non plafonnée. Des parcours professionnels évolutifs et
motivants. Une expertise unique au cœur de la gestion
globale du document. Une croissance de 25% de ses effectifs
depuis 5 ans. Et si nous échangions nos impressions ?
Publicis Consultants I RH
cultura-societe.com
Pour vous, un disque, un livre ou les arts créatifs sont beaucoup plus que des produits,
ce sont des vecteurs de passion, des producteurs d’émotion, des moteurs de créativité !
Acteur reconnu du commerce de biens et de loisirs culturels en France avec 40 magasins
(+/- 2000 m2) et plus de 1650 collaborateurs, Cultura a fait de son concept « la culture
pour tous » une véritable réussite commerciale.
Coup de frein sur
les EMBAUCHES
Les recrutements ralentissent dans le secteur de l’automobile.
Seuls les réparateurs recrutent encore en masse.
M
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
algré une légère reprise, l’année 2007 n’a Valenciennes, se déclare quant à lui en « phase de stapas été un grand cru pour l’automobile. bilisation ». Quelques postes d’ingénieurs et de comAvec 2 064 633 immatriculations de merciaux restent cependant ouverts en cas de besoin
véhicules, la France reste à la traîne. Du coup, à des jeunes diplômés. Seul Renault tire son épingle
constructeurs et équipementiers prédu jeu. Dans le cadre de son contrat
voient peu d’embauches cette année. Les équipemen- « Renault 2009 », la firme au losange
Chez PSA, peu bavard sur ses prévi- tiers supportent envisage de se développer et d’étoffer
sions, les recrutements sont au point
mieux la crise. ses équipes. « Comme l’an passé, nous
mort. Le groupe va même supprimer
allons embaucher environ 300 jeunes
3 000 emplois dans les trois années à venir. « Sans diplômés. La moitié des offres est réservée à des
licencier, précise le constructeur. C’est le rythme des candidats issus d’écoles d’ingénieurs, l’autre moitié
départs en retraite naturel prévu ». Toyota, large- à des élèves d’écoles de commerce ou de formations
ment présent en France avec son site de universitaires pour des postes de juristes, fiscalistes, acheteurs... » explique Hélène Tavier, chef du
service recrutement cadres et relations grandes
écoles. Les marques étrangères comme Fiat ou
Volkswagen ont elles aussi mieux résisté à la crise
automobile et tablent sur quelques embauches en
France. Chez Daimler-Chrysler, entre 15 et 20 jeunes diplômés seront recrutés en 2008, principalement à des postes d’ingénieurs.
Du côté des équipementiers, qui, en tant que soustraitants, subissent de plein fouet la crise des
constructeurs, la situation est paradoxalement un
peu meilleure. Les candidats qualifiés ont de l’avenir
dans la logistique et la qualité et les bac +3/5 sont
activement recherchés. Michelin va recruter
300 jeunes diplômés, principalement à des postes
d’ingénieurs en environnement, en qualité et en
R&D. « Tous passent par une phase terrain de plusieurs mois avant d’évoluer vers des postes de management », souligne Carlos Echanove Escudero,
directeur du recrutement. Faurecia recherche pour
sa part une centaine de jeunes ingénieurs ayant si
possible une première expérience internationale et
maîtrisant au moins deux langues étrangères.
Jean Berg,
français. Elles vont avoir
vice-président du
Dans le secteur, le VIE (Volontariat international en
cabinet Estin & co. besoin de commerciaux, de
entreprise) a le vent en poupe. Ces stages à l’étranger
« L’industrie automobile chefs de produit mais aussi
d’une durée de 6 à 24 mois, renouvelable une fois,
de responsables marketing
chinoise est en pleine
ouverts à tout candidat âgé de
capables de vendre leurs promutation. Pour l’instant,
En savoir plus
moins de 28 ans représentent
duits et de traduire, pour un
les exportations sont encore
un bon moyen pour être
Salon
marginales (340 000 véhicules faible coût, les spécificités des
Mondial de l’automobile, embauché. Valéo, par exemple,
voitures chinoises. Pour un
en 2006) mais
du 4 au 19 octobre,
recrute tous les ans 200 VIE :
Les construcd’ici à cinq ans, jeune diplômé, il peut être intéParis, Porte de Versailles. plus des deux tiers sont embauressant
d’anticiper
sur
cette
les
constructeurs chinois
chés à l’issue de leur mission.
offensive. Deux solutions :
chinois
pourraient relan- teurs
soit il arrive à entrer chez l’un
vont exporter
Les jeunes réellement attirés par l’automobile ont
cer le marché et des volumes
des grands constructeurs
plutôt intérêt à se tourner vers les enseignes de répachinois, soit il s’expatrie pour
offrir de nouvelles significatifs et
ration automobile. Midas, Speedy, Feu Vert et
le compte d’une entreprise
ouvrir des filiaNorauto recrutent à tour de bras : du simple mécaniperspectives.
française implantée sur place.
les en Europe
cien au chef d’atelier en passant par des cadres pour
C’est un excellent moyen
et en France. Pour commerles fonctions supports (comptabilité, administration).
pour prendre une longueur
cialiser leurs véhicules, des
Ainsi Norauto prévoit d’embaucher 800 personnes
marques comme SAIC, Chery, d’avance et se familiariser
dont une petite centaine de jeunes cadres et Feu Vert
à la culture chinoise. »
Geely, Donfeng, Brillance ou
table sur 300 recrutements, principalement réservés à
Propos recueillis par
Great Wall vont chercher à
des jeunes diplômés.
Valérie FROGER
Valérie Froger
recruter des jeunes diplômés
38
Work with us on the legends of tomorrow*
Allant des smart aux poids lourds, Mercedes-Benz propose une gamme de produits et services
innovants inégalée dans le monde de l’industrie automobile.
Au sein de Mercedes-Benz CAReer, notre programme de recrutement dédié aux jeunes talents
issus d’écoles de commerces, d’ingénieurs et d’universités (Bac +5), nous vous proposons
de découvrir cette diversité à travers un parcours personnalisé.
Vous parlez couramment anglais et idéalement allemand.
Durant 18 à 24 mois, nous vous confions la responsabilité de projets et l'opportunité de vivre
une multitude d'expériences au sein de Mercedes Car Group, Truck Group et Financial Services.
Mercedes-Benz CAReer vous offre l’espace nécessaire à l’apprentissage de nos métiers et au
développement de vos compétences.
Vous aspirez à un avenir exceptionnel ? Rejoignez une entreprise hors du commun !
www.career.mercedes-benz.fr
*Travaillez avec nous sur les légendes de demain.
Une faim
de jeunes LOUPS
Souffrant d’un déficit d’image, l’industrie
agroalimentaire tend les bras aux ingénieurs et commerciaux.
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
A
vec un chiffre d’affaires de 145 milliards
d’euros en 2006, dont 31 à l’exportation,
l’agroalimentaire est le premier secteur
industriel français, devant l’automobile. La
France est d’ailleurs le premier pays exportateur alimentaire au monde, devant les
Etats-Unis. Si le secteur compte des
géants mondiaux, comme Danone, Nestlé
ou Unilever, 90 % des 10 000 entreprises
comptent moins de 250 salariés, toujours
en manque de forces vives malgré les aléas
économiques conjoncturels actuels. Même
si les recruteurs se montrent plus prudents
dans leurs embauches, ils continuent à alimenter leur vivier de candidats. Dans les
très grandes entreprises, on sait que l’actuel ralentissement de la croissance est
conjoncturel. Les PME risquent donc
d’être plus prudentes que l’an dernier,
même si les remplacements de départs en
retraite sont toujours d’actualité.
A la clé, de nombreux jobs pour les titulaires
d’un troisième cycle, mais pas seulement.
« Depuis quelques années, notre industrie – qui
recrute toujours beaucoup d’ingénieurs – embauche à 60% des profils bac +2/3 », souligne Philippe
Pelvet, directeur de l’Apecita (Association pour
l’emploi des cadres, ingénieurs et techniciens de
l’agriculture et de l’agroalimentaire). « Pour des
postes de chefs de secteur, nous embauchons sur-
Karine Trébert,
36 ans,
directrice des
achats d’un
producteur et
distributeur de
produits pâtissiers semi-transformés à
Rungis (94).
Comment avez-vous évolué vers la fonction achat ?
Karine Trébert : J’ai complété mon DUT en technique
de commercialisation par
une spécialisation dans la
distribution à l’université. J’ai
passé les treize premières
années de ma carrière dans
la grande distribution, où je
suis entrée comme chef de
rayon. Au bout de huit ans,
après avoir été chef de produit, je suis devenue acheteuse pour le secteur de la
boulangerie. Dans la grande
distribution, on achète des
produits de marque. Il y a
des mécanismes précis,
encadrés par la loi. Je suis
passée du côté du fournisseur. J’achète les matières
premières. Je dois donc
analyser le produit que
j’achète et surveiller la
variation de son cours
international.
Quelles sont les attributions d’acheteur ?
KT : La fonction d’acheteur
consiste à rencontrer les fournisseurs, savoir analyser la
tout des titulaires de BTS et DUT techniques de
vente, diététique ou agroalimentaire, complétés
par une licence professionnelle en commerce »,
confirme Magali Fajal, responsable du recrutement chez Pomona. En 2008, le groupe recrutera
150 cadres en CDI sur toute la France, dont…
valeur d’un produit, négocier
les tarifs, les promotions,
suivre les tendances de marché. Il est en effet primordial
d’anticiper les hausses et
les baisses de cours. La veille
concurrentielle fait aussi partie
de nos attributions. Il faut
savoir ce que proposent les
concurrents de nos propres
fournisseurs.
Quelles sont les qualités
d’un bon acheteur ?
KT : Il faut savoir se remettre
en question. Sur le terrain, lors
des négociations, il faut savoir
écouter le fournisseur et pas
seulement se focaliser sur
un prix. D’autre part, la finesse
d’analyse et la bonne prépara-
40
tion du dossier sont cruciales
pour faire la différence. Il faut
aussi connaître profondément
ses marchés, ses produits,
ses fournisseurs. Etre un bon
acheteur passe par l’anticipation et la connaissance.
Le poste d’acheteur a bien
évolué. Avant, c’était « j’achète
super bien, au centime près ».
Maintenant, il faut acheter
intelligemment. Etablir une
relation pérenne avec ses
fournisseurs, être sûr d’eux,
sûr qu’il n’y aura pas de
rupture de stock. Veiller à ce
que le fournisseur soit aux
normes, connaître la législation. Tout cela est aujourd’hui
plus important que le prix.
DM
… la moitié de jeunes diplômés. « Le gros des équipes. C’est une prise de responsabilité effective
besoins se trouve dans la fonction commerciale.
Nous recherchons aussi quelques jeunes auditeurs internes, de formation bac +5, type DESCF,
MSTCF ou école de commerce. Mais il est de
plus en plus difficile pour nous d’attirer les jeunes », regrette-t-elle. Chez Danone, qui recrute
environ 220 cadres cette année, dont 70 % de jeunes, 45 % concernent aussi la fonction commerciale. « Nous attachons une grande
importance au potentiel des juniors
que nous recrutons, pour les faire évoluer en interne », souligne Olga Koenig,
responsable du sourcing pour le groupe
Danone France. Le fonctionnement en flux tendu
renforce aussi la fonction stratégique achatslogistique. Dans un poste où l’expérience fait la
différence, les jeunes commerciaux ayant une
spécialisation achat-logistique sont fortement
appréciés. Les métiers relatifs
Certification et à la qualité ou à la certificalogistique sont tion sont très prisés par les
« Les postes de respontrès appréciées. JD.
sable qualité sont les seuls pour
lesquels nous ne souffrons pas de pénurie de
candidats », indique Magali Fajal.
En revanche, il y a un manque de candidats sur les postes liés à la production.
Le secteur pâtit toujours d’une image
négative à cause de ses conditions de
travail. Les JD ne se ruent pas spontanément sur les boulots fonctionnant sur des plannings en « 3x8 ». Et
pourtant, les opportunités d’emploi
et de promotion y sont nombreuses. Pour un jeune ingénieur, une
expérience sur une ligne de production permet de mesurer très
vite son implication, son autonomie (on est seul la nuit) et sa
capacité à manager différentes
Jean-François
Decrop,
directeur chez
Michael Page
International,
division
Ingénieurs &
Techniciens.
« Les rémunérations dans le
secteur agroalimentaire sont
clairement en dessous de la
moyenne nationale des
salaires. Mais il ne faut pas
oublier que la plupart des
ingénieurs y viennent par
plaisir, par intérêt, notamment dans la qualité. De
plus, la plupart des usines
sont situées en régions où
le coût de la vie est souvent
moindre. En général, un
ingénieur débutant peut
tabler sur une rémunération
moyenne de 30 K¤ annuels,
voire 35 K¤ dans le secteur
de l’énergie. Dans l’agroalimentaire, on est plutôt sur
des moyennes entre 26 K¤
et 28 K¤, dans les PMEPMI. C’est un peu différent
dans les grands groupes
internationaux, qui ont des
grilles selon les écoles d’origine et le profil évolutif de
haut potentiel ou non. Là,
on peut tabler sur 32 K¤ à
35 K¤ auxquels il faut ajouter participation et intéressement. Du côté des commerciaux, il n’est pas rare
de débuter aux alentours de
25 K¤ à 27 K¤. Mais il ne
faut pas oublier les nombreuses embauches
de bac +2 ou 3 ne tire pas
les salaires de départ vers
le haut ».
et directe. Les managers de demain se recrutent
d’abord en production, sur des fonctions de chef de
ligne. Un ingénieur peut tout à fait débuter sa vie
professionnelle par un poste de chef de ligne de production, puis en deux ou trois ans plus tard, passer
chef d’atelier, avant d’évoluer vers un poste de type
responsable de production.
Delphine MONINOT
En savoir plus
Associations
L’Apecita propose des renseignements sur les métiers,
les stages, les formations.
www.apecita.com,
Association nationale des
industries alimentaires,
www.ania.net
41
Salon
Sial, salon international de
l’agroalimentaire, du 19 au
23 octobre 2008, ParisNord Villepinte.
www.sial.fr
L’audit et le conseil
s’ouvrent à la DIVERSITE
Le secteur est en effervescence depuis
deux ans. Face à la pénurie de cadres,
les acteurs du marché se tournent vers
les diplômes universitaires.
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
S
Marine Laufer-Tourte,
36 ans,
senior manager
audit chez PwC.
Quel a été votre parcours chez PwC ?
Marine Laufer-Tourte :
Diplômée d’HEC spécialisée
dans l’audit conseil, j’ai été
recrutée au département
banque et audit de PwC
suite à un stage en octobre
1995. Mais début 1999, je
pensais avoir fait le tour de
cette activité. Une branche
de conseil se créait dans les
techniques réglementaires du
domaine bancaire. J’ai participé à son développement.
Ce fut un changement
radical de métier. Si dans
l’audit, on remplit des
obligations légales, dans le
conseil, on répond à des
demandes ponctuelles
du client. La relation est
tratégie, performance, fusions-acquisitions, développement durable… Pour
aborder ces différentes problématiques,
les entreprises ont un besoin croissant de
conseils. L’internationalisation des marchés, la
complexité galopante des normes comptables et fiscales ainsi que la quête toujours plus forte de rentabilité les poussent également à solliciter l’expertise d’auditeurs, d’experts-comptables et de contrôleurs de gestion. Conséquence : les cabinets de
conseil et d’audit voient leur volume d’activité croître chaque année depuis 2006 et recrutent à tour de
bras. Leur cible privilégiée : les jeunes diplômés.
Sur ses 1 200 recrutements prévus en 2008, Deloitte
en réservera la moitié à des débutants, Accenture en
embauchera 800, PricewaterhouseCoopers 520,
Ernst & Young 700, KPMG 630, Mazars plus de
200, Grant-Thornton une centaine.
La palette des postes proposés est large :
PricewaterhouseCoopers recherche, par exemple,
des auditeurs financiers, des consultants (en management, en systèmes d’information, en assistance à
maîtrise d’ouvrage, spécialisés en risques
des marchés), des analystes,
Des opportunités des experts-comptables, des
avocats, des fiscalistes. Son
à saisir
dans les régions. concurrent Accenture propose
quant à lui des postes de
consultants en management et organisation, en systèmes d’information et en technologies, de juristes,
d’informaticiens, de responsables des ressources
humaines, de contrôleurs de gestion, de chargés de
communication… Ces emplois sont majoritairement à pourvoir en région parisienne, mais il existe
aussi des opportunités en régions.
Conformément à leurs habitudes, les recruteurs
du secteur continuent à puiser dans le vivier des
écoles de commerce et d’ingénieurs. Pas besoin
pour les jeunes diplômés d’être forcément dotés
d’une spécialisation pointue : « Nous embauchons
des profils généralistes. L’expertise, nous leur
apportons ensuite », souligne Alain Perroux,
directeur de la stratégie des ressources humaines
chez Ernst & Young. Le processus d’intégration
prévoit en effet toujours une période de formation
maison. Pour s’attirer les bonnes grâces des jeunes
diplômés, les recruteurs jouent la carte de la
proximité : forum écoles mais aussi stages en
entreprise. En 2008, KPMG en proposera 500,
Ernst & Young 400, PricewaterhouseCoopers
300, Accenture 200, Mazars 180… Une stratégie
payante selon Isabelle Grevez : « chez nous, un
stagiaire sur deux est ensuite embauché ».
Malgré ces différentes « sources » de candidats, …
différente. Après un passage par Londres, on
m’a proposé un poste
de management aux
côtés du patron de l’audit en France. Depuis
2005, je suis donc son
directeur de cabinet.
Si c’était à refaire ?
MLT : Ces choix me
correspondent. Je suis sortie
des sentiers battus et en ai
assumé les conséquences.
Il y avait une prise de risque.
Je sais que mon poste actuel
est atypique. Mais j’y ai
une vision stratégique de
l’entreprise et je dispose
d’un accès à la direction
générale. Si c'était à refaire,
je ne changerais rien !
Propos recueillis par
Delphine Moninot
42
1er cabinet français d’audit et d’expertise comptable*
Plus de 7000 professionnels en France
47 nationalités différentes
On vous aura prévenu ! Chez KPMG, nous savons répondre aux
exigences d’un monde en mouvement. En s’appuyant sur des
expertises sectorielles et techniques à forte valeur ajoutée, nos
professionnels sont investis à 100% pour la satisfaction de nos
clients. Notre engagement ? Il est avant tout humain. Il se
nourrit de notre capacité à réfléchir autrement et à innover
au cœur du monde de l’audit, de l’expertise comptable et
du conseil. Toujours en avance, nos prestations vont en
surprendre plus d’un…
DES HOMMES ET DES FEMMES
A SUIVRE…
Consultez nos offres sur www.kpmg.fr/recrutement
© 2008 KPMG S.A., société anonyme d'expertise comptable et de commissariat aux comptes en France et membre du réseau KPMG de cabinets indépendants adhérents de KPMG International, une coopérative
de droit suisse - Tous droits réservés - *Profession comptable 2007
- Crédits photos : Getty Images
Présent dans 145 pays
L’audit et le conseil
s’ouvrent à la DIVERSITE
… les cabinets de conseil et
d’audit anticipent une pénurie de compétences en raison
des tensions croissantes sur le
marché de l’emploi cadre.
D’autant que tous subissent
un turn-over d’environ 20 %,
les jeunes cadres prenant
généralement leur envol au
bout de quelques années
pour aller travailler chez un
concurrent voir chez un de
leurs clients. Du coup, les
entreprises du secteur commencent à élargir leurs critères de recrutement et se tournent peu à peu vers les universités.
La fédération Syntec (qui
réunit 250 groupes d’ingénierie, de services informatiques, de conseil, de la formation) a mis en place en
2006 l’opération « Universyntec ». Celle-ci prend la
forme de forums d’information sur les métiers des
études, du conseil et des services informatiques, animés par de jeunes professionnels et des recruteurs. A
l’issue de ceux-ci, les étudiants se voient proposer des
stages. Dans le même esprit, PricewaterhouseCoopers
s’est engagé en février 2007 dans l’opération Phénix via
laquelle plusieurs grands groupes ont décidé de recruter des titulaires d’un master 2 recherche (en lettres,
sciences humaines, sciences…) des universités Paris I,
Paris III, Paris IV, Paris XII, Marne-la-Vallée. Ces derniers sont ensuite formés pendant trois mois avant leur
prise de fonction. Le groupe a recruté seize jeunes par
ce biais qui deviendront consultants ou auditeurs. Si
leurs débuts dans l’entreprise sont probants, PwC
renouvellera l’expérience. Avant d’être rejoint par ses
concurrents ?
Ambre POUSSIELGUE
Peut-on vraiment faire carrière dans le conseil ?
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
« Le conseil n’est pas qu’un
troisième cycle ! »
« Le conseil
n’est pas qu’un
troisième
cycle ! » Alors que de nombreux jeunes n’envisagent le
conseil que comme une
bonne manière d’acquérir
rapidement une expérience
variée, avant de filer chez le
client, Olivier Juès, associé
en charge des RH pour
l’activité conseil chez
PricewaterhouseCoopers est
clair : un cabinet de conseil
est une entreprise comme
une autre, où les progressions de carrières sont
identiques. L’ancienneté est
même un immense atout.
« Plus le collaborateur a
acquis de l’expérience sur le
monde économique en
général et celui des entreprises en particulier, plus il
bénéficie d’une aura et
surtout, mieux il conseillera le
client », estime Olivier Juès.
« Souvent, des collaborateurs nous quittent, car ils
recherchent une diversité, ou
ils font un choix de carrière
différent : projet entrepreneurial, expérience opérationnelle
dans un milieu industriel,
explique Alain Perroux, directeur de la stratégie RH chez
E&Y. Or notre but est que les
gens fassent carrière dans le
conseil. Pour les fidéliser,
nous ouvrons nos carrières
à la diversité. Régulièrement,
le collaborateur change
d’environnement sectoriel,
géographique, de type de
conseil. Et nous sommes
très attentifs à respecter les
projets personnels, à gérer
au mieux les contraintes
familiales. » Dans un cabinet,
l’évolution est très cadrée,
mais plutôt rapide. On est
d’abord « consultant junior »
pendant deux ans. Mais les
responsabilités arrivent vite,
puisque le junior encadre
déjà des petites équipes au
bout d’un an. Ensuite, on
passe « consultant senior »
pendant encore trois ans.
Logiquement, on devient
« manager » au bout de cinq
ans d’expérience et « senior
manager » trois ans plus
tard, soit après huit ans. Les
consultants peuvent devenir
associés à partir de 11 à
14 ans d’expérience.
« Devenir associé n’est que
le début d’une nouvelle
carrière car le type de clients
et les missions changent,
souligne Olivier Juès.
Contrairement aux entreprises plus classiques,
on ne fait jamais la même
chose dans une carrière
dans le conseil. C’est un
mode de vie. »
Elisabeth Templier,
24 ans,
auditrice chez
Ernst & Young.
Pourquoi avoir choisi
ce secteur ?
Elisabeth Templier : Durant
ma deuxième année
d’études à l’Essec, spécialité
audit finance comptabilité, j’ai
fait un stage de six mois en
audit chez Ernst & Young. Il
me restait encore deux ans
d’école, mais E&Y m’a proposé d’emblée de m’intégrer
à l’issue de ma formation. J’ai
44
encore étudié un an et demi
en Allemagne pour obtenir un
double diplôme. Et j’ai été
embauchée chez E&Y en
septembre 2006 et je suis
devenue auditrice senior en
juillet 2007. Je gère des petites équipes, de une à trois
personnes. L’encadrement est
un aspect que je découvre.
Qu’est-ce que ce métier
vous apporte ?
ET : La variété des missions
m’a tout de suite plu, tout
comme la jeunesse et le
dynamisme des équipes.
Mais ce qui m’importe, c’est
de m’enrichir. Ici, j’apprends
énormément. Il faut être
curieux d’esprit et savoir
s’adapter très vite à divers
interlocuteurs.
Comment voyez-vous
la suite ?
ET : Pour l’instant, je compte
rester dans l’audit, le conseil
ne m’attire pas. D’autant qu’on
peut évoluer sur différents
métiers au sein de l’entreprise,
notamment à l’international.
© 2008 Accenture. All rights reserved. *La haute performance. Réalisée.
Souvent, la solution est d’envisager le problème sous un
angle différent.
Une journée ordinaire pour un champion comme Tiger.
En rejoignant Accenture, vous faites le choix d’une carrière professionnelle placée sous le signe de la motivation
et de l’évolution. Vous participez à des missions passionnantes et aidez à accroître la performance des plus
grandes entreprises nationales et internationales. Chaque jour, vous repoussez vos limites et développez vos
compétences. Vous travaillez avec des collaborateurs talentueux pour trouver des solutions innovantes et réaliser
ce qui n’a jamais été tenté. Si telle est votre conception d’une journée de travail comme les autres, alors Accenture
est fait pour vous.
Consultants juniors en management et en organisation h/f
Consultants juniors en analyse de processus et intégration de systèmes h/f
Consultants juniors en technologies des systèmes d’information h/f
Jeunes diplômé(e)s d’une grande école d’ingénieur ou de commerce, rendez-vous sur notre site.
Connectez-vous sur www.recrute.accenture.fr
L’audit et le conseil
s’ouvrent à la DIVERSITE
Les niches du consulting
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
Aux côtés des géants du consulting, les cabinets spécialisés se multiplient.
Entrepreneurs dans l’âme, à vous de jouer !
Si le conseil en ressources humaines a le vent en nouveaux collaborateurs. Les jeunes dotés d’une
poupe dans les gros cabinets, d’autres se spéciali- expertise en finance, droit social, droit des affaires y
sent sur des niches. Créé en 2002, EPS Partenaires sont activement recherchés. Tout comme les ingéest expert en retraite et prévoyance, épargne d’en- nieurs spécialisés.
treprise et protection sociale. Le cabinet, qui Créer son activité de conseil peut s’avérer un bon
compte 5 personnes, vient d’intégrer un jeune, tout filon. Avec deux associés, Bastien Vincent, diplômé
juste diplômé d’un bac +2 en ressources humaines. de l’EM Lyon, a créé Citylinks en 2005. Son
« Nous intervenons sur des domaicredo : du conseil pour la réalisation
Opportunités
nes spécifiques qui ne s’apprennent
d’équipements sportifs dans les collecpas à l’école. Nous recherchons des d’évolution dans les tivités territoriales. Surfant sur le
personnes dotées d’une bonne cul- petites structures. développement des partenariats
ture générale des ressources humaipublic-privé, le besoin pour les collecnes, et les formons en interne », précise Hubert tivités de faire toujours plus avec moins… Citylinks
Clerbois, associé chez EPS Partenaires, qui parfois a multiplié par cinq son chiffre d’affaires en 2007.
peine à attirer de jeunes recrues.
« Nous venons de recruter un master 2 en gestion
« Dans une petite structure, les évolutions sont plus du sport. Même si notre activité relève de l’audit et
rapides, mais c’est moins sécurisant que dans les du conseil, il faut d’abord être passionné de sport »,
grands cabinets », résume Hubert Clerbois. Même explique Bastien Vincent.
DM
discours chez Convictions RH, cabinet de conseil
spécialisé dans l’accompagnement de la fonction
RH. « Nous vendons une aventure, ceux qui nous
rejoignent participent à la construction d’une success story », s’enthousiasme Eudes Le Gars, directeur associé du cabinet. Créée à cinq il y a un an, la
société envisage de doubler son effectif et son CA
d’ici à la fin de l’année. « Nous avons déjà recruté
une dizaine de juniors, titulaires de master 2 en RH,
ou issus de Sup de Co, option RH », remarque
Eudes Le Gars. Autre créneau en vogue : la gestion
de la diversité dans les entreprises. Nathalie Malige,
42 ans, a créé le cabinet Diverseo, voilà un an et
demi avec deux associés. « Pour le moment, beaucoup d’entreprises n’abordent le sujet que sous l’angle de la communication externe. Certaines commencent à comprendre les enjeux. C’est un secteur qui monte. Il y a de la place pour les jeunes » souligne la PDG de Diverseo.
Toutefois, sa société ne fait pas dans le social.
« Nos analyses sont complexes. Nous reportons à des comités exécutifs. Il y a une grosse
pression », prévient celle qui vise les diplômés de grandes écoles, titulaires d’un
MBA ou d’un autre 3e cycle universitaire. Le conseil opérationnel en optimisation des coûts (charges sociales, fiscales, achats) est également très porteur
pour les jeunes diplômés. Leyton &
Associés compte parmi les trois acteurs
principaux du marché avec Alma
Consulting et le Groupe Lowendal
Masai. Il souhaite intégrer une centaine de
46
On veut
faire la différence*
avec nos différences.
On peut ?
JEVEUX
JEPEUX
sur pwcrecrute.com
L’avenir, vous l’envisagez dans la diversité ou dans l’adversité ?
Pour en parler, PricewaterhouseCoopers vous propose d’échanger avec nos
collaborateurs et des invités prestigieux, décideurs et acteurs de l’économie.
Sur la web TV PwC, c’est vous qui faites le programme ! pwcrecrute.com, un
rendez-vous métiers à ne pas zapper. Postulez en ligne sous réf. FJD-04/2008.
*connectedthinking
L’audit et le conseil
s’ouvrent à la DIVERSITE
Des développeurs
de talents
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
Les profils d’experts ERP ou J2EE
s’arrachent. Pour la troisième année
consécutive, les SSII recrutent à tour de bras.
Jamais deux sans trois ! Pour la troisième année
consécutive, le recrutement en SSII est au beau fixe.
Après 55 000 recrutements en 2007 (soit entre 15 000
à 20 000 créations nettes d'emplois), le Syntec informatique, syndicat regroupant les principaux éditeurs
et sociétés de services informatiques, table sur autant
d’embauches cette année. Et ce, malgré les incertitudes sur la croissance et la crise des subprimes. Le gros
des projets, notamment dans la banque (harmonisation des systèmes d’information, CRM, gestions de
comptes…), n’est pas remis en cause par les événements boursiers du début de l’année. De plus, depuis
les lois Sarbane-Oxley, la législation a évolué sur la
gestion des risques. Sur des profils d’architecte des
Nicolas Doucerain, président de Solic
systèmes d’information dans la finance ou de spécia(cabinet conseil en ressources humaines)
listes en sécurité des systèmes d’information, les can« 80 % des étudiants
et des procédures de gestion
didats ont clairement la main.
qui sortent des Miage
performantes. C’est un excelDu coup dans les sociétés de services en ingénierie
(master/maîtrise inforlent tremplin pour, à terme,
informatique,
les volumes de recrutement sont
matique appliqué à la
intégrer une société utilisatrice.
impressionnants
: 3 000 embauches prévues chez
gestion des entrepriAu bout de 5 ans, 70 % des
Alten, 2 300 chez Altran, 2 200 chez Sogeti, 2 000
ses), des DESS en
JD salariés dans une SSII sont
chez Unilog, 1 800 chez Cap Gemini et Atos Origin.
systèmes d’information ou
d’ailleurs embauchés
Il y a aussi beaucoup de place dans
d’écoles d’ingénieurs intègrent
par une société cliente. Les
Les SSII recrutent les plus petites, plus spécialisées.
une SSII à la fin de leurs étuSSII connaissent en effet un
des. C’est presque un pasfort turn-over, de l’ordre de
aussi des étudiants « Les grosses SSII sont des intégrasage obligé. Il faut reconnaître
15 %, et proposent des salaiPour l’externalisation ou le
encore en formation. teurs.
qu’on y apprend beaucoup et
res alléchants pour attirer les
off-shore de leurs clients, des équitrès vite. C’est une expérience
jeunes recrues. Les rémunérapes de pilotage ou de conseil se mettent en place. C’est
très formatrice car le jeune
tions fixes sont d’ailleurs plus
là
que nous intervenons, avec des directeurs de prodiplômé est en contact avec
élevées que dans les entreprijets qui sont des consultants de haut vol », explique
les nombreuses cultures de
ses mais il y a rarement de
Gérald Favre-Ponte, le PDG de Seriacom Groupe,
l’entreprise et des environnevariables, et encore moins de
une SSII de 200 salariés, qui compte en recruter 50 à
ments informatiques diffésystèmes de participation ou
70 cette année. Les profils recherchés ? Des ingérents. Rejoindre une SSII perd’intéressement. »
met également de se former
Propos recueillis par
nieurs ayant entre deux et cinq ans d’expérience mais
et d’apprendre des méthodes
Valérie Froger
aussi des jeunes diplômés. Voire pas encore diplômés.
Le groupe informatique Sogeti s’est déjà engagé à
recruter les 120 étudiants de la promotion 2010 de
Polytech’Grenoble. Les as des nouvelles technologies
(.net, J2EE, Java) mais aussi les pros des ERP
(Enterprise Resource Planning ) et des bases de données (Oracle) sont attendus à bras ouverts pour occuInstitutionnels
Association française
per des postes d’ingénieurs d’études nouvelles technoSyntec informatique,
de l’audit et du conseil
logies (Java, .net), de développeurs, chefs de projet,
www.syntecinformatiques,
directeurs de projet, chefs d’équipe. Les consultants
informatique.fr
www.afai.fr
ayant une double expertise, technologique et métier
(Oracle et finance, SAP et logistique...) sont égaleSyntec conseil
A lire
ment appréciés des recruteurs. Un débutant est
en management,
Les métiers de l’audit,
aujourd'hui à 32 K€ en moyenne, selon l’enquête
www.syntecde Elisabeth Godot,
rémunération 2007 du Conseil national des ingénieurs
management.com
Stéphanie Lerouge,
et des scientifiques de France.
DM
L’Etudiant, 2007, 11,50 ¤.
48
CATIA, DELMIA, ENOVIA, SIMULIA, SolidWorks and 3D VIA are registered trademarks of Dassault Systèmes
or its subsidiaries in the US and/or other countries. Création : Hodes4People.
Ingénieurs Développement - Support Produit
Commercial Grands Comptes HF
Vous êtes passionné par la technologie ? Vous rêvez d’imaginer le futur ?
D’évoluer au cœur d’un environnement d’excellence ? Rencontrons-nous !
Dassault Systèmes, leader mondial du marché des logiciels de gestion de
cycle de vie des produits (Product Lifecycle Management/ PLM), entreprise
résolument tournée vers l’innovation et l’international, recrute 250 nouveaux
collaborateurs et 180 stagiaires (5 mois et plus).
Futurs ingénieurs, ne cherchez plus ! Prenez contact avec nous et saisissez
dès maintenant nos opportunités d’emploi et de stage en R&D, systèmes
et réseaux, ventes, marketing et services sur notre site www.3ds.com/fr/stages
ou www.3ds.com/fr/jobs.
Nathalie Rauhoff,
Responsable Recrutement,
GROUPE CRÉDIT AGRICOLE S.A.
«
Publireportage Les entreprises qui recrutent
Les carrières se font aussi
bien à l’échelle régionale, que
nationale ou internationale »
Quelles sont les différentes activités du groupe Crédit Agricole ?
Nous sommes le numéro un français,
et l’un des leaders européens de la banque assurance, et premier recruteur
dans ce secteur en France. Nous nous
appuyons sur plusieurs domaines d’activité : la banque de détail (les Caisses
régionales de Crédit Agricole et LCL),
la banque de détail à l’international, qui
est l’un des axes majeurs de notre développement, la banque de financement
et d’investissement, la gestion d’actifs,
les services financiers spécialisés (crédit à la consommation, affacturage, leasing...), les assurances et la banque privée. En somme, nous opérons dans tous les
métiers de la finance et de l’assurance.
Quels sont vos besoins en termes de recrutement ?
75 % des personnes que nous recrutons sont des
commerciaux , au contact direct de la clientèle : aussi
bien dans notre réseau d’agences, que dans la banque
de financement et d’investissement, par exemple. Les
25 % d’autres profils occupent des fonctions support :
informatique, risques, audit, contrôle de gestion,
comptabilité/consolidation, etc. Nous avons de plus
en plus de besoins dans ces derniers métiers.
L’ensemble de nos embauches représentait 7500 personnes en 2007, dont 60 % de jeunes diplômés.
De quelles filières sont-ils issus ?
Pour la banque de détail, la grande majorité sont titulaires d’un cycle Bac +2 ou 3, type BTS ou licence 2 ou
3. Nous recherchons avant tout de bons commerciaux,
et nous sommes ouverts à des profils très variés : il ne
faut pas hésiter à postuler ! Pour la banque de financement et d’investissement, l’asset management, ou
certaines fonctions centrales, comme l’audit, la
comptabilité ou le contrôle de gestion, nous recrutons des Bac + 4 ou 5, issus de toutes formations :
d’écoles de commerce bien sûr, mais aussi de l’université – titulaires d’un Master 2 en Banque
Finance par exemple, ou encore d’écoles d’ingénieurs, pour les métiers où les compétences en
modélisation mathématique sont nécessaires.
50
Que mettriez-vous en avant pour inciter un
jeune à travailler chez vous ?
Avant tout, les valeurs d’un groupe dont les
racines sont le mutualisme et qui attache une
grande importance à la relation humaine : la
cohésion, l’esprit d’entreprise, l’ouverture, la responsabilisation. Le Crédit Agricole est un groupe
où il fait bon vivre, où nous développons une
relation durable avec nos collaborateurs. Cette
relation se traduit notamment dans notre politique de mobilité interne. Celle-ci est fortement
encouragée et les perspectives d’évolution sont
particulièrement motivantes. Cette mobilité
fonctionnelle peut se faire à l’intérieur d’un
métier ou à l’intérieur du groupe, entre différentes filiales – c’est l’avantage de couvrir un large
spectre de métiers. Les carrières se font aussi
bien à l’échelle régionale, que nationale ou
encore à l’international.
Quelle est votre politique de formation ?
C’est pour nous un élément essentiel. Nous avons
lancé une campagne intitulée « On va plus loin
avec le n° 1 », en nous référant à notre positionnement de leader mais aussi aux 3,6 millions d’heures
de formation que nous avons dispensées en 2006.
L’accompagnement se fait dès l’embauche par l’intermédiaire de séminaires d’intégration. Ce qui est
particulièrement sécurisant pour les jeunes embauchés. Et tout au long de la carrière, des évaluations,
bilans de compétences, sessions de formations sont
proposés.
Pourquoi recruter des jeunes ?
Nous avons bien sûr le souci d’équilibrer notre
pyramide des âges et de préparer les départs en
retraite à venir. Mais nous avons surtout besoin
d’accompagner notre développement, que ce soit
sur des métiers commerciaux ou sur des métiers
supports, comme la comptabilité/consolidation ou
l’informatique par exemple où nous recherchons de
nouvelles compétences. Nous apprécions l’enthousiasme des jeunes, leur dynamisme, leur envie
d’évoluer et nous sommes très attentifs à leur projet professionnel. Rappelons enfin que le recrutement des jeunes est favorisé par le modèle social du
Crédit Agricole : nous faisons évoluer nos collaborateurs sur plusieurs métiers, dans le but de les
« faire grandir » au sein du groupe et, parmi eux,
déceler nos dirigeants de demain.
© Getty Images
On va plus loin
avec le n°1
1ER GROUPE BANCAIRE EN EUROPE * / 1ER BANCASSUREUR EN FRANCE / 1ER EMPLOYEUR BANCAIRE EN FRANCE
■ 6 pôles métiers ■ 3 600 000 heures de formation ■ 600 évolutions professionnelles inter filiales
Rejoindre le premier groupe bancaire en Europe*, présent dans plus de 70 pays, c’est avoir l’opportunité
d’occuper le poste qui correspond à vos envies et à vos ambitions. C’est aussi accéder à de multiples territoires
d’évolution en bénéficiant d’un accompagnement actif et concret dans le développement de votre carrière.
* Par les revenus de la banque de détail.
Les 3 classements sont établis au 31/12/07.
credit-agricole.com
«
Antoine de Riedmatten
Responsable du recrutement
et de la formation,
DELOITTE FRANCE
Publireportage Les entreprises qui recrutent
Un jeune diplômé recruté
chez Deloitte peut doubler
son salaire en 4 ans »
En quelques mots, présentez-nous Deloitte.
Deloitte est un cabinet d’audit, de conseil, et de
corporate finance. A ces activités s’ajoutent deux
autres métiers complémentaires : l’expertise comptable, à travers notre filiale In Extenso, et le conseil
juridique et fiscal, via le réseau Taj. Au total, nous
comptons 6 000 collaborateurs, pour un chiffre
d’affaire de 720 millions d’euros. Ces dernières
années, nous avons connu une très forte croissance
due notamment au développement de notre activité
consulting. Nos besoins en recrutement sont donc
énormes : nous embauchons de 1 000 à 1 200 personnes par an, dont 50 % de jeunes diplômés.
Quels avantages à recruter de
jeunes diplômés ?
En choisissant des jeunes diplômés, nous encourageons une
caractéristique naturelle de notre
métier : un turn-over important.
Une grande partie de nos jeunes
collaborateurs partiront en entreprise au bout de quelques années.
Ils constituent un réseau d’anciens
très important pour nous : de
potentiels futurs clients, des précepteurs d’affaires et de recrutement. De plus, notre métier de conseil nous oblige à
être à la pointe en termes techniques et technologiques, ce que nous permettent les jeunes diplômés.
Quel profil privilégiez-vous ?
60 à 65 % de nos embauches de débutants concernent des étudiants d’écoles de commerce. 10 % viennent d’écoles d’ingénieur, 10 % de l’université, le
reste concernant des profils très spécialisés dans des
domaines très pointus. Cette diversité de profils
constitue une source d’enrichissement. Un ancien
élève ingénieur sera un véritable atout chez un client
qui travaillerait, à titre d’exemple, dans les télécoms,
tant en termes de connaissances techniques, qu’en
termes de contact. Or nos métiers comportent aussi
une grande part de relations humaines, aussi bien
entre collaborateurs Deloitte, que chez le client. C’est
pourquoi cette dimension est également prise en
compte dans le recrutement.
52
Quelles bonnes raisons de débuter une carrière
chez Deloitte ?
Nous offrons quelque chose d’unique :
vu la variété de nos clients, un débutant connaîtra chez nous un nombre et une diversité d’expériences qu’il ne rencontrera jamais dans un
groupe industriel. Donc, dans un temps très
limité – en fonction des demandes et des clients,
nos missions durent d’une semaine à environ
9 mois – il sera confronté à une multiplicité
d’équipes d’encadrement et à une multiplicité de
problématiques.
Autre atout : notre culture du travail en équipe
qui constitue, d’une part, un facteur d’émulation,
mais aussi un formidable vecteur de formation
terrain. Sur ce dernier point, nous faisons de
gros efforts. C’est un élément capital pour un
débutant.
Enfin, j’ajouterais que les valeurs que nous
défendons peuvent séduire de nombreux jeunes
diplômés. La diversité d’abord : 55 nationalités
différentes sont présentes chez Deloitte France,
et le recrutement de jeunes diplômés se fait à
parité homme-femme. La solidarité aussi : de
nombreux programmes de tutorat, d’accompagnement de bacheliers de milieux défavorisés,
par exemple, sont mis en place.
Quelles perspectives d’évolution proposez-vous
à vos jeunes recrues ?
Potentiellement un jeune diplômé recruté chez
Deloitte peut doubler son salaire en 4 ans. On ne
cherche pas à donner les plus hauts salaires à
l’embauche, mais à proposer des taux d’augmentation d’année en année qui soient sources de
motivation.
De plus, au bout de quelques années, un collaborateur peut être transféré d’un métier à un autre.
Il peut aussi partir pour des programmes de 18
mois à l’étranger. C’est l’avantage de travailler
pour un groupe multi-activités et multinational
comme Deloitte.
J’ajoute que nous sommes en train de mettre en
place un programme de haut potentiel. L’idée est
de développer une filière privilégiée pour ceux de
nos meilleurs jeunes diplômés qui souhaiteraient
avoir une carrière plus risquée, plus exposée,
mais aussi accélérée, dans laquelle ils pourraient
donner le meilleur d’eux-mêmes. Ce programme
d’excellence concernera 10 % des embauches et
sera effectif en septembre 2008.
La Dynamique Deloitte
libère vos potentiels
Transports, Distribution & Produits de
grande consommation, Energie, Telecom
et Media, Secteur Public, Banque et
Assurance. Avec une telle variété des
secteurs d’activité, la diversité des métiers
proposés, et une présence internationale,
votre champ d’action évolue en fonction
de vos ambitions.
Vous aussi, bénéficiez de la Dynamique
Deloitte.
. .
.
.
Audit Tax Consulting Corporate Finance
Découvrez la
Dynamique Deloitte sur
www.deloitte-recrutement.fr
«
Sylvie Roger,
Responsable du département
recrutement, mobilité et
gestion de carrières, ICADE
Publireportage Les entreprises qui recrutent
Nos jeunes recrutés
viennent aussi bien d’ESC
que de cycles universitaires »
Quelle est l’activité d’Icade ?
Nous sommes la 4ème société foncière de France,
avec 3600 salariés pour un chiffre d’affaires de 1,482
milliards d’euros. Notre particularité tient à la diversité de notre patrimoine, nous détenons aussi bien
des logements, que des bureaux, des centres commerciaux et des cliniques. S’ajoutent à la gestion de ce
patrimoine des activités de promotion et de services
immobiliers. C’est un domaine très vaste : Transaction
Immobilière, Conseil, Gestion de Biens, Gestion de
Copropriétés, Property & Facilities Management (la
sous-traitance des services liés à l’immobilier de nos
clients : la gérance, le syndic, la gestion multi-technique, le pilotage de travaux…) etc. En résumé, nous
couvrons l’ensemble des activités de l’immobilier, soit
environ 160 métiers.
Quels sont vos besoins en recrutement ?
Nous recrutons des collaborateurs aussi bien dans
le cadre de création de postes que de remplacement.
Ces embauches se font avant tout dans les métiers de
la Promotion (Responsable de Projets Immobilier,
par exemple), de la Maîtrise d’œuvre ou l’Assistance
à Maîtrise d’Ouvrage (l’intermédiaire entre le promoteur et le bureau d’études).
Nous avons également besoin de personnes ayant
une approche financière ou juridique de l’immobilier.
Concernant les secteurs techniques, nous recherchons des profils ayant des compétences très pointues : nous sommes confrontés à un énorme problème
de recrutement depuis plus de 10 ans. Typiquement,
un exemple : nous n’avons plus, en France, de gens
ayant des compétences en béton armé – donc plus
personne pour en former : nous devons aller chercher ces compétences-là en Europe de l’Est.
Quels moyens utilisez-vous pour sourcer des
candidatures ?
Nous avons réalisé une plaquette distribuée aux
candidats, loin des discours institutionnels, présentant Icade, et surtout ses métiers, les parcours qui y
sont possibles, de façon claire et concrète.
D’autre part nous utilisons des canaux assez traditionnels : communication sur Internet (notamment
sur des jobs-boards), dans la presse (petites annonces), nous participons à des forums, tels que ceux de
54
l’ESTP, l’ENSAM, le
Salon
des
Hauts
Potentiels, ou l’Apec. A
noter que nous encourageons aussi l’embauche
de personnes handicapées. Quelque soit le
canal utilisé, notre procédure de recrutement se
veut réactive.
Quant aux jeunes diplômés, ils représentent 6 %
de notre recrutement. C’est un taux assez bas car nos
activités nécessitent une expérience forte. Aussi, nous
favorisons leur intégration dans les meilleures conditions, tout en assurant un suivi qualitatif. Notre politique est d’en intégrer peu mais de bien les former.
De toute façon, notre pyramide des âges est assez
équilibrée.
Concernant ces jeunes diplômés, quels profils
privilégiez-vous ?
Dans les métiers du service, notamment du
conseil, les formations représentées vont être la
finance, l’urbanisme, ou encore des formations plus
techniques. Je parle de compétences, et pas de
diplômes particuliers : nos jeunes recrutés viennent aussi bien d’écoles supérieures de commerce
que de cycles universitaires. En fait, nous privilégions vraiment la personnalité des candidats, leur
sensibilité à la notion de service, leurs qualités personnelles, leur goût du travail bien fait, du travail
en équipe. Une illustration : j’ai récemment
embauché une jeune personne pour occuper des
fonctions dans notre service juridique, elle est
aujourd’hui Chef de Projet junior « elle fait sortir
des immeubles de terre » et ça se passe très bien.
Peut-on passer d’un métier à l’autre au sein
d’Icade ?
Oui, la mobilité est fortement encouragée. Pour
cela, notre système de formation est très performant, pratiquement du sur-mesure. De plus, notre
commission de mobilité, qui se réunit tous les 15
jours, s’efforce de répondre aux aspirations d’évolutions de nos salariés.
L’un des atouts majeurs d’Icade, c’est que sa
diversité de métiers empêche qu’on s’y ennuie.
L’une de nos valeurs essentielles est cette
croyance selon laquelle on est productif à un poste
où l’on se sent bien.
Donnons vie à la ville
Icade - 3600 personnes, 1,2 milliard d’euros de CA -, acteur majeur de l’immobilier en France, investit, développe et exploite des
logements, des bureaux, des parcs tertiaires, des commerces et équipements.
Opérateur immobilier pour les particuliers, les investisseurs, les entreprises et les collectivités, nous apportons à nos clients
des solutions complètes grâce à nos expertises en promotion, investissement, gestion et exploitation.
Chez Icade, quelque soit votre mission, nous affichons une volonté farouche de vous faire progresser et de maintenir un haut
niveau de compétences grâce à notre politique active de formation.
Icade recrute 500 collaborateurs h_f - France entière
• Responsables de projets immobiliers • Développeurs immobiliers fonciers • Ingénieurs études
• Inspecteurs technique • Consultants en immobilier
01 41 57 70 00
www.icade.fr
handicade
UTEMENT
R LE RECR
GAGE POU
ANDICAPÉS
ICADE S'EN
ILLEURS H
DES TRAVA
Mathieu Gourlet,
Directeur des ressources humaines
France, BUREAU VERITAS
«
Publireportage Les entreprises qui recrutent
Nos salariés sont très
autonomes, itinérants et
d’une grande technicité »
Présentez-nous les activités de Bureau Veritas.
Bureau Veritas est un groupe français assez ancien
puisqu’il fut créé en 1828, à l’origine pour répondre à
des besoins de l’industrie maritime : la classification
des navires. Depuis, nous pratiquons d’autres métiers,
mais notre activité tourne toujours autour de l’identification et de la maîtrise des risques. Outre la marine,
ces métiers sont l’industrie, l’inspection (inspection
périodique d’équipements afin de valider leur conformité à une réglementation), la construction (contrôle
technique construction), les biens de consommation
(le testing de produits), le HSE (hygiène santé environnement), la certification (par exemple par rapport
au référentiel ISO), et le service aux gouvernements et
commerce international (services aux gouvernements,
inspection de marchandises destinées à l’exportation).
Nous comptons plus de 30 000 collaborateurs, dont
7 000 en France, pour un chiffre d’affaires de plus de
2 milliards d’euros. Nous sommes actuellement en
plein développement : notre taille, en termes d’effectifs et de chiffre d’affaires, a été multipliée par quatre
ces 10 dernières années. Notre croissance organique
est, en moyenne, de l’ordre de 7 % par an, complétée
par une croissance par acquisition de 8 % par an.
Notre objectif est le doublement du chiffre d’affaires
constaté en 2007 – année de notre introduction en
bourse, à l’horizon 2011.
Comment ce projet de croissance se traduit-il en
termes de recrutement ?
Nous sommes sur une tendance de 800 à 1000
recrutements par an, dont 25 % de jeunes diplômés, et 30 % de jeunes titulaires d’une première
expérience de 1 à 5 ans. Les profils varient en fonction des métiers que je viens de décrire. Nous
recherchons des ingénieurs diplômés d’Ecoles
Centrales, de l’ESTP, d’ENSA et des universitaires : il n’existe aucune caste chez nous. Nos besoins
couvrent une très large palette de spécialités. Nous
recherchons aussi des techniciens spécialisés en
électricité, électrotechnique, métallurgie.
Vos collaborateurs sont en tout cas des experts.
Oui. Nos salariés sont généralement très autonomes, itinérants et d’une grande technicité.
Concrètement leur activité consiste à intervenir
56
auprès de nos clients
pour réaliser des inspections, des essais, des
audits, délivrer de l’assistance technique, ou
encore de la formation.
Ce qui est particulièrement motivant, c’est que
notre métier fait sens :
nous cherchons à faire
progresser nos clients.
De plus, notre activité est
en plein essor car nous
intervenons en réponse à des problématiques
contemporaines très importantes : le développement durable, la standardisation, la mondialisation
des échanges, le développement des marchés émergents, ou la croissance des populations urbaines. Sur
tous ces sujets, nous vendons de l’expertise mais aussi
des missions tierce-parties, ce qui nous soumet à un
devoir d’intégrité et d’éthique très important. C’est
un métier utile, dont nos collaborateurs sont fiers.
Enfin, par la diversité des modes et des terrains d’intervention, la multiplicité des contacts, le grand nombre d’opportunités d’apprentissage, d’évaluation, et de
progression, nous faisons évoluer nos collaborateurs.
Quelles sont ces possibilités d’évolution ?
Vu notre dynamique, les perspectives d’évolution
peuvent se dégager très rapidement : au bout de 2 ou
3 ans, on peut se voir confier la responsabilité d’un
centre de profit avec entre 10 et 30 collaborateurs à
manager. A moyen terme, des opportunités pour
accéder à des fonctions de cadre dirigeant peuvent se
dégager assez facilement.
Une autre manière d’évoluer est due aux passerelles
qui existent entre nos différents métiers. Même si ces
passerelles concernent avant tout des fonctions
senior de chef de projet, de management opérationnel, ou de business development.
Mais certains de nos collaborateurs préfèrent rester
dans le domaine purement technique et devenir des
experts nationaux, voire internationaux dans leur
domaine.
En outre, notre activité se fait localement ; nous
sommes donc implantés sur tout le territoire.
Parallèlement, nous sommes présents dans 140 pays,
faisant de Bureau Veritas l’entreprise la mieux
implantée à l’étranger après Air France. En conséquence, une carrière peut se faire aussi bien au
niveau régional, qu’à l’international.
33 000 collaborateurs
présent dans 140 pays
700 agences et laboratoires dont 145 en France
CA : 2,067 millions d’euros
Des millions de personnes prennent
un bon bain chaque jour.
Vous y serez pour quelque chose.
Ingénieurs Bâtiment, Thermique, Electricité h/f
Inspecteurs h/f
Consultants Maîtrise des Risques HSE h/f
Chefs de Projets h/f
Publicis Consultants I RH
Notre haut niveau d’expertise technologique se juge à la lumière de nos chantiers d’envergure, faisant appel aux compétences les plus
pointues : grandes installations de combustion, sites Seveso, tunnel TGV Lyon-Turin, extension sur la mer de Monaco,...
En nous rejoignant, nous partagerons ensemble une même ambition : celle d’aider les entreprises et institutions à maîtriser les risques
et à se développer en toute confiance. Votre métier sera d’autant plus passionnant que l’apparition de nouveaux risques, liés à l’évolution
des technologies et à la globalisation de l’économie, imposent sans cesse de faire évoluer ses connaissances et ses compétences.
Rejoindre l’un des leaders mondiaux de la Qualité, de l’Hygiène et de la Santé, de la Sécurité, de l’Environnement et de la Responsabilité
sociale, c’est s’ouvrir de belles opportunités au sein d’un groupe international à la croissance soutenue.
Nous avons notamment mis en place une filière destinée à une “pépinière” qui permet
d’évoluer dans des délais courts vers des postes de managers, partout en France.
Envie de construire avec nous un monde plus sûr, connectez-vous à
www.bureauveritas.fr
*Avançons en confiance
© Photo : Imageshop
Si le secteur du bâtiment est l’un de nos domaines de prédilection, nous intervenons dans bien d’autres univers tels que la marine,
la construction, l’industrie, l’énergie, les biens de consommation, les transports ou les services. L’ensemble de nos métiers nous
amènent à vérifier la solidité et la sécurité des structures bâtiments, tester des matériaux ou des biens de consommation, approuver
les plans d’une installation pétrolière off-shore, auditer l’impact environnemental d’une usine ou inspecter des marchandises dans
un port…
Patrick Gilloux,
Directeur Recrutement et Mobilité,
KEOLIS.
«
Publireportage Les entreprises qui recrutent
Plus que des diplômes, nous recherchons des profils :
des jeunes capables de diriger, de prendre des décisions,
d’écouter, dotés d’une bonne aisance relationnelle... »
Présentez-nous l’activité de Keolis.
Nous mettons en
œuvre au quotidien le
service public de
transport tel qu’il a
été décidé par les collectivités territoriales
– communes, structures intercommunales,
départements ou
régions. Pour citer
quelques exemples
qui parlent au grand public, nous exploitons les
réseaux TCL à Lyon, Star à Rennes, ou encore
Transpole à Lille. Nos 25 000 collaborateurs en
France (plus 11 000 à l’étranger) sont présents
sur tout le territoire. Concrètement, notre activité
couvre trois grandes familles de métiers. Ceux de
l’exploitation, qui mettent en œuvre les moyens
humains et matériels pour assurer la qualité et la
fiabilité du service. Ceux de la maintenance qui
gèrent l’entretien de nos 15 000 véhicules roulants – bus, cars, tramways, métros. Enfin, il y a
les métiers du marketing : études de marché, définition de l’offre de transport (quels besoins ? quel
prix ? quel système de billetterie ?…), mais aussi
promotion et communication.
Et il y a bien sûr, derrière ces trois grands pôles,
tous les métiers supports propres à un grand
groupe : contrôle de gestion, finance, RH, etc.
Quels sont vos besoins en recrutement et quels
profils privilégiez-vous ?
En 2007, nous avons recruté plus de 5000 personnes, dont 200 cadres. Parmi eux, une trentaine
de jeunes diplômés, de bac + 2 à bac + 5. Plus que
des diplômes particuliers, nous recherchons surtout des profils, des têtes bien faites qui s’orientent vers le management : des jeunes capables de
diriger, de prendre des décisions, d’écouter, de
résister à un environnement contraint, dotés d’une
aisance relationnelle, de créativité, d’une bonne
maîtrise des outils informatiques, et d’une bonne
sensibilité aux chiffres et à la gestion.
En 2008, nous inaugurons un dispositif d’accueil
58
de jeunes diplômés qui prendra la forme d’une
pépinière de futurs dirigeants dans nos métiers de
l’exploitation. Ce processus s’étale sur douze mois :
six mois dans une filiale en milieu urbain, puis six
mois dans un contexte interurbain, accompagnés,
à chaque fois, par des tuteurs dotés d’une grande
expertise. A cela s’ajoute une formation théorique
de 29 jours au sein de l’Institut Keolis, notre université interne. En fin de ce processus d’immersion
et de formation, ces jeunes recrues seront affectées
à des postes de responsable d’exploitation.
Ce projet s’inscrit dans un programme particulièrement ambitieux de formation des jeunes, appuyé
par un investissement d’un million d’euros par an
durant cinq ans.
Quelles perspectives d’évolution pour un jeune
chez Keolis ?
Tout d’abord, il faut noter que dans ce métier,
on est à la fois en contact avec les élus locaux et
leurs services, et les clients voyageurs. C’est un
métier utile, qui a un sens, de l’ « intelligence
sociale », et qui répond à un certain nombre de
questions contemporaines, telles que celles liées
au développement durable.
C’est un métier peu connu des jeunes diplômés,
parce que peu enseigné, mais c’est un métier très
riche, qui enthousiasme rapidement, et passionne
le plus souvent.
Concernant l’évolution, elle est très fortement
encouragée chez nous. Nous gérons environ
200 sites en France, certains avec quelques dizaines de personnes à diriger, d’autres, plusieurs milliers. D’un poste à l’autre, la compétence et la
maturité requises ne sont évidemment pas les
mêmes. Nous sommes attentifs à ce que les collaborateurs qui le désirent puissent se remettre en
jeu pour acquérir de nouvelles compétences et
accéder à de nouveaux postes. Notons que ces évolutions de carrière peuvent aussi se faire à l’international, puisque le groupe Keolis réalise 40 % de
son chiffre d’affaire à l’étranger, et que ce taux est
en forte augmentation, avec pour axes principaux
l’Europe du Nord et de l’Est, l’Afrique du Nord, et
l’Amérique du Nord. En tout cas, pour nous, le
principe de mobilité est très important.
R.C.S. Nanterre B 378 900 294
“ Avec mon équipe,
c’est toute une ville que nous
transportons ”
Cécile, 29 ans
Vous aussi, rejoignez le monde
passionnant des métiers du transport
Keolis, acteur de la mobilité
Favoriser la mobilité de tous et rendre le transport public de voyageurs plus moderne et plus
performant, telle est l’ambition des équipes Keolis au quotidien. La volonté de développer
le transport public de demain et la passion d’œuvrer au service de la mobilité durable,
animent les 38 000 collaborateurs dans 7 pays d’Europe et au Canada.
Rejoignez un Groupe dynamique et en pleine expansion qui répond à une seule logique :
le service du client voyageur.
Jeunes diplômés, Bac+2 à Bac+5, venez rejoindre les équipes
Keolis pour des métiers aussi variés que l’exploitation,
le marketing ou la maintenance.
Pour postuler, envoyez votre CV à recrutement@keolis.com
www.keolis.com
«
Jean Cassingena,
responsable des études et de
la politique des ressources humaines
et Pierre Hervé-Bazin,
responsable du département
recrutement France, AREVA.
Publireportage Les entreprises qui recrutent
On a besoin de têtes bien
faites pour les former à nos
métiers très spécifiques »
Jean Cassingena
Présentez-nous l’activité d’Areva.
JC : Areva est un groupe industriel
investi dans l’ensemble du cycle
nucléaire, de la prospection d’uranium,
son enrichissement, jusqu’au retraitement
du combustible, en passant par la
construction de centrales, sans oublier
bien sûr les activités de transmission et de
distribution d’énergie. Nous comptons
65 000 employés dans le monde, dont
33 000 en France.
Quels sont vos besoins en recrutement ?
JC : En 2007, nous avons recruté 4 000 personnes
en France (11500 personnes dans le monde), dont un
millier de jeunes diplômés. Depuis 2005, nous avons
une organisation centralisée dédiée au recrutement
des jeunes cadres et des jeunes diplômés. Pour toucher cette population sur un marché très tendu, nous
utilisons plusieurs leviers : nous établissons des liens
avec les écoles, nous organisons des journées de
recrutement, mais aussi des événements plus originaux sur Second Life, ou en nous appuyant sur des
réseaux tels celui de Face Book par exemple. Ces
démarches sont destinées à renforcer notre image et
à témoigner d’une démarche plus active vers nos jeunes publics.
Quels profils privilégiez-vous ?
PHB : Principalement des formations scientifiques, surtout d’écoles d’ingénieurs, sans élitisme. Et
cette ouverture tend à s’élargir à l’université. Cet
élargissement de notre sphère de recrutement est, au
départ, dû au marché. Mais c’est finalement une
chance que les circonstances nous aient imposé cette
tendance car le groupe se trouve renforcé par la
diversité de profils. Plutôt qu’un diplôme bien spécifique, on a besoin de têtes bien faites pour les former
à nos deux métiers très spécifiques.
Dans quelle mesure un jeune diplômé peut-il
s’épanouir au sein d’Areva ?
PHB : Quand on entre chez Areva, on rejoint une
industrie de pointe dans laquelle des gens passionnés ont matière à s’enthousiasmer. On participe au
défi de l’accès à l’énergie pour tous, ce qui dépasse de
loin les seuls enjeux industriels.
60
De plus, on peut s’inscrire dans une carrière longue,
riche, pleine de rebondissements.
Enfin, aspect auquel les jeunes sont particulièrement
sensibles, la thématique environnementale est également importante – l’énergie nucléaire étant une des
énergies les moins polluantes.
JC : J’ajouterais que les opportunités de développement interne, notamment dans la possibilité de passer
d’un de nos métiers à l’autre, est un puissant facteur
d’évolution professionnelle. Nos compétences en
matières de produits et de procédés complexes, nous
font recourir à des champs de compétences très
variés, susceptibles de séduire spécialistes et généralistes autour de projets de taille et d’ambitions très
différentes.
Vous êtes donc particulièrement sensibles à la
formation de vos collaborateurs.
JC : Oui, d’autant que l’élargissement de notre
recrutement nous y oblige : en moyenne, un
employé d’Areva en France suit 30 heures de formation par an. Ce complément de formation se fait
sur deux segments. Celui de l’intégration d’une part,
qui vise à délivrer le savoir nécessaire concernant
notre groupe, nos métiers, nos exigences de sûreté
et de sécurité, nos systèmes d’assurance qualité, les
compétences propres au domaine et aux postes que
nous proposons. Celui de la professionnalisation
d’autre part, permettant d’approfondir ses connaissances dans son domaine ou dans d’autres métiers,
permettant d’approfondir son champ technique,
d’accéder à des responsabilités de chef de projet,
d’expertise ou de management. Concernant l’accès
aux fonctions managériales, Areva possède sa propre université et des cycles de développement avec
les meilleures universités mondiales.
Y a-t-il la possibilité de faire carrière à
l’international ?
PHB : Les systèmes de transmission et de distribution d’électricité sont très internationalisés. Nous
produisons localement dans une quarantaine de
pays. On peut donc, si on le souhaite, faire la totalité de sa carrière à l’étranger. Sur le nucléaire à
proprement parler aussi : en ce moment, nous
avons un chantier en Finlande, demain ce sera en
Chine, après-demain aux Etats-Unis, en Afrique
du Sud ou ailleurs.
JC : Le marché nucléaire comme vous le savez, présente aujourd’hui un très grand dynamisme. Il ne se
passe pas un mois sans qu’un nouveau projet, ou un
nouveau programme ne soit envisagé dans le monde.
comme Loan
POUR ÊTRE AU CŒUR DES GRANDS ENJEUX ÉNERGÉTIQUES,
REJOIGNEZ AREVA
AREVA propose à ses clients des solutions technologiques pour produire de l’énergie
sans CO2 et acheminer l’électricité en toute fiabilité. Nous recrutons et développons,
chaque jour, de nouveaux talents. Car c’est en reconnaissant le potentiel de chacun
et en le faisant grandir que nous contribuerons à répondre aux grands enjeux du
XXIe siècle : accès à l’énergie pour le plus grand nombre, préservation de la planète,
responsabilité vis-à-vis des générations futures.
Découvrez toutes nos offres sur www.carrieres.areva.com
photo : Mariano
AREVA s’intéresse aux talents
qui ne mettent aucune frontière
à leurs compétences,
Energie-Environnement :
charger les BATTERIES
Grenelle de l’environnement, retour du nucléaire sur le devant de la scène, fusion SuezGDF, pétrole cher… Il y a de l’électricité dans l’air et de nombreux postes à saisir.
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
3
00 recrutements de jeunes diplômés chez
Suez, 400 chez GDF, 450 chez Total. C’est
peu dire que le secteur de l’énergie-environnement est porteur et le sera dans les années à
venir. A ce sujet, le Grenelle de l’environnement de
septembre dernier aura donné un véritable coup de
projecteur – si ce n’est de pouce. « Avec une formation technique solide d’ingénieur, c’est une bonne
idée que de s’orienter dans ces métiers, pour lesquels
il y a encore un déficit dans la formation initiale,
estime Fabrice Veyre, directeur de la division immobilier et construction chez Michael Page. Les gros
employeurs (Suez, Veolia, EDF, GDF…) sont capables de former à des métiers précis des ingénieurs
généralistes. Ils sont souvent intégrés en pépinières pour les métiers rares ». Suez a, par
exemple, mis en place un programme de pépinière spécialisée sur le nucléaire, entre la
France et la Belgique, depuis deux ans. « Nous
y recrutons 60 à 70 personnes cette année »,
explique Florence Cariou,
responsable du recrutement du groupe Suez.
L’objectif étant 700
recrutements sur le
nucléaire d’ici 2010.
Après avoir été sélectionnés dans les meilleures écoles, les jeunes
ingénieurs sont embauchés et bénéficient d’un
parcours professionnalisant entre intégration et
formation. « Les pépinières sont adaptées aux
besoins. Nous en avons
aussi une pour la finance. Les cadres
financiers doivent bien connaître les
métiers », continue Florence Cariou.
Si les grands groupes misent sur la
formation, les plus petites entreprises recherchent directement des
experts ou des confirmés. Un ingénieur qui a passé trois ou quatre ans
dans une entreprise comme Suez
intéressera grandement de plus
petites entreprises.
Mais le gros des recrutements se
fait sur des profils d’ingénieurs et
de commerciaux. Sans oublier les
fonctions support. Pour des postes
de traders sur les marchés de
matières premières et de l’énergie,
les fournisseurs d’énergie recrutent aussi des profils master 2 en
maths finance.
GDF, lui, recrute 250 ingénieurs, une soixantaine de
commerciaux, une centaine dans les fonctions support. Les trois quarts se situent en Ile-de-France.
Parmi les profils techniques, les compétences en production, dans la conduite de projets, en bureau
d’études sont très recherchées. « Nous sommes en
concurrence avec les pétroliers sur les profils de spécialistes dans l’exploration
production ou en géos- Les grands groupes
cience. On s’arrache les
s’arrachent les
jeunes ingénieurs », estime jeunes ingénieurs.
Jean-Paul Biard, directeur
adjoint de la DRH du groupe GDF.
Dans l’exploration-production, on manque de géologues, de géophysiciens et de mathématiciens.
« Nous piochons dans les écoles d’ingénieurs, de
commerce et les universités, précise Anne
Vissman, la DRH de Shell. Nous recrutons à
70 % des profils techniques. Le reste concerne la
vente et le marketing, la finance, les ressources
humaines, la logistique-distribution, les
achats-approvisionnements. »
Delphine MONINOT
Les énergies vertes, un bon filon ?
Solaire, biomasse,
éolien, biocarburants.
Tous les grands
groupes ont leurs filiales
d’énergie « verte ». EDF
Energies nouvelles, Erelia ou
Maïa Eolis chez GDF sont en
plein développement. Suez a
annoncé début février vouloir
disposer de 18 % de capacité
de production d'énergies
d'origine renouvelable en
Europe à partir de 2009,
contre 15 % actuellement.
Bien que la filière ne soit
encore qu’émergente, l’énergie éolienne est la plus avancée. Les chargés d’affaires
ont beaucoup de travail de ce
côté. Mais tout le secteur est
porteur. Dans les années à
venir, on cherchera des
experts : les jeunes diplômés
d’aujourd’hui. « Dès deux à
quatre ans d’expérience, il y a
des choses à faire. Mais il n’y
62
a pas beaucoup
de postes quand
on sort de
l’école », prévient
Fabrice Veyre,
directeur de la division immobilier et construction chez
Michael Page. « Nous avons
des projets sur les énergies
alternatives : éolienne, solaire,
biocarburants. Mais nous ne
recrutons pas de jeunes
diplômés dans ces disciplines, confirme Anne Vissman,
DRH chez Shell. Notre cœur
de métier reste l’exploration
et la production. C’est là qu’on
débute. Après, les jeunes
embauchés pourront évoluer
dans ce secteur s’ils le
souhaitent. » Chez Suez,
on assure pratiquer l’innovation dans les applications,
en interne dans les centres
de R&D. La géothermie est
elle aussi en devenir.
DM
– La Médiathèque EDF/ J.C. Raoul - M. Everton/H. Neleman/Getty Images
Ingénieurs Grandes Ecoles et Universités h/f
On peut souhaiter des solutions énergétiques d’avenir,
et aussi décider de les produire.
Rejoindre le leader européen des énergies de demain, c’est décider d’agir. Chaque jour, EDF concilie progrès et
environnement. Une exigence de chaque instant, pour laquelle nous mobilisons et accompagnons des hommes
et des femmes ayant fait le choix de l’excellence. Le choix d’agir pour le bien-être de tous.
E = moins de CO2 est l’enjeu d’avenir : rejoignez-nous dès maintenant sur www.edfrecrute.com
L’avenir est un choix de tous les jours
Energie-Environnement :
charger les BATTERIES
24 heures dans la vie
d’un trader en énergie
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
Jérôme Knaepen, 46 ans,
directeur du département trading optimisation
chez Poweo.
8 h : Regarder la météo. C’est le premier réflexe de
Jérôme Knaepen, trader en énergie chez Poweo. Un
degré en moins par rapport à la température normale,
et la consommation d’électricité augmente de 3 %
dans la journée, celle du gaz de 10 %. En tant qu’opérateur alternatif, Poweo achète de l’électricité et du
gaz en gros aux producteurs d’énergie pour le revendre à ses clients. Le but étant d’acheter au plus juste.
Anticiper les variations de température permet d’établir une consommation prévisionnelle afin d’optimiser
l’achat ou la vente. Deuxième geste essentiel du
matin : prendre connaissance de l’état du parc de production d’énergie, afin de prévoir les moyens de production disponibles. Troisième réflexe : consulter les
10 revues de presse sur l’actualité européenne dans
l’énergie, compilées par l’analyste de marché.
8 h 30 : En fonction de toutes ces données, Jérôme
Knaepen et son équipe anticipent un prix du mégawatt/heure. Dans la salle des marchés bruissent déjà
des ordres d’achat et de vente. Cela dure jusqu’à 11 h
pour le très court terme (l’énergie consommée dans la
journée), 16 h pour le moyen-long terme (acheter un
stock de mégawatt/heure correspondant à la consommation anticipée sur l’année). Des traders demandent
à l’analyste marché pourquoi tel cours s’envole. Cela
commence à être bruyant entre les traders « très court
terme ». Ceux dédiés au marché du gaz sont plus calmes. Même si le directeur ne passe plus les ordres luimême, il navigue entre son bureau et la salle des marchés. « Quand j’ai une idée d’évolution de prix, je leur
soumets et si tout le monde est d’accord, on prend une
décision. » En tant que directeur de l’approvisionnement (ou sourcing), Jérôme Knaepen passe le gros de
sa journée à définir la stratégie d’achat d’énergie pour
le long terme : négociations et valorisation de
contrats, signature d’échanges de capacités avec
EDF. « En tant que membre du comité exécutif qui se
réunit toutes les semaines, je participe à la stratégie de
Poweo. » Il consacre aussi du temps à des comités
directeurs, par pôle. Poweo en compte trois : production, sourcing et commerce.
français. Les producteurs déclarent de leur
côté les ventes. Tout
doit correspondre.
16-17 h : C’est l’heure
du débriefing avec les traders. « Je regarde ce qui s’est
passé sur la journée, vérifie si
tout correspond entre les flux physiques et financiers. On débriefe aussi
sur les anticipations du marché. »
17 h 05 : La journée n’est pas finie. Poweo s’intéresse
aux produits pétroliers, dont dépend le prix du gaz.
« Nous travaillons sur la mise en place et l’optimisation d’une centrale thermique, qui sera testée cet été et
commercialisée début 2009 », précise celui qui, après
25 ans de métier, a quitté « une carrière stable dans les
marchés financiers pour un projet industriel risqué.
Les marchés financiers m’amusaient quand ils étaient
encore à taille humaine ». En France, le marché de
l’énergie compte une trentaine d’acteurs. « Tout le
monde se connaît, on s’échange des données, explique
Jérôme. On ne se fait pas de cadeau, mais on n’est pas
là pour “coller” l’autre ». La journée se termine rarement avant 19 h 30. Ensuite, Jérôme ne perd jamais
de vue son Blackberry.
Delphine MONINOT
En savoir plus
Institutionnels
Union française
de l’électricité,
www.ufe-electricite.fr
Syndicat des énergies
renouvelables,
www.enr.fr,
Observatoire des métiers
de la banque,
www.observatoire-metiersbanque.fr
13 h : Un sandwich devant l’ordinateur. Après la fin
du marché, vers 16 heures, c’est la partie « physique » : les traders s’assurent que les flux financiers
correspondent bien à des flux physiques. Il faut
déclarer toutes les décisions d’achat et de revente au
RTE (Réseau de Transport de l’Electricité), qui
exploite, entretient et développe le réseau public
Unemig, Union nationale
des employeurs des industries gazières
62, rue de Courcelles,
75008 Paris
64
Salons
Salon des énergies
renouvelables, du 19 au
21 juin, Paris Expo, porte
de Versailles,
www.energie-ren.com
Pollutec, du 2 au
5 décembre, Euroexpo
à Lyon,
www.pollutec.com
A lire
Les métiers de
l’environnement, Sarah
Lemalle, Marie Masi,
L’Etudiant, 2007, 11,50 ¤.
Un monde d’opportunités,
une aventure à partager.
GÉNIE ÉLECTRIQUE
GÉNIE CLIMATIQUE
GÉNIE MÉCANIQUE
RÉSEAUX EXTÉRIEURS
NUCLÉAIRE
PÉTROLE / GAZ
COMMUNICATIONS / INFOGÉRANCE
SPIE recrute chaque année 3 000 collaborateurs.
Avec près de 400 implantations dans 28 pays et 27 000 collaborateurs, SPIE propose des services et des solutions techniques
performantes qui répondent aux enjeux actuels et futurs de ses clients, qu’ils soient locaux ou internationaux.
Spécialiste des domaines du génie électrique, mécanique et climatique, de l'énergie, des communications et des infrastructures,
SPIE aménage le cadre de vie et contribue à le faire évoluer en accompagnant les collectivités et les entreprises dans la conception,
la réalisation, l'exploitation et la maintenance de leurs installations.
SPIE, l’ambition partagée.
www.spie-emploi.com : professionnels débutants ou confirmés (h/f),
vous recherchez un stage ou un CDI. Retrouvez l’ensemble de nos offres sur notre
site et postulez dans la filiale de votre choix.
Transport et logistique sur la
route de L’INTERNATIONAL
Dopées par la mondialisation des
échanges et la percée du e-commerce,
les entreprises de transport et de
logistique offrent des voies royales.
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
N
i le train ni les airs n’ont encore réussi à
avoir la peau du transport routier. En
France, 85 % du transport de marchandises transitent encore par la route. Entre 2000
et 2007, le chiffre d’affaires du secteur a bondi de
près de 20 %. Boostés par le développement du ecommerce mais aussi l’intensification des flux hors
frontières et tenus au respect de délais toujours plus
serrés, les transporteurs mais aussi les logisticiens
étoffent fortement leurs équipes (811 000 emplois
dans la logistique et 705 000 dans le transport).
« Depuis deux ans, les recrutements dans le secteur de la logistique ont augmenté de 20 % »,
constate Marc Pietra, président du cabinet de
recrutement France Ingénierie Logistique. Les
embauches se situent tant au sein des leaders
comme Geodis (environ 1 000 embauches dont
100 à 150 jeunes diplômés), TNT Express France,
(125 JD), DHL, Kuehne et Nagel (100 JD), FM
Logistic (70 JD), UPS, (30 JD),
Graveleau, filiale de l’allemand Depuis cinq ans, les
Dachser (20 JD), que dans les rémunérations sont
grands groupes industriels et les
mieux valorisées.
distributeurs qui disposent de
leurs propres entrepôts.
Les métiers phares ? L’analyste chargé d’études,
qui propose au client l’optimisation des flux,
délais, stocks. Le chef de projet logistique ou supply chain qui gère la chaîne de A à Z, du packaging à la mise en rayon. Et des futurs directeurs de
site et responsables d’exploitation. Depuis cinq
ans, les rémunérations sont mieux valorisées (30 à
35 K€ pour un bac +4/5), même si les salaires chez
les opérateurs logistiques peuvent être de 10 à
15 % inférieurs à ceux des chargeurs.
Les entreprises de transport des voyageurs
recrutent toujours régulièrement, comme la
SNCF, dont le plan de recrutement cadres a
doublé en trois ans : 1 000 embauches sont
prévues en 2008 dont la moitié pour des jeunes diplômés (60 % à la technique, 40 % en
support). La RATP entend mettre sur les
rails 160 bac +2 (responsables opérationnels
maintenance, travaux, méthode) et 70 jeunes diplômés bac +5 (ingénieurs, chargés
d’études, chef de produit). Air France
devrait faire décoller 1200 nouveaux stewards et hôtesses sur
2008-2009 et recherche 100 jeunes diplômés : 60 % d’analystes
vols, ingénieurs méthodes industrielles
ou logistique et 40 % fonctions support (audit, contrôle de gestion…).
Audrey CORET
66
Marie l’Angevin,
25 ans,
chargée d’études
commerciales au
bureau d’ingénierie
de FM Logistic à
Compiègnes (Oise).
« J’ai craqué pour la logistique au cours d’un job d’été
sur un poste de gestionnaire
approvisionnement. On
n’imagine pas tous les
circuits nécessaires pour
qu’un produit arrive à l’heure
à sa destination. Ça me
passionne. Après mon IUT
de gestion, j’ai enchaîné sur
une maîtrise sciencesgestion à Rennes et le DESS
logistique, économie et
management des réseaux
à Paris Dauphine.
J’ai mis mon CV en ligne
et 7 jours plus tard, j’ai été
contactée par FM Logistic
(ndlr : 13 000 collaborateurs
en Europe, Russie et Chine).
Je travaille sur des études
commerciales pour l’Europe
de l’Ouest afin de trouver les
meilleurs services et solutions
pour les clients en termes
d’entreposage et de
manutention. Ce poste très
transversal me laisse
beaucoup d’autonomie, tout
en me permettant de
m’appuyer sur les experts de
l’entreprise, les opérationnels
dans les entrepôts, les
services juridiques ou de
maintenance. J’espère
ensuite évoluer vers un poste
de chef de projet ou
ingénieur méthode process
pour connaître tous
les métiers de la vie de
l’entrepôt. Et partir à
l’international. »
En savoir plus
Institutionnels
Fédération nationale
du transport routier,
www.fntr.fr
Fédération des entreprises de transport et de
logistique de France,
www.e-tlf.com
Salons
Transports publics 2008,
le salon européen de la
mobilité, du 10 au 12 juin,
Paris Expo, porte de
Versailles.
Technotrans, salon
professionnel du tourisme
routier, du 16 au 18 octobre,
Nantes, Parc des expositions de la Beaujoire.
Semaine internationale
du transport et de la
logistique, du 27 au
29 mars 2009, Paris Expo,
porte de Versailles,
www.salon-sitl.com
Chimie-cosmétique
Tout beau, tout BIO
La cosmétique présente de belles opportunités tant chez les grandes
marques que du côté des sous-traitants, et surfe sur la tendance montante du bio. Les profils issus de la chimie sont également portés par
la progression de la chimie verte.
L
e développement durable (DD) en ébulli- Cosmetic Valley (pôle de compétitivité
tion dans la chimie ! Deux ans après sa orléanais de 300 entreprises), recrute
création, le pôle de compétitivité lyonnais 5 scientifiques par an.
chimie-environnement Axelera rassemble plus Mais l’industrie cosmétique offre bien d’aude 120 adhérents dont 40 % de PME et 32 % de tres opportunités. « Aussi nombreuses
laboratoires de recherche. Fin décembre, qu’en 2007 », selon Nicolas Vermesh, DG
Montpellier inaugurait un pôle chimie pour le déve- du cabinet de recrutement Michael Page.
loppement durable. Et ce n’est pas fini. Dans le cadre L’Oréal recherche 200 jeunes recrues
du Grenelle de l’environnement, l’Union des pour des postes de chercheurs, de chefs
Industries Chimiques s’est engagée à utiliser 15 % de de produit. Procter & Gamble table sur
matières premières renouvelables en 2017. Du coup, 100 JD. Le groupe Beiersdorf embaules recrutements « verts » sont à l’honneur.
chera 15 à 20 jeunes diplômés (chefs
« Nous recherchons des experts capables d’intégrer de secteur comptes-clés et chefs de
le DD à tous les process et de maîtriser l’impact d’un produit junior) pour ses marques
produit sur l’environnement, de sa
Nivéa et Eucerin. Les laboconception à son recyclage », explique La cosmétique ratoires Pierre Fabre recherchent 200
Brigitte Gagnard, responsable du recrujeunes diplôméspour ses branches
est friande
tement chez Rhodia. Cette année, le
commercialisation-diffusion et
de chercheurs. R&D,
groupe recrute 180 cadres dont un tiers
les fonctions support. Les sous-traide jeunes diplômés. Parmi eux, des ingénieurs en tants de ces géants, majoritairement des PME,
environnement, des spécialistes de la sécurité des s’organisent pour attirer de jeunes talents. Les
procédés, en hygiène et santé et des ingénieurs d’étu- sociétés engagées dans une démarche bio
des (32,5 à 34,5 K€ avec une part variable de 6 %). (Naturalia, Weleda, Sanoflor, Sicobel, Melvita,
Arkema embauche 50 jeunes diplômés et s’oriente Nuxe, Lea nature, Phyts) mutualisent leurs efforts
vers des profils d’ingénieurs brevets ou d’éco-toxico- de recrutement au sein de l’association Cosmebio.
logues. Bash recherche des profils d’adjoints de proAudrey CORET
duction ou des ingénieurs technico-commerciaux.
Des opportunités également à saisir du côté de
l’énergie : la business unit chimie d’Areva recrute
des ingénieurs procédés et production pour accomEn savoir plus
pagner ses investissements dans la chimie. Technip
Institutionnels
prévoit l’embauche de 55 jeunes diplômés formés
Union des industries
aux métiers du pétrole et du gaz.
chimiques,
La cosmétique n’est pas en reste. Les laboratoires
www.uic.fr
Pierre Fabre, mais aussi LVMH Recherche
Parfums & Cosmétiques, qui implantera en 2010 son
Fédération de
nouveau centre de recherches au cœur de la
la plasturgie,
www.laplasturgie.fr
Sébastien Biessy,
directeur du développement des ressources humaines de
Clarins
« Dans le secteur de la
cosmétique, le consommateur occupe une place
prépondérante et il est
important d’être au plus près
de ses besoins. Résultat, la
fonction marketing explose.
Nous recherchons constamment des chefs de produit
Centre français du caoutchouc et des polymères,
www.lecaoutchouc.com
pour assurer les lancements
de produits, le développement de nos gammes mais
aussi pour s’occuper des
opérations de marketing
opérationnel (promotions,
trade marketing, marketing
direct...). Des postes de
commerciaux, notamment
de responsables des ventes
ou de chefs de secteurs,
sont également ouverts.
Nous recrutons principale-
67
ment des jeunes diplômés
issus d’écoles de commerce. Les stages représentent une porte d’entrée
royale pour obtenir un poste
: 25 à 30 % de nos stagiaires signent un contrat à l’issue de leur première expérience. Le turn-over est très
faible et les salariés sont très
attachés à la marque et à
l’entreprise, encore
familiale. »
Valérie Froger
Fédération des industries
de la parfumerie,
www.fipar.com
Salon
Europlast Paris, du 4 au
7 novembre, Paris Nord
Villepinte.
Les INGENIEURS sur de
nouvelles tâches
Le secteur industriel recrute toujours
de jeunes ingénieurs, mais plus seulement pour la production. Leur priorité :
l’innovation et la gestion de projets.
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
V
oilà une partie qui n’est pas gagnée
d’avance ! En effet, selon l’observatoire de
l’Union des industries des métiers de la
métallurgie (UIMM), 25 000 à 30 000 emplois par
an devraient disparaître dans le secteur d’ici à
2015. Mais dans le même temps, 100 000 personnes
seront recrutées chaque année, avec un niveau de
diplôme exigé en forte hausse pour les débutants :
les bac +4 et plus représentent 13 % des recrues
aujourd’hui. Selon le cabinet Ambroise et Associés,
les employeurs s’attendent à voir cette part passer
à 17 %. Le signe que les entreprises n’imaginent
plus leur avenir dans les activités traditionnelles de
production : priorité est donnée à l’innovation et
aux activités de service.
« Nous allons nous développer toujours plus autour
de métiers de services, par exemple en concevant
des solutions pour des immeubles entiers »,
confirme Catherine Baruch, direcDeux axes forts :
trice du recrutement et de la mobilité
chez Schneider Electric. Le groupe
les services et
qui a prévu 350 recrutements cadres l’ultraspécialisation.
(dont 30 % de jeunes diplômés)
recherche désormais, en plus des compétences techniques classiques, des qualités de gestion de projet,
ainsi qu’une dimension plus commerciale. Même
type de réflexion chez Legrand (70 recrutements de
cadres en 2008), spécialisé dans les systèmes électriques. « Nos gammes de produits se complexifient,
ce qui suppose un effort sur l’innovation, d’une part,
et sur la valorisation de notre offre auprès des
clients, d’autre part », détaille Joël Raguenez, campus manager chez Legrand.
Pour d’autres, le salut passe par la spécialisation. A
l’image de Nordon, une grande PME nancéienne
active dans la tuyauterie industrielle. Elle devrait
recruter 35 cadres cette année, à la fois comme
chargés d’affaires, et dans la conception de tuyaux.
« Nous n’avons pas de réelle difficulté à trouver des
débutants. Nous pouvons toujours les former…
mais trouver des profils plus expérimentés dans un
secteur aussi spécifique que le nôtre s’avère plus
compliqué », regrette Séverine Niderlinder, chargée de recrutement chez Nordon.
Dans le secteur ferroviaire, le dynamisme est également soutenu par des innovations technologiques :
systèmes d’information embarqués, techniques de
signalisation, design des trains… Mais l’activité est
cyclique, liée au carnet de commandes de l’entreprise. « La construction d’une ligne à très grande
vitesse, comme en Argentine mais aussi en Italie
impacte directement nos recrutements », explique
Marc François-Brasier, DRH en charge du développement des talents chez Alstom Transport. …
68
Aurélien Rocheteau,
consultant du cabinet
de recrutement
Moreno International.
jeunes diplômés ne savent
pas bien vers quels métiers
ils souhaitent
s’orienter au sein même de
« Certains jeunes diplôl’entreprise : travailler en
més ne portent pas un
production ou dans la
regard réaliste sur l’indusrecherche et développement,
trie, et la considèrent, à tort,
ce n’est pas la même chose.
comme un secteur sinistré.
Les rythCertes, à
mes, la
l’échelle natio- « Les PME mais aussi
nale, les effec- les groupes cherchent pression
commertifs s’affichent
de nouvelles recrues ». ciale, les
en repli. Mais
types d’objectifs changent
cela n’empêche pas certaifortement, et ne s’adressent
nes entreprises de rester très
pas aux mêmes personnalidynamiques, avec une forte
tés. Pour cette raison, il est
maîtrise technologique, ou en
assez rare de passer d’une
se positionnant sur des marfamille de métiers à l’autre.
chés de niches. Ce qui signiUne mauvaise orientation
fie que les PME, et pas seuinitiale peut provoquer des
lement les grands groupes,
frustrations chez le salarié
cherchent à renforcer leurs
comme chez l’employeur. »
effectifs. Autre difficulté, les
Jusqu’où
pour
irez-vous
aller plus loin ?
PRODUCTIONS INDUSTRIELLES I SERVICES I TRANSPORTS
Equipementier indépendant, de dimension internationale (implantations dans 12 pays - plus de 5 000 collaborateurs), DAHER déploie son expertise dans 4 secteurs
de haute technologie : Aéronautique, Défense, Nucléaire et Automobile.
Pour répondre aux défis de plus en plus exigeants de nos clients, nous avons bâti une offre globale unique, associant industries et services, qui s’articule autour de
3 métiers : productions industrielles, services et transports.
Diversité de clients, de projets, de savoir-faire, politique de développement ambitieuse, ouverture qui prône la créativité, partage des expériences et envie d’aller
toujours plus loin, réelles perspectives de mobilité…
Rejoindre DAHER, c’est pour vous la volonté d’évoluer, au sein d’équipes multiculturelles,
au cœur des enjeux industriels, présents et futurs.
www.daher.com
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
Les INGENIEURS sur de
nouvelles tâches
… « Nous recherchons donc des compétences
industrielles, pour participer au développement de
nouvelles technologies, mais aussi des ingénieurs
managers de projet ». Tous métiers confondus, la
branche ferroviaire d’Alstom recrute plus de 700 personnes cette année en France. Même type de travail
par projet chez Bombardier qui devrait livrer à partir de 2009 les premières rames de la nouvelle génération de trains régionaux en Ile-de-France (NAT).
« Cette seule commande correspond au recrutement
de 120 cadres, dont 30 jeunes diplômés », commente
Thierry Bouchez, responsable du développement
RH chez Bombardier Transport. De plus en plus
d’éléments du train sont produits par des sous-traitants externes. Avec pour conséquence que les
métiers liés aux achats et aux relations fournisseurs
deviennent essentiels dans la bonne marche d’un projet. Mais tous les jeunes diplômés sont-ils prêts à
rejoindre les rangs de l’industrie ? Un premier obstacle est la localisation géographique des sites, parfois
éloignés de grands centres
Les salaires ne
urbains. Tandis que les salaires
d’entrée, dans une fourchette rivalisent pas avec
comprise entre 31 K€ et 40 K€ ceux de la finance.
bruts annuels, ne rivalisent pas
toujours avec ceux de la finance et de l’audit, eux
aussi friands en ingénieurs. De plus, dans les postes
d’entrée, la part variable du salaire reste assez limitée.
Loin des jeunes pousses de la finance.
Sans vivre une pénurie, les entreprises doivent donc
déjà penser à élargir leurs viviers de candidats. A côté
des grandes écoles d’ingénieurs, les jeunes universitaires commencent à profiter d’une certaine ouverture des recruteurs. Les liens les plus fructueux se
bâtissent sur le plan local, à la façon de Nordon qui a
développé des relations privilégiées avec les universités de technologies de Compiègne (UTC) et de
Belfort (UTB).
La solution pourrait également venir d’une plus
grande féminisation des effectifs, qui s’explique
davantage par une présence croissante de jeunes
femmes dans les formations d’ingénieurs que par
une politique délibérée de la part des recruteurs.
« Sur les stagiaires, on atteint déjà la parité, ce qui
augure d’une évolution dans les années à venir »,
observe Joël Raguenez. En moyenne, les entreprises de la métallurgie n’emploient que 10 % de femmes. La marge de progrès reste élevée.
Edouard LEDERER
En savoir plus
Comité d’études sur les
formations d’ingénieurs,
www.cefi.org
A consulter
Le site des métiers de la
métallurgie. ,
www.uimm.fr/fr/index.html
Une mine d’informations
sur les métiers, les formations et les secteurs,
www.industrie-jeunes.fr
Le site de L’UIMM à destination des jeunes filles
www.industrielle.fr
70
Jean-Edouard de
Salins, 27 ans,
ingénieur développement chez SaintGobain à Thourotte
(près de Compiègne).
« Me trouver au démarrage
d’une ligne de production,
voilà ce qui m’a poussé à
accepter ce poste d’ingénieur développement dès ma
sortie de l’école des Mines,
en 2004. Pour des projets
d’équipement de voitures de
demain, notre équipe a travaillé sur la conception d’un
pare-brise de très grande
taille, autorisant une vision
panoramique et permettant
de faire rentrer plus de
lumière dans le véhicule.
Nous avons planché également sur la teinte des parebrise, avec des procédés qui
devraient permettre de dessiner des cadres de couleur
autour des vitres du véhicule.
Très technique, mon métier
s’appuie aussi sur de très
fortes compétences relationnelles. En tant que chef de
projet, je me trouve entre
mes supérieurs – qui
attendent des équipes de
R&D qu’elles remplissent les
objectifs et s’engagent sur
des délais précis – et mon
équipe (environ 25 personnes) qui vit au quotidien les
aléas du développement : il
est rare qu’un projet d’innovation suive tranquillement
son cours depuis l’idée de
départ jusqu’à son industrialisation. J’occupe également
cette position de relais avec
les différents métiers du
groupe. Je dois analyser et
comprendre les attentes des
commerciaux (adaptation aux
demandes des clients), les
impératifs des industriels
(démarrage au plus vite
de la production), et les
orientations de la direction
R&D qui cherche à minimiser
les risques. Une exigence de
chaque instant. Si une erreur
a été commise au stade de
la conception, les coûts
s’envolent très rapidement. »
Leader européen
du transport d'électricité,
nous recherchons les meilleures
énergies
RTE recrute des jeunes diplômés
Nos missions de service public :
> gérer les infrastructures de réseau
> gérer les flux d’électricité sur le réseau
> contribuer au bon fonctionnement
du marché de l’électricité.
H/F
Nous sommes gestionnaire du réseau français
d’électricité que nous exploitons, entretenons et
développons. Doté du réseau le plus important d’Europe
avec 100 000 km de circuits à haute et très haute
tension, 45 lignes transfrontalières, nous contribuons
de manière déterminante au développement du marché
européen de l’électricité.
RTE, c’est aujourd’hui un chiffre d’affaires de 4 milliards
d’euros et 8 300 collaborateurs qui s’investissent au
quotidien pour garantir le bon fonctionnement et la
sûreté du système électrique français.
Branchez votre carrière sur la très haute performance !
Rendez-vous sur notre site :
www.rte-france.com dans la rubrique « Rejoignez-nous ! »
Télécoms : la voie royale
de la CONVERGENCE
Les télécoms recrutent à tout-va pour
faire face aux nouveaux défis de la
convergence. Un boulevard pour les
techniciens et les commerciaux.
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
A
près des années noires, le secteur des télécoms est entré dans une phase de consolidation avec le rapprochement des réseaux.
Dernier épisode : le contrôle de Neuf Cegetel par
SFR, faisant de cette nouvelle entité un sérieux
concurrent pour France Télécom.
Pour contrer ces différentes offensives et gagner des
parts de marché, l’opérateur historique annonce
1 000 embauches de jeunes diplômés, en particulier
des ingénieurs d’affaires pour manager les agences
commerciales (grand public, professionnel ou grandes
entreprises) et des responsables chargés grands comptes informatiques. Autre secteur gourmand en jeunes
recrues : les systèmes d’information et de réseaux,
qu’ils soient propres à France Télécom ou pour le
compte de clients. Les laboratoires de R&D d’Orange
Labs cherchent quelques dizaines de perles rares pour
travailler sur l’innovation : informaticiens et architecforces commerciales. Telecom Italia (Alice) envisage
tes réseaux, spécialistes de cryptologie, ergonome des
50 recrutements (15 % de jeunes diplômés) sur des
services, intégration de services. « Notre plan de transpostes d’ingénieurs et de commerciaux, mais aussi
formation vers la convergence qui court jusqu’à la fin
marketing, finance, achats et logistique. Sagem comde l’année, nous oblige à nous réorganiser en mode
munications et Sagem Mobiles tablent sur 300 recruprojet, d’où la dimension transversale de ces postes »,
tements en 2008 dont une partie de jeunes diplômés
explique Philippe Andres, responsable de la gestion
pour des postes de R&D, commerciaux et producdes cadres dirigeants et du développement des talents
tion. Le distributeur Avenir Telecom, prévoit de
d’Orange. Côté salaires, FT a mis la barre plus haut
recruter pour les magasins Internity (manager
qu’en 2007 (38 K€ avec une part variable moyenne de
adjoint, responsables points de vente). Pour la distri12 %) et propose 40 K€ pour les jeunes diplômés des
bution indirecte, les fonctions B2B, orientées trade
grandes écoles. Chez SFR, la DRH estime que le
marketing, sont recherchées ainsi que les responsarachat de Neuf Cegetel ne génèrera que peu de doubles commerciaux et export.
Audrey CORET
blons, d’où des perspectives d’embauches maintenues à 250 recrute- L’Internet mobile
ments, dont le quart pour les jeunes
Cristina Hoffmann,
accélère les
26 ans,
diplômés. Profils : ingénieurs douévolué vers l’activité
embauches.
Ingénieur concepqui me passionne : le
ble compétence management de
teur de services
métier de concepteur
projets, métiers du web (développeurs, web deschez
FT
Orange.
de services. Je suis
igners), chefs de produit, commerciaux. La majorité de
“ Après ma formation
branchée en permaces embauches est liée au développement de l’Internet
d’ingénieur télécom, et
nence sur l’innovation.
mobile et des offres convergentes pour le marché
mon cursus à l’Ecole
Pour produire des
entreprises. Bouygues Telecom va recruter 300 jeunes
nationale supérieure de technouveaux concepts de serdiplômés en 2008 pour les activités réseau et informaniques avancées, j’ai fait mon
vice qui s'articulent autour de
tique, de même que des ingénieurs d’affaires pour les
stage de fin d’études dans le
la convergence des services
En savoir plus
Autorité de régulation des
communications électroniques et des postes,
www.arcep.fr
A lire
Les métiers des télécoms,
G. Blanchout-Busson,
L’Etudiant, 2007, 11,50 ¤.
Réseau de pros
Association des ingénieurs
des télécommunications,
www.corpstelecom.org
72
studio créatif de FT R&D, sur
les nouveaux objets communicants de la maison. En juin
2006, j’ai rejoint la R&D
d'Orange Labs comme ingénieur d’études pour les services de voix sur IP, afin de
fournir un soutien technique
au Technocentre pour proposer aux clients Entreprises,
des services de voix à travers
n'importe quel terminal fixe ou
mobile. Après un an, j’ai
(voix/données, fixe/mobile...).
Pour cela, je m'appuie sur
nos résultats de recherche
tant dans les domaines techniques qu'en sciences
humaines. Le défi est d'être
capable de concevoir des
services basés sur les dernières avancées technologiques en se posant toujours
la question de savoir ce qui
apporte une vraie valeur pour
l’utilisateur. »
*
communicative
talent
L’innovation, notre langage pour exprimer vos talents
*
Électronique Logiciel Réseaux Télécoms Radio
Chez Sagem Communications, mettre à profit toute l’intelligence d’une entreprise dédiée aux hautes technologies, c’est
aussi faire communiquer les compétences, les idées et les
cultures. Ainsi, dans le monde entier, les collaborateurs de
Sagem Communications conçoivent, développent, industrialisent et distribuent des produits attractifs et innovants.
Au quotidien, leur savoir-faire s’exprime au sein d’équipes
dynamiques, pluridisciplinaires et multiculturelles dans une
structure qui fait communiquer les talents.
• Commercial : terrain BtoB, grands comptes, export,
distribution spécialisée…
• Recherche & Développement : ingénieur développement,
chef de projet, chef de produit, expert, architecte…
• Industrialisation / Production : ingénieur process,
ingénieur produit de fabrication…
• Achats / Supply chain
• Qualité / Méthodes
• Gestion / Finance...
Ingénieur, diplômé d'école de management Bac + 4/5 ou universitaire, débutant ou première expérience (H/F), pour rejoindre des équipes dynamiques
à forte culture technologique, consultez l’ensemble de nos offres d'emplois en France et à l’international, stages, VIE et opportunités d’expatriation à
la rubrique carrières de notre site : www.communicative-talent.com
L’heure de
passer à TABLE
L’hôtellerie-restauration recherche
des jeunes diplômés, mais les candidats
ne se bousculent pas. Le bon moment
pour décrocher des jobs en or.
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
D
ans l’hôtellerie-restauration, on continue
de manquer de bras ! D’après les syndicats professionnels, 60 000 postes ne
seraient pas pourvus chaque année sur les quelques 200 000 proposés. Cette situation désespère
les recruteurs car dans le secteur, les projets sont
nombreux. Le groupe Accor (Sofitel, Novotel, Ibis,
Mercure) prévoit d’ouvrir 200 000 nouvelles chambres d’ici à 2010 dont plus de 10 000 en France.
L’entreprise cherche à renforcer ses équipes et prévoit de recruter 1 000 jeunes diplômés cette année.
Les bac +2 (BTS, DUT, licence pro) ainsi que les
profils école de commerce sont particulièrement
recherchés pour des postes opérationnels (premier taurants qu’il compte lancer cette année, il table sur
de réception, assistant chef de service) et fonction- l’arrivée d’une centaine de jeunes. Là aussi, les pronels (achat, marketing, finances, audit). fils recherchés varient selon les postes à pourvoir :
« L’évolution peut être très rapide. En quatre ou du CAP (commis de cuisine, serveur) à l’école de
cinq ans, un jeune diplômé peut, par exemple, deve- commerce (adjoint d’un directeur d’établissement).
nir manager d’un hôtel Ibis », déclare
« Nous offrons de réelles opportunités
Philippe Liger, directeur marketing Les entreprises
de carrière. La mobilité interne est très
ressources humaines du groupe. jouent la carte de forte chez nous : il est tout à fait possiComme l’an passé, McDonald’s va
ble d’évoluer d’une enseigne à l’autre
la promotion.
recruter une centaine de jeunes diplôdu groupe », souligne Catherine
més : le roi du hamburger recherche des managers Augereau, directrice emploi et formation du groupe.
pour ses restaurants (profils BTS, DUT, licence) et Pour fidéliser les salariés très mobiles, toutes les
des chefs de produit pour le siège (école de com- entreprises jouent la carte de la promotion interne :
merce et d’ingénieur, mastère avec spécialisation en elles y consacrent en moyenne entre 3 et 5 % de
marketing, achat, RH ou finance). Quant au groupe leur masse salariale. Mais l’hôtellerie-restauration
Flo, pour faire tourner la trentaine de nouveaux res- souffre d’une mauvaise image : volume horaire
hebdomadaire important, journées morcelées,
week-end au travail et... salaires de départ faibles.
Au niveau bac +5, la rémunération moyenne
annuelle d’un jeune diplômé est d’environ 23 K€.
Un bac +2, manager chez McDonald’s, gagne
Thibault Cléry,
quant à lui 18 K€ par an.
directeur de la
manager d’équipe, va
Reste le tourisme, dont les métiers font davantage
division hôtellerie
recevoir un salaire 30 K¤
rêver. L’offre pléthorique de formations (300 étarestauration chez
annuels. C’est un peu léger
blissements préparent aux BTS spécialisés) entreMichael Page
et, même si le secteur attire,
tient l’illusion mais les postes d’encadrement et de
International.
les jeunes diplômés ne se
chefs
de produits forfaitistes (ndlr : personnes qui met« Le secteur de l’hôtellerieprécipitent pas. Les entrepritent sur pied les voyages en se rendant sur le terrain) sont
restauration et du tourisme ne ses ont fait quelques efforts
rares. A peine plus d’une centaine par an et ils
paie pas bien. Un jeune
ces dernières années sur les
diplômé gagne en moyenne
concernent des seniors en poste depuis quelques
rémunérations. Elles accor5 000 à 7 000 ¤ de moins
dent des variables, entre 10
années. Les BTS tourisme débouchent le plus souque dans un secteur comme
et 20 %, indexés sur des
vent sur des emplois de bureau, derrière un écran,
l’industrie. A titre d’exemple,
performances personnelles
pour établir les réservations ou au téléphone,
un bac +2 recruté à un poste
ou collectives. Toutes les
comme commercial. « Nous recherchons des
de chef de
grosses majors distribuent
conseillers voyages pour notre plateau de réservaservice dans un restaurant de
également de l’épargne salation situé à Evry », annonce Gaëlle Bureau, responchaîne va percevoir entre 20
riale et de l’intéressementsable emploi et formation de Jet Tours qui prévoit
et 25 K¤ annuels, variables
participation. Enfin, dans le
d’embaucher
une quinzaine de bac +2. Même son
compris. Pour les métiers
tourisme, pour compenser les
de cloche chez le concurrent Kuoni qui mise sur une
commerciaux, un bac +5
faibles salaires, des réducembauché comme responsapetite dizaine d’embauches pour son call-center de
tions sur les voyages sont
ble des ventes ou un
proposées aux salariés ».
Reims.
Valérie FROGER
74
24 heures avec un directeur
de restaurant
Nicolas Cart Lamy, 29 ans,
dirige l’Hippopotamus d’Opéra, l’un des deux plus grands
restaurants de la chaîne en France. Il a intégré le groupe Flo en 2000, avec
un bac +3, en tant que barman. Depuis, il n’a cessé de gravir les échelons.
8 h 30 : Nicolas arrive au restaurant. Il fait le tour de
la salle. « Le restaurant a fermé ses portes à 5 heures
du matin. Je vérifie que rien n’a été dégradé », précise-t-il en filant dans les chambres froides.
L’hygiène, c’est sa hantise. « Je veille à ce que les
marchandises livrées ce matin soient bien stockées et
à ce que les cuisines soient propres. »
9 h : Il s’installe à son bureau. « Je consulte les statistiques de la veille et je prends connaissance du
cahier de liaison que mon adjoint a rempli pendant la
nuit. » Rien à signaler, il peut attaquer l’administratif.
« Un des rares moments de calme dans la journée. »
10 h : Petit café avec le chef de cuisine. « On fait un
point sur la journée à venir, l’état des stocks, le menu
du jour… ». Le personnel arrive. Nicolas serre une
dizaine de poignées de mains. « C’est très important
de saluer tout le monde. L’équipe est jeune, 22 ans en
moyenne, il faut parfois taper du poing sur la table. »
Hier, il a adressé un avertissement à une serveuse qui
avait été incorrecte avec un client.
10 h 45 : Deuxième tour du restaurant, avec le maître d’hôtel cette fois-ci, pour vérifier l’état de la salle.
Les coursives sont encombrées : « Il faut débarrasser
tout ça immédiatement », insiste-t-il aimablement
11 h : Repas avec le personnel. Tout le monde mange
ensemble. L’ambiance est bon enfant et détendue. A
la fin du repas, brief du maître d’hôtel sur l’animation
du jour : la viande Salers.
11 h 45 : C’est le coup de feu. Les premiers clients
arrivent, le rythme s’accélère. « Je suis en salle avec
tout le monde. C’est un moment stratégique. Nous
avons 200 places et devons faire 400 couverts par
En savoir plus
Institutionnels
Union des métiers et des
industries de l’hôtellerie, le
site donne des chiffres sur
le secteur, propose des
fiches métiers et oriente
vers des formations,
www.umih.fr
Syndicat national de
la restauration collective,
www.snrc.fr
Salon
Equip’hotel, du 15 au
19 novembre, Paris Expo,
porte de Versailles,
www.equiphotel.com
A lire
Les métiers de l’hôtellerie
restauration, Laurent
Thevenin, l’Etudiant, 2007,
11,50 ¤.
Syndicat national de
la restauration thématique
des chaînes,
www.snrtc.fr
75
jour. Il faut aller vite pour organiser deux services en
moins de deux heures ». Nicolas accueille les clients,
presse les cuisines, interpelle les serveurs, passe les
plats quand il juge que cela ne va pas assez vite.
14 h 30 : Fin du service. Débriefing avec l’équipe.
Puis retour au bureau. Pour Nicolas, le défilé commence ! L’un de ses 4 adjoints veut lui parler d’un
problème de planning, le chef de cuisine souhaite le
voir pour organiser des travaux… Coup de fil du
siège : demain, il lui envoie un maître d’hôtel en formation. « Ça n’était pas prévu ! »
16 h : Réunion mensuelle avec les maîtres d’hôtel.
Thème du jour : les plannings. « Nous avons un turnover de 76 %. Les plannings sont difficiles à gérer ».
Nicolas écoute et, en bon manager, conclut la réunion
en reprenant les points importants.
18 h : Repas du personnel. Nicolas salue les salariés du soir et accueille son adjoint qui va prendre
le relais.
18 h 45 : Début du service. « Je monte en salle pour
prendre la température mais reste rarement. Je
consacre mes soirées à la comptabilité : je sécurise les encaissements, ferme les coffres-forts et
prépare ma journée du lendemain »
19 h 30 : Nicolas rentre chez
lui. Il aura serré plus d’une centaine de mains aujourd’hui.
Professions de santé,
une forme mitigée
Pénurie de médecins, d’infirmières ou de directeurs de maisons
de retraite d’un côté. Restructuration dans les grands laboratoires pharmaceutiques de l’autre. La santé du secteur est contrastée.
Secteurs porteurs pour les JD étape 2
L
a santé rit, la pharma pleure. Du moins d’établissements », explique Emmanuelle
pleurniche. En effet, alors que le secteur Dec, adjointe à la DRH d’Orpea. Les titusanitaire souffre d’une pénurie de prati- laires d’un certificat d’aptitude aux foncciens, médecins et d’infirmières… quelques tions de directeur d’établissement ou de
grands laboratoires pharmaceutiques affichent service d’intervention sociale dispose évides plans de réduction des coûts. Arrivée sur le demment du sésame idéal. « Il y a des
marché des génériques, pertes des brevets, dérem- opportunités de carrières rapides dans la
boursements de médicaments... Autant de fac- direction des établissements privés de soin.
teurs qui ont ébranlé la croissance des laboratoi- Même sans spécialité, on se forme sur le
res l’an dernier. Depuis le début de l’année, les tas », ajoute Wilhelm Laligant, DG
commerciaux de Sanofi-Aventis sont par exemple d'Executive Advancers, cabinet de recrusous la menace d’un plan de restructuration. La tement spécialisé dans la santé. « Nous
plupart des grands laboratoires contactés ne sou- sommes ouverts à une grande diversité de
haitent pas s’avancer sur un chiffre de recrute- profils (masters de gestion, psychologie,
ments. Alors pour débuter dans ce secteur, des etc.), du moment que la personne a un intéconcessions s’imposent. Par exemple, éviter de rêt pour la gériatrie », confirme
postuler dans des services déjà saturés de jeunes Emmanuelle Dec d’Orpea qui compte
diplômés comme le marketing ou la visite médi- ouvrir une dizaine d’établissements en 2008.
cale. « Le ralentissement de la croissance du secDelphine MONINOT
teur pèse sur le nombre de CDI disponibles. Les
jeunes diplômés ne doivent pas hésiter
à accepter des CDD », estime Pierre Le secteur médicoMendiharat, senior executive mana- social est en très
ger du pôle santé de Michael Page. A
forte croissance.
contrario, ingénieurs et pharmaciens
industriels sont plus que les bienvenus dans la
R&D. Pour se valoriser et se différencier dans les
métiers scientifiques, une expérience à l’étranger
est un plus incontestable. Les pays anglo-saxons
sont meilleurs que les Français sur le passage de la
recherche fondamentale à l’industrialisation. La
Pascal Le Guiyader,
valorisation de la recherche est un domaine où il y
directeur des affaires
process qualité, les opéraa de plus en plus de créations de postes pour les
sociales, de l’emploi
tions de production requièrent
et de la formation du
jeunes diplômés, notamment dans les pôles de
les mêmes compétences.
Leem (Les entrepriPour autant, ces dix derniècompétitivité, comme Lyon BioPôle. On recherses du médicament).
res années, l’industrie du
che pour ces métiers des scientifiques, doctorants
« Pour 2008, quelques incertimédicament a été créatrice
ayant une spécialisation en brevet ou une formatudes pèsent sur le « L’avenir repose d’emplois. On
tion en marketing ou finance.
secteur. L’arrivée
en partie sur les compte plus de
Les jeunes diplômés sont au contraire très recherdes génériques, les
2 000 créations
biotechnologies. »
chés dans le secteur sanitaire regroupant environ 2
pertes de brevets,
nettes d’emploi et
millions de personnes (hôpitaux, cliniques, maisons
les déremboursements, tout
entre 10 et 15 000 recrutede retraite médicalisées, secteur médico-social, prise
cela peut avoir des conséments par an.
en charge du handicap, praticiens hospitaliers) et
quences négatives sur les
L’industrie du médicament
investissements en recherche
dans les secteurs privés et publics. « C’est un secpossède une politique
et développement et sur les
d’intégration des jeunes.
teur en très forte croissance, grâce notamment de
recrutements. Mais la France
Elle accueille entre 5 000
l’amélioration de l’accès aux soins et de l’allongereste le premier producteur et
et 6 000 stagiaires chaque
ment de la vie », explique Pierre Mendiharat.
exportateur de médicaments
année. 4 % des salariés ont
L’APHP recrute ainsi plus de 1 000 infirmier(e)s
en Europe. De grands labomoins de 28 ans, ce qui
tous les ans. Le groupe Orpea-Clinea (180 cliniques
ratoires, tels Biogaran, fabriprouve le dynamisme de ce
et maisons de retraites en France) recrute 800 perquent en France leurs prosecteur. Le secteur a de
sonnes. « Nous n‘avons pas de contingent de jeunes
pres génériques. Cela contril’avenir, mais est en
diplômés, mais nous souhaitons intégrer beaucoup
bue au maintien de l’emploi,
transformation, notamment
de jeunes médecins, infirmiers, psychologues,
bien que les produits soient
avec l’émergence des
moins complexes. Mais les
kiné… mais aussi des directeurs ou des adjoints
biotechnologies. »
76
Dans les pas d’un jeune
directeur de maison de retraite
Jean-Christophe Romensi, 29 ans,
directeur de la maison de retraite La villa Foch à Nice.
Même pas 30 ans et déjà une solide expérience thie nécessaire et la projection pour se dire qu’il
professionnelle, mais aussi de la vie. Jean- pourrait s’agir d’un proche, explique-t-il. Les familChristophe Romensi, 29 ans, dirige depuis avril les sont souvent démunies quand elles s’adressent à
2006 la maison de retraite médicalisée La villa nous. Je les accompagne dans les démarches admiFoch (groupe Orpea). En plein centre-ville de nistratives et dans l’intégration du résident. La psyNice, il a en charge le bien-être de 45 résidents et chologue joue un rôle majeur. » Les activités quotisupervise une équipe d’une trentaine de person- diennes ? Sorties ou animations dans l’établissenes. Les soignants, les administratifs, les anima- ment. Pour le Carnaval, des enfants de l’école maternelle voisine sont venus faire des crêpes et ont proteurs, les cuisiniers, et l’homme d’entretien.
Pourtant, rien ne le destinait à ce métier. Si ce posé un spectacle aux résidents. Mais le quotidien
d’un directeur, c’est aussi celui d’un
n’est un besoin irrépressible de
Une mission
chef d’entreprise, avec son lot de
contact humain. A 20 ans, JeanChristophe, titulaire d’un diplôme d’accompagnement démarches administratives, de réunions au siège, d’autres avec les orgauniversitaire en réseaux informatides familles.
nismes de tutelle et la gestion de carques, débute comme ingénieur dans
un groupe informatique. « Au bout de trois ans, le rière de 30 salariés. Comblé par la variété de ses
côté relationnel me manquait et le travail ne cor- tâches, il n’occulte pas les moments plus difficiles,
respondait pas à mon besoin de rendre service », comme l’annonce d’un décès à une famille. « C’est
explique-t-il. Ce Niçois d’origine, qui avait appré- dur mais des gens mettent tout leur cœur pour que
cié ses jobs d’étudiants dans la restauration, tout se déroule du mieux possible. Ce n’est pas un
Delphine MONINOT
retourne à ses premières amours. A 24 ans, un endroit triste ».
BTS d’assistant de direction en hôtellerie-restauration en poche, il part en Espagne gérer un restaurant. « J’y ai fait mes armes dans le management et
la gestion », souligne-t-il. Mais à l’automne 2005,
retour à Nice pour s’occuper de grands-parents
malades et dépendants. Commence pour lui le difficile parcours de la prise en charge de la fin de vie.
Visite de maisons de retraite, méandres administratives. « J’ai pris de plein fouet l’ampleur du problème. J’ai appris à connaître le secteur. J’ai voulu
apporter ma pierre à l’édifice. » Il postule à un
poste de directeur chez Orpea qui lui laisse sa
chance malgré son parcours atypique. Son
employeur lui finance même un mastère sciences
politiques, droit de la cité, spécialité « santé dans la
ville » où il apprend le fonctionnement sanitaire et
médico-social, ainsi que l’environnement législatif
et institutionnel du secteur.
Depuis sa prise de poste, voilà maintenant presque
deux ans, Jean-Christophe ne se lasse pas de cette
« mission d’accompagnement des familles, de la
bonne prise en charge des résidents ». Il est heureux
de voir son équipe se fédérer autour d’un projet
d’établissement. « Il faut, au quotidien, avoir l’empaEn savoir plus
Institutionnels
Biotechnologies France,
base de données nationale
référençant l'ensemble des
acteurs des biotechnologies
en France,
www.biotechnologiesfrance.org
Les entreprises du
médicament,
www.leem.org
Fédération hospitalière
de France, www.fhf.fr
Fédération de l’hospitalisation privée,www.fhp.fr
77
Pharmaceutiques, toute
l’actualité du secteur,
www.pharmaceutiques.com
Syndicat national des établissements et résidences
pour personnes âgées
www.synerpa.fr
Fédération nationale des
associations de directeurs
d’établissements et services pour personnes âgées,
www.fnadepa.com
DECRYPTER
son futur poste
Salaire, ambiance, horaires de travail, équipe…
Pas facile de cerner tous les contours d’un poste.
Voici par le menu tous les points à soulever en
entretien et les questions à se poser avant de signer.
Préparer son recrutement étape 3
H
élène P. va de mauvaise surprise en mauvaise surprise. Cette jeune assistante en
ressources humaines, diplômée d’une
grande école de commerce parisienne, s’est aperçue
en fin d’année dernière qu’elle n’était pas payée sur
quatorze mois, comme elle avait cru le comprendre
lors de son recrutement, mais sur treize ! Comme
elle, par peur de se voir refuser un poste, beaucoup
de jeunes diplômés n’osent pas aborder certains
points pendant leur entretien de recrutement.
Résultat, une fois en poste, ils sont déçus, parfois
démotivés. Il n’y a pourtant aucun mal à se renseigner et à poser quelques questions. Voici les points
à aborder absolument :
parle de salaire mensuel, n’hésitez pas à lui demander
si vous recevrez un treizième mois. Pour les commerciaux, faites bien attention à la question des
rémunérations fixes et des commissions. L’entreprise
distribue peut-être des primes exceptionnelles et une
participation aux bénéfices. Mettez ces questions
au clair, car elles peuvent peser lourL’intégration : l’entreprise prévoit-elle Chaque détail est dement sur votre rémunération globale. Demandez des détails sur les
une période d’intégration ou allez-vous
un indicateur
règles d’attribution, le mode de calcul.
vous retrouver seul dans un bureau,
sur votre emploi. Prenez bien garde à ce que les points
devant une pile de dossiers incompréessentiels de votre rémunération future
hensibles, sans aucune explication ?
Pour savoir à quelle sauce vous allez être mangé, figurent noir sur blanc sur votre contrat d’embauche.
demandez au recruteur s’il y a des écoles internes,
un système de parrainage ou de tutorat, des formations Le contrat : clauses de confidentialité, clauses de
mobilité, nature du poste, rémunération… avant de
(théoriques ou sur le terrain) ?
signer, vérifiez bien tous les paragraphes du
Le poste : demandez au recruteur de détailler les contrat. Prêtez une attention aux périodes d’essai,
missions de votre fonction point par point. Quelle à leur durée et à leur renouvellement.
est la place du poste que vous allez occuper dans
Valérie FROGER
la pyramide de l’entreprise ? De qui dépendrezvous ? Quelle équipe serez-vous conduit à
animer ? Quelle sera sa taille ? Y a-t-il des déplacements de prévu ?
Règles de vie en open space
Travailler sur un
plateau, partager
son bureau avec
deux ou trois
autres salariés...
En France, cette pratique
est devenue monnaie
courante et 60 % des
entreprises ont adopté
l’open space. « C’est
un moyen de mettre plus
de personnel dans moins
de mètres carrés »,
explique Odile Duchenne,
directrice d’Actinéo,
une association spécialisée
sur la qualité de vie au
bureau. Résultat,
aujourd’hui, un salarié
dispose en moyenne
L’entreprise : quel est le mode de management
de cette société ? Est-elle fortement hiérarchisée ?
Quelle est l’ancienneté du personnel ? Son taux
de turn-over (le roulement des équipes) ?
L’entreprise met-elle l’accent sur la formation et
l’élévation des compétences ?
L’équipe : combien de personnes travaillent dans
l’équipe ? Quels postes occupent-elles ? Quelle est
la moyenne d’âge et leur ancienneté ? Y a-t-il souvent des projets en équipe ? Quel est le mode de
fonctionnement sur un projet commun ? Quelle est
l’ambiance dans le service ?
La rémunération : si le recruteur « oublie »
d’aborder le sujet, prenez vous-même l’initiative à
la fin de l’entretien. On parle toujours de rémunération annuelle brute, et non nette. Si le recruteur
78
de 8 m 2 pour travailler.
Difficile dans ces conditions
de se concentrer.
Quelques règles
élémentaires permettent
cependant de s’adapter
à ce type d’aménagement.
Le bruit étant l’inconvénient
majeur, mieux vaut éviter
de parler trop fort, de
s’interpeller, de laisser
sonner le téléphone ou de
passer des coups de fil
personnels. Il ne faut pas
hésiter à utiliser les
espaces mis à disposition
par la direction, salles de
réunion, box privés… pour
prendre l’air et retrouver un
minimum d’intimité.
Micro-trottoir : les questions pièges
posées lors des entretiens
« Parlez moi d’amour », « voulez-vous
aller prendre un verre ? »… Au hasard
de questions surprenantes, les recruteurs
cherchent à tester la réaction des candidats.
Patrick Gavoty, 25 ans,
analyste chez GoldmanSachs à Londres
(diplômé Essec).
« C’était en 2006, pour mon
entretien d’entrée chez
Goldman Sachs. Au bout de
20 minutes, l’un des deux
recruteurs présents dans la
salle me demande : « quels
ont été les échecs dans votre
vie ? » Je commence à formuler ma réponse et je vois que
mon interlocuteur commence
Certains recruteurs prennent
demander : « Parlez-nous
un malin plaisir à poser des
de l’amour » et qui s’est
questions absurdes,
mise à passer en revue les
incongrues, parfois indiscrècaractéristiques du fleuve
tes. Si vous tombez sur l’un
russe du même nom !
de ces adeptes du contreEn tout cas, ne vous énerpied, ne vous laissez pas
vez jamais. Même si les
intimider. Au contraire,
questions relatives à votre
essayez d’en jouer et de
vie privée, à votre orientation
retourner la situation à votre
politique, à vos origines
avantage. Restez
raciales ou sociales
Désarmorcer
sérieux, pince-sanssont considérées
en souriant
rire ou désamorcez
comme illégales,
sans perdre
l’attaque en souriant
il vous sera difficile
son sérieux.
et en trouvant une
dans la pratique de ne
parade. Dans les différents
pas évoquer votre situation
guides d’aide à l’entretien
personnelle. Gardez en tête
d’embauche, on note les
que le recruteur cherche
exemples comme cette
avant tout à vous tester et à
candidate à un concours
voir comment vous réagissez.
administratif qui s’est vu
VF
« Le recruteur
m’a posé trois fois
la même question
en deux minutes ».
à jouer avec son téléphone
portable. Bref à m’ignorer.
Trente secondes plus tard,
il me repose la même question. Je reformule une nouvelle
réponse. Tout à coup, l’autre
recruteur m’interrompt et
me demande « combien font
99 divisé par deux ». Je fais le
calcul, réponds et reviens
à ma réponse. De nouveau,
le recruteur m’interrompt
et pour la troisième fois
me pose la même question.
Je leur demande pourquoi
ils insistent tant, leur
explique que j’ai fait des
erreurs et fais une réponse
différente. Satisfaits, ils
passent à autre chose. »
Rudy Muti, 26 ans,
consultant chez
Neostrategy
(diplômé Edhec).
« C’était à l’occasion d’un
deuxième entretien, je postulais pour un poste de consultant dans un grand cabinet de
conseil en management et
« Soudain, mon
interlocuteur m’interrompt
et me demande “parlezmoi de moi” ! »
technologie. J’avais en face
de moi un opérationnel.
Soudain, en plein milieu de la
conversation, il m’a interrompu
et demandé : “maintenant,
parlez-moi de moi”. J’ai été
soufflé par la question. J’ai pris
quelques secondes et j’ai
rebondi en disant que s’il me
posait cette question, c’est
qu’il était sûrement très ouvert
pour solliciter l’avis d’un
inconnu. J’ai positivé. Ça a dû
lui plaire car l’entreprise m’a fait
une proposition d’embauche,
que j’ai finalement déclinée. »
79
Noémie
Assenat,
24 ans, analyste fusion
et acquisition
chez Uni Crédit (diplômée
EM Grenoble).
« Dans le secteur de
la banque, on m’a souvent
demandé : combien y-a-t-il
de Mc Donald’s à
Vancouver, combien de
balles de ping-pong peut-on
mettre dans un Boeing 747
ou de balles de tennis sur le
Central de Roland Garros ?
En posant ces questions,
les recruteurs cherchent à
savoir comment raisonnent
les candidats, ils n’attendent
pas une réponse chiffrée
mais un mode de pensée et
d’analyse. Il faut juste le
savoir, ne pas paniquer et
essayer de répondre en
« Combien de balles
de ping-pong
peut-on mettre dans
un Boeing 747 ? »
faisant des déductions
logiques. Ce n’est pas
très compliqué et avec un
peu d’entraînement, on y
arrive très bien. »
Virginie Caron, 25 ans,
chef de projet nouveaux
médias chez L’Oréal
(diplômée Edhec).
« Je passe sur le nombre
de fois où on m’a demandé
si je comptais avoir des
enfants, comment je ferais
pour m’organiser. C’est
un classique quand on est
une jeune femme. Un jour,
un recruteur m’a mise en
difficulté en me posant,
d’entrée de jeu, une question d’actualité sur l’entreprise dans laquelle je
postulais. Il m’a demandé
de lui parler de la dernière
action du groupe aux EtatsUnis. J’ignorais totalement
de quoi il parlait. Je lui ai
dit. Un long silence s’est
« J’ai été prise de
court sur une question
d’actualité ».
installé. Pour briser la glace,
je lui ai posé des questions,
j’ai essayé d’être curieuse,
d’en savoir plus. Il est resté
silencieux encore un
moment avant de changer
complètement de sujet. »
LA LETTRE de motivation
en questions
Préparer son recrutement étape 3
Passage obligé et exercice périlleux, la lettre de motivation demande
le respect de certaines règles. Conseils pour franchir cette première étape
et décrocher l’entretien de recrutement.
Obligatoire ou pas ? Avec l’émergence des ban- Flatter le recruteur ? Les compliments « langue
ques de CV automatisées, cette question devient de bois » ne font pas forcément recette, tant les
d’actualité. « En réponse à une annonce précise, recruteurs sont habitués à en recevoir. Le candidat
s’il est bien fait référence à l’offre d’emploi, il est cherche à convaincre de la sincérité de sa démarche :
acceptable de ne joindre que son
commencer par un doux (mais parLa rédaction
CV », estime Jacques-Denis
fois peu sincère compliment) ne
se doit d’être
Latournerie, directeur du développereprésente donc pas une bonne entrée
ment RH chez Grand Optical. Mais concise et efficace. en matière. Dans le meilleur des cas,
CV et lettre de motivation restent
le compliment paraîtra banal.
toutefois deux exercices complémentaires : « le CV Féliciter, par exemple, l’Oréal, pour sa position de
indique votre parcours avec précision, la lettre leader dans le secteur des cosmétiques est d’un intédonne une vision “hélicoptère” sur votre portrait », rêt réduit. En revanche, émettre une remarque perexplique Joëlle Planche Ryan, responsable des car- tinente sur l’ouverture d’un nouveau site de prorières à l’association des anciens de l’ESCP– EAP. duction, l’obtention d’un nouveau marché…
prouve que le candidat a pris la peine de s’informer.
Manuscrite ou pas ? Le recrutement en ligne a
Edouard LEDERER
relégué peu à peu la lettre manuscrite aux
oubliettes. « L’écriture n’apporte pas de valeur
Parler de soi autrement
ajoutée. Si je reçois une lettre par voie postale,
Un CV visionné près
des technologies de l’informade 55 000 fois !
tion : son CV prend la forme
elle doit être propre et lisible. Et elle ne subira
En mettant en scène
d’un site web qui imite à la
pas d’examen graphologique. », commente
son
plaisir
à
jouer
perfection
la page d’accueil de
Jacques Denis Latournerie. Lors d’un recruteavec les mots et les
Google. Leur point commun :
ment en ligne, la lettre manuscrite risque de
logos dans une courte vidéo,
mettre concrètement en avant
ralentir la procédure. « De plus, le mail oblige à
Marie Breton a tapé dans l’œil
leur savoir-faire. Mais attention
une certaine concision, et donc à l’efficacité du
d’une agence de publicité, où
à bien maîtriser le message.
propos », commente Joëlle Planche-Ryan.
elle a décroché son premier
L’été dernier, Mathieu Vaidis,
emploi. Autre concept pour
Thomas Hauchecorne,
diplômé en 2005 en marketing
Quelle longueur ? Moins de trente secondes suffisent aux recruteurs pour parcourir une lettre de motivation. La lettre sera d’autant plus efficace qu’elle sera
bien structurée (pour permettre une lecture en diagonale) et courte. « Elle comporte trois grands messages
simples : ce que j’ai fait, ce que je sais faire et ce que
je veux faire. Trois paragraphes suffisent », conseille
Joëlle Planche-Ryan.
Raconter « ma vie, mon œuvre » ? Le candidat
n’est pas le sujet principal de la lettre. « La lettre met
en exergue les points de convergence entre un candidat et une entreprise » explique Joëlle PlancheRyan. Une logique qui permet de couper les informations inutiles pour la fonction visée.
A lire
100 CV
et lettres de
motivation pour
les bac +4/5
Céline Manceau et
Guillaume Verney-Carron,
L’Etudiant Pratique, 2007,
12,90 ¤.
150 lettres de motivation
commentées et corrigées
Sylvie Karsenty,
L’Express, 2007, 19 ¤.
http://www.anpe.fr/espace_
candidat/conseils_emploi/
guides_pour_agir : propose
des brochures pratiques
(Comment rédiger une lettre
de motivation…)
80
jeune professionnel alors en
recherche d’emploi dans le
web marketing, est devenu
à ses dépens une vedette
sur Internet. Dans sa vidéo,
visionnée plus de 26 000 fois,
sur fond du célèbre Take it
easy de Mika, il se présente,
tout en déambulant entre les
tours de la Défense. Avec une
mauvaise qualité d’image et de
son. Depuis l’homme a rebondi,
mais grâce à son MBA : il
travaille dans le marketing pour
un géant pharmaceutique.
Convertir son stage en CDI
Mettre à profit un stage pour se faire remarquer et décrocher un emploi ? C’est possible…
à condition de repérer les opportunités réellement prometteuses, et d’adopter la bonne
attitude une fois en poste.
Préparer son recrutement étape 3
U
ne embauche en fin de stage n’a rien
d’automatique. Afin d’augmenter vos
chances de transformer l’essai, assurezvous de l’intérêt du stage proposé. Si dans son
offre, l’entreprise recherche « en permanence » des
stagiaires « pour toutes sortes de tâches », le travail
risque d’être à faible valeur ajoutée, et le stagiaire de
rester anonyme… et stagiaire. Heureusement certains employeurs repèrent délibérément leurs
futurs « jeunes talents » dans leur vivier de stagiaires. Le stagiaire doit alors décrypter les critères
d’évaluation internes et s’y conformer. « Nous évaluons les stagiaires sur des critères d’attitudes et
d’implication, pas sur des objectifs chiffrés », relève
Carole Leroy, chargée de communication RH chez
BNP-Paribas. L’aspirant doit également soigner
ses relations humaines avec son manager direct.
« Comme lors d’une prise de poste classique, c’est à
lui de solliciter des retours réguliers de son supérieur et de s’assurer que son travail va dans la
bonne direction », insiste Joëlle Planche-Ryan, responsable des carrières à l’association des anciens de
Les stages en chiffres
800 000 :
c’est, selon le Conseil
économique et social
(CES), le nombre de
stagiaires en France.
90 %
des bac +4 et
plus ont effectué au moins
un stage dans leur parcours
3 mois au-delà de cette
durée de stage, l’entreprise
doit obligatoirement verser
une gratification au stagiaire.
Jusqu’à 380 € pour
un plein temps, cette somme
n’est pas soumise aux cotisations sociales et patronales.
16 % : c’est la proportion
de jeunes diplômés qui ont
obtenu un premier contrat
de travail grâce à un stage.
l’ESCP-EAP. Cette relation privilégiée favorisera
sans doute une bonne évaluation en fin de stage.
Les plus fins politiques mettront à profit leurs mois
de présence au sein de l’entreprise pour tisser un
réseau, et se tenir au courant des opportunités
internes. Mais attention, l’exercice est périlleux : le
référent reste son supérieur direct… qui risque de
prendre ombrage d’un stagiaire perçu trop manœuEdouard LEDERER
vrier.
Faut-il commencer
à l’international ?
Une expérience à l’étranger fait toujours
bien sur le CV mais gare aux désillusions.
Les taux d’échec sont élevés et les retours
en France pas toujours bien gérés.
P
as de famille à nourrir, une folle envie de
découvrir le monde, un plus pour le CV...
Les jeunes diplômés sont de plus en plus
nombreux à tenter leur chance à l’international.
En 2007, on estime que sur les 2,3 millions de
Français travaillant à l’étranger*, plus de 35 %
avaient moins de trente ans. Pourtant, l’expatriation
n’est plus l’Eldorado d’il y a 20 ans et les échecs sont
nombreux. Les pros de « l’expat’ » parlent même d’un
taux de retour avant l’heure avoisinant les 40 %.
Avant de partir, mieux vaut donc réfléchir à deux fois
car l’aventure, si tentante au départ, peut tourner au
vinaigre. Voici les trois erreurs à éviter :
La mission piège : il peut exister un écart entre la
mission vendue par le DRH et la réalité sur place.
Manque de personnel, peu ou pas de moyens à disposition, ambiance difficile... Cela suffit à mettre un jeune
expatrié en difficulté. « 40 % des retours prématurés
sont dus à une mission qui ne correspond pas aux
attentes de l’expatrié », déclare Patricia Glasel, direc-
trice du département management
interculturel chez Berlitz. Le conseil :
avant de s'engager, contactez l'expatrié en poste auparavant afin de
mieux appréhender la réalité de la
future mission.
Le dépaysement excessif : nourriture, culture,
transports, style de management... les candidats à l’expatriation ont parfois une vision trop idyllique du pays
d'accueil et de leur travail. Résultat, une fois sur place,
les désillusions sont grandes. Le conseil : préparer son
séjour en suivant une formation interculturelle. Cela
permet de réduire l'incertitude et facilite l'adaptation.
Le retour mal préparé : aucun pont d’or n’attend
le jeune diplômé qui revient en France. Au contraire,
en son absence, l’entreprise a changé, ses relais internes sont souvent partis et son retour n’intéresse personne. « Les entreprises ne savent pas utiliser les compétences de leurs expatriés. Il y a un décalage entre les
attentes des deux parties. Dans 75 % des cas, un
expatrié quitte son employeur deux ans après son
retour », poursuit Patricia Glasel. Le conseil : entretenir son réseau national, rester en contact avec les cabinets de recrutement, rendre visible votre travail dans
le pays d'accueil.
Valérie FROGER
* Source Mondissimo
82
Jeunes diplômés,
Bosch recrute plus de 200 personnes !
Qu’il s’agisse du domaine de l’automobile, de l’automation,
de la thermothermie, de l’outillage électroportatif ou de nos
services support, Bosch recrute dans des métiers divers.
Dans un environnement innovant et dynamique, nous vous
offrons de travailler sur des métiers passionnants dans un
contexte de travail agréable et international.
La diversité culturelle, la confiance, le respect de la personne
et de l’environnement font partie de notre responsabilité.
Des valeurs essentielles que nous souhaitons partager avec
vous, pour que chacun puisse construire au mieux son parcours,
développer ses compétences, évoluer et réussir.
Et si nous construisions ensemble nos réussites !
Profils recherchés :
INGENIEURS EN DEVELOPPEMENT ET TECHNICO-COMMERCIAUX
COMMERCIAUX ET CHEFS DE PRODUITS
INFORMATICIENS
CONTROLEURS DE GESTION ET COMPTABLES
ACHETEURS ET LOGISTICIENS
TECHNICIENS
APPRENTIS ET STAGIAIRES
Bosch, un leader mondial :
• 261 000 collaborateurs dont 9 500 en France
• 43,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires
• 280 filiales implantées dans 140 pays
• 19 implantations en France
Découvrez nos offres et nos métiers sur :
www.bosch-emplois.com
Photo : Mariano
La réussite, une histoire
qui se construit ensemble
MATCH PMEgrands groupes :
le pour ou contre
Ce sont les grandes marques qui font rêver les jeunes diplômés : image, salaire,
opportunités de carrière… Pourtant, les PME ont quelques atouts en poche et
autorisent souvent plus d’autonomie et de responsabilités.
Préparer son recrutement étape 3
A
trop focaliser sur le CAC 4O, on en oublie
que les PME représentent 99 % des
entreprises françaises et les deux-tiers
des emplois. Et que 56 % des PMI de plus de
200 salariés envisagent de recruter dans les six
mois, selon la dernière enquête de l’Agefos-PME.
Les jeunes diplômés représentent un tiers de ces
perspectives d’embauche. Or, 77 % des PME ont
du mal à recruter. D’après un sondage réalisé par
l’Ifop pour la CGPME, seuls 32 % des 15-25 ans
déclaraient souhaiter travailler dans une PME.
Pourtant, les « entreprises à taille humaine » ne
manquent pas d’atouts.
Rémunération
Groupes :
Selon la Cegos, leurs salaires à l’embauche
devraient augmenter de 1,7 % à 8,4 %. Le vrai plus :
les packages de rémunération. 81 % disposent d’une
offre d’intéressement, 94 % d’une épargne salariale,
30 % d’un dispositif d’épargne retraite, 20 % proposent de l’actionnariat collectif.
Tenue par sa grille salariale, une grande entreprise a peu de marge pour surenchérir sur un
recrutement.
PME :
La fourchette d’augmentation oscille entre 2,1 %
et 6,7 %. L’intéressement concerne 49 % des PME
de moins de 40 cadres, l’épargne salariale, 53 %,
l’épargne retraite, 8 % et l’actionnariat collectif, 10 %.
Pour un profil recherché, les PME peuvent
faire preuve d’une saine agressivité salariale.
Avantages annexes
les groupements d’employeurs se développent afin
de mutualiser les fonctions RH.
Formation
Groupes :
Certaines grandes entreprises disposent de leur
propre structure, comme l’académie du groupe
Accor, créée pour renforcer les compétences techniques et managériales, ou l’université d’Areva, destinée aux cadres et ingénieurs, et qui représente plus
de 10 % de l’activité formation du groupe.
PME :
Elles ont de plus en plus conscience que la
formation peut répondre à leurs besoins de qualification. Selon l’enquête Agefos-PME, elles sont 60 %
à mener une politique de formation et 47 % vont
même au-delà des obligations légales.
Intérêt du poste et responsabilités
Groupes :
Circuits de décision lourd, déconnexion avec la
stratégie, la hiérarchie des grandes entreprises met à
mal la quête de sens et de motivation des salariés.
PME :
Autonomie, responsabilités, polyvalence... un
salarié participe vraiment à la gestion de l’entreprise. « Un jeune diplômé qui souhaite un jour
créer son entreprise a tout intérêt à choisir une
PME, affirme Fabrice Coudray, directeur régional
chez Robert Half International. Quelques grandes
écoles mettent d’ailleurs en avant le potentiel des
grosses PME, du fait des départs massifs des dirigeants à la retraite. »
Groupes :
Perspectives à l’international
PME :
Difficile de rivaliser avec les opportunités
à l’international de nos champions. Parmi les
1 000 premiers groupes internationaux, 45 sont
français : Total, PSA, Renault, Sanofi-Aventis,
Michelin, LVMH, L’Oréal…
CE, séjours vacances, chèque emploi service universel. En voie de développement : services de
conciergerie ou crèches d’entreprise.
Pas de comparaison possible même si certaines
PME offrent les avantages d’un CE en passant par
des structures comme Novalto.
Politique RH
Groupes :
Les grands groupes disposent de départements
RH très structurés, d’où une politique claire en
terme de salaire et d’évolution de carrière.
PME :
C’est souvent le PDG qui fait office de DRH,
d’où l’absence d’une véritable stratégie RH. Mais
Groupes :
PME :
Le marché des PME est souvent très local.
Elles réalisent environ 20 % des exportations, mais
envoient peu d’expatriés. D’où leur intérêt pour le
Volontariat international en entreprise qui leur permet de confier à un jeune de moins de
28 ans une mission à l'étranger à des conditions avantageuses. En six ans, 13 000 jeunes ont réalisé une
mission VIE dans près de 130 pays pour le compte de
1 820 entreprises, dont 65 % de PME. Audrey CORET
84
Accélérateur de couleurs
Accélérateur de carrières…
Commerciaux - h/f Leader mondial des duplicopieurs numériques, Riso innove avec l’imprimante couleur
France entière
ÉS
LÔM E
P
I
D
NC
ES
J E U NÈÈRREE E X P É R I E
OU 1
la plus rapide au monde. Nous devons notre formidable croissance et notre réussite, à
une offre unique sur le marché, mais aussi et surtout, à une équipe forte, unie et motivée.
De niveau Bac + 2 ou +, jeune diplômé ou avec une première expérience de la vente sur le
terrain, vous souhaitez réaliser des performances commerciales à la hauteur de vos ambitions.
Véritable acteur de votre réussite, après une formation adaptée, vous serez responsable
d'un secteur qu'il vous appartiendra de gérer et développer. Nous vous offrons une
rémunération attractive (fixe + commissions + primes), des avantages conséquents
(véhicule de fonction, participation, mutuelle et prévoyance, téléphone portable), un
management de proximité et des possibilités d'évolution : tous nos responsables d’agence
ont débuté leur carrière chez nous en tant que commerciaux.
En somme, tous les atouts pour un
développement professionnel et personnel.
Pour intégrer notre force de vente dynamique, merci d'adresser CV et lettre de motivation,
sous réf. 804/JD + région à Riso France, Dépt. Ressources Humaines, 49 rue de la Cité,
69441 Lyon cedex 03 ou par mail : cv@risofrance.fr
www.risofrance.fr
L’énergie
de tous
les talents
Groupe international de négoce de produits métallurgiques, quincaillerie, outillage, fournitures industrielles, chauffage
sanitaire auprès des professionnels, DESCOURS & CABAUD compte aujourd’hui 520 points de vente, 12 600 collaborateurs
et réalise un CA de plus de 3 milliards d’euros.
Notre Groupe a bâti sa performance sur des valeurs fondamentales telles que le respect des hommes, la satisfaction de la
clientèle et la recherche permanente de meilleurs produits. Notre succès repose sur l’accompagnement de nos clients dans
l’évolution de leur métier, en leur proposant des produits et des procédés toujours adaptés.
Nous avons besoin d’équipes motivées et compétentes. Pour cela nous offrons la possibilité à de jeunes diplômés d’intégrer notre
groupe en tant qu’attaché commercial itinérant, télé représentant ou vendeur magasin.
Vous avez un tempérament commercial, vous êtes dynamique et vous souhaitez vous investir professionnellement au sein d’un
groupe leader sur son marché. Rejoignez notre école de vente, l’opportunité d’une formation technique et commerciale en contrat
de professionnalisation vous permettra d’être rapidement opérationnel et de vous épanouir pleinement dans notre métier.
Adressez nous votre CV accompagné d’une lettre de motivation sous la référence EV/8185/RE à :
DESCOURS & CABAUD - Service du Recrutement - 10 rue du Général Plessier - 69002 LYON
Email : drh@descours-cabaud.net
Retrouvez toutes nos offres sur www.dcrecrute.com
TBWA\CORPORATE
Venez développer votre sens commercial
au sein d’un Groupe international !
PARIS-REGIONS :
l’écart des salaires
se réduit
« A Paris, on gagne mieux sa vie qu’en régions ». La ritournelle a visiblement
du plomb dans l’aile. Aujourd’hui, les fractures dépendent beaucoup plus des
types d’entreprises et de leur périmètre d’action que de leur localisation. Explications.
Préparer son recrutement étape 3
P
remiers ex aequo : l’Ile-de-France et la
Bretagne. Selon l’Association pour l’emploi
des cadres (Apec), en 2007, ces deux régions
ont respectivement recruté 26 % et 25 % de jeunes
diplômés. Des records car dans les autres régions,
la moyenne avoisine 20 % (15 % en Franche-Comté
et Midi-Pyrénées, 24 % en Provence-Alpes-Côted’Azur). Quant aux secteurs, les services dominent
largement dans toutes les régions et drainent entre 40
et 60 % des embauches, 80 % pour l’Ile-de-France.
En deuxième position, l’industrie, puis le commerce,
sauf dans le Languedoc-Roussillon et la ProvenceAlpes-Côte-d’Azur où ce dernier devance l’industrie.
basés dans le Sud-Ouest, sont parfois supérieurs de
10 % au salaire médian et quasi équivalents aux
rémunérations franciliennes. Et le Nord-Est crée la
surprise en proposant les salaires les plus élevés
dans les métiers du développement et de l’exploitation
Audrey CORET
en informatique. »
Sur quels critères choisir
le lieu de son premier poste ?
Le coût de la vie est moins élevé en régions qu’à
Paris (de 10 à 20 % selon la région et la métropole), ne serait-ce que sur le plan de l’immobilier, et
la qualité de vie est meilleure en région, surtout en
termes de transports.
Inès Cannaud, 30 ans,
ingénieur après-vente
chez Lingway, éditeur
de moteurs de recherche
spécialisés, KremlinBicêtre (Grand Paris).
« Formée en
informatique spécialité traitement automatique de l’information multimédia à l’IUP
d’Avignon, j’ai été recrutée
chez Lingway (30 salariés),
pour assurer au client les
bons services et fonctionnalités des logiciels de e-recrutement en les adaptant à
leurs spécificités. Je dispose
d’une certaine autonomie
pour traiter avec le client, tout
en référant à mon directeur.
Idéal pour un premier poste.
J’apprécie le côté PME où
tout le monde partage ses
connaissances. Je gagne
30 K¤, plus une prime de
vacances et souhaite évoluer
vers un poste de chef de projet d’ici deux à trois ans. Pour
être plus proche de la campagne et payer un loyer
moins cher, j’ai fait le choix
d’habiter en banlieue, à 1
heure de Paris. Ma qualité de
vie est meilleure. »
Mais qu’en est-il des rémunérations ?
En moyenne, on estime que les salaires des cadres à
Paris sont 20 à 25 % plus élevés qu’en régions. Si
l’on s’en tient aux métropoles, ils s’élèvent selon
l’Insee à quelque 42 K€ dans la capitale, contre
30 K€ dans les 25 villes de région qui boostent
l’emploi. Mais si une entreprise est implantée sur
tout le territoire national, comme les banques, voire
international, telle la logistique, elle proposera des
salaires égaux, voire supérieurs en région pour attirer les talents. Alors qu’une entreprise locale pratiquera des salaires inférieurs de 10 à 20 %.
« Les écarts Paris-Région se réduisent de plus en
plus, confirme Fabrice Coudray, directeur régional
chez Robert Half International. Lyon rejoint Paris
et Lille tend également à s’aligner. On constate peu
de différences dans l’informatique et les nouvelles
technologies, un peu plus d’écarts entre les régions
dans l’économie classique comme l’industrie.
De même qu’un cabinet d’expertise comptable en
province proposera des salaires inférieurs à ceux de
Paris. » Dans son baromètre annuel des salaires des
cadres dans les PME, Emmanuel Chauvin,
responsable des études chez Expectra, réseau de
recrutement, note également de véritables rattrapages
dans certaines régions. Dans le Nord-Ouest, un
conducteur de travaux touche aujourd’hui un
salaire de 27 600 € contre 23 200 en 2006. « Portés
par l’aéronautique, les salaires des ingénieurs R&D
86
François Flageul, 26 ans,
consultant fonctionnel
SAP chez Steria
à Toulouse.
« J’ai été embauché par la
SSII Steria, 18 000 salariés,
après un mastère 2 à l’IUP
de Clermont-Ferrand en
management et gestion des
entreprises, qui m’a permis
de me former au système
d’information SAP, adapté à
la logistique. En mission chez
Airbus, je personnalise les
modules SAP en fonction
des besoins du client. Et ce,
en lien direct avec le chef de
projet Airbus. En cas de problèmes, j’en réfère à un
assistant manager chez
Steria Toulouse. Cette organisation me convient tout à fait.
Je gagne 31 K¤ et une prime
équivalente à un mois de
salaire. D’ici 5 à 7 ans, je
pense m’orienter vers la gestion de projet. Toulouse, c’est
un choix : je suis originaire de
la région et j’apprécie d’y
vivre. J’ai moins d’une demiheure de transport alors
qu’en Ile-de-France, les
consultants Steria se déplacent beaucoup. »
Toute l’équipe de REUSSIR remercie et félicite les étudiants du Diplôme Supérieur d’Arts
Appliqués en Art et Technique de Communication de l’École Estienne pour l’énergie, la créativité & le sérieux déployés pour composer cette maquette.
Audace &
Professionnalisme
Le magazine annuel RÉUSSIR 2008 a été conçu par
les étudiants du Diplôme Supérieur d’Arts Appliqués
en Art et Technique de Communication de l’École
Estienne. L’École Estienne, École du livre à l’origine a,
aujourd’hui développé son enseignement vers les
métiers de la communication dans les domaines de la
publicité, de l’édition et de l’identité visuelle jusqu’au
niveau Master 1. La collaboration avec l’équipe de
RÉUSSIR dans le cadre de la conception et de la réalisation de ce magazine 2008 montre l’intérêt pédagogique d’offrir aux étudiants de DSAA la possibilité de se
retrouver, dès leurs études, confrontés au réalisme des
contraintes professionnelles, sans perdre ni leur audace
ni leur regard provocateur. Ce partenariat montre aussi
la capacité de ces futurs professionnels à proposer un
regard nouveau, parfois audacieux, bousculant les
conventions et les académismes du secteur.
Réactivité, enthousiasme, créativité et implication sont
les qualités revendiquées dans le cadre de la pédagogie
de projet proposée aux étudiants.
Frédérique LEMIRE,
Proviseur Adjoint Ecole Estienne
Ils ont participé à l’aventure :
Guillemette Chauvin, Charles Delavault, Mathilde Ferail, Fabien
Gavinet, Cécile Guyard, Jenna Haugmard, Amandine Juston,
Justine Panchout, Rémi Petot, Morgan Pignard, Adrien
Raderscheidt, Claire Rothiot, Pauline Soler, Amandine Soucasse
et Ophélie Tara...
Et ont gagné le concours :
Maylis Dias, Cécile Knosp, Sammang Thuch et William Van
Rensbergen.
En savoir plus
École supérieure
Estienne des Arts et
Industries graphiques
18, boulevard Auguste
Blanqui - 75013 Paris
Tél. 01 55 43 47 47
Fax. 01 55 43 47 48
www.ecole-estienne.org
Le Magazine Jeunes diplômés
2008 va être distribué lors de
salons de recrutements
comme Job Rencontres ou
Carrefour pour l’Emploi… mais
aussi des Forums : Trium,
Horizon Chimie, Carrefour
HEC, Forum Supelec… Liste &
contacts sur
www.zefir-carrieres.fr
Il est également disponible
en téléchargement gratuit
sur les sites www.lefigaro.fr
et www.lexpress.fr
le carnet d’adresses bonus
Book des recruteurs
ACCENTURE
AKKA
TECHNOLOGIES
ALINEA
ALTEN
APAVE
AREVA
ARKEA
AUCHAN
BNP PARIBAS
IMMOBILIER
BOSCH
BOUYGUES
IMMOBILIER
BUREAU VERITAS
CAISSE D'ÉPARGNE
CERAM
CRÉDIT AGRICOLE
CULTURA
DAHER
DASSAULT
SYSTEMES
DELOITTE
DESCOURS &
CABAUD
EDF
EFAP GROUPE EDH
ESC DIJON
ESCEM
ESCP-EAP
ESLSCA
ESSEC
FIDUCIAL
FONCIA
HSBC
ICADE
INFACT
KEOLIS
KPMG
LA POSTE
MERCEDES-BENZ
MUTUAIDE
ESG GROUPE
PARIS GRADUATESCHOOL OF
MANAGEMENT
PHILIP MORRIS
POINT P
POMONA
PRICE
WATERHOUSE
COOPERS
RICOH
RISO
RTE
SAGEM
COMMUNICATIONS
SII
SOCIETE
GENERALE
SPIE
TOTAL
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Accenture – Service
Recrutement
118-120 avenue de France
75013 PARIS
Tél : 01 53 23 55 55
Fax : 01 53 23 53 23
www.recrute.accenture.fr
REPÈRES
Activité :
Entreprise internationale de
conseil en management,
technologies et externalisation
Chiffre d'affaires mondial :
19,70 milliards de dollars
au 31/08/07
Effectif :
170 000 collaborateurs dans
le monde dont plus de 4 700
en France.
Zone Géographique :
En France à Paris, Lyon,
Nantes et Sophia Antipolis et
dans 49 autres pays.
Grâce à notre expertise sectorielle,
notre connaissance approfondie des
processus de l’entreprise et notre
réseau mondial de collaborateurs,
nous avons la capacité de mobiliser
pour chaque projet, les équipes,
compétences et technologies les plus
appropriées.
Nos offres d’emplois jeunes diplômés :
• Consultant Junior en management
et organisation H/F
• Consultant Junior en analyse de
processus et intégration de systèmes
H/F
• Consultant Junior en technologie
des systèmes d’information H/F
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Ingénieurs et Commerciaux,
mettez votre énergie au cœur
de nos projets sur
www.akka.eu
REPÈRES
Secteur d’activité :
Spécialiste de l’Ingénierie et
du Conseil en Technologies
CA 2007 :
236 millions d’euros
Effectifs :
5 100 collaborateurs
Implantations :
Plus de 40 agences en
France et des implantations
internationales : Belgique,
Allemagne, Italie, RoyaumeUni, Suisse, Maroc
et Roumanie.
2007 :
Acquisition de COFRAMI
88
Entreprise internationale de conseil
en management, technologies
de l’information et externalisation,
Accenture est un acteur qui s’engage
auprès de ses clients à tous les stades
de leur activité : de la planification
stratégique au conseil en systèmes
d’information, de la refonte des
processus à l’accompagnement
humain du changement.
AKKA Technologies propose plus de
1 500 opportunités de carrière en
France et à l’international en 2008.
Le Groupe recrute des jeunes diplômés Ingénieurs et Commerciaux,
Bac+2 à Bac+5 et plus, pour ses cinq
expertises métiers : Ingénierie Produit,
Process, Documentaire, Informatique
Industrielle & Systèmes embarqués
et Systèmes d’Information.
Evoluer chez AKKA Technologies, c’est
intégrer une entreprise en forte
croissance dont les expertises métiers,
les valeurs fortes et l’importante
présence sur de grands projets
innovants vous garantissent des
perspectives d’évolution à la hauteur
de vos ambitions !
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Pour postuler merci
d'envoyer CV + LM à :
recrutement@alinea.fr
ALINEA, route de Gémenos,
BP 1442,
13785 Aubagne cedex.
Si vous êtes mobile toute
France :
recrutement-france@alinea.fr
REPÈRES
Alinéa est l’enseigne
spécialisée en ameublement
et décoration du Groupe
Auchan.
Leader potentiel sur le
marché du jeune
habitat, Alinéa compte
15 magasins et 2000
collaborateurs. 5 ouvertures
sont prévues en 2008/2009.
300 postes sont à pourvoir chaque
année, une majorité concerne les
magasins en exploitation, les ouvertures de magasins et ponctuellement
la Centrale d’Achats.
PROFILS : Bac + 2 à Bac + 5, jeunes
diplômés type DUT, BTS, ESC,
passionnés de décoration et de
commerce, rigoureux et dynamiques
aimant le travail en équipe et
possédant un bon relationnel.
POSTES PROPOSÉS : Chefs de
Secteur Commerce évolutifs vers
Responsables de Magasin si mobiles
toute France. Stages et Alternance :
en magasins dans les domaines de
la vente, la décoration, la logistique, la
restauration et en Services Centraux
(Aubagne 13).
Objectif :
24 magasins en 2010.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Christophe Perrillat-Charlaz
Apave Sudeurope
Service recrutement
177, route de Sain Bel
69 811 Tassin Cedex
tassin.annonce@apave.com
Pour postuler :
www.apave.com
REPÈRES
8000 collaborateurs, 571 M€
de CA en 2006, 130 agences,
127 sites de formation,
33 laboratoires et centres
d’essais, 30 filiales et participations à l’International.
Apave est l’un des plus
importants recruteurs du
secteur de l’ingénierie de la
maîtrise des risques.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Retrouvez toutes nos offres
sur www.alten.fr
REPÈRES
Secteur d’activité : Conseil
et ingénierie en technologies
avancées.
Date de création : 1988.
Situation : Leader européen
du Conseil en technologies
avancées.
Implantations :
• France entière
• International : Allemagne,
Belgique, Espagne, GrandeBretagne, Italie, Pays-Bas,
Pologne, République Tchèque,Roumanie et Suisse.
Chiffre d’affaires :
702 millions d’euros
Effectif à ce jour :
plus de 10 000
Pour l’ensemble de ces postes, nous
recherchons des collaborateurs issus
d’écoles d’ingénieurs, d’écoles de
commerce ou de cycles universitaires spécialisés dans les domaines suivants :
– Télécoms,
– Energie,
– Informatique,
– Electronique / Informatique embarquée,
– Génie Mécanique/Industriel,
– Systèmes d’Informations,
– Systèmes et réseaux.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
• 600 recrutements d'ingénieurs et
de techniciens sont prévus en 2008.
Apave recrute aujourd’hui 350 personnes de niveau Bac à Bac +3 et 250
ingénieurs et cadres parmi lesquels
150 jeunes diplômés.
Environ 80 % des postes à pourvoir se
trouvent en province et 20 % en région
parisienne.
Découvrez toutes nos offres
sur www.carrieres.areva.com
Technicien ou ingénieur, débutant ou
expérimenté, nul doute que votre
savoir-faire et vos compétences trouveront un terrain d’application au sein
de notre groupe dans les domaines
suivants :
Effectifs
• Total : 65 000 collaborateurs (dont 71 % Europe et
CEI, 13,5 % Amériques,
19 % Asie-Pacifique, 4 %
Afrique et Moyen-Orient)
• Cadres : 24 000 personnes
• électricité, électrotechnique,
radioprotection ;
• mécanique ;
• bâtiment, génie civil ;
• sécurité et protection de la santé,
diagnostics immobiliers ;
• thermique, énergie, matériaux,
pression ;
• HSCT, incendie ;
• essais et mesures physiques ;
• agroalimentaire.
ALTEN recrute plus de 3 000 personnes en 2008 et propose des postes en
France et à l’international :
– Ingénieur d’études / Consultant,
– Consultant sénior,
– Chef de projet,
– Pilote plateau,
– Responsable technique,
– Manager commercial.
Pour être au cœur des grands enjeux
énergétiques, rejoignez AREVA
REPÈRES Nous embauchons de nombreux ingé-
Chiffre d’affaires 2007
12 milliards d'euros dont
70 % réalisés
à l’international
Volume de recrutement
12 000 dans le monde en
2007, dont 4 000 ingénieurs
et cadres
nieurs et cadres débutants à qui la
dimension internationale et la diversité
de nos métiers offrent de multiples
occasions de mobilité.
Jeunes diplômés ingénieurs : en fin
d’études ou avec une première
expérience professionnelle de 5 ans
minimum, vous avez acquis une solide
formation, éventuellement complétée
en management-gestion. Doté(e) d’un
fort potentiel et de l’envie d’entreprendre, vous recherchez l’excellence
et aimez travailler en équipe. Vous
maîtrisez au minimum l’anglais et une
autre langue.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Toutes les informations sur
www.arkea.com
REPÈRES
Le Groupe Arkéa en quelques
chiffres (au 31.12.2007) :
- 2,8 millions de sociétaires et
clients
- 7 194 salariés
- 568 points d'accueil
- 27 milliards d'euros
d'encours de
crédits (+12,2 %)
- 47,8 milliards d'euros
d'encours d'épargne (+5,7 %)
- 68,1 millards d'euros de
total de bilan (+ 11,6 %)
- 216,2 millions d'euros de
résultat net
- 3,23 milliards d'euros de
fonds propres
réglementaires (+ 30,8 %).
En 2008, le Groupe Arkéa recrutera
près de 300 personnes de niveau
bac+2 à bac+5 dont 75% de jeunes
diplômés. La plupart des postes proposés concernent les métiers du
conseil et de la vente de produits et
services financiers et d'assurance
dans nos réseaux commerciaux en
Bretagne, dans le Sud-Ouest et dans le
Massif-Central.
Des opportunités existent également
sur l'ensemble du territoire métropolitain dans les domaines de la gestion
privée et patrimoniale (BPE), du crédit
à la consommation (FINANCO) et de la
banque d'entreprises (BCME et
CAMEFI). Enfin, des postes sont accessibles aux jeunes diplômés au sein
des services centraux localisés à Brest
ou dans certaines de nos filiales
(SURAVENIR, FORTUNEO).
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
BNP Paribas Immobilier
Service Recrutement
13 boulevard du Fort de Vaux
75832 Paris cedex 17
www.immobilier.bnpparibas.com
Postulez en ligne grâce à la
Rubrique « recrutement »
REPÈRES
N°1 des services immobiliers, nous proposons une
offre unique et complète aux
entreprises, investisseurs et
particuliers.
CA 2007 : 750 millions d’€
Effectif : 3600 personnes
Implantations : France,
Royaume Uni, Allemagne,
Espagne, Belgique, Italie,
Luxembourg, Irlande, Roumanie, Ukraine, USA, Inde et
Moyen Orient.
L’internationalisation des stratégies
immobilières, l’externalisation des
actifs immobiliers, la réduction de leur
durée de vie et la complexité croissante des montages juridiques et
financiers imposent une nouvelle
vision de l’immobilier. La variété et le
développement de nos activités, la
diversité de nos métiers et le nombre
de nos implantations vous offrent de
réelles opportunités, en France
comme à l’international.
Nous recrutons des jeunes diplômés :
Bac +2 : Prospecteur foncier, Négociateur en Immobilier d’habitation, Gestionnaire technique ;
Bac +5 : Consultant en immobilier
d’entreprise, Expert en immobilier
d’entreprise, Gestionnaire de portefeuille immobilier, Asset manager,
Responsable de programme, Ingénieur travaux…
CONTACTS PERSPECTIVES ET PROFILS
Commerçant dans
l'âme, n'hésitez pas !
Venez découvrir
notre site internet :
http://talent.auchan.fr
et postulez à l'offre d'emploi
qui vous correspond le mieux.
REPÈRES
Secteur d'activité :
Grande distribution.
Implantations :
12 pays dans le monde :
France, Espagne, Italie,
Portugal, Luxembourg,
Pologne, Ukraine, Hongrie,
Russie, Roumanie,
Chine, Taïwan.
416 hypermarchés dont
121 en France.
CA 2007 :
36,7 milliards d'euros.
Effectif :
186 000 collaborateurs.
Auchan prévoit de recruter 650 managers de rayon. Ces postes sont à pourvoir dans toute la France. Stages de fin
d'études : en magasin ou au sein des
services centraux dans une perspective de prérecrutement. Contrats
étudiants : dans nos hypermarchés
(secteur caisse, secteur alimentaire
ou non-alimentaire).
Jeunes expérimentés ou jeunes diplômés. Bac +4/+5, issus d'écoles de
commerce, d'universités, d'écoles
d'ingénieurs agro/agri, ainsi que des
pharmaciens. Au-delà du diplôme,
Auchan recherche aussi une personnalité, un potentiel managérial, le goût
du commerce et d'entreprendre, la
mobilité d'esprit.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Consultez nos offres et
postulez sur
www.bosch-emplois.com
Bosch recrute plus de 200 personnes
dans des métiers divers !
- Ingénieurs en développement et
REPÈRES technico-commerciaux
Le groupe Bosch est
un leader mondial
dans les secteurs des :
• Techniques automobiles
• Techniques industrielles
• Biens de consommation et
techniques du bâtiment
Effectif total :
Plus de 261 000
collaborateurs
dans le monde,
dont 9 530 en France
Implantations :
• Monde :
280 filiales, dans 140 pays
• France :
19 sites dont 6 en IDF
- Commerciaux et chefs de produits
- Informaticiens
- Contrôleurs de gestion et comptables
- Acheteurs et logisticiens
- Techniciens
- Apprentis et stagiaires
Vous êtes jeune diplômé(e), une
première expérience réalisée dans
l’industrie, ou à des postes similaires
à celui pour lequel vous déposez votre
candidature serait appréciée.
L’anglais est souvent nécessaire et la
maîtrise de l’allemand peut être un
véritable atout. Enfin, d’une manière
générale, nous encourageons la prise
d’initiative, l’ouverture d’esprit et le
sens des responsabilités. Vous ne
manquez ni d’énergie ni d’enthousiasme… Autant de raisons qui justifient que l’on vous fasse confiance !
Et si nous construisions ensemble nos
réussites !
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Consulter notre site internet :
www.bouygues-immobilier.com
(espace recrutement)
REPÈRES
Secteur d'activité :
Promotion immobilière
Date de création : 1956
CA 2007 : 2 075 millions
d'euros
Implantations France :
région parisienne et
33 agences en province
Implantations internationales :
5 pays (Espagne,
Portugal, Pologne,
Allemagne, Belgique).
En donnant à ses collaborateurs les
moyens de développer durablement
leurs
compétences,
Bouygues
Immobilier leur offre ce qu'il y a de
plus précieux : la confiance. Il en faut
pour concevoir et assurer la réalisation
de projets de construction destinés
au bien-être du plus grand nombre.
Chez Bouygues Immobilier, chacun
peut avancer de manière autonome
tout en ayant à ses côtés une équipe
qui partage avec lui le même goût du
challenge et de l'excellence. Si vous
avez l'ambition pour réussir et l'envie
de créer, nous croyons en vous.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Retrouvez toutes nos offres
sur www.bureauveritas.fr, et
postulez en ligne
REPÈRES
Secteur d’activité : Services
aux Entreprises
Date de création : 1828
Chiffre d’Affaires en 2007 :
2067 millions d’euros
Effectif total : 33 000 dans le
monde dont 7 200 en France
Bac +2 :
- BTS Professions immobilières
- Bâtiment, travaux publics.
Bac +5 :
- Ecoles de commerce
- Ingénieurs
- DESS
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
www.groupe.caisseepargne.com/recrute
REPÈRES
Avec les Caisses d’Epargne,
le Crédit Foncier, la Banque
Palatine, la Financière
OCEOR, Natixis, Nexity et
Meilleur Taux, le Groupe
Caisse d’Epargne se place
dans le peloton de tête
des grandes entreprises
françaises :
26 millions de clients,
4 770 agences,
51 200 collaborateurs
(hors Natixis),
9, 8 Mds d’€ de Produit Net
Bancaire.
Chaque année, nous accueillons de
nombreux étudiants en stage ou en
apprentissage, sur l’ensemble de nos
métiers. Une très bonne opportunité
pour découvrir les métiers et
l’univers de notre Groupe.
Que vous soyez débutant ou avec une
première expérience, de nombreuses
opportunités sont proposées aux
diplômés de formation Bac +2/4 (vente,
gestion, droit, informatique…) à Bac +5
(écoles de commerce et d’ingénieurs,
master en gestion-finance, sciences
économiques…).
Conseiller clientèle en centre d’appels ou en agence, Gestionnaire de
clientèle Particuliers ou Professionnels, Directeur d’agence, fonctions
supports (métiers du risque, de l’audit,
de l’informatique…), nous recrutons,
partout en France, sur l’ensemble des
métiers de la banque de détail et des
métiers spécialisés.
Au-delà du diplôme, c’est votre
personnalité qui nous intéresse.
Nous recherchons des professionnels
capables d’accompagner notre
développement et d’évoluer avec nous.
Bureau Veritas est le deuxième groupe
mondial de services d’évaluation de
conformité, et de certification en
matière de qualité, d’hygiène-santé, de
sécurité, d’environnement et de responsabilité sociale.
Nous proposons une gamme de services allant de l’évaluation de conformité, à l’assistance technique et à la
mise en œuvre de solutions sur
mesure dans les domaines suivants :
Marine ; Industrie ; Inspection et vérification en service ; Hygiène, Sécurité, Environnement ; Construction ;
Certification ; Biens de consommation, et Services aux gouvernements et
commerce international.
Bac Pro à Bac +5, débutants ou
confirmés, des opportunités multiples
pour développer vos talents vous
attendent : Inspecteurs Electricité,
Levage,
Ingénieurs
Bâtiment,
Thermique, Electricité, Consultants
Maîtrise des Risques HSE, Chefs de
Projets.Nous avons notamment mis
en place une filière destinée à une
« pépinière » qui permet d’évoluer
dans les délais courts vers des postes
de managers, partout en France.
CONTACTS FORMATIONS & PROFILS
Votre contact : Stéphanie
Mestivier,
Chargée de promotion et
Admissions 3e cycles/MS
info-ms@ceram.fr
Tel : 0820 424 444
Fax : 04 93 95 45 70
Prochaines dates limite de
dépôt de candidature
> 15 avril 2008
> 30 mai 2008
Téléchargez le dossier de
candidature sur :
www.ceram.fr/ms
Programme plein temps sur
12 mois (75 crédits ETCTS).
Admission : Bac+5, Bac+4
(jeunes diplômés et cadres
professionnels).
Sélection :
sur dossier de candidature
et entretien.
Mastères Spécialisés (MS) et 3e Cycles
dans le Top 5 du classement SMBG
2008
> Finance de Marchés, Innovations et
Technologies : plonger dans la finance
de marchés et maîtriser les outils
informatiques des salles de marchés.
> Ingénierie et Gestion Internationale de Patrimoine : maîtriser les
techniques d'investissements et de
gestion au service des particuliers et
des clientèles privées haut de gamme.
> Intelligence Economique et
Knowledge Management : pour maîtriser la stratégie des entreprises,
l'organisation, le management de
l'informations et des connaissances.
> Management Stratégique du
Développement Durable : former les
managers du développement durable
susceptibles de mobiliser toutes les
ressources de l'entreprise au service
de projets dédiés.
Expertise et double compétence :
autant d’atouts pour votre réussite
professionnelle !
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
GROUPE CREDIT AGRICOLE
Allez plus loin avec le n°1 !
Retrouvez toutes nos offres
d’emploi et postulez sur
credit-agricole.com
REPÈRES
Secteurs d’activités :
banque, finance, assurances
• 1 groupe bancaire
en Europe*
• 1er bancassureur
en France
• 1er employeur bancaire
en France
• 1er réseau de banque
de détail en France
• 9 100 points de vente
et une présence dans
plus de 70 pays
er
* Par les revenus de la banque
de détail au 31/12/2007
Le Groupe axe sa politique de recrutement sur le prérecrutement. En 2007,
9 000 stages, 2 200 contrats d’alternance et une centaine de VIE ont
permis aux étudiants d’avoir une
première vision de l’entreprise et des
métiers qu’exercent nos collaborateurs.
En 2008, nous prévoyons de recruter
7 500 collaborateurs en France, dont
60 % de jeunes diplômés.
- Diplômés Bac + 2/3, vous pouvez
occuper des postes de conseiller commercial particuliers pour la banque de
proximité, chargé de clientèle ou de
recouvrement pour le crédit à la
consommation. Nous recherchons des
BTS Banque, BTS Négociations Relations Clients, BTS MUC, DUT Technique
de Communication.
- Diplômés Bac + 4/5, nos recrutements portent sur les métiers de la
banque privée, de la banque de financement et d’investissement ou de la
gestion d’actifs. Nous avons aussi des
besoins sur les métiers supports
comme la comptabilité, l’audit et l’informatique. Formations recherchées :
universitaires, grandes écoles de
commerce et d’ingénieurs.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
DAHER
Orlytech – bât. 528
1, allée Maryse Bastié
91325 Wissous cedex
Contact recrutement
Géraldine Ballart
Postuler sur
www.daher.com
espace recrutement
Equipementier européen indépendant,
de dimension internationale, DAHER
déploie son expertise dans 4 secteurs
de haute technologie : Aéronautique,
Défense, Nucléaire et Automobile.
Pour répondre aux défis de plus
en plus exigeants de nos clients,
nous avons bâti une offre associant
industries et services, qui s’articulent
autour de 3 métiers : productions
industrielles, services et transports.
REPÈRES DAHER prévoit de recruter en 2008
DAHER, équipementier d’un
modèle nouveau, développeur
de solutions intégrées,
associe les technologies
industrielles de pointe
et des savoir-faire de services
à forte valeur ajoutée.
CA 2007 : 536 Millions €
Effectif Monde : 5 200
Effectif France : 4 000
Implantations France
Siège social : Marseille
Direction Générale : Wissous
environ 150 postes d’ingénieurs et
cadres dont 20 % de jeunes diplômés
et 80 % d’expérimentés, principalement pour les postes suivants :
• Ingénieurs (conception – calcul) et
chefs de projet bureau d’études
• Ingénieurs et chef de projet
logistiques
• Ingénieurs commerciaux
• Responsables d’exploitation.
CONTACTS PROFILS & PERSPECTIVES
Pour connaitre tous nos
métiers et postulez, rendez
vous sur notre site :
www.cultura-societe.com
REPÈRES
En Créant Cultura en 1998,
Philippe Van Der Wees
donne corps à une nouvelle
vision de la culture. Notre
enseigne indépendante
s'impose aujourd'hui comme
la 3ème enseigne spécialisée
de biens et de loisirs
culturels en France avec
39 magasins de 1500 à
3000 m2,un site de vente en
ligne,1650 salariés et plus
de 1,5 millions de clients.
Nous intégrons des jeunes diplômés
(Bac +2/5) en Commerce, Gestion,
Marketing... qui ont un goût pour le
terrain, le service client et qui sont
passionnés et curieux de nos produits.
Ils seront formés par un « relais
métier » pendant 3 à 6 mois afin
d’appréhender le métier de responsable de département.
Intégrer CULTURA c’est intégrer un
projet d’entreprise fort et ambitieux qui
repose sur des valeurs comme la
simplicité, la convivialité, la confiance
en Toutes et Tous, le travail en équipe,
sans oublier la culture de l’action, de
la performance et du résultat !
C'est aussi rejoindre une société en
pleine croissance (4 à 6 ouvertures/an)
avec de véritables possibilités d’évolution interne. C’est surtout la satisfaction d’exercer un métier qui a du sens,
de vraies responsabilités en bénéficiant de réelles latitudes d’actions
tout en assouvissant sa passion du
commerce et des produits culturels.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Postulez sur
www.3ds.com/fr/jobs ou
www.3ds.com/fr/stages
L’entreprise :
Avec 7460 collaborateurs répartis dans 25 pays et un CA
de 1 276 millions €, Dassault
Systèmes est leader mondial
du marché des logiciels de
gestion de cycle de vie des
produits (Product Lifecycle
Management – PLM).
Créativité, rigueur et passion vous
caractérisent ?
Alors venez explorer une nouvelle
dimension dans un environnement
d’excellence. Vous utiliserez les dernières technologies pour développer
des applications 3D innovantes au sein
de l’un des plus grands laboratoires de
développement du secteur. Une bonne
maîtrise de l'anglais est indispensable
pour réussir sur nos postes et évoluer
au sein du Groupe.
Recrutement Bac +5 :
REPÈRES - R&D
Nos marques CATIA, DELMIA, SIMULIA, ENOVIA,
3DVIA et SolidWorks révolutionnent la manière dont les
entreprises conçoivent et
développent leurs produits
en offrant une vision 3D de
l’ensemble du cycle de vie
du produit, de la conception
jusqu’à la maintenance.
- Systèmes d’information & réseaux
- Ventes, marketing, services
- Finance, juridique, communication,
ressources humaines
Dassault Systèmes accueille également chaque année 180 stagiaires en
projet de fin d’études (5 mois et +)
dont 75% en R&D.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Intégrez la dynamique du
succès Deloitte sur
www.deloitte-recrutement.fr
REPÈRES
Premier cabinet au monde
de conseil aux entreprises,
Deloitte mobilise les
compétences diversifiées de
150 000 personnes au sein
d’un réseau présent dans
142 pays.
En France, où Deloitte
affiche une croissance
à deux chiffres, les 6000
collaborateurs et associés
travaillent pour plus de la
moitié des entreprises du
CAC 40.
En 2008, Deloitte recrute près de 1200
personnes (dont 50% de jeunes
diplômés) et 400 stagiaires pour ses
différents métiers :
- Audit
- Consulting
- Corporate Finance
- Expertise comptable
- Juridique & Fiscal
Vous êtes rigoureux et possédez
le sens du contact ? Vous maîtrisez
une langue étrangère et partagez
avec nous les valeurs d’éthique et
d’engagement ?
Issus d’une grande école de commerce, d’ingénieurs ou d’université,
rejoignez la Dynamique Deloitte sur
www.deloitte-recrutement.fr !
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Tout savoir sur nos activités,
nos perspectives de carrière
et nos offres sur
www.edfrecrute.com
REPÈRES
Rejoindre le leader européen
des énergies de demain,
c’est décider d’agir.
Fort de 156 000 collaboratrices et collaborateurs, dont
106 000 en France, le groupe
EDF est leader sur ses
3 grands métiers : produire,
transporter et
commercialiser l’énergie.
Notre ambition : devenir le
leader des énergies de
demain sur le plan mondial.
Débutants ou expérimentés Bac + 2/3
(BTS, DUT ou Licence Professionnelle)
ou Bac + 5 (Ecoles d’ingénieurs,
Ecoles de commerce ou Universités),
de nombreuses opportunités vous sont
offertes dans l’ensemble de nos
métiers :
- Nucléaire
- Energies Renouvelables
- Hydraulique
- Thermique à Flamme
- Gaz
- Optimisation et Trading
- Commercial
- Distribution
La diversité de nos métiers permet,
tant aux managers qu'aux experts de
demain, d'exprimer leurs talents.
EDF propose également de nombreux
stages, contrats en apprentissage ou
missions en VIE.
Nous vous offrons un territoire pour
agir et vous exprimer professionnellement autour d’un enjeu d’avenir :
E = moins de CO2.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Descours & Cabaud
10 rue du Général Plessier
69002 LYON
04.72.40.85.85
drh@descours-cabaud.net
www.dcrecrute.com
REPÈRES
Secteur d'activité :
Négoce professionnels,
12 600 collaborateurs,
520 points de vente.
En 2007,
plus de 3 milliards de CA .
Notre groupe
est composé de :
- PROLIANS, enseigne
multispécialiste orientée
vers les métiers du BTP.
- DEXIS, enseigne de négoce
de produits techniques
dédiés aux industries.
- Nos Sociétés spécialisées
sur les aciers spéciaux,
la boulonnerie visserie.
Notre Groupe a bâti sa performance
sur des valeurs fondamentales telles
que le respect des hommes, plaçant
les ressources humaines au cœur de
sa réussite, au même titre que
la satisfaction de la clientèle et la
recherche permanente de meilleurs
produits.
Jeunes diplomés de Bac à Bac +4,
vous avez un tempérament commercial et partagez nos valeurs,
rejoignez-nous, nous vous offrons
l'opportunité de vous épanouir
sur des fonctions à la fois riches et
diversifiées de :
- Manager commerciaux
- Responsable produits
- Attaché commercial itinérant
- Attaché commercial sédentaire
- Vendeur magasin
CONTACTS FORMATIONS & PROFILS
EFAP Paris
61/63, rue Pierre Charron
75008 PARIS
Tel. 01 53 76 88 00
info@efap.com
EFAP Lyon
47, rue Henry Gorjus
69004 LYON
Tél. 04 78 30 10 01
lyon@efap.com
EFAP Bordeaux
8, parvis des chartrons
33074 BORDEAUX cedex
Tel. 05 56 44 56 22
bordeaux@efap.com
EFAP Lille
9/11, rue Léon Trullin
59800 LILLE cedex
Tel. 03 20 74 64 90
lille@efap.com
www.efap.com
l’EFAP vous propose 7 programmes
de formation
• ME1 Communication générale appliquée (EFAP Lille)
• ME2 Communication et Management d’événements (EFAP Paris)
• ME2 Marketing et Communication
(EFAP Paris)
• ME2 Communication des Petites et
Moyennes Entreprises (EFAP Lyon)
• ME2 Communication d’entreprise,
corporate ou institutionnelle (EFAP
Bordeaux)
• ME2 Communication des entreprises
(EFAP Lille)
• ME2 Communication du management public (EFAP Lille)
Formation intensive sur 1 ou 2 ans
Stage professionnalisant de 4 mois
en ME1
Mission professionnelle de 8 mois en
ME2
Session de cours, d’ateliers et études
de cas réels
Thèse professionnelle en fin de cursus
CONTACTS FORMATIONS & PROFILS
Groupe ESC Dijon-Bourgogne
Jérôme Gallo,
Responsable des
programmes post-graduates
jerome.gallo@escdijon.eu
03 80 72 58 60
www.escdijon.eu
MASTERES SPECIALISES
Le Groupe ESC Dijon propose 6
programmes de management
spécialisés en 1 an, recrutant des
diplômés Bac+4/5 désireux
d'acquérir une double compétence
et/ou de bénéficier d'une
formation professionalisante de haut
niveau.
- MANAGEMENT DE L'INDUSTRIE
PHARMACEUTIQUE
- COMMERCE INTERNATIONAL DES
VINS ET SPIRITUEUX
- MANAGEMENT DES ENTREPRISES
CULTURELLES
- MARKETING DE L'ALIMENTATION
SANTE
- COMMUNICATION FINANCIERE
INTERNATIONALE
MANAGEMENT
FINANCIER,
COMMERCIAL, ET JURIDIQUE DE
L'ASSURANCE
CONTACTS FORMATIONS & PROFILS
Pascale Wilsford pwilsford@escp-eap.net Tél. : +33 1 49 23 58 06
ESCP-EAP
79, avenue de la République
75011 Paris
www.escp-eap.eu
Date de création : 1819.
Statut : Consulaire
Accréditations : EQUIS,
AACSB, AMBA, membre de la
Conférence des grandes
écoles et du Chapitre des
écoles de management.
Le Master in European Business MEB
est un 3° cycle de management général d’une durée d’un an se déroulant
dans deux pays, soit sur les campus
européens de l’école, soit dans les
universités partenaires : le MDI de
New Delhi (Inde), l’AIT de Bangkok
(Thaïlande), le TEC de Monterrey
(Mexique). Le MEB est ouvert aux
étudiants diplômés d’un bac + 4/+ 5
dans un autre domaine que le
management. Le cursus intègre un
stage en entreprise de trois mois minimum. Le MEB est un diplôme visé qui
confère le grade de « Master ».
Les 15 mastères spécialisés plein
temps permettent à de jeunes diplômés bac+5 et jeunes managers de
compléter leur cursus initial par une
formation d’expertise dans un
domaine spécifique du management.
Le choix d’un MS correspond à un
projet professionnel et apporte une
double compétence à haute valeur
ajoutée, recherchée par les recruteurs. Les MS ESCP-EAP se déroulent
en partie ou en totalité hors de France,
selon le programme choisi.
CONTACTS FORMATIONS & PROFILS
www.escem.fr
Contact: 0820 20 11 12
www.masterescem.fr
LISTE DES FORMATIONS DE L’ESCEM
Tous les ESCEM ProMBA sont
labellisés « Mastère Spécialisé » par la
Conférence des Grandes Ecoles.
ESCEM ProMBA (campus de Tours et
Paris) Nom de la formation : mastère
Niveau requis : Bac +4/5 ou VAE. Durée
et prix : variable suivant les formations. Systèmes d'information des RH
(SIRH). Gestion Globale des Risques
et Crises. Management de l'entreprise
et du changement. Microfinance.
Exportation de vins.
ESCEM ProMASTER (campus de Tours
et Paris) Nom de la formation :
mastère.
Niveau requis : Bac+3/4 ou VAE.
Durée et prix : variable suivant les
formations. Certificat d'Aptitude au
Management (M1). Management du
tourisme durable (M2). Gestion du
patrimoine (M1 + M2).
Conseil et Management des SI (M2).
Management Stratégique de l'Information Financière(M2).
CONTACTS FORMATIONS & PROFILS
ESLSCA Paris Fondée en
1949, reconnue par l’Etat,
membre de l’AACSB,
de l’EFMD et
d’EDUNIVERSAL.
Renseignements :
Tél : 01 45 51 32 59
Site : www.eslsca.fr
1, rue Bougainville
75007 - Paris
3èmes cycles :
Martine BERTHOUT
(m.berthout@eslsca.fr)
Georges CASTEL
(g.castel@eslsca.fr)
Ecole de Guerre Economique
(EGE) : Charles PAHLAWAN
(ege.eslsca.fr)
MBA : Christian RABIER
(c.rabier@mba.eslsca.fr)
Les 3èmes cycles et MBA de
l’ESLSCA figurent en tête du
classement national SMBG de
2008 : Intelligence Economique (1ère) Finance et Négoce
International – Trading (3ème)
MBA Full Time (8ème)
3èmes Cycles et MBA
Analyse Financière, Banque Finance et
Assurance, Ingénierie Financière, Gestion
de Patrimoine, Finance et Négoce International - Trading, Gestion d’Actifs - Asset
Management - Trading, Audit, Conseil et
Contrôle de Gestion, Stratégie d’Intelligence Economique (Ecole de Guerre Economique), Management Avancé des
Entreprises - Entrepreneuriat, Droit et
Management des Affaires Internationales,
Management de Projets et Nouvelles
Technologies, Marketing, Communication et Publicité, Marketing et Gestion de
la Relation Client-CRM et Nouvelles
Technologies-NTIC, Marketing, Banques,
Assurances et Services, Marketing et
Management Stratégique, Ingénierie et
Management des Entreprises de Cosmétiques et Parfums, Management et
Economie de l’Art, Management des
Industries du Luxe et de la Mode, Management de la Distribution, Achats et
Logistiques.
MBA (Full Time et Part Time, Executive),
MBA in International Marketing, MBA
in Business Communication, MBA in
International Business : cours en anglais.
CONTACTS FORMATIONS & PROFILS
Groupe ESSEC
1, avenue Bernard Hirsch
95021 Cergy Pontoise
Tél : 01 34 43 39 90
E-mail : essecinfo@essec.fr
Retrouvez l'ensemble de nos
programmes de formation
initiale sur www.essec.fr
Retrouvez l'ensemble de nos
programmes de formation
permanente sur
http://formation.essec.fr
Accréditations : EQUIS,
AACSB
Le Groupe ESSEC, 35 programmes de
formation.
- ESSEC MBA - programme Grande
Ecole
- MBA International Luxury Brand
Management
- IMHI-MBA International Hospitality
Management
- Programme Ph.D.
- Mastères Spécialisés full time
- EPSCI - Ecole de Management
International post bac
- ESSEC Management Education
(CNIT-Paris La Défense) : formation
permanente
- Executive MBA
- Mastères Spécialisés part time
- Advanced management programs
- Cursus 1 an / formations courtes
- Pôle intra et universités d'entreprises
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Service Recrutement :
Isabelle Donadieu - FONCIA
GROUPE - 13, rue Lebrun 92160 ANTONY. Toutes nos
offres en ligne sur le site :
www.foncia.com ou par
courrier (rér. FigJDO8)
REPÈRES
Secteur d'activité :
Administrateur de biens et
transactions immobilières.
Réseau de 377 agences
dont 27 à l'étranger.
Chiffre d'Affaires 2007 :
483,9 M€
Effectif :
5 810 collaborateurs
2001 : introduction du
groupe sur le second
marché.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
FIDUCIAL, 41 rue du Capitaine
Guynemer, 92925
LA DEFENSE CEDEX
Direction du Recrutement :
Véronique ALBAGNAC
contact.paris.recrutement
@fiducial.fr
Le descriptif des métiers et
des offres d'emploi est
accessible sur le site
www.fiducial.fr
REPÈRES
FIDUCIAL est le leader
reconnu des services aux
petites et moyennes entreprises. En France, 6 000
collaborateurs, répartis sur
530 bureaux, accompagnent
187.000 clients dans leur
gestion quotidienne.
Le groupe est également
présent en Belgique, en
Espagne, en Suisse et aux
USA. Son réseau international se déploie sur 78 pays.
Une norme de diplôme bac +2 à
bac +5 est appliquée lors du recrutement, selon les postes et les spécialisations. Un parcours d'intégration et
une gestion de carrière individualisée
assurent à nos collaborateurs de
solides perspectives d'évolution dans
un groupe en développement constant.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Confirmés ou débutants, nous recherchons des collaborateurs passionnés
par l'immobilier et l'administration de
biens et, ayant suivi des formations
initales et non initiales allant de bac +2
à bac +5. En 2007, près de 700
nouveaux embauchés sont passés par
notre formation interne.
Pour postuler, rendez-vous
sur www.hsbc.fr/rubrique
recrutement
La formation continue de nos salariés est au coeur de la qualité de nos
prestations.
Chiffres d'affaires :
France : 2 924 millions
d'euros de PNB
au 31/12/2007
Monde : 19 133 millions de
dollars, résultat net du
groupe au 31/12/2007
FONCIA, c'est une expertise de plus de
30 ans en gestion locative, syndic de
copropriété, location, comptabilité
mandants, gestion du contentieux,
achat et vente au service de nos
clients.
FIDUCIAL recrutera environ 950 personnes sur le territoire national en
2008 : auditeurs juniors et seniors,
managers audit, auditeurs d'acquisitions, commissaires aux comptes,
comptables et experts-comptables,
gestionnaires de paie, juristes et avocats en droit des affaires et en droit
social, commerciaux et formateurs
en micro-informatique de gestion,
commerciaux, commerciaux grands
comptes et chefs des ventes en
fournitures de bureau, conseillers en
gestion de patrimoine, ingénieurs
informaticiens, acheteurs, contrôleurs
de gestion et budgétaires.
REPÈRES
Secteur d'activité :
Banque et Assurance
Le Groupe HSBC est la 2ème banque
mondiale en terme de capitalisation
boursière (source février 2008).
Implanté dans plus de 83 pays, HSBC
sert plus de 125 millions de clients
dans le monde, dont 29 millions de
clients par internet. La dimension
internationale du Groupe permet à
HSBC France d'offrir à ses clients un
service international de qualité.
HSBC France intervient dans les
quatre métiers du Groupe :
- Banque de Réseau,
- Banque d'Investissement et de
Marchés,
- Gestion d'Actifs et Assurance,
- Banque Privée.
Au delà des filières classiques, universités, écoles de commerce, écoles
d'ingénieurs, nous recherchons avant
tout des personnalités animées par
l'envie d'innover et d'évoluer au sein
d'une banque d'experts reconnue.
Nos recrutements jeunes diplômés et
premières expériences :
Bac +2/4 : environ 200 pour la Banque
de Réseau. Bac +5 : environ 350 pour
Banque d'Investissement et de Marchés, Banque Privée et Gestion d'Actifs.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Pour connaître nos métiers
rendez-vous sur notre site
www.icade.fr
Postuler sur
recrutement@icade.fr
REPÈRES
• Secteur d'activité :
Immobilier
• Effectifs :
3500 collaborateurs
• CA : 1482 millions d'euros
• Recrutements en 2007 :
500
NOS VALEURS :
• Cultiver la diversité et la
complémentarité des talents
• Identifier les potentialités,
accompagner les carrières
• Faire progresser
les expertises,
favoriser la mobilité
Développeur, investisseur immobilier,
Icade est aussi un « développeur de
talents ».
Icade se donne les moyens de
renforcer les compétences et de
multiplier les expériences au sein de
l’entreprise qui offre une gamme
de métiers très diversifiés :
- Responsable de Programmes
- Maitre d'œuvre exécution
- Chef de Projets Travaux/Exploitation
- Consultant en Immobilier
Icade s’attache aussi à favoriser
l’insertion professionnelle des jeunes :
plus de 90 d’entre eux ont été intégrés
au travers de contrats spécifiques
(apprentissage, stages).
Keolis recrute des jeunes diplômé(e)s
dans tous ses métiers : exploitation,
maintenance, marketing, finance,
ressources humaines, ...
Profils recherchés : BTS/DUT, Ecoles
REPÈRES d'Ingénieurs et de Commerce,
Keolis est le 1er opérateur
privé du transport public de
voyageurs en France.
Chaque année plus de
1,8 milliard de voyageurs
sont transportés grâce aux
38 000 collaborateurs du
Groupe pour un chiffre
d'affaires de 2,8 milliards €.
Keolis est présent dans
7 pays d'Europe et au
Canada.
REPÈRES
Intégrateur de systèmes
d'information, InFact Group
fournit à ses clients, de la
PME à la multinationale, des
services et solutions dans
les domaines du CRM, du
Décisionnel, de l'Intégration
et de la Gestion du
Changement. Présents sur
3 continents, nos 100
collaborateurs ont une large
expérience des projets
multinationaux.
Quel que soit votre formation ESC,
Ingénieur, Universitaire ou équivalent,
venez relever les défis avec ICADE.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Consultez notre site
www.keolis.com.
Candidatures (CV et lettre de
motivation) à adresser à :
recrutement@keolis.com
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
nos opportunités de carrières
sont sur
www.infactgroup.com
tel : + 33 1 46 38 56 20
Formations universitaires.
Le Groupe propose aussi des stages et
des VIE.
Nous rejoindre, c'est évoluer au sein
d'un métier de service et de
développement durable, sur des
fonctions d'expertises
ou
de
management, au travers de 200 sites
en France et à l'International, qui
gèrent des réseaux de bus, cars,
tramways et métros.
InFact Group, partenaire Oracle,
poursuit sa croissance en 2008 et
accueille une vingtaine de nouveaux
collaborateurs. Jeunes diplômés
d'universités, d'écoles d'ingénieurs ou
de commerce : venez réaliser votre
stage ou débuter votre carrière au
sein de notre groupe.
Vous développerez vos compétences
au
contact
de
consultants
expérimentés, participerez à des
projets internationaux dans le domaine
du CRM et du Décisionnel, gagnerez
méthode et autonomie pour évoluer
vers le management de projet et
d'équipe.
Au sein d’une organisation à taille
humaine, qui garantit réactivité et
dynamisme, vous serez impliqués au
cœur des projets de nos Clients sur le
marché en croissance de la Relation
Client.
Multiculturalité et diversité sont
nos forces : venez nous rejoindre et
contribuer à l’excellence d’Infact Group
dans le monde.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
KPMG Audit
1, cours Valmy
92923 Paris La Défense
cedex
KPMG Entreprises
Immeuble Le Palatin
3 cours du Triangle
92939 Paris La Défense cedex
KPMG Secteur Public
2 bis rue de Villiers
92309 Levallois Perret cedex
Postulez sur
kpmg.fr/recrutement
REPÈRES
Secteurs d’activité :
Audit, expertise comptable,
conseil PME
et secteur public
Implantations :
194 villes en France et
145 pays dans le monde
Effectifs :
7000 personnes en France
Premier cabinet d’audit, d’expertise
comptable et de conseil en France*,
KPMG prévoit de recruter 1400 collaborateurs en 2008.
KPMG recrute principalement des jeunes diplômés des écoles de commerce, des 3ème cycles universitaires
(audit, comptabilité, finance, entreprenariat...) et des ingénieurs.
KPMG Audit recherche des auditeurs
financiers, informatiques et des
consultants spécialisés pour les activités audit et advisory (transaction
services, performance des directions
financières, risk management...)
auprès des grandes entreprises,
sociétés cotées et internationales.
KPMG Entreprises recherche des jeunes diplômés et des professionnels
motivés par le conseil aux PME (expertise comptable, audit, conseil SI,
stratégie…). Pour son département
dédié au secteur public, KPMG recrute
des consultants de formation supérieure avec, de préférence, une spécialisation secteur public.
* source : la profession comptable 2007
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Pour connaître tous nos
métiers et postuler en ligne,
rejoignez nous sur
www.laposte.fr,
espace recrutement.
REPÈRES
La Poste, au travers de ses
4 pôles d'activité - Courrier,
Colis-Express, Enseigne La
Poste et La Banque Postale c'est 250 metiers et autant
d'opportunités !
Avec 290 000 collaborateurs,
c'est la 1ère entreprise
employeur de France.
Le groupe La Poste a réalisé
en 2007 un chiffre d'affaires
de plus de 20 milliards
d'euros.
En 2008, La Poste recrutera plus de
5 000 nouveaux collaborateurs : plus
de 2 000 facteurs (niveau CAP/BEP),
plus de 1 000 conseillers financiers et
clientèle (BTS banque, négociation
relation clientèle, management des
unités commerciales) et 1 500 cadres,
jeunes diplômés ou profils expérimentés (bac + 3 et plus, commerce, gestion, informatique ...) sur l'ensemble
du territoire. Parallèlement, près de
2 400 postes en alternance à différents niveaux, de CAP à BAC + 5 sont
ouverts chaque année.
La Poste recherche, comme tout le
monde, les collaborateurs les plus
qualifiés, mais aussi, ceux qui ont le
potentiel de le devenir.
La Poste permet à ceux qui sont prêts
à s’engager en faveur de la performance de l’entreprise, de développer
leurs compétences et conduire des
carrières complètes dans le Groupe en
bénéficiant de parcours professionnels riches et variés.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
www.mutuaide.fr
Mutuaide Assistance
8-14, avenue des
frères Lumière
94366 Bry-sur-Marne cedex
Mutuaide Assistance, filiale assistance
de Groupama.
333 ETP en 2006.
106 794 900 euros de Chiffre d'affaires
en 2006.
REPÈRES En 2008, nous recrutons (h/f):
Acteur Majeur de l'assurance et des services financiers, le Groupe Groupama,
avec ses 35 869 collaborateurs, développe son activité
au travers de ses deux marques, Groupama et Gan, en
privilégiant auprès de ses
sociétaires et clients ses
principes d'action : l'engagement et la proximité.
- Aides chargés d'assistances
- Chargés d'assistances
- Gestionnaires administratifs
- Gestionnaires administratifs
- Superviseurs
- Coordinateurs d’équipe.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Pour postuler : déposez votre
CV sur offre ou en candidature
spontanée sur notre site :
career.mercedes-benz.fr
REPÈRES
Avec près de 111 000
véhicules vendus chaque
année, trois sites de
production et deux centres
européens de logistique,
Mercedes-Benz France est
un des acteurs majeurs du
groupe en Europe.
La France représente
le 4e marché mondial pour
les voitures particulières
Mercedes-Benz et smart
et le 2e en Europe pour les
véhicules industriels.
Mercedes-Benz
Financial Services, filiale
financière du groupe,
finance 30% des véhicules
vendus par Daimler.
Nous recherchons des jeunes
diplômé(e)s, Bac +4/5, issus des
grandes écoles de commerce, de
gestion et d’ingénieurs (hors
production/R&D), mais aussi de
formation supérieure universitaire,
pratiquant couramment l’anglais et
idéalement l’allemand. Les meilleurs
potentiels sont intégrés dans le
cursus Mercedes-Benz CAReer (le
programme des jeunes talents). Nous
recherchons également des profils
techniques (ou double compétence
technique et commerciale), spécialisés
dans l’automobile (type BTS MAVA)
pour des fonctions de Management
SAV sur le terrain ou des postes
de formateurs techniques.
Nous proposons des stages allant de
6 à 12 mois sur toutes les fonctions de
l’entreprise. Les stagiaires/apprentis
sont intégrés à une équipe et
opérationnels dans le cadre de
missions.
CONTACTS FORMATIONS & PROFILS
Melle Ludmilla Lambion
sadmission@esg.fr
Tel: 01 53 36 44 10
2 sessions Octobre ou Février pour les
MBA : Finance option marchés de capitaux ou finance d'entreprise - Audit et
Contrôle de Gestion - Management et
Droit des Affaires - Gestion des Patrimoines option bancassurance ou immobilier - Marketing et Publicité - Communications, Médias et Evénementiel Gestion des Entreprises option marketing, management financier ou entrepreneuriat - Gestion des Ressources
Humaines - E-Business - Management
du Tourisme et Hôtellerie - Commerce
International - MBA internationaux.
Session en novembre pour les MBA :
Achats et Supply Chain option management des achats ou supply chain - Marketing et Management du Luxe - Production Audiovisuelle - Executive
Part-Time MBA
Session en janvier pour les MBA :
Stratégie et Consulting - Management
des Services
Rythme en alternance : 3 j/semaine au
1er semestre; 2 j/semaine au 2ème
semestre.
Profil : Bac+4/5 écoles de commerce,
gestion, économie, droit, scientifique,
littéraire, langues selon le MBA.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Pour nous rejoindre :
resourcing.franceventes@
pmintl.com
Pour plus d'information :
www.pmicareers.com
REPÈRES
Secteur d'activité :
Commercialisation
de produits de tabac
Chiffres clés :
N°1 sur le marché
mondial du tabac
N°1 sur le marché
français du tabac
Effectifs :
300 collaborateurs
en France
70 000 collaborateurs
dans le monde
Implantation :
Présent dans 160 pays
Rejoindre Philip Morris France S.A.S.
c’est découvrir la richesse et la diversité d’un groupe international ainsi
qu’un état d’esprit et une réussite fondés sur la performance et la responsabilité sociale.
Les Promoteurs des ventes sont au
cœur de notre activité. Véritables
ambassadeurs de Philip Morris International auprès du réseau des débitants de tabac, ils sont responsables
du développement et de l’implantation de nos produits sur le marché
français.
Nous recrutons des jeunes diplômés
Bac+4/5 à fort tempérament commercial et doté d’un véritable leadership.
En intégrant notre groupe, vous devenez acteur de votre parcours. En fonction de votre potentiel, de vos résultats
et de vos ambitions, nous construisons
ensemble votre carrière. En effet,
l’évolution de nos collaborateurs est
l’axe prioritaire de notre politique RH :
94% de l’encadrement est issu du terrain. Un exemple parmi d’autres :
Jeanne Pollès, notre Présidente, a
intégré Philip Morris France S.A.S. en
tant que Promoteur des ventes !
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Retrouvez le groupe,
ses métiers et de
nombreuses offres
d’emploi et de stage pour des
profils bac+2 à bac+5 (filières
agro-alimentaire,
hôtellerie-restauration,
commerce, logistique,
qualité, gestion/finance...)
sur www.pomona.fr
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Groupe Point.P - DRH Immeuble "le Mozart" - 13/15
rue Germaine Tailleferre 75940 Paris cedex 19 avec la
réf. MAGJDREU08
Retrouvez toutes nos
offres d'emploi, sur
www.groupe-pointp-recrute.fr
REPÈRES
Secteur d’activité :
distribution de matériaux
de construction.
Principales marques :
Point.P, Pum Plastiques,
La Plateforme du Bâtiment,
SFIC, Asturienne, CEDEO
CA 2007 :
près de 7 Mds d’euros
Implantations :
1 700 points de vente
sur la France
Effectif :
25 000 collaborateurs
Recrutements 2008 :
3 500 personnes en CDI
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Notre croissance et la diversification
de nos activités nous amènent à
renforcer nos équipes en Ile-de-France
et en régions dans nos métiers :
commerce, achat, logistique, qualité,
finance, informatique…
En 2008, le groupe prévoit d’intégrer
1 200 collaborateurs en CDI dont 150
cadres juniors et expérimentés et 130
stages (dont 50 en alternance).
PricewaterhouseCoopers
Isabelle Grevez
audit@fr.pwc.com
advisory@fr.pwc.com
pwce@fr.pwc.com
REPÈRES Organisés en structures à taille
Pour plus d’informations :
www.pwcrecrute.com
www.landwell.fr
Secteur d’activité :
Distribution agroalimentaire
et Agro-industrie.
Leader national en
distribution, importation et
transformation de produits
alimentaires,
le groupe rassemble 8 200
collaborateurs répartis sur
150 centres de profits.
Chiffre d’affaires 2007 :
2,5 milliards d’euros.
humaine où les relations interpersonnelles sont simples, directes et
l’ambiance conviviale, nous accordons
une large autonomie à nos
collaborateurs et les faisons évoluer
tout au long de leur vie professionnelle.
L’objectif de notre politique RH ? Faire
grandir les talents individuels pour
développer l'efficacité collective.
10 bonnes raisons de nous rejoindre :
1 - Leader : n°1 de la distribution de
matériaux de construction en France
2 - Croissance : des effectifs, un CA et
un nombre de points de vente X 3 en
10 ans (25 000 pers. en 2007)
3 - Excellence : qualité de service,
innovations marketing, gestion, performances et conditions de travail
4 - Proximité : proche de vous et de
nos clients avec 1 700 points de vente
5 - Valeurs humaines fortes : simplicité, solidarité et convivialité.
6 - Diversité : plus de 200 métiers différents (Bac à Bac+5 dans les métiers
du commerce, marketing, logistique …)
dans un réseau multi-enseignes
7 - Evolution : intégration et gestion
des parcours personnalisées
8 - Développement des compétences :
2 écoles de formation interne et 30 000
actes de formation par an
9 - Solidité : filiale de Saint-Gobain,
N°1 mondial sur les marchés de l’habitat
10 - Mobilité internationale : présence
de Saint-Gobain dans + de 50 pays
Landwell & Associés
Jean-Baptiste Lebelle
recrutement@
fr.landwellglobal.com
Auditeurs financiers, auditeurs en
systèmes d’information, consultants
en transactions et amélioration de la
performance, consultants spécialisés
dans l’accompagnement de l’entreprise, experts comptables et avocats
juristes ou fiscalistes, débutants.
PwC offre d’importants avantages en
matière de mobilité géographique et
professionnelle favorisant la diversité
d’expériences et l’intérêt de la progression de carrière dans la durée.
REPÈRES PROFILS
Secteur d’activité :
Audit, conseil et conseil
juridique et fiscal.
CA 2007 :
25,2 milliards de dollars US
dans le monde
(614 millions d’euros en
France)
Effectif Monde :
146 000
Implantations :
150 pays
Jeunes diplômés d’écoles de
commerce et/ou d’ingénieurs ou
3ème cycle d’université.
Vous n’aimez pas reproduire les
modèles existants et désirez plutôt
anticiper le futur ? Vous vous enthousiasmez pour des problématiques
complexes ?
Si cette vision est la vôtre,
rencontrons-nous !
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
www.ricoh.fr
Ou nous adresser un mail aux
adresses suivantes :
• IDF :
ricoh-28114@cvmail.com
• NORD :
ricoh-34407@cvmail.com
• SUD-OUEST :
nrg-43943@cvmail.com
• SUD-EST :
nrg-59369@cvmail.com
• OUEST :
nrg-21697@cvmail.com
• EST :
ricoh-10402@cvmail.com
REPÈRES
Secteur d’activité :
systèmes d’impression,
audit documentaire,
solutions documentaires
Chiffres :
C.A : 728 M€
Présent dans plus
de 15 pays d’Europe
Effectif France :
2 500 collaborateurs
Nous recherchons 50 Ingénieurs des
Ventes comptes régionaux sur toute la
France.
Jeunes diplomés bac+2 à 5 issus d’un
cursus de formation commerciale,
vos aptitudes relationnelles et votre
capacité d’analyse, vous permettent
de comprendre les enjeux et problématiques de vos clients.
Pour nos nouveaux collaborateurs, un
programme de formation d’environ 5
semaines est proposé afin de faciliter
votre intégration et de développer vos
compétences professionnelles.
Venez nous impressionner par votre
personnalité et laissez-nous vous
impressionner par nos parcours d’évolution !
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
www.rte-france.com /
cliquez sur « rejoignez-nous »
rte-recrutement-drh
@rte-france.com
REPÈRES
Secteur d’activité :
RTE, Réseau de Transport
d'Electricité, gère le plus
important réseau d'Europe 100 000 km de lignes à
haute et très haute tension /
45 liaisons électriques avec
l'étranger / 1 dispatching
national et 7 dispatching
régionaux
CA 2007 :
4 milliards d'euros de CA
avec un investissement
de plus de 20%
par rapport à 2007
Effectif :
- 8 300 collaborateurs
- 180 recrutements
cadres prévus en 2008.
Le recrutement des cadres privilégie
les métiers de l’ingénierie, du contrôle
commande, de l’exploitation et de la
maintenance des ouvrages ainsi que
les métiers du dispatching et de la
prévision liés à la gestion du système
électrique.
Nous recrutons principalement des
jeunes diplômés d'écoles d’ingénieurs
ou de formation universitaire (3e cycle
ou doctorat). Les profils de généralistes ainsi que ceux de spécialistes
(électrotechnique, contrôle commande
ou mécanique par exemple) trouvent
parfaitement leur place au sein de
RTE.
En plus de vos solides compétences
techniques et professionnelles, nous
recherchons des personnalités capables de démontrer ouverture d’esprit,
aptitude au travail d’équipe, réactivité, engagement et adaptabilité. Nous
recherchons des collaborateurs qui
partagent nos valeurs de dialogue, de
respect, de professionnalisme et de
reconnaissance.
Nous proposons également des stages
de fin d’études et offrons des possibilités de contrats en alternance.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Envoyez votre dossier
de candidature (CV et lettre
de motivation) par mail :
cv@risofrance.fr
ou par courrier à
RISO FRANCE
49 rue de la Cité
69441 LYON Cedex 03.
REPÈRES
Filiale créée en 1993 du
groupe japonais RISO
Kagaku qui existe depuis
1946.
Siège social basé à Lyon
avec 24 équipes commerciales implantées en France
(Annecy, Bordeaux,
Clermont-Ferrand,
Grenoble, Lille, Lyon, Metz,
Strasbourg, Nantes,
Marseille, Montpellier, Paris
et Reims.)
Si vous souhaitez vous investir au sein
d'une société qui vous proposera de
réelles perspectives d'évolution,
rejoignez sans plus attendre nos
équipes, afin de vivre une expérience
enrichissante et très formatrice, en
qualité d'attaché(e) commercial(e) !
Grâce à une solide formation interne,
vous saurez développer votre secteur
en fidélisant une clientèle de professionnels. Bac + 2 ou plus, vous faites
preuve d'une forte capacité de travail,
de dynamisme et de ténacité.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Site recrutement :
www.communicativetalent.com
Vous y trouverez toutes nos
offres d’emplois, stages, VIE
et opportunités
d’expatriation avec la
possibilité de postuler en
ligne.
REPÈRES
Sagem Communications –
6 500 collaborateurs France
et international - conçoit,
développe, fabrique et
commercialise une gamme
complète de produits qui
répondent aux marchés en
forte croissance notamment
dans les domaines suivants :
- Décodeurs TV numérique,
- Terminaux d’impression,
- Systèmes et partenariats,
- Terminaux résidentiels.
Chez Sagem Communications, mettre
à profit toute l'intelligence d'une entreprise dédiée aux hautes technologies,
c'est aussi faire communiquer les
compétences, les idées et les cultures.
Ainsi, dans le monde entier, nos collaborateurs permettent au grand public
d'accéder aux technologies de pointe
pour communiquer mieux, plus vite et
plus loin.
- Recherche & Développement : ingénieur développement, chef de projet,
chef de produit, expert, architecte…
- Commercial : terrain BtoB, grands
comptes, export, distribution spécialisée…
- Industrialisation / Production :
ingénieur process et produit de
fabrication…
- Achats / Supply chain
- Qualité / Méthodes
- Gestion / Finance…
Ingénieur, diplômé d'école de management Bac +4/5, universitaire, débutant ou expérimenté (H/F), rejoignez
des équipes dynamiques et à forte
culture technologique.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Directrice du Recrutement :
Virginie Lacoste
Retrouvez toutes nos offres
sur www.sii.fr
REPÈRES
SII, société de Conseil en
Technologies, créée en 1979.
2200 collaborateurs,
CA 145 M€.
Décentralisées et bien
intégrées au tissu local, les 9
agences de Sii dispensent un
conseil de qualité en tissant
de vrais liens de proximitié.
Au délà de son expertise
technique, SII se distingue
par un réel sens de l'écoute
et du dialogue.
SII, fortement tournée vers les métiers
de l’ingénieur, organise son activité
autour de deux métiers :
- Conseil et assistance technique :
prestations de services de R&D
externalisées et de conseil en
technologies pendant toute la vie
d’un projet (assistance à maîtrise
d’ouvrage, maîtrise d’œuvre).
- Intégration de systèmes : test
d'intégration, assistance, conseil,
formation et déploiement.
Dans ce cadre nous recherchons 700
ingénieurs (ou bac+5) ayant une très
bonne base en informatique, électronique, télécoms, mécanique, capable
de s’intégrer rapidement au cœur des
grands projets de notre temps pour le
secteur industriel (aéronautique,
spatial, automobile, télécoms, défense,
...), le secteur des services et celui de
la finance.
Notre société n’a qu’un seul objectif :
mettre à votre disposition une structure dynamique à visage humain vous
accompagnant dans votre développement personnel et professionnel.
Rejoignez SII : Partenaire de Votre
Evolution Durable !
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
www.spie-emploi.com
REPÈRES
3 000 postes en 2008
Implantations :
Près de 400 sites
dans 28 pays
Effectif :
27 000 collaborateurs
Chiffre d’affaires :
3,5 milliards de CA en 2007
Un monde d'opportunités à partager.
- GENIE ELECTRIQUE
- GENIE CLIMATIQUE
- GENIE MECANIQUE
- RESEAUX EXTERIEURS
- NUCLEAIRE
- PETROLE/GAZ
- COMMUNICATIONS/INFOGERANCE.
Avec près de 400 implantations dans 28
pays et 27 000 collaborateurs, SPIE
propose des services et des solutions
techniques performantes qui répondent aux enjeux actuels et futurs de ses
clients, qu’ils soient locaux ou internationaux.
Spécialiste des domaines du génie
électrique, mécanique et climatique,
de l'énergie, des communications et
des infrastructures, SPIE aménage le
cadre de vie et contribue à le faire évoluer en accompagnant les collectivités et les entreprises dans la conception, la réalisation, l'exploitation et la
maintenance de leurs installations.
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Pour découvrir toutes nos
opportunités et postuler :
careers.socgen.com
REPÈRES
Groupe d’envergure internationale, Société Générale
associe rentabilité financière
et développement
environnemental et sociétal.
Classé parmi les 1ères
banques européennes,
le Groupe continue son
expansion en Europe
de l’Est et en Asie.
Afin d’assurer sa compétitivité internationale, Société Générale poursuit une
politique de recrutement active à
destination des jeunes diplômés.
Trois pôles d’activité co-existent dans
82 pays : les Réseaux de détail & Services Financiers, les Gestions d’actifs
Services aux Investisseurs, la Banque
de Financement et d’Investissement,
offrant une pluralité de métiers et une
grande mobilité à nos collaborateurs.
• En 2008, le Groupe prévoit près de
5000 embauches en CDI en France
dont 1000 JD Bac + 4/5 et 1000 JD
Bac + 2/3. • Plus de 300 VIE ont été
proposés pour l’année 2007. • Environ
5000 stages proposés chaque année.
Métiers proposés aux JD Bac + 4/5
(écoles de commerce, d’ingénieurs ou
universités) : Finance de marché,
Finance d’entreprise, Audit, Management, Contrôle de Gestion, Risques,
Informatique, Marketing, Communication, Achats, Logistique, Juridique,
Ressources Humaines…
CONTACTS PERSPECTIVES & PROFILS
Découvrez nos métiers,
consultez nos offres d’emploi
(plus de 600 offres en ligne),
de VIE, de stages
et postulez en ligne sur
www.careers.total.com
REPÈRES
4ème groupe pétrolier et
gazier international,
première entreprise
française, Total est présent
à tous les niveaux de la
chaîne pétrolière :
- Amont : Exploration &
Production, Gaz & Énergies
Nouvelles
- Aval : Raffinage &
Marketing, Trading & Shipping
- Chimie
Implantations :
dans plus de 130 pays
Chiffre d’affaires :
158 milliards
d’euros (G€) en 2007
Pour accompagner sa croissance, le
Groupe recrute, chaque année, dans le
monde près de 10 000 collaborateurs,
et propose plus de 500 métiers
techniques, commerciaux et support
à tous les niveaux de la chaîne
pétrolière. Le Groupe offre aussi de
nombreuses opportunités aux jeunes
diplômés d’écoles d’ingénieurs,
de commerce et de 3ème cycle
universitaires dans tous ses domaines
d’activités : géosciences, forage,
raffinage, procédés, maintenance,
R&D, commercial, marketing, chimie,
SI, juridique, RH, financier.
Prévisions de recrutements en 2008 :
10 000 recrutements en contrat longue
durée dans le monde dont près de
2 500 en France ; 4 000 stages ;
800 jeunes en contrat d’alternance ;
120 jeunes diplômés en mission
VIE/VIS.
collectif
individuel
collectif
individuel
Publié par HSBC France - © Corbis
Être ouvert sur le monde, c'est comprendre
les différences de points de vue.
Jeunes diplômé(e)s - Bac + 5,
c’est votre esprit d’équipe qui fait la différence.
HSBC, 2 groupe bancaire mondial (février 2008), c’est 330 000 collaborateurs
présents dans plus de 83 pays. Vous recherchez un groupe international ambitieux
et créatif pour votre carrière. L’investissement au service du client élevé à son
niveau d’excellence est votre motivation. Vous avez l’énergie, l’esprit d’équipe,
le talent et la personnalité qui font la différence. Rejoignez-nous.
ème
retrouvez nos offres
et adressez votre candidature
sur notre site internet,
w w w. h s b c . f r
Ingénieurs, managers, jeunes diplômés ou confirmés,
vous avez rendez-vous avec votre carrière...
2
0
0
8
Ingénieurs,
et si nous parlions projets ?
>
Paris
Toulouse
Strasbourg
Sophia
Rennes
Nantes
Lille
Marseille
Lyon
Brest
Ne manquez pas l’ALTEN JOB Tour 2008 !
L’ALTEN JOB Tour est une occasion unique de découvrir les défis technologiques auxquels les ingénieurs ALTEN
participent. Au programme de ces soirées professionnelles et conviviales : des conférences projets et
métiers, des ateliers RH, des rencontres avec des consultants et des experts techniques... autant d’occasions
de partager avec nos équipes votre passion des hautes technologies et envisager avec nos chargés de
recrutement vos opportunités de carrière chez ALTEN.
ALTEN vous donne rendez-vous à Paris, Toulouse, Strasbourg, Sophia,
Rennes, Nantes, Lille, Marseille, Lyon et Brest.
Pour connaître les dates, les lieux exacts et obtenir votre Pass ALTEN JOB tour,
retrouvez-nous sur www.alten.fr/jobtour2008
C O N S E I L
E T
I N G É N I E R I E
E N
T E C H N O L O G I E S
A V A N C É E S
Aéronautique/Défense/Ferroviaire • Systèmes électroniques professionnels et grand public • Automobile • Process, Services industriels • Energie •
Télécoms • Banque/Finance et Assurance • Administration et Secteur Public • Distribution et Service à la vente
in-
FORMATIONS
2008 : révision annuelle
Tous les cycles, MBA,
mastères,
questions
d’argent, financements
Soyons
mobiles !
Supplément
MINIMAG
*Apprendre et plus encore - Dialogues - Photo Arnaud Meyer
le Groupe essec/Au-delà de sa mission fondamentale
de former les managers de demain, l’ESSEC donne sens aux valeurs humanistes
qu’elle porte depuis son origine : conjuguer initiative personnelle et
responsabilité collective, respect et ambition, réussite professionnelle et
épanouissement personnel.
• 35 programmes de formation : MBA, Mastères Spécialisés, EPSCI, Ph.D.,
Executive MBA et programmes de formation permanente
• 3 900 étudiants, 1 000 étudiants internationaux et 6 000 cadres en
formation par an
• 3 Campus : Paris, Cergy, Singapour,
• 118 partenaires académiques internationaux, 15 doubles diplômes
• 31 000 diplômés à travers le monde
Avec son modèle pédagogique associant enseignement académique et
expérience professionnelle, l’ESSEC prépare les hommes et les femmes qui
sauront entreprendre pour inventer le monde de demain.
www.essec.fr
ÉDITO
Faire le bon CHOIX
Pas facile de s’y retrouver
dans le maquis des «troisièmes
cycles»! Avoir réfléchi à son
projet professionnel permet
pourtant d’orienter ses
recherches vers un master,
un mastère spécialisé ou
encore un MBA. C’est
également grâce à votre projet
que vous apprécierez la valeur
ajoutée d’une expérience
universitaire hors des frontières
de l’Hexagone ou l’opportunité
de vous investir dans
l’apprentissage d’une langue
étrangère. Un conseil: ne pas
céder aux effets de mode. Ce
travail de sélection nécessite
au contraire de prendre son
temps, de bien peser le pour et
le contre, d’en parler autour
de soi, et d’envisager les
modalités de financement
de sa poursuite d’études. Les
coûts peuvent aller du simple
ou double, voire plus pour les
cursus les plus prestigieux.
Sachez toutefois que certaines
formations peuvent se faire
en alternance, ce qui permet
de réduire l’addition. Mais
plus que la possession d’un
parchemin émis par un établissement ayant pignon sur rue,
c’est votre capacité à défendre
votre choix auprès des
employeurs qui, le moment
venu, vous fera sortir du lot.
Et réussir vos premiers pas sur
le marché du travail…
SOMMAIRE
p. 4 Masters, mastères, MBA... Quelles différences ?
p. 8 Sélectionner le bon cursus
p.10 Combien coûtent ces formations ?
p.12 Alternance, un pied à l’école, un autre dans l’entreprise
p.14 Partir étudier à l’étranger, un nouveau passage obligé
3
Masters, mastères
spécialisés, MBA...
Quelles DIFFERENCES ?
Développer un domaine
d’expertise, se doter
d’une double compétence,
acquérir une vision globale
de l’entreprise. Tels sont
les objectifs des différents
masters, mastères
spécialisés ou MBA. Des
programmes appréciés
des employeurs.
Plus de 3000 masters,
quelque 400 mastères
spécialisés, 300 MBA…
Les candidats à la poursuite
d’études cherchant à valider un
niveau de formation à bac +5
n’ont que l’embarras du choix!
Première précaution: bien
cerner ce qui se cache sous
ces différents intitulés qui ne
s’adressent pas tout à fait aux
mêmes étudiants.
- Les masters sont des
diplômes permettant
d’acquérir une spécialisation
ou de poursuivre ses études
en vue d’un doctorat,
suivant la voie choisie
(masters professionnels
ou masters recherche).
Préparés en deux ans
après une licence,
ils sont principalement
proposés par les
universités et
reconnus par l’Etat. La plupart
des établissements accueillent
tous les étudiants le désirant
en première année de master;
la sélection est en revanche
féroce pour accéder à la
deuxième année pendant
laquelle va s’effectuer la
spécialisation. Un étudiant
avec une licence de sciences
économiques pourra, par
exemple, s’inscrire dans un
master en finances
et s’orienter en
deuxième année vers la finance
d’entreprise ou la finance
internationale.
- Les mastères spécialisés,
proposés par les grandes
écoles de commerce ou
d’ingénieurs, s’adressent pour
leur part à des étudiants ayant
déjà validé une formation à
bac +5. Toutefois, chaque
école a la possibilité d’accueillir
jusqu’à 20% de candidats qui
n’auraient qu’un bac +4. Ces
formations, accréditées par >
Réforme des universités
Un plus pour les masters
«Grâce aux fondations d’entreprises, les
universités vont développer leurs relations
avec les recruteurs et apporter aux
étudiants davantage de terrains
d’application, notamment pour ceux
inscrits en masters professionnels», met en
avant Martial Guiette, directeur de
SMBG, un cabinet de conseil en
orientation pour les étudiants.
N’instaurant pas de sélection en première
année de master, la réforme ne devraitpas
changer le processus de recrutement,
reportant toujours le choix de la
spécialisation (et la sélection) en fin de
première année.
4
Les Masters européens
des EFAP
Un atout décisif pour ma carrière
masters
européens
• M2 en Communication et management d’événements - Paris
• M2 en Marketing et communication - Paris
• M1 en Communication générale appliquée - Lille
• M2 en Communication des entreprises - Lille
• M2 en Communication du management public - Lille
• M2 en Communication d’entreprise, corporate ou institutionnelle - Bordeaux
• M2 en Communication des petites et moyennes entreprises - Lyon
Points forts
• Formation intensive sur 1 ou 2 ans
• Stage professionnalisant de 4 mois en M1
• Mission professionnelle de 8 mois en M2
• Séminaires d’intégration et d’application
• Thèse professionnelle en fin de cursus
• Un réseau de plus de 10.000 anciens élèves
Objectifs
Former des cadres capables de conduire des projets de communication
complexes pour le compte d’une agence, d’une entreprise ou d’une
collectivité territoriale.
ture sur
Infos et candida
www.efap.com
Groupe EDH
61-63, rue Pierre Charron - 75008 PARIS - info@efap.com - 01 53 76 88 00
www.efap.com
Etablissements privés d’enseignement supérieur - Groupe EDH
PARIS - BORDEAUX - LILLE - LYON - ABIDJAN - LISBONNE - NEW YORK - TOKYO
Masters, mastères spécialisés, MBA... Quelles différences ?
> la Conférence des grandes
écoles, ne débouchent pas sur
un diplôme mais un label. Si
elles permettent, elles aussi, de
développer une expertise dans
un domaine – un ingénieur
pourra s’inscrire dans un
cursus dédié aux énergies
renouvelables – elles visent
également à ajouter une corde
à son arc en obtenant une
double compétence : le même
ingénieur pourra s’orienter
vers un programme en
finances ou un programme en
management des systèmes
d’information. Le cursus est de
18 mois en moyenne.
- Le MBA est lui aussi un label
mais il n’est pas protégé.
Même si des garde-fous
«
sont apparus : l’AMBA
(Association des
MBA) accorde son
accréditation à un
certain nombre de
formations. Equis ou
AACSB sont en
revanche des accréditations
qui ne concernent pas le MBA
lui-même mais donnent des
informations sur le sérieux de
l’établissement qui le dispense.
D’une durée de un à deux ans,
ces formations abordent
tous les aspects de l’entreprise
(marketing, comptabilité,
ressources humaines,
finances…). Réservés à
l’origine à des jeunes cadres
qui, après quelques années
d’expérience, souhaitent
Une formation orientée
vers la pratique »
«Après ma licence en langues étrangères appliquées,
j’ai recherché un master en communication car je
souhaitais me spécialiser dans ce domaine. Toutefois, j’ai
opté pour une formation ouverte sur l’international pour
valoriser mes acquis de licence. Ce programme de master
m’a ainsi permis de réaliser un stage de fin d’études dans
une agence de communication à Valence, en Espagne.
Grâce à ma formation, très orientée pratique, et les
missions réalisées pour des entreprises clientes dans
le cadre de la junior entreprise associée au master,
j’ai été immédiatement opérationnelle. Cette première
expérience vient de me permettre de décrocher un emploi
dans une autre agence spécialisée dans la communication
évènementielle, basée elle aussi à Valence.»
Aurélie Cambon, 20 ans,
master en communication internationale à l’université de Bourgogne.
6
évoluer vers des postes de
dirigeants ou à l’international,
les MBA s’ouvrent de plus
en plus à des jeunes diplômés
bac +5. L’accès à ces
différentes formations se fait
sur dossier. Sont épluchés les
résultats universitaires et la
motivation des candidats.
Dans certaines formations,
contenant des cours en langue
étrangère, des tests évaluant
le niveau sont requis. De même
pour certains programmes
en informatique ou dans les
matières scientifiques, les
étudiants doivent prouver
qu’ils possèdent les bases.
Si aucun de ces cursus ne
garantit un emploi à la sortie,
l’insertion professionnelle est
quasiment aussi bonne: deux
tiers des inscrits en mastères
spécialisés ont un emploi à la
sortie, selon la CGE.
Concernant les masters ou les
MBA, il n’existe pas de
statistiques nationales, mais
les observatoires mis en place
dans les universités font état
d’un taux d’emploi de 70 à
80% dans les six mois à un an
après la formation.
Laurence Estival
C A D R E O U É T U D I A N T,
BOOSTEZ VOTRE CARRIÈRE.
L’ E S C E M VO U S P RO P O S E L E S F O R M AT I O N S Q U I F O N T L A D I F F É R E N C E
F O R M AT I O N I N I T I A L E O U C O N T I N U E
À T E M P S P L E I N O U E N A LT E R N A N C E
( é g a l e m e n t a c c e s s i bl e e n VA E )
> ProMaster
Mastères professionnels en 1 ou 2 années (M2 ou M1+M2)
ouverts aux titulaires d'un bac +3/4.
> M1 : - Certificat d'aptitude au management
(Formation préparant à l'intégration d'un M2 généralisé ou spécialisé)
> M2 : -
Conseil et management des SI - Paris
Gestion du patrimoine
Management du tourisme durable - Tours/Londres
Management stratégique de l’information financière
> ProMBA
(à partir de la rentrée 2008)
MBA professionnels d'1 an ouverts aux titulaires d'un bac +5 ou d'un bac +4
avec une expérience professionnelle.
> Microfinance (Labellisé M.S. par la CGE)
> Management de l'entreprise et du changement - Paris (Labellisé M.S. par la CGE)
> Gestion globale des risques et des crises (Labellisé M.S. par la CGE)
> Exportation de vins
> Système d'information des ressources humaines (SIRH) - Paris (Labellisé M.S. par la CGE)
escem
Caféine
GROUPE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE
ET DE MANAGEMENT TOURS - POITIERS
Contact : 0820 20 11 12
www.escem.fr
www.masterescem.fr
Sélectionner
le bon CURSUS
Choisir la bonne voie n’est
pas une mince affaire.
Pour éviter de perdre son
temps et son argent, mieux
vaut se poser les bonnes
questions et prendre
tous les renseignements
nécessaires.
Avant de se lancer dans la
recherche d’une formation,
il faut définir son projet.
Rencontrer des professionnels pour savoir quelles
sont les formations ou les
compétences demandées
pour occuper le poste visé.
On peut alors trouver parmi
les programmes celui qui
va permettre de combler
ses lacunes. Eviter toutefois
de s’orienter vers des
formations trop pointues
qui risquent de rendre plus
difficile ensuite la recherche
d’un emploi sauf si c’est
sur un domaine très porteur.
Regarder pour se faire
une idée les offres d’emploi
correspondantes.
Faire ensuite une enquête
en profondeur. Attention aux
intitulés accrocheurs. « Il ne
faut pas avoir peur de
demander des informations
précises sur le nombre de
candidats, le pourcentage
d’admis, les postes occupés
par les anciens. On peut
aussi les contacter pour
être bien sûr de réaliser son
projet en s’inscrivant dans
un programme », met en
avant Marie-Christine
Creton, présidente de la
commission accréditations
de la Conférence des
grandes écoles.
Enfin, trouver un fil
conducteur entre les études
que l’on a déjà faites et
celles qu’on envisage.
« Une formation à bac +5
est certes un pré-requis pour
de nombreuses fonctions.
Mais elles ne permettent pas
de gommer son parcours
antérieur. Elles ne sont
intéressantes que si elles
apportent une plus-value »,
ajoute Julie Scapi de Page
Personnel, un cabinet de
recrutement orienté vers les
jeunes diplômés.
Laurence Estival
8
Les nouveautés
de la rentrée
Développement durable,
systèmes
d’information,
finances de haut niveau. Telles
devraient être cette année les
grandes tendances des
nouveautés en matière
de masters et mastères
spécialisés. Les problèmes
devenant de plus en plus
complexes, les formations au
management déclinées par
secteur d’activité (distribution,
assurances, santé…) ont
également le vent en poupe.
A noter également, le
développement de cursus
internationaux, tant par le
champ abordé (exemple
d’un master en ressources
humaines internationales)
qu’en matière de programme
proposé en partenariat avec
des universités étrangères ou
se déroulant sur plusieurs sites
européens (l’ESCP-EAP
ouvre un mastère en finance se
déroulant partiellement à
Londres).
Combien coûtent
ces FORMATIONS ?
Se diriger vers un master,
un mastère spécialisé ou
un MBA n’a pas les mêmes
répercussions sur son
budget. Ni sur le retour sur
investissement…
Trouver une formation
adaptée à son projet n’est
pas facile, et les écarts de
prix pratiqués par les
établissements compliquent
encore plus l’équation. Quoi
de commun en effet entre les
simples frais d’inscription
universitaire demandés dans
les masters et les 80 000 ¤
qu’il va falloir débourser pour
suivre un MBA dans un des
établissements les plus
prestigieux de la planète ?
Ces sommets ne sont
atteints que dans une
poignée de cursus, mais il
vous faudra toutefois
compter autour de 30 000 à
40 000 ¤ pour un MBA bien
coté et entre 10 000 et
15 000 ¤ pour un mastère
spécialisé (MS). Dans
certains MS ou MBA, des
séjours de quelques
semaines ou des visites
d’études à l’étranger sont
également prévus et ne sont
généralement pas compris
dans les frais d’inscription.
Ces différences
s’expliquent par le statut
même de l’établissement :
les universités sont publiques quand les grandes
écoles ne le sont pas. Quant
aux MBA, il existe un marché
international, ce qui explique
en partie cette flambée des
prix. Et les candidats sont
prêts à desserrer les
cordons de la bourse pour,
outre le diplôme, acheter
une « marque » et le réseau
professionnel qui va avec.
Le retour sur investissement
n’est d’ailleurs pas le même
selon les cursus : le salaire
moyen proposé aux
titulaires de MBA par les
recruteurs nord-américains
et européens est pour la
première fois passé
au-dessus de la barre
de 61 K¤ en 2006 selon
l’organisme QS. Il a atteint
35 740 ¤ pour les mastères
spécialisés, selon la CGE
et a été compris entre 29
et 34 K¤ pour les masters
universitaires.
Laurence Estival
10
Prêts et bourses
Pour aider les étudiants
à financer les mastères
spécialisés, les établissements
ont souvent passé des
conventions avec des banques
permettant d’obtenir des prêts
à taux réduits, remboursables
après les études et parfois avec
quelques mois de franchise.
Autre solution: bénéficier d’une
bourse, notamment dans les
établissements étrangers qui
cherchent ainsi à accueillir des
élèves internationaux. QS, qui
organise le Word MBA Tour,
propose, pour sa part, chaque
année, des bourses à des
candidats pour financer leurs
frais de scolarité dans des
établissements partenaires.
Mais la concurrence est sévère:
peuvent concourir des
candidats du monde entier…
3
èmes
cycles spécialisés
& MBA
www.eslsca.fr
08
Classement SMBG 20
5
ESLSCA dans le top
● Analyse Financière
POUR DEVELOPPER ● Banque Finance et Assurance
● Ingénierie Financière
VOS COMPETENCES ● Gestion de Patrimoine
● Finance et Négoce International - Trading
ET EXPERTISES
● Gestion d’Actifs – Asset Management - Trading
● Audit, Conseil et Contrôle de Gestion
● Stratégie d’Intelligence Economique (ECOLE DE GUERRE ECONOMIQUE)
● Management Avancé des Entreprises, Entrepreneuriat
● Droit et Management des Affaires Internationales
● Management de Projets et Nouvelles Technologies
● Marketing, Communication et Publicité
● Marketing et Gestion de la Relation Client-CRM et Nouvelles Technologies - NTIC
● Marketing, Banques, Assurances et Services
● Marketing et Management Stratégique
● Ingénierie et Management des Entreprises de Cosmétiques et Parfums
● Management et Economie de l’Art
● Management des Industries du Luxe et de la Mode
● Management de la Distribution, Achats et Logistique
● MBA (Full Time & Part Time, Executive)
● MBA in International Marketing
L’eslsca
est membre de
● MBA in Business Communication
● MBA in International Business
I N F O R M AT I O N S
Ecole Supérieure Libre des Sciences Commerciales Appliquées
Fondée en 1949, reconnue par l’Etat.
1, rue Bougainville • 75007 Paris Tél.: 01 45 51 32 59 • Fax : 01 47 05 74 75 • www.eslsca.fr
Alternance:
un pied à L’ECOLE,
un autre dans L’ENTREPRISE
L’alternance a le vent en
poupe : de plus en plus
d’écoles et d’universités
proposent aux étudiants
de suivre leur formation
par cette voie originale.
Une démarche appréciée
des recruteurs.
L’alternance offre la possibilité
de mettre directement en
pratique ce qu’on apprend
sur les bancs de l’école dans
le cadre d’une entreprise.
Ce qui nécessite de bien
choisir la société d’accueil et
de définir avec elle un projet
intéressant les deux parties.
Le but étant à la fois de lui
permettre de défricher de
nouveaux champs tout en
vous donnant la possibilité de
travailler sur des sujets que
vous pourrez ensuite valoriser
sur le marché du travail. Faire
également attention à la
manière dont l’alternance va
réellement se dérouler. Le
modèle retenu dépend
beaucoup des programmes
avec, dans la plupart des cas,
la répartition suivante : 30 %
du programme s’effectue
dans l’établissement de
formation, 70 % sur le terrain.
« Cette voie est
particulièrement appréciée
des recruteurs car le temps
passé dans l’entreprise est
en général plus long que lors
d’un stage. Du coup, ce ne
sont pas les mêmes types
de missions : plus fouillées,
elles peuvent être considérées
comme une première
expérience professionnelle »,
souligne Julie Scapi, du
cabinet de recrutement Page
Personnel.
Combien
gagne-t-on?
Le salaire dépend du type de
contrat. Pour les moins de 26 ans
qui peuvent signer un contrat
d’apprentissage, d’une durée de
un à trois ans, la législation est
très précise : il correspond à un
pourcentage du SMIC (ou, dans
certains cas, du salaire minimum
conventionnel), allant de 25 %
à 78%, en fonction de son âge et
de sa progression dans le cycle
de formation. Pour les
formations proposant une
alternance (hors apprentissage),
il n’y a pas de règles. Tout
dépend du bon vouloir de
l’employeur et de sa capacité de
négociation…
12
DES PROGRAMMES POUR SORTIR DU LOT
M
A
CER
BUSI
OO
H
C
S
NESS
L
Les Mastères spécialisés et 3e Cycles du CERAM
Business School ont pour finalité de dispenser un savoir
unique dans une fonction ou un secteur précis pour
lequel les entreprises affichent un réel besoin. Cette
formation permet d’acquérir :
> une spécialisation dans un domaine où l’étudiant
possède déjà une compétence générale, par sa
formation initiale ou son expérience professionnelle
> une double compétence, en complément d’une
formation ou d’une expérience professionnelle
antérieure
Pour s’inscrire : www.ceram.fr/ms
contact : info-ms@ceram.fr
tél. : +33 (0) 820 424 444 (0,12€/min)
Expertise et double compétence :
autant d’atouts pour votre
réussite professionnelle !
MASTÈRES SPÉCIALISÉS (MS)
ET TROISIÈMES CYCLES
Top 5 du classement SMBG 2008
> Finance de Marchés, Innovations et Technologies
> Ingénierie et Gestion Internationale de Patrimoine
> Intelligence Economique et Knowledge Management
> Management Stratégique du Développement Durable
Le CERAM c’est aussi : CERAM Programme Grande Ecole, CERAM Bachelors,
Programme Doctoral Eudokma, CERAM Executive, CERAM Expert
Partir étudier à l’étranger,
un nouveau PASSAGE obligé
Avoir effectué tout ou partie
de ses études à l’étranger
est assurément un plus sur
un CV. Surtout si cette
période effectuée hors de
l’Hexagone est en lien avec
son projet professionnel.
Pour les recruteurs, avoir
réalisé ses études à l’étranger
est un signe d’ouverture
d’esprit et de maîtrise des
langues. Un avantage décisif
si on prend soin de réfléchir
à son pays d’accueil : une
expérience anglo-saxonne
«
est valorisable dans de
nombreuses entreprises.
S’envoler pour la Chine peut
intéresser une société française
ayant des projets dans l’empire
du Milieu mais elle est plus
difficilement «vendable» sur
place. A moins d’accepter
d’être payé dix fois moins cher
qu’en Europe et de connaître
parfaitement la langue…
Mieux vaut donc être au point
sur ses objectifs : si le but est
seulement d’ajouter une
touche «internationale» à son
Faire la différence »
«Intéressé par un poste en relation avec l’international,
je me suis inscrit dans ce master totalement bilingue après
ma maîtrise de sciences éco. Ce cursus permet également
de continuer ses études un an de plus outre-Atlantique
pour obtenir un MBA alors que les étudiants locaux ont
besoin de deux ans pour décrocher ce diplôme. J’ai saisi
l’opportunité d’acquérir une expérience dans ce pays.
Cette double formation m’a ensuite permis de faire la
différence sur le marché du travail: ne souhaitant pas
rester aux Etats-Unis, j’ai été immédiatement embauché à
mon retour par l’Alfi (Association luxembourgeoise des
fonds d’investissement) où je m’occupe de la distribution
de produits financiers dans différents pays. »
Pierre Oberlé, 25 ans,
master franco-américain de l’IAE de Caen
et d’un MBA de l'université St Thomas Minneapolis (USA, Minnesota).
14
parcours, on peut aller à
l’étranger dans le cadre
d’un échange en cours de
programme pour une durée
de quelques mois. Cette
expérience permet d’acquérir
des crédits comptant dans
l’obtention du diplôme qui
reste toutefois français. Si, en
revanche, on envisage de
s’expatrier, suivre la totalité
de son master ou MBA dans le
pays visé débouche sur
un diplôme local, souvent
plus connu que les diplômes
tricolores sur le marché du
travail. En cas d’hésitation,
préférez les cursus proposant
un double parchemin français
et étranger. Seul inconvénient :
il faut compter entre six mois
et un an de plus. Si les frais
d’inscription sont gratuits
dans le cadre d’un échange,
il faut en revanche s’acquitter
de la totalité de la somme
demandée quand on fait un
master à l’étranger de sa
propre initiative. Sauf si on a
la chance de bénéficier d’une
bourse : de nombreuses
universités étrangères en
proposent pour attirer des
étudiants internationaux.
Laurence Estival
Rendez le
monde plus sûr,
votre carrière
aussi.
MASTÈRE SPÉCIALISÉ EN MANA
MANAGEMENT
FINANCIER, COMMERCIAL ET JURIDIQUE DE L’
L’A
ASSURANCE
Formation destinée aux futurs managers de l'assurance
Recrutement à Bac + 4 et Bac + 5
12 mois sur deux campus : Paris et Dijon
Contact : Jérôme Gallo
jerome.gallo@escdijon.eu / 0 380 725 860
www.escdijon.eu
“Je voulais
comprendre l’Europe
pour pouvoir travailler partout dans le monde.
Voilà pourquoi j’ai choisi
ESCP-EAP.”
Master in European Business
Jeunes diplômés Bac +4/5, vous voulez concilier votre volonté de réussite et votre ouverture au monde ?
Le Master in European Business ESCP-EAP s’adresse à vous.
1 an - 2 pays - 35 filières d’études
Avec des enseignements et des études terrain dans deux pays, un stage longue durée en entreprise, vous
apprendrez le management en 1 an, en deux langues au sein d’une promotion de plus de 35 nationalités.
15 Mastères Spécialisés
Jeunes diplômés (Bac+5), Jeunes managers, choisissez votre métier !
Les MS ESCP-EAP : 6 mois de cours intensifs, un séminaire international, une mission en entreprise de 4 à 6 mois et une thèse professionnelle.
Finance* • Management de la performance • Gestion de patrimoine • Audit et conseil • Marketing
et communication* • Management médical • Stratégie et conseil en organisation* • Stratégie
et pilotage des opérations : qualité, supply chain, achats • Management des hommes et des
organisations* • Innover et entreprendre • Management des projets internationaux* • Droit et
management international (avec HEC) • Management des biens et des activités culturels avec
l’Université Ca’ Foscari, Venise* • Médias • Management de l’édition
* La scolarité de ces MS peut se dérouler en partie ou en totalité hors de France : Grande-Bretagne, Etats-Unis, Italie,
Espagne, Inde.
Informations : 01 49 23 58 06
Brochures et candidatures : www.escp-eap.eu
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising