Adrian Paci - Jeu de Paume

Adrian Paci - Jeu de Paume
dossier enseignants
février-mai 2013
Adrian Paci
Vies en transit
dossier enseignants, mode d’emploi
visites scolaires, février-mai 2013
Conçu par le service éducatif, en collaboration
avec l’ensemble de l’équipe du Jeu de Paume,
ce dossier propose aux enseignants et à leurs élèves
des éléments d’analyse et de réflexion, afin de contribuer
à la construction de leur propre rapport aux œuvres.
z
Il se compose de deux parties :
découvrir l’exposition propose une première
approche du projet et du parcours de l’exposition,
de l’artiste et des œuvres, ainsi que des repères
chronologiques et iconographiques.
z
approfondir l’exposition développe plusieurs axes
thématiques autour des statuts de l’image et de l’histoire
des arts visuels, des orientations bibliographiques et
thématiques, ainsi que des pistes de travail élaborées
avec les professeurs-relais des académies de Créteil
et de Paris au Jeu de Paume.
z
visites-conférences pour les classes
Les conférenciers du service éducatif accueillent
et accompagnent les classes dans la découverte
des expositions du Jeu de Paume, tout en favorisant
l’observation et la prise de parole des élèves.
Ces visites‑conférences permettent aux publics scolaires
de s’approprier les expositions et les œuvres, d’être
en position active devant les images.
tarif : 80 € ; réservation : 01 47 02 12 41/serviceeducatif@jeudepaume.org
visite préparée pour les enseignants
Le dossier est présenté aux enseignants lors
de la « visite préparée », qui est proposée au début
de chaque exposition. Cette séance spécifique
de deux heures permet aux enseignants de préparer
la visite des classes et les axes de travail pour les élèves.
mardi 19 mars, 18 h 30
z
séance gratuite, ouverte à tous les enseignants ; réservation : 01 47 03 04 95
parcours croisés
En associant la visite-conférence d’une exposition
au Jeu de Paume avec l’activité d’un autre lieu,
les parcours croisés permettent d’explorer des thématiques
communes à différentes institutions culturelles.
z
Disponible sur demande, le dossier enseignants
est également téléchargeable depuis le site Internet
du Jeu de Paume.
contacts
Pauline Boucharlat
chargée des publics scolaires et des partenariats
01 47 03 04 95/paulineboucharlat@jeudepaume.org
Marie-Louise Ouahioune
réservation des visites et des activités
01 47 03 12 41/serviceeducatif@jeudepaume.org
Sabine Thiriot
responsable du service éducatif
sabinethiriot@jeudepaume.org
Avec le Forum des images
Parallèlement à la visite de l’exposition « Adrian Paci.
Vies en transit », qui permet d’aborder la création vidéo
et la narration dans les images en mouvement, les classes
sont invitées à participer à l’atelier du Forum des images
« Le cinéma, entre réalité et fiction » (deux séances). Par
le visionnage de films et d’extraits ainsi que leur analyse
et leur comparaison à l’aide d’outils multimédias, il s’agit
d’observer et de commenter plusieurs approches d’une
situation sociale.
Jeu de Paume : 80 € ; réservation : 01 47 03 04 95
Forum des images : 8 € par élève pour les deux séances, gratuit pour les
accompagnateurs, forfait de 160 € pour les classes de moins de vingt élèves ;
réservation : 01 44 76 63 44
parcours thématiques
Composés d’une visite-conférence dans les salles
d’exposition et d’une séance de projection commentée
dans l’espace éducatif du Jeu de Paume, les parcours
thématiques proposent de replacer les images présentées
dans le contexte de l’histoire des arts visuels en
envisageant un axe particulier (enregistrement du réel et
construction plastique, photographie et histoire de l’art,
diffusions et applications de la photographie…). Les
thématiques sont choisies et adaptées en fonction des
demandes et des classes.
z
conférenciers et formateurs
Camila Farina
camilafarina@jeudepaume.org
Mathilde Kiener
mathildekiener@jeudepaume.org
professeurs-relais
Céline Lourd, académie de Paris
celinelourd@jeudepaume.org
Maxime Seguin, académie de Créteil
maximeseguin@jeudepaume.org
durée : 2 h ; tarif : 120 € ; inscription et réservation : 01 47 03 04 95
/ découvrir l’exposition 5
Présentation de l’exposition
6
/ repères : Histoire de l’Albanie
8
/ repères : Mondialisation, flux et mobilité
12
/ repères : Adrian Paci et le portrait
15
bibliographie sélective
ressources en ligne
13
14
/ approfondir l’exposition 17
Contexte et histoires Interruption et discontinuité Migration et capitalisme global
Mondialisation et production de « non-lieux »
18
18
19
22
Passages et transferts d’un médium à l’autre
Postmodernisme et décloisonnement entre les médiums
Images fixes et images en mouvement
24
24
27
Rites et gestes
Rites de passages
Gestes et montages de temps
30
30
33
pistes de travail
36
orientations bibliographiques thématiques 51
Cette exposition a été coproduite par le Jeu de Paume,
le Musée d’art contemporain de Montréal
et le PAC Padiglione d’Arte Contemporanea, Milan.
En partenariat avec :
PARISart
Commissaires de l’exposition :
Adrian Paci
Marta Gili, Jeu de Paume, Paris
Marie Fraser, Musée d’art contemporain de Montréal
en couverture :
The Encounter, 2011
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
Toutes les photos : © Adrian Paci 2013
© Jeu de Paume, Paris, 2013
Centro di Permanenza temporanea, 2007
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
découvrir
l’exposition
« L’œuvre d’Adrian Paci vise une pratique du portrait
social et politique et une approche de l’humain qui
jouent de leur polysémie. Si elle intègre la réalité sociale
à la réalité quotidienne, l’œuvre dépasse le plan
de la métaphore pour pénétrer en profondeur dans
une réflexion et même une confrontation idéologique
impliquant toujours, dans un exigeant rapport d’égalité,
des fragments de vie au regard de l’universalité. La
réflexion d’Adrian Paci est marquée par sa propre
expérience de la vie et par les événements sociaux
et politiques qui ont eu cours dans son pays natal,
l’Albanie. Par le choix de ses sujets, il est amené à utiliser
l’image comme un outil conceptuel capable d’exprimer
le sentiment de la perte, la revendication d’identité, le
caractère transitoire et le déplacement de l’être, inhérents
à la condition humaine. Cet œuvre revisite l’histoire de
l’art et le cinéma par ses lisières les plus audacieuses.
Toujours empreinte de cette part poétique qui la traverse,
elle démontre une autre façon d’aborder l’art filmique,
plus proche de l’album, même si les références abondent.
Les actions qui occupent les images permettent de
composer des chroniques d’instants ordinaires qui
entretiennent constamment des relations avec l’histoire
collective et tendent par leur essence à ouvrir cette part
plus obscure de l’être. Les images continuent d’exister
dans des conditions temporelles différentes et donnent à
l’œuvre une rare acuité, comme une immersion dans une
autre réalité. »
Paulette Gagnon, directrice du Musée d’art
contemporain de Montréal, et Marta Gili, directrice du
Jeu de Paume, « Avant-propos », in Adrian Paci. Transit,
Paris, Jeu de Paume/Musée d’art contemporain de
Montréal/Milan, Mousse Publishing, 2013, p. 28.
Présentation de l’exposition
Né en 1969 en Albanie, Adrian Paci est diplômé
de l’Académie des beaux-arts de Tirana. Sa formation
classique de peintre et de sculpteur est marquée par la
doctrine du « réalisme socialiste », reprise par le régime
communiste de son pays. En 1997, Paci fuit les violentes
émeutes en Albanie pour se réfugier, avec sa famille,
en Italie. À son arrivée dans ce pays, il abandonne
temporairement la peinture et la sculpture pour explorer
de nouveaux langages, en particulier la vidéo et les
moyens d’expression cinématographiques.
Si son expérience de l’exil définit le contexte de ses
premières œuvres, Adrian Paci se détache peu à
peu de son propre vécu pour élargir sa réflexion à
l’histoire collective. Ses projets mettent l’accent sur
les conséquences des conflits et des bouleversements
sociétaux, montrant combien l’identité est façonnée
par le contexte socio-économique. Dans ses mises en
scène, l’artiste explore ainsi le sentiment de la perte,
la revendication d’identité, le caractère transitoire
et le déplacement de l’être, inhérents à la condition
humaine. Il tire son inspiration d’histoires issues de
la vie quotidienne, qu’il fait glisser vers la fiction et
la poésie par la mise en tension de leurs aspects
dramatiques et merveilleux. À travers la première
rétrospective de son travail en France, Adrian Paci
présente un ensemble d’œuvres très diverses – vidéos,
installations, peintures, photographies et sculptures –,
réalisées depuis 1997. Illustrant les passages qu’il
opère entre ces différents médiums, l’exposition révèle
aussi la manière audacieuse avec laquelle il revisite
l’histoire de l’art et du cinéma.
salle 1
z
The Encounter
[La Rencontre]
2011
Vidéo, couleur, son, 22’
Dans The Encounter, Adrian Paci, situé au centre du parvis
de l’église sicilienne San Bartolomeo de Scicli, rencontre
environ sept cents de personnes auxquelles il serre
successivement la main. En répondant à l’invitation
de l’artiste, les participants créent une sorte d’acte
symbolique collectif. Sa répétition déplace ce geste
simple et quotidien, signe de reconnaissance mutuelle
et de convivialité, et le transforme en un rituel qui ne
célèbre plus que son propre déroulement. La mystérieuse
procession qui se déploie sur la place (espace
traditionnel de rassemblement et d’échange) engendre
à la fois une union et une tension entre l’espace
collectif, devenu scène de théâtre, et l’artiste, qui expose
son identité face à la communauté. À travers cette
performance, le corps matérialise le seuil d’un inconnu
dont les frontières disparaissent ou se mélangent,
la poignée de main s’offrant ainsi comme un partage
d’expériences, une ouverture vers des réalités nouvelles.
6 / découvrir l’exposition
salle 2
z
Vajtojca
[Pleureuse]
2002
Vidéo, couleur, son, 9’10’’
Vajtojca s’apparente à un rite de passage. Adrian Paci
met en scène sa propre veillée funèbre selon la tradition
albanaise. Après avoir revêtu le costume de circonstance,
il s’allonge sur le lit mortuaire, préparé par la pleureuse
professionnelle qu’il a engagée pour l’occasion. Prenant
place à son chevet, la femme endeuillée joint les mains
pour entonner une saisissante complainte derrière le
voile sombre qui lui recouvre le visage. À l’issue du
chant funèbre, l’artiste se relève. Il rétribue et salue
chaleureusement la pleureuse, puis sort.
z
Centro di Permanenza temporanea
[Centre de rétention provisoire]
2007
Vidéo, couleur, son, 5’30’’
Dans cette vidéo filmée à l’aéroport de San Jose
en Californie, un cortège de passagers silencieux
s’avance vers un escalier d’embarquement, dont il
remplit bientôt les marches. Tandis qu’atterrissent et
décollent des avions à l’arrière-plan, la caméra scrute
lentement les traits graves de ces hommes et femmes,
qui forment une longue file d’attente. La perplexité
gagne le spectateur quand le cadrage s’élargit,
dévoilant que la passerelle ne conduit nulle part.
Le titre de la vidéo désigne, en italien, les centres
temporaires où sont retenus les migrants irréguliers
arrivant chaque semaine sur les côtes italiennes.
Linguistiquement, il présente un paradoxe, une
tension entre une situation temporaire et un statut
permanent. Tension que Paci entretient dans ce
film où les protagonistes demeurent enfermés entre
le transitoire et le définitif, dans un état qui évoque
les bouleversements que vivent les migrants du monde
entier.
z
The Last Gestures
[Les Derniers Gestes]
2009
Installation vidéo, rétroprojection sur 4 écrans, couleur,
dimensions variables
Installation vidéo sur quatre écrans, The Last Gestures
compose un scénario fragmenté autour des préparatifs
d’un mariage. Adrian Paci retient les échanges silencieux
et ritualisés entre la future mariée et sa famille, qui
résonnent de la douleur de leur séparation prochaine.
La prise de conscience par les personnages du regard
porté sur eux en fait les acteurs volontaires d’un
drame codifié par une série d’attitudes dans lesquelles
affectation rime avec solennité. Amplifiant la valeur
symbolique des gestes et expressions, le ralentissement
des scènes confère à la vidéo une qualité picturale.
salle 5
salle 4
salle 1
salle 2
salle 3
entrée
plan de l’exposition
z
Inside the Circle
z
Brothers
[À l’intérieur du cercle]
2011
Vidéo, couleur, son, 6’33’’
[Frères]
2011
Mosaïque de marbre sur panneau de résine et bois, 160 x 190 x 25 cm
Cette œuvre explore la dynamique complexe qui
s’instaure entre l’être humain et l’animal à travers
l’interaction entre une dresseuse et un cheval. Dans leur
nudité et leurs gestes, qui se mêlent en un code expressif
unique, ils semblent renouer un lien primitif et ignorer la
distinction entre leurs espèces. Leur relation se développe
dans un jeu de rôle chorégraphié où la meneuse
– la femme – trouve finalement sa définition.
La mosaïque de marbre Brothers reproduit l’image
de deux enfants qui courent au loin et revisite une
technique ancienne de l’histoire de la représentation.
Sans doute s’agit-il d’une photographie ancienne ou
d’un photogramme issu d’une vidéo, mais ce médium
monumentalise cette image familiale et lui prête sa
substance, sa matérialité. La technique de la mosaïque
est analytique et exige un important travail. Même le flou
et les distorsions de l’image d’origine sont rendus avec
autant de minutie que les traits du visage ou les gestes
que l’on devine. Comme dans nombre de ses œuvres,
Adrian Paci retravaille une image personnelle ou trouvée
dans un autre médium. Ce processus lui permet de
s’approprier une représentation qui lui échappe.
salle 3
z Secondo Pasolini (Decameron)
[D’après Pasolini (Le Décaméron)]
2006
12 gouaches sur papier marouflé sur toile, 38 x 70 cm chaque
z Secondo Pasolini (Il Fiore delle Mille e una Notte)
[D’après Pasolini (Les Mille et Une Nuits)]
2008
12 gouaches sur papier marouflé sur toile, 38,5 x 70 cm chaque
z Secondo Pasolini (I Racconti di Canterbury)
[D’après Pasolini (Les Contes de Canterbury)]
2008
12 détrempes sur papier marouflé sur toile, 38 x 70 cm chaque
À partir de 2006, Adrian Paci revisite l’histoire du cinéma
à travers la peinture – mode d’expression qui représente
à la fois l’origine et le fondement de sa pratique. Ces trois
séries constituées à partir de plans extraits de La Trilogie de
la vie de Pier Paolo Pasolini témoignent d’une fascination
pour le travail de ce cinéaste – intérêt qui participe d’une
recherche d’images à la fois simples et expressives. En
isolant ces vues, l’artiste opère un démontage pictural
qui met en évidence leur enracinement dans l’histoire de
l’art et leurs nombreuses références à la peinture de la
Renaissance italienne, mais également l’équilibre entre le
temps et l’image, le mouvement et la durée, l’icône et le
réalisme, lequel est perceptible tant chez le cinéaste que
dans son propre travail.
z
Electric Blue
[Bleu électrique]
2010
Vidéo, couleur, son, 15’
Electric Blue – dont le titre est emprunté à une série
télévisée érotique qui, à l’époque communiste, constituait
l’un des rares divertissements disponibles à Shkodra,
ville natale d’Adrian Paci – raconte l’histoire d’un père
de famille albanais qui rêve de devenir cinéaste. Dans
le contexte de l’effondrement de l’État albanais dans les
années 1990, il tente d’assurer la survie économique de sa
famille, tout d’abord en filmant des vidéos de mariages et
d’enterrements, puis en copiant des films pornographiques.
Contrarié de surprendre son fils en train de visionner ces
dernières à son insu, il décide de cesser cette activité
et de réutiliser les cassettes vidéo pour enregistrer des
reportages télévisés sur la guerre du Kosovo. Plus tard,
il s’aperçoit que les séquences qu’il croyait avoir éliminées
resurgissent parmi les images de guerre.
Dépassant le simple document autour d’un contexte
historique, cette œuvre interroge les conséquences
de la guerre et des bouleversements sociétaux sur
les hommes ; l’envie d’échapper à la pauvreté, l’échec ;
présentation de l’exposition / 7
/ repères
Histoire de l’Albanie
L’Albanie (« pays des aigles ») est un État de 28,48 km² essentiellement montagneux (à 77 %), peuplé de trois
millions d’habitants. Si on prend en compte la diaspora albanaise présente dans les Balkans (Kosovo, Macédoine,
Monténégro), en Europe (Italie, Grèce) et en Amérique, le nombre d’Albanais s’élève à sept millions d’individus.
On estime que 14 % de la population a émigré depuis le début des années 1990.
De souche indo-européenne, la population albanaise comporte peu de minorités sur son territoire (minorité
grecque dans le Sud du pays). La présence d’un peuplement en Albanie est attestée dès le IIe millénaire avant J.‑C.
Les chercheurs s’accordent à faire remonter les origines des Albanais au peuple illyrien.
Durant le Moyen Âge, le territoire albanais passe successivement sous la domination de l’Empire byzantin
(IXe‑Xe siècles), des Normands de Sicile (XIe siècle), de la dynastie d’Anjou (XIIIe siècle) puis des Turcs ottomans (fin
du XIVe siècle) qui se poursuivra jusqu’au début du XXe siècle.
La christianisation de l’Albanie commence au IIe siècle et s’opère lentement jusqu’au Xe siècle. Le schisme de 1054
entre les Églises d’Orient et d’Occident provoque une division du territoire entre des évêchés sous obédience
romaine ou byzantine. Après la conquête du pays par les Ottomans, l’islamisation du territoire se réalise petit à
petit mais de manière profonde, puisqu’aujourd’hui 70 % de la population est musulmane, contre 20 % d’orthodoxes
et 10 % de catholiques.
Les deux guerres balkaniques de 1912 et 1913 achèvent le déclin de l’empire ottoman. Les armées grecques et
serbes occupent une partie des terres albanaises. Ce qui n’empêche pas les Albanais de se réunir en assemblée
et de proclamer la naissance de leur État le 28 novembre 1912 (date de la fête nationale albanaise). À la
conférence de Londres de 1913, l’Albanie est amputée de la moitié de son territoire qui est annexé par la Serbie,
la Grèce et le Monténégro.
Avant que n’éclate la Seconde Guerre mondiale, l’Albanie est déjà occupée par l’Italie fasciste. Pendant la
guerre, des militants communistes organisent la résistance sous forme de guérilla urbaine. Le pays est libéré sans
intervention extérieure en 1944 sous la conduite d’Enver Hoxha, dirigeant du parti communiste qui s’empare du
pouvoir sans avoir à le partager.
Durant la guerre froide, l’Albanie ne s’est jamais comportée comme les autres pays communistes : aucun ne fut
aussi pauvre, aussi fermé vis-à-vis du monde extérieur, aussi stalinien. Pourtant, elle rompt avec Moscou en 1961
pour s’allier à la Chine de Mao, avant de s’en séparer en 1978. Les dictatures d’Enver Hoxha (1945-1985) et de
Ramiz Alia (1985-1990) transforment l’Albanie en État possédant tous les attributs d’une démocratie populaire :
parti unique contrôlant toute la vie politique, nationalisations des biens de production, des moyens de transport,
interdiction de la propriété privée (la voiture individuelle reste interdite jusqu’en 1991), collectivisation forcée des
campagnes, planification de l’économie, culte de la personnalité, dogmatisme radical en matière idéologique,
paranoïa généralisée et fermeture du pays (le paysage de l’Albanie est couvert d’environ 400 000 bunkers pour
protéger la population en cas d’invasion), interdiction des religions, embrigadement, encadrement et surveillance
de la population par une police politique (les goulags sont interdits en 1991).
À l’instar des démocraties populaires d’Europe centrale, des contestations populaires commencent en 1989. Le
pouvoir en place fait quelques concessions : détente avec la Grèce, reprise des relations diplomatiques avec
l’Allemagne. Une révolte étudiante, en 1990, pousse le pouvoir à annoncer plusieurs mesures : la fin du parti
unique, la liberté d’expression, le retour des églises, la fin de l’enseignement du marxisme-léninisme, l’autorisation
pour les Albanais de sortir du pays. Les années suivantes sont marquées par de nombreux troubles : les Albanais
désireux de quitter leur pays prennent les ambassades occidentales d’assaut à Tirana en 1990, un regain de
tensions frontalières perturbe les relations avec la Grèce en 1994. Mais, surtout, la situation économique et
sociale est dramatique. Dans les années 1990, l’inflation monte à 200 %, l’appareil de production collectif est
entièrement démantelé (la production industrielle chute de 50 %), une réforme agraire entraîne le morcellement des
exploitations agricoles, ne permettant plus aux petits paysans de vivre, l’eau courante est limitée à trois heures par
jour. En 1997 éclatent des émeutes d’origine économique et financière. L’ONU déploie une force internationale
8 / découvrir l’exposition
/ repères de 7 000 hommes pour mettre fin aux violences qui ont fait 1 600 morts. Les Albanais fuient en masse leur pays.
À cette situation économique difficile s’ajoutent les effets de la guerre en ex-Yougoslavie (1991-2001). Déclenchée
par l’indépendance, non acceptée par Belgrade, de la Croatie et de la Bosnie en 1991, la guerre touche l’Albanie
par le biais de l’UÇK, l’armée de libération du Kosovo. Cette dernière est liée à l’Albanie qui abrite ses camps
d’entraînement. En 1999, l’armée serbe lance une offensive au Kosovo et contre des communautés albanaises, ce
qui provoque un afflux de réfugiés vers l’Albanie.
Les héritages de cette histoire récente sont à l’origine de la situation économique et sociale de l’Albanie. Malgré
une croissance continue dans les années 2000, un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté, et 12 %
avec moins d’un dollar par jour. Le taux de mortalité infantile est l’un des plus élevés d’Europe. Ce contexte fait
de l’Albanie le pays le plus déserté d’Europe. On compte un million de ressortissants à l’étranger. Ces migrants
sont surtout des jeunes (l’âge moyen en Albanie est de 25 ans et 40 % de la population a moins de 25 ans) qui
traversent clandestinement l’Adriatique sur des navires de fortune en direction de l’Italie (environ 400 000 Albanais
y résident). Certains se dirigent vers la Grèce où les Albanais constituent aujourd’hui la communauté étrangère
la plus importante (environ 700 000 personnes). Durant les années 2000, le profil des migrants changent : de plus
en plus de familles s’installent à l’étranger. Ces migrations sont avant tout économiques : l’importante différence
des salaires entre l’Albanie et ses voisins proches force le départ. Elles jouent également un rôle financier dans
l’essor du pays : en 2000, les transferts de fonds représentent 500 millions de dollars, plus que l’aide publique au
développement à destination de l’Albanie (357 millions de dollars en 2009).
L’avenir de l’Albanie passera sans doute par sa coopération avec l’Union européenne. En 2006, elle est devenue
membre associé de l’UE, après la signature d’un Accord de stabilisation et d’association (ASA). Au cours des
dernières années, des progrès ont été réalisés dans les différents domaines de la gouvernance (réforme des
institutions démocratiques, renforcement des droits civiques), de l’économie (incitation pour attirer les investissements
directs étrangers, mesures pour diminuer le chômage). En mars 2009, le Premier ministre Sali Berisha annonce son
intention de déposer la candidature de l’Albanie à l’UE. En avril 2009, l’ASA entre en vigueur et la République
d’Albanie devient officiellement membre de l’OTAN. Elle dépose sa candidature officielle à l’Union le 28 avril
2009, auprès de la présidence tchèque.
sources bibliographiques
z Amaël Cattaruzza, Pierre Sintès, Atlas géopolitique des Balkans, Paris, Autrement, 2012.
z Georges Castellan, Histoire de l’Albanie et des Albanais, Crozon, Armeline, 2002.
z Sonia Combe, Ivaylo Ditchev, Albanie utopie, huis clos dans les Balkans, Paris, Autrement, 1996.
z Nathalie Clayer, Aux origines du nationalisme albanais. La Naissance d’une nation majoritairement musulmane
en Europe, Paris, Karthala, 2006.
repères / 9
Believe me I Am an Artist, 2000
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
l’amour, le désir et la passion. Cette vidéo traite de la
nouvelle place prise par les images dans ce contexte
postdictatorial. En effet, leur diversité et leur multiplicité
envahissent le paysage médiatique récemment ouvert et
a un impact important sur le développement de la société
et les relations entre ses individus.
salle 4
z
Albanian Stories
[Contes albanais]
1997
Vidéo, couleur, son, 7’08’’
Dans sa première vidéo intitulée Albanian Stories, Adrian
Paci, exilé depuis peu en Italie, filme sa fille de trois ans en
train de raconter à ses poupées, sur un mode improvisé,
une suite de contes où les « personnages » habituels
de récits populaires – une vache, un chat ou un coq –
se mêlent de façon surprenante à des « soldats » et aux
« forces internationales d’intervention ». Ce récit mi-fictif,
mi-réel devient le moyen de souligner la manière dont la
compréhension des événements est conditionnée par les
circonstances qui entourent leur réception. Au travers d’un
regard enfantin, s’expriment le caractère particulier et
universel des conflits ainsi que le choc de l’immigration et
de l’adaptation à un nouveau lieu.
z
Believe Me I Am an Artist
[Croyez-moi je suis un artiste]
2000
Vidéo, couleur, 6’54’’
Soupçonné de maltraitance pour avoir photographié ses
filles avec la reproduction de son visa de sortie d’Albanie
sur le dos, Adrian Paci fut convoqué dans un commissariat
de Milan. La vidéo rejoue le dialogue vécu avec la police,
qu’il tente de convaincre que le cliché s’inscrit dans un
travail artistique symbolisant l’expatriation. Véritable
expérience de l’absurde, cette épreuve est autant une
bataille pour faire accepter pleinement son statut d’artiste
qu’une prise de conscience de la fragilité de celui-ci.
10 / découvrir l’exposition
z
Home to Go
[Un toit à soi]
2001
9 photographies, 103 x 103 cm chaque
Dans cette série de photographies issue d’une
performance, l’artiste apparaît en sous-vêtement,
portant sur le dos un fragment de toiture inversée dont
la forme rappelle les ailes d’un oiseau. Métaphore
poignante de son expérience personnelle de migrant
– Paci transporte avec lui une partie de sa maison,
de sa culture, de sa tradition, de sa famille –, Home to Go
souligne dans le même temps le fardeau, l’engagement
et la responsabilité que représente ce statut. Ces
photographies possèdent également une portée
iconographique qui les inscrit dans la tradition de la
peinture par la réactualisation des thèmes du portement
de Croix et de l’ange déchu, évocations allégoriques de
la condition humaine.
z
The Wedding
[Le Mariage]
2001
20 gouaches sur papier marouflé sur bois, 22 x 28 cm chaque
Sur les vingt panneaux qui composent ce polyptyque,
sont reproduites a tempera, à la manière d’une fresque,
les scènes d’un mariage traditionnel albanais célébré
au début des années 1990. Si le contour flou des visages
traduit la fragmentation et la dilution progressives de la
mémoire, le dispositif pictural tend à sublimer et mythifier
la valeur des souvenirs – paradoxe qui renvoie chez Paci
à l’expérience de l’exil.
z
Piktori
[Peintre]
2002
Vidéo, couleur, son, 3’27”
À la fin de la dictature, les villes albanaises, où
s’entremêlaient alors désir de liberté et anarchie, virent
surgir de petits kiosques semi-clandestins portant
l’écriteau Piktori (« peintre »). À côté des peintures à l’huile
et des copies d’œuvres d’art, on y exécutait toutes sortes
The Column, 2013
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
de faux documents, depuis les certificats de naissance
jusqu’aux certificats de décès, en passant par les titres
de propriété, les diplômes universitaires ou les visas pour
se rendre à l’étranger. Dressant le portrait de l’un de ces
peintres devenus faussaires pour survivre, l’œuvre de Paci
propose une méditation sur le rôle de l’artiste dans la
société, la relation entre l’artisanat et l’activité artistique,
les aspects fonctionnels de l’art, la définition artistique
des chaînes interminables d’activités qu’exerce l’artiste et,
enfin, le problème de la définition même de l’artiste.
z
Turn On
[Allumer]
2004
Photographie couleur, 145 x 190 cm
La photographie Turn On a été réalisée parallèlement à la
vidéo du même titre illustrant l’attente épuisante et infinie
d’une dizaine de chômeurs qui se réunissent chaque jour
sur une petite place de Shkodra dans l’espoir qu’on leur
propose du travail. Dans la vidéo, leurs visages défilent
un par un, marqués par la fatigue. Puis le champ s’élargit
et l’on voit chacun des personnages mettre en marche
derrière lui un groupe électrogène. Le silence initial cède
la place au bruit des machines, qui finit par devenir
assourdissant. L’un des derniers plans du film, auquel
correspond le moment de la photographie exposée
au Jeu de Paume, présente les hommes tenant chacun
une grosse ampoule électrique qui, alimentée par le
groupe électrogène, diffuse autour d’elle sa lumière et
son énergie. Icônes d’une condition sociale sans issue,
ces hommes refusent cependant d’abandonner et se
raccrochent au fil ténu de l’ampoule vacillante dans la
perspective incertaine de jours meilleurs.
z
Klodi
2005
Vidéo, couleur, son, 40’
Ce film repose sur le récit tour à tour dramatique et absurde
d’un Albanais nommé Klodi. Celui-ci livre les détails d’un
périple motivé par des conditions politiques et économiques
qui le conduisirent de son pays natal en Italie, au Mexique
et aux États-Unis. L’histoire reconstituée de la vie du
narrateur, qui n’est pas sans lien avec l’expérience de
l’émigration telle que l’a vécue Paci, montre la tension entre
ces deux pôles que sont la tragédie et le jeu.
z
Passages
2009
Acrylique et aquarelle sur plâtre et terracotta, 30,5 x 23,5 x 7,6 cm
z
Passages
2010
2 aquarelles sur papier, 100 x 70 cm chaque
La série de peintures Passages constitue une collection
d’« instantanés » tirés de séquences vidéo ou filmiques
allant du journal télévisé aux archives de rituels
traditionnels albanais. En isolant une scène d’un flux,
Paci cherche à la transférer vers un état de stabilité sans
cependant la priver de son statut d’image mouvante, à
la maintenir dans un entre-deux. Le temps de l’image se
confondant ainsi avec celui du geste pictural, celle-ci
acquiert une nouvelle dimension.
salle 5
z
The Column
[La Colonne]
2013
Vidéo, couleur, son, 25’40’’
Produite avec la participation du Jeu de Paume
Réalisée à l’occasion de l’exposition, The Column articule
une réflexion autour de la notion d’efficacité productive,
qui devient prétexte à un voyage poétique entre Orient
et Occident. Cette vidéo montre l’évolution d’un bloc de
marbre depuis son extraction d’une carrière en Chine
jusqu’à son transport maritime, durant lequel des sculpteurs
le transforment en colonne romaine. L’image de ce
« navire-usine » illustre une stratégie économique tendue
au maximum, où le temps est condensé au point que la
livraison concorde avec l’achèvement de la production.
Parallèlement à la vidéo, la colonne est présentée dans le
jardin des Tuileries, à proximité du Jeu de Paume.
présentation de l’exposition / 11
/ repères
Mondialisation, flux et mobilité
La mondialisation, phénomène ancien, est l’ouverture des économies nationales à un marché planétaire. Ce processus
accompagne au XVIe siècle les Grandes Découvertes et les relations entre l’Europe et le Nouveau Monde. Il acquiert
une nouvelle dimension au XIXe siècle sous l’impulsion de l’industrialisation et de la colonisation. La dernière accélération
date des années 1990 : avec la fin de la guerre froide, le monde n’est plus bipolaire et le système capitaliste s’étend à
toute l’économie mondiale. La mondialisation favorise l’ouverture et la mise en relation des territoires, l’interdépendance
croissante entre les hommes et les économies via les échanges de marchandises, la circulation des informations, les
migrations des populations et le développement des moyens de transport. Il en résulte une contraction de l’espacetemps, le monde n’étant plus qu’un « village planétaire », selon l’expression du sociologue américain Marshall MacLuhan,
dans lequel les sociétés vivent dans un même temps, au même rythme et, donc, dans un même espace.
Mondialisation culturelle
La mondialisation ne se limite pas aux échanges économiques et financiers. Suite aux processus d’industrialisation et de
marchandisation, elle intègre aussi des enjeux culturels : religions, langues, identités ethniques, traditions locales, musées
et patrimoine, secteurs audiovisuels… Grâce aux potentialités de la révolution numérique, les populations ont de plus
en plus accès à l’information. Les conséquences sont doubles et contradictoires : émergence d’une culture mondialisée
et affirmation des cultures régionales afin de résister à la première, certains craignant une uniformisation culturelle au
détriment de la diversité. « Il y a dix ans le mot “biennale” était associé à seulement quelques villes : Venise, qui fêta
son centenaire en 1997, São Paulo depuis 1951, Sydney et, dans un autre genre New York et l’exposition nationale du
Whitney Museum of American Art. Mais si, tout à la fin du XXe siècle, l’amateur d’art voyageur se déplaçait entre ces lieux
réputés de longue date, il devait aussi se rendre à Johannesburg, Kwangju, Istanbul, Delhi, Melbourne, La Havane et
Berlin, ainsi qu’à d’autres manifestations plus ou moins nouvelles : Documenta, Carnegie International, Manifesta, etc. Cette
prolifération des expositions montre que la prise en compte de la multiplicité des points de vue et des contextes culturels,
mais aussi la richesse que représente la diversité des formes et des matières, s’inscrit en réalité dans une perspective plus
large de la mondialisation de l’art. Ce phénomène d’expansion s’observe très clairement dans la production des artistes,
mais aussi dans le réseau des galeries et des ventes aux enchères, dans le discours critique véhiculé par de nombreuses
revues et dans la multiplication des événements artistiques. Naturellement, on peut se demander s’il s’agit vraiment d’une
mondialisation qui intégrerait des attitudes différentes – voire divergentes ou conflictuelles – vis-à-vis de l’art, de ses
marchés et de sa fonction sociale, ou seulement d’une généralisation au niveau mondial du modèle occidental*. »
Les migrations internationales
Avec la mondialisation, les flux migratoires connaissent une forte accélération : ils ont triplé en trente ans. Aujourd’hui,
plus de 210 millions de personnes (soit 3 % de la population mondiale) résident en dehors de leur pays de naissance.
Les migrations internationales reflètent la hiérarchie des zones économiques et se complexifient : elles s’organisent
entre différents territoires (entre pays développés, entre pays en développement, ou entre pays développés et en
développement) et à toutes les échelles. Certains États sont à la fois des pays d’immigration, d’émigration et de
transit (comme le Maroc, le Mexique ou la Turquie). Les migrations sont au niveau mondial un important facteur de
développement. Le rapport du PNUD (programme des Nations Unies pour le développement) de 2009 montre que
les transferts de fonds des migrants vers leurs pays d’origine représentent trois fois le montant mondial des aides
publiques au développement. Les pays de destination sont le plus souvent choisis par les migrants sur la base d’une
appartenance ethnique, religieuse, politique ou professionnelle. Grâce à des diasporas anciennes (juive, arménienne)
ou plus récentes (chinoise ou indienne), les communautés forment des réseaux socio-économiques à l’échelle mondiale.
* Michael Archer, « La mondialisation et l’ère “post-médium” », in L’Art depuis 1960, Paris, Thames & Hudson, 2002, p. 213.
sources bibliographiques
z Laurent Carroué, Didier Collet, Claude Ruiz, La Mondialisation. Génèse, acteurs et enjeux, Paris, Bréal, 2009.
z Charles-Albert Michalet, Mondialisation, la grande rupture, Paris, La Découverte, 2007.
z Olivier Dollfus, La Mondialisation, Paris, Presses de Sciences-Po, 2007.
z Marie-Françoise Durand, Atlas de la mondialisation Comprendre l’espace mondial contemporain, Paris, Presses de Sciences Po, 2010.
z Gabriel Wackermann (dir.), La Mondialisation, Paris, Ellipses, 2006.
12 / découvrir l’exposition
Electric Blue, 2010
Galerie Peter Kilchmann, Zurich
bibliographie sélective
Catalogues d’exposition
2013
z Adrian Paci. Transit, Paris, Jeu de Paume/Musée d’art
contemporain de Montréal/Milan, Mousse Publishing.
2010
z Adrian Paci: i mutanti, Rome, Drago.
z Adrian Paci: Electric Blue Heidelberg, Kehrer Verlag.
2008
z Adrian Paci, Hannovre, Kunstverein Hannover/Fribourg,
Modo.
z Adrian Paci: Premio Pino Pascali 2007 / Angela Vettese,
Polignano a Mare, Museo Pino Pascali.
z Adrian Paci: Subjects in Transit, Tel-Aviv, The Center for
Contemporary Art.
2007
z Adrian Paci: Per Speculum, Central Milton Keynes, Milton
Keynes Gallery.
z Still Moving: Adrian Paci, Bielefeld, Kerber.
2006
z Adrian Paci / Angela Vettese, Milan, Edizioni Charta.
z Adrian Paci / Danila Cahen, Utrecht, BAK, basis voor
actuele kunst.
2005
z Perspectives 147: Adrian Paci, Houston, Contemporary
Arts Museum.
2002
z Adrian Paci, Bergame, GAMeC Galleria d’Arte
Moderna e Contemporanea/Milan, Edizioni Charta.
z Su Adrian Paci: l’errare [Angela Vettese], Lucca, Galleria
Claudio Poleschi.
Articles de presse
2012
z Emmanuel Daydé, « Adrian Paci », Art press, no 388, avril,
p. 24.
z Ken Johnson, « 4 Films », The New York Times, 8 juin, p. 26.
2011
z Kristenn Chappa, « The Workers MASS MOCA North
Adams », Frieze, no 143, novembre-décembre.
z Marcon Purpura, « Transmedia Memory of Albanian
Migration in Italy: Helidon Gjergji’s, Adrian Paci’s, and
Anri Sala’s Moving-Image Installations », California Italian
Studies Journal, vol. 2, no 1.
2010
z Elizabeth Baker, « Adrian Paci : Kunsthaus », Art in
America, septembre, p. 142-144.
z Philippe Boyer, « Adrian Paci : Vertige des interstices »,
ArtPassions, juin.
z Francesca Di Giorgio, « Adrian Paci: Gestures »,
Espoarte, juin.
z Urs Huebscher, « Videos und Malerei des Kunstlers
Adrian Paci », Attika Zurich, 16 juin.
z Giovanni de Lazzari, « Adrian Paci: Britma, The Last
Gestures e la lentezza dell’intimità », Kunst-Bulletin, no 6,
juin, p. 54-55.
z Alexandra Matzner, « Adrian Paci: Motion Picture(s) »,
Eikon, no 70, juin, p. 66-67.
z Stefan Wagner, « Adrian Paci : Die verborgene
Wahrheit des Moments », Kunst-Bulletin, nos 7-8,
juillet‑août, p. 18-23.
2009
z Adam Ostolski, « Adrian Paci », Krytyka, no 18.
2008
z Frances Richard, « Adrian Paci: Peter Blum/SmithStewart », Artforum, vol. 46, no 6, février, p. 287.
z Rainer Unruh, « Adrian Paci : Kunstverein Hannover »,
Kunstforum International, no 191, mai-juillet, p. 300-302.
z « Adrian Paci: Per Speculum », Public: Art, Culture, Ideas
(numéro thématique « Projects for a small world »), no 38.
2007
z Adrian Paci, « Between the Lines », Gagarin, vol. 8, no 2,
p. 24-37.
z Michele Robecchi, « Adrian Paci : Albanian Stories »,
Flash Art Italia, no 263, avril-mai.
z Roberta Smith, « Adrian Paci: Peter Blum Chelsea /
Smith-Stewart », The New York Times, 30 novembre.
z Emily Weiner, « Adrian Paci: Centro di Permanenza
temporanea + Passages », Time Out New York, 27 novembre.
z Eliza Williams, « Adrian Paci: Milton Keynes Gallery »,
Art Monthly, no 306, mai, p. 32.
bibliographie sélective / 13
z Francesca Pasini, « Adrian Paci », Artforum, vol. 41, no 9,
The Encounter, 2011
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
z « Tarzan & Jane : Frontiere : Chantal Akerman e
Adrian Paci / Tarzan & Jane: Borders: Chantal Akerman
and Adrian Paci » (interview), Domus, no 899, janvier,
p. 126‑129.
2006
z Alessandra Pioselli, Shore, Marguerite, « Adrian Paci :
Galleria Civica di Modena », Artforum, vol. 45, no 2,
octobre, p. 276-277.
2005
z Dominic Eichler, « Strong Current », Frieze, no 94,
octobre, p. 184-187.
z Carlos Jiménez, « First Seville Comtemporary Art
Biennial », Art Nexus, vol. 55, no 3, janvier-mars, p.
102‑104.
z Roberta Smith, « P.S. 1 », The New York Times,
11 novembre.
z Amy Smith-Stewart, « Adrian Paci », Contemporary, no 74,
p. 82-85.
z Marc Spiegler, « Adrian Paci: Peter Kilchmann », Artnews,
vol. 104, no 7, été, p. 205.
z Kia Vahland, « Ich-Erzahler der neuen Zeit », Art Das
Kunstmagazin, janvier.
2004
z Stefano Castelli, « Adrian Paci », Exibart on paper,
novembre-décembre.
z Valentina Costa, « Adrian Paci », Arte e Critica,
novembre-décembre.
z Marco Meneguzzo, « Adrian Paci », Tema Celeste,
novembre-décembre.
z Paola Nicolin, « Adrian Paci racconta la sua Albania »,
La Reppublica, octobre.
z Ivan Quaroni, « Adrian Paci », Flash Art Italia, no 248,
octobre-novembre.
z Livia Savorelli, « Adrian Paci », Espoarte, novembre.
z Hamza Walker, « Adrian Paci », Artforum, vol. 42, no 5,
p. 140.
z « Adrian Paci », Kult Pocket, octobre.
z « Adrian Paci a Milano », Arte, septembre.
2003
z Barbara Casavecchia, « Adrian Paci », Flash Art, vol. 36,
no 228, janvier-février, p. 116-117.
14 / découvrir l’exposition
2003, p. 177-178.
2002
z Michela Arfiero, « Adrian Paci. GAMeC », Arte e Critica,
avril-septembre, p. 45.
z Stefano Casciani, « Giovane, chi? Exit Nuova geografia
della creatività italiana », Domus, novembre.
z Fabio Cavallucci, « Adrian Paci: una Mercedes in
carne », Arte.
z Francesca Pasini, « Albanian stories », Linus, avril,
p. 70‑74.
2001
z Daniele Astrologo, « Adrian Paci », Collezioni edge,
hiver-printemps.
z Jan-Erik Lundström, « Interview with Adrian Paci », Tema
Celeste, décembre-janvier 2001-2002, p. 56-57.
z Edi Muka, « Aperto Albania », Flash Art, vol. 34, no 216,
janvier-février, p. 59-61.
z Michele Robecchi, « Il Muro di Adrian Paci », Flash Art
Italia, février-mars.
2000
z Suzana Varvarica, « Adrian Paci », Pamorart.
ressources en ligne
Interviews écrites et filmées
z Evelyne Noygues, « Interview d’Adrian PACI, plasticien
et vidéaste originaire de Shkodra », Paris, juin 2010 :
http://association-albania.com/Interview-d-Adrian-PACIplasticien.html
z « Appuntamento con l’arte (Adrian Paci) » [en italien],
BabelTv :
http://www.youtube.com/watch?v=37kcInXNN1w
z « Martedì Critici », Museo Pecci, Milan [en italien] :
http://www.youtube.com/watch?v=YKPhb4HSpGA
Œuvres vidéo de l’artiste
z Centro di Permanenza temporanea, 2007 :
http://www.youtube.com/watch?v=2EY1fpo0DRc
z A real game, 1999 :
http://www.youtube.com/watch?v=-5M7PawApK4
/ repères
Adrian Paci et le portrait
z « Même si je suis surtout connu comme vidéaste, je suis en réalité peintre. Plus précisément, portraitiste. J’ai fait
beaucoup de portrait entre dix et vingt-deux ans et, au lycée, avec mes copains, nous étions souvent à la recherche
de modèles à dessiner. C’était toujours des gens de la rue, des vieux qui se promenaient pour tuer le temps. À
l’atelier, ils s’asseyaient devant nous pendant des heures, sans pose spéciale. Ils ne faisaient rien d’autre que ce
qu’ils auraient fait s’ils n’avaient pas été là. J’ai travaillé sur ces visages pendant des années, en faisant des études
au crayon, à la tempera et à l’huile, en modelant leurs rides, en déchiffrant leur regard, en reproduisant leur peau
en peinture. »
Adrian Paci, « Conversation avec Mirjam Varadinis », in Adrian Paci. Electric Blue, Zurich, Kunsthaus Zürich, 2011, p. 6.
z « Il existe, dans le rapport de Paci aux images, une influence secrète, je devrais dire un amour – un amour dont il ne
fait pas mystère : celui qu’il a pour l’œuvre du grand réalisateur italien Pier Paolo Pasolini. Cette influence est très nette
dans l’usage magistral qu’il fait du portrait, dans son travail avec des non-acteurs et dans le recours aux rencontres de
hasard et aux récits souvent improvisés pour explorer les liens invisibles entre histoires personnelles et événements sociaux
et politiques. »
Edi Muka, « Engendrer la réalité », Adrian Paci. Transit, Paris, Jeu de Paume/Musée d’art contemporain de Montréal/Milan,
Mousse Publishing, 2013, p. 92.
z « Parmi les vidéos les plus remarquées de la Biennale de Venise en 2005, Turn On présentée dans l’une des salles
d’exposition de la Biennale exerça alors sur les visiteurs une fascination qu’elle n’a de cesse d’ailleurs d’exercer puisque
elle y est restée exposée depuis lors. On y découvre, un à un et en gros plan, des visages rudes, sévères, ridés, tannés ;
ceux d’un groupe d’hommes silencieux qui, bien que leurs yeux soient braqués sur l’objectif, fixent leurs mondes intérieurs.
Pour ce projet, Paci a engagé des sans-emploi qui passent leur temps sur les gradins en béton nu du stade de Shkodra
dans l’attente d’une embauche à la journée, scène courante dans cette ville frappée par le chômage. La caméra nous
montre ensuite que chacun d’eux tient une ampoule électrique à la hauteur du visage et qu’un groupe électrogène est
placé à leurs pieds. Le silence est rompu lorsque, l’un après l’autre, ils mettent en marche les générateurs ; le grondement
des machines s’amplifie et les ampoules qu’ils tiennent à la main s’allument une par une en éclairant les visages des
hommes. […] cette scène courte et poétique illustre l’attrait particulier de Paci pour le portrait, son goût pour le visage,
pour le gros plan, et surtout pour les ingrédients fondamentaux du genre : pose, lumière et ombre, source de lumière ; un
intérêt qu’il manifeste aussi lorsqu’il opère avec d’autres médias. »
Edna Moshenson, « Sujets en transit », Adrian Paci. Transit, op. cit., 2013, p. 47-48.
z « Ici, nos yeux touchent, nos regards attestent une rencontre, et un gros plan pénétrant envahit le cadre. Nous entrons
dans un espace optique où le visage est un miroir qui réfléchit la fragilité et l’innocence. L’œuvre de Paci est une étude
du portrait humain ; le visage apparaît comme le paysage d’une identité meurtrie, exposé au déplacement et à la
dépossession. Dans The Last Gestures, le langage silencieux d’un échange de regards résonne d’une douleur, celle de
la séparation et de l’imprévisible ; […] Encounter marque le moment symbolique du face-à-face désiré ; Inside the Circle
théâtralise le regard comme dispositif de surveillance, de réconciliation et de mise à distance. Comme le toucher, le
visage évoque lui aussi un passage, mais un processus de transmission (éthique) autre, qui a lieu dans l’espace précaire
d’un entre-deux inconnu où il s’agit de synthétiser urgence de l’action, questionnement de l’empathie et possibilité
d’émancipation. »
Adam Budak, « Face au toucher ou “Quand nos yeux se touchent” », Adrian Paci. Transit, op. cit., p. 93-94.
z « Le fragment le plus filmé au cinéma est le visage, lieu de fixation de l’affectivité et de l’âme, face-paysage que la
caméra ne finit pas de scruter pour en décoder les signes.
“Jamais un visage ne s’est ainsi penché sur le mien”, dit le cinéaste Jean Epstein. Le visage, sa valeur émotive et son
énigme, sont un territoire dont la toponymie s’invente de film en film et constitue un lieu de fixation fantasmatique.
Comme l’écrit le philosophe Gilles Deleuze, “Il n’y a pas de gros plan de visage, le visage est en lui-même gros
plan, le gros plan est par lui-même visage, et tous les deux sont l’affect, l’image-affection”. Le visage devient une
configuration cosmique dans laquelle s’inscrit l’histoire humaine, sur le mode de l’imaginaire. Nous ne sommes
pas loin de la pensée archaïque pour laquelle nature et homme ne font qu’un, synthèse commune à de nombreux
mythes. »
Jean-Claude Fozza, Anne-Marie Garat, Françoise Parfait, La Petite Fabrique de l’image, Paris, Magnard, 2003, p. 162-163.
repères / 15
The Column, 2013
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
approfondir l’exposition
Mouvements et déplacements, passages et transitions
traversent et caractérisent les œuvres d’Adrian Paci :
dans les sujets, histoires et contextes représentés, évoqués
et questionnés d’une part, dans les pratiques, matières,
langages et supports des images choisis par l’artiste
d’autre part.
Ce dossier envisage ici trois axes thématiques :
« Contexte et histoires », « Passages et transferts d’un
médium à l’autre » et « Rites et gestes ». Ils rassemblent
des extraits de textes de critiques, d’historiens, de
théoriciens et d’artistes contemporains, qui permettent
d’approcher et de documenter ces questions et qui sont
choisis afin que les enseignants puissent les mettre en
perspective.
Sont ensuite rassemblées des pistes de travail, autour
de notions et de propositions, élaborées avec les
professeurs-relais des académies de Créteil et de Paris
au Jeu de Paume.
Les orientations bibliographiques thématiques permettent
enfin de compléter et de prolonger ces axes de
recherche et de réflexion.
Contexte et histoires
z « En 1997, Adrian Paci quitte une Albanie en proie aux
incertitudes politiques, à la crise économique et à une
anarchie totale, séquelles du postcommunisme. Il part pour
l’Italie avec sa femme et ses enfants en bas âge et, depuis,
il vit et travaille à Milan. Home to Go est un hybride : un
homme-maison fusionnant des paires conceptuelles telles
que lieu et non-lieu, mobilité et immobilité, mouvement et
arrêt, identité solide et identité fluide, sujet et objet – notions
essentielles pour commenter l’œuvre de Paci dans son
ensemble et ses travaux vidéo en particulier. »
Edna Moshenson, « Sujets en transit », in Adrian Paci. Transit,
Paris, Jeu de Paume/Musée d’art contemporain de Montréal/
Milan, Mousse Publishing, 2013, p. 45.
z « Bien souvent, mes œuvres résultent d’une sorte de
rencontre : rencontre avec une histoire, rencontre avec
une image, une expérience que l’on vit et sur laquelle on
s’interroge. Mes actes sont moins le fruit d’un savoir que d’un
questionnement. Par conséquent, le contexte dans lequel
je vis et les expériences que je traverse ont de l’importance
puisque c’est de là que je tire la matière de mon travail.
Évidemment, le contexte de mon travail est marqué par
un épisode de bouleversement majeur : l’effondrement du
régime sous lequel j’avais vécu pendant vingt-deux ans
et, quelques années plus tard, la décision de partir pour
l’Italie avec ma famille. Le changement a été considérable
et, à l’époque, la transformation a été à la fois historique,
politique et culturelle. Et, bien entendu, elle m’a affecté sur un
plan personnel. Le but de mon travail, ce n’est pas de décrire
cette transformation, mais de l’analyser dans ses multiples
facettes. Mon ambition étant de créer un lien entre avant et
après, entre ici et là-bas, mon travail se situe souvent dans un
entre-deux, dans un moment de transition, à un seuil. Mais,
bien souvent, cette démarche revient à montrer et mettre en
lumière une faille ou une rupture. J’essaie de décortiquer ces
moments de tension, les décalages que j’observe dans des
domaines qui me sont très proches, mais qui m’intéressent
pour leur portée plus large, plus universelle. »
Marie Fraser, Marta Gili, « Entretien avec Adrian Paci »,
in Adrian Paci. Transit, op. cit., 2013, p. 32
Interruption et discontinuité
z « Quand on parle aujourd’hui de l’histoire officielle de
l’Occident, on sait qu’il y a toujours eu – en parallèle –
d’autres histoires qui ont été marginalisées et, parfois,
effacées ou oubliées. On sait aussi que, même en Occident,
les histoires ”subordonnées” se multiplient, et que de plus
en plus rares sont les personnes qui peuvent s’identifier à
un récit collectif unifié – récit lié en fait à une communauté
imaginaire. Dans une période de compression du temps
et de l’espace, fait remarquer Homi Bhabha, la notion
d’hybridité remplace le sentiment d’identité nationale et
personnelle. Pour lui, la figure archétypale d’aujourd’hui
est le migrant, qui vit dans plusieurs espaces culturels.
Or, malgré son caractère assez insaisissable, l’identité
18 / approfondir l’exposition
pluriculturelle du migrant participe d’une catégorie
universellement reconnaissable.
Le sens de l’expression ”identité collective” est
fondamentalement lié à un contexte social et politique
donné. Il en va de même du concept d’histoires parallèles,
employé différemment selon les contextes et qui présente
des variations substantielles en fonction de l’histoire officielle
en marge de laquelle se situent ces histoires secondaires.
On observe d’ailleurs d’énormes différences entre les
systèmes dominants eux-mêmes, et entre ces systèmes
dominants et les systèmes subordonnés. Pour ce qui est du
modèle artistique qui domine en Occident, on peut affirmer
que celui-ci a toujours été beaucoup plus souple envers
ses histoires marginales, et qu’il a même réussi à les greffer
assez rapidement sur sa grande histoire, ce qui n’a pas été
le cas pour les régimes communistes rigides, où l’art nonofficiel n’a trouvé sa légitimité qu’après l’effondrement des
régimes en question. Une des caractéristiques essentielles
de l’art dans les espaces dominés par l’idéologie est son
parallélisme intrinsèque. Si l’on veut aujourd’hui construire
dans ces espaces une histoire de l’art qui ait un sens, il
faut donc tenir compte du fait qu’il a toujours existé deux
courants parallèles totalement séparés : un officiel et un
non officiel, le second étant le seul qui soit véritablement
parallèle en ceci qu’il ne recoupe jamais l’art officiel. Si l’on
prend le mot ”parallèle” au sens plein, il faudrait, en effet,
établir une distinction entre histoires parallèles et histoires
subordonnées. De ces dernières, on peut dire que ce sont
des lignes historiques qui forment, synchroniquement,
les rhizomes d’un système dans lesquels elles ne cessent
d’apparaître et de disparaître, s’interrompant ou se
transformant mutuellement. Les histoires subordonnées
caractérisent tous les espaces et elles présupposent
– du moins pour celles qui nous intéressent ici – un art
subordonné à celui des communautés politiques, ethniques
ou religieuses dominantes (et même, dans certains pays, à
l’art d’une diaspora ou à celui de l’Occident). Autrement dit,
on peut parler d’un système d’histoires interrompues qui,
dans les circonstances actuelles, peut apparaître comme
négatif et auquel il conviendrait de mettre fin. Pourtant,
l’interruption est en réalité la seule constante que l’on
retrouve en divers lieux et à diverses époques.
Ce serait une erreur de penser que la situation va se
normaliser avec l’effondrement des régimes politiques et
l’accélération rapide des processus d’intégration mondiale,
que les histoires interrompues vont disparaître et que l’art
s’organisera de lui-même en un système de continuités.
Loin s’en faut ! Après la chute du communisme, de nouvelles
interruptions sont apparues au moment même où l’on
attendait une grande vague de normalisation. Aujourd’hui
par exemple, on remarque une amnésie sur le passé
communiste. Une amnésie non pas sur la dégénérescence
du communisme mais sur l’idée humaniste et progressiste
qu’il contenait et qui a soudain disparu de l’espace public.
Cette interruption contemporaine a été rendue possible,
entre autres, par l’existence d’une tradition d’interruptions
véritablement radicales aboutissant, elle aussi, à la création
de systèmes parallèles. »
Zdenka Badovinac, « Histoires interrompues », in Les Promesses
du passé, une histoire discontinue de l’art dans l’ex-Europe de
l’Est, Paris, Centre Pompidou/Zurich, JRP|Ringier, 2010, p. 222.
Home to Go (détail), 2001
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
Klodi, 2005
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
z « J’ai grandi dans un pays marqué par l’ordre
Migration et capitalisme global
et par un sens progressiste de l’histoire. La collectivité
prévalait sur l’individu, et l’organisation prévalait
sur l’imprévu et le désordre. La vie toute entière était
régie par l’idéologie, et les instances du pouvoir
étaient extrêmement cruelles pour quiconque s’avisait
de s’échapper ou même de s’écarter de cette ligne.
D’une certaine façon, on nous forçait à vivre en
collectivité asservie. Après l’effondrement du régime,
nous avons changé d’optique pour devenir une
collectivité de partisans enthousiastes du changement.
Nous nous sommes répandus dans les rues en criant
“Nous voulons que l’Albanie ressemble à l’Europe”,
en pensant naïvement que les choses allaient changer
du jour au lendemain. Dans le même temps s’est
développé un autre type de collectivité, lui aussi
plein d’espoir : la collectivité des échappés, de
ceux qui voulaient passer directement en Europe
sans attendre que l’Albanie ressemble à l’Europe.
Tout au long de ces bouleversements, la foule a
prédominé sur l’individu, entraînée par une sorte
de psychose collective où alternaient l’illusion et
la désillusion. L’individu était obligé de faire face à un
sentiment de précarité et d’échec tout en imaginant
des stratégies de survie. Dans la plupart des cas,
ces stratégies ne s’inscrivaient pas dans une nouvelle
conscience collective susceptible à terme d’offrir
une issue à la crise ; il s’agissait plutôt d’actions
individuelles mues par l’intuition et la créativité et
liées à un certain risque. Je traite souvent de cette
situation dans mes œuvres. L’échec est souvent celui
d’un système de valeurs, une perte de stabilité qui
met l’individu dans un état de tension et de friction
avec le contexte où il vit, ce qui l’oblige à inventer
des solutions pour s’en sortir. Ses tentatives peuvent
échouer, mais elles débouchent toujours sur
des façons nouvelles de comprendre la réalité et
le système de relations qui le relie au monde qui
l’entoure. »
Marie Fraser, Marta Gili, « Entretien avec Adrian Paci »,
op. cit., p. 34-35.
z « L’image face à l’individu ; l’individu face à l’image ;
l’image face à l’individu… L’univers des œuvres d’Adrian
Paci fourmille de transpositions et de décalages entre
image, sujet et spectateur. Avec lui s’ouvre un nouvel
espace. Au cœur de son discours artistique figurent de
grands thèmes qui ont pour noms perte et déplacement,
mobilité et immigration, mondialisation et identité
culturelle. »
Edi Muka, « Engendrer la réalité », in Adrian Paci. Transit,
op. cit., 2013, p. 76.
z « Évidemment, ce qui m’a entre autres stimulé pour The
Column, c’est la fabrication d’une colonne occidentale
classique par un groupe d’ouvriers asiatiques qui font route
vers l’Europe. Comme tu l’as dit, c’est, en un sens, pour la
colonne une sorte de “retour chez soi”. Si je m’arrête un
instant sur cette idée de retour chez soi, je peux dire que
ce n’est jamais une simple question de nostalgie pour la
maison natale ou la famille. Pour revenir à la question
de Marie sur la “thématique“ de mon travail : est-ce que
le “retour chez soi“ ou le “chez soi“ font partie de mes
thèmes ? Oui, effectivement : deux de mes œuvres sont très
explicitement intitulées Home to Go et Back Home. Mais
le “chez soi“, comme je l’ai dit, ce n’est pas seulement la
maison, le toit, la famille ; c’est aussi un état de stabilité,
de lien, d’affection et d’identification à quelque chose.
Pour moi, le retour chez soi n’évoque pas la question de
l’émigration, mais une question plus profonde sur la quête
d’une stabilité perdue. Dans un contexte de transformation
et de mutation de fond, nous nous devons d’élaborer des
stratégies de survie et de continuité, et l’idée du retour chez
soi en fait partie. Mais, dans un sens plus large, je dirais
que le “chez soi“, c’est quelque chose qui nous manque
toujours. L’expérience de l’émigration donne peut-être à
cette question existentielle une forme plus concrète, et la
figure de l’émigré peut être vue comme l’exemple explicite
d’une condition plus universelle. »
Marie Fraser, Marta Gili, « Entretien avec Adrian Paci »,
op. cit., p. 33-34.
contexte et histoires / 19
z « L’exil, s’il constitue étrangement un sujet de
réflexion fascinant, est terrible à vivre. C’est la fissure
à jamais creusée entre l’être humain et sa terre
natale, entre l’individu et son vrai foyer, et la tristesse
qu’il implique n’est pas surmontable. S’il est vrai
que la littérature et l’histoire évoquent les moments
héroïques, romantiques et glorieux, voire triomphants,
de la vie d’un exilé, ces instants n’illustrent que des
efforts destinés à résister au chagrin écrasant de
l’éloignement. Ce qui est accompli en exil est sans
cesse amoindri par le sentiment d’avoir perdu quelque
chose, laissé derrière pour toujours. […]
Notre époque, qui se caractérise par une situation de
conflit moderne, par une tendance impérialiste et les
ambitions quasi théologiques de dirigeants totalitaires,
est en effet l’époque des réfugiés, des déplacements de
population, de l’immigration massive. […]
Cet ethos collectif forme ce que Pierre Bourdieu,
sociologue français, appelle l’habitus, l’amalgame
cohérent de pratiques qui créent un lien entre habitude
et habitat. Avec le temps, les nationalismes prospères
s’autoproclament détenteurs exclusifs de la vérité, et
rejettent le mensonge et l’infériorité sur les étrangers
(comme dans la rhétorique du capitalisme contre le
communisme, ou de l’Européen contre l’Asiatique).
Juste derrière la frontière qui “nous” sépare des
”étrangers” se trouve le territoire dangereux de
la non‑appartenance : c’est là qu’étaient bannis
les peuples à une époque primitive, et c’est là
qu’aujourd’hui d’immenses fragments d’humanité errent,
en tant que réfugiés et déportés.
Les nationalismes ont trait à des groupes, mais
l’exil est, de fait, une solitude ressentie en dehors
du groupe : c’est la souffrance qu’on éprouve à ne
pas être avec les autres, au sein de la communauté.
Mais alors, comment surmonter la solitude de l’exil
sans tomber dans le langage de l’orgueil national,
des sentiments collectifs, des passions grégaires
– langage omniprésent et violent ? Qu’est-ce qui mérite
d’être préservé, à quoi peut-on se raccrocher entre
les extrêmes de l’exil d’une part, et des affirmations
nationalistes souvent agressives d’autre part ? Le
nationalisme et l’exil sont-ils intrinsèquement liés ?
Ne sont-ils que deux variantes conflictuelles de la
paranoïa ?
Ces questions ne trouveront jamais vraiment de
réponses car chacune suppose que l’exil et le
nationalisme peuvent être l’objet d’une discussion
neutre, exempte de référence à l’un et à l’autre. Or
une telle discussion est impossible. Parce que ces deux
termes contiennent tout, du plus collectif des sentiments
collectifs à la plus intime des émotions intimes, il
n’existe pas vraiment de langue adéquate pour en
parler. Mais rien, dans les vastes ambitions publiques
du nationalisme, n’est aussi absolu que la souffrance
de l’exil.
Parce que l’exil, à la différence du nationalisme, est une
situation fondamentalement discontinue. Les exilés sont
arrachés à leurs racines, à leur terre, à leur histoire. […]
L’exilé sait que, dans un monde séculier et contingent,
toute demeure est provisoire. Les frontières et les
20 / approfondir l’exposition
barrières, qui nous enferment dans un lieu sûr, un
territoire familier, peuvent aussi devenir les limites d’une
prison, et sont souvent défendues au-delà de la raison
ou de la nécessité. Les exilés franchissent les frontières,
brisent les barrières de la pensée et de l’expérience.
[…]
L’exil est fondé sur l’existence du pays natal, sur
l’amour et l’attachement pour ce pays ; ce qui est vrai
pour chaque exilé, ce n’est pas le pays natal et l’amour
du pays natal qui sont perdus, c’est que la perte est
inhérente à leur existence même.
Il s’agit de considérer ce que l’on vit comme si c’était
le point de disparaître. Qu’est-ce qui fait que c’est
ancré dans la réalité ? Qu’aurions-nous envie de
sauver de ces expériences ? À quoi serions-nous
prêts à renoncer ? Seule une personne qui a atteint
l’indépendance et le détachement, une personne qui
apprécie la ”douceur” de son pays mais qui ne peut,
du fait des circonstances, la retrouver, peut répondre à
ces questions. (Il serait impossible à une telle personne
de tirer une quelconque satisfaction des substituts
fournis par l’illusion et le dogme.) […]
En exil, on n’est jamais satisfait, placide, en sécurité.
L’exil, pour reprendre les mots de Wallace Stevens,
est une “humeur hivernale”, dans laquelle le pathos
de l’été et de l’automne ainsi que la promesse du
printemps sont proches, mais inaccessibles. C’est
peut‑être une manière de dire que la vie d’un exilé
évolue selon un calendrier différent, elle est moins
saisonnière et installée qu’une vie chez soi. L’exil, c’est
lorsque la vie perd ses repères. L’exil est nomade,
décentré, contrapuntique et dès que l’on s’y habitue, sa
force déstabilisante surgit à nouveau. »
Edward W. Said, Réflexion sur l’exil et autres essais,
Arles, Actes Sud, 2008, p. 241-257.
z « Et quand on examine la position absolument
privilégiée de la référence au réfugié ou au migrant
dans le débat philosophique et politico-théorique
contemporain (de Derrida à Agamben, de Hardt et
Negri à Balibar pour ne citer que quelques noms),
on ne peut s’empêcher d’avoir de temps à autres
l’impression que dans la prolifération des métaphores
et des images évocatrices, on finit par perdre de vue
l’expérience matérielle – il faudrait dire sensible –
des migrant(e)s, avec sa charge d’ambivalence. Pour
parler comme le regretté Edward Said, le risque est
grand d’oublier que ”l’exil est quelque chose de
fascinant à penser, mais de terrible à vivre”. En faveur
de l’emploi d’un langage métaphorique, mais aussi
comme un salutaire avertissement concernant ses
limites, on peut cependant citer un extraordinaire
livre et reportage photographique des années
soixante-dix, qui se proposait justement d’illustrer
l’expérience des travailleurs immigrés. ”Le langage de la
théorie économique”, lisait-on dans ce livre (A Seventh
Man), ”est nécessairement abstrait. Quand nous
nous proposons de saisir les forces qui déterminent
la vie du migrant, et de les comprendre, nous avons
ainsi besoin d’une formulation moins abstraite. Nous
avons besoin de métaphores : et les métaphores sont
The Column, 2013
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
provisoires, elles ne remplacent pas la théorie” (Berger
– Mohr). Trente ans plus tard, pouvons-nous ajouter,
nous avons d’autant plus besoin de métaphores que
nous vivons une situation – celle du capitalisme global
contemporain, dont les migrations nous permettent
justement de saisir certains traits particulièrement
innovants – où semblent définitivement révolues les
distinctions traditionnelles entre économie, politique et
culture ; où il n’est plus possible de parler d’exploitation
et de valorisation du capital sans chercher en même
temps à comprendre les transformations de la
citoyenneté et des ”identités” ; où il n’est plus possible
de parler de classe ouvrière sans rendre compte en
même temps des processus de désarticulation du plan
des appartenances (processus sur lesquels est gravé
le signe indélébile de la subjectivité du travail vivant)
qui la configurent irréversiblement comme multitude.
La condition des migrants se situe précisément au
point de rencontre de ces processus : et, au fond,
les discussions philosophiques les plus abstraites
aujourd’hui au premier plan sont elles aussi dominées
par l’urgence de réfléchir à ces processus. »
Sandro Mezzadra, « Capitalisme, migrations et luttes
sociales », Multitudes, no 19, hiver 2004 (en ligne sur http://
multitudes.samizdat.net/Capitalisme-migrations-et-luttes)
z « Le point de départ thématique de Fish Story était
d’examiner le monde maritime contemporain, un monde
qui souffre d’une injuste réputation d’anachronisme.
Comment lutter contre le fantasme, courant au sein
des élites, selon lequel l’information est la denrée
essentielle, et l’ordinateur, l’unique moteur de notre
progrès ? La mer est peut-être un espace oublié, mais
elle n’a pas perdu sa signification, et elle n’est pas
simplement l’espace ”intermédiaire” du capitalisme.
Le monde maritime joue un rôle essentiel en cette
fin de l’ère moderne : c’est en effet le container, une
invention américaine du milieu des années 1950,
qui rend possible le système global de fabrication à
l’échelle planétaire. Le navire porte-conteneurs et le
pétrolier sont les ultimes et tristes réincarnations du
Pequod. En 1947, le poète américain Charles Olson
avait observé, non sans préscience, que Melville avait
déjà découvert un siècle auparavant ”le Pacifique en
tant qu’usine-bagne”. Le monde maritime m’intéressait
parce que c’est un gigantesque univers d’automation
et, en même temps, un monde de travail acharné, de
travail isolé, anonyme, invisible, de grande solitude,
de déplacement et de séparation de la sphère
domestique. Pour cette raison, il est important de
révéler la dimension sociale de la mer, comme l’a fait
Melville. Fish Story est également une étude ”d’histoire
de l’art”, qui suit toute une tradition de représentations
de l’économie de la mer, de la peinture hollandaise
du XVIIe siècle au ”lien objectif” mais non reconnu
avec le porte-conteneurs que l’on peut observer dans
l’art minimaliste et le pop art, qu’il s’agisse de la Brillo
Box de Warhol ou des cubes sériels de Donard Judd.
Une différence capitale existe cependant : la mobilité
du conteneur opposée à l’inertie dramatique de
l’objet d’art. Pour les transitaires, qui parlent ”d’intermodalité” – entendez ”modalité intermédiaire” –, la
boîte est plus importante que le véhicule. L’emballage
se trouve peu à peu investi d’une vie autonome, d’une
sorte d’animation fantôme. À ce propos, nous pouvons
revisiter la parabole de Marx sur le fétichisme de la
marchandise : la table en bois qui se met sur la tête
et commence à avoir des idées bizarres. J’appelle
le conteneur ”cercueil de la main-d’œuvre absente”,
car le travail qui produit les biens transportés se situe
toujours ailleurs, dans des lieux sans cesse différents
et interchangeables, déterminés par l’incessante quête
des salaires toujours plus bas. Ce travail n’est plus un
travail de proximité, même dans un sens métonymique,
à moins d’effectuer mentalement un énorme bond
géographique, d’avoir l’étrange et inquiétante faculté
de porter des baskets Nike tout en se transportant
en imagination jusqu’à une chaîne de fabrication en
Indonésie. »
« Allan Sekula, réalisme critique », interview par
Pascal Beausse, Paris, Art press, no 240, novembre 1998,
p. 20‑26
contexte et histoires / 21
Centro di Permanenza temporanea, 2007
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
Mondialisation et production
de « non‑lieux »
z « La vidéo Centro di Permanenza temporanea (2007)
se déroule sur une piste d’aéroport. Une longue file de
personnes marche vers un avion. La caméra suit leur
déplacement, mais, une fois rassemblés sur la passerelle,
les ”passagers” se retrouvent au milieu de nulle part.
Aucun avion ne semble les attendre. Cloués au sol,
exclus, incapables de bouger, immobiles, ils ne peuvent
rien faire d’autre qu’observer le mouvement et l’activité
des avions qui grouillent autour d’eux. […] On pense
qu’il s’agit d’un groupe de ”passagers en transit”, de
travailleurs émigrés, de refugiés, de détenus, d’expulsés,
abandonnés à leur propre sort. Le titre de l’œuvre (en
italien) évoque un camp de détention ou de transit pour
émigrés clandestins, un lieu de résidence transitoire ou
temporaire.
Ce camp de transit possède les caractéristiques d’un
non-lieu, tel que le définit Marc Augé, à l’image de
l’aéroport où le film a été tourné. Augé, dans son célèbre
ouvrage, définit le concept de ”non-lieu” comme un trait
distinctif de la surmodernité. »
Edna Moshenson, « Sujets en transit », op. cit., p. 52-53.
z « Si un lieu peut se définir comme identitaire, relationnel
et historique, un espace qui ne peut se définir ni comme
identitaire, ni comme relationnel, ni comme historique
définira un non-lieu. L’hypothèse ici défendue est que
la surmodernité est productrice de non-lieux, c’est‑à‑dire
d’espaces qui ne sont pas eux-mêmes des lieux
anthropologiques et qui, contrairement à la modernité
baudelairienne, n’intègrent pas les lieux anciens : ceux‑ci,
répertoriés, classés et promus ”lieux de mémoire”, y
occupent une place circonscrite et spécifique. Un monde
où l’on naît en clinique et où l’on meurt à l’hôpital, où se
multiplient, en des modalités luxueuses ou inhumaines,
les points de transit et les occupations provisoires (les
chaînes d’hôtels et les squats, les clubs de vacances,
les camps de réfugiés, les bidonvilles promis à la casse
ou à la pérennité pourrissante), où se développe un
22 / approfondir l’exposition
réseau serré de moyens de transport qui sont aussi des
espaces habités, où l’habitué des grandes surfaces,
des distributeurs automatiques et des cartes de crédit
renoue avec les gestes du commerce ”à la muette”,
un monde ainsi promis à l’individualité solitaire, au
passage, au provisoire et à l’éphémère, propose à
l’anthropologue comme aux autres un objet nouveau
dont il convient de mesurer les dimensions inédites
avant de se demander de quel regard il est justiciable.
Ajoutons qu’il en est évidemment du non-lieu comme du
lieu : il n’existe jamais sous une forme pure ; des lieux s’y
recomposent ; des relations s’y reconstituent ; les ”ruses
millénaires” de ”l’invention du quotidien” et des ”arts de
faire”, dont Michel de Certeau a proposé des analyses
si subtiles, peuvent s’y frayer un chemin et y déployer
leurs stratégies. Le lieu et le non-lieu sont plutôt des
polarités fuyantes : le premier n’est jamais complètement
effacé et le second ne s’accomplit jamais totalement –
palimpsestes où se réinscrit sans cesse le jeu brouillé de
l’identité et de la relation. Les non-lieux pourtant sont
la mesure de l’époque ; mesure quantifiable et que l’on
pourrait prendre en additionnant, au prix de quelques
conversions entre superficie, volume et distance, les voies
aériennes, ferroviaires, autoroutières et les habitacles
mobiles dits ”moyens de transport” (avions, trains, cars),
les aéroports, les gares et les stations aérospatiales,
les grandes chaînes hôtelières, les parcs de loisir, et les
grandes surfaces de la distribution, l’écheveau complexe,
enfin, des réseaux câblés ou sans fil qui mobilisent
l’espace extra-terrestre aux fins d’une communication
si étrange qu’elle ne met souvent en contact l’individu
qu’avec une autre image de lui-même. »
Marc Augé, « Des lieux aux non-lieux », in Non-lieux :
introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris,
Éditions du Seuil, 1992, p.100-102.
z « La situation mise en scène par Paci dans Centro
di Permanenza temporanea juxtapose deux modes
d’existence dans l’espace, deux dimensions temporelles.
On peut interpréter cette vidéo à la lumière des ouvrages
de Zygmunt Bauman, Le Coût humain de la mondialisation
et Liquid Modernity. D’une part, Bauman décrit le
mouvement de l’élite mondiale à l’ère de la modernité
liquide, où ”la majorité sédentaire est dirigée par une
élite nomade et extraterritoriale” de l’autre, il y a ceux
dont le lieu est fixe ou ceux qui ont sont contraints au
nomadisme par la mondialisation. ”Les gens qui bougent
et agissent plus vite, ceux qui viennent au plus près de
l’instantanéité du moment sont aujourd’hui ceux qui
dirigent. Et ce sont ceux qui ne peuvent pas bouger
aussi vite et, de manière plus visible, […] ceux qui ne
peuvent changer de place à leur gré, qui sont dirigés
[…] [L]a lutte contemporaine pour le pouvoir se livre
entre des forces munies, respectivement, des armes de
l’accélération et de celles de la procrastination.” Dans
sa vidéo, Paci présente, par le biais d’une situation
singulière, directe et concise, un point de vue qui
questionne cette fascination pour la mondialisation,
tout en utilisant des moyens d’expression qui lui sont
familiers, ceux du cinéma, c’est-à-dire une alternance
de plans généraux et de gros plans, de ralentis et
d’accélérés. Les aéroports sont le symbole même d’un
monde en mouvement. Ils sont devenus un lieu iconique
associé aux notions de modernité et de postmodernité,
de supermodernité et de modernité liquide. Depuis
quelques années, la conceptualisation prédominante
dans les écrits théoriques de plusieurs disciplines fait de
l’aéroport un lieu de transition, un non-lieu, un sans-lieu,
un endroit liminal ; un espace entre le global et le local,
”glocal”, etc. Le discours général, qu’il aborde l’aéroport
frontalement ou suivant des éclairages tangentiels,
parle de relations temps espace, de surveillance, de
mobilité, de mondialisation, d’hybridité, etc. Portés par
une fascination pour l’accélération de la mondialisation,
les aéroports, les salons de passagers et le trafic aérien
sont devenus des thèmes majeurs de l’art contemporain,
exprimant à la fois l’échec des utopies modernes et
l’angoisse actuelle. Des œuvres photographiques comme
celles de Fischli et Weiss ou d’Andreas Gursky, pour
ne citer que les plus connus, combinent la fascination
pour le chromatisme raffiné et l’animation des aéroports,
synonymes de la puissance mondialisée, avec une
observation neutre, dénuée de rhétorique de leur
uniformité. »
Edna Moshenson, « Sujets en transit », op. cit., p. 53-54.
le corps humain des normes et en nous poussant à
conquérir et instaurer de nouvelles règles collectives. Sa
règle est la transformation de tous les rapports constitutifs
du monde humain, sans fin. Transformation, victoire, cette
fois, du “trans“, parce qu’il s’agit de déplacer, de diffuser,
de mixer, de distribuer… »
Vladimir Bertrand, Christian Ruby, « Du lieu à la trajectoire.
Rebondir dans le matérialisme », Recherches en esthétique,
no 13, octobre 2007.
z « Si l’on s’avise donc de donner corps à cette formule
du rapport au lieu, ou plutôt du rapport qui configure
réciproquement les corps et les lieux, on ne trouvera
rien de plus intéressant à déployer que les œuvres d’art,
dans la mesure où elles jouent un rôle de première
importance dans la transformation des configurations
par avance données. Qu’il s’agisse des arts du langage
(réorganisant sans cesse la langue pour qu’elle échappe
à la réduction quotidienne aux lieux communs), qu’il
s’agisse de l’espace-temps des arts plastiques ou du
temps spatialisé de la musique contemporaine, chaque
pratique artistique jette ces rapports dans la tourmente
de mutations constantes. La chose faite, désormais, est
l’action même de faire. Du moins est-ce, à de nombreux
égards, la leçon de l’art contemporain qui ne cesse de
trouer les orthodoxies et les objectivations, en libérant
contexte et histoires / 23
Passages et transferts
d’un médium à l’autre
z « J’aimerais montrer que ces conditions de déplacement
peuvent susciter des questions productives. Au lieu de
parler d’identité isolée je préfère penser en termes de
lieux en interaction. Nos relations au lieu sont multiples.
Il convient, comme le disait Édouard Glissant, de troquer
le territoire contre l’archipel, car tout “ce qu’il y avait
de continental, d’épais et qui pesait sur nous“ n’est plus
adéquat “à nos éclatements, à nos histoires ni à nos non
moins somptueuses errances”. Penser notre relation au lieu
de façon mobile permet de concevoir la pluralité même du
réel, de nous concevoir autre autant que nous concevoir
même. Ce serait l’espoir de s’approcher de ce que
Robert Filliou appelait le principe de non‑comparaison ;
se concevoir pluriel, composite, bricolé.“ […] nous venons
tous de quelque part, ainsi pour Stuart Hall, nous parlons
d’endroits spécifiques, nous avons tous des positions
multiples et sommes dans ce sens, ”localisés”. Mais [nous
refusons] d’être invariablement identifiés par le lieu,
l’origine, la race, la couleur ou l’ethnie. [Nous savons]
que l’identité est toujours construite à l’intérieur, non à
l’extérieur de la représentation et qu’elle utilise l’espace
symbolique de l’image afin d’explorer, de construire et en
même temps de dépasser l’identité. »
Marion Hohlfeldt, « Hétérotopie et déplacements : du lieu à
l’archipel », Recherches en esthétique, no 13, octobre 2007.
z « Le passage à la vidéo marque un abandon, ne serait-
ce que temporaire, de sa formation de peintre et de
sculpteur à l’académie des arts de Tirana. Quitter sa ville
natale, c’est, pour lui, délaisser la tradition artistique qui l’a
nourri ; s’installer ailleurs le conduit à adopter un langage
et des modes d’expression nouveaux. Compte tenu des
circonstances, Paci n’a d’ailleurs eu d’autre choix que de
suivre la tradition familiale en se formant à la peinture
académique ; l’interdiction de fréquenter l’art moderne et le
cinéma occidental durant ses études éveille son intérêt pour
les nouveaux médias, son désir de s’y frotter et d’explorer en
priorité le potentiel de la vidéo et les moyens d’expression
cinématographiques. Par la suite, les déplacements
concrets d’un lieu à un autre, la présence physique autant
qu’imaginaire dans des espaces entre-deux se traduiront par
des transitions entre médias et genres ; ces chassés-croisés
(de la peinture à la vidéo puis de nouveau à la peinture,
de la peinture à la photographie, de l’image fixe à l’image
animée, de la peinture au cinéma avant un retour à la
peinture) deviendront le fondement de sa pratique artistique
et de la stratégie de survie de cet artiste-immigré. […]
Le passage d’un médium à un autre et la tension entre
mouvement et arrêt, entre mobilité et immobilité, sont au
cœur de cette œuvre, mais aussi, comme on le verra, du
travail tout entier de Paci. Le passage constant du réel au
métaphorique est le principe fondateur de sa démarche. »
Edna Moshenson, « Sujets en transit », in Adrian Paci.
Transit, Paris, Jeu de Paume/Musée d’art contemporain de
Montréal/Milan, Mousse Publishing, 2013, p. 45, 47.
24 / approfondir l’exposition
Brothers, 2011
Courtesy Galerie Peter Kilchmann, Zurich
Postmodernisme et décloisonnement
entre les médiums
z « En un premier temps, le postmodernisme a mis
au jour tout ce qui, dans l’évolution récente des arts
et de leurs formes de pensabilité, ruinait l’édifice
théorique du modernisme : les passages et mélanges
entre arts qui ruinaient l’orthodoxie lessingienne de
la séparation des arts ; la ruine du paradigme de
l’architecture fonctionnaliste et le retour de la ligne
courbe et de l’ornement ; la ruine du modèle pictural/
bidimensionnel/abstrait à travers les retours de la
figuration et de la signification et la lente invasion de
l’espace d’accrochage des peintures par les formes
tridimensionnelles et narratives, de l’art-pop à l’art
des installations et aux ”chambres” de l’art vidéo ; les
combinaisons nouvelles de la parole et de la peinture,
de la sculpture monumentale et de la projection des
ombres et des lumières ; l’éclatement de la tradition
sérielle à travers les mélanges nouveaux entre genres,
âges et systèmes musicaux. Le modèle téléologique de
la modernité est devenu intenable, en même temps que
ses partages entre les ”propres” des différents arts, ou la
séparation d’un domaine pur de l’art. Le postmodernisme,
en un sens, a été simplement le nom sous lequel certains
artistes et penseurs ont pris conscience de ce qu’avait été
le modernisme : une tentative désespérée pour fonder un
”propre de l’art” en l’accrochant à une téléologie simple
de l’évolution et de la rupture historiques. »
Jacques Rancière, Le Partage du sensible, Paris, La Fabrique,
2000, p. 41-42.
z « Je pense que l’irruption régulière des nouvelles
technologies, du VHS au DV, du CD au DVD, de la télé
au plasma, a soudain fait muter le principe du médium
unique en un immense champ de bataille composite,
où les alliances, les fusions, les changements de camps
et les unions sont érigés en une règle générale de
comportement échangiste. La spécificité d’un médium,
de nos jours, est qu’il est partouzard. Il s’accouple ici
et là facilement avec ses congénères médiums pour
Passages, 2010
Collection particulière, Suisse
donner naissance à un enfant chimérique. Un monstre
à tête et poitrail en surface sensible (chimique), un
ventre et une queue représentée par un nombre (bit,
digital), crachant des électrons flammes (analogique).
Les médias s’accouplent lors des phases de recueil et de
reproduction de l’image, à en perdre leur virginité, créant
une image mulet, hybride de l’âne et de la jument. »
Jean-Marc Chapoulie, « Le Médium échangiste ou l’image
mulet », in Fresh Theory I, Paris, Léo Scheer, 2005, p. 274.
z « Dans votre exposition, on trouve donc des films et des
tapis mais encore des installations et des peintures. À la
lecture de vos textes dans le catalogue, on est frappé par
les effets de liaison entre les arts visuels, la littérature (vous
passez par Dickens, Poe, etc.) ou encore la musique (Morton
Feldman). Toute cette circulation des arts se produit à partir
d’une question qui n’est pas celle du tapis stricto sensu, mais
plutôt celle du tapis traversé par le film. Est-ce l’agencement
de propriétés dont vous parlez qui permet toutes ces
combinaisons ?
Le film est une puissance traversante, une puissance
de transfert. L’idée sous-jacente de l’exposition était de
dissocier le film du photographique, de cesser de penser
le film à partir de l’expérience de la photo-impression.
Le photographique est une application (technique) du
film, mais certainement pas sa condition de possibilité.
Le film est un agencement de propriétés : il permet de
”déspécifier” les arts et de les enchaîner. En cela, il rejoint
l’ornemental, constitué de puissants dispositifs visuels
capables d’investir toutes les surfaces, et à toutes les
échelles.
La réduction des arts à leur médium n’est-elle pas liée à
la définition de l’art moderne, et la “déspécification“ que
vous proposez ne s’inscrit-elle pas ainsi dans le courant
postmoderne ?
C’est un phénomène relativement tardif. Le formalisme
greenbergien insiste sur la spécificité des médiums, alors
que ce n’est pas le cas au début des années 1920, où les
avant-gardes travaillent toutes ensembles.
La circulation entre les disciplines est d’ailleurs un
symptôme de l’existence d’une avant-garde. L’histoire
des relations entre Van Doesburg et Mondrian est
intéressante à cet égard. Alors que pour Van Doesburg
la peinture n’a de sens que si elle est intégrée à un
système des arts comprenant l’architecture, le design,
etc., Mondrian, à l’inverse, insiste sur la spécificité
et l’autonomie de la peinture qui doit absorber et
neutraliser les paramètres d’espace et de temps. C’est
ainsi que Van Doesburg et Mondrian se séparent en
1923 sur une question de diagonale. Pour Mondrian, la
diagonale c’est le “mauvais objet“. C’est ce qui détruit
l’autonomie du tableau. À partir de 1923, Van Doesburg
se met quant à lui à multiplier les diagonales dans sa
peinture afin de dynamiser les formes, c’est-à-dire de les
mettre en mouvement. Or d’où viennent les diagonales
chez Van Doesburg ? Du film, et très précisément de
Rythme 21 de Hans Richter, qui est, paradoxalement,
constitué uniquement de lignes et de carrés : les lignes
balayent l’écran et les carrés viennent s’inscrire à
l’avant-plan ou au contraire se rétractent à l’arrièreplan. Toutes les formes qui apparaissent sur l’écran
sont ainsi déduites de la forme de l’écran lui-même.
Il n’y a ainsi plus de différence entre la surface où les
formes apparaissent et les formes elles-mêmes. Ce qui
produit un effet de présentification des formes. Il n’y
a pas de diagonale dans le film, mais simplement un
double système d’écrans perpendiculaires, c’est-à-dire
les lignes qui balaient le champ bord à bord, et d’écrans
parallèles, c’est-à-dire les carrés qui avancent ou reculent
à la surface de l’écran ; les carrés sont toujours reliés
par des diagonales virtuelles. Si on les trace, on obtient
des cubes dans l’espace (tous les états intermédiaires
du passage d’une figure à l’autre). Le mouvement d’une
image à une autre, ou le pouvoir de la diagonale, est de
passer de la surface au volume, ou encore de la peinture
à l’architecture. Le film est le principe de transfert d’un
médium vers l’autre. On voit dès lors très bien comment,
à partir de la structure déductive de Rythme 21, la
peinture de Van Doesburg, les chaises de Gerrit Rietveld
ou la maison Schröder que ce dernier a construite à
Utrecht s’enchaînent sans solution de continuité : ce sont
des agencements d’écrans. Le film est, si j’ose dire, le
passages et transferts d’un médium à l’autre / 25
Secondo Pasolini (Decameron), 2010
Collection particulière
fil qui permet de détacher les pratiques artistiques de
leur médium et de les repenser hors de leur spécificité.
C’est un pouvoir de transfert. C’est exactement ce que
produit l’ordre ornemental : des dispositifs visuels qui
peuvent s’investir sur toutes les surfaces, et à toutes les
échelles. Dans l’exposition, je n’ai pas seulement cherché
à “déspécifier“ les médiums, mais aussi à décloisonner les
périodes et les cultures.
Mais finalement, est-ce le film ou le tapis qui active toutes ces
relations, tous ces découplages entre surface-profondeur,
horizontale-verticale, volume-surface, etc. ? Est-ce l’activateur
film qui prend le tapis comme il prend ou traverse tout le
reste, ou bien s’agit-il de deux activateurs distincts qui peuvent
se retrouver dans ces relations entre formes et impressions ?
En fait, il faudrait arrêter d’appeler les choses par leur
nom. Je conçois le film comme un ensemble de puissances
ou de propriétés, qui produisent des effets de transfert. À
partir de ce moment, on peut commencer à discerner la
présence du film dans tous les médiums, et pas seulement
visuels d’ailleurs : dans les médiums sonores et mêmes
langagiers… ou encore dans les tapis. »
« Tapis volants. Entretien avec Philippe-Alain Michaud »,
Zamân, Paris, no 5, été 2012, p. 192-197.
z « Les propositions relevant de l’installation, combinant
la projection d’images animées, la scénographie
d’un espace et un geste volumétrique qui loge
harmonieusement ou affronte l’architecture muséale ont
été nombreuses ces vingt dernières années. On ne peut
renvoyer indistinctement à un courant ou à une mode,
l’ensemble des artistes qui se sont illustrés dans une
discipline qu’on ne parvient pas à définir exactement, ni
précisément à délimiter. S’agit-il d’un nouveau matériau
d’expression ? L’image mouvante a-t-elle le même
statut que les variations colorées ou la malléabilité
d’une matière ? L’image mouvante est-elle un matériau
nouveau qui spécifierait une discipline ou une écriture
inédite après que le cinéma en ait expérimenté toutes
les puissances narratives ? Que font principalement ces
artistes dont la technique vidéo est ce qui les fédère en
apparence ? Ils projettent désormais, dans la majeure
26 / approfondir l’exposition
partie des cas, mais pas exclusivement, puisque des
moniteurs cathodiques se conjuguent fréquemment avec
la projection. Le matériau de ces installations vidéo
est-il de l’image? N’est-ce pas plutôt du temps qui est
offert au regard du spectateur-visiteur, venant confirmer
le phénomène cinématographique selon Jean-Louis
Schefer : ”du temps donné comme une perception”.
Autrement dit, l’expérience d’une certaine durée que
des images matérialisent. Matérialisation paradoxale,
opérée par un immatériel faisceau lumineux qui
transporte désormais des images numériquement
engrangées et montées sur un support – un disque –
bien éloigné des apparences de la pellicule. Parmi
cette catégorie d’artistes nouveaux – car il s’agit bien
d’une pratique inédite qui s’est instituée dans les
musées depuis une vingtaine d’années – certains ont
emprunté au cinéma son immense réservoir de montages
d’images et ses figurations légendaires. Mais la porosité
des frontières entre l’univers cinématographique et le
monde des arts plastiques ne s’illustre pas seulement,
ni ne s’explique, par la fascination du spectacle et la
mélancolie envers les stars hollywoodiennes. C’est un
événement marquant de l’histoire des arts qui intervient
au moment même où le cinéma connaît une incertitude
profonde sur sa pérennité et en intègre les conséquences
formelles. […]
Prolongeant les expériences de dilatation temporelle
qui ont marqué le cinéma contemporain à des fins
méditatives sur le réel – son inatteignabilité, son opacité,
son ratage, son énigme – les cinéastes qui se risquent
aujourd’hui à s’exposer, n’ont pas pour seule ambition
de rivaliser avec les autres arts car les arts sont fermés
remarque encore Badiou. Le cinéma, en tant que
démonstration de ces mouvements impossibles entre les
arts et pourtant terrain privilégié de citations allusives
des autres arts, arrachent ces derniers à eux-mêmes,
”et ce qui reste est justement la lisière ébréchée où aura
passé l’idée, telle que le cinéma et lui seul, en autorise
la visitation”.
Aussi, faut-il prendre très au sérieux cet exode des
salles aux cimaises. La conviction que le cinéma puisse
être de la pensée – ou plus exactement, qu’un film
puisse relever parfois de l’évidence d’avoir ”une idée
en cinéma” – trouve dans ce paradoxal recours à des
images mouvantes pour figurer une immobilité inédite,
une ”immobilité non statique”, une vérification renouvelée
auprès d’un autre public que la cinéphilie théorique.
Dans ce même texte, décidément précieux, Alain
Badiou remarque toujours : ”Or, que ce soit le versant
immobile de cette idée qui soit livré est proprement
ce qui ici fait passage. On pourrait montrer que les
autres arts, soit livrent l’idée comme donation – au
comble de ces arts, la peinture –, soit inventent un
temps pur de l’Idée, explorent les configurations de
la mouvance du pensable – au comble de ces arts, la
musique. Le cinéma, par la possibilité qui lui est propre,
en saisie et montage, d’amalgamer les autres arts sans
les présenter, peut, et doit, organiser le passage de
l’immobile.” »
Dominique Païni, Le Temps exposé. Le Cinéma de la salle
au musée, Paris, Cahiers du cinéma, 2002, p. 71-78.
Images fixes et images en mouvement
z « Laura Mulvey traite du paradoxe inhérent au médium
filmique : le fait qu’il se compose d’une succession de 24
images par seconde qui créent l’illusion du mouvement ; la
présence simultanée de la mobilité et de l’immobilité, de
l’animé et de l’inanimé, relie l’image cinématographique
au concept de mort. Ce paradoxe n’a jamais été aussi
concret qu’à la fin du XXe siècle, lorsque les technologies
modernes de la vidéo et du numérique ont engendré des
nouvelles manières de regarder le cinéma. Les nouvelles
fonctions de visionnement permettant d’arrêter l’image,
de reculer et d’avancer tout en agissant (à distance)
sur la progression du récit, ont mené, selon Mulvey,
à un examen plus profond du ”monde intérieur du
cinéma”. L’accessibilité à des films anciens a renouvelé le
regard qu’on porte sur leur histoire. Bien que, dans son
texte, Mulvey parle surtout du cinéma de fiction et des
conséquences de l’accès aux films du passé sur l’étude
de l’histoire du cinéma, ses constats peuvent aussi être
appliqués à une pratique artistique plus large.
Ayant intégré ces possibilités techniques et leur perception
esthétique, de nombreux artistes contemporains s’en sont
servi pour créer des œuvres vidéo fascinantes en utilisant
le matériau filmique et le pouvoir de manipulation des
outils numériques, mais en refusant le pathos du cinéma
et en se dissociant volontairement de leur contexte
narratif ou divertissant. Pour ne citer que quelques cas
emblématiques, mentionnons Douglas Gordon qui, dans
24 Hour Psycho (1993), ralentit le film Psychose d’Alfred
Hitchcock, pour l’étirer au-delà des vingt-quatre heures
et qui, dans Through a Looking Glass (1999), projette une
scène de Taxi Driver du réalisateur Martin Scorsese sur
deux écrans, plaçant le spectateur au milieu de la scène
où, face à un miroir, le personnage principal (Robert
De Niro) brandit un pistolet en répétant cette réplique
glaçante : ”You talkin’ to me?”. De la même façon, le film
monumental de Jean-Luc Godard, Histoire(s) du cinéma,
en 1998, comporte une vision personnelle, poétique,
fragmentaire des films favoris du cinéaste : une ”histoire du
cinéma, pas seulement de manière chronologique”, comme
il le dit, mais qui incorpore les possibilités technologiques
de la vidéo et la perception esthétique du médium.
Adrian Paci exploite ces possibilités de la vidéo d’une
façon inédite, comme un geste naturel et fondamental
à l’élaboration de son travail. Il revisite les images de
sa propre histoire, les vidéos amateur documentant son
mariage en Albanie dans les années 1990, mais aussi
l’histoire du cinéma et certains films de Pier Paolo Pasolini
réalisés dans les années 1960 dont il extrait certaines
images fixes qu’il utilise comme sources de plusieurs de ses
peintures. La possibilité de visionner des bandes et des films,
de rembobiner et d’avancer rapidement, d’interrompre le
déroulement de l’image animée, d’extraire certaines images
et de les figer comme des photographies, tout cela a permis
la production d’innombrables peintures, regroupées par
séries et remontées à l’intérieur de nouvelles séquences. La
traduction des images fixes en peinture, en gris, blanc et
sépia, a donné naissance à des tableaux qui, visuellement,
se situent entre la photographie et la peinture. »
Edna Moshenson, « Sujets en transit », op. cit., p. 49-50.
z « L’œuvre d’Adrian Paci se caractérise par sa très
grande cohérence. Les thèmes nouveaux n’y font
que rarement leur apparition, les images entièrement
nouvelles y sont rares, la circulation de l’iconographie
d’un médium à l’autre et d’une formulation à une autre
semble être la règle. De telle sorte que le recours à un
médium spécifique pourrait n’apparaître que comme
une variation sur des éléments préexistants. Il y a
pourtant dans le choix effectué par l’artiste de peindre
des images, de faire régulièrement retour à la peinture,
un enjeu qu’il ne faudrait pas négliger. La peinture y
est volontairement pauvre, produisant une dégradation
des images plutôt qu’une amplification décorative
ou monumentale – ou bien, c’est d’une amplification
paradoxale qu’il s’agit, qui, faisant généralement usage
de la gouache sur papier ou bien de l’acrylique sur
des supports de récupération (briques, roue de bois),
toujours en sépia ou en grisaille, reprenant des images
qui ont préalablement existé comme prélèvements
mécaniques du réel (comme photographies ou films,
argentiques ou vidéo), transforment ces images en les
singularisant.
Le choix des emprunts à Pier Paolo Pasolini, nombreux
à partir de 2005, suggère des pistes d’interprétation
privilégiées. D’abord dans une installation complexe
(Cappella Pasolini de 2005) puis dans des ensembles
de petits panneaux, Adrian Paci isole en effet des
images des films du réalisateur italien, comme des
photogrammes, qu’il ne choisit pas pour leur pouvoir
d’évocation des films, à la manière d’un critique de
cinéma ou d’une campagne de promotion, mais pour
leur force propre, décontextualisée et recontextualisée
au sein d’un nouveau référent qui est son propre travail.
[…]
On sait que Pasolini présentait son cinéma comme
étant d’origine ”plastique”, le résultat d’une ”passion
picturale”, précisant : ”Ce que j’ai dans la tête, ma
vision, mon champ de vision, ce sont les fresques de
Masaccio et de Giotto […]. Par conséquent, quand mes
images sont en mouvement, elles sont en mouvement
un peu comme si la caméra s’approchait d’elles sur un
tableau.” C’est cette ”passion picturale” se trouvant au
fond (back) des images mécaniques, parce qu’elle est
la maison d’origine (home) d’Adrian Paci (formé comme
peintre dans le système des beaux-arts albanais)
comme elle fut celle de Pasolini (formé comme historien
de l’art à l’école de Roberto Longhi), qui explique le
recours du premier au fonds d’images du second. De
même que, pour Pasolini, il s’agissait moins de faire des
citations à l’histoire de la peinture que d’en proposer
des ”descriptions” par de nouveaux moyens, il s’agit
pour Adrian Paci de proposer des descriptions en
peinture, qui lui soient propres alors même qu’elles
renvoient à un fond commun auquel il s’identifie
(comme Pasolini choisit de jouer le rôle de Giotto dans
le Decameron, dont l’artiste albanais a précisément
tiré une suite de douze gouaches en 2006 – Secondo
Pasolini (Decameron). »
Éric de Chassey, « Back Home. La peinture d’Adrian Paci »,
op. cit., p. 69.
passages et transferts d’un médium à l’autre / 27
Piktori, 2002
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
z « Cette démarche laisse transparaître une attitude
ambivalente envers le médium de la peinture. Elle
traduit une simultanéité entre proximité et distance,
appartenance et non-appartenance, mémoire et oubli,
nostalgie et élégie à l’égard de la réalité dépeinte
– une dimension que l’on retrouve dans d’autres œuvres.
Visionnement, arrêts, fragmentation et montage donnent
une signification autre à des instants extraits d’une
séquence animée et expliquent la présence complexe
de la dimension temporelle dans l’œuvre de Paci.
Lors d’un entretien, Adrian Paci a déclaré : ”Je vois la
peinture comme une forme primitive du cinéma… mais
en moins cher !” Il situe ici les origines du cinéma dans
la peinture en même temps qu’il évoque l’aspect illusoire
du mouvement produit par une séquence d’images fixes
révélé par les moyens de visionnement que permet le
cinéma numérique. En ralentissant le film et donc en
neutralisant la narration linéaire au profit d’instants
ou d’extraits de scènes, on offre la possibilité au
spectateur de détenir, de posséder une image jusqu’alors
insaisissable. »
Edna Moshenson, « Sujets en transit », op. cit., p. 51.
z « Pourquoi revenir encore une fois sur l’expérience
de l’arrêt sur image, de l’arrêt provoqué qui ne
fait évidemment que parler de tous les autres, de
ceux qui s’arrêtent vraiment, de tous les instants
exhibés, les interruptions flagrantes – sans parler
des métamorphoses de l’image qui leur sont liées ?
Pourquoi ? […] Pourquoi Robert Frank écrit-il qu’il
aimerait tant faire un film (son ”vrai film” ?), qui mêlerait
sa vie (privée) et son travail, ”un photo-film”, afin
d’“établir un dialogue entre le mouvement de la caméra
et le gel de l’image fixe, entre le présent et le passé,
l’intérieur et l’extérieur, le devant et le derrière ?” La
chose remarquable, ici, tient aux trois derniers ”entre”.
Ils affectent le temps, l’âme-corps et la position du
corps-regard pour se trouver ensemble rapportés à la
force qui pourrait les produire, ou attester au moins leur
visibilité : l’entre-temps de l’image fixe et de l’imagemouvement.
28 / approfondir l’exposition
Ainsi, regard critique et désir d’œuvre se reconnaissentils dans un geste commun qui, en couvrant l’espace
elliptique entre photo et photogramme, est devenu un
des gestes électifs de la conscience de l’image – de
son destin comme de sa survie. Le magnétoscope l’a
désormais ouvert au tout-venant, de la même façon
que la télévision et le cinéma qui la double n’ont cessé
et ne cessent de banaliser (bien qu’en les nourrissant)
des recherches inquiètes par lesquelles les véritables
cinéastes auront cherché à cerner une identité.
Si l’arrêt sur image, ou de l’image, ce qu’on peut appeler
aussi prise de vue photographique sur le film, pose ou
pause d’image exprimant la puissance de la captation par
l’immobile, si cette expérience est si forte, c’est évidemment
qu’elle joue avec l’arrêt de mort – son point de fuite et en
un sens le seul réel (nous savons tous qu’un mort devient
une statue de cire, un fragment d’immobile). […]
Sauve qui peut (la vie) : rarement titre aura été si bien
choisi. Pour Godard revenant au cinéma après des temps
d’interruption et d’expérience, il s’agit de marquer que
l’arrêt et la décomposition du mouvement sont devenus
en quelque sorte internes à la vie du cinéma, et donc à
la vie même, et qu’il s’agit de les sauver ensemble. Cela
passe aussi par l’invention d’une nouvelle image, qui se
dégage (en partie, mais cela suffit comme appel) de sa
transparence photographique pour ouvrir sur d’autres
matières, introduire une physicalité nouvelle. Bref, une
image qui, par la défiguration, ouvre sur une refiguration.
Ce que j’ai appelé : la seconde face de l’expérience.
En forçant un peu les choses pour exprimer leur vérité
la plus active, on peut dire qu’il n’est pas de passage
entre mobile et immobile (touchant donc à l’analogie
du mouvement), qui ne suppose une mutation plastique
de l’image (donc de l’analogie en son sens proprement
photographique).
Ce n’est pas un hasard si le développement de l’arrêt
sur image et de toutes les formes du photographique,
qui envahit le cinéma au tournant des années 60, a
coïncidé avec les transformations qui se sont précisées
depuis grâce au traitement de l’image électronique. Un
mot circonscrit cette mutation : Vidéo, ouvert sur les deux
versants qui le bordent : la télévision et l’art vidéo. Un
mot improbable dont on n’a pas fini de comprendre à
quel point il engage dans une situation sans précédent
les arts de reproduction mécanique qui lui sont antérieurs
– photo et cinéma – en ouvrant un espace où la question
de la reproduction se trouve débordée par les possibilités
encore à peine entrevues de l’image calculée. »
Raymond Bellour, L’Entre-Images : photo, cinéma, vidéo,
Paris, Éditions de la Différence, 2002, p. 12.
z « La traduction (usuelle et contestée) de la formule
célèbre par laquelle Platon, dans le Timée, condense
l’idée du temps établit celui-ci comme “image mobile de
l’éternité“. Sur l’horizon de définition de cette formule
malgré tout si frappante et si ramassée, on pourrait dire
de la photographie qu’elle serait, à l’inverse, comme une
figure immobile du passage du temps.
Par exemple, et ce serait le cinéma, le cinéma même,
c’est-à-dire la prise entée sur un mouvement – l’ombre,
sur un mur, de branchages secoués par un vent léger :
soit ce que je pourrais personnellement regarder pendant
des heures (mais ça ne dure jamais des heures, il n’y a
chaque fois que le miracle d’une période de quelques
minutes où, entre l’oscillation bercée des branches,
l’image souple des feuilles qui vient avec elle, la quantité
de lumière et la texture du mur-écran, une chorégraphie
parfaite est réglée). Soit aussi une image qui ressemble
à ces vues que Talbot se projetait en Italie. Soit, enfin, il
faut l’imaginer, le ralentissement extrême de cette image
mobile qui a déjà l’air elle-même d’un ralenti : un ralenti
maximal, donc, semblable à celui proposé par l’artiste
Douglas Gordon dans 24 Hour Psycho. Puis, enfin, au
bout du bout de ce ralenti extrême, une sorte d’extinction,
ou d’évanouissement du temps – l’arrêt sur image
produisant l’image –, la photo. »
Jean-Christophe Bailly, L’Instant et son ombre, essai, Paris,
Éditions du Seuil, 2008, p. 55-56.
z « Le sens commun semble se satisfaire d’attribuer
l’image fixe à la théorie de la photographie et l’image
mouvante à la théorie du cinéma. Mais faire équivaloir
le mouvement au cinéma et la stase à la photographie
revient à confondre la représentation avec son support
matériel. Un film peut très bien représenter un objet
immobile alors même que la pellicule, de son côté, se
déroule au rythme de vingt-quatre images par seconde
et, en dépit de sa propre immobilité, une photographie
peut parfaitement représenter un objet mouvant. Dans
un texte de 1971, le photographe et cinéaste Hollis
Frampton envisageait un “film infini“ qui consisterait
en un spectre allant de la stase d’une image résultant
d’une succession d’images absolument identiques
au chaos d’une image produite par une succession
d’images complètement différentes. […] Bien qu’une
pose photographique puisse être réalisée “en un clin
d’œil”, l’expérience consistant à regarder l’image qui
en résulte appartient au registre subjectif de la durée
plutôt qu’à l’abstraction mécanique de “l’instant” auquel
l’image a été fixée sur la pellicule. […] Un film possède
à la fois une durée diégétique et une durée propre,
laquelle correspond en général au temps qu’il faut pour
le regarder ; une photographie possède pour seule durée
le temps nécessaire à sa contemplation. Nous trouvons
normal qu’on nous signale la durée d’un film ou d’une
vidéo ; en général, par contre, nous ne demandons
pas : “Combien de temps dure telle photo ?” – mais la
question n’est pas complètement absurde pour autant.
La photographie restitue un “moment” sur le plan spatial,
et suspend ce moment en le mettant comme hors du
temps. Qu’il soit argentique ou numérique, cependant,
le support matériel de cette image spatiale est luimême sujet à l’entropie, et voué, au bout du compte,
à la dégradation. Une photographie n’arrête pas le
temps, elle suspend plutôt un moment entre parenthèses
– jusqu’au jour où le temps reprend ses droits. C’est
pendant ce temps entropique de la photographie
qu’intervient le temps subjectif du spectateur. »
Victor Burgin, actes du cycle de conférences « Le film qui
vient à l’esprit », Paris, Jeu de Paume, séance du 9 janvier
2010, « L’éclipse du temps » (en ligne sur http://www.
jeudepaume.org/pdf/Burgin_EclipseduTemps.pdf.)
passages et transferts d’un médium à l’autre / 29
Rites et gestes
z « Disons que la fonction des rituels est de marquer
le passage d’un état à un autre en créant un moment
fictionnel qui nous aide à affronter la dureté du réel. Le
rite a un aspect collectif, mais il s’adresse à l’individu.
Il est lié à la tradition, mais accompagne des moments
de changement profond et de renouveau. Bien entendu,
la société contemporaine n’a plus le même intérêt
pour les rituels. D’ailleurs, le capitalisme vise à nous
convaincre que le seul rituel possible de nos jours,
c’est la consommation. Je m’intéresse aux rituels, et on
le voit dans mon travail, mais ma façon d’opérer les
problématise. En tant qu’artiste, on ne peut pas produire
de rituel, on ne peut que réactiver des moments ou
modifier un point de vue au travers de gestes qui offrent
une autre perspective sur des rites déjà familiers. »
Marie Fraser, Marta Gili, « Entretien avec Adrian Paci »,
in Adrian Paci. Transit, Paris, Jeu de Paume/Musée d’art
contemporain de Montréal/Milan, Mousse Publishing,
2013, p. 35.
Rites de passages
z « Qu’est-ce qu’un rite de passage ?
Pour tenter de répondre à ces questions difficiles, il
faut revenir sur le sens précis du “rite de passage“.
Il fut formulé pour la première fois par le folkloriste
français Arnold Van Gennep. Il s’attache à montrer que,
dans les phénomènes sociaux quotidiens, on retrouve,
sous des latitudes et dans des cultures différentes, un
même schéma formel organisé en trois stades, “celui
de la séparation, celui d’attente ou de marge, et celui
d’agrégation“. Dans un premier temps, l’individu est
sorti du cours normal de son existence ; il est ensuite
isolé du groupe et plongé dans une espèce de no man’s
land temporel, où il subit éventuellement une “initiation“.
Il en sort enfin avec une identité neuve, manifestée
parfois par un nouveau nom, un nouveau domicile,
de nouvelles parures et attributions, etc. L’importance
respective de ces trois stades peut varier, mais deux
traits caractérisent l’opération. D’une part, il s’agit pour
l’individu d’un complet changement d’état : c’est une
nouvelle naissance annonçant une nouvelle vie. D’autre
part, le passage s’effectue sous le regard et le contrôle
constant de la collectivité. Le rite de passage est donc
la cérémonie publique d’une métamorphose individuelle
calquée sur l’ordre suprême des choses.
C’est cette ritualité, en rupture avec le cours de la vie
quotidienne, que Van Gennep étudie en détail dans
la première partie du Folklore français (1943) intitulée
“Du berceau à la tombe”. Ainsi, après la naissance,
l’intégration de l’enfant et la réintégration de la mère
dans la communauté sont-elles suspendues à une
phase d’attente, dont le baptême ou la circoncision, la
cérémonie des relevailles, marquent symboliquement le
terme. De la même manière, le mariage se caractérise
par des mises en scène en trois étapes : sortie du célibat,
30 / approfondir l’exposition
Vajtojca, 2002
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
isolement ou résistances, renaissance. Les rites de mort
eux-mêmes, dont on aurait pu penser qu’ils n’insisteraient
que sur le premier moment de séparation, sont fidèles à
la tripartition. C’est d’ailleurs ceux qui agrègent le défunt
au monde des morts qui apparaissent souvent les plus
élaborés et, symboliquement, les plus puissants. Cela
étant, les rituels d’initiation représentent le type idéal
du rite de passage : la mort symbolique de l’enfant, qui
marque la rupture avec le passé ; puis la période de
réclusion au cours de laquelle les novices reçoivent la
révélation d’un savoir ; et, enfin, la renaissance sous un
nouveau jour, celui de l’adulte mature. »
Pierre-Henri Tavoillot, « Inventer de nouveaux rites de
passage », Constructif, no 20, juin 2008 (en ligne sur http://
www.constructif.fr/bibliotheque/2008-6/inventer-denouveaux-rites-de-passage.html?item_id=2858).
z « La référence au rite de passage est encore plus
évidente lorsqu’on regarde Vajtojca (La Pleureuse,
2002), une vidéo qui a connu un succès immédiat et
a été exposée à maintes reprises. Ici, l’artiste met en
scène un véritable rite de passage, mais à l’envers
passant de la mort à la vie. Adrian Paci a engagé une
pleureuse professionnelle albanaise, revêtu le costume
de circonstance et, après avoir entendu son propre
chant funèbre, paie la pleureuse, lui serre la main et
repart pour une nouvelle vie. Dans ”Blut & Honig” (“Sang
& miel : l’avenir est dans les Balkans”) de 2003, une des
nombreuses expositions organisées à l’époque autour de
l’art dans les Balkans, le commissaire Harald Szeemann
insistait sur l’importance des pratiques rituelles dans la
société albanaise et sur ses manifestations dans l’art
contemporain. Dans son essai du catalogue, il cite
abondamment le ”Kanun” albanais, un ancien code
décrivant divers rituels encore partiellement en usage.
Il donne un compte-rendu détaillé des lamentations
des femmes dans les rites funèbres et sur leur rôle dans
l’identité catholique albanaise.
Victor Turner, après Arnold van Gennep, considère que
les rites de passage ou de “transition“ se décomposent
en trois phases : une phase de séparation par rapport
Turn On, 2004
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
au flux des activités quotidiennes, marquée par ”un
comportement symbolique signifiant que l’individu ou
le groupe […] se détache d’un point fixe initial au sein
de la structure sociale” ; une phase liminaire ou de
transition vers le monde rituel dégagé des notions de
temps et d’espace ; et la phase de réagrégation ou de
réincorporation et de retour à la vie ordinaire. Dans ce
contexte, l’apport de Turner est important car, pour lui,
la liminalité ne se résume pas une phase, elle est un état,
ce qui permet, comme on le fait depuis peu, d’appliquer
son analyse aux sociétés modernes. Les entités liminales,
écrit Turner, ”ne sont ni ici ni là ; elles sont entre les
deux […] De sorte que la liminalité est fréquemment
associée à la mort, à l’état d’inhumation, à l’invisibilité,
à l’obscurité […]” (c’est le cas de Vajtojca mais aussi
de Turn On). On ”peut se les représenter comme ne
possédant rien. Elles peuvent […] n’être vêtues que
d’une bande de tissu, voire aller nues, pour démontrer
que les êtres liminaux qu’elles sont n’ont pas de statut,
de propriété […]” (c’est le cas d’Home to Go décrite au
début du présent essai).
Comme plusieurs des œuvres abordées jusqu’ici,
Vajtojca s’apparente à un véritable rite de passage
et comporte une dimension métaphorique. On
peut voir dans cette œuvre vidéo une allusion à la
caractéristique la plus fondamentale du cinéma, à
savoir sa capacité à brouiller les frontières entre la
mort et la vie. Dans ce contexte, on notera avec intérêt
que Barthes considère la photographie comme un
substitut aux rituels religieux en la décrivant comme
”contemporaine du recul des rites”. »
Edna Moshenson, « Sujets en transit », in Adrian Paci.
Transit, op. cit., 2013, p. 48-49.
z « Contemporaine du recul des rites, la Photographie
correspondrait peut-être à l’intrusion dans notre société
moderne d’une Mort asymbolique hors religion, hors
rituel, sorte de plongée brusque dans la Mort littérale. »
Roland Barthes, La Chambre claire. Note sur la
photographie, Paris, Éditions de l’Étoile/Gallimard/Éditions
du Seuil, 1980, p. 144.
z « Comme on l’a remarqué depuis longtemps, les rites
de passage jouent un rôle considérable dans la vie
de l’homme religieux. Certes, le rite de passage par
excellence est représenté par l’imitation de puberté, le
passage d’une classe d’âge à une autre (de l’enfance ou
de l’adolescence à la jeunesse). Mais il y a également
rite de passage à la naissance, au mariage et à la
mort, et on pourrait dire que, dans chacun de ces cas, il
s’agit toujours d’une initiation, car partout intervient un
changement radical de régime ontologique et de statut
social. Lorsqu’il vient de naître, l’enfant ne dispose que
d’une existence physique ; il n’est pas encore reconnu
par la famille ni reçu par la communauté. Ce sont les
rites observés immédiatement après l’accouchement qui
confèrent au nouveau-né le statut de “vivant” proprement
dit ; c’est seulement grâce à ces rites qu’il est intégré dans
la communauté des vivants.
Le mariage est également l’occasion d’un passage d’un
groupe socio-religieux à un autre. Le jeune marié quitte
le groupe des célibataires pour participer dorénavant
à celui des chefs de famille. Tout mariage implique une
tension et un danger, déclenche une crise ; c’est pourquoi
il s’effectue par un rite de passage. Les Grecs appelaient
le mariage télos, consécration, et le rituel nuptial
ressemblait à celui des mystères.
En ce qui concerne la mort, les rites sont d’autant plus
complexes qu’il s’agit non seulement d’un ”phénomène
naturel” (la vie, ou l’âme, quittant le corps), mais d’un
changement de régime à la fois ontologique et social : le
trépassé doit affronter certaines épreuves qui intéressent
sa propre destinée d’outre-tombe, mais il doit aussi être
reconnu par la communauté des morts et accepté parmi
eux. Pour certains peuples, seul l’ensevelissement rituel
confirme la mort : celui qui n’est pas enterré selon la
coutume n’est pas mort. Ailleurs, la mort de quelqu’un
n’est reconnue valable qu’après l’accomplissement des
cérémonies funéraires, ou lorsque l’âme du trépassé a
été rituellement conduite à sa nouvelle demeure, dans
l’autre monde, et là a été agréée par la communauté
des morts. Pour l’homme areligieux, la naissance, le
mariage, la mort ne sont que des événements intéressant
rites et gestes / 31
Ce point est à retenir, car il montre encore une fois que
l’homme religieux se veut autre qu’il ne se trouve être
au niveau ”naturel” et s’efforce de se faire selon l’image
idéale qui lui a été révélée par les mythes. L’homme
primitif s’efforce d’atteindre un idéal religieux d’humanité,
et dans cet effort se trouvent déjà les germes de toutes
les éthiques élaborées ultérieurement dans les sociétés
évoluées. Évidemment, dans les sociétés areligieuses
contemporaines, l’initiation n’existe plus en tant qu’acte
religieux. Mais, nous le verrons plus tard, les patterns
de l’initiation survivent encore, bien que fortement
désacralisés, dans le monde moderne. »
Mircea Eliade, Le Sacré et le Profane, Paris, Gallimard,
1997, p. 157-159.
z « Il n’y a pas au sens strict de culture individuelle ; toute
The Wedding, 2001
Collection Jane Lombard
l’individu et sa famille ; rarement – dans le cas des
chefs d’État ou des politiciens – des événements ayant
des répercussions politiques. Dans une perspective
areligieuse de l’existence, tous ces ”passages” ont perdu
leur caractère rituel : ils ne signifient rien d’autre que
ce que montre l’acte concret d’une naissance, d’un
décès ou d’une union sexuelle officiellement reconnue.
Ajoutons, pourtant, qu’une expérience drastiquement
areligieuse de la vie totale se rencontre assez rarement
à l’état pur, même dans les sociétés les plus sécularisées.
II est possible qu’une telle expérience complètement
areligieuse devienne plus courante dans un avenir plus
ou moins lointain ; mais, pour l’instant, elle est encore
rare. Ce que l’on rencontre dans le monde profane, c’est
une sécularisation radicale de la mort, du mariage et
de la naissance, mais, comme nous ne tarderons pas à
le voir, il subsiste de vagues souvenirs et nostalgies des
comportements religieux abolis. […]
Ce qui nous intéresse, c’est que, dès les stades
archaïques de culture, l’initiation joue un rôle capital
dans la formation religieuse de l’homme, et, surtout,
qu’elle consiste essentiellement dans une mutation du
régime ontologique du néophyte. Ce fait nous semble
très important pour la compréhension de l’homme
religieux : il nous montre que l’homme des sociétés
primitives ne se considère pas ”achevé” tel qu’il se trouve
”donné” au niveau naturel de l’existence : pour devenir
homme proprement dit, il doit mourir à cette vie première
(naturelle) et renaître à une vie supérieure, qui est à la
fois religieuse et culturelle.
En d’autres termes, le primitif place son idéal d’humanité
sur un plan surhumain. À son sens : on ne devient homme
complet qu’après avoir dépassé, et en quelque sorte
aboli, l’humanité ”naturelle”, car l’initiation se réduit, en
somme, à une expérience paradoxale, surnaturelle, de
mort et de résurrection, ou de seconde naissance ; les
rites initiatiques comportant les épreuves, la mort et la
résurrection symboliques ont été fondés par les dieux, les
Héros civilisateurs ou les Ancêtres mythiques : ces rites
ont donc une origine surhumaine et, en les accomplissant,
le néophyte imite un comportement surhumain, divin.
32 / approfondir l’exposition
culture est une culture d’emprunt : il faut l’acquérir. Elle
est le résultat d’une sorte de négociation. La culture,
par définition, implique le rapport à autrui : le rapport
à l’histoire, à l’entourage, à la société et au monde.
On peut dire de la culture ce que l’on peut dire de
toute identité individuelle ou collective : elle se construit
à l’épreuve des autres. Pas de culture sans emprunt ;
l’élitisme individuel devient donc contradictoire s’il est
poussé à l’extrême. Mais il n’y a pas de culture nature
non plus : pas de culture par simple imprégnation, pas
de culture empreinte, pas de culture qui doive tout
aux cieux d’Île-de-France ou de la Loire, à la lumière
méditerranéenne ou aux couleurs des Tropiques… Ce
spontanéisme culturel n’est au contraire évoqué dans les
pires cas, que pour s’opposer à d’autres, les nier ou les
éliminer et interrompre ainsi le processus infini de mise à
l’épreuve de la différence, de l’altérité et de l’ailleurs qui
est constitutif de toute identité culturelle. Pour reprendre
les termes de notre débat, je dirais que la vie de la
culture, sous quelqu’angle qu’on l’envisage, est animée
par le déplacement qu’elle ne cesse d’effectuer. […]
Ce déplacement, c’est le double déplacement de soi vers
l’autre et de l’autre vers soi faute duquel il n’y a plus ni
soi ni autre. »
Marc Augé, « Culture et déplacement », in L’Université
de tous les savoirs, Qu’est-ce que la culture ?, Paris,
Odile Jacob, 2001, p. 73.
z « Nous revenons ainsi au problème que nous avons
déjà touché plus haut : les thèmes initiatiques sont
surtout vivants dans l’inconscient de l’homme moderne.
Ceci est confirmé par le symbolisme initiatique de
certaines créations artistiques – poésies, romans, œuvres
plastiques, films – mais aussi par leur résonance dans
le public. Une telle adhésion massive et spontanée
prouve, il nous semble, que dans la profondeur de
son être, l’homme moderne est encore sensible à des
scénarios ou des messages ”initiatiques”. Même dans le
vocabulaire qu’on utilise pour interpréter de telles œuvres
on reconnaît des motifs initiatiques. On dit que tel livre
ou tel film redécouvre les mythes et les épreuves du Héros
en quête de l’Immortalité, qu’il touche au mystère de la
rédemption du Monde, qu’il dévoile les secrets de la
régénération par la Femme ou par l’Amour, etc. […]
Comme nous l’avons dit, l’“initiation” est cœxistante à
toute existence humaine authentique. Pour deux raisons :
d’une part, parce que toute vie humaine authentique
implique crises de profondeurs, épreuves, angoisse, perte
et reconquête du soi, “mort et résurrection” ; d’autre part,
parce que, quelle que soit sa plénitude, toute existence
se révèle, à un certain moment, comme une existence
ratée. Il ne s’agit pas d’un jugement moral qu’on porte
sur son passé, mais d’un sentiment confus d’avoir manqué
sa vocation, d’avoir trahi le meilleur de soi-même. Dans
de tels moments de crise totale, un seul espoir semble
salutaire : celui de pouvoir recommencer sa vie. Cela
veut dire, en somme, qu’on rêve d’une nouvelle existence,
régénérée, plénière et significative. Il ne s’agit pas du
désir obscur, caché au fond de toute âme humaine,
de se renouveler périodiquement, selon le modèle du
renouvellement cosmique. Ce qu’on rêve et espère
dans ces moments de crise totale, c’est d’obtenir un
renouvellement définitif et total, une renovatio qui puisse
transmuter l’existence. »
Mircea Eliade, Initiations, rites et sociétés secrètes, Paris,
Gallimard, 1992, p. 280-282.
Gestes et montages de temps
z « Tous les gestes et les opérations qui se déroulent
pendant l’initiation ne sont que la répétition des modèles
exemplaires, c’est-à-dire des gestes et des opérations
effectués, dans les temps mythiques, par les fondateurs
des cérémonies. De ce fait même, ils sont sacrés, et leur
réitération pério­dique régénère toute la vie religieuse de
la commu­nauté. La signification de certains gestes semble
parfois avoir été oubliée, mais l’on continue de les
répéter parce qu’ils ont été faits par les Êtres mythiques
lors de l’institution de la cérémonie. »
Mircea Eliade, Initiations, rites et sociétés secrètes, Paris,
Gallimard, 1992, p.32
z « Comme le développent lumineusement certains de
ses textes les plus récents, Giorgio Agamben est un
philosophe, non du dogme, mais des paradigmes : les
objets les plus modestes, les images les plus diverses
deviennent pour lui – outre les textes canoniques de
la longue durée philosophique qu’il commente et
discute sans relâche – l’occasion d’une ”épistémologie
de l’exemple” et d’une véritable ”archéologie
philosophique”qui, de façon encore très benjaminienne,
”reprend à rebrousse-poil le cours de l’histoire, tout
comme l’imagination” elle-même remonte le cours des
choses en dehors des grandes téléologies conceptuelles.
La mise au jour des sources apparaît ici comme la
condition nécessaire – et l’exercice patient – d’une
pensée qui ne cherche pas d’emblée à prendre parti,
mais qui veut interroger le contemporain à l’aune de sa
philologie occulte, de ses traditions cachées, de ses
impensés, de ses survivances. […]
Or, ces deux vertus sont celles-là mêmes que Pasolini
aura mises en œuvre dans chacun de ses textes, chacune
de ses images. De Pasolini à Giorgio Agamben, les
références historiques et philosophiques présentent,
certes, des différences considérables. Mais le gestus
The Last Gestures, 2009
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
général de leurs pensées respectives laisse deviner
une indéniable parenté, jusque dans leurs effets de
provocation et les attaques virulentes que suscitent
souvent leurs prises de position. Tous deux affirment
qu’“il y a entre l’archaïque et le moderne un rendezvous secret”. Tous deux font de leur travail une opiniâtre
mise en relation du présent – violemment critiqué – avec
d’autres temps, ce qui est une façon de reconnaître la
nécessité des montages temporels pour toute réflexion
conséquente sur le contemporain. Comme Pasolini,
Agamben est un grand profanateur de choses admises
consensuellement comme ”sacrées”. Et comme le cinéaste
lorsqu’il parlait du ”sacral”, le philosophe s’attache à
repenser le paradigme anthropologique contenu dans la
très longue durée du mot sacer.
Agamben, que je sache, n’a jamais consacré une étude
spécifique à la poésie ou au cinéma de Pasolini. Mais il
a lui-même, et très tôt, fait partie de ce cinéma, puisqu’il
incarnait dans L’Évangile selon saint Matthieu, en 1964, l’un
des douze apôtres du Christ. Il est surtout frappant de
retrouver chez le philosophe un ensemble de réflexions
qui recoupent les préoccupations dramaturgiques et
anthropologiques du poète-cinéaste : c’est l’éloge
de l’argot et de la puissance ”antique” des gestes
populaires, notamment dans la culture napolitaine ;
c’est une réflexion récurrente sur la notion de geste et
sa temporalité profonde. C’est enfin, une attention qui,
au fond, doit peut-être moins à la pensée de Lévinas
qu’à la pratique amoureuse du gros plan chez Pasolini.
Langages du peuples, gestes, visages : tout cela qui,
par contraste dessine zones ou réseaux de survivances
là même où se déclarent leur extraterritorialité, leur
marginalisation, leur résistance, leur vocation à la
révolte. »
Georges Didi-Huberman, Survivance des lucioles, Paris,
Les Éditions de Minuit, 2009, p. 59 -61.
z « Une époque qui a perdu ses gestes en est du même
coup obsédée ; pour des hommes dépourvus de tout
naturel, chaque geste devient un destin. Et plus les
gestes, sous l’action de puissances invisibles, perdaient
rites et gestes / 33
Inside the Circle, 2011
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
leur désinvolture, plus la vie devenait indéchiffrable.
C’est au cours de cette période que la bourgeoisie, qui
était encore, quelques dizaines d’années auparavant,
solidement assurée de la possession de ses symboles,
succombe à l’intériorité et se livre à la psychologie.
Dans la culture européenne, Nietzsche incarne le point
où cette tension entre deux pôles, l’un d’effacement et
de perte du geste, l’autre de transfiguration du geste en
une fatalité, touche à son comble. Car l’éternel retour
ne se laisse penser que comme un geste, dans lequel
puissance et acte, naturel et manière, contingence
et nécessité deviennent indiscernables (en dernière
analyse, donc, uniquement comme théâtre). Ainsi parlait
Zarathoustra est le ballet d’une humanité qui a perdu
ses gestes. Et lorsque l’époque s’en aperçut, alors (trop
tard !) commença la tentative précipitée de récupérer in
extremis les gestes perdus. La danse d’Isadora Duncan et
de Diaghilev, le roman proustien, la grande poésie du
Jugendstil de Pascoli à Rilke – enfin, de la façon la plus
exemplaire, le cinéma muet, tracent le cercle magique
au sein duquel l’humanité cherche pour la dernière fois à
évoquer ce qui achevait de lui échapper à jamais. […]
Comme l’a montré Gille Deleuze, le cinéma ruine la
fallacieuse distinction psychologique entre l’image
comme réalité psychique et le mouvement comme réalité
physique. Les images cinématographiques ne sont ni des
”poses éternelles” (telles les formes du monde classique),
ni des ”coupes immobiles” du mouvement, mais des
”coupes mobiles”, des images elles-mêmes en mouvement,
que Deleuze appelle des ”images-mouvement”. Il faut
prolonger l’analyse deleuzienne et montrer qu’elle
concerne, de façon générale, le statut de l’image dans
la modernité. Or, cela signifie que la rigidité mythique
de l’image s’est ici vue disloquée, et qu’à proprement
parler ce n’est pas d’images qu’il devrait être question,
mais de gestes. De fait, toute image est animée d’une
polarité antinomique : elle est d’une part réification et
annulation d’un geste (il s’agit alors de l’imago comme
masque de cire mortuaire ou comme symbole), dont elle
conserve d’autre part la dynamique intacte (ainsi dans
les instantanés de Muybridge ou dans n’importe quelle
34 / approfondir l’exposition
photographie sportive). Le premier pôle correspond au
souvenir dont s’empare la mémoire volontaire ; le second,
à l’image qui jaillit comme un éclair dans l’épiphanie de
la mémoire involontaire. Et tandis que la première vit dans
un isolement magique, la seconde renvoie toujours audelà d’elle-même, vers un tout dont elle fait partie. Même
la Joconde, même les Ménines peuvent être envisagées
non pas comme des formes immobiles et éternelles,
mais comme des fragments d’un geste ou comme des
photogrammes d’un film perdu, qui seul pourrait leur
restituer leur véritable sens. Car toujours, en toute image,
est à l’œuvre une sorte de ligatio, un pouvoir paralysant
qu’il faut exorciser ; et c’est comme si de toute l’histoire de
l’art s’élevait un appel muet à rendre l’image à la liberté
du geste. Les légendaires statues grecques qui rompent
leurs entraves pour commencer à se mouvoir ne veulent
pas dire autre chose – mais telle est aussi l’intention
dont la philosophie charge l’idée, laquelle n’est pas du
tout, comme le voudrait une interprétation répandue, un
archétype immobile, mais plutôt une constellation où les
phénomènes se composent en un geste.
Le cinéma reconduit les images à la partie du geste.
Traum und Nacht, de Beckett, en propose implicitement
une belle définition : il est le rêve d’un geste. Introduire
en ce rêve l’élément du réveil, telle est la tâche du
cinéaste. »
Giorgio Agamben, « Notes sur le geste », Trafic, no 1,
hiver 1991, p. 33-34.
z « Mon œuvre vise essentiellement la représentation
du corps. En photographie, cette représentation se fait
à partir de la combinaison de gestes expressifs qui
peuvent avoir une valeur emblématique. ”L’essence doit
apparaître”, dit Hegel et, dans le corps représenté, celleci apparaît par le geste qui sait qu’il n’est qu’apparence.
“Geste” signifie une pose ou une action qui projette
sa signification en tant que signe conventionnalisé.
Cette définition s’applique généralement aux gestes
”dramatiques” pleinement réalisés, caractéristiques de l’art
des périodes antérieures, particulièrement le baroque, qui
n’est autre que l’âge d’or de la peinture dramatique (au
The Encounter, 2011
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
sens théâtral du terme). L’art moderne a dû abandonner
cette théâtralisation, car les corps qui exécutaient de
tels gestes n’étaient pas contraints d’habiter ces cités
mécanisées qui, elles-mêmes, émergèrent de la culture
baroque. Ces corps n’étaient pas attachés à des
machines, ou remplacés par elles dans la division du
travail, et n’en avaient pas peur. De ce fait, de notre point
de vue, ils expriment le bonheur, même lorsqu’ils souffrent.
Le côté cérémonieux, l’énergie et la volupté des gestes
de l’art baroque sont remplacés, dans la modernité, par
des mouvements mécaniques, des réflexes, des réactions
involontaires et compulsives. Réduites à de simples
émissions d’énergie biomécanique ou bioélectronique,
ces actions ne sont pas à proprement parler des ”gestes”
au sens que donne à ce mot l’esthétique ancienne.
Physiquement, elles ont moins d’envergure que celles
de l’art ancien, elles sont à la fois plus condensées, plus
misérables, plus effondrées, plus rigides, plus violentes.
Cependant, leur petitesse provient aussi de la capacité
de plus en plus grande que nous avons d’agrandir les
images que nous fabriquons ou que nous montrons. Je
photographie tout en un gros plan perpétuel, que je
projette ensuite en avant avec une explosion continue de
lumière, l’agrandissant de nouveau, au-delà des limites de
son agrandissement photographique. Les petites actions
contractées, les mouvements corporels involontairement
expressifs qui se prêtent si bien à la photographie,
voilà ce qui reste, dans notre vie d’aujourd’hui, de
l’idée ancienne de geste en tant que forme corporelle,
picturale, de la conscience historique. Peut-être ce
double grossissement de ce qui a été conçu comme
petit et maigre, de ce qui a apparemment perdu toute
signification, permet-il de dévoiler quelque peu la misère
objective de la société et l’action catastrophique de sa loi
de la valeur. Le geste génère du vrai dans la dialectique
qui le destine à un autre – dans les images, il est destiné
à l’œil. J’imagine cet œil comme un organe cherchant, et
désirant simultanément, à connaître le bonheur et à savoir
la vérité sur la société. »
Jeff Wall, « Gestus », in Écrits et entretiens 1984-2001, Paris,
École nationale supérieure des beaux-arts, 2004, p. 37-38.
rites et gestes / 35
pistes de travail
Les pistes de travail suivantes se veulent des
propositions ouvertes qui s’articulent autour de notions,
de questions et de propositions liées aux images
exposées. Elles ont été conçues avec les professeursrelais des académies de Créteil et de Paris au Jeu
de Paume. Il appartient aux enseignants de s’en
emparer pour concevoir, dans le contexte particulier
de leurs classes et de leurs programmes, la forme et
le contenu spécifiques de leurs cours. Ces pistes sont
accompagnées de ressources en ligne, directement
accessibles en activant les liens de la version PDF du
dossier enseignants, téléchargeable sur le site Internet
du Jeu de Paume.
Introduction : rapporter, raconter, produire
Rapporter le réel, raconter des histoires et produire des
images, comptent parmi les dynamiques à l’œuvre dans
la démarche d’Adrian Paci. En amont ou en aval de
la visite de l’exposition « Adrian Paci. Vies en transit »
au Jeu de Paume, nous vous proposons de les aborder
dans différentes disciplines au travers des relations
entre l’image et le témoignage, puis des formes de la
narration, enfin des processus de déplacements et
de transition.
« Tout a commencé presque par hasard : en
entendant sa petite fille raconter d’étranges histoires
à ses poupées. Des histoires qui mêlaient réalité et
personnages insolites, comme dans le monde qu’ils
trouvaient en sortant de chez eux. Ce que cette fillette
raconte, c’est la vie quotidienne en Albanie en 1997,
mais vue par les yeux d’une enfant de trois ans.
Coqs, chats et vaches se mélangent aux puissances
internationales et aux forces obscures, émigrent en
Italie, pleurent l’Albanie, connaissent la souffrance et
la tristesse de l’exil. Si cette œuvre est vigoureuse, c’est
parce qu’elle est à la fois une réaction épidermique
à la situation politique d’un pays en ébullition et une
réflexion sur la condition humaine aux quatre coins du
monde. Mais, en y regardant de plus près, on découvre
un second niveau qui, jusqu’à présent, avait quelque
peu échappé aux diverses analyses critiques (la mienne
comprise) dont cette œuvre a fait l’objet. Ce qui nous
avait échappé, c’est que la vidéo ne se résume pas à
une seule image, celle de la petite fille assise devant
la caméra. Elle en comporte une autre : l’image créée
par les mots de l’histoire que l’enfant raconte ; l’image
d’un monde qui se transforme lentement dans notre
esprit. À travers l’acte simple de capter le conte inventé
par sa fille, Paci n’enregistre pas seulement l’histoire
contemporaine de son pays ; il exprime en même temps
sa position envers tout l’héritage de la prise de vue. Ce
qui s’offre à nous dans cette vidéo, c’est l’image comme
double, subtile réflexion sur son statut et sa structure, à
cheval entre le visible et le dicible, entre ce que l’on voit
et ce que l’on entend ; c’est l’image à l’intérieur de l’image.
36 / approfondir l’exposition
Albanian Stories, 1997
Courtesy Galerie Peter Kilchmann, Zurich, et kaufmann repetto, Milan
[…] Les préoccupations de Paci ne se bornent pas aux
formes de représentation (qu’il s’agisse de la peinture,
de la photographie ou de la vidéo) des sujets qu’il s’est
choisis. On l’a vu, l’image à l’intérieur de l’image tient un
rôle clé dans son fonctionnement d’artiste, un rôle qui
prévaut sur le récit même de l’œuvre. Pour autant, cette
démarche ne dévalue pas le fil rouge du contenu ; au
contraire, elle ne fait que le servir et le renforcer par
l’action invisible de ce très subtil mécanisme. Ce qui, de
mon point de vue, est au cœur de la démarche artistique
de Paci, c’est la volonté d’utiliser l’image pour fabriquer
le monde ; il ne se contente pas de le restituer en images
(de le représenter) ; à mon sens, le processus va plus loin
et tend à montrer comment, à travers les images et les
mots, les contes et les mythes, nous engendrons la réalité. »
— Edi Muka, « Engendrer la réalité », in Adrian Paci.
Transit, Paris, Jeu de Paume/Musée d’art contemporain
de Montréal/Milan, Mousse Publishing, 2013, p. 76-79.
Rapporter le réel : image et témoignage
« Albanian Stories a été ma première vidéo et un moment
décisif dans mon travail puisque c’est là que j’ai cessé
d’être un artiste qui inventait des formes et des figures
(à l’époque, je faisais une sorte de peinture abstraite)
pour devenir un artiste qui ouvre les yeux et devient le
témoin de ce qu’il a rencontré et dont il a découvert tout
le potentiel. » — Marie Fraser, Marta Gili, « Entretien avec
Adrian Paci », in Adrian Paci. Transit, Paris, Jeu de Paume/
Musée d’art contemporain de Montréal/Milan, Mousse
Publishing, 2013, p. 33.
« Est réel ce qui existe effectivement en acte (par
opposition au simple possible), et qui existe en lui-même
et non pas simplement dans la représentation qu’un
autre en a (par opposition à l’imaginaire ou au fictif,
qui n’existe que dans l’imagination, à l’apparence ou
au phénomène, qui sont la manière dont une chose se
manifeste au sujet qui les reçoit, et à l’illusoire, qui est une
apparence ne concordant pas avec la nature intrinsèque
de ce qui se manifeste d’une manière trompeuse). Le réel
est l’ensemble de tout ce qui est réel, pris globalement. La
réalité est soit la qualité de ce qui est réel, soit l’ensemble
de tout ce qui présente une telle qualité.
[…] Mais l’esthétique connaît une autre sorte de réel, et
c’est le réel diégétique, ayant pour référentiel l’univers
posé par l’œuvre. La distinction de ce qui est réel dans ce
monde et de ce qui y est irréel, est le fondement de toute
comédie des erreurs, de toute utilisation esthétique de
personnages menteurs ou dupes d’une illusion, de toute
reconnaissance d’un personnage d’abord cru autre qu’il
n’était, etc. » — Étienne Souriau, Vocabulaire d’esthétique,
Paris, Presses universitaires de France, 1990, p. 1 209.
« Quels scénarios pour le réel ?
J’ai bien envie de retourner votre question : quel
“réel“ pour nos scénarios (Étant entendu que pour moi
documentaire et fiction sont réversibles) ?
Le “réel” qu’il s’agit de cinématographier (c’est-à-dire
d’écrire dans son mouvement même) n’est ni tout à fait
un donné préalable au travail ni tout à fait le produit
de ce travail. Entre les deux, dans l’intervalle, il est peutêtre moins la somme de nos scénarios que leur différence
– la différence qui court entre ce qui est avant et ce qui
est après, ce qui est donné et ce qui est produit, ce qui
est travaillé, calculé, voulu – et ce qui ne l’est pas. […]
Ce qu’on nomme “réel” n’est-ce pas une sorte de piège,
une suite de pièges ? N’est-ce pas ce qui n’est jamais là
où l’on croit, qui se déplace, échappe, fuit, derrière, à
côté, dessous, à l’envers, au dehors du dedans ? Le réel
comme la lettre volée n’est-ce pas ce papillon qui se pose
exactement là où on ne le voit pas ? Ce qui reste impensé
dans la pensée, non cherché dans la recherche, non
déchiffré dans le signe, inabouti dans l’œuvre, résistant
dans le travail ? Cette tache obscure, ce point aveugle, ce
point de fuite de toute perspective rationnelle, la limite et la
frontière qui font de toute connaissance un risque absolu ?
Si le cinéma a aujourd’hui un intérêt, s’il est encore un
enjeu, n’est-ce pas précisément d’aller toucher cette
limite, de jouer avec ce piège, de s’y faire prendre – pour
en faire en même temps le récit ? Au fond, on raconte
comment ça n’en finit pas de se dérober, de fuir, de
casser. On raconte le déplacement, la catastrophe. En
même temps – on raconte et on accompagne. […]
Ce que nous appelons par convention la “réalité”
m’apparaît comme un vaste chantier dont nous serions les
travailleurs – le “travail” consistant précisément à construire
et/ou à détruire cette “réalité”, de mille manières et de
mille côtés… C’est dire que je crois que le “réel” n’est
jamais déjà organisé comme un film, définitivement pas.
Quelle serait cette réalité préalable et préexistante que
le cinéaste n’aurait en somme qu’à aller rencontrer,
enregistrer, reproduire, recopier, retranscrire ? Rien n’est
écrit sans écriture, rien n’est dit sans parole, nul nom n’est
nommé sans nomination, rien n’est filmé sans film. […]
Pourtant, comme tout art qui participe de la description,
le cinéma s’use à faire croire qu’il regarde le monde
– alors qu’il est plutôt un bout du monde qui (nous)
regarde ? » — Jean-Louis Comolli, Voir et pouvoir.
L’Innocence perdue : cinéma, télévision, fiction, documentaire,
Paris, Verdier, 2004, p. 133-134, 166-168.
Une des spécificités de la photographie comme de la
vidéo tient à leur rapport au réel, dans leur processus de
fabrication comme dans leur pouvoir mimétique, ce que
revendiquent des pratiques telles que le photoreportage,
la photographie judiciaire, la photographie médicale, le
film documentaire, le web documentaire, dans lesquelles
l’image a valeur de constat. La photographie et la vidéo
sont alors une trace de réalité et acquièrent une valeur
documentaire. Le document témoigne d’une réalité
ordinaire ou extraordinaire, d’une époque (passée), d’un
lieu (ailleurs) ; d’un réel que nous n’avons pas vu ou pas
pu voir, et qui pourtant a existé. Ainsi, non seulement
le document témoigne, porte à la connaissance, mais
il atteste. Il est parfois difficile de considérer que
ces images, issues d’opérations d’enregistrements
mécaniques, peuvent aussi reconfigurer, transformer et
contribuer à construire le réel.
En philosophie, en sciences, en arts plastiques, en arts
visuels, l’exposition « Adrian Paci. Vies en transit » permet
un travail d’analyse et de réflexion autour de la question
de la représentation, en particulier dans les relations
qu’elle entretient avec la notion de réalité.
z Distinguer différents types d’images et d’usages
courants, tels que la publicité, la propagande,
l’information, la fiction – et repérer leurs spécificités :
compositions, éléments typographiques associés,
supports et mode de présentation et de diffusion, tailles
des reproductions…
z À partir d’une sélection de journaux quotidiens, extraire
des images illustrant le même événement et envisager les
questions suivantes :
– Que nous donnent à voir les images sélectionnées de
l’événement ?
– Les images nous donnent-elles des éléments ou des
informations supplémentaires par rapport au texte de
l’article ?
– Que peut-on dire de la diversité ou de la similitude de
ces images ?
– Leur diversité nous permet-elle d’avoir différents points
de vue sur les faits ?
– Quel est le rôle des légendes qui accompagnent les
images ?
La consigne peut être aussi donnée sous la forme d’un
tableau à compléter, présenté en en trois colonnes :
– L’article m’informe sur…
– L’image m’informe sur…
– L’image ne m’informe pas sur…
z La preuve par l’image ?
Rechercher des exemples d’utilisation de
la photographie du XIXe siècle dans un but
d’identification et de répression (lors de conflits comme
la Commune) ou de dénonciation d’injustice sociale
(voir les œuvres de photographes américains comme
Lewis Hine, exposant l’exploitation des enfants par le
travail, Jacob Riis, affichant la misère des quartiers de
Manhattan ou Thomas Annan, d’origine écossaise,
montrant l’insalubrité des logements des quartiers
pauvres de Glasgow).
pistes de travail / 37
z On pourra mettre en regard des clichés de migrants
d’Ellis Island de Jacob Riis ou Lewis Hine avec le texte
suivant de Georges Perec :
« Ce n’est, jamais, je crois, par hasard, que l’on va
aujourd’hui visiter Ellis Island. Ceux qui y sont passés
n’ont guère eu envie d’y revenir. Leurs enfants ou leurs
petits-enfants y retournent pour eux, viennent y chercher
une trace : ce qui fut pour les uns un lieu d’épreuves et
d’incertitudes est devenu pour les autres un lieu de leur
mémoire, un des lieux autour duquel s’articule la relation
qui les unit à leur histoire.
Comment décrire ? Comment raconter ? Comment
regarder ? Sous la sécheresse des statistiques officielles,
sous le ronronnement rassurant des anecdotes mille fois
ressassées par les guides à chapeaux scouts, sous la
mise en place officielle de ces objets quotidiens devenus
objets de musée, vestiges rares, choses historiques,
images précieuses, sous la tranquillité factice de ces
photographies figées une fois pour toutes dans l’évidence
trompeuse de leur noir et blanc, comment reconnaître
ce lieu ? Restituer ce qu’il fut ? Comment lire ces traces ?
Comment aller au-delà, aller derrière ne pas nous arrêter
à ce qui nous est donné à voir, ne pas voir seulement ce
que l’on savait d’avance que l’on verrait ? Comment saisir
ce qui n’est pas montré, ce qui n’a pas été photographié,
archivé, restauré, mis en scène ? Comment retrouver ce
qui était plat, banal, quotidien, ce qui était ordinaire,
ce qui se passait tous les jours ? » — Georges Perec,
« Dénicher l’ordinaire », in Ellis Island, Paris, P.O.L, 1995, n. p.
z En philosophie, en sciences, en français, en histoire, on
pourra se demander dans quelle mesure un document
photographique est acceptable ou critiquable, en tant
que document attestant du réel.
z Le texte d’accompagnement (le commentaire) informe
l’image et oriente l’interprétation.
– Proposer aux élèves un document reprenant une
légende, un article, qui accompagnait une photographie
sur une page de journal, de livre illustré ou de chronique
illustrée sur le web. Faire une photocopie de la page
en masquant les images, et en donner un exemplaire à
chaque élève. Il s’agit alors d’inventer les images, sous
forme de croquis ou de photographie, en fonction du
texte. Comparer ensuite avec la page initiale et discuter
des choix opérés par les élèves.
– Masquer les textes dans le document alliant écrits et
images et demander aux élèves de commenter, puis
légender les images.
Dans le cadre de ce travail, on pourra notamment
présenter aux élèves le Kriegsfibel (ABC de la guerre) de
Bertolt Brecht, publié en 1955.
« Ce livre, entamé durant l’exil danois de Brecht, est un
album construit à partir de photographies découpées
dans la presse internationale et de poèmes de l’auteur.
Brecht expérimente ce procédé dès 1938 dans son
Journal de travail. S’il existe différentes versions selon
les éditions, la parution allemande la plus récente de
Kriegsfibel propose 69 planches (plus des annexes),
le poème rédigé selon la forme antique du quatrain
(épigramme) se trouvant systématiquement placé sous
38 / approfondir l’exposition
l’image, le tout sur un fond noir. Le texte n’agit pas
comme une légende ou un titre mais comme une voix,
faisant proprement parler l’image (une sorte de chœur).
L’ensemble constitue ce que Brecht appelle des “photoépigrammes”. Ce dispositif de montage texte-image
se comprend dans la succession des planches, comme
une suite de tableaux (au sens théâtral) reprenant le
principe esthétique du théâtre épique de l’auteur. Mais
avant d’en analyser les implications sur l’écriture de
l’événement, il est nécessaire de rappeler quelle a été
la sélection opérée dans l’iconographie de presse. »
— Michel Poivert, « L’événement comme expérience »,
in L’Événement : les images comme acteurs de l’histoire, Paris,
Jeu de Paume, 2007, p. 18-22.
Autour de Kriegsfibel de Bertolt Brecht, voir notamment :
– Michel Poivert, « L’Événement comme expérience,
les images comme acteur de l’histoire » (avec des
reproductions des pages du journal), en ligne sur le
site « Éditions papiers, publications » : http://www.
editionspapiers.org/publications/l-evenement-commeexperience
– Georges Didi-Huberman, Quand les images prennent
position. L’Œil de l’histoire, 1, Paris, Les Éditions de Minuit, 2009.
z Dans le film Lettre de Sibérie (1957), Chris Marker
rassemble des réflexions et des impressions d’un
voyageur-spectateur mais aussi d’un auteur enregistrant
des observations et des commentaires au moyen de sa
caméra comme un écrivain l’aurait fait par la prise de
notes dans un journal. Il élabore un récit de voyage à la
première personne pour décrire une région, la Yakoutie.
Chris Marker remet en cause la supposée « objectivité »
du genre documentaire en répétant trois fois une même
séquence dont il varie uniquement le commentaire.
(Cette séquence est consultable en ligne sur
http://www.dailymotion.com/video/x1hicj_chris-markerlettre-de-siberie_shortfilms#.UP0HUo6zIaI.)
– Travailler à partir de la retranscription des trois
commentaires suivantes :
« Par exemple :
“Iakoutsk, capitale de la République socialiste soviétique
de Yakoutie, est une ville moderne, où les confortables
autobus mis à la disposition de la population croisent
sans cesse les puissantes Zym, triomphe de l’automobile
soviétique. Dans la joyeuse émulation du travail
socialiste, les heureux ouvriers soviétiques, parmi lesquels
nous voyons passer un pittoresque représentant des
contrées boréales, s’appliquent à faire de la Yakoutie un
pays où il fait bon vivre.”
Ou bien :
“Iakoutsk, à la sinistre réputation, est une ville sombre, où
tandis que la population s’entasse péniblement dans des
autobus rouge sang, les puissants du régime affichent
insolemment le luxe de leurs Zym, d’ailleurs coûteuses
et inconfortables. Dans la posture des esclaves, les
malheureux ouvriers soviétiques, parmi lesquels nous
voyons passer un inquiétant asiate, s’appliquent à un
travail bien symbolique : le nivellement par le bas !”
Ou simplement :
“À Iakoutsk, où les maisons modernes gagnent petit à
petit sur les vieux quartiers sombres, un autobus moins
bondé que ceux de Paris aux heures d’affluence, croise
une Zym, excellente voiture que sa rareté réserve aux
services publics. Avec courage et ténacité, et dans des
conditions très dures, les ouvriers soviétiques, parmi
lesquels nous voyons passer un Yakoute affligé de
strabisme, s’appliquent à embellir leur ville, qui en a
besoin…” » — Bamchade Pourvali, Chris Marker, Paris,
Cahiers du cinéma/SCÉRÉN-CNDP, 2003, p. 16.
z Certaines images, comme les empreintes ou les
photographies, peuvent être utilisées pour leur valeur
indicielle de trace effective d’un événement, de signe
d’existence. Certaines démarches artistiques privilégient
la mise en scène et la fiction. Le jeu de relation instituée
entre réalité et fiction est révélateur de certains
fonctionnements de l’image.
– On peut conduire l’élève à créer une situation
fictionnelle et à en témoigner sur le mode du reportage
comme s’il s’agissait d’un fait réel : « Un événement que
vous définirez vient de se produire dans la classe. Vous
disposez d’un appareil photo numérique pour nous en
proposer une représentation photographique. »
– Pour accompagner le travail des élèves, on pourra
leur présenter notamment The Dreadful Details d’Eric
Baudelaire (2006) ou la série Fauna de l’artiste Joan
Fontcuberta (1987).
Raconter des histoires : formes de la narration
« Avec cette première tentative (Albanian Stories), je n’ai pas
tant cherché à utiliser la vidéo comme un médium artistique
supplémentaire, mais bien plutôt comme une manière
spontanée pour retranscrire les histoires que se racontait
ma petite fille à elle-même. Nous avions laissé derrière
nous une Albanie à feu et à sang, livrée au chaos. Et un
jour, je l’ai entendu qui contait à ses poupées des scénettes
dans lesquelles elle reprenait des bribes d’explosions et
de coups de feu, et parlait de “forces obscures” et des
forces internationales ! J’ai été impressionné par sa faculté,
malgré son très jeune âge, à jongler entre le jeu et le
drame, le monde du réel et celui de l’imaginaire, entre le
conte et la chronique… Ça a marqué mon premier film et,
finalement, tous les autres par la suite, y compris l’ensemble
de mon travail pictural. Cette dimension d’être placé “à
la croisée des chemins“, un peu à la frontière de deux
identités différentes séparées, se retrouve dans toutes mes
productions cinématographiques.” » — Evelyne Noygues,
« Interview d’Adrian PACI, plasticien et vidéaste originaire
de Shkodra », Paris, juin 2010, Paris, 24 juin 2010 (en ligne
sur http://association-albania.com/Interview-d-AdrianPACI-plasticien.html).
« Sur cette question, je me souviens que la première
œuvre de toi que j’ai vue était la vidéo Albanian
Stories, où ta fille te raconte une histoire d’animaux,
de guerre et d’exil. Je crois que cette rencontre très
intime entre toi, ton enfant et le spectateur illustre bien
la façon dont un moment personnel peut devenir une
question universelle. Depuis Albanian Stories jusqu’à
ta dernière pièce, The Column, il me semble que la
transformation poétique demeure le fondement de ton
projet, même si, dans ce dernier cas, la tension va du
global au local en créant une sorte de parodie de
retour. […] Comme dans Albanian Stories, il y a, dans
ce projet The Column, coexistence entre le conflictuel et
le fabuleux, entre le réel et le fictionnel. Dans les deux
cas, il y a une structure de récit, et la chronique de
faits réels se mêle à la légende et au conte. » — Marie
Fraser, Marta Gili, « Entretien avec Adrian Paci », in
Adrian Paci. Transit, Paris, Jeu de Paume/Musée d’art
contemporain de Montréal/Milan, Mousse Publishing,
2013, p. 32-34.
Les genres narratifs ont pour but de raconter, de faire le
récit de quelque chose. La narration, également appelée
discours narratif, raconte une histoire vraie ou fictive
par la voix d’un narrateur. Cette histoire comporte des
événements et présente des faits qui se déroulent dans
des lieux précis, à une époque donnée. La narration
peut avoir plusieurs finalités : informer, divertir, formuler
des opinions, expliquer, argumenter, persuader. Dans
l’échelle de la représentation, le récit est la forme de
fiction qui s’apparente le plus au « réalisme » et qui
donc imite et informe à la fois la réalité, sans chercher
à se confondre avec elle. Il est donc convoqué,
aussi « naturellement » que la photographie, dans
l’élaboration de l’histoire. Le récit repose sur une
transaction avec les notions de réalité et de vérité,
transaction qui exige à son tour l’activité interprétative
du lecteur.
« On a abordé les textes sous deux angles : leur fonction
et leur structure. La fonction correspond à une intention.
Quelqu’un écrit ou parle dans l’intention d’informer,
d’exprimer des goûts et des sentiments, de convaincre, de
satisfaire un besoin d’imaginaire. La structure correspond
à une caractérisation de l’organisation des contenus :
on privilégie la narration, la description, l’analyse et
l’argumentation. Il faut comprendre que ces deux aspects
peuvent se combiner : on peut exprimer ses sentiments
en racontant, décrivant, en argumentant, etc. […]
Plusieurs questions restent en suspens. En voici quelquesunes. Est-ce que la description ne se limite qu’au texte
imaginaire, de fiction ? Est-ce que, dans un roman, il ne
peut y avoir de passages expressifs ? Dans un dialogue,
peut-on essayer de convaincre un personnage de récit
d’aventures ? Peut-on raconter une histoire dans une lettre
d’opinion ? Peut-on informer dans un roman ? Est-ce qu’on
m’informe ou on m’explique ? […]
Le type narratif est une structure en cinq étapes :
situation initiale, complication, actions, résolution
et situation finale. Les principales caractéristiques
textuelles qui distinguent le type narratif sont la
présence d’au moins un personnage qui pose un certain
nombre d’actions dans le temps et dans l’espace. Ces
actions sont en relation de cause-conséquence et se
situent dans un début, un milieu et une fin. » — Raymond
Blain, « Discours, genres, types de textes, textes…
De quoi me parlez-vous ? », Québec français, no 98,
1995, p. 22-25 (disponible sur http://id.erudit.org/
iderudit/44277ac).
pistes de travail / 39
z En écho aux œuvres d’Adrian Paci, il est intéressant
de distinger, parmi les genres narratifs, les récits à
la première personne ainsi que les récits par l’image
et les récits imaginaires.
– Autobiographie et mémoires
En littérature, parmi les récits à la première personne,
on peut distinguer l’« autobiographie » – qui se définit
étymologiquement comme le fait d’écrire sur sa propre
vie, du grec auto (soi), bios (vie) et graphein (graphie) –
des « mémoires ». Des Commentaires de Jules César aux
Mémoires de Saint-Simon ou encore aux Contemplations
de Victor Hugo, le récit des événements et de l’histoire
inclut la subjectivité de l’auteur.
Dans la préface de son recueil de poème, Les Contemplations
(1856), Victor Hugo écrit : « Quand je vous parle de moi,
je vous parle de vous. Comment ne le sentez-vous pas ?
Ah ! Insensé qui crois que je ne suis pas toi. »
– Journal « intime » ou « personnel »
Une autre catégorie de récit à la première personne
apparaît sous la forme du « journal ». « Le “journal”
est un texte rédigé de façon régulière ou intermittente,
présentant les actions, les réflexions ou les sentiments de
l’auteur. Ses entrées sont habituellement datées. Il peut
être tenu de façon plus ou moins régulière au long d’une
existence ou seulement sur une période particulière :
maladie, guerre, deuil, problèmes familiaux. Comme
pratique ordinaire, il est en général destiné à être
gardé secret, temporairement ou définitivement. Comme
pratique littéraire, il est souvent destiné, à plus ou moins
court terme, à une publication partielle ou totale. »
— « Journal intime » (voir l’article Wikipédia en ligne sur
http://fr.wikipedia.org/wiki/Journal_intime).
Citons les journaux de Stendhal, André Gide, Julien
Green, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Anne
Franck ou encore Bertolt Brecht avec l’Arbeitsjournal
ou Journal de travail, dans lequel il insère des images
prélevées dans les journaux.
– « Journal filmé » Le « journal filmé » est une variante visuelle du journal
intime. Il est devenu un genre cinématographique à part
entière. Il s’est surtout développé dès les années 1960
grâce à la maniabilité des caméras et la démocratisation
des moyens de production et il est en plein essor depuis
la fin des années 90 avec l’apparition de la vidéo
numérique.
Le travail de Jonas Mekas est une référence pour ce
genre. Alors qu’il est interné pendant la Seconde guerre
mondiale, il commence à écrire son journal, publié plus
tard sous le titre Je n’avais nulle part où aller. À son arrivée
aux États-Unis en 1949, il commence parallèlement à
filmer. En 1976, il présente les premières images de
son journal filmé, entre les années 1949 et 1963, dans
Lost Lost Lost : « La période que je décris à travers ces
six bobines de film fut une période de désespoir, de
tentatives pour planter désespérément des racines dans
cette terre nouvelle, pour créer des souvenirs. À travers
ces six douloureuses bobines, j’ai essayé de décrire
les sentiments d’un exilé, mes sentiments pendant ces
années-là. Elles portent le nom de Lost Lost Lost, titre que
nous voulions donner, mon frère et moi, à un film que
nous voulions faire en 1949 et qui aurait suggéré notre
40 / approfondir l’exposition
état d’âme en ces temps-là. Le film décrit l’état d’esprit
d’une “personne déplacée” qui n’a pas encore oublié
son pays natal mais qui n’en a pas encore “gagné”
un nouveau. La sixième bobine est une transition,
elle montre comment nous commençons à respirer, à
trouver quelques moments de bonheur. Une nouvelle
vie commence… » — Jonas Mekas, 31 mars 1976 (cité
sur http://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.
action?param.id=FR_R-309ef622caaa3546333f92e3d89
eefc&param.idSource=FR_E-309ef622caaa3546333f92e
3d89eefc).
– Métaphore
« La métaphore consiste à transporter directement un
mot de l’objet qu’il désigne proprement à une autre objet
ayant quelque ressemblance ou analogie avec le premier.
Elle implique une comparaison dont le signe explicite
(tel, pareil à, comme, etc.) est omis. Exemple (donné par
Aristote dans Rhétorique, III, chap. IV, et sans cesse repris
depuis) : “Achille, tel un lion, s’élança sur Hector”, c’est une
comparaison ; “ce lion s’élança”, c’est une métaphore.” »
— Étienne Souriau, Vocabulaire d’esthétique, Paris, Presses
universitaires de France, 1990, p. 1 004.
– Allégorie
« L’allégorie est la représentation d’une idée abstraite
sous un aspect corporel. Assez souvent c’est une
personnification, c’est-à-dire que l’apparence sensible
est celle d’un être humain ; mais bien des allégories
ne sont pas anthropomorphes. L’être allégorique n’est
pas un simple signe à évoquer une idée, il est l’idée
elle-même revêtue d’un aspect matériel qui la figure. »
— Étienne Souriau, Vocabulaire d’esthétique, Paris, Presses
universitaires de France, 1990, p. 83.
– Conte
« Les contes véhiculent une culture populaire venue de
la tradition orale et possèdent un aspect intemporel,
souvent sans localisation précise. Leurs origines rejoignent
celles des mythes et des légendes aux motifs universels.
C’est pourquoi on les retrouve, avec des variantes et
des transformations, dans de nombreux pays (en Inde,
en Arabie mais aussi en Chine, en Afrique…). […] Les
contes populaires français ont été collectés et fixés à
l’écrit par des auteurs tels que Perrault (XVIIe siècle), puis
les frères Grimm, mais avaient déjà à l’époque subi
des transformations, des évolutions de bouche à oreille.
On peut donc dire que tous sont déjà des “variantes”.
Hans Christian Andersen (XIXe siècle), quant à lui, a écrit
cent soixante-quatre contes, imprégnés de romantisme
et associant le merveilleux à l’ironie. Empruntant des
idées aux contes populaires qui lui fournissent un point
de départ, ses contes mettent en scène des rois, des
reines réels ou légendaires, des animaux, des plantes,
des créatures imaginaires (sirènes et fées) et des objets
magiques. Il ne cherche pas à être moralisateur. »
— Chantal Bouguennec, « Autour des contes », fiche
pédagogique, CRDP du rectorat de Créteil (en ligne
sur http://www.cndp.fr/crdp-creteil/telemaque/comite/
contes.htm).
z « Constituez un fonds d’archives photographiques,
vidéographiques, graphiques, etc. sur votre propre
personne en variant les éléments qui vous révèlent :
objets personnels, vêtements, livres, photos familiales,
de films de cinéma, de vos animaux, de vos chanteurs
ou artistes préférés… Présentez ce fonds sous la forme
d’un journal de bord, d’un journal intime. » — « Le souci
de soi », in Jean-Claude Fozza, Anne-Marie Garat,
Françoise Parfait, La Petite Fabrique de l’image, Paris,
Magnard, 2003, p. 274.
– Que racontent ces documents sur vous, votre
personnalité, vos habitudes ?
– Que racontent-ils du monde qui vous entoure, de
l’actualité, de la société ?
z À partir d’un même corpus de photographies (prises par
la classe ou prélevées dans les médias), créer une page
de « journal intime » ou d’« album ». Les textes (légendes,
titres, annotations) et les images seront associés sur une
feuille de format A3.
Une séance de mise en commun sera l’occasion de
mettre en évidence la diversité des rendus et des récits.
z Choisir un texte à caractère autobiographique
– Transformer cette narration autobiographique en récit
épistolaire.
– Choisir un point de vue extérieur et réécrire le récit à la
troisième personne du singulier.
z « Recueillez la description orale du témoin d’un
événement du passé (guerre, grève, résistance, exil,
exode…) ou d’un événement contemporain marquant.
Tentez de restituer, par le dessin le plus scrupuleux, lieux
et circonstances d’un épisode précis (planche, schémas,
vignettes), en fonction de ses indications. Intégrez la
dimension subjective de son témoignage. Rectifiez à
l’aide du témoin, confrontez à des documents visuels
de l’époque. » — « Témoin », in Jean-Claude Fozza,
Anne‑Marie Garat, Françoise Parfait, La Petite Fabrique
de l’image, Paris, Magnard, 2003, p. 272.
z Étudier la vidéo Albanian Stories (1997) d’Adrian Paci.
– En lien avec les programmes d’enseignement de
français, notamment pour les classes de quatrième
au collège, et de seconde Bac Pro, s’interroger sur les
protagonistes et héros du conte.
– Proposer aux élèves de travailler sur leurs propres
héros. Voir le dossier « Héros, d’Achille à Zidane »,
présenté par la BnF (en ligne sur http://classes.bnf.
fr/heros/) et l’article d’Olivier Cirendini (en ligne sur
le site « Lettres-Histoire » de l’académie de Lille :
http://lettres-histoire.discipline.ac-lille.fr/formation/
Veille-pedagogique/qui-sont-les-nouveaux-heros/files/
tgvmag_134.pdf).
z Étudier la vidéo Centro di Permanenza temporanea (2007)
d’Adrian Paci (consultable en ligne sur
http://www.youtube.com/watch?v=2EY1fpo0DRc).
– Observer et identifier : les personnes, les actions (les
événements qui s’enchaînent), le cadre (lieu, époque).
À la suite de ce travail d’observation, proposer aux
élèves, d’écrire un récit qui utilise la description. Elle
pourra avoir un but explicatif ou métaphorique.
Dans un récit dont le but est d’informer le lecteur sur les
personnes, sur le cadre où se situe l’action, la description
permet de faire comprendre les raisons d’une situation.
Lors d’un récit à fonction métaphorique, la description
pourra être interprétée comme l’image d’une autre réalité.
– Travailler par groupe de deux ou trois élèves en
autonomie, dans une salle informatique. Chaque groupe
visionne une première fois la vidéo. Lors d’un second
visionnage, demandez aux élèves d’extraire quelques
images qui leur semblent significatives en réalisant des
captures d’écran.
Confronter les choix des élèves et sélectionner quelques
images qui seront données à tous les groupes.
À partir de ces photogrammes, construire une narration qui
intègre des temporalités et des points de vue différents. Un
groupe d’élèves peut réaliser une narration en adoptant le
point de vue de l’un des personnages. Le narrateur joue un
rôle dans les événements qu’il raconte et la narration est
alors conduite à la première personne. Un autre groupe
peut réaliser une narration avec un point de vue extérieur.
Le narrateur est alors extérieur aux événements, et la
narration se fait à la troisième personne.
z « Cette fiche a pour objectif de fournir quelques pistes
à partir des interprétations illustrées de certains contes, et
leurs réécritures ou utilisations variées dans la littérature
de jeunesse. Les pistes proposées permettront de montrer
aux élèves qu’une adaptation ou une transposition
n’est pas nécessairement réductrice, mais au contraire,
participe souvent d’un choix créateur. […]
– Lecture (ou écoute) des textes “source”. C’est parce
que les enfants connaissent le conte de référence qu’ils
peuvent comprendre et apprécier les interprétations, les
réécritures ou les allusions.
– Débat argumentatif : exposer ses préférences au
niveau des différentes versions d’un même conte, et
argumenter ses choix.
– Débat interprétatif : rechercher les livres qui suscitent le
débat interprétatif (Mina je t’aime, Le Petit Chaperon vert,
Le Petit Chaperon rouge de Sarah Moon…).
– En primaire, les analyses et les comparaisons pourront
être centrées sur les personnages, les objets, le lieu,
l’époque, les épisodes principaux. À partir du collège,
les élèves pourront aborder un travail sur la structure du
récit.
– Pour toutes les versions d’un conte, élaborer des fiches
sur les personnages (caractère, attitude, comportement,
habillement…), les comparer, les classer, les retrouver
dans les contes de référence.
– Constituer un imagier des différents personnages de
contes ou un imagier des objets, des lieux, etc. à partir
des différentes variantes. Utiliser cet imagier pour inventer
de nouveaux contes, des salades de contes.
Interprétations par l’illustration
Les contes étant issus de la tradition orale, on peut
constater que, à partir d’un même texte, ce sont les
illustrations qui donnent une tonalité et une interprétation
différente au récit. Après une comparaison des versions
existantes, chacun aura le droit de s’inventer sa propre
interprétation d’un personnage ou d’une situation.
– Trier les ouvrages en deux grandes catégories : sans
texte, avec texte.
pistes de travail / 41
– Montrer en quoi les illustrations, que l’ouvrage
comporte du texte ou non, orientent la compréhension
selon la perception de l’auteur. Plus les détails de
l’illustration sont précis et plus la réception est orientée.
C’est en comparant des versions différentes et variées
que l’enfant pourra se créer son propre réseau de
références et ses projections personnelles.
À partir des interprétations sans texte – Faire reconstruire le sens par l’image et comparer avec
le texte source. Si des différences apparaissent, retrouver
dans les images à quel moment apparaît la divergence,
et pourquoi.
Pour Le Petit Chaperon rouge de Rascal : – Écrire l’histoire à partir de tous les éléments codés.
– Inversement, réfléchir à un codage pour faire le récit
d’un autre conte.
– La version de Rascal se termine sur une page rouge
(le sang de la petite fille, de la grand-mère ?). Inventer
d’autres pages codées pour une autre fin.
Le même type de travail peut être mis en place à partir
des albums codés de Warja Lavater.
– Au collège, mettre en place des activités d’écriture sur
les albums sans texte. Par exemple, à partir de l’album de
Rascal, Le Petit Chaperon rouge, travailler l’interprétation
(image des ciseaux, lien avec la symbolique du chemin des
aiguilles et des épingles…). Faire des recherches du point
de vue de l’aspect symbolique. » — Chantal Bouguennec,
« Autour des contes », fiche pédagogique, CRDP du
rectorat de Créteil (en ligne sur http://www.cndp.fr/crdpcreteil/telemaque/comite/contes.htm).
orientations bilbliographiques
– Croiser des mondes, Paris, Jeu de Paume,
coll. « Document », no 5, 2005.
– L’Événement : les images comme acteurs de l’histoire, Paris,
Jeu de Paume/Hazan, 2007.
– Claude Arnaud, Qui dit je en nous ?, Paris, Hachette
Littératures, 2008.
– Béatrice Didier, Le Journal intime, Paris,
Presses universitaires de France, 2002.
– Marie-Claire Kerbrat, Leçon littéraire sur l’écriture de soi,
Paris, Presses universitaires de France, 1996.
– Magali Nachtergael, Esthétique des mythologies
individuelles. Le Dispositif photographique de Nadja à
Sophie Calle, thèse soutenue en juin 2008 (disponible sur
http://hal.archives-ouvertes.fr/tel-00640863/).
ressource en ligne
– Pour les autobiographies, mémoires et journaux, vous
pouvez également vous reporter au dossier enseignants
de l’exposition « Lartigue, l’émerveillé (1894-1986) »,
présentée au Château de Tours par le Jeu de Paume
dans le cadre de sa programmation hors les murs, du
24 novembre 2012 au 26 mai 2013, et notamment au
chapitre « Récits et conceptions deu temps » et aux pistes
de travail (en ligne sur http://www.jeudepaume.org/
index.php?page=article&idArt=1857&lieu=6).
– Le conte. Textes et Documents pour la Classe (TDC)
no 1045, SCÉRÉN [CNDP-CRDP].
– Bibliographie sur les contes : http://www.cndp.fr/crdpcreteil/telemaque/comite/contes-bibli.htm
42 / approfondir l’exposition
Produire des images :
processus de déplacements et transitions
Frontières et passages
Les notions de déplacements, de transitions et de
passages d’un état à un autre, très présentes dans
le parcours comme dans les œuvres d’Adrian Paci,
peuvent être étudiées et interrogées en regard du
concept de frontière. Ce dernier renvoie à des situations
géopolitiques historiques ou contemporaines, mais
aussi à des perspectives plus mentales, métaphoriques,
poétiques ou plastiques.
« L’origine du mot frontière vient de front, un terme
militaire, qui désigne la zone de contact avec une armée
ennemie. Cette ligne sinueuse et fluctuante évolue en
fonction des rapports de forces en présence. À partir du
XVIIe siècle, la frontière devient progressivement une ligne
bornée, limite entre deux États.
La frontière prend un sens plus politique lors de
la construction des États-nations et s’appuie alors sur
le concept de frontière naturelle : la limite d’un territoire
est d’autant plus lisible et facile à contrôler qu’elle repose
sur un obstacle physique. La frontière devient une ligne
au tracé parfois artificiel sur le terrain et faisant l’objet
d’arrangements. Sa présence est cependant légitimée
par le concept de frontière naturelle. La frontière politique
consiste donc en une séparation entre deux territoires
(deux souverainetés de plein exercice), qui se matérialise
par l’existence d’une discontinuité souvent représentée
par une ligne. Deux systèmes politiques se font face,
traitent d’égal à égal, mais leurs fonctionnements, leurs
modes d’organisation, leurs systèmes juridiques diffèrent.
La frontière est alors associée à un système de contrôle
puissant plus ou moins explicite (système de défense,
contrôle douanier, etc.) dont l’objet premier est de protéger,
mais aussi de laisser circuler en filtrant et en prélevant.
Certains échanges sont générés par la présence de la
frontière (différentiel) mais d’autres empruntent des voies
illicites pour échapper au contrôle. À côté du militaire
et du douanier, le contrebandier est la troisième figure
emblématique de la frontière, les deux premiers exprimant
la protection et le filtrage, le troisième le passage et
l’entre-deux. Cette ambivalence entre séparation et
échanges est caractéristique de la frontière. Cette dernière
fonctionne comme un filtre instable, où alternent des phases
d’ouverture (le contact l’emporte sur la séparation) et des
phases de fermeture (la séparation l’emporte sur le contact)
plus ou moins grandes : la porosité varie au cours du temps
en fonction des relations entre systèmes en présence.
Dans les autres champs des sciences sociales et
humaines, la notion de frontière est prise en compte dans
un sens plus large et ne renvoie pas systématiquement
aux limites d’États. Le terme est utilisé pour exprimer
une séparation entre des groupes culturels (frontière
linguistique, religieuse) et renvoie à un contact flou,
imprécis, mouvant.
Deux définitions de la frontière semblent donc coexister :
l’une a une dimension culturelle et sociale et est exprimée
par l’anglais frontier et l’autre a une dimension plus politique
(frontière d’État) et est traduite par border ou boundary.
Ces différentes dimensions nous invitent à élargir la
définition classique de la frontière en géographie :
la frontière est un objet géographique séparant deux
systèmes territoriaux contigus. Cet objet ne se résume
pas à une limite car il a des incidences sur l’organisation
de l’espace (effets-frontière) et il intègre une dimension
politique (c’est-à-dire ce qui touche à la structuration
d’une société), une dimension symbolique (il est reconnu
par un ensemble d’acteurs et sert de marqueur dans
l’espace) et une dimension matérielle (qui est inscrite dans
le paysage).
Il y a frontière lorsque se confrontent des systèmes
territoriaux identifiés par leur propre système de normes
(culturels, juridiques, etc.). Ceci est bien le cas des États
avec leur fonctionnement institutionnel, leur maillage,
etc. Mais cette définition peut être élargie à d’autres
systèmes territoriaux en émergence. De nouvelles pistes
s’ouvrent alors aux chercheurs dans un contexte de
crise des États et d’émergence de nouveaux pouvoirs
(d’ordre économique, institutionnel ou social). On peut
dès lors suggérer que les frontières apparaissent sous
d’autres formes que la ligne, comme le point (un port
ou un aéroport), la zone ou le front. La représentation
classique de la frontière (la ligne) est alors bouleversée.
Une nouvelle piste de recherche consisterait alors à
proposer de nouveaux modes de représentation de
ces frontières aux formes inédites. » — Bernard Reitel,
maître de conférences en géographie à l’université de
Haute‑Alsace, Mulhouse, « Frontière » (en ligne sur
http://www.hypergeo.eu/spip.php?article16).
« La frontière, c’est cela qui met en relation deux états
de l’étant, comme dans le réel la frontière sépare
deux États ou deux communautés du monde. Cette
notion de frontière a insidieusement incliné les activités
intellectuelles des humanités vers l’organisation en
système. Le système (la pensée de système et le système
de pensée) a deux frontières en vue, celle à laquelle il
s’adosse et celle vers quoi il tend, le système ne s’occupe
en rien des éventuelles frontières de droite, ni des
frontières de gauche, autrement dit le système va dans
un sens unique et définit une visée linéaire. La notion
de frontière ainsi conçue est irrémédiable, car elle pose
à la fois ce qui est le même et ce qui est l’autre, promis
à part, de manière radicale et infranchissable, et sans
aucun chemin de traverse ou de maraude. On ne passe
pas ces frontières-là en divaguant sur les côtés. Dans
ces conditions, les pensées occidentales ont évolué,
de la façon linéaire que j’ai dite, vers des conceptions
qui définissent l’objet à atteindre comme se suffisant
à lui‑même, en pleine objectivité, toujours situé sur cette
ligne entre deux frontières, dont l’une est irrémédiable
dans le passé, l’autre inatteignable dans l’avenir. La
notion de frontière ainsi conçue est obsolète, et après
toutes ces avancées de la pensée, vient le moment
où la frontière ne peut plus être considérée comme
étanche, et où l’idée grandit qu’elle n’a plus de raison
d’être en tant que telle. L’étant n’est pas un territoire
balisé de frontières, mais une structure inexplicable, en
révolution sur elle-même. La frontière n’est plus une des
données possibles de l’étant, mais dans notre monde une
envolée de passages, et d’entre-deux, qui sont aisément
ou malaisément franchissables, mais qui désormais le
seront de toutes les manières. Autrement dit, la frontière,
qui n’avait pas de rapport à l’Être (dans les conditions
traditionnelles, l’Être est un absolu, il n’y a pas d’êtrefrontière de l’être), est sortie du rang de l’étant pour
entrer dans l’ordre de l’être, parce que précisément elle a
cessé d’être un impossible pour devenir passage, et que
l’être, dans nos poétiques, a cessé d’être un absolu pour
devenir une Relation. Il y a des frontières, non pas certes
de l’être mais dans l’être, que nous aurons à approcher.
L’effort des pensées contemporaines, à travers des
manifestations que nous pourrions rassembler les unes
à côté des autres, les sciences du chaos, les sciences
fractales de la psychanalyse, les dérivées esthétiques
des inextricables du monde, et les sciences grandissantes
de l’environnement (c’est-à-dire de la relation nécessaire
entre les êtres biologiques et les êtres organiques et enfin
les phénomènes géophysiques), les explorations des
champs poétiques et si elles peuvent retenir la vitesse,
la fulguration et aussi l’épaisseur et la mesure du temps,
les expériences de la voix et de l’oralité et si elles peuvent
durer comme des écritures, l’apprentissage des rythmes
et s’il y en a de fondamentaux ou d’assez éphémères
pour reconstituer des traces, les essais tourmentés de
la démocratie et si elle peut vraiment être directe, tout
cela vise à établir que dans les profondeurs l’être, ou
la Relation, consent des frontières, des passages, la
difficulté de nos poétiques étant de savoir d’abord
retrouver ces passages et de savoir ensuite y parcourir.
La fonction de la frontière, cette entremise de la réflexion
et de l’opération, est de s’effacer dans la géopoétique
de l’étant, les variables de l’étant sont démultipliées
et se relaient à l’infini, et de se dessiner vive dans une
géopolitique de l’être, l’absolu de l’être est rentré dans
la Relation. Nous avons besoin de cette frontière et
de ses métamorphoses, pour exercer notre aisance à
passer d’un même à cet autre. Et les poétiques, quels
que seraient leurs champs d’application, sont ainsi des
pratiques. » — Édouard Glissant, « Images de l’être, lieux
de l’imaginaire », in Une nouvelle région du monde, Paris,
Gallimard, 2006, p. 181-182.
z La notion de frontière peut être travaillée en tant
que concept géographique (voir le Dictionnaire de
Géographie, Paris, Hatier, 2008). Souligner l’évolution de
ce concept en particulier depuis la thèse de l’historien
français Fernand Braudel (1902-1985) : La Méditerranée
et le Monde Méditerranéen à l’époque de Philippe II (Paris,
Livre de Poche, 1993).
Aujourd’hui, les zones frontalières apparaissent comme
une interface privilégiée entre des systèmes différents,
ce qui fonde l’originalité et la spécificité de ces espaces
où interviennent des effets de ruptures, de passages,
de relais. La frontière se manifeste d’abord par une
discontinuité de l’espace perceptible à travers le
peuplement, la localisation des activités, le comportement
des individus, l’agencement des lieux et des milieux. Parmi
les effets qu’elle produit sur l’espace, on se questionnera
sur la nature des dysfonctionnements subis par les
espaces frontaliers, les zones frontalières.
pistes de travail / 43
z Étudier l’œuvre Spectral Aerosion (2010‑2011)
de Société Réaliste, « coopérative parisienne de
production artistique » créée en 2004 par Ferenc Gróf
et Jean‑Baptiste Naudy, à laquelle le Jeu de Paume a
consacré l’exposition « Société Réaliste : Empire, State,
Building » du 1er mars au 8 mai 2011 (voir le dossier
enseignants de l’exposition, en ligne sur http://www.
jeudepaume.org/index.php?page=article&idArt=1462).
Société Réaliste explore les récits de l’histoire, l’économie,
l’architecture. Ils réalisent des cartographies, typographies,
photographies en menant une réflexion autour des
politiques de la représentation. Avec l’œuvre sculpturale
Spectral Aerosion, Société Réaliste interroge la relation
entre la représentation géographique des espaces et
leur réalité politique. Confrontée à une plaque de bois
où sont superposées l’ensemble des frontières ayant
existé en Europe depuis l’an zéro jusqu’à l’an 2000, le
spectateur découvre un territoire nouveau, tissé en réseaux
et qui, tel un palimpseste, cumule l’histoire politique de
la région. Spectral Aerosion fait ainsi apparaître, par la
mise en exergue de frontières mouvantes, les dynamiques
géopolitiques de l’Europe. Les silhouettes des territoires,
signes des nations en apparence fixes, sont ici rendues
relatives et temporelles et nous revoient aux luttes de
pouvoir dont elles ont fait l’objet.
z Certaines installations vidéo de l’artiste Aernout Mik,
notamment Osmosis and Excess (2005) et Touch, Rise and
Fall (2008), mettent en scène zones-frontières, passages
des biens de consommation et mouvements des corps.
Par son format, l’installation Osmosis and Excess se
distingue des autres travaux d’Aernout Mik : sur un large
et unique écran horizontal sont projetées des images
filmées au Mexique (d’abord l’intérieur d’une pharmacie
où s’accumulent des piles de médicaments, puis une
vaste décharge où s’entassent des centaines de voitures
abandonnées et un terrain où jouent des enfants).
Tijuana, ville frontalière du Mexique et des États-Unis, est
un lieu de collision géopolitique où s’opèrent échanges
et trafics en tout genre de biens de consommation mais
aussi de populations. Tout est marchandise dans cet
espace de transit façonné par des abris de fortune,
des échoppes plus ou moins légales et des millions de
véhicules oubliés. Toute la pensée politique, écologique
et morale de notre temps s’exprime dans les détails et
les détournements du paysage métaphorique ici montré.
La double projection Touch, Rise and Fall a pour point
de départ les contrôles de sécurité d’un aéroport. Les
scènes dans les magasins duty free s’opposent aux
scènes de fouilles minutieuses des passagers et de leurs
bagages : des mains cherchent à saisir des objets,
transportent des sacs de plastique, fouillent dans les
bagages à main… Dans une ambiance dominée par une
impression générale de dépossession, de dévastation
et de consommation à outrance, ces scènes oscillent
entre l’ignorance, la minutie et le contrôle obsessionnel.
Comme dans Osmosis and Excess, cette œuvre représente
le cycle de la consommation à travers le prisme d’une
frontière. Mais alors que dans le film de 2005, les biens
de consommation étaient l’ornement dominant du
paysage, dans Touch, Rise and Fall, ils se mettent à avoir
44 / approfondir l’exposition
des répercussions directes sur leurs propriétaires.
Des extraits de ces deux vidéos sont disponibles
en ligne sur le site du Museum of Modern Art
de New York (http://www.moma.org/search/
multimedia?query=Aernout+Mik). Vous pouvez
également vous reporter au dossier enseignants
de l’exposition « Aernout Mik : Communitas »,
présentée au Jeu de Paume du 1er mars au 8 mai
2011 (en ligne sur http://www.jeudepaume.org/index.
php?page=article&idArt=1462).
z Les notions de frontières et de passages peuvent aussi
trouver des transpositions en arts plastiques.
– La question des bords et des limites en arts plastiques
renvoie traditionnellement au cadre. Le cadre (de l’italien
quadro : carré) est la bordure rigide limitant une surface
dans laquelle on place un tableau, un objet d’art, un
miroir, un bas-relief, quelle que soit leur forme. Ce terme
désigne également les limites d’un espace, l’espace ainsi
cerné. Le terme « bord » désigne le pourtour, la partie
située à la limite, au contour, ou encore à l’extrémité
d’une surface ou d’un objet. La limite est la ligne qui
sépare deux espaces ou deux surfaces. C’est une notion
clé en arts plastiques, elle concerne la forme, le tracé, la
figure, l’espace.
– La notion de « passage » peut-être expérimentée au
travers des passages de couleurs (gamme de teintes
qui permet de passer progressivement d’une couleur
à l’autre) et de valeurs (gamme de tons qui permet de
passer progressivement d’une valeur claire à une valeur
foncée et vice versa), mais aussi des passages de la
figuration à l’abstraction et du réel à l’imaginaire.
– La notion de passage peut aussi servir à définir
concrètement ce qui plastiquement permet de faire le lien
entre deux éléments ou deux zones : un jeu de lignes, des
éléments graphiques décoratifs, un jeu de couleurs, etc.
Dans le champ de l’architecture, le terme renvoie à des
dispositifs de circulation. En arts plastiques, le passage
est donc un moyen de constituer du « continu » entre les
bords d’une chose et d’une autre. Le traitement plastique
du passage, parce qu’il est souvent combinatoire, produit
alors des zones métissées.
Migration et mondialisation
En ce qui concerne ces notions, vous pouvez vous
reporter aux parties suivantes du présent dossier :
« / repères : Mondialisation, flux et mobilité » (p. 12)
et « Contexte et histoires » (p. 18). Guerres et conflits,
violences, persécutions politiques et religieuses,
catastrophes naturelles, économies défaillantes,
inégalités sociales : telles sont les causes des
déplacements de populations. Des hommes et des
femmes quittent leur pays dans l’espoir de trouver ailleurs
de meilleures conditions de vie.
z Travailler à partir du texte suivant :
« J’étais tranquillement chez moi après une journée de
travail quand un ami a débarqué. II a frappé à la porte
et il m’a dit : “Qu’est-ce que t’as avec le plâtre ?“ J’étais
plâtrier, je travaillais. II m’a proposé de brûler. [Ainsi
qu’on nomme à Tanger l’acte de franchir le détroit en
abandonnant son identité, son passé.] J’ai fait ma valise.
J’ai enfilé ma combinaison bleue, ma tenue de travail.
J’ai pris vingt dirhams et aucune nourriture. J’ai quitté la
maison. En taxi, on est descendus au port. On y est restés
jusqu’au lendemain matin. C’était ramadan. C’était en
1997, pendant le ramadan. On est sortis du port toute
la matinée et on a rompu le jeûne. L’après-midi, on n’a
pas eu de chance. Le soir, on a encore dormi au port. Le
lendemain matin, mon ami a voulu continuer à dormir.
J’ai déchiré la bâche d’une remorque avec un grand
couteau. II y avait des cartons à l’intérieur, je m’y suis
caché. Peu après, la remorque a été attachée au camion.
Je pensais seulement dormir là-dedans, je comptais
sauter dans une autre remorque. Je me suis endormi
longtemps. La remorque a été tirée, elle est entrée dans
le bateau. Elle n’a pas bougé pendant plus d’une heure,
la police est venue, ils ont fouillé en dessous, par-ci parlà, puis ils ont mis les chaînes. Moi, je me suis retourné, je
me suis fait une place et j’y suis resté. La première journée
a passé. Pendant la deuxième, j’ai quitté ma place et je
me suis retrouvé au beau milieu du bateau. Je suis resté
trois jours, après je n’avais plus d’eau. J’en ai cherché. Je
suis tombé sur deux autres clandestins, ils m’ont montré
où était le robinet. J’ai bu. Je suis resté avec eux. Nous
avons volé des oranges. Le lendemain matin, le bateau
est arrivé. C’était un vendredi matin. Je suis retourné
dans la remorque jusqu’au soir. J’en suis sorti à 21 h. Je
ne connaissais personne. Je suis sorti la nuit. J’ai sauté
le premier grillage, puis celui-ci, je suis passé en courant
par là, j’ai atteint ce grillage puis je suis arrivé là-bas,
j’ai sauté celui-là, puis j’ai sauté encore. Je suis resté
immobile en me disant : “Qu’est-ce que je vais faire ? Je
ne connais personne. Où aller ?“ J’ai commencé à me
dire qu’il valait mieux que je rentre et que je continue à
faire mon métier dans mon pays. Puis j’ai regretté. J’ai fait
de l’auto-stop. Un Noir s’est arrêté à mon signe. Je parle
un peu français, je l’ai appris chez moi, je lui ai dit : “Où
est-ce que je peux trouver des Arabes ?“ II m’a indiqué
un métro. Je lui ai dit : “Pour moi, il n’y a pas de métro.“ II
m’a emmené à Félix Piat, j’ai trouvé des Arabes. Chez une
Algérienne, j’ai pris une douche. Le lendemain matin, j’ai
pris le métro pour la porte d’Aix. Là-bas on m’a dit d’aller
à Gambetta, où j’ai rencontré les autres. Je suis resté
quinze jours. Puis je suis parti en Italie… » — Yto Barrada,
Anaïs Masson, Maxence Rifflet, « Entretien avec Saïd C.,
La Compagnie, Marseille, 15 mai 2001 », in Fais un fils et
jette-le à la mer, Marseille-Tanger, Paris, Sujet/Objet, 2004,
p. 72-75.
Voir aussi le petit journal de l’exposition « Yto Barrada »,
présentée au Jeu de Paume, site Sully, du 31 mars au
11 juin 2006 (en ligne sur http://www.jeudepaume.org/
index.php?page=article&idArt=151).
z Se référer aux œuvres d’Esther Shalev-Gerz qui travaille
la notion de portrait, qu’elle appréhende comme le reflet
possible d’une personne, d’un lieu ou d’un événement
qui n’est jamais stable ou définitif. Ce qui l’intéresse, ce
sont les gens, leur parole, leur silence, leur vécu, leur
manière de résister et d’aller au-delà de leurs propres
limites, leur façon de raconter leur histoire. L’intervalle
entre le témoin qui raconte et le spectateur qui l’écoute
est au centre de son travail. Intervalles temporels (présent
du récit et présent de l’écoute), intervalles spatiaux (du
décor de l’image au dispositif visuel), intervalles auditifs
(le silence de celui qui répond est parfois plus saisissant
que les mots) : autant d’écarts produisant des portraits
complexes d’individus face au groupe et à l’Histoire. First
Generation (2004) est une installation réalisée en Suède :
« Il s’agit d’une œuvre permanente conçue pour l’espace
public du Multicultural Centre Botkyrka. J’ai décidé de poser
quatre questions à trente-cinq habitants de Botkyrka issus
de la première génération d’immigrés de toute nationalité :
“En venant vous installer ici : Qu’avez-vous perdu ? Qu’avezvous trouvé ? Qu’avez-vous reçu ? Qu’avez-vous donné ?”Je
les ai filmés écoutant leurs propres réponses. Ils sont captés
de très près, de trop près pour que l’on reconnaisse leur
visage. Le son n’est audible qu’à l’intérieur du Centre, en
revanche l’image reste visible aussi bien à l’intérieur qu’à
l’extérieur. La bande-son et les images du film ne sont
pas synchronisées. Les voix communiquent observations et
impressions intimes. J’ai décidé de séparer le son de l’image.
D’un côté, ce sont les paroles des participants avec leur
manière d’évoquer leurs expériences personnelles ; de l’autre,
ce sont des corps, des apparences physiques. Le spectateur
perçoit les unes et les autres à la fois simultanément
et toujours en décalage. Dans une autre version, sous
forme d’installation murale, j’ai exposé quarante-trois
photogrammes extraits de ce film et les textes transcrits
de la bande-son. Comme deux nuages, constitués l’un
d’images et l’autre de textes, qui naviguent l’un vers l’autre et
s’interpénètrent en partie, ces deux champs d’une longueur
totale de 18 m proposent au visiteur un parcours visuel
fragmenté. » — Esther Shalev-Gerz, Paris, Jeu de Paume/
Lyon, Fage éditions, 2010, p. 82.
Voir aussi le dossier enseignants de l’exposition
« Esther Shalev-Gerz : Ton image me regarde !? »,
présentée au Jeu de Paume du 9 février au 6 juin 2010
(en ligne sur http://www.jeudepaume.org/index.
php?page=article&idArt=1260).
z En lien avec la thématique « Identité et diversité »
des programmes scolaires, questionner la manière de
transmettre son histoire, son passé, sa culture. Proposer
aux élèves d’analyser le dispositif utilisé par Adrian
Paci pour transmettre son histoire, passer de l’individuel
au collectif : comment et pourquoi en tant que père,
artiste, migrant et Albanais, il donne à voir les nouveaux
« contes » que sa fille invente à partir de son vécu.
z Chercher un souvenir heureux, un événement
personnel positif qui semble à la fois essentiel, unique et
déterminant, en tant qu’influence sur votre environnement
actuel et vos réactions à venir. Retrouver parmi les
images (photographiques, tableaux, images de film, etc.)
que vous avez vues, celles qui vous ont marqué au point
de changer vos réactions, votre comportement.
z Proposer aux élèves de réaliser des photographies
ou des photomontages, dans lesquels ils se mettront
en scène afin d’exprimer par une allégorie une
caractéristique de leur culture ou de leur condition
d’enfant, d’élève, de citoyen, d’être humain…
pistes de travail / 45
– Réaliser plusieurs images en jouant sur la
théâtralisation des corps, l’une exprimant un fardeau, un
poids ; une autre exprimant un engagement, une autre
une liberté, une légèreté…
– Voir le travail photographique de Gilbert Garcin, qui
traite avec humour de l’absurdité de la condition humaine
(http://www.gilbert-garcin.com/) ou la série Recompositions
(2009-2010) de Denis Darzacq (en ligne sur http://www.
denis-darzacq.com/recompositions-vignettes.htm).
ressources pédagogiques en ligne
– Site Internet de la Cité nationale de l’histoire de
l’immigration, notamment son espace « Éducation et
recherche/ressources pédagogiques en ligne » avec des
bibliographies et activités pédagogiques :
http://www.histoire-immigration.fr/
– « Des hommes dans la mondialisation : les migrants »,
programme de géographie en classe de première
bac professionnel :
http://ens-prof.ac-dijon.fr/Pedadispl_lh/histoire_geo/
spip.php?article521
– « La mondialisation : les flux migratoires en vidéo »,
vidéos réalisées par Frédéric Lernoud pour l’émission
« Le Dessous des Cartes » d’Arte :
http://lewebpedagogique.com/grunen/lamondialisation-les-flux-migratoires-en-video/
– Documents et outils pour l’enseignement
interdisciplinaire du concept de frontière :
http://tice.lille.iufm.fr/frontieres/
– « Photo 2012 », travail photographique réalisé par la
classe de quatrième de Yann Renoult et Pierre Daider,
collège Jean Moulin d’Aubervilliers, présenté sur le site
du Jeu de Paume :
http://www.jeudepaume.org/index.php?page=article&
idArt=1784
ressources artistiques et photojournalistiques en ligne
– Go No Go d’Ad van Denderen, sur l’immigration dans
l’espace Schengen :
http://www.go-no-go.nl/gonogo.php
– So Blue So Blue, Edges of the Mediterranean d’Ad van
Denderen, regard sur les pays riverains de la
Méditerranée, dans lequel il met en perspective l’identité
méditerranéenne :
http://www.sobluesoblue.nl/advandenderen/soblue_
release_1.1.0/MainView.html
– Kingsley’s crossing d’Olivier Jobard, qui suit l’immigration
clandestine en 2004 de Kingsley du Cameroun
jusqu’en France :
http://mediastorm.com/publication/kingsleys-crossing
– Série photographique Calais de Bruno Serralongue
http://www.airdeparis.com/artists.htm
– Séries photographiques Les Migrants (2009) et La Jungle
(2009-2010) de Mathieu Pernot, dans lesquelles
il photographie respectivement les corps cachés,
emmitouflés dans leurs duvets, de migrants afghans à
Paris et les traces laissées par des migrants clandestins
dans la « jungle » de Calais :
http://www.mathieupernot.com/migrants.php
http://www.mathieupernot.com/jungle.php
– Black Snow de Joan Bardeletti, qui suit le quotidien de
46 / approfondir l’exposition
migrants africains, partis de Libye et arrivés à Lampedusa
puis transférés par l’État Italien dans une station de ski :
http://book.picturetank.com/___/slideshow/?id=4082eb
04dc0857ae9a8db68331615efb&lang=fr&personnel=a
– Voir aussi Bouchra Khalili, dans la pratique de laquelle la
question du déplacement physique et mental est centrale :
http://www.latriennale.org/fr/artistes/bouchra-khalili
expositions en cours – « Robert Capa, Chim (David Seymour) et Gerda Taro,
La Valise mexicaine. Les négatifs retrouvés de la guerre
civile espagnole », Musée d’art et d’histoire du Judaïsme,
Paris, 27 février-30 juin 2013
– « Ici, ailleurs », Friche la Belle de mai, Tour-Panorama,
Marseille, 12 janvier-31 mars 2013 (http://www.mp2013.
fr/ici-ailleurs/). À l’occasion de cette exposition, qui
rassemble les œuvres de trente-neuf artistes du bassin
méditerranéen, dont celles d’Adrian Paci, le CNDP
propose de nombreuses pistes pédagogiques sur son
site Internet (http://www.cndp.fr/collections/point-derencontre/ici-ailleurs/exposition.html).
z Travailler en lien avec la vidéo The Column et l’extrait
de l’entretien d’Adrian Paci ci-dessous qui en retrace le
processus de création :
« Au départ, il y a la proximité, l’intimité et la singularité
d’une rencontre avec un matériau qui, ensuite, ouvre sur des
dimensions qui dépassent le matériau lui-même. Ma fonction
d’artiste est d’éclairer ces potentialités sans les forcer.
Même The Column, le nouveau projet sur lequel je travaille
en ce moment, vient d’une histoire que m’a racontée un
ami restaurateur qui avait besoin de faire réaliser une
sculpture en marbre pour le château qu’il était en train de
restaurer. Quelqu’un lui a dit qu’il devrait s’adresser en
Chine parce qu’ils ont du bon marbre, de bons artisans, une
main-d’œuvre bon marché et qu’ils sont rapides puisqu’en
fait le travail se fait sur le bateau, pendant le transport du
marbre. J’ai trouvé ça extraordinaire. Ça m’a paru tellement
bizarre, à la fois aberrant et fabuleux, avec quelque chose
de mythologique et, en même temps, de conforme avec
la logique de profit capitaliste : une mise en coïncidence
entre le temps de la production et le temps du transport. J’ai
commencé par vérifier que ce mode de fabrication existait
réellement. Et j’ai découvert qu’effectivement ils existent, ces
“navires-usines”, qui, pendant le transport, transforment des
matières premières en biens commercialisables. Mais je n’ai
pas réussi à savoir si ces ”navires-usines” fabriquaient aussi
des sculptures en marbre. Dans l’intervalle, l’image d’une
sculpture en marbre qui prendrait forme en pleine mer a
commencé à se dessiner très nettement dans ma tête et j’ai
décidé de passer à l’acte. » — Marie Fraser, Marta Gili,
« Entretien avec Adrian Paci », in Adrian Paci. Transit, Paris,
Jeu de Paume/Musée d’art contemporain de Montréal/
Milan, Mousse Publishing, 2013, p. 33.
z Prolonger le questionnement sur la circulation des
biens, des marchandises et des services, à l’heure
de la mondialisation ainsi que ses conséquences. La
mondialisation est un phénomène qui tend à effacer les
distances et les spécificités territoriales pour instituer une
plus grande rapidité des flux marchands. Aujourd’hui,
The Column, 2013
Courtesy kaufmann repetto, Milan, & Galerie Peter Kilchmann, Zurich
90 % des marchandises produites et consommées dans
le monde sont transportées par voie maritime : pétroliers,
porte-conteneurs, vraquiers, cargos polyvalents, navires
spécialisés (transport de colis lourds, de voitures, portebarges), sans oublier des car-ferries et des navires
de croisière (http://www.vedura.fr/environnement/
transports/transport-maritime). Les transporteurs et leurs
conteneurs sont devenus une image emblématique de la
mondialisation et de la société de consommation.
Sur un planisphère à l’échelle mondiale, localiser la voie
maritime suivie par le navire transportant cette colonne.
Indiquer les façades maritimes de départ et d’arrivée.
Localiser les passages stratégiques franchis par le navire.
On pourra utiliser des planisphères avec différentes
projections (centrée sur l’Europe, sur le Pacifique, sur le
pôle Nord) et à différentes échelles. Voir le site
www.d-maps.com pour récupérer des planisphères.
ressources pédagogiques en ligne
– « En quoi le conteneur est-il le symbole de
la mondialisation ? », séquence proposée par Marc
Assous, dans le cadre du programme de géographie
de première bac professionnel « Acteurs, réseaux,
flux de la mondialisation » :
http://lettres-histoire-geo.ac-amiens.fr/spip.php?article284
– « Le conteneur : un objet essentiel de la mondialisation »,
publié par M. Augris dans le cadre du programme
d’histoire-géographie de terminale L et ES :
http://histoire-geo-remiremont.blogspot.fr/2009/09/leconteneur-un-objet-essentiel-de-la.html
– « Le conteneur, objet d’art ? », séquence proposée par
François Bernard dans le cadre du programme d’histoire
des arts de troisième :
http://fr.slideshare.net/XXXXB/le-conteneur-objet-dart,
Rites et gestes
« Nous revenons ainsi au problème que nous avons
déjà touché plus haut : les thèmes initiatiques sont
surtout vivants dans l’inconscient de l’homme moderne.
Ceci est confirmé par le symbolisme initiatique de
certaines créations artistiques – poésies, romans, œuvres
plastiques, films – mais aussi par leur résonance dans le
public. Une telle adhésion massive et spontanée prouve,
il nous semble, que dans la profondeur de son être,
l’homme moderne est encore sensible à des scénarios ou
des messages “initiatiques“. » — Mircea Eliade, Initiations,
rites et sociétés secrètes, Paris, Gallimard, 1992, p. 282.
z Repérer dans les vidéos d’Adrian Paci, The Last Gestures,
The Encounter et Vajtojca, le caractère rituel des gestes
(rituel de l’adieu à sa famille de la mariée, rituel de la
poignée de main, rituel du deuil). Relever les moyens
mis en œuvre par Adrian Paci (ralenti, répétition,
théâtralisation des gestes…).
z Proposer aux élèves de faire des recherches sur les
gestes usuels qui ouvrent et concluent une rencontre dans
différents pays ou communautés (poignées de mains,
accolades, baisers…).
z Travailler sur les gestes quotidiens simples (se saluer,
manger, téléphoner, travailler, s’amuser…) et les
représenter photographiquement.
– Réaliser les photographies sur fond neutre, afin de
décontextualiser la scène : l’élève mime le(s) geste(s) puis
il accomplit le(s) geste(s).
– Gommer, à l’aide d’un logiciel de retouche d’image, les
objets liés à l’action représentée.
Pour cette séquence, vous pouvez vous appuyer sur la
série de photographies Fictions (2006) d’Édouard Levé
ainsi que sur des pratiques en danse contemporaine, qui
prélève dans le quotidien des gestes pour développer
des figures chorégraphiques (Mathilde Monnier), ou
des textes des pièces de Samuel Beckett (La Dernière
Bande, En attendant Godot) où la répétition des gestes
du quotidien épuise leur signification pour devenir des
motifs de la mise en scène ou l’expression visible de
caractéristiques psychologiques des personnages.
z Photographier une scène quasi rituelle faisant partie
du quotidien des élèves, par exemple l’entrée en classe,
l’appel, la récréation, un devoir sur table…
pistes de travail / 47
– Rechercher des moyens (changement de gestes,
modification de l’éclairage…), qui permettront de
transformer la réalité représentée et de faire basculer
cette scène du quotidien vers l’étrange.
– Associer en diptyque les deux photographies.
z Proposer aux élèves de faire une recherche sur les
différents « rites de passage » de l’adolescence vers l’âge
adulte à travers l’histoire. Débattre avec eux des formes
actuelles de ces « rites ».
z Plus généralement travailler autour des rites qui
accompagnent un changement de lieu, d’état, de
position sociale, d’âge.
ressources artistiques en ligne
– Rites de passage de Jean-Pierre Mirouze
(CNRS Images, 2004), qui établit un parallèle entre
les rites initiatiques des populations traditionnelles
et les phénomènes actuels (piercings, tatouages,
bodyhackers) :
– http://videotheque.cnrs.fr/video.php?urlaction=visualisati
on&method=QT&action=visu&id=1193&type=grandPublic
– Quinceañeras Cruise (« La Fête des quinze ans »,
2009‑2010), La Première Boum d’une adolescente aux USA
(2005) et Sasha (2007-2010) de Claudine Doury :
http://www.agencevu.com/stories/index.php?id=166&p=31
– Rineke Dijkstra, qui réalise régulièrement, tous les
deux ans, un portrait d’Almerisa, jeune réfugiée de
l’ex‑Yougoslavie :
http://www.moma.org/explore/inside_out/2010/01/14/
what-s-in-a-portrait-rineke-dijkstra-s-almerisa
(Voir également le catalogue d’exposition Rineke Disjkra.
Portraits, Paris, Jeu de Paume/Munich, Schirmer/Mosel,
2004.)
– The Adventures of Guille and Belinda and the Enigmatic
Meaning of their Dreams (1999-2010) d’Alexandra
Sanguinetti, qui évoque la vie et l’imaginaire de deux
cousines, âgées au départ d’une dizaine d’années,
Guille et Belinda, dans la ferme où elles vivent en
Argentine : http://alessandrasanguinetti.com/index.php/
project/the-adventures-of-guille-and-belinda/
– Série Expectations of Adolescence (1997-2007)
de Blake Fitch, photographies de la demi-sœur et
de la cousine de l’artiste une longue période,
de l’enfance à l’âge adulte :
http://www.blakefitchphotos.com/Artist.asp?ArtistID=37
079&Akey=MXHKVXBQ
– Série Teenage Stories (2007) de Julia Fullerton-Batten,
qui met en scène de jeunes adolescentes dans des
univers quotidiens mais disproportionnés, comme
inadaptés :
http://www.juliafullerton-batten.com/
– Série Shkodra (2004-2006) de Guillaume Herbaut,
travail réalisé autour de la loi du Kanun en Albanie :
http://www.guillaume-herbaut.com/en/27-shkodra/
Peinture, photographie et vidéo
L’œuvre d’Adrian Paci tire sa singularité de l’incessante
transposition des images qu’il utilise ou crée d’une
technique à l’autre (peinture, vidéo, photographie,
48 / approfondir l’exposition
aquarelle, tempera, mosaïque…). Les mêmes images
ou sujets sont ainsi abordés de manière différente sur
différents supports.
z Identifier les différentes manières de fabriquer des
images, les comparer et débattre de la façon dont
chacune d’entre elles peut traiter ou rendre compte d’un
sujet ou d’un objet donné.
z Choisir des caricatures de presse, des gravures,
des peintures ou encore des photographies liées
à un événement historique comme la guerre de Crimée,
dont témoignent de nombreuses toiles (http://figs-jeux.
over-blog.com/album-1153379.html) ainsi que la série de
clichés de Roger Fenton, Vallée de la mort.
Pour cette séance, vous référer au catalogue d’exposition
L’Événement : les images comme acteurs de l’histoire, Paris,
Jeu de Paume/Hazan, 2007.
Autre exemple possible : le corps humain, avec
différentes images dans l’histoire de la représentation,
comme La Leçon d’anatomie de Rembrandt, une
planche d’anatomie de l’Encyclopédie de Diderot, une
photographie d’une opération dans le livre de science,
une image de mode ou de publicité retouchée…
z Afin d’expérimenter les allers-retours entre dessin
et photographie :
– Concevoir un cadre en carton rigide.
– Avec ce cadre, les élèves sélectionnent un élément, une
partie d’un objet, d’une surface qu’ils vont reproduire sur
une feuille à dessin.
– Dans un deuxième temps, les élèves tentent de
retrouver le même point de vue et le même cadrage avec
un appareil photo pour obtenir une photographie de
l’élément précédemment sélectionné.
– Comparer les deux images.
– Que permet le dessin ? Que permet la photographie ?
Cette piste de travail a été élaborée et expérimentée par
Guillaume Blanchaud, professeur des écoles, et Cécile
Rousset, professeur d’arts plastiques à l’école Charles
Hermite, Paris XVIIIe.
z En arts plastiques, on peut travailler sur des séquences
vidéo issues des reportages d’actualité des journaux
télévisés, et proposer aux élèves d’en extraire quelques
captures d’écran qui seront retravaillées plastiquement
afin de donner à voir autrement le réel représenté.
– Utiliser un logiciel de retouche pour modifier le nombre
de pixels de manière à ce qu’ils soient apparents, la
densité, le contraste, les couleurs, etc. ou travailler à
partir d’impressions noir et blanc de captures d’écrans
avec différents médiums (encre, gouache, marqueur…)
dans le but d’obtenir différents effets visuels (silhouette,
bords flous, contours épais, aplats de valeurs ou de
couleurs…).
– Proposer aux d’élèves de transposer un événement
familial en événement universel en leur demandant
d’apporter des séquences vidéo personnelles réalisées
lors d’événements familiaux ou moments clés de leur
histoire (repas de fête, anniversaire, vacances…), puis
d’en extraire quelques captures d’écran qui seront
imprimées et auxquelles les élèves appliqueront des
manipulations plastiques afin de brouiller le réel ; les
images seront ensuite disposées les unes à côté des
autres de manière à constituer un récit en images fixes.
z Étudier la vidéo Centro di Permanenza temporanea
(2007) d’Adrian Paci (consultable en ligne sur :
http://www.youtube.com/watch?v=2EY1fpo0DRc).
Cette activité peut être initiée devant l’installation
au Jeu de Paume et poursuivie en classe.
– Repérer les différents mouvements présents dans la
vidéo et développer un vocabulaire propre aux images
en mouvement.
– Distinguer les mouvements dus à une prise de vue
mobile (travelling, caméra portée…), et ceux générés par
les déplacements physiques des sujets filmés.
– Dans un deuxième temps, analyser les différents points
de vue et cadrages (plan large, plan américain, gros
plan…) ainsi que leur enchaînement via le montage.
– Enfin, reconstituer la vidéo en réalisant un story-board,
ce qui permettra d’étudier comment se structure le récit
par des images filmées grâce aux choix de prises de vue
puis dans leur assemblage par le montage.
z Réaliser avec les élèves un folioscope (dit aussi
« flip book ») autour du thème « apparition/disparition » :
« Réaliser la photo de la classe par ajout successif d’un
élève par feuille à feuille. La photo de classe se construit
progressivement. Le travail de prise de vue se fait en une
fois : en effet, un enfant photographié se doit de rester
immobile pendant qu’un autre enfant se fait photographier
à côté. Et ainsi de suite. Nécessité de faire une répétition.
Les prises de vue se feront sur un pied photographique.
Ne pas oublier de régler l’éclairage en fonction de
l’ambiance souhaitée. Possibilité de travailler en couleurs,
noir et blanc, sépia. (Cf. le travail de Gleber qui fait
apparaître progressivement les membres de sa famille
sur photo). » — Jacques Dilhuit, conseiller pédagogique
départemental Arts visuels d’Ille-et-Vilaine, « Le flip book »
(en ligne sur http://www.ia35.ac-rennes.fr/jahia/webdav/
site/ia35/ groups/IA35_webmestres/public/pedagogie/
arts– culture/ecole-et-cinema/EetC-flip.pdf).
pistes de travail / 49
orientations bibliographiques thématiques
Contexte, migration et mondialisation
z Marc Augé, « Culture et déplacement », in L’Université
de tous les savoirs. Qu’est-ce que la culture ?, Paris,
Odile Jacob, 2001.
z Marc Augé, « Des lieux aux non-lieux », in Non-lieux :
introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris,
Éditions du Seuil, 1992.
z Giorgio Agamben, La communauté qui vient, Paris, Éditions
du Seuil, 2010.
z Yto Barrada, Anaïs Masson, Maxence Rifflet, Fais un fils et
jette-le à la mer. Marseille/Tanger, Paris, Sujet/Objet, 2004.
z Homi K. Bhabha, Les Lieux de la culture. Une théorie
postcoloniale, Paris, Payot, 2007.
z Homi K. Bhabha, « Entretien avec Jonathan Rutherford »,
Paris, Multitudes, no 26, automne 2006 (en ligne sur
http://multitudes.samizdat.net/Le-Tiers-espace-Entretien-avec).
z Zygmunt Bauman, La Vie en miettes. Expérience postmoderne
et moralité, Rodez, Le Rouergue/Chambon, 2003.
z Zygmunt Bauman, La Vie liquide, Rodez, Le Rouergue/
Chambon, 2006.
z Judith Butler, Vie précaire : les pouvoirs du deuil et de la
violence après le 11 septembre 2001, Paris, Amsterdam, 2005.
z Timothy Cresswell, On the Move : Mobility in the Modern
Western World, Londres, Routledge, 2006.
z Gilles Deleuze, Félix Guattari, Mille Plateaux. Capitalisme et
Schizophrénie 2, Paris, Les Éditions de Minuit, 1980.
z Okwui Enwezor, The Unhomely in The Unhomely : Phantom
Scenes in Global Society. 2nd International Biennal of
Contemporary Art of Seville, Séville, BIACS, 2006.
z Édouard Glissant, « Images de l’être, lieux de
l’imaginaire », in Une nouvelle région du monde.
(Esthétique I), Paris, Gallimard, 2006.
z Édouard Glissant, « L’errance, l’exil », in Poétique
de la Relation, Paris, Gallimard, 1990.
z Boris Groys, Le Post-scriptum communiste, Paris,
Maren Sell, 2008.
z Stuart Hall, Identités et cultures. Politiques des Cultural
Studies, Paris, Amsterdam, 2007.
z Hou Hanru, Gabi Scardi (dir.), Wherever We Go : Art,
Identity, Cultures in Transit, Milan, Five Continents, 2007.
z Sandro Mezzadra, « Capitalisme, migrations et luttes
sociales », Paris, Multitudes, no 19, hiver 2004 (en ligne sur
http://multitudes.samizdat.net/Capitalisme-migrations-et-luttes.)
z Robert Reich, Supercapitalisme. Le Choc entre le système
économique émergent et la démocratie, Paris, Vuibert, 2008.
z Edward W. Said, Réflexion sur l’exil et autres essais, Paris,
Actes Sud, 2008.
z Allan Sekula, Titanic’s wake, Paris, Le Point du Jour, 2003.
z Allan Sekula, Fish Story, Dusseldörf, Richter Verlag, 2002.
z Anthony Vidler, The Architectural Uncanny: Essays in the
Modern Unhomely, Cambridge, MIT Press, 1992.
z Yto Barrada, Riffs, Ostfildern-Ruiz, Hatje-Cantz, 2011.
z Les Promesses du passé, une histoire discontinue de l’art
dans l’ex-Europe de l’Est, Paris, Centre Pompidou/Zurich,
JRP|Ringier, 2010.
Rites et gestes
z Giorgio Agamben, « Notes sur le geste », Trafic, no 1,
hiver 1991.
50 / approfondir l’exposition
z Pierre Bourdieu, Le Sens pratique, Paris, Les Éditions de
Minuit, 1989.
z Georges Didi-Huberman, Survivance des lucioles, Paris,
Les Éditions de Minuit, 2009.
z Mircea Eliade, Le Sacré et le Profane, Paris, Gallimard,
1997.
z Mircea Eliade, Le Mythe de l’éternel retour, Paris,
Gallimard, 1989.
z Mircea Eliade, Initiation, rites, sociétés secrètes, Paris,
Gallimard, 1992.
z Victor Turner, The Ritual Process : Structure and
Anti‑Structure, New York, Aldine, 1995.
z Blut & Honig, Zukunft ist am Balkan, Vienne, Essl Museum
Kunst der Gegenwart, 2003.
Passages entre les médiums, images fixes
et images en mouvement
z Jean-Christophe Bailly, L’Instant et son ombre, essai, Paris,
Éditions du Seuil, 2008.
z Roland Barthes, La Chambre claire. Note sur la
photographie. Note sur la photographie, Paris, Éditions de
l’Étoile/Gallimard/Éditions du Seuil, 1980 (réed. 2010).
z Gilles Deleuze, L’Image-mouvement, Paris, Les Éditions de
Minuit, 1983.
z Gilles Deleuze, L’Image-temps, Paris, Les Éditions de
Minuit, 1985.
z Phillippe Dubois, La Question vidéo entre cinéma et art
contemporain, Crisnée, Yellow Now, 2011.
z Victor Burgin, cycles de conférences « Le film qui vient à
l’esprit », séance du 9 janvier 2010 : « L’éclipse du temps »,
Paris, Jeu de Paume (éditions en ligne sur http://www.jeu
depaume.org/pdf/Burgin_EclipseduTemps.pdf).
z Raymond Bellour, L’Entre-Images : photo, cinéma, vidéo,
Paris, Éditions de la Différence, 2002.
z Raymond Bellour, La Querelle des dispositifs,
cinéma‑installations, expositions, Paris, Éditions de la
Différence, 2012.
z Vladimir Bertrand, Christian Ruby, « Du lieu à la
trajectoire. Rebondir dans le matérialisme », Recherches
en esthétique, no 13, octobre 2007.
z Érik Bullot (dir.), Pointligneplan, Paris, Leo Sheer, 2002.
z Pascale Cassagnau, Future amnesia, enquêtes sur un
troisième cinéma, Paris, Isthme, 2007
z Jean-François Chevrier, Entre les beaux-arts et les médias :
photographie et art moderne, Paris, L’Arachnéen, 2010.
z Jean-François Chevrier, Jeff Wall. Écrits et entretiens
1984‑2001, Paris, École nationale supérieure des beauxarts, 2001.
z Jean François Chevrier, Jeff Wall, Paris, Hazan, 2006.
z Jean-Louis Comolli, Voir et pouvoir. L’innocence perdue :
cinéma, télévision, fiction, documentaire, Paris, Verdier, 2004.
z Laurent Guido, Olivier Lugon, (dir.), Fixe/animé
z Croisements de la photographie et du cinéma au XXème
siècle, Lausanne, L’Age d’homme, 2010.
z Marion Hohlfeldt, « Hétérotopie et déplacements : du
lieu à l’archipel », Recherches en esthétique, 13, octobre
2007.
z Fredric Jameson, Le postmodernisme ou la logique culturelle
du capitalisme tardif, Paris, Beaux-arts de Paris, 2011.
z Jonas Mekas, Je n’avais nulle part où aller, Paris, P.O.L,
2004.
z Philippe-Alain Michaud, Scketches, histoire de l’art, cinéma,
Paris, Éditions de l’éclat, 2006.
z William John Thomas Mitchell, What Do Pictures
Want? The Lives and Loves of Images, Chicago, The
University of Chicago Press, 2005.
z Laura Mulvey, Death 24x a Second: Stillness and the
Moving Image, Londres, Reaktion Books, 2006.
z Dominique Païni, Le Temps exposé, cinéma, de la salle au
musée, Paris, Cahiers du cinéma, 2002.
z Pier Paolo Pasolini, Écrits sur la peinture, Paris, Carré,
1997.
z Pier Paolo Pasolini, Lettres luthériennes, Paris, Éditions du
Seuil, 2002.
z Pier Paolo Pasolini, La Trilogie de la vie : Le Décaméron,
Les Contes de Canterbury, Les Mille et Une Nuits, Paris,
Carlotta diffusion, 2002.
z Françoise Parfait, Vidéo, un art contemporain, Paris,
Éditions du Regard, 2001.
z Jacques Rancière, Le Partage du sensible, Paris,
La Fabrique, 2000.
z Jacques Rancière, Le Destin des images, Paris,
La Fabrique, 2006.
z Jacques Rancière, Le Spectateur émancipé, Paris,
La Fabrique, 2008.
z Michael Rush, L’Art vidéo, Londres, Thames & Hudson,
2007.
z Terry Smith, Okwui Enwezor, Nancy Condee,
Antinomies of Art and Culture: Modernity, Postmodernity,
Contemporaneity, Durham, Duke University Press, 2008.
z « Qu’est-ce que le cinéma? », Trafic, no 50, 2004.
Catalogues d’exposition du Jeu de Paume
et dossiers enseignants en ligne
z Société Réaliste : Empire, State, Building, Paris, Amsterdam/
Jeu de Paume/Budapest, Ludwig Museum, 2011 ;
dossier enseignants en ligne sur http://www.jeudepaume.
org/index.php?page=article&idArt=1462)
z Aernout Mik. Communitas, Paris, Jeu de Paume/
Göttingen, Steidl, 2011 ; dossier enseignants
en ligne sur http://www.jeudepaume.org/index.
php?page=article&idArt=1462
z Esther Shalev-Gerz, Paris, Jeu de Paume/Lyon, Fage, 2010 ;
dossier enseignants en ligne sur www.jeudepaume.org/
index.php?page=article1idArt=1260
z Croiser des mondes, Paris, Jeu de Paume,
coll. « Document », no 2, 2005.
z Eija-Liisa Ahtila, Paris, Jeu de Paume/Hazan, 2008.
z Rineke Disjkra. Portraits, Paris, Jeu de Paume/Munich,
Schirmer/Mosel, 2004.
orientations bibliographiques thématiques / 51
Jeu de Paume
autour de l’exposition
expositions
z les rendez-vous des mardis jeunes
visite de l’exposition par l’artiste et Marta Gili,
commissaire de l’exposition
mardi 26 février, 18 h
26 février – 12 mai 2013
z Laure Albin Guillot (1879-1962), l’enjeu classique
z Adrian Paci. Vies en transit
z Programmation Satellite 6, Une exposition parlée.
Suite pour exposition(s) et publication(s), premier mouvement
23 octobre 2012 – mars 2014
z Espace virtuel, Erreur d’impression : publier à l’ère
du numérique
prochaines expositions
28 mai – 1er septembre 2013
z Lorna Simpson
z Ahlam Shibli
z Programmation Satellite 6, Suite pour exposition(s)
et publication(s), troisième mouvement
informations pratiques
1, place de la Concorde, 75008 Paris
accès par le jardin des Tuileries, côté rue de Rivoli
www.jeudepaume.org
http://lemagazine.jeudepaume.org
renseignements
01 47 03 12 50
mardi (nocturne)
11 h-21 h
mercredi à dimanche
11 h-19 h
fermeture le lundi et le 1er mai
z expositions : plein tarif : 8,50 € ; tarif réduit : 5,50 €
accès libre aux expositions de la programmation Satellite
mardis jeunes : accès libre pour les étudiants et les moins
de 26 ans le dernier mardi du mois, de 17 h à 21 h
z visites commentées et ateliers :
accès libre sur présentation du billet d’entrée du jour
aux expositions
les rendez-vous avec les conférenciers du Jeu de Paume
le mercredi et le samedi à 12 h 30
les rendez-vous en famille
le samedi à 15 h 30 (sauf dernier samedi du mois)
z les enfants d’abord !
visite-atelier « Déplacements et transformations »
samedi 30 mars, 11 h et 15 h 30,
et samedi 27 avril 2013, 15 h 30
z conférence autour de l’exposition par Maurizio Lazzarato,
sociologue et philosophe
mardi 23 avril, 19 h
z publication : Adrian Paci. Transit, textes d’Adam Budak,
Edi Muka, Edna Moshenson, Emanuela De Cecco,
Éric de Chassey et entretien de l’artiste avec Marta Gili
et Marie Fraser, bilingue français / anglais, coédition
Jeu de Paume / Musée d’art contemporain de Montréal /
Mousse Publishing, 160 pages, 23,5 x 28,5 cm, 35 €
z ressources en ligne
Les enseignants peuvent consulter le site Internet
du Jeu de Paume pour plus d’informations sur les expositions,
mais aussi sur l’ensemble de la programmation présente,
passée ou à venir. Retrouvez également dans la rubrique
« enseignants et scolaires » ainsi que dans « ressources »,
des documents, des interviews, des enregistrements sonores
de séances de formation, de conférences, colloques et
séminaires.
www.jeudepaume.org
Des entretiens filmés et des articles se trouvent également
sur le magazine en ligne du Jeu de Paume :
http://lemagazine.jeudepaume.org
programme complet des activités à destination des enseignants
et scolaires 2012-2013 disponible à l’accueil du Jeu de Paume
et sur www.jeudepaume.org
sur réservation : 01 47 03 12 41/rendezvousenfamille@jeudepaume.org
les enfants d’abord !
visites-ateliers pour les 7-11 ans
le dernier samedi du mois à 15 h 30
programme 2013-2014 disponible à partir d’avril 2013
sur réservation : 01 47 03 04 95/lesenfantsdabord@jeudepaume.org
les rendez-vous des mardis jeunes
le dernier mardi du mois à 18 h
z conférences :
accès libre dans la limite des places disponibles
Le Jeu de Paume est subventionné par
le ministère de la Culture et de la Communication.
Les Amis du Jeu de Paume contribuent à ses activités.
Les activités éducatives du Jeu de Paume bénéficient du soutien
de NEUFLIZE VIE, mécène principal, et d’Olympus France.
Neuflize Vie
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising