Les ectoparasites - CClin Sud-Est

Les ectoparasites - CClin Sud-Est
Marie‐Elisabeth Gengler
Riphh Jeudi 9 avril 2015
Blaise la punaise et ses amis…
sont nos amis!
Nos amis depuis la nuit des temps
y Depuis la nuit des temps les animaux ont des parasites
y Adaptation
y Contamination de l’Homme ,de son environnement y Hôtes assidus
y Insectes, acariens, rongeurs, les ‘‘nuisibles’’ ont toujours posé des problèmes à l’homme
Nos amis les parasites
y Personne n’échappe à un épisode invasif de parasites : ni établissements flambants neufs, ni locaux vétustes, ni habitats particuliers
y Plus de graves maladies véhiculées par ces parasites : peste, typhus…en Europe y Maîtrisées par les traitements, le développement de l’hygiène y Maladies « quarantenaires » = mesures « d’isolement »
car ces charmants parasites…
Charmants…vecteurs de maladies
y Sont en recrudescence en France
y Provoquent piqûres, éruptions, prurit, démangeaisons gênantes y Souvent bénignes :
1 simple piqûre peut entraîner ¾ une affection plus grave
¾ une épidémie parfois difficile à contrôler
Charmants vecteurs de maladies
y Puce = vecteur de la peste
y Moustique = vecteur du paludisme, dengue, chikungunya
y Sarcopte = vecteur de la gale
y Pou = vecteur du typhus exanthémique , fièvre récurrente cosmopolite
Les arthropodes ne sont pas nos amis
Leur vue, leur évocation provoque sentiment d’horreur, envie de se gratter, panique et sauve qui peut!
Et contractées en établissement de santé, ces infestations sont considérés comme nosocomiales
Charmants vecteurs de maladies
y La gale diffuse facilement, en psychiatrie, EHPAD , en toute collectivité
y poux , puces , punaises , nécessitent des interventions précoces pour éviter leur propagation
y Les patients atteints du chikungunya sont isolés, des dispositifs anti‐moustiques mis en place
y Les autres insectes, blattes , mouches… = vecteurs d’infections? non démontré, mais cause de nuisances , prolifèrent et peuvent inquiéter patients et familles…
Que dit le dictionnaire
y Ectoparasite : parasite végétal ou animal vivant à la surface du corps ,tel que puce, punaise de lit
y Parasite : animal ou végétal qui pendant une partie ou la totalité de son existence vit aux dépens d'un individu, d'une autre espèce dont il altère parfois la santé(G et D).
On distingue : y Les ectoparasites vivant à la surface des organismes, sur ou dans la peau et les phanères.
y Les endoparasites vivant à l'intérieur de l'organisme : tissus, sang, intestins.
En Europe : Ectoparasites humains stricts / ou de l’environnement
y
y
y
y
y
y
y
Sarcopte Pou Puce Moustique Tique Dermanyssus gallinae Punaise Le sarcopte
y Sarcoptes scabiei : parasite de l'ordre des acariens qui provoque les lésions de la gale, du grec Sarx : chair et Koptein : couper. Classification y Règne‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ Animal
y Embranchement‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Arthropodes
y Sous‐embranchement‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Chélicérates
y Classe‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Arachnides
y Sous‐classe‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Acariens
y Ordre‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Astigmates
y Genre‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Sarcopte
y Espèce‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐scabiei
Le sarcopte
y Réservoir et hôte unique : l’homme Hommes, femmes, enfants, jeunes, personnes âgées, gens propres et fortunés, gens pauvres
y Activité : creuse des sillons sous le derme, y pond des œufs torture ses victimes, car il gratte, provoque des démangeaisons surtout la nuit = perturbateur de sommeil
y Points forts : pas d’immunité acquise après première infestation, pas de guérison sans traitement
y Savons et produits hydro alcooliques ne le tuent pas
Le sarcopte et la gale
y Aime : chaleur et humidité 10° et 20°, printemps, automne vie en collectivité , contacts étroits, sexuels
y Déteste : le froid en dessous de zéro, Apar®, Ascabiol® et autres acaricides
le lavage des mains qui par son action mécanique, l’évacue de la surface de la peau. Gale = incubation longue, 2 à 6 semaines, peut‐être plus !
Gale = diagnostic difficile !
A différencier d’un eczéma, herpès et autres dermatoses avec des points rouges, des vésicules …
la gale
y Surveiller : examen complet dès l’entrée à la recherche de sillons dermatose suspecte = avis d’un dermatologue y Après traitement : risque de ré infestation et incubation plus courte, quelques jours ! y Epidémie : cellule de crise indispensable, organisation « militaire » à
mettre en place: qui ? fait quoi ? où ? quand ? comment ?
y Conseil : ne pas travailler nu‐pieds, traiter les vestiaires du personnel traiter pantoufles, chaussons, chaussures .
y Prendre une douche avant de quitter le travail
y Fin : 6 semaines sans nouveau cas et continuer la surveillance !
Le pou
y Lat. Pediculus : insecte sans ailes, parasite externe des mammifères et de l'homme dont il suce le sang (de 1 à 3 mm) y 3 espèces connues depuis l’antiquité :
¾ Pediculus capitis : pou de tête
¾ Pediculus corporis : pou de corps
¾ Phtirius inguinalis ou pubis : pou de pubis (morpion)
Classification
y Règne‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Animal
y Embranchement‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Arthropodes
y Sous‐embranchement‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Mandibulates (Antennates)
y Classe‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Insectes
y Sous‐classe‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Ptérygotes
y Ordre‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Anoploure
y Genres‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Pediculus, Phtirius
y Espèces‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐corporis, capitis, pubis
Le pou
y Activité : poux, larves, adultes, se nourrissent de sang, piquent leur hôte 2 à 4 X par jour (pou de tête et de corps) ou de façon ininterrompue (pou de pubis)
y S’accouplent plusieurs fois par jour, la femelle pond 3 à 10 œufs par jour, les fixe aux poils, cheveux, fibres des vêtements avec une substance « le cément » le tout formant alors la lente. y 1 œuf éclos en 6 à 10 jours donne une larve qui mue 3X avant de devenir un adulte et se reproduit à son tour
y Le cycle dure environ 3 semaines
Le pou
y Survie : chez l'hôte, le pou adulte vit de 6 à 8 semaines
y Ne peut vivre que gorgé de sang
y Privé de nourriture, il meurt en 1 à 3 jours
y Très sensible à la chaleur et à la déshydratation
y Maladie sexuellement transmissible.
y Transmission par contact direct ou indirect
(vêtements, literie, objets de toilette, eau de la piscine, …)
Pou de pubis ou morpion : Phthirius pubis y Parasite des poils du pubis, parfois barbe, cils, frange frontale (enfants), mais aussi toute la pilosité
y Provoque la Phthiriose = IST bénigne, rare
y Insecticides, Rasage +++ et traiter les contacts!!!
Pediculus corporis : pou de corps
y Seul pou reconnu vecteur de maladie :
¾ Typhus exanthématique (R.Prowasskii)
¾ Fièvre des tranchées (R.quitana)
¾ Fièvre récurrente à pou (B.recurrentis)
Pediculus capitis : pou de tête
y Problème de santé publique > 300 millions de personnes infestées
y Toutes les couches de la société
y Jusqu’à 60% d’enfants selon pays ,âge, sexe
y Infections les plus fréquentes après les infections ORL
y Prurit , lésions de grattage , troubles du sommeil ?, agitation ? retard scolaire?
Lutte contre la pédiculose en milieu scolaire
ƒ circulaire n° 77.050 du 7 février 1977 (annexe 1)
Instructions du Ministère de l'Education Nationale
en matière de lutte contre la pédiculose ƒ arrêté du 3 mai 1989 (annexe2)
précise qu'en cas de pédiculose, les malades ne sont pas soumis à éviction si le traitement est mis en place. Il en est de même pour les sujets en contact avec les sujets porteurs.
Poux : cas isolé
y Traitement adapté
y Examen systématique des autres patients / résidents
y Eviter dans la mesure du possible tout contact avec les autres patients/résidents
y Limiter les contacts patient/personnel
y Limiter le nombre de visiteurs y Informer des mesures à prendre : le patient, personnels, visiteurs, famille, coiffeur!
y Se conformer strictement au mode d'emploi et temps d’application du produit : toxicité!
y Connaître et rechercher les effets indésirables.
y chambre individuelle si poux de corps
Poux : cas isolé
y changer tout le linge
y
y
nettoyer peignes et brosses
saupoudrer d'insecticide et enfermer dans un sac, les textiles non lavables pendant 48 h minimum
y laver à 60° minimum tout ce qui peut l'être
y traiter puis nettoyer le mobilier et la chambre
Poux : épidémie
y Informer l’unité d’hygiène
y Evaluer les besoins en produits, matériel et linge
y Recenser les besoins supplémentaires en personnel
y Planifier le traitement simultané de l’ensemble des patients.
La tique
y (anglais tick) acarien parasite vivant sur la peau des ruminants, du chien, de l’homme dont il puise le sang pour se nourrir, synonyme : ixode.
y Possède deux stigmates respiratoires à la partie moyenne du corps et des chélicères* en forme de harpon barbelé.
Classification
Règne‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Animal
Embranchement ‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Arthropodes
Sous‐embranchement ‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Chélicérates
Classe‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Arachnides
Sous‐classe‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Acariens
Ordre‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Métastigmates
Famille‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Ixodidés et Argasidés
La tique
Le risque de contracter des tiques existe :
yÉtablissements avec jardins, parcs, forêts, recevant des résidents avec leur animal de compagnie , promenades et pique‐nique!
ySurveillance si doute car petite tique deviendra grande!
La tique
y La tique s’agrippe à son hôte lorsqu’il marche ou s’allonge dans l’herbe
y Enfonce son rostre dans l’épiderme par une action mécanique et une action chimique (la salive digère les tissus au point de lésion)
y S’ ancre grâce à l’hypostome pourvu de dents rétrogrades y Son repas fini, abandonne son hôte, laisse en place le cément ou manchon, ce qui cause une réaction inflammatoire locale durable La tique
y Vecteurs très importants
y Transmettent des maladies à l’homme et à l’animal
y Plus d’une centaine de virus dont 10 à l’origine d’infection grave et plus d’une quarantaine de bactéries, rickettsies, spirochètes ...
y Les affections décrites sont rencontrées en Europe
y Pour les autres continents : s’informer des différentes pathologies qui peuvent exister auprès des services de médecine tropicale
Maladie de Lyme
y Bactérie: spirochète du genre Borrelia
y Réservoir : la tique
y Maladie professionnelle chez les forestiers
y Bûcheron ou promeneur tous exposés aux piqûres de tiques !
y En France pleine saison : début du printemps à la fin de l’automne
y Évolue en 3 phases après piqûre :
Phase primaire : rougeur à partir du point de piqure ou « érythème chronique migrant de Lipschutz » , peut n’apparaitre qu’après un mois, mesure jusqu’à 20 cm, ne démange pas, parfois un peu de fièvre et maux de tête et disparaît après 4 à 5 semaines sans laisser de traces
¾ Phase secondaire dans les mois suivants : douleurs articulaires, les symptômes évoluent par poussées. Complications: cardiaques (myocardites, péricardites)et neuroméningées
¾ Phase tertiaire : longtemps après atteintes cutanées et articulaires, démences
¾
Maladie de Lyme
y Test : Elisa, Western Blot
y Traitement : ATB (Amoxicilline)
y Conduite à tenir : retirer la tique en entier , ne pas utiliser d’éther
y Toutes les tiques ne sont pas contagieuses
y La maladie de Lyme peut rester longtemps silencieuse suite à une piqûre souvent anodine, passée inaperçue
Les punaises y Lat. putere = puer et nasus= nez Cimex lectularius Petit insecte, hétéroptère, au corps roux aplati, parasite de l’homme qu’il pique pour se nourrir de son sang ; la punaise transmet le typhus et la fièvre récurrente cosmopolite, des rickettsioses.
Classification :
Règne‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Animal
Embranchement‐‐‐‐‐‐‐‐Arthropodes
Sous embranchement‐‐‐‐‐‐‐‐Mandibulates (Antennates)
Classe‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Insectes
Ordre‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Hémiptères
Sous‐Ordre‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Heteroptères
Famille‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Cimicidae
Genre‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Cimex
Espèce‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐lectularius, colombarius, hirundinis
Les punaises
y Cimex lectularius : hôte principal l'homme, et d'autres animaux à sang chaud y retrouvée dans les maisons du monde entier, cachée derrière les cadres, les baguettes d’électricité, les replis des matelas y principalement dans les habitations vétustes
y Les punaises sortent la nuit, pour se nourrir du sang de leurs hôtes endormis
Les punaises : capacité de survie
y les punaises ne peuvent pas voler, peuvent marcher assez vite ou se laisser passivement transporter dans les vêtements ou plus généralement dans les bagages, les meubles, les livres et tous les objets pouvant tenir lieu de refuge
y capacité : à demeurer en vie pendant plusieurs mois sans se nourrir augmente leurs chances de survie et de propagation
y distribution géographique : dans le monde entier y Préfèrent : zones pauvres, surpeuplées, conditions d'hygiène précaires, mais peuvent se rencontrent partout.
y passent l'hiver sous forme adulte, les oeufs et les larves plus sensibles aux basses températures, meurent lorsque l'hiver arrive, sauf dans les locaux Le moustique
y (anglais mosquito) insecte diptère, dont la femelle pique la peau de l’homme et des animaux pour se nourrir de leur sang
Classification
Règne‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Animal
Embranchement‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Arthropodes
Sous‐Embranchement‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Mandibulates (Antennates)
Classe‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Insectes
Sous‐Classe‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Ptérygotes
Super Ordre‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Mécoptéroïdes
Ordre‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Diptères
Sous‐Ordre‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Nématocères
Famille‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Culicidés
Genres‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐Culex, Anopheles, Aedes et autres
Prévention
y avoir mis en place , entamer une réflexion sur une procédure de prise en charge des patients porteurs d'une de ces 2 arboviroses, en période de phase virémique.
y La phase virémique survient pendant une phase de 8 jours qui court de J‐1 de la DDS à J+7 de la DDS. y Ceci est d'autant plus vrai pour les établissements de santé situés dans des zones où l'on est certain que le moustique est bien implanté (CHU Grenoble, CH U de Lyon Sud...).
La puce
y Lat. pulex, Insecte dont l’adulte puise par son rostre le sang des mammifères. Les Siphonaptères ou puces vivent en contact étroit avec leur hôte, à l’état adulte, sont caractérisés par leur aptitude au saut. »
Classification
Règne ‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ Animal
Embranchement ‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ Arthropodes
Sous‐embranchement ‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ Mandibulates (Antennates)
Classe ‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ Insectes
Sous‐classe‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ Ptérygotes
Super‐ordre ‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ Oligonéoptères
Ordre ‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ Aphaniptéroïdes
Sous‐ordre‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐ Siphonaptères
(anc.: Aphaniptères
Les puces… environ 2500 espèces!
y Hématophages associées à des hôtes y compris l’homme, qui vivent dans des abris dans lesquels ils reviennent plus ou moins
périodiquement
y reproduction taux très élevé, liaison étroite ou promiscuité
marquée des hôtes
y essais de piqûres avant de se gorger de sang, choisissant l’endroit le plus favorable à leur repas
y masse de sang absorbée importante (±1 mm3)
y repas: de 2 à 5 minutes et peut être plus ou moins complet
y rythme des repas : 1 par jour pour les puces vivant sur leur hôte, tous les 2 à 4 jours pour celles vivant sur le sol des terriers.
La puce de l’homme Pulex irritans
y « Les puces de fourrure » : espèces vivant en permanence sur l’hôte. Ne le quittent que pour passer immédiatement sur un autre. Bonne aptitude au saut!
y Pulex irritans femelle, pond 10 à 20 oeufs par jour, isolément ou par petites séries de 2 à 6, souvent dans le lit de l’hôte et dans les poussières des habitations.
y La ponte dure un mois environ, avec un total de plus de 500 oeufs. Pour d’autres espèces, la ponte se fait également sur le pelage de l’hôte mais les oeufs étant déposés et non collés, ils sont souvent retrouvés au sol, la quantité totale d’oeufs peut varier de 200 à plusieurs milliers! (2000 pour Ctenocephalides felis: la puce du chat).
La puce : capacité de survie
y La nymphe à l’intérieur du cocon, ne s’alimente pas. Ce stade nymphal dure 1 à 2 semaines en moyenne mais en l’absence d’hôte potentiel peut se prolonger jusqu’à 1 an. y Si le local où s’est faite la nymphose reste inoccupé, il s’établit une diapause (la sortie de la puce adulte de son cocon est retardée).
y L’insecte restera alors dans son enveloppe nymphale jusqu’à ce qu’un stimulus mécanique (ébranlement du sol) ou un choc thermique (réchauffement brutal de l’atmosphère d’une maison restée longtemps inoccupée) vienne le réveiller.
y La puce adulte sort alors immédiatement de son cocon et cherche un hôte à piquer.
La puce : capacité de survie
y l’éclosion synchrone de puces, parfois par milliers, après des diapauses de durée très variable pouvant dépasser 1 an
y Les puces ont un optimum de température et d’humidité très étroit. C’est pourquoi chaque espèce choisit un type d’hôte adapté à ces exigences ou disposant d’abris atténuant les écarts de température et d’humidité
y les puces sont capables, à tous les stades, de ralentissement métabolique très important permet une quiescence qui peut se prolonger jusqu’au retour des conditions favorables. Ces états répétés déterminent une très grande variabilité du cycle biologique dont la durée chez Pulex irritans peut être de 20 jours à 15 mois et chez Ctenocephalides canis et Ctenocephalides felis (puces du chien et du chat) de 20 jours à 504 jours.
Les puces : prophylaxie
y Limiter les réservoirs : ¾Lutte contre les rongeurs
¾ Contrôle de la population des chats
¾ Traitement préventif des animaux de compagnie autorisés dans l’établissement
¾ Destruction des puces dans l’environnement, pelouses, locaux : traiter les sites infestés avec un insecticide
Lutte contre les ectoparasites
y Un impératif d’hygiène et d’hygiéniste y Difficultés liées à : ¾ l’établissement , l’architecture…l’environnement ¾ la circulation des personnes, soignants, patients/résidents, visiteurs ¾ au respect des mesures mise en place ¾la communication avec les patients/résidents, les familles, n’est pas simple et le risque supposé est parfois bien loin de la réalité, tant il est vrai que les insectes peuvent véhiculer des peurs irraisonnées!
Lutte contre les Ectoparasites
y En premier : bien connaître son adversaire pour mieux le reconnaître et le terrasser
y En second : surveiller
y En continu : surtout et toujours Prévenir Application des Précautions Standard
par tous
pour tout patient/résident
lors de tout soin
Lutte contre les ectoparasites
y Ectoparasites et nuisibles, ignorés ou redoutés, cohabitent depuis la nuit des temps dans nos établissements de soins
y La lutte contre ces arthropodes connaît encore beaucoup d’échecs
y Ces « petites bêtes » comme au temps de la préhistoire s’adaptent à tout et à tous, et ont donc encore quelques beaux jours devant elles
La vigilance de chacun pour la sécurité de tous!
Bibliographie
y http://nosobase.chu‐
lyon.fr/recommandations/cclin_arlin/cclinParisNord/2013_Patient_Gale_CClin.pdf
y http://nosobase.chu‐
lyon.fr/recommandations/cclin_arlin/cclinParisNord/2013_Gale_CClin.pdf
y http://cclin‐sudest.chu‐lyon.fr/Doc_Reco/FichePratique/FIP_2010_LutteAnti‐
vectorielle.pdf
y http://nosobase.chu‐
lyon.fr/recommandations/cclin_arlin/cclinParisNord/2001_environnement_CCLIN.p
df
y Collège des universitaires de maladies infectieuses et Tropicales. E. Pilly 2014 Maladies infectieuses et tropicales. CMIT, 24ième éd. 2014. 623 pages.
y HCSP. Survenue des maladies infectieuses dans une collectivité. Conduites à tenir. HCSP, 2012. 97 pages. y Conseil supérieur d’hygiène publique de France. Guide des conduites à tenir en cas de maladies transmissibles dans une collectivité d’enfants. CSHPF, 2003. 54 pages.
Peyron F, Picot S, Bienvenu AL, et al. Les principales ordonnances en parasitologie et mycologie médicale.Collège Médical Parasitologie et Mycologie Médicale,
2ième édition, Lyon, 2013. 45 pages.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising