Guide de prévention des risques dans le secteur de la

Guide de prévention des risques dans le secteur de la
7/02/12
14:27
Page 1
Depuis de nombreuses années, les acteurs régionaux de la prévention
(CRAMIF, ARACT, DIRECCTE, services de santé au travail...) se mobilisent
sur le secteur de la propreté, l’un des secteurs prioritaires du plan
Santé travail 2 (2011-2014). Récemment, l'Île-de-France a été retenue
par la branche professionnelle comme acteur partenaire pour un
programme d'action TMS.
Un secteur prioritaire en plein essor
En intervenant quotidiennement sur les lieux de travail, de transport,
d’habitation, de soins, de culture, de sports ou de loisirs, les professionnels de la propreté jouent un rôle social essentiel et participent
pleinement à la qualité du cadre vie et de travail.
Leurs métiers, très diversifiés, peuvent les exposer à des risques divers,
encore mal repérés et non suffisamment pris en compte ce qui, à
terme, peut avoir de grandes conséquences, tant sur leur santé que
sur les performances des entreprises. En plein essor, le secteur se développe sur son cœur de métier et s’ouvre de nouvelles perspectives
en élargissant la gamme des services offerts, eux-mêmes porteurs de
risques spécifiques.
Une démarche partenariale
Pour toutes ces raisons, et parce que la santé au travail est partie
intégrante de la réussite des entreprises, la CRAMIF, la DIRECCTE,
l’ARACT, la METRANEP, CINERGIE et cinq services de santé au travail
d’Île-de-France ont décidé d’amplifier la dynamique de prévention
engagée dans les métiers de la propreté, en Île-de-France, en lien
avec la branche professionnelle.
Ensemble, dans le cadre d’un groupe de travail régional pluridisciplinaire, ils ont mis en commun leurs connaissances, leur savoir-faire et
leur expérience. Cette démarche partenariale a abouti à la réalisation du guide «Repérer, évaluer et prévenir les risques professionnels
dans les métiers de la propreté» qui s’adresse aux cadres dirigeants et
opérationnels du secteur, et vise l’encadrement de proximité.
Un enjeu de taille
Au moment où s’allonge le temps de la carrière professionnelle, se
pose avec plus d’acuité encore la question de la santé et de l’emploi
des salariés tout au long de la vie professionnelle et la problématique
du maintien dans l’emploi, en particulier des seniors.
Ouvrir des pistes pour diminuer les risques et préserver la santé des
salariés, éviter les inaptitudes et les restrictions d’aptitude, réduire
le nombre d’accidents du travail et de maladies professionnelles,
limiter l’absentéisme, le turn-over et les arrêts de travail, prévenir la
désinsertion professionnelle, mais aussi donner à l’employeur des
clés pour répondre à ses obligations réglementaires et à ses responsabilités… tels sont les objectifs de ce travail collectif.
Agence PTC - 02 35 89 78 00 - Février 2012
CHEMISE PROPRETE?
7/02/12
14:27
Page 1
Depuis de nombreuses années, les acteurs régionaux de la prévention
(CRAMIF, ARACT, DIRECCTE, services de santé au travail...) se mobilisent
sur le secteur de la propreté, l’un des secteurs prioritaires du plan
Santé travail 2 (2011-2014). Récemment, l'Île-de-France a été retenue
par la branche professionnelle comme acteur partenaire pour un
programme d'action TMS.
Un secteur prioritaire en plein essor
En intervenant quotidiennement sur les lieux de travail, de transport,
d’habitation, de soins, de culture, de sports ou de loisirs, les professionnels de la propreté jouent un rôle social essentiel et participent
pleinement à la qualité du cadre vie et de travail.
Leurs métiers, très diversifiés, peuvent les exposer à des risques divers,
encore mal repérés et non suffisamment pris en compte ce qui, à
terme, peut avoir de grandes conséquences, tant sur leur santé que
sur les performances des entreprises. En plein essor, le secteur se développe sur son cœur de métier et s’ouvre de nouvelles perspectives
en élargissant la gamme des services offerts, eux-mêmes porteurs de
risques spécifiques.
Une démarche partenariale
Pour toutes ces raisons, et parce que la santé au travail est partie
intégrante de la réussite des entreprises, la CRAMIF, la DIRECCTE,
l’ARACT, la METRANEP, CINERGIE et cinq services de santé au travail
d’Île-de-France ont décidé d’amplifier la dynamique de prévention
engagée dans les métiers de la propreté, en Île-de-France, en lien
avec la branche professionnelle.
Ensemble, dans le cadre d’un groupe de travail régional pluridisciplinaire, ils ont mis en commun leurs connaissances, leur savoir-faire et
leur expérience. Cette démarche partenariale a abouti à la réalisation du guide «Repérer, évaluer et prévenir les risques professionnels
dans les métiers de la propreté» qui s’adresse aux cadres dirigeants et
opérationnels du secteur, et vise l’encadrement de proximité.
Un enjeu de taille
Au moment où s’allonge le temps de la carrière professionnelle, se
pose avec plus d’acuité encore la question de la santé et de l’emploi
des salariés tout au long de la vie professionnelle et la problématique
du maintien dans l’emploi, en particulier des seniors.
Ouvrir des pistes pour diminuer les risques et préserver la santé des
salariés, éviter les inaptitudes et les restrictions d’aptitude, réduire
le nombre d’accidents du travail et de maladies professionnelles,
limiter l’absentéisme, le turn-over et les arrêts de travail, prévenir la
désinsertion professionnelle, mais aussi donner à l’employeur des
clés pour répondre à ses obligations réglementaires et à ses responsabilités… tels sont les objectifs de ce travail collectif.
Agence PTC - 02 35 89 78 00 - Février 2012
CHEMISE PROPRETE?
CHEMISE PROPRETE?
7/02/12
14:27
Page 2
Guide - Mode d’emploi
Comment agir sur les risques ?
Le présent guide est destiné, en premier lieu, à l’encadrement - cadres dirigeants, opérationnels ou de proximité - du secteur de la propreté ayant en charge une équipe ou un chantier.
Conçu de façon pragmatique, il vise à apporter un éclairage sur les spécificités des risques du
métier, à apporter une aide pour le repérage et l’évaluation des risques professionnels, et
la mise à jour du Document unique. Il propose une méthode que tous les corps de métier du
secteur peuvent utiliser pour mettre en place un programme d’action de prévention qui
permettra le maintien dans l’emploi et la prévention de la désinsertion professionnelle.
Ce guide, qui peut être également très utile aux préventeurs, est composé de neuf fiches :
Fiche
1
La propreté est un secteur en plein essor, dont les métiers présentent des
caractéristiques et des spécificités à prendre en compte. La diversification
des services proposés s’accompagne de l’apparition de nouveaux risques.
La propreté :
des métiers, des risques
Fiche
2
Les risques de TMS,
troubles musculo-squelettiques
Fiche
3
– Comment repérer les risques prépondérants (risques de troubles
musculo-squelettiques, risques liés à l’utilisation de produits d’entretien,
Les risques chimiques liés à
contraintes techniques et organisationnelles, charge mentale) ?
l’utilisation des produits d’entretien
Fiche
4
Les contraintes techniques et organisationnelles • La charge mentale
– Comment mettre en place un programme d’action de prévention et
tenir à jour le Document unique ?
Fiche
5
Les risques spécifiques : l’exemple
du nettoyage en milieu de soins
Fiche
6
Le suivi médical
Fiche
7
Le suivi médical est complexe, du fait même de l’activité : multi-sites,
multi-employeurs et multi-services de santé au travail. Comment assurer
la continuité du suivi médical, notamment dans le cas d’une reprise d’un
chantier ou d’un marché ?
La propreté est un secteur où les salariés sont soumis à de nombreuses
contraintes et compte de nombreux travailleurs vieillissants. Comment
les maintenir dans l’emploi et prévenir la désinsertion professionnelle ?
Le maintien dans l’emploi &
la prévention de la désinsertion
professionnelle
Fiche
8
Différents acteurs peuvent accompagner les entreprises dans le repérage
des risques, la mise en place d’actions de prévention et le maintien dans
l’emploi. Selon la problèmatique,comment mobiliser le bon interlocuteur ?
Les acteurs de la prévention
Fiche
9
Identifier et évaluer les risques :
analyse de l’activité
L’analyse de l’activité et la connaissance du travail réel doivent permettre
de renforcer l’efficacité des préventeurs. Pour les aider, la check-list de
toutes les questions pertinentes à se poser.
Fiche
La propreté :
des métiers, des risques
En plein essor, particulièrement en Île-de-France, les métiers de la propreté
sont présents dans tous les secteurs et lieux d’activité : des plus traditionnels
(immeubles d’habitation, locaux administratifs, espaces commerciaux,
ateliers, bureaux, plates-formes de production…) jusqu’aux plus sensibles
relevant de l’ultra propreté (industries nucléaire, pharmaceutique ou agroalimentaire...). Au phénomène d’externalisation croissante des activités
de nettoyage, observé ces dernières années, s’ajoute la diversification des
services offerts par les professionnels pour mieux répondre aux attentes
de leurs clients. Ces évolutions favorisent l’émergence de nouveaux
métiers, le développement de nouvelles compétences, l’élévation des
niveaux de qualification jusqu’à la spécialisation de certains intervenants ;
elles s’accompagnent d’exigences de plus en plus importantes en
termes de confort, de santé et de sécurité.
Les enjeux de la prévention
Les risques professionnels auxquels sont exposés les salariés sont inhérents à leur métier ;
ils sont aussi liés au contexte (diversité des
lieux d’intervention, exigences croissantes
des clients, non reconnaissance du travail
accompli…) ou encore aux organisations et conditions de travail (sites
dispersés, horaires décalés, temps
partiels, cumul d’emplois…).
Dans ce secteur concurrentiel,
caractérisé par une majorité de
petites entreprises et une population salariée vieillissante, le
suivi médical est complexe du
fait même de l’activité, souvent
multi-sites, multi-employeurs
et multi-services de santé au
travail.
Tout l’enjeu du repérage, de
l’évaluation et de la prévention
des risques professionnels est
précisément de préserver la
santé des salariés, de réduire
l’absentéisme et le turn-over,
d’éviter les accidents et les maladies professionnelles, de prévenir la
désinsertion professionnelle et de
favoriser le maintien dans l’emploi.
1
La propreté :
des métiers, des risques
Démarche : plan d’action et méthodologie
Pourquoi évaluer les risques professionnels ?
Objectifs
Fiche
1
• Réduire les accidents et les maladies professionnelles, améliorer les conditions de travail pour
préserver la santé des salariés
- prévenir les maladies professionnelles multifactorielles, par exemple les troubles
musculo-squelettiques (TMS), dues à des contraintes physiques ou organisationnelles ;
- prévenir les maladies dues à des agents biologiques ou des allergènes, des agents
chimiques dangereux ou des agents cancérogènes, mutagènes, toxiques pour la
reproduction (CMR) ;
- réduire les risques liés à la coactivité.
• Améliorer le fonctionnement de l’entreprise
- réduire l’absentéisme et faciliter l’organisation des équipes ;
- diminuer les coûts liés aux dégâts matériels, aux pertes de produits, à la diminution de
la qualité du service ;
- baisser les coûts de cotisations liées aux accidents du travail et aux maladies
professionnelles et investir dans la prévention.
5) Évaluer l’efficacité des
actions et mettre à jour le
document unique
N
e
1) Mettre en place le projet
Définir les étapes, les personnes
à impliquer, le calendrier.
2) Identifier les dangers et
évaluer les risques par unité
de travail
• Déterminer les unités de travail
(métiers...) en tenant compte :
- des opérations habituelles,
occasionnelles, dysfonctionnelles ;
- des populations spécifiques
à partir de l’activité réelle des
salariés et de leur vécu.
• Se prononcer sur les conditions
d’exposition aux risques.
• Se questionner sur l’efficacité
des actions de prévention.
• Évaluer et hiérarchiser les risques.
• Formaliser les résultats.
Préparer la
démarche
w
Suivre le plan
d’actions et mettre
à jour le DU
Mettre en œuvre le
plan d’actions
4) Mettre en oeuvre et suivre
le plan d’actions
• Suivre l’avancement du plan
d’actions.
• Evaluer l’efficacité des actions
mises en place.
• Mettre à jour le document unique.
Évaluer les
risques et
rédiger le DU
Construire le
plan d’actions
3) Rechercher des pistes
de prévention et élaborer
le plan d’actions
Définir les priorités d’actions
et formaliser le plan avec
les mesures à mettre en place.
Source : Agir sur la prévention des risques professionnels : du document unique au plan d’actions
L'évaluation des risques professionnels se fait en lien avec l'entreprise utilisatrice, le donneur
d'ordre, le client. Elle se formalise dans le document unique, pour les risques liés au métier,
et le plan de prévention pour les risques liés à la coactivité et au travail isolé.
Identifier les dangers et évaluer les risques
Comment bien démarrer l’étape 2 de la démarche :
mieux connaître les risques ?
Les métiers
• Vos salariés interviennent-ils dans :
- des secteurs traditionnels (tertiaire, industriel ) ?
- des secteurs sensibles comme :
• le milieu de soins ?
• l’industrie nucléaire ?
• l’industrie pharmaceutique ?
• l’industrie agro-alimentaire ?
- des métiers associés (maintenance, conciergerie...) ?
• Vos salariés, en plus du nettoyage, font-ils des tâches associées ?
- désinfection en milieu de soins ou milieu agro-alimentaire ?
- maintenance (climatisation…) ?
- service de restauration ?
- accueil du public ?
- entretien (électricité, peinture, espaces verts, ramassage d'encombrants, de déchets...) ?
Les risques
Dans le cadre de leur activité, vos salariés peuvent-ils être exposés aux :
• risques de troubles musculo-squelettiques ?
- ont-ils des postures pénibles ? Des gestes répétitifs ?
- portent-ils des charges lourdes ?
- ont-ils les moyens (temps, matériels) d’accomplir leurs tâches ?
- sont-ils formés à l'utilisation du matériel, aux “bons gestes” ?
• risques chimiques ?
- manipulent-ils des produits d’entretien, des produits chimiques de nettoyage, des
produits de désinfection ou des produits anti-graffitis ?
- sont-ils amenés à mélanger ou transvaser des produits ?
- savent-ils lire les étiquettes ?
- disposent-ils des fiches techniques ?
• risques psychosociaux ?
- travaillent-ils en présence d'autres professionnels, de clients ?
- ont-ils des horaires atypiques (décalés, coupés, de nuit) ?
- l'organisation permet-elle de varier les tâches ?
- l’activité permet-elle le travail en équipes ?
• risques biologiques ?
- travaillent-ils en milieu de soins ?
- manipulent-ils des déchets ?
Si vous répondez “oui” à
ces différentes questions,
reportez-vous aux fiches
suivantes. Elles vous aideront à repérer les risques
et à rechercher les pistes
de prévention pour
élaborer votre plan
d’actions et préserver
la santé de vos salariés :
✒Fiche 2 - Les risques
de TMS, troubles
musculo-squelettiques.
✒Fiche 3 - Les risques
chimiques liés à
l’utilisation des produits
d’entretien.
✒Fiche 4 - Les contraintes
techniques et organisationnelles • La charge
mentale.
✒Fiche 5 - Les risques
spécifiques : l’exemple
du nettoyage en milieu
de soins.
Les salariés
• Vos salariés sont-ils souvent absents pour
accident ou maladie ?
• Se plaignent-ils de douleur, de gêne ou évoquent-ils la
pénibilité de leur travail ?
• Quels sont les moyens de suivi de la santé au travail des
agents de propreté (services de santé au travail, CHSCT,
animateurs sécurité...) ?
✒Fiche 6 - Le suivi médical
Fiche
1
• Dans vos équipes, comptez-vous des travailleurs
handicapés ? Des travailleurs vieillissants ?
• Certains de vos salariés ont-ils des restrictions d’aptitude ?
• Avez-vous aménagé des postes de travail avec votre médecin du travail, un ergonome... pour
certains de vos salariés ?
• Disposez-vous de procédures spécifiques de maintien dans l'emploi au poste de travail pour des
salariés au retour d'arrêts prolongés pour maladie ou accident ?
✒Fiche 7 - Le maintien dans l’emploi et la prévention de la désinsertion professionnelle
• Connaissez-vous votre équipe de santé au travail ? Les autres acteurs de la prévention de votre
région (ARACT, CARSAT, CRAMIF, DIRECCTE...) ?
✒Fiche 8 - Les acteurs de la prévention
• Identifier et évaluer les risques nécessite de mieux connaître l’activité des salariés et leur
travail réel. Une “check-list” a été élaborée à l’intention des préventeurs (en entreprise ou hors
entreprise).
✒Fiche 9 - Identifier et évaluer les risques : analyse de l’activité
Si vous êtes concernés, suivez le guide...
Autres risques : se poser les bonnes questions
Dans le cadre de leur activité, vos salariés
peuvent être exposés à d'autres risques :
risque routier (déplacement
d'un chantier à l'autre),
risque de chute (travail en
élévation), risque électrique,
risque de rayonnements...
Ils peuvent être amenés à intervenir
dans un environnement difficile (bruit,
poussières, vibrations...) ou de façon isolée.
Vos salariés...
• connaissent-ils les risques auxquels ils
sont exposés et les moyens de se protéger ?
CRÉDITS PHOTOS :
ACMS/J.-F. Lange, CMIE/Agence Axe
Partner Shutterstock, FEP, Fotolia,
Hôpital Tenon (GHHU Paris Est).
• respectent-ils les procédures ?
• ont-ils à leur disposition des équipements
adaptés à leur activité : gants , casque,
masque, harnais, chaussures ?
• sont-ils formés aux moyens de prévention ?
• les nouveaux embauchés et les salariés
qui changent de site bénéficient-ils d'une
formation particulière ?
• en cas d’accident, des procédures
d’urgence sont-elles mises en place ?
• l’entreprise dispose-t-elle d’une
personne en charge de la sécurité ? D’un
CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et
des conditions de travail) ?
Fiche
Les risques de TMS,
troubles musculo-squelettiques
2
Depuis de nombreuses années, les acteurs régionaux de la prévention se
mobilisent sur le sujet des TMS. Récemment, l’Île-de-France a été retenue
par la branche professionnelle pour participer à un programme d’action
TMS. Les métiers de la propreté sont, en effet, parmi les activités les plus
touchées par ce type de risque qui concerne de nombreux postes de travail
occupés par les agents de service dans tous types de lieux de travail :
immeubles, bureaux, hôtels, établissements de soins, espaces publics (rues,
trains, gares, aéroports…).
Ces douleurs invalidantes qui affectent l’épaule, le coude, le poignet ou le
dos peuvent être occasionnées par la combinaison de plusieurs facteurs :
gestes répétés, postures contraignantes, matériel mal adapté
ou mal utilisé, défaut d’organisation, stress lié à
des contraintes de temps ou une charge de
travail excessive.
Les TMS ne doivent pas être négligés car ils
peuvent avoir des conséquences graves :
handicap à vie, inaptitude, difficulté de
maintien dans l’emploi, désinsertion ou
exclusion professionnelle.
Le risque qui existe potentiellement
sur chaque poste de travail doit
pouvoir être repéré, évalué et des
mesures de prévention mises
en œuvre.
Prévention des tms : la profession mobilisée
Dans le secteur de la propreté, 97% des maladies professionnelles sont des TMS.
Par ailleurs, plus de 50% des effectifs ont plus de 40 ans, cette part étant en
augmentation avec, pour conséquence, un risque accru de TMS.
Prenant la mesure des enjeux, la FEP (Fédération des Entreprises de Propreté) met
en œuvre un programme TMS adapté aux exigences du secteur en y associant les
partenaires prévention (CNAM , ANACT, INRS, DIRECCTE, CRAMIF, CARSAT, ARACT,
services de santé au travail...).
Objectifs :
• développer la performance globale de l’entreprise en inscrivant la santé des salariés
dans l’organisation du travail et en lui donnant une dimension économique.
• accompagner les entreprises dans l’acquisition d’une compétence de prévention,
notamment en formant, en interne, un animateur prévention mais également les chefs
d’équipe et les agents de service.
• mieux faire connaître les partenaires prévention qui sont des appuis potentiels aux
entreprises et inscrire ainsi les démarches dans la pluridisciplinarité.
• mener des actions de sensibilisation auprès de donneurs d’ordre et de concepteurs
de bâtiments.
* Les TMS sont des
pathologies multifactorielles résultant
de l’hypersollicitation des
articulations. Ils peuvent
concerner les membres
supérieurs, le dos ou les
membres inférieurs.
Les plus fréquents sont le
syndrome du canal carpien,
les tendinites (épaules,
coudes…) et les atteintes
du rachis (lombalgies…).
En France, ils constituent
la première cause de
reconnaissance de maladie
professionnelle.
Les risques de TMS
troubles musculo-squelettiques
Identifier les dangers et évaluer les risques
Votre entreprise est-elle
concernée par le risque
TMS ?
Fiche
2
Pour le savoir :
• Repérez les situations
à risques, c’est-à-dire les
situations pour lesquelles
vos salariés :
Monsieur Pala est souvent
absent ces derniers temps. C’est
peut-être à cause des douleurs à
l’épaule dont il parlait ?
L’intérimaire
’intérimaire
de l’été dernier
nier
ne souhaite pas
revenir ?
Madame Longaré ne peut
plus tenir son poste après
son opération du poignet :
quel poste lui confier ?
Monsieur
Rapidavan n’arrive
plus à tenir la
cadence ?
Madame Bonsens me dit
que la nouvelle machine est
«mal foutue» !
- sont amenés à travailler fléchis
en avant ou bras en l’air, avec
torsion du tronc, en position
agenouillée ;
- maintiennent la même posture
de façon prolongée ;
- réalisent des gestes répétitifs
(sollicitant les mêmes muscles)
ou des gestes de précision, de pince
avec les doigts ;
- exercent des efforts de poussée et/ou de traction ;
- portent des charges lourdes de manière répétée, avec ou sans déplacement.
• Interrogez-vous sur le vécu et le ressenti de vos salariés :
- quelles sont les tâches les plus contraignantes ou estimées les plus dures par vos salariés ?
- celles qu’ils aiment le moins faire ? Celles qu’ils préfèrent ?
- vos équipes se plaignent-elles du matériel, de l’organisation, des installations… ?
• Interrogez-vous sur la santé de vos salariés :
- se plaignent-ils de douleurs, de raideur, de maladresse et/ou de perte de force ?
- leurs douleurs sont-elles situées dans le dos, une épaule, un coude, un poignet, un genou… ?
- le médecin du travail, le CHSCT, les représentants du personnel vous ont-ils fait part de plaintes ?
• Étudiez vos indicateurs sociaux :
- à quelles situations sont associés les accidents du travail et maladies professionnelles enregistrés
pour problèmes de dos ou d’articulations ?
- votre effectif compte-t-il des salariés avec restrictions médicales au port de charges ?
- présentez-vous un taux d’absentéisme important ? Un fort turn-over ?
• Interrogez-vous sur les situations de travail :
- qu’avez-vous appris en suivant deux ou trois de vos salariés sur le terrain ? Modes de gestion des
aléas, savoir-faire particuliers… ?
- connaissez-vous les causes (outils, espaces, organisation…) des difficultés rencontrées par votre
personnel ?
L'évaluation des risques professionnels se fait en lien avec l'entreprise utilisatrice, le donneur
d'ordre, le client. Elle se formalise dans le document unique, pour les risques liés au métier,
et le plan de prévention pour les risques liés à la coactivité et au travail isolé.
Agir : rechercher des pistes de prévention et élaborer un plan d’action
Pour prévenir les risques de TMS, il faut en connaître les causes.
Avez-vous pensé à :
O r g a n i s at i o n d u t r a v a i l
Gestion du travail
• Organiser le travail de manière à limiter la manutention et les déplacements.
• Préparer le chantier :
- vérifier le matériel nécessaire, organiser son rangement (dans les locaux et les
véhicules) ;
- prendre en compte l’agencement, la nature, la surface, l’accessibilité,
l’encombrement des locaux...
• Favoriser la polyvalence afin de pallier les absences et diversifier la gestuelle.
• Alterner les chantiers difficiles (aux contraintes fortes) et les plus faciles, les
chantiers longs (pour lesquels les salariés ont le temps de prendre leurs repères)
et les plus courts.
• Éviter le travail isolé et privilégier le travail en équipe.
Horaires de travail
• Favoriser les plannings où les amplitudes journalières de travail et les coupures
sont peu importantes.
• Privilégier, dans la mesure du possible, le travail en journée.
Charge de travail et pauses
• Veiller à équilibrer la charge de travail, le délai de réalisation et les effectifs.
• Prévoir des pauses permettant aux salariés de récupérer, sachant que les
courtes pauses fréquentes sont préférables à de longues pauses plus rares.
Gestion des déplacements
• Intégrer le temps suffisant dans les plannings pour les déplacements
professionnels entre deux clients.
Reconnaissance du travail réalisé
• Valoriser et faire respecter le travail effectué.
• Privilégier l’attribution individuelle d’un matériel, de manière à valoriser
et responsabiliser la fonction.
• Favoriser les échanges entre opérateurs, commerciaux et responsables,
de manière à ce que chacun prenne la mesure des
exigences professionnelles de son
collègue.
Participation des salariés à la vie
de l’entreprise
• Impliquer les salariés dans la réflexion
sur le projet d’entreprise.
• Prendre en compte les remarques
et suggestions d’amélioration
formulées par l’ensemble des
niveaux hiérarchiques.
Procédures et
consignes
Organisation de
la production
Ambiance de
travail
Conception de postes
et d'espaces de travail
Sensibilité individuelle (âge,
sexe, santé)
Contraintes
biomécaniques
Gestion des
flux
Quelles sont
les causes
des TMS ?
Management : autonomie,
reconnaissance du travail,
concertation
TMS
Ambiances
physiques
(vibrations, froid)
Formation du
personnel
Gestion des
parcours
professionnels
Caractéristiques
des locaux
Stress et autres
aspects
psychosociaux
Choix des
outils
Caractéristiques
des produits
Organisation des temps
de travail (horaires,
pauses)
Mode de rémunération
(rendement, primes)
Formation
• Prévoir, pour tout nouvel équipement, un temps suffisant de formation avec mise en pratique.
• Sensibiliser le personnel au risque TMS et aux points clés du geste professionnel (encourager
le recours au point d’appui lors des flexions…).
A noter : la FEP développe un dispositif formation-action ciblé vers le dirigeant, l’animateur préventionréférent, les chefs d’équipe et agents de service. La préparation au Certificat prévention secours valide deux
compétences : PRAP (prévention des risques liés à l’activité physique) et SST (sauveteur et secouriste du travail).
Fiche
2
E s p a c e s d e t r a v a i l (dialogue avec le client, établissement du plan de prévention)
Gestion des locaux et du mobilier à disposition du personnel
• Prévoir des locaux de stockage en nombre suffisant et à niveau.
• Limiter la profondeur de prise (étagères de rangement…).
• Organiser le stockage en tenant compte du poids des récipients ; les produits les plus lourds
ne devant pas être stockés sur les étagères les plus hautes (pour éviter de faire des efforts, bras
en l’air) ni sur le sol (pour éviter de se courber avec des charges).
• Permettre l’utilisation des équipements en place (ascenseur, monte charge, conduits de
linge…).
• Limiter les différences de niveaux et les obstacles (marches, câbles…) par l’intermédiaire de
plans inclinés, de portes automatiques…
• Identifier, dans les locaux, les contraintes d’aménagement (points d’eau, prises de courant,
lieux de stockage…) et les présenter au client, dans l’optique d’améliorer la situation.
Nature et état du sol
• Choisir le matériel (aspirateurs, chariots…) en fonction de la nature des sols (tapis, moquette…).
• Veiller au bon état des sols (régularité des surfaces…) pour les déplacements de matériels sur
roulettes.
Environnement physique de travail
• Vérifier les niveaux d’éclairement dans les espaces de travail.
• Veiller aux bonnes conditions de température.
O u t i l s , m at é r i e l s e t p r o d u i t s u t i l i s é s
Des outils limitant les efforts physiques et le port de charges
• Intégrer, dès la conception de nouveaux espaces, des équipements facilitant le travail (aspiration
centralisée, conduits pour l’évacuation du linge sale…).
• Privilégier des outils légers et maniables, des outils électriques.
• Installer des pompes et centrales de dilution pour éviter la manipulation des bidons de produits
d’entretien.
• Fournir des chariots adaptés au travail (avec possibilité d’y installer tout le matériel nécessaire).
• Prévoir, sur les chariots, des roulettes pivotantes adaptées aux caractéristiques des sols.
Des outils limitant les sollicitations gestuelles et posturales
• Réduire les contraintes au niveau des membres supérieurs (par exemple, pour limiter les torsions
des poignets, remplacer l’essorage de la serpillière à la main par un système de presse).
• Prendre garde à l’encombrement des outils, au bruit, aux difficultés de déplacement… et privilégier
des matériels facilitant leur utilisation et la prise manuelle (longueur, forme et taille de la poignée).
• Favoriser le travail "à hauteur" (ex : chariots à fond remontant, lève-lits, pelles à manche long…).
• Prévoir des accessoires adaptés (manches télescopiques, buses particulières…) sur les matériels
pour éliminer, en particulier, le travail bras en l’air et limiter les postures contraignantes.
La mise à disposition des outils
• Veiller à ce qu’il y ait le matériel en nombre suffisant et qu’il soit d’un accès facile et rapide.
L’entretien et la maintenance du matériel
• Maintenir le matériel en bon état.
• Prévoir une organisation précise pour l’entretien et le renouvellement régulier du matériel
(personne dédiée compétente, fréquence de révision…).
CRÉDITS PHOTOS :
ACMS/J.-F. Lange, CMIE/Agence Axe
Partner Shutterstock, FEP, Fotolia,
Hôpital Tenon (GHHU Paris Est).
Fiche
Les risques chimiques
liés à l’utilisation des
produits d’entretien
Les métiers de la propreté utilisent de nombreux produits : décapants,
détartrants, détergents, dégraissants, désinfectants et autres. Tous,
y compris les produits écolabellisés, peuvent contenir des substances
chimiques potentiellement dangereuses. Ces différents produits peuvent
présenter des risques pour la santé (irritations, brûlures, allergies, intoxication, gêne respiratoire) et peuvent être à l’origine de problèmes graves :
- immédiats, avec un temps d’exposition unique et très court (accidents
du travail) ;
- ou avec des expositions répétées à des doses qui peuvent être faibles
(maladies professionnelles) : dans ce cas, les effets sur
la santé peuvent être différés dans le temps
(allergies, cancers).
Il ne faut pas oublier les risques
d’incendie et d’explosion, liés
à la manipulation de produits inflammables sous
pression, et les risques
pour l’environnement
(effets néfastes sur la
faune, la flore ou la
couche d’ozone).
D’où l’importance
du repérage, de
l’évaluation et de
la prévention des
risques chimiques.
3
Les risques chimiques liés
à l’utilisation des produits d’entretien
Identifier les dangers et évaluer les risques
• Vos salariés utilisent-ils des produits d’entretien ou des produits chimiques de nettoyage ?
Détergents
Désinfectants
Dégraissants
Décapants
Désodorisants
Détartrants
Désincrustants
Lessives
Cires
Lave-vitres
Produits pour la désinsectisation, le nettoyage des colles, l’élimination des graffitis
Autres...e :
• Sont-ils en contact de façon fréquente avec ces produits ?
• Ces produits peuvent-ils être inhalés ?
Fiche
3
- par évaporation ?
- par aérosol (produits en bombe, en spray) ?
• Vos salariés peuvent-ils avoir un contact cutané avec ces différents produits ?
Doivent-ils les reconditionner ?
Les mélanger ?
Les transvaser ?
• Comment ces produits sont-ils appliqués ?
- par pulvérisation ?
- dans des espaces confinés : ascenseur, cage d’escalier ?
- dans des locaux insuffisamment ventilés ?
• Ces produits sont-ils stockés en respectant les règles d’incompatibilité ?
Avec des bacs de rétention ?
• Savez-vous quelles sont les quantités de produits utilisées ?
• Des équipements de protection individuelle (EPI) sont-ils mis
à la disposition des salariés ?
Gants, lunettes, appareils de protection respiratoire, vêtements de travail (blouses, surblouses)...
- sont-ils adaptés, résistants aux produits, portés, renouvelés et stockés de façon adaptée ?
- ces équipements et vêtements de travail bénéficient-ils d’un entretien régulier ?
- les salariés sont-ils formés à leur utilisation ?
• Y a-t-il une procédure à suivre lors de l’arrivée d’un nouveau produit ?
DÉFINITIONS
• fiches techniques
des produits :
modes d’emploi des
produits fournis
par le fabricant.
• fiches de données
de sécurité (FDS)
des produits :
informations sur les
dangers pour
l’homme et
l’environnement,
les précautions
à prendre et
prescriptions
d’utilisation.
- avez-vous à votre disposition la fiche technique, la fiche de données de sécurité des produits
utilisés ?
- les salariés sont-ils informés sur la dangerosité des produits utilisés ?
- savent-ils lire les étiquettes et repérer les symboles de danger ?
- sont-ils informés des risques d’exposition (contact cutané, inhalation..) à ces produits ?
- connaissent-ils les moyens de protection mis à leur disposition ?
- ont-ils des consignes d’utilisation ?
• Vos salariés se plaignent-ils lors de l’utilisation de ces produits ?
- difficultés respiratoires ?
- picotements dans les yeux ?
- irritation de la peau ?
- maux de tête ?
L'évaluation des risques professionnels se fait en lien avec l'entreprise utilisatrice, le donneur
d'ordre, le client. Elle se formalise dans le document unique, pour les risques liés au métier,
et le plan de prévention pour les risques liés à la coactivité et au travail isolé.
Agir : rechercher des pistes de prévention et élaborer un plan d’action
Avez-vous pensé à :
• Substituer les produits dangereux par des produits non (ou moins) dangereux.
• Étudier la possibilité de changer les conditions de mise en œuvre des produits
chimiques dangereux.
• Tenir compte des remarques et des plaintes des salariés lors de l’utilisation des
produits : effets sur la santé (difficultés respiratoires, picotements des yeux,
irritation de la peau…).
• Respecter quelques règles impératives :
- Ne pas se fier à l’odeur : les produits sans odeur ou d’odeur agréable peuvent
être dangereux.
- Ne pas mélanger les produits : risque de réaction chimique inattendue.
- Ne pas transvaser un produit dans un flacon ou une bouteille à usage
alimentaire.
- Etiqueter les récipients secondaires, après transfert, en reprenant l’étiquetage
du fournisseur.
- Respecter les bonnes pratiques d’utilisation en fonction des tâches à effectuer :
dilution, choix du produit, mode d’application, aération et ventilation adaptées.
- Ne pas utiliser :
- de produits à l’essai déposés par d’éventuels commerciaux
- de produits non validés par la hiérarchie
- de produits fournis par l’entreprise utilisatrice sans autorisation écrite de la
hiérarchie
- vos produits personnels.
• Privilégier les mesures de protection collective (aération, ventilation) aux
mesures de protection individuelle.
• Respecter les bonnes pratiques de stockage des produits : local de rangement
ventilé, armoires de sécurité, bacs de rétention...
• Fournir des EPI adaptés aux produits et aux modes d’utilisation.
• Former vos salariés aux risques chimiques, à l’utilisation des produits et au
port des EPI. Vous assurer que la formation a bien été comprise et assimilée.
Penser aux intérimaires, aux nouveaux salariés, aux CDD…
• Informer les salariés sur les conduites à tenir en cas d’accident (plan de
prévention).
• Afficher :
- les consignes générales de sécurité et les consignes spécifiques au poste de
travail (notices de poste)
- la façon dont les produits doivent être utilisés (fiches techniques des produits)
- les numéros d’urgence, des sauveteurs secouristes du travail, du service de
santé au travail, de l’infirmerie, de l’Inspection du travail (affichage obligatoire)...
En cas de remarques d’un salarié vis-à-vis d’un produit, vérifier que :
- son utilisation est conforme à la fiche technique et aux consignes données par
l’employeur ;
- le produit dans le flacon est bien celui qui est mentionné sur l’étiquette ; qu’il
est utilisé à la bonne dilution ; qu’il n’a pas été mélangé ;
- la pièce ou le lieu d’intervention sont bien aérés ;
- l’utilisateur a, à disposition, les EPI adéquats.
Si nécessaire, contacter le médecin du travail ou le service de santé au travail.
Numéros d’urgence
15 : SAMU
18 : sapeurs-pompiers
112 : urgence européenne
Centre antipoison
www.centres-antipoison.net
Savoir reconnaître
les pictogrammes & symboles de danger
Les produits CMR
(cancérogènes, mutagènes,
reprotoxiques)
Dangers physiques
Ancien étiquetage
Nouvel étiquetage
Peut provoquer
un incendie
ou une explosion
Peut
exploser
Ces produits doivent être
maintenus loin d’une
flamme ou d’une source
d’étincelles.
Sous pression.
Peut exploser
à la chaleur
Fiche
3
Dangers pour la santé
Ronge la peau
et/ou les yeux
en cas de projection
Peut
tuer
Nuit
gravement
à la santé
Altère
la santé
Utiliser des gants. Éviter
tout contact avec la peau
et les yeux. Ne pas avaler
ni inhaler.
➞ Attention danger !
Produits à
manipuler avec de
grandes précautions et les
moyens de protection
mentionnés.
Dangers pour l’environnement
Effets néfastes sur la faune,
la flore, la couche d’ozone...
Les conditions d’utilisation sont précisées dans les fiches techniques du fournisseur.
Le produit est étiqueté “CMR”, par
l’Union européenne, s’il porte sur
l’étiquette l’un des deux pictogrammes suivants accompagné de
ses “phrases de risque” :
R45 : peut provoquer le
cancer
R 49 : peut provoquer le
cancer par inhalation
R 46 : peut provoquer des
altérations génétiques
héréditaires
R 60 : peut altérer la
fertilité
R 61 : risque pendant la
grossesse d’effets néfastes
pour l’enfant
H 350 : peut provoquer un
cancer
H 340 : peut induire des
anomalies génétiques
H 360 : peut nuire à la
fertilité ou au fœtus
Ces indications justifient la mise en
œuvre de mesures de prévention
spécifiques, notamment la substitution du produit CMR par un produit
de moindre dangerosité.
Savoir lire les
fiches de données de sécurité
Savoir stocker les produits
Source INRS
+ – – +
– + – O
– – + +
+ O + +
–
O
CRÉDITS PHOTOS :
ACMS/J.-F. Lange, CMIE/Agence Axe
Partner Shutterstock, FEP, Fotolia,
Hôpital Tenon (GHHU Paris Est).
+
Ne doivent pas être stockés ensemble.
Ne doivent être stockés ensemble que si
certaines dispositions particulières sont appliquées.
Peuvent être stockés ensemble.
La fiche de données de sécurité (FDS) donne,
en seize rubriques, les principales informations
sur la toxicité d’un produit, les mesures de
protection nécessaires, les informations
concernant le stockage et la lutte contre
l’incendie. Elle doit être fournie par le
fournisseur lors de la première livraison,
gratuite, libellée en français, mise à jour
régulièrement et datée, accessible aux
travailleurs et au CHSCT. L’employeur
doit la remettre au médecin du travail.
Les six rubriques à lire en priorité
• N°2 / identification des dangers et N°15 /
informations réglementaires (informations sur
les dangers du produit, des substances, avec
pictogrammes de danger, phrases de risque,
mentions de danger, conseils de prudence,
restrictions d’usage éventuelles) ;
• N°7 : manipulation et stockage des produits ;
• N°4 : premiers secours ;
• N°8 : équipements de protection individuelle ;
• N°3 : précisions sur les composants dangereux.
Fiche
Les contraintes techniques
et organisationnelles •
La charge mentale
Pour la plupart, les métiers de la propreté sont soumis à des contraintes
techniques et organisationnelles ainsi qu’à une charge mentale importante qui ne sont pas sans conséquences sur la santé physique et
psychique des salariés et qui augmentent le risque de maladie, d’accident
du travail et de trajet.
Pour les entreprises du secteur, les pistes de
progrès se situent dans l’évaluation des
risques pour construire une meilleure
prévention, la qualité des prestations
et des relations avec les clients,
l’accompagnement de l’encadrement de proximité, l’amélioration
de l’organisation et des circuits
d’information, la meilleure maîtrise de l’écrit pour les salariés
dont le français n’est pas la
langue maternelle…
4
Les contraintes techniques
et organisationnelles •
La charge mentale
Identifier les dangers et évaluer les risques
• Rôle et responsabilités de chacun (cadre opérationnel, de proximité, chef de chantier...)
Fiche
4
- savez-vous si vos salariés travaillent pour plusieurs employeurs ?
- ont-ils des informations sur l’entreprise à laquelle ils appartiennent (organisation, nom du chef
de secteur, responsable de chantier ou de site…) ?
- connaissez-vous les coordonnées du service de santé au travail qui suit votre chantier ?
- quels sont les moyens de suivi en santé au travail des agents de propreté (services de santé au
travail, CHSCT, animateurs de sécurité...) ?
- avez-vous des échanges réguliers avec votre hiérarchie ? Avec vos salariés ?
- avez-vous des retours et des contrôles réguliers du client sur vos prestations ?
- lors de l’attribution des chantiers, tenez-vous compte de :
- l’état de santé du salarié, les restrictions d’aptitude…
- ses compétences
- sa connaissance de la langue
- la formation
- le temps de trajet
- l’éloignement des chantiers
- avez-vous la possibilité de valoriser (formation, rétribution…) les savoir faire, le service rendu ?
• Contraintes techniques et organisationnelles
- devez-vous faire face à des modifications de contrat (nombre de personnes mobilisées, nombre de
mètres carrés à traiter, reprise de chantiers...)
- vos salariés travaillent-ils dans l’urgence ?
Sous contraintes de temps ?
En horaires décalés ?
- leurs tâches sont-elles régulièrement interrompues (appels téléphoniques, modifications de
demandes, remplacements…) ?
- les plannings sont-ils souvent modifiés ?
- avez-vous la possibilité de varier les tâches ?
- vos salariés peuvent-ils être seuls sur le chantier ?
L'évaluation des risques professionnels se fait en lien avec l'entreprise utilisatrice, le donneur
d'ordre, le client. Elle se formalise dans le document unique, pour les risques liés au métier, et
le plan de prévention pour les risques liés à la coactivité et au travail isolé.
- ont-ils la possibilité d’organiser individuellement ou collectivement leur travail ?
- sont-ils confrontés, dans leur activité, à la souffrance, la maladie ou le handicap ?
• Environnement
- vos salariés doivent-ils s’adapter à de nouvelles technologies ? A de nouvelles
méthodes de travail ?
- travaillent-ils dans un environnement difficile (bruit, éclairement, froid, chaleur,
poussières, risque chimique, risque d’agression…) ?
- sont-ils amenés à avoir des postures pénibles (à genoux, penchés en avant, bras
en l’air...) ? A porter des charges lourdes ?
- les surfaces qu’ils ont à nettoyer sont-elles difficiles d’accès ?
- disposent-ils de vestiaires, sanitaires, salles de restauration ?
- ont-ils été informés des consignes d'urgence liées au site ?
Agir : rechercher des pistes de prévention et élaborer un plan d’action
Avez-vous pensé à :
• Redéfinir les rôles et responsabilités de chacun / définir les modalités
d’appui à chaque échelon hiérarchique.
• Évaluer la charge de travail et opérer les changements nécessaires.
• Organiser le travail dans les horaires habituels en prenant en compte
la situation des salariés (âge, transport...).
• Organiser des réunions et des échanges avec vos salariés : transmission de
consignes et de procédures, informations sur l’entreprise, mutualisation des
bonnes pratiques de métier.
• Contacter le médecin du travail quand vos salariés rencontrent des difficultés
dans l’exécution de leurs tâches, ou à l’occasion de leur reprise du travail (suite à
un arrêt pour accident du travail, maladie ou maternité...).
• Faire part à vos salariés des retours clients (satisfaction ou non).
• Valoriser le savoir-faire, le service rendu.
• Rechercher des informations concernant les salariés d’un chantier repris (état
de santé, qualification et formation...).
• Mettre en place une procédure en cas de travailleur isolé.
• Favoriser le travail en équipes et l’alternance des tâches.
• Former vos salariés pour mettre en place des évolutions de carrière
en cas d’introduction de nouvelles techniques, ou d’exposition à des risques
spécifiques (nouveau matériel, nouveau produit...).
• Mettre à leur disposition des équipements de protection adaptés
à l’environnement et à la tâche à effectuer.
• Informer votre hiérarchie des difficultés rencontrées.
• Trouver des pistes d’amélioration avec l’entreprise cliente pour les difficultés
rencontrées et les conflits éventuels.
Généralités sur les risques psychosociaux
De quoi parle-t-on ?
• Violences verbales (insultes, menaces...) ou physiques. Ces violences peuvent
être externes, liées aux clients, usagers, patients, ou internes entre salariés.
• Harcèlement moral ou sexuel qui a un cadre juridique spécifique.
• Stress survenant lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne
a des contraintes imposées par son environnement et la perception qu’elle
a de ses propres ressources pour y faire face.
Fiche
4
PERCEPTION
D'UNE PERSONNE
DES CONTRAINTES DE
SON ENVIRONNEMENT
DE SES RESSOURCES
POUR FAIRE FACE
DÉSÉQUILIBRE=STRESS
De quoi s’agit-il ?
• Changements qui déstabilisent les environnements de travail : fusion-acquisition
de société, changement d’entreprise lié à l’Annexe 7, concurrence accrue...
• Changements de rythmes : augmentation des surfaces à effectif constant,
diminution des effectifs, absence de marges de manœuvre, nécessité d’assurer
la régularité et de répondre aux demandes urgentes des clients...
• Individualisation du travail ou turn-over qui ne permet pas la stabilité du
collectif : manque de soutien, impossibilité d’exprimer ses difficultés, isolement
sur les chantiers...
• Horaires atypiques et variabilité des plannings pouvant rendre difficile l’équilibre
entre travail et vie privée.
Les dimensions du stress
• Tout au long de la journée, une personne subit les contraintes de la vie
quotidienne :
- dans sa vie privée : contraintes horaires, organisation de la vie familiale,
difficultés des transports en commun en Île-de-France...
- dans sa vie professionnelle : simultanéité des tâches à effectuer, délais à
respecter, difficultés relationnelles, manque de soutien et isolement,
manque de reconnaissance (interne ou du client)...
• Effets possibles sur la santé : mal de dos, addiction à l’alcool ou aux médicaments,
troubles du sommeil, signes d’anxiété et de dépression...
Comment s’y prendre ?
CRÉDITS PHOTOS :
ACMS/J.-F. Lange, CMIE/Agence Axe
Partner Shutterstock, FEP, Fotolia,
Hôpital Tenon (GHHU Paris Est),
Patrick Delapierre/INRS (page 1,
agent de surface logistique).
Il n’est pas de la responsabilité de l’employeur de traiter les facteurs personnels de
stress pour l’individu. La responsabilité de l’employeur est d’abord de prévenir ceux
qui relèvent de son périmètre d’action : c'est-à-dire les facteurs de stress au travail.
Le stress doit être intégré à la démarche d’évaluation et de prévention des risques
professionnels et donc être intégré dans le document unique d’évaluation des
risques .
Fiche
Les risques spécifiques :
l’exemple du nettoyage
en milieu de soins
5
Outre les risques inhérents à l’activité de nettoyage, les salariés peuvent
être exposés à des risques spécifiques liés à leurs lieux d’intervention. C’est
le cas, notamment, dans les milieux de soins* (hôpital, clinique, laboratoire,
maison de retraite...) où la «propreté macroscopique» (nettoyage)
est étroitement associée à la «propreté microscopique»
(désinfection)**. Aux risques biologiques, s’ajoutent
des risques chimiques particuliers (utilisation
de désinfectants), des contraintes techniques et organisationnelles, ainsi
qu’une charge mentale parfois difficile
à appréhender. Ces opérations dites
de «bionettoyage» - qui doivent
s’intégrer dans les processus de
soins - font l’objet d’une obligation de résultats avec contrôles
visuels et microbiologiques. Elles
ont lieu en journée et en présence
des patients et du personnel soignant. Qualifiés et expérimentés,
les intervenants doivent obligatoirement bénéficier d’une
formation continue. Aux côtés
des autres professionnels de
santé, ils jouent un rôle
majeur dans la lutte
contre les infections
nosocomiales.
* Arrêtés du 15 mars 1991 et du 29 mars 2005 fixant la liste des établissements ou organismes
publics ou privés de prévention ou de soins dans lesquels le personnel exposé doit être vacciné.
** La désinfection des locaux fait l’objet d’une disposition législative particulière (article L 3114-1 du
code de la santé publique) : “Lorsqu ‘elle est nécessaire en raison soit du caractère transmissible des infections des personnes hébergées, soignées ou transportées, soit des facteurs de risque d’acquisition des infections par les personnes admises dans ces locaux ou transportées dans ces véhicules, il doit être
procéder à la désinfection par des produits biocides : des locaux ayant reçu ou hébergé des malades et de ceux où sont donnés des soins médicaux, paramédicaux ou vétérinaires ; des véhicules de transport sanitaire ou de transport de corps ; des locaux et véhicules exposés aux micro-organismes et toxines
mentionnés à l’article L 5139-1”.
Les risques spécifiques :
l’exemple du nettoyage
en milieu de soins
Identifier les dangers et évaluer les risques
• Vos salariés exercent-ils leur activité dans des lieux à risques infectieux ?
- hôpitaux, maisons de retraite, cliniques ;
- chambres de malades contagieux, postes de soins aux urgences ;
- unités de cancérologie ;
- installations techniques : blocs opératoires, services de radiologie, de radiothérapie, laboratoires...
- ambulances.
• Sont-ils spécialisés dans le bionettoyage (nettoyage + désinfection) ?
Fiche
5
Ont-ils bénéficié d’une formation spécifique ?
• Ont-ils d’autres activités que du nettoyage ?
Service de restauration
Maintenance
Accueil
Réfection des lits
Gestion du linge
• Avez-vous établi un plan de prévention avec l’entreprise dans laquelle vous
intervenez ?
• Vos salariés connaissent-ils les situations à risques spécifiques liés au milieu de soins,
le risque rayonnements (ionisants, non ionisants) ?
• Sont-ils informés par les équipes soignantes de ces risques spécifiques ?
Malades en chambre d’isolement nécessitant une protection spécifique (unités de maladies
infectieuses, de cancérologie, de radiologie, de radiothérapie...).
Risque biologique
• Vos salariés peuvent-ils être en contact avec des aiguilles ou des seringues souillées ?
- collecteurs de piquants-tranchants mal fermés ;
- aiguilles traînant au sol…
• Entretiennent-ils des surfaces souillées par du sang, des urines ? (paillasses de
laboratoires...)
• Manipulent-ils :
- des déchets d’activités de soins à risques infectieux ou “DASRI” (boîtes, collecteurs pour piquantstranchants...) ?
- des sacs de linge sale ?
• Ont-ils à leur disposition des équipements de protection individuelle adaptés au
risque biologique ? Gants, masques, sur-blouses :
- peuvent-ils en changer régulièrement (exemple : en fonction des zones de travail) ?
- sont-ils entretenus par l’entreprise de propreté ?
Risque chimique
• En plus des produits de nettoyage, vos salariés utilisent-ils des désinfectants ?
- les produits employés sont-ils fournis par l’entreprise utilisatrice ?
- si oui, les salariés savent-ils les utiliser ? Disposent-ils des fiches techniques ? Savent-ils lire les
étiquettes ?
L'évaluation des risques professionnels se fait en lien avec l'entreprise utilisatrice, le donneur
d'ordre, le client. Elle se formalise dans le document unique, pour les risques liés au métier,
et le plan de prévention pour les risques liés à la coactivité et au travail isolé.
• Participent-ils à l’élimination de produits biologiques ?
Selles, urines... de malades traités par des médicaments anti-cancéreux, radiothérapie...
• Par qui et comment sont-ils informés des risques ?
Risque de TMS
• Vos salariés doivent-ils garder de façon prolongée des postures
extrêmes ?
- bras en l’air pour le nettoyage de murs, de plafonds, de scialytiques...
- à genoux pour le nettoyage des pieds de lit, du mobilier...
• Les chariots sont-ils bien entretenus et faciles à utiliser ? Sont-ils
équipés de roulettes adaptées au sol ?
Contraintes techniques et organisationnelles,
charge mentale
• Vos salariés peuvent-ils avoir des donneurs d’ordre multiples ?
• Travaillent-ils dans les locaux en même temps que d’autres
professionnels de santé ?
- dépendent-ils d’autres intervenants ?
- leurs tâches sont-elles interrompues fréquemment ?
- peuvent-ils avoir des ordres différents ou contradictoires ?
• Peuvent-ils dans le cadre du travail être confrontés à la souffrance,
la maladie, le handicap, l’âge avancé, la dépendance, la mort (soins
palliatifs, morgue...) ?
• Peuvent-ils discuter de leurs difficultés avec les collègues, un supérieur
hiérarchique ?
• Peuvent-ils être agressés physiquement ? Verbalement ?
• Peuvent-ils être amenés à travailler de façon isolée ?
• Le travail effectué est-il respecté par les salariés de l’entreprise
utilisatrice ?
Santé, formation, information
• Des procédures spécifiques sont-elles mises en place dans les zones
à risques importants ? (risques biologiques, chimiques, rayonnements)
• Vos salariés connaissent-ils les conduites à tenir ?
- en cas d’exposition au sang par piqûre ou coupure ?
- en cas de projection ou d’inhalation de produits chimiques ?
• Ont-ils des contacts avec la personne radiocompétente PCR en milieu
de soins ? (risque rayonnements)
Pour en savoir plus :
✒Fiche 2 - Les risques de
TMS, troubles musculosquelettiques
✒Fiche 3 - Les risques
chimiques liés à l’utilisation
des produits d’entretien
✒Fiche 4 - Les contraintes
techniques et organisationnelles • La charge mentale
Agir : rechercher des pistes de prévention et élaborer un plan d’action
Avez-vous pensé à :
Fiche
5
• Former et informer les salariés sur les différents risques (biologiques, risques liés à la charge
physique, risques chimiques liés à l’utilisation de produits d’entretien, de désinfection...).
- Former et informer les CDD comme les intérimaires et les stagiaires (livret d’accueil, protocoles...).
- Les encourager à respecter les procédures mises en place par l’entreprise, par les équipes
soignantes lors de l’intervention dans des zones à risques : risques infectieux élevés, risques
particuliers (unités de cancérologie, service de radiologie ou de radiothérapie...).
• Leur donner une information spécifique sur :
- les risques biologiques
- modes de contamination (toux, mains, éternuements…), contamination croisée,
hygiène personnelle.
- précautions à prendre pour se protéger (lavage des mains, port de gants, de masques).
- conduites à tenir : en cas de découverte d’une aiguille souillée (pas de manipulation à
mains nues, utilisation de pinces…) ou en cas d’accident avec exposition au sang (voir
encadré ci-dessous).
- mise à jour des vaccinations obligatoires ou conseillées en fonction de l’évaluation
des risques (DTPolio, hépatite B, coqueluche...). Voir le médecin du travail.
- les risques chimiques
- respecter les dosages, les protocoles et éviter les applications en spray.
- conduites à tenir en cas de projection ou d’inhalation.
• Leur fournir des tenues adaptées (au risque chimique, au risque biologique ) en quantité
suffisante pour pouvoir les changer en fonction des zones de travail.
• Mettre à leur disposition
- le matériel adapté et des aides à la manutention si nécessaire : chariot, chiffonnettes,
balais à manche téléscopique, lits à hauteur réglable.
- en quantité suffisante : gants, blouses, savons, solutions hydro-alcooliques, essuiemains, masques, sacs poubelles de bonne qualité...
• Les former
- à l’utilisation et à l’entretien du matériel, au port de protections individuelles.
- aux gestes et postures en tenant compte de l’environnement et de l’organisation du travail.
• Organiser le travail
- communiquer les plannings à l’avance et les respecter.
- adapter les effectifs à la charge de travail.
- gérer les remplacements au mieux.
- privilégier le travail en équipes, en binôme.
- permettre l’alternance des tâches faciles et difficiles ; prévoir un temps de récupération suffisant.
- faire bénéficier d’un soutien psychologique les salariés qui en éprouvent le besoin.
- organiser des réunions régulières avec les salariés, l’encadrement, l’entreprise utilisatrice.
- faire respecter par les salariés de l’entreprise le travail effectué.
Accident avec exposition au sang : conduite à tenir
1 • Réaliser les premiers soins d’urgence sur place :
- Piqûre : ne pas faire saigner / Nettoyer immédiatement à l’eau et au savon puis rincer.
Nettoyer avec un antiseptique (Dakin, eau de javel à 2,6% de chlore actif diluée au 1/5 ou
alcool à 70°).
- Contact direct du liquide biologique sur une peau lésée : nettoyer
immédiatement à l’eau et au savon puis rincer. Nettoyer avec
un antiseptique (Dakin, eau de javel diluée ou alcool à 70°).
- Projection sur les muqueuses, les yeux : rincer abondamment à l’eau
ou au sérum physiologique au moins 5 mn.
CRÉDITS PHOTOS :
ACMS/J.-F. Lange, CMIE/Agence Axe
Partner Shutterstock, FEP, Fotolia,
Hôpital Tenon (GHHU Paris Est).
2 • Contacter les urgences de l’hôpital le plus proche, le plus rapidement possible.
3 • Déclarer l’accident du travail à l’employeur.
4 • Informer le médecin du travail de cet accident.
Fiche
Le suivi médical
Responsable de la santé et de la sécurité au travail dans son entreprise,
l’employeur est tenu d’organiser le suivi médical de ses salariés par le
médecin du travail. Cette obligation réglementaire vise à «éviter toute
altération de la santé des salariés du fait de leur travail». Concrètement,
il s’agit d’établir le lien entre l’état de santé et la situation de travail,
déterminer l’aptitude au poste de travail, anticiper et mettre en place les
conditions permettant de favoriser la reprise de l’activité après arrêt de
travail (accident, maladie…), maintenir les salariés
à leur poste de travail ou dans l’emploi, et
prévenir la désinsertion professionnelle.
Dans le secteur de la propreté, le suivi
médical est complexe parce que les
lieux d’intervention sont multiples,
les risques potentiels variables,
les mouvements de personnel
fréquents...
Le rôle de conseil du médecin
du travail n’en est que plus
essentiel. Il pourra se faire assister
d’infirmiers et d’assistants en
santé au travail, d’intervenants
en prévention des risques
professionnels et d’assistants
sociaux du travail.
6
Le suivi médical
Agir : rechercher des pistes de prévention et élaborer un plan d’action
Fiche
6
Pour assurer au mieux le suivi médical, le médecin du travail intervient de plusieurs manières :
• Les visites médicales.
• Les actions sur le milieu de travail (visite d’entreprise, de chantier, étude de postes...).
Elles sont utiles pour la connaissance du poste et des conditions de travail et pour l’aide
à l’évaluation des risques qui doit être réalisée par l’employeur.
• Les échanges avec l’employeur, le CHSCT, les médecins du travail des entreprises utilisatrices
ainsi que les autres médecins (traitants, Sécurité Sociale…).
Le suivi médical des salariés est fonction de l’analyse de l’activité, des risques repérés et des
moyens de protection individuelle ou collective mis en place.
Pour assurer un suivi efficace et optimal, l’employeur doit fournir plusieurs types d’informations :
1 - Listes des salariés affectés, par chantier, actualisées régulièrement ; nature de
la surveillance médicale prévue et notamment surveillance médicale renforcée pour
chaque salarié, en fonction de risques règlementaires déterminés (travail de nuit,
risques biologiques, exposition aux agents chimiques...) ou de conditions spécifiques
(handicapés, femmes enceintes, emploi de jeunes de moins de 18 ans...), ceci afin de
savoir à quels risques ils sont exposés.
2 - Nom et adresse de l'entreprise utilisatrice et type d'activité.
3 - Nom et coordonnées des responsables du site de l’entreprise de propreté
(afin de savoir qui connaît les risques de l’entreprise prestataire).
4 - Documents concernant le chantier : fiches de données de sécurité et fiches
techniques des produits de nettoyage réellement utilisés (risque chimique).
marche à suivre,
en cas d’accident
• Remettre à la victime la feuille
d’accident du travail qui lui permet
de bénéficier du tiers payant et
de la gratuité des soins dans la
limite des tarifs conventionnels.
• Faire une déclaration d’accident
du travail en notant l’heure
exacte et les circonstances de
l’accident. Prévenir l’employeur
et le médecin du travail.
• Réaliser une enquête sur
l’accident.
• Orienter le salarié vers son
médecin traitant pour bénéficier
de soins adaptés et rédiger le
certificat médical initial.
• Conseiller au salarié de prendre
rendez-vous avec le médecin du
travail.
Autres informations utiles pour le médecin du travail :
- Documents concernant le salarié (en vue de la planification optimale du
suivi médical et des examens complémentaires éventuels) et idéalement :
fiche de poste, fiche d'exposition et attestation d'exposition individuelles
(si existantes). Dates des examens médicaux précédents, fiche médicale
antérieure, autorisation de transfert des dossiers médicaux... notamment
si reprise du chantier en Annexe 7.
- Historique des arrêts : maladies, accidents du travail, congés de maternité,
maladies professionnelles déclarées, invalidité et/ou RQTH (ces éléments
doivent déclencher des visites médicales à l’initiative de l’employeur).
- Coordonnées du médecin du travail de l'entreprise utilisatrice (afin de
mieux connaître la nature des risques auxquels le salarié est potentiellement
exposé).
- Coordonnées du médecin du travail précédent.
- Plan de prévention du site (zones à risque, mesures de prévention prévues,
répartition des actions entre donneur d’ordre et prestataire).
- Document unique d'évaluation des risques et programme annuel de
prévention des risques.
- Fiche d’entreprise précédente, compte-rendu des visites de CHSCT,
enquêtes sur les accidents du travail ou maladies professionnelles, rapport
et plan d'activité des médecins du travail précédents...
- Éléments nécessaires à l’élaboration de la fiche d’entreprise.
Les visites médicales
Elles sont fixées par la réglementation. Outre la visite d’embauche et les visites
périodiques, on peut retenir :
• La visite de reprise : au retour d’un congé de maternité, après une absence pour
maladie professionnelle et, sous certaines conditions, après un accident du travail,
une maladie ou un accident non professionnel.
• La visite de pré-reprise : à la demande du salarié, du médecin traitant ou du
médecin conseil de la Sécurité Sociale. Elle permet d'anticiper et de mettre en
place les conditions pour favoriser au mieux une reprise du travail.
• La visite à la demande du salarié ou de l’employeur.
La continuité du suivi médical
Il est important que tous les salariés bénéficient d’un suivi médical en lien avec
les expositions professionnelles, voire d’une surveillance médicale renforcée.
Le médecin du travail veille aux conditions d'hygiène, de sécurité et aux conditions
de travail et peut proposer des mutations ou des transformations de postes en
fonction de l'état de santé du personnel.
• Le suivi médical des salariés multi-employeurs
Si un salarié travaille pour plusieurs employeurs, il appartient à chaque
employeur de faire bénéficier chacun de ses salariés de la surveillance médicale.
Il n’est pas nécessaire de cumuler les visites d’embauche si les trois conditions
suivantes sont réunies :
- le salarié est appelé à occuper un emploi identique ;
- le médecin du travail concerné est en possession de la fiche d’aptitude ;
- aucune inaptitude n’a été constatée lors du dernier examen médical.
Pour la visite d’embauche, un accord est possible entre les différents employeurs.
Cette visite s’impose si le salarié est soumis à une surveillance médicale renforcée,
s’il en fait lui-même la demande ou si le médecin du travail l’estime nécessaire.
Aucun texte réglementaire ne prévoit la surveillance médicale périodique.
Si les emplois occupés sont tous différents, le salarié doit être examiné et
surveillé par un médecin du travail pour chacun d’eux. L’employeur doit veiller
à l’organisation des visites prévues par la réglementation (voir encadré ci-dessus).
• Le suivi médical des salariés lors de la reprise d’un chantier/d’un
marché (en application de la convention collective Annexe 7)
Depuis l’accord du 29 mars 1990, la convention collective des entreprises de
propreté comporte un dispositif communément appelé «Annexe 7» stipulant
que les salariés affectés à un chantier donné sont «transférés» au nouveau
prestataire lorsque le précédent perd le marché. L’objectif est de garantir aux
salariés la poursuite de leur contrat de travail avec maintien des conditions
(horaires, salaires, ancienneté…).
Sur le plan de la santé et sécurité au travail, tout l’enjeu est d’assurer la continuité
du suivi médical des salariés repris et ce, dans les meilleures conditions.
Reprise d’un chantier / marché : démarche à mettre en œuvre
Lors de la reprise d'un chantier/marché dans le cadre de l’Annexe 7 , le nouvel employeur doit
récupérer le nom du précédent service de santé au travail qui assurait le suivi et, si possible, le nom
du précédent médecin du travail. Il fournira ces éléments au nouveau médecin du travail ainsi que :
• La liste des salariés repris ainsi que, pour chacun d’eux, la date de la dernière visite médicale et le
type de suivi médical dont il faisait l’objet dans le poste qu’il occupait.
• Le nom de l’entreprise précédente.
• La liste des sites sur lesquels travaillent les salariés ainsi que la nature des prestations réalisées.
Modèle de fiche pratique pour faciliter le transfert d’informations
(fiche qui pourrait être remplie par l’entreprise qui perd le chantier et à transmettre à son homologue
sur le nouveau chantier)
Fiche
6
FICHE IDENTITE CHANTIER
Suite à Transfert des salariés selon les dispositions de l’Annexe 7
de la Convention Collective des Entreprises de Propreté
Nom client : ……………………………………………………………………………….…………………………………………….
Secteur d’activité : ……………………………………………………………………………..………………………………......
Adresse du chantier : ........………………………………………………………………………………………………….......
.......…………………………………………………………………………..................................
Date début prestation : …………………………… Repris à : …………………………………................................
Date fin prestation : ……………………………… Repris par : ………………………………..................................
Nature des prestations : ……………………………………………………………………...........................................
...........................................……………………………………………………………………
...........................................……………………………………………………………………
Horaires d’intervention : ……………………………………………………………………….....................................
NOM du responsable de chantier : ……………………………………………………………...............................
(* Chef de secteur, * Inspecteur, * Chef de chantier, * chef d’équipe)
Téléphone : ………………………………….......................................................................................................
NOM du responsable des ressources humaines : ……………………………………………......................
Secrétariat/assistant(e ) : ………………………………………………………………………....................................
Tél : …………………………………………………Fax : ……………………………………..................................................
LISTE DU PERSONNEL REPRIS/TRANSFERE
Nom et prénom
Date de naissance
Qualification
Heures effectives par mois
Date de la dernière visite médicale
Type de suivi médical(*)
Aptitude
*Handicapé, femme enceinte, mère d’enfants de moins de 6 mois, jeune de moins de 18 ans, SMR
(dont exposition aux produits CMR, travail de nuit...)
Coordonnées du précédent médecin du travail et service de santé au travail :
………………………………………………………………………………………………….......................................................
Fait le …………….. à …………………………......
Pour la Direction
Signature
CRÉDITS PHOTOS :
ACMS/J.-F. Lange, CMIE/Agence Axe
Partner Shutterstock, FEP, Fotolia,
Hôpital Tenon (GHHU Paris Est).
Fiche
Le maintien dans l’emploi
& la prévention de la
désinsertion professionnelle
7
Exposés à plusieurs types de risques professionnels, à des contraintes
physiques fortes et à des contraintes organisationnelles très spécifiques
(travail à temps partiel, horaires morcelés ou décalés, diversité des sites
d’intervention, activité multi-employeurs, cumul emploi-retraite…), les
salariés du secteur de la propreté ont parfois des difficultés de maintien
dans l’emploi. Ce champ d’activité se caractérise par
un niveau de qualification modeste et un taux
de seniors supérieur à la moyenne des
autres secteurs. La problématique du
handicap ou de l’usure professionnelle
est d’autant plus aiguë que l’exercice
d’une profession de nettoyage peut
souvent être lui-même consécutif
à un reclassement (inaptitude à
un autre emploi). C’est toute la
question de la prévention de la
désinsertion professionnelle
qui est posée et avec elle la
nécessité d’anticiper, suffisamment en amont, les risques
d’inaptitude ou de restriction
d’aptitude.
L’EMPLOI DANS LE SECTEUR
DE LA PROPRETÉ
Chiffres-clés (FEP 2010)
• 55% d’hommes
• 91% d’ouvriers
non qualifiés
• 0,3% de chefs
d’entreprise et cadres
• 34% de 40 à 49 ans
• 26% de 50 à 59 ans
• 5% de 60 ans et plus
Le maintien dans l’emploi
& la prévention
de la désinsertion professionnelle
Identifier les dangers et évaluer les risques
Fiche
7
• Vos salariés ont-ils des accidents du travail ou des “presque accidents” ?
• Avez-vous connaissance de maladies professionnelles ?
• Enregistrez-vous de nombreux arrêts maladies, des arrêts répétés de courte
durée, des arrêts prolongés ?
• Vos salariés se plaignent-ils de difficultés lors de l’exécution de certaines tâches
(douleur, activité estimée trop difficile...) ?
• Ont-ils été formés lors de l'attribution d'un nouveau chantier, de l'utilisation
d'un nouveau matériel, de la mise en place d'une nouvelle organisation ?
• Vos salariés savent-ils qui contacter en cas de difficultés (référent en entreprise,
médecin du travail...) ?
• Vos salariés en difficultés expriment-ils des demandes en matière de formation
ou d’information ?
Agir : rechercher des pistes de prévention et élaborer un plan d’action
Avez-vous pensé à :
• Informer les salariés de la possibilité d’une visite de pré-reprise.
• Favoriser la prise en charge de formations pour le salarié : français, qualification professionnelle...
• Préparer le retour à l’emploi du salarié ; favoriser son accompagnement par le collectif.
• Aménager les horaires, la tâche, l’environnement...
• Réfléchir à une organisation adaptée à l’âge, le sexe, la taille...
• Analyser les activités pour mieux les connaître (niveau de pénibilité des tâches).
• Mieux répartir les tâches.
• Repérer et orienter les salariés ayant des difficultés (charge mentale, charge physique, risques
chimiques...).
• Utiliser des produits moins toxiques.
• En cas de problème, contacter le médecin du travail, informer votre hiérarchie pour obtenir
aide et soutien.
• Actionner les différents leviers d’action possibles :
- adaptation des postes (ergonomie) et/ou des matériels ;
- plan de prévention ;
- plan de formation ;
- composition des équipes ;
- promotion de la mobilité ;
- renforcement de la reconnaissance du handicap ;
- réflexion sur l’utilité du travail et la valorisation des tâches accomplies ;
- formation du management aux outils de maintien dans l’emploi ;
- contact du médecin du travail (étude de poste et des conditions de travail...) ;
- temps partiel thérapeutique...
• Transmettre l’information au service de santé au travail sur les volets individuel (absentéisme,
accidentologie, poste de travail…) et collectif (Document unique, plan de prévention, nouveau
process...).
• Mieux utiliser les compétences du service de santé au travail (médecin du travail et équipe
pluridisciplinaire) :
- Volet collectif : connaissance de l’entreprise et conseil en prévention.
- Volet individuel : visite à la demande du salarié ou de l’employeur, visite de pré-reprise, temps
partiel thérapeutique, RQTH et aides au maintien dans l’emploi.
Le signalement précoce
Maintenir vos salariés en difficultés (problèmes de santé, travailleurs
vieillissants…) à leur poste de travail peut vous paraître difficile.
Pour faciliter ce maintien dans l'emploi et éviter la désinsertion
professionnelle, il est souhaitable que le signalement des salariés
en difficultés soit précoce. N'hésitez pas à contacter votre hiérarchie
(responsable de secteur, service du personnel...). D'autres acteurs peuvent
vous accompagner : médecin du travail, assistante sociale, Maison
départementale des personnes handicapées (MDPH) ou Services d'appui
au maintien dans l'emploi des travailleurs handicapés (SAMETH),
Assurance maladie, cellule de prévention de la désinsertion professionnelle...
Une action concertée
Ce signalement précoce vise à mettre en place une action
concertée salarié / médecin du travail / employeur :
• Votre hiérarchie (directeurs d'agence, responsable, assistant
des ressources humaines...) étudiera, avec le salarié, les
possibilités de maintien dans l'emploi envisagées en tenant
Il permet à une personne,
compte du salarié (formation, compétences…), de l'entreprise,
qui était en arrêt, de reprendre
du chantier, du collectif de travail et des avis du médecin du
une activité professionnelle
travail.
de façon progressive. Il est
Selon la taille et la structure de l'entreprise, il peut exister un
assimilé à un arrêt de travail à
poste de chargé de mission «travailleur handicapé» ou une
temps partiel. C’est le médecin
«mission handicap». L'employeur peut bénéficier d'aides
traitant du salarié qui le prescrit.
financières : subventions de l'Agefiph (prime maintien dans
Le salarié doit en informer
l'emploi, aménagement d'un véhicule...).
l’employeur. Le médecin
Des contrats de rééducation dans
du travail peut aider à son
l'entreprise peuvent également être
organisation. Le salarié travaille
mis en place.
à temps partiel.
• Le médecin du travail, de son
Le temps partiel thérapeutique
côté, fera un bilan de la santé
est généralement limité dans le
En vue de faciliter la recherche des mesures
de vos salariés (tâches possibles,
temps.
nécessaires au maintien dans l’emploi
tâches difficiles à exécuter), incitera
(formation, aménagement de poste...),
le salarié à faire reconnaître
un examen médical de pré-reprise préalable
son éventuel handicap et fera des
à la reprise du travail peut être sollicité à
préconisations pour le poste de travail.
l’initiative du salarié, du médecin traitant
ou du médecin conseil de la Sécurité Sociale.
État de santé et projet professionnel
L’employeur, le médecin du travail, l’entourage
Différentes pistes seront ainsi étudiées
professionnel, familial ou amical ne peuvent
en fonction de l'état de santé et du projet
demander cette visite mais peuvent informer
professionnel du salarié :
et conseiller au salarié de prendre rendez-vous
- reprise du travail à temps partiel
avec son médecin du travail.
thérapeutique,
Ces visites sont des visites d’aide, de conseil
- aménagement du poste de travail,
pendant un arrêt de travail qui permettent
- reclassement sur le chantier, sur un autre
de
mobiliser précocement les acteurs du
chantier, dans l'entreprise,
maintien
dans l’emploi.
- formation,
Elles
ne
donnent
pas lieu à l’établissement de
- bilan de compétences,
fiches
d’aptitude
par le médecin du travail et
- aide à la création d'entreprise...
sont couvertes par le secret professionnel.
Le temps partiel
thérapeutique
La visite de pré-reprise
Âge et travail
Le secteur de la propreté se
caractérise par une moyenne d’âge
élevée et compte de nombreux
seniors, dont le niveau scolaire est
très modeste, la qualification faible.
Prendre en compte
le vieillissement
Fiche
7
Le vieillissement est un phénomène
naturel : diminution de la vue, de
l’audition, du temps de récupération,
troubles du sommeil, chronicité des
pathologies entraînant un impact
psychologique…
Les déficits fonctionnels ne sont en
aucun cas systématiques et restent
modérés voire très minimes jusqu’à 50-60 ans.
Les variations individuelles sont nombreuses.
Le vieillissement a une composante génétique, mais il dépend pour une grande
part de l’environnement, notamment des conditions de travail qui peuvent être
à l’origine d’une usure accélérée ou prématurée. Dans ce secteur aux multiples
difficultés, liées à l ‘activité de mise en propreté, s’ajoutent des années d’exposition
antérieures à des contraintes physiques fortes.
Les travailleurs de 50 ans et plus peuvent être sujets à un vieillissement prématuré
lié non seulement à leurs conditions de travail mais aussi à leur situation socioéconomique : précarité, difficultés d’accès aux soins...
L’entreprise doit rechercher les contraintes et les conditions les plus pénalisantes
au regard de l’âge : contraintes temporelles, contraintes physiques, horaires
atypiques, changements répétés d’emploi ou d’organisation, cumul des
expositions…
Pour diminuer les facteurs d’usure professionnelle prématurée de ces salariés,
il sera souhaitable d’améliorer l’organisation, de diminuer le travail physique,
d’adapter l’environnement (amélioration de l’éclairage, réduction des expositions
aux ambiances thermiques extrêmes...), de développer les compétences, de
ménager des marges de manœuvre et d’améliorer la formation.
Les représentations de l’âge et du vieillissement doivent évoluer.
50 ans et plus... de valeur ajoutée
CRÉDITS PHOTOS :
ACMS/J.-F. Lange, CMIE/Agence Axe
Partner Shutterstock, FEP, Fotolia,
Hôpital Tenon (GHHU Paris Est),
Patrick Delapierre/INRS (page 1,
Chariot en milieu de soins), Vincent
Gremillet/INRS (page 3, Nettoyage
dans l’industrie).
Pour l’entreprise, les seniors représentent une richesse humaine, sociale, technique
et partagent un certain nombre de valeurs :
• Un savoir-faire, une forme d’expertise acquise par l’expérience.
• La conscience professionnelle : implication dans le travail, attachement au site de
travail, moindre absentéisme, fiabilité, respect des horaires, goût du travail bien
fait, qualité du relationnel avec le client…
• L’expérience : réactivité, prise d’initiative…
• Le rapport au groupe : sens du collectif, respect de l’encadrement…
Ces éléments rendent les seniors plus aptes à préserver la pérennité d’une
entreprise, d’une organisation et à garantir une plus grande efficience dans la
conduite du changement.
Nota : les partenaires sociaux ont signé un accord de branche relatif aux seniors le 27 septembre 2009,
étendu par arrêté du 29 janvier 2010.
Fiche
Les acteurs
de la prévention
En matière de santé et de sécurité au travail, l’employeur a - depuis février
2002 - une obligation de sécurité de résultat. Il est ainsi tenu par la loi
d’identifier, d’évaluer et de classer les risques dans son établissement afin
de mettre en place des actions de prévention pertinentes à travers
la rédaction du Document unique. N’étant pas un spécialiste de ces
questions complexes, et qui évoluent en permanence, il peut s’appuyer
sur son service de santé au travail, en l’occurrence son médecin du travail,
les infirmiers, les assistants en santé au travail et les intervenants en
prévention des risques professionnels, ainsi que les assistants sociaux
du travail. Il peut aussi faire appel à l’ensemble des partenaires qui, à la
périphérie de son entreprise, sont en mesure de le conseiller et de
l’accompagner pour la mise en œuvre d’actions
spécifiques, tant pour la prévention des risques
professionnels que pour la prévention de
la désinsertion professionnelle.
8
Les acteurs
de la prévention
Dans l’entreprise
• L’employeur
Fiche
8
Il détient le pouvoir et les moyens de choisir les matériels, de déterminer les procédés et les
organisations du travail dans son entreprise. Il est responsable de l’application de la réglementation
et de la sécurité du travail. Il doit mener l’évaluation des risques professionnels dans son entreprise,
consignée dans le Document unique, en vue de mettre en œuvre un plan d’action de prévention.
Il engage sa responsabilité pénale : il doit veiller personnellement au respect strict et constant,
dans son entreprise, des règles édictées par le Code du travail. Il engage également sa
responsabilité civile : “Tout accident ou maladie professionnelle constitue un manquement
à l’obligation de sécurité de résultat ayant le caractère de faute inexcusable lorsque l’employeur
avait ou aurait dû avoir conscience du danger”.
• Le CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail)
Sa constitution est obligatoire dans toute entreprise comptant au moins 50 salariés. Présidé par
le directeur de l’établissement ou son représentant, il est composé, notamment, de représentants
du personnel élus. Sa mission : contribuer à la protection de la santé et de la sécurité ainsi qu’à
l’amélioration des conditions de travail de tous les salariés de l’établissement.
Le CHSCT a pour vocation de :
- procéder à l’analyse des risques professionnels, des conditions de travail et des risques
auxquels peuvent être exposés les salariés (Document unique) ;
- contribuer à la promotion de la prévention des risques professionnels et proposer des actions
de prévention ;
- veiller à l’application des dispositions législatives et réglementaires ;
- effectuer des enquêtes en matière d’accidents du travail et de maladies professionnelles ;
- donner un avis sur les mesures prises en vue de faciliter l’aménagement des postes de travail.
Sont obligatoirement invités aux réunions de CHSCT, l’inspecteur du travail, l’agent du service
prévention de la CRAMIF (Caisse régionale d’assurance maladie d’Île-de-France) et le médecin du
travail.
Au sein de l’entreprise, le service HSE (hygiène - sécurité - environnement) peut aussi
jouer un rôle important.
A la périphérie de l’entreprise
• Service de santé au travail
Chaque entreprise est tenue d’adhérer à un service de santé au travail.
Le médecin du travail : il est le conseiller de l’employeur, des salariés et de leurs représentants en
matière de santé, de sécurité et de conditions de travail. De ce fait, son activité s’exercera selon
deux axes complémentaires :
• Action en milieu de travail (prioritaire) : ses interventions visent à proposer et conduire des
actions de prévention, de correction ou d’amélioration des conditions de travail, notamment
en établissant la fiche d’entreprise et en conseillant l’employeur dans l’évaluation des risques.
Le médecin du travail participe également aux réunions du CHSCT, du CLIN en milieu de soins.
• Suivi médical des salariés : l’objectif est de mettre en place des actions individuelles appropriées
par le biais de la fiche d’aptitude ainsi que de recueillir des informations utiles pour les actions
en milieu de travail. Des entretiens infirmiers peuvent également être organisés.
Les visites (embauche, périodique, reprise du travail après un accident du travail, une maladie
professionnelle, une absence pour maladie…) sont obligatoires sous certaines conditions.
D’autres peuvent être réalisées à la demande du salarié ou de l’employeur. Une surveillance
médicale renforcée peut être mise en place soit parce que le poste de travail comporte des
exigences ou des risques particuliers, soit en raison de la situation personnelle des salariés
(travailleurs handicapés, femmes enceintes...).
L’équipe pluridisciplinaire : aux côtés du médecin du travail, elle participe à la
prévention en matière de santé et de sécurité des salariés, ainsi qu’à l’amélioration
des conditions de travail. Les IPRP (intervenants en prévention des risques
professionnels) sont des spécialistes (ingénieurs, ergonomes, psychologues du
travail, métrologues…) dont l’expertise vient compléter celle du médecin du travail.
Ils ont reçu une habilitation*, bénéficient d’une indépendance technique et sont
tenus au secret professionnel. Ils interviennent à la demande du médecin du travail
ou de l’employeur auprès duquel ils peuvent jouer un rôle de conseil : identification
des dangers, évaluation/prévention des risques professionnels, aide à la réalisation
du Document unique, choix des équipements de protections individuelle et
collective, sensibilisation et formation du personnel… Ils peuvent être consultés
pour réaliser des études (ergonomie, métrologie, charges physiques, ambiances et
organisations de travail, aménagement de locaux…) et proposer des actions correctives.
* délivrée, au nom de l’État, par un collège composé de la CRAM, l’OPPBTP et l’ARACT.
Hors de l’entreprise
• ARACT (Association régionale pour l’amélioration des conditions de travail)
L’ARACT d’Île-de-France a pour mission d’apporter appui et conseil aux branches
professionnelles et aux entreprises sur les questions touchant à l’amélioration des
conditions de travail dans quatre domaines prioritaires : prévention des risques
professionnels, gestion des âges, mutations économiques, technologiques et
organisationnelles, conditions de travail et organisation des temps de travail.
Au-delà de ses missions d’intervention, elle a également vocation à diffuser des
expériences, méthodes et outils, au travers d’actions de communication et de transfert.
Organisme paritaire, l’ARACT est gérée par les partenaires sociaux : CGPME et MEDEF
pour le collège employeur, CFDT, CFTC, CFE/CGC, CGT et CGT/FO pour le collège salarié.
Elle est une composante du réseau national animé par l’Agence nationale pour
l’amélioration des conditions de travail (ANACT). www.aractidf.org
• CRAMIF
La Direction régionale des risques professionnels de la CRAMIF
assure la tarification et la prévention en matière d’accidents
du travail (AT) et de maladies professionnelles (MP). Elle est
non seulement chargée de notifier aux entreprises leur taux
de cotisation AT/MP, mais aussi de promouvoir et coordonner
la prévention des risques professionnels au niveau régional,
en y associant les représentants des employeurs et des salariés.
Les contrôleurs de sécurité de la CRAMIF sont chargés du
contact direct avec les entreprises pour assurer ces missions,
avec l’appui technique d’ingénieurs conseils et d’équipes
transversales comprenant ingénieurs, médecins, ergonomes,
contrôleurs (Laboratoire de toxicologie industrielle, Centre
de mesures et de contrôles physiques). La CRAMIF peut utiliser
des incitations financières pour la mise en place de certaines
améliorations des conditions de travail en entreprise
(conception des locaux, matériel, formation…) et pour favoriser
le déploiement de mesures d’évaluation des risques et de
prévention dans des secteurs d’activité ciblés. Elle organise
des campagnes de prévention destinées aux salariés et aux
employeurs. www.cramif.fr
Cinergie
L’objet de cette association loi 1901
est d’agir contre l'exclusion du
monde du travail des personnes
en situation de déficit physique,
psychique ou sensoriel.
Elle intervient en lien avec les
médecins du travail, médecins de
prévention et de soins, ainsi qu'avec
les professionnels de l'insertion ou du
maintien dans l'emploi des personnes
handicapées. Objectifs :
- anticiper les conséquences sociales
et économiques d'une «décision
médicale»
- créer un esprit commun en faveur de
l'emploi des personnes handicapées
pour développer une approche cohérente et partenariale au bénéfice du
salarié en difficulté.
www.handitrav.org
• CTIP (Centre technique international de la propreté)
Objectif : améliorer la qualité de l’environnement des lieux de travail par l’hygiène et la propreté.
Il contribue à la normalisation et aux systèmes de certification, réalise des études, publie
des guides, organise des échanges d’informations et participe à l’enseignement. Il intervient
également en entreprise via la structure CTIP Conseil auprès des donneurs d’ordre, sur la
pertinence et le réalisme de plans de prévention, auprès des entreprises de propreté, sur la mise
en place et la mise à jour du Document Unique, l’analyse du risque chimique, la prise en compte
des risques psychosociaux... et auprès des fournisseurs sur l’ergonomie des méthodes et matériels
(notamment, prévention des TMS). Le CTIP est IPRP pour la technique et l’organisation.
• DIRECCTE (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la
consommation, du travail et de l’emploi)
Fiche
8
La DIRECCTE d’Île-de-France est née de la fusion et de la réorganisation, en un service déconcentré
régional unique, de sept services régionaux de l’État issus du ministère de l’Économie, de l’industrie
et de l’emploi, et du ministère du Travail, de la solidarité et de la fonction publique.
Elle comporte :
- un échelon régional organisé en trois pôles : le pôle Travail pilote et met en œuvre la politique
du travail de l'État en région dans quatre domaines (relations individuelles du travail, santésécurité au travail, relations collectives et travail illégal). Il regroupe l'inspection du travail et les
services qui lui sont associés (renseignement et services d'appui). Le pôle 3E mène des missions
qui relèvent de la politique de l’emploi et de la formation professionnelle, du développement
économique sur le territoire et à l’international, en direction des entreprises, des actifs ou des
demandeurs d’emploi. Le pôle C pilote la mise en œuvre des politiques de contrôle en matière
de concurrence et de protection des consommateurs.
- huit unités territoriales (UT) dans les huit départements franciliens qui mettent en œuvre les
politiques du travail et de l’emploi et contribuent au développement économique du territoire.
www.travail-solidarite.gouv.fr
• FEP (Fédération des entreprises de propreté) / FARE
Seule organisation patronale représentative du secteur (20 000 entreprises / 430 000 salariés),
elle est présente sur l’ensemble du territoire via ses huit chambres syndicales. Désireuse de
dynamiser une réelle politique de prévention des risques professionnels dans les entreprises, elle
assure une mission de veille (statistiques AT/MP, législation…) et de communication (information,
mise à disposition d’outils réalisés en interne ou en partenariat). Elle bâtit et réalise des plans
d’action (programme national TMS piloté par le Fare notamment) et participe à des commissions
nationales. Elle est partie prenante dans la définition des référentiels de formation Éducation
Nationale où elle veille à la prise en compte de la prévention des risques. Le responsable du service
technique de la FEP fait partie de la commission «études et recherches» de l’INRS.
Opérateur de la branche professionnelle, le FARE accompagne le développement économique
et social du secteur de la propreté. La mise en œuvre de ces démarches en région est pilotée par
ses délégués régionaux, avec l’appui de l’organisme de formation de la branche (INHNI) pour la
formation des agents de services et chefs d’équipes au Certificat de prévention secours (CPS
Propreté), reconnu par l’INRS. Par ailleurs, le délégué régional du FARE (représentant de la FEP)
est chargé de développer une dynamique territoriale autour du dispositif, en partenariat avec
les acteurs de la prévention, et de relayer les informations auprès des opérateurs de branche.
• INRS (Institut national de recherche et de sécurité)
L’action de l’INRS s’articule autour de quatre axes :
- des programmes d’étude et de recherche sur les risques professionnels de toutes natures.
- des actions de formation et d’aide pédagogique.
- la conception d’outils d’information et leur diffusion auprès d’un public large et diversifié
(brochures périodiques, affiches, vidéos, CDrom, site internet...).
- des actions d’assistance technique, juridique et documentaire sur des questions de prévention.
www.inrs.fr
• SAMETH (Service d’appui au maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés)
CRÉDITS PHOTOS :
ACMS/J.-F. Lange, CMIE/Agence Axe
Partner Shutterstock, FEP, Fotolia,
Hôpital Tenon (GHHU Paris Est).
Les prestataires du réseau Sameth ont pour mission d’aider les entreprises et les salariés à trouver
une solution sur-mesure de maintien dans l’entreprise quand apparaît une inadéquation entre
l’état de santé du salarié et son poste de travail. Ce service, présent dans tous les départements,
est délivré par des professionnels sélectionnés par l'Agefiph et qui interviennent en partenariat
avec les acteurs des champs médical, social et de l’emploi.
Fiche
Identifier et
évaluer les risques :
analyse de l’activité
Les entretiens médico-professionnels et l'étude du travail réel apportent
des informations précieuses sur les contraintes des salariés, leur vécu
professionnel et la façon dont, sur le terrain, ils exécutent les tâches
prescrites : règles du métier, gestes techniques, tâches annexes, moyens
mis en œuvre (machines, outils, équipements de protection, procédures...),
environnement (chimique, physique, lumineux…), postures, forces à exercer,
charges à manutentionner, produits utilisés, organisation (méthode, autonomie, répartition du travail, contraintes horaires, travail isolé ou en
équipes, activité en présence de clients, de patients ou du public...).
Un écart existe toujours entre le travail prescrit (ce que l'homme au travail
doit faire) et le travail réel ou effectif (ce qu'il fait). Cet écart peut s'expliquer
par l'appropriation du travail par le salarié ou l'adaptation aux contraintes
du travail et à la tâche à effectuer. L'intervention sur le terrain permet un
meilleur repérage des situations à risques, et de réduire ainsi gêne,
pénibilité, accidents et maladies professionnelles.
L'information et la formation des salariés
sur les risques, les moyens de se
protéger et les procédures
d'urgence seront plus
adaptées aux situations
rencontrées. Les préventeurs peuvent
ainsi avoir une
idée de la charge
de travail des
salariés.
9
Identifier et évaluer les
risques : analyse de l’activité
Check-list pour les préventeurs
• Dans quel type d’établissements interviennent vos salariés ?
Fiche
9
- habitations collectives.
- locaux administratifs ou commerciaux.
- centres de culture et de loisirs.
- ateliers.
- bureaux.
- centres de production.
- sites industriels.
- sites sensibles.
- hôtels.
- établissements de soins (hôpital, clinique…).
- lieux publics : trains, gares, aéroports, espaces verts...
• Quels types de tâches peuvent leur être confiés en plus du nettoyage dans le
cadre de services associés ?
- services de restauration.
- préparation de véhicules.
- entretien des réseaux de ventilation et fluides.
- cafétéria.
- conciergerie, accueil du public.
- gestion de salles événementielles.
- maintenance premier niveau.
- gestion de déchets (chimiques, hospitaliers...).
- nettoyage de robots et cabines de peinture.
- ramassage d’encombrants.
- dératisation, désinsectisation.
- sablage, salage.
- déménagement, manutention.
- gros travaux dans cuisine industrielle...
• Quels sont les horaires de travail ?
- temps plein ou temps partiel.
- travail de jour, de nuit, en équipes.
- week-end, jours fériés.
Nouveaux métiers, nouveaux risques
Depuis quelques années, les entreprises
du secteur de la propreté proposent de
nouveaux services qui viennent compléter
la gamme des prestations de base qui
constituent leur «cœur de métier».
Les champs couverts sont très larges,
comme en témoignent ces quelques
exemples : préparation de véhicules,
entretien des réseaux de ventilation et de
fluides, cafétéria, conciergerie, accueil du
public, gestion de salle événementielle,
petite maintenance, gestion de déchets
de soins, nettoyage de robots et cabines
de peinture, ramassage d’encombrants,
salage, déménagement-manutention…
Certaines de ces activités exposent les
intervenants à des risques spécifiques :
biologique (gestion des déchets de
soins…), électrique (petite maintenance…),
chimique (cabines de peinture…), routier
(déménagement…) ou encore psychosociaux (accueil du public…).
Le plan d’action devra tenir compte de
l’activité, des risques repérés et des
mesures de prévention déjà mises en
place.
• Comment le travail est-il organisé ?
- mode de distribution et quantification des tâches.
- prise en considération du facteur temps : trajet, déplacements d’un site à l’autre.
- prise en considération du mode de déplacement : voiture de fonction, voiture
personnelle, transport en commun.
- intervention réalisée seul (possibilité de travail isolé) ou en équipes (organisation
de l’équipe).
- travail en présence du personnel de l'entreprise.
- référent en cas de problème.
- organisation de réunions (salariés, encadrement).
• Dans quel environnement travaillent vos salariés ?
- surfaces à nettoyer, géométrie des lieux, distances à parcourir (dénivellations...).
- facteurs de gêne à la réalisation : encombrement des surfaces, câblage
informatique, conditions d’éclairement, bruit environnant...
• A quels facteurs de risques sont-ils exposés ?
- procédés de nettoyage.
- travail au chaud, au froid, aux intempéries.
- travail en milieu empoussiéré (diagnostic amiante, ateliers de fabrication…).
- exposition aux vibrations (monobrosses).
- manutention manuelle, gestes répétitifs, postures contraignantes, forces à développer...
- manipulation de produits chimiques d’entretien (préparation, manipulation, stockage…).
- type de matériels mis à leur disposition (préparation et entretien…).
- conduite professionnelle.
- déplacement de malades dépendants (ex. transfert au fauteuil).
- relationnel avec la famille en milieu de soins.
• Quels matériels vos salariés utilisent-ils ?
• Quels équipements de protection individuelle ont-ils à leur
disposition ? Les portent-ils ?
• Quelles procédures d’urgences sont en place ?
- disposez-vous de salariés sauveteurs secouristes du travail ?
• Comment les salariés sont-ils formés et informés sur les risques
auxquels ils sont exposés ? Les moyens de protection mis à leur
disposition ?
- a-t-on pensé aux nouveaux embauchés, à ceux qui viennent de changer de site,
aux personnes travaillant de façon isolée ou en décalage ?
• Jugez-vous avoir un turn-over élevé, un nombre d’accidents
important, des arrêts de travail répétés ?
• Vos salariés se plaignent-ils de douleurs, gêne, pénibilité ?
Le plan de prévention
L’interférence entre les activités, les installations et les matériels de l’entreprise cliente
(dite entreprise “utilisatrice”) et ceux de l’entreprise de nettoyage (dite entreprise
“extérieure”) crée des risques pour les travailleurs des deux entreprises qui évoluent sur
le même lieu de travail. Les employeurs doivent analyser les situations à risques et établir,
avant le début des travaux, un plan de prévention qui définit les mesures de prévention
à respecter par chacune des deux entreprises.
Fiche
9
Le plan de prévention, arrêté avant le début
des travaux, est établi par écrit dans les deux
cas suivants (articles R.4512-6 à R.4412-12 du
code du travail) :
1° Dès lors que l'opération à réaliser par
l’entreprise extérieure représente un nombre
total d'heures de travail prévisible égal au
moins à 400 h sur une période inférieure ou
égale à douze mois, que les travaux soient
continus ou discontinus. Ou, lorsqu'il apparaît,
en cours d'exécution des travaux, que le nombre
d'heures de travail doit atteindre 400 h.
> Ce seuil est atteint très rapidement dans
l'activité de nettoyage puisque ça représente
une prestation de 1h30 par jour sur un an
(semaine de 5 jours).
2° Quelle que soit la durée prévisible de
l'opération, lorsque les travaux à accomplir
figurent sur la liste de travaux dangereux
fixée par arrêté du 19 mars 1993.
> Cela peut concerner les entreprises de
nettoyage selon l’activité de l'entreprise
utilisatrice où elles interviennent (hôpital,
industrie chimique…).
La démarche
CRÉDITS PHOTOS :
ACMS/J.-F. Lange, CMIE/Agence Axe
Partner Shutterstock, FEP, Fotolia,
Hôpital Tenon (GHHU Paris Est),
Gaël Kerbaol/INRS (pages 1&3,
Agent de nettoyage hôtel), Vincent
Gremillet/INRS (page 1, Nettoyage
dans l’industrie).
• Inspection commune des lieux de travail,
y compris le local destiné à accueillir les
travailleurs de l’entreprise intervenante,
les vestiaires ainsi que l’éventuel local de
stockage des produits d’entretien et des
matériels de nettoyage.
> Le CHSCT de l'entreprise utilisatrice est
invité à participer aux visites d'inspection
commune et peut présenter ses remarques
et observations sur le plan de prévention.
• Inspection du matériel éventuellement
mis à disposition de l’entreprise extérieure
(aspirateurs, équipements de manutention…).
• Délimitation du secteur de l’intervention.
• Matérialisation des zones de ce secteur qui
peuvent présenter des dangers.
• Définition des voies d’accès que peuvent
emprunter les travailleurs de l’entreprise
extérieure.
• Communication au chef de l’entreprise
extérieure des consignes de sécurité
applicables à l’opération.
• Communication au chef d’entreprise
utilisatrice du nombre de travailleurs affectés
à l’opération, du nom et de la qualification de
la personne en charge de diriger l’opération.
• Analyse des risques pouvant résulter de
l’interférence entre les activités.
Les mesures
Les mesures prévues par le plan de prévention
comportent au moins les dispositions
suivantes :
1° Définition des phases d'activité
dangereuses et des moyens de prévention
spécifiques correspondants (exemple :
manipulation et fractionnement/dilution des
produits de nettoyage concentrés).
2° Adaptation des matériels, installations et
dispositifs à la nature des opérations à réaliser
et définition de leurs conditions d'entretien.
3° Instructions à donner aux travailleurs.
4° Organisation mise en place pour assurer
les premiers secours en cas d'urgence et
description du dispositif mis en place à cet
effet par l'entreprise utilisatrice.
5° Conditions de la participation des
travailleurs d'une entreprise aux travaux réalisés
par l’autre en vue d'assurer la coordination
nécessaire au maintien de la sécurité, notamment, de l'organisation du commandement.
Le plan de prévention fixe la répartition
des charges d'entretien entre les entreprises
extérieures dont les travailleurs utilisent les
locaux et installations mis à disposition par
l'entreprise utilisatrice.
L’entreprise extérieure doit présenter le plan
de prévention à ses nouveaux salariés arrivant
en cours d'opération, dans le cadre d'une
formation à la sécurité sur le site.
Le plan de prévention doit être revu suite à un
incident ou accident mettant en évidence
qu'un risque n'a pas été correctement évalué.
De nouvelles mesures de prévention sont
nécessaires.
Il est de la responsabilité de l'entreprise
extérieure de recueillir auprès de l'entreprise
utilisatrice tous les éléments nécessaires pour
faire sa propre évaluation des risques comme,
par exemple, le diagnostic amiante et plomb
des bâtiments où a lieu l'intervention, les zones
à risque d’atmosphère explosive (ATEX)…
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising