Architecte 3DHD Avancé Guide de référence

Architecte 3DHD Avancé Guide de référence
Architecte 3DHD
Avancé
Guide de référence
Copyright © Micro Application Copyright ©
Eleco Software.GmbH
Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle,
faite sans le consentement de MICRO APPLICATION est
illicite (article L122-4 du code de la propriété intellectuelle).Cette représ
entation ou reproduction illicite, par quelque
procédé que ce soit, constituerait une cont
refaçon sanctionnée par lesarticles L335-2 et suivants du code de la propriété
intellectuelle.Le code de la propriété intellectuelle n'auto
rise, aux termes de l'article L122-5, que les reproductions
strictement destinées à l'usage privé. Pour le logiciel, seuleest autorisée une copie de sauvegarde si cela est indispensable
pour préserver son utilisation.
Les informations contenues dans ce produit sont données titre
à indicatif et n'ont aucun caractère exhaustif. Elles ne
sauraient engager la responsabilité de l'éditeur. La sociét
é MICRO APPLICATION ne pourra être tenue pour responsable
de toute omission, erreur ou lacune quiaurait pu se glisser dans cet ouvrage ai
nsi que des conséquences, quelles qu'elles
soient, qui résulteraient de l'utilisation des informations et indications fournies.
Tous les produits ou noms de société peuvent être des
marques commerciales ou des marques déposées de leurs
propriétaires respectifs
MICRO APPLICATION Support technique 20,22 rue des Petits-Hôtels 75010 PARIS
Tél : 01 53 34 20 46 - Fax : 01 53 34 20 00
Également disponible sur www.microapp.com
Guide de référence
Licence d’utilisation
Article 1 : Acceptation des conditions
Par le seul fait d'installer le progiciel contenu sur le support, le client s'engage à respecter les conditions d'utilisation
figurant ci-après.
Article 2 : Licence d'utilisation
En acquérant le support inclus, le client bénéficie d'une licence d'utilisation du progiciel contenu sur ce support. Cette
licence donne uniquement le droit d’effectuer une seule installation du progiciel, et de le faire fonctionner conformément à
sa destination, sur le matériel prévu. Ce progiciel livré dans sa version code-objet est directement lisible par l'ordinateur.
Cette licence est valable pour la durée légale de la protection du progiciel.
Article 3 : Limites du droit d'utilisation
Le client ne détient sur le progiciel que le droit d'utilisation de la version objet. Il s’engage donc à ne pas le reproduire, en
totalité ou en partie. Le logiciel étant fourni sur un support numérique garantissant sa préservation, le support original tient
lieu de copie de sauvegarde au sens de l’article L 122-6-1 du code de la propriété intellectuelle. Le client s'engage
également à ne pas chercher à le modifier, le compléter, l'adapter à un autre système d'exploitation, à le décompiler
(ingénierie inverse) ou à le traduire. Le progiciel est conçu pour l’usage strictement privé du client, qui s’interdit donc
formellement de consentir des sous-licences, de le louer, de le prêter, de le commercialiser en tout ou partie ... De manière
générale, il est strictement interdit d’en faire l’objet ou l’instrument d’une utilisation qui bénéficie à un tiers, que ce soit à
titre gratuit ou onéreux. Ces restrictions concernent le progiciel pris dans son ensemble mais également dans toutes ses
composantes : ainsi, les photographies, images, cliparts, sons, textes et tous autres éléments contenus dans le progiciel,
restent la propriété de leurs créateurs.
Tout usage du progiciel, toute opération technique sur le progiciel, non prévus par la présente licence est une contrefaçon,
délit pénal sanctionné de peines d'amende et d'emprisonnement.
Article 4 : Logiciels en shareware ou logiciels contributifs
Les logiciels commercialisés sous l’appellation de « shareware » sont exclusivement prévus pour vous permettre de les
évaluer ou de les tester. Ils sont d’ailleurs le plus souvent constitués de versions incomplètes. MICRO APPLICATION
n’est pas l’auteur de ces logiciels et vous cède exclusivement le support comportant les versions d’évaluation. Si vous
décidez effectivement de les utiliser, vous devez vous enregistrer directement auprès de l’auteur mentionné pour chaque
shareware, dans les délais et les conditions (notamment financières) qu’il exige. A défaut de remplir ces conditions, vous
serez considéré comme contrefacteur.
Article 5 : Garantie
Dans le cas où le client constaterait une défectuosité du support, il dispose d'un mois à compter de son achat pour en faire
retour à Micro Application. Pour bénéficier de cette garantie, le client doit obligatoirement adresser à ses frais, à Micro
Application, le support accompagné du bon de garantie que vous trouverez à la fin du manuel (papier ou électronique) ou
de la carte d'enregistrement (si celle-ci n'a pas déjà été envoyée). Micro Application retourne alors à ses frais, au client, à
l'adresse indiquée sur le bon de garantie ou la carte d'enregistrement, un nouveau support. Quand un protocole informatique
de sécurité est implanté dans le logiciel, ce protocole présente certaines limitations. Aussi, il est de la responsabilité du
client de déterminer si le logiciel correspond a ses besoins réels. Le progiciel étant livré en l'état, il n'est fourni par Micro
Application aucune autre garantie et, notamment pour les relations du client avec son hébergeur internet.
AVERTISSEMENT. Les informations contenues dans ce produit sont données à titre indicatif et n'ont aucun caractère
exhaustif voire certain. A titre d'exemple non limitatif, ce produit peut vous proposer une ou plusieurs adresses de sites
Web qui ne seront plus d'actualité ou dont le contenu aura changé au²² moment où vous en prendrez connaissance. Aussi,
ces informations ne sauraient engager la responsabilité de l'Editeur. La société MICRO APPLICATION ne pourra être
tenue responsable de toute omission, erreur ou lacune qui aurait pu se glisser dans ce produit ainsi que des conséquences,
quelles qu'elles soient, qui résulteraient des informations et indications fournies ainsi que de leur utilisation.
II
Table des matières
TABLE DES MATIERES
1. INTRODUCTION
1
1.1 Présentation du programme
1.2 Installation
1
1
2. AVANT DE DÉMARRER
2
2.1 Utilisation des Boutons de Variantes
2.2 Sélection des objets
2
2
3. PRINCIPES FONDAMENTAUX
3
3.1 l'interface
3.2 Les boutons des barres d’outils
3.3 Le mode construction et le mode Design
3.4 A propos des étages
3.5 Les touches spéciales
3.5.1 La touche Ctrl
3.5.2 La touche Maj
3.5.3 Copier, couper et coller
3.6 Le cadrage de la feuille
3.7 Le zoom
3.8 Les effets sonores
3.9 L'aperçu 3D
3.9.1 Rotation
3.9.2 Zoom
3.9.3 Déplacement
3.9.4 Animation
3.10 Les paramètres de texture et de couleur des éléments de construction
3.10.1 Mélanger texture et couleur
3.11 Choisir une texture parmi les vignettes d'aperçu
3.12 Les paramètres de matériaux des éléments de construction
3.13 Les schémas dans les boîtes de dialogue
4. PHASES DE TRAVAIL
3
4
5
5
5
5
5
6
6
6
7
7
8
8
8
9
9
10
10
11
11
12
4.1 Introduction
4.2 Annuler/Rétablir
4.3 L'Assistant de projet
12
12
13
III
Guide de référence
4.4 L'Assistant de plan
4.5 Le mode Construction
4.5.1 .Les lignes d'aide et la règle
4.5.2 Que pouvez-vous faire en mode Construction ?
4.6 Le mode Design
4.6.1 Travailler en mode Design
4.6.2 Charger des objets
4.6.3 Positionner des objets
4.6.4 Définir la hauteur
4.6.5 Comportement des objets
4.6.6 Déplacer des objets mis en place
4.6.7 Sélectionner des objets
4.6.8 Les types d'affichage en mode Design
4.6.9 .Visiter un projet et l'observer sous divers angles
4.6.10 Prendre l'ascenceur
4.7 Les paramètres du programme
4.7.1 Nombre de couleurs d'un pixel 3D
4.7.2 Textures
4.7.3 Chemin d'accès aux objets
4.7.4 Chemin d'accès aux textures
4.7.5 Chemin d'accès aux matériaux
4.8 Les paramètres généraux
4.8.1 Nombre de polygones affichés en visite 3D
4.8.2 Représentation lors des déplacements
4.8.3 Observation et déplacements en 3D
4.9 Les barres d'outils
4.9.1 Les fonctions de la barre d'outils horizontale I
4.9.2 Les fonctions de la barre d'outils horizontale II
4.9.3 Les fonctions de la barre d'outils horizontale III
4.9.4 Les fonctions de la barre d'outils horizontale IV
4.9.5 Les fonctions de la barre d'outils horizontale V
4.9.6 Les fonctions de la barre d'outils horizontale VI
4.10 Créer un nouveau projet
4.10.1 Options de projet
4.10.2 Propriétés du projet
4.11 Ouvrir un projet
4.11.1 Fenêtres d'aperçu à l'ouverture de projets
4.11.2 Interruption de l'ouverture de projets
4.11.3 Boîte de dialogue Recherche d'un objet
4.12 Enregistrer un projet
4.12.1 Paramètres d'enregistrement
4.13 Fermer un projet
4.14 Imprimer un projet
4.14.1 Paramètres d'impression
IV
13
13
14
14
15
15
15
16
16
16
17
17
18
20
21
21
22
22
23
23
24
24
24
24
25
26
26
27
27
27
28
28
28
29
30
30
30
31
31
32
32
34
34
35
Table des matières
4.15 Enregistrer une image
4.15.1 Paramètres d'enregistrement d'une image
4.16 Créer une nouvelle fenêtre
4.16.1 Nouvelle fenêtre
4.17 Zoomer
4.17.1 Paramètres de zoom
5. LES ÉTAGES
36
37
40
40
41
42
44
5.1 Que contient un étage ?
5.2 Définir le premier étage d'un projet
5.3 Relations entre les étages
5.4 Étages visibles
5.5 Nouvel étage au-dessus/au-dessous (de l'actuel)
5.5.1 Onglet Généralités
5.5.2 Onglet Reprise
5.6 Modifier l'étage actuel
5.7 Supprimer l'étage actuel
6. LES BÂTIMENTS
44
44
45
46
47
48
50
50
51
52
6.1 Présentation
6.2 Construire des bâtiments
6.2.1 Que contient un bâtiment ?
6.2.2 Définir le premier bâtiment d'un projet
6.2.3 Relations entre deux bâtiments
6.2.4 Bâtiment actuel
6.2.5 Bâtiments visibles
6.3 Traitement des bâtiments
6.3.1 Nouveau bâtiment
6.3.2 Modifier le bâtiment actuel
6.3.3 Supprimer le bâtiment actuel“
6.3.4 La commande Bâtiment –Symétrie du bâtiment
6.3.5 Pivoter le bâtiment actuel
6.3.6 Charger un bâtiment
6.3.7 Enregistrer les bâtiments visibles
7. LE MODE AMÉNAGEMENT
52
53
53
53
53
54
54
55
55
55
55
55
56
58
59
60
7.1 Principes fondamentaux
7.2 Les outils du mode Aménagement
7.3 Les boutons du mode Aménagement
7.4 La modification ultérieure des pièces
60
60
61
62
V
Guide de référence
7.4.1 Sélectionner des murs et des angles de pièces
7.4.2 Boîtes de dialogue des pièces prédéfinies
7.5 La boîte de dialogue Aménagement
8. LE MODE CONSTRUCTION
62
63
63
65
8.1 Les fenêtres d'aperçu 3D
8.1.1 Conseils pour l’utilisation de la fenêtre d'aperçu 3D
8.2 La représentation architecturale
8.2.1 Affichage – Représentation architecturale
8.2.2 Représentation architecturale des murs
8.2.3 Représentation architecturale des fenêtres et des portes
8.2.4 Représentation architecturale des escaliers
8.2.5 Représentation architecturale des toitures
8.3 Le magnétisme
8.3.1 Paramètres de magnétisme et sélection
8.4 objets en mode Construction
8.5 Mettre en place des objets
8.6 Positionner la cotation lors de la saisie
8.7 Les modes de sélection
8.7.1 Sélection de mobilier
8.7.2 Sélection multiple en mode Construction
8.7.3 Sélection d’éléments à l’intérieur d’un polygone quelconque
8.8 Modifier / Transférer les propriétés d'éléments sélectionnés
8.8.1 Source
8.8.2 Destination
8.9 Déplacer des sections du plan
8.10 Les copies multiples d'éléments et d'objets
8.10.1 Boîte de dialogue Copies multiples 1
8.10.2 Boîte de dialogue Copies multiples 2
8.10.3 Boîte de dialogue Copies multiples 3
8.10.4 Boîte de dialogue Copies multiples en mode Design
8.11 Placer l'origine de la grille et des coordonnées
8.11.1 Boîte de dialogue Grille
8.12 La règle
8.12.1 Structure de la règle
8.12.2 Tabulations
8.12.3 Paramètres de règle
8.12.4 Barre d'outils spécifique à la règle
8.12.5 Touches de raccourci spécifiques à la règle
8.13 Les lignes d'aide
8.13.1 .Définir le type de lignes d'aide
8.13.2 Placer les lignes d'aide
VI
65
66
66
66
68
68
69
70
72
73
74
75
76
76
76
77
77
77
78
78
79
80
82
82
83
83
83
84
85
85
86
86
87
88
88
89
89
Table des matières
8.13.3 Supprimer une ligne d'aide
8.13.4 Boîte de dialogue Lignes d'aide
8.14 La flèche d'orientation
8.14.1 Boîte de dialogue Flèche d'orientation
8.15 Les éléments de construction
8.16 Les murs
8.16.1 Définir le type de mur
8.16.2 Murs virtuels
8.16.3 Tracer des murs
8.16.4 Outils d'édition des murs
8.16.5 Hachures
8.16.6 Déplacer un mur
8.16.7 Supprimer un mur
8.16.8 Boîte de dialogue Mur
8.17 .Les murs circulaires
8.17.1 Le tracé de murs circulaires
8.17.2 Les fonctions de tracé des murs circulaires
8.18 Les poutres et les murets
8.18.1 Tracer une poutre ou un muret
8.18.2 Paramètres de poutre / muret
8.19 Les portes
8.19.1 Définir le type de porte
8.19.2 Insérer une porte
8.19.3 Paramètres de la porte
8.19.4 Dimensions
8.19.5 Déplacer une porte
8.19.6 Chevauchement avec d'autres portes ou fenêtres
8.19.7 Supprimer une porte
8.20 Les fenêtres
8.20.1 Définir le type de fenêtre
8.20.2 Insérer une fenêtre
8.20.3 Hauteur d'allège
8.20.4 Paramètres de la fenêtre
8.20.5 Déplacer une fenêtre
8.20.6 Supprimer une fenêtre
8.21 Les escaliers
8.21.1 Définir le type d'escalier
8.21.2 Légende des escaliers
8.21.3 Paramètres d'étiquette de la légende d'escalier
8.21.4 Supprimer un escalier
8.21.5 Trémies générées automatiquement
8.21.6 Paramètres d'escalier
8.22 Les sols et les plafonds
8.22.1 Paramètres de sol et plafond
VII
91
92
92
93
93
93
94
94
97
98
101
101
102
102
104
104
104
107
108
108
109
109
110
110
111
112
112
113
113
113
114
115
115
122
122
123
123
127
128
128
129
129
133
133
Guide de référence
8.22.2 Définition des matériaux pour les sols, les plafonds et les dalles de balcon
8.23 Les trémies et les évidements de murs
8.23.1 Trémies
8.23.2 Évidements de murs
8.24 Les dalles de balcon/plafond
8.24.1 Paramètres des dalles de balcons
8.25 L'Éditeur de polygones
8.25.1 Définir un polygone standard
8.25.2 Définir un polygone rectangulaire
8.25.3 Définir un polygone
8.25.4 La boîte de dialogue Polygones
8.26 Les balcons
8.26.1 Définir un balcon rectangulaire
8.26.2 Définir un balcon polygonal
8.26.3 Paramètres des balcons
8.27 Les conduits de fumée et les poteaux
8.27.1 Définir le type
8.27.2 Insérer un conduit de fumée ou un poteau
8.27.3 Déplacer un conduit de fumée ou un poteau
8.27.4 Supprimer un conduit de fumée ou un poteau
8.27.5 Paramètres des conduits de fumées et de ventilation
8.27.6 Paramètres des poteaux
8.28 Les toitures
8.28.1 Activer la fonction Toiture
8.28.2 Afficher ou masquer la charpente
8.28.3 Sélectionner un type de toiture
8.28.4 Recouvrir automatiquement tous les bâtiments d’une toiture
8.28.5 Les paramètres des toitures à périmètre orthogonal
8.28.6 Choisir une fonction de tracé
8.28.7 Supprimer la toiture
8.28.8 Paramètres de toiture (forme libre)
8.28.9 Éditeur de toiture
8.28.10 Toitures cintrées
8.29 Les lucarnes
8.29.1 Définir le type de lucarne
8.29.2 Insérer une lucarne
8.29.3 Modifier une lucarne
8.29.4 Supprimer une lucarne
8.29.5 Paramètres de la lucarne
8.29.6 Lucarne rampante
8.29.7 Lucarne à deux pans (jacobine)
8.29.8 Lucarne triangulaire
8.29.9 Lucarnes complexes
8.30 Les Fenêtres de toit et panneaux solaires
8.30.1 Propriétés des fenêtres de toit
VIII
133
133
134
134
136
136
136
136
137
137
137
140
140
140
140
142
142
142
142
142
143
144
144
144
145
145
145
146
147
148
148
158
162
168
170
170
171
172
172
175
175
176
177
180
181
Table des matières
8.31 Les éléments photovoltaïques et thermocollecteurs
8.32 Les terrains
8.32.1 Définir un terrain
8.32.2 Fonctions de tracé
8.32.3 Activer/désactiver l'affichage du paysage
8.32.4 Modifier une forme de terrain
8.32.5 Supprimer une forme de terrain
8.32.6 Boîte de dialogue - Paysage
8.32.7 Boîte de dialogue - Terrain
8.32.8 Boîte de dialogue - Point d'altimétrie
8.33 Les modèles topographiques
8.33.1 Boîte de dialogue Modèles topographiques
8.33.2 Altimétrie
8.33.3 Orientation du modèle
8.33.4 Insertion de points d’altimétrie individuels
8.33.5 Suppression des points d’altimétrie
8.33.6 Ajouter aux terrains existants
8.33.7 Points d’altimétrie individuels
8.33.8 Aperçu d’un modèle topographique
8.34 Les légendes
8.34.1 .Activer/désactiver les légendes
8.34.2 .Insérer un texte
8.34.3 Déplacer une légende
8.34.4 Supprimer une légende
8.35 Les cotations
8.35.1 .Activer/désactiver les cotations
8.35.2 .Choisir un type de cotation
8.35.3 Éditer une cote
8.35.4 Déplacer la ligne de cotation
8.35.5 Cotation de fenêtres et de portes
8.35.6 Supprimer une cotation
8.35.7 Boîte de dialogue Cotation
8.35.8 Paramètres de cotation
8.35.9 Cotations extérieures automatiques
8.36 Les coupes
8.36.1 Choisir un type de coupe
8.36.2 Activer/désactiver les coupes
8.36.3 Modifier une coupe
8.36.4 Supprimer une coupe
8.36.5 Boîte de dialogue Coupe
8.36.6 Affichage de la coupe en mode Construction
8.36.7 Saisies dans la fenêtre de coupe
8.36.8 Déplacer une coupe dans la fenêtre de coupe
8.36.9 Affichage des coupes en mode Design
8.37 L'outil de mesure
IX
182
182
183
185
186
186
187
187
188
191
191
192
193
193
194
194
194
194
194
194
195
195
195
195
195
196
196
196
197
197
198
198
199
200
202
202
203
203
203
203
207
208
208
208
209
Guide de référence
9. LE MODE DESIGN
210
9.1 Présentation
9.2 Les vues
9.2.1 Vue en plan
9.2.2 Vue en plan coloré
9.2.3 Vue en perspective
9.2.4 Vues avancées
9.3 Arrière-plan
9.3.1 Définir la position de l'horizon
9.3.2 Angle de vue de l’image d’arrière-plan
9.3.3 Image d'arrière-plan animée
9.4 Premier plan
9.4.1 Paramètres d'image de premier plan
9.5 Type de représentation
9.5.1 Représentation filaire
9.5.2 Représentation colorée sans textures
9.5.3 Représentation colorée avec textures (qualité moyenne/supérieure)
9.5.4 Représentation filaire faces cachées (fond blanc)
9.5.5 Représentation filaire faces cachées (fond transparent)
9.6 Le raytracing
9.6.1 Sous et surexposition
9.6.2 Avantages du raytracing
9.6.3 Paramètres de raytracing
9.6.4 Raytracing avec éclairage activé et désactivé
9.6.5 Imprimer et enregistrer des images raytracing
9.7 La luminosité et l'ombrage
9.7.1 Le principe
9.7.2 Activer le calcul d’éclairage et d’ombrage en temps réel
9.7.3 La boîte de dialogue des options pour la calcul de luminosité et d’ombrage
9.8 Visite 3D
9.8.1 Boîte de dialogue Accélération matériel
9.8.2 Onglet Parcourir
9.8.3 Contrôle de collision
9.8.4 Vue de jour / Vue de nuit / Vue à heure variable
9.8.5 Changer d’étage
9.8.6 Paramètres de la vue en perspective
9.9 Objets et groupes d'objets
9.9.1 Placer des objets et des groupes d’objets
9.9.2 Sélectionner et désélectionner des objets
9.9.3 Déplacer un objet ou un groupe d’objets
9.9.4 Enregistrer et charger des objets
9.9.5 Le magnétisme en mode Design
9.9.6 Paramètres d'objet
9.9.7 Objets animés
X
210
210
210
210
211
211
213
215
215
215
216
217
218
218
218
218
218
219
219
219
219
220
221
221
221
222
222
223
226
227
227
228
228
232
233
235
235
237
237
239
239
241
250
Table des matières
9.9.8 Groupes d'objets personnels
9.9.9 Contrôle des collisions
9.9.10 Le cadre de sélection
9.10 Les éléments de construction en mode Design
9.10.1 Définition des fenêtres (de toit)et des portes en mode Design
9.10.2 Insérer des portes en mode Design
9.10.3 Déplacer des portes en mode Design
9.10.4 Supprimer une porte en mode Design
9.10.5 Insérer, déplacer et supprimer des fenêtres (de toit) en mode Design
9.10.6 Boîte de dialogue Éléments de construction en mode Design
9.11 La barre d'outils verticale du mode Design
9.11.1 Sélectionner tous les objets
9.11.2 Associer des objets
9.11.3 .Dissocier des objets
9.11.4 Copier
9.11.5 Supprimer un objet
9.11.6 Faire pivoter les objets
9.11.7 Symétrie d'objets et de groupes d'objets
9.11.8 Aligner des objets
9.11.9 Activer / désactiver les lampes
9.11.10 Prélever et appliquer une texture ou un matériau
9.11.11 Optimiser la palette de couleurs
9.11.12 L'Éditeur de dalles
9.11.13 La boîte de dialogue Dalles
10. LE CATALOGUE
250
252
253
254
255
255
256
256
256
257
257
257
258
258
258
259
259
261
262
262
263
263
264
264
267
10.1 Présentation
10.2 le catalogue des bases de données
10.2.1 L’utilisation des filtres de recherche dans le catalogue
10.3 L'interface du Catalogue d'objets et textures
10.3.1 Barre de titre
10.3.2 Barre de menus
10.3.3 Barre d’outils
10.3.4 Arborescence
10.3.5 Contenu
10.4 .Les objets du catalogue
10.4.1 Charger un objet
10.4.2 Sélectionner un objet
10.4.3 Boîte de dialogue Objet
10.5 Les textures du Catalogue
10.5.1 Charger une texture
10.5.2 Sélectionner une texture
10.5.3 Placer et échanger une texture
10.5.4 Supprimer une texture
XI
267
267
268
269
269
269
269
269
270
270
270
270
271
272
272
273
273
273
Guide de référence
10.5.5 Visualiser les textures
10.5.6 Textures personnalisées
10.6 Les matériaux du Catalogue
10.6.1 Charger des matériaux
10.6.2 Sélectionner et placer les matériaux
10.6.3 Modifier les matériaux / Définir de nouveaux matériaux
10.6.4 Astuces relatives à l’utilisation de matériaux
11. LE STORYBOARD
273
274
274
274
275
275
280
281
11.1 Introduction
11.2 Présentation Générale
11.3 Structure élémentaire du Storyboard
11.3.1 La barre d'outils du Storyboard
11.3.2 L'arborescence des objets
11.3.3 La fenêtre des pistes d'animation
11.4 Les menus contextuels du Storyboard
11.4.1 Le menu contextuel de la barre d'outils
11.4.2 Le menu contextuel de la fenêtre de pistes
11.4.3 Le menu contextuel d'insertion d'éléments Monde
11.4.4 Le menu contextuel des éléments Monde
11.4.5 Menu contextuel d'animation d'objets 3D
11.4.6 Le menu contextuel d'animation d'éléments animés
11.5 Les principales boîtes de dialogue du Storyboard
11.5.1 La boîte de dialogue Paramètres d'animation
11.5.2 La boîte de dialogue Paramètres de mouvement propre
11.5.3 La boîte de dialogue Paramètres d'événement
11.6 Les Caméras
11.6.1 Introduction
11.6.2 Les outils des caméras
11.6.3 Les caméras en mode Construction
11.6.4 Les caméras en mode Design
11.7 L'Enregistrement d'une animation en fichier video
11.8 Exercices pratiques
11.8.1 Exercice 1 : Créer une animation simple
11.8.2 Exercice 2 : Contrôler l'animation prédéfinie d'un élément animé
11.8.3 Exercice 3 : Créer un événement à partir de deux animations
11.8.4 Exercice 4 : Créer un Travelling
12. LE GESTIONNAIRE DE PROJETS
281
281
282
282
282
284
286
286
287
288
289
290
292
293
293
294
297
300
300
300
301
304
305
307
307
308
310
313
316
12.1 Présentation
12.2 Boîte de dialogue du Gestionnaire de projets
12.3 Mode d'emploi du Gestionnaire de projets
XII
316
316
317
Table des matières
12.4 Ouvrir un projet
317
13. L'ÉDITEUR DE DESSIN 2D
318
13.1 Présentation
13.2 Remarques
13.3 Ligne
13.4 Polygone
13.5 Rectangle
13.6 Cercle
13.7 Ellipse
13.8 Texte
13.9 Fichiers bitmap
13.10 Calques
13.10.1 Importation de calques de travail
13.11 Les groupes dans l'Éditeur 2D
13.12 Ordre de tracé des éléments 2D
13.13 Options de magnétisme des éléments 2D
13.14 Activer ou désactiver l'affichage d'éléments 2D
13.15 Propriétés générales des éléments 2D
13.15.1 Type de bordure
13.15.2 Épaisseur de ligne
13.15.3 Motif
13.15.4 Arrière-plan
13.16 Boîte de dialogue Position
13.17 Paramètres des droites parallèles et des polygones
13.18 Boîte de dialogue d'édition de texte
13.19 Paramètres de textes
13.20 Paramètres de bitmap
13.20.1 Adaptation
13.20.2 Options
13.21 Charger et enregistrer un projet contenant des éléments 2D
14. LE MODELEUR
318
319
319
319
320
320
321
321
321
321
322
322
323
323
324
324
324
324
324
324
325
325
326
326
326
327
327
327
329
14.1 L'interface du modeleur d'Arcon
14.2 Créer des objets
14.3 Propriétés des textures et des matériaux
14.4 Les aperçus du Modeleur
15. LES CARTOUCHES
329
330
330
331
333
XIII
Guide de référence
15.1 Édition de cartouche avancée
15.2 Afficher ou masquer un cartouche
15.3 Boîte de dialogue Paramètres de cartouche
15.3.1 Modèle
15.3.2 Cartouches supplémentaires
15.3.3 Rubrique Représentation
15.3.4 Cartouche invisible
15.3.5 Rubrique Date
16. L'ESTIMATEUR DE COÛT
333
333
333
333
334
334
334
334
335
16.1 Démarrer L'Estimateur de Coût
16.2 Le tableau de l'Estimateur de Coût
16.3 Compléter le tableau de l'Estimateur de Coût
16.3.1 Calcul du SHON
16.3.2 Calcul du revêtement au sol
16.3.3 Informations sur les portes et les fenêtres
16.3.4 Calcul des murs
16.3.5 Informations sur le volume
16.4 Enregistrer et charger les coûts unitaires
16.5 Exporter vers Microsoft Excel
16.6 Calcul du Shon et du Shob
16.6.1 La surface d’emprise au sol
16.6.2 La surface développée au plancher hors œuvre brute SHOB
16.6.3 La surface hors œuvre nette SHON
17. LE PANORAMA 360°
335
336
336
336
337
338
338
339
339
339
339
339
340
340
343
17.1 Exemple de Panorama 360°
343
18. RACCOURCIS CLAVIER
347
18.1 Annuler/Rétablir
18.2 Touches de fonction
18.3 Touches de fonction supplémentaires
18.4 Zoom et déplacement
18.5 Touches fléchées
18.6 Combinaisons spéciales en mode Construction
18.7 Fonctions spéciales des touches Ctrl et Maj
18.8 Visibilité
XIV
347
347
347
347
348
348
348
349
Introduction
1. INTRODUCTION
1.1 PRÉSENTATION DU PROGRAMME
Ce programme est un logiciel d’architecture qui vous offre de nombreuses fonctions pour
concevoir rapidement la maison de vos rêves, avec un résultat photoréaliste, sans connaissances
requises en CAO. Vous positionnez en un clin d’œil fondations, murs, portes, fenêtres, escaliers,
toitures... En un clic, vous visualisez votre projet en 3D. Vous pouvez observer l’ensemble de la
construction ou zoomer sur un détail. Vous pouvez même tester la luminosité des pièces dans les
conditions d’éclairage réelles.
Remarque : Ce Guide de référence est issu d'une documentation commune aux logiciels de la
gamme Architecte Studio. Certaines fonctionnalités peuvent être décrites dans ce cadre sans
pour autant être disponibles dans le programme. Reportez-vous systématiquement au
programme pour déterminer la disponibilité de ces fonctionnalités.
Remarque : Ce Guide de référence est une version condensée du Guide de Référence Général
disponible sur le CD-ROM du Programme.
1.2 INSTALLATION
Le navigateur Micro Application permet d’installer le programme ou de consulter des
documentations.
Pour installer le programme, procédez comme suit :
1 Sortez le cédérom d'installation de sa boîte et insérez-le dans le lecteur CD de votre
ordinateur. Après quelques instants, le Navigateur Micro Application apparaît
automatiquement à l'écran. Si le Navigateur Micro Application n'apparaît pas :
-
Ouvrez le Poste de Travail en double-cliquant sur son icône placée sur le bureau de
Windows.
-
Repérez le lecteur de cédérom dans lequel est inséré le disque du produit.
-
Double-cliquez dessus pour visualiser son contenu.
-
Enfin, double-cliquez sur l'icône du fichier NAVIGMA ou NAVIGMA.exe.
2 Cliquez sur le bouton Support technique en ligne pour vous enregistrer sur le site
Internet de Micro Application. Cela vous permet de bénéficier de l'accès au Support
technique.
3 Cliquez sur le bouton Installer le logiciel pour démarrer l'installation du programme.
Pour démarrer le logiciel, utilisez le raccourci qui a été ajouté sur le Bureau de Windows.
1
Guide de référence
2. AVANT DE DÉMARRER
2.1 UTILISATION DES BOUTONS DE VARIANTES
Au cours de votre travail, vous devrez, de temps à autre, recourir aux boutons de variantes. Ils se
caractérisent par un petit triangle noir représenté dans l’angle inférieur droit de chacun d’eux. Une
fois activés, ces boutons vous proposent différents choix possibles, déclinés sous la forme d’une
palette de nouveaux boutons.
Les boutons de variantes s’activent très simplement : soit lorsque le curseur de la souris s’attarde
un peu sur l’un d’eux, soit en cliquant dessus avec le bouton gauche de la souris. La palette des
variantes proposées s’affiche alors : il ne vous reste plus qu’à en sélectionner une. Pour visualiser
le détail de cette variante, une fois celle-ci sélectionnée, cliquez à présent sur le bouton droit de la
souris. Un éditeur spécifique affiche instantanément les caractéristiques de la variante choisie.
2.2 SÉLECTION DES OBJETS
La sélection des objets se fait au moyen de l’icône Sélectionner
située en haut de la barre
d’icônes verticale, à gauche de l’écran. Lorsque celle-ci est activée en mode Construction vous
pouvez sélectionner les éléments disposés sur votre plan pour les déplacer, les supprimer ou
modifier leurs caractéristiques. Tout élément sélectionné est marqué d’une surbrillance rouge. Si
plusieurs éléments se superposent à l’endroit où vous cliquez, la sélection se porte d’abord sur
l’élément le plus petit. En cliquant à nouveau, l’élément qui suit par ordre de taille est alors
sélectionné, et ainsi de suite jusqu’au plus gros. En cliquant par exemple sur une pièce couverte
d’un toit, le sol et le plafond de celle-ci sont d’abord sélectionnés. En cliquant de nouveau la
toiture sera sélectionnée à son tour.
Les éléments sélectionnables sur un plan sont : les murs, les portes et les fenêtres, les cotes, les
vignettes de textes, les sols et les planchers (intérieurs de pièces), les plaques de plafond, les
évidements de murs et de sols, les escaliers, les toitures, les terrains, etc.
est
Remarque : lorsque vous commutez sur le mode Design, l’icône de sélection des éléments
automatiquement activée.
2
Principes fondamentaux
3. PRINCIPES FONDAMENTAUX
Vous retrouverez dans ce programme de nombreuses fonctions que vous connaissez dans vos
applications Windows. Dans les détails, ces fonctions sont bien entendu adaptées à l’architecture.
Si vous avez déjà utilisé d'autres applications Windows, vous connaissez les principes
fondamentaux de l'interface Windows : vous savez activer une commande à l'intérieur d'un menu,
agrandir et réduire les fenêtres ou démarrer un programme. Si ces procédures vous sont encore
méconnues, consultez préalablement des ouvrages consacrés à Windows.
3.1
L'INTERFACE
Comme tous les programmes Windows, ce logiciel possède une barre de menus et une ou deux
barres d’outils horizontales. Une ou deux barres d’outils verticales sont également placées sur la
gauche de l’interface du programme. Le menu dans la barre de menus prend trois aspects
différents. Dans le premier, lorsqu’aucun projet n’est ouvert, seuls trois menus s’affichent :
Fichier, Outils, Options. Le second aspect du menu est présenté lorsqu'un projet est ouvert en
mode Construction (voir page 13). Vous pouvez effectuer des réglages qui s'appliquent à ce mode.
Le troisième aspect du menu apparaît en mode Design (voir page 210) Certaines parties des deux
menus sont communs aux modes Design et Construction alors que d’autres sont spécifiques à l’un
ou l’autre.
Outre la barre de menus, des barres d'outils vous sont également proposées. Les barres d'outils
contiennent des boutons qui permettent d'activer diverses foncctions ou des options d'affichage,
3
Guide de référence
par exemple. La première barre d’outils horizontale contient des fonctions qui valent pour
l’ensemble du projet. La seconde barre horizontale, qui se trouve toujours sous la première,
s’affiche seulement en mode Design. Elle permet d'effectuer des réglages pour la fenêtre en cours.
En plus des barres d'outils horizontales, le programme dispose de barres d'outils verticales qui sont
toujours placées sur le côté gauche. Elles permettent de sélectionner divers outils en mode
Construction et de modifier le mobilier en mode Design. La barre d'outils horizontale supérieure et
la barre d'outils verticale de gauche restent identiques en modes Design et Construction ; les
mêmes boutons sont toujours affichés.
Il n'en va pas de même pour la seconde barre d'outils horizontale et la barre d'outils verticale de
gauche. Comme nous l’avons déjà dit, la seconde barre horizontale s’affiche uniquement en mode
Design. Elle permet d'effectuer des réglages qui s'appliquent au travail et à la vue en cours. Ainsi,
si plusieurs vues sont ouvertes pour votre projet, vous ne modifiez que les paramètres de la fenêtre
active.
La seconde barre verticale s’affiche uniquement en mode Construction. Contrairement à la
première barre verticale, qui vous permet de préciser ce que vous insérez, les boutons de la
seconde barre d'outils verticale (celle de droite) vous permettent d'indiquer la manière dont
l'élément correspondant est inséré.
3.2 LES BOUTONS DES BARRES D’OUTILS
Les boutons des différentes barres d'outils se comportent comme des boutons Windows classiques.
Un clic sur le bouton déclenche la fonction correspondante ou bien ouvre une boîte de dialogue.
Contrairement aux boutons classiques des barres d'outils Windows, certains de ces boutons
peuvent avoir un contenu variable. C'est l’utilisateur qui décide de ce contenu. Ces boutons, que
nous appelons des boutons déroulants, sont reconnaissables au petit triangle noir qui se trouve
dans leur angle inférieur droit. Pour accéder à toutes les fonctions possibles d'un outil, cliquez
avec la souris sur le bouton pour afficher son contenu. Vous pouvez aussi positionner le pointeur
de la souris sur le bouton pendant au moins une seconde. Cliquez lorsque le pointeur se trouve sur
la fonction que vous souhaitez utiliser. Pour savoir quelle fonction sera activée, lisez la brève
description qui s'affiche dans la barre d'état du programme, tout en bas de la fenêtre, lorsque le
pointeur de la souris se trouve sur le bouton.
Chaque fois qu'il sera question d'un bouton déroulant dans la suite du texte, toutes les fonctions
accessibles à partir de ce bouton seront présentées. Si vous rencontrez par exemple le bouton
, vous savez qu'il s'agit d'un bouton déroulant comportant sept fonctions. À
l'inverse, il existe des boutons simples comme .
Outre le fait que les boutons peuvent donner accès à diverses fonctions, sachez qu'un clic droit sur
un bouton affiche souvent une boîte de dialogue vous permettant de définir des options de la
fonction correspondante.
Si la résolution de votre écran ne vous permet pas de visualiser tous les boutons, procédez comme
suit : positionnez le pointeur de la souris dans la barre d’outils entre deux boutons. Le pointeur
prend la forme d’une main. Déplacez alors la souris tout en maintenant le bouton gauche enfoncé.
Cette manipulation n’est possible que lorsqu’une partie de la barre d’outils est masquée.
4
Principes fondamentaux
3.3 LE MODE CONSTRUCTION ET LE MODE DESIGN
La mise en œuvre des modes Construction et Design constitue un aspect essentiel du travail dans
le logiciel.
En mode Construction, vous définissez tous les éléments de construction de votre projet. Il s'agit
notamment des murs, des fenêtres, des portes, des conduits de fumée et du toit. En mode Design,
vous placez le mobilier et vous pouvez modifier l'apparence de votre projet en choisissant des
textures (par ex. : papier peint, tapis, carrelage).
Le mode Construction permet de travailler sur un plan en deux dimensions, alors qu'en mode
Design, vous pouvez utiliser différentes vues : une vue en plan semblable à celle du mode
Construction, une vue de dessus en couleurs et une vue en perspective dans laquelle vous pouvez
choisir librement la position de l'observateur dans un espace en trois dimensions. Pour plus
d'informations sur le mode Construction et le mode Design, reportez-vous aux pages 13 et 210.
Le mode Aménagement est un mode spécifique au mode Construction. Vous n'y modifiez pas des
murs distincts, mais des pièces entières que vous pouvez réunir dans des plans complexes. Pour
plus d'informations sur le mode Aménagement, reportez-vous à la page 60.
3.4 A PROPOS DES ÉTAGES
Vous pouvez créer de nombreux étages. Pour ne pas vous perdre dans votre projet, les
modifications effectuées en mode Construction s’appliquent uniquement à l’étage actuel. Vous
pouvez bien entendu changer d’étage à tout moment. En mode Design, choisissez d’afficher tous
les étages ou seulement certains.
Vous trouverez plus d'informations sur les étages à partir de la page 44.
3.5 LES TOUCHES SPÉCIALES
Toutes les opérations réalisées dans le programme peuvent être menées par un simple clic de
souris, exception faite des descriptions dans les boîtes de dialogue et de certaines commandes
spécifiques. Les touches Ctrl et Maj jouent ici un rôle particulier, dans la mesure où elles
permettent de modifier certaines entrées et certains comportements.
3.5.1 La touche Ctrl
La touche Ctrl permet d'éviter l'affichage de certaines boîtes de dialogue qui apparaissent
normalement suite à un clic sur un bouton. Par conséquent, si vous appuyez sur la touche Ctrl
alors que vous cliquez sur un bouton de l’interface, vous empêchez volontairement l’affichage de
la boîte de dialogue correspondante.
Dans ce cas, le dernier paramètre enregistré dans la boîte est utilisé par défaut. Si vous n'aviez pas
encore saisi de paramètres, ce sont les paramètres par défaut qui sont appliqués. Utiliser la touche
Ctrl revient donc à raccourcir l’opération habituelle, qui aurait consisté à laisser la boîte de
dialogue s’afficher puis à cliquer sur le bouton OK pour la refermer.
3.5.2 La touche Maj
Contrairement à la touche Ctrl, souvent utilisée comme raccourci, la touche Maj sert
principalement de dérivateur. En mode Construction, si vous pressez cette touche alors que vous
5
Guide de référence
effectuez une saisie, vous élargissez la fonctionnalité de cette saisie. Vous pouvez également
utiliser la touche Maj pour réaliser certaines tâches de construction particulièrement
contraignantes. Pour plus d’informations, reportez-vous aux descriptions des diverses méthodes
d'insertion en mode Construction (voir page 65).
Les touches Ctrl et Maj jouent un rôle particulier lors de la visite (voir page 226) de l'habitation.
Si vous appuyez sur Ctrl ou Maj lors d'un déplacement dans la maison, la vitesse est multipliée
par 4. Si vous appuyez sur les deux touches en même temps, vous obtenez un facteur
d'accélération de 16. Cette fonction est pratique pour s'approcher rapidement de la maison
lorsqu'on en est très loin.
3.5.3 Copier, couper et coller
Vous pouvez aussi copier, couper et coller des parties sélectionnées de votre projet via le Pressepapiers à l'aide des raccourcis clavier Ctrl-C, Ctrl-X et Ctrl-V, comme dans d'autres applications
Windows. La procédure a néanmoins été adaptée aux exigences du programme. Si vous avez
copié un élément, tel qu'une fenêtre, dans le Presse-papiers, afin de le coller à un autre
emplacement, l'activation du raccourci Ctrl-V n'affiche dans un premier temps qu'un aperçu de
cette fenêtre. Les étapes suivantes sont identiques à la mise en place de la fenêtre à partir des
barres d'outils. Il n'est cependant pas possible de définir le sens d'ouverture car il figure déjà dans
les propriétés de la fenêtre copiée. Tant que l'élément n'est pas inséré définitivement, vous pouvez
passer d'un point de référence à un autre à l'aide du raccourci Ctrl-W.
3.6 LE CADRAGE DE LA FEUILLE
Vous pouvez non seulement afficher un projet en trois dimensions, mais le plan affiché dans la
fenêtre de travail correspond aussi au résultat obtenu lors de l'impression. Il existe deux types
d'affichage en mode Construction (voir page 13) : la Vue normale, dans laquelle la zone de travail
est "illimitée", et la Vue configuration qui présente aussi les marges du papier dans la zone de
travail.
Dans la Vue configuration, lorsque vous affichez la page entière via la commande Affichage –
Toute la feuille, l'affichage obtenu correspond à au résultat de l'impression. Vous pouvez passer
de la Vue configuration à la Vue normale via les commandes correspondantes du menu Affichage.
La commande Affichage – Toute la feuille n'est disponible que dans la Vue configuration. Elle ne
peut pas être activée dans la Vue normale.
Ces deux modes d'affichage existent aussi dans la vue 2D du mode Design. La Vue configuration
est particulièrement intéressante si vous voulez modifier le cadrage de la feuille.
3.7 LE ZOOM
Dans les vues 2D, que ce soit en mode Construction ou en mode Design, vous pouvez afficher
et
ou
plus ou moins de détails en agrandissant ou en réduisant la vue à l'aide des boutons
via les commandes Agrandir, Réduire et Montrer tout du menu Affichage.
Lorsque la Vue configuration est activée, la commande Affichage – Toute la feuille permet
d'afficher la totalité de la feuille. Si, dans ce mode d'affichage, vous constatez que ce que vous
avez construit en Vue normale ne figure qu'en partie sur la feuille et ne sera donc que
partiellement imprimé, vous avez différentes possibilités pour rétablir la situation.
6
Principes fondamentaux
1. Vous pouvez modifier l'échelle et réduire la taille du plan par rapport à la feuille.
2. Vous pouvez modifier le format de papier.
Vous pouvez recadrer la feuille par rapport à la construction en procédant de la manière
suivante : passez en Vue configuration et réduisez (voir page 41) la section affichée de manière
à avoir suffisamment d'espace libre autour de la feuille.
En cliquant sur le bord de la feuille et en maintenant le bouton de la souris enfoncé, vous
pouvez alors faire glisser la feuille. Pendant cette opération, vous voyez réapparaître la totalité
de votre plan, y compris les parties qui avaient disparu au-delà des bords de la feuille.
Positionnez la feuille à votre guise. Lorsque vous relâchez le bouton de la souris, la feuille est
recadrée avec son nouveau contenu.
3.8 LES EFFETS SONORES
Certaines actions réalisées dans le programme sont soulignées par un effet sonore : ouverture et
fermeture des portes, visite, ascenseur etc. Ces effets sonores ne sont naturellement audibles que si
votre ordinateur est équipé d’une carte son.
Trois motifs peuvent expliquer la désactivation de ces effets :
• Vous ne possédez pas de carte son. Dans ce cas, il est conseillé de désactiver volontairement
les sons afin de ne pas encombrer inutilement la mémoire de calcul de votre ordinateur.
• Vous trouvez les bruitages plus gênants qu'agréables.
• Sur les systèmes lents, les sons peuvent avoir une influence négative sur la vitesse des visites.
Pour optimiser les déplacements, vous pouvez désactiver les sons.
La boîte de dialogue ouverte par la commande Options – Programme – Effets sonores permet
de sélectionner les effets sonores que l'on souhaite utiliser.
3.9 L'APERÇU 3D
Toutes les boîtes de dialogue permettant de définir des propriétés des objets contiennent une
fenêtre d'aperçu qui présente l'objet à modifier avec les valeurs par défaut pouvant être définies.
Toutes les modifications réalisées dans la boîte de dialogue, qu'elles concernent les dimensions ou
la surface de l'objet, sont affichées immédiatement.
7
Guide de référence
Lorsque des calculs complexes sont nécessaires pour l'affichage, on trouve en général un bouton
Aperçu dans la boîte de dialogue. L'affichage n'est alors mis à jour qu'après un clic sur ce bouton.
C'est notamment le cas des escaliers. La fenêtre d'aperçu de la majorité des objets est mise à jour
automatiquement lors d'une modification. Les objets peuvent être examinés sous n'importe quel
angle de vue.
L'illustration suivante montre un exemple de fenêtre d'aperçu :
Lorsque vous placez le pointeur de la souris dans une fenêtre d’aperçu, il prend immédiatement la
forme suivante :
3.9.1 Rotation
Pour faire pivoter l'objet qui est représenté, cliquez dessus avec le bouton gauche de la souris
comme pour le saisir, maintenez le bouton de la souris enfoncé et déplacez la souris dans la
direction voulue. Vous pouvez tourner l'objet dans n'importe quelle direction.
3.9.2 Zoom
En bas à droite de la fenêtre, à l'extrémité des barres de défilement, se trouvent les boutons + et -.
Le premier agrandit l'objet, le second le réduit.
Vous pouvez également zoomer en cliquant avec le bouton droit de la souris dans la fenêtre
d'aperçu. En déplaçant la souris vers le bas, vous agrandissez l'objet ; vers le haut, vous réduisez
sa taille.
3.9.3 Déplacement
Pour déplacer l'objet, utilisez les barres de défilement qui se trouvent sur les bords droit et
inférieur de la fenêtre d'aperçu. Elles fonctionnent de la même manière que dans tous les
programmes Windows. Pour rétablir la position et la taille d'origine de l’objet dans la fenêtre,
cliquez sur le bouton a.
8
Principes fondamentaux
3.9.4 Animation
Si l’objet représenté est un objet animé (voir page 250), une glissière apparaît sous la fenêtre
d’aperçu pour vous permettre de choisir le "moment" de la représentation. Les touches Lecture et
Arrêt à côté de la glissière permettent de contrôler le déroulement de l'animation.
3.10 LES PARAMÈTRES DE TEXTURE ET DE COULEUR DES ÉLÉMENTS
DE CONSTRUCTION
Les boîtes de dialogue de la plupart des éléments de construction du programme vous permettent
de choisir diverses couleurs et textures sous la rubrique Face supérieure. Cette rubrique se
compose des champs Couleur et Texture. La couleur courante est présentée dans le champ
Couleur. Un clic sur le bouton muni d'une flèche et situé à droite du champ permet d'accéder au
sélecteur de couleurs de Windows et de définir une nouvelle couleur.
La définition des textures est similaire mais une liste contenant le nom de la texture courante est
affichée. Lorsque vous cliquez sur le bouton d'ouverture de la liste, toutes les textures chargées
sont affichées et vous pouvez en choisir une autre. Un clic sur le bouton muni d'un triangle noir et
situé à droite de la liste affiche le menu suivant :
Lorsque vous cliquez sur le bouton Parcourir, une boîte de dialogue d'ouverture de fichiers
apparaît.
Lorsque vous cliquez sur Paramètres de texture, une boîte de dialogue apparaît. Vous pouvez y
définir les propriétés de dimensions de la texture en fonction des éléments de construction.
Les champs de saisie Largeur et Hauteur vous permettent d'indiquer la taille de la zone devant
être recouverte par la texture sur un élément de construction. Lorsque l'élément est plus petit, la
texture peut être partiellement coupée et lorsqu'il est plus grand, la texture est disposée en
mosaïque. L'option Dimensions d'origine peut uniquement être cochée lorsque la texture utilisée
9
Guide de référence
contient des informations relatives à la taille réelle de ce qui est utilisé comme texture. C'est
généralement uniquement le cas des fichiers BMP contenant des informations spécialement saisies
à cet effet. Lorsque l'option Dimensions d'origine est cochée, les champs Largeur et Hauteur
sont grisés.
Au lieu des champs Largeur et Hauteur, vous pouvez utiliser la loupe proposée dans la boîte de
dialogue. Lorsque vous cliquez sur la loupe, puis que vous faites glisser la souris en maintenant le
bouton gauche enfoncé, les valeurs figurant dans les champs sont modifiés et l'aperçu de l'élément
concerné est mis à jour. Avant de cliquer sur la loupe, pensez à placer la boîte de dialogue de
manière à pouvoir observer le résultat produit dans la fenêtre d'aperçu. Faites également pivoter
l'élément dans l'aperçu (avant d'ouvrir la boîte de dialogue Paramètres de texture) afin de voir
correctement la face à modifier.
Les champs de saisie Rotation, du et dv vous permettent de réguler la rotation et la translation de
la texture sur l'élément. Vous pouvez aussi utiliser le pointeur de rotation et la double-flèche
proposés dans la boîte de dialogue. La procédure est similaire à celle de l'utilisation de la loupe.
La case à cocher Appliquer facettes, ainsi que le champ de saisie Longueur des facettes,
apparaissent uniquement pour les éléments de construction utilisés pour la représentation de la
lumière et des ombres en temps réel (faces des murs, plafonds, planchers, dalles de balcon,
conduits de fumée et poteaux rectangulaires). Vous pouvez préciser si ces éléments doivent être
pris en compte pour une représentation de la lumière et des ombres et, le cas échéant, la résolution
souhaitée.
3.10.1 Mélanger texture et couleur
La dernière commande du menu des textures est Mélanger texture et couleur. Sélectionnez-la
pour associer la couleur et la texture. Par exemple, si vous choisissez des rayures noires sur fond
blanc et si vous les mélangez à du bleu, vous obtenez des rayures noires sur fond bleu.
Des textures prédéfinies vous sont proposées au-dessous de la commande Mélanger texture et
couleur. Cliquez sur l'une d'elles pour l'appliquer (voir section suivante).
3.11 CHOISIR UNE TEXTURE PARMI LES VIGNETTES D'APERÇU
Dans toutes les boîtes de dialogue des éléments de construction, un clic sur le bouton muni d'une
flèche (ou un clic sur le bouton Parcourir) et situé à côté de la zone de liste des textures ouvre un
menu qui, en plus de l'entrée Parcourir, contient des textures plus particulièrement adaptées à
l'élément concerné (par ex. le châssis). Vous pouvez personnaliser les textures proposées de la
manière suivante :
Lorsqu'aucune texture n'a encore été définie pour l'une des entrées, un point d'interrogation
apparaît. Cliquez dessus pour ouvrir une boîte de dialogue et y choisir une texture.
Lorsqu'une entrée a déjà été définie, vous pouvez la modifier en cliquant dessus tout en
mainteannt la touche Ctrl enfoncée. La boîte de dialogue d'ouverture de textures apparaît.
Pour appliquer l'une des textures proposées, il suffit de cliquer dessus. Un clic sur l'entrée
Parcourir dans le menu affiche une boîte de dialogue d'ouverture de fichiers dans laquelle vous
pouvez sélectionner directement la texture devant être utilisée.
10
Principes fondamentaux
3.12 LES PARAMÈTRES DE MATÉRIAUX DES ÉLÉMENTS DE
CONSTRUCTION
Les boîtes de dialogue des poteaux, conduits de fumée, murets, poutres, faces des murs et murs
(accessibles par un double clic sur un élément inséré ou un clic droit sur le bouton correspondant)
vous permettent de définir les propriétés des matériaux. Dans ce logiciel, un matériau ne
correspond pas à ce que l'on en entend dans le domaine du bâtiment. Un matériau correspond en
fait à l'effet de lumière, de transparence, de réflexion ou de réfraction que l'on applique à une
texture pour la rendre plus lumineuse ou plus transparente.
Ces propriétés des matériaux ne modifient pas l'affichage de l'élément. Elles ne sont pas utilisées
directement dans le programme mais sont uniquement enregistrées dans le projet.
Vous pouvez personnaliser le choix des matériaux proposés dans les champs. Le dossier Standard
(sous-dossier du dossier d'installation du programme) contient le fichier Material.ini. Tous les
matériaux disponibles y sont définis.
Si aucune entrée de la liste ne correspond à un élément de construction, la rubrique Matériaux de
cet élément de construction n'est pas affichée.
3.13 LES SCHÉMAS DANS LES BOÎTES DE DIALOGUE
Certaines boîtes de dialogue (fenêtres, lucarnes, évidements de murs, feuillures) contiennent des
schémas représentant de manière concrète les valeurs numériques à saisir.
Il existe deux possibilités pour accéder aux champs numériques : soit vous cliquez avec la souris
dans le champ de saisie désiré, soit vous cliquez sur son intitulé à l'intérieur du schéma. Au lieu de
saisir la valeur dans le champ, vous pouvez double-cliquer sur la dénomination dans le schéma ;
une boîte de dialogue apparaît et vous pouvez y saisir directement la valeur.
11
Guide de référence
4. PHASES DE TRAVAIL
4.1 INTRODUCTION
Contrairement à toutes les autres barres d'outils, la barre d'outils horizontale (en haut de l'écran)
met à votre disposition des boutons non déroulants, dont le bouton reste identique tout au long de
votre travail. Ces boutons vous permettent de régler des paramètres et d'appeler des fonctions,
aussi bien en mode Construction (voir page 13) qu'en mode Design (voir page 210). La barre
d'outils horizontale vous permet, entre autres, de créer un nouveau projet, de charger et
d'enregistrer un projet existant, d'imprimer et d'enregistrer les images, d'agrandir et de réduire les
vues, d'afficher et de masquer certains détails du projet. Vous pouvez ainsi choisir d'afficher ou
non les cotes, la règle et la toiture. Par ailleurs, la barre d'outils se termine par une zone de liste
dans laquelle vous pouvez sélectionner l'étage actuel.
Contrairement aux boutons de la barre horizontale, la zone de liste vaut uniquement pour la
fenêtre en cours. Par conséquent, si vous avez ouvert plusieurs fenêtres, vous pouvez choisir de
représenter un étage différent dans chacune d'entre elles.
Certains modes de représentation ne sont autorisés que sous certaines conditions. Si ces conditions
ne sont pas remplies, les boutons correspondants sont désactivés dans la barre d'outils : ils sont
affichés en gris.
Les boutons permettent, pour la plupart, de configurer des options (et pas seulement de démarrer
une fonction). Pour accéder à ces options, cliquez sur le bouton désiré avec le bouton droit de la
souris.
4.2 ANNULER/RÉTABLIR
Les boutons Annuler/Rétablir du programme (
) seront familiers aux utilisateurs de
Windows.
Le nombre d’actions concernées peut être extrêmement élevé, allant jusqu'à englober toutes les
actions relatives à la séance de travail en cours. La fonction Annuler/Rétablir est en fait limitée
exclusivement par la mémoire occupée par ces actions, et par la mémoire réservée à cette fonction
dans votre ordinateur.
Pour annuler une action, cliquez simplement sur le bouton . Si vous souhaitez annuler plusieurs
actions en même temps, cliquez sur la flèche à droite du bouton . Dans la liste ainsi déroulée,
sélectionnez autant d'actions que vous souhaitez en annuler.
et
sont
Si vous n'avez encore réalisé aucune action dans le programme, les boutons
désactivés (gris).
et
ont une fonctionnalité inverse. Ils sont grisés tant que vous
Les boutons de restauration
n'avez annulé aucune action, puisqu'il est alors impossible de rétablir quoi que ce soit.
Remarque : Lorsque vous annulez ou restaurez une action, le programme bascule
automatiquement vers le mode (Construction ou Design) dans lequel l'action a été réalisée. Ainsi,
si vous déplacez un mur en mode Construction, que vous passez ensuite en mode Design et que
12
Phases de travail
vous cliquez sur le bouton Annuler, le programme revient automatiquement en mode
Construction.
par l'intermédiaire de la combinaison de touches
Vous pouvez également appeler la fonction
Ctrl+Y ou la touche Retour arrière. Une restauration peut être annulée à l'aide des combinaisons
de touches Ctrl+Z ou Alt+Retour arrière.
4.3 L'ASSISTANT DE PROJET
L'Assistant de projet du programme vous permet de créer des projets personnels complets en
quelques clics. Pour démarrer l'Assistant de projet, cliquez sur le bouton
dans la barre d'outils
horizontale en mode Construction ou sélectionnez la commande Nouveau avec Assistant de
projet dans le menu Fichier.
Si un projet est en cours d'édition, le programme vous demande si vous souhaitez l'enregistrer car
l'Assistant de projet va créer un nouveau projet vierge (voir page 32). Ensuite, l'Assistant de projet
présente diverses boîtes de dialogue de création du projet. Vous pouvez choisir successivement un
type de maison, un type de plan, les dimensions réelles du plan, le type de fenêtres, des éléments
supplémentaires, tels qu'un garage ou une toiture-terrasse, une forme de toiture, ainsi que les
matériaux utilisés pour les murs et la toiture. La dernière information à fournir concerne le type de
portes et de fenêtres. Vous pouvez enfin valider vos choix par un clic sur OK.
Le programme génère alors un projet complet et l'affiche en mode Design. Les maisons créées à
l'aide de l'Assistant de projet ne correspondent pas toujours précisément à vos attentes. Mais, vous
pouvez y apporter vos touches personnelles, comme dans tous les projets, en modifiant le plan en
mode Construction. L'Assistant de projet est entièrement paramétrable.
4.4 L'ASSISTANT DE PLAN
Contrairement à l'Assistant de projet, l'Assistant de plan ne vous permet pas de créer des projets
complets, mais uniquement des plans, que vous pouvez ajouter aux plans existants dans votre
projet. L'Assistant de plan crée automatiquement une série de murs avec des fenêtres et des portes
que vous pouvez ensuite insérer en tant que tout dans votre projet afin de compléter un niveau, par
exemple.
de la barre d'outils horizontale en mode
L'Assistant de plan s'ouvre par un clic sur le bouton
Construction. Par rapport à l'Assistant de projet, les possibilités offertes par l'Assistant de plan
sont plus réduites car vous y choisissez uniquement un type de plan défini avant d'en préciser les
dimensions.
4.5 LE MODE CONSTRUCTION
Le mode Construction vous permet d'insérer tous les éléments de construction dans votre projet. Il
s'agit notamment des murs, des fenêtres, des portes, des conduits de fumée et des toitures. Quant
au mode Design, il vous permet de mettre en place le mobilier, par exemple, et de mettre en forme
votre ébauche en modifiant les textures (papiers-peints, tapis, carrelage etc.).
Vous pouvez basculer à tout moment du mode Construction au mode Design en cliquant
(voir page 210). Lorsque vous débutez un projet, le programme
simplement sur le bouton
affiche automatiquement le mode Construction.
13
Guide de référence
Le mode Construction présente le plan en cours dans une ou plusieurs vues (vous pouvez choisir
(voir page 41), vous voyez
un nombre quelconque de vues). Selon le facteur de zoom utilisé
votre projet en partie seulement ou en totalité.
En plus de la vue de votre projet, vous disposez d'un menu, ainsi que d'une barre d'outils
horizontale, placée immédiatement au-dessous du menu, et de deux barres d'outils à gauche de la
fenêtre. La barre d'outils située la plus à gauche recense tout ce que vous pouvez créer en mode
Construction. Vous pouvez y choisir des murs, des fenêtres, des portes, des escaliers etc.
Les boutons déroulants permettent d'accéder à diverses fonctions répondant à vos besoins. La
seconde barre d'outils verticale réunit divers boutons selon l'élément sélectionné dans la première.
Exemple : Pour insérer un mur simple, vous pouvez le tracer en cliquant sur deux points . Pour
tracer plusieurs murs contigus, cliquez sur le bouton .
Choisir la fonction la mieux adaptée à ses besoins, c'est l'assurance d’un travail plus efficace.
4.5.1 .Les lignes d'aide et la règle
Les lignes d'aide constituent une aide précieuse pour la construction de vos plans. Vous pouvez les
utiliser pour réaliser facilement tous les tracés géométriques. Couplées au magnétisme (voir page
72), elles vous permettent d'aligner les différents éléments de votre projet avec une précision
extrême et de créer de nouveaux points d'accrochage au niveau de leurs intersections. L'utilisation
des lignes d'aide facilite grandement la construction de votre maison aux dimensions requises.
Pour plus d'informations sur les lignes d'aide, consultez la page 88.
En plus de lignes d'aide, une règle est également à votre disposition en mode Construction. Avec
un peu d'entraînement, vous parviendrez rapidement à résoudre tous vos problèmes de
construction en vous aidant des lignes d'aide et de la règle. Pour obtenir une présentation détaillée
de la règle, reportez-vous à la page 85.
4.5.2 Que pouvez-vous faire en mode Construction ?
Lorsque vous travaillez en mode Construction, le programme vous offre la possibilité d'insérer des
murs, des fenêtres, des portes, des poteaux, des conduits de fumée, des escaliers, des toitures, des
fenêtres de toit, des lucarnes et des dalles. Une fois la construction terminée, vous pouvez encore
créer des ouvertures dans les murs et les plafonds et changer les paramètres des murs, des plafonds
et des sols.
Les différents éléments de construction ne se limitent pas aux bâtiments, ils concernent également
leur environnement direct. Ainsi, vous pouvez définir des terrains et des zones de terrain, ainsi que
des points d'altimétrie afin d'obtenir une représentation réaliste de votre maison et de son terrain.
Vous avez également la possibilité de définir librement des coupes et des vues.
Il est aussi possible d'ajouter des textes et des cotations.
Le plafond et le sol des pièces qui sont entièrement délimitées par des murs est créé
automatiquement.
Enfin, le mode Aménagement vous permet de créer une pièce complète en un clic. Pour plus
d'informations sur le mode Aménagement, reportez-vous à la page 60.
Des objets 3D peuvent aussi être insérés en mode Construction. Il n'est donc plus nécessaire de
passer en mode Design pour n'insérer qu'un seul objet supplémentaire, ce qui peut vous faire
gagner beaucoup de temps dans le cas de projets volumineux. Un autre avantage est la mise en
place précise des objets à l'aide des outils disponibles.
14
Phases de travail
4.6 LE MODE DESIGN
Le mode Design permet d'aménager votre projet en y ajoutant du mobilier. Il permet aussi de
concevoir la façade extérieure et l'environnement de la maison.
En mode Design, en plus de la barre d'outils horizontale supérieure, qui est identique à celle du
mode Construction, vous disposez d'une seconde barre d'outils horizontale dans laquelle vous
pouvez effectuer des réglages concernant la fenêtre active. La seconde barre d'outils horizontale
contient des boutons qui permettent de préciser le type de représentation désiré, ainsi que la
position exacte de l'observateur. Le mode Design possède également une barre d'outils verticale
dont les boutons servent à organiser les objets, tels que le mobilier, c'est-à-dire à les grouper, à les
supprimer, à les faire pivoter, à opérer des symétries et à les aligner. Pour les lampes, vous pouvez
même indiquer si elles sont allumées ou éteintes.
Lorsque vous passez du mode Construction au mode Design, vous voyez apparaître à l'écran une
fenêtre spéciale : le Catalogue d'objets et textures. Vous pouvez faire glisser-déplacer du mobilier
ou des textures à partir du catalogue dans votre projet. Son rôle étant essentiel, un chapitre entier
est consacré à l'utilisation de ce Catalogue d'objets et textures (voir page 267).
4.6.1 Travailler en mode Design
Les quatre tâches principales que vous pouvez exécuter en mode Design sont les suivantes :
• Charger des objets
• Supprimer des objets
• Positionner des objets
• Modifier la taille et l'apparence des objets.
Vous pouvez également tapisser les pièces de votre maison, couvrir les sols et les plafonds avec
d'autres textures et changer le matériau appliqué sur les façades.
Si vous indiquez au programme la latitude et la longitude de votre terrain, ainsi que la saison et
l'heure précise, il calcule automatiquement la position du soleil dans le ciel et simule avec force
réalisme l'éclairage naturel de votre maison, à l'intérieur et à l'extérieur.
Vous pouvez observer votre maison ou votre habitation depuis n'importe quel point de vue, et en
faire la visite virtuelle. Vous pouvez enregistrer cette visite, puis la regarder sur votre écran ou de
la conserver sous la forme d'un fichier vidéo. Le programme enregistre vos déplacements dans
l'espace mais aussi l'écoulement du temps, ce qui lui permet de restituer correctement la position
du soleil et, donc, l'éclairage de vos pièces.
Pour finir, sachez que le mode Design vous permet d'enregistrer et d'imprimer la vue actuelle de
votre projet.
4.6.2 Charger des objets
Lorsque vous aurez fini de tracer le plan de votre maison en mode Construction (voir page 13),
vous pouvez commencer à aménager votre intérieur en disposant des objets qui doivent
préalablement être chargés.
Pour charger des objets (voir page 239) ou charger des groupes d'objets (voir page 251), deux
possibilités s'offrent à vous :
• Par glisser-déplacer à partir du Catalogue d'objets et textures en mode Design.
• À partir de la commande Objets – Charger un objet ou Objets – Charger un groupe
d'objets.
15
Guide de référence
Quelle que soit la méthode choisie, l'objet sélectionné doit ensuite être placé dans le projet. Cette
procédure diffère légèrement selon le type de vue (voir page 210).
4.6.3 Positionner des objets
Le programme propose trois types de vue en mode Design : la vue en plan, la vue en plan coloré et
la vue en perspective. Si vous avez défini une ou plusieurs coupes (voir page 202) en mode
Construction, le programme vous propose une vue en coupe pour chacun des trois types de vue.
La notion de hauteur est différente dans les trois vues. Par conséquent, lorsque vous placez un
objet sur votre plan, la définition de sa hauteur diffère selon le type de vue actuellement
sélectionné.
Dans la vue en plan, vous ne pouvez pas définir vous-même la hauteur de l'objet inséré. Vous
indiquez uniquement sa position horizontale et verticale, et le programme calcule lui-même la
hauteur d'insertion de l'objet.
Dans la vue en plan coloré et dans la vue en perspective, vous pouvez définir librement la hauteur
de l'objet. Contrairement à la vue en plan, dans laquelle le pointeur prend l'aspect d'un croix lors
de la mise en place d'un objet, une "colonne 3D" apparaît au-dessous de l'objet chargé lors de sa
mise en place dans la vue en plan coloré et de la vue en perspective. Cette colonne facile
l'estimation de la hauteur de l'objet par rapport au sol du niveau actif.
Remarque : Lorsque le magnétisme en mode Design (voir page 239) est activé, il est aussi utilisé
lors du chargement direct d'objets.
4.6.4 Définir la hauteur
Lorsque vous insérez un objet par glisser-déplacer dans la vue en cours, le comportement dans la
vue en plan est relativement simple. Lorsque vous relâchez le bouton de la souris, l'objet se pose à
l'emplacement du pointeur. Vous pouvez définir la hauteur dans la vue en plan coloré et la vue en
perspective en appuyant sur le bouton droit de la souris, tout en maintenant le bouton gauche de la
souris enfoncé.
Dans la vue en plan coloré, déplacer la souris vers le haut ou vers le bas tout en maintenant le
bouton droit de la souris enfoncé permet de déplacer l'objet en hauteur, c'est-à-dire vers le plafond
ou vers le sol. Dans la vue en perspective, vous pouvez définir vous-même les interactions entre le
bouton droit de la souris au cours du glisser-déplacer et le déplacement de l'objet dans la hauteur
ou dans la profondeur. Ces réglages peuvent être effectués dans la boîte de dialogue accessible via
la commande Options – Programme – Paramètres généraux (voir page 24).
4.6.5 Comportement des objets
Après avoir positionné un objet par glisser-déplacer, vous pouvez relâcher le bouton de la souris.
Le comportement de l'objet s'observe le plus facilement dans la vue en perspective : Il varie en
fonction de son type : il tombe vers le bas, il monte vers le haut ou il reste à l'endroit où vous
l'avez posé. Les objets, tels que les tables, les chaises et les tasses tombent vers le bas ; les
éclairages suspendus montent automatiquement vers le haut et les objets qui s'accrochent
normalement sur les murs conservent leur position lors du chargement. Le comportement est
identique dans les trois types de vue, même s'il ne peut pas être observé dans la vue en plan et s'il
ne peut pas être appréhendé entièrement dans la vue en plan coloré.
Comme vous ne pouvez pas définir la hauteur dans la vue en plan, le programme la définit à votre
place en obéissant aux règles suivantes :
16
Phases de travail
• Les objets, qui tombent vers le bas, se placent immédiatement au-dessous du plancher du
niveau actif lorsque vous relâchez la souris. Ils tombent donc sur ce que vous voyez dans la
vue en plan. Si vous mettez en place une tasse, par exemple, et que vous la positionnez sur une
table, elle atterit sur la table.
• Les objets, qui montent vers le haut, viennent se placer juste au-dessus du sol du niveau actif et
atterrissent sous l'objet qui se trouve au-dessus d'eux. Par conséquent, lorsque vous mettez en
place un plafonnier à l'endroit où se trouve une table dans la vue en plan, le plafonnier vient se
coller sous la table.
• Les objets qui se placent librement sont automatiquement positionnés à mi-hauteur de l'étage
actuel.
4.6.6 Déplacer des objets mis en place
Pour déplacer un objet déjà inséré, cliquez dessus et maintenez le bouton de la souris enfoncé.
L'objet se comporte alors comme s'il venait d'être chargé, à la seule différence que vous ne voyez
pas de pointeur de souris particulier à la place de l'objet, mais uniquement l'objet lui-même. Les
méthodes de déplacement sont identiques à celles décrites à la section précédente.
4.6.7 Sélectionner des objets
Lorsque vous cliquez brièvement sur un objet, en relâchant immédiatement le bouton gauche de la
souris, l'objet est sélectionné. Les objets sélectionnés sont repérés par un rectangle dans la vue en
plan, dans la vue en plan coloré et dans la vue en perspective par un cadre. Dans la vue en plan
coloré, vous ne voyez que la face supérieure de ce cadre.
Vous pouvez sélectionner plusieurs objets en même temps en cliquant successivement sur les
objets tout en maintenant la touche Maj enfoncée.
Lorsque vous avez sélectionné un ou plusieurs objets, vous pouvez entreprendre un certain
nombre d'actions avec cette sélection :
Vous pouvez notamment faire pivoter (voir page 259) un objet autour d'un axe quelconque. Pour
,
,
ou
cela, utilisez les boutons
. Pour supprimer l'objet, cliquez sur le bouton
(voir page 259) ou appuyez sur la touche
Suppr.
Si vous avez sélectionné plusieurs objets, vous pouvez les aligner les uns par rapport aux autres en
cliquant sur l'un des boutons
(voir page 262) ou les grouper en
(voir page 258).
cliquant sur le bouton
17
Guide de référence
Si la sélection contient au moins une lampe, vous pouvez l'allumer ou l'éteindre grâce au bouton
(voir page 262).
Si, après avoir sélectionné le dernier objet, vous cliquez sur l'ensemble et ne relâchez pas le
bouton de la souris, vous pouvez déplacer d'un seul coup tous les objets sélectionnés. Lorsque
vous relâchez le bouton gauche de la souris, les objets adoptent automatiquement leur
comportement habituel.
Selon les réglages du mode Design (voir page 257), vous pouvez sélectionner, déplacer et
modifier les éléments de construction de la même manière que défini dans les paramètres du mode
Construction. (voir page 74).
4.6.8 Les types d'affichage en mode Design
En mode Design, la moindre fenêtre de votre projet peut être présentée en vue en plan, en vue en
,
et
plan coloré ou en vue en perspective. Ces types de vue sont accessibles via les boutons
(voir page 210) situés en haut à gauche de l'écran, dans la deuxième barre d'outils horizontale.
Pour la vue en plan coloré et la vue en perspective, vous pouvez aussi choisir la qualité de
l'affichage à l'aide du bouton déroulant
(voir page 218).
Le type d'affichage sélectionné influe non seulement sur la qualité de la représentation, mais
également sur sa vitesse d'exécution. L'option
est la représentation la plus abstraite, mais aussi
est la représentation la plus précise, mais aussi la plus lente.
la plus rapide, tandis que l'option
Représentation filaire
18
Phases de travail
En couleur
En couleur avec textures (qualité moy.)
En couleur avec textures (qualité maxi)
En plus des quatre types d'affichage cités ci-dessus, le programme contient deux autres types de
permet d'afficher votre bâtiment en mode Filaire faces
présentation (voir page 219). Le bouton
affiche votre bâtiment en mode Filaire faces
cachées (fond blanc), tandis que le bouton
cachées (fond transparent). Ce dernier mode exige un temps de calcul relativement long.
19
Guide de référence
Filaire faces cachées (fond blanc)
Filaire faces cachées (fond transparent)
4.6.9 .Visiter un projet et l'observer sous divers angles
Si votre projet est affiché dans une vue en perspective, la seconde barre d'outils horizontale
(voir page 226) avec lequel vous pouvez visiter votre maison, comme si
contient le bouton
vous y étiez. Pour cela, posez le pointeur de la souris dans la vue et déplacez la souris en
20
Phases de travail
maintenant le bouton gauche enfoncé : vous visitez ainsi votre maison en suivant la direction
induite par la souris.
Si votre projet est affiché dans la vue en plan ou la vue en plan coloré, la visite de votre maison est
impossible, car sans intérêt. En revanche, vous pouvez modifier à loisir votre point d'observation
(également disponible dans la vue en perspective). Ainsi, vous
en cliquant sur le bouton
pouvez observer la scène de tous côtés. Contrairement aux autres boutons du programme, la
fonction de ce bouton diffère selon la flèche sur laquelle vous cliquez. Si vous cliquez sur la
flèche de gauche, par exemple, vous vous déplacez vers la gauche dans la vue en plan et dans la
vue en plan coloré, la vue se déplaçant vers la droite. Dans la vue en perspective, vous pivotez
vers la gauche et la vue semble pivoter vers la droite. Il en va de même en cas de clic droit sur le
bouton . Lorsque que vous cliquez sur la flèche haute ou basse du bouton, la vue en plan et la
vue en plan coloré se déplacent vers le bas ou vers le haut. Dans la vue en perspective, le
déplacement de l'obervateur se dirige vers le haut et vers le bas.
vous permet de changer la position de l'observateur et non la position
Remarque : Le bouton
du plan. Ainsi, lorsque vous contournez un objet par la gauche, c'est vous qui changez de position
et non l'objet ; l'objet semble toutefois pivoter vers la droite. Cette inversion gauche/droite est
parfois difficile à appréhender, c'est pourquoi vous pouvez la désactiver dans la boîte de dialogue
Options – Programme – Paramètres généraux.
Pour enregistrer un point d'observation que vous aimeriez retrouver facilement lors d'une séance
ultérieure, cliquez simplement sur le bouton . Dans la boîte de dialogue ainsi ouverte, saisissez
un nom pertinent pour identifier ce point d'observation. Ce nom apparaît désormais dans la liste
déroulante placée à droite du bouton. Vous pouvez le sélectionner à tout moment pour retrouver la
position correspondante.
4.6.10 Prendre l'ascenceur
Si la fenêtre active est affichée en vue en plan coloré ou en vue en perspective, la seconde barre
et
avec lesquels vous pouvez changer de
horizontale met à votre disposition les boutons
niveau, comme si vous étiez dans un ascenseur. Dans la vue en perspective, vous pouvez même
animer ce changement de niveau, afin qu'il ne s'exécute pas de façon abrupte. Pour cela, maintenez
ou .
la touche Ctrl enfoncée pendant que vous cliquez sur le bouton
4.7 LES PARAMÈTRES DU PROGRAMME
Dans la boîte de dialogue Paramètres du programme, vous pouvez définir les paramètres
fondamentaux pris en compte à chaque démarrage du programme. Cette boîte de dialogue est
accessible via la commande Options – Propriétés du programme lorsqu'un projet n'a pas encore
été chargé ou créé ou via la commande Options – Programme – Propriétés du programme
lorsqu'un projet est en cours d'édition.
Les modifications entreprises dans la boîte ne seront effectives qu'au redémarrage du programme.
Si vous maintenez la touche Ctrl enfoncée pendant le démarrage du programme, la boîte de
21
Guide de référence
dialogue s'affiche automatiquement et vous pouvez alors effectuer les paramétrages souhaités sans
qu'il soit nécessaire de redémarrer le programme pour les rendre effectifs.
La boîte de dialogue vous permet, d'une part, de contrôler les exigences du programme en
mémoire vive et, d'autre part, de définir les chemins d'accès essentiels au fonctionnement du
programme.
Lorsque le programme prépare l'affichage d'une vue en trois dimensions, il affecte à chaque pixel
une certaine quantité de mémoire vive, en fonction de la résolution de l'écran et du nombre de
couleurs. Si la mémoire vive nécessaire pour l'affichage dépasse la quantité de mémoire
actuellement disponible sur votre ordinateur, Windows stocke cette mémoire vive sur le disque
dur, pourvu que vous ayez activé cette possibilité. L'affichage en est alors considérablement
ralenti, ainsi que le fonctionnement du programme en général.
4.7.1 Nombre de couleurs d'un pixel 3D
Le nombre de couleurs utilisées détermine la quantité de mémoire vive nécessaire pour l'affichage
des vues en perspective. Le programme propose à cet effet deux options qui vous permettent
d'adapter la qualité d'affichage aux possibilités de votre matériel.
4.7.1.1 HighColor (8 octets par pixel)
Avec cette option, vous disposez d'environ 32 000 couleurs pour l'affichage 3D, à condition bien
entendu que le mode HighColor soit autorisé pour la résolution d'écran de votre carte graphique.
4.7.1.2 TrueColor (12 octets par pixel)
Avec l'option TrueColor, vous disposez de 16 millions de couleurs pour l'affichage 3D, à
condition que la résolution d'écran de votre carte graphique soit également réglée sur ce mode. Si
ce n'est pas le cas, le programme acceptera votre choix mais vous n'obtiendrez pas d'amélioration
de l'affichage.
Il est cependant judicieux d'activer l'option TrueColor même si votre résolution d'écran ne permet
pas de l'afficher, notamment si vous voulez obtenir des images de très bonne qualité pour
l'impression ou pour la restitution sur un autre ordinateur. Le programme utilise les paramètres
définis dans cette boîte de dialogue pour l'enregistrement des images ainsi que pour leur
impression. Vous pouvez ainsi éviter sur votre imprimante les dégradés de couleurs abrupts
caractéristiques du mode HighColor. Cependant, une fois ces impressions ou enregistrements
spéciaux terminés, revenez au mode HighColor car il est de loin le plus rapide.
Vous pouvez aisément estimer la mémoire vive requise en fonction de la résolution d'écran et de la
profondeur des couleurs. On estime que 20% environ de l'écran sont occupés par les barres de
menus et d'outils. Avec une résolution de 1024x768 et le mode TrueColor, il vous faudra environ
7,4 Mo alors qu'avec le mode HighColor vous pouvez vous contenter de 5 Mo.
4.7.2 Textures
Sous cette rubrique, vous pouvez définir les paramètres de la gestion interne des textures. Pour
cela, les deux spécifications qui suivent doivent être adaptées à votre ordinateur.
22
Phases de travail
4.7.2.1 Prégénérer dimensions (Mipmaps)
Lorsque cette case est cochée, les textures sont enregistrées en interne dans différentes résolutions.
Pour la représentation des textures dans une vue 3D, on utilise alors la résolution qui convient le
mieux, ce qui améliore sensiblement l'effet obtenu. Le calcul des différentes résolutions lors du
chargement des textures nécessite cependant plus de temps et la place occupée par les textures est
d’environ 33 % supérieure à que ce qu'elle serait sans l'utilisation de Mipmaps.
4.7.2.2 Taille de la mémoire tampon
Toutes les textures que vous chargez aboutissent dans une mémoire tampon, qu'elles soient
actuellement utilisées ou non. Elles sont supprimées de ce tampon lorsque celui-ci est saturé et que
de nouvelles textures doivent être chargées. L'avantage du tampon est qu'il vous permet d'accéder
bien plus rapidement aux textures. La valeur indiquée ici en "ko" détermine la taille de la mémoire
tampon pour les textures. Elle doit être adaptée à la taille de la mémoire de l’ordinateur.
La place maximale nécessaire est d'environ 60 ko par texture si vous n'utilisez pas de Mipmaps et
de 90 ko environ par texture si vous utilisez les Mipmaps.
Toutes les textures qui se trouvent dans la mémoire tampon peuvent être affichées dans le
catalogue (voir page 267) par un clic sur le bouton .
4.7.3 Chemin d'accès aux objets
Ce chemin désigne le dossier dans lequel le programme pourra trouver l'ensemble des objets
disponibles. Ce chemin est généralement défini au moment de l'installation et il est rare que vous
ayez besoin de le modifier. Toutefois, si vous y êtes amené, cliquez sur le bouton Parcourir et
sélectionnez le chemin d'accès désiré.
Vous pouvez demander au programme d'accéder à un dossier de remplacement, au cas où le
dossier principal ne contienne pas l'objet recherché. Pour cela, indiquez un nouveau dossier dans
le champ Autre chemin d'accès.
Remarque : Les autres chemins d'accès sont également présentés dans le catalogue, ce qui vous
permet d'accéder directement à des catalogues complémentaires qui se trouvent éventuellement à
un emplacement différent.
Si l'espace disque de votre ordinateur est relativement réduit, nous vous conseillons de copier tous
vos objets sur un lecteur compressé. Pensez ensuite à changer le chemin d'accès en conséquence.
4.7.4 Chemin d'accès aux textures
Ce chemin désigne le dossier dans lequel le programme pourra trouver l'ensemble des textures
disponibles. Ce chemin est généralement défini au moment de l'installation et il est rare que vous
ayez besoin de le modifier. Toutefois, si vous y êtes amené, cliquez sur le bouton Parcourir et
sélectionnez le chemin d'accès désiré.
Comme pour les objets, vous pouvez demander au programme d'accéder à un dossier de
remplacement défini dans le champ Autre chemin d'accès. Ces textures sont aussi présentées
dans le catalogue.
23
Guide de référence
4.7.5 Chemin d'accès aux matériaux
Cette rubrique fonctionne selon le même principe que les deux rubriques précédentes. Le
programme met à votre disposition un grand nombre de matériaux, dont le chemin d'accès doit
être défini ici.
Si l'espace disque de votre ordinateur est relativement réduit, nous vous conseillons de copier tous
vos matériaux sur un lecteur compressé. Pensez ensuite à changer le chemin d'accès en
conséquence. Comme les objets et les textures, ces matériaux sont aussi présentés dans le
catalogue.
4.8 LES PARAMÈTRES GÉNÉRAUX
Vous affichez cette boîte de dialogue en sélectionnant la commande Options – Programme –
Paramètres généraux. Les réglages effectués ici vous permettent essentiellement d'accélérer la
vitesse de travail du programme lors des affichages en trois dimensions.
4.8.1 Nombre de polygones affichés en visite 3D
Si votre ordinateur ne vous offre pas une vitesse de travail satisfaisante lors de la visite 3D, vous
avez la possibilité de réduire manuellement le nombre de polygones affichés. Ce nombre peut être
de l'ordre de plusieurs centaines de milliers dans certains cas. Pour le limiter, choisissez l'option
Limiter à et entrez une valeur telle que vous puissiez effectuer un parcours fluide dans une
représentation qui reste néanmoins agréable. Entrez par exemple la valeur 3000.
4.8.2 Représentation lors des déplacements
Il peut arriver que votre ordinateur ralentisse lorsque vous visitez votre maison dans une vue 3D
ou lorsque vous positionnez des objets. En réglant correctement les paramètres sous cette
rubrique, vous pouvez accélérer le mouvement à l'écran et opter pour un mode de représentation
plus simple.
4.8.2.1 Mode Filaire
L'affichage passe en mode Filaire lors d'une visite ou d'un déplacement en mode Vue 3D (voir
, page 218).
aussi
4.8.2.2 Coloré, sans textures
Pendant le déplacement, votre projet est représenté avec des surfaces unies, sans textures (voir
, page 218).
aussi
4.8.2.3 Texturé, qualité moyenne
Lors d'un déplacement, cette option représente votre projet avec toutes ses couleurs et toutes ses
textures. La représentation des murs avec texture se fait toutefois sans dégradé de couleurs
supplémentaire.
Cette option est un compromis optimal entre la qualité et la vitesse pour les ordinateurs dépourvus
, page 218).
de la technologie MMX (voir aussi
24
Phases de travail
4.8.2.4 Comme en l'absence de déplacement
Avec cette option, le mode de représentation ne change pas lors d'un déplacement, quel que soit le
mode d'affichage 3D sélectionné.
4.8.2.5 Actualiser l'éclairage lors des déplacements 3D
Indépendamment des possibilités d'affichage évoquées précédemment, vous pouvez désactiver la
mise à jour de l’éclairage des lampes, le temps d'un déplacement. Cette mise à jour exige en effet
de nombreux calculs. Contrairement au déplacement des objets ordinaires, le déplacement d'un
élément d’éclairage exige que soit recalculé, non seulement l’objet lui-même, mais aussi toute la
scène. Si cette option est désactivée, la représentation 3D ne correspond pas totalement à la réalité
pendant le déplacement. Lorsque le déplacement est interrompu, l'éclairage est automatiquement
calculé et représenté.
4.8.3 Observation et déplacements en 3D
Grâce aux options de cette rubrique, vous pouvez modifier la fonctionnalité du bouton
d'observation et du bouton droit de la souris dans les vues 3D.
4.8.3.1 Bouton d'observation
Le bouton d'observation permet à l'observateur de tourner autour de l'édifice, ou à l'édifice de
pivoter devant l'observateur, selon la fonction choisie. Activez ou désactivez l'option Permuter
gauche et droite pour choisir le mode de rotation adapté à vos besoins. Testez les deux
possibilités pour trouver celle qui vous semble la plus facile.
Dans la zone de saisie Largeur de pas, déterminez une valeur en degrés (donc un angle) pour les
mouvements de rotation. Cette indication permet de rapprocher ou d'éloigner deux points
d'observation consécutifs, en choisissant un angle de rotation étroit ou large (de 1 à 90°).
4.8.3.2 Déplacements (bouton droit de la souris enfoncé)
Les options décrites ci-dessous servent à définir le mouvement induit lorsque le bouton droit de la
souris est maintenu enfoncé. Elles peuvent être adaptées pour optimiser la manipulation des objets
dans le programme.
4.8.3.2.1 Dans l'écran
Lorsque cette option est activée, l'objet que vous êtes en train de manipuler se déplace en
profondeur par rapport à l'écran. Ce mouvement est identique que vous regardiez votre maison du
dessus ou de face.
4.8.3.2.2 Vers l'arrière (hauteur constante)
Lorsque vous regardez votre maison du dessus, en perspective 3D, et que vous déplacez un objet
en maintenant le bouton droit de la souris enfoncé, cette option ne correspond peut-être pas à ce
que vous souhaitez en matière de manipulation intuitive. Si tel est le cas, sélectionnez l'option
Permutation automatique entre "arrière" et "bas" (voir plus bas).
25
Guide de référence
4.8.3.2.3 Vers le bas
L'option Vers l'arrière (hauteur constante) produit des effets surprenants lorsque vous regardez
votre maison en perspective, depuis un point de vue proche de la verticale. Lorsque vous poussez
la souris loin de vous, l'objet ne suit pas le mouvement de la souris : il s'enfonce quasiment dans le
sol. Vous devez alors maintenir le bouton droit de la souris enfoncé pour que l'objet se déplace
vers le haut de l'écran.
Si vous sélectionnez l'option Vers le bas, le comportement observé est exactement l'inverse.
Lorsque vous déplacez la souris vers le haut sans maintenir le bouton droit enfoncé, l'objet se
dirige également vers le haut à l'écran, mais uniquement si votre point de vue est proche de la
verticale. Si vous maintenez le bouton droit enfoncé et que vous faites glisser la souris vers le
haut, l'objet semble s'enfoncer dans l'écran.
Ces deux options sont donc réservées à des angles de vue bien précis. L'option suivante propose
une simplification de ce problème.
4.8.3.2.4 Permutation automatique entre "arrière" et "bas"
Avec cette option, vous pouvez combiner les options Vers l'arrière (hauteur constante) et Vers
le bas et définir un angle au-delà duquel vous passez d'une option à l'autre. Vous évitez ainsi les
inconvénients de l'option Vers l'arrière (hauteur constante) et vous n'avez pas besoin de passer
manuellement d'un mode à l'autre.
4.9 LES BARRES D'OUTILS
4.9.1 Les fonctions de la barre d'outils horizontale I
Le présent chapitre a pour objectif de vous présenter les différents boutons de la barre d'outils
horizontale ainsi que leur fonction respective. Si l'un de ces boutons ne réagit pas lorsque vous
cliquez dessus, c'est qu'il ne sert à rien dans le mode dans lequel vous travaillez actuellement. Il est
alors affiché en gris.
Le premier groupe de six boutons, à gauche de la barre d'outils, contient les éléments suivants :
(voir page 28),
(voir page 13),
(voir page 13),
(voir page 30),
(voir page 32),
(voir page 34),
(voir page 36) et
(voir page 40). Il vous permet de gérer le projet en cours et
de travailler dans plusieurs vues.
Pour créer un nouveau projet, cliquez simplement sur le bouton . Un clic droit permet d'afficher
la boîte de dialogue contenant toutes les options du projet.
, le programme ouvre une boîte de dialogue Windows dans
Si vous cliquez sur le bouton
laquelle vous pouvez choisir le projet que vous souhaitez ouvrir.
pour enregistrer le projet actuel : si ce projet ne porte aucun nom, le
Cliquez sur le bouton
programme affiche une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez saisir le nom de votre choix.
Un clic droit sur ce bouton ouvre une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez définir les
paramètres d'enregistrement. Pour davantage d'informations sur ces boutons, reportez-vous aux
sections Ouvrir un projet (voir page 30) et Enregistrer un projet (voir page 32).
permet d'imprimer la vue ou le projet actuel sur votre imprimante
Un clic sur le bouton
Windows par défaut. Les options prises en compte au moment de l'impression sont accessibles par
26
Phases de travail
un clic droit sur le bouton. Pour obtenir une description détaillée de la fonction d'impression,
reportez-vous à la section Imprimer (voir page 34).
vous offre la possibilité d'enregistrer la vue actuelle (c'est-à-dire le contenu de la
Le bouton
fenêtre active) sous forme de bitmap ou le plan actuel sous forme de métafichier Windows. Un
clic droit sur le bouton permet d'accéder aux paramètres de la fonction Enregistrer une vue (voir
page 36).
permet d'afficher à l'écran une nouvelle fenêtre contenant une nouvelle vue du
Le bouton
projet. La nouvelle vue est créée sur la base des paramètres de configuration accessibles par un
clic droit sur le bouton. Pour obtenir une description détaillée de cette fonction, reportez-vous à la
section Créer une nouvelle vue (voir page 40).
4.9.2 Les fonctions de la barre d'outils horizontale II
Les boutons
(voir page 60) et
ou
jouent un rôle essentiel. En mode
active le mode Aménagement . Le bouton
ou
permet de passer du
Construction,
mode Construction (voir page 13) au mode Design (voir page 210) et inversement. Pour plus
d'informations sur ces deux modes, reportez-vous à leur chapitre respectif.
ou
sont affichés deux couples de boutons
(voir page
À droite du bouton
12) avec lesquels vous pouvez annuler vos dernières actions puis restaurer les actions annulées.
Pour annuler ou restaurer uniquement la dernière action, cliquez sur le premier bouton de chaque
couple (flèche droite ou flèche gauche). Pour afficher une liste de toutes les actions à annuler ou à
restaurer, cliquez sur le second bouton (flèche vers le bas).
4.9.3 Les fonctions de la barre d'outils horizontale III
Le groupe suivant, composé des boutons
et
(voir page 41), concerne la représentation de la
revient à sélectionner la commande Affichage – Montrer
vue actuelle. Un clic sur le bouton
correspond à la commande Affichage – Agrandir ou
tout, tandis qu'un clic sur le bouton
Affichage – Réduire. Un clic droit sur le dernier bouton permet d'afficher les paramètres de la
fonction Zoom. Pour plus d'informations sur cette fonction, reportez-vous à la section Zoom (page
41).
4.9.4 Les fonctions de la barre d'outils horizontale IV
Le quatrième groupe de boutons se compose des éléments suivants :
(voir page 83),
(voir
(voir page 83) et
(voir page 88). Il rassemble tous les outils d'aide à la
page 85),
construction.
permet de positionner sur le plan l'origine du système de
Ainsi, le bouton déroulant
coordonnées et/ou l'origine de la grille, selon la variante choisie. Reportez-vous à la section Placer
l'origine de la grille et des coordonnées (page 83).
permet d'afficher la règle sur l'écran, ou de la faire disparaître. Un
Un clic gauche sur le bouton
clic droit ouvre la boîte de dialogue contenant tous les paramètres de la règle. Pour plus
d'informations sur la règle, reportez-vous à la section La règle (page 85).
27
Guide de référence
Les boutons
et
de construction.
affichent ou masquent la grille ou les lignes d'aide positionnées sur le plan
En plus des boutons cités, le bouton
plan.
permet d'afficher ou de masquer les calques d'arrière-
4.9.5 Les fonctions de la barre d'outils horizontale V
Le dernier groupe de boutons se compose des éléments suivants :
(voir page 186),
(voir
(voir page 144),
(voir page 145),
(voir page 194),
(voir page 195) et
page 93), ,
(voir page 228). Ces boutons servent tous à activer ou désactiver une fonction.
permet d'afficher ou de masquer le terrain ; un clic droit ouvre la boîte de
Ainsi, le bouton
affiche ou masque les murs
dialogue contenant les paramètres d'affichage du paysage.
affiche ou masque le mobilier,
affiche ou masque les toitures,
affiche ou
hachurés,
affiche ou masque la légende et
affiche ou masque les cotations.
masque la charpente,
Enfin,
active ou désactive la détection de la collision lors des visites. Ces boutons agissent sur
(voir page
toutes les vues actuellement disponibles. La barre d'outils contient aussi le bouton
203) pour afficher ou masquer les coupes.
Remarque : Si vous utilisez le module complémentaire Storyboard, à l'extrémité de cette barre
d'outils se trouve un bouton supplémentaire permettant d'afficher ou de masquer la caméra en
mode Construction ou en mode Design.
Le groupe de boutons est suivi par une liste déroulante dans laquelle vous pouvez sélectionner
l'étage à considérer comme l'étage actuel. Cliquez dans cette liste pour afficher l'ensemble des
étages disponibles dans le projet en cours.
4.9.6 Les fonctions de la barre d'outils horizontale VI
Tout au bout de la barre d'outils horizontale, vous apercevez encore un ou deux boutons. L'un
(voir
d'entre eux est le bouton Aide . L'autre permet d'afficher ou de masquer le Catalogue
page 267) ; il n'apparaît que si vous travaillez en mode Design.
Lorsque vous cliquez sur le bouton Aide, le pointeur de la souris change de forme et vous pouvez
alors cliquer sur n'importe quel élément de l'interface pour obtenir des informations sur cet
élément.
Lorsque vous cliquez sur le bouton Catalogue , vous pouvez afficher ou masquer le catalogue
en mode Design.
4.10 CRÉER UN NOUVEAU PROJET
Pour créer un nouveau projet, choisissez la commande Nouveau dans le menu Fichier ou cliquez
. Dans la boîte de dialogue ainsi ouverte, vous voyez s'afficher les paramètres
sur le bouton
attribués par défaut à tout nouveau projet.
Si ces paramètres vous conviennent, vous pouvez empêcher l'affichage systématique de la boîte de
dialogue en pressant la touche Ctrl alors que vous cliquez sur le bouton .
28
Phases de travail
Tous les paramètres disponibles sont expliqués en détail à la section Construire des étages (voir
page 47).
4.10.1 Options de projet
Pour afficher la boîte de dialogue Options de projet, cliquez avec le bouton droit de la souris sur
ou sélectionnez la commande Options de projet dans le menu Fichier.
le bouton
Vous voyez ainsi apparaître tous les paramètres utilisés par le programme lorsque vous lui
demandez de créer un nouveau projet. Vous n'êtes pas contraint de définir ces paramètres avant la
création de vos projets : ils peuvent être modifiés ultérieurement si vous le souhaitez.
4.10.1.1 Format de papier
Vous avez le choix entre les formats de papier A4 et A3, proposés chacun avec une orientation
Portrait ou Paysage. Si un format défini par l'imprimante vous intéresse, activez l'option
correspondante. La dernière option Format personnalisé vous permet de définir vos propres
paramètres. Veillez alors à créer un format dont les dimensions sont logiquement adaptées à votre
futur projet.
Le format de page choisi détermine aussi les dimensions maximales de votre projet. Il est donc
préférable de définir un format de page et une échelle adapté à votre projet et ce, dès sa création.
Si vous réduisez le format de page de A3 à A4 a posteriori, par exemple, vous pouvez modifier
l'échelle et déplacer la page en Vue configuration pour présenter de nouveau votre projet sur une
seule page.
Attention : Si vous utilisez un format dont les dimensions dépassent le format de page pris en
charge par votre imprimante, le plan sera automatiquement imprimé sur plusieurs pages séparées.
Pour plus d'informations à ce sujet, reportez-vous à la section Imprimer (voir page 34).
4.10.1.2 Arrière-plan
Un clic sur ce bouton permet d'afficher la boîte de dialogue Paramètres d'arrière-plan. Cette boîte
est présentée en détail à la page 213.
4.10.1.3 Échelle
L'échelle définie ici est utilisée pour l'impression de votre projet et s'applique aussi aux
dimensions maximales de votre plan.
En dehors des valeurs standard pouvant être sélectionnées par de simples clics, vous avez la
possibilité de définir une échelle de votre choix en activant l'option Personnalisée.
4.10.1.4 Unités de mesure
Toutes les cotations que vous réalisez dans votre projet utilisent l'unité de mesure définie ici. Cette
rubrique regroupe les unités de mesure métriques (mm, cm et m) et les unités de mesure anglosaxonnes (pouce, yard et pied).
Lorsque vous avez terminé vos réglages dans la boîte de dialogue, cliquez sur le bouton OK pour
valider vos modifications. Le bouton Par défaut permet de conserver ces réglages en mémoire et
de les appliquer aux futurs projets créés.
29
Guide de référence
4.10.2 Propriétés du projet
Si vous pouvez enrichir votre projet avec toutes sortes d'informations géométriques, au fil de votre
travail, sachez que vous pouvez également saisir des informations complémentaires que le
programme utilisera pour créer les cartouches. Pour saisir ces informations, sélectionnez la
commande Propriétés du projet dans le menu Fichier.
La boîte de dialogue ainsi ouverte se compose de trois onglets, intitulés Projet, Maître d’ouvrage
et Maître d’oeuvre, proposant chacun un champ de saisie Nom, deux rubriques Adresse et
Informations complémentaires, et un champ Remarque. Les informations saisies dans la boîte
de dialogue Propriétés du projet sont utilisées par le programme pour générer les cartouches.
Elles n'apparaissent pas directement dans le projet en cours.
Les onglets Maître d’ouvrage et Maître d’œuvre proposent également un champ Titre
permettant de sélectionner le titre désiré.
4.11 OUVRIR UN PROJET
L'ouverture d’un projet s'effectue au moyen d'une boîte de dialogue standard Windows, accessible
ou la commande Fichier – Ouvrir. Vous pouvez aussi utiliser le raccourci
via le bouton
clavier Ctrl+O. Vos projets de construction portent l'extension *.acp, tandis que leurs
sauvegardes respectives portent l'extension *.bak. Le nom attribué à chaque projet peut compter
jusqu'à 256 caractères. À chaque nouvelle ouverture de la boîte de dialogue standard Windows
pour l'ouverture ou l'enregistrement d'un projet, le dernier chemin d'accès utilisé vous est proposé.
Pendant l’ouverture du projet, une barre de progression s'affiche dans la barre d'état du
programme, pour vous renseigner sur l'avancement de l'opération. Les informations affichées
peuvent être utiles dans le cas de projets volumineux, car le processus de chargement peut se
prolonger quelque peu, en raison du calcul des textures. Il peut alors être interrompu par la touche
Échap. En cas d'interruption du processus de chargement, la boîte de dialogue décrite plus loin
apparaît.
L'ouverture d'un projet avec la commande Fichier – Nouveau avec modèle ouvre un projet tout
comme la commande Fichier – Ouvrir à la différence que vous êtes obligé d’enregistrer le projet
sous un autre nom, ce qui évite le remplacement par mégarde du modèle. Le chemin d'accès des
projets et des modèles est différent.
4.11.1 Fenêtres d'aperçu à l'ouverture de projets
Si des images ont été créées pour un aperçu en mode Construction et/ou en mode Design lors de
l'enregistrement d'un projet (voir page 32), vous pouvez les visualiser lors de l'ouverture du projet.
Ces aperçus vous permettent de vérifier rapidement le contenu de projets enregistrés sur votre
ordinateur. Vous pouvez également consulter les Propriétés du projet (voir page 30) avant son
ouverture.
En plus des zones habituelles de sélection d'un fichier, la boîte de dialogue d'ouverture de fichier
comporte une rubrique d'aperçu composée des trois onglets Vue 2D, Vue 3D et Propriétés du
projet.
Remarque : Lorsqu'un projet ne contient pas d'informations relatives aux aperçus, les fenêtres
d'aperçu sont vides et affichent la mention <aucun dessin>. Les champs de saisie des données de
projet qui n'ont pas été renseignés ne sont pas présentés sous l'onglet Propriétés du projet. Dans
ce cas, seule la date de création y figure car elle est générée automatiquement.
30
Phases de travail
4.11.2 Interruption de l'ouverture de projets
Une boîte de dialogue s'affiche automatiquement lorsque vous appuyez sur la touche Échap pour
interrompre l’ouverture d’un projet. Sélectionnez l'option de votre choix.
4.11.2.1 Rejeter tout ce qui suit
Le chargement du projet est interrompu et les éléments déjà chargés sont affichés dans la fenêtre
du programme.
4.11.2.2 Ne charger que ce qui suit
L'élément qui était en cours de chargement lorsque vous avez appuyé sur la touche Échap (voir
les indications dans la barre d'état) est ignoré, et le chargement se poursuit avec le reste du projet.
4.11.2.3 Poursuivre le chargement
Le processus interrompu reprend son cours et le projet est chargé en totalité.
4.11.2.4 Tout rejeter
Le processus est définitivement arrêté et toutes les informations chargées sont ignorées. Le
programme retrouve l'état dans lequel il se trouvait avant le chargement.
4.11.3 Boîte de dialogue Recherche d'un objet
Lorsque le programme enregistre votre projet, il mémorise également tous les liens pointant vers
les différents objets insérés dans le projet. S'il ne parvient pas à retrouver un objet lorsque vous
ouvrez de nouveau le projet enregistré, il affiche un message d'erreur et vous informe que
l'emplacement de l'objet a changé (vous avez peut-être déplacé son dossier sur le disque dur). Le
processus d'ouverture est alors interrompu et le programme attend vos instructions dans la boîte de
dialogue Recherche d'un objet.
Vous pouvez répondre de plusieurs façons à la question "Souhaitez-vous le rechercher ?". Si vous
cliquez sur Oui, le programme affiche une boîte de dialogue standard de Windows dans laquelle
vous pouvez rechercher et sélectionner le nouvel emplacement de l'objet. Si vous répondez Non,
le projet est chargé normalement, mais sans l'objet perdu.
Le bouton Ne jamais rechercher vous permet d'indiquer au programme qu'il ne doit jamais
rechercher un objet dont il ne trouve plus la trace.
Si vous cliquez sur le bouton Rechercher maintenant dans le chemin entier, les objets non
trouvés à leur emplacement d'origine sont recherchés dans le chemin d'accès aux objets, et dans
ses sous-dossiers (le chemin d'accès aux objets est le chemin défini dans la boîte de dialogue
Paramètres généraux).
Si les objets perdus sont retrouvés dans un autre dossier, le programme enregistre ces nouveaux
liens et les utilisera lors du prochain chargement.
31
Guide de référence
4.12 ENREGISTRER UN PROJET
Dans le programme, l’enregistrement des projets s'effectue par l'intermédiaire d'une boîte de
dialogue standard de Windows, exactement comme l'ouverture des projets. Cette boîte est
ou la commande Fichier – Enregistrer sous. Si votre projet porte
accessible par le bouton
déjà un nom (c'est-à-dire si vous l'avez enregistré précédemment), la commande exécutée n'est pas
active
la commande Enregistrer sous mais la commande Enregistrer. Un clic sur le bouton
alors la commande Fichier – Enregistrer. Au lieu de la commande Fichier – Enregistrer, vous
pouvez aussi utiliser le raccourci clavier Ctrl+S.
Lors du premier enregistrement d'un objet, vous pouvez le nommer et préciser par une coche dans
la case correspondante que le projet doit être enregistré avec une image d'aperçu en mode
Construction et/ou une image d'aperçu en mode Design. Ces images d'aperçu peuvent alors être
consultées avant l'ouverture du projet dans la boîte de dialogue d'ouverture d'un projet (voir page
30).
N'oubliez pas que l'enregistrement d'un aperçu accroît la taille du fichier de quelques kilooctets.
Vos projets de construction portent l'extension *.acp, tandis que leurs sauvegardes respectives
portent l'extension *.bak. Le nom attribué à chaque projet peut compter jusqu'à 256 caractères.
Lorsque vous ouvrez de nouveau une boîte de dialogue d'enregistrement de projet, le dernier
chemin d'accès utilisé vous est proposé.
Outre le projet lui-même, le programme enregistre tous les paramètres de configuration appliqués
au projet, notamment la dernière vue affichée et la disposition de l'interface au moment de
l'enregistrement.
4.12.1 Paramètres d'enregistrement
Cette boîte de dialogue s'affiche lorsque vous cliquez avec le bouton droit de la souris sur le
et lorsque vous sélectionnez la commande Options – Programme – Enregistrer.
bouton
ou de la commande Fichier–
En général, vous enregistrez vos projets à l'aide du bouton
Enregistrer ou Fichier– Enregistrer sous. Le programme vous permet aussi d'enregistrer un
projet automatiquement à intervalles réguliers.
32
Phases de travail
4.12.1.1 En fin de session
Sous cette rubrique, vous pouvez définir si le projet en cours doit systématiquement être enregistré
lorsque vous ouvrez un autre projet ou lorsque vous quittez le programme. Si oui, indiquez de
quelle manière cet enregistrement doit avoir lieu.
4.12.1.1.1 Sans confirmation
Si vous activez cette option, le programme enregistre automatiquement le projet en cours lorsque
vous quittez le programme, lorsque vous fermez un projet ou lorsque vous ouvrez un autre projet.
4.12.1.1.2 Avec confirmation
Avec cette option, le programme affiche une demande de confirmation lorsque vous quittez le
programme, lorsque vous fermez un projet ou lorsque vous ouvrez un autre projet. Vous pouvez
alors décider si vous souhaitez ou non enregistrer le projet en cours.
4.12.1.1.3 Ne pas enregistrer
Lorsque cette option est active, le programme exécute toujours les commandes Fichier – Fermer,
Fichier – Ouvrir et Fichier – Quitter (activées depuis les menus ou à l'aide des boutons et
raccourcis correspondants) sans enregistrer le projet en cours et sans afficher aucune demande de
confirmation ni avertissement.
Il va de soi que cette option est à utiliser avec beaucoup de précaution car vous pourriez perdre
ainsi le fruit de longues heures de travail.
4.12.1.1.4 Enregistrement automatique
Pour la sécurité de vos données, vous avez la possibilité de demander au programme d'enregistrer
automatiquement une copie de sauvegarde de votre projet à intervalles réguliers. Cette copie de
sauvegarde est créée indépendamment des projets déjà enregistrés, et elle est automatiquement
effacée lorsque vous quittez le programme.
Nous ne saurions trop vous recommander d'activer cette option, d'autant que l’enregistrement
automatique est si rapide que vous le remarquerez à peine pendant votre travail.
Si le programme est arrêté brutalement, c'est-à-dire sans observer la procédure normalement
prévue à cet effet, et si un enregistrement automatique a été effectué, vous obtenez au redémarrage
du programme une boîte de dialogue vous informant de la situation. Vous avez alors la possibilité
de récupérer le projet qui aurait été perdu autrement.
Si une telle boîte de dialogue s'affiche au démarrage du programme, vous pouvez reprendre le
travail là où il avait été brutalement interrompu. Commencez, dans ce cas, par enregistrer le projet
récupéré sous un nouveau nom.
En effet, si vous n'enregistrez pas le projet sous un autre nom et si le programme est à nouveau
arrêté accidentellement, le projet en cours sera remplacé par la nouvelle sauvegarde automatique,
ce qui n'est pas souhaitable dans ce cas.
33
Guide de référence
4.12.1.1.5
Copie de sauvegarde
Si cette option est active, le programme crée, à chaque enregistrement du projet en cours, une
copie de l’enregistrement précédent. Ce fichier reçoit l'extension *.bak. Si, après l’enregistrement
du projet, vous vous ravisez, parce qu'il vous semble que les dernières modifications ne sont pas
très réussies, vous avez tout loisir de restaurer l'état précédent en chargeant le fichier *.bak. Cette
même fonction existe depuis longtemps déjà dans les programmes de traitement de texte et dans
les tableurs, par exemple.
Si vous ouvrez un fichier *.bak pour le modifier, vous devez dans tous les cas l'enregistrer sous
un autre nom, avant toute chose, sans quoi le fichier de sauvegarde serait remplacé par le projet en
cours lors de l’enregistrement. Vous n'auriez alors plus de fichier de sauvegarde.
4.13 FERMER UN PROJET
Lorsque vous fermez un projet avec la commande Fichier – Quitter, le programme vous demande
éventuellement si vous souhaitez l'enregistrer. Cette demande de confirmation dépend de l'option
que vous avez sélectionnée dans les Paramètres d'enregistrement (voir page 32).
4.14 IMPRIMER UN PROJET
Un clic sur le bouton
vous permet d'imprimer directement vos plans et vos différentes vues.
Les plans sont imprimés selon l'échelle que vous avez définie, tandis que les vues 3D ont une taille
librement paramétrable. La boîte de dialogue Imprimer qui s'affiche par la commande Fichier –
Imprimer affiche la boîte de dialogue d'impression standard de Windows. Le bouton Préférences
donne accès aux paramètres de votre imprimante par défaut.
Sachez que le programme vous permet de choisir un format d'impression de taille quelconque,
indépendamment du format de papier que vous utilisez sur votre imprimante. L'impression est
alors répartie sur plusieurs feuilles que vous pouvez couper et assembler. Pour faciliter votre
travail, les impressions se chevauchent légèrement et des lignes d'aide vous indiquent à quel
endroit découper. Les côtés à couper sont en outre numérotés, ce qui facilite leur assemblage. Il
suffit alors de faire coïncider les mêmes numéros de part et d'autre des côtés à assembler. Grâce à
ce procédé, vous pouvez imprimer un plan de format A0 sur une imprimante A4.
L'impression peut être envoyée vers n'importe quel périphérique de sortie installé sous Windows
via la commande Démarrer – Imprimantes et télécopieurs. Un plan peut, par conséquent, être
édité sur une table traçante.
Pour exploiter pleinement cette fonctionnalité, contrôlez et ajustez si nécessaire les options
définies dans la boîte de dialogue Paramètres d'impression.
34
Phases de travail
4.14.1 Paramètres d'impression
Ouvrez cette boîte de dialogue par un clic droit sur le bouton
ou par la commande Options –
Programme – Imprimer. Vous pouvez y définir le contenu de l'impression, ainsi que sa taille et
sa qualité.
En plus des boutons OK, Annuler et Aide, le bouton Configurer imprimante donne accès aux
paramètres de votre imprimante par défaut.
4.14.1.1 Impression
Sous cette rubrique, vous indiquez ce que vous voulez imprimer. L'option Plan permet d'imprimer
uniquement le plan de votre projet, quelle que soit la vue active.
L'option Vue actuelle imprime le contenu de la fenêtre active, qu'il s'agisse du plan 2D ou d'une
vue 3D. Si vous travaillez avec plusieurs fenêtres, assurez-vous que la fenêtre active est bien celle
que vous voulez imprimer avant de cliquer sur le bouton .
4.14.1.2 Couleurs du plan
Vous avez la possibilité de définir les couleurs qui seront utilisées pour l'impression du plan de
construction. Vous avez le choix entre utiliser les couleurs dans le plan, n'en utiliser que certaines
ou réaliser l'impression en noir et blanc.
4.14.1.3 Impression d'une vue 3D
Les paramètres que vous pouvez définir dans ce groupe ne s'appliquent qu'aux vues 3D. La taille
des plans est déterminée directement par l'échelle que vous avez choisie.
35
Guide de référence
4.14.1.4 Taille
Avec l'option Indentique à la vue actuelle, vous obtenez une impression reprenant les
dimensions de la fenêtre que vous voulez reproduire. Avec l'autre option, vous pouvez ajuster
l'impression exactement à la largeur de la page en entrant la valeur 1. Vous pouvez aussi répartir
l'image sur plusieurs pages, la hauteur étant adaptée en conséquence.
4.14.1.5 Couleur d'arrière-plan
Vous devez décider si la couleur d'arrière-plan utilisée à l'écran pour le projet doit également être
reproduite dans l'impression (option Comme en mode Design) ou si vous préférez vous passer de
l'arrière-plan (option Blanc). L'option Blanc réduira sensiblement le prix de revient de
l'impression et, sur une imprimante noir et blanc, elle améliorera la qualité globale du document
imprimé.
4.14.1.6 Recherche de textures
Indiquez ici quelle résolution votre imprimante doit utiliser. Le choix d'une résolution inférieure
au maximum que peut fournir le périphérique accélère certes le processus, mais au détriment de la
qualité. Inutile de sélectionner une résolution supérieure à ce que peut produire l'imprimante, vous
n'augmenterez pas la qualité du document de cette manière. Avec l'option Définie par
l'imprimante par défaut, vous utilisez automatiquement la résolution maximale pouvant être
obtenue avec votre périphérique d'impression.
4.15 ENREGISTRER UNE IMAGE
Le programme vous permet d'enregistrer la vue actuelle (c'est-à-dire le contenu de la fenêtre
active) sous forme de bitmap et le plan actuel sous forme de métafichier Windows. Les fichiers
bitmaps peuvent être optimisés lors de l’enregistrement grâce à une fonction de lissage et un
oversampling de 16 maximum. Avec cette fonctionnalité, vous obtiendrez des résultats d'une
qualité étonnante que vous pourrez utiliser pour les présentations les plus professionnelles.
Pour exploiter au mieux toutes ces possibilités, nous vous recommandons de personnaliser les
paramètres présentés ci-dessous. Ceci étant fait, vous enregistrerez la vue active sur votre disque
dur par un simple clic sur le bouton . Il ne vous reste alors plus qu'à indiquer un nom de fichier
et un chemin d'accès dans la boîte de dialogue qui s'affiche.
Lorsque vous choisissez le format d'enregistrement JPEG dans la boîte de dialogue, la rubrique
Image JPEG vous offre des possibilités de réglages supplémentaires. Avec une Qualité inférieure
à 100 %, la taille du fichier est réduite en conséquence, cette réduction étant liée à une perte de
qualité. Si vous activez l'option Valeur d'incrémentation, le fichier peut commencé à être affiché
sur Internet même s'il n'a pas encore été chargé en totalité (la taille du fichier s'en trouve aussi
accrue).
Vous pouvez aussi recourir au Raytracer (voir page 219) pour générer l'image à enregistrer. Si
l'option correspondante est cochée (voir ci-dessous), un calcul de raytracing est effectué lors de
l’enregistrement. Avec cette option, vous pouvez enregistrer des images dans presque n'importe
quelle résolution.
36
Phases de travail
4.15.1 Paramètres d'enregistrement d'une image
Ouvrez cette boîte de dialogue par un clic droit sur le bouton
Enregistrer une image.
ou par Options – Programme –
4.15.1.1 Type de représentation
Vous pouvez sélectionner le format auquel doivent être enregistrées les vues 2D, c'est-à-dire les
(voir page 210) du mode Design. Ces options sont
vues du mode Construction et les vues Plan
uniquement proposées pour les plans car les représentations 3D peuvent uniquement être
enregistrées en tant que Bitmap.
4.15.1.2 Fichier Bitmap (BMP, JPEG)
Choisissez cette option si vous souhaitez enregistrer les vues 2D au format bitmap. Chaque fichier
ainsi créé contient alors une image pixel par pixel de la fenêtre actuelle. L'avantage de ce format
est son universalité, puisque la grande majorité des programmes graphiques le prenne en charge.
En revanche, il se caractérise par une lourdeur excessive (taille en ko) comparé au format WMF,
et par une perte de qualité importante en cas de redimensionnement.
37
Guide de référence
4.15.1.3 Metafile Windows (WMF)
Choisissez cette option si vous souhaitez enregistrer les vues 2D au format métafichier Windows.
Chaque fichier ainsi créé contient alors des informations vectorielles sur tous les traits et tous les
points contenus dans la vue actuelle. Il ne contient pas une reproduction pixel par pixel de la
fenêtre actuelle, si bien que son volume est bien plus faible que celui d'un fichier BMP. Les
informations vectorielles offrent l'avantage de supporter toute opération de redimensionnement
sans perte de qualité graphique.
4.15.1.4 Traitement de l'image
Les réglages effectués sous cette rubrique s'appliquent exclusivement à l'enregistrement d'une vue
(voir page 210) ou d'une vue en perspective
(voir page 211). La fenêtre
en plan coloré
active doit donc utiliser l'une de ces deux vues.
Quelques options vous permettent également d'améliorer la qualité graphique de vos images.
4.15.1.5 Dimensions
Dans ce groupe, vous pouvez définir la taille de l'image enregistrée. L'option Identiques à la vue
reprend les dimensions de la vue pour la création du bitmap. C'est la meilleure façon de contrôler
la taille de l'image. Bien entendu, vous pouvez aussi définir n'importe quelle taille. Avec l'option
Homothétiques (proportionnelles à l'image écran), la dimension complémentaire est
systématiquement adaptée en conséquence lorsque vous modifiez la largeur ou la hauteur. Avec
cette option, vous enregistrez une image qui correspond exactement à la vue contenue dans la
fenêtre active mais avec une résolution supérieure ou inférieure.
L'option Autre permet de définir librement la largeur et la hauteur de l'image. Pour éviter les
déformations lorsque le rapport des valeurs ne correspond pas à celui des dimensions de la fenêtre,
il se peut que l'image enregistrée représente plus que ce qui est visible dans la fenêtre.
4.15.1.6 Palette de couleurs
Dans ce groupe, vous définissez la palette de couleurs avec laquelle l'image doit être enregistrée.
Vous disposez à cet effet de deux options : 256 couleurs et TrueColor (16,7 millions couleurs).
Le choix dépend de l'usage que vous comptez faire de l'image.
Les images enregistrées avec l'option 256 couleurs conviennent très bien pour une conversion
vers d'autres formats graphiques, par exemple pour des transferts via Internet ou une insertion
dans une page web. Réservez l'option TrueColor (16,7 millions couleurs) aux images destinées à
des usages très exigeants, car la taille du fichier enregistré est trois fois plus importante qu'avec
l'autre option.
Lors d'un enregistrement avec l'option 256 couleurs, l'optimisation de la palette de couleurs
(voir page 263) est exécutée automatiquement. Le programme génère alors automatiquement une
palette de couleurs contenant 256 couleurs, optimisée pour la vue en cours, et il l'enregistre avec
l'image.
Remarque : si le programme fonctionne en mode HighColor, il n'utilise que 32000 couleurs,
même si vous enregistrez l'image avec l'option TrueColor. La taille du fichier est néanmoins celle
d'une image TrueColor (pour les spécialistes : les bits inférieurs des informations de couleurs
restent inutilisés). Le programme doit être lui-même en mode TrueColor pour que toutes les
38
Phases de travail
valeurs de couleurs possibles soient effectivement utilisées. Tenez compte de cette particularité si
vous voulez générer des images de très bonne qualité. Démarrez alors le programme en mode
True Color (voir page 29).
4.15.1.7 Oversampling
Il existe divers moyens d'améliorer la qualité de l'image. L'un d'eux est l'oversampling. Avec cette
méthode, chaque pixel est représenté plusieurs fois en interne, en fonction d'un facteur spécifié, et
les couleurs des pixels voisins sont fondues entre elles. On lisse ainsi les contours et les dégradés
de couleurs apparaissent plus proches de la réalité. Les options de ce groupe correspondent aux
facteurs d'oversampling : Sans, x4, x9, x16. Pour vous faire une opinion sur l'oversampling,
observez les deux images suivantes :
Chaise non retouchée
Chaise avec oversampling
Nous vous conseillons de combiner l'oversampling au lissage.
4.15.1.8 Lissage
Lorsque cette option est activée, le programme recherche toutes les arêtes visibles de l'image et
tente de les lisser. Cette fonction ne demande qu'un faible temps de calcul et il serait donc
dommage de s'en priver.
Chaise non retouchée
Chaise avec lissage
39
Guide de référence
4.15.1.9 Raytracing
Lorsque cette option est activée, l'image est traitée à l'aide du raytracer avant d'être enregistrée. Le
programme utilise alors les paramètres courants du raytracer. Ces paramètres peuvent être définis
). Pour plus d'informations sur le raytracer, reportez-vous à la
après un clic droit sur le bouton
page 219.
Remarque : lorsque l'option Raytracing est activée, la durée d'enregistrement peut être très
importante car l'image à enregistrer est entièrement recalculée par le raytracer. Cette durée
s'allongera considérablement si vous avez opté, par exemple, pour une résolution très élevée et un
oversampling de facteur 4 ou 16. Soyez-en conscient lorsque vous activez l'option Raytracing.
4.16 CRÉER UNE NOUVELLE FENÊTRE
Pour créer une nouvelle vue de votre projet, cliquez sur le bouton
ou sélectionnez la
commande Fenêtre – Nouvelle fenêtre. Une nouvelle vue est alors créée sur la base des
paramètres configurés dans la boîte de dialogue Nouvelle fenêtre ; elle s'affiche dans une nouvelle
fenêtre, par dessus la fenêtre actuelle. Pour travailler confortablement avec plusieurs fenêtres,
organisez votre écran grâce aux commandes Fenêtre – Cascade et Fenêtre – Mosaïque.
4.16.1 Nouvelle fenêtre
Pour afficher la boîte de dialogue Nouvelle fenêtre, faites un clic droit sur le bouton
choisissez la commande Options – Programme – Nouvelle fenêtre.
ou
Cette boîte de dialogue vous permet de définir la présentation de la nouvelle vue.
4.16.1.1 Type de fenêtre
Utilisez la rubrique Type de fenêtre pour définir le type de vue désiré. L'option Identique à la
fenêtre actuelle permet de créer une réplique parfaite de la vue actuellement affichée à l'écran. En
40
Phases de travail
revanche, les options Vue en plan, Plan coloré et Vue en perspective permettent de créer une
vue entièrement nouvelle. Naturellement, vous pouvez ajuster après coup la nouvelle vue créée
(voir page 40)
4.16.1.2 Représentation 3D
Choisissez sous cette rubrique le type de représentation désiré pour la création d'une nouvelle vue
3D. Les quatre options disponibles sont les suivantes : Mode filaire, Ombrage constant,
Texturée (qualité moyenne) et Texturée (qualité maximum) (voir page 218).
Si vous utilisez toujours le même type de représentation, sa configuration préalable vous permet
de gagner du temps.
4.16.1.3 Éclairage
La rubrique Éclairage vous permet de choisir si la nouvelle vue doit être représentée de jour, de
nuit ou à heure variable.
Vous pouvez modifier ce paramètre ultérieurement, à l'aide du bouton déroulant
.
4.17 ZOOMER
Vous pouvez agrandir ou réduire une section de la vue active en cliquant avec le bouton gauche de
qui active la fonction de zoom. Une fois la vue agrandie ou réduite, la
la souris sur le bouton
fonction de zoom est automatiquement désactivée, c'est-à-dire que le bouton n'est plus enfoncé.
Pour annuler le réglage du zoom (parce que vous êtes entré dans votre maison, par exemple) et
. Ce bouton permet aussi d'afficher le projet,
voir la totalité du projet, cliquez sur le bouton
quelles que soient ses dimensions, dans une vue adaptée à la taille de l'écran.
L'agrandissement d'une section de l'image s'effectue à l'aide du bouton gauche de la souris. La
réduction s'effectue aussi en cliquant avec le bouton gauche mais en maintenant la touche Ctrl
enfoncée. Si vous avez prédéfini un facteur d'agrandissement, il vous suffit de faire un clic gauche
dans la vue courante. Si vous n'avez pas prédéfini de facteur de zoom, vous devez délimiter une
zone dans la fenêtre active. Le mode de définition de cette zone de zoom varie en fonction des
réglages effectués dans la boîte de dialogue Paramètres de zoom.
Remarque : Dans la vue en perspective, la perspective est également ajustée, de telle sorte que le
centre de la zone sélectionnée devient le nouveau point de fuite de la fenêtre.
En remplacement du bouton , vous pouvez utiliser le pavé numérique de votre clavier pour
agrandir et déplacer la vue active. Les touches du clavier ont alors la fonction suivante :
Touche 0
Touche 1
Touche 2
Touche 3
Touche 4
Touche 6
Touche 7
Touche 8
équivaut à la fonction Montrer tout
déplace le volet visible en bas à gauche
déplace le volet visible vers le bas
déplace le volet visible en bas à droite
déplace le volet visible vers la gauche
déplace le volet visible vers la droite
déplace le volet visible en haut à gauche
déplace le volet visible vers le haut
41
Guide de référence
Touche 9
Touche +
Touche Touche *
Touche /
déplace le volet visible en haut à droite
agrandit la vue autour de son centre
réduit la vue autour de son centre
agrandit la vue autour de la position du pointeur
réduit la vue autour de la position du pointeur
Les sens de déplacement correspondent aux flèches imprimées sur les touches de votre pavé
numérique.
Si vous travaillez sur un ordinateur portable, dont le clavier ne contient pas de pavé numérique,
sachez que le programme reconnaît également les combinaisons de touche Ctrl+(*, /,+,-). Les
touches *, /,+ et - sont celles du clavier alphanumérique.
La fonction de zoom peut être paramétrée dans la boîte de dialogue Zoom décrite ci-après.
4.17.1 Paramètres de zoom
Pour afficher cette boîte de dialogue, faites un clic droit sur le bouton
commande Options – Programme – Zoom.
ou sélectionnez la
4.17.1.1 Facteur d'agrandissement
Dans ce groupe d'options, vous pouvez définir le mode de fonctionnement du zoom. Les valeurs
que vous définissez ici s'appliquent aussi bien à l'agrandissement qu'à la réduction.
4.17.1.2 Sélection libre
Cette option vous permet d'agrandir ou de réduire la vue affichée en définissant la zone de zoom
par un clic gauche pour définir le premier sommet du cadre, puis en traçant un cadre aux
dimensions souhaitées en maintenant le bouton gauche de la souris enfoncée.
4.17.1.3 Sélection centrée
Cette option est identique à la précédente, à une différence près : alors qu'avec la précédente, vous
deviez tracer le rectangle en cliquant sur un sommet puis en relâchant le bouton sur le sommet
42
Phases de travail
opposé, avec celle-ci vous devez d'abord cliquer au centre du rectangle puis déplacer la souris vers
l’extérieur et relâcher le bouton lorsque le cadre a les dimensions souhaitées. Cette option est
particulièrement importante dans la vue en perspective pour définir la profondeur requise.
4.17.1.4 Facteurs fixes
L'avantage des facteurs de grossissement fixes est que vous n'avez qu'un seul clic à effectuer pour
agrandir la vue en conséquence. Le centre de l'agrandissement est le point sur lequel vous avez
cliqué. Si vous maintenez la touche Ctrl enfoncée pendant que vous cliquez sur la vue, la vue n'est
pas agrandie mais réduite.
4.17.1.5 Perso.
Avec cette option, vous pouvez indiquer le facteur de zoom de votre choix, de 1 à 20.
43
Guide de référence
5. LES ÉTAGES
Le programme ne se limite aucunement au rez-de-chaussée de votre maison, et vous propose de
bâtir votre projet depuis les fondations jusqu'à la toiture. Pour gérer les différents étages de votre
habitation, vous disposez du menu Étage en mode Construction, comme en mode Design.
L'étage affiché à l'écran est appelé "étage actuel" : pour le sélectionner, déroulez la liste affichée à
droite de la barre d'outils horizontale, et cliquez sur l'étage désiré. Vous pouvez également ouvrir
le menu Étage, dérouler le sous-menu Étage actuel et sélectionner l'un des étages disponibles.
En mode Construction (voir page 13), les éléments insérés dans le plan sont automatiquement
affectés à l'étage actuel. En mode Design, l'étage actuel est toujours visible.
5.1 QUE CONTIENT UN ÉTAGE ?
Un étage contient tous les éléments situés entre le sol du niveau actuel et le sol du niveau
supérieur. Il comporte par conséquent le plafond supérieur. Le programme applique chacune de
vos insertions à l'étage actuellement sélectionné et affiché. Ceci vaut pour les éléments de
construction, mais également pour les légendes, les lignes d'aide et les cotations.
Quant aux objets que vous placez en mode Design, ils sont affectés aux différents étages de la
manière suivante : ceux qui se trouvent à l'intérieur d'une pièce fermée appartiennent à l'étage
dont fait partie la pièce en question. Un objet est considéré comme étant à l'intérieur d'une pièce
lorsque son point central se trouve dans cette pièce. Les objets qui n'appartiennent à aucune pièce
ne sont affectés à aucun étage et ne sont donc pas modifiés lorsque les différents étages le sont. Ils
ne sont pas effacés lorsque des étages sont supprimés.
5.2 DÉFINIR LE PREMIER ÉTAGE D'UN PROJET
Lorsque vous créez un nouveau projet en cliquant sur le bouton
(voir page 28) ou en
sélectionnant la commande Fichier – Nouveau, le programme affiche automatiquement une boîte
de dialogue de réglage des propriétés du premier étage. Ces paramètres seront utilisés par défaut
pour les autres étages de votre habitation. Les données sont décrites en détail dans les sections
consacrées aux étages.
Si un étage existe déjà, vous pouvez récupérer certains de ces éléments sous l'onglet Reprise, qui
apparaît alors dans la boîte de dialogue. Là, vous pouvez choisir un à un les éléments que vous
souhaitez reprendre dans le nouvel étage à créer.
Cette boîte de dialogue vous permet aussi de définir le Niveau de sol fini. Si vous souhaitez
commencer par le sous-sol, par exemple, vous pouvez saisir la valeur - 3 m, par exemple. Cette
44
Les étages
valeur et celle définie sous la hauteur d'étage permettent de générer le niveau des étages devant
encore être définis.
5.3 RELATIONS ENTRE LES ÉTAGES
Dans le programme, les niveaux de plancher des différents étages sont calculés de telle manière
que les étages se superposent harmonieusement, sans raccord apparent. Si, par exemple, vous avez
défini un rez-de-chaussée de 2,80 m de hauteur et si le sol fini de cet étage se situe au niveau
absolu 0 m, le sol fini du premier étage se situera automatiquement au niveau absolu 2,80 m. La
seule façon de changer cela est de modifier la hauteur du rez-de-chaussée ou son niveau absolu.
45
Guide de référence
Cette succession d'étages a des conséquences lors de la saisie du niveau de sol fini et de la hauteur
d'étage. Si vous avez défini un seul étage, vous pouvez indiquer son niveau zéro - son niveau de
sol fini - et la hauteur de l'étage. Les deux valeurs sont indépendantes l'une de l'autre mais elles
peuvent être entrées dans la même boîte de dialogue.
Si vous avez défini au moins un étage et si vous en ajoutez un nouveau, en dessous de ceux qui
existent déjà, vous pouvez indiquer soit la hauteur d'étage pour cet étage inférieur, soit le niveau
de sol fini. Les deux valeurs dépendent l'une de l'autre dans ce cas. Si vous modifiez le niveau de
sol fini, la hauteur d'étage est modifiée en conséquence. Vous ne pouvez indiquer le niveau de sol
fini pour aucun étage, à l'exception de l'étage inférieur. La valeur est indiquée dans la boîte de
dialogue à titre d'information, mais elle ne peut pas être modifiée.
5.4 ÉTAGES VISIBLES
Lorsque vous sélectionnez cette commande, la boîte de dialogue suivante apparaît à l'écran :
Le contenu de la liste affichée dans la boîte dépend naturellement du nombre d'étages déjà créés
dans votre projet.
Grâce aux différentes options de la boîte de dialogue, vous pouvez déterminer quels étages
doivent être représentés dans le projet. Dans la fenêtre du mode Construction, l'étage actuel est
représenté normalement, les autres sont en gris. Les éléments des étages représentés en gris sont
toutefois magnétiques eux aussi.
Dans le mode Design, la représentation dépend du type de vue choisi pour la fenêtre. Dans la vue
en plan, la représentation est identique à celle du mode Construction. Tous les étages visibles sont
alors représentés en gris ; seuls les éléments d'aménagement de l'étage actuel sont en noir. Dans la
vue en plan coloré, la représentation dépend des indications faites dans la boîte de dialogue. Seul
l'étage actuel est visible et c'est logique, sinon vous ne verriez jamais que l'étage supérieur. Dans la
vue en perspective, tous les étages sont représentés de la même manière. Pour cette vue, vous
pouvez obtenir des effets particuliers à l'aide de la boîte de dialogue.
En activant l'option De l’étage actuel, vous pouvez représenter la maison "par tranches", en
sélectionnant l'un après l'autre les différents étages de la liste.
46
Les étages
Remarque : Vous pouvez utiliser les flèches de direction (haut et bas) de votre clavier pour
sélectionner les étages à afficher. Il faut auparavant activer l'option De l’étage actuel et des
étages sélectionnés et cliquer une fois sur l'une des entrées de la liste.
Remarque pour la version Expert : En mode Construction, la commande Affichage/
Représentation archirecturale met à votre disposition la commande Afficher les escaliers de
l'étage inférieur par laquelle vous indiquez au programme que vous souhaitez rendre visibles les
escaliers situés sous l'étage actuel, même lorsque l'étage inférieur n'est pas visible.
Avec l'option De tous les étages, vous pouvez admirer toute votre maison dans la vue en
perspective. La dernière possibilité, De l’étage actuel et des étages sélectionnés, n'est
intéressante que si vous souhaitez représenter seulement certains étages de votre maison.
5.5 NOUVEL ÉTAGE AU-DESSUS/AU-DESSOUS (DE L'ACTUEL)
Lorsque vous souhaitez créer un nouvel étage, trois possibilités s'offrent à vous selon que le
nouvel étage doit prendre place au-dessus de l'étage le plus élevé, au-dessus de l'étage actuel ou
au-dessous de l'étage actuel.
La boîte de dialogue affichée se compose de deux onglets, intitulés Généralités et Reprise. Le
premier rassemble les paramètres fixes de l'étage à créer ; le second permet de consulter la liste
des éléments contenus dans les autres étages existants et d'importer certains de ces éléments vers
le nouvel étage.
47
Guide de référence
5.5.1 Onglet Généralités
Dans la liste déroulante Désignation, vous pouvez entrer le nom de l'étage ou le sélectionner parmi
les noms d'étage prédéfinis. Ce nom est utilisé pour identifier l'étage à définir. Après validation
par OK, vous le retrouvez dans la liste des étages de la barre de menus.
Remarque : Si vous saisissez un nom déjà présent dans la liste, le programme ajoute
automatiquement un numéro après cette désignation pour distinguer les différents étages entre eux.
Dans le champ Remarque, vous pouvez entrer toutes sortes d'informations personnelles
concernant le nouvel étage.
Vous pouvez ensuite définir la hauteur du nouvel étage et la hauteur des différentes parties de son
plafond.
Remarque : Dans le programme, un étage se compose d'une pièce et de son plafond. Par
conséquent, la hauteur de l'étage est toujours calculée depuis le niveau de sol fini de l’étage actuel
jusqu'au niveau de sol fini de l'étage supérieur.
5.5.1.1 Hauteur d'étage
Le plafond faisant toujours partie de l'étage, vous devez définir non seulement la hauteur de l'étage
dans son ensemble, mais également la hauteur des différentes parties du plafond. La hauteur de la
pièce correspond alors à la hauteur de l'étage moins les différentes hauteurs de plafond.
48
Les étages
5.5.1.2 Niveau de sol fini
Ce champ est généralement inaccessible (affiché en gris) car sa valeur est définie automatiquement
par le programme, sur la base des étages situés sous l'étage actuel.
Si vous n'avez défini qu'un seul étage pour le moment, vous pouvez entrer un niveau de sol fini et
une hauteur d'étage indépendants l'un de l'autre.
5.5.1.3 Utiliser cotation extérieure
Cette option permet d'afficher la cotation extérieure automatique (voir page 200) de l'étage en
cours. Vous pouvez aussi annuler l'utilisation de cotations extérieures pour un étage en désactivant
l'option correspondante dans la boîte de dialogue Cotation extérieure accessible par la commande
du même nom dans le menu Affichage.
49
Guide de référence
5.5.2 Onglet Reprise
En général, les étages situés les uns sur les autres sont assez semblables en ce qui concerne leur
plan de construction. Pour vous dispenser de retracer complètement les murs et autres éléments
identiques de chaque nouvel étage, vous pouvez indiquer, dans ce groupe d'options, si vous voulez
reprendre certains éléments d'un étage existant et, si oui, lesquels. Si c'est le cas, vous devez bien
entendu préciser quel étage doit être utilisé comme source pour les éléments à reprendre.
Sous la rubrique Reprise, vous pouvez définir ce que vous voulez récupérer sur cet étage. Le
choix vous est donné entre Aucun, Etage entier, Plan uniquement et Plan avec. Dans ce dernier
cas, vous pouvez cocher le ou les éléments à reprendre : Portes, Fenêtres, Poteaux, Conduits
fumées, Escaliers, Dalles de balcons, Poutres / Murets, Textes, Evidements de murs, Trémies,
Cotations, Lignes d'aide, Objets d'aménagement etc.
Vous pouvez aussi choisir les murs virtuels. Lorsque vous validez la boîte de dialogue avec OK, le
nouvel étage est aussitôt créé sur la base des paramètres indiqués.
5.6 MODIFIER L'ÉTAGE ACTUEL
Choisissez la commande Étage/Modifier l'étage actuel si vous souhaitez entreprendre des
modifications sur un étage existant. Vous pouvez alors le renommer, modifier sa hauteur d'étage
ainsi que ses différentes épaisseurs de dalle. La boîte de dialogue ouverte par la commande
Modifier l'étage actuel ressemble en tous points à la boîte de dialogue Propriétés d'étages,
accessible lorsque vous créez un nouvel étage.
Les valeurs modifiées prennent effet dès que vous validez la boîte de dialogue en cliquant sur le
bouton OK.
Si vous avez modifié la hauteur de l'étage, il convient de préciser comment doivent se comporter
les étages situés au-dessus et au-dessous de l'étage actuel, car cette modification les concerne
directement.
Sélectionnez l'option de votre choix dans la boîte de dialogue correspondante et validez avec OK.
L'étage actuel est alors modifié sur la base des indications fournies. Si vous cliquez sur Annuler,
tout le processus est interrompu et l'étage reste inchangé.
Remarque : Le changement de hauteur d'un étage entraîne automatiquement certaines
modifications sur ce même étage :
• Les escaliers de l'étage actuel sont adaptés à la nouvelle hauteur.
50
Les étages
• Les objets qui sont fixés au plafond sont déplacés vers le haut ou vers le bas, en même temps
que le plafond lui-même.
• Tous les autres objets, c'est-à-dire ceux qui se posent au sol ou se collent aux murs, sont
déplacés vers le bas selon une même valeur que le plafond de l'étage inférieur, si celui-ci est
déplacé.
• Si le plafond de l'étage inférieur se déplace, les fenêtres de l'étage actuel sont également
déplacées, la hauteur d'allège restant ainsi constante.
• Les portes sont adaptées de la même façon que les fenêtres.
• Si, à la suite d'une modification de la hauteur d'étage, certaines fenêtres ne tiennent plus
entièrement dans la nouvelle hauteur, le programme vous demande si vous voulez supprimer
ces fenêtres ou si vous souhaitez les conserver. Dans ce cas, vous devez adapter la hauteur de
ces fenêtres manuellement.
• Si la modification de l'étage en cours entraîne des modifications de la hauteur ou de la situation
d'autres étages, ceux-ci sont traités de la même façon.
Remarque : En modifiant le niveau de sol fini de l'étage le plus bas, vous pouvez modifier les
niveaux de tous les autres étages. L'implantation de l'ensemble du bâtiment peut ainsi être
modifiée en hauteur.
5.7 SUPPRIMER L'ÉTAGE ACTUEL
Si vous validez la boîte de dialogue en cliquant sur le bouton OK, l'étage actuel est supprimé avec
tous ses éléments. Pour éviter toute suppression accidentelle, le programme vous demande
confirmation. Répondez Non si vous souhaitez annuler l'opération.
51
Guide de référence
6. LES BÂTIMENTS
6.1 PRÉSENTATION
Un bâtiment (appelé aussi édifice dans le domaine de la construction) est une unité constituée de
plusieurs étages superposés ). Vous pouvez placer plusieurs bâtiments sur votre plan et leur
attribuer des hauteurs d'étage et des niveaux zéro différents. Par ailleurs, vous pouvez charger et
enregistrer des bâtiments entiers, et les déplacer dans leur intégralité avec le pointeur de la souris.
Un bâtiment est généralement utilisé dans les cas suivants :
• Vous souhaitez utiliser des murs de hauteurs différentes sur le même étage. Lorsque vous créez
un étage, vous définissez une hauteur d'étage qui induit celle des murs de cet étage.
• Vous souhaitez créer des demi-niveaux, c'est-à-dire des planchers de hauteur au sol différente.
Il existe toutefois des méthodes de création de demi-niveaux plus simples dont un exemple est
étudié dans le manuel de prise en main.
• Vous souhaitez utiliser des hauteurs de faîtitères différentes, par exemple pour un garage
attenant à un pavillon.
• Vous souhaitez créer des constructions indépendantes mais dont la vue globale doit apparaître
dans la même fenêtre, par exemple un pavillon et ses dépendances.
52
Les Bâtiments
6.2 CONSTRUIRE DES BÂTIMENTS
Les différentes fonctions d'édition des bâtiments sont réunies dans le menu Bâtiment :
Avant de détailler chacune des commandes disponibles, voici encore quelques informations
d'ordre général. Il est possible afficher un bâtiment différent dans chaque vue présentée à l'écran.
Pour savoir quel est le bâtiment considéré comme le bâtiment actuel, observez la barre de titre du
programme.
En mode Construction, vos saisies et vos insertions concernent toujours le bâtiment actuel, et plus
précisément l'étage actuel à l'intérieur de ce bâtiment . En mode Design, l'étage actuel du bâtiment
actuel est toujours visible. Naturellement, vous pouvez rendre visibles d'autres bâtiments, et
d'autres étages à l'intérieur de ces bâtiments. La vue en plan coloré fait toutefois figure d'exception
: elle ne peut en effet représenter que l'étage actuel du bâtiment actuel.
6.2.1 Que contient un bâtiment ?
Toutes vos insertions sont appliquées à l'étage actuel du bâtiment actuel.
6.2.2 Définir le premier bâtiment d'un projet
Lorsque vous créez un nouveau projet en cliquant sur le bouton
ou en sélectionnant la
commande Fichier – Nouveau, le programme affiche automatiquement la boîte de dialogue
Propriétés d'étage dans laquelle vous pouvez définir les paramètres de votre premier étage. Ce
nouvel étage entraîne la création automatique d'un bâtiment, nommé "Bâtiment 1", que vous
pouvez renommer et personnaliser après coup.
6.2.3 Relations entre deux bâtiments
Les bâtiments sont totalement indépendants les uns des autres. Autrement dit : les murs d'un
bâtiment ne coupent pas les murs d'un autre bâtiment, mais uniquement les autres murs du même
bâtiment et en l'occurrence les murs du même étage.
53
Guide de référence
6.2.4 Bâtiment actuel
La sélection du bâtiment actuel diffère légèrement de la sélection de l'étage actuel, pour laquelle il
existe une liste déroulante à droite de la barre d'outils horizontale. La liste de tous les bâtiments
disponibles est présentée sous la forme d'un sous-menu dynamique que vous affichez en activant
la commande Bâtiment – Bâtiment actuel. Le bâtiment actuel est celui dont le nom est précédé
d'une coche.
Pour changer de bâtiment, cliquez simplement sur une autre entrée du sous-menu.
6.2.5 Bâtiments visibles
Remarque : La visibilité des étages et des bâtiments peut être définie à l'aide du Gestionnaire de
projets. Pour plus d'informations, consultez la page 316.
Lorsque vous sélectionnez cette commande, la boîte de dialogue suivante s'affiche à l'écran :
Son contenu rappelle celui de la boîte de dialogue des étages visibles.
Contrairement aux étages, dont l'affichage peut être activé directement dans la barre d'outils
horizontale (liste déroulante), les bâtiments doivent impérativement être sélectionnés dans la boîte
de dialogue Bâtiment.
Heureusement, des raccourcis clavier ont été prévus afin de simplifier votre tâche. Ils s'appliquent
aux bâtiments, mais également aux étages.
• Étages :
Ctrl+G
• Bâtiments : Ctrl+B
Lorsque vous utilisez l'une de ces combinaisons, en mode Construction ou en mode Design, vous
activez en boucle l'une des trois possibilités d'affichage disponibles : Du bâtiment actuel, De tous
les bâtiments et Du bâtiment actuel et des bâtiments sélectionnés. Il en va de même pour
l'affichage des étages.
54
Les Bâtiments
6.3 TRAITEMENT DES BÂTIMENTS
6.3.1 Nouveau bâtiment
Sélectionnez cette commande pour créer un nouveau bâtiment.
Dans la boîte de dialogue ainsi ouverte, vous pouvez saisir un nom quelconque pour identifier le
nouveau bâtiment, et entrer vos commentaires personnels. Lorsque vous validez vos saisies en
cliquant sur le bouton OK, la boîte de dialogue Propriétés d'étage apparaît à l'écran. Cette boîte
de dialogue s'affiche également chaque fois que vous créez un nouveau projet. Vous pouvez y
définir la hauteur d'étage et d'épaisseur de dalle du nouveau bâtiment. Si d'autres bâtiments
existent déjà sur votre plan, ils peuvent être grisés ou totalement masqués, selon les paramètres de
visibilité précédemment définis.
6.3.2 Modifier le bâtiment actuel
En sélectionnant cette commande, vous affichez la boîte de dialogue Propriétés du bâtiment,
également accessible par un double clic sur le bâtiment préalablement sélectionné. Pour
sélectionner un bâtiment, cliquez sur le bouton puis sur le bâtiment. Celui-ci s'affiche alors en
rouge dans le plan. Si plusieurs éléments se superposent à l'endroit où vous cliquez, l'élément le
plus petit ou le plus bas est sélectionné en premier. Un nouveau clic sélectionne le suivant dans
l'ordre de grandeur ou de hauteur, et ainsi de suite. Comme le bâtiment est l'élément le plus grand,
il est toujours sélectionné en dernier. Pour sélectionner le bâtiment désiré, procédez exactement
comme avec tous les éléments de construction.
La boîte de dialogue Propriétés du bâtiment se compose des champs Nom et Remarque dont
vous pouvez changer le contenu à votre guise.
6.3.3 Supprimer le bâtiment actuel“
Vous pouvez supprimer des bâtiments existants en sélectionnant cette commande. Le programme
affiche alors une fenêtre dans laquelle il vous demande de confirmer la suppression du bâtiment
actuel. Si vous confirmez la suppression en cliquant sur Oui, le bâtiment disparaît avec tous ses
éléments de construction et tous ses objets d'aménagement.
Remarque : Le dernier bâtiment d'un projet ne peut pas être supprimé, car votre projet serait alors
vide. Si vous souhaitez tout de même vider le plan de construction, ouvrez simplement un nouveau
projet.
6.3.4
La commande Bâtiment –Symétrie du bâtiment
Pour inverser un bâtiment le long d'un axe de symétrie, sélectionnez la commande Symétrie du
bâtiment dans le menu Bâtiment.
Vous ouvrez alors un sous-menu dans lequel vous devez choisir entre un axe de symétrie prédéfini
(horizontal ou vertical) et un axe de symétrie libre.
Les bâtiments peuvent être inversés indépendamment les uns des autres. Il est ainsi possible de
retourner séparément le dernier bâtiment créé afin de l'adapter aux autres bâtiments en place.
55
Guide de référence
6.3.4.1 Symétrie le long d'un axe fixe
Les deux premières entrées du sous-menu permettent d'inverser le bâtiment le long de l'axe des x
ou des y ; ces axes sont ceux qui traversent l'origine
coordonnées.
(voir page 83) du système de
6.3.4.2 Symétrie le long d'un axe libre
Pour définir vous-même l'axe de symétrie du bâtiment, activez la commande appropriée puis
cliquez deux fois sur le plan afin de désigner la droite devant être considérée comme l'axe de
symétrie actuel. Après le premier clic, déplacez la souris et observez l'effet de ces déplacements
sur le plan de construction, qui suit les mouvements du pointeur. Cliquez une deuxième fois pour
fixer la nouvelle position du bâtiment.
6.3.4.3
Paramètres de symétrie
Cette boîte de dialogue apparaît lorsque vous sélectionnez la commande Symétrie dans le sousmenu Bâtiment – Symétrie du bâtiment ou la commande Symétrie dans le sous-menu Options
– Programme.
Dans cette boîte, vous pouvez préciser le mode de symétrie appliqué aux différents éléments du
bâtiment. Si l'option Symétrie des objets 3D par rapport à leur localisation n'est pas cochée,
notez que l'option Symétrie des objets 3D par rapport à leur centre est logiquement désactivée.
Si l'option Symétrie des objets 3D par rapport à leur localisation est cochée, mais pas l'option
suivante, les objets subissent une symétrie interne (une chaussure gauche devient une chaussure
droite) et leur position est inversée dans le bâtiment.
Si les deux options sont cochées, la position des objets est inversée dans le bâtiment, mais les
objets eux-mêmes ne subissent aucune symétrie (une chaussure gauche reste une chaussure
gauche).
6.3.5
Pivoter le bâtiment actuel
Pour faire pivoter un bâtiment sur le plan, sélectionnez la commande Pivoter le bâtiment actuel
dans le menu Bâtiment ; vous ouvrez alors un sous-menu dans lequel vous devez choisir entre
plusieurs angles de rotation prédéfinis et un angle de rotation libre.
Les bâtiments peuvent pivoter indépendamment les uns des autres. Il est ainsi possible de faire
tourner séparément le dernier bâtiment créé afin de l'adapter aux autres bâtiments en place.
56
Les Bâtiments
6.3.5.1 Rotation selon un angle prédéfini
Pour faire pivoter le bâtiment actuel selon un angle fixe, sélectionnez l'entrée correspondante dans
le sous-menu. Là, vous pouvez choisir entre plusieurs valeurs prédéfinies : 90°, -90°, 45°, -45°,
30° et -30°.
6.3.5.2 Rotation selon un angle libre
Vous pouvez choisir l'angle de rotation appliqué au bâtiment. Pour cela, sélectionnez l'entrée
Libre.
6.3.5.3 Travailler sur un bâtiment après une rotation
Que vous ayez choisi un angle de rotation prédéfini ou libre, le bâtiment est maintenant déplacé
(voir page 83). Dans son déplacement, le
par rapport à l'origine du système de coordonnées
bâtiment a entraîné tous les étages bâtis, mais également les pièces, les légendes, les cotations et la
grille de lignes d'aide dans son ensemble.
57
Guide de référence
La grille est désormais orientée dans le même sens que le bâtiment. Seule la flèche d'orientation
conserve sa position d'origine. Par conséquent, toutes les saisies et toutes les insertions effectuées
à partir de maintenant sont définies relativement à l'angle de rotation du bâtiment. Autrement dit :
elles se réfèrent au système de coordonnées ayant pivoté en même temps que le bâtiment. Si vous
insérez par exemple une ligne horizontale, elle sera horizontale par rapport au bâtiment, mais elle
sera en biais sur votre feuille de papier. Et il en va de même pour les murs et les nouveaux
bâtiments.
6.3.6 Charger un bâtiment
Cette commande vous permet d'insérer dans votre projet d'autres projets déjà créés (dans leur
intégralité ou en partie seulement).
La boîte de dialogue ouverte par cette commande est une boîte standard de Windows pour
l'ouverture de fichiers, dont vous reconnaissez certainement la présentation. Elle se distingue
toutefois par une zone de liste supplémentaire et par l'option Symétrie lors du chargement. Les
fichiers aptes au chargement portent l'extension *.acp qui désigne tous les projets de construction
réalisés avec le programme. Lorsque vous cliquez sur un nom de fichier dans la liste de gauche, sa
description apparaît immédiatement dans la liste de droite, si bien que vous connaissez le nombre
de bâtiments contenus dans le projet avant même de le charger.
Pour choisir un ou plusieurs bâtiments du projet, sélectionnez leur nom dans la liste en utilisant la
touche Ctrl et la touche Maj pour réaliser une sélection multiple (comme il est d'usage dans toutes
les boîtes de dialogue Windows). Cliquez ensuite sur le bouton Ouvrir pour charger la sélection
vers le projet en cours.
Une fois les bâtiments chargés (avec leurs informations, leurs objets, leurs cotes, leurs légendes
etc.), le programme définit automatiquement comme bâtiment actuel le premier des bâtiments
58
Les Bâtiments
importés. Si vous travaillez en mode Construction, ce bâtiment est également sélectionné par le
programme : vous pouvez donc le déplacer directement. Pour déplacer également les autres
bâtiments, vous devez d'abord les sélectionner manuellement.
Lorsque vous chargez des bâtiments existants dans un projet en cours, les informations relatives à
leur projet d'origine sont ignorées (format de page, échelle, maître d’oeuvre, maître d’ouvrage
etc.).
Si vous cochez l'option Symétrie lors du chargement, le bâtiment subit une symétrie le long de
l'axe des y, dès son chargement. Le programme utilise alors l'origine et la direction du projet dont
est extrait le bâtiment.
6.3.7 Enregistrer les bâtiments visibles
De même que vous pouvez charger un ou plusieurs bâtiments depuis un projet, vous pouvez
enregistrer vous-même certaines parties d'un projet dans un autre projet séparé.
Sélectionnez la commande Enregistrer les bâtiments visibles puis saisissez le nom du nouveau
projet dans la boîte de dialogue ainsi ouverte. Son extension de fichier est obligatoirement
l'extension *.acp. Le projet créé contient l'ensemble des bâtiments visibles, ainsi que leurs
informations.
59
Guide de référence
7. LE MODE AMÉNAGEMENT
Le mode Aménagement est une extension du mode Construction.
Vous passez du mode Aménagement au mode Construction (voir page 13) ordinaire à l’aide du
bouton
dans la barre d’outils horizontale supérieure. Le bouton
est grisé lorsque le mode
Design (voir page 210) est activé. Notez que vous devez cliquer à nouveau sur le bouton
pour désactiver le mode Aménagement et revenir en mode Construction.
7.1 PRINCIPES FONDAMENTAUX
Tandis qu'en mode Construction, vous travaillez avec des éléments comme des murs, fenêtres,
portes etc. une pièce est créée comme une entité en mode Aménagement. Vous pouvez donc
déplacer chaque pièce d’un point à un autre pour obtenir le plan de construction souhaité.
Vous pouvez ainsi réaliser différentes idées avant même de définir en détail un plan. Lors du
passage du mode Aménagement au mode Construction, les murs des pièces mises en place sont
générés automatiquement et peuvent être modifiés, tout comme les murs ordinaires. Le mode
Aménagement autorise uniquement la création de murs, et non celle de fenêtres et de portes ou
d'autres éléments de construction. Pour ajouter ces éléments, vous devez utiliser le mode
Construction (voir page 13).
7.2 LES OUTILS DU MODE AMÉNAGEMENT
En plus du bouton , que nous avons décrit plus haut, vous disposez dans le mode Aménagement
de diverses possibilités d'insertion qui sont réunies dans la barre d'outils verticale de gauche. Cette
barre d'outils apparaît lors du passage du mode Construction au mode Aménagement. Quelques
éléments sont identiques aux éléments correspondants du mode Construction : il s'agit notamment
(voir page 88), du bouton de saisie de texte
(voir page
des boutons des lignes d'aide
194), ainsi que des boutons d'insertion de cotations
(voir page 196). Le
fonctionnement de ces outils est identique à celui du mode Construction.
Comme les autres éléments de construction ne peuvent pas être insérés ou affichés en mode
Aménagement, les commandes correspondantes sont grisées dans les menus Insertion et
Affichage.
Le texte, les lignes d'aide ou les cotations sont utilisés de la même manière qu'en mode
Construction. En plus des outils cités, divers boutons vous sont proposés pour les formes de pièces
,
,
,
,
,
et
.
pouvant être insérées en mode Aménagement :
Après un clic sur l'un de ces boutons, une pièce de la forme choisie vient s'"accrocher" au pointeur
de la souris. Des clics successifs vous permettent ensuite de placer la pièce dans votre plan. Pour
aider à la mise en place de la pièce, vous pouvez utiliser le magnétisme des sommets de la
nouvelle pièce et le magnétisme des sommets et des côtés des pièces existantes.
L'activation du raccourci Ctrl+W associée à des clics successifs vous permet de positionner les
différents angles de la pièce sous la souris. Si, par exemple, vous ne voulez pas positionner l'angle
inférieur gauche d’une pièce rectangulaire, mais l'angle supérieur gauche, appuyez autant de fois
60
Le mode Aménagement
que nécessaire sur Ctrl+W pour que le pointeur de la souris se trouve dans l'angle supérieur
gauche.
Vous pouvez aussi déplacer une pièce de façon à ce qu’elle recouvre partiellement une autre pièce.
Pour plus d'informations sur les pièces qui se chevauchent, reportez-vous à la page 62.
Une fois que vous avez placé le premier angle de la pièce à l’aide de la souris, vous pouvez influer
de différentes manières sur le nombre de clics qui vous restent à faire pour placer complètement la
pièce. Si vous cliquez sans appuyer simultanément sur la touche Maj, les différents angles de la
pièce se placent successivement. Vous avez avant chaque clic la possibilité de raccrocher l'angle
sur lequel vous travaillez à un angle ou une arrête déjà existante.
Pour une pièce rectangulaire vous devez par exemple cliquer deux fois après le premier clic, une
fois pour déterminer la largeur de la pièce et une fois pour la profondeur. Pour des pièces avec un
tracé plus compliqué, avec des bow-windows par exemple, plusieurs clics sont nécessaires.
Si vous voulez abréger le placement d’une pièce, vous pouvez appuyer sur la touche Maj en
cliquant sur la souris, des cotes par défaut seront utilisées à la place des cotes non encore définies
et la pièce est ainsi terminée.
Lorsque vous avez placé une pièce avec le dernier clic (éventuellement le premier clic, si vous
vous êtes servi de la touche Maj) apparaît une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez définir
toutes les cotes de la pièce ainsi que d’autres propriétés sous forme chiffrée. Pour plus
d'informations sur cette boîte de dialogue, reportez-vous à la page 63.
et
permettent d'appliquer une
Sous l'onglet Contour de cette boîte de dialogue, les boutons
symétrie dans la direction des y ou des x; les boutons
et
permettent de faire pivoter la pièce
de 90° à gauche ou à droite. Enfin, vous pouvez choisir la couleur utilisée pour le remplissage de
la pièce en mode Aménagement dans le champ Couleur.
Vous pouvez aussi éviter l'ouverture de cette boîte de dialogue en maintenant la touche Ctrl
enfoncée lors du dernier clic de définition du tracé.
Enfin, vous pouvez mettre en place une pièce par en seul clic en maintenant les touches Maj et
Ctrl enfoncées lors du premier clic.
7.3 LES BOUTONS DU MODE AMÉNAGEMENT
Lorsque vous avez choisi l'un des types de pièces à mettre en place en cliquant sur le bouton
correspondant dans la barre d'outils verticale de gauche du mode Aménagement, les trois boutons
,
et
apparaissent dans la barre d'outils verticale de droite du mode Aménagement.
Vous pouvez utiliser ces trois boutons pour simplifier la procédure d'insertion décrite ci-dessus.
Lorsque
est activé, les explications de la section précédente s'appliquent lors de l'insertion : la
simplification de l'insertion à l'aide du raccourci Ctrl+clic ou Maj+clic fonctionne comme décrit.
Par contre, lorsque
est activé, toutes les cotes de la pièce utilisent les valeurs prédéfinies de la
pièce ; un seul clic suffit alors pour la mise en place de la pièce. La boîte de dialogue des
propriétés de la pièce s'affiche ensuite. Vous pouvez choisir les cotes à appliquer par un clic droit
sur les boutons des divers types de pièces dans la barre d'outils de gauche.
permet de passer des pièces horizontales à des pièces pivotées librement.
Enfin, le bouton
Lorsque le bouton est activé, la longueur des murs de la pièce est définie successivement ; le
second clic dans le plan définit aussi bien la longueur du premier mur que son orientation.
est grisé lorsque vous choisissez le type . Dans ce cas, seule la mise
Remarque : Le bouton
en place de pièces non pivotées est possible.
61
Guide de référence
Le bouton
correspond à la case à cocher Rotation libre des pièces lors de la saisie de la boîte
de dialogue Aménagement (voir page 63).
7.4 LA MODIFICATION ULTÉRIEURE DES PIÈCES
Après avoir créé diverses pièces à l'aide des boutons
,
,
,
,
,
ou
(voir page
doit alors être activé.
60), vous pouvez encore les modifier amplement. Le bouton
D'une part, vous pouvez double-cliquer sur une pièce dans le plan afin d'afficher la même boîte de
propriétés de la pièce que celle affichée lors de la création de la pièce et y procéder aux
modifications requises. D'autre part, vous pouvez glisser-déplacer une pièce à l'aide de la souris.
Si vous cliquez une seule fois sur une pièce, la totalité de la pièce est sélectionnée (ce qui est
indiqué par la délimitation en rouge de la pièce). Vous pouvez alors la supprimer en appuyant sur
et
ou
la touche Suppr ou y appliquer une symétrie ou la faire pivoter à l'aide des boutons
et .
Lorsqu'une pièce est partiellement recouverte par une autre ou lorsqu'elle en chevauche elle-même
et
permettent de définir laquelle se trouve au premier plan. Si vous cliquez
une, les boutons
sur
, la pièce sélectionnée est "déplacée" d'un niveau vers le haut ; un clic sur
, la déplace
vers le bas.
Quand une pièce est sélectionnée, toutes les côtes utiles pour la définition de la pièce sont
affichées dans la zone de travail. Vous pouvez les corriger par une simple saisie dans les champs
correspondants.
Remarque : Lorsque vous agrandissez une pièce de cette manière, son agrandissement part de son
centre ; c'est-à-dire que les deux extrémités du mur sont déplacées de la moitié de la valeur
d'agrandissement. Il est également possible de modifier la cote d'un mur de manière non centrée :
vous ne devez alors pas sélectionner la totalité de la pièce, mais uniquement une arête du mur ou
l'un de ses sommets (voir plus bas).
7.4.1
Sélectionner des murs et des angles de pièces
Quand vous cliquez dans une pièce à proximité d’un mur ou d’un angle, ce n’est pas toute la pièce
qui est sélectionnée en rouge mais seulement le mur ou l’angle. Dans ce cas, le programme ne fait
pas apparaître toutes les cotes de la pièce dans les champs correspondants, mais seulement celles
qui correspondent au mur ou à l’angle.
Si vous entrez dans les champs d’autres valeurs que celles qui sont affichées, le mur ou l’angle se
déplacent en conséquence. Les murs ou angles adjacents seront éventuellement corrigés selon les
,
,
,
,
et
, un angle
règles suivantes : pour les pièces non polygonales
sélectionné est déplacé suivant la direction de la cote modifiée. Les points suivants en direction de
la nouvelle mesure seront déplacés ou modifiés.
, seul l’angle selectionné est déplacé, tous les autres ne
Dans le cas des pièces polygonales
bougent pas.
62
Le mode Aménagement
7.4.2
Boîtes de dialogue des pièces prédéfinies
Ces boîtes de dialogue s'affichent par un clic droit sur le bouton des différentes pièces prédéfinies
,
,
,
,
,
et
, après le dernier clic lors de la mise en place d’une pièce
prédéfinie ou après un double clic sur une pièce prédéfinie.
Le contenu des boîtes de dialogue varie en fonction de leur méthode d'ouverture :
,
,
,
,
,
et
, vous définissez quelles
En cas de clic droit sur les boutons
cotations d'origine et quels paramètres doivent être utilisés lors de la création des pièces. Cette
. Lorsque cette boîte de dialogue apparaît à la
méthode est particulièrement utile pour le type
fin de l'insertion d'une pièce ou après un double clic sur une pièce déjà insérée, vous pouvez y
modifier les cotations et divers paramètres (éventuellement à l'aide de la souris).
Cette boîte de dialogue contient les onglets Généralités, Texte de légende ainsi que le bouton
Matériau (page 133) et Calcul de luminosité.
Remarque : Les réglages effectués dans les zones Couleur motif et Motif sous l'onglet
Généralités se rapportent à l'affichage de la pièce en mode Construction. Vous pouvez modifier la
couleur de la pièce en mode Aménagement à partir de la zone Couleur de l'onglet Contour (voir
ci-dessous).
Si vous utilisez la boîte de dialogue pour le paramétrage des pièces prédéfinies (clic droit sur les
boutons
,
,
,
,
,
ou
), les zones Nom et Remarque sont grisées, puisque
leur renseignement n'a pas de sens.
et
proposés sous l'onglet Contour vous permettent d'opérer une symétrie en y
Les boutons
ou en x de la pièce (éventuellement avant sa création) et les boutons
et
, de la faire pivoter
de 90° à gauche ou à droite. Le champ Couleur vous permet de définir la couleur de remplissage
de la pièce en mode Aménagement. La pièce complète avec toutes ses cotations est placée audessus des boutons. Vous pouvez modifier ces cotations dans leurs champs correspondants.
Remarque : Les changements apportés aux cotations des pièces déjà mises en place se font à
partir du centre de la pièce. Si vous voulez changer une cotation sans modifier un angle de la
pièce, sélectionnez à la place de la pièce entière seulement l'angle opposé (voir page 62).
), les cotations ne sont pas affichées (et elles ne peuvent
Pour les pièces polygonales (du type
pas non plus être modifiées). Vous ne pouvez les obtenir qu’en sélectionnant les angles et les
arêtes de la pièce.
7.5 LA BOÎTE DE DIALOGUE AMÉNAGEMENT
Cette boîte de dialogue s'affiche par un clic droit sur
Aménagement.
63
ou via la commande Options –
Guide de référence
Vous indiquez dans la boîte de dialogue quels types de mur doivent être utilisés pour les murs
intérieurs et extérieurs des pièces créées automatiquement. Les boutons proposés dans la boîte de
dialogue sont des boutons multifonctions : vous pouvez choisir une autre fonction en cliquant
dessus.
À droite des boutons déroulants se trouvenun bouton Propriétés. En cliquant dessus, vous pouvez
changer les propriétés du type de mur correspondant.
Le clic sur le bouton Propriétés correspond au clic droit sur les boutons de mur
(voir page 102).
Rotation libre des pièces lors de la saisie
En mode Aménagement, une pièce est généralement mise en place avec son arête inférieure à
l'horizontale. C'est pourquoi, le positionnement du deuxième point se base toujours sur
l'emplacement du premier point pour la définition de la hauteur de la pièce.
Par contre, si vous souhaitez faire pivoter la pièce dès son insertion, vous devez cocher cette
option. L’obligation pour le deuxième point d’être à la même hauteur que le premier ne s'applique
plus et vous pouvez le placer librement sur le plan. Les autres murs s’orientent ensuite par rapport
à cette arête de base tournée de façon à ce qu’une pièce rectangulaire reste rectangulaire.
dans la barre d'outils de
Vous pouvez aussi activer cette propriété par un clic sur le bouton
droite du mode Aménagement.
64
Le mode Construction
8. LE MODE CONSTRUCTION
Dans les sections suivantes, nous décrirons un à un les outils disponibles en mode Construction.
8.1 LES FENÊTRES D'APERÇU 3D
Bien que la représentation 2D du mode construction donne une bonne vue d’ensemble de tous les
éléments du plan,il peut être utile de regarder le projet terminé en 3D. Pour cela vous avez en
ou en
principe deux possibilités : soit vous passez en mode Design à l’aide du bouton
appuyant sur la touche F12, soit vous utilisez la fenêtre d'aperçu 3D en mode Construction.
L'utilisation de la fenêtre d'aperçu 3D ist est en principe identique à l’utilisation des fenêtres
d'aperçu dans les différentes boîtes de dialogue (voir page 7). Vous ouvrez ou fermez la fenêtre
d'aperçu 3D à l'aide du bouton
à gauche du bouton Aide
dans la barre d'outils horizontale
du mode Construction. Vous pouvez aussi utiliser la commande Affichage – Fenêtre de
visualisation 3D ou le raccourci clavier Ctrl+V.
Dans la fenêtre d'aperçu apparaît exactement ce qu’on peut voir dans la vue actuelle du mode
Construction : l’étage actuel ou tous les étages selon les réglages dans la boîte de dialogue Étages
visibles (voir page 46).
Des boutons de réglage de l'affichage tridimensionnel dans la fenêtre d'aperçu 3D sont également
situés dans la barre d'outils horizontale supérieure. Il s'agit des boutons
,
,
et . Ainsi,
vous permet notamment d'afficher ou de masquer le mobilier dans la fenêtre d'aperçu
le bouton
3D.
65
Guide de référence
8.1.1 Conseils pour l’utilisation de la fenêtre d'aperçu 3D
La fenêtre d'aperçu 3D peut diminuer la vitesse de travail en mode Construction puisque à chaque
changement apporté dans le plan, l’ordinateur calcule non seulement un nouvel affichage en 2D,
mais aussi en 3D. Cette lenteur se fait surtout sentir lorsque plusieurs étages ou bâtiments sont
visibles. Dans ce cas, fermez la fenêtre de prévisualisation ou n'affichez que les bâtiments et
étages requis.
La fenêtre d'aperçu 3D est toujours présentée au-dessus des autres vues, ce qui peut vous gêner
dans votre travail dans les vues ordinaires. Dans ce cas, fermez la fenêtre ou travailez sur deux
écrans en parallèle.
L'utilisation de deux écrans présente aussi de nets avantages lors du travail en mode Design,
surtout pour l'affichage du Catalogue d'objets et textures (voir page 267).
8.2 LA REPRÉSENTATION ARCHITECTURALE
Le programme permet d'utiliser la représentation professionnelle des cotations (voir page 199),
ainsi que la symbolisation des murs, portes, fenêtres, escaliers et toitures. Dans la représentation
professionnelle ou symbolisation, tous les éléments de construction sont représentés en respectant
les usages en vigueur.
Pour activer la représentation architecturale, sélectionnez la commande Représentation
architecturale du menu Affichage.
8.2.1 Affichage – Représentation architecturale
Dans ce sous-menu, vous pouvez non seulement choisir d'utiliser la représentation architecturale,
mais aussi d'autres vues du plan en mode Construction.
8.2.1.1
Hauteur d'allège à partir du sol fini
Lorsque vous affichez les hauteurs d'allège des portes et fenêtres, vous pouvez décider de les
mesurer à partir du sol brut ou du sol fini.
En mode Construction, activez la commande Hauteur d'allège à partir du sol fini dans le menu
Affichage – Représentation architecturale. Ce réglage n’a pas d’incidence sur l’indication des
hauteurs d'allège dans les boîtes de dialogue des fenêtres et des portes, mais seulement sur
l’affichage dans le plan. Dans les boîtes de dialogue, vous trouverez une case à cocher
correspondante À partir du sol fini (voir par exemple page 112)
8.2.1.2
Afficher l'option précédente sur le cartouche
Pour éviter des confusions, vous pouvez ajouter un texte au-dessus du cartouche du plan lorsque la
commande Hauteur d'allège à partir du sol fini est activée. Ce texte peut être édité comme un
texte ordinaire saisi à l’aide de
(voir par exemple page 194). Seule différence par rapport aux
textes ordinaires : lorsque les commandes Hauteur d'allège à partir du sol fini ou Afficher
l'option précédente sur le cartouche n'ont pas été activées, le texte n'est pas affiché.
Remarque : La commande Afficher l'option précédente sur le cartouche est grisée lorsque la
commande Hauteur d'allège à partir du sol fini n'est pas activée.
66
Le mode Construction
8.2.1.3
Afficher la hauteur de seuil des portes, des fenêtres / évidements de murs
Lorsque vous activez ces commandes, la hauteur d'allège des fenêtres, la hauteur de seuil des
portes ou la hauteur des évidements de murs sont représentées avec les éléments correspondants
dans le plan. Vous pouvez choisir ce réglage séparément pour les fenêtres , les portes et les
évidements de murs car il est également possible d'afficher la hauteur d'allège des portes et des
évidements de murs.
8.2.1.4
Afficher les étiquettes d'allège / seuil à l'intérieur
Normalement, la hauteur d'allège des fenêtres et/ou des portes est indiquée à l’extérieur des pièces.
Avec Afficher les étiquettes d'allège / seuil à l'intérieur, vous pouvez obtenir l’affichage à
l’intérieur de la pièce.
Remarquez que la commande Afficher les étiquettes d'allège / seuil à l'intérieur est grisée
lorsque l’une des commandes Afficher la hauteur de seuil des portes ou Afficher la hauteur
d'allège des fenêtres au moins n'a pas été cochée.
8.2.1.5
Afficher l'ouvrant de fenêtres
Dans la symbolisation des fenêtres, il est possible d'afficher la butée et l'ouvrant des fenêtres en
sélectionnant la commande Afficher l'ouvrant de fenêtres du menu Affichage – Représentation
architecturale.
Remarque : La commande est grisée lorsque la représentation architecturale n'est pas activée.
8.2.1.6
Cotation des portes / fenêtres sur l'axe de baie
Pour la cotation des portes et des fenêtres, en plus de la cotation par des cotations ordinaires ou
(voir page 196), il est possible d'effectuer une
des cotations chaînées
cotation sur un axe. La cotation sur un axe peut être activée séparément pour les portes et les
fenêtres via les commandes Cotation des portes sur l'axe de baie et Cotation des fenêtres sur
l'axe de baie.
8.2.1.7
Afficher légende d'escalier
Cette commande vous permet d'afficher les légendes de l'escalier dans le plan.
67
Guide de référence
8.2.1.8
Afficher les escaliers de l'étage inférieur
Normalement, les escaliers n’apparaissent que lorsqu’ils appartiennent à l’étage actuel ou à un
étage visible (voir aussi la boîte de dialogue à la page 46).
Lorsque vous cochez Afficher les escaliers de l'étage inférieur, les escaliers apparaissent même
s’ils appartiennent à l’étage inférieur qui n’est pas visible. Ce réglage est surtout intéressant pour
des étages sous le toit, et le cas échéant pour l’impression avec le réglage Noir et blanc sous la
rubrique Couleurs du plan de la boîte de dialogue Paramètres d'impression (voir page 34) pour
lesquels les escaliers qui y mènent doivent être représentés.
8.2.2 Représentation architecturale des murs
La symbolisation des murs se distingue de la représentation ordinaire par l'épaisseur de traits plus
importante des faces des murs.
8.2.3 Représentation architecturale des fenêtres et des portes
Les caractères particuliers de la symbolisation des fenêtres et des portes apparaissent ainsi :
68
Le mode Construction
Représentation ordinaire
Représentation architecturale
Les boîtes de dialogue des fenêtres personnalisées et des outils de création de fenêtres et de portes,
c'est-à-dire les boîtes de dialogue qui correspondent aux quatre premiers types d'éléments pouvant
être insérés à l'aide du bouton déroulant des fenêtres et du premier type de portes contiennent de
nouveaux modes de présentation. Un bouton y est proposé pour l'ouverture de la boîte de dialogue
de la représentation 2D des fenêtres et des portes.
À l'ouverture de la boîte de dialogue, le programme détecte automatiquement si les commandes
relatives aux portes ou aux fenêtres doivent être présentées. La rubrique inutile est grisée. Les
symbolisations requises sont créées à partir des réglages effectués, à condition que la commande
Représentation architecturale ait été préalablement activée dans le menu Affichage.
8.2.4 Représentation architecturale des escaliers
La symbolisation des escaliers se distingue essentiellement par la présence d'une flèche indiquant
le sens de montée des marches.
Contrairement à la symbolisation des murs, des fenêtres, des portes et des toitures, vous pouvez
choisir entre quatre modes de représentation différents sous la rubrique Représentation 2D (voir
page 132) de la boîte de dialogue Paramètres d'escalier. Les quatre représentations sont illustrées
ci-dessous :
69
Guide de référence
Non coupé
Coupé avec représentation au-dessus
Coupé avec représentation d'escalier inf.
Coupé sans autre représentation
8.2.5 Représentation architecturale des toitures
La symbolisation des toitures se distingue par le fait que seules sont affichées les arêtes
individuelles, sous forme de traits. La charpente n'est pas représentée, qu'elle soit visible ou non,
et certains détails sont totalement ignorés, notamment les gouttières et les tuiles faîtières.
Des lignes en pointillés, parallèles aux arêtes extérieures de la toiture, matérialisent les lignes de
passage libre de 1 et 2 mètres, calculées à partir du niveau de sol fini. Ces lignes indiquent la
hauteur de passage dans la pièce. Si la toiture couvre plusieurs étages, les lignes affichées en noir
sont celles du dernier étage ; les autres sont affichées en gris.
70
Le mode Construction
Les étages situés à l'intérieur de la toiture sont également dotés d'une ligne de passage nul (0 m
entre le sol et la toiture) indiquant la surface au sol de l'étage. Cette ligne est une aide utile pour le
positionnement des murs dans les étages coupés par la toiture.
Étage unique en toiture (représentation 2D)
Remarque : vous pouvez utiliser les traits de la toiture (lignes de passage, arêtes et intersections)
comme des éléments magnétiques. Pour cela, cochez la case Toitures (représentation
architecturale) dans la boîte de dialogue Paramètres de magnétisme.
71
Guide de référence
Plusieurs étages en toiture (représentation 2D)
8.3 LE MAGNÉTISME
Le programme met à votre disposition différents outils pratiques pour gérer plus facilement la
construction de votre plan en mode Construction et en mode Design. La méthode utilisée par ces
outils s’appelle le magnétisme. Le magnétisme simplifie le positionnement des éléments. Ainsi,
vous n'êtes pas obligé de viser exactement les points sur lesquels vous voulez placer un élément. Il
vous suffit de rapprocher le pointeur de la souris d'un certain rayon autour du point visé.
Les outils magnétiques sont la grille, la règle et les lignes d'aide. Les axes et arêtes de murs, les
trémies et les dalles de balcon, les extrémités de lignes et les intersections peuvent aussi être
magnétiques. Par définition, seuls les éléments visibles peuvent être magnétiques. Si vous
désactivez par exemple toutes les lignes d'aide avec le bouton , les lignes d'aide n'attirent plus le
pointeur, même si l'option Lignes d'aide de la rubrique Magnétisme sur est cochée.
Si vous souhaitez placer librement un point sans modifier une à une les options de magnétisme,
vous pouvez désactiver le magnétisme pour tous les éléments en appuyant sur la touche F3au
moment de définir le point. Cette fonction est active pour le tracé d'un seul point. Vous devez
appuyer sur la touche F3 pour chaque nouveau point que vous voulez placer sans être influencé
par le magnétisme. Si vous savez que vous devez placer plusieurs points sans l'aide du
magnétisme, il est peut-être préférable de désactiver complètement la fonction.
Si plusieurs points magnétiques sont très proches les uns des autres, vous pouvez passer de l'un à
l'autre avec la combinaison de touches Ctrl+F avant de définir le point définitivement.
72
Le mode Construction
8.3.1 Paramètres de magnétisme et sélection
Ouvrez cette boîte de dialogue par un clic droit sur le bouton
ou par la commande Options –
Programme – Magnétisme et sélection.
La boîte de dialogue se compose de trois onglets : Magnétisme, Éléments sélectionnables et
Étendu. Sous l'onglet Magnétisme, précisez si le magnétisme doit être utilisé lors de l'édition ;
sous l'onglet Éléments sélectionnables, indiquez ce qui doit être sélectionné en cas d'un clic dans
la zone de travail lorsque le bouton
est enfoncé.
8.3.1.1 Magnétisme
8.3.1.1.1 Arrêt/Marche
Avec l'option Arrêt, la fonction de magnétisation est désactivée. Dans ce cas, aucune autre option
ne peut plus être définie dans la boîte de dialogue et vous pouvez placer librement tous les objets
sur la feuille. Si l'option Marche est sélectionnée, vous pouvez paramétrer cette fonction avec les
options complémentaires de la boîte de dialogue.
Remarque : Les calques peuvent aussi être magnétiques. Si vous avez activé la représentation
architecturale (voir page 66) dans le menu Affichage, sachez que la case Toitures
(représentation architecturale) sous l'onglet Magnétisme vous permet de magnétiser les arêtes
de la toiture, les lignes de passage (de 1 et 2 mètres) et la ligne de passage nul. L'interaction entre
les arêtes/lignes du toit et les autres éléments (tels que les lignes d'aide ou les murs) n'est pas prise
en charge en cas de magnétisme.
8.3.1.1.2 Étendue
Il s'agit du rayon d'action de la fonction. C'est dans ce rayon que le programme recherche un point
magnétique. Il peut s'agir d'un point de la grille, de la règle ou d'un élément activé sous la rubrique
Magnétisme sur.
Il arrive fréquemment que plusieurs points magnétiques se trouvent dans le rayon. Avec la
combinaison de touches Ctrl+F, vous pouvez alors passer d'un point à l'autre.
La valeur à saisir ici dépend de votre façon de travailler, de la résolution, de la qualité de votre
écran etc. Il vous faudra probablement faire quelques essais avant de trouver la valeur qui vous
convient le mieux. Si le rayon est trop important, la saisie des éléments peut se révéler très
fastidieuse car vous aurez l'impression de ne jamais toucher ce que vous visez. En revanche, si la
valeur est trop faible, il arrive souvent que le point magnétique ne remplisse pas son office parce
que vous n'avez pas visé assez juste.
8.3.1.1.3 Magnétisme sur
Activez les cases à cocher correspondant aux éléments que vous voulez rendre magnétiques. Par
définition, le magnétisme peut être activé pour les Lignes d'aide, les Axes de murs, les Arêtes de
murs et les Trémies / dalles de balcons. En outre, sous la rubrique Intersections / extrémités,
vous avez la possibilité de rendre magnétiques les intersections et extrémités des éléments
indiqués.
Si les éléments en question ne sont pas visibles sur votre plan, ils ne seront pas magnétiques,
même si l'option correspondante est cochée dans la boîte de dialogue.
73
Guide de référence
Si vous travaillez sur plusieurs étages (page 44), vous pouvez faire jouer le magnétisme sur tous
les éléments des étages visibles, pas seulement de l'étage actuel (voir page 50). Vous pouvez
profiter de cette particularité pour faire coïncider exactement des murs sur différents étages.
8.3.1.2 Éléments sélectionnables
L'onglet dispose d'un grand nombre d'options qui vous permettent d'être aussi précis que possible
dans le choix des éléments sélectionnables.
Les boutons Tout et Aucun permettent d'inclure tous les éléments, ou aucun, dans l'actuelle
sélection, Inverser sélectionne ceux qui ne l'étaient pas encore et inversement, Prédéfini rétablit
la configuration par défaut.
Les paramètres choisis doivent vous permettre de sélectionner plus rapidement des éléments inclus
dans votre projet. Si vous sélectionnez, par exemple, une pièce située sous un toit et que vous ne
souhaitez pas sélectionner un à un les différents éléments du toit, désactivez sous cet onglet les
éléments Toitures, Couverture de toiture, Fenêtre de toit et Lucarne(s).
Pour accéder rapidement aux paramètres de cette boîte, vous pouvez utiliser la combinaison de
touches Ctrl+Espace, ce qui vous évite de cliquer avec le bouton droit de la souris sur le bouton
ou d'utiliser le menu.
8.3.1.3 Onglet Étendu
L'onglet Étendu se compose des rubriques Fenêtre de sélection et Les objets sont....
8.3.1.3.1 Fenêtre de sélection
Vous pouvez spécifier ici les conditions d’application d’une sélection d’éléments lorsque ceux-ci
sont inclus partiellement ou totalement dans un cadre de sélection.
L’option partiellement permet de sélectionner les éléments situés même partiellement à l’intérieur
d’un cadre de sélection. L’option en totalité ne prend en compte que les éléments entièrement
inclus dans un cadre de sélection.
8.3.1.3.2
Les objets sont
Dans cette zone, vous indiquez si les meubles et les groupes définis en mode Design (voir page
210) peuvent aussi être sélectionnés en mode Construction et le cas échéant, s'il peuvent aussi être
déplacés et édités (à partir d'un double clic).
(page 79), activez
Remarque : Pour pouvoir déplacer des parties entières d'un étage à l'aide de
les options modifiables et déplaçables afin de pouvoir déplacer des étages avec les objets qu'ils
contiennent.
8.4
OBJETS EN MODE CONSTRUCTION
Les objets mis en place en mode Design peuvent aussi être déplacés, modifiés ou supprimés en
mode Construction. Cette fonction peut être désactivée dans la boîte de dialogue (voir page 74)
correspondante.
74
Le mode Construction
L'édition des objets s'effectue de la même manière que dans la vue en plan
du mode Design
(voir page 210). Les règles sont les suivantes :
• Un clic sur un objet ou un groupe d’objets sélectionne celui-ci. Les objets sélectionnés
apparaissent en rouge.
• Un double clic sur un objet ou un groupe d’objets sélectionnés ouvre la boîte de dialogue
Paramètres d'objet.
• En appuyant sur la flèche Suppr., on efface l’élément sélectionné.
• Déplacer des objets ne change pas leur hauteur.
Lorsqu’on déplace de grandes parties d’étages à l'aide du bouton
(voir page 79), il est
préférable de sélectionner les objets.
8.5 METTRE EN PLACE DES OBJETS
Vous pouvez aussi charger et mettre en place des objets en mode Construction. Cette fonction vise
à simplifier et à accélérer l'aménagement de votre plan. Un clic droit de la souris sur le bouton
affiche la boîte de dialogue Sélection d'objet, qui ressemble à l'Explorateur du programme et dans
laquelle vous pouvez sélectionner l’objet à positionner.
Au premier démarrage du programme, cette boîte de dialogue est accessible par un clic gauche sur
ce bouton. Dès que vous avez sélectionné un objet, cette procédure n'est plus possible. Le dernier
objet utilisé est alors directement accessible, même après le redémarrage. Pour sélectionner un
objet, cliquez dessus sur le côté droit de la boîte de dialogue (son nom est surligné en bleu), puis
fermez la boîte de dialogue en cliquant sur le bouton . Si vous quittez la boîte de dialogue en
cliquant sur , la procédure de sélection est annulée et le dernier objet sélectionné reste actif.
Après avoir choisi l’objet ou quand l’objet choisi est déjà actif, vous disposez de trois outils de
place l’objet à l’endroit où vous ferez le prochain clic dans
positionnement : l’outil Objet libre
votre projet. Avant le positionnement définitif, vous obtenez un aperçu de l’objet. De plus, vous
pouvez utiliser la combinaison Ctrl-W pour modifier les points de références dans la phase
autorise le positionnement
d’aperçu et ce pour tous les outils. L’outil Objet distant d'un point
précis. L’aperçu affiché utilise les distances prédéfinies. Vous pouvez définir les dimensions dans
la boîte de dialogue Insérer un objet à partir d'un clic droit sur la barre d’outils ou lors de la mise
en place de l’objet.
75
Guide de référence
La troisième méthode Objet intermédiaire
place l’objet au milieu des deux clics. Le point de
référence actif qui est également celui utilisé dans l’aperçu est employé.
8.6 POSITIONNER LA COTATION LORS DE LA SAISIE
Pour obtenir un aperçu de la taille ou de la position d'un élément mis en place à l'aide de la souris,
activez la commande Position de la cotation lors de la saisie du menu Options. Des cotations
sont affichées lors de la mise en place, puis disparaissent automatiquement après le dernier clic.
8.7 LES MODES DE SÉLECTION
Lorsque vous travaillez en mode Construction (voir page 65), le bouton
est affiché tout en haut
de la barre d'outils verticale, à gauche de l'écran. Ce bouton n'est pas destiné à l'insertion d'un
élément de construction, mais à la sélection de tous les éléments disposés sur le plan. Les éléments
sélectionnés peuvent ensuite être supprimés, déplacés ou édités.
puis sur l'élément désiré, qui s'affiche alors
Pour sélectionner un élément, cliquez sur le bouton
en rouge. Si plusieurs éléments se superposent à l'endroit où vous avez cliqué, l'élément
sélectionné est toujours le plus petit. Un second clic permet de sélectionner l'élément supérieur, et
ainsi de suite jusqu'à ce que vous parveniez à sélectionner l'élément souhaité. Les éléments
sélectionnables sont les suivants : murs, fenêtres, portes, légendes, textes, sols et plafonds (c'est-àdire l'intérieur des pièces), dalles de balcon, trémies, escaliers, toitures etc.
Vous pouvez exécuter plusieurs types d'opération sur les éléments sélectionnés :
• Pour supprimer un élément sélectionné, appuyez sur la touche Suppr.
• Pour le déplacer, cliquez une première fois pour le sélectionner. Cliquez une seconde fois et
maintenez enfoncé le bouton gauche de la souris. Déplacez ensuite la souris et relâchez le
bouton lorsque vous avez atteint la position désirée.
Remarque : Tous les éléments du mode Construction ne peuvent pas être déplacés. Ainsi, les
escaliers doivent être supprimés puis insérés de nouveau. D'autres éléments ne peuvent se
déplacer que sous certaines conditions : les fenêtres, par exemple, ne peuvent être déplacées
qu'à l'intérieur d'un mur.
• Pour éditer les propriétés d'un élément, double-cliquez sur cet élément préalablement
sélectionné (affiché en rouge). Vous ouvrez ainsi la fenêtre des propriétés de l'élément, dans
laquelle vous pouvez modifier les paramètres de votre choix.
est automatiquement
Lorsque vous passez du mode Design au mode Construction, le bouton
activé.
Pour plus d'informations sur les options de sélection en mode Construction, reportez-vous à la
page 73.
permet de sélectionner des éléments à l'intérieur d'un polygone
Le type de bouton de sélection
quelconque. Son mode d'emploi est décrit à la page 77.
8.7.1 Sélection de mobilier
En mode Construction, il est possible de sélectionner du mobilier lorsque l'option correspondante
a été activée dans la boîte de dialogue (voir page 73). Cette fonctionnalité vise essentiellement à
76
Le mode Construction
pouvoir modifier simultanément les objets en cas de redimensionnement et de déplacement de
sections du plan (voir page 79).
Par conséquent, vous pouvez aussi modifier un élément du mobilier en double-cliquant dessus en
mode Construction. La boîte de dialogue qui apparaît est identique à celle du mode Design (voir
page 241).
Il est également possible de déplacer ou de supprimer des objets d’aménagement en mode
Construction.
8.7.2 Sélection multiple en mode Construction
Plusieurs éléments de construction peuvent être sélectionnés simultanément en mode Construction
en vue de les supprimer du projet en cours. Deux possibilités de sélection multiple vous sont
proposées :
1. Sélectionnez tout d’abord l’élément de votre choix puis, en maintenant cette fois la touche Maj
du clavier enfoncée, vous pouvez sélectionner successivement autant d’éléments que vous le
souhaitez.
2. Tracez un cadre de sélection autour des éléments que vous souhaitez sélectionner.
Dans la boîte de dialogue Paramètres de magnétisme et sélection (voir page 73), vous
pouvez spécifier si seuls les éléments entièrement contenus dans le cadre de sélection doivent
être sélectionnés ou si cette fonction s’applique aussi aux éléments partiellement inclus dans ce
cadre.
Lorsque plusieurs éléments ont ainsi été sélectionnés, vous pouvez les supprimer en appuyant sur
la touche Suppr de votre clavier.
8.7.3 Sélection d’éléments à l’intérieur d’un polygone quelconque
Pour sélectionner plusieurs éléments de construction simultanément à l'intérieur d'un polygone, et
(voir page 79), utilisez
non d'un rectangle, afin de les déplacer, par exemple, à l'aide du bouton
la fonction
du bouton
.
Contrairement au mode de sélection ordinaire, les clics ne permettent pas de sélectionner des
éléments distincts, mais tracent un polygone. Pour suspendre le tracé du polygone, appuyez sur la
touche Échap (ou faites un clic droit). Le programme bascule alors automatiquement en mode de
sélection normal .
Comme pour la sélection d’objets dans un rectangle, vous pouvez régler sous l'onglet Étendu de la
boîte de dialogue Paramètres de magnétisme et sélection (voir page 74), si vous voulez
sélectionner uniquement les éléments qui se trouvent entièrement à l’intérieur du polygone ou
aussi ceux qui ne se trouvent que partiellement à l’intérieur.
8.8 MODIFIER / TRANSFÉRER LES PROPRIÉTÉS D'ÉLÉMENTS
SÉLECTIONNÉS
Pour transférer les proprétés d’un élément de construction (d’une fenêtre par exemple) sur d’autres
éléments, vous devez sélectionner un élément, puis cliquer sur le bouton
dans la barre d'outils
verticale de gauche. Une fenêtre de saisie apparaît dans la partie inférieure de la zone de travail.
La fenêtre se compose généralement de deux parties que vous pouvez atteindre par les onglets
Source et Destination.
77
Guide de référence
Remarque : Vous ne verrez pas les deux onglets au-dessus de la fenêtre mais à sa gauche.
Comme les noms des onglets l’indiquent, vous entrez d’abord, ce que vous voulez copier et
ensuite, vers où vous voulez le transférer.
Selon ce que vous avez sélectionné comme source de transfert, les onglets Source et Destination
ont des contenus différents (il serait aberrant de transférer une hauteur d'allège sur une cheminée).
8.8.1 Source
L'onglet Source énumère les propriétés essentielles de l'élément sélectionné (vous pouvez
également y accéder par un double clic sur l'élément ou par un clic droit sur le bouton
correspondante dans la barre d'outils. Vous pouvez par exemple indiquer pour une fenêtre que
vous voulez transférer la hauteur, la largeur ou les deux. L'illustration suivante présente l'onglet
Source pour une fenêtre. Le contenu de l'onglet varie en fonction des éléments de construction
pouvant faire l'objet d'un transfert multiple.
Remarque : Habituellement, vous sélectionnez la source de votre transfert multiple à l’aide du
bouton . Lorsque vous voulez faire un transfert multiple pour une porte après un transfert pour
une fenêtre, vous n'avez pas besoin de revenir au mode de sélection ; vous pouvez effectuer
directement les réglages requis dans la fenêtre de transfert multiple. Toutefois, vous pouvez
uniquement procéder ainsi lorsque l'onglet Source est activé.
Une fois que vous avez coché toutes les propriétés à transférer et identifié Sous l'onglet
Destination les éléments auxquelles elles s’appliquent, cliquez sur le bouton Appliquer. Vous
pouvez ensuite désactiver le transfert multiple en cliquant sur le bouton
ou un bouton
quelconque dans la barre d'outils. Les rubriques Source et Destination disparaissent. Vous
pouvez aussi choisir un nouvel élément comme source si l'onglet Source est affiché.
Le transfert multiple est automatiquement désactivé lorsque vous sélectionnez un autre élément de
construction dans la barre d'outils.
8.8.2 Destination
Contrairement à l'onglet Source, l'onglet Destination permet de désigner l'élément concerné par le
transfert multiple. L'onglet Destination est relativement indépendant de l’élément choisi comme
source car le choix de la destination ne dépend pas du genre d’information à transférer. L'onglet
Destination contient les rubriques Source, Sélection destination et Sélection automatique de la
destination à partir de.
8.8.2.1 Source
L'élément défini sous l'onglet Source est utilisé comme source pour le transfert multiple de
propriétés. Au lieu d'un élément sélectionné, vous pouvez aussi utiliser un modèle d'objet. Le
modèle d'objet appartient toujours au même type que l'élément sélectionné (une fenêtre, par
exemple). Il n’est pas nécessaire qu’il ait une correspondance dans votre plan, vous pouvez choisir
une fenêtre paramétrable. Procéderez comme suit :
Cochez l’option Modèle et cliquez sur le bouton Éditer source. Vous obtenez une boîte de
dialogue qui correspond à la fenêtre des propriétés de l’élément sélectionné. Les changements
effectués dans cette boîte ne modifient pas l’élément sélectionné, mais uniquement les propriétés
du modèle.
78
Le mode Construction
L’utilisation de modèles présente un intérêt particulier lorsque vous voulez transférer les
propriétés d’un élément d’un étage vers un autre. Supposons que vous avez créé une fenêtre
personnalisée au rez-de-chaussée et que vous souhaitez la transposer au premier étage, vous devez
alors la sélectionner, puis la définir comme modèle sous la rubrique Source en cliquant sur le
bouton Utiliser comme modèle. Changez d’étage actuel, puis choisissez Modèle sous la rubrique
Source.
En procédant ainsi, vous pouvez transférer des propriétés non seulement d’un étage vers un autre
mais aussi vers tout un bâtiment.
8.8.2.2 Sélection destination
Si l'onglet Destination est activé pour des transferts multiples, les clics sur le plan sélectionnent
des éléments vers lesquels des propriétés doivent être transférées. C'est pourquoi vous pouvez
uniquement cliquer sur des éléments qui sont du même type que les éléments sélectionnés. Les
objets de destination autorisés apparaissent en bleu.
Sous la rubrique Sélection destination, vous choisissez de quelle manière vous voulez définir
d’autres éléments comme destination : l'option Clic sélection permet de choisir des éléments de
destination successifs ; l’option Cadre sélection sélectionne tous les éléments qui se trouvent dans
le cadre de sélection ; l’option Sélect. polygone vous permet de tracer un polygone quelconque et
tous les éléments situés à l'intérieur de cette délimitation seront sélectionnés.
Remarque : Terminez le tracé du polygone par Échap.
Remarque : Les réglages effectués dans la boîte de dialogue Paramètres de magnétisme et
sélection en mode Construction (page 73) concernant les éléments partiellement sélectionnés,
seront également utilisés dans cette boîte de dialogue.
8.8.2.3 Sélection automatique de la destination à partir de
Si vous ne voulez pas sélectionner manuellement tous les éléments sur lesquels les propriétés
doivent être transférées, utilisez les boutons proposés sous la rubrique Sélection automatique de
la destination à partir de. Ces boutons vous permettent de sélectionner de façon ciblée des
éléments de votre plan, sans recourir à des clics.
Divers boutons sont proposés selon l'élément sélectionné. Pour les fenêtres, par exemple, vous
disposez des boutons Bâtiment, Étage, Mur et Logement, ainsi que deux fenêtres avec les noms
des pièces qui se trouvent à gauche et à droite du mur dans lequel est installée la fenêtre. Pour des
fenêtres dans un mur extérieur, le deuxième bouton n'apparaît pas.
8.9 DÉPLACER DES SECTIONS DU PLAN
Lorsque vous avez sélectionné au moins deux éléments simultanément (voir page 77) en mode
Construction, le bouton
apparaît dans la barre d'outils verticale. Ce bouton vous permet de
déplacer tous les éléments sélectionnés selon une valeur définie.
Des murs non sélectionnés entièrement seront prolongés de façon à ce que des plans cohérents
restent cohérents. Les fenêtres, portes et évidements de mur sont déplacés automatiquement avec
les murs. D’autres éléments comme les poutres, les escaliers, les cheminées ou même le mobilier
sélectionné (voir page 74), seront déplacés en même temps.
79
Guide de référence
Le bouton
permet surtout de déplacer des parties du plan de manière à l'élargir d'un mètre, par
exemple. Après avoir cliqué sur le bouton
, vous devez d’abord définir un vecteur de
déplacement par deux clics. Pendant la définition de ce vecteur, un aperçu de ce qui sera déplacé
est affiché après le premier clic puis, une boîte de dialogue apparaît après le second clic. Saisissezy la valeur de transfert numérique. Si vous appuyez sur Ctrl lors du deuxième clic, vous évitez
l’ouverture de cette boîte de dialogue.
Remarque : Les murs qui ne sont sélectionnés que partiellement lors du clic sur
(car ils ne se
trouvent pas entièrement à l'intérieur du cadre de sélection (voir page 77)), ne sont pas déplacés en
totalité, mais seule l'extrémité qui se trouve à l'intérieur du cadre est déplacée. Comme l'extrémité
opposée demeure inchangée, le mur est déformé. En cas de déplacement partiel de murs, les murs
.
déformés sont repérés par des hachures bleues lors du clic sur le bouton
8.10 LES COPIES MULTIPLES D'ÉLÉMENTS ET D'OBJETS
Tant en mode Construction qu'en mode Design, vous pouvez créer plusieurs copies d'un élément
apparaît dans la barre d'outils
ou d'un objet sélectionné. En mode Construction, le bouton
est activé dans la barre d'outils verticale de gauche. Si
verticale de droite lorsque le bouton
n'est pas grisé.
vous avez sélectionnez un élément,
En mode Design (qui ne propose pas de barre d'outils verticale de droite),
est la seconde
. Pour réaliser des copies multiples en mode Design, sélectionnez la
fonction du bouton
fonction
, puis sélectionnez l’objet à copier. Après la sélection d’un élément ou d’un objet, en
mode Construction ou en mode Design, l'une des quatre boîtes de dialogue apparaît lorsque vous
cliquez sur .
En mode Construction :
80
Le mode Construction
En mode Design :
81
Guide de référence
Le contenu de la boîte de dialogue qui apparaît varie en fonction du type d’élément ou d’objet
sélectionné. En mode Design, seule la quatrième boîte de dialogue apparaît, alors qu’en mode
Construction les trois autres boîtes sont proposées selon la sélection effectuée.
8.10.1 Boîte de dialogue Copies multiples 1
Cette boîte de dialogue ne s’affiche en mode Construction que si vous avez préalablement
sélectionné un élément puis que vous avez cliqué avec le bouton gauche de la souris sur le bouton
ou avec le bouton droit de la souris sur .
Cette boîte de dialogue ne vous est utile que pour des éléments dont la direction doit varier d’une
copie à l’autre : c'est notamment le cas des murs qui peuvent être disposés librement dans un
projet, mais ce n’est pas le cas des fenêtres qui restent dépendantes de l’orientation des murs dans
lesquels elles sont insérées. Dans la boîte de dialogue, entrez le Nombre de copies de l’élément
ou de l’objet qui doit être dupliqué, ainsi que la valeur de l'Intervalle dans les champs
correspondants. Si vous définissez une valeur défférente de 0 dans le champ de saisie Augmenter
intervalle à chaque copie de, l'intervalle est augmenté en conséquence d'une copie à la suivante
(il est réduit dans le cas de valeurs négatives). Dans le champ Modifier la rotation à chaque
copie de, définissez l'angle de rotation de chaque copie par rapport à la précédente.
Sous la rubrique Orientation, vous pouvez préciser l’emplacement relatif de la première copie par
rapport à l’original sélectionné : Droite, Gauche, Haut ou Bas. Vous pouvez également saisir une
valeur angulaire spécifique en sélectionnant l’option Suivant un angle de. Ainsi, un angle de 0
degré correspond à une direction horizontale orientée vers la droite.
À chacune des saisies effectuées dans cette boîte de dialogue, un aperçu s’affiche instantanément à
l’écran pour vous permetter de vérifier le résultat obtenu avec les divers réglages.
8.10.2 Boîte de dialogue Copies multiples 2
Contrairement à la boîte de dialogue présentée ci-dessus, cette boîte de dialogue ne s’affiche en
mode Construction que lorsque vous souhaitez réaliser des copies multiples d’éléments dont
l’orientation est déterminée par celle d’autres éléments. Il peut s’agir, par exemple, de fenêtres et
de portes dont l’orientation est définie par celle du mur dans lequel elles sont insérées. Ce peut
être également le cas pour des lucarnes et des éléments photovoltaïques d’une toiture. Leur
orientation dépend en ce cas naturellement de celle de la ligne d’égout du toit.
82
Le mode Construction
Si cette boîte de dialogue conserve certaines similitudes avec la précédente, la rubrique Suivant
orientation de l'objet, quant à elle, diffère quelque peu par le choix qu’elle propose de ne placer
les copies qu’à Droite ou à Gauche de l’élément sélectionné. En outre, vous avez la possibilité de
spécifier une valeur d’intervalle de copie à copie dans le champ Augmenter intervalle à chaque
copie de : lorsqu’elle est sélectionnée l’option Intervalle établit cet écart dans la distance réelle
qui sépare deux copies entre elles. Ainsi, lorsqu’une fenêtre de 1 m de large est dupliquée tous les
2 m, les meneaux ainsi créés font réellement 2 m de large (fenêtre + intervalle). Si l’option
Intervalle n’est pas sélectionnée, la duplication ne s’effectue qu’à partir du point de référence de
la fenêtre : en ce cas le meneau est égal à la valeur résiduelle des paramètres saisis (intervalle fenêtre).
8.10.3 Boîte de dialogue Copies multiples 3
Cette boîte de dialogue apparaît lorsque vous souhaitez réaliser une copie multiple de lignes
d’aide. Les fonctions de cette boîte de dialogue sont similaires à celles des précédentes, sauf pour
ce qui concerne la possibilité d’orientation des copies de lignes d’aide par rapport au modèle
sélectionné ou à la copie précédente.
8.10.4 Boîte de dialogue Copies multiples en mode Design
Comme en mode Construction, des copies multiples d’un objet peuvent être réalisées en mode
Design. La boîte de dialogue qui s’affiche lorsque vous cliquez sur le bouton
est similaire à la
fenêtre 1 du mode Construction, seuls les cases à cocher Augmenter intervalle à chaque copie
de et Relatif à l’objet y sont ajoutés. La case à cocher Augmenter intervalle à chaque copie de
a la même fonction dans ce cas que dans la fenêtre 2 du mode Construction (voir ci-dessus).
Toutefois si l’option Relatif à l’objet est activée, les copies de l’objet ne seront pas disposées en
coordonnées universelles (gauche, droite, dessus et dessous) mais relatives à l'objet. Ces
coordonnées divergent lorsque l'objet à copier subit une rotation.
8.11 PLACER L'ORIGINE DE LA GRILLE ET DES COORDONNÉES
Avec les lignes d'aide et la règle, la grille constitue un moyen d'aide important au tracé en mode
et définir ses paramètres
Construction. Vous pouvez l'afficher ou la masquer à l'aide du bouton
par un clic droit sur le bouton dans la barre d’outils. Lors du positionnement d'un objet ou d'un
élément de construction, l'effet magnétique de la grille n'est actif que si elle est visible.
C'est à partir de l'origine de la grille que sont calculées les coordonnées d'un point. Ces dernières
sont affichées dans la barre d'état. L'origine vous sera donc très utile, aussi bien lors de la
,
construction que de l'aménagement. Avec les différentes fonctions du bouton déroulant
vous pouvez définir au choix l'origine des coordonnées, de la grille ou des deux à la fois.
La trame de la grille, c’est-à-dire le réseau de petits points qui en constituent le quadrillage, est
naturellement dépendante du point d’origine de la grille elle-même. Par principe, toute grille
affichée à l’écran n’est que temporaire puisqu’il est possible de définir autant de points d’origine
de grille qu’il est nécessaire.
Si vous voulez faire en sorte qu’un point particulier de votre projet (l’intersection ou l’extrémité
d’élément particulier) coïncide précisément avec un point de la grille, vous pouvez utiliser le
83
Guide de référence
bouton
ou
afin de positionner la grille sur ce point. Tous les points de la grille se
déplaceront alors automatiquement vers ce point.
8.11.1 Boîte de dialogue Grille
Ouvrez cette boîte de dialogue par un clic droit sur le bouton
Programme – Grille.
ou par la commande Options –
8.11.1.1 Distance
Il existe cinq options pour la définition du maillage de la grille, c'est-à-dire la distance entre les
différents points. La grille est obligatoirement "carrée", la même valeur s'appliquant à la fois aux
valeurs x et y. Les quatre premières options proposent des valeurs fixes prédéfinies.
La dernière option vous permet de définir un maillage de grille personnalisé, entre 1 cm et 10 m.
Vous pouvez entrer la valeur directement au clavier ou la définir à l'aide des petits boutons fléchés
situés à droite de la zone de saisie. Les intervalles sont exprimés dans l'unité de mesure définie
dans les Options de projet (voir page 29).
Remarque : Á partir d'une certaine densité de points (résultant à la fois de l'intervalle spécifié et
du facteur d'agrandissement), le programme ne représente plus la grille, même si son affichage est
activé. Il faudrait en effet représenter un nombre très important de points et l'on obtiendrait une
surface très sombre. En outre, il serait quasiment impossible de sélectionner chaque point de la
grille individuellement.
8.11.1.2 Grille angulaire
Cochez la case Utiliser de la rubrique Grille angulaire si vous souhaitez utiliser une grille
angulaire pour vos opérations de tracé. Cette grille est particulièrement utile lorsque vous dessinez
les fondations de votre maison à main levée. Si vous définissez un angle de 90 degrés (par
exemple), tous les murs seront automatiquement positionnés à angle droit, indépendamment du
point sur lequel s'arrête la souris. Une fois la fonction activée, entrez la valeur désirée dans le
champ Largeur de pas ; cette valeur doit être comprise entre 1 et 90 degrés.
Si vous cochez l'option Utiliser le magnétisme des points, votre tracé déterminera la longueur
des éléments au fil des points que vous accrochez, mais l'angle des éléments insérés n'acceptera
que des multiples de l'angle choisi.
Si vous cochez l'option Projeter grille orthogonale, la grille angulaire détermine l'angle de
l'élément inséré. Si, au moment de l'insertion, l'élément se trouve également dans le champ
magnétique d'un point de la grille, la longueur de l'élément est définie de telle sorte que la
perpendiculaire de l'élément passe par le point de la grille. Dans le cas d'un nouveau mur, l'un des
deux sommets placés à l'extrémité du mur viendra se positionner normalement sur un point de la
grille, mais l'angle du mur sera défini par l'angle que vous aurez saisi.
Si vous cochez l'option Utiliser grille longidudinale (pas identique à celui de la grille), vous ne
pouvez insérer vos éléments qu'avec des angles discrets et des longueurs discrètes (celles de la
grille normale). Le magnétisme de la grille normale est alors prioritaire sur le magnétisme de la
grille angulaire. Si vous ne souhaitez pas que tel soit le cas, désactivez simplement la grille
normale.
Remarque : Contrairement à la grille normale, la grille angulaire reste active même lorsque vous
masquez la grille . L'option Utiliser grille longidudinale est grisée lorsque l'option Projeter
84
Le mode Construction
grille orthogonale est cochée car la projection détermine la longueur, et la longueur discrète (non
continue) n'est alors plus possible.
Tout comme la combinaison de touches Ctrl+F3, la combinaison Ctrl+R permet d'activer ou de
désactiver la grille angulaire jusqu'au prochain clic de souris.
8.12 LA RÈGLE
En mode Construction (voir page 13), vous pouvez vous aider de la règle pour entrer les éléments
sur le plan. Le commande Affichage/Règle ou le raccourci CTRL+L permet d'afficher ou de
masquer la règle.
La règle peut être employée pour mesurer et pour construire. Lorsqu'elle est visible, vous trouvez
également une barre d'outils spéciale au bas de la fenêtre. Vous pouvez y définir des valeurs
spécifiques à la règle.
Quelques indications sur la manière d'utiliser la règle sont nécessaires. Elle a la même fonction
qu'une règle normale. On peut l’utiliser comme guide pour les tracés, on peut la faire pivoter et la
déplacer sur la feuille ou la relever afin de faire passer le crayon (le pointeur de la souris) de
l'autre côté. La règle est un outil utile, surtout si on l’utilise en parallèle avec la fonction de
magnétisme (voir page 72) et les tabulations que l'on peut y définir.
8.12.1 Structure de la règle
La règle se compose de deux zones : l'une contient les traits de graduation, l'autre les valeurs
correspondant à ces graduations. Les deux zones se comportent différemment lorsque vous cliquez
dessus.
En effet, la zone avec les valeurs de graduation sert de poignée pour saisir la règle. Vous pouvez
déplacer la règle en cliquant sur cette zone et en maintenant le bouton de la souris enfoncé. La
règle se déplace toujours parallèlement à sa position de départ, dans ce cas. Notez qu'elle est
attirée par les éléments magnétiques qui se trouvent sur la feuille. Lorsque vous déplacez la règle
de cette manière, l'origine de ses graduations ne change pas. Chaque graduation se déplace le long
d'une droite perpendiculaire à la règle.
Si l'origine de la règle doit être déplacée en même temps que la règle elle-même, vous devez
maintenir la touche Maj enfoncée pendant la manipulation (appuyez sur la touche avant de
cliquer). Vous pouvez alors positionner la règle librement et le point sur lequel vous la lâcherez
correspondra à la graduation zéro.
Une troisième façon de déplacer la règle consiste à la faire pivoter. Maintenez la touche Ctrl
enfoncée au moment où vous cliquez sur la zone des étiquettes de graduation. La règle pivote
alors autour de son origine (graduation zéro).
85
Guide de référence
8.12.2 Tabulations
Imaginez que votre règle en bois comporte une petite encoche dans le guide utilisé pour les tracés.
Lorsque vous faites glisser le crayon le long du guide, il aura tendance à marquer un arrêt dans
cette encoche.
Les tabulations sur la règle du programme sont l'équivalent de telles encoches. Elles sont
marquées en couleur sur la règle. Il en existe différentes sortes : celles qui sont marquées en vert
sont des tabulations séquentielles. Elles se répètent à intervalle fixe, la mesure étant toujours
effectuée à partir de l'origine. Vous pouvez modifier ou désactiver ces tabulations séquentielles.
Un clic droit sur la zone des graduations de la règle ouvre la boîte de dialogue de paramétrage des
tabulations. Vous trouverez des explications plus détaillées dans les sections suivantes.
Vous pouvez aussi placer des tabulations à votre guise. Cliquez à cet effet à l'endroit
correspondant dans la zone des traits de graduation de la règle. Une boîte de dialogue s'ouvre alors
pour vous permettre d'indiquer une valeur exacte. Les tabulations ainsi définies s'affichent en
rouge sur la règle. Vous pouvez les déplacer en cliquant dessus et en les faisant glisser le long de
la règle. Si vous les faites glisser en dehors de la règle, elles sont supprimées. La même
fonctionnalité existe d'ailleurs aussi dans les logiciels de traitement de texte. Après le déplacement
d'une tabulation, une boîte de dialogue s'affiche à nouveau pour la saisie d'une position exacte.
Conseil : Si vous voulez empêcher l'affichage de la boîte de dialogue lors du déplacement ou de la
définition des tabulations rouges, appuyez sur la touche Ctrl au moment de cliquer sur la règle. La
valeur de graduation qui est la plus proche du pointeur de la souris est alors utilisée pour la
tabulation.
8.12.3 Paramètres de règle
Lorsque vous faites un clic droit sur la règle, vous affichez la boîte de dialogue Paramètres de
règle :
Vous définissez ici les tabulations à utiliser, la position de la graduation zéro et le comportement
de la règle en cas de modification et de défilement de votre plan.
Les paramètres de la règle ne sont valables que pour la fenêtre active. Si plusieurs fenêtres sont
ouvertes, vous pouvez définir des paramètres différents pour chaque vue.
86
Le mode Construction
8.12.3.1 Tabulateurs
Les tabulations de la règle font office de points magnétiques lors des tracés. Vous pouvez définir
des tabulations séquentielles, par exemple pour avoir un point magnétique tous les 50 cm sur la
règle. Les tabulations séquentielles s'affichent en vert sur la règle.
Voici la signification des différentes options de la rubrique Tabulateurs :
8.12.3.1.1 Tabulateur séquentiel tous les
Si cette option est active, vous pouvez entrer la distance entre deux tabulations séquentielles dans
la zone de saisie associée à l'option.
8.12.3.1.2 Utiliser tabulateur standard
Cochez cette option pour utiliser les tabulations par défaut, marquées en bleu sur la règle.
8.12.3.2 Origine
Si l’option Origine sur le dernier point n’est pas cochée, vous pouvez indiquer la position du
point zéro sur la règle. Lorsque vous quittez la boîte de dialogue en cliquant sur OK, la règle est
positionnée par rapport au point zéro de votre dessin (voir page 83).
Soyez attentif au fait que l'option Règle visible est prioritaire par rapport au réglage de l'origine.
Par conséquent, si la règle est invisible conformément à vos réglages, un clic sur le bouton OK
modifie les paramètres de telle sorte que la règle devienne visible.
8.12.3.3 Règle visible
Pour empêcher que la règle ne disparaisse de l'écran lorsque vous faites défiler le plan, vous
pouvez cocher cette option.
8.12.3.4 Origine sur le dernier point
Lorsque cette option est cochée, le point zéro est toujours défini à l'endroit de la règle où vous
avez cliqué en dernier pour entrer la position de murs, de fenêtres, de portes etc.
8.12.4 Barre d'outils spécifique à la règle
Dans la barre d'outils spéciale qui s'affiche dans la fenêtre active, quand le mode Construction est
activé, vous pouvez entrer certaines valeurs directement au clavier. En plus des zones de saisie
et .
numérique, six boutons correspondent à autant d'actions sur la règle :
soulève la règle. Lors du tracé de murs, par exemple, le pointeur de la souris peut
Le bouton
"passer sous" la règle, ce qui n'est pas le cas lorsque le bouton est relâché. Dans ce cas, la ligne
que forme le guide de la règle ne peut être franchie que dans un sens.
a pour rôle d'inverser les notions de haut et de bas du bouton précédent.
Le bouton
Normalement, le guide de la règle se trouve en haut. Après un clic sur ce bouton, la flèche qu'il
représente s'inverse . Ce comportement se rapproche aussi de celui d'une règle normale, que
vous pouvez utiliser avec le guide vers le haut ou vers le bas.
Un clic sur le bouton décale la règle d'une certaine distance. La valeur du déplacement peut être
paramétrée dans la première zone de saisie de cette barre d'outils. Si la valeur 1 m est inscrite dans
87
Guide de référence
cette zone, la règle est déplacée d'un mètre vers le haut lorsque vous cliquez sur le bouton. Les
valeurs négatives provoquent un déplacement vers le bas.
Le bouton fait pivoter la règle selon un certain angle. Le point zéro fait office d'axe de rotation.
La valeur de l'angle est celle qui est inscrite dans la deuxième zone de saisie de cette barre d'outils.
La valeur est entrée en degrés. Les valeurs négatives font tourner la règle dans le sens des aiguilles
d'une montre, les valeurs positives la font tourner dans le sens inverse.
Le bouton permet de faire tourner la règle de 90 degrés. Si elle est horizontale à l'origine, elle
sera donc verticale après un clic sur ce bouton. Un autre clic la remet à sa position de départ
horizontale.
Le dernier bouton positionne toujours la règle à l'horizontale. Quel que soit l'angle de rotation
actuellement défini, un clic sur ce bouton a toujours pour effet de fixer l'angle absolu de la règle à
0°.
8.12.4.1 Zones de saisie de la barre d'outils de la règle
Les deux premières zones de saisie ont été évoquées dans la section précédente. La première
définit la valeur d'un déplacement parallèle de la règle suite à un clic sur le bouton . La
deuxième définit la valeur relative de l'angle de rotation à utiliser lorsque l’utilisateur clique sur le
bouton . Si vous avez par exemple indiqué la valeur 15, vous pouvez faire tourner la règle de
45° en cliquant trois fois sur le bouton .
La troisième zone de saisie sert à définir un tabulateur standard (voir page 86). La saisie d'une
tabulation fixe est donc possible à tout moment, sans qu'il soit nécessaire d'ouvrir, de compléter et
de valider une boîte de dialogue.
Dans la dernière zone de saisie, vous pouvez indiquer une valeur d'angle absolue. Si vous y entrez
la valeur 45, la règle sera tournée de manière à venir se placer avec une inclinaison de 45° par
rapport à l'horizontale. Dans cette zone de saisie vous pouvez également lire la valeur de l'angle
atteint en cas de rotation de la règle à l'aide de la souris et avec la touche Ctrl.
8.12.5 Touches de raccourci spécifiques à la règle
Les actions correspondant aux six boutons de la barre d'outils spécialement affectée à la règle
peuvent aussi être déclenchées avec des touches de raccourci. Ce sont les touches de fonction F5 à
F10 qui sont associées, dans l'ordre, à ces boutons. Avec un peu de pratique, vous vous apercevrez
que ces touches de fonction permettent de manipuler la règle très facilement. Pour vous entraîner,
essayez de construire un bâtiment dont la base est un polygone régulier à 20 côtés.
Remarque : Utilisez des tabulations par défaut et faites pivoter la règle d'une valeur constante de
18°.
8.13 LES LIGNES D'AIDE
Pendant la construction de vos plans, les lignes d'aide peuvent constituer une aide précieuse.
Grâce à une grille de lignes d'aide judicieusement composée, vous serez la plupart du temps en
mesure de résoudre facilement certains problèmes de tracés géométriques. La boîte de dialogue
Lignes d'aide vous permet de définir l'affichage des lignes d'aide, tandis que la boîte de dialogue
Paramètres de saisie des lignes d'aide vous permet de définir l'angle et le rapport de division des
lignes d'aide. Ces valeurs peuvent être enregistrées avec le projet.
permet d'afficher ou de masquer les lignes d'aide disposées sur le plan.
Un clic sur le bouton
88
Le mode Construction
8.13.1 .Définir le type de lignes d'aide
La barre d'outils verticale contient un bouton permettant d'activer la fonction des lignes d'aide. Il
s'agit d'un bouton déroulant avec un petit triangle noir en bas et à droite. Lorsque vous cliquez sur
cet outil et que vous maintenez le bouton gauche de la souris enfoncé, divers types de lignes
d’aide apparaissent. Il s'agit notamment des lignes d'aide suivantes :
Rectangle d'aide
•
Cercle d'aide
•
Ellipse d'aide
•
Les types de lignes d'aide proposent diverses fonctions qui apparaissent dans la barre d'outils
verticale de droite.
8.13.1.1 Placer une droite d’aide
La première fonction
vous permet d'afficher des lignes d'aide traversant toute la fenêtre de
crée des segments dont vous pouvez définir la longueur.
travail, la seconde
Lorsque vous avez choisi un type de ligne d'aide, le programme affiche une seconde barre d'outils
verticale réunissant les diverses fonctions proposées. Un clic droit qur l'un de ces boutons affiche
une boîte de saisie numérique.
Pour la fonction , le champ Angle par rapport à la ligne de référence indique l'angle défini ;
pour la fonction , il correspond au Rapport de division.
Cliquez avec le bouton gauche de la souris dans la fenêtre de travail pour placer les lignes d'aide,
puis appuyez sur la touche Échap pour interrompre la saisie des lignes d'aide.
Les lignes d'aide et les outils d'aide fonctionnent de la même manière et ils sont décrits ensemble
dans les sections suivantes.
8.13.2 Placer les lignes d'aide
8.13.2.1 .
Ligne d'aide verticale
Pour placer une ligne d'aide verticale, il vous suffit d'identifier un point en cliquant à l'endroit
correspondant sur la feuille. La ligne sera tracée à la verticale en passant par ce point.
Si vous placez un segment, un deuxième clic vous permet d'en définir la longueur. Si vous
appuyez sur la touche Maj et si vous cliquez sur le plan, le programme met en évidence la ligne
d'aide sélectionnée : les deuxième et troisième clics permettent alors de préciser le début et la fin
du segment.
89
Guide de référence
8.13.2.2 .
Ligne d'aide horizontale
Pour placer une ligne d'aide horizontale, procédez comme vous le faites pour placer une ligne
d'aide verticale.
8.13.2.3 .
Ligne d'aide quelconque
Un premier clic définit l'un des points de la droite. En déplaçant la souris, vous faites pivoter la
ligne autour de ce point et vous pouvez ainsi définir la position souhaitée. Un deuxième clic fixe la
ligne d'aide.
Si vous avez opté pour un segment, il est tracé exactement entre le premier et le second clic,
comme dans tous les programmes de dessin.
8.13.2.4 .
Ligne d'aide perpendiculaire
Droite d'aide : Cette méthode de tracé s'appuie toujours sur un segment existant quelconque, par
exemple un mur. Identifiez ce segment en cliquant dessus. La ligne d'aide se trace aussitôt,
perpendiculairement à la ligne de référence et à l'endroit où vous avez cliqué.
Si vous maintenez la touche Maj enfoncée au moment du clic, vous pouvez ensuite faire glisser la
ligne d'aide de manière à ce qu'elle reste perpendiculaire au segment de référence même si elle se
trouve à l'extérieur du segment. La ligne d'aide ne coupe donc pas obligatoirement le segment de
référence mais reste toujours perpendiculaire à la ligne qui lui sert de référence.
Segment d'aide: le premier clic détermine le point d'intersection avec la ligne de référence et le
second clic définit l'extrémité du segment perpendiculaire. En maintenant la touche Maj enfoncée
au moment du clic, vous pouvez faire coulisser la perpendiculaire par rapport à la ligne de
référence. Deux autres clics définissent ensuite les extrémités du segment.
8.13.2.5 .
Ligne d'aide angulaire
Cette fonction permet d’attribuer un angle donné à une droite ou un segment d’aide par rapport à
une ligne de référence.
La mise en place de ce type de ligne d’aide est identique à celle d’une droite ou d’un segment
d’aide perpendiculaire à une ligne de référence, y compris pour ce qui concerne l’utilisation de la
touche Maj. Vous pouvez toutefois choisir un angle autre que l'angle droit à partir d'un clic droit
dans la barre d'outils verticale.
8.13.2.6 .
Ligne d'aide parallèle
Cette fonction permet de tracer des lignes d'aide parallèles à une ligne de référence. Cliquez
d'abord sur la ligne de référence puis définissez la distance entre les deux lignes à l'aide d'un
second clic.
La touche Maj n'a pas de fonction spéciale.
8.13.2.7 .
Ligne d'aide parallèle (num.)
Un premier clic identifie la ligne de référence. Le second clic peut avoir lieu à n'importe quel
endroit à côté de la ligne de référence, mais du côté où la ligne d'aide doit être tracée. La distance
90
Le mode Construction
de ce deuxième clic par rapport à la ligne de référence importe peu, puisque la valeur réelle vous
est demandée par le programme dans une boîte de dialogue spéciale.
Le programme garde cette valeur en mémoire et vous n'êtes pas obligé de la saisir à nouveau si
vous voulez tracer une autre ligne à égale distance. Pour que la valeur soit prise en compte
automatiquement sans que la boîte de dialogue ne s'affiche, maintenez la touche Ctrl enfoncée
lors de la définition de la ligne d'aide.
Si vous avez opté pour la fonction Placer un segment d'aide, le deuxième clic définit en même
temps une extrémité du segment. La boîte de dialogue de définition de la distance s'affiche et un
troisième clic place ensuite l'autre extrémité. La touche Ctrl peut être utilisée de la même façon
que pour la première fonction.
8.13.2.8 .
Ligne d'aide intermédiaire
Avec un clic droit sur ce bouton, vous pouvez définir le positionnement de la ligne d'aide par
rapport aux deux points.
Définissez deux points entre lesquels la ligne d'aide sera tracée. Elle sera perpendiculaire à la ligne
reliant les deux points en question, le point d'intersection étant déterminé par le pourcentage de
positionnement.
Procédez de la même façon si vous avez choisi la fonction Placer un segment d'aide. Le segment
que vous voulez tracer débute au point d'intersection de la ligne d'aide avec le segment formé par
les deux points de référence. Un nouveau clic définit la direction et la longueur du segment. En
appuyant sur Maj, vous tracez d'abord une droite et vous devez ensuite cliquer deux fois sur cette
ligne pour définir les extrémités du segment. Celui-ci ne doit donc pas commencer obligatoirement
au point d'intersection
8.13.3 Supprimer une ligne d'aide
Pour supprimer une ligne d'aide, cliquez sur le bouton
(voir page 76), puis sur la ligne d'aide.
Celle-ci s'affiche alors en rouge. Appuyez sur la touche Suppr pour la supprimer. Pour supprimer
toutes les lignes d'aide, choisissez la commande Édition – Supprimer tous les – Lignes d'aide.
91
Guide de référence
8.13.4 Boîte de dialogue Lignes d'aide
Vous ouvrez cette boîte de dialogue par un clic droit sur le bouton
Options – Programme – Lignes d'aide.
ou par la commande
8.13.4.1 Définir le type de lignes
Cinq styles de lignes d'aide sont mis à votre disposition.
8.13.4.2 Définir la couleur
Si vous souhaitez personnaliser la couleur des lignes d'aide, cliquez sur la flèche à droite de la
cellule de couleur. La boîte de dialogue Couleurs s'affiche alors à l'écran. Vous pouvez y
sélectionner une couleur prédéfinie ou cliquer sur le bouton Définir les couleurs personnalisées
pour créer votre propre teinte.
8.13.4.3 Par défaut
Si vous cliquez sur le bouton Par défaut, les paramètres sont enregistrés comme paramètres par
défaut et réutilisés au redémarrage du programme. Dans le cas contraire, ils sont annulés dès que
vous quittez le programme.
8.14 LA FLÈCHE D'ORIENTATION
Le programme met à votre disposition une flèche pointant en direction du nord. Cette flèche est
visible en mode Construction et mode Design. Toutefois, sa taille et sa position ne peuvent être
modifiées qu'en mode Construction.
La flèche ne sert pas uniquement à indiquer la direction du nord : elle intervient également dans
les vues à heure variable, où l'ensoleillement est justement calculé par rapport à la définition de la
direction du nord. La position de la flèche est alors prise en compte dans la détection de la position
du soleil.
En mode Construction, vous pouvez déplacer la flèche comme n'importe quel élément de
construction. Cliquez dessus puis déplacez la souris en maintenant le bouton gauche enfoncé. Si
vous double-cliquez sur la flèche en mode Construction, vous affichez la boîte de dialogue Flèche
d'orientation dans laquelle vous pouvez modifier sa direction.
92
Le mode Construction
8.14.1 Boîte de dialogue Flèche d'orientation
Le champ Rotation permet d'adapter l'orientation de votre plan à la réalité. Une rotation de 0°
signifie que le nord se trouve vers le haut du plan. Les valeurs positives font tourner la flèche vers
la gauche, tandis que les valeurs négatives la font pivoter vers la droite.
Le champ Rayon du symbole permet de changer la taille de la flèche.
Le bouton Par défaut permet d'enregistrer les paramètres actuels et de les appliquer aux futurs
projets que vous créerez.
8.15 LES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION
La suite de cette documentation s'intéresse aux divers éléments de construction disponibles dans le
programme, tels que les murs, les fenêtres ou les portes. Ces éléments sont accessibles en mode
Construction via la barre d'outils verticale de gauche et ses multiples boutons déroulants :
La description des éléments dans les pages suivantes se présente comme suit :
• Description générale de l'élément
• Fonctions de tracé de l'élément
• Paramètres spécifiques à l'élément
La présentation des fonctions de tracé propose des informations détaillées sur les divers boutons
disponibles pour un élément dans la barre d'outils verticale de droite.
Les paramètres de configuration d'un élément peuvent être utilisés à des fins différentes :
• Un double clic sur un élément déjà inséré sur le plan permet d'accéder aux paramètres
définissant sa taille et son aspect général.
• Un clic droit sur le bouton de sélection d'un élément, par exemple , permet de définir de
quelle façon l'élément sera dorénavant inséré dans le projet actuel.
• Pour que les paramètres concernent tous les projets à venir, et pas uniquement le projet actuel,
cliquez sur le bouton Par défaut présent dans toutes les fenêtres de configuration des éléments
de construction.
Remarque : Ce bouton vous permet de personnaliser le programme en lui indiquant vos
préférences. Vous remplacez ainsi les paramètres par défaut du programme par vos propres
paramètres par défaut, mieux adaptés à vos besoins.
8.16 LES MURS
Les différentes fonctions de tracé des murs permettent de définir la position et les paramètres des
murs dans votre projet à partir d'une boîte de dialogue (décrite à la page 102) (vous pouvez y
modifier les dimensions, la texture et l'affichage). Huit types de tracé sont proposés. Ils vous
garantissent un certain confort dans votre travail et vous permettent de respecter la précision
requise sur un plan. En combinant ces fonctions avec les lignes d'aide, la règle, le magnétisme et la
grille, vous pouvez sans problème venir à bout des projets les plus ambitieux. Assurez-vous que
la grille magnétique est activée.
Remarque : Lorsque vous déplacez un mur, vous pouvez lire sa longueur et son angle de rotation
dans la barre d'état du programme. Ces informations s'affichent également lorsque vous
93
Guide de référence
sélectionnez un mur déjà positionné. En faisant pivoter (voir page 260) un objet selon le même
angle de rotation, vous pouvez l'aligner précisément par rapport au mur.
8.16.1 Définir le type de mur
La barre d'outils verticale contient le bouton
qui permet d'activer le tracé de murs. Les
fonctions accessibles à partir de ce bouton s'affichent lorsque vous cliquez dessus et faites glisser
le pointeur vers la droite, légèrement à l'écart du bouton. Dans la barre d'état s'affiche une brève
description du type de mur. Pour activer une fonction de tracé, relâchez le bouton de la souris
lorsque le pointeur se trouve sur le bouton correspondant. Comme pour tous les boutons
déroulants, la fonction de tracé sélectionnée prend alors place dans la barre d'outils principale.
ou
Pour afficher la boîte des paramètres des murs, cliquez avec le bouton droit de la souris sur
sélectionnez la commande Options – Murs. En cliquant sur le bouton Par défaut, vous pouvez
enregistrer les valeurs que vous utilisez le plus souvent. Elles sont alors employées comme valeurs
par défaut à chaque démarrage du programme. Dans le cas contraire, elles ne restent actives que
pour la session en cours. La même boîte de dialogue s'affiche également lorsque vous effectuez un
double clic sur un mur préalablement sélectionné.
Après la sélection d'un type de tracé, une deuxième barre d'outils verticale s'affiche, parallèlement
à la première. Elle contient sept boutons correspondant à autant de fonctions de tracé différentes.
Comme pour les lignes d'aide, un clic droit sur l'un des boutons de cette deuxième barre d'outils
affiche une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez définir des paramètres de tracé.
8.16.2 Murs virtuels
Le programme est capable de repérer automatiquement un espace entièrement clos par des murs, et
définit alors cet espace comme étant une "pièce".
Dans certaines circonstances, il est également nécessaire de définir comme pièces des espaces dont
tous les côtés ne sont pas fermés. Tel est le cas des balcons. Pour que le programme considère ces
espaces comme des pièces, vous devez placer des murs virtuels sur le plan de construction. Lisez
également la prise en main pour découvrir comment utiliser les murs virtuels pour créer des
mezzanines.
Ces murs se laissent manipuler exactement comme des murs réels, toutefois ils n'ont aucune
épaisseur. En mode Construction, ils sont représentés sous la forme de traits, tandis qu'ils sont
totalement invisibles en mode Design.
Pour insérer un mur virtuel, sélectionnez la dernière fonction (rouge) du bouton déroulant
. Placez ensuite le mur sur le plan, comme un mur normal.
8.16.2.1 Propriétés des murs virtuels
En mode Construction, un clic droit sur le type de tracé Insérer un mur virtuel permet d'afficher
la boîte de dialogue Mur virtuel, également accessible par un double clic sur un mur virtuel
sélectionné :
94
Le mode Construction
Là, vous pouvez modifier le style de trait et la couleur utilisés pour représenter les murs virtuels.
Vous pouvez également indiquer si les murs peuvent ou non accueillir des portes et/ou des
fenêtres. L'épaisseur du mur virtuel est alors prise en compte dans le calcul des tablettes de fenêtre
et des menuiseries de porte.
8.16.2.2 Pièces virtuelles
La mise en place de murs virtuels et la combinaison de murs virtuels avec des murs réels donne
naissance à des espaces clos que le programme reconnaît automatiquement comme des pièces
virtuelles :
Dès que le programme détecte une telle pièce, il affiche une fenêtre dans laquelle il vous demande
si la pièce virtuelle doit ou non recevoir un plafond. Si vous souhaitez créer une mezzanine,
répondez Non. Vous pourrez changer ce paramètre ultérieurement, dans la boîte de dialogue
Propriétés de la pièce, accessible par un double clic sur la pièce virtuelle.
95
Guide de référence
8.16.2.3 Conseils d'utilisation pour les murs virtuels
L'intersection entre les murs réels, les murs virtuels, les sols et les plafonds permet d'isoler des
espaces à l'intérieur d'autres espaces, et de leur attribuer des textures et des matériaux différents.
Vous pouvez ainsi poser deux moquettes ou deux papiers peints différents dans la même pièce.
Par principe, lorsque vous faites glisser une texture du catalogue vers un sol ou un plafond, c'est
l'ensemble du sol ou du plafond qui est concerné, donc également les espaces virtuels inclus dans
la pièce. Si vous souhaitez que l'espace virtuel ait une texture différente, double-cliquez à
l'intérieur de cet espace : dans la boîte de dialogue Propriétés de la pièce, cliquez ensuite sur le
bouton Définir sous la rubrique Couleur motif pour sélectionner la texture spécifique à la pièce
virtuelle (sol et plafond).
Les murs virtuels vous permettent également de "simuler" des niveaux décalés à l'intérieur d'une
même pièce .
Exemple : Supposons que la moitié gauche de votre maison surplombe d'un mètre la moitié
droite. Vous devez alors concevoir chaque moitié comme un bâtiment séparé, de telle sorte que
vous puissiez définir des niveaux de sol différents. À la limite entre les deux bâtiments, c'est-à-dire
sur la ligne de changement de niveau, tracez un mur virtuel. Les deux espaces ainsi séparés
forment deux pièces closes, sans séparation apparente.
Si vous souhaitez que la séparation soit visible, tracez un mur normal dans l'un des bâtiments, et
un mur virtuel dans l'autre.
Pour créer d'autres sous-niveaux, utilisez des murets.
Astuce : Pour appliquer des textures différentes sur les différents côtés d'un muret, procédez
comme pour un mur. Ne faites pas glisser la texture depuis le catalogue (en mode Design), mais
sélectionnez chaque côté séparément, en mode Construction, et choisissez la texture désirée.
96
Le mode Construction
8.16.3 Tracer des murs
8.16.3.1 Modifier le point de référence d'un mur
Lorsque vous placez un mur, vous pouvez utiliser plusieurs points de référence. Une croix de
couleur marque le point de référence actuel pour le tracé du mur. Le passage entre l'axe du mur et
les deux parois se fait avec la combinaison de touches Ctrl+W. Le mur entier est alors décalé.
Si vous souhaitez décaler uniquement les points d'une paroi frontale du mur, utilisez les touches
Ctrl+Q pour le début du mur et Ctrl+E pour la fin du mur.
8.16.3.2 .
Murs multiples
Cette fonction permet de créer plusieurs murs successivement (comme si vous traciez un
polygone). Le premier clic définit le point de départ du premier mur. Un nouveau clic définit la fin
de ce mur et le début du mur suivant. Il en va de même pour les clics suivants. Lorsque tous les
murs sont tracés, appuyez sur la touche Échap pour mettre fin à la fonction.
8.16.3.3 .
Mur simple
Contrairement à la fonction précédente, celle-ci s'arrête automatiquement dès que le premier mur
est tracé.
8.16.3.4 .
Mur perpendiculaire
Cette fonction utilise comme ligne de référence un mur existant ou une ligne d'aide. Un nouveau
mur est tracé perpendiculairement à cette ligne de référence, le premier clic définissant le début du
mur, le second définissant sa fin. Le mur ne peut être tracé autrement que perpendiculairement. Si
vous maintenez la touche Maj enfoncée lors du premier clic, vous voyez d'abord apparaître une
ligne d'aide sur laquelle vous pouvez définir le début et la fin du mur.
Si vous lâchez la touche Maj, le clic suivant définit le point de départ du mur ; si vous la
maintenez enfoncée, vous fixez la ligne d'aide et il faut alors deux autres clics pour définir les
extrémités du mur. La ligne d'aide s'efface d'elle-même lorsque le tracé est terminé..
8.16.3.5 .
Mur angulaire
Avec un clic droit sur le bouton correspondant, vous pouvez définir un angle. C'est cet angle qui
est alors utilisé à la place de l'angle droit pour le tracé par rapport à la ligne de référence. Pour le
reste, la fonction s'utilise de la même manière que la précédente.
8.16.3.6 .
Mur parallèle
Au lieu d'être perpendiculaire, ce mur est tracé en parallèle à une ligne de référence. Pour le reste,
le tracé s'effectue de la même manière que pour les fonctions précédentes.
97
Guide de référence
8.16.3.7 .
Mur intermédiaire
Comme pour les précédentes fonctions, vous pouvez tracer un mur parallèle à un autre mur ou à
une ligne d'aide. La distance souhaitée entre les deux parallèles doit être indiquée dans une boîte
de dialogue.
8.16.3.8 .
Mur parallèle (num.)
Avant d'utiliser cette fonction, effectuez un clic droit sur le bouton . et entrez dans la boîte de
dialogue une valeur correspondant au rapport de division. Un mur est alors tracé entre deux points
définis par des clics successifs, perpendiculairement au segment formé par ces deux points, la
distance par rapport aux points étant déterminée par cette valeur.
Si vous maintenez la touche Maj enfoncée lors des clics définissant les deux points de référence,
vous ne pouvez pas sélectionner librement le point de départ du mur, il se situera exactement au
milieu du segment formé par les deux points.
8.16.4 Outils d'édition des murs
Pour l'édition de murs déjà tracés, vous disposez de divers outils que vous pouvez atteindre de 2
manières :
1. Lorsque vous avez sélectionné un mur, les boutons
,
,
,
,
,
et
affichés
dans la barre d'outils verticale de droite permettent de le modifier. Un clic sur l'un de ces
boutons active l'outil d'édition correspondant pour le mur sélectionné.
2. L'un des derniers boutons de la barre d'outils verticale de gauche est le bouton
. Lorsque
vous cliquez dessus, les boutons cités sont également affichés dans la barre d'outils verticale de
droite. Leur utilisation est légèrement différente car lorsque l'un de ces outils a été sélectionné,
vous pouvez sélectionner successivement différents murs afin de les éditer.
Contrairement à la première méthode d'activation, la seconde vous permet de modifier plusieurs
murs et pas uniquement le mur actuellement sélectionné.
8.16.4.1 Modifier un mur : distance à partir du curseur
Lors de la division ou de l'édition d'un mur à l'aide des boutons
,
et , vous pouvez définir
la distance du curseur par rapport au point de division ou de prolongement. Si cette distance n’est
pas nulle, vous n’entrez pas le point de division directement mais un point à la distance choisie du
point de division.
98
Le mode Construction
Ouvrez la boîte de dialogue de réglage de la distance par un clic droit sur les boutons
,
ou
8.16.4.2 Diviser un mur
Si vous avez sélectionné la fonction
du bouton
, vous devez préalablement sélectionner le
mur à diviser. Placez la souris sur le mur : le mur est repéré par un cadre rouge. Après le clic (ou
dans la seconde barre d'outils verticale si un mur a déjà
directement lors du clic sur le bouton
été sélectionné) une ligne perpendiculaire au mur apparaît : cette ligne sert de curseur.
Si la distance à partir du curseur n’est pas nulle, une ligne apparaît dans le mur, indiquant la
position effective pour la séparation du mur. Positionnez alors la souris à l’endroit souhaité et
cliquez une fois. Le mur se sépare en deux parties. S’il contient des portes et fenêtres sur ce point
de partage, elles disparaîtront.
8.16.4.3 Diviser et étirer un mur
La fonction du bouton
correspond pour l'essentiel à celle du bouton
, sauf que vous pouvez
déplacer directement après la division du mur l’extrémité commune aux deux nouveaux murs de
façon interactive. Avec un clic supplémentaire, vous raccordez les deux extrémités de murs à
l’endroit souhaité.
Remarque : Le raccourci clavier Ctrl+W vous permet d'activer successivement l'angle extérieur,
l’axe du mur ou l'angle intérieur du mur obtenu.
8.16.4.4 Déplacer l'extrémité d'un mur
Ce bouton vous permet de déplacer l'extrémité d'un mur, l’autre extrémité restant inchangée. Un
cercle rouge apparaît avant le clic autour de l’extrémité sélectionnée.
99
Guide de référence
Comme pour
, le raccourci clavier Ctrl+W vous permet aussi de décider pour
d’extrémité du mur doit être redéfini.
quel point
8.16.4.5 Étirer un mur
Le bouton
permet de prolonger un mur tracé ; la sélection de l’extrémité à prolonger se fait
comme pour la fonction .
Contrairement à ce bouton, vous ne pouvez pas redéfinir l’orientation du mur. La distance à partir
du curseur est utilisée par cette fonction.
8.16.4.6 Ajuster un mur
Le bouton
sert à ajuster un mur. Le mur sélectionné est prolongé de manière à ce que
l’extrémité de l’axe se positionne au point d’intersection avec l’axe d’un autre mur sélectionné.
via
ou
Une fois que vous avez sélectionné le mur à prolonger ou à raccourcir (en utilisant
lorsque les murs ont déjà été sélectionnés), vous devez
en cliquant directement sur le bouton
choisir par un deuxième clic le mur sur l’axe duquel le premier mur doit être prolongé.
8.16.4.7 Raccorder deux murs
La fonction du bouton
est identique à celle du bouton
les deux murs concernés seront prolongés ou raccourcis.
pour ce qui concerne la saisie, mais
8.16.4.8 Diviser un mur en sections égales
Le bouton
sert à diviser un mur en parts égales. Si vous utilisez l'outil
pour un mur
sélectionné, vous n'avez pas besoin de cliquer de nouveau. Si vous utilisez la fonction
du
bouton
, la division se fait directement après la sélection du mur. Vous n’avez donc besoin de
cliquer qu’une seule fois. Le nombre de sections de murs créées est défini à partir d'un clic droit
sur le bouton .
100
Le mode Construction
Dans la boîte de dialogue qui apparaît, indiquez le nombre de murs qui doivent être crées. Le
programme découpe alors le mur en autant de sections que vous lui avez demandé.
Vous pouvez ensuite modifier la texture de ces sections de mur ou les effacer.
8.16.5 Hachures
Un clic sur ce bouton situé dans la barre d'outils horizontale supérieure vous permet d'activer ou
de désactiver la hachure des murs.
Vous pouvez définir la couleur et le motif des hachures dans la boîte de dialogue Murs sous la
rubrique Représentation 2D (voir page 103).
8.16.6 Déplacer un mur
Pour déplacer un mur en entier ou uniquement ses extrémités, le mur correspondant doit
préalablement avoir été sélectionné. Pour sélectionner le mur, activez le mode de sélection par un
(voir page 76), puis par un clic sur le mur.
clic sur le bouton
Lorsque vous sélectionnez un mur, il s'affiche en rouge mais la paroi près de laquelle vous avez
cliqué apparaît en rouge et en gras. Un double clic sur le mur permet alors de modifier les
paramètres de cette paroi en gras.
Pour déplacer un mur, cliquez dessus avec la souris, maintenez le bouton de la souris enfoncé et
faites glisser la souris. Relâchez le bouton de la souris lorsque le mur est positionné à l'endroit
souhaité.
Pour déplacer une extrémité de mur (pour changer sa longueur), maintenez la touche Ctrl
enfoncée pendant que vous cliquez sur le début ou la fin du mur. Tant que vous maintenez la
touche Ctrl, vous pouvez allonger ou raccourcir le mur à volonté.
Si le magnétisme (voir page 72) est actif, une arête du mur - plus précisément celle qui est située le
plus près du pointeur de la souris au moment du clic - est automatiquement utilisée comme point
magnétique lors du déplacement. En cliquant sur une arête du mur, vous pouvez donc utiliser
celle-ci comme point de référence pour le déplacement. Pour utiliser une autre arête du mur
comme point magnétique, utilisez la combinaison de touches Ctrl+W. Chacune des arêtes devient
magnétique à son tour, à chaque frappe de la combinaison de touches. L'arête magnétique est
marquée par une croix rouge. Notez que l'axe du mur comporte également trois points
magnétiques.
Si la touche Ctrl est enfoncée au moment où vous cliquez sur le mur, vous ne déplacez pas le mur
lui-même mais l'extrémité la plus proche du pointeur de la souris. Cela équivaut à allonger ou à
raccourcir le mur.
101
Guide de référence
Un mur tracé entre deux murs a un comportement un peu particulier : il ne peut être déplacé
qu'entre ces deux murs lorsque la touche Ctrl est maintenue enfoncée et si les deux murs en
question ne sont pas parallèles, sa longueur est automatiquement ajustée.
Pour terminer, vous pouvez faire pivoter tout mur qui n'est relié qu'à un seul autre mur par une de
ses extrémités. Cliquez à cet effet avec le bouton droit de la souris à proximité de l'extrémité libre
en maintenant la touche Ctrl enfoncée. Vous pouvez alors faire pivoter ce mur autour de son
extrémité fixe sans modifier sa longueur. Si vous voulez intervenir sur la longueur en même temps
que vous le faites tourner, cliquez également sur le bouton gauche de la souris, en plus du droit.
Cela demande une certaine habileté dans le maniement de la souris et il y a lieu de se demander s'il
n'est pas plus simple de supprimer le mur qui ne convient pas et de le retracer.
8.16.7 Supprimer un mur
Sélectionnez le mur en activant le mode de sélection par un clic sur le bouton
(voir page 76),
puis par un clic sur le mur. L'objet sélectionné est affiché en rouge. Appuyez sur la touche Suppr
pour le supprimer. Pour supprimer tous les murs du plan, utilisez la commande Édition –
Supprimer tous les – Murs.
8.16.8 Boîte de dialogue Mur
Pour définir les paramètres d'un mur en mode Construction, ouvrez la boîte de dialogue Mur soit
, soit par la commande
par un double clic sur un mur, soit par un clic droit sur le bouton
Options – Murs. Cette boîte de dialogue se rapportent à toutes les parois d'un mur. Si vous ouvrez
la boîte à partir d'un mur déjà inséré, les paramètres affichés sont ceux du mur sélectionné. La
paroi activée est affichée en gras. Selon le mode de sélection, vous avez donc le choix entre
définir des paramètres généraux pour le mur, avant de le tracer, ou préciser ultérieurement les
paramètres de chaque paroi séparément.
8.16.8.1 Type
Le type de mur est affiché en haut de la boîte de dialogue. Si vous avez sélectionné un type de mur
sur le plan puis ouvert cette boîte de dialogue, un bouton déroulant permet encore de modifier le
type du mur. Procédez comme avec les boutons de la barre d'outils verticale.
8.16.8.2 Dimensions
8.16.8.2.1 Épaisseur
Sous cette rubrique, vous pouvez définir l'épaisseur du mur ou la modifier ultérieurement.
8.16.8.2.2 Longueur
La longueur du mur ne peut pas être définie avant qu'il n'ait été tracé, c'est la raison pour laquelle
cette zone est grisée. Dans le cas d'un mur existant, vous pouvez définir la longueur uniquement si
le mur comporte une extrémité libre. Le mur est en principe allongé uniformément dans les deux
directions, sauf si l'une des extrémités n'est pas libre. Dans ce cas, la variation de longueur n'a lieu
que d'un seul côté.
102
Le mode Construction
Le bouton Par défaut remet l'épaisseur du mur à sa valeur initiale.
8.16.8.2.3 Modification de l'épaisseur du mur à partir de
Après la modification de l'épaisseur d'un mur dans la zone de saisie Épaisseur, vous pouvez
préciser des paramètres supplémentaires sous cette rubrique.
Si vous activez l'option Face opposée, la paroi sélectionnée reste fixe. C'est la paroi opposée qui
est déplacée.
L'option Axe de mur déplace les deux parois par rapport à cet axe. La différence d'épaisseur est
donc partagée entre les deux parois.
Si vous activez l'option Face sélectionnée, c'est la paroi sélectionnée qui est déplacée.
8.16.8.3 Face supérieure
Hormis la case à cocher Identique au mur inférieur, la rubrique Face supérieure correspond à
la rubrique standard de définition de la couleur et de la texture des éléments de construction. Elle
est décrite à la page 9.
L'option Identique au mur inférieur s'applique en cas d'étages multiples. Si l'option est activée,
la texture et la couleur du mur inférieur sont reprises, s'il s'agit d'un mur extérieur.
8.16.8.4 Représentation 2D
Sous cette rubrique, vous pouvez choisir la couleur du trait matérialisant la paroi intérieure du
mur, ainsi que le motif représentant l'épaisseur du mur (motif et couleur).
Les traits des murs ne peuvent être colorés que séparément. Vous décidez par double clic sur un
côté du mur, lequel des quatre traits vous voulez colorer. Si vous avez sélectionné le trait extérieur
du mur, par exemple, vous pouvez choisir une couleur par un clic sur la flèche située à droite de la
zone Couleur trait. La couleur définie sous la rubrique Couleur motif s’applique à tout le mur
sélectionné, ainsi qu’au motif choisi dans la liste Motif.
Remarque : Si vous ouvrez la boîte de dialogue par un clic droit sur le bouton de la barre
verticale, et non par un double clic sur le mur concerné, la nouvelle couleur de trait sera appliquée
à tous les nouveaux murs que vous insérerez.
8.16.8.5 Matériaux
Cette rubrique correspond à la rubrique standard pour la définition des caractéristiques de
matériaux des éléments de construction qui n’influencent pas la représentation. Les
caractéristiques peuvent être entrées séparément selon le côté du mur (intérieur ou extérieur) et
sont décrites à la page 11.
8.16.8.6 Invisible en vue perspective
La case à cocher Invisible en vue perspective située en bas de la boîte de dialogue vous permet
de définir la visibilité d'une mur. Vous pouvez ainsi visiter les pièces comme une maison de
poupée.
103
Guide de référence
8.17 .LES MURS CIRCULAIRES
Pour tracer des des murs circulaires, un arc de cercle ou un cercle complet sont construits à partir
de segments de murs droits dont l’addition forme un mur circulaire. Une fois le mur circulaire
tracé, ses divers segments peuvent être édités séparément.
Après avoir placé tous les segments, utilisez l'outil
pour arrondir les angles des pièces ou
, la barre d'outils
pour construire des avancées rondes. Lorsque vous cliquez sur le bouton
verticale de droite présente les différentes fonctions de tracé de murs circulaires.
En plus du tracé d'arcs, les boutons
et
vous permettent de générer des pièces arrondies.
8.17.1 Le tracé de murs circulaires
Lors du tracé d'un mur circulaire avec les fonctions
,
et
, le programme sait
automatiquement s'il s'agit du début ou de la fin d'un arc de cercle à l'intérieur ou à l’extrémite de
murs existants. Les fonctions
,
et
ne peuvent pas être utilisées dans d'autres zones du
plan.
Le début d'un mur circulaire suit automatiquement la direction du mur d'origine pour définir
l'angle de sortie de l'arc de cercle. Le mur circulaire adopte l'épaisseur et le type du mur d'origine.
, l'extrémité de l'arc est orientée vers le second mur.
Pour la fonction
Selon le rayon de l’arc, les murs d’ancrage seront raccourcis ou rallongés pour obtenir le rayon
souhaité.
Si vous entrez par exemple un arc de cercle dans un angle de pièce existant en cliquant d’abord
dans un des murs de l’angle, puis dans l’autre, les deux murs seront raccourcis et l’arc intercalé.
Remarque : Si dans la partie des murs raccourcis se trouvent des portes ou des fenêtres, celles-ci
seront automatiquement supprimées.
Il est possible d’arrondir des murs qui ne se trouvent pas à angle droit.
Remarque : Dans la boîte de dialogue Paramètres de murs circulaires (voir page 106), vous
pouvez définir l'angle d'arrivée de l’arc afin d'obtenir des arrondis dans les angles de pièces, par
exemple.
8.17.2 Les fonctions de tracé des murs circulaires
Après un clic sur le bouton
, la barre d'outils verticale de droite du mode Construction
présentent les diverses fonctions de tracé des murs circulaires. Il s'agit des boutons ,
,
et
pour les segments circulaires,
et
pour les pièces circulaires.
La boîte de dialogue Paramètres de murs circulaires (voir page 106) vous permet de personnaliser
vos tracés.
Remarque : Lorsque vous maintenez la touche Ctrl enfoncée lors du dernier clic de tracé d'un
mur circulaire, la fenêtre de saisie numérique n'apparaît pas et le tracé réalisé à l'aide de la souris
est immédiatement appliqué (voir aussi page 5).
8.17.2.1 Fonction de tracé
Utilisez cette fonction pour tracer un mur circulaire entre deux murs existants (voir page 104).
104
Le mode Construction
Après avoir cliqué sur
, vous devez cliquer trois fois sur votre plan : la première fois pour le
début de votre arc de cercle sur un mur existant ou à son extrémité, la deuxième fois pour la fin de
l’arc sur un deuxième mur ou à son extrémité. Après le premier clic apparaît en aperçu le tracé de
l’arc. Si vous bougez la souris après le deuxième clic, vous pouvez changer le rayon de l’arc. Le
troisième clic reprend ce rayon dans une boîte de dialogue où vous pouvez changer sa valeur
numérique.
Remarque : Si vous voulez placer un mur circulaire qui commence sur un mur existant mais qui
ou
; si ni le début ni la fin de l’arc ne se trouvent
finit „dans le vide“, utilisez les fonctions
sur un mur, utilisez les fonctions
ou .
Remarque : À partir du deuxième clic vous pouvez décider à l’aide de la combinaison Ctrl+W, si
vous voulez utiliser pour la saisie l’axe de l’arc, le côté intérieur ou le côté extérieur.
8.17.2.2 Fonction de tracé
Avec cette fonction de tracé, vous dessinez en deux clics un mur circulaire tangent à un mur déjà
existant. L’arc commence à l’endroit du premier clic et se terrmine à l’endroit du second clic. Le
mur sur lequel l’arc commence sera éventuellement raccourci pour qu’il commence au début de
l’arc. Après le deuxième clic, le rayon et l’angle de l’arc apparaissent dans une boîte de dialogue
dans laquelle vous pouvez changer leurs valeurs numériques dans les zones de saisie
correspondantes.
8.17.2.3 Fonction de tracé
Cette fonction de tracé est semblable à la fonction
sauf que vous déterminez l’angle d'arrivée
de l’arc de façon interactive. Le premier clic détermine le point de départ de l’arc et doit se trouver
sur ou à l’extrémité d’un mur existant. Le deuxième clic détermine le point d’arrivée de l’arc.
Après le deuxième clic, vous pouvez régler la direction de l’extrémité de l’arc à l’aide de la souris.
Un troisième clic fixe cette direction. En déplaçant ensuite la souris, on change le rayon de l’arc.
Un dernier clic entre le rayon et l’angle d'arrivée ouvre une boîte de dialogue, où leurs valeurs
numériques peuvent être modifiées.
Remarque : Si l’arc n’atteint pas son point d’arrivée car son rayon est insuffisant (deuxième clic
de la saisie), il sera automatiquement prolongé par un segment de mur droit.
Remarque : Après le premier clic vous pouvez décider à l’aide de la combinaison Ctrl+W si
vous voulez utiliser pour le tracé l’axe, le côté intérieur ou le côté extérieur de l’arc.
8.17.2.4 Fonctions de tracé
et
Contrairement aux fonctions
et
, les fonctions
et
permettent de tracer des murs
circulaires qui ne s’attachent pas à des murs déjà existants. Le type de mur et l’épaisseur ne seront
pas déterminés automatiquement, mais vous pouvez les définir parmi les Paramètres de murs
circulaires (voir page 106) et les modifier ultérieurement.
Vous devez cliquer trois fois pour ces deux variantes de saisie avant de voir apparaître cette boîte
de dialogue. Avec le premier clic vous déterminez le début et avec le deuxième clic la fin de l’arc.
105
Guide de référence
Contrairement à la fonction
pour laquelle le troisième clic place un point par lequel l’arc doit
passer, pour , vous déterminez après le deuxième clic le rayon de l’arc en déplaçant la souris.
Après le troisième clic, une boîte de dialogue apparaît dans laquelle vous pouvez modifier le
rayon, le type de mur et son épaisseur.
Remarque : Vous pouvez déjà décider lors du premier clic à l’aide des touches Ctrl+W si vous
voulez utiliser pour la saisie l’axe de l’arc, le côté intérieur ou le côté extérieur.
8.17.2.5 Fonctions de tracé
et
Contrairement aux quatre autres fonctions de saisie, les fonctions
et
ne créent pas d'arcs de
, le
cercle, mais des cercles complets, c'est-à-dire des pièces circulaires. Avec la fonction
premier clic définit le point central et le second clic définit le rayon. La fonction
trace un
cercle passant par trois points. Après le dernier clic apparaît une boîte de dialogue dans laquelle
vous pouvez changer le type et l’épaisseur du mur. Pour
il est également possible de changer le
rayon.
vous pouvez déterminer à l’aide de la combinaison Ctrl+W au deuxième
Remarque : Pour
clic, pour
aux trois clics, si vous voulez utiliser pour la saisie l’axe, le côté intérieur ou le côté
extérieur de l’arc.
8.17.2.6 Boîte de dialogue Paramètres de murs circulaires
Cette boîte de dialogue apparaît avec clic droit sur le bouton
correspondants dans la barre d'outils verticale de droite
,
106
ou un clic droit sur les boutons
,
,
,
et .
Le mode Construction
8.17.2.6.1 Propriétés du mur
Sous cette rubrique, vous déterminez le type et l’épaisseur de l’arc construit à l’aide des fonctions
,
,
et .
de tracé
Remarque : Vous pourrez changer ultérieurement le type et l’épaisseur dans la boîte de dialogue
qui apparaît à la fin du tracé. Pour
et , le type et l'épaisseur du premier mur sur lequel vous
avez cliqué sont toujours utilisés.
8.17.2.6.2 Segmentation
Sous cette rubrique, vous décidez de la précision de la segmentation de l’arc de cercle. Dans le
champ Nbr. maxi de segments pour un cercle, définissez de combien de segments de mur un
cercle complet doit se composer. Supposons que vous entrez le chiffre 32 et que vous créez un arc
de cercle ouvert à 90°, cet arc sera donc composé de huit segments. Selon le rayon de cercle, 32
segments de murs peuvent paraître excessifs. Si le rayon est de 1 m, pour l’arc ouvert à 90°, les
segments de mur ne seraient que de 10 cm environ. Pour cette raison, vous pouvez définir la
longueur minimale d'un segment dans la zone inférieure. Si le rayon est faible, il y aura moins de
segments qu’indiqué dans la première fenêtre.
Les réglages effectués sous la rubrique Segmentation sont valables pour les six fonctions de tracé.
8.17.2.6.3 Angle de départ et Angle d'arrivée
Définissez sous ces rubriques l'angle de sortie de l'arc par rapport au premier mur ou son angle
d'entrée dans un mur existant. L'option Tangentiel est en général conservée pour ces deux angles.
Si vous choisissez Perpendiculaire pour construire un mur circulaire dans un angle de pièce, l’arc
couvrira un angle de 270° et emboutira l’angle.
Vous pouvez aussi définir des angles personnalisés.
et
. Les indications
Les réglages effectués sous ces rubriques s'appliquent aux fonctions
se rapportent à la direction définie après le
données sous la rubrique Angle d’arrivée pour
deuxième clic.
8.17.2.6.4 Valeurs par défaut
Définissez les valeurs devant être appliquées avec les fonctions
cas d'activation de la touche Ctrl (voir page 5).
,
,
,
,
et
en
8.18 LES POUTRES ET LES MURETS
À l'aide de cette fonction, vous pouvez ajouter dans votre projet des poutres et des murets. Ces
termes désignent des éléments de construction ayant un comportement similaire à celui des murs.
Il peut s'agir de poutres placées sous le plafond ou de murets placés au sol. Les murets sont utilisés
comme éléments statiques. En modifiant la taille de ces éléments, vous pouvez obtenir des murs
moins hauts que les murs habituels.
En mode Construction, la barre d'outils verticale met à votre disposition une fonction d'insertion
. Pour modifier les paramètres de ces éléments, utilisez la boîte de
de poutres ou de murets
dialogue des propriétés qui apparaît par un clic droit sur le type choisi. Les nouvelles valeurs
107
Guide de référence
définies peuvent être enregistrées comme valeurs par défaut. Un double clic sur une poutre ou un
muret déjà en place ouvre la même boîte de dialogue, de manière à ce que vous puissiez modifier
les paramètres par défaut et éditer les valeurs.
8.18.1 Tracer une poutre ou un muret
Sélectionnez l'une des deux fonctions en cliquant sur le bouton de la barre d'outils. La barre
d'outils adjacente propose divers types de tracé qui correspondent exactement à ceux du tracé des
murs. Cela signifie que vous ajoutez des poutres ou des murets selon le même principe que celui
caractérisant la mise en place de murs (voir page 97), à la différence près que vous allez pouvoir
déterminer la hauteur de ces murets ou de ces poutres.
Vous pouvez placer un muret ou une poutre simple ou des murets ou des poutres multiples. Ils
peuvent être perpendiculaires, angulaires etc.
En principe, les murets et poutres ne sont pas coupés par avec des murs. .Si vous placez plusieurs
murets ou poutres à l’aide de la fonction , ceux-ci présentent des intersections. De cette façon
vous pouvez notamment construire des poutres en forme de U. Il est ensuite possible de
sélectionner les éléments séparément et de les éditer dans la boîte de dialogue qui s'ouvre par un
double clic de souris.
Puisque les murets et poutres ne sont pas coupés par les murs, vous pouvez adapter leurs
extrémités au mur de différentes manières : lorsque vous sélectionnez une poutre ou un muret,
quatre sommets sont délimités par des cadres rouges. Cliquez sur l'un de ces sommets rouges et
déplacez-le le long d'une arrête afin de l'aligner sur le mur. Si le magnétisme est activé, la mise en
place correcte s'opérera automatiquement.
8.18.2 Paramètres de poutre / muret
Comme nous l'avons déjà indiqué, l'ouverture de cette boîte de dialogue est activée par un double
clic sur une poutre ou un muret inséré dans le plan. Vous pouvez également cliquer avec le bouton
droit de la souris sur le bouton de la barre d'outils.
L'illustration suivante présente la boîte de dialogue Paramètres de muret contenant la rubrique
Représentation 2D sous laquelle vous pouvez définir la couleur du trait et du motif, et le motif
lui-même.
108
Le mode Construction
Cette boîte de dialogue regroupe presque toutes les rubriques abordées pour la définition des murs
(voir page 102).
Vous ne pouvez néanmoins pas choisir un autre type de muret ou de poutre, mais vous avez la
possibilité de définir la hauteur de l'élément sous la rubrique Dimensions.
8.19 LES PORTES
Cette fonction vous permet d’installer divers types de portes dans des murs existants. Vous pouvez
modifier aisément dans une boîte de dialogue le sens d’ouverture, les textures .... Vous trouverez
un descriptif des boîtes de dialogue dans les sections suivantes. Les différentes possibilités de
tracé vous aident à positionner précisément des portes. Vous pouvez aussi vous aider de la grille
magnétique, de lignes d’aide ou de la règle.
8.19.1 Définir le type de porte
La fonction correspondant à l'insertion des portes se trouve dans la barre d'outils verticale. Le
propose un nombre important de types de porte. Les paramètres des portes peuvent être
bouton
ou après
définis dans une boîte de dialogue qui s'affiche après un clic droit sur le bouton
activation de la commande Options – Portes. Les valeurs modifiées ne s'appliquent qu'à la porte
active, et non à toutes les portes, ni même à toutes les portes d'un même type. Les paramètres
d'une porte peuvent être modifiés a posteriori par un double clic sur la porte sélectionnée dans le
plan.
Un type de porte étant sélectionné, une deuxième barre d'outils verticale s'affiche. Vous pouvez y
sélectionner le mode de tracé de la porte. Un clic droit sur un bouton de cette barre d'outils
109
Guide de référence
secondaire ouvre une boîte de dialogue contenant des paramètres utiles pour certaines fonctions de
tracé.
Vous pouvez à tout moment annuler le tracé d'une porte en appuyant sur la touche Échap.
8.19.2 Insérer une porte
Une porte peut être insérée en mode Construction ou mise en place interactivement en mode
Design. Pour plus d'informations, reportez-vous à la page 255. Les sections suivantes décrivent
l'insertion en mode Construction.
8.19.2.1 Modifier le point de référence d'une porte
Lors de l'insertion d'une porte, vous pouvez utiliser trois points de référence. Ils sont marqués par
des croix de couleur. On passe d'un point de référence à un autre avec Ctrl+W. Le point de
référence peut être une des extrémités de la porte ou son centre.
8.19.2.2 .
Porte libre
Avec ce mode de tracé, le point de référence est déterminant. C'est en fonction de lui que la porte
est positionnée. Placez le pointeur de la souris à l'endroit correspondant dans le mur. La porte doit
être placée dans un mur mais le point de référence peut être sur une ligne d'aide.
8.19.2.3 .
Porte distante d'un point
Cette fonction permet d'insérer une porte à une distance donnée d'un point de référence. Cliquez
d'abord sur le point de référence (pas obligatoirement sur le mur) puis sur le mur, à l'endroit où la
porte doit être placée. Dans la boîte de dialogue qui s'affiche alors, vous devez entrer la distance
exacte entre le point de référence et la porte. Le programme calcule la position correspondante. Si
vous maintenez la touche Ctrl enfoncée pendant la définition de la porte, la boîte de dialogue ne
s'affiche pas et c'est la précédente valeur indiquée qui est utilisée par défaut.
Pour savoir comment déplacer numériquement une porte déjà insérée et/ou définir un nouveau
point de référence, reportez-vous à la section Déplacer une porte (voir page 123).
8.19.2.4 .
Porte intermédiaire
Après la définition de deux points de référence, la porte est insérée entre ces deux points. S'ils ne
se trouvent pas sur un mur, un troisième clic est nécessaire pour identifier le mur. Dans la boîte de
dialogue qui s'affiche après un clic droit sur le bouton ci-contre, vous pouvez indiquer un rapport
de division qui déterminera exactement la position de la porte entre les deux points.
8.19.3 Paramètres de la porte
Comme pour tous les autres éléments, la boîte de dialogue contenant les paramètres de la porte
ou par
peut être affichée par un double clic sur une porte insérée, par un clic droit sur le bouton
la commande Options – Portes.
110
Le mode Construction
8.19.4 Dimensions
Sous la rubrique Dimensions, vous pouvez définir la Largeur, la Hauteur et la Hauteur d'allège
de la porte, ainsi que l'Angle d'ouverture de la porte ou de chaque vantail.
Remarque : Si les vantaux de la portes sont animés (une glissière se trouve alors sous son
aperçu), les champs de l'angle d'ouverture sont grisés car l'angle d'ouverture est calculé en fonction
du moment de l'animation (en mode Design, cliquez avec le bouton droit de la souris sur le vantail
de la porte, sélectionnez la commande contextuelle Point de temps quelconque et choisissez le
moment requis).
Sous la rubrique Feuillures, vous indiquez si la porte s'ouvre vers l'intérieur ou vers l'extérieur et
si elle est à poussant droit ou gauche.
Sous la rubrique Textures, vous pouvez sélectionner les textures à employer pour la menuiserie,
pour l'ouvrant droit et, dans le cas d'une porte à deux battants, pour l'ouvrant gauche. Un clic sur le
bouton situé à droite des zones de liste affiche la liste décrite à la page 10.
Sous la rubrique Vantail, vous pouvez définir le type du ou des vantaux dans la liste déroulante.
Toutes les modifications, y compris celles concernant l'angle d'ouverture et le type de vantail, sont
immédiatement mises à jour dans la fenêtre d'aperçu.
En utilisant le bouton Par défaut tous les paramètres saisis seront utilisés comme valeurs standard
pour des sessions de travail ultérieures.
111
Guide de référence
8.19.4.1 Hauteur d'allège des portes
Vous pouvez définir la hauteur d'allège des portes, ce qui est utile dans le cas d'étages décalés
pour installer une porte sur un palier, par exemple.
Si vous cochez la case à cocher À partir du sol fini sous la rubrique Dimensions, les valeurs
définies dans la zone Hauteur d'allège ne seront plus mesurées à partir du sol brut, mais À partir
du sol fini.
8.19.5 Déplacer une porte
Pour déplacer une porte déjà positionnée, activez le bouton
(voir page 76) puis cliquez sur la
porte et faites-la glisser avec la souris, en maintenant le bouton enfoncé. Une porte ne peut être
déplacée qu'à l'intérieur d'un mur.
Si vous souhaitez saisir des valeurs fixes pour définir la nouvelle position, vous pouvez recourir à
dans la barre
la fonction de saisie numérique. Sélectionnez la porte puis cliquez sur le bouton
verticale adjacente:
Cliquez sur le bouton Point de réf puis cliquez sur le mur, à l'endroit où vous souhaitez placer le
point de référence du déplacement. Définissez ensuite la distance souhaitée entre la porte et le
point de référence.
Sous la rubrique Localisation du point de référence, indiquez quel est le côté de la porte à
prendre en compte dans le calcul de la distance (gauche, milieu ou droit).
La porte se déplace dans le mur, en fonction de la valeur saisie. Faites plusieurs essais et cliquez
sur le bouton OK lorsque la position atteinte vous convient.
8.19.6 Chevauchement avec d'autres portes ou fenêtres
Le message d'erreur suivant nécessite une explication :
112
Le mode Construction
Il s'affiche lorsque vous tentez de placer une porte dans un endroit où elle chevauche une autre
porte ou une fenêtre. Si vous avez l'intention de modifier la largeur de la porte par la suite, de
manière à remédier à ce chevauchement, vous pouvez vous permettre d'ignorer le message
d'erreur. L'avertissement sera en revanche le bienvenu si le chevauchement s'est produit
accidentellement.
Si vous cochez l'option Ne plus afficher ce message, vous n'obtiendrez plus d'avertissement si le
même problème survient à nouveau.
Les chevauchements sont signalés de la même manière pour les fenêtres et le toit.
8.19.7 Supprimer une porte
Sélectionnez la porte à supprimer après avoir cliqué sur le bouton
(voir page 76). Il suffit
ensuite d'appuyer sur la touche Suppr pour la supprimer.
Pour supprimer toutes les portes du plan en cours, utilisez la commande Édition – Supprimer
tous les – Portes.
8.20 LES FENÊTRES
Le programme met à votre disposition une sélection importante de fenêtres différentes, à placer
librement dans les murs de votre plan. Les trois premiers types de fenêtre sont entièrement
paramétrables ; vous pouvez modifier chaque paramètre séparément puis enregistrer la fenêtre
personnalisée dans le catalogue d'objets.
Les autres types de fenêtres sont prêts à l'emploi ; leurs paramètres sont fixes mais vous pouvez
modifier leurs dimensions, leurs textures et leur type d'ouverture. La forme de la fenêtre est
prédéfinie et ne peut pas être personnalisée. Ces fenêtres standard sont ni plus ni moins des objets.
Pour visualiser tous les types de fenêtre disponibles dans le programme, cliquez sur le bouton
déroulant correspondant dans la barre d'outils verticale.
8.20.1 Définir le type de fenêtre
Les fonctions permettant de placer des fenêtres sur un plan se trouvent dans la barre d'outils
donne accès à un nombre important de types de fenêtres. Les
verticale. Le bouton déroulant
paramètres des fenêtres peuvent être définis dans la boîte de dialogue qui s'affiche après un clic
ou activation de la commande Options – Fenêtres. Les paramètres que
droit sur le bouton
vous modifiez ne s'appliquent pas de manière globale à tous les types de fenêtres ; ils ne sont
valables que pour la fenêtre en cours. Vous pouvez aussi modifier les paramètres pour une fenêtre
existante en double-cliquant dessus dans le plan, en mode Construction.
Lorsque la fonction est activée, une autre barre d'outils verticale s'ajoute à la première. Elle
contient les boutons correspondant aux fonctions de tracé des fenêtres. Un clic droit sur n'importe
lequel de ces boutons ouvre une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez définir des
paramètres spécifiques à certaines fonctions de tracé. Vous pouvez notamment y saisir les valeurs
(voir page 114).
de la fonction de tracé
La touche Échap permet à tout moment d'annuler l'insertion d'une fenêtre.
113
Guide de référence
8.20.2 Insérer une fenêtre
Les fenêtres se placent nécessairement dans un mur existant. Le programme découpe
automatiquement les ouvertures nécessaires dans le mur. Le choix de la méthode de tracé se fait
par un clic sur l'un des boutons de la deuxième barre d'outils verticale.
Indépendamment de la méthode de tracé, vous pouvez toujours positionner soit l'axe médian de la
fenêtre, soit son bord droit, soit son bord gauche. Vous passez d'une possibilité à l'autre avec la
combinaison de touches Ctrl+W.
Pour les trois fenêtres paramétrables, vous pouvez définir un onglet à gauche et/ou à droite. Cette
coupe en biais permet de placer deux fenêtres côte à côte dans l'angle d'une pièce, et donc de créer
une fenêtre d'angle.
Outre la possibilité de mettre en place les fenêtres en mode Construction, vous pouvez aussi les
insérer de manière interactive en mode Design. Pour plus d'informations, reportez-vous à la page
255. Les sections suivantes décrivent la mise en place en mode Construction.
8.20.2.1 Modifier le point de référence d'une fenêtre
Lors de l'insertion d'une fenêtre, vous pouvez utiliser trois points de référence. Ils sont marqués
par une croix de couleur et vous pouvez passer de l'un à l'autre avec la combinaison de touches
Ctrl+W. Vous avez le choix entre le milieu de la fenêtre et l'une de ses extrémités.
8.20.2.2 .
Fenêtre libre
Le point de référence de la fenêtre est déterminant avec ce mode de tracé. Placez le pointeur de la
souris à l'endroit souhaité dans le mur. La fenêtre doit être placée dans un mur, mais le point de
référence peut se situer sur une ligne d'aide.
8.20.2.3 .
Fenêtre distante d'un point
Cette fonction permet d'insérer une fenêtre à une distance donnée par rapport à un point de
référence. Cliquez d'abord sur le point de référence, qui ne doit pas obligatoirement se situer sur
un mur, puis sur le mur dans lequel la fenêtre doit être placée. Dans la boîte de dialogue qui
s'affiche alors, vous pouvez entrer la distance exacte entre le point de référence et la fenêtre (cette
méthode est indentique à celle de l'insertion de portes à l'aide de la fonction ).
Si vous maintenez la touche Ctrl enfoncée au moment de la définition du mur, c'est la précédente
valeur indiquée dans la boîte de dialogue qui est utilisée par défaut.
Pour savoir comment déplacer numériquement une fenêtre déjà insérée et/ou définir un nouveau
point de référence, reportez-vous au chapitre Déplacer une fenêtre (voir page 123).
8.20.2.4 .
Fenêtre intermédiaire
Après la définition de deux points de référence, la fenêtre est insérée entre ces deux points. S'ils ne
se trouvent pas sur un mur, un troisième clic est nécessaire pour identifier le mur. Dans la boîte de
dialogue qui s'affiche après un clic droit sur le bouton, vous pouvez indiquer un rapport de
division qui déterminera exactement la position de la fenêtre entre les deux points. Si vous
maintenez la touche Ctrl enfoncée, la boîte de dialogue ne s'affiche pas et c'est la dernière valeur
indiquée qui est utilisée par défaut.
114
Le mode Construction
8.20.3 Hauteur d'allège
Toutes les fenêtres insérées dans le plan sont automatiquement accompagnées d'une valeur
chiffrée indiquant la hauteur d'allège. Cette hauteur d'allège, définie dans la boîte de configuration
de la fenêtre, mesure la hauteur entre le sol et l'arête inférieure de la fenêtre.
Cette hauteur d'allège peut être manipulée comme un texte normal que vous auriez créé avec le
(voir page 194). Vous pouvez donc la déplacer ou la faire pivoter
bouton Insérer un texte
(clic droit). Un double clic sur le texte permet d'afficher la boîte de dialogue Paramètres
d'étiquette de la hauteur d'allège, dans laquelle vous pouvez modifier la police et le mode de
positionnement.
Vous ne pouvez pas changer le texte de l'annotation, qui est généré automatiquement par le
programme.
Remarque : La commande Afficher la hauteur d'allège des fenêtres du menu
Affichage/Représentation architecturale permet d'afficher ou de masquer l'ensemble des
annotations insérées sur le plan. Pour masquer uniquement une annotation et conserver les autres,
amenez l'annotation désirée sous le cartouche (afin de la cacher) ou choisissez une police de
couleur blanche.
8.20.3.1 Paramètres d'étiquette de la hauteur d'allège
Pour afficher la boîte de dialogue Paramètres d'étiquette de la hauteur d'allège, sélectionnez
une annotation de hauteur d'allège, puis double-cliquez dessus.
Activez ensuite les options de votre choix. Ces options sont présentées en détail dans la section
Paramètres d'étiquette de la légende d'escalier.
8.20.4 Paramètres de la fenêtre
Comme pour tous les éléments de construction, la boîte des paramètres s'affiche par un double clic
sur un élément déjà inséré ou par un clic droit sur le bouton de la fenêtre (ou par activation de la
commande Options – Fenêtres). Le contenu de la boîte de dialogue dépend du type de fenêtre
sélectionné.
115
Guide de référence
8.20.4.1 Fenêtre paramétrable simple
La boîte de dialogue se compose de trois rubriques principales : Dimensions ouverture, Type
d'ouvrant et Textures :
116
Le mode Construction
8.20.4.1.1 Dimensions ouverture
Si vous saisissez une valeur autre que nulle pour le Flèche basse, les tablettes de la fenêtre
disparaissent au profit du cintre.
Remarque : Pour créer une fenêtre ronde, entrez la valeur 0 dans le champ Hauteur. Pour les
flèches haute et basse, entrez deux valeurs identiques, égales à la moitié de la Largeur.
8.20.4.1.2 Type d'ouvrant
Sous la rubrique Type d'ouvrant, indiquez si la fenêtre est équipée d'un poussant droit ou d'un
poussant gauche, et si l'ouverture se fait vers l'intérieur ou l'extérieur.
8.20.4.1.3
Jonctions entre fenêtres
Sous cette rubrique, choisissez si le programme doit ou non créer une jonction (gauche ou droite)
lorsqu'une fenêtre est placée dans l'angle d'une pièce.
La jonction est générée automatiquement dès que vous approchez la fenêtre d'un angle mural. Si
une deuxième fenêtre se trouve sur l'autre côté de l'angle, les deux fenêtres peuvent alors
s'emboîter parfaitement.
Pour voir apparaître le biais, vous devez déplacer la fenêtre jusqu'à l'angle de la pièce ; le biais
n'est pas représenté lorsque la fenêtre est positionnée au milieu d'un mur.
117
Guide de référence
Remarque : En règle générale, vous définissez la présence du biais avant d'insérer la fenêtre dans
le plan. Mais vous pouvez bien entendu activer ce paramètre ultérieurement, dans la boîte des
paramètres.
8.20.4.1.4 Textures
La rubrique Textures vous offre la possibilité d'appliquer des textures différentes sur la
menuiserie, la tablette intérieure et la tablette extérieure. Si vous sélectionnez la texture <Aucun>,
ces éléments sont affichés sans texture.
Le bouton Aperçu de la boîte de dialogue permet de visualiser l'effet rendu par vos diverses
saisies, avant de les valider.
8.20.4.2 Fenêtre paramétrable étendue n°1
La seconde fenêtre paramétrable
donne accès à la boîte de dialogue suivante :
La deuxième fenêtre paramétrable est plus complexe que la précédente. Vous pouvez non
seulement modifier sa forme générale mais également ses petits bois. Comme avec toutes les
autres fenêtres, vous pouvez intervenir sur les textures appliquées à la menuiserie, à la tablette
intérieure et à la tablette extérieure.
118
Le mode Construction
Ce type de fenêtre se distingue par l'option Baie uniquement qui permet de créer une découpe
dans le mur (de la forme de la fenêtre) sans insérer la fenêtre elle-même. Vous pouvez ainsi créer
des passe-plats entre deux pièces.
Comme les évidements de mur prennent la forme des fenêtres, vous pouvez parfaitement
envisager des baies cintrées, et créer des arcades en juxtaposant plusieurs ouvertures.
Pour vous familiariser avec les diverses options de la boîte de dialogue, testez plusieurs valeurs et
observez le résultat obtenu dans la fenêtre d'aperçu.
8.20.4.3 Fenêtre paramétrable étendue n°2
La troisième fenêtre paramétrable
donne accès à la boîte de dialogue qui suit dans ce texte.
Ce type de fenêtre se distingue par la présence d'une imposte (au-dessus de la vitre) et d'un châssis
(au-dessous) entièrement paramétrables.
L'imposte peut être rectangulaire, triangulaire ou arrondie ; vous pouvez modifier la largeur de sa
traverse, l'arrondi de son cintre et sa hauteur.
Le châssis peut être plein ou vide (verre) ; vous pouvez modifier sa hauteur et la largeur de sa
traverse.
La rubrique Balustres contient trois boutons permettant de personnaliser les petits-bois de
l'imposte, de la partie centrale et du châssis. Lorsque vous cliquez sur l'un de ces boutons, vous
ouvrez une boîte de dialogue spéciale permettant de choisir le nombre de petits-bois désiré, ainsi
que leur taille.
119
Guide de référence
8.20.4.4 Feuillures des fenêtres paramétrables
La rubrique Dimensions ouverture contient un bouton intitulé Feuillures. Cliquez sur ce bouton
pour paramétrer la feuillure de la fenêtre.
Dans la boîte de dialogue, vous pouvez définir le type, la profondeur et la largeur de la feuillure.
120
Le mode Construction
Notez que la rubrique Largeurs ne s'active que si vous cochez l'option Feuillures intérieures ou
Feuillures extérieures. De même, le champ Bas s'active uniquement si vous cochez l'option Avec
tablette dans la boîte précédente.
Remarque : L'option Tablettes est proposée uniquement pour les fenêtres paramétrables de type
1 et 2.
8.20.4.5 Fenêtres standard
Lorsque vous insérez une fenêtre standard, ses paramètres sont affichés dans la boîte de dialogue
suivante.
121
Guide de référence
La boîte de dialogue Paramètres de la fenêtre est une version simplifiée des boîtes de dialogue
réservées aux fenêtres paramétrables. Elle permet uniquement de changer les dimensions, les
textures et le type d'ouvrant de la fenêtre sélectionnée.
8.20.5 Déplacer une fenêtre
Les fenêtres peuvent être déplacées en mode Construction, comme en mode Design. Pour plus
d'informations, reportez-vous à la page 255. Les sections suivantes décrivent le déplacement en
mode Construction.
(voir
Pour déplacer une fenêtre, vous devez d'abord l'identifier après avoir cliqué sur le bouton
page 76). Les fenêtres sélectionnées sont affichées en rouge, comme les murs. Pour déplacer une
fenêtre, cliquez dessus et faites-la glisser avec la souris, en maintenant le bouton enfoncé. La
fenêtre ne peut être déplacée que le long d'un mur.
Si vous souhaitez saisir des valeurs fixes pour définir la nouvelle position, vous pouvez recourir à
la fonction de saisie numérique. Pour cela, sélectionnez la fenêtre puis cliquez sur le bouton
dans la barre verticale adjacente.
Cliquez sur le bouton Point de réf puis cliquez sur le mur, à l'endroit où vous souhaitez placer le
point de référence du déplacement. Définissez ensuite la distance souhaitée entre la fenêtre et le
point de référence.
Sous la rubrique Localisation du point de référence, indiquez quel est le côté de la fenêtre à
prendre en compte dans le calcul de la distance (côté gauche, milieu ou côté droit).
La fenêtre se déplace dans le mur, en fonction de la valeur saisie. Faites plusieurs essais et cliquez
sur le bouton OK lorsque la position atteinte vous convient.
Avec la combinaison de touches Ctrl+W, vous pouvez changer le point de référence pour le
positionnement de la fenêtre. Ce point de référence peut se trouver au milieu de la fenêtre ou à une
de ses extrémités. La fonction de magnétisme (voir page 72) vous permet ensuite de repositionner
la fenêtre comme bon vous semble.
8.20.6 Supprimer une fenêtre
La fenêtre à supprimer doit être sélectionnée avec la fonction
(voir page 76). Il suffit ensuite
d'appuyer sur Suppr pour supprimer la fenêtre.
Pour supprimer toutes les fenêtres du plan en cours, utilisez la commande Édition - Supprimer
tous les - Fenêtres..
122
Le mode Construction
8.21 LES ESCALIERS
Le programme met à votre disposition des escaliers à simple volée (escalier droit, escalier un quart
tournant sans palier, escalier un quart tournant rayonnant), des escaliers à double volée (escalier
un quart tournant avec palier, escalier deux quarts tournants avec palier, escalier deux quarts
tournants sans palier) et un escalier hélicoïdal. Toutes ces variantes existent en version béton et en
version bois. Après la sélection d'une variante et la définition des dimensions, vous êtes invité à
définir certains paramètres dans une boîte de dialogue.
8.21.1 Définir le type d'escalier
Dans la barre d'outils verticale, un bouton déroulant
permet de définir le type d'escalier à
insérer. D'un point de vue pratique, les différents modèles se distinguent essentiellement par le
nombre de points à définir pour leur tracé.
Une fois le type d'escalier sélectionné, placez le pointeur de la souris sur la feuille : vous constatez
que le croquis du futur escalier suit le déplacement du pointeur.
Trois clics de souris suffisent généralement à positionner l'escalier sur le plan. Il faut définir en
premier lieu le point d'ancrage de l'escalier (son angle inférieur droit), puis la taille et l'orientation
de la première volée de marches et enfin la taille de la deuxième volée. Ne vous souciez pas de la
largeur des marches, vous pourrez la modifier ultérieurement.
8.21.1.1 Escalier droit
Comme le montre le schéma ci-après, trois points suffisent à définir ce type d'escalier. Les
paramètres peuvent être corrigés dans la boîte de dialogue qui s'affiche à la fin du tracé ou, par la
suite, par un double clic sur l'escalier sélectionné.
Le point 1 du schéma est un point fixe. En allongeant ou en raccourcissant la volée de marches
(point 2), vous décalez d'autant la marche d'arrivée. Pour définir l'emmarchement, utilisez le point
3.
8.21.1.2 Escalier un quart tournant avec palier
Comme vous pouvez le voir sur le schéma suivant, trois points suffisent également pour ce type
d'escalier. Les paramètres peuvent être corrigés dans la boîte de dialogue qui s'affiche à la fin du
tracé ou, par la suite, par un double clic sur l'escalier sélectionné.
123
Guide de référence
Si vous modifiez la profondeur des marches (le giron) et le nombre de marches, vous déplacez les
marches de départ et d'arrivée. Le point 2 (palier) reste inchangé. Si vous modifiez
l'emmarchement, le point 3 est décalé.
8.21.1.3 Escalier deux quarts tournants avec palier
Comme vous pouvez le voir sur le schéma suivant, trois points suffisent également pour ce type
d'escalier. Les paramètres peuvent être corrigés dans la boîte de dialogue qui s'affiche à la fin du
tracé ou, par la suite, par un double clic sur l'escalier sélectionné.
Dans ce cas, la profondeur du palier équivaut à la valeur de l'emmarchement. Par conséquent, si
vous modifiez l'emmarchement, vous modifiez automatiquement la largeur et la profondeur du
palier. Ces modifications ne concernent que les points 1 et 3 ; le point 2 (arrière du palier) reste
inchangé. Le nombre de marches peut être défini séparément pour chaque volée. La largeur du
palier peut être modifiée indépendamment de l'emmarchement.
8.21.1.4 Escalier un quart tournant sans palier
Comme indiqué sur le schéma suivant, trois points suffisent pour insérer ce type d'escalier. Les
paramètres peuvent être corrigés dans la boîte de dialogue qui s'affiche à la fin du tracé ou, par la
suite, par un double clic sur l'escalier sélectionné.
124
Le mode Construction
La longueur de la première volée (L1) est une valeur fixe arrêtée par le point 2. Si vous changez la
valeur du giron, le point 3 est avancé ou reculé. Si vous changez la longueur de la deuxième volée
(L2), le giron est recalculé automatiquement par le programme.
8.21.1.5 Escalier un quart tournant rayonnant
Les points de définition de l'escalier sont fonction du croquis. Les paramètres peuvent être
corrigés dans la boîte de dialogue qui s'affiche dès la fin du tracé ou, par la suite, par un double
clic sur l'escalier sélectionné.
Le premier point de définition (point de départ) ne peut pas être modifié. En revanche, vous
pouvez entreprendre de nombreuses modifications sur la taille initiale. L'escalier s'enroule sur luimême vers l'intérieur, sauf si vous modifiez l'angle.
8.21.1.6 Escalier deux quarts tournants sans palier
Comme indiqué sur le schéma, trois points suffisent pour insérer ce type d'escalier. Les paramètres
peuvent être corrigés dans la boîte de dialogue qui s'affiche à la fin du tracé ou, par la suite, par un
double clic.
125
Guide de référence
La longueur de la première volée (L1) est variable. Si vous changez la valeur du giron, c'est la
volée 1 qui est allongée ou réduite, et non la volée 2. Autrement dit : le point 1 change de position.
Si vous entrez une valeur fixe pour la volée 1, la largeur de l'escalier et la volée 2, le giron est
calculé automatiquement. Les points sont déplacés ainsi : la longueur de la volée de départ
commande le déplacement du point 1, la largeur commande le déplacement du point 2 et la
longueur de la volée d'arrivée commande le déplacement du point 3.
8.21.1.7 Escalier hélicoïdal
Les points 1 et 2 permettent de définir la position du centre, le diamètre et l'enroulement de
l'escalier. Le troisième point permet d'étirer l'escalier par rapport à l'axe 1-2.
Astuce : placez le point 1 et observez comment se comporte le pointeur de la souris lorsque vous
la déplacez.
A est l'angle de départ (position de la première marche), B est l'angle de rotation de l'escalier
autour du pilier central, C est l'angle d'ouverture, d est le rayon (= ½ L1). L'angle de départ
détermine le point d'ancrage de l'escalier (première marche). Le giron, le nombre de marches et
l'angle de rotation détermine la position de la dernière marche. L'emmarchement et le rayon
extérieur influent sur le diamètre total.
126
Le mode Construction
8.21.1.8 Rampe d'accès
La rampe d'accès est une forme spéciale d'escalier, permettant de créer des accès réservés aux
personnes à mobilité réduite. Son mode d'insertion est identique à celui de l'escalier droit. Sous la
rubrique Géométrie de la dalle, définissez la forme exacte de la rampe. Sous la rubrique Murs,
indiquez si vous souhaitez monter des murs de part et d'autre de la rampe, et paramétrez ces murs.
Ces murs ne sont pas considérés par le programme comme des murs normaux. Vous ne pouvez y
insérer aucune porte ni fenêtre.
En définissant un angle de départ et un angle d'arrivée, vous pouvez transformer la rampe
rectangulaire en un parallélogramme.
8.21.2 Légende des escaliers
Tous les escaliers insérés dans le plan sont accompagnés d'une légende automatique, placée au
pied de la première marche. Les données affichées dans cette légende sont extraites de la fenêtre
de configuration de l'escalier.
Le chiffre supérieur indique le nombre de marches de l'escalier. Si l'escalier est composé de deux
volées, ce chiffre cumule les deux séries de marches.
Le chiffre en bas à gauche indique la hauteur de marche ; le chiffre en bas à droite indique la taille
du giron.
Cette légende peut être manipulée comme un texte normal que vous auriez créé avec le bouton
(voir page 194). Vous pouvez donc la déplacer ou la faire pivoter (clic droit). Un
Légendes
double clic sur le texte permet d'afficher la boîte de dialogue Paramètres d'étiquette de la
légende d'escalier dans laquelle vous pouvez modifier la police et le mode de positionnement.
Vous ne pouvez pas changer le texte de la légende, qui est généré automatiquement par le
programme.
Remarque : la commande Afficher légende d'escalier du menu Affichage/Représentation
architecturale permet d'afficher ou de masquer la légende.
127
Guide de référence
8.21.3 Paramètres d'étiquette de la légende d'escalier
La boîte de dialogue Paramètres d'étiquette de la légende d'escalier s'affiche à l'écran lorsque
vous sélectionnez une légende d'escalier et que vous double-cliquez ensuite dessus.
Si vous cochez la case Orientation identique à l'escalier, la légende adopte la même orientation
que l'escalier. Si vous l'avez placée en oblique dans la pièce ou sur la feuille après avoir fait
pivoter le bâtiment (voir page 56), le texte est également orienté en oblique. Si vous décochez
cette case, la légende est affichée horizontalement sur la feuille de dessin.
Lorsque vous insérez un escalier, sa légende est automatiquement placée au pied de la première
marche. Si vous avez déplacé la légende après coup, et si vous souhaitez retrouver sa position
d'origine, activez l'option Position automatique.
Pour que la légende s'affiche sur une seule ligne, cochez la troisième case de la boîte de dialogue.
Le bouton Définir police ouvre une autre boîte de dialogue Windows dans laquelle vous pouvez
sélectionner une des polices installées sur votre système. Sélectionnez la police, la taille et les
autres attributs de caractères.
Le bouton Transmettre police permet d'appliquer à toutes les légendes d'escalier visibles une
police que vous avez spécialement définie pour une autre légende d'escalier. Par "légendes
visibles", on désigne les légendes d'escalier affichées en noir dans l'étage actuel et les légendes
d'escalier affichées en gris dans les étages visibles (non actuels).
Si vous souhaitez que les futures légendes d'escalier se voient directement appliquer la police
actuelle, cliquez sur le bouton Par défaut.
8.21.4 Supprimer un escalier
Pour supprimer un escalier, activez le mode de sélection
(voir page 76), cliquez sur l'escalier et
appuyez sur la touche Suppr de votre clavier.
Attention : Lorsque vous tentez de sélectionner un escalier, c'est généralement la trémie que vous
sélectionnez en premier. Si vous n'y prenez pas garde, vous avez vite fait de supprimer l'ouverture
au lieu de l'escalier.
Pour supprimer tous les escaliers du plan en cours, utilisez la commande Édition - Supprimer
tous les - Escaliers.
128
Le mode Construction
8.21.5 Trémies générées automatiquement
Lorsque vous créez un escalier, le programme génère automatiquement une ouverture dans le
plafond, au niveau de l'étage supérieur : cette ouverture est appelée trémie. Vous pouvez la
(voir page 134).
modifier comme une ouverture obtenue par le bouton
8.21.6 Paramètres d'escalier
La boîte de dialogue des paramètres d'escalier s'affiche automatiquement après l'ancrage d'un
escalier. Vous pouvez alors corriger les dimensions, si nécessaire. Vous pouvez également
modifier un escalier déjà "posé" en le sélectionnant puis en double-cliquant dessus pour ouvrir la
boîte de dialogue des paramètres.
8.21.6.1 Géométrie
8.21.6.1.1 Emmarchement
Dans le cas d'un escalier droit, le troisième clic définit la largeur utile (ou emmarchement). Ceci
n'étant pas possible pour les autres types d'escalier, vous devez définir manuellement
l'emmarchement souhaité en entrant la valeur correspondante dans la boîte des paramètres.
Emmarchement
Arrivée
Rampes
Départ
8.21.6.1.2 Nombre de marches
La valeur des champs Nbr. marches permet de fixer le nombre de marches par escalier. Dans les
escaliers à deux volées, vous pouvez définir le nombre de marches de chacune des deux volées :
Nbr. marches au départ et Nbr. Marches à l'arrivée.
129
Guide de référence
g
g
h
h
h
g = giron (29 cm)*
h = hauteur de marche (17 cm)*
Relation de Blondel = g + 2h
Valeur optimale de la relation de Blondel = 63 cm
* = valeurs optimales en intérieur
8.21.6.1.3 Giron
Le giron désigne la profondeur de chaque marche. Si vous augmentez le giron, vous augmentez la
longueur de l'escalier (voir Types d'escalier page 129).
8.21.6.1.4 Largeur de palier
Dans les escaliers à deux volées, le paramètre Larg. de palier définit automatiquement la largeur
utile de l'escalier. Dans le cas de l'escalier deux quarts tournants avec palier, la valeur peut être
modifiée dans la boîte de dialogue.
8.21.6.1.5 Rayon extérieur
Le rayon extérieur d'un escalier un quart tournant rayonnant est calculé en fonction de la position
des trois points de définition. Vous pouvez toutefois le modifier ultérieurement dans la boîte de
dialogue relative à l'escalier. Une modification de l'emmarchement n'a pas d'influence sur le rayon
extérieur.
8.21.6.1.6 Angle de l'arc
L'angle de l'arc définit l'angle existant entre les niveaux de départ et d'arrivée.
Les trois valeurs suivantes sont calculées en fonction des mesures déjà enregistrées.
8.21.6.1.7 Niveau de départ
Cette zone de saisie, commune à tous les types d'escalier, permet d'indiquer à quelle hauteur
(calculée à partir du niveau du sol) commence l'escalier. Avec une valeur de 0 m, l'escalier
débutera au niveau du plancher.
130
Le mode Construction
Vous ne devez normalement apporter aucune modification à ce paramètre standard, sauf si
l'escalier doit commencer à une hauteur inhabituelle.
Exemple : Vous souhaitez poser un escalier extérieur entre votre rez-de-chaussée et votre jardin en
contrebas. La différence de niveau est de 1,2 m.
Le programme ne reconnaît comme niveau de référence que le niveau du sous-sol et le niveau du
rez-de-chaussée. Il vous faut donc insérer l'escalier dans le sous-sol et le surélever de 1,6 m,
puisque la hauteur d'étage standard est de 2,8 m.
8.21.6.1.8 Hauteur
Cette zone de saisie sert à déterminer la hauteur effective de l'escalier. Cette hauteur est
automatiquement calculée sur la base des indications déjà fournies. La hauteur d'escalier
correspond à la distance entre les sols finis de deux étages. Si vous modifiez la valeur par défaut,
l'élément dépassera le niveau du plancher supérieur ou n'atteindra pas le plancher de l'étage
inférieur.
Les modifications sont automatiquement appliquées sur le plan. Les modifications des valeurs par
défaut sont parfois nécessaires mais il est souvent préférable de conserver les valeurs d'origine.
8.21.6.1.9 Hauteur de marche
La hauteur de marche résulte du rapport entre la hauteur d'étage et le nombre de marches.
8.21.6.1.10 Mesure pas
La relation de Mesure pas décrit le rapport entre la hauteur de marche et le giron. Elle correspond
à l'addition du giron avec le double de la hauteur, et doit normalement être comprise entre 59 et 65
cm.
131
Guide de référence
8.21.6.1.11 Angle de départ et Angle d'arrivée
L'angle de départ et l'angle d'arrivée sont des paramètres se rapportant aux escaliers droits (en bois
et en béton).
La courbe de l'escalier s'adapte aux valeurs indiquées dans ces deux champs. Vous pouvez ainsi
facilement adapter l'escalier à la pièce dans laquelle il est placé.
8.21.6.1.12 Réglage optimal
Lorsque vous modifiez une à une les valeurs de votre escalier, vous ne tenez pas compte de la
relation de Blondel qui permet d'assurer un confort maximal aux personnes utilisant l'escalier. Un
clic sur le bouton Réglage optimal permet de recalculer toutes les valeurs.
Les changements opérés sur les différentes parties de l'escalier dépendent du type d'escalier
sélectionné(voir page 129).
8.21.6.2 Main courante et garde-corps
Vous pouvez équiper votre escalier d'une main courante, à droite, à gauche ou des deux côtés à la
fois. Par défaut, les garde-corps sont à section carrée mais vous pouvez aussi demander des gardecorps ronds.
8.21.6.3 Textures
Le principe des textures est le même que pour les autres éléments (murs, portes, fenêtres). Pour les
escaliers en bois, vous pouvez définir des textures distinctes pour le limon (la texture est
également appliquée à la main courante et aux poteaux du garde-corps), pour les marches et pour
les balustres.
Pour les escaliers en béton, vous pouvez définir une texture différente pour les marches, les
balustres, la main courante et le revêtement. La texture de la main courante est automatiquement
utilisée pour les poteaux du garde-corps.
8.21.6.4 Rubrique Représentation 2D
Cette rubrique vous permet de choisir le type de représentation 2D (voir page 69) appliqué aux
escaliers lorsque vous activez la commande Représentation architecturale du menu Affichage.
L'escalier est alors représenté sous une forme familière aux architectes.
132
Le mode Construction
8.22 LES SOLS ET LES PLAFONDS
8.22.1 Paramètres de sol et plafond
Pour ouvrir cette boîte de dialogue, vous devez double-cliquer dans une pièce existante ou choisir
le menu Options – Sols / Plafonds. Le contenu de cette boîte de dialogue reprend celui de la boîte
de dialogue Dalles de balcons. La seule différence réside dans le nombre d’onglets (voir page
136).
8.22.2 Définition des matériaux pour les sols, les plafonds et les dalles de balcon
La définition des matériaux est identique pour les sols, les plafonds et les dalles de balcon, dans
leur boîte de dialogue respective.
La boîte de dialogue des dalles de balcon est identique à celle des sols et des plafonds, sauf qu'elle
contient trois onglets et non deux (Face supérieure,Face inférieure et Contour). Les onglets des
différentes boîtes permettent de sélectionner l'élément précis auquel doivent être affectées la
couleur et la texture choisies.
8.23 LES TRÉMIES ET LES ÉVIDEMENTS DE MURS
La fonction
vous permet de découper des ouvertures dans les plafonds et dans les murs de
votre projet.
Il n'existe pas de paramètres pour les trémies (ouvertures dans le plafond) puisqu'il s'agit
uniquement de trous : la définition des couleurs et des textures n’aurait aucun intérêt.
Pour les évidements de mur, en revanche, vous pouvez afficher une boîte de dialogue dans
laquelle vous pouvez modifier et enregistrer les paramètres configurés.
133
Guide de référence
8.23.1 Trémies
Le bouton
permet de tracer des trémies, c'est-à-dire de découper des ouvertures à l'intérieur
d'un plafond. Ces ouvertures sont générées automatiquement lorsque vous insérez un escalier.
Contrairement à tous les autres éléments de construction, les trémies n'exigent aucun paramétrage
de votre part. Pour habiller l'intérieur de l'ouverture, le programme applique la texture du plancher
de l’étage supérieur (pour la zone comprise entre l’arête supérieure du plafond brut et l’arête
supérieure du niveau de sol fini de l’étage supérieur) et applique la texture du plafond de l’étage
inférieur pour le reste du plafond.
et polygone
pour les trémies. Elles sont
Il existe deux fonctions de tracé : rectangle
identiques à celles des dalles de balcon et des toits. (voir page 147).
Il est possible de modifier manuellement les dimensions d'une trémie. Sélectionnez-la avec le
puis agissez sur les carrés noirs (ou poignées de sélection) en les faisant glisser avec la
bouton
souris. Vous pouvez ainsi changer la forme et les dimensions de l'ouverture.
8.23.2 Évidements de murs
Le bouton
vous permet de tracer des ouvertures dans les murs et de leur appliquer un
revêtement. Ces ouvertures ont globalement les mêmes propriétés que les fenêtres.
Remarque : Les évidements de murs peuvent aussi être créés à partir des fenêtres paramétrables
étendues n°1 dont l'option Baie uniquement permet de créer une découpe dans le mur (de la
forme de la fenêtre) sans insérer la fenêtre elle-même.
8.23.2.1 Insérer un évidement de mur
Activez le bouton déroulant Insérer une trémie et choisissez le second type de tracé. Dans la
barre d'outils adjacente s'affichent alors trois nouveaux boutons, correspondant aux trois fonctions
de tracé disponibles. Ces fonctions de tracé sont strictement identiques à celles utilisées pour
l'insertion des fenêtres (voir page 114). Elles permettent d'insérer un évidement de mur libre,
distant d'un point ou intermédiaire.
8.23.2.2 Modifier un évidement de mur
De même que les fenêtres, les évidements peuvent être modifiés après leur insertion, dans une
boîte de dialogue accessible par un double clic sur un évidement sélectionné.
8.23.2.3 Paramètres d'évidement de mur
La boîte de dialogue Paramètres d'évidement de mur s'affiche par un double clic sur un
évidement sélectionné ou par un clic droit sur le bouton .
134
Le mode Construction
8.23.2.3.1 Représentation 3D
Sous cette rubrique, identique à celle des sols et des plafonds, sélectionnez la couleur et/ou la
texture utilisées pour le revêtement de l'ouverture.
8.23.2.3.2 Largeur
La zone Largeur permet de saisir la largeur de l'évidement de mur.
8.23.2.3.3 Côté gauche et Côté droit
Ces rubriques permettent de créer des ouvertures asymétriques en leur appliquant des hauteurs
différentes à gauche et à droite. Vous pouvez définir ici la hauteur par rapport au sol (pour les
angles inférieurs) et la hauteur de l'ouverture (pour les angles supérieurs).
Notez toutefois que les arêtes gauche et droite de l'ouverture ne peuvent pas être déformées ; elles
sont toujours verticales.
Si vous cochez la case Jusqu'au plafond sous la rubrique Côté gauche et/ou Côté droit, le côté
correspondant est automatiquement amené jusqu'au plafond de la pièce. Le champ Hauteur est
alors désactivé.
L'option Angle (voir page 117) permet de biseauter les ouvertures à gauche et/ou à droite.
135
Guide de référence
8.23.2.3.4 Fenêtre d'aperçu
La fenêtre d'aperçu représente l'évidement de mur sous la forme d'un croquis, avec une vue
frontale et une vue en coupe. Ce croquis est parsemé de cotes correspondant respectivement à
chaque champ de saisie de la boîte de dialogue.
Lorsque vous cliquez dans un champ, la cote correspondante s'affiche en rouge dans le croquis.
8.24 LES DALLES DE BALCON/PLAFOND
Vous n'aurez que très rarement à poser des dalles de balcon ou de plafond dans vos différentes
pièces, car le programme insère automatiquement un plafond par étage. Toutefois, si vous
souhaitez construire une terrasse, vous devrez insérer vous-même votre dalle. Pour cela, vous
en mode Construction.
devrez utiliser le bouton
La pose d'une dalle se fait automatiquement sur la base de la hauteur de l'étage actuel:
. Une barre d'outils verticale supplémentaire
Pour activer la fonction, cliquez sur le bouton
ou . Le premier bouton
permet de
s'affiche avec les deux fonctions de tracé possibles :
tracer des dalles de forme rectangulaire. Le tracé se fait de la même façon que celui d'un toit de
forme rectangulaire (voir page 147).
permet de tracer des dalles de forme polygonale (voir page 147).
Le deuxième bouton
8.24.1 Paramètres des dalles de balcons
Les paramètres des dalles de balcon s'affichent après un clic droit sur le bouton
ou un double
(voir page 76).
clic sur une dalle déjà insérée et préalablement sélectionnée à l’aide du bouton
Cette boîte de dialogue est, en de nombreux points, identique à celle des sols et des plafonds. La
seule différence réside dans le nom des onglets : Face supérieure, Face inférieure et Contour
(voir page 133).
8.25 L'ÉDITEUR DE POLYGONES
En plus de la possibilité de rajouter des étais, murets ou poutres à votre plan vous pouvez aussi
construire des dalles, qui sont des plaques dont vous pouvez choisir la forme et l’aspect. Vous
pour construire des dalles. Lisez le manuel de prise en main qui
vous servez du bouton
présente un exemple de mezzanine et un exemple de demi-niveau utilisant ces dalles.
8.25.1 Définir un polygone standard
Avec l’aide de cette commande, il suffit de cliquer une fois pour placer directement un polygone
standard dans l’espace de travail du mode Construction. Les paramètres relatifs à ce polygone
(contour, texture, couleur, matériau ou hauteur) doivent être définis dans la boîte de dialogue
Polygones (voir page 137) à laquelle vous pouvez accéder en effectuant un clic avec le bouton
. Les réglages effectués dans cette boîte
droit de la souris sur le bouton Éditeur de polygones
de dialogue seront utilisés lors de chaque nouvelle création de polygone.
Par ailleurs, cette boîte de dialogue s’affiche automatiquement à l’issue de l’insertion de tout
nouveau polygone standard dans le projet. Vous pouvez également afficher cette boîte de dialogue
en sélectionnant un polygone existant dans le plan puis, en double-cliquant dessus.
136
Le mode Construction
8.25.2 Définir un polygone rectangulaire
La fonction de tracé
se distingue de la précédente par le fait qu’elle ne produit que des
éléments rectangulaires dont l’utilisateur définit les points de départ et d’arrivée. Deux clics sont
nécessaires : le premier clic définit le point de base à partir duquel une forme de rectangle
"élastique" suit les mouvements du pointeur de la souris jusqu’au second point inséré et
symétriquement opposé au premier, qu’il faut valider à son tour par un clic de souris. À l’issue de
cette saisie, la boîte de dialogue du polygone ainsi créé s’affiche automatiquement. Vous pouvez
alors modifier les dimensions de ce polygone, mais aussi ses autres caractéristiques (contour,
texture, hauteur) dans la boîte de dialogue Polygones (voir page 137).
8.25.3 Définir un polygone
Cette commande vous permet de tracer un polygone quelconque directement dans l’espace de
travail du mode Construction. Si ce polygone peut comprendre autant de points de contour que
vous le souhaitez, vous ne disposez toutefois pas, dans cet environnement d’outils suffisants vous
permettant de façonner des arêtes courbes (cercles, arcs de cercle, ellipses). Ces outils n’existent
que dans la boîte de dialogue de l’Éditeur de polygones. Lorsque la saisie du contour du polygone
est achevée, appuyez sur la touche Échap pour quitter la fonction de tracé et afficher la boîte de
dialogue Polygones (voir page 137) afin d’en régler les détails d’aspect (textures, couleur,
hauteur...) et d'en corriger éventuellement le périmètre sous l’onglet Contour.
8.25.4 La boîte de dialogue Polygones
Cette boîte de dialogue est accessible par un clic droit sur l’outil Éditeur de polygones
dans la
première barre d’outils verticale. Elle vous permet d’effectuer les réglages que vous souhaitez
,
ou
. En outre, la boîte de dialogue
utiliser pour chacune des fonctions de tracé
Polygones, s’affiche automatiquement à l’issue de la saisie d’un polygone dans l’espace de travail
du mode Construction.
Remarque : Cette boîte de dialogue est identique à celle de Éditeur de dalles en mode Design
(voir page 264).
La boîte de dialogue se compose de trois onglets : Généralités, Face supérieure et Contour.
Sous l'onglet Généralités sont définies les propriétés générales du polygone (la hauteur du
polygone, hauteur par rapport au sol).
Sous l'onglet Face supérieure sont déterminées, face par face, les couleurs et les textures du
polygone.
Sous l'onglet Contour sont regroupés les différents outils vous permettant de modifier l’apparence
du périmètre du polygone (réalisation de courbes et d'évidements). Cet éditeur spécifique utilise
exactement les mêmes fonctions que pour les dalles en mode Design.
8.25.4.1 Généralités
Comme tous les outils du mode Construction, cet éditeur dispose d’une fenêtre d’aperçu 3D qui
affiche le polygone avec ses valeurs réelles, simultanément aux modifications effectuées dans les
différentes zones de saisie.
Outre la fenêtre d’aperçu 3D, l’onglet Généralités se compose de quatre rubriques : Hauteurs,
Inclinaison des faces latérales, Représentation 2D et Catalogue (dans laquelle vous pouvez
137
Guide de référence
conserver les modèles de polygones créés, afin de constituer votre propre bibliothèque de formes
3D).
8.25.4.1.1 Hauteurs
Le champ Ht au-dessus du sol détermine la hauteur à laquelle se situe le polygone au-dessus du
sol fini de l’étage dans lequel il est inséré.
Le champ Hauteur précise l’épaisseur finie du polygone.
8.25.4.1.2 Inclinaison des faces latérales
L’option Perpendiculaire spécifie que l'inclinaison du polygone est perpendiculaire à son plan.
L’option Suivant un angle de permet de créer une inclinaison oblique suivant une valeur d’angle
définie par l’utilisateur. Cette fonction offre donc la possibilité de modéliser des formes
pyramidales.
L’option Suivant une proportion de détermine, suivant une valeur exprimée en pourcentage,
l’échelle de la face supérieure du polygone par rapport à sa face inférieure. Ainsi, pour un cylindre
dont la base mesure 1 mètre de diamètre, un rapport de proportion de 50 % génère une face
supérieure donc le diamètre est de 50 cm.
Remarque : Lors de l'inclinaison d’un polygone complexe au moyen des options Suivant un
angle de et Suivant une proportion de, le logiciel calcule les valeurs d'inclinaison à partir du
point d’origine du polygone. Ce point d’origine est représenté par une ligne d'aide composée de
deux petites flèches noires situées sur le centre théorique du polygone.
8.25.4.1.3 Inclure les évidements
Lorsque le contour polygonal comporte des évidements, vous pouvez spécifier si les contours
évidés doivent également être inclinés.
8.25.4.1.4 Représentation 2D
Cette rubrique précise l’aspect de la représentation 2D du polygone en mode Construction. Les
zones proposées ici sont identiques à celles des boîtes de dialogue des autres éléments de
construction tels que les murs (voir page 103). Vous pouvez y préciser la couleur du trait, ainsi
que celle du motif.
Remarque : En mode Construction, la représentation 2D d’un polygone utilise toujours sa surface
de base comme valeur d’emprise au sol pour le plan, même si son inclinaison lui confère une face
supérieure plus grande que sa surface de base.
8.25.4.1.5 Catalogue
Les fonctions de l’Éditeur de polygones vous permettent de modéliser une multitude d’éléments
de construction, depuis la structure d’une architecture, (murs, poteaux, colonnes), jusqu’aux
éléments de décors ou de modénatures, (appareillages, jambages) qui marquent de votre
"empreinte" les projets ainsi réalisés. Aussi, le logiciel vous permet de stocker ces éléments dans
une bibliothèque 3D qui vous est totalement dédiée.
138
Le mode Construction
Le bouton Extraire du catalogue vous permet d’afficher dans l’Éditeur, l’une des références
portées au catalogue de polygones pour en éditer les valeurs dans les zones de saisie
correspondantes, ainsi que pour en consulter le modèle dans la fenêtre d’aperçu 3D.
Le bouton Enregistrer dans le catalogue vous permet de stocker un nouveau polygone dans le
catalogue. Lorsque vous cliquez sur ce bouton, le logiciel vous propose de nommer le nouvel
élément dans la boîte de dialogue qui apparaît. Une fois le nom validé, le polygone stocké est
présenté dans le catalogue sous la forme d’une vignette accompagnée du nom du contour,
exactement comme dans le catalogue d’objets du mode Design.
Le bouton Supprimer entrée permet d’effacer du catalogue le polygone sélectionné.
Le bouton Importer vous permet d’importer dans votre catalogue un polygone se trouvant dans
un autre dossier sur le disque dur de votre ordinateur, sur un autre support (disquette, CD-Rom) ou
sur Internet. Les polygones, tout comme les dalles en mode Design (voir page 264), sont
enregistrés dans un fichier ArConShapes.KTL dans le dossier du programme.
Remarque : Bien que les polygones et les dalles sont enregistrés dans un format de fichier
commun, leur importation s’effectue séparément. Pour l’importation d’une dalle en mode Design,
vous pouvez aussi utiliser le bouton Importer dans la boîte de dialogue des dalles (voir page 264).
Si l’option Petites icônes est activée, vous verrez un aperçu réduit de vos polygones.
8.25.4.2 Face supérieure
L’onglet Face Supérieure vous permet de définir les couleurs et/ou les textures utilisées pour
l'affichage des polygones en mode Design. À la différence de beaucoup d’éléments de
construction, il vous est possible d’attribuer ici des couleurs ou des textures distinctes aux
différentes faces du polygone au moyen des rubriques correspondantes : Fond, Faces latérales
extérieures, Faces latérales intérieures (pour les évidements éventuellement réalisés dans le
polygone) et Dalle de balcon. Chacune des rubriques se compose de deux zones de sélection :
l’un pour une couleur, l’autre pour une texture.
En complément, vous trouverez une rubrique Catalogue, identique à celle proposée sous l'onglet
Généralités.
Les rubriques Fond, Faces latérales extérieures, Faces latérales intérieures et Dalle de balcon
sont des rubriques standard pour la définition de couleurs et textures d’éléments de construction
(voir page 9).
8.25.4.3 Contour
Vous pouvez modifier ici le contour du polygone. Sous cet onglet se cache un "programme dans le
programme", qui permet de mettre en forme des contours délimités par des droites, des arcs de
cercle ou d'ellipses.
Selon la méthode utilisée pour l'ouverture de la boîte de dialogue Polygones, c'est-à-dire par un
clic droit sur le bouton , après la mise en place d'un polygone à l'aide des fonctions de tracé ,
ou
ou par un double clic sur une dalle insérée, l'onglet Contour présente soit une surface
blanche pour l'arrière-plan, soit votre plan. Lorsque que vous cliquez avec le bouton droit de la
souris sur le bouton
, l'arrière-plan est blanc ; dans tous les autres cas, le plan est affiché en
fond.
Vous pouvez accrocher le polygone sur des éléments de votre plan. Les options de magnétisme
s'appliquent ici (clic droit sur , voir page 73).
139
Guide de référence
8.26 LES BALCONS
Utilisez le bouton
pour insérer des balcons dans votre plan. Avant de le placer, vous pouvez
définir les caractéristiques de votre balcon dans la boîte de dialogue Balcon (voir page 140), à
laquelle vous accédez par clic droit sur bouton
. Dans ce cas, les paramétres s'appliqueront à
tous les balcons construits ultérieurement. Vous pouvez aussi tracer le balcon à l'aide des
fonctions décrites ci-dessous. Le logiciel reconnaît automatiquement si un balcon s'appuie par un
ou deux côtés sur un mur. Il n’y aura pas de garde-corps à ces endroits-là.
8.26.1 Définir un balcon rectangulaire
La fonction de tracé
permet de construire des balcons rectangulaires. Après avoir cliqué sur
, vous devez cliquer deux fois sur votre plan pour tracer un rectangle. Après le deuxième clic, la
boîte de dialogue Balcon apparaît, qui vous permet de donner l’aspect voulu à votre balcon. Vous
pouvez uniquement modifier le contour après l'insertion en sélectionnant préalablement le balcon
en mode Construction. Son contour apparaît alors en rouge et vous pouvez déplacer les sommets
du rectangle.
8.26.2 Définir un balcon polygonal
Ce bouton vous offre la possibilité de varier la forme d'un balcon polygonal dès son insertion.
Terminez votre saisie par Échap ou par un clic droit de la souris. La boîte de dialogue Balcon
(voir page 140) apparaît et vous pouvez alors y changer les paramètres du balcon.
8.26.3 Paramètres des balcons
La boîte de dialogue s'affiche par clic droit sur le bouton
. Vous pouvez y définir les
paramètres applicables aux différents types de de balcons insérés à l’aide des fonctions de tracé
ou .
140
Le mode Construction
8.26.3.1 Dimensions
Sous cette rubrique, définissez la hauteur du balcon mesurée à partir de l’arête inférieure de la
dalle jusqu’à l’arête supérieure du garde-corps. La valeur saisie dans le champ Niveau +/- permet
de déplacer le balcon par rapport au sol fini de l’étage auquel il appartient.
8.26.3.2 Appui, Garde-corps et Dalle
Vous pouvez choisir le modèle, l’épaisseur et la texture de l'appui. Si vous ne souhaitez pas
d'appui, indiquez zéro comme valeur d'épaisseur de l'appui. Vous pouvez comme d’habitude
mélanger la couleur et la texture par les boutons .
Les garde-corps sont composés d’éléments que vous trouverez dans le catalogue
Standard\Balcons. Vous pouvez, si nécessaire, changer la distance entre les différents éléments
du garde-corps. Si vous préférez utiliser des éléments de garde-corps personnels, vous pouvez les
rajouter dans le catalogue (le nom de l’élément apparaîtera dans la zone de liste). Les nouveaux
éléments ne seront disponibles qu’après le redémarrage du programme.
Vous pouvez modifier les caractéristiques de matériau et de texture des éléments du garde-corps
en mode Design. Le nouveau matériau s’applique à tout le garde-corps, alors qu'une texture ne
s’applique qu’à un type d’élément.
141
Guide de référence
8.27 LES CONDUITS DE FUMÉE ET LES POTEAUX
Les fonctions d'insertion des conduits de fumée et des poteaux sont faciles à manipuler. Les boîtes
de dialogue correspondantes permettent de saisir directement des dimensions et de sélectionner
des textures, comme pour les portes et les fenêtres.
En utilisant judicieusement la grille, les lignes d'aide et la règle, on insérera rapidement les
éléments aux endroits voulus et avec la précision requise.
8.27.1 Définir le type
Les boutons
et
se trouvent dans la barre d'outils verticale du programme. Il s'agit
de boutons déroulants qui donnent directement accès aux diverses fonctions de tracé (par exemple,
des poteaux cylindriques ou orthogonaux). En revanche, ces éléments n'offrent aucun choix en ce
qui concerne le mode de tracé, celui-ci étant unique pour les deux.
ou
ouvre la boîte de paramétrage des conduits ou des
Un clic droit sur le bouton
poteaux.
8.27.2 Insérer un conduit de fumée ou un poteau
Lorsque la fonction est activée par un clic sur le bouton
, vous pouvez sans attendre
placer les conduits de fumée et les poteaux sur le plan. Le point de référence peut être déplacé
grâce à la combinaison de touches Ctrl+W. Les points de référence possibles sont les quatre
angles et le centre du conduit. Le point de référence actif est indiqué par une petite croix rouge.
8.27.3 Déplacer un conduit de fumée ou un poteau
Pour déplacer un conduit de fumée ou un poteau, vous devez d’abord le sélectionner en cliquant
(voir page 76). Cliquez ensuite sur l'élément sélectionné
dessus, après avoir activé le bouton
(en rouge sur le plan) et faites-le glisser à l'endroit souhaité en maintenant le bouton de la souris
enfoncé.
Lors du déplacement, vous pouvez changer la position du point de référence avec la combinaison
de touches Ctrl+W.
8.27.4 Supprimer un conduit de fumée ou un poteau
Activez le bouton
(voir page 76) et cliquez sur l'élément à supprimer de manière à le
sélectionner. Il ne vous reste ensuite qu'à appuyer sur la touche Suppr.
Pour supprimer tous les conduits de fumée ou poteaux, choisissez la commande Édition Supprimer tous les - Conduits de fumée ou Édition - Supprimer tous les - Poteaux.
142
Le mode Construction
8.27.5 Paramètres des conduits de fumées et de ventilation
La boîte de dialogue Conduit de fumées et de ventilation s'ouvre par un clic droit sur le bouton
ou par la commande Options - Conduits de fumée et de ventilation. Ces paramètres
s'appliquent alors aux futurs éléments que vous allez insérer. Pour modifier a posteriori les
paramètres des objets existants, double-cliquez dessus.
8.27.5.1 Type de conduit de fumée
Le type indiqué est celui de la fonction sélectionnée.
8.27.5.2 Dimensions
8.27.5.2.1 Largeur, Profondeur et Angle
Les paramètres variables sont la Largeur et la Profondeur. Indiquez dans la zone de saisie
Angle, l'angle de rotation de l'élément par rapport au système de coordonnées actuel.
8.27.5.2.2 Hauteur
Le paramètre Hauteur définit la hauteur d'un conduit de fumée. Pour une partie de conduit de
fumée comprise entre deux dalles, l'option Jusqu'au plafond prolonge le conduit du plancher
jusqu'à la dalle supérieure. Toute indication de hauteur spécifique est alors superflue.
143
Guide de référence
8.27.6 Paramètres des poteaux
La boîte de dialogue Poteaux s'ouvre par un clic droit sur le bouton
, par un clic sur un
poteau personnalisé ou par la sélection de la commande Options - Poteaux. Pour modifier a
posteriori les paramètres des objets existants, double-cliquez dessus.
8.27.6.1 Type de poteau
Le type indiqué est celui de la fonction sélectionnée.
8.27.6.2 Dimensions
8.27.6.2.1 Largeur, Profondeur et Angle
Les paramètres variables sont la Largeur et la Profondeur. Indiquez dans la zone de saisie
Angle, l'angle de rotation de l'élément par rapport au système de coordonnées actuel.
8.27.6.2.2
Hauteur
Le paramètre Hauteur définit la hauteur d'un poteau. Pour une partie de poteau comprise entre
deux dalles, l'option Jusqu'au plafond prolonge le poteau jusqu'à la dalle supérieure. Toute
indication de hauteur spécifique est alors superflue.
8.28 LES TOITURES
Cette fonction permet de couvrir la maison d'un toit. Les formes de toit disponibles sont
accessibles via le bouton Toiture du mode Construction. Les formes proposées sont les suivantes :
toiture à versant unique, en bâtière à deux versants, en croupe, en demi-croupe, à la Mansart et
pignons, à la Mansart en croupe, en berceau, en bâtière avec pans coyautés, en terrasse. Vous avez
également la possibilité de définir une forme de toit libre.
Avant d'ajouter un toit à votre maison, vous devez créer un étage supplémentaire (voir page 47)
qui lui servira de support. Vous pourrez ensuite placer le toit sur ce dernier étage. Lisez la prise en
main du manuel qui décrit un exemple de mise en place de toiture.
Un clic droit sur le bouton Toiture ouvre une boîte de dialogue nommée Paramètres de toiture
(voir page 148) dans laquelle vous pouvez définir certains paramètres. Le bouton Par défaut
permet d'enregistrer les valeurs en tant que valeurs par défaut, à utiliser également lors des
sessions suivantes. Trois fonctions de tracé sont proposées pour cette fonction.
8.28.1 Activer la fonction Toiture
Pour activer la fonction, cliquez sur le bouton
dans la barre d'outils verticale. Par un clic droit
sur ce même bouton, vous ouvrez une boîte de dialogue permettant de définir certains paramètres
de base (voir Paramètres de toiture voir page 148).
Ces paramètres sont utilisés dans la boîte de dialogue Éditeur de toiture (disponible uniquement
pour les formes de toit personnalisées) qui s'affiche lorsque le toit a été posé sur la construction.
Vous pouvez alors modifier ces paramètres à votre guise.
144
Le mode Construction
8.28.2 Afficher ou masquer la charpente
À côté du bouton
dans la barre d'outils horizontale, se trouve le bouton
avec lequel vous
pouvez afficher ou masquer la charpente. L'effet de ce bouton est indépendant du bouton , c'està-dire que vous pouvez afficher la charpente même si la toiture elle-même n'est pas visible.
En mode Construction, certaines opérations ne sont possibles que si vous activez au moins l’un
ou . Ainsi, vous ne pouvez éditer un toit que sous cette condition. Il en va
des deux boutons
(voir page 180).
de même pour l'insertion d'une fenêtre de toit à l'aide de la fonction
8.28.3 Sélectionner un type de toiture
Lorsque vous cliquez sur le bouton
suivants :
dans la barre d’outils verticale, vous voyez les boutons
•
Toiture de forme libre
Toiture à versant unique
•
Toiture en bâtière à deux versants
Toiture en croupe
•
Toiture en demi-croupe
Toiture à la Mansart et pignons
Toiture à la Mansart en croupe
Toiture en berceau
•
Toiture en bâtière avec pans coyautés
Toiture en terrasse
•
Un clic gauche sur l'un de ces boutons sélectionne le type de toit correspondant et un clic droit de
la souris ouvre la boîte de dialogue du type de toit choisi. La toiture de forme libre se distingue des
autres types de toiture par le fait qu'un clic droit ouvre la boîte de dialogue Paramètres de toiture
(voir page 148) à la place d’une boîte de dialogue spécifique à un certain type de toiture.
8.28.4 Recouvrir automatiquement tous les bâtiments d’une toiture
Toutes les boîtes de dialogue des toitures (ouvertes par un clic droit sur un type de toiture ou après
le tracé complet du contour) comportent, dans leur coin inférieur gauche, l'option Recouvrir
automatiquement tous les bâtiments d’une toiture.
Lorsque cette option est activée, non seulement les murs, sols et plafonds auquel le toit appartient
seront posés sous ce toit, mais aussi tous les murs, sols et plafonds des autres bâtiments.
C’est particulièrement utile, lorsque vous construisez plusieurs bâtiments avec des étages décalés
sur lesquels vous voulez poser un toit. Dans ce cas, ne tracez pas le toit à l’aide de la fonction ,
mais de la fonction .
Une fois que vous avez inséré le toit commun aux deux bâtiments, et que vous avez réglé tous les
paramètres dans la boîte de dialogue, il ne vous reste plus qu'à cocher cette option. Tous les murs,
sols et plafonds des deux bâtiments se trouvent alors sous le même toit.
145
Guide de référence
8.28.5 Les paramètres des toitures à périmètre orthogonal
8.28.5.1 Boîte de dialogue Toiture à versant unique
Les boîtes de dialogue des toitures à périmètre orthogonal se divisent en quatre rubriques : Coupe
transversale, Coupe longitudinale, Texture de la couverture et Alignement. Les rubriques
Coupe transversale et Coupe longitudinale contiennent des schémas qui vous viennent en aide
pour la saisie des réglagres. Lorsque vous cliquez dans un champ de saisie, la dimension
correspondante apparaît en rouge dans le schéma. Si vous cliquez avec le bouton gauche de la
souris sur une autre cotation que celle marquée en rouge, le champ de saisie correspondant est
automatiquement sélectionné.
Un double clic sur une cotation dans le schéma affiche une boîte de dialogue dans laquelle vous
pouvez saisir directement une nouvelle valeur.
Pour tous les types de toiture, les boîtes de dialogue ne vous proposent que la saisie des cotations
nécessaires ou possibles. Toutes les zones dont les cotations n’ont pas de sens pour le type de
toiture actuelle sent grisées.
146
Le mode Construction
Si vous cochez l'option Représentation détaillée, la fenêtre d’aperçu présente les textures, mais
aussi tous les éléments constitutifs de la toiture.
Les réglages complémentaires de la toiture ou de ses éléments s'effectuent dans une boîte de
dialogue ouverte par un clic sur le bouton Etendu. Pour plus d'informations sur la boîte de
dialogue Paramètres de toiture (voir page 148).
Le bouton Infos ouvre la boîte de dialogue Propriétés de la toiture (voir page 159).
Pour plus d'informations sur l'option Recouvrir automatiquement tous les bâtiments d’une
toiture, reportez-vous à la page 145.
8.28.6 Choisir une fonction de tracé
Lorsque vous cliquez sur le bouton
dans la barre d'outils verticale de gauche, une nouvelle
barre d’outils s’affiche à gauche de l’interface. Elle comporte trois boutons correspondant à trois
fonctions de tracé.
8.28.6.1 .
Périmètre de toiture orthogonal
Avec cette fonction, vous pouvez construire des toits dont le plan (c'est-à-dire la base) est un
rectangle. La géométrie du plan d'ensemble de la maison n'est pas déterminante dans ce cas. Vous
définissez une surface rectangulaire avec deux clics de souris, le deuxième correspondant au
sommet opposé au premier. Après le premier clic, une forme en pointillé indique l'emprise actuelle
du toit au fur et à mesure des déplacements de la souris. Le deuxième clic fixe la forme
définitivement.
Après la définition des deux points s'affiche la boîte de dialogue Éditeur de toiture (voir page
158).
8.28.6.2 .
Périmètre de toiture automatique
Cette fonction est d'une grande simplicité. Après avoir cliqué sur le bouton correspondant, amenez
le pointeur de la souris dans l'espace de travail, sur un des murs extérieurs.
Le programme recherche une forme de toit possible et en marque le contour avec une ligne rouge
le long des murs concernés. Un clic signifie que vous acceptez cette forme, et la boîte de dialogue
Éditeur de toiture (voir page 158) s'affiche.
8.28.6.3 .
Périmètre de toiture polygonal
Cette fonction permet de définir des formes de toit relativement complexes. Si la fonction de
reconnaissance automatique du plan n'a pas donné satisfaction parce qu'elle n'a pas su déterminer
la forme d'après la configuration des murs extérieurs, vous pouvez utiliser ce mode de tracé pour
créer n'importe quelle forme de toit polygonale.
Au départ, tout se passe comme pour le tracé d'un polygone. Vous cliquez successivement sur les
différents sommets. La saisie est terminée lorsque vous appuyez sur la touche Échap ou lorsque
vous cliquez à nouveau au point de départ. Les arrêtes du polygone tracé ne doivent pas présenter
d'intersections. Tenez-en compte lors de la définition des sommets !
La meilleure solution consiste à placer les sommets dans l'ordre, sur le périmètre de la
construction, dans le sens des aiguilles d'une montre. Vous évitez ainsi de commettre des erreurs.
147
Guide de référence
S'il existe déjà un toit, un message vous en informe et vous pouvez annuler l'opération.
8.28.7 Supprimer la toiture
Un toit peut être supprimé de différentes façons. Dans le menu Édition, deux commandes sont
disponibles. Vous pouvez sélectionner la commande Supprimer après avoir sélectionné le toit à
l’aide de la fonction
(voir page 76) et d’un clic de souris ou, si vous avez l'intention de
supprimer tous les toits du projet, vous pouvez activer la commande Supprimer tous les Toitures.
Lors de l'utilisation du bouton , ce n'est pas le toit, mais le sol, qui est sélectionné en premier
lorsque vous cliquez sur la surface du toit. En cliquant plusieurs fois de suite, vous sélectionnez
successivement les différents éléments qui se trouvent dans cette zone. Le toit étant par définition
l'élément le plus haut, c'est lui qui est sélectionné en dernier. Vous pouvez le supprimer lorsqu'il
est marqué en rouge.
La même remarque s'applique lors de l'édition du toit.
8.28.8 Paramètres de toiture (forme libre)
Par un clic droit sur le bouton
, vous ouvrez une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez
définir les paramètres généraux de la toiture.
Seuls sont décrits ci-dessous les champs de saisie différents de ceux contenus dans la boîte de
dialogue Éditeur de toiture (voir page 158) présentée plus loin.
8.28.8.1 Textures
Cette rubrique, commune aux cinq onglets Versants, Détails, Charpente, Section pièces de bois
et Généralités, permet de sélectionner des textures pour la couverture, la charpente, et les caissons
pour sélectionner une autre texture. Il ouvre une boîte de
de corniche. Cliquez sur le bouton
sélection standard.
8.28.8.1.1 Couverture
Sélectionnez la texture appliquée à la partie extérieure de la toiture.
8.28.8.1.2 Caissons de corniche
Sélectionnez la texture appliquée aux caissons de corniche de votre projet.
8.28.8.1.3 Charpente
Sélectionnez la texture appliquée à la charpente de la toiture.
8.28.8.2 Onglet - Versants
Sous cet onglet, vous pouvez définir l'angle de pente du toit, le débord et la hauteur du piédroit. La
hauteur à l'égout est calculée automatiquement à partir des valeurs précédentes.
Le programme met à votre disposition trois options permettant de définir l’angle de pente, soit en
choisissant l'une des deux valeurs standard, soit en déterminant une valeur personnalisée. Après
148
Le mode Construction
sélection de l'option Pente personnalisée, vous pouvez inscrire la valeur de votre choix dans le
champ de saisie (entre 1 et 179°).
Un clic sur le bouton Assistant ouvre une boîte de dialogue qui vous aide à définir divers
paramètres relatifs au piédroit, à l'arase et à la ligne d'égout.
À l'aide du croquis, vous pouvez modifier la hauteur du piédroit et de l'arase. La hauteur de la
ligne d'’égout est calculée automatiquement.
Vous avez également la possibilité de définir individuellement, dans l’éditeur de toiture (page
158), les différents versants de la toiture. Il est ainsi possible de modifier les valeurs de pente et de
hauteur.
La boîte de dialogue de l'Assistant contient les deux onglets Généralités et Paramètres de panne
sablière
8.28.8.2.1 Onglet Généralités
Les rubriques proposées sous cet onglet vous permettent de définir la hauteur d’arase, ainsi que la
hauteur de piédroit à l’aide du schéma. Le programme calcule ensuite automatiquement la hauteur
de la ligne d'égout que vous pourrez aussi modifier ultérieurement.
149
Guide de référence
8.28.8.2.2 Onglet Panne sablière
Sous cette rubrique, vous pouvez déterminer les points d’ancrage des toits reposant sur une panne
sablière. Selon vos besoins vous pouvez définir des dimensions variables (Hauteur à l'égout,
Distance, Perpendiculaire ou Piédroit).
Exemple 1: Vous voulez faire un mur de grenier avec un piédroit h=50 cm à partir de l’arête
supérieure du plafond brut. La panne sablière doit être installée a une distance a=16 cm du côté
extérieur du mur et avoir les dimensions b/d 12/12 cm, la perpendiculaire ayant la dimension
r=15 cm. Activez comme dimension variable la hauteur à l'égout et entrez vos cotations. Cette
hauteur est calculée par le programme et vous la trouverez sous l'onglet Généralités
Exemple 2: d’après les saisies dans l’exemple 1 et une pente de toit de 45 degrés, vous obtenez
une hauteur d'arase de 74,213 cm. Donnez-lui une valeur de 75 cm
La hauteur du piédroit doit rester à 50 cm. Passez sous l'onglet Paramètres de panne sablière.
Indiquez comme valeur variable la Distance. Passez sous l'onglet Généralités et indiquez comme
hauteur d'arase 75.cm. Repassez sous l'onglet Paramètres de panne sablière et indiquez la
hauteur de pose (50 cm). La distance entre du piédroit s’adapte automatiquement.
En principe, vous avez la possibilité de modifier sous l'onglet Versants de la boîte de dialogue
Éditeur de toiture (voir page 158) les valeurs de pente, de débord et de hauteur à l'égout par
rapport aux réglages prédéfinis. À partir de cette boîte de dialogue, vous pouvez également revenir
à l'Assistant de toiture.
150
Le mode Construction
8.28.8.3 Onglet - Détails
Cet onglet vous permet de définir les détails de la construction.
8.28.8.3.1 Rubrique Égouts et débords de toiture
La case à cocher Avec gouttières permet d'indiquer si les égouts doivent ou non être équipés de
gouttières.
Si vous cochez la case Représentation détaillée, les débords de la toiture seront représentés dans
le détail. Vous avez alors le choix entre quatre types de représentation.
8.28.8.3.1.1 Représentation standard des têtes de chevrons
Les chevrons de la charpente, placés au bord de la toiture (au niveau des égouts et des débords de
toiture) sont coupés à la verticale.
Pour des raisons esthétiques ou pratiques, on trouve souvent des caissons de corniche sous les
débords de toiture. Vous devez alors choisir l'un des modes de représentation suivants.
8.28.8.3.1.2 Représentation détaillée des chevrons
• Têtes de chevrons visibles dans les zones de débord.
La lettre h désigne la hauteur de chevron, la lettre l désigne la longueur de chanfrein et la lettre
151
Guide de référence
p désigne la hauteur de chanfrein. La longueur et la hauteur de chanfrein peuvent être définis
sous la rubrique Têtes de chevrons visibles (voir page 154).
• Caisson standard avec face frontale verticale et plafonnage horizontal par rapport au mur
extérieur.
• Caissons avec face frontale en biais, plafonnage horizontal par rapport au mur extérieur et
revêtement de rives.
Le revêtement de rives s'adapte parfaitement à la face frontale du caisson de corniche.
• Représentation identique à la précédente, si ce n'est que le caisson de corniche est parallèle à la
couverture jusqu'au mur extérieur.
152
Le mode Construction
Remarque : Pour les trois derniers types de représentation, le contour de la toiture doit être
parfaitement ancré le long des murs extérieurs. Il est donc recommandé de tracer la toiture à l'aide
de la fonction Périmètre de toiture automatique. S'il n'est pas possible d'ancrer la toiture sur les
murs extérieurs (dans le cas d'une terrasse, par exemple), des espaces vides risquent d'apparaître
entre la couverture de rives inférieure et les murs extérieurs. Ces espaces peuvent être comblés par
des objets 3D.
Notez que la rubrique Caissons de corniche (voir page 154) de l'onglet Détails permet de définir
la hauteur et l'inclinaison des rives, pour tous les caissons de corniche.
8.28.8.3.2
Option - Avec tuiles faîtières
L'option Avec tuiles faîtières permet d'indiquer si la représentation du faîtage et de l'arêtier doit
inclure ou non des tuiles faîtières. Vous pouvez modifier ce paramètre à tout moment sous l'onglet
Détails de l'éditeur de toiture.
8.28.8.3.3 Rubrique Débords sur pignon
Selon que vous cochez ou non la case Têtes de pannes visibles sous la rubrique Débords sur
pignons, le programme adopte deux comportements différents :
• Si vous désactivez l'option, les pannes ainsi que le premier chevron avant la paroi intérieure du
mur pignon sont placés au plus près du mur pignon (croquis en vue de dessus).
• Si vous activez l'option, le premier chevron est éloigné de la rive selon une distance a, et se
positionne librement à l'extérieur du pignon (chevron libre). Les pannes portantes sont
prolongées au-delà du pignon, jusqu'à l'arête de la rive. Elles sont donc visibles de l'extérieur
(Têtes de pannes visibles).
153
Guide de référence
Le critère de sélection entre les deux variantes est le suivant : il est généralement admis qu'un
débord >50cm exige une structure portante. La seconde variante est donc sélectionnée
automatiquement dès que le débord excède 50cm. Si le débord est ≤50cm et si l'option Têtes de
pannes visibles est décochée, le programme active la première variante. Le premier chevron est
alors placé à 40cm de la paroi extérieure du mur pignon.
8.28.8.3.4
Rubrique Têtes de chevrons visibles
Cette rubrique permet de saisir les dimensions du chanfrein. La lettre l désigne la longueur de
chanfrein tandis que la lettre p désigne sa profondeur. Les effets sont visibles uniquement si vous
avez sélectionné la première représentation détaillée (Têtes de chevrons visibles dans les zones
de débord) sous la rubrique Égouts et débords de toiture (voir page 151).
8.28.8.3.5
Rubrique Caissons de corniche
Cette rubrique permet de définir la hauteur (h) et l'inclinaison (i) de la bande de rive. Les effets
sont visibles uniquement si vous avez sélectionné l'une des trois représentations détaillées
réservées aux caissons de corniche, sous la rubrique Égouts et débords de toiture (voir page
151).
154
Le mode Construction
8.28.8.4 Onglet - Charpente
L'onglet Charpente est divisé en deux parties : la partie supérieure permet de sélectionner un à un
les éléments (ou bois de construction) utilisés dans la charpente ; la partie inférieure permet de
définir librement l'espacement entre certains éléments et, donc, de préciser certaines données qui
seront utilisées par le programme lorsqu'il créera automatiquement la construction.
8.28.8.4.1 Détails de la construction
La partie supérieure de l'onglet Charpente permet de sélectionner les éléments standard de la
charpente. Le croquis ci-dessous présente ces éléments en situation.
La construction est formée traditionnellement de chevrons (verticaux) et de pannes (horizontales),
portant des noms différents selon leur position dans la charpente.
155
Guide de référence
Si vous cochez par exemple l'option Pannes sablières, c'est-à-dire la panne inférieure, les bois
correspondants sont affichés dans la construction.
8.28.8.4.2 Rubrique Intervalles
Le champ Maxi. entre chevrons précise l'écartement maximal autorisé entre deux chevrons
consécutifs.
Le champ Maxi entre chevrons par rapport au pignon précise la distance entre le premier
chevron et le mur pignon.
Le champ Débord maximal de la toiture a pour effet d'étirer les pannes vers l'extérieur, afin
d'agrandir le débord de la toiture. Lorsque le débord est supérieur à la valeur saisie, des chevrons
supplémentaires sont ajoutés afin de soutenir la couverture.
8.28.8.5 Onglet - Sections pièces de bois
Sous cet onglet, vous devez définir la dimension des différents bois de construction utilisés par le
programme pour bâtir la charpente. Vous pouvez conserver les valeurs par défaut, si elles vous
conviennent, ou saisir vos propres valeurs afin de répondre précisément à vos besoins.
Pour chaque bois de construction, vous disposez d'un champ Largeur et d'un champ Épaisseur.
156
Le mode Construction
Les valeurs saisies sous l'onglet Sections pièces de bois servent à améliorer le rendu graphique de
la charpente. Elles n'ont pas vocation à souligner l'exactitude de votre plan de construction.
8.28.8.6 Onglet - Généralités
8.28.8.6.1 Rubrique Épaisseur de toiture
Le terme Construction englobe les bois de construction (par exemple les chevrons) et la sousstructure de la toiture (par exemple les lattes et le revêtement). Le terme Couverture englobe tous
les éléments posés par-dessus la construction, notamment le coffrage, l'isolation et les lattes.
L'onglet Généralités de l'Éditeur de toiture (voir page 158) permet de modifier après coup les
paramètres saisis sous cette rubrique.
a
b
Couverture
Charpente
Mur
a = épaisseur de la couverture (ardoises, tuiles...+ liteaux
b = épaisseur de la charpente (pannes-chevrons +sous-face plâtre)
157
Guide de référence
8.28.8.6.2
Diamètre gouttières
Dans ce champ de saisie, entrez le diamètre standard des gouttières, que vous pourrez modifier
ultérieurement sous l'onglet Généralités de l'Éditeur de toiture (voir page 158).
8.28.8.6.3 Couverture transparente “
Cochez cette option si vous souhaitez que la couverture du toit soit rendue transparente, ce qui
vous permet de simuler une toiture en verre pour un jardin d'hiver ou une serre. En utilisant les
textures, choisissez alors la couleur et la tonalité de la couverture.
Vous pourrez modifier ce paramètre ultérieurement sous l'onglet Généralités de l'Éditeur de
toiture (voir page 158).
Si vous appliquez une texture transparente (verre coloré) à partir du catalogue, appuyez sur la
touche Ctrl lorsque vous relâchez le bouton de la souris au niveau de la couverture afin que le
programme repère la présence volontaire de surfaces transparentes.
8.28.8.6.4 Coupe horizontale de la toiture
Cette option est pour ainsi dire un joker qui vous permet de multiplier les formes de toit
disponibles. Lorsque vous cochez la case Coupe horizontale de la toiture, le programme arrête le
toit à partir d'une certaine hauteur (à définir).
Vous pourrez modifier cette hauteur ultérieurement sous l'onglet Généralités de l'Éditeur de
toiture (voir page 158).
Le croquis ci-dessous explique sur quelle base est calculée la hauteur de la coupe.
Vous pouvez utiliser cette fonction pour créer des toits mansardés, des toits à bordure plate (jardin
en terrasse), des toits à coupole vitrée, etc. Pour créer un toit mansardé, insérez une toiture
supplémentaire à l'intérieur de la coupe..
8.28.9 Éditeur de toiture
L'Éditeur de toiture s'affiche automatiquement lorsque vous insérez une toiture (voir page 144)
(voir page 144) ou
avant de double-cliquer sur un toit
ou lorsque vous cliquez sur le bouton
sélectionné.
158
Le mode Construction
La boîte de dialogue se compose de cinq onglets : Versant de toiture, Détails, Charpente,
Sections pièces de bois et Généralités. Leur contenu est identique à celui des onglets de la fenêtre
Paramètres de toiture (à l'exception de l'onglet Versant de toiture (voir page 160)) accessible
par un clic droit sur le bouton
.
L'éditeur de toiture vous permet de personnaliser entièrement la toiture en cours, et d'observer
immédiatement le résultat obtenu, dans la fenêtre d'aperçu centrale (bouton Aperçu).
8.28.9.1 Boîte de dialogue - Propriétés de la toiture
Le bouton Infos de l'Éditeur de toiture permet d'afficher une boîte de dialogue supplémentaire
répertoriant l'ensemble des longueurs et des surfaces relatives au toit en construction.
Ces informations vous permettent notamment de calculer le coût de votre toiture.
Les valeurs affichées dans cette boîte de dialogue sont calculées par le programme ; elles ne
peuvent pas être modifiées à cet endroit.
Le module de calcul peut utiliser ces valeurs pour la création automatique d'un devis estimatif.
159
Guide de référence
8.28.9.1.1
Liste sommaire des pièces de charpente
Vous pouvez afficher la estimation des bois de construction et enregistrer cette liste sous la forme
d'un fichier texte. Pour accéder à cette liste, cliquez sur le bouton Pièces de bois de la fenêtre
Propriétés de la toiture.
Le programme réalise ses calculs de la façon suivante :
• Toutes les longueurs sont arrondies.
• Les bois du même type (par exemple les noues), dont la longueur arrondie est identique, sont
automatiquement regroupés.
Chaque type de bois est accompagné de sa longueur, de sa largeur, de son épaisseur, de sa surface
et de son volume.
Lorsque vous cliquez sur le bouton Enregistrer, la boîte de dialogue Enregistrer sous de
Windows s'affiche à l'écran afin que vous saisissez le nom du fichier sous lequel vous souhaitez
enregistrer la liste actuelle.
8.28.9.2 Sélection du versant
Pour éditer séparément les versants de la toiture, vous devez les identifier les uns après les autres.
Vous disposez pour cela de deux boutons sur lesquels sont représentées des flèches. Cliquez sur
l'un de ces deux boutons pour sélectionner le pan de toiture de votre choix, vers la gauche ou vers
la droite.
Si vous avez activé l'option Rotation animée, la maison pivotera sur elle-même chaque fois que
vous passez d'un versant à l'autre, de telle sorte que le versant actif soit systématiquement visible
dans l'aperçu.
Si l'option Représentation détaillée est activée, les textures de revêtement du toit sont également
affichées. Le versant de toiture sélectionné est identifié grâce à son mur de couleur verte.
8.28.9.3 Onglet Versant de toiture
Sous cet onglet, vous pouvez reprendre les paramètres généraux que vous avez saisis dans la boîte
de dialogue Paramètres de toiture (voir page 148).
8.28.9.3.1 Rubrique Types de versants de toiture
Vous disposez ici de huit champs d’options de types de versants que vous pouvez sélectionner
d’un simple clic de souris.
8.28.9.3.2 Versant simple
Cette rubrique complétée par un schéma interactif permet de modifier les valeurs spécifiques au
versant de toiture sélectionné (débord, hauteur de piédroit).
8.28.9.4 Onglets - Détails, Charpente et Sections pièces de bois
Sous ces onglets, vous pouvez reprendre les paramètres généraux que vous avez saisis dans la
boîte de dialogue Paramètres de toiture sous les onglets du même nom (page 148).
160
Le mode Construction
8.28.9.5 Onglet - Généralités
Sous cet onglet, vous pouvez reprendre les paramètres généraux que vous avez saisis dans la boîte
de dialogue Paramètres de toiture sous l'onglet du même nom (page 148).
Vous disposez toutefois d'une rubrique supplémentaire permettant de déplacer l'ensemble de la
toiture vers le haut ou vers le bas.
8.28.9.5.1 Déplacement vertical de la toiture
Dans le champ de cette rubrique, saisissez une valeur, puis appuyez sur le bouton Appliquer. Le
toit se positionne alors en fonction de ce paramètre. La modification est immédiatement illustrée
dans la fenêtre d'aperçu.
Les valeurs supérieures à 0 augmentent la hauteur de l'égout tout autour de la maison. Vous
pouvez visualiser le résultat dans la fenêtre d'aperçu.
Les valeurs inférieures à 0 font baisser la hauteur de l'égout. Dans ce cas, le niveau de départ du
toit peut commencer au niveau de l'étage inférieur.
8.28.9.5.2 Rubrique Textures
Vous pouvez définir ici la texture de la couverture et des caissons de corniche. Cliquez sur les
boutons pour choisir la texture de votre choix.
8.28.9.6 Revêtement de la sous-face de la toiture
Lorsque vous cliquez sur la toiture, en mode Construction, et que le revêtement intérieur de la
toiture peut être sélectionné (voir page 241), vous pouvez soit sélectionner la toiture entière, soit
sélectionner uniquement un versant de toiture (signalé par un trait rouge). Pour que la sélection
(voir page 144) doit être
des versants fonctionne, l'affichage de la couverture de la toiture
activé.
Un double clic sur un versant sélectionné permet d'afficher la boîte de dialogue Revêtement de la
sous-face dans laquelle vous pouvez personnaliser la couverture de la toiture, à l'intérieur mais
également à l'extérieur de la maison (sous-revêtement des débords de toiture).
161
Guide de référence
Sous la rubrique Matériaux, modifiez les paramètres actuels de la texture. Pour plus
d'informations sur cette rubrique, reportez-vous à la page 9.
Si vous souhaitez masquer momentanément la couverture, cochez la case Invisible. Cette
invisibilité est notamment conseillée en extérieur lorsque les débords de toiture sont importants : il
est alors possible de voir la charpente au lieu de la couverture.
8.28.10 Toitures cintrées
L’option Cintrée est venue s'ajouter aux réglages des versants de toiture. Vous pouvez activer
cette option sous la rubrique Versant simple de l'onglet Versant de toiture de l'Éditeur de
toiture. Lorsque vous activez cette option, le schéma est modifié et vous pouvez personnaliser les
réglages de la courbe.
Cette fonctionnalité a aussi des répercussions sur la toiture en berceau proposée parmi les formes
de toit rectangulaires. Vous pouvez à présent insérer des toits en berceau rectangulaires avec des
hauteurs d'égout différentes.
Avec ces surfaces cintrées, vous pouvez construire des formes libres de toiture en berceau, mais
aussi des formes de toits avec des arcs gothiques. Les versants cintrés possèdent des arcs en demicercle et peuvent être combinés à des surfaces de toits planes. Pour la construction de toitures en
berceau, un procédé spécifique a été développé (voir plus haut).
Le début d’un versant de toit cintré commence à la hauteur à l'égout. L’arc continue en forme de
demi- cercle vers le milieu du bâtiment. Vous décidez de la hauteur à l'égout par les champs
Débord (ü) et Hauteur 1 (h1) en vous basant sur les contours (côté extérieur du bâtiment) et le
162
Le mode Construction
niveau supérieur du sol fini. Les champs Mesure à la corde (s) et Hauteur 2 (h2) vous
permettent de déterminer le milieu de la corde de l’arc de cercle. La valeur du Rayon (r) définit le
rayon du cercle. Le centre du cercle est alors calculé.
8.28.10.1 Principe de la courbure
Dans l’illustration ci-dessous, vous trouverez un coupe schématique d’un toit cintré. La corde est
horizontale (h2 = 0.0). Le point le plus haut est situé précisément au-dessus du milieu de la corde
et le centre du cercle est situé en dessous.
Schéma 1: Toit cintré avec corde horizontale.
La valeur Hauteur 2 permet de définir des toits cintrés avec des égouts de différentes hauteurs.
Cette valeur correspond à la mesure de la pente de cette section de l'arc de cercle (voir schéma 2).
Schéma 2 : Toit cintré avec corde en pente
163
Guide de référence
8.28.10.2 Toiture en berceau (passage tangentiel au point le plus haut)
Pour les formes de toiture en berceau, les versants de toit opposés doivent être définis de manière
à ce que les milieux des cordes se superposent parfaitement. Avec une valeur de rayon identique,
les versants de toiture se rejoignent de façon tangentielle au point le plus élevé (schéma 3). Les
valeurs sont calculées ainsi :
s = 0.5 * largeur
la largeur est la distance horizontale entre les deux gouttières
h2 = 0.5 * | deltaH |
deltaH est la différence de hauteur entre les deux gouttières
r1 = r2 = rayon
le rayon est identique pour les deux versants.
Remarque: Si vous utilisez le procédé de saisie présenté plus bas, procédé simplifié, ces valeurs
sont définies automatiquement par l’Éditeur de toiture, en respectant ces règles.
Schéma 3 : Toiture en berceau avec différentes hauteurs d'égout
8.28.10.3 Arcs gothiques
Les valeurs ( s ) et ( r ) vous permettent de construire des arcs gothiques simplifiés. Dans
l’exemple suivant, le sol est un rectangle d’une largeur de 8 m. Placez les deux mesures pour la
corde (s) à 6 m. La représentation suivante vous montre le résultat.
164
Le mode Construction
8.28.10.4 Toiture en berceau, procédé simplifié
Pour réaliser cet exemple, créez un toit en berceau sur un plan présentant une saillie.
Utilisez la fonction de détection automatique du périmètre de la toiture. La représentation est le
résultat, affiché par l’Éditeur de toiture.
165
Guide de référence
Modifiez les valeurs des versants du pignon afin que la forme du toit ne soit composée de deux
surfaces planes.
Vous pouvez maintenant procéder au réglage des saillies et des hauteurs d'égout. Dans
l'illustration suivante, nous avons fixé la hauteur à l'égout à 240 cm et la saillie de la "loggia" à
240 cm. Le résultat :
166
Le mode Construction
Activez pour les deux versants l’option Cintrée. Vous obtenez automatiquement la forme de toit
ci-dessous :
Avec des modifications simples des deux versants, des modifications du rayon dans l'illustration
suivante, vous pouvez modifier le toit cintré selon vos besoins.
167
Guide de référence
8.29 LES LUCARNES
La fonction d'insertion des lucarnes vous permet d'ajouter, sur les versants de la toiture, différents
types de lucarnes (correspondant à des avancées de toit).
Le programme propose divers types de lucarnes : la lucarne rampante, la lucarne à deux pans
(jacobine), la lucarne triangulaire, la lucarne trapézoïdale, la lucarne à croupe (capucine) et la
lucarne à toit bombé.
Lorsque vous insérez une lucarne, ses murs et sa toiture sont automatiquement créés par le
programme. La charpente s'en trouve modifiée puisque les chevrons de la toiture, placés au point
d'insertion de la lucarne, sont supprimés et remplacés par les chevrons de la lucarne.
168
Le mode Construction
Une lucarne est toujours insérée dans un étage. Vous pouvez ainsi décider si l'ouverture
accueillant la lucarne doit atteindre ou non le plafond de cet étage. Dans le premier cas, la
structure en bois de la lucarne est conçue de telle sorte qu'elle repose sur la structure en bois de la
toiture, à hauteur du plafond.
Dans le second cas, l'ouverture réservée à la lucarne est creusée jusqu'à l'endroit où le toit de la
lucarne rejoint le versant de la toiture.
169
Guide de référence
8.29.1 Définir le type de lucarne
Pour choisir votre type de lucarne, cliquez sur le bouton déroulant
de la barre d'outils verticale.
Un clic droit sur ce bouton vous permet d'afficher la fenêtre de configuration de la lucarne
sélectionnée et de modifier les paramètres selon vos besoins. Les nouveaux paramètres peuvent
être enregistrés comme valeurs par défaut pour les autres lucarnes du même type.
Vous pouvez attribuer des textures aux lucarnes. Ces textures sont indépendantes de celles
choisies pour la toiture.
8.29.2 Insérer une lucarne
Pour insérer une lucarne, vous devez d’abord créer un toit. Lorsque vous essayez ensuite de
positionner cet élément sur la toiture, le programme reconnaît automatiquement la ligne inférieure
de la lucarne et la positionne parallèlement à la ligne inférieure de la toiture.
Nous vous conseillons d'utiliser les lignes d'aide et la fonction de magnétisme pour positionner
correctement les lucarnes.
La seconde barre d'outils verticale ne propose qu'un seul mode de tracé pour les lucarnes.
8.29.2.1 Positionnement d'une lucarne sur le toit
Les lucarnes sont positionnées par deux (ou trois) clics de souris. La procédure de mise en place
est similaire à celle des escaliers.
Après sélection du type de lucarne, la forme du modèle sélectionné suit le déplacement du
pointeur. Les dimensions principales de la lucarne sont la largeur et la profondeur. Le premier clic
définit la position de la lucarne, le second clic conditionne la largeur de la façade. La profondeur
est calculée automatiquement.
170
Le mode Construction
Le programme détecte automatiquement de quel type de toiture il s'agit et choisit la position idéale
pour cet élément. Si le modèle de lucarne choisi ne peut pas être placé sur l'emplacement désigné
par le pointeur, la lucarne est représentée en pointillés.
Après le second clic, une boîte de dialogue s'affiche à l'écran. Toutes les valeurs par défaut et tous
les paramètres conditionnés par l'insertion de la lucarne sont déjà inscrits (par exemple, la largeur).
Vous avez la possibilité de modifier ces valeurs ou de les conserver. Les valeurs à modifier
doivent être saisies dans les champs des différentes rubriques. La profondeur est calculée
automatiquement.
8.29.2.2 Conseils pour l'insertion des lucarnes
Vous pouvez raccourcir la procédure d'insertion des lucarnes, en utilisant les touches Maj et Ctrl
de votre clavier.
Si vous cliquez sur la toiture alors que la touche Maj est enfoncée, vous rendez inutile le clic
suivant. Ainsi, dans le cas d'une lucarne à trois points d'insertion, si vous appuyez sur la touche
Maj pendant le second clic, la boîte de dialogue apparaît directement, sans attendre le troisième
clic.
Si vous cliquez sur la toiture alors que la touche Ctrl est enfoncée, la boîte de dialogue ne
s'affiche pas à l'écran après le dernier clic. La lucarne adopte alors les paramètres par défaut
actuellement saisis pour son type de lucarne.
8.29.3 Modifier une lucarne
Si vous souhaitez modifier ultérieurement une lucarne déjà insérée, vous devez d'abord la
sélectionner, puis double-cliquer dessus pour ouvrir la boîte de dialogue correspondante. Tous les
champs de saisie sont illustrés sur un croquis reproduisant la lucarne, vue en coupe et vue de face.
171
Guide de référence
Modifiez les valeurs en fonction de la configuration de votre maison. Observez le résultat de vos
modifications dans la fenêtre d'aperçu.
8.29.4 Supprimer une lucarne
Pour supprimer une lucarne, activez la fonction de sélection
(voir page 76), puis cliquez sur la
lucarne à supprimer. Sélectionnez ensuite la commande Édition/Supprimer ou appuyez sur la
touche Suppr de votre clavier. La suppression de toutes les lucarnes s'effectue à l'aide de la
commande Édition/Supprimer tous les/Lucarnes. Pour que la sélection fonctionne, l'affichage
des versants de toiture
doit être activé.
8.29.5 Paramètres de la lucarne
Il existe diverses manières d'accéder à la boîte de dialogue des lucarnes : par un clic droit sur le
bouton de la lucarne (dans la barre d'outils verticale), par un double clic sur une lucarne insérée
dans le plan ou par l'intermédiaire du dernier clic d'insertion de la lucarne.
Le contenu des boîtes de dialogue diffère peu selon le type de lucarne sélectionné. Les
explications suivantes se réfèrent à la boîte de dialogue des lucarnes rampantes.
8.29.5.1 Éléments communs à toutes les boîtes de dialogue
Dans toutes les boîtes de dialogue, la moitié gauche reproduit le type de lucarne sous forme de
croquis, avec une vue en coupe et une vue de face. À l'aide de ces schémas, vous pouvez améliorer
l'aspect de la lucarne et vérifier les effets produits par les modifications saisies dans les divers
champs. Pour une meilleure visualisation, le champ dans lequel se trouve le curseur est affiché en
172
Le mode Construction
rouge dans le croquis. Si vous souhaitez par exemple modifier la hauteur, la lettre h sera rehaussée
en rouge sur le dessin. Il est ainsi plus facile d’effectuer des modifications.
Un double clic sur une lettre du croquis (par exemple sur le ü) affiche une boîte de dialogue
permettant de saisir directement la valeur souhaitée (ici, le débord).
Les rubriques Coupe, Affichage, Fenêtre, Textures et Toiture de la lucarne sont présentes dans
toutes les boîtes de dialogue. Vous constaterez toutefois, en fonction du type de lucarne, des
petites différences dans les options. Dès que vous modifiez le contenu d'une zone de saisie, le
résultat est automatiquement actualisé dans la fenêtre d'aperçu des boîtes de dialogue.
8.29.5.2 Rubrique Coupe
Les champs présentés sous la rubrique Coupe dépendent du type de lucarne concerné par la
modification. Seules les options permettant de modifier ce type de lucarne particulier sont
disponibles sous cette rubrique.
La zone de saisie Haut. ouverture n'est jamais accessible étant donné que cette valeur est déduite
automatiquement par le programme à partir des autres indications fournies.
8.29.5.3 Rubrique Affichage
Comme nous venons de le souligner pour la rubrique Coupe, seuls les champs nécessaires à la
construction du type de lucarne sélectionné sont affichés sous cette rubrique.
8.29.5.4 Rubrique Fenêtre
Lorsque vous placez une lucarne sur la toiture, le programme génère automatiquement ses deux
murs latéraux ainsi que sa façade, et installe des fenêtres paramétrables sur cette façade. La
position des fenêtres est définie par défaut, mais vous pouvez naturellement la modifier après coup
sous la rubrique Fenêtre. Vous pouvez également changer le nombre de fenêtres insérées.
Les façades de lucarne sont des murs comme les autres, et les fenêtres de lucarne sont considérées
de la même façon que les fenêtres paramétrables. Par conséquent, vous pouvez éditer les fenêtres
après leur insertion et personnaliser leur forme (en ajoutant des tablettes par exemple). Pour cela,
il vous suffit de double-cliquer sur une fenêtre en place.
Remarque : Vous ne pouvez personnaliser le nombre, la hauteur et la largeur des fenêtres qu'au
moment de leur insertion. Après l'insertion, la rubrique Fenêtre n'apparaît plus dans la boîte de
dialogue.
8.29.5.5 Rubrique Toiture de la lucarne
Sous cette rubrique, vous pouvez paramétrer la toiture de la lucarne et choisir son mode
d'affichage.
8.29.5.5.1 Couverture transparente
Cette option permet de remplacer la couverture actuelle du toit par une structure transparente,
choisie sous la rubrique Textures.
173
Guide de référence
8.29.5.5.2 Épaisseur de toiture
Les deux champs de cette rubrique correspondent aux champs équivalents de l'onglet Généralités,
dans la boîte de dialogue Paramètres de toiture (voir page 148) et dans l'Éditeur de toiture
(voir page 158)
Le terme Construction englobe les bois de construction (par exemple les chevrons) et la sousstructure de la toiture (par exemple les lattes et le revêtement).
Le terme Couverture englobe tous les éléments posés par-dessus la construction, notamment le
coffrage, l'isolation et les lattes.
8.29.5.5.3 Débords et égouts
Le débord est la limite latérale d'un versant de toiture, au niveau d'un mur pignon (limite
verticale). L'égout est l'arête inférieure d'un toit en pente (horizontale) ; elle est généralement
équipée d'une gouttière.
En cochant l'option adéquate, vous pouvez appliquer aux débords et égouts de la lucarne les
paramètres d'affichage des débords et égouts de la toiture. Ainsi, vous pouvez reprendre les
caissons de corniche, les zones d'égout et les tuiles faîtières.
Lorsque l'option est désactivée, tous les détails de la toiture (exception faite de la gouttière) sont
ignorés. Dans ce cas, le toit de la lucarne n'a pas de caissons de corniche.
8.29.5.6 Options annexes
Les options présentées ici diffèrent selon le type de lucarne sélectionné. En règle générale, vous
retrouvez toutefois les options suivantes.
8.29.5.6.1 Lucarne rapportée
Lorsque vous activez cette option, l'arête inférieure de la lucarne repose directement sur la toiture.
La charge porte donc exclusivement sur la charpente, ce qui peut être gênant lorsque la lucarne est
de taille conséquente.
Si vous désactivez l'option, le mur avant de la lucarne est étiré jusqu'au sol de l'étage en toiture.
Ainsi, la lucarne ne repose plus de tout son poids sur la charpente.
8.29.5.6.2 Liaison au plafond de la pièce
Lorsque vous activez cette option, l'ouverture réservée à la lucarne (visible de l'intérieur) s'arrête
au niveau du plafond de l'étage. Si vous désactivez l'option, l'ouverture s'étire jusqu'à la ligne de
contact entre le toit de la lucarne et le versant de la toiture.
Il est conseillé d'activer cette option pour réduire l'espace situé entre la lucarne et le revêtement du
toit.
174
Le mode Construction
8.29.5.7 Rubrique Textures
Sous cette rubrique, vous pouvez choisir la texture appliquée au toit de la lucarne. Naturellement,
cette texture peut être différente de celle de la toiture générale.
8.29.6 Lucarne rampante
Cette lucarne a été décrite dans la section générale concernant les paramètres des lucarnes (voir
page 172).
8.29.7 Lucarne à deux pans (jacobine)
Cette lucarne se distingue des paramètres généraux des lucarnes (voir page 172) par les points
décrits plus bas.
8.29.7.1 Coupe
Vous ne pouvez saisir aucune valeur pour la pente et la hauteur.
8.29.7.2 Affichage
Vous pouvez modifier la pente des versants et la hauteur à l'égout du toit de la lucarne.
175
Guide de référence
8.29.8 Lucarne triangulaire
Cette lucarne se distingue des paramètres généraux des lucarnes (voir page 172) par les points
suivants :
8.29.8.1 Coupe
Vous ne pouvez saisir aucune valeur pour la hauteur d'ouverture.
8.29.8.2 Affichage
Vous pouvez définir la hauteur au faîtage et la pente des pans.
8.29.8.3 Options
Dans la lucarne triangulaire, l'ouverture ne peut pas s'arrêter au niveau du plafond de l'étage : elle
s'étire systématiquement jusqu'à la ligne de contact entre le toit de la lucarne et le versant de la
toiture. L'option Liaison au plafond de la pièce est donc inexistante.
8.29.8.4 Astuce
Si vous saisissez une valeur inférieure à 90°dans le champ Pente de la rubrique Coupe, le toit de
la lucarne plonge vers l'avant. Vous obtenez alors un "pignon de Dantzig".
176
Le mode Construction
8.29.9 Lucarnes complexes
8.29.9.1 Lucarne trapézoïdale
Cette lucarne se distingue des paramètres généraux des lucarnes (voir page 172) par les points
suivants :
8.29.9.1.1
Affichage
Vous pouvez définir la largeur du sommet et la pente des pans.
177
Guide de référence
8.29.9.1.2
Options
L'option Jouées int. verticales permet d'ajouter des jouées solides le long des pans latéraux de la
lucarne, afin de la supporter et de combler l'espace vide.
8.29.9.2 Lucarne à croupe (capucine)
Cette lucarne se distingue des paramètres généraux des lucarnes (voir page 172) par les points
suivants :
8.29.9.2.1 Afichage
Vous pouvez définir la hauteur à l’égout et la pente du toit de la lucarne.
8.29.9.2.2 Astuces
Si vous saisissez la valeur 90°dans le champ Pente de la rubrique Coupe, vous obtenez une
lucarne à deux pans (jacobine).
Si vous saisissez une valeur supérieure à 90°, le toit plonge vers l'avant. Vous obtenez alors un
"pignon de Dantzig". Si vous relevez la hauteur à l'égout sous la rubrique Vue en coupe, vous
obtenez un toit en demi-croupe dont les pentes ne commencent pas directement au niveau de
l'arête inférieure, mais un peu plus haut.
178
Le mode Construction
Vous obtenez une autre forme de lucarne en surélevant la hauteur à l'égout sous la rubrique Coupe
et en saisissant une pente supérieure à 90°.
8.29.9.3 Lucarne à toit bombé
Cette lucarne se distingue des paramètres généraux des lucarnes (voir page 172) par les points
suivants :
8.29.9.3.1
Coupe
Vous ne pouvez pas définir la hauteur ni la pente.
179
Guide de référence
8.29.9.3.2
Affichage
Vous pouvez définir la hauteur à l'égout et la flèche (hauteur du point culminant du cintre).
8.29.9.3.3 Options
L'option Habillage cintre permet de recouvrir le panneau avant de l'arrondi.
8.29.9.3.4 Astuce
Vous pouvez utiliser la lucarne à toit bombé pour créer une lucarne en berceau (débord latéral nul
et arrondi en demi-cercle).
Pour que l'arrondi prenne la forme d'un demi-cercle, il suffit que le cintre soit aussi large que haut.
Dans le champ Flèche de la rubrique Affichage, vous devez donc saisir une valeur correspondant
à la moitié de la valeur du champ Largeur. Le débord doit avoir une valeur nulle.
8.30 LES FENÊTRES DE TOIT ET PANNEAUX SOLAIRES
Outre la possibilité de placer des fenêtres où bon vous semble sur le projet, le programme vous
permet d'ajouter des ouvertures vitrées sur les versants de votre toiture, pour améliorer l'aspect
général de votre maison et éclairer les étages en comble.
La procédure d'insertion des fenêtres de toit est très simple, et rappelle celle des fenêtres murales.
permet d'ouvrir un menu contenant plusieurs fenêtres de toit, qu'il ne
Un clic sur le bouton
vous reste qu'à sélectionner . Le programme détecte automatiquement si la fenêtre peut venir
s'intégrer là où est actuellement positionné le pointeur. Si le positionnement final de la fenêtre est
envisageable à cet endroit, c'est-à-dire si l'élément peut être placé sur ce versant de toiture, le
pointeur est accompagné de la représentation symbolique de la fenêtre. Cliquez sur le bouton
gauche de la souris pour placer l'élément. Il est adapté à l'orientation et à la pente du versant de la
ni aucun chevron
n’est
toiture. Le bouton reste gris et inactif si aucune surface de toit
actuellement visible.
La combinaison de touches Ctrl+W permet de déterminer le point de référence de la fenêtre et
facilite sa mise en place sur la toiture.
Si la fonction de magnétisme est activée, le positionnement de la fenêtre en est grandement
facilité.
Contrairement aux fenêtres ordinaires pour lesquelles il existe des types paramétrables , il n’existe
que des types standard pour les fenêtres de toit.
180
Le mode Construction
8.30.1 Propriétés des fenêtres de toit
Les propriétés des fenêtres de toit peuvent être éditées de deux manières :
• vous pouvez cliquer avec le bouton droit de la souris sur le bouton de la fenêtre, dans la barre
d'outils verticale,
• ou double-cliquer sur une fenêtre déjà insérée dans le plan.
Le double clic ouvre une boîte de dialogue dans laquelle vous ne pouvez modifier que les
paramètres de la fenêtre en cours d'édition. En revanche, l'ouverture des propriétés par
l'intermédiaire d'un clic droit permet de saisir des paramètres qui seront valables pour ce type de
fenêtre dans l'ensemble du projet. Étant donné que l'insertion des fenêtres demande un peu de
travail, nous vous conseillons d'utiliser les lignes d'aide pour vous aider.
8.30.1.1 Paramètres de la fenêtre de toit
Les fenêtres de toit ont les mêmes paramètres que les fenêtres murales standard. Une rubrique
intitulée Profil d'habillage intérieur est toutefois venue compléter la boîte de dialogue. Vous
pouvez l'utiliser pour indiquer quel doit être l'aspect de l'ouverture (c'est-à-dire du trou découpé
dans la toiture) lorsqu'on le regarde depuis l'intérieur. Vous pouvez alors faire la distinction entre
les différents côtés de cette ouverture désignés par les options Haut, Bas, Gauche et Droite.
Selon le profil d'habillage choisi pour chaque côté, l'ouverture semblera s'élargir ou se rétrécir vers
l'intérieur (avec un effet biseauté). Pour les côtés gauche et droit, vous ne pouvez saisir que des
valeurs relatives par rapport au toit, tandis que les côtés supérieur et inférieur acceptent des
valeurs relatives mais également des valeurs absolues.
En ce qui concerne les valeurs relatives, il vous faut noter les points suivants :
• un angle de 90° correspond à un profil vertical par rapport au toit,
• un angle < 90° augmente l'espace nécessaire à l'intérieur,
• un angle > 90° diminue l'espace nécessaire à l'intérieur.
Pour les valeurs absolues (côtés supérieur et inférieur) :
181
Guide de référence
• un angle absolu de 0° correspond à un profil horizontal,
• un angle absolu de 90° correspond à un profil vertical dirigé vers le bas.
L’illustration suivante présente quelques exemples de profils avec leurs valeurs d’angle
correspondantes. Notez que les angles sont utilisés pour les fenêtres de toit rectangulaires, mais
aussi pour les fenêtres de toit cintrées ou arrondies.
Les paramètres utilisés sont détaillés ci-après. Le "r" indique un angle relatif en degré, tandis que
le "a" indique un angle absolu en degré.
Fenêtre gauche
Fenêtre centrale
Fenêtre droite
haut
90r
40r
0a
bas
90r
40r
90a
gauche
90r
40r
90r
droite
90r
40r
90r
8.31 LES ÉLÉMENTS PHOTOVOLTAÏQUES ET THERMOCOLLECTEURS
Outre des fenêtres de toit
(voir page 180) , vous pouvez aussi insérer des éléments
photovoltaïques et des thermocollecteurs dans les toitures de vos projets.
La procédure d’insertion d’un de ces éléments dans une toiture est identique à celle des lucarnes.
ou un thermocollecteur
et placez-le sur le versant
Sélectionnez un élément photovoltaïque
de toiture souhaité. Comme pour les lucarnes, l’orientation des éléments photovoltaïques est
dépendante de la direction de l'égout.
Remarque : L’utilisation des éléments photovoltaïques et thermocollecteurs ne vaut que pour
l’aspect formel qu’ils confèrent à vos projets. Le calcul du besoin en énergie d’un projet
individuel ou collectif et, le cas échéant, l’application automatique des aménagements
correspondants, ne sont pas pris en compte par le programme.
Les éléments photovoltaïques et thermocollecteurs disponibles dans le programme sont les
suivants: panneaux photovoltaïques, 1,05kWp, 1,4kWp et 1,75 kWp (kilowatt peak) ; panneaux
photovoltaïques 1800, 1.08 kWp, 1.44kWp, 1.88kWp ; thermocollecteurs TK6, TK8, TK10.
8.32 LES TERRAINS
La fonction d'insertion du terrain vous offre la possibilité de déterminer le type de terrain sur
lequel doit venir s'implanter votre maison.
182
Le mode Construction
Le paysage est l'environnement proposé automatiquement par le programme ; vous ne pouvez pas
le créer vous-même. Dans ce paysage global, vous devez délimiter votre terrain, tracer vos zones
de terrain et définir les points d'altimétrie.
L'ensemble assure une représentation réaliste de votre maison, dans son environnement direct. On
commencera le plus souvent par délimiter le terrain sur le sol, puis on construira un bâtiment sur
ce terrain, et on ajoutera des zones de terrain pour les chemins, les routes et les plantations. On
appliquera enfin des textures différentes sur chaque parcelle.
8.32.1 Définir un terrain
À l'aide du bouton
il est assez simple de définir un terrain sur lequel doit venir
s'implanter votre maison. Comme le montre le petit triangle noir en bas à droite, ce bouton est un
bouton déroulant proposant plusieurs fonctions. Ces fonctions reflètent les différentes
configurations possibles d'un terrain (en pente, en côte etc.). Pour le terrain et les zones de terrain,
un clic droit sur la fonction désirée ouvre la boîte des paramètres (voir page 188) correspondante.
8.32.1.1 Paysage = terrain par défaut
Un terrain par défaut, appelé Paysage, est proposé automatiquement par le programme dès que
vous créez un nouveau projet. Il représente l'environnement naturel dans lequel vous allez définir
votre propre terrain. Il est visible en mode Design.
Par défaut, ce paysage mesure 200 x 200 m et matérialise le niveau zéro utilisé dans tous les
calculs de hauteur. Pour modifier le paysage en mode Construction, double-cliquez sur un
emplacement ne contenant pas d'objet sur le terrain. La boîte de dialogue Paysage (voir page 187)
s'affiche. Vous pouvez modifier la couleur et la texture du sol, mais pas ses dimensions.
Lorsque vous cliquez avec le bouton droit de la souris sur le bouton Activer/désactiver
l'affichage du paysage, vous ouvrez une fenêtre dans laquelle vous pouvez décider de n'afficher
que les terrains et les zones de terrain que vous avez créés vous-même.
183
Guide de référence
La rubrique Étendue du paysage environnant vous permet également de saisir de nouvelles
valeurs par défaut pour le paysage.
8.32.1.2 Terrain
Le terrain désigne la surface sur laquelle vous allez construire votre maison et placer votre jardin.
Pour obtenir une représentation de l'environnement aussi fidèle que possible, vous pouvez
modifier la texture du terrain et personnaliser ses caractéristiques.
Dès qu'un bâtiment est édifié sur un terrain, il est automatiquement attribué à ce terrain.
Généralement, une construction occupe l'ensemble du terrain sur lequel elle repose.
Ainsi, le programme vous permet de concevoir des implantations complexes : pour cela, créez les
terrains nécessaires, donnez-leur un nom et attribuez-leur les différents bâtiments. Par la suite,
vous pourrez traiter séparément les données des différents bâtiments, posés sur un terrain donné.
8.32.1.3 Zone de terrain
Une zone de terrain se trace normalement sur un terrain déjà délimité, mais peut également se
trouver en dehors des limites du terrain d'origine si, par exemple, vous souhaitez ajouter sur votre
projet des indications concernant les accès routiers. À la différence d'un terrain, la zone de terrain
ne pourra pas servir de base de construction à une habitation. Cette fonction ne sert qu'à refléter
aussi fidèlement que possible les détails de l'environnement.
8.32.1.4 Évidements de terrain
Le programme rend possible l'ajout d'évidements dans les paysages environnants, sur les terrains
et sur les zones de terrain. Sur votre projet, ces évidements de terrain prennent la forme de
découpes.
Pour les bâtiments, il est préférable de sélectionner la fonction de tracé Évidement de terrain
automatique de manière à ce que, par exemple, la cave ou le rez-de-chaussée de la maison ne soit
pas affiché avec une surface en gazon.
Pour les terrains en pente, il est préférable de tracer soi-même la forme de l'évidement de terrain
pour aménager, par exemple, une terrasse à flanc de colline.
8.32.1.5 Points d'altimétrie
La fonction d'insertion de points d'altimétrie est facile à mettre en œuvre. Pour reproduire sur votre
projet une élévation de terrain, utilisez le bouton Placer un point d'altimétrie. Après avoir cliqué
sur le bouton, placez le pointeur de la souris à l'emplacement du point d'altimétrie puis cliquez
avec le bouton gauche de la souris. Dans la boîte de dialogue qui s'affiche, saisissez les valeurs de
184
Le mode Construction
cette élévation. Le point d'altimétrie se définit par rapport à un niveau de référence, variable selon
les projets (il s'agit généralement du niveau de sol du rez-de-chaussée).
Les points d'altimétrie permettent de définir la hauteur du paysage, d'un terrain ou d'une zone de
terrain.
Il faut faire la distinction entre les champs Hauteur absolue et Hauteur au-dessus du sol. Le
premier se réfère au niveau 0 tandis que l'autre est calculé à partir du niveau du sol existant. En ce
qui concerne les valeurs absolues, les valeurs > 0 correspondent à une élévation de terrain tandis
que les valeurs < 0 correspondent à un évidement de terrain.
8.32.2 Fonctions de tracé
Lorsque vous cliquez sur le bouton
de la barre d'outils verticale, le programme affiche
une barre verticale adjacente proposant différentes fonctions de tracé. Ces fonctions varient selon
le type de terrain sélectionné.
Dans le cas du terrain et des zones de terrain, vous pouvez choisir entre un tracé rectangulaire et
un tracé polygonal. Pour les évidements de terrain, vous disposez en plus de la variante
Évidement de terrain automatique. Enfin, pour les points d'altimétrie, une fenêtre spéciale vous
permet de saisir les valeurs numériques souhaitées.
8.32.2.1 . Définir un terrain, une zone de terrain ou un évidement de terrain
rectangulaire
Ce mode de tracé permet d'insérer un élément rectangulaire. Cliquez une première fois sur le plan
à l'endroit du point d'insertion d'un des angles, puis, tout en maintenant le bouton gauche de la
souris enfoncé, déplacez le pointeur vers l'angle diamétralement opposé pour dessiner le rectangle.
Cliquez une deuxième fois pour fixer les contours.
Dans le cas d'un terrain ou d'une zone de terrain, le second clic déclenche l'ouverture de la boîte de
dialogue.
Pour aligner parfaitement votre élément rectangulaire, vous pouvez tracer des lignes d'aide sur
votre projet.
8.32.2.2 .
polygonal
Tracer un terrain, une zone de terrain ou un évidement de terrain
Ce mode de tracé permet d'insérer un élément de forme polygonale. Cliquez sur le bouton cidessus pour activer la fonction puis cliquez dans l'ordre sur tous les sommets du futur polygone.
Lorsque vous avez terminé, cliquez à nouveau sur le premier point ou appuyez sur la touche
Échap. Veillez à ce que les côtés du polygone ne se chevauchent pas.
Dans le cas d'un terrain ou d'une zone de terrain, le dernier clic déclenche l'ouverture de la boîte de
de dialogue.
8.32.2.3 .
Insérer un évidement de terrain automatique
Ce mode de tracé des évidements de terrain s'applique uniquement aux étages dont le niveau n'est
pas le niveau zéro, du fait que le programme a dû créer pour leur mise en place un évidement
automatique dans le terrain.
185
Guide de référence
Autrement dit, si vous avez généré un étage supérieur, décalé par rapport aux fondations de l'étage
inférieur, vous pouvez demander au programme de créer les contours d'un évidement de terrain
pour y insérer cet étage supérieur.
Ce mode de tracé est utilisé principalement lorsque le terrain est en pente et que vous souhaitez
creuser des évidements de terrain pour mettre en place les différentes parties d'un étage.
8.32.2.4 .
Placer un point d'altimétrie
Pour créer une butte, sélectionnez la fonction Placer un point d'altimétrie du bouton déroulant
Définir un terrain. Après avoir cliqué sur le bouton, placez le pointeur de la souris à
l'emplacement du point d'altimétrie, puis cliquez avec le bouton gauche de la souris. Dans la boîte
de dialogue ainsi ouverte, saisissez les valeurs de cette élévation.
8.32.3 Activer/désactiver l'affichage du paysage
Le bouton
de la barre d'outils horizontale permet de rendre le paysage invisible, y compris les
terrains, les zones de terrain et les évidements.
Cette fonction ne concerne pas les éléments de clôture qui sont considérés comme des objets
d'aménagement.
Lorsque vous cliquez avec le bouton droit de la souris sur ce bouton, vous ouvrez une fenêtre dans
laquelle vous pouvez décider de n'afficher que les terrains et les zones de terrain que vous avez
créés vous-même.
La rubrique Étendue du paysage environnant vous permet également de saisir de nouvelles
valeurs par défaut pour le paysage.
8.32.4 Modifier une forme de terrain
Vous pouvez modifier les terrains, les zones de terrain et les évidements après leur insertion. Pour
(voir page 76), puis double-cliquez dessus.
cela, commencez par sélectionner la surface désirée
Vous ouvrez alors une boîte de dialogue contenant l'ensemble des paramètres à modifier.
Comme les évidements de terrain n'ont pas de propriétés particulières, aucune boîte de dialogue ne
s'affiche lorsque vous les insérez ou les éditez. En fait, vous ne pouvez changer que leur forme :
pour cela, sélectionnez un évidement de terrain sur le plan et sélectionnez les différents sommets
de son tracé polygonal pour étirer les angles dans la direction souhaitée. Cette méthode vaut
également pour les terrains et les zones de terrain.
Pour modifier la hauteur d'un point d'altimétrie, double-cliquez sur ce point et changez ses
paramètres dans la boîte de dialogue Point d'altimétrie (voir page 191).
186
Le mode Construction
Veillez à ce que le paysage soit visible
lorsque vous sélectionnez les différents éléments du
terrain ; sinon, vous ne parviendrez pas à sélectionner leurs contours.
8.32.5 Supprimer une forme de terrain
Pour supprimer un terrain, commencez par sélectionner la surface désirée
(voir page 76) qui
s'affiche alors en couleur rouge.
lorsque vous sélectionnez les différents
Assurez-vous toujours que le terrain est visible
éléments du terrain ; sinon, vous ne parviendrez pas à attraper leurs contours.
Vous pouvez maintenant supprimer la sélection en activant la commande Supprimer du menu
Édition ou en appuyant sur la touche Suppr du clavier. Les éléments de clôture sont alors
conservés, car ils sont considérés comme des objets à part entière.
Remarque : Vous ne pouvez pas supprimer le paysage.
8.32.6 Boîte de dialogue - Paysage
La boîte de dialogue Paysage s'affiche lorsque vous double-cliquez sur le plan en mode
Construction, sans toucher un seul objet, élément de construction ou terrain. Le paysage est le
terrain par défaut créé par le programme.
8.32.6.1 Onglet - Paysage
L'onglet Paysage se compose des rubriques standard de définition des couleurs et des textures des
éléments de construction (voir page 9), ainsi que d'un champ Longueur polygones. Chaque
surface de terrain (terrain et zone de terrain) est divisée en plusieurs polygones, pour des raisons
techniques inhérentes au logiciel. Ces polygones sont généralement invisibles. Vous ne les
apercevez qu'en mode Design (vue Filaire) lorsque vous observez le projet par le dessous.
187
Guide de référence
Ces polygones sont utilisées pour modéliser les différences de niveau sur le terrain. S'il n'existait
qu'une seule face, le programme ne pourrait pas représenter les courbures. Les polygones
permettent donc d'augmenter la finesse de la modélisation.
Le champ Longueur polygones de la boîte de dialogue Paysage permet de définir la longueur de
ces polygones. La valeur par défaut (10 m) permet de diviser le paysage (200x200 m) en 400
polygones. Il est conseillé de ne pas réduire cette valeur afin de ne pas accroître le temps de calcul
du programme.
8.32.7 Boîte de dialogue - Terrain
La boîte de dialogue Terrain est conçue de la même façon. Elle s'affiche...
• automatiquement après l'insertion d'un nouveau terrain ou d'une nouvelle zone de terrain ;
• par un double clic sur un terrain ou une zone de terrain préalablement sélectionné .
• par un clic droit sur le bouton correspondant, dans la barre d'outils verticale.
La boîte de dialogue contient des onglets dont le nombre dépend de votre contexte actuel de
travail.
L'onglet Clôture, qui s'affiche automatiquement après l'insertion d'un nouveau terrain ou d'une
nouvelle zone de terrain, ne s'affiche plus lorsque vous double-cliquez sur un terrain ou une
parcelle déjà inséré (car la clôture est alors considérée comme un groupe d'objets à part entière,
dont les composants peuvent être édités et supprimés séparément).
8.32.7.1 Onglet - Paysage
L'onglet Paysage de cette boîte de dialogue correspond à l'onglet du même nom présenté dans la
boîte de dialogue Paysage (voir page 187).
À une différence près toutefois : ici, la longueur standard des polygones est fixée à 3 m, ce qui
signifie que les terrains et les zones de terrain ont une meilleure définition graphique que celle du
paysage. Il est conseillé de ne pas réduire cette valeur afin de ne pas accroître le temps de calcul
du programme.
188
Le mode Construction
8.32.7.2 Onglet - Clôture
L'onglet Clôture s'affiche automatiquement après l'insertion d'un nouveau terrain ou d'une
nouvelle zone de terrain, mais il ne s'affiche plus lorsque vous double-cliquez sur un terrain ou
une parcelle déjà inséré (car la clôture est alors considérée comme un groupe d'objets à part
entière, dont les composants peuvent être édités et supprimés séparément).
Utilisez cet onglet pour sélectionner l'objet (barrière arbre; etc.) que vous souhaitez disposer tout
autour de votre terrain.
Lorsque vous insérez une clôture, l'objet sélectionné est reproduit plusieurs fois afin de couvrir
entièrement la distance requise. Le programme rassemble toutes les copies de l'objet dans un seul
et même groupe, que vous pourrez dissocier ultérieurement en mode Design à l'aide du bouton
(pour plus d'informations sur les groupes, reportez-vous à la page 258). Chaque côté de la surface
forme alors un sous-groupe dont vous pourrez encore dissocier chaque composant.
189
Guide de référence
Remarque : Les objets ayant la propriété de "tomber" jusqu'au sol lorsque vous les positionnez,
sont considérés comme appartenant à la surface de terrain. Si vous augmentez après coup la
hauteur du terrain, les objets voient leur hauteur modifiée en conséquence (à moins que vous
n'ayez désactivé l'option Établir hauteur (chute libre) dans la boîte de dialogue Paramètres
d'objet).
Dans le cas d'un terrain en pente, les éléments de la clôture sont taillés en biseau afin de suivre
l'inclinaison du sol. La ligne supérieure de la clôture reste ainsi parfaitement harmonieuse.
Pour empêcher cet automatisme (notamment si la clôture est formée par des arbres), désactivez
l'option Adaptation au terrain dans la boîte de dialogue Paramètres d'objet (voir page 241).
Remarque : L'adaptation des objets au terrain se fait automatiquement lorsque vous insérez la
clôture. Toutefois, si vous ajoutez des éléments après l'insertion de la clôture, pensez à activer
manuellement l'option Adaptation au terrain pour le nouvel objet inséré.
8.32.7.2.1 Rubrique Objet
Cliquez sur le bouton Parcourir pour sélectionner l'objet à insérer tout autour du terrain.
8.32.7.2.2 Rubrique Position du tabulateur
Sous la rubrique Position, indiquez de quelle façon doit être insérée la clôture.
Si vous souhaitez clôturer votre terrain avec une barrière, choisissez plutôt l'option Bord à bord.
L'option Intervalle de permet de saisir directement une valeur. Cette valeur correspond à
l'espacement entre les différents objets composant la clôture. Dans le cas d'une rangée d'arbres, ce
paramètre a son importance.
L'option Adaptation de l'objet au terrain facilite le positionnement des objets destinés à
délimiter le terrain. Le programme adapte automatiquement la taille de l’objet et le réduit s'il est
trop grand pour être affiché correctement.
190
Le mode Construction
8.32.8 Boîte de dialogue - Point d'altimétrie
La boîte de dialogue Point d'altimétrie s'affiche automatiquement lorsque vous insérez un point
d'altimétrie sur le terrain, ou lorsque vous double-cliquez sur un point d'altimétrie déjà positionné.
Dans la boîte de dialogue, vous pouvez saisir numériquement la hauteur du point. Vous devez
alors faire la distinction entre les champs Hauteur absolue et Hauteur au-dessus du sol. Le
premier se réfère au niveau zéro tandis que l'autre est calculé à partir du niveau de sol d'un étage.
Pour la hauteur absolue, les valeurs > 0 correspondent à une élévation de terrain tandis que les
valeurs < 0 correspondent à un évidement de terrain.
Lorsque vous insérez un point, le programme calcule automatiquement sa hauteur en fonction de
sa position.
Le programme utilise un algorithme de lissage afin de représenter harmonieusement les surfaces
de terrain placées entre plusieurs points d'altimétrie.
8.33 LES MODÈLES TOPOGRAPHIQUES
En plus du bouton déroulant
(voir page 182), le bouton multifonction
de la barre d'outils verticale de gauche vous permet de tracer des modèles
191
Guide de référence
topographiques en mode Construction. Commencez par choisir l'un des modèles topographiques
proposés.
Vous déterminez ensuite à l’aide des trois boutons
,
et
, qui apparaîssent dans la barre
d'outils verticale de droite la façon dont vous voulez entrer votre terrrain fini.
correspond à la saisie d’un rectangle qui est posé dans la même direction que l’étage actuel,
, vous pouvez entrer un rectangle
c’est-à-dire posé contre les bords de la feuille. Avec
de saisir un
quelconque en définissant trois points. Enfin, vous avez la possibilité avec
rectangle quelconque.
Pendant la saisie du rectangle, un aperçu du terrain fait de quelques lignes apparaît à l’intérieur du
rectangle selon le modèle topographique choisi.
Quand vous avez terminé de placer le rectangle, la boîte de dialogue Modèles topographiques
apparaît et vous pouvez y donner d’autres indications concernant le terrain.
Une fois le terrain inséré à l’aide de l'une des trois fonctions, vous pouvez en modifier la forme en
déplaçant un ou plusieurs sommets du terrain préalablement sélectionné.
8.33.1 Boîte de dialogue Modèles topographiques
Cette boite apparaît après l'insertion d'un terrain à l’aide de l'une des fonctions de modèle
topographique, après un double clic sur un modèle topographique inséré par un clic droit sur l'un
des modèles.
192
Le mode Construction
Remarque : Le bouton Points d’altimétrie individuels n’apparaît que lorsque la boîte de
dialogue s’ouvre après un clic double sur un terrain déjà installé.
Par contre, les deux champs Insertion de points d’altimétrie individuels et Suppression des
points d’altimétrie et des modèles topographiques présents n’apparaissent que lorsque vous
ouvrez la boîte de dialogue par un clic droit sur un modèle topographique dans la barre d'outils
verticale de droite ou directement après l'insertion d'un terrain. Le champ Ajouter aux terrains
existants est disponible dans tous ces types de boîtes de dialogue.
8.33.2 Altimétrie
Cette rubrique vous permet de déterminer la hauteur d'insertion du terrain à l'aide des champs
Niveau supérieur et Niveau inférieur. Selon les valeurs spécifiées, le terrain est étiré ou rétréci.
8.33.3 Orientation du modèle
Quelques formes de terrains sont assymétriques. Sous la rubrique Orientation du modèle, vous
pouvez définir l'inversion du terrain par rapport à son axe de symétrie afin d'inverser les le côté
haut et le côté bas, c’est-à-dire qu'un terrain qui initialement montait de gauche à droite, monte de
droite à gauche.
Pour des terrains partiellement symétrique, certains des champs Inverser gauche et droite,
Inverser avant et arrière, Inverser largeur et profondeur peuvent être grisés puisque des
inversions seraient sans effet.
193
Guide de référence
8.33.4 Insertion de points d’altimétrie individuels
Si vous cochez cette option, le terrain n’est pas placé sous la forme d'un modèle topographique
global, mais comme une somme de points d’altimétrie (comme si ces points d’altimétrie avaient
du bouton multifonction
, voir page 182). Vous
été saisis à l’aide de la fonction
pouvez modifier ces points d’altimétrie de la même manière que des points posés manuellement.
Le bouton Points d’altimétrie individuels n’apparaît que lorsque la boîte de dialogue Modèles
topographiques a été par un clic droit sur les modèles topographiques proposés dans la barre
d'outils verticale de gauche
ou directement après l'insertion d’un
modèle topographique.
8.33.5 Suppression des points d’altimétrie
Si vous cochez cette option, que vous ne pouvez obtenir qu’avec un clic droit sur un modèle
topographique ou après insertion d’un nouveau terrain, tous les autres modèles topographiques et
points d’altimétrie sont supprimés : seul le nouveau terrain est présent dans votre projet.
8.33.6 Ajouter aux terrains existants
Si vous cochez cette option, tout nouveau modèle topographique est mélangé aux autres terrains
déjà définis, c’est-à-dire que les réglages effectués sous la rubrique Altimétrie ne s'appliquent
plus directement. S’il n’y a pas d’autre terrain défini, la hauteur est supposée zéro. Si, par contre,
un terrain déjà défini comporte une pente et vous ajoutez une pente sur la précédente, la hauteur
de la seconde pente s’ajoute à la première.
La rubrique Altimétrie est grisée lorsque l'option Suppression des points d’altimétrie et des
modèles topographiques est activée.
8.33.7 Points d’altimétrie individuels
Ce bouton n’apparait que lorsque vous avez ouvert la boîte de dialogue Modèles topographiques
par clic double sur un terrain insré. Lorsque vous cliquez sur ce bouton, les points d’altimétrie
présentés reproduisent exactement la forme du terrain définie. Ces points d’altimétrie peuvent
ensuite être édités comme des points d’altimétrie placés manuellement (voir page 191).
8.33.8 Aperçu d’un modèle topographique
Dans la fenêtre de prévisualisation de la boîte de dialogue Modèles topographiques vous avez
soit l’aperçu du terrain actuel, soit le terrain avec le bâtiment si vous avez sélectionné Afficher les
bâtiments.
8.34 LES LÉGENDES
La fontion Insérer un texte permet d’ajouter des légendes à votre projet dans différentes polices,
couleurs et tailles. Les options correspondantes peuvent être définies à votre guise dans la boîte de
dialogue Définir la police.
Notez que les légendes sont liées à l’étage actuel (voir page 50). Vous avez donc la possibilité de
définir des polices et attributs de caractères différents pour chaque étage et chaque légende.
194
Le mode Construction
8.34.1 .Activer/désactiver les légendes
Un clic sur ce bouton, disponible dans la barre d’outils supérieure horizontale, permet d’afficher
ou de masquer les légendes à l’écran. Pour saisir un texte, les légendes doivent être activées de
façon à ce que le bouton de saisie de texte soit accessible.
8.34.2 .Insérer un texte
Désignez par un clic sur la feuille l’endroit où vous voulez insérer le texte. Le programme affiche
aussitôt la boîte de dialogue de saisie du texte.
8.34.2.1 Fenêtre de saisie du texte
Tapez le texte dans la fenêtre. Vous pouvez utiliser les touches Entrée et Retour pour saisir
plusieurs lignes.
Le bouton Définir police ouvre une autre boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez
sélectionner une des polices TrueType installées sur votre système et choisir les attributs de
caractères souhaités.
permet de sélectionner une police par défaut pour tous les nouveaux
Un clic droit sur le bouton
textes. Désignez la police de votre choix dans la boîte de dialogue et validez par OK. Le
programme vous demande alors de confirmer ces paramètres par défaut, qui sont conservés même
après fermeture du programme.
8.34.2.2 Orientation identique à celle du bâtiment
La boîte de dialogue Texte propose l’option Orientation identique à celle du bâtiment.
Lorque vous faites pivoter une construction (voir page 56), la légende s’aligne alors par défaut sur
la construction en question. Pour l'éviter, double-cliquez simplement sur la légende appropriée,
puis désactivez l’option correspondante dans la boîte de dialogue Texte. Dans ce cas, la légende
sera orientée comme la feuille.
8.34.3 Déplacer une légende
Vous pouvez aussi déplacer une légende si vous avez pris soin de la sélectionner au préalable avec
(voir page 76). Lorsque le texte est entouré d'un cadre rouge, signe qu'il est
la fonction
sélectionné, vous pouvez le déplacer en le faisant glisser avec la souris. Dès lors que le texte est
sélectionné, vous pouvez le faire pivoter par pas de 90° en cliquant sur le bouton droit de la souris.
8.34.4 Supprimer une légende
Le texte sélectionné peut être supprimé simplement en appuyant sur Suppr ou via la commande
Édition - Supprimer. Pour supprimer toutes les légendes du plan en cours, choisissez la
commande Édition - Supprimer tous les - Légendes.
8.35 LES COTATIONS
Pour plus d'informations, reportez-vous à la page 199.
195
Guide de référence
La fonction de cotation permet de doter vos plans de cotations simples ou chaînées. Les options
correspondantes peuvent être définies dans la boîte de dialogue Cotation (voir page 198). Pour la
cotation chaînée, vous pouvez définir des paramètres spéciaux dans une boîte de dialogue qui
s'affiche après un clic droit sur les deux boutons de la barre d'outils adjacente.
8.35.1 .Activer/désactiver les cotations
Un clic sur ce bouton disponible dans la barre d’outils horizontale supérieure permet d’afficher ou
de masquer les cotes à l’écran. Pour saisir une cotation, les cotations doivent être activées de façon
à ce que le bouton de la barre d’outils verticale soit accessible.
8.35.2 .Choisir un type de cotation
La fonction Insérer une cotation comporte six fonctions. Elles se distinguent par la position de la
valeur par rapport au trait de cotation : au-dessus du trait, au-dessous ou sur le trait. Vous avez en
outre le choix entre des traits de cotation dont les extrémités sont constituées de petits traits en
diagonale ou par des cercles. La variante sur laquelle se trouve le pointeur de la souris lors du
choix est décrite dans la barre d'état. La barre d'outils supplémentaire qui s'affiche lorsque la
fonction est activée ne contient que deux types de tracé qui correspondent, d'une part, à la cotation
simple, d'autre part à la cotation chaînée.
Les deux autres boutons permettent de mesurer une cotation d'altimétrie (niveau fini ou niveau
brut).
8.35.2.1 .
Cotation simple
Pour réaliser une cotation simple, trois clics de souris sont nécessaires. Après un clic sur chacune
des deux extrémités de la distance à mesurer, indiquez par un troisième clic la position de la ligne
de cotation par rapport à l’objet à mesurer. Le positionnement est simplifié par la présence d’une
croix de couleur rouge et par l’utilisation éventuelle du magnétisme (voir page 73).
8.35.2.2 .
Cotation chaînée
Un clic droit sur le bouton ouvre une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez indiquer quels
objets doivent être pris en compte par la cotation chaînée.
Le tracé de la ligne de cotation se fait ensuite de la même manière que dans le cas d'une cotation
simple. La distance mesurée est cependant décomposée en autant de tronçons qu'il y a d'éléments
sur la ligne.
8.35.3 Éditer une cote
Les chiffres des cotes se comportent comme une légende ordinaire. Vous pouvez les déplacer ou
les faire pivoter avec le bouton droit de la souris. Un double clic sur la cote affiche la boîte de
dialogue Cotation (voir page 198) permettant de choisir le type de police.
Remarque : Notez que vous ne pouvez déplacer que les cotes placées sous ou au-dessus de la
ligne de cotation. Il est impossible de sélectionner et de déplacer les cotes placées sur la ligne.
Vous avez toutefois la possibilité de modifier le type de cotation.
196
Le mode Construction
8.35.4 Déplacer la ligne de cotation
Vous pouvez sélectionner les lignes de cotation comme tous les autres objets du mode
(voir page 76) La ligne est alors sélectionnée en rouge et vous
Construction avec le bouton
pouvez la faire glisser avec la souris en la saisissant par l'un des trois points possibles.
• En cliquant sur la ligne elle-même, vous pouvez la faire glisser parallèlement à sa position
d'origine.
• Vous pouvez également déplacer les extrémités de la distance mesurée. Elles sont marquées
par des carrés rouges et vous pouvez déplacer chacun d'elles avec la souris. La cote est
automatiquement ajustée en fonction de la nouvelle distance mesurée. La cote est également
ajustée si vous déplacez un des objets d'après lesquels elle est calculée.
8.35.5 Cotation de fenêtres et de portes
Cette option permet d'obtenir non seulement la largeur d'une fenêtre ou d'une porte de votre projet
mais également la hauteur lors de l'insertion d'une cote.
L'option est inaccessible si vous éditez une cote ne correspondant pas à la fonction Cote au-dessus
de la ligne ou si la cote ne se réfère ni à une porte ni à une fenêtre.
Lors de la cotation d’un mur, la largeur ou la longueur s’affichent au-dessus de la ligne de
cotation. Pour une fenêtre ou une porte, la hauteur est également spécifiée sous la ligne :
Une fenêtre est caractérisée par trois indications de mesure : largeur, hauteur et hauteur d'allège
(voir page 67), indiquée automatiquement.
Lorsque vous cotez un mur entier avec une cotation chaînée, le programme détecte
automatiquement l’emplacement des portes et des fenêtres et spécifie dans les zones
correspondantes les valeurs de hauteur.
Comme les cotes normales, les indications de hauteur de fenêtres et de portes peuvent pivoter, être
sélectionnées séparément ou déplacées. Un double clic sur la cote ouvre la boîte de dialogue
Cotation (voir page 198) permettant d’afficher ou de masquer la hauteur de portes/fenêtres et de
choisir la police.
Remarque : Pour plus d'informations sur la cotation des fenêtres et des portes, reportez-vous à la
page 67.
197
Guide de référence
8.35.6 Supprimer une cotation
Pour supprimer une cote, sélectionnez-la avec la fonction habituelle et appuyez sur la touche
Suppr ou choisissez la commande Édition - Supprimer. Vous pouvez supprimer toutes les cotes
avec la commande Édition - Supprimer tous les - Cotations.
8.35.7 Boîte de dialogue Cotation
Pour plus d'informations, reportez-vous à la page 199.
Cette boîte de dialogue s’ouvre par un clic droit sur le bouton
ou avec la
commande Options - Cotation.
Elle s'affiche également après un double clic sur une ligne de cotation sélectionnée. Les
paramètres d’une cote peuvent être modifiés à tout moment.
8.35.7.1 Position automatique du texte de cote
Si vous avez déplacé une cote, l’option Position auto. du texte de cote est désactivée. Pour
replacer la cote selon le mode de cotation choisi, cochez cette option.
8.35.7.2 Afficher hauteur porte / fenêtre
Activer cette option permet d'afficher non seulement la largeur d'une fenêtre ou d'une porte, mais
également la hauteur lors de l'insertion d'une cote. Si vous désactivez cette option, cette
information ne sera pas affichée sur le plan. Cette option est inaccessible lorsque vous éditez une
cote ne correspondant pas à la fonction Cote au-dessus de la ligne ou si la cote ne se réfère ni à
une porte ni à une fenêtre.
8.35.7.3 Hauteur porte / fenêtre auto. (positionnement)
Si la cote correspondant à une hauteur de fenêtre ou de porte a été déplacée, l'option est
désactivée. Si la case est cochée, la cote sera placée correctement par rapport à la ligne.
8.35.7.4 Rubrique Décimales
Trois options sont proposées. Elles correspondent à des cotes à une, deux ou trois décimales.
8.35.7.5 Définir/Transmettre police
Si vous cliquez sur le bouton Définir police, vous accédez à la boîte de dialogue Windows
permettant de déterminer le type de police. La définition de la police n'est valable que pour le texte
sélectionné.
Le bouton Transmettre police permet d'appliquer une police définie spécifiquement pour une
cotation sur toutes les cotes visibles sur le plan. Les cotes non visibles ne sont pas affectées par
cette modification.
198
Le mode Construction
8.35.8 Paramètres de cotation
Cette boîte de dialogue s’affiche par un clic droit sur le bouton du type de cote choisi
dans la barre d’outils verticale supplémentaire.
(ou
)
Indiquez les éléments concernés par la mise en place de cotes (chaînées par exemple) : Lignes
d'aide, Axes de murs, Arêtes de murs ou Évidements / dalles de balcons.
8.35.8.1 Représentation architecturale de la cotation
Le programme vous permet de représenter les cotes de façon professionnelle. Vous disposez à cet
effet d’une option spécifique dans la boîte de dialogue que vous ouvrez par un clic droit sur le
bouton
.
Si l’option Représentation architecturale est activée, les cotes sont dotées des caractéristiques
suivantes : pour des longueurs supérieures à 1 mètre, la cote sera spécifiée en mètre avec deux
décimales. Si la troisième décimale (mm) est supérieure ou égale à 5, ce chiffre sera placé en
199
Guide de référence
exposant. Pour des valeurs inférieures à 1 mètre, l’indication sera en centimètres sans décimales.
Si la première décimale (mm) est dans ce cas supérieure ou égale à 5, un 5 sera placé en exposant.
Les unités, mètres ou centimètres, ne seront pas affichées. Notez que la modification des unités de
mesure à l’aide des options de projet (par un clic droit sur le bouton ) n’aura aucun effet sur
cette représentation. Cela signifie que même si vous choisissez par exemple l’unité de mesure yd,
les indications de cotes dans ce mode de représentation architecturale seront en mètres ou en
centimètres.
8.35.9 Cotations extérieures automatiques
En plus des cotations définies manuellement à l’aide du bouton
(voir page 195), vous pouvez
opter séparément pour les différents étages d’un bâtiment(voir page 47) pour l'insertion de
cotations extérieures automatiques. Ce choix s'effectue dans via l'option Utiliser cotation
extérieure proposée sous la rubrique Généralités dans la boîte de dialogue Propriétés d'étage.
Comme pour les cotations saisies manuellement, vous pouvez activer ou désactiver la
représentation de cotations extérieures automatiques à l'aide du bouton .
8.35.9.1 Paramètres de cotations extérieures
Pour afficher cette boîte de dialogue, double cliquez sur l’une des valeurs de cotation extérieure
ou utilisez la commande Cotations extérieures du menu Options en mode Construction.
Les valeurs renseignées dans les zones de saisie numérique, ainsi que les options définies dans
cette boîte de dialogue, peuvent être modifiées d’un étage à l’autre dans un même bâtiment.
8.35.9.1.1
Cotation multiple
Cette rubrique permet de définir les éléments de la cotation extérieure automatique et leur
intervalle.
200
Le mode Construction
L’option Cotation globale affiche les valeurs dimensionnelles hors tout de l’étage actuel sur une
première ligne de cote.
L’option Cotation extérieure affiche les valeurs dimentionnelles extérieures de l’étage actuel sur
une deuxième ligne de cote. La zone de saisie qui prolonge cette option permet de préciser la
distance réelle, à l’échelle du plan, séparant cette ligne de cote de la ligne de cotation globale.
L’option Cotation intérieure permet d’afficher les dimensions intérieures des pièces et cloisons
de distribution de l’étage actuel sur une troisième ligne de cote. La zone de saisie qui prolonge
cette option permet de préciser la distance réelle, à l’échelle du plan, séparant cette ligne de cote
de la ligne de cotation extérieure.
L’option Cotation de fenêtres affiche les valeurs dimentionnelles relatives aux baies insérées
dans le plan de l’étage actuel sur une quatrième ligne de cote.
La zone de saisie qui prolonge cette option permet de préciser la distance réelle, à l’échelle du
plan, séparant cette ligne de cote de la ligne de cotation intérieure.
8.35.9.1.2
Position du tabulateur
L’option sur le bord de la page dispose, par défaut, le réseau de cotes extérieures automatiques
en bordure de page. L’option dans l’espace du plan permet de disposer les cotes extérieures en
périphérie du plan suivant une distance spécifiée dans la zone de saisie qui borde cette option.
8.35.9.1.3
Rubrique Orientation
L’option Identique à l’orientation de papier place le réseau de cotes extérieures automatiques
dans le même système orthogonal que le format de papier en vue Configuration (Affichage/Vue
configuration). Si le plan affiché dans le format de feuille présente lui-même un angle différent
de celui de la cotation extérieure, celle-ci est automatiquement mise à jour. Dans ce cas toutefois,
elle n’affiche que des valeurs dimensionnelles issues de la projection de l’angle.
L’option Identique à l’orientation du plan permet de maintenir l’orientation des lignes de cotes
conforme à celle du plan d’un bâtiment pour le cas où celui-ci subirait une rotation dans l’espace
de travail.
L’option Suivant l’orientation principale se réfère à l’orientation des murs principaux de l’étage
actuel pour orienter la cotation extérieure. La direction dans laquelle le bâtiment a été tourné,
c’est-à-dire la direction des cotations chainées correspond aux deux directions de l’origine (voir
page 83). Cette option permet de déterminer la direction principale de votre plan. Si vous entrez
manuellement un bâtiment principal tourné de 30°, les cotations chaînées seront tournées
automatiquement de 30°.
8.35.9.1.4
Appliquer à tous les étages et Paramètres de cotation
Si vous voulez utiliser les paramètres de cette boîte de dialogue non seulement pour l’étage actuel
mais pour tous les étages de tous les bâtiments, cliquez sur le bouton Appliquer à tous les étages.
En cliquant sur le bouton Paramètres de cotation, vous obtenez la même boîte de dialogue que
celle obtenue par un double clic sur une cotation saisie manuellement. Vous pouvez y régler les
paramètres des cotations extérieures automatiques (voir page 195).
Comme pour les cotations extérieures, les paramètres des cotations ne sont valables que pour
l’étage actuel. Si vous cliquez sur Appliquer à tous les étages, les paramètres des deux boîtes de
dialogue seront transférés à tous les étages .
201
Guide de référence
Remarque : Si vous cliquez dans la boîte de dialogue Cotation sur le bouton Transmettre
police, le transfert ne s’applique qu’aux cotations extérieures et pas aux autres cotations chaînées
de votre plan.
Appliquer à tous les étages dans la boîte de dialogue des cotations extérieures s’applique aussi
aux distances et autres paramètres des cotations extérieures.
8.36 LES COUPES
Le programme vous offre la possibilité de définir un nombre impressionnant de coupes à
l'horizontale, à la verticale et en diagonale et de créer ainsi différentes coupes transversales du
bâtiment. La création de ce type de coupes s’effectue exclusivement en mode Construction, alors
que leur affichage est possible aussi bien en mode Construction qu’en mode Design. Cette
fonction autorise la création de coupes diverses complétant les vues ordinaires de votre bâtiment
(latérales par exemple). Ces vues sont nécessaires pour une demande de construction. Les vues en
coupe en mode Design sont idéales pour l’agencement des pièces. Notez qu’en mode Design,
l’affichage d’une coupe utilise la position et l’orientation de la coupe. Pour la représentation de la
coupe en mode Construction, plusieurs paramètres sont disponibles. La représentation elle-même
peut être affichée sous forme de rectangle dans le plan ou dans la fenêtre complète. En mode
Construction, il est également envisageable de visualiser plusieurs coupes simultanément.
Les options relatives aux coupes sont définies dans la boîte de dialogue Coupe (voir page 203)
que vous activez par un clic droit sur le bouton correspondant de la barre d’outils verticale.
Lors de la définition ou de l’édition ultérieure d’une coupe, les modifications ou les ajustements
individuels des coupes s’effectuent dans cette même boîte de dialogue dont certaines rubriques ou
zones de saisie peuvent varier. Vous pouvez par exemple doter la coupe d’un nom dans le champ
Désignation. En mode Design, les noms des différentes coupes sont regroupées dans une liste de
sélection présente dans la deuxième barre d’outils horizontale. Cette liste permet de choisir la
coupe à représenter.
8.36.1 Choisir un type de coupe
Lorsque vous cliquez sur le bouton
de la barre d’outils verticale, le programme affiche dans la
barre verticale supplémentaire trois types de coupes : horizontale, verticale ou quelconque.
8.36.1.1
Réaliser une coupe horizontale
Pour définir une coupe horizontale, cliquez sur le bouton correspondant. Désignez ensuite à l’aide
de la souris le point de départ de la ligne de coupe. Le curseur prend la forme d’une ligne
(horizontale) dotée de deux flèches indiquant la direction du regard. Si vous déplacez la souris
vers la gauche, le regard est tourné vers le bas, et vers le haut lorsque la souris est déplacée vers la
droite. Le choix du point de départ à droite ou à gauche d’un bâtiment détermine implicitement la
direction du regard.
Le second clic fixe l’extrémité de la ligne de coupe. La longueur de la ligne de coupe est sans
importance puisque le programme la prolonge à l’infini.
La boîte de dialogue Coupe (voir page 203) qui s’affiche ensuite permet de spécifier par exemple
l’affichage de la coupe en mode Construction. Si vous validez vos données, la coupe est
202
Le mode Construction
automatiquement calculée. La durée de ce calcul peut varier en fonction de la complexité du
bâtiment (calcul d’arêtes masquées par exemple). Vous pouvez suivre l’évolution du calcul dans la
barre d’état et l’interrompre le cas échéant avec la touche Échap. Vous avez la possibilité de
lancer ou non une mise à jour automatique du calcul des coupes après chaque modification par
l’intermédiaire des options de la rubrique Actualisation lors des modifications (voir page 207)
de la boîte de dialogue Coupe.
8.36.1.2
Réaliser une coupe verticale
La mise en place d’une coupe verticale est similaire à celle d’une coupe horizontale. Si vous
placez d’abord le point du haut puis le point du bas, la coupe se fera vers la droite. Si vous placez
d’abord le point du bas, la coupe sera faite vers la gauche.
8.36.1.3
Réaliser une coupe quelconque
La définition de la coupe suit le même principe que les deux types ci-dessus. Un déplacement de
la souris de la gauche ou la droite vers le haut définit une direction du regard vers la gauche et
inversement.
8.36.2 Activer/désactiver les coupes
Le bouton
de la barre d’outils horizontale permet d’afficher ou de masquer toutes les lignes ou
représentations de coupes. Cette commande s’applique à toutes les vues disposées à l’écran.
8.36.3 Modifier une coupe
Vous pouvez déplacer une coupe et modifier son orientation. Pour ce faire, cliquez sur la ligne de
la coupe et déplacez-la en maintenant le bouton de la souris enfoncé. Pour modifier son orientation
ou sa longueur, procédez de même en cliquant sur l'une de ses extrémités. Pour réaliser ces
opérations, il est indispensable d’avoir affiché les coupes à l’aide du bouton .
8.36.4 Supprimer une coupe
Sélectionnez la coupe de votre choix en cliquant sur
(voir page 76). La coupe désignée est
affichée en rouge à l’écran. Appuyez alors sur la touche Suppr ou activez la commande
Supprimer du menu Édition.
8.36.5 Boîte de dialogue Coupe
Un clic droit sur le bouton
de la barre d’outils verticale ouvre la boîte de dialogue Coupe
regroupant les options de définition des paramètres standard.
Cette boîte de dialogue Coupe s’affiche également après la saisie du deuxième point de la ligne de
(voir page 76) et par un double clic sur la
coupe ou après sélection de la coupe avec le bouton
ligne de coupe.
Toutes les saisies s’appliquent exclusivement aux coupes en mode Construction.
203
Guide de référence
Le nom inscrit sous la rubrique Désignation est une exception puisque ce nom apparaît en mode
Design dans la liste de sélection de la deuxième barre d’outils horizontale. Cette liste permet de
sélectionner la coupe à afficher en mode Design.
8.36.5.1 Intitulé et désignation de coupe
Cette rubrique permet de définir l’affichage du nom de la coupe dans la fenêtre de coupe. Le nom
s’affiche aussi bien dans l’affichage de la coupe sous forme de rectangle dans le plan que sous
forme de fenêtre.
Les deux options Afficher la désignation de coupe gauche et droite font référence au nom de la
ligne de coupe dans le plan.
204
Le mode Construction
Le nom proprement-dit de la coupe est spécifié dans la boîte de dialogue obtenue lors du
déplacement ou de la modification ultérieure d’une coupe.
Dans le nom de coupe proposé par défaut par le programme, (Coupe A-A) la première lettre
désigne le début et la seconde l’extrémité de la ligne de coupe. Vous pouvez valider les lettres ou
les modifier.
Si vous avez spécifié dans les paramètres par défaut que la ligne de coupe doit être présentée à
droite et à gauche, les deux options Afficher sont automatiquement activées. Si les deux options
sont désactivées, la ligne de coupe ne sera dotée d’aucun nom.
Lors de l’ajout d’une coupe supplémentaire, le programme utilise la lettre (ou le chiffre) suivante :
la Coupe B-B suivra donc la Coupe A-A.
Dans la fenêtre de coupe, le nom sera affiché uniquement si l’option Afficher l'intitulé est
activée. Dans ce cas, le nom de la coupe est positionné par défaut au centre de la bordure
supérieure de la fenêtre. Pour replacer le nom à sa position par défaut (en haut au centre) après un
déplacement involontaire, activez l’option Position auto. de l'intitulé.
Remarque : Avec la saisie d’un nom de coupe personnalisé (Coupe transversale du rez-dechaussée par exemple), le positionnement automatique n’est plus valable. Les deux extrémités de
la ligne de coupe sont désignées par les lettres A, mais le nom Coupe transversale du rez-dechaussée apparaît dans la fenêtre de coupe. Il faut donc veiller à la concordance des noms.
Le nom spécifié sous la rubrique Désignation est répertorié en mode Design dans la liste de
sélection de la deuxième barre d’outils horizontale. Cette liste permet de sélectionner la coupe à
afficher sous ce mode.
8.36.5.2 Coupe / élévation d'étages et de bâtiments
Les options de cette rubrique permettent de spécifier les éléments à inclure dans l’affichage de la
coupe : Un étage, Un bâtiment, Tous les bâtiments ou Étages visibles. Notez que ces options
s’excluent mutuellement. La sélection d’un seul étage ou bâtiment s’effectue dans la liste de
sélection correspondante.
Vous pouvez également indiquer dans la boîte de dialogue Coupe si les objets de la zone
sélectionnée doivent être affichés dans la coupe. Si l’option est activée, tous les objets inclus dans
la zone choisie pourront être visualisés à l’écran.
L’option Surface de coupe uniquement indique que seuls les éléments réellement coupés seront
affichés. Dans ce cas, la rubrique Profondeur est grisée.
Si l’option est désactivée, déterminez sous la rubrique Profondeur la zone en cm à représenter
derrière la coupe. Saisissez la valeur directement dans la zone adéquate ou utilisez les flèches.
205
Guide de référence
8.36.5.3 Échelle
Cette rubrique est destinée à spécifier l’échelle de la représentation en coupe en mode
Construction. Plusieurs options sont disponibles :
Si vous choisissez l’option Identique au projet, la coupe sera représentée avec la même échelle
que le projet lui-même. L’option Adaptée à la fenêtre permet d’afficher toujours le contenu
intégral de la coupe dans la fenêtre, même si sa taille est très réduite. Dans ce cas, l’échelle dépend
donc de la taille de la fenêtre.
Les autres options permettent de sélectionner une échelle prédéfinie ou de spécifier une échelle de
votre choix.
Remarque : En cas d’échelle fixe ou d’échelle identique à celle du plan, vous pouvez déplacer
(voir page 208) la coupe dans la fenêtre et sélectionner ainsi des sections spécifiques.
8.36.5.4 Affichage de la coupe / élévation
Vous spécifiez sous cette rubrique le mode d’affichage des coupes en mode Construction. Les
options suivantes, s’excluant mutuellement, sont disponibles :
•
Invisible : Vous voyez dans le plan uniquement la ligne de coupe mais pas l’affichage de la
coupe.
•
Affichage en fond de plan (inactif) (voir page 207) : l’affichage de la coupe est présenté
dans un rectangle spécifique sur le plan.
Ce rectangle se comporte comme une fenêtre indépendante. Vous pouvez donc le déplacer et
modifier sa taille. Si l’option Affichage sur totalité de l'espace de travail est désactivée,
vous pouvez également déplacer (voir page 208) la fenêtre de coupe.
La fenêtre de coupe accepte l’ajout de lignes d'aide, textes et cotes qui appartiennent alors au
rectangle. Lorsque vous déplacez le rectangle dans le plan, les textes ou cotes inscrits
peuvent également être déplacés.
Notez que les saisies en coupe peuvent être effectuées uniquement si l’option Placer
l'affichage au premier plan (actif) est activée. Dans le cas contraire, le plan reste
identifiable à travers la coupe.
•
Affichage sur totalité de l'espace de travail (voir page 208) : Cette option affiche la coupe
dans la fenêtre globale de votre plan, la coupe recouvrant le plan.
Dans ce type de présentation, l’ajout de lignes d'aide, de textes et de cotes est également
envisageable. La coupe peut également être déplacée dans la fenêtre.
•
Affichage dans une nouvelle fenêtre : Avec cette option, la coupe est automatiquement
transférée dans la fenêtre d’une nouvelle vue. L’autre solution consiste à créer une nouvelle
. Les coupes peuvent être modifiées indépendamment dans les
vue à l’aide du bouton
deux fenêtres.
Lors de l’édition ultérieure d’une coupe et l’activation de la boîte de dialogue Coupe par un
double clic, cette option est inaccessible.
Travailler sur plusieurs vues différentes (fenêtre entière et rectangle) permet de comparer une
coupe dans plusieurs types de présentations.
206
Le mode Construction
8.36.5.5
Rubrique Actualisation lors des modifications
La création d’une coupe entraîne son calcul et son affichage automatiques. La durée du calcul peut
varier en fonction de la complexité du bâtiment, dans le cas du calcul d’arêtes masquées par
exemple.
Pour les modifications ultérieures des coupes, vous pouvez définir par défaut le type de mise à
jour : Instantanément ou Sur demande.
Si vous modifiez ultérieurement une coupe, puis ouvrez la boîte de dialogue Coupe par un double
clic, la rubrique Actualisation lors des modifications sera complétée par le bouton Actualiser la
coupe / élévation.
Ce bouton est uniquement accessible lorsque l’option Sur demande est activée. L’exécution du
calcul de la coupe est lancée par un clic sur ce bouton.
Remarque : À l’ouverture d’un projet, toutes les coupes sont mises à jour ainsi que leur affichage.
Une représentation de la coupe sur demande n’est dans ce cas pas possible.
8.36.6 Affichage de la coupe en mode Construction
Plusieurs variantes d’affichage d’une coupe sont disponibles en mode Construction. Le type
d’affichage est déterminé sous la rubrique Affichage de la coupe / élévation (voir page 206) de la
boîte de dialogue Coupe.
L’affichage de la coupe autorise l’ajout de textes, de lignes d'aide et de cotes. Vous pouvez
également utiliser le multifenétrage proposé par le programme et ouvrir une coupe dans la une
nouvelle fenêtre. Ce procédé permet de disposer plusieurs vues en coupe sur l’écran.
Remarque : À l’intérieur d’une coupe, vous pouvez afficher ou masquer les lignes d'aide, les
murs hachurés, les versants de toiture, la charpente, les légendes, ainsi que les dimensions, grâce
aux boutons de la barre d’outils horizontale.
8.36.6.1 Afficher uniquement la ligne de coupe
Si vous avez activé l’option Invisible, seule la ligne de coupe est affichée dans le plan.
Le début et la fin d’une ligne de coupe sont mis en valeur de façon à bien distinguer plusieurs
coupes différentes dans un plan. L’affichage des désignations des coupes peut être désactivé sous
la rubrique Intitulé et désignations de coupe.
8.36.6.2 Affichage en fond de plan (inactif)
Si vous avez activé l’option Affichage en fond de plan (inactif), l’affichage de la coupe sera
intégré au plan dans une fenêtre indépendante. Indiquez si cette fenêtre de coupe peut recouvrir ou
non le plan.
L’affichage de la coupe autorise l’ajout de textes, de lignes d'aide et de cotes. Si la coupe ne
recouvre pas le plan, aucune saisie n’est possible dans l’affichage. Elles sont automatiquement
attribuées au plan.
Le rectangle sur le plan se comporte comme une fenêtre indépendante. Il peut être déplacé par un
clic à l'intérieur de la fenêtre. Toutes les saisies appartenant au rectangle sont également déplacées.
Pour augmenter ou réduire la taille de la fenêtre, sélectionnez le cadre. Il apparaît alors en rouge et
est doté de poignées d’angle. Modifiez la taille du rectangle par l’intermédiaire de l’une de ces
poignées.
207
Guide de référence
Si l’option Adaptée à la fenêtre est désactivée, vous pouvez également déplacer (voir page 208)
la fenêtre de coupe.
8.36.6.3 Représenter la coupe dans une fenêtre entière
Si vous avez activé l’option Affichage sur totalité de l'espace de travail, l’affichage de la coupe
occupe toute la fenêtre du plan.
Les caractéristiques de ce type d’affichage sont les mêmes que celles de l’affichage dans le plan.
Vous pouvez donc ajouter des lignes d'aide, des textes et des cotes ou encore déplacer la coupe à
l'intérieur de la fenêtre.
Il est toutefois impossible de déplacer la fenêtre ou d'en modifier la taille.
8.36.7 Saisies dans la fenêtre de coupe
Les saisies dans une coupe sont possibles uniquement lorsque la coupe recouvre le plan ou
représente une vue à part entière. Si tel n’est pas le cas, les éléments saisis seront automatiquement
attribués au plan.
Les éléments suivants peuvent venir compléter une coupe :
•
Lignes d'aide
•
Légendes
•
Cotations
Les légendes ou cotations peuvent être déplacées dans la coupe comme dans le plan. Il est
également possible de modifier et de transférer le type de police.
Remarque : Si vous tentez d’ajouter d’autres éléments que ceux indiqués, le refus de la saisie sera
signalé par un signal sonore.
8.36.8 Déplacer une coupe dans la fenêtre de coupe
Il est possible de déplacer des coupes à l’intérieur de la fenêtre. Cette opération est envisageable
pour les coupes dans le plan ou dans une fenêtre entière. Il est pour cela nécessaire que l’option
Adaptée à la fenêtre soit désactivée. Le déplacement de coupes est nécessaire lorsque la coupe ne
peut pas être entièrement présentée dans la fenêtre en raison de l’échelle. Il est alors possible de
sélectionner des zones d’une coupe (détails) et de les afficher dans l’échelle choisie.
Le déplacement d’une coupe est illustré par un rectangle dans le plan.
1
Positionnez le pointeur sur la bordure du cadre sans le sélectionner. Le pointeur prend alors
la forme d’une croix.
2
Cliquez avec le bouton gauche de la souris et déplacez le pointeur dans la fenêtre. La coupe
entière est visible.
3
Vous pouvez à présent déplacer le rectangle dans la coupe visible et déterminer la zone
souhaitée.
4
Dès que vous relâchez le bouton de la souris, la zone sélectionnée remplit toute la fenêtre.
8.36.9 Affichage des coupes en mode Design
Les coupes peuvent également être représentées en mode Design. Si vous avez défini une ou
plusieurs coupes en mode Construction, elles sont proposées sous forme de liste de noms dans la
barre d’outils horizontale. Les boutons permettant de choisir le type de vue en mode Design ont
208
Le mode Construction
été complétés par le bouton Vue en coupe (voir page 211), aussi bien pour la vue en plan, que
pour le plan couloré et pour la vue en perspective..
8.37 L'OUTIL DE MESURE
Si vous voulez connaître juste, à titre d'information, la distance qui sépare deux points ou un point
et une droite, vous pouvez utiliser l’outil de mesure .
Une double flèche apparaît lors de la cotation à l’aide de cette fonction. La distance séparant les
(voir page 83) , sont indiquées au
deux points, ainsi que la direction relative à l’origine
milieu de la double flèche, près du pointeur de la souris, et dans la barre d’état. La barre d’état
présentent également les coordonnées du premier point de cotation et les distances horizontales et
verticales des points.
Le deuxième clic place la cotation dans le plan. Elle est automatiquement supprimée lorsque vous
ou que vous quittez l’outil de mesure.
entrez une autre mesure à l’aide de
Il existe deux types de saisie pour l’outil de mesure, la mesure entre deux points
et la mesure
. Lors de l’utilisation de
,vous cliquez d’abord sur une ligne de
entre une droite et un point
votre plan. Les mesures sont toujours déterminées à la perpendiculaire de la droite qui définit la
ligne.
209
Guide de référence
9. LE MODE DESIGN
9.1 PRÉSENTATION
Le mode Design du programme est celui dans lequel vous aménagez l’intérieur de votre maison.
Vous disposez à cet effet d’une seconde barre d’outils horizontale permettant d’activer des
paramètres spéciaux pour la fenêtre actuelle, ainsi que d’une barre d’outils verticale destinée à
appliquer certaines actions aux objets sélectionnés. La section suivante décrit les différents
boutons de la seconde barre d’outils, disponibles pour la fenêtre actuelle. Si vous travaillez avec
plusieurs fenêtres, les boutons peuvent être différents d’une fenêtre à l’autre. Ainsi, une fenêtre
peut présenter un vue en plan géométral et une autre, une vue en perspective. En cas de
modification des objets, toutes les fenêtres sont mises à jour, ce qui vous permet de contrôler
directement dans la vue en perspective, la correction effectuée dans la vue en plan, par exemple.
Si vous avez aménagé l’intérieur de votre bâtiment en mode Design et que vous basculez en mode
Construction pour apporter d’autres modifications ou compléments, vous pouvez activer ou
désactiver l’affichage de l'aménagement par l’intermédiaire du bouton .
9.2 LES VUES
Pour plus d'informations, reportez-vous à la page 211.
En mode Design, vous pouvez utiliser trois vues différentes : la vue en plan , le plan coloré
et la vue en perspective
. Si vous ouvrez plusieurs fenêtres en même temps, vous pouvez
afficher une vue différente dans chaque fenêtre.
9.2.1 Vue en plan
La vue en plan diffère très peu de la vue du mode Construction (voir page 13). Vous y voyez tous
les murs et éléments de construction comme en mode Construction. Seule différence : les éléments
de l’étage actuel sont représentés en gris, ce qui indique que vous ne pouvez pas les modifier. Les
éléments du mode Design, en revanche, sont représentés en noir. À la différence des deux autres
types d’affichage, les objets sélectionnés sont encadrés ici d’un rectangle rouge alors que la
sélection s’effectue dans les autres modes à l’aide du cadre de sélection. La vue en plan convient
parfaitement pour positionner des objets avec précision. Notez cependant que le positionnement
en hauteur des objets est plus difficile. Dans la plupart des cas, vous n’avez pas à vous charger de
ce détail puisque les objets sont posés automatiquement.
L'aménagement de votre maison devrait toujours commencer dans une vue en plan.
9.2.2 Vue en plan coloré
La grande différence entre cette vue et la précédente est la représentation en couleur des objets et
des éléments de construction. Seul l'étage actuel est représenté. Contrairement à la vue précédente,
il s'agit ici d'une vue en trois dimensions, même si la troisième dimension (la hauteur) n'est pas
210
Le mode Design
directement visible. Lors de la mise en place d’objets, vous pouvez cependant intervenir sur la
hauteur en utilisant le bouton droit de la souris. Dans cette vue, vous pouvez recourir au raytracing
(voir page 219) pour obtenir une image optimisée.
9.2.3 Vue en perspective
La vue en perspective est la plus agréable, en raison, justement, des caractéristiques
tridimensionnelles. En plus des effets optiques, cette vue offre également la possibilité de
parcourir le bâtiment, de placer des objets librement et même d'enregistrer une vidéo. La vue en
perspective présente l’avantage de faciliter la saisie de hauteurs permettant d’obtenir une bonne
impression tridimensionnelle de votre plan. Il est toutefois plus facile de placer des objets dans
l’un des deux types de vues précédents. La vue en perspective est la seule autorisant une visite de
(voir page 226)
votre appartement. Dans la seconde barre d'outils horizontale, le bouton
devient actif pour vous permettre d’effectuer justement une visite.
Comme dans le plan coloré, vous pouvez dans cette vue lancer un calcul des ombres à l’aide du
Raytracer (voir page 219).
Les images suivantes illustrent le même plan dans les trois types de vues.
9.2.4 Vues avancées
Le programme offre la possibilité de sélectionner différentes formes d’affichage des vues
proposées. Trois boutons de la barre d’outils horizontale permettent d’accéder aux modes
d'affichage.
9.2.4.1 Vue en plan
Pour compléter les vues existantes, le programme propose des modes permettant d’observer le
plan de la gauche, de la droite, du haut, du bas ainsi que de l’arrière. Si vous avez défini en mode
Construction une ou plusieurs coupes (voir page 202), une vue en coupe est également proposée
(avec direction du regard vers la coupe).
211
Guide de référence
Chaque coupe peut être dotée d’un nom distinctif. Ces désignations sont regroupées en mode
Design dans une liste de sélection disponible dans la deuxième barre d’outils horizontale. Cette
liste présentée dès la sélection des vues en coupe, permet de désigner la vue affichée dans la
fenêtre.
Pour sélectionner la représentation souhaitée, cliquez sur le bouton. Faites ensuite glisser le
bouton gauche de la souris (enfoncé) vers la droite pour activer les différentes alternatives :
9.2.4.2 Vue en plan coloré
Le programme vous propose d’observer votre plan coloré de la gauche, de la droite, du haut, du
bas ou de l’arrière.
Si vous avez défini en mode Construction une ou plusieurs coupes (voir page 202), une vue en
coupe colorée est également proposée (avec direction du regard vers la coupe).
Comme pour la vue en plan, vous désignez dans la liste le nom de la coupe à afficher dans la
fenêtre.
Pour sélectionner la représentation souhaitée, cliquez sur le bouton. Faites ensuite glisser le
bouton gauche de la souris (enfoncé) vers la droite pour activer les différents modes :
9.2.4.3 Vue en perspective
Vous disposez dans le programme d’un affichage permettant d’observer une vue en perspective
avec coupe. Cette vue est accessible uniquement si vous avez défini une ou plusieurs coupes en
mode Construction. Lors de l’affichage du bâtiment, la coupe est prise en compte. Dans ce mode,
la direction du regard n’est pas forcément orientée vers la coupe.
Comme pour la vue en plan (avec ou sans couleurs), vous désignez dans la liste le nom de la
coupe que vous souhaitez visualiser.
Pour activer la représentation souhaitée, cliquez sur le bouton. Faites ensuite glisser le bouton
gauche de la souris (enfoncé) vers la droite pour activer les différents modes :
L’image suivante présente des variantes du même plan dans les modes d’affichage Vue en coupe
filaire, Vue en coupe colorée et Coupe en perspective.
212
Le mode Design
9.3 ARRIÈRE-PLAN
Vous spécifiez ici la couleur d’arrière-plan des vues en perspective ou des vues en plan coloré.
Cette information peut être différente pour la vue de jour et la vue de nuit. Cliquez sur le bouton
fléché situé à côté des zones de couleurs, puis désignez la couleur souhaitée dans la boîte de
dialogue standard. Il est également possible de définir une nouvelle couleur.
Pour paramétrer l’arrière-plan de votre projet, procédez comme suit :
• Cliquez sur le bouton Arrière-plan de la boîte de dialogue des options de projet activée elleou via la commande Options de projet du menu
même par un clic droit sur le bouton
Fichier.
• L’autre solution pour accéder à la boîte de dialogue de configuration de l’arrière-plan consiste
à cliquer avec le bouton droit sur
.
Dans les deux cas, la boîte de dialogue suivante s’affiche à l’écran :
213
Guide de référence
Cette boîte de dialogue est organisée en deux onglets Vue de jour et Vue de nuit. Vous pouvez
inscrire les mêmes valeurs sous les deux onglets, elles seront affectées aux vues désignées. Dans
les deux cas, vous disposez de trois options Couleur unique, Dégradé de deux couleurs et
Image d’arrière-plan.
Notez bien que les paramètres utilisés ici ne sont pas forcément les mêmes que ceux de l'arrièreplan qui sera employé lors de l'impression. L’arrière-plan peut en effet être activé ou désactivé
spécifiquement dans les Paramètres d'impression (voir page 34).
Avec l'option Couleur unique, l’arrière-plan global de la fenêtre d’une vue en plan coloré ou
d’une vue 3D est remplacé par une couleur constante. Le bouton fléché ouvre la boîte de dialogue
standard de Windows.
Avec l'option Dégradé de deux couleurs, vous pouvez définir des dégradés différents pour le
Zénith et le Nadir. La limite entre les deux se situera, par exemple, entre le ciel et la surface de
l'eau, ou nettement plus haut dans un paysage de montagnes. Pour le dégradé de couleurs
supérieur, on emploiera de préférence deux nuances de bleu et, pour le dégradé inférieur, un brun
(Horizon) et un vert (Nadir)
L'option qui donne les meilleurs résultats est naturellement l'option Image d'arrière-plan. À la
différence des deux premières options qui utilisent uniquement des couleurs unies, vous pouvez ici
utiliser n’importe quel fichier bitmap Windows, tel qu'une image de votre terrain par exemple.
Si vous optez pour une image d’arrière-plan, vous avez la possibilité de configurer d’autres
options :
• la position de l’horizon sur cette image,
• l’angle de vue
214
Le mode Design
• si les déplacements de l’observateur doivent entraîner des mouvements de l’image d’arrièreplan
Un clic sur le bouton Premier plan ouvre la boîte de dialogue Paramètres d'image de premier
plan permettant de spécifier pour le plan coloré ou la vue en perspective une image de premier
plan..
9.3.1 Définir la position de l'horizon
Lorsque vous chargez une image d’arrière-plan quelconque (un fichier BMP), le programme ne
peut bien sûr pas savoir où se trouve l’horizon sur cette image. Il vous revient de spécifier
manuellement la position de l’horizon par l’intermédiaire du curseur qui se trouve dans la boîte de
dialogue Paramètre d'arrière-plan, à gauche de l'aperçu. En faisant glisser le curseur vers le haut
ou vers le bas, vous déplacez dans la même direction une ligne horizontale représentant la ligne
d'horizon sur l'image. Amenez tout simplement la ligne à l'endroit où le ciel et la terre se
rejoignent. Ces paramètres sont importants pour obtenir la position idéale de l’horizon par rapport
à votre plan, surtout en cas de déplacement d’images d‘arrière-plan.
9.3.2 Angle de vue de l’image d’arrière-plan
Le curseur Angle de vue permet de définir à partir de quel angle de vue l’image d’arrière-plan a
été prise. Cette valeur est souvent une estimation car vous ne savez pas quel objectif a été utilisé
pour la prise de vue. Les objectifs à focale ordinaire embrassent un angle de 60 degrés environ.
Les objectifs à grand angle correspondent à des valeurs supérieures ; les téléobjectifs, à des
valeurs inférieures. Les images d'arrière-plan optimales peuvent être obtenues avec des objectifs
spéciaux, capables de réaliser des vues panoramiques de 360 degrés. Dans ce cas, lorsque vous
faites le tour de votre maison ou de votre terrain, vous observerez que l'horizon suit une ligne
assez régulière.
Dans le cas contraire, les images sont assemblées "par symétrie", afin d'éviter les ruptures dans la
ligne d'horizon. Tout ce que l'on voit est un trait vertical, comme si l'on avait collé deux photos
l'une contre l'autre.
La fréquence à laquelle cette jonction se produit dépend de l'angle de vue que vous avez choisi.
Avec un angle de vue de 60 degrés, l'image est répétée six fois pendant que vous faites un tour
. Un angle de vue plus large diminue
complet (360 degrés) sur vous-même à l’aide du bouton
la gêne provoquée par la répétition des "collages" mais la qualité d'image s'en ressent nettement.
9.3.3 Image d'arrière-plan animée
Toutes les explications de la section précédente ne sont valables que si la case à cocher Mobile est
active. Si tel n’est pas le cas, l’image d’arrière-plan sera bien affichée mais restera figée même en
par exemple. Le
cas de rotation de l’observateur autour du point de vue, lors d’une visite
programme modifie la taille de l’image d’arrière-plan de façon à ce qu’elle corresponde
exactement à la vue actuelle.
Remarque : Si le ratio de votre vue actuelle est différent de celui de l’image d’arrière-plan, des
parties de l’image seront supprimées pour éviter les déformations. Vous pouvez utiliser une image
d’arrière-plan fixe pour positionner votre plan dans un terrain non construit par exemple. Chargez
dans ce cas l’image correspondante et désactivez l’option Mobile. Choisissez la position de
l’observateur et le détail d’image de votre vue 3D de façon à ce que le bâtiment s’adapte
215
Guide de référence
exactement. Notez que la modification du point de vue ou un facteur de zoom modifient cette
configuration.
Comme la plupart des autres boîtes de dialogue du programme, celle-ci dispose d’un bouton Par
défaut permettant de valider les paramètres pour tous les futurs projets.
Remarque : Lors de l’utilisation de la fonction de Raytracing, tous les objets, y compris l’arrièreplan non masqué, se reflètent dans les surfaces lisses (miroirs, portes vitrées, etc.). En revanche,
vous n’obtenez aucune ombre.
9.4 PREMIER PLAN
Comme pour l’image d’arrière-plan, le programme vous permet de choisir une image de premier
plan pour la vue en perspective ou le plan coloré. Activez la boîte de dialogue Paramètre
d'arrière-plan par un clic droit sur le bouton
e la barre d’outils horizontale
puis cliquez sur le bouton Premier plan. Sélectionnez alors l’image de votre choix.
À la différence de l’image d’arrière-plan, cette image ne peut pas être mobile. Elle est toujours
visible et ne peut être masquée. Une image de ce type est chargée sous forme de fichier bitmap
dont la taille est transposée à l'identique. Cela signifie qu’un pixel du fichier bitmap correspond à
un pixel sur l’écran. Même en cas de modification de la taille de la fenêtre, l’image de premier
plan conserve la taille du fichier bitmap.
Ce type d’image est particulièrement approprié pour placer le logo d’une société sous forme de
panneau sur l’écran ou pour fixer par exemple le nom d’un bâtiment sur plusieurs vues.
Une image de premier plan peut en outre être utile pour encastrer dans une vue spéciale un objet
ou groupe d’objets, comme une haie par exemple.
Remarque : Si l’image de premier plan comprend des éléments transparents, ils doivent être
transposés en noir.
216
Le mode Design
9.4.1 Paramètres d'image de premier plan
Vous spécifiez dans cette boîte de dialogue si la présence d’une image de premier plan est
nécessaire. Si tel est le cas, activez l’option Utiliser une image de premier plan. Si cette option
n’est pas activée, les autres champs de la boîte de dialogue sont grisés.
Indiquez dans le champ Fichier le nom du fichier Bitmap ou désignez-le à l’aide du bouton
Parcourir.
9.4.1.1 Alignement horizontal
Spécifiez ici les paramètres d’alignement horizontal de votre image de premier plan sur l’écran.
Vous disposez de trois options : Gauche, Centré et Droite.
Dans le champ Décalage, vous pouvez décaler l’image de premier plan vers la droite ou la gauche
par rapport aux angles et avec un nombre libre de pixels. Une valeur positive décale l’image vers
la droite et inversement.
9.4.1.2 Alignement vertical
Choisissez sous cette rubrique l’une des options d’alignement vertical (gauche, droite, centré) de
l’image de premier plan sur l’écran.
Dans le champ Décalage, vous pouvez décaler l’image de premier plan vers le haut ou le bas par
rapport aux angles et avec un nombre libre de pixels. Une valeur positive décale l’image vers le
haut et inversement..
217
Guide de référence
9.5 TYPE DE REPRÉSENTATION
Vous pouvez choisir entre diverses qualités d’affichage différentes de votre plan. Les boutons ne
sont accessibles que dans les types d’affichage Plan coloré et Vue en perspective. La fonction
d’affichage inclut un bouton accessible par le triangle noir sur le bouton. Choisissez la qualité
d’affichage souhaitée dans le sous-menu en plaçant le bouton de la souris sur le bouton adéquat
puis en le relâchant. La barre d’état présente des informations sur chaque type d'affichage. Le type
choisi est alors intégré dans la barre d’outils. La qualité d’affichage est immédiatement mise à jour
dans la fenêtre.
9.5.1 Représentation filaire
Dans ce mode d'affichage, les murs, portes et autres éléments de la construction ne sont
représentés que par leurs contours.
Les couleurs de ces contours correspondent à peu près à celles des objets à représenter. Dans ce
mode, les contours d’un canapé bleu seront par exemple matérialisés que par des lignes bleues.
L’avantage de la représentation filaire est la vitesse d’affichage lors de l’édition de votre projet.
9.5.2 Représentation colorée sans textures
À la différence du mode Filaire, ce mode d'affichage utilise une seule couleur unie pour toutes les
surfaces. S'il s'agit d'une texture, la surface est recouverte par une teinte correspondant à la
moyenne des couleurs de la texture. Une parure de lit à carreaux rouges et jaunes apparaîtra donc
en orange uni.
Ce mode d’affichage est encore nettement plus rapide que les modes décrits ci-dessus.
9.5.3 Représentation colorée avec textures (qualité moyenne/supérieure)
Ces deux modes d’affichage diffèrent du mode Représentation colorée sans texture par le fait
que les textures ne sont pas réduites à une surface unie.
Ces modes de représentation colorée permettent de créer des vues assez proches de la réalité. Une
différence est à noter en ce qui concerne la qualité des deux modes d’affichage. Les couleurs, dans
le cas de grandes surfaces de murs Colorée avec textures (qualité moyenne), ne sont pas
uniformes alors qu’aucune différence n’est à noter pour les objets. Cette différence ne se remarque
(voir page 228).
toutefois que lorsque vous avez basculé en mode Vue de nuit avec le bouton
La différence de vitesse entre ces deux modes d'affichage peut cependant être assez importante en
raison du plus grand nombre de calculs nécessaires pour la qualité supérieure, même si le résultat
n'est pas vraiment spectaculaire par rapport au niveau de qualité moindre.
9.5.4 Représentation filaire faces cachées (fond blanc)
Dans ce mode d'affichage, les murs, portes et autres éléments de la construction ne sont
représentés que par leurs contours mais sont dotés de faces cachées. La couleur des contours
affichés est toujours le noir, celle des faces le blanc.
218
Le mode Design
9.5.5 Représentation filaire faces cachées (fond transparent)
Alors que les parties masquées sont caractérisées par une surface blanche et encadrées d’un trait
noir dans le mode précédent, dans celui-ci les parties masquées sont calculées exactement. Pour
obtenir ce résultat plus détaillé, un temps de calcul supplémentaire est nécessaire.
9.6 LE RAYTRACING
Avant de détailler cette fonction, quelques mots sur le thème du raytracing. Il s’agit d’un procédé
permettant de simuler très précisément les effets de lumière d’une scène. À la différence d’un
éclairage "normal", cette simultation concerne aussi les ombres et les réflexions par exemple.
L'affichage est de très bonne qualité, certes, mais au prix d'une quantité incroyable de calculs et
par conséquent d'un temps d'affichage extrêmement long. La représentation très réaliste de la
scène vaut toutefois la peine de patienter. Si vous possédez un ordinateur récent, les qualités
d'affichage évoquées précédemment vous permettent de vous déplacer avec une certaine fluidité
dans votre maison. Lorsque la fonction de raytracing est activée, en revanche, l'affichage d'une
seule image peut demander quelques minutes, voire quelques heures.
Lors de la réalisation d'une vidéo, il est fortement conseillé de tester au préalable l'éclairage des
différentes pièces de la maison. Comme dans la réalité, une image peut être surexposée ou sousexposée, s'il y a trop ou pas assez de lumière. Dans la vidéo, vous ne pourrez plus rien changer. Il
est donc nécessaire de tester les pièces au préalable et d'améliorer éventuellement l'éclairage en
ajoutant des lampes supplémentaires, judicieusement disposées.
9.6.1 Sous et surexposition
Comme pour la photographie normale, il arrive qu’une scène soit sous ou surexposée. Pour éviter
cela, il faut savoir que le programme respecte la luminosité initiale d’une texture. Dans le cas
d’une texture grise, par exemple, les surfaces affichées ne seront pas plus claires, quel que soit le
nombre de sources de lumière utilisées sur la scène.
Si vous placez à présent une chaise sur cette surface grise, il est possible que la surface soit
surexposée en raison de la présence de l’ombre. Pour éviter cela, procédez comme suit :
En vue normale, cliquez avec le bouton droit de la souris sur le bouton . Le curseur affecté à la
luminosité dans la boîte de dialogue va permettre de rendre la scène plus sombre à l’endroit voulu.
Vous pouvez suivre l’évolution de l’ajustage par l’intermédiaire de l’aperçu. Lorsque vous validez
par OK, la configuration de l’éclairage doit être optimale. Lancez alors la procédure de raytracing
et l’ombre attendue apparaîtra sur la surface grise.
par un clic sur le bouton
9.6.2 Avantages du raytracing
Lorsque les sources de lumière d’une scène sont correctement positionnées, vous pouvez lancer le
. L'affichage évolue au fur et à
calcul pour un affichage optimal en cliquant sur le bouton
mesure de l'avancement du calcul. La première image est très grossière, puis elle s'affine petit à
petit. L'avantage de ce mode de calcul est que vous pouvez suivre l'évolution du calcul et
l'interrompre directement avec la touche Échap si vous constatez une anomalie. Si la disposition
des lampes ne vous convient pas, vous vous en rendrez compte avant la fin du calcul et vous
pourrez alors remédier au problème.
219
Guide de référence
Si vous êtes satisfait du résultat, patientez simplement jusqu'à la fin du calcul de l’image. La durée
de cette opération peut varier en fonction de la résolution et de la complexité de votre scène qui
dépend du nombre de sources de lumière et d’objets.
9.6.3 Paramètres de raytracing
En dehors des paramètres relatifs aux sources de lumière, vous avez la possibilité de configurer
d’autres options propres au raytracing. La boîte de dialogue s’ouvre par un clic droit sur le bouton
.
On distingue les deux options Raytracing et Ombrage Phong, la première étant dotée de champs
complémentaires. L'ombrage Phong est une forme simplifiée de simulation d’éclairage qui ne tient
pas compte des effets d'ombre, de réflexions et de la réfraction. Chaque pixel de la scène est
calculé individuellement.
Dans la représentation normale, qui utilise un procédé appelé ombrage de Gouraud, les
proportions de lumière sont calculées aux sommets de chaque surface et reproduites uniformément
sur toute la surface. Les mathématiciens appellent cela une interpolation bilinéaire. Avec ce mode
de représentation, les effets de lumière que l'on peut observer sur une surface ne peuvent pas être
rendus correctement. Si vous placez, par exemple, une lampe sur un sol relativement vaste
constituant une surface unique, les proportions de lumière sont calculées aux quatre angles de la
surface et la zone plus claire sous la lampe, au milieu de la surface, ne sera pas visible. Le procédé
de l'ombrage Phong, en revanche, calcule les proportions de lumière pour chaque pixel et la zone
plus claire sera visible.
L'ombrage Phong présente donc l'avantage, par rapport à l'ombrage de Gouraud, de calculer plus
fidèlement les proportions de lumière. L'inconvénient, par rapport au raytracing, est qu'il ne tient
aucun compte des effets d'ombre, de réflexions et de réfractions.
L'ombrage Phong exige moins de temps de calcul que le raytracing mais il est néanmoins plus lent
encore que la représentation normale avec l'ombrage de Gouraud.
Pour le raytracing, vous pouvez définir des restrictions allégeant la charge de calcul relative aux
ombres, aux réflexions et aux réfractions. Cela vous permet de réduire le temps de calcul et
éventuellement d'obtenir certains effets spéciaux.
Étant donné qu'il convient, dans le calcul, de tenir compte d'ombres qui n'ont aucune influence sur
la scène représentée, on comprendra que cet aspect de l'affichage exige beaucoup de temps de
220
Le mode Design
calcul. L'option de calcul rapide concerne uniquement les murs. Lorsque ce mode de calcul
d'ombres est utilisé, les murs d'une pièce ne provoquent jamais de zones d'ombre. Dans des pièces
rectangulaires, c'est normal et vous pouvez utiliser cette option sans hésiter. Il en va cependant
autrement avec les pièces en forme de L. Suivant la position de la lampe, il se peut en effet qu'une
ombre soit portée sur un mur, si la lampe a été placée derrière un angle. Sélectionnez dans ce cas
l'option Exactes si vous voulez que cette ombre soit représentée.
Si vous avez activé l’option Ombré, vous pouvez désigner sous la rubrique Ombres d'éléments,
si les murs, fenêtres, portes ou toitures, etc. doivent projeter une ombre ou non lors du raytracing.
Vous pouvez aussi demander avec les options Avec ou Sans que les murs dans la vue de jour
projettent une ombre vers l’extérieur mais non dans le bâtiment lui-même. Avec l’option
Automatiques, les éléments de construction sont dotés d’une ombre dans la vue de nuit. Dans la
vue de jour ou la vue à heure variable, les ombres sont ajoutées lorsque vous vous trouvez à
l’extérieur d’une pièce et que vous observez le bâtiment depuis votre position. À l’intérieur du
bâtiment, les éléments de construction ne projetteront aucune ombre.
Si vous avez choisi la vue à heure variable, la présence des ombres sera automatiquement calculée
au moment du passage de la vue de jour à la vue de nuit.
9.6.4 Raytracing avec éclairage activé et désactivé
Un clic sur le bouton
(voir page 262) vous permet d’allumer les différentes lampes de votre
scène ou de sélectionner un éclairage de jour standard. Cet éclairage de jour correspond à un
éclairage naturel. Dans la vie réelle, lorsqu’une scène est éclairée par la lumière du jour pénétrant
par une fenêtre, toute la pièce est claire. Cet effet d’éclairage indirect est très difficile à simuler
avec le raytracing. Il existe certes des procédés pour obtenir des effets aussi réalistes que possible
mais ils nécessitent beaucoup de mémoire et de calcul. Ils ne sont pas implémentés dans le
programme.
9.6.5 Imprimer et enregistrer des images raytracing
À partir de la page 36, vous trouverez une description générale de la procédure d'enregistrement
d’une image ou de son impression. Dans la boîte de dialogue des options, vous pouvez spécifier si
l’image doit être calculée à l’aide du raytracing. Au moment de l’enregistrement d’une image, si
l’option Raytracing a été activée, l’opération est lancée pour le calcul de l’image. En fonction des
autres options d’enregistrement comme des dimensions personnalisées ou l'activation d'une valeur
d'oversampling, l’opération peut durer un certain temps avant l’enregistrement du résultat. Si vous
avez par exemple spécifié une résolution de 2000 x 1500 pixels, un oversampling x 16 et un
raytracing, la durée sera extrêmement longue.
Si, pour une impression de haute qualité, vous avez besoin d’une résolution élevée, voici les
paramètres conseillés : Dimensions 1500 x 1500, Oversampling x4 et Lissage.
9.7 LA LUMINOSITÉ ET L'OMBRAGE
A part la possibilité de créer des ombrages vidéo ou des réflexions et réfractions pour une image à
l’aide du Raytracing, il existe une deuxième variante du calcul d’ombrage. Cette variante est
surtout utile pour parcourir des scènes en présentant en même temps des ombrages.
Note: Le calcul d’ombrage en temps réel n’influence pas les résultats du raytracing. En particulier,
le calcul d’ombrage à l’aide du raytracing n’est pas accéléré.
221
Guide de référence
9.7.1 Le principe
Le principe du calcul d’ombrage est relativement simple et pour une meilleure compréhénsion de
ses possibilités voici quelques explications.
ArCon utilise pour la représentation en mode design des textures pour quasiment toutes les
surfaces, pour p.ex. représenter des marbrures de bois ou des papiers peints. L’idée consiste à
coller une deuxième texture sur la première qui reflète la répartition de luminosité sur la surface
ainsi que des ombres qui y sont projetées. Les deux textures (texture de bois et texture de
luminosité) seront mélangées pour la représentation.
La qualité de la représentation ombre/lumière d’une surface dépend essentiellement de la qualité
de la texture qui les reflète.
ArCon n’utilise des textures d’ombres que pour les murs, sols, plafonds, dalles de plafond,
cheminées, murets, poutres, et poteaux rectangulaires. Il n’y aura pas de représentation d’ombres
sur le mobilier. Si vous posez un vase sur un bureau, vous ne verrez pas son ombre sur le bureau,
mais l’ombre du bureau et du vase sur le sol.
La raison est simple. ArCon devra enregistrer pour chaque surface une deuxième texture (une
lightmap) permettant de rendre les ombres et lumières. Le nombre de textures pour un objet 3D
(un sofa p.ex.) serait trop important et encombrerait la mémoire de votre ordinateur de façon
inutile ne vous permettant plus de travailler.
La façon de projeter une ombre sur un mur dépend de la résolution de la lightmap. Voici un
exemple : si un mur de 5 m de large et de 2,8 m de haut doit être couvert d’une lightmap qui a une
résolution de 512 pixels en largeur et de 256 pixels en hauteur, la résolution d’un pixel correspond
à 1 cm sur 1 cm. Une ombre plus petite que 1 cm ne peut donc pas être représentée.
ArCon utilise pour l’enregistrement de lightmaps des textures avec index de couleur avec une
résolution réduite (appelés Mipmaps) pour observer des surfaces avec ombres d’une plus grande
distance. ArCon utilise par pixel d’une lightmap env.1,4 octet. Pour l’exemple ci-dessus pour une
lightmap de 256 x 512 pixels on utilisera env. 180 Ko de mémoire, ce qui correspond pour une
pièce carrée à 180 Ko x 6 ≈ 1 Mo.
Cette utilisation de mémoire ne constitue pas un obstacle pour des PCs modernes avec une
mémoire de 512 Mo. Rajouter des ombres à un projet de grande envergure utilisera trop de
mémoire, dont une partie sera basculée sur votre disque dur, ce qui ralentira votre vitesse de
travail.
9.7.2 Activer le calcul d’éclairage et d’ombrage en temps réel
Grâce au Calcul de luminosité, vous pouvez choisir le mode d’aperçu 3D qui vous convient le
mieux pour visiter votre projet.
• Le bouton Calcul d’éclairage et d’ombrage permet de génèrer automatiquement un rendu
réaliste des conditions de luminosité complétes d'un projet en incluant les effets d'ombres
projetées. Lorsque ce bouton est activé, une boîte de dialogue s’affiche pour indiquer la
progression du calcul en cours. Le bouton Annuler interrompt immédiatement celui-ci.
• Le bouton Calcul de luminosité génère une répartition des valeurs de luminosité d’une pièce à
l’exclusion de tout effet d’ombres projetées. Lorsqu’il est activé, ce bouton affiche
instantanément l’effet demandé.
Les paramètres pris en compte pour génèrer les calculs d’éclairage et d’ombrage en temps réel
sont réglés dans la boîte de dialogue Paramètres de calcul d’éclairage et d’ombrage en temps
réel. L’accès à cette boîte de dialogue est possible en effectuant un clic droit sur l’une des icônes
222
Le mode Design
d’outils Calcul d’éclairage et d’ombrage ou calcul de luminosité ou en sélectionnant la
commande Calcul de luminosité.. dans le menu déroulant Options.
En cliquant dans cette boîte de dialogue sur Arrêter, le calcul d’ombrage est arrêté
immédiatement et tous les résultats réels sont perdus. Une représentation avec ombrage sera
uniquement possible avec un nouveau calcul.
En principe, un nouveau calcul est nécessaire lorsqu’un changement des éléments dans votre scène
influence la formation d’ombrage, par exemple des objets ou des sources de lumière sont déplacés
ou vous changez la géométrie de vos pièces.
Il peut être utile d’avoir des «fausses»ombres (par exemple l’ombre d’une chaise déplacée reste à
l’ancienne position) si vous voulez gagner quelques minutes de temps de calcul. Pour cette raison,
c’est à vous de décider d’un nouveau calcul.
Vous trouvez des informations supplémentaire dans la description de la boîte de dialogue Calcul
d’éclairage et d’ombrage en temps réel.
Il est possible de mémoriser les résultats de calcul d’éclairage/ombrage dans votre projet. Avec
l’avantage d’avoir à votre disposition directement des ombrages sans nouveau calcul lors du
chargement du projet ou du passage en mode Design. Normalement vous enregistrez les résultats
de ce calcul plus tard. L’inconvénient est que de tels projets prennent une dimension énorme
puisque les lightmaps complètes sont mémorisées. Un objet sans lightmaps peut avoir une taille de
500 Ko et avec lightmaps facilement 10-20 Mo.
Remarque : la consommation de mémoire est indépendante du choix des icônes que vous utilisez
pour le calcul puisque la taille des lightmaps est la même. Mais la différence du temps de calcul
est énorme. En utilisant la deuxième variante on calcule uniquement la répartition de lumière mais
pas l’ombrage des objets ni des éléments de constructions.
9.7.3 La boîte de dialogue des options pour la calcul de luminosité et d’ombrage
Cette boîte de dialogue apparaît par la commande Options - Calcul de luminosité. Cette boîte de
dialogue - qui paraît à première vue assez confuse - vous permet de fixer pratiquement tous les
paramétrages qui sont nécessaires pour le calcul de luminosité et d’ombre en temps réel. Pour ce
calcul - à part cette boîte de dialogue et sous certaines conditions -, une seule valeur de la boîte de
dialogue Dimensions de texture est compétente pour les murs, planchers et plafonds, poteaux,
cheminées et murets/poutres.
Eventuellement, quelques paramétrages de lampes dans la scène (à modifier par la boîte de
dialogue des options) pour des objets «lumineux» ont une influence supplémentaire sur le calcul.
La boîte de dialogue contient la zone Actualiser, la zone Traitement des murs, sols et plafonds,
la zone Sources d'éclairage et la zone Paramètres prédéfinis.
Cette dernière zone est quasiment la plus simple. Si vous cliquez sur une des six icônes Très
basse qualité (très rapide), Basse qualité (rapide), Qualité moyenne, Haute qualité, Très
haute qualité ou Qualité maximum, des paramètres par défaut simples sont transférés dans les
zones Traitement des murs, sols et plafonds ainsi que Sources d'éclairage. Vous ne devez donc
plus vous occuper des paramétrages dans ces zones. Par contre, si vous souhaitez expérimenter
avec le calcul de lumière et d’ombre ou avoir vos propres idées des résultats, vous pouvez entrer
des informations dans ces deux domaines à tout moment.
223
Guide de référence
9.7.3.1 La zone Actualiser
Dans cette zone, vous indiquez si et comment ArCon passe automatiquement entre des scènes
ombragées et des scènes sans ombre. Normalement, un calcul d’ombre n’est plus valable dès que
vous modifiez des parties de la scène. Si par exemple, vous déplacez une chaise d’un mètre vers la
droite, l’ombre calculée à l’endroit précédent, est fausse et devrait - en principe - être calculée à
nouveau. Mais comme ce calcul pourrait prendre du temps et si cette erreur d’ombre ne vous
dérange pas, vous avez dans la zone Actualiser différentes possiblilités de paramétrages.
L’option interruption auto. du calcul d’éclairage et d’ombrage lors de modifications est la
solution la plus simple qu’ArCon vous propose.
L’option Recalcul sur demande uniquement vous laisse la décision de faire un nouveau calcul
ou de laisser des ombres qui sont éventuellement erronées. Dans ce cas, un nouveau calcul sera
uniquement réalisé si vous cliquez sur l’icône Actualiser à droite de l’option.
Après certaines réalisations dans le mode Construction suivi du changement dans le mode de
design, le calcul d’ombrage peut être refusé même si vous avez choisi l’option Recalcul sur
demande uniquement, parce que le classement avec les modifications de murs, sols et plafonds
n’est plus possible maintenant. Dans ce cas, ArCon se met automatiquement dans la représentation
sans ombre.
9.7.3.1.1 Le champ Calcul auto de l'éclairage
Pour éviter ce point négatif lors du passage en mode Design, avec ce champ de sélection, ArCon
recommence automatiquement le calcul d’éclairage et d’ombrage. Si ce calcul s’avérait trop long,
il possible de l’interrompre dans le dialogue Calcul de luminosité.
Si ce champ n’est pas activé, vous changez en mode Design et utilisez ensuite l’icône de recalcul.
Il y aura éventuellement un nouveau calcul de la répartition d’éclairage et d’ombrage.
9.7.3.1.2 Le champ Ombrage standard des pièces
Si avec l’aide du calcul d’ombrage vous ne souhaitez pas calculer l’éclairage et l’ombrage pour le
projet entier mais seulement pour certaines pièces choisies ou uniquement pour des sols, plafonds
et murs, vous indiquez avec cet outil comment le calcul doit fonctionner
Si le champ est sélectionné et que vous utilisez le calcul d’ombrage pour un partie de la pièce (soit
un mur, le plafond ou le sol) le calcul est réalisé pour la pièce entière.
Si le champ n’est pas sélectionné; le calcul d’ombrage est réalisé uniquement pour la partie de la
pièce que vous avez choisie par un clic sur Appliquer..., par exemple un mur.
Votre choix dépend de vos besoins et de la vitesse de votre ordinateur.
Le calcul de la répartition d’éclairage et d’ombrage se fait bien sûr plus rapide pour un mur que
pour une pièce entière.
224
Le mode Design
9.7.3.2 La zone Traitement des murs, sols et plafonds
Cette partie permet le calcul séparé pour les différentes zones de murs, planchers et plafonds.
9.7.3.2.1 Le champ Eclairer
Uniquement quand ce champ est sélectionné, il y a un calcul d’éclairage et éventuellement
d’ombrage pour les murs, sols et plafonds. Sinon le calcul de textures d’éclairage (lightmaps) est
masqué pour cette partie. Le calcul de la scène complète est plus rapide car il y moins de
lightmaps à calculer. La consommation de mémoire est également plus petite.
Si vous avez choisi Eclairer, vous pouvez préciser dans le champ de sélection Ombrer si vous
souhaitez pour les différentes parties de la pièce uniquement un calcul d’éclairage ou aussi
d’ombrage.
Si vous désactivez Ombrer, la répartition de lumière sur les différentes parties de la pièce est bien
fixée mais le calcul de lumière se fait indépendamment des parties qui se trouvent par exemple
entre un mur et la source de lumière. Le résultat de ce calcul ressemble au «phong-shading» où un
calcul exact est réalisé pour chaque pixel.
Contrairement au champ Eclairer , le champ Ombrer n’a pas d’influence sur la mémoire
nécessaire, puisque pour chaque partie de pièce il y a création d’une lightmap. Mais il influence le
temps de calcul, puisqu’on n'a pas besoin du calcul global.
9.7.3.2.2 Le champ Densité du balayage
Comme expliqué dans la première partie concernant le calcul d’éclairage et d’ombrage, pour
chaque partie d’une pièce il y a un calcul de lighmaps, qui sont appliqués comme deuxième
texture. La qualité de ces ombrages dépend de la définiton de ces lightmaps.
En principe, vous pouvez décider pour chaque partie de la pièce la densité du balayage - donc la
définition et la consommation de mémoire - pour les lightmaps. Mais en général, c’est plus simple
de prévoir le même balayage pour tous les éléments d’une pièce.
En sélectionnant Densité du balayage, tout les éléments semblables (par exemple tous les murs)
ont la même densité fixée dans le champ de sélection. Si Densité du balayage n’est pas
sélectionné, les paramétrages sélectionnés dans la boîte de dialogue Dimensions de textures sont
utilisés pour les parties de la pièce concernées.
9.7.3.3 La rubrique Sources d’éclairage
9.7.3.3.1 Quelques remarques pour la mémoire nécessaire de lightmaps
Comme expliqué dans la première partie, chaque valeur de balayage d’une lightmap nécessite une
mémoire d’environ1,4 octet. Imaginez-vous une pièce qui est carrelée avec des carreaux d’une
longueur d’arête de 2 cm. Le besoin en mémoire de lighmaps correspond au nombre des carreaux
multiplié par 1,4 octet. Cette mémoire peut accepter des grandes valeurs pour les grandes pièces.
Par exemple, les carreaux sont d’une dimension de 4 cm, le balayage d’ombrage est moins
détaillé, mais le besoin en mémoire est divisé par 4.
La valeur de densité de balayage pour chaque élément de pièce n’est pas exactement la valeur
utilisée. Car pour des lightmaps, uniquement des textures sont utilisées ayant en direction x ou y
une longueur d’arête d’une puissance deux (donc uniquement de 2, 4, 8, 16, 32...)
225
Guide de référence
Exemple : vous avez un élément d’une longueur de 5 m avec une valeur de densité de balayage de
2 cm, la lightmap vers la direction correspondante devrait avoir une largeur de 250 pixels. ArCon
utilise alors automatiquement la puissance de deux la plus proche qui est 256 et le balayage n'est
éventuellement pas exactement d’une qualité souhaitée. En plus, la densité de balayage a une
limite supérieure puisque la définition des textures ne peut pas dépasser une valeur maximale.
Cette valeur dépend de la façon dont vous représentez l’image. Si vous utiliser DirectX ou GLIDE
en accélérateur hardware, la définition maximale dépend de votre carte graphique (pour GLIDE
c’est 256², pour d’autres cartes graphiques modernes et pour Direct X, la définiton de 1024² est
possible).
Remarque : même si votre carte graphique autorise des textures d’une définiton supérieure à
1024² pixels, la limite supérieure pour les lightmaps est limitée à 1024².
9.7.3.3.2 Le champ Paramètres prédéfinis
Si vous sélectionnez ce champ, les paramétrages d’une seule source sont utilisés mais aussi les
informations des champs d’entrée Balayages par direction et Etendue par direction.
9.7.3.3.3 Le champ Ombrage dans toute pièce disposant d’une source..
Cette option permet un calcul plus rapide d’ombrage et d’éclairage du projet ne privilégiant que
les pièces disposant d’une source lumineuse artificielle. Si vous activez ce champ, de petites
erreurs d’ombrage sont éventuellement visibles dans la zone des ouvertures de portes et sur le sol,
mais le calcul est beaucoup plus rapide pour des scènes complexes.
9.7.3.3.4 L’influence des sources d’éclairage sur la vitesse de calcul de lighmaps
Comme expliqué dans le paragraphe sur les caractéristiques des sources de lumière dans la boîte
de dialogue des Options des objets, les sources de lumière pour les calculs ombres/lumières ont
une extension permettant de produire des ombres plus douces par rapport au Raytracing. Les
paramètres d’une source de lumière ont une grande influence sur la vitesse de calcul des
lightmaps, puisque chaque source de lumière à deux dimensioins est calculée à partir d’un nombre
de petites sources les unes à côtés des autres. Le calcul d’ombres ne se fait pas en une fois, mais
en plusieurs. Si vous faites quatre balyages par direction de la source de lumière, il y a 4x4 =16
calculs d’ombres à faire pour une lightmap.
Remarque : la répartition d’intensité lumineuse sur la lightmap ne se fait qu’une fois, puisqu’on
part du principe que l’intensité avec laquelle une source éclaire un point est indépendante de la
forme de la source.
Puisque pour des sources de lumière à deux dimensions le calcul d’ombre se fait n fois, le temps
de calcul pour les lightmaps se multiplie par n lors du balayge multiple des sources de lumière.
Pensez-y avant d’indiquer des valeurs élevées de balayage.
9.8 VISITE 3D
Un clic sur le bouton
dans la vue en perspective (voir page 233) du mode Design active la
fonction Visite 3D. Dans cette vue, le pointeur prend différents aspects selon l’endroit où il se
226
Le mode Design
trouve sur l’écran : une double-flèche (par exemple
) lorsque vous marchez, ou une flèche
) lorsque vous effectuez un demi-tour sur la ligne médiane.
arrondie (par exemple
Ces symboles vous indiquent dans quelle direction vous vous dirigerez si vous avancez. En
fonction de la position du pointeur, vous pouvez vous déplacer dans les directions suivantes :
•
vers l’avant et vers l’arrière
•
vers la gauche et vers la droite
•
vers l’avant gauche et vers l’avant droite
•
tourner vers la gauche et vers la droite.
Pour vous déplacer, cliquez sur le bouton gauche de la souris au milieu de la vue. Plus le pointeur
se trouve au centre de la fenêtre, plus vous vous déplacez lentement. Au centre de votre projet, le
.
pointeur est remplacé par le symbole
Plus le pointeur se rapproche des bords de la vue, plus vous pouvez aller vite. Pour aller encore
plus vite, appuyez également sur la touche Ctrl du clavier ou sur la combinaison de touches
Ctrl+Maj. Dès que vous relâchez le bouton gauche de la souris, vous n’avancez plus. Pour quitter
la fonction Visite 3D, cliquez sur l’un des boutons de la barre d’outils.
Vous pouvez modifier le type de représentation de votre projet lors des déplacements
(représentation filaire, colorée avec ou sans textures) dans la boîte de dialogue Paramètres
généraux, accessible à partir du menu Options – Programme – Paramètres généraux.
9.8.1 Boîte de dialogue Accélération matériel
Un clic droit sur le bouton
active la boîte de dialogue Accélération matériel.
9.8.2 Onglet Parcourir
Si vous cochez l'option Visite en mode plein écran, le programme masque tous les éléments de
l'interface lorsque vous cliquez sur , la fenêtre actuelle occupe tout l’écran jusqu'à ce que vous
quittiez le mode Visite 3D en appuyant sur la touche Échap ou par un clic droit de la souris.
Sous la rubrique Hauteur, indiquez la manière dont la hauteur doit être définie lors de la visite. Si
vous choisissez l'option Constante, la hauteur du point de vue de l’observateur aura toujours la
même valeur par rapport au niveau du sol, indépendant du terrain actuel. Il peut donc vous arriver
de "traverser une colline". Si vous choisissez Parallèle aux reliefs du terrain, l’observateur se
227
Guide de référence
trouve toujours à une certaine distance par rapport au terrain. Cette manière d’évoluer correspond
sûrement davantage à vos expériences.
La case à cocher Contrôle de collisions remplit la même fonction que
dans la barre d’outils
horizontale supérieure. Si cette case est cochée, il est impossible de traverser des murs. Le
déplacement en direction du mur est ignoré. Pour entrer dans un bâtiment ou pour changer de
pièce, vous êtes donc obligé de passer par les portes (ou éventuellement par une fenêtre si la
hauteur de vue se trouve à hauteur de fenêtre.
9.8.2.1 Rubrique Commande
Vous spécifiez sous cette rubrique le périphérique utilisé pour parcourir votre projet. L’option
SpaceMouse est inaccessible si un périphérique de ce type n’est pas raccordé à votre ordinateur.
9.8.3 Contrôle de collision
Le bouton
de la barre d'outils horizontale joue seulement un rôle lors de la visiste 3D
(voir
n’est pas activé, vous pouvez traverser les murs et les meubles
page 226). Lorsque le bouton
quand vous vous déplacez dans les pièces. Lorsque le bouton
est activé, il est impossible de
traverser les murs. Si vous approchez trop d’un mur, vous reculez légèrement et vous longez
automatiquement un peu ce mur.
est activé, vous pouvez franchir des portes et, au contraire des murs, vous
Lorsque le bouton
pouvez toujours traverser les meubles.
9.8.4 Vue de jour / Vue de nuit / Vue à heure variable
Cette fonction est active uniquement dans les modes Plan coloré (voir page 210) et Vue en
perspective (voir page 210).
permet de basculer entre une vue de jour, une vue de nuit
Un clic sur le bouton déroulant
et une vue à heure variable. Cliquez avec le bouton droit de la souris sur ce bouton pour activer la
boîte de dialogue Paramètres de clarté permettant de configurer en détail la luminosité des
différentes vues.
9.8.4.1 Vue de jour
Le jour, votre projet est doté d’une luminosité prédéfinie que vous pouvez spécifier dans la boîte
de dialogue Paramètres de clarté (voir ci-dessous). Toutes les lampes se trouvant dans votre
projet n’ont, dans la vue de jour, aucune influence sur la luminosité de la vue.
9.8.4.2 Vue de nuit
Dans la vue de nuit en revanche, seules les lampes allumées (voir page 262) peuvent éclairer votre
projet. Toutes les pièces ne contenant aucune source de lumière restent sombres.
9.8.4.3 Vue à heure variable
Si vous avez opté pour cette vue à heure variable, toutes les lampes s’allumeront automatiquement
au coucher du soleil, c’est-à-dire juste avant le passage à la vue de nuit. La boîte de dialogue
228
Le mode Design
Paramètres de lumière du jour (voir page 229) permet en outre de tenir compte de la position du
soleil pour l’affichage de la lumière.
Avec la vue à heure variable, les ombres sont plus facilement visibles lors du raytracing.
L’objectif de cette fonction est avant tout de se rapprocher de la réalité et de simuler les
changements de luminosité dans une pièce du matin au coucher du soleil.
9.8.4.4 Paramètres de clarté
Vous activez cette boîte de dialogue par un clic droit sur le bouton
ou par la commande
Clarté du menu Options.
Faites varier l’intensité lumineuse de plus sombre (<1.0) à plus claire (>1.0) à l’aide du curseur.
Le bouton Aperçu permet de répercuter le réglage sur la représentation en cours. Le bouton
Étendu ouvre la boîte de dialogue Paramètres de lumière du jour (voir page 229) donnant accès
à des paramètres plus complexes relatifs à la localisation de l'observateur et à l’heure locale. Vous
pouvez par exemple spécifier si le soleil lui-même ou seule la lumière qu’il produit doivent être
représentés.
9.8.4.5 Paramètres de lumière du jour
Cette boîte de dialogue est activée par un clic sur le bouton Étendu de la boîte de dialogue
Paramètres de clarté.
Vous pouvez faire varier ici la lumière dans la vue à heure variable en animant le soleil et la lune
en relation avec la localisation de l'observateur, ainsi qu'avec la date et l’heure.
Sur la base de la représentation du soleil et de la lune, vous pouvez créer des effets de lumière
grâce à la sélection d’un arrière-plan coloré. Ces effets servent à reproduire aussi fidèlement que
possible la clarté et l’obscurité.
229
Guide de référence
9.8.4.5.1 Localisation de l'observateur
Vous disposez de plusieurs méthodes pour définir le localisation de l'observateur. En règle
générale, vous choisissez dans un premier temps le pays souhaité dans la liste déroulante mise à
votre disposition. Une fois celui-ci choisi, choisissez dans la liste prédéfinie une ville, dont le nom
est accompagné des valeurs de Longitude et de Latitude.
Si le lieu recherché n’est pas référencé dans la liste de sélection Ville, identifiez-le directement à
l’aide de ses valeurs de longitude et de latitude. Dans le cas de saisies personnalisées, le champ
Ville reste vide.
Le champ Fuseau horaire est calculé automatiquement pour les deux variantes. Il est impossible
de modifier le pays, la ville, la longitude ou encore la latitude par l’intermédiaire de saisies dans ce
champ. Vous avez toutefois la possibilité de choisir la valeur dans une liste. Les valeurs définies
sous la rubrique Localisation de l'observateur complétées par celles de la zone Date et heure
locales constituent la base du calcul pour la représentation de la Terre, du Soleil et de la Lune dans
la fenêtre d’aperçu.
9.8.4.5.2 Date et heure locales
Spécifiez ici la date et l’heure exactes dans les champs de saisie correspondants ou par
l’intermédiaire des listes de sélection. Les deux valeurs font référence à la localisation de
l'observateur.
Les valeurs définies sous la rubrique Date et heure locales complétées par celles de la zone
Localisation de l'observateurconstituent la base du calcul pour la représentation de la Terre, du
Soleil et de la Lune dans la fenêtre d’aperçu.
Le bouton Actualiser permet de reprendre directement l'heure système de votre ordinateur.
L’heure d’été n’est pas automatiquement prise en compte mais vous pouvez le spécifier par
l’option adéquate. Vous observez dans la fenêtre d’aperçu le déplacement du soleil d’une heure.
230
Le mode Design
9.8.4.5.3 Fenêtre d'aperçu
La fenêtre d’aperçu présente la position de la Terre, du Soleil et de la Lune en fonction de la
Localisation de l'observateur et des Date et heure locales. Toutes les modifications effectuées
sous ces deux rubriques sont immédiatement répertoriées dans cette fenêtre. Le centre de la croix
correspond au point indiqué comme localisation de l'observateur. L’observateur est en quelque
sorte placé sur ce point central et regarde dans les différentes directions. Pour modifier ce point,
. Déplacez le point de
déplacez le pointeur sur la fenêtre. Il prend alors la forme du symbole
vue en maintenant le bouton de la souris enfoncé. La fenêtre d’aperçu est idéale pour animer
librement le soleil et la lune. Si vous modifiez par exemple le jour mais pas l’heure, vous pouvez
suivre le déplacement de la lune, tandis que le soleil conserve sa position.
9.8.4.5.4 Conditions de luminosité
Déterminez ici la lumière dans la vue à heure variable. La lumière peut être définie de manière
uniforme ou à partir d'un fichier bitmap contenant un dégradé de luminosité. La couleur de la
lumière du soleil peut être appliquée à tout l’arrière-plan de façon à créer des effets de luminosité
et d’obscurité aussi réels que possibles.
Le soleil et la lune ne sont pas les seules sources de lumière. Le programme dispose d’une autre
source de lumière uniforme, nécessaire dans les représentations de nuit.
9.8.4.5.4.1 Fenêtre d’affichage
Si vous avez chargé un fichier bitmap comme image d’arrière-plan, la position du soleil sur
l’horizon est identifiée par la croix. Cette position dépend de la localisation de l'observateur et de
l’heure locale. Si vous modifiez par exemple le mois et passez de janvier à mai, vous pouvez
observer le déplacement vers la droite du soleil (de la croix). L’axe x marque les saisons du 1er
janvier au 31 décembre. L’axe y correspond à la position du soleil au-dessous ou au-dessus de
l’horizon caractérisé par la ligne médiane (de 0h00 à 24h00).
La croix sur l’arrière-plan de couleur du fichier bitmap indique en outre la couleur du fichier
utilisée pour la représentation du soleil dans la vue à heure variable. Si la croix est par exemple
placée sur une zone de couleur rouge, le soleil sera de cette couleur.
9.8.4.5.4.2 Option Constante
Si vous activez cette variante, vous optez pour un arrière-plan coloré uni pour le soleil. Cliquez
sur le bouton Définir. Vous accédez ainsi à la boîte de dialogue standard de Windows. Si vous
231
Guide de référence
avez activé l’option Constante, l’option À partir de est inactive. Le programme génère la couleur
du soleil, de l’arrière-plan et des objets éclairés à partir de la couleur désignée.
9.8.4.5.4.3 Option À partir de
Si cette option est sélectionnée, saisissez le nom d’un fichier bitmap ou cliquez sur le bouton
Parcourir. L’image choisie s’affiche dans la fenêtre à gauche et représente la base de la couleur
du soleil dans la vue à heure variable.
Pour choisir le fichier de l’image, tenez compte de préférence des conditions climatiques de la
localisation de l'observateur. Vous avez également la possibilité de créer une image avec un
programme de dessin. Notez cependant que la palette de couleurs permet uniquement une
approche de la luminosité naturelle réelle.
9.8.4.5.4.4 Options Représentation du soleil/de la lune
Vous décidez à l’aide de ces options si le soleil ou la lune doivent être représentés dans la vue à
heure variable ou si seule la lumière diffusée doit être prise en compte.
Vous masquerez sans doute le soleil s’il se trouve devant le ciel nuageux d’une image d’arrièreplan. Dans ce cas, la lumière du soleil sera conservée mais le soleil sera caché par les nuages.
9.8.4.5.4.5 Incidence du soleil sur l’arrière-plan
Cette rubrique permet de spécifier l’incidence de la couleur du soleil, dérivée de la position du
pointeur sur la grille de couleur du bitmap ou d’une couleur unie, sur l’image d’arrière-plan. En
règle générale, vous avez chargé un fichier bitmap sur la base duquel le soleil est rouge-orangé le
matin et le soir. Si vous choisissez une valeur de 50 % par exemple, les nuages de l’image
d’arrière-plan seront de couleur orange. Vous pouvez ainsi simuler l’effet de l’aurore ou du
crépuscule. Il est important que la couleur du soleil ait une influence sur l’arrière-plan pour éviter
d’avoir par exemple un ciel bleu la nuit. Ce paramètre est habituellement choisi en relation avec
un bitmap chargé à l’arrière-plan. Il est important également lorsque vous avez créé l’arrière-plan
(voir page 213) avec des dégradés de couleurs unies.
9.8.5 Changer d’étage
9.8.5.1 .
Un étage vers le haut
Un clic sur ce bouton vous permet d’accéder à l'étage supérieur de votre projet. Si vous maintenez
, le déplacement se fera de manière
la touche Ctrl enfoncée lorsque vous cliquez sur le bouton
dynamique.
Ce bouton est disponible en mode d’affichage Vue en perspective mais pas dans les autres types
de vues (voir page 210).
9.8.5.2 .
Un étage vers le bas
Pour passer à l’étage inférieur de votre construction, cliquez sur ce bouton. Si vous maintenez la
touche Ctrl enfoncée lorsque vous cliquez sur , le déplacement sera dynamique.
Ce bouton est disponible en mode d’affichage Vue en perspective (voir page 211) mais pas dans
les autres types de vue.
232
Le mode Design
9.8.6 Paramètres de la vue en perspective
Dans la vue en perspective, il est possible de modifier de duex manières la position de
l’observateur et le point vers lequel il regarde. La première solution passe par la fonction Visite
(voir page 226) permettant de modifier votre position de manière presque interactive,
3D
l’autre utilise la boîte de dialogue suivante.
Cette boîte de dialogue est activée par un clic droit sur le bouton Déplacement de point de vue
. Les trois rubriques Position de l’observateur, Point de vue et Indications complémentaires
sont destinées à la définition des paramètres correspondants. La position de l’observateur pourra
être enregistrée sous un nom spécifique.
9.8.6.1 Enregistrer la position de l’observateur
Vous avez la possibilité de définir plusieurs emplacements d'observation dans un projet et de les
enregistrer. De cette manière, vous pourrez rapidement basculer d'un point d'observation à un
autre en mode Design. Cette fonctionnalité vous rendra bien des services lorsque vous
commencerez à filmer votre projet. Grâce à elle, vous pourrez revenir à la position définie
précédemment et reprendre ensuite l'observation à partir d'un autre emplacement. Les
emplacements existants sont répertoriés dans la liste de sélection Nom qui vous permet de passer
rapidement d’une position définie à une autre en mode Design. La liste est bien sûr vide si aucun
emplacement n’a encore été enregistré dans le nouveau projet.
233
Guide de référence
Pour enregistrer la position actuelle de l’observateur, procédez de la manière suivante :
1. Un clic sur le bouton Enregistrer sous ouvre la boîte de dialogue Enregistrement de point
de vue.
2. Toutes les valeurs définies dans la boîte de dialogue Paramètres d'observation sont
sauvegardées sous le nom saisi.
3. Cliquez sur OK pour revenir à la boîte de dialogue précédente. Le point de vue apparaît dans la
liste de sélection Nom.
Pour effacer une position de la liste, sélectionnez-la avant de la supprimer par un clic sur le bouton
Effacer.
9.8.6.2 Enregistrement direct du point de vue actuel
L’autre solution de sauvegarde de la position de l’observateur n’utilise pas le bouton
. En
dehors de ce bouton, vous disposez en effet du bouton ainsi que d’une liste de sélection.
sert à enregistrer la position actuelle comme nouveau point de vue. La liste déroulante
correspond à la liste Nom de la boîte de dialogue Paramètres d’observation. La suppression
d’une position définie n’est toutefois pas possible directement dans la barre d’outils horizontale.
9.8.6.3 Position de l’observateur/Point de vue
La position de l’observateur et le point de vue peuvent être définis à l’aide de la souris. Cliquez
sur le bouton correspondant puis désignez les deux positions avec la souris 3D dès que la boîte de
dialogue passe à l’arrière-plan.
Vous pouvez définir la hauteur du point de vue ou de l'observateur par des valeurs numériques et
indiquer une valeur Hauteur au-dessus du sol (il s'agit en l'occurrence du sol de l'étage actuel) ou
une Hauteur absolue. La première de ces deux valeurs ne peut cependant être définie que lorsque
l'observateur se trouve dans une pièce. Dans le cas contraire, elle est désactivée.
9.8.6.4 Indications complémentaires
Sous la rubrique Indications complémentaires, vous pouvez définir l'inclinaison de la tête et la
largeur du champ visuel. L'inclinaison correspond à un mouvement vers le bas ou vers le haut, le
regard étant supposé rester fixe. Le paramètre peut être défini à l'aide du curseur ou directement
dans la zone numérique. La hauteur du point de vue change automatiquement si vous modifiez
l'inclinaison de la tête. C'est logique car en levant ou en baissant la tête, vous regardez forcément
un autre point du projet.
Le paramètre Champ visuel fonctionne comme un objectif d'appareil photo. Vous pouvez utiliser
toutes les variantes entre le grand angle et le téléobjectif. Étroit correspond au téléobjectif et
Large au grand angle. Une valeur de 60 degrés équivaut à un angle de vision normal. Comme
234
Le mode Design
l'inclinaison, le champ visuel peut également être défini soit à l'aide du curseur, soit directement
dans la zone numérique.
Par profondeur de champ, on désigne la distance à partir de laquelle et jusqu'à laquelle les objets
sont représentés avec netteté. Si vous réduisez par exemple la valeur du paramètre Arrivée, les
objets situés au-delà de cette distance ne seront plus représentés. Vous pouvez utiliser ce
paramètre pour effectuer une coupe dans la maison. Faites l'essai en entrant, par exemple, la valeur
1000 comme valeur d'arrivée. Si le bâtiment est assez grand, vous avez maintenant l'impression
que la partie située au fond de l'image a été démolie. Si vous activez à nouveau l'option
Profondeur de champ automatique, vous retrouvez la vue habituelle.
Remarque : Vous pouvez à tout moment interrompre la définition de la position de l’observateur
ou du point de vue à l’aide la touche Échap. La boîte de dialogue repasse alors au premier plan
mais les positions ne subissent aucune modification.
9.8.6.5 .
Déplacement de point de vue
Ce bouton permet, dans les trois vues du mode Design (voir page 210) d’observer votre projet de
tous les côtés.
En fonction du côté du bouton sur lequel vous cliquez (à gauche, à droite, en bas ou en haut), la
flèche correspondante s’affiche en rouge.
Dans la vue en perspective, l’image est modifiée comme si vous observiez toujours le même
emplacement mais vous vous déplacez selon la direction du bouton. Vous pouvez spécifier le
point de vue dans la boîte de dialogue Paramètres d’observation ouverte par un clic droit sur le
ou par la commande Observation du menu Options. Vous trouverez de plus amples
bouton
informations à la page 233.
9.9 OBJETS ET GROUPES D'OBJETS
9.9.1 Placer des objets et des groupes d’objets
Le positionnement des objets et des groupes d’objets diffère légèrement en fonction du mode de
sélection activé.
Le positionnement dépend aussi du type d’affichage actuel. Les sections suivantes décrivent le
positionnement des objets et des groupes d'objets en fonction du mode d’affichage et du type de
sélection activés. Dans la vue en plan (voir page 210), le pointeur a même la forme et les même
fonctions que le curseur 2D du mode Construction (voir page 65), alors que dans la vue en plan
coloré (voir page 210) et la vue en perspective (voir page 211), le pointeur adopte les formes et les
fonctions de la souris 3D.
9.9.1.1 .
Vue en plan
(Voir aussi page 210.) Après avoir sélectionné un objet ou un groupe d’objets dans le catalogue
(voir page 267), faites-le glisser dans votre projet en maintenant le bouton gauche de la souris
enfoncé. Relâchez le bouton dès que l’objet est correctement positionné.
Le curseur prend la forme d’une croix dès que vous le placez dans la fenêtre d’affichage pour
positionner le nouvel objet. L’objet choisi n'est pas affiché tant que le pointeur se déplace dans la
fenêtre. Lorsque l'objet a été positionné, il vient se doter d’un cadre de sélection.
235
Guide de référence
Si l’objet (ou le groupe d’objets) est chargé à partir du menu Objets, amenez simplement la souris
à l'endroit souhaité puis cliquez.
Pour éviter que des objets ne se mêlent les uns aux autres, appuyez sur la touche Ctrl pendant le
déplacement pour activer le contrôle des collisions.
9.9.1.2 .
Vue en plan coloré
(Voir aussi page 210.) Dans ce type d’affichage, le curseur a les mêmes fonctions que la souris
3D. Vous pouvez placer vos objets sur les axes x, y et z.
9.9.1.2.1 Chargement à partir du catalogue
Si vous avez sélectionné un objet ou un groupe d’objets dans le catalogue (voir page 267), faitesle glisser dans votre projet en maintenant le bouton gauche de la souris enfoncé. Placez l’objet sur
les axes x et y avec le bouton gauche et sur les axes x et z à l’aide des deux boutons de la souris.
Relâchez le bouton de la souris pour placer l’objet.
Le pointeur prend la forme d’une croix rouge. L’objet choisi ne s’affiche qu’une fois en place. Il
est alors doté d’un cadre de sélection.
9.9.1.2.2 Chargement via le menu
Si l’objet (ou le groupe d’objets) est chargé à partir du menu Objets, faites-le simplement glisser
sans cliquer sur le bouton de la souris. Vous placez alors l’objet sur les axes x et y. Un clic droit
positionne l’objet sur les axes x et z. Confirmez la position finale de l’objet par un clic gauche.
L’objet choisi s’affiche immédiatement dans la fenêtre d’affichage et est doté d’un cadre de
sélection.
Pour éviter que des objets ne se mêlent les uns aux autres, appuyez sur la touche Ctrl pendant le
déplacement pour activer le contrôle des collisions.
9.9.1.3 .
Vue en perspective
(Voir aussi page 211.) Dans ce mode d’affichage, le curseur dispose, comme dans la vue du
dessus, des fonctionnalités de la souris 3D. Vous pouvez placer les objets sur les axes x, y et z.
Le déplacement et l'utilisation de la souris 3D dans l’espace, associés aux boutons gauche et droit,
dépendent des paramètres définis sous la rubrique Déplacements (bouton droit de la souris
enfoncé) de la boîte de dialogue Paramètres généraux accessible via la commande Options –
Programme. Pour en savoir plus sur les paramètres consultez la page 21. Dans le plan en
perspective, la souris 3D prend une forme bien particulière. Six cônes indiquent la position exacte
de l'objet.
9.9.1.3.1 Chargement à partir du catalogue
Si vous avez sélectionné un objet ou un groupe d’objets dans le catalogue (voir page 267), faitesle glisser dans votre projet en maintenant le bouton gauche (ou droit) de la souris enfoncé, en
fonction de la méthode choisie dans la boîte de dialogue Paramètres généraux. Relâchez le
bouton de la souris pour placer l’objet.
236
Le mode Design
9.9.1.3.2 Chargement via le menu
Si l’objet (ou le groupe d’objets) est chargé à partir du menu Objets, faites-le simplement glisser
sans cliquer sur le bouton de la souris. Confirmez la position finale de l’objet par un clic gauche
qui n’a aucune autre fonction. Le bouton droit vous sert à déterminer la profondeur.
L’objet choisi s’affiche immédiatement dans la fenêtre d’affichage et est doté d’un cadre de
sélection dès qu’il est en place. Pour éviter que des objets ne se mêlent les uns aux autres,
appuyez sur la la touche Ctrl pendant le déplacement pour activer le contrôle des collisions.
9.9.2 Sélectionner et désélectionner des objets
Tous les objets destinés à être édités d’une façon ou d’une autre doivent au préalable être
sélectionnés. Le déroulement de cette opération est identique dans les trois modes d’affichage du
mode Design. La manipulation est valable pour les objets ou les groupes d’objets. Seuls les cadres
de sélection se présentent différemment.
La plupart des éléments de construction peuvent parfois aussi être sélectionnés et édités en mode
Design. Pour plus d'informaitons, consultez page 257.
9.9.2.1 Sélectionner et désélectionner un seul objet
Pour sélectionner un objet, cliquez avec le bouton gauche de la souris sur ou dans l’objet souhaité.
L’objet sélectionné est entouré d’un cadre de sélection. Désigner un autre objet ou cliquer sur un
autre emplacement ne contenant aucun objet annule la sélection de l’objet précédent.
9.9.2.2 Sélectionner et désélectionner plusieurs objets
La sélection de plusieurs objets est quasiment identique à la sélection d'un objet unique. En
maintenant la touche Maj enfoncée lorsque vous cliquez sur le deuxième objet et les suivants,
vous incluez chaque nouvel objet dans la sélection. Si vous avez sélectionné un objet par erreur,
cliquez dessus une nouvelle fois pour annuler sa sélection.
9.9.2.3 Sélectionner tous les objets
Cette opération s’effectue tout simplement en cliquant avec le bouton gauche de la souris sur
ou par le biais de la commande Tout sélectionner du menu Édition.
9.9.3 Déplacer un objet ou un groupe d’objets
Pour déplacer un objet ou un groupe d'objets, vous devez d'abord le sélectionner. Comme lors de
l’insertion, il existe de petites différences selon la vue (voir page 210) dans laquelle on se trouve,
notamment en ce qui concerne l'aspect du cadre de sélection. Le cadre n'est pas affiché pendant le
déplacement.
Pour éviter que des objets ne se mêlent les uns aux autres ou puissent être déplacés à travers les
murs, appuyez sur la touche Ctrl pendant le déplacement de l’objet ou du groupe. Vous activez
ainsi le contrôle des collisions. L'objet peut alors être placé à côté d'un autre ou directement contre
un mur. Vous ne risquez donc plus de placer un objet dans un mur.
237
Guide de référence
9.9.3.1 Influence de la grille lors des déplacements d’objets
Si le bouton
(voir page 83) est activé en mode Design, les objets à déplacer sont attirés par les
nœuds de la grille, comme les éléments insérés en mode Construction. Dans la vue en perspective,
les objets sont également attirés dans le sens de la hauteur en fonction des paramètres de la grille.
Remarque : Dans le plan coloré et dans la vue en perspective, la grille n’est pas affichée même si
elle est activée.
9.9.3.2 Déplacement dans la vue en plan
(Voir aussi page 210.) Les objets ou groupes d’objets sélectionnés sont entourés d’un cadre de
sélection noir. Un déplacement des objets n’est possible que sur les axes x et y. Le curseur a les
mêmes fonctions qu’un curseur 2D.
9.9.3.3 Déplacement dans la vue en plan coloré
9.9.3.3.1 Déplacement dans la largeur (x) et dans la profondeur (y)
Amenez le pointeur dans le cadre de sélection de l’objet ou du groupe et déplacez l’objet en
maintenant le bouton gauche enfoncé. L’objet est repositionné dès que vous relâchez le bouton de
la souris.
Les objets et groupes sélectionnés peuvent être déplacés sur les axes x et y. Un déplacement sur
l’axe z n’est pas possible avec le bouton gauche.
9.9.3.3.2 Déplacement dans la largeur (x) et la hauteur (z)
Amenez le pointeur dans le cadre de sélection de l’objet ou du groupe et déplacez l’objet à l’aide
des boutons gauche et droit de la souris. L’objet est repositionné dès que vous relâchez le bouton
de la souris.
Les objets et groupes sélectionnés peuvent être déplacés sur les axes x et z. Un déplacement sur
l’axe y n’est pas possible avec la combinaison des deux boutons de la souris.
9.9.3.4 Déplacement dans la vue en perspective
(Voir aussi page 211.) Dans ce mode d’affichage, la souris 3D est dotée d’une ombre représentant
sous le cadre de sélection la liaison entre le niveau du sol de l’étage et l’objet (ou le groupe) à
déplacer. Ce trait permet d’estimer la position future de l’objet, si la fonction de chute est activée
pour l’objet en question.
La direction du mouvement lors du déplacement avec le bouton gauche de la souris peut être
influencée dans les Paramètres généraux. Pour en savoir plus sur cette boîte de dialogue,
reportez-vous à la page 241.
9.9.3.4.1 Déplacement dans la largeur (x), la profondeur (y) et la hauteur (z)
Le déplacement et l'utilisation de la souris 3D dans l’espace, associés aux boutons gauche et droit,
dépendent des options définies dans la boîte de dialogue Paramètres généraux. Cette boîte de
238
Le mode Design
dialogue est ouverte à partir de la commande Paramètres généraux du menu Options –
Programme. Pour en savoir plus sur cette boîte de dialogue, reportez-vous à la page 21.
Remarque : Pour simplifier le déplacement des objets, il peut être judicieux de charger une
deuxième vue dans la fenêtre principale. La première est destinée à afficher par exemple la vue en
plan (avec ou sans couleurs) et la seconde la vue en perspective.
Dans la vue en plan 2D, les objets sont plus facilement déplacés sur les axes x et y alors que la vue
en 3D rend le déplacement sur l’axe z plus aisé.
9.9.4 Enregistrer et charger des objets
En dehors de la gestion d’objets et de groupes dans le catalogue, ces éléments peuvent aussi être
gérés via un menu. La sélection de la commande Charger un objet ou Charger un groupe
d'objets du menu Objets active la boîte de dialogue correspondante.
9.9.4.1 Enregistrer un objet
Cette boîte de dialogue est activée par l’intermédiaire de la commande Enregistrer un objet dans
un fichier du menu Objets. Cette commande n’est active que pour un objet sélectionné et si la
licence du produit l'autorise, ce qui n'est pas le cas dans ces versions actuelles. Si aucun objet
n’est sélectionné ou si plusieurs le sont, la commande est grisée et ne fonctionne pas.
9.9.4.2 Charger un objet
La boîte de dialogue est activée par l’intermédiaire de la commande Objets/Charger objet.
La seule différence de cette boîte de dialogue par rapport à la fenêtre standard de Windows est la
fenêtre d’aperçu qui permet de visualiser l’objet avant de l’intégrer dans votre projet. Il est
nécessaire qu’un objet du programme (extension .aco) soit sélectionné.
Remarque : Si plusieurs objets se trouvent dans le même dossier, vous pouvez obtenir rapidement
un aperçu de tous les objets à l'aide des touches Flèche haut et Flèche bas.
9.9.5 Le magnétisme en mode Design
Les objets du mode Design peuvent utiliser la fonction de magnétisme de la même manière que les
éléments en mode Construction (voir page 73). Si le magnétisme est activé dans la boîte de
dialogue correspondante (voir page 239), un objet 3D déplacé dans une vue quelconque est attiré
par les autres objets, comme par les murs ou d'autres éléments de construction dont il s'approche.
Lors de ces manipulations, un aperçu transparent de l’objet est affiché simultanément pour vous
indiquer le résultat obtenu lorsque la commande en cours sera validée.
En faisant usage de la combinaison de touches Ctrl+F, l’objet manipulé semble automatiquement
attiré par les éléments de construction (murs, sols et plafonds) ou les autres objets d’aménagement
(objets ou groupes d’objets 3D) du projet, et propose son alignement automatique en fonction de
ceux-ci.
9.9.5.1 Paramètres de sélection en mode Design
Cette boîte de dialogue est accessible en mode Design au moyen d’un clic avec le bouton droit de
ou en utilisant la combinaison de touches Ctrl+Espace.
la souris sur le bouton
239
Guide de référence
Cette boîte de dialogue vous permet d’effectuer les réglages relatifs au magnétisme des objets en
mode Design.
Les options Marche et Arrêt sont utiles pour signifier que le magnétisme des objets est activé ou
non.
La zone de saisie Étendue spécifie la valeur, exprimée en pixels, de la distance maximale entre
deux objets (objet/objet) ou éléments (objet/élément de construction) pour que l’objet sélectionné
soit automatiquement attiré par l’autre.
La zone de saisie Angle de rotation maximum indique jusqu'à quelle valeur angulaire l’objet
sélectionné peut pivoter afin de s’aligner sur l’objet ou sur l’élément par lequel il est attiré. Ainsi,
une valeur portée à 0° implique que l’objet ne peut pas être orienté.
9.9.5.1.1 Rubrique Magnétisme sur
Sous cette rubrique sont précisées les options de magnétisme d’un objet sélectionné. Les options
Versants, Arêtes et Angles et coins peuvent être activées séparément suivant vos besoins.
Imaginons, par exemple, que vous souhaitiez déplacer un bureau en direction d’un mur : si ces
trois options sont toutes activées, le bureau va être attiré aussi bien par la paroi du mur (versants),
que par ses arêtes ou ses extrémités (angles et coins). En fonction des options choisies, il est par
conséquent possible de limiter le magnétisme des points à certains critères spécifiques.
La sous-rubrique Éléments concernés permet, quant à elle, de déterminer les éléments de
construction ou les objets 3D qui génèreront les effets du magnétisme décrits ci-dessus. Cette
sous-rubrique permet d’opter pour tout ou partie des éléments suivants : Murs, sols et plafonds,
Éléments de construction (portes, fenêtres, poteaux, toitures ...), Objets d’aménagement et
Groupes.
Remarque : Si l’option Groupes n’est pas sélectionnée, les objets qui composent ces groupes se
comportent alors indépendamment les uns des autres.
9.9.5.1.2 Magnétisme des groupes d'objets déplacés
Si les groupes d’objets peuvent attirer un objet sélectionné, ils peuvent également eux-mêmes
subir les effets du magnétisme lorsqu’ils sont déplacés en mode Design. Cependant, si cette option
n’est pas activée, un groupe d’objets peut tout de même être déplacé à la différence que ce sont
cette fois les objets qui le composent qui réagissent séparément au magnétisme.
240
Le mode Design
9.9.6 Paramètres d'objet
Pour obtenir des informations complémentaires sur un objet, double-cliquez dessus dans la vue
active. L'objet peut être sélectionné avant le double clic, mais ce n'est pas obligatoire.
9.9.6.1 Généralités
Tous les objets sont dotés de propriétés prédéfinies concernant leur aspect et d’autres propriétés
qui ne sont pas directement visibles. Cette boîte de dialogue vous permet de modifier les
propriétés d'un objet, telle que son comportement lors du positionnement.
Le nom de l'objet figure dans la partie supérieure de la boîte de dialogue. Les propriétés
modifiables sont présentées au-dessous à gauche et la fenêtre d’aperçu se trouve à droite.
9.9.6.1.1 Dimensions
Sous la rubrique Dimensions, vous pouvez définir la longueur (x), la largeur (y) et la hauteur (z)
de l'objet. Vous pouvez modifier les valeurs en agissant avec la souris sur les petits boutons
fléchés ou en cliquant directement dans une zone de saisie et en entrant la nouvelle valeur.
9.9.6.1.1.1 Cadrer en distorsion
Le plus souvent, lorsque vous modifiez les dimensions d'un objet, vous souhaitez en conserver les
proportions. Vous appliquez alors un certain facteur d'agrandissement ou de réduction à chacune
241
Guide de référence
de ses dimensions. Par défaut, il est tenu compte de ce souhait puisque l'option Cadrer en
distorsion est désactivée. Si cette option est cochée, vous pouvez étirer et déformer un objet
quasiment à volonté.
Vous pouvez aussi modifier les dimensions d'un objet de manière interactive avec le cadre de
sélection. Ce cadre sera différent - par son aspect et par sa fonctionnalité - selon que l'option
Cadrer en distorsion est active ou non.
9.9.6.1.1.2 Symétrie
Si l'option Symétrie est cochée, les côtés de l'objet sont inversés. Cette fonction peut aussi être
(voir page 261).
activée avec le bouton
9.9.6.1.2 Établir hauteur (chute libre)
Si l'option Établir hauteur (chute libre) est active, les objets se posent automatiquement au sol
dans votre projet (du moins, les objets qui possèdent cette propriété). Leur hauteur est alors
calculée automatiquement par le programme, selon l'emplacement d'arrivée (par terre, sur une
table etc.). Dans ce cas, l'option Hauteur au-dessus du sol est inactive et grisée.
Cette fonction n'est pas active pour tous les objets, puisque certains ne se posent pas au sol, par
exemple les tableaux. Pour ces objets, l'option est grisée, donc indisponible, et vous pouvez saisir
manuellement une hauteur d'accrochage pour l'objet.
Pour les objets tombant automatiquement sur le sol, la zone de saisie de l'option Hauteur audessus du sol, bien qu'inactive, indique la hauteur de l'objet par rapport au sol. Si vous placez, par
exemple, une tasse sur une table haute de 80 cm, la hauteur 80 cm est indiquée dans cette zone de
saisie.
Si l'option Établir hauteur (chute libre) n'est pas active, vous pouvez entrer la hauteur par
rapport au sol dans la zone de saisie de l'option Hauteur au-dessus du sol. C'est un excellent
moyen pour placer, par exemple, les lavabos et la robinetterie, et pour fixer tous les radiateurs à la
même hauteur.
9.9.6.1.3 Adaptation au terrain
Si vous activez cette option, les objets seront adaptés exactement au terrain environnant, quelle
que soit sa forme. Cela signifie que les objets seront toujours mis en place dans le sens de leur axe
le plus long et qu'ils seront manipulés de telle sorte qu'ils conservent une hauteur constante par
rapport au niveau du sol (malgré ses irrégularités). Cet effet est parfaitement visible lorsque vous
placez une clôture (voir page 188) sur un terrain non plan. La clôture s'adapte aux dénivelés du
terrain.
9.9.6.1.4 Ne pas déplacer avec bâtiment
En règle générale, il est conseillé de déplacer les objets en même temps que la construction,
lorsque celle-ci effectue une rotation ; les objets forment en effet une unité avec le bâtiment. Si
vous souhaitez qu'un objet ne change pas de position malgré la rotation du bâtiment, vous pouvez
exclure l'objet de l'opération en activant l'option Ne pas déplacer avec bâtiment. Les clôtures de
votre terrain peuvent faire partie de ces objets statiques.
242
Le mode Design
9.9.6.1.5 Option "Projette des ombres en raytracing"
Cette option ne nécessite pas d'explication particulière. On souhaite parfois que certains objets ne
projettent pas d'ombre lors du raytracing, cette ombre pouvant être gênante dans certains cas. Cette
option existe aussi pour les groupes d'objets.
9.9.6.1.6 Cases à cocher Magnétisme pendant déplacement et Définir comme
cible magnétique
Si le magnétisme des objets est activé en mode Design (voir page 72), les objets sont généralement
attirés par d'autres objets ou des éléments de construction (murs) lors de leur déplacement. À
l’aide de ces deux cases à cocher, vous décidez si l’objet doit être attiré par d’autres pendant le
déplacement et si des objets déplacés doivent être attirés par cet objet.
9.9.6.2 Onglet Source lumineuse
Remarque : Dans la boîte de dialogue représentée ci-dessus, la rubrique Source lumineuse est
inactive pour tous les objets à l'exception des lampes. Vous pouvez optimiser et modifier les
sources lumineuses et leur intensité. Vous pouvez définir l’étendue de la zone lumineuse,
l'intensité d'éclairage de la lampe, choisir une couleur d'ampoule et allumer ou éteindre la lampe.
Les paramètres que vous définissez dans ce groupe n'ont d'influence qu’en vue de nuit (voir page
228).
243
Guide de référence
9.9.6.2.1 Curseur Zone influence
L'option Zone Influence détermine l'étendue de la zone d'influence de la lampe. Plus l'étendue est
grande, plus vous augmentez la portée de la lampe dans la scène.
9.9.6.2.2 Curseur Intensité
Avec ce curseur, vous pouvez définir la brillance de la lampe dans le projet. Une forte intensité
produit des ombres bien contrastées mais trop d'intensité peut provoquer une surexposition des
images calculées avec le Raytracer (voir page 220). Soyez donc prudent lors de vos différents
essais.
9.9.6.2.3 Couleur
Le paramètre Couleur définit la couleur de l'ampoule. Le bouton Définir ouvre la boîte de
dialogue Couleurs que vous avez déjà utilisée à plusieurs reprises et où vous pouvez sélectionner
une couleur. Les variations de couleur de plusieurs lampes situées les unes près des autres donnent
des effets de couleur intéressants avec le raytracing (voir page 220).
9.9.6.2.4 Option Création d’ombres dans le raytracing
La case à cocher Projette des ombres en raytracing fait en sorte que tout objet éclairé par la lampe
projette une ombre. Le contraste de l'ombre dépend de la position des curseurs Zone Influence et
Intensité. Vous pouvez obtenir des effets intéressants lors du raytracing pour des objets éclairés
par plusieurs lampes. Vous trouverez de plus amples informations sur le raytracing à la page 219.
Vous désactiverez cette option si vous ne souhaitez pas tenir compte des ombres obtenues par une
lampe destinée à éclairer simplement la scène.
Pour de plus amples informations sur le raytracing, reportez-vous à la page 220.
9.9.6.2.5 Option Avec éclairage
Cette case à cocher a la même fonction qu’un interrupteur. Les lampes sont allumées ou éteintes et
n’ont, dans ce cas, aucune influence sur l’éclairage de votre projet en vue de nuit (voir page 228).
(voir page 262) lorsque la lampe est sélectionnée en
Cette fonction est identique au bouton
mode Design. Elle vous permet d'allumer ou d'éteindre une lampe afin de vous rendre compte de
son influence sur l'ensemble de votre projet.
9.9.6.3 Représentation 2D
Cet éditeur vous permet de créer une représentation 2D qui pourra être utilisée par un objet tant en
mode Design qu'en mode Construction. Cette présentation de remplacement peut être limitée à un
projet mais elle peut également être enregistrée dans l’objet concerné (*fichier ACO) ce qui
permet une utilisation pour des projets ultérieurs.
Avec sa barre d’outils, ses menus et les possibilités de réglages accessibles sur le son droit, cet
éditeur qui vous offre toutes les fonctions nécessaires pour traiter des représentations 2D. Cet
onglet n'apparaît que par un double clic sur un objet. La représentation d’origine est chargée et
affichée automatiquement à l'ouverture.
244
Le mode Design
L’éditeur offre les fonctionnalités suivantes :
• Chargement de représentations 2D à partir de fichiers
• Création de représentations 2D personnalisées à l'aide de fonctions de dessin rudimentaires
• Modification de la représentation 2D d’un objet
Remarque : Vous pouvez également former des groupes à partir de plusieurs objets et de les
enregistrer en tant que groupe (* fichier ACG). Comme ces groupes contiennent uniquement des
références aux objets existants, il n'est pas possible d'attribuer des représentations 2D aux groupes.
Ils contiennent toujours la représentation regroupée constituée par les objets.
9.9.6.3.1 Barre d'outils
La barre d'outils réunit les boutons correspondant aux principales fonctions de l’éditeur
9.9.6.3.1.1 Sélection
Ce bouton permet de sélectionner des objets 2D en pointant dessus, puis en cliquant avec le
bouton gauche de la souris. Lorsqu'un objet est sélectionné, il est représenté en rouge. Si vous
pointez sur une zone qui ne contient pas d’objet, vous pouvez tracer un cadre de sélection en
maintenant le bouton gauche de la souris enfoncé. Tous les objets qui se trouvent entièrement à
245
Guide de référence
l’intérieur du cadre, sont alors sélectionés. Cliquez avec le bouton droit de la souris sur une zone
dans laquelle il n’y a aucun objet 2D pour annuler la sélection.
9.9.6.3.1.2 Importer
Ce bouton est divisé en deux. Un clic avec le bouton gauche de la souris sur l’icône du bouton
active la fonction Lecture du calque DXF. La flèche située à droite vous permet d'accéder à
d'autres fonctions d'ouverture, telles que le chargement de l’ancienne représentation et
l’importation d’un modèle.
9.9.6.3.1.3 Enregistrer
Il est également possible d’enregistrer la représentation que vous avez produit. La procédure
d'enregistrement habituelle est lancée et utilise un format de fichier interne portant l'extension
*.2dt.
,
,
,
9.9.6.3.1.4 Boutons de construction
Toutes les fonctions de construction peuvent être désactivées par la touche Échap. Pour la
fonction Tracer polyligne, cette touche interrompt la sasie de nouveaux points et transforme la
polyligne en objet.
9.9.6.3.1.4.1 Ligne
Cet outil permet de créer des lignes. Le premier point de la ligne est fixé par le premier clic dans la
fenêtre d’aperçu. Un aperçu de la ligne tracée est présenté lorsque vous déplacez la souris. La
ligne est créée par le second clic.
9.9.6.3.1.4.2 Polyligne
Cette fonction permet de construire des lignes continues. Chaque clic avec le bouton gauche de la
souris créée un nouveau point pour la ligne multiple.
9.9.6.3.1.4.3 Rectangle
Le premier clic crée le premier sommet du rectangle. Le second clic définit le sommet opposé du
rectangle
9.9.6.3.1.4.4 Ellipse
Une ellipse est créée à partir des deux points du rectangle de délimitation. Le premier clic fixe un
sommet, le deuxième clic fixe de second sommet du rectangle de délimitation de l’ellipse.
,
,
9.9.6.3.1.5 Boutons des lignes d’aide
Ces boutons permettent de tracer des lignes d’aides utilisées par le magnétisme.
246
Le mode Design
9.9.6.3.1.5.1 Ligne d’aide verticale
Cette fonction est identique à celle du mode Construction du programme. Des lignes d’aides
verticales sont placées par un clic de la souris.
9.9.6.3.1.5.2 Ligne d’aide horizontale
Comme les lignes d’aide verticales, ce bouton permet de placer des lignes d’aides horizontales.
9.9.6.3.1.5.3 Ligne d’aide perso.
Pour ces lignes d’aide, un premier clic définit un point sur une droite infinie. L'aperçu de la droite
créée par le deuxième clic est affiché lorsque vous déplacez la souris.
9.9.6.3.1.6 Boutons de visualisation
,
,
9.9.6.3.1.6.1 Zoom
Cette fonction permet d'agrandir des zones dans la fenêtre de visualisation. Le premier clic de la
souris place le premier point du rectangle à tracer. L'aperçu du rectangle créé par le deuxième clic
est affiché lorsque vous déplacez la souris. Le contenu du rectangle est agrandi.
9.9.6.3.1.6.2 Afficher tous les objets
Un clic avec le bouton gauche de la souris sur ce bouton permet d’afficher tous les objets 2D
créés.
9.9.6.3.1.6.3 Montrer tout
Ce bouton affiche le plan complet.
9.9.6.3.1.7 Boutons des aides à la construction
,
,
Ces boutons permettent d’afficher ou de masquer les différentes aides à la construction.
9.9.6.3.1.7.1 Grille
Un clic gauche
affiche ou masque la grille. La grille n’est visible qu’à partir d’une distance
minimum dans la représentation. Un clic droit sur ce bouton ouvre la boîte de dialogue des
paramètres de la grille.
247
Guide de référence
Vous pouvez choisir l'une des distances prédéfinies ou choisir l’option Perso. pour saisir un
intervalle quelconque pour le maillage de la grille.
Lorsque la grille est activée, les déplacements avec la souris peuvent utiliser son magnétisme.
9.9.6.3.1.7.2 Lignes d’aide
Avec ce bouton, vous activez ou désactivez les lignes d’aide. Si les lignes d’aides sont activées,
les déplacements avec la souris peuvent utiliser leur magnétisme.
9.9.6.3.1.7.3 Règle
Avec ce bouton, vous activez ou désactivez la règle présentée au-dessus de la fenêtre ou sur son
côté droit.
9.9.6.3.1.8 Options
L'onglet Représentation 2D comporte deux options.
9.9.6.3.1.8.1 Afficher l’original en gris
Pour un meilleur contrôle, vous pouvez placer la représentation originale de l’objet en arrièreplan.
9.9.6.3.1.8.2 Enregistrer la représentation 2D dans l’objet
Choisissez cette option si vous souhaitez utiliser le dessin réalisé dans d'autres projets. Ainsi, la
représentation 2D créée est jointe en permanence à l’objet et enregistrée dans le fichier ACO.
Remarque : La représentation 2D utilisée est également modifiée dans les projets déjà réalisés par
cette option.
9.9.6.3.1.9 Le menu contextuel
Un clic avec le bouton droit de la souris permet d’afficher un menu contextuel dans la fenêtre de
visualisation
248
Le mode Design
9.9.6.3.1.9.1 Magnétisme des objets 2D
Lorsque cette option est activée, le pointeur est attiré par les objets 2D existants. Si la commande
est cochée, l'option est activée.
9.9.6.3.1.9.2 Magnétisme sur le contour de l'objet
Lorsque cette option est activée, les sommets de l’objet 3D sont magnétiques.
9.9.6.3.2 Barre d'état
La barre d'état présente les coordonnés du point sur lequel se trouve le pointeur de la souris.
9.9.6.3.3 Lecture du calque DXF
Cette commande affiche le boîte de dialogue Lecture du calque DXF.
La zone Aperçu présente une aperçu du calque actuellement sélectionné dans le fichier DXF.
Les calques contenus dans le fichier DXF peuvent être sélectionnés dans la liste Calques.
Vous pouvez choisir une option proposée sous la rubrique Rotation afin d'appliquer une rotation
au calque. La rotation s'effectue dans le sens contraire des aiguilles d'une montre.
Lorsque vous cliquez sur OK, le calque choisi dans le fichier DXF est importé. Si vous répondez
par l'affirmative au message qui s'affiche ensuite, le calque est redimensionné afin que ses
dimensions correspondent à celles de l’objet actuel. Si vous vous répondez par la négative, le
fichier DXF remplit complètement l’objet.
9.9.6.3.4 Lecture de la représentation à partir de l’objet
Cette commande permet de charger la représentation d’origine de l’objet. Lorsque vous
sélectionnez cette commande, un message s'affiche pour vous informer que la représentation
actuelle ou les modifications effectuées seront perdues.
9.9.6.3.5 Charger à partir du modèle
En choisissant cette commande, vous pouvez charger des modèles enregistrés et les utiliser pour la
suite de votre travail. La boîte de dialogue Modèle apparaît.
Un clic sur l’image dans la zone de visualisation vous permet de choisir le modèle souhaité. Le
modèle est redimensionné de la même manière que les fichiers DXF.
9.9.6.3.6 Raccourcis clavier
Touche/Raccourci
Ctrl+A
Suppr
Echap
+
-
Commande
Sélectionner tour
Supprimer la sélection
Annule la fonction en cours et active l'outil de
sélection.
Crée la polyligne.
Agrandit la présentation
Réduit la présentation
249
Guide de référence
9.9.7 Objets animés
Certains des objets utilisés dans le programme sont des objets animés. Il s'agit, par exemple de
meubles dont les portes ou les tiroirs s'ouvrent et se ferment.
Vous reconnaissez ces objets de deux manières différentes :
Lorsque vous double-cliquez sur un objet animé, vous pouvez voir une barre graduée et les deux
boutons Lecture et Arrêt sous sa fenêtre d’aperçu. La boîte de dialogue dispose également d'un
curseur dont le déplacement permet de visualiser l'animation par séquences successives. Le bouton
Lecture lance l'exécution complète de l'animation. Pour arrêter l'opération, cliquez sur le bouton
Arrêt.
.
Ce type d'objet est facilement identifiable dans le projet car le pointeur prend cette forme
Cliquez avec le bouton droit de la souris sur un objet animé pour ouvrir son menu contextuel. La
liste des commandes disponibles dépend de l'objet sélectionné. L'objet exécute le mouvement
demandé dès que vous sélectionnez la commande correspondante.
S’il s’agit par exemple d’une armoire dont les portes peuvent être ouvertes, vous disposerez d’une
commande Ouverture et fermeture des portes.
La commande Point de temps quelconque ouvre une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez
visualiser un moment quelconque de l'animation, en le sélectionnant à l'aide d'un curseur. Les
déplacements du curseur sur la règle sont immédiatement traduits à l'écran. Fermez la boîte de
dialogue en cliquant sur OK.
La commande Autres animations regroupe tous les mouvements possibles de l'objet. Cette
commande n'est affichée que lorsque l'objet est capable d'exécuter d'autres animations que
l'animation principale.
Lorsque vous souhaitez rétablir la position qu'occupait l'objet juste après son chargement,
sélectionnez la commande Position de départ dans le menu contextuel. Le choix de cette
commande réinitialise la position.
Remarque : Certains objets animés peuvent exiger un certain temps pour exécuter leur
mouvement. Si vous souhaitez interrompre l'animation en cours, appuyez sur la touche Échap. Le
processus est automatiquement arrêté et l'objet saute directement à l'étape finale de l'animation.
9.9.8 Groupes d'objets personnels
Le programme vous autorise à définir des groupes d'objets pour les réutiliser dans le même projet
ou pour les enregistrer dans vos propres catalogues. Ces groupes d'objets enregistrés sont alors
disponibles dans tous vos projets.
C'est pratique, si vous constatez que vous utilisez souvent les mêmes combinaisons d'objets. Vous
pouvez parfaitement utiliser des groupes qui se trouvent déjà dans des projets existants. Les
groupes peuvent contenir les éléments les plus variés.
9.9.8.1 Constituer un groupe
Constituez un groupe en sélectionnant puis en groupant les objets les uns après les autres, en
maintenant la touche Maj enfoncée à partir du deuxième objet. Cliquez ensuite sur le bouton
ou choisissez la commande Associer du menu Édition. Les objets sélectionnés sont alors groupés
ou la
comme le montre le cadre de sélection qui les englobe tous. Avec un clic sur le bouton
250
Le mode Design
commande Dissocier du menu Édition, vous dissociez le groupe sélectionné. Pour de plus amples
informations sur le groupement d’objets, reportez-vous à la page 258.
La boîte de dialogue Désignation de groupe vous permet d’attribuer un nom à ce nouveau
groupe.
9.9.8.2 Enregistrer et charger des groupes
Pour enregistrer un groupe d’objets destiné à être réutilisé dans un autre projet ou pour charger un
groupe déjà sauvegardé, sélectionnez la commande Enregistrer un groupe d'objets (si la licence
du produit l'autorise, ce qui n'est pas le cas dans ces versions actuelles) ou Charger un
groupe d'objets du menu Objets. Une boîte de dialogue Windows s'affiche pour vous permettre
de définir l'emplacement d'enregistrement de l'objet. Vous pouvez également faire glisser le
groupe d’objets dans l’un des dossiers du catalogue.
Dès qu’un groupe est chargé et positionné, il apparaît dans un cadre de sélection. Les groupes ont
les mêmes propriétés que tous les autres objets et peuvent être édités comme tels.
Pour supprimer un groupe enregistré, sélectionnez le fichier correspondant dans la boîte de
dialogue, puis appuyez sur la touche Suppr. Le fichier sélectionné, et par conséquent le groupe
d'objets, est supprimé.
9.9.8.2.1 Paramètres de groupe d'objets
Si vous avez regroupé plusieurs objets ou groupes, vous pouvez accéder à la boîte de dialogue
Paramètres de groupe d'objets en double-cliquant sur l’un des objets. La fenêtre suivante
s’affiche.
251
Guide de référence
Elle est identique à celle des Paramètres d'objet (voir page 241), à quelques détails près,.
La zone de saisie supérieure est destinée à accueillir le nom du groupe. Les autres données de cette
boîte de dialogue seront appliquées à tous les objets du groupe.
Les valeurs de la rubrique Dimensions décrivent ainsi les dimensions de la totalité du groupe, en
longueur, largeur et hauteur.
9.9.8.2.2 Nom de groupes
À la différence des objets dotés par défaut d’un nom, il vous revient d’attribuer un nom à tout
nouveau groupe défini. Ce nom de groupe est utilisé dès que vous cliquez sur le groupe et lorsque
vous faites glisser le groupe dans le catalogue (voir page 267).
9.9.9 Contrôle des collisions
Les groupes, comme les objets individuels, à l’exception de ceux dotés de la propriété de chute
automatique, peuvent être placés et déplacés à volonté dans le projet. Il existe cependant des
situations dans lesquelles il est souhaitable de s'assurer que les meubles ne sont pas placés dans les
murs ou que deux objets ne se chevauchent pas l'un l'autre. Il existe pour cela la fonction appelée
Contrôle des collisions.
Cette méthode est en mesure de calculer, lors du déplacement d'objets ou groupes d'objets, si
ceux-ci entrent en collision avec d'autres objets déjà insérés. Comme cette fonction demande
252
Le mode Design
beaucoup de temps de calcul, elle est désactivée par défaut. Vous pouvez l'activer en appuyant sur
la touche Ctrl pendant le déplacement.
Pendant que cette touche est enfoncée, un objet ne peut être déplacé que dans un espace vide. Dès
qu’il rencontre un autre objet, tout déplacement devient impossible.
Le contrôle des collisions facilite aussi le positionnement d’objets par exemple dans la vue en plan
(voir page 210) ou dans la vue en plan coloré
(voir page 211).
Cette méthode est pratique, par exemple, si vous voulez constituer un mur entier de placards.
Sélectionnez d'abord un premier élément que vous avez placé n'importe où dans la pièce pour
commencer. En maintenant la touche Ctrl enfoncée, faites-le glisser contre un mur jusqu'à ce qu'il
ne puisse plus être déplacé. Cet élément est maintenant plaqué au plus près du mur. Procédez
ensuite de la même façon avec un deuxième élément mais en le poussant d'abord aussi près que
possible du premier, jusqu'à ce qu'il ne puisse plus être déplacé. Les deux éléments sont
maintenant collés l'un à l'autre. Il est cependant nécessaire, peut-être, de pousser le deuxième
davantage contre le mur. Faites-le simplement glisser en maintenant la touche Ctrl enfoncée,
jusqu'à ce qu'il reste bloqué. Les deux éléments sont ainsi serrés l'un contre l'autre et tout près du
mur. Vous pouvez combiner autant d'éléments que vous voulez, sans qu'ils ne se chevauchent les
uns les autres.
9.9.10 Le cadre de sélection
Dès qu’un objet est sélectionné, il est doté d’un cadre noir dans la vue en plan et d’un cadre
transparent dans les vues colorées ou en perspective. En mode Design, seuls les objets
sélectionnés ainsi peuvent être édités.
La présentation du cadre de sélection diffère en fonction de la vue actuelle.
9.9.10.1 .
Vue en plan
(Voir aussi page 210.) Dans la vue en plan, les objets et groupes d’objets sélectionnés sont
représentés par un cadre vert doté de poignées d’angle rouges. Si des déformations sont autorisées,
des marques bleues apparaissent au centre des arêtes vertes. Dans ce cas, vous pouvez déplacer les
arêtes ou les angles de l’objet ou du groupe pour déformer le cadre. Si cette opération n’est pas
autorisée, seuls les angles rouges peuvent être déplacés. La modification d’échelle sera uniforme.
Le bouton droit de la souris n’a aucune fonction dans ce mode d’affichage et n’a donc aucune
influence sur le cadre de sélection.
Si les déformations ne sont pas autorisées (boîte de dialogue Paramètres d'objet), l’objet sera
étiré dans sa largeur, profondeur ou hauteur de manière uniforme.
Un double clic sur l’objet sélectionné ou le groupe ouvre la boîte de dialogue Paramètres d'objet
(voir page 241) ou de groupe d'objets. Vous pouvez activer la déformation dans cette fenêtre. Le
cadre de sélection affiche à présent huit carrés, quatre dans les angles et quatre au milieu des
arêtes. Modifiez à l’aide de ces éléments soit la largeur et la hauteur soit la profondeur et la
hauteur de l’objet.
9.9.10.2 Vue en plan coloré
et Vue en perspective
Lorsque vous vous trouvez dans l'une de ces deux vues, les objets et groupes d'objets sélectionnés
sont entourés d'un cadre de sélection tridimensionnel. Les arêtes et les sommets, ainsi que les
253
Guide de référence
centres des faces, sont matérialisés en couleur. Ces marques sont des poignées par lesquelles vous
pouvez saisir l'objet pour changer une ou plusieurs de ses dimensions.
Marques de couleur du cadre de sélection :
Sommets rouges
modifier les trois dimensions
(largeur, hauteur et profondeur)
Arêtes vertes
modifier deux dimensions (Largeur
+ Hauteur, Largeur + Profondeur ou
Hauteur + Profondeur)
Pastille ronde bleue au modifier une dimension (Largeur ou
centre de la surface de hauteur ou profondeur).
sélection
Le sommet diamétralement
opposé reste inchangé.
L’arête
diamétralement
opposée reste inchangée.
La face opposée (côté) reste
inchangée.
Le pointeur de la souris se transforme en une quadruple flèche lorsqu'il est placé sur l'une de ces
poignées. En tenant le bouton de la souris enfoncé, vous pouvez le faire glisser dans la direction
souhaitée.
Si la modification des proportions de l'objet n'est pas autorisée (option Cadrer en distorsion
désactivée dans la boîte des paramètres), vous ne pouvez agir que sur les sommets rouges. Les
dimensions ne peuvent alors être modifiées que proportionnellement les unes par rapport aux
autres. Dans ce cas, les ronds bleus ne figurent pas sur le cadre de sélection et les arêtes vertes
n'ont aucune fonction.
Un double clic sur un objet ou un groupe d'objets ouvre la boîte de dialogue Paramètres d'objet
ou Paramètres de groupe d'objets. En désactivant ou en activant l'option Cadrer en distorsion,
vous exigez que les proportions initiales de l'objet soient conservées ou non.
Si vous avez fait de nombreux essais et si l'objet (ou le groupe d'objets) que vous avez sous les
yeux ne ressemble plus vraiment à l'original, vous pouvez rétablir les valeurs initiales en cliquant
sur le bouton Valeurs d'origine dans la boîte de dialogue.
9.10 LES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION EN MODE DESIGN
Certains éléments de construction (c'est-à-dire les élements que vous avez insérés en mode
Construction) peuvent être déplacés, supprimés et édités en mode Design. Ces éléments de
construction se comportent de la même manière que les objets ordinaires du mode Design. Seule la
saisie de leur hauteur n'est pas possible.
Un double clic sur un élément de construction ouvre instantanément la boîte de dialogue
correspondante. Il est possible, ainsi, de modifier les propriétés de l’élément sélectionné
directement en mode Design. Les éléments de construction suivants peuvent être manipulés en
mode Design :
• Fenêtres (page 113)
• Portes (page 109)
• Fenêtres de toit (page 180)
• Escaliers (page 123)
• Dalles de balcon (page 136)
• Polygones (page 136)
• Balcons(page 140)
• Poteaux (page 142)
254
Le mode Design
• Conduits de fumée (page 142)
Remarque : En mode Design, les éléments photovoltaïques et les thermocollecteurs se
manipulent de la même manière que les fenêtres de toit.
La possibilité de sélection (et d'édition) des éléments de construction cités peut être définie dans la
boîte de dialogue correspondante (voir page 257).
9.10.1 Définition des fenêtres (de toit)et des portes en mode Design
En plus de la possibilité d'édition de certains éléments de construction en mode Design, vous
pouvez insérer directement des fenêtres, des portes et des fenêtres de toit en mode Design. Les
sections suivantes présentent la méthode d'insertion des portes ; celle applicable aux fenêtres et
aux fenêtres de toit est identique.
9.10.2 Insérer des portes en mode Design
Il est également possible d'insérer des portes en mode Design à l'aide du bouton
du Catalogue.
Lorsque vous cliquez sur ce bouton, le Catalogue présente toutes les portes proposées en mode
Construction à partir de la fonction de tracé de portes (page 109).
Vous pouvez insérer une porte dans le plan par simple glisser-déplacer à partir du Catalogue.
Cliquez sur une porte, maintenez le bouton gauche de la souris enfoncé et faites glisser le pointeur
vers le mur dans lequel la porte doit être placée. Si le mur est suffisamment grand pour recevoir la
porte, celle-ci apparaît automatiquement et vous pouvez la mettre en place avant de relâcher le
bouton de la souris. La porte est insérée lorsque vous relâchez le bouton de la souris. La hauteur
d'insertion de la porte dans le mur est définie à partir de la hauteur de l'étage actuel et de la hauteur
d'allège. Les propriétés par défaut de la porte peuvent être modifiées en mode Construction par un
clic droit sur le bouton Portes correspondant. Les paramètres peuvent aussi être modifiés en mode
Design par un clic droit sur la porte dans le Catalogue suivi de la sélection de la commande
Propriétés ou par un double clic sur la porte dans le Catalogue. La même boîte de propriétés que
celle affichée en mode Construction apparaît (voir page 110).
Lorsque la porte est mise en place, une boîte de dialogue s'affiche : vous pouvez y définir la
position exacte de la porte sur le mur.
255
Guide de référence
La rubrique Dimensions détermine la largeur, la hauteur de la porte, ainsi que la hauteur d'allège.
La rubrique Distance du mur permet de définir la distance séparant la porte de l’une ou l’autre
extrémité du mur (gauche ou droite). Les options Verrouiller, à droite des champs Côté Gauche
et Côté droit, permettent de bloquer la valeur portée dans le champ correspondant.
9.10.3 Déplacer des portes en mode Design
Le déplacement d’une porte en Mode Désign est aussi simple que l’insertion de la porte elle
même. Sélectionnez la porte que vous souhaitez déplacer. Une fois celle-ci sélectionnée, un cadre
vert semblable à celui des objets d’aménagement borde la porte.
Remarque : Le cadre de sélection d’une porte ne comporte pas d’angle rouge permettrant d’agir
manuellement sur ses dimensions. La possibilité de modification d'une porte en mode Design peut
être définie dans la boîte de dialogue correspondante (voir page 257).
Cliquez ensuite sur la porte et, tout en maintenant le bouton gauche de la souris enfoncé, effectuez
une translation manuelle le long du mur : vous pouvez constater que la porte sélectionnée suit les
évolutions du pointeur de la souris, tandis qu’une ligne d'aide de couleur rouge coulisse de la
même manière au dessus du mur, à l’aplomb de la porte. Relachez la pression exercée sur le
bouton gauche de la souris : la porte se fixe alors immédiatement.
9.10.4 Supprimer une porte en mode Design
Si vous avez sélectionnez une porte en mode Design, vous pouvez la supprimer en appuyant sur la
touche Suppr, exactement comme en mode Construction.
9.10.5 Insérer, déplacer et supprimer des fenêtres (de toit) en mode Design
Les procédures d’insertion, de déplacement et de suppression d’une fenêtre ou d’une fenêtre de
toit en Mode Design sont identiques à celles employées en mode Construction : cliquez sur le
pour afficher les fenêtres et sur le bouton
pour afficher les fenêtres de toit
bouton
disponibles dans le Catalogue.
Contrairement aux fenêtres et aux portes, la saisie numérique de la position des fenêtres de toit
n'est pas relative aux murs, mais à la toiture sur laquelle se trouve la fenêtre de toit.
256
Le mode Design
9.10.6 Boîte de dialogue Éléments de construction en mode Design
Cette boîte de dialogue est accessible via la commande Options – Éléments de construction en
mode Design. Elle vous permet d'activer la possibilité de déplacement, d'édition et de sélection des
éléments de construction en mode Design.
Si vous activez l'option Repérage complémentaire des portes et des fenêtres, la partie
supérieure des étages comporte des lignes d'aide pour l'insertion des fenêtres. Au lieu de cliquer
sur les fenêtres et les portes directement, vous pouvez utiliser ces lignes d'aide qui sont plus
(voir page 210). Sinon, les fenêtres et les
particulièrement utiles dans la vue en plan coloré
portes n'y seraient pas visibles. Dans la vue en perspective, ces lignes d'aide ne sont pas utiles.
9.11 LA BARRE D'OUTILS VERTICALE DU MODE DESIGN
Les fonctions décrites ci-après vous permettent de modifier la position d’objets déjà insérés et
sélectionnés. Elles s’appliquent de la même manière aux objets isolés qu’aux groupes d’objets
dans les modes d’affichage Vue en plan (voir page 210), Vue en plan coloré (voir page 210)Vue
en perspective (voir page 211). Une modification directe des dimensions de ces objets n’est pas
possible avec ces fonctions.
9.11.1 Sélectionner tous les objets
Tout objet de votre projet destiné à être modifié doit au préalable être entouré d’un cadre de
ou par l'intermédiaire de la commande Tout sélectionner du menu
sélection. Par un clic sur
Édition, vous sélectionnez tous les objets et groupes d'objets de votre projet. Chaque objet de
votre projet est alors encadré de son propre cadre de sélection.
Notez bien que tous les objets et groupes d’objets sont sélectionnés, y compris ceux présents sur
des étages actuellement non visibles (voir page 46).
257
Guide de référence
9.11.2 Associer des objets
En cliquant sur
ou en choisissant la commande Associer du menu Édition, vous réunissez dans
un même groupe tous les objets sélectionnés. Les cadres de sélection individuels des différents
membres du groupe sont alors remplacés par un cadre unique englobant tous les objets.
Un groupe de ce type peut être manipulé comme un objet individuel. Par exemple, si vous avez
assemblé un bureau en combinant différents éléments de base, vous pouvez le déplacer, le copier
(voir page 258) ou le supprimer (voir page 259).
Les groupes constitués d’objets récurrents peuvent être enregistrés dans le catalogue sous forme
de groupes d'objets personnels. Vous pouvez ainsi définir vos propres pages de catalogue dans
lesquelles vous enregistrez et gérez les objets et groupes d'objets dont vous avez souvent besoin.
Le menu Objets met à cet effet les commandes Enregistrer groupe (voir page 251) et Charger
groupe (voir page 251) à votre disposition.
9.11.3 .Dissocier des objets
La fonction Dissocier a pour objectif de séparer tous les objets ou groupes d’objets réunis dans un
groupe. Elle est disponible uniquement si un groupe d’objets fait partie des éléments sélectionnés.
ou activez la commande Dissocier du menu Édition.
Pour lancer l’opération, cliquez sur
9.11.4 Copier
Pour utiliser cette fonction, des objets ou groupes d’objets doivent au préalable avoir été
sélectionnés. Si tel n’est pas le cas, le bouton est grisé et donc inactif.
ou via la commande
Les objets et groupes d'objets sélectionnés sont copiés par un clic sur
Copier du menu Édition. Après exécution de la fonction, la copie est encadrée du cadre de
sélection et peut à son tour servir de base à une nouvelle copie. Par un clic droit sur ce bouton,
vous ouvrez la boîte de dialogue Paramètres de copie dans laquelle vous pouvez définir
l'emplacement de la copie à créer.
Les objets copiés sont dotés des mêmes caractéristiques que l’original et peuvent être modifiés par
l’intermédiaire de la boîte de dialogue Paramètres d'objet (voir page 241) ou via le cadre de
sélection.
9.11.4.1 Paramètres de copie
Cette boîte de dialogue est activée par un clic droit sur le bouton . Indiquez sous la rubrique
Positionnement l’emplacement de l’objet copié par rapport au cadre de sélection.
258
Le mode Design
9.11.5 Supprimer un objet
Cette fonction supprime les éléments sélectionnés dans un projet. Le bouton est grisé tant
qu'aucun élément n'est encore sélectionné.
Les objets et groupes d'objets sélectionnés sont supprimés définitivement lorsque vous cliquez sur
, lorsque vous choisissez la commande Supprimer du menu Édition ou simplement
le bouton
lorsque vous appuyez sur la touche Suppr.
Si la case à cocher Pour plusieurs objets 3D est activée sous la rubrique Confirmer la
suppression de la boîte de dialogue Effacer, une demande de confirmation s'affiche avant la
suppression de plusieurs objets ou groupes d'objets, afin d'éviter les suppressions accidentelles.
9.11.5.1 Boîte de dialogue Effacer
Cette boîte de dialogue est activée par un clic droit sur le bouton
ou par l’intermédiaire de la
commande Supprimer du menu Options.
Si vous activez l’option Pour plusieurs objets 3D, la demande de suppression de plusieurs objets
ou groupes d’objets sélectionnés ouvre une boîte de dialogue supplémentaire permettant
d’empêcher la suppression accidentelle d’un objet particulier ou d’un groupe.
9.11.5.2 Confirmation de suppression
Cette boîte de dialogue s’affiche automatiquement, si, comme nous venons de le décrire, vous
activez la commande Supprimer alors que l’option Pour plusieurs objets 3D est cochée. La
suppression d’un seul objet n’ouvre pas cette boîte de dialogue.
La boîte de dialogue présente le nom de chaque objet ou groupe. Confirmez la suppression en
cliquant sur le bouton Oui ou en validant par la touche Entrée. La suppression immédiate de tous
les objets sélectionnés s’effectue par le bouton Supprimer tout. Le bouton Non permet de refuser
au cas par cas la suppression d’un objet. Tous les objets ou groupes déjà supprimés par Oui avant
la fermeture de la boîte de dialogue, par le bouton Annuler ou par la touche Échap le sont
définitivement.
9.11.6 Faire pivoter les objets
Le programme autorise la rotation d'objets ou de groupes d’objets autour d'un axe libre et, si
nécessaire, permet de les replacer dans leur position initiale, d'un simple clic.
Si vous souhaitez utiliser l'une des fonctions de rotation, commencez par sélectionner les objets ou
groupes (voir page 241) concernés. Sinon, les boutons resteront grisés et ne pourront pas être
activés.
259
Guide de référence
Vous disposez des variantes de rotation suivantes :
1. Pour exécuter une rotation autour des axes X, Y et Z, plusieurs boutons sont mis à votre
disposition . Ces boutons permettent de faire pivoter des objets ou des groupes d'objets dans
tous les sens, dans une représentation tridimensionnelle. Vous pouvez opter pour la saisie d’un
angle de rotation fixe ou pour une rotation libre.
Un clic droit sur l’un des trois boutons ouvre la boîte de dialogue Paramètres de rotation
(voir page 260), permettant de spécifier si l’objet doit pivoter autour d’un axe particulier ou si
le monde doit être pris comme point de référence.
À la base, tous les objets et groupes d’objets tournent toujours autour de leur centre, c’est-àdire ici autour de l’axe central du cadre de sélection. Les angles positifs correspondent à une
rotation dans le sens des aiguilles d’une montre et les angles négatifs à une rotation dans le
sens inverse.
2. Rotation libre : Dans cette forme de rotation (voir page 261), vous pouvez faire pivoter l’objet
ou le groupe d’objets, en fonction du bouton choisi, librement et directement sur l’écran et ce,
dans toutes les directions.
3. Rétablir : Pour annuler les dernières rotations appliquées à un objet, cliquez sur le bouton
Rétablir la position initiale (voir page 261). Cette fonction replace l’objet ou le groupe
d’objets dans la position du chargement.
9.11.6.1 Rotation sur les axes x, y et z
Avant de faire pivoter un objet ou un groupe d’objets autour d'un axe donné, que cette rotation
soit libre ou conditionnée par le choix d'un angle fixe, vous devez préciser si vous prenez pour
référence l'axe de l'objet ou l'axe du monde. Si un objet a déjà été manipulé autour d'un axe, les
axes des objets ont déjà été modifiés, ce qui signifie qu'ils ne correspondent plus à présent à l'axe
du monde. Vous devez donc indiquer autour de quel axe doit s'effectuer la rotation. Lorsque vous
venez d’insérer un objet, ces deux types d'axe coïncident.
Pour paramétrer les axes souhaités, cliquez avec le bouton droit de la souris sur l'un des boutons
de rotation. La boîte de dialogue Paramètres de rotation s'ouvre.
L’option Coordonnées Modèle permet de faire pivoter l'objet autour de son propre axe, tandis
que l'option Coordonnées Monde prend le monde comme point de référence pour la rotation. Ce
paramètre est celui sélectionné par défaut ; il correspond au point de vue de l'observateur.
9.11.6.1.1 Rotation avec angle défini
Pour faire pivoter des objets sélectionnés autour d'un axe défini, choisissez l'angle de rotation
souhaité pour l'axe sélectionné (x, y ou z). Les différents boutons permettent d'obtenir directement
des rotations de 90°, -90°, 45°, -45°, 30° et -30°. Pour faire pivoter un objet de 30° autour de l’axe
260
Le mode Design
x, sélectionnez le bouton correspondant. Cliquez sur le bouton représenté dans la barre d’outils
verticale puis une nouvelle fois pour poursuivre cette rotation de 30°.
9.11.6.1.2 Rotation libre autour d’un axe
En dehors de la rotation avec un angle fixe, le programme propose un procédé de rotation
personnalisée. Cette fonction, accessible uniquement via les boutons de rotation permet de faire
pivoter les objets selon l’angle de votre choix.
Un objet ou un groupe d’objets peuvent pivoter librement autour des trois axes. Cliquez sur le
pour choisir la variante. Vous activez ainsi la boîte de dialogue Paramètres de
bouton
rotation.
Vous pouvez spécifier l’angle de rotation par l’intermédiaire d’un curseur. La valeur est
immédiatement traduite à l’écran. Validez par OK dès que l’angle paramétré vous convient.
L’autre solution consiste à saisir un angle exact, pratique pour aligner par exemple un objet contre
un mur de biais. Pour lire l’angle du mur dans la barre d’état, il est nécessaire de le sélectionner
dans le mode Construction. Basculez de nouveau dans le mode Design et faites pivoter l’objet
selon l’angle adéquat.
Le bouton Réinitialiser permet de replacer l'objet dans la position précédente, c'est-à-dire juste
avant le mouvement de rotation enclenché par cette variante. La rotation personnalisée autour d’un
axe peut être interrompue à tout moment avec la touche Échap. Dans ce cas, l’objet retrouve alors
sa position initiale.
9.11.6.2 .
Rotation libre
Les objets ou groupes d’objets peuvent également pivoter librement dans l’espace. Dès que vous
cliquez sur le bouton
, la forme du curseur devient la suivante
. Grâce à la deuxième
fonction de rotation libre, vous pouvez alors déplacer et faire pivoter l’objet ou le groupe
indépendamment de tout axe et de tout angle, directement à l’écran.
Un clic gauche ancre l’objet à la position choisie. La rotation libre peut être interrompue par la
touche Échap. L’objet retrouve alors sa position initiale.
La première fonction fait pivoter l’objet ou le groupe librement sur l’axe vertical. Cette
fonctionnalité correspond à la rotation personnalisée sur l’axe Z. L’ouverture de la boîte de
dialogue Paramètres de rotation est ici superflue puisque l’objet peut pivoter directement à
l’écran.
9.11.6.3 .
Annuler la rotation
Ce bouton annule globalement toutes les rotations préalablement appliquées. L’objet ou le groupe
retrouvent leur position de chargement initial.
Le bouton Réinitialiser de la boîte de dialogue Paramètres de rotation en revanche annule
simplement la rotation effectuée précédemment. L’orientation de l’objet ou du groupe ne
correspondra donc pas obligatoirement à celui de la position initiale de chargement.
9.11.7 Symétrie d'objets et de groupes d'objets
Avant d'exécuter cette fonction, vous devez sélectionner un ou plusieurs objets (voir page 241).
Dans le cas contraire, le bouton est grisé et ne peut pas être activé.
261
Guide de référence
Les objets sélectionnés subissent une symétrie lorsque vous cliquez sur le bouton
ou lorsque
vous choisissez la commande Symétrie du menu Édition.
La symétrie est calculée par rapport à l'axe médian des objets isolés. Les côtés de l'objet sont alors
inversés. Le même principe est appliqué pour obtenir le symétrique d'un groupe d'objets. La
symétrie est calculée par rapport à l'axe du groupe, les objets qui étaient à gauche se retrouvant
alors à droite, et inversement.
9.11.8 Aligner des objets
Avant d’exécuter cette fonction vous devez avoir sélectionné au moins deux objets ou groupes
d’objets (voir page 241). Dans le cas contraire, le bouton est grisé et ne peut pas être activé. Pour
exécuter la fonction, cliquez sur le mode d’alignement souhaité à l’aide du bouton gauche de la
souris.
Plusieurs modes d’alignement sont à votre disposition :
• Aligner à gauche ou à droite
• Centrer horizontalement ou à équidistance horizontale
• Aligner verticalement : en haut de l'axe Y, en bas de l'axe Y
• Centrer verticalement ou à équidistance verticale
• Aligner en hauteur ou au plafond
• Centrer en hauteur ou Aligner à équidistance sur l'axe Z
L’utilisation des termes à gauche, à droite, en avant, en arrière, en bas ou en haut peuvent dérouter
à première vue. Quelques explications peuvent s’avérer nécessaires.
• Dans les vues 2D, c’est-à-dire la vue en plan avec ou sans couleurs, les termes à gauche, à
droite, en haut et en bas sont sans ambiguité. Ils se rapportent directement à l’image que vous
voyez. L’alignement sur l’axe Z est certes possible dans ces vues mais vous l’utiliserez
rarement puisque vous ne pouvez observer son effet.
• Pour la vue en perspective, les indications gauche et droite font également référence à l'image
à l'écran (indépendamment du point de vue sur votre scène). Les indications vers l’arrière ou
vers l’avant sont relatives à votre position. Si vous choisissez vers l’arrière, les objets sont
toujours alignés sur le point le plus éloigné de vous (indépendamment de la direction de votre
regard sur la scène). Les indications relatives à l’axe Z décrivent toujours la direction
perpendiculairement au sol, c’est-à-dire vers le haut dans votre plan (et pas nécessairement sur
votre écran).
Si vous avez sélectionné au moins trois objets ou groupes, vous avez la possibilité de les déplacer
de sorte qu’ils soient placés à équidistance dans une direction. Si vous sélectionnez par exemple
quatre objets avant de cliquer sur le bouton Centrer sur Y ou Distance égale sur Y, la position
du premier et du dernier (le quatrième) objet restera la même. Les objets situés entre les deux
seront décalés vers la gauche ou la droite de façon à ce que les écarts obtenus entre les diférents
objets soient identiques.
9.11.9 Activer / désactiver les lampes
Cette fonction est active lorsqu’une ou plusieurs lampes (fixes, plafonniers...) sont sélectionnées.
Si aucune source lumineuse n’est sélectionnée (voir page 241) ou que votre projet n’en contient
aucune, ce bouton est grisé et sans fonction.
262
Le mode Design
Toutes les lampes sélectionnées sont allumées ou éteintes lorsque vous cliquez sur le bouton
ou lorsque vous choisissez la commande Activer / désactiver les lampes du menu Édition.
Avec ce bouton ), vous pouvez ensuite passer en Vue de nuit (voir page 228). Toutes les pièces
et les objets sont alors éclairés par les lampes. Le bouton Activer / désactiver les lampes n'a
aucune influence sur le projet lorsque vous vous trouvez dans une vue de jour (voir page 228).
L'intensité des sources lumineuses peut être définie dans les boîtes de dialogue Paramètres
d'objet et Paramètres de groupe d'objets.
9.11.10 Prélever et appliquer une texture ou un matériau
Les boutons
et
de la barre d'outils verticale du mode Design vous permettent de transférer
facilement des textures et des matériaux d'une partie de votre plan vers une autre.
9.11.10.1 Prélever une texture ou un matériau
En cliquant sur le bouton , dans la barre d’outils verticale du mode Design, le pointeur de la
souris prend l’aspect d’une pipette. Cette pipette permet de prélever un échantillon de texture et/ou
matériau sur n’importe quelle surface d’objet ou d’élément de construction en mode Design.
Lorsque la pipette se trouve sur une surface dont vous souhaitez effectuer un prélèvement, cliquez
sur le bouton gauche de la souris : l’échantillon de texture et/ou matériau est mémorisé.
signifiant qu’il vous est
La pipette prend alors aussitôt l’aspect d’un pot de peinture incliné
possible d’appliquer l’échantillon à toute autre surface du projet.
9.11.10.2 Transférer une texture ou un matériau
Lorsqu’un échantillon de texture et/ou matériau a été prélevé grâce à la pipette, cette dernière est
instantanément remplacée par un curseur à l’aspect d’un pot de peinture
. L’échantillon de
texture peut alors être appliqué à toute autre surface d’objet 3D ou élément de construction de
projet.
Les paramètres du transfert de texture et/ou matériau peuvent être modifiés dans la boîte de
ou .
dialogue accessible au moyen d’un clic droit sur les boutons
9.11.11 Optimiser la palette de couleurs
Vous ne trouverez ce bouton dans la barre d'outils que si vous travaillez avec 256 couleurs pour
l'affichage. Il n'apparaît pas lorsque vous travaillez en mode HighColor ou TrueColor.
En mode 256 couleurs (ou moins), le programme réduit les couleurs des images avant leur
affichage. Le procédé utilisé, le Dithering, ressemble au traitement que l'on fait subir aux images
d'un journal. L'avantage est que les images sont très rapidement calculées, mais la qualité s'en
ressent parfois un peu.
En cliquant sur , vous demandez au programme de calculer une palette de couleurs optimale
pour une vue en couleurs. Vous pouvez ainsi obtenir des résultats tout à fait satisfaisants même si
votre affichage n'utilise que 256 couleurs.
Toutefois, la vue n’est optimisée que provisoirement. Les autres vues et applications Windows
apparaissent plus "colorées", leur palette de couleurs ne correspondant plus aux affichages
respectifs.
263
Guide de référence
Vous avez également la possibilité d'utiliser une palette de couleurs optimisée lors de
l’enregistrement de vues en couleur (voir page 36). L’espace occupé par le fichier sur le disque
dur est alors environ trois fois moindre à qualité quasiment égale.
9.11.12 L'Éditeur de dalles
Le programme vous permet non seulement d’utiliser les objets déjà modélisés du Catalogue, mais
aussi de modéliser vos propres objets à partir de figures 2D extrudées. Une fois la modélisation
achevée, tout nouvel objet créé est alors manipulable (rotation, déplacement, symétrie...) de la
même manière que tout autre objet.
Le tracé, l’extrusion et les paramétrages de dalles en mode Design sont des opérations tout à fait
semblables au tracé, à l’extrusion et aux paramétrages des polygones réalisés avec l’aide de la
(voir page 136) en mode Construction. Après avoir cliqué sur le bouton
,
fonction de tracé
définissez le contour, les propriétés de surface et les autres paramètres de l’objet à créer. Une fois
ces opérations achevées, validez-les en cliquant sur le bouton OK de la boîte de dialogue Dalles.
La dalle créée est alors automatiquement accrochée au pointeur de la souris en vue d’être disposée
dans le projet en cours. Un clic de souris suffit enfin pour la mettre définitivement en place dans
celui-ci.
Lorsque vous double-cliquez ensuite sur ce type de dalles, le programme ouvre la boîte de
dialogue Dalles (voir page 264) et non celle des Propriétés d'objets (voir page 241) habituelles.
9.11.13 La boîte de dialogue Dalles
L’affichage de cette boîte de dialogue s’obtient en effectuant un clic avec le bouton droit de la
souris sur le bouton
en mode Design ou en double-cliquant sur un objet réalisé au moyen de
l’Éditeur de dalles.
264
Le mode Design
La boîte de dialogue Dalles du mode Design ne se distingue pas beaucoup de celle relative à la
modélisation de polygones en mode Constuction. Elles ont également en commun les onglets
Généralités, Face supérieure et Contour, ainsi que leurs rubriques respectives. Toutefois, la
boîte de dialogue Dalles dispose de possibilités de saisie supplémentaires dont vous trouverez une
description dans les sections qui suivent.
9.11.13.1 Généralités
Comme pour l'Éditeur de polygones (voir page 136, l’onglet Généralités se compose des
rubriques Hauteurs et Inclinaison des faces latérales, de la fenêtre d’aperçu et du catalogue
personnalisé.
Sous la rubrique Hauteurs, vous pouvez préciser si les dalles tombent ou non, à la manière des
objets ordinaires (voir la boîte de dialogue Propriétés d'objets à la page 241).
La rubrique Inclinaison des faces latérales est identique à celle de l’Éditeur de polygones.
Lorsqu’elle est activée, l’option Cadrage homothétique vous autorise à modifier les proportions
d’une dalle par l’étirement de son cadre de sélection, comme il était déjà possible de le faire pour
tout objet 3D simple, et cela suivant les directions proposées par les trois axes de base (X,Y et Z).
L’option Rotation perpendiculaire permet de placer automatiquement toute dalle créée en
position verticale lorsque celle-ci a été conçue sur un plan horizontal.
265
Guide de référence
Il est ensuite possible de faire pivoter cette dalle à l’aide des différentes fonctions de rotation
,
,
,
ou
.
Par ailleurs, et à la différence des polygones du mode Construction dont l’épaisseur est égale sur
toutes les arêtes, vous pouvez explicitement indiquer ici qu’il existe une différence d’épaisseur
entre le contour de dalle et les évidements pratiqués dans celui-ci :
L’option Dalle génère un évidement total des contours intérieurs. Ceux-ci percent complètement
la dalle créée : un trou est alors pratiqué de part en part dans la dalle.
L’option Dalles, évidements en cavités propose de ne générer que des lamages (cavités partielles)
sur les contours intérieurs à créer. Cette option active à cet effet la zone de saisie Fond grâce à
laquelle il est possible de spécifier l’épaisseur donnée au fond résiduel de la dalle à l’endroit des
évidements.
L’option Mur définit automatiquement le périmètre extérieur de dalle (contour) comme étant les
parois d’une boîte. Il s’agit, en ce cas, de réaliser une dalle « en creux ». À cet effet, outre la zone
de saisie Fond, la zone de saisie Mur est, elle aussi, activée pour vous permettre de spécifier
l’épaisseur des bords de la boîte à créer. Les contours intérieurs de la dalle génèrent un évidement
de part en part automatique mais pourvus, eux aussi, de bords équivalents.
Comme dans l'Éditeur de polygones (voir page 136) en mode Construction, il est possible
d’enregistrer les objets 3D issus de l’Éditeur de dalles dans le catalogue prévu à cet effet. Vous
pouvez, par conséquent, constituer votre propre collection d’objets complexes et utilisables à tout
moment pour l’enrichissement de vos projets.
9.11.13.2 Face supérieure
Cet onglet est presque identique à celui qui compose la boîte de dialogue de l’Éditeur de
polygones en mode Construction. Une nuance réside toutefois sous la rubrique Face inférieure
pour laquelle un champ de sélection a été ajouté, permettant ainsi de distinguer la nature de
revêtement (couleur ou texture) pour chacune des deux faces de la base qui composent une dalle
lorsque cette dernière est façonnée sous l’aspect d’une boîte.
9.11.13.3 Contour
L’onglet Contour est ici le même que celui qui compose la boîte de dialogue de l’Éditeur de
polygones en mode Construction.
266
Le Catalogue
10. LE CATALOGUE
10.1 PRÉSENTATION
En mode Design, vous avez très souvent l'opportunité de choisir des matériaux, des textures et des
couleurs, par exemple pour tapisser des murs ou carreler une salle de bains. Pour gérer cette
palette de textures et d’objets, tous les éléments sont regroupés et organisés dans un catalogue. Ce
ou par l’intermédiaire de la commande Affichage/
catalogue est activé/désactivé par un clic sur
Catalogue d'objets et de textures.
Ce catalogue s’utilise de la même façon que l’Explorateur.
La fenêtre du catalogue peut être positionnée librement à l’écran sous la forme d’une fenêtre
indépendante ou être fixée sur la fenêtre principale. Ces deux variantes sont disponibles via la
commande Affichage – Ancrer le catalogue dans la fenêtre. Lorsque le catalogue est ainsi fixé à
la fenêtre principale, vous pouvez définir sa position contre un bord de l'écran (en haut, en bas, à
gauche ou à droite) en le faisant glisser via sa barre de titre.
Le Catalogue d'objets et textures fait une utilisation intensive du menu contextuel affiché à chaque
clic droit sur un élément. Son contenu dépend de l’état actuel du catalogue et de l’endroit sur
lequel vous cliquez.
Les commandes proposées par défaut dans le menu contextuel sont Rafraîchir et Aide. Si vous
sélectionnez la commande Rafraîchir, les informations affichées dans le catalogue sont lues à
partir de votre disque dur de façon à ce que les éventuelles modifications soient prises en compte.
Si vous avez par exemple déplacé, copié ou modifié des textures, des objets ou des matériaux à
l’aide de l’Explorateur Windows ou d’autres programmes, vous pouvez le spécifier au programme
à l’aide de cette commande.
Les commandes Ouvrir et Propriétés apparaissant avec un clic droit sur l’image dans
l’Explorateur ouvrent l’entrée correspondante (l’objet, la texture ou le matériau). La commande
Ouvrir active la boîte de dialogue avec l’onglet d’aperçu et la commande Propriétés l’onglet
Propriétés(non disponible pour les matériaux). Pour les matériaux, la commande Supprimer
n’est pas grisée, à la différence de celle relative aux objets et textures. La raison : les objets et les
textures ne peuvent pas être définis avec le programme. Leur suppression suppose de passer par le
programme avec lequel ces éléments ont été définis. Les matériaux peuvent quant à eux être
élaborés dans le programme (voir la page 275).
10.2
LE CATALOGUE DES BASES DE DONNÉES
Certaines versions de ce logiciel peuvent, en complément des fichiers du catalogue d’objets, de
textures et de matériaux répertorié par objet, texture ou matériau, utiliser des bases de données.
Lorsque les bases de données sont activées en fonction de la version dont vous disposez, vous
pouvez accéder à des objets qui ne sont pas disponibles sur votre disque dur, mais qui se trouvent
dans une base de données.
267
Guide de référence
Vos objets, textures et matériaux ne seront pas seulement enregistrés, ils seront également
hiérarchisés dans les bases de données (ce qui correspond à une hiérarchie que l’on peut trouver
dans un système de fichiers de guide hiérarchique standard) Les bases de données peuvent, en
outre, comporter les éléments de construction fenêtres, portes et fenêtres de toit.
Le type et le nombre de bases de données utilisés dans le catalogue dépend de la version que vous
utilisez. Vous pouvez ajouter ou supprimer ultérieurement de nouvelles bases de données
manuellement. Pour ce faire, séléctionnez dans le menu Catologue la commande Bases de
données.
Dans la boîte de dialogue, selon la version que vous utilisez, on trouve une liste de quelques bases
de données enregistrées. Pour chacune, un nom de fichier, un nom interne et un ID est attribué.
Chaque fichier doit avoir un nom différent de manière à ce qu’il puisse être différencié dans le
logiciel. Le système nécessite un nom interne pour la création de différentes bases de données.
La boîte de dialogue dispose en complément de la liste et des commandes habituels OK, Annuler,
Aide, les deux commandes Ajouter et Supprimer. Si vous cliquez sur Ajoutez, une boîte de
dialogue de base apparaît et vous propose d’ouvrir des fichiers où vous pouvez choisir une
nouvelle base de données (base de données Access, extension de fichier*.mdb).
Remarque : Si une base de données où vous avez enregistré des portes, fenêtres ou fenêtres de
toit est ajoutée ou supprimée, le logiciel le remarque. Dans ce cas et afin de ne pas entrer en conflit
avec la gestion interne des éléments de construction vous devrez arrêter complètement le logiciel
et le redémarrer.
Si vous sélectionnez une base de données dans la liste des bases de données enregistrées, vous
pouvez la supprimer en cliquant sur le bouton Supprimer. En confirmant cette suppression par
OK les différents objets, textures, matériaux et autres de cette base de données ne seront plus
disponibles sur le catalogue du logiciel. Si des bases de données sont activées, leur contenu sera
normalement intégré aux données du catalogue. En ce qui concerne les répertoires, vous pouvez
savoir s’il s’agit d’une base de données ou d’un répertoire composé d’un système de fichiers en
consultant la petite icône située en bas à gauche du symbole des répertoires du catalogue. Pour les
répertoires situés tels quels sur votre disque dur, c'est-à-dire sur un support CD par exemple, vous
trouverez un chevalier jaune. Pour les répertoires tirés d’une base de données, vous verrez
apparaître une pile de disques jaunes.
10.2.1 L’utilisation des filtres de recherche dans le catalogue
Si vous utilisez au moins une base de données pour le catalogue, une commande supplémentaire
apparaîtra dans l’interface. De plus, les fonctions Utiliser le filtre et Définir le filtre complètent
le menu déroulant Affichage.
A l’aide du bouton de menu Définir le filtre vous pouvez définir le filtre qui pourra être appliqué
aux objets, textures et matériaux dans votre catalogue.
Dans la boîte de dialogue vous pouvez distinguer les différents filtres possibles dont vous pouvez
disposer. Pour chaque composante supplémentaire du catalogue, différentes dispositions peuvent
être mises en place. Il y a toujours au moins les deux fonctions Dimensions et Propriétés
disponibles. En sélectionnant Dimensions dans la fenêtre de sélection, un onglet du même nom
s’affiche à droite de celle-ci. Vous pouvez y préciser les dimensions minimales et maximales des
objets filtrés selon la longueur, la largeur, et la hauteur.
Si vous ne renseignez pas des données, elles ne seront pas prises en compte.
268
Le Catalogue
En sélectionnant Propriétés dans la fenêtre de sélection, un onglet du même nom s’affiche à
droite de celle-ci. Grâce à cet onglet, vous pouvez définir dans le champs Description un moteur
de recherche une fois les objets filtrés. La manière dont ce moteur de recherche se paramètre est
expliqué dans la section Aide. Lorsque vous confirmez par un OK la fonction Définir le filtre de
la boîte de dialogue, le filtre fonctionne automatiquement et le catalogue ouvre le premier sousdossier dans lequel se trouve le premier objet trouvé par le filtre.
Lorsque vous avez défini un filtre dans la boîte de dialogue décrite ci-dessus, vous pouvez à l’aide
de l’icône du catalogue activer le filtre. Seuls les objets, textures et matériaux sélectionnés par le
filtre apparaîtront.Ceci est tout particulièrement intéressant, si vous devez à l’avenir créer des
bases de données supplémentaires qui couvrent des domaines d’action spécifiques du logiciel(ex :
un plan de salle de bains) et qui devront chercher des informations précises dans le catalogue.
Si l’ icône n’est pas activée, le filtre n’est pas actif non plus et vous pouvez voir tous les objets,
textures et matériaux de vos bases de données.
10.3 L'INTERFACE DU CATALOGUE D'OBJETS ET TEXTURES
10.3.1 Barre de titre
La barre de titre de la fenêtre du catalogue contient les fonctionnalités habituelles de Windows.
Outre le nom de l'application, on y trouve les trois boutons Réduire, Agrandir et Fermer.
10.3.2 Barre de menus
La barre de menus contient les menus Catalogue et Affichage.
• Le menu Catalogue permet de sélectionner les dossiers de catalogues pour les Objets,
Textures, Textures chargées, Matériaux etc. dans le but de les charger.
• Le menu Affichage permet d’activer ou de désactiver la barre d’outils, ainsi que l’affichage
détaillé des objets. Il permet de visualiser de plus amples informations sur les objets ou
textures comme le fabricant, le numéro d’article, le prix et le nom du fichier.
10.3.3 Barre d’outils
Si la barre d’outils est activée, les commandes présentes dans la barre de menus peuvent être
directement exécutées par un clic sur ces boutons.
10.3.4 Arborescence
La colonne gauche du catalogue d’objets accueille sous la barre de menus l'arborescence
organisant les éléments du catalogue sous forme de dossiers.
Remarque : À la première ouverture du catalogue, après le lancement du programme,
l’arborescence est minimale. Pour l’agrandir, déplacez la barre à côté de la barre d’outils vers la
droite en maintenant le bouton gauche de la souris enfoncé. Vous déterminez ainsi le rapport entre
l’arborescence et la zone de contenus.
Le bouton sert à revenir au niveau du dossier parent.
269
Guide de référence
10.3.5 Contenu
Vous disposez dans la colonne de droite d’une zone de contenu affichant les éléments du dossier
de textures ou d’objets actuel.
Tous les paramètres relatifs à la taille du catalogue d’objets et de matériaux sont sauvegardés
automatiquement à la fermeture du programme. Au prochain démarrage, il sera donc inutile
d’effectuer de nouveau les opérations de mise en place du catalogue.
Vous avez la possibilité de définir des groupes d’objets, comme une salle à manger complète et de
l’enregistrer sous forme de groupe personnalisé dans le catalogue. Cette fonction vous permet de
définir des catalogues de mobilier.
10.4 .LES OBJETS DU CATALOGUE
Le programme met à votre disposition un nombre important d'objets d'aménagement.
Les objets sont stockés dans le dossier Objets / Mobilier du catalogue. Ce dossier comporte
plusieurs sous-dossiers, contenant à leur tour d'autres sous-dossiers, et ainsi de suite, jusqu'à
arriver finalement au dernier niveau de l'arborescence, où l'on trouve les objets proprement dits
(armoires, tables, chaises, etc.).
Pour faciliter l'identification des objets, le contenu des différents dossiers est illustré par une petite
image. Les catalogues sont dotés d’un arrière-plan de couleur jaune et les éléments à placer, d’un
arrière-plan gris.
10.4.1 Charger un objet
Par un clic avec le bouton gauche de la souris sur le dossier Mobilier, l'arborescence du catalogue
affiche tous les sous-dossiers correspondants par exemple à l’entrée, à la salle de bain, au bureau
etc. Un double clic les charge dans la zone de contenu.
Lorsque vous arrivez au niveau le plus bas de l'arborescence, vous apercevez la liste des objets
disponibles. Si ce nombre est important, une boîte de dialogue s'affiche pour vous informer du
nombre d'objets à charger et pour indiquer la progression de l'opération.
Si le processus de chargement dure trop longtemps, vous pouvez naturellement l'interrompre en
cliquant sur le bouton Annuler. Le catalogue ne proposera alors que les objets déjà chargés ; il
sera donc incomplet.
Le bouton permet de revenir au dossier directement supérieur dans la structure de dossiers. Un
clic sur le bouton
ou la sélection de la commande Objets/Mobilier du menu Catalogue permet de basculer sur le
dernier dossier utilisé.
Le bouton
Détails active et désactive l’affichage détaillé des objets intégrant par exemple des
informations sur le fabricant, le numéro d’article, le prix et le nom du fichier.
La version actuelle du programme ne contient pas d’objets spécifiques à un fabricant, ce qui
explique l'absence de ces informations.
10.4.2 Sélectionner un objet
Un objet présent dans la zone de contenu du dossier ouvert est sélectionné par un clic. Cet objet
est mis en valeur par une couleur.
270
Le Catalogue
Pour sélectionner un objet et l'intégrer dans votre projet, vous devez utiliser la méthode du
glisser/déplacer. Pour de plus amples informations sur le placement précis d’objets dans la vue,
reportez-vous à la section Positionner des objets et des groupes.
Vous avez en outre la possibilité de définir des groupes à partir des objets que vous utilisez
régulièrement. Si vous recherchez, par exemple, la meilleure disposition possible pour un bureau
avec ordinateur, vous pouvez constituer un groupe composé du bureau, de l’ordinateur, d'une
lampe et d'une imprimante. Appelez ce groupe Bureau avec ordinateur par exemple, puis faites-le
glisser vers le catalogue.
Des groupes ainsi enregistrés peuvent être intégrés dans n'importe quel projet, de la même manière
que les objets individuels.
10.4.3 Boîte de dialogue Objet
Vous activez cette boîte de dialogue par un double clic sur un objet dans la zone de contenu du
catalogue. Elle se compose au minimum des deux onglets Aperçu et Propriétés.
Si un fichier .TXT ou .RTF doté du même nom est enregistré dans le même dossier que l’objet, un
onglet Informations est également présent.
10.4.3.1 Aperçu
Cet onglet accueille la fenêtre d'aperçu, permettant de visualiser de tous les côtés l’objet
sélectionné et d’augmenter/de réduire sa taille.
S’il s’agit d’un objet animé (voir page 250), un curseur est placé sous la fenêtre d’aperçu
permettant de modifier le "moment" de l’affichage. Les boutons Lecture et Arrêt servent à lancer
ou à interrompre l’animation dans la fenêtre d’aperçu.
271
Guide de référence
10.4.3.2 Propriétés
Cet onglet peut fournir des précisions sur le fabricant, le numéro de commande et le prix de l’objet
actuel facilitant par exemple la création de listes de commandes ou de prix des objets
d’ameublement d’un projet.
10.4.3.3 Informations
Si l’objet est accompagné dans son dossier d’un fichier doté du même nom avec une extension
.TXT pour des fichiers texte ou .RTF pour des fichiers texte formatés (Rich Text Format), un
onglet Informations est également disponible. Il affiche simplement le contenu du fichier texte.
10.5 LES TEXTURES DU CATALOGUE
Les textures du Catalogue d'objets et de textures (voir page 267) sont des structures de surfaces
comme des revêtements de sol des tapis, etc. On distingue, d’un côté, l’aspect de matériaux (pour
la création de meubles par exemple) ou autres revêtements et, de l’autre, (pour les images
informatiques) des photos collées sur les objets en trois dimensions.
L’objectif de l’utilisation de textures est d’obtenir des effets proches de la réalité sans une
géométrie trop complexe des objets.
Toutes les textures sont enregistrées dans le dossier Textures du catalogue.
Les textures permettent d’adapter en un tour de main les surfaces de vos projets. Vous posez sur le
sol des tapis ou du parquet, collez du papier-peint sur les murs, intégrez des portes ou des fenêtres
en épicéa ou en pin, choisissez des rideaux dans des tons assortis à votre ameublement. Vous
remplacez et échangez les textures à volonté.
Si les textures fournies par le programme ne suffisent pas, vous pouvez en créer de nouvelles. Il
s'agit tout simplement d'images au format bitmap (fichiers .bmp) que vous pouvez créer avec
n'importe quel programme de dessin.
Le chargement, la sélection, l’échange et le positionnement de textures sont brièvement décrits ciaprès.
10.5.1 Charger une texture
Un clic sur le dossier Textures ou sur le bouton
de la barre d’outils charge le dossier complet
des textures dans la zone de contenu du catalogue. Les différentes textures sont organisées dans
des sous-dossiers. Désignez-en un pour visualiser les textures proprement-dites.
Remarque : Comme pour les objets, les sous-dossiers de textures sont représentés avec une
image.
Lorsqu'un nombre important de textures doit être chargé, une boîte de dialogue s'affiche pour vous
en informer et afficher la progression du travail. Si vous ne voulez pas attendre la fin du
chargement, cliquez sur Annuler pour interrompre le processus. Le catalogue n'affichera alors que
les textures déjà chargées.
Textures chargées a une fonction particulière. Il vous sera utile si vous utilisez
Le bouton
plusieurs fois une même texture. Ce catalogue affiche en effet toutes les textures déjà utilisées
dans le projet. La texture d'effacement joue un rôle spécial : elle gomme les textures appliquées
sur les objets. Utilisez-la par conséquent si vous voulez débarrasser complètement une surface de
sa texture. La gomme s'emploie comme les autres textures.
272
Le Catalogue
Le bouton Détails permet d'afficher les textures dans la zone de contenu sous la forme d'une
vignette qui est accompagnée d’informations sur la largeur et la hauteur de la texture.
10.5.2 Sélectionner une texture
Si l’un des dossiers de textures est ouvert et chargé dans le catalogue, désignez une texture par un
clic gauche. La texture sélectionnée est mise en valeur par une couleur dans la zone de contenu du
catalogue.
10.5.3 Placer et échanger une texture
Faites-glisser la texture sélectionnée dans la vue de votre projet tout en maintenant le bouton
gauche de la souris enfoncé. Si la souris se trouve sur une zone apte à recevoir une texture ou pour
laquelle la texture peut être modifiée (un mur par exemple), le pointeur prend une autre forme
pour vous informer de cette possibilité.
Dès que vous relâchez le bouton de la souris, la texture est appliquée à la surface en remplaçant
éventuellement la texture précédente. Vous pouvez ainsi modifier l’aspect global de votre projet.
Cette procédure de mise en place ou d’échange de textures s’applique à presque toutes les zones et
objets de votre projet.
Nous avons déjà souligné que les textures ne pouvaient pas être appliquées sur n'importe quel
objet ou surface.
10.5.4 Supprimer une texture
Pour supprimer une texture déjà en place, faites-glisser sur l’objet la texture d'effacement à partir
des Textures chargées. Aucune texture n’est appliquée en remplacement.
10.5.5 Visualiser les textures
Comme pour les objets, vous pouvez double-cliquer sur les textures dans le catalogue (ou
sélectionner la commande Ouvrir ou Propriétés du menu contextuel) pour visualiser les textures.
Dans la fenêtre d’aperçu, vous pouvez observer une surface représentant la texture choisie sous
forme de mosaïque (3*3).
L’enregistrement de textes complémentaires est, comme décrit pour les objets (voir page 272),
également possible. L’onglet Propriétés est identique à celui spécifique aux objets (voir page
272). Seule la rubrique Positionnement est absente.
Remarque : À la différence des objets, les données relatives aux textures ne sont pas enregistrées
dans les fichiers images mais dans un fichier séparé Tex.INI disponible dans le même dossier que
l’image.
Remarque : Le fichier Tex.INI est défini dès que vous saisissez des informations sous l’onglet
Propriétés et qu’aucun fichier Tex.INI n’existe dans le dossier du fichier image.
10.5.5.1 Onglet Recherche de textures
Lorsque vous double-cliquez dans le catalogue sur une texture (ou lorsque vous sélectionnez la
commande Ouvrir ou Propriétés du menu contextuel), l’onglet Recherche de textures s’affiche
dans la boîte de dialogue. Il contient des informations sur le fichier image. S’il s’agit d’un fichier
BMP Windows, vous pouvez spécifier dans les champs Largeur et Hauteur la taille "réelle" de
273
Guide de référence
l’image. Les données saisies sont enregistrées dans le fichier BMP et utilisées par le programme
pour ces éléments de construction si vous avez activé l’option Taille d’origine sous la rubrique
Dimensions de la texture (voir par exemple page 102).
10.5.6 Textures personnalisées
Le programme autorise l’intégration d’images de textures créées par vous-même. Vous pouvez
ainsi compléter la bibliothèque de textures existante par celles issues de vos propres échantillons
de matériaux, créées à partir d’une numérisation issue d’un scanner ou d’un appareil photonumérique. Voici quelques recommandations qu’il est indispensable de connaître :
• Les textures peuvent être enregistrées dans un dossier créé par vos soins dans l’arborescence
du répertoire du logiciel ArCon, ou dans tout autre répertoire du disque dur de votre
ordinateur. Si vous enregistrez vos textures dans le dossier Textures/Mes textures du dossier
d'installation du programme, elles seront immédiatement disponibles dans le Catalogue sous
l'icône Mes Textures.
• Les textures standard du catalogue ont chacune une dimension d’image de 256 x 256 pixels. Si
les textures que vous souhaitez créer ont des dimensions plus grandes, le programme ramène
automatiquement celles-ci au format prédéfini par le logiciel. Il n’est pas exclu toutefois que
cette opération n’entraîne pas une certaine altération de la qualité d’image.
• En outre, les nouvelles textures doivent être enregistrées en Couleurs Indexées suivant une
valeur de 8 bits / pixels (soit en 256 couleurs). Tout fichier bitmap en Couleurs Vraies (24 ou
32 bits en 16,7 millions de couleurs) est automatiquement converti par le programme en
Couleurs Indexées. Il est évident qu’en ce cas vous risquez de constater une perte notoire de
résolution et une certaine altération de la qualité d’image si vous n’y prenez pas garde assez
tôt.
• Les textures créées peuvent être enregistrées dans différents formats standard d’images
reconnus par ArCon : BMP, PCX, TIFF (.TIF), JPEG (.JPG) et PGN.
10.6 LES MATÉRIAUX DU CATALOGUE
La notion de matériau, dans ce programme, ne correspond pas du tout à celle qui est utilisée dans
les agences d’architecture et chez les professionnels du bâtiment. Il s’agit en réalité d’une notion
propre au langage de l’infographie, qui se distingue par ailleurs de la notion de Texture. Si une
texture désigne en effet la nature d’un mur par placage d’une photographie représentant, par
exemple, des briques ou des pierres apparentes, la notion de matériau, quant à elle, porte sur
l’aspect de cette texture une fois mise en scène : brillance, transparence, réflexion, réfraction,
luminescence, etc.
Par l’application de propriétés de matériaux, vous avez la possibilité de définir pour vos objets des
effets spéciaux. Vous pouvez ainsi apporter des effets de brillance et de miroir mis en évidence en
particulier avec le raytracing (voir page 219).
10.6.1 Charger des matériaux
Vous chargez le dossier complet des matériaux dans la zone de contenu du catalogue par un clic
sur le dossier Matériaux, sur le bouton
de la barre d’outils ou via la commande Catalogue Paramètres de matériau.
274
Le Catalogue
10.6.2 Sélectionner et placer les matériaux
Cliquez sur le matériau de votre choix dans la zone de contenu du catalogue. Le matériau désigné
est mis en valeur par une couleur.
Faites-glisser le matériau sélectionné dans la vue de votre projet tout en maintenant le bouton
gauche de la souris enfoncé. Si la souris se trouve sur une zone apte à recevoir un matériau ou
pour laquelle le matériau peut être modifié (un mur par exemple), le pointeur prend une autre
forme pour vous informer de cette possibilité.
Lorsque vous relâchez le bouton de la souris, la matériau est appliqué à la surface de l’objet. À la
différence des textures pouvant être différentes pour chaque objet de votre scène, tous les objets
du même type sont dotés du même matériau. Si vous avez installé par exemple deux lavabos dans
la salle de bains, la modification du matériau du premier lavabo sera valable pour le second.
10.6.3 Modifier les matériaux / Définir de nouveaux matériaux
Un double clic sur la vignette du matériau ou un clic sur la commande contextuelle Propriétés
affiche la boîte de dialogue qui suit.
Cette boîte de dialogue vous permet d’éditer des matériaux existants ou d’en créer de nouveaux
sur une base déjà disponible.
275
Guide de référence
Se familiariser avec les fonctionnalités des matériaux proposées dans la boîte de dialogue
représentée nécessite un certain temps.
10.6.3.1 Rubrique Nom
Le nom du matériau actuel s’affiche dans cette zone. Si vous modifiez ce nom pour définir un
nouveau matériau, le bouton Enregistrer comme nouveau matériau grisé jusqu’ici est à présent
disponible. Si vous cliquez sur le bouton, les paramètres spécifiés sont enregistrés sous forme de
nouveau matériau avec le nom que vous venez de définir.
Remarque : Pour supprimer un matériau existant, sélectionnez la commande Supprimer du menu
contextuel du matériau (ouvert par un clic droit).
10.6.3.2 Rubriques de définition de propriétés de matériau
En dehors de la rubrique Nom, vous disposez des rubriques Lumières ambiante et diffuse,
Réflexion, Transparence, Brillance, Texturage, ainsi que Autres propriétés. Ces rubriques
sont destinées à déterminer l’aspect réel du matériau.
276
Le Catalogue
10.6.3.3 Signification des différents paramètres de matériaux
Lors de la simulation d’objets réels à l’aide des fonctions graphiques de l’ordinateur, les propriétés
de surface d’un matériau sont simulées à l’aide de divers paramètres. Des surfaces plus ou moins
réalistes peuvent être élaborées.
Le programme met à disposition un modèle de matériau orienté sur le standard graphique PHIGS
PLUS. Ce modèle de matériau connaît certes certaines limites mais est courant pour une
représentation en temps réel, telle qu’elle est utilisée dans le programme.
L’aspect d’un objet doté d’un matériau spécial ne dépend pas uniquement du matériau en question
mais également des sources lumineuses éclairant cet objet. La combinaison des deux propriétés, la
source lumineuse et le matériau, définit l’aspect proprement-dit d’un objet. La propriété d’un
matériau est en principe une superposition de différentes sous-propriétés, la partie ambiante
responsable de la réflexion de la lumière environnante, la partie diffuse responsable de la
simulation de propriétés mates de matériau, la réflexion responsable de propriétés polies de
matériaux et enfin la transparence responsable de la simulation de propriétés transparentes de
matériaux.
En outre, les objets peuvent être représentés de façon précise à l’aide de textures. Ces textures sont
elles aussi en principe des propriétés de matériaux. Le programme gère toutefois séparément
l’enregistrement de matériaux et de textures pour, par exemple, pouvoir utiliser différentes veines
du bois pour un même laquage.
À l’aide de la fenêtre d'aperçu, vous pouvez observer les effets des différentes modifications de
paramètres sur le matériau en question. La mise à jour de la fenêtre d’aperçu s’effectue
automatiquement à chaque variation des valeurs.
Certaines propriétés de matériaux ne sont visibles que lors du raytracing d’images. Pour visualiser
ces propriétés dans la fenêtre d’aperçu, vous disposez dans l’angle inférieur droit de la fenêtre
d’un mini-bouton supplémentaire . Un clic sur ce bouton lance la raytracing de l’image dans la
fenêtre d’aperçu.
10.6.3.4 Rubriques Lumières ambiante et diffuse et Réflexion
Ces deux zones servent à définir les paramètres des parties mentionnées. Sous la rubrique
Lumières ambiante et diffuse, vous pouvez définir la couleur ambiante ou diffuse d’un objet. Il
s’agit de spécifier dans ces zones de saisie le degré de réflexion en pourcentage des réflexions
diffuses. Si la partie ambiante est très élevée, l’objet sera relativement terne étant donné le fort
degré de réflexion de la lumière ambiante. Si la partie diffuse est très élevée, la lumière des
sources lumineuses définies sera forte mais réfléchie toutefois dans des directions non spécifiques.
Des valeurs élevées pour la partie diffuse sont par exemple nécessaires pour la simulation du
velours.
Dans la zone Réflexion, vous définissez aussi bien la couleur que la partie en pourcentage de la
réflexion. La couleur détermine en principe la couleur de l’éclat sur l’objet.
Pour comprendre comment la réflexion se superpose à la partie diffuse, prenons l’exemple suivant
: imaginez une surface en velours rouge sur laquelle est posée une mince vitre. Cette surface a
l’aspect du velours rouge sur lequel se reflète un éclat blanc. Vous définissez les propriétés de
cette vitre grâce à la réflexion.
En dehors des champs destinés à la couleur et à la réflexion, vous disposez sous la rubrique
Réflexion d’une option Réflexion idéale du matériau en raytracing. Si vous activez cette
277
Guide de référence
option, la fenêtre d’aperçu ne tiendra pas compte directement de la modification. Il sera dans ce
en bas à droite pour visualiser le reflet.
cas nécessaire de cliquer sur le bouton
10.6.3.5 Rubrique Transparence
Vous spécifiez dans cette zone si le matériau est transparent et, si tel est le cas, le niveau de
transparence et l’index de réfraction.
Un matériau est transparent si l’option correspondante est activée. Dans ce cas seulement, les
zones de saisie relatives à la transparence et à l’index de réfraction sont accessibles. Saisissez les
valeurs de votre choix dans la zone Transparence pour faire varier l’effet sur l’objet doté de ce
matériau. Les modifications dans la zone de saisie Indice de réfraction ne sont pas directement
visibles dans la fenêtre d’aperçu mais affichées après un clic sur le bouton . Pour simuler par
exemple du verre, utilisez un indice de réfraction de 1.2. La simulation de bulles dans l’eau sera
optimale avec un indice de réfraction inférieur à 1.0.
10.6.3.6 Rubrique Brillance
Les valeurs saisies dans cette zone sont visibles uniquement si celle de la rubrique Réflexion est
relativement élevée. Les modifications des valeurs de la zone de saisie Brillance sont visibles sur
la courbe. Plus la valeur est élevée, plus l’éclat sera faible.
Pour des matériaux mats (or non poli, etc) utilisez des valeurs peu élevées autour de 3, pour des
matériaux brillants (or poli) des valeurs plus importantes.
10.6.3.7 Rubrique Autres propriétés
Cette rubrique est constituée des options Texture de réflexion, Matériau luminescent et
Matériau double-face.
10.6.3.7.1 Texture de réflexion
Si vous activez l’option Texture de réflexion, les textures représentées sur l’objet ne sont pas
considérées comme des images dérivées modifiant la couleur de l’objet pixel par pixel mais sont
interprétées comme des images miroir. En fonction de l’endroit à partir duquel vous observez
l’objet doté de ce matériau, vous visualisez différents endroits de la texture de réflexion.
Ce procédé d’utilisation de texture sert à simuler des copies miroir idéales. Ce n’est pas
l’environnement de l’objet qui se reflète dans l’objet mais la texture. Les textures de réflexion
peuvent être représentées en temps réel.
Lorsque vous activez l’option Texture de réflexion, la modification est visible dans la fenêtre
d’aperçu uniquement si les paramètres correspondants ont été saisis sous la rubrique Texturage
(voir ci-après).
Étant donné qu’il s’agit d’une sphère dans la fenêtre d’aperçu, toujours identique quel que soit le
localisation de l'observateur, vous aurez des difficultés à observer correctement le comportement
de la texture de réflexion.
Pour mieux observer le comportement de la texture de réflexion, définissez des modèles de
matériaux et faites-les glisser sur les objets courbés de votre plan. En faisant par exemple
librement pivoter (voir page 261) l’objet, vous pourrez facilement visualiser l’effet de la texture de
réflexion.
278
Le Catalogue
La propriété avancée Texture de réflexion ne peut s’appliquer qu’à des objets aptes à recevoir
des textures.
10.6.3.7.2
Matériau luminescent
Si vous activez cette option, le matériau restera visible même si aucune source lumineuse n’est
définie dans votre plan et lorsque vous basculerez par exemple en mode Vue de nuit. Le matériau
sert pour ainsi dire de source lumineuse même s’il n’éclaire toutefois pas son environnement.
Ce type de matériau est idéal par exemple pour les phares ou les panneaux publicitaires.
10.6.3.7.3 Matériau double-face
En temps normal, le programme représente sur les objets uniquement les surfaces que
l’observateur peut visualiser (pour une sphère, seule la demi-sphère visible par l’observateur).
L’affichage de la moitié arrière de la sphère exigerait un temps de calcul inutile.
Mais dans certains cas, cette configuration par défaut n’est pas souhaitable. Si vous activez
l’option correspondante, les surfaces dotées de ce matériau seront affichées, même si elles
représentent des faces arrières habituellement masquées.
Remarque : L’emploi de matériaux dotés de cette option ralentit la vitesse d’affichage du
programme.
10.6.3.8 Texturage
Indiquez sous cette rubrique l’association de textures et du matériau défini. Les données de cette
rubrique ne sont intéressantes que dans la mesure où vous appliquez le matériau à des surfaces
aptes à recevoir une texture. Pour vérifier si c’est le cas, procédez de la façon suivante : choisissez
une texture dans le catalogue et faites-la glisser sur l’objet à contrôler. Si le pointeur se transforme
en
, l’objet en question est apte à recevoir une texture à cet endroit. Si tel n’est pas le cas, le
pointeur conserve la forme
10.6.3.8.1
.
Texture de masque
Si vous activez cette option, l’objet est représenté uniquement aux endroits où la texture utilisée
n’est pas exactement noire (parts de couleurs 0,0,0).
Avec cette fonction, vous pouvez utiliser des textures pour découper des zones d’un objet. Les
arbres définis dans le programme sont en partie dotés de ce matériau.
Si cette option est active, les modifications seront directement affichées dans la fenêtre d’aperçu
de la boîte de dialogue si une texture est choisie pour l’aperçu (voir ci-après).
10.6.3.8.2
Mélanger couleur diffuse et texture
En temps normal, une texture remplace la couleur diffuse de l’objet pixel par pixel. Le choix
d’une couleur (rouge ou vert par exemple) sur les objets dotés d’une texture est sans importance.
Il peut toutefois être judicieux dans certains cas de mélanger les deux couleurs, celle de la texture
et celle de la couleur diffuse.
279
Guide de référence
Si vous disposez par exemple d’une texture représentant des veines de bois en noir et blanc,
définissez un rouge foncé comme couleur diffuse. Sélectionnez alors l’option Mélanger couleur
diffuse et texture pour visualiser une texture de bois rouge foncé. Modifiez la couleur diffuse de
cette même texture pour obtenir un autre effet de bois.
La possibilité de mélanger la couleur diffuse et la texture est également disponible pour les
murs(voir page 10) et d’autres éléments de construction de ce type.
10.6.3.8.3 Utiliser la texture suivante dans la fenêtre d’aperçu
Certaines propriétés de matériaux ne peuvent être visualisées que si les objets dotés de ce matériau
ont une texture.
Pour la sphère représentée dans la fenêtre d’aperçu, vous pouvez décider si elle doit ou non être
dotée d’une texture et si tel est le cas, en spécifier une. Choisissez l’option correspondante et
spécifiez le nom de la texture choisie.
En ce qui concerne les options Texture de masque de la rubrique Texturage, ainsi que les
options Texture de réflexion et Matériau double-face de la rubrique Autres propriétés, il est
essentiel d’activer l’utilisation d’une texture.
10.6.4 Astuces relatives à l’utilisation de matériaux
Le programme propose par défaut une liste de matériaux. Pour comprendre le "fonctionnement"
des matériaux correspondants, double-cliquez sur ces matériaux pour visualiser les paramètres.
Un même objet peut avoir un aspect différent en fonction du matériau appliqué. Vous pouvez par
exemple transformer un fauteuil en cuir rustique en fauteuil chromé ou encore une baignoire
émaillée en baignoire acrylique.
280
Le Storyboard
11. LE STORYBOARD
11.1 INTRODUCTION
Le Storyboard est un programme vous permettant de réaliser des animations de grande qualité à
partir de vos projets.
Grâce aux fonctions du Storyboard, vous pouvez créer des séquences d’animation comportant
plusieurs scènes qui intègrent elles-mêmes les mouvements propres aux objets animés, gérer leurs
interdépendances (temps et espace) dans la mise en scène 3D, et réaliser des enregistrements vidéo
de grande qualité (au format AVI).
Le Storyboard vous permet d’agencer les mouvements autonomes des objets animés de façon
chronologique, les amorcer, les arrêter ou les relancer librement image par image et à intervalles
réguliers.
Par ailleurs, le Storyboard vous offre la possibilité de générer vous-même certains mouvements
particuliers, tels qu’un déplacement d’objet dans une pièce sur une durée déterminée, une rotation
ou une modification de taille et/ou de proportion.
En combinant ainsi mouvements autonomes et mouvements personnalisés, c’est une très vaste
gamme de possibilités qui s’ouvre à vous en matière d’animation.
11.2 PRÉSENTATION GÉNÉRALE
Un storyboard représente le "scénario" de votre animation, c’est-à-dire l’enchaînement des
événements que vous souhaitez voir se produire dans une séquence vidéo. À ce titre, il affiche de
façon symbolique les déroulements logiques, spatiaux et temporels, du scénario. Toutes les
informations contenues dans le storyboard peuvent être modifiées à loisir selon vos besoins.
Pour une parfaite utilisation des fonctions du Storyboard, il est nécessaire de commencer par
maîtriser les deux points suivants :
• La signification des éléments et des informations affichés dans le Storyboard.
• Les créations et modifications possibles d’éléments du Storyboard.
L’explication qui suit s’organise autour de ces deux points essentiels, une description de ce qui est
affiché à l’écran précédant l’interprétation qu’il faut en donner. Vous apprendrez ensuite à
modifier ces paramètres, puis à créer les vôtres.
281
Guide de référence
11.3 STRUCTURE ÉLÉMENTAIRE DU STORYBOARD
Le Storyboard se compose de trois parties :
• La barre d’outils affichant les différents boutons de commande et un repère temporel
• La fenêtre de gauche présentant l’arborescence (liste) des objets à votre disposition
• La fenêtre de droite affichant les différentes pistes allouées à chaque objet de l’arborescence.
Les animations sont définies à l'aide de la barre d’outils ou de la fenêtre de pistes (à droite),
l’arborescence n’étant prévue que pour vous permettre de conserver une vue d’ensemble de votre
travail en cours et de trier les différentes pistes affichées.
11.3.1 La barre d'outils du Storyboard
La barre d’outils du Storyboard sert essentiellement à ajuster le temps affiché, activer ou
désactiver les enregistrements (début, fin et définition de mouvement). La signification des
différents boutons qui la composent est :
Ramener l'animation à zéro
En arrière (de 1/10ème de la durée totale)
En avant (de 1/10ème de la durée totale)
Aller à la fin de l'animation. Si ce bouton de commande est activé, les événements sont
interprétés.
Lorsqu’il est désactivé ceux-ci ne sont pas pris en compte et le scénario est exécuté tel qu’il
apparaît dans la fenêtre de pistes.
Lecture
Lecture du fichier au format AVI.
Stop (Fin de lecture)
Enregistrement momentané
Enregistrer
Outre ces boutons de commande, la barre d’outils du Storyboard est constituée d’un champ de
saisie numérique dans laquelle est affichée la position actuelle à l’intérieur du scénario. Si vous
saisissez une valeur différente, la position dans le temps est automatiquement ajustée en fonction
de ce nouveau paramètre.
À droite de la fenêtre de saisie se trouve un coulisseau qui vous permet également d’ajuster la
position dans le temps. Vous l’avez compris, ce coulisseau et la fenêtre de saisie remplissent la
même fonction : se placer à un moment précis du scénario.
11.3.2 L'arborescence des objets
La fenêtre de gauche du Storyboard se présente sous la forme d’une arborescence dans laquelle
sont affichés tous les objets du projet en cours.
282
Le Storyboard
S’il n’existe aucun objet 3D animé dans votre projet, cette fenêtre ne propose qu’une arborescence
simple intitulée Projet en cours. Cette arborescence ne s’allonge que lorsque des objets animés
ont été introduits dans le projet, ou lorsque vous avez vous-même généré des animations
particulières (déplacements, rotations, déformations d’objets...).
Cette arborescence remplit deux fonctions essentielles :
1. Elle décrit les pistes affichées dans la fenêtre de droite (vous lisez à gauche le nom des objets
affichés à droite).
2. Elle vous permet de modifier la hiérarchie de pistes représentées dans la fenêtre de droite par
glisser-déplacer.
Les objets 3D sélectionnés dans le projet sont affichés en caractères gras. Si l’objet sélectionné est
un groupe d’objets, celui-ci est signalé par le petit signe + qui précède son nom dans
l’arborescence. Lorsque vous cliquez sur le signe +, le Storyboard développe automatiquement la
sous-arborescence contenant tous les objets liés au groupe sélectionné.
Les éléments de construction animés de votre projet, tels que certaines portes par exemple, sont
regroupés dans une sous-arborescence spécifique intitulée Objets de construction, elle-même
subdivisée en autant de sous-arborescences que votre projet compte de bâtiments et d’étages. De
même, si vous utilisez plus d’une caméra, celles-ci seront automatiquement réunies dans un
groupe portant le nom Caméras.
Lorsque vous cliquez sur tout objet inscrit dans l’arborescence, celui-ci est signalé dans la fenêtre
de travail du mode Design par un bref clignotement afin de faciliter son identification.
Deux types de mouvements peuvent être appliqués aux objets :
1. Le mouvement autonome de tout objet dont l’animation est prédéfinie dans le programme.
2. Le mouvement que vous générez en effectuant vos propres réglages.
Si vous souhaitez combiner les deux types de mouvement pour un même objet, celui-ci apparaîtra
deux fois dans l’arborescence : la piste de l’animation prédéfinie dans le programme s’inscrit
automatiquement sous celle du mouvement que vous venez de créer. En ce cas, même s’il ne s’agit
que d’un seul objet, son nom est également précédé d’un petit signe + dans l’arborescence.
Par ailleurs, vous avez sans doute pu remarquer un pictogramme placé à gauche de chaque nom
d’objets : celui-ci vous permet d’identifier le type de mouvement appliqué à l’objet désigné.
Les pictogrammes sur fond jaune signifient qu’il s’agit d’éléments, d’objets ou de groupes
d’objets actuellement visibles.
Les pictogrammes sur fond gris désignent les éléments, objets ou groupes d’objets masqués :
ceux-ci se situent sur un étage ou un bâtiment qui n’est pas affiché pour l’instant. Pour voir ces
objets sur l’écran vous devez par conséquent en activer l’affichage par le menu contextuel de
l’arborescence.
Les objets 3D pourvus de mouvements autonomes sont identifiés par un pictogramme représentant
deux engrenages. Lorsque ce pictogramme est rouge, l’objet qu’il désigne est affiché à l’écran.
Lorsque le pictogramme est gris l’objet en question est invisible car il est placé sur un étage ou un
bâtiment actuellement masqué.
La liste suivante recense les pictogrammes que vous êtes susceptible de rencontrer lors de la
réalisation de tout scénario :
Racine de l’arborescence : il s’agit du projet dans sa forme globale
Caméra animée (les caméras sont toujours visibles)
Caméra fixe (les caméras sont toujours visibles)
283
Guide de référence
Groupes d’objets de construction dotés d’un mouvement autonome, visible
Groupes d’objets de construction dotés d’un mouvement autonome, invisible
Objet de construction doté d’un mouvement autonome, visible
Objet de construction doté d’un mouvement autonome, invisible
Objet doté d’un mouvement autonome, visible
Objet doté d’un mouvement autonome, invisible
Objet ou Groupe d’objets sans aucune animation, visible
Objet ou Groupe d’objets sans aucune animation, invisible
Objet animé visible ou Groupe d’objets animé visible, affectés d’un mouvement
autonome et/ou personnalisé par l’utilisateur
Objet animé invisible ou Groupe d’objets animé invisible, affectés d’un mouvement
autonome et/ou personnalisé par l’utilisateur
Groupe d’objets animé visible, constitué exclusivement de sous-groupes/objets inanimés
Groupe d’objets animé invisible, constitué exclusivement de sous-groupes/objets
inanimés
Groupe d’objets fixe visible, composé d’au moins un sous-groupe/objet animé
Groupe d’objets fixe invisible, composé d’au moins un sous-groupe/objet animé
11.3.3 La fenêtre des pistes d'animation
La fenêtre de pistes, à droite du Storyboard, contient le scénario à proprement parler de la scène en
cours. Cette fenêtre se compose d’au moins autant de pistes qu’il existe d’objets 3D et d’éléments
de construction dans votre projet (une piste par objet animé ; deux pistes pour un objet animé
auquel vous avez ajouté un mouvement personnalisé). De plus, cette fenêtre est complétée, en bas,
par une échelle temporelle exprimée en secondes dont l’aspect ressemble à celui d’une règle
graduée avec, au-dessus, un repère temporel.
Lorsque vous modifiez la valeur numérique correspondant à la position dans le temps de la scène à
animer (champ de saisie numérique de la barre d’outils), le repère temporel est automatiquement
replacé à sa nouvelle position dans la fenêtre de pistes. Pour modifier la position dans l’échelle
temporelle, vous pouvez également amener le pointeur de la souris sur la ligne verticale de
repérage (en pointillés) puis, tout en maintenant le bouton gauche de la souris enfoncé, déplacez
cette ligne à votre gré. Lorsque le pointeur est au-dessus de la ligne de repérage, le curseur prend
l’aspect de deux petites flèches noires séparées par un pointillé.
L’échelle temporelle spécifie la durée totale de l’animation en cours. Si vous souhaitez augmenter
ou réduire la durée d’une animation, vous pouvez cliquer avec le bouton droit de la souris sur le
repère temporel, puis sélectionner la commande Durée totale du Storyboard dans le menu
contextuel qui s’affiche. Dans la boîte de dialogue Durée totale du Storyboard qui apparaît,
précisez les valeurs dont vous avez besoin pour votre animation.
284
Le Storyboard
11.3.3.1 Les pistes d'animations
Dans chacune des pistes, il vous est possible d’identifier les mouvements activés pour un objet
donné à un moment précis. Toutefois, suivant sa couleur, une piste peut avoir trois significations
différentes :
Vert : une piste du Storyboard est toujours de cette couleur : il s’agit de celle du projet en cours
(piste supérieure) dans laquelle vous pouvez définir des changements d’état.
Brun-rouge : les pistes de cette couleur servent à l’application des animations d’objets animés.
Gris : ces pistes contiennent les mouvements définis par l’utilisateur.
Par conséquent, un objet doté à la fois d’un mouvement autonome (objet animé) et d’un
mouvement personnalisé par l’utilisateur est représenté par deux pistes superposées : l’une, grise,
pour les mouvements paramétrés par l’utilisateur et l’autre, rouge, pour les animations prédéfinies
dans le programme.
Toutes ces pistes de couleurs différentes servent à stocker des animations spécifiques. Chaque
animation est matérialisée par un cadre à l’intérieur de la piste sélectionnée, dont les bordures
marquent les limites (bordure gauche pour le début, bordure droite pour la fin). Chaque cadre
d’animation a, lui aussi, sa signification de couleur :
Vert clair pour les changements d’état (piste supérieure)
Rouge clair pour les mouvements prédéfinis des objets animés
Jaune pour les mouvements paramétrés par l’utilisateur
Une dénomination de mouvement apparaît dans chacun des cadres d’animation en présence. Par
défaut cette dénomination est <Environnement inconnu>, mais il vous est possible de nommer
chaque animation à votre gré. Pour cela il vous suffit d’effectuer un clic droit sur une étiquette de
dénomination pour faire apparaître la boîte de dialogue Paramètres de mouvement propre dans
laquelle vous pouvez affecter le nom qui vous convient dans le champ Désignation. Validez
ensuite en cliquant sur OK.
Selon la taille de l’étiquette de dénomination et la longueur de votre animation, il se peut que vous
ne puissiez pas le lire la désignation dans sa totalité. En ce cas, amenez le pointeur de la souris sur
le cadre en question, puis jetez un œil dans la barre d’état : le nom de l’objet y est affiché ainsi que
la dénomination de son animation.
Par ailleurs, chaque cadre d’animation rouge ou jaune dispose, sur sa gauche, d’un petit bouton
carré gris. Ce dernier sert à l’enregistrement des cibles d’événement qui seront présentées dans les
pages suivantes.
11.3.3.2 Les clés d'animation
Les clés d’animations sont des repères correspondant à un point d’action ou de mouvement précis
à l’intérieur d’une animation. Ces clés peuvent être créées par l’utilisateur. Lorsque vous activez la
commande Afficher toutes les clés (clic droit sur la fenêtre d’arborescence / Afficher toutes les
clés), la totalité des clés d’une animation sont affichées. Comme les différents types d’animation,
les clés d’animations se caractérisent par des petits traits dont la couleur a une signification
spécifique :
285
Guide de référence
Trait rouge correspond à une clé de position
Trait vert correspond à une clé de rotation
Trait bleu correspond à une clé de changement de taille
Ces différents repères peuvent se superposer lorsque vous appliquez plusieurs types d’animations
simultanément à un même objet.
11.4 LES MENUS CONTEXTUELS DU STORYBOARD
11.4.1 Le menu contextuel de la barre d'outils
En effectuant un clic droit sur la barre d’outils du Storyboard vous activez un menu contextuel
propre au Storyboard lui-même, c’est-à-dire à la scène que vous êtes en train de réaliser. Ce menu
contient les fonctions suivantes :
Durée totale du Storyboard : cette commande active la boîte de dialogue Durée totale du
Storyboard dans laquelle il vous est possible de définir deux valeurs importantes :
La Durée totale du Storyboard, exprimée en secondes, vous permet d’étalonner précisément la
durée de votre scène, de l’allonger ou de la réduire si cela est nécessaire.
Vitesse d’enregistrement vidéo (images/secondes) spécifie la vitesse de défilement des images
au moment de l’enregistrement du Storyboard dans un fichier vidéo au format AVI. Bien entendu,
cette vitesse est dépendante de la configuration vidéo de votre ordinateur, non pas lors de
l’enregistrement des animations mais lors de leur projection sur votre écran. Ainsi, une trop
grande taille d’image (supérieure à 800 x 600 pixels de côtés pour une vitesse de défilement
supérieure à 25 images/seconde) risque de provoquer un balayage écran important et désagréable
pour vos spectateurs. Privilégiez, si possible, des tailles d’images de 640 x 480 pixels maxi pour
vos animations.
À titre d’information, la vitesse de défilement d’une pellicule film pour le cinéma est de 24
images/seconde, tandis qu’une bande vidéo défile à la vitesse de 25 trames (ou images)/seconde.
Écoulement de temps réel permet de générer des animations montrant, de manière accélérée, la
course réelle du soleil autour de votre projet. Cette commande active la boîte de dialogue
Paramètres de mouvement propre pour laquelle vous trouverez de plus amples informations
dans le chapitre consacré aux principales boîtes de dialogue du Storyboard.
Enregistrer Storyboard : lorsque vous sélectionnez cette commande, la boîte de dialogue
Storyboard Enregistrer s’affiche automatiquement pour vous permettre de nommer la scène en
cours et de préciser le dossier dans lequel vous souhaitez la stocker.
Charger Storyboard : cette commande affiche une boîte de dialogue standard de Windows vous
permettant de rechercher des scènes préalablement créées et enregistrées dans vos dossiers
286
Le Storyboard
d’animations. Cette boîte de dialogue propose également deux options, en bas et à gauche de celleci : Additif et Insérer au temps actuel.
Lorsqu’elle est cochée, l’option Additif ajoute automatiquement le scénario choisi dans cette boîte
de dialogue à la scène en cours, sans chevauchement d’objets, d’actions ou d’animations.
Toutefois, bien qu’un tel ajout se positionne sur le même point de départ d’animation que la scène
en cours, il se peut que sa durée dépasse celle de la scène courante. Dans ce cas, un message vous
en informe et vous propose de prolonger automatiquement la durée de l’ensemble.
L’option Insérer au temps actuel ajoute automatiquement le scénario choisi dans cette boîte de
dialogue à la scène en cours tout en prenant pour point d’insertion l’emplacement du repère
temporel (en pointillés) qui traverse la fenêtre de pistes. Il est nécessaire, par conséquent, de régler
ce point d’insertion avant de procéder au chargement d’une scène dans votre scénario en cours.
Pour un réglage plus précis, utilisez de préférence le champ numérique à votre disposition dans la
barre d’outils horizontale.
11.4.2 Le menu contextuel de la fenêtre de pistes
Un clic droit dans la fenêtre de pistes active automatiquement le menu contextuel de cette zone du
Storyboard. Ce menu propose les commandes suivantes :
Désactiver l'animation d’objets est la commande qui permet de stopper les mouvements et les
animations d’objets dans la scène. Les objets 3D, ainsi que les éléments animés, restent
physiquement présents dans le projet mais demeurent inertes jusqu’à ce que vous réactiviez cette
commande. Cette commande s’applique piste par piste : une fois une piste d’animation désactivée,
elle est surlignée de bleu.
Charger un fichier Travelling (*.wlk) permet d’importer le parcours effectué lors d’une visite
3D en temps réel directement à l’intérieur du Storyboard, à la condition que la visite ait été
préalablement sauvegardée sur votre ordinateur.
Affichage permet de définir l’affichage des informations présentées dans la fenêtre de pistes du
Storyboard. Cette commande comporte plusieurs fonctionnalités dans un sous-menu contextuel :
Agrandir l'affichage de l'échelle de temps remplit une fonction de zoom avant (agrandissement)
sur la fenêtre de pistes. Lorsque vous activez cette fonction, l’échelle graduée est plus détaillée.
Pour agrandir l’affichage du contenu de la fenêtre de pistes, vous pouvez également utiliser la
touche + du pavé numérique de votre clavier.
Réduire l'affichage de l'échelle de temps crée l’effet inverse en effectuant un zoom arrière
(réduction) sur la fenêtre de pistes. Pour réduire l’affichage du contenu de la fenêtre de pistes,
vous pouvez également utiliser la touche - du pavé numérique de votre clavier.
Échelle de temps permet d’activer ou non l’affichage de la graduation du temps au-dessous de la
fenêtre de pistes.
Clés d’animation permet d’activer ou non l’affichage des clés qui ponctuent les séquences
d’animations dans la fenêtre de pistes.
287
Guide de référence
Répétitions permet d’activer ou non l’affichage des symboles de répétitions d’animations dans la
fenêtre de pistes.
11.4.3 Le menu contextuel d'insertion d'éléments Monde
Les événements Monde concernent les éléments additionnels que vous pouvez joindre à votre
scène, indépendamment des autres séquences d’animation qu’elle est susceptible d’intégrer. Il peut
s’agir, par exemple, du passage du jour à la nuit, du mode de représentation coloré et texturé au
mode de représentation filaire etc. Ces événements agissent sur l’ensemble du projet et non sur un
objet en particulier.
Les événements Monde sont disposés dans la première piste d’animation, de couleur verte, de la
fenêtre de piste. Ces événements se présentent sous la forme de petits cadres d’animation
compacts, de couleur verte, dont la structure, contrairement aux cadres d’animations d’objets ou
d’éléments, ne peut être ni allongée ni réduite. Ils se comportent dans la scène exactement comme
de simples interrupteurs faisant simplement passer celle-ci d’un état à un autre.
Pour accéder aux événements Monde pouvant être intégrés dans la scène en cours, faites un clic
gauche sur la piste d’animation verte de la fenêtre de pistes (dans le prolongement du nom Projet
en cours de la fenêtre d’arborescence).
Le Storyboard affiche alors un menu contextuel dont les commandes sont :
Couverture et charpente : cette commande permet d’ajouter un effet d’apparition ou de
disparition de la couverture de la charpente lors des calculs et de la projection de la scène.
Éclairage : cette commande permet d’ajouter les effets de luminosité ambiante à la scène, à
savoir Vue de jour, Vue de nuit et Heure variable.
Mode de représentation : cette commande permet de créer des effets d’affichage de votre projet
tels que Mode filaire, Coloré, Texturé (qualité moyenne), Texturé (qualité maxi.), Mode
filaire faces cachées et Mode filaire arêtes cachées.
Terrain : grâce à cette commande, vous pouvez créer un effet d’apparition ou de disparition du
terrain qui borde votre projet, tel que le jardin, par exemple.
Modication synchrone : cette commande active l’affichage de la boîte de dialogue Paramètres
d’événement Monde dans laquelle vous pouvez régler les paramètres d’événements Monde
ajoutés simultanément à la scène. Lorsque vous cliquez sur OK pour confirmer ces réglages, le
Storyboard insère une balise de contrôle dans la fenêtre de pistes. Celle-ci vous permet d’accéder
ultérieurement à ces réglages afin de les modifier selon vos besoins.
288
Le Storyboard
Aide événement permet d’introduire dans votre scénario une "action-relais" identifiée par une
icône représentant une petite pendule. Cet événement ne produit pas d’effet direct sur la scène en
cours mais permet d’insérer des balises (ou points de contrôle), auxquelles seront attachées les
événements particuliers que vous souhaitez faire accomplir par le Storyboard : elle peut servir
tantôt de point source à un événement, tantôt de point cible.
Par ailleurs l’Aide événement constitue un lien privilégié entre votre scénario et les actions
"extérieures" qui peuvent interférer, tel qu'un événement se produisant en fonction de la position
de l’observateur au cours de ses déplacements dans le projet : tous les objets dépendant de l’Aide
événement peuvent réagir en interaction avec les déplacements de l’observateur..
Affichage est une commande spécifique pour l’affichage des informations contenues dans la
fenêtre de pistes du Storyboard. Cette commande comporte plusieurs fonctionnalités dans un sousmenu contextuel :
Agrandir l'affichage de l'échelle de temps remplit une fonction de zoom avant (agrandissement)
sur la fenêtre de pistes. Lorsque vous activez cette fonction, l’échelle graduée est plus détaillée.
Réduire l'affichage de l'échelle de temps crée l’effet inverse en effectuant un zoom arrière
(réduction) sur la fenêtre de pistes.
Échelle de temps permet d’activer ou non l’affichage de la graduation du temps au-dessous de la
fenêtre de pistes.
Clés d’animation permet d’activer ou non l’affichage des clés qui ponctuent les séquences
d’animations dans la fenêtre de pistes.
Répétitions permet d’activer ou non l’affichage des symboles de répétitions d’animations dans la
fenêtre de pistes.
11.4.4 Le menu contextuel des éléments Monde
Une fois intégrés dans la scène en cours, les événements Monde peuvent être modifiés ou corrigés
selon vos besoins. Pour accéder aux paramètres de réglages qui régissent l’apparition ou la
disparition de ces événements, cliquez sur l’un d’eux, dans la piste de couleur verte qui leur est
dédiée, au moyen du bouton droit de la souris.
289
Guide de référence
Un menu contextuel apparaît alors, dont les commandes sont :
Paramètres d'événement Monde : cette commande permet d’accéder à la boîte de dialogue
Paramètres d'événement Monde dans laquelle vous pouvez notamment spécifier le moment
précis où cet événement doit apparaître dans la scène.
Supprimer événement Monde permet d’effacer l’événement sélectionné de la piste d’animation.
Désactiver événement Monde permet de désactiver les effets de l’événement sur la scène sans
supprimer celui-ci du Storyboard.
Affichage est une commande spécifique pour l’affichage des informations contenues dans la
fenêtre de pistes du Storyboard. Cette commande comporte plusieurs fonctionnalités dans un sousmenu contextuel :
Agrandir l'affichage de l'échelle de temps remplit une fonction de zoom avant (agrandissement)
sur la fenêtre de pistes. Lorsque vous activez cette fonction, l’échelle graduée est plus détaillée.
Réduire l'affichage de l'échelle de temps crée l’effet inverse en effectuant un zoom arrière
(réduction) sur la fenêtre de pistes.
Échelle de temps permet d’activer ou non l’affichage de la graduation du temps au-dessous de la
fenêtre de pistes.
Clés d’animation permet d’activer ou non l’affichage des clés qui ponctuent les séquences
d’animations dans la fenêtre de pistes.
Répétitions permet d’activer ou non l’affichage des symboles de répétitions d’animations dans la
fenêtre de pistes.
11.4.5 Menu contextuel d'animation d'objets 3D
Lorsqu’une animation d’objet 3D (de couleur jaune) a été insérée dans la fenêtre de pistes vous
pouvez accéder aux fonctions disponibles pour celle-ci en effectuant un clic droit avec la souris à
290
Le Storyboard
l’intérieur de son cadre d’animation. Cette action affiche le menu contextuel des commandes
spécifiques aux animations d’objets 3D.
Ces commandes sont :
Paramètres d'animation: Cette commande permet d’accéder à la boîte de dialogue du même nom
permettant d’effectuer les réglages de l’animation sélectionnée (départ, fin, durée, répétitions...)
Éditer animation permet d’éditer les paramètres de clés d’animation dans la boîte de dialogue
Animation : éditer... Vous pouvez notamment procéder à des ruptures de rythme (accélérations et
ralentissements) de clé à clé dans le déroulement linéaire d’une animation d’objet.
Copier animation. Cette commande place automatiquement une copie de l’animation
sélectionnée à la suite de cette dernière dans la piste d’animation. La copie conserve les mêmes
propriétés et caractéristiques que l’original.
Supprimer animation permet de supprimer la séquence d’animation sélectionnée de la fenêtre de
pistes. Toutefois cette suppression n’a aucun effet sur l’objet lui-même à l’intérieur de votre
projet.
Désactiver animation permet de bloquer le processus d’animation d’une séquence donnée.
L’objet concerné par cette fonction reste inerte lors des calculs et de la projection de la scène.
Enregistrer animation dans le catalogue. Cette commande enregistre automatiquement le
processus d’animation comme fichier portant le nom Anim0001.gbl par défaut dans le répertoire
Animation du logiciel.
Afficher le chemin d’animation est utile pour contrôler la trajectoire suivie par un objet ou par
une caméra lors de ses déplacements dans l’animation en cours. Le Storyboard affiche ce chemin
sous la forme d’une ligne fine partant du centre de l’objet depuis la première jusqu’à la dernière
image de la séquence sélectionnée. Grâce au chemin d’animation vous pouvez, par exemple, vous
assurer que vos caméras ne franchissent pas accidentellement de mur lors de leurs déplacements.
Affichage est une commande spécifique pour l’affichage des informations contenues dans la
fenêtre de pistes du Storyboard. Cette commande comporte plusieurs fonctionnalités dans un sousmenu contextuel :
Agrandir l'affichage de l'échelle de temps remplit une fonction de zoom avant (agrandissement)
sur la fenêtre de pistes. Lorsque vous activez cette fonction, l’échelle graduée est plus détaillée.
Réduire l'affichage de l'échelle de temps crée l’effet inverse en effectuant un zoom arrière
(réduction) sur la fenêtre de pistes.
Échelle de temps permet d’activer ou non l’affichage de la graduation du temps au-dessous de la
fenêtre de pistes.
Clés d’animation permet d’activer ou non l’affichage des clés qui ponctuent les séquences
d’animations dans la fenêtre de pistes.
Répétitions permet d’activer ou non l’affichage des symboles de répétitions d’animations dans la
fenêtre de pistes.
291
Guide de référence
11.4.6 Le menu contextuel d'animation d'éléments animés
Lorsqu’un cadre d’élément animé (de couleur rouge) a été inséré dans la fenêtre de pistes vous
pouvez accéder aux fonctions disponibles pour celui-ci en effectuant un clic droit avec la souris à
l’intérieur de son cadre d’animation. Cette action affiche le menu contextuel des commandes
spécifiques aux mouvements propres d’éléments animés.
Ces commandes sont :
Paramètres de mouvement propre : Cette commande permet d’accéder à la boîte de dialogue du
même nom permettant d’effectuer les réglages de l’animation sélectionnée (départ, fin, durée,
répétitions...)
Copier mouvement propre : Cette commande place automatiquement une copie de la séquence
du mouvement propre de l’élément sélectionné à la suite de la séquence originale dans la piste
d’animation. La copie conserve les mêmes propriétés et caractéristiques que l’original.
Supprimer mouvement propre : Efface la séquence d’animation de l’élément sélectionné. Cette
action n’interfère pas sur la présence même de l’élément dans votre projet.
Désactiver mouvement propre : Permet de bloquer le processus d’animation d’une séquence
donnée. L’élément concerné par cette fonction reste inerte lors des calculs et de la projection de la
scène.
Affichage est une commande spécifique pour l’affichage des informations contenues dans la
fenêtre de pistes du Storyboard. Cette commande comporte plusieurs fonctionnalités dans un sousmenu contextuel :
Agrandir l'affichage de l'échelle de temps remplit une fonction de zoom avant (agrandissement)
sur la fenêtre de pistes. Lorsque vous activez cette fonction, l’échelle graduée est plus détaillée.
Réduire l'affichage de l'échelle de temps crée l’effet inverse en effectuant un zoom arrière
(réduction) sur la fenêtre de pistes.
Échelle de temps permet d’activer ou non l’affichage de la graduation du temps au-dessous de la
fenêtre de pistes.
292
Le Storyboard
Clés d’animation permet d’activer ou non l’affichage des clés qui ponctuent les séquences
d’animations dans la fenêtre de pistes.
Répétitions permet d’activer ou non l’affichage des symboles de répétitions d’animations dans la
fenêtre de pistes.
11.5 LES PRINCIPALES BOÎTES DE DIALOGUE DU STORYBOARD
11.5.1 La boîte de dialogue Paramètres d'animation
Cette boîte de dialogue vous permet de générer des simulations d’écoulement accéléré du temps
dans votre scène. Vous pouvez ainsi définir qu’une animation d’une minute sur votre écran affiche
un écoulement de temps qui s’étend, par exemple, sur plusieurs jours. Cette fonction s’avère très
intéressante lorsque vous souhaitez représenter en accéléré la course du soleil autour de votre
projet pendant le laps de temps qui vous convient, vous assurer du bon ensoleillement d’une
terrasse ou de la pénétration de la lumière naturelle dans certaines pièces de votre maison.
Pour afficher la boîte de dialogue Paramètres d'animation, faites un clic droit dans la barre
d’outils horizontale du Storyboard et sélectionnez la commande Écoulement de temps réel du
menu contextuel qui vous est proposé.
L’option Simuler l’écoulement du temps est sélectionnée par défaut. Cette option s’utilise
exactement comme un simple interrupteur : elle permet d’activer ou non la représentation du
temps qui passe au cours de la scène à réaliser.
L’option Incruster l’écoulement du temps sur les images vous permet d’ajouter un
chronomètre, affichant la date et l’heure simulées, en incrustation dans un angle de l’image du
fichier vidéo.
La rubrique Début de l’enregistrement contient les champs nécessaires à la saisie de la date et de
l’heure voulues pour marquer le départ de la simulation d’écoulement du temps (jour, mois, année,
heure et minute).
293
Guide de référence
La rubrique Fin / Durée de l’enregistrement contient deux sous-rubriques : Paramètres de
saisie et Définition du point horaire final. La sous-rubrique Point horaire final contient les
champs nécessaires à la saisie de la date et de l’heure voulues pour marquer la fin de la simulation
d’écoulement du temps (jour, mois, année, heure et minute). La sous-rubrique Paramètres de
saisie propose les options suivantes :
Point horaire final affiche les champs nécessaires à la saisie de la date et de l’heure voulues pour
marquer la fin de la simulation d’écoulement du temps (jour, mois, année, heure et minute).
Écoulement du temps réel active des champs permettant de régler le laps de temps que vous
souhaitez voir s’écouler à l’écran à partir de la date et l’heure spécifiées sous la rubrique Début de
l’enregistrement.
Une image vidéo pour une heure utilise automatiquement chaque image produite dans le fichier
vidéo AVI comme représentation d’une heure réelle. Ainsi, à raison d’une vitesse de défilement
d’images de 24 images par seconde, la simulation d’une journée effective ne durera qu’une
seconde à l’écran.
Une seconde vidéo pour une heure utilise automatiquement chaque seconde produite dans le
fichier vidéo AVI pour simuler une heure de temps réel. Ainsi, à raison d’un défilement d’images
de 24 images par seconde, il vous faudra paramétrer une durée d’animation de 24 secondes pour
réaliser la simulation d’une journée réelle à l’écran.
11.5.2 La boîte de dialogue Paramètres de mouvement propre
En effectuant un clic droit dans la piste souhaitée de la fenêtre de pistes, un menu contextuel
s’affiche. Cliquez sur la commande Paramètres de mouvement propre de ce menu pour faire
apparaître la boîte de dialogue Paramètres de mouvement propre
Cette boîte de dialogue vous permet de régler un certain nombre de paramètres pour une animation
donnée, tels que son nom, sa durée et certains effets au démarrage et à l’arrêt de celle-ci. La boîte
de dialogue Paramètres de mouvement propre est composée de plusieurs champs de saisie.
11.5.2.1 Le champ Désignation
Lorsqu’une animation est créée dans le Storyboard, celle-ci ne porte pas de nom spécifique autre
que <Environnement inconnu>. Ce champ vous permet donc de nommer librement l’animation
concernée. En s’affichant ainsi automatiquement sur la piste sélectionnée (fenêtre de pistes), ce
nom rend la lecture de la fenêtre de pistes beaucoup plus simple.
11.5.2.2 Les champs Début, Fin et Durée
Ces trois champs affichent les temps relatifs à l’animation sélectionnée dans votre scénario. Les
valeurs y sont exprimées en secondes et correspondent toutes trois à la position et à la longueur de
la piste d’animation dans la fenêtre de pistes. En modifiant l’une des valeurs numériques portées
dans ces champs, vous influez sur la piste de l’animation sélectionnée dans la fenêtre de pistes.
Inversement, lorsque vous modifiez la longueur ou l’emplacement de la piste sélectionnée dans la
fenêtre de pistes au moyen de la souris, ses valeurs numériques portées dans les champs Début,
Fin et Durée sont automatiquement mises à jour.
294
Le Storyboard
11.5.2.3 L'option Défilement arrière
Cette option permet d’inverser automatiquement le sens de lecture de la piste sélectionnée.
L’image de début d’animation devient ainsi automatiquement la dernière, et vice-versa.
11.5.2.4 L'option Démarrage auto. des mouvements ajoutés aux événements
Cette option permet de placer ou non des animations d’objets 3D sous la dépendance
d’événements du Storyboard (voir Exercice 3 - Créer un événement à partir deux animations). Un
événement constitue un effet de coïncidence ou d’enchaînement logique entre deux animations
distinctes. Lorsqu’elle est désactivée cette option utilise l’animation d’objet 3D comme cible
d’une animation source. Autrement dit l’animation cible ne s’exécute, en ce cas, qu’au signal de
l’animation source.
11.5.2.5 L'onglet Mouvement d'ensemble
Cet onglet vous permet de générer des répétitions de l’animation sélectionnée, avant ou après
celle-ci, dans la fenêtre de pistes. Il comporte deux rubriques : Avant le début (pour des
295
Guide de référence
répétitions avant la phase d’animation initiale) et Après la fin (pour des répétitions après la phase
d’animation initiale).
Aucun changement : cette option ne modifie en rien l’aspect de l’animation déjà créée. Une fois
l’animation terminée, l’objet sélectionné reste à l’emplacement et en position définis à la dernière
image.
Cyclique : cette option répète l’animation sélectionnée de manière linéaire, en reprenant pour
point de départ et point d’arrêt la position et les mouvements de l’objet concerné dans l’animation
initiale. À la dernière image de l’animation l’objet disparaît pour réapparaître en position de
départ.
Pointe : cette option s’apparente à l’option Cyclique avec, toutefois, un effet d’accélération de
mouvement sur les dernières images de l’animation.
Lecture continue : cette option génère un effet de va-et-vient dit « ping-pong » de l’animation
sélectionnée. Une fois sur la dernière image, l’animation redémarre en sens inverse jusqu’à
l’image de départ, et ainsi de suite.
Linéaire : cette option répète l’animation sélectionnée en « bout-à-bout ». La position de l’objet à
la dernière image de l’animation sert de point de départ à la répétition suivante. Sur ce principe il
est par conséquent possible de faire disparaître un objet vers l’infini partant d’un mouvement
initial réglé sur quelques mètres seulement.
Répétition relative : cette option est proche de l’option Linéaire tout en accomplissant les
répétitions avec un degré d’amplitude moindre à chacune d’elles. Cette option permet, par
exemple, de simuler une balle au rebond, chaque rebond étant moins important que le précédent.
Lorsque des répétitions d’animations ont été sélectionnées, vous pouvez constater qu’elles
apparaissent automatiquement dans la piste concernée sous la forme de flèches quadrillées
successives. Celles-ci peuvent figurer avant et/ou après l’animation initiale suivant votre choix
d’options effectué dans les rubriques Avant le lancement et Après la fin.
11.5.2.6 Le bouton Intervalles entre répétitions
Ce bouton donne accès à une petite boîte de dialogue dans laquelle il vous est possible de spécifier
une pause entre deux répétitions d’animation. Les champs Avant l’animation et Après
l’animation affichent des valeurs exprimées en secondes.
L’insertion d’un intervalle entre les répétitions est figuré sur la piste par une marque grise de
longueur égale à l’intervalle voulu.
296
Le Storyboard
11.5.3 La boîte de dialogue Paramètres d'événement
11.5.3.1 Les interdépendances d'animations
Le Storyboard vous permet de générer des interdépendances dans les animations entre les
différents objets et éléments disposés dans votre projet. Ces interdépendances sont créées à partir
d’événements intégrés à la scène en cours, tels que le déclenchement automatique d’une animation
spécifique d’objet à votre entrée dans la pièce où celui-ci se trouve.
Les événements sont formés par la mise en coïncidence d’un prétexte (le déclencheur de
l’événement) et d’une cible (l’objet réagissant à ce déclencheur). Par conséquent un événement est
le résultat d’une liaison de causalité créée entre deux animations.
Dans la fenêtre de pistes du Storyboard, cette liaison est représentée à l’aide d’une ligne bleue,
dont une partie peut être affichée en pointillés. Cette ligne part naturellement d’un point source
pour s’achever sur un point cible. Le début de la liaison (point source) est identifié par un petit
drapeau bleu ou par une punaise de même couleur. La ligne bleue, quant à elle, s’achève au niveau
du petit carré gris situé sur la gauche du cadre d’animation dont le rôle, en ce cas, est celui de cible
à l’événement.
À la fin de section consacrée au Storyboard, vous trouverez un exercice pratique très simple vous
permettant de vous exercer (voir Exercice 3 - Créer un événement à partir de deux animations).
Pour accéder à la boîte de dialogue Paramètres d'événement qui vous permet de gérer la création
d’événements et les interdépendances d’objets, activez le menu contextuel d’un clic droit sur le
début (drapeau ou punaise) ou la fin (carré gris) d’un événement, lorsque le pointeur prend la
forme d’une petite flèche surmontée d’un petit drapeau.
Cette boîte de dialogue vous sert à paramétrer les circonstances dans lesquelles un événement se
produit et les conséquences qu’il engendre. Elle comporte deux rubriques : Démarrage
d’événement par déclenchement d’objet et Réaction d'objets en attente d’événements.
11.5.3.2 Le champ Désignation
Ce champ vous permet de nommer l’événement créé à votre convenance. Par défaut celui-ci porte
la désignation <Événement non défini>.
11.5.3.3 La Rubrique Démarrage d’événement par déclenchement d’objet
L’intitulé de cette rubrique est accompagné du nom de l’objet source, à l’origine de l’événement.
La sous-rubrique Définition du point de réaction permet de définir le moment précis où l’objet
source doit provoquer l’événement voulu. Si l’objet qui provoque cet événement est un
changement d’état de la scène (événement Monde), les options de cette sous-rubrique sont
inactives car il s’agit d’un élément ponctuel de la mise en scène et non d’une animation en soi.
Seule l’Aide événement constitue une exception : dans ce cas les options Animation d’objet en
cours d’achèvement et Déclencher animation d’objet restent indisponibles alors que les options
relatives aux paramètres relatifs à la pièce et à l’intervalle (distance) restent actives.
297
Guide de référence
L’option Déclencher animation d’objet génère l’affichage chronologique des animations suivant
leur emplacement dans la fenêtre de pistes sans tenir compte des interdépendances qui les lient.
L’option Animation d’objet en cours d’achèvement lance l’animation de l’objet cible à l’issue
de celle de l’objet source.
L’option Animation d’objet déclenchée à partir de permet de régler le point de départ de
l’animation cible à partir de l’animation source. Ce réglage s’effectue dans la zone de saisie située
à côté de cette option. Si l’animation source dure 2 secondes et que vous réglez la valeur de champ
à 1.00 (soit 1 seconde), l’animation cible débutera donc au milieu du défilement de l’animation
source.
L’option Cyclique permet de déclencher un événement donné de façon cyclique. La fréquence de
ses apparitions à l’écran au cours de la projection de la scène, ainsi que son point de départ,
peuvent être spécifiés en cliquant sur le bouton Paramètres qui borde cette option.
L’option Aléatoire permet de régler le déclenchement d’un événement donné de façon à ce qu’il
intervienne aléatoirement dans la scène. Le bouton Paramètres qui borde cette option permet d’en
régler les valeurs.
Les options Objet à déclencher entrant dans ou quittant la même pièce que l’objet en attente
servent à réaliser une interaction spectaculaire entre deux objets de la scène. Dans le premier cas,
un événement se produit lorsqu’un objet pénètre dans la pièce où se trouve l’objet cible (par
exemple : un ballon entre par la fenêtre et fait fuir le chat); dans l’autre cas un événement se
produit lorsque l’objet source quitte cette pièce (par exemple : le chat entre dans la pièce lorsque
l’homme en sort). Il s’agit donc de fonctions qui intègre le paramètre d’espace et de lieu comme
condition à l’apparition de l’événement.
298
Le Storyboard
Si l’événement utilise une balise Aide événement, ou action-relais (voir la rubrique Le menu
contextuel d’insertion d’événements Monde de la section de ce manuel consacrée au Storyboard),
c’est l’observateur lui-même qui endosse le rôle d’objet source des événements qu’il peut
produire. On se soucie peu, en ce cas, du moment où l’observateur pénétrera dans la pièce
sélectionnée à cet effet pour que l’événement se produise : dès que l’observateur en franchira le
seuil il déclenchera l’événement.
Les options Intervalle objet déclenché/objet en attente d’événement inférieur à/supérieur à
sont assez semblables aux options précédentes à cette différence près qu’il n’est plus question ici
de lieu comme condition événementielle, mais de distance (intervalle) relative entre l’objet source
et l’objet cible. Grâce à elles vous pouvez créer des scénarios complexes, tels que la souris s’enfuit
lorsque le chat se rapproche trop ou la barrière du parking se referme quand la voiture est
suffisamment éloignée.
De la même manière que précédemment, si l’événement utilise une balise Aide événement, ou
action-relais (voir la rubrique Le Menu contextuel d’insertion d’événements Monde de la section
de ce manuel consacrée au Storyboard), vous pouvez attribuer à l’observateur le rôle d’objet
source des événements qu’il peut produire lorsqu’il se rapproche ou s’éloigne d’un objet-cible.
11.5.3.4 La Rubrique Réaction d'objets en attente d’événements
L’intitulé de cette rubrique est accompagné du nom de l’objet cible qui réagit à l’objet source.
Cette rubrique permet de définir les conditions de cette réaction une fois l’événement survenu.
La sous-rubrique Définition du point de réaction permet de spécifier à quel moment l’objet cible
doit réagir lorsque l’événement survient. La zone de saisie inclus sous cette rubrique, vous
propose d’indiquer la valeur de votre choix, exprimée en secondes, marquant le délai d’attente
entre l’effet produit par l’objet source et la réaction de l’objet cible.
À l’aide des quatre options qui composent cette rubrique (Toujours, Toutes les n èmes fois, Au
milieu de chaque n ème(s) fois et Une fois seulement) vous pouvez préciser, le cas échéant, si
l’objet doit redevenir immobile ou non.
L’option Toujours fait systématiquement réagir l’objet cible
L’option outes les n èmes foisne le fera réagira qu’une fois sur deux, sur trois ou plus suivant vos
besoins. Cette valeur doit être indiquée dans le champ numérique qui borde les options de cette
sous-rubrique.
L’option Au milieu de chaque n ème(s) fois l’objet ne réagira pas suivant le nombre de fois
souhaité. Comme précédemment cette valeur doit être indiquée dans le champ numérique qui
borde les options de cette sous-rubrique.
L’option Une fois seulement est intéressante lorsque le processus d’événement intègre une balise
Aide événement permettant à l’observateur lui-même d’endosser le rôle d’objet source des
événements produits sur son passage lors des visites 3D.
La sous-rubrique Paramètres sélectifs permet de déterminer de quelle façon l’objet cible (en
attente) réagira à l’événement.
L’option Déclencher le mouvement
permet à l’événement d’activer automatiquement
l’animation de l’objet cible.
L’option Arrêt immédiat du mouvement interrompt automatiquement le mouvement de l’objet
cible. Elle n’intervient toutefois que si l’objet cible est déjà en cours d’animation lorsque survient
l’événement.
L’option Arrêt immédiat du mouvement : ne jamais redéclencher est similaire à la précédente
mais empêche toute nouvelle occurrence d’animation de se produire pour cet objet.
299
Guide de référence
L’option Ne pas déclencher d’événement avant fin mouvement s’applique tant aux événements
périodiques et aléatoires qu’aux événements qui dépendent de la pièce ou de la distance par
rapport à l’objet cible. Grâce à cette fonction vous pouvez mettre un terme aux événements
périodiques ou à d’autres événements de votre scène.
L’option Ne pas déclencher d’événement avant le suivant propose de n’activer de nouveaux
événements que lorsque l’option Autoriser nouveau déclenchement d'événement entre en jeu.
En combinant ces deux façons dont les événements réagissent, vous pouvez désactiver certaines
réactions spécifiques à l’intérieur de votre scène.
L’option Ne pas réagir aux événements avant fin mouvement permet de rendre tout objet en
attente insensible à tout autre événement du Storyboard auquel il serait lié à partir de l’instant où
l’événement sélectionné a déjà commencé.
L’option Ne plus réagir aux événements avant le suivant est similaire à Ne pas réagir aux
événements avant fin mouvement à cette différence près qu’en ce cas l’objet cible ne réagit pas
non seulement jusqu’à la fin du mouvement en cours mais également au-delà. Cet effet ne prend
fin que lorsque l’objet en attente est la cible d’un événement pour lequel l’option Autoriser
nouveau déclenchement d'événement a été préalablement activée.
11.6 LES CAMÉRAS
11.6.1 Introduction
Outre les objets standard des bibliothèques d’objets, il vous est possible d’utiliser un outil
indispensable à la création de séquences animées : les caméras.
En bien des points, les caméras s’apparentent aux autres objets du logiciel mais, contrairement à
ces derniers que vous ne pouvez que contempler en tournant autour, vous pouvez contrôler ce que
voit l’objectif des caméras que vous installez dans la scène de votre projet, exactement comme un
chef opérateur ou un cadreur sur le plateau d’un studio de cinéma. Ce que perçoit l’objectif d’une
caméra qui se déplace, soit par l’intermédiaire de la souris soit par les commandes du Storyboard
est automatiquement actualisé. De plus, grâce au multi-fenêtrage possible dans le logiciel, vous
pouvez tout à la fois contrôler le champ filmé par la caméra et visualiser l’objet caméra en
mouvement dans le mode Design.
Les caméras bénéficient d’une autre particularité : tout comme les autres objets vous pouvez
enregistrer des animations à partir des mouvements générés en direct sur les caméras ou utiliser
vos propres déplacements (Visites 3D) comme étant ceux d’une caméra.
Les caméras peuvent être intégrées aussi bien dans le mode Design que dans le mode
Construction. Grâce à ce dernier, il est sans doute plus facile de localiser une caméra dans le plan
2D que dans l’environnement 3D du mode Design. En double-cliquant sur une caméra disposée
dans le mode Construction (2D), vous pouvez instantanément contrôler ce qu’elle perçoit en 3D
grâce à une boîte de dialogue spécifique.
11.6.2 Les outils des caméras
Il existe quatre principaux outils destinés à l’utilisation des caméras.
300
Le Storyboard
Vue caméra (enregistrement) - crée une nouvelle caméra et enregistre son champ de
vision dans le mode Design
Vue caméra - permet de contrôler ce que voit l’objectif de la caméra sélectionnée en mode
Design.
Activer/désactiver les caméras - Permet d'afficher ou de masquer les caméras en mode
Construction ou en mode Design.
Déplacement du point de vue, fonctionne uniquement lors des visites 3D en mode
Design.
11.6.3 Les caméras en mode Construction
Lorsqu’une caméra, au moins, a été insérée dans votre projet et que le bouton Activer/désactiver
les caméras est en position active (c’est-à-dire enfoncé), celle-ci est alors visible tant en mode
Design qu’en mode Construction.
En mode Construction, une caméra se présente sous la forme d’une silhouette noire, vue de
dessus, accompagnée d’un triangle plus ou moins ouvert qui préfigure son champ de prise de vue
dans le plan. À proximité de ce schéma figure un petit cadre représentant une silhouette similaire :
il désigne le champ vertical de prise de vue de la caméra, c’est-à-dire la caméra vue de profil.
Remarque : Le second cadre de champ vertical de la caméra n’apparaît pas systématiquement en
mode Construction. Pour l’activer, il suffit de cliquer une fois sur la représentation de la caméra en
plan avec le bouton gauche de la souris.
11.6.3.1 Signification des curseurs d'outils caméras
En approchant le pointeur de la souris des schémas de caméras dans le plan du mode Construction,
vous pouvez constater que celui-ci change d’aspect. Ces outils vous permettent de procéder à des
réglages de la caméra de manière intuitive, en ne vous aidant que de la souris :
Déplacement de la caméra
Rotation de la caméra autour d’un point de vue fixe. Le curseur prend alors la forme
d’un cercle représenté dans l’objectif de la caméra.
301
Guide de référence
Modification de l’angle d’ouverture de la caméra. Cette fonction est similaire à celle
d’un zoom pour un appareil photo : l’angle d’ouverture correspond à un grand angulaire
lorsque l’angle caméra est obtus, et à un téléobjectif lorsque l’angle est aigu. Ce type de
pointeur apparaît lorsque la souris est située à proximité du cône de visée de la caméra.
Modification de la distance entre l’extrémité de la zone de visée et la caméra. Ce
curseur apparaît lorsque la souris est placée à proximité de la base du triangle formé par
le champ caméra, c’est-à-dire à l’opposé de celle-ci. Cette fonction permet d’étirer l’axe
de visée de la caméra jusque sur le point de cible qu’elle doit cadrer.
Rotation de la caméra sur son axe. Le pointeur prend cet aspect lorsque la souris se
trouve sur le point de rencontre de l’axe de visée et de la base du triangle de champ
caméra.
Modification de l’angle d’inclinaison de la caméra. Ce curseur apparaît lorsqu’il est
placé sur l’axe rouge représenté dans le second cadre de réglage de la caméra.
Modification de la position de la caméra au-dessus du sol. Ce pointeur apparaît
lorsqu’il est placé sur le petit triangle rouge dans le second cadre de réglage de la
caméra. Le triangle rouge a la propriété de pouvoir coulisser le long d’un trait noir
faisant office de règle. Celle-ci peut recevoir autant de graduations que votre projet
comporte d’étages. Par conséquent un projet à rez-de-chaussée seul laissera cette règle
vide de graduation ; un projet comportant deux niveaux bâtis générera une graduation
intermédiaire dans la règle, et ainsi de suite. La distance entre chaque graduation est une
représentation théorique de l’espace libre entre le plancher et le plafond de l’étage dans
lequel est tournée la scène en cours.
11.6.3.2 La boîte de dialogue Paramètres de caméra
Lorsqu’une caméra, au moins, a été insérée dans la scène de votre projet vous pouvez effectuer un
grand nombre de réglages spécifiques. Pour accéder à la boîte de dialogue permettant d’effectuer
ces réglages, placez-vous en mode Construction et faites un double clic sur la caméra de votre
choix. La boîte de dialogue Paramètres de caméra s’affiche automatiquement. Cette boîte de
dialogue contient toutes les fonctions vous permettant de préciser les réglages de la caméra
sélectionnée au moyen de valeurs numériques.
302
Le Storyboard
En bas et à droite de cette boîte de dialogue se trouve l’option Aperçu instantané qui, lorsqu’elle
est sélectionnée, permet d’afficher instantanément les modifications apportées aux réglages de la
caméra. Si cette option n’est pas sélectionnée, vous ne pourrez contrôler vos réglages qu’en
cliquant à chaque fois sur le bouton Aperçu qui la borde.
Les principales commandes de cette boîte de dialogue sont :
Désignation : ce champ de saisie vous permet de nommer la caméra sélectionnée. Ceci est
particulièrement utile pour identifier les diverses caméras disposées dans votre projet lorsque vous
en contrôlerez le fonctionnement depuis le Storyboard du mode Design.
Position du tabulateur : cette rubrique est exclusivement consacrée aux paramètres techniques de
la caméra (emplacement de l’objectif, localisation du point focal ou de visée, profondeur de
champ...). Plusieurs sous-rubriques hiérarchisent ces informations.
Point de vue de l'observateur : comme pour la boîte de dialogue destinée aux paramètres de
l’observateur, vous pouvez enregistrer le nom du point de vue cadré par la caméra. Ce nom pourra
ultérieurement être utilisé par l’observateur lui-même autant que par d’autres caméras.
Position de la caméra : il vous est possible ici de régler précisément la position de la caméra audessus du sol de l’étage dans lequel elle se trouve en indiquant une valeur numérique. Le nom de
l’étage figure d’ailleurs à droite des champs de saisie numériques qui vous sont proposés.
Point de vue : grâce à elle vous pouvez régler la hauteur du point de visée de la caméra, c’est-àdire son inclinaison dans l’espace, vers le sol ou le plafond de l’étage dans lequel elle se trouve.
Le nom de l’étage figure à droite des champs de saisie numériques qui vous sont proposés.
Indications complémentaires : cette sous-rubrique vous permet d’apporter quelques réglages
additionnels de la caméra :
303
Guide de référence
Inclinaison caméra se présente sous la forme d’un curseur qu’il vous est possible de déplacer le
long d’une graduation portant les valeurs Bas et Haut. La zone de saisie qui complète cette
commande (dont la valeur est exprimée en degrés) fonctionne en interaction avec les valeurs
portées dans la sous-rubrique Position de la caméra.
Champ visuel vous permet de définir l’étendue du cadre de prise de vues en utilisant soit un effet
de téléobjectif soit un effet de grand angulaire. Cette commande se présente sous la forme d’un
curseur qu’il vous est possible de déplacer le long d’une graduation portant les valeurs Étroit et
Large. La zone de saisie qui complète cette commande (dont la valeur est exprimée en degrés)
vous permet d’indiquer une valeur d’angle de champ visuel très précise.
L’option Profondeur de champ automatique permet à l’objectif de la caméra de montrer la
totalité du champ visuel de la scène à réaliser.
L’option Délimitation de la profondeur de champ permet à l’objectif de la caméra de ne
montrer qu’une zone partielle de son champ visuel, délimité par deux valeurs numériques de
profondeur : l’une minimale, l’autre maximale. Lorsque cette option est utilisée, la caméra ne
montre pas ce qui se trouve avant et après ces deux limites.
11.6.4 Les caméras en mode Design
L’utilisation des caméras en mode Design est très similaire à celle du mode Construction. En outre
les manipulations de caméras en mode Design, telles que déplacement, rotation, etc., s’apparentent
à celles des objets 3D des bibliothèques. Lorsqu’elle est sélectionnée une caméra n’affiche
toutefois pas de cadre de sélection vert comme tout objet 3D standard : dans ce cas particulier, en
effet, l’objet caméra passe en surbrillance rouge. Un double clic sur une caméra sélectionnée
affiche la même boîte de dialogue que celle expliquée sous la rubrique précédente (voir : La boîte
de dialogue Paramètres de caméras) dans laquelle vous pouvez procéder aux réglages nécessaires .
Si l’utilisation de l’objet caméra est identique à celle de tout objet 3D, cela signifie également
qu’une caméra peut être animée comme n’importe quel accessoire de votre décor.
11.6.4.1 L'insertion d'une caméra dans un projet
Pour contrôler et voir les objets caméras qui seront insérés dans votre projet, veillez à vous assurer
que le bouton Activer/désactiver les caméras
est actif (bouton enfoncé) dans la barre
d’outils supérieure du mode Design.
Une caméra ne peut être créée et insérée dans un projet qu’en mode Design.
Pour créer une nouvelle caméra, cliquez sur le bouton de commande
dans la barre d’outils
horizontale du mode Design. Cette action ouvre la boîte de dialogue Désignation vous permettant
de spécifier tout de suite le nom que vous souhaitez attribuer à la nouvelle caméra. Par défaut
celle-ci porte le nom Caméra 1, s’il s’agit de la première caméra créée dans le projet en cours,
que vous pouvez modifier ou conserver. La désignation d’une caméra n’est pas indispensable
immédiatement : toutes les caméras peuvent être renommées ultérieurement. De plus, chaque
nouvelle désignation de caméra est automatiquement mise à jour dans le Storyboard. Une fois le
nom de la nouvelle caméra saisi, validez-le en cliquant sur OK.
La présence d’une nouvelle caméra dans votre projet est signifiée par un cadre rouge qui borde la
fenêtre de travail du mode Design : la caméra a pris automatiquement la place de l’observateur
mais reste totalement contrôlable par celui-ci. De plus le cadre rouge indique également que la
fonction d’enregistrement est prête à fonctionner. Dès lors, l’enregistrement d’une séquence à
304
Le Storyboard
partir de la caméra est déclenché automatiquement au premier mouvement effectué à l’aide des
commandes de la Visite 3D.
Que vous ayez enregistré ou non une séquence d’animation à partir d’un mouvement 3D dans
votre projet, l’interruption d’affichage du cadre rouge qui valide la création d’une caméra se fait
. Il n’existe plus alors d’interdépendance
en cliquant à nouveau sur le bouton de commande
entre la caméra et l’observateur : avancez un peu puis tournez sur vous-même dans le projet pour
constater que vous avez déposé un objet caméra sur votre parcours.
11.6.4.2 Les caméras dans le Storyboard
Pour apparaître dans la fenêtre d’arborescence du Storyboard, une caméra doit avoir
préalablement fait l’objet d’une animation (travelling, panoramique...). La rubrique Exercices
pratiques de la section du manuel consacrée au Storyboard vous propose une méthode pour la
création d’animation de ce type (voir : Exercice 4 - Créer un travelling). Lorsqu’une caméra du
projet en cours est animée, elle est automatiquement identifiée par le Storyboard qui affiche son
nom dans la fenêtre d’arborescence et lui consacre également une piste pour l’insertion de sa
séquence d’animation dans la fenêtre de pistes.
Une fois dans le Storyboard, une caméra se comporte exactement comme tout autre objet inséré
dans votre projet. Partant de ce principe, les manipulations de caméras relatives à leurs séquences
d’animation passent exclusivement par les commandes du Storyboard.
Outre les paramètres valables pour les objets traditionnels (position, taille et angle de rotation),
vous pouvez également intervenir sur l’animation du champ visuel de la caméra sélectionnée
(zoom avant, zoom arrière, effet Vertigo...).
Remarque : Dans le Storyboard, un champ visuel animé est identifié par un tiret de couleur bleucyan dans les cadres jaunes des séquences d’animations de caméras.
11.7 L'ENREGISTREMENT D'UNE ANIMATION EN FICHIER VIDEO
"Moteur !" est l’expression consacrée lorsque tous les éléments qui interviennent dans une scène
sont en place sur le plateau. Les caméras sont à leur poste, les lumières sont réglées et il ne
manque aucun accessoire...
L’étape finale d’un scénario élaboré à partir du Storyboard consiste bien évidemment à générer
une séquence vidéo que vous pourrez montrer autour de vous, à votre famille et à vos amis, sans
qu’il soit nécessaire d’installer le logiciel sur leur ordinateur.
305
Guide de référence
Le Storyboard permet d’enregistrer toute séquence d’animation au format de fichier vidéo
standard dont l’extension est .avi : de quoi composer chez vous de véritables films mettant en
scène votre projet de maison.
Une fois votre scénario achevé il ne vous reste plus qu’à cliquer sur le bouton d’icône Lecture du
fichier au format AVI dans la barre d’outils du Storyboard pour lancer le calcul définitif des
images de votre animation avec lumières, projection d’ombres, effet raytracing, brillance et
réflexion des matériaux etc.
Toutefois, la qualité de votre fichier dépendra encore de quelques paramètres que vous devez
prendre en compte avant cette ultime étape. La taille des images produites ne doit pas excéder, de
préférence, la résolution de 800x600 pixels afin de ne pas générer de projection saccadée de la
vidéo. La taille des images peut être réglée en effectuant un clic droit sur le bouton Enregistrer
dans la barre d’outils horizontale du mode Construction ou du mode Design.
une image
Dans la boîte de dialogue Paramètres d'enregistrement d'une image qui s’affiche, sélectionnez
l’option Fichier Bitmap (BMP, JPG), puis cliquez sur l'option Perso. sous la rubrique
Traitement de l'image et saisissez les valeurs de dimensions requises. Par défaut, ces dimensions
sont de 640 x 480 pixels ce qui constitue un format convenable pour ce type de vidéo.
Choisissez l’option 4 fois sous la rubrique Oversampling pour des images lissées, sans crénelage.
Sélectionnez ensuite l’option TrueColor (16,7 millions de couleurs) pour une qualité maximale
de restitution des textures et des dégradés de couleurs.
Activez enfin sur l’option Raytracing afin de bénéficier des projections d’ombres qui accentuent
le relief de vos projets. Validez vos réglages en cliquant sur OK.
Faites maintenant un clic droit sur le bouton Lancer raytracing
, dans la deuxième barre
d’outils horizontale du mode Design pour ouvrir la boîte de dialogue spécifique à cette
commande. Vérifiez que l’option Raytracing est cochée, Ombré également, de même que
l’option Exactes. Puis sélectionnez les deux options Réflexions et Réfractions en bas de cette
boîte de dialogue afin d’utiliser toutes les possibilités offertes par la bibliothèque de matériaux du
logiciel. Validez en cliquant sur OK.
dans la
Il ne vous reste plus qu’à cliquer sur la commande Lecture du fichier au format AVI
barre d’outils du Storyboard pour lancer le calcul de votre séquence définitive. Sachez toutefois
que, si la taille d’image de votre fichier à une importance considérable dans les temps de calcul
nécessaires à la réalisation de votre vidéo, vous devez néanmoins tenir compte d’autres critères
tels que le nombre de sources lumineuses en présence simultanée, la quantité de surfaces
réfléchissantes, le nombre d’objets d’aménagement, la durée de votre séquence d’animation et la
puissance de votre ordinateur. Si ces temps de calcul peuvent, en effet, prendre de quelques
minutes à plusieurs heures suivant les cas, ces quelques désagréments s’effaceront bien vite de
votre mémoire lorsque vous aurez organisé votre première projection pour vos proches. Vous
aurez en outre réussi votre première incursion dans le monde de l’imagerie numérique et des
images de synthèse.
306
Le Storyboard
11.8 EXERCICES PRATIQUES
Cette partie est consacrée à la mise en application des rubriques qui précèdent. Nous avons
recensé pour cela les cas d’utilisation les plus fréquemment rencontrés en matière d’animation de
projets de construction :
• Créer une animation simple consistant à déplacer un objet au cours d’une scène.
• Contrôler l’animation prédéfinie d’un élément animé en influant sur la vitesse de son
mouvement et sa localisation temporelle dans la scène.
• Créer un événement entre deux animations pour générer un effet de cause à effet ou de
coïncidence visuelle entre deux animations.
• Réaliser un travelling avant vers le projet.
11.8.1 Exercice 1 : Créer une animation simple
Objectif : Déplacer un objet dans l’espace (fichier Exercice01.acp du dossier Projets/Storyboard).
Une application pratique très simple du Storyboard consiste à créer un déplacement d’objet dans
l’espace. Ce cas de figure est sans aucun doute l’un de ceux auquel vous pouvez être souvent
confronté.
Nous allons précisément réaliser l’effet d’une chute d’un tableau accroché à un mur. La chute, en
ce cas, n’est rien de plus qu’un déplacement vertical de l’objet en question.
1.
2.
Après avoir positionné un tableau sur un mur de votre projet, inscrivez la valeur 5.0 dans la
zone de saisie de la barre d’outils du Storyboard. Cette valeur correspond à la cinquième
seconde d’animation de la scène : le repère temporel au-dessus de la fenêtre de pistes s’est
automatiquement déplacé vers cette valeur, à l’aplomb de l’échelle graduée en bas du
Storyboard.
Sélectionnez le tableau au mur. Celui-ci doit apparaître dans son cadre de sélection vert.
307
Guide de référence
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Cliquez à présent sur le bouton Enregistrer (carré rouge) de la barre d’outils du Storyboard.
La fenêtre du mode Design apparaît alors cernée d’un cadre jaune. À ce moment précis, le
Storyboard prend en compte tous les réglages que vous effectuez. Travaillez à votre rythme
car la notion de temps qu’il vous faut pour effectuer ces réglages est la seule qui ne soit pas
prise en compte : seuls importent les paramètres que vous définissez.
Dans la zone de saisie de la barre d’outils, inscrivez maintenant la valeur 6.0. Cette valeur
correspond à la sixième seconde d’animation de la scène : le repère temporel se déplace à
nouveau d’une seconde.
Le cadre mural étant toujours sélectionné, effectuez un double clic sur celui-ci pour en
afficher la boîte de dialogue Paramètres d’objet, et inscrivez la valeur 0 dans le champ
Hauteur au-dessus du sol. Cliquez sur OK. Le tableau est maintenant automatiquement
posé sur le sol de la pièce.
Arrêtez ensuite l’enregistrement en cliquant à nouveau sur le bouton rouge de la barre
d’outils. Le Storyboard vient de générer un cadre d’animation de couleur jaune dans une
piste spécifique portant la désignation <Environnement inconnu>. Ce cadre jaune s’étend
de la cinquième à la sixième seconde de la scène en cours.
Placez le pointeur de la souris sur le cadre d’animation jaune du tableau et faites un clic droit.
Sélectionnez la commande Paramètres d'animation puis, dans la boîte de dialogue qui
s’affiche, indiquez le nom Chute du tableau dans le champ de saisie Désignation. Validez
en cliquant sur OK.
Déplacez doucement le repère temporel (celui-ci est accompagné par une ligne verticale de
lecture en pointillés qui traverse la fenêtre de pistes) tout en maintenant le bouton gauche de
la souris enfoncé afin de contrôler cette séquence d’animation : le tableau est animé et glisse
correctement le long du mur.
Remarque : Tout objet sélectionné pour une animation peut être déplacé dans l’espace de manière
intuitive à l’aide de la souris ou, dans le cas d’une chute, à l’aide des paramètres numériques de
l’objet lui-même grâce à la boîte de dialogue Paramètres d’objet.
Par ailleurs, la longueur d’animation d’une séquence peut être modifiée ultérieurement, soit en
étirant celle-ci au moyen de ses repères de début et de fin d’animation, soit en en effectuant un clic
droit sur son cadre d’animation, en sélectionnant la commande Paramètres d'animation du menu
contextuel qui s’affiche, puis en faisant varier les paramètres Début, Fin et/ou Durée qui vous
sont proposés.
11.8.2 Exercice 2 : Contrôler l'animation prédéfinie d'un élément animé
Objectif : Modifier la vitesse d’animation d’un élément animé (fichier Exercice02.acp du dossier
Projets/Storyboard)
Le programme propose des éléments de construction animés tels certaines portes par exemple. Ces
éléments se distinguent des objets 3D par le fait qu’ils sont dépendants de la structure de votre
projet alors que les objets 3D n’ont qu’une fonction accessoire.
Le contrôle d’une animation prédéfinie (ou mouvement propre) d’un élément animé suppose deux
choses essentielles : l’élément ne peut subir en soi de modification animée (déplacement, rotation,
déformation) ; l’animation prédéfinie doit être considérée comme une entité en soi : elle seule peut
308
Le Storyboard
être contrôlée dans le Storyboard. Ainsi le contrôle d’une ouverture de porte, par exemple,
suppose que le mouvement de celle-ci peut être accéléré ou ralenti suivant vos besoins.
À moins que vous ne l’ayez déjà fait, insérez une porte dans le mur qui fait face au tableau.
Utilisez pour cela la deuxième modèle du catalogue de portes qui vous est proposé dans le mode
Construction, et dont le nom est Porte de maison en bois.
1. Cliquez avec le bouton droit de la souris, dans la fenêtre de pistes, sur la piste correspondant à
la porte de la pièce. Cette piste, située en prolongement direct du nom de l’objet dans la fenêtre
d’arborescence, est de couleur brun-rouge. Un menu contextuel apparaît dans lequel vous
sélectionnez la commande Ajouter mouvement propre, puis Ouverture de la porte dans le
sous-menu qui suit. Cette commande insère automatiquement l’animation choisie sur la piste.
Cette animation s’affiche en rouge et porte la désignation Ouverture de la porte. Vous
pouvez constater que le mouvement prédéfini de cette porte dure un peu plus de trois secondes.
2. Nous souhaitons que le mouvement d’ouverture n’occupe que deux secondes et qu’il soit placé
précisément trois secondes après le début de la scène. Pour cela, placez le pointeur de la souris
sur le cadre d’animation rouge de la porte (fenêtre de pistes) et cliquez avec le bouton droit de
la souris. Dans le menu contextuel qui s’affiche, cliquez sur Paramètres de mouvement
propre qui ouvre une boîte de dialogue portant le même nom.
309
Guide de référence
3. Dans le champ d’entré numérique Début, inscrivez la valeur 3.00.
4. Pour spécifier la durée du mouvement d’ouverture de la porte deux possibilités vous sont
offertes : vous pouvez saisir soit une valeur logique dans le champ Fin (début + durée
souhaitée = fin), soit le laps de temps dévolu à cette animation dans le champ Durée. Les deux
champs Fin et Durée sont étroitement liés de sorte que la valeur portée dans l’un d’eux est
automatiquement mise à jour dans le second. Par conséquent, en indiquant une valeur de 2.00
dans le champ Durée vous pouvez constater que le champ Fin affiche instantanément la valeur
logique 5.00.
5. Enfin, pour contrôler l’animation que nous venons de modifier, réinitialisez le Storyboard en
indiquant une valeur de début de lecture à 0.00 dans le champ de la barre d’outils horizontale
du Storyboard. Puis cliquez sur le bouton Lecture (à droite du bouton portant un petit drapeau
bleu).
11.8.3 Exercice 3 : Créer un événement à partir de deux animations
Objectif : Réaliser un enchaînement d’animations dépendant l’une de l’autre (fichier
Exercice03.acp du dossier Projets/Storyboard).
310
Le Storyboard
Grâce au Storyboard, il est possible de créer des coïncidences ayant un rapport de cause à effet
entre certaines animations (voir les interdépendances d’animations). Ces coïncidences portent le
nom d’événement.
Imaginons maintenant que nous souhaitions générer une animation dans laquelle un tableau
accroché à un mur chute à l’ouverture de la porte de la pièce dans laquelle il se trouve. Deux
animations doivent par conséquent être préalablement créées : celle de l’ouverture de la porte et
celle de la chute du tableau, à moins que vous ne les ayez déjà réalisées (voir Exercice 1 - Créer
une animation simple et Exercice 2 - Contrôler l’animation prédéfinie d’un élément animé).
Il serait bien entendu facile de disposer ces deux pistes de sorte que l’une et l’autre se superposent
légèrement et créent l’illusion de l’événement recherché. Cependant qu’adviendrait-il de
l’enchaînement de ces deux séquences d’animation si, par nécessité ou par accident, l’une d’entre
elles était déplacée dans la fenêtre de pistes ? L’effet "théâtral" de la coïncidence visuelle ne
fonctionnerait plus du tout à l’écran. De plus, la gestion d’une multitude de pistes possibles
rendrait vite ce travail fort compliqué.
Le Storyboard a été conçu pour vous permettre de conserver à ce type d’animation tout l’effet
désiré, où que vous le disposiez dans la scène en cours, en créant un lien « physique » (ou liaison
d’événement) entre les deux séquences sélectionnées.
1. Assurez-vous que l’animation de la porte est bien disposée à 3 secondes du début de la scène et
que la durée de son mouvement est de 2 secondes (voir Exercice 2 - Contrôler l’animation
prédéfinie d’un élément animé). Vérifiez que la chute du tableau dure 1 seconde. Sa
localisation dans la fenêtre de pistes, quant à elle, importe peu.
311
Guide de référence
2. Approchez le pointeur de la souris du petit carré gris situé à gauche du cadre d’animation du
tableau, qui constitue la cible (ou conséquence) de l’événement. Lorsque le pointeur de la
souris change de forme pour prendre l’aspect d’une petite flèche précédée d’un drapeau,
cliquez sur le bouton gauche de la souris et, tout en maintenant celui-ci enfoncé, faites-le
glisser jusque sur le cadre d’animation de la porte, utilisée ici comme source d’événement.
Relâchez la pression sur le bouton gauche de la souris : un petit drapeau bleu se fixe
instantanément sur le cadre d’animation de la porte pour signifier qu’il s’agit du point source
de l'événement.
3. Le lien entre les deux séquences d’animation existe, mais il n’est pas encore actif. Il nous faut
maintenant procéder au réglages des paramètres de l’événement. Placez le pointeur de la souris
sur le petit carré gris du cadre d’animation cible et cliquez avec le bouton droit lorsque le
pointeur reprend l’aspect d’une petite flèche surmontée d’un drapeau. Sélectionnez la
commande Paramètres d'événement dans le menu contextuel qui s’affiche.
4. Dans la boîte de dialogue Paramètres d'événement qui s’ouvre, entrez la désignation
Courant d’air dans le champ correspondant.
5. Toujours à l’intérieur de cette boîte de dialogue, entrez la valeur d’une seconde (1.00) dans le
champ Animation d’objet déclenchée à partir de. La valeur spécifiée dans ce champ signifie
que l’animation du tableau commencera 1 seconde après le début de celle de la porte. Validez
les réglages de cette boîte de dialogue en cliquant sur OK. Vous pouvez constater que la base
du drapeau fixé dans le cadre d’animation de la porte pointe à présent au milieu de ce cadre.
6. Placez ensuite le pointeur de la souris sur le cadre d’animation du tableau : le pointeur prend
instantanément l’aspect d’une double flèche. Faites alors un clic droit pour activer le menu
contextuel de ce cadre d’animation et sélectionnez la commande Paramètres d'animation.
7. À l’ouverture de la boîte de dialogue du même nom, décochez l’option Démarrage auto. des
mouvements ajoutés aux événements. Cliquez sur OK pour confirmer. Dans la fenêtre de
pistes du Storyboard, le petit carré gris du cadre d’animation du tableau est devenu rouge : cela
signifie que l’animation du tableau est en pause. Cette option permet de mettre
automatiquement une animation cible en attente de démarrage de l’animation source. Par
312
Le Storyboard
conséquent, grâce à cette fonction, la chute du tableau ne pourra intervenir que lorsque
commencera l’animation de la porte.
8. Cliquez sur le bouton de la barre d’outils portant un petit drapeau bleu (Utiliser/ignorer les
liaisons mobiles lors de la lecture) afin d’activer l’affichage de l’événement à l’écran.
9. Déplacez l’animation Chute du tableau et placez-la chronologiquement devant l’animation de
la porte. Cliquez alors sur le bouton Lecture de la barre d’outils : la ligne verticale de lecture
passe d’abord sur l’animation du tableau sans déclencher celle-ci, puis passe sur l’animation de
la porte qu’elle active automatiquement. La chute du tableau n’intervient que lorsque la ligne
de lecture franchit la ligne d'aide formé par le petit drapeau bleu situé sur le cadre d’animation
de la porte.
Remarque : Une fois l’événement créé et inséré dans la fenêtre de pistes, pensez à cliquer sur le
bouton de la barre d’outils portant un petit drapeau bleu (Utiliser/ignorer les liaisons mobiles
lors de la lecture) afin d’activer l’affichage de l’événement à l’écran.
11.8.4 Exercice 4 : Créer un Travelling
Objectif : Réaliser un déplacement de caméra (fichier Exercice04.acp du dossier
Projets/Storyboard).
Un travelling est un mouvement de caméra abondamment utilisé au cinéma qui consiste à déplacer
celle-ci dans une direction donnée afin d’accompagner, par exemple, des comédiens se déplaçant
dans un décor. Suivant la direction qu’ils empruntent, on parle alors de travelling latéral, de
travelling avant ou travelling arrière. Sur un plateau de cinéma, un mouvement de travelling
nécessite un appareillage sophistiqué composé de rails et d’un chariot plat sur lequel est fixée la
caméra. Grâce au programme, aucun appareillage de ce type n’est nécessaire pour réaliser un
mouvement de caméra digne des meilleurs effets cinématographiques.
313
Guide de référence
1. Dans le mode Design, choisissez un emplacement de votre projet où vous souhaitez insérer une
caméra. Pour cela déplacez-vous dans votre projet en utilisant les commandes de la Visite 3D
jusqu’à ce qu’un point de vue vous convienne.
dans la deuxième barre d’outils
2. Cliquez sur le bouton Vue caméra (enregistrement)
horizontale du mode Design. Ce bouton est composé d’un pictogramme montrant une caméra
et un petit carré rouge.
3. Dans la boîte de dialogue Désignation qui s’affiche, attribuez le nom de votre choix à la
caméra.
4. Sous l’effet de cette commande, la fenêtre de travail du mode Design est automatiquement
bordée d’un cadre rouge : une nouvelle caméra occupe dès lors l’emplacement de
l’observateur.
5. Cliquez à nouveau sur le bouton Vue caméra (enregistrement) pour valider la procédure
d’insertion.
6. Passez en mode Construction pour régler, si besoin, l’axe de visée de la caméra en plan et en
élévation, ou double-cliquez sur l’objet caméra pour afficher sa boîte de dialogue Paramètres
de caméra, et effectuez vos réglages à partir de celle-ci.
7. Revenez en mode Design et passez en mode de représentation Vue en plan filaire pour
faciliter la mise en place de la caméra dans le projet. Sélectionnez l’objet caméra : celui-ci
passe alors en surbrillance rouge.
8. Dans la zone de saisie de la barre d’outils du Storyboard, saisissez la valeur 3.00 (3 secondes)
comme point de départ de l’animation que nous allons créer.
9. Cliquez à présent sur le bouton Enregistrer de la barre d’outils du Storyboard (bouton marqué
d’un carré rouge). La fenêtre de travail du mode Design est maintenant bordée d’un cadre
jaune.
314
Le Storyboard
10. Dans la zone de saisie de la barre d’outils du Storyboard saisissez la valeur 9.00 (9 secondes)
comme point final de l’animation à créer. La séquence de travelling est donc d’une durée de 6
secondes.
11. Cliquez sur l’objet caméra tout en maintenant le bouton gauche de la souris enfoncé et
déplacez l’objet vers l’avant de la distance qui vous convient. Une fois la caméra à son
emplacement de fin, vous pouvez vérifier son champ visuel en double-cliquant à nouveau sur
l’objet caméra pour afficher la boîte de dialogue Paramètres de caméra.
12. Cliquez une dernière fois sur le bouton Enregistrer de la barre d’outils du Storyboard (bouton
marqué d’un carré rouge) pour mettre fin à l’enregistrement.
13. Il ne reste plus qu’à vérifier notre travail. Rembobinez la séquence d’animation en cliquant le
bouton Ramener l'animation à zéro dans la barre d’outils du Storyboard. Passez ensuite en
mode de représentation Perspective du mode Design et faites un zoom arrière en utilisant le
bouton de commande Montrer tout. À l’écran vous devez voir votre projet ainsi que la
caméra créée.
14. Cliquez sur le bouton Lecture : la séquence d’animation commence et, au bout de trois
secondes, vous pouvez apercevoir la caméra se mettre en mouvement à son tour.
15. Si vous souhaitez contrôler ce qui a été perçu par l’objectif de la caméra, cliquez sur le bouton
pourvu d’une caméra et d’un rectangle vert et marron (à gauche du bouton de création de
caméra), dans la barre d’outils du Storyboard. Vous passez dès lors en vue caméra. Cliquez sur
le bouton Lecture pour lancer la séquence d’animation telle qu’elle a été enregistrée par la
caméra. Il se peut que l’affichage à l’écran ne vous montre pas toutes les images de cette
animation (une image sur cinq, ou sur dix...) créant un effet de lecture assez désagréable.
Toutefois cet effet disparaîtra lors de l’enregistrement final de l’animation au format de fichier
vidéo AVI.
315
Guide de référence
12. LE GESTIONNAIRE DE PROJETS
12.1 PRÉSENTATION
Le Gestionnaire de projets permet de vous informer d'un coup d'œil sur les aspects suivants de vos
projets :
• le nombre de bâtiments, le nombre d'étages par bâtiment
• l'étage actuel d'un bâtiment, les étages et bâtiments visibles dans le projet en cours
Toutes ces informations peuvent aussi être consultées directement dans le programme, sans utiliser
le Gestionnaire de projets, à partir des menus des bâtiments et des étages. Pour plus d'informations
sur le réglage de la visibilité à l'aide des menus, reportez-vous aux chapitres consacrés aux étages
et aux bâtiments.
Si vos projets sont très volumineux, leur gestion par l'intermédiaire des menus devient assez
fastidieuse. En outre, l'utilisation du Gestionnaire de projets présente aussi l'intérêt de permettre
l'enregistrement de vos réglages avec le projet et donc leur réutilisation au prochain démarrage du
programme ou lors de la prochaine ouverture du projet. Sans le Gestionnaire de projets, le
programme charge le projet avec ses paramètres par défaut, ce qui signifie que vous devez le
reconfigurer de la manière requise pour l'étape de conception en cours. Le Gestionnaire de projets
est accessible dans le menu Outils.
12.2 BOÎTE DE DIALOGUE DU GESTIONNAIRE DE PROJETS
Après le démarrage de l'outil, la boîte de dialogue suivante apparaît.
La boîte de dialogue analyse automatiquement le projet en cours et présente la hiérarchie des
bâtiments et des niveaux existants sous la forme d'une arborescence.
316
Le Gestionnaire de projets
Les icônes et boutons utilisés ont la signification et la fonction suivante :
•
ouvre l'Aide
•
le Gestionnaire de projets reste affiché au premier plan
•
le Gestionnaire de projets peut être masqué par d'autres fenêtres mais il peut être activé à
tout moment dans la Barre des tâches de Windows
•
enregistre le réglage actuel sous un nouveau nom dans le projet. Les paramètres existants
pour le projet peuvent être sélectionnés et activés dans la zone de liste Afficher les
configurations
•
icône par défaut du Gestionnaire de projets. Permet de créer un bouton
d'activation/désactivation du Gestionnaire dans la barre d'outils horizontale du programme.
12.3 MODE D'EMPLOI DU GESTIONNAIRE DE PROJETS
Au cours de la phase de construction, il n'est pas nécessaire de garder le Gestionnaire de projets
ouvert en permanence. Le programme le tient informé des évolutions du projet et met à jour son
affichage afin qu'il corresponde à l'état actuel d'un projet. L'élaboration de l'arborescence peut
nuire au bon déroulement du travail, surtout dans le cas de projets volumineux. Il est donc
préférable de désactiver le Gestionnaire au cours de la phase de construction.
Pour éviter de masquer par mégarde la totalité du projet, certains réglages ne sont pas accessibles à
partir du Gestionnaire de projets. Ces restrictions visent à éviter tout malentendu. Ainsi, il n'est pas
recommandé de rendre invisible l'étage actuel lorsque c'est le seul contenu à l'intérieur de l'édifice
actif. Lorsque l'édifice actif contient plusieurs niveaux et lorsque le niveau actif devient invisible,
le Gestionnaire de projets désigne automatiquement un autre niveau comme actif. S'il n'y a qu'un
seul bâtiment, celui-ci ne peut pas être invisible.
Le Gestionnaire de projets a donc tout particulièrement été conçu pour vous simplifier la tâche.
12.4 OUVRIR UN PROJET
Le Gestionnaire de projets peut enregistrer directement les réglages que vous y avez définis dans
le fichier du projet (*.acp). Ces informations sont automatiquement reconnues, à l'ouverture de
projets. Le programme vous demande si vous voulez démarrer l'outil au moment de l'ouverture du
projet.
Remarque : Si le Gestionnaire de projets n'est pas démarré lors du chargement d'un projet
contenant des paramètres prédéfinis, vous ne pouvez plus charger ces paramètres au prochain
démarrage du Gestionnaire de projets.
317
Guide de référence
13. L'ÉDITEUR DE DESSIN 2D
13.1 PRÉSENTATION
L'Éditeur 2D est un outil intégré au programme.
Cet éditeur vous permet, en mode Construction, de créer des dessins 2D simples. Même si cet outil
ne peut pas remplacer un véritable programme de construction 2D, ses fonctions sont suffisantes
pour ajouter dans votre plan des éléments qui ne sont pas dessinés directement dans le programme.
Pour démarrer l'Éditeur 2D, utilisez la commande Outils/Éditeur de dessin 2D. Un outil
supplémentaire s'ajoute dès lors dans la barre d'outils verticale, tout en bas à gauche de la fenêtre
du programme.
Remarque : si vous n'apercevez pas le nouvel outil, affichez la fenêtre en plein écran, amenez le
curseur sur la barre d'outils verticale, puis lorsque le curseur se transforme en une main
dessus et tirez la barre d'outils verticale vers le haut.
, cliquez
vient s'ajouter dans la barre d'outils horizontale
De plus, en mode Construction, le bouton
supérieure : il permet d'afficher ou de masquer les éléments 2D. Dans la barre d'outils verticale,
qui permet de sélectionner différents éléments 2D
l'Éditeur 2D ajoute le bouton multifonctions
et de les placer dans le plan. Il complète également le menu d'options de magnétisme du
programme.
Certaines caractéristiques de l'Éditeur 2D sont décrites à la section Remarques concernant
l'utilisation de l'Éditeur 2D.
L'utilisation des différents éléments de l'éditeur 2D correspond à celle des autres éléments du
programme. Un clic droit sur les différents boutons permet, par exemple, d'accéder aux valeurs par
défaut des éléments 2D. Un double clic sur un élément 2D ouvre en principe la même boîte de
dialogue dans laquelle les propriétés de l'élément 2D sélectionné peuvent être modifiées. Comme
dans le programme, vous déplacez un élément 2D en le sélectionnant puis en faisant glisser la
souris, bouton gauche enfoncé. Les éléments 2D sélectionnés sont entourés d'un cadre de
sélection.
La taille et la position des éléments 2D varient si vous déplacez les angles du cadre de sélection,
bouton gauche de la souris enfoncé. À la différence des autres éléments de construction du
318
L'Éditeur de dessin 2D
programme, plusieurs éléments 2D peuvent être sélectionnés à la fois pour les grouper ou les
supprimer. Procédez de la manière suivante : sélectionnez le premier élément en cliquant dessus
puis désignez les suivants en appuyant simultanément sur la touche Maj. Pour extraire un élément
du groupe, il vous suffit de cliquer une nouvelle fois dessus. Si plusieurs éléments 2D sont
sélectionnés, vous pouvez les grouper ou les supprimer par l'intermédiaire de la touche Suppr.
13.2 REMARQUES
Les explications suivantes décrivent brièvement les fonctions de l'Éditeur 2D difficiles à découvrir
au premier coup d'œil.
1) Copie d'éléments 2D : Lorsque vous déplacez un élément 2D et que vous appuyez sur la
touche Ctrl au moment de relâcher le bouton gauche de la souris, l'élément n'est pas déplacé
mais copié. L'élément initial conserve sa position et le nouvel élément est ajouté à
l'emplacement où l'ancien élément aurait dû être déplacé.
2) Magnétisme lors du déplacement d'éléments 2D : Lors du déplacement d'un élément 2D, le
point situé directement sous la souris est magnétique. Si vous souhaitez utiliser l'un des angles
du cadre de sélection ou son centre, appuyez plusieurs fois sur la combinaison de touches
Ctrl+W.
3) Pour modifier les propriétés des éléments 2D, double-cliquez dessus.
4) Les boutons
et
vous permettent de déterminer non seulement l'ordre relatif des
éléments 2D les uns par rapport aux autres mais également par rapport aux éléments de dessin
normaux en double-cliquant sur les deux boutons.
5) Un seul clic sur le bouton
, par exemple, place l'élément 2D derrière tous les autres
éléments 2D, un double clic le positionne derrière les éléments de construction ordinaires du
programme.
13.3 LIGNE
En dehors des cercles, rectangles, polygones etc., la ligne est l'un des éléments de base de l'Éditeur
à partir du bouton déroulant de l'Éditeur 2D.
2D. Pour tracer une ligne, choisissez la fonction
Pour dessiner une ligne, désignez ses deux extrémités par un clic de souris. Si vous avez choisi le
, plusieurs lignes parallèles seront créées à partir de la ligne de base. Pour déterminer le
type
nombre de lignes parallèles et leurs propriétés, activez la boîte de dialogue par un clic droit sur le
bouton
.
Les lignes parallèles créées seront automatiquement regroupées dès leur mise en place.
13.4 POLYGONE
Le polygone est, en dehors des lignes, des cercles etc., un autre élément 2D. Il est constitué de
plusieurs lignes jointes entre elles et peut être ouvert ou fermé.
319
Guide de référence
Pour tracer un polygone, choisissez la fonction
à partir du bouton déroulant de l'Éditeur 2D.
Vous disposez alors dans la barre d'outils d'un bouton
pour la création de polygones ouverts
traçant des polygones fermés. Le dessin d'un polygone s'effectue en désignant à
et du bouton
l'aide de la souris ses différents sommets sur la zone de travail. La touche Échap vous permet
d'interrompre l'opération.
et que vous cliquez sur le premier point spécifié sur la zone de
Si vous utilisez la fonction
travail, le polygone est automatiquement interprété comme une figure fermée et le tracé est
terminé. Le résultat est le même pour le type de tracé
lorsque vous quittez à l'aide de la touche Échap.
; le polygone est également fermé
Pour éviter de revenir automatiquement au point initial lors du tracé d'un polygone ouvert,
maintenez la touche Ctrl enfoncée lors du tracé.
Comme pour les lignes, vous pouvez également ajouter toute une série de figures du même type.
Les arêtes de polygones sont parallèles au premier côté du polygone initial. Utilisez à cet effet le
type de tracé
ou
.
Contrairement aux traits, en cas d'utilisation de lignes parallèles pour le tracé de polygones, les
points d'extrémité des lignes parallèles générées sont prolongées de manière à ce qu'elles
présentent des intersections avec les droites des arêtes précédentes du polygone. Cette
fonctionnalité permet notamment de construire des murs à la manière de cloisons multicouches.
13.5 RECTANGLE
La fonction
du bouton déroulant de l'Éditeur 2D permet de tracer des rectangles. Vous avez
et
. Combinés à la fonction de magnétisme (voir page
le choix entre les types de tracé
72), ces deux types de tracé peuvent être utilisés pour diverses constructions. L'aspect du rectangle
une fois dessiné dépend des paramètres.
Pour modifier les propriétés d'un rectangle, double-cliquez dessus et effectuez les opérations
nécessaires dans la boîte de dialogue qui s'affiche à l'écran.
13.6 CERCLE
La fonction
du bouton déroulant de l'Éditeur 2D permet de tracer des cercles. Les types de
et
. Combinés à la fonction de magnétisme (voir page 72), ces deux
tracés proposés sont
types de tracé peuvent être utilisés pour diverses constructions. L'aspect du cercle une fois dessiné
dépend des paramètres.
Pour modifier les propriétés d'un cercle, double-cliquez dessus et effectuez les opérations
nécessaires dans la boîte de dialogue qui s'affiche à l'écran.
320
L'Éditeur de dessin 2D
Remarque : Si vous avez défini les paramètres correspondant, la circonférence du cercle peut être
magnétique, ce qui vous permet notamment de tracer une ligne d'aide perpendiculaire à la
circonférence du cercle.
13.7 ELLIPSE
La fonction
du bouton déroulant de l'Éditeur 2D permet de tracer des ellipses. Les types de
et
. Combinés à la fonction de magnétisme (voir page 72), ces deux
tracés proposés sont
types de tracé peuvent être utilisés pour diverses constructions. L'aspect de l'ellipse une fois
dessinée dépend des paramètres.
Pour modifier les propriétés d'une ellipse, double-cliquez dessus et effectuez les opérations
nécessaires dans la boîte de dialogue qui s'affiche à l'écran.
Remarque : Il n'est pas possible de représenter des ellipses pivotées dans l'Éditeur 2D. C'est la
raison pour laquelle le champ de saisie de l'angle est grisé sous la rubrique Agrandir/Rotation de
la boîte de dialogue Position qui apparaît après un clic sur Position dans les Paramètres des
ellipses.
13.8 TEXTE
La fonction
du bouton déroulant de l'Éditeur 2D permet d'insérer un texte. Commencez par
tracer un rectangle à l'aide de deux clics. Ce rectangle représente la zone d'insertion du texte.
Ensuite, saisissez le texte souhaité dans la boîte de dialogue qui apparaît. Cette boîte de dialogue
est identique à celle qui s'affiche lorsque vous double-cliquez sur un texte sélectionné.
13.9 FICHIERS BITMAP
En mode Construction, l'Éditeur 2D vous permet d'ajouter des fichiers d'images dans votre plan.
L'Éditeur 2D reconnaît les formats de fichiers *.bmp, *.ico, *.wmf, *.gif et *.jpg.
. Sélectionnez ensuite le
Pour ajouter une image bitmap à votre plan, cliquez sur le bouton
fichier image dans la boîte de dialogue Windows standard, puis positionnez l'image par un double
clic sur votre plan. Ces deux clics déterminent le cadre dans lequel l'image bitmap doit être
intégrée. La position de l'image dans ce cadre dépend des paramètres définis pour les bitmaps.
13.10 CALQUES
L'Éditeur 2D vous offre la possibilité de charger des fichiers DXF d'AutoCAD sous forme de
du bouton déroulant de l'Éditeur 2D ouvre une boîte de
symbole. Un clic sur le bouton
dialogue identique à celle apparaissant au chargement de calques dans le programme. L'utilisation
de cette boîte de dialogue est analogue au chargement de calques. Cela signifie que vous avez la
possibilité de sélectionner un ou plusieurs calques d'un fichier DXF et de visualiser un aperçu.
321
Guide de référence
Validez cette boîte de dialogue en cliquant sur le bouton Ouvrir, puis double-cliquez dans votre
plan pour tracer le rectangle dans lequel le calque sera chargé. Au chargement, les composants de
ce calque sont transformés en éléments de l'Éditeur 2D, c'est-à-dire en lignes, polygones, textes
etc. Tous ces éléments sont automatiquement réunis dans un groupe.
Pour éditer les différents éléments de ce groupe, dans le but de supprimer certaines lignes du
fichier DXF chargé, par exemple, dissociez le groupe. Il ne vous reste plus qu'à désigner les
éléments souhaités avec la souris, puis à les supprimer ou les déplacer.
À la différence de fichiers images , les fichiers DXF chargés par l'intermédiaire de l'Éditeur 2D ne
sont pas enregistrés dans le projetcomme référence mais comme éléments 2D.
Remarque : Par principe, le nombre maximal d'éléments 2D que vous pouvez charger à l'aide de
l'Éditeur 2D est limité à environ 3000. Si vous cherchez à charger des symboles plus complexes,
l'Éditeur 2D vous fait remarquer que le nombre maximal est dépassé. Le symbole correspondant
n'est dans ce cas pas chargé.
Pour de plus amples informations sur l'édition de calques chargés (groupes), reportez-vous à la
section consacrée aux groupes.
13.10.1
Importation de calques de travail
En dehors de la possibilité de charger des fichiers DXF et de les positionner ensuite à l'aide d'un
rectangle , le programme vous propose de charger des calques DXF à l'échelle. Utilisez à cet effet
. Ce chargement à l'échelle est pratique pour charger des calques DXF dont vous
la fonction
savez qu'ils ont été générés avec l'unité mètre. Vous avez ainsi la possibilité de charger des
calques sans avoir besoin de modifier leur taille par l'intermédiaire du rectangle.
La sélection d'un fichier DXF et du calque concerné est identique à celle décrite pour des
. Mais au lieu de double-cliquer pour positionner le calque
chargements sans mise à l'échelle
sur le plan, un seul clic suffira. Ce clic détermine l'angle supérieur gauche du calque. La taille du
rectangle est automatiquement calculée à partir des valeurs du fichier DXF.
En fonction du type de fichier DXF chargé, il est possible que le contenu soit plus grand que le
format papier actuel de votre plan. L'éditeur 2D vous le fait remarquer et vous permet de modifier
immédiatement l'échelle du calque. Cette option est pratique lorsque le calque n'a pas été conçu
avec l'unité Mètre mais Millimètre.
En règle générale, un calque de ce type ne pourra pas s'adapter à votre feuille en raison de la
différence de facteur. Il est dans ce cas indispensable d'adapter l'échelle, à 1:1000 par exemple.
Remarque : La modification des tailles est toujours envisageable plus tard dans l'éditeur 2D.
Double-cliquez sur le calque chargé et indiquez sous la rubrique Agrandissement/Rotation de la
boîte de dialogue Paramètres de groupe une autre valeur. Le groupe sélectionné est adapté
immédiatement.
13.11 LES GROUPES DANS L'ÉDITEUR 2D
L'Éditeur 2D facilite le regroupement de plusieurs éléments 2D. Ce groupe peut alors être déplacé,
il peut pivoter et sa taille peut être modifiée. Tous les éléments de ce groupe subissent alors les
mêmes effets.
Pour définir un groupe, procédez de la manière suivante : sélectionnez le premier élément 2D
destiné à faire partie du groupe en cliquant simplement dessus. Appuyez alors sur la touche Maj,
322
L'Éditeur de dessin 2D
puis désignez avec la souris tous les éléments à intégrer dans le groupe. Tous les éléments 2D
sélectionnés sont alors caractérisés par un cadre de sélection.
Dès que tous les éléments 2D souhaités sont sélectionnés (vous pouvez également désigner des
de la barre d'outils verticale à droite. L'Éditeur 2D réunit tous
groupes), cliquez sur le bouton
les éléments 2D sélectionnés en un groupe et les intègre dans un cadre de sélection plus grand.
Le groupe ainsi défini se comporte comme un élément 2D isolé. Vous pouvez le déplacer, le
supprimer, modifier son échelle ou le faire pivoter. Pour dissocier ses composants, sélectionnez le
de la barre d'outils verticale droite.
groupe avant de cliquer sur le bouton
Remarque : Un groupe peut également intégrer d'autres groupes. Tous les éléments sont inclus
dans le groupe de base mais les informations du groupe d'origine sont perdues (pas de groupes
hiérarchiques).
13.12 ORDRE DE TRACÉ DES ÉLÉMENTS 2D
Si vous avez inséré plusieurs éléments 2D qui se chevauchent ou masquent une partie de votre
et
pour déterminer l'ordre des éléments sur le plan et spécifier
plan, utilisez les boutons
par exemple quel rectangle doit être placé au-dessus de quel élément.
Pour faire passer un élément 2D au premier plan, désignez-le à l'aide de la souris avant de cliquer
sur le bouton
. L'élément 2D est alors placé devant tous les autres éléments 2D. Un clic sur le
replace l'élément 2D derrière tous les autres éléments 2D. Un nouveau clic place cet
bouton
élément 2D derrière les éléments de construction du programme comme les murs ou les lignes
d'aide par exemple.
Une combinaison astucieuse de sélection de différents éléments et des boutons
permet d'organiser à votre convenance tous les éléments 2D de votre plan.
et
13.13 OPTIONS DE MAGNÉTISME DES ÉLÉMENTS 2D
Dès le lancement de l'Éditeur 2D, la boîte de dialogue des options de magnétisme (activée par un
clic droit sur bouton , voir page 72) présente un nouvel onglet destiné aux graphiques 2D. Vous
indiquez à cet emplacement les éléments 2D devant être dotés de la propriété de magnétisme.
Si vous avez par exemple désigné le cercle comme élément magnétique, le positionnement de
lignes d'aide près d'un cercle permettra de construire facilement des tangentes.
Notez que les éléments 2D dotés de ces options de magnétisme peuvent être combinés entre eux
lors du positionnement sur le plan.
Remarque : Vous pouvez également utiliser la propriété de magnétisme lors du déplacement
d'éléments 2D. Le point magnétique de l'élément 2D à déplacer peut être librement désigné. En
règle générale, il s'agit du point situé directement sous la souris. Tous les champs de contrôle
peuvent être utilisés comme point magnétique par l'intermédiaire de la combinaison de touches
Ctrl+W permettant de basculer entre les différentes alternatives. Le centre de l'élément 2D peut
par exemple être désigné comme point magnétique.
323
Guide de référence
13.14 ACTIVER OU DÉSACTIVER L'AFFICHAGE D'ÉLÉMENTS 2D
Le bouton
, affiché par l'Éditeur 2D à droite de la barre d'outils supérieure, vous permet
d'afficher ou de masquer les éléments 2D. Cette fonction correspond sur le principe à celle des
autres boutons Activer/Désactiver
du programme.
13.15 PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES DES ÉLÉMENTS 2D
Les éléments Ligne, Polygone, Rectangle, Cercle et Ellipse utilisés par l'Éditeur 2D sont dotés
de propriétés différentes pour les bordures, l'épaisseur des lignes ou encore les motifs. Vous
pouvez configurer ces propriétés dans les boîtes de dialogue correspondantes activées par un clic
droit sur le correspondant ou par un double clic sur l'élément.
, les propriétés définies
Si vous cliquez par exemple avec le bouton droit sur le bouton
s'appliqueront à tous les futurs cercles, alors qu'un double clic sur un cercle permet de configurer
les propriétés propres à cet élément.
En revanche, la boîte de dialogue des configurations des différents éléments est presque à chaque
fois identique. Elle est composée des rubriques Type de bordure, Épaisseur de ligne, Motif,
Arrière-plan et d'une zone d'aperçu destinée à visualiser les paramètres choisis (la boîte de
dialogue relative aux lignes est un peu différente puisque les rubriques du motif, de couleur de
remplissage ou encore de propriétés d'arrière-plan sont superflues).
13.15.1 Type de bordure
Spécifiez sous cette rubrique le style de la bordure ou de la ligne. La première option proposée
n'ajoute aucune bordure.
13.15.2 Épaisseur de ligne
Vous indiquez ici l'épaisseur de la ligne dessinée ou de la bordure. Les valeurs inscrites dans cette
zone font référence aux coordonnées du papier, c'est-à-dire au format de la feuille sur laquelle
vous travaillez actuellement. L'option Ligne fine permet d'obtenir une épaisseur d'1 pixel,
indépendante de la taille de l'affichage.
Notez que les lignes de hachure des cercles et des ellipses ne sont possibles que sous la forme
Lign fine. Pour tous les autres éléments, l'épaisseur de ligne est variable.
13.15.3 Motif
Spécifiez sous cette rubrique le motif de remplissage de l'élément 2D.
13.15.4 Arrière-plan
Cette rubrique se compose des trois sous-parties Couleur de bordure, Couleur de remplissage et
Arrière-plan. Une seule couleur doit être choisie dans les propriétés des lignes, celle de la ligne
en question. Les trois zones présentent les couleurs configurées. Un clic sur le bouton Définir
permet de les modifier dans la boîte de dialogue standard de Windows destinée à la définition des
couleurs.
324
L'Éditeur de dessin 2D
La rubrique Arrière-plan permet d'indiquer s'il doit être rempli ou transparent. Avec cette
dernière option, seule la bordure et le motif seront visibles. Les zones de l'élément 2D non
couvertes d'une bordure ou de lignes de motifs seront donc transparentes. Les éléments du
programme ou d'autres éléments 2D seront donc visibles derrière cet élément.
En dehors des possibilités déjà citées dans cette boîte de dialogue de propriétés, vous disposez des
boutons OK, Annuler, Par défaut, Position et Aide menant vers les fonctions habituelles du
programme. Le bouton Par défaut enregistre les paramètres actuels pour tous les éléments du
projet qui seront alors valables lors de la prochaine utilisation de lignes, de couleurs etc. mais
également dans de futurs projets. Un clic sur le bouton Position ouvre une boîte de dialogue
destinée à déterminer la position de la bordure.
13.16 BOÎTE DE DIALOGUE POSITION
Cette boîte de dialogue s'ouvre par un clic sur le bouton Position disponible dans la boîte de
dialogue des propriétés des différents éléments 2D. À l'aide des fonctions de cette boîte de
dialogue, vous modifiez la position, mais également l'angle de rotation d'un élément 2D.
La première rubrique présente les coordonnées de l'angle supérieur gauche du rectangle de
sélection par rapport à l'origine (voir page 83). La largeur et la hauteur correspondent aux valeurs
liées au cadre de sélection.
Sous la rubrique du bas, vous pouvez indiquer un facteur d'agrandissement ou de réduction. Si
vous inscrivez par exemple 0,5, la largeur et la hauteur de la rubrique Position/Taille seront
multipliées simultanément par le facteur 0,5. L'utilisation de la zone de saisie Facteur permet
d'obtenir une modification uniforme des dimensions. Indiquez dans le champ Angle la valeur de
rotation de l'élément 2D.
Notez que la rotation est ni possible ni judicieuse pour tous les éléments 2D. Dans ce cas, la zone
de saisie Angle est grisée (la rotation d'ellipses et d'images est impossible, pour des cercles, elle
n'a pas beaucoup d'intérêt).
13.17 PARAMÈTRES DES DROITES PARALLÈLES ET DES POLYGONES
Lors de l'ajout de lignes 2D sur votre plan, vous avez la possibilité, grâce au bouton
de placer
ouvre une boîte de
plusieurs lignes parallèles simultanément. Un clic droit sur le bouton
dialogue permettant de définir les paramètres de ces différentes lignes parallèles.
Cette boîte de dialogue permet de déterminer, d'une part, si la ligne de base doit être affichée et,
d'autre part, ses propriétés en cliquant sur le bouton correspondant. Vous pouvez en outre spécifier
lesquelles de ces lignes parallèles (cinq au maximum) doivent être affichées et avec quel intervalle
(en coordonnées universelles) par rapport à la ligne de base.
Les valeurs de couleur, d'épaisseur et de style de ligne sont définies dans la boîte de dialogue
activée par un clic sur le bouton Propriétés.
Dès que toutes les lignes parallèles sont en place sur le plan, l'Éditeur 2D forme automatiquement
un groupe à partir de ces éléments. Pour modifier une ligne en particulier, il vous suffit de
dissocier le groupe.
Si vous utilisez lors de l'ajout de polygones les types de tracé
que les lignes parallèles seront appliquées.
325
ou
, les mêmes propriétés
Guide de référence
À la différence des lignes parallèles isolées rassemblées en un groupe dès leur positionnement,
ou
définit certes un groupe mais les différents éléments du groupe sont
l'utilisation de
des polygones ouverts ou fermés.
Remarque : Vous pouvez alterner les couleurs de remplissage des différents polygones parallèles
dans les propriétés pour obtenir des effets de nuance. L'effet obtenu dépend toutefois du sens de
positionnement des polygones.
13.18 BOÎTE DE DIALOGUE D'ÉDITION DE TEXTE
Cette boîte de dialogue est activée lorsque vous saisissez directement du texte, après avoir tracé le
rectangle du texte ou lorsque vous double-cliquez sur un texte déjà positionné sur le plan.
La boîte de dialogue se compose de la rubrique Texte permettant de saisir ou de modifier votre
texte et de la rubrique Position/Taille.
Cette zone correspond à la boîte de dialogue de positionnement des autres éléments 2D. Elle
facilite la modification de la position et de la taille du rectangle du texte. L'angle de rotation fait
pivoter le texte comme vous le souhaitez.
Remarque : En principe, dans les polices ayant subi une rotation, Windows est capable d'afficher
uniquement des polices TrueType. Si vous n'optez pas pour une police TrueType, le texte sera
présenté horizontalement, même si la valeur d'angle de rotation est différente de 0.
En dehors des boutons OK, Annuler, et Aide, la boîte de dialogue présente le bouton Aperçu
activant une nouvelle fenêtre de paramètres de texte.
13.19 PARAMÈTRES DE TEXTES
La boîte de dialogue Paramètres des textes se compose des rubriques Options, Alignement et
Couleurs.
Sous la première rubrique, vous indiquez si le texte doit être coupé s'il est trop long pour être
affiché sur une ligne dans votre cadre de texte, si le cadre doit être doté d'une bordure ou rempli
par une couleur.
Remarque : Si le texte que vous éditez dans les propriétés a déjà subi une rotation, l'utilisation de
la première option (Mettre à la ligne) est impossible.
L'alignement permet de spécifier cette propriété du texte par rapport au cadre. Il peut être aligné à
gauche, à droite ou centré.
Définissez sous la rubrique Couleurs la couleur de l'arrière-plan. Vous pouvez enfin choisir le
type de police en cliquant sur le bouton Police. Vous accédez ainsi à la boîte de dialogue standard
de Windows.
13.20 PARAMÈTRES DE BITMAP
Vous activez cette boîte de dialogue par un double clic sur une bitmap de l'Éditeur 2D en mode
des éléments de
Construction ou en cliquant avec le bouton droit de la souris sur la fonction
dessin 2D. Cette fonction est généralement utilisée pour ajouter un plan scanné sur lequel vous
pouvez ensuite dessiner les murs de la construction.
326
L'Éditeur de dessin 2D
La boîte de dialogue se compose des rubriques Adaptation et Options.
13.20.1 Adaptation
Vous spécifiez ici la méthode d'adaptation de la taille de l'image par rapport à celle du cadre.
Si vous activez l'option Aucun réglage, l'image sera affichée de telle sorte qu'un pixel de l'image
correspondra à un pixel de l'écran ou de l'image imprimée. Si vous augmentez ou diminuez la
taille de votre plan, l'image sera plus ou moins visible.
Si vous optez pour la variante Adapté au cadre, l'image sera adaptée exactement aux dimensions
du cadre.
La dernière option Adapté à l'image évite la déformation de l'image dans le cadre. Dans ce cas, le
pixel de l'image correspond à un pixel à l'écran.
13.20.2 Options
Si vous activez l'option Avec bordure sous la rubrique Options, l'image bitmap est entourée d'une
bordure noire dont les dimensions s'adaptent à la taille du cadre de l'image.
Les boutons OK, Annuler, Par défaut, Position et Aide ont les mêmes fonctions que celles du
programme. Le bouton Par défaut enregistre les paramètres actuels. La prochaine utilisation de
bitmaps, même dans un nouveau projet; sera basée sur ces propriétés.
Le bouton Position active une boîte de dialogue de définition de la position de l'image. Notez que
le bouton est grisé si vous cliquez avec le bouton droit de la souris sur le bouton de l'image. Un
clic droit sur ce bouton modifie les propriétés de tous les futurs fichiers bitmap chargés. Ces
propriétés ne faisant pas référence à un fichier bitmap concret, il est impossible de préciser sa
position exacte.
Remarque : Lorsque vous enregistrez un projet contenant des fichiers bitmap, seuls des renvois
vers ces fichiers sont enregistrés, non les images elles-mêmes. Les fichiers correspondants seront
chargés de nouveau lors de l'ouverture du projet concerné. Si vous avez entre-temps supprimé
l'image recherchée, le fichier bitmap ne pourra bien sûr pas être chargé. Un message vous le fait
alors remarquer au moment du chargement.
L'Éditeur 2D enregistre les noms des fichiers bitmap utilisés avec des chemins relatifs s'ils se
trouvent dans un sous-dossier du programme mais avec un nom de chemin d'accès absolu si les
fichiers sont enregistrés ailleurs sur le disque dur.
13.21 CHARGER ET ENREGISTRER UN PROJET CONTENANT DES
ÉLÉMENTS 2D
Si vous utilisez des éléments 2D dans votre construction et que vous enregistrez votre plan sous
forme de projet, les éléments 2D utilisés seront enregistrés dans le projet (*.acp). Aucun fichier de
projet 2D séparé n'est donc défini, même si l'Éditeur 2D est un outil distinct. Lorsque vous
chargez un projet de ce type et que l'Éditeur 2D démarre sous forme de d'outil, vous visualisez à
l'écran les éléments correspondants.
En fonction du type d'installation, le programme opère différemment au moment du chargement
d'un projet avec éléments 2D quand l'outil n'est pas encore lancé :
Possibilité 1 : le projet est chargé mais les éléments 2D ne sont pas visibles.
Possibilité 2 : le projet est chargé, l'Éditeur 2D est automatiquement lancé et les éléments 2D
affichés.
327
Guide de référence
Possibilité 3 : l'Éditeur 2D est déjà lancé. Chargez votre projet. Les éléments 2D s'affichent alors
sans problème.
Si vous souhaitez apporter des modifications à ces possibilités sans réinstaller le programme,
modifiez le fichier Macros.ini du dossier Standard/Macros. Remplacez la section
[Edit2D.exe] par l'une des trois possibilités suivantes :
1) Toujours activé
Dans ce mode, le programme lance automatiquement l'outil dès qu'il démarre. La section
correspondante est la suivante :
[Edit2D.exe]
Nom=Editeur de dessin 2D
Description=Editeur de dessin 2D
Modes= 3
Automatiques=1
2) Charger à la demande
Dans ce mode, l'Éditeur 2D est lancé sur commande (par le menu Outils) ou dès qu'un projet
contenant des éléments 2D est chargé. La section du fichier est alors :
[Edit2D.exe]
Nom=Editeur de dessin 2D
Description=Editeur de dessin 2D
Modes=3
ChunkID=2fffffff
3) Par défaut
Dans ce mode, l'outil est lancé sur commande. Les projets contenant des éléments 2D peuvent être
édités sans que ces éléments ne soient visibles.
[Edit2D.exe]
Nom=Editeur de dessin 2D
Description=Editeur de dessin 2D
Modes=3
328
Le Modeleur
14. LE MODELEUR
Le Modeleur contenu dans Arcon est un logiciel indépendant, auquel vous accédez par le bouton
dans la barre d'outils verticale dans le mode Design. Le Modeleur permet de concevoir vos
propres objets en utilisant des formes géométriques traditionnelles et les objets Arcon existants.
Le Modeleur enregistre le projet dans un fichier propre au projet avec l'extension (*.wpr) et dans
un fichier objet .ACO directement utilisable dans Arcon.
Pour plus d'informations sur les fonctionnalités du Modeleur, n'hésitez pas à parcourir l'Aide
intégrée du Modeleur.
14.1 L'INTERFACE DU MODELEUR D'ARCON
Le Modeleur comprend un menu et ses sous-menus avec différentes barres d'icônes pour les
différents domaines d'applications. Vous trouverez dans la barre d'icônes horizontale toutes les
fonctions habituelles comme Annuler/refaire ainsi que Couper, Copier, Coller et Supprimer. Sur le
côté droit de l'interface du modeleur vous trouverez un catalogue, semblable à celui d'Arcon, grâce
auquel vous pouvez charger des objets existants ainsi que des textures et matériaux que vous
pouvez modifier dans la fenêtre d'aperçu 3D par glisser déplacer.
329
Guide de référence
14.2 CRÉER DES OBJETS
L'onglet Objets fournit l'accès à une série d'objets géométriques qui peuvent vous servir de base à
la conception de votre objet. Vous y trouvez : corps en rotation, cube, tore, boule, cylindre, texte
en 3D, corps d'extrusion.
Chaque objet ouvre une boîte de dialogue où vous pouvez définir de nombreux paramètres. Pour
les corps en rotation et les corps d'extrusion, vous avez la possibilité de déterminer les contours.
Le Modeleur utilise une version modifiée de l'Editeur de contour, que vous connaissez pour les
contours des murs et des dalles.
Remarque: l'Editeur de contour peut enregistrer et télécharger les contours créés dans des fichiers
de l'Editeur 2D (*.shp) par un clic droit de la souris. Vous pouvez donc utiliser les contours
existants des murs et des polygones.
14.3 PROPRIÉTÉS DES TEXTURES ET DES MATÉRIAUX
Le résultat de votre travail sera toujours utilisé comme un seul objet dans Arcon. Ceci a aussi des
effets sur le comportement de l'objet, quand vous désirerez le modifier. Les paramètres de l'objet
sont déterminés dans le Modeleur.
Cas 1: l'objet en entier doit adopter la nouvelle texture, voire le nouveau matériau pour toutes les
surfaces.
Cas 2: Différentes parties de l'objet devront pouvoir être modifiées (textures comme matériaux).
330
Le Modeleur
La règle suivante est valable: Toutes les surfaces, qui dans le Modeleur ont la même texture,
subiront les même modifications de leurs propriétés dans Arcon.
14.4 LES APERÇUS DU MODELEUR
L'espace de travail du modeleur vous propose les vues d'en haut, de face, de la gauche et l'aperçu
en 3D. Dans la partie supérieure gauche de chaque fenêtre se trouve l'icône pour agrandir chaque
fenêtre. Quand un aperçu est agrandi, l'interface restaure les quatre autres vues. De plus les
aperçus agrandis disposent d'un menu, qui permet d'activer une des quatre vues. Dans le mode
divisé, vous pouvez modifier la taille des aperçus avec la souris. A chaque bord de la fenêtre, le
curseur se transforme en une double flèche et vous permet de déplacer à cet endroit l'aperçu
horizontalement et verticalement. Au croisement du cadre vous pouvez aussi déplacer l'aperçu en
diagonal. Un double-clic sur le point de croisement vous permet de restaurer l'état d'origine.
Dans ces aperçus vous pouvez faire un zoom vers l'avant en gardant le bouton droit de la souris
enfoncé. Pour les aperçus agrandis, vous pouvez déplacer le projet en maintenant le bouton
gauche de la souris enfoncé. Dans le menu Aperçu vous trouverez l'icône pour changer de mode
de représentation pour l'aperçu 3D, activer et désactiver des lignes d'aide, activer et désactiver le
catalogue.
331
Guide de référence
En général tous les aperçus sont actualisés en même temps, ce qui pourrait entraîner une perte de
rapidité pour les projets les plus grands. Si tel est le cas, vous pouvez déterminer dans le menu
aperçu que les fenêtres inactives ne soient actualisées que lorsqu'une modification est terminée,
c'est-à-dire lorsque vous lâchez le bouton gauche de la souris.
332
Les cartouches
15. LES CARTOUCHES
En mode Construction, l'angle inférieur droit du plan peut accueillir un cartouche contenant les
données clés du projet.
Ces données sont extraites automatiquement par le programme, et ne peuvent pas être modifiées.
Le nom affiché correspond au nom du projet.
15.1 ÉDITION DE CARTOUCHE AVANCÉE
Le programme vous offre la possibilité de choisir entre plusieurs types de cartouche, présentés
comme des formulaires de complexité différente, dont les cases sont remplies automatiquement
par le programme (nom du maître d’ouvrage, étage, échelle, etc.).
15.2 AFFICHER OU MASQUER UN CARTOUCHE
Pour afficher ou masquer un cartouche, sélectionnez la commande Cartouche du menu
Affichage. Si la commande est précédée d'une coche, le cartouche est visible.
Pour masquer le cartouche, vous pouvez également cocher la case Cartouche invisible dans la
boîte de dialogue Paramètres de Cartouche.
Un cartouche invisible ne peut pas être édité.
15.3 BOÎTE DE DIALOGUE PARAMÈTRES DE CARTOUCHE
Pour ouvrir cette boîte de dialogue, double-cliquez sur le cartouche affiché en bas à droite du plan
en mode Construction. N'oubliez pas que le cartouche peut uniquement être édité lorsqu'il est
visible (commande Cartouche du menu Affichage.
15.3.1 Modèle
Cette liste met à votre disposition plusieurs types de cartouche prédéfinis. Vous pouvez choisir
entre le cartouche standard et quatre types de cartouche avancé (plus complet).
Les logos affichés dans les cartouches sont des images bitmap qui sont installées sur votre disque
dur lorsque vous avez installé le programme ; elles sont stockées dans le sous-dossier
STANDARD\LOGOS de votre dossier d'installation.
Le tableau ci-dessous présente les logos correspondant à chaque type de cartouche :
333
Guide de référence
Cartouche
Standard
Type 1
Type 2
Type 3
Type 4
Logo
LOGO.BMP
LOGO1.BMP
LOGO2.BMP
LOGO3a.BMP LOGO3b.BMP
LOGO4a.BMP LOGO4b.BMP
Pour insérer votre propre logo dans un cartouche, par exemple dans le cartouche Type 2, nommez
votre cartouche LOGO2.bmp et copiez-le dans le dossier LOGOS après avoir renommé le logo
existant, afin qu'il ne soit pas remplacé.
Remarque : Lorsque vous créez votre propre logo, veillez à respecter les dimensions du logo
d'origine, afin qu'il s'insère correctement dans le cartouche sans être déformé.
15.3.2 Cartouches supplémentaires
En plus des types de cartouches décrits ci-dessus, des cartouches supplémentaires sont également
accessibles dans la liste Modèle. Leur nombre dépend du nombre de fichiers de cartouche placés
dans le dossier STANDARD\LOGOS du programme. Les fichiers qui portent l'extension .INI, par
exemple Typ5_A4.ini, contiennent généralement la description du format d'un cartouche.
15.3.3 Rubrique Représentation
La rubrique Représentation permet de sélectionner les composants du cartouche à afficher dans
le plan. Vous avez le choix entre les composants suivants : Cadre, Ombres, Bitmaps, Textes,
Bordures et Lignes.
Remarque : Si votre cartouche contient plusieurs logos, ils seront affichés ou masqués tous
ensemble et non séparément.
15.3.4 Cartouche invisible
Lorsque vous cochez cette case, le cartouche est rendu invisible. Vous devez alors sélectionner la
commande Cartouche du menu Affichage pour l'afficher de nouveau.
15.3.5 Rubrique Date
Lorsque vous cochez cette case, le cartouche affiche la date actuelle, communiquée par l'horloge
de votre ordinateur. Si vous souhaitez afficher une autre date, décochez l'option et saisissez une
date fixe.
334
L'Estimateur de Coût
16. L'ESTIMATEUR DE COÛT
L'Estimateur de Coût est un outil très pratique qui peut vous aider à effectuer des cotations de vos
pièces. Le programme lit toutes les informations telles que la superficie des pièces, la superficie
des murs, le nombres de portes et de fenêtres, etc. Ces informations peuvent ensuite être traitées
directement dans l'Estimateur de Coût ou exportées vers Microsoft Excel.
Remarque 1 : Le calcul du SHOB (surface hors œuvre brute) et du SHON (surface hors œuvre
nette) dépend essentiellement de la législation en vigueur. Par conséquent, ces calculs peuvent
différer des informations fournies par le programme. De plus, vous êtes le seul décideur de l'usage
d'une pièce, le programme ne peut pas connaître vos intentions. De ce fait, le programme vous
propose de choisir vous-même quelles pièces doivent intervenir dans le calcul du SHON. Lisez la
section correspondante pour plus d'informations sur le SHOB et le SHON.
Remarque 2 : Le calcul des surfaces habitables au-dessous d'une toiture est limité à une hauteur
de 1.80 m dans la législation actuelle. Toutefois, les toitures dessinées avec ce programme peuvent
être très complexes et dépendre de nombreuses pentes. Le calcul de ces surfaces est donc à
prendre avec précaution, le programme vous donnant dans ce cas un estimatif assez grossier.
16.1 DÉMARRER L'ESTIMATEUR DE COÛT
Ouvrez d'abord votre projet, puis démarrez l'Estimateur de Coût avec la commande Outils /
Estimateur de Coût. Le programme lit les informations contenues dans le projet et les affiche
sous forme de tableau.
Si vous avez changé entre-temps certaines données dans le projet, utilisez la commande Fichier /
Actualiser les données ou la touche F5 pour rafraîchir les informations.
335
Guide de référence
16.2 LE TABLEAU DE L'ESTIMATEUR DE COÛT
Le tableau donne un certain nombre de valeurs dont voici la liste :
•
•
•
•
•
•
•
•
Nom du bâtiment
Nom de l'étage
Nom des pièces
Superficie au sol des pièces
Nombre et superficie des fenêtres
Nombre et superficie des portes
Nombre, longueur et superficie des murs
Volume des pièces
En vous appuyant sur ces données, vous pouvez effectuer certains calculs :
• Décider si une pièce doit faire partie du calcul du SHON (5 % sont automatiquement retirés du
total pour prendre en compte les éléments électriques et le chauffage selon la législation en
vigueur).
• Indiquer le prix du revêtement au sol des pièces et faire calculer le coût total du revêtement
• Indiquer le prix du revêtement des murs et faire calculer le coût total du revêtement
Enfin, vous pouvez effectuer des calculs supplémentaires en exportant le tableau vers Excel. Vous
pouvez, par exemple, effectuer un calcul rapide de la consommation énergétique basée sur le
volume des pièces.
16.3 COMPLÉTER LE TABLEAU DE L'ESTIMATEUR DE COÛT
Avant d'appeler l'Estimateur de Coût depuis Arcon, prenez soin de nommer correctement les
différentes pièces mais aussi les étages de votre construction :
• Pour nommer un étage, utilisez la commande Etage/Modifier l'étage actuel.
• Pour nommer une pièce, double-cliquez sur la pièce puis tapez le nom de la pièce.
L'Estimateur de Coût complète automatiquement une large partie du tableau. Certaines cellules ne
sont pas modifiables, d'autres le sont. Pour déterminer si une cellule peut être modifiée, cliquez
dessus : si la bordure est en pointillés, la cellule ne peut pas être modifiée ; si la bordure est en trait
plein, la cellule peut être modifiée.
16.3.1 Calcul du SHON
Le logiciel vous donne une liberté totale pour décider si une pièce doit intervenir ou non dans le
calcul du SHON. Si une pièce doit être calculée, cliquez sur la cellule voisine dans la colonne
Inclure dans le calcul du SHON, la cellule est dès lors remplie par une coche. Le Total du
bâtiment donne le SHON global pour la construction.
336
L'Estimateur de Coût
Notez les deux points importants suivants :
1. Le calcul du SHON décompte 5 % de la superficie selon la législation en vigueur.
2. Les pièces sous toiture, lorsqu'elles interviennent dans le calcul du SHON, voient leurs
superficies décotées à partir de 1.80 m de hauteur sous plafond. Toutefois, la complexité des
toitures peut entraîner certaines approximations dans le calcul. Par conséquent, lorsqu'une
pièce de ce type est calculée dans le SHON, considérez que la valeur résultante est purement
indicative.
16.3.2 Calcul du revêtement au sol
En ce qui concerne les sols, le logiciel renvoie automatiquement la superficie au sol de chaque
pièce, quel que soit l'usage de la pièce.
337
Guide de référence
Vous pouvez entrer dans la colonne Revêtement (prix au m²), le prix au m² du revêtement. La
colonne suivante donne ainsi un aperçu des coûts que cela va engendrer.
16.3.3 Informations sur les portes et les fenêtres
En ce qui concerne les fenêtres et les portes, le logiciel renvoie automatiquement leur nombre et
leur superficie.
Les prix des portes et des fenêtres étant très variable dans le sens où vous n'utilisez pas forcément
des portes et des fenêtres identiques dans toute votre construction, le logiciel ne fournit pas de
calcul supplémentaire.
Toutefois, ces données interviennent dans le calcul des superficies murales présentées dans la
section suivante.
16.3.4 Calcul des murs
Les dimensions des murs permettent de calculer le coût du revêtement mural grâce à la superficie
fournie, mais aussi le coût de décoration ou de plinthes murales grâce à la longueur fournie.
Vous pouvez entrer dans la colonne Revêtement (prix au m²), le prix au m² du revêtement. La
colonne suivante donne ainsi un aperçu des coûts que cela va engendrer.
338
L'Estimateur de Coût
16.3.5 Informations sur le volume
Le volume des pièces est fourni à titre indicatif. Si vous souhaitez connaître le niveau
d'équipement du chauffage à mettre en œuvre, cette information vous sera utile.
16.4 ENREGISTRER ET CHARGER LES COÛTS UNITAIRES
Lorsque vous avez saisi les différents coûts de la construction, vous pouvez enregistrer les
définitions des coûts (les saisies que vous avez effectuées) dans un fichier portant l'extension
AEC.
Ainsi, lorsque vous modifiez votre construction, par exemple en augmentant la superficie du
séjour, vous ne perdez pas les coûts unitaires que vous aviez saisis.
• Pour enregistrer les définitions des coûts, utilisez la commande Fichier / Sauvegarder les
coûts. Dans la boîte de dialogue qui s'ouvre, conservez le nom proposé qui est celui du projet
Arcon. L'extension AEC est ajoutée automatiquement.
• Pour récupérer ultérieurement ces définitions, utilisez la commande Fichier / Charger les
coûts.
16.5 EXPORTER VERS MICROSOFT EXCEL
Une fois votre tableau complété, vous pouvez l'exporter vers Microsoft Excel en utilisant la
commande Fichier / Exporter / Excel.
Dans Excel, vous pouvez modifier toutes les données à votre convenance.
16.6 CALCUL DU SHON ET DU SHOB
Extrait de l'ouvrage "120 Plans et modèles de maisons" des éditions Eyrolles.
16.6.1 La surface d’emprise au sol
C’est la surface qu’occupe sur le terrain la construction hors œuvre, c’est-à-dire la limite
extérieure des murs.
339
Guide de référence
16.6.2 La surface développée au plancher hors œuvre brute SHOB
Pour tout projet de construction, il faut d’abord connaître la surface hors œuvre brute.
Par définition le SHOB est la somme des surfaces de plancher de chaque niveau de construction.
Sont donc exclues du SHOB, par exemple, les terrasses non couvertes de plain-pied avec le rezde-chaussée.
16.6.3 La surface hors œuvre nette SHON
Pour calculer la surface hors œuvre nette (SHON), il faut déduire certaines surfaces du SHOB : les
surfaces de plancher hors œuvre des combles et des sous-sols non aménageables pour l’habitation
ou pour des activités professionnelles, artisanales, commerciales ou industrielles.
Trois critères déterminent si des surfaces sont aménageables ou non. Les trois points suivants ne
permettent pas d’aménager des locaux pour l’habitation.
1/ La hauteur des locaux : la hauteur sous toiture ou sous plafond ne doit pas être inférieure à
1,80 m dans les combles.
2/ L’affectation des locaux : les caves, les chaufferies, les locaux pour les ordures ménagères.
3/ La consistance des locaux : les surfaces de plancher hors œuvre des toitures-terrasses, des
balcons, des loggias et des surfaces non closes situées au rez-de-chaussée, les surfaces de
plancher hors œuvre des bâtiments aménagés en vue du stationnement des véhicules ainsi que
des aires de manœuvre.
De plus, il est déduit forfaitairement 5 % des surfaces hors œuvre affectées à l’habitation pour la
prise en compte de l’isolation thermique ou phonique de l’immeuble.
Ces déductions autorisent en pratique la construction de plus grandes surfaces qui ne seront pas
prises en compte dans le calcul des taxes d’urbanisme et permettent aussi de connaître le SHON
autorisé.
340
L'Estimateur de Coût
341
Guide de référence
342
Le Panorama 360
17. LE PANORAMA 360°
L'outil Panorama 360° permet de placer votre construction au centre d'un environnement simulé
par une image. Vous pouvez "tourner" autour de la maison et vous aurez la sensation que l'angle
de vue de l'environnement change réellement.
Construction hors panorama
Construction avec panorama
17.1 EXEMPLE DE PANORAMA 360°
1. Ouvrez d'abord votre projet, puis démarrez l'outil avec la commande Outils / Panorama 360°.
343
Guide de référence
2. Cliquez sur le bouton Choisir une image. Sélectionnez un panorama puis cliquez sur Ouvrir.
3. Cliquez sur le bouton Créer le panorama 360°. Choisissez le type de panorama puis la taille
en fonction de celle de votre construction. Cliquez ensuite sur OK.
4. Le panorama est prêt. Cliquez sur le bouton Exporter pour inclure le panorama dans le projet.
344
Le Panorama 360
5. Enregistrez le panorama en lui donnant un nom. Le programme va créer un objet à partir du
panorama puis va l'ajouter dans le projet. Le panorama est un OBJET, traité au même titre que
les autres objets d'aménagement. Dans le logiciel de construction, placez l'objet panorama de
manière cohérente par rapport à la construction. Pour plus de clarté, activez le paysage avec la
commande Affichage/Paysage en mode Design.
345
Guide de référence
346
Raccourcis clavier
18. RACCOURCIS CLAVIER
18.1 ANNULER/RÉTABLIR
Ctrl-Z ou Retour arrière
Ctrl -Y ou Alt-Retour arrière
Annuler une action
Rétablir une action
18.2 TOUCHES DE FONCTION
F1
F3
F5
F6
F7
F8
F9
F10
F12
Aide
En mode Construction, désactive momentanément le magnétisme jusqu'au clic suivant
(voir Ctrl-R)
En mode Construction, la règle étant activée, bascule entre la règle levée et abaissée
En mode Construction, la règle étant activée, bascule entre la règle à guide vers le haut
et la règle à guide vers le bas
En mode Construction, la règle étant activée, déplacement de la règle en parallèle
En mode Construction, la règle étant activée, fait pivoter la règle d'un angle relatif
En mode Construction, la règle étant activée, fait pivoter la règle de 90° par rapport à la
position actuelle
En mode Construction, la règle étant activée, positionne la règle à l'horizontale
Basculer entre le mode Construction et le mode Design.
18.3 TOUCHES DE FONCTION SUPPLÉMENTAIRES
F11
En mode Construction, permet de sélectionner la pièce dans laquelle se trouve
actuellement le pointeur de la souris et d'ouvrir la boîte de dialogue Pièce.
18.4 ZOOM ET DÉPLACEMENT
Les touches suivantes sont les touches de votre pavé numérique (bloc de chiffres sur la partie
droite du clavier). Assurez-vous que la fonction VerrNum du clavier est activée.
Touche 0
équivaut à la fonction Montrer tout
Touche 1
déplace l'extrait de l'image vers le bas et la gauche
Touche 2
déplace l'extrait de l'image vers le bas
Touche 3
déplace l'extrait de l'image vers le bas et la droite
Touche 4
déplace l'extrait de l'image vers la gauche
Touche 6
déplace l'extrait de l'image vers la droite
Touche 7
déplace l'extrait de l'image vers le haut et la gauche
Touche 8
déplace l'extrait de l'image vers le haut
Touche 9
déplace l'extrait de l'image vers le haut et la droite
Touche +
agrandissement centré sur le milieu de l'image
Touche réduction centrée sur le milieu de l'image
347
Guide de référence
Touche *
Agrandissement centré sur la position actuelle du pointeur de la souris
Touche /
Réduction centrée sur la position actuelle du pointeur de la souris
Les raccourcis clavier Ctrl++, Ctrl+- , Ctrl+*, Ctrl+/ (+, - , * et / du clavier ordinaire) jouent le
même rôle que les touches +, - , * et / du pavé numérique.
18.5 TOUCHES FLÉCHÉES
Dans les champs de saisie des boîtes de dialogue
Flèche haut
Augmenter la valeur de 1
Flèche bas
Réduire la valeur de 1
PagePréc
Augmenter la valeur de 10
PageSuiv
Réduire la valeur de 10
Dans toutes les vues, en mode Construction et en mode Design, exception faite de la vue en
perspective, les touches fléchées ont la même fonction que les touches 4, 8, 2 et 6 du pavé
numérique
Dans la vue en perspective, les touches fléchées correspondent aux quatre directions du bouton
.
18.6 COMBINAISONS SPÉCIALES EN MODE CONSTRUCTION
Ctrl-C
Ctrl-X
Ctrl-V
Ctrl-W
copie les éléments de construction sélectionnés dans le Presse-papiers
coupe les éléments de construction sélectionnés
colle un élément de construction à partir du Presse-papiers
changement du point de référence des éléments lors de leur positionnement
(axe, face gauche ou face droite d'un mur par exemple).
déplacement des polygones : activation des différents sommets du polygone
"sous" la souris.
Ctrl-Q
changement du point de référence au départ du tracé d'un mur : axe du mur,
face gauche ou face droite.
déplacement des polygones : activation des différents sommets du polygone
"sous" la souris.
Ctrl-E
identique à Ctrl+Q mais pour la fin du mur.
déplacement des polygones : activation des différents sommets du polygone
"sous" la souris.
Ctrl-F
sélection du point magnétique suivant.
Ctrl-R
en mode Construction, désactivation temporaire de la grille angulaire
jusqu'au prochain clic.
Ctrl-Espace
activation de la boîte de dialogue Magnétisme, voir page 73.
Clic droit 2e point Fixer l'orientation
18.7 FONCTIONS SPÉCIALES DES TOUCHES CTRL ET MAJ
Ctrl
• Évite l'affichage de certaines boîtes de dialogue en mode Construction
• Possibilités supplémentaires lors du déplacement de murs
348
Raccourcis clavier
• Lors du déplacement d'objets en mode Design : Détection des collisions
• Lors d'une visite en mode Design : accélération x 4
Maj
• Lors de la mise en place d'élément en mode Construction : Possibilités supplémentaires
• Lors d'une visite en mode Design : accélération x 4
• Sélection de plusieurs objets
Ctrl+Maj
• Lors d'une visite en mode Design : accélération x 16
18.8 VISIBILITÉ
En mode Construction et en mode Design, vous pouvez changer l'affichage des étages et des
bâtiments à l'aide des touches suivantes :
Ctrl+G
visibilité des étages : permet de basculer entre Étage actuel, Tous les étages et
Étage actuel+Étages sélectionnés .
Ctrl+B
visibilité des bâtiments : permet de basculer entre Bâtiment actuel, Tous les
bâtiments et Bâtiment actuel+Bâtiments sélectionnés (voir page 54).
Pour ces deux raccourcis, l'utilisation de la touche Alt en complément de la touche Ctrl permet de
basculer directement vers Étage actuel ou Bâtiment actuel. Si vous êtes déjà dans ce mode
d'affichage, vous basculez vers l'étage ou le bâtiment suivant.
Remarque : Vous pouvez également gérer la visibilité des étages et des bâtiments à l'aide de
l'outil Gestionnaire de projets. Pour plus d'informations, consultez la page 316.
349
Guide de référence
350
Index
Index
Définir le premier bâtiment d'un projet . 53
Éléments ................................................ 53
Enregistrer les bâtiments visibles .......... 59
Faire pivoter le bâtiment actuel ............. 56
modifier le bâtiment actuel .................... 55
relations ................................................. 53
Rendre les bâtiments (in)visibles........... 54
Supprimer le bâtiment actuel ................. 55
Symétrie du bâtiment............................. 55
boîte de dialogue Balcons ....................... 140
Boutons ................................................. 4; 12
Propriétés................................................. 4
Boutons de Variantes .................................. 2
Boutons de Variantes et Commandes.......... 2
A
Afficher une section du plan ....................... 6
Agrandir ................................................ 6; 41
Agrandir l'affichage..................................... 6
Aides à la construction .............................. 65
grille....................................................... 83
Lignes d'aide.......................................... 88
Règle...................................................... 85
ajouter un plan scanné............................. 325
aligner ..................................................... 261
Allumer/éteindre l'éclairage .................... 261
Aménagement des pièces .......................... 60
Angle de vue de l’arrière-plan ................ 214
arrière-plan .............................................. 212
Angle de vue de l’image...................... 214
couleur ................................................. 213
Horizon de l'image............................... 214
image ................................................... 213
Image animée....................................... 214
Ascenceur................................................ 231
Assistant de plan ....................................... 13
Assistant de projet ..................................... 13
C
Cadrage de la feuille.................................... 6
calcul d’éclairage et d’ombrage .............. 221
Cartouche ................................................ 332
édition avancée .................................... 332
Cartouches supplémentaires.................... 333
Catalogue ................................................ 266
Catalogue d'objets et textures.................. 266
Contenu................................................ 269
matériaux ............................................. 274
objets ................................................... 269
Textures ............................................... 271
Charpente
rendre (in)visible ................................. 145
Conduits de fumée................................... 142
Définir le type...................................... 142
déplacer................................................ 142
placer ................................................... 142
propriétés ............................................. 143
supprimer............................................. 142
Contrôle des collisions ............................ 251
copie
objets ................................................... 257
Copie
B
Balcons.................................................... 140
Barre de menus............................................ 3
Barre d'outils ............................................... 3
en mode Construction............................ 14
en mode Design ............................. 15; 209
horizontale ......................................... 3; 26
Barre d'outils verticale de droite ................. 4
Barre d'outils verticale de gauche ............... 4
Base de données
L’utilisation des filtres
267
Bâtiments .................................................. 52
Charger un bâtiment .............................. 58
créer un nouveau bâtiment..................... 55
I
Guide de référence
Déplacement de point de vue ..................234
Disposition de l'interface .............................3
multiple..................................................80
Cotation ...................................................195
afficher/masquer ..................................195
chaînée .................................................195
Choisir un type de cotation ..................195
Cotation simple....................................195
de fenêtres et de portes ........................196
Déplacer la ligne de cotation ...............196
Éditer ...................................................195
Options.................................................197
supprimer .............................................197
Cotation simple........................................195
Cotations extérieures automatiques.........199
cote .......................................... Voir Cotation
Couleurs ............................. Voir arrière-plan
Coupes
modifier ...............................................202
supprimer .............................................202
Coupes
paramètres............................................202
Coupes.....................................................201
Actualisation lors des modifications....206
Affichage en mode Construction .........206
affichage en mode Design ...................207
Afficher et masquer .............................202
Déplacer une coupe..............................207
Échelle .................................................205
en mode Design ...........................210; 211
étages et bâtiments...............................204
Fenêtre de coupe ..................................205
propriétés .............................................202
Réaliser une coupe horizontale ............201
Réaliser une coupe quelconque ...........202
Réaliser une coupe verticale ................202
Saisies dans la fenêtre de coupe...........207
Créer des évidements de mur ..................119
Créer une copie à l'enregistrement ............34
E
Effets sonores ..............................................7
Éléments de construction en mode Design253
éléments sélectionnés
modifier / transférer les propriétés .........78
Enregistrer
Bâtiments enregistrer .............................59
commandes ............................................32
des objets .............................................238
Options...................................................32
Escalier ....................................................123
Escalier deux quarts tournants avec palier124
Escalier deux quarts tournants sans palier125
Escalier droit............................................123
Escalier hélicoïdal ...................................126
Escalier un quart tournant rayonnant.......125
Escaliers...................................................123
Définir le type d'escalier ......................123
Deux quarts tournants avec palier........124
deux quarts tournants sans palier .........125
Droit.....................................................123
éditer une trémie ..................................129
Hélicoïdal.............................................126
Légende................................................127
Paramètres............................................129
Pour parterre surélevé ..........................131
Rampe d'accès......................................127
supprimer .............................................128
Symbolisation ........................................69
tracer ....................................................123
Un quart tournant avec palier...............123
Un quart tournant rayonnant ................125
Un quart tournant sans palier ...............124
Étages ........................................................44
Étages
ajouter (au-dessus/au-dessous) ..............47
Définir le premier étage d'un projet .......44
données de l'étage ..................................48
éléments .................................................44
magnétisme des étages visibles..............74
Modifier la hauteur de l'étage ................50
Modifier l'étage actuel ...........................50
D
Dalles de balcon ......................................136
Materiau...............................................133
propriétés .............................................136
tracer ....................................................136
Définir la luminosité................................228
Définition des fenêtres de toit .................254
II
Index
grille .......................................................... 83
Grille
afficher/masquer .................................... 83
Options .................................................. 84
Groupes
des objets ............................................. 256
Dissocier .............................................. 257
d'objets................................................. 249
Groupes d'objets .............................. 249; 256
aligner .................................................. 261
constituer ............................................. 249
copier ................................................... 257
déplacer................................................ 236
déplacer avec contrôle des collisions... 251
Dissocier .............................................. 257
enregistrer ............................................ 250
Faire pivoter autour d'un axe libre ....... 258
nommer................................................ 251
ouvrir ................................................... 250
placer ................................................... 234
propriétés ............................................. 250
sélectionner.................................. 236; 252
Sélectionner tout .................................. 256
supprimer............................................. 257
symétrie ............................................... 260
relations ................................................. 45
rendre visibles........................................ 46
reprise d'éléments .................................. 50
Supprimer l'étage actuel ........................ 51
Évidement de terrain
modifier ............................................... 185
supprimer............................................. 186
tracer.................................................... 184
Évidements de mur
insérer .................................................. 134
Évidements de murs ................................ 134
Modifier............................................... 134
Évidements de terrain du terrain ............. 183
F
Fenêtre d'aperçu .......................................... 7
Fenêtre d'aperçu 3D en mode Construction65
Fenêtres ................................................... 113
cotation ................................................ 196
Définir le type de fenêtre ..................... 113
déplacer ............................................... 122
déplacer en mode Design..................... 255
Hauteur d'allège ................................... 115
insérer en mode Design ....................... 255
Paramétrables ...................................... 118
Paramètres ........................................... 116
Paramètres de la fenêtre....................... 115
Paramètres des fenêtres standard ......... 121
placer ................................................... 114
supprimer............................................. 122
supprimer en mode Design .................. 255
Symbolisation ........................................ 68
Fenêtres d'aperçu à l'ouverture de projets . 30
Fenêtres de toit ........................................ 179
déplacer en mode Design..................... 255
insérer en mode Design ....................... 255
Propriétés............................................. 180
supprimer en mode Design .................. 255
Filaire ...................................................... 217
Flèche d'orientation ................................... 92
H
Horizon de l'arrière-plan ......................... 214
I
Image de premier plan............................. 215
définir et aligner .................................. 216
impression ................................................. 34
imprimer.................................................... 34
Paramètres d'impression ........................ 35
Insertion
avec la souris ........................................... 5
Installation................................................... 1
J
G
Joystick.................................................... 227
Gestionnaire de projets............................ 315
III
Guide de référence
lucarne en berceau ...............................179
Lucarne trapézoïdale............................176
pignon de Dantzig................................177
toit en demi-croupe ..............................177
Lumière de la vue à heures variables
définir...................................................230
Luminosité...............................................218
Luminosité de la vue à heure variable .....228
L-Wendeltreppe.......................................124
L
Lampes
allumer/éteindre ...................................261
Légendes .................................................193
afficher/masquer ..................................194
déplacer................................................194
Insérer un texte ....................................194
supprimer .............................................194
Lift.............................................................21
Lignes d'aide........................................14; 88
afficher/masquer ....................................89
définir.....................................................89
Définir le type de lignes.........................92
Magnétisme sur......................................73
placer .....................................................89
supprimer ...............................................91
Loupe.........................................................41
Lucarne à croupe .....................................177
Lucarne à deux pans (jacobine).......174; 177
Lucarne à toit bombé...............................178
lucarne en berceau ...................................179
Lucarne rampante ....................................174
Lucarne trapézoïdale ...............................176
Lucarne triangulaire ................................175
Lucarnes ..................................................168
Charpente.............................................168
Couverture transparente.......................172
Définir le type de lucarne ....................169
fenêtre ..................................................172
Hauteurs...............................................173
Importer les propriétés de la toiture .....173
Liaison au plafond de la pièce .............173
Lucarne à deux pans (jacobine) ...........174
Lucarne rampante ................................174
Lucarne rapportée ................................173
Lucarne triangulaire.............................175
pignon de Dantzig................................175
propriétés .............................................171
supprimer .............................................171
Texture.................................................174
tracer ....................................................169
Lucarnes complexes
Lucarne à croup ...................................177
lucarne à deux pans (jacobine) ............177
Lucarne à toit bombé ...........................178
M
Magnétisme ...............................................72
Définir les éléments magnétiques ..........73
Définir l'étendue.....................................73
Matériaux
Catalogue .............................................266
Chemin d'accès ......................................24
mesures.................................... Voir Cotation
Mise en place des pièces............................60
Mobilier
afficher/masquer ..................................209
mode Aménagement
modifier les pièces .................................62
pièces prédéfinies...................................63
types de pièces .......................................61
Mode Aménagement .................................60
outils ......................................................60
Principes ................................................60
mode Construction
Fenêtre d'aperçu 3D ...............................65
Mode Construction ................................5; 65
Barre d'outils..........................................14
insérer des éléments de construction14; 93
Mode d'affichage Normal ........................6
Mode d'affichage Page.............................6
Objets dans.............................................75
outils ......................................................65
passer en mode Design ..........................13
présentation............................................13
vues ........................................................14
Mode d'affichage Normal ............................6
Mode d'affichage Page ................................6
Mode Design .......................................5; 209
Barre d'outils..........................................15
déplacer des fenêtres ............................255
IV
Index
Catalogue............................................. 266
charger ................................................... 15
Chemin d'accès ...................................... 23
comportement ........................................ 16
copier ................................................... 257
créer un groupe d'objets....................... 256
Définir la hauteur................................... 16
déplacer.......................................... 17; 236
déplacer avec contrôle des collisions... 251
Dissocier des objets ............................. 257
enregistrer ............................................ 238
Faire pivoter autour d'un axe libre ....... 258
grouper.................... Voir Groupes d'objets
ouvrir ...........................234; 235; 236; 238
placer ................................................... 234
positionner ............................................. 16
Préférences Déplacements 3D ............... 25
propriétés ............................................. 240
sélectionner............................17; 236; 252
Sélectionner tout .................................. 256
supprimer............................................. 257
symétrie ............................................... 260
Objets en mode Construction
mettre en place....................................... 75
Objets en mode Construction .................... 75
Observer sous divers angles ...................... 21
origine ....................................................... 83
placer l'origine de la grille ..................... 83
placer l'origine des coordonnées............ 83
outil de cotation....................................... 208
Outils d'édition des murs........................... 98
déplacer des fenêtres de toit ................ 255
Déplacer des portes.............................. 255
Éléments de construction..................... 253
Éléments de construction..................... 255
insérer des fenêtres .............................. 255
insérer des fenêtres de toit ................... 255
insérer des portes ................................. 254
présentation ........................................... 15
supprimer des fenêtres ......................... 255
supprimer des fenêtres de toit.............. 255
Supprimer une porte ............................ 255
types d'affichage ............................ 18; 217
vues...................................................... 209
modèles topographiques.......................... 190
Modes d'affichage
en mode Construction.............................. 6
Modifier / Transférer les propriétés
d'éléments sélectionnés.......................... 78
muret ....................................................... 107
tracer.................................................... 108
Murs .......................................................... 93
Ajuster ................................................. 100
Définir le type de mur............................ 94
déplacer ............................................... 101
Déplacer l'extrémité d'un mur................ 99
Diviser un mur....................................... 99
Diviser un mur en sections égales ....... 100
Étirer.................................................... 100
Modifier un mur .................................... 98
Outils d'édition des murs ....................... 98
placer ..................................................... 97
propriétés ............................................. 102
Raccorder deux murs ........................... 100
supprimer............................................. 102
Symbolisation .................................. 66; 68
traits de couleur ................................... 103
P
Paramètres .......................... Voir Préférences
Paysage
propriétés ............................................. 186
Personnalisation des dimensions des textures
................................................................. 9
pignon de Dantzig ........................... 175; 177
pipette...................................................... 262
pivoter ..................................................... 258
Annuler la rotation............................... 260
avec angle défini.................................. 259
Rotation libre ....................................... 260
rotation libre autour d’un axe .............. 259
N
Niveaux ....................................................... 5
O
Objets
aligner.................................................. 261
V
Guide de référence
placer l'origine de la grille .........................83
placer l'origine des coordonnées ...............83
Plafonds
Matériau...............................................133
propriétés .............................................133
Plan
déplacer des sections..............................80
Point d'altimétrie
insérer ..........................................185; 190
modifier ...............................................185
supprimer .............................................186
Point de vue.............................................232
Points d'altimétrie....................................183
Portes.......................................................109
cotation ................................................196
Définir le type de porte ........................109
déplacer................................................112
Déplacer en mode Design ....................255
insérer en mode Design .......................254
placer ...................................................110
propriétés .............................................110
supprimer .............................................113
supprimer en mode Design ..................255
Symbolisation ........................................68
Position de la cotation lors de la saisie......76
Position de l'observateur..................232; 234
Position du soleil .....................................228
Animer le soleil et la lune ....................230
Date et heure locales ............................229
Localisation de l'observateur ...............229
poteaux ....................................................142
Définir le type ......................................142
déplacer................................................142
placer ...................................................142
propriétés .............................................144
supprimer .............................................142
poutre.......................................................107
tracer ....................................................108
Préférences ................................................21
Chemin d'accès aux matériaux...............24
Chemin d'accès aux objets .....................23
Chemin d'accès aux textures ..................23
Déplacements 3D d'objets......................25
Limiter le nombre de polygones utilisés
pour la visite.......................................24
Nombre de couleurs d'un pixel 3D ........22
Observer le projet ..................................25
Représentation des images lors des
déplacements ......................................24
Textures .................................................22
Prendre l'ascenceur ............................21; 231
programme
installer ....................................................1
Modes de travail.......................................5
Projets
enregistrer ..............................................32
fermer.....................................................34
nouveau..................................................28
observer sous divers angles............21; 234
Options de projet....................................29
ouvrir .....................................................30
Propriétés du projet................................30
visite...............................................20; 225
Propriétés du projet ...................................30
R
Raccourcis clavier
copier, couper, coller ...............................6
en mode Construction ..........................347
rendre (in)visible..................................348
Touche Ctrl ......................................5; 347
Touche Maj ......................................5; 348
touches fléchées ...................................347
Zoom....................................................346
Rampe d'accès .........................................127
Raytracing ...............................................218
avec éclairage activé et désactivé.........220
Imprimer et enregistrer des images......220
Paramètres............................................219
Réduire ..................................................6; 41
Réduire le nombre de couleurs ................262
Règle....................................................14; 85
afficher/masquer ....................................85
Déplacement parallèle............................88
déplacer..................................................85
Graduation vers le bas/le haut................87
horizontale .............................................88
Paramètres..............................................86
pivoter ....................................................88
relever ....................................................87
Tabulations ............................................86
VI
Index
Représentation architecturale .................. 198
Représentation architecturale .................... 66
afficher/masquer .................................... 66
escaliers ................................................. 69
fenêtres .................................................. 68
murs ....................................................... 68
portes ..................................................... 68
Représentation architecturale Toitures..... 70
S
Sélection
cadre de sélection ................................ 252
éléments en mode Construction............. 76
multiple en mode Construction.............. 77
tous les objets ou groupes d'objets ...... 256
Sélectionner
des objets ou groupes d'objets17; 236; 252
Sols
Matériau............................................... 133
propriétés ............................................. 133
Sonnenstand berücksichtigen .................. 228
souris ....................................................... 227
Spacemouse............................................. 227
Storyboard............................................... 280
barre d'outils ........................................ 281
Menus contextuels ............................... 285
Présentation Générale .......................... 280
Structure Elémentaire .......................... 281
SymbolisationVoir Représentation architecturale
symétrie................................................... 260
T
Terrain..................................................... 183
clôtures ........................................ 187; 188
modifier ............................................... 185
propriétés ............................................. 187
supprimer............................................. 186
tracer.................................................... 184
Terrain par défaut.................................... 182
Terrains ................................................... 181
Définir le type de terrain...................... 182
Évidements de terrain .......................... 183
Fonctions de tracé................................ 184
VII
modifier ............................................... 185
par défaut ............................................. 182
Points d'altimétrie ................................ 183
rendre (in)visible ................................. 185
supprimer............................................. 186
Terrain ................................................. 183
Zone de terrain..................................... 183
Textures
Catalogue............................................. 266
Chemin d'accès ...................................... 23
Préférences ............................................ 22
toit en demi-croupe ................................. 177
Toitures ................................................... 144
afficher/masquer les pans de toiture .... 145
Coupe horizontale de la toiture............ 158
Couverture transparente....................... 157
Dachart bestimmen .............................. 145
Définir la texture.................................. 148
définir les pans..................................... 148
Déplacer le toit en hauteur................... 160
Détails de la charpente......................... 155
Détails de la construction .................... 151
Hauteurs............................................... 157
Les boîtes de dialogue des toitures à
périmètre orthogonal ........................ 146
Modifier les paramètres par défaut ...... 158
paramètres............................................ 148
Périmètre de toiture automatique......... 147
Périmètre de toiture orthogonal ........... 147
Périmètre de toiture polygonal............. 147
Personnaliser chaque pan de toiture .... 160
rendre (in)visible ................................. 144
Sections des différents bois de
construction...................................... 156
supprimer............................................. 148
Symbolisation ........................................ 70
Toitures cintrée........................................ 162
Toitures, cintrées ..................................... 162
Trémies.................................................... 134
tracer .................................................... 134
Types d'affichage en mode Design.......... 217
En couleurs, avec textures ................... 217
En couleurs, sans textures.................... 217
Fil de fer avec arêtes cachées............... 218
Fil de fer avec faces cachées................ 217
Filaire................................................... 217
Guide de référence
Sélectionner des objets ou groupes
d'objets .............................................252
Vue en plan..............................................209
déplacer un objet..................................237
en mode Design ...................................210
placer un objet......................................234
Sélectionner des objets ou groupes
d'objets .............................................252
Vue en plan coloré...................................209
en mode Design ...................................211
placer un objet......................................235
Sélectionner des objets ou groupes
d'objets .............................................252
Vues...........................................................36
créer .......................................................40
en mode Design .............................18; 209
enregistrer ..............................................36
Options de création d'une nouvelle vue .40
Options d'enregistrement .......................37
Vues en mode Design
Vue en perspective.......................210; 211
Vue en plan ..................................209; 210
Vue en plan coloré .......................209; 211
Préférences.............................................24
U
Un niveau vers le haut/bas ................21; 231
Utilisation rapide des touches de variantes .2
V
Visite 3D ...........................................20; 225
Vue 2D ....................................................209
avancée ................................................210
Vue 3D ....................................................210
avancée ................................................211
Vue à heure variable........................227; 228
Vue à heures variables
arrière-plan...........................................212
Définir la luminosité ............................228
Lumière................................................230
Luminosité ...........................................228
Position du soleil..................................228
Vue colorée .............................................209
avancée ................................................211
Vue de jour ..............................................227
arrière-plan...........................................212
Définir la luminosité ............................228
Vue de nuit ..............................................227
arrière-plan...........................................212
Définir la luminosité ............................228
Vue en perspective ..................................210
déplacer un objet..................................237
en mode Design ...................................211
placer un objet .....................................235
Position de l'observateur et Point de vue232
Z
Zone de terrain.........................................183
clôtures.........................................187; 188
modifier................................................185
propriétés .............................................187
tracer ....................................................184
Zoom .........................................................41
Options...................................................42
Raccourcis clavier................................346
VIII
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising