Pour la ville de demain - Club Ville Aménagement

Pour la ville de demain - Club Ville Aménagement
CLUB VILLE
AMÉNAGEMENT 20 ANS
POUR LA VILLE
DE DEMAIN
DU CLUB
MODE D'EMPLOI
4
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
20 ANS
5
Journaliste plus qu’historien, j’ai abordé la préparation du document
à réaliser à l’occasion du vingtième anniversaire du Club Ville –
Aménagement selon la « sérendipité » chère à François Ascher 1.
Et comme l’a résumé l’un de ses présidents, Jean-Luc Poidevin,
« la question qui est posée, ce n’est pas celle des 20 ans du Club,
c’est le Club aujourd’hui et demain ».
Le résultat de cette enquête – menée à travers questionnaires,
lectures des publications et Entretiens du Club, ainsi que 22 interviews qui ont difficilement échappé à la tentation du canapé –
peut se résumer à ma philosophie, paraphrasant une appréciation
du pionnier américain du marketing, John Wanamaker : « la moitié
de ce que je fais ne sert à rien, mais je ne sais pas laquelle ».
Cette synthèse apparaîtra au lecteur comme un parcours au croisement de l’histoire de l’aménagement et de celle des aménageurs,
décliné suivant les grandes étapes qui ont marqué la vie et les
mutations du Club Ville Aménagement. Par facilité, il sera mentionné ici sous l’appellation réduite « le Club » avec un C majuscule.
Sauf exception, les personnes voient leurs fonctions précisées
la première fois qu’elles sont citées.
Les derniers événements de caractères législatifs et réglementaires
en débats alors que nous mettons sous presse (lois Duflot 2,
Lebranchu 3, etc.) sont seulement évoqués. En tout état de cause,
s’agissant des 20 ans du Club et de l’aménagement, comme
le décrit l’historien Antoine Prost, « l’histoire n'est pas une pêche
au filet ; l’historien ne lance pas son chalut au hasard, pour voir s'il
prendra des poissons, et lesquels. On ne trouve jamais la réponse
à des questions qu'on ne s'est pas posées » (Douze leçons sur
l’Histoire).
1 « La découverte de quelque chose par accident et sagacité alors que l’on est à la
recherche de quelque chose d’autre » selon Horace Walpole, écrivain britannique du
XVIIIe siècle (Wikipedia). Dans le langage courant, c’est le fait d’effectuer une trouvaille
inattendue par chance ou par malchance, par erreur ou par maladresse (la tarte tatin)
que l’on traduit de façon générale par « avoir de la chance » en oubliant la nature
exacte des événements ayant eu des conséquences heureuses.
2 Le projet de loi ALUR, pour l’accès au logement et un urbanisme rénové présenté
le 26 juin en Conseil des ministres trace une vaste réforme des règles d’urbanisme.
3 Le projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation
des métropoles.
ans du Club,
mode d’emploi
par Jean Audouin
8Les nouveaux contours
des projets urbains
par Alain Garès,
président du Club Ville
Aménagement
14 20 ans…
420
Un peu d’histoire
18 Les années 1990
211993, quand l’argent
et le temps préoccupent
les aménageurs
22Le Club, poisson pilote
des voies nouvelles
de l’aménagement
François Ascher et
24
la naissance du club
ville-aménagement
par Jean Frébault
27Des opérations
complexes… à la ville
Le club, la recherche
29
urbaine et
l’expérimentation
1996, l’aménageur urbain
33
face à la crise de la ville
35Une référence dans
un paysage mouvant
37 1997 – Lille, désaménager
l’aménagement
44 1999 – Montpellier,
le développement d’une
politique contractuelle
18 propositions sur
50
les outils et méthodes
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
6
90
7
52
Les années 2000
2002 – Nantes, de la
posture des aménageurs
60Dedans/dehors
62 2004 – Lyon, les aménageurs dans la maîtrise
d’ouvrage urbaine
68Un ensemblier pour une
ville plus dense, plus verte,
plus mixte
71 2007 – Marseille, intégrer
l’adaptabilité dans les
métiers de l’aménagement
Les aménageurs
78
s’engagent en faveur du
développement durable
81L’émergence des acteurs
privés
Pour un urbanisme
85
de projet
87Les aménageurs et
la rénovation urbaine
55
Les années 2010
93 Une ville à la carte
94 2010 – Bordeaux,
les préoccupations sociales
et culturelles s’imposent
102
OIM/OIN, des opérations d’intérêt national
ou métropolitain
106 2011. S’inscrire dans
une chaîne d’acteurs
de production de la ville
109 2012. Grandeur et
décadence du macro-lot
La sécurité, une
113
composante de la
qualité des opérations
d’aménagement
114 2013 – Rennes, la ville, un
enjeu global et transversal
120Réinterroger certaines
thématiques
127
Le foncier, une pré­
occupation récurrente
136 12 propositions pour
combattre la précarité
140Conclusion
Annexes
143Réalisations et projets
en cours
164Conférences « 5 à 7 ».
Quand la société interpelle
les aménageurs
168Lexique des sigles
et organismes cités
173 Bibliographie récapitulative
8
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
LES NOUVEAUX
CONTOURS DES
PROJETS URBAINS
9
Jean Audouin – Alain Garès, vous êtes devenu membre
du Club Ville Aménagement au début des années
2000, au moment où le Club entreprenait un premier
élargissement pour assurer une meilleure couverture
du territoire national par ses membres. Vous en êtes
le sixième président. Au-delà du bilan dressé dans cet
ouvrage à l’occasion du vingtième anniversaire du Club,
qu’en retirez-vous personnellement ?
Alain Garès –/– Je suis entré au Club en 2002, parrainé par Jean Frébault,
qui en est l’un des fondateurs et que j’avais connu beaucoup plus tôt
alors qu’il créait l’Agence d’urbanisme de Toulouse – jeune diplômé,
j’ai été son premier recrutement ! En 2001, j’avais pris la direction de la
SEM Constellation à Blagnac, proche de Toulouse : elle était chargée
d’une opération lourde à mener en un temps record, Aéroconstellation,
une ZAC créée essentiellement pour accueillir l’usine d’assemblage
du futur Airbus A380, et réalisée conjointement avec une autre SEM,
la Setomip. Elle s’accompagnait d’un projet urbain conséquent avec
la ZAC Andromède (210 hectares), la ZAC Monges-Croix du Sud (60
hectares), ainsi que de divers équipements publics. Il fallait faire
face à des difficultés de tous ordres pour monter aussi vite un projet
aussi complexe, avec une ambition d’exemplarité, et c’est au sein
du Club que j’ai pu trouver les ressources méthodologiques pour le
faire, notamment en adaptant à nos projets un ensemble de process
qui constituaient alors des innovations. J’ai bénéficié également, il
faut le souligner, d’un soutien politique ouvert à ces innovations,
et solide – car l’aménagement ne fonctionne que lorsqu’il y a une
volonté politique portée par les élus et une relation de confiance
entre élus et aménageurs.
Aujourd’hui, le Club a vingt ans – et vingt ans, ça se fête. En vingt
ans, beaucoup de choses ont changé, c’est donc l’occasion de
refaire un point. L’ouvrage décrit les vingt années passées, non
seulement l’évolution du Club et l’évolution de l’aménagement,
mais il permet aussi de nous donner des bases pour l’avenir, alors
que les périmètres de l’aménagement et les pratiques actuelles
nous imposent de réfléchir sur les nouvelles façons de conduire
les projets urbains en intégrant les préoccupations de nos concitoyens, en s’efforçant de toujours innover.
–/– Personnellement, j’y ai trouvé par exemple la façon de faire
le meilleur usage, en leur temps, des marchés de définition, ou
encore des concours architectes-promoteurs. D’autres y ont
trouvé les incitations à prendre en compte des préoccupations
de développement durable quand on n’en parlait pas beaucoup,
ou encore à agir sur le terrain de la prévention situationnelle. Parfois, comme dans ce dernier cas, il y a constitution d’un groupe
de travail ad hoc, et publication d’un ouvrage de synthèse. Ces
échanges et confrontations d’expériences peuvent aussi avoir
lieu dans d’autres cadres, comme celui des 5 à 7, où sont abordés
des thèmes larges mais parfois aussi des sujets plus techniques,
comme celui des macro-lots.
Mais au-delà de ces échanges très concrets et pratiques, le Club
est aussi un lieu de réflexion et de débats actifs sur des questions
plus prospectives, qui concernent l’évolution de l’aménagement
dans notre pays. Ces réflexions trouvent leur expression dans les
publications et les ouvrages du Club, dans les 5 à 7, les Entretiens
de l’Aménagement, les voyages d’études… À travers toutes ces
occasions, les idées avancent et se diffusent, et la qualité de l’aménagement progresse. Le Club n’est pas un club de théoriciens
de la ville ni de sociologues, c’est un club de professionnels de
l’aménagement, qui doit servir les pratiques professionnelles.
Dans ce sens, il joue bien sa fonction de plate-forme d’échanges
à la fois de bonnes pratiques et d’idées nouvelles. C’est un angle
de vue que je m’emploie à préserver.
– Alors que vous allez fêter son vingtième anniversaire,
le Club ne souffre-t-il pas aujourd’hui d’une certaine
forme d’institutionnalisation, au risque de débats
insuffisants ?
–/– Le paradoxe est que lorsqu’on crée des débats, leur richesse
génère de facto une frustration de débats. Je m’explique : au
cours des trois ans passés, le Club a traité de sujets nouveaux
10
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
– Pouvez-vous nous donner quelques exemples d’apports
dont vous pouvez aujourd’hui créditer les membres
du Club ?
11
qui se présentent à nous, et qui semblent un peu disparates,
comme la ville créative, l’énergie et la ville, la prise en compte
de la précarité dans l’aménagement… L’introduction de ces
thèmes nouveaux dans les groupes de travail peut avoir suscité,
notamment auprès de membres plus récents, un sentiment de
manque de débat sur un sujet plus fondamental : quelle vision
de la ville voulons-nous défendre ? Quelle est la philosophie de
l’aménagement que porte le Club ?
Aussi, après des appels à idées et une discussion internes, avonsnous décidé pour l’avenir de recentrer les débats à travers
plusieurs thèmes qui restent évidemment différents, mais qui
vont converger vers cette préoccupation centrale. La méthode
de travail est relativement innovante : quatre thèmes vont être
fouillés avec autant de groupes de travail, tandis qu’un cinquième
groupe de travail s’efforcera de produire la synthèse en marchant.
Le premier grand thème, très opérationnel, vise à appréhender
« comment se construit le projet urbain aujourd’hui ? ». Sa
réflexion s’inscrit dans deux grands axes, l’un consacré aux enjeux
environnementaux et à l’impact des normes (ou comment y
échapper), l’autre à l’expérimentation, à la concertation et aux
nouvelles façons de produire le projet urbain.
En s’appuyant sur les réflexions déjà menées par le Club sur les
grands territoires, le deuxième groupe travaillera sur une approche
territoriale : il s’agira pour lui d’imaginer comment se construit
l’espace métropolitain, et la place des aménageurs dans cette
construction, notamment avec leur implication croissante sur
les thématiques économiques, les clusters, etc.
S’inscrivant en prolongement de la démarche initiée pour la
préparation des Entretiens de Rennes sur la précarité, le troisième
thème : La ville incluante, la ville pour tous, élargira sa vision au-delà
de la politique de la ville, notamment en traitant la question de
l’évolution des centres-villes et de l’intervention des aménageurs
en milieu urbain constitué.
Enfin, le quatrième thème, qui prolonge également un groupe
de travail antérieur sur « l’énergie et la ville », approfondira les
pistes que ce groupe a ouvertes et s’intéressera au projet urbain
comme outil de maîtrise de l’énergie. Ce thème inclut non seulement les approches purement énergétiques, mais également
– Dans les fondamentaux du Club, il y avait ce lien avec
la recherche, porté notamment par François Ascher et
qui semble aujourd’hui distendu…
–/– En effet, beaucoup, et surtout d’ailleurs les membres les
plus anciens, évoquent aujourd’hui « un lien distendu avec
la recherche ». C’est vrai, la personnalité de François Ascher,
ses croisements entre recherche et pratiques ont marqué une
époque. Mais nous travaillons à recréer ce lien : nous engageons
notamment un renforcement des relations avec le PUCA, avec un
travail continu et des échanges entre nos démarches respectives.
Deux de nos thèmes – énergie, ville incluante – vont faire l’objet
d’un travail en commun, contractualisé, avec cet organisme. Et
les groupes de travail mobilisent aussi, chacun dans son domaine,
les compétences de chercheurs, qui sont indispensables pour faire
progresser notre réflexion.
– Cet anniversaire est donc l’occasion, vous l’avez dit,
d’observer le chemin parcouru mais aussi de jeter des
bases à vos réflexions pour l’avenir de l’aménagement
et, aussi, du métier d’aménageur ?
–/– L’avenir de l’aménagement est-il celui des aménageurs ? Nous
voulons le croire, même si les deux notions se transforment, et ce
sont ces transformations qu’il faut comprendre et anticiper. Le
métier d’aménageur demeure largement une spécificité française,
comme nous le mesurons lors de nos voyages d’études. Le Club
pourrait s’inscrire comme un lobby de préservation de cette pro-
12
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
les questions de formes urbaines, avec les problématiques de
l’étalement urbain, de la place de la voiture, etc.
La synthèse dessinera, nous l’espérons, une nouvelle approche du
projet urbain : plus économe, sans doute, plus largement ouverte
sur les sujets qui préoccupent nos concitoyens, plus adaptée à une
époque de ressources rares et de contraintes accrues, mais pas
moins ambitieuse, et toujours innovante. Ainsi, le Club marque sa
volonté de revenir à sa vocation première, qui est de faire évoluer
la façon de produire la ville et l’aménagement.
13
fession – mais ce n’est pas notre approche. Ce que nous voulons
préserver, c’est une certaine conception de l’aménagement, qui
porte du sens pour la société et qui préserve une certaine idée
de l’intérêt général. La façon dont cette conception est mise en
œuvre peut changer : hier l’aménageur public était incontesté
comme outil unique de la volonté politique, il peut aujourd’hui
être mis en concurrence, ou remplacé sur son propre terrain par
la collectivité elle-même. Mais l’essentiel est de préserver cette
ambition d’intérêt général, et tant mieux si la collectivité devient
aussi aménageur, ou si un aménageur privé porte les mêmes
ambitions – les unes et les autres ont d’ailleurs fait leur entrée
au Club. Les aménageurs, même s’ils portent désormais des
habits divers, se retrouvent au Club dans une même approche
opérationnelle, dans un même souci de qualité et d’efficacité
économique, et avec la même ambition, qui est celle de faire
progresser l’aménagement au service de la société.
Ces vingt dernières années attestent, s’il en est besoin, de la
capacité des aménageurs à évoluer avec le temps et à anticiper.
Le Club est un bon reflet de ces évolutions, grâce aux apports
de tous ses membres, et aussi de ses membres associés, dont le
rôle pourrait être accru. Si je ne suis pas hostile à l’élargissement
du Club, sans doute aussi faudra-t-il veiller à ce que ses effectifs
n’augmentent pas trop afin de permettre une efficacité maximum, tout en maintenant une certaine diversification entre les
membres, diversification qui a beaucoup apporté ces dernières
années aux débats du Club.
La vigueur de ces débats, et leur niveau, montrent que le Club
est plus actif que jamais. Ses membres se renouvellent, et la
qualité de ce renouvellement me rend extrêmement confiant
dans l’avenir. Les nouvelles pistes de travail retenues, qui pour
certaines s’inscrivent logiquement dans la suite de nos réflexions
antérieures, témoignent d’un Club d’aménageurs bien en phase
avec les interrogations de nos concitoyens et de leurs élus.
Bon anniversaire !
Propos recueillis par Jean Audouin
« L’avenir, tu n'as point à le prévoir mais à le permettre »
Antoine de Saint-Exupéry
“The best way to predict the future is to implement it”
Alan Kay
14
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
20 ANS…
15
Le début des années 1990 est marqué par une situation de crise, résultat de la dérive inflationniste de
la fin des années 80, avec des taux d’intérêt qui vont
grever pour longtemps la confiance et les capacités
des investisseurs privés. De plus, le coût prohibitif
de l’argent entraîne le lourd impact des « frais financiers » sur les opérations engagées et le portage
foncier. En 1991, la Guerre du Golfe joue le rôle
de détonateur du blocage de l’économie française
et mondiale. Fruits d’une « bulle » sur l’immobilier
haut de gamme (logements et bureaux), les prix
s’envolent : les opérations stagnent tandis que les
opérations nouvelles se raréfient.
En 1993, sur une idée de François Ascher, conseiller
scientifique au Plan Construction Architecture,
Jean-Paul Baïetto et Jean Frébault, alors respectivement directeur général d’Euralille et directeur
de l’Architecture et de l’Urbanisme au Ministère de
l’Équipement, prennent l’initiative de créer un club
rassemblant aux côtés de l’État, des maîtres d’ouvrage – responsables de sociétés d’économie mixte,
d’établissements publics ou d'OPAC – en charge
d’opérations complexes. Cette initiative portait déjà
la conviction que le métier classique d’aménageur,
issu des trente glorieuses, et son positionnement
d’opérateur chargé de réaliser des ZAC aux contours
et contenus préalablement définis, avaient fait
long feu. La quasi stagnation de l’économie et la
récession de l’immobilier constituaient une occasion
inédite de s’interroger sur les modes de production
de la ville, voire de les renouveler.
Les origines des changements intervenus dans
le monde de l’aménagement étaient connues, de
l’évolution des modes de vie (montée de l’individualisme et de la mobilité, internet…) à la décentralisation en passant par les préoccupations écologiques
et la volonté de reconquête de la ville existante.
Comme le résume aujourd’hui Jean Frébault,
16
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
« il s'est passé beaucoup de choses en 20 ans ! Avec
la décentralisation, le réveil des villes et l’explosion
des projets urbains (commande politique), une
nouvelle génération de projets “métropolitains”,
les changements de culture de projet et l’affirmation
de la “maîtrise d'ouvrage urbaine”, les bouleversements du cadre juridique et ses effets parfois
déstabilisants, l’irruption du privé dans la production
urbaine, la reconquête des quartiers en politique
de la ville, les “écoquartiers”, l’évolution de la place
de l’État, etc. ».
Aussi l’objectif du Club a-t-il été pendant ces vingt
années – et reste-t-il – de prendre la mesure des
bouleversements en cours et de réfléchir ensemble
à leurs conséquences sur le métier d’aménageur et
le système de production urbaine. La diversité des
statuts et des contextes urbains qui caractérisaient
les membres du Club, la présence au départ très
active de l’administration compétente de l’État,
en ont fait un espace d'échange d’idées aujourd’hui
encore unique en son genre.
À l’automne 2013, le Club Ville Aménagement
célèbre donc son vingtième anniversaire à Lille, où il
prit son départ. Il a souhaité à cette occasion réaliser
un document rétrospectif permettant, à travers
événements et prises de position, d’apprécier les
avancées et influences de ses engagements sur les
outils et méthodes de l’aménagement ainsi que sur
les évolutions des métiers des aménageurs, invités
à réinterroger sans cesse leurs pratiques. À travers
une relecture des ouvrages publiés par le Club, de
ses nombreux groupes de travail, des synthèses des
sept Entretiens de l’Aménagement, des manifestations-phares de type 5 à 7, mais aussi des voyages,
se dessinent les interrogations et apports du Club
dans la mutation des outils et méthodes de l’aménagement au long de ces vingt dernières années,
les points forts (et/ou les insuffisances) retenus par
17
ses principaux acteurs – présidents et secrétaires
généraux successifs, membres et partenaires
associés.
Si se défaire de la culture technocratique des Trente
glorieuses, intégrer de nouvelles compétences
et assumer un rôle de synthèse et de coordination
ont été des injonctions permanentes aux membres
du Club, conscients que « ce n'est pas un signe
de bonne santé que d'être bien adapté à une société
profondément malade » (Jiddu Krishnamurti), le
contexte de la nouvelle crise actuelle les incite à la
relance d’une phase prospective plus militante pour
s’ouvrir à de nouvelles problématiques. Car l’avenir
« c’est là que j’ai décidé de passer le restant de mes
jours » déclare Woody Allen.
18
19
Un peu d’histoire
Les années 1990 s’inscrivent dans la montée en puissance d’actions en faveur d’une politique de la ville
mais aussi d’une prise en compte progressive de
l’écologie, amorcées par un ensemble de lois visant
le développement et la protection de la montagne
(1985), l’aménagement, la protection et la mise
en valeur du littoral (1986), puis les lois relatives à la
protection et la mise en valeur des paysages (1993),
le renforcement de la protection de l’environnement
(1995), l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie
avec l’instauration des PDU (1996).
Les questions majeures soulevées en juin 1996
lors du « second sommet des villes », Habitat II
à Istanbul, sur le « droit à un logement convenable »
et sur le rôle des autorités locales, soulignent la permanence des enjeux et leur poids sur les réflexions,
les stratégies et les décisions urbaines.
Les évolutions de l’aménagement apparaissent
souvent parallèles à celles du management public
local tandis qu’une demande croissante de services
urbains conduit notamment au développement
d’infrastructures de transports en commun
(tramway, etc.). Les acteurs de la ville et ceux qui
20
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
l’observent et l’analysent esquissent une définition
de « la ville émergente » (Dubois-Taine et Chalas,
1997) à travers six grandes figures : la ville-mobile,
la ville-territoire, la ville-nature, la ville polycentrique,
la ville au choix, la ville-vide.
À la suite du rapport Sueur, un ministre délégué à la
ville, Claude Bartolone, est nommé fin mars 1998. De
nouveaux champs d’intervention mobilisent l’aménagement : le recyclage de certains produits urbains
et de l’immobilier, le traitement de nouvelles friches
(casernes désaffectées, infrastructures obsolètes…).
En parallèle, on assiste à une complexification
du code de l’urbanisme, la mise en place d’une
réglementation de la maîtrise d’ouvrage publique
(loi MOP) et de ceux qui l’exercent (loi Sapin) tandis
que les partenariats public/privé se développent.
Adoptées en 1999, les lois Voynet (d’orientation pour
le développement et l’aménagement durable du
territoire/LOADDT) et Chevènement (coopération
intercommunale) modifieront en profondeur le cadre
institutionnel et juridique de la politique urbaine
alors que le thème du renouvellement urbain
devient un des enjeux majeurs de l’avenir des villes.
21
Quand l’argent
et le temps
préoccupent
les aménageurs
L’idée de créer un Club des aménageurs
émerge en 1993 des échanges entre
Jean Frébault, François Ascher et
Jean-Paul Baïetto. « Il y avait alors
une quinzaine de membres 4 issus de
structures d’aménagement (SEM, EPA)
face à l’État », se souvient Geneviève
Dubois-Taine, la première secrétaire
général du Club (1993-1999). « Jean-Paul
Baïetto souhaitait que ce soit vraiment
un club élitiste réunissant les grands
aménageurs d’opérations complexes… »
témoigne Jean-Louis Subileau, alors
directeur général de la SCET.
Ouvertes dans l’euphorie du boom de la construction et de l’immobilier, les Trente glorieuses se sont achevées par une crise de
la ville aux symptômes visibles qui bouleversent l’opinion… et
l’univers des professionnels : violence dans certains quartiers de
banlieue, exclusion sociale, marasme de l’immobilier annonciateur
de friches, opacité des décisions, mise en cause des modes de
faire. Les évolutions démographiques, sociologiques et économiques ne sont pas sans incidence sur les structures familiales
(décohabitation), le logement, l’habitat, l’urbanisation.
Issus de cette période faste, certains aménageurs vivaient encore
dans la nostalgie d’une ville produite par morceaux entiers. Dans
un document de travail du 31 mars 1994, François Ascher retrace
le chemin parcouru : « l’aménageur, tel qu’il s’est développé en
France à partir des années 1950, était l’opérateur qui acquérait
des terrains, les aménageait, puis en cédait à des promoteurs des
morceaux assortis de droits de construire et mettait le reste à
4 Les statistiques du Club indiquent 10 membres en 1994, chiffre stable jusqu’en 1997
où il passe à 15.
Le Club, poisson pilote
des voies nouvelles
de l’aménagement
Jean-Paul Baïetto, soucieux de l’opération dont il avait la charge
(Euralille), souhaitait pouvoir à la fois capitaliser les innovations
22
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
disposition des pouvoirs publics (pour les équipements et voiries).
D’un point de vue économique, l’aménageur avait trois types
de dépenses : l’acquisition foncière, le financement des aménagements, le fonctionnement de la société d’aménagement.
L’aménageur avait deux types de ressources principales : des
fonds publics, à l’origine principalement de source nationale, la
vente de charges foncières et de droits de construire (complétés
parfois de quelques fonds de concours excédentaires par rapport
aux équipements réellement liés à l’opération). L’aménageur
gérait le développement de son opération en essayant d’équilibrer un bilan d’opération ; mais il était conduit à faire évoluer ce
bilan dans la mesure où aucune opération d’urbanisme ne peut
se réaliser exactement telle qu’elle a été conçue… La plupart des
opérations d’aménagement étant déficitaires, les financements
publics complémentaires n’étaient jamais de trop ». Et de constater que « le déroulement des grandes opérations d’urbanisme
contemporaines semble s’éloigner progressivement de ce modèle »
alors que les acteurs sont pratiquement les mêmes.
Plusieurs éléments ont en effet changé : aux trois postes de
dépenses existants, s’ajoutait le coût de l’argent tandis que la
notion de programme laissait place à la stratégie et aux projets
et que la nature même des aménagements changeait et se
complexifiait dans un contexte concurrentiel d’attractivité des
territoires. « Comment donc financer des aménagements urbains
quand l’État n’est plus là pour subventionner, que l’argent et le
temps ont un coût élevé, qu’il est impossible de s’endetter sur
très long terme, et que les bureaux ne peuvent plus rien pour
l’aménagement ? » interpellait François Ascher.
23
réalisées et bénéficier de l’expérience et des innovations d’autres
aménageurs. Avec eux, il ressentait la nécessité d’une plus grande
professionnalité dans tous leurs domaines d’interventions, dans
tous les champs de leurs pratiques. Aussi, l’idée d’engager un
partenariat entre l’État et quelques grands aménageurs s’estelle concrétisée par la création du « Club des maîtres d’ouvrages
d’opérations complexes ». Il est « né en 1993 de la rencontre de
préoccupations diverses, du Plan Construction et Architecture
d’une part, de la Direction de l’urbanisme et de l’Architecture et
des grands aménageurs d’autre part » témoignait Olivier Piron,
alors secrétaire permanent du Plan Construction et Architecture 5
qui conduisait un programme de recherches et d’expérimentation
intitulé « Cité-projets », visant à améliorer la connaissance des
relations entre ville et architecture et la qualité des interventions
dans ce champ.
Pour l’un des trois fondateurs du Club, Jean Frébault, « son rôle
était d’être un poisson pilote des voies nouvelles de l’aménagement, la flamme qui anime le métier des aménageurs, une
démarche collective en capacité de prise de recul. Nous travaillions ensemble de manière productive en nous appuyant sur
des experts /consultants /chercheurs extérieurs, et en étant au
maximum à l’écoute des partenaires (professionnels, concepteurs,
élus et collectivités, opérateurs privés, société civile…) ». Et de
souligner l’indépendance du Club à l’égard des lobbies professionnels. En effet, depuis sa création en 1993, le Club a toujours
eu le souci d’une réflexion plus transversale et moins lobbyiste
que les approches segmentées des différentes catégories d’acteurs, une réflexion issue de groupes de travail qui rassemblent
experts, chercheurs et aménageurs autour de thèmes clairement
identifiés comme des enjeux décisifs pour l’avenir des villes.
Par le choix de ces thèmes et l’abandon délibéré des approches
plus techniques (dépollution, archéologie…), le Club a marqué
sa volonté d’apporter sa contribution aux conceptions actuelles
de restructuration des villes et d’économie du développement
durable. Ce qui le distinguait nettement des congrès des organisations professionnelles (promoteurs, SEM, agences d’urbanisme…),
néanmoins associées à ses réflexions.
5 L’aménageur urbain face à la crise de la ville, Éd. l’Aube, La Tour-d’Aigues,
1996, 254 p.
ET LA NAISSANCE DU
CLUB VILLE AMÉNAGEMENT
Jean Frébault
Président du Conseil de développement du Grand Lyon
lors que j’étais directeur de l’architecture et de
l’urbanisme au Ministère de l’Équipement, j’ai
participé à la fondation en 1993 du « Club Ville –
Aménagement », à partir d’une idée proposée par
François Ascher. Il souhaitait sortir d’une démarche
de recherche urbaine cantonnée à l’écrit pour agir sur ce
qu’il a appelé « les opérations complexes » caractérisant
les opérations lancées sous le label projet urbain dans les
années 90 : « la complexité nous est alors apparue comme
l’une des caractéristiques les plus marquantes de notre
champ d’action. En effet, certaines opérations d’aménagement sont de longue durée, ont donc à résoudre des
problèmes de phasage spécifiques et engagent un grand
nombre d’acteurs qui doivent faire face à de multiples
incertitudes » rappelait-il 6. C’est ainsi qu’il a eu l’idée de
créer ce « Club des maîtres d’ouvrage d’opérations complexes », comme une manière de constituer des passerelles
entre le monde des chercheurs, l’État et les aménageurs,
chacun trouvant un bénéfice à une démarche partagée.
« Nous avions retenu dans un premier temps l’appellation
“Club des maîtres d’ouvrage urbain”. Bien que la notion de
maîtrise d’ouvrage urbaine fût alors quelque peu imprécise,
il nous semblait cependant important d’intégrer cette
6 Le Club des maîtres d’ouvrage d’opérations complexes,
Entretien avec François Ascher in Urbanisme, n°294, mai-juin 1997.
24
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
FRANÇOIS ASCHER
25
connotation de la grande échelle, du territoire de la ville.
Mais pour des raisons tactiques internes à l’administration, nous n’avons pu adopter cette dénomination » 7.
Tactiquement il avait souhaité éviter le terme « urbanisme », trop connoté planification sans doute et à ses
yeux « le terme “complexe” définissait donc parfaitement
la nature de notre travail, qui ne relevait ni de l’ouvrage
classique ni de la planification ou de la réglementation
urbaine » 8.
Le premier objectif de François Ascher était sans doute
d’impliquer les chercheurs dans l’action urbaine. Je venais
d’une longue pratique de l’urbanisme de terrain auprès
des collectivités locales, il a trouvé en moi un complice
évident. La période était favorable et j’ai souhaité, aux
côtés de la démarche lancée par la DAU sur le projet urbain,
créer ce club qui offrait à l’État une nouvelle capacité
de dialogue avec le local et les acteurs opérationnels dont
il s’était éloigné. Nous l’avons proposé à Jean-Paul Baïetto,
alors directeur général d’Euralille – opération phare de
l’époque – et locomotive de la profession. « La coprésidence
de l’État paraissait évidente » du point de vue de François
Ascher, qui savait que « l’État a toujours eu des difficultés
à mener un travail partenarial, comme on le remarque
lors des cofinancements d’actions publiques par le privé » 9.
Auparavant, les aménageurs n’avaient pas de réseau
d’échanges hors corporation et il m’est apparu souhaitable
de susciter une capitalisation des savoir-faire. De plus,
François Ascher pensait que l’expérimentation urbaine
était impossible et qu’il valait mieux associer les chercheurs
à la capitalisation du travail en cours avec l’opportunité
d’utiliser les opérations complexes comme laboratoire
d’hypothèses et de recherches. Le Plan Construction
présidé par Georges Mercadal, dont François Ascher était
le conseiller scientifique, souhaitait investir sur l’urbain et
avait créé le programme « Cités-Projets » qui s’est trouvé
tout naturellement investi dans le club. Le principe de
départ était celui d’un investissement à part égale de l’État
7 Entretien avec François Ascher, op. cité.
8 Entretien avec François Ascher, op. cité.
9 La DAU abandonnera cette coprésidence en 1995 « pour se mettre en conformité
avec les règles de gestion des associations subventionnées et ne pas être accusé
de gestion de fait », témoigne François Delarue.
Vingt ans après la mise en place de ce lieu d’échange
aujourd’hui dénommé « Club Ville-Aménagement »,
on peut dire que les travaux du Club se sont appuyés pour
une part significative sur un processus de « co-production »
entre praticiens et chercheurs, portant notamment
sur la compréhension et l’évolution des pratiques de
l’aménagement, du contenu et du management des projets
en lien avec les stratégies urbaines et les grandes mutations
sociétales.
Avant de nous quitter, François Ascher nous a alerté sur
une sorte d’essoufflement du processus, et invité à retrouver
de nouvelles synergies avec le monde de la recherche
(cf. encadré page 29).
26
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
(à travers notamment le Plan Construction-Architecture,
aujourd’hui le PUCA, et la DAU) et des aménageurs. Le Club
reposait ainsi sur un trépied : l’État, les aménageurs et les
chercheurs. Maintenir cet équilibre n’est pas aisé car il est
souvent difficile d’accorder des rythmes aussi différents
que celui de la recherche et celui de l’action.
Le Club s’est mis en place en 1994. François Ascher a
accompagné quelques temps la démarche pour la lancer,
proposant des thèmes d’études et de recherches ainsi
que son réseau de chercheurs (Jarreau, Bourdin, Villemin,
Janvier…), et jouant son rôle de stimulateur et de critique
constructive. Puis il s’est mis en retrait pour aller ailleurs
inventer d’autres dispositifs… Jean-Paul Baïetto a ensuite
introduit l’idée des « Entretiens de l’aménagement »
– à l’image des entretiens de Bichat – afin de communiquer
et de développer l’échange.
27
La dynamique de création du Club s’est inscrite dans ce contexte
avec des premières pistes de recherche-action. D’une première
enquête auprès de tous les par tenaires potentiels fut tiré un
premier projet de club et de programme de travail, testés au
moyen d’une seconde enquête. Dès l’origine du Club, aménageurs, responsables des administrations centrales ont été
associés en permanence aux chercheurs, non sans quelques
incompréhensions, cer tains maîtres d’ouvrages suppor tant
mal le regard des chercheurs, ne se voulant pas objets de
recherche mais sujets, réels partenaires d’un travail collectif.
Aujourd’hui, comme on le verra plus loin, nombre de membres
du Club regrettent sa déconnexion progressive du monde de
la recherche.
Des opérations
complexes… à la ville
Thérèse Cornil, alors directrice générale de la SEMAPA (Paris
Rive Gauche) se souvient qu’en « 1993, c’était la crise. Jean-Paul
Baïetto est venu me voir alors que notre PAZ venait d’être annulé,
que notre endettement était considérable, et qu’il n’y avait pas
un client… jusqu’au début de reprise mi 97/98. Rappelez-vous
qu’en 1995 la Très Grande Bibliothèque trônait… au milieu de rien !
Certes, nous exercions dans des contextes différents : face à une
agence d’urbanisme lilloise, moins présente que l’APUR, Jean-Paul
Baïetto jouait le rôle d’aménageur et fabriquait son projet avec
une certaine liberté de conception… » Ce qui ne l’empêchait pas
de s’inquiéter dans La lettre du Club 10 des limites de l’exercice :
« La crise immobilière que nous traversons sur fond d’incertitudes
économiques, de déstabilisation sociale et de tarissement de la
pensée, semble se traduire dans la production et la gestion de la
ville, par la mise au banc des bâtisseurs, la prise de pouvoir croissante des censeurs, la victoire annoncée du petit, du médiocre,
de la copie conforme. Dans le même temps, notre civilisation
urbaine, socle de notre culture et de notre identité européenne,
10 Jean-Paul Baïetto, directeur général d’Euralille, dans La lettre du Club, no 2, Avril 1996.
28
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
donne des signes d’essoufflement… Espérons qu’il ne s’agit pas
là de signes irrémédiables de décadence et résistons. »
Les aménageurs ont dû apprendre à se dégager de la temporalité de l’action et admettre les cheminements qu’implique la
production de connaissances. En trois ans (1993 – 96), la confiance
entre les membres s’est solidement établie. « Le Club était une
instance où on s’exprimait sur les métiers : la parole était libre
m’apportant un peu d’oxygène. On mettait en commun nos
expériences. Le fond du travail pour ses membres, au long des
réunions qui se tenaient chez les uns et chez les autres, était
d’avancer dans le management technique et financier de leurs
opérations en s’appuyant sur leurs pratiques » (Thérèse Cornil).
« L’État était demandeur de cette vision opérationnelle. Le Club
avait une fonction d’échange et les réunions tournaient dans les
différentes structures membres sur un jour et demi. La veille au
soir, il y a avait un débriefing alimenté par chaque aménageur
(économie, marché, environnement) et le lendemain une séance
plénière centrée sur une des facettes du métier d’aménageur », se
souvient Éric Bérard, l’un des membres fondateur, alors directeur
de la SERM Montpellier. « La première, à Lille, montrait comment
on se sert de l’économie tertiaire pour faire des projets urbains,
notamment en négociant avec les investisseurs : Jean-Paul Baïetto
était alors convaincu que l’aménagement de projets structurants
à dominantes économiques pouvait s’autofinancer dans les principales agglomérations. La deuxième eut lieu à Strasbourg avec
Robert Adjedj (alors directeur de la SERS) sur la communication
des opérations, puis une autre à la Semaest sur les jeux d’acteurs
avec les promoteurs et les architectes, etc. »
Et le « Club des maîtres d’ouvrage d’opérations complexes »
devint peu à peu une référence dans le paysage mouvant de
l’aménagement et de l’urbanisme à la française. Cette période
d’une aussi étonnante structure, ni lobby, ni syndicat, mais lieu de
réflexion et d’échange sur les projets et les pratiques animés par
quelques ténors – on dirait aujourd’hui think tank –, indépendant
à l’égard des lobbies professionnels, est vue comme l’âge d’or
du Club par certains de ses membres. C'était certainement une
période féconde que le 20 e anniversaire invite à revisiter pour
orienter le fonctionnement du Club vers demain.
29
LE CLUB,
LA RECHERCHE URBAINE
ET L’EXPÉRIMENTATION
eu avant sa disparition, François Ascher regrettait
les liens insuffisants entre la pratique et la recherche,
jugeant même « souhaitable de créer une filiale
du Club pour mobiliser une nouvelle génération de
chercheurs. Une problématique de chercheur s’est en
effet épuisée dans le Club dont l’idée initiale était de faire
travailler dans la durée les chercheurs et les acteurs pour
qu’ils soient en phase dans l’innovation » 11. Mais « le temps
nécessaire aux innovations urbaines n’est pas le même
que celui consacré à l’invention d’un nouveau concept
dans le logement ou d’un produit destiné au bâtiment ; et
l’expérimentation en la matière s’avère peu généralisable,
car chaque ville a ses caractéristiques et ses exigences
spécifiques » soulevait-il dans un entretien avec Thierry
Paquot 12. « Autant le maître d’ouvrage d’un seul bâtiment
– ou une entreprise – peut espérer appliquer avec succès
une méthode qu’il a utilisé ailleurs, autant celle-ci ne peut
aider un élu local à résoudre des problèmes urbains qui lui
paraissent toujours particuliers. Nous avons alors réfléchi
à la manière de tirer parti des solutions urbaines propres
à chaque ville. Dans un premier temps, nous nous sommes
donné pour tâche d’identifier les opérations qui présentaient des caractéristiques d’innovation afin de les analyser,
11 Organiser la ville hypermoderne, François Ascher, Grand Prix de l’urbanisme 2009,
Éd. Parenthèses.
12 Entretien avec François Ascher, op. cité (Urbanisme, no 294, mai-juin 1997).
13 Entretien avec François Ascher, op. cité.
30
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
les capitaliser et les diffuser. Dans ce domaine, nous avons
souvent été déçus par les résultats obtenus par les chercheurs, car ceux-ci parvenaient difficilement à s’approprier
à la fois l’information et la logique des acteurs. Cette forme
d’évaluation externe nous a donc semblé limitée. C’est
pourquoi nous avons élaboré une méthode – qualifiée
de procédurale – d’une toute autre nature, qui a consisté
à apprendre aux maîtres d’ouvrage et aux chercheurs à
travailler ensemble. Cela suppose que les chercheurs jouent
un rôle d’expert, mais aussi qu’ils ne considèrent pas les
maîtres d’ouvrages en tant qu’objet d’études, mais en tant
que personnes avec lesquelles ils partagent les éléments
du projet. Le rôle des chercheurs consiste alors à extraire
de cette pratique commune un certain nombre de données
analysables, transmissibles et informatives. De là est née
cette notion de « club ». Nous avons cherché à créer
certaines conditions d’échanges – dont la convivialité –
favorisant une qualité et une pertinence de réflexion
fondées sur la complémentarité des uns et des autres ».
Le Club s’est proposé de retrouver cette orientation originelle dans une démarche plus volontariste en renforçant ses
croisements thématiques avec les programmes du PUCA,
en accueillant des chercheurs de disciplines variées en son
sein, en les faisant participer à ses groupes de travail, en
assurant la promotion chez ses membres d’opérations expérimentales aptes à tester en vraie grandeur les méthodes
et produits qui naîtraient de ces rencontres. « Nous avons
dû mettre en place un système de médiation entre eux afin
de faciliter l’expertise des situations rencontrées. Car il
est souvent difficile d’accorder des rythmes aussi différents
que celui de la recherche et celui de l’action. Les acteurs
sont prêts à investir dans des études et dans leur suivi
proche, mais ils ont moins l’habitude des reformulations et
des “détours” de la recherche » explicitait François Ascher 13.
Outre la difficulté de repérer au sein du vivier des chercheurs ceux qui sont aptes à être des « passeurs » entre la
recherche et l’opérationnel, les appétits du Club en matière
de recherche ont rencontré quelques obstacles : d’une part,
31
les chercheurs travaillent dans des délais plus longs que
ceux des aménageurs et avec des budgets lourds, rendant le
Club inapte à passer des commandes de recherche ; d’autre
part, la collaboration avec le PUCA a trouvé sa limite dans
le fait que ce dernier ne couvre pas certains thèmes en
débat chez les aménageurs (les éco-quartiers par exemple).
« Le partenariat avec la recherche avait diminué bien avant
la mort de François Ascher » se souvient Jacques Pernelle,
secrétaire général du Club de 2004 à 2011. « Déjà dans
la période Jean-Paul Blais, l’appui du PUCA s’était fait plus
léger : ses subventions qui devaient en principe cofinancer
des équipes de recherche ont plutôt servi à rétribuer des
bureaux d’études. Pour retrouver la recherche, il faudrait
continuer à travailler avec des bureaux d’études pour animer les groupes de travail mais aussi financer des contrats
de recherche pour bénéficier de leurs acquis sur ces sujets. »
Le Club a été inventé par François Ascher pour expérimenter
sur l’urbain, in vivo, « encore faut-il avoir la capacité à renvoyer des questions pointues à la recherche pour poursuivre
dans cet esprit » alerte aujourd’hui Ariella Masboungi (inspectrice générale du développement durable au CGEDD).
« Le lien avec la recherche s’est distendu », observe Jean
Frébault, soulignant que « le profil de passeur est rare :
François Ascher savait jouer ce rôle ». Il esquisse une explication : « l’aménagement n’a jamais été identifié comme un
sujet important de recherche, laquelle s’inscrit dans un processus de temps long. Dans la fusion Plan construction-PCA,
l’urbain a finalement dominé les thématiques du PUCA
même si les méthodes du PCA (Ascher) ont imprégné le
PUCA et le Club. En particulier l’idée fondatrice de connecter (d’immerger) le monde de la recherche avec l’action
concrète sur le terrain, à laquelle il faut redonner de la force.
Et puis la commande politique au PUCA a fait défaut, sauf
récemment pour les écoquartiers ». Jean Badaroux (directeur
de la SEM Ville Renouvelée) reconnaît « on peut mieux faire
et on a eu mieux fait. Nous tirons trop de nous-mêmes
produisant une approche impressionniste : on loupe une
élévation du débat qu’apporterait la recherche. La récente
ne dizaine de thèmes proposés en 2010 paraissent
encore d’actualité et pourraient déboucher sur
des journées thématiques, des groupes de travail
d’ateliers lors de prochains Entretiens, des 5 à 7,
des publications… Outre le foncier, l’énergie, la
précarité inscrits aux récents Entretiens de Rennes 2013,
on retiendra :
— l’aménagement des grands territoires : poursuite des travaux en cours depuis 2005 en croisant différentes approches
sectorielles (commerce, logistique, transports, eau, énergie)
dans la démarche d’un aménagement durable ;
— la ville et la voiture ;
— la faisabilité de services à dominante publique pour
irriguer la société des plus défavorisés ;
— la prise en compte des ménages pauvres dans l’aménagement sur les plans prioritaires du logement et de la mobilité ;
— la sûreté et la sécurité dans la conception des opérations
d’aménagement ;
— la densité, la centralité et la mobilité ;
— le développement économique et les territoires avec
notamment la question de la localisation des entreprises,
la faible mixité urbaine des opérations ;
— les nouveaux modèles économiques de l’aménagement ;
— la culture, l’art et la ville ;
— l’économie de la connaissance avec notamment les
réflexions sur l’implantation des équipements universitaires
et de recherche dans l’espace urbain.
32
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
production de notre groupe de travail sur la précarité illustre
ce phénomène ». « Il faut maintenir un haut niveau d’exigence en recherches, les centrer sur l’amélioration du bienêtre de ceux qui occupent les opérations d’aménagement »
insiste Nicolas Terrassier (alors directeur de l'ADDRN). « Le
Club a une vocation de recherche appliquée, il ne faut pas
qu’il perde cette différenciation par rapport aux nombreux
club relationnels, type AFDU/Association française du
développement urbain » invite Sophie Schmitt (directrice de
l'aménagement chez Sodearif).
33
L’aménageur
urbain face
à la crise
de la ville
Après un changement de
gouvernement, le ministère tente,
à l’issue du premier mandat de JeanPaul Baïetto, une reprise en main
du Club. Certains plaident pour une
alternance à la présidence du Club.
Encouragée par le ministère de
l’Équipement, Thérèse Cornil, qui
« n’a pas souvenir d’un jeu de pouvoir »,
se présente : Jean-Paul Baïetto est
réélu par 9 voix contre 8, « lors d’un
vote à bulletin secret dans une urne.
C’est la seule fois qu’on a procédé
de cette manière » se souvient JeanLuc Poidevin, alors trésorier du Club.
Quelques mois plus tard, lors d’une
réunion à la SEMAPA, la direction
de l’urbanisme et des paysages/DUP
annonce sans préavis son intention
d’arrêter. « Tout le monde s’est tourné
vers moi », se souvient avec délectation
Olivier Piron, alors secrétaire général
du PUCA. « J’ai simplement dit, moi,
je continue. Et cela a continué. »
14 23 et 24 janvier 1997 à Lille, dans une ville emblématique dotée d’un grand projet
urbain alors en difficulté (Euralille).
15 L’aménageur urbain face à la crise de la ville, op. cité.
34
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
Après trois années de fonctionnement, dans la perspective des
premiers Entretiens de l’aménagement 14, le Club publie son premier ouvrage : L’aménageur urbain face à la crise de la ville. Il y
fait le point sur les différentes facettes du métier d’aménageur 15 :
financement des opérations, programmation, coordination architecturale, concertation…
La nouvelle situation de l’aménageur se définissait alors par une
grande incertitude et un élargissement de la chaine de production à laquelle participent désormais la structure commerciale,
l’exploitant, voire l’usager tandis que les territoires “à enjeux” se
déplacent, se transforment sans être nécessairement les mêmes
qu’hier. Condamné à se transformer, le métier d’aménageur ne
pouvait évoluer qu’en se donnant une nouvelle légitimité. JeanLouis Subileau jetait un certain froid en invitant les aménageurs « à
apurer les comptes de leurs opérations, à ne pas mentir aux élus ».
François Ascher appelait à « encore plus de professionnalité… »
plaidant pour que la capacité des aménageurs à « transformer la
ville » grâce à leurs nouvelles missions et à leurs compétences, et
non pas du fait de leur savoir-faire technique particulier, apparaisse
ainsi plus clairement. Des évolutions ne seraient possibles que
« si les aménageurs savaient générer une nouvelle dimension de
l’aménagement, acceptaient de renouveler leur savoir-faire et ne
se contentaient pas d’un simple accompagnement de tendances »
suppliaient Jean-Paul Baïetto et Jean Frébault. Pour sa part, Yves
Dauge, alors maire de Chinon, mettait en garde : « ce qui compte,
ce n’est pas le professionnalisme ! Nous en avons trop souffert, il
suffit de regarder ce que nous avons réalisé pendant trente ans. Ce
qui compte, c’est l’intensité du projet, l’extraordinaire mobilisation
autour d’une idée simple, compréhensible par les gens, c’est de
réussir un partenariat entre les acteurs qui font le quotidien ».
35
Une référence dans
un paysage mouvant
La crise apparaissait alors aux aménageurs comme une chance
autant que comme un révélateur, une occasion de renouveler les
modes de production de la ville. La répartition des rôles entre les
élus, les structures amont comme les agences d’urbanisme ou les
services propres des grandes collectivités et les aménageurs méritaient dès lors d’être clarifiée, alors que des divergences existaient
sur la posture de l’aménageur au regard des décideurs politiques.
Jean-Luc Poidevin (alors directeur de l'EPAMSA) se souvient « de
la contre-posture de Jean-Paul Baïetto » sur la gouvernance des
opérations d’aménagement « avec une volonté marquée 16 de se
substituer aux élus (et l’ambition à peine voilée de créer France
Aménagement, une SCET bis) » face à Éric Bérard qui défendait
la position de l’aménageur derrière le maître d’ouvrage qu’est la
collectivité, rejoint par Robert Adjedj (SERS) pour qui « on ne peut
pas avancer si on n’est pas adossé à la collectivité ». Aux Entretiens
de Lille, 1997, Catherine Trautmann, alors maire de Strasbourg,
soulignera en écho que « nous sommes en train de passer de
ce que l’on qualifie d’“État Providence”, à la “ville providence” ;
ce que moi j’appelle en fait “la voiture-balai de la démocratie”.
C’est à dire que la ville devient le territoire investi pour le règlement de tous les problèmes ». François Ascher 17 observait que
« les processus urbains sont les objets d’une action publique en
pleine transformation ». « La mise en cause du modèle de l’État
Providence, pilotant les transformations de la société à l’aide de
politiques publiques classiques, s’accompagne d’une montée
en puissance d’acteurs publics locaux et des acteurs privés, en
particulier des entreprises, dans toutes les sphères concernant
la vie sociale et les services collectifs. Une multitude d’intérêts
divergents s’expriment » détaillait Alain Bourdin 18.
Un consensus se dégageait cependant selon lequel l’aménagement, de quelque manière qu’il soit organisé, nécessitait
un grand professionnalisme et de nombreuses compétences :
inventivité, créativité et capacité de penser en termes de stratégie,
management des multiples acteurs de l’urbain, des processus et
16 N.d.l.r : jusqu’à l’arrivée de Martine Aubry.
17 François Ascher, La société change, la politique aussi, Odile Jacob, 2007.
18 Alain Bourdin, Du bon usage de la ville, Éditions Descartes & Cie, 2009.
19 Entretien avec François Ascher, op. cité.
36
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
procédures, capacité d’interpeller et de faire travailler ensemble
des professionnels aux profils divers et complémentaires (urbanistes, architectes, paysagistes, économistes urbains, juristes,
sociologues, notaires…) et talents pour faire aboutir et réaliser
les projets. « Il faut échapper à la malédiction de l’urbanisme
opérationnel, qui produit cette fausse harmonie où le temps est
absent, et retrouver une production d’hétérogénéité qui ne soit
pas seulement esthétique, mais aussi sociale, liée à la mixité, à la
négociation, à la diversification, au plaisir d’habiter, au charme
de la ville… Une hétérogénéité non plus comme un échappatoire
à une malédiction de la norme, mais comme réalité du rapport
social » invitait Christian Devillers, architecte-urbaniste, aux
Entretiens de Lille, 1997.
Un élargissement du Club « à de nouveaux venus faisait l’objet de
discussions », a témoigné François Ascher 19, « car la connivence,
l’intimité et la convivialité qui permettent à notre structure de
fonctionner nous incite à en limiter d’emblée l’entrée. De plus,
un minimum de culture commune se révèle indispensable pour
intégrer le groupe. Nous avons, par exemple, rejeté l’éventualité d’ouverture à Aéroports de Paris et à la SNCF, les maîtres
d’ouvrages se trouvant par ailleurs régulièrement confrontés à
cette dernière… L’ouverture du Club aux GPU/Grands projets
urbains a également été envisagée, à la demande de l’État, mais
les membres du Club hésitent pour l’instant. Autres nouveaux
venus : la SEM de Nantes, celle de Rennes, et l’établissement
public Euroméditerranée dont les expériences et les interrogations
renouvellent nos approches ».
37
Lille :
désaménager
l’aménagement
38
Expression de la vision urbaine de Rem Koolhaas pour Euralille (1988). © OMA
39
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
40
En juin 1997, Jean-Paul Baïetto qui
souhaitait un intitulé beaucoup
plus parlant pour le Club propose de
changer son nom du « Club des Maîtres
d’Ouvrage d’Opérations Complexes », en
une nouvelle appellation où figurerait
le mot « ville » (notion beaucoup plus
large que « urbanisme »), et bien sûr le
mot « aménagement » en référence au
champ professionnel de ses membres,
une manière de bien affirmer la
responsabilité de l’aménageur sur
l’ensemble des composantes de la ville
(construction, certes, mais pour
un développement économique, social,
41
Les premiers Entretiens de l’aménagement se tiennent à Lille. Ils
ont ouvert la voix à une série de manifestations à la périodicité
régulière mais espacée (tous les deux/trois ans) 20 car « il faut
le temps de nourrir le débat et nous ne sommes pas tenus au
rythme annuel comme d’autres organismes plus institutionnels, »
commenta Éric Bérard, alors directeur général SERM Montpellier.
De Lille en 1997 à Rennes en 2013, les sept Entretiens se sont révélés
un excellent baromètre de la situation de l’aménagement dans
les grandes agglomérations françaises, et plus globalement des
évolutions urbaines. « Le Club s’ouvre, il organise des conférences
débat au cours desquelles des penseurs philosophes, économistes, sociologues, témoignent des évolutions de notre temps
et interpellent les aménageurs. Il s’ouvre aussi à des membres
associés. Enfin, il approfondit dans différents groupes de travail,
les pistes lancées lors des Entretiens » 21. À travers le filtre des
pratiques professionnelles, ce sont en effet des mutations politico-institutionnelles, économiques, sociétales, culturelles… qui
sont à chaque fois disséquées et débattues.
Aux premiers Entretiens de Lille, « prenant la mesure d’un environnement marqué par l’incertitude et la remise en cause des
modèles de croissance de l’après-guerre, par la complexité et la
multiplicité des acteurs et par l’essoufflement des mécaniques
économiques traditionnelles, les professionnels se sont efforcés
de dresser un état des lieux et des enjeux. Ils ont appelé à la
définition, à l’échelle des agglomérations, de stratégies urbaines
ambitieuses afin de répondre aux besoins nouveaux, nés des
transformations des modes de vie et des attentes de la société
urbaine » (Ariella Masboungi) 22. Alors que l’incertitude est la
règle, il s’agit de programmer en un univers incertain, d’adopter
de nouveaux modes de conception et de gestion des opérations,
d’organiser les partenariats et la concertation, en privilégiant
les projets modulaires capables de s’adapter dans le temps, ce
qui suppose de réviser certaines procédures administratives
culturel). Le Club devient le « Club
Ville-Aménagement ».Les thématiques
qu’il aborde conditionnent alors
l’aménagement dans le futur : sécurité,
mixité, développement durable….
20 Entretiens de l’aménagement : Lille 1997 – Le XXIe siècle en chantier, un tournant
pour l’aménagement ; Montpellier 1999 – Outils et méthodes : les aménageurs proposent ; Nantes 2002 – Les nouvelles frontières de l’aménagement ; Lyon 2004 – Les
aménageurs dans la maîtrise d’ouvrage urbaine ; Marseille 2007 – Fabriquer la ville :
nouvelles attentes, nouvelles cultures ; Bordeaux 2010 – La solution, c’est la ville ;
Rennes 2013 – Le printemps des villes : villes en mouvement, ville pour tous. On observera qu’à partir de 2007, le terme « ville » remplace celui d’aménagement/eur dans
l’accroche des manifestations.
21 Avant-propos des Actes des entretiens de l’aménagement, Lille, 23-24 janvier 1997,
165 p.
22 Ariella Masboungi, Fabriquer la ville. Outils et méthodes : les aménageurs proposent,
La Documentation française, 2001.
23 Actes des entretiens de l’aménagement, op.cité.
24 Entretien avec François Ascher, op. cité.
42
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
trop rigides et de réfléchir aux moyens de mieux coordonner les
moyens financiers existants. Car « le propre d’un projet urbain
est bien de réussir à composer avec des éléments antagonistes
comme la permanence d’un projet à maintenir et la mobilité par
rapport à une société qui évolue sans cesse. Il faut maintenir des
options ouvertes… » invitait Thérèse Cornil, conseillant de « ne
pas distinguer successivement un temps de la conception et un
temps de la mise en œuvre, mais au contraire, continuer durant la
réalisation, le travail de conception et ajouter de nouvelles strates ».
« Dans la situation actuelle de crise de la ville, de crise de la société »,
Jean-Louis Subileau décelait « depuis quelques années comme
le signe d’une gêne, un silence des aménageurs qui est lourd de
sens. Gêne, en raison de la difficulté à trouver des réponses à la
crise, mais aussi en raison d’un jugement rétrospectif critique sur
la ville que nous avons produite depuis quelques années, lorsque
nous avons géré des procédures plutôt que conduit des projets…
Il faut que l’on passe rapidement d’une approche en termes de
procédures à une approche en termes de projet et, maintenant
à la mise en œuvre du processus de gestion des transformations
d’un territoire… Nous devons d’une certaine manière « désaménager » l’aménagement et nous porter, plus vite que nous ne
l’avons fait jusqu’ici, sur les terrains où se joue la crise urbaine :
les quartiers en difficultés » invitait-il.
La recherche de partenariats en aval, de montages financiers
innovants conduit à réfléchir aux retombées financières et au
partage des plus-values de l’aménagement conçu comme une
opération d’investissement pour laquelle le risque doit être
clairement partagé. L’évolution du métier d’aménageur appelle
une réflexion de fond sur l’avenir et l’organisation des structures
de maîtrise d’ouvrage et une clarification des rapports entre élus
et aménageurs 23. « Après trois années de concertation au sein du
Club, il semble que recherche, connaissance et action commencent
à interagir positivement » analysait François Ascher 24.
Poursuivant l’introspection relative au métier de la maîtrise
d’ouvrage classique (gestion foncière, urbanisme opérationnel…),
Alain Bourdin 25, alors professeur à l’Institut français d’urbanisme,
relevait que dans l’avenir, « le cœur du métier sera un métier de
stratégie, un métier de transactions, un métier de négoce ». Ces
43
trois « métiers » regroupent des savoir-faire complémentaires :
le métier de concepteur qui s’attache à l’élaboration d’un ou
plusieurs projets sur des territoires définis dans une démarche
stratégique et marketing ; le métier de développeur qui favorise
le développement de l’activité économique en mobilisant des
compétences marketing, communication, vente, montage financier,
direction d’opération ; enfin, le métier de gestionnaire d’équipements et de services pour le compte de la puissance publique. Car,
« les préoccupations de gestion, et particulièrement de gestion
urbaine, représentent un domaine qui pèse de plus en plus dans
les décisions de programmation… ».
« L’aménagement est fonctionnellement tourné vers l’avenir.
À sa manière, il conduit la représentation du futur, en établit
les conditions de possibilité. C’est pourquoi il me semble que
l’aménageur ne peut fonctionner en des termes qui seraient
à priori ceux du repli sur l’existant, ou ceux que dicteraient les
incertitudes du court terme », résumait Jean Attali, philosophe,
aux Entretiens de Lille.
Jean-Paul Baïetto décède le 2 janvier 1998. Jean Frébault assure
quelques mois l’intérim de la présidence jusqu’à l’arrivée de
Jean-Luc Poidevin (alors EPAMSA), qui sera président de 1999 à
2003. « Nous étions alors 15 membres » se souvient-il.
25 « L’instauration d’une démarche stratégique apparaît comme la seule voie
pour assurer la “régulation de la régulation”. La stratégie ne consiste pas à avoir des
projets ou un projet fédérateur. Elle suppose la capacité à se projeter dans un avenir
inconnu et envisager une diversité de possibles, à développer une véritable démarche
réflexive donc d’interrogation et de construction de connaissance, et à pratiquer
des “ajustements glissants”. Le projet réduit les incertitudes, il garantit l’efficacité
et, sous certaines conditions, facilite l’innovation. Il contribue éventuellement
à une démarche stratégique, mais n’en tient pas lieu ». (Alain Bourdin, Du bon usage
de la ville, Éditions Descartes & Cie, 2009)
44
Port Marianne. Ce projet urbain s’est appuyé sur le plan directeur établi par Ricardo
Bofill dans les années 80 et sur le schéma directeur de paysage de Michel Desvigne.
Il se développe au travers de plusieurs quartiers dont chaque plan masse est élaboré
par un urbaniste (Rob Krier et Nicolas Lebunetel pour Consuls de mer, Adrien Fainsilber
pour Richter, Architecture Studio pour Parc Marianne…) © Grégoire Dupond
45
Montpellier, le
développement
d’une politique
contractuelle
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
46
Développement de la ville vers Port Marianne et la mer (octobre 2011).
© Claude O' Sughrue
47
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
48
Intégration du nouvel hôtel de ville de Montpellier au sein du quartier Port Marianne.
Architecte Jean Nouvel.
© 4vents
« Si les Entretiens de Lille étaient ceux de la crise, ceux de Montpellier (printemps 1999), esquissaient la reprise et préparaient à
leur manière le projet de loi SRU/Solidarité et renouvellement
urbains » 26. Multiplication des acteurs et émiettement des pouvoirs, longue durée des opérations et incertitude, inadaptation
des mécanismes financiers et économiques traditionnels, ces
principaux facteurs de mutation du paysage de l’aménagement
26 Antoine Loubière, Urbanisme, Mai-Juin 2007 no 354.
49
identifiés lors des Entretiens de Lille, sont alors toujours à l’œuvre
car « on a toujours besoin d’aménagement urbain ».
Aussi, après leur désarroi exprimé à Lille, les aménageurs adoptent
une attitude plus confiante en l’avenir avec l’établissement de
« 18 pistes d’action pour rénover l’aménagement » (cf. encadré pages
50, 51) formulées autour de six grands thèmes portant aussi bien sur
le renouvellement des méthodes et du cadre juridique loin des
solutions toutes faites, en prêt-à-porter idéologique et juridique,
la relance de l’économie de l’aménagement désormais considéré
comme un investissement suivant une approche économique et
financière renouvelée. Pourquoi ce qui vaut pour « l’objet simple
de création d’espaces verts, financée sur budget communal, ne
donne lieu à aucun bilan d’opération et donc à aucun déficit, ne
vaudrait-il pas pour des opérations plus complexes ? » interpelait
Jacques Pernelle, invitant alors à repenser la notion de déficit
d’opération.
Le passage de l’intention à la réalisation du projet urbain fait l’objet
d’analyses minutieuses tandis que le Club qui plaide, déjà en 1999,
pour une reconnaissance du droit à l’expérimentation ou d’un
« droit à la dérogation balisée » s’interroge sur la fin du modèle
classique d’aménageur et son indispensable repositionnement.
Leurs voyages d’études sur le terrain et l’analyse d’expériences
étrangères (la Ruhr, Bilbao, Glasgow…) montrent la validité de
structures légères et très réactives, dont le modèle d’aménagement à la française pourrait utilement s’enrichir.
Le développement d’une politique contractuelle (contrats de
ville et d’agglomération, lancement de 50 grands projets de
ville/GPV et leurs GIP, premières mesures en faveur des copropriétés dégradées…) redessinent en décembre 1999 le paysage
d’intervention des aménageurs. Les SEM d’aménagement voient
émerger une maîtrise d’ouvrage urbaine 27 au sein des collectivités
qui les cantonnent dans un rôle quasi exclusif d’opérateurs ou
leur délèguent une partie du pilotage. Les EPA / Établissements
publics d’aménagement dont la spécificité était l’intégration
des fonctions amont et aval se voient critiqués quant à la confusion des fonctions. La notion de « masse critique » minimale en
volume d’activité pour pouvoir disposer d’un capital de savoirfaire diversifié apparaît.
27 « La maîtrise d’ouvrage urbaine s’attache à l’urbain, c’est à dire aux creux
et non aux pleins de la ville, qui eux relèvent de l’architecture. Or ce sont ces creux
qui marquent la longue durée. » (Bertrand Ousset, alors directeur général adjoint
d’Epamarne / Epafrance, aux Entretiens de Lille, 1997)
SUR LES OUTILS
ET LES MÉTHODES
es réflexions menées au sein du Club et les débats
qui ont marqué les deuxièmes Entretiens de l’aménagement à Montpellier ont permis d’identifier
un ensemble de propositions réunies autour de 18
grands thèmes.
Il s’agit avant tout de renoncer à une vision totale correspondant à une conception de la ville finie et à l’élaboration
d’un plan masse précis au profit d’une conception plus
ouverte, un passage progressif du « prêt-à-porter » au
« sur mesure » en identifiant dans un schéma de références
les grandes intentions du parti d’aménagement qui
dessinent l’ossature du projet, les invariants et les éléments
susceptibles d’évoluer.
Il s’agit alors de conduire des projets plutôt que de gérer
des procédures lourdes et rigides en passant d’une stratégie
d’offre à une stratégie d’écoute des besoins, des logiques
des différents acteurs de la ville.
Prenant acte du fait que la rentabilité financière directe a
pratiquement disparu et plaidant pour un renouvellement
de l’approche économique, l’aménagement urbain doit
désormais être considéré comme un investissement dont
il faut assumer le bilan global avec un engagement direct
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
18 PROPOSITIONS
50
51
et croissant des collectivités publiques : remise en cause
du déficit d’opération, vérité des coûts, expérimentation
de nouvelles formules de portages fonciers et de partenariat
sont autant de termes précisés. Cela implique de rénover
le cadre juridique, source de rigidités et de blocages, en
favorisant le développement de pratiques contractuelles
et en modernisant les outils de l’urbanisme opérationnel,
en particulier la ZAC.
Face à une diversification accrue des modes de faire et des
types d’opérateurs, la notion même d’aménageur suppose
un repositionnement sur une assise territoriale et une masse
critique suffisante pour garantir les conditions de viabilité,
l’organisation de la fonction stratégique de pilotage, de
maîtrise d’ouvrage urbaine et du management de projet
qui doivent faire l’objet de rémunérations spécifiques
de prestations de services non liées aux tâches de réalisation.
À la culture liée aux métiers d’expertise technique, les
professionnels doivent dorénavant ajouter une culture de la
concertation, de la négociation, de la communication ce qui
implique en parallèle des efforts de formation. L’avenir des
organismes aménageurs se joue dans leur capacité à entrer
dans une nouvelle culture de l’action.
52
53
Après une longue période de crise immobilière qui a
pesé sur les opérations d’aménagement, les signes de
reprise se sont multipliés à partir de 1997 – 98. Le début
des années 2000 est marqué par la tentative du privé,
des banques, des promoteurs et grandes entreprises
du BTP, de se porter sur le champ de l’aménagement
avec des structures ou des services dédiés, mais ils ne
tarderont pas, pour la plupart, à se recentrer quelques
années plus tard sur leur cœur de métier.
Le cadre institutionnel et juridique est en pleine
évolution (du maire entrepreneur à des stratégies
globales d’agglomération avec les lois Voynet,
Chevènement, SRU) tandis que la Commission
européenne interpelle la France sur le respect
des règles de la concurrence et les conventions
publiques d’aménagement. La montée en charge
des intercommunalités s’accélère alors que le rôle
de l’État se réduit sensiblement, à l’exception d’une
démarche politique ambitieuse sur le Grand Paris.
Le renouvellement urbain prend une place importante dans les politiques nationales et locales
sur le logement, l’habitat et la ville.
54
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
Le 13 décembre 2000, la Loi relative à la Solidarité
et au Renouvellement Urbain / SRU vient réformer
les instruments des politiques urbaines. Les SCOT
deviennent des documents d’organisation des aires
urbaines (en remplacement des SDAU) tandis que le
Plan Local d’Urbanisme / PLU (ex POS) tend à exprimer le projet urbain de la commune et que la carte
communale s’affirme comme un document d’urba­
nisme adapté aux petites communes. De plus, la
solidarité en matière d’habitat est organisée au sein
des agglomérations avec le PLH / Plan local de l’habitat, outil central pour définir les politiques de l’habitat
à l’échelle communautaire, désormais compatible
avec le PLU. Le Club, qui défend une vision large d’un
aménagement conçu non pas comme une fin, mais
comme un moyen au service des stratégies urbaines
de développement, ne peut que s’en réjouir même
s’il regrette que ce texte soit davantage orienté sur
le renouvellement des méthodes de planification que
sur la préoccupation opérationnelle, les conditions
du passage à l’acte et de la mise en œuvre du projet.
Un renouveau des politiques de déplacement est
encouragé à l’échelle des agglomérations. Le développement durable creuse son sillon. L’approche
environnementale de l’urbanisme / AEU développée
par l’ADEME, démarche testée depuis 1995, fait
école. Via les règles européennes, la concurrence
se prépare à entrer aux forceps dans les mœurs
des maîtres d’ouvrage et des aménageurs.
En août 2009, la loi de programmation relative à la
mise en œuvre du Grenelle de l’environnement vient
modifier l’article L 110 du code de l’urbanisme pour
prendre en compte la lutte contre l’étalement urbain
et favoriser la revitalisation des centres urbains.
L’article 7 de la loi précise : « l’État encouragera
la réalisation par les collectivités territoriales
d’opérations exemplaires d’aménagement durable
des territoires » et lance un concours d’Écocités.
55
Nantes, de
la posture des
aménageurs
La longue marche de l'aménagement : plan guide d'Alexandre Chemetov (2000)
et projet de l'équipe Marcel Smets et Anne Mie Depuydt (2010).
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
56
L'Île de Nantes. Vue aérienne de l’ouest (2010). © André Bocquel/Samoa.
Page suivante : reconquête des berges de l'île de Nantes.
Parc des Chantiers, jardin de l'Estuaire (2013). © Jean-Dominique Billaud - Nautilus / Samoa
57
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
58
Le Club connaît un premier
élargissement au début des années
2000 afin « de combler des trous
dans la couverture du territoire ».
Il passe alors de 15 à 25 membres.
Les nécessités budgétaires ne seront
pas étrangères aux motivations des
élargissements successifs : diminution
tendancielle des subventions de
l’État, Entretiens de l’aménagement
déficitaires, etc.
Les nouvelles frontières de l’aménagement se précisent aux
Entretiens de Nantes. Cer tes, la profession des aménageurs
demeure mal connue, cette « catégorie singulière d’hommes et
de femmes un peu cachée derrière les tandems maire / architecte
59
qui ont marqué la chronique urbanistique de ces dernières décennies… » 28. Patrick Rimbert, alors adjoint au maire de Nantes, les
définit comme « des passeurs à l’acte », tandis que Jean Frébault
en dresse une typologie sans complaisance :
• le modèle classique de l’aménageur « tout-puissant » face à
une maîtrise d’ouvrage urbaine effacée ;
• un modèle équilibré, plus répandu (celle où une collectivité
locale – ville, agglomération – s’organise au niveau politique et
technique – service structuré, organisé sur la maîtrise d’ouvrage
urbaine de projets – pour encadrer et piloter un aménageur
– SEM d’aménagement ou autre opérateur – à qui est confié la
réalisation opérationnelle d’ensemble d’un projet) ;
• un modèle intégré (la maîtrise d’ouvrage urbaine s’appuie
sur un aménageur – EPA ou certaines SEM – structurellement
présent à la fois à l’aval et à l’amont avec une forte capacité de
passage à l’acte) ;
• et un modèle privilégiant la maîtrise d’ouvrage urbaine (la collectivité organise en son sein une mission de maîtrise d’ouvrage
urbaine / équipe projet supervisée par un comité de pilotage,
ou une structure de pilotage formalisée en cas de partenariat
complexe – GIP de GPV).
Avec de nouvelles priorités dans la demande sociale, les usages,
la notion de projet urbain ne peut plus être limitée par la notion
de déficit ou d’équilibre budgétaire de la ZAC. Car « l’aménagement a évolué d’opérations relativement normées, avec un
modèle fondé sur la transformation foncière et l’externalisation
des charges d’aménagement, modèle qui n’est plus le seul
aujourd’hui, à des projets de long terme sur un espace souvent
urbain, dotés d’un contenu social et économique » souligne
Jean-Luc Poidevin (alors EPAMSA).
À travers l’analyse de cinq sites et de cinq organisations observés
par le Club 29, Alain Bourdin, chercheur, distingue un certain nombre
de relations ayant une influence majeure sur l’équipe projet, sur la
production d’un récit, d’un sens donné à l’opération : le rapport
interne entre culture du projet et culture de la conception, entre
culture politique et culture opérationnelle, entre les échelles, entre
les réflexions stratégiques et les mises en forme opérationnelles,
la nouvelle place des intercommunalités, etc.
28 Antoine Loubière , Revue Urbanisme, no 326, oct. 2002.
29 Une équipe projet pour l’île de Nantes, une SEM pour Lyon-Confluence,
un GIP pour la ville renouvelée de la métropole lilloise, deux établissements publics
pour la Plaine de France et Euroméditerranée.
Dedans /dehors
Ces Entretiens de Nantes resteront dans les mémoires marquées
par un débat passionné et passionnant entre Laurent Théry et
Jean-Louis Subileau sur la posture des aménageurs, intégrés ou
non, un peu comme le capitaine Haddock s'interrogeant sur la
position de la barbe, « en-dessus ou en-dessous » de la couverture.
30 Un urbanisme des modes de vie, Ariella Masboungi, Alain Bourdin,
Éd. du Moniteur, oct. 2004, 96 p.
31 François Grether, architecte-urbaniste, in Fabriquer la ville, la nouvelle révolution
urbaine, La Documentation française, 2001.
60
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
Les aménageurs sont au service d’un projet : ce projet n’est pas le
leur mais un projet collectif, impliquant de leur part une obligation
de modestie, une compréhension de la commande politique,
une attention particulière à l’émergence des nouveaux modes
de vie, aux attentes en matière de développement économique
de solidarité, de concertation… Ces modes de vie se déploient
dans la périphérie des villes et selon des logiques économiques
qui portent leur développement, car la qualité urbaine est indissociable de la satisfaction des usagers ou des habitants et de la
vitalité économique. Cette observation prend place dans un nouvel
ouvrage du Club, Un urbanisme des modes de vie 30, favorisant ainsi
la connaissance des grandes tendances sociales qui influeront de
manière décisive sur le développement des villes, des tendances
souvent relayées par le marché. Comment, en effet, rendre l’urbanisme plus attentif aux leçons qui se dégagent de l’observation
des modes de vie, redonner sens aux lieux de commerce et de
loisir comme autant de leviers de projets urbains plutôt que de
désagrégation de la structure urbaine, comment créer de nouvelles
centralités pour répondre aux besoins de proximité, de convivialité, de qualité d’un « vivre ensemble », comment produire
un urbanisme soucieux de la sécurité en évitant le piège d’un
urbanisme sécuritaire, comment inscrire la nouvelle organisation
des mobilités et temporalités urbaines, etc. ? « Contrairement au
projet d’architecture qui se pense comme un objet fini, le projet
urbain ne doit pas se penser comme un aboutissement. Il s’agit
plutôt d’une démarche, d’un processus en devenir. Un moyen
plutôt qu’une fin, car l’achèvement de la ville, c’est la mort de
la ville » souligne l’urbaniste François Grether 31.
61
Laurent Théry, alors directeur général des services de Nantes
Métropole, qui « défendait la place de la collectivité, porteuse
du projet urbain, quels qu’en soient les outils, et défendait le fait
que les services pouvaient conduire un projet », plaidait pour une
nouvelle posture des aménageurs dans la production de la ville
car « une logique de projet se fonde d’abord sur des objectifs et
sur la mise en forme de contenus », des objectifs traduits par des
outils et des procédures, un projet nécessairement multiforme et
s’inscrivant dans un temps long avec un jeu d’acteurs diversifiés,
l’aménageur étant alors défini comme « un maître d’ouvrage
délégué ».
Différenciant la maîtrise d’ouvrage politique de la maîtrise d’ouvrage opérationnelle et technique, Jean-Louis Subileau, Grand prix
d’urbanisme 2001, reprochait à la métropole nantaise,« sous des
airs de modernité, de re-internaliser dans les services au moment
où tout le monde externalise ». Pour faire du pilotage, « il faut
partir d’une légitimité : si l’élu a naturellement une légitimité,
l’aménageur doit aussi en posséder une. Il ne suffit pas d’être
un chef d’orchestre ». Et d’inviter Nantes à installer rapidement
« une structure opérationnelle capable de discuter avec les
acteurs (ce qui n’est pas le cas du service d’une ville), au national, à l’international. La ZAC et l’aménageur, c’est la possibilité
d’intégrer les concepteurs, la capacité à négocier, la liberté du
bilan », sans oublier le problème du contrôle de la qualité qui
doit être assuré par l’aménageur alors que la collectivité délivre
le permis de construire 32.
Alors qu’avec la décentralisation, « il y a une multiplication d’acteurs
qui se trouvent chacun en position de responsabilité », observe
Jean-Luc Poidevin, alors président sortant du Club, Éric Bérard,
nouveau président, voit dans cette difficulté le principal défi de
l’aménagement : « parvenir à accumuler les décisions de tous
les acteurs qui interfèrent dans la ville : habitants, commerçants,
avec des débats contradictoires pour pouvoir arriver au projet in
fine. Aménageurs et politiques ont une responsabilité partagée ».
32 N.d.l.r. : quelques mois plus tard, Laurent Théry faisait appel à Jean-Louis Subileau
pour une assistance au montage d’une maîtrise d’ouvrage de l’Île de Nantes, la
« mission » créée initialement au sein des services s’avérant peu efficiente. Et Nantes
créera la SAMOA / société d’aménagement de la métropole ouest-atlantique, SEM
dédiée pour l’essentiel au redéveloppement de l’Île de Nantes et qui sera alors dirigée
par Laurent Théry.
62
Part Dieu. Porte d'entrée et espace de redistribution de la métropole lyonnaise.
© l’AUC / l’AUC as / Pro Développement / CITEC / RFR éléments
63
Lyon, les
aménageurs
dans la maîtrise
d’ouvrage
urbaine
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
64
Insertion de Lyon Confluence dans le quartier Sainte Blandine (2012).
Desvigne Conseil © Jean-Philippe Restoy (Regard du ciel) pour la SPL Lyon Confluence
65
33 Antoine Loubière, in Urbanisme, Mai-Juin 2007, no 354.
34 cf. l’ouvrage publié sur ce thème à l’issue de ces Entretiens : La maîtrise d’ouvrage
urbaine, sous la direction de J. Frébault, Éd. Le Moniteur, 2006, 149 p.
66
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
« Avec l’impact de la création de l’ANRU, la rénovation urbaine
des quartiers sensibles s’inscrivait sur l’agenda des aménageurs.
Le développement durable creusait son sillon. Via les règles européennes, la concurrence se préparait à entrer dans les mœurs des
maîtres d’ouvrage et donc aussi des aménageurs. Parallèlement,
la maîtrise d’ouvrage urbaine devenait la référence fondamentale
du Club, qui insistait désormais sur la nécessaire volonté politique,
porteuse de visions stratégiques et d’inventions urbaines. Manière
de renvoyer la balle dans le camp des élus. » 33
La montée en puissance de la notion de maîtrise d’ouvrage
urbaine procédant de la collectivité et d’une vision de la finalité
publique de l’aménagement constituait en fait une nouvelle
donne structurante qui venait bousculer les aménageurs. Cette
notion de maîtrise d’ouvrage urbaine 34 en amont de l’opérationnel, apparue lors des deuxièmes Entretiens /Montpellier 99
(atelier Avenir des structures d’aménagement), « un peu comme
un gros mot » se souvient Éric Bazard (alors Cité internationale),
notion un peu mûrie lors d’un atelier sur ce thème aux troisièmes
Entretiens de Nantes 2002, s’est affinée aux Entretiens de Lyon
2004 dont le titre explicite était : Les aménageurs dans la maîtrise
d’ouvrage urbaine. Certains se sont impliqués fortement dans
cette « posture » (SEM, EPA, SPLA), d’autres en ont été exclus,
les nouvelles règles de mise en concurrence les tirant vers l’aval.
Replacés dans cette problématique globale, les débats de Lyon
auxquels étaient invités les participants se sont orientés autour
de nouvelles thématiques fouillées à travers plusieurs ateliers :
• les règles européennes de la concurrence sont venues bousculer
le système français de l’aménagement, le gouvernement français
ayant été mis en demeure de les appliquer. « Il y a quatre ans, on
ressentait certaines menaces sur l’aménagement en France, en
fonction de règles communautaires mal connues sur la concurrence » témoignait Bertrand Ousset (EPA Marne). Il apparaissait
« difficilement acceptable de préserver le statu-quo, mais également impossible d’appliquer purement et simplement les règles
de concurrence des marchés de travaux ». François Delarue (alors
DGUHC) affirmait qu’il fallait « mettre fin au monopole des
aménageurs sur les conventions publiques d’aménagement et
s’orienter vers un système à égalité de droits et de devoirs des
67
opérateurs ». Il s’agissait « soit de faire appel à la concurrence pour
choisir l’opérateur d’aménagement dans une approche intégrée,
ou un intervenant ensemblier pour la maîtrise d’ouvrage urbaine
d’opérations complexes ; soit d’intervenir en régie ou par l’intermédiaire de structures dédiées à un territoire et placées sous
un contrôle direct, quelle qu’en soit la forme juridique (SEM, EPA
national ou local, OPAC…), auquel cas le choix de l’aménageur
doit s’accompagner d’une transparence totale en amont de la
dévolution et de mise en concurrence des prestataires en aval ».
L’état d’esprit alors conduisait à envisager la mutation « vers un
système pluraliste et ouvert qui offrirait le choix aux collectivités
entre différentes démarches », le choix de l’aménageur devant
s’accompagner d’une transparence en amont et en aval, d’une
mise en concurrence des prestataires selon une formule qui
s’apparente au cadre de la concession.
• le projet à la dimension des grands territoires. Si la croissance
urbaine affiche un rythme moins intense que dans les années
1970-1980, malgré les SCOT, l’étalement urbain se poursuit. Longtemps, les aménageurs n’ont pas été mobilisés par leurs donneurs
d’ordres sur l’« arrière-cour de la ville », cette ville suburbaine en
attente de projets et de gouvernance où « est entassé ce que l’on
ne veut pas voir, ce dont personne ne s’occupe réellement », où
s’est établi « un fonctionnement hétéroclite faisant se chevaucher des intérêts privés de lotisseurs ou de centres commerciaux
qui, faute de projets d’aménagement, ont construit un univers
qu’il est nécessaire aujourd’hui de réparer » soulignait Ariella
Masboungi (DGUHC). Certes, « il n’est plus temps d’empêcher
l’étalement urbain, mais de l’organiser, en le freinant » concluait
le groupe de travail dédié aux grands territoires, qui fera l’objet
d’une publication du Club en 2009 35. Pour le maîtriser, le groupe
de travail a repéré quatre enjeux longtemps négligés en France :
d’abord, la maîtrise d’ouvrage urbaine à l’échelle de grands
espaces ralentie par la fragmentation des communes (l’avènement
de l’intercommunalité devait contribuer à rattraper le retard) ;
le manque d’opérateurs privés d’une certaine envergure pour
compléter les actions publiques ; l’aménagement suburbain (et
son observation) influencé par le débat entre logement collectif
social et maison familiale en accession, retardant la constitution
35 Agir sur les grands territoires, par Ariella Masboungi et David Mangin,
Éd. Le Moniteur, 2009.
Un ensemblier pour
une ville plus dense,
plus verte, plus mixte
« Quels territoires urbains fabriquer pour demain, et avec quels
outils ? » : analysant les spécificités et convergences des systèmes
d’acteurs et de partenaires propres aux contextes locaux, les travaux
du Club ont mis l’accent sur de nouvelles pratiques de conduite
des projets d’aménagement sous la responsabilité des collectivités,
sur la nécessaire volonté politique porteuse de visions stratégiques
36 La ville sur mesure, François Grether, Grand Prix de l’urbanisme 2012,
Éd. Parenthèses, 2012
68
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
d’un savoir-faire en la matière ; la référence aux doctrines héritées du XIXe siècle qui a conduit à des « urbanismes de secteur »
abandonnant les grands territoires à des politiques utilitaires de
réseaux. La problématique des « grands territoires » reste donc à
travailler, tant en termes de gouvernance que de formes urbaines
à inventer. Pour François Grether, Grand Prix de l’urbanisme
2012, « l’enjeu est d’imaginer une organisation supérieure, utile
et bénéfique pour toutes les composantes en présence. C’est
toujours aux lisières que les potentialités sont les plus riches, à
cheval sur deux mondes » 36. D’autant que l’évolution des modes
de vie s’accélère avec les recompositions familiales, les mutations
du travail en lien avec les TIC, le vieillissement de la population,
les nouvelles attentes des jeunes.
• la sécurité (ne pas instrumentaliser l’urbanisme mais plutôt
concevoir et réaliser « un urbanisme qui ne soit pas un urbanisme
sécuritaire mais soit producteur de sécurité »),
• l’économie de l’aménagement (la valeur urbaine) et la rémunération des aménageurs pour les opérations « hors marché »,
• la prise en compte du développement durable compatible
avec la rentabilité financière, selon Olivier Piron (PUCA), car le
développement durable « sécurise le projet ou le fait évoluer
afin de rendre l’aménagement plus acceptable par l’ensemble
des acteurs impliqués ». Ce thème sera largement développé aux
Entretiens de Marseille.
69
et d’intentions urbaines aux implications professionnelles fortes
pour le « passage à l’acte » (pilotage technique, équipe projet, rôle
d’ensemblier…). Dans un contexte marqué par l’élargissement
ou le changement de nature des missions, et la recomposition du
système d’acteurs, la conduite des projets doit mieux distinguer
le pilotage stratégique de la fabrication des opérations, tout en
les articulant fortement : le « pilotage stratégique » prend le pas
sur le « pilotage opérationnel ».
De fait, la maîtrise d’ouvrage urbaine se situe au cœur de quatre
familles de fonctions interdépendantes entre lesquelles elle doit
assurer en permanence la cohérence dans une démarche interactive : le cadrage stratégique, la conception et l’invention du projet,
les relations partenariales et la concertation, le passage à l’acte.
Les acteurs de l’aménagement sont ainsi conduits à développer
de plus en plus de missions et compétences à la périphérie de
l’aménagement classique.
À travers un échantillon étudié par le Club, se dessine l’évolution
du métier d’aménageur, son passage d’un urbanisme opérationnel
classique à une maîtrise d’ouvrage urbaine complexe qui, quelles
que soient les postures, souvent adaptées aux contextes locaux,
trouve des réponses diverses. « Il n’y a pas de modèles », rassure
Éric Bazard, regrettant au passage « le cloisonnement des professions qui concourent à la ville ». Jean-Luc Poidevin déplore que
les professionnels n’aient « pas été capables de s’adapter à ces
nouveaux modes de faire. Il faut qu’ils apprennent à concerter,
à écouter, à ne pas aller trop rapidement à l’opérationnel, sans
consacrer suffisamment de temps à l’amont ». Cela suppose la
mobilité dans l’organisation, dans le temps, un jeu d’acteurs
beaucoup plus ample, un travail permanent auprès des élus et
des concepteurs, sachant souligne Laurent Théry (alors directeur
général de la SAMOA) que « la transversalité est difficile à faire
apparaître dans le système d’organisation des collectivités : le seul
transversal dans la ville, c’est le maire. Ce qui m’importe, c’est
que la dimension pilotage publique donne du sens au projet, à la
mutation urbaine… ce qui n’exclut pas le partenariat avec le privé ».
Cette mission d’ensemblier – d’autres préfèrent « assemblier »
– doit être clairement identifiée, reconnue, évaluée et financée.
La comparaison avec nos voisins européens, où les collectivités
37 Préface de l’ouvrage Un urbanisme des modes de vie, Éd. Le Moniteur, 2004
70
Marseille :
intégrer
l’adaptabilité
dans les métiers
de l’aménagement
71
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
ont été amenées à créer des sociétés de type commercial à participation publique associant souvent plusieurs niveaux territoriaux dans une maîtrise d’ouvrage urbaine partagée, permet de
souligner que cet ensemblier ne saurait constituer une nouvelle
exception française mais afficher une convergence des outils de
l’aménagement urbain dans les pays européens.
Faire de l’aménagement, c’est alors travailler sur un spectre plus
large de missions, incluant la politique de la Ville, la sécurité, le
développement durable, la gestion urbaine, c’est fortifier les
ambitions métropolitaines, c’est concevoir des projets pour les
grands territoires, c’est faire avec une multiplication des partenaires publics et privés.
Les aménageurs se retrouvent ainsi face au défi d’une nouvelle
gouvernance, à la nécessité d’un pilotage stratégique des projets
qui conforte leur vocation d’ensemblier alors que l’évolution des
enjeux urbains et territoriaux « pour une ville plus dense, plus
verte, plus mixte » génère des changements de paradigmes dans
la conception de l’urbain : éco-quartiers, évolution des modes
de vie, mixité sociale dans les PLU, nouvelles pratiques foncières,
projets ambitieux de renouvellement urbain ( Seine Amont,
Seine Aval, St Étienne…), tandis que se développe une nouvelle
génération de projets métropolitains incluant des dimensions
culturelles, universitaires, des pôles de mobilité (Euromed, Île de
Nantes, Lyon Confluent, Euralille, Plaine de France, Euratlantique
à Bordeaux…).
« Faire de la prospective est une condition de survie pour tout
professionnel qui veut avoir de l’avenir. Le Club ville-aménagement, dont les membres sont des acteurs de la production de la
ville européenne de demain, veut contribuer à l’interrogation des
possibles en ce qui concerne les nouveaux territoires urbains »
invite Éric Bérard, alors président du Club, directeur général de
la SERM Montpellier 37.
Euroméditerranée. Phase 2.
Équipe : Francois Leclercq / TER / Rémy Marciano / Jacques Sbriglio / SETEC
© cbdesign
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
72
La nouvelle façade maritime de Marseille.
© Euromed
73
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
74
75
Le Club est passé de 25 membres en
2002 à 30 membres en 2007. Malgré
la résistance de certains membres, le
Club amorce un nouvel élargissement ;
son président, Laurent Théry, est
favorable à cette évolution. Il atteindra
39 membres en 2011. « Cela s’est
concrétisé par l’ouverture, puis le
recrutement d’une secrétaire générale
à temps plein et un budget », dissèque
Jacques Pernelle, alors secrétaire
général, qui a préparé mais pas vécu
l’ouverture, sauf pour des métiers
connexes à l’aménagement (EPF/
Établissements publics fonciers).
Il s’agissait notamment de « mieux
assurer la chaine des acteurs de
l’aménagement », justifie Jean Frébault.
« Simultanément, le lien avec
l’administration s’est distendu,
notamment après que j’aie fait sortir
les représentants de l’administration
des instances statutaires pour éviter
d’être accusé de gestion de fait puisque
le ministère finançait en partie »,
commente François Delarue.
Le Mucem, inauguré pour Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture.
Architecte Rudy Ricciotti.
© Jean Frébault
Le développement durable, thème de travail du Club depuis
2002, s’est peu à peu imposé aux aménageurs. Les Entretiens de
Marseille – Fabriquer la ville : nouvelles attentes, nouvelles cultures 38
– ont pris acte de l’accélération de la prise de conscience en la
matière, tout en notant la difficulté de dépasser l’approche strictement environnementale (eau, déchets, chantiers non nuisants…)
pour travailler, aussi, sur les aspects économiques et sociaux. Les
nombreux débats ont témoigné à la fois de l’engagement des
aménageurs et du long chemin qui reste à parcourir en France
sur ce thème. Et comment passer du modèle très normatif français, fondé sur la prééminence de la puissance publique, à une
redistribution contractuelle des rôles entre public et privé, où
chacun apporte sa valeur ajoutée ?
38 On observera que le terme « aménagement » présent dans les titres
des quatre premiers Entretiens disparaît pour faire place à « la Ville ».
76
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
« Comment s’organise la combinaison des acteurs dans le projet urbain : évidemment, il y a les concepteurs, les opérateurs
privés, les élus… Le Club est le lieu où peuvent se retrouver
des professionnels de sphères différentes mais par tageant
des valeurs communes leur donnant une liberté de pensée et
d’énonciation qu’ils n’ont pas dans leur activité quotidienne »
résume aujourd’hui Laurent Théry pour qui « l’entrée des Établissements Publics Foncier / EPF est évidente. Dans le nord, mais
aussi en PACA, ce sont des acteurs essentiels qui ne peuvent
faire leur travail que s’ils ont une vision de cette matrice de la
transformation urbaine ».
« L’entrée des Établissements publics fonciers / EPF a fait débat.
Juridiquement, ce ne sont pas des aménageurs, mais pratiquement
ils font le même travail à plus petite échelle en zone urbaine,
même s’ils ne font pas d’équipements publics » défend Philippe
Grand (directeur général d’EPF 92). Aude Debreil (alors directrice
générale de l’EPFY) qui s’était battue « pour les faire entrer »,
argumente « si on veut qu’ils fassent du foncier intelligemment,
il faut qu’ils soient branchés sur l’aménagement ». Jean-Luc
Poidevin (directeur général délégué Nexity) témoigne que « l’apport des nouveaux membres / EPF a été très positif dans l’atelier
préparatoire sur le foncier pour les Entretiens de Rennes, les EPF
peuvent participer au projet urbain en phase amont à travers les
études préalables qu’ils effectuent ».
77
Il s’agit d’intégrer la notion d’adaptabilité dans les métiers de
l’aménagement, une adaptabilité croisée simultanément avec la
programmation, la conception et la gestion des espaces publics,
et la gouvernance. D’où le choix souhaitable d’un aménagement
par étapes équilibrées, autonomes, et qui ne soient pas tributaires
de la suite de l’aménagement, le tout à l’intérieur d’une grande
trame, avec « une ambition finale mais des étapes non figées »,
en ouvrant la mixité fonctionnelle en permanence pour ajuster le
contenu de la programmation, et en donnant des signes « lisibles »
de l’adaptabilité. Ceci sans oublier que la gouvernance d’alors,
en dépit des premières lois de décentralisation, complexifie la
tâche de l’aménageur.
« La complexité du système politico-institutionnel français, où
la planification stratégique relève des agglomérations – dans le
meilleur des cas comme à Montpellier avec le SCOT, alors que
l’urbanisme réglementaire (PLU) demeure du ressort des communes – sans parler du développement économique du ressort
des Régions alors qu’elles ne disposent d’aucune compétence
opérationnelle d’aménagement, sauf pour les ports et aéroports
transférés – ces compétences croisées au sein d’une aire urbaine
ne permettent pas l’émergence d’un aménageur référent au
service du projet urbain » souligne Éric Bérard, alors directeur
général de la SERM.
GRENELLE DE
L‘ENVIRONNEMENT
uite à une première déclaration, émise le 15 octobre
2007 dans le cadre de la préparation du Grenelle
de l’Environnement, le Club confirmait son adhésion
aux objectifs essentiels du Grenelle en intégrant
la dimension environnementale dans l’exigence
plus grande du développement urbain durable couplée
aux critères sociaux et économiques ainsi qu’à l’élaboration
démocratique des projets.
Restait aux aménageurs à réaliser leur propre mutation,
remettant en cause certains de leurs modes de faire, afin
de mieux répondre aux enjeux du développement durable,
notamment à l’échelle des grands territoires. Aussi
affirmaient-ils leurs intentions et propositions au service
de cette grande cause dans une « note d’engagement »
(septembre 2008) :
• Développer des stratégies conduisant à des projets aux
diverses échelles territoriales : quelle que soit l’échelle
territoriale concernée, le Club affirme le caractère préalable
d’une pensée de la stratégie qui pour guider toute action
urbaine, assignera des buts essentiels à un projet de déve­
78
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
Les aménageurs
s’engagent
à agir en
faveur du
développement
durable
79
loppement durable dans l’ensemble de ses dimensions
urbaines, culturelles, économiques et sociales, fixera
des horizons, proposera une vision, confèrera du sens,
permettra une lisibilité et ouvrira un débat citoyen. Penser
de manière stratégique amène à se sortir des logiques
sectorielles pour multiplier les questionnements et les
intentions susceptibles de nourrir une pensée féconde pour
l’aménagement. Il s’agira de définir pour chaque territoire
pertinent comment gérer une croissance raisonnée. Le
rapport stratégie / projet est à la base de la philosophie de
l’action pour un développement durable, de manière itérative
entre le particulier et le général (bottom up et top down),
condition dans laquelle peuvent ensuite se nouer les jeux
d’acteurs, du politique aux citoyens, des acteurs publics
aux acteurs privés, et se redéfinir le rôle des aménageurs.
• Souhaiter que l’agglomération, territoire clé de l’aménagement, devienne maîtresse de son destin. Son accession
au rang d’une collectivité issue du suffrage universel, légitimerait son niveau de décision et la soumettrait au débat
citoyen, une condition majeure du développement durable
du territoire, une légitimité qui ouvre la porte d’un ordonnancement réel des outils de planification urbaine : SCOT et
PLU bien sûr, intégrant les objectifs des PLH, PDU et autres
plans énergie-climat afin d’assurer en son sein, la cohérence
indispensable des outils de politique urbaine.
• Refuser l’étalement urbain au profit d’une croissance
raisonnée ! Les urbanisations périphériques nécessaires
ont néanmoins à répondre à des critères qui généreraient
des espaces urbains respectueux des modes de vie, des
capacités économiques des ménages et de l’écologie des
territoires. Coupler urbanisation et développement des
transports collectifs les plus divers (métro, RER, train, tram
train, bus rapide, taxis, auto partage…) s’adapterait à
l’éventail des situations urbaines. Les « contrats d’axes » ,
entre Autorités Organisatrices de Transport et collectivités
concernées, permettraient de décliner ce couplage
et de contractualiser les apports financiers respectifs
et les développements urbains correspondants.
Des démarches expérimentales devaient être encouragées
par les pouvoirs publics ce qui supposait notamment
l’acceptation d’un « hors normes » pour la conduite de
tels projets car l’expérimentation exige une liberté d’action
qui ne peut s’assortir d’un carcan normatif a priori, la
définition d’un appui méthodologique et financier à leur
développement, une ouverture aux règles et pratiques
exemplaires d’autres pays, en Europe et ailleurs, la création
d’un label « Projet de territoire du développement durable »
dont l’octroi serait soumis à une évaluation par un comité
d’experts national.
S’agissant du rôle de l’État dans la prise en compte du
développement durable dans le développement suburbain,
il lui était suggéré de renforcer l’interdit par la loi, que
ce soit globalement via le règlement national d’urbanisme
(modèle allemand) ou de manière plus sectorielle dans le
domaine du développement commercial (exemple anglais),
plutôt que de multiplier les procédures contraignantes pour
limiter l’étalement urbain, de conditionner par contractualisation entre l’État et les collectivités, les aides de l’État à
des obligations de résultat pour les collectivités concernées
en matière de consommation foncière, de développement
des transports collectifs, de mixité sociale et d’économies
d’énergie, d’évaluer l’impact des mesures gouvernementales relevant d’autres volets que l’aménagement, quant à
leurs effets sur l’aménagement du territoire et de l’espace
et la durabilité souhaitée en la matière.
80
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
• Faire des éco-quartiers un concept souple et ouvert :
le caractère expérimental des éco-quartiers, expression
innovante de la prise en compte de l’environnement dans
les tissus urbains à constituer, mérite d’être soutenu,
sans les confiner dans une définition normative, labellisée,
qui leur ferait perdre leur rôle d’expérimentation. L’écoquartier serait alors un état d’esprit pionnier annonçant
un futur meilleur par ses effets d’entraînement, et non
une exception emblématique qui justifierait le laisser-faire
hors du quartier défini comme écologique.
81
L’émergence
des acteurs privés
Au-delà du cumul des moyens et compétences, la coopération
public-privé, en ce qu’elle remet en question les réflexes stratégiques traditionnels, invite à repenser les jeux d’acteurs. Cette
question des rapports publics-privés traversera les débats du Club
sur ses 20 années d’existence. De Jean-Paul Baïetto qui pensait
que les opérateurs privés dans le tertiaire paieraient la Ville dans
une logique de péréquation, aux débats sur l’élargissement du
Club, en passant par la mise en concurrence des contrats, perdure
une réalité : la Ville est, entre autres, un territoire économique,
que le public essaye selon les situations d’animer ou de contrôler.
C’est uniquement la combinaison du public et du privé dans les
processus de fabrication qui évolue, parfois avec des accélérations
qui font débat, mais aussi des retours en arrière. Cette combinaison ouvre la voie à de multiples formes d’innovation, favorisant
notamment des ententes précoces sur les relations entre espaces
publics et privés et une meilleure anticipation des risques, visant
une maîtrise et une modération des marges et des taux maîtrisés.
La période a suscité une implication croissante des développeurs
privés, pour certains avec des structures dédiées (ING, Nexity
Villes & Projets, Icade, Sogeprom Aménagement, Villes & Territoires Céléos, Altaréa, direction des grands projets urbains chez
Bouygues Immobilier, Sodearif, Vinci Immobilier, Immochan, etc.).
On observera que la posture des aménageurs face au privé
a évolué. Hervé Dupont (alors EPA Plaine de France) qui se
défend d’être « un nostalgique de la “grande époque Pellerin”
où il arrivait avec son chèque et prétendait prendre la place
du maire », souligne que « le Club a fait bouger les lignes du
rappor t public / privé. Les privés reviennent sous une forme
plus intégrée. Ils appor tent en amont leur connaissance du
marché plus qu’avant, même s’ils ne prennent plus de positions
foncières comme dans les années fin 80/début 90 mais vont
plus loin aujourd’hui que le commercial habituel des promoteurs ». « Des aménageurs ont parfois “sous-traité” des portions
de projet à des privés » témoigne Jean Frébault citant Foncier
39 Icade, in Traits urbains, no 22.
82
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
Conseil à l’Isle d’Abeau, « laissé le partenaire porter le foncier
débloqué au fur et à mesure de l’opération (Paris Rive-Gauche
avec la SNCF). Aujourd’hui, certains aménageurs s’essayent à
monter des opérations en impliquant des par tenaires privés
(cf Nexity sur le site Renault Trucks à Lyon, cf Boulogne-Billancour t…) ou promouvoir l’effet de levier de l’investissement
public pour mobiliser les privés dans cer taines opérations
(Lyon-Confluence, Carré de Soie…). Le privé peut être un allié
efficace dans la requalification de la ville (Birmingham, Londres,
Hambourg…) dans certaines conditions qui peuvent aussi faire
débat » concède-t-il.
« Il n’y a pas de modèles, et une diversité de situation du privé au
public. Ce qui m’importe, c’est que la dimension pilotage public
donne du sens au projet, à la mutation urbaine. La question de
la ville, de la transformation urbaine est un acte public, ce qui
n’exclut pas qu’il ne puisse se faire avec le privé, mais je ne suis
pas d’accord quand le privé prétend pouvoir être porteur du
sens. Le portage politique des projets est nécessaire, ce qui se
vérifie même à Marseille où la collectivité siège à l’établissement
public » témoigne Laurent Théry, aujourd’hui préfet hors cadre
chargé du projet de la métropole Aix-Marseille-Provence. Et, en
allant un peu plus loin,de préciser « un vrai partenariat publicprivé suppose une reconnaissance réciproque du rôle des parties.
L’action privée doit s’inscrire dans le sens d’une orientation
stratégique affirmée et portée par le politique pour pouvoir se
déployer efficacement. Je parle évidemment de matière urbaine.
Cela ne signifie pas que l’initiative, le développement, la gestion
ne puissent pas procéder du privé, mais toutes choses qui auront
trouvé leur cadre de référence ».
« Nous vivons une réelle évolution depuis quelques années. Le
mode de production était assez simple : à l’aménagement public,
le long terme, la grande échelle, les infrastructures lourdes, le
financement des équipements ; à l’aménagement privé le risque
de marché et le financement de la construction : public et privé se
succédaient. Aujourd’hui, les collectivités peuvent difficilement
assumer en permanence le risque du long terme, et veulent partager le coût du foncier. D’où l’émergence des acteurs privés plus
en amont. On passe d’un urbanisme très réglementé à quelque
83
chose de plus contractuel » observe Bertrand Parcollet (directeur
délégué de l'Icade) 39. Il est vrai que la place de l’aménagement
public a fortement diminué en France aujourd’hui (à Lyon, 20 %
de ZAC, à Montpellier, 50 %, à Rennes 80 %, ailleurs 10 %), même
s’il demeure quelques opérations phares. Ce qui n’exclut pas dans
certaines agglomérations comme Lyon un fort cadrage public
des opérations privées.
La coopération public-privé peut-elle être une réponse à la crise
urbaine et immobilière que traverse la France ? Un groupe de
travail mis en place par le Club a étudié deux années durant les
conditions de cette coopération : comment passer du modèle
très normatif français, fondé sur la prééminence de la puissance
publique, à une redistribution contractuelle des rôles entre public
et privé, où chacun apporte sa valeur ajoutée ? « La redistribution des cartes a commencé dans la chaîne de production de
l’aménagement à l’immobilier » analysait Olivier Théry (alors
Caisse des dépôts), la répartition, entre public et privé, reposant
sur cinq grandes responsabilités : définition du projet, maîtrise
foncière, risque financier, études de faisabilité, mise en œuvre
du projet. Mais, faute de structures de portage à long terme du
foncier aux côtés des collectivités, « ne risque-t-on pas de voir les
périmètres et les ambitions des projets se réduire et aller vers un
urbanisme d’opportunité, la limite du partenariat étant quand
même la non-visibilité des perspectives de développement d’un
site » interpellait-il.
En Grande-Bretagne, où le principe des documents d’urbanisme
opposables n’existe pas, l’opérateur et la collectivité déterminent
ensemble le projet, et le prix des terrains est arrêté au moment
du permis de construire, qui est lui-même un contrat. Le système
overage (excédent) s’applique particulièrement aux opérations
dont la rentabilité n’est pas assurée : le prix du terrain est fixé
relativement bas et l’opérateur s’engage à partager les bénéfices
avec la collectivité à partir d’un certain montant, comme l’ont
constaté les membres du Club lors de leur voyage sur la préparation des JO 2012 à Londres.
Manifestement, le passage du système de la contrainte à celui du
contrat appelle un changement culturel profond. Laurent Théry
ne croit guère « aux cahiers des charges très exigeants », mais
84
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
prône « l’obsession de la qualité comme règle de conduite, la
qualité n’étant pas le résultat de l’accumulation de règles, mais
plutôt d’une relation ».
À Vandœuvre-lès-Nancy, Nicolas Sarkozy demandait le 11 décembre
2007 à Jean-Louis Borloo, ministre de l’Écologie, du développement
et de l’aménagement durables, de « préparer une réforme des
procédures d’aménagement qui facilitera grandement l’implication des aménageurs privés » : le Projet Urbain Partenarial / PUP
devait venir encourager les opérations d’initiative privée. Benoit
Apparu, alors ministre délégué au logement, lance des groupes
de travail sur un urbanisme de projet, flexible, ouvert à l’imprévu.
85
POUR UN URBANISME
DE
PROJET
articipant en 2010/2011 à l’un des groupes de travail
ministériels consacrés à « l’urbanisme de projet »,
le Club Ville Aménagement a pu, avec son président,
Laurent Théry, nommé Grand Prix national de
l’urbanisme 2010, promouvoir certaines de ses idées.
Le besoin croissant d’itération entre stratégie et projet,
entre conception et mise en œuvre, la nécessaire ouverture
du jeu d’acteurs se heurtent au risque de la fragmentation
croissante de la conduite des opérations d’urbanisme,
résultat de l’application des règles de la concurrence ou
d’une accumulation réglementaire nationale et européenne
qui tendent à corseter le cadre de réalisation des opérations
d’aménagement. En opérant notamment une rupture entre
l’amont et l’aval des opérations d’aménagement, le risque
est de bloquer ces nécessaires allers-retours et de confiner
les opérateurs dans un rôle traditionnel de mécaniciens
de la croissance urbaine alors que la conduite des projets
urbains (ou des opérations urbaines) suppose une large
ouverture à un ensemble d’acteurs (publics, privés, entreprises, associations) dans un processus de production dans
lequel l’aller-retour entre programme et projet devient
une composante permanente, et dans lequel le hasard,
l’imprévu, peuvent être des facteurs positifs. La primauté
86
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
de cet urbanisme de projet sur l’utilisation des règles et
procédures doit donner toute sa place à la négociation entre
acteurs, utiliser à bon escient le cadre réglementaire des
opérations d’aménagement (ZAC, lotissement…) sans s’y
subordonner, ni s’y limiter, s’adapter à l’intervention dans
le diffus, en ville comme à l’échelle des grands territoires.
Le débat a porté principalement sur les points suivants :
• les « secteurs de projet » conçus pour que, dans les
documents d’urbanisme, certaines zones soient qualifiées
de telle manière que le projet puisse y précéder la règle ;
• il revenait à la collectivité de définir en amont les
Orientations d’Aménagement de Programmation / OAP
non sectorisées permettant de valider certaines dérogations
(par exemple, le déplafonnement des hauteurs
des constructions) ;
• la DHUP envisageait de désigner 3 ou 4 sites pilotes pour
expérimenter la réforme et notamment y simuler des OAP,
notamment en s’appuyant sur les EPA dont elle assure
la tutelle. Le Club a proposé d’étendre l’expérimentation
à d’autres sites – en ZAC ou hors ZAC – dont la conduite
relève d’autres types d’aménageurs (SEM ou SPLA) ;
• il était envisagé d’intégrer dans le futur dispositif des
contrats franciliens de développement territorial (CDT)
issus de la loi sur le Grand Paris ;
• le Club défendait le concept d’Opérations d’Intérêt
Métropolitain / OIM (cf. page 102).
« Avec cette avancée majeure sur l’urbanisme de projet,
on est passé d’un système de planification classique suivie
d’une exécution à l’idée que l’urbanisme se fait en même
temps que le projet » relève Hervé Dupont, tandis qu’Ariella
Masboungi regrette que « l’urbanisme de projet se soit
traduit par… assez peu de choses, sauf le terme qui existe
désormais, ce qui est un progrès car il avalise les avancées
menées par les villes innovantes en la matière ». François
juge abrupt « l’urbanisme de projet a fait pschitt ».
Pour sa part, Laurent Théry note qu’on « en retrouve
certains éléments dans la concertation Duflot ».
87
Les aménageurs
et la rénovation
urbaine
Jean-Louis Borloo, ministre délégué à la ville, fait de la rénovation urbaine une cause nationale : la loi d’orientation et de
programmation pour la ville et la rénovation urbaine fixe des
objectifs ambitieux pour la période 2004-2008 : 200 000 démolitions, 200 000 constructions neuves, 200 000 réhabilitations et
l’installation d’un guichet unique, l’Agence nationale pour la
rénovation urbaine / ANRU.
La rénovation urbaine des quartiers sensibles s’invite ainsi tardivement à l’agenda des aménageurs. Si lors des Entretiens de
Nantes (février 2002), l’atelier consacré aux questions de réaménagement et de renouvellement urbain des quartiers d’habitat
social avait bien pointé certains enjeux, dont le passage dans la
logique de renouvellement de l’offre d’habitat de l’échelle de
l’immeuble à celle de la ville, ce thème ne figurait pas dans les
axes de travail du Club des années 2002-2004. Toutefois, lors de
la séance de clôture des Entretiens de Lyon (novembre 2004),
nombre d’intervenants avaient soulevé le problème des projets
ANRU en cours d’émergence et François Delarue, alors directeur
de la DGUHC, avait souligné « le déficit d’aménageurs en région
parisienne et d’opérateurs pour la rénovation urbaine ». Cette
absence d’aménageur posait de graves problèmes aux bailleurs, les
conduisant à assumer des tâches qui ne sont pas les leurs : donner
la matrice du projet, clarifier les questions foncières, coordonner
le phasage des opérations et constituer un interlocuteur vis-à-vis
des collectivités « en capacité de les éclairer sur les effets de leurs
décisions » car le bailleur ne peut être juge et partie. La rénovation
urbaine conduisait à la fois à des changements d’échelle et au
décloisonnement des acteurs.
En 2005-2006, le Club a donc souhaité se projeter dans le contexte
particulier des opérations de renouvellement urbain (qui regroupent
les projets de rénovation urbaine, mais aussi les interventions en
centre ancien et dans les friches industrielles) 40 d’abord avec un
groupe de travail, puis un atelier aux Entretiens de Marseille dédié
40 cf. l’ouvrage issu du groupe de travail préparatoire des 5e Entretiens de
l’Aménagement de Marseille, Renouveler la ville : les nouveaux défis des professionnels
de l’aménagement, de Bruno Depresle et Pierre Joutard, Éd. du Moniteur, 2008.
88
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
à la rénovation urbaine sur cette interpellation : « comment les
métiers de l’aménagement doivent-ils évoluer pour répondre aux
défis que posent ces démarches globales à fort contenu social ? »
« L’ANRU a oublié l’aménageur dans son procès de production des
opérations de rénovation urbaine », a regretté Stéphane Dambrine
(alors directeur général de l’OPAC 94), président de l’instance
rénovation urbaine de l’Union sociale pour l’habitat / USH dont la
position était qu’il fallait un aménageur pour assurer la cohérence
des projets dans le respect des objectifs (mixité, schéma directeur, budget)… Il était de bon ton de fustiger « le guichet Anru »
où les collectivités se précipitaient pour soumettre des projets
hâtivement ficelés autour de vagues notions de mixité sociale,
remettant à plus tard la question du projet urbain, totalement
absente de la réflexion, et son pilotage, sachant que le bailleur,
otage de la collectivité, sort largement de ses compétences
pour assumer par exemple, maladroitement, le portage foncier.
Pour Laurent Théry, la démarche ANRU a entraîné « un système
hyperspécialisé, où les villes sont rentrées par le guichet alors que
ce sont elles qui devraient être porteuses de la transformation des
quartiers sensibles ». « Le vice originel de l’ANRU était d’avoir une
vision excessivement immobilière alors que les professionnels de
l’aménagement ont une démarche sur l’urbain et le social. Il est
vrai que les aménageurs avaient aussi une faiblesse côté social »
témoigne Bruno Depresle, aujourd’hui directeur général de l’EPA
Sénart, rappelant que personne n’avait jamais rencontré les enseignants à Clichy-Montfermeil (contrairement à ce qui s’était fait à
Lyon La Duchère). Pour François Delarue, alors directeur général
de l’AFTRP, missionnée notamment à Clichy-Montfermeil, « le
Club a contribué à faire apprécier la dimension aménagement
que l’ANRU, dans une vision classique de la politique de la ville
– les HLM résidentialisent et la collectivité prend en charge la
voirie et l’espace public – n’avait pas prise en compte : tout leur
corpus financier était bâti autour de ce système. Ils ont inventé
le OPCU avant de progressivement mieux prendre en compte
l’aménagement ».
Puis, peu à peu, l’aménageur est passé d’une fonction de prestataire à un véritable rôle de partenaire de la rénovation urbaine.
« Les spécificités du métier d’aménageur ont été de plus en plus
89
prises en compte », souligne Vincent Bourjaillat (alors Mission
Région Capitale, et directeur du PRU de Clichy Montfermeil
de 2004 à 2009). « Ce qui fonctionne bien dans le PRU, c’est le
triptyque maîtrise d’ouvrage / conduite de projet / intervention
des opérateurs. Et dans la plupart des projets qui fonctionnent
bien, l’aménageur entre en jeu avec une offre de service étoffée,
des pratiques professionnelles qui ont évolué, une capacité à
s’inscrire dans la complexité, tout en reconnaissant le rôle clé
de la maîtrise d’ouvrage, même quand elle n’est pas “forte” ».
Aujourd’hui, les aménageurs sont confrontés à un travail d’ensemblier qui fait appel à de nouvelles compétences, une vision
d’ensemble, la capacité à tenir des objectifs dans le temps, à
articuler des missions et à être à l’écoute d’acteurs complémentaires (concertation, relogement, etc). Ce thème a été repris aux
Entretiens de Bordeaux 2010.
90
91
Par la loi du 28 mai 2010, les collectivités locales ou
des groupements de collectivités peuvent créer des
« sociétés publiques locales / SPL ». Ces nouvelles
sociétés anonymes de droit privé, au capital 100 %
public, sont compétentes pour gérer toute mission
d’intérêt général (opérations d’aménagement,
opérations de construction ou exploitation, de
services publics à caractère industriel et commercial
ou toutes autres activités d’intérêt général). Les
SPLA / sociétés publiques locales d’aménagement
qui avaient été créées à titre expérimental par la loi
Engagement national pour le logement, du 13 juillet
2006, sont maintenues et voient leurs compétences
renforcées en matière de rénovation urbaine, de
politique locale de l’habitat ou d’accueil de nouvelles activités. L’objectif du texte est notamment
l’adaptation du droit français à l’évolution des
règles européennes relatives à la concurrence : en
effet, les nouvelles SPL peuvent se voir confier des
missions d’intérêt général sans avoir à être mises
en concurrence, les collectivités territoriales étant
tenues d’exercer sur la SPL un contrôle analogue
à celui qu’elles exercent sur leurs propres services.
Ainsi, elles ont vocation à intervenir pour le compte
de leurs actionnaires dans le cadre de prestations
intégrées (quasi-régie ou in house).
Une enquête téléphonique menée par Thierry Vilmin
(Logiville) auprès de 23 aménageurs membres
du Club Ville Aménagement (soit un dixième des
professionnels français), a révélé « un clivage assez
important entre les aménageurs sur la mise en
concurrence, selon qu’ils y sont ou non soumis,
entre les SEM généralistes et les structures telles
que SPLA, SEM dédiées à quelques grandes
opérations, EPA, avec une concurrence plus aiguë
dans les grandes agglomérations, notamment
en Île-de-France… Or la mise en concurrence
La commission des lois de l’Assemblée nationale
a adopté le 3 juillet 2013 « le projet de loi de
modernisation de l’action publique territoriale et
d’affirmation des métropoles », dite loi Lebranchu.
Elle a réintroduit, sous un autre nom, le pacte
de gouvernance territorial qu’avait rejeté le Sénat.
Elle a dit oui au Grand Paris tel que voulu par le
gouvernement à la suite de la concertation. L’accès
au statut de métropole a été ouvert à de nouvelles
agglomérations. Un haut conseil des territoires
serait créé. L’examen par les assemblées parlementaires est en cours.
92
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
a tendance à rigidifier le processus d’aménagement,
voire à renvoyer les aménageurs vers l’aval, comme
opérateurs. D’où l’intérêt des Sociétés publiques
locales d’aménagement (SPLA), qui permettent
la continuité, ont un savoir-faire et maîtrisent les
risques de l’aménagement ». Fin 2012, on comptait
300 entreprises publiques locales d’aménagement
se répartissant en 223 SEM, 40 SPLA et 37 SPL.
Et 12 Établissements publics d’aménagement / EPA.
Densification des quartiers pavillonnaires, mesures
pour freiner l’artificialisation des sols et limiter l’étalement urbain, élaboration des plans locaux d’urbanisme par les intercommunalités, renforcement
de la participation du public… le projet de loi Alur
(loi Duflot) pour l’accès au logement et un urbanisme
rénové présenté fin juin en Conseil des ministres trace
une vaste réforme des règles d’urbanisme.Ce texte,
qui vise à « lutter contre la fracture résidentielle
et le désordre urbanistique », selon les termes de la
ministre du Logement, entend à la fois « engager la
transition écologique des territoires » et « moderniser
les règles d’urbanisme ». « Notre ambition est
de répondre à la crise du logement en construisant
plus et mieux, tout en préservant les espaces naturels
et agricoles », a affirmé Cécile Duflot.
93
UNE VILLE À LA CARTE
Les choix urbanistiques radicaux de l’après-guerre
ont imposé le principe d’un zonage brisant
la pratique séculaire d’une « ville sédimentée »,
construite par accumulation et racontant en
continu un « récit urbain ». Dans les années 1970,
nous nous sommes installés dans un syndrome de la
réparation. Dans l’indifférence générale, un autre drame
s’est noué : celui de l’étalement urbain. L’intérêt pour
la « ville diffuse », révélée par Bernardo Secchi, fait suite
en France à une sorte de passage à vide de l’urbanisme,
qui s’est exprimé dans le mirage d’une « ville émergente »
qui naîtrait spontanément des forces du marché.
Si dans les années 70, l’espace a évolué plus vite que
la société (à cause, notamment, de la logique routière),
c’est maintenant la société qui se transforme plus vite
que l’espace. La mobilité est devenue un droit générique.
La « connectivité » va devenir une dimension fondatrice du
fait urbain. La maîtrise du temps s’est substituée à l’obsession de la vitesse. L’effet tramway introduit une nouvelle
pratique de la ville. Un espace-temps nouveau s’est installé.
Cette cité linéaire ou « arborescente », organisée le long des
lignes, s’est détachée de l’automobile. Chacun se construit
une ville « à la carte » bâtie autour de ses pratiques et de son
imaginaire, des boucles de déplacements quotidiens tendant
à se substituer aux déplacements pendulaires du type domicile-travail tandis qu’apparaît une nouvelle complémentarité
entre ville et nature, partenaire de développement et non
pas simple variable d’ajustement de l’extension urbaine.
Dessiner le grand paysage s’impose peu à peu, ainsi que
la mise en œuvre de techniques du « réemploi » du déjà-là,
du recyclage urbain imposé par la mutation des friches
industrielles » résumait avec force, Bernard Reichen, Grand
Prix d’urbanisme 2009, aux Entretiens de Bordeaux 2010.
94
Garonne Eiffel. Situé sur la rive droite de la Garonne à Bordeaux et Floirac,
avec au premier plan la gare TGV Saint-Jean.
© Bordeaux Euratlantique – Projet urbain Garonne Eiffel / Agence TVK Architectes / Robota
95
Bordeaux, les
préoccupations
sociales et
culturelles
s’imposent
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
96
Îlot Armagnac. Ici, le programme de logements de Nicolas Michelin – promoteur ING,
dans le périmètre du projet urbain Bordeaux Saint-Jean Belcier.
© Bordeaux Euratlantique / Philippe Caumes Photographe
97
De 2007 à 2010, les effectifs du Club
98
L’évocation d’un élargissement suscite
des tensions. Certains évoquent un
conflit de génération. Jean Badaroux,
pour qui « le rôle d’aménageur a
toujours été dans une évolution »
ne croit pas à « l’idée d’un aménageur
chimiquement pur ». Sans doute
existe-t-il un clivage entre ceux qui
s’érigent en gardiens du temple et
ceux qui sont partisans de l’ouverture
et de l’expérimentation sans que
cela corresponde à des tranches d’âges
ou d’ancienneté au sein du Club.
Si La solution, c’est la ville, comme le proclame l’intitulé des 6e
Entretiens qui se tiennent à Bordeaux, elle est une solution complexe à fabriquer et à mettre en œuvre, rappelant ainsi l’intention
originelle du Club qui s’intitulait, faut-il le rappeler, le « Club des
maîtres d’ouvrages d’opérations complexes ».
« Depuis les Entretiens, à Marseille en 2007, deux événements
majeurs se sont produits : une crise économique et financière, et
une crise des modèles de production et de vie » introduisit Laurent
Théry, alors directeur général de la SAMOA et président du Club
Ville Aménagement. Ainsi, les préoccupations sociales, en particulier la prise en compte de la précarité, se sont-elles imposées dès
la séance d’ouverture comme élément crucial de la construction
de la ville de demain. L’habitant des villes souffre du « décalage
croissant entre l’offre de logements et sa solvabilité ». La crise
du logement ne saurait se résumer à une crise immobilière. « Elle
croise une montée inquiétante de la précarité » qui « recouvre
des situations peu visibles, en matière de santé, de rupture familiale, d’emploi, de transports, etc. et leurs conséquences sur le
mal-logement », analysait Jean Frébault (président du Conseil
du développement du Grand Lyon), en dénonçant « le décalage
entre la perception des professionnels et la réalité » et en plaidant
que « la précarité et le logement des plus pauvres doivent avoir
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
se sont maintenus autour de 30.
99
une place plus grande dans les projets d’aménagement », thème
approfondi aux Entretiens de Rennes 2013.
Selon Jacques Lévy, géographe, la politique sociale du logement,
qui ne peut se limiter à une politique du logement social « doit
rejoindre la politique urbaine, avec des aides spatialisées qui
permettent aux pauvres de vivre dans les quartiers riches et
encouragent les riches à s’installer dans les quartiers pauvres ». Ces
nouveaux défis sociétaux appellent également le « développement
de la dimension immatérielle dans les projets d’aménagement »,
en plus de l’action sur le cadre bâti : insertion, culture, tourisme,
projets citoyens…
Longtemps ignorés du projet urbain, tourisme et culture 41 se sont
développés « à côté » , faute de relations entre acteurs culturels et
touristiques et acteurs du projet urbain. Alors que, plus que jamais,
les villes s’inscrivent dans une compétition mondiale, restent alors
à conduire des stratégies de singularisation des territoires : grands
équipements culturels, sportifs, touristiques, méga-événements,
projets de requalification urbaine et patrimoniale visent à permettre
aux capitales nationales, métropoles régionales ou villes moyennes
d’apparaître dans le concert mondial au rang des villes « gagnantes ».
Les interventions culturelles sur l’espace urbain montrent la
nécessité de laisser des marges d’incertitude dans la fabrication
de la ville laquelle doit être « poétique » , surprendre, l’intervention culturelle favorisant une autre lecture des lieux, parfois leur
redécouverte. Cela implique pour l’aménageur de « changer de
mode de faire, d’agir là où on ne l’avait pas prévu, de faire preuve
d’ouverture, d’adaptabilité, de souplesse, de prise de risques »,
témoigne fort de son expérience nantaise, Laurent Théry.
Pour sa part, le défi écologique, déjà évoqué lors des Entretiens de
Marseille, semble avoir provoqué un réel « basculement culturel »
chez les professionnels. Pour Alain Bourdin, « aujourd’hui, il faut
faire la ville en fonction de l’interdépendance, dans une approche
systémique… et en prenant au sérieux la maîtrise d’usage ».
Cependant, complète-t-il, « si l’urbanisme libéral des années
1980 a permis d’inventer des boîtes à outils, généré un vivier
d’innovations et l’émergence de grands concepteurs, trop de
responsables locaux s’arrêtent là. Ce qui manque alors, c’est de
savoir quel problème on veut traiter, quelle stratégie développer ».
41 Aménager la ville par la culture et le tourisme, Maria Gravari-Barbas
d’après les travaux du Club, Éd. Le Moniteur, 2013.
42 Agir sur les grands territoires, op.cité.
100
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
Les aménageurs doivent « savoir s’ouvrir à des métiers qui ne
sont pas les nôtres aujourd’hui. Nous ne sommes plus seulement des fabricants de mètres carrés ; il nous faut transformer
les conditions dans lesquelles nous acceptons d’être dérangés
dans nos méthodes. Aujourd’hui, on ne va pas totalement dans
le sens d’une pensée globale de la ville », confirme-t-il. « Nous
sommes poussés à sectoriser, alors que l’on a besoin du contraire.
On détermine un programme, des quantités, un opérateur : c’est
tout sauf un projet. Comment faire que les différents types d’acteurs interviennent dans la conception du projet ? La question
de la transformation de la ville est publique, politique, elle peut
s’organiser avec une multitude de partenariats ».
« Ville diffuse, ville hors la ville », « entre-ville » , ces territoires
hybrides se sont développés autour et entre les villes. Alors que
ces grands territoires pâtissent de la triple crise financière, sociale
et environnementale, alors que se multiplient les projets territoriaux à ces échelles en France comme chez nos voisins européens,
« faire la ville durable implique d’agir sur la ville existante à grande
échelle, d’explorer les méthodes pour mettre en œuvre de véritables
scénarios d’aménagement et des partenariats efficaces pour ces
grands territoires en déficit d’images », introduit Ariella Masboungi
(DGALN). Comment agir sur ces grands territoires ? L’actualité de
cette réflexion, amorcée depuis 2002 par un groupe de travail au
sein du Club, ne fait plus question 42. Les réflexions sur chacun des
thèmes – commerce, agriculture urbaine, transports, logistique,
aéroports, habitat, eau, énergie – ont permis d’appréhender les
enjeux à l’œuvre et de mesurer à quel point les dynamiques insufflées par chaque thématique imposent aux aménageurs d’avoir
une vision globale, de dépasser les cloisonnements opérationnels
qui se créent du fait des logiques et temporalités différentes et
parfois divergentes des différents acteurs du territoire, et de tenter
de les faire converger au profit d’une logique de projet.
Si le commerce, compte tenu de son poids essentiel pour la
composition des futures centralités, ne fabrique pas à lui seul
la structuration de la ville territoire, il en est incontestablement
un acteur essentiel. Aussi faut-il que la recherche d’une mixité
des fonctions bénéficie du support d’une commande politique
forte, d’un changement dans l’approche des enseignes et des
101
opérateurs et d’un dialogue permanent entre les partenaires de
l’aménagement. En périphérie des villes, on déplore fréquemment
un mitage mono-produit,un empilement d’objets (boîtes commerciales, lotissements, logistique, etc.), de franchises, de centres
commerciaux, mais aussi de zones industrielles, de lotissements,
fruits de nombreux acteurs non coordonnés qui investissent
« égoïstement » l’espace, selon leurs intérêts et logiques propres.
Progresser dans le diagnostic de production des grands territoires
permet donc de proposer des modes d’intervention. Ainsi, est-il
possible de faire d’un centre commercial un levier d’urbanité pour
fabriquer un quartier, de passer d’un complexe aéroportuaire
à un corridor aéroportuaire pour intégrer l’infrastructure à la
métropole, de faire évoluer la logique de la logistique… Alain Garès
plaide pour que « les métropoles jouent un rôle pilote en matière
d’expérimentation » et appelle, « à travers ces projets, à un rôle
accru de l’État ». « Ces expérimentations sont une occasion de
penser et faire autrement. Les grands territoires sont une échelle
de réflexion pertinente qui ne correspond pas nécessairement à
une échelle d’intervention », renchérit Laurent Théry.
Encore faut-il savoir élargir le regard, éviter de juxtaposer des
opérations au gré des opportunités foncières, inventer de nouvelles
synergies entre opérations. Cela implique du pragmatisme comme
un art de saisir le moment opportun pour créer un levier pour
l’action, avec une prise en compte des logiques professionnelles
et financières à l’œuvre et un niveau de gouvernance adapté à
l’échelle du projet. La transversalité des approches et la mise
en place d’une culture du partenariat avec les propriétaires et
opérateurs privés pour donner vie à un aménagement négocié
encadré par des règles publiques strictes constituent une clef de
la réussite des projets.
Jean Frébault rappelle que le Club Ville Aménagement propose
depuis quelque temps de développer des OIM / Opérations d’intérêt métropolitain, des opérations pilotes de taille raisonnable
pour un seul aménageur, soit 3 à 400 hectares, indispensables
laboratoires pour tester un savoir et des méthodes encore balbutiants et constituer des opérations de référence qui n’ont pas
vocation à servir de modèles, mais à nourrir les projets avec la
constitution de structures dédiées.
DES OPÉRATIONS
D’INTÉRÊT NATIONAL
ET/OU MÉTROPOLITAIN
ne OIN est une grande opération d’urbanisme partenariale avec l’engagement prégnant de l’État sur un
territoire considéré comme prioritaire. Elle est créée
par un décret ministériel en Conseil d’État lorsqu’il
juge, avec l’accord ou à la demande des collectivités
locales, son intervention prééminente pour :
• rééquilibrer l’aménagement du territoire avec les villes
nouvelles (Marne-la-Vallée, Sénart), ou doter la France de
pôles économiques et compétitifs au niveau mondial de
premier plan comme La Défense, Roissy Charles-de-Gaulle,
les complexes industriels et portuaires d’Antifer (Le Havre),
du Verdon (Bordeaux) et de Dunkerque,
• aménager, dynamiser, recomposer, réparer un territoire
soumis à la désindustrialisation, déchiré par des infrastructures ferroviaires ou autoroutières obsolètes, comme
Seine Arche, en souffrance économique et/ou sociale
comme Seine-Aval (la vallée de la Seine entre Conflans
Sainte-Honorine et Bonnières sur Seine), ou Saint-Étienne,
Orsa (Orly, Rungis, Seine Amont), ou Euratlantique
à Bordeaux, ou EPPS Paris-Saclay…
Introduite suite aux lois de décentralisation de 1983 qui ont
transféré la compétence de l’urbanisme aux communes,
l’OIN permet à l’État de réinvestir un rôle en matière d’urbanisme mais uniquement sur certaines opérations et dans
des secteurs identifiés au sein desquels les compétences en
matière d’urbanisme sont partagées : la rédaction du docu-
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
OIN / OIM :
102
103
ment d’urbanisme demeure une compétence communale
alors que l’instruction, la délivrance des autorisations d’utilisation des sols (permis de construire…), la création de ZAC
redeviennent des compétences de l’État. L’intervention de
l’État aux côtés des collectivités locales et territoriales, peut
permettre un apport massif de capitaux publics et privés,
de savoir-faire et d’expérience pour donner à ces territoires
la capacité de se replacer dans le jeu économique et social
qu’ils avaient perdu au fil des années.
À défaut de l’accession rapide des communautés au rang
de collectivités locales auxquelles les compétences d’urbanisme opérationnel seraient transférées par la loi, le Club
a imaginé pour des opérations complexes d’initiative locale
portées par une intercommunalité exerçant la compétence
urbanisme la création d’opérations d’intérêt métropolitain
(OIM) sur le modèle étatique des OIN (opérations d’intérêt
national), mais dans le périmètre desquelles seraient réunies
les conditions d’un portage métropolitain associant l’État,
les collectivités publiques et intercommunalités les plus
concernées par les enjeux de ces projets. Le droit de l’urbanisme – autorisations de construire ou d’aménager – serait
ainsi dévolu aux structures d’agglomérations se substituant
aux communes pour ce faire. Ces opérations pourraient
s’inscrire dans la politique contractuelle, qu’il s’agisse
des contrats de projet ou des contrats inter collectivités
territoriales (région, département, métropole, etc.). « L’OIM
n’est pas très clairement définie : c’est une sorte d’OIN
qui ne serait pas dirigée par l’État, mais on serait content
qu’il soit là » résume Hervé Dupont.
L’idée des OIM, développée par le Club depuis les Entretiens
de Marseille (2007) a été reprise dans la démarche ministérielle mais sous l’appellation de « projets d’intérêt métropolitains » (PIM). Ce concept qui vise notamment, comme les
CDT, à autoriser la collectivité maître d’ouvrage à contracter
avec l’État et d’autres collectivités territoriales pour mener
à bien son projet apparaît actuellement dans deux textes
à l’étude, la loi de décentralisation de Marylise Lebranchu
et la loi Urbanisme et logement de Cécile Duflot.
C’est aussi à cette période que l’on constate la généralisation
des démarches de concertation. Montée en puissance à la fin des
années 2000 à la suite de diverses mesures d’ordre législatif ou
réglementaire, la pratique de la concertation va très vite dépasser
104
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
Le Club préconise ainsi un engagement plus significatif de
l’aménagement à initiative publique, en partenariat avec les
opérateurs sociaux et privés, dans la production de logements
en zones tendues, avec des outils « imaginatifs » pour maîtriser
les coûts du foncier et de la construction. Afin de contribuer à
faire vivre cet « urbanisme de projet », les aménageurs réclament
« une large liberté d’initiative pour bâtir des projets partagés »,
et revendiquent le « droit à l’expérimentation ». Ils pointent « les
risques d’enfermement dans des normes rigides » qui pourraient
encore se renforcer avec la tentation d’établir des modèles façon
éco-quartiers. Ils déplorent aussi le saucissonnage des opérations
généré par la mise en concurrence : « en opérant une rupture
entre l’amont et l’aval des opérations d’aménagement, le risque
est grand de bloquer les nécessaires allers-retours et de confiner
les opérateurs dans un rôle traditionnel de mécaniciens de la
croissance urbaine ». Ils soutiennent enfin le transfert des compétences d’urbanisme aux agglomérations (avec un exécutif élu
au suffrage universel direct) incluant l’autorité sur l’élaboration
des PLU et des prérogatives opérationnelles, ce qui serait « un
minimum pour combattre l’étalement urbain et pouvoir assumer
le portage d’une stratégie urbaine ».
À l’heure où institutions et groupes de pression préparent des
normes et des objectifs chiffrés pour décréter ce qu’est une « ville
durable » et ce qui ne l’est pas, alors que planification, programmation, montage, réalisation, le tout balisé par des procédures
juridiques et financières, figent les décisions, alors que les règles
d’urbanisme viennent limiter les possibilités d’évolution du projet tout comme les subventions souvent liées à des projets bien
définis, l’approche culturelle de la ville peut contribuer à dépasser
l’enfermement dans des normes et des pratiques convenues,
pour peu que l’on laisse de l’espace aux créateurs, aux initiatives,
à l’imprévu. Pour Laurent Théry, « il faut que le projet précède
l’outil, s’adapte au lieu et permette une réversibilité ».
105
les strictes obligations de la loi et donner lieu à des interprétations au cas par cas, en fonction des contextes locaux : rencontres
avec des associations, présentation des projets aux instances de
démocratie locale, mise en place d’ateliers de travail… Chaque
collectivité déroule son propre scénario, et les aménageurs s’y
impliquent, parfois en répondant à une commande explicite,
parfois même moteurs dans cette commande. « Avec la pratique
de la concertation, qui devient inséparable du projet, l’aménageur retrouve une proximité et un lien supplémentaire avec le
politique », note Alain Garès. La prise en compte de plus en plus
élargie de préoccupations de développement durable va dans
ce sens, et c’est l’approche globale du projet qui s’en trouve
complètement transformée. Le débat de 2002 est désormais
complètement tranché… Laurent Théry en témoigne avec force :
« l’axe stratégique essentiel, c’est de considérer les habitants,
les entrepreneurs, les associations… comme des acteurs clefs de
cette transformation urbaine, acteurs qu’il faut savoir accueillir
dans nos projets au titre de leurs initiatives. Pas de façon démagogique (dites-nous ce qu’il faut faire…) mais à travers leur
capacité à apporter leurs projets dans un projet urbain. Auquel
cas la question de base n’est pas celle du programme (qui s’impose) mais du process fondé sur des orientations qui donnent du
sens et qui permettent ensuite d’être attentif au mouvement de
l’environnement économique et social ».
En 2011, les membres du Club
passent de 30 à 39. Laurent Théry
était favorable à une poursuite
de l’ouverture vers les concepteurs,
« mais les gardiens du temple
n’ont pas voulu » se souvient Jacques
Pernelle. A suivi « une ouverture
aux directions des agglomérations :
Alain Lorgeoux (CUBordeaux)
participait déjà au Club mais une règle
voulait qu’il n’y ait pas simultanément
une collectivité et son aménageur .
L’abandon de cette limitation a permis
l’accueil simultané de Lyon, Rennes,
Strasbourg, Toulouse. Le Club s’est
ouvert aux collectivités dès lors
qu’elles font de l’aménagement et de
la stratégie » raconte Fabienne Cresci,
directrice de l’aménagement du Grand
Lyon, membre depuis 2011, « encouragée
par le ‘gang des lyonnais’ (Jean
Frébault, dont le livre sur la maîtrise
d’ouvrage a tracé ma voie, Pierre
Joutard/Lyon Confluence, Éric Brassart / SERL). La richesse du Club, c’est sa
diversité (des gens, des territoires,
des problématiques), je n’aurai jamais
adhéré à un club où il n’y aurait
que des collectivités » convient-elle.
106
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
S’inscrire dans
une chaîne
d’acteurs
de production
de la ville
107
« L’aménagement de la ville a changé. La mutation de la ville se
fait davantage par recyclage urbain ; elle s’approprie des zones
déjà construites. L’implication légitime du citoyen est de plus
en plus prégnante. De nouveaux champs d’intervention apparaissent, de nouveaux métiers sont associés. Dans ce contexte,
l’aménagement est (mais devrait être davantage) un processus
négocié plus qu’un projet finalisé. Si le management de projet
doit être ferme dans ses objectifs, il doit être souple dans les
méthodes pour les atteindre ». À travers ce constat nécessairement synthétique, Vincent Heuzé (Villes & Projets/Nexity)
considère que « la priorité du Club est de comprendre ce qu’il
fait, ces mutations, pour être un (l’) acteur de premier rang, de
la construction de l’environnement (réglementaire, juridique et
institutionnel, en priorité) dans lequel s’exprime la complexité
du métier de l’aménagement ».
Jean-Luc Poidevin insiste sur la nécessité de « garder le cap sur la
réflexion prospective de notre métier qui doit toujours évoluer ».
Pour sa part, Jean Frébault s’inscrit « contre la tentation (toujours
latente) de posture technocratique et d’autonomie des aménageurs, et inversement contre la dérive issue de la concurrence
qui en ferait de simples prestataires ». Sa vision des aménageurs
est celle d’« ensembliers », en capacité à la fois de « faire » et
de s’inscrire dans une vision stratégique, et qui doivent trouver
leur place dans une chaîne d’acteurs de production de la ville.
Le groupe de travail « précarité/aménagement » qu’il anime en
vue des Entretiens de Rennes, invite aussi à « promouvoir des
postures plus militantes ». Il pousse à relancer l’aménagement
public (d’essence publique), pour mieux répondre aux défis de
la société urbaine de demain : la création d’emplois, le défi de
la précarité et de la ségrégation sociale et urbaine, la crise du
logement, le défi écologique et climatique.
Dans ce contexte, Jean Badaroux, propose au Club de « ne pas
être un lobby d’aménageurs, mais de faire du lobbying pour
l’aménagement, conçu comme un processus collaboratif entre
une volonté politique et une pratique professionnelle (par opposition à une approche d’encadrement réglementaire de processus
économiques). On fabrique un urbanisme qui porte en germe des
conflits : il faut répondre aux enjeux de la nouvelle économie, du
108
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
vivre ensemble… » invite-t-il, citant l’exemple rennais où dans
un quartier on demande à chaque occupant quelques euros par
mois pour faire vivre de l’intergénérationnel. Ainsi, la question des
services est-elle à ses yeux un thème essentiel. « La production
de la ville est sur un mode de transition : on remet des espaces
que d’autres prennent en gestion. L’aménagement peut-il ne
pas se considérer comme devant incuber des services ? Il faudrait
pouvoir fabriquer des objets et incuber des services. Il faut des
emplois pour faire vivre un projet, un quartier en développement
comme les conciergeries de quartier. Si nous savons produire le
hard, il faut rassembler les acteurs qui feront fonctionner le soft ».
Sophie Schmitt, membre associé (Sodearif/Groupe Bouygues), ne
reniant pas sa filiation naturelle avec le monde de la construction,
observant que « beaucoup d’avancées technologiques ont été
faites à l’échelle du bâtiment », propose d’élargir la démarche
à l’échelle d’un quartier. « Que le projet avec ses objectifs de
développement durable soit confirmé dans son exploitation, ce
qui pourrait se traduire à l’avenir par des DSP / délégations de
service public prises dès l’aménagement pour gérer l’eau, les
performances énergétiques, les Smart Grid, les conciergeries, etc.
Il faut que le Club accepte cette évolution des choses et en fasse
un moteur de l’innovation. » D’autant plus que « des thèmes
poignants frappent à la porte des aménageurs : comment ne pas
produire de la précarité, comment maîtriser l’énergie, comment
tricoter avec l’existant ? » interpelle Ariella Masboungi.
109
Grandeur
et décadence
du macro-lot
En 2012, les membres du Club
passent de 39 à 42. Alain Garès
prend la présidence.
Les grandes opérations urbaines ne se développent plus selon les
mêmes principes qu’à la fin du XXe siècle. La recherche de mixités
est un objectif général qui sous-tend les mutations urbaines :
mixité sociale visant à ce que les nouveaux quartiers, jusqu’aux
îlots urbains, voire jusqu’aux bâtiments, mêlent logements
sociaux et privés ; mixité programmatique qui s’étend à des
programmes qui mélangent bureaux, habitations, commerces,
équipements publics, conçu comme de nouveaux types d’îlots
étroitement imbriqués, désignés sous le nom de « macrolots ».
Une autre fabrique de la ville et de nouvelles formes urbaines
en résultent. Un 5 à 7, ces événements où, selon son animatrice
Ariella Masboungi, « la société interpelle les aménageurs », cette
fois-ci intitulé Marier formes urbaines et mixité, autour de Jacques
Lucan 43, a tenté d’en reconstituer la genèse et d’en cerner les
caractéristiques.
Partant de l’îlot haussmannien, l’historien dresse une histoire de
l’îlot, de sa dissolution jusqu’aux années 1960 et de son renouveau dans les années 1970. Il montre que même lorsque l’îlot,
en tant que forme urbaine, est jugé dépassé, anachronique, « il
est quasiment impossible de se passer de l’usage du mot pour
désigner ne serait-ce que des unités foncières ».
La consultation pour le quartier Masséna (1995), remportée par
Christian de Portzamparc, marque à Paris l’abandon du néo-haussmannisme, encore triomphant dans les premières opérations
Seine Rive Gauche, préceptes de sa future théorie sur « l’îlot
ouvert » où se mêlent jardins privatifs et bâtiments discontinus.
« La continuité de l’enveloppe et le velum, la “croûte de l’îlot”
que dénonçait Henry Bernard en 1965, volent en éclats. L’îlot
s’ouvre et se libère, prêt pour de nouvelles aventures » atteste
43 Où va la ville aujourd’hui ? Formes urbaines et mixités, Éditions de La Villette, 2012.
Jacques Lucan est architecte, professeur à l’École d’architecture de la Ville et
des Territoires à Marne-la-Vallée et à l’École polytechnique fédérale de Lausanne.
44 Urbanisme, no 385, juillet-août 2012.
110
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
Philippe Panerai dans une analyse de l’ouvrage 44 . Quasiment
contemporain de l’îlot ouvert de Masséna, l’îlot Saint-Maurice à
Lille, coordonné par Xaveer De Geyter, constitue l’archétype du
macro-lot que Jean-Louis Subileau, alors directeur général de la
SAEM Euralille développera ensuite à Boulogne-Billancourt dans
l’opération du Trapèze (2004). Pour Jean-Louis Subileau, qu’Ariella
Masboungi crédite de l’invention du terme macro-lot, « le système
de macro-lot doit aider l’aménageur à prendre la main sur les
promoteurs et à découper le programme ». D’autres opérations
comme le monolithe de Lyon Confluence, l’amphithéâtre de
Metz, le Tripode de Nantes, l’îlot Armagnac de Bordeaux, etc.,
sont emblématiques à ce titre.
En bref, un macro-lot serait « un îlot-lot formé de plusieurs entités
fonctionnelles et formelles imbriquées, associant plusieurs maîtres
d’ouvrage associés pour la réalisation d’un même ensemble qui
est composé de plusieurs programmes de natures différentes avec
ou non plusieurs architectes dont l’un est le coordinateur ». Les
objectifs affirmés sont la mixité sociale et programmatique, la
diversité architecturale, la rapidité d’exécution d’un urbanisme
négocié, lesquelles médailles ont des revers disséqués par Jacques
Lucan :
• il n’y a plus de parcelle : l’îlot est l’unité d’opération à propos
duquel la question de la mutabilité est posée, à moins que ce ne
soient les bâtiments qui soient eux-mêmes mutables, ce dont il
doute, proposant notamment « d’en finir avec la contrainte des
voiles porteurs en béton armé » ; et de s’interroger sur ce que
les bâtiments qui composent le macro-lot ont en commun pour
composer un paysage urbain, soulignant le risque de créer des
« isolats », une nouvelle population captive ;
• un repositionnement des acteurs et de nouvelles pratiques de
coordination accompagnant une nouvelle étape dans la concentration des opérateurs, le plus souvent privés : groupes bancaires
et « majors » du bâtiment (par leurs filières aménagement) se
partagent le marché, dans une série de montages où chacun est
à son tour leader puis simple utilisateur, créant ainsi de nouvelles
relations et de nouveaux équilibres entre les acteurs (collectivités
locales, maîtres d’ouvrage privés et publics, urbanistes et architectes) d’où sont exclus les plus modestes. Cette concentration
111
amenuise le rôle et les prérogatives des collectivités territoriales. Si
les grandes villes bien dotées de services compétents et appuyées
sur des SAEM solides peuvent diriger les opérations et imposer
leurs exigences, qu’en est-il des villes plus modestes ? « Le drame
est de tout vouloir modéliser » alerte Jean-Luc Poidevin, inquiet
que « l’aspect économique, la rareté du foncier nous poussent
à ce genre de choses ». Aussi Jacques Lucan conseille-t-il de
réserver le macro-lot aux opérations urbaines qui le nécessitent,
exceptionnelles par leur ambition, leur situation et leur densité ;
• la facilité de montage et d’exécution incite au permis de construire
unique et à la mutualisation des parkings ainsi qu’à un traitement
unifié des espaces verts, avec leur inévitable conséquence, la
division en volumes chère aux grandes opérations sur dalle des
années 1960 et 1970. Et de s’interroger sur les différences autres
que volumétriques et stylistiques entre le macro-lot et ces vastes
opérations sur dalle dont la gestion et la maintenance à long terme
risquent de poser des problèmes épineux avec un air de déjà-vu ;
• dans les objectifs du macro-lot, Jacques Lucan distingue « diversité » (« maître mot de l’urbanisme contemporain »), et « variété ».
Il interprète la diversité « qui rassemble l’architecture gabaritaire
aux profils obliques (zoning as a design guideline) et les formes
sculptées, biaises, molles ou plantées échappées de quelques BD
écologiquement bien-pensantes », comme l’affranchissement
de toute typologie, ou du moins d’une typologie expressive
où l’immeuble disait ce qu’il était, conduisant à « se défaire de
l’image de l’immeuble qui borde la plupart des voies parisiennes ».
Mais quel est le sens de cette diversité, interpelle Alain Lecomte
(président de l’Aménagement durable des territoires, section 3
du CGEDD), souvent réduite à une gesticulation architecturale
très éloignée du quotidien des gens, un peu « comme dans les
défilés de mode, où ce qu’on voit n’est pas ce qu’on porte tous
les jours », les architectes eux-mêmes se plaignant comme Éric
Lapierre d’être « soumis à la tyrannie de la diversité ». Certes,
Christian de Portzamparc ne disait-il pas à propos de la ZAC
Porte d’Asnières 45 dont il était l’architecte en chef, « les variations architecturales, si elles sont cadrées, peuvent devenir une
vrai richesse ». L’éternel débat autour de la diversité n’est pas
encore tranché.
45 Réalisée par la SEMAVIP, rebaptisée les « Hauts de Malesherbes » avec 7 opérateurs
(Pitch promotion, Eiffage, Franck Arthur remplacé par Kaufman & Broad, Parthena,
Sepimo, Opac de Paris, Sagi) et 17 architectes. In La SEMAVIP révèle l’îlot ouvert, in Traits
urbains, Hiver 2008-2009.
112
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
« L’ADN du Club aurait-il changé ? » interpelle Sophie Schmitt,
observant qu’aujourd’hui, « ceux qui font la politique, ce sont
les SEM et les EPA. Mais l’aménagement est devenu beaucoup
plus complexe depuis 2007 dans ses missions et ses relations.
Les nouvelles règles de la mise en concurrence ont fait tomber
les faux contrats de concession imposant une redistribution des
rôles : des aménageurs sont devenus des SPLA (en fait, une forme
de régie directe). Les maires ont peur des ZAC, des concessions
d’aménagement. Il n’y a plus de différences en termes d’outils,
ce qui change c’est qui porte le risque, qui fait les équipements
publics. L’aménageur qui était un marchand de biens s’achemine
aujourd’hui vers des missions plus sociales. Avec le développement
durable, il y a une attente des élus pour un profil d’aménageurs
qui poursuive sa mission au-delà de l’investissement pour le
rendre performant. Les deux métiers existent : l’aménageur
de l’amont, l’aménageur de l’aval » souligne-t-elle. Jean-Luc
Poidevin constate que « l’ouverture à la concurrence fait que les
aménageurs sont désignés après le dossier de création de ZAC,
un processus anti-économique qui conduit à des opérations de
plus en plus déficitaires car le foncier est valorisé par le dossier
de création ; si on ne peut pas faire évoluer cela, on assistera à la
mort de l’outil ZAC. Être aménageur, ce n’est pas être ZACeur »
souligne-t-il, s’inquiétant du risque d’assister avec les SPL / SPLA, à
un appauvrissement du métier et une insuffisante remise en cause
pour performer et inventer régulièrement des process nouveaux.
113
LA SÉCURITÉ,
UNE COMPOSANTE DE
LA QUALITÉ DES OPÉRATIONS
D’AMÉNAGEMENT
éjà en 1995, l’article 11 de la LOPS (loi d’orientation
et de programmation relative à la sécurité) prévoyait
des études de « sécurité » publique en préalable à
certains projets d’aménagement. Un décret 2011-324
relatif aux études de sécurité publique/ESP (JO du
26 mars 2011) a étendu le champ d’application aux opérations
d’aménagement à partir de 70 000 m2 de SHON. Installé
en 2011, un groupe de travail du Club vient de produire
un document intitulé Aménagement et sécurité : l’ESSP,
une démarche intégratrice 46. Il permettra aux aménageurs
de mieux appréhender les enjeux de la conduite d’une
démarche sécurité dans les projets et d’aborder les questions pratiques de modalités de réalisation de l’étude de
sécurité et de sûreté publique / ESSP. Il témoigne que la prise
en compte de la sécurité loin d’être à considérer comme une
simple « obligation réglementaire est bien une composante
de la qualité des opérations d’aménagement, une véritable
plus-value pour le projet » (François Wellhoff, Bertrand
de Larquier). La réflexion sur les usages des futurs espaces
publics ou collectifs, l’anticipation de la gestion ultérieure
ou transitoire, l’étroite collaboration avec la maîtrise
d’œuvre urbaine sont des éléments stratégiques pour
y parvenir. L’ouvrage invite à établir des passerelles entre
le domaine de la conception et celui de la gestion, à développer une approche socio-urbaine pour poser la question
des usages, à poser l’espace public comme élément central
de la stratégie de sécurité, à positionner l’ESSP dans
la stratégie du projet.
46 Aménagement et sécurité : l’ESSP, une démarche intégratrice, Éd. Club Ville
Aménagement, 2013
114
EuroRennes. Au-delà de la construction d’un nouveau Pôle d’échanges multimodal
(PEM), le projet EuroRennes est un des principaux piliers de la stratégie métropolitaine
de Rennes. Il s’agit de bâtir le cœur de la métropole en renouant durablement les
liens entre le nord et le sud de Rennes. Urbanistes Jacques Ferrier, Philippe Gazeau,
Louis Paillard et l'agence Ter.
© FGP(u)
115
Rennes : la ville,
un enjeu global
et transversal
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
116
Beauregard. Vue aérienne du parc urbain central. Au cœur d’une trame végétale
de 17 ha, il surplombe Rennes, d’une part, et sa ceinture verte, d’autre part. Urbanistes
Groupe Ellipse, paysagistes Agence Osty, Rennes territoires et développement.
© MRW Zeppeline Bretagne
117
Avec désormais 43 membres,
« le
Club
connaît une crise de croissance avec
une vieille génération très présente
et des jeunes qui arrivent et prendront
le pouvoir suivant une organisation
plus militante, davantage politiquement
active. On ne peut plus fonctionner
à 43 comme quand on était 25 »,
interpelle Philippe Grand (EPF92).
Pour Nicolas Terrassier (ADDRN),
jeune recrue du Club, « sa force
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
118
119
« incluante », une ville pour tous, pas
une ville à deux vitesses. Le Club doit
se souvenir que, comme l’écrivait le
peintre Friedensreich Hundertwasser,
« lorsqu’un seul homme rêve, ce
n’est qu’un rêve. Mais si beaucoup
d’hommes rêvent ensemble, c’est
le début d’une nouvelle réalité ».
est de porter des objectifs qui ne
soient pas uniquement de l’ordre
opérationnel car le devoir de
l’aménageur est d’avoir des visions
plus politiques. Nos politiques ne sont
pas construites pour s’appuyer sur
les habitants : il faut faire appel à leur
créativité pour trouver les leviers du
changement alors qu’une tendance
de certains aménageurs est de créer
de l’illusion. Dans le contexte de crise,
si on ne fait pas appel à l’inventivité
des acteurs pour bâtir la ville – même
si l’imaginaire de chacun dessine
un tableau impressionniste plutôt
qu’une belle stratégie – on va dans
le mur. L’aménageur doit changer de
posture et être en alerte vis-à-vis des
politiques, être porteur d’une approche
plus humaine à l’heure où plus de
la moitié des Français éprouvent un
sentiment de pauvreté, expriment leur
mal-être ». Se défendant d’une vision
utopique, il invite plutôt à « faire
la ville pour quelqu’un », une ville
Idées et pratiques professionnelles sur l’aménagement du territoire
ont à nouveau été disséquées lors des Entretiens de Rennes : Le
printemps des villes : villes en mouvement, ville pour tous. La question urbaine, comme enjeu global et transversal, y est abordée sur
des thèmes nouveaux dans le champ de réflexion et d’action des
aménageurs tels cette « ville incluante » – en écho à la montée
de la précarité qui accompagne trop souvent le développement,
thème déjà esquissé lors des précédents Entretiens, à Bordeaux,
en 2010 – mais aussi les nouvelles attentes des « classes créatives », les interpellations à propos de la maîtrise des questions
énergétiques et des sempiternelles questions foncières. Autant
de thèmes qui constitueront le fond du travail du Club pour les
années à venir, comme l’indique en introduction (cf. page 9), Alain
Garès, président du Club Ville Aménagement, directeur général
d’Europolia, soulignant que ces champs différents « reflètent
l’émergence de préoccupations nouvelles dans le domaine de
l’aménagement ».
Si « faire en sorte que chacun trouve sa place dans la société est
un enjeu simple à énoncer, il est difficile à mettre en œuvre »,
reconnaît Daniel Delaveau : le maire de Rennes et président de
Rennes Métropole invite les élus, malgré « les crises et les mutations, à penser de nouvelles organisations urbaines au service
d’un projet social d’une ville active et incluante, avec une capacité
d’ouverture, d’échange, d’initiative, au bénéfice des citoyens ».
120
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
Rappelant que « l’aménagement est destiné à une population
d’usagers qui vit sous fortes contraintes », Martin Hirsch, ancien
Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, insiste
sur « le nombre très élevé de personnes précarisables au moindre
incident : ce qui compte pour elles, c’est le reste à vivre, ce qui
permet de faire des choix ou de faire face à l’inattendu, souvent
inférieur à 5 euros par personne par mois ». Aussi invite-t-il à
« travailler sur le coût complet du logement sur cinquante ans,
sur un mode d’habiter plus économe » , déplorant l’absence
d’espaces en ville pour répondre aux besoins sociaux : espaces
pour que les Rmistes puissent travailler, ateliers d’artistes… Les
réponses existent qui « nécessitent des coopérations, une combinaison d’acteurs », à l’image du service civique et de l’économie
solidaire, une des manières de répondre aux « besoins sociaux
croissants avec moins de moyens ».
Pour faire la « ville incluante », l’urbaniste Jean-Yves Chapuis,
vice-président de Rennes Métropole invite « à aborder toutes
les questions sur la société avant de passer au projet » ; il fustige
« la vision sacrificielle de la ville sous prétexte de développement
durable. La ville est partout. Il faut accepter de remettre en
cause un certain nombre de choses, d’intervenir sur les compétences des autres. La vision spatiale ne veut rien dire s’il n’y a
pas une volonté politique, un projet social ». Aussi faut-il « être
humble, écouter les autres pour pouvoir inventer » et « prendre
en compte l’aléatoire », l’objectif étant de permettre « que les
usagers puissent choisir où habiter, en fonction de leurs envies
et de leurs contraintes ». Un défi qui pousse à la création d’« un
territoire multiple et évolutif ».
121
sous la crise, la mutation ». Alors que « la fin du modèle industriel
annonce le début de l’âge des économies métropolitaines », il
estime l’époque « à l’origine d’une vague d’innovations sociales »,
évoque notamment les « effets indirects » du numérique qui
crée très peu d’emplois, ne génère pas d’impôts, mais induit des
transformations des secteurs traditionnels de l’économie, tels
que l’éducation, la santé, la mobilité… et donc la ville. C’est « la
façon dont la société se saisira de ces questions qui permettra le
changement, la capacité de faire des parcours de réussite et de
grandes choses à partir de petits groupes ». Cette transformation
passe par « la médiation de l’organisation ». Il s’agit d’« inventer des trajectoires locales différenciées. Il n’y a pas de modèle,
c’est la méthode qui est importante. Chaque territoire invente
son modèle qui le distingue : le numérique, la géothermie… La
France est riche d’une extraordinaire diversité. La réinvention
des territoires constitue un potentiel de croissance important »,
insiste-t-il, alertant au passage « avoir souvent, au quotidien,
l’impression de parler une langue étrangère par rapport à la
réalité des gens que l’on rencontre, à la vie en ville ».
Le parti pris est alors d’aborder la question urbaine non comme une
juxtaposition de problématiques relevant de politiques différentes,
mais comme un enjeu global et transversal ; de mettre en avant
non des mesures ponctuelles mais des dispositifs opérationnels
complets ; de considérer la ville non seulement comme un lieu
de crises mais aussi et surtout comme une réponse à la crise.
Ville créative,
du mythe au projet
Réinterroger
certaines thématiques
Un des principaux enjeux pour les aménageurs consistera donc
à s’adapter aux mutations de la société. Quitte à paraître trop
optimiste, Pierre Veltz (Pdg de l'EP Paris Saclay) encourage à « voir
« En quoi les créatifs peuvent-ils contribuer à la fabrication urbaine
et renouveler la façon de faire des aménageurs ? Comment inscrire
les activités créatives dans les logiques de tranformation urbaine ?
Quels projets nourrissent l’attractivité territoriale ? » a interrogé
Éric Bazard, directeur général adjoint de l’Epase (Saint-Étienne).
Élisabeth Campagnac, chercheur au LATTS / Laboratoire techniques, territoires et sociétés, confirme la « montée en puissance
des enjeux de la connaissance, concept flou » au sein duquel il
47 POPSU, plateforme d’observation des projets et stratégies urbaines,
lancée par le PUCA.
122
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
s’agit de faire ressortir « ce qui intéresse les dynamiques territoriales ». L’économie de la connaissance se caractérise, au niveau
macro-économique, par des investissements beaucoup plus forts
dans l’immatériel (enseignement, recherche, innovation, formation,
santé) par rapport aux investissements tangibles (infrastructures
ou équipements) et s’accompagne au niveau sectoriel, de la
montée en force de certaines industries en lien avec la recherche
et la formation. Le programme Popsu 2 47 distingue trois types de
dynamiques territoriales en lien avec la relation de proximité et la
nature des externalités associées : la dynamique métropolitaine,
dans laquelle les externalités sont liées à « tout ce qui concerne
l’urbanisation et le milieu urbain stimulant » ; les dynamiques
technopolitaines, en lien avec les pôles de compétitivité et les
clusters ; enfin, « la contribution des organismes et des universités
à la circulation de la connaissance » (l’aménagement universitaire
implique le croisement de l’économie de la connaissance avec
l’approche territoriale).
Quelle offre territoriale créer pour répondre aux besoins de
l’économie de la connaissance, s’interrogent les acteurs urbains
qui « ont pris conscience de l’importance de la qualité urbaine
pour répondre à ces nouveaux besoins. Les entreprises de la
connaissance génèrent et ont besoin de créativité. Où se fait la
rencontre ? ».
Comme le rappelle Ludovic Halbert, chercheur au LATTS, « la
ville créative n’est pas la ville des classes créatives, mais une ville
de transformation, qui repose sur la création de richesses pour
d’autres secteurs ». Pour transformer la place de la connaissance
et de la culture, l’enjeu de la maîtrise d’ouvrage est de créer des
« espaces permissifs de la rencontre et de la fertilisation croisée,
bien insérés dans l’espace urbain ». L’exposé de diverses expériences a rappelé l’importance des relations entre acteurs pour
la création de richesse, et fait émerger, avec la ville créative, « la
diminution récurrente de la taille des structures parties prenantes
dans la recherche et le développement », souligne Éric Bazard.
En effet, si, « pendant longtemps, il fallait miser sur de grands
acteurs intégrateurs, aujourd’hui il faut s’interroger sur la création
d’emplacements pour l’accueil des acteurs de petite taille ». Si
l’innovation se nourrit de rencontres, d’hybridation, d’animation,
123
« la reconfiguration du jeu d’acteurs ressemble presque plus à de
la culture qu’à du développement économique » et la rencontre se
fait à travers « la mutualisation d’outils, la construction de cadres
collectifs », d’où « l’importance du lieu ». Autant de questions
concrètes posées à la maîtrise d’ouvrage urbaine.
La question de gouvernance et d’interactions se pose, en particulier, dans l’intégration de l’enseignement supérieur dans
les stratégies de territoire. L’acteur universitaire, qui possède
beaucoup de foncier, devient « un acteur incontournable, stratégique » souligne Pierre Bernard, chargé de projet au PUCA.
« Les universités doivent penser l’avenir dans une stratégie de
long terme, apprendre à se re-territorialiser, à développer des
coopérations avec les acteurs économiques et les aménageurs,
l’État, des agents contradictoires, à reconformer ces locaux pour
des usages contemporains » en évitant de tomber dans une stricte
« logique bâtimentaire ». La réponse se trouverait dans « une
approche combinée » : traiter l’immobilier globalement et avec
une approche territoriale. Mais, « les compétences immobilières
ne sont pas à la hauteur des enjeux de la masse du patrimoine ou
de l’énormité des sites ; seuls les aménageurs peuvent, en même
temps, valoriser le foncier des campus et réhabiliter », affirmet-il. Pour sa part, Florence Lipsky, architecte-urbaniste, invite à
penser « l’université ET la ville, plutôt que l’université dans la
ville, car si l’université n’est plus une forteresse enfermée, elle
n’est pas, non plus, soluble dans la ville. La ville et l’université
doivent être dans le partage : à cet effet, il faut des zones de
frottement, de contamination, des lieux de rencontre pour créer
une dynamique et des échanges ». À Saclay, le travail sur « les
rapprochements, les polarités, la mobilité, les implantations académiques » a contraint les établissements à révéler leur identité
et « ce qu’ils partageaient », atteste Lise Mesliand, directrice de
l’aménagement de l’EPPS.
Face à la difficulté pour les activités plus récentes ainsi que
pour les « petites structures » à trouver une place dans les
espaces urbains, comment agir pour « préserver une place
à ces activités créatives ? ». Le défi pour les aménageurs est
alors de faire en sorte que l’espace urbain puisse accueillir une
mixité fonctionnelle mais aussi une mixité « sociale ». La solu-
Sous la ville, le foncier :
évolution des pratiques
« Le Club, qui a eu jusqu’à présent une production un peu timide sur
le foncier, a pris conscience que ce n’est pas l’aménageur seul qui
apporte la valeur ajoutée. L’aménageur est sur la dunette et l’EPF
est dans la soute. La vraie valeur ne s’appuie pas nécessairement
sur la maîtrise foncière » fait observer Philippe Grand (EPF 92)
citant les exemples du développeur Argent en Grande-Bretagne,
d’Atlantis à Massy, de Boulogne-Billancourt, etc.
Le voyage du Club en 2011 à Londres sur les travaux pré-J.O. puis
les Entretiens de Rennes 2013 ont marqué le retour du Club sur
le foncier (cf. page 127).
Confrontés à une conjoncture économique difficile, à la montée
des incertitudes et à la diversification des acteurs, les aménageurs
ont cherché à éclaircir leur rôle dans la gestion du foncier et à
apprécier l’évolution des pratiques : négociations, anticipations,
partenariats. « Une question de plus en plus complexe car le panel
d’acteurs concernés s’est largement étoffé », soulève Caroline
Gerber, directrice de l’ADEF / Association des études foncières.
Sans oublier les risques liés à la dépollution des sols lors des
opérations d’aménagement (rôles, responsabilités, financements)
relevés par le groupe de travail préparatoire aux Entretiens de
Rennes. Dans des délais imposés plus courts, l’aménageur se
voit parfois dans l’impossibilité technique d’évaluer les risques.
124
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
tion passerait par une maîtrise publique foncière impor tante,
par des « solidarités financières au sein des opérations », en
réservant une place à des activités « qui ne correspondent pas
aux attentes des investisseurs ». Le deuxième enjeu pour les
métiers de l’aménagement serait de « concevoir des projets
qui permettront une animation, l’activation de la proximité,
la réinjection de l’énergie ».
Passer « d’une ingénierie dure à une ingénierie douce », penser
au fonctionnement et non à la fabrication, suppose une évolution des méthodes de travail. Reste aussi posée « la question du
modèle économique de l’aménagement ».
125
« L’empilement des règles devient ingérable », dénonce Vincent
Sol, avocat associé chez Winston&Strawn. La nouvelle loi Urbanisme
et Logement devrait intégrer des éléments comme la prise en
compte de la pollution dans les documents d’urbanisme et clarifier
les responsabilités, en appliquant le principe de pollueur /payeur.
« Sur une installation classée, le premier responsable est l’exploitant. À défaut, il s’agira du propriétaire, à moins qu’il ne prouve
son innocence par un certain nombre d’éléments. » Par ailleurs,
les aménageurs appellent à la réalisation d’un audit pour toute
construction sur un terrain potentiellement pollué. Enfin, l’article
514-20 du code de l’environnement, sur les terrains classés en zone
de vigilance, est à restructurer afin de composer « un ensemble
qui donne les outils pour la reconversion des friches ». La qualité
et l’homogénéisation de l’information qui couvre mieux le risque
opérationnel et politique, est à améliorer.
Par ailleurs, les rapports entre évaluation foncière et aménagement
demeurent souvent problématiques, notamment quand il s’agit
de « confronter la vision des aménageurs avec celles de France
Domaine ». Pour Isidro Perez, cet ancien de France Domaine,
spécialiste de l’expertise foncière et immobilière, ce service doit
jouer son rôle d’examinateur et d’expertise selon les situations
auxquelles il est confronté : en expropriation, application du code
sans négociation ; en soutien des collectivités, les aider à se faire
une idée de la valeur du terrain en s’appuyant sur une large palette
de procédures (comparaison, capitalisation, compte à rebours) ;
enfin, comme propriétaire agissant pour le compte de l’État, « il
défend forcément ses intérêts ». Mais « il y a des États dans l’État »,
tempête Claude Bertolino (alors directrice générale de l’EPFY).
Les liens entre aménageurs et EPF sont également à réévaluer :
ces derniers, facilitateurs de moyens financiers, possèdent une
ingénierie solide mais doivent-ils favoriser les portages longs
(jusqu’à l’opérationnalité des projets) ou s’en tenir à leur rôle
d’anticipateur ? « Souvent la simple menace de la préemption
fonctionne », commente Caroline Gerber, l’affichage d’une
politique très claire s’avérant une méthode efficace.
Les pratiques (négociations, partenariats et anticipations) évolueront « si le pilotage et la coordination dans les opérations
favorisent le dialogue entre les acteurs », pointe Manuel Verrier
126
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
en rappelant la « nécessité d’une adaptation architecturale et
urbaine aux contraintes foncières » corrélée à la diversité des
cadres juridiques (ZAC, hors ZAC…).
Alors que la mise en concurrence sur le foncier retarde largement
l’intervention des aménageurs, le groupe de travail interroge le
découplage foncier / aménagement à partir des exemples du projet
urbain Massy-Atlantis. Plus que de négociation, « il faut parler
de culture commune où l’arme fatale est le portage politique »
souligne Fabienne Cresci, directrice générale de l’aménagement
et du développement durable au Grand Lyon, à propos du site
ouvrier du Carré de Soie, à cheval sur les villes de Vaulx-en-Velin
et Villeurbanne. À Rennes, « on tient la négociation par le PLU »
qui depuis 2004, a ouvert la possibilité de créer du logement
sans l’outil ZAC, témoigne Nicolas Ferrand, directeur général de
l’aménagement à Rennes Métropole.
« Le cas de villes comme Rennes ou Montpellier, où s’est installée une tradition du portage foncier et opérationnel, n’a plus à
faire ses preuves. Pour les autres cas, c’est plus compliqué car
il faut négocier », synthétise Jean-Luc Poidevin, qui dénonce les
effets de l’arrivée tardive de la mise en concurrence, imposée
par l’Union européenne : les collectivités ont pris l’habitude de
désigner l’aménageur seulement après le dossier de création de
ZAC. « Public ou privé, l’aménageur va à la confrontation de la
négociation, dans un rapport négatif. » Cette question de fond
sera une des pistes prioritaires de travail du Club avec pour clé
d’entrée « l’anticipation comme intérêt général ».
127
LE FONCIER,
UNE PRÉOCCUPATION
RÉCURRENTE
n 1996, un rapport du Conseil Économique et
Social soulignait « il ne peut y avoir de relance de la
construction sans foncier accessible ». Tous les observateurs déploraient alors le manque d’outils pour la
constitution de réserves foncières ou pour le montage
d’opérations entre les acteurs du marché foncier.
Dès 1996, le Club consacrait ses réflexions au foncier, son
acquisition et son maintien en patrimoine financés par
recours à l’emprunt, constituant alors une opération rentable grâce à l’inflation, puis à la spéculation. Mais les taux
d’intérêts réels positifs et l’effondrement des prix de vente
sont venus inverser la situation. L’euphorie spéculative
a cédé la place à la morosité. Chute brutale et importante
des prix de l’immobilier, ralentissement des cessions de
droits à construire, apparition de « friches neuves », blocage
d’opérations, la dynamique financière des grandes opérations d’aménagement était en panne. Parmi les nombreuses
causes conjoncturelles ou structurelles de cette crise, le coût
du portage foncier est souvent désigné comme une cause
majeure de difficultés. Les effets cumulés d’une baisse
du prix des charges foncières vendues par les aménageurs
et des taux d’intérêts réels devenus positifs, pèsent sur les
bilans et tendent à paralyser toute initiative. D’autant que,
cercle vicieux, la rétention de terrain et le maintien de prix
élevés contribuent à un mauvais renouvellement du stock
de projets.
Le Club confie alors une étude à Jean-Michel Roux 48 afin
d’apprécier les déterminants de prix des terrains et explorer
les moyens de faire face à leur surévaluation. Son verdict est
sans appel : « la question foncière reste aujourd’hui difficilement surmontable… Il reste beaucoup à inventer en politique foncière » même si quelques initiatives apparaissent
comme portant en germe des solutions, depuis les ZAC
sans acquisition des terrains par l’aménageur (ZAC Seine
Rive Gauche avec la SEMAPA, la Sncf acceptant de supporter
une partie des risques), la séparation entre la propriété
du sol et celles des bâtiments ou leur usage.
À l’idée d’une crise foncière, Olivier Piron, alors secrétaire
général du PCA, préfère dénoncer la crise du modèle opé­
rationnel dominant en France et l’archaïsme des théories
de la rente foncière : invitant à reconnaître l’existence
de plusieurs marchés fonciers et de différents type de situations urbaines, il conseille d’arrêter de faire de l’acquisition
de terrains un préalable à toute initiative. Une autre étude
également commandée par le Club à Didier Bernateau (alors
directeur grands projets chez Coopers et Lybrand) montre
que la prise en compte des retombées économiques
des projets d’aménagement, l’intégration des externalités
peut permettre de rééquilibrer leurs bilans financiers.
de son périmètre). Loin de remettre en cause l’utilité
d’un tel outil pour l’aménagement et le développement
des territoires sur le long terme, la loi SRU du 13 décembre
2000 assouplissait le mode de constitution et de financement des EPFL : adhésion volontaire des communes et
des EPCI, adhésion possible des départements et régions,
versement à l’établissement de la pénalité dûe au titre
de l’article 55… Grâce à cela, et au vu des marchés fonciers
haussiers, les années 2000 ont vu naître la plupart des EPFL
actuels ainsi qu’une nouvelle génération d’établissements
publics fonciers de l’État, au sein desquels les collectivités
territoriales sont majoritaires. Les plus importants sont
membres du Club depuis 2010.
Sur le plan juridique, ces EPF (locaux ou d’État) sont des
établissements publics à caractère industriel et commercial /
EPIC, statut qui leur confère la personnalité morale et l’autonomie financière. Il implique également une distinction
entre l’ordonnateur (le directeur) et le comptable (comptable direct du Trésor), une section d’investissement et une
section de fonctionnement, ainsi que le respect des règles
applicables en matière de droit budgétaire et le contrôle
budgétaire d’un représentant de l’État et de la chambre
régionale des comptes. Les EPF sont régis par le Code
de l’Urbanisme principalement, respectivement aux articles
L 321-1 ou L 324-1 et suivants, le Code Général des Impôts
et le Code de la Construction et de l’Habitation, ainsi que,
pour les EPFL, le Code Général des Collectivités Territoriales.
Consciente des difficultés croissantes des collectivités
à poursuivre sur le long terme des politiques foncières
coûteuses mais souvent indispensables à la mise en œuvre
des prérogatives qu’elles se sont vues transférer, la Loi
d’Orientation sur la Ville / LOV du 13 juillet 1991 avait
instauré un outil mutualisé dont la vocation principale était
le portage foncier : cette disposition n’a pas pour autant
engendré la création d’EPFL / Établissement public foncier
local, du fait notamment de freins au sein même de cette
loi (notamment, l’obligation d’une continuité territoriale
Aux Entretiens de Lyon 2004, Bertrand Rouzeau (Plaine
de France) s’inquiétait du « portage » de plus en plus
fréquent de l’immobilier par les aménageurs : « le temps de
remise sur le marché étant plus long que celui des missions
opérationnelles qui leur sont confiées, le risque doit être
assumé dans un contexte de valorisation incertaine et
les moyens disponibles sont souvent insuffisants au regard
des besoins ». Le Club avait esquissé d’autres pistes, telles
que la création de sociétés anonymes de portage immobilier de locaux d’activités, de commerces, de copropriétés
48 La Lettre du Club, no 2, Avril 1996.
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
128
129
Par ailleurs, au sein des cadres traditionnels des opérations
d’aménagement (essentiellement en ZAC), comme à
l’échelle des grands territoires où l’ouverture des jeux
d’acteurs pour mobiliser autour d’un projet nécessite des
accords avec leurs propriétaires majeurs (comme les centres
commerciaux), il faut développer une culture du partenariat
avec les propriétaires et opérateurs privés pour donner
vie à un aménagement négocié, encadré par des règles
publiques strictes. L’absence habituelle d’une gouvernance
organisée met en première ligne l’aménageur pour négocier
les cessions de droits de construire avec les opérateurs
offrant le meilleur rapport qualité-prix et non au plus
disant. Dans l’univers urbain constitué où les grandes
friches constituent souvent l’enjeu majeur du renouvellement de la ville toute entière, quand leur propriété est
essentiellement publique, l’État ou les organismes sous
son contrôle doivent céder leur bien au prix déterminé
par la faisabilité de l’opération d’aménagement (fût-ce
au détriment des objectifs budgétaires de valorisation).
130
131
Sobriété énergétique,
un levier pour
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
dégradées ou, comme à Boulogne-Billancourt, une meilleure
association en amont entre Ville, propriétaire, promoteurs
et aménageurs.
Pour peser sur les prix fonciers, en périphérie mais aussi
dans la ville constituée (notamment lors des créations d’infrastructures de transport valorisantes), il reste nécessaire
de revivifier les politiques foncières d’anticipation, énonçait-on aux Entretiens de Bordeaux 2010. À cet effet, les collectivités doivent davantage mobiliser en amont le couple
opérateur foncier et aménageur. Dans le tissu complexe
des projets de renouvellement urbain, au foncier émietté
et non maîtrisé, l’aménageur doit apprendre à conduire
une politique très fine, une « acupuncture foncière » à base
d’acquisitions ponctuelles, véritables leviers d’avancement
de l’opération à partir d’interventions financières limitées.
le projet territorial
« En 2050, on produira au mieux 50 % de nos besoins en énergie »
prédit l’Ademe. L’innovation énergétique façonnera un nouveau
modèle économique et cela se jouera en territoire urbain, affirme
Ariella Masboungi (CGEDD), laquelle, avec les aménageurs qui se
sont saisis de cette thématique jusque-là réservée aux techniciens,
est « convaincue que le modèle urbain a une responsabilité très
importante, au-delà du bâtiment ».
Le concept de sobriété énergétique est apparu dans les années
1970, mais l’idée, à l’orée du développement d’une énergie à bon
marché, s’est aussitôt enrayée. Aujourd’hui, la sobriété énergétique s’inscrit comme une nouvelle donnée du projet urbain et
territorial et « ce boom met tout le monde sous tension », note
Philippe Labro, directeur de projets Ville Durable chez EDF. D’autant plus que la part des énergies renouvelables demeure très
réduite (10 % de la dépense énergétique mondiale) alors même
que les besoins énergétiques et les consommations augmentent
dans le temps et en valeurs. Le chauffage (premier poste de
consommation dans le logement) est fortement individualisé
dans un parc globalement mal isolé. « En 2000, il fallait chauffer
2 milliards de m2, à l’horizon 2050 ce sera plutôt de l’ordre de
3 milliards de m2 » dissèque Mindjid Maïzia, architecte-urbaniste
et chercheur au CITERES-CRS, relevant que l’on a « endogénéisé
des usages énergétiques qui n’existaient pas dans le logement,
comme l’ordinateur ou la télévision dans les chambres », générant
une croissance numérique des besoins en énergie tandis que les
utilisateurs sont confrontés à des prix unitaires en hausse quasi
exponentielle.
« On a beaucoup focalisé sur des bâtiments hyper-performants »,
déplore Franck Boutté, architecte-urbaniste spécialiste de la
question qui prône « un changement de paradigme pour un
urbanisme intégré », passant de l’échelle du bâtiment à l’échelle
du territoire, de l’énergie blanche à l’énergie globale alors que la
France achève une période dans laquelle se jouait l’hyper-performance en poussant le curseur de la réglementation (RT2012,
49 Production, à partir d’une énergie primaire (gaz naturel en général), trois énergies
secondaires utilisables conjointement : une énergie thermique, une production de froid
et une énergie électrique.
132
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
RT2020…). L’expert vise « la juste valeur de performance », qui
s’exprime par des collatéralités, des externalités positives. Si une
mise en rapport des énergies induit une mutualisation, celle-ci
ne doit pas uniquement être « technique ».
Les opérations d’urbanisme peuvent aider à réduire le niveau
de consommation globale, dans une logique de performance
étendue à leur environnement. Certains territoires d’avant-garde
en témoignent. La SERM, aménageur mais aussi opérateur énergéticien,engage un deuxième tournant induit par les énergies
renouvelables 49, après la création en 2008 de sa filiale Énergies
du Sud comme « l’outil local de développement des énergies
renouvelables et de la maîtrise des énergies » : 1,5 million de m2
chauffés ou refroidis avec des énergies renouvelables, répartis sur
l’ensemble du territoire montpelliérain. Son directeur général,
Thierry Laget, reconnaît certains avantages aux réseaux mais
relève toutefois que l’efficience du projet est conditionnée
par « des opérations suffisamment denses et mixtes ». Si les
limites sont avant tout financières, « les aménageurs peuvent
commencer à jouer le temps long ». Malgré une gouvernance
adéquate encore à déterminer, quelques opérations montrent
le chemin de la sobriété énergétique, en France comme ailleurs,
d’abord, en agissant sur le bâti à toutes les échelles, puis avec des
actions permettant le passage de « l’objet à la ville ». Le binôme
« énergie et projet urbain » doit se concevoir à grande échelle,
notamment pour la lumière, très énergivore. « L’efficacité prend
autant sa source dans les infrastructures que dans les comportements », ajoute Ariella Masboungi. « La question énergétique
nourrit très largement l’éthique », relève Yves Lion, Grand prix
de l’urbanisme 2007 : il pointe « des ambitions autour des questions énergétiques mais dénonce un manque de méthode ».
Le métier d’aménageur, à ses yeux à bout de souffle, « devrait
se régénérer ». Pourtant, la position de l’aménageur, « qui doit
tenir le prix, incluant les coûts de logement et de l’énergie »,
le place à la bonne échelle au centre du jeu d’acteurs, défend
Alexandre Bouton, architecte-urbaniste (Urban Act). Le groupe
de travail du Club préconise « la mutualisation par le contexte » :
partir d’une stratégie énergétique pour organiser le territoire,
identifier les responsabilités de chacun dans l’optique d’« une
133
évaluation intégrée ». Et de miser sur l’ouverture des usagers
et leur responsabilité, « en jouant sur le montant des charges ».
« Le projet urbain est devenu un outil d’optimisation énergétique »,
relève Alain Garès, président du Club, invitant « à être très modeste
et à rechercher la solution adaptée ». Si la mutualisation arrive au
premier rang des solutions, elle soulève toutefois des problèmes
techniques, de gouvernance et de modèle économique.
Précarité et aménagement :
fabriquer la ville incluante
Après le constat alarmant de la montée de la précarité et de l’exclusion, fait aux Entretiens de Bordeaux 2010, les aménageurs ne
pouvaient esquiver une réflexion sur leurs responsabilités sociales,
sociétales ou éthiques. « On a le sentiment que les projets fabriqués
par les aménageurs sont un peu décalés par rapport aux attentes
de certaines populations, car s’adressant aux classes moyennes
ou supérieures. La mixité sociale s’avère être un filet à grosses
mailles… » fait observer Jean Frébault, président du Conseil de
développement du Grand Lyon. Conscient que ce ne sont pas euxseuls qui éradiqueront la précarité, les aménageurs apparaissent
pour autant légitimes sur ce sujet, à travers un « devoir d’alerte »
en amont de la commande, en étant « à l’écoute de signaux faibles,
notamment venant des gens en situation d’exclusion ». Alain
Régnier, délégué interministériel à l’hébergement et l’accès au
logement (DIHAL) enfonce le clou : « les décideurs publics auraient
une responsabilité en ne passant pas du diagnostic à l’acte, pour
retrouver une ville où le vivre ensemble et le pacte républicain
représentent vraiment quelque chose ». Cela implique, selon lui,
de « changer les représentations », en utilisant les réseaux sociaux
pour « créer une dynamique participative », dans une perspective
d’empowerment 50. En relation avec beaucoup d’autres acteurs,
les aménageurs sont « sous-utilisés » en la matière car « on les
voit comme des techniciens alors qu’ils sont metteurs en scène
et chefs d’orchestre ».
« L’aménagement, ce n’est pas seulement construire, mais imaginer
la rencontre », enchérit Martin Hirsch, président de l’Agence du
50 Une pratique de gestion du partage de l’information, les bénéfices et le pouvoir
avec les gens afin qu’ils puissent prendre des initiatives et prendre des décisions pour
résoudre les problèmes et améliorer le service et la performance.
134
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
service civique. Comment faire surgir des lieux, des circulations,
pour permettre aux activités sociales et solidaires de se développer ? Il invite déjà « celles et ceux qui prennent les décisions et
souvent ne vivent pas les contraintes et ne connaissent pas celles
d’une partie de la population à aller, une ou deux semaines dans
l’année, au contact des acteurs de terrain » afin de trouver des
solutions très concrètes comme prévoir, dès la conception du
projet, des locaux bien placés pour l’économie sociale et solidaire,
un système de récupération pour le recyclage des vêtements dans
chaque immeuble, etc. Le projet peut être élargi aux personnes
précaires, en matière de logement mais aussi de services urbains,
d’équipements, d’espaces publics favorisant le vivre ensemble,
pour fabriquer une « ville incluante », où « toutes les composantes de la société pourraient trouver une place, à toutes les
échelles », et non une ville « faite de la juxtaposition d’éléments
hétérogènes ». Pour Gilles Duhem, urbaniste, animateur d’une
association au sein du quartier sensible Neukölln à Berlin, « la
ville ne sera incluante que si elle donne du travail aux gens les
moins qualifiés ». Moquant l’exemple « des Velib’, où tout est
automatisé au point de ne pas être accessible à certains dans ce
pays très techniciste qu’est la France », il invite les aménageurs
à réfléchir à l’impact d’internet : « à l’aube d’un changement de
civilisation, le rapport à l’espace, aux grands équipements publics,
sera complètement différent ». À ses yeux, la précarité « n’est
pas synonyme de pauvreté, mais d’absence de participation au
mouvement sociétal ». Pour le sociologue Didier Vanoni (FORS),
elle est liée à l’instabilité, à l’incertitude : « sont précaires des
personnes pas forcément confrontées à la pauvreté, mais qui se
trouvent dans un environnement non lisible, non continu, et qui
ont du mal à se situer dans un avenir » ; il décrit des trajectoires
« séquencées, fragmentées », entre « naufragés de l’accession »,
retraités paupérisés, hommes isolés après une séparation (une
partie des requérants DALO)… Il analyse parallèlement la « spatialisation de la précarité : l’absence de mixité sociale est dûe
à ceux qui partent – les classes moyennes – et non à ceux qui
s’agrègent ». Aussi les leviers à mobiliser sont-ils « l’offre de
produits de logement correspondant aux ressources réelles des
ménages ; l’inscription des gens dans un territoire où il convient
135
de produire toutes les aménités nécessaires ; l’acceptation de la
visibilité de la pauvreté ». En somme, « urbaniser la ville réelle
et non la ville supposée ». Jean Badaroux (SEM Ville Renouvelée)
salue une approche « triplement systémique : en agissant sur
l’ensemble de la chaîne, en articulant l’ensemble des segments,
et en agissant sur l’organisation territoriale de manière extrêmement équilibrée ». Cet atelier « plein d’espoir, un peu surréaliste
par rapport au terrain » conduit Hervé Dupont (CGEDD, ancien
directeur de l’EPA Plaine de France) à relever la triple question
de la politique métropolitaine, des poches de précarité (tels les
campements Roms, que l’on sait surtout évacuer), et des quartiers
anciens dégradés, où l’« on sait régler la question techniquement,
mais mal socialement ». D’autres pistes restent à creuser : « quid
de l’accompagnement des gens qui passent de la précarité à la
marginalité ? », interroge Jean-Luc Poidevin (Nexity). Les membres
du Club donneront des suites à cet atelier, en vue de retravailler
ses douze propositions (cf. page 136) et, peut-être, avec le Puca,
requestionner le monde de la recherche sur ces thèmes.
POUR COMBATTRE LA PRÉCARITÉ
Sur la base des constats et expériences, l’atelier Précarité
et aménagement a élaboré douze propositions :
se donner les moyens de mieux connaître les popu­
lations précaires et de comprendre leurs attentes ;
t ravailler sur la valeur sociale d’un projet urbain,
qui se transcrit dans du bien-vivre et passe par
de petites interventions ;
s ’ouvrir à d’autres cultures professionnelles
en établissant des passerelles, en croisant les
compétences et en faisant preuve de créativité ;
s’incrire dans un dialogue avec la collectivité
dans la coproduction d’une vision stratégique ;
produire de l’espace urbain avec des marges
de liberté et en laissant place à des initiatives ;
promouvoir une « empreinte sociale et solidaire » :
136
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
12 PROPOSITIONS
137
construire des indicateurs, dans un référentiel
d’impact social ;
n concept « à creuser » : la Responsabilité sociale
u
des aménageurs, à l’image de la Responsabilité
sociale des entreprises : « agir sur l’économie,
l’environnement, le social, qui a peut-être été
mis en retrait » ffiner la production de logements et de services,
a
imaginer des montages financiers et fonciers tenant
compte de la solidarité ;
agir
sur d’autres dimensions que le logement social,
en mettant en jeu notamment l’économie sociale
et solidaire ;
enser l’organisation de l’espace urbain avec
p
les usages ;
e pas figer à l’avance les projets d’aménagement,
n
mais saisir les opportunités et les initiatives.
138
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
Aux Entretiens de Rennes, le Club semble avoir renoué « avec
une forme de militantisme qui correspond à une programmation généreuse », a salué Valérie Granger, directrice des études
chez PRO-développement. Depuis quelques années, l’approche
systémique est devenu le maître-mot de l’aménagement, avec
la montée en puissance de l’intercommunalité. Les phénomènes de métropolisation augmentant, « il faut penser et agir
sur la ville à plus grande échelle », affirme Emmanuel Couet,
vice-président de Rennes Métropole délégué à l’aménagement.
Le SCOT, qui adopte quasiment « la valeur de projet urbain »,
pourrait être l’outil le plus pertinent, couplé et bien articulé au
PLU intercommunal, probablement généralisé par la nouvelle loi
de décentralisation. Le projet de loi propose également l’élargissement de l’exercice de la compétence de l’aménagement
opérationnel, « une piste heureuse » pour l’élu qui dénonce le
choc frontal entre les rythmes accélérés de la ville et les longues
procédures mises à disposition des aménageurs. S’ajoutent à cette
difficulté les disparités de gouvernance des territoires. « Quand
à Lille, on est face à une forme d’empathie, au Sud de Saclay
certains élus font de la résistance au grand projet qui s’installe »,
constate Isabelle Menu, architecte-urbaniste. L’aménageur n’a
de légitimité que celle que le politique lui donne. Inversement,
l’élu est intrinsèquement lié aux compétences de l’aménageur
pour rendre viable un projet. Alors que « l’aménagement à la
française est un exemple reconnu à l’étranger », cette reconnaissance internationale avérée sur les projets d’envergure (le
hard), requiert des efforts au niveau du soft, « en laissant la part
belle aux créatifs » invite Ariella Masboungi, rappelant que « ce
sont les territoires qui inventent, non les États ». En ces temps
de crises, un urbanisme humble et modeste, plus proche du
laboratoire social, doit émerger et entrer dans des « logiques
de terreau plutôt que de grandes cultures intensives », illustre
Véronique Granger, qui invite à avoir constamment « les yeux
ouverts sur les petits riens, les tendances émergentes ». Relevant
que les lieux de l’instabilité sont « ceux de la mobilité » – quais
de gares, arrêts de bus, stations de métro, autant de lieux où le
brassage social opère – des services peuvent-ils se développer
dans ces espaces-temps, prémices d’une programmation urbaine ?
139
Ces différentes prises de conscience, « clef de lecture des Ateliers
sur lesquels nous avons travaillé », analyse Alain Garès, président
du Club, tirent le fil d’une nouvelle gouvernance urbaine associée
à une gouvernance sociale à définir et à repositionner à l’échelle
européenne. À l’heure où « l’intensité urbaine » fait foi, les
aménageurs vont devoir s’ériger en chefs d’orchestre de cette
nouvelle donne où la mutualisation prévaut. À l’interface des
entrées politique, technique, économique, sociale voire citoyenne,
ils devront assumer leur rôle de garants des nouveaux espacestemps qui conditionnent le projet urbain.
Alain Garès
Dans son ouvrage La ville sans cesse renouvelée 51,
François-Xavier Roussel évoque « la course poursuite en faveur du logement, d’abord quantitative
après-guerre, puis plus qualitative, la course poursuite entre une extension de la ville et une utilisation
maximisée de la ville existante, la course poursuite
entre les nouvelles préoccupations environne­
mentales et la capacité des pouvoirs publics et
des ménages à prendre en charge leurs surcoûts ».
Au cours de ces années, l’aménagement a été,
et continue à être l’un des champs de cette
course-poursuite. Ce n’est pas le seul, loin de là :
la ville se développe, pour l’essentiel, en dehors
de toute démarche d’aménagement raisonnée,
encadrée par des PLU rarement volontaristes,
et encore plus rarement intercommunaux. C’est
ce qui rend encore plus cruciale la notion même
d’aménagement, dont nous voyons maintenant
qu’elle peut et doit se traduire non seulement à
travers quelques opérations forcément localisées,
mais aussi dans une vision et des actions territoriales plus larges. C’est le sens des travaux récents
du Club Ville Aménagement, qui milite pour
51 François-Xavier Roussel, La ville sans cesse renouvelée.
Regard sur un demi-siècle de politiques du logement, d’habitat
et d’urbanisme, 2012.
140
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
CONCLUSION
141
la prise en compte de préoccupations nouvelles
dans la conception de la ville, et pour des outils
et des pratiques nouvelles dans sa mise en œuvre.
Le métier des aménageurs intègre maintenant
de nouveaux domaines d’intervention comme
l’énergie, l’action culturelle, et le vaste champ en
émergence des services, ou encore la préservation
des équilibres sociaux. Il a fait sienne de nouvelles
pratiques, notamment avec l’irruption de la
concertation dans un domaine qui était jusque-là, il
faut bien le dire, assez technocratique. Il va intégrer
de nouveaux outils, comme ceux qui sont en préparation, notamment suite à ses initiatives, dans le
domaine législatif. Il va continuer à évoluer, comme
la ville et la société évoluent.
Le sens même de l’existence du Club Ville
Aménagement, comme en témoigne largement
cet ouvrage, est d’être au cœur de cette évolution :
la comprendre, la rendre explicite, l’anticiper, la
provoquer le cas échéant. C’est le sens de ses
travaux, de ses débats, parfois de ses déchirements
– ces avancées ont un prix, et les membres du Club
savent qu’il ne se limite pas à la cotisation annuelle.
Mais s’il est un point qui ne fait pas débat, c’est
bien celui, justement, de l’investissement de chacun
dans cette recherche d’une progression collective.
La vie du Club telle qu’elle apparaît tout au long
de ces pages montre bien que pendant ces vingt
années, cet investissement n’a jamais fait défaut,
et c’est certainement là sa plus grande richesse.
Notre engagement est que cet investissement se
poursuive au long des années à venir, comme il a su
prospérer depuis vingt ans, et que le Club continue
à apporter sa contribution à l’avancée des idées
et des pratiques en matière d’aménagement dans
notre pays, au service de tous ses habitants.
142
143
RÉALISATIONS
ET PROJETS
EN COURS
Les quelques exemples présentés dans les pages
suivantes ne prétendent pas à être représentatifs de
l’ensemble de la production de la période évoquée
en matière d’aménagement. Ils témoignent seulement
de l’éventail des sujets abordés au sein du Club, et
de l’apport de ces opérations, parmi d’autres, aux
réflexions et débats du Club au cours de ces années.
© Air images
144
L’îlot ouvert
Le quartier Masséna Nord est la première
application « grand format » d’un
concept urbain innovant, cher à Christian
de Portzamparc : celui de l’îlot ouvert.
L’architecte coordonnateur du secteur
est parvenu à y créer en quelques mois
une complexité nourrie de contrastes
qu’une ville met habituellement plusieurs
dizaines d’années à construire.
Autour de l’université Paris Diderot –
Paris 7 et de l’École Nationale Supérieure
d’Architecture Paris-Val de Seine, le pôle
d’enseignement supérieur forme le cœur
battant du quartier Masséna-Grands
Moulins. L’université occupe 155 700 m2
au total. Elle a investi dès 2007 les
bâtiments rénovés des Grands Moulins
et de la Halle aux Farines.
Conception
Christian de Portzamparc, Ateliers Lion Associés et Thierry Huau
© Nicolas Thouvenin
Dans un périmètre restreint délimité par
la Seine, l’avenue de France et la rue Alice
Domon et Léonie Duquet, ce territoire
forme un creuset de diversité sociale,
qui fait cohabiter une concentration
d’activités universitaires avec d’importants programmes de bureaux, de
logements et de commerces. Une grande
liberté d’expression a été laissée aux
architectes retenus pour la conception
des divers immeubles, dans les limites
du cadre prédéfini de la trame viaire, des
emplacements et volumes prévus pour
les constructions.
145
Paris Rive Gauche
Paris
SEMAPA
1991 – 2013
147
Le Val Fourré
Mantes-la-Jolie
EPAMSA
1992 – 2020
© Benoît Grimbert / EPAMSA
146
Un territoire attractif au sein
de l'agglomération mantaise
La restructuration du Val-Fourré à
Mantes-la-Jolie, menée par l’Établissement Public d’Aménagement du Mantois
Seine Aval (EPAMSA), a pour objectif
principal de réinsérer le quartier dans
la ville et de diversifier l'offre de logements.
Une de ses réussites est la construction
d’une nouvelle offre de logement en
accession. Elle doit se poursuivre dans
les années à venir par l’achèvement des
requalifications, la desserte par un bus
à haut niveau de service et la restructu­
ration des pôles commerciaux.
Les problématiques urbaines et sociales
de cette opération ainsi que ses modes
opératoires originaux ont nourri les
réflexions du Club Ville Aménagement,
notamment sur l’articulation entre restructuration urbaine et développement
territorial.
© EPAMSA
Conception
Michel Ricard, urbaniste du premier
plan guide
1998 — Ouverture du centre d’affaires Clémenceau sur le foncier de 4 tours
démolies en 1992. Inauguration de l’hôpital François Quesnay.
2000 — Aménagement de la ZAC Sully, inauguration de la mairie de quartier
du Val Fourré.
2004 — Construction de l’école d’infirmière.
Schéma d’intentions du projet de restructuration urbaine (2014 – 2020)
2005 — Première opération de logements en accession, signature de la convention
ANRU du PRU du Mantois.
2010 — Installation d'un hôtel du groupe Accord, de la CPAM et du centre
des finances publiques sur l'emplacement de 2 tours démolies en 2001.
2011 — Inauguration de l’Aqualude sur le terrain de 3 tours démolies en 2006.
148
149
Monges-Croix du sud
Cornebarrieu
SEM Oppidea
2002 – 2017
Faire de la ville un jardin
Le quartier en chiffres :
— Superficie : 57 hectares
— 1 000 logements collectifs et individuels
— Parc de 12 hectares, 1000 arbres
— Équipements publics : une crèche
(en chantier actuellement), une école
(à venir), une médiathèque et une salle
des fêtes (à venir).
— Commerces de proximité
— Lignes de bus, TAD, proximité avec
le tramway T1 et la gare de Pibrac
— Situé au nord-ouest à 10 km du centre
de Toulouse
Conception
Bruno Fortier, Obras – Frédéric Bonnet
et Marc Bigarnet, Michel Desvigne,
Techni’Cité, Sols Paysages, Ingerop.
Plan de masse (2011)
2001 — Dossier de réalisation de la ZAC Monges-Croix du Sud.
2002 — Arrêté Préfectoral pour la DUP (travaux, acquisitions ou expropriations).
Dossier Police des Eaux approuvé. Lancement des études de définition
d’urbanisme.
2004 — Choix du projet et de l’équipe lauréate.
2004 — Modification du dossier de réalisation de ZAC.
2007 > 2011 — Aménagement et viabilisation des espaces publics de la phase 1.
2013
— Commercialisation des ilots de la phase 1 pratiquement achevée.
2014
— Engagement de la phase 2 des espaces publics,
lancement de la commercialisation des ilots.
2016
— Livraison de la phase 2.
La Duchère
Lyon
Mission La Duchère (GPV)
SERL
2003 – 2016
151
© SERL
150
Réunir autour d'un centre de quartier
Le projet d'aménagement urbain
du quartier a été défini pour soutenir,
encadrer et favoriser la transformation de
La Duchère. Il s'organise autour de 3 idées
fortes : créer un véritable centre de quartier, améliorer les liens entre La Duchère
et les communes avoisinantes et valoriser
les qualités paysagères du site.
Périmètre d’étude
Nouveaux logements
Importantes opérations de réhabilitation
Services, commerces et logements
Nouveaux équipements
Bureaux
Réserve foncière, vocation à définir
1999 — Marché de définition.
2004 — Convention publique d'aménagement, approbation du dossier
de création et de réalisation de ZAC.
2005 — Démolition de la barre 210, désignation promoteurs / constructeurs.
2008 — Livraison des premiers programmes d’accession.
2010 — Démolition de la barre 220.
2012 — Livraison de la halle d’athlétisme.
Les points forts du projet :
— le travail sur la mixité fonctionnelle
et la dynamisation économique
du quartier,
— la diversification de l’offre
de logements,
— la qualité des espaces publics,
notamment le nouveau parc du Vallon,
et des équipements publics,
— le travail exemplaire de
concertation avec les habitants.
Le projet a obtenu le label national
ÉcoQuartier en septembre 2013.
Conception
Alain Marguerit et Bernard Paris,
le cabinet Tribu.
152
La Norenchal
Fontaines-sur-Saône
OPAC du Rhône
2004 – 2013
153
Ouvrir le quartier vers le centre ville
Dans les années 1950, l’OPAC du Rhône
construit trois longues barres de 5 à
11 étages et 288 logements sociaux qui
coupent le quartier du reste de la ville.
Dans les années 2000, La Norenchal
montre ses limites malgré des réhabilitations successives.
Dans le cadre de la politique de l’ANRU,
un partenariat solide est alors mis en
place entre l’Opac du Rhône, le Grand
Lyon, la Ville, l’État, le Conseil Général et
la Région Rhône-Alpes et les communes
riveraines pour recréer le centre ville
de Fontaines-sur-Saône et reconstituer
ce patrimoine social à l’échelle du bassin
de vie : 167 logements sociaux seront
reconstruits sur le site, 30 sur la commune,
41 sur le bassin de vie (Val-de-Saône)
et 50 sur le reste de l’agglomération
lyonnaise.
Ce programme de démolition/reconstruction est un ambitieux chantier urbain,
social et humain (248 familles relogées
par l’OPAC avec d’autres bailleurs grâce
à une charte de relogement à l’échelle
de l’agglomération lyonnaise) qui reconnecte ce quartier au centre- bourg par
de nouveaux espaces « vraiment » publics.
281 logements créés, dont 59 % de
logements sociaux (167), 56 logements
en accession à la propriété , 58 logements
locatifs libres.
Conception
CIVITA – Sébastien Sperto
2004
2006
2007
2007
2011
2013
— Création de la ZAC (3,5 ha) et concession à l’OPAC du Rhône.
— Démolition de la 1re barre (126 logements).
— Démarrage des constructions sur la ZAC (14 familles alors relogées sur site).
— Démolition de la 2de barre (36 logements).
— Démolition de la dernière barre (126 logements).
— Livraison des derniers îlots et fin des travaux.
154
155
Front de mer
Saint-Nazaire
ADDRN
2006 – en cours
La rencontre de l’estuaire
et de la mer
Projet pionnier de la métamorphose de
Saint-Nazaire, le projet Ville-Port a révélé,
tour à tour, la destination portuaire,
enrichi et étiré le centre-ville vers le port,
l’estuaire et la mer en le redimensionnant
à l’échelle d’un bassin de vie de 200 000
habitants.
La requalification du front de mer, encore
inachevée vers l’estuaire, a valorisé les
perspectives vers la mer et remodelé
le paysage de la baie pour en dévoiler
son ambiance océane et maritime. Son
succès a révélé l’image littorale de SaintNazaire et réveillé le plaisir et la convi­
vialité partagée d’être au bord de l’eau.
Objectifs de la phase 3 :
— Prolonger « l’esprit du front de mer »
vers le centre-ville,
— Privilégier la fonction « promenade »
et inciter le développement des modes
doux,
— Repenser la place du Commando
avec la plage comme un lieu d’arti­
culation ville/mer/port en y projetant
de nouveaux usages,
— Achever la requalification de la baie
et préparer la poursuite de la promenade
jusqu’à la rive d’estuaire,
— Mettre en scène et enrichir la promenade de nouveaux usages conviviaux,
ludiques ou récréatifs…
Conception
Phase 1 : Atelier de l’île
Phases 2 et 3 : Phytolab / SCE / Forum 6
/ Créocéan
Phase 3
(en cours d'étude)
Phase 2
(2011)
Phase 1
(2006)
Requalification du front de mer
© Carene 2012
2006
— Livraison de la phase 1 (800 m linéaire).
2011
— Livraison de la phase 2 (1 300 m linéaire + voirie).
en cours — Étude de la phase 3 (800 m linéaire + rue Léon Blum et place
du Commando + actions test en rive d’estuaire).
156
Manufacture Plaine Achille
Saint-Étienne
EPASE
2007 – 2025
157
Le quartier créatif
métropolitain
À deux pas du cœur de ville et du
quartier d’affaires Châteaucreux,
modernité, inventivité et passé industriel
se conjuguent pour bâtir le quartier
créatif métropolitain. Sur plus de 100
hectares, le maillage entre matière grise,
recherche, innovation et métiers créatifs
favorisent les échanges entre entreprises,
universités, technologies, design, culture
et loisirs.
Le projet renforce l’attractivité et le
dynamisme du quartier en développant
le modèle de « ville parc ». La requalification du quartier passe par un travail
fertile d’assemblage entre activités
économiques, habitat et espaces publics.
Ce projet est fondé sur les principes de
mutualisation et de réemploi à tous les
niveaux, que ce soit dans le partage des
espaces, des fonctions et surtout des
ressources ; ce qu’Alexandre Chemetoff
appelle « l’économie inventive ».
Manufacture Plaine Achille a obtenu le
1er prix Écoquartier 2011, dans la catégorie « renouvellement urbain ».
Conception
Alexandre Chemetoff et Associés
Plan Guide d’Alexandre Chemetoff (juin 2009)
2007
2009
2009
2011
2013
— Lancement des études et des marchés de définition.
— Création-réalisation de la ZAC (107 ha de projet).
— Accord-cadre de maîtrise d’œuvre urbaine avec A. Chemetoff et Associés.
— Livraison du Parc François Mitterrand (13 ha), du skatepark, de la place Carnot, …
— Livraison du bâtiment de l’Imprimerie (le Mixeur, la pépinière d’entreprises,
France 3, France Bleu, le Club de la presse, Altavia, …)
2013
2014
2015
2016
2025
— Admission à la démarche nationale de labellisation ÉcoQuartier.
— Livraison d’un Groupe Scolaire de 13 classes, au cœur de La Manufacture.
— Livraison de la première tranche du programme de logements Urban Park.
— Livraison de La Comédie.
— 230 000 m2 SHON de surfaces construites ou réhabilitées,
25 ha d’espaces publics reconvertis.
Îlot Stephenson
Tourcoing
SEM Ville renouvelée
2007 – en cours
159
© Sébastien Jarry
158
Une dynamique citoyenne
Situé au sud de Tourcoing, au nord de
l’écoquartier de l’Union, le projet urbain
prévoyait initialement la démolition de 54
maisons sur l’îlot Stephenson. Les maisons ont été conservées et réhabilitées,
à la suite d’une démarche qui, dépassant
le seul geste architectural, a créé sur la
durée une dynamique citoyenne.
24 d’entre elles garderont leurs occupants ; 30 seront rachetées par l’EPF,
revendues à la Communauté urbaine
puis à la SEM Ville Renouvelée. Celles-ci
seront réhabilitées dans le cadre d’une
démarche participative originale, dont 12
seront acquises par le bailleur social Lille
Métropole Habitat et 16 seront proposées
à la vente à des particuliers.
La 29e est la maison-témoin.
La 30e deviendra l’Atelier Électrique, où
se réuniront l’ensemble des acteurs du
projet pour débattre, faire connaissance,
imaginer et améliorer ensemble l’architecture du quartier. Elle sera occupée,
pendant toute la durée de la conception
et des chantiers, par les équipes de Patrick Bouchain et de l’agence Construire,
architectes atypiques auxquels la SEM
Ville Renouvelée a confié le projet de
rénovation.
Conception
Patrick Bouchain et l'agence Construire
mai 2000
21 mai 2000
fin 2002
12 février 2004
— Les habitants apprennent qu’ils vont devoir partir car le côté ouest
de la rue de la Tossée et l’impasse Stephenson vont disparaître.
— 60 familles créent l’association « Rase pas mon quartier ».
— La moitié des habitants a quitté les lieux.
— Le maire de Tourcoing déclare qu’il n’y a pas d’utilité
à démolir les maisons.
décembre 2008
— La SEM Ville Renouvelée confie à l’agence d’architectes
Construire, menée par Patrick Bouchain, le programme
de rénovation des maisons vides.
10 avril 2009
— L’Atelier électrique est inauguré.
juin 2010
— Les travaux de rénovation démarrent avec la déconstruction
des maisons.
29 septembre 2010 — La maison-témoin est livrée et la première locataire s’y installe.
juin 2012
— Les six premières maisons rénovées sont livrées à LMH.
octobre 2012
— Six autres familles, locataires LMH, prennent possession
de leur maison.
2013
— Les travaux se poursuivent avec les maisons à vendre.
160
161
La Part-Dieu
Lyon
Mission Part-Dieu (Grand Lyon)
2010 – 2030
Une méthode de projet :
l’interdisciplinarité
Depuis 2010, la Mission Part-Dieu croise
les analyses et les outils, et s'attache
à promouvoir l’interdisciplinarité. Les
techniciens du Grand Lyon ont confronté
leurs regards à ceux des acteurs de la
ville : sociologues, philosophes, architectes, urbanistes, experts en mobilité et
promoteurs.
Les workshops thématiques (2009,
2010) ont été des instances de réflexion,
d’échanges ouverts et de production
d’idées et de points de vue permettant
de prendre du recul sur le projet, d’avoir
un regard critique, de confronter les
positions d’experts, de construire et de
partager des fondamentaux théoriques,
conceptuels et pratiques.
Ces réflexions ont abouti à la coproduction d’un projet urbain précurseur
et innovant, conduit par les urbanistes
de l’AUC. Le projet de la Part-Dieu,
quartier d'affaires de la future métropole
lyonnaise, associe le développement
immobilier tertiaire et résidentiel à la
qualité de vie et de services pour ceux qui
y vivent et y travaillent.
La Part-Dieu aujourd'hui :
— 45 000 emplois
— 2 200 établissements
— 3 500 logements et 5 000 habitants
— 7 500 places de parking public
— 500 000 déplacements par jour
— 125 000 usagers de la gare SNCF
2010
2011
2012
— Validation de la stratégie Prospective et du Plan concept.
— Validation du Plan de référence.
— Lancement de la concertation préalable et première réunion publique de
présentation du projet Lyon Part‑Dieu à la bourse du Travail. Organisation
de trois conférences débats : mobilités, quartier à vivre, espaces publics.
2013
— Lancement de la concertation préalable sur le projet de réaménagement
du Pôle d’Échanges Multimodal et création de la voie L.
Arrivée du tramway T4 à la Part-Dieu.
Fin 2013 — Validation de l’actualisation et du développement du projet à travers
la V2 du Plan de référence. Délibération de principe de la création
de la SPL Lyon Part-Dieu.
Et à l'horizon 2030 :
— 650 000 m2 de bureaux supplémentaires
— 150 000 m2 de logements en plus
— 200 000 m2 supplémentaires
d’équi­pements dédiés aux services, aux
commerces, aux loisirs et à l’hôtellerie,
— 35 000 emplois en plus,
— et deux fois plus de voyageurs dans
la gare SNCF
Conception
l’AUCas / Pro Développement / CITEC /
RFR éléments
162
163
Danube
Strasbourg
SERS
2010 – 2020
L’axe Heyritz-Kelh, les secteur
Vers un îlot à énergie positive
Cette opération s’inscrit dans l’urbanisation de l’axe Deux Rives, qui, à terme,
doit transformer des friches industrielles
portuaires en quartiers d’habitat,
d’activités et de loisirs. Danube, nominé
à l’appel à projet Écoquartiers 2009, est
aujourd’hui engagé dans la labellisation
nationale ÉcoQuartier.
1. c
EVOLUTION DU CONTEXTE DE PROJET
PLAN DE MASSE CONCOURS OCTOBRE 2010
L’axe Heyritz- Kehl, le plan guide (2011)
L’axe Heyritz-Kelh, plan guide (document de travail - fév
À terme sont prévus 650 logements dont
50 % de logements sociaux, 18 000 m2
de bureaux, un EHPAD et une école
maternelle dans ce nouveau quartier
proche du centre ville historique.
Trois axes de travail :
— L’environnement : prise en compte
du bruit, de la qualité de l’air et de la
pollution des sols, mais aussi des éco
matériaux (habitat en terre paille…) et
de l’énergie avec un travail sur un îlot à
énergie positive, une tour également à
énergie positive et un réseau de chaleur
alimenté à 70 % à partir de la bio masse.
— La mobilité au travers des aspects stationnement (0,5 place de stationnement
par logement et places mutualisées)
et déplacements par modes doux
(pass mobilité, vélo, auto partage…)
— Le vivre ensemble par un travail sur
l’appropriation par les futurs habitants
d’espaces communs (terrasse jardins,
pieds d’immeuble, jardins partagés),
acquisition d’une péniche à projets
pour permettre la tenue des réunions,
et 10 % des surfaces réservées à de l’auto
promotion (10 projets correspondant
à environ 60 logements).
Conception
Christian Devillers
Les secteurs de projet
L’axe Heyritz-Kelh, les secteurs de projet
2010 — Désignation de l’aménageur après consultation.
Réalisation des travaux en 3 phases d’environ 29 000m2 SP chacune.
2013 — Début des travaux de viabilisation.
2014 — Début des travaux des premières constructions.
2020 — Fin de la concession.
164
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
CONFÉRENCES
« 5 À 7 »
165
Saisir le sens de l’action d’aménagement au regard des
évolutions qui remodèlent en permanence la ville, tel est
le projet que poursuit le Club Ville Aménagement depuis
sa création en 1993 au travers de ses manifestations et
de ses publications. Le cycle de conférences prolonge cette
démarche en élargissant le champ de la réflexion à des
personnalités invitées qui expriment lors de ces « 5 à 7 »
ce qu’ils analysent comme les tendances les plus récentes
qui travaillent cette société urbaine.
Qu’est-il donc arrivé aux villes ?
Jean Attali, philosophe
Les mutations du monde de l’entreprise
Renaud Sainsaulieu, Professeur des Universités à l’Institut d’Études Politiques
de Paris
Les nouveaux espaces temps de la ville
François Ascher, Professeur à l’Institut Français d’Urbanisme Tolérance zéro, des incivilités aux violences urbaines
Sébastien Roche, auteur de l’ouvrage Tolérance zéro, Incivilités et insécurité
(Odile Jacob – avril 2002)
La condition urbaine
Olivier Mongin, philosophe, directeur de la revue Esprit, auteur de l’ouvrage
éponyme (Seuil – octobre 2005)
Projets urbanistiques internationaux
Joan Busquets, architecte-urbaniste, professeur à Harvard, auteur de l’ouvrage
Cities X lines
Quand la ville se ferme
Jérôme Monnet, professeur à l’Institut français d’urbanisme
Innovations urbaines sur les grands territoires en Allemagne
Thomas Sieverts, architecte-urbaniste, auteur de l’Entre-ville (la Zwichen Stadt)
Les Flandres en mouvement
Marcel Smets, architecte-urbaniste en chef du Gouvernement flamand
L’agriculture et la ville durable
Jean Viard, sociologue, auteur de La lettre aux paysans (et aux autres)
sur un monde durable (Éditions de l’Aube)
La crise et les territoires
Laurent Davezies, économiste, professeur à l’université Paris XII,
auteur de La république et ses territoires (Seuil, 2008)
166
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
Los Angeles
Jean-Louis Cohen, architecte et historien
167
Marier formes urbaines et mixité
Jacques Lucan, architecte, professeur à l’École d’architecture de la Ville et
des Territoires à Marne-la-Vallée et à l’École polytechnique fédérale de Lausanne.
Il a publié, Composition, non-composition. Architecture et théories, ���e et ��e siècles,
(PPUR, Lausanne, 2009) et vient de publier : Où va la ville aujourd’hui ? Formes
urbaines et mixités, (Éditions de La Villette, Paris).
Les Favelas de Sao Paulo, l’intelligence est collective
Eduardo Trani et Viviane Frost (Brésil), direction de la planification de Sao Paulo.
Revitaliser le Bronx (Green the Ghetto)
Majora Carter (New York), strategist en régénération urbaine. Elle a créé
Sustainable South Bronx plaidant pour une justice sociale environnementale
et le déploiement d’une économie verte, créatrice d’emplois.
La durabilité sera urbaine ou ne sera pas
Jacques Lévy, géographe, professeur à l’École Polytechnique de Lausanne,
auteur de L’invention du monde (Sciences Po, 2008).
La ville sans fin
Sophie Body-Gendrot, sociologue, professeur à la Sorbonne,
auteur de The Endless City (Phaedon, 2007).
Aménagement urbain, aménagement du territoire,
même combat !
Pierre Veltz, ingénieur et économiste, directeur général de l’établissement public
de Paris-Saclay, auteur de La grande transition (Seuil, 2008).
Les espaces de vie contre l’aménagement
Michel Lussault, géographe, professeur des universités à l’université de Lyon,
président de l’Établissement public de coopération scientifique Université de Lyon.
Auteur de 9 ouvrages dont le dernier De la lutte des classes à la lutte des places
(Grasset, mai 2009)
New York City, la règle et la qualité urbaine
Cécilia Kushner, urbaniste, adjointe d’Amanda Burden, directrice de l’agence
d’urbanisme de New York City. Elle a conduit le projet de la recomposition de Coney
Island ainsi que celui de Brooklyn.
168
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
LEXIQUE
DES SIGLES ET
ORGANISMES CITÉS
169
ADEF
Association des études
foncières
ADDRN
Agence pour le développement
durable de la région nazairienne
ADEME
Agence de l’environnement
et de la maîtrise de l’énergie
AEU
approche environnementale
de l’urbanisme
AFTRP
Agence foncière et technique
de la région parisienne
ALUR
le projet de loi pour l’accès
au logement et un urbanisme
rénové (Alur)
AMO
Assistance à maîtrise d’ouvrage
ANAH
Agence nationale de l’habitat
ANR
Agence nationale
de la recherche
ANRU
Agence nationale pour
la rénovation urbaine
ANVAR
Agence nationale de
valorisation de la recherche
APD
Avant-projet détaillé
APS
Avant-projet sommaire
BTP
Bâtiments et travaux publics
CDT
Contrat de développement
territorial
CERTU
Centre d’études sur les réseaux,
les transports, l’urbanisme
et les constructions publiques
CGEDD
Conseil général de
l’environnement et du
développement durable
CIDB
Centre d’information et de
documentation sur le bruit
CNOUS
Conseil national des œuvres
universitaires et scolaires
CNRS
Centre national de la recherche
scientifique
CQHE
Concept, qualité, habitat,
énergie
CQFD
Coûts, qualité, fiabilité, délais
CSTB
Centre scientifique et technique
du bâtiment
DALO
Loi du 5 mars 2007 sur le droit
au logement opposable
DATAR
Délégation interministérielle
à l’aménagement du territoire
et à l’attractivité régionale
DAU
Direction de l’architecture
et de l’urbanisme
EPAMARNE
Établissement public
d’aménagement de la ville
nouvelle de Marne la Vallée
EPAORSA
Établissement public
d’aménagement Orly Rungis
– Seine Amont
EPASE
Établissement public
d’aménagement de Saint
-Etienne
EPF
Établissement public foncier
EPFL
Établissement public foncier
local
EPFY
Établissement public foncier
des Yvelines
ESSP
Étude de sûreté et de sécurité
publique
EUROPAN Programme architecture
nouvelle en Europe
GIP-EPAU
Groupement d’intérêt
public L’Europe des projets
architecturaux et urbains
GPU
Grand projet urbain
GRIDAUH
Groupement de recherche sur
les institutions et le droit de
l’aménagement, de l’urbanisme
et de l’habitat
170
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
DCE
Dossier de consultation
des entreprises
DGALN
Direction générale de
l’aménagement, du logement,
de la nature
DGUHC
Direction générale de
l’urbanisme, de l’habitat
et de la construction
DHUP
Direction de l’habitat de
l’urbanisme et des paysages
DIACT
Délégation interministérielle
à l’aménagement et à la
compétitivité des territoires.
DPE
Diagnostic de performance
énergétique
DRE
Direction régionale
de l’équipement
DRI
Direction de la recherche
et de l’innovation
EPA
Établissement public
d’aménagement
EPADESA
Établissement Public
d’Aménagement de La Défense
Seine Arche
EPAMSA
Établissement public
d’aménagement du Mantois
Seine-Aval
171
HABISOL
Habitat Intelligent et Solaire
HQE
Haute qualité environnementale
L ATTS
Laboratoire techniques
territoires et sociétés
LOADDT
La loi du 25 juin 1999
d’orientation pour
l’aménagement et le
développement durable
du territoire, dite loi Voynet
ou LOADDT
LOV
Loi d’orientation pour la Ville
du 13 juillet 1991
MOA
Maîtrise d’ouvrage
MOE
Maître d’œuvre
MOP Loi du 12 juillet 1985 relative à
la maîtrise d’ouvrage publique
OIM opération d’intérêt
métropolitain
OIN
Opération d’intérêt national
OPAC
Office public d’aménagement
et de construction
OPAH
Opération programmée
d’amélioration de l’habitat
OPAHTB
Opération programmée
d’amélioration de l’habitat et
de la thermique du bâtiment
OPCU
Ordonnancement, pilotage
et coordination urbaine
PDU
Plan de déplacement urbain
PIG
Programme d’intérêt général
PIM
Projet d’intérêt métropolitain
POPSU
Plate-forme d’observation des
projets et stratégies urbaines
POS
Plan d’occupation des sols
PREBAT
Programme de recherche et
d’expérimentation sur l’énergie
dans le bâtiment
PREDAT
Pôles régionaux d’échanges
sur le développement et
l’aménagement des territoires
PST
Programmes sociaux
thématiques
PUCA
Plan urbanisme, construction,
architecture (Antérieurement
PCA, Plan construction
architecture)
PLH
Plan local de l’habitat
PLU
Plan local d’urbanisme
SERM
Société d’équipement
de la Région Montpelliéraine
SERS
Société d’aménagement
et d’équipement de la Région
de Strasbourg
SFA
Société française d’acoustique
SHON
Surface hors œuvre net
remplacée par surface
de plancher
SPL A
Société publique locale
d’aménagement
SRU
La loi du 13 décembre 2000
relative à la solidarité et
au renouvellement urbains
TIC
Technologies de l’information
et de la communication
UNHAJ
Union nationale pour l’habitat
des jeunes
USH
Union sociale pour l’habitat
VUD
Villas urbaines durables
ZAC
Zone d’aménagement
concertée
172
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
PLUi
Plan local d’urbanisme
intercommunal
PRU
Projet de Rénovation Urbaine
SAEM
Société anonyme d’économie
mixte
SAMOA
Société d’aménagement de
la métropole Ouest Atlantique
SCET
Société centrale pour
l’équipement du territoire
SCOT
Schéma de cohérence
territoriale
SDAU
Schéma directeur
d’aménagement et d’urbanisme
SEM
Société d’économie mixte
SEMAEST
Société d'Économie Mixte
d'Aménagement de l’Est
de Paris
SEMAPA
Société d’étude, de maîtrise
d’ouvrage et d’aménagement
de la ville de Paris
SETOMIP
Société d’équipement
de Toulouse Midi Pyrénées
SERL
Société d’équipement du Rhône
et de Lyon
173
BIBLIOGRAPHIE
RÉCAPITULATIVE
François Ascher, La société change, la politique aussi, Paris,
Odile Jacob, 2007
François Ascher, Organiser la ville hypermoderne, Marseille,
Éd. Parenthèses, 2009
Alain Bourdin et Ariella Masboungi, Un urbanisme des modes
de vie, Paris, Éd. du Moniteur, 2004
Alain Bourdin, Du bon usage de la ville, Paris,
Éditions Descartes & Cie, 2009
Laurent Davezies, La crise qui vient, Paris, Éd. Seuil, 2012
Bruno Depresle et Pierre Joutard, Renouveler la ville : les nouveaux
défis des professionnels de l’aménagement, Paris, Éd. du Moniteur,
2008
Jean Frébault (sous la dir.), La maîtrise d’ouvrage urbaine, Paris,
Éd. du Moniteur, 2006
Maria Gravari-Barbas (d’après les travaux du Club), Aménager la ville
par la culture et le tourisme, Paris, Éd. Le Moniteur, 2013
François Grether, La ville sur mesure, Marseille, Éd. Parenthèses, 2012
Jacques Lucan, Où va la ville aujourd’hui ? Formes urbaines
et mixités, Paris, Éditions de La Villette, 2012
David Mangin et Ariella Masboungi, Agir sur les grands territoires,
Paris, Éd. Le Moniteur, 2009
Ariella Masboungi (sous la dir.), Fabriquer la ville. Outils et méthodes :
les aménageurs proposent, Paris, La Documentation française, 2001
174
Club ville aménagement, 20 ans pour la ville de demain
François Ascher (entretien avec), Le Club des maîtres d’ouvrage
d’opérations complexes, in Urbanisme, no 294, mai-juin 1997
175
Avant-propos des Actes des entretiens de l’aménagement,
Lille, 23-24 janvier 1997
L’aménageur urbain face à la crise de la ville, Club des maîtres
d'ouvrage d'opérations complexes, La Tour-d’Aigues : Éd. l’Aube,
1996
Paris, Les Hauts de Malesherbes : La SEMAVIP révèle l’îlot ouvert,
in Traits urbains, Hiver 2008-2009
Aménagement et sécurité : l’ESSP, une démarche intégratrice,
Paris, Éd. Club Ville Aménagement, 2012
Édité à 2 000 exemplaires
par le Club Ville Aménagement
P.U.C.A. – Grande Arche Sud
92055 La Défense Cedex 04
www.club-ville-amenagement.org
Coordination éditoriale :
Marie-Claude Dalibard
Design graphique :
Sandra Chamaret / grand ensemble
Imprimé sur Shiro Alga Carta 250 g.
et Munken Lynx 120 g. par Escourbiac
en octobre 2013
Typographies :
Gering Sans { Perrine Saint-Martin, 2013
Bizmeud { Quentin Bodin/VTF, 2011
Rupture { Jérémy Landes-Nones/VTF
NuméroBis { Sandra Chamaret, 2013
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement