Accès au document

Accès au document
LES ANIMAUX DANS LES SITUATIONS
D’ACCUEIL DE REFUGIES
UN MANUEL PRATIQUE POUR
UNE MEILLEURE GESTION
DES ACTIVITES D’ELEVAGE
Remerciements
Notre précieuse reconnaissance est addressée à l’Union mondiale pour la nature (UICN) à Gland, Genève
pour leur expertise et compétence dans la révision de ce manuel pratique pour une meilleure gestion des
activités d’élevage des animaux dans les situations d'acceuil de réfugiés.
Nous exprimons nos remerciements aux coordonnateurs et agents de liaison responsable des activités pour
l'environnement sur le terrain et également aux autres collègues pour la pertinence de leurs commentaires
et de leurs contributions à la réalisation de cette publication.
Illustrations préparées par Dorothy Migadee, Nairobi, Kenya.
Image couverture et arrière-plan : ©Irene R Lengui/L’IV Com Sàrl, Morges, Suisse.
Conception graphique : L’IV Com Sàrl, Morges, Suisse.
Imprimé par : SroKundig, Genève, Suisse.
Produit par l’Unité de l’environnement, Section de l’appui technique, HCR Genève, et l'UICN,
août 2005.
2
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Table des matières
Glossaire et Acronymes
5
Résumé
7
1. Conduite des élevages au cours des opérations d’aide aux réfugiés
1.1 Introduction
1.2 Les activités d’élevage au cours des opérations d’accueil de réfugiés
14
14
14
2. Objectifs et mode d’emploi
2.1 Introduction
2.2 Comment utiliser ce manuel
3. La gestion des activites d’élevage : quelques considérations de base
3.1
3.2
3.3
3.4
3.5
3.6
3.7
3.8
Introduction
Règles et règlements juridiques et coutumiers
Des animaux adaptés aux conditions
Impacts couramment associés à la présence d’animaux domestiques
3.4.1 Quelques effets positifs de la présence d’animaux domestiques
3.4.2 Quelques impacts négatifs de la présence d’animaux domestiques
3.4.2.1 Répercussions sur les ressources naturelles
3.4.2.2 Conflits sociaux
3.4.2.3 Répercussions sur la santé publique
Mesures de prévention et de lutte contre les maladies
3.5.1 Les maladies les plus courantes des animaux d’élevage
3.5.2 Préserver la santé des animaux
3.5.3 Eviter les problèmes de santé publique
Stabulation
Capacité de charge du milieu
Concurrence pour les ressources
4. Gestion appliquée des cheptels : quelques options pour améliorer
les systèmes d’élevage
4.1
4.2
4.3
4.4
4.5
9
9
10
Introduction
Systèmes de production animale
Stratégies de pacage adaptées à la capacité de charge
Complémentation alimentaire et amélioration des pâturages
Systèmes mixtes de polyculture-élevage
4.5.1 Qu’est-ce qu’une exploitation mixte de polyculture-élevage ?
4.5.2 Les avantages des systèmes mixtes intégrés
4.6 Recherche des races les mieux adaptées
4.6.1 L’élevage laitier
4.6.2 Les animaux de travail
4.6.3 Les petits ruminants : caprins et ovins
4.6.4 Les volailles
4.6.5 Les poissons d’eau douce
4.6.6 Autres espèces
16
16
17
17
18
18
19
19
20
21
22
22
25
28
29
30
32
33
33
33
37
40
43
43
44
44
45
46
46
47
47
48
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
3
4.7 Promouvoir l’autosuffisance par une amélioration de la production animale
4.7.1 Génération de revenu par le petit élevage
4.7.2 Races et amélioration génétique
4.7.3 Animaux en environnement urbain
4.8 Programmes de reconstitution des cheptels
5. De la théorie à la pratique
5.1 Evaluer les besoins et les possibilités
5.1.1 Tirer au clair les règles et les droits
5.1.2 Les parties en présence
5.1.3 Caractéristiques de la région
5.1.4 Assembler les pièces du puzzle
5.2 Soutenir les activités d’élevage
5.2.1 Le soutien aux activités de formation et de conseil
5.2.2 Le suivi
4
48
49
49
50
50
52
52
52
53
55
55
56
56
57
6. Références et compléments de bibliographie
59
Annexe I
Des animaux adaptés à chaque situation
61
Annexe II
Gestion des cheptels dans les situations
d’accueil de réfugiés : aide-mémoire pratique
73
Annexe III Indicateurs utiles pour l’estimation des risques
environnementaux fréquemment associés aux activités
d’élevage dans les situations d’accueil de réfugiés
75
Annexe IV La transformation des produits d’origine animale
76
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
i
Glossaire
Brucellose – Zoonose bactérienne pouvant
atteindre toutes les espèces domestiques et que les
humains peuvent contracter en consommant du
lait d’animaux infectés. La maladie, à l’origine de
fièvres intermittentes rappelant le paludisme (ou
malaria), est difficile à diagnostiquer chez les
humains, chez lesquels les symptômes sont variables, différents organes internes pouvant être
affectés. Chez les femmes, la brucellose entraîne
des avortements ; chez les hommes, elle provoque
souvent une inflammation des testicules. Bouillir
le lait permet de détruire complètement les bactéries (voir aussi zoonose).
Capacité de charge – Le nombre d’animaux
auxquels un territoire donné est capable de subvenir sans porter atteinte à l’équilibre entre la
croissance des végétaux qui s’y trouvent et la production animale.
La tragédie des biens communs – Une expression économique décrivant le processus par lequel
des biens communs sont surexploités par des individus. Elle fait référence à un épisode de l’histoire
britannique au cours duquel des terrains communaux accessibles à tous furent surpâturés par des
troupeaux privés.
Maladies à transmission vectorielle – Maladies
dont la transmission s’effectue par l’intermédiaire
de vecteurs (insectes, mollusques, rongeurs, etc.).
miques sont circonscrites dans le temps et dans
l’espace, mais tendent à se propager vers d’autres
territoires (voir aussi maladies endémiques).
Maladies transmises par le sol – Maladies
dues à des agents pathogènes très résistants aux
conditions climatiques (telles que la chaleur et la
sécheresse) et capables de survivre longtemps dans
le sol.
parasites externes – Parasites qui vivent sur la
peau ou dans le pelage des animaux.
Parasites internes – Parasites vivant dans le sang,
les tissus ou le système digestif des animaux
qu’ils infestent (par exemple vers ronds, ténias,
trypanosomes, etc.).
Pastoralisme – Système de production agricole
axé sur l’élevage extensif en parcours naturels
(voir aussi transhumance).
Races exotiques (ou importées) – Races nonindigènes (par exemple, en Afrique et en Asie, les
races européennes, américaines ou australiennes,
ou encore des races provenant d’autres régions du
continent).
Ruminants – Espèces animales herbivores carac-
térisées par leur mode de digestion particulier,
faisant intervenir plusieurs poches stomacales
dans lesquelles les aliments fermentent. Ces animaux sont capables de digérer la cellulose des
plantes, qui ne peut être assimilée par les humains
et les autres espèces herbivores ou omnivores
(notamment les porcs et les volailles). Les ruminants comprennent les bovins (vaches et zébus),
les buffles, les ovins (moutons), les caprins
(chèvres), les camélidés (dromadaires et chameaux) et de nombreuses espèces sauvages (dont
les antilopes et les cerfs). L’expression « petits
ruminants » fait référence au groupe constitué par
les ovins et les caprins.
Maladies endémiques – Maladies attachées à un
territoire particulier à l’intérieur duquel leur prévalence, au sein d’une population animale donnée, est régulière et prévisible (voir aussi maladies
épidémiques).
Sous-produits agricoles – Résidus de la transformation de produits agricoles, par exemple
tourteaux de graines oléagineuses, son de riz,
mélasse ou levure de bière.
Maladies épidémiques (épidémies) – Maladies
Traitement prophylactique – Administration
de médicaments vétérinaires à des animaux ne
présentant pas de symptômes particuliers, dans le
dont la prévalence au sein d’une population animale s’accroît transitoirement ; les flambées épidé-
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
5
but de prévenir la survenue d’une maladie ou de
limiter l’incidence économique d’une maladie
dont la prévalence est élevée (par exemple, les traitements préventifs contre certains parasites)(voir
aussi parasites externes, parasites internes).
Transhumance – Système de production animale
reposant sur le déplacement saisonnier des troupeaux. Ce terme remplace aujourd’hui celui
mieux connu de “nomadisme”, car il est désormais
bien établi que la plupart des familles qui migrent
avec leurs bêtes ont un campement de base auquel
elles reviennent régulièrement. Le nomadisme
proprement dit, qui désigne le mode de vie de
groupes humains et de troupeaux se déplaçant
constamment sans enracinement local, est très
rare à l’heure actuelle.
Unité bovine tropicale (UBT) – Mesure basée
sur les besoins alimentaires d’une tête de gros
bétail (vache allaitante de 250 kg) ou du nombre
correspondant de petits animaux.1 UBT équivaut
également à 1 camélidé ou à 10 ovins (ou caprins).
Zone à climat humide – Zone dont la pluviométrie annuelle est supérieure à 1500 mm (voir aussi
zone aride, zone semi-aride, zone à climat
subhumide).
Zone à climat subhumide – Zone dont la
pluviométrie annuelle est comprise entre 1000 et
1500 mm (voir aussi zone aride, zone semi-aride,
zone à climat humide).
Zone aride – Zone recevant moins de 500mm de
précipitations annuelles (voir aussi zone semi-aride,
zone à climat subhumide, zone à climat humide).
Zone semi-aride – Zone dont la pluviométrie
annuelle est comprise entre 500 et 1000 mm (voir
aussi zone à climat subhumide, zone à climat
humide, zone aride).
Zoonoses – Maladies pouvant atteindre à la fois
des animaux et des humains et qui peuvent se
transmettre des premiers aux seconds et vice versa.
Acronymes
FAO
ha
HCR
km
mm
OIE
ONG
UBT
6
Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture
hectare
Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés
kilomètre
millimètre
Office international des épizooties
Organisation non gouvernementale
Unité bovine tropicale
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Résumé
Les animaux domestiques font fréquemment partie du paysage dans les situations d’accueil de réfugiés et, bien souvent, constituent l’objet central
autour duquel gravitent une bonne partie des activités de tous les jours. Du fait de la gamme importante des produits qu’ils fournissent, ils tendent en
outre, dans le cadre des rapatriements, à être
considérés comme un atout fondamental.
En sus des produits animaux figurant dans le
tableau ci-dessous, il existe de nombreuses raisons
d’encourager une pratique rationnelle de l’élevage
dans les situations d’accueil de réfugiés et de rapatriés, en particulier :
➤ L’atténuation des répercussions négatives de
certaines espèces animales sur l’environnement;
➤ La réduction des conflits entre réfugiés et
populations locales au sujet de l’exploitation
des ressources ;
➤ La création de nouvelles possibilités d’amélio-
rer la sécurité de subsistance des réfugiés et des
rapatriés ;
➤ La promotion d’activités commerciales cen-
trées sur l’élevage ;
➤ La prévention des maladies et de leur propaga-
tion à d’autres troupeaux comme aux populations humaines ; et
➤ L’obtention de produits animaux garantis pro-
pres à la consommation humaine.
TYPES
D’ANIMAUX
UTILISATIONS COURANTES
Produits alimentaires Autres produits
abeilles
poissons
lapins
volailles
porcs
ovins
caprins
bovins
camélidés
miel
viande
viande
viande, oeufs
viande
viande, lait
viande, lait
viande, lait, sang
viande, lait
cire d’abeille
engrais à base de déchets
peaux, fumier
fumier
fumier
peaux, fumier
peaux, fumier
peaux, fumier
peaux
Qu’il s’agisse de réfugiés ou de rapatriés,
cependant, les activités d’élevage sont susceptibles
d’être confrontées à des contextes extrêmement
variés, entre leur interdiction pure et simple et
leur autorisation plus ou moins officielle, en passant par divers degrés de tolérance. Toutefois, dès
lors que des animaux domestiques sont présents, il
y a raisonnablement lieu de s’attendre à des répercussions sur les situations environnementales,
sociales et économiques des communautés de
réfugiés ou de rapatriés.
Bien que les activités d’élevage, dans les situations liées à l’accueil de réfugiés, aient un rôle
potentiel considérable à jouer sur le plan de l’amélioration du bien-être et de la sécurité des moyens
d’existence, elles sont généralement peu réglementées. Il en résulte que les populations locales expriment bien souvent des doléances à leur encontre,
portant sur la concurrence pour les ressources
naturelles (notamment les parcours et les points
d’eau) et les problèmes sanitaires posés par le
bétail. Par ailleurs, les troupeaux de grande taille
attirent souvent les malfaiteurs, dont la présence
est à même de déstabiliser le cours normal des
opérations d’aide aux réfugiés ou aux rapatriés.
La publication, en 1998, de l’ouvrage
Livestock in Refugee Situations (les animaux
domestiques dans les situations d’accueil de réfugiés), signa la première tentative du HCR pour
aborder les préoccupations les plus fréquemment
associées aux pratiques d’élevage dans ce type de
situation. Aujourd’hui, des expériences ayant
entre temps été tentées et de nouvelles approches
étant désormais reconnues, ce premier manuel
apparaît trop étroit dans sa définition pour pouvoir aider de manière satisfaisante le personnel et
les organismes partenaires chargés de l’encadrement dans ce secteur. Le présent ouvrage, intitulé
Les animaux dans les situations d’accueil de
réfugiés : un manuel pour une meilleure gestion des activités d’élevage, a été préparé par le
HCR dans le souci de rechercher les systèmes
d’élevage et de gestion des cheptels les mieux
adaptés au contexte des opérations d’aide aux
réfugiés et aux rapatriés. Ce livre, conçu pour être
un guide pratique à l’attention d’un large éventail
d’utilisateurs, vient combler l’importante lacune
qui subsistait encore dans la panoplie d’outils et
de directives dont dispose le personnel du HCR et
de ses partenaires de mise en œuvre.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
7
Pour les besoins de gestion et pour éviter ou
limiter les dégradations environnementales tout
en préservant les relations avec les populations
d’accueil et les différents organes de l’Etat hôte, les
activités d’élevage et leur conduite doivent être
prises en considération dès les premiers stades des
opérations, puis périodiquement re-examinées par
la suite.
Le présent manuel, essentiellement destiné
au personnel gestionnaire et généraliste et non pas
aux zootechniciens et autres experts en conduite
d’élevage, se propose, en s’appuyant le cas échéant
sur des expériences concrètes, d’examiner quelques-uns des impacts les plus couramment
associés à la présence d’animaux domestiques,
8
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
d’attirer l’attention sur les problèmes à résoudre et
de proposer une série d’options qui peuvent être
appliquées ou adaptées à des situations données.
Il y est particulièrement tenu compte du fait que
ses lecteurs œuvreront aux côtés de personnes
susceptibles d’avoir déjà l’habitude de travailler
avec des animaux. En effet, les peuples pasteurs de
bien des pays d’Afrique et d’Asie centrale ont une
longue tradition d’élevage et de pratiques rationnelles en matière de soins. Les lecteurs de ce
manuel doivent donc être préparés à apprendre de
ces dépositaires de savoirs ancestraux, mais également à aider et à conseiller les propriétaires de
troupeaux et autres sur les éventuelles alternatives
qui pourraient se présenter ou s’imposer dans certains cas.
1
Conduite des élevages au
cours des opérations
d’aide aux réfugiés
1.1 Introduction
Les animaux domestiques – expression qui recouvre ici les bovins, chevaux, ânes, volailles et autres
animaux entretenus pour la production ou le travail, à l’exclusion des animaux dits “de compagnie” – jouent un rôle important, voire fondamental, dans les sociétés humaines. Outre les
capacités de trait ou de bât des plus grandes espèces, beaucoup de ces animaux sont en mesure de
fournir une vaste gamme de produits en exploitant des ressources non directement utiles aux
humains, telles que des déchets de cuisine, des
résidus agricoles et la végétation des bas-côtés et
des friches. Aux productions directes que sont la
viande, les oeufs, le lait et les peaux s’ajoutent les
déjections (excréments et urines) et le sang, qui
sont fréquemment utilisés comme engrais pour les
champs, les jardins et les bassins de pisciculture.
Chez de nombreux peuples, posséder certains
types d’animaux en grand nombre octroie par
ailleurs un statut social enviable – une considération susceptible de surclasser, et même parfois de
compliquer, n’importe quel bénéfice concret et
pratique découlant de l’élevage dans les situations
d’accueil de réfugiés.
Au cours des dernières décennies, beaucoup
des évènements à l’origine de migrations humaines ont pris place dans des zones géographiques à
climat aride ou semi-aride. La plupart des réfugiés
provenant d’Afghanistan, d’Erythrée, d’Ethiopie,
du Mali, du Niger, du Rwanda, de Somalie, du
Soudan et d’autres pays appartenaient à des
peuples de pasteurs dont l’économie domestique
traditionnelle était entièrement ou partiellement
tournée vers la production animale et dont les
valeurs sociales et culturelles étaient essentielle-
ment axées sur les moutons, les chèvres, les zébus
et les camélidés (dromadaires et chameaux). Bien
souvent, les opérations d’assistance humanitaire
qui sont intervenues dans de tels contextes ont vu
se développer une forte interdépendance entre ces
populations déplacées et leur cheptel – au point
que l’élevage s’est parfois révélé la stratégie de survie préférée des réfugiés, notamment à l’échelon
individuel et familial.
Il est de ce fait courant de constater la présence d’animaux domestiques dans les situations
d’accueil de réfugiés – accompagnée de ses conséquences sociales, économiques et environnementales évidentes, positives et négatives. Qui plus est,
le bétail constitue souvent un aspect fondamental
des programmes de rapatriement, dont beaucoup
font appel à l’octroi d’animaux de travail ou d’élevage comme source de revenu potentielle ou simplement en tant qu’aide directe à la survie. Dans
le souci de multiplier ou de conforter les moyens
d’existence, la gestion raisonnée de l’ensemble de
ce cheptel – qu’il s’agisse d’animaux de travail,
d’une basse-cour familiale ou d’un troupeau de
ruminants – apparaît donc ici comme la démarche
qui s’impose dans le cadre de toute opération
d’aide à des réfugiés ou rapatriés.
Le fait que des réfugiés ou rapatriés possèdent du bétail n’est pas sans conséquences pour les
populations locales, elles-mêmes susceptibles
d’entretenir un cheptel important. A l’occasion de
la création d’un camp ou d’un site d’installation
dans une région d’élevage, les communautés
nomades du cru peuvent se trouver brutalement
confrontées à la contestation ou à la suppression
pure et simple de certaines de leur zones de
pâturage traditionnelles. D’autres sujets de préoccupation viennent encore s’ajouter à ceux-ci, de la
sécurité des personnes (le bétail étant souvent
l’objet de vols et une source de conflits internes) à
la transmission de maladies, au commerce et à la
sécurité alimentaire.
En dépit de l’importance évidente du secteur
de l’élevage, les soutiens directs ont été rares, du
moins relativement à d’autres secteurs tels que la
foresterie ou l’agriculture. Si le HCR publia en
1998 ses directives relatives aux animaux domestiques dans les situations d’accueil de réfugiés
(Environmental Guidelines – Livestock in
Refugee Situations), la planification et la gestion
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
9
des activités d’élevage dans ce type de contexte
sont restées sans autres outils pour les guider.
Cette lacune transparaît par ailleurs dans le fait
que ce secteur d’activité n’est mentionné qu’à une
seule reprise dans le vaste recueil d’enseignements
dans le domaine environnemental tirés de l’expérience des 15 dernières années d’opérations
d’assistance (voir l’encadré 1). Il semble donc
nécessaire aujourd’hui de se pencher à nouveau
sur la question importante de la gestion, à la fois
appropriée et standardisée, des activités d’élevage
à mettre en oeuvre pour assurer des retombées
positives pour les réfugiés comme pour les populations locales et l’environnement.
Encadré 1
Une étude d’impact écologique est nécessaire
avant d’envisager tout projet ayant trait aux
activités d’élevage
Toute intervention portant sur les animaux
d’élevage, qu’il s’agisse de reconstituer les
troupeaux, d’aménager des points
d’abreuvement ou de favoriser la bonne santé
du cheptel, a une incidence sur l’environnement.
Il peut arriver, par exemple, que les parcours
soient négativement affectés ou que les besoins
en eau excèdent les ressources. Il est donc
indispensable de procéder à des études
préliminaires visant à évaluer les impacts
prévisibles de toute intervention de ce type, en
particulier en cas de renforcement du cheptel.
HCR, 2002a.
il n’existe pas deux situations parfaitement identiques : la réponse aux besoins et aux opportunités
en matière de gestion des cheptels doit donc
impérativement être étudiée et appliquée au cas
par cas.
1.2 Les activités d’élevage au cours
des opérations d’accueil de réfugiés
En prenant la fuite, les réfugiés peuvent avoir eu
ou pas la possibilité d’emporter leurs animaux
avec eux – notamment les têtes de gros bétail.
Quoi qu’il en soit, il n’est pas rare de constater,
très vite après la fin de la phase d’urgence, l’apparition d’une forme ou d’une autre de production
animale. A l’instar des travaux agricoles, l’élevage
est souvent amené à constituer une part importante des activités de subsistance et de tous les
jours des communautés de réfugiés et de rapatriés.
Il peut également contribuer à rapprocher ces
communautés des populations locales qui les
accueillent sur leur territoire – tout comme se
révéler une source supplémentaire de conflit avec
ces mêmes populations.
Les réfugiés ne sont pas toujours autorisés à
posséder des animaux domestiques (voir l’encadré
2), mais cette activité devrait leur être permise au
moins dans certains types de situations,
notamment :
➤ Au sein même et au voisinage immédiat des
Les progrès récents de la pensée, de la recherche et de l’expérience ont permis le développement d’approches et de pratiques novatrices, dont
beaucoup s’inspirent directement de systèmes de
production traditionnels locaux. Les directeurs de
programmes, les organismes de mise en œuvre et
le personnel de terrain pourraient trouver particulièrement intéressant de pouvoir bénéficier de
certains de ces nouveaux acquis.
Le présent manuel est essentiellement destiné
aux agents d’exécution. En permettant d’identifier
les problèmes qui se posent et les options qui
pourraient s’avérer utiles dans chaque type de
situation, il explique concrètement comment parvenir à une meilleure gestion des activités d’élevage dans le cadre des opérations d’assistance aux
réfugiés et aux rapatriés. Toutefois, comme pour
beaucoup d’autres aspects de l’action humanitaire,
10
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
camps et des sites d’installation, où des animaux peuvent être entretenus sur de petites
surfaces tout en contribuant positivement à la
ration alimentaire et à l’obtention d’un petit
revenu :
●
animaux parqués près des habitations,
dans des cages, des stalles ou des enclos
(volailles, lapins, porcs et autres animaux de
petite taille) et nourris de déchets de cuisine
et de matières végétales récoltées à
proximité ;
●
animaux errant librement autour des habitations, où ils recherchent eux-mêmes une
part de leur nourriture ;
●
animaux gardés en troupeaux hors du périmètre du camp, où ils sont menés paître et
boire ; et
●
animaux maintenus en zéro-pâturage
(généralement des bovins ou des caprins
pour la production laitière), en enclos, en
stabulation ou à l’attache, abreuvés sur place
et nourris de fourrage (récolté à l’intérieur ou
à proximité du camp).
➤ Dans des sites d’installation organisés en
milieu rural où l’élevage est considéré comme
faisant partie des activités de subsistance ou de
production de revenu des réfugiés et des rapatriés aux termes de programmes d’utilisation
des terres convenus avec les collectivités et les
populations locales ; et
➤ Dans des sites d’installation spontanés dans
des villes ou des villages, où les réfugiés s’organisent seuls, par des arrangements personnels
avec les habitants ou les collectivités, pour se
ménager un accès à des terres dans le but
d’améliorer leur situation alimentaire et éventuellement de générer un revenu.
Les raisons de promouvoir les activités d’élevage au sein des communautés de réfugiés et de
rapatriés sont principalement les suivantes :
Encadré 2
Facteurs susceptibles de peser
sur les activités d’élevage
Dans une situation d’accueil de réfugiés ou de
rapatriés, plusieurs facteurs sont susceptibles de
devoir être pris en considération dans le cadre
des activités d’élevage, notamment :
■ Le type de culture auquel appartient la
communauté des réfugiés – certains groupes
sont beaucoup plus étroitement liés que
d’autres aux animaux domestiques, voire à
certains types d’animaux bien précis ;
■ Les ressources dont disposent les réfugiés ou
rapatriés – certains peuvent avoir leur propre
cheptel pour la reproduction ou la
production de denrées recherchées (des oeufs
ou du lait par exemple) ;
■ Les conditions climatiques et autres de
l’environnement naturel ;
■ Les droits d’accès à la terre pour la
construction d’abris pour les animaux, le
pâturage et l’abreuvement ;
■ Les aptitudes de chacun à adapter ses
compétences et ses savoir-faire en matière
d’élevage à la nouvelle situation, à
reconnaître les opportunités de nouveaux
débouchés ou à parvenir à une entente avec
les communautés locales lui autorisant la
pratique de ces activités ; et
■ Les éventuels avantages économiques et/ou
sociaux que ces activités sont susceptibles de
présenter.
➤ Améliorer l’alimentation et la sécurité alimen-
taire par la production de lait, de viande,
d’œufs, de miel et d’autres produits animaux,
élargir les bases d’une autosuffisance et retrouver une certaine estime de soi ;
➤ Développer un moyen d’existence afin de :
renforcer l’autosuffisance;
● réduire les coûts de fonctionnement des
organisations humanitaires (par exemple en
denrées alimentaires) ;
● acquérir ou perfectionner des savoir-faire
pour l’avenir ; et
● contribuer aux économies locales et
régionales ;
●
➤ Développer les moyens de transport pour
l’acheminement des produits, des matériaux et
des personnes ;
➤ Développer une source d’énergie motrice pour
Il existe d’autres raisons de s’engager dans des
activités de production animale, qui relèvent plus
d’une stratégie visant à canaliser le développement
des activités d’élevage, les objectifs étant :
➤ Que la taille des élevages et les systèmes d’ex-
ploitation adoptés aient un impact aussi limité
que possible sur l’environnement ;
➤ Que les activités de production animale ne
soient pas à l’origine de situations conflictuelles entre les réfugiés et les populations de
la région d’accueil du fait d’une concurrence
pour les points d’eau ou les parcours ou
de dégâts causés aux cultures ou aux espaces
naturels ; et
➤ Que ces activités bénéficient le plus possible à
la population réfugiée, et notamment aux plus
démunis de ses membres.
faciliter les travaux agricoles et améliorer les
rendements des cultures.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
11
Les populations locales ont souvent ellesmêmes des animaux pour les mêmes raisons :
source de nourriture, base d’une activité économique et facteur de puissance. Le bétail est également porteur d’autres valeurs, en particulier chez
les peuples éleveurs nomades, pour lesquels il a
une grande importance culturelle. Les grands
troupeaux de bovins, ovins, caprins et camélidés
dans les zones de parcours extensifs représentent
non seulement un compte-épargne « sur pied »,
mais encore une assurance contre les sécheresses et
les maladies, tandis que les bovins en particulier
sont l’objet de croyances et de cérémonies traditionnelles dans de nombreuses régions du monde
entier.
Il est indispensable de travailler avec l’ensemble des communautés en présence – réfugiées ou
rapatriées et locales – non seulement pour parvenir à une meilleure gestion des animaux et des
parcours, à un accroissement des rendements et à
une réduction des atteintes à l’environnement,
mais également :
➤ Pour veiller à ce que les populations locales
bénéficient de quelques retombées positives
des activités d’élevage des réfugiés, notamment
par la commercialisation des animaux et des
produits d’origine animale ;
➤ Pour limiter l’impact des maladies et des para-
sites des animaux et lutter contre leur propagation ; il y a en effet peu d’intérêt à combattre
ces fléaux dans les élevages d’une région si les
animaux des populations qui s’y sont réfugiées
continuent à les héberger ;
➤ Pour s’assurer que les produits animaux soient
propres à la consommation humaine et que les
réfugiés ne soient pas exposés à des produits
contaminés ou à des zoonoses ;
➤ Pour développer, entre les populations réfugiée
et locale, les opportunités de relations économiques mutuellement bénéfiques centrées sur
l’élevage, la transformation des produits animaux et le commerce ; et
➤ Pour rechercher et respecter un équilibre opti-
mal des effectifs d’élevage dans les populations
12
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
réfugiée et locale afin de limiter au maximum
les atteintes à l’environnement.
Le secteur de l’élevage, en dépit de son
importance évidente, reste sans doute l’un des
moins connus et l’un des plus mésestimés des opérations d’aide aux réfugiés et aux rapatriés. Ce
manuel se propose de commencer à combler cette
lacune en abordant certaines des questions les plus
pertinentes qui se posent dans ce domaine, en étudiant les stratégies qui seraient susceptibles
d’apporter des améliorations dans différents cas de
figure et en proposant des conseils pratiques pour
l’estimation des besoins et des opportunités.
Il est ici dûment reconnu que les gouvernements des pays hôtes diffèrent dans leur attitude
envers les activités d’élevage des réfugiés accueillis
sur leur territoire, certains les autorisant avec plus
ou moins de latitude, d’autres préférant les décourager, voire les interdire totalement par la législation. De même, l’emplacement du camp ou du
site d’installation est déterminant. Si certaines formes d’élevage sont possibles dans la plupart des
milieux ruraux, les caractéristiques physique du
lieu, l’organisation spatiale interne du camp et la
densité de l’habitat peuvent rendre impossible un
élevage conventionnel et imposer d’autres modes
de fonctionnement, tels que le maintien des troupeaux dans des zones de pâturage plus éloignées.
Si la présence d’animaux domestiques est
possible, alors ce manuel propose des conseils
pour guider la réflexion et la planification préalables aux activités visant à promouvoir une gestion
à la fois adaptée et respectueuse de l’environnement de ce cheptel. Plus précisément, il permettra
au lecteur d’être mieux en mesure de :
➤ Connaître les politiques et les réglementations
en vigueur en matière d’élevage ainsi que les
activités autorisées ou non autorisées ;
➤ Déterminer quels types d’animaux sont les
plus en demande et pour quelles raisons;
➤ Prendre conscience de certaines répercussions
positives et négatives de la présence des
animaux domestiques ;
➤ Déterminer quelles sont les espèces les mieux
adaptées à chaque situation ;
➤ Traduire dans les faits les conseils pratiques dis-
tillés au long des différentes sections.
➤ Décider des approches et des méthodes les plus
appropriées ; et
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
13
2
Objectifs et
mode d’emploi
2.1 Introduction
Alors que l’importance des diverses formes d’élevage chez les populations déplacées est de mieux en
mieux comprise et que, de même, les impacts
considérables et souvent durables de ces activités
sur l’environnement et la situation socio-économique de la région sont l’objet d’une prise de
conscience croissante, c’est avec une attention
renouvelée que le regard se pose sur la gestion du
cheptel des réfugiés et rapatriés et sur les éventuelles interactions qui s’ensuivent avec les populations
locales.
Ce manuel a été rédigé dans le but de mieux
appréhender les éléments à prendre en considération lorsque l’on s’intéresse à la production
animale et à la gestion des élevages dans le cadre
des opérations d’aide aux réfugiés et aux rapatriés.
Tout en s’appuyant sur les directives déjà publiées
en la matière (HCR, 1998), il jette une nouvelle
lumière sur un certain nombre de problèmes
importants qui se présentent de manière répétée
lors de la planification et de la gestion des activités
d’élevage, relate quelques expériences récentes et
expose une sélection d’options à envisager dans
différentes situations – le tout dans le souci de renforcer les systèmes de gestion et de limiter les
répercussions préjudiciables pour l’environnement
et la société qui sont souvent associées à ce type
d’activité.
Ce manuel examine divers sujets ayant trait
à l’élevage, étudie les possibilités de limiter les
impacts des animaux sur l’environnement et
donne des précisions pour mettre au point des
initiatives adaptées aux conditions locales. Sa
rédaction est plus spécifiquement axée sur :
14
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
➤ Les besoins et les droits des réfugiés, des rapa-
triés et des populations qui les accueillent
d’utiliser des animaux pour améliorer leurs
moyens d’existence ;
➤ L’amélioration des pratiques et des systèmes
actuels de gestion des cheptels dans le cadre des
opérations d’aide aux réfugiés, notamment par
le biais de couplages avec des activités prévues
ou en cours dans le secteur de l’environnement
et d’autres ;
➤ L’identification d’opportunités susceptibles de
se présenter qui permettraient aux populations
affectées de s’adonner plus ouvertement et avec
plus d’efficacité aux activités d’élevage ; et
➤ L’atténuation autant que faire se peut des pro-
blèmes environnementaux les plus fréquemment associés aux activités agricoles dans les
situations d’accueil de réfugiés.
Dans ce manuel, le lecteur pourra trouver,
outre des conseils pratiques, une présentation des
principaux thèmes clefs de l’élevage dans les situations d’accueil de réfugiés – un secteur bien souvent oublié des opérations humanitaires, en dépit
de l’importance considérable qui est la sienne
pour les populations réfugiées et locales.
2.2 Comment utiliser ce manuel
A l’instar des autres titres de cette série, ce manuel
est conçu pour le personnel des programmes et le
personnel technique du HCR, sur le terrain
comme au siège, et pour celui de ses partenaires de
mise en œuvre. Il est surtout destiné aux directeurs de projet, aux planificateurs et aux instructeurs, dont la formation n’a pas nécessairement été
axée sur l’agriculture ou la gestion des ressources
naturelles. Il pourra même éventuellement, mais
sans doute pas dans tous les cas, intéresser certaines personnes – réfugiées ou membres de la population locale – pratiquant l’élevage sous une forme
ou une autre et à quelque échelle que ce soit.
Ce manuel a été conçu pour pouvoir s’appliquer à des situations diverses, dès la planification
des mesures d’urgence et la phase d’urgence puis,
plus particulièrement, lors de la phase de soins et
d’entretien et au moment des dispositions à plus
long terme relatives aux installations sur place et
aux réinstallations dans le pays d’origine. Il
répond aux besoins des réfugiés et des rapatriés
tout comme à ceux de la population locale au sein
de laquelle ils se trouvent.
Il y aura sans doute des lecteurs que certaines
parties de cet ouvrage intéresseront plus que d’autres. Chacun, selon sa position et sa fonction, est
invité à se porter vers les sections qui lui sembleront les plus pertinentes. De manière générale,
toutefois, ce manuel devrait se révéler particulièrement utile pour les personnes suivantes :
➤ Les gestionnaires, directeurs et planificateurs y
trouveront un outil d’initiation qui les aidera à
incorporer les principales questions relatives
aux animaux domestiques dans le cadre de leur
travail ; les sections les plus utiles seront sans
doute celles exposant les considérations de base
et décrivant les différentes alternatives en
matière d’élevage (Section 3) ;
➤ Les éleveurs, y compris les réfugiés et les rapa-
triés, seront en mesure d’étudier par euxmêmes les options possibles, de les adopter ou
de les adapter le cas échéant lorsqu’ils perçevront de nouvelles opportunités d’améliorer les
conditions de l’environnement locales (Section
4 et Annexe 1); et
➤ Le personnel, les formateurs et les conseillers
agricoles des partenaires de mise en oeuvre y
trouveront une section tout particulièrement
dévolue à l’évaluation de la situation sur le terrain et à l’application pratique d’une bonne
partie des principes théoriques (Section 5).
Un certain nombre de ressources et de
connaissances théoriques et pratiques s’avèreront
utiles pour tirer au mieux parti de cet ouvrage, en
particulier :
➤ Quelques connaissances et une expérience
dans le domaine de la production animale et
des questions culturelles et environnementales
connexes ;
➤ Un esprit ouvert en ce qui concerne la
conduite des élevages et la production animale,
notamment pour ce qui est d’identifier des
approches originales et plus respectueuses de
l’environnement à la gestion de ce secteur ;
➤ Des notions de conception et de direction de
projets, particulièrement importantes pour éviter que les problèmes touchant aux animaux
domestiques ne soient traités de manière compartimentée ;
➤ Une possibilité d’accès à Internet ou d’obtenir
par d’autres moyens des documents utiles ; en
effet, pour être utile dans son domaine, un
manuel de ce type ne peut couvrir l’ensemble
des sujets en détail et doit nécessairement
renvoyer le lecteur à d’autres publications ou à
d’autres centres d’informations pour les informations complémentaires ; et
➤ Des fonds, ou des possibilités de financement,
pour certaines activités ; un projet classique
peut nécessiter des programmes de formation
et de conseil, du matériel et des médicaments
vétérinaires, sans oublier le cheptel lui-même,
qui n’est pas toujours prévu en totalité dans les
budgets de l’aide humanitaire.
Il convient toutefois de souligner que si les
informations présentées dans les sections qui
suivent devraient aider le lecteur à se faire une
opinion éclairée après l’analyse attentive des données et de la situation, ce manuel ne saurait en
aucune manière remplacer l’expérience pratique
en matière de conduite des élevages et de soins aux
animaux. L’importance de ce type de savoir, réelle
dans beaucoup de secteurs, est remarquable dans
le cas de l’élevage, et nulle part plus évidente que
lorsque l’on œuvre aux côtés de peuples pasteurs.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
15
3
La gestion des activités
d’élevage : quelques
considérations de base
3.1 Introduction
Les animaux domestiques sont souvent
importants pour le bien être de beaucoup de
familles et de communautés. Si le changement de
contexte, d’une communauté stable à l’état
de population déplacée, est peu susceptible de
modifier l’essentiel des pratiques liées à l’entretien
des animaux, il tend à affecter, en revanche, les
conditions qui permettent ou interdisent la
possession et l’entretien d’animaux, et tout
particulièrement de gros bétail. La répartition de
l’espace disponible constitue déjà un premier
facteur qui détermine d’emblée si des animaux
peuvent ou non être hébergés à proximité des
habitations. De même, les quantités de fourrage et
d’eau qui peuvent être obtenues sont décisives et
dictent quelles formes d’élevage sont envisageables
ou pas. Il vient en outre parfois s’ajouter à ces
contraintes des restrictions locales en matière
d’élevage, motivées par diverses considérations,
dont par exemple la crainte des maladies ou
certains tabous culturels. Ainsi la présence de têtes
de bétail supplémentaires est-elle susceptible
d’entraîner une surexploitation du recrû
des pâturages après le début des pluies, réduisant
le volume de fourrage disponible pour
les populations locales pendant la saison sèche
suivante. De même, une augmentation des
effectifs se traduit par un accroissement des
besoins en eau, et des sites biologiquement
diversifiés sont susceptibles d’être soumis à de
fortes pressions si la taille du cheptel augmente
brutalement.
Bon nombre des décisions dans le secteur de
l’économie et de la sécurité des moyens d’existence ont directement trait au cheptel. Ce dernier
16
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
est important pour les besoins de subsistance,
mais la plupart des systèmes pastoraux sont par
ailleurs bien intégrés dans l’économie de marché
de leur pays. Les produits d’origine animale tels
que le lait, la viande et les œufs constituent une
source de protéines de qualité pour l’alimentation
humaine. Dans les sociétés traditionnelles, l’essentiel du lait produit est consommé à l’intérieur du
cercle familial, tandis que l’argent éventuellement
nécessaire provient de la vente d’animaux vivants.
Les troupeaux sont ainsi souvent considérés
comme un capital, et leur taille est liée à une
stratégie de limitation des risques. Un troupeau de
40 à 60 ovins et caprins ou de 5 à 10 bovins
permet tout juste de couvrir les besoins de subsistance d’une famille pauvre composée de deux
adultes et d’un ou deux enfants. Au-dessous de cet
effectif, la production perd sa viabilité et les familles peuvent être obligées d’abandonner leurs
activités dans le secteur de l’élevage.
Les planificateurs en particulier doivent
admettre et respecter les systèmes traditionnels
d’utilisation des terres. Le pastoralisme ne
constitue pas, comme certains le pensent parfois,
un mode de vie dépassé, mais un procédé de
production animale très efficace qui, pour de
nombreuses populations, représente une de leurs
principales stratégies pour faire face aux pénuries
d’eau et de fourrage sur des terres improductives
et semi-arides. Des erreurs dans la sélection de
l’emplacement des camps et sites d’installation
des réfugiés peuvent être à l’origine d’une
dégradation de la végétation du fait de la récolte
de bois de feu et de matériaux de construction et
de l’action des animaux domestiques, ce qui est à
même de désorganiser les systèmes traditionnels
d’exploitation et de gestion des ressources et
d’affecter des zones de pâturage saisonnier
d’importance vitale. Le résultat peut se révéler
catastrophique pour les populations de la région
d’accueil qui dépendent directement de l’élevage,
en portant atteinte à leurs moyens d’existence et
en suscitant antagonisme et hostilité entre elles et
les communautés réfugiées.
Un certain nombre de considérations,
passées en revue ci-dessous, doivent être
examinées dès le début des opérations. Ce premier
travail permettra par la suite de mieux orienter les
choix relatifs à la gestion des éventuelles activités
d’élevage.
➤ La législation des services vétérinaire ;
➤ La réglementation relative aux mouvements
des animaux et à la quarantaine ;
➤ La réglementation concernant les maladies à
déclaration obligatoire ;
➤ Les
règles régissant l’importation des
médicaments et des vaccins pour animaux ;
➤ Les règles régissant l’inspection des viandes ; et
➤ La réglementation des marchés.
Inspecter les viandes pour
préserver la santé de la
population
Bien qu’il puisse sembler laborieux de devoir
commencer par examiner chacun de ces différents
aspects avant de décider comment appréhender le
problème de la gestion des activités d’élevage dans
un contexte d’accueil de réfugiés ou de rapatriés,
il s’agit là de données de base absolument
indispensables qui détermineront et modèleront
l’ensemble des perspectives en la matière.
3.2 Règles et règlements juridiques et
coutumiers
3.3 Des animaux adaptés aux
conditions
Toutes les activités ayant trait aux animaux
domestiques entretenus par les réfugiés doivent se
conformer aux règles et règlements du pays
d’accueil, notamment :
Toutes les races ne sont pas utilisables partout,
notamment du fait de l’importance des conditions
écologiques du lieu, et au premier chef des précipitations. Les conditions sociales peuvent également être un facteur à prendre en compte dans le
choix des animaux à élever. Ainsi des musulmans
désapprouveraient-ils l’élevage de porcs, tandis
que d’autres peuples n’ont d’affinité culturelle
forte que pour une seule et unique race bovine.
Le Tableau 1 présente à titre indicatif les types
➤ Les droits coutumiers en matière de pâturage
et d’accès aux points d’eau ;
➤ Les règles d’accès et les statuts d’occupation des
terres ;
Tableau 1. Les principales espèces d’élevage indigènes en Afrique sub-saharienne (d’après Ogle, 1998)
Pluviométrie
annuelle (mm) Systèmes de production dominants
<50
50–200
200–400
400–600
600–1000
>1000
Principales
espèces élevées
Troupeaux occasionnels nomades
Nomadisme avec migrations sur de longues distances
Tous types de nomadisme, transhumance associée à une petite activité agricole
Mode semi-nomade ou transhumant avec des activités agricoles plus développées
Transhumance et nomadisme partiel, avec un développement encore plus
important des activités agricoles
Agriculture sédentaire (semi-nomadisme uniquement par tradition)
Dromadaires
Dromadaires
Bovins, caprins, ovins
Bovins, caprins, ovins
Bovins, caprins,
Bovins, caprins, espèces
monogastriques
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
17
d’animaux couramment élevés en Afrique subsaharienne en fonction de la pluviométrie et du
système de production dominant.
3.4 Impacts couramment associés à la
présence d’animaux domestiques
L’une des principales craintes que suscite la
présence d’animaux est l’effet que ce type
d’activité
est
susceptible
d’avoir
sur
l’environnement proche et sur la situation socioéconomique. Une étude soigneuse d’évaluation
des impacts est nécessaire ici afin de déterminer
les répercussions les plus probables des différentes
formes d’élevage. Ces informations peuvent
ensuite servir pour tenter de réguler les pratiques
pour le bien de tous ceux concernés (voir par
exemple l’encadré 3).
La question d’autoriser ou non la présence
d’animaux domestiques dans les sites d’installation
des réfugiés et à proximité immédiate (se reporter
également à la section 4) doit être tranchée en
pesant les avantages et les inconvénients de chaque
alternative tout en prenant en compte les règles et
réglementations qui s’appliquent (voir la section
3.2). La décision pourra s’appuyer sur les points
énumérés ci-dessous.
3.4.1 Quelques effets positifs de la présence
d’animaux domestiques
Les avantages cités ci-dessous sont ici à prendre en
compte, bien qu’ils ne soient pas tous
nécessairement spécifiques des situations d’accueil
de réfugiés.
Encadré 3
Agriculture et élevage
Les peuples agropastoraux du Nigeria utilisent
l’effet du piétinement de leurs bêtes pour
préparer le sol avant la culture de petites
espèces céréalières. En concentrant le troupeau
sur des surfaces restreintes préalablement
défrichées, ils induisent l’ameublissement
progressif de la surface du sol par l’action
répétée des sabots. Cette technique permet de
réduire le travail nécessaire pour préparer le sol
: les semences sont simplement semées à la
volée le lendemain matin sur la parcelle ainsi
traitée.
Une autre utilisation judicieuse des troupeaux
s’observe au Proche Orient, où les paysans
désherbent leurs champs avec des chèvres.
Cette stratégie apparaît tout d’abord comme
une aberration, mais l’astuce consiste à laisser le
troupeau calmer sa faim dans un parcours
naturel avant de le faire passer dans les cultures
de céréales. Les animaux tendent alors à ne
consommer que les mauvaises herbes.
D’après Reijntjes, Haverkort et Waters-Bayer, 1992.
Fertilisation des sols. Le fumier est un
engrais de valeur couramment utilisé partout pour
augmenter les rendements agricoles. Son emploi
réduit les quantités d’engrais minéraux de
synthèse nécessaires, ce qui permet de réduire les
coûts tout en enrichissant le sol et en en
préservant la structure. Ainsi la récolte trop
assidue des bouses de bovins comme combustible
peut-elle priver le sol et les plantes de précieux
éléments nutritifs.
Stimulation de la croissance des plantes.
Un pâturage modéré, qui passe presque toujours
par la garde des troupeaux et par une bonne
coordination entre gardiens, peut , en perturbant
légèrement la couverture du sol, stimuler la
croissance de certaines plantes.
Limitation
du
ruissellement.
La
stimulation de la végétation sur les parcours
atténue les risques d’érosion du moment que la
capacité de charge du milieu est respectée (charge
animale conforme à la biomasse disponible).
Les produits d'origine animale ont
de multiples effets bénéfiques
18
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Utilisation performante des ressources
naturelles. Beaucoup de sous-produits et de
résidus de la transformation des produits agricoles
peuvent être utilisés comme aliment pour bétail :
il s’agit là d’une nette valorisation de ressources
sans grande utilité par ailleurs.
Economie d’énergies renouvelables et non
renouvelables. Les animaux domestiques peuvent
contribuer à économiser de l’énergie – sous des
formes renouvelables ou non renouvelables (telles
que le bois de feu, l’essence ou le gazole) – en
fournissant :
➤ Leur force – les bovins, les buffles, les ânes et
les camélidés peuvent servir d’animaux de
somme pour les travaux agricoles et le
transport (par exemple pour faire tourner des
moulins à huile, tirer de l’eau ou labourer de
petites surfaces) ; et
➤ Un combustible – les excréments des animaux,
et plus particulièrement des bovins, sont
utilisés comme combustible pour la
préparation des repas dans de nombreuses
parties du monde ; le fumier est également la
matière première la plus utilisée pour
l’alimentation des installations de production
de biogaz, qui produisent du gaz pour la
cuisine et l’éclairage (voir HCR, 2002b).
Apport alimentaire et génération de
revenu. Les animaux sont une source précieuse de
denrées alimentaires, notamment dans les sociétés
pastorales où des produits laitiers sont
disponibles. La présence d’animaux de production
alimentaire réduit la quantité de nourriture qui
doit être importée d’autres provenances pendant
les phases d’urgence et de soins et d’entretien (voir
également l’encadré 4). Ainsi qu’il est
fréquemment souligné dans ce manuel, la
production animale constitue l’une des meilleures
stratégies pour promouvoir l’autosuffisance
alimentaire dans les populations de réfugiés et de
rapatriés.
3.4.2 Quelques impacts négatifs de la
présence d’animaux domestiques
Un certain nombre d’interrogations se font jour à
l’occasion des opérations d’accueil de réfugiés,
notamment lorsque ces derniers apportent avec
eux leur bétail. Ces sujets d’inquiétude varient
considérablement en fonction des conditions
locales, et surtout des caractéristiques de
l’environnement, des systèmes sociaux et de la
Lorsqu'ils ne sont pas contrôlés, les
animaux sont susceptibles d'endommager
les arbres et les récoltes
situation en matière d’élevage. Un certain nombre
de ces effets préjudiciables, qui peuvent
quelquefois l’emporter sur les aspects positifs
énumérés plus haut, sont abordés ci-dessous.
3.4.2.1 Répercussions sur les ressources
naturelles
Dégradation de la couverture végétale/
surpâturage. Lorsque leurs effectifs augmentent,
les animaux sont susceptibles d’infliger des dégâts
aux parcours et aux cultures et d’entraîner une
dégradation plus ou moins profonde des terres. Le
surpâturage intense et la fragilisation de la
couverture végétale par le piétinement s’observent
le plus souvent aux alentours des camps de
réfugiés et autres lieux d’habitation, des points
d’eau et des marchés aux bestiaux. Le nombre de
têtes de bétail peut augmenter au point d’excéder
la capacité de charge des parcours, faisant reculer
la productivité des animaux comme des terres
pâturées. Les troupeaux, lorsqu’ils sont mal
gardés, sont en outre à même de détruire par
abroutissement et piétinement une partie ou la
totalité de la récolte de champs peu protégés.
Abattage d’arbustes et d’arbres. Les
gardiens de troupeaux coupent fréquemment des
arbustes et des arbres pour confectionner des
enclos temporaires nocturnes à l’intention de leurs
bêtes. En outre, des branches feuillées sont
également prélevées et distribuées aux animaux
comme fourrage d’appoint. Ces deux habitudes
peuvent significativement contribuer à la
déforestation de certains secteurs.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
19
Encadré 4
Contribution des produits alimentaires et connexes
à la valeur totale de la production animale (d’après Ogle, 1998)
L’importance de quelques services de base fournis par certaines espèces domestiques est souvent
méconnue. En Afrique de l’Est, des études ont montré que la valeur du fumier et de la capacité de travail
d’un animal équivaut à celle de sa viande (voir le tableau ci-dessous). Extrapolé à la région sub-saharienne
en son entier, ce calcul revalorise la valeur brute totale des produits animaux d’environ trente pour cent.
Avec l’extension des exploitations mixtes de polyculture-élevage (voir la section 4.4), l’importance relative
de la traction animale et du fumier en tant qu’engrais est amenée à se développer.
Types de
production
Travail
Fumier
Viande
Lait
Oeufs
Total
Afrique de
l’Ouest
21
4
56
11
8
1 460
Pourcentage de la valeur brute de la production
Afrique Centrale
3
1
79
12
5
349
Destruction de plantules et d’arbres. Non
protégés, les plantules et jeunes plants d’arbres
sont à la merci des animaux, et en particulier des
caprins. Rares sont ceux qui survivent et se
développent après l’abroutissement de leur pousse
de l’année.
Réduction de la biodiversité. Beaucoup de
sociétés traditionnelles ont mis au point des règles
particulières destinées à régir la coexistence des
animaux domestiques et sauvages. Dans les
situations d’accueil de réfugiés ou de rapatriés, où
les conditions sont rarement aussi stables que dans
une société normale, des activités d’élevage laissées
à s’accroître finissent généralement par avoir un
impact négatif sur la faune et la flore locale,
notamment par l’aggravation de la pression de
compétition pour la nourriture et l’eau. La
destruction, la dégradation et la fragmentation des
milieux naturels dues au surpâturage peuvent,
avec le temps, contribuer à l’extinction de
certaines espèces sauvages.
L’appauvrissement des ressources en eau.
Dans les sites d’installation de réfugiés, les
ressources en eau sont souvent limitées. Sans un
mécanisme de contrôle strict appliqué à temps, la
présence de troupeaux importants est susceptible
de les polluer et de les surexploiter.
20
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Afrique de l’Est
39
3
38
17
3
3 747
Afrique Australe
26
2
58
9
5
930
Afrique
sub-saharienne
31
3
47
15
4
6 486
3.4.2.2 Conflits sociaux
Désorganisation des modes traditionnels de
production animale. Dans la plupart des régions
d’Afrique et d’Asie, les humains ont élaboré des
modes d’utilisation des terres bien adaptés.
Lorsque des groupes migrent avec leurs animaux
vers d’autres pays, ces systèmes de production
organisés ne peuvent plus se poursuivre à l’identique. La perte des troupeaux qui en résulte jette ces
réfugiés dans une position pénible en ce qu’ils doivent laisser sans doute la seule activité économique qu’ils connaissent bien et, peut-être plus
déroutant encore, le centre autour duquel étaient
organisées leur vie de famille et leur culture.
Concurrence pour les parcours. Les
animaux des réfugiés entrent en concurrence avec
ceux des populations locales pour l’accès à des
ressources limitées. La productivité des troupeaux
locaux peut décliner suite à l’accroissement de la
densité globale de bétail.
Conflits avec les populations locales. La
concurrence pour les parcours et la destruction
des cultures sont des motifs relativement fréquents de différends entre des populations réfugiées et autochtones. Les systèmes traditionnels
locaux de pâturage sont susceptibles d’être déstabilisés si le régime foncier et les droits de pacage
ne sont pas respectés.
Mal conduits, les
bovins peuvent
détruire des récoltes
3.4.2.3 Répercussions sur la santé publique
Pollution de l’eau. Lorsque les animaux
sont abreuvés sans précautions, les risques existent
d’une pollution de l’eau par les excréments favorisant la propagation de maladies à l’intérieur du
cheptel et leur transmission aux humains.
Pollution atmosphérique. Dans certaines
conditions, les allées et venues de grands troupeaux dans les camps empoussièrent l’atmosphère
au point d’occasionner des problèmes respiratoires
chez les habitants.
Déchets d’abattage. L’abattage non encadré
des animaux dans les camps et sites d’installation
de réfugiés constitue un risque sanitaire pour la
population, notamment lorsque le contexte ne
permet pas le stockage et la cuisson de la viande
dans des conditions satisfaisantes. Les déchets
d’abattage sont en outre susceptibles de polluer le
sol et l’eau lorsqu’ils ne sont pas éliminés comme
il se doit.
Risques sanitaires dus à l’emploi mal maîtrisé des médicaments vétérinaires. Lorsque des
médicaments vétérinaires sont fournis aux réfugiés, il est impératif d’en encadrer l’utilisation.
Beaucoup de substances prophylactiques ou curatives sont potentiellement dangereuses pour
l’homme. Par exemple :
➤ Les solutions acaricides ou insecticides
employées en application externe contre les
acariens et les autres parasites de la peau sont
susceptibles de contaminer le sol, les aliments
et les récipients utilisés pour conserver les denrées alimentaires ; et
➤ La plupart des substances médicamenteuses,
une fois administrées, se retrouvent dans les
tissus des animaux traités, notamment dans la
graisse et la viande, ainsi que dans le lait ; toute
personne consommant la viande ou le lait de
ces animaux avant qu’une certaine période –
spécifique de chaque substance – ne se soit
écoulée depuis le traitement ingère également
une petite dose du médicament en question et
s’expose à des effets indésirables qui peuvent
être graves.
Transmission de maladies. Dans le contexte
des camps de réfugiés, la transmission des zoonoses est facilitée par la proximité physique entre
humains et animaux (voir le Tableau 2). La malnutrition, le stress et les problèmes de santé affaiblissent le système immunitaire des réfugiés et
aggravent l’impact de ces zoonoses.
En parallèle, d’autres maladies, dont certaines peuvent prendre des proportions épidémiques
si elles ne sont pas jugulées à temps, se propagent
au sein de la population animale par contact
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
21
direct ou par l’intermédiaire de vecteurs tels que
des tiques ou des mouches hématophages (pour
plus d’informations sur ces maladies, se reporter à
la section 3.5).
3.5 Mesures de prévention et de lutte
contre les maladies
Une exploitation performante passe par un cheptel en bonne santé. Si les soins vétérinaires préventifs permettent généralement une nette amélioration de la production, ils sont également coûteux
et bien souvent hors de portée des réfugiés et des
rapatriés. Dans les systèmes traditionnels, les propriétaires de bétail tentent d’agir en amont pour
éviter les ennuis sanitaires en adoptant une combinaison de stratégies qui pourraient facilement
être appliquées dans les situations d’accueil de
réfugiés. Ces stratégies comprennent notamment :
➤ Le recours aux remèdes vétérinaires tradition-
nels locaux ; et/ou
➤ La gestion des maladies par dilution des ris-
ques, par exemple en mélangeant différentes
espèces au sein des troupeaux, en utilisant des
animaux résistants aux maladies de la région et
en évitant les contacts entre différents troupeaux.
3.5.1 Les maladies les plus courantes des
animaux d’élevage
Les personnes risquent souvent de contracter des
maladies auprès de leurs animaux, un phénomène
qui ne peut être enrayé et limité qu’avec l’instauration – et le contrôle régulier – de pratiques optimales en matière de conduite des élevages. Le
Tableau 2 présente quelques unes des zoonoses
(maladies transmissibles des animaux aux
humains et inversement) les plus importantes.
La transmission des maladies entre animaux
est l’un des risques principaux de mettre en
contact des bêtes provenant de différentes régions.
Lorsqu’ils ne sont pas vaccinés, les individus
importés d’ailleurs tendent à être très peu résistants aux maladies présentes localement. Les
maladies peuvent être de nature épidémique
(contagieuses) ou transmises par des vecteurs
particuliers ou par le sol. Les principales maladies
contagieuses qui prévalent en Afrique et en Asie
figurent dans le Tableau 3.
Dans les sites où les réfugiés sont installés à
plus long terme – par exemple lorsque la phase de
soins et d’entretien se prolonge pour diverses
raisons – une certaine vigilance est de mise envers
la possibilité que des réfugiés, ayant réunis quelque revenu, veuillent acquérir de nouveaux
animaux auprès des populations autochtones. Ces
opérations, très courantes, reviennent à importer
des individus de l’extérieur et peuvent exposer
l’ensemble du cheptel à des épidémies.
D’autres maladies ne se transmettent pas
directement d’un animal à un autre mais par
l’intermédiaire de vecteurs ou du sol. L’agent
infectieux est transporté par des hôtes
intermédiaires tels que des moustiques, des
mouches, des tiques ou des puces. La prévalence
de la maladie est alors étroitement corrélée à la
densité et à la nature du vecteur. Dans le cas
des maladies transmises par le sol, les agents
infectieux sont capables de survivre très
longtemps dans le sol et d’infecter les animaux au
niveau de plaies ou par voie orale, lorsqu’ils
broutent dans des zones infestées. Le Tableau 4
récapitule les principales maladies à transmission
vectorielle et à transmission par le sol.
Le matériel nécessaire pour veiller à la
bonne santé des animaux
22
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Tableau 2. Maladies transmissibles des animaux à l’homme
Maladies
Hôtes principaux
Modes de
transmission
Tuberculoses humaine et bovine
Brucelloses
Charbon bactéridien
Salmonellose
Cryptococcose
Mycoses à Trichophyton
Fièvre de la vallée du Rift
Ecthyma contagieux
Rage
Echinococcose (hydatose)
Ténias
Puces et acariens
Bovins
Bovins, ovins, caprins
Bovins, ovins, caprins
Bovins, volailles
Volailles
Toutes espèces
Bovins, ovins, caprins
Caprins
Chiens, chats, bovins, ovins, caprins
Chiens
Bovins, porcs
Toutes espèces
Directe (air, lait)
Lait, plaies
Viande
Excréments
Air
Contact
Contact (plaies)
Contact
Morsures, plaies
Excréments
Viande
Contact
Tableau 3. Quelques maladies contagieuses importantes des animaux d’élevage en Afrique et en Asie
Maladies
Principales espèces affectées
Peste bovine
Peste des petits ruminants (PPR)
Péripneumonie contagieuse bovine (PPCB ou CBPP)
Pleuropneumonie contagieuse caprine (CCPP)
Fièvre aphteuse
Poxviroses
Peste porcine classique
Peste porcine africaine
Peste équine africaine
Morve
Maladie de Newcastle (pseudopeste aviaire)
Bovins
Ovins, caprins
Bovins
Caprins
Bovins, ovins, caprins, camélidés, porcs
Bovins, ovins, caprins, camélidés, volailles
Porcs
Porcs
Equidés
Equidés
Volailles
Vaccination
possible
Oui
Oui
Oui
Oui
Oui
Oui
Oui
Non
Oui
Non
Oui
Remarque : La plupart de ces maladies sont des viroses pour lesquelles il n’existe pas de traitement.
Elles peuvent prendre une forme suraiguë, les animaux atteints mourant quasi instantanément, ou
aiguë. Des taux de mortalité très élevés sont à prévoir. Les traitements antibiotiques sont parfois
efficaces contre la péripneumonie contagieuse bovine et la pleuropneumonie contagieuse caprine.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
23
En Afrique, les maladies à transmission
vectorielle les plus importantes sur le plan
économique sont les trypanosomoses, qui se
rencontrent à travers de vastes territoires des
régions sub-humides mais sont absentes des zones
arides et semi-arides du continent. Elles sont
essentiellement propagées par les mouches tsé-tsé
et peuvent affecter la totalité d’un troupeau qui
arriverait d’une région indemne dans une autre
infestée de ces insectes.
Les arthropodes piqueurs (hématophages)
transmettent des maladies et constituent euxmêmes par ailleurs une contrainte pour la
production animale. Les mouches piqueuses et les
tiques, notamment, en suçant le sang, ont un effet
négatif sur la croissance des animaux et la
production laitière.
Une manière de prévenir et de juguler ces
maladies à transmission vectorielle, notamment
celles transmises par les tiques, est d’utiliser des
acaricides et des insecticides dans des bains pour
bétail. Cette méthode permet aux éleveurs d’avoir
un cheptel plus productif et d’augmenter ainsi les
rendements, dans la mesure où les animaux qui
bénéficient d’une résistance naturelle tendent en
contrepartie à produire moins de viande et de lait
que les autres. Les bains acaricides n’ont d’effet
qu’à court terme, cependant, et n’affectent
durablement ni les populations de tiques ni les
maladies. Qui plus est, les tiques développent une
résistance aux substances employées. Comme les
races locales de bovins et de caprins sont
génétiquement plus résistantes que les races
exotiques plus productives, il peut se révéler
intéressant d’investir d’emblée dans ces animaux.
Il convient en même temps de s’informer sur les
programmes de la FAO (Organisation des
Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
de lutte contre les tiques et les maladies qu’elles
transmettent, qui encouragent notamment les
méthodes de lutte intégrée faisant appel à
l’immunisation (lorsqu’elle est possible) et qui
sensibilisent les populations aux problèmes de
l’apparition, chez les tiques, de résistances aux
produits acaricides utilisés (voir également
l’encadré 5).
Tableau 4. Quelques maladies importantes d’Afrique et d’Asie transmises par des vecteurs ou par le sol
Maladies
Trypanosomoses bovines
Principales espèces affectées
Bovins
Surra (trypanosomose à
Trypanosoma evansi)
Anaplasmoses
Babésioses
Theilérioses
Cowdriose
Fièvre de la Vallée du Rift
Encéphalomyélites virales équines
Fièvre catarrhale du mouton
(blue-tongue)
Kérato-conjonctivite infectieuse
Charbon bactéridien
Camélidés, équidés
Entérotoxémies
Charbon symptomatique
Hépatite infectieuse nécrosante
24
Bovins
Bovins, ovins, caprins
Bovins
Bovins
Bovins
Equidés
Ovins
Bovins, ovins, caprins
Bovins, ovins, caprins, camélidés,
équidés, porcs
Ovins, caprins, bovins
Bovins, ovins
Ovins
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Mode de
transmission/
vecteur
Mouches tsé-tsé
(glossines)
Mouches
piqueuses
Tiques
Tiques
Tiques
Tiques
Tiques
Moustiques
Moustiques
Vaccin
Non
Traitement/
administration
Trypanocides (injection)
Non
Trypanocides (injection)
Non
Oui
Oui
Non
Oui
Oui
Oui
Plusieurs substances injectables
Plusieurs substances injectables
Plusieurs substances injectables
Antibiotique (injection)
Antibiotique (injection)
aucun
aucun
Mouches
Sol
Non
Oui
Antibiotique (injection)
aucun (maladie suraiguë)
Sol
Sol
Sol
Oui
Oui
Oui
aucun (maladie suraiguë)
aucun (maladie suraiguë)
aucun (maladie suraiguë)
Encadré 5
3.5.2 Préserver la santé des animaux
Méthodes traditionnelles
de prévention des maladies
Une manière efficace de préserver les animaux
des maladies à transmission vectorielle est
d’éviter les zones à risque pendant certaines
périodes. Ainsi les gardiens de troupeaux Fulani
des régions sub-humides d’Afrique de l’Ouest
évitent-ils les zones de parcours infestées et
limitent au maximum la durée des passages aux
points d’eau, où les vecteurs sont
particulièrement abondants. Pendant la saison
des pluies, les bêtes ne sont envoyées au
pâturage que tard dans la matinée, après que
les probabilités de contracter des vers –
maximales tôt le matin – se soient atténuées.
Des feux sont allumés près des parcs à bétail
pour éloigner les insectes piqueurs pendant la
nuit et, en cas de flambée épidémique, les
gardiens de troupeaux évitent les régions
atteintes.
FAO, 2001
Il existe également des maladies dues à des
micro-organismes ou à des vers qui sont
habituellement présents chez tous les animaux
sans poser de problème. Dans des conditions
normales d’élevage, les animaux développent une
certaine résistance à la présence de ces agents, mais
en cas de stress supplémentaire (nourriture
insuffisante ou déplacements fatigants sur de
longues distances, par exemple) leur sensibilité
augmente et les symptômes apparaissent. Un
exemple classique de ce phénomène est la
pasteurellose, également connue sous le nom de
fièvre des transports : lorsque les troupeaux sont
conduits avec soin, les animaux porteurs de la
bactérie Pasteurella responsable n’en sont
normalement pas affectés, mais la maladie est
susceptible de se déclarer, typiquement, à
l’occasion d’un regroupement pour transport ou
pendant les saisons humides et froides (voir le
Tableau 5).
Un sujet en bonne santé convertit beaucoup plus
efficacement sa nourriture, aussi est-il
parfaitement sensé de faire en sorte que les
animaux soient toujours en condition optimale. Si
la prévention reste la méthode reine pour éviter
que le cheptel ne contracte des maladies, cette
approche n’est pas toujours à la portée d’un
particulier ou d’une communauté – qui plus est
dans un contexte de population déplacée.
L’approvisionnement en produits vétérinaires
et la prise en compte des besoins sanitaires du
cheptel sont les interventions les plus importantes
et les plus efficaces sur le plan économique pour
parvenir à une meilleure productivité des animaux
des réfugiés. Un cheptel en meilleure condition
sanitaire augmente la capacité de charge des
parcours, ce qui permet d’augmenter le
rendement de chaque hectare. La mise en œuvre
de campagnes massives de prophylaxie,
comprenant par exemple des vaccinations et un
traitement antiparasitaire préventif, nécessite une
évaluation préalable soupesant les coûts et les
bénéfices des campagnes de prévention ou
d’éradication de chaque maladie ainsi que les
éventuelles alternatives.
Dans certaines situations, l’intervention d’un
vétérinaire apparaîtra avec évidence comme la
seule ou la meilleure solution envisageable.
D’autres cas appelleront plutôt l’examen des
autres stratégies possibles, un exercice pour lequel
l’Annexe II propose une série de questions
destinées à orienter l’évaluation des priorités. Les
stratégies qui peuvent être considérées utiles pour
prévenir, combattre ou faire reculer les maladies
comprennent en particulier :
Tableau 5. Maladies des animaux liées aux conditions d’élevage en Afrique et en Asie
Maladies
Pasteurelloses
Piétin
Gale
Coccidioses
Vers ronds
Principales espèces affectées
Bovins, buffles, yaks
Bovins, ovins
Ovins, caprins, camélidés, bovins
Bovins, ovins, caprins, volailles
Toutes espèces
Vaccins
Oui
Non
Non
Non
Non
Traitement/mode d’administration
Antibiotique (injection)
Antibiotique (pulvérisation)
Acaricide (bains, pulvérisation, pour-on)
Sulfamides et autres anticoccidiens (injection ou additif alimentaire)
Anthelmintiques (breuvage, dragée, injection)
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
25
➤ Le contrôle des mouvements (contrôles aux
frontières, y compris entre districts, restrictions
des importations, délivrance de certificats sanitaires, contrôle des marchés aux bestiaux) ; la
plupart du temps, en cas d’afflux massif et soudain de réfugiés accompagnés de leurs animaux, le contrôle des mouvements s’avère
difficile à mettre en application ;
➤ Le contrôle de chaque troupeau (restrictions
des achats et des ventes d’animaux, clôtures,
désinfections, quarantaine, destruction des
animaux malades ou à risque, élimination des
animaux morts ou abattus) ;
➤ Le suivi des maladies ;
➤ La vaccination et les traitements prophylacti-
ques ; et
➤ La lutte contre les vecteurs de maladies
Une fois l’étude d’évaluation réalisée, il
devrait se dessiner un certain nombre d’options,
dont notamment celles énumérées ci-dessous.
Les campagnes de vaccination. Lorsqu’elles
sont bien planifiées, les campagnes de vaccination
sont les interventions vétérinaires qui jouissent du
meilleur rapport efficacité-prix et les seules capables de combattre les maladies virales endémiques
et épidémiques telles que la peste bovine ou la fièvre aphteuse. Le type de programme de vaccination à suivre ne peut être déterminé qu’avec l’expérience des vétérinaires locaux.
Les plans des campagnes de vaccination de
masse peuvent également être discutés avec
l’Office international des épizooties (OIE)
(http://www.oie.int/fr/fr_index.htm), qui est
en mesure donner un avis sur la nécessité et la faisabilité des différentes options. En cas d’épisode
épidémique associé à de nombreux cas de mortalité, un expert doit être appelé pour examiner la
situation et donner un diagnostic formel.
Les traitements prophylactiques contre les
parasites internes et externes. Le deuxième type
de traitement de masse concerne les parasites. Des
animaux débarrassés de leurs parasites internes et
externes ont plus de chances de survivre à des
périodes de stress alimentaire et sont moins
26
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
réceptifs et sensibles aux maladies infectieuses. Les
traitements antiparasitaires permettent d’accroître
le taux de conversion des animaux et, partant, la
capacité de charge des parcours. Selon leur prévalence, d’autres maladies peuvent être couvertes par
ces campagnes de traitements préventifs, par
exemple les trypanosomoses, les babésioses et les
theilérioses. Les principales options qui se présentent pour lutter contre les parasites sont les
suivantes :
➤ La lutte contre les endoparasites (vers ronds,
vers plats) – vermifugation stratégique; et/ou
➤ La lutte contre les ectoparasites (tiques, aca-
riens, puces, mouches) – bains, pulvérisations
ou pour-ons insecticides et/ou acaricides.
La lutte contre les trypanosomoses. Les
différents moyens de lutte contre les trypanosomoses peuvent être classés de la manière suivante :
➤ La lutte contre les vecteurs, les mouches tsé-tsé
(ou glossines) : les épandages aériens d’insecticides et la destruction de l’habitat spécifique de
ces espèces par défrichement sont difficiles à
justifier d’un point de vue environnemental et
économique et ne doivent être utilisés qu’après
l’examen méticuleux de toutes les alternatives,
y compris celle du statu quo ; une méthode respectueuse de l’environnement, bien que
demandant une main d’œuvre importante,
consiste à réaliser des pièges imprégnés de
substances naturelles attirant les mouches
tsé-tsé ; une autre technique a recours au lâcher
d’un grand nombre de mouches mâles préalablement stérilisées par un traitement aux
rayons ; et/ou
➤ La chimiothérapie et la chimioprophylaxie : le
traitement prophylactique des animaux à l’aide
de substances trypanocides ne se justifie économiquement que dans des situations de très
forte prévalence de la maladie ; le traitement
curatif des sujets malades améliore significativement leur productivité, notamment dans le
cas d’animaux de production laitière.
Services sanitaires vétérinaires à l’échelon
de la communauté. Toutes les opérations d’aide à
la production animale dans le cadre de
populations déplacées devraient comprendre des
programmes de formation de techniciens
vétérinaires locaux, sélectionnés parmi la
population réfugiée. Ils sont essentiellement
attachés à la lutte antiparasitaire (administration
de médicaments vermifuges, d’acaricides et
d’insecticides) mais peuvent également, s’ils sont
suffisamment formés, prendre part aux
programmes de vaccination sous la direction d’un
vétérinaire. Dans le domaine curatif, leur fonction
se limite au traitement des blessures, des troubles
gastro-entériques simples et des maladies
infectieuses sans gravité. L’administration de
médicaments injectables tels que des antibiotiques
et des trypanocides est normalement à réserver au
vétérinaire, dans la mesure où toute erreur
d’administration est susceptible d’entraîner des
effets secondaires indésirables sur les animaux et
sur les personnes qui en consommeraient la
viande ou le lait.
La médecine vétérinaire traditionnelle
emploie un grand nombre des plantes
généralement faciles à obtenir, mais également
d’autres ingrédients. Ainsi de la bière tiède est-elle
administrée aux femelles ayant mis bas afin de les
aider à expulser le placenta et des toiles d’araignées
sont appliquées sur des coupures pour arrêter
l’écoulement du sang. Certaines plantes utilisées
ont des usages multiples, telles que le goyavier
(Psidium guajava), le bambou (Bambusa vulgaris),
le riz (Oryza sativa), le curcuma (Curcuma longa),
l’aloès (Aloe vera), le bananier (Musa spp.) et
Kalanchoe pinnata. Elles peuvent toutes être
trouvées sur les petites exploitations agricoles ou
sont faciles à cultiver. Beaucoup ont par ailleurs
d’intéressantes propriétés alimentaires : des
Les techniciens vétérinaires locaux sont
également chargés d’autres tâches importantes. Ils
remplissent la fonction de conseillers pour les
activités d’élevage et, lorsqu’ils ont été formés à des
techniques de suivi simples, d’informateurs de
terrain concernant le développement des
activités d’élevage et l’évolution des maladies.
Remèdes traditionnels. Toutes les
sociétés avec une tradition d’élevage
détiennent un riche corpus de savoirs
accumulés sur les soins à donner aux animaux
malades. Cet ensemble peut être mis à profit
pour économiser de précieuses ressources et
susciter une atmosphère de confiance entre les
réfugiés et le personnel d’encadrement. Les
praticiens traditionnels dans ce domaine
devraient être recherchés et contactés, chez les
réfugiés ou au sein de la population
autochtone, et pourraient éventuellement
bénéficier d’une formation de technicien
vétérinaire local.
Les remèdes traditionnels sont une
alternative viable à la médecine vétérinaire
occidentale conventionnelle, surtout lorsque
cette dernière n’est pas disponible localement
et qu’elle est financièrement hors de portée ou
simplement inappropriée. Toutefois, si cette
médecine ethno-vétérinaire est en mesure de
traiter à peu de frais des problèmes sanitaires
simples, elle reste assez inopérante, dans
l’ensemble, contre les maladies infectieuses.
Des services vétérinaires pour préserver la santé du cheptel
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
27
bananes vertes en surplus peuvent ainsi être pilées,
bouillies puis données aux bêtes comme
complément alimentaire riche en glucides et en
fer, tandis que les fruits et les feuilles du goyavier
contiennent plusieurs vitamines utiles.
Cymbopogon citratus et Ocimum gratissimum sont
en outre délicieux en infusion. Les plantes
utilisées pour traiter les ruminants servent
essentiellement à soigner des parasites internes,
des lésions internes et externes et des problèmes
liés à la gestation. Les plantes sont habituellement
bouillies en décoction, mais d’autres sont utilisées
en infusion, auquel cas de l’eau bouillante est
versée sur les feuilles fraîches qui sont ensuite
laissées à infuser hors du feu. Ces préparations
sont utilisées immédiatement ou sur une période
de plusieurs jours. Elles sont administrées aux
animaux à l’aide d’un morceau de bambou, d’une
bouteille à goulot étroit ou d’autres instruments
adéquats. Toutefois, comme avec toute autre
méthode, il convient d’user de prudence dans
l’utilisation des remèdes et savoirs traditionnels. Il
reste que l’étude plus attentive de ce potentiel
médicinal pourrait mettre en évidence un vaste
réservoir de connaissances utiles dans des
situations reculées, loin de tout accès à une
médecine moderne (FAO, 2001).
3.5.3 Eviter les problèmes de santé publique
Les questions de santé publique devraient rester
prioritaires partout où des activités d’élevage sont
envisagées ou pratiquées dans le cadre
d’opérations d’aide à des réfugiés ou rapatriés. De
nombreux facteurs doivent ici être pris en
considération, y compris l’attraction des mouches
et d’autres insectes potentiellement vecteurs de
maladies autour des concentrations d’animaux
domestiques, les problèmes de transmission de
maladies des animaux aux humains et la bonne
manière d’employer les médicaments vétérinaires.
La prudence dans l’emploi des
médicaments vétérinaires. Les médicaments
vétérinaires doivent uniquement être administrés
par des techniciens formés. Comme la toxicité de
ces substances varie, les précautions élémentaires
ci-dessous sont recommandées :
28
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
➤ Les techniciens vétérinaires locaux sont
habilités à traiter les plaies, à administrer des
vermifuges et certains types d’insecticides et
acaricides ; en l’absence de techniciens formés,
le traitement des plaies et des parasitoses
internes peut être confié aux éleveurs euxmêmes, après explication de la marche à suivre ;
➤ La plupart des acaricides sont très toxiques et
ne doivent être administrés que par des
personnes expérimentées qui doivent se
protéger en portant des gants en caoutchouc ;
➤ Les antibiotiques et les autres médicaments
anti-infectieux doivent être administrés par des
vétérinaires ou, en leur absence, par un
personnel paramédical vétérinaire ;
➤ Les bassins destinés au traitement collectif
d’animaux contre les parasites externes (bains
insecticides ou acaricides) doivent être installés
à une certaine distance des habitations et gérés
par des personnes spécialement formées ; ils
doivent être d’une étanchéité parfaite ;
➤ Toutes
les substances médicamenteuses
doivent être entreposées hors de portée des
enfants et des campagnes de sensibilisation
doivent informer les familles des risques
d’intoxication.
Les abattoirs. L’abattage des animaux au
sein des camps doit impérativement être confiné à
des sites particuliers réservés à cet effet, en
périphérie des zones d’habitation. Il importe,
avant toute installation d’un abattoir, de résoudre
le problème de l’élimination des déchets
d’abattage. La plupart des sous-produits peuvent
être convertis en aliment pour animaux par
stérilisation, séchage et broyage. Des ouvrages
techniques décrivant comment concevoir des
petites unités de production d’aliments pour
animaux sont disponibles auprès de la FAO
(www.fao.org). Tous les déchets d’abattage non
utilisés doivent être éliminés à une distance
suffisante des habitations, si possible incinérés ou
alternativement déposés au fond de fosses
profondes d’au moins deux mètres.
La séparation des points d’eau affectés aux
humains et aux animaux. Pour réduire les risques de contamination, les points d’eau utilisés
par la population humaine doivent être strictement séparés de ceux réservés à l’abreuvement des
animaux. Les puits où est puisée l’eau destinée à la
consommation humaine doivent être entourés
d’un mur ou d’une clôture pour empêcher les animaux de s’en approcher. Les points d’abreuvement le long des cours d’eau doivent être situés en
aval du camp ou de la zone d’habitation, et en aval
de tous les points de collecte d’eau potable.
La répartition des points d’eau et leurs horaires d’utilisation ont des conséquences immédiates
sur la qualité des parcours. Les zones sous-utilisées
du fait du manque de points d’eau devraient si
possible être répertoriées, et de nouveaux points
d’eau créés afin de mieux répartir la pression de
pâturage. Les groupes d’éleveurs autochtones
pourront prendre part à ces aménagements, qui
devraient profiter à tous.
Si l’approvisionnement en eau est insuffisant,
il est possible de réfléchir à des projets de récupération et de stockage par des techniques traditionnelles ou modernes, tels que des bassins de réception des eaux de ruissellement.
La prévention des zoonoses. Les stratégies
de prévention de la transmission de zoonoses des
animaux à la population humaine devraient
comprendre les mesures suivantes :
Secteurs d’activité/
maladies
Mesures générales
Programmes de
vulgarisation et de conseil
Tuberculoses
Brucelloses
Rage
Ténias
Actions à envisager
Suivi et dépistage réguliers des
maladies des animaux d’élevage
Sensibilisation aux zoonoses, à
l’hygiène alimentaire, à la propreté
des parcs/locaux d’élevage et à la
nécessité de vacciner les animaux
Tests de dépistage sur le cheptel ;
exclusion et élimination en toute
sécurité des animaux ayant des
résultats positifs ; les conseillers
doivent surtout insister sur
l’hygiène alimentaire, par exemple
la stérilisation du lait par ébullition
Tests de dépistage sur le cheptel ;
exclusion et élimination en toute
sécurité des animaux ayant des
résultats positifs ; vaccination des
veaux ; les conseillers doivent
surtout insister sur l’hygiène
alimentaire, par exemple la
stérilisation du lait par ébullition
Vaccination régulière des chats et
des chiens ; contrôle et élimination
des animaux infectés, qu’ils soient
domestiques ou sauvages
Inspection régulière des aliments
(viandes)
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
29
3.6 Stabulation
Les animaux domestiques vivent, par définition, à
l’intérieur et à proximité immédiate des
habitations humaines. Selon les espèces, ils auront
leur place littéralement dans la maison, dans un
petit enclos ou dans une dépendance attenant au
bâtiment principal ou au sein de troupeaux gardés
à une certaine distance. Certaines races sont
habituellement parquées pour la nuit. Les
avantages de la stabulation et des gestions de ce
type sont très divers ; on peut citer :
➤ La protection contre les conditions climatiques ;
➤ La gestion des déjections – la récolte du fumier
comme combustible ou engrais étant plus
facile sur de petites surfaces ;
➤ La lutte contre les maladies;
➤ La protection contre le vol et les agissements
des prédateurs ;
➤ L’économie de temps et de main d’œuvre ;
➤ Le contrôle de la qualité de la production ; et
➤ La prévention des dégâts aux cultures.
La stabulation des animaux d’élevage nécessite toutefois des investissements supplémentaires
et peut par ailleurs poser certains problèmes environnementaux, notamment le bois à couper pour
ériger les abris et les enclos, et la concentration des
déplacements et de l’alimentation des animaux sur
de petites surfaces. Diverses méthodes existent
dans le domaine de la stabulation et de la limitation des déplacements des animaux (cette dernière
pouvant contribuer à atténuer certains impacts
sur l’environnement), notamment le pâturage en
enclos, le pâturage au piquet avec déplacement
jour après jour, le zéro-pâturage avec affouragement en vert et récolte régulière du fumier. La
décision de garder ou non des animaux à l’intérieur d’un local n’est pas sans importance : un
poulailler construit avec des matériaux simples
permet de réduire les pertes dues à la prédation et
aux maladies et d’accroître la productivité des
volailles d’au moins 20%.
Toutes les formes de stabulation exigent une
protection contre le vent, le soleil et la pluie ainsi
qu’une ventilation adéquate. En parallèle, il
convient de veiller à ce que les animaux bénéficient de suffisamment d’espace, car la surpopulation rejaillit sur leur santé et, du même coup, sur
leur productivité. Des solutions rationnelles
devraient être recherchées en fonction des conditions climatiques locales : ainsi, au lieu de couper
des arbustes pour fabriquer des enclos pour les
ruminants, les réfugiés devraient-ils être encouragés à planter des haies vives comprenant des espèces épineuses qui, en se développant, pourront
offrir un complément de fourrage et un abri
contre les éléments. La stabulation de bovins,
ovins et caprins à l’intérieur des camps devrait être
limitée à de petits effectifs et seulement autorisée
si l’espace est suffisant et si des services sanitaires
vétérinaires de base sont disponibles localement.
Une vache laitière requiert un espace d’au moins
5 m2, surface qui peut être ramenée à 1 m2 pour
un ovin ou un caprin. Quatre poules adultes peuvent être élevées sur 1 m2.
3.7 Capacité de charge du milieu
Le petit élevage peut contribuer à bien alimenter sa
famille et à se créer un revenu
30
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
La capacité de charge peut être définie comme le
nombre maximal d’animaux herbivores qui peuvent être maintenus sur un territoire donné sans
excéder la production de la végétation qui s’y
trouve (ou alternativement le nombre d’animaux
qui peuvent être maintenus sur un territoire
donné sans porter atteinte à l’équilibre qui existe
entre la croissance de la végétation et la produc-
tion animale). Il s’agit d’un des concepts les plus
importants pour la conduite des troupeaux de
gros et petit bétail.
La plupart des chercheurs travaillant sur les
parcours pour bétail s’accordent aujourd’hui pour
dire que l’impact du pâturage extensif sur l’environnement a été considérablement surestimé.
Dans les régions semi-arides d’Afrique, du
Moyen-Orient et d’Asie Centrale, l’élevage transhumant est maintenant considéré comme une
forme d’exploitation des terres à la fois adéquate
et durable, moins dangereuse pour l’environnement que les activités agricoles proprement dites.
La taille des troupeaux évolue selon un cycle
régi par l’alternance des périodes sèches et pluvieuses et par la survenue régulière de sécheresses.
Entre ces dernières, les troupeaux atteignent rarement la capacité de charge des parcours, et il est
rare que suffisamment de têtes de bétail puissent
être gardées jusqu’à la fin de la saison sèche pour
que ces effectifs posent un quelconque problème
aux pâturages lors de la saison des pluies suivante.
Le schéma des déplacements migratoires et
alimentaires des troupeaux transhumants reflète
une stratégie d’exploitation maximale des terres
pour un appauvrissement minimal des ressources.
Un mécanisme de contrôle en retour (feed-back)
agit constamment sur le système formé par les animaux et les plantes qu’ils consomment :
➤ Les années à pluviométrie normale, les ani-
maux et les plantes sont en relatif équilibre ;
➤ Dans les secteurs semi-arides et arides, l’inter-
action entre les animaux herbivores et la
végétation est rarement équilibrée ; lorsque la
végétation est surpâturée, la productivité des
troupeaux accuse un net recul : les effectifs
chutent ou les troupeaux migrent vers d’autres
secteurs ; les semences survivent dans le sol et
germent à l’occasion des pluies suivantes pour
former une nouvelle couverture végétale ; et
➤ Une pression de pâturage contrôlée, modérée,
combinée à l’effet fertilisant des déjections des
animaux est susceptible d’améliorer la qualité
des parcours.
Il est fondamental de bien comprendre que le
surpâturage comme le sous-pâturage sont tout les
deux à même de susciter le développement d’une
végétation ligneuse ou non consommable par les
animaux, portant par là atteinte au potentiel de
production du territoire affecté. L’élevage est un
système de gestion des zones improductives qui
est susceptible de maximiser la production alimentaire pour une quantité minimale d’intrants.
Les troupeaux, notamment d’ovins et de
caprins, se remettent rapidement des sécheresses,
ce qui indique que les dégâts aux parcours sont
peu importants à long terme. Dans bien des
régions d’Afrique, les effectifs ont continué à
s’accroître sur plusieurs décennies en dépit d’allégations de surpâturage. Il n’aurait pas été possible
d’augmenter ainsi le cheptel si les parcours
n’avaient pu en supporter la pression.
L’ancien paradigme de la tragédie des biens
communs fait ici place à l’idée que les populations
pastorales ont su mettre au point des formes
efficaces de gestion collective des parcours.
L’impact des animaux herbivores sur la strate
herbeuse et donc sur la capacité de charge dépend
de plusieurs facteurs, dont le climat, la structure de
la végétation et les autres utilisations de la terre
dans la région. Les zones sub-humides sont plus
sensibles au surpâturage que les zones semi-arides,
et les plantes pérennes beaucoup plus que les plantes annuelles. La présence transitoire d’une densité
importante de bétail a des effets préjudiciables sur
la végétation, et l’impact du surpâturage peut
encore être aggravé par des systèmes de culture inadaptés et le prélèvement immodéré de bois de feu.
Il apparaît donc que les chiffres de capacité
de charge publiés dans la littérature devraient être
étudiés d’un œil critique. Il a été estimé que, dans
les zones arides recevant 200 mm de pluie par an,
la capacité de charge à ne pas dépasser serait d’environ 7 UBT (unités bovines tropicales) par km2,
soit 7 bovins ou 70 ovins ou caprins. De même,
dans une zone semi-aride recevant 600 mm de
précipitations, la capacité de charge serait d’environ 20 UBT par km2, soit 20 bovins ou 200 ovins
ou caprins.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
31
La capacité de charge du camp est
déterminante pour les activités d'élevage
3.8 Concurrence pour les ressources
Il est probablement inévitable que les animaux
possédés par les réfugiés ou les rapatriés entrent en
concurrence avec ceux des populations
autochtones de la région. Le principal défi
consiste ici à limiter autant que faire se peut le
niveau de compétition et de dégradation.
Herbes, arbustes et autres composantes de la
végétation, ainsi que l’eau, sont ce dont la plupart
des animaux domestiques ont fondamentalement
besoin, y compris lorsqu’ils sont confinés dans des
parcs ou en stabulation. Il est important
d’empêcher les animaux d’aller endommager les
champs des agriculteurs comme d’éviter le
pâturage dans les zones écologiquement fragiles
ou le surpâturage de manière générale. La
concurrence entre les animaux domestiques et la
faune sauvage peut également devenir un facteur
limitant lorsque cette dernière est susceptible
d’être à la base d’un autre mode de génération de
revenu, par exemple dans le cadre d’une forme ou
d’une autre d’écotourisme.
32
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
La présence d’animaux d’élevage peut
facilement peser sur les rapports entre les
populations locales et la communauté des réfugiés
ou rapatriés. Bien que la concurrence pour des
ressources en quantité limitée telles que la
végétation consommable, l’eau et les matériaux de
construction d’enclos puisse susciter des conflits
entre les deux populations, au même moment des
arrangements réciproques et des collaborations
dans les domaines de la production, du commerce
et de la valorisation des produits posent parfois les
jalons pour l’instauration de bonnes relations de
voisinage. Il est important que les gestionnaires
comprennent la dynamique de base de la situation
auquel ils sont confrontés, tenant compte des
particularités propres à chaque cas – car de l’acuité
de leur perception dépend directement la
possibilité pour les réfugiés ou les rapatriés de
posséder certains types d’animaux.
4
Gestion appliquée des
cheptels – quelques
options pour améliorer les
systèmes d’élevage
4.1 Introduction
Toute situation qui force des personnes à quitter
leur maison et leurs terres et à devenir des réfugiés
est susceptible d’avoir de multiples conséquences
graves pour les troupeaux, par exemple :
➤ Beaucoup d’animaux peuvent être abattus ou
vendus par leur propriétaire, avant ou pendant
la migration forcée, ou encore volés par des
soldats ou par des populations affamées ;
➤ Si les familles sont en mesure d’emporter leurs
bêtes avec elles lorsqu’elles fuient vers d’autres
régions, le fourrage peut se révéler insuffisant
ou inadapté ; leurs animaux sont susceptibles
d’entrer en contact avec d’autres troupeaux au
niveau des points d’eau et d’être exposés à des
épidémies locales contre lesquelles ils ont peu
de résistance – inversement, ils peuvent exposer
les animaux autochtones à des maladies qu’ils
auront importées dans la région ; et
➤ Lorsque les mouvements migratoires sont
rapides, les réfugiés sont parfois obligés de
laisser leurs bêtes derrière eux (voir la Figure 1)
; certains membres des familles tentent alors
quelquefois de rester avec les troupeaux, mais
finissent souvent par rallier des secteurs un peu
plus sûrs où les animaux se concentrent,
provoquant les mêmes problèmes écologiques
que ceux induits par les réfugiés migrant vers
d’autres pays.
En outre, la dislocation des sociétés pastorales peut déclencher un certain nombre de problè-
mes sociaux. Les familles qui sont entièrement
dépendantes de la production animale deviennent
vulnérables lorsqu’elles perdent leurs bêtes. Des
conflits se déclarent souvent entre la population
du pays hôte et les réfugiés, suite à la concurrence
pour les zones de pâturage et les points d’eau et à
la destruction de champs cultivés par des grands
troupeaux en mouvement.
Les risques environnementaux et sociaux que
représentent les animaux domestiques des réfugiés
et rapatriés devraient être compensés par les progrès dont ils sont porteurs dans les domaines de la
sécurité alimentaire, la génération de revenu, la
production de combustible et d’engrais pour les
jardins et les petits champs, le transport et la mise
en place de solutions durables. Les réfugiés provenant de sociétés pastorales et devant retrouver un
mode de vie durable après leur rapatriement
auront besoin d’un cheptel – composé d’espèces et
de races adaptées à leurs besoins et aux conditions
locales. Les interventions envisageables sont brièvement récapitulées dans le Tableau 6 avant d’être
examinées en détail plus loin.
4.2 Systèmes de production animale
Il existe pour chaque espèce quantités de systèmes
de production très différents, qui varient en fonction de facteurs tels que les conditions climatiques
et écologiques locales, les disponibilités en eau, les
disponibilités en fourrage, les schémas locaux d’affectation des terres, les risques de maladies, le
capital disponible, la sécurité et les risques de
prédation, les races qu’il est possible de se procurer, les capacités de gestion, les besoins de la
famille et bien d’autres. En dépit de cette complexité, les systèmes de production animale dans
le contexte qui nous intéresse peuvent être classés
en quelques grandes catégories, à savoir :
➤ L’élevage en liberté correspond à un système à
niveau de gestion limité, dans lequel les
animaux contribuent, certes, mais de manière
accessoire, à l’économie domestique et à la
subsistance de la famille. Dans ce système, des
animaux en petit nombre – généralement des
volailles, des porcs, des ovins ou des caprins –
sont lâchés sans surveillance autour des
habitations et dans le voisinage. Ils doivent le
plus souvent subvenir eux-mêmes à leurs
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
33
besoins alimentaires et à leur abreuvement et
sont très exposés à la prédation, au vol et aux
maladies. Les soins sanitaires et la lutte contre
les parasites et les maladies sont peu courants,
et si les coûts de production sont bas, les
rendements sont médiocres. Les animaux
entretenus de la sorte sont en outre
susceptibles de porter atteinte à d’autres
ressources et activités de production telles que
les potagers et les pépinières d’arbres.
➤ L’élevage extensif met en jeu le déplacement
territoires dans lesquels ils recherchent leur
nourriture. Les animaux sont souvent regroupés en troupeaux gardés, et sont généralement
abreuvés et traités pour prévenir ou combattre
les maladies. Camélidés, bovins, ovins et
caprins sont les principales espèces concernées.
Ce système d’élevage requiert plus d’attention,
dans la mesure où les animaux sont surveillés et
gardés de manière permanente ou semi-permanente. Les investissements sont également
supérieurs : le niveau de connaissances requis
est plus élevé, notamment en ce qui concerne
d’un grand nombre d’animaux sur de vastes
Figure 1. Effets possibles des migrations des réfugiés sur les systèmes de production animale
MIGRATION
MIGRATION DES
POPULATIONS
POPULATIONS
LES ANIMAUX
SONT VOLÉS
LA PRESSION DES
MALADIES S’ACCROÎT
AUGMENTATION DE
LA RÉCEPTIVITÉ ET DE
LA SENSIBILITÉ AUX
MALADIES
LES ANIMAUX
SONT DÉPLACÉS
INSUFFISANCE DE
L’ÉQUIPEMENT ET DE
LA PRÉPARATION DES
SERVICES
VÉTÉRINAIRES
LA DENSITÉ DES
ANIMAUX S’ACCROÎT
AUGMENTATION DES
RISQUES DE
MALADIES
SURPÂTURAGE
ACCROISSEMENT DES
PERTES D’ANIMAUX
LES ANIMAUX SONT
LAISSÉS SUR PLACE
LES TROUPEAUX
SONT DÉCIMÉS
RAPA
RAPATRIEMENT
RETARDÉ
RETARDÉ
34
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
PERSPECTIVES DE
REVENUS EN BAISSE
MANQUE DE
NOURRITURE ET
D’EAU
ÉROSION
ACCROISSEMENT DES
VENTES ET DES
ABATTAGES
D’ANIMAUX
BAISSE DU COURS
DES ANIMAUX
nourriture des animaux soit cultivée sur place,
à consommer en champ ou sous forme de fourrage vert distribué. Les risques économiques
sont plus importants et reflètent la plus grande
valeur des races utilisées, habituellement plus
productives. Les coûts de l’alimentation et des
soins vétérinaires tendent également à être élevés, mais il en va de même des retours d’investissement en termes de rendement et de qualité
de la production. Les bovins, les caprins, les
porcs, les volailles et les lapins peuvent parfaitement être élevés en système intensif.
la santé et le comportement des animaux, et les
intrants nécessaires sont plus importants (par
exemple insecticides et acaricides contre les
parasites externes, vaccins, antibiotiques), dans
la limite des ressources financières disponibles.
La reproduction, tant sur le plan de la chronologie que sur celui de la sélection des reproducteurs, tend à être peu contrôlée.
➤ L’élevage intensif est une formule qui
demande plus d’intrants, plus de connaissances
et de savoir-faire et une approche plus cartésienne de la production. La reproduction, l’alimentation et la santé sont surveillées et la qualité et la quantité de l’eau de boisson sont
contrôlées. L’environnement immédiat des
animaux est généralement aménagé, par exemple par la construction de locaux spécialement
destinés à cet usage. Il arrive parfois que la
➤ Les systèmes intégrés combinent un élevage
intensif ou semi-intensif avec d’autres activités
de production, telles que des cultures, ou plusieurs activités d’élevage en interaction. Cette
formule permet de réduire les coûts (relativement aux systèmes intensifs) en produisant la
Tableau 6. Interventions possibles favorisant une bonne gestion des cheptels
Apports techniques
Systèmes de
pâturage
Aliments
Etat sanitaire des
animaux
Santé publique
Eau d’abreuvement
Génération de
revenu
Autres
Compléments alimentaires
(fourrage, concentrés, sousproduits agricoles)
● Traitement de la paille
● Blocs à lécher mélasse-urée
● Amélioration des pâturages
● Vaccinations
● Traitements prophylactiques
(insecticides, acaricides,
vermifuges)
● Dépistage des zoonoses
● Vaccinations des animaux (par ex.
brucellose, rage)
● Construction de petits abattoirs
● Construction de points d’eau
séparés pour les humains et les
animaux
● Reconstitution des troupeaux
● Stabulation des animaux
●
Gestion et formation
● Ajustement des charges animales
● Garantir la possibilité de déplacer
les troupeaux
● Activités intégrées d’agriculture et
d’élevage
● Sylvopastoralisme
Stratégies de lutte contre les
maladies
● Services sanitaires vétérinaires
locaux
● Gestion prudente des médicaments
vétérinaires
● Formation et conseil
● Inspection des aliments
● Récupération de l’eau
●
●
●
Interventions au niveau des
systèmes sociaux
● Utilisation des savoirs locaux
● Contrats de pacage et
de gardiennage
●
Remèdes traditionnels
Programmes d’amélioration
génétique
Prise en compte des lois et des
réglementations
●
Prise en compte des lois
coutumières (par ex. sur les droits
de pacage et d’abreuvement)
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
35
Tableau 7. Les caractéristiques des principaux systèmes d’élevage
Elevage en liberté
Compétences de base
uniquement
Elevage extensif
Niveau de compétence
peu élevé
Besoins en espace et
en ressources
naturelles
Besoins limités en
ressources, les animaux
se nourrissant de
déchets et de la
végétation disponible
Besoins importants en
ressources naturelles
locales telles que des
zones de végétation
herbeuse et arbustive ;
nécessité d’un accès à
des surfaces
relativement étendues
Productivité et
impact sur le niveau
de vie
Productivité médiocre
Besoins en main
d’œuvre et en
travail
Négligeable
Productivité peu
importante et sensible
aux variations
saisonnières
Besoins parfois
importants en main
d’œuvre
Besoins en intrants
et coût associé
Aucun
Très faible
Répercussions sur
l’environnement
Risques sanitaires
importants pour la
population humaine, les
animaux pouvant
transmettre des
maladies et des
parasites ; risques
environnementaux
Risques importants de
dégradation par
piétinement et/ou
surpâturage dans
certains secteurs
localisés, entraînant
destruction de milieux
naturels, érosion des sols
et pollution des
ressources en eau
Connaissances et
savoir-faire requis
36
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Elevage intensif
Besoin élevé en
connaissances et en
savoir-faire pertinents
dans quelques domaines
particuliers (santé,
aliments et alimentation
des animaux)
Requiert généralement
des compléments
alimentaires et des
aliments de qualité
supérieure (produits
localement ou
importés); l’exposition
aux parasites accroît les
besoins en produits
sanitaires
Productivité élevée, mais
coûts et risques
importants
Besoins importants en
travail et en
compétences,
occasionnellement
réduits par l’utilisation
d’intrants
Besoins importants et
continuels en intrants, ce
qui rend ce système
coûteux et sensible aux
fluctuations de la
disponibilité et du prix
des ressources
Risques importants de
pollution et de
contamination du fait de
la concentration des
déjections et des déchets
pharmaceutiques
vétérinaires
Elevage intégré
Niveau élevé de
connaissances et de
savoir-faire dans un
certain nombre de
domaines de l’élevage et
de l’agriculture
Besoins importants en
ressources locales, en
utilisant, adaptant et
recyclant ce qui est
disponible ; fort
engagement en faveur
de la santé et de la
gestion globale par le
biais de systèmes
biologiques
Productivité élevée
possible ; peut
également être tout à
fait durable
Travail important au
moment de la mise en
place, puis production
stable possible pour un
effort limité
Besoins limités en
intrants
Système à risques
limités, réduisant les
impacts sur
l’environnement et
stimulant la production
animale ; grande
importance
généralement accordée
au bien être des
animaux et aux
questions
environnementales
nourriture ou les compléments alimentaires
nécessaires aux activités d’élevage et en luttant
contre les ravageurs et les maladies sans dépendre autant de ressources externes, tout en
visant un niveau de production élevé.
pour que les réfugiés puissent emmener paître
leurs animaux, ce qui devrait orienter un peu les
prises de décision et les suivis. Les principaux
points à prendre en considération à ce stade (voir
également le Tableau 7) sont les suivants :
Dans le souci de faciliter le choix du système
le mieux adapté à chaque situation, les avantages
et les inconvénients de chacun sont récapitulés
dans le Tableau 7.
Mobilité des troupeaux. Les effets d’un
surpâturage localisé peuvent être atténués si les
groupes de pasteurs sont autorisés à déplacer leurs
animaux. Quantité de facteurs sont susceptibles
d’entrer ici en ligne de compte, notamment les
conditions du milieu, la densité de la population
humaine, le mode d’occupation des terres, les
systèmes d’utilisation des terres et les autorisations
formelles des autorités nationale et locale.
Outre les animaux eux-mêmes, l’élevage
requiert des intrants de toutes sortes, dont le
matériel nécessaire pour les soins et les divers traitements, les médicaments (médicaments conventionnels et remèdes traditionnels) et le matériel de
stockage et de conditionnement hygiénique des
produits obtenus (bouteilles pour le lait, etc.). Les
substances pharmaceutiques doivent de plus être
elles-mêmes rangées dans des boîtes hermétiques
et hygiéniques les protégeant des températures
extrêmes et des contaminations. Le matériel vétérinaire doit être nettoyé, stérilisé et rangé dans des
boîtes propres et bien fermées.
Tout cet équipement n’est pas toujours onéreux à obtenir, mais il y a lieu de prévoir des
dépenses supplémentaires et des difficultés logistiques pour s’assurer de sa disponibilité. Chaque
pièce doit être utilisée avec soin et efficacité pour
pouvoir remplir son rôle sur toute sa durée de vie
prévue. Leur perte ou leur dégradation, ainsi que
l’éventuelle impossibilité de les remplacer, sont
susceptibles de rejaillir sur l’état sanitaire et le bien
être des animaux comme sur la santé et la position
économique de leur propriétaire.
4.3 Stratégies de pacage adaptées à
la capacité de charge
Des stratégies de pacage bien réfléchies et
respectées constituent l’un des piliers d’une bonne
gestion de cheptel quelle que soit la situation,
mais tout particulièrement dans les cas d’accueil
de réfugiés ou de rapatriés, où des communautés
différentes se trouvent fondamentalement en
concurrence pour des ressources naturelles
souvent peu abondantes. Des discussions avec les
personnalités influentes de la région devraient
permettre de dégager plusieurs possibilités
d’arrangements dans le temps et dans l’espace
Ajustement de la charge animale. Le
pâturage tournant et l’utilisation de troupeaux
mixtes conviennent bien à la gestion des savanes
en zone semi-aride. Les quatre principaux types de
ruminants élevés en troupeaux – les bovins, les
ovins, les caprins et les camélidés – présentent des
comportements alimentaires différents : les ovins
et les bovins, ainsi que les yacks et les buffles,
consomment principalement la végétation
herbacée, qui couvre le sol, tandis que les
camélidés et les caprins sont plus sélectifs et
préfèrent le feuillage des arbustes et des arbres. Il
en résulte que les troupeaux mixtes sont en
mesure de présenter une meilleure productivité
par unité de surface et que la capacité de charge
d’une zone de parcours donnée est plus grande
avec un troupeau mixte (caprins et ovins par
exemple) qu’avec un troupeau monospécifique.
Savoirs locaux. Les systèmes traditionnels
utilisés par les groupes de pasteurs locaux pour
estimer la capacité de charge d’un territoire sont
basés sur le suivi subjectif d’une série d’indicateurs
environnementaux, par exemple, les espèces composant la végétation, la quantité et la qualité des
plantes consommables, la dégradation du milieu
et le comportement de la faune sauvage. Les interventions telles que la mise au point des stratégies
de pacage, l’amélioration des pâturages ou des
projets de récupération de l’eau auraient avantage
à s’inspirer de ce corpus de connaissances locales.
Contrats de pacage. Si la couverture
végétale permet un accroissement transitoire des
effectifs des troupeaux, la population et les autorités locales doivent être consultées quant à l’usage
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
37
Les grands troupeaux de bovins doivent être menés paître hors du camp, dans des zones
où cette activité est autorisée
qu’on se propose de faire de la zone de parcours.
Il est alors possible que des contrats de pacage doivent être négociés, soit directement par les réfugiés intéressés, soit par l’intermédiaire d’un tiers
(souvent un partenaire de mise en œuvre représentant les réfugiés). Dans ce cas, il peut s’avérer
utile d’offrir à la communauté locale une contrepartie – par exemple une aide pour l’ouverture de
nouveaux points d’eau – en échange de droits de
pacage pour les animaux des réfugiés.
Contrats de gardiennage. Les animaux des
réfugiés peuvent être temporairement mêlés aux
troupeaux locaux sur la base de contrats de gardiennage. En contrepartie du service de gardiennage qu’ils fournissent, les gardiens de troupeaux
de la population autochtone reçoivent une rétribution en nature, par exemple le droit d’utiliser le
lait ou une partie de la production du troupeau
pour leurs propres besoins. Cette manière d’opérer non seulement peut générer des emplois de
gardiens de troupeaux pour les réfugiés, mais
encore permet aux propriétaires des bêtes de récupérer leur cheptel au moment de leur rapatrie-
38
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
ment. Cette option n’est toutefois susceptible de
fonctionner correctement que lorsque les réfugiés
et la population locale appartiennent à des groupes ethniques proches.
Il existe par ailleurs une autre stratégie susceptible de révéler intéressante, peut-être en
conjonction avec des systèmes ou des pratiques
mixtes mieux intégrés : l’utilisation des jachères.
La jachère se rapproche de la culture itinérante en
ce que les sites de culture (y compris des herbages)
sont déplacés tous les deux ans et qu’une partie
des terres est laissée inculte pour se régénérer
avant une nouvelle mise en culture. Dans beaucoup de systèmes traditionnels, la période de
jachère dure une dizaine d’années, mais elle tend
actuellement à être abrégée, voire même totalement éliminée, dans certaines régions, sous l’effet
de la pression foncière. Du point de vue des activités d’élevage, il est important de respecter et de
faire respecter les jachères, soit par mise en défens
(aucun pâturage autorisé), soit en y conduisant un
pâturage léger sélectif – l’avantage étant que les
déjections des animaux contribuent à la fertilisa-
Tableau 8. Atténuation des répercussions indésirables des animaux des réfugiés sur l’environnement pendant les
phases d’urgence et de soins et d’entretien
Dégradation de la couverture végétale /
surpâturage
Destruction des récoltes
Abattage d’arbres et arbustes
Destruction de plantules
Réduction de la biodiversité
Epuisement des ressources en eau
Surpêche
Désorganisation des modes de production
animale traditionnels
Concurrence pour les zones de parcours
Pollution de l’eau
Pollution atmosphérique
Phase d’urgence
● Contrats de pacage et de gardiennage
● Utilisation des savoirs locaux
● Vente d’animaux
● Désignation des zones de pâturage
Contrats/négociations avec la population
autochtone
● Désignation des zones de pâturage
● Pose de clôtures
● Désignation des zones de pâturage
● Désignation des zones de pâturage
● Désignation des zones de pâturage
● Plafonnement de la taille du cheptel
●
●
●
Aide alimentaire
Désignation des zones de pâturage
Contrats/négociations avec la population
autochtone
● Désignation des zones de pâturage
● Séparation des points d’eau affectés aux
humains et aux animaux
● Limitation de la présence d’animaux au
sein des zones d’habitation
●
Déchets d’abattage
Risques sanitaires dus à l’emploi
anarchique de médicaments vétérinaires
Transmission de maladies des animaux
aux humains
Prévalence accrue des maladies des
animaux
Phase de soins et d’entretien
● Pâturage tournant / ajustement de la
charge animale
● Amélioration des pâturages
● Approvisionnement alimentaire
(compléments alimentaires, paille, foin,
sous-produits agricoles)
● Réserves de fourrage
●
●
Haies vives
Désignation des zones de pâturage
Désignation des zones de pâturage
● Approvisionnement en eau dans les
zones de parcours éloignées
● Forages et puits
● Récupération de l’eau
● Contrats de pêche
● Désignation des zones de pâturage
●
Contrats/négociations avec la population
autochtone
● Désignation des zones de pâturage
●
Création de petits abattoirs et de sites
d’élimination des déchets d’abattage
● Formation et conseil/vulgarisation
●
Recrutement de personnel vétérinaire
local
● Limitation de la présence d’animaux au
sein des zones d’habitation
●
Contrôle des mouvements des animaux
Désignation de l’emplacement des
exploitations
● Campagnes de vaccination d’urgence
●
●
Formation et conseil/vulgarisation
Dépistage chez les animaux
● Vaccination
● Amélioration du diagnostic vétérinaire
● Formation et conseil/vulgarisation
● Services sanitaires vétérinaires locaux
● Amélioration des services de santé
animale
● Vaccination, traitements prophylactiques
●
●
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
39
tion des sols. Certaines jachères sont délibérément
cultivées en herbe ou en légumineuses dans le
souci d’activer la régénération du sol. Les plantes
ainsi cultivées peuvent alors être utilisées comme
fourrage.
4.4 Complémentation alimentaire et
amélioration des pâturages
Au cours de la phase d’urgence d’une opération
d’aide à des réfugiés, l’approvisionnement en aliments pour bétail est susceptible de passer au
second plan, derrière le besoin impérieux d’assurer
la protection, l’alimentation, l’hébergement, l’eau
et les soins de santé de la population humaine.
Toutefois, pendant la phase de soins et d’entretien
qui suit, la complémentation alimentaire des animaux peut devenir possible – soit de manière isolée, soit dans le cadre d’un programme de microcrédit ou de prêts pour d’autres intrants agricoles
tels que des semences ou des outils. Selon la situation économique des réfugiés, l’approvisionnement gratuit en aliments pour animaux peut
constituer la première étape d’un programme
d’aide à l’autonomie.
Affouragement. Un approvisionnement en
fourrage pour les animaux des réfugiés est en
mesure d’atténuer la pression de pâturage sur les
zones de parcours environnantes et d’alléger la
concurrence qui existe avec le bétail autochtone
pour les ressources naturelles. Les animaux
bénéficiant de compléments alimentaires peuvent
se contenter de parcours de moins bonne qualité,
Les composantes de l'alimentation animale en
zéro-pâturage
40
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
permettant d’éviter le surpâturage des végétaux les
plus appétents. Il reste cependant que cette
formule, très onéreuse, n’est possible que lorsque
suffisamment de fourrage existe dans la région. Il
doit être soigneusement veillé à ce que les
prélèvements de fourrage dans ce but n’entraînent
aucun effet négatif, écologique ou social, sur le
lieu de récolte.
Sous-produits de l’agriculture. Il est
possible de se procurer les principaux éléments
nécessaires pour l’alimentation des animaux dans
beaucoup de pays tropicaux, notamment les
éléments apportant de l’énergie, tels que du grain,
des tubercules et de la mélasse, des éléments riches
en protéines tels que des légumineuses, des
tourteaux d’oléagineux, des farines de viande ou
de poisson, et des éléments fibreux tels que des
sous-produits de céréales ou de canne à sucre. Des
compléments alimentaires minéraux peuvent être
obtenus à partir de poudre d’os. Un grand
nombre de sous-produits de l’agriculture sont
utilisables en alimentation animale, y compris par
exemple la pulpe de café et de cacao, les coques de
cacahuètes, les bananes, la pulpe d’ananas, la balle
de riz, les feuilles de manioc et bien d’autres. Les
sous-produits des industries du poisson et de
l’élevage (déchets d’abattage, litière de volailles
stérilisée, déchets de poisson et de crevettes)
peuvent entrer dans la ration alimentaire des
ruminants. Dans le but d’évaluer les possibilités
d’améliorer l’alimentation animale pendant les
phases d’urgence et de soins et d’entretien, il est
conseillé de faire l’inventaire des disponibilités
locales en résidus et sous-produits agricoles.
Paille, foin et ensilage. Si le fourrage vert –
comprenant l’herbe fraîche, le foin et l’ensilage – et
la paille sont de précieux aliments pour bétail, ils
sont coûteux en termes de transport et exigeants en
conditions de stockage (nécessitant de l’espace et
une protection contre les éléments). L’herbe verte
et ses dérivés demandent peu de compléments
alimentaires, tandis que la paille présente une
valeur nutritive médiocre et ne suffit généralement
pas à couvrir les besoins énergétiques des
ruminants. Il existe cependant des moyens
d’augmenter la valeur nutritive de la paille par des
traitements physiques et chimiques (voir l’encadré
6). Les traitements physiques consistent
notamment à hacher ou à moudre la paille ; des
modèles simples de haches-paille peuvent être
fabriqués localement par des forgerons. Quant aux
traitements chimiques à l’urée, à l’ammoniaque ou
à la soude caustique, ils sont en mesure d’améliorer
la digestibilité et de la paille et de multiplier par
deux la quantité d’énergie que les animaux
peuvent en extraire.
Elevages, cultures et arboricultures intégrés.
Le recyclage des éléments nutritifs est l’un des
fondements de tout système de production agricole.
Les animaux peuvent être menés dans les champs
après la récolte afin de mettre à profit les résidus
agricoles que constituent les chaumes de céréales,
les cannes de maïs et de sorgho et la partie épigée
des plants de cacahuètes. La plantation et l’entretien
d’arbres fourragers est bénéfique à plusieurs titre
pour l’environnement. Les légumineuses sont une
bonne source de protéines et contribuent par
ailleurs à enrichir les sols en fixant l’azote
atmosphérique. Les arbustes épineux, plantés en
guise de clôture (haies vives) autour des enclos,
finissent avec le temps par également apporter du
fourrage, une protection contre les éléments et du
bois de feu, voire des matériaux de construction.
Blocs multinutritionnels mélasse-urée.
Dans les pays hébergeant des industries de transformation de la canne à sucre, la production de
blocs à lécher multinutritionnels pourrait être
envisagée pour contribuer à compléter l’alimentation animale. Ces blocs apportent de l’énergie et
des protéines aux animaux qui n’ont que des parcours de mauvaise qualité à leur disposition, tandis que leur fabrication et leur commercialisation
sont susceptibles de constituer pour la population
locale un moyen supplémentaire de générer des
revenus. Les coûts de production des blocs multinutritionnels dépendent dans une large mesure de
la facilité d’obtention des divers ingrédients et du
coût de la main d’œuvre. En Afrique, ces coûts de
production sont évalués à environ 100 à 150 dollars US par tonne, sans compter le prix du matériel requis pour réaliser les mélanges, c’est à dire
des bétonnières, des moules (éventuellement
fabriqués sur place) et des pelles. Il convient en
outre de prévoir des frais de transport pour la
livraison des blocs. Le Tableau 9 précise les
ingrédients nécessaires pour réaliser ces blocs
multinutritionnels.
Encadré 6
Traitements d’ingestibilité
et de digestibilité de la paille
Il existe de nombreuses méthodes pour utiliser
la paille comme aliment pour les animaux, par
exemple la consommation sélective, le hachage
et le trempage, l’obtention génétique ou
culturale de paille de meilleure qualité ou plus
abondante et le recours à des systèmes
culturaux et à des types d’animaux adaptés.
Beaucoup de procédés ont été mis au point
pour rendre ce matériau plus digeste ou plus
appétent. Les plus simples comprennent le
hachage et le trempage, et certains des plus
complexes font appel à des traitements à la
vapeur.
Les approches les plus commodes utilisent de
l’urée. Une solution d’urée à 2 % peut par
exemple être pulvérisée sur la paille à raison
d’un poids égal de solution et de paille, ce qui
revient à un type de complémentation
catalytique. Plus précisément, 4 kg d’urée sont
dilués dans 50 à 100 l d’eau, et la solution
obtenue aspergée sur 100 kg de paille. Le
mélange est maintenu en tas sous une bâche
imperméable pendant une à trois semaines, à la
suite de quoi il peut être employé comme
aliment, accompagné ou non de compléments
alimentaires. Ce traitement permet
d’augmenter l’énergie extractible des fibres de
la paille tout en apportant de l’azote pour un
meilleur fonctionnement du rumen.
L’expérience montre que ce procédé est
particulièrement intéressant lorsque :
■ De la paille sèche, exempte de champignons
(moisissures), est disponible en grandes
quantités ;
■ Les agriculteurs locaux produisent de la paille
fine, de riz, de blé ou d’orge, plutôt que des
matériaux grossiers tels que des cannes de
maïs, de sorgho ou de millet ;
■ Le prix de paille est modique par rapport à
celui des autres fourrages et aliments, et les
fourrages verts et les zones de pâturage sont
rares ;
■ L’eau est disponible facilement en grandes
quantités ;
■ Le prix de l’urée n’est pas excessif et le prix
des bâches de couverture en polyéthylène est
peu élevé ;
■ La main d’œuvre est abondante (bien que la
quantité de main d’œuvre nécessaire
dépende de la quantité de paille à traiter
simultanément) ;
■ Le niveau de production des animaux est
modéré (lait ou viande) ; et
■ Les produits, tels que le lait, peuvent être
vendus à un prix rémunérateur.
D’après FAO (1988) et Singh et Schiere (1995).
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
41
Tableau 9. Composition des blocs multinutritionnels
mélasse-urée
Ingrédients
Mélasse
Son de blé
Urée
Ciment
Sel
Carbonate de chaux (CaCo3
pour l’alimentation animale)
Phosphate monocalcique
Sulfate de cuivre
Sulfate de zinc
Composition (%)
40
36
8
9
5
1.5
0.5
0.1
0.1
Source: FAO Technical Cooperation Programme with Swaziland,
TCP/SWA/2251
Amélioration des pâturages. Lorsque les
dégradations sont graves et la situation critique, il
est possible de sursemer les zones de parcours.
Cette technique est surtout à envisager dans les
pays compris dans l’aire de répartition des espèces
disponibles en semences, mais l’introduction d’espèces exotiques, herbacées pérennes ou légumineuses, peut également être considérée. Il reste
qu’une telle amélioration des parcours dans les
situations d’urgence n’est possible que si les pluies
sont suffisantes. Lorsque de grandes superficies
sont concernées, le sursemis est à réaliser par
avion.
L’introduction de légumineuses dans les herbages et les jachères est un moyen économique de
contribuer à l’amélioration de la production animale dans les zones dégradées. Un grand nombre
d’espèces de légumineuses peuvent s’établir par
simple épandage de semences sur la surface, sans
travail du sol ni engrais et sans gestion particulière
du pâturage par la suite. Certaines de ces espèces,
adaptées à un pâturage intense, se multiplient
alors rapidement. Toutefois, pour pouvoir se faire
une idée des résultats qui pourront être obtenus
de cette manière, les expériences d’introduction
de ces légumineuses dans le pays devront être
évaluées.
42
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Le fumier constitue généralement un excellent amendement pour les sols, dont il préserve la
structure et reconstitue les réserves d’éléments
nutritifs constamment prélevés par la végétation.
Les excréments et les urines contiennent plusieurs
de ces éléments, notamment de l’azote (essentiel
pour la croissance), du phosphore (indispensable
pour la floraison, la fructification et le développement d’un système racinaire robuste) et du potassium (important pour la croissance des tubercules
et des fruits et pour la bonne santé des tissus
végétaux).
La quantité et la qualité des urines et des
excréments produits dépendent du type d’animal,
de sa taille et de son régime alimentaire, ainsi que
de la manière avec laquelle l’élevage est conduit.
D’après Defoer et al. (2000), la quantité de fumier
produite peut être évaluée de la manière
suivante :
➤ Un animal d’un poids vif de 250 kg ingère
quotidiennement l’équivalent de 2,5 % de son
propre poids vif de matière sèche en moyenne.
Il consomme donc 250 x 365 x 0,025 = 2 280
kg de matière sèche par an. Avec un coefficient
de digestibilité moyen de 55 %, cet animal
produit chaque année 0, 45x 2 280 = 1 026 kg
de poids sec de fumier ;
➤ Les petits ruminants de 25 kg consommant
chaque jour 3,2 % de leur poids vif de matière
sèche en moyenne, ce qui revient à 25 x 365 x
0,032 = 292 kg de matière sèche par an. Leur
coefficient de digestibilité étant estimé à 60 %,
on peut calculer qu’un petit ruminant produit
annuellement environ 117 kg de poids sec de
fumier.
La teneur du fumier – comme des autres
engrais organiques – en éléments nutritifs varie en
fonction de son mode de stockage et de gestion et
de la qualité de l’alimentation reçue. Les concentrations approximatives des principaux éléments
nutritifs présents dans le fumier de bovins et de
petits ruminants ainsi que dans d’autres engrais
organiques sont données dans le Tableau 10. En
outre, le pourcentage de matières sèches du fumier
est très variable : de moins de 15 % chez une
vache sur un pâturage luxuriant riche en eau, il
peut dépasser 50 % chez des ovins au fourrage sec.
Tableau 10. Teneurs du fumier et d’autres engrais organiques (en pourcentage) en éléments nutritifs
Types d’engrais organique
Bovins
Fumier frais
Avec litière
Sans litière
Caprins et ovins
Fumier frais
Autres
Engrais vert frais
Compost
Déchets de cuisine
Cendre de cuisine
azote (N)
phosphore (P)
potassium (K)
matière sèche
1,4–2,8
0,5–2,3
1,5–2,5
0,5–1,01
0,22–0,81
0,2–0,6
0,5–0,6
0,77–5,44
1,5–2,0
15–25
40–60
30–50
2,2–3,7
0,25–1,87
0,88–1,25
50–70
2,0–4,3
0,3–0,9
0,2–0,9
0,2–0,6
0,1–0,3
0,07–0,17
0,05–0,5
0,1–0,6
1,0–3,4
0,14–1,3
0,1–2,1
1,1–2,7
Source: d’après une compilation de Defoer et al (2000)
4.5 Systèmes mixtes de polycultureélevages
4.5.1 Qu’est-ce qu’une exploitation mixte de
polyculture-élevage ?
Beaucoup d’agriculteurs des pays tropicaux et
tempérés survivent en gérant de front des cultures
diverses et un ou plusieurs élevages. Une forme
simple de système mixte consiste à utiliser les résidus des récoltes pour nourrir les animaux et à
employer les déjections de ces derniers pour fertiliser les champs. D’autres combinaisons existent,
par exemple lorsque les animaux pâturent sous des
arbres fruitiers pour limiter la croissance de la
végétation concurrente ou lorsque les déjections
des porcs sont utilisées comme complément alimentaire dans des bassins de pisciculture.
Une grande diversité de systèmes mixtes semblables ont traditionnellement été utilisés dans le
monde entier. Beaucoup de systèmes de production
agricoles biologiques, dont la permaculture, ont
leurs racines dans l’intégration d’activités culturales
et d’élevage. Ces systèmes sont essentiels pour la
subsistance des paysans et pour la production de
denrées alimentaires et autres à destination des
villes et des marchés de l’exportation. Qui plus est,
certains systèmes agricoles hautement spécialisés
des pays développés et en voie de développement
redécouvrent à l’heure actuelle les avantages de la
production mixte.
Il existe actuellement de nombreuses formes
différentes de systèmes mixtes, qui varient en fonction des caractéristiques du climat et du sol, des
prix du marché, de la stabilité politique, du niveau
de développement technologique, de la composition de la famille ou de la communauté et de
l’ingéniosité de l’exploitant. D’une certaine façon,
les éleveurs en système extensif (tels que les peuples
pasteurs) peuvent être considérés comme des producteurs mixtes en ce que leur existence dépend de
la gestion de plusieurs espèces animales et de différentes ressources alimentaires pour celles-ci. A
l’autre extrême, plusieurs paysans peuvent se
regrouper pour coopérer, chacun spécialisé dans sa
propre branche, par exemple l’un produisant des
légumes pour la consommation humaine, un autre
des cultures fourragères et divers aliments pour
bétail, un autre encore du fumier pour fertiliser les
champs et ainsi de suite, l’ensemble étant coordonné en complexe d’exploitations mixte.
D’autres formes comprennent notamment la
culture de plusieurs espèces dans un même champ
(par exemple des associations de millet et de
haricots à œil noir, ou de millet et de sorgho), voire
même de plusieurs variétés d’une même espèce
présentant des cycles différents, ce qui permet une
utilisation optimale de l’espace et une meilleure
répartition des risques.
Les systèmes de polyculture-élevage ne sont
pas nécessairement très complexes et présentent
de nombreuses possibilités d’application dans les
situations d’accueil de réfugiés ou de rapatriés,
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
43
Une exploitation mixte
l’intégration de l’agriculture et de
l’élevage permettant d’optimiser
l’exploitation des ressources.
L’élevage de volailles à petite
échelle est un moyen efficace de
lutter contre beaucoup d’animaux
indésirables et de parasites des
cultures (des ravageurs liés à
l’eau, par exemple, dans le
cas de canards), une pratique simple qui s’associe
avantageusement à la
production maraîchère et qui permet
d’éviter des traitements phytosanitaires
chimiques coûteux et souvent nuisibles. Des
systèmes aussi simples que celui-ci sont ainsi susceptibles de renforcer les moyens d’existence tirés
de la production de produits agricoles frais et du
petit élevage en donnant aux ménages la possibilité de vendre leur production (par exemple de
légumes et d’œufs) pour se créer quelque revenu et
en représentant pour beaucoup de personnes
déplacées une forme de sécurité financière. Un
grand nombre de sous-produits de l’élevage ont en
outre une certaine valeur, comme par exemple le
fumier comme engrais ou comme combustible
pour la préparation des aliments.
4.5.2 Les avantages des systèmes mixtes
intégrés
L’intégration d’activités culturales et d’élevage est
considérée de manière très répandue comme un
net progrès vers la durabilité des productions
agricoles en général, essentiellement du fait du
recyclage plus poussé de la matière organique et
des éléments nutritifs que permet ce type
d’exploitation. En effet, les résidus de plusieurs
types de cultures représentent une source
importante de matière organique et d’éléments
nutritifs directement disponible sur place. Les
animaux y trouvent une place centrale en tant que
capital de sécurité et compte-épargne, à la fois sur
le plan financier et sur celui des éléments nutritifs
à réinvestir dans l’exploitation. Il arrive parfois, au
cours de certaines phases des opérations d’aide aux
réfugiés et notamment lorsqu’il y a pénurie de
combustible, qu’une concurrence s’installe pour
des résidus agricoles recherchés pour plusieurs
utilisations, tels que les cannes de maïs par
exemple.
44
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
4.6 Recherche des races les mieux
adaptées
Les animaux ont des fonctions multiples : production de viande, de lait, d’œufs, de laine et de cuir,
ou matérialisation d’un capital et d’une forme
d’épargne. Dans la plupart des situations mettant
en jeu des personnes réfugiées, l’attention se porte
principalement sur les bovins, les camélidés, les
ovins, les caprins, les porcs, les ânes et les poules.
Il existe toutefois d’autres animaux – tels que les
buffles, les chevaux, les pintades, les canards, les
abeilles, les lapins et les pigeons – qui sont également adaptables à toutes sortes de conditions. Ces
espèces moins conventionnelles sont souvent des
animaux de petite taille qui présentent l’avantage
de se reproduire rapidement, ce qui permet à un
troupeau de se reconstituer dans un délai relativement bref après un événement catastrophique
comme une sécheresse, une inondation ou une
épidémie. L’entretien d’espèces telles que celles-ci
constitue donc une stratégie utile pour la survie
économique de bien des ménages. Les bovins sont
fréquemment les premiers animaux à succomber
pendant les sécheresses. Ces épisodes sont généralement suivis d’une reconstitution progressive du
cheptel en commençant par les petits ruminants,
dont le cycle de reproduction est court et le
Tableau 11. Production laitière des races commerciales et
tropicales de caprins et de bovins
rythme de multiplication soutenu. La vente des
caprins ou ovins ainsi accumulés permet ensuite
d’aller ré-acquérir des bovins à l’extérieur.
Les différentes espèces domestiques sont traitées de manière plus approfondie à l’Annexe I.
Toutefois, il est intéressant ici de s’arrêter un peu
sur quelques options susceptibles d’améliorer les
systèmes d’élevage.
Type d’animal
Races caprines tropicales de
petite taille
Races caprines commerciales
Races bovines tropicales de
petite taille
Races bovines occidentales
Litres/jour
0,5–1
Durée de la
lactation
50–100
2–4
2–7
50–150
100–200
15–30
300–350
4.6.1 L’élevage laitier
Le lait est un produit qui est souvent valorisé chez
les animaux gardés par des réfugiés ou des rapatriés, bien qu’il ne soit pas le seul. Il reste que la
qualité de l’alimentation disponible n’autorise pas
une production élevée, même si les espèces
concernées acceptent de consommer de la paille,
de l’herbe et des feuilles. Les caprins et les ovins
ont un comportement alimentaire différent de
celui des bovins et des buffles, et un troupeau
mixte permet d’optimiser l’utilisation des ressources disponibles sur l’exploitation et aux alentours.
En outre, plusieurs races de bovins et de buffles
existent, de taille et de caractéristiques diverses. Il
est important de bien comprendre ici que le
poids, l’aptitude à la production laitière et la tolérance aux maladies sont les trois facteurs qui
déterminent en grande partie l’adéquation d’une
espèce ou d’une race au contexte particulier d’un
élevage donné
200 à 300 kg, uniquement du fait de la différence
de taille. Les caprins et les ovins produisent par
conséquent beaucoup moins de lait que les
bovins, mais ils ont également besoin de quantités
de nourriture bien inférieures – d’une manière très
générale, que l’animal soit de grande ou de petite
taille, la production de lait par kilogramme de
nourriture ingérée reste relativement uniforme. Le
choix peut également être dicté par des préférences traditionnelles pour certaines races laitières,
identifiées par la forme de leurs cornes, la couleur
de leur peau, la teneur du lait en matière grasse
Une vache produit du lait
pour toute la famille
Le Tableau 11 présente la production laitière approximative
des différents types d’animaux. La quantité de lait
produite dépend de
nombreux de facteurs,
dont la taille de l’animal, son patrimoine
génétique, son état
sanitaire, son alimentation et la conduite
de l’exploitation. Un
sujet de 600 kg, bien
nourri et appartenant
à une grande race, est
facilement
en
mesure de donner
deux fois plus de
lait et de viande
qu’un sujet de
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
45
(plus importante chez les buffles que chez les
bovins), la couleur du beurre (de blanc pur à jaune
foncé), etc.. Certains types de lait sont crédités de
propriétés médicinales, tel le lait de chèvre qui est
souvent conseillé aux personnes asthmatiques et
que la répartition plus fine des matières grasses
rend plus digeste.
4.6.2 Les animaux de travail
Beaucoup d’espèces peuvent être utilisées pour le
travail, dont les bovins, les buffles, les ânes, les
mulets, les chevaux, les camélidés et les éléphants.
Pour des millions de familles dans le monde
entier, ils représentent un outil indispensable à la
subsistance et plus encore. Les animaux de
somme, de trait ou de bât, sont par exemple un
moyen d’intensifier la production agricole, de
transporter des denrées et des personnes à peu de
frais ou de contribuer au pompage de l’eau pour
l’irrigation et à la mouture des grains et des
légumineuses.
ment des animaux polyvalents. Ils produisent de
la viande, du lait, du cuir et de la laine, se multiplient, font office de compte-épargne et sont une
source d’argent immédiate en cas de besoin.
Une des craintes les plus fréquemment exprimées au sujet des caprins est leur réputation d’être
un facteur de dégradation et d’érosion des sols. En
réalité, le dégât vient moins de leur comportement alimentaire – qui n’est pas nécessairement
destructeur en soi – que du fait que ces animaux
sont souvent laissés sans surveillance à rechercher
leur nourriture, qui plus est souvent en nombre
relativement important. Les caprins consomment
de préférence les feuilles des espèces ligneuses et
parviennent généralement à couvrir leurs besoins
journaliers en 4 à 5 heures de pâturage – contrairement aux bovins, pour lesquels deux fois plus de
temps est nécessaire. Ils ne sont pas sélectifs, et
sont en mesure d’exploiter des aliments de qualité
médiocre, y compris les déchets de cuisine, le
papier et le carton. Rapportée à leur taille, leur
production laitière est bien supérieure à celle des
bovins, et leur taux de reproduction est plus
important que celui des bovins et de beaucoup de
races ovines. Leur lait constitue une source intéressante de protéines pour l’alimentation humaine
et peut être vendu frais ou fermenté dans les
camps de réfugiés et sur les marchés locaux. En
outre, la viande des caprins est très recherchée
dans beaucoup de pays.
Ovins et caprins menés
paître hors du camp
Pour les peuples nomades, les dromadaires sont un
moyen de transport, une source de nourriture et,
parfois, un outil pour l'agriculture
4.6.3 Les petits ruminants : caprins et ovins
C’est en Afrique et sur le sous-continent indien
que l’on rencontre les plus fortes concentrations
de caprins et d’ovins, mais chaque continent
héberge des races qui lui sont propres. Certaines
sont plus intéressantes sur le plan de la boucherie,
d’autres sont plus laitières, mais les ovins et les
caprins des exploitations mixtes sont essentielle-
46
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Leur taille réduite et leur prix abordable font
qu’ovins et caprins sont à la portée des paysans à
revenus modestes et de beaucoup de réfugiés et de
rapatriés. Dans les camps et les sites d’installation,
si les bovins appartiennent presque tous à des
hommes, il n’est pas rare de voir des femmes et des
jeunes adultes posséder des caprins.
Des poules et des canards
pour assurer un revenu et
améliorer l'alimentation
4.6.4 Les volailles
La volaille regroupe plusieurs espèces d’oiseaux ;
ce sont des animaux qui produisent des œufs, de
la viande, du fumier et des plumes. Ce terme
recouvre des espèces telles que les canards, les oies,
les poules, les dindes et dindons, les oiseaux chanteurs et les coqs de combat. La volaille contribue
souvent à la subsistance d’une famille en recherchant elle-même sa nourriture dans les déchets ou
dans les champs de riz après la récolte. Les avantages que présentent ces animaux sont leur petite
taille, leur facilité de reproduction, le faible investissement qu’ils demandent et leur aptitude à tirer
parti des déchets de cuisine, grains brisés, vers,
escargots et insectes divers. Une bande de volailles
se nourrissant de détritus n’exige pratiquement
aucun apport particulier et peut néanmoins
constituer une contribution intéressante au bienêtre des ménages.
contre la maladie de Newcastle (pseudopeste
aviaire) est impérative pour tous les oiseaux.
Concernant les autres maladies des volailles (telles
que la bursite infectieuse ou maladie de
Gumboro, la variole aviaire et la maladie de
Marek), la vaccination dépend de la prévalence de
chacune d’entre elles dans la région, qui peut être
estimée par les vétérinaires locaux.
Il est presque partout possible d’élever quelques poules. Lorsque la concurrence est faible, elles
peuvent trouver elles-mêmes de quoi s’alimenter
au sol. Il est également possible de les nourrir de
sous-produits agricoles tels que des balles de céréales et du son. La vente d’œufs et de poulets de boucherie constitue souvent une option viable de
génération de revenu, notamment dans les situations promises à perdurer. Des races améliorées de
poules ainsi que d’autres espèces telles que canards,
oies et pintades peuvent être introduites si une
nourriture adéquate est disponible.
4.6.5 Les poissons d’eau douce
Dans le souci d’encourager l’autosuffisance
(en particulier pendant la phase de soins et d’entretien), de petites unités de production de volailles peuvent être créées sur le principe d’une coopérative, un groupe de quelques femmes se partageant la responsabilité des oiseaux. Une condition
préalable à de tels projets est la fourniture de
matériaux pour la construction du poulailler et
d’un cheptel de départ comprenant entre 20 et 50
femelles et un ou deux mâles. La vaccination
Ces petites unités de production de volailles
ne sont viables que si l’alimentation des oiseaux
est garantie. Dans le cas de races peu productives,
les aliments peuvent être mêlés à des résidus et
sous-produits de l’agriculture. Les aliments doivent comprendre au moins une composante énergétique (des grains ou des déchets de mouture) et
une composante protéique (par exemple des farines de poisson ou des graines oléagineuses).
Un élément d’aquaculture intégré dans un système de production agricole permet d’accroître la
production globale de l’exploitation et d’optimiser l’utilisation des ressources. En Asie du Sud-Est,
l’élevage de poissons dans les rizières immergées
ou dans des mares associées à des basses-cour de
canards, poules, porcs et caprins est une technique
au point et bien adaptée. Les poissons se nourrissent directement des déchets d’aliments et des
déjections ou de micro-organismes. Les animaux
peuvent être élevés dans des cages au-dessus de
l’eau ou leurs excréments jetés dans les mares avec
les résidus de cuisine et les mauvaises herbes des
jardins. Des projets de pisciculture peuvent par
ailleurs être intégrés à des programmes d’irrigation, les champs étant directement ou indirectement fertilisés par les déjections des poissons et les
déchets de la nourriture qui leur est distribuée.
Beaucoup d’espèces de poissons conviennent
à ce type d’utilisation. L’une des plus polyvalente
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
47
est le tilapia du Nil, un poisson d’eau douce
originaire d’Afrique mais qui se rencontre également désormais en Asie et en Amérique Latine du
fait d’introductions délibérées. Cette espèce est
très productive, avec un intervalle intergénérationnel de 4 à 6 mois seulement, et réussit parfaitement avec une alimentation à base de résidus
agricoles, ce qui en fait une espèce très économique d’entretien. Baptisé “le poulet aquatique”, il
peut être élevé dans des arrières-cours comme
dans des unités de pisciculture industrielles.
Bien que la pratique de l’aquaculture soit peu
répandue et rarement encouragée dans les situations d’accueil de réfugiés ou de rapatriés, cette
activité facile à mettre en œuvre est porteuse d’un
potentiel prometteur. Les poissons d’eau douce,
qui représentent une source intéressante de protéines et de matières grasses, sont généralement très
recherchés et peuvent être vendus frais, séchés au
soleil ou fumés pour une meilleure conservation.
4.6.6 Autres espèces
L’alimentation humaine et les moyens d’existence
peuvent être améliorés par toute une gamme d’autres espèces dont l’élevage est moins conventionnel. Ce sont par exemple, parmi beaucoup
d’autres, le lapin, l’agouti, le cobaye, les escargots,
les abeilles et le ver à soie. Avant toute introduction, il convient toutefois de prendre en considération les habitudes de la population, les infrastructures nécessaires pour la commercialisation et
les disponibilités en nourriture.
4.7 Promouvoir l’autosuffisance par
une amélioration de la production
animale
Faire progresser le bien être et la sécurité de subsistance des individus et des familles est l’une des
principales raisons d’entretenir des animaux dans
les situations d’accueil de réfugiés ou de rapatriés
(voir aussi l’encadré 7). Une manière d’agir sur les
systèmes de gestion des activités d’élevage – sur le
choix des espèces par exemple – est d’étudier les
opportunités officielles et informelles d’en commercialiser les produits ou les animaux vivants.
Les opérations d’aide aux réfugiés voient bien souvent, une fois la phase d’urgence passée, se créer
des marchés très animés, où de nombreux animaux sont ouvertement négociés entre réfugiés,
rapatriés et membres des populations autochtones
– les possibilités de générer des revenus et d’améliorer le niveau d’autosuffisance sont donc réelles.
Encadré 7
L’élevage mixte
L'apiculture fournit à
la collectivité du miel
et des insectes
pollinisateurs pour
les cultures
Les paysans, quelle que soit l’échelle de leur
exploitation, peuvent tirer profit d’une plus
grande diversité de ressources alimentaires
lorsqu’ils entretiennent plusieurs espèces
domestiques au lieu d’une seule. Dans les
secteurs à dominante pastorale, les camélidés
pâturent jusqu’à 50 km des points d’eau, tandis
que les bovins ne peuvent s’en éloigner de plus
de 10 à 15 km. D’autre part, si les camélidés et
les caprins se nourrissent préférentiellement de
feuilles d’arbres et d’arbustes, les ovins et les
bovins consomment essentiellement des
espèces herbacées. Posséder des espèces
différentes permet en outre de bénéficier d’un
plus grand choix de produits : les camélidés et
les bovins fournissent du lait et leur force
physique pour le transport et le trait, les caprins
et les ovins tendent à être abattus pour la
viande tandis que les poules sont souvent
vendues pour couvrir les menues dépenses du
ménage.
Entretenir plusieurs types d’animaux est
également une stratégie de minimisation des
risques. Les épisodes épidémiques n’affectant
souvent qu’une seule espèce, la famille est
moins exposée à la perte intégrale et
simultanée de ses actifs. En outre, les
différences qui existent entre les rythmes de
reproduction de toutes ces espèces facilitent la
reconstitution du cheptel après les sécheresses.
48
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
4.7.1 Génération de revenu par le petit
élevage
distribuée aux animaux – nourriture que les
réfugiés devront pouvoir se procurer localement.
L’élevage de petites espèces peut s’avérer intéressant pour générer un revenu ou contribuer à l’autosuffisance, notamment pour les femmes – une
stratégie qui devrait être encouragée du moment
que les aspects environnementaux sont dûment
pris en considération. Dans le cadre de leur stratégie personnelle ou familiale, les femmes, en particulier, investissent dans les petits ruminants
jusqu’à ce que ce capital accumulé suffise pour
pouvoir acquérir par exemple une vache, qui doit
normalement rapporter plus de bénéfices, à long
terme, à son propriétaire.
La transformation et la vente des produits
d’origine animale, dont certains sont détaillés
l’Annexe IV, sont susceptibles de relever significativement les niveaux de revenus.
Le petit élevage, source de revenu
Le principal obstacle à l’élevage, y compris de
petites espèces, dans l’enceinte des camps ou des
sites d’installation est bien souvent le manque de
nourriture. Tant que les effectifs globaux restent
peu importants, les races indigènes de poules,
porcs et caprins sont capables de survivre sur de
maigres ressources qu’ils recherchent eux-mêmes.
Les porcs peuvent être entretenus sur les déchets
de cuisine et les poules parviennent normalement
à trouver de quoi s’alimenter en errant dans le
voisinage. L’introduction de races améliorées et
l’accroissement des effectifs ne sont toutefois possibles que si suffisamment de nourriture peut être
4.7.2 Races et amélioration génétique
Le choix des animaux à élever, tout aussi
important que les considérations relatives à la
nourriture et à l’espace disponible, dépendra
notamment du type d’environnement, rural ou
urbain (se reporter également à la Section 5.4). De
manière générale, les races locales sont plus
résistantes aux maladies endémiques de la région
et mieux adaptées au climat et aux ressources
alimentaires qui y prévalent, mais elles sont par
ailleurs peu performantes. L’amélioration
génétique des races de bovins, ovins, caprins,
porcs et volailles est envisageable si les
infrastructures nécessaires (c’est à dire des services
appropriés en matière d’élevage) sont disponibles.
La viabilité économique de l’introduction de races
améliorées dépend du rapport coûts/bénéfices de
l’opération – lié au coût de l’alimentation et aux
prix de vente des animaux et de leurs produits –
relativement au rapport coûts/bénéfices d’utiliser
des races locales. Si la situation autorise
l’amélioration de la race, des centres
d’amélioration génétique doivent être créés, qui
pourront produire des animaux croisés et les
distribuer aux éleveurs. Il reste que les
programmes de sélection doivent s’accompagner
de mécanismes de suivi permettant de comparer
les taux de mortalité, les progrès en matière de
rendements et le rapport coûts/bénéfices des races
locales et améliorées.
Des porcs pour une
production animale à
petite échelle
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
49
4.7.3 Animaux en environnement urbain
Dans beaucoup de pays en voie de développement
il est courant d’entretenir des animaux de
production en ville. Le HCR a déjà par le passé
contribué à la création d’unités avicoles intensives,
par exemple, en proposant des micro-crédits. La
plupart des fermes urbaines et des petites
exploitations péri-urbaines situées à proximité des
agglomérations s’attachent au premier chef à la
production de protéines animales à titre privé,
dans le cadre d’une économie de subsistance. Ces
élevages à petite échelle génèrent en outre des
revenus en écoulant leurs produits sur les marchés
locaux, en fournissant des services (par exemple de
transport) et en produisant du fumier pour
fertiliser les champs.
Si les opportunités sont nombreuses en
matière d’élevage en zone urbaine, il convient
cependant de ne pas oublier que ces activités peuvent poser quelques problèmes. La transmission
de maladies entre animaux et des animaux aux
humains, ainsi que les difficultés présentées par le
respect des normes d’hygiène dans les processus de
production figurent parmi les principaux motifs
pour lesquels les municipalités tentent d’interdire
les animaux dans leur agglomération. Toutefois, la
plupart des interventions législatives visant à
expulser les animaux des villes ont échoué, et
l’élevage en zone urbaine connaît à l’heure actuelle
un développement soutenu. Interdire ce type d’activité priverait les habitants pauvres et beaucoup
de familles sans terre, y compris des réfugiés, de
certaines possibilités de revenu et aggraverait
encore la qualité de leur alimentation.
4.8 Programmes de reconstitutions
des cheptels
La reconstitution des troupeaux est une option à
envisager pendant la phase de soins et d’entretien
et pendant la préparation au rapatriement dans le
but de renforcer les moyens d’existence des réfugiés. Le principal objectif de ces programmes est
d’acquérir des animaux dans des secteurs géographiques où leur densité est relativement élevée et
de les distribuer aux réfugiés ayant perdu leur
cheptel, afin de leur permettre de retrouver un certain degré d’autosuffisance. A ce jour, l’essentiel de
50
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Encadré 8
Les ânes dans la dotation
de cheptels aux réfugiés
Les animaux sont un élément central de l’économie rurale et des systèmes de production
vivrière de l’Erythrée. Ces systèmes vont de
l’agriculture de montagne dépendant de bœufs
pour le labour au pastoralisme des basses terres
s’appuyant sur des troupeaux mixtes de camélidés, de bovins, de petits ruminants et d’ânes.
Dans le cadre du Programme pour la réintégration des réfugiés et la réhabilitation des zones
de réinstallation en Erythrée (Programme for
Refugee Re-integration and Rehabilitation of
Resettlement Areas in Eritrea), des ménages de
rapatriés revenant de l’est du Soudan devaient
recevoir gratuitement un petit cheptel comprenant différents types d’animaux. Toutes les
familles de rapatriés furent interrogées sur leurs
préférences. Le budget ayant été fixé à 420 dollars US par famille, chacune était en mesure de
choisir plusieurs espèces. Les animaux de loin
les plus fréquemment sélectionnés furent les
ovins (92 % des familles), les caprins (90 %) et
les ânes (61 %), avec des résultats similaires
que le chef de famille soit un homme ou une
femme. Il fut intéressant de constater, cependant, que les entretiens individuels révélèrent
une préférence marquée pour les ânes, ce qui
tranchait complètement avec les espèces qui
avaient été retenues dans le plan de projet initial. Cette observation vient encore souligner
l’importance d’une participation suffisante des
parties prenantes dans les prises de décisions
de ce type.
D’après Catley, A. et Blakeway, S. Donkeys and the Provision
of Livestock to Returnees: Lessons from Eritrea. In: Donkeys,
People and Development, Starkey, P. et Fielding, D. (Eds).
ACP-EU Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation, Wageningen, Pays Bas.
ces programmes a été mis en œuvre à petite échelle
par des ONG, avec l’aide occasionnelle du HCR.
Une bonne planification préalable peut se révéler
ici de la plus grande importance (voir l’encadré 8).
Dans la période qui suit une sécheresse et pendant
le rapatriement proprement dit, la demande en
femelles reproductrices tend à devenir très forte, ce
qui entraîne une hausse des prix. A moins que le
HCR ou ses partenaires de mise en œuvre puissent
intervenir, sur le moment ou à l’avance, et convenir d’un prix ferme avec des vendeurs, certains
ménages se trouveront dans l’impossibilité de se
procurer des bêtes. Il est cependant conseillé, dans
le souci d’éviter des problèmes de santé dus à des
défauts de résistance aux maladies locales, de
n’acheter d’animaux qu’aux marchés des environs
ou à ceux des régions voisines. L’introduction de
races exotiques pour stimuler la croissance du
cheptel ne doit être considérée que dans quelques
cas bien particuliers, lorsque suffisamment de
nourriture est disponible et que les pressions des
maladies et du climat sont modérées.
L’octroi de bêtes de somme pour le travail et
le transport peut devenir critique lorsqu’il est
prévu que les personnes déplacées rentrent dans
leur région d’origine à pied sur de longues distances. En fonction des circonstances, il doit être
décidé si les animaux seront donnés, gratuitement, ou vendus à un prix subventionné ou au
prix du marché. La fourniture de bêtes de trait tels
que des bœufs, des buffles, des ânes ou des
camélidés peut être une mesure prioritaire visant à
relever les rendements agricoles.
Les projets de reconstitution des troupeaux
sont des entreprises onéreuses qui ne peuvent normalement concerner qu’un nombre relativement
limité de familles. Si l’ensemble de la communauté ne peut être pourvue, une sorte de cheptel
tournant peut être constitué, fonctionnant
comme une banque d’animaux. Un certain
nombre de familles sont alors sélectionnées pour
recevoir quelques bêtes, par exemple deux vaches
pleines ou cinq chèvres ou brebis, à la condition
expresse qu’une partie de la progéniture obtenue –
un veau ou deux agneaux ou chevreaux par exemple – soit redistribuée à d’autres ménages. Ce type
d’opération pourrait être combiné à un programme d’amélioration génétique, avec la
création d’une petite station d’élevage comprenant un taureau et de cinq à dix vaches, ou cinq
béliers ou boucs et une vingtaine de brebis ou
chèvres. Les races locales seraient alors améliorées
par application d’un programme bien conçu de
sélection et de croisement avec des races exotiques. Toutefois, pour qu’une telle entreprise réussisse, les objectifs doivent en être défini en prenant
en considération les disponibilités en nourriture,
les maladies qui prévalent dans la région et toute
une gamme de facteurs environnementaux,
dont les changements saisonniers. Comme des
expériences d’amélioration des races locales ont
déjà été tentées dans la plupart des pays, les organismes nationaux de recherche et de vulgarisation
en la matière sont généralement en mesure de
donner des conseils concernant les programmes
de sélection.
Il est difficile de s’accorder sur le nombre
d’animaux qui pourrait ou devrait être octroyé à
un ménage. Dans la plupart des cas, du fait des
contraintes budgétaires, seuls les besoins
minimaux peuvent être couverts. Pourtant,
lorsque l’effectif du cheptel accordé aux familles
est trop faible, le programme de donation perd en
viabilité, car beaucoup de ces familles, incapables
d’accéder à l’auto-suffisance, devront continuer à
être soutenues à long terme. Inversement, si les
familles bénéficiaires reçoivent trop d’animaux,
l’intervention perd en efficacité économique du
fait du moindre nombre de ménages aidés et du
déséquilibre introduit.
Lorsque les ménages ayant bénéficié d’un
programme de reconstitution des troupeaux
reçoivent par ailleurs une aide alimentaire, leur
viabilité économique augmente dans la mesure
où, devant vendre moins d’animaux pour couvrir
leurs dépenses, elles sont en position de faire
croître progressivement leur cheptel. L’expérience
a montré que des familles issues de sociétés
pastorales et dotées chacune de 30 caprins
continuaient à dépendre d’autres types de revenus
pendant plusieurs années.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
51
5
De la théorie à la pratique
5.1 Evaluer les besoins et les
possibilités
Il y a un monde entre aider des réfugiés à garder
quelques volailles autour de leurs habitations et
soutenir la constitution et l’entretien de grands
troupeaux bovins ou d’unités de production
intensive de poulets. Le niveau d’analyse de l’évaluation des différentes possibilités devrait de ce
fait tenir compte d’un certain nombre de facteurs,
y compris de l’expérience de ceux tentés par les
activités d’élevage, de leurs besoins, de l’échelle de
leurs projets et des risques d’atteintes à l’environnement. Les exercices ci-dessous s’avèreront utiles
pour se faire une idée précise des besoins et des
alternatives envisageables :
➤ Rechercher et interpréter les éventuels règles et
droits qui s’appliquent en matière d’animaux
domestiques dans la situation qui se présente ;
➤ Identifier les parties prenantes et se mettre en
rapport avec elles à tous les niveaux, notamment pour déterminer leur expérience, mieux
cerner leurs besoins et leurs préférences et
recenser les ressources disponibles susceptibles
de contribuer aux activités d’élevage ;
➤ Déterminer les principales caractéristiques de
la région – les facteurs environnementaux et
socio-économiques à même d’orienter les
choix quant à la composition et à l’effectif du
cheptel qu’il serait possible d’entretenir ; et
➤ Réunir et assimiler l’ensemble des informa-
tions afin de dresser le profil général de la
situation ; s’entretenir ensuite ouvertement
avec toutes les parties prenantes au sujet des
recommandations concernant les actions à
prendre.
52
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Une équipe de
décideurs évalue les
besoins et étudie les
possibilités
La planification préalable et les actions au
niveau décisionnel doivent avoir pour but de créer
un environnement qui soutienne et encourage
divers niveaux de production animale au sein des
populations réfugiées, rapatriées et locales. En ce
qui concerne les petits élevages – volailles, porcs
ou lapins – confinés à l’intérieur du périmètre des
camps ou des sites d’installation, il est peu probable que l’Etat hôte, la communauté d’accueil ou
les divers organismes fassent montre d’un intérêt
particulier ou entreprennent d’imposer des restrictions. En revanche, dans le cas d’animaux de
plus grande taille, et notamment d’espèces nécessitant de l’espace et des ressources naturelles audelà du voisinage immédiat du camp, leur visibilité et leur impact sont plus susceptibles de susciter l’intérêt et les réserves des collectivités et des
populations locales.
5.1.1 Tirer au clair les règles et les droits
Il convient dans un premier temps de se pencher
sur le contexte juridique afin de s’enquérir des
limitations et des opportunités existant dans les
textes législatifs qui s’appliquent à l’échelon international et local ainsi que dans les accords et les
règles touchant aux opérations d’aide aux réfugiés.
Qu’est-il possible de faire et, inversement,
qu’est-ce qui n’est pas autorisé ? Quelles politiques
et quels principes sont-ils à même d’influer sur
la promotion et l’adoption d’activités axées sur
l’élevage ? Ainsi :
➤ La législation du pays d’accueil aborde-t-elle la
question des animaux domestiques dans les
situations d’accueil de réfugiés ? Comment
l’interpréter dans les conditions du cas qui
nous intéresse ?
➤ La législation offre-t-elle des opportunités sus-
L’analyse des règles et des droits des parties
prenantes permet de traiter d’entrée un certain
nombre de points importants. Les autres questions qui auront peut-être à être soulevées sont les
suivantes :
➤ Quel niveau de présence animale sera ou non
acceptable ?
➤ Qui est légalement responsable de quoi dans le
contexte d’accueil de réfugiés ?
ceptibles d’aider à promouvoir des pratiques
durables et respectueuses de l’environnement ?
➤ Quels intérêts et droits locaux doivent être pris
➤ Quels accords concernant les activités d’éle-
➤ Comment les intérêts et les responsabilités de
vage des réfugiés existent entre l’organisme
chef de file d’aide aux réfugiés et le gouvernement du pays hôte ? Comment les interpréter ?
chaque partie prenante peuvent-ils être transformés en soutien et/ou en participation
constructive aux activités d’élevage des
réfugiés ?
➤ Quelles autres organisations, institutions et
en compte ?
individus ont le droit de participer aux discussions et de contribuer aux décisions ? Quelles
sont leurs opinions respectives ?
➤ Quelles activités d’élevage peuvent entraîner
Les consultations initiales doivent être aussi
larges que possible, notamment auprès des populations réfugiée et locale. Il est également indispensable de prendre l’avis des institutions des Nations
Unies – et du HCR en particulier – des autres
organisations humanitaires, des services de l’Etat
hôte et des organisations non gouvernementales
(ONG). Il peut s’avérer nécessaire, dans certains
cas, de rechercher ici les conseils de spécialistes.
➤ Quelles sources d’expertise technique, de
L’analyse des parties prenantes et des institutions permettra de mieux répertorier et comprendre les intérêts et les rôles de chacun et de lancer
le processus de définition des responsabilités et
des droits, à savoir, les responsabilités dévolues ou
sous-entendues (dans le cas des organes dépendant des institutions ou du gouvernement) et les
droits légaux ou moraux dans le cas des populations réfugiée et autochtone. Ainsi sera-t-il
possible de commencer à discerner ce qui est
possible ou non d’entreprendre à ce moment précis, et éventuellement à l’avenir.
La prochaine étape consiste à déterminer les
perspectives et les contributions possibles de chacun d’entre eux. Le Tableau 12 expose une
manière d’y parvenir.
des processus susceptibles d’avoir des conséquences ailleurs ?
savoirs locaux et de compétences en vulgarisation sont accessibles ou disponibles ? Quelles
procédures d’appel et quels aspects du suivi et
de l’évaluation peuvent et doivent être mis au
point ? et
➤ Quelles sont les autres sujets à prendre en
considération ? De quelle manière peuvent-ils
avoir une incidence ?
5.1.2 Les parties en présence
Il est important de bien comprendre
certains aspects de la culture, des intérêts et des
besoins auxquels l’on est confronté. Les activités
de projet doivent s’appuyer sur le corpus de
connaissances déjà acquis par les membres de la
population et reconnaître leurs positions et leurs
priorités. Il est également important de bien
appréhender les rôles et les responsabilités de
chacun, les processus de prise de décision au
niveau de la famille et de la communauté ainsi que
les facteurs à même de peser sur ces décisions.
Il sera ainsi possible de mieux répondre aux
questions suivantes :
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
53
Tableau 12. Un outil pour analyser les règles, les droits et les rôles
Les règles, droits et rôles des diverses parties prenantes
Enjeu ou domaine à analyser
Le HCR
Le
gouvernement
hôte
Quelles sont les parties qui imposent
une réglementation (y compris les
déclarations de principes, règlements
d’application et décrets) qui touche à
l’utilisation des ressources et à la
mise en place d’activités agricoles ?
Fournir une brève interprétation de
ces règlements pour chaque partie.
Quelles organisations, organismes,
ministères, etc. sont légalement
responsables de la terre et/ou des
ressources du secteur, ou sont
directement ou indirectement affectés
par la présence de réfugiés ? Fournir
une brève interprétation des
responsabilités pour chaque partie.
Quelles communautés ont un droit
légal sur la terre et/ou sur les
ressources du secteur, ou des
prétentions recevables dans ce
domaine ? De quelle manière leurs
droits, leurs intérêts et leurs besoins
peuvent-ils être pris en considération
? Résumer brièvement les
revendications de chacune.
Qui sont officiellement en charge du
soutien et de l’orientation des
activités d’élevage et du
développement des moyens de
subsistance ? Quels sont leurs
mandats ? Sont-ils en mesure de les
remplir ? Fournir un bref résumé
pour chacun.
Quelles communautés sont-elles
touchées par l’utilisation, acceptable
ou abusive, des ressources dans le
secteur affecté par les réfugiés ?
Résumer brièvement les
conséquences pour chacun.
Quelles seront les approches adoptées
par les différentes parties prenantes
dans leurs contributions à la
conception, à la planification, au
soutien et au suivi des activités
agricoles ? Fournir un bref résumé de
chaque.
(D’autres points ou domaines sont
susceptibles d’être relevés au cours
de la planification et de la conduite
de cette analyse).
54
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Les ONG
Les groupes
issus de la
population locale
Autres
Ce qui en ressort
Ces réglementations vontelles dans le même sens ?
Quelles en sont les
implications ?
Comment prendre en
compte ces intérêts et ces
responsabilités ?
Comment résoudre les
conflits de droits, de
besoins et d’intérêts ?
Lorsqu’il y a plusieurs
détenteurs d’intérêts,
l’ensemble des intérêts et
des ressources sont-ils
compatibles ?
De quelle façon leurs
intérêts et leurs besoins
peuvent-ils être pris en
compte ?
Fusionner les intérêts et les
besoins.
➤ Qui prend les décisions en matière d’élevage ?
➤ Relever les ressources particulières de la région
Les hommes par exemple, sont plus fréquemment responsables des bovins, tandis que les
ovins et caprins dépendent plutôt des femmes
– mais la garde des troupeaux est souvent
l’affaire de jeunes hommes, voire d’enfants ;
qui, du fait de leur vulnérabilité, devraient être
préservées des animaux ;
➤ Relever les menaces éventuelles pesant sur les
➤ Qui, dans la communauté (réfugiée ou locale),
activités d’élevage, telles que le vol, et les problèmes de concurrence avec les animaux des
populations locales pour le pâturage ;
est en position d’influencer les prises de décisions ?
➤ Etre conscient des maladies et des autres
➤ Quels types d’animaux et en quel nombre les
réfugiés ont-ils emportés avec eux ?
➤ Quelle forme d’élevage les réfugiés connais-
sent-ils le mieux ?
➤ Qu’est-ce que les individus doivent savoir
avant de pouvoir prendre des décisions en
matière d’élevage ? Qu’est-ce qui influence
leurs décisions (leur histoire, leurs besoins,
leurs connaissances, leurs savoir-faire et leurs
sensibilités) ?
➤ Quelles organisations oeuvrant dans la région
ou auprès des réfugiés peuvent apporter leur
soutien aux activités d’élevage ?
5.1.3 Caractéristiques de la région
Partout où des activités d’élevage sont envisagées,
quel qu’en soit le contexte, il est essentiel de :
➤ Bien connaître les paramètres de l’environne-
ment – le climat, les ressources en eau, les sols
et les différents types de végétation – afin
d’orienter la sélection des animaux et de déterminer la capacité de charge du milieu ;
➤ Relever les éléments ou les secteurs susceptibles
d’avoir des répercussions sur la santé ou la
productivité des animaux dans la zone où sont
présents les réfugiés ;
➤ Relever les secteurs susceptibles d’être mis à
mal par les animaux, tels que les espaces protégés, des zones très fragiles ou précieuses, les
sites consacrés, les champs et les points d’eau,
et tout site où les animaux peuvent poser des
problèmes aux populations ;
nuisances, pour les activités d’élevage, qui
prévalent ou sont susceptibles d’exister dans la
région ; et
➤ Se familiariser avec les utilisations traditionnel-
les des secteurs accueillant les réfugiés.
Lorsque des activités d’élevage sont prévues,
avec notamment des effectifs significatifs de
bovins, ovins, caprins et d’autres animaux de taille
similaire, il est conseillé d’évaluer, en commandant une étude d’impact sur l’environnement, les
répercussions sociales, économiques et environnementales potentielles qui pourraient en découler
et qui seraient susceptibles d’être prévenues ou
atténuées par des actions responsables en temps
opportun. Il convient ici de se reporter aux directives du HCR en matière d’évaluation environnementale (HCR, 2005).
5.1.4 Assembler les pièces du puzzle
S’il est facile de réunir une grande quantité
d’information, l’interprétation de ces données
s’avère souvent plus problématique, surtout en ce
qui concerne l’exploitation des résultats.
A ce stade, le plus utile et le plus commode
consiste à tenter de se donner une vue d’ensemble
de la situation – présente et potentielle – et de
mettre au point une stratégie simple. Ce travail
peut prendre la forme d’un texte rédigé ou de
schémas, préférablement dans le cadre d’un exercice d’équipe auquel participeraient des parties
prenantes locales afin de s’assurer qu’elles ne
soient pas exclues d’entrée. Les principaux points
à ne pas oublier lorsqu’il s’agit d’élaborer une
stratégie en matière d’élevage sont les suivants :
➤ Les règles régissant les activités d’élevage,
notamment dans le cas des espèces les plus
grandes ;
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
55
➤ Les points d’eau ;
➤ Le fourrage saisonnier ; la répartition des zones
de pâturage et leur accès ;
➤ Les pratiques zootechniques des populations
locales et des peuples nomades éventuellement
présents dans la région ;
➤ La prévention et le contrôle des maladies ;
➤ Les opportunités de commercialisation ;
➤ Les responsabilités en matière de gestion des
activités d’élevage – les personnes chargées de
garder les troupeaux et ainsi de suite ; et
➤ Les zones interdites – les sites remarquables sur
le plan biologique ou culturel et les terrains en
cours de restauration – éventuellement sur un
mode saisonnier uniquement.
L’examen et la discussion de ces différentes
questions permettront de construire une réponse
plus précise et plus pertinente au problème des
activités d’élevage. Cette stratégie globale pourra
par la suite être réajustée en cas de modification de
l’un des paramètres, par exemple de la taille du
cheptel ou de sa composition.
5.2 Soutenir les activités d’élevage
5.2.1 Le soutien aux activités de formation
et de conseil
Les projets mettant en jeu des animaux domestiques sont susceptibles de nécessiter une assistance
à de multiples niveaux. Les personnes peu expérimentées en la matière qui sont tentées par l’élevage en tant que moyen de se procurer un revenu
devront être constamment épaulées, du moins au
début, dans le choix des animaux et des systèmes
de production les mieux adaptés. Les éleveurs déjà
rompus aux bases du métier auront sans doute
moins besoin d’aide à ce niveau, mais pourront
trouver nécessaire ou avantageux de bénéficier
d’informations sur la lutte contre les maladies, les
possibilités d’améliorer l’alimentation des bêtes et
les options de gestion mieux adaptées au contexte
particulier dans lequel ils se trouvent en tant que
réfugiés ou rapatriés.
56
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
En outre, dès que des activités mercantiles
commencent à se développer autour de l’élevage,
avec la transformation et la vente de petits produits ou l’abattage régulier de têtes de gros bétail
pour en écouler la viande sur les marchés, une certaine dose d’encadrement et d’assistance peut
s’imposer. Les éleveurs auront ici besoin d’être
conseillés et formés et d’avoir accès à des spécialistes connaissant bien la santé animale, les techniques vétérinaires et les substances pharmaceutiques. Dans le même temps, il pourra s’avérer
nécessaire de mettre en place des mesures réglementaires pour s’assurer que les viandes commercialisées soient surveillées et contrôlées dans le but
de protéger les consommateurs de toute contamination.
Dans le cadre des opérations d’aide aux
réfugiés du HCR, une bonne partie de ce travail
de réglementation est pris en charge par les secteurs de la santé et de l’environnement. Des organismes spécialisés, généralement responsables de
l’assainissement, de la gestion des déchets, de la
commercialisation des produits alimentaires et de
l’éducation à l’environnement, sont habituellement mandatés pour construire un dispositif
d’abattage approprié et pour mettre en place un
mécanisme efficace d’inspection des viandes. Il
reste toutefois important de se mettre en relation
avec cet organisme en charge afin de bien se faire
spécifier ses rôles exacts et les limites de ses
responsabilités et de relever tout sujet de préoccupation particulier en rapport avec les pratiques
d’élevage (par exemple l’incidence locale de maladies à déclaration obligatoire ou d’autres épidémies susceptible de rejaillir sur l’évolution des
projets d’élevage et la production animale).
Il est par ailleurs possible d’aider les systèmes
d’élevage plus performants par :
➤ L’identification des stratégies de formation et
de vulgarisation ou conseil les mieux adaptées
aux circonstances et à la population ;
➤ La constitution d’une équipe de personnes à la
fois compétentes sur le plan technique et
dotées de bonnes aptitudes à communiquer ;
➤ La mise en place d’un accès aux intrants néces-
saires et d’un mécanisme veillant à leur bonne
distribution ; et
➤ La recherche de moyens de soutenir les activi-
tés d’élevage après la fin des aides extérieures au
projet.
Les directeurs et les organismes de mise en
œuvre doivent faire aussi rapidement que possible
l’inventaire des compétences et savoir-faire présents au sein de la communauté en matière d’élevage. Les systèmes de conseil et de vulgarisation
seront ensuite conçus en fonction de ces savoirs,
tout en tenant compte des personnes dont le
niveau de connaissance est inférieur mais qui désirent néanmoins s’engager d’une manière ou d’une
autre dans ce type d’activité. Les participants, et
tout particulièrement ceux de cette seconde catégorie, seront ainsi aidés pour lancer leur activité,
réduire autant que possible les risques pour l’environnement et maximiser les bénéfices qu’ils pourront tirer de leurs animaux en termes de moyens
d’existence. En s’appuyant sur cette première
assise, les services de conseil et de vulgarisation
pourront et devront alors permettre aux réfugiés
et rapatriés de gagner progressivement en autonomie en les aidant à devenir :
➤ Compétents sur le plan théorique et
pratique dans plusieurs domaines relevant de
l’élevage ;
➤ Engagés en faveur de l’adoption et de la mise
en application de pratiques d’élevage
appropriées pour la région, à savoir, adaptées
aux conditions du milieu et respectueuses des
activités économiques et des sensibilités
culturelles des populations autochtones ;
➤ Capables de se donner les moyens d’accéder
aux ressources nécessaires pour les systèmes de
production qui les concernent (tels que des
instruments et des substances vétérinaires ou le
matériel pour le maniement des animaux) ; et
➤ Prêts à investir le temps et les efforts
physiques nécessaires pour mettre en place et
poursuivre les orientations techniques et
économiques choisies.
Les services sanitaires vétérinaires constituent
le point de contact à partir duquel amorcer une
collaboration avec les éleveurs. Bien que ces
derniers ne recherchent pas toujours des conseils
techniques, ils ont cependant souvent besoin
de disposer d’une aide en cas de problèmes
sanitaires (tels que des maladies ou des blessures)
et d’avoir accès à des substances pharmaceutiques
vétérinaires. Un réseau destiné à traiter les
problèmes de santé animale devra disposer :
➤ De techniciens vétérinaires suffisamment
compétents sur le plan théorique et technique ;
➤ D’un accès au matériel et aux médicaments
vétérinaires pertinents ;
➤ De mécanismes de financement pour rétribuer
ce personnel et rembourser le coût des
médicaments utilisés ;
➤ De mécanismes pour veiller à ce que les
techniciens vétérinaires soient tenus
responsables en ce qui concerne leur travail et
leur usage des médicaments ; et
➤ Dans la mesure du possible, de l’appui de
vétérinaires.
Les techniciens vétérinaires auront par
ailleurs à conduire des activités de conseil et de
vulgarisation, permettant aux propriétaires
d’animaux de bénéficier des nouvelles
connaissances et techniques et d’améliorer leurs
systèmes de gestion et de production.
5.2.2 Le suivi
Comme c’est le cas avec tout type d’activité, un
suivi attentif et détaillé est l’élément indispensable
qui permet d’intervenir à temps et avec succès sur
tous les aspects des projets de soutien aux activités
d’élevage et à la gestion rationnelle des cheptels.
Ces initiatives pouvant avoir des dimensions
multiples, il est impossible de décrire ici une
procédure standard de suivi. Une fois récoltées les
données de référence en rapport avec les activités
concernées, des indicateurs clairs et mesurables
devront être choisis en collaboration avec des
représentants des populations participantes et des
organismes de mise en œuvre, en prenant soin
d’attribuer de manière explicite les responsabilités
du suivi des différents aspects à des personnes ou
à des groupes de personnes bien déterminées.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
57
Des réunions seront alors organisées périodiquement pour rencontrer les parties prenantes
intéressées et partager ouvertement, régulièrement
et en temps opportun les informations réunies
dans le cadre du processus décrit ci-dessus, dans le
but de pouvoir prendre des mesures correctrices le
cas échéant. Quelques indicateurs utiles sont
58
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
présentés à l’Annexe III afin d’aider le lecteur à
évaluer les risques environnementaux les plus
fréquemment associés aux activités d’élevage dans
les situations d’accueil de réfugiés ou de rapatriés.
Certains contextes particuliers exigeront ce
pendant que d’autres indicateurs soient spécialement mis au point.
6
Référénces et
compléments de
bibliographie
Adjare, S. 1984. The golden insect. A handbook on
bee-keeping. Londres, Intermediate Technology
Publications.
Bayer, W. et Waters-Bayer, A. 1995. Forage alternatives from range and field: pastoral forage
management and improvement in the African
drylands. In: Scoones, I. (ed). Living with uncertainty. New directions in pastoral development in
Africa. Londres, Intermediate Technology
Publications.
De Haan, C. et Blackburn, H. 1995. The balance
between livestock and the environment. In:
Livestock Production and Human Welfare. VIIIème
Congrès international de l’Association des institutions de médecine vétérinaire tropicale, Berlin, du
29 au 25 septembre 1995.
Defoer, T., Budelman, A., Toulmin, C. et Carter,
S.E. (eds.) 2000. Building common knowledge:
participatory learning and action research (part
1). In T. Defoer & A. Budelman (eds). Managing
soil fertility in the tropics. A resource guide for participatory learning and action research. Royal
Tropical Institute, Amsterdam.
FAO. 1982. Crop residues and agro-industrial byproducts in animal feeding. FAO Animal Health
and Production Paper No. 32, Rome.
FAO. 1988. Village milk processing. FAO Animal
Health and Production Paper No. 69, Rome.
FAO. 1990. Manual of simple methods of meat preservation. FAO Animal Health and Production
Paper No. 79, Rome.
FAO. 1990. The technology of traditional milk products in developing countries. FAO Animal
Health and Production Paper No. 85, Rome.
FAO. 1990. Community forestry. Herders’ decision-making in natural resources management in
arid and semi-arid Africa. Community Forestry.
Note No. 4. Rome.
FAO. 1992. Feed from animal wastes: feeding
manual. FAO Animal Health and Production
Paper No. 28, Rome.
FAO. 1992. Legume trees and other fodder trees as
protein sources for livestock. FAO Animal Health
and Production Paper No. 102, Rome.
FAO. 2001. Mixed Crop-Livestock Farming.
FAO Animal Production and Health Papers 152.
FAO, Rome.
HCR. 1998. Environmental Guidelines: Livestock
in Refugee Situations. HCR, Genève.
HCR. 2002a. Refugee Operations and
Environmental Management: A Handbook of
Selected Lessons Learned from the Field. HCR,
Genève.
HCR. 2002b. Les options en matière de cuisson des
aliments dans les situations liées aux réfugiés : un
recueil d’expériences acquises en matière d’économie
de l’énergie et de combustibles alternatifs. HCR,
Genève.
HCR. 2005. A Handbook on Environmental
Assessment. HCR, Genève.
Hodges, J. 1991. Sustainable development of animal genetic resources. World Animal Review 68:
pp. 2–10, Rome, FAO.
IIED. 1994. Rapid Rural Appraisal Notes No. 20.
Special Issue on Livestock. Londres, Institut international pour l’environnement et le développement.
Mace, R. 1988. A model of herd composition that
maximises household viability and its potential
application in the support of pastoralists under
stress. Pastoral Development Network Paper 26b.
ODI, Londres.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
59
Ogle, B. 1998. Livestock Systems in Semi-Arid SubSaharan Africa. Compte-rendu d’une conférence
sur les femmes en agriculture et les technologies
modernes de communication (Conference on
Women in Agriculture and Modern
Communication Technology). Danemark.
Perrier, G. 1995. New directions in range management planning in Africa. In: Scoones, I. (ed).
Living with uncertainty. New directions in pastoral
development in Africa. Londres, Intermediate
Technology Publications.
Singh, K. et Schiere, J.B. (eds.) 1995. Handbook
for straw feeding systems. Principles and applications
with emphasis on Indian livestock production.
Conseil indien des recherches agricoles (ICAR),
Krishi Bhavan, New Delhi, et le Department of
Animal Production Systems, Wageningen
Agricultural University, Pays-Bas. 428 pp.
Pretty, J.N. 1995. Regenerating agriculture. Policies
and practice for sustainability and self-reliance.
Londres, Earthscan. 320 pp.
Toulmin, C. 1995. Tracking through drought:
options for destocking and restocking. In:
Scoones, I. (ed). 1995. Living with uncertainty.
New directions in pastoral development in Africa.
Londres, Intermediate Technology Publications.
Reijntjes, C., Haverkort, B. et Waters-Bayer, A.
1992. Farming for the future. An introduction to
low-external input and sustainable agriculture.
Leusden, pays-Bas, Macmillan, ILEIA. 250 pp.
Waters-Bayer, A. et Bayer, W. 1994. Planning
with pastoralists: PRA and more. Eschborn, GTZ.
Schmitz, H., Sommer, M. et Walter, S. 1991.
Animal Traction and Rainfed Agriculture in Africa
and South America. Publications du GTZ-GATE.
Braunschweig, Viehweg Verlag.
60
Scoones, I. (ed). 1995. Living with uncertainty.
New directions in pastoral development in Africa.
Londres, Intermediate Technology Publications.
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Annexe
I
Des animaux adaptés à
chaque situation
L’élevage d’abeilles ou apiculture
Introduction
L’apiculture est une activité peu coûteuse qui permet, avec un niveau de compétences élémentaire et un
peu de ressources, de produire du miel – un aliment énergétique précieux présentant de multiples autres
intérêts, y compris médicinaux. Plus le savoir-faire et les connaissances sont développés, plus la qualité de
la production est élevée.
Paramètres de l’environnement
Il est possible d’élever des abeilles dans des régions à climat tempéré, semi-aride ou tropical dès lors qu’il
existe une végétation abondante produisant des fleurs régulièrement tout au long de l’année, sur de
longues périodes. Les abeilles doivent en outre avoir accès à de l’eau.
Répercussions sur l’environnement
L’apiculture est sans doute l’une des activités d’élevages les plus inoffensives qui soient sur le plan
écologique. Si les impacts négatifs sur l’environnement sont toujours rares – lorsqu’ils existent – en
revanche, les répercussions positives sont nombreuses.
Il reste que les abeilles récoltent le nectar des fleurs, y compris des plantes cultivées. Lorsque les champs
sont traités avec des pesticides, le nectar est susceptible de contenir des traces de ces substances chimiques
qui se retrouveront plus tard dans le miel. Comme certains de ces composés affectent les abeilles et leur
sont même parfois fatals, des colonies entières peuvent être décimées si les ouvrières rapportent des
pesticides dans la ruche.
Répercussions sociales
En général, les objections exprimées à propos des activités apicoles sont dues à la peur qu’inspirent souvent
les abeilles et qui ne se déclare que lorsque les personnes ont conscience de leur présence. Il est important
ici de choisir avec soin l’emplacement des ruchers (groupes de ruches placées près les unes des autres) afin
de veiller à ce que les abeilles et les ruches elles-mêmes ne soient pas dérangées. Diverses solutions existent,
comme l’installation des ruches dans des arbres (de manière à être difficiles à atteindre et à faire circuler
les abeilles au-dessus de la zone fréquentées par les humains) ou à proximité de haies (de manière à ce
qu’elles soient moins visibles et à obliger les abeilles à voler par-dessus les obstacles et la tête des passants).
Systèmes de production
Les trois règles principales de l’apiculture de base dans les situations d’accueil de réfugiés sont les
suivantes :
➤ Placer les ruches de telle sorte que les abeilles aient accès à des plantes en fleur (qu’elles butinent pour
en récolter le nectar) et à de l’eau ;
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
61
Un rucher mal géré peut
poser de sérieux problèmes
de voisinage
➤ Placer les ruches de sorte à éviter qu’elles soient dérangées, que le miel soit volé ou prélevé par des
ravageurs, que les abeilles soient affectées par des pesticides ou que leur présence soit une source de
gêne pour la population ; et
➤ Adopter de bonnes pratiques de récolte – réalisant des rendements maximaux tout en laissant
suffisamment de réserves pour les abeilles, ou récoltant suffisamment tôt pour laisser aux abeilles le
temps de reconstituer leurs réserves vitales avant les périodes les moins productives de l’année, lorsque
les sources de nectar sont rares.
Ce que les apiculteurs doivent connaître :
➤ Les plantes mellifères de la région, et les saisons auxquelles elles fleurissent ;
➤ Les techniques de base nécessaires au travail avec les abeilles, en particulier pour récolter le miel sans
endommager les colonies ; et
➤ La marche à suivre, entre la récolte du miel et son conditionnement, pour éliminer les impuretés,
prévenir les contaminations et veiller à ne pas gâter le produit en l’extrayant de la cire.
Installation
Il y a dans la plupart des communautés rurales des personnes qui pratiquent l’apiculture, aussi les savoirfaire et les connaissances requises existent-elles presque toujours au sein d’une population de réfugiés ou
de rapatriés. Le mieux est de rechercher ces personnes, d’évaluer leur expérience et d’étudier leurs besoins
ainsi que les possibilités d’exercer l’apiculture ou peut-être d’améliorer des pratiques déjà présentes de
production de miel. Seront également concernées la gestion des ressources naturelles et la planification de
l’utilisation des terres. L’apiculture est une manière particulièrement intéressante de tirer parti de zones où
le surpâturage et la mise en culture sont déconseillés, et constitue une activité de production alternative
venant compléter des actions de protection, par exemple au niveau de bassins d’alimentation en eau ou de
forêts galeries le long des rivières.
62
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
L’élevage de lapins ou cuniculture
Introduction
Les lapins sont faciles à élever et à reproduire et constituent une source de viande intéressante. Les coûts
de production sont négligeables, une fois construits les clapiers ou les enclos destinés à accueillir ces
animaux, et la quantité de travail à fournir est peu importante. C’est une activité que les enfants prennent
en charge dans beaucoup de régions du monde. Les lapins sont nourris de plantes fraîches, y compris de
déchets de légumes, et consomment peu d’eau. La litière souillée des cages peut être ajoutée au compost.
Paramètres de l’environnement
Comme les lapins sont généralement gardés en cage, leur élevage est possible dans presque toutes les
conditions.
Répercussions sur l’environnement
Il semblerait que les lapins domestiques ne posent que très peu de problèmes environnementaux. Le
principal est peut-être qu’ils tendent à attirer les serpents et autres prédateurs au voisinage des clapiers.
Répercussions sociales
La consommation de lapin, peu répandue dans beaucoup de cultures, n’est pas sans poser certaines
difficultés d’un point de vue social. La viande est ainsi parfois uniquement donnée aux enfants. Sur le plan
des interactions entre ménages voisins et entre populations réfugiée et locale, les conflits sont toutefois
peu probables.
Systèmes de production
Les principales règles à respecter pour l’élevage de lapins dans les situations d’accueil de réfugiés sont les
suivantes :
➤ Contrôler la reproduction, afin de produire suffisamment d’animaux pour la consommation humaine
tout en évitant la consanguinité ;
➤ Fournir régulièrement des aliments frais ; et
➤ Bien fermer les clapiers ou les enclos pour empêcher les prédateurs de s’attaquer aux lapins.
Ce que les éleveurs de lapins doivent connaître :
➤ Les plantes et autres aliments à distribuer à leurs bêtes et les endroits où les trouver ;
➤ Les bonnes pratiques en matière d’hygiène et de soins aux animaux ; et
➤ Comment distinguer les mâles des femelles, les manipuler, gérer l’élevage, abattre les animaux et
transformer les produits.
Installation
Beaucoup de projets introduisant la cuniculture et proposant des formations dans ce domaine s’appuient
sur des groupes associatifs. Comme les lapins se multiplient très vite, des unités de production initialement
montées à des fins de démonstration et de formation peuvent rapidement fournir des animaux de
reproduction aux membres de ces groupes. Toutefois, comme la reproduction constitue l’un des aspects
les plus importants de la cuniculture, il convient de se doter d’une bonne population d’animaux
reproducteurs que les différents éleveurs pourront s’échanger régulièrement.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
63
L’élevage de volailles ou aviculture
Introduction
Elever des volailles est une activité peu onéreuse permettant de produire des œufs et de la viande avec des
compétences très élémentaires et des ressources modestes. Les principales espèces élevées dans les situations
d’accueil de réfugiés et de rapatriés sont les poules, les canards et les dindes et dindons. Ils constituent une
bonne source de protéines nécessitant peu d’intrants, peu de frais et peu de travail.
Paramètres de l’environnement
Les volailles se prêtent à pratiquement tous les types de climat, de tempérés à semi-arides et tropicaux. Les
déchets de cuisine et les résidus de récoltes leur conviennent parfaitement pour se nourrir. Tout comme
les porcs, les volailles excellent dans la recherche autonome de leur nourriture parmi les détritus éparpillés.
Répercussions sur l’environnement
Lorsque les oiseaux sont laissés en liberté autour des habitations, l’élevage de volailles peut constituer une
activité à très faible impact sur l’environnement. Les oiseaux sont même susceptibles d’avoir un effet positif
sur les animaux indésirables, dérangeant et décourageant les serpents, chassant les insectes et autres
invertébrés et consommant des déchets qui pourraient attirer les rongeurs. Cependant, lorsqu’ils sont
contenus sur de petites surfaces où leurs fientes s’accumulent, l’élevage peut devenir une source de pollution.
Les races de poules de la région ou adaptées aux spécificités locales sont les plus appropriées en ce qu’elles
sont en mesure de prospérer et de produire en dépit des conditions du milieu, des ravageurs, des maladies
et des prédateurs. Les races améliorées ou importées ne sont intéressantes que dans le cadre d’élevages
intensifs, bénéficiant d’aliments de qualité supérieure et d’un accès permanent à des médicaments.
Il reste cependant que les poules constituent une proie facile pour les nuisibles et qu’elle sont sensibles à
de nombreux problèmes pathologiques – depuis les parasites externes aux infections à virus, bactéries ou
protozoaires – contre lesquels elles doivent être traitées. Les volailles les plus résistantes sont sans doute les
canards, qui souffrent de peu de maladies graves et qui tolèrent des conditions climatiques très diverses.
Répercussions sociales
Il est rare que les élevages de volailles rencontrent des objections, à moins que les oiseaux ne deviennent
gênants en attaquant les récoltes dans les jardins, en pénétrant dans les cuisines et en recherchant leur
nourriture dans des lieux où ils sont indésirables.
Systèmes de production
Les principales règles à respecter en matière d’aviculture dans les situations d’accueil de réfugiés sont les
suivantes :
➤ Construire un poulailler bien conçu pour abriter les oiseaux la nuit, contre les vols et les prédations ;
➤ Construire un enclos grillagé pour contenir les mouvements des oiseaux pendant au moins une partie
de la journée, afin d’encourager les poules à pondre dans des endroits où les œufs peuvent être recueillis
et afin de protéger les poussins des prédateurs ; et
➤ Bénéficier d’un accès à des médicaments ou à des remèdes traditionnels et s’informer sur leur utilisation
pour lutter contre les maladies et les parasites.
Ce que les éleveurs de volailles doivent connaître :
➤ Comment reconnaître et combattre les animaux nuisibles et les maladies ; et
➤ Comment optimiser la production en jouant sur l’alimentation.
64
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Installation
L’élevage de volailles étant une activité connue par au moins quelques personnes dans la plupart des
communautés, il est vraisemblable que certains réfugiés en auront déjà eu l’expérience. Il est même
possible qu’ils aient emporté des oiseaux avec eux, auquel cas cette activité se développera sans doute
spontanément. Toute stratégie visant à généraliser et à améliorer ce type d’élevage devrait s’appuyer sur les
savoir-faire et les oiseaux qui sont déjà présents sur les lieux. Un axe de travail à développer relativement
tôt au cours des opérations est la mise en commun et la valorisation des savoirs populaires des réfugiés
comme des habitants locaux concernant les soins et les traitements des volailles à base de matières
premières disponibles sur place.
L’élevage de poissons, pisciculture ou aquaculture
Introduction
L’aquaculture présente des opportunités considérables et des avantages pratiques indéniables dans les
situations d’accueil de réfugiés. Les installations requises sont très simples et les intrants nécessaires très
modestes. Intégrée dans une exploitation agricole, elle devient encore plus intéressante : ainsi, l’élevage de
canards s’associe très bien avec une aquaculture semi-intensive, les canards contribuant par ailleurs à lutter
contre les escargots susceptibles de s’attaquer à certaines cultures. Les espèces de poissons couramment
élevées dans des systèmes de ce type comprennent notamment le tilapia, le poisson-chat et la carpe.
Paramètres de l’environnement
La pisciculture est possible sous presque tous les climats, bien que cette activité devienne plus difficile et
moins productive dans les régions froides. Les bassins doivent être établis loin des cours d’eau et des lacs
afin d’éviter que les poissons élevés ne s’échappent et s’installent dans les écosystèmes naturels. Dans les
régions particulièrement chaudes, il est parfois nécessaire de prévoir un ombrage pour protéger les
poissons et ralentir l’évaporation. .
Répercussions sur l’environnement
Les bassins de pisciculture d’eau douce en système semi-intensif posent peu de problèmes écologiques.
Dans les régions tropicales, où le recyclage des matières organiques est rapide, les effluents et la vase
extraite des bassins peuvent servir à fertiliser les champs ou à enrichir d’autres bassins, enrichissement que
l’on aura soin de ne pas laisser devenir excessif. Des précautions s’imposent également là où les bassins sont
susceptibles d’affecter le sous-sol, lorsque le niveau de la nappe phréatique est élevé ou en cas de risque
d’inondations, ces dernières pouvant mêler les eaux riches et concentrées des élevages à celles du réseau
hydrographique. Dans les systèmes semi-intensifs, le recours aux produits chimiques est habituellement
limité, mais il convient toutefois d’user de prudence lorsque des antibiotiques ou d’autres substances sont
employées.
Dans toute la mesure du possible, seules des espèces indigènes, normalement présentes dans la région,
doivent être élevées, dans le souci de prévenir tout risque de colonisation des cours d’eau par des espèces
exotiques qui se seraient échappées – des incidents qui peuvent avoir des conséquences catastrophiques
pour la faune et la flore locale.
Répercussions sociales
De manière générale, la pisciculture est plus répandue dans les cultures asiatiques qu’ailleurs, mais rien ou
presque ne s’oppose à ce que cette activité se développe sur les autres continents. Si les réserves enregistrées
mentionnent souvent le risque que les bassins d’eau douce puissent favoriser la propagation de certaines
maladies en hébergeant les hôtes intermédiaires de parasites, comme dans le cas des bilharzioses, ou en
offrant des sites de reproduction aux moustiques, ces problèmes sont en réalité tout à fait limités dans les
bassins bien gérés, qui hébergent des densités suffisantes de poissons et ne sont pas envahis par la
végétation. Qui plus est, certaines espèces sont même en mesure, par leur comportement alimentaire, de
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
65
contribuer à freiner la propagation de ces maladies. L’essentiel est que le pisciculteur soit bien informé des
maladies d’origine hydrique qui sévissent dans la région et qu’il sache prendre les mesures préventives qui
s’imposent. Ici, la présence d’un conseiller agricole expérimenté peut s’avérer déterminante pour la bonne
gestion des bassins et l’atténuation des risques sanitaires de ce type.
Dans un autre domaine, il est important d’user de prudence dans la répartition des différentes tâches
relevant de l’aquaculture : par exemple, dans certaines sociétés, les femmes ne sont pas autorisées à pêcher
le poisson, tandis qu’elles pourront être en charge de sa vente. Il arrive également que certaines personnes
considèrent des aliments comme impropres à la consommation humaine parce qu’ils seraient impurs ou
parce qu’ils provoqueraient des maladies. Ainsi, beaucoup refusent pour de telles raisons de consommer
du poisson qui a été nourri de déjections.
Systèmes de production
Les bassins d’eau douce peuvent se révéler hautement productifs, même sans tenir compte des avantages
supplémentaires présentés par leur intégration dans des systèmes agricoles adaptés. Au Malawi, par
exemple, dans des régions bénéficiant d’eau toute l’année, les bassins ont des rendements moyens
atteignant 1,65 tonne de poisson par hectare et par an. Dans des bassins uniquement alimentés par l’eau
de pluie, donc asséchés pendant une partie de l’année, les rendements dépassent encore 1,3 tonne par
hectare et par an.
Les principales règles à suivre en ce qui concerne l’aquaculture dans les situations d’accueil de réfugiés sont
les suivantes :
➤ Bien étudier l’emplacement des bassins pour qu’ils puissent collecter les eaux de pluies, mais également
pour éviter que des personnes ou des animaux y tombent accidentellement ;
➤ Bien choisir les espèces à élever ;
➤ Veiller à ce que l’élevage semi-intensif de poisson soit culturellement acceptable ; et
➤ Intégrer au mieux la pisciculture dans le réseau des activités agricoles afin d’en optimiser les
productions.
Ce que les pisciculteurs doivent connaître :
➤ Comment sélectionner les sujets à réserver pour la reproduction ; et
➤ Les pratiques rationnelles en matière d’hygiène des bassins.
Installation
Les systèmes installés sur la terre ferme (tels que les bassins, les rizières inondées et autres installations de
ce type) constituent sans doute l’option la plus commode dans le cadre d’une aquaculture semi-intensive
– l’autre possibilité comprenant les élevages en parcs, en compartiments ou en radeaux suspendus dans des
sites marins ou dulçaquatiques naturels. Le bassin d’aquaculture est le système le plus commun ; les bassins
varient en complexité depuis des modèles rudimentaires de petite taille alimentés par gravité jusqu’à des
versions très étendues, de forme géométrique, construites mécaniquement et dotées d’un système
sophistiqué de gestion de l’eau. Les bassins d’eau douce accueillent souvent des carpes et des tilapias, deux
espèces dont l’élevage est très répandu, tandis que des crevettes et des poissons tolérants l’eau de mer sont
élevés dans les installations d’eau saumâtre.
66
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
L’élevage porcin
Introduction
Les porcs sont souvent élevés en petit nombre et nourris de déchets de cuisine ou laissés libre à chercher
eux-même leur nourriture. Ils creusent en outre le sol avec leur groin pour déterrer des racines et des
tubercules. Ils sont généralement peu coûteux à acquérir localement et ne nécessitent pour leur entretien
qu’un niveau élémentaire de compétences et peu de ressources. Le facteur déterminant est la quantité de
nourriture disponible pour les nourrir. Il est plus rationnel, plus propre et plus efficace de garder les porcs
dans des enclos ou des stalles en leur fournissant toute la nourriture et l’eau dont ils ont besoin, mais ce
système exige par ailleurs plus de capital pour construire ces installations (qui doivent être solides car les
porcs sont très destructeurs) et plus de travail pour récolter et apporter les aliments.
Paramètres de l’environnement
Les porcs s’élèvent avec succès presque partout, du moment qu’ils sont correctement nourris, abreuvés et
abrités des éléments. Dans les régions très chaudes, ils ont également besoin d’ombre et de quantités d’eau
plus importantes, tandis qu’ils doivent être abrités lorsque le climat est froid et humide pendant de longues
périodes.
Répercussions sur l’environnement
Les principaux problèmes rencontrés avec l’élevage porcin relèvent de la santé publique. Les excréments
de porcs attirent les mouches et d’autres animaux indésirables et peuvent en outre contenir des œufs de
parasites internes susceptibles d’infester les humains. Ces risques sont particulièrement importants lorsque
les animaux circulent librement en laissant leurs déjections autour des habitations. Lorsque les porcs sont
parqués, la population humaine est moins susceptible d’être exposée, mais le fumier se concentre alors
dans un même lieu, sèche moins rapidement et favorise la multiplication des mouches. En l’absence d’une
gestion rigoureuse de ces déchets avec des nettoyages fréquents, une contamination des fossés de drainage
et des cours d’eau est possible, notamment par temps de pluie.
Répercussions sociales
Les porcs, détritivores de nature, peuvent trouver à se nourrir dès qu’ils sont laissés en liberté –
éventuellement au détriment des jardins et des champs, et cherchant à pénétrer dans les cuisines. Etant
donné qu’un comportement de ce type est susceptible de déclencher des disputes entre voisins quelle que
soit la situation, il est généralement demandé que les mouvements des animaux soient quelque peu
restreints.
Les porcs sont l’objet de tabous religieux dans beaucoup de cultures, et l’hostilité éventuelle des
populations autochtones, voire d’autres réfugiés, envers cet animal doit être prise en considération lorsque
sont envisagées l’adoption et la promotion son élevage au sein de la communauté réfugiée, notamment en
cas de proximité immédiate entre les animaux et la population.
Systèmes de production
Les règles de base de l’élevage porcin dans les situations d’accueil de réfugiés sont les suivantes :
➤ Tenir compte des éventuels tabous sociaux ou religieux existant au sein des populations réfugiée et
locale ;
➤ Veiller à nourrir les animaux de manière à ce qu’ils restent en bon état et productifs ; et
➤ Veiller à ce que les animaux ne divaguent pas au point de saccager les jardins potagers, les champs
cultivés ou toute autre denrée alimentaire.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
67
Ce que les éleveurs de porcs doivent connaître :
➤ Comment manier les porcs et conduire leur élevage ;
➤ Comment castrer les porcelets mâles ; et
➤ Comment se procurer les différentes catégories d’aliments nécessaires dans les proportions adéquates
pour maximiser la production et assurer le bon état sanitaire des animaux.
Installation
L’élevage de porcs est souvent spontané dans les situations d’accueil de réfugiés ou de rapatriés. Les
programmes gagneront à consacrer leurs efforts aux problèmes de santé publique en améliorant la gestion
des élevages, notamment en encourageant la conduite et le nourrissage en enclos.
L’élevage caprin et ovin
Introduction
Les ovins et caprins, globalement désignés par l’expression « petits ruminants », sont souvent élevés en
troupeaux mixtes. Bien que leurs comportements alimentaires diffèrent (les caprins consommant plutôt le
feuillage des petits ligneux et les ovins de l’herbe), la conduite des troupeaux, les besoins des animaux et
les intrants nécessaires à leur élevage restent très semblables. Les troupeaux mixtes permettent d’optimiser
l’utilisation de la végétation et de mieux répartir les risques pendant les périodes difficiles : en effet, la
plupart des races ovines supportent relativement bien les sécheresses mais voient leur état général se
dégrader à la saison des pluies, tandis que les caprins sont plus productifs pendant les périodes humides
et moins résistants aux conditions sèches. Les caprins exploitent par ailleurs des ressources alimentaires
plus variées, y compris des déchets de cuisine, tandis que les ovins tendent à être relativement exigeants.
Les petits ruminants sont généralement élevés en systèmes extensifs, à l’exception des troupeaux caprins
laitiers qui sont parfois maintenus en zéro-pâturage et alimentés avec des fourrages de bonne qualité
produits sur place. Il est possible de garder un ou quelques caprins en zéro-pâturage avec très peu : un petit
parc ou une stalle et quelques arbres d’émonde, des déchets de légumes et d’autres aliments de bonne
qualité nutritive. Ovins et caprins sont relativement économiques à acquérir et à entretenir et nécessitent
peu de compétences particulières.
Paramètres de l’environnement
Il existe des races ovines et caprines adaptées à différents types d’environnement, de froids et humides à
chauds et secs. Un plus grand nombre d’animaux peut être maintenu par unité de surface lorsque les
conditions sont humides et plus productives. Les caprins tendent à mieux exploiter les abords des
habitations du fait de leur comportement alimentaire opportuniste efficace.
Les petits ruminants ont des besoins en eau peu importants.
Répercussions sur l’environnement
Les ovins sont des brouteurs relativement inoffensifs, qui dégradent rarement les prairies tant que la charge
animale reste raisonnable. Les caprins, en revanche, sont parfois plus destructeurs, en particulier en ce qui
concerne les plantules et les jeunes plants. Une densité élevée de caprins sur un territoire donné peut, si
la situation se prolonge, porter gravement atteinte à la végétation, surtout dans les régions sèches.
Lorsque les petits ruminants sont traités avec des acaricides ou des insecticides pour les débarrasser de leurs
parasites externes tels que les tiques, le lieu du traitement et la gestion des effluents et des conteneurs vides
doivent être pensés avec soin. Ces substances chimiques sont en effet toxiques pour les animaux, les
oiseaux et les poissons, et les probabilités de contamination des points d’eau naturels ou aménagés doivent
impérativement être prises en considération.
68
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Répercussions sociales
Quelques petits ruminants entretenus à l’intérieur et à proximité immédiate des camps de réfugiés
suscitent rarement des objections, mais il reste que des animaux laissés à divaguer librement sont capables
d’infliger de gros dégâts aux cultures et aux jeunes arbres. Au sein même des camps, là où existent des
plantations d’arbres et des jardins potagers, une gestion trop relâchée des troupeaux est en mesure de créer
des problèmes de voisinage et de réduire à néant des programmes de plantation.
Lorsque les effectifs sont plus importants et que de grands troupeaux sont menés paître au dehors du
périmètre des camps, le problème principal est habituellement l’étendue des zones de parcours, et donc la
quantité de végétation, auxquelles les réfugiés ont accès. Comme les petits ruminants couvrent des
distances plus réduites que les bovins ou les camélidés, ils s’éloignent moins des camps et tendent de ce
fait à pâturer dans un secteur plus réduit – d’où un impact plus localisé et donc plus facilement
dommageable. Les dégâts infligés aux champs cultivés des populations autochtones et la dégradation de la
végétation naturelle, très visibles, peuvent être à l’origine de conflits.
Systèmes de production
Les trois règles fondamentales de l’élevage ovin et caprin dans les situations d’accueil de réfugiés sont les
suivantes :
➤ Veiller à ce que les animaux soient bien contrôlés afin d’éviter tout dégât sur des jeunes arbres, dans les
jardins potagers et dans les champs cultivés ;
➤ Veiller à ce que les animaux soient régulièrement traités contre les parasites internes et externes ; et
➤ S’assurer du consentement de la population locale concernant la présence de petits ruminants à
l’extérieur du camp ou du site d’installation.
Ce que les éleveurs de petits ruminants doivent connaître :
➤ Les conséquences d’un défaut de surveillance de leurs animaux sur le plan environnemental et social ;
➤ Comment manipuler les ovins et les caprins et maximiser leur production en jouant sur le contrôle de
la reproduction et sur la distribution de compléments alimentaires ;
➤ Comment prévenir et traiter les maladies.
Installation
De petits effectifs de caprins et d’ovins sont souvent spontanément entretenus dans les camps de réfugiés.
Une éventuelle intervention extérieure dans ce domaine pourra être axée sur les moyens d’améliorer la
production et les rendements de ces élevages, d’une part, et de limiter ou de prévenir les dégâts que ces
animaux peuvent occasionner autour des habitations et dans les cultures, d’autre part.
L’élevage bovin
Introduction
Les systèmes d’élevage bovin sont multiples et tous les intermédiaires existent selon la fonction des
animaux dans l’exploitation, l’environnement et le climat local et les races élevées. Les plus simples
utilisent des animaux de races locales, adaptées aux conditions qui prévalent dans la région, conduits en
extensif sur de vastes parcours où ils recherchent leur nourriture. A l’autre extrémité du continuum, on
trouve des races améliorées maintenues en stabulation, nourries avec des aliments produits spécialement
et distribués sous forme de rations équilibrées favorisant la production de lait ou la croissance en vue de
la boucherie. Les frais encourus ainsi que la nature des savoir-faire et des ressources requis varient
considérablement d’un système de production à l’autre.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
69
Paramètres de l’environnement
L’élevage bovin est possible dans une grande diversité de conditions, dans les régions froides et humides
comme dans les zones de climat chaud et sec. De manière générale, plus l’environnement est sec, plus la
surface de parcours nécessaire pour chaque animal augmente.
Tout comme les ovins, les bovins sont des herbivores qui se nourrissent presque uniquement d’herbe. Les
quantités d’eau consommées quotidiennement sont importantes.
Répercussions sur l’environnement
Les bovins peuvent être relativement destructeurs dans les zones sèches, broutant les herbacées à ras,
dérangeant les systèmes racinaires et compactant le sol. Le surpâturage est susceptible de modifier la
composition floristique, voire d’entraîner une raréfaction de la végétation laissant des plages de sol nu
exposées à l’érosion.
En outre, les bovins sont des animaux grands et lourds dont les allées et venues répétées en vastes
troupeaux le long des axes de déplacement peuvent se traduire localement par la disparition de la
végétation et la déstructuration des sols. Ce phénomène est alors à même d’entraîner ou d’aggraver des
problèmes de poussière dans les camps et à proximité ainsi que d’autres formes d’érosion.
Lorsque des troupeaux importants sont parqués, de manière permanente ou uniquement de nuit, les
déjections accumulées constituent souvent une ressource intéressante pour les jardins et les exploitations
agricoles. Toutefois, si ces parcs sont mal placés, les eaux de pluie et de ruissellement ou les effluents
peuvent contaminer les points d’eau, et des animaux indésirables (notamment des mouches) sont
susceptibles de poser des problèmes et éventuellement de propager des maladies.
Comme c’est le cas avec les petits ruminants, lorsqu’il s’agit de traiter les bovins avec des insecticides et
acaricides contre les parasites externes tels que les tiques, il convient de consacrer quelque réflexion au
choix du site de traitement et à la gestion des conteneurs et des effluents.
Répercussions sociales
A l’instar des autres espèces élevées en systèmes extensifs, le problème principal est souvent l’accès à des
zones de parcours suffisamment étendues et riches en ressources alimentaires. Comme les élevages
extensifs sont par nature moins productifs, plus d’animaux sont nécessaires pour obtenir les quantités
voulues de lait et de viande.
La superficie de parcours dont a besoin une petite population de réfugiés pour faire paître ses bovins peut
s’avérer relativement importante, jusqu’à éventuellement rencontrer l’opposition des populations locales.
En tant qu’activité se déroulant à l’extérieur des camps, l’élevage bovin extensif chez les réfugiés ne peut
être soutenu que sur la base d’accords préalablement négociés avec les populations et les collectivités
locales. Les bovins sont en outre capables d’infliger en très peu de temps des dégâts significatifs aux
champs cultivés. Les pertes de récoltes qui en résultent déclenchent parfois des conflits majeurs entre
cultivateurs et éleveurs.
Les systèmes d’élevage plus intensifs soulèvent d’autres types de difficultés. Bien que les effectifs nécessaires
soient plus faibles, la nourriture fournie doit être de meilleure qualité. L’une des méthodes les plus simples
d’obtenir une alimentation de qualité pour les bovins est d’enclore des prairies naturelles de plantes
fourragères et de couper cette herbe pour la porter aux animaux. Il reste cependant que de grandes surfaces
de pâturage sont ainsi susceptibles d’être clôturées pour les préserver des autres herbivores, ce qui peut
heurter les populations locales. Il est donc ici encore important de parvenir à des arrangements entre la
communauté des réfugiés et les populations de la région d’accueil.
70
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Systèmes de production
Les règles de base de l’élevage bovin dans les situations d’accueil de réfugiés sont les suivantes :
➤ S’assurer du consentement des populations locales ;
➤ Veiller à disposer de suffisamment d’eau et de pâturage ou de fourrage tout au long de l’année et à ce
que l’utilisation des points d’eau et des parcours ne devienne pas une source de conflit avec les
populations locales ; et
➤ Lutter contre les parasites.
Ce que les éleveurs de bovins doivent connaître :
➤ De quelle manière ils vont maintenir le niveau d’alimentation requis et/ou la productivité des zones de
parcours ;
➤ Comment bien gérer la reproduction de leurs animaux ;
➤ Comment manier les bovins ;
➤ Comment prévenir et traiter les maladies et les infestations de tiques et de vers.
Installation
Les premières questions à poser concernent la faisabilité et l’acceptabilité de l’élevage bovin dans la région,
mais également l’intérêt dont fait montre la communauté des réfugiés à l’égard de ce type d’activité et les
capacités d’acquisition d’animaux de cette espèce. Si les réponses sont toutes positives, l’étape suivante
consiste à ré-examiner les systèmes de planification de l’utilisation des terres (par exemple en ce qui
concerne les besoins et les droits en matière de pâturage et d’abreuvement) et de mettre en place des
mécanismes pour éviter que les animaux endommagent les cultures et la végétation naturelle. Les autres
points à régler concernent la fourniture des ressources nécessaires à l’entretien sanitaire des animaux, le
renforcement des compétences existantes en gestion des troupeaux et la garantie de retombées positives
pour l’ensemble de la population réfugiée et pour la population locale.
L’élevage camélides
Introduction
L’élevage des camélidés exige de bien connaître la biologie de l’espèce et d’avoir des compétences de base
quant au maniement de ces animaux et à la gestion des troupeaux. Bien que souvent coûteux à l’achat, les
camélidés exigent peu d’intrants et constituent une source importante de lait et de viande dans de
nombreuses sociétés.
Paramètres de l’environnement
L’élevage de camélidés est particulièrement bien adapté aux régions sèches, mais requiert des superficies
considérables pour nourrir les animaux. Ces derniers réussissent très bien dans des conditions arides et
semi-arides, où les bovins et les ovins ont plus de difficultés, en exploitant le feuillage des arbustes et des
arbres. Bien que beaucoup de races n’exigent pas d’être abreuvées tous les jours, les besoins globaux en eau
sont relativement élevés.
Répercussions sur l’environnement
Lorsqu’ils sont maintenus à l’intérieur d’un espace trop restreint, les camélidés peuvent avoir un impact
destructeur sur la végétation en abroutissant sévèrement les ligneux et les jeunes plants. Cependant, il est
généralement estimé que les camélidés portent moins atteinte à l’environnement que les bovins.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
71
Répercussions sociales
L’accès à suffisamment d’espace et de végétation pour nourrir les animaux constitue habituellement le
problème principal. Les camélidés doivent pouvoir exploiter de vastes territoires, ce qui n’est pas toujours
bien accepté par les populations locales pour des raisons ayant trait à la superficie des zones de parcours
et aux risques de dégâts aux cultures. En tant qu’activité menée à l’extérieur des camps, l’élevage de
camélidés par les réfugiés ne peut recevoir de soutien que dans le cadre d’accords négociés avec les
populations et les collectivités locales.
Les réfugiés les plus intéressés dans l’élevage de camélidés sont souvent des personnes qui travaillaient déjà
avec ces animaux auparavant. .
Systèmes de production
Les règles essentielles de l’élevage de camélidés dans les situations d’accueil de réfugiés sont les suivantes :
➤ S’assurer du consentement des populations locales ;
➤ S’assurer que le climat et la végétation naturelle conviennent à ces animaux ;
➤ S’assurer que des espaces suffisant de pâturage sont disponibles ; et
➤ Posséder les connaissances et les savoir-faire nécessaires en matière de maniement et de soins d’élevage.
Ce que les éleveurs de camélidés doivent connaître :
➤ La répartition des zones de parcours les plus productives et les moyens d’entretenir et de maximiser
cette capacité de production à moyen et long terme ; et
➤ Les principes d’une bonne gestion de la reproduction de leurs animaux.
Installation
Les premières question à poser lorsque l’élevage de camélidés est envisagé dans les situations d’accueil de
réfugiés sont, d’une part, l’intérêt que suscite ce type d’activité chez les réfugiés et, d’autre part, sa
faisabilité et son acceptabilité. Si rien ne s’oppose à cette activité sur le plan des politiques, de l’espace
disponible et des conditions environnementales et socio-économiques, l’approche la plus réaliste est
d’autoriser les réfugiés les plus expérimentés et dont l’intérêt pour les camélidés est le plus vivace à
entretenir quelques bêtes. Il convient toutefois ici de s’appuyer sur les plans locaux d’utilisation des terres
et de veiller à responsabiliser les éleveurs vis à vis de la prévention des dégâts aux cultures et à la végétation
naturelle, et notamment aux jeunes plants de régénération. L’expérience peut alors servir à valoriser les
savoir-faire existants et à s’assurer que l’ensemble de la communauté en perçoive des retombées positives.
72
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Annexe
II
Gestion des cheptels dans
les situations d’accueil de
réfugiés : aide-mémoire
pratique
Classification des réfugiés et de leur expérience précédente en fonction des systèmes de production
(cultivateurs, cultivateurs-éleveurs, éleveurs)
Recensement des animaux (nombre d’animaux possédés par les réfugiés), à défaut, estimation des effectifs
globaux
Recensement des animaux (nombre d’animaux entretenus par les populations locales), à défaut,
estimation des effectifs globaux
Charge animale (nombre d’animaux par hectare)
Types de troupeaux (monospécifiques ou mixtes)
Etat des parcours (état présent, changements saisonniers, potentiel pour l’avenir)
Recherche de signes d’érosion des sols
Disponibilités en aliments pour animaux :
➤ Résidus agricoles
➤ Sous-produits de l’agriculture et de l’industrie
➤ Aliments non conventionnels
Mouvements saisonniers des animaux, y compris des troupeaux nomades
Présence de maladies atteignant les animaux domestiques
Stratégies optionnelles de lutte contre les maladies :
➤ Quelle est la probabilité de prévenir les flambées épidémiques en recourant à une stratégie
donnée ?
➤ En combien de temps et avec quelle probabilité de réussite cette stratégie permettrait-elle de
juguler une flambée épidémique ?
➤ Quelle est le rapport coût-efficacité de cette stratégie ?
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
73
➤ Les éleveurs participeront-ils à cette stratégie ?
➤ De quelle manière cette stratégie influencera-t-elle la performance des animaux concernés ?
➤ La mise en œuvre de cette stratégie verra-t-elle une amélioration des conditions de travail des
services vétérinaires ?
➤ Les ressources nécessaires (financement, personnel, transport, vaccins, médicaments, etc.) sont-elles
disponibles ou accessibles ?
Prévalence de zoonoses (notamment les tuberculoses, les brucelloses, les ténias, la rage)
Emplacement et conditions d’accès des points d’eau
Marchés aux bestiaux et prix pratiqués
Groupes d’utilisateurs (associations d’usagers des espaces naturels, etc.)
Importantes institutions en rapport (par exemple le ministère de l’agriculture et de l’élevage, le service de
développement de l’élevage, les directions régionales ou locales de l’élevage, les organismes de recherche et
les services de vulgarisation)
74
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Annexe
III
Indicateurs utiles pour
l’estimation des risques
environnementaux
fréquemment associés
aux activités d’élevage
dans les situations
d’accueil de réfugiés
Charge animale par espèce (nombre d’animaux de chaque espèce à l’hectare)
Composition des troupeaux (en % pour chaque espèce, âge, sexe)
Nombre d’animaux par ménage
Nombre d’animaux par zone d’habitat humain
La production par hectare (en tonnes/hectare)
Composition floristique, notamment en herbes pérennes
Couverture végétale (en %)
Prix de vente des animaux
Productivité : taux de fécondité, intervalle de mise bas, âge à la première mise bas
Production de viande par tête ou croissance pondérale journalière (en g/jour)
Production de viande par secteur (en tonnes/hectare)
Incidence des maladies (en % – nombre de nouveaux cas par rapport au nombre total d’animaux au cours
d’une période donnée
Taux brut de mortalité (en % – nombre d’animaux morts par rapport au nombre total d’animaux au
cours d’une période donnée
Incidence de zoonoses dans la population humaine (en %)
Nombre de conflits au sujet des droits de pacage et de l’utilisation des points d’eau
Stocks de poisson et d’autres espèces animales sauvages localement et dans les régions en aval
Espaces protégés – à l’échelon local, national et international
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
75
Annexe
IV
La transformation des
produits d’origine animale
Parmi les produits d’origine animale les plus utilisés, on trouve la viande, le lait et les œufs. Leur niveau
de production tend à fluctuer au cours de l’année, avec une alternance de périodes de pénurie et de
périodes d’excédent. La meilleure manière de gérer ces variations de la production est de transformer les
surplus lors des pics d’abondance afin de constituer des réserves à écouler plus tard, au moment où les
produits frais font défaut.
Les denrées telles que le lait et la viande se gardent difficilement sur de longues durées. Elles sont
susceptibles de s’altérer et de devenir impropres à la consommation humaine en quelques heures,
notamment lorsque les conditions laissent à désirer sur le plan de l’hygiène et que le temps est chaud. Il
existe de nombreuses techniques de conservation, dont des traitements par la chaleur, la fumée, le sel, la
fermentation (pour produire de l’acide lactique) et le dessèchement. Ainsi la viande est-elle séchée, fumée
ou salée à des fins de conservation mais également pour en changer la saveur et la texture et introduire par
là une certaine variété dans l’alimentation. Beaucoup de ces méthodes exigent des connaissances et des
savoir-faire élémentaires et un minimum de matériel, mais les deux facteurs les plus importants sont
l’hygiène et les conditions de stockage. Quelques indications sur les procédés de transformation et de
conservation des produits d’origine animale les plus courants sont données ci-dessous. Plus de détails
pourront être obtenus dans les ouvrages proposés dans la liste bibliographique.
La transformation du lait
Le lait s’altère rapidement et “tourne” sous l’effet de la multiplication de certaines bactéries qui s’y
trouvent. La plupart des procédés de conservation passent par une élimination de l’eau qu’il contient et/ou
par une modification de l’acidité afin d’empêcher le développement de la plupart des micro-organismes.
Les produits à base de lait fermenté, tels que le yaourt et le lait sur, contiennent des bactéries qui facilitent
la digestion et contribuent à prévenir des maladies causées par d’autres bactéries. La fermentation
débarrasse en outre le lait du lactose (un « sucre », ou glucide), ce qui le rend plus digeste. Le lait sur
traditionnel est un liquide épais, coagulé, rappelant le yaourt mais de saveur plus prononcée et plus acide.
Il se conserve de trois à huit jours et se boit en accompagnement des repas dans certains pays. La
conservation est assurée par la production d’acide lactique par des bactéries particulières du lait non traité.
Le fromage, le beurre et le lait concentré sucré sont d’autres exemples de produits fabriqués par
transformation du lait.
Le fromage
Plusieurs types de fromages frais peuvent être fabriqués à l’aide d’un matériel très réduit : un récipient et
un peu de citron suffisent pour préparer des fromages simples mais savoureux. Le fromage est le résultat
de l’action de bactéries particulières qui solidifient les graisses du lait. Celles-ci sont alors séparées du
liquide, comprimées puis affinées, donnant un produit sec à forte teneur en acides. Son acidité jointe à sa
faible teneur en eau le rendent stable et apte à se conserver longtemps, de préférence à l’abri de l’air, de
l’humidité et des animaux indésirables.
76
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Le beurre
Le beurre et le ghee sont traditionnellement fabriqués en barattant du lait sur jusqu’à coagulation des
matières grasses, le lait se séparant alors en une fraction solide, le beurre, et une fraction liquide, le
babeurre. Le beurre est alors récolté à la main et lavé à l’eau propre deux ou trois fois avant d’être
conditionné et entreposé. Le beurre peut ensuite être chauffé pour en faire évaporer l’eau résiduelle et
obtenir du ghee, une matière grasse de cuisine très recherchée, notamment en Asie.
Le lait concentré sucré ou « confiture de lait »
Le lait concentré sucré est une combinaison de lait déshydraté et de sucre. Le sucre est ajouté au lait
pendant que celui-ci chauffe, puis l’eau est progressivement éliminée par ébullition. Le résultat est un
liquide sirupeux qui, conditionné dans des bocaux hermétiques, se garde très longtemps du fait de
l’absence d’eau et de l’effet conservateur du sucre.
Le yaourt (ou yoghourt)
La fabrication du yaourt fait appel à la culture de bactéries particulières qui sont introduites dans le lait
juste après sa stérilisation. Le résultat est un produit crémeux relativement acide. L’eau n’est pas séparée
du reste du lait. Le yaourt se conserve du fait de son acidité, qui lui vient de l’action des bactéries. La durée
de conservation du yaourt est assez modeste mais peut être allongée en conditionnant le produit dans des
récipients hermétiques.
La transformation des œufs
Comme la production d’œufs se poursuit généralement toute l’année dans presque toutes les régions du
monde, il est rare que ce produit doive être conservé. Toutefois, lorsque la production est saisonnière, avec
une alternance de périodes d’abondance et de périodes creuses, il existe des procédés pour prolonger la
durée de conservation des œufs. Ceux-ci ne doivent jamais être lavés avant d’être entreposés car l’eau
dissout la couche protéique qui recouvre l’extérieur de la coquille et empêche l’air de pénétrer à l’intérieur.
C’est la dégradation de cette couche protectrice qui finit par permettre, avec le temps, aux bactéries de se
développer dans les œufs.
L’une des méthodes les plus performantes, sûres et économiques de conserver des œufs est de les tremper
dans une solution de silicate de soude (un type de verre soluble) puis de les laisser sécher à l’air. Le silicate
de soude est normalement disponible en pharmacie et s’utilise à raison d’une part pour 9 parts d’eau.
La transformation de la viande
Les mêmes principes de conservation s’appliquent à la viande et au lait : l’altération du produit est due à
l’eau qu’il contient. Les procédés de conservation de la viande utilisent donc l’élimination de l’eau ou la
modification de l’acidité. Plusieurs techniques existent pour ce faire.
La viande séchée (“biltong”, « jerky »)
Le biltong est réalisé à partir de minces lanières de viande qui, salée et séchée, prend une teinte brun foncé,
une saveur salée et une texture caoutchouteuse. La viande de bovin, de camélidés ou de gibier est la plus
utilisée. La viande fraîche maigre est découpée en lanières longues et minces qui sont suspendues les unes
à côté des autres dans un endroit chaud et bien ventilé pendant de cinq à sept jours, à l’abri de la poussière
et des insectes. La viande fonce au fur et à mesure qu’elle sèche pour devenir un produit relativement dur
à mastiquer mais nutritif, qui se conserve longtemps. Certaines méthodes recommandent de faire tremper
la viande dans du vinaigre parfumé d’herbes ou d’ajouter des épices pour éviter qu’elle durcisse trop, la
conserver plus longtemps et lui donner plus de saveur.
Les animaux dans les situations d’accueil de réfugiés
77
La viande salée
Certaines viandes peuvent également être salées. Les morceaux frais sont mis à tremper un certain nombre
de jours dans de la saumure (une solution concentrée d’eau et de sel) avant d’être égouttés et essuyés. La
viande est alors périodiquement frottée avec du sel, ce dernier empêchant le développement des bactéries
à la fois en surface et à l’intérieur. Il est également possible de laisser la viande dans la saumure si le tout
est conservé dans un récipient hermétique à l’air. Avant la cuisson, il est nécessaire de débarrasser autant
que possible, par rinçages successifs, la viande du sel qui l’imprègne.
La viande fumée ou boucanée
Des morceaux de viande peuvent être conservés très efficacement en les suspendant dans des dispositifs
spéciaux produisant de la fumée à partir de sciure de bois d’espèces d’arbres particulières. La fumée sèche
partiellement la viande et en colmate la surface, ce qui bloque la pénétration de l’oxygène.
Les saucisses
Un autre moyen de conserver la viande est de la confire dans de la graisse. La viande est finement découpée
ou écrasée et mélangée à de la graisse, des herbes et des épices, la graisse isolant le mélange du contact de
l’air. Les herbes et les épices, ainsi que le fumage final des saucisses, contribuent à prolonger encore la
durée de conservation.
78
Opérations d’aide aux réfugiés et gestion de l’environnement
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising