L` Escume des Nuits

L` Escume des Nuits
L’Escume des nuits
L’ Escume des Nuits
La revue des étudiants de Langues et
Littératures françaises et romanes
n°49 - Février 2011 - Gratuit
escumedesnuits@romanes.be
www.romanes.be
N° 49 - Février 2011
L’Escume des nuits
Rédacteur en chef
_________________________
Hadrien SERET
Comité de rédaction
_________________________
Julien BAUDUIN
Yasin BESTRIOUI
Laure DE CAEVEL
Carole GLAUDE
Margaux HOEBEKE
Nicolas LEBLANC
Damien MAES
Noémie MARÉCHAL
Charlye MIRZAHOSSEINKHAN
Kimberly VANDERMYSBRUGGE
Aude de WERGIFOSSE
Avec la participation spéciale de :
Craig BAKER
Justine MOTTE
Hasan Ozan OZCOMERT
L’ACE
Les Midis de la Poésie
Mise en page
_________________________
3. Editorial
4. Des nouvelles du CRom
6. Les Midis de la Poésie
3. Éditorial
7. Qu’est-ce que le fantastique ?
9. Dans l’univers de quelques
auteurs
fantastiques
4. J’aime
mon manuel
16. Pour ou contre : Fantasy, SF,
Policier ... Best-sellers dénigrés
7. académiciens
Le test du BA1 ou entrée
par les
dans le Panthéon de la littérature
?
10. Saut, sang,
parachutede nou18. Résultats
du concours
velles
Hadrien SERET
20. Chroniques
Couverture
28. Interview : Monsieur Baker
Arcady PICARDI
http://arcady-fuckingpicardi.blogspot.com/
33. ULB
14. for
Coinpeople
culture: des actions
pour l’eau !
Éditeur responsable
35. Perles
_________________________
L’Escume des nuits n°49 Févier 2011
« Littératures Fantastiques »
2. Sommaire
Le CRom
2
Sommaire
_________________________
Julien BAUDUIN
145, rue du Château
6159 Anderlues
Périodique publié par le
12. La pièce du Crom
23. Coin écriture
29. Quelques perles ...
30. Appel aux artistes
www.romanes.be
N° 49 - Février 2011
Éditorial
À quelques jours de l’impression de ce nouveau numéro de L’Escume des Nuits, il m’est arrivé quelque chose que
je déteste voir survenir. L’angoisse de la page blanche. Vous savez, cette impression de vide intersidéral qui vous
envahit l’esprit alors que vous devez écrire quelque chose. En l’occurrence, dans le cas présent, un éditorial.
Alors, une fois n’est pas coutume, je me suis dit qu’un bon point de départ serait d’exposer brièvement
ce que m’inspirait les termes « Littérature Fantastique », thématique principale de ce magasine.
Au fil du cheminement de ma pensée, un mot s’imposa vite : l’évasion. Ou plus précisément une
évasion hors de la réalité ou à l’intérieur d’une réalité bardée d’évènements surnaturels, irréalistes,
inexplicables. Traduite sous le prisme de la lecture, cette notion me rappelle les longues heures passées
à arpenter des terres et des mers aux dénominations étranges, à suivre des héros tantôt charismatiques,
tantôt pleutres, sur des chemins encrés à la poursuite de quêtes extraordinaires. Le tout, avec le
bruissement des pages qui défilent en guise de souffle de vent et d’indicateur du temps qui passe.
On a tous une part de fantastique en nous. Ou du moins une propension à en imaginer. Qui n’a jamais rêvé
de pouvoir changer son quotidien d’un « coup de baguette magique » ? D’obtenir quelque chose qui lui
semblerait inaccessible en temps normal ? Qui ne s’est jamais une seule fois inventé des histoires héroïques
où il tiendrait le beau rôle ? Et pour ceux qui objecteraient ne pas avoir la capacité de pouvoir susciter
mentalement des univers chimériques, qui ne s’est jamais laissé transporter par une fiction (fantastique
ou non) au point d’avoir le sentiment de la vivre en compagnie des personnalités qui la peuplent ?
Malheureusement, l’exemplaire papier que vous tenez entre vos mains n’a rien d’un codex de
prophétie oubliée, d’un grimoire de formules magiques ou d’une porte cachée vers un autre monde.
Last but not least, je voudrais saluer le travail exceptionnel de l’ensemble des personnes qui ont accepté
de collaborer à ce numéro et ce, malgré sa gestation difficile. Sans leur enthousiasme et leur sérieux,
ce numéro n’aurait pas pu être publié. Qu’ils en soient encore remerciés. Pour les autres, si l’envie
d’écrire ou de gribouiller vous prend soudainement, n’hésitez pas à vous manifester : L’Escume des
Nuits est toujours prête à accueillir de vaillantes plumes dans l’épique aventure de son élaboration.
En
vous
espérant
que
souhaitant
-
vous
un
apprécierez
peu
en
le
contenu
de
ce
numéro
et
en
retard
une
excellente
année
2011,
Hadrien
Des angoisses, suggestions, récréminations à formuler ou simplement
l’envie de participer ?
Vous pouvez me contacter à l’adresse suivante : hseret (at) ulb.ac.be ou poster votre avis
sur le forum de Romanes (www. romanes.be/forum) dans la section Escume des Nuits.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Que cette déception ne vous freine pas cependant à entreprendre cette merveilleuse quête qu’est la lecture
d’une Escume des Nuits : vous y trouverez des nouvelles de votre cercle préféré, l’approfondissement de
certaines identités ainsi qu’une sélection de quelques ouvrages qui pourront égayer vos soirées au coin
du feu, loin des routes sombres et verglacées du dehors. Des chroniques de tous horizons se présenteront
également à vous, de même que quelques annonces qui pourront vous intéresser. Enfin, l’interview de
Monsieur Baker (que je remercie encore de sa disponibilité ) se chargera de vous en apprendre (un peu)
plus sur ce mystérieux professeur tandis que les saillies verbales de ses collègues clôtureront ce périodique.
3
Des nouvelles du
À peine un quadrimestre vient-il de se clore qu’un autre commence. Si vous avez adoré les activités proposées lors du premier, alors sachez que le second promet déjà quelques beaux moments d’amusement que ce soit au sein de notre Cercle fraîchement rénové ou à l’extérieur.
En effet, le second quadrimestre coincide avec deux évènements-phares que tout bon romaniste ne peut que
fébrilement noter dans son agenda : tout d’abord, le bal organisé par votre cercle conjointement avec le CdH
et le CHAA et qui répond au doux nom de Balphégor. Enfilez vos plus belles robes ou vos plus beaux atours
selon que vous soyez fille ou garçon et venez nous rejoindre pour une soirée de folie au x Caves de Cureghem
, le 18 mars. Pour les plus impatients d’entre-vous, sachez que le bal Philo se tiendra quant à lui le 25 Février.
Autre moment particulier de l’année : la pièce du CRom (intitulée « En attendant ») qui se tiendra les 4 &
5 avril à la Salle Delvaux dans le cadre du Festival T.O.B et dont vous découvrez l’affiche en bas de page.
Si ces activités vous semblent lointaines , sachez que le cercle organisera prochainement une soirée théâtrale
pour le spectacle Historia Abierta du Théâtre de Poche dont vous trouverez un reportage détaillé aux pages 26 & 27 de ce numéro. De plus amples informations vous seront communiquées dans les jours à venir.
Enfin, L’Escume des Nuits a le plaisir de vous annoncer la mise en place d’un partenariat avec Les Midis de la
Poésie ( une description détaillée de l’institution et de ses projets est disponible à la page 6) . Ce dernier , outre
l’organisation de sorties, nous permettra d’organiser de concours dont vous entendrez prochainement parler
Il
va de soi que cette courte présentation
des activités à venir
sera augmentée au
fur et à mesure du quadrimestre. Dès lors, n’hésitez pas à rejoindre le groupe Facebook du CRom ou à consulter la partie éponyme du forum afin de vous tenir informés .
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
En vous espérant vous voir nombreux à nos activités,
4
Le CRom
Séance de ra�rapage
Souvenez-vous ... Dans le premier numéro de cette année académique, les membres du cercle s’étaient présentés à vous sous forme de questionnaires. Mais à cette époque, le comité n’était pas encore complet. Quelques
mois et tractations/soudoiements plus tard, les nouvelles venues ayant accepté de grossir les rangs du CRom
se sont frottées aux mêmes questions soumises aux autres membres en Septembre. Et voici leurs réponses ...
Véronique Verle
Une qualité : Franche
Un défaut : Timide
Le livre à emmener sur une île déserte : Le Cycle de l’Épée de Vérité de Terry
Goodkind
Le paradoxe qui te tue : Être étudiante en psycho et déléguée au cercle des
Romanes (et fière de l’être!!!)
Un mot dont tu ne pourrais pas te passer : «J’ai faim!» ou «Quand est-ce qu’on
mange?»
Un petit vœu pour cette nouvelle année : Ne pas avoir d’examens de passage (on
peut rêver!!)
Mon ambition secrète : C’est un secret ! NA !
Dans dix ans, je serai.... Neuropsychologue (ne me demandez pas ce que c’est !!!)
Une idée de question pour l’année prochaine : « Quel est ton plat préféré ? »
Et pour finir je voudrais dire : Bon appétit!!!!
Déléguée Culture II
Noémie Maréchal
Déléguée Librex
Une qualité : J’ai
l’humour facile (
campagnard dirais
-je même ).
Un défaut :
Extrêmement têtue!
Le livre à emmener sur une île déserte : Les
fleurs du Mâle (t’es folklo ou t’es pas folklo ?)
Le paradoxe qui te tue : Je ne sais pas...
Un mot dont tu ne pourrais pas te passer :
Maracas
Un petit voeu pour cette nouvelle année :
Réussir mes études (oui, quand même!)
Mon ambition secrète : Devenir une rockstar
Dans dix ans, je serai... Dans ma campagne,
dans une ferme entourée de vaches. Non, je
rigole. Je ne sais pas du tout, je préfère ne pas y
penser maintenant et profiter de ma jeunesse.
Une idée de question pour l’année prochaine
: Quel est votre groupe sanguin ?
Et pour finir je voudrais .. dire que je
suis très heureuse de faire partie du cercle.
J’ai rencontré des personnes vraiment très
chouettes. En gros, j’espère passer une super
année avec vous tous!
Déléguée Affiches
Une qualité : Je ris tout le temps.
Un défaut : Je suis beaucoup trop
perfectionniste...
Le livre à emmener sur une île
déserte : Harry Potter ! Je suis fan
et fière de l’être !
Le paradoxe qui te tue : Celui de
l’œuf et de la poule... Au final, les
poules existent, donc quel intérêt de
savoir lequel est venu en premier ?!
Un mot dont tu ne pourrais pas te passer : Liberté.
Un petit vœu pour cette nouvelle année : Des moments
de pure folie et des éclats de rire en quantité ! Les hommes
ne rient pas assez et c’est bien triste...
Mon ambition secrète : Devenir auteur d’une série fantasy
(genre Robin Hobb) et être connue partout dans le monde !
Dans dix ans, je serai.... En train de faire bronzette sur une
plage des Caraïbes parce que j’aurai gagné au Lotto (si si je
vous jure !).
Une idée de question pour l’année prochaine : «Quel est
ton surnom ?»
Et pour finir je voudrais dire : Que le CRom, c’est le
bien et que tous ceux qui ne nous connaissent pas vont
entendre parler de nous cette année ! C’est moi qui vous
l’dis !
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Élise Lardinois
5
Les Midis de la Poésie
Chère amie, cher ami, cher public,
Nous voici déjà à la veille du second cycle de notre 63ème saison des MIDIS de la POESIE.
Pour commencer en force cette nouvelle année 2011, la poétesse et écrivaine Colette Nys-Mazure donnera
une lecture-conférence intitulée La poésie à l’ordre du jour pour montrer que la poésie se trouve, plus
que jamais, proche de nous. Grâce à ses lectures de poèmes issus de la vie quotidienne (de Villon à
Reverdy, de Marie Noël à Anne Perrier, d’Andrée Chedid à André Schmitz), elle nous donnera l’envie
de (re)découvrir la saveur du poème, joliment accompagnée par l’accordéoniste Pirly Zurstrassen.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Des classiques aussi, seront abordés de manière nouvelle : Arthur Rimbaud, poète de la fuite, par André
Guyaux, éditeur de Rimbaud à la Bibliothèque de la Pléiade. Le voyage, ou la fuite, ou la fugue est un lieu
commun que la postérité entretient à propos du poète. C’est une manière de le comprendre, de déterminer
son identité. Reste à savoir quelle part sa poésie réserve à ce motif singulier. Ensuite, on revisitera
l’œuvre du Marquis de Sade, dont la conférence sera assurée par Christophe Van Rossom, professeur au
Conservatoire de Bruxelles. Il parlera de la légende « noire » de cet auteur, mais aussi et surtout, de son
extrême lucidité. En effet, il y a ce que l’on colporte, souvent approximativement, à propos du libertin cruel,
de ce « grand seigneur méchant homme » à quoi on le réduit encore la plupart du temps aujourd’hui. Mais,
qu’on le veuille ou non, le marquis de Sade demeure, loin des clichés, non seulement un des plus grands
écrivains de notre langue, mais aussi l’un des penseurs les plus incisifs que cette planète ait jamais portés.
6
Des voyages sont attendus aux Midis de la Poésie, par le biais de l’écrivain
français d’origine russe Alain Bosquet (1919-1998), mais aussi grâce aux
croisements avec d’autres univers artistiques : Michèle Friche, critique
musicale et théâtrale abordera l’œuvre de Gustav Malher, grand musicien
et compositeur autrichien du 19ème siècle et Adrian Brine, en compagnie
de Christian Crahay, parlera d’Harold Pinter (auteur britannique) qui a
reçu en 2005 le Prix Nobel de littérature. Un choix inattendu puisque,
à part une poignée de poèmes plutôt polémiques, son oeuvre n’est pas
strictement littéraire ; elle consiste en des pièces de théâtre mystérieuses et
énigmatiques qui sont souvent – même par ses interprètes - comprises de
travers. Sa production ne fut pas immense, mais son influence est énorme.
ème
Pour terminer ce 2 cycle, le mois de mars commencera en douceur avec un récital poétique conçu et
interprété par Alessandra Leo sur Giacomo Leopardi, grand poète italien du 19ème siècle. Nous aurons
également le plaisir de revenir à Bruxelles grâce à la conférence de Georges Lebouc sur la poésie
bruxelloise parodique. Pour clôturer notre saison, Philippe Berthier, professeur émérite de littérature à la
Sorbonne Nouvelle Paris 3 donnera une conférence sur Stendhal et Napoléon, poète de l’histoire. De son
propre aveu, Napoléon est le seul homme que Stendhal ait admiré. Bien qu’il ait observé avec lucidité
la dérive autoritaire de son gouvernement, il n’a jamais remis en cause l’admiration qu’il a vouée à
Bonaparte libérant l’Italie dans une épopée à laquelle lui-même se flatte d’avoir modestement participé.
En
une
nous
réjouissant
de
année
nouvelle
vous
riche
voir
en
très
nombreux,
nous
rencontres,
projets
vous
souhaitons
et
découvertes !
P-P Harmel, Président des Midis de la Poésie & Mélanie Godin, Coordinatrice des Midis de la Poésie
Conférences et récitals littéraires tous les mardis de 12h40 à 13h30, d’octobre à mars, à l’auditorium
du Musée d’Art ancien, rue de la régence n°3 à 1000 Bruxelles. Entrée : 4 € (groupes scolaires), le
ticket donnant accès, le même jour, aux collections permanentes des Musées royaux des Beaux-arts.
Toute la saison 2010-2011 des Midis est détaillée sur le site internet www.midisdelapoesie.be .
Qu’est-ce que le fantastique ?
L’être humain, dans un profond sentiment d’insécurité, s’est toujours évertué à classifier les choses qui
l’entourent. Victime d’une volonté frénétique de théorisation, après maintes réflexions ardues, chaque objet
trouva son tiroir et chaque tiroir, ses objets. La littérature n’y fit pas exception.
En outre, l’homme ne se contenta pas de jeter négligemment tous les romans dans le même tiroir1. Existant
des sous-catégories (non exemptées des difficultés de classement), les ouvrages que nous allons aborder
dans cette Escume sont classés dans les tiroirs de la littérature de l’imaginaire, les célèbres « fantastique »,
« merveilleux » et « étrange ». Toutefois, cette classification nébuleuse et peu aisée fait souvent effet d’Harry
Potterisme aux yeux des lecteurs lambdas. N’y sont pas étrangères les étiquettes de sous-catégorisme qu’on
appose, à l’heure actuelle, sur beaucoup de livres : Thriller, Fantasy, Science-fiction, (pour les termes
anglophones) mais aussi roman policier, horreur ou même notre très célèbre… « fantastique » en personne.
Tiens donc, lui ici ? Pourquoi, alors, ne pas retrouver les étiquettes « merveilleux » et « étrange » dans ce
cas-là ? Pourquoi compliquer la classification à souhait en lançant les lecteurs sur des pistes aux culs-de-sac
rédhibitoires ?
Et puis d’abord, c’est quoi la différence entre Fantastique, Merveilleux et Etrange ?
Pour garder, un semblant de scientificité, voici ce que Jean Bellemin-Noël, dans son Histoire littéraire de
France formule à propos du fantastique: «Le fantastique vit d’ambiguïté. [...] En lui, le réel et l’imaginaire
doivent se rencontrer, voire se contaminer ; de plus, contrairement à tant d’autres fictions, il n’exige à ses
mystères aucun éclaircissement, même s’il refuse toute solution rationnelle ou technique ». Le fantastique
appelle donc un monde non réductible à l’ordre normal du monde.
(Footnotes)
1
Masochisme ou innocente naïveté ? Je prends les paris !
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
C’est au 19ème siècle, avec Gustave Lanson, que naît l’Histoire de la Littérature. Démarche philologique –
pourtant différente de celle de l’historien – qui classa l’abondant corpus littéraire par périodes et par genres,
eux-mêmes se divisant à volonté. Le genre d’un livre, supposé point de repère, phare dans le brouillard
cervical des êtres humains, convention universelle, c’est le cadre de l’œuvre qui doit indiquer au lecteur
la forme précise d’un livre et lui permettre de savoir – a priori – à quoi s’attendre. Il existe d’ailleurs des
différences fondamentales entre les genres et, à ce moment précis, celui qu’on appelle communément le
professeur de français récite la leçon qui se trouve être la base de toute la matière qu’il tente d’inculquer
à ses chers élèves : « Il y a trois grands genres littéraires : le genre poétique, le genre narratif et le genre
théâtral. Ceux-ci se distinguent principalement en fonction de la longueur de l’œuvre, de l’emploi de la
versification, de son objectivité et de la présence et du rôle du narrateur. ». Époustouflant – ou non – ses
élèves par tant de scientificité, le professeur, quelque peu dépité, se doit malgré tout d’ajouter que toutes les
œuvres littéraires n’ont malheureusement pas pu être triées avec autant de clarté et de rigueur.
7
Oui mais, le merveilleux et l’étrange aussi, non ?
Aussi, oui. Ils différent pourtant du fantastique. En effet, le merveilleux reflète la symbiose du monde
normal et du monde irrationnel : C’est l’univers des « contes de fée » dont l’exemple actuel le plus connu
est Harry Potter. L’étrange, quant à lui, aborde l’intrusion dans un monde sensé, explicable et rassurant
d’éléments anormaux et impossibles, se clôturant par la présence d’une explication rationnelle. Résumons,
donc... Merveilleux : monde imaginaire = normal. Etrange : faits insolites = pas normaux mais explicables.
Fantastique : faits insolites = pas nécessairement anormaux, pas nécessairement expliqués.
« Pas nécessairement » ?
Comme on l’a vu et on le voit encore, les frontières sont minces. Mais le fantastique a cette capacité
(fantastique, ahahah !) d’être mouvant et pliable, d’après le schéma de Todorov, qui subdivise ces trois
sous-genres en Etrange pur, Fantastique étrange, Fantastique merveilleux et Merveilleux pur. Ainsi, selon
lui, si explications il y a, elles peuvent soit se justifier par l’existence d’un « monde parallèle », soit trouver
leur sens dans une rationalisation des faits.
Moi, je n’pige toujours pas la différence entre fantastique et étrange !
C’est vrai que la frontière est encore plus mince entre ces deux zouaves-là. Pour faire court : les faits
insolites, dans l’étrange pur, sont uniquement insolites et prennent essentiellement vie dans l’imaginaire
des personnages. À l’inverse, les faits sont clairement considérés comme surnaturels dans le fantastique,
entrant dans la catégorie « fantastique-étrange » s’ils sont expliqués par une explication rationnelle et dans
la catégorie « fantastique-merveilleux », s’ils sont expliqués par l’existence d’un monde parallèle… C’est
plus clair ?
Oui mais… dans la réalité li�éraire contemporaine, comment ça s’applique ?
Ah ça ! La réalité littéraire contemporaine n’a que faire de ces délimitations aux frontières peu fiables.
La réalité littéraire contemporaine, elle écrit, un point c’est tout. Il va de soi que la pratique littéraire n’a
que rarement comme but premier de correspondre aux canevas de la théorie de la littérature que de grands
philologues (comme ceux que nous serons, bien évidemment !) se sont évertués à concevoir.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Et alors, ton article il sert à quoi ?
8
À vous permettre d’y voir plus clair. Ma tâche, en espérant qu’elle soit accomplie, était de vous donner
le mode d’emploi pour construire le château de cartes qu’est la classification – relativement mouvante
et subjective, comme toute classification - des genres de l’imaginaire. Après, libre à vous de souffler
dessus !
Carole
Erase una vez… la realidad.
Retrouvez toutes les critiques et créations de
Carole sur http://nairaelerina.blogspot.com ou
sur Facebook : Les critiques de Naïra
Une plongée dans l’univers de quelques auteurs
fantastiques ...
JEAN- LOUIS FETJAINE : CLASSIQUE
OU OVNI DE LA FANTASY ?
Nous avons souligné, dans l’article concernant les différents sous-genres de l’imaginaire, la tendance des éditeurs à
identifier leur parution par leur genre. Les ouvrages de JeanLouis Fetjaine, auteur que nous allons évoquer ici, arborent
fièrement sur leur couverture le tiroir du nom de « fantasy ».
Bien, sûr, nous connaissons tous le terme
fantasy mais connaissons-nous son origine ?
Jean - Louis Fetjaine est notamment l’auteur
de la trilogie La Chronique des Elfes dont le
dernier tome est sorti en 2010.
Celui-ci vient de l’anglais « fantasy » qui signifie « imagination ». C’est donc un genre littéraire qui relève du
merveilleux, soit un genre qui, comme nous l’avons découvert, « reflète la symbiose du monde normal et du monde
irrationnel ». Les romans de fantasy offrent à leurs lecteurs
assidus des « mondes parallèles, avec leurs créatures imaginaires, leurs mythes, leurs épopées et leur magie » et se
situent principalement au Moyen-Age. Ce genre n’apparaît
vraiment en tant que tel au 19ème avec George MacDonald,
auteur écossais, et prend son envol au 20ème notamment
avec Le Seigneur des Anneaux de Tolkien en 1954-55.
À l’heure actuelle, on ne compte plus le nombre d’œuvres littéraires appartenant au genre de la fantasy. De plus, elle a donné lieu à de nombreuses adaptations cinématographiques.
Jean-Louis Fetjaine est un des rares auteurs français de fantasy. Né en 1956, ce brave homme
– ayant fêté ces cinquante-quatre ans cette année, habitant à Vincennes et père de trois enfants – est
diplômé de philosophie et d'histoire médiévale. Enseignant l’Histoire, il se tourne rapidement vers le
journalisme puis travaille dans l’édition à partir de 1985 comme traducteur aux Presses de la Cité.
Il commence sa carrière d’écrivain avec des ouvrages humoristiques en 1988 puis se tourne vers
la fantasy en 1998 avec son premier roman : Le crépuscule des Elfes, début d’une trilogie de
fantasy arthurienne qui se complétera avec L’heure des Elfes en 1999 et la Nuit des Elfes en 2000.
En 2003 paraît Le pas de Merlin, roman historico-fantasiste et, en
2004,
sa suite,
Brocéliande. Les voiles de Frédégonde, premier volet des Reines Pourpres, saga
historique retraçant la vie des reines du Haut Moyen Age Mérovingien, est publié en 2005.
Enfin, une deuxième trilogie fantasiste voit le jour, la Chronique des elfes, comprenant
Lliane (2008), L’elfe des terres noires (2009) et le tout récent Le sang des elfes en 2010.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Et ce Fetjaine, c’est qui ce drôle de gus ?
9
En quoi mérite-t-il notre attention, ce brave homme ?
Dès la parution de sa première trilogie, Fetjaine rejoint le panthéon des
auteurs de fantasy française. Pourtant, son nom n’est nullement un des
premiers venant à l’esprit de tout francophone lorsqu’on aborde le sujet de
ce genre épique mêlant souvent des races imaginaires telles que les elfes, les
nains, les gobelins et compagnie, à notre commun des mortels, l’être humain.
Evidemment, Tolkien est le premier nommé, Pratchett et Rowling le suivent de
près. C’est un fait, les auteurs anglophones prédominent. Oui mais est-ce un raison
pour passer sous silence les chefs d’oeuvres francophones ? Certainement pas.
Influencé par Tolkien,
Fetjaine développe dans
sa trilogie des Elfes une
écriture et cohérence
complexes qui valent le
détour.
Ainsi, je puis aisément l’affirmer, Fetjaine mérite, en effet, notre
attention, votre attention, ou vraisemblablement, l’attention de
tout amateur de fantasy pour, at least, ces deux trilogies elfiques
dont la complexité, l’écriture et la cohésion sont renversantes.
Ces six livres se suivent, s’entremêlent, se rassemblent vers un seul et unique
but : faire converger la fantasy et son monde imaginaire par excellence, vers
notre Histoire, nos légendes et nos mythes. Ce principe, marque de fabrique
de l’auteur, est, à lui seul, la preuve de son génie. Permettant d’ancrer ces
« contes de fées » dans une part de réalité commune : notre culture populaire.
C’est beau ça mais comment qu’il fait exactement ?
Pour ne pas me fatiguer plus que je ne le suis, une mise en contexte s’impose !
" Il y a longtemps, très longtemps, la terre n’appartenait pas uniquement aux hommes. Partagée entre les
quatre tribus de Dana, la déesse a veillé à ce que chaque espèce possède un talisman : La pierre de Fal pour
les hommes, le chaudron de Dagda pour les elfes, l'épée de Nudd (nommée aussi Excalibur) pour les nains et
la lance de Lug pour les monstres. Ces talismans, assurant l’équilibre entre les peuples, ne les préservent pas
pour autant des conflits et combats qui font souvent rage entre les différentes espèces. Toutefois, lorsque les
hommes se mettent en tête d’asseoir leur suprématie sur les autres races, le danger devient bien plus sérieux…"
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Les termes « Tribu de Dana » et, sans doute aucun, « Excalibur » doivent vous jeter la puce à l’oreille : Fetjaine, en
bon historien, ancre ses romans dans notre monde en puisant immodérément dans l’histoire et la culture celtique
et médiévale. « Suprématie », « races » et « danger » doivent, quant à eux, éclairer la piste d’atterrissage de
votre hélicoptère bruyant nommé « compréhension de la trame », vous permettant de comprendre avec quel brio
Fetjaine relie ses romans, la culture celtique et notre monde contemporain, humanesque et pragmatique à souhait.
10
C’est tout ?
Bien sûr que non ! Cette saga d’inspiration tolkienesque, dont les elfes sont bien plus proches de
la mythologie nordique et du folklore scandinave que ceux du grand John Ronald Reuel, nous
offre aussi des descriptions à couper le souffle, des personnages attachants, des développements
psychologiques aboutis et cette inévitable quête, tragique, du bien contre le mal, dotant nos héros
– bien que faillibles – d’un courage à tout épreuve propre à ceux qui n’ont pas, qui n’ont plus, le choix…
Carole
Eoin Colfer, Artemis Fowl
L’auteur
Lui-même professeur,
Eoin Colfer s’est mis à
l’écriture afin d’initier
ses élèves au plaisir de
lire.
Eoin Colfer est professeur, mais c’est aussi un auteur depuis longtemps reconnu
en Irlande et assez connu par les amateurs de fantasy, notamment grâce à la
série « Artemis Fowl » et à un livre récemment sorti (« Airman »1, 2008).
Irlandais, il a travaillé en Arabie Saoudite, en Italie et en Tunisie et a aussi
beaucoup voyagé. Ce goût pour le voyage se retrouve d’ailleurs largement
dans ses romans, ses personnages partant d’Irlande pour aller au fil des
livres en Asie, en Russie, en Italie, et même sous terre. C’est pour initier les
jeunes au plaisir de lire qu’il s’est mis à écrire, et visiblement il est parvenu
à faire des adeptes puisqu’il a ajouté cet été un septième volet aux aventures
d’Artemis (qui ne sortira qu’en février 2011 dans sa version française).
Son oeuvre
Artemis Fowl est un jeune irlandais de douze ans à l’esprit brillant mais
diabolique. Petit génie, il est également l’héritier du manoir des Fowl,
une famille richissime dont la fortune s’est bâtie sur des actes frauduleux à souhait. D’ailleurs tout va pour
le mieux dans les affaires familiales (les crimes ont bien marché et la police est plutôt sympa), jusqu’au
jour où Artemis Senior disparaît mystérieusement et est déclaré mort après des recherches infructueuses.
Le cadre du roman en lui-même prête volontiers à l’humour. Certains penseront qu’il n’est pas
difficile de développer une histoire hors du commun avec un majordome bâti comme une armoire à
glace attelé à l’entretien de la demeure pendant que la maîtresse de maison garde le lit et laisse les
commandes à un fils obsédé par l’idée de retrouver son père. Mais l’auteur ne s’arrêtera pas à un cadre
aussi terre-à-terre. C’est ainsi que dès le début, le lecteur rencontre Artemis et Butler plongés dans
l’interrogatoire d’une vieille fée alcoolique à laquelle ils parviennent à voler un livre d’une grande valeur.
Une fée ? (fait le lecteur étonné, alors qu’il vient d’ouvrir un journal dont le thème est le fantastique)
Et oui, il ne s’agit pas d’un roman policier mais bien d’une histoire on ne peut plus fantastique, avec des
elfes, des centaures, des gnomes et même des nains. Le véritable talent de Colfer réside dans sa capacité à
mêler deux mondes, celui que nous connaissons et celui du merveilleux, de manière proprement novatrice.
En effet, il y a bien longtemps, les fées vivaient sur Terre en harmonie avec la nature et la magie. Mais un
jour est arrivé l’être humain, ou « homme de boue » comme les fées le surnomment maintenant, et il les
contraignit à s’enfouir sous terre et à se faire oublier de la race humaine. C’est ainsi qu’on n’entendit plus
parler des fées que dans les légendes folkloriques, tout juste bonnes à passionner les enfants et une poignée
de naïfs. Aujourd’hui, ces mêmes fées ont développé une technologie largement supérieure à celle de
l’homme et ne réalisent que de rares expéditions à la surface destinées à préserver le secret de leur existence.
Mais comment un garçon de douze ans a-t-il découvert leur secret ? On pourrait imaginer que, malgré
son intelligence remarquable, il est encore jeune et que sa croyance en un monde parallèle ne l’a pas
quitté. Si vous pensez cela, c’est que vous ne connaissez pas Artemis Fowl, la plus grande menace que
le monde des fées ait jamais connue. Une menace, certainement, car il s’est mis en tête d’extorquer de
l’argent à ceux qu’il associe aux légendaires farfadets veillant des marmites d’or au bas des arcs-en-ciel.
(Footnotes)
1
Oui, je sais que le titre fait peur. Mais c’est un bon roman pour passer le temps, heureusement pas du tout fidèle au résumé qui
en a été fait !
2
C’est sans doute l’un des personnages les plus attachants de la série, contrairement à Artemis qui est un jeune homme froid et
calculateur avec lequel on ne se sentira d’affinités que bien plus tard au fil des livres.
L’Ecume des nuits n°49 Février 2011
Artemis fils se retrouve donc seul au manoir avec sa mère, devenue à moitié
folle, son majordome et garde du corps, Butler1 et la sœur de ce dernier, Juliet.
11
Une menace car il va décoder le langage secret du monde magique grâce
au livre qu’il a dérobé. Mais une menace surtout parce qu’il parviendra
à kidnapper Holly, une elfe capitaine des FARfadets (Forces Armées de
Régulation et Fées Aériennes de Détection), et se servira d’elle comme otage.
La réaction du peuple magique sera d’abord l’incompréhension.
« Comment diable a-t-il pu découvrir notre secret et passer à travers mes
programmes informatiques ?! » se récrie un centaure paranoïaque expert
en informatique nommé Foaly. Celui-là va s’arracher des poignées de
crin dans une rivalité intellectuelle inédite. Le commandant des FAR,
Julius Root, fumera tout son stock de cigares au champignon et prendra
un teint perpétuellement violet dans le stress de l’aventure. Mais c’est
sans doute le célèbre nain kleptomane, Mulch Diggums, qui est la touche
finale à une liste de personnages tous plus farfelus les uns que les autres.
La couverture du premier
tome des aventures d’Artémis Fowl.
Je laisse aux éventuels curieux le soin de découvrir ses nombreux
talents par eux-mêmes (et j’épargne ainsi les âmes plus sensibles).
Les critiques
Nombreux sont ceux qui comparent systématiquement un livre aux best-sellers que sont Harry Potter,
Le Seigneur des Anneaux et autres dont la réputation n’est plus à faire. Ainsi tel trouvera des points
communs entre l’apprenti sorcier et Artemis, tel autre s’imaginera voir en Foaly un Gandalf caricaturé.
D’autres encore se sont mis en tête que ces livres étaient destinés uniquement à un public jeune.
Et bien je ne dis pas qu’ils ont tort, mais je peux moi-même affirmer que ce livre n’est en rien
comparable avec les univers fantastiques « sérieux » qui ont l’habitude d’être pris pour modèles. Si vous
voulez vous plonger dans une aventure épique et moyenâgeuse traditionnelle, ce livre n’est pas pour
vous. Car il n’y a rien de plus moderne qu’un elfe avec un Neutrino 3000 dernier cri entre les mains.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Si les personnages se dénotent les uns des autres par leurs multiples défauts, c’est aussi ce qui les rend si colorés.
Sans doute la psychologie n’est-elle pas l’élément le plus approfondi par Colfer, mais est-ce là un reproche
qu’on peut lui faire ? Il est bon parfois de se poser un instant et de suivre des aventures où le plus gros effort de
lecture réside seulement dans la compréhension d’une technologie farfelue et d’événements certes improbables
mais néanmoins proches de notre univers. N’était-ce d’ailleurs pas là tout le génie des auteurs du Moyen Age
(cf. les cours de Couvreur en BA1) ? Ceux-ci avaient compris qu’il fallait faire un pont entre des événements
irréalistes et des lieux communs aux lecteurs. C’est ce à quoi s’emploie Colfer ; il fait jouer notre imaginaire
débordant dans des villes que nous connaissons (il va même jusqu’au parc d’attractions de Disney Land Paris !).
12
Ayant lu les six premiers tomes (le dernier n’étant pas encore paru en Belgique), je peux aussi affirmer
que si le premier roman déplaît parfois, les trois suivants rivalisent d’humour et de rebondissements. On
pourra se plaindre que l’auteur poursuive l’histoire d’Artemis jusqu’à un septième roman au risque de
perdre le sel de son œuvre (et de lasser le public), mais qui n’a jamais espéré lire un huitième Harry Potter ?
Kimberly
Autre genre de l’imaginaire bien connu : la science-fiction. Le terme d’origine
anglaise et inventé par Hugo Gernsback en 1929 est défini dans Le Petit Robert
2009 comme « genre littéraire qui fait intervenir le scientifiquement possible
dans l’imaginaire romanesque » (et afin de ne pas tergiverser outre mesure, nous
accepterons les yeux fermés cette définition, faisant fi des débats en vigueur).
Tout comme pour les autres genres de l’imaginaire, la science-fiction américaine
a longtemps écrasé (et écrase encore partiellement) la science-fiction française.
Cela n’est pas sans rapport avec ce qu’on appelle carrément « l’âge d’or de la
science-fiction américaine », période généralement associé à John W. Campbell
Jr. qui fut le directeur de la revue Astounding Stories à partir de 1937. Plus
rigoureux envers ses auteurs autant au niveau de la vraisemblance scientifique
qu’au niveau de la forme, il publiera et contribuera à rendre célèbres des auteurs
Auteur du Grand Livre tel que Simak, Asimov, Padgett, Van Vogt, Sturgeon, Del Rey, Heinlein…
des Robots, Isaac Asi- A l’inverse, entre les années 30 et 50, il y a peu de textes de science-fiction française,
mov s’est fait connaître hormis René Barjavel, Jacques Spitz et B.R. Bruss. Cette stagnation s’explique par
par la revue Astounla politique éditoriale française qui est visiblement inadéquate. En effet, il existe
ding Stories
à l’époque un public demandeur mais il n’y a aucune publication spécialisée.
Par la suite, l’après-guerre est marqué par l’influence des États-Unis. La sciencefiction américaine se propagera par deux biais : les collections et les magazines. Pour
certains éditeurs, la science-fiction française est dès lors invendable. Ainsi, dans les
années 50, voient respectivement le jour chez Hachette (allié à Gallimard) et aux
éditions Fleuve Noir, une collection « Rayon fantastique », publiant majoritairement
des auteurs anglo-saxons, et une collection « Anticipation» qui publiera les auteurs
français les plus prolifiques de l’époque, Richard-Bessière et Jean-Gaston Vandel.
Notons aussi la création des revues Fiction et Galaxie1 et la collection « Présence
du futur » de Denoël et la collection « Série 2000 » des éditions Métal, publiant
des auteurs français tels que Henneberg, Dermèze, Versins… Pourtant en 1959
Fiction publie enfin la première anthologie de science-fiction française, contribuant
à lancer de nombreux auteurs tels que Dorémieux, Klein, Cheinisse et Curval.
Galaxie et « Présence du futur » s’ouvrent dès lors aux auteurs francophones. Avant l’essor de Mai
En raison de la révolution de mai 68, la science-fiction subit un nouvel essor en tant 68, seuls quelques
qu’objet de contre-culture, critiquant la société contemporaine. On voit apparaître auteurs fantastiques
Daniel Walther, Jean-Pierre Andrevon, Michel Jeury, Jean-Pierre Hubert, … À cette français comme René
époque, on remarque que la science-fiction se vend mieux en France qu’aux Etats- Barjavel parviennent
Unis ; la collection « Ailleurs et demain » de Laffont voit d’ailleurs le jour. à percer.
Apparaissent aussi les premiers congrès et les premiers livres traitant de la science-fiction.
Finalement, la science-fiction s’intègre merveilleusement à la culture des années 80 qui nous révèlent
Joëlle Wintrebert, Jean-Marc Ligny et Serge Brussolo. En 1990, apparaissent Ayerdhal, Bernard
Lentéric, Pierre Bordage, Serge Lehman… malheureusement handicapés par la disparition des
collections « Anticipation » de Fleuve Noir en 1998 et « Présence du Futur » en 2000. Toutefois, bien
que la science-fiction française ait réussi à prendre son indépendance et à se développer, la sciencefiction américaine a toujours, à l’heure actuelle, le monopole des lecteurs avec des auteurs tel que…
Pourtant, la SF française continue à se battre. En outre, notons que les années 2000 voient un regain d’intérêt
pour la SF. Des forums se créent, des jeunes auteurs (Mauméjean, Thomas Day) sont publiés et de nombreuses
universités françaises investissent leurs recherches en SF française. Une niche qui, malgré son aspect miteux,
somme toute, vous accueillera, si un jour vous êtes surpris par l’orage, et n’attend qu’à vous émerveiller.
PETITE
LISTE NON EXHAUSTIVE D’AUTEURS DE SCIENCE-FICTION FRANÇAISE : Jean-Pierre Andrevon, Gilles
D’Argyre, René Barjavel, Paul Béra, Francis Berthelot, Pierre Bordage, B.R. Bruss, Serge Brussolo,,
Michel Jeury, Gérard Klein, Jean-Marc Ligny, Maurice Limat, Xavier Mauméjean, Max-André Rayjean,
F. Richard-Bessière, Jean-Gaston Vandel, Roland Wagner, Daniel Walther, Joëlle Wintrebert, Stefan Wul…
(Footnotes)
Carole
Galaxie ne publie premièrement que des traductions des textes parus dans le Galaxy américain et, en 58, Fiction ne peut publier
qu’un texte français sur cinq.
1
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
SF : ASIMOV ET CO VS LES AUTEURS FRANÇAIS
13
Robin Hobb
Mais qui est donc Robin Hobb ? Si je vous dis Le Soldat chamane ? Ou
bien Les Aventuriers de la mer ? Ou encore L’Assassin royal ? Si vous ne
connaissez pas, alors continuez de lire cet article, car il va vous présenter une
auteure digne d’intérêt, surtout pour ceux qui, comme moi, sont fans de la
fantasy bien ficelée, pleine de rebondissements et d’aventures en tout genre.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Robin Hobb, de son vrai nom Margaret Astrid Lindholm Odgen, est née
le 05 mars 1952 en Californie. Au tout début de sa carrière, elle a écrit
sous le nom de Megan Lindholm mais a vite changé pour celui qu’on
connaît tous actuellement. Elle a publié son tout premier roman en
1995. Il s’agissait du premier tome du cycle de L’Assassin royal, intitulé
L’Apprenti assassin, qui parut trois ans plus tard en français. Au moment
où ce premier tome paraissait en langue française, Robin Hobb avait déjà
écrit la suite complète de ce cycle ! Autant dire qu’elle écrit vite. Mais
Robin Hobb
ne croyez pas qu’elle en néglige pour autant ses romans, pas du tout !
Son style est fluide, agréable à lire, et pour peu qu’on ose ouvrir les pages d’un de ses livres, on entre
dans un univers magnifiquement raconté et exposé aux yeux du lecteur ébahi qui ne peut s’empêcher
de tourner les pages un peu plus frénétiquement pour découvrir la suite des aventures du héros de
ce cycle. Ce dernier s’appelle Fitz, ou plus exactement FitzChevalerie, et c’est le fils bâtard du Roiservant du royaume des Six-Duchés. Son principal but sera de rester en vie, face à de nombreux
ennemis, tout en faisant allégeance au Roi Subtil qui va le former pour devenir assassin royal.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Ce premier cycle de Robin Hobb est composé de six livres. Ensuite, elle a commencé en 2001 un second
cycle, celui des Aventuriers de la mer, qui compte à présent neuf tomes en français. Cette nouvelle histoire
se déroule dans le même univers que celui de L’Assassin royal, et c’est ce qui m’a enchantée ! Pouvoir se
plonger dans un tout nouveau livre en connaissant déjà l’univers dans lequel se passe l’histoire est quelque
chose de génial car on peut faire des liens entre les deux cycles. Il y a même des personnages que l’on retrouve
dans les deux sagas, et cela nous permet d’encore mieux connaître chacun d’entre eux et d’approfondir nos
connaissances sur ce monde avec des villes comme Castelcerf, Terrilville ou bien encore le Désert des Pluies.
14
Dans Les Aventuriers de la mer, on part à bord d’une vivenef, un navire fait de bois-sorcier magique qui
devient vivant lorsqu’il a vu mourir trois générations de ses capitaines sur ses ponts. La figure de proue
s’anime à ce moment-là et elle est douée de la parole et du mouvement. Ici, nous suivons une héroïne,
Althéa Vestrit, dans sa quête de liberté et d’autonomie. C’est un autre cycle tout à fait passionnant que Robin
Hobb a a écrit avec beaucoup de passion.
Elle aurait pu s’arrêter là mais elle ne l’a pas fait ! En 2003,
elle est revenue à ses premières amours, celles de Fitz et
de Castelcerf en offrant à son public la suite des aventures
de ce personnage typique. Quinze ans après, Fitz se voit
obligé de retourner à la Cour, dont il s’était éloigné, car
on a besoin de lui. Et c’est reparti dans une folle épopée,
avec de nouveaux intervenants et d’autres bien connus...
Robin Hobb s’est également lancée en 2006 sur un nouveau
cycle, dans un univers différent de celui abordé dans ses deux
premiers cycles, intitulé Le Soldat chamane, qui compte en
tout huit livres en français. Auparavant, elle avait aussi publié
une quadrilogie, Ki et Vandien. Et pour le moment, elle
continue d’écrire, pour nous proposer Les Cités des anciens,
une dilogie qui paraîtra en français en quatre volumes
L’Assassin Royal et Les Aventuriers de dont les deux premiers viennent de sortir chez Pygmalion.
la Mer, deux séries-phares de l’auteur
Noémie
Alain Damasio - La Horde Du Contrevent
Dans le cadre de ce numéro de l’Escume portant sur la littérature fantastique, Moi a rencontré Moi dans une
interview exclusive, portant sur le chef-d’œuvre d’Alain Damasio, paru en 2004, La Horde du Contrevent…
Vous parlez de travail sur
le style... Tous les auteurs
travaillent leur style, tout de
même.
Oui, mais tous ne s’isolent
pas dans une maison en Corse
Vous êtes d’accord avec eux ?
Le moins qu’on puisse dire,
c’est qu’il laisse des traces…
Et qu’est-ce qui le rend si unique ?
Les livres de science-fiction ou
de fantasy pêchent souvent par
leur style médiocre. La trame de
l’histoire a beau être excellente, on
a l’impression de lire une mauvaise
traduction ou d’avoir affaire à
un enfant de trois ans. Damasio,
au contraire, manie la langue
avec une poésie et une maitrise
extraordinaire, qui font de ces 700
pages une ode à la langue française.
C’est un réel plaisir pour les yeux.
Grâce à son travail particulier sur
le style, le roman acquiert une
dimension supplémentaire, et
gagne en cohérence. Il est travaillé
jusque dans ses moindres détails,
on n’y trouve pas un endroit plus
faible qu’un autre… Et puis il
y a surtout cette alternance de
narrateurs, chacun prenant la parole
pour quelques lignes ou quelques
pages, et racontant l’histoire à sa
manière et selon un style propre.
En résumé, je dirais donc que
ce qui le rend unique, c’est que
le fond et la forme s’épousent
de manière très harmonieuse, et
qu’ils se renforcent l’un l’autre.
« AUCUN romaniste ne
peut rester insensible à la
joute littéraire qui oppose
Caracole, le troubadour à
Sélème, l’ermite.»
Est-ce que vous conseilleriez
la lecture du livre à des
novices
en
science-fiction ?
Je ne suis pas particulièrement calée
en la matière, et pourtant, il figure
largement parmi les meilleurs livres
que j’ai lus. Il faut s’accrocher au début,
parce qu’on arrive en pleine action
et que le style est un peu déroutant,
mais on s’y fait vite. Tous ceux à qui
je l’ai conseillé, rats de bibliothèque
ou lecteurs occasionnels, l’ont dévoré.
Puis c’est moins de la science-fiction
que de l’imaginaire :pas besoin de
diplôme en physique pour comprendre,
seulement une imagination féconde…
C’est le seul livre qu’ait écrit Damasio ?
Il a aussi écrit La Zone du Dehors, un
récit très politique, mais qui est moins
complet. C’est une œuvre de jeunesse,
très bonne dans son genre, mais moins
exceptionnelle. Il a écrit plusieurs
nouvelles, qui sont aussi bonnes que
La Horde du Contrevent, et il prépare
un roman appelé Les Furtifs. Hélas
pour nous, il a l’air d’écrire lentement !
pendant trois ans pour écrire
leur bouquin et pour créer Si vous deviez donner trois raisons de
un style propre à chacun de lire ce livre, lesquelles seraient-elles ?
leurs personnages ! (rires) D’abord, c’est un magnifique voyage, au
cœur d’un monde riche, en mouvement
Que raconte l’histoire de permanent, et empreint d’une énergie
La Horde du Contrevent ? qui prend aux tripes. Ensuite, c’est
C’est l’histoire d’un monde une belle manière de faire ses premiers
imaginaire, usé par le vent, qui pas dans la littérature de l’imaginaire
y souffle en permanence. Depuis (même si, dans le fond, toute littérature
des
siècles,
l’Extrême-Aval fait partie de l’imaginaire…). Enfin (et
envoie des Hordes (composées surtout !) : AUCUN romaniste ne peut
d’une vingtaine de personnes rester insensible à la joute littéraire
ayant un rôle spécifique) vers qui oppose Caracole, le troubadour
l’Extrême-Amont avec pour à Sélème, l’ermite. Les répliques qui
mission de trouver la source mêlent des jeux de langues ressemblant
du vent. Nous suivons ici la furieusement aux délires de l’Oulipo
34ème Horde dans sa quête. sont tout simplement à couper le
souffle, et personne ne peut rater ça !
Moi et Moi (alias Margaux H.,
ex-romaniste) (Que tous ceux à qui l’idée
d’une éventuelle schizophrénie mettent leur
cœur à l’aise : nous sommes parfaitement
sains d’esprits et nous portons à merveille).
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Alors,
Moi,
avant
toute
chose,
comment
avezvous
connu
ce
livre ?
J’en ai entendu parler via un site
Internet portant sur la littérature.
On en parlait comme d’un livre
rare, sortant des sentiers battus,
et qui ne laissait pas indifférent.
Certains disaient même qu’il
était impossible de relire un
livre « normal » avant un bon
bout de temps, après celui-là !
15
Pour ou contre ? : Fantasy, science-fiction, policier,
Ou entrée dans le P
POUR :
Dans mes dernières années de secondaire, je me souviens très bien avoir entendu à plusieurs reprises certains
de mes professeurs de français nous interdire de choisir pour l’une ou l’autre de nos « notes de lecture
libres » un livre que l’on pourrait qualifier de « livre à lire en vacances, sur la plage ou entre deux stations ».
Mais pourquoi donc cette catégorie de livre, dans laquelle nous pouvons vraisemblablement inclure
l’Heroic-Fantasy, semble-t-elle l’objet d’un désintéressement de la part du corps enseignant ainsi que
des académiciens ? Pourquoi apparaît-il souvent que ce genre soit connoté par beaucoup comme un
genre de « livres d’enfant », amusant un moment, sans intérêt au-delà ? Pourquoi ne pourrions-nous
pas pour une fois le promouvoir au rang des œuvres classiques ? Peut-être parce qu’il répond d’abord
et avant tout à des demandes nouvelles ? Peut-être parce que le lecteur moyen attend de l’auteur d’être
plongé dans l’univers du roman dès la première page pour n’en sortir qu’à la fin et que, inévitablement,
dans ce genre de contrainte, l’intérêt d’un roman n’apparaît pas au premier regard ? Mais si au-delà
de cela, il n’y avait pas dans l’Heroic-Fantasy autre chose qui permette au lecteur de s’identifier, de
s’interroger et de se remettre en question, y aurait-il vraiment un tel engouement pour ce genre séculaire ?
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Prenons l’exemple de la célébrissime saga de J.K.Rowling, « Harry Potter » -exemple il est vrai
courant mais pas pour autant moins intéressant- : comment cette série aurait-elle pu marquer toute une
génération si, au-delà du côté « jeune garçon abandonné voué à rétablir la paix » que l’on retrouve
dans la plupart des œuvres fantastiques, elle n’avait un intérêt certain ? Outre ce côté-là, je pense que
c’est un peu chacun de nous qui nous retrouvons dans le personnage d’Harry. J.K.Rowling nous invite
en effet à partager ses pensées, ses craintes, ses angoisses ainsi que ses déceptions, elle nous invite
également à passer la porte de son univers, elle nous dépeint l’histoire d’un tyran, des moyens mis en
œuvre par ce dernier pour assurer son pouvoir, sa survie et repousser sa chute ; en bref, elle fait passer
un message, tout comme d’ailleurs nombre d’auteurs que nous étudions aujourd’hui l’ont fait avant elle.
16
Personnellement, je n’ai jamais beaucoup aimé les critiques radicales. Je suis plutôt partisante de l’idée
que chaque livre est l’aboutissement d’une réflexion et d’un travail plus ou moins long et qu’il mérite
par conséquent qu’on lui porte un tant soit peu d’attention. Je pense qu’il y a dans chaque ouvrage
des éléments –un paysage, un contexte, un personnage, un message ou une réflexion quelconquequi permettent au lecteur de s’identifier ainsi que de s’enrichir. Je pense également qu’il serait naïf
croire qu’un livre puisse sortir tout droit de la tête d’un auteur. Tout écrivain, aussi bon soit-il, à
besoin de laisser mûrir son œuvre, d’en développer l’intrigue, les personnages, la ligne de conduite et
- s’il s’inscrit dans un contexte historique ou culturel particulier-, de le nourrir d’une documentation.
Bien évidement, cela prend du temps ; écrire un roman est un projet de longue haleine. Par conséquent, je
pense qu’il serait dommage d’en négliger la valeur. Refuser de légitimer ce genre équivaudrait donc pour
moi à passer à côté de toute une branche de la littérature pourtant plus riche que l’on pourrait le croire.
Aude
contes de fées... Best-sellers dénigrés par les académiciens
Panthéon de la Li�érature ?
CONTRE :
Après avoir terminé la longue liste des lectures imposées tout au long de mes études de
philologie romane, je me suis un jour pris moi aussi à lorgner du côté des romans
policiers et autres best-seller honteusement dissimulés au fond de ma bibliothèque.
Pourquoi était-il donc nécessaire de ne lire que des livres denses, compliqués, torturés,
et parfois tellement construits que le sens en était pour ainsi dire insaisissable?
La question se posait à juste titre et je n’ai depuis lors pas hésité à me plonger à l’occasion dans
une lecture plus facile, divertissante ou primesautière que celle des productions légitimées. Cela
ne m’empêche toutefois pas de faire la différence entre un roman de divertissement - puisque
la polémique dans laquelle est appelé à se positionner cet article se limite, il me semble, au
genre romanesque - et un roman plus réfléchi, mûri, dont la lecture me coûtera peut-être
un peu d’effort sans éviter pour autant de me procurer un plaisir cette fois plus intellectuel.
Si le rejet du best-seller peut apparaître à première vue comme une prise de position rétrograde, on voit
que les arguments qui la soutiennent sont multiples. Il ne s’agit pas seulement de se laisser guider par
l’émotion mais également de prendre de la distance pour émettre un jugement rationnel et responsable. Il
faut se demander quels livres pourront parler de notre époque dans une vingtaine d’années, lesquels auront
suffisamment résisté à l’usure du temps pour laisser un témoignage de notre génération à celles qui suivront.
Admettons que la Littérature est autre chose que le tout-venant du roman à succès.
Autre chose même que les prix littéraires et l’institution parisienne qui les attribue, dont l’influence sur
les ventes qui s’ensuivent ne manque pas de remettre en doute chaque année l’impartialité supposée.
Qu’on se délecte parfois d’un bon divertissement importe peu en somme, mais que les productions qui
font le chiffre d’affaires des libraires ne prennent pas la place de celles dont la réflexion et l’originalité
méritent bien, à défaut d’une récompense matérielle pour leurs auteurs, leur propre consécration.
Damien
L’Escume
2011
L’Escumedes
desnuits
nuits n°49
n°49Février
Février
2011
Car le débat autour du best-seller ne se limite pas à se demander si le commerce a le droit de dicter le
bon goût. Il faut aussi savoir si le danger de traiter les livres préférés du grand public comme des œuvres
littéraires ne risque pas d’encourager la standardisation du roman, alors que nombre d’écrivains se sont
justement intéressés à sa déconstruction et à une réflexion en profondeur sur la forme de celui-ci. Il y a en
principe dans la Littérature, un travail sur la forme qui la distingue du simple récit. Et c’est sans compter
sur la confusion qui risque de s’insinuer entre Littérature et roman: qu’advient-il du théâtre et de la poésie?
17
17
Résultats du concours de nouvelles
En collaboration avec Adélaïde Richard, enseignante dans le secondaire supérieur à l’Athénée Royale
de Dour ainsi qu’au SHAPE de Mons et ancienne membre du CRom, l’ Escume des Nuits a organisé
un petit concours portant sur la rédaction d’une nouvelle fantastique par les élèves des écoles mentionnées. Les consignes à respecter étaient simples : écrire un texte à la première personne du singulier présentant des caractéristiques du fantastique dont l’action prendrait place dans un musée , face
à un tableau. Concernant ce dernier, les étudiants avaient le choix entre trois toiles : Des Caresses de
Fernand Khnopff, La Naissance de l’Aube de Paul Delvaux et Le Jardin des Délices de Jérôme Bosch.
Voici donc les deux lauréats choisis par le jury du CRom. Félicitations à eux et bonne lecture à vous !
Le tableau damné de Fernand Khnopff
Fernand Khnopff, Des Caresses (le Sphynx)
Il était midi quart. J’avais faim. Observer tous les tableaux de ce musée me fatiguait et m’ennuyait énormément.
Mais, j’étais obligé, c’était une sortie scolaire. En plus, noter mes observations de tous les tableaux que je voyais me
rendait excessivement nerveux. J’ai sorti mon casse-croûte de mon cartable. Le professeur nous a rappelé pour voir le plus
célèbre tableau de Picasso qui s’appelait ‘Guernica’. Mais j’étais fatigué, je ne pouvais plus résister à cette torture ! J’ai
décidé de m’échapper. Je savais que si je faisais cela, j’aurais des heures de retenue mais le diable me soufflait de le faire...
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Jack, mon meilleur ami, qui savait tout sur moi et qui comprenait tout ce que je pensais avant que je le dise, avait
encore compris mon plan.
- Qu’est ce que tu fais Ozan ? J’espère que tu ne vas pas t’échapper ...
- Si, Jack, j’en ai marre ! Je vais retourner chez moi.
- Il ne reste qu’une vingtaine de minutes et après on va retourner à l’école. C’est franchement inutile, allez viens, je
n’ai pas envie que tu aies des ennuis avec la préfète !!
- Non mec, j’ai décidé, je vais aller, ne t’inquiète pas, c’est mon problème, ce n’est pas le tien, allez à demain !
- Pfff, c’est comme tu veux , fais ce que tu veux, tu es débile !
18
C’est à ce moment que j’ai vu la plus belle peinture de ma vie. Je me suis rapproché du tableau, c’était un tableau
de Fernand Khnopff. J’avais les yeux �ixés sur le visage de la femme. Elle était belle. En effet, ce n’était pas vraiment
une femme. C’était un sphinx à tête de femme et au corps de félin tacheté. Mais elle était magni�ique. Tout à
coup, il s’est passé quelque chose de très étrange. Le sphinx retourna la tête vers moi et, avec ses pattes avant,
me fait signe de m’approcher. Je me suis rapproché du tableau. J’ai mis la main sur la peinture, et là, je me suis
trouvé enfermé dans le tableau. Le sphinx était avec moi. J’avais peur. C’était effrayant. J’étais terrorisé, choqué...
Avec la panique, j’essayais de casser les fenêtres qui se trouvaient et qui m’entouraient dans le tableau. Mais
c’était impossible. Le sphinx me regarda avec ses yeux verts. L’homme qui était à coté de lui sur la peinture avait
disparu. J’étais seul avec cette créature, enfermé dans une peinture. Elle se rapprochait de plus en plus de moi.
Au début, j’avais cru que c’était un rêve, mais ce ne l’était pas. C’était la réalité. Mais comment un sphinx pouvait
être réel ? C’était un rêve ou un cauchemar ? J’ai ré�léchi à toutes ces questions qui restaient sans réponses.
Le sphinx était là, devant moi. Je ne sentais plus de l’amour envers ce beau visage. Je ressentais seulement de la peur
et je n’entendais plus que les battements de cœur. Il a levé ses pattes et m’a griffé avec ses longs ongles. Je saignais
du nez et j’avais des gouttes de sang qui perlaient sur le visage. J’avais mal. Même très mal. C’était une douleur
inexplicable. Je voyais la satisfaction sur le visage du sphinx . Étais-je mort ? Est-ce que j’étais au paradis maintenant ?
Quand je me suis levé, j’étais encore au musée. À mes côtés se trouvaient des docteurs , mon professeur
et mes camarades de classe. J’entendais le sirène de l’ambulance... Sur le mur , je voyais le tableau de
Fernand Khnopff, l’emballage du casse-croûte que j’avais mangé ce matin était par terre… Dans le tableau.
Hasan Ozan Ozcomert
La Cinquième femme
C’était un jour comme les autres. Je venais de terminer ma garde au Musée du
Louvre. Ce gigantesque bâtiment qui contenait des milliers d’objets de n’importe
quelle époque tels des sarcophages, statues grecques, parchemins ou encore des
tableaux. Des tableaux, il y en avait beaucoup ici, de n’importe quel artiste
comme De Vinci, Vermeer , Picasso et plein d’autres artistes. Mais mon préféré
restait Paul Delvaux. C’était un peintre belge du XXè siècle. Son domaine était
l’expressionisme. Parmi ses nombreux tableaux, l’un d’entre eux attirait plus
particulièrement mon attention, tant il était magnifique. Il était exposé dans la salle
principale, à côté de La Joconde .
C’était « La naissance du jour ». Il représentait quatre femmes dont le haut du
corps était nu, mais au lieu d’avoir des jambes, elles avaient un tronc d’arbre.
Paul Delvaux, La Naissance de l’aube
« - Merveilleux tableau n’est-ce pas ?
- Sublime , répondis-je.
-Allez vous rhabiller et partez, votre service est terminé et quelqu’un d’autre prendra votre relève, me dicta -t-il .
- Tout de suite, Monsieur.
- Hanna ?
- Oui ?
- N’oubliez pas de pointer votre carte en sortant et faites attention à la malédiction de ce tableau me signala-t-il en me souriant .
- Oui , Monsieur ».
Je pris la direction des vestiaires en chantonnant. Inconsciemment, je me suis surprise à dire la phrase interdite. Je frémis. Après m’être
changée, je pris la direction de la sortie quand tout à coup, j’entendis des murmures. C’était certainement des gardiens qui discutaient entre
eux. J’allais continuer mon chemin quand des voix retentirent à nouveau. Elles provenaient de la salle principale. Je me concentrais pour
distinguer leur timbre de voix . C’était des voix de femmes. Impossible ! J’étais la seule préposée de sexe féminin à ce poste. La crainte
commençait à se propager en moi. Je m’avançais vers la source du bruit : la salle principale. Arrivée dans celle-ci, je pris ma lampe de poche
et explorai. Je m’avançai au fur et à mesure et me rendis compte que mes pas me guidaient vers le chef-d’œuvre de Delvaux. Quelque chose
avait bougé. Les femmes avaient changé de place et le miroir était posé à plat. Je tressaillis de peur , ma poitrine commençait à s’opprimer :
« - Hanna …
-Qui est là ?
- Hanna …
-S’il vous plaît , laissez-moi tranquille, ripostai-je. Des gouttes de sueur perlaient sur mon front.
- Non , Hanna , tu as transgressé la malédiction .
Malédiction , phrase , vestiaire tout me revenait en tête.
-Qu’allez-vous faire de moi ?
- Tu vas venir vivre avec nous à jamais.
- QUOI ! , hurlai-je . »
Brusquement , une lumière jaillit de nulle part, m’enveloppa et me téléporta dans le tableau. J’atterris au sol. Le paysage était sombre , l’ambiance morose . Il
y avait une sorte de rempart, au fond une allée y était présente. Je sentis des picotements dans mes jambes, au fur et à mesure que le temps passe, ils s’intensifièrent.
Je baissai mon regard vers la source et ce que je vis me choqua . Mes jambes s’apparentaient à des troncs d’arbres où grésillaient insectes et larves :
«Bonjour Hanna. »
Je me retournai et vis les quatre femmes . Elles étaient belles et grandes :
«- Bonjour Hanna
-Laissez - moi retourner dans mon monde
-Impossible .»
Je regardais autour de moi, des pierres. Peut- être me donneraient- elles la solution si je les menaçais ? :
« - Que fais- tu ?
- Je me disais qu’un feu serait le bienvenu. Qu’en pensez - vous ?
- Non , crièrent - elles .
- Oh que si . »
Je me baissai et pris deux pierres. Je les frottais l’une contre l’autre pour que des étincelles apparaissent . De faibles flammes se manifestaient .
« - Je réitère ma question , comment fait-on pour inverser le sort ?
- Seule la phrase peut rompre cette malédiction , mais tu mourras .
- Merci , maintenant allez en enfer ! »
Je jetai les cailloux et elles commencèrent à s’enflammer .
Qu’importe les conséquences, je ne pourrirai pas ici. Je pris une grande inspiration et dit la phrase interdite :
«Contra vim mortis non est medicamen in hortis . » …
La boucle était bouclée .
Justine Motte
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
On dit qu’il y a une malédiction sur ce tableau : « Quiconque traduira cette phrase et la lira à voix haute , connaîtra un destin qui changera le
cours de sa vie à jamais » . Je sortis de mes pensées quand j’entendis quelqu’un m’appeler. C’était M Effaroucher, le Conservateur du musée :
19
Chroniques Cinéma
The Kids Are All right, Another Year et les Émotifs Anonymes
Au programme cinéma de cette Escume, 3 films :
« The kid are all right » (nominé pour l’Oscar du meilleur
film et celui du meilleur scénario), c’est l’histoire d’un couple
de lesbiennes incarnées par le superbe duo Julianne Moore et
Annette Bening - cette dernière est également nominée aux
Oscars pour sa prestation dans ce film, et on comprend pourquoi
! Venons en à l’histoire. Celles-ci ont fait appel à un donneur de
sperme pour avoir leurs deux enfants. Alors que leur fille ainée,
majeure, s’apprête à quitter le domicile pour aller à l’université,
leur fils, en pleine adolescence, se pose quelques questions sur le
donneur de sperme et demande à sa sœur de se renseigner, comme
elle est majeure, sur l’identité de celui-ci. Et ils vont finir par le
rencontrer. On est loin des clichés du père biologique «antipathique,
asocial, alcoolique», ce donneur de sperme est même agréable et
sympathique. C’est une œuvre douce sur les rapports humains
admirablement bien jouée et mise en scène. Les acteurs sont très
convaincants, les personnages très attachants. Une ambiance dans
laquelle on resterait bien plongés longtemps, même si parfois,
on a du mal à retenir nos larmes. Un film à voir en tous cas !
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Passons au second film, également en compétition pour l’Oscar du meilleur
scénario, « Another Year ». Un film atypique, puisque les personnages
principaux ne sont plus dans la fleur de l’âge mais plutôt en fin de carrière.
Mick Leigh, le réalisateur, nous emmène à Londres, chez un couple d’une
bonne cinquantaine d’années, Tom et Gerri - ça ne s’invente pas ! - pour
vivre une année à leurs côtés. Printemps, été, automne, hiver, c’est la vie,
ses joies, ses peines qui se déclinent sur l’écran. On nous présente leur fils,
d’une trentaine d’années, la rencontre avec leur belle fille, leur amie Mary,
envahissante, qui voue un culte immodéré au vin blanc, etc. C’est vrai qu’il
faut aimer les films dépouillés pour apprécier «Another Year» qui est très
réaliste, sans effet. Il y a parfois quelques longueurs, mais on sort du film
le sourire aux lèvres. Juste contents d’être là et bien, incroyablement bien.
20
Enfin, un film français pour terminer, « Les émotifs anonymes » avec
Isabelle Carré et Benoit Poelvoorde, un petit bijou de la fin de l’année 2010.
Jean-René est le patron de la chocolaterie dans laquelle Angélique veut
se faire engager. Tous deux sont extrêmement émotifs et réagissent
donc parfois assez bizarrement. C’est leur passion pour le chocolat qui
va les rassembler et de laquelle va naitre une jolie histoire d’amour.
C’est une comédie romantique, mais très originale, simple et douce.
Benoit Poelvoorde tient très bien son rôle, tout en retenue, sans excès.
Et Isabelle Carré est simplement parfaite. On pourrait tomber dans
la mièvrerie, mais non, tout tient la route, tout fonctionne, le film est
touchant et drôle, rafraîchissant. Bref, si vous avez besoin d’une bouffée
d’air frais et de bonne humeur, je vous conseille de vous dépêcher
et d’aller déguster ce film, comme un bon morceau de chocolat.
Laure de Caevel
Harry Po�er et les reliques de la Mort (Première partie)
Avec un laps de temps considérable et compréhensible au regard de la
sortie de l’œuvre littéraire, l’adaptation cinématographique du dernier
tome de la saga Harry Potter a finalement déboulé dans les salles obscures
il y a quelques mois. Enfin, la première des deux transpositions puisque les
producteurs du film ont plié ce dernier à la nouvelle mode en vogue dans le
monde du septième art : l’adaptation d’une œuvre en deux parties (principe
qui sera notamment d’application pour le passage au grand écran du conte
de J.R.R. Tolkien, Bilbo Le Hobbit, dont le tournage débutera courant 2011).
Compte tenu de l’importance cruciale que revêt ce septième tome dans
l’univers pottérien, cette décision de séparer le film en deux parties
était-elle un choix judicieux ou une honteuse stratégie commerciale
et lucrative ? Mais plus que tout, cette transposition allait-elle faire
renouer les fans avec la magie du cinéma après un sixième épisode
totalement raté ? Dans le cas qui nous occupe, force est de constater
que le film arrive sans peine à présenter au spectateur une trame
globalement respectée tout en conservant suffisamment d’émotions
fortes et d’innovations pour garder en haleine le lecteur averti.
Outre cette dichotomie qui est pour beaucoup dans mon appréciation positive de ce film, il y a aussi cette volonté
des producteurs (et des réalisateurs !) de la saga d’augmenter le degré de sérieux de l’intrigue cinématographique
proportionnellement à l’âge de cette génération « Harry Potter » évoquée dans les premières lignes de cet article. Ce
sentiment de « maturité » est perceptible dès les premières minutes de projection : on est à des années-lumières du
monde gentillet que Colombus avait instauré dans Harry Potter à l’École des Sorciers. L’affermissement du pouvoir
de Voldemort sur la vie des sorciers et les conséquences tragiques qui en découlent ne font rire personne et surtout
pas Harry Potter qui, dans cette conjoncture difficile, ressent encore plus le poids de la mission que lui a confié
Dumbledore. Car la mort frappe désormais partout, de tous les côtés et très vite : le héros ainsi que ses deux comparses
Ron & Hermione se rendent rapidement compte qu’ils ne se sont plus à l’abri nulle part et qu’ils doivent se dépêcher
de mettre la main sur les fragments d’âme du Mage Noir (les « Horcruxes ») afin de pouvoir espérer le vaincre.
Une fois réunifié, le groupuscule devra ensuite faire face à un autre type de cruauté, celle convoquée
par leurs adversaires qui n’hésitent pas à employer les grands moyens pour leur nuire (sorts
surpuissants, tortures …). Heureusement, Harry, Ron, Hermione peuvent parfois compter sur
l’aide d’adjuvants inattendus même si ces derniers doivent parfois les servir au péril de leur vie
Ouvert sur une tragédie (la mort de Maugrey Fol-Œil), le film se referme sur une tragédie : la violation du
tombeau de Dumbledore par Voldemort pour récupérer la Baguette de Sureau. C’est sur cette dernière scène que
se referment les deux heures vingt de film, les lumières s’allument et il est temps de retourner dans le monde des
Moldus avec , pour ma part, le sentiment d’avoir vu le meilleur Harry Potter depuis Le Prisonnier d’Azkaban :
pas dans de temps mort, un jeu d’acteurs convenable (mention spéciale au père de Luna Lovegood ainsi qu’aux
jumeaux Weasley : trois personnages que j’ai beaucoup appréciés. Seul bémol : cette tendance à la ridiculisation
qui caractérise le personnage de Ron et le cantonne dans un rôle carnavalesque dont il a du mal à s’extirper), des
bonnes surprises visuelles (la narration de l’histoire des trois frères, contée dans un style très burtonien, est une
réussite !) et une VF qui tient la route sans être exceptionnelle (si on excepte l’honteux doublage de Voldemort dont
la voix de fausset gâche tout le charisme !), autant d’ingrédients qui vous permettront de passer un bon moment !
Hadrien
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Une quête difficile, rendue plus complexe encore par la nécessité de constamment se protéger des troupes de
Voldemort ou encore des membres du Ministère de la Magie, désormais corrompu : les marches, les combats et les
fuites sont ainsi nombreux tandis que la recherche des Horcruxes reste irrésistiblement au point mort. Cette situation
amène d’ailleurs des tensions dans le trio qui, à la longue, provoqueront son éclatement temporaire. Des disputes qui
constituent la preuve que les personnages ont grandi en même temps que leur public: la violence n’est plus occultée
et est présentée dans son effroyable vérité au spectateur (cf. la tension entre Harry et Ron ainsi que la révélation des
peurs secrètes de ce dernier, au moment de détruire l’Horcruxe, dont certaines sont légèrement teintées d’érotisme).
21
Draquila : « L’Italie qui tremble »
Italie, 6 novembre 2009. Un tremblement de terre de magnitude cinq frappe la ville de L’Aquila, causant la
mort de 308 personnes et détruisant la majeure partie de la ville. Un désastre pour les septante mille habitants
de cette ville médiévale et une aubaine pour la campagne de communication du président du Conseil. Après
son aventure avec Noemi Letizia, dont il a célébré les dix-huit ans en lui apportant un collier en or, l’image
de la deuxième fortune du pays est au plus mal: Silvio Berlusconi va donc mettre en branle son empire
médiatique et ouvrir son puissant carnet d’adresses pour forcer l’admiration d’un électorat en état de choc.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Dans ce documentaire rhétorique à la manière de Michael Moore, l’imitatrice politique Sabrina Guzzanti
analyse l’évènement créé autour de cette catastrophe naturelle pour développer un plaidoyer contre la politique
du Cavaliere, dans lequel elle reprend l’ensemble des « dérapages » de celui-ci: les insultes homophobes
adressées aux manifestants, les plaisanteries racistes au sujet de Barack Obama, la pression exercée sur les
petites gens ayant perdu leur habitation et les frasques du président âgé de septante-quatre ans avec des mineures.
22
La stupéfaction est immédiate et les questions fusent: comment un tel système politique a-t-il pu voir le jour dans un
pays de l’Union Européenne et surtout pourquoi les informations sur la gravité de la situation ne parviennent-elles
pas jusqu’au lectorat du nord de l’Europe? Fustigé par les autorités italiennes, le film fut sélectionné au Festival de
Cannes où il entraina l’absence du ministre italien de la Culture. C’est donc un film militant, un film qui frappe fort,
un film à la taille de son adversaire qui veut défendre aux yeux du monde un pays qui ne bénéficie pas, comme la
France, d’un quatrième pouvoir capable de tenir en respect la mégalomanie de ses politiciens aux dents longues.
Damien
Chroniques Musicales :
Booba - Lunatic (2010)
Voir un jeunot émerger dans un milieu dit « en crise » comme l’industrie
du disque est toujours plaisant à voir. Mais lorsque l’un des poids lourd
(97 kilos s’il-vous-plait) de cette même industrie jure de revenir crucifier
le top 50 de son aura, c’est plus à un combat de boxe qu’on a l’impression
d’assister qu’à une sortie d’album… Tant mieux, car si la sortie d’un album
est une montée sur le ring, que dire du choix de Booba d’appeler son
premier single « Caesar Palace », lieu emblématique du monde de la boxe.
Fort d’une carrière de plus de 17 années se traduisant par un album
en groupe (disque d’or) et quatre albums solos (tous disque d’or
minimum), on pensait Booba affaibli suite aux ventes en déça
des prévisions pour « 0.9 », son précédent effort, sorti en 2008. Que nenni, 2 ans plus tard, Booba est à nouveau de
sortie, et jamais la comparaison entre le monde du sport et celle de la musique n’aura autant été judicieuse. Porté
par les singles « Jour de paye », « Ma couleur » ou encore « Paradis », l’album est déjà quasiment couronné disque
d’or une semaine seulement après sa sortie. Au-delà de ce que représente pour le monde du rap ce score (qui gifle
au passage les « Grégoire » et autres artistes de variété française sortis au même moment), la qualité intrinsèque de
l’opus justifie les 37 000 exemplaires qui ont trouvé preneur au cours de la première semaine de commercialisation.
Certes, ces quelques faiblesses ne nuisent pas spécialement à l’écoute, mais il est dommage d’avoir négligé
ces détails car on aurait pu tenir un classique, tout au plus avons-nous un excellent album. Et puis ne me
faites pas dire ce que je n’ai pas dit, l’album vaut très largement l’investissement, surtout en comparaison
des « belles merdes, des jolis cacas » que sortent les autres rappeurs français en grande majorité. « Lunatic »
se révèle donc surtout comme étant un témoin de son époque, un rap français sous-représenté alors qu’il
s’affirme toujours au niveau des ventes. Heureusement des disques comme « Lunatic » viennent rappeler aux
bien-pensants que la mauvaise musique calibrée pour plaire n’est pas la seule à truster le haut des charts, on
peut être vrai envers soi-même et son public, et vendre des disques. Booba nous le rappelle tous les 2 ans.
« Ils n’oublieront pas, ils se souviendront de nous, je vais régner assis, je vais mourir debout […] Tu veux
t’asseoir sur le trône ? Faudra t’asseoir sur mes genoux. »
Yasin
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Au travers des 19 pistes que « Lunatic » comporte, on a droit à du rap dit hardcore (« Jour de paye »,
« Saddam Hauts-de-Seine »,), ouvert (« Ma Couleur », « Paradis »), ou encore difficile à mettre dans une case
(« Abracadabra », « Comme une étoile »). La grande force de l’album est de réussir à créer une cohésion sans
que le grand écart entre les pistes n’ait l’air forcé. Les beatmakers sont d’ailleurs à saluer, même si la prise
de risques est moins prononcée qu’auparavant. En effet, tout n’est pas rose au pays des oursons, si Booba
délivre son lot de punchlines habituelles, on s’étonnera devant la faiblesse relative d’un titre comme « Boss
du rap game » qui n’est pas l’ogive nucléaire à laquelle on s’attendait. La faute à une performance sentant
légèrement le réchauffé. L’absence de piste véritablement dansante comme « Rat des villes » ou encore
l’illustre « Boulbi » se ressent véritablement et s’avère être la seule ombre au tableau. Étonnant, lorsque
même « 0.9 » avait « Bad Boy Street » pour faire shaker les booty sur le dancefloor. Ici, malgré des featuring
prestigieux (Akon, P.Diddy, Ryan Leslie, T-Pain, Dosseh), aucune piste ne fait vraiment ambiance club. Ce qui
m’amène à la deuxième faiblesse de l’album : les refrains. Habitués à des refrains entrainants, il est difficile
de comprendre leur faiblesse sur certaines pistes alors qu’il s’agit bien souvent de l’élément-clé d’un morceau.
« Les mecs sont haineux, mais laisse-les, ils n’ont pas de couilles, ils ne peuvent que rayer ma Bentley… »
23
Deep Purple - In Rock (1971)
Fin des années 60. La planète musicale est bouleversée par l’arrivée de trois
groupes immenses et exceptionnels : Led Zeppelin invente un hard rock n’oubliant
jamais de rappeler ses influences blues (Led Zeppelin I en 69), Black Sabbath
nous offre ni plus ni moins que les prémices du métal avec Black Sabbath et
Paranoid en 70, et Deep Purple qui, après trois années passées à se chercher une
ligne de conduite musicale, obtient le succès désiré avec la bombe qu’est In Rock.
Deep Purple, c’est avant tout l’association de musiciens exceptionnels,
qui tout au long de la carrière du groupe, ne décevront que très rarement
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Le premier d’entre eux se nomme Ritchie Blackmore, guitariste prodige spécialiste des longues improvisations
et d’une formation classique qui lui permettra de se démarquer des gammes habituelles et de faire preuve d’une
aisance tout simplement exceptionnelle. Ensuite vient Jon Lord, le claviériste lui aussi adepte des longues
improvisations et apportant la véritable originalité de ce groupe de hard rock : cette association de solos de
clavier et de guitare électrique permettait au groupe de développer un hard rock solide et singulier. Celui qui
cogne se nomme Ian Paice et possède un sens du rythme absolument inouï. Le bassiste des débuts se nomme
Nick Simper mais sera rapidement écarté afin de faire place à Roger Glover, présent sur In Rock. Et puis vient
la voix exceptionnelle, la clé de voûte d’une des plus grandes chansons du hard et du prog confondus (Child in
time), Ian Gillan, qui remplacera sur In Rock le chanteur des débuts, Rod Evans. En 1971, lorsque Deep Purple
enregistre In Rock, le groupe n’a toujours pas obtenu le succès qui leur permettrait de décoller réellement.
24
In Rock, c’est l’aveu d’impuissance de Blackmore et son « band » de réaliser la fusion entre classique et rock . Deep
Purple, choisit un cocktail explosif de hard rock plein de ruptures de rythmes, de riffs dévastateurs et de technique
virtuose. Speed King, le premier morceau, débute par une rafale de notes distorsionnées et la démonstration
immédiate des talents de Blackmore avant de faire place au synthé spatial de Lord puis au riff accrocheur et
au cri de Gillan, le tempo s’accélère et déjà, nous comprenons que cette musique n’est pas comme les autres.
Bloodsucker, Living Wreck et Black Night (leur premier grand succès, une chanson infernale et très efficace, avec
un solo endiablé de ce cher Ritchie) seront de la même trempe : des chansons relativement courtes, énergiques
et accrocheuses. Mais les véritables perles de cet album, ce sont paradoxalement les titres les plus complexes et
les plus longs, les plus « progressifs » : heureusement que le Pourpre a conservé cette fibre classique et créative
dont il avait fait preuve dans ses albums précédents ! Si Flight of the rat et Hard lovin’man sont absolument
époustouflantes de virtuosité, de complexité et de lyrisme, Child in time compte probablement parmi les cinq plus
grands joyaux du hard rock. Child in time, c’est un voyage dans une autre dimension, c’est s’évader dans un autre
monde. Les synthés hypnotiques pour commencer, la voix sensible de Gillan qui s’insère et monte en puissance, au
fur et à mesure du voyage, c’est comme si une tension s’installait petit à petit et qu’elle nous comprimait, qu’elle
nous forçait à abandonner tout contrôle, alors Gillan explose et hurle, et tout cela dans une mélodie absolument
magnifique, avec une voix qui jamais ne nous parait fausse, peut-être parce que nous y sommes, dans ce voyage, la
batterie s’intensifie jusqu’au point de non retour, jusqu’au solo de Blackmore, nous emmenant encore plus loin et
absolument exceptionnel à tous points de vue, comme si la Grâce avait habité chacun des cinq musiciens pendant
exactement 10 minutes et 18 secondes, le solo se termine par une mélodie jouée en même temps par Lord et
Blackmore et aboutissant à un nouveau break, nous entendons le retour des notes de synthé initiales, l’expérience
n’est pas terminée, Gillan reprend, le Pourpre nous emmène à nouveau dans cette impression de folie et de capture
d’un moment unique, et enfin, après ce déferlement de merveilles, c’est terminé. Child in time, c’est le chef d’œuvre
du groupe, c’est le Stairway to Heaven, le Phantom of the opera, le Shine on you, crazy diamonds de Deep Purple...
In Rock constitue l’album phare de Deep Purple, plus élaboré que Machine Head, plus puissant que Burn, plus incisif
que Fireball, plus efficace que The Books of Taliesyn, si vous devez acheter un album du Pourpre, c’est celui-là.
Peut-être même que si vous devez acheter un album de rock, c’est celui-là, mais cela c’est une autre histoire…
Nicolas
Chroniques théâtrales :
COME TO ME COMME TOUT LE MONDE
Du 12 au 20 novembre 2010 à l’atelier 210
De Marie Henry Mise en scène : Cali Kroonen Avec : Grégory Duret, Eno Krojanker, Francesco Italiano,
Natacha Nicora, Hervé Piron
Au cas où vous ne seriez pas des romanistes assidus, sachez que votre site – très
dévoué, si, si ! – vous offre régulièrement des places de théâtre ! Ainsi, le 12
novembre, je me rendis à l’Atelier 210 (quel labyrinthe Etterbeek, d’ailleurs !1)
assister à la première de cette pièce des plus intrigantes. Intrigante ? Oui. Vous
allez très vite comprendre. La raison qui me poussa à jouer au concours organisé
par Romanes.be était très simple : le synopsis de la pièce qui se trouve sur la
page d’accueil. Bon, je me doute que l’Escume en main vous n’ayez pas une
envie pressante d’aller voir sur le site pour savoir de quoi il retourne, je vous
copie-colle la chose (vous notez comme je suis serviable, hein) ici-même :
C’est l’histoire de Come to me, le fils de Celle qui percevait les pleurs de derrière la montagne, et de
Virabelle dite la Vilaine dite Prune de ciment, mère de Celle qui espère toujours qu’on appelle aussi Celle
qui attend toujours, et de Peter Varsinovitch Four qu’on nomme Peter Varsinovitch Four. Dans cette
nouvelle création, le Groupe TOC aborde les thèmes de la relation mère-fille, des rapports de séduction et
de pouvoir, et de la quête de soi. Racontée par un narrateur sans nom, cette histoire est sans importance.
La première constatation que nous pouvons faire est simple : vraisemblablement, même le monde
des contes de fée est en crise… Il y a maintenant deux ans, Sébastien Ministru revisitait Cendrillon
dans sa version gay et voici maintenant Marie Henry qui, à la Ionesco, démolit les préconceptions
inhérentes au canevas du conte de fée. Est-ce seulement un phénomène propre aux contes de fées ?2
Un sujet grave et préoccupant abordé par le biais du rire, que demander de plus ?
« Pas une seule critique ? », me direz-vous. Bon, puisque vous insistez (vous me connaissez bien, hein, vous savez
que je ne suis une éternelle insatisfaite) : Natacha Nicora. A mon sens, son jeu était bien en deçà de celui des autres
acteurs. Moins convaincante bien que tout aussi motivée, ce bémol est sans doute dû à son accent méditerranéen
et le manque de puissance de sa voix chantante, rendant la compréhension de son texte plus malaisée. Cependant,
quand on a un texte semé d’allitérations, de calembours et d’épistrosphes, la diction et le volume sonore, sont, à mon
humble avis, des plus importants. Pour tout vous avouer, dès qu’elle a ouvert la bouche, je me suis demandé : « Mais
qui a donc fait le casting de cette pièce ? ». Bon, d’accord, je range mon venin pour aujourd’hui et vous rassure
en conséquence : mon compagnon ne fut pas outre mesure dérangé par la prestation de cette actrice, charmante au
demeurant, ainsi je peux donc affirmer sans trop d’hésitation que si elle se joue encore, vous ferez bien d’y aller !
Carole
(Footnotes)
1
Comment ça c’est moi qui suis une quiche de l’orientation ? Non, mais, oh ! Un peu de respect s’vouplait !
2
De fait, la réponse est non. Vous aviez trouvé la bonne réponse tout seul avant de regarder la note de bas de page ou vous êtes
niais ? Parce que si c’est le cas, faudrait peut-être envisager d’autres études, hein !
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Les anti-héros peuplent le grand écran, les loosers se battent dans la cour des belles-lettres et même les scènes de
théâtre sèment des miettes de pains en carton. Bon, soit, le sujet n’est pas là, n’est-ce pas. Vous, tout ce que vous
voulez savoir c’est si c’est intéressant d’aller voir (ou de lire, elle est publiée chez Lansmann et acquérable pour la
modique somme de 9 euros) cette mystérieuse pièce. Et bien, la réponse est oui. De l’absurde en veux-tu en voila !
Toute cela à travers une mise en scène sans anicroches, des jeux de mots idiots, de répétitions à gogo, des acteurs
motivés. Marie Henry a parfaitement cerné le monde des contes et leurs faiblesses face à un monde qui devient de plus
en plus incrédule et qui, bien qu’ayant un besoin furieux de s’évader dans des mondes plus utopiques, n’arrive plus à
fermer les yeux et à accepter les incohérences indissociables à ce monde qu’on nomme « merveilleux ». Le mot est
lâché (voire la phrase, dans ce cas-ci): les contes de fées sont trop grossiers ! Ils sont un abrutissement neuronal pour
notre progéniture, la vie, elle n’est pas toujours rose, il n’y a pas toujours de fil rouge tout tracé pour tout le monde. Non.
25
À la recherche de la diversité du Chili
Envoyé pendant trois ans au Chili pour créer un spectacle à l’occasion du bicentenaire de l’indépendance
du pays, le metteur en scène Lorent Wanson revient en Belgique avec sept acteurs chiliens. Son
spectacle Historia Abierta, créé au centre dramatique Matucana 100 de Santiago en octobre 2010, est
présenté au Manège (Mons) en janvier puis au Théâtre de Poche (Bruxelles) du 3 au 19 février 2011.
Les acteurs et le régisseur chiliens sont arrivés à Mons depuis quelques
jours pour les répétitions. Dans le hall du centre dramatique, des dessins
de Margarita Cid Lizondo, une artiste chilienne contemporaine, ornent
les murs. Lorent Wanson est assisté de Miguel Bregante, un metteur en
scène espagnol formé en France et au Chili1. L’idée de commémorer le
bicentenaire du pays avec un projet novateur vient de Daniel Cordova,
le directeur artistique du Manège qui est lui-même né au Chili.
Une histoire de voyages
Habitué à voyager pour créer, Lorent Wanson a décidé de se distancier
de l’histoire officielle pour se baser sur le quotidien des Chiliens
pendant la dictature. Ce spectacle est le fruit d’un échange avec les gens
qu’il a rencontrés sur place, des « témoins » dont la recherche a occupé
une grande partie de ses premiers voyages, ainsi que d’un travail sur le
vécu des acteurs qui racontent leur propre histoire.
La répétition générale commence vers seize heures. Le spectacle qui s’ouvre sur un air de cumbia, « Loca » de
Chico Trujillo, met la musique en avant. Outre l’orchestre contemporain enregistré pour accompagner les moments
de récit et guider le spectateur dans ses émotions, on écoute aussi de la musique populaire. Mais comment les
acteurs ont-ils travaillé, quels sont leurs parcours, et surtout que pensent-ils de cette expérience de travail?
Seuls Carolina Pizarro et Fernando Pérez ont déjà visité le Vieux Continent. La première l’a traversé du Nord
au Sud avec une troupe de théâtre et le second a déjà eu l’occasion de flâner dans les rues de Bruxelles. Pour
Carla Huenchún, très engagée dans le combat pour les libertés de la communauté mapuche, la Belgique est un
pays où les forces de l’ordre respectent les citoyens: « Si la police tue quelqu’un ici, c’est grave!» Bien que leur
première impression soit celle de la réserve et de la timidité des Belges, ils se sont également rendus compte des
efforts qu’on a faits pour les comprendre ainsi que de la multiculturalité visible dans les commerces de Mons.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Des origines (mé)tissées
26
Il est frappant de constater la variété de leurs origines sociales et nationales, de leurs personnalités et de leurs
formations, un choix délibéré du metteur en scène.
Carolina Ramirez a de la famille éloignée en Espagne ; un cursus universitaire varié l’a fait passer par
différents styles théâtraux, par le chant et par la danse. « C’est la première fois que je fais un spectacle
avec des gens si différents les uns des autres car normalement, dans le théâtre, on choisit avec qui
on travaille. Il a fallu apprendre à vivre ensemble alors qu’on ne se connaissait pas et c’est aussi
la philosophie du projet: réunir des gens qui représentent la diversité du Chili. » nous confie-t-elle.
Fernando Pérez, dont le père était chauffeur de taxi, s’est formé en autodidacte en organisant des ateliers de
théâtre pour les enfants des poblaciones2, avant de travailler pour la Fura dels Baus et Royal de Luxe, deux
troupes européennes de renom.
(Footnotes)
1
Le spectacle de sa troupe La Mona Ilustre, intitulé « Los peces no vuelan », sera présenté au Festival mondial des théâtres de
marionnettes de Charleville-Mézières en septembre 2011.
2
Les quartiers défavorisés.
Lorena Ramírez, dont les grands-parents maternels ont quitté la Palestine, a suivi les cours d’une
école d’arts scéniques qui privilégiait l’expérimentation, même si ses réflexions actuelles s’orientent
plutôt vers un retour au texte: « Quand je prononce mon nom sur scène, l’espace reste malgré
tout celui du théâtre. Pendant le processus de création, notre personnalité est mise en avant
mais le long du voyage qui donne naissance à l’oeuvre théâtrale, nous élaborons un alter ego. »
Felipe Lagos acquiesce. Il est d’abord passé par le théâtre avant d’entamer des études de
chant, trop académiques à son goût: « Les techniques de travail que j’ai connues par le
passé étaient très scolaires... en tout cas jamais aussi expérimentales que cette fois-ci. »
Karen Mena insiste sur ses origines régionales: « Je suis de Valparaiso, de la province. J’ai étudié la littérature
et l’art dramatique dans une université privée où les méthodes étaient très structurées. » Et d’ajouter que «
même si on crée toujours un personnage à partir de notre gamme intérieure, ce travail fut difficile car nous
avons dû apprendre à rester nous-mêmes tout en jouant bien, en soignant notre technique corporelle et vocale.»
Emilio Ciriza,
c’est pourtant
né
la
d’un père basque, a reçu une formation dramatique pluridisciplinaire;
première fois qu’il a l’opportunité de chanter dans un spectacle.
Carla Huenchún a étudié le théâtre, elle a toujours travaillé sur des textes ou sur des créations collectives
et elle souligne l’originalité d’un projet partant du vécu des acteurs. Sa rencontre avec Lorent Wanson
est un peu particulière: « Il m’a remarquée dans une manifestation où je parlais dans un mégaphone
en mapuche. J’ai alors été invitée à participer à la pièce comme témoin et j’ai dû beaucoup insister
pour y devenir actrice. Par la suite, il est venu danser avec moi dans une cérémonie mapuche. »
Subversif et populaire
Mais y a-t-il des sujets douloureux pour le public chilien qu’ils n’auraient pu aborder que dans Historia
Abierta? « Pour le moment au Chili on réalise des spectacles qui parlent de la dictature, qui creusent
l’Histoire en profondeur... Mais c’est aussi devenu un lieu commun et il faut donc chercher de nouvelles
manières d’aborder les thèmes de notre Histoire pour qu’ils continuent de tenir les gens en éveil. » répond
Carolina Ramirez. Un bon exemple est donné par Emilio Ciriza: « A un moment du spectacle, on parle
de Pinochet, mais c’est à travers l’histoire du cuisinier qui doit préparer son repas d’anniversaire. Le
thème de la dictature est traité par le biais d’une histoire personnelle et on n’en parle pas seulement
parce que c’est incontournable. » Le résultat escompté fut obtenu au Chili selon leurs dires, avouant
que leur meilleur public fut celui des poblaciones et se rappelant en souriant que certains soirs des
spectateurs d’origine modeste voulaient monter sur scène avec eux ou leur raconter leur histoire à leur tour.
En conclusion de cette journée, une soirée cabaret est offerte au public par les sept acteurs comme un
avant-goût de leur spectacle, ainsi que par Lorent Wanson qui chante, en s’accompagnant à l’accordéon,
une chanson de Victor Jara. Les acteurs finissent par danser, le public aussi et comme à chaque fois que les
artistes s’amusent, c’est contagieux...
Damien
Historia Abierta est présenté du 3 au 19 février 2011 au Théâtre de Poche (du mardi
au samedi), accompagné d’une exposition de Margarita Cid Lizondo. Un tarif très
préférentiel de 7,5 euros (au lieu de 15 euros) est accordé aux lecteurs de « L’Escume des
Nuits » pour ce spectacle.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
De leur discours ressort de manière très claire qu’ils ne sont pas habitués à être subsidiés pour leur travail
artistique, comme le souligne Karen Mena à propos du Manège de Mons: « Dans ce théâtre, tout est fait pour
qu’on puisse s’occuper seulement de notre travail. On ne nous demande que d’être en forme et de bonne humeur!»
27
Ci encoumence l’interview de Sieur Baker
Arrivé il y a deux ans à l’ULB, Craig Baker n’a pas mis longtemps à marquer de son empreinte les cours de
langues et littératures médiévales qu’il assure notamment grâce à sa lecture parfaite de l’ancien français (avec
l’intonation et l’accent s’il vous plaît !). Pourtant, ce professeur venu d’Outre-Atlantique adopte le plus souvent
une attitude discrète voire un peu mystérieuse. Il n’en fallait pas plus pour que l’Escume des Nuits propose à
cet amateur de bonne chère et de cyclisme de se soumettre à l’exercice de l’interview, ce qu’il a accepté avec
plaisir. Entre ancien français et parcours personnel, méthode de Lachmann et amour de Bruxelles, voici donc
le résultat de cette entrevue qui lève quelques coins du voile de mystère qui entoure la personnalité de monsieur
Baker, sans avoir la prétention de l’avoir percé.
Commençons par le commencement … Nous supposons que
vous ne rêviez pas , étant petit, de devenir philologue. Dès
lors, quelles étaient vos aspirations au départ et comment
êtes-vous arrivé à vous intéresser à l’ancien français ?
Craig Baker : C’est sûr que quand j’étais petit, je ne
m’imaginais pas philologue ou médiéviste. Je voulais
être astronaute. Ca ne s’est pas fait, je suis devenu
philologue à la place, ce qui est finalement très bien.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
« Quand j’étais petit, je voulais devenir astronaute »
28
Bien que je sois né aux États-Unis, j’ai fait mes études
universitaires en France.
En partant là-bas, j’avais
originellement l’idée d’étudier le XIX è siècle, la poésie
romantique et tout ça … C’est durant mon cursus dans le pays
que j’ai découvert l’ancien français. En BA2 plus précisément,
lorsque j’ai été obligé de suivre le premier cours de langue et
littérature médiévale…. Au début, je n’ai pas compris grandchose et c’est vraiment au cours de ma troisième année,
quand j’ai fait le choix comme option d’étudier le Moyen
âge que cela a commencé à me passionner : à ce momentlà, j’ai découvert voire redécouvert ma passion pour cette
période de l’histoire car c’était aussi quelque chose qui
m’intéressait lorsque j’étais beaucoup plus jeune. J’avais
une fascination pour les châteaux, les chevaliers et tout ça…
Bon évidemment, je n’ai pas retrouvé que des châteaux
et des chevaliers , il y avait entre-autres de la phonétique
historique. Mais je crois qu’il y avait une part de rêve enfantin
dans ce que je retrouvais dans la littérature médiévale.
Ce rêve enfantin a-t-il été le déclic ? En d’autres
termes, est-ce à ce moment-là que vous avez décidé
de vous spécialiser dans le domaine médiéval ou
bien le XIX è trottait-il encore dans votre tête ?
C.B. : Oui, on peut dire que c’est à ce moment-là que
j’ai décidé de me spécialiser. J’ai donc opté dans la suite
de mes études pour une maîtrise dans le Moyen-âge,
sans avoir nécessairement l’idée de l’enseigner par la
suite. Au départ, je comptais juste approfondir le sujet.
Quelles étaient vos motivations pour aller
étudier en France ? Un choix d’excellence ?
C.B. : Oui, un choix d’excellence mais aussi et
avant tout, une expérience personnelle. Comme
souvent dans ma carrière, c’est le hasard qui a bien
fait les choses : j’ai fait la rencontre de certains
Français à un moment où je devais décider de
la suite de mes études. J’hésitais à ce momentlà entre la littérature française et la littérature
anglaise. Et c’est l’un de ces Français qui m’
a dit : « fais la littérature française et tant qu’à
faire, fais-le en France ! » . Alors, je me suis dit
que c’était la possibilité – c’est un peu le principe
de l’Érasmus actuel – de découvrir autre chose,
de vivre dans une société, une culture différente.
Chemin faisant, l’idée m’a parue excellente et
j’ai donc choisi d’étudier la littérature française.
Et où aviez-vous choisi d’étudier ? À
Paris ou dans une autre université ?
C.B : J’ai étudié en partie dans la capitale
française. En fait, au moment où j’ai introduit
ma demande, si j’ai bien compris les choses
à l’époque, lorsqu’on venait de l’étranger,
on ne pouvait pas commencer ses études à
Paris. J’ai donc dû partir en province : j’ai
fait une première année à Bordeaux puis
une à Toulouse. Enfin, c’est lorsque j’ai
entamé ma licence que je suis monté à Paris.
Quel genre d’étudiant étiez-vous ? Plutôt
sérieux ?
Guindailleur ?
Les
deux ?
C.B. : J’étais un peu les deux. Maintenant, en
arrivant en France, il fallait que je travaille plus
que les autres : le français n’était pas ma langue
maternelle et il fallait aussi que je m’adapte à
un système d’éducation qui était très différent
de ce que j’avais connu auparavant notamment
dans la façon d’interroger sur la littérature,
l’attitude à adopter avec les professeurs…
Toujours en tant qu’étudiant,
vous
avez
un
souvenir
mémorable
qui
vous a marqué durant votre cursus ?
C.B. : Là, comme ça , je ne vois rien d’extrêmement
ponctuel. Je dirais qu’une chose qui m’a marqué
durant mes études, c’était un professeur que
j’ai eu aux Etats-Unis et qui était sans doute
le meilleur enseignant que j’ai jamais eu. Un
passionné de littérature qui a véritablement
réussi à faire partager sa curiosité pour cet art.
Cela vous a donné envie de devenir professeur ?
C.B. : À ce moment-là, non. Le métier est venu
plus tard, ça a commencé par une passion pour la
littérature qui s’est transformée en passion pour
le Moyen-âge mais je ne sais pas vraiment quand
est-ce que j’ai décidé de devenir professeur. …
Comment vous êtes-vous alors dirigé vers
l’enseignement ? Par contrainte (une sorte
de « passage obligé ») ou bien parce que vous
désiriez partager votre savoir avec des étudiants ?
C.B : Je ne sais pas. C’est venu petit à petit : le point
de départ a sans doute été ma volonté de consacrer
ma vie au Moyen-âge et de devenir chercheur.
Ensuite, sans trop vraiment réfléchir à cette voie
didactique, durant mon doctorat, j’ai fait une cotutelle entre Paris et une université américaine.
« Le métier d’enseignant est venu petit à
petit »
Je suis donc parti aux États-Unis quelques années
où j’ai reçu une bourse qui m’obligeait à enseigner.
Bon, vous vous doutez bien qu’on n’octroie pas
aux doctorants les cours les plus passionnants à
dispenser : je me suis ainsi retrouvé dans une classe
de français langue étrangère pour grands débutants.
La matière n’était pas passionnante mais j’ai bien
aimé l’expérience de l’enseignement. J’ai pu, par la
même occasion, donner des cours de latin aux grands
débutants, ce qui m’intéressait déjà un peu plus.
« On ne donne pas aux doctorants les
matières les plus passionnantes à dispenser »
Même si je crois que c’est mon désir de rester dans la
recherche qui m’a poussé vers l’enseignement, cette
expérience m’a néanmoins fait comprendre ce qu’était
réellement transmettre du savoir à des étudiants.
Dès lors, cela vous plaît-il d’enseigner,
d’avoir un contact avec ces derniers ?
C.B : Oui.
Même lorsqu’on a conscience de dispenser
une matière – en l’occurrence l’Ancien
Français – qui peut paraître abrupte
voire
rébarbative
pour
un
auditoire ?
C.B. : L’ancien français est un domaine qui n’est
pas « naturel » et dont l’intérêt n’est pas spontané
chez tout le monde. En effet, on a tendance, et c’était
aussi mon cas lorsque j’ai commencé mes études à
l’Université, à s’intéresser d’emblée à ce qui nous est
plus proche, nous est plus familier. C’est une catégorie
à laquelle n’appartient pas l’époque médiévale. Cette
dernière possède une esthétique propre, très différente
de la nôtre et qui donc à priori ne nous touche pas
beaucoup. Je suis donc parfaitement conscient du
caractère abrupt de la matière que je donne car cela
a aussi fait partie de mon cheminement intellectuel.
En
tant
que
chercheur
maintenant,
qu’est-ce
que
vous
trouvez
intéressant
à
exploiter
dans
le
Moyen-âge ?
C.B. : Ce qui est le plus étrange. C’est en partie cela
qui m’a mené vers la période médiévale. Étudier le
Moyen-âge, c’est essentiellement relever deux défis.
Le premier est linguistique : on est pas tout-à-fait
devant une langue étrangère mais il faut bien l’étudier
avant de la connaître et c’est sans doute cette conquête
d’une nouvelle langue et culture qui m’ attiré au début.
« J’ai fait ma thèse de doctorat sur un
ouvrage que je ne comprenais pas »
Et puis, il y a cette étrangeté caractéristique de
l’époque : j’ai fait ma thèse de doctorat sur un
ouvrage que je ne comprenais pas. C’était un peu ça
mon point de départ, c’est-à-dire que je comprenais
bien les mots , le texte, mais absolument pas l’esprit
de celui qui avait rédigé cet ouvrage. Ce dernier
était un bestiaire, une sorte de traité d’histoire
naturelle avec des descriptions d’animaux suivies
d’interprétations symboliques chrétiennes de
chaque animal, aussi bien sur le plan physique que
spirituel. Cette entreprise représente une façon très
étrange de considérer le monde qui nous entoure, à
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
« J’étais à la fois un étudiant sérieux
mais aussi guindailleur »
29
l’opposé de la démarche des scientifiques modernes.
Votre parcours scientifique vous a amené en Belgique.
Connaissiez-vous déjà le pays auparavant ? Quelles
choses que vous y appréciez le plus/ le moins ?
C.B. : Je connaissais déjà un peu la Belgique avant de
venir y travailler. Je m’y étais rendu plusieurs fois pour
mes recherches soit afin d’y consulter un manuscrit de
mon bestiaire conservé à la Bibliothèque Royale de
Belgique soit pour des colloques. Jamais pour des
séjours très longs en tous cas donc on ne pouvait
pas dire que je connaissais bien le pays avant de m’y
installer, une fois que j’ai obtenu mon poste à l’ULB.
« Même si cela ne se voit pas, j’aime la bonne
chère et on mange très bien en Belgique ! »
Personnellement, j’aime beaucoup la Belgique
surtout Bruxelles. C’est une ville qui n’est pas très
grande (si on la compare à d’autres capitales plus
« monstrueuses » comme Paris ou New-York) mais
il y a une vie culturelle dynamique qu’il n’y a pas par
exemple à la ville de Québec. De plus, même si cela
ne se voit pas, j’aime la bonne chère et on mange très
bien en Belgique : que ce soit pour des moules-frites,
des carbonades, des soles meunières , tout est toujours
bien cuisiné et bien fait. J’apprécie aussi la bière belge.
Mis à part Bruxelles, vous avez déjà eu
l’occasion de visiter d’autres lieux en Belgique ?
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
C.B. : Pas énormément : je n’ai visité que quelques
grandes villes comme Namur et Liège en Wallonie
ou Anvers, Gand et Bruges en Flandre… Je n’ai pas
encore établi de hiérarchie culinaires entre celles-ci
mais cela viendra probablement avec le temps (rires)
30
Même pas la mer ?
C.B. : Non, je n’y suis pas encore allé.
« Je ne suis pas encore allé à la Mer du
Nord »
Au-delà de votre métier de chercheur,
avez-vous des passions, des hobbys ?
C.B. : D’autres passions … (moment de réflexion) .
J’aime beaucoup voyager depuis un certain temps
et pour des raisons personnelles. Pour le moment, je
voyage plus en Espagne qu’ailleurs et je découvre
le pays petit à petit. J’aime le cyclisme aussi – enfin
quand le temps le permet. Parfois, je regarde aussi des
quand le temps le permet. Parfois, je regarde
aussi des courses comme le Tour de France.
Le problème, c’est que ces dernières durent
très longtemps alors je ne les regarde pas
toutes les étapes sinon cela occupe un
mois à temps complet. Il faut dès lors faire
des choix comme par exemple regarder
les étapes de montagne plutôt que les
étapes de plaine car c’est là généralement
que quelque chose se passe (rires).
En terme de lecture, les publications mises
à part, avez-vous des auteurs fétiches ? Ou
des livres qui vous ont marqué ? Quel genre
de littérature lisez-vous « pour le plaisir » ?
C.B. : Souvent, publications scientifiques et
livres lus « pour le plaisir » s’entremêlent.
Il m’arrive ainsi de lire pour me distraire un
ouvrage qui se révèle quand même utile comme
la Survivance des Dieux Antiques de Seznec
ou le voile d’Isis de Pierre Hadot. Maintenant,
c’est sûr que je ne lis pas la Phonétique
Historique de Pierre Fouchet le soir.
« Je ne lis pas la Phonétique Historique de Pierre Fouchet le soir »
J’ai également des auteurs fétiches comme
Italo Calvino, Rabelais aussi : c’est
toujours un plaisir de revenir vers Rabelais
pas forcément pour l’étudier d’un point
de vue linguistique mais parce que cela
demande une lecture exigeante à l’instar
de certains romans de Calvino comme Le
Château des destins croisés par exemple
Et si vous ne deviez prendre qu’un seul
ouvrage sur une île déserte, lequel seraitce (vous pouvez choisir un manuscrit) ?
C.B. : C’est toujours compliqué là comme
ça de dire quelque chose : disons que j’en
prendrais au moins deux : les Œuvres
Complètes de Rabelais et Cents ans de
solitude pour son côté épique et un peu farfelu.
En parlant d’épique, avez- vous une
prédilection pour un genre (chansons
de geste, roman courtois, fabliau
etc.) particulier au sein des textes du
Moyen-âge ou êtes-vous ouvert à tout ?
C.B. : Je suis un peu ouvert à tout mais c’est
sûr que j’ai mes préférences au sein de la
Une question destinée à solutionner un
dilemme qui taraudent les étudiants qui ont
suivi votre cours d’édition du texte littéraire :
êtes- vous plutôt Lachmann ou Bédier1 ?
C.B. : (Rires) . S’il fallait me définir, je dirais que
je suis plutôt éclectique c’est-à-dire que j’adapte ma
méthode d’édition en fonction notamment de la tradition
manuscrite du texte étudié. En règle générale, il me
semble intéressant d’aller au-delà de tel ou tel document
« J’adopte une position plutôt éclectique
dans ma méthode d’édition des textes médiévaux »
reproduit tel quel avec deux, trois corrections et où le
lecteur doit se débrouiller seul pour décoder ce que cela
peut signifier par rapport à l’œuvre originale. Il me semble
que, dans la mesure du possible, il est utile de voir audelà des documents pour essayer de les inscrire dans une
histoire textuelle. C’est donc un peu comme une démarche
historique et hypothétique que je conçois ma méthode
d’édition c’est-à-dire utiliser les documents de manière
optimale pour essayer de retracer l’histoire du texte,
bien qu’évidemment, celle-ci ne soit qu’une hypothèse.
(Footnotes)
1
Il existe principalement deux méthodes pour éditer un texte
médiéval. La première est la méthode de Lachmann dont le but
est de reconstituer le texte original tel qu’il est sorti des mains
de l’auteur à partir des manuscrits du texte que l’on possède.
La seconde est la méthode de Bédier dont l’objectif est d’éditer
un seul manuscrit dont on aura corrigé les erreurs et les
contradictions à l’aide des autres manuscrits.
Pour conclure, qu’avez-vous à dire aux
nombreux étudiants traumatisés lorsque
vous leur dites d’étudier la Grammaire
Moignet ? En d’autres termes comment
arriveriez-vous à les convaincre que
l’étude de l’ancien français a un intérêt
et une « utilité » dans leur cursus ? À les
persuader que l’ancien français, c’est bien ?
C.B. : L’ancien français, c’est bien… (Rires)
En gros, faites la publicité de votre cours !
C.B. : C’est sûr que moi, je trouve évidemment
qu’il y a un intérêt à l’ancien français. Je
trouve même qu’il y a plusieurs intérêts. Tout
d’abord, celui linguistique : en effet, étudier
l’ancien français, c’est obtenir , dans une
perspective diachronique, une vision globale
de la langue qu’on étudie et de son histoire.
Cela permet de comprendre certains problèmes,
ainsi que des œuvres contemporaines voire
postérieures : par exemple, aborder les textes
de Rabelais sans une formation en ancien
français, c’est vraiment très très difficile. Or,
avoir accès à la littérature médiévale mais
aussi à d’autres textes me semble important
dans une formation complète de romaniste.
« Il y a plusieurs intérêts à étudier
l’ancien français »
Je ne vais peut-être pas justifier l’intérêt
intrinsèque de la littérature médiévale mais en
prenant une perspective un peu plus large, on
constate qu’il y a quelque chose d’intéressant
dans cette littérature en ce sens qu’elle
permet de relativiser une certaine vision de
l’histoire littéraire. En effet, généralement,
on considère la littérature moderne comme
une littérature de langue classique, répartie
dans des genres extrêmement codifiés de
telle sorte que l’on pourrait penser qu’elle
a toujours été organisée comme cela.
Or, en analysant la littérature médiévale, on
constate que ce n’est pas le cas. Certes, il
existe des genres au Moyen-âge , certains
même très codifiés comme la poésie lyrique
où il faut être un initié pour apprécier les
variations entre les différentes pièces mais
il y règne une grande liberté d’invention.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
période médiévale : le Roman de Renart , par
exemple, qui est à la fois divertissant et intéressant,
les fabliaux pour leur côté comique … Des textes
qui tranchent un peu avec l’image « sérieuse »
que l’on a habituellement du Moyen-âge.
Aujourd’hui, j’ai tendance à m’orienter davantage vers
des questions de réception de la littérature antique durant
la période médiévale : mon but est de voir comment les
hommes de l’époque lisait, comprenait, remettait au goût
du jour parfois la littérature antique. Là, par exemple, je
travaille dans un groupe de recherche international qui
étude un texte qui s’appelle L’Ovide Moralisé. Ce dernier
est une traduction intégrale des Métamorphoses d’Ovide
avec , en bout de chaque fable, une lecture de l’auteur
afin de la rendre utile voire édifiante. C’est donc ce type
d’écrits qui m’intéresse actuellement et grâce auxquels
j’essaie de comprendre comment mes « prédecesseurs »
médiévaux les abordaient et les considéraient.
31
La littérature du Moyen-âge permet aussi une
réflexion sur la transmission des textes. Cela peut
paraître très médiéval comme question et c’est dans
cette perspective que je l’aborde dans mon cours.
cela prouve que le Moyen-âge fait aussi partie du
bagage intellectuel des auteurs du XX è siècle.
La période médiévale garde donc sa pertinence
même si on ne se destine pas à l’étudier.
Cependant, on remarque que les problèmes
de transmission constatés à cette époque se
retrouvent dans la littérature moderne et ce,
malgré l’invention de l’imprimerie qui, si elle est
théoriquement capable de reproduire des textes
identiques à l’infini, n’empêche néanmoins pas
ces derniers de bouger. En outre, aujourd’hui
encore, cette notion de mobilité du texte se
révèle pertinente avec l’avènement d’Internet
qui présente des écrits perpétuellement en
mouvement et susceptibles d’être modifiés par
tout un chacun. Ce constat permet de poser
des questions fondamentales comme « qu’estce qu’une œuvre littéraire ? » et battre en
brèche certaines idées reçues notamment celle
qui énonce qu’une œuvre littéraire est fixe.
Pourtant,
l’influence
ne se limite pas qu’à
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Enfin, il y a aussi les cas d’influence de la
littérature médiévale sur la littérature moderne.
Pour reprendre le domaine des bestiaires, il y
a un académicien français, Maurice Genevoix,
qui a rédigé une série de bestiaires. Lorsqu’on s’
intéresse à ces œuvres, on constate que l’auteur
connaît très bien les bestiaires médiévaux : ainsi,
il recrée un bestiaire un peu plus personnel où
la description de chaque animal est tirée d’une
définition de dictionnaire ou d’encyclopédie
à partir de laquelle il tire une exégèse non
pas chrétienne mais basée sur ses expériences
personnelles en lien avec le monde naturel.
32
Le moderniste qui étudierait ces ouvrages sans
connaître l’ancien français et la culture médiévale
ne comprendrait pas l’entreprise de Genevoix :
du
Moyen-âge
la littérature …
C.B. : Le Moyen-âge reste extrêmement présent dans
la culture d’aujourd’hui et ce, depuis les Romantiques
qui ont redécouvert cette époque. On retrouve des
traces de cette présence de leurs poèmes jusqu’au
dernier film en date sur la légende arthurienne.
D’ailleurs, un nombre important de longs-métrages a
été réalisé avec comme base une légende arthurienne.
On retrouve dans ce phénomène une caractéristique
de la littérature médiévale : plusieurs auteurs vont
reprendre un récit et vont le remettre au goût du jour
ou l’adapter en fonction du public. Dernièrement,
j’ai vu un film sur le sujet il y a quatre ou cinq ans
[NdT : Le Roi Arthur, sorti en 2004] , dont l’affiche
représentait le Roi Arthur entouré de trois ou quatre
chevaliers et … d’une femme, une guerrière. Ceci est
un excellent exemple car vous ne trouverez pas de
femme guerrière dans la littérature médiévale : cette
image fait en effet partie de la culture moderne, une
époque qui met en avant des groupes sociaux qui
étaient marginalisés au Moyen-âge. Mais l’ouverture
du cinéma moderne fait intervenir des situations et
des personnages auxquels le Moyen-âge n’aurait pas
pensé. On adapte, on moderniste la légende pour
qu’elle reste vivante et pertinente pour une société.
Et pour ça, on peut remercier le Moyen-âge.
Et nous faisons de même à votre égard ! Merci pour
vos réponses et votre disponibillité !
Julien & Hadrien avec l’aide précieuse de
Charlye pour l’élaboration des questions.
Des actions pour l’eau!
Depuis de nombreuses années déjà, les membres de l’ACE tentent de s’impliquer
toujours plus dans diverses actions sociales. Cette année, le tout nouveau projet social
des étudiants de l’ULB se nomme ULB for people et portera sur différents thèmes
tout au long de l’année dont celui qui nous occupe dans le présent article : l’eau
L’eau est fondamentale pour l’homme. Elle est présente
partout dans notre vie : nous l’utilisons pour notre corps,
pour notre hygiène ou l’agriculture. Dans notre société,
- 1 enfant meurt toutes les 20
secondes d’une maladie liée à l’eau elle est d’une très haute qualité et également accessible en
abondance. Des caractéristiques qui la différencie de celle
- 884 millions n’ont pas accès à de la plupart des pays pauvres où l’eau n’est pas « courante »
l’eau propre, soit 1 personne
Certaines régions du monde sont lourdement touchées
sur 8
par le manque d’eau, notamment l’Afrique du Nord et le
- 3,5 millions meurent chaque année Moyen Orient. Dans ces pays, l’accès à l’eau est difficile
et il faut souvent effectuer de longs déplacements avant
de maladies reliées à l’eau
d’en trouver (une demi-heure de marche en moyenne). .
FAST FACT BOX
À titre de comparaison, dans nos contrées occidentales, nous consommons environ 150 litres d’eau par jour,
ce qui voudrait dire que nous devrions faire dix aller-retour (soit 5 heures de marche) pour répondre à nos
besoins !
Une partie des pays les plus durement touchés par les problèmes liés ont pourtant d’importantes quantités de
pluies : leur carence se situe donc au niveau d’un manque d’eau de qualité : ce dernier est d’autant plus grave car
s’il existe des sources d’eau dans ces contrées, celles-ci ne sont que très rarement propres à la consommation quand
elles ne sont pas vectrices de maladies mortelles telles que la diarrhée, l’amibiase, le choléra ou la dysenterie.
COMMENT AGIR ?
Nous allons vous présenter trois organisations différentes s’efforçant de lutter
ce problème : Water for People, LifeStraw et P&G Children’s Safe Drinking
contre
Water.
Cette organisation aide les populations des pays en voie de développement en mettant en place des ressources
d’eau durables, des infrastructures sanitaires et des programmes d’éducation sur l’hygiène. Avec cette
approche, WFP essaie de trouver des solutions pour des zones ou régions entières en mettant l’accent sur
la longévité, la facilité d’installation des infrastructures et l’emploi de travailleurs et matériaux locaux.
Que font-ils concrètement ? WFP offre un panel de produits
sanitaires et pompes à eau, en tenant compte des organisations et
ressources locales pour trouver des solutions adéquates et à long
terme aux problèmes. Une de leurs productions les plus utiles
est la pompe-jouet (Playpump) : alors que des enfants jouent
au tourniquet, de l’eau propre est pompée du sol et conservée
dans un réservoir avant d’être simplement récupérée via un
robinet. Ce système permet d’économiser un temps important
qui est ensuite investi à l’école, dans les champs ou au travail.
Nous sommes confiants en affirmant que chaque euro investi
dans cette association sera utilisé efficacement et que WFP
est l’une des organisations les plus efficaces dans son secteur.
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
1. WATER FOR PEOPLE - WFP (www.waterforpoeple.com)
33
2. LIFE STRAW et P&G Children’s Safe Drinking Water
Bien que les solutions à long terme doivent toujours être privilégiées, il est nécessaire également
d’avoir des solutions rapides et efficaces afin de sauver des vies dans l’immédiat. C’est
pour cela que nous vous présentons ici deux produits : le LIFE STRAW et le PUR Packet.
LIFE STRAW est un produit de la compagnie Vestergard Fransern, spécialisé dans les produits
d’urgence et contrôle de maladies. Il s’agit de filtres installés aux points de consommation, c’està-dire juste avant de servir l’eau dans un verre ou directement en la buvant à travers une paille.
Ainsi, le LifeStraw Family illustré ci-dessus peut filtrer jusqu’à 18000 litres d’eau soit une
quantité suffisante pour une famille de cinq personnes pendant près de trois ans. Son utilisation
est extrêmement simple et ne nécessite ni d’électricité, ni de batteries ou d’eau courante.
Son entretien est également basique, le réservoir peut simplement se laver à l’aide d’eau et
d’un torchon. Il faut environ une heure pour filtrer 9 litres d’eau dont la qualité est bonne.
Le LifeStraw est le filtre complémentaire du précédent. Il a le grand avantage d’être
« portable » et son utilisation est extrêmement simple : il suffit de placer une des
extrémités de cette « paille » dans l’eau et d’aspirer pour boire ! L’eau passe ainsi par une
série de filtres qui purifient l’eau. Chaque LifeStraw a une capacité de 1000 litres. Pour
la nettoyer, il suffit de souffler dans l’engin. Son cout est d’environ 5€ et sa longévité d’à
peu près 3 ans .
Le LifeStraw est le filtre complémentaire du précédent. Il a le grand
avantage d’être « portable » et son utilisation est extrêmement
simple : il suffit de placer une des extrémités de cette « paille »
dans l’eau et d’aspirer pour boire ! L’eau passe ainsi par une série
de filtres qui purifient l’eau. Chaque LifeStraw a une capacité
de 1000 litres. Pour la nettoyer, il suffit de souffler dans l’engin.
Son cout est d’environ 5€ et sa longévité d’à peu près 3 ans .
3. Le PUR Packet (h�p://www.csdw.org/csdw/pur_packet.shtml)
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Le PUR Packet est littéralement une poudre magique ! Prenez dix litres
d’eau d’une source contaminée, versez y le contenu du sachet. Remuez
l’eau pendant cinq minutes, laissez reposer et puis buvez ! Ce produit de
la compagnie P&G impressionne lorsqu’il est utilisé, l’eau se purifiant
miraculeusement et les produits toxiques se précipitant au fond du récipient.
Cette solution instantanée est simple à utiliser, stocker et ne nécessite aucune
installation. Le coût d’un sachet est de 0,07€. Avec cette méthode, il est
estimé que 30USD pourvoient une famille avec de l’eau propre pendant un an.
34
Alors quelle est la meilleure solution ? Soyons d’abord sûr d’une chose, il n’existe pas de solution miracle.
Chaque nouvel environnement nécessite une idée innovante et efficace. Nous vous avons présenté ici
deux types d’aides : immédiate et à long terme. Il faudra sans doute une combinaison intelligente de
celles-ci pour aider le plus de monde possible. Nous pensons sincèrement que ces associations sont
très qualifiées et déterminées dans leurs domaines et nous vous invitons à le vérifier par vous-mêmes
EVENTS
Vous voulez contribuer mais vous ne savez pas comment ? Voila tout ce qu’il vous faut savoir :
•
•
1⁄4 d’heures sociaux au TD’s
Les cercles étudiants vont organiser des quarts d’heures sociaux lors de tout les prochaines TD du
premier trimestre. Pendant 15 minutes, tout les gains des bières que vous acheterez seront reversés à
WaterForPeople.org, LifeStraw et Children’s Safe Drinking Water.
La semaine sociale
Viens découvrir les outils que nous avons présentés dans cet article et, pourquoi pas, en offrir un !
Appel à perles
Hélas, il est loin le temps où les perles de professeurs affluaient sur le forum de romanes ! BA1 !
C’est à vous que je m’adresse ! Soyez vigilants, soyez aux aguets : vous n’êtes jamais à l’abri d’un
« franche salope » lancé par M. Couvreur, et les bites à quatre couleurs de Dan veillent au grain. Voici
un très petit aperçu des meilleures perles de ces dernières années. L’Escume compte sur vous pour
alimenter cette rubrique !
Charlye
Dan Van Raemdonck
« L’étudiant en grammaire normative, c’est
Démerdard. Vous devenez un nouveau
personnage d’Harry Potter. »
Un élève résumant le cours précédent : « Et vous
avez expliqué que la grammaire était bipolaire. »
DVR : « Ah oui c’est tout moi ça ! C’est
tellement mieux d’être bi. »
« - Des porcs-épics... C’est quoi un épic ? C’est
le cousin de Colégram ? »
« Mon chat flirte avec mon hamster, c’est contre
nature mais c’est pas grave. »
Annick Englebert
« Je ne suis pas sûre de pouvoir meubler les deux
heures... je répète ce que j’ai dit lundi? Non ? »
« Je sais que vous connaissez mais j’ai quelques
fois envie de jouer... c’est mon côté Scrat ! »
Paul Aron
« Il emmenait sa troupe de théâtre dans les bois
pour les saouler. Vous pouvez expérimenter ça
avec les p’tits scouts dont vous vous occupez, si
vous voulez. »
P. Aron : « Qu’est-ce que la littérature ? »
Une élève : « Couvreur. »
« Le capital, c’est la différence entre des familles
avec pleins de livres et d’autres n’ayant qu’un
dictionnaire et prenant Éric-Emmanuel Schmitt
pour un grand écrivain. »
Craig Baker
« Je vais mettre les choses au clair... OUI, vous
devez étudier la grammaire de l’ancien français...
Je vois que vous vous inquiétez. C’est très bien.
Vous ne devez pas angoisser, mais vous avez raison
de vous inquiéter. »
« D’autres sujets d’angoisse et d’insomnie ? Je
prends même les questions bêtes ! »
Manuel Couvreur
« Inceste, viol, jeune fille dont on arrache la langue
pour qu’elle ne puisse pas raconter ce viol... Un
épisode tout à fait magnifique ! »
« Si vous deviez lire les vers du roman
d’Alexandre, vous vous transformeriez en plante
verte. »
« Il a perdu ses repères, Gauvain : au lieu de sauver
des jeunes filles, il les viole. »
« Ceci vous est adressé mesdemoiselles : vous
êtes, avez été ou serez toutes des putes ! »
Eli Lonero
« L’idée c’était de faire ça sans vos notes… Tenez
faites semblant, posez-les ici et faites comme si
vous ne les regardiez pas. »
« Ça va les degrés de comparaison ? Dites oui ! »
« C’est vrai que c’est comique mais en fait c’est
horrible. Il dit “je t’aime et je te hais” mais ça n’a
pas l’air de vous émouvoir. »
« Jean mange une pomme. Allez savoir pourquoi
Jean mange toujours une pomme… Mais c’est
comme ça, Jean ne mange que des pommes. »
« Ça va ? Parce que vous avez l’air encore plus
traumatisés que d’habitude... »
Laurence Rosier
« Si vous avez une relation horizontale, vous vous
appelez par votre prénom. »
« Je suis l’émetteur et je bourre le récepteur. »
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
Laurence Brogniez
« Donc, le babilanisme, c’est l’impuissance
sexuelle. Vous avez appris un nouveau mot, à
ressortir quand vous voulez insulter quelqu’un. »
« Imaginez-moi habillée en noir, avec des
lunettes et une barbe, je deviens Paul Aron. «
« Vous avez déjà entendu parler de ça dans
votre cher manuel… quand je dis ça, c’est assez
ambigu, on parle du livre et du prof ! »
« Quand je vois mes amis, je leur dis pas “Et
comment va ton ethos ? Et ton habitus ? “ »
35
Les perles des professeurs
Vincent Carette
Monsieur Van Raemdonck
- « Beaucoup d’enseignants font comme le
fromage belge : un peu de tout ! »
- Cherchant un exemple pour illustrer la
- « Quand on aura fini la guerre avec les
Flamands, on pourra peut-être passer à autre
chose ! »
personne par défaut : « La neige. La neigeeee.
Prenons un sujet qui colle à l’actualité »
- - « Je suis l’alpha et l’oméga ! »
Monsieur Couvreur
- En parlant de Cain et Abel : « Dieu préfère
le sang à la culture bio »
- « Cela reviendrait à idéaliser le pantalon,
euh non le panthéon »
Madame Rosier
(avec un accent pied noir) Je parle très
mieux que toi et je te merde »
-«
- « Dans une interview on me demande quelle
est l’origine de la chandeleur, je réponds: ben
prenez un dictionnaire »
- « Quelle est la différence entre un chômeur et
un fonctionnaire? (blanc dans la salle) Ben le
chômeur a déjà travaillé !!! »
Varia
- « Si on peut plus s’amuser en tant que romanistes, autant tout arrêter et se faire boucher ! »
(Mr. Aron)
- Etudiante : Luc Pire n’est même plus chez
Luc Pire, il a fondé une autre maison d’édition...
Mr Preyat : Ça s’appelle « Encore Pire » !
(Mr. Preyat)
- « Si nous décidons que les biscuits Prince
seront le symbole du cours, ce n’est pas un
symbole très viable car il ne concerne que 90
personnes. Mais si ce symbole gagne de la
notoriété et devient un succès, on pourra dire
« Ha ! Tu as des Princes, Tu suis donc le cours
d’Education aux Médias ! » (Mr. Vrebos)
L’Escume des nuits n°49 Février 2011
- « Ta mère, elle est si plate qu’on peut la faxer
!»
36
- « Est-ce que les petits de huit ans disent
enculé ? Ben oui! »
La perle illustrée
« Quand on additionne
des pommes et des poires
, on a … une compote ! »
Vincent Care�e
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising