Pages de Bretagne - Livre et lecture en Bretagne

Pages de Bretagne - Livre et lecture en Bretagne
¶
Pages de Bretagne
Pajennoù Breizh
Paij de Brtêgn
#35
Décembre
Miz Kerzu
Mouâz d’dessenb
2013
Revue trimestrielle
Kelaouenn drimiziek
Gâzètt su touâz mouâz
Illustrateur : Lionel Chouin
Photographe : Gilles Pouliquen
Al Liamm niverenn 400
Le livre au Québec
Visite en Limousin
La Revue Dessinée
Les Confidences sonores
Le programme 2014 de Livre et lecture en Bretagne
Kris ©Gilles Pouliquen
à la une : Kris
dossier : Littérature et oralité
Édito / Pennad-stur / Biyèt d’la redijri
Il peut paraître surprenant qu’un établissement qui se nomme Livre et lecture en
Bretagne mette sur un même pied d’égalité
l’écrit et l’oralité. C’est pourtant à partir de
cette posture que nous pouvons réinterroger les apports de l’écrit et sa nécessité.
Faut-il opposer l’oralité et l’écrit ? N’y a-t-il
pas une coexistence de ces deux formes
de pensée dans nos sociétés ? La domination de l’une sur l’autre peut conduire
à la négation de la plus « faible ». L’oralité
dans chaque langue est une richesse ; elle
véhicule autant de savoir que l’écrit, elle
contribue à la qualité de la vie en société.
Moi-même issu d’une famille où la langue
bretonne était présente au quotidien, j’ai
été baigné dans un environnement de
rimadelloù 1, proverbes, devinettes et
chants. Longtemps, dans les fermes de
Basse-Bretagne, un livre était quasi aussi
sacré que la Bible : le Buhez ar zent 2.
Chaque soir, avant le dîner, l’hagiographie
de Gwenole, Arzel ou Goulven était lue en
breton. Les enfants s’endormaient bercés
par les aventures d’hommes
et de femmes aux pouvoirs
extraordinaires
chassant
dragons et diables. C’était de
la matière aux rêves et à l’imaginaire. À cela s’ajoutaient,
lors des veillées, des éléments
fantastiques avec d’autres
personnages : l’Ankou, les
viltansoù 3 ou les lavandières
de la nuit. De l’écrit à l’oral, de
l’oral à l’écrit. L’un nourrissait l’autre. Les
mots étaient usés, entrechoqués lors d’interjections en vers. Je me souviens de mon
grand-père qui aimait faire rimer et sonner
les mots de manière codée avec un plaisir
amusé. Par exemple, à la question : « Petra
zo nevez e Breizh 4 ? », qu’il fallait poser
face aux nouvelles du journal, il répondait
systématiquement : « Krogerezh ha lac’herez a lez 5 ! » Un code de connivence ? Un
témoignage historique – les crimes de la
Fontenelle au xvie siècle ? – dont il ne nous
reste que le spectre ? Cela servait aussi de
moyen mnémotechnique pour s’exercer
à l’arithmétique et pour les mutations ou
l’apprentissage des féminins. Dans la devinette suivante, on apprend ainsi à compter
et à bien parler breton : E Lanfeust/ Ez
eus nao di/ nao dreust e barzh pep ti/ Nao
sac’h diouz beb treust/ Nao gazez kozh pep
sac’h/ Nao gazh bihan gant pet kez/ Pet
1 Rimadelloù : formulettes en vers.
2 Buhez ar zent (La vie des saints) a été écrit par le
chanoine Morvan à la fin du xixe siècle. Il y décrit en
breton et parfois de manière très romancée la vie
des saints en suivant le calendrier catholique.
3 Ankou : serviteur de la Mort chargé de collecter dans
sa charrette grinçante (karr an Ankoù, karrigell
an Ankoù, karrik an Ankoù) les âmes des défunts
récents. Viltansoù : petits êtres de la nuit.
kazh zo e Lanfeust 6 ? Les gwerzioù 7 nous
racontent quant à elles les meurtres, les
naufrages, les événements historiques…
L’ethnologue Donatien Laurent 8 a su nous
faire partager depuis des décennies cette
part de la culture bretonne en tentant de
« voir à travers les nuages » pour y trouver la trace historique. C’est cette matière
culturelle que la jeune association Bretagne
Culture Diversité – Sevenadurioù 9 promeut
en nous montrant l’importance de la voix et
de la parole dans les cultures de Bretagne.
Dans une société devenue de l’écrit et de
l’écran, le livre ne doit pas être le cercueil
de ces cultures que l’on aura pris soin de
chloroformer avant de les presser entre
deux feuilles de papier. Il doit rester ouvert
sur ce qui ne lui appartient pas, ce monde
plus vaste que lui. Entre l’oralité et l’écrit,
il s’agit d’une question de traduction, de
circulation permanente. Les écrivains
n’ont-ils pas toujours cherché à capter
l’énergie de la voix, l’éphémère des gestes,
ce « patrimoine immatériel » du quotidien ?
La promotion de la lecture,
de l’écriture, du livre ne doit
pas constituer une négation
ou un asservissement d’une
culture par l’autre. Il faut donc
construire des passerelles,
admettre leur complémentarité et leur étrangeté aussi
parfois.
Gallout a reer bezañ souezhet
o welet un ensavadur, hag a zo Levr ha
lennadennoù e Breizh e anv, o lakaat ar skrivañ hag ar c’homz par-ouzh-par. Ha padal eo
diwar ar soñj diazez-se omp gouest da sellet
pizh adarre ouzh ar skrivañ evit ar pezh en
deus degaset deomp hag evel un dra ret. Ha
dav eo enebiñ ar c’homz ouzh ar skrivañ ?
Daoust ha n’emañ ket an daou zoare soñjalse o vevañ kichen-ha-kichen en hor c’hevredigezhioù ? Ma vez trec’h an eil war egile
e c’hall an hini « gwanañ » mont diwar wel.
Ur binvidigezh eo ar c’homz evit kement
yezh a zo ; drezañ e vez degaset kement a
ouiziegezh ha dre ar skridoù, sikour a ra
bevañ a-stroll evel zo dleet. Ganet on-me
en ur familh ma veze kaozeet brezhoneg
war ar pemdez, bevet em eus e-touez rimadelloù, krennlavarioù, divinadennoù ha
kanaouennoù. E-pad pell ez eus bet ul levr,
en atantoù Breizh, hag a oa tost ken sakr
hag ar Bibl : Buhez ar zent. Bemnoz, a-raok
koan, e veze lennet buhez Gwenole, Arzhel
pe Goulven e brezhoneg. Menel kousket
a rae ar vugale, luskellet o spered gant
6 À Lanfeust/ il y a 9 maisons/ 9 poutres dans chaque
maison/ 9 sacs dans chaque poutre/ 9 chattes dans
chaque sac/ 9 petits chats dans chaque chatte/
Combien y a-t-il de chats à Lanfeust ?
7 Gwerzioù : ballades, complaintes.
4 « Quoi de nouveau en Bretagne ? »
8 Donatien Laurent, Parcours d’un ethnologue en
Bretagne, édition bilingue, Emgleo Breizh, 2012
5 « Beaucoup de pendaisons et de meurtres ! »
9 http://bcdiv.org/
troioù-kaer paotred ha merc’hed o galloudoù burzhudus hag a yae da stourm ouzh
erevent pe diaouled. Danvez hunvreoù
hag ijin a oa aze. Ouzhpenn-se e veze
kaoz, da-geñver ar beilhadegoù, eus traoù
faltazius gant tudennoù all : an Ankoù, ar
viltañsoù pe ar c’hannerezed-noz. Eus ar
skrivañ d’ar c’homz, eus ar c’homz d’ar
skrivañ. Maget e veze an eil gant egile. Ar
gerioù a vez uzet ha lakaet da stokañ an
eil ouzh egile e-barzh estlammadennoù
rimet. Soñj am eus eus ma zad-kozh a blije
dezhañ lakaat ar gerioù da zegouezhout ha
da seniñ en un doare reoliet ha fent gantañ.
Da skouer, evit respont d’ar goulenn :
« Petra zo nevez e Breizh ? », a veze graet
diwar-benn ar c’heleier er gazetenn, e
lavare bep taol : « Krougerezh ha lazherezh a-leizh ! » Ur c’hod etre komperien ?
Un testeni istorel – torfedoù Fontanella er
XVIvet kantved ? – na chom nemet ar skeud
anezhañ ? Implijet e veze an traoù rimet
ivez evit delc’her soñj eus an aritmetik,
ar c’hemmadurioù pe deskiñ ar furmoù
benel. En divinadenn a zo amañ da-heul
e veze desket kontañ ha komz brezhoneg mat : E Lanfeust/ Ez eus nao di/ nao
dreust e-barzh pep ti/ Nao sac’h diouzh
pep treust/ Nao gazhez kozh e pep sac’h/
Nao gazh bihan gant pep kazhez/ Pet kazh
zo e Lanfeust ? Evit ar gwerzioù, ganto e
konter deomp ar muntroù, ar peñseoù, an
darvoudoù istorel… Gouest eo bet an etnologour Donatien Laurent8 da lakaat ac’hanomp d’ober anaoudegezh, abaoe meur a
zek vloaz, gant al lodenn-se eus sevenadur
Breiz, o klask gwelet « a-dreuz ar c’houmoul » evit kavout enni roudoù eus an Istor.
An danvez sevenadurel-se eo a vez lakaet
war wel gant ar gevredigezh yaouank BCD
– Sevenadurioù9 , diskouez a reer deomp
e-giz-se pegen pouezus eo ar mouezhioù
hag ar c’homz evit sevenadurioù Breizh.
En hor c’hevredigezh troet bremañ gant
ar skridoù hag ar skrammoù eo arabat d’al
levrioù dont da vezañ bered ar sevenadurioù-se a vo bet tretet er c’hloroform a-raok
bezañ gwasket etre div follenn baper. Ret
eo d’al levrioù chom digor war ar pezh n’eo
ket o zachenn : ar bed, hag a zo ledanoc’h
egeto. Etre ar c’homz hag ar skrivañ ez eus
un istor troidigezh, mont-ha-dont diehan.
Daoust ha n’o deus ket klasket ar skrivagnerien, a-viskoazh, tapout krog e nerzh
ar vouezh, ar jestroù berrbad, ar « glad
dizanvezel »-se a ya d’ober hor buhez d’ar
pemdez ? Pa vez broudet al lenn, ar skrivañ,
al levrioù, eo arabat dinac’h pe mougañ ar
sevenadur dre gomz. Ret eo neuze sevel
liammoù etrezo, kompren e c’hallont degas
traoù an eil re d’ar re all hag ivez seblantout
bezañ iskis deomp a-wechoù.
Yannik Bigouin,
président de Livre et lecture en Bretagne
kadoriad Levrioù ha lennadennoù e Breizh
Portrait d’un lecteur / Poltred ul lenner / Portrèt d’un lizou
Éva Guillorel,
à l’écoute des complaintes
2
3
grands mérites des travaux d’Éva Guillorel est d’avoir, à partir de
Éva Guillorel travaille sur les cultures
l’étude de 2 200 complaintes et de 600 affaires judiciaires, ouvert
orales à l’époque moderne, et en particulier
un champ à la recherche historique, en croisant documents écrits
sur le chant. Maître de conférences en
et tradition orale moderne. « L’histoire a connu un tournant, à la fin
histoire moderne à l’Université de Caen et
du xixe siècle, quand les historiens ont voulu s’appuyer uniquement
chercheuse associée à la Maison française
d’Oxford, agrégée d’histoire, elle a suivi un
sur des sources écrites, pour éviter les approximations et les réintriple cursus d’études en histoire, ethnologie
terprétations romantiques qui avaient cours jusqu’alors, et que l’on
et langues celtiques dans les universités de
peut constater chez La Villemarqué dans les analyses qu’il propose
Rennes et Brest, puis aux États-Unis (Harvard,
dans le Barzaz-Breiz, par exemple.
Cambridge) et au Canada (Université Laval,
L’oralité peut être tout autant destinée à la propagande, et il faut
Québec). L’univers « littéraire » de cette jeune
faire attention que l’émotion ne prenne pas le pas sur l’esprit
chercheuse emprunte grandement à l’oralité,
critique. Et puis, dans les années 1960-1970, Philippe Joutard, avec
sa passion.
son travail sur les camisards dans les Cévennes, redonne une place à
« J’avais 18 ans quand j’ai enregistré mon grand-père, le récit
l’oralité. En Bretagne, des gens comme Donatien Laurent ou Daniel
de vie de quelqu’un qui avait été marin de par le monde avant de
Giraudon, bien que plutôt ethnologues, ont beaucoup apporté aux
travailler en usine, à Poissy. » Moitié bretonne, moitié auvergnate,
historiens. Donatien est comparable à un enquêteur de police et il
Éva a grandi en région parisienne. « Je me souviens d’un concert
peut creuser un sujet pendant des années, jusqu’à découvrir tous les
de Yann-Fañch Kemener, j’avais 13 ans… Ce fut un vrai choc. »
tenants et les aboutissants d’une affaire de crime. Moi, je suis plutôt
Dans la foulée, Éva Guillorel apprend le breton et perfectionne
une méthode globale, en étudiant des milliers de chansons et des
ses connaissances musicales. « Dans mes études, j’ai cherché à
dossiers judiciaires, pour croiser les sources. »
combiner tout ce qui me passionnait : la langue bretonne, l’histoire
Littérature orale ? Oralité ? Oraliture ? Tradition populaire ? « Moi,
et l’ethnologie. » N’étant pas née dans une famille brittophone, elle
j’utilise plutôt “tradition orale”, mais aucun terme n’est tout à fait
enregistre des récits de vie, auprès des parents
satisfaisant. » Un patrimoine en tout cas plus
de ses amis bretonnants. À la fac de Rennes,
divers qu’on ne croit. « Par exemple, certaines
Éva a pour professeur d’histoire un certain
gwerzioù utilisent un niveau de langue très
Alain Croix. Une rencontre qui la marquera. Le
élevé, qu’on n’emploierait pas tous les jours, et
sujet de recherche s’est imposé à elle, presque
avec peu de formes dialectales, contrairement
naturellement. « Il y a en Bretagne ce répertoire
aux chansons plus légères ou aux contes. »
exceptionnel de grandes complaintes
Comme une « littérature » d’avant l’écriture,
historiques, de plus de quatre-vingts couplets,
en quelque sorte. Avec même certaines étranparfois. En France, il y a rarement ces
getés, comme ces histoires qui se perpétuent
précisions, avec les noms des personnes et
alors que ceux qui les transmettent ont perdu
des lieux qui se sont conservés jusqu’à nos
le sens de certains mots anciens, et même de
jours. C’est beaucoup plus stéréotypé. » Bien
certaines phrases. « Le collectage n’est pas à
« Donatien est une sorte
sûr, l’exercice de mémoire que constitue le
la base de mes recherches. Disons que j’en fais
d’enquêteur de police »
fait de retenir des chansons aussi longues
par goût, avant tout. Et contrairement à ce que
sans le secours de l’écriture peut nous paraître un peu magique, à
l’on croit, il y a encore des quantités de choses à collecter, même
nous qui vivons dans un univers où l’écrit est omniprésent, et avec
si les éléments les plus anciens ne viennent pas spontanément. En
lui la mémoire visuelle. Aurions-nous, en apprenant à lire, perdu la
Bretagne, il y a encore énormément de chanteurs actifs. Et puis,
mémoire ? Éva tempère : « Il y a encore des gens qui connaissent
il y a des pans entiers qui ont été délaissés. » Daniel Giraudon, en
des centaines de chansons. On ne travaille plus autant la mémoire
étudiant les feuilles volantes, jadis méprisées par les collecteurs, a
que lorsque c’était vital, mais nous avons toujours les mêmes
montré un nouvel aspect. « Les chansons sur feuilles volantes ont
capacités, je crois. » L’autre grande particularité de ce patrimoine
été apprises et transformées à leur tour par leurs interprètes. On
oral, en Bretagne, c’est d’être toujours vivant. « J’habite aujourd’hui
le voit même avec “La Paimpolaise”, cette chanson à la mode du
en Normandie, et ce patrimoine, là-bas, qui est pourtant riche, n’a
début du xxe siècle, avec des airs d’opéra, etc. Au Québec, le chanpas la même visibilité. Au point que les gens, quand ils entendent
teur Jean-Paul Guimont connaît plusieurs centaines de chansons
quelque chose qui sonne bien, ils disent : ça doit être breton. »
de tradition orale, apprises pour beaucoup dans sa famille ; mais
il a aussi voyagé en Bretagne où il a entendu et intégré d’autres
Une littérature d’avant l’écriture
chansons qu’il réinterprète maintenant dans un style totalement
québécois. » Ces diverses interactions entre pays, entre écrit et oral,
donnant lieu à quantité d’interprétations, sont un autre sujet d’étude
intéressant sur le lien entre tradition et modernité dans nos sociétés
Éva Guillorel s’est intéressée particulièrement à la période
actuelles.
qui a précédé l’essor des feuilles volantes, à partir de la fin
Éva Guillorel, La Complainte et la Plainte. Chanson, justice,
du xviiie siècle, donc à des compositions datant d’avant la
cultures en Bretagne (xvie-xviiie siècles), Presses universitaires de
Révolution. « Mais l’interaction entre écriture et oralité date du
Moyen Âge : ça ne passe pas alors par des feuilles volantes, mais
Rennes/Dastum/Centre de recherche bretonne et celtique, 2010.
par des “canards” imprimés, des anecdotes et chroniques médiéBarzaz Bro Leon. Une expérience inédite de collecte en Bretagne,
vales ou autres nouvelles littéraires dans lesquelles on sent une
PUR/CRBC, 2013.
grande influence de l’oralité sur l’écrit, et inversement. » L’un des
G.A.
Portrait d’un auteur / Poltred ur skrivagner / Portrèt d’un’ecrivou
vraiment : c’est ça que j’ai envie de faire. Après le succès de Rural,
Davodeau a lancé une collection documentaire, chez Delcourt.
Je me suis adressé à lui en tant qu’éditeur, et finalement, le dessinateur pressenti ayant fait défaut, c’est Davodeau lui-même qui a
décidé de faire le dessin. Un vrai cadeau ! »
Kris,
Brest
Tirailleurs sénégalais en Bretagne
scénariste
de BD :
de l’arsouille à l Amérique
Kris s’est fait un nom en tant
que scénariste de bande dessinée, avec l’essor de la BD documentaire. Fidèle à sa ville de
Brest, il fourmille de projets.
Parmi les derniers en date, la
création de La Revue dessinée.
Retour sur un parcours guidé
par une vocation de jeunesse.
du documentaire historique comme un
affamé ! « J’avais un oncle qui possédait
plus de 600 BD dans les années 1960, ce
qui n’était pas courant. Et moi, je parcourais les livres sur l’Antiquité, les guerres
mondiales, le Moyen Âge. » Alors, forcément… « Je crois que j’ai toujours écrit.
À 6 ans, j’ai offert à ma mère ma première
BD, Tif et Tondu à la préhistoire, dessinée
dans le style de Will. » Ce sera la première
et la dernière. Convaincu de ne pas être
un super dessinateur, Kris préfère écrire
des petits sketches avec ses cousins, qu’ils
jouent lors des fêtes de famille. Le Journal
de Tintin publie sa lettre de lecteur, dans
laquelle il parle déjà de sa vocation d’auteur de BD.
Tizef version xxie siècle, boucle d’oreille et
pattes de marlou qui lui mangent les joues,
Kris est un Brestois de « Brest même »,
comme on dit. Un vrai de vrai. « Allez ! En
cherchant un peu, je peux me trouver un
arrière-grand-père né à la frontière belge.
Mais, engagé dans la coloniale, il a abouti
à Brest, lui aussi. » Tizefs et matafs, et
Pour la littérature, il faudra attendre
« l’arsouille » en prime ! Dans la famille,
plus tard, avec Steinbeck qu’il découvre
les hommes sont marins dans la Royale,
au lycée et, à 20 ans, les romans que lui
militaires, paras, pilotes de chasse…
conseille son amoureuse. Après le bac,
ou ouvriers de l’arsenal. « Ce n’étaient
« obtenu presque par inadvertance », Kris
pas de grands lecteurs, mais c’étaient
entre en fac d’histoire, et c’est la révélade formidables conteurs. Tous. Des vies
tion. « J’ai tellement aimé ça que j’y suis
aventureuses qu’ils racontaient lors des
resté pendant sept ans ! C’est en fac que
réunions de famille et dont je me délecj’ai rencontré des dessinateurs bien plus
tais. Forcément, à cause de l’éloignement
doués que moi, et que j’ai pris conscience
du domicile, il y avait aussi un rapport
qu’avec eux, ce que j’écrivais
très fort à l’écriture, à travers
les correspondances, et j’ai « La fac d’histoire : pouvait prendre vie. » Mais
pu lire dans ces lettres des
une révélation » voilà, pour le tizef rebelle, pas
question de devenir prof ou
commentaires qui ont une
fonctionnaire. Chez lui, il y a aussi ce goût
certaine qualité littéraire. Chez moi, il n’y
du travail social, du collectif. Après l’expéavait pas beaucoup de bouquins, parce que
rience d’un premier fanzine, L’Arracheça coûtait, aussi. Mais sur le chemin du
bulles, en 1998, il crée avec une bande de
retour de l’école, j’allais tous les jours à la
potes, dont Obion, Arnaud Le Gouëfflec
bibliothèque du quartier avec ma mère. Et
et Erwan Le Bot, l’atelier Violons dingues.
dans la famille, que je sois devenu auteur
Plus tard, excédé par la façon dont certains
n’a jamais été un souci. C’est plutôt une
éditeurs traitent les auteurs, il travaillera à
fierté. Mon père m’a même offert un stylo
la création du syndicat des auteurs. « Et
Montblanc quand j’ai signé mon premier
même si ça a pris aujourd’hui une envercontrat. Et ma grand-mère est super fière
gure nationale, je n’oublie pas qu’il a été
de moi, même si elle n’a jamais lu une
lancé par cinq Bretons. »
bande dessinée ! » La vocation l’a pris
C’est en 2002 que sort le premier album
très tôt. Le petit Chistophe – son prénom
signé Kris, Toussaint 66, avec Julien
d’état civil – dévorait déjà de la BD et
Lamanda au dessin. « On voulait tous
travailler chez Delcourt, à l’époque. Parce
que c’était une maison qui publiait beaucoup de BD de genre, auxquelles nous
étions très sensibles, et qui s’éloignait du
style franco-belge. C’est comme ça qu’est
née la filière bretonne dans cette maison,
dans le sillage de gens comme David
Chauvel ou Michel Plessix, qui avaient
quelques années de plus que nous. Je
travaillais déjà sur le projet d’Un homme
est mort. J’étais libraire chez Dialogues, à
Brest, et j’avais pris une baffe en lisant le
premier Davodeau. Quand il a sorti Rural,
ça a été une vraie claque. Et puis, il y a eu
Maus, d’Art Spiegelman. Je me suis dit,
4
5
Le succès d’Un homme est mort allait imposer Kris dans le milieu
de la BD. Aujourd’hui, il fourmille de projets. Comme Une notre
Amérique, avec le dessinateur Maël : cent ans d’histoire du continent se déclinant à travers une série d’ouvrages conséquents,
histoire de traquer l’esprit révolutionnaire jusque dans le cœur des
hommes. « Je cherche une nouvelle façon de raconter. Je suis très
inspiré par des cinéastes comme Peter Watkins, ou le film Civil
War, de Ken Burns. » Parallèlement à ce grand projet, Kris travaille
avec le dessinateur Jean-Claude Fournier et l’historienne Armelle
Mabon sur les camps de tirailleurs sénégalais en Bretagne, mais
aussi sur l’histoire vue à travers la vie intime des Français et celle
de sa famille, sous la forme d’une fresque intitulée Mon arrièregrand-père, mon grand-père, De Gaulle, Rachid, Belfast, et
moi. Sans oublier La Revue Dessinée, lancée en septembre 2013,
et dont le premier numéro s’est arraché à plus de 20 000 exemplaires. Encore une nouvelle piste qui s’est ouverte (lire en page
« Édition »). Fidèle à Brest et à ses amours de jeunesse, Kris trace
sa route, déterminé, du fond de cette rade d’où sont partis et où
ont trimé ses oncles, ses parents, ses grands-pères, ses ancêtres
conteurs, premiers défricheurs de son imaginaire, premiers architectes de son talent.
© Gilles Pouliquen
À noter : Une rencontre autour de La Revue Dessinée aura lieu le 25 janvier 2014 à 11 h à la médiathèque Per-Jakez-Hélias de
Landerneau (29) − avec Kris, cofondateur de la revue, et Arnaud Le Gouëfflec, auteur. Rendez-vous animé par Hervé Belvaire,
spécialiste BD.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site :
º www.ville-landerneau.fr/mediatheque
G.A.
Bibliographie :
Toussaint 66, dessins de Julien Lamanda, Delcourt, coll. « Encrage », 2002
Le Déserteur, t. 1, Nuit de chagrin, dessins d’Obion et de Florence Breton, Delcourt, coll. « Terres de légendes », 2003
Le Déserteur, t. 2, Gharojaï, dessins d’Obion, Delcourt, 2005
Destins, Glénat, coll. « Grafica », 2005
Un homme est mort, dessins d’Étienne Davodeau, scénario de Kris et Étienne Davodeau, Futuropolis, 2006
Coupures irlandaises, dessins de Vincent Bailly, Futuropolis, 2008
Les Ensembles contraires, scénario de Kris et Éric T., dessins de Nicoby, Futuropolis, 2008-2009
Bruce Springsteen & The E Strip Band, dessins d’Obion, Le Télégramme, 2009
Les artistes se mobilisent contre la violence faite aux femmes, dessins et scénario collectifs, 2009
Notre Mère la guerre, dessins de Maël, Futuropolis, 2009-2012
Destins, t. 6, Déshonneurs, scénario de Frank Giroud et Kris, dessins de Gilles Mezzomo, Glénat, 2010
En chemin elle rencontre…, Des ronds dans L’O/Amnesty International, 2010
Svoboda !, t. 1, De Prague à Tcheliabinsk, dessins de Jean-Denis Pendanx, Futuropolis, 2011
Un sac de billes, dessins de Vincent Bailly, scénario de Kris d’après Joseph Joffo, Futuropolis, 2011-2012
Mon arrière grand­–père, mon grand-père, De Gaulle, Rachid, Belfast, et moi ou La Nostalgie de la falaise,
dans La Mémoire juste, Meet, 2011
Svoboda !, t. 2, Iekaterinbourg, été 1918, dessins de Jean-Denis Pendanx, Futuropolis, 2012
Les Autres Gens, scénario de Kris et Thomas Cadène, dessins collectifs, Dupuis, 2012
Les Brigades du temps, t. 1, 1492, à l’ouest rien de nouveau ! , dessins de Bruno Duhamel, Dupuis, 2012
Les Brigades du temps, t. 2, La Grande Armada, dessins de Bruno Duhamel, Dupuis, 2013
© Gilles Pouliquen
Portrait d’un illustrateur / Poltred un treser / Portrèt d’un’imaijou
Rennes
Lionel Chouin :
l’histoire qui
libère la parole
Après la création de l’atelier Pepe Martini, Lionel Chouin
dessine la série de science-fiction Les Mémoires mortes et
reprend ensuite la série Les Morin-Lourdel . De sa rencontre
avec le scénariste Tarek va naître le projet de trilogie russe
Le Tsar fou, qui correspond bien à son style de dessin d’alors.
Aujourd’hui, il s’intéresse à la Bretagne et à l’histoire, avec
son dernier album, Douce France, qui réveille les fantômes
de l’Occupation.
©Lionel Chouin
Originaire de Plouigneau et fils de marin
de la Royale, Lionel Chouin a beaucoup
bougé dans la Bretagne de sa jeunesse.
Après les Arts appliqués, à Brest, et les
Beaux-Arts, à Quimper, il se retrouve à
l’école d’Angoulême, où il peaufine son
savoir-faire. Et c’est à Rennes qu’il s’installe finalement, créant avec ses potes
de l’école l’atelier Pepe Martini, espace
collectif de création. « J’ai particulièrement apprécié mes années brestoises, au
point d’en avoir toujours la nostalgie. Par
la suite, j’ai fait des stages dans les boîtes
de pub. Ça m’a au moins appris ce que je
ne voulais pas faire. Et comme je cherchais
plus de liberté, je suis allé vers la BD. » Son
enfance, au gré des déplacements familiaux, est également marquée par la découverte des paysages, des bases militaires,
la visite des sous-marins. « J’avais aussi
un oncle fervent défenseur de la langue
bretonne et une grand-mère bretonnante
que je n’ai pas oubliés. Je suis d’ailleurs en
train d’apprendre le breton. » Lionel réalise
sa première BD en 2000, dès sa sortie de
l’école, en compagnie du scénariste Denis
Bajram, déjà introduit dans le milieu.
Deux tomes de cette histoire de sciencefiction sortiront sur les cinq initialement
prévus. « Le conflit que nous avons eu
avec l’éditeur a été très instructif : j’ai
alors découvert toutes les déconvenues
pouvant subvenir avec un éditeur. Je suis
parti ailleurs avec mes valises. » Lionel
rencontre alors Raymond Maric, un scénariste expérimenté, auteur de la série Les
Morin-Lourdel. « Il s’agissait de dessiner
projet, un thriller à la française sur les
années 60, intitulé À la place du mort, avec
Arnaud Floc’h. « Quand j’attaque un projet,
je me documente, mais pas pour copier un
modèle, plutôt pour travailler à partir de la
mémoire que j’en ai. J’ai des obsessions,
aussi. Je me rends compte qu’en dessinant
Douce France
en dessin automatique comme de l’écriture
automatique, je retrouve la maison de ma
grand-mère qui a été rasée. Une partie de la
mémoire familiale qui disparaît, avec son
Ayant tourné le dos à la SF, Lionel a pris
humanité, son lien social. En BD, je trouve
goût à l’exploration de l’histoire, à partir
qu’il y a de la place pour ça. Je voudrais
de ses prolongations dans le présent. De
travailler sur cette Bretagne-là. Et j’aime
sa rencontre avec Simon Rochepeau naîtra
bien qu’il y ait une part de hasard, dans la
l’album Douce France, réminiscence de
façon de travailler. Je connais le processus
la période de l’Occupation, par le truchequi se met en route : je vais vers le hasard,
ment de la construction d’un mémorial de
la Résistance. « Mon père
« Je retrouve la maison mais, au bout du compte,
ce n’est pas un hasard.
est très sensible à tout ça.
de ma grand-mère
En tout cas, je ne veux
Il m’a beaucoup parlé de
qui a été rasée »
pas tomber dans tous ces
la Résistance, en particupièges… En ce moment, comme c’est l’anlier du maquis de Coat-Malouen, en centre
niversaire de la guerre de 14, tout le monde
Bretagne. Lors des séances de dédicace,
est là-dessus. Être comme ça, inféodé à
je me suis aperçu que cet album permetl’événement, je trouve ça con. Quant à la
tait de libérer la parole sur cette période
crise de la BD… Tout le monde me parle de
de l’histoire. C’est plus que nécessaire,
ça, mais moi, je n’ai jamais lu autant de BD
car nous sortons, avec le septennat de
qui m’intéressent. »
Sarkozy, d’une période très embrouillée,
G.A.
avec des récupérations tous azimuts et une
falsification de l’histoire. »
plus grotesque, proche de la marionnette.
Chaque album, de toute façon, c’est une
démarche à part entière, un univers dans
lequel on plonge, avec ses lectures, les
films que l’on visionne. »
6
7
à la place du dessinateur attitré, qui ne
voulait pas continuer. J’ai beaucoup appris
au contact de Raymond Maric, sur l’Occupation, sur l’histoire de la BD. » Le style de
Chouin devient assez torturé, pour s’adapter à la contrainte. « En fait, j’aime assez
ça : me glisser dans le style d’un autre.
J’ai terminé cette série au plus proche du
style de l’auteur précèdent, sans ramener
les choses à moi, dans l’idée que le lecteur
ne subisse pas trop de bouleversement
graphique. Après, j’ai adopté un style
Lionel Chouin intervient beaucoup en
milieu scolaire. « C’est indispensable
financièrement, quand on est auteur, mais
c’est aussi très intéressant. J’ai 40 ans.
Est-ce que je deviens un vieux con ? On
se confronte, on voit des situations. » En
©Lionel Chouin
Bibliographie :
Les Mémoires mortes :
Feu destructeur, scénario Denis Bajram, Les Humanoïdes Associés, 2000
Océan sans eau, scénario Denis Bajram et Valérie Mangin, Les Humanoïdes Associés, 2003
Les Morin-Lourdel (volume 4), scénario Raymond Maric, Glénat, 2005
Le Tsar fou :
L’Habit ne fait pas le roi, scénario Tarek, Éditions Emmanuel Proust, 2005
Un derviche peut en cacher un autre, scénario Tarek, Éditions Emmanuel Proust, 2009
Vox populi, vox dei, scénario Tarek, Éditions Emmanuel Proust, 2009
Trois (petites) histoires de monstres, scénario Tarek, dessins Ivan Gomez-Montero, Lionel Chouin, Aurélien Morinière,
Éditions Emmanuel Proust, 2009
Colt Bingers l’insoumis :
Saison one, scénario Pascal Jousselin, Fluide glacial, 2009
L’Intégrale, scénario Pascal Jousselin, Fluide glacial, 2011
Douce France, scénario Simon Rochepeau, Futuropolis, 2013
Portrait d’un photographe/ Poltred ul luc’hskeudenner / Portrèt d’un fotograf
Commana
Gilles Pouliquen,
Arrée sur image
Gilles Pouliquen n’en finit pas de labourer les campagnes bretonnes, avec un appareil photo
en guise de charrue, de herse ou de semoir. Depuis novembre 2013, il consacre à son art tout
son temps et tout son talent. C’est une bonne nouvelle ! Visages de célibataires, griffures
de l’homme sur le paysage, accumulations d’objets dans le désordre des maisons, architecture du délaissé, ses photographies font surgir le passé au cOEur du présent, questionnant
ainsi l’avenir.
jouant dans les rues, la rareté des automobiles… Ce n’est pas de la
Gilles Pouliquen est né à Mauron, gros bourg du Morbihan. Sa
nostalgie, mais on est toujours marqué par les images de l’enfance.
mère y tenait la Maison de la presse, et c’est sans doute en y feuilHeureusement, il y avait aussi le cinéma Celtic, et la télévision, que
letant des magazines qu’il a trouvé sa vocation. « Ce sont en tout
mes parents ont eue avant tout le monde. Et puis les albums de
cas mes premiers souvenirs d’images marquants. Je me souviens
famille, où je découvrais que mon grand-père avait été jeune, qu’il
notamment de Paris Match, à l’époque de Cartier-Bresson, des
n’y avait pas que le temps présent… Mais à 17 ans, Mauron ne m’inreportages de Griffith sur la guerre du Vietnam. J’ai d’abord été
téressait déjà plus. » Contrairement à la plupart des jeunes dans
sensible à la photo de reportage. Et puis, à partir de la création
son cas, Gilles ne va pas choisir d’émigrer vers l’est, vers Rennes
du magazine Photo, j’ai compris que la photo pouvait être autre
ou vers Paris. « Je suis parti vers l’ouest et les monts d’Arrée. Pour
chose qu’événementielle, qu’elle était aussi le média d’une expresmoi, c’était une sorte d’Eldorado à l’envers. Je n’étais plus le fils
sion personnelle, d’une façon singulière d’appréhender le monde.
de la Maison de la presse, je perdais tous mes repères, ce qui offre
C’était une ouverture, parce
« Ma première émotion
une grande liberté ; j’étais attiré par les paysages, ces paysans à
qu’à Mauron, je n’en avais pas
artistique, c’est des
l’esprit très ouvert, et puis la langue bretonne qui me donnait l’imbeaucoup. » Impressionné,
à 14 ans, par le travail de sculptures en saindoux » pression d’être perpétuellement en voyage dans un autre pays. »
Un autre photographe entre alors dans le panthéon de Pouliquen.
Cartier-Bresson, Gilles est
C’est Josef Koudelka. « Toute sa vie, il a déambulé avec un sac à
d’abord un adepte du noir et blanc. « J’étais fasciné aussi par cette
dos. Il n’a jamais payé pour dormir quelque part. Je n’ai jamais été
faculté de Cartier-Bresson de réussir à photographier les gens
attiré par le cliché Blue-Up, l’image du photographe chic, dans sa
d’aussi près sans qu’ils semblent perturbés. » Puis ce fut la découbagnole de sport. Et Salgado, qui est un immense photographe que
verte de Robert Frank. « Une secousse énorme ! Cette autre vision
tout le monde admire, ne me touche pas tellement, parce que je
de l’Amérique… D’emblée, c’est ce qui m’a intéressé : le social,
trouve qu’il n’y a pas de place pour la dérive chez lui. Je suis bluffé
l’humain, l’envers du décor. »
Dans la famille Pouliquen, pas d’ancêtre photographe, peintre ou
artiste, semble-t-il. « Ma première émotion artistique, je crois bien
que c’est en voyant les sculptures en saindoux du charcutier de
Mauron, reproduisant le Sacré-Cœur ou le cuirassé Richelieu !
Plus tard, je passais mon temps devant la vitrine du photographe,
à Mauron, attiré par les appareils. Pour ma communion, j’ai eu un
Instamatic. J’ai tout de suite commencé à prendre beaucoup de
photos, que je faisais développer chez le photographe du village.
Je trouvais ça magique. Je n’ai pas oublié l’odeur, et le photographe
sortant de la chambre noire. » Mauron, c’était aussi un bourg rural,
avec des activités aujourd’hui en voie de disparition. « Je suis né en
1953, et j’ai l’habitude de dire que c’était à la fin du xixe siècle. J’étais
à l’école chez les Frères de Ploërmel, où les enfants étaient traités
selon leur appartenance à telle ou telle classe sociale. Il y avait
ceux qui mangeaient à la table des prêtres, ceux qui mangeaient
la soupe au réfectoire, et les pauvres qui mangeaient du pain et du
lard, et buvaient de la piquette, sous le préau. Les troupeaux de
vaches qui traversaient le bourg, les charrettes et les diables qui
tiraient les troncs de la forêt toute proche, la lanterne, les chevaux
et le conducteur, le mégot au bord des lèvres. Les bandes d’enfants
© Gilles Pouliquen
8
9
par son énergie, mais gêné par les moyens
très lourds qu’il emploie pour arriver à ses
fins. » Parmi les moments qui ont compté
dans la carrière de Gilles : l’obtention de
la bourse de la Fondation nationale de la
photographie, en 1984, pour un portfolio de photos de voyage, qui lui a donné
l’énergie et de l’argent pour continuer, et
les rencontres avec Marc Riboud, Bruno
Barbey et Richard Kalvar, de l’agence
Magnum, qui l’ont tous fortement encouragé à continuer (avec son Leica M4 et un
35 mm, cet outil mythique du reportage qui
l’a accompagné pendant vingt ans). Pour
Gilles, le passage au numérique a d’ailleurs
été plutôt une bénédiction : « Quand on
habite dans les monts d’Arrée, c’est une
libération d’être autonome pour traiter
les photos et de les communiquer via
Internet. »
Qu’est-ce qu’habiter ?
Aujourd’hui, parmi ses inspirateurs, il
faudrait ajouter Walker Evans et sa photo
documentaire épurée, ou les Becher, ce
couple d’Allemands photographiant des
friches industrielles. « Au début, les gens
leur disaient que ce qu’ils faisaient ce
n’était pas de l’art. Mais qui décide de ce
qui est artistique ou pas ? En tout cas, c’est
un travail auquel je m’attelle : savoir s’effacer devant le sujet, travailler sur la répétition. Je photographie à la chambre, avec
une optique à décentrement, des bâtiments
qui n’ont a priori aucun intérêt patrimonial, mais que je trouve intéressants par
eux-mêmes : anciens garages, hangars,
maisons. Je cherche à rester le plus neutre
possible. » Gilles Pouliquen poursuit
parallèlement d’autres travaux commencés il y a bien longtemps, comme ces
poignants intérieurs rustiques en couleurs,
où l’absence de l’homme et en même
temps sa trace omniprésente révèlent
une esthétique insoupçonnée. Habiter.
Qu’est-ce qu’habiter ? L’accumulation des
objets sans effet de mode ou de kitch, les
peintures qui s’écaillent, les calendriers qui
penchent, les cheminées qui débordent…
C’est beau et ça prend aux tripes comme
une peinture rupestre. Un ouvrage devrait
sortir chez Skol Vreizh, en 2014. Et puis,
Gilles Pouliquen, bien sûr, est surtout
Bibliographie :
© Gilles Pouliquen
Paysans, texte Gérard Alle, Éditions Le Télégramme, 2000
Commerces de campagne, texte Gérard Alle, Éditions Le Télégramme, 2002
Le Cheval breton au travail, texte Gérard Alle, Coop Breizh, 2002
Bretagne des hautes terres, texte Lan Tangi, Coop Breizh, 2003
Pains de campagne, texte Gérard Alle, Éditions Le Télégramme, 2003
Le Vin des Bretons, texte Gérard Alle, Éditions Le Télégramme, 2004
Moulins en Bretagne, Coop Breizh, 2005
Passeurs de livres, texte Gérard Alle, Coop Breizh, 2005
connu comme portraitiste, ce qui lui a
valu plusieurs ouvrages remarqués, sur
les célibataires des monts d’Arrée, les
paysans, les commerces de campagne.
« Je ne m’interdis rien ! » On pense à cette
série sur les paysans plantés au centre
d’un rond tracé à la farine, comme cloués
à leur terre. « C’était presque un exercice
de chamanisme. Une fois au milieu, le type
ne pouvait plus s’échapper, il était cuit ! »
On pense aussi à sa façon crue de saisir
les paysages ou à sa capacité à capter les
situations incongrues, comme le montre
cette photo d’un chasseur à deux dents et
de son chien montrant les crocs. Ce fut ma
première rencontre avec l’œuvre de Gilles
Pouliquen, celle qui me donna l’envie de
travailler avec lui bien des années après.
« Il faut se mettre en état de grâce avec le
hasard, disait Cartier-Bresson. Hier, j’ai
photographié un crapaud écrasé, momifié, les jambes croisées et les bras écartés,
christique. »
º
G.A.
www.gillespouliquen.com
Ailleurs c’est ici / Amañ hag ahont / Âyou s’ée issi
Concertation
culture-éducation
Le ministère de la Culture partage la
responsabilité de certains dossiers avec
des partenaires gouvernementaux, notamment au travers de programmes tels que
« La culture à l’école ». Dans ce cadre,
les élèves du primaire et du secondaire
participent à des ateliers animés par des
artistes et des écrivains ou encore effectuent des sorties dans des lieux culturels.
Le livre
au Québec
Au Québec, PROVINCE autonome du Canada,
la politique du livre est régionalisée et
accompagnée par le ministère de la Culture
et de la Communication.
Salons du livre
L’Association québécoise des salons du livre (AQSL) assure les
relations interprofessionnelles et défend les intérêts généraux des
salons qui en sont membres. Elle est aussi un centre d’études, de
recherche et de documentation pour toute question concernant
les salons du livre. Elle dispose d’un site interactif, reliant les
salons avec les auteurs et les éditeurs.
º
www.aqsl.org
Éditeurs
L’Association nationale des éditeurs de livres (Anel), née en 1992,
regroupe près de 100 maisons d’édition de langue française au
Québec et au Canada. Sa mission est de soutenir la croissance de
l’industrie de l’édition et d’assurer le rayonnement du livre québécois et canadien français à l’échelle nationale et internationale.
Les maisons d’édition membres de l’association publient divers
types d’ouvrages, du roman au manuel scolaire en passant par
l’essai et le livre jeunesse. Ces maisons sont situées au Québec, en
Ontario, au Manitoba et au Nouveau-Brunswick.
Les actions de l’association s’articulent autour des pôles suivants :
représentation des éditeurs auprès des pouvoirs publics et des
autres intervenants du milieu du livre, sur la scène nationale
comme à l’étranger, activités nationales de promotion du livre et
de la lecture, information et formation professionnelle. L’Anel,
par le biais de Québec Édition, se préoccupe également du rayonnement international de ses membres et soutient leurs activités
d’exportation en organisant des stands collectifs dans plus de dix
foires et salons à travers le monde. Québec Édition développe en
outre – via les missions à l’étranger et l’accueil de partenaires de
divers pays – un réseau de contacts destinés à aider la profession
dans son rayonnement sur les marchés internationaux. L’Anel
prône la liberté d’expression, le respect du droit d’auteur et l’accès
universel au livre comme outil d’apprentissage.
º
anel.qc.ca
Droit d’auteur
En ce qui concerne la propriété intellectuelle, le ministère s’engage à un « mandat
de veille » à l’égard du droit d’auteur et à
transmettre les informations aux citoyens
québécois.
Librairies
Avec plus de 200 librairies agréées et un peu plus de 160 éditeurs
agréés répartis sur l’ensemble du territoire, l’industrie du livre
présente une production riche de 4 000 à 5 000 nouveaux titres par
an écrits par des auteurs québécois.
Bibliothèques publiques
Prix du livre
Le 1er novembre 2013, plus de 60 librairies indépendantes ou
scolaires de toutes les régions du Québec manifestaient pour
faire pression sur le gouvernement de la Province, afin d’obtenir
un encadrement du prix du livre neuf. Célébrant la fête des Morts
à leur façon, les libraires avaient recouvert leurs vitrines et leurs
tables de nouveautés d’un linceul blanc.
Au Québec, on assiste depuis un an à une augmentation importante du nombre de librairies ayant dû mettre la clé sous la porte.
« Le gouvernement doit réglementer le prix des livres pour éviter
un appauvrissement rapide de la littérature », souligne Jeanne
Lemire, de la librairie Paulines, à Montréal, où est né le mouvement Sauvons les livres, à l’origine de ces actions de protestation,
et qui regroupe libraires, auteurs, éditeurs et diffuseurs. Autre
problème pointé par l’Association des libraires du Québec, celui
des départs en retraite de libraires qui, pour 90 % d’entre eux, n’ont
pas préparé une reprise de leur entreprise.
Les libraires ont-ils été entendus ? En ce qui concerne le prix
du livre, le gouvernement a réagi début décembre, annonçant
un projet de loi pour limiter à 10 % le
rabais accordé sur les nouveautés,
imprimées ou numériques. Toutefois,
le déclenchement d’élections générales au printemps pourrait empêcher
l’adoption du projet de loi.
Politique du livre
10
11
Bien qu’elles relèvent des municipalités,
les bibliothèques publiques bénéficient
des interventions du ministère, qui
appuie leur développement et les soutient
financièrement.
Au Québec, le développement du réseau
des bibliothèques publiques s’organise
autour de trois types de bibliothèques :
• Bibliothèque et Archives nationales du
Québec (BAnQ)
• Bibliothèques publiques autonomes
• Bibliothèques affiliées aux CRSBP, aussi
appelés Réseau Biblio
BAnQ est une société d’État vouée à
l’acquisition, à la conservation et à la diffusion du patrimoine documentaire publié,
archivistique et filmique. Elle assure en
outre la gestion des programmes d’aide
financière en matière d’archives et est
responsable du dépôt légal des documents
publiés et des films. BAnQ offre également
un éventail de services à distance, dont
l’accès en ligne à des ressources électroniques. Elle a pour mission de renforcer
la coopération et les échanges entre les
bibliothèques. BAnQ gère également le
Service québécois du livre adapté (SQLA)
qui propose aux personnes ayant une
déficience visuelle des collections et des
services qui répondent à leurs besoins
d’information, d’éducation, de culture, de
recherche et de loisir.
Les bibliothèques publiques autonomes
(BPA) desservent les municipalités de plus
de 5 000 habitants. Le ministère dispose
d’un programme de soutien au développement des collections qui favorise l’achat
de documents québécois et la gratuité
des services de base. Le choix de financer spécifiquement l’achat de documents
découle de la Politique de la lecture et du
livre de 1998 qui recommandait que les
collections de ces bibliothèques atteignent
une moyenne de trois livres par habitant
sur le territoire desservi.
De plus, grâce à son programme d’aide aux
immobilisations, le ministère contribue
financièrement à la construction, à l’agrandissement, à la rénovation et au réaménagement de bibliothèques publiques ou
à l’achat d’équipements spécialisés pour
celles-ci.
Les bibliothèques du Réseau Biblio
desservent les municipalités de moins de
Parfois (mon) cœur brûle pour quelqu’un.
Parfois l’absence tire sur les cordes
De ma solitude
Au point où je me lance dans la tempête blanche
Ivre des morsures hérétiques des loups voraces
Et ma Grand-Mère, éclatée de rires
De taper du tambour dans son rêve
Tout autour de la Terre
Natasha Kanapé Fontaine (poète,
slameuse peintre et comédienne innue),
« Tu as amené le vent » (extrait),
in N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures,
Mémoire d’encrier, 2012
Le Sommet sur la lecture et le livre, tenu en 1998, a réaffirmé l’importance du secteur du livre, de la lecture et des bibliothèques
et a mené à l’instauration de la Politique de la lecture et du livre
– Le temps de lire, un art de vivre – qui guide depuis les actions du
ministère de la Culture.
º
www.mcc.gouv.qc.ca
5 000 habitants et misent principalement
sur des bénévoles. Elles sont soutenues
par onze centres régionaux de services
aux bibliothèques publiques. Les CRSBP
favorisent l’établissement, le maintien et le
développement des bibliothèques dans les
municipalités les moins populeuses.
Créée en 2002, la Table de concertation des bibliothèques québécoises a été
formée pour appuyer l’actualisation du
plan d’action qui fait partie intégrante de la
Politique de la lecture et du livre.
º www.banq.qc.ca
º www.banq.qc.ca/sqla
Art et culture à l’école
La revue Art et culture à l’école est une
publication conjointe du ministère
de l’Éducation, du Loisir et du Sport
et du ministère de la Culture et des
Communications. Qu’elle décrive des
activités ou des projets culturels réalisés dans les écoles, ou bien qu’elle donne
des exemples de solutions éprouvées
avec succès dans le milieu scolaire, Art et
culture à l’école donne la parole aux enseignants en arts et met aussi en évidence le
rôle joué par les ressources culturelles,
notamment à travers leur collaboration
avec le milieu scolaire en vue de l’intégration de la culture dans les apprentissages.
Les auteurs
À l’exception des programmes régionaux,
le programme aux artistes et aux écrivains
professionnels comprend trois catégories de bourses : les Bourses de la relève
(un maximum de cinq années de pratique
artistique), les Bourses de développement
(plus de deux ans de pratique artistique),
les Bourses de carrière (vingt ans de
pratique artistique), auxquelles s’ajoutent
les Bourses de mi-carrière pour la littérature et le conte (selon le nombre de textes
publiés ou de spectacles solos).
L’Union des écrivaines et des écrivains
québécois (UNEQ) regroupe près de 1 400
écrivains, tous genres confondus. Elle est
accréditée, depuis 1996, pour négocier,
de façon exclusive, avec les producteurs
relevant de la compétence fédérale, afin
de conclure des accords-cadres qui définissent les conditions d’embauche des
travailleurs professionnels autonomes du
secteur littéraire.
º
Natasha Kanapé-Fontaine © Pierre Crépô
www.uneq.qc.ca
Le livre en région / Al levrioù er rannvroioù / Le livr den la contrée
Le CRLL
Créé en 1987, le Centre régional du livre en Limousin-ALCOL (Association limousine de coopération pour le livre) est une
association née de cette dernière, jadis dédiée à la lecture publique.
Limousin
Ses missions sont les suivantes :
Un CRL en contrat de progrès
Région de taille modeste, le
Limousin n’est pas seulement
le pays de la fameuse Foire de
Brive, c’est aussi un territoire
d’innovations. Dans le domaine
du livre ; on retiendra par
exemple que GéoCulture y
a trouvé sa première terre
d’élection. Autre particularité, la filière du livre y est
associée aux institutions par
un contrat de progrès.
Marie-Laure Guéraçague est la directrice
du CRL en Limousin. Celui-ci répond aux
missions classiques des différents SRL
implantés dans les régions françaises.
Parmi ses originalités, on peut signaler
l’organisation du festival Coquelicontes.
« Le Limousin est une petite région, en
termes d’habitants, explique sa directrice.
La petite taille a cependant des avantages, comme celui de tenter quelques
expériences. » C’est ainsi que le projet
GéoCulture a pu voir le jour, d’abord en
Limousin, avant d’être adopté sur d’autres
territoires, sous l’intitulé « La France
par les écrivains ». « Contrairement à la
Bretagne, qui a déjà, dans la filière du
livre proprement dite, de très nombreux
acteurs, nous pouvons développer des
partenariats au-delà du livre et de la
lecture, avec les musées et les centres
d’art, par exemple. » Autre particularité, la signature d’un contrat de progrès
« économie du livre », mis en place par la
Région et l’État pour soutenir économiquement la filière. « Il s’agit de mettre en
cohérence les diverses politiques et d’en
inventer si possible de nouvelles. » Un
séminaire de la Fill et du service du Livre
et de la Lecture du ministère de la Culture
et de la Communication a d’ailleurs fait
le point sur divers contrats de ce type, au
cours d’un séminaire. « L’un des paradoxes
de notre région, à côté de sa petite taille,
est de proposer un salon aussi important
que la foire de Brive. Cette année, j’y ai
senti une mobilisation sans précédent des
élus au sujet des librairies. Leur situation
inquiète. Elle fait prendre conscience de
l’urgence qu’il y a à réagir. »
Marie-Laure Guéraçague est une grande
admiratrice de la poésie de Marcelle
Delpastre, poète et paysanne du Limousin
de grand talent, qu’il faudrait de toute
urgence faire connaître en dehors de la
région.
Le Contrat de progrès pour
l’économie du livre
Le Contrat de progrès pour l’économie
du livre en Limousin (CPEL) a été signé
en février 2012 entre la Région et la Drac
Limousin, dans le but de pérenniser et de
développer la filière économique du livre
en consolidant les libraires, les éditeurs et
l’interprofession sur le territoire régional.
Voté pour une durée de trois ans (20122014), ce contrat de progrès est animé par
le Centre régional du livre en Limousin
(CRLL).
La première année complète du CPEL
a été largement consacrée aux études,
à la concertation et à la formation des
professionnels. De manière générale, ces
derniers montrent un réel intérêt pour
le CPEL, mais la période économique
Le livre en Limousin
en quelques chiffres
Le Limousin comprend trois départements
(la Creuse, la Corrèze et la Haute-Vienne)
et compte 737 000 habitants (Insee 2007),
dont 50 % vivent en Haute-Vienne
et 25 % dans sa capitale régionale, Limoges.
Cette région fortement rurale implique
de forts enjeux d’aménagement du territoire
en matière de services de proximité.
Seules six villes ont plus de 10 000 habitants,
d’où l’importance en matière de lecture publique
des bibliothèques départementales de prêt
et de leurs réseaux.
difficile ne les incite pas à prendre des
risques. Les libraires, grâce à une nouvelle
dynamique de l’Association des librairies indépendantes du Limousin (ALIL),
présentent des projets ambitieux aussi
bien à titre individuel que collectif. Les
éditeurs sont plus hésitants pour s’engager
dans des projets collectifs et ont du mal à
en mesurer les retombées économiques
individuelles. Dans l’ensemble, les professionnels comptent fortement sur un développement des actions « concrètes » en
2013. Un document de communication,
Les Progrès du contrat, fait le point de ce
qui a été réalisé et de ce qui est en cours.
Le Limousin est une des premières régions
à avoir mis en place ce type de contrat. Ce
dispositif – qui a inspiré le ministère de la
Culture et de la Communication ainsi que
d’autres régions – a fait l’objet en 2012 du
séminaire intitulé « Les contrats de filière
du livre en régions », proposé par la Fill,
avec le service du Livre et de la Lecture.
Les participants ayant demandé des outils
d’accompagnement pour concevoir ce
type de contrat, L’Épaulette a réalisé pour
la Fill le guide Contrat de progrès pour le
livre. Mode d’emploi. Celui-ci, s’appuyant
sur les expériences menées en région
– notamment en Limousin –, propose des
éléments méthodologiques destinés à
faciliter la mise en œuvre de contrats de
progrès pour l’ensemble des territoires.
Publié en mai 2013, il est téléchargeable
sur le site de la Fill.
• Favoriser l’accès de tous, et notamment de ceux qui sont en difficulté, au livre et à la lecture.
• Soutenir l’économie du livre et ses acteurs : auteurs, traducteurs, lecteurs, éditeurs, imprimeurs, enseignants, libraires,
bibliothécaires, journalistes, documentalistes, organisateurs de manifestations littéraires…
• Élargir l’horizon littéraire en contribuant à la mise en valeur des ouvrages de qualité non attendus par les lecteurs.
• Mutualiser les savoirs et les savoir-faire entre les différents professionnels de la chaîne du livre.
• Participer à l’aménagement culturel du territoire.
Cinq personnes travaillent au CRL Limousin :
• une chargée de la vie littéraire, du festival Coquelicontes et du développement des actions culturelles en milieu pénitentiaire ;
• un chargé de l’économie du livre (dont le contrat de progrès) et de la vie littéraire (dont GéoCulture) ;
• un chargé technique responsable du site internet, de l’infographie et de la mise en pages ;
• une responsable de l’administration et de la comptabilité ;
• une directrice chargée des relations avec les institutions et les partenaires, de la coopération interprofessionnelle et
interrégionale, des formations, des relations avec les bibliothèques, de la lutte contre l’illettrisme du Plan d’action pour
le patrimoine écrit.
Coquelicontes
12
º www.fill.fr
º www.crl-limousin.org
Chiffres du livre et de la lecture
Le Limousin, c’est :
auteurs,
illustrateurs,
traducteurs
80
éditeurs,
structures
éditoriales et
éditeurs de
revues
bibliothèques
53
manifestations
littéraires
et salons
du livre
publiques, dont
50 respectent les
normes de l’État
40
concours
et prix
littéraires
Marcelle Delpastre, poète et paysanne du Limousin
Marcelle Delpastre est devenue un grand écrivain le jour où elle a laissé
venir en elle cette voix qui lui a donné le souffle indispensable pour
écrire de très longs poèmes. Une oeuvre à découvrir, en français et en
langue d’oc.
Je suis ici et non ailleurs
97
300
13
Le festival itinérant du conte Coquelicontes
est organisé par le CRLL, en lien avec les
trois BDP et la bibliothèque francophone
multimédia de Limoges. 2014 verra sa
18e édition. Chaque année, de quinze à dixsept conteurs, venus d’univers artistiques
et de lieux très divers, parcourent pendant
quinze jours le Limousin. En moyenne,
90 communes accueillent, chaque année,
un spectacle de Coquelicontes.
Coquelicontes, c’est un temps de parole(s),
qui se déplace de villes en villages, pour
enfants et adultes, de cafés en prisons, de
théâtres en bibliothèques, en maisons de
retraite, en musées, en écoles… Ce festival itinérant est né du désir de fédérer les
initiatives, jusque-là isolées, de formation
et de programmation de spectacles de
contes portées par différentes structures
et en particulier par les bibliothèques
départementales de prêt (qui desservent
les communes de moins de 10 000 habitants). Depuis sa première édition, en 1997,
Coquelicontes a touché près de 100 000
personnes, pour plus de 2 000 spectacles.
Les conteurs programmés par le festival sont choisis par les organisateurs de
300
imprimeurs
230
points de vente
de livres, dont
40 libraires
indépendants
Ils ont raison les bougres ! Cela m’agace bien évidemment. D’une certaine façon,
cela peut m’être insupportable, et pourtant ils ne s’y trompent pas : je suis ici et
non d’ailleurs. C’est ici que je niche, sur l’aire terrestre qui m’est dévolue – quelques
hectares, quelques ares – et tout ce pays de collines alentour, et les frênes puants, les
hêtres magnifiques, le vert des herbes entre les haies, le bleu – le bleu qui chante des
lointains –, l’odeur de la source et de l’aubépine. C’est ici que je dors, que je couve et
que je ponds mes œufs, c’est d’ici que s’en vont les oiseaux, dans la lueur brillante
de leurs ailes. Et si j’écris mes souvenirs, c’est comme un chant d’amour à ce pays.
À cette vie. Car de rien ne me sont les rues, et de rien ne me sont les villes. Les villes ne
m’apprennent rien. J’ai tout reçu des arbres.
Marcelle Delpastre, La Fin de la fable,
Mémoires, tome VII,
Meuzac/Bassac, Lo Chamin de Sent Jaume/Plein Chant, 2004
Signalons une exposition disponible, due à l’association Rhizomes et à la bibliothèque
départementale du Finistère, où Marcelle Delpastre côtoie une autre poète et paysanne,
bretonne celle-là, Anjela Duval.
Coquelicontes, en septembre, à la suite de
journées professionnelles et de déplacements sur des lieux de spectacles.
Contacts du festival :
coquelicontes@crl-limousin.org
Dossier
An teuliad
réalisé par Gérard Alle et Christian Ryo
é
La cadèrnn
e
r
t
a
l
i
o
t
Littérature
La transmission orale fascine. Comment des gens ont-ils pu
composer sans le secours de l’écriture des chansons de plus
de quatre-vingt couplets ? La chose nous dépasse, l’hypothèse
nous engloutit. Nous savons ce que nous avons gagné, mais
qu’avons-nous perdu avec l’acquisition de l’écriture ? Nous en
avons même oublié la fonction mnémotechnique de la rime,
jadis employée afin de retenir « par coeur » sans le secours
de l’écrit. Et l’écriture nous a tellement changés, qu’elle en a
modifié l’oralité elle-même ! Parfois, c’est la littérature qui
court après la parole vive, tentant de restituer sa chaleur
et sa vigueur en bousculant des règles trop contraignantes.
En vérité, écriture et oralité se côtoient bien souvent et se
nourrissent l’une de l’autre.
En Bretagne, le concept de littérature orale a fait florès, dans les
années 1970. Impressionnés par la
qualité et le volume du corpus des
chants, contes, légendes et autres
traditions dites « populaires »,
quantité d’ethnologues, musicologues, collecteurs, musiciens,
conteurs, folkloristes sillonnaient
alors nos campagnes à la recherche
de « l’inestimable trésor ». Le phénomène n’était nouveau que par
son ampleur, déjà identifiable au
xixe siècle, et même auparavant,
porté par un romantisme celtisant. Car la Bretagne a longtemps
constitué une sorte d’exotisme de
l’intérieur, l’ailleurs le plus proche
du chez-soi, que l’on connaissait
« moins bien que le centre de
l’Afrique », aux dires de certains, il
y a cent cinquante ans. Cet engouement, qui a bien amusé les paysans devenus sujets d’étude, doit
beaucoup à un ouvrage, véritable
best-seller européen de l’époque :
le Barzaz-Breiz, recueil de chants
traditionnels collectés par Théodore Hersart de La Villemarqué,
qui fit s’extasier George Sand à la
lecture de ces « diamants », tandis que d’autres commençaient
à émettre des doutes quant à la
véracité des textes, échaudés par
le succès d’Ossian, l’ouvrage culte
de Macpherson publié au xviiie, et
qui s’avéra être une supercherie.
Les Bretons, comme les Occitans,
se sont retrouvés taxés de maîtres
de la « littérature orale », comme
pour occulter le fait que les deux
langues étaient écrites bien avant
le français et que c’est bien un processus de domination politique,
économique et culturelle qui est
responsable de cette « oraliture ».
14
15
L’association
Dastum, spécialisée
dans le collectage et l’édition,
fête ses quarante ans d’existence.
Elle est devenue un exemple,
pour beaucoup de défenseurs des
cultures orales, donc « minorisées ». Dans le sillage des travaux
de Donatien Laurent, on n’est pas
peu fiers d’avoir démontré non
seulement l’honnêteté des travaux
de La Villemarqué, mais aussi que
le croisement des recherches historiques, s’appuyant à la fois sur
des sources écrites et sur la tradition orale, pouvait aboutir à des
résultats que l’écrit seul n’aurait
pas permis. C’est également ce
que défendent les historiens de la
colonisation en croisant mémoire
historique et mémoire émotion-
Donatien Laurent en collectage © Philippe-Étienne Raviard
nelle, renvoyant eux aussi dans
les cordes une école historique ne
faisant confiance qu’au document
écrit. Car de tout temps, à l’intérieur de tout groupe humain, il y
a eu des choses que l’on dit, mais
que l’on n’écrit pas. Et de tout
temps, l’oralité a porté différents
niveaux de langage (discours du
prince, parole sacrée), y compris
une forme d’expression que l’on
pourrait définir comme « littéraire », en ce qu’elle se tient à
distance du quotidien trivial, tant
par le fond que par la forme (poésie, épopée, conte, etc.). Il y avait
donc, il y a toujours, une littérature d’avant l’écriture. Et quand
une langue, comme en Bretagne,
tente de se donner, par l’écrit, une
nouvelle dimension, elle entre
forcément en conflit avec la multitude des parlers locaux qui, dans
leur jus, débordent de mémoire et
d’émotion, sans parler de l’accent
tonique, indécodable à l’écrit, qui
rythme leur musicalité.
Ce que l’écriture a changé dans notre rapport au monde
Opposition oralité/écriture
Espace, corps, temps
Lors de la journée consacrée à la littérature rrom, au cours du
dernier Festival de cinéma de Douarnenez, Christian Ryo, directeur de Livre et lecture en Bretagne, est intervenu en introduction,
sur la question de l’oralité. Originaire d’un petit village du pays
de Redon – région gallésante, souvent vantée en Bretagne pour
la qualité de sa « tradition orale » –, mais aussi passionné de littérature, Christian Ryo touche là à une problématique qui lui tient
particulièrement à cœur, ses origines rurales lui rappelant à quel
point on enferme trop souvent ces concepts – l’oralité et le rapport
des classes populaires à l’écrit – dans les lieux communs.
« On oppose généralement les sociétés de l’oralité à celles qui
disposent de l’écriture. Ces dernières étant non seulement
dominantes, mais considérées comme supérieures. La nonmaîtrise de l’écriture et de la lecture équivaut à un handicap. Sousjacent, il y a l’idée que seul l’écrit permet d’accéder à la pensée, à
la maîtrise intellectuelle. Les individus qui sont “limités” à l’oralité demeurent dans un état primitif, source de tous les “mauvais
comportements” sociaux. »
Il est vrai que la scolarisation des enfants a pour but l’acquisition de l’écriture, de la lecture (et du calcul), avant tout autre
apprentissage. Il n’est guère envisagé aujourd’hui d’autre voie
pour transmettre le savoir, les techniques, les règles de vie en
société. « Un enfant qui ne parvient pas à maîtriser l’écriture et
la lecture est considéré comme étant en échec. Il ne réussira pas !
Toutes les fictions qui montrent des personnes illettrées ou en
difficulté avec l’écrit les présentent comme des marginaux, des
individus dangereux. »
Mais sait-on comment l’on pense sans l’écrit ? Comment on se
représente le monde ? C’est la question que s’est posée Jack Goody
(La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage,
publiée en France par les Éditions de Minuit). Cet anthropologue britannique, engagé volontaire contre le nazisme pendant
la Seconde Guerre mondiale, fut fait prisonnier par les Italiens à
Tobrouk, où il passa une année entière sans lire ni écrire. Deux
fois évadé, il vécut également plusieurs mois dans les Abruzzes
avec des paysans italiens qui n’avaient aucun usage de l’écriture.
« S’interroger, comme l’a fait Jack Goody, sur l’oralité sans la
mettre en situation d’infériorité face à l’écrit, c’est non pas nier
les apports de l’écrit, mais considérer que plusieurs formes de
pensée peuvent coexister. Cette coexistence est d’ailleurs permanente, non seulement parce que certains peuples, certaines
classes sociales, plus enclins à faire usage de l’oralité, côtoient
en permanence le monde de l’écrit, mais aussi parce que ces
deux formes de pensée (écrit et oralité) coexistent dans chaque
individu. »
Et si les meilleurs écrivains étaient ceux qui parviennent le mieux
à passer d’une forme de pensée vers une autre ? La popularité
de la littérature populaire américaine, souvent l’œuvre de gens
de peu (chauffeurs de taxi, ouvriers, chômeurs, clochards), doit
beaucoup à sa liberté de ton, proche du langage de la rue, qui
échappe au contrôle de toute académie.
Au début des années 1950, cette ethnie [les Lo Daaga]
participait d’une culture orale menacée par l’intrusion
de l’écriture ; qu’il s’agisse de celle de l’État colonial ou
de celle du futur État ghanéen en cours de gestation,
des missionnaires chrétiens ou des tenants de la
propagation de l’islam. Jack Goody y trouvera un lieu
propice pour essayer de comprendre les différences entre
les cultures de l’oralité et celles de l’écrit. Cette réflexion le
mènera à une première formalisation en 1963, lorsqu’il
rédige avec Ian Watts un article sur les « Conséquences
de la littératie ». Les thématiques de l’oralité et de
l’écriture deviennent alors centrales dans son œuvre.
Extrait de « Jack Goody. Entre oralité et écriture »
conférence de Christophe Honet, décembre 2010,
in Le Carnet d’ALEC-SIC, décembre 2011
16
17
Jack Goody s’est intéressé aux conséquences sur les processus cognitifs,
mais aussi dans l’organisation sociale
et politique de l’apparition et de l’usage
de l’écriture. Pour ce faire, il a cherché à
comprendre ce qui différencie (et, parfois,
oppose) les cultures orales et les cultures
écrites. Il se réfère très souvent à ses
observations des ethnies du nord Ghana,
en particulier les Lo Daaga.
Goody rappelle que l’écriture n’est pas
seulement un système de notation, qui
permettrait d’enregistrer des paroles, des
pensées, des concepts qui lui auraient
préexisté du temps de la prétendue « pure
oralité ». L’écriture ouvre à un nouveau
rapport au temps, à l’espace, au corps,
qui va modifier en profondeur les organisations sociales, le développement des
sciences, de l’économie, etc.
« Pour aller vite, l’écriture a permis de
planifier l’avenir (peut-être même de
créer ce concept d’avenir, de futur),
de désincarner l’information et de
permettre une organisation administrative
complexe. L’écriture est ainsi à la base du
développement des sociétés modernes. »
Par exemple, Jack Goody analyse le
lien entre la naissance de l’écriture et
l’émergence de l’économie à Sumer. La
gestion des ressources, des palais et
L’image acoustique n’est pas le
son matériel, chose purement
physique, mais l’empreinte
psychique de ce son, la
représentation que nous en
donne le témoignage de nos sens.
Extrait de Cours (98),
de Ferdinand de Saussure, in Arild Utaker,
« Le problème philosophique du son chez
Ferdinand de Saussure et son enjeu pour
la philosophie du langage »,
Les Papiers du Collège international de
philosophie, 1996, no 23, p. 41-58
La place de l’oralité dans la littérature
« La littérature tente depuis toujours de
pallier l’absence du corps de celui qui
raconte. Pour cela, il a fallu inventer des
points de vue ; autrement dit ; répondre à la
question : “Qui parle ?” De moins en moins
portés par la voix, les textes lus silencieusement, dans la solitude, sont devenus des
objets purement visuels qui cependant
L’image graphique des mots nous frappe
comme un objet permanent et solide, plus
propre que le son à constituer l’unité de la
langue à travers le temps. Ce lien a beau
être superficiel et créer une unité purement
factice : il est beaucoup plus facile à saisir
que le lien naturel, le seul véritable, celui
du son. Chez la plupart des individus, les
impressions visuelles sont plus nettes et plus
durables que les impressions acoustiques ;
aussi s’attachent-ils de préférence aux
premières. L’image graphique finit par
s’imposer aux dépens du son.
Extrait de Cours (46), de Ferdinand de Saussure,
in Arild Utaker, art. cit.
Confidences Sonores – Jean-Louis Le Vallégant et ses musiciens © Stéphane Mahé
des temples exigeait la mise au point de
systèmes complexes, que l’écriture a
permise. Plus de 70 % des premières traces
de l’écrit sumérien ont trait à l’économie.
L’écriture a rendu possible les contrats de
vente, d’assurance ou de mariage, ainsi
que les testaments, sa matérialité ayant
ici force de preuve. Souvent garante de
la pérennité des rapports de domination,
elle a aussi rendu possible, à l’inverse,
l’organisation de la contestation, voire
de la révolte. « Goody montre ainsi que
la planification rigoureuse de la révolte
des esclaves de Bahia en 1835 est liée
à la maîtrise de l’écriture arabe par des
esclaves ou des affranchis musulmans. »
très souvent veulent donner l’illusion
de la voix. C’est évidemment vrai dans
les dialogues, qui doivent permettre de
distinguer les personnages, parfois leurs
origines sociales ou géographiques. Mais
on retrouve le même effet de « réalisme »
dans les longs monologues des romans de
James Joyce. Cette littérature essaye de
traduire l’oralité, comme si « au commencement était la voix » ? Paradoxalement, l’écrit devient lui-même
une référence lorsque nous nous
exprimons à l’oral. Pour « bien parler »
devant une assistance, il est bienvenu de
s’éloigner de la spontanéité de l’oralité.
« Le bon orateur donne l’illusion de l’improvisation, pourtant il a tout écrit, il est
dans un temps maîtrisé, alors que l’oralité
pure semble plus “dangereuse”, car ce qui
va être dit est imprévisible, ne met pas à
l’abri d’un possible accident. Accident que
la littérature continue d’envier à l’oralité,
par exemple, dans l’usage de l’écriture
automatique chez les surréalistes. »
>
Sur cette page, les propos entre guillemets sont ceux que Christian Ryo a tenus lors de la journée
littérature du Festival de cinéma de Douarnenez, le 29 août 2013.
« La relation à l’espace et au corps est
nécessairement différente quand nous
passons de l’oralité à l’écrit. L’oralité
suppose que deux corps soient en
présence pour que le message puisse
être transmis, il n’en est rien pour l’écrit
qui, au contraire, peut circuler sans la
présence de l’émetteur. Pourtant, toute
l’histoire de l’écrit et des supports
de l’écrit témoigne de la difficulté de
faire passer l’intégralité d’un message
sans cette présence du corps. Il a fallu
inventer non seulement des alphabets,
mais aussi des signes qui indiquent les
silences (les points, les virgules…),
les nuances (les guillemets, les points
d’exclamation…). Bref ! La ponctuation, mais aussi la typographie, cet art
qui donne corps au texte. Aujourd’hui,
à l’ère des textos et des courriels, ces
nuances passent par les smileys. »
Autrement dit, le corps qui oralise
n’est jamais complètement absent
de l’écriture. Ce qui différencie plus
profondément les deux messages, c’est
que le message écrit ne subit pas les
modifications que peut connaître celui
qui est porté uniquement par la voix.
Dans l’oralité, il n’y a pas de version
de référence : les variantes, la parole
s’adaptent à l’environnement. La transmission se fait toujours au cours d’un
contact et non dans la solitude de la
lecture silencieuse. Le collectif est
donc ici plus important que l’individu.
« Il y a dans l’écrit une relation à
l’éternité, quelque chose de définitif,
d’inscrit dans le marbre. Peut-être la
notion même d’éternité a-t-elle été
fabriquée par l’écrit ? Par ailleurs, c’est
peu à peu le scripteur qui, en signant
son écrit, a souhaité accéder à cette
éternité. L’oralité se place dans une
durée plus courte, le message n’excède pas le corps du locuteur, ni dans
le temps, ni dans l’espace. C’est ce qui
probablement a fait dire à l’écrivain
Hampâté Bâ : “En Afrique, un ancien
qui meurt, c’est une bibliothèque qui
brûle.” »
Prise comme absolue, cette remarque
mérite cependant d’être nuancée,
quand on sait l’application que mettent
certains conteurs ou chanteurs d’épopées à répéter mot pour mot ce qu’ils
ont appris. Mieux : les collecteurs
bretons sont bien placés pour le savoir,
certains symboles, éléments de vocabulaire ou de narration ont continué
à se transmettre alors que la compréhension de leur sens ou de leur signification profonde avait disparu depuis
longtemps.
>
l
i
t
a
u
r
o
La complainte et la plainte
En croisant 2 200 chansons en langue bretonne et près de 600
dossiers d’affaires criminelles du xvie au xviiie siècle, Éva Guillorel
brosse un tableau inédit de la société et de la culture bretonnes. Il
s’agit d’un travail historique de grande ampleur sur la littérature
orale, parce qu’il convoque à la fois les magistrats et les gens du
peuple qui témoignent devant eux, les chanteurs et les lettrés.
Issu d’une thèse saluée par ses examinateurs comme « exceptionnelle », cet ouvrage dépasse son objet en cela qu’il offre une piste
Gallimard, coll. « Folio », 1991
o r a t u r e ? l it t é r at
e or a l e ? or at u
r
re
u
eo
r
u
t
a
ture ? littér
? orali
Séné
Paroles d’habitants
de travail pour étudier les sociétés dans lesquelles une tradition
orale existe ou a existé. (Lire aussi dans « Portrait de lecteur ».)
Éva Guillorel, La Complainte et la Plainte. Chanson, justice,
cultures en Bretagne (xvie-xviiie siècles), Presses universitaires de
Rennes/Dastum/Centre de recherche bretonne et celtique, 2010.
Qui a tué Louis Le Ravallec ?
Cette interrogation qui sonne comme un titre de polar est le
titre d’un film signé Philippe Guilloux, qui décortique les
sources d’une gwerz, l’une de ces innombrables complaintes
bretonnes, traitant souvent de faits divers, dont certaines
se sont transmises jusqu’à nos jours. Ici, le sujet abordé est
celui d’un crime commis en 1732 dans la région du Faouët.
L’ethnologue Donatien Laurent, à qui l’on doit
une étude minutieuse des carnets de collectage
de La Villemarqué – laquelle a levé les soupçons
quant à leur véracité –, s’est lancé dans une
enquête étonnante sur la gwerz en question,
présente dans le Barzaz-Breiz. En examinant
les minutes des procès de l’époque, il s’aperçoit
que la police et la justice n’ont pas été capables
de débusquer le coupable. Près de deux cent
cinquante années plus tard, Donatien collecte
diverses versions de la gwerz et différents
témoignages, notamment auprès de bretonnants monolingues du Faouët et de Langonnet.
Il met au jour des manipulations de témoignages, des conflits
d’intérêts et des alliances familiales entre certains magistrats
et paysans aisés, ouvrant ainsi la possibilité de découvrir le
pot aux roses. Ce qui se transmet oralement par le chant ou
dans la mémoire familiale appartient à la communauté et à
elle seule, et ne saurait être écrit, ce qui lui donnerait un tout
autre statut. On retrouve ici un comportement que l’on a pu
Dans les années 1970, on a avancé, chez les africanistes notamment, mais aussi en Bretagne, la notion de littérature orale. La juxtaposition
de ces deux mots interroge, puisqu’ils sont sinon antinomiques, du moins porteurs d’une tension. En Afrique, cette tension renvoie aux
interrogations sur les effets de la colonisation. Le concept d’oraliture, qui apparaît dans les années 1980 (sous la plume d’Ernest Mirville,
repris ensuite par Jean Barnabé et Patrick Chamoiseau), n’est
C’est pourquoi, ô amis, avant ma parole, je demande
pas moins lourd du poids de l’histoire.
la faveur : imaginez Solibo dans ses jours les
« Les récits oraux, depuis le xixe siècle, c’est-à-dire depuis
plus beaux, en vaillance toujours, avec le sang
l’expansion coloniale, ont fait l’objet de collectes. Ils sont donc
qui tourne, le corps planté dans la vie en poteau
passés de l’oralité à l’écriture. Ce que l’on considère parfois
d’acacia dans une boue dangereuse. Car, si de son
comme une simple notation a donné une forme “dominante” à
vivant il était une énigme, aujourd’hui c’est bien
ces récits, paroles de peuples dominés. Ce passage est-il l’une
pire : il n’existe (comme s’en apercevra l’inspecteur
des conséquences de la colonisation ? Des écrivains comme
principal au-delà de l’enquête) que dans une
Patrick Chamoiseau ont cherché à retraduire ces récits, à se
mosaïque de souvenirs, et ses contes, ses devinettes,
réapproprier des voix qui furent interprétées dans la langue
ses blagues de vie et de mort, se sont dissous dans
dominante, celle du colonisateur. Cette langue, qu’il faut aller
des consciences trop souvent enivrées.
chercher, est sans doute semblable au personnage de Solibo
Patrick Chamoiseau, Solibo Magnifique,
dans le roman éponyme de Patrick Chamoiseau. »
?
re
Les relations entre oralité et écriture sont permanentes et
complexes. Elles diffèrent d’une époque à l’autre, mais aussi
d’un lieu à l’autre. Les langues qui existent essentiellement
oralement peuvent être des langues minoritaires, mais aussi des
variantes d’une langue majoritaire qui dispose d’un abondant
corpus d’écrits. Observer leur fonctionnement est très riche
d’enseignements, en particulier quand ces langues se sentent obligées, pour assurer leur survie, de passer à l’écrit. Elles doivent
alors inventer de nouveaux modes de passage d’un système dans
l’autre. Ceux qui écrivent dans ces langues se retrouvent face à un
dilemme : doivent-ils adopter les concepts portés par les langues
écrites dominantes ou inventer – au risque de réactions d’incompréhension de la part des lecteurs – une nouvelle langue écrite,
une nouvelle traduction de la parole ? Cette question de la relation entre la voix (le son) et l’écrit ne concerne pas seulement les
écrivains, elle a aussi été celle des grammairiens, des philologues,
des linguistes, des philosophes (Ferdinand de Saussure, Jacques
Derrida, Gilles Deleuze, Michel de Certeau, entre autres). Elle
renvoie aux théories sur l’origine des langues, aux interrogations
sur le temps, l’espace, le corps. }
O
;
Y a-t-il une littérature orale ?
observer, par exemple, chez certains groupes tziganes, qui
vont jusqu’à refuser qu’un livre racontant leur vie soit vendu ou
donné à quelqu’un d’extérieur à leur communauté (cf. « Rroms,
Tziganes, Manouches entre écriture et oralité », in Pages de
Bretagne n°34). L’enquête de Donatien Laurent démontre
une fois de plus que le témoignage, la transmission orale et
la mémoire populaire, même plusieurs siècles
après les faits, sont indispensables à tout travail
historique ou ethnologique sérieux, comme ils
le seraient à toute enquête policière. Il est également à noter que nombre de gwerzioù traitant de
faits divers furent éditées sur feuilles volantes, et
transmises à leur tour par ceux qui savaient lire
à ceux qui ne savaient pas. Ce nouveau média fit
notamment la fortune d’un éditeur de Morlaix. La
hausse de la criminalité, au cours du xixe siècle,
poussa Napoléon III à faire interdire ces
feuilles volantes, sans mesurer, comme d’autres
aujourd’hui, que ce n’est pas le média qui est
responsable du crime, mais bien la situation sociale. Et sans
mesurer non plus qu’en Bretagne, censurer leur publication
n’empêchait nullement la transmission orale de ces gwerzioù.
18
19
Le spectacle Circulez ! y’a tout à voir !,
créé à partir d’un collectage de paroles
d’habitants, par la compagnie La Réplique
et Pic, a donné des idées à ses initiatrices,
Laurence Pelletier et Anne Le Joubioux.
Matthieu Warin, directeur du service
culture, soutient leur proposition de
festival très original, organisé dans
la commune, autour des diverses
expériences réalisées à partir de paroles
d’habitants au sens large du terme. Cela
peut concerner aussi bien des spectacles
créés à partir de témoignages oraux que
leurs prolongements musicaux, visuels ou
littéraires. En se démarquant toutefois de la
pratique du théâtre amateur, par exemple.
Il s’agit de créations professionnelles
faisant appel à des habitants. L’événement
est prévu à l’automne 2014 et devrait
durer trois semaines. C’est tout un pan de
création culturelle qui s’ouvre aujourd’hui,
horizontal et non pas descendant, au
carrefour de l’oralité et de l’écriture,
esthétiquement et politiquement très
intéressant. « L’occasion de faire bouger
les lignes », comme le souligne Matthieu
Warin. Actuellement, à Séné, un groupe
de travail rassemble la matière existante.
« GLOP ! Le Festival, c’est la poursuite
du travail entrepris autour des Glops
[un groupe d’habitants de Séné qui a fait
office de programmateur de la nouvelle
salle culturelle Grain de sel, en allant voir
des spectacles un peu partout. NDLR].
Empruntant aux réflexes de l’éducation
populaire, il s’agit de partager des clés
d’appréhension, de compréhension de
ce qu’est une proposition artistique,
de l’économie dans laquelle elle
évolue, du rapport de la collectivité à
la question culturelle, des contraintes
et des possibles. Collectages, créations
Qui a tué Louis Le Ravallec ? Un film de Philippe Guilloux,
Carrément à l’Ouest Productions
© Sylvain Huet
collectives, spectacles d’habitants… Ici
comme ailleurs naissent des initiatives
isolées qui consistent pour les artistes
à se frotter à la “pâte humaine” (selon
l’expression de l’écrivain Gérard Alle), à se
nourrir de l’histoire ou de la part créative
des “gens” pour imaginer des aventures
artistiques nouvelles. Effet de mode ?
Signe des temps où l’on ressent le besoin
de se (re)connecter à une forme de “réel” ?
Contraintes économiques qui amènent
l’artiste à chercher (petite) fortune
auprès des collectivités territoriales en
flirtant avec la notion de “proximité” et
de “participation” ? Ou véritable lame
de fond qui témoigne de la nécessité de
s’extraire parfois de la notion de “public”
pour donner à l’habitant une nouvelle
fonction, une implication forte dans le
champ culturel ? Et d’imaginer ensuite
coconstruire avec lui (et non plus pour lui)
les fondements des politiques culturelles
publiques… »
Ces questions croisent celles que
soulèvent depuis quelques années la mise
en place des agendas 21 de la culture
et, plus spécifiquement, les réflexions
portées autour des droits culturels par
la déclaration de Fribourg. Quelle place
pour des habitants dans des processus de
création artistique ? C’est la question que
GLOP ! Le Festival entend poser au monde,
en l’illustrant d’aventures artistiques
passées, en cours ou à venir… et en osant
la prétention d’y apporter des bribes de
réponses.
Un appel est lancé pour faire connaître
toutes les expériences allant dans ce sens.
contact : warin-m@sene.com
Quelques dates de festivals du conte en Bretagne :
Interview
Journée mondiale du conte, le 28 février 2014
PdB : Y a-t-il dans la façon de dire une histoire (conte, épopée,
légende, etc.) un niveau, des niveaux, de langue, une dimension
littéraire qui préexisterait à l’écriture et à la littérature elle-même ?
racont-art.e-monsite.com
es
les cont
re
t
t
e
m
s
n
us
Jus
t
º
e
Festival Marionnet’Ic, Binic (Côtes-d’Armor) : avril
Les Estourniales, Liffré (Ille-et-Vilaine) : novembre
º
www.ville-liffre.fr/estourniales.html
e
GB : Le conte est vital pour moi. Je suis devenue bilingue avec
le temps dans le sens où il m’est impossible de disserter autour
d’un thème sans en passer par cette parole métaphorique, ce
« mensonge pour mieux dire la vérité ». Le conte est un langage
indispensable à l’humanité. Au-delà du spectacle proprement
dit, il donne un éclairage sur ce que nous traitons à tort essentiellement par le chiffre, les statistiques ou l’informatif. Il est notre
langue universelle de par le monde. C’est notre esperanto !
Festival du conte du pays de Lorient, en été (Morbihan)
Rencontres d’hiver du conte (Morbihan)
j
x
i
la vo
Festival Les pierres parlent en Bretagne : juillet, août
º
www.lespierresparlent.info
ont
GB : Le conteur en présence se sert de toute sa personne pour
conter : la voix d’abord, mais aussi le geste, les mimiques, le
regard, les déplacements vont servir son expression. Ils doivent
être justes et correspondre à la personnalité du conteur.
www.yeun-elez.com/salon-contes-et-legendes.php
te
PdB : Quelle place occupe le conte dans votre développement
personnel ?
a
PdB : Quel est l’apport primordial de la voix et du geste, de la
présence humaine dans la narration d’une histoire ?
PdB : Le fait que les contes, aujourd’hui, se transmettent aussi
par écrit les empêche-t-il d’évoluer plus librement, en fonction de
l’époque, de la situation ?
Salon du livre et du conte de Botmeur (Finistère) : avril
º
Pas que du conte :
Festival de la Bogue d’or : chant, conte, musique, danse – Redon (Ille-et-Vilaine) : octobre
º
www.gcbpv.org/?page_id=108
Les racontées de Vannes et de son pays : octobre
º
lesconteursdugolfe.blogspot.fr/p/festival-de-conte.html
Avis de Temps fort, Port-Louis (Morbihan) : mai
º
avisdetempsfort2013.webnode.fr
m a r c her
aut à
GB : Les deux sont indispensables. On ne peut empêcher l’outil de l’écrit puisqu’il existe et il est aussi un régal. Par contre,
transmettre les contes sans l’oralité équivaut à marcher sur une
jambe… C’est un non-sens. L’oralité implique la présence donc la
rencontre et le présent, c’est-à-dire le moment. Autrement dit, le
partage.
GB : Oui, c’est une terre d’oralité par la présence du gallo et des
chants. Merci la Bogue ! [La Bogue d’or, grand concours de chant
et de contes du pays de Redon. NDLR.] En ce qui me concerne,
c’est en ayant recours au patois, donc à mes racines, que j’ai trouvé
ma manière de conter. J’ai appris depuis que Dario Fo proposait
à ses comédiens d’apprendre d’abord leur rôle dans leur dialecte
quand ils en avaient un. En stage, j’ai souvent proposé aux apprentis conteurs de puiser dans leur langue maternelle ou leur parler
régional quand ils le pouvaient. Alors, quelque chose d’affectif, de
savoureux, de vrai surgissait et les aidait à savoir qui ils étaient.
Dans mon parcours, je sentais bien que je ne pouvais pas tout dire
en gallo, car ce n’est pas mon langage usuel. Par contre, je trouvais
dans mon expression en gallo quelque chose d’unique, une façon
d’être une « boune femme bien choumeu » que je ne retrouvais pas
en français, incontestablement !
21
be
PdB : Un mot sur la Bretagne et le pays de Redon, que l’on dit
terres d’oralité d’une grande richesse. Quelle est la place du pays
et de sa culture populaire dans votre parcours ?
20
www.festival-mythos.com
n
GB : J’aime bien « littérature orale » parce qu’elle suggère à la fois
le goût des mots, la nécessité du scénario et l’oralité.
º
s
u
r
u
PdB : « Orature », « oraliture », « littérature orale » : avez-vous
une préférence ou tout cela vous paraît-il un peu étroit et hors de
propos ?
Mythos, Rennes (Ille-et-Vilaine) : avril
u iv
GB : Plus que le genre de l’histoire, c’est la façon qu’a le conteur
de se l’approprier qui importe. Il restera lui-même, quel que soit le
genre choisi. Le plus important, c’est de « donner à voir » afin que
le spectateur déclenche en retour son propre cinéma dans sa tête.
charretteauxmerveilles.over-blog.com
ra
c
GB : Je pense que le rapport aux autres passe par l’oral, par la
chaleur de la voix. Être soi aussi, trouver sa voix juste, bien placée,
détermine notre place parmi les autres. L’écrit est davantage lié au
scolaire et à ses critères (orthographe, grammaire, etc.). L’oralité
est défendue par l’Éducation nationale. Beaucoup de contes sont
distribués en livre-CD.
º
e
j
am
PdB : Certains spécialistes de la pédagogie disent que, grâce aux
nouvelles technologies, les enfants n’ont plus besoin d’oraliser
pour apprendre à lire et à écrire. D’autres disent que le fait de
sauter cette étape est psychologiquement dangereux.
Festival du conte La Charrette aux merveilles,
Morlaix (Finistère) : octobre, novembre
éq
GB : Nous sommes dans une société abreuvée d’images : pub,
photos, télé, vidéo, cinéma, etc. Notre regard est constamment
sollicité. Aux dernières nouvelles, nous nous parlons toujours,
nous échangeons oralement, nous conversons… Pour moi, le
problème n’est pas visuel ou auditif, mais symbolique et/ou seulement informatif.
associationadao.wordpress.com
t entend
PdB : Depuis que nous avons appris à écrire, la mémoire visuelle
semble avoir pris le dessus sur la mémoire auditive. Est-ce que
c’est à relativiser en fonction de notre environnement culturel ?
º
e
Lu
Gigi Bigot : En ce qui concerne les contes traditionnels, ce sont
essentiellement des choses lues, mais, avec le temps, la source
de mon inspiration est devenue plus large et a porté sur la vie en
général. Toute anecdote, toute émission de TV, toute réflexion lue
ou entendue, pouvait me servir de déclic pour une histoire. Mais
l’écrit reste prépondérant dans mon cas.
ns l’ora l
a
s
i
té
Association ADAO, Brest (Finistère)
Festival du conte Petite Marée : avril
Festival du conte Grande Marée : novembre, décembre
racon
t
e
era
c
o
nt
n
Pages de Bretagne : Dans votre travail de conteuse, quelle part
d’inspiration vient de choses entendues et de choses lues ?
contes-baden.eklablog.com
a
r
c
e
o
t
t
te la jus
º
raco
n
Festival du conte de Baden : Passeurs d’histoires (Morbihan)
Festival d’hiver : février
Festival d’été : juillet
tr
Originaire du pays de Redon, Gigi Bigot s’y est
abreuvée à la source d’une tradition orale très
riche, avant de devenir une conteuse accomplie et
reconnue. Ayant pris du recul avec la scène, elle rédige
actuellement une thèse sur l’art du conte. Lequel se
nourrit aujourd’hui en grande partie de lectures.
jourmondialduconte.jimdo.com
e
v
oix
º
u
Gigi Bigot, conteuse
Actualités de la vie littéraire et des écritures contemporaines
Keleier ar vuhez lennegel hag ar skridoù a vremañ
Léz nouvèl de la vi déz lètr e dl’ecrivaij d’astourr
Fantastiques Créateurs
La Compagnie Carnets de voyages
L’édition 2013-2014 du festival Fantastiques
Créateurs se met en place. Ce dispositif
a pour objectif d’inciter à la lecture et à
l’ouverture culturelle les élèves de la filière
professionnelle, à travers la réalisation
d’une production artistique collective. La
participation se déroule en quatre temps :
lire, produire, publier, exposer.
Hampâté Bâ a dit : « Un ancien qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle. » Et Guylaine
Khaza n’aime pas les bibliothèques qui brûlent… Alors, elle part régulièrement « là-bas », des
stylos dans le chapeau et de grands carnets sous le bras pour rencontrer ces « mémoires ».
En Afghanistan, par exemple, où elle a découvert l’œuvre du philosophe et poète Sayd
Bahodine Majroud. De 2002 à 2005, Guylaine y a effectué plusieurs missions de collectage
de littérature orale. De même dans les Alpes de Haute-Provence, où elle s’est arrêtée dans
un village, à Volx.
Un carnet à la main, elle a frappé aux portes. Les habitants, originaires de là-bas ou d’ailleurs, ont ouvert leurs boîtes à souvenirs, ont parlé de leurs racines et du monde comme
il va. Ils ont tissé ensemble, au fil des récits, un livre publié en début d’année 2008 : Nous,
Volxiens.
º | crdp2.ac-rennes.fr/blogs/ffc
º | www.carnets-de-voyages.org
GéoCulture
Douarlennegezh
Joqhulturr
22
La Bao Acou et ses tablées de spectateurs- Domaine départemental de La Roche Jagu (spectacle La Princesse de Clèves) ©Bruno Torrubia
Plestin-les-Grèves
La Bao Acou de proche en proche
Depuis 1997, le travail de la compagnie La Bao Acou
repose sur un processus de création, de l’écriture à la
représentation, entre théâtre, poésie et conte. Ces arts
mêlés se nourrissent et induisent une relation sans
cesse renouvelée avec le public.
Installée à Plestin-les-Grèves depuis 2007, La Bao Acou propose
des spectacles pour la scène, à domicile et sur les chemins. Elle
rayonne du local au national, avec les spectacles Mademoiselle
au bord du loup, La Princesse de Clèves, Marrons gagnants…
et les projets culturels qu’elle conçoit avec ses partenaires pour
accompagner ses créations. « Au début, raconte Benoît Schwartz,
je travaillais beaucoup la poésie, celle de Baudelaire comme celle
des contes africains, pour finalement, après quelques années, aboutir à une écriture plus personnelle. À l’origine de notre arrivée en
Bretagne, un ras-le-bol de Paris et l’envie de changer notre manière
de travailler. Certains de nos spectacles avaient beaucoup tourné
et nous ne voulions pas encourager un quelconque consumérisme.
En dehors de la représentation, nous voulions enrichir notre
rapport avec le public. Cécile avait le projet d’inscrire la compagnie au sein d’un territoire, au même titre que le boulanger ou le
facteur, pour savoir si la relation artistique pouvait influencer un
peu la vie d’une communauté. » Avec Les Amants de Plestin, par
exemple, projet proposé par la compagnie et mené avec l’Office
culturel de Plestin et l’Espace culturel An Dour Meur, La Bao Acou
s’est appuyée sur un travail de collectage du souvenir des premiers
émois amoureux auprès des personnes âgées de l’Ehpad et auprès
des élèves du collège. Benoit Schwartz en a tiré un texte qu’il a mis
en scène avec treize Plestinais de 12 à 84 ans, en juin dernier dans
le cadre de la Folle journée des Amants de Plestin. En novembre
avec Itinéraires Bis (22) et Scènes et Territoires en Lorraine, la
compagnie commençait le projet Ralentir ! Enfant... sur la force de
l’enfance enfouie en chacun de nous et sur la violence faite à celleci. À l’origine de cette proposition, l’évasion des enfants du bagne
de Belle-Île-en-Mer et leur traque, en 1934, sujet d’un célèbre poème
de Jacques Prévert. « Les îliens avaient battu la lande et recevaient
des récompenses par enfant rattrapé. L’un des enfants n’a jamais été
repris. De cet événement est né JE, écrit par Benoît Schwartz, en
écho à l’histoire et à l’actualité de la justice des mineurs. La création
est prévue dans les Côtes-d’Armor en avril 2014, avant le pays de
Pontivy et la Lorraine. Au programme en 2015, une création autour
du Baron perché, d’Italo Calvino, roman épique sur l’engagement et
la fidélité à soi-même. En 2016, L’Hôtel des enfants résistants sera
une création basée sur des récits de vie édités ou collectés sur les
territoires, marqués par l’énergie vitale de l’enfance. Ainsi, le travail
de La Bao Acou oscille entre littérature et collectage et se décline
en tous lieux, du plateau de théâtre à la cave et jusqu’au fond des
bois et des carrières, pour décaler le regard, la relation à l’œuvre,
au public. »
º | www.baoacou.com
« Lecture Jeune » et l’oralité
La revue Lecture Jeune (no 141, paru en mars 2012) propose un
dossier sur l’oralité, considérée comme « un espace de création
singulier, aujourd’hui en pleine effervescence ». Le roman se fait
désormais entendre, est lu à haute voix, partagé, réinventé. Des
éditeurs présentent des textes courts, à dire ou à crier… Les bibliothèques proposent des mises en voix et des lectures performances.
Au quotidien, les adolescents affectionnent les mots, les « clashs »
et autres improvisations langagières. « Au-delà de l’effet de mode,
ces différentes expressions proposent-elles un nouveau rapport
au texte ou à la lecture ? En quoi influencent-elles les formes de la
littérature contemporaine ? Quelles voix et façons originales de (se)
raconter s’y inventent ? Pierre Bazantay :
littérature et territoire
Professeur
de
littérature
à
l’Université Rennes 2, écrivain,
spécialiste de Raymond Roussel,
Pierre Bazantay est membre du
comité scientifique de GéoCulture
pour la Bretagne. Il nous présente
un texte de Zénaïde Fleuriot,
auteure à succès du xixe siècle.
Pages de Bretagne : Que pensez-vous de l’expérience GéoCulture ? Qu’en espérez-vous ?
Pierre Bazantay : L’expérience GéoCulture
est une initiative très innovante dont l’objectif est au moins double : mieux faire
connaître les richesses du territoire et
encourager la (re)découverte d’ouvrages
littéraires d’auteurs connus ou moins
connus qui font aussi partie du patrimoine,
et cela, sous une forme numérique. On peut
espérer une double attraction des lecteurs
vers le territoire et des habitants vers les
livres, ce qui peut fonder une nouvelle forme
de partage culturel. De plus, le choix de
GéoCulture en Bretagne, initié par Christian
Ryo, le directeur de Livre et lecture en
Bretagne, permet d’affirmer l’importance
des femmes écrivains, puisque consigne a
été donnée de ne citer que des textes écrits
par des femmes qui évoquent la Bretagne.
PdB : Qu’est-ce qui fait l’essence de la relation entre une œuvre littéraire et un lieu ?
PB : La relation entre un territoire et un lieu
est centrale. La littérature, dans la plupart
des cas, joue avec la représentation de la
réalité ; finalement, un roman, c’est souvent
la rencontre entre un patronyme et un toponyme. C’est dire que le territoire est aussi
un texte (un ensemble de noms propres)
et que, quelquefois, l’œuvre littéraire le
fait exister, avec un mystérieux effet de
présence, de manière plus forte. Voyez le
château d’Argol, qui n’existe pas, mais qui
confère pourtant à la commune d’Argol une
vie imaginaire, un supplément d’âme. Voyez
l’importance que prend Paris dans la littérature française, ou New York, par exemple,
chez Paul Auster. Mais les exemples sont
innombrables.
PdB : Comment une œuvre littéraire, en
citant des lieux, crée-t-elle une géographie
qui se superpose, contredit, affirme ou
complète la géographie existante ?
PB : Une œuvre littéraire crée aussi le
territoire, c’est indéniable. Après tout,
la commune d’Illiers est devenue IlliersCombray grâce à Marcel Proust, c’est-àdire que le roman s’est substitué à la réalité.
De même, le récit de Stevenson de son
voyage dans les Cévennes avec son ânesse
Modestine a modifié le paysage en imposant
une signalétique spécifique où livre et lieu
s’interpénètrent. Et les exemples, là encore,
sont très nombreux : prenez Jules Verne, qui
a fait découvrir le monde à des millions de
lecteurs, sans qu’il ait vraiment voyagé. La
Russie de Michel Strogoff, l’Afrique de Cinq
semaines en ballon, ou, mieux encore, l’invention d’une géographie souterraine dans
Voyage au centre de la Terre, ont ajouté
au réel. En somme, le projet GéoCulture
vient opportunément rappeler la relation
forte qui s’établit entre littérature et réalité.
J’ajouterai même que cette relation ne doit
pas nous faire oublier que parcourir un
territoire, c’est le lire et lire, c’est enrichir
notre réalité.
Zénaïde Fleuriot (1829-1890), de
préceptrice à écrivaine
Romancière née à Saint-Brieuc en 1829
dans une famille chrétienne et fidèle
aux Bourbon. Quelque peu tombée dans
l’oubli, Zenaïde Fleuriot a connu à son
époque un énorme succès et certains
de ses romans ont été publiés jusqu’à
40 000 exemplaires et régulièrement
réédités jusqu’en 1950 et encore de nos
jours par un éditeur catholique.
Ces romans, au nombre de quatre-vingttrois, constituent l’œuvre de Zénaïde
Fleuriot. Rappelons que la romancière
a remplacé la comtesse de Ségur chez
Hachette en 1874 !
Le petit cheval, stimulé pas les cris
vibrants de Gunstan, dévorait l’espace,
et bientôt apparut à l’horizon la vieille
église de Sainte-Anne d’Auray. Le break
s’arrêta à la porte de la modeste auberge du
Bon-Pèlerin, et, pendant que Yankez dételait, la famille de Kerpeulvan se dirigea
vers une maison grise blottie en ermitage
au milieu d’un verger dont la moitié avait
été convertie en jardin potager.
in Zénaïde Fleuriot, Armelle Trahec,
Librairie Jacques Lecoffre, 1874, pp . 29-30
Source : Gallica
23
Actualités de la lecture publique
Keleier al lenn foran
Léz nouvèl de la liri publliq
Blain
Bulles de Zinc
en médiathèque
Compagnie de théâtre de rue,
Bulles de Zinc propose, avec Trilogie noire, un spectacle associant
le corps de l’acteur et le corps du
livre. Couleur d’une Afrique où ces
histoires se déroulent. Histoires de
voyages et d’errances, de la noirceur du monde à la beauté de la vie.
24
Au milieu d’un cercle, une chaise. Puis
un homme. Un homme qui raconte son
histoire, et l’histoire d’Abdou. Rien de plus.
Un homme qui joue sa vie contre des souvenirs de frontières, de cartes IGN, de papiers,
de droit de circuler… Une rencontre, une
guitare, 480 œufs cassés, des voisins trop
voisins, une mobylette pourrie. Toute l’absurdité et la poésie du monde.
Écrivain et comédien, Emmanuel Lambert
a créé la compagnie Bulles de Zinc en 1999.
Tournée vers le théâtre de rue, elle s’oriente
depuis trois ou quatre ans vers un travail
plus axé sur le texte. Le dernier spectacle
en date, Trilogie noire, est articulé autour
de trois solos, écrits et joués par Emmanuel
Lambert. Il traite de trois thématiques :
l’exil, avec la rencontre entre un Blanc et
un Noir sur fond de rapports Nord-Sud et
de frontières difficiles à franchir ; l’amourpassion, sur la question de rester ou de
migrer ; la croyance, sur la place de la spiritualité en Afrique et la situation incongrue
d’un Blanc coincé à une frontière. Sa grande
originalité est de faire du livre un élément
essentiel du jeu. Trilogie noire trouve sa
source dans la quinzaine de voyages qu’Emmanuel a effectués en Afrique de l’Ouest.
« C’est là-bas que j’écris. Et ce texte, je l’ai
écrit comme une pièce de théâtre. Mais
il était un peu long pour être joué tel quel.
J’ai gardé dans le jeu à peu près un tiers de
l’histoire et j’ai eu l’idée de faire intervenir
physiquement le livre. Le personnage l’interpelle et s’en empare. » Le spectateur pourra
ensuite poursuivre l’aventure par la lecture
de l’ouvrage et y retrouver tout ce qui ne
s’est pas dit – dont l’intrigue amoureuse que
vit le personnage principal.
Le spectacle se joue en plein air, de nuit.
Le décor est composé par des bidons de
200 litres que l’on déplace lors des intermèdes pour modifier l’espace de jeu. Le
comédien n’a pour seuls accessoires qu’un
crayon, du papier, un livre. « Je travaille
sur des mises en abîme. Les personnages
sortent du livre ou y entrent. » Trois parties
qui durent environ quarante-cinq minutes,
pour un spectacle résolument engagé plutôt
que militant. Il peut s’accompagner d’une
rencontre en médiathèque avec l’auteur.
Au printemps 2014, la compagnie Bulles
de Zinc propose d’ailleurs une tournée des
médiathèques, avec ce spectacle dédié au
livre, au corps et à l’altérité.
Ne croyez pas que notre continent a le
visage de l’amour. L’amour c’est dans les
livres, et chez nous, l’Afrique elle ne s’écrit
pas en collection Harlequin.
Rencontres avec l’auteur/comédien :
Interventions possibles auprès des publics
scolaires ou adultes. Emmanuel Lambert est
déjà intervenu sur des thématiques comme :
« Du carnet de voyage au livre et du livre au
spectacle » ou « Le livre comme élément
de spectacle », mais d’autres thématiques
sont possibles, telles que le temps, les frontières, la migration, le hasard et le destin, ou
l’Afrique, bien sûr. Des formules « rencontre
+ spectacle » sont proposées.
º | www.bullesdezinc.fr
Bulles de Zinc
Boîte à outils
du numérique en bibliothèque
Le service du Livre et de la Lecture du ministère a réuni un groupe
de travail chargé de rédiger des fiches pratiques destinées à accompagner les bibliothèques territoriales dans leurs projets de développement numérique. Ces fiches, dont l’ensemble constituera à terme
une « boîte à outils du numérique en bibliothèque », proposent aux
Emmanuel Lambert, Trilogie noire,
L’Harmattan, coll. « Théâtre des 5 continents », 2012.
bibliothèques territoriales un vade-mecum prenant en compte les
impacts technologiques et organisationnels des problématiques
numériques auxquelles elles sont confrontées.
Trois fiches sont d’ores et déjà disponibles : la récupération de
données catalographiques, la réinformatisation, la RFID en bibliothèque. D’autres thématiques seront abordées dans des fiches
actuellement en préparation : l’accessibilité numérique, les portails
de bibliothèque, l’implantation de ressources numériques en bibliothèque, etc.
º | www.culturecommunication.gouv.fr/Disciplines-et-secteurs/
Livre-et-lecture/Bibliotheques/Numerique-et-bibliotheques/Boite-a-outils-du-numerique-en-bibliotheque
Lyon
Paris
IFLA 2014
Journée ABF sur les bibliothèques de
prison – Paris, 20 février 2014
Le 80e congrès mondial de l’IFLA (International Federation
of Library Associations and Institutions) aura lieu à Lyon du
16 au 22 août 2014 au palais des congrès. Il aura pour thème :
« Bibliothèques, citoyenneté, société : une confluence vers la
connaissance ».
On peut s’inscrire pour la totalité du congrès ou à la journée.
La date limite d’inscription au tarif réduit est fixée au 15 mai
2014, et au 14 août 2014 pour une inscription au tarif plein :
º | conference.ifla.org/ifla80/registration-fees
Si l’on est impliqué dans un projet ou une action professionnelle, il est possible de les présenter sous la forme d’une
affiche qui peut comporter du texte imprimé, des images,
des graphiques et être rédigée dans n’importe quelle langue
officielle de l’IFLA : français, anglais, arabe, chinois, russe,
allemand ou espagnol.
Date limite : 3 février 2014, pour compléter et renvoyer le
formulaire d’inscription :
La commission ABF « bibliothèques et médiathèques pénitentiaires » organise le jeudi 20 février 2014 une journée d’étude intitulée « La place des
bibliothèques dans les prisons françaises aujourd’hui ».
Après une prise de parole de Madame Christiane Taubira, ministre de la
Justice (sous réserve), la journée portera sur la place physique des bibliothèques en prison, du point de vue des bâtisseurs notamment, et sur la
place que celle-ci peut prendre au sein de la détention et dans le parcours
de la personne détenue plus précisément. Jeudi 20 février 2014
Médiathèque Marguerite-Duras ­– 115, rue de Bagnolet ­Paris 20e
Contacts : m.terrusse@cg33.fr
ou christine.loquet@livrelecturebretagne.fr
BnF : du disque
aux plates-formes de diffusion en ligne
º | conference.ifla.org/ifla80/call-posters
º | www.cfibd.fr/IFLA-2014-A-LYON.html
º | conference.ifla.org
Mouvements dans les bibliothèques
Baud
Nathalie Hewczuk est la nouvelle directrice de la médiathèque de Baud. Arrivée en poste le 3 septembre, elle est
originaire de Mitry-Mory (Seine-et-Marne), où elle était directrice adjointe d’un réseau de médiathèques.
D’ici l’ouverture du pôle culturel, prévue en 2015, elle est
chargée de préparer les collections et de réfléchir aux
nouveaux services à proposer aux lecteurs.
Lanester
Patrick Daum a pris ses fonctions de directeur début octobre.
Il a débuté sa carrière à Issoudun, dans l’Indre, a exercé la
fonction de responsable de bibliothèque à Rennes pendant
une vingtaine d’années, puis celle de directeur des services
culturels au conseil général de l’Ain. Son dernier poste : le
service des Musées, Archives et Patrimoine à Vitré.
Les étudiants et chercheurs étaient jusqu’alors les seuls autorisés à accéder aux archives sonores de la Bibliothèque nationale de France (BnF).
Les disques vont bientôt être accessibles à un large public, grâce au projet,
entrepris par la BnF, de numérisation et de diffusion de ses documents
sonores. Pour le mener à bien, la BnF s’est alliée à Memnon Archiving
Services (www.memnon.be), société bruxelloise de numérisation et de
valorisation d’archives audiovisuelles, et à Believe Digital (www.believdigital.com), distributeur international spécialisé dans le numérique, pour
créer « BNF Collection Sonore ». Les partenaires s’engagent dans une
collaboration pour sept ans sur près de 200 000 disques.
Le public aura accès aux fichiers numérisés sur les postes audiovisuels du
site François-Mitterrand de la BnF, en extraits sur la bibliothèque numérique Gallica (http://gallica.bnf.fr/html/enregistrements-sonores/fondssonores) ou en streaming. On pourra également trouver des éditions
spéciales sous forme de coffrets ou de réédition en magasin.
Néophytes et spécialistes auront donc un accès intégral à un pan important des productions phonographiques diffusées en France au xxe siècle. La
collection réunit 135 000 disques 78 tours de 1900 à 1957, et 45 000 disques
microsillons parus entre 1949 et 1962. Dix genres sont représentés dans
« BnF Collection Sonore », dont : variétés francophones et internationales,
musique classique et lyrique, jazz et blues, bandes originales de films,
théâtre parlé, musiques traditionnelles, musiques du monde…
º | gallica.bnf.fr
Rennes
Travelling 2014
Rencontres des bibliothécaires musicaux
Le festival Travelling invite les villes du
monde pour une exploration sur grand
écran. Pour sa 25e édition, qui se déroule
du 25 février au 4 mars 2014, le festival de
cinéma de Rennes Métropole fêtera Rio de
Janeiro.
Les rencontres nationales des bibliothécaires musicaux 2014 organisées par l’Acim
(Association pour la coopération des
professionnels de l’information musicale),
en partenariat avec l’Antipode, la bibliothèque municipale de la Ville de Rennes et
Livre et lecture en Bretagne, se dérouleront
à Rennes (Antipode MJC) les 17 et 18 mars
2014.
Le thème retenu est « La bibliothèque musicale et l’éducation artistique et culturelle ».
º | www.clairobscur.info
Au programme, conférences, tables rondes,
ateliers, poster sessions, etc. Le programme
complet et détaillé sera disponible fin
décembre sur :
º | www.acim.asso.fr.
Les inscriptions se feront en ligne début
janvier 2014.
25
Actualités de la librairie Actualités de l’édition
Keleier ar stalioù-levrioù Keleier an embann
Léz nouvèl de la liverri Léz nouvèl de la banisri
Les clients au secours des librairies
Les libraires indépendants doivent se battre pour survivre. Pour surmonter la frilosité des banquiers, ils trouvent
parfois de l’aide auprès de leurs clients, grâce au crowdfunding ou au cash mob.
26
La période actuelle laisse percevoir une
grande inquiétude pour l’avenir des librairies indépendantes. « La librairie va mal »,
entend-on ici et là, ce qui n’est pas fait
pour réchauffer des banquiers déjà très
frileux. Alors, les libraires en difficulté et
les libraires en graine doivent faire preuve
d’imagination pour dégotter le financement de leurs projets. Parfois, ils s’en
sortent en sollicitant leurs (futurs) clients.
Certains consolident ainsi leur apport
personnel en faisant appel à des financements participatifs, ou crowdfunding tels
qu’Ulule, qui a permis aux futurs libraires
de L’Embarcadère, à Saint-Nazaire, où il
n’y avait plus de librairie indépendante, de
récolter 5 000 euros. La librairie, sous forme
de Scop, pourra ainsi voir le jour fin 2013,
début 2014. Elle émettra des titres participatifs (chaque part à hauteur de 50 euros).
La somme restera bloquée pendant sept
ans et sera rémunérée (taux de 2 % fixe et
1,5 % variable). À l’issue des sept ans, le
sociétaire pourra choisir, soit de récupérer
son argent (sous réserve que l’entreprise
ait des comptes sains : il s’agit quand même
d’un « capital-risque »), soit de continuer à
prêter, soit de transformer son prêt en don.
Bérangère Lebrun, avec son projet
Liliroulotte* de librairie installée dans un
camping-car et destinée à parcourir les
routes du Finistère, a quant à elle réuni sur
Octopousse un peu plus de 10 000 euros.
Les emprunts ne suffisaient pas. Elle avait
besoin d’un coup de pouce pour acheter le
véhicule et l’aménager.
Pour les commerces déjà en place, on peut
signaler l’organisation, souvent à l’initiative de fidèles clients, de cash mobs. Ce
mouvement, né à Buffalo, aux États-Unis,
en 2011, consiste pour les consommateurs
à se mobiliser, via les réseaux sociaux
notamment, pour acheter tous ensemble et
à un instant T dans un commerce donné, ce
qui apporte au commerce visé une bouffée
d’oxygène. Dernièrement, un cash mob a
eu lieu à Lorient, afin de soutenir la librairie
L’Imaginaire. Autre belle initiative, pour permettre
d’offrir la livraison des ouvrages à ses
clients, que celle de la librairie L’Écritoire,
à Saumur-en-Auxois, qui propose un service
de livraisons au cours de la semaine, effectuées par une poignée de fidèles clients et
bénévoles assurant le relais entre Saumuren-Auxois et Dijon.
Chaque mobilisation est autonome. Bien
entendu, on peut penser que les gens qui
sont déjà très introduits sur les réseaux
sociaux disposent d’un avantage susceptible d’introduire une certaine distorsion
de concurrence. Des règles et une charte du
cash mob ont toutefois été rédigées et sont
accessibles sur
º | cash-mobs.com
º | fr.ulule.com/librairie-nazairienne
º | octopousse.com/projets/
liliroulotte
* Vous pouvez suivre l’avancement de son
projet sur la page Facebook : º | www.facebook.com/pages/
Liliroulotte/535431669808523
Plan national de soutien à la librairie
Faisant suite aux rencontres nationales de la librairie indépendante organisées à Bordeaux en juin 2013, un plan
national de défense de la librairie indépendante est en cours.
Lors des deuxièmes Rencontres nationales
de la librairie à Bordeaux, organisées par
le Syndicat de la librairie française (SLF),
Aurélie Filippetti a présenté son plan
en faveur des librairies indépendantes,
menacées à la fois par leur trop faible
rentabilité, l’explosion de certains loyers
commerciaux en centre-ville, et par le
développement de l’e-commerce et des
liseuses.
Au Salon du livre de Paris, la ministre
avait déjà annoncé les premières mesures
du « plan librairie » : une enveloppe de
9 millions d’euros comprenant un fonds
d’avance de trésorerie de 5 millions d’euros,
et un fonds d’aide à la transmission des
librairies, de 4 millions d’euros. Autre
mesure attendue 
: la nomination d’un
médiateur du livre, sa mission étant centrée
sur le respect du prix unique du livre. Aurélie
Filippetti a complété ce plan en annonçant
un doublement des aides aux libraires
versées par le Centre national du livre, grâce
à un effort supplémentaire de 2 millions
d’euros. De plus, le président du syndicat
national de l’édition, Vincent Montagne, a
annoncé la mobilisation, par les éditeurs,
d’un fonds complémentaire de 7 millions
d’euros, sur la base d’une contribution
volontaire proposée par les principaux
groupes d’édition. Cette contribution
volontaire sera ouverte à l’ensemble de
l’édition et aux autres acteurs économiques
du livre, y compris les libraires.
Au total, ce sont donc plus de 18 millions
d’euros qui seront mobilisés pour
accompagner le développement et la reprise
des librairies.
La ministre n’a fait aucune proposition en
faveur d’un renforcement de la coopération avec les régions en matière de soutien
aux librairies, alors que bon nombre d’entre
elles ont développé des dispositifs, parfois
dans le cadre de plan de progrès ou de
filière. Concernant la gestion par l’Adelc du
fonds de soutien de 7 millions d’euros des
éditeurs, quelques SRL (structures régionales pour le livre), réunies le lendemain
des rencontres, ont émis des inquiétudes
de voir les aides concentrées sur les
moyennes et grosses libraires généralistes
de l’Hexagone.
La TVA sur le livre restera à 5,5 %
Saint-Malo
Réouverture de La Droguerie de Marine
Le 22 octobre 2013, les députés ont entériné le maintien du taux
réduit de TVA à 5,5 %. La TVA sur le livre ne passera donc pas à
5 % le 1er janvier 2014, contrairement à ce qui avait été voté en
décembre 2012. La Commission des finances de l’Assemblée craignait que ce nouveau changement ne soit pas – ou soit imperceptiblement – répercuté par les éditeurs et qu’il profite d’abord à la
grande distribution, alors qu’un maintien à 5,5 % pourrait permettre
aux libraires d’améliorer leur marge. La TVA applicable au droit
d’auteur, elle, passera bien de 7 % à 10 %, ce qui a déclenché l’opposition immédiate de l’ensemble des organisations de diffusion et de
soutien aux auteurs. Une pétition a d’ailleurs été lancée :
º | www.petitionpublique.fr/?pi=P2013N45393
Nomination du nouveau président du CNL
La Droguerie de Marine de Saint-Servan a joyeusement rouvert ses
portes, après trois semaines de travaux, en octobre 2013. Annonçant
sur sa devanture qu’après la pluie, vient le beau temps (la librairie a
connu un dégât des eaux), La Droguerie de Marine s’est également
nouvellement dotée d’une boutique en ligne sur laquelle les clients
peuvent commander des livres numériques via un partenariat avec
ePagine.
º | www.droguerie-de-marine.fr
Nantes
Les Bien-aimés
Aurélie Filippetti a nommé début octobre le nouveau président du
CNL, Vincent Monadé. Ancien libraire et ancien directeur du Motif
(observatoire du livre et de l’écrit en Île-de-France), il compte bien
apporter une attention toute particulière à la défense des librairies
indépendantes.
Tout sur le transport du livre
Grâce au vade-mecum proposé par la Clil, Prisme et le transport du
livre n’auront plus aucun secret pour les libraires ! Ce vade-mecum
est disponible en téléchargement à cette adresse :
º | www.clil.org/information/detailDoc.html?docId=35La
La Revue Dessinée : le credo du réel
Kris fait partie des créateurs de La Revue
Dessinée, dont l’idée a été lancée il y a
deux ans, avec d’autres auteurs et dessinateurs de BD, mais aussi un journaliste et
une romancière. Le scénariste brestois en
est aujourd’hui le porte-parole auprès de la
27
Cécile et Géraldine ont ouvert, fin octobre, leur librairie-caféfilms : Les Bien-aimés (en hommage à Christophe Honoré).
À noter, une ouverture jusqu’à 22 h le vendredi et le samedi.
2, rue de la Paix – 44000 Nantes
º | www.les-bien-aimes.fr
presse. « Dans la BD documentaire, on est
souvent dans le récit long. Avec l’arrivée
des tablettes, on peut tester tout un tas de
choses : mélanger avec des photos, ajouter
du son, de la vidéo… Ça ouvre de nouvelles
perspectives et aussi des possibilités financières. On avait envie d’explorer ce terrain de jeux,
entre créateurs, journalistes, universitaires. Pour
cela, il fallait formaliser
un lieu de rencontre. Avec
La Revue Dessinée, c’est
chose faite. » Biographies,
faits
divers,
politique,
enquêtes, la revue, dont le
premier numéro est sorti
en septembre 2013, ne s’interdit rien dans le domaine
du réel, dont c’est le credo.
Rien, si ce n’est le carnet
de voyage proprement dit.
Trimestrielle, elle est également accessible sur iPad.
Et elle semble avoir tout de
suite trouvé son public, avec plus de 20 000
lecteurs (le seuil de rentabilité étant fixé à
12 000). « Parce qu’on tient aussi à payer
correctement les auteurs. » Pour se lancer,
les créateurs ont réussi à lever 200 000 euros,
à attirer des actionnaires individuels – dont
l’éditeur Gallimard (via Futuropolis) – et à
convaincre 1 200 abonnés. La diffusion se
fait dans la filière du livre, la distribution,
par la Sodis. Un joli pari, car il n’est pas
facile de traiter sur des formats courts en
bande dessinée de sujets documentaires, qui
courent toujours le risque d’être survolés.
D’où l’intérêt de travailler également sur des
articles plus longs de temps à autre. Les 228
pages de la revue devraient le permettre. On
notera, par exemple, l’excellente chronique
prospective d’Olivier Jouvray et Maëlle
Schaller « Le futur est pour bientôt », thème
qui se prête particulièrement bien à ce genre
qui fait le bonheur de la BD aujourd’hui, mais
reste encore en grande partie à explorer et à
développer, tant il offre de possibilités.
º | www.larevuedessinee.fr
Mauvais esprit
Groupement pour la lecture numérique
Mauvais Esprit n’est pas un livre numérique, mais une revue numérique. La nuance
est de taille. Comme toute revue, elle se veut
complémentaire du livre. « Nous voulons
simplement ouvrir d’autres voies pour
faire vivre nos histoires, nos envies, et vous
faire rire autant que possible. Et comme
personne ne le fait à notre place, nous avons
décidé de nous prendre en main, expliquent
ses promoteurs. L’histoire de la bande
dessinée moderne, de L’Écho des savanes
à L’Association en passant par Fluide
Glacial et Métal Hurlant, montre qu’elle n’a
su évoluer et se renouveler qu’à l’initiative
collective d’auteurs. » Parmi les fondateurs,
on note James, le Nantais, ainsi que des
auteurs bretons comme Ravard, Nicoby,
Legars, Reuzé, Jousselin ou Bedouet.
Fin octobre 2013, des professionnels de la lecture se sont regroupés au sein du GLN
(Groupement pour la lecture numérique). Les objectifs de ce groupement professionnel
sont la sensibilisation des acteurs du livre (de l’auteur au lecteur), la fédération des acteurs
professionnels et l’observation des tendances.
º | www.mauvaisesprit.com
28
º | http://lecturenumerique.org
Bourse d’aide à la création numérique
en littérature jeunesse
Le Centre national pour le livre (CNL) et l’École du livre de jeunesse viennent de lancer
un fonds commun d’aides à la création. Ce dispositif s’adresse aux auteurs, illustrateurs,
développeurs et aux éditeurs. Dix bourses d’un montant maximum de 5 000 € pourront être
attribuées en 2014.
Pour cela, il suffit de déposer un dossier soit avant le 2 mars 2014, soit avant le 25 mai 2014.
Le jury se réunira deux fois.
Téléchargement du dossier et informations supplémentaires : º | pollen.slpj.fr/bourses-aide-creation
Vitré
Yffiniac
Nantes
Lunatique
La Gidouille
L’oeil ébloui
Implantation des éditions Lunatique au 10,
rue d’Embas.
Création des éditions La Gidouille au 9, rue
des Blossiers.
Création d’une nouvelle maison d’édition,
L’Œil ébloui, au 3, impasse Xavier-Grall.
º | www.editions-lunatique.com
º | lagidouille.fr
pa oant kroget (Ronan Huon, Per Denez,
Andrev Latimier, Per ar Bihan hag ur bern
reoù all.).
Da geñver Gouel al levrioù e
Karaez, e oa bet lidet ganeomp 400vet niverenn Al Liamm e meur a zoare. Un diskouezadeg a oa bet aozet, filmoù kozh a oa bet
diskouezet hag ul « lennaton » a oa bet aozet
ivez. Koumananterien d’ar gelaouenn a oa
deuet da lenn pennadoù, barzhonegoù ha
padet e oa ouzhpenn div eur. Ur brezegenn
a oa bet aozet ivez diwar-benn al lennegezh
hag Al Liamm hiziv an deiz. Emañ an diviz
war lec’hienn Al Liamm. Disoc’hoù priz an
danevell a oa bet roet ivez pa oa bet kinniget
d’ar skrivagnerien skrivañ diwar-benn un
deiz-ha-bloaz pe ar sifr 400. Ur banne a enor
hag ur pred a oa bet ivez evel-just.
PB : Petra a zo bet embannet ganeoc’h er
bloaz-mañ ? Raktresoù nevez a zo ?
TH : Bep daou viz e vez embannet ar
gelaouenn Al Liamm ganeomp ha kementse a zo kalz labour. Er bloaz-mañ hon eus
embannet un dastumad barzhonegoù gant
Yann Bijer Kan ma Bro, ur romant gant
Herve Gouedard, Paul Sérusier, ul livour
e Breizh hag ul levr da selaou hag a zo ur
pezh-c’hoari en dro-mañ Making it home /
Distro bet skrivet gant un Iwerzhonad Gerry
McDonnell, lakaet e brezhoneg gant Kristian
Braz hag enrollet gantañ ivez. Mouezhioù
Bob Simon ha Yann-Edern Jourdan eo a
glever. A-benn bloaz e vo klasket embann
ul levr da selaou a vo aozet en-dro d’ar fent
kentoc’h. Emañ Kristian Braz o labourat
war droidigezh ul levr gant Alistair McLeod
: No Great Mischief, un dastumad danevelloù gant Jef Gedez, heuliad levr Goulc’han
Kervella Aada & Narki hag emaomp oc’h
adaozañ hor geriadur-godell.
PB : Ur gerig diwar-benn ar gelaouenn hag
al levrioù da selaou ?
TH : Kalz labour a vez gant ar gelaouenn Al
Liamm hag ouzhpenn-se er bloaz-mañ hon
eus adaozet lec’hienn Al Liamm penn-dabenn hag e kinnigomp d’ar goumananterien
kaout ar gelaouenn er stumm niverel ivez.
15 euro e koust ar c’houmanant niverel
hepken. Emichañs e vo tapet koumananterien nevez e-touez ar re yaouank. Gant
ar soñj emaomp lakaat enlinenn skridoù,
pennadoù-kaoz liammet gant danvez ar
gelaouenn hec’h-unan.
Evidomp al levrioù
da selaou a zo a bouez bras evit an dud a zo
o teskiñ ar yezh rak n’o devez ket digarez
da glevet brezhoneg bemdez. Ur blijadur e
c’hell bezañ ivez klevet brezhoneg pa vezer
o kas ar c’harr paneveken ! Evit ar re ne
c’hellont ket lenn ez eo ur blijadur selaou !
PB : Penaos e welit amzer-da-zont an
embann? Peseurt plas eo hini Al Liamm er
bed-se ?
TH : D’am soñj ur gelaouenn evel Al Liamm
a gendalc’ho gant he stumm baper ha pa
vefe en amzer da zont marteze a-walc’h,
muioc’h a bouez gant ar gelaouenn niverel.
600 koumananter a zo hiziv an deiz, chañsoù
zo e kreskfe niver ar goumananterien gant
ar gelaouenn niverel.
A bep seurt levrioù a
c’heller kaout e brezhoneg bremañ abalamour ma ‘z eus muioc’h a diez-embann hag
ivez a-drugarez da skoaziadoù ar rannvro.
Labour zo a-fonn rak a bep seurt danvez a
ranker kinnig d’an dud : romantoù, levrioù
cheuc’h, bannoù-treset, levrioù bugale...
Embannadurioù Al Liamm ne bledont ket
gant levrioù evit ar vugale pa ‘z eus tud all
evit en ober. Moarvat e rankimp mont war
dachenn al levrioù niverel ivez.
º | www.alliamm.com
29
Yudal !
º | www.loeilebloui.fr
Roet eo bet Priz Xavier de Langlais da Erwan Hupel evit e levr Yudal !, kontet ennañ buhez
ha soñjoù ur skoaler en ur c’hlas divyezhek. Embannet eo bet Yudal ! gant Al Liamm. 12 e.
Actualités de l’édition en langues de Bretagne
Keleier an embann e yezhoù Breizh
Léz nouvèl de la banisri den léz lang de Brtêgn
Al Liamm numéro 400
Lors du dernier Festival du livre de Carhaix, la revue Al Liamm a
fêté la sortie de son 400e numéro. Atteignant bientôt ses soixantedix années d’existence, Al Liamm poursuit également un travail
éditorial très diversifié. Récemment sont sortis un recueil de poésie
de Yann Bijer, un roman d’Herve Gouedard sur la vie du peintre Paul
Sérusier, un livre audio à partir d’une pièce de théâtre de l’auteur
irlandais Gerry McDonnell. Un autre livre audio, en projet pour 2014,
concernera l’humour, suivi d’une traduction de No Great Mischief
d’Alistair McLeod par Kristian ar Braz, d’un recueil de nouvelles de
Jef Gedez, et de la suite de Naada ha Narki par Goulc’han Kervella.
Comme le souligne Tugdual Huon, « les livres audio sont de plus
en plus nécessaires pour les néobretonnants qui ont assez peu l’occasion d’entendre le breton dans leur entourage. » Un site internet
rajeuni propose aux abonnés la version numérisée de la revue. Pour
Tugdual Huon, « la production de livres en langue bretonne est de
plus en plus diversifiée étant donné le nombre grandissant d’éditeurs. Il faut pouvoir proposer des livres pour les jeunes de tout âge,
des romans pour adultes, des bandes dessinées, des beaux livres…
Ce n’est pas le travail qui manque ! » Pour sa part, Al Liamm a choisi
le créneau des livres pour adultes, les maisons d’édition comme Keit
Vimp Bev, An Alarc’h ou Sav-Heol, par exemple, s’étant plus spécialisées dans l’édition de livres jeunesse.
400vet niverenn Al Liamm
Pajennoù Breizh : Pell mat zo eo bet krouet Al Liamm. Penaos
displegañ eo chomet bev ken pell ? Penaos e oa bet aozet an deiz-habloaz ganeoc’h ?
Tugdual Huon : Un hir a hent a zo bet graet, pa soñjer eo bet krouet
ar gelaouenn Al Liamm tost da 70 vloaz zo. Kalz labour zo bet kaset
da benn gant skipailh Gwalarn da gentañ, gant ur remziad tud all
goude-se, tud hag a oa yaouank, ne oant ket ouzhpenn 25 bloaz
Erwan Hupel a obtenu le prix Xavier de Langlais 2013 pour son livre Yudal !, dans lequel est
racontée la vie et les pensées d’un enseignant en classe bilingue. Yudal ! paru aux éditions
Al Liamm. 12 e.
Yudal ! expose le quotidien d’un homme, maître d’école en petite section de maternelle
bilingue. Les interrogations et problèmes qu’il doit résoudre, souvent au-delà de ses
fonctions. Ce qui le rapproche et le sépare de ses collègues femmes, ses collègues
monolingues, ses collègues enseignant dans les classes primaires... Mais derrière la lutte
quotidienne de l’enseignant apparaît celle de l’écrivain. Comment raconter ce qui se passe
sans travestir la réalité ? Quelle place faire à la langue ? Comment s’affranchir du (des)
mythe(s) ? Du sentiment d’être minoritaire pour ne pas le transmettre aux enfants qui sont
sa seule priorité ?
Le premier livre sur les prénoms
de Haute-Bretagne, aux Éditions du Temps
Les éditions du Temps ont travaillé avec
l’association Chubri pour mettre au point
un ouvrage recensant des prénoms en
gallo. Pour chaque prénom figure le genre,
la prononciation et les lieux d’attestation. Après une introduction précisant les
contextes historique, linguistique et les
usages traditionnels en territoire gallo, on
peut y trouver une jolie valorisation des
prénoms de Haute-Bretagne. Les futurs
parents pourront même préparer leur
faire-part bilingue grâce au lexique proposé.
Quant aux autres, ils pourront s’initier à la
culture gallèse !
Devezh-studi war ar
c’hrouiñ hag ar skignañ
e Landerne
D’ar Gwener 7 a viz C’Hwevrer e vo dalc’het
un devezh-studi diwar-benn ar c’hrouiñ hag
ar skignañ e yezhoù bihan. Deuit da welit
program an devezh war hor blog :
º | lesjourneesllb.wordpress.com
Publics « éloignés » du livre et de la lecture
Ar re zo « pell » diouzh al levrioù hag al lenn
Léz publliq « elouêgnë » du livr e d’la liri
Lanmeur
Confidences sonores
Remarquable sonneur de bombarde et saxophoniste,
Jean-Louis Le Vallégant a changé son fusil d’épaule, en
lançant Les Confidences sonores, expérience artistique
fondée sur la parole des « gens ordinaires ». Celles-ci
investissent des lieux divers, comme ce fut le cas, lors de
l’été 2013, à l’hôpital de Lanmeur. Oscillant entre oralité
et écriture, ce travail inspire aussi P’tit Gus, un ouvrage
dans lequel Jean-Louis livre ses propres confidences.
30
En 2007, Jean-Louis Le Vallégant vient tout juste de dépasser la
cinquantaine et de réaliser « que le temps est plus derrière que
devant ». Musicien, il a fait le tour des festoù-noz, des scènes et de la
rue, a été chef d’orchestre, éditeur et fanfaron. « J’ai compris que je ne
serai jamais Zidane, Poulidor ou John Coltrane, même en placardant
des affiches quatre par trois en espérant que les médias appellent les
gens à venir massivement voir mes spectacles. Alors, je me suis dit :
il faut que je serve à quelque chose. » Jean-Louis cherche au fond de
lui cette force qui le fera exister d’un point de vue artistique, et qui lui
donnera en même temps une place et une utilité sociale. « Jusqu’alors,
j’avais beaucoup regardé dans le rétroviseur sensible des années 70.
J’avais même fait un disque basé sur des archives sonores, et ça m’a
donné l’idée de prêter mes grandes oreilles à des confidences. À partir
de ces témoignages, j’ai rédigé des textes et invité quatre musiciens à
travailler sur cette matière. » Après avoir testé le principe auprès d’un
public restreint, Jean-Louis s’est proposé de l’adapter en fonction des
territoires, dans des lieux et avec des personnes qu’il ne connaissait
pas. « Je me suis rendu compte que je pouvais, avec ce dispositif,
vivre des instants précieux, aujourd’hui, avec mes contemporains
– autre chose que ce que j’avais vécu avec mes parents, c’est-à-dire ne
rien dire, à part parler du temps qu’il fait. En étant juste de passage,
j’obtiens de belles choses, auprès de personnes qui pensaient qu’elles
n’avaient rien à dire et retrouvent ainsi une considération de leur
être. » Lors du collectage des confidences, Jean-Louis n’enregistre
pas et se contente d’une prise de notes. Il s’attelle ensuite à l’écriture, qu’il veut respectueuse des mots employés, des tournures, des
accents, et qu’il va lire aux intéressés, afin qu’ils valident le texte. Il
évite par la suite toute relation personnelle suivie avec les gens ainsi
rencontrés, mais un lien demeure. « Cela va bientôt faire une vingtaine de Confidences, et c’est comme une rumeur positive qui n’a pas
fini d’enfler. Une communauté de 10 000 personnes qui visitent notre
site internet, dont 400 qui ont participé à des confidences. »
Le collectage de la parole des gens dits « ordinaires », prise comme
source de création, n’est pas une nouveauté. Les écrivains, les
danseurs, les vidéastes s’y intéressent de plus en plus. Dans ce
cadre, l’originalité des Confidences sonores est de reposer sur
des créations éphémères, chaque fois renouvelées. « Je crois que
chaque communauté est parcourue par des mythes fondateurs, des
événements tragiques, aussi, dont la mémoire se transmet oralement.
C’est cette transmission qui fait humanité. Notre travail consiste
à réensemencer ces mythes locaux. Je vais donner un exemple :
pendant la préparation de la Cavalcade de Scaër, un type qui dit à
un autre : « Qu’est-ce que tu foutais à t’occuper de ton char ? Nous,
on était quatre-vingts au spectacle des Confidences sonores, et on a
entendu ceci et cela… » À une époque où on regarde Alerte à Malibu
de la Norvège au Surinam, on peut inventer des prolongations à
l’imaginaire collectif à l’intérieur des communautés, à l’intérieur des
villages. Et quelque chose qui touche toutes les générations, à partir
du vécu des gens, sans aucune nostalgie. »
Led Zeppelin contre thé dansant
Jean-Louis Le Vallégant © Didier Olivré
À Lanmeur, Les Confidences sonores se sont attaquées à un domaine
un peu différent, en pénétrant un espace hospitalier pour la première
fois. Cet hôpital comporte trois services principaux : un Ehpad, un
hôpital de jour et un centre de gérontopsychiatrie. Et une particularité : un projet culturel d’établissement porté par sept animateurs.
« Pour nous, il y avait un avantage : avoir accès à une structure habituellement très cloisonnée. Mais il y avait aussi un inconvénient :
avoir affaire essentiellement à des personnes âgées. On nous a donné
les clés de la confiance. Les animateurs se sont battus pour que ce
projet soit mené à bien. Et au bout du compte, les confidences ont fait
apparaître des rapports durs et conflictuels, un constat difficile sur
la vie hospitalière et le traitement de la vieillesse. Comme à la suite
d’un audit, cela aboutit à des remises en cause. » L’hôpital de Lanmeur
n’est pas ce qu’on fait de pire, mais, comme dans beaucoup d’établissements, on observe des sentiments de solitude exprimés par des
patients, des dysfonctionnements, mais aussi des conflits intergénérationnels entre personnes âgées. « Un patient m’a dit : “Moi, ce que
j’aime, c’est la musique de Led Zeppelin. Alors, pourquoi on m’impose l’accordéon et les thés dansants ?” L’hôpital commence à être
confronté à une génération d’insoumis qui n’a pas du tout les mêmes
goûts que la génération précédente et il va lui falloir s’adapter. Quant
à l’autre question qu’on se posait : est-ce qu’un paysan cohabite avec
un patron, par exemple, dans ce genre de lieu ? Hélas ! La réponse
est non. » Présentée dans le cadre de l’hôpital, avec des textes provenant des patients, mais lus par des soignants, La Confidence a ensuite
donné lieu à un spectacle tout public, donné en novembre à Morlaix.
P’tit Gus se livre
Partout où elles passent, Les confidences sonores laissent des traces
écrites : ce sont les textes recueillis lors des témoignages, parfois inexploités, et qui sont remis directement aux participants. Une édition
très limitée, en quelque sorte, pour ne pas remettre en cause cette
transmission orale qui fait sens. Cependant, Jean-Louis Le Vallégant
travaille à un projet de livre, avec les éditions Locus Solus. « Ce sont
mes confidences personnelles. J’y revisite mon parcours. De 2 à
20 ans, dans ce milieu rural mouvant, en pleine transformation, entre
la guerre d’Algérie, et les dernières coiffes qui croisent les premières
crêtes punk. C’est aussi l’histoire de mon émancipation du milieu
familial. J’étais un rouquin avec des grandes oreilles. On a essayé de
me les recoller ou de les cacher sous un bonnet. J’ai pris la bombarde
et le saxophone. On m’a envoyé à la ville “pour me dresser”, comme
disait ma grand-mère, mais je suis tombé sur un tonton communiste,
passant du nombrilisme au sens du collectif. » P’tit Gus sera le titre
de cet ouvrage, comme un passage de cette oralité qu’il a beaucoup
Rennes
Les Livres des Rues
pour prévenir l’illettrisme
L’association Les Livres des Rues vient de voir le
jour ! Son but ? Participer au développement de
la lecture publique, à la promotion des échanges
sociaux autour des livres et de la lecture, et à la
prévention de l’illettrisme.
Rien d’extraordinaire à cela ? Non, sauf le moyen
de son action : la promotion des bibliothèques de
rues. Ce sont des rayonnages installés sur l’espace
public, une rue, une place…, librement accessibles
24h/24 et 7j/7, où chacun peut venir emprunter,
déposer, échanger un livre ou un périodique. Il n’y
a ni inscription ni engagement d’aucune sorte des
lecteurs, emprunteurs ou déposants. Le fonds d’origine provient du désherbage de la bibliothèque
municipale, assurant une offre de qualité.
L’idée est de permettre l’accès à la lecture à tous les
publics, en particulier à ceux qui en sont éloignés.
La première bibliothèque de rue de Rennes
Métropole a été installée il y a trois ans dans un
quartier populaire du sud de Rennes et portée par
une association d’habitants. C’était un pari ! À même
la rue, la bibliothèque allait-elle être respectée ?
C’est un pari réussi et l’idée essaime : deux autres
quartiers de Rennes, plusieurs communes d’Illeet-Vilaine reprennent l’idée et installent leurs
bibliothèques de rues.
À Rennes cette action vise à développer un réseau
de bibliothèques de rues, qui sont des formes
variées de proposition d’accès aux livres, complémentaires de la bibliothèque municipale. L’idée
centrale est que les unes et les autres se nourriront
mutuellement. La coopération entre les différentes
formes de proposition de livres est donc essentielle.
Les Livres des Rues est une association ressource
qui peut aussi aider à créer un projet de bibliothèque
de rue.
Contact : leslivresdesrues@hotmail.fr
Retrouvez l’association sur Facebook et sur son
blog :
º | leslivresdesrues.wordpress.com
collectée à une forme littéraire en guise de trace. « P’tit Gus, c’est le
surnom qu’on me donnait, à Bannalec, parce que j’étais en tant que
sonneur l’héritier du grand sonneur de la commune, le fameux Gus
Salaün. Mais, ces gens-là, comme Gus, que je côtoyais, je ne les ai
jamais collectés ; ils faisaient tellement partie de mon quotidien. Le
passage à l’écriture s’est fait tard, pour moi. J’avais 40 ans et je venais
de dissoudre Zap, mon groupe de musique. Après, une dépression a
suivi l’engagement dans un mastère de management d’entreprise
culturelle. J’étais entouré de gens plus jeunes et mon expérience
a bien servi, apportant un équilibre à la promotion. Mes camarades
m’ont mis en confiance et m’ont poussé à écrire. » Pour laisser se
dérouler l’écriture de P’tit Gus, Les Confidences sonores vont se
mettre en sommeil pendant un an, avant de reprendre leur chemin au
service du lien social, de l’altérité et de la musique, c’est-à-dire pour
le plaisir.
º | www.j2lv.eu
G.A.
Échappées bulles
Les « Échappées bulles » sont des ateliers de bande dessinée au sein des maisons d’arrêt de Brest et Saint-Brieuc, ainsi qu’au centre pénitentiaire de Rennes-Vezin. Le projet
a été coordonné par Livre et lecture en Bretagne, avec la participation des auteurs
Lionel Chouin, Laurent Lefeuvre, Nicoby et Joub, du photographe Ted Paczula, et le
concours des coordinateurs culturels dans les prisons : Léna Ledu (Brest), Cyrille
Cantin (Saint-Brieuc) et Marion Lemmonier (Rennes). Cette deuxième expérience,
après celle de 2012, a donné lieu à la publication d’un bel ouvrage, Échappées bulles,
mêlant les travaux des dessinateurs et de leurs « élèves », ainsi que des photographies
et des réflexions sur les ressentis de l’expérience.
C’est le matin. La main, vide d’idées, traîne péniblement comme le temps.
Sur la table, des feuilles blanches invitent à se poser.
La main s’agite, elle ne sait pas dessiner.
La tête enfermée dans l’ennui ne connaît pas d’histoires.
Sur la table, il y a des stylos qui ne savent pas.
Alors la main prend un stylo.
Au bout du stylo, peut-être un mot, deux…
Le temps se réveille. Les idées se libèrent, sortent de la tête et traversent le stylo.
On dessine. On parle. Le flou n’est plus total.
Dans mon viseur, il y a des histoires qui viennent.
J’attrape les photos !
Ted Paczula, photographe
Lire à l’hôpital
Le 7 novembre dernier, les directeurs de la Drac Bretagne et de l’Agence régionale
de santé se sont retrouvés au CMP de Beaulieu pour la signature de la convention
régionale culture/santé 2013-2016, par laquelle le ministère des Affaires sociales et de
la Santé et le ministère de la Culture et de la Communication s’engagent ensemble à
conduire une politique commune d’accès à la culture en direction de tous les publics en
milieu hospitalier.
31
Actualités de Livre et lecture en Bretagne
Keleier Levrioù ha lennadennoù e Breizh
Léz nouvèl de Livr e liri en Brtêgn
32
Rencontres : les auteurs et la formation
Guide des formations 2014
À l’initiative de Livre et lecture en Bretagne et de l’Afdas (Fonds
d’assurance formation des salariés du spectacle et de l’audiovisuel),
des rencontres sur la formation des auteurs auront lieu de février à
avril 2014.
Ces rendez-vous seront organisés sur les quatre départements
bretons en partenariat avec Très Tôt Théâtre, Films en Bretagne et
le CDDB – Théâtre de Lorient.
Au programme : présentation des actions de chaque partenaire,
point sur les droits à la formation et échanges. À l’issue de la
rencontre, les auteurs disposeront des outils nécessaires à une meilleure gestion de leur parcours individuel de formation.
Dates :
• Mardi 25 février 2014 à Quimper, à partir de 18 h 30
MJC de Kerfeunteun
• Mardi 18 mars 2014 à Lorient, à partir de 18 h 30 – Le Grand Théâtre
• Mardi 8 avril 2014 à Rennes, à partir de 18 h 30 – dans les locaux de
Livre et lecture en Bretagne
• Mardi 29 avril 2014 à Saint-Brieuc, à partir de 18 h 30 MJC La Citrouille
Ces soirées d’information constituent la première étape de la mise
en place par Livre et lecture en Bretagne d’un « Labo des auteurs »,
destiné à favoriser les moments de rencontres et d’échanges autour
de la profession. Cette initiative a également pour but de fournir aux
auteurs les ressources (juridiques, techniques, etc.) indispensables
au bon déroulement de leurs activités.
Comme chaque année, Livre et lecture en Bretagne vient de publier
son Guide des métiers des bibliothèques : un document de référence
qui recense notamment les concours, les formations et les journées
d’étude destinés aux professionnels des bibliothèques.
Il est disponible en ligne (www.livrelecturebretagne.fr, rubrique
« Nos publications ») ou en version papier sur demande auprès de
florence.le-pichon@livrelecturebretagne.fr
Les journées d’étude
En 2014, nous proposerons sept journées.
• Création et diffusion en langue minorisée, le vendredi 7 février à
Landerneau (29) – Centre culturel Le Family
• Évolution des manifestations littéraires / 3e édition : la question
du projet culturel, le jeudi 13 février à Rennes (35) – Le Triangle
• Rencontre nationales des bibliothécaires musicaux (organisée
par l’Acim), les 17 et 18 mars 2014 à rennes (35)
• Formation des bibliothécaires, le 10 avril
• Films en bibliothèques, le 26 juin
• Le devenir du livre, de la lecture et de l’écriture, les 20 et 21
novembre à Rennes (35)
• Littérature jeunesse (organisée par le Salon du livre jeunesse de
Lorient), le 25 novembre à Lorient (56)
Attention : deux journées d’étude ont lieu en février 2014. Pour ces rencontres, vous ne recevrez exceptionnellement pas de bon d’inscription en version papier. Merci donc de prendre directement contact avec la chargée de mission référente ou de vous inscrire via le blog
º | lesjourneesllb.wordpress.com.
Journée Création et diffusion en langue minorisée,
le vendredi 7 février, à Landerneau (29) – Centre culturel Le Family Contact : delphine.le-bras@livrelecturebretagne.fr
Il s’agira d’informer et de sensibiliser les acteurs à la création et à la diffusion en langue minorisée.
Programme : Retours d’expériences et témoignages en matinée. L’après-midi, un forum permettra de présenter différentes initiatives
régionales.
Journée Évolution des manifestations littéraires /3e édition : « La question du projet culturel »,
le jeudi 13 février, à Rennes (35) – Le Triangle
Contact : mj.letourneur@livrelecturebretagne.fr
Les manifestations littéraires sont chaque année plus nombreuses et rendent nécessaire la mise en place d’un projet afin de créer des
partenariats, de rendre plus visible le sens de leurs actions auprès des publics qu’elles ciblent, ou d’affirmer leur intérêt dans les enjeux
d’avenir du livre, de la lecture et des écritures.
Programme : Interventions et témoignages en matinée. L’après-midi, un forum laissera la possibilité à des médiateurs du livre et de la lecture
de la région (qui doivent s’inscrire au préalable) de présenter leurs actions.
2014 pour Livre et lecture en Bretagne : un point sur les temps forts à venir
Journées sur le devenir du livre, de la lecture, des écritures
En mars 2010, Livre et lecture en Bretagne
a proposé deux journées intitulées :
« Mutations et innovations dans la chaîne du
livre et de la lecture ». La structure n’avait
que deux ans d’existence, il était donc
nécessaire de la faire connaître. C’est la
raison pour laquelle nous avions choisi ce
moment pour présenter un état des lieux du
livre et de la lecture en Bretagne.
La situation de Livre et lecture en Bretagne
a beaucoup évolué depuis. Le besoin de
« publicité » pour l’établissement n’est
plus une priorité. Les rencontres de 2014
ont cependant vocation à conserver
une dimension prospective. Au quotidien, nous éprouvons la nécessité de
repenser entièrement ces concepts – qui
peuvent sembler évidents – que sont la
lecture, le livre, l’écriture. Le rôle et la
place de chaque acteur dans cet écosystème se modifient en permanence.
Le temps des certitudes pérennes est
terminé. Nous voudrions également faire
apparaître une nouvelle approche de ces
questions d’avenir du livre, de la lecture
et des écritures en mettant l’accent sur la
porosité entre les métiers, entre les disciplines artistiques.
Que souhaitons-nous faire perdurer, voir
émerger ? En quoi les pratiques de lecture,
d’écriture, l’existence du livre sous toutes
ses formes sont-elles nécessaires au
citoyen d’aujourd’hui et de demain ? Une
des réponses possibles concerne le récit, la
narration. Notre accès au réel passe par la
construction « d’histoires », vivre ensemble
suppose la coexistence de plusieurs modes
de narration et peut-être d’espaces de
traduction entre eux. La littérature est sans
doute un de ces espaces ; elle travaille sur
les manières de raconter le monde. Georges
Perros écrivait : « La littérature nous permet
de savoir ce que pense un homme quand il
est seul. » Autrement dit, la littérature est
une forme de relation entre l’individu et le
collectif.
Livre et lecture en Bretagne pose ces questions en tant que service public, lieu de
coopération entre des collectivités et l’État,
et de coopération entre acteurs de l’écosystème du livre, de la lecture et des écritures.
Au cœur de ces rencontres, nous voudrions
mettre le citoyen, celui qui fréquente les
lieux du livre, mais aussi celui qui en est
exclu.
Retenez la date ! : les jeudi 20 et
vendredi 21 novembre 2014.
Les matinées seront réservées à des
conférences. Quant aux après-midi,
ils seront consacrés à des ateliers et
à un forum.
« Livre et lecture en Bretagne
vous adresse ses meilleurs vœux pour 2014. Écrivez avec nous cette nouvelle année
et retrouvez-nous les 20 et 21 novembre à Rennes
pour des rencontres régionales autour de l’avenir du livre,
de la lecture et des écritures. »
33
Agenda / Deiziataer / Calenderier janvier - mars 2014
Agenda / Deiziataer / Calenderier janvier - mars 2014
jusqu’au 22 février 2014
février
Quimper, Finistère
Odyssée des mots : « Carnets de voyage,
écriture de l’intime »
5e édition
Quimper Communauté – Médiathèques
François Rosfelter, directeur des
médiathèques
Médiathèques de Quimper Communauté
Esplanade Julien-Gracq – 29000 Quimper
mediatheques.quimper-communaute.fr
de janvier à mars janvier
9 janvier
Quimper, Finistère
Les rendez-vous de Max : rencontreslectures mensuelles de poésie
1re édition
Louis Bertholom, Marie-Josée Christien,
Gérard Cléry
Les Éditions Sauvages
Chez Max
Cour Max-Jacob
8, rue du Parc – 29000 Quimper
editionssauvages@orange.fr
editionssauvages.monsite-orange.fr
du 14 au 28 janvier
Nantes, Loire-Atlantique
Poèmes en cavale
Maison de la Poésie de Nantes
Jeudi 23 janvier à 19 h 30 :
Christine Montalbetti/« Roman et
Poésie »
Jeudi 13 février à 19 h 30 :
34
« À suivre », lectures-découvertes de
nouvelles voix
Marie de Quatrebarbes et Isabelle
Sbrissa
Jeudi 27 février à 19 h 30 :
Un éclairage sur deux voix allemandes :
Sarah Kirsh et Mickaël Vogel
Mardi 18 mars à 19 h 30 :
Les éditions Le Bleu du ciel
Jeudi 20 mars à 19 h 30 :
« Poésie et jazz »
Maison de la Poésie de Nantes
2, rue des Carmes – 44000 Nantes
Tél. 02 40 69 22 32
www.maisondelapoesie-nantes.com
Saint-Brieuc, Côtes-d’Armor
Un auteur, un livre
24 janvier :
Yann Queffélec pour son Dictionnaire
amoureux de la Bretagne, Plon, 2013
Quimperlé, Finistère
Taol Kurun
20e édition
Fanny Chauffin
Sant-Adrian
taolkurun.free.fr
16 janvier
Rennes, Ille-et-Vilaine
La nuit je mens, soirée festive autour de
la littérature, de 21 h à 1 h
Édition 0
Sabine Hélot
Le Triangle
Boulevard de Yougoslavie
BP 90160 – 35201 Rennes Cedex 2
sabine.helot@letriangle.org
www.letriangle.org/le-triangle-invite-lamaison-de-la-poesie.html
du 16 au 26 janvier
et
du 28 janvier au 2 février
Gourin, Guémené-sur-Scorff, Morbihan
Salons du livre jeunesse du Pays du roi
Morvan
11e édition
Emmanuelle Williamson et Emmanuel
Landais
Centre d’animation pédagogique du Pays du
roi Morvan
13, rue Jacques-Rodallec – 56110 Gourin
cap.prm@orange.fr
21 février :
du 16 janvier au 27 février
M. et M. Pinçon-Charlot pour
La Violence des riches, Zones/La
Découverte, 2013
Saint Brieuc, Côtes d’Armor
Exposition «Kirouille» par Christine
Rannou
Laetitia Pilard
Maison Louis-Guilloux
13, rue Lavoisier
22000 Saint-Brieuc
Ligue de l’enseignement des Côtes-d’Armor
89, boulevard Édouard-Prigent,
22000 Saint-Brieuc
maison.louis.guilloux@wanadoo.fr
www.fol22.com
7 mars :
Léonor de Récondo pour Pietra Viva ,
Sabine Wespieser, 2013
21 mars :
Philippe Frémeaux pour L’Économie
sociale et solidaire, Alternatives
économiques, 2013
19 janvier
Theix, Morbihan
Salon du livre :
Le polar dans la littérature
10e édition
Lionel Lamour
Mairie de Theix
BP 50 – 56450 Theix
culture.mairie@theix.fr
www.theix.fr
22 janvier
Rennes, Ille-et-Vilaine
Soirée poésie et fiction à 18 h 30
aux Champs Libres
Gwenola Morizur
Maison de la Poésie
47, rue Armand-Rebillon – 35000 Rennes
Tél. : 02 99 51 33 32
communication.mp.rennes@gmail.com
www.maisondelapoesie-rennes.org
23 janvier
Saint-Brieuc, Côtes-d’Armor « Un jeudi, un écrivain chez Louis
Guilloux : la littérature c’est capital ! » :
rencontre avec Sébastien Rutes et son
roman noir Mélancolie des corbeaux
(Actes noirs, 2011) à 18 h 30
3e édition
Laetitia Pilard
Maison Louis-Guilloux
13, rue Lavoisier – 22000 Saint-Brieuc
maison.louis.guilloux@wanadoo.fr
unjeudiunecrivain.wordpress.com
www.fol22.com
25 janvier
Landerneau, Finistère
Rencontres d’auteurs autour de
La Revue Dessinée
Édition 0
Hélène Fouéré
Médiathèque Per-Jakez-Hélias
Route de la Petite-Palud – 29800 Landerneau
www.ville-landerneau.fr/mediatheque
du 28 janvier au 30 avril
6 février
Quimper, Finistère
Les rendez-vous de Max : rencontreslectures mensuelles de poésie
1re édition
Louis Bertholom, Marie-Josée Christien,
Gérard Cléry
Les Éditions Sauvages
Chez Max
Cour Max-Jacob
8, rue du Parc
29000 Quimper
editionssauvages@orange.fr
editionssauvages.monsite-orange.fr
du 14 au 16 février
Nantes, Loire-Atlantique
Rencontres de Sophie : « Libres ? »
12e édition
Guillaume Durand
Association Philosophia/Lieu Unique
Lieu Unique
44000 Nantes
philosophia@wanadoo.fr
www.philosophia.fr
16 février
Quimper, Finistère
Penn Ar BD, salon de la BD et du
disque
3e édition
Philippe le Ster, Bernard Crenn Ujap BD 23, chemin du Moustoir – 29000 Quimper moustoir.25@gmail.com
www.pennarbd.com
20 février
Rennes, Ille-et-Vilaine
Soirée prix des Découvreurs
Gwenola Morizur
Maison de la Poésie
47, rue Armand-Rebillon – 35000 Rennes
Tél. : 02 99 51 33 32
communication.mp.rennes@gmail.com
www.maisondelapoesie-rennes.org
du 21 au 23 février
Rennes, Ille-et-Vilaine
Résidence de Pascale Bouhénic : projet
Encyclopédie du geste
Sabine Hélot
Le Triangle
Boulevard de Yougoslavie
BP 90160 – 35201 Rennes Cedex 2
sabine.helot@letriangle.org
www.letriangle.org/pascale-bouhenic-enresidence-.html
Perros-Guirec, Côtes-d’Armor
Fête du livre jeunesse
3e édition
Erwan Henry, Marie-Claire Valentin
Bibliothèque municipale
14, rue de Krec’h Feunteun
22700 Perros-Guirec
bm-perrosguirec@perros-guirec.com
www.perros-guirec.com
29 janvier
23 février
Rennes, Ille-et-Vilaine
Apéro littéraire rencontre Pascale
Bouhénic – invité : Daniel Dobbels, « La
douceur, ce dur travail », à 19 h
Sabine Hélot
Le Triangle
Boulevard de Yougoslavie
BP 90160 – 35201 Rennes Cedex 2
sabine.helot@letriangle.org
www.letriangle.org/la-douceur-ce-dur-travail.html
Le Cloître Saint-Thégonnec, Finistère
Salon du livre « Le loup dans l’encrier »
6e édition
Marion Le Vée
Association Sur les pas de Lebeurier
1, rue du Calvaire
29410 Le Cloître Saint-Thégonnec
musee.du.loup@wanadoo.fr
www.museeduloup.fr
www.facebook.com/pages/Mus%C3%A9edu-Loup/334097383354559
27 février
Saint-Brieuc, Côtes-d’Armor
« Un jeudi, un écrivain chez Louis
Guilloux : la littérature c’est capital ! » :
Rencontre avec Camille Dal et son essai
Football. Sociologie de la haine (avec
Ronan David chez L’Harmattan, 2006)
à 18 h 30
3e édition
Laetitia Pilard
Maison Louis-Guilloux
13, rue Lavoisier
22000 Saint-Brieuc
maison.louis.guilloux@wanadoo.fr
unjeudiunecrivain.wordpress.com
www.fol22.com
mars
mars
Saint-Brieuc, Côtes-d’Armor
Plages de temps : résidences et
événements publics de Douna Loup,
Jerôme Ragot et Brigitte Mouchel
Michel Guyomard
Le Groupe d’Éducation nouvelle à la maison
Louis-Guilloux
13, rue Lavoisier
22000 Saint-Brieuc
louisguilloux@education-nouvelle-22.fr
www.education-nouvelle-22.fr
mars / avril
Bretagne
Printemps des poètes
2e édition
Gaëlle Pairel
Calibreizh
Fédération des cafés-librairies
5, rue Skell-var-Ker – 29000 Quimper
Tél. : 06 10 59 56 04
calibreizh.wordpress.com
2 mars
Guidel, Morbihan
Salon du livre : Le temps
17e édition
Marie-Hélène Pini
Ville de Guidel
Salle de l’Estran – 56520 Guidel
mediatheque@mairie-guidel.fr
www.mediathequeguidel.fr
6 mars
Quimper, Finistère
Les rendez-vous de Max : rencontreslectures mensuelles de poésie
1re édition
Louis Bertholom, Marie-Josée Christien,
Gérard Cléry
Les Éditions Sauvages
Chez Max
Cour Max-Jacob
8, rue du Parc
29000 Quimper
editionssauvages@orange.fr
editionssauvages.monsite-orange.fr
du 7 au 12 mars
Pays de Quimperlé, Finistère
Festival de la Parole poétique :
Le métissage au coeur des arts
9e édition
Bruno Geneste
Maison de la Poésie du pays de Quimperlé
Maison d’Hippolyte
2, quai Surcouf
29300 Quimperlé
maisonpoesiepaysquimperle@orange.fr
www.maisondelapoesiequimperle.com
9 mars
Rédené, Finistère
Le livre pour tous
2e édition
Dominique Cassisa
Lions Club Quimperlé
4 bis, rue Bellevue
29300 Quimperlé
salonlamouetteliseuse@orange.fr
du 15 au 17 mars
Binic, Côtes-d’Armor
Les Escales de Binic : festival du livre de
la mer et de l’aventure
5e édition
L’Estran
22520 Binic
Mme Corinne Dirmeikis
Association Les Escales de Binic
Quai de Courcy
22520 Binic
corinnedirmeikis@aol.com
escales-de-binic.over-blog.com
18 mars
Rennes, Ille-et-Vilaine
Rencontres d’auteurs à La Quincaillerie
à 19 h 00
Gwenola Morizur
Maison de la Poésie
47, rue Armand-Rebillon
35000 Rennes
Tél. : 02 99 51 33 32
communication.mp.rennes@gmail.com
www.maisondelapoesie-rennes.org
20 mars
Saint-Brieuc, Côtes-d’Armor
« Un jeudi, un écrivain chez Louis
Guilloux : la littérature c’est capital ! » :
rencontre avec Véronique Pittolo et la
poésie : Toute resurrection commence
par les pieds (Éditions de l’attente,
2012) à 18 h 30 3e édition
Laetitia Pilard
Maison Louis-Guilloux
13, rue Lavoisier
22000 Saint-Brieuc
maison.louis.guilloux@wanadoo.fr
unjeudiunecrivain.wordpress.com
www.fol22.com
35
Agenda / Deiziataer / Calenderier janvier - mars 2014
20 mars
Rennes, Ille-et-Vilaine
Apéro littéraire rencontre Pascale Bouhénic – invité : Pierre
Zaoui, à 19 h
Sabine Hélot
Le Triangle
Boulevard de Yougoslavie
BP 90160 – 35201 Rennes Cedex 2
sabine.helot@letriangle.org
www.letriangle.org/pascale-bouhenic-invite-pierre-zaoui.html
27 mars
du 28 au 30 mars
Rennes, Ille-et-Vilaine
Festival Rue des Livres : La ville
7e édition
Anaïs Billaud, directrice artistique
Atelier culturel de Maurepas
11, place du Gros-Chêne
35700 Rennes
contact@festival-ruedeslivres.org
festival-ruedeslivres.org
29 et 30 mars
Rennes, Ille-et-Vilaine
Rencontres d’auteurs et performance au Tambour à 19 h
Gwenola Morizur
Maison de la Poésie
47, rue Armand-Rebillon – 35000 Rennes
Tél. : 02 99 51 33 32
communication.mp.rennes@gmail.com
www.maisondelapoesie-rennes.org
Ploemeur, Morbihan
Salon du livre santé et bien-être
2e édition
Association LIPL (Libraires indépendants du pays de Lorient)
Océanis
Boulevard François-Mitterrand
56250 Ploemeur
28 mars
29 et 30 mars
Rennes, Ille-et-Vilaine
Le Triangle reçoit le festival [Deklamõ] à 19 h
Sabine Hélot
Le Triangle
Boulevard de Yougoslavie
BP 90160
35201 Rennes Cedex 2
sabine.helot@letriangle.org
www.letriangle.org/le-triangle-invite-le-festival-deklamo.html
Saint-Gildas-des-Bois, Loire-Atlantique
Salon de la BD Partage ta bulle : musique
7e édition
Office municipal culturel
10, rue du Docteur-Praux
44530 Saint-Gildas-des-Bois
28 et 29 mars
Malestroit, Morbihan
Festival du livre jeunesse : Oust, aux livres !
3e édition
Michel Guégan
Communauté de communes du Val d’Oust et de Lanvaux
56140 Malestroit
www.ccvol.com
Directeur de publication / Rener an embann / Mnou d’bani : Yannik Bigouin
Rédacteur / Skridaozer / Redijou : Gérard Alle
Coordination de la publication / Kenurzhierezh an embann / Organizment d’la bani : Mathilde Lepioufle
Ont collaboré à ce numéro / Kemeret o deus perzh en niverenn-mañ / Il’on të enbzognë su l’limerot-si : Annie Chevalier, Delphine Le Bras,
Florence Le Pichon, Mathilde Lepioufle, Marie-Joëlle Letourneur, Christine Loquet, Office public de la langue bretonne (traductions en breton), Gilles Pouliquen
et Christian Ryo.
Ce numéro a été relu par / Adlennet eo bet an niverenn-mañ gant / L’limerot-si a të rlu parr : Bénédicte Trocheris-Jobbé Duval de l’association
Correcteurs en Bretagne.
Maquette / Maketenn / Maqhètt : À l’encre bleue
Impression / Moullañ / Moulri : Cloître Imprimeurs (29). Tiré à 3 700 exemplaires.
Livre et lecture en Bretagne / Levrioù ha lennadennoù e Breizh
61, boulevard Villebois-Mareuil
35000 Rennes
Tél. 02 99 37 77 57 – Fax 02 99 59 21 53
contact@livrelecturebretagne.fr
º
www.livrelecturebretagne.fr
Siret : 200 013 977 00034 – APE : 9101Z – ISSN : 1771-6896
Gratuit
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising