Lire et écrire la littérature scientifique

Lire et écrire la littérature scientifique
Bernard Pochet
Lire et écrire
la littérature scientifique
(2014)
Fédération Wallonie-Bruxelles
Université de Liège - Gembloux Agro-Bio Tech
Lire et écrire la littérature
scientifique (2014)
Bernard Pochet
Bibliothèque des Sciences agronomiques (ULg)
Lire et écrire la littérature scientifique (2014)
Bernard Pochet
Bibliothèque des Sciences agronomiques (ULg)
version du 6 novembre 2014
Résumé
Cet ouvrage n'est pas le mode d'emploi d'Internet ou de divers outils documentaires. C'est un outil de
formation à l'information scientifique avec une approche résolument méthodologique.
Il sert de support aux cours de méthodologie documentaire et de littérature scientifique de Gembloux
Agro-Bio Tech (Université de Liège). Il peut largement être utilisé dans tous les enseignements et
formations qui touchent à la littérature scientifique en sciences exactes et appliquées.
De nombreux compléments peuvent par ailleurs être trouvés sur le site de "support" : infolit.be [http://
infolit.be].
Basé sur plus de vingt ans d'expérience, cet ouvrage a été construit par la fusion et la mise à jour des
livres Méthodologie documentaire. Rechercher, consulter, rédiger à l'heure d'Internet ? (Pochet, 2005)
et La rédaction d'un article scientifique. Petit guide pratique adapté aux sciences appliquées et sciences
de la vie à l'heure du libre accès (Pochet, 2009) et des sites Web Métho.DOC et RédAction (qui ne
sont plus accessibles).
Il aborde les différents aspects de la recherche d'informations scientifiques et de l'utilisation de ces
informations ainsi que ceux de la production d'articles publiés dans des revues à comité de lecture.
C'est ce choix qui justifie son titre.
1
Diffusé sous licence Creative Commons [http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/be/] , en
libre accès donc, il est publié sur plusieurs supports : une version imprimée (édition des
Presses agronomiques de Gembloux [http://www.pressesagro.be/]), un site Web [http://infolit.be/LELiS/
ar01.html], un fichier PDF [manuel.pdf] et un fichier E-Pub [manuel.epub] (format livre électronique)
2
mais avec une source (XML) unique et donc avec un contenu identique pour les quatre supports cités.
Les supports électroniques sont régulièrement mis à jour.
L'auteur
Bernard Pochet (PhD) est directeur de la Bibliothèque des sciences agronomiques de l’université de
Liège (Gembloux Agro-Bio Tech) et administrateur délégué des Presses agronomiques de Gembloux.
Maître de conférence de l’université de Liège, il est titulaire des cours de littérature scientifique et de
méthodologie documentaire à Gembloux depuis près de 20 ans. Il intervient régulièrement sur le terrain
de la coopération avec les pays du Sud (formations, expertises…).
Bibliothèque des Sciences agronomiques [http://www.bsa.ulg.ac.be/] - Gembloux Agro-Bio Tech [http://www.fsagx.ac.be/] Université de Liège [http://ulg.ac.be/]
Presses agronomiques de Gemboux - 2, Passage des Déportés - B 5030 Gembloux - Belgique
Dépôt légal D/2012/1665/118 - réédition 2014
ISBN 978-2-87016-118-0
1
Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Partage des conditions initiales à l'identique, 2.0, Belgique.
Produit avec le logiciel Oxygen [http://www.oxygenxml.com/] à partir d'un même ensemble de fichiers XML
au format Docbook.
2
Table des matières
Introduction ................................................................................................. 1
1. Chercher ................................................................................................ 3
1. La recherche ................................................................................... 3
2. La question initiale .......................................................................... 3
3. Les concepts et les termes ............................................................ 4
a. Identifier les concepts, l'analyse OST ...................................... 4
b. Sélectionner le vocabulaire ..................................................... 4
4. La question documentaire .............................................................. 5
5. Les limites ....................................................................................... 7
a. Les limites a priori ................................................................... 7
b. Les facettes ............................................................................. 7
5. Les résultats ................................................................................... 8
6. Les écueils ...................................................................................... 9
a. Le bruit .................................................................................... 9
b. Le silence .............................................................................. 10
7. Les alternatives ............................................................................. 10
a. Les liens "voir aussi" ............................................................. 10
b. L'arbre par la racine .............................................................. 10
c. Les méthodes informelles ...................................................... 11
8. Les outils de recherche ................................................................ 11
a. Les outils discovery ............................................................... 12
b. Les portails d'accès à la littérature scientifique ...................... 13
c. Les bases de sommaires ....................................................... 14
d. Les bibliographies analytiques ............................................... 15
9. Accéder aux documents ............................................................... 16
a. Les catalogues ...................................................................... 16
b. Les résolveurs de liens .......................................................... 18
c. Les moteurs de recherche ..................................................... 18
d. Les tirés-à-part ...................................................................... 19
2. Gérer .................................................................................................... 21
1. Évaluer les documents ................................................................. 21
a. L'évaluation externe ............................................................... 21
b. L'évaluation interne ................................................................ 22
2. Les outils de gestion bibliographique ............................................ 24
a. Les méthodes informelles ...................................................... 24
b. Les logiciels spécialisés ........................................................ 25
3. Les outils de veille ........................................................................ 26
a. Les flux RSS ou Atom ........................................................... 27
b. Les systèmes d'alerte ............................................................ 27
3. Rédiger ................................................................................................. 30
1. Bien débuter ................................................................................. 30
a. Le type d'article ..................................................................... 30
b. La liste des auteurs ............................................................... 31
c. Le choix de la revue .............................................................. 32
d. Délimiter le sujet de l'article ................................................... 34
e. Les autorisations ................................................................... 34
iii
Lire et écrire la littérature
scientifique (2014)
f. Un outil ...................................................................................
2. La structure de l'article .................................................................
3. La partie liminaire .........................................................................
a. Le titre ...................................................................................
b. Les auteurs ............................................................................
c. Le résumé ..............................................................................
d. Les mots-clés ........................................................................
4. Le corps du texte (article de recherche) .......................................
a. Introduction ............................................................................
b. Matériel et méthodes .............................................................
c. Résultats ................................................................................
d. Discussion et conclusions ......................................................
e. La note de recherche ............................................................
5. L'article de synthèse bibliographique ............................................
a. Principe ..................................................................................
b. Structure ................................................................................
c. Démarche ..............................................................................
6. Rédiger .........................................................................................
a. La lisibilité ..............................................................................
b. La clarté .................................................................................
c. La précision ...........................................................................
d. Le style ..................................................................................
e. L'orthographe .........................................................................
f. La relecture ............................................................................
7. Les illustrations .............................................................................
a. Les tableaux ..........................................................................
b. Les graphiques ......................................................................
c. Les dessins et photographies ................................................
d. Les cartes ..............................................................................
8. Quelques règles de rédaction .......................................................
a. Les noms et organismes .......................................................
b. Les majuscules ......................................................................
c. Les abréviations .....................................................................
d. La ponctuation .......................................................................
e. Le gras, l'italique ...................................................................
f. Les énumérations ...................................................................
g. Les titres et sous-titres ..........................................................
h. Les nombres ..........................................................................
i. Les formules mathématiques ..................................................
j. Les unités de mesure .............................................................
9. Soumettre son article ....................................................................
a. Transmettre le manuscrit .......................................................
b. La réception de l'article .........................................................
c. Le comité de lecture ..............................................................
d. Les épreuves .........................................................................
4. Citer ses sources .................................................................................
1. Les citations ..................................................................................
a. La citation dans le texte ........................................................
iv
34
35
36
36
38
38
39
40
40
41
41
43
44
44
44
45
45
46
46
47
47
47
49
50
50
51
51
52
53
54
55
55
55
56
56
57
57
57
58
58
58
59
60
62
65
68
68
68
Lire et écrire la littérature
scientifique (2014)
b. Le renvoi bibliographique ...................................................... 68
c. La citation de seconde main .................................................. 69
2. La bibliographie ............................................................................ 69
a. Principes ................................................................................ 69
b. Formats .................................................................................. 70
c. Un livre .................................................................................. 71
d. Un article dans un périodique ................................................ 72
e. Une participation dans un ouvrage collectif ........................... 73
f. Une communication dans un compte rendu de congrès ......... 74
g. Un brevet ............................................................................... 74
h. Une loi, un décret ou un arrêté ............................................. 75
i. Un document sur Internet ....................................................... 75
3. Les règles d'écriture ..................................................................... 76
a. La liste bibliographique .......................................................... 76
b. Les auteurs ............................................................................ 76
c. La date ................................................................................... 77
d. Le titre ................................................................................... 77
e. La ponctuation ....................................................................... 77
5. Ce qu'il faut savoir ............................................................................... 78
1. Les types de documents .............................................................. 78
a. Le livre ................................................................................... 78
b. Le périodique et ses articles .................................................. 79
c. L'ouvrage collectif .................................................................. 82
d. Le compte rendu de congrès ................................................. 82
e. Le rapport, la thèse... ............................................................ 82
f. L'ouvrage de référence ........................................................... 83
g. Le brevet ............................................................................... 83
2. Le libre accès à la littérature scientifique ...................................... 85
a. Le contexte ............................................................................ 85
b. Quelques repères historiques ................................................ 86
c. La voie d'or et la voie verte ................................................... 87
d. Les caractéristiques du libre accès ....................................... 90
e. Comment s'y retrouver ? ....................................................... 91
f. L'accès aux publications ......................................................... 91
3. Les acteurs de l'édition scientifique .............................................. 93
a. L'éditeur scientifique .............................................................. 93
b. L'éditeur ................................................................................. 94
c. Les autres acteurs ................................................................. 94
4. Les langages ................................................................................ 95
a. Les langages documentaires ................................................. 95
b. Le langage de commande ..................................................... 98
5. La notoriété des publications ...................................................... 104
a. Le facteur d'impact .............................................................. 104
b. Les alternatives ................................................................... 108
6. Le droit d'auteur .......................................................................... 111
a. Étendue et démarche .......................................................... 111
b. Les droits patrimoniaux ....................................................... 112
c. Le droit moral ...................................................................... 114
v
Lire et écrire la littérature
scientifique (2014)
d. Internet .................................................................................
e. Le plagiat .............................................................................
f. Une alternative .....................................................................
7. Les métadonnées .......................................................................
Index .......................................................................................................
Bibliographie ...........................................................................................
vi
114
115
115
116
118
121
Introduction
En sciences exactes et en sciences appliquées, l'origine de l'information
scientifique doit être trouvée auprès d'un auteur ou d'une collectivité d'auteurs
qui :
• réalise un travail de recherche ;
• obtient des résultats ;
• présente ceux-ci dans une communication (Garvey et al., 1972).
Figure 1. Représentation schématique du processus de
rédaction au cours de la recherche.
Il faut d'ailleurs considérer qu'une recherche n'est pas achevée tant que les
résultats n'ont pas été publiés.
1
La littérature scientifique, les principes de l'Information Literacy et une
approche résolument méthodologique sont les trois piliers qui ont été à la
base à la rédaction de ce manuel.
L'article scientifique est un outil majeur de la littérature scientifique, la
bonne compréhension des principes de la communication scientifique
2
sont ici abordés à travers sa rédaction, sa recherche et sa lecture . La
littérature scientifique est donc ici considérée dans sa globalité. Elle place le
1
Voir : http://www.informationliteracy.org.uk/information-literacy-definitions/
Voir aussi : "Lire la science ou découvrir la démarche scientifique à travers la lecture d'un article [http://
infolit.be/Lire_la_science/]"
2
1
Introduction
lecteur tantôt comme utilisateur, tantôt comme un auteur qui démontre, par
l'expérimentation ou par la citation d'autres travaux validés, ce qu'il affirme.
À partir des principes de base de l'Information Literacy, ce manuel a
pour objectif d'apporter à son lecteur des compétences méthodologiques
lui permettant de reconnaitre un besoin d'information et être capable de
localiser, d'évaluer et d'utiliser l'information nécessaire, de manière autonome
et critique.
Enfin, avec une approche résolument méthodologique, le lecteur découvrira
des méthodes et des procédures pour chercher, lire, citer, classer, analyser,
rédiger, communiquer... Les outils sont par ailleurs rapidement cités et
décrits, quelques liens sont proposés permettant de les retrouver. Pour
leur fonctionnement propre, le lecteur doit systématiquement se référer aux
modes d'emplois et aides proposés même si, dans bien des cas, une bonne
connaissance des principes généraux (présentés dans cet ouvrage) permet
d'utiliser la plupart des fonctions de ces outils, généralement conçus pour une
utilisation intuitive.
Cet ouvrage, qui est surtout un manuel, est construit autour de cinq chapitres
qui ont chacun leur fonction propre :
• le premier chapitre traite de la recherche documentaire elle-même, partant
d'une question initiale, pour aboutir à l'obtention des documents qui
permettent de répondre à cette question ;
• le deuxième chapitre traite de la gestion des informations et documents
obtenus. Le début de ce chapitre est consacré à l'attitude critique
nécessaire et indispensable dans la démarche de recherche d'information.
La gestion documentaire et la veille documentaire sont aussi traitées dans
ce chapitre ;
• le troisième chapitre traite lui de la rédaction scientitique. Il est
essentiellement consacré à la rédaction d'un article scientifique. Il décrit les
règles et méthodes indispensables pour sa rédaction, étape par étape ;
• le quatrième chapitre est consacré à la citation des sources et à la rédaction
d'une bibliographie ;
• le cinquième et dernier chapitre est consacré à ce qu'il faut savoir et
connaitre. À tout moment, le lecteur pourra y trouver la présentation de
tous les concepts évoqués dans les chapitres précédents. Les types de
documents, le libre accès, les acteurs de l'édition, les langages, la notoriété
des publications et le droit d'auteur y sont successivement présentés.
Un index complète l'ensemble, permettant de retrouver rapidement un
concept ou une idée, dans l'ensemble de l'ouvrage. Les termes présents
dans l'index sont imprimés en gras dans le texte. Les renvois hypertextes des
versions électroniques sont quant à eux soulignés.
2
Chapitre 1. Chercher
1. La recherche
Ce premier chapitre décrit l'ensemble de la démarche de recherche
d'information, de la question à la réponse. Il présente une méthode précise
pour la recherche documentaire, la recherche de sources. Il présente aussi
les outils à utiliser pour cette recherche ainsi que les modes d'accès aux
documents.
Avant d'aller plus loin, il est important de savoir ce que l'on cherche. Il faut
savoir de quel type de document on a besoin.
Si c'est une information de base, un livre, un manuel (repérés avec le
catalogue), une encyclopédie (imprimée ou en ligne) ou un moteur de
1
recherche (Google, Yahoo...) peuvent être suffisants .
Pour un travail de fin d'études, une synthèse bibliographique ou un travail de
recherche, il faut utiliser une littérature plus spécialisée. Il faut alors faire une
recherche documentaire approfondie telle qu'elle est décrite ci-dessous.
La recherche documentaire est essentiellement une recherche de références
de documents qui correspondent à une question documentaire. L'accès aux
documents eux-mêmes est une étape ultérieure même si, de plus en plus
fréquemment, des solutions techniques donnent directement accès à ces
documents.
Cette recherche doit obligatoirement passer par plusieurs étapes
incontournables. Une recherche documentaire qui n'est pas systématique
(méthodique) n'offre aucune garantie d'exhaustivité.
2. La question initiale
La recherche documentaire commence par la formulation d'une question
initiale. Cette question doit correspondre à l'information dont on a besoin.
Il faut qu'il soit possible de répondre à la question posée. S'il y a plusieurs
questions, il faut effectuer plusieurs recherches. Si la question n'est pas assez
précise, il sera impossible d'y répondre.
Nous allons illustrer toutes les étapes de notre recherche documentaire par
un même exemple :
Tableau 1.1. La question initiale (notre exemple).
Avec quels marqueurs moléculaires peut-on caractériser la maturité des
tubercules de pommes de terre ?
1
Même pour une recherche simple, il faut être attentif au vocabulaire et au langage de commande utilisés
3
Chercher
Il s'agit bien d'une question. Elle comporte un point d'interrogation. Elle est
suffisamment précise pour pouvoir y répondre de manière précise.
3. Les concepts et les termes
L'étape suivante consiste à découper la question initiale pour identifier les
concepts mis en œuvre et le vocabulaire qui s'y rapporte.
a. Identifier les concepts, l'analyse OST
Pour identifier les concepts, les sujets, les thématiques présents dans
la question initiale, on peut utiliser l'analyse OST (pour : Object, Sujet,
Technique) et se poser les questions suivantes :
• Quel est l'objet, l'organisme, l'individu, le groupe étudié ?
• Quel est le sujet de la recherche ?
• Quelle est la technique, la méthode de recherche utilisée ?
Dans notre exemple, on peut identifier trois concepts distincts dans la
question : "Avec quels marqueurs moléculaires peut-on caractériser la
maturité des tubercules de pommes de terre ?".
Tableau 1.2. Les concepts.
Objet
les tubercules de pommes de terre
Sujet
l'évolution physiologique
Technique
la technique moléculaire basée sur l'utilisation de
marqueurs
Il est parfois nécessaire d'identifier des champs secondaires en
identifiant des concepts moins importants comme l'espace géographique
concerné. Ces champs secondaires seront utilisés pour rendre la question
documentaire plus précise.
b. Sélectionner le vocabulaire
Suivant la base de données qui sera utilisée, il faudra utiliser des descripteurs
ou des mots-clés pour la recherche documentaire.
Pour retrouver les différents termes (descripteurs ou mots-clés) associés
à chacun des concepts de la question initiale, il faut utiliser un maximum
d'outils.
Les outils les plus courants sont les dictionnaires et les encyclopédies
(générales ou thématiques).
4
Chercher
Pour identifier les bons descripteurs, il faut utiliser des outils plus spécialisés
comme des thésaurus, des lexiques, des manuels et des articles de synthèse
sur le sujet.
L'utilisation du portail Termsciences [http://www.termsciences.fr/] (portail
terminologique multilingue) est une première démarche intéressante.
Un maximum de termes ou de combinaisons de termes représentatifs est
nécessaire. Il ne faut pas nécessairement retenir des termes peu fréquents
qui seront dès lors peu utilisés dans les bases de données.
Dans l'exemple, un dictionnaire en anglais, un dictionnaire en français et le
thésaurus AGROVOC [http://aims.fao.org/standards/agrovoc/functionalities/
search] de la FAO ont été utilisés.
Tableau 1.3. Le vocabulaire pour le premier concept.
Mots-clés en
anglais
solanaceae, potato, solanum, solanum tuberosum,
tuber
Mots-clés en
français
solanaceae, solanacée(s), pomme de terre, solanum,
solanum tuberosum, tubercule
Descripteurs
AGROVOC
solanaceae, potatoes, solanum tuberosum, pomme
de terre
On obtient des termes qui sont des descripteurs et des termes qui sont des
mots-clés. Seuls les principaux termes sont conservés.
4. La question documentaire
À partir de ces données, on peut dessiner une représentation graphique
de l'ensemble. Cette représentation aide à mieux visualiser la question
documentaire.
Figure 1.1. Représentation graphique de la question
documentaire.
5
Chercher
Les questions sont posées champ par champ, concept par concept avec
les opérateurs booléens. C'est le "Point focal" qui constitue le réservoir de
références de documents susceptibles de répondre à la question initiale.
La question documentaire devient : ("solanum tuberosum" OU potato*) ET
("age determination" OU "developmental stage" OU aging) ET ("genetic
markers" OU "molecular markers" OU "biochemical markers" OU "biological
markers").
Avec les bases de données qui proposent un historique et la possibilité de
combiner les questions, il est préférable d'entrer chaque terme séparément
et de les combiner ensuite. Cela permet de voir exactement ce qui se passe
et quelle serait éventuellement la source de bruit ou de silence.
Figure 1.2. Historique
(EBSCOHost).
de
la
question
avec
CAB
La recherche est effectuée en plusieurs étapes. La première consiste, pour
l'exemple, à chercher tous les documents qui parlent de pomme de terre. La
deuxième étape et la troisième étape de la recherche consistent à identifier
tous les documents parlant de maturité et tous les documents parlant de
marqueurs moléculaires.
Le nombre de documents de ces trois ensembles ($3, $7 et $10, l'étape
3, l'étape 7 et l'étape 10) est élevé mais ce n'est pas gênant. Ce qui nous
intéresse, c'est l'intersection de ces trois ensembles, le point focal. Dans notre
exemple ($11), le point focal contient quatre références.
Dans des outils comme Google Scholar [http://scholar.google.be/schhp?
sciui=1] ou Belefield Academic Search Engine (BASE) [http://www.basesearch.net/Search/Advanced?fullbrowser=1], il n’est pas possible de
travailler de la même manière. Il faut alors introduire progressivement la
6
Chercher
question documentaire, terme par terme, concepts après concepts. Cette
technique, même sans avoir la fonction historique, permet d’observer
l’évolution des réponses et d’identifier les éventuelles sources de bruit et de
silence (des termes trop spécifiques ou trop généraux mais aussi les fautes
de frappe).
5. Les limites
a. Les limites a priori
La majorité des outils de recherche documentaire permettent de limiter
a priori la couverture temporelle, le domaine concerné ou le type de
documents.
Figure 1.3. Exemple de limites proposées par Scopus.
Les limites proposées par les outils de recherche documentaire ne sont pas
nombreuses. Les limitations par facettes (limites proposées a posteriori à la
question documentaire) sont beaucoup plus nombreuses.
b. Les facettes
Les facettes permettent de réduire, étape par étape, le nombre de réponses
proposées.
Les facettes ont l'avantage d'offrir une visualisation claire des limites ajoutées
à la question documentaire.
L'utilisation des facettes ne remplace pas l'étape de la réadaction de
la question documentaire mais améliore sensiblement la qualité du
travail.
7
Chercher
Figure 1.4. Exemple de facettes (à gauche de l'écran)
proposées par Scopus.
Il est toujours possible de supprimer une facette et de revenir à la liste
précédente (ce qui n'est pas le cas avec les limites a priori).
5. Les résultats
Pour être exhaustive, la recherche documentaire doit impérativement être
effectuée dans plusieurs bases de données.
Un point focal (l'intersection de tous les ensembles) vide ne signifie pas
nécessairement qu'il n'y ait aucun document sur le sujet recherché.
La première chose à vérifier, c'est s'il n'y a pas d'erreurs dans l'équation qui
seraient alors source de silence. Si la recherche a été correctement menée,
que la question documentaire a bien été traduite en équation, il se peut :
• qu'il y ait déjà eu des recherches publiées sur le sujet mais dont aucune de
ces publications n'ait été reprise dans cette base de données (publication
mal diffusée ou de qualité insuffisante pour cette base de données) ;
• qu'il y ait déjà eu des recherches sur le sujet mais dont aucun résultat n'ait
été publié ;
8
Chercher
• qu'il n'y ait jamais eu de recherche sur ce sujet.
Ce n'est pas pour autant que la recherche documentaire doit s'arrêter là. Il
faut alors étendre le champ de la recherche et s'interroger sur le sujet, l'objet
et la technique de la recherche que l'on doit entreprendre.
Il faut vérifier, par exemple, si une recherche proche n'a pas été décrite avec
une autre technique ou un autre organisme.
6. Les écueils
Les écueils les plus fréquents sont le bruit et le silence. Ils peuvent être
représentés schématiquement.
a. Le bruit
Le bruit est le résultat d'une recherche trop peu précise, avec des réponses
trop nombreuses et peu pertinentes.
Pour diminuer le bruit, il faut d'abord identifier la source de ce bruit (en
consultant l'historique). Il faut ensuite :
• ajouter un critère supplémentaire venant d'un champ secondaire (avec
l'opérateur ET) ;
• exclure des notices indésirables (avec l'opérateur SAUF) ;
• utiliser un vocabulaire plus précis (en consultant le thésaurus) ;
• vérifier si la racine est bien opérationnelle (pas de termes indésirables lors
d'une troncature).
Figure 1.5. Représentation schématique du bruit et du
silence.
Les facettes (lorsqu'elles sont proposées) permettent également d'identifier
les sources de bruit et de les réduire.
9
Chercher
b. Le silence
Le silence est plus gênant que le bruit parce qu'il est moins visible. Dans
ce cas, l'utilisateur reçoit quelques réponses mais passe à côté de plusieurs
références pertinentes.
La cause peut être une recherche trop pauvre, un manque de persévérance,
un manque de temps ou une méconnaissance du système et de ses
langages.
Avec le silence, l'utilisateur reçoit quelques réponses et ne se rend pas
nécessairement compte que s'il avait mieux posé ses questions, il aurait
obtenu plus de réponses.
Pour diminuer le silence et donc augmenter le nombre de réponses
pertinentes, il faut utiliser :
• des synonymes ;
• des termes associés ou plus généraux à partir du thésaurus ;
• un même terme dans une autre langue (pour les bases multilingues) ;
• des troncatures pour envisager des formes différentes (pluriel...) d'un
même mot.
7. Les alternatives
Lors de la recherche documentaire ou à côté de celle-ci, d'autres sources
d'information peuvent être exploitées.
a. Les liens "voir aussi"
La fonction "voir aussi" ou "related records" ou "related citations" apparait
lors de l'affichage d'une référence dans certaines bases de données. Elle est
générée automatiquement sur base des mots du titre, des descripteurs ou
des références bibliographiques communes.
Cette fonction est surtout à utiliser pour les références qui correspondent
bien à ce que vous cherchez. Elle permet, parfois, de trouver la référence de
documents qui n'ont pas été trouvés avec la question documentaire.
b. L'arbre par la racine
Cette méthode consiste à analyser les listes bibliographiques de documents
qui correspondent bien au sujet de la recherche. Elle permet parfois, comme
pour les liens "voir aussi", de trouver des documents qui n'ont pas été trouvés
avec la question documentaire.
10
Chercher
Cette méthode est intéressante mais elle ne permet de trouver que des
documents plus anciens que celui que l'on a sous la main.
c. Les méthodes informelles
D'autres méthodes, plus informelles, consistent à interroger des personnes
de référence ou des connaissances. Elles peuvent apporter des informations
pertinentes mais qui doivent impérativement être complétées par une
recherche plus formelle.
8. Les outils de recherche
Il n'existe à l'heure actuelle aucun outil contenant l'ensemble des publications
scientifiques produites dans le monde. Il faut donc, pour chaque recherche
documentaire, combiner l'utilisation de plusieurs outils en fonction du type
de documents recherchés, du domaine de la recherche ou de la période de
couverture.
2
Avec le Web 2.0 les outils de recherche documentaire intègrent des
fonctions sociales. Ils permettent aux utilisateurs de partager, noter,
commenter, conseiller… une référence en utilisant leurs réseaux de
communication habituels (Twitter, Facebook, Google +, LinkedIn...).
Il y a une grande diversité de types d'outils, avec des contenus variés. Les
bases de données sont soit généralistes soit spécifiques à un domaine,
elles couvrent des périodes plus ou moins longues, donnent les références
de documents de types différents (articles, congrès, rapports, thèses,
publications en libre accès...) et proposent des services et fonctionnalités très
variables.
Jusqu'il y a peu, il était conseillé de commencer une recherche documentaire
par une recherche rétrospective dans les bibliographies spécialisées et
ensuite de se tenir informé en utilisant les bases de sommaires.
Avec l'apparition des outils discovery et des portails scientifiques, la
logique est bien différente. Ces outils ne remplacent pas les bibliographies
spécialisées mais sont utilisés en première ligne. Ils sont plus visibles. Ils sont
mieux intégrés aux outils Web et à la documentation numérique.
Une recherche documentaire exhautive comme celle qui doit être réalisée au
début d'une recherche ou d'une thèse de doctorat doit faire appel à tous les
outils à disposition.
Cette présentation ne reprend que les outils bibliographiques, qui donnent
des listes de références ou qui donnent accès à des documents scientifiques.
2
Par Web 2.0, il faut entendre les technologies interactives qui permettent à leurs utilisateurs de participer
à la création des contenus (Maness, 2006). Pour O'Reilly (2005) qui est un des premiers à avoir décrit
le phénomène, il s'agit davantage d'une attitude que d'un ensemble de technologies même si, sans ces
avancées technologiques, une bonne partie des applications Web 2.0 n'existerait pas.
11
Chercher
Elle exclut toutes les bases de données factuelles, comme les bases de
données statistiques, qui ne sont pas des outils de recherche documentaire.
De nombreux guides proposent des listes de ressources classées par
domaines et types de ressources. À l'Université de Liège, il faut consulter
le répertoire des ressources via le lien : Explorer nos ressources [http://
www.libnet.ulg.ac.be/disciplines/term/343].
a. Les outils discovery
Dans les universités, des outils d'exploration documentaire, ou discovery
remplacement progressivement les catalogues. Cette nouvelle génération
de catalogues intègre des ressources variées qui dépassent largement les
collections physiques des bibliothèques. Leur création est justifiée par la
présence massive de ressources numériques et la multiplication des outils
de recherche.
Figure 1.6. L'outil d'exploration documentaire de l'ULg.
À l'Université de Liège, le catalogue ("Source") a été remplacé en 2013
par un outil discovery (appelé "collections ULg [http://serv340.segi.ulg.ac.be/
primo_library/libweb/action/search.do]"). Il permet de chercher dans
l'ensemble des collections de l'université :
• les collections physiques (livres, périodiques imprimés, cartes...) ;
12
Chercher
• les ressources électroniques (articles, chapitres de livres...) auxquelles
l'ULg souscrit (y compris certaines bases de données dont Scopus) ;
• le répertoire institutionnel (ORBi) ;
• d'autres ressources en lignes disponibles gratuitement ou en Open Access
(encyclopédies, rapports...).
Ces outils, en pleine évolution, sont orientés "usagers". Ils entendent
proposer des interfaces simples et intuitives que l'usager peut personnaliser
suivant ses besoins. Ils placent résolument la bibliothèque au cœur
du Web social. Ils en utilisent d'ailleurs les principes (personnalisation,
communication...).
Avec ces outils, l'utilisateur ne doit plus se demander s'il est dans le catalogue
(où il ne trouvera pas d'articles) ou dans une bibliographie (où il ne trouvera
pas les livres présents dans sa bibliothèque).
Les contenus proposés sont souvent enrichis (résumé, image de la
couverture, liens vers d'autres documents...) et la recherche est facilitée par
un système de facettes.
b. Les portails d'accès à la littérature
scientifique
Figure 1.7. Le portail Bielefeld Academic Search Engine.
Les portails d'accès à la littérature scientifique intègrent plusieurs sources
différentes dans une même base de données. Ce sont essentiellement des
ressources en libre accès mais aussi des ressources que les portails vont
directement rechercher sur les sites des éditeurs ou sur des sites officiels
(universités, sites gouvernementaux, institutions internationales...).
13
Chercher
Le plus connu des portail d'accès à la littérature scientifique est probablement
Google scholar [http://scholar.google.com] mais bien d'autres portails sont
accessibles (gratuitement). Les principaux portails sont cités dans le chapitre
sur le libre accès.
c. Les bases de sommaires
Les bases de sommaires sont des bases de données essentiellement
alimentées par les tables des matières des périodiques. Elles se multiplient
depuis le développement d'Internet.
Figure 1.8. La base de sommaires Scopus (Elsevier).
Du fait de la rapidité de l'alimentation (automatique) de ces bases, elles sont
3
utilisées comme systèmes d'alerte et de veille documentaire .
Contrairement aux portails cité plus haut, elles ont toutes un objectif
4
commercial. Soit c'est la consultation qui est payante , soit elles proposent
5
la fourniture (payante) de documents .
Les opérateurs sont des sociétés privées ou publiques. Ces sociétés
reçoivent et/ou s'abonnent à un maximum de périodiques scientifiques et
passent des accords commerciaux avec les plus gros éditeurs. Ils reprennent
les tables des matières de ces périodiques (les fichiers sont mis à jour
régulièrement).
3
Elles sont appelées revues de sommaires ou bibliographies courantes.
Current contents (Thomson Scientific), Scopus (Elsevier) ou Inside (British Library)
5
IngentaConnect [http://www.ingentaconnect.com/] (Ingenta) ou Refdoc [http://www.refdoc.fr/] (Inist du
CNRS).
4
14
Chercher
Les bases de sommaires sont constituées sans distinction de domaine et
parfois sans distinction de niveau (scientifique). Les options d'interrogation
varient des plus simples aux plus riches. L'accès à la liste des autres
articles parus dans le même fascicule (sommaire) est toujours proposé et
les résumés sont parfois ajoutés. Ces bases proposent aussi des systèmes
d'alerte performants.
d. Les bibliographies analytiques
Les bibliographies analytiques, ou bases de données bibliographiques,
trouvent leur origine dans les bibliographies imprimées, les bibliographies
thématiques et courantes qui étaient publiées à intervalles réguliers
(mensuels, trimestriels, annuels...) et traitaient d'un domaine particulier.
Figure 1.9. La base de données bibliographiques AGRIS
(FAO).
Actuellement, leur mise à jour est continue. Elles sont donc spécialisées
dans un domaine particulier du savoir et la description des documents est
toujours accompagnée d'une analyse du contenu avec un résumé et une
description approfondie. Ces enrichissements (descripteurs, résumé) sont
souvent réalisés manuellement par des documentalistes ou des spécialistes
du contenu.
Ces bases de données sont parfois qualifiées de bibliographies
rétrospectives parce qu'elles peuvent proposer une couverture temporelle
très large (par exemple CAB-abstracts, spécialisée en agronomie, remonte
jusqu'en 1910 et Medline, en médecine, remonte jusqu'en 1902). Elles
contiennent aussi une grande diversité de types de documents puisque
15
Chercher
l'objectif est ici de se concentrer sur un quelques domaines spécifiques du
savoir.
Elles sont produites par des sociétés savantes ou des éditeurs scientifiques.
Elles sont diffusées par voie électronique (Internet). Leur utilisation est dans
la plupart des cas payante mais il existe néanmoins des versions "allégées"
6
de certaines de ces bases, accessibles gratuitement sur Internet .
Les bibliographies nationales sont des bases de données particulières.
Ce sont des catalogues (nationaux). Aux États-Unis, des bibliothèques
7
nationales thématiques proposent aussi une analyse des documents et
8
proposent dès lors des bibliographies de type analytique .
9. Accéder aux documents
Lorsque la recherche documentaire est réalisée et peaufinée, on obtient
une liste de sources, de références (auteur(s), titre, date, résumé, titre du
périodique...) de documents. On n'a cependant pas encore les documents
en main.
De plus en plus de bases de données proposent des liens directs vers les
documents (s'ils sont au format électronique) auxquels l'utilisateur a accès
(accès gratuit, libre accès ou en abonnement). Ce n'est cependant pas
toujours le cas.
Si un lien est proposé, il suffit de l'activer (de "cliquer"). C'est le plus souvent
un lien proposé par un résolveur de lien. Si le lien proposé aboutit à une
impasse, un accès pour lequel un mot de passe est demandé ou s'il n'y a pas
de lien proposé, il faut réaliser soi-même la recherche de documents dans
les outils de localisation (catalogue, moteurs de recherches...) en gardant
à l’esprit que tous les documents ne sont pas nécessairement au format
électronique.
Il existe aussi des bases de données comme Academic Search ou
Environment Complete produites par EBSCO [http://www.ebscohost.com/
academic/ebscohost] qui contiennent une version électronique des articles
qu'elles citent.
a. Les catalogues
À l'origine, les catalogues des bibliothèques étaient des fichiers manuels
avec des fiches bristol (de 75 x 125 mm) classées alphabétiquement dans
de nombreux tiroirs.
6
AGRIS (sous OvidSP) existe en version publique sur le site de la FAO [http://agris.fao.org/], Medline (sous
plusieurs plateformes) existe en version publique (PubMed [http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/]).
7
Les revues sont analysées, article par article, et les colloques et ouvrages collectifs, participation par
participation.
8
Medline [http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/] de la National Library of Medicine, AGRICOLA [http://
agricola.nal.usda.gov/] de la National Agriculture Library.
16
Chercher
Dans les années 1980, on voit apparaitre des Online Public Access
Catalog (OPAC) avec des systèmes informatiques propres.
Depuis quelques années, les catalogues sont interrogeables de n'importe où
grâce à Internet. Ils sont intégrés aux sites Internet des bibliothèques.
Le catalogue local
Le catalogue est une image du contenu de la bibliothèque. Il reprend les
informations principales concernant les documents (titre, auteur(s), date,
éditeur(s)...).
Contrairement aux outils de recherche documentaire, le catalogue n'analyse
pas le contenu des documents, c'est-à-dire qu'il reprend le titre des
périodiques, d'ouvrages collectifs ou comptes rendus de congrès mais ne
reprend pas les articles et les participations contenus dans ces documents.
La fonction principale du catalogue est de localiser les documents dans
la bibliothèque. Dans les universités, les catalogues sont progressivement
remplacés par des outils d'exploration documentaire ou discovery.
Les méta-catalogues et les catalogues collectifs
À côté des catalogues locaux, institutionnels, il existe des catalogues
9
10
nationaux et internationaux . Ils sont alimentés en continu par les
catalogues locaux et permettent de localiser des documents dans l'ensemble
des bibliothèques participantes.
Les bibliographies nationales
Les bibliographies nationales sont des bases de données particulières.
Elles sont alimentées par le dépôt légal (obligation de dépôt de
la part de tous les éditeurs). Elles doivent être considérées comme
des catalogues puisqu'elles contiennent la liste des documents présents dans
les bibliothèques nationales.
En Belgique, la Bibliographie de Belgique est intégrée au catalogue de
la Bibliothèque Royale [http://opteron1.kbr.be/opac/fkbr0.htm] depuis 1975.
En France, la Bibliographie nationale française est intégrée au catalogue
de la Bibliothèque Nationale de France [http://catalogue.bnf.fr/] (BNF) et
rassemble la description de tous les documents édités ou diffusés en France.
Le catalogue de la BNF dépasse largement le territoire français et contient
à peu près tout ce qui se publie en français dans le monde. Il y a dans
le monde d'autres catalogues de référence comme celui de la Library of
9
En Belgique, Unicat [http://www.unicat.be/] rassemble tous les catalogues universitaires et plusieurs
catalogues institutionnels en un seul catalogue collectif.
10
Au niveau Mondial, le projet WorldCat [http://www.worldcat.org/] géré par l'Online Computer Library Center
(OCLC.org [http://www.oclc.org/fr/fr/default.htm]) rassemble plus de 10 000 catalogues à travers le monde
(données fournies par l'OCLC mais impossible à vérifier).
17
Chercher
Congress [http://catalog.loc.gov/] et de Bibliothèque et Archives Canada
[http://amicus.collectionscanada.gc.ca/aaweb/aaloginf.htm] (bilingue anglais
et français).
b. Les résolveurs de liens
11
Les résolveurs de liens utilisent des bases de données et des moteurs de
recherche pour aider les utilisateurs à localiser les documents. À l'ULg, un
bouton "SFX" est ajouté dans la plupart des outils de recherche (bases de
données bibliographiques et moteurs de recherche) pour "rebondir" vers des
liens permettant de localiser ou d'obtenir (si c'est un document électronique)
le document identifié lors de la recherche.
Figure 1.10. Le résolveur de lien SFX de l'ULg.
c. Les moteurs de recherche
Si ni les catalogues, ni le résolveur de liens ne permettent de retrouver un
document, une "simple" recherche avec un moteur de recherche classique
(Google, Yahoo...) peut aussi être une solution.
Il faut alors entrer le nom de l'auteur et deux ou trois mots du titre dans
la zone de recherche pour obtenir éventuellement d'autres informations sur
le document et peut-être un lien vers sa version électronique. Pour les
périodiques, quelques mots du titre permettent généralement de trouver
directement le site de la revue ou un lien vers celui-ci.
11
Ces bases de données contiennent des listes de périodiques et de sites avec leur adresse Internet, elles
sont mises à jour quotidiennement.
18
Chercher
d. Les tirés-à-part
Lorsqu'un article n'est pas en accès libre ou gratuit ou que l'institution n'a
pas d'abonnement à la revue dans laquelle il est publié, il faut recourir à une
demande de tiré-à-part.
Cette demande doit être adressée à la bibliothèque ou à l'auteur lui-même.
Le prêt inter-bibliothèques
Toutes les bibliothèques universitaires pratiquent le prêt inter-bibliothèques
(PIB). Lorsqu'il s'agit d'articles, ce n'est plus vraiment du prêt mais de la
fourniture d’une copie de l’article.
Ce service permet d'obtenir la copie d'un article dans les 24h (dans 90% des
cas). L'article est transmis au demandeur par courrier électronique ou par
courrier classique.
La demande se fait le plus souvent via un formulaire électronique spécifique
(voir copie d'écran ci-dessous). Le PIB est toujours payant (à partir de 8 euros
pour un article). Le prix dépend aussi de l'urgence de la demande et des frais
demandés par le fournisseur qui peut se trouver dans un autre pays européen
ou même en dehors de l'Europe.
Figure 1.11. Le formulaire de demande prêt interbibliothèques de l'ULg (MyDelivrey).
19
Chercher
Pour les livres, le prêt est consenti pour une période d'un mois pendant
laquelle le document emprunté doit obligatoirement être consulté sur place,
dans les locaux du service de documentation ou de la bibliothèque du
demandeur.
L'auteur lui-même
Si on connait son adresse, on peut aussi s'adresser directement à l'auteur
(par courrier électronique de préférence).
Les coordonnées de l'auteur (ou d'un des auteurs) sont normalement
indiquées dans les bases de données. Si ce n'est pas le cas, une petite
recherche avec un moteur de recherche devrait permettre de les retrouver. Il
faut bien sûr être attentif aux homonymes et bien indiquer, dans la requête,
l'affiliation (adresse professionnelle) de l'auteur.
Les auteurs reçoivent toujours des tirés-à-part de leurs articles. Ces tirés-àpart peuvent être au format électronique ou imprimés.
Les auteurs apprécient en général ces demandes qui montrent que l'on
12
s'intéresse à leurs travaux et répondent positivement à ces demandes .
12
Il est même possible que l'auteur transmette d'autres articles sur le même sujet.
20
Chapitre 2. Gérer
1. Évaluer les documents
Internet relie des millions d'ordinateurs et n'importe qui peut déposer une
information sur Internet, de n'importe où dans le monde, dire ce qu'il a envie
de dire, laisser cette information aussi longtemps qu'il le souhaite ou la
changer sans prévenir.
Il est particulièrement aisé de diffuser un article via un site Web, un blog,
un forum, etc. et, dès que l'on sort des publications clairement étiquetées
"académiques", on trouve sur Internet tout et n'importe quoi, y compris des
documents pseudo-scientifiques. La limite n'est pas toujours claire.
Il est devenu impératif d'utiliser les bons outils pour la recherche
documentaire. Une attitude critique permanente est aussi indispensable
pour déterminer si un document trouvé est ou n'est pas un document
scientifique valide. Il faut se poser la question de l'autorité de l'auteur, de
l'exactitude de l'information, son exhaustivité, sa pérennité...
Une méthode simple consiste à se poser une série de questions. Ces
questions devront être considérées ensemble et l'opinion que l'on se forgera
sur un document viendra de la convergence des réponses obtenues à
chacunes de ces questions.
Un document sur support électronique reste toujours un document, même
sur Internet. Il s'analyse comme un document imprimé. Un des avantages
d'Internet est de fournir des informations presque en temps réel. Le
désavantage étant qu'il est souvent impossible d'avoir du recul pour
confronter les informations recueillies avec d'autres sources.
Avant de se lancer dans l’évaluation (externe et interne, du fond et de la
forme) d’un document, il faut se poser la question de la pertinence. Le
document correspond-il à la question posée ? Permet-il de répondre à cette
question ?
a. L'évaluation externe
L'évaluation externe consiste à analyser le document lui-même, sa source,
son auteur, son support. On observera prioritairement :
• le(s) auteur(s) : il faut s'interroger sur les compétences et la fonction du ou
des auteurs. Celles-ci doivent être clairement énoncées (affiliation, titres
universitaires...). Est-il par ailleurs possible d'entrer en contact avec ceuxci ?
• l'institution : il faut connaitre l'institution qui est à l'origine d'un document.
Cette indication nous renseigne sur la fiabilité des informations. Un
21
Gérer
organisme officiel ou un centre spécialisé sont supposés être des autorités
plus crédibles qu'une personne inconnue qui diffuse des informations à
titre individuel. D'une manière générale, les informations qui émanent
de sources qui précisent leurs références peuvent être considérées
comme plus fiables. Cette évaluation touche à la fois à l'appartenance
professionnelle du ou des auteurs et à l'origine géographique de
l'information évaluée. Si l'institution ou l'organisme rencontré est peu
connu, dispose-t-on d'assez d'informations pour se forger une opinion ?
• l'adresse Internet : pour les documents (les "pages") sur Internet,
une analyse de l'URL (Uniform Resource Locator) du site peut aussi
apporter des informations sur le document. Par exemple, l'adresse "http://
www.libnet.ulg.ac.be/fr/libraries/bsa/" nous indique qu'il s'agit des services
proposés par une bibliothèque, la BSA (Bibliothèque des Sciences
agronomiques), de l'ULg (Université de Liège), institution académique,
belge.
• l'évaluation par les pairs : le document a-t-il fait l'objet d'une évaluation
par les pairs ? C'est (en principe) le cas pour les revues scientifiques
imprimées ou électroniques. Toutefois, toutes les revues ne pratiquent
pas cette évaluation. En ce qui concerne les informations sur Internet,
la prudence est de rigueur. Il est difficile, surtout s'il s'agit d'une
communication isolée, de savoir si elle a été validée par un ou plusieurs
scientifiques, spécialistes du domaine (ce sera parfois précisé).
• la date de publication : la date de publication est aussi un excellent
indicateur de la qualité de l'information. Toutefois, la durée de vie d'une
information est très variable d'un domaine à l'autre.
• les objectifs du document : les objectifs d'un document peuvent être
divers et variés. Il est important de connaitre les objectifs poursuivis. Un
document de vulgarisation est très différent d'un document fondateur, de
complément ou de synthèse. Il a en général une visée didactique alors que
les autres sont directement destinés aux scientifiques ;
• le support de l'information : s'il s'agit d'un périodique, il faut vérifier si
il a un ISSN, si il est facilement accessible et si il est repris dans les
principales bases de données bibliographiques. Le site Internet de la revue
peut donner ces informations.
b. L'évaluation interne
L'évaluation interne d'un article consiste à évaluer la démarche scientifique
de l'auteur. Pour évaluer cette démarche, il faut voir si l'auteur :
• a réalisé une vérification empirique (qui repose sur une expérimentation)
et reproductible de son hypothèse ;
• utilise des sources scientifiques fiables pour toutes ses affirmations ;
22
Gérer
• propose des affirmations et des résultats réfutables ;
• utilise une méthodologie et des analyses solides ;
• ne rédige pas des conclusions hatives ;
• ne remet pas en cause, de façon abusive, des vérités scientifiques.
Pratiquement, on va analyser la forme et le fond du document à partir d'une
série de questions.
La forme
Pour l'évaluation de la forme, que ce soit un site Internet ou un article publié
dans un périodique scientifique, il faut être attentif à :
• la présentation du document : est-il convenablement présenté avec une
mise en page esthétique (sans être "tape à l'œil") ou au contraire est-il
totalement inesthétique et bâclé ?
• la structuration du texte : la présentation est-elle claire et facile d'accès
ou au contraire confuse et désordonnée ? Peut-on rapidement saisir l'objet
du document ou faut-il une lecture attentive pour avoir une idée du sujet
traité ?
• la structuration du document : le document est-il structuré normalement
avec un titre, un résumé, une introduction et une séparation en parties ?
Pour un article, est-il construit suivant le format IMReD ? Pour les
documents plus longs (un livre ou un site Internet comportant de
nombreuses pages), y a-t-il une table des matières ou un sommaire et un
index ?
• la lisibilité : le style de la rédaction est-il pesant ou au contraire simple
et accessible ? Le document est-il rédigé dans une langue correcte
(orthographe, syntaxe et grammaire) ?
• le vocabulaire utilisé : le vocabulaire utilisé est-il accessible ? L'usage
d'un vocabulaire spécifique à une discipline (un jargon) se justifie-t-il ou
s'agit-il plutôt d'un moyen utilisé par l'auteur pour se mettre en valeur ?
Le fond
Lors d'une analyse plus approfondie, on essayera aussi de s'attacher au
fond du document, au discours du ou des auteurs du document.
Dans cette évaluation, il faut repérer les traces de la subjectivité de l'auteur,
distinguer les idées et thèmes traités par l'auteur et savoir à qui attribuer les
différentes idées qui composent son discours, distinguer les idées qui doivent
être attribuées à d'autres.
23
Gérer
Les principaux aspects à observer sont :
• la clarté : le texte est-il cohérent et sans ambigüité et le lecteur peut-il se
représenter ce qui est décrit (fait référence aux connaissances du lecteur) ?
• l'argumentation : l'auteur mélange-t-il des arguments de type moraux et
des arguments scientifiques dans son discours ?
• la précision : le texte laisse-t-il la place à l'approximation ou au doute ?
L’utilisation des adverbes "quelques", "certains", "plusieurs", "beaucoup"
est un indicateur intéressant.
• les limites : l'auteur définit-il clairement les limites (géographiques,
temporelles...), le plan expérimental est-il cohérent et correctement décrit ?
• les données : y a-t-il une homogénéité dans les données présentées dans
les résultats, sont-elles comparables entre elles (données statistiques de
population par exemple) ?
• les sources : un article scientifique comprendra toujours une bibliographie.
L'auteur distingue-t-il clairement ses propres affirmations de celles
d'autres auteurs ? Fait-il le lien avec d'autres travaux antérieurs ? Ses
références externes sont-elles récentes et à jour ? Sa bibliographie estelle exhaustive ? Tous les auteurs cités dans le texte sont-ils repris dans
la bibliographie et tous les ouvrages repris dans la bibliographie sont-ils
cités dans le texte avec précision ? La bibliographie est-elle bien rédigée
et peut-on avec celle-ci retrouver tous les documents cités ? Les sources
utilisées sont-elles de niveau scientifique suffisant ?
À ces observations peuvent s'ajouter celles qu'une revue fera pour évaluer
un manuscrit.
2. Les outils de gestion
bibliographique
À la suite des recherches documentaires, un certain nombre de documents
vont s'accumuler sur le bureau (bureau physique mais aussi le bureau virtuel
de l'ordinateur).
Lorsqu'il s'agit d'une dizaine de références, il n'y a pas réellement de
problème d'organisation. Si le nombre de documents est plus élevé, il faut
nécessairement s'organiser.
a. Les méthodes informelles
La méthode la plus classique consiste à prendre des notes (sous forme de
référence bibliographique ou non) avec un logiciel de traitement de texte ou
24
Gérer
un tableur. Cette méthode plutôt artisanale est la plus simple. Elle remplace
les traditionnelles "fiches de lecture". Elle peut facilement être remplacée par
l'utilisation de logiciels spécialisés.
b. Les logiciels spécialisés
Les logiciels de gestion bibliographique apportent des fonctions qu'il est
impossible de mettre en œuvre avec un traitement de texte ou un tableur.
Ces logiciels proposent des fonctions d'importation, de gestion et de
présentation des références bibliographiques avec la possibilité de lier ces
références avec des documents enregistrés sur l'ordinateur ou sur Internet.
Ils peuvent aussi être intégrés aux traitements de texte pour produire
automatiquement les bibliographies des travaux.
Il existe une multitude de logiciels de gestion bibliographique. On peut les
classer en trois catégories : les logiciels propriétaires payants (EndNote,
Reference Manager, RefWorks...), les logiciels open source (BibTeX, JabRef,
Zotero...) et les logiciels propriétaires gratuits (Mendeley). Certains logiciels
sont liés à une base de données de références bibliographiques en ligne
(Web) alimentée par les utilisateurs eux-mêmes (par exemple : Mendeley,
Zotero ou CiteULike).
Pour choisir et adopter un logiciel de gestion de bibliographie, il faut vérifier
qu'il soit capable :
• de gérer tous les types de documents (article, colloque, thèse, livre,
rapport...) ;
• de s'intégrer aux traitements de texte pour générer des bibliographies ;
• de gérer la majorité des formats bibliographiques (APA, Harvard...) et le
cas échéant, les adapter ou en créer de nouveaux ;
• d'importer et d'exporter des fichiers bibliographiques dans les formats les
plus courants (BibTeX, Refr/BibIX, MODS, RIS) ;
• d'importer directement les métadonnées à la suite d'une recherche dans
une base de données (bibliographies analytiques, bases de sommaires ou
moteur de recherche scientifique) ;
• de lier les références aux documents (sur le disque dur ou avec un lien
URL vers un document en ligne) ;
• d’effectuer des recherches (auteur, titre, résumé…) dans la base de
données ;
• de permettre l'ajout de notes et de commentaires ;
• de gérer les fichiers pdf (recherche textuelle, annotations, copié-collé…) ;
25
Gérer
• de partager sa bibliographie avec des groupes fermés ou ouverts à
l'ensemble des utilisateurs d'un réseau social (C'est le cas de Mendeley
et de Zotero).
Figure 2.1. L'interface Mendeley (logiciel propriétaire mais
gratuit).
Il faut aussi vérifier le cout de la licence lorsque le logiciel est payant. Le choix
d'un logiciel n'est cependant pas définitif. Il est toujours possible de changer
de logiciel en exportant les données d'un logiciel et les important dans un
autre. Le transfert automatiques des documents attachés (des fichiers pdf le
plus souvent) est parfois problématique.
3. Les outils de veille
La veille documentaire consiste, après une recherche documentaire
exhaustive, à surveiller l'apparition de nouvelles informations, de nouveaux
documents sur un sujet en particulier.
Il existe actuellement, grâce aux progrès d'Internet et au Web, de nombreux
outils pour aider l'utilisateur à "surveiller" des sources d'information les plus
diverses.
À côté des réseaux sociaux tels que Twitter, LinkedIn, ResearchGate ou
MyScienceWork qui permettent de suivre des personnes ou des sujets en
26
Gérer
particulier, les flux RSS et les systèmes d'alerte sont spécifiquement dédiés
à la veille documentaire.
a. Les flux RSS ou Atom
1
Les flux (ou fils) RSS ou Atom (les principales normes actuellement)
permettent d'être tenu au courant de tout changement sur un site Web ou une
2
partie d'un site Web. Ce sont des fichiers (XML ) produits par le site Web (le
site d'un éditeur, un blog, un site d'actualité...) qui sont lisibles par différents
programmes installés sur un ordinateur.
Figure 2.2. Un écran Netvibes avec plusieurs flux RSS.
On peut lire (suivre) ces flux avec des portails Web personnalisés comme
Netvibes, Feedly ou Bloglines ou certains navigateurs et gestionnaires de
courriel auxquels on ajoute une nouvelle fonction ("module complémentaire"
ou "plugin").
Pour accéder à ces flux, il faut entrer l'adresse Internet (l'URL) du flux ou
s'abonner à ce flux à partir du site Web qui le produit (il faut alors préciser le
nom du logiciel ou de l'application qui lira le flux).
Les lien RSS sont identifiables sur les site web avec l’icône :
b. Les systèmes d'alerte
Les systèmes d'alerte utilisent la technique des flux (voir ci-dessus) ou
l'envoi d'un courrier électronique, parfois les deux. Ils évitent de devoir répéter
1
RSS est l’acronyme de "Really Simple Syndication".
XML est l’acronyme de "eXtensible Markup Language". C’est un langage à balises étendu qui améliore le
langage HTML (des pages web). Il permet de définir de nouvelles balises. Il est utilisé pour créer des page
web mais aussi des bases de données ou des documents structurés (comme ce manuel).
2
27
Gérer
une recherche et permettent surtout d'être tenus au courant de l'ajout d'une
nouvelle information, de la parution d'un nouveau document.
Avec un moteur de recherche
Certains moteurs de recherche généralistes (Google [http://
www.google.com] et Google scholar [http://sholar.google.com] par exemple)
permettent de créer une ou plusieurs alertes sur base d'une requête (qui
peut être complexe). Il faut préciser une question (voir "recherche avancée"
du moteur de recherche), la fréquence des alertes (immédiate, quotidienne,
hebdomadaire) et l'adresse courriel à laquelle l'alerte doit être envoyée. Cette
alerte n'est pas liée à une page Web en particulier comme un flux RSS, mais
au moteur de recherche lui-même.
Figure 2.3. Création d'une alerte avec Google scholar.
Avec les bases de données
Les bases de données proposent aussi des systèmes d'alerte parfois appelés
"Diffusion Sélective de l'Information" (DSI).
Lorsque vous avez effectué une recherche dans une base de données, vous
l'enregistrez (après vous être identifié). Vous demandez ensuite au système
de poser la même question. À intervalles réguliers, le système enverra le
résultat de cette interrogation à votre adresse courriel.
28
Gérer
Chez les éditeurs
Les éditeurs (de livres ou de périodiques) peuvent aussi proposer un service
d'alerte. Il est généralement basé sur la technique des flux (voir plus haut).
Il faut être attentif à la durée de validité des alertes. L'opérateur n'informe pas
toujours l'utilisateur de la fin de la période d'"observation".
29
Chapitre 3. Rédiger
1. Bien débuter
Ce chapitre traite plus particulièrement de la rédaction d'un article. Les
principes énoncés sont cependant transposables aux autres types de
1
documents comme le travail de fin d'études, le rapport ou la thèse .
Rédiger un article c'est avant tout faire passer une idée nouvelle, une
information originale. Le titre, le résumé et la démonstration (basée sur
le schéma IMReD) de l'article doivent être conçus dans ce seul but :
une idée, une information.
Avant de commencer la rédaction d'un article, plusieurs décisions doivent
être prises. Il faut déterminer le type d'article et la liste des auteurs. Il faut
ensuite choisir la revue à laquelle l'article sera soumis.
Il faut enfin bien identifier les autorisations de reproduction (tableaux, figures,
photographies...) à demander parce que ces demandes prennent beaucoup
de temps.
a. Le type d'article
Avant de débuter la rédaction, il faut choisir le type d'article. Dans une revue
scientifique, à côté des recensions, notes de lecture ou annonces diverses,
on va trouver trois types bien distincts d'articles :
• les articles de recherche qui présentent des résultats originaux (a priori ou
a posteriori) ;
• les articles de synthèse bibliographique qui présentent un état de l'art sur
un problème ou un sujet donné ;
• les notes de recherche ;
• on rencontre également des articles méthodologiques. Ils décrivent une
méthode originale (protocole, plan expérimental, méthode statistique, …)
sans nécessairement la mettre en œuvre (résultats).
L'article de recherche sera :
• un article a priori s'il est produit directement à partir des données de la
recherche, sans passer par un rapport de recherche. C'est le cas le plus
fréquent ;
• un article a posteriori s'il est produit à partir d'un rapport de recherche qui
sera en général un compte rendu exhaustif de la recherche (Dubois, 2005).
1
En tenant compte aussi des instructions spécifiques à ces types de documents.
30
Rédiger
Les paragraphes qui suivent décrivent par le menu la rédaction d'un article
de recherche.
La plupart des règles présentées sont aussi utilisées pour les articles de
synthèse et les notes de recherche. Un chapitre particulier leur est consacré.
b. La liste des auteurs
Le choix des auteurs de l'article doit parfois faire l'objet de négociations. La
décision doit impérativement être prise avant le début du travail. Idéalement,
la liste des auteurs est reprise dans le programme ou la convention de
recherche.
Pour Day (2008), pour être considéré comme auteur :
• il faut avoir joué un rôle central dans la détermination des hypothèses ;
• avoir contribué à l'obtention, à l'analyse et à l'interprétation des résultats ;
• avoir participé à la rédaction d'une partie significative de l'article.
L'auteur doit aussi avoir participé à la révision de l'article de manière
substantielle sur le fond autant que sur la forme.
L'ordre d'apparition des auteurs est important. Le premier auteur :
• est celui à qui le travail a été confié ;
• a réalisé la majeure partie du travail scientifique ;
• a rédigé les différentes parties de l'article.
Il faut être attentif au fait que pour les citations, seul le nom du premier auteur
apparait. De même, dans les bibliographies, si le nombre d'auteurs dépasse
cinq voire quatre (suivant la règle suivie), seul le premier apparait. Le premier
auteur sera aussi le seul à pouvoir intégrer l'article dans un travail doctoral.
Apparaitre comme premier auteur est donc très important.
Les coauteurs sont indiqués dans l'ordre de l'importance de leur
participation. Day (2008) propose, pour éviter d'avoir à trancher sur ce point
délicat, que l'ordre alphabétique soit préféré. En principe, l'ordre hiérarchique
est exclu mais dans la pratique, il apparait régulièrement que le supérieur
hiérarchique figure en dernier lieu. On peut considérer cet ajout comme une
caution, utile pour les jeunes chercheurs.
L'inclusion d'un nom dans la liste des auteurs ne doit pas être confondue
avec la liste des remerciements (qui vient avant la bibliographie). Toutes les
personnes qui ont contribué à la recherche ou à la rédaction, mais de manière
non substantielle (une manipulation, une aide en statistique, une lecture pour
corrections, etc.), peuvent être remerciées à la fin de l'article.
31
Rédiger
c. Le choix de la revue
Contrairement à un texte littéraire, un article ne peut être soumis qu'à une
seule revue. C'est avant le début de la rédaction qu'il faut choisir la revue à
laquelle l'article va être soumis.
Le choix de la revue, c'est le choix du public (type de lecteurs), du niveau
de l'article (complexité de l'analyse) et de la langue. C'est aussi la méthode
de validation scientifique des articles. La première question à se poser est
donc de savoir s'il y a un comité de lecture et un peer reviewing. C'est un
critère incontournable qui rend rédhibitoire le choix de certaines revues sans
processus de validation.
Bien d'autres critères doivent aussi guider le choix d'une revue. Par ordre
d'importance, on doit se pencher sur :
• la gestion des droits :
• revue qui propose, à l'auteur, un contrat clair où sont précisés les droits
cédés ;
• revue en libre accès ou à tout le moins éditée par un éditeur qui autorise
le libre accès à une version post-print (auteur ou éditeur) dans un dépôt
ou dans un répertoire institutionnel,
• la reconnaissance internationale :
• revue qui a un facteur d'impact ;
• revue qui est présente dans les principales bibliographies du domaine,
• l'audience :
• revue spécifique à un domaine ou revue généraliste qui couvre plusieurs
domaines ;
• revue qui publie en anglais (pour la visibilité internationale) ou bilingue
français/anglais (pour son accessibilité dans les pays francophones),
• le type de diffusion :
• revue avec une large diffusion, avec un tirage élevé et/ou bien présente
sur Internet ;
• revue qui publie avec une bonne fréquence (plus de chance de paraitre
rapidement) ;
• revue qui publie rapidement (de préférence entre trois et six mois), même
s'il est clair que le processus de peer reviewing est celui qui prend le
plus de temps,
32
Rédiger
• le type d'édition :
• revue qui effectue une mise en pages professionnelle (pas une simple
impression de votre mise en pages) ;
• revue qui ne limite pas trop le nombre de pages ;
• revue qui autorise l'utilisation de la couleur (de préférence sans surcout) ;
• revue qui publie les illustrations avec une qualité suffisante.
Figure 3.1. ou-publier.cirad.fr [http://ou-publier.cirad.fr].
Pour trouver la revue qui convient le mieux, on peut consulter des listes de
revues du domaine, consulter les bibliographies, voir dans quelles revues les
articles de collègues ont été publiés ou consulter les sites des revues pour
vérifier les différents critères présentés ci-dessus.
D'un domaine à l'autre, la démarche pourra être différente. Il ne faut pas
hésiter à demander à des collègues. Il ne faut pas non plus hésiter à innover
et faire le pari du libre accès, même si ce n'est pas une habitude locale.
Le cout sera aussi un critère de décision important.
33
Rédiger
Certaines revues commerciales demandent une participation aux frais, quel
que soit le nombre de pages ou seulement si l'article dépasse un nombre de
pages fixé par l'éditeur.
D'autres demandent un supplément pour l'impression d'illustrations en
couleur.
Il y a enfin des revues qui demandent une participation aux frais d'édition (voir
le modèle inversé) pour mettre les articles en libre accès.
d. Délimiter le sujet de l'article
Pour rappel : un article ne doit présenter qu'UN SEUL message, il
répond à UNE question. S'il y a plusieurs messages, il faut écrire
plusieurs articles.
Avant de débuter le travail de rédaction, il faut aussi déterminer le message
sur lequel va porter l'article et donc déterminer avec précision le sujet de
l'article, l'objectif de celui-ci, la nouveauté qu'il apporte et l'hypothèse qui va
être démontrée.
e. Les autorisations
Le respect du droit d'auteur est incontournable. L'éditeur demandera toujours
si l'auteur possède les droits pour toutes les illustrations (photographies,
tableaux, graphiques, dessins, cartes...) ou s'il a obtenu l'autorisation de les
reproduire.
Les démarches pour obtenir ces autorisations sont souvent longues (ayants
droit difficiles à identifier ou à joindre). Elles doivent donc débuter dès que
possible pour ne pas retarder le processus d'édition.
f. Un outil
2
Un article doit avoir une structure parfaite. Il existe des éditeurs de "cartes
mentales" (ou "cartes heuristiques") qui facilitent la rédaction suivant un
schéma structuré.
Ces cartes peuvent être utilisées collectivement par plusieurs auteurs.
Elles peuvent être exportées sous la forme d'un texte structuré (l'article), d'un
graphique ou d'une page Web.
2
Il existe une série de logiciels libres comme Freeplane [http://freeplane.sourceforge.net/], Freemind, XMind,
VYM (View Your Mind) ou HyperGraph qui permettent de créer ces cartes heuristiques. On peut facilement
se familiariser avec cette technologie avec le site Web Framindmap.org [http://www.framindmap.org].
34
Rédiger
Figure 3.2. Un exemple de carte mentale réalisée avec le
logiciel Freeplane.
Il existe un autre outil en plein développement, Docear [http://
www.docear.org/]. Il combine les fonctionnalités d’un éditeur de cartes
mentales (Freeplane [http://freeplane.sourceforge.net/]) et celle d’un
gestionnaire de bibliographie (JabRef [http://jabref.sourceforge.net/]). Cette
conjonction en fait un outil très puissant d’aide à la rédaction.
2. La structure de l'article
Toutes les revues de rang A en sciences et sciences appliquées
(soit approximativement 35 000 revues d'après UlrichsWeb [http://
ulrichsweb.serialssolutions.com]), demandent à leurs auteurs de respecter
des standards de rédaction internationalement adoptés, basés sur près de
350 ans de pratique éditoriale (le Journal des Savants paraissait pour la
première fois en 1661).
Pour les revues biomédicales par exemple, le Vancouver Group a, en 1979,
élaboré un ensemble de conseils sous la forme d'instructions aux auteurs.
Ces recommandations reprises dans l'Uniform Requirements for Manuscripts
Submitted to Biomedical Journals [http://www.icmje.org/], sont suivies par
plus de 500 revues scientifiques (qui y adhèrent).
Organisé pour permettre aux relecteurs de faire des observations et de
répéter les expérimentations, le modèle IMReD a standardisé le processus
de rédaction et favorise l'évaluation de la qualité du travail de recherche.
Chaque article de recherche est divisé en parties qui jouent chacune un
rôle précis. Le modèle IMReD (IMRaD pour les anglophones) standardise la
construction de la partie centrale (le corps) de l'article.
Cet acronyme représente les parties :
35
Rédiger
• Introduction ;
• Matériel et méthodes ;
• Résultats ;
et/and
• Discussion.
Figure 3.3. Les quatre parties, les quatre étapes de la
démonstration.
Le corps du texte est précédé d'une partie liminaire (titre, auteur(s), résumé
et mots-clés) et complété par les éventuels remerciements, la bibliographie
(voir le chapitre 4) et les annexes.
Un articles de synthèse bibliographique suit un autre plan. Il est, le plus
souvent, structuré en trois parties :
• Introduction ;
• Littérature ;
• Conclusions ;
3. La partie liminaire
Chaque élément de la partie liminaire sera repris tel quel dans les bases
de données. Il convient donc de les rédiger avec soin parce qu'ils
constitueront (le titre d'abord, le résumé et les mots-clés ensuite) le
premier contact avec le lecteur qui pourra alors choisir de poursuivre
sa lecture ou d'en rester là.
a. Le titre
Il faut avoir choisi un titre provisoire avant le début du travail.
36
Rédiger
Le choix du titre définitif s'imposera de lui-même après la rédaction des
conclusions. Le titre doit être court, clair, synthétique avec un éventuel soustitre plutôt qu'un titre trop long.
Figure 3.4. La première page, avec la partie liminaire, d'un
article.
37
Rédiger
D'une manière générale, la tendance est à la rédaction de titres de plus en
plus longs, jusqu'à 25 mots, donnant de plus en plus d'informations.
Le titre présente le message principal de l'article et doit contenir au moins
trois éléments essentiels :
• le nom de l'organisme étudié ;
• l'aspect ou le système étudié plus précisément pour cet organisme (y
compris les particularités géographiques) ;
• les variables en jeu.
Le titre est informatif ou descriptif. Il peut reprendre une partie des résultats
s'ils sont particulièrement significatifs. Par exemple :
• "Le blé dur, influence de la température et de l'humidité"
• "Étude des facteurs favorisant le développement du blé dur"
• "Une température élevée favorise la croissance du blé dur"
Le titre peut aussi être incitatif et être rédigé sous la forme d'une question
pour attirer le lecteur. La forme interrogative reste une exception.
Il faut parfois aussi rédiger un titre courant, plus court, qui sera imprimé en
en-tête, une page sur deux.
b. Les auteurs
Le nom des auteurs est complété par leur affiliation. L'affiliation est l'adresse
professionnelle de l'auteur.
L'affiliation est indiquée de manière précise pour permettre au lecteur de
prendre contact avec les auteurs mais aussi pour permettre une identification
unique d'une institution dans les bases de données (pour Gembloux c'est :
"Université de Liège, Gembloux Agro-Bio Tech, département et/ou unité et/
ou laboratoire, adresse). Au moins un des auteurs indiquera son adresse de
courrier électronique.
La constitution de la liste des auteurs est discutée plus haut.
c. Le résumé
Le résumé comporte entre 100 et 250 mots suivant les revues. Il ne faut en
tout cas pas dépasser les 300 mots.
Il est généralement rédigé en deux langues, voire trois (certaines revues
peuvent se charger elles-mêmes de la traduction).
Le résumé doit répondre aux questions suivantes :
38
Rédiger
• Pourquoi cette expérimentation, cette recherche et pourquoi est-ce
important ?
• Qu'a-t-il été fait et comment ?
• Qu'a-t-il été trouvé ?
• Que signifient ces résultats ?
Pour un article de recherche, le résumé reprend les quatre parties de l'article
(Introduction, Matériel et méthodes, Résultats et Discussion).
Pour mettre en avant cette structure, certains éditeurs imposent aux auteurs
de rédiger un "résumé structuré" (ou "structured abtract") où cette division
en parties apparaît clairement (avec titres et paragraphes).
La structure imposée est généralement la suivante (Nakayama et al., 2005)
avec, dans l’exemple ci-dessus (Figure 3.4.), une division de l’introduction en
deux parties distinctes :
• Sujet (Background) ;
• Objectifs (Objectives) ;
• Méthodes (Methods) ;
• Résultats (Results) ;
• Conclusions (Conclusions).
Le résumé ne peut pas faire référence à un tableau ou à une citation. Il doit
être compréhensible sans le texte de l'article.
S'il n'y a pas de conclusions définitives, il convient de signaler dans le résumé
que les résultats sont discutés.
d. Les mots-clés
Les mots-clés sont des termes au singulier qui décrivent au mieux le message
et le contenu de l'article. Il y a entre trois et dix mots-clés pour un article.
La démarche pour déterminer ces mots-clés sera la même que celle qui est
utilisée lors de la recherche documentaire.
Comme le titre et le résumé, ils sont souvent repris tels quels dans les bases
de données et les moteurs de recherche. Ils doivent donc être choisis avec
soin pour augmenter la visibilité de l'article.
Ils peuvent (ou doivent suivant les éditeurs) être choisis dans une liste ou
dans un thésaurus de descripteurs, citons par exemple :
39
Rédiger
• le thésaurus de l'UNESCO [http://databases.unesco.org/thesfr/] ;
• Agrovoc [http://aims.fao.org/standards/agrovoc/functionalities/search], le
thésaurus de la FAO ;
• MESH [https://www.nlm.nih.gov/mesh/], le thésaurus de la National Library
of Medicine.
4. Le corps du texte (article de
recherche)
Le corps du texte d'un article en constitue la substance. Il est composé
exclusivement des quatre parties du modèle IMReD.
a. Introduction
Le rôle de l'introduction est de présenter la question qui est posée et de la
replacer dans le contexte de ce qui est déjà connu (revue de la littérature).
L'introduction situe le contexte, la nature et l'importance du problème posé.
L'utilisation de la méthode des "5W" (Why ? What ? Who ? When ? Where ?)
est souvent utile pour ne rien oublier.
L'introduction doit donc :
• indiquer le problème : de quoi parle-t-on exactement ? ;
• se référer à la littérature publiée : ce que l'on sait déjà ;
• présenter la ou les hypothèse(s) : la question qui est posée.
Il ne faut cependant pas se perdre dans la littérature sur le sujet. L'objectif de
l'introduction est d'aider le lecteur à bien se situer dans la recherche décrite et
non dans toute l'étendue et l'historique du sujet (ce qui est plutôt l'objectif
d'une revue bibliographique).
Cette partie permet de justifier le choix de l'hypothèse et de
la démarche scientifique.
L'hypothèse présentée, et qui sera vérifiée, a un rôle central dans le
processus de recherche. Elle doit être exprimée clairement et sans ambigüité
("l'élévation de la température augmente la vitesse de germination du blé
dur").
Dans la dernière phrase de l'introduction, il est possible de glisser un mot,
très court, sur les conclusions ; le lecteur pourra en effet mieux apprécier les
40
Rédiger
éléments qui suivent s'il peut anticiper les conclusions (Booth, 1975 ; Day,
2008 ; Malov, 2001).
b. Matériel et méthodes
Dans cette partie, il faut décrire, dans l'ordre, ce qui a été réalisé au cours
de l'expérimentation. Il faut clairement expliquer ce qui a été fait et comment,
en omettant les détails superflus.
L'objectif est de permettre à un autre chercheur de reproduire les
résultats obtenus et d'utiliser la même méthode dans une autre
expérimentation.
La description du protocole expérimental (Dagnelie, 2003) doit contenir :
• les conditions de réalisation de l'expérience ou de la recherche ;
• les individus qui ont été observés (population, échantillonnage...) ;
• l'organisation de l'expérimentation (durée,
d'observations, d'échantillons, de répétitions...) ;
traitements,
nombre
• les observations qui ont été réalisées (variables dépendantes et
indépendantes) et les modalités de collecte de ces observations ;
• les outils (principalement statistiques) d'analyse des observations ;
• l'incertitude relative et la précision des instruments.
Il faut bien justifier le choix de la méthode (y compris les méthodes
statistiques) ou d'un type de matériel si des alternatives raisonnables existent
(O'Connor, 1991).
Il ne faut pas récrire tous les détails d'un protocole déjà bien décrit dans la
littérature. La simple citation et une description brève – en quelques mots –
avec un renvoi à une référence sont suffisantes.
Si le protocole a été adapté, il faut être plus précis et décrire les différences
(Malov, 2001).
c. Résultats
Dans cette partie :
• pour permettre au lecteur de lire les résultats sans être influencé, les
données ne sont pas discutées, ni interprétées, ni commentées ;
• il n'y a pas de références bibliographiques ;
41
Rédiger
• les résultats sont préférentiellement présentés sous forme de tableaux ou
de figures.
Pour un manuscrit de six pages, ne pas utiliser plus de quatre illustrations
(Crouzet, sd).
Figure 3.5. Une présentation de résultats (Moh, 2011).
Les tableaux et figures (graphiques, cartes, dessins ou photographies)
sont utilisés pour illustrer le texte. Il faut préférer une figure à un tableau,
sauf si ce tableau apporte des informations supplémentaires. Il faut à tout
prix éviter les informations redondantes (texte, tableau et figure).
Dans le texte, il faut décrire les résultats présentés dans les tableaux et
figures mais ne pas répéter les données que l'on peut y lire. Il faut attirer
l'attention du lecteur sur ce qu'il doit regarder en particulier.
42
Rédiger
Avant d'entamer la lecture complète d'un article, le lecteur va
généralement, après avoir lu le titre et le résumé, consulter les tableaux
et les figures. Leur choix est donc essentiel. Ils doivent être lisibles
indépendamment du texte (Malov, 2001).
Lors de la rédaction finale, il ne doit y avoir ni trop ni trop peu d'illustrations.
Il doit être possible de prendre correctement connaissance du contenu par la
lecture des seuls tableaux et figures.
À moins que ces informations n'aient un intérêt particulier, il ne faut pas
décrire ce qui n'a pas fonctionné, les résultats non significatifs et sans intérêt
(Malov, 2001).
d. Discussion et conclusions
Cette partie est celle dans laquelle l'auteur a le plus de libertés. Elle ne doit
pas être longue mais doit contenir tous les arguments de la démonstration.
Il ne faut pas résumer les résultats mais y faire référence et expliquer pourquoi
les nouveaux résultats améliorent la connaissance scientifique (Malov, 2001).
Si l'introduction contient une question, c'est dans cette partie que la
réponse doit se trouver.
La discussion :
• doit au minimum mettre en rapport les résultats et l'hypothèse de départ et,
si celle-ci est rejetée, apporter une explication ;
• doit aussi expliquer des résultats ou observations non attendus ;
• doit faire le lien avec les recherches précédentes ;
• doit être critique, présenter les limites de la recherche réalisée (sans
dénigrer le travail réalisé).
"Can my hypothesis be refuted? Can my results have another
explanation?" (Booth, 1975). Il ne faut donc éliminer aucune piste et
envisager toutes les hypothèses plausibles, faire preuve de créativité.
Si la discussion est courte, elle peut être présentée dans les conclusions.
La conclusion est essentielle, elle sera peut-être citée dans de
nombreux articles et ouvrages. Sa rédaction doit donc être réalisée
avec le plus grand soin.
Les informations présentées dans le résumé, l'introduction et la discussion
peuvent même être paraphrasées dans cette partie. Il ne doit cependant pas
s'agir d'un résumé mais plutôt d'un summary.
43
Rédiger
Les résultats qui ne sont pas statistiquement significatifs peuvent aussi être
discutés s'ils peuvent suggérer quelque chose d'intéressant. Ils ne peuvent
en aucun cas être à la base de la discussion ni servir de preuve.
Il ne devrait pas y avoir de répétitions entre la partie résultats et la partie
discussion. Certaines revues, pour les articles courts, font un seul chapitre
de ces deux parties (Résultats et Discussion).
e. La note de recherche
Le cas particulier de l'article de recherche est la note de recherche. Le choix
de rédiger une note de recherche peut être justifié par :
• un manque de résultats pour rédiger un article de recherche ;
• des travaux pour lesquels la méthode n'est pas nouvelle mais pour lesquels
un apport est fait par rapport à une variété ou une région.
Dans un environnement compétitif, une note de recherche peut aussi être
préliminaire à un article de recherche plus complet.
C'est une communication courte qui ne dépasse pas deux à trois pages
(illustrations et bibliographie comprises), soit un maximum de plus ou moins
100 mots.
Le schéma suit le modèle IMReD comme pour un article de recherche mais
avec deux à trois illustrations (tableaux ou figures) au maximum.
L'évaluation est identique à celle d'un article de recherche (avec comité de
lecture).
5. L'article de synthèse
bibliographique
a. Principe
L'objectif d'un article de synthèse est de faire le point sur l'état des
connaissances scientifiques dans un domaine bien précis et dégager les
directions particulières prises dans ce domaine. Le sujet doit donc être bien
déterminé dès le départ.
L'article de synthèse ne repose pas sur une expérimentation mais il
doit néanmoins être original. Il doit proposer des analyses et le point
de vue de l'auteur. Il ne peut pas reprendre une synthèse déjà réalisée
par un autre auteur mais peut y faire référence.
44
Rédiger
L'article de synthèse est souvent plus long qu'un article de recherche et sa
3
liste bibliographique est également plus longue .
Son titre correspond avec exactitude au domaine étudié et les objectifs de
l'article sont décrits dans le résumé et l'introduction.
Dans le cas d'une thèse (premier chapitre), il situe la recherche dans ce qui
est déjà connu sur le sujet. Cette synthèse ne doit pas nécessairement être
exhaustive. Elle doit bien démontrer l'intérêt du travail.
Avec un article de synthèse bibliographique, un doctorant démontre son
expertise sur le sujet.
b. Structure
Le schéma ne suit pas le modèle IMReD qui est peu adapté à ce genre
d'article. Il peut suivre le modèle ILPIA (Introduction, Littérature, Problème,
Implication, Avenir) qui est mieux adapté. Il faut en tout cas qu'il y ait au
minimum trois sections :
• une "Introduction" précisant bien le sujet, les limites et la portée de la
recherche. Cette introduction présente aussi le choix de la structuration
de la partie "Littérature" et la méthodologie utilisée pour la recherche
documentaire (mots-clés, bases de données et sources particulières) ;
• le corps de l'article, souvent appelé "Littérature", qui propose une
discussion sur les différentes sources retenues. Dans cette partie, les
informations sont organisées et regroupées en fonction de l'évolution dans
le temps, suivant les points de vue et les écoles et en fonction des différents
aspects du sujet ;
• des "Conclusions" (ou "implications" et "avenir") qui résument les
principaux apports de la littérature, identifient les zones d'accords et les
zones de controverses et précisent les questions qui attendent encore des
réponses.
c. Démarche
L'article de synthèse repose avant tout sur une bonne recherche
documentaire. Il faut obtenir et lire les documents originaux, bien les
comprendre et les analyser, trier et organiser l'information.
Les sources doivent être sélectionnées à partir d'une critique attentive. Un
article de synthèse est une étude critique de sources valides et impartiales.
L'apport de l'auteur doit être clairement identifiable.
3
La revue BASE [http://www.bsa.ulg.ac.be/ojs/index.php/base] impose néanmoins une limite de 50
références bibliographiques pour inciter les auteurs à garder une approche synthétique.
45
Rédiger
Les illustrations (figures et tableaux) ne sont pas indispensables mais
peuvent être utilisées si elles complètent le discours.
Les citations sont courtes (quelques lignes, limite imposée par la législation
sur le droit d'auteur) et toujours de première main (document en main). Les
citations de seconde main sont utilisées avec précaution et ne sont pas
reprises dans la bibliographie. Elles sont reprises en notes de bas de page.
Comme l'article de synthèse n'est pas une suite de descriptions mais une
analyse critique, il faut éviter de commencer toutes les phrases avec un nom
d'auteur.
L'article est rédigé en tenant compte de toutes les règles de rédaction d'un
article scientifique. Il sera évalué par le comité de lecture comme un article
de recherche.
6. Rédiger
Avant d'entamer la rédaction proprement dite, il faut avoir en tête le message
principal et la structure de l'article, rédiger les sous-titres des parties et en
quelques phrases, les contenus qui y seront abordés, choisir, pour la partie
"résultats", les graphiques et tableaux qui seront utilisés.
Il ne faut présenter qu'une seule idée par paragraphe. Dans les textes en
anglais, l'idée maitresse se trouve dans la première phrase du paragraphe.
Cela rend le texte plus facile à lire et évite des développements parfois
inutiles.
Écrire une communication scientifique, c'est aussi un état d'esprit. Il faut
impérativement se mettre à la place du lecteur, le reste devrait en découler
automatiquement. La rédaction reste cependant un long cheminement qui se
déroule étape par étape, progressivement pour chaque partie.
Il s'agit de trouver le ton juste et de faire preuve de rigueur. En matière
de style, il faut veiller à la lisibilité et à la clarté du texte (Labasse, 2001).
La précision est aussi essentielle.
a. La lisibilité
La lisibilité est assurée par un choix judicieux du vocabulaire, en
utilisant le lexique du public cible, et par une syntaxe ne demandant
pas au lecteur des efforts de mémoire inutiles.
Les phrases courtes, de structure simple, sont donc de loin préférables aux
longues démonstrations. Il ne s'agit pas d'écrire un roman (Ricordeau, 2001).
Pour que le texte soit lisible, le vocabulaire choisi doit être adapté au lecteur.
La lisibilité d’une phrase augmente si :
46
Rédiger
• le nombre de mot diminue ;
• la longueur de ces mots diminue également.
4
Il existe des formules et des logiciels pour mesurer ce niveau de lisibilité .
b. La clarté
La clarté permet une meilleure compréhension du texte. Le texte doit
être cohérent et sans ambigüité.
Il ne peut pas y avoir de phrases équivoques. Lorsqu'on écrit : « la
température a baissé : la réaction s'est ralentie », cette phrase est ambigüe.
Quelle est la cause, quel est l'effet ? Faut-il remplacer les ":" par "donc", "car",
"mais" ?
Le lecteur doit par ailleurs pouvoir se représenter ce qui est écrit. Les
descriptions doivent être précises et faire référence aux connaissances et à
l'expérience du lecteur.
c. La précision
La précision ne laisse aucune place à l'approximation et au doute.
Pour éviter les imprécisions, il faut bannir du vocabulaire les adverbes
"quelques", "certains", "plusieurs" ou "beaucoup" qui sont sujets à
subjectivité. Il faut impérativement donner un nombre, une quantité précise.
Il faut par contre éviter de rentrer dans des descriptions trop précises qui
n'apportent rien à la démonstration ou à la compréhension.
d. Le style
Un paragraphe ne développe qu'une seule idée. Pour améliorer la lecture du
texte, la première phrase du paragraphe (la plus visible) peut le résumer et
la dernière annoncer le paragraphe suivant.
Les conjonctions "et", "qui" et "que" peuvent souvent être remplacées par un
point pour rédiger deux phrases plus concises. Des phrases courtes rendent
la lecture plus aisée.
Il faut impérativement éviter d'utiliser des phrases qui ne contribuent pas
à la compréhension. Il ne faut pas hésiter à raccourcir (ou à supprimer
complètement) certaines phrases ou parties de phrases. Par exemple "le fait
que..." est à supprimer ou "en vue de..." à raccourcir simplement par "pour...".
4
Voir par exemple : http://labs.translated.net/lisibilite-texte/
47
Rédiger
Figure 3.6. Exemple de correction de style.
Dans la construction des phrases, il faut utiliser les verbes "être", "avoir"
et "faire" avec parcimonie. Ils peuvent être remplacés par des verbes plus
précis. De même, les verbes "pouvoir" et "permettre" suivis d'un infinitif
gagnent à être remplacés par ce verbe conjugué.
Figure 3.7. Exemple de correction de style.
Le titre d'un tableau de résultats ne doit pas commencer par "Résultats de...".
En bref, ne pas utiliser plus de mots que nécessaire (Malov, 2001).
Les temps
Les données communément admises (la partie bibliographique par exemple)
sont écrites au présent.
exemple : "Lavee et al. (1978) affirment que la germination des grains de
pollen de l’olivier est plus active quand le milieu contient des stigmates
écrasés."
La description de l'expérimentation est faite au passé (passé composé en
français, preterit en anglais).
48
Rédiger
exemple : "Les grains de pollen ont été ensemencés sur des milieux
contenant trois concentrations différentes de composés phénoliques."
Les personnes
Les verbes sont conjugués de préférence à la voie passive afin d'éviter
d'utiliser la première personne (je ou nous) dans la phrase.
Il convient donc de remplacer, par exemple, "nous avons mesuré la longueur
des feuilles toutes les 24 h" par "la longueur des feuilles a été mesurée toutes
les 24 h".
La règle qui veut qu'on évite d'utiliser la première personne "qui donne
une connotation subjective contraire aux principes mêmes de la méthode
expérimentale" (Reding, 2006), est une règle immuable, en principe
respectée par tous.
Certaines revues tolèrent cependant l'utilisation de la première personne lors
de la description de ce qu'a réalisé l'auteur, ce n'est cependant pas la règle,
loin de là.
e. L'orthographe
Même si l'acquisition des compétences orthographiques est du ressort de
l'enseignement obligatoire, cet objectif n'est pas toujours atteint. Il faut être
particulièrement attentif à fournir un texte exempt de fautes orthographiques
d'usage et grammaticales, au risque de voir l'article refusé d'emblée, sans
autre analyse.
La majorité des éditeurs adoptent maintenant la nouvelle orthographe.
La nouvelle orthographe corrige certaines anomalies de l'orthographe
française (accents circonflexes, noms composés, nombres... voir : http://
www.orthographe-recommandee.info/). Il faut donc y être attentif.
Malgré les outils d'aide à la rédaction que proposent les logiciels modernes
de traitement de texte, il faut toujours travailler avec un dictionnaire et une
bonne grammaire pour contrôler le sens et l'orthographe des mots. Des
ouvrages orientés sur la rédaction comme "Savoir rédiger" de la collection
"Les indispensables" de Larousse sont également d'une aide précieuse.
Contrairement aux correcteurs orthographiques, les correcteurs
5
grammaticaux sont peu fiables. Ils tiennent compte de l'environnement des
6
mots mais ne parviennent à analyser les phrases que si elle sont simples .
5
Il existe en ligne des outils gratuits qui vérifient l’orthographe comme Scribens [http://www.scribens.fr/] ou
Reverso [http://www.reverso.net/text_translation.aspx?lang=FR].
6
D'autres fonctions du traitement de texte doivent également être utilisées avec prudence (la césure
automatique, la capitale automatique après un point...).
49
Rédiger
f. La relecture
Il est utile de soumettre un avant-projet de texte à un collègue ou à
une connaissance. À force d'être penché trop longtemps sur un texte,
des évidences n'apparaissent plus (il en est de même pour les fautes de
grammaire, d'orthographe ou de frappe).
Il faut laisser passer plusieurs jours avant de relire le texte.
La lecture à haute voix améliore la qualité du travail de relecture. Il faut, par
exemple, repérer les phrases qu'il faut relire deux fois (problème de lisibilité)
et les récrire.
Les erreurs les plus fréquentes sont les doubles négations ou les effets de
deux variables différentes sur deux sujets différents.
Pour repérer des fautes d'orthographe, de grammaire ou de frappe, la lecture
en sens inverse (commencer la lecture par la dernière phrase et remonter
vers le début du texte) est une technique assez efficace permettant de faire
partiellement abstraction du sens.
Lors d'une dernière lecture, il est intéressant de se poser les mêmes
questions que celles qui seront posées aux lecteurs qui devront évaluer le
travail.
7. Les illustrations
Les tableaux et figures (graphiques, dessins, photographies ou cartes) sont
utilisés pour soutenir la démonstration.
Les illustrations présentent toutes les données de la recherche et
doivent être compréhensibles sans le texte.
Il faut donc rédiger des légendes explicites et au besoin ajouter des repères
(flèches, annotations, etc.) nécessaires à la compréhension.
Pour les tableaux, le titre apparait au-dessus et pour les figures, il apparait
en dessous. Il se termine toujours par un point.
Pour les revues bilingues, le titre et les légendes sont traduits dans les deux
langues.
Les tableaux et figures sont transmis sur des pages séparées (et dans des
7
fichiers séparés) . Ils sont souvent retravaillés par l'éditeur tant pour des
raisons esthétiques que pour en améliorer la lisibilité.
7
S'ils sont intégrés dans le texte, il y a de grands risques pour qu'ils aient été modifiés par le logiciel de
traitement de texte et qu'ils soient inutilisables ou d'une qualité insuffisante.
50
Rédiger
L'utilisation, sans modification, d'une illustration reprise dans un autre
document doit toujours faire l'objet d'une autorisation (voir : droit de citation).
a. Les tableaux
L'ordre des colonnes dans le tableau doit être celui de la démonstration et
faire apparaitre clairement les conclusions.
Les données à comparer doivent être contigües et de préférence présentées
en colonnes.
Les unités doivent être bien choisies afin d'éviter les exposants (par exemple
2
pour l'unité de masse, il vaut mieux utiliser "5,1 kg" que "51 x 10 g").
Les unités doivent aussi être clairement indiquées et de préférence identiques
pour faciliter la comparaison. Les titres des colonnes doivent être concis pour
gagner de la place.
Pour rendre les tableaux plus lisibles, il est préférable de ne pas donner tous
les résultats (répétitions) mais une moyenne et une mesure de la variabilité.
Les tableaux sont souvent recomposés par l'éditeur. Il faut veiller à fournir
des tableaux propres, sans fonctions complexes (macro, formules, etc.).
Figure 3.8. Exemple de tableau (Jamar, 2010).
b. Les graphiques
Les histogrammes sont utilisés pour représenter des variables discrètes,
tandis que les courbes sont utilisées pour représenter les variations d'une ou
de plusieurs variables. Ils peuvent être tous les deux utilisés pour comparer
des variables.
Généralement, les variables indépendantes sont représentées sur l'abscisse
(axe horizontal ou axe des "x") et la variable dépendante sur l'ordonnée (axe
vertical ou axe des "y").
51
Rédiger
Pour les histogrammes et les graphiques, il faut être attentif (O'Connor,
1991) :
• à tenir compte des échelles : comme il s'agit d'une représentation
graphique, si deux graphiques ont des échelles différentes, il faut que la
représentation graphique (la taille) le soit aussi ;
• au choix des caractères : sur les abscisses et ordonnées, dans le graphique
et dans les légendes, il faut utiliser les mêmes caractères, de préférence
de la même taille, en minuscules et sans gras ni italique ;
• à ne pas représenter trop de valeurs pour les abscisses et les ordonnées
(au risque de rendre la lecture trop difficile) ;
• à ne pas oublier d'indiquer les unités utilisées sur les deux axes ;
• à utiliser des graphiques en noir et blanc (moins chers pour l'éditeur, alors
que la couleur est parfois inutile et n'apporte aucune nouvelle information)
et à utiliser des représentations (lignes, surfaces, etc.) et des symboles
contrastés (ronds, triangles, carrés, blancs ou noirs).
Figure 3.9. Exemple de graphiques (Goffin, 2010).
c. Les dessins et photographies
Le dessin et la photographie – avec impression argentique ou en diapositive
– peuvent être fournis au format original. Ils seront numérisés avec du
matériel professionnel.
52
Rédiger
Ils peuvent aussi être fournis sous forme numérique. L'image doit alors être
8
de très bonne qualité . Sur un écran, pour que l'œil ait une impression de
continuité, il faut que la densité de l'image soit au minimum de 72 pixels par
pouce (ppi). Pour un imprimé, pour avoir cette impression de qualité, il faut
au minimum 300 points par pouce (dpi).
Les illustrations issues d'Internet ont donc une résolution insuffisante pour
être imprimées (à moins d'en réduire la taille, et donc d'augmenter le nombre
de points par pouce).
Si on convertit ces données en cm, pour avoir une résolution suffisante, il faut
compter un minimum de 120 points par cm. Pour une image à imprimer sur
toute la largeur d'une page A4 (18 cm en comptant les marges), il faut donc
compter un minimum de 2 160 points de large.
Sur un PC, on trouve cette information en demandant l'affichage des
propriétés de l'image (exemple : "largeur : 762 pixels , hauteur : 419 pixels"
ou "762 x 419").
Les appareils photographiques que l'on trouve actuellement dans le
commerce fournissent des images de qualité suffisante (par exemple, un
appareil numérique avec un capteur de 4 Mpixels permet déjà d'obtenir des
images de 2 453 x 1 839 pixels), à condition de régler ceux-ci dans la bonne
résolution.
Lorsque les photographies représentent des personnes, il faut veiller à ce
que toutes les personnes identifiables sur le cliché aient marqué leur accord
pour publication, sans quoi elles pourraient se retourner contre l'auteur (ou
l'éditeur).
d. Les cartes
L'objectif d'une carte est de transmettre un message, il faut donc bien
déterminer le message qui doit passer (O'Connor, 1991).
Les cartes montrent – sur de grandes ou de petites représentations de
l'espace – une grande variété de données quantitatives ou qualitatives.
Une fois encore, suivant la quantité d'informations à transmettre, la couleur
n'est pas toujours indispensable. Si la carte est représentée en noir et blanc,
les contrastes doivent être particulièrement soignés.
La simple transformation d'une carte couleur en noir et blanc n'est pas la
meilleure solution parce que les niveaux de gris ne seront pas toujours bien
contrastés. Il faut donc veiller à les régler.
8
La résolution d'une image se calcule en concentration de points ou pixels par pouce (un pouce équivaut
à 25,4 mm). S'il s'agit d'une image imprimée, on parlera de points par pouce (dpi pour dots per inch). S'il
s'agit d'une image sur écran, on parlera de pixels par pouce (ppi pour pixels per inch).
53
Rédiger
Figure 3.10. Exemple de carte (Vermeulen et al., 2011).
8. Quelques règles de rédaction
Des règles de rédaction sont nécessaires pour uniformiser la présentation de
la revue.
54
Rédiger
Elles sont explicitées dans les guides des auteurs, spécifiques à chaque
revue. En voici quelques-unes.
a. Les noms et organismes
Tout organisme vivant, à sa première mention dans le texte et le résumé,
est cité par son nom scientifique complet, suivi du parrain.
Dès la deuxième citation dans le texte, le parrain est omis et le genre est
abrégé.
Pour les composés chimiques :
• les règles internationales en matière de nomenclature émises par
la IUPAC (International Union of Pure and Applied Chemistry [http://
www.acdlabs.com/iupac/nomenclature/]) sont suivies ;
• le nom scientifique de certains composés étant très long, les auteurs
peuvent joindre, à la première mention du nom commun du composé, son
numéro d'enregistrement CAS (Chemical Abstracts Service).
Pour les composés biochimiques :
• ce sont les recommandations de l'IUBMB (International Union of
Biochemistry and Molecular Biology [http://www.chem.qmul.ac.uk/iubmb/])
qui sont généralement suivies, parfois en accord avec l'IUPAC ;
• les noms commerciaux et les marques déposées qui seraient utilisés en
complément sont signalés par un ® et accompagnés de l'identification du
fabricant.
b. Les majuscules
Il y a quelques règles de base pour utiliser les lettres capitales (majuscules)
mais elles diffèrent parfois d'une langue à l'autre ("le Parlement belge" mais
"the British Parliament").
Les sigles s'écrivent toujours en lettres capitales (sans point). Les lieux
géographiques ou les organismes uniques (noms d'institutions) également.
Il faut utiliser les lettres capitales systématiquement dans les noms propres
ou noms de marques.
c. Les abréviations
Une abréviation qui :
• ne se compose que des premières lettres du mot se termine par un point
(exemple : référence = réf.) ;
• se termine par la dernière lettre du mot ne comporte pas de point final
(exemple : boulevard = bd).
55
Rédiger
L'abréviation de groupes de mots ne comporte pas de point final (exemple :
"ce qu'il fallait démontrer" = CQFD ou cqfd).
Il y a cependant des exceptions consacrées par l'usage (Perrousseaux,
2000).
d. La ponctuation
Les phrases se terminent par un point final, un point d'exclamation, un point
d'interrogation ou des points de suspension.
Le point final se met avant ou après le guillemet fermant suivant le contexte,
il n'est jamais doublé.
La virgule sépare les parties d'une proposition ou d'une phrase à condition
qu'elles ne soient pas déjà réunies par les conjonctions et, ou, ni. Elle sépare
aussi les énumérations. On ne met pas de virgule avant une parenthèse, un
tiret ou un crochet, si une virgule est nécessaire, elle vient après.
Le point virgule sépare différentes propositions de même nature.
Le deux points introduit une explication, une citation, un discours, une
énumération.
Les points de suspension sont toujours au nombre de trois (on leur préfère
néanmoins "etc.").
Les parenthèses intercalent une précision dans la phrase. Les crochets
indiquent une précision à l'intérieur d'une parenthèse ou une coupure dans
une citation. Le texte entre parenthèses ou entre crochets doit rester court
pour ne pas casser le rythme de lecture.
La gestion des espaces en usage avant et après les signes de ponctuation est
précise (Perrousseaux, 2000). En français, seuls les signes simples (virgules
et points) ne sont pas précédés d'une espace (nom féminin !). Tous les signes
de ponctuation sont suivis d'une espace.
En anglais, il n'y a jamais d'espace avant les signes de ponctuation.
L'espace qui précède les signes de ponctuation est une espace insécable.
Les professionnels de l'édition y sont attachés. Il évite qu'un signe de
ponctuation ou une unité ne se retrouvent seuls en début de ligne. Dans les
traitements de texte, il peut être simulé par l'"espace insécable".
Il n'y a pas d'espace à l'intérieur des parenthèses et des crochets mais une
espace à l'extérieur, avant et après.
e. Le gras, l'italique
Le gras est utilisé dans les titres ou pour mettre un mot en évidence. Pour que
la mise en évidence soit bien visible dans le texte, son usage doit être limité.
56
Rédiger
L'italique est utilisé pour les citations dans le texte, pour les mots en langue
étrangère non traduits, pour les noms de marques et de produits (de bases
de données par exemple) et pour les titres de périodiques et de livres.
Le souligné est seulement utilisé pour les liens hypertextes. Comme il réduit
la lisibilité, il n'est plus guère employé ailleurs.
En anglais, il n’y a pas de ponctuation dans les énumérations sauf si la phrase
est une phrase complète.
f. Les énumérations
Les énumérations sont introduites par un deux-points.
9
Les énumérations de premier rang sont introduites par un tiret ("–") ou
une "puce" (un gros point, comme dans ce manuel) et se terminent par
un point-virgule, sauf la dernière qui se termine par un point final (pour les
énumérations courtes, on peut ne pas mettre de ponctuation).
Les énumérations de second rang sont introduites par un tiret décalé et se
terminent par une virgule.
En anglais il n'y a pas de ponctuation dans les énumérations, sauf si la phrase
est une phrase complète.
g. Les titres et sous-titres
Les titres et sous-titres (ou inter-titres) permettent le découpage du texte et
en améliorent la compréhension.
On ne met jamais de point, de virgule ou de point-virgule à la fin d'un titre.
h. Les nombres
Les nombres de un à neuf sont écrits en toutes lettres, sauf :
• lorsqu'il s'agit de quantités suivies d'une unité de mesure ;
• lorsque des nombres de un à neuf et des nombres supérieurs à neuf se
retrouvent dans la même phrase et désignent des unités de même nature.
En début de phrase, un nombre, quel qu'il soit, est toujours épelé.
Les années sont indiquées par quatre chiffres (sans espace).
En français, il faut une espace (fine si possible) entre les milliers (sauf pour
les dates). En anglais, on utilise la virgule.
9
À ne pas confondre avec le trait d'union. Le tiret est plus long et plus fin que le trait d'union utilisé dans
les noms composés.
57
Rédiger
Les données numériques ne doivent pas comporter plus de chiffres
significatifs que la précision des mesures ne l'autorise ou ne le nécessite.
D'une manière générale, il faut se conformer aux règles de la norme ISO 31
(ISO, 1993).
i. Les formules mathématiques
Pour composer les formules mathématiques, il est préférable d'utiliser un
éditeur d'équations (inclus dans les différents logiciels de traitement de texte).
Ces logiciels produisent des images que l'on peut alors placer dans le texte.
Les conventions les plus utilisées préconisent :
• d'utiliser l'alphabet latin ;
• d'écrire en italiques les lettres minuscules qui correspondent à des
variables, des inconnues ou des indices – à l'exception des lettres grecques
(minuscules ou majuscules) qui ne sont jamais écrites en italiques ;
• d'écrire en lettres normales les noms des fonctions usuelles (sin, cos, ln,
log, etc.) ;
• d'écrire en capitales grasses (exemple : A) les ensembles de nombres.
Pour être facilement identifiées dans le texte, les équations peuvent être
numérotées.
j. Les unités de mesure
Les normes ISO 31 "Grandeurs et unités" et ISO 1000 "Unités SI et
recommandations pour l'emploi de leurs multiples et de certaines autres
unités" (ISO, 1993) doivent être respectées pour ce qui concerne les
grandeurs physiques, les équations, les dimensions et les symboles des
grandeurs et des unités.
Les abréviations de ces unités peuvent être utilisées sans autre définition.
Dans le texte, les unités figurent en toutes lettres, sauf si elles sont précédées
d'un nombre, auquel cas c'est l'abréviation internationale qui sera utilisée
(min, d, g, m, J, etc.). Le litre se note "l".
Dans l'expression des dimensions d'une grandeur, l'exposant négatif sera
-2
2
utilisé de préférence à la barre de fraction (m·s et non m/s ).
9. Soumettre son article
Lorsque l'article est prêt et qu'il respecte au maximum les consignes aux
auteurs, il est soumis à l'éditeur ou au rédacteur en chef de la revue.
58
Rédiger
Figure 3.11. Écran pour la soumission électronique d'un
article.
a. Transmettre le manuscrit
Il peut être soumis :
• de manière classique, sous enveloppe, avec un à trois exemplaires (en
général en double interligne) accompagné d'une lettre et d'une copie sur
support informatique ;
• de manière exclusivement électronique (par courrier électronique ou via
un site Web). Cette procédure, largement généralisée, prévoit par ailleurs
l'envoi automatique d'un accusé de réception à tous les auteurs.
Tous les éditeurs demandent qu'un auteur soit désigné comme auteur
correspondant. C'est lui qui transmet le manuscrit et qui correspondra avec
l'éditeur.
L'auteur correspondant ne doit pas nécessairement être le premier auteur.
Parfois, pour des raisons pratiques, l'auteur correspondant est l'auteur qui
est géographiquement le plus proche de l'éditeur ou qui est le plus facilement
joignable.
59
Rédiger
b. La réception de l'article
L'accusé de réception
Peu importe la décision qui sera prise à propos de l'article, l'éditeur enverra
toujours un accusé de réception.
Cette démarche permet à l'auteur d'être certain que son article est bien arrivé
à destination et permet à l'éditeur d'informer tous les coauteurs, s'il y en a,
qu'un article a été déposé en leur nom.
Si un coauteur ignore que son nom a été associé à cet article, c'est au moment
du dépôt qu'il doit se manifester s'il n'est pas d'accord.
Le rejet a priori
Avant d'être soumis au comité de rédaction et au comité de lecture, l'article va
d'abord être examiné attentivement pour voir s'il peut leur être soumis. Cette
étape est essentielle, elle permet à l'auteur et au comité de rédaction de ne
pas perdre de temps si l'article ne correspond pas, a priori, à la revue.
La ou les personnes qui effectuent cette première lecture vont évaluer
l'originalité du manuscrit ainsi que la forme et le fond de celui-ci.
Les principaux motifs de rejet a priori concernent le champ de la revue,
l'originalité, le respect du guide des auteurs (nombre de pages, traductions,
format des illustrations, etc.), la bibliographie (actualité, types de documents,
qualité), la forme du texte (IMReD, syntaxe, orthographe) et la qualité
scientifique (hypothèses, plan expérimental, résultats, analyse, discussion et
conclusions).
La liste qui suit reprend les différents points d'observation. Elle peut aussi
servir d'aide à l'auteur pour évaluer son manuscrit avant de le soumettre.
Originalité
L'article sera rejeté s'il a déjà été publié ou si un des auteurs a déjà publié
un article similaire. Il est évidemment hors de question de publier deux fois
le même article ou de soumettre le même article à deux revues différentes.
Il faut que des différences significatives, que des avancées sérieuses
apparaissent pour qu'un article soit considéré comme original.
L'article sera rejeté si un ou plusieurs articles semblables existent et que
l'article soumis n'apporte rien de neuf sur le plan scientifique.
Respect du guide des auteurs
L'article sera rejeté si le sujet sort des thématiques de la revue et globalement
s'il ne respecte pas le guide des auteurs :
60
Rédiger
• article trop long ;
• absence de traduction du titre, du résumé, des mots-clés et des titres et
légendes des illustrations ;
• illustrations, tableaux et figures non signalées dans le texte ;
• illustrations qui ne sont pas utilisables (format, précision, qualité) ;
• unités de mesure ne respectant pas les normes (ISO 31 et ISO 1000).
Forme du texte
L'article sera rejeté si le texte comporte trop de fautes d'orthographe et n'est
pas facilement lisible (vocabulaire utilisé, syntaxe).
En général, si certaines phrases doivent être lues plusieurs fois, c'est le
signe que la présentation (formulation) du texte n'est pas claire, qu'il y a des
ambigüités, que le texte manque de précision.
Des phrases trop longues, des paragraphes trop longs et qui présentent trop
d'idées à la fois sont de fréquents motifs de rejet a priori.
Partie liminaire
Chaque partie est passée en revue en commençant par la partie liminaire :
• le titre de l'article doit bien correspondre à son contenu ;
• les affiliations doivent être complètes pour chaque auteur. L'auteur
correspondant doit être identifié clairement ;
• le résumé doit présenter la justification de la recherche, expliquer ce qui a
été fait et comment, décrire ce qui a été trouvé, la signification des résultats
doit être développée ;
• les mots-clés doivent bien représenter le contenu de l'article.
Introduction
Dans l'introduction, le contexte et l'importance du problème posé doivent être
décrits. L'état de la littérature sur le sujet doit être complet et récent.
La ou les hypothèses de travail doivent être présentées.
Matériel et méthodes
Pour la partie "matériel et méthodes", l'article sera rejeté si la description ne
peut pas permettre à un autre chercheur de reproduire les résultats obtenus
et/ou d'utiliser la même méthode dans une autre expérimentation.
61
Rédiger
Il sera également rejeté si la recherche décrite se base sur une
expérimentation trop pauvre (population, échantillons, traitements, durée,
nombre d'observations, répétitions, marge d'erreur...) ou s'il n'y pas d'outils
statistiques ou que leur utilisation est insuffisante et/ou inadéquate. C'est une
cause de rejet très fréquente.
Résultats
Lors de cette première évaluation, le lecteur vérifiera s'il y a redondance entre
les illustrations (tableaux et/ou figures) et le texte ou s'il y a redondance entre
les illustrations.
Si certains tableaux ou figures sont inutiles ou doivent être synthétisés voire
regroupés, ce sera une faiblesse soulignée.
Ce sera également le cas si les tableaux comportent des erreurs, sont
peu lisibles, que les figures manquent de précision, que les légendes des
illustrations sont incomplètes ou absentes, que les illustrations ne sont pas
compréhensibles sans le texte.
Les résultats ne doivent pas être discutés dans cette partie.
Discussion et conclusions
L'hypothèse de départ doit être infirmée ou confirmée. Il faut que les résultats
permettent d'accepter ou de rejeter l'hypothèse présentée dans l'introduction.
Il faut aussi, dans cette partie, trouver des liens avec d'autres recherches
sur le même sujet, les limites de la recherche réalisée (sans excès) et une
analyse des résultats suffisante.
Citations et bibliographie
La bibliographie sera une des premières choses qui sera analysée. La
bibliographie ne doit pas être trop longue et être récente. Les références
doivent être complètes et sans erreur.
Les documents cités doivent idéalement être récents, accessibles et d'un bon
niveau scientifique. Les documents soumis mais pas encore acceptés ne sont
pas autorisés. La référence à des notes de cours, un travail d'étudiant ou une
conversation n'a pas sa place dans la bibliographie d'un article scientifique.
Dans le texte, il doit y avoir des renvois bibliographiques. Ces renvois doivent
être conformes au guide des auteurs. Toute référence citée dans le texte doit
correspondre à une référence dans la bibliographie et inversement.
c. Le comité de lecture
Après réception et pré-lecture, l’article est présenté au comité de rédaction.
62
Rédiger
10
Le comité de rédaction sélectionne deux ou trois lecteurs qui constituent
le comité de lecture. Ces "pairs" (en anglais, on parle de "peer reviewing")
vont lire et évaluer l'article.
La sélection des articles est anonyme et impitoyable. La lecture s'effectue
en double aveugle. Le lecteur ne sait pas qui est l'auteur de l'article et l'auteur
11
ne sait pas qui est le lecteur .
Les lecteurs
Les revues constituent progressivement leur comité de lecture, leur réservoir
de lecteurs potentiels.
Pour les revues généralistes, ces comités sont composés de plusieurs
dizaines de lecteurs. Pour les revues spécialisées, ce sont souvent les
mêmes lecteurs qui sont sollicités.
Ce travail est normalement non rémunéré.
Les lecteurs sont sélectionnés sur base de leur notoriété dans les domaines
couverts par les revues. Ils sont, ou ont été, souvent aussi auteurs pour ces
mêmes revues.
Être reviewer, c'est non seulement être membre du comité de lecture d'une
revue mais c'est aussi entrer dans un réseau de connaissance et avoir accès
à des informations nouvelles. Cette activité est une possibilité d'améliorer son
propre travail d'écriture.
Le lecteur est sollicité et doit d'abord accepter de relire (attentivement)
l'article. S'il accepte, il s'engage, dans un délai de deux à six semaines,
suivant la revue, à :
• effectuer une lecture critique de l'article ;
• compléter un questionnaire ;
• proposer une décision à l'éditeur ;
• annoter le texte, même si le manuscrit doit être rejeté.
En s'engageant dans ce processus, le lecteur doit aussi respecter une clause
de confidentialité et ne pas utiliser ou diffuser les résultats qui lui sont soumis.
10
Le comité de rédaction d'une revue, en général sous la direction du rédacteur en chef, est l'éditeur
scientifique de la revue.
11
Dans certains cas, le lecteur peut accepter de se faire connaitre de l'auteur et lui permettre d'entrer
directement en contact avec lui.
63
Rédiger
Figure 3.12. Le questionnaire utilisé pour la revue BASE.
64
Rédiger
Les décisions
Le comité de rédaction prend une décision sur base des avis des lecteurs.
Cette décision peut être :
• l'acceptation de l'article tel quel (très rare) ;
• une demande de révisions mineures, en général de forme, ne mettant
pas en cause la qualité générale du manuscrit ;
• une demande de révision majeure qui impose à l'auteur de retravailler
son manuscrit, d'ajouter des éléments manquants ou au contraire de
supprimer des éléments inutiles. Une révision majeure implique un travail
en profondeur d'un article considéré comme original et intéressant pour la
revue ;
• le rejet.
Les principaux motifs de rejet sont :
• les objectifs (hypothèse[s]) ne sont pas définis ;
• l'intérêt est trop local ;
• le plan expérimental est trop pauvre ;
• il y a des incohérences dans les données ;
• les conclusions sont hâtives ou erronées ;
• les résultats sont trop partiels ("une étude complémentaire devrait ...") ;
• la bibliographie est pauvre ou trop ancienne et ne donne pas une vision
actuelle du problème.
Quelle que soit la décision prise par le comité de rédaction, l'auteur reçoit un
maximum d'informations sur les raisons qui justifient cette décision, même en
cas de rejet. Il reçoit aussi son manuscrit avec les annotations (corrections,
questions, suggestions...) des lecteurs.
Le comité de rédaction reste souverain. Il peut rejeter un manuscrit pour
lequel une révision majeure est proposée et, inversement, mettre en révision
majeure un article rejeté.
Le comité de rédaction peut demander à l'auteur de transformer un article en
note de recherche si le sujet est intéressant mais le contenu trop pauvre.
d. Les épreuves
L'auteur correspondant recevra plusieurs versions du manuscrit. Si une
révision est demandée, les auteurs devront retravailler le manuscrit. La
65
Rédiger
nouvelle version sera soumise à nouveau au comité de rédaction et aux
lecteurs qui avaient lu la première version. Tant que le manuscrit n'est pas
accepté, il peut faire plusieurs allers et retours.
12
Figure 3.13. Les signes conventionnels de correction.
12
Europa (2008).
66
Rédiger
Une fois que le manuscrit est accepté, il est transmis à l'édition qui peut aussi
13
poser un certain nombre de questions à l'auteur correspondant.
Il existe des signes conventionnels utilisés par les éditeurs et les lecteurs
pour annoter un manuscrit. Ces signes (voir figure ci-dessus) permettent un
dialogue non ambigu entre un correcteur et un auteur ou un metteur en page.
Avec les logiciels de traitement de texte, il est possible d'enregistrer
corrections et des commentaires de façon électronique.
14
des
Lorsque le manuscrit est mis en page dans sa forme définitive, l'auteur
correspondant reçoit une dernière épreuve pour "bon à tirer". Il peut encore
sur cette dernière épreuve suggérer des modifications. Ces modifications
doivent être mineures pour ne pas modifier la mise en pages.
L'éditeur fournira éventuellement un indentifiant DOI ou une adresse
15
Handel afin que l'auteur puisse déjà faire référence à son article dans une
autre publication ou dans une bibliographie.
13
Ces questions peuvent porter sur des imprécisions dans le texte, les illustrations, les tableaux ou la
bibliographie. L'édition peut aussi faire des propositions de modifications de forme (tournure de phrase,
titres...).
14
Avec OpenOffice ou LibreOffice : menu "Edition", "Modification", "Enregistrer". Avec Word : Menu "Outils",
"Suivi des corrections".
15
Le DOI pour Digital Object Identifier (ex : 10.1177/0340035209105671) et l'adresse Handel (ex : http://
hdl.handle.net/2268/109540) sont des systèmes d'identification uniques et persistants d'un document. Ils
permettent de retrouver le document quelle que soit l'URL (adresse Internet) où il se trouve.
67
Chapitre 4. Citer ses sources
1. Les citations
Un article scientifique ou un rapport se caractérise par une bibliographie
1
solide. C'est la dernière section d'un article scientifique .
Toute utilisation d'une idée ou du propos d'un auteur doit faire l'objet
d'un renvoi bibliographique même si le document est libre d'accès,
dans le domaine public ou si il s'agit une page Web.
L'obligation de citation ne souffre d'aucune exception. Déroger à cette
règle, c'est plagier.
Pour un travail scientifique, le niveau des sources est lui aussi essentiel. La
référence à des notes de cours ou à un travail d'étudiant n'a par exemple pas
sa place dans la bibliographie d'un article scientifique.
Parler de citations, c'est parler de deux concepts différents. D'une part, il y
a la citation textuelle qui consiste à reprendre textuellement ce qu'un auteur
a écrit, c'est la citation dans le texte. D'autre part, il y a la référence à un
autre auteur (que l'on cite textuellement ou duquel on reprend une idée, un
concept), c'est le renvoi bibliographique à un autre document.
Les limites et les démarches nécessaires sont définies par la législation sur
le droit d'auteur.
a. La citation dans le texte
Si une phrase est recopiée, sans modification, il s'agit d'une citation
textuelle. Il faut alors utiliser des guillemets. Sans guillemets, c'est du plagiat,
même avec un renvoi bibliographique. L'auteur fait croire que c'est lui qui a
rédigé la phrase.
Pour éviter les guillemets, il faut au minimum paraphraser le texte original
(sans oublier le renvoi bibliographique).
S'il s'agit d'un paragraphe (plusieurs phrases), il faut faire un alinéa (avec un
retrait).
Le texte sera mis en italique pour les citations dans une autre langue que
celle du texte.
b. Le renvoi bibliographique
Pour le renvoi à la bibliographie, il faut citer le document à la fin de la
phrase : "(Brown, 1994)" ou "tel que le mentionne Brown (1994)".
1
sauf s'il y a des annexes, ce qui est rare, qui viendraient alors après la bibliographie.
68
Citer ses sources
Deux renvois à un même endroit dans le texte seront séparés par ";" :
"(Brown, 1994 ; Dupont, 2000)".
Pour les documents avec plus d'un auteur, le nom du premier auteur est suivi
de "et al." (donc dès qu'il y a deux auteurs).
S'il y a, dans le texte, deux renvois pour un même auteur, pour une même
année, mais pour deux documents différents, il faut différencier explicitement
les deux citations. L'idéal est d'ajouter une lettre après l'année, par exemple :
"(Brown, 1994a ; Brown, 1994b)". Ces lettres ajoutées dans la citation sont
reproduites dans la bibliographie.
Comme l'objectif d'une citation et d'une référence bibliographique est de
permettre au lecteur d'accéder au document cité sans trop de difficultés, les
citations d'articles "sous presse" ou "acceptés" peuvent être incluses dans
la liste.
Les documents "en préparation" ou "soumis", qui ne sont donc pas validés,
ou les "communications personnelles", qui sont invérifiables, peuvent, à la
rigueur, être décrits en notes de bas de page mais n'ont pas leur place dans
la bibliographie.
Les rapports internes non publiés, les notes de cours et les mémoires
d'étudiants, dont la qualité n'est pas avérée, ne devraient pas être repris dans
une bibliographie scientifique.
c. La citation de seconde main
Faire une citation de seconde main, c'est reprendre la citation réalisée par
un autre auteur et utiliser cette citation sans avoir lu le document original.
Sans avoir le document en main, on ne peut garantir l'exactitude de la citation
(ou des idées reprises) et de la référence bibliographique produite par l'auteur
qui cite cet autre auteur.
Afin d'éviter de reproduire une éventuelle erreur, il est conseillé de citer la
référence originale dans une note de bas de page (recopier la référence citée)
et de renvoyer le lecteur à l'auteur qui a cité le document (faire un renvoi à
la bibliographie après avoir écrit "cité par : ").
2. La bibliographie
a. Principes
L'objectif d'une bibliographie est de permettre au lecteur de retrouver les
documents cités. Il doit pouvoir poursuivre le sujet avec des publications
facilement accessibles. Il est donc vivement déconseillé de citer des
documents non publiés ou difficiles à trouver.
69
Citer ses sources
Pour les articles de synthèse ou les publications où le nombre de pages
est strictement limité, il faut rester attentif à réduire le nombre de citations
aux références les plus pertinentes.
Tous les documents utilisés doivent être cités dans le texte, avec
renvoi à la bibliographie.
En corollaire, tous les documents présents dans la bibliographie
doivent être cités au moins une fois dans le texte.
b. Formats
Il n'y a malheureusement pas un seul style d'écriture bibliographique mais
plusieurs dizaines. Ils varient principalement dans la séquence de
présentation des éléments (auteur(s), date, titre, etc.).
Toutes les références bibliographiques sont construites suivant le même
schéma :
Auteur(s), + Date. + Titre. + Source.
Les styles bibliographiques peuvent être séparés en deux grands groupes
avec :
• le système dit de "Vancouver" avec des citations numériques qui
renvoient à un numéro d'apparition dans la liste bibliographique
(classement par ordre d'apparition dans le texte) ;
• le système dit de "Harvard" avec des citations "auteur-date" qui
reprennent le même binôme (auteur + date) pour la citation dans le texte
et pour les références dans la liste bibliographique (par ordre alphabétique
et chronologique).
Tableau 4.1. Les styles bibliographiques les plus utilisés.
Style
Citation
Référence
American
Medical
Association
1
1. Guillemet TA., Maesen P., Delcarte É.,
Lognay GC. Factors influencing microbiological
and chemical composition of South-Belgian raw
sludge, Biotechnol. Agron. Soc. Environ. 2009;
13(2) : 249-255.
American
(Guillemet, Guillemet TA., Maesen P., Delcarte É. & Lognay
Psychological Maesen, GC. (2009). Factors influencing microbiological
Association Delcarte and chemical composition of South-Belgian raw
& Lognay, sludge. Biotechnologie, Agronomie, Société et
2009)
Environnement, 13(2), 249-255.
Chicago
Manual of
(Guillemet Guillemet Thibault, Philippe Maesen, Émile
et al.,
Delcarte and Georges Lognay. 2009.
2009)
Factors influencing microbiological and
70
Citer ses sources
Style
Citation
Style (AuthorDate format)
Référence
chemical composition of South-Belgian raw
sludge. Biotechnologie, Agronomie, Société et
Environnement 13, no 2 (jun 1) : 249-255.
Harvard
(Guillemet Guillemet TA. et al., 2009. Factors influencing
Reference
et al.,
microbiological and chemical composition of
format 1
2009)
South-Belgian raw sludge. Biotechnol. Agron.
(Author-Date)
Soc. Environ., 13(2), 249-255.
IEEE
1
1. TA. Guillemet, P. Maesen, É. Delcarte
and GC. Lognay, "Factors influencing
microbiological and chemical composition of
South-Belgian raw sludge", Biotechnologie,
Agronomie, Société et Environnement, vol 13,
no. 2, 2009, pp. 249-255.
National
Library of
Medicine
1
1. Guillemet T.A., Maesen P., Delcarte É.,
Lognay G.C., Factors influencing microbiological
and chemical composition of South-Belgian raw
sludge. Biotechnol. Agron. Soc. Environ. 2009
jun 1; 13(2) : 249-255.
Nature
Journal
1
1. Guillemet, TA. et al. Factors influencing
microbiological and chemical composition of
South-Belgian raw sludge. Biotechnol. Agron.
Soc. Environ. 13, 249-255 (2009).
Vancouver
1
Guillemet T.A., Maesen P., Delcarte É., Lognay
G.C. Factors influencing microbiological and
chemical composition of South-Belgian raw
sludge. Biotechnol. Agron. Soc. Environ. 2009
jun 1; 13(2) : 249-255.
En science exacte, la tendance est plutôt aux styles "auteur-date" bien
que des revues prestigieuses (comme Science ou Nature) maintiennent
l'utilisation d'un style numérique plus généralement utilisé en sciences
humaines.
Dans cet ouvrage, pour les règles et les exemples, nous avons adopté le style
Harvard Reference format 1 (Author-Date).
c. Un livre
Comme le livre est un document qui constitue un tout (il n'est pas composé de
plusieurs parties indépendantes), la référence est bien souvent plus courte.
Les différents éléments à identifier sont (avec un exemple pour chaque
élément) :
• Responsabilité principale (l'auteur) : Gall J-C.
71
Citer ses sources
• Année de publication : 1998
• Titre : Paléoécologie. Paysages et environnements disparus
• Édition : 2e éd. (si ce n'est pas la première)
• Publication (lieu et éditeur) : Paris : Masson
La référence aura la forme :
Gall J-C., 1998. Paléoécologie. Paysages et environnements disparus. 2e
éd. Paris : Masson.
Pour un mémoire ou une thèse : les informations de publication (lieu et
éditeur) sont remplacées par la mention "mémoire" ou "thèse de doctorat" et
le nom de l'université, par exemple : "Thèse de doctorat : Gembloux AgroBio Tech, ULg (Belgique)".
Pour un rapport : le titre est complété par le type du rapport ("rapport" ou
"rapport annuel" ou "rapport n° x") et les informations de publication (lieu et
éditeur) sont remplacées par la description aussi complète que possible de
la collectivité à l'origine du rapport, par exemple : "Gembloux : Laboratoire de
toxicologie environnementale, Gembloux Agro-Bio Tech, ULg".
Pour un ouvrage collectif : le nom du ou des éditeur(s) scientifique(s), repris
comme des auteurs, est suivi de "éd." (ou "éds." s'il y en a plusieurs et sans
accent "ed." ou "eds." si l'ouvrage est en anglais).
d. Un article dans un périodique
Comme l'article est un document qui est inséré dans un autre document
(le périodique), la référence est une référence à deux niveaux. Le premier
niveau est l'article lui-même et le second niveau est le périodique, la source.
Les différents éléments à identifier sont (avec un exemple pour chaque
élément) :
• Responsabilité principale (les auteurs) : Deleu M., Wathelet B., Brasseur
R. & Paquot M.
• Année de publication : 1998
• Titre de l'article : Aperçu des techniques d'analyse conformationnelle des
macromolécules biologiques
• Source :
• Titre du périodique
Environnement
:
Biotechnologie,
• Volume : 2
72
Agronomie,
Société
et
Citer ses sources
• Fascicule : 4
• Pagination de la partie : 234-247
La référence aura la forme :
Deleu M., Wathelet B., Brasseur R. & Paquot M., 1998. Aperçu
des techniques d'analyse conformationnelle des macromolécules
biologiques. Biotechnol. Agron. Soc. Environ., 2(4), 234-247.
Le numéro du fascicule (ici : 4) est facultatif si la numérotation des pages est
2
continue pour un même volume .
Si le titre du périodique comporte plusieurs mots, il doit être abrégé.
Le centre de l'ISSN à Paris met à disposition la List of Title Word
Abbreviations (LTWA) [http://www.issn.org/2-22661-LTWA-online.php] qui
donne les abréviations standardisées de 55 650 mots dans 70 langues.
La liste Science and Engineering Journal Abbreviations [http://
www.library.ubc.ca/scieng/coden.html], gérée par l'University of British
Columbia, donne directement les abréviations des principaux titres de
périodiques en sciences exactes et appliquées.
e. Une participation dans un ouvrage collectif
Comme pour un article, la participation à un ouvrage collectif (edited book)
est un document (la participation) qui est inséré dans un autre document
(l'ouvrage collectif). La référence est donc une référence à deux niveaux. Le
premier niveau est la participation et le second niveau est l'ouvrage collectif,
la source.
Les différents éléments à identifier sont (avec un exemple pour chaque
élément) :
• Responsabilité principale (l'auteur) : Troxler W.L.
• Année de publication : 1998
• Titre de la participation : Thermal desorption
• In :
• Éditeur scientifique (editor) : Kearney P. & Roberts T., eds.
• Titre de l'ouvrage hôte : Pesticide remediation in soils and water
2
Par exemple, pour le fascicule n° 1 d'un volume, les pages sont numérotées de 1 à 60 et pour le fascicule
suivant, le n° 2, la pagination commence à 61.
73
Citer ses sources
• Lieu et éditeur (publisher) : Chichester, UK: Wiley
• Pagination de la partie : 105-128
La référence aura la forme :
Troxler W.L., 1998. Thermal desorption. In: Kearney P. & Roberts T.,
eds. Pesticide remediation in soils and water. Chichester, UK: Wiley,
105-128.
(en français, on écrira "éd." ou "éds." s'il y a plus d'un éditeur scientifique)
L'ouvrage lui-même se décrira comme un livre.
f. Une communication dans un compte rendu
de congrès
Une communication dans un compte rendu de congrès ou de colloque se
décrit comme un ouvrage collectif.
Pour bien identifier la manifestation, le titre contiendra (autant que possible)
la date et le lieu.
Par exemple :
Salhuana A., 1998. Conservation, evaluation and use of maize genetic
resources. In: Engels J.M.M. & Ramanatha Rao R., eds. Regeneration of
Seed Crops and their Wild Relatives. Proceedings of a Consultation Meeting,
4–7 December 1995, ICRISAT, Hyderabad, India. Roma: International Plant
Genetic Resources Institute, 127-131.
g. Un brevet
La description bibliographique d'un brevet doit contenir toutes les
informations nécessaires pour retrouver celui-ci.
Les différents éléments à identifier sont (avec un exemple pour chaque
élément) :
• la responsabilité principale (le déposant, l'inventeur) : Jijakli M.H, Berto P.,
Dickburt C. & Lepoivre P.
• l'année du dépôt : 2007
• le titre du brevet : Biopesticide compositions
• les responsabilités secondaires éventuelles (aucune dans cet exemple)
74
Citer ses sources
• le pays dans lequel le brevet est déposé : United States
• le type de document : Brevet
• le numéro du brevet : US7241439
• la date exacte du dépôt : 10/07/2007
La référence aura la forme :
Jijakli M.H., Berto P., Dickburt C. & Lepoivre P., 2007. Biopesticide
compositions. United States Patent US7241439. 10/07/2007.
h. Une loi, un décret ou un arrêté
Comme pour les autres documents, la description bibliographique d'une loi,
d'un décret ou d'un arrêté doit contenir toutes les informations nécessaires
pour le retrouver.
Les différents éléments à identifier sont (avec un exemple pour chaque
élément) :
• la responsabilité principale (l'entité qui a déposé le texte, un Ministère
généralement) : Ministère de la Région wallonne
• l'année du dépôt : 2008
• le titre du texte (le titre doit contenir la date du vote de la loi ou du décret
ou de la décision ministérielle) : Décret du 3 juillet 2008 relatif au soutien
de la recherche, du développement et de l'innovation en Wallonie
• la date de parution au Moniteur belge (ou au Journal officiel, pour la France)
avec précision de la source : Moniteur belge du 29/07/2008
• la pagination : 39167-39181
La référence aura la forme :
Ministère de la Région wallonne, 2008. Décret du 3 juillet 2008 relatif au
soutien de la recherche, du développement et de l'innovation en Wallonie,
Moniteur belge du 29/07/2008, 39167-39181.
i. Un document sur Internet
Un document électronique (un livre, un article, un rapport...) se décrira comme
les documents imprimés avec deux indications supplémentaires, placées à
la fin de la référence (après une virgule) :
• indication de l'adresse Internet ;
75
Citer ses sources
3
• indication de la date de consultation (au format JJ/MM/AA, précédée d'une
virgule et entre parenthèses).
La référence aura la forme :
Ashby J.A. et al., 2000. Investing in Farmers as Researchers. CIAT
Publication nº 318. Cali, Colombia: CIAT, http://www.ciat.cgiar.org/
downloads/pdf/Investing farmers.pdf, (20/06/02).
Quel que soit le document qui est utilisé, il est prudent d'en conserver une
copie imprimée et/ou électronique.
3. Les règles d'écriture
Il y a un certain nombre de règles de base à observer. Il est toujours possible
de trouver des variations de règles ou de présentation.
Ce qui est important, c'est de garder les mêmes règles afin de présenter un
ensemble cohérent, homogène et lisible.
a. La liste bibliographique
La bibliographie apparait en fin de document.
Les références bibliographiques sont séparées par un double interligne et
classées dans l'ordre alphabétique des noms d'auteurs.
Pour un même auteur, elles sont classées par ordre chronologique, de la plus
ancienne à la plus récente.
La référence d'un auteur unique précède toujours la ou les référence(s) de
ce même auteur lorsqu'il est accompagné d'un ou de plusieurs coauteurs.
b. Les auteurs
Les noms des auteurs sont repris comme dans la source. Le prénom est
toujours placé derrière le nom (ou post-nom), pour le tri alphabétique.
Le nom de la collectivité-auteur est cité comme dans la source (exemple :
Unesco).
Lorsqu'il y a plus d'un auteur, on place un "&" entre les deux derniers auteurs.
S'il y a plus de quatre auteurs, on ne renseigne que le premier auteur suivi
4
de "et al. ".
3
Cette précision est importante parce que la présence d'un document sur Internet peut être éphémère. Un
document peut aussi être modifié, mis à jour ou déplacé.
4
Pour et alii : et les autres en latin.
76
Citer ses sources
Pour les documents anonymes, il faut indiquer "Anon." à la place du nom
d'auteur (exemple : "Anon., 2006. The ....").
c. La date
Pour un livre, l'année d'édition se trouve en général sur la page du copyright.
On n'indique que l'année (quatre chiffres).
Pour les comptes rendus de congrès (proceedings), l'année d'édition
n'est pas nécessairement la même que l'année du déroulement de la
manifestation. C'est l'année d'édition (disponibilité) qui doit être indiquée.
L'année du déroulement du congrès apparaitra dans le titre.
Pour un article, on indique l'année d'édition du fascicule même si l'année de
réception ou d'acceptation est indiquée et antérieure.
Lorsqu'on ne trouve pas d'année d'édition, on remplace l'année par "sd", sans
modifier la ponctuation.
d. Le titre
L'information est transcrite comme dans la source (sauf les majuscules). Le
sous-titre (ou toute autre information relative au titre) est transcrit si c'est jugé
nécessaire. Il y a un point (".") entre le titre et le sous-titre.
Le titre d'une monographie, le titre d'un périodique, le titre d'un ouvrage
collectif sont écrits en italique. Le titre d'un article et d'une participation dans
5
un ouvrage collectif ne sont pas en italique .
e. La ponctuation
Les noms des auteurs et des éditeurs scientifiques sont suivis d'une virgule.
La date, le titre, le sous-titre sont suivis d'un point.
Toutes les références se terminent par un point.
Les titres de périodiques (abrégés) sont suivis d'une virgule, des indications
de volume et de fascicule puis de la pagination.
La pagination est toujours précédée d'une virgule.
Pour les références de documents en français, il y a une espace avant les
":", pour les documents en anglais, il n'y en a pas (exemple "Paris : Lavoisier"
et "New York: Wiley").
5
Pour les descriptions bibliographiques à deux niveaux (article, participation...), c'est le titre de l'ouvrage
hôte (le périodique, l'ouvrage collectif...) qui sera en italique. C'est sur base de ce dernier qu'il faut faire une
recherche de source dans un catalogue.
77
Chapitre 5. Ce qu'il faut savoir
1. Les types de documents
Les documents qui servent à faire circuler les informations scientifiques sont
multiples et se retrouvent sur des supports variés.
La classification la plus courante distingue les documents conventionnels
et les documents non conventionnels. Cette distinction concerne surtout les
circuits de diffusion.
Un livre publié chez un éditeur sera qualifié de conventionnel alors qu'un
rapport non publié, avec une diffusion réduite, issu d'un laboratoire ou d'un
centre de recherche, sera qualifié de non conventionnel.
Pour les documents non conventionnels, on parle aussi de littérature grise
ou souterraine.
D'autres distinctions peuvent être observées : documents en libre accès
ou non, documents à un (un livre) ou deux niveaux (un article dans un
périodique), documents électroniques ou imprimés...
a. Le livre
Aussi appelé monographie (s'il traite d'un seul sujet), le livre a par définition
plus de 48 pages. Pour le décrire (référence bibliographique), le retrouver,
l'identifier, il présente plusieurs caractéristiques :
• un ou plusieurs auteurs ;
• un titre ;
• une date d'édition ;
1
• un numéro d'ISBN (International Standard Book Number) ;
• un éditeur ;
• un nombre de pages.
2
Pour trouver ces informations, il faut regarder :
• la page de titre (la page 3 en général) pour identifier le(s) auteur(s), le titre
3
officiel du livre , le sous-titre éventuel et le nom de la collection ;
1
Il est composé de 13 chiffres (avec codage EAN-13 pour la transformation en codes à barres) et est associé
à chaque édition d'un livre. Pour la Belgique, la France et les pays d'Afrique francophone, les ISBN sont
gérés par l'Agence Francophone pour la Numérotation Internationale du Livre (AFNIL).
2
Dans certains ouvrages on consulte aussi le "colophon" ou l'"achevé d'imprimer", à la fin du livre, pour
retrouver ces informations.
3
Le titre imprimé sur la couverture a pour objectif d'attirer le lecteur par certaines mises en valeur. Il peut
être différent du titre officiel du livre.
78
Ce qu'il faut savoir
• la page du copyright (le verso de la page de titre) pour identifier la date
d'édition, le nom de l'éditeur et le numéro d'ISBN.
La "quatrième de couverture" (arrière du livre), la préface ou l'avant-propos
ainsi que la table des matières donnent une idée précise du contenu du livre.
La table des matières et les index permettent de trouver une information
précise dans le livre, généralement divisé en parties et chapitres.
Figure 5.1. Un livre avec la première et la dernière de
couverture, la page de titre et la page du copyright.
Pour retrouver et localiser un livre dans la bibliothèque, on utilise le catalogue.
b. Le périodique et ses articles
Le périodique, aussi appelé revue (ou journal en anglais), est une
publication qui parait à intervalles réguliers et est une source d'information
permanente sur l'actualité scientifique.
79
Ce qu'il faut savoir
Les périodiques sont identifiés par un numéro unique, l'ISSN (International
4
Standard Serial Number) .
5
Le registre de l'ISSN, basé à Paris , recense un peu plus de 1 200 000 titres
6
de périodiques publiés dans le monde. Parmi ceux-ci, moins de 10 % sont
7
des périodiques qui traitent de matières scientifiques. On estime à 35 000
le nombre de périodiques scientifiques (scholarly journals) en sciences
et sciences appliquées de rang A (de niveau international, avec comité de
lecture). Parmi ces 35 000, moins de 8 000 ont un facteur d'impact.
En science, les périodiques sont les documents scientifiques les plus
importants, par leur contenu et par leur nombre.
Le périodique scientifique remplit cinq fonctions essentielles :
• la diffusion de l'information (le chercheur souhaite être lu par un maximum
de personnes) ;
• l'enregistrement de cette information (notion d'antériorité) ;
• sa validation (validation par les "pairs") ;
• son archivage (principalement par les bibliothèques) ;
• et l'évaluation des chercheurs (la liste des articles publiés par un chercheur
constitue la part la plus importante des dossiers de promotion des
8
chercheurs ).
Il est devenu essentiel dans le dialogue entre les chercheurs. Il dégage les
questions sans réponse, décrit les travaux en cours, donne les conclusions
des recherches récemment abouties, décrit des applications de la recherche
et fait l'état des connaissances.
9
Pour le périodique, l'unité documentaire est l'article. Pour rédiger
la description bibliographique d'un article dans un périodique, on décrit
l'article lui-même. On décrit ensuite sa source (le document hôte). On parle
d'une description à deux niveaux. Pour trouver un article publié dans un
périodique, on utilisera un outil de recherche documentaire.
Actuellement, 44 % des périodiques en sciences et sciences appliquées
10
donnent accès à une version électronique . Cette proportion est en
augmentation constante.
4
Il est composé de huit chiffres. Il existe aussi un e-ISSN attribué aux périodiques électroniques et aux
versions électroniques des périodiques imprimés.
5
http://www.issn.org/ (accès gratuit aux statistiques et payant au registre).
6
107 430 d'après UlrichsWeb [http://ulrichsweb.serialssolutions.com] (13/06/2014).
7
Même source.
8
L'expression "Publish or Perish" (publier ou périr) utilisée pour la première fois par Hetzel (1973) illustre
cette obligation, tantôt tacite tantôt explicite, imposée aux chercheurs.
9
Le document qui est cité dans une bibliographie.
10
D'après UlrichsWeb [http://ulrichsweb.serialssolutions.com] (13/06/2014). Par ailleurs, 7,5 % d'entre eux
n'ont pas ou plus de version imprimée (couts d'impression et de distribution éludés).
80
Ce qu'il faut savoir
Figure 5.2. La revue BASE et ses articles.
Les grands éditeurs commerciaux comme Elsevier, Springer ou Wiley
11
proposent des "bouquets" de périodiques sous forme de big deals , donnant
accès à une très grande quantité d'articles. Plusieurs d'entre eux imposent
maintenant le passage à l'electronic only, faisant disparaitre les versions
imprimées des rayons des bibliothèques.
Actuellement, la liste gratuite la plus complète de périodiques électroniques
12
est l'Electronic Journal Library produite par la Max Plank Society. Elle
reprend les principaux titres de périodiques électroniques existants. Pour
chaque titre, cette base de données donne les principales caractéristiques et
un lien vers le site de l'éditeur.
11
Ils donnent accès à tous leurs titres, ou à une partie de ceux-ci, au format électronique. Le prix moyen de
chaque titre est faible mais comme ces contrats concernent plusieurs centaines de titres, le cout global est
élevé, avec une croissance de 3 à 7% par an. Même si le prix unitaire, par titre, est raisonnable, seulement
10 à 15% de ceux-ci sont d'un intérêt majeur. Ce type de contrat pourrait être considéré comme de la vente
forcée.
12
http://rzblx1.uni-regensburg.de/ezeit/index.phtml?lang=en
81
Ce qu'il faut savoir
c. L'ouvrage collectif
L'ouvrage collectif n'est pas un ouvrage écrit par plusieurs auteurs. C'est
un ouvrage, sur un seul sujet, qui contient plusieurs participations (articles/
chapitres) avec pour chacune, un ou plusieurs auteur(s) et un titre spécifique.
Il est aussi appelé livre ou ouvrage édité (edited book).
Comme pour les articles de périodiques, les participations sont intégrées
dans un document hôte. Ce document hôte, l'ouvrage collectif, est
réalisé sous la direction d'un (ou plusieurs) éditeur(s) scientifique(s) qui
coordonne(nt) le travail des auteurs des différentes participations (articles/
chapitres).
Il est publié par un éditeur qui se charge de la mise en page, de l'impression,
de la diffusion (publicité) et de la vente.
Comme pour un article, la description bibliographique d'une participation est
à deux niveaux : la participation elle-même et l'ouvrage collectif.
d. Le compte rendu de congrès
Le principe d'un compte rendu de congrès est comparable à celui d'un
ouvrage collectif (plusieurs participations dans une monographie) mais
ici l'éditeur scientifique peut aussi être l'organisateur de la manifestation
(congrès, colloque, conférence, symposium...).
Pour la description bibliographique, le titre doit idéalement contenir le titre de
la manifestation, le lieu et la date exacte.
Les comptes rendus de congrès sont souvent des documents non
conventionnels, il faut donc être très précis dans le titre pour permettre au
lecteur de bien identifier et retrouver le document.
Comme le travail d'édition d'un compte rendu de congrès peut prendre
plusieurs mois, la date d'édition peut être différente de la date du congrès.
Les deux dates apparaissent dans la référence bibliographique mais c'est la
13
date d'édition qui est utilisée dans la citation .
e. Le rapport, la thèse...
Les rapports et les thèses constituent typiquement la littérature non
conventionnelle.
Dans les documents non conventionnels, que l'on trouve également en
bibliothèque, il y a aussi les mémoires (travaux de fin d'études), les rapports
de stages, les textes de cours (syllabus ou usuels) et les études non diffusées.
13
Par exemple : (Dupont, 2010) pour un compte rendu de congrès publié en 2010 mais qui aurait eu lieu
un ou deux ans plus tôt.
82
Ce qu'il faut savoir
Il n'existe en général que quelques exemplaires de ces documents, ce qui
les rend rares et difficiles à trouver.
Certains rapports et les thèses universitaires sont cependant de plus en plus
souvent accessibles en ligne, parfois même en libre accès dans les dépôts
institutionnels des universités.
f. L'ouvrage de référence
Également appelé "usuel", l'ouvrage de référence donne une quantité
impressionnante d'informations.
C'est souvent le passage obligé lors d'une recherche d'information.
Traditionnellement imprimé, les versions électroniques accessibles via
Internet remplacent progressivement les versions imprimées.
Dans les ouvrages de référence, on retrouve les dictionnaires explicatifs,
les dictionnaires traductifs, les encyclopédies, les répertoires spécialisés, les
annuaires, les lexiques, les thésaurus et les recueils de données.
14
Sur Internet , on peut maintenant trouver des dictionnaires et des
encyclopédies avec un accès gratuit (Larousse [http://www.larousse.fr/],
Wikipédia [http://fr.wikipedia.org/wiki/]) ou à un tarif peu élevé (l'accès à
Universalis [http://www.universalis.fr/] coute 79 € par an).
Le cas de Wikipédia (comme des autres outils collaboratifs) est par ailleurs
un peu particulier. Contrairement aux encyclopédies classiques qui confient
la rédaction de tous les articles à des rédacteurs professionnels, spécialisés
dans les domaines qu'ils traitent, dans Wikipédia les articles sont rédigés et
modifiés par n'importe quel internaute.
La garantie de qualité, en principe assurée par la possibilité donnée à tous
de corriger d'éventuelles erreurs, reste malgré tout une garantie légère.
Un article dans Wikipédia est validé par sa popularité et non par une
évaluation scientifique impartiale. Cela ne signifie pas que tout y soit faux
mais qu'il est indispensable de conserver une bonne attitude critique devant
ce genre de sources.
g. Le brevet
Un brevet est un droit exclusif et à durée déterminée d'exploitation d'une
invention. Cette protection (droit exclusif d'exploitation) est octroyée en
échange d'une divulgation de l'invention.
Le titulaire d'un brevet jouit, pendant un certain temps, du droit d'interdire aux
tiers d'utiliser et de copier son invention.
14
Le portail Lexilogos [http://www.lexilogos.com/index.htm] permet d'identifier pas mal d'outils.
83
Ce qu'il faut savoir
Pour obtenir un brevet, l'invention doit être nouvelle, inventive, susceptible
d'une application industrielle et, évidemment, licite. Ces exigences sont
vérifiées par l'organisme délivrant les brevets.
Le brevet s'applique à un produit, un résultat ou un procédé.
Figure 5.3. L'écran de recherche Esp@cenet.
Principaux sites de brevets :
• World Intellectual Property Organization [http://patentscope.wipo.int/
search/en/search.jsf] : site institutionnel de l'Organisation mondiale de la
propriété intellectuelle ;
• Esp@cenet
[http://be.espacenet.com/search97cgi/s97_cgi.exe?
Action=FormGen&Template=be/fr/advanced.hts] : réseau européen de
bases de données de brevets. Recherche par pays ou tous les pays en
même temps ;
84
Ce qu'il faut savoir
• Office européen des brevets [http://www.epo.org/patents_fr.html] : site
institutionnel présentant l'Office européen des brevets (OEB) qui délivre les
brevets européens pour les États européens ayant signé la Convention sur
le brevet européen de Munich de 1973 ;
• United States Patent and Trademark Office [http://www.uspto.gov/] : accès
gratuit à sa base de données brevets de l'USPTO remontant à 1996 ;
• Office de la propriété intellectuelle du Canada [http://www.cipo.ic.gc.ca/eic/
site/cipointernet-internetopic.nsf/fra/accueil] : brevets canadiens à partir
de 1923. Les brevets avant 1979 n'ont ni résumé ni revendication mais
contiennent les titres et les images ;
• Japan Patent Office [http://www.jpo.go.jp/] : base de données sur les
brevets remontant à 1976 ;
• Sumobrain [http://www.sumobrain.com/] : moteur de recherche gratuit sur
les brevets américains, européens et japonais.
2. Le libre accès à la littérature
scientifique
La science repose sur l'élaboration, la réutilisation et la critique ouverte
du contenu des publications scientifiques. Pour que la science fonctionne
convenablement et que la société puisse profiter pleinement des activités
15
scientifiques, il est essentiel que les données de la science soient ouvertes .
Le mouvement du libre accès à la littérature scientifique trouve son origine
dans un manque d'accès croissant provoqué par la "marchandisation" de la
communication scientifique.
a. Le contexte
Depuis le début des années 1970, les principaux éditeurs commerciaux,
Elsevier, Springer, Wiley... ont racheté des revues à haut facteur d'impact.
Le "portefeuille" de titres de ces éditeurs a progressivement été considéré
comme essentiel et incontournable par les chercheurs.
Avec le temps et surtout depuis l'apparition des périodiques électroniques,
on note un changement progressif du paysage de la publication scientifique.
Ces éditeurs s'approprient le pouvoir de la communauté scientifique. Ils
revendent aux bibliothèques des universités des contenus produits par les
chercheurs de ces universités. Ils tentent de se rendre indispensables auprès
16
des chercheurs avec des bouquets contenant plusieurs centaines de titres.
15
Principe de Panton
ScienceDirect, Wiley Interscience, SpringerLink...
16
85
Ce qu'il faut savoir
L'information scientifique est payée trois fois par les pouvoirs publics :
• les contenus sont produits par les chercheurs (payés par de l'argent
public) ;
• le processus de peer reviewing est réalisé par les chercheurs (payés par
de l'argent public) ;
• les contenus qui deviennent la propriété des éditeurs, sont revendus aux
universités (et payés par de l'argent public).
Le prix demandé est en augmentation constante (10% par an dans les années
1990 !). Il est de moins en moins justifié.
Avec dès lors des problèmes légaux (droits détenus par les éditeurs),
financiers (à budget constant, le nombre d'abonnements diminue) et d'accès
(la communication scientifique est de moins en moins accessible).
b. Quelques repères historiques
Le mouvement du libre accès est né au début des années 1990 avec
la création des premières revues scientifiques en accès libre. Grâce au
développement d'Internet, à la prise de conscience de certains scientifiques
et à la prise de conscience du monde des bibliothèques, le mouvement
de contestation "libre accès" n'a pas cessé de s'amplifier. Il s'organise
17
progressivement par des pétitions et des déclarations successives .
Dans la déclaration de Bethesda (2004), les titulaires du droit d'auteur
(idéalement les auteurs) :
"accordent à tous les utilisateurs un droit d'accès, gratuit, irrévocable, mondial
et perpétuel. Ils concèdent à tous les utilisateurs une licence (par exemple
Creative Commons) leur permettant de copier, d'utiliser, de distribuer, de
transmettre et de visualiser publiquement l'œuvre, d'utiliser cette œuvre pour
la réalisation d'œuvres dérivées et la distribution d'œuvres dérivées, sous
quelque format électronique que ce soit, dans un but raisonnable, à condition
d'en indiquer correctement l'auteur."
Le libre accès est donc bien plus qu'un accès gratuit !
En février 2007, les recteurs des universités belges ont signé la déclaration
de Berlin pour favoriser la publication des résultats de recherches en accès
libre, rejoignant ainsi de nombreuses universités dans le monde.
En 2012, le gouvernement fédéral belge et celui des deux communautés ont
signé la déclaration de Bruxelles qui affirme la volonté des pouvoirs publics
de privilégier le libre accès aux résultats de la recherche qu'ils financent.
17
voir : http://orbi.ulg.ac.be/project?id=01#rep
86
Ce qu'il faut savoir
c. La voie d'or et la voie verte
Créé en 2001 à Budapest, l'Open Archives Initiative (OAI) a produit un
ensemble de règles et de normes. Il recommande deux voies pour participer
au libre accès : la voie verte et la voie d'or.
La voie d'or
Choisir la voie d'or pour publier un article en libre accès, c'est soumettre son
article dans une revue en libre accès.
Les revues en libre accès offrent l'accès libre, sans condition, à l'ensemble
de leurs articles. Ce sont des revues créées originellement en libre accès ou
des revues plus anciennes qui ont changé de politique lors de l'apparition du
18
mouvement. En 2014, 14 % des périodiques scientifiques en sciences et
sciences appliquées sont en libre accès.
19
Comme le travail d'édition reste couteux, certain éditeurs proposent un
"modèle inversé"ou modèle "auteur-payeur" ou APC (Article Processing
Charge). Plutôt que de faire payer des abonnements pour financer les
activités d'édition, ils proposent aux auteurs (ou plutôt à leur institution) de
payer une participation aux frais.
20
Ce montant est cependant parfois assez élevé et peut ne plus rien à voir
avec les coûts réels, même si le principe reste intéressant.
Avec le modèle inversé où c'est l'auteur qui paye les frais de rédaction et
d'édition, on voit aussi apparaître des "predatory publishers". Le seul objectif
de ces derniers est le profit. Ils publient les articles soumis sans aucune
relecture, dans le seul but de faire payer des auteurs trop naïfs et trop
21
contents de voir un éditeur accepter leur manuscrit .
Ceux qui ne font pas payer les auteurs fonctionnent avec des financements
extérieurs, publics ou privés. Certaines revues en libre accès continuent
à commercialiser leur version papier à côté du libre accès à leur version
électronique.
Le répertoire le plus complet de revues scientifiques (avec comité de lecture)
en libre accès est le Directory of Open Access Journals (DOAJ [http://
22
www.doaj.org]). Il est maintenu par l'Université de Lund . On peut également
18
9 623 titres sur 64 216 d'après UlrichsWeb [http://ulrichsweb.serialssolutions.com].
La lecture par les pairs est assurée bénévolement par des scientifiques mais le travail de gestion et de
mise en pages est en général réalisé par du personnel rémunéré.
20
L'article processing charge de Biomed Central va de 785 € à 2 045 € suivant le titre (mai 2014).
21
Une liste des Potential, possible, or probable predatory scholarly open-access publishers [http://
scholarlyoa.com/publishers/], a été mise au point par Jeffrey Beall.
22
Il liste près de 10 000 revues dont 5 600 revues indexées au niveau de l'article avec plus de 1 660 000
entrées.
19
87
Ce qu'il faut savoir
consulter le Directory of Open Access scholarly Resources (ROAD [http://
road.issn.org]) géré par le Centre International de l’ISSN.
Figure 5.4. Le Directory of Open Access Journals
(DOAJ.org).
Certains éditeurs commerciaux, soucieux de se donner une bonne image,
proposent aussi aux auteurs, contre paiement (entre 300 et 3000 €), de
diffuser en libre accès certains de leurs articles.
C'est notamment le cas avec Elsevier (Author Pay Publication), Springer
(Springer Open) ou Wiley (Wiley Open Access) avec certains de leurs titres.
Ce modèle est pourtant décrié par les universités. Il leur fait payer deux
fois la même information. Comme ces articles "ouverts" sont édités dans
des périodiques qui sont inclus dans les abonnements, les auteurs payent
pour des articles auxquels ils ont de toute façon accès.
Il faut par ailleurs ne pas oublier que la version post-print auteur de ces
articles peut bien souvent être mise en ligne, via la voie verte, sans payer
cette "taxe" supplémentaire.
La voie verte
Soit par opportunité soit par choix délibéré, de plus en plus d'éditeurs
adoptent une politique favorable au libre accès.
Ils ne publient pas leurs articles en libre accès mais autorisent l'autoarchivage, le dépôt de la publication, dans un répertoire ouvert. C'est la voie
verte.
88
Ce qu'il faut savoir
Figure 5.5. ORBi, le dépôt institutionnel de l'ULg.
Les articles (et autres publications) sont déposés dans des répertoires ou
dépôts institutionnels (ou thématiques).
L'article déposé doit avoir été accepté par la revue (et le comité de lecture).
Les niveaux d'autorisation diffèrent d'un éditeur à l'autre. Ce sera :
• soit la version "pre-print auteur", celle qui a été envoyée pour soumission ;
• soit la version "post-print auteur", contenant les corrections demandées
par le comité de lecture ;
• soit la version finale "post-print éditeur" ou "pdf
se trouve sur le site de l'éditeur.
23
éditeur" qui est celle qui
Certains éditeurs acceptent le dépôt après un embargo de 6 à 24 mois.
D'autres ajoutent des conditions supplémentaires telles une phrase à
mentionner ou un lien vers l'article original.
Le site SHERPA/RoMEO [http://www.sherpa.ac.uk/romeo/] rassemble les
informations sur la politique d'autorisation de plus de 1 500 éditeurs. En mai
23
pdf est l’acronyme de "Portable Document Format". C’est un format de fichier devenu un standard. Il a été
développé initialement par la société Adobe. Un fichier pdf garde un aspect identique sur tous les systèmes.
Il respecte la mise en page initiale (tailles, caractères, couleurs…) de l'auteur du document.
89
Ce qu'il faut savoir
2014, SHERPA/RoMEO relevait que 72% des éditeurs acceptaient le dépôt
de leurs articles.
Il faut toujours vérifier les autorisations avant un dépôt afin d'éviter de faire
quelque chose d'illégal.
Figure 5.6. Un écran Sherpa (pour la revue BASE).
d. Les caractéristiques du libre accès
Archambault et al. (2013) estime qu’en décembre 2012, plus de 50% des
articles publiés entre 2004 et 2011 étaient accessibles en libre accès.
Le libre accès donne une plus grande visibilité aux publications. D'après
de nombreuses études référencées sur l'Open Citation Project [http://
opcit.eprints.org/], le libre accès multiplie par 2,5 à 5 le nombre de citations
d'un article. Il valorise ainsi les efforts consentis par les pouvoirs publics et
privés qui financent la recherche. Il augmente les échanges entre chercheurs
qui accèdent plus facilement aux publications de leurs pairs.
Le libre accès réduit aussi le monopole des sociétés commerciales dans la
diffusion de l'information scientifique et favorise dès lors l'accès des pays du
Sud à une littérature scientifique de qualité dont ils ne pourraient pas financer
l'accès.
Ce mode de diffusion n'est pourtant pas une diffusion au rabais puisqu'il
y a proportionnellement autant de revues en libre accès avec un comité
90
Ce qu'il faut savoir
24
de lecture que de revues commerciales avec un comité de lecture . La
proportion des revues ayant un facteur d'impact est presque identique pour
25
les deux types de diffusion . Avec leur meilleure visibilité, il y a de plus en
plus de revues en accès libre qui obtiennent un facteur d'impact.
e. Comment s'y retrouver ?
Avec tous les choix possibles, allant de la revue réellement en libre accès,
sans frais pour l'auteur, jusqu'à la revue qui refuse totalement le libre accès,
il est parfois difficile de s'y retrouver.
Avant de choisir une revue, il faut bien s'informer. Le schéma ci-dessous peut
servir de guide dans ce labyrinthe.
Figure 5.7. Quelle revue choisir ?
f. L'accès aux publications
Le site le plus complet pour retrouver une publication (article, rapport...) en
accès libre (voie verte et voie d'or) est actuellement le Bielefeld Academic
26
Search Engine (BASE [http://www.base-search.net/Search/Advanced]) .
Les
moteurs
de
recherche
scientifiques
(portails
d'accès
à
la
littérature
scientifique)
tels
Google
Scholar
[http://
scholar.google.com/],
Sciencegate
[http://sciencegate.ch/web/guest],
ScientificCommons [http://en.scientificcommons.org/] ou WorldWideScience
[http://worldwidescience.org/search/search.html] sont aussi assez complets
mais on note des différences dans les résultats obtenus. Il vaut toujours mieux
utiliser plusieurs outils pour être certain de l'exhaustivité de la recherche.
24
53 % pour les revues en libre accès et 56 % pour les autres, d'après UlrichsWeb [http://
ulrichsweb.serialssolutions.com] (13/06/2014).
25
10 % pour les revues en libre accès et 14 % pour les autres, d'après UlrichsWeb [http://
ulrichsweb.serialssolutions.com] (13/06/2014).
26
Créé et maintenu par la Bielefeld University Library [http://www.ub.uni-bielefeld.de/english/].
91
Ce qu'il faut savoir
Figure 5.8. Une recherche avec Google Scholar.
Figure 5.9. Représentation schématique du "moissonnage"
OAI.
92
Ce qu'il faut savoir
Ces moteurs de recherche spécialisés sont alimentés automatiquement. Ils
vont chercher ("moissonner" ou "harvester") les métadonnées directement
dans les dépôts et répertoires institutionnels qui respectent une norme
27
commune .
Pour les thèses, c'est Dart Europe [http://www.dart-europe.eu/basicsearch.php] qui rassemble le plus de dépôts de thèses. Celles-ci sont
cependant également reprises dans les moteurs de recherche cités cidessus.
Enfin, le répertoire le plus complet de dépôts institutionnels (la voie verte)
est l'OpenDOAR [http://www.opendoar.org/] maintenu par l'University of
Nottingham.
3. Les acteurs de l'édition scientifique
L'acteur principal dans le monde de l'édition scientifique est l'auteur, sans
qui aucun document scientifique, aucun résultat de la recherche, aucune
synthèse ne seraient produits. Les documents qu'il rédige passent par
un processus de validation, d'édition, de publication, de diffusion et de
distribution qui les rendent valides et accessibles.
a. L'éditeur scientifique
L'éditeur scientifique ("editor" en anglais) se charge des aspects
scientifiques des documents.
Pour un périodique, l'éditeur scientifique est son comité de rédaction,
représenté par son rédacteur en chef. Il se charge de tout le processus
de validation. Il identifie les membres du comité de lecture, les "pairs", leur
transmet les manuscrits et décide, sur base des différents avis récoltés, de
la publication ou non d'un manuscrit.
Pour un ouvrage collectif, l'éditeur scientifique coordonne l'ouvrage. Il peut y
avoir un ou plusieurs éditeurs scientifiques pour un ouvrage collectif. On les
identifiera par leur fonction : "sous la direction de..." ou "coordonné par...".
C'est l'éditeur scientifique qui contacte les différents auteurs, rassemble,
critique, corrige leur manuscrit et construit l'ensemble en rédigeant une
préface ou un avant-propos.
Pour un compte rendu de congrès ou de colloque, c'est souvent l'organisateur
qui en est aussi l'éditeur scientifique. Ce sera soit le comité scientifique luimême (plusieurs personnes), soit l'institution de tutelle, le président du comité
scientifique ou un de ses membres. Le travail d'édition scientifique est le
même que pour un ouvrage collectif, mais le compte rendu de congrès est
constitué de communications présentées oralement.
27
Open Archives Initiative - Protocol for Metadata Harvesting.
93
Ce qu'il faut savoir
b. L'éditeur
L'éditeur ("publisher" en anglais) se charge des aspects matériels de la
publication. Il prend les manuscrits en charge une fois que leur contenu
scientifique a été validé.
Pour un livre, l'éditeur est en contact direct avec l'auteur. Il n'y a pas
nécessairement un éditeur scientifique pour valider le contenu du manuscrit.
C'est alors l'éditeur lui-même qui se charge de cette validation en soumettant
le manuscrit à des évaluateurs, internes ou externes à la maison d'édition.
L'éditeur envisage aussi les aspects commerciaux (public cible, tirage, couts
de production...) avant d'accepter l'édition d'un livre.
Il signe ensuite un contrat avec l'auteur afin d'acquérir les droits de publication
de l'ouvrage et régler la gestion du droit d'auteur.
Pour un périodique, il gère tous les aspects pratiques. Une fois qu'un fascicule
est constitué avec les différents articles acceptés pour édition, il se charge de
la mise en pages de l'ensemble. S'il y a une version imprimée, il confie son
impression à un imprimeur. Pour la version électronique, c'est généralement
lui qui gère la mise en ligne des fascicules. Il se charge aussi de la vente s'il
y a des abonnements.
Pour un ouvrage collectif et un compte rendu de colloque, l'éditeur prend
en charge les manuscrits une fois que le travail de l'éditeur scientifique est
terminé. C'est ce dernier qui reste son interlocuteur. Les auteurs n'entrent
généralement pas en contact avec l'éditeur.
Certaines maisons d'édition proposent la publication de livres à compte
d'auteur. C'est heureusement une exception parce qu'avec ce mode d'édition,
le lecteur n'a aucune garantie quant à la qualité scientifique de l'ouvrage
produit.
Certains opérateurs font de l'édition à compte d'auteur sans clairement
l'annoncer. C'est le cas des Éditions Universitaires Européennes [http://
infolit.be/docs/EUE.pdf] qui ne servent que de boite aux lettres. Elles
n'apportent aucun contrôle ni aucune valeur ajoutée aux manuscrits publiés.
Il existe une liste complète [http://usp.ac.fj.libguides.com/pod] (maintenue par
l’University of the South Pacific) de ces éditeurs qui publient des livres sans
aucune validation .
c. Les autres acteurs
D'autres acteurs interviennent dans la diffusion (faire savoir qu'un document
existe), la distribution (acheminer les documents d'un endroit à l'autre) et
la vente (en libraire ou en ligne) des documents. Ce sont des opérations
commerciales qui influencent le prix du livre.
94
Ce qu'il faut savoir
Pour les périodiques, les agences d'abonnement peuvent aussi intervenir.
Elles gèrent les abonnements et sont les intermédiaires entre les éditeurs et
les clients (des institutions). C'est souvent nécessaire pour simplifier le travail
des bibliothèques qui doivent gérer des centaines d'abonnements, à la fois
imprimés et électroniques.
Enfin, les bibliothèques elles-mêmes ont un rôle important de diffusion
et de circulation des documents. Elles ont un rôle classique de mise à
disposition des documents. Elles jouent aussi un rôle dans leur sélection et
leur description.
Ce rôle est devenu particulièrement important avec les documents
électroniques puisque ce sont aussi elles qui créent et gèrent les répertoires
de ressources électroniques et les dépôts institutionnels.
4. Les langages
Outre le vocabulaire spécifique utilisé tout au long de ces pages (voir l'index
pour en retrouver la liste), les outils de recherche documentaire utilisent des
langages spécifiques :
• les langages documentaires ;
• le langage de commande.
a. Les langages documentaires
Les langages documentaires servent à décrire les documents.
Lors d'une recherche documentaire, on est confronté à deux types de
langages : le langage libre et les langages contrôlés.
Langage libre
On parle de langage libre si aucun langage spécifique n'est utilisé, on utilise
alors des mots-clés. Ces termes sont extraits d'un titre, d'un résumé ou d'un
texte. Ils font partie du langage naturel, libre, de tous les jours.
Avec un moteur de recherche sur Internet, on utilise des mots-clés. Lors d'une
recherche avec des mots-clés, il faut envisager les différents synonymes pour
un même sujet. Il faut aussi prévoir les différentes formes (singulier et pluriel
par exemple) pour un même mot.
Langages contrôlés
Lorsqu'un documentaliste identifie les concepts présents dans un document,
28
il les transcrit dans un langage spécifique .
28
De plus en plus de système "intelligents" automatisent, avec plus ou moins de bonheur, le travail
des documentalistes. De leur côté, les moteurs de recherche intègrent progressivement ces outils pour
interpréter les requêtes des internautes.
95
Ce qu'il faut savoir
L'utilisateur qui identifiera les concepts relatifs à sa propre recherche, les
traduira aussi dans un langage spécifique et les utilisera lors de sa recherche
documentaire. Si l'indexeur et l'utilisateur utilisent les mêmes termes, ils
identifieront le(s) même(s) document(s). Ils utilisent dès lors un langage
commun, un langage documentaire contrôlé.
Il y a deux grandes classes de langages contrôlés : les langages d'indexation
systématique ou de classification systématique (plan de classement, matière)
et les langages d'indexation alphabétique (descripteurs) utilisés pour la
description.
Les classifications systématiques
Les classifications systématiques sont destinées au classement d'une
partie des connaissances (classifications spécialisées) ou de l'ensemble des
connaissances (classifications encyclopédiques).
Figure 5.10. La classe 631 dans la CDU.
En bibliothèque, les classifications sont utilisées pour regrouper
physiquement (dans les rayonnages) tous les documents relatifs à un sujet
déterminé. Elles permettent de créer la cote de classement des documents.
Puisqu'il s'agit d'un classement physique autant qu'intellectuel, on n'attribue
qu'une seule classe à un document. Certains systèmes prévoient cependant
d'en attribuer plusieurs.
96
Ce qu'il faut savoir
Ce type d'indexation était indispensable avec les fichiers imprimés, il l'est
moins avec les outils informatisés.
Quelques classifications encyclopédiques :
• la classification numérique de DEWEY [http://www.oclc.org/dewey/
versions/ddc22print/intro.pdf] ;
• la classification CDU [http://www.udcc.org/scheme.htm] (Classification
Décimale Universelle de Otlet et Lafontaine) avec 9 classes numériques ;
• la classification Library of Congress Subject Headings (LCSH [http://
www.loc.gov/catdir/cpso/lcco/]) avec 21 classes alphanumériques ;
• la
classification
numérique
de
la
National
Agriculture
Library (NAL Classification Numbers [http://agricola.nal.usda.gov/help/
AGRICOLADocAppndxC.pdf]) utilisée dans AGRICOLA.
L'indexation alphabétique
L'indexation alphabétique est basée sur un principe combinatoire. On
peut attribuer au document tous les descripteurs qui traduisent le mieux les
principaux concepts d'un document.
Il y a un grand nombre de combinaisons possibles.
Figure 5.11. Le thésaurus Agrovoc (FAO).
97
Ce qu'il faut savoir
Un descripteur (uni-terme ou multi-termes) est choisi pour éviter toute
ambigüité de sens. Sont dès lors évacués :
• les synonymes (par exemple : MALARIA et PALUDISME) ;
• les homographes (par exemple : PECHE (fruit) et PECHE (action de
pêcher)).
Un descripteur est indépendant des autres descripteurs. Ce sera en général
un substantif (INDEMNISATION plutôt que INDEMNISER) et sera, sauf
29
exception, au singulier .
Un descripteur est toujours extrait d'une liste d'autorité établie à l'avance,
30
de la simple liste alphabétique aux thésaurus avec relations hiérarchiques
(termes généraux et termes spécifiques) et sémantiques (renvois réciproques
entre un descripteur et un non-descripteur et renvois vers des termes
associés, proches).
b. Le langage de commande
Le langage de commande est constitué de l'ensemble des commandes
à entrer dans un système documentaire (catalogue, bibliographie, base de
sommaires, moteur de recherche...) pour poser des questions, visualiser et
sélectionner des références.
Les modes d'accès
Les systèmes documentaires proposent généralement deux à trois modes
d'interrogation. Le mode novice ou simple avec une seule zone de saisie, un
mode avancé qui affiche plusieurs zones de saisie et plusieurs combinaisons
et un mode expert où l'utilisateur doit rédiger lui-même sa question
documentaire, en utilisant toute la syntaxe du langage.
La tendance générale est de proposer d'emblée le mode simple avec une
seule zone de saisie et la possibilité d'entrer quelques termes comme pour
les moteurs de recherche généralistes (Google ou Yahoo).
Cette tendance va même plus loin puisque des outils de nouvelle génération
proposent même, avec une seule zone de saisie, d'interroger plusieurs
outils parfois très hétérogènes (catalogue, bases de données, moteurs de
recherche...) en même temps.
29
Le pluriel est employé si le sens est différent (DROIT et DROITS) ou si le terme n'existe pas au singulier
(CONDITIONS ATMOSPHERIQUES).
30
Quelques thésaurus, en accès libre ou gratuit, à utiliser : l'Agrovoc [http://aims.fao.org/standards/agrovoc/
functionalities/search] (AGRIS) ou le thésaurus de l'Unesco [http://databases.unesco.org/thesfr/], qui sont
des thésaurus multilingues et le NAL Agricultural Thesaurus [http://agclass.nal.usda.gov/dne/search.shtml]
(USDA), CAB Thesaurus [http://www.cabi.org/cabthesaurus/] ou le MESH [http://www.ncbi.nlm.nih.gov/
mesh] (le Medical Subject Headings de la NLM) qui sont uniquement en anglais.
98
Ce qu'il faut savoir
Les opérateurs booléens
Basés sur l'algèbre de Boole, ils permettent de combiner plusieurs éléments
de la recherche (termes ou questions) pour affiner ou élargir une question.
Il y a trois opérateurs : le ET, le OU et le SAUF.
ET
Le ET (AND en anglais) représente une intersection.
Avec l'opérateur ET, les références affichées contiennent le terme A et le
terme B. Si un seul des deux termes est présent, la référence est rejetée. Les
références affichées appartiennent obligatoirement aux deux ensembles.
Figure 5.12. Terme A ET terme B.
L'opérateur ET a pour effet de réduire le nombre de réponses à une question.
Il est utilisé pour préciser une question. Par exemple, pour chercher un
document sur les maladies de la tomate on utilisera l'équation : "maladie ET
tomate".
Dans la majorité des outils de recherche, l'opérateur ET est l'opérateur
par défaut, c'est-à-dire que l'espace entre deux termes est équivalent à
31
l'opérateur ET. Il est parfois remplacé par "+" .
OU
Le OU (OR en anglais) représente une conjonction.
Avec l'opérateur OU, les références affichées contiennent au moins un des
deux termes de l'équation. Les références affichées appartiennent donc à un
ou deux ensembles.
31
Avec AGRIS, il faut mettre un "+" devant chaque terme de l'équation par exemple "+A +B" signifie "A AND
B" (mais "A AND B" fonctionne également).
99
Ce qu'il faut savoir
Figure 5.13. Terme A OU terme B.
L'opérateur OU a pour effet d'augmenter le nombre de réponses, il additionne
les résultats des différents ensembles. Il est utilisé pour associer des
synonymes dans une question documentaire. Par exemple, pour chercher
des documents sur le blé : "ble OU triticale OU wheat".
Avec certains outils, les termes placés entre parenthèses sont considérés
32
comme étant reliés avec l'opérateur OU .
SAUF
Le SAUF (NOT ou AND NOT en anglais) représente une exclusion.
Avec l'opérateur SAUF, les références affichées contiennent le terme A mais
pas le terme B. Toutes les références de l'ensemble A qui contiennent aussi
le terme B sont éliminées.
Figure 5.14. Terme A SAUF terme B.
L'opérateur SAUF a pour effet de réduire le nombre de réponses en excluant
des documents non désirés. Par exemple, pour chercher des documents qui
traitent de physiologie animale : "physiologie SAUF vegetal".
Il est parfois remplacé par "-".
La troncature
La troncature est utilisée pour remplacer des lettres manquantes.
32
C’est le cas avec Belefield Academic Search Engine (BASE) et avec AGRIS
100
Ce qu'il faut savoir
Elle est utilisée pour raccourcir la frappe, pour sélectionner plusieurs termes
ayant une racine commune ou pour rechercher à la fois le singulier et le pluriel
d'un mot.
On parle le plus souvent de troncature droite mais il peut aussi y avoir des
troncatures gauches ou centrales.
Une racine opérationnelle (bien positionnée) ne donne que des réponses
attendues. Il faut éviter de tronquer des racines trop courtes. Par exemple
"ener*" :
• donnera : énergie, énergies, énergétique et énergivore ;
• mais donnera aussi : énergique, énervant, énergumène ou énervation.
Elle est souvent représentée par un astérisque : "*".
Les autres outils
À côté des grands classiques que sont les opérateurs booléens et la
troncature, les moteurs de recherche proposent également d'autres outils qui
permettent d'être plus précis encore dans les recherches.
Les expressions exactes et les opérateurs de proximité
Si on cherche des documents sur l'"effet de serre", on peut poser la question :
"effet AND serre". Les réponses contiendront des documents sur l'"effet de
serre" mais aussi des documents sur l'"effet de l'arrosage continu sur la
croissance en serre"..., ce qui ne correspond pas à la question posée.
Deux outils sont à notre disposition pour préciser la question : les expressions
exactes et les opérateurs de proximité.
L'expression exacte se traduit en langage documentaire par l'utilisation des
guillemets. On peut imposer un multi-termes en utilisant tout simplement les
guillemets, par exemple : "effet de serre". Cet opérateur fonctionne avec
quasiment tous les outils existants.
Les opérateurs de proximité permettent une recherche plus précise dans un
texte (titre, résumé...). Ils ne sont proposés que dans certaines bibliographies.
Avec ces opérateurs, on peut demander que deux termes soient côte à côte
ou proches et même préciser, en nombre de mots, la distance entre ces
termes.
Il y a deux groupes de commandes : les commandes qui imposent un
ordre d'apparition des termes et celles qui ne tiennent pas compte de cet
ordre d'apparition. Les commandes que l'on peut rencontrer sont "ADJ", "W",
"WITHIN", "NEAR", "SAME" ou "N" suivie ou non d'un nombre.
101
Ce qu'il faut savoir
Ces commandes peuvent varier d'une base de données à l'autre. La
commande "W", dans certaines bases de données, impose l'ordre, dans
d'autres, ne l'impose pas. Il faut donc consulter l'aide si on veut en tirer parti.
Les parenthèses
Les parenthèses peuvent avoir deux fonctions différentes.
Traditionnellement, elles servent à séparer les éléments d'une question, par
exemple : "pomme* AND (tavelure OR conservation OR moisissure*)" qui est
équivalent à : "(pomme* AND tavelure) OR (pomme* AND conservation) OR
(pomme* AND moisissure*)".
33
Avec certains outils , les termes entre parenthèses sont considérés comme
liés avec l'opérateur "OU" et ceux à l'extérieur liés avec l'opérateur "ET". Par
exemple, la question documentaire ci-dessus se traduit alors par : "pomme*
34
(tavelure conservation moisissure*)" .
Avec cette nouvelle syntaxe, la rédaction de la question documentaire est
plus rapide mais il faut être attentif à ne pas faire d'erreur.
Figure 5.15. Combinaisons booléennes dans la fenêtre
historique.
33
C'est par exemple le cas avec BASE [http://www.base-search.net/Search/Advanced].
Avec AGRIS [http://agris.fao.org/], il faudra écrire : "+pomme* +(tavelure conservation moisissure*)".
34
102
Ce qu'il faut savoir
Encore une fois, il faut consulter l'aide pour voir comment les commandes
sont interprétées par le moteur de recherche utilisé.
L'historique
Avec l'historique, il est possible de voir toutes les questions posées, d'y
revenir et de les combiner entre elles.
Cette fonction n'est pas proposée sur tous les outils documentaires. Les
moteurs de recherche généralistes (comme Google ou Yahoo) et les moteurs
de recherche scientifiques ne conservent pas l'historique des questions
posées. Il faut modifier ou récrire la question posée pour l'améliorer.
Lorsqu'il est possible de combiner les questions, on peut le faire via un menu
spécifique ou en intégrant directement le numéro des questions précédentes
dans l'équation : "(#1 OU #2) ET (#3 OU #4)".
Les déplacements hypertextes
Comme pour n'importe quelle page Web, les moteurs de recherche proposent
des liens hypertextes (le plus souvent, mots soulignés et en bleu), des
hyperliens, permettant de rebondir vers d'autres informations : les autres
documents du même auteur, d'autres documents avec le(s) même(s) mot(s)clé(s)...
L'hyperlien le plus spécifique aux outils documentaires est l'extension de la
recherche aux related citations ou related documents ou related records. Il
lance une nouvelle recherche sur base des mots du titre, du résumé ou de
la bibliographie du document affiché.
Cette recherche permet parfois de trouver des documents que l'on n'aurait
pas trouvé avec la question documentaire.
Les index et listes d'autorité
Certains systèmes plus élaborés (les bibliographies et certains catalogues)
proposent la consultation de leurs index.
Les index sont des listes alphabétiques de mots extraits automatiquement
des métadonnées. Les index les plus fréquents sont les index des auteurs,
des mots-clés, des titres de périodiques... Ils permettent d'identifier des
variations pour un même terme (singulier et pluriel, par exemple) et de lancer
une recherche à partir de termes sélectionnés.
Les listes d'autorité sont plus précises que les index. Elles sont contrôlées et
constituées par des spécialistes.
Les thésaurus et plans de classement, qui sont aussi des listes d'autorité,
sont consultables dans les systèmes plus élaborés (les bibliographies et les
catalogues).
103
Ce qu'il faut savoir
Figure 5.16. Index auteur dans ProQuest Sciences du vivant.
Dans les catalogues, la liste des auteurs est souvent aussi une liste d'autorité.
Elle garantit que le nom d'un même auteur soit toujours catalographié de la
même façon avec les mêmes initiales voire le(s) prénom(s) complet(s).
5. La notoriété des publications
Pour toutes sortes de dossiers (promotions, projets, financements), le
chercheur doit produire une liste de publications. Cette liste est utilisée par
les institutions et les bailleurs de fonds pour évaluer son activité scientifique.
Toutes les publications n'ont pas la même notoriété, la même visibilité et un
article dans une revue bien cotée aura plus de "poids" qu'un article dans une
revue plus confidentielle ou moins scientifique.
L'objectif des outils bibliométriques est de faire des comparaisons entre
revues, entre chercheurs, entre institutions et de proposer des classements.
a. Le facteur d'impact
Le facteur d'impact (IF, impact factor) d'une revue est une valeur calculée
par Thomson Scientific (anciennement ISI – Institute of Scientific Information)
depuis 1960. L'IF est l'outil le plus ancien et le plus réputé auprès des
scientifiques.
Le calcul du facteur d'impact
La base de données Web of Science [http://apps.isiknowledge.com/?
product=WOS] (WoS) a la spécificité de reprendre, en plus des données
104
Ce qu'il faut savoir
bibliographiques (titre, auteur(s)...), les bibliographies complètes de chaque
article.
Le calcul est réalisé à partir du nombre de citations dans ces bibliographies
(de ± 8 000 revues reprises dans le WoS).
Pour calculer l'IF 2010 d'une revue :
• on compte, en 2010, le nombre de citations d'articles publiés en 2008 et
en 2009 par cette revue ;
• on divise ce nombre par le nombre d'articles que cette revue a publié au
cours de cette même période (en 2008 et en 2009).
Si l'IF est de 2,00 pour une revue et que cette revue a publié 50 articles au
cours de ces deux années, cela signifie :
• qu'il y a, en 2010, 100 citations d'articles (publiés en 2008 ou en 2009) de
cette revue (100/50=2);
• que l'on peut considérer, qu'en moyenne, en 2010, chaque article a été
cité 2 fois.
L'IF est une mesure de la notoriété d'une revue et non d'un article. Les IF
calculés par Thomson Scientific sont publiés une fois par an (en juin) dans
le Journal Citation Reports [http://admin-apps.isiknowledge.com/JCR/JCR?
PointOfEntry=Home].
Figure 5.17. Une page du Journal Citation Reports.
105
Ce qu'il faut savoir
Les autres indicateurs du Journal Citation Reports
Dans le Journal Citation Reports on peut également trouver, pour chaque
revue :
• le nombre total d'articles publiés durant l'année ;
• le nombre total de fois où le périodique a été cité par d'autres périodiques
au cours de l'année ;
• le facteur d'impact sur cinq ans, calculé de la même manière que l'IF mais
sur une période plus longue (par exemple, pour le IF5 2010, le nombre
de citations, en 2010, d'articles publiés entre 2005 et 2009 divisé par le
nombre d'articles publiés sur cette période) ;
• l'Immediacy index qui est le nombre moyen de citations d'articles au cours
de l'année même de leur publication ;
• le Cited Half-Life, qui donne l'âge médian des citations sur base de la
médiane du nombre de citations des articles publiés, triées par année de
publication ;
• le Citing Half-Life, qui indique l'âge médian des références dans les
bibliographies ;
• l'Eigenfactor Score et l'Article Influence Score calculés sur base des
citations des cinq dernières années (comme l'IF5) mais en tenant compte
du facteur d'impact des revues qui citent et en supprimant les auto-citations
(articles cités par un autre article de la même revue).
Le h index
Le h index ou indice de Hirch quantifie la production scientifique d'un
chercheur et les citations de ses publications.
Ce sont les publications d'un auteur (pas celles d'une revue) qui sont
mesurées.
Le h index a au départ été développé pour les physiciens afin de tenter de
quantifier leurs "qualités scientifiques". Il est calculé à partir de la distribution
des publications (voir l'exemple dans la figure ci-dessous où le h index est de
e
34 parce que le 35 article, par ordre de citation, a été cité 34 fois).
35
Le h index est aussi calculé par les concurrents de Thomson Scientific .
Le h index tient compte de la distribution des publications et des citations. Il
est cependant très sensible au domaine concerné puisque les habitudes de
citation varient très fort d'un domaine à l'autre. Il ne tient pas compte de la
35
Celui calculé par Scopus est très proche de celui calculé par Thomson Scientific. Celui calculé par Google
Scholar est en général plus élevé en raison du plus grand nombre de titres de périodiques indexés.
106
Ce qu'il faut savoir
place de l'auteur dans la liste des auteurs. Un auteur qui travaille dans un
domaine où le nombre de citations est élevé (la génomique par exemple) et
qui cosigne toutes les publications de son laboratoire aura rapidement un h
index élevé.
Figure 5.18. Les données bibliométriques Thomson
Scientific pour un auteur (citations et h index).
Les limites
On estime à 24 000 le nombre de revues scientifiques de rang A, revues
internationales avec comité de lecture (d'après l'Ulrich's Serials Analysis
System [http://www.ulrichsweb.com/ulrichsweb/analysis/]) et "seulement"
8 000 de ces revues sont analysées par Thomson Scientific.
D'un domaine à l'autre, l'IF ne peut pas être utilisé pour réaliser des
comparaisons. Il y a de grandes inégalités entre disciplines et sousdisciplines. Les revues des domaines bio-médicaux sont celles qui ont les IF
les plus élevés.
Par ailleurs, bien que 43 pays soient couverts, la majorité des revues
indexées sont anglo-saxonnes.
L'IF est une mesure bibliométrique qui ne tient pas vraiment compte des
contenus. En quelque sorte, cela revient à juger de la qualité d'un musicien
en comptant ses productions, sans écouter sa musique.
107
Ce qu'il faut savoir
b. Les alternatives
Pendant 40 ans, Thomson Scientific a eu le monopole des mesures
bibliométriques avec son facteur d'impact. Depuis quelques années,
plusieurs concurrents sont apparus.
Scopus et SCImago
Scopus est un produit Elsevier (l'éditeur) qui, comme le Web of Science
(WoS) de Thomson Scientific, donne pour chaque article, les articles cités et
les articles citants.
Comme le WoS, c'est un produit payant qui analyse les productions des
auteurs, des institutions et des revues.
Figure 5.19. Un écran du SCImago Journal Rank.
Elsevier calcule une indice d'influence, le SCImago Journal Rank (SJR),
à partir des données de Scopus. Dans le calcul, Elsevier tient compte du
nombre de citations pour deux années de publication mais aussi de la
notoriété des revues qui citent.
108
Ce qu'il faut savoir
À côté de ses services payants, Elsevier propose un service gratuit, le
SCImago Journal & Country Rank [http://www.scimagojr.com/]. Ce service
présente la synthèse des données des revues (SJR, classement par titre de
revue et par pays) présentes dans Scopus.
Google Scholar
Google Scholar compte aussi le nombre de citations pour chaque document.
Dans son affichage, les documents les plus souvent cités apparaissent en
première position.
Deux outils proposent une synthèse (nombre d'articles, nombre de citations
et h index) des données de Google Scholar :
• un logiciel qui fonctionne sous Windows et Linux, le logiciel PoP [http://
www.harzing.com/pop.htm] ("Publish or Perish") calcule un h index par
auteur et par revue et ajoute d'autres indicateurs propres ;
• le Scholarometer, un add-on (application gratuite ajoutée) aux navigateurs
Firefox ou Google Chrome, propose une analyse bibliométrique pour un
ou plusieurs auteurs.
Eigenfactor.org
Eigenfactor.org [http://eigenfactor.org] est un service gratuit proposé par
l'Université de Washington.
Sur base des données du Journal Citation Reports, il calcule l'Eigenfactor
Score et l'Article Influence Score. Il propose un classement et une
cartographie des revues, par domaine, sur base de ces données.
Les "scores" tiennent compte du cout des revues.
Faculty of 1000
Le Faculty of 1000 Biology ou Medicine [http://f1000.com] est une base de
données qui identifie les "most interesting papers" publiés en biologie ou en
médecine.
Les articles sont évalués par un panel de 2 300 scientifiques (les "faculty
members") qui proposent un bref commentaire sur les articles et les qualifient
de : "recommended", "must read" ou "exceptional".
Ce service doit être sollicité par les auteurs et est payant.
109
Ce qu'il faut savoir
Figure 5.20. Un écran de recherche de Publish or Perish.
Figure 5.21. Un écran de recherche de Scholarometer.
110
Ce qu'il faut savoir
Figure 5.22. Un écran de recherche de Eigenfactor.org.
6. Le droit d'auteur
36
Maitriser les règles du droit d'auteur , dans ses grandes lignes, est
essentiel pour connaitre et faire respecter ses droits. Cela permet de savoir
ce que la loi protège, ce que l'on peut copier, reproduire ou photocopier.
Il y a des exceptions à certains droits et des variations suivant l'usage que
l'on fait des documents mais une grande constante :
Il faut toujours citer ses sources, même pour les documents tombés
dans le domaine public ou publiés en libre accès.
Ne pas citer ses sources, c'est plagier.
a. Étendue et démarche
Le droit d'auteur protège toutes les œuvres littéraires et artistiques, c'est-àdire toutes les productions du domaine littéraire, scientifique et artistique, sur
tout support, y compris les manifestations orales de la pensée.
36
Ce chapitre traite du droit d'auteur en Belgique. La législation peut varier légèrement d'un pays à l'autre,
même si le droit européen impose aux États membres l'inscription de règles communes dans les législations
nationales.
111
Ce qu'il faut savoir
L'œuvre doit impérativement être originale (expression de l'effort intellectuel
37
de son auteur) et avoir été mise en forme pour pouvoir être communiquée .
a
Contrairement aux brevets qui nécessitent un enregistrement , le droit
d'auteur est acquis automatiquement, sans formalité d'enregistrement
ou de mention particulière.
a
Temporaire et payant.
Le symbole © est recommandé mais pas obligatoire. En Belgique, c'est le
Ministère des Affaires économiques qui gère le droit d'auteur, en France c'est
le Ministère de la Culture.
Les actes officiels (lois, décrets, décisions de justice...) ne sont pas concernés
par le droit d'auteur.
Les œuvres littéraires et artistiques dont l'auteur (ou le dernier auteur) est
38
décédé depuis au moins 70 ans tombent dans le domaine public .
Par ailleurs, dans le cadre des publications en libre accès, il existe de
39
nombreuses variantes mais le principe d'ouverture évoqué plus haut reste
constant.
Le droit d'auteur est séparé en deux branches. Il y a, d'une part, les droits
patrimoniaux qui concernent les aspects matériels du droit d'auteur et, d'autre
part, les droits moraux qui concernent les aspects intellectuels du droit
d'auteur.
b. Les droits patrimoniaux
Le droit de reproduction et de communication au public sont des prérogatives
de l'auteur.
L'auteur peut, par contrat, céder ses droits patrimoniaux ou consentir une
licence à un tiers, généralement l'éditeur.
L'éditeur prévoit en général une rémunération allant de 5 à 15 % du chiffre
d'affaires de la vente de l'œuvre.
La rédaction d'un article ou d'une participation à un ouvrage collectif ne donne
en général lieu à aucune rémunération (cession gratuite).
Par contrat, l'auteur cède dès lors le droit d'autoriser ou d'interdire la
reproduction de son œuvre de quelque manière et sous quelque forme que ce
soit, d'en autoriser la traduction ou l'adaptation, de contrôler sa distribution,
son importation, sa location et le prêt.
Les champs d'application des droits patrimoniaux sont le droit de prêt, le droit
de reprographie et le droit de citation.
37
Les idées non exprimées ne sont donc pas protégées par le droit d'auteur.
On dit alors que la durée des droits d'auteur est expirée.
39
Comme par exemple le contrat "Creative Commons" qui protège ce document.
38
112
Ce qu'il faut savoir
Le droit de prêt
Le prêt privé, entre amis ou membres de la famille, n'est pas concerné par
le droit de prêt, il est libre.
L'auteur, ses ayants droit ou l'éditeur ne peuvent pas s'opposer au prêt s'il est
organisé dans un but éducatif ou culturel et s'il est réalisé par l'intermédiaire
d'institutions reconnues ou organisées officiellement par les pouvoirs publics
(les bibliothèques).
40
La législation européenne impose cependant aux États membres de prévoir
une rémunération équitable pour les auteurs ou les ayants droit et les éditeurs
afin de compenser le "préjudice" qu'ils subissent à cause du prêt.
Cette même législation prévoit par ailleurs des exceptions pour certaines
catégories d'établissements. Ainsi, les bibliothèques des institutions
d'enseignement, dont les universités, sont exemptées de cette taxe. Par
contre, les bibliothèques publiques payent une taxe proportionnelle au
nombre de lecteurs inscrits.
Le droit de reproduction
Les principes
L'auteur ne peut interdire la reproduction de documents imprimés effectuée
à usage privé (personnel et familial), à usage interne (dans l'entreprise
de l'utilisateur) ou pour l'illustration de l'enseignement ou la recherche
scientifique. En cas de reproduction, par photocopie, une taxe doit être payée,
c'est le droit de reprographie.
La photocopie peut porter sur l'intégralité d'un article ou d'une œuvre
plastique (photographie, dessin, graphique...). S'il s'agit d'un livre, la
photocopie ne peut porter que sur de courts fragments. D'une manière
générale, la photocopie ne peut porter préjudice à l'exploitation normale de
l'œuvre (en diminuer ses ventes).
La pratique
En Belgique, le droit de reprographie est une taxe perçue par la société
Reprobel. Cette taxe est payée par les institutions, les sociétés privées, les
copy shop et perçue sur les ventes de photocopieurs et scanners.
Ces taxes sont redistribuées aux éditeurs et aux auteurs par des sociétés
de gestion des droits. Peu de scientifiques font cependant les démarches
nécessaires pour recevoir ces sommes perçues en leur nom.
La législation ne fait aucune distinction entre les créations littéraires ou
artistiques (musiques ou films) et les articles scientifiques. Les scientifiques
40
Directive du 19/11/1992, Journal Officiel L 346 du 27/11/1992, 61.
113
Ce qu'il faut savoir
écrivent des articles pour diffuser et échanger des connaissances et non pour
obtenir des droits d'auteur.
En plus, la société Reprobel taxe indifféremment les articles provenant de
revues classiques et ceux de revues pour lesquelles un contrat autorise la
reproduction en plusieurs exemplaires (comme les revues électroniques en
bouquet ou les revues en libre accès).
Avec la taxe sur les impressions, aussi prévue par la législation et dont
l'application est en discussion, l'impression des articles de revues en bouquet
ou de revues en libre accès sera aussi taxée (ce qui est contraire aux contrats
signés avec les éditeurs et à la déclaration de Bethesda pour le libre accès).
Le droit de citation
Le droit de citation concerne le texte. L'utilisation d'illustrations
(photographies, tableaux, figures, dessins) extraites d'une œuvre doit
toujours faire l'objet d'une autorisation expresse des titulaires du droit
a
d'auteur .
a
Sauf si le document est en libre accès
Le droit de citation autorise la reproduction et la communication au public
de courtes citations d'œuvres de toute nature sans le consentement des
titulaires du droit d'auteur.
La taille de la citation autorisée dépend de la longueur du texte original. Pour
un texte d'une centaine de lignes, la citation ne peut pas excéder 15 lignes.
Pour un livre, la citation sera d'une page maximum.
La citation doit être effectuée dans un but de critique, de polémique,
d'enseignement ou dans des travaux scientifiques.
c. Le droit moral
Le droit moral touche à la personnalité de l'auteur, au droit intellectuel et à
la paternité de l'œuvre.
Le droit de paternité permet à l'auteur d'exiger le respect de l'œuvre
(en s'opposant à toute modification) et la mention de son nom lors de
l'exploitation.
Contrairement aux droits patrimoniaux, le droit moral (la paternité de l'œuvre)
ne peut pas être cédé à un tiers.
d. Internet
Même si les documents sur Internet sont plus facilement accessibles, les
principes de base du droit d'auteur sont identiques à ceux relatifs aux
documents imprimés.
114
Ce qu'il faut savoir
Toute œuvre consultable sur Internet, même gratuitement, n'est pas pour
autant "libre de tous droits".
e. Le plagiat
Le principe de base est le respect total du droit d'auteur et, dans tous les cas,
le respect de la paternité de toutes les productions intellectuelles.
La notion de plagiat est multiple ; pour
www.bibliotheques.uqam.ca/plagiat] plagier c'est :
l'UQAM
[http://
• copier textuellement un passage d'un livre, d'une revue ou d'une page Web
sans le mettre entre guillemets et/ou sans en mentionner la source ;
• insérer dans un travail des images, des graphiques, des données...
provenant de sources externes sans en indiquer la provenance ;
• résumer l'idée originale d'un auteur en l'exprimant dans ses propres mots,
mais en omettant d'en indiquer la source ;
• traduire partiellement ou totalement un texte sans en mentionner la
provenance ;
• utiliser le travail d'une autre personne et le présenter comme le sien et ce,
même si cette personne a marqué son accord.
Au delà du simple respect des lois qui régissent le droit d'auteur, la qualité
scientifique d'un travail et l'intégrité intellectuelle de son auteur ne peuvent
pas faire l'impasse sur le respect de la propriété intellectuelle et le respect
du travail des autres.
Le plagiat a toujours existé. Avec l'apparition d'Internet, le plagiat est peutêtre plus facile ("copié-collé") mais aussi plus rapidement découvert (avec ou
sans logiciels spécialisés).
f. Une alternative
La licence Creative Commons [http://creativecommons.be/] (ce document est
sous licence Creative Commons) part d'une logique inverse de celle évoquée
plus haut. Elle propose quelques droits réservés (au choix de l'auteur) plutôt
que tous les droits réservés (surtout par l'éditeur).
La licence prévoit quatre attributs combinables (six contrats différents) :
• BY - attribution, paternité : correspond au droit moral, c'est obligatoire pour
tous les contrats ;
• NC (Non Commercial) = pas d'utilisation commerciale ;
115
Ce qu'il faut savoir
• ND (No Derivative works) = pas de modification de l'original ;
• SA (Share Alike) = partage aux conditions identiques (même licence).
La licence Creative Commons n'est pas en contradiction avec la loi sur le
droit d'auteur. Elle protège entièrement le droit moral de l'auteur, elle est
41
perpétuelle (70 ans après la mort de l'auteur) et irrévocable .
Cette licence est aussi en accord parfait avec le principe de liberté du libre
accès.
La
licence
creative
commons
2.0
utilisée
en
Belgique
[http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/be/legalcode.fr] prévoit
cependant dans son article 4e : "Cette Licence ne modifie en rien le régime
de rémunérations équitables éventuellement mis en place en Belgique ou
dans d'autres Etats en contrepartie de la reconnaissance légale de licences
non volontaires, et n’a aucun effet sur la perception de ces rémunérations".
Il faudrait que cet article soit supprimé.
7. Les métadonnées
Les métadonnées constituent un ensemble structuré d'informations servant
à décrire une ressource (un "document").
Dans les métadonnées on retrouve, pour un document :
• le titre ;
• le(s) auteur(s) ;
• la date d'édition ;
• les mots-clés ;
• le résumé ;
• la ville d'édition ;
• le nom de l'éditeur ;
• ...
Dans les documents récents (au format XML ou pdf), les métadonnées
peuvent même être incluses dans le document lui-même.
41
L'auteur ou les ayants droit ne peuvent pas revenir sur la licence accordée.
116
Ce qu'il faut savoir
Figure 5.23. Les métadonnées d'un article.
Dans les logiciels de gestion bibliographique on parle aussi de plus en plus
souvent de métadonnées. Ce sont les informations (titre, auteur...) que l'on
encode pour décrire le document enregistré.
Ces logiciels de gestion bibliographique (Mendeley notamment) savent
lire les métadonnées des documents (articles en pdf) et compléter
automatiquement les descriptions de ces documents.
117
Index
A
abréviation, 55
acceptation, 65
affiliation, 38
agence d'abonnement, 95
analyse OST, 4
année d'édition, 77
APC, 87
article, 80
article a posteriori, 30
article a priori, 30
article de synthèse, 44
attitude critique, 21
auteur, 31
auteur correspondant, 59
autorisation, 34
B
base de données bibliographiques, 15
base de sommaires, 14
bibliographie, 69
bibliographie analytique, 15
bibliographie nationale, 17
bibliographie rétrospective, 15
bibliothèque, 95
booléen, 99
brevet, 83
bruit, 9
C
carte, 53
catalogue, 16
champs secondaires, 4
choix de la revue, 32
choix des auteurs, 31
citation "auteur-date", 70
citation de seconde main, 69
citation numérique, 70
citation textuelle, 68
citer ses sources, 68
clarté, 47
classification systématique, 96
coauteurs, 31
colloque, 82
comité de lecture, 63
comité de rédaction, 63, 93
composés biochimiques, 55
composés chimiques, 55
compte rendu de congrès, 82
concepts, 4
conclusions, 43
conférence, 82
congrès, 82
conjugaison, 49
coordonnateur, 93
Creative Commons, 115
crochets, 56
D
déclaration de Berlin, 86
déclaration de Bethesda, 86
dépôt institutionnel, 89
dépôt légal, 17
descripteur, 98
dessin, 52
deux points, 56
diffusion, 94
Diffusion Sélective de l'Information, 28
discovery tool, 12
Discussion, 43
distribution, 94
DOI - Digital Object Identifier, 67
dpi, 53
droit d'auteur, 111
droit de prêt, 113
droit de reprographie, 113
droit moral, 114
droits patrimoniaux, 112
E
edited book, 73
éditeur, 94
éditeur scientifique, 93
édition à compte d'auteur, 94
editor, 93
Eigenfactor, 109
énumération, 57
épreuve, 65
espace, 57
évaluation de la forme, 23
évaluation du fond, 23
évaluation externe, 21
évaluation interne, 22
118
Index
expression exacte, 101
F
facettes, 7
facteur d'impact, 104
figure, 50
fils RSS, 27
flux RSS, 27
formule mathématique, 58
G
M
majuscules, 55
matériel et méthodes, 41
méta-catalogue, 17
métadonnées, 116
modèle auteur-payeur, 87
modèle inversé, 87
monographie, 78
mot-clé, 95
moteur de recherche généraliste, 28
mouvement du libre accès, 85
graphique, 52
N
H
h index, 106
Handel, 67
Harvard, 70
histogramme, 52
historique, 103
hypothèse, 40
I
IMReD, 35
index, 103
indexation alphabétique, 97
introduction, 40
ISBN, 78
ISSN, 80
J
journal, 79
L
langage de commande, 98
langage documentaire, 95
langage documentaire contrôlé, 96
langage libre, 95
lecteur, 63
lettres capitales, 55
libre accès, 85
limites, 7
lisibilité, 46
liste d'autorité, 103
livre, 78
livre édité, 82
localiser un document, 17
logiciel de gestion bibliographique, 25
nom scientifique, 55
nombres, 57
nomenclature, 55
note de recherche, 44
notoriété des publications, 104
O
open access, 85
Open Archives Initiative, 87
opérateur booléen, 99
opérateur de proximité, 101
organisme vivant, 55
orthographe, 49
outil bibliométrique, 104
outil d'exploration documentaire, 12
outils de gestion bibliographique, 24
ouvrage collectif, 82
ouvrage de référence, 83
ouvrage édité, 82
P
pairs, 63
parenthèses, 56
partie liminaire, 36
peer reviewing, 63
périodique, 79
périodique en libre accès, 87
pertinence, 21
plagiat, 115
point final, 56
point focal, 6
point virgule, 56
points de suspension, 56
ponctuation, 56
119
Index
portail d'accès à la littérature scientifique,
13
post-print auteur, 89
post-print éditeur, 89
pre-print auteur, 89
précision, 47, 47
premier auteur, 31
principaux motifs de rejet, 65
protocole expérimental, 41
publisher, 94
T
tableau, 51
thésaurus, 98
thèse, 82
tiré-à-part, 19
titre, 36
titre courant, 38
troncature, 100
types de documents, 78
U
Q
question documentaire, 5
question initiale, 3
unités de mesure, 58
usuel, 83
V
R
racine opérationnelle, 101
rapport, 82
rédacteur en chef, 93
rédaction, 46
référence à deux niveaux, 72
règles d'écriture d'une bibliographie, 76
rejet, 65
rejet a priori, 60
relecture, 50
relecture par les pairs, 63
renvoi bibliographique, 68
répertoire institutionnel, 89
résolveur de liens, 18
résultats, 41
résumé, 38
résumé structuré, 39
révision majeure, 65
révisions mineures, 65
revue, 79
revue en libre accès, 87
revue scientifique, 80
Vancouver, 70
veille documentaire, 26
virgule, 56
voie d'or, 87
voie verte, 88
S
SCImago Journal Rank, 108
Scopus, 108
silence, 10
soumission d'un article, 59
structured abtract, 39
style, 47
symposium, 82
système d'alerte, 27
120
Bibliographie
Archambault E. et al., 2013. Proportion of Open Access Peer-Reviewed Papers at the
European and World Levels—2004-2011. Montreal : Science-Metrix.
Booth V., 1975. Writing a scientific paper. Biochem. Soc. Trans., 3(1), 1-26.
Björk B.-C. et al., 2010. Open access to the scientific journal literature. Situation
2009. PLoS ONE, 5(6), http://www.plosone.org/article/info:doi/10.1371/
journal.pone.0011273, (01/12/2011).
Crouzet J., sd. De la rédaction d'un texte scientifique, http://www.gp3a.auf.org/
printarticle.php3?id_article=79, (01/07/2009).
Dagnelie P., 2003. Principes d'expérimentation. Planification des expériences et
analyse de leurs résultats. Gembloux, Belgique : Les Presses agronomiques
de Gembloux, http://www.dagnelie.be/expres.html, (01/12/2011).
Day R.A., 2008. How to write and publish a scientific paper. 6
UK: Cambridge University Press.
th
ed. Cambridge,
Devillard J. & Marco L., 1993. Écrire et publier dans une revue scientifique. Paris : Les
éditions d'Organisation.
Europa, 2008. Règles typographiques du Journal officiel — Guide visuel. http://
publications.europa.eu/code/pdf/12000-fr.pdf, (30/07/2009).
Garvey W.D. & Griffith B.C., 1972. Communication and information processing within
scientific disciplines: empirical findings for psychology. Inf. Storage Retr., 8,
123-126.
Goffin D. et al., 2010. Comparison of the glucooligosaccharide profiles produced from
maltose by two different transglucosidases from Aspergillus niger. Biotechnol.
Agron. Soc. Environ., 14(4), 607-616.
e
ISO, 1993. Recueil de normes ISO. Grandeurs et unités. 3 éd. Genève : Organisation
internationale de Normalisation.
Jamar L., Cavelier M.& Lateur M., 2010. Primary scab control using a "during-infection"
spray timing and the effect on fruit quality and yield in organic apple production.
Biotechnol. Agron. Soc. Environ., 14(3), 423-439.
Hetzel F.A., 1973. Publish or Perish, and the competent manuscript. Sch. publ., 4(2),
101-109.
Labasse B., 2001. La communication scientifique. Logiques et méthodes.
Villeurbanne : Université de Lyon ; Lyon, France : Éditions Colbert.
Maness J.M., 2006. Library 2.0 theory: Web 2.0 and its implications for libraries.
Webology, 3(2), http:// www.webology.org/2006/v3n2/a25.html, (14/08/2011).
121
Bibliographie
Malov
S., 2001. Guidelines for writing a scientific paper. San Diego
State University. http://www.sci.sdsu.edu/~smaloy/MicrobialGenetics/topics/
scientific-writing.pdf, (20/07/2009).
Moh A.A. et al., 2011. Predictive modelling of the combined effect of temperature and
water activity on the in vitro growth of Erwinia spp. infecting potato tubers in
Belgium. Biotechnol. Agron. Soc. Environ., 15(3), 379-386.
Nakayama T., Hirai N., Yamazaki S. & Naito M., 2005. Adoption of structured abstracts
by general medical journals and format for a structured abstract. J. Med. Libr.
Assoc., 93(2), 237-242.
O'Connor M., 1991. Writing successfully in science. London; New York: Spon.
O'Reilly T., 2005. What Is Web 2.0. design patterns and business models for the next
generation of software, http:// oreilly.com/web2/archive/what-is-web-20.html,
(14/08/2011).
e
Perrousseaux Y., 2000. Manuel de typographie française élémentaire. 5
éd. Reillanne, France : Atelier Perrousseaux, http://www.dsi.univ-paris5.fr/
typo.html, (02/07/2009).
Pochet B., 2005. Méthodologie documentaire. Rechercher, consulter, rédiger à l’heure
e
d’Internet (2 éd., préface de Sylvie Chevillotte, Élisabeth Noël). Bruxelles : De
Boeck Université.
Pochet B., 2009. La rédaction d'un article scientifique. Petit guide pratique adapté
aux sciences appliquées et sciences de la vie à l'heure du libre accès.
Gembloux : Les Presses agronomiques de Gembloux, http://orbi.ulg.ac.be/
handle/2268/24998, (01/12/2011).
Reding R., 2006. Petit guide pour l'écriture et la publication scientifiques à l'usage du
jeune chercheur. Namur, Belgique : Les Éditions namuroises.
Ricordeau P., 2001. Rédiger un article scientifique : tout faire pour être lu ! Rev. Méd.
Assur. Mal., 32(2), 105-111.
Vermeulen C. et al. 2010. Enjeux fonciers, exploitation des ressources naturelles et
Forêts des communautés locales en périphérie de Kinshasa, RDC. Biotechnol.
Agron. Soc. Environ., 15(4), 535-544.
122
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising