«Psychopathologie» de l`utilisateur du dictionnaire: le

«Psychopathologie» de l`utilisateur du dictionnaire: le
«Psychopathologie» de l'utilisateur du dictionnaire:
le rapport à l'autorité
Jean-François Allain
L'apprentissage de la traduction suppose l'acquisition de compétences linguistiques
mais aussi — on l'oublie trop souvent — une maturation psychologique. En effet,
l'enseignement de cette discipline montre que l'apprenti-traducteur fait souvent
preuve d'une soumission excessive à X'autorité (VauteuritéT) du texte; le rôle de
l'enseignant est donc aussi de débloquer ce complexe, c'est-à-dire de favoriser (sans
ajouter sa propre tyrannie à celle du texte) le passage d'une attitude soumise à une
attitude critique (ne pas s'éloigner du texte original mais s'en libérer), puis à une attitude mature grâce, notamment, à une meilleure connaissance des mécanismes de
l'écriture.
L'utilisation du dictionnaire (précisons que nous parlons essentiellement du dictionnaire bilingue) n'est pas un objet d'enseignement — du moins officiellement.
Pour peu que l'on connaisse l'ordre alphabétique, cette pratique semble aller de soi.
La réalité est un peu plus complexe, non seulement chez les jeunes qui apprennent une langue étrangère mais aussi — on s'y attendrait moins — chez des traducteurs professionnels chevronnés.
L'analyse du processus de traduction met en évidence un schéma (de type
oedipien) que l'on peut appliquer à l'utilisation du dictionnaire. 11 comprend
plusieurs phases:
1. Le stade de la soumission: C'est la confiance absolue en l'autorité du dictionnaire, au détriment parfois des évidences de sa langue maternelle: «Je sais que ça ne
se dit pas, mais le mot était dans le dictionnaire.»
2.a Le stade du doute: Le doute quant à l'infaillibilité du dictionnaire peut
s'installer à la suite d'une confrontation à l'autorité d'un enseignant, à ses propres
connaissances ou à d'autres dictionnaires: «J'ai deux dictionnaires qui ne disent pas
la même chose: lequel donne la BONNE réponse?»
2.b Le stade de la critique: Le doute débouche naturellement sur une critique du
dictionnaire — en tant qu'ouvrage particulier ou en tant qu'institution. On
compare, on vérifie, on se méfie. L'utilisateur conteste, proteste, établit une
hiérarchie entre les multiples dictionnaires dont il dispose.
3. Le stade de la maturité: L'utilisateur comprend mieux les mécanismes de
l'élaboration d'un dictionnaire et, du même coup, il en situe plus précisément les
limites. De même que le bon traducteur est un écrivain (réel ou potentiel), le bon
utilisateur du dictionnaire devient lexicographe (réel ou potentiel).
***
Ce schéma permet de comprendre immédiatement où se situe (où se fixe) la
pathologie de l'utilisateur du dictionnaire. On observe en effet des formes de fixation à chacun des stades que nous avons décrits.
378
1. L'infantiUsme, ou soumission aveugle aux «solutions» du dictionnaire.
Curieusement, cette attitude se trouve encore chez des étudiants d'instituts
supérieurs de traduction.
2.a Le doute irrémédiable, qui peut apparaître comme une forme de perfectionnisme (mais qui est une angoisse fondamentale); il consiste à contrôler ce que dit
chaque dictionnaire par ce que disent tous les autres (ou le plus grand nombre
possible de dictionnaires). Attitude très fréquente chez les jeunes traducteurs.
2.b La contestation radicale, qui aboutit au meurtre du dictionnaire: attitude
fréquente chez certains traducteurs blasés, pour qui «il n'y a pas de bon dictionnaire» et qui, logiques avec eux-mêmes, s'en passent à peu près totalement.
3. La dernière phrase, qui peut paraître plus mature, a aussi sa pathologie. Elle se
rencontre chez le traducteur qui crée du dictionnaire à longueur de temps mais n'en
fait rien (découvertes parfois importantes, suites de longues recherches qui se
perdent sur un coin de papier, puis dans un fond de tiroir), mais aussi chez le
lexicographe amateur qui compile sans jamais «publier» et dont le travail se périme
d'un côté à mesure qu'il progresse de l'autre.
Peut-on aider ou hâter la «maturation» de l'utilisateur du dictionnaire? Peut-on
guérir certaines pathologies? 11 me semble qu'il y aurait deux voies à explorer pour
parvenir à cette fin:
A. La voie pédagogique. 11 conviendrait d'apprendre à l'élève ou à l'étudiant à se
servir d'un dictionnaire (ou des dictionnaires, car leur multiplicité et leur diversité
exigent une initiation), c'est-à-dire à entretenir avec lui/eux une relation
indépendante et adulte. Y-a-t-il des exercices à inventer et à pratiquer? Quelle est la
part de la technique et celle de la psychologie?
B. La voie lexicographique. Le dictionnaire donne beaucoup d'explications —
rarement lues — sur le mode d'emploi à suivre, mais le lexicographe ne devrait-il
pas, par d'autres voies (articles, formation) et dans une autre optique, élucider le
«mystère» du dictionnaire. Ne devrait-il pas le rendre plus transparent en
expliquant sa démarche, en explicitant ses choix, en montrant ses limites? Pour
beaucoup d'utilisateurs, le dictionnaire reste une boîte noire que l'on admire ou que
l'on redoute, mais que l'on comprend mal.
***
Indépendamment du doute pathologique et de la critique radicale, il s'instaure entre
un dictionnaire et un utilisateur «mature» un rapport de confiance/méfiance
(d'autorité morale) qu'il est important, pour le lexicographe, d'analyser. En effet,
c'est lui qui détermine ce que l'on pourrait appeler la fiabilité du dictionnaire (mais
peut-être faudrait-il inventer un autre concept sur le modèle de «user-friendliness»?).
Le dictionnaire étant par nature incomplet et imparfait, et l'utilisateur souhaitant une réponse toute faite — même s'il n'en existe pas —, comment concilier cette
contradiction? Le dictionnaire doit-il admettre ses faiblesses (sa faillibilité), ou
«faire illusion», quitte à tromper?
379
Analysons les exemples suivants:
E X E M P L E I.
glaze: glacer, lustrer, satiner (un tissu), vernir, vernisser, glacer (le cuir), lisser,
surglacer (le papier, etc.); Cér.: glacer, vernir, vernisser, émailler (la poterie),
plomber (la vaisselle de terre); Phot.: émailler une épreuve,
glazer: Photo (instrument): glaceur, satineur.
glazed: Papier: brillant, satiné.
Première réaction de confiance: le sujet paraît bien couvert, plusieurs possibilités
sont offertes, des indicateurs viennent «guider» l'utilisateur.
Premier indice de doute (lié à la présentation même du dictionnaire): comment
choisir entre les multiples possibilités? Des mots comme «glacer», «lustrer»,
«satiner» sont-ils vraiment interchangeables? Si cette richesse n'est pas un leurre, du
moins suscite-t-elle une certaine confusion.
Deuxième indice de doute (lié aux connaissances de l'utilisateur, donc extérieur
au dictionnaire): connaissant la photo, je n'ai jamais entendu parler d'<<emailler une
épreuve», je connais la «glaceuse» mais pas le glaceur ni le satineur, et le papier
brillant diffère du papier satiné.
Une fois installée, la méfiance se répand vite à l'ensemble du dictionnaire. Le
doute est épidémique. L'usager contrôle dans des dictionnaires techniques, des dictionnaires monolingues ou des documentations techniques, donc refait en grande
partie le cheminement lexicographique. Dans ce cas, le dictionnaire n'est plus vraiment utile, sinon comme «aide-mémoire» pour ce que l'on connait déjà.
A l'inverse du dictionnaire péremptoire qui, par exemple, traduira sans problème «Secretary of State» par «Secrétaire d'Etat» ou proposera pêle-mêle des
séries de termes contestables, il y a le dictionnaire qui offre ce genre d'entrée:
E X E M P L E II.
Last in first out: règle comptable qui présuppose que, dans un stock, sur un dépôt, ce
sont les éléments, les unités arrivés en dernier qui sont les premiers à être écoulés.
Ce genre de dictionnaire n'est utile que jusqu'à un certain point. 11 montre sa
grande connaissance du sujet mais son incompétence à proposer une «solution»
(donc une traduction) — comme si, sous apple pie, on donnait la recette en précisant
bien que ça ne ressemble pas du tout à une tarte aux pommes. Cette approche lexicographique ne suscite pas la méfiance (l'auteur semble savoir de quoi il parle), mais
il sème le doute (dois-je comprendre que «dernier entré premier sorti» n'est pas une
traduction possible? Pourquoi alors n'est-elle pas proposée?) et, en fin de compte,
déçoit.
Une enquête plus approfondie — à la fois du côté des dictionnaires et du côté des
utilisateurs — permettrait d'élaborer une «typologie» des marques de confiance ou
de doute (on remarque vite que certains dictionnaires «spécialisés» évitent des
termes fréquents mais difficiles à traduire, et font du «remplissage» avec des expressions «faciles», pour «meubler»). Marques de fiabilité à la fois subjectives et objectives qui permettraient d'expliquer, par exemple, pourquoi certains dictionnaires
380
sont très «fréquentés» par les traducteurs, pourquoi d'autres sont rapidement
«rejetés».
En guise de conclusion, il nous semble qu'un dictionnaire ne peut se permettre
d'<<abuser de son autorité» sous peine de renforcer les pathologies que nous avons
évoquées, et qu'il apparaîtra d'autant plus fiable qu'il se reconnaît parfois faillible,
sans tomber pour autant dans une hypermodestie ou un refus de s'engager qui
seraient eux-mêmes pathologiques.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising