生长genesis - La Villette

生长genesis - La Villette
DCP/Service des Publics et de la Médiation/Laure Grandjean
FICHE PÉDAGOGIQUE
Danse
生长genesis
Sidi Larbi Cherkaoui & Yabin Wang
Disciplines concernées
EPS
Lettres
Histoire des arts (domaines des Arts du spectacle vivant, des arts du langage, arts du
visuel)
Philosophie
Thèmes
La danse
Le détournement de la tradition
Le mélange des cultures
La sensualité
La communication non verbale, le langage du corps
Thématiques liées à l’enseignement d’histoire des arts
Collège
Domaine des arts du spectacle vivant. Thématiques :
 Arts, création, cultures.
 Arts, techniques, expressions
 Arts, espace, temps
Lycée (Source : Bulletin officiel n° 32 du 28 août 2008)
- Champ anthropologique : « Arts, corps, expressions »
Le
corps,
présentation
(discipliné/libéré,
singulier/collectif,
abstrait/concret,
spiritualisé/charnel, prosaïque/sublime, platonique/érotique) et représentation (anatomies,
standards, modèles, canons ; déstructurations, défigurations).
* Le corps et l’expression créatrice : instrument (voix, danse, geste, cris, souffles, etc.),
sens (rythme, poésie, symbole), matière et support (maquillages, tatouages, peintures
rituelles, transformations physiques, prothèses, piercings ; masques, costumes, vêtements,
etc.), acte (geste, outil, rythme, instruments, manipulations, postures, théâtralité).
* Le corps, l’âme et la vie : expression des émotions, des caractères et des états (humeurs,
tempéraments, passions, sentiments, postures, etc.), des fonctions organiques
(alimentation, procréation, excrétions, etc.).
- Champ technique : Arts, contraintes, réalisations
- Champ esthétique : Arts, artistes, critiques, publics / Arts, goût, esthétiques / Arts, théorie
et pratiques
- Champ historique et social : « Arts et idéologies » ; « Arts, mémoires, témoignages,
engagements ».
Pistes de travail, avant la visite
Repères
Distribution
 Demander aux élèves de repérer les différents métiers qui interviennent dans la création
de ce spectacle :
Informations supplémentaires sur le site de la compagnie Eastman :
>>>http://www.east-man.be/fr/14/67/enesis
-
-
Une équipe artistique : 7 danseurs (4 danseurs chinois et 3 danseurs de la compagnie
Eastman / un assistant metteur en scène / un scénographe / des musiciens (dont on précise
que certains jouent en direct).
Une équipe technique qui s’occupe des costumes, du son, de la lumière, du matériel lié au
spectacle.
Une équipe administrative qui s’occupe de la production, de la diffusion, de la tournée du
spectacle.
 De nombreuses personnes sont associées à la création de ce spectacle.
 La compagnie n’est pas qu’un ensemble d’artistes qui évolue sur scène. Elle est une
véritable entreprise gérée par une équipe importante et financée par différents partenaires.
Pour en savoir plus sur les métiers du spectacle vivant :
>>>http://www.artsalive.ca/fr/thf/faire/metiers.html
>>>http://www.onisep.fr/Decouvrir-les-metiers/Des-metiers-par-secteur/Audiovisuel-Spectacle/Arts-du-spectacle-des-metiers-passion
>>>http://www.lesmetiers.net/orientation/p1_196315/les-metiers-du-spectacle?dossiercomplet=true
Sidi Larbi Cherkaoui
Sidi Larbi Cherkaoui est un danseur et chorégraphe
belge né en 1976. Très apprécié par la critique
internationale, il travaille avec les plus grands
théâtres comme « les Ballets C. de la B. », les
« Ballets de Monte Carlo », « Sadler’s Wells » et
« Cullberg Ballet ».
Il est en résidence au Het toneelhuis d’Anvers
jusqu’en 2009 ; et il fonde sa troupe Eastman en
2010. Il a remporté de nombreuses récompenses,
dont le prix Nijinski de Chorégraphe Émergent, et le
Helpmann Award d’Australie.
Sidi Larbi Cherkaoui
®Koen Broos.
Sa première pièce en tant que chorégraphe, Anonymous Society est une sorte de comédie
musicale dansée sur les musiques de Jacques Brel. Il est révélé au grand public en 2000 par le
spectacle Rien de Rien. Ses projets sont souvent nourris de questionnements sur l’identité
culturelle, ethnique ou religieuse, comme le triptyque Foi, Myth et Babel, ou les pièces Dunas,
TeZuka, et Milonga spectacles présentés respectivement au parc de la Villette en 2010, 2011, 2012
et 2013. Il est aujourd'hui artiste associé au Sadler's Wells à Londres et conseiller artistique pour
DeSingel à Anvers.
Quelques Teasers :
>>>Foi, Myth et Babel : https://www.youtube.com/watch?v=eZsYsu7tm2I
>>>Dunas : https://www.youtube.com/watch?v=fm8cEL8zALY
>>>TeZuka : https://www.youtube.com/watch?v=gKST9KkCNeM
Le parcours de Sidi Larbi Cherkaoui est très diversifié entre jazz, disco, comédie musicale… C’est
un artiste touche-à-tout, curieux, qui aime tenter des expériences et mélanger les styles. Il ose
confronter des cultures différentes et des domaines artistiques différents. S’inscrivant dans « l’école
flamande » de danse, il réunit danseurs, circassiens, chanteurs, musiciens. Proche du bouddhisme,
il s’intéresse aussi aux arts martiaux.
« Il y a tant de choses que j’ai envie d’apprendre. C’est pourquoi je crée autant. Je pense parfois
que je ne serai peut-être pas dans la danse toute ma vie, même si je sais que c’est là où ma liberté
est la plus grande. » Sidi Larbi Cherkaoui
Yabin Wang
Danseuse, productrice et chorégraphe, Yabin Wang s’est fait connaître dans le milieu de la danse
en produisant chaque année, depuis cinq ans, le spectacle Yabin & Her Friends.
Née dans la ville de Tianjing, près de Beijing, Yabin Wang s’initie à la danse à l’âge de 9 ans. Elle
étudie la danse classique chinoise, mais se forme aussi à la danse contemporaine qui devient son
domaine de prédilection. Elle est aujourd’hui l’une des principales danseuses du Young Dancers
Group de l’Académie de danse de Pékin et l’une des rares danseuses à avoir remporté un si grand
nombre de premiers prix lors de compétitions nationales. Elle s’est produite sur des scènes
internationales de renom, comme le Lincoln Center de New York, le Bolchoï de Moscou et le Palais
des Nations de Genève en Suisse.
En Chine, Yabin Wang est connue du grand public pour avoir joué au cinéma et à la télévision. Elle
a notamment dansé dans Le Secret des Poignards Volants, un film de Zhang Yimou qui a remporté
un succès international, et elle a joué le rôle principal de la série télévisée The Love Story of the
Village.
Olga Wojciechowska
Olga Wojciechowska vit en Pologne, où elle est née en 1981. Elle sort diplômée de l’Académie de
Musique de Poznan en 2005. Sa pratique du violon acoustique aussi bien qu’électrique lui permet
de participer à de nombreux projets avec des DJ et des producteurs de genres très divers, allant du
nu-jazz à l'ambient, en passant par la musique expérimentale. Toutes ces collaborations viennent
enrichir son propre travail de composition.
Olga Wojciechowska travaille pour la première fois avec Sidi Larbi Cherkaoui en 2008, dans le
cadre du spectacle Sutra. Elle participe ensuite à Play et à TeZukA, spectacles comportant
certaines de ses compositions. Elle crée aussi la musique de Constellation, le solo que Sidi Larbi
Cherkaoui a chorégraphié pour Aakash Odedra, ainsi que la musique électronique de Puz/zle. En
2011, elle collabore également avec le chorégraphe Joost Vrouenraets pour le spectacle Go
Charlie. Pour 生长genesis, elle compose pour 5 musiciens : Barbara « Basia » Drazkowska,
Manjunath « Manju » B Chandramouli, Kaspy N’dia, Johnny Lloyd, Kazutomi « Tsuki » Kozuki.
 On voit à travers la distribution que le spectacle mêle différentes cultures (Chine, Pologne,
Inde, RDC), et que, comme à son habitude, le chorégraphe aime mettre en scène le
métissage, la rencontre.
 Certaines collaborations sont nouvelles, alors que d’autres sont anciennes. Le chorégraphe
est entouré de collaborateurs fidèles.
 Quel est le rôle d’une musique jouée en direct ? Quelle différence par rapport à une musique
enregistrée ?
Ce que dit le titre, « 生长Genesis »
 Montrer aux élèves que le titre contient deux idéogrammes chinois.
Le métissage, le lien étroit entre les deux cultures de la danseuse Yabin Wang et Sidi Larbi
Cherkaoui est affirmé dans le titre même. 生长Genesis est d’ailleurs une commande de la
danseuse au chorégraphe, une création qui a mis 4 ans pour aboutir.
Les idéogrammes du début signifiant « naissance » et « croissance ».
 Demander aux élèves une recherche lexicale sur le mot « genesis ». Qu’évoque ce titre
pour eux ?
Genesis signifie « Genèse » en anglais. Le mot vient du latin Genesis, lui-même issu du
grec γένεσις. Le mot signifie le début, la création, la genèse. Ce terme est connoté religieusement.
En effet, la Genèse est le premier livre de la Bible, qui raconte les origines du monde, la création de
l’Humanité par Dieu. Il est également lié à un champ lexical scientifique : « gène », « génome »,
« génétique ». Enfin, il peut être lié à une idée de transmission : « génération ».
 On s’attend à ce que l'œuvre explore des images de la création et de l'évolution, qu’elle
pose des questions métaphysiques, spirituelles, ontologiques et universelles sur la vie, la
mort, les origines.
Ce que dit l’affiche du spectacle
 Demander aux élèves de décrire l’affiche, en gardant toujours le lien entre dénotation et
connotation. Dégager les thèmes du spectacle.
L’affiche présente une photographie du spectacle. On y voit cinq danseurs, vêtus d’une blouse
blanche et portant un masque sur la bouche. Ils évoluent dans des cages de plexiglass montées sur
roue, sous un éclairage blafard. Le plateau autour d’eux est nu et sombre. On pense à l’univers
aseptisé d’un hôpital.
 L’hôpital n’est-il pas le lieu où l’on nait, où l’on meurt ? En écho avec le titre, on imagine que
le spectacle va évoquer les thèmes de la vie et de la mort.
Les personnages, vêtus comme des médecins, sont placés chacun dans une cage de plexiglass,
semblent chercher à se rejoindre sans y parvenir.
 Le spectateur s’attend à ce qu’on évoque le lien, la recherche du contact avec l’autre. La
danse, dans sa dimension corporelle, est un moyen privilégié pour traduire la corporéité, les
rapports affectifs. Comment ces personnages vont-ils faire pour se rejoindre et s’épanouir ?
Qu’est-ce que la danse contemporaine ?
 Questionner les élèves : ont-ils déjà vu un spectacle de danse contemporaine ? Qu’est-ce
que la danse contemporaine pour eux ? En quoi est-elle différente de la danse classique ?
Une volonté de renouveau de la danse classique à la danse moderne à la danse
contemporaine
La danse moderne est un courant apparu quasi simultanément en Allemagne et aux États-Unis aux
alentours de 1920. C’est une forme de danse de scène créée par des artistes voulant se libérer du
cadre rigide de la danse classique (corps picturaux, légers, mouvements codés, rapport au beau…).
La danse moderne a engendré, après la Seconde Guerre mondiale, ce qu’on nomme aujourd’hui la
danse contemporaine.
Les grandes figures de la danse moderne sont Isadora Duncan, Pina Bausch, Mary Wigman,
Rudolf Laban, Valeska Gert, Martha Graham, Yvonne Rainer et Louis Horst.
La danse contemporaine est créée à partir de la danse moderne mais la différence entre les deux
est subtile. En effet, la danse moderne a voulu complètement s’émanciper de la danse classique et
laisse donc une totale liberté aux mouvements (poids des corps, provocation d’émotions
complexes…) alors que la danse contemporaine se ré-inspire de la rigueur classique, même si le
danseur contemporain est également chorégraphe car il établit ses propres conventions et son
propre langage à travers lesquels il s’exprime. De plus, le respect d’un rythme musical n’est pas
une nécessité, on peut donc utiliser des bruits, des sons ou même danser sur le silence, d’où des
chorégraphies qui peuvent parfois paraître étranges …
Les chorégraphes les plus influents de cette période sont : Maguy Marin, Karine Saporta, JeanClaude Gallota, Philippe Decouflé, Dominique Bagouet, Joëlle Bouvier, Régis Obadia, Mathilde
Monnier, Josef Nadj, François Verret, Hideyuki Yano, etc.
Pour en savoir beaucoup plus :
>>> En texte :
http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&frm=1&source=web&cd=6&ved=0CFkQFjAF&url=http%3A%2F%2Fdanseincorti.univcorse.fr%2Fattachment%2F248867%2F&ei=16CDUojeLs6a1AX4n4D4Cw&usg=AFQjCNEFWrK9S3_K-JOd1UC2nTD6_qbNzA
>>> En images : http://www.numeridanse.tv/fr/apprendre_et_comprendre
L’inspiration des autres arts et les jeux de métissages en danse contemporaine
La danse contemporaine mélange souvent plusieurs formes d’expression artistique. Les danseurs
ont une formation complète qui les amène souvent à être non seulement d’excellents danseurs,
mais aussi de très bons comédiens, chanteurs, musiciens… Cet art joue donc souvent avec ses
limites, ses frontières, sa définition.
Ainsi, les danseurs de Pina Bausch et Maurice Béjart dansent, parlent et jouent sur le plateau. Le
geste de l’acteur devient mouvement de danseur. Les chorégraphes s’intéressent aux autres
formes de danse (notamment traditionnelles), au théâtre, au cirque, à la marionnette, à la musique,
mais aussi aux arts visuels (architecture, sculpture, peinture, photographie, vidéo, BD, illusions
d’optiques…) Ils accordent une grande importance aux recherches scénographiques qui donnent
de l’amplitude à leurs chorégraphies.
Sidi Larbi Cherkaoui fait par exemple une utilisation importante de la vidéo dans ces spectacles, et
il dédie l’un d’eux au créateur de mangas Osamu Tezuka.
® AAP
Portrait de Sidi Larbi Cherkaoui :
>>> http://www.youtube.com/watch?v=iqqnDCvCCEo
Pistes de travail, après la visite
La parole aux élèves
 Recueillir les réactions spontanées des élèves. Leur demander de commencer leurs
phrases par « J’ai vu … », « J’ai entendu … » et dégager avec eux le sens connoté.
La vie, la mort
« Comme l'indique le titre, 生长genesis – la genèse – le sujet du spectacle est l'origine de toutes
choses. Nous naissons et nous mourons, et entre les deux nous sommes sans cesse mis à
l'épreuve et nous nous éloignons toujours davantage de la nature. » Sidi Larbi Cherkaoui
 Demander aux élèves de nommer les signes qui évoquent les thèmes de la vie et de la
mort. Montrer que sur scène, tout est affaire de symboles : signes matériels (objets, décors
…), signes corporels (langage du corps).
Au début du spectacle, les danseurs sont en blouse blanche. Pourquoi ? On peut attirer l’attention
des élèves sur les lumières froides, les matériaux translucides, la distance entre les personnages …
L’hôpital est un lieu de vie autant qu’un lieu de mort, c’est là que, souvent, tout commence et tout
finit. La danse, où le corps est exalté, permet alors, à travers des séquences gestuelles, une
réflexion philosophique et ontologique sur l’existence, le regard sur soi et sur l’autre.
« Je veux montrer qu’on est tous, tantôt des patients de notre propre vie, tantôt des docteurs. On
est des observateurs de nos vies et, parfois, comme quand les danseurs enlèvent leur tablier blanc,
on devient soumis aux jugements des autres qui nous indiquent ce qui serait bien ou pathologique.
Il y a aussi l’idée que le départ et la fin de la vie se passent dans un hôpital aseptisé, déréalisé, où
on naît et où on meurt. Entre ces deux moments, nous allons régulièrement à l’hôpital s’entendre
dire si on va bien ou mal, et être alors bourré de pilules. » Sidi Larbi Cherkaoui
Le métissage : le rassemblement de tous, autour de la beauté du geste
et de la musique
 Les danseurs en blanc forment des figures oppressantes. Que font-elles ? Quel est leur
rôle ?
Elles « mettent en cage » le danseur japonais Tsuki.
« Un Japonais en Chine ! Et les autres veulent le mettre en boîte, le formater. Quand Yabin émerge
du groupe, on la remet en cage comme on fait avec des chevaux d’élevage. » Sidi Larbi Cherkaoui
 Demander aux élèves de faire une recherche sur les relations entre la Chine et le Japon.
A travers l’Histoire, les relations entre les deux pays sont marquées par de vives tensions et
rivalités, pouvant aller jusqu’au conflit armé. Au XXe siècle, deux guerres sino-japonaises (18941895 et 1937-1945) ont eu lieu. Les tensions se sont ravivées au cours de la Guerre froide.
Aujourd’hui, des tensions politiques demeurent.
Pour en savoir plus, lire les informations sur le site :
>>> http://fr.wikipedia.org/wiki/Relations_entre_la_Chine_et_le_Japon
Les danseurs se retrouvent pourtant, au-delà des clivages, sur la scène, dans la beauté, la légèreté
et l’élégance. Plus de tensions, juste l’humain, le corps, la grâce, le beau.
 Lire, commenter et dégager les thèmes essentiels de l’œuvre de Cherkaoui avec les
élèves, à partir de l’interview présente sur le site, en particulier à propos des phrases
soulignées dans l’extrait ci-dessous :
Retrouver l’article en intégralité en suivant ce lien :
>>>http://www.lalibre.be/culture/scenes/les-lecons-de-beaute-de-larbi-cherkaoui-52d36d9335701baedab76326
Vos spectacles touchent les gens partout dans le monde, malgré les différences de publics.
Je pense que c’est parce que j’essaie de propager une certaine capacité à voir la beauté. Je crée des univers qui
permettent aux gens de réfléchir à leur propre vie : d’où venons-nous ? Où mène notre croissance ? Comment réagir
aux manipulations sur notre vie, aux attentes des autres et aux nôtres ? Dans "Genesis", il y a la beauté d’une
simple boule de cristal ou celle d’une veste à très longues manches avec laquelle danse Yabin. Je veux partager ces
beautés que je découvre. Avec Yabin, ce fut très simple, tout différent de mon rapport avec les moines chinois dans
"Sutra". Nos rapports étaient sur un pied d’égalité, c’est une femme qui connaît bien la danse actuelle, elle est dynamique
et pleine d’humour.
C’est ma manière homéopathique d’amener les gens à voir les choses autrement, comme en plaçant un danseur japonais
au milieu des Chinois. A Pékin, j’ai eu l’impression de voir une forme extrême d’humanité, dans sa beauté, mais
aussi ses tensions. Il y a de fait cette opposition difficile entre l’individu et la masse. Mais je ne juge pas la Chine, car
je vis le même phénomène en Flandre, où il y a aussi une manière de dénaturer ceux qui sortent du rang. Si Yabin est
remise en boîte dans "Genesis", je suis moi-même souvent confronté à des gens qui viennent me dire ce que je devrais
faire ou ne pas faire. Dans une rubrique que j’écris chaque mois sur le site MO.be sur la mondialisation, j’ai critiqué la
gestion actuelle d’Anvers. On y a perdu le sens de l’hospitalité qui caractérisait la ville, l’art d’accepter ses voisins. On est
plutôt dans la stigmatisation, jusqu’à arriver au but de ne plus distinguer les uns des autres, tous devenant ce qu’on leur
dit d’être. Les gens deviennent ce qu’on projette sur eux.
Le livre de Rosita Boisseau commence par le rappel que vous êtes un "Belge aux racines marocaines et un Arabe
au pays des Flamands". Un homme qui prône le métissage. Mais dans les gens qui vous applaudissent au Singel,
il y a des partisans de la N-VA. C’est la limite de l’art ?
La nature humaine est paradoxale. Je sais que, comme artiste, je fais de la politique tous les jours. J’ai appris à mes
débuts, en travaillant près d’Alain Platel, que l’art est toujours politique. Je le vois au Ballet des Flandres, victime
d’intrigues. Contre d’autres, j’ai toujours choisi d’avoir un pied dedans et un pied ailleurs, car on a toujours quelque
chose à apprendre d’ailleurs. C’est un avantage d’avoir grandi dans un petit pays comme la Belgique, obligé de tendre
la main vers ailleurs et de voir nos voisins. Mais cela change maintenant, même dans les grands pays plus repliés sur leur
seule culture. La cyber génération y est au courant de ce qui se passe ailleurs et voit qu’un grand pays peut rester petit s’il
ne s’ouvre pas. Je reçois des sollicitations de danseurs du New York City Ballet, de Los Angeles ou de Chine avec Yabin.
La place de la musique
 Demander aux élèves de se remémorer les morceaux qu’ils ont entendus. Etait-ce une
musique enregistrée ? Jouée en direct ? Quelles influences musicales ont-ils perçues ?
On retrouve le thème essentiel du métissage dans la musique du spectacle, jouée en direct par des
musiciens de diverses origines (Inde, Japon …). L’atmosphère est envoutante.
 Quelle atmosphère est ainsi créée ? En quoi cette musique participe-t-elle à la
construction du sens ?
 Demander aux élèves de nommer les sentiments qu’ils ont ressentis à l’écoute de
musique du spectacle, tour à tour douce, oppressante, légère. Lire ensuite la suite de
l’interview de Sidi Larbi Cherkaoui.
La musique est un pur métissage, avec le magnifique chanteur et guitariste congolais Kaspy N’dia.
Je l’ai rencontré à Londres, pour un spectacle sur Césaire, et je l’ai invité à nous suivre en Chine. C’est un homme
formidable, au grand cœur, qui s’occupe aussi d’orphelins et d’enfants soldats à Kinshasa.
La société a peur du métissage.
Depuis 16 ans, je n’ai cessé de mélanger les musiques. Je ne peux pas en avoir peur, car je suis moi-même un
métissage. J’ai montré que le métissage est universel et fonctionne parfaitement.
La beauté aussi est universelle ?
Non, ce qui est universel, c’est l’humain. La beauté est spécifique à chacun, mais on peut la transmettre de l’un à l’autre.
La beauté pour moi est d’abord liée à la peinture, car, quand j’avais 4 ans, ma mère me montrait les Rubens en disant
que c’était beau. J’ai appris à voir cette beauté et puis d’autres. Quand on entre dans l’univers de quelqu’un, on
découvre d’autres beautés et on voit que la beauté peut être partout, y compris dans une boule de cristal.
La scénographie
 Demander aux élèves de décrire ou dessiner la scénographie du spectacle : les
dimensions du plateau, le dispositif scénique (frontal, bi-frontal … ?) la place de la vidéo, la
place des danseurs quand ils dansent, quand ils ne dansent pas …
La scénographie (du grec σκηνη (skene) scène et γραφειν (graphein) écrire) désigne l’organisation
de l’espace scénique dans les arts du spectacle vivant. Dans un spectacle de théâtre, de danse, de
cirque, les spectateurs rencontrent les artistes, dans une salle, un espace bien particulier où se
confrontent deux univers, celui, bien réel, des spectateurs, et celui, relevant de la fiction, de
l’imagination, où évoluent les artistes.
« La rencontre, la conjonction et l’échange entre ces deux présences s’inscrivent dans un espace.
L’art d’organiser cet espace est la scénographie » (Anne Surgers, Scénographie du théâtre
occidental, Armand Collin, 2007).
 En quoi la scénographie du spectacle se prête-t-elle aux thèmes abordés ?
 A quoi ces grandes cages mobiles leur font-elles penser ? Des cages ? Un bocal ? Des
éprouvettes ?
Les boîtes mobiles imposent des limites à l’épanouissement du corps du danseur et de sa
gestuelle. Sa liberté de mouvement s’arrête avec ce mur transparent qui lui permet pourtant, de
manière indirecte, d’être aux autres. Comment peut-il rester en lien avec ce qui entoure ? Comment
peut-il se libérer ? S’épanouir en tant qu’artiste ?
 Demander aux élèves de commenter cette réflexion du chorégraphe :
« Ces boîtes mobiles évoquent les limites fluctuantes de notre "bien-être", comme les limites
d’interdiction sont fluctuantes à Fukushima. Je suis frappé, au niveau individuel comme au niveau
collectif, par la manière dont se développer peut être parfois nocif à l’environnement, voire à nousmêmes. L’homme, en grandissant, peut détruire son entourage. » Sidi Larbi Cherkaoui
® AAP
 Pour conclure, demander aux élèves de rédiger un devoir argumenté sur le thème de l’art
comme résistance à partir de cette phrase de Sidi Larbi Cherkaoui :
« Je préfère me concentrer sur les détails et montrer qu’une voix isolée venue d’Afrique peut être à
l’unisson avec celle d’une danseuse de Pékin. Le monde sera comment on le crée, et comment ces
créations peuvent influencer la vie. Quand je critique […], je ne vais pas jeter des pierres, mais
utiliser l’art et la beauté comme résistance. » Sidi Larbi Cherkaoui
Pour aller plus loin
Des conférences et ateliers au parc de la Villette
Le Corps en Jeu : A travers des exercices mêlant les notions d'espace, de rythme, d'énergies et de
mise en lumière, les jeunes découvrent le plaisir de se mettre en jeu. Tour à tour acteurs et
spectateurs, ils développent leur écoute et aiguisent leur regard.
Les esthétiques de la danse contemporaine : La danse au XXe siècle est riche d'histoires, de
filiations et de ruptures. Cette conférence vidéo prépare les élèves à la découverte d'un spectacle
en salle et offre un panorama des nombreuses formes qui coexistent : classique, néo-classique,
moderne, postmoderne, contemporaine, danse-théâtre, danse abstraite, non danse...
Des vidéos
Vidéos des répétitions : http://www.east-man.be/fr/14/67/enesis
Teaser : https://www.youtube.com/watch?v=6lq7cdmLrwU
Les tambours de Yabin dans Les Secrets des Poignards volants :
https://www.youtube.com/watch?v=wBSqqFhSpsQ
Des sites internet
Le site de Site internet de Sadler's Wells, producteurs du spectacle : http://www.sadlerswells.com
Le site de la compagnie EastMan : http://www.east-man.be
Le site de la compagnie Les Ballets C de la B : http://www.lesballetscdela.be
Le site de Numéridanse : http://www.numeridanse.tv/fr/apprendre_et_comprendre
Des articles
http://www.lalibre.be/culture/scenes/les-lecons-de-beaute-de-larbi-cherkaoui52d36d9335701baedab76326
http://dansercanalhistorique.com/2014/07/01/%E7%94%9F%E9%95%BFgenesis-de-sidi-larbicherkaoui-et-yabin-wang/
Des lectures pour préparer ou prolonger la sortie
Sur la danse contemporaine
Philippe Noisette, Laurent Philippe, La Danse contemporaine mode d’emploi, Flammarion, 2010.
François Frimat, La Danse contemporaine, politiques de l’hybride, PUF, 2011.
Sur l’art de la scénographie
Anne Surgers, Scénographie du théâtre occidental, Armand Collin, 2007.
Figures de l'art, N° 18 : L'œuvre en scène ou ce que l'art doit à la scénographie, Claire Lahuerta,
Broché.
Sur Sidi Larbi Cherkaoui
Rosita Boisseau, Sidi Larbi Cherkaoui, éditions Textuel, 2013.
Joël Kéouanton, Sidi Larbi Cherkaoui, rencontres, éditions L’œil d’or, 2005.
Justin Morin,Sidi Larbi Cherkaoui, Actes Sud, collection Le Souffle de l'esprit, 2006.
Cette fiche pédagogique a été réalisée par Laure Grandjean, Professeur relais
Service des Publics et de la Médiation
Contacts > laure.grandjean@ac-paris.fr / l.grandjean@villette.com
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising