Le travail et la technique - Institut de pratiques philosophiques

Le travail et la technique - Institut de pratiques philosophiques
Philosopher, c’est avant tout savoir questionner, construire
un raisonnement, et penser par soi-même…
Par une approche originale, L’Apprenti Philosophe vous initie à cette démarche à travers les grands thèmes du
programme.
Voici donc, pour s’interroger sur le travail et la technique :
● Des dialogues entre un « maître » et un « apprenti
philosophe », qui dégagent les problématiques essentielles
et les erreurs à éviter.
● Des citations, un résumé, et les définitions des notions à
connaître, après chaque dialogue.
● Dans une seconde partie, des textes d’auteurs, associés
aux différentes problématiques, pour approfondir la
réflexion.
Le Travail
Titres déjà parus :
● L’art et le beau
● La raison et le sensible
● La conscience, l’inconscient et le sujet
● L’État et la société
● Le temps, l’existence et la mort
● Liberté et déterminisme
● L’opinion, la connaissance et la vérité
● Le travail et la technique
ISBN 2 09 184482-9
-:HSMATB=]YY]WY:
Le Travail et la Technique
En prolongement du cours, ou pour préparer un devoir :
L’Apprenti Philosophe, un outil original
pour apprendre à penser par soi-même
et réussir en philosophie !
la Technique
Collection dirigée par Oscar Brenifier
Le Travail
et
la Technique
Oscar Brenifier
Docteur en Philosophie et formateur
(ateliers de philosophie et philosophie pour enfants)
Joël Coclès
Professeur certifié de Philosophie en Terminale
Isabelle Millon
Documentaliste
Avant-propos
Notre choix :
la pratique philosophique
Nous remercions Emmanuel Gross pour son aide précieuse.
Édition : Christine Grall
Conception graphique : Marc et Yvette
Coordination artistique : Thierry Méléard
Fabrication : Jacque Lannoy
Photocomposition : CGI
© Nathan/VUEF 2003 - ISBN 2.09.184482-9
Ce guide d’initiation au philosopher s’adresse plus particulièrement aux élèves de Terminale, ainsi qu’aux adultes désireux de
s’initier à la philosophie. Son choix est d’être avant tout une pratique philosophique, c’est-à-dire un exercice de questionnement,
une construction visible de la pensée. Il part du principe que philosopher est un acte on ne peut plus naturel, même si de nombreux obstacles entravent ce processus – des habitudes déjà bien
ancrées, induisant une certaine complaisance, qui nous font
prendre pour acquises et certaines des opinions glanées ici ou
là : à la télévision, à la maison, voire dans un cours. Pensées
toutes faites qu’il ne vous viendrait plus à l’idée d’interroger, ne
serait-ce qu’un bref instant.
Nous proposons donc un dialogue, échange entre Victor et
son amie philosophe, dialogue censé être celui de l’élève avec
lui-même. C’est l’outil avec lequel, en même temps que Victor,
vous pourrez vous entraîner à philosopher. Victor doit apprendre à
s’interroger, pour penser par lui-même ; il doit installer en sa
propre démarche le réflexe de mise à l’épreuve des idées, et
à partir de ses propres idées, apprendre à formuler des questions,
à profiter de ses intuitions mais aussi de ses erreurs. Ses tâtonnements et ses erreurs l’amèneront à comprendre ce qui constitue la démarche philosophique.
Des commentaires insérés dans les dialogues explicitent les
problèmes typiques de l’apprentissage de la pensée philosophique et mettent en valeur diverses solutions apportées. Des
citations d’auteurs soutiennent ou contredisent les propos énoncés. Un certain nombre de grandes questions sur le thème à traiter – les problématiques –, recensées en marge au fil du dialogue, vous aideront à travailler les idées. Une sélection de textes
classiques, dont chacun est suivi de trois questions de compréhension, vous permettra de préciser et d’approfondir la réflexion.
Notre objectif est bien que l’apprenti s’entraîne à élaborer une
pensée philosophique, en se confrontant à lui-même et aux autres.
, mode d’emploi
L’Apprenti Philosophe comprend deux grandes parties,
Dialogues et Textes, qui constituent deux modes d’entrée possibles dans l’ouvrage.
Les Listes finales offrent une troisième possibilité.
Les dialogues
Les textes d’auteurs
Ils vous aideront à élaborer et à reconnaître les problématiques.
Chaque texte répond à une problématique surgie dans les dialogues.
Problématiques 6 et 7
5
Remarques
méthodologiques
Le pouvoir de la technique
Problématique
➤
More
VICTOR – J’ai pensé à un autre exemple de perte de
liberté due à la technique.
HÉLOÏSE – Laquelle ?
➤
Identification
d’une erreur
méthodologique
(obstacle).
Identification
du traitement réussi
d’un obstacle
(résolution).
Exemple
inexpliqué
Problématique
concernée.
VICTOR – La publicité.
Il est nécessaire d’expliquer en quoi « la publicité est un exemple de
perte de liberté lié à la technique ».
L’Utopie (1516),
trad. V. Stouvenel
revue et corrigé
par M. Bottigelli,
© Éditions Librio,
1999, pp. 63-64.
HÉLOÏSE – Comme s’effectue cette perte de liberté ?
La technique peutelle masquer le réel ?
(texte p. 109)
Problématiques 7,
➤ 11, 16, 18, 21, 24
VICTOR – La publicité nous conditionne pour nous obliger à acheter certains produits. À force de nous rabâcher
les choses, on finit par obéir, sans même le vouloir. Il faut
dire que ceux qui utilisent la publicité le font très bien :
c’est pour cette raison que ça marche et qu’on se fait
piéger. ➤ CITATIONS 1 ET 2
HÉLOÏSE – La publicité est une technique ?
Renvoi à
des citations
énoncées
à la fin
du dialogue.
Elles confirment
ou contredisent
ce qui est
exprimé.
➤
Problématique 23 :
VICTOR – Oui, on parle bien des techniques publicitaires.
Opinion reçue
Il ne suffit pas de citer une expression courante pour en justifier
l’utilisation : il serait bon de vérifier la validité de cette expression.
HÉLOÏSE – Et que sont ces « techniques publicitaires » ?
HÉLOÏSE – Merveilleuse définition !
VICTOR – J’ai répondu à ta question !
HÉLOÏSE – En es-tu sûr ?
V ICTOR – Tu m’as demandé ce qu’étaient les techniques publicitaires, je t’ai dit à quoi ça servait. C’est une
réponse, non ?
Glissement
de sens
Définir l’utilité d’une entité ne répond pas à la question de sa
nature, même si la fonction et l’identité d’une chose peuvent
s’éclairer mutuellement et parfois coïncider.
Trois questions
apprennent
à identifier et
à préciser
les concepts
de l’auteur.
Les réponses
figurent en fin
d’ouvrage.
H ÉLOÏSE – Est-ce que l’établissement d’un nouveau
magasin sert à vendre plus ?
VICTOR – Oui, si on veut.
HÉLOÏSE – Or, est-ce qu’un nouveau magasin est une
« technique publicitaire » ?
➤
Problématiques
surgies à cette étape
du dialogue, avec
renvoi à un texte
de la Partie 2.
VICTOR – C’est pour vendre plus de produits.
7
Tout travail est-il productif ?
On me dira peut-être : Six heures de travail par jour ne suffisent
pas aux besoins de la consommation publique, et l’Utopie doit
être un pays très misérable. Il s’en faut bien qu’il en soit ainsi.
Au contraire, les six heures de travail produisent abondamment
toutes les nécessités et commodités de la vie, et en outre un
superflu bien supérieur aux besoins de la consommation.
Vous le comprendrez facilement, si vous réfléchissez au grand
nombre de gens oisifs chez les autres nations. D’abord, presque
toutes les femmes, qui composent la moitié de la population, et
la plupart des hommes, là où les femmes travaillent. Ensuite
cette foule immense de prêtres et de religieux fainéants.
Ajoutez-y tous ces riches propriétaires qu’on appelle vulgairement nobles et seigneurs ; ajoutez-y encore leurs nuées de
valets, autant de fripons en livrée ; et ce déluge de mendiants
robustes et valides qui cachent leur paresse sous de feintes
infirmités. Et, en somme, vous trouverez que le nombre de ceux
qui, par leur travail, fournissent aux besoins du genre humain,
est bien moindre que vous ne l’imaginiez.
Considérez aussi combien peu de ceux qui travaillent sont
employés en choses vraiment nécessaires. Car, dans ce siècle
d’argent, où l’argent est le dieu et la mesure universelle, une
foule d’arts vains et frivoles s’exercent uniquement au service
du luxe et du dérèglement. Mais si la masse actuelle des travailleurs était répartie dans les diverses professions utiles, de
manière à produire même avec abondance tout ce qu’exige la
consommation, le prix de la main-d’œuvre baisserait à un point
que l’ouvrier ne pourrait plus vivre de son salaire.
Supposez donc qu’on fasse travailler utilement ceux qui ne produisent que des objets de luxe et ceux qui ne produisent rien,
tout en mangeant chacun le travail et la part de deux bons
ouvriers ; alors vous concevrez sans peine qu’ils auront plus de
temps qu’il n’en faut pour fournir aux nécessités, aux commodités et même aux plaisirs de la vie, j’entends les plaisirs fondés
sur la nature et la vérité.
➤
Partie 1 / Dialogues
Texte classique
proposant
une réflexion
en liaison
avec la
problématique.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Quelle est la fonction du travail ?
2 Certains travaux peuvent-ils ne rien produire ?
3 Peut-on réduire la durée du travail sans changer le mode de consommation ?
93
46
À la fin de chaque dialogue :
Un ensemble de citations
L’essentiel du dialogue
e pouvoir de la technique
Les échos des philosophes
➝ LES
En résumé…
NUMÉROS DES CITATIONS RENVOIENT AU DIALOGUE
1- « À la communication médiatique – trouvant sa quintessence
dans la télévision – il appartient que ce qu’elle communique, ce
soit elle-même, en sorte que la forme de cette communication
est devenue son contenu. » HENRY, La Barbarie, 1987.
2- « Dans la mesure où la technique représente tout un
ensemble de moyens et d’instruments, elle peut tout aussi bien
accroître la faiblesse de l’homme ou augmenter son pouvoir. »
MARCUSE, L’Homme unidimensionnel, 1964.
On le sait, notre monde moderne se caractérise par le développement technique inouï auquel nous serions condamnés. La
technique semble du reste tellement imbriquée dans toutes
nos activités, qu’elle paraît à la fois omniprésente et difficile à
saisir, à isoler, spectaculaire et invisible. Son aspect le plus
f
Les définitions des notions
apparues dans le dialogue
3- « L’inventeur de l’arc n’avait aucune idée de la pesanteur, ni
d
q
t ajectoire [
] Cela conduit à juger que la technique,
Les pensées de plusieurs auteurs
feront écho aux vôtres,
sous des formes plus accomplies.
Les notions-outils
Exemple : cas ou fait particulier entrant sous une catégorie
générale de faits du même ordre.
Méthode : procédure par laquelle sont établis les moments
successifs d’une action continue, constituant autant de
m
Les listes finales
Elles vous permettront de circuler dans l’ouvrage pour réfléchir à une
problématique, préciser un concept ou acquérir un point de méthode.
Liste des problématiques
Liste des remarques méthodologiques
Pour chaque problématique, un renvoi aux
différents dialogues où cette problématique
apparaît et au texte d’auteur où elle est
abordée.
Cette liste permet en outre d’avoir une vision
globale des problématiques liées au thème.
Elle recense et définit toutes les erreurs
(obstacles) du dialogue et les solutions
(résolutions) suggérées, exemples à l’appui.
Index des notions-outils
Il renvoie aux dialogues où elles sont définies.
Sommaire
Sommaire
Partie 2 : Textes
Avant-propos
Mode d’emploi
Partie 1 : Dialogues
Arendt - problématique 1
Travail et souffrance vont-ils nécessairement de pair ? . . . . . . . . . . . . . 86
Marx - problématique 2
Dialogue 1 : Travail et souffrance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 à 15
Les échos des philosophes : citations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
En résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Les notions-outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Dialogue 2 : Travail et contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 à 24
Les échos des philosophes : citations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
En résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Les notions-outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Dialogue 3 : Travail et société . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 à 33
Le travail aliène-t-il l’être humain ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
Weber - problématique 3
Peut-on considérer le travail comme une valeur morale ? . . . . . . . . . . . 88
Henry - problématique 4
Le travail est-il uniquement un concept économique ? . . . . . . . . . . . . . 89
Durkheim - problématique 5
L’intégration sociale passe-t-elle par le travail ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
Nietzsche - problématique 6
Les échos des philosophes : citations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
En résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Les notions-outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Travaille-t-on uniquement pour survivre ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
Dialogue 4 : Technique et liberté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 à 42
Tout travail est-il productif ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
Les échos des philosophes : citations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
En résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
Les notions-outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
Dialogue 5 : Le pouvoir de la technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 à 51
More - problématique 7
Pascal - problématique 8
Est-ce par le travail que l’homme prend conscience de soi ?. . . . . . . . . 94
Mill - problématique 9
Le travail engendre-t-il l’inégalité entre les hommes ? . . . . . . . . . . . . . 95
Les échos des philosophes : citations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
En résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Les notions-outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Platon - problématique 10
Dialogue 6 : Travail et transformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 à 61
Smith - problématique 11
Les échos des philosophes : citations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
En résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Les notions-outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
Dialogue 7 : Technique et dépendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 à 70
Les échos des philosophes : citations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
En résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Les notions-outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
La division du travail est-elle inévitable ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
Le commerce fausse-t-il la valeur du travail ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
Méda - problématique 13
Peut-on parler d’un droit au travail ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
Bergson - problématique 14
La technique est-elle spécifiquement humaine ? . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
S. Weil - problématique 15
Dialogue 8 : L’homme et la technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 à 81
Les échos des philosophes : citations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
En résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
Les notions-outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
Le travail est-il dépendant de la technique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
Lévinas - problématique 16
La technique, asservissement ou libération ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
Sommaire
Freud - problématique 17
Le progrès humain est-il indissociable du progrès technique ? . . . . . . . 103
Jonas - problématique 18
Le progrès technique transforme-t-il les questions morales ? . . . . . . . . 104
Descartes - problématique 20
La technique met-elle la nature au service de l’humain ? . . . . . . . . . . . 105
Bergson - problématique 21
Doit-on contrôler le progrès technique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
Marx - problématique 22
La technique rend-elle le travail humain superflu ? . . . . . . . . . . . . . . . 107
Goldfinger - problématique 23
La technique peut-elle masquer le réel ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
Locke - problématique 24
La valeur d’un bien est-elle déterminée par le travail qui le produit ? . . 109
Condorcet - problématique 25
La science précède-t-elle toujours la technique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
Listes finales
Liste des problématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Liste des remarques méthodologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
Index des notions-outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Réponses aux questions sur les textes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
Partie
1
Dialogues
Victor : un élève de Terminale.
Héloïse : une amie philosophe.
Ils s’interrogent sur le travail
et la technique.
Partie 1 / Dialogues
1
D i a l o g u e 1 / Tr a v a i l e t s o u f f r a n c e
Travail et souffrance
Problématique 5 :
VICTOR – Décidément, je n’aime pas travailler !
HÉLOÏSE – Comment cela ?
Problématique 1 :
Travail et souffrance
vont-ils nécessairement
de pair ? (texte p. 86)
Problématiques 2, 3, 4
Glissement
de sens
VICTOR – Je n’ai jamais aimé travailler et je n’aimerai
jamais travailler : c’est trop pénible. ➤ CITATIONS 1 ET 2
L’intégration sociale
passe-t-elle par le
travail ? (texte p. 90)
Problématiques 1, 2,
4, 6
Exemple analysé
VICTOR – Je le vois bien. Dès que je m’assieds pour
rédiger une dissertation ou lire mes notes de cours, j’ai
envie de faire autre chose. Je n’aime pas étudier.
Si « étudier » peut être considéré comme un exemple ou un aspect
de « travailler », il ne va pas de soi de prendre ces deux termes
comme équivalents sans fausser la discussion. Par exemple, on
peut « apprendre » la natation par plaisir sans considérer cela
comme un travail.
HÉLOÏSE – Qu’est-ce que tu n’aimes pas ?
VICTOR – Je répète : je n’aime pas étudier.
HÉLOÏSE – Et sur quoi portait ton affirmation initiale ?
HÉLOÏSE – Les deux termes sont-ils équivalents ?
Certitude
dogmatique
VICTOR – Non, pas exactement, mais presque.
HÉLOÏSE – N’est-il pas un peu dangereux, ce « presque » ?
VICTOR – Peut-être pour toi ! Pas pour les autres…
HÉLOÏSE – Pourquoi ce « presque » ?
VICTOR – Étudier, c’est une manière de travailler. Tu ne
diras pas le contraire ! Alors si je n’aime pas étudier, je
n’aime pas travailler.
Paralogisme
Si « étudier » est défini comme « une manière de travailler », cela
signifie qu’il existe d’autres « manières ». Or ce qui est vrai pour
une partie n’est pas nécessairement vrai pour le tout : ce qui est
vrai pour l’« étude » ne l’est pas obligatoirement pour le « travail »
en général. Par exemple, on peut ne pas aimer étudier, mais aimer
le travail manuel.
HÉLOÏSE – Peut-on travailler d’une autre « manière »
qu’en étudiant ?
10
Les divers exemples de « travail » ont été rassemblés sous une définition commune : « ce que l’on doit faire par obligation lorsque
l’on vit en société ».
HÉLOÏSE – Ces « manières »-là te plaisent-elles ?
VICTOR – Eh non ! Pas plus qu’étudier, vois-tu ! C’est bien
pour ça que je peux affirmer que je n’aime pas travailler.
HÉLOÏSE – Procédons autrement.
V ICTOR – Je t’écoute. Mais tu ne vas pas me piéger
aussi facilement. Je te connais trop.
HÉLOÏSE – Alors, que vais-je te demander ?
VICTOR – Tu vas me demander de te donner un exemple
de travail que j’aimerais faire. Mais il n’y en a pas un seul.
Alors c’est raté !
HÉLOÏSE – Vraiment ! Aucun métier ne te tenterait ?
VICTOR – Non, aucun ! À part un seul, mais ça ne compte
pas.
HÉLOÏSE – D’où te vient une telle certitude ?
V ICTOR – Sur le fait que je n’aime pas travailler. Et
alors ? Étudier et travailler, ça revient au même, non ?
VICTOR – Évidemment !
HÉLOÏSE – Par exemple ?
VICTOR – Faire la vaisselle, tondre le gazon, faire les
courses, ou être dans un bureau, comme mon père. Tout
ce qu’on doit faire par obligation lorsqu’on vit en société.
➤ CITATIONS 3 ET 4
Problématique 2 :
Le travail aliène-t-il l’être
humain ? (texte p. 87)
Problématiques 1, 4, 6
L’exception en question mériterait d’être articulée afin d’approfondir la réflexion. Mais la pensée est figée sur le refus du « travail » et
se prive de tout apport qui lui poserait problème.
HÉLOÏSE – De quoi parles-tu ?
VICTOR – J’aurais bien aimé être musicien.
HÉLOÏSE – Pourquoi « ça ne compte pas » ?
VICTOR – Je n’en suis pas capable. Justement parce que
je n’aime pas étudier, sans doute.
HÉLOÏSE – N’est-ce pas un travail ?
VICTOR – Si on veut.
HÉLOÏSE – Comment cela « si on veut » ?
VICTOR – Ce n’est pas vraiment un travail.
HÉLOÏSE – Comment arrives-tu à cette conclusion ?
VICTOR – On fait ce qui nous plaît, parce qu’on aime ça.
Être un artiste, c’est une passion plutôt qu’un travail.
Dans le travail, on ne peut pas être soi-même.
➤ CITATIONS 5 ET 6
11
Partie 1 / Dialogues
Fausse
évidence
D i a l o g u e 1 / Tr a v a i l e t s o u f f r a n c e
Il s’agirait de justifier ou d’expliciter la proposition « Dans le travail,
on ne peut pas être soi-même ». Elle n’est pas suffisamment développée, alors qu’elle est censée permettre de distinguer « travail » et
« passion ». Il s’agirait d’expliquer, par exemple, en quoi « l’obligation empêche d’être soi-même ».
Introduction
d’un concept
opératoire
HÉLOÏSE – Pourquoi opposes-tu « passion » et « travail » ?
VICTOR – Je ne les oppose pas. Je dis que je préfère l’un
à l’autre.
Emportement
émotionnel
Le refus de l’idée d’« opposition » empêche de saisir les enjeux
sous-jacents entre « passion » et « travail », reléguant la distinction
à une simple question de sensibilité personnelle.
HÉLOÏSE – Si l’un est préférable à l’autre, les deux ne
s’opposent-ils pas par quelque chose qui les distingue ?
VICTOR – Je n’aime pas l’idée d’opposition. Je crois que
ça se complète, plutôt.
HÉLOÏSE – Aimes-tu le travail ?
VICTOR – Non.
HÉLOÏSE – Aimes-tu ce qui te passionne ?
VICTOR – Oui.
HÉLOÏSE – N’avons-nous pas là une opposition ?
VICTOR – C’est vrai qu’on peut le dire ainsi, même si
ton idée d’opposition m’agace toujours.
Suspension
du jugement
Problématique 6 :
Travaille-t-on
uniquement pour
survivre ? (texte p. 92)
Problématiques 1, 2, 4
Idée réductrice
12
HÉLOÏSE – Ainsi c’est l’idée de « devoir » que tu n’aimes
pas dans le travail ?
VICTOR – C’est tout à fait ça. Le devoir. Alors que si on
aime ce qu’on fait, c’est une passion, ce n’est plus un
devoir, ni un travail.
HÉLOÏSE – Et pourquoi ce que l’on fait par passion ne
serait-il pas un travail ? Pourquoi travaillerait-on uniquement par devoir ?
VICTOR – Parce qu’un travail, on le fait pour être payé,
pour un salaire, parce qu’il faut acheter à manger et
payer son loyer. ➤ CITATIONS 7 ET 8
Bien que l’idée de « salaire » vienne étayer l’opposition entre « travail » et « passion », la question posée n’est pas traitée, qui demandait d’approfondir cette opposition en montrant qu’elle peut poser
problème.
HÉLOÏSE – D’après toi, on travaille donc…
VICTOR – Pour gagner sa vie !
HÉLOÏSE – Pourquoi fait-on ce que l’on aime ?
VICTOR – Par plaisir.
HÉLOÏSE – Quelle différence principale vois-tu entre ces
deux motivations ?
En dépit de la résistance au principe d’« opposition », l’hypothèse
en est au moins acceptée, qui devrait permettre de faire émerger
les enjeux entre « passion » et « travail ».
HÉLOÏSE – Quel est le contraire de « passion » ?
VICTOR – Pourquoi tu me demandes ça ?
HÉLOÏSE – Nous verrons ainsi ce que tu n’aimes pas
dans le travail.
VICTOR – Je ne vois pas très bien où tu m’emmènes
avec ton histoire de contraire.
HÉLOÏSE – Qu’as-tu à perdre ?
VICTOR – Rien.
HÉLOÏSE – Allons-y. Le contraire de « passion » ?
VICTOR – Je dirais que c’est ce qu’on est obligé de faire.
HÉLOÏSE – Quel terme choisirais-tu pour résumer cela ?
VICTOR – Le devoir. Ce qu’on doit faire, ce qu’on fait
par obligation extérieure, plutôt que ce qu’on aime faire
pour soi.
Le « devoir », défini comme « faire par obligation extérieure », s’oppose
à ce que l’on « aime faire pour soi » : voilà ce qui distingue « travail » et
« passion ».
VICTOR – Je pense que c’est clair. Le premier ne nous
plaît pas et le second nous plaît.
HÉLOÏSE – Pourtant on fait les deux : ce que l’on aime
et ce que l’on n’aime pas !
VICTOR – Je vois autre chose. Ce qu’on aime est un but
en soi, car ça nous fait plaisir. Le travail, on le fait dans
un but différent, il est un moyen : pour obtenir de l’argent
par exemple, et gagner sa vie.
Achèvement
d’une idée
L’analyse de « passion » et « travail » nous permet d’arriver à l’opposition fondamentale entre « but » et « moyen », puisque la passion
est un « but en soi » et le travail un « moyen de gagner sa vie ».
HÉLOÏSE – Mais peut-on aimer le travail ?
VICTOR – Oui, mais alors je n’appelle plus ça du travail.
HÉLOÏSE – Et comment appelles-tu cela ?
VICTOR – Des noms très divers. Ça peut varier.
13
Partie 1 / Dialogues
Indétermination
du relatif
D i a l o g u e 1 / Tr a v a i l e t s o u f f r a n c e
La « diversité » n’est pas en soi une réponse, et le fait que « les
noms varient » reste une définition trop peu substantielle.
HÉLOÏSE – Mais encore ?
VICTOR – Je ne sais pas. Ça dépend des circonstances,
de ce dont il s’agit.
HÉLOÏSE – Je ne suis pas plus avancée. Explique-moi
encore pourquoi ce que l’on aime faire ne peut pas être
du travail.
VICTOR – Je te l’ai dit : je n’aime pas travailler. Ce que
j’aime faire, je ne le considère pas comme du travail.
Précipitation
Au lieu de répondre en élaborant une analyse, la proposition initiale
est réitérée sous la forme d’une opinion subjective et toute faite.
HÉLOÏSE – Tu ne le considères pas comme du travail,
mais peut-on le considérer comme du travail ?
VICTOR – Chacun peut bien penser ce qu’il veut.
Indétermination
du relatif
Problématique 7 :
Tout travail est-il
productif ?
(texte p. 93)
Problématiques 1,
2, 6
Problématique 8 :
Est-ce par le travail
que l’homme prend
conscience de soi ?
(texte p. 94)
Problématiques 3,
6, 7
Penser
l’impensable
Le fait que chacun puisse « penser ce qu’il veut » est une généralité
qui ici ne nous avance guère et interrompt le processus de
réflexion.
HÉLOÏSE – Procédons autrement. D’après ce que tu as
dit jusqu’ici, quelle est la définition du travail ?
VICTOR – C’est très simple : le travail est une activité
qu’on mène uniquement par obligation, dans le but
d’une récompense ou d’un salaire, même s’il nous
déplaît. Même si on a l’impression que ce travail est
complètement inutile. ➤ CITATIONS 9 ET 10
HÉLOÏSE – Peux-tu maintenant trouver une exception à
cette définition ?
V ICTOR – On peut trouver des exceptions à tout, tu
sais… Mais ça ne veut pas dire grand-chose. Tu connais
l’expression : « l’exception qui confirme la règle » ?
HÉLOÏSE – Essayons quand même, pour vérifier.
VICTOR – Un scientifique, qui fait de la recherche, et qui
aime ce qu’il fait.
HÉLOÏSE – N’est-ce pas un travail ?
VICTOR – Si, sans doute. Mais s’il n’était pas payé pour
le faire, il ne pourrait pas continuer.
HÉLOÏSE – Supposons qu’il ait d’autres sources de revenus et ne soit pas payé. Serait-ce un travail quand même ?
VICTOR – Si on veut.
14
HÉLOÏSE – Comment cela ?
VICTOR – Tout dépend de la définition du travail qu’on
donne.
HÉLOÏSE – Qu’en est-il pour toi ?
VICTOR – Je crois avoir compris quelque chose.
HÉLOÏSE – Quoi donc ?
V ICTOR – Comme je pars du principe que je n’aime
pas travailler, tout ce que je dis dérive de cette idée. Après
tout, il est vrai qu’on peut aimer travailler, alors la définition du travail ne sera plus la même. Car on peut aussi
se réaliser soi-même à travers son travail, si on s’y investit et qu’on a l’impression d’accomplir quelque chose.
➤ CITATIONS 11 ET 12
Finalement, après bien des difficultés, la perspective de concevoir
le « travail » autrement que comme une pure « obligation » est
admise, ce qui permet de montrer les limites de l’hypothèse initiale.
HÉLOÏSE – Penses-tu qu’il soit bon de se réaliser soimême ?
VICTOR – Certainement !
HÉLOÏSE – Mais alors pourquoi n’aimes-tu pas le travail ?
VICTOR – En fait, ce n’est pas tant le travail en général
que je n’aime pas, mais plus spécifiquement l’idée de
l’effort : je crois être assez paresseux. Et il me semble
qu’il n’y a malheureusement pas de travail, ni de réalisation de soi sans effort. Intellectuellement, je conçois donc
tout l’intérêt du travail, mais le mettre en pratique me fait
trop souffrir. Mais ce n’est pas le cas de tous, puisque
certaines personnes semblent aimer souffrir et travailler.
Problématique
accomplie
La notion de travail est problématisée, en effectuant une distinction
entre la valeur générale de l’activité et son implication psychologique : l’effort.
Les échos des philosophes
➝ LES
NUMÉROS DES CITATIONS RENVOIENT AU DIALOGUE.
1- « Le citoyen toujours actif sue, s’agite, se tourmente sans
cesse pour chercher des occupations encore plus laborieuses. »
ROUSSEAU, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité
parmi les hommes, 1755.
15
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 1 / Tr a v a i l e t s o u f f r a n c e
2- « Le bonheur du travail, c’est que l’effort et sa récompense se
suivent d’aussi près que la production et la consommation des
moyens de subsistance, de sorte que le bonheur accompagne le
processus tout comme le plaisir accompagne le fonctionnement
d’un corps en bonne santé. » ARENDT, Condition de l’homme
moderne, 1958.
3- « C’est donc la répartition continue des différents travaux
humains qui constitue principalement la solidarité sociale et qui
devient la cause élémentaire de l’étendue et de la complication
croissante de l’organisme social. » COMTE, Cours de philosophie
positive, 1830-1842.
4- « La formation pratique par le travail consiste dans le besoin
qui se crée lui-même et dans l’habitude de l’occupation en
général, ensuite, pour chacun, dans la limitation de son activité,
soit en fonction de la nature du matériel, soit surtout en fonction de la volonté des autres. » HEGEL, Principes de la philosophie
du droit, 1821.
5- « Celui qui travaille, travaille pour lui. » LIVRE
DES PROVERBES
(BIBLE), XVI, 26, IVe s. av. J.-C.
6- « On sent aujourd’hui, à la vue du travail […], qu’un tel travail constitue la meilleure des polices, qu’il tient chacun en
bride, et s’entend à entraver puissamment le développement de
la raison, des désirs, du goût de l’indépendance. » NIETZSCHE,
Aurores, 1883.
11- « Non seulement le travail est nécessaire à la conservation
de notre corps, il est indispensable à la conservation de notre
esprit. » PROUDHON, La Guerre et la paix, recherche sur la constitution du principe du droit des gens, 1861.
12- « Travaillons sans raisonner […] ; c’est le seul moyen de
rendre la vie supportable. » VOLTAIRE, Candide, 1759.
En résumé…
Les deux caractéristiques qui définissent en premier lieu le travail, c’est qu’il est à la fois pénible et inévitable, qu’il est une
triste nécessité. Tout au plus peut-on parfois parler d’un plaisir
ou d’une joie dans le travail, mais il semble souvent que les
deux éléments restent étrangers l’un à l’autre, et que la joie
dans le travail ne soit pas toujours une joie du travail, mais
uniquement la satisfaction liée à ce qu’il procure. Comment
articuler ce qui relève des nécessités de la survie et la poursuite du bonheur, le minimum et le maximum ?
On peut par ailleurs hésiter sur ce qui est travail et ce qui ne
l’est pas. Ces hésitations, si elles ne signalent pas seulement
une pensée prise au piège des mots, posent le problème de
l’unité de ce concept. Les différents sens du mot « travail » :
effort, accomplissement ou obligation, recouvrent-ils une activité unique ou n’y a-t-il là qu’une simple homonymie ?
7- « Les douze heures de travail n’ont pas de sens pour lui
[l’ouvrier] en ce qu’il les passe à tisser, à filer, à tourner, mais
en ce qu’il gagne de quoi aller à table, au bistrot, au lit. » MARX,
Travail salarié et capital, 1849.
8- « Le travail éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le
vice et le besoin. » VOLTAIRE, Candide, 1759.
Les notions-outils
et non par les avantages qu’on en retirera. » ALAIN, Propos du
6 novembre 1911.
Certitude : adhésion forte et inébranlable de l’esprit à une
vérité, reposant sur des motifs divers, rationnels ou empiriques.
Peut également désigner une proposition tenue pour certaine.
10- « Le travail de quelques-unes des classes les plus respectables de la société, de même que celui des domestiques, ne
produit aucune valeur ; il ne se fixe ni ne se réalise sur aucun
objet ou chose, qui puisse se vendre […]. » SMITH, Recherches
sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776.
Obligation : engagement moral ou juridique qui lie un individu
ou un groupe, ou le fait même d’être tenu par un tel lien.
Devoir : obligation imposée par une règle impérative, qu’elle
soit d’ordre légal (devoir du citoyen), moral (devoirs du père de
famille), social (politesse), ou encore technique (professionnel).
9- « Le travail utile est par lui-même un plaisir ; par lui-même,
16
17
Partie 1 / Dialogues
Travail : activité humaine visant la production d’un objet ou la
satisfaction d’un besoin, qu’il soit naturel ou social. Action qui
nécessite un effort, physique ou mental. Transformation d’une
matière, d’un objet ou d’un être.
Métier : savoir-faire spécialisé entrant dans le cadre de l’organisation sociale du travail.
2
Plaisir : affection fondamentale, opposée à la peine ou à la
douleur, qui trouve son origine dans la satisfaction d’un désir,
ou dans le libre exercice des fonctions vitales.
Authenticité : attitude ou manière de vivre d’une personne en
tant qu’elle est conforme, non seulement à ses croyances ou
idées (sincérité), mais à son être véritable, en ce qu’il a de
plus fondamental et singulier.
Opposition : position de deux termes l’un en face de l’autre.
Relation impliquant qu’un terme étant posé, il en appelle un
autre, soit à titre de complément, soit comme contraire.
Résistance à une action, une idée ou une personne
Précipitation
Définition : opération consistant à déterminer, délimiter une
notion en faisant ressortir ses principaux caractères ou éléments constitutifs. On distingue souvent la définition réelle, qui
fait apparaître ce qu’est une chose, de la définition nominale,
qui traduit un mot par le moyen de synonymes.
Objectif : ce qui appartient à l’objet en lui-même, en sa réalité
propre, hors de l’esprit qui le pense. Dénué de préjugé ou de
parti pris.
Peut être employé au sens de réel ou de scientifique.
Subjectif : qui appartient au sujet, désignant en général
l’homme, soit en tant que personne douée de sensations, de
sentiment, soit en tant qu’esprit raisonnant. Qualifie la
connaissance ou la perception d’un objet, réduite ou modifiée
par la nature du sujet. En opposition à objectif, prend le sens
de partial ou de partiel. Peut prendre aussi le sens péjoratif
d’illusoire ou d’infondé.
18
Travail et contraintes
VICTOR – Tu sais ce que dit mon père à propos du travail ?
HÉLOÏSE – Non, mais j’imagine que tu n’es pas d’accord
avec lui.
VICTOR – Ça, c’est certain ! Il prétend qu’il faut travailler.
HÉLOÏSE – N’affirmes-tu pas la même chose ?
VICTOR – Certainement pas !
HÉLOÏSE – Pourquoi travaille-t-on d’après toi ?
VICTOR – On travaille pour gagner sa vie.
HÉLOÏSE – Ne faut-il pas « gagner sa vie » ?
VICTOR – Oui, on peut dire ça.
HÉLOÏSE – Alors ne faut-il pas travailler ?
VICTOR – Oui, mais ça n’a rien à voir.
Une distinction est supposée entre les deux « il faut travailler »,
mais rien ne nous éclaire sur la nature de cette distinction.
H ÉLOÏSE – N’affirmez-vous pas tous deux qu’il faut
travailler ?
VICTOR – Mais ça ne veut pas dire la même chose pour
l’un et pour l’autre !
HÉLOÏSE – Les termes ne sont-ils pas identiques ?
VICTOR – Il y a aussi l’intention !
Concept
indifférencié
D’une part, il s’agirait de définir l’idée d’« intention », d’autre part,
il serait nécessaire de montrer les différences d’« intention » entre
les deux propositions.
HÉLOÏSE – L’intention ?
VICTOR – Oui, ce que l’on veut dire à travers les mots.
HÉLOÏSE – Cette intention apparaît-elle dans les termes
utilisés ?
VICTOR – Non, mais on ne doit pas voir uniquement les
mots.
HÉLOÏSE – Tu oublies que je suis plutôt simple d’esprit !
Je ne connais ta pensée, hélas !, que par les mots.
VICTOR – Ne te moque pas de moi, tu veux bien…
HÉLOÏSE – Que faire alors ?
19
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 2 / Tr a v a i l e t c o n t r a i n t e s
VICTOR – Je sais, je sais ! Je dois être plus explicite. Tu
me l’as déjà répété cent fois.
HÉLOÏSE – Vraiment aucun ?
VICTOR – À la rigueur, je verrais plutôt un rapport entre
le travail et le mal, plutôt que le bien.
HÉLOÏSE – Qu’est-ce qui distingue vos deux « il faut
travailler » ?
Problématique 6 :
Travaille-t-on
uniquement pour
survivre ? (texte p. 92)
Problématiques 2,
3, 4
Alibi
du nombre
HÉLOÏSE – C’est-à-dire ?
VICTOR – Pour moi, c’est des raisons pratiques. Il faut
travailler pour gagner sa vie. ➤ CITATIONS 1 ET 2
HÉLOÏSE – Et pour ton père ?
VICTOR – On connaît les abus du libéralisme économique : il n’y a qu’à lire les journaux.
Opinion reçue
VICTOR – Pour lui, c’est différent, c’est pour bien d’autres
raisons.
Nous ignorons ce que sont ces « autres raisons », et en soi, le fait
d’affirmer leur multiplicité ne nous apporte rien.
Perte de l’unité
HÉLOÏSE – Différent comment ?
VICTOR – Si pour moi c’est pour des raisons pratiques,
pour lui c’est autre chose.
HÉLOÏSE – Suis-je censée savoir de quoi tu parles ?
VICTOR – Tu le sais très bien, en effet !
HÉLOÏSE – Qu’est-ce que c’est, cette « autre chose » ?
HÉLOÏSE – S’agit-il de la privatisation des entreprises
publiques ?
VICTOR – Je n’en sais rien. Demande-le-lui : c’est à lui
de le préciser.
VICTOR – Non ! Il y a cet aspect aussi, mais ce n’est pas
à cela que je pense.
HÉLOÏSE – Comment sais-tu que vous n’êtes pas d’accord
si tu ignores ce qu’il veut dire ?
H É L O Ï S E – Tu vois que tu avais tort de me faire
confiance… Mieux vaut préciser toi-même ta pensée, plutôt que de laisser le soin de l’explication à tes auditeurs.
VICTOR – Je le perçois bien, je sais que nous ne sommes
pas d’accord.
Certitude
dogmatique
Le fait de « savoir » quelque chose sans en creuser le contenu
empêche de comprendre ce « savoir » et d’en vérifier la teneur.
VICTOR – J’imagine que tu as raison. Je pensais plutôt à
ce que font les multinationales, qui licencient leurs
employés chez nous pour utiliser une main-d’œuvre à
bon marché dans le tiers-monde.
HÉLOÏSE – Que perçois-tu ?
VICTOR – Que pour lui, ce n’est pas uniquement un
problème financier.
HÉLOÏSE – Que voit-il d’autre dans le travail ?
Problématique 3 :
Peut-on considérer
le travail comme
une valeur morale ?
(texte p. 88)
Problématiques 2, 4
Exemple
inexpliqué
Exemple
inexpliqué
VICTOR – Là, ça me semble pourtant clair.
HÉLOÏSE – Je croyais que tu avais compris qu’il ne fallait
pas me faire confiance…
VICTOR – Quand tu auras fini de faire la maligne…
L’exemple cité mérite une explication afin d’en extraire le contenu
et établir la nature de l’« obligation de travailler ».
VICTOR – Je n’en sais rien. Je ne vois pas le rapport entre
le travail et le bien.
20
Il serait nécessaire d’avancer un concept capable de rendre compte
du problème posé par cet exemple.
HÉLOÏSE – Quel est le rapport avec le travail, le bien et
le mal ?
V ICTOR – Je ne sais pas comment l’exprimer, mais
pour donner un exemple, lorsque quelqu’un ne veut pas
travailler, mon père dit que c’est mal. Tout le monde doit
travailler. Peu importe ce qu’on fait ; travailler, c’est bien !
➤ CITATIONS 3 ET 4
HÉLOÏSE – De quel domaine relève le problème du bien
et du mal ?
Ces « abus » méritent être précisés, afin de justifier la condamnation du « libéralisme économique », d’autant plus que cette
condamnation ne fait sans doute l’unanimité ni des journaux ni
des lecteurs.
On ne voit pas nécessairement le lien entre « travail » et « libéralisme économique ». La transition entre les deux concepts devrait
être énoncée.
HÉLOÏSE – Nous parlerons alors de la pluie et du beau
temps !
Problématique 9 :
Le travail engendret-il l’inégalité entre
VICTOR – C’est ça, en effet. Non, ce dont je voulais parler, ce qui est mal, c’est de profiter du travail des autres,
de les faire travailler pour s’enrichir soi-même, à leur
21
Partie 1 / Dialogues
les hommes ?
(texte p. 95)
Problématiques 1,
2, 3, 7, 10, 11
Introduction
d’un concept
opératoire
Concept
indifférencié
D i a l o g u e 2 / Tr a v a i l e t c o n t r a i n t e s
détriment, sans aucun respect pour eux. C’est de l’exploitation, ce qui est très commun dans le monde du travail.
Les plus riches exploitent généralement les plus pauvres.
➤ CITATIONS 5 ET 6
concept économique ?
(texte p. 89)
Problématiques 3, 6
HÉLOÏSE – À quoi veux-tu opposer le souci pratique ?
Le concept d’« exploitation » nous permet de concevoir comment le
travail peut être moralement condamnable.
VICTOR – Mais si, bien sûr ! À la morale !
HÉLOÏSE – C’est-à-dire ?
H ÉLOÏSE – Connais-tu quelqu’un qui ne désire pas
s’enrichir ?
VICTOR – Je croyais que c’était ton cas, que tu étais
au-dessus de ces contingences matérielles…
HÉLOÏSE – Alors pourquoi ne pas s’enrichir par le travail
des autres ?
VICTOR – Parce que c’est injuste.
VICTOR – Ce qui est moral n’est pas toujours pratique.
HÉLOÏSE – Ah bon ?
VICTOR – Oui, comme les gens qui ne s’arrêtent pas
lorsque quelqu’un est en panne.
HÉLOÏSE – Là, une petite explication s’impose…
VICTOR – Ils sont pressés, ils voient quelqu’un en panne
et ils ne veulent pas s’embêter. Sur le plan moral, ils
devraient s’arrêter pour donner un coup de main, pousser la voiture ou aider à réparer la roue, mais sur le plan
pratique, c’est pour eux une perte de temps et un effort
inutile : ils ne veulent pas travailler pour rien.
Le fait d’être « injuste » ne doit pas être considéré comme allant de
soi. Il est besoin de définir la nature de cette injustice.
HÉLOÏSE – Comment est-ce injuste ?
VICTOR – Certains gagnent plus que d’autres.
HÉLOÏSE – Donc tous devraient gagner la même chose.
HÉLOÏSE – Conclusion ?
VICTOR – Je n’ai pas dit cela.
HÉLOÏSE – Qu’as-tu dit alors ?
VICTOR – Que la société devrait être plus juste.
HÉLOÏSE – Comment cela, plus juste ?
VICTOR – Plus juste, quoi ! Ça me paraît pourtant clair.
HÉLOÏSE – Si cela était si clair, crois-tu qu’il y aurait
autant de divergences à ce sujet ?
VICTOR – Pourtant, c’est clair qu’il y a de l’abus.
HÉLOÏSE – Quel genre d’abus ?
VICTOR – Disons que je ne suis pas sûr de moi. Mes idées
s’emmêlent.
Incertitude
paralysante
Problématique 4 :
Le travail est-il
uniquement un
L’incertitude ne devrait pas constituer un obstacle à la réflexion.
Il s’agit tout d’abord de poser les idées, puis de les retravailler au
mieux. Il n’y a pas lieu d’être certain pour exprimer une idée.
HÉLOÏSE – Essaie toujours.
VICTOR – Bon !
HÉLOÏSE – Je t’écoute.
VICTOR – Comme le travail sert avant tout à gagner de
l’argent, il s’agit toujours d’un souci financier, donc d’un
souci pratique. ➤ CITATIONS 7 ET 8
22
HÉLOÏSE – Et alors ?
VICTOR – Je voulais opposer quelque chose à cela, mais
l’idée m’échappe maintenant.
Problématique 12 :
Travail et propriété
sont-ils
indissociables ?
Problématiques 2,
4, 5
Paralogisme
V ICTOR – Ce qui est pratique s’oppose à ce qui est
moral. Or comme le travail est un concept pratique, il n’a
rien à voir avec la morale. Car en général on travaille
pour soi, on cherche son propre intérêt, on s’occupe
de ce qui est à soi, de ce qui est utile à soi, c’est tout.
➤ CITATIONS 9 ET 10
L’opposition est une forme de rapport, où les deux éléments qui
s’opposent se définissent par leur opposition. On ne peut donc pas
affirmer qu’ils n’entretiennent aucun rapport. Ainsi, si pratique et
morale s’opposent, il s’agit de définir ce en quoi elles s’opposent.
Ici, est uniquement définie la forme pratique du travail.
HÉLOÏSE – Alors là je suis perdue !
VICTOR – Ça me paraît pourtant très simple. Où est le
problème ? comme tu aimes demander.
H É L O Ï S E – Comment peux-tu dire ensemble que
« morale et travail n’ont rien à voir l’un avec l’autre » et
qu’ils « s’opposent » ?
VICTOR – C’est vrai que s’ils s’opposent, ils ont un rapport entre eux, comme le bien et le mal par exemple.
Mais ça m’ennuie de décrire le travail comme le mal et la
morale comme le bien. Je ne sais pas quoi dire !
23
Partie 1 / Dialogues
Incertitude
paralysante
Problématique 8 :
Est-ce par le travail
que l’homme prend
conscience de soi ?
(texte p. 94)
Problématiques 3,
4, 5, 6
Problématique
accomplie
D i a l o g u e 2 / Tr a v a i l e t c o n t r a i n t e s
Le fait qu’une idée nous gêne ne doit pas être un frein à son développement. Il vaut mieux aller jusqu’au bout de l’idée, quitte à en
critiquer les implications et les conséquences par la suite.
HÉLOÏSE – Où est le problème, comme tu disais il y a
une minute ?
VICTOR – Déjà, il y en a un premier : le travail peut être
une idée morale, comme pour mon père, pour qui c’est
un devoir.
HÉLOÏSE – Cela a-t-il du sens ?
VICTOR – Oui, si on veut. Pour lui, c’est par le travail
qu’on contribue à la société et qu’on devient responsable.
HÉLOÏSE – Mais cette idée ne t’emballe pas.
VICTOR – Non, car la plupart des gens travaillent surtout pour gagner de l’argent, ce qui n’a rien de moral.
C’est seulement utile.
HÉLOÏSE – Conclusion ?
VICTOR – En fin de compte, c’est l’intention qui fait la
différence. Si on travaille pour contribuer à la société,
c’est une idée morale, mais si on travaille uniquement
pour gagner de l’argent, c’est une idée pratique. Soit on
cherche ce qui est utile exclusivement à soi, soit ce qui
est utile pour tous. De ce point de vue, le travail est révélateur de l’individu, car chacun lui donne le sens qu’il
veut. ➤ CITATIONS 11 ET 12
Le travail est conçu comme une « idée morale » à partir du moment où
l’on cherche l’intérêt de tous, en opposition à une « idée pratique »
lorsque l’on poursuit uniquement son intérêt personnel.
NUMÉROS DES CITATIONS RENVOIENT AU DIALOGUE.
1- « Tu dois payer ta vie par ton travail. » PHOCYLIDE
métier étaient des esclaves ou des étrangers, ce qui explique
que la plupart des travailleurs manuels le sont encore à présent ; mais un État idéal se gardera de faire d’un homme de
métier un citoyen. » ARISTOTE, La Politique, IVe s. av. J.-C.
5- « […] Dès l’instant qu’un homme eut besoin du secours d’un
autre ; dès qu’on s’aperçut qu’il était utile à un seul d’avoir des
provisions pour deux, l’égalité disparut et la propriété s’introduisit, le travail devint nécessaire. » ROUSSEAU, Discours sur
l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, 1755.
6- « […] Étudier les arts mécaniques, c’était s’abaisser à des
choses dont la recherche est laborieuse, la méditation ignoble,
l’exposition difficile, le commerce déshonorant, le nombre
inépuisable, et la valeur minutielle. » DIDEROT, article « Art » de
l’Encyclopédie, 1751.
7- « Le travail est donc une marchandise que son possesseur,
le salarié, vend au capital. » MARX, Travail salarié et capital, 1849.
8- « Le travail […] constitue surtout le but même de la vie, tel que
Dieu l’a fixé. […] La répugnance au travail est le symptôme d’une
absence de la grâce. » WEBER, L’Éthique protestante et l’esprit du
capitalisme, 1904.
9- « S’ils [les travailleurs] veulent abolir la propriété privée,
c’est qu’ils en ont assez d’être admis sur le lieu du travail
comme des immigrés qu’on laisse entrer par grâce. » S. WEIL,
L’Enracinement, 1943.
10- « Le travail, qui est mien, mettant ces choses hors de l’état
commun où elles étaient, les a fixées et me les a appropriées. »
LOCKE, Second Traité du gouvernement civil, 1690.
11- « Qu’est-ce autre chose d’être surintendant, chancelier, premier président, sinon d’être en une condition où l’on a dès le
matin un grand nombre de gens qui viennent de tous côtés pour
ne leur laisser pas une heure en la journée où ils puissent penser à eux-mêmes ? » PASCAL, Pensées, 1670 (posthume).
Les échos des philosophes
➝ LES
4- « Aux temps anciens et chez certains peuples, les gens de
DE
MILET,
Sentences, IVe s. av. J.-C.
2- « Le travail physique est une mort quotidienne. » S. WEIL,
12- « Le travail n’est pas l’activité en soi, mais l’expression d’un
être particulier qui tente de remplir son espace, son temps, sa
légitimité. » JÜNGER, Le Travailleur, 1932.
L’Enracinement, 1949.
3- « Sue et tu seras sauvé. » TH. ROOSEVELT, président des ÉtatsUnis, 1858-1919.
24
25
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 2 / Tr a v a i l e t c o n t r a i n t e s
En résumé…
Que l’on doive travailler, c’est une réalité qui n’a pas nécessairement une signification morale, puisque cette contrainte s’impose
à nous de toute façon comme une nécessité pratique, vitale, biologique. Comment relier cette nature première à la valorisation
morale du travail, aux exigences de justice et d’égalité qui se
manifestent pourtant à son sujet ? Ces questions mêmes témoignent d’un besoin de l’homme : celui de donner un sens – si
possible un sens spécifiquement humain – à ce qui pouvait
n’apparaître que comme simple activité mécanique, machinale.
D’où la difficulté, par exemple, d’accepter l’exploitation dans le
travail ou l’appropriation du travail d’autrui, alors qu’on n’ira pas
s’indigner que, dans la nature et pour les nécessités de la survie,
les gros poissons mangent les petits ! Chaque homme ne se
sent-il pas concerné avant tout par la survie de soi et des siens,
par ce qu’il détient, ses propres biens ? Comment cela peut-il se
conjuguer à l’idée de responsabilité sociale ? Le travail semble
ainsi relever à la fois de la nature et de la culture, de la
contrainte et de la moralité.
Les notions-outils
Intention : volonté ou souhait de faire quelque chose, projet.
Visée ou objectif que l’on se propose, considéré comme distinct
ou opposé d’un résultat effectivement obtenu.
Expliquer : faire ressortir d’une idée ou d’un fait ce qui est implicite. Clarifier en indiquant les causes, en donnant des détails,
en analysant, en développant le contenu.
Morale : ensemble de principes et de règles de conduite définissant et prescrivant le permis et le défendu, l’utile et le nuisible, le bien et le mal.
Égalité : principe ou idéal selon lequel les membres d’un
groupe, les citoyens d’un État doivent être considérés et traités
de la même façon, en particulier sur le plan juridique : égalité
des droits, sur le plan moral : dignité, ou sur le plan social :
égalité des conditions, des revenus, etc.
Inégalité : état de fait ou statut politique contrevenant à ce
principe ou cet idéal.
Pratique : se rapportant au domaine de l’action humaine,
considéré comme distinct à la fois de l’activité purement intellectuelle et du domaine de la production, de la fabrication.
Mise en œuvre d’une théorie. Se rapportant à ce qui est utile,
en opposition à d’autres critères : morale, vérité, beauté, etc.
Problématique : formulation d’une série de questions ou d’hypothèses reliées entre elles, propres à faire surgir un problème fondamental ; ensemble qui représente la difficulté globale et les
enjeux d’une réflexion donnée. Question ou proposition de
nature paradoxale qui soulève un problème de fond.
Nature : opposée à culture ou à l’artifice, toute réalité du
monde qui ne doit pas son existence à l’invention et au travail
humain. Opposée à liberté, le monde dans sa totalité, en tant
que l’on découvre en lui un déterminisme ou au moins un
ordre et une cohérence. Ce qui dans un être échappe à son
libre-arbitre.
Culture : opposée à nature, tout ce qui est créé par l’homme
dans le cadre historique et social. Ensemble de règles ou de
normes instituées collectivement par une société ou un peuple.
En un sens plus étroit, processus de formation du jugement et
du goût.
Critique : qui n’accepte pas sans examen un énoncé, un fait ou
une idée, mais exerce à son propos sa faculté de discernement. Dans une acception objective : analyse ; dans une
acception péjorative : reproche.
Justice : norme ou principe moral commandant la conformité
des actions ou des idées par rapport au droit ou au bien.
Ensemble des institutions administrant, dans un État, le pouvoir judiciaire, l’application du droit positif.
26
27
Partie 1 / Dialogues
3
Problématique 5 :
L’intégration sociale
passe-t-elle par le
travail ? (texte p. 90)
Problématiques 4,
6, 8, 13
Introduction
d’un concept
opératoire
Emportement
émotionnel
D i a l o g u e 3 / Tr a v a i l e t s o c i é t é
Travail et société
VICTOR – Oui, mais à ce rythme-là, on n’avance pas, s’il
faut toujours revenir en arrière.
Certitude
dogmatique
VICTOR – Je voudrais soulever un autre problème, suite
à notre dernière discussion sur la valeur du travail.
HÉLOÏSE – Je t’écoute.
VICTOR – Un des arguments que mon père utilise pour
justifier le travail est que si on ne travaille pas, on ne
trouve pas d’emploi, on ne s’intègre pas dans la société.
Pour lui, il faut donc travailler. D’une part, parce que c’est
bien ; d’autre part, parce que sinon on reste isolé de
l’ensemble de la société. ➤ CITATIONS 1 ET 2
HÉLOÏSE – Es-tu pressé ? Où veux-tu aller ainsi ?
VICTOR – Très drôle ! Je connais ton humour.
HÉLOÏSE – Ne vaut-il pas mieux avoir la conscience
tranquille plutôt que d’avancer à tout prix ?
VICTOR – De toute façon, on fera comme tu voudras !
Alors que veux-tu ?
HÉLOÏSE – Tu ne t’en souviens pas ?
VICTOR – Mais si ! Tu veux que nous vérifiions si l’utilité et la morale s’opposent nécessairement, afin de creuser le problème de la valeur morale du travail et de l’intégration sociale.
Une nouvelle fonction du travail est abordée : il est facteur d’« intégration sociale ».
HÉLOÏSE – Donc ?
VICTOR – Ce n’est pas si moral que cela.
HÉLOÏSE – Pourquoi ?
VICTOR – On a bien vu que c’est l’intention qui déterminait la valeur morale du travail.
HÉLOÏSE – Oui, continue…
VICTOR – Eh bien ! Trouver sa place dans la société,
s’intégrer, je ne vois pas en quoi cela correspond à une
intention morale.
L’introduction de l’« intention » ne constitue pas un argument
montrant que l’« intégration » ne relève pas de la « morale ». Cette
analyse est possible, mais il est besoin de l’étayer.
HÉLOÏSE – Comment cela ?
VICTOR – Trouver sa place, c’est comme trouver un
emplacement pour se garer avec sa voiture : c’est uniquement un souci d’utilité, pour soi.
HÉLOÏSE – Pourquoi ce qui est utile ne serait pas moral ?
VICTOR – On a bien vu que ce qui était utile, ou pratique, n’était pas moral.
H ÉLOÏSE – Justement, n’avons-nous pas été un peu
rapides en affaire ?
VICTOR – Je ne trouve pas.
HÉLOÏSE – Essayons quand même de vérifier, tu veux bien ?
28
Le refus de la mise à l’épreuve de nos propos afin d’« avancer » nous
porte à prendre pour acquis de nombreuses propositions qu’il s’agirait plutôt d’approfondir en formulant diverses problématiques.
Suspension du
jugement
Les convictions sont temporairement mises de côté, afin de vérifier
la validité de la proposition établissant la valeur morale de l’intégration sociale par le travail.
HÉLOÏSE – Bien ! Allons-y.
VICTOR – Je crois que je tiens une piste.
HÉLOÏSE – Laquelle ?
VICTOR – Ça dépend pour qui !
HÉLOÏSE – Mais encore…
Problématique 4 :
Le travail est-il
uniquement un
concept économique ?
(texte p. 89)
Problématiques 3,
5, 6, 8, 9
Difficulté à
problématiser
VICTOR – Reprenons l’idée qu’on travaille pour se faire
une place dans la société. La question reste de savoir
pourquoi, dans quelle intention on veut se trouver une
place dans la société : pour soi-même, pour obtenir le
plus possible, chacun pour soi, ou bien pour contribuer à
la société au mieux de ses capacités. ➤ CITATIONS 3 ET 4
En précisant deux sens possibles de l’« intention », une piste est annoncée
qui permettrait de problématiser la valeur morale de la « volonté d’intégration sociale ». Toutefois, la problématique n’est pas articulée jusqu’à
son terme : le rapport avec la morale n’est pas suffisamment précisé.
HÉLOÏSE – Quelle est la différence principale entre ces
deux attitudes ?
VICTOR – Dans le premier cas, on le fait pour soi, de
manière égoïste ou égocentrique, dans le second, on le
fait pour les autres.
29
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 3 / Tr a v a i l e t s o c i é t é
HÉLOÏSE – Et la morale dans tout cela ?
VICTOR – Si on veut se faire une place dans la société
dans le but de contribuer à cette société, c’est moral, si
on le fait pour soi-même, ça ne l’est pas. Comme je l’ai
déjà affirmé, l’intention détermine la valeur de l’acte.
HÉLOÏSE – Donc si l’intention est généreuse, le travail
en question a une valeur morale ?
VICTOR – Oui, mais il y a quelque chose qui ne me plaît
toujours pas.
HÉLOÏSE – Je t’écoute…
VICTOR – Cette idée d’intention.
HÉLOÏSE – Que lui reproches-tu ?
VICTOR – Je n’en suis pas sûr.
HÉLOÏSE – Ton soupçon serait alors infondé ?
VICTOR – Non, on dit bien que « l’enfer est pavé de
bonnes intentions ».
Opinion reçue
Problématique 9 :
Le travail engendret-il l’inégalité entre
les hommes ?
(texte p. 95)
Problématiques 1,
2, 3, 4, 6, 12
D’une part, un tel proverbe mérite une petite analyse explicative,
d’autre part, il n’a pas à être accepté d’office, car à l’instar de toute
proposition, il mérite une justification.
HÉLOÏSE – Est-ce tout ce que tu offres comme justification ?
VICTOR – C’est un peu léger, je te l’accorde.
HÉLOÏSE – Tu abandonnes, ou tu as autre chose ?
VICTOR – Non, mais ce dicton me plaît bien. Je ne veux
pas l’abandonner aussi vite.
HÉLOÏSE – Je t’écoute.
VICTOR – Il suffirait d’avoir de bonnes intentions, sans
se soucier des conséquences, et le tour serait joué : on
aurait bonne conscience.
HÉLOÏSE – Concrètement, pour le travail, quelles sont
les conséquences de ton intuition ?
VICTOR – Prends l’exemple de la grève.
HÉLOÏSE – Qu’en tires-tu ?
VICTOR – Lors d’une grève, si on ne travaille pas, cela
peut être pour le bien de tous, donc avoir une valeur
morale. Par exemple, si la société pour laquelle on travaille ne respecte pas ses employés comme ils le méritent. C’est comme ça qu’on a obtenu les congés payés, la
réduction du temps de travail et l’interdiction du travail
des enfants. ➤ CITATIONS 5 ET 6
30
Position
critique
Un argument est invoqué, justifiant la contre-proposition : « ne pas
travailler peut avoir une valeur morale ».
HÉLOÏSE – Qu’en est-il de ceux qui travaillent même
pendant la grève ?
VICTOR – Tu veux parler des briseurs de grève ?
HÉLOÏSE – Par exemple.
VICTOR – Eh bien ceux-là, ils empêchent le progrès
social. Travailler devient immoral.
HÉLOÏSE – Et s’ils pensent agir justement en continuant
à travailler ?
VICTOR – Alors là ! Je crois que c’est immoral quand
même.
Emportement
émotionnel
La question n’est pas du tout traitée : la pensée reste sur ses positions initiales sans prendre le temps de peser la question. Pour
preuve, aucun argument n’est fourni.
HÉLOÏSE – Pourtant, si leur intention est bonne ?
Problématique 13 :
Peut-on parler d’un
droit au travail ?
(texte p. 98)
Problématiques 1,
2, 5, 6, 9
Achèvement
d’une idée
VICTOR – Pour gagner leur vie par exemple ? Mais ils
oublient les implications de leur geste. Tu vois, c’est ce
qui me gêne avec l’intention. Car il y a aussi la réalité
objective du travail, et ses conséquences sur la société.
Le travail se trouve au cœur du fonctionnement social,
puisque c’est ce qui nous permet de vivre. On ne peut
pas ignorer cet aspect. C’est d’ailleurs pour cette raison
que chacun devrait pouvoir trouver un travail. Et on doit
aussi garantir que le travail s’effectue dans de bonnes
conditions. ➤ CITATIONS 7 ET 8
La critique de l’intention, grâce à la « réalité objective du travail » et
à ses « conséquences sociales », est menée plus avant.
HÉLOÏSE – Peux-tu m’en dire davantage sur cette « réalité objective du travail » ?
VICTOR – Je pense que depuis toujours les hommes ont
dû travailler.
HÉLOÏSE – Qu’est-ce qui te permet d’avancer une telle
hypothèse ?
VICTOR – Elle me paraît assez incontestable. Tout le
monde doit travailler.
Fausse
évidence
Même si cette proposition paraît « incontestable », il serait préférable de l’étayer et de la mettre à l’épreuve.
HÉLOÏSE – C’est tout ce que tu offres comme preuve ?
31
Partie 1 / Dialogues
Problématique 14 :
La technique est-elle
spécifiquement
humaine ? (texte
p. 99)
Problématiques 2,
4, 6, 15
Exemple
analysé
D i a l o g u e 3 / Tr a v a i l e t s o c i é t é
VICTOR – Si tu regardes bien, même les animaux travaillent. Car la nourriture ne vient pas toute seule : il faut
aller la chercher.
HÉLOÏSE – C’est uniquement pour se nourrir que les
animaux travaillent ?
VICTOR – Non, c’est aussi pour s’abriter : les oiseaux
font des nids. Pour se protéger : il faut se déplacer, c’est
aussi un travail. Pour se reproduire : il faut s’occuper des
petits. Et en plus les hommes doivent se vêtir, puisqu’ils
n’ont ni plumes, ni poils pour se couvrir. C’est déjà pour
cette raison que l’homme doit inventer des moyens artificiels de faire les choses. Tout cela constitue le travail.
➤ CITATIONS 9 ET 10
HÉLOÏSE – Pourquoi travaille-t-on ?
VICTOR – Je viens de l’expliquer : pour tout ça.
HÉLOÏSE – Et comment se nomme cet ensemble, ton
« tout cela » ?
VICTOR – On peut appeler ça subvenir à ses besoins.
D’ailleurs, on peut dire en effet qu’on travaille pour subvenir à ses besoins, pour se procurer tout ce qu’il faut
pour vivre.
Les divers exemples de travail proposés antérieurement sont
regroupés sous un concept unique : subvenir à ses besoins, ce qui
permet de saisir la teneur générale de chacun d’entre eux.
HÉLOÏSE – Vois-tu une autre différence, entre l’homme
et l’animal, à part se vêtir ?
VICTOR – Non, je pense qu’en gros, ils font la même
chose : se nourrir, se protéger, s’abriter, se reproduire.
HÉLOÏSE – Travaillent-ils de la même manière ?
VICTOR – Peut-être pas, mais les animaux non plus ne
travaillent pas tous de la même manière : l’abeille ne travaille pas comme le lion.
Perte de l’unité
Si les hommes ne travaillent pas comme les animaux, il s’agit de
montrer en quoi consiste cette différence. Ce n’est pas en affirmant
– sans argument – que les animaux travaillent différemment les
uns des autres que l’on approfondit la question. N’oublions pas
que le « mais » est une forme d’objection qui ne clarifie en rien
l’affirmation initiale.
H ÉLOÏSE – Qu’y aurait-il donc de spécifique à l’être
humain ?
32
Problématique 10 :
La division du travail
est-elle inévitable ?
(texte p. 96)
Problématiques 4,
5, 8, 9
Introduction
d’un concept
opératoire
Problématique 2 :
Le travail aliène-t-il
l’être humain ? (texte
p. 87)
Problématiques 8,
9, 15, 16
Achèvement
d’une idée
VICTOR – Je ne vois pas.
HÉLOÏSE – Quelle est la différence principale entre le
travail de l’abeille et celui du lion ?
VICTOR – L’abeille vit en société, le lion reste en famille.
HÉLOÏSE – Quelle est la conséquence principale de la
vie en société pour le travail ?
VICTOR – La répartition des tâches, bien sûr ! Tout le
monde ne fait pas la même chose chez les abeilles. Il y a
une reine, des guerriers, des ouvriers de différentes
sortes. On ne peut pas faire autrement si une population
est nombreuse. Ça change beaucoup la nature du travail,
puisqu’on ne doit plus tout faire soi-même, mais se spécialiser. Phénomène qu’on rencontre dans toutes les
sociétés organisées. ➤ CITATIONS 11 ET 12
Conséquences importantes sur le travail de la vie en société : « la
répartition des tâches » et « la spécialisation ».
HÉLOÏSE – Et pour l’être humain ?
VICTOR – Comme pour les abeilles, il y a une répartition
des tâches et une hiérarchie.
HÉLOÏSE – Et quelle est la différence entre le travail des
abeilles et celui des humains ?
VICTOR – La principale, je crois, est que les abeilles
accomplissent toute leur vie la même chose, elles sont
comme programmées, alors que nous, nous pouvons
changer de tâche au cours de notre vie : nous sommes
libres de choisir notre travail et même d’inventer différentes manières de le faire. ➤ CITATIONS 13 ET 14
Il est finalement répondu à la question demandant ce qui distingue
le travail humain et le travail animal : « liberté et invention ».
Les échos des philosophes
➝ LES
NUMÉROS DES CITATIONS RENVOIENT AU DIALOGUE.
1- « Si c’est pour le commerce, l’intérêt propre est le fondement
de cette société. » HOBBES, Le Citoyen, 1642.
2- « Les hommes sont naturellement paresseux, mais l’ardeur
du travail est le premier fruit d’une société bien réglée […]. »
ROUSSEAU, Projet de constitution pour la Corse, 1861 (posthume).
33
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 3 / Tr a v a i l e t s o c i é t é
3- « Parce que l’individu ne se suffit pas, c’est de la société qu’il
reçoit tout ce qui lui est nécessaire, comme c’est pour elle
qu’il travaille. » DURKHEIM, De la division du travail, 1893.
humaine, lui ferme la porte à toute autre profession ; après
avoir mutilé son intelligence, on l’a stéréotypée, pétrifiée. »
PROUDHON, De la justice dans la révolution et dans l’Église, 1858.
4- « Ainsi, chaque homme subsiste d’échanges et devient une
espèce de marchand, et la société elle-même est proprement
une société commerçante. » SMITH, Recherches sur la nature et
les causes de la richesses des nations, 1776.
13- « Le règne de la liberté ne commence, en réalité, que là où
cesse le travail imposé par le besoin et la nécessité extérieure. »
MARX, Le Capital, 1867.
5- « L’usage que nous faisons des esclaves ne s’écarte que peu
de l’usage que nous faisons des animaux : le secours que nous
attendons de la force corporelle pour la satisfaction de nos
besoins indispensables provient indifféremment des uns et des
autres, aussi bien des esclaves que des animaux domestiques. »
ARISTOTE, Politique, IVe s. av. J.-C.
6- « Un fonctionnaire public quelconque, une personne adonnée aux sciences, aux beaux-arts, à l’industrie manufacturière
et agricole, travaillent d’une manière tout aussi positive que le
manœuvre bêchant la terre, que le portefaix portant des fardeaux. » SAINT-SIMON, Introduction aux travaux scientifiques du
XIXe siècle, 1809.
7- « Que signifie la reconnaissance du droit au travail ? Que
l’individu dispose d’une créance sur la société et qu’il va pouvoir obliger celle-ci – dont l’État – à lui fournir du travail. »
MÉDA, Le Travail, une valeur en voie de disparition, 1995.
8- « Nul genre de travail, de culture, de commerce, ne peut être
interdit à l’industrie des citoyens. » Constitution française de
1793, art. 17.
9- « À quelle date faisons-nous remonter l’apparition de
l’homme sur la Terre ? Au temps où se fabriquèrent les premières armes, les premiers outils. » BERGSON, L’Évolution créatrice, 1907.
10- « Tout ce que l’homme accomplit, un animal ou un autre
l’a fait. […] L’homme n’accomplit rien qui ne soit à la portée de
la vie en général. » SPENGLER, L’Homme et la Technique, 1931.
11- « On produit toutes choses en plus grand nombre, mieux et
plus facilement, lorsque chacun, selon ses aptitudes et dans le
temps convenable, se livre à un seul travail, étant dispensé de
tous les autres. » PLATON, La République, II, IVe s. av. J.-C.
14- « […] Le travail offre une amorce de libération concrète,
même dans [les] cas extrêmes, parce qu’il est d’abord négation
de l’ordre contingent et capricieux qui est l’ordre du maître. »
SARTRE, Situations, III, 1949.
En résumé…
Le travail peut-il être élevé au rang d’une valeur ? Encore faudrait-il savoir si cette valeur, il la possède en lui-même, ou si elle
ne lui serait pas plutôt conférée de l’extérieur. On peut ainsi
penser qu’un travail n’a de valeur que relativement à l’intention
qui l’anime ou au sens qu’on lui donne. Ainsi en va-t-il pour le
travail comme vecteur d’intégration sociale : est-ce par simple
souci d’efficacité, ou afin de pouvoir contribuer à la société ?
Pour soi ou pour les autres ?
Mais pour que l’homme puisse donner une valeur au travail,
encore faut-il qu’il puisse le reconnaître comme une activité
qui lui est propre. Sur ce plan, il est parfois difficile de distinguer le travail de l’activité instinctive de l’animal. Sans doute
le travail humain comporte-t-il une part essentielle de
réflexion, d’élaboration rationnelle, de choix, d’artifice, que
l’on ne reconnaît pas chez l’animal. Mais cette différence doit
sans doute être relativisée : est-elle si tranchée, si radicale ?
Ne reste-t-il pas, dans le travail humain, bien des aspects instinctifs ? La division du travail n’est-elle pas déjà présente
chez les animaux ? Il n’est pas sûr que ces différences soient
vraiment décisives, qu’elles suffisent à distinguer le travail
humain du comportement animal.
12- « On a façonné l’homme à une manœuvre qui, loin de l’initier aux principes généraux et aux secrets de l’industrie
34
35
Partie 1 / Dialogues
Les notions-outils
Utilité : propriété définissant un objet capable de satisfaire un
besoin ou de produire une fin désirée.
Besoin : privation d’un objet, ce qui manque à un être pour
subsister, soit en tant qu’être biologique, ou comme être social.
Intérêt : ce qui est important, utile, désirable ou profitable,
pour une personne ou un groupe donné. Disposition intellectuelle ou affective envers une personne ou un objet. Ce qui
avantage une personne ou un groupe par rapport aux autres :
connotation d’exclusive ou d’égoïsme. Revenu tiré d’un capital ;
produit d’un investissement.
Égoïsme : tendance naturelle ou non à donner la priorité sur
toutes autres considérations à l’amour de soi, à l’intérêt strictement personnel.
Individualisme : ensemble de comportements ou d’opinions
consistant à faire prévaloir, dans la société, les vues, les désirs
et les intérêts des individus, plutôt que ceux de la collectivité
ou de l’État.
Respect : sentiment d’ordre moral valant comme reconnaissance de la dignité d’une personne ou d’une valeur. Peut désigner également l’attitude qui s’impose de ne pas nuire à l’existence, à l’intérêt ou à l’intégrité d’une personne, d’une valeur,
voire d’une chose.
4
VICTOR – Non seulement les animaux ne changent pas
de travail, comme nous l’avons dit, mais de plus ils ne
changent pas leur manière de travailler.
HÉLOÏSE – Pourrais-tu être plus précis ?
Problématique 17 :
Le progrès humain
est-il indissociable
du progrès technique ?
(texte p. 103)
Problématiques 1,
2, 8, 14, 15, 16
V ICTOR – D’une génération à l’autre, les animaux
vivent et travaillent de manière identique, tandis que
l’être humain change constamment son mode de fonctionnement : il invente des outils et c’est comme ça qu’il
progresse. ➤ CITATIONS 1 ET 2
HÉLOÏSE – As-tu un exemple concret à fournir, pour que
je saisisse mieux ton idée ?
VICTOR – L’ordinateur, qui était utilisé uniquement par
une minorité de gens il y a vingt ans, est aujourd’hui un
appareil que chacun peut avoir chez soi.
Exemple
inexpliqué
On ne sait pas dans quel but l’exemple de l’ordinateur est cité. S’il est
par exemple une preuve du progrès, il s’agirait d’expliquer, au moins
brièvement, en quoi il est un progrès : technique, humain, social, etc.
HÉLOÏSE – Qu’est-ce que cela te dit sur l’être humain ?
VICTOR – Qu’il est libre, contrairement à l’animal.
HÉLOÏSE – Explique-toi.
VICTOR – Oui, l’animal est déterminé par ses organes,
pas l’homme.
Argument : élément de raisonnement ayant pour finalité la mise
en évidence de la vérité ou de la fausseté d’une proposition.
36
VICTOR – J’ai réfléchi à notre dernière discussion, et j’ai
trouvé une autre différence entre l’homme et l’animal, en
ce qui concerne le travail.
HÉLOÏSE – Quelle est-elle ?
Biologique : qui se rapporte à l’organisme vivant, aux fonctions
physiologiques et vitales des êtres organisés.
Instinct : tendance ou impulsion naturelle commune à des
individus d’une même espèce animale. Il a une fonction ou un
but vital, ce qui le distingue en particulier du réflexe.
Réel : (du latin res = chose) ce qui est une chose ou de l’ordre des
choses, de l’objet existant en soi, par opposition à ce qui n’est
qu’une représentation, une idée ou une simple possibilité d’être.
Réalité : désigne le réel, ou le caractère de ce qui est réel.
Vérité : conformité de la pensée avec elle-même ou de la connaissance avec le réel.
Technique et liberté
HÉLOÏSE – Par quoi est déterminé l’homme ?
VICTOR – Par rien. Il fait ce qu’il veut.
HÉLOÏSE – Peux-tu faire le travail que tu veux ?
VICTOR – Oui, d’une certaine manière. Je fais ce que je
veux car personne ne peut m’en empêcher.
Glissement
de sens
La proposition « faire ce que l’on veut » a changé de sens sans que
ce changement soit précisé. La question était celle de la « détermination par les organes », elle est devenue celle du rapport à autrui.
37
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 4 / Te c h n i q u e e t l i b e r t é
HÉLOÏSE – N’avons-nous pas un problème ?
VICTOR – Je ne crois pas.
HÉLOÏSE – Ne vois-tu pas un problème dans ta formulation précédente ?
VICTOR – Non.
HÉLOÏSE – Que veut dire « d’une certaine manière » ?
VICTOR – Justement, c’est une manière de s’exprimer.
Précipitation
HÉLOÏSE – Peut-on être totalement libre ?
VICTOR – De toute façon, on ne peut pas être totalement libre. On dépend toujours de quelque chose.
HÉLOÏSE – Alors peut-on être libre de travailler comme
on l’entend ?
VICTOR – J’imagine que non.
H ÉLOÏSE – Donc aucune différence là-dessus entre
l’homme et l’animal…
L’expression « d’une certaine manière » renvoyait à une perspective
particulière en opposition à d’autres, ce qui impliquait de différencier cette perspective. Mais la question n’est pas traitée, et de surcroît « la manière » est prise comme simple mode d’expression.
VICTOR – Je n’ai jamais dit cela !
HÉLOÏSE – Qu’as-tu dit alors ?
VICTOR – Je ne sais pas trop.
HÉLOÏSE – S’il y a une manière, y en a-t-il une autre ?
VICTOR – J’imagine que oui, sans ça on ne dirait pas
« d’une certaine manière ».
HÉLOÏSE – Bien ! Et quelle est cette « autre manière » ?
VICTOR – Pour répondre à ta question sur la liberté et à
la détermination du travail ?
HÉLOÏSE – Exactement.
VICTOR – En fait il y a beaucoup de manières différentes de répondre à cette question.
Indétermination
du relatif
Problématique 16 :
La technique, asservissement ou libération ?
(texte p. 102)
Problématiques 1,
2, 5, 8, 17, 18
Position
critique
HÉLOÏSE – N’as-tu pas affirmé tour à tour que l’homme
et l’animal n’étaient pas libres de travailler comme ils
voulaient ?
V ICTOR – Si, mais cela ne veut pas dire qu’ils sont
pareils.
H ÉLOÏSE – Ne le sont-ils pas sur ce plan-là tout au
moins, d’après ce que tu avances ?
VICTOR – J’ai dit que l’animal était déterminé par ses
organes.
Le fait qu’il existe une multiplicité de réponses possibles n’avance
en rien la discussion.
HÉLOÏSE – Peux-tu m’en donner une ?
VICTOR – C’est vrai que comme j’ai répondu « oui »
la première fois, on pourrait aussi répondre « non » à la
question. Ce serait ça « l’autre manière » ?
HÉLOÏSE – Et pourquoi répondrait-on « non » ?
VICTOR – Non, parce que l’on vit dans une société, et
qu’on est obligé de vivre et travailler comme cette
société l’exige. Sinon on devient un exclu.
HÉLOÏSE – Qu’exige-t-elle à propos du travail ?
VICTOR – Si on souhaite faire partie de la société, il faut
utiliser les outils qu’elle nous donne. On peut même dire
les outils qu’elle nous impose. En ce sens, on n’est pas
totalement libre : notre travail et même notre vie dépendent de nos outils.
➤ CITATIONS 3 ET 4
Des arguments sont fournis qui permettent de mettre à l’épreuve la
thèse de la liberté de l’homme dans son travail.
38
HÉLOÏSE – Et l’humain ?
Problématique 15 :
Le travail est-il
dépendant
de la technique ?
(texte p. 100)
Problématiques 8,
14
VICTOR – Remarque, l’humain aussi est déterminé par
ses organes : comme les animaux, il travaille avec ce que
la nature lui a donné comme outil. ➤ CITATIONS 5 ET 6
HÉLOÏSE – Comment cela ?
VICTOR – Oui, avec son cerveau.
HÉLOÏSE – Et…
VICTOR – Les animaux travaillent en fonction de leurs
membres : par exemple les oiseaux volent parce qu’ils
ont des ailes, les lièvres courent parce qu’ils ont de
longues pattes arrières. Mais l’homme travaille surtout
avec son cerveau : c’est son organe comparativement le
plus développé.
Penser
l’impensable
En dépit de la distinction initiale, il est reconnu que l’homme,
comme l’animal, est aussi déterminé par ses organes naturels.
HÉLOÏSE – N’en manque-t-il pas un bout ?
VICTOR – Non, pourquoi ça ?
39
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 4 / Te c h n i q u e e t l i b e r t é
HÉLOÏSE – Pour les animaux, tu as mentionné l’organe
et l’activité qui lui correspond, mais pour l’homme tu as
uniquement mentionné l’organe sans préciser l’activité
qui lui correspond.
VICTOR – Ça me semble évident tout de même ! Tout le
monde sait à quoi sert le cerveau ! Les philosophes en
ont beaucoup parlé à travers l’histoire.
Alibi
du nombre
VICTOR – De toutes sortes de manières.
HÉLOÏSE – Mais encore ?
VICTOR – Tout d’abord, parce qu’on ne sait plus faire
autrement. Par exemple la plupart des gens ne savent
plus monter à cheval ou conduire une charrette à bœufs,
puisqu’on apprend plutôt à conduire une voiture.
Perte de l’unité
« Tout le monde » et « les philosophes » représentent des entités
trop vagues et imprécises, qui de surcroît ne nous indiquent en
rien en quoi consiste cette « évidence ». D’autant plus que diverses
opinions s’opposent sur la question.
HÉLOÏSE – Qu’à cela ne tienne ! Qu’en est-il pour toi ?
VICTOR – Si ça peut te faire plaisir : le cerveau sert à
réfléchir.
HÉLOÏSE – Quelle en est la conséquence sur la nature
du travail humain ?
VICTOR – Comme je l’ai dit, son travail change.
HÉLOÏSE – À quoi vois-tu que son travail change ?
VICTOR – Il invente de nouvelles manières de faire les
choses.
HÉLOÏSE – Qu’est-ce qui lui permet de travailler différemment ?
Problématique 19 :
Faut-il opposer art
et technique ?
Problématiques 2,
15, 16, 17, 20
Introduction
d’un concept
opératoire
VICTOR – J’ai compris où tu veux en venir : l’homme
invente des outils, il crée, ce qui lui permet de travailler
différemment, par différentes procédures. C’est ce qu’on
appelle la technique, non ? Et comme en art, il s’agit de
création. ➤ CITATIONS 7 ET 8
Le concept de « technique » nous permet de résumer en quoi le travail humain se distingue du travail animal : par les « outils »,
l’« invention » et la « diversité des procédures », ce qui le rapproche
de l’art.
HÉLOÏSE – Est-ce là sa liberté ?
VICTOR – Peut-être, mais j’ai une objection.
HÉLOÏSE – Laquelle ?
VICTOR – On est prisonnier de la technique.
HÉLOÏSE – Quel est ton argument pour soutenir cette
thèse ?
VICTOR – Déjà parce qu’on en dépend.
HÉLOÏSE – Comment s’effectue cette dépendance ?
40
Problématique 21 :
Doit-on contrôler le
progrès technique ?
(texte p. 106)
Problématiques 2,
4, 8, 15, 16, 18
Achèvement
d’une idée
Si « toutes sortes de manières » sont annoncées, il est impératif d’en
mentionner plusieurs, sans quoi le discours devient incohérent.
HÉLOÏSE – Tu as annoncé « plusieurs manières » et tu
ne m’en fournis qu’une.
VICTOR – Oui, il y a une autre dépendance : on est prisonnier de la technique.
HÉLOÏSE – Ne répètes-tu pas simplement ce que tu as
dit plus tôt ?
VICTOR – Oui, mais je voulais dire autre chose.
HÉLOÏSE – Quoi donc ?
VICTOR – Si je reprends mon idée du cheval et de la
carriole, aujourd’hui tu n’as pas le droit de l’utiliser, sur
l’autoroute par exemple.
HÉLOÏSE – Quel est l’enjeu ici ?
VICTOR – Ce n’est pas qu’on ne sait plus utiliser une
technique, c’est aussi qu’on n’a pas le droit de l’utiliser.
La société nous oblige à utiliser certaines technologies,
même si on est contre ou qu’elles sont dangereuses.
C’est donc à la fois un problème de connaissance et un
problème de loi. ➤ CITATIONS 9 ET 10
Deux raisons sont invoquées : « la connaissance et la loi », qui
déterminent le mode de travail par la technique et empiètent sur
notre liberté.
HÉLOÏSE – Quelles sont ces « certaines technologies » ?
VICTOR – Généralement, ce sont les plus récentes. On
est condamné au progrès, quoi !
HÉLOÏSE – Est-ce une perte de liberté ?
VICTOR – On peut défendre l’idée que ces techniques
sont plus efficaces : on peut aller plus vite, on peut travailler de manière plus sûre.
HÉLOÏSE – Mais est-ce une perte de liberté ?
V ICTOR – Oui, parce qu’on n’a pas le droit de faire
autrement, comme je l’ai déjà dit.
41
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 4 / Te c h n i q u e e t l i b e r t é
H ÉLOÏSE – « L’efficacité » serait donc une perte de
liberté ?
VICTOR – Non, il ne faut pas exagérer !
HÉLOÏSE – Alors je ne comprends plus ton propos sur le
progrès et la liberté.
VICTOR – La liberté et le manque de liberté peuvent
aller ensemble, tu sais.
Illusion
de synthèse
Problématique 22 :
La technique
rend-elle le travail
humain superflu ?
(texte p. 107)
Problématiques 1,
2, 7, 15, 16, 17
Difficulté
à problématiser
Une contradiction est posée entre « liberté » et « manque de
liberté », dont on ne saurait se débarrasser en affirmant que les
deux « peuvent aller ensemble ». Si c’est le cas, il s’agit de montrer
de quelle manière les deux idées peuvent se conjuguer.
HÉLOÏSE – Pourquoi pas, mais il faudra étayer un peu
plus ce paradoxe.
VICTOR – L’efficacité est utile, puisqu’elle nous permet
d’aller plus vite.
HÉLOÏSE – Je ne vois pas le rapport avec la liberté.
VICTOR – Si on va plus vite pour faire quelque chose,
on gagne du temps, et on est libre de faire autre chose
pendant ce temps-là. C’est l’avantage de la technique.
➤ CITATIONS 11 ET 12
HÉLOÏSE – Et ton paradoxe ?
VICTOR – On est obligé d’être efficace.
Divers éléments sont présents qui permettraient de formuler une
problématique sur le rapport entre « liberté » et « technique », mais
ils ne sont pas placés en regard de manière concise. Exemple de
problématique possible : le progrès technique nous libère par son
efficacité, en facilitant le travail et en gagnant du temps, mais il
empiète sur notre liberté en nous obligeant socialement à assimiler
les nouvelles techniques et à être efficace.
HÉLOÏSE – Peux-tu articuler tout cela ensemble ?
VICTOR – Bon ! Je commence à fatiguer un peu…
Les échos des philosophes
➝ LES
NUMÉROS DES CITATIONS RENVOIENT AU DIALOGUE.
3- « La machine gouverne. La vie humaine est rigoureusement
enchaînée par elle, assujettie aux volontés terriblement exactes
des mécanismes. » VALÉRY, Variété - Propos sur l’intelligence, 1937.
4- « Pour pouvoir devenir des agents de libération, il faudrait que
la science et la technologie modifient leur orientation et leurs
objectifs actuels, il faudrait qu’elles soient reconstruites conformément à une sensibilité nouvelle – conformément aux impératifs des pulsions de vie. » MARCUSE, Vers la libération, 1969.
5- « C’est donc à l’être capable d’acquérir le plus grand nombre
de techniques que la nature a donné l’outil de loin le plus utile,
la main. » ARISTOTE, Les Parties des animaux, IVe s. av. J.-C.
6- « La main seule et l’entendement abandonné à lui-même
n’ont qu’un pouvoir très limité ; ce sont les instruments et les
autres genres de secours qui font presque tout. » BACON, Novum
Organum, 1620.
7- « […] L’activité du génie ne paraît pas le moins du monde
quelque chose de foncièrement différent de l’activité de l’inventeur en mécanique. » NIETZSCHE, Humain, trop humain, I, 1878.
8- « L’art est fait pour troubler. La science rassure. » BRAQUE,
Pensées sur l’art, 1963.
9- « Aujourd’hui, sous la forme de la technique moderne, la
technè s’est transformée en poussée en avant infinie de l’espèce
et en son entreprise la plus importante. » JONAS, Le Principe responsabilité, 1979.
10- « La technique est dangereuse. Elle ne menace pas seulement l’identité des personnes. Elle risque de faire éclater la planète. » LEVINAS, Difficile Liberté, 1963.
11- « Si chaque instrument était capable, sur une simple injonction, ou même pressentant ce qu’on va lui demander, d’accomplir
le travail qui lui est propre […], alors, ni les chefs d’artisans
n’auraient besoin d’ouvriers, ni les maîtres d’esclaves. » ARISTOTE,
La Politique, IVe s. av. J.-C.
12- « L’électricité ne fait rien, ce sont les hommes qui font
tout. » ALAIN, Préliminaires à la mythologie, 1943.
1- « […] Les inventions qui jalonnent la route du progrès en ont
aussi tracé la direction […]. » BERGSON, L’Évolution créatrice, 1907.
2- « Plus les techniques progressent, plus la réflexion est en
recul. » G. MARCEL, Les Hommes contre l’humain, 1951.
42
43
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 4 / Te c h n i q u e e t l i b e r t é
En résumé…
L’idée de la liberté dans le travail paraît problématique,
puisque celui-ci semble l’activité imposée par excellence, celle
qu’on ne décide pas, ou dont on ne décide que dans des
bornes très précises qu’il ne nous revient pas de fixer.
Toutefois, c’est par le travail que l’homme se rend maître de la
nature, qu’il s’agisse de son environnement extérieur ou de sa
propre nature humaine. Par son travail, l’homme produit des
objets, et d’abord des outils qui lui permettent de transformer
le monde et lui-même, dans un sens voulu par lui, si ce n’est
en tant qu’individu, du moins en tant qu’être social.
Cependant, le monde de la société et le monde technique
engendrent de nouvelles contraintes à leur tour, de sorte qu’il
apparaît que l’homme n’échappe à une sujétion que pour
entrer sous une autre : le déterminisme naturel cède la place
au déterminisme social ou scientifique. Or une contrainte n’est
pas moins contraignante parce qu’elle a été choisie, ou parce
qu’elle émane de nous-mêmes. Ne sommes-nous pas aujourd’hui condamnés à la technique et à l’efficacité ?
Les notions-outils
Progrès : développement d’une chose, d’un individu ou d’un
groupe qui lui permet d’accéder à une amélioration, un degré
supérieur dans un domaine donné.
Déterminé : qui résulte, à titre d’effet, de conséquence, de
l’action de certaines causes qui le produisent nécessairement.
Précis, bien défini ou délimité, particulier.
Déterminisme : caractère de ce qui est déterminé, de ce qui
résulte de phénomènes antérieurs. Exemple : le déterminisme
de notre éducation explique en partie notre comportement
actuel. Ensemble des conditions nécessaires à la production
d’un phénomène donné ; lorsque ces conditions sont réunies,
le phénomène s’avère inéluctable. Exemple : le déterminisme
des lois de la physique nous permet de prévoir la trajectoire de
la balle. Conception philosophique d’après laquelle, certaines
44
conditions étant réunies, les phénomènes qui se produiront
sont à la fois inévitables et prévisibles. Selon cette doctrine, la
nécessité est la loi qui gouverne l’univers.
Volonté : faculté de se déterminer en ayant à l’esprit le but à
atteindre, pour des raisons ou des motifs réfléchis dans le
cadre d’un projet conscient. Elle tend à prendre en charge une
réalité plus large (incluant par exemple : la raison, la nécessité, le monde, la société, etc.) que le désir qui est de nature
plus immédiate. Sans la volonté, nous ne produirions que des
actions spontanées, dictées par l’instinct, le besoin ou le désir.
Technique : (nom commun) ensemble des opérations, des procédés et des savoir-faire visant la fabrication d’objets ou plus
généralement la maîtrise et la transformation de la nature.
Aptitude spécifique qui rend capable de mener à bien une opération singulière, qu’elle relève de la production ou de l’action.
Moyens par lesquels une action s’effectue : outils, machines,
qui dérivent généralement de la connaissance scientifique.
(adjectif) qui relève d’un savoir-faire ou d’un savoir particulier
et spécialisé.
Technologie : étude générale de la technique, ses œuvres, ses
procédés et son histoire. En un autre sens, désigne plutôt
aujourd’hui les éléments les plus avancés, les plus complexes
de la technique moderne, en particulier ceux qui mettent en
jeu les nouvelles machines.
Sens : organe de la perception : toucher, ouïe, etc. Faculté de
saisie immédiate, par le sensible ou par l’intellect : intuition.
Direction d’un mouvement. Signification d’une action, d’une
idée, d’une représentation, etc.
Paradoxal : qui est de nature contradictoire ; en contradiction avec
l’opinion commune, avec la logique, avec le bon sens, avec soimême. Qualité d’une idée originale et profonde, de nature problématique, qui met en question une pensée ou une logique établie.
Réflexion : opération intellectuelle par laquelle la pensée,
s’abstrayant de toute adhésion au concret, fait retour sur ellemême et sur ses actes.
Nécessité : état de ce qui est inéluctable, de ce qui ne pourrait
pas ne pas être, ni être autrement.
45
Partie 1 / Dialogues
5
Dialogue 5 / Le pouvoir de la technique
Le pouvoir de la technique
VICTOR – J’imagine que non.
HÉLOÏSE – Vois-tu l’impasse dans laquelle nous nous
trouvons ?
VICTOR – Dire à quoi sert une chose ne nous indique
pas nécessairement ce qu’elle est. Tu vois, je ne suis pas
complètement obtus…
VICTOR – J’ai pensé à un autre exemple de perte de
liberté due à la technique.
HÉLOÏSE – Bien, alors qu’est-ce qu’une technique publicitaire ?
HÉLOÏSE – Laquelle ?
VICTOR – La publicité.
Exemple
inexpliqué
VICTOR – Pour te faire plaisir, tentons d’être précis. Une
technique publicitaire est une méthode de communication utilisée pour faire connaître un produit et le rendre
populaire.
Il est nécessaire d’expliquer en quoi « la publicité est un exemple de
perte de liberté lié à la technique ».
HÉLOÏSE – Comme s’effectue cette perte de liberté ?
Problématique 23 :
La technique peutelle masquer le réel ?
(texte p. 108)
Problématiques 7,
11, 16, 18, 21, 24
VICTOR – La publicité nous conditionne pour nous obliger à acheter certains produits. À force de nous rabâcher
les choses, on finit par obéir, sans même le vouloir. Il faut
dire que ceux qui utilisent la publicité le font très bien :
c’est pour cette raison que ça marche et qu’on se fait
piéger. ➤ CITATIONS 1 ET 2
HÉLOÏSE – La publicité est une technique ?
VICTOR – Oui, on parle bien des techniques publicitaires.
Opinion reçue
Il ne suffit pas de citer une expression courante pour en justifier
l’utilisation : il serait bon de vérifier la validité de cette expression.
HÉLOÏSE – Qu’est-ce la technique en général ?
Problématique 25 :
La science précèdet-elle toujours
la technique ?
(texte p. 111)
Problématiques 19,
23
Idée réductrice
VICTOR – C’est pour vendre plus de produits.
VICTOR – Non, ça n’a rien à voir !
HÉLOÏSE – Merveilleuse définition !
HÉLOÏSE – Alors pourquoi utilises-tu ici le terme « technique » ?
VICTOR – J’ai répondu à ta question !
HÉLOÏSE – En es-tu sûr ?
VICTOR – Je ne sais pas. Peut-être parce que la publicité
utilise les médias comme la télévision, et que c’est de la
technique.
V ICTOR – Tu m’as demandé ce qu’étaient les techniques publicitaires, je t’ai dit à quoi ça servait. C’est une
réponse, non ?
HÉLOÏSE – Et si l’on utilise des tracts en papier ou des
journaux, n’est-ce pas de la technique publicitaire ?
Définir l’utilité d’une entité ne répond pas à la question de sa
nature, même si la fonction et l’identité d’une chose peuvent
s’éclairer mutuellement et parfois coïncider.
VICTOR – En fin de compte, je crois qu’il y a deux sens
au terme technique. D’une part ce qui a trait aux
machines et aux applications scientifiques, et d’autre
part ce qui se rapporte à un savoir-faire lié à une activité
particulière.
H ÉLOÏSE – Est-ce que l’établissement d’un nouveau
magasin sert à vendre plus ?
VICTOR – Oui, si on veut.
HÉLOÏSE – Or, est-ce qu’un nouveau magasin est une
« technique publicitaire » ?
46
L’idée de « technique » définie comme « ce qui concerne les
machines », ou comme « application de la connaissance scientifique », trop restrictive, ne peut visiblement pas prendre en charge
la « technique publicitaire ». Il devient nécessaire de revoir cette
définition afin de l’élargir, ou alors l’expression « technique publicitaire » ne peut plus être utilisée en tant que telle.
HÉLOÏSE – Est-ce que cette définition s’applique à la
technique publicitaire ?
HÉLOÏSE – Et que sont ces « techniques publicitaires » ?
Glissement
de sens
VICTOR – La technique, c’est tout ce qui concerne les
machines, c’est-à-dire les applications de la connaissance scientifique. ➤ CITATIONS 3 ET 4
Achèvement
d’une idée
Deux différents sens de « technique » ont émergé, ce qui permet de
lever l’ambiguïté nous posant problème.
47
Partie 1 / Dialogues
Dialogue 5 / Le pouvoir de la technique
HÉLOÏSE – Intéressante distinction.
VICTOR – Mais elle me fait penser à autre chose. Je
m’aperçois qu’aujourd’hui, dès que l’on prononce le mot
technique, on pense aux machines. Pourtant, il y a des
techniques dans tous les domaines : en sport par
exemple, on dit d’un joueur qu’il a une bonne technique
sans qu’il utilise de machine.
Introduction
d’un concept
opératoire
Le concept de « circulation de l’information » permet de justifier en
quoi l’ordinateur est facteur de différents « progrès ».
Fausse
évidence
Comment la technique peut-elle être « utilisée de manière superflue » ? La réponse ne peut pas être prise comme allant de soi.
HÉLOÏSE – Qu’en déduis-tu ?
Problématique 18 :
Le progrès technique
transforme-t-il les
questions morales ?
(texte p. 104)
Problématiques 17,
20, 21, 23
VICTOR – Cela montre qu’on est vraiment dominé par
le progrès technique : ça donne l’impression qu’il nous
envahit, qu’il nous domine, que nous ne sommes plus
maîtres de nous-mêmes. C’est un grave problème qui se
pose à l’homme aujourd’hui. ➤ CITATIONS 5 ET 6
HÉLOÏSE – As-tu une preuve de cela ?
VICTOR – Les ordinateurs, comme je te l’ai déjà dit !
De plus en plus, tu es obligé de t’y mettre. Aujourd’hui,
dans la plupart des métiers, on dépend des ordinateurs.
Ils se sont imposés comme l’électricité et le téléphone
autrefois.
HÉLOÏSE – Cela te paraît-il une bonne chose ?
VICTOR – Je suis partagé sur la question.
Incertitude
paralysante
Il ne suffit pas d’exprimer le ressenti de la question, mais d’expliciter la difficulté qu’elle pose. C’est l’idée même d’une
problématique : rendre compte d’un dilemme.
HÉLOÏSE – Comment cela ?
VICTOR – Je crois que ça dépend des situations.
Indétermination
du relatif
La réponse renvoie au cas par cas, alors qu’il est demandé d’énoncer le problème général du bénéfice lié au progrès technique.
HÉLOÏSE – Tu m’éclaires vraiment !
VICTOR – Si, ça peut être utile quand même.
HÉLOÏSE – En quoi ?
Problématique 15 :
Le travail
est-il dépendant
de la technique ?
(texte p. 100)
Problématiques 16,
17, 23, 25
VICTOR – L’ordinateur est utile pour accéder plus facilement et plus rapidement à des données de toutes sortes :
scientifiques, commerciales, générales et même personnelles. Ça facilite la circulation de l’information, or l’information est la base même du progrès technique et du travail, du progrès culturel et social. L’information, c’est la
connaissance tout de même !
➤ CITATIONS 7 ET 8
48
Problématique 16 :
La technique, asservissement ou libération ?
(texte p. 102)
Problématiques 7,
17, 18, 21, 23, 24
Problématique
accomplie
H ÉLOÏSE – Auparavant, tu avais dit : « ça peut être
utile »…
VICTOR – Oui, eh bien ?
HÉLOÏSE – Si ça peut…
VICTOR – Oui, oui, ça peut aussi « ne pas »… Et c’est
vrai que ce n’est pas toujours utile. La technique est parfois utilisée de manière superflue. Tu le sais aussi bien
que moi.
HÉLOÏSE – Explique-moi quand même en quoi.
VICTOR – Je pense aux jeux vidéo par exemple.
HÉLOÏSE – Ne sont-ils pas amusants et même instructifs
parfois ?
VICTOR – Peut-être, mais certains utilisateurs se sentent
obligés de toujours acheter le dernier jeu à la mode.
Ensuite, ils passent des heures collés à leur écran, ils ne
voient plus que ça et ils ont du mal à faire autre chose.
HÉLOÏSE – Qu’est-ce que tu en conclus ?
VICTOR – Que la technique est bénéfique si on sait l’utiliser de manière appropriée et compétente, et si on n’en
dépend pas trop ; sinon, c’est un piège où on peut facilement se faire prendre. Surtout lorsque cette technique
est sophistiquée : elle devient encore plus dangereuse.
➤ CITATIONS 9 ET 10
La nature « bénéfique » de la technique est problématisée : entre
« compétence » et « dépendance ».
HÉLOÏSE – As-tu un autre exemple que les ordinateurs ?
VICTOR – Oui. La voiture : on la prend tout le temps et
l’on finit par ne plus savoir marcher. C’est une solution
de facilité, et c’est à cause de cette facilité que l’on
devient dépendant de la technique.
HÉLOÏSE – Est-ce que la facilité te paraît quelque chose
de négatif ?
VICTOR – Oui, quand même.
HÉLOÏSE – Je croyais que tu n’aimais pas le travail !
VICTOR – Peut-être, mais il y a des limites.
49
Partie 1 / Dialogues
Concept
indifférencié
Dialogue 5 / Le pouvoir de la technique
Des limites sont évoquées, mais ne sont en rien déterminées. La
proposition reste alors très allusive et manque de substance.
HÉLOÏSE – Quelles sont ces limites ?
VICTOR – Ici, il me semble qu’on perd son autonomie.
HÉLOÏSE – Pourrais-tu m’expliquer cette idée ?
Problématique 17 :
Le progrès humain
est-il indissociable du
progrès technique ?
(texte p. 103)
Problématiques 7,
8, 20, 21, 22, 24
Introduction
d’un concept
opératoire
VICTOR – D’une part, on perd sa liberté parce qu’on
dépend de machines. D’autre part, on ne développe plus
ses propres capacités, sur le plan physique pour la voiture, mais aussi sur le plan intellectuel. On n’est plus
autonome, on n’est plus soi-même.
➤ CITATIONS 11 ET 12
« Être soi-même » est défini par rapport à la « liberté » et au développement de « ses propres capacités », identité qui est altérée par
la « dépendance aux machines ».
HÉLOÏSE – Il me manque quelque chose.
VICTOR – Je sais : un exemple de perte d’autonomie sur
le plan intellectuel. J’y pensais aussi. Eh bien les calculatrices, qui nous empêchent de compter de tête, ce qui
serait parfois plus simple et rapide. À force, on ne sait
plus compter du tout.
HÉLOÏSE – Alors qu’en est-il de la facilité ?
VICTOR – Je l’ai dit : c’est une perte d’autonomie.
HÉLOÏSE – Alors pourquoi n’aimes-tu pas le travail ?
VICTOR – Parce que je n’aime pas l’effort. Mais je ne
vois pas le rapport entre ça et ta question initiale, sur la
perte de l’autonomie.
Perte de l’unité
Il est crucial de conserver le lien entre les idées, sans quoi leur sens
et leur utilité n’apparaissent pas.
HÉLOÏSE – Le travail te semble-t-il quelque chose de
facile ?
VICTOR – Ça dépend de la sorte de travail.
HÉLOÏSE – Qu’est-ce qui te semble plus pénible : un travail facile ou un travail difficile ?
VICTOR – Le travail difficile bien sûr !
HÉLOÏSE – Si un travail était très facile, te semblerait-il
pénible ?
VICTOR – Non, sauf s’il dure longtemps, car il deviendrait ennuyeux. J’aime bien relever des défis parfois.
50
Problématique 1 :
Travail et souffrance
vont-ils
nécessairement
de pair ?
(texte p. 86)
Problématiques 2,
4, 16, 17, 22, 23
Problématique
accomplie
HÉLOÏSE – Quels sont les deux critères que tu utilises
pour déterminer ce qui est pénible ?
VICTOR – La longueur et la difficulté.
HÉLOÏSE – Alors quel est le problème de la facilité ?
VICTOR – La facilité nous rend la vie moins pénible,
c’est pour ça que nous apprécions les moyens techniques
modernes. Mais la facilité est un piège : d’une part on y
perd son autonomie, car on dépend d’autre chose et on
ne développe plus ses propres moyens. D’autre part, la
technique peut devenir ennuyeuse. Je dirais presque
qu’on peut souffrir de ne plus faire d’efforts, tout comme
on souffre d’en faire. ➤ CITATIONS 13 ET 14
Deux problématiques sur la technique, pensée simultanément
comme « facilité » et « dépendance », puis comme « facilité » et
« souffrance ».
Les échos des philosophes
➝ LES
NUMÉROS DES CITATIONS RENVOIENT AU DIALOGUE
1- « À la communication médiatique – trouvant sa quintessence
dans la télévision – il appartient que ce qu’elle communique, ce
soit elle-même, en sorte que la forme de cette communication
est devenue son contenu. » HENRY, La Barbarie, 1987.
2- « Dans la mesure où la technique représente tout un
ensemble de moyens et d’instruments, elle peut tout aussi bien
accroître la faiblesse de l’homme ou augmenter son pouvoir. »
MARCUSE, L’Homme unidimensionnel, 1964.
3- « L’inventeur de l’arc n’avait aucune idée de la pesanteur, ni
de la trajectoire […]. Cela conduit à juger que la technique,
quoique réglée sur l’expérience […] n’a pas conduit toute seule
à la science. » ALAIN, Propos du 28 février 1931.
4- « Science et technique doivent être considérées comme deux
types d’activité dont l’un ne se greffe pas sur l’autre, mais dont
chacun emprunte réciproquement à l’autre, tantôt des solutions, tantôt ses problèmes. » CANGUILHEM, La Connaissance de
la vie, 1947.
5- « À supposer que, au sein de ce développement monstrueux
de la technique moderne, l’apparition d’un procédé nouveau
– la fission de l’atome, une manipulation génétique, etc. – pose
51
Partie 1 / Dialogues
Dialogue 5 / Le pouvoir de la technique
une question à la conscience d’un savant, cette question sera
balayée comme anachronique, parce que, dans la seule réalité
qui existe pour la science, il n’y a ni question ni conscience. »
HENRY, La Barbarie, 1987.
6- « Il en est de la médecine comme de toutes les techniques.
Elle est une activité qui s’enracine dans l’effort spontané du
vivant pour dominer le milieu et l’organiser selon les valeurs
du vivant. » CANGUILHEM, Le Normal et le Pathologique, 1943.
7- « Les technologies cruciales sont désormais celles de l’information et de la communication […]. » GOLDFINGER, Travail et
hors travail. Vers une société fluide, 1998.
8- « L’habileté manuelle étant remplacée par la perfection de
l’outillage, les rôles entre l’homme et la matière sont intervertis : l’esprit n’est plus dans l’ouvrier, il est passé dans la
machine ; ce qui devait faire le mérite du travailleur est devenu
pour lui un abêtissement. » PROUDHON, De la justice dans la révolution et dans l’Église, 1858.
9- « C’est bien la technique elle-même qui est déjà domination
(sur la nature et sur les hommes), une domination méthodique,
scientifique, calculée et calculante. » MARCUSE, L’Homme unidimensionnel, 1964.
En résumé…
On le sait, notre monde moderne se caractérise par le développement technique inouï auquel nous serions condamnés. La
technique semble du reste tellement imbriquée dans toutes
nos activités, qu’elle paraît à la fois omniprésente et difficile à
saisir, à isoler, spectaculaire et invisible. Son aspect le plus
frappant réside dans les machines, qui en sont la manifestation constante. Mais le règne de la technique ne se limite nullement à la seule utilisation de machines et s’exerce dans bien
d’autres domaines : en tant que procédure et savoir-faire.
Autre paradoxe : la technique est à la fois ce que nous utilisons et ce qui nous utilise, le symbole de la maîtrise comme
de la soumission, de la liberté et de la servitude. Cela non seulement parce que la technique contraint les corps, puisque en
somme elle est une force, mais aussi, et peut-être davantage
encore, parce que notre esprit, nos pensées, nos désirs sont
suscités ou commandés par elle. La facilité dans la vie et le
travail, justification essentielle et atout majeur de la technique, ne nous prive-t-elle pas, par exemple, de l’effort essentiel à la constitution de notre être ?
10- « L’outil est la ruse de la Raison par laquelle la nature est
tournée contre la nature, si bien que l’homme n’est pas subjugué par l’extériorité inerte. » HEGEL, Leçons sur la Philosophie de
l’histoire, 1821.
11- « Pour le poète, c’est l’or et l’argent, mais pour le philosophe ce sont le fer et le blé qui ont civilisé les hommes et
perdu le genre humain. » ROUSSEAU, Discours sur l’origine et les
fondements de l’inégalité parmi les hommes, 1755.
12- « L’homme par ses prodigieuses techniques dépasse,
semble-t-il, le cadre de sa propre pensée. » B ACHELARD , Le
Matérialisme rationnel, 1953.
13- « Le travail ne jouit que d’une faible considération dès qu’il
s’offre comme moyen de parvenir au bonheur. C’est une voie
dans laquelle on est loin de se précipiter avec l’élan qui nous
entraîne vers d’autres satisfactions. » FREUD, Malaise dans la
civilisation, 1929.
14- « L’homme naquit pour travailler, comme l’oiseau pour
voler. » RABELAIS, Le Quart Livre, 1552.
52
Les notions-outils
Exemple : cas ou fait particulier entrant sous une catégorie
générale de faits du même ordre.
Méthode : procédure par laquelle sont établis les moments
successifs d’une action continue, constituant autant de
moyens pour parvenir à un résultat donné, une démarche
réglée pour arriver à un terme fixé à l’avance.
Machine : objet artificiel produit par l’homme et constitué d’un
assemblage, d’une configuration de solides capables de mouvement, généralement conçu en vue d’un travail. Son fonctionnement est lié à une source d’énergie naturelle (animale, végétale, minérale) ou artificielle (électricité, nucléaire) agissant
comme moteur.
53
Partie 1 / Dialogues
Information : fait ou idée, en tant qu’il est porté à la connaissance d’un individu ou d’un groupe, en tant qu’il est communiqué. Parole rendant manifeste ce fait ou cette idée.
Conditionnement : processus artificiel destiné à modifier le
comportement d’un individu au moyen de réflexes acquis.
Contrainte exercée par la société, un individu ou un groupe
d’individus sur un autre individu, ou sur soi-même.
6
VICTOR – Finalement, tu m’as fait découvrir en quoi
j’aimais le travail.
HÉLOÏSE – Je suis heureuse de t’avoir rendu service !
V ICTOR – Je n’avais jamais osé te le dire et encore
moins te les montrer, mais j’écris des poèmes de temps à
autre.
Autonomie : état de celui qui se donne à lui-même sa propre
loi, qui se détermine de lui-même.
Hétéronomie : état de celui qui obéit à une loi édictée par une
autorité extérieure, qui ne se détermine pas de lui-même.
Évidence : proposition qui, d’elle-même, sans qu’il soit besoin
de preuves ou d’explications, entraîne ou doit entraîner immédiatement l’adhésion de l’esprit.
Preuve : information ou raisonnement destinés à justifier une
proposition.
Critère : signe ou indice permettant de reconnaître ou de juger
une chose, un être ou une idée et de les distinguer d’une autre.
Travail et transformation
HÉLOÏSE – Et tu aimes cela ?
VICTOR – Oui, sinon je ne le ferais pas.
HÉLOÏSE – En quoi est-ce un travail ?
VICTOR – C’est un travail comme un autre, non ?
Emportement
émotionnel
Il serait utile d’établir en quoi « écrire des poèmes » est un travail,
ne serait-ce que pour nous amener à cerner la notion de « travail ».
HÉLOÏSE – Oui, mais pourquoi affirmes-tu que c’est un
travail, plutôt qu’un amusement par exemple ?
VICTOR – Déjà parce que je produis quelque chose !
HÉLOÏSE – Continue…
Problématique 7 :
Tout travail
est-il productif ?
(texte p. 93)
Problématique 4
Introduction
d’un concept
opératoire
VICTOR – Une des premières caractéristiques du travail,
c’est la production. On travaille toujours pour produire quelque chose. Tu n’es pas d’accord avec moi ?
➤ CITATIONS 1 ET 2
Le concept de « production », comme finalité du « travail », nous
permet de lancer une nouvelle piste de réflexion.
HÉLOÏSE – Attends…
VICTOR – Comment ça ?
HÉLOÏSE – Peux-tu concevoir un travail où l’on ne produit rien ?
V ICTOR – Ça n’aurait aucun sens. Tu es vraiment
agaçante !
HÉLOÏSE – Pourquoi ?
VICTOR – Parce que l’on ne peut rien dire avec toi !
HÉLOÏSE – Je te laisse pourtant parler.
VICTOR – Oui, mais avec tes questions, je ne sais plus
où j’en suis.
54
55
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 6 / Tr a v a i l e t t r a n s f o r m a t i o n
HÉLOÏSE – Pourquoi dis-tu cela ?
VICTOR – Si tu veux le savoir, oui ! je connais un travail
où on ne produit rien.
Penser
l’impensable
Suspension
du jugement
Il est toujours utile, suite à la formulation d’une hypothèse, de
chercher des contre-exemples afin de vérifier les limites de cette
hypothèse. Même si cette hypothèse nous paraît incontournable.
HÉLOÏSE – J’attends…
VICTOR – Il produit quelque chose, mais il ne transforme
pas, puisqu’il n’y avait rien à transformer. Toutefois, on
pourrait dire qu’il transforme les mots, mais je crois que
ce ne serait pas suffisant pour décrire ce qu’il accomplit.
L’art est toujours une création.
HÉLOÏSE – Lequel ?
VICTOR – Le tien : l’enseignement.
HÉLOÏSE – Si l’on ne produit rien, que fait-on ?
VICTOR – Je ne sais pas. On transforme.
HÉLOÏSE – L’art n’est pas une transformation ?
HÉLOÏSE – C’est-à-dire ?
VICTOR – Non, jamais. Sauf la sculpture peut-être un
peu. Puisqu’elle change la forme de la matière. Mais en
fait, si une partie de l’art transforme, on ne peut plus
dire de l’art en général qu’il ne transforme pas. D’ailleurs
si l’art embellit notre environnement, c’est bien qu’il le
transforme.
VICTOR – L’élève qui est ignorant est transformé en un
élève savant. C’est miraculeux !
HÉLOÏSE – Quelle ironie ! Mais peux-tu appliquer ce
principe à la généralité du travail ?
VICTOR – Oui, je crois que tout travail transforme.
HÉLOÏSE – As-tu une preuve de cela ?
Problématique 20 :
La technique met-elle
la nature au service
de l’humain ?
(texte p. 105)
Problématiques 4,
6, 14, 15, 16, 22
Alibi
du nombre
VICTOR – Regarde l’histoire de l’homme. N’a-t-il pas
complètement transformé la terre et tout ce qui existait
auparavant par le biais de son travail et de ses outils,
pour satisfaire ses besoins ?
➤ CITATIONS 3 ET 4
VICTOR – Néanmoins, transformer et produire, c’est
identique.
Illusion
de synthèse
Position
critique
Après avoir avancé ces deux concepts pour introduire une distinction sur la nature du travail, il n’est pas satisfaisant de les amalgamer sans justifier une telle décision.
HÉLOÏSE – Un écrivain transforme-t-il ?
VICTOR – Non, il crée.
HÉLOÏSE – Que signifie « créer » ?
VICTOR – Inventer ce qui n’existait pas.
Après avoir affirmé que l’art « crée et ne transforme pas », l’exception de la « sculpture » est utilisée pour montrer le contraire, ce qui
nous mène à des conclusions plus générales.
HÉLOÏSE – Et la technique ?
VICTOR – Elle sert plutôt à transformer les choses, non
à les créer.
Ce n’est pas parce que l’homme a « tout transformé sur terre » que
« tout travail transforme ». Encore faudrait-il prouver qu’en cette
« transformation » réside l’essence du travail. La quantité, aussi
grande soit-elle, peut parfois produire une illusion de preuve.
HÉLOÏSE – Peut-être.
L’exemple de l’écrivain qui « crée » sert ici à mettre à l’épreuve
l’amalgame entre « produire » et « transformer ». Il est crucial de
prendre le temps de saisir les implications du problème en mettant
de côté ses convictions, afin d’approfondir la question.
HÉLOÏSE – La technique ne peut jamais être création ?
VICTOR – Je crois que si.
HÉLOÏSE – Mais comment ?
Problématique 19 :
Faut-il opposer art
et technique ?
Problématiques 2,
4, 15, 16, 17, 22
Problématique
accomplie
VICTOR – Sans doute faudrait-il distinguer l’utilisation
de la technique de son invention. Car l’inventeur est
nécessairement un créateur, puisqu’il conçoit et fabrique
ce qui n’existait pas. Alors que l’utilisateur de la technique produit toujours la même chose, comme dans le
travail à la chaîne, mais il transforme des objets grâce à
la technique. ➤ CITATIONS 5 ET 6
La technique est à la fois « création » et « transformation », selon
que l’on soit « inventeur » ou « utilisateur », deux visions de la technique qui peuvent s’opposer.
HÉLOÏSE – Fabrique-t-il à partir de rien ?
HÉLOÏSE – Mais un écrivain produit-il ?
VICTOR – Puisqu’il invente !
VICTOR – Ta question m’ennuie. Laisse-moi réfléchir.
HÉLOÏSE – Qu’invente-t-il par exemple ?
56
57
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 6 / Tr a v a i l e t t r a n s f o r m a t i o n
VICTOR – Il peut inventer un nouveau type de moteur.
HÉLOÏSE – Sur quoi débouche cette connaissance ?
VICTOR – Sur la pollution, comme le savent tous les
plus grands spécialistes.
HÉLOÏSE – De quoi a-t-il besoin pour cela ?
VICTOR – Je ne suis pas un spécialiste, mais je crois
qu’il a déjà besoin de connaître la physique, la mécanique, les mathématiques.
Opinion reçue
HÉLOÏSE – Invente-t-il tout cela ?
Problématique 25 :
La science précèdet-elle toujours
la technique ?
(texte p. 111)
Problématiques 15,
19
V ICTOR – Non. On peut même dire que l’inventeur
applique ce qu’il connaît. Il applique les connaissances
scientifiques pour fabriquer quelque chose de nouveau.
➤ CITATIONS 7 ET 8
HÉLOÏSE – Donc les connaissances scientifiques viendraient toujours d’abord ?
VICTOR – Dans ce cas-là, oui.
HÉLOÏSE – Mais plus généralement ?
VICTOR – Je n’en sais rien. C’est sans doute pareil.
Paralogisme
Problématique 3 :
Peut-on considérer
le travail comme
une valeur morale ?
(texte p. 88)
Problématiques 14,
18, 20, 21, 23, 24
Idée réductrice
Il n’est pas légitime de tirer d’un cas unique une règle générale
sans examiner d’autres situations ou tenter de trouver des contreexemples.
HÉLOÏSE – Qu’en est-il ?
VICTOR – On utilisait les remèdes de grand-mères ou
de sorciers bien avant de connaître la chimie ou la biologie. Et aujourd’hui, les grands laboratoires les étudient de
près, ils en tirent des principes scientifiques généraux.
Le cas des « médicaments traditionnels » comme preuve que la
technique précède parfois la science est expliqué.
HÉLOÏSE – Alors ?
VICTOR – Finalement, c’est vrai qu’on peut inventer une
technique et seulement après découvrir les principes
scientifiques qui en découlent.
HÉLOÏSE – Qu’en conclus-tu ?
V ICTOR – La connaissance peut provenir de l’expérience ou de la théorie, c’est-à-dire du concret ou de
l’abstrait. Les deux modes se nourrissent et se confrontent mutuellement.
Achèvement
d’une idée
Deux processus de génération de la connaissance ont été identifiés,
à partir du rapport réversible entre « expérience » et « théorie ».
58
HÉLOÏSE – Pourquoi réponds-tu cela ?
V ICTOR – Parce que l’homme bouleverse la nature
avec sa technique, il ne la respecte pas. Il est le seul être
à agir ainsi. Et c’est irresponsable de sa part d’agir ainsi.
➤ CITATIONS 9 ET 10
HÉLOÏSE – Quel est le rapport avec la connaissance ?
VICTOR – La connaissance, c’est la technique.
Nous venons de reconnaître la nature double de la connaissance,
« théorie » et « technique », tandis que cette réponse la réduit à une
seule de ses composantes. Cette distinction pouvait pourtant faire
émerger une problématique porteuse sur la nature et les conséquences de la connaissance.
HÉLOÏSE – On ne peut pas distinguer l’une de l’autre ?
VICTOR – Si la connaissance peut être purement théorique, la technique est surtout pratique : elle est destinée
à agir.
HÉLOÏSE – Quelle est donc sa finalité ?
VICTOR – Agir, comme je te l’ai dit.
HÉLOÏSE – L’agir constitue-t-il un but en soi ?
VICTOR – L’homme a besoin d’agir.
HÉLOÏSE – Peux-tu trouver un autre exemple ?
VICTOR – Oui, les médicaments traditionnels.
Exemple
analysé
Ce terme de « pollution », introduit abruptement, mériterait d’être
expliqué et justifié, l’invocation des « plus grands spécialistes »,
expression au demeurant très vague, ne nous fournissant guère de
matière à ce sujet.
Précipitation
La réponse évite la question et ne la traite pas, bien qu’implicitement elle pourrait signifier qu’« agir est un but en soi », puisqu’il
est un « besoin ».
HÉLOÏSE – Pourquoi a-t-il besoin d’agir ?
VICTOR – Pour subvenir à ses besoins.
HÉLOÏSE – Quels sont ces fameux besoins dont tu me
parles ?
VICTOR – Je te l’ai déjà expliqué, les besoins élémentaires : manger, boire, dormir, s’abriter, se vêtir, etc.
HÉLOÏSE – Cela suffit-il à expliquer les « bouleversements de la nature » causés pas l’homme ?
VICTOR – Peut-être pas. Il doit y avoir autre chose.
59
Partie 1 / Dialogues
Suspension
du jugement
D i a l o g u e 6 / Tr a v a i l e t t r a n s f o r m a t i o n
La reconnaissance du problème posé par une question est un élément essentiel de la construction de la pensée.
HÉLOÏSE – Quoi d’autre par exemple ?
VICTOR – L’homme veut tout contrôler.
HÉLOÏSE – Quel est ce « tout » ?
Problématique 14 :
La technique est-elle
spécifiquement
humaine ?
(texte p. 99)
Problématiques 2,
6, 8, 20, 21
Problématique 21 :
Doit-on contrôler
le progrès technique ?
(texte p. 106)
Problématiques 6,
8, 18, 20, 23
V I C T O R – L’homme veut contrôler le monde qui
l’entoure : la nature, les autres animaux, et même la
lune et les étoiles, grâce à la science et à la technique.
Remarque, ça fait aussi partie des besoins, si on observe
la manière dont il se comporte. ➤ CITATIONS 11 ET 12
HÉLOÏSE – Ce dernier besoin est-il du même genre que
les autres ?
Exemple
analysé
V ICTOR – Oui, c’est aussi un besoin fondamental,
même si cela entraîne parfois de graves ennuis sur le
plan écologique.
HÉLOÏSE – Alors manger, boire, se vêtir et contrôler…
VICTOR – Bon, c’est vrai qu’il y a quelque chose de différent.
HÉLOÏSE – Quoi donc ?
VICTOR – En même temps, en tant que besoin, c’est différent et c’est pareil.
Difficulté
à problématiser
Il serait possible à ce point d’articuler une problématique sur le
« besoin de contrôler le monde », à la fois pour « subvenir à ses
besoins élémentaires » et source d’« ennuis », deux tendances
conflictuelles. Par exemple en proposant l’idée que « certains
besoins sont satisfaits mais que d’autres sont engendrés par le
même processus ».
HÉLOÏSE – Mais quelle est cette différence ?
VICTOR – Elle est moins biologique.
Problématique 18 :
Le progrès technique
transforme-t-il les
questions morales ?
(texte p. 104)
Problématiques 7,
8, 17, 20, 23, 25
Achèvement
d’une idée
VICTOR – L’homme veut découvrir la nature, mais il
veut aussi la maîtriser. Il a l’illusion de pouvoir faire qu’il
veut, sans se contrôler lui-même. Et la technique nourrit
son pouvoir et ses illusions. ➤ CITATIONS 13 ET 14
HÉLOÏSE – Cette envie est-elle nouvelle à ton avis ?
V I C TO R – Non, je crois qu’elle a toujours existé.
Autrefois, l’homme faisait appel aux sorciers et aux dieux
pour obtenir ce qu’il voulait. Pour faire pleuvoir, pour
obtenir de bonnes récoltes, pour tuer ses ennemis. C’était
aussi une technique pour agir sur le monde.
L’exemple de « l’appel aux sorciers et aux dieux » est cité comme
technique, en expliquant qu’il permet d’« agir sur le monde ».
HÉLOÏSE – Rien de nouveau alors ?
VICTOR – Si, quand même.
HÉLOÏSE – Quoi donc ?
VICTOR – La technique a beaucoup évolué.
HÉLOÏSE – Quelles conséquences entraînent cette évolution ?
VICTOR – Les techniques modernes sont beaucoup plus
sophistiquées, beaucoup plus puissantes et donc beaucoup plus destructrices qu’auparavant. La volonté de
maîtriser le monde n’a pas changé, mais la puissance de
l’homme s’est considérablement accrue. C’est pour cette
raison que de nouveaux problèmes se posent à l’homme
et qu’il se rend mieux compte qu’il ne peut pas faire tout
ce qui lui traverse la tête et changer les choses comme il
le veut. Plus qu’autrefois, il est obligé de distinguer
connaître et agir, science et technique. ➤ CITATIONS 15 ET 16
La « puissance » accrue de la technique moderne et son potentiel
« destructeur » nous obligent à « distinguer science et technique ».
HÉLOÏSE – Quel est ici le contraire de biologique ?
VICTOR – Psychologique, ou intellectuel.
HÉLOÏSE – Quel est alors ce besoin, « psychologique ou
intellectuel » ?
VICTOR – L’homme veut tout connaître.
HÉLOÏSE – Et c’est la connaissance qui est cause de
« pollution » ?
VICTOR – Non, c’est la technique.
HÉLOÏSE – Peux-tu justifier ton idée ?
60
Les échos des philosophes
➝ LES
NUMÉROS DES CITATIONS RENVOIENT AU DIALOGUE.
1- « Pour [l’ouvrier], le travail […] est une marchandise qu’il a
adjugée à un tiers. C’est pourquoi le produit de son activité n’est
pas non plus le but de son activité. » MARX, Travail salarié et
Capital, 1849.
61
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 6 / Tr a v a i l e t t r a n s f o r m a t i o n
2- « Les six heures de travail [par jour] produisent abondamment toutes les nécessités et commodités de la vie, et en outre
un superflu bien supérieur aux besoins de la consommation. »
MORE, L’Utopie, 1516.
3- « Le dévoilement qui régit la technique moderne est une provocation par laquelle la nature est mise en demeure de livrer
une énergie qui puisse comme telle être extraite et accumulée. »
HEIDEGGER, Essais et Conférences, 1954.
4- « L’homme n’est que le ministre ou l’interprète de la nature :
il n’entend ni ne fait qu’autant qu’il a de connaissance, ou expérimentale ou réfléchie, des êtres qui l’environnent. » DIDEROT,
article « Art » de l’Encyclopédie, 1751.
5- « L’art est distinct du métier : l’art est dit libéral, le métier est
dit mercenaire. » KANT, Critique de la faculté de juger, 1790.
6- « Les outils et les instruments qui peuvent faciliter considérablement le travail ne sont pas eux-mêmes des produits du travail, mais des produits de l’œuvre. » A RENDT , Condition de
l’homme moderne, 1958.
7- « Si […] la technique dépend pour une grande part de l’état
de la science, celle-ci dépend encore beaucoup plus de l’état et
des besoins de la technique. » ENGELS, Lettre à W. Borgius, 1894.
8- « Ce n’est qu’après un examen approfondi des phénomènes
considérés que l’on peut saisir plus précisément les concepts
scientifiques fondamentaux, et les modifier progressivement
pour les rendre utilisables. » F REUD , Métapsychologie, 1952
(posthume).
9- « L’homme, interprète et ministre de la nature, n’étend ses
connaissances et son action qu’à mesure qu’il découvre l’ordre
naturel des choses, soit par l’observation, soit par la réflexion ; il
ne sait et ne peut rien de plus. » BACON, Novum organum, 1620.
10- « Un instrument inventé par l’homme est plus haut qu’une
chose de la nature ; car il est une production de l’Esprit. »
HEGEL, Leçons sur la Philosophie de l’histoire, 1821.
11- « L’homme [contrairement aux animaux], possède de nombreux moyens de défense, et il lui est toujours loisible d’en
changer et même d’avoir l’arme qu’il veut et quand il le veut. »
ARISTOTE, Les Parties des animaux, IVe s. av. J.-C.
12- « […] Aussi distinctement que nous connaissons les divers
métiers de nos artisans, nous les [les connaissances scientifiques]
62
pourrions employer en même façon à tous les usages auxquels ils
sont propres, et ainsi nous rendre comme maîtres et possesseurs
de la nature. » DESCARTES, Discours de la méthode, 1637.
13- « On veut se rendre maître [de la technique]. Cette volonté
d’être le maître devient d’autant plus insistante que la technique
menace davantage d’échapper au contrôle de l’homme. »
HEIDEGGER, Essais et Conférences, 1954.
14- « On confère le plus grand honneur à l’invention humaine, en
tant qu’elle subjugue les choses naturelles et se les approprie
pour l’usage. » HEGEL, Leçons sur la Philosophie de l’histoire, 1821.
15- « Comment pourrais-je dire l’émotion que j’éprouvai devant
cette catastrophe, où trouver les mots pour décrire l’être repoussant que j’avais créé au prix de tant de soins et de tant d’efforts. » SHELLEY, Frankenstein ou le Promethée moderne, 1818.
16- « La technique moderne a introduit des actions d’un ordre
de grandeur tellement nouveau, avec des objets tellement
inédits et des conséquences tellement inédites, que le cadre de
l’éthique antérieure ne peut plus les contenir. » J O N A S ,
Le Principe responsabilité, 1979.
En résumé…
Tout travail s’applique à la transformation d’un donné, qu’il
soit naturel ou artificiel, c’est pourquoi il est souvent défini
comme une activité productive. La notion de production
semble toutefois réductrice, car bien des activités y échappent
sans qu’on puisse si facilement les exclure de la sphère du travail, pour en faire des jeux ou des loisirs, par exemple la création artistique. L’enseignement ou l’industrie du service en
général posent un problème semblable.
La technique nous renvoie également à la sphère de la production, où l’élément intellectuel semble prendre une place
variable. Il a peut-être plus d’importance aujourd’hui, dans la
mesure où techniques et sciences semblent devenir indissociables, mais de multiples tâches sont encore dotées d’un
caractère répétitif et peu créatif. En ce sens, sciences et techniques peuvent se distinguer, dans leur fonctionnement, leur
nature et leur genèse.
63
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 6 / Tr a v a i l e t t r a n s f o r m a t i o n
Néanmoins, à travers leur développement, l’homme explore un
nouveau rapport avec la nature et sa possible transformation,
et sur ce plan technique et travail sont solidaires. La technique, moyen d’action, volontiers conquérante, dominatrice,
plus efficace que jamais, apparaît aussi comme une source de
dangers et de risques, suscite des suspicions, plus ou moins
bien fondées, en tant que symbole d’une volonté de puissance
qui inquiète. L’homme contemporain se voit donc confronté à
des enjeux inédits et conséquents.
Les notions-outils
Production : action ou fait de produire, c’est-à-dire de faire
venir à l’existence une réalité concrète distincte et subsistant
en soi, indépendamment de l’activité qui l’a engendrée.
Création : : acte de produire, de faire venir à l’existence réelle,
une chose qui n’existait pas auparavant. Elle s’oppose à la fois
à la destruction et à la reproduction, en tant que cette dernière
ne comporte aucune idée de nouveauté ou d’invention.
Reproduire : acte consistant à faire exister de nouveau, sous la
forme d’une copie, d’une imitation, un objet ou une action déjà
constatés dans le monde. Ce terme s’oppose à celui de « créer ».
Théorique : ce qui relève d’une construction intellectuelle élaborée et rationnelle, en opposition à l’ordre de l’action et des
faits, qui relève de la pratique.
Évolution : transformation progressive, graduelle, d’une réalité,
ce processus s’accomplissant soit en fonction d’un principe ou
d’une logique interne, soit au hasard.
Hypothèse : énoncé ou idée admis à titre provisoire, pour servir
de point de départ à des réflexions ou des raisonnements
ultérieurs.
Logique : cohérence d’un raisonnement, absence de contradiction. Déterminer les conditions de validité des raisonnements
est l’un des objets de la logique, science qui a pour objet les
jugements par lesquels on distingue le vrai du faux.
Dialectique : processus de pensée qui prend en charge des
propositions apparemment contradictoires et se fonde sur ces
contradictions afin de faire émerger de nouvelles propositions.
Ces nouvelles propositions permettent de réduire, de résoudre
ou d’expliciter les contradictions initiales.
Loisir : temps libre, c’est-à-dire qui n’est pas occupé par le travail ou quelque activité utilitaire (par exemple, la production)
ou vitale (par exemple, manger, dormir). Désigne également les
activités accomplies dans ce temps et ne relevant pas de ces
finalités utilitaires.
Jeu : activité ayant pour finalité le plaisir qu’elle offre en ellemême, à l’exclusion de toute autre fin.
Invention : acte ou capacité permettant de créer, de découvrir
ou de construire une réalité ou une idée inédite, nouvelle.
Concevoir : opération intellectuelle consistant à construire une
idée, un concept, une représentation, que ce soit à partir d’un
donné mental ou physique préexistant, ou par une pure et libre
création de l’esprit.
64
65
Partie 1 / Dialogues
7
Illusion
de synthèse
Problématique 10 :
La division du travail
est-elle inévitable ?
(texte p. 96)
Problématiques 6,
15, 16, 22
Introduction
d’un concept
opératoire
D i a l o g u e 7 / Te c h n i q u e e t d é p e n d a n c e
Technique et dépendance
VICTOR – Il existe une autre conséquence au progrès
technique.
HÉLOÏSE – Laquelle ?
VICTOR – On dépend beaucoup plus des autres.
HÉLOÏSE – Comment arrives-tu à cette conclusion ?
VICTOR – À cause de la complexité de la technique.
H ÉLOÏSE – Quel est le lien entre la complexité et la
dépendance sur autrui ?
VICTOR – C’est vrai que la technique nous rend aussi
plus autonome par rapport à autrui.
HÉLOÏSE – Et les « infrastructures » que tu évoquais ?
VICTOR – Il s’agit des routes, dont l’État s’occupe, sans
oublier l’industrie du pétrole qui emploie aussi beaucoup
de monde. Toutes ces activités et ces tâches différentes
sont imbriquées pour permettre à nos voitures de rouler.
C’est pour cela que nous sommes tous très dépendants
les uns des autres. Personne ne peut se débrouiller seul.
HÉLOÏSE – Quelle est ton objection ?
VICTOR – Je n’en ai aucune.
HÉLOÏSE – Tout à l’heure tu disais que « la technique
nous rend plus autonome par rapport à autrui. »
VICTOR – Ce n’est pas une objection, c’est une précision.
Glissement
de sens
On ne peut dire tour à tour que la technique nous « fait dépendre
des autres » et qu’elle « nous rend plus autonome » sans mettre au
jour et analyser la portée contradictoire de l’ensemble.
HÉLOÏSE – J’ai du mal à te suivre. Tu avances un peu
trop vite pour moi.
VICTOR – Toi, tu n’es pas drôle !
HÉLOÏSE – Que veux-tu ! Je dois te comprendre, sinon
tu parles tout seul.
VICTOR – Que désires-tu savoir, chère amie ?
H ÉLOÏSE – Explique-moi la dépendance accrue sur
autrui due au progrès technique.
VICTOR – La dépendance est due à la complexité de la
technique. Les machines ou les instruments que nous
employons nécessitent de nombreuses personnes pour
les fabriquer et des infrastructures pour les utiliser, chacune avec des tâches différentes. ➤ CITATIONS 1 ET 2
La « complexité », ainsi que ses conséquences, nous permettent
d’étayer en quoi la technique est cause de « dépendance sur autrui ».
HÉLOÏSE – À quoi penses-tu ?
VICTOR – Entre autres à la voiture. L’industrie automobile
est gigantesque : seules de très grandes sociétés arrivent à
produire des voitures. Entre la conception, la fabrication,
l’assemblage, la vente et l’administration, cela représente
beaucoup de personnes ayant des rôles très divers.
66
Une objection pose problème, une précision donne des explications
supplémentaires sur un point particulier. Or il semble que dans ce
cas-ci, « plus autonome » et « plus dépendant » se contredisent
quelque peu. Saisir précisément la nature du rapport entre les
idées permet de mieux articuler la progression de la pensée.
HÉLOÏSE – Donne toujours ton argument, nous verrons
ensuite.
Problématique 22 :
La technique
rend-elle le travail
humain superflu ?
(texte p. 107)
Problématiques 5,
15, 16, 17
Position
critique
VICTOR – Si je veux m’en aller loin d’ici, je prends ma
voiture et je pars. En une seule journée, je peux traverser
la France, alors qu’autrefois, il fallait s’organiser avec des
diligences, des relais, des auberges, et comme on pouvait
être attaqué sur la route, il fallait voyager à plusieurs.
Prendre le train ou l’avion est plus rapide et plus simple,
et j’ai moins besoin des autres. Il est plus simple de réaliser mes projets. ➤ CITATIONS 3 ET 4
Par cet exemple du voyage, il est montré le degré d’autonomie
accru que procure la technique, ce qui pose problème à l’hypothèse de la « dépendance ».
HÉLOÏSE – Conclusion ?
VICTOR – On est plus autonome aujourd’hui qu’autrefois.
HÉLOÏSE – Tout à l’heure tu constatais une « dépendance accrue sur autrui »…
VICTOR – Oui, j’ai complété ma pensée.
HÉLOÏSE – N’y a-t-il pas là une contradiction ?
VICTOR – Je ne crois pas, mais si ça te fait plaisir…
HÉLOÏSE – Pour me faire encore plus plaisir, pourrais-tu
articuler cette contradiction « possible » ?
67
Partie 1 / Dialogues
Problématique 15 :
Le travail est-il
dépendant
de la technique ?
(texte p. 100)
Problématiques 2,
5, 10, 19, 22, 24
Problématique
accomplie
D i a l o g u e 7 / Te c h n i q u e e t d é p e n d a n c e
V ICTOR – Le progrès technique implique une plus
grande répartition des tâches et du travail. En cela, il
nous rend plus dépendants les uns des autres. Mais ce
progrès offre aussi à chacun une plus grande autonomie,
puisque les outils de travail mis à notre disposition au
quotidien, plus puissants et efficaces, nous rendent plus
indépendants. ➤ CITATIONS 5 ET 6
Certitude
dogmatique
HÉLOÏSE – Limiter ou interrompre le progrès technique,
voire revenir en arrière résoudrait donc le problème ?
VICTOR – Je n’ai pas dit cela.
HÉLOÏSE – Alors ce n’est pas le progrès technique qui
est la cause du problème !
VICTOR – D’abord, ce n’est pas possible de revenir en
arrière.
HÉLOÏSE – Mais supposons un instant que cela soit possible.
VICTOR – De toute façon, il n’y a pas que ça comme
problème. Il y a surtout l’appât du gain.
Le problème de l’autonomie et de son rapport à la technique est
formulé à travers les concepts de « répartition des tâches » et de
« puissance », qui sur ce plan s’opposent tous deux.
HÉLOÏSE – Là, je crois m’y retrouver.
VICTOR – Mais il y a encore un problème.
HÉLOÏSE – Tant mieux ! Je t’écoute.
Perte de l’unité
VICTOR – J’oubliais qu’avec ta philosophie, tu aimes les
problèmes.
VICTOR – J’ai l’impression que c’est à cause de cette
grande répartition des tâches que le citoyen moyen a si
peu de pouvoir.
Même si nous pouvons vaguement entrevoir le lien entre la « répartition des tâches » et le « peu de pouvoir du citoyen moyen », il serait bon
de préciser le cheminement qui mène d’une idée à l’autre.
HÉLOÏSE – Comment expliques-tu ce lien de cause à effet ?
Problématique 12 :
Travail et propriété
sont-ils
indissociables ?
Problématiques 1,
9, 10, 11, 17, 18
Achèvement
d’une idée
VICTOR – À cause de la complexité de la technique, chacun s’active dans son petit coin, s’occupe uniquement de
ses affaires, gère un aspect réduit des choses, et mis à
part ceux qui dirigent l’entreprise ou la société, on n’a
aucune vue d’ensemble. C’est comme ça qu’on est manipulé par le pouvoir, par les experts qui ont la connaissance, et surtout par les détenteurs de la richesse, qui en
veulent toujours plus. Ce processus est valable pour la
société comme pour le travail. ➤ CITATIONS 7 ET 8
La « perte de pouvoir » due à la « complexité technique » s’explique
par le « manque de vue d’ensemble » du citoyen moyen.
Emportement
émotionnel
Problématique 11 :
Le commerce
fausse-t-il la valeur
du travail ?
(texte p. 97)
Problématiques 6,
7, 9, 10, 12, 21
HÉLOÏSE – Ce processus est-il dû à la technique ?
VICTOR – Oui. On le voit bien.
H ÉLOÏSE – Est-ce le progrès technique qui en est la
cause ?
VICTOR – Je ne vois pas ce que ça pourrait être d’autre.
68
Avant de passer à un autre argument, il est préférable d’achever le
traitement du précédent, surtout s’il nous cause problème.
HÉLOÏSE – Ah bon !
VICTOR – On veut gagner le plus d’argent possible, or
ce sont ceux qui en ont le plus qui en gagnent le plus,
puisqu’ils contrôlent la production.
HÉLOÏSE – Ce sont eux qui favorisent le progrès technique ?
V ICTOR – Ils veulent surtout gagner de l’argent, ils
aiment le profit, comme je te l’ai déjà dit.
HÉLOÏSE – Histoire de passer le temps, et de faire réfléchir…
Perte de l’unité
La réflexion s’arrête trop sur ses propres positions, sans profiter de
la question posée, sans creuser plus avant.
Indétermination
du relatif
Il n’est pas répondu à la question, car il semble au premier abord
difficile d’allier « aimer le profit » et « favoriser le progrès ». Ce paradoxe fournit pourtant les bases d’une problématique intéressante.
HÉLOÏSE – Quel est le rapport entre gagner de l’argent
et le progrès technique ?
VICTOR – Ceux qui détiennent le pouvoir économique
développent la technique et produisent uniquement ce
qui leur paraît rentable, ce qu’ils peuvent vendre pour en
tirer profit. Ils ne se soucient pas des besoins réels de la
population. Autrement dit, on travaille pour eux, quoi !
➤ CITATIONS 9 ET 10
HÉLOÏSE – Pourquoi achète-t-on ce qu’ils produisent ?
VICTOR – Parce qu’on en a besoin, ou parce qu’on en a envie.
HÉLOÏSE – Ne rendent-ils pas en cela service à la société ?
VICTOR – Si on veut.
Renvoyer l’interprétation à un simple vouloir revient à interrompre
la poursuite de la réflexion, faute d’argumentation et d’approfondissement.
69
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 7 / Te c h n i q u e e t d é p e n d a n c e
HÉLOÏSE – Comment cela, « si on veut » ?
VICTOR – Tu peux le croire si cela te convient, si c’est
ton opinion.
HÉLOÏSE – Mais toi que penses-tu ?
VICTOR – Je pense qu’on se fait piéger.
HÉLOÏSE – N’achètes-tu pas ce que tu désires ?
VICTOR – Oui et non.
Incertitude
paralysante
Problématique 24 :
La valeur d’un bien
est-elle déterminée
par le travail
qui le produit ?
(texte p. 109)
Problématiques 2,
5, 7, 9, 11, 12
Problématique
accomplie
Il ne suffit pas de dire « oui et non » : il est nécessaire de justifier la
double réponse.
HÉLOÏSE – Mais encore…
VICTOR – Quand on n’a pas le choix…
HÉLOÏSE – De quel manque de choix parles-tu ?
VICTOR – Tu es bien obligé d’acheter ce qu’il te faut à
celui qui le vend.
HÉLOÏSE – Quel est le problème ?
VICTOR – Je suis d’accord avec toi : il faut bien que
quelqu’un fabrique et vende les produits dont on a
besoin.
HÉLOÏSE – Donc tout va bien.
VICTOR – Justement, non ! Mais en même temps je suis
très partagé.
HÉLOÏSE – Pourrais-tu m’expliquer ton dilemme ?
VICTOR – Je pense qu’un certain nombre de grandes
entreprises dominent la production mondiale, et de ce
fait, elles ont le pouvoir de déterminer à la fois ce qui se
produit et la valeur même des produits. C’est totalement
artificiel : elles manipulent les marchés car elles ont le
pouvoir d’éliminer la concurrence. C’est une sorte de
monopole des grandes sociétés. Mais nous achetons
chez elles car nous avons besoin de ce qu’elles vendent,
tout comme elles ont besoin des consommateurs pour
réaliser leurs profits. ➤ CITATIONS 11 ET 12
Notre « liberté d’acheter » entre en conflit avec le « pouvoir des
grandes entreprises », tandis que les deux parties ont « besoin »
l’une de l’autre.
Les échos des philosophes
➝ LES
NUMÉROS DES CITATIONS RENVOIENT AU DIALOGUE.
1- « Sans la division du travail, l’emploi des machines ne serait
pas allé au-delà des plus anciens et des plus vulgaires outils ;
les miracles de la mécanique et de la vapeur ne nous eussent
jamais été révélés ; le progrès eût été fermé à la société. »
PROUDHON, Idée générale de la révolution au XIXe siècle, 1851.
2- « Puisque c’est la faculté d’échanger qui donne lieu à la division
du travail, l’accroissement de cette division doit, par conséquent,
toujours être limité par l’étendue de la faculté d’échanger, ou, en
d’autres termes, par l’étendue du marché. » SMITH, Recherches sur
la nature et les causes de la richesses des nations, 1776.
3- « Dans la machine l’homme supprime même cette activité formelle qui est sienne et fait complètement travailler cette machine
pour lui. » HEGEL, La Première Philosophie de l’esprit, 1804.
4- « Si la machine est le moyen le plus puissant d’accroître la
productivité du travail, c’est-à-dire de raccourcir le temps nécessaire à la production des marchandises, elle devient, comme
support du capital […] Le moyen le plus puissant de prolonger la
journée de travail au-delà de toute limite naturelle. » MARX,
Le Capital, 1867.
5- « L’invention de la machine à vapeur a changé de mille
façons les idées, la morale, la politique, et même la religion. »
ALAIN, Les Arts et les Dieux, 1956 (posthume).
6- « […] Plus le travail devient mécanique, moins il a de valeur
et plus l’homme doit travailler de cette façon. » H EGEL , La
Première Philosophie de l’esprit, 1804.
7- « Un rentier, un propriétaire qui n’a pas d’état et qui ne dirige
pas personnellement les travaux nécessaires pour rendre sa
propriété productive, est un être à charge à la société, même
quand il est aumônier. » SAINT-SIMON, Introduction aux travaux
scientifiques du XIXe siècle, 1809.
8- « […] L’homme, néanmoins, porte en lui-même la justification
principale de la propriété, parce qu’il est son propre maître et le
propriétaire de sa personne, de ce qu’elle fait et du travail qu’elle
accomplit. » LOCKE, Second Traité du gouvernement civil, 1690.
9- « La société ne pouvant prendre en considération que les travaux d’intérêt commun ou humains, celui qui en exécute
70
71
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 7 / Te c h n i q u e e t d é p e n d a n c e
d’Uniques est privé de sa sollicitude, il peut même être gêné par
ses interventions. » STIRNER, L’Unique et sa propriété, 1845.
10- « S’ils [les techniciens] se mettaient à avoir toujours présents à l’esprit les besoins de ceux qui fabriquent, la technique
entière de la production devrait être peu à peu transformée. »
S. WEIL, L’Enracinement, 1943.
qui reste pris à son propre piège et incapable de se séparer de
l’objet qui le fascine. Pouvons-nous interrompre ce progrès, le
ralentir ou revenir en arrière ? Rien n’est moins certain.
Surtout dans un contexte général où la technique est un des
instruments premiers de la rentabilité économique et du pouvoir.
11- « Il ne faut pas s’étonner, comme on le ferait peut-être sans
réfléchir, que la propriété du travail soit capable de l’emporter
sur la communauté de la terre, car c’est bien le travail qui donne
à toute chose sa valeur propre. » LOCKE, Second Traité du gouvernement civil, 1690.
12- « Ce que chaque chose vaut réellement pour celui qui l’a
acquise, et qui cherche à en disposer ou à l’échanger pour
quelque autre objet, c’est la peine et l’embarras que la possession de cette chose peut lui épargner et qu’elle lui permet d’imposer à d’autres personnes. » SMITH, Recherches sur la nature et
les causes de la richesse des nations, 1776.
En résumé…
On peut hésiter quand se pose la question de savoir si le développement technique est un facteur de libération ou d’asservissement, d’aliénation pour l’homme. La technique opère une mise
en ordre, une organisation d’un monde accordé à l’homme, si
bien que son rôle ne peut être négligé dans la réalité sociale. Elle
s’accompagne, par exemple, d’une division du travail, aux conséquences sociales importantes, dont on ne sait s’il faut y voir
liberté ou servitude. Si elle engendre de fait une solidarité entre
les hommes, la complexité de la technique cantonne chacun à un
aspect réduit des processus, tant au travail que dans le quotidien,
risquant ainsi d’éloigner l’immense majorité des citoyens des
lieux de décision, abandonnés aux experts ou aux puissants.
On constate aussi que le progrès technique apparaît de plus en
plus comme une puissance indépendante, dont la maîtrise ou
le contrôle nous échappent, ou semblent largement illusoires,
ce qui constitue une menace pour l’homme s’il voulait se définir comme un sujet autonome, producteur libre de sa propre
histoire. Subjectivement, nous vivons souvent le progrès technique sur le mode d’un désir, de consommation en particulier,
72
Les notions-outils
Analyse : opération intellectuelle ou matérielle consistant à
décomposer un tout pour en dissocier les éléments constitutifs.
Synthèse : opération intellectuelle ou matérielle qui pose
ensemble ou réunit ce qui se présente d’abord comme dissocié.
Objection : énoncé présenté sous forme affirmative (argument)
ou interrogative (question), visant à faire ressortir le caractère
partiel, insuffisant ou erroné d’une proposition ou d’une théorie.
Problème : difficulté se présentant sous forme d’une question
à résoudre ou d’un obstacle à surmonter, que ce soit sur le
plan pratique ou intellectuel.
Conceptualiser : organiser ses idées en un système cohérent,
rendre explicite le sens et l’utilisation d’un terme général ou
spécifique
Pouvoir : faculté, capacité d’agir ou de produire, pouvant résulter indifféremment de la force ou du droit. Pris en ce sens, le
terme est à distinguer de la simple possibilité ou puissance.
Autorité, d’un individu, d’un groupement ou d’une institution,
qu’elle soit légitime ou arbitraire.
Société : groupement d’individus, dont les rapports sont déterminés de manière explicite ou tacite.
Milieu humain, en ses différentes caractéristiques et composantes, incluant ses structures et ses règles de fonctionnement. Collectivité humaine, érigée en une réalité morale distincte, dépassant les individus qui la composent.
73
Partie 1 / Dialogues
Liberté : faculté de l’être humain le rendant capable d’accomplir
des choix de façon autonome, selon sa nature, sa volonté, sa raison ou ses désirs. Pouvoir de délibérer consciemment sur les
motifs et les priorités des choix en question. Peut s’appliquer de
façon restreinte à l’animal : liberté de mouvement, voire à un
objet : chute libre, roue libre.
Aliénation : processus ou état de fait par lequel un sujet se
trouve rendu étranger à soi-même, dépossédé de soi-même.
Synonyme d’asservissement, de perte de maîtrise et, par
conséquent, de liberté.
Complexe : (adj.) qualifie un ensemble constitué d’éléments
divers et irréductibles à une idée ou une détermination unique.
Ce tout peut former un système ou demeurer disparate.
Opinion : pensée particulière, en ce qu’elle a de plus immédiat
et de non réfléchi.
Idée : représentation mentale, sous forme de concept, image
ou autre. Pensée particulière conçue comme le produit d’une
réflexion ou d’une mise à l’épreuve.
Concept : idée qui présuppose une sorte de consensus, une
définition sur laquelle tous s’accordent. Exemple : l’homme est
un mammifère bipède, doué de langage et de raison. Ou idée
spécifique dont l’utilisation est rigoureusement définie.
8
L’homme et la technique
VICTOR – Je me demandais comment on devrait déterminer ce que vaut une marchandise.
HÉLOÏSE – Et à quelle conclusion arrives-tu ?
VICTOR – Le prix des choses devrait être fixé selon les
revenus et les besoins de la société.
Glissement
de sens
La proposition initiale portait sur la « valeur » des marchandises,
mais la seconde a dérivé sur le « prix », ce qui n’est pas nécessairement la même chose. Une marchandise peut être vendue plus
chère ou moins chère que sa valeur, si sa valeur est déterminée différemment de son prix.
HÉLOÏSE – La valeur d’une chose et son prix sont-ils
équivalents pour toi ?
VICTOR – Il me semble que ce serait plus juste ainsi.
Concept
indifférencié
Le terme « juste » n’est pas rendu explicite ; il reste trop vague pour
être compris.
HÉLOÏSE – Explique-moi ce vient faire la justice dans
ton affaire.
VICTOR – On produit quand même pour le bien-être de
la société.
Fausse
évidence
Une telle proposition est sujette à la controverse et ne peut être
prise comme incontestable : elle doit être argumentée. De plus, elle
ne répond pas vraiment à la question.
HÉLOÏSE – Continue…
VICTOR – Les prix devraient être fixés de manière juste
et équitable.
HÉLOÏSE – Qu’est-ce qui déterminerait qu’un prix est
juste ?
Problématique 24 :
La valeur d’un bien
est-elle déterminée
par le travail
qui le produit ?
(texte p. 109)
Problématiques 4,
9, 11, 12, 13
74
VICTOR – Il est très difficile de répondre à cette question. Les opinions divergent à ce sujet selon la situation
des uns et des autres. Mais s’il faut se risquer à répondre
de manière générale, voilà ce que je dirai. Je crois que le
prix d’une marchandise est juste si ceux qui en ont
besoin peuvent se l’offrir avec le salaire qu’ils gagnent.
➤ CITATIONS 1 ET 2
75
Partie 1 / Dialogues
Introduction
d’un concept
opératoire
Difficulté à
problématiser
D i a l o g u e 8 / L’ h o m m e e t l a t e c h n i q u e
Le concept de « prix juste » a été défini par rapport au « besoin » et
au « salaire ».
HÉLOÏSE – Te paraît-il possible de fixer ainsi les prix ?
VICTOR – Oui, si l’État ne laisse pas les entreprises faire
ce qu’elles veulent.
HÉLOÏSE – Quelles difficultés rencontrerait la mise en
place d’une telle politique ?
VICTOR – Le pouvoir politique est lié à la finance.
HÉLOÏSE – Eh bien ?
VICTOR – Les grandes entreprises auraient trop à perdre.
HÉLOÏSE – Ont-elles tort de ne pas vouloir perdre de
l’argent ?
VICTOR – De leur point de vue, peut-être pas.
Un certain nombre d’éléments sont en place pour proposer une
problématique sur la valeur des marchandises, mais le discours est
trop haché, les réponses se font au coup par coup. Proposition
pour une problématique : la valeur des marchandises s’élabore
dans une tension entre les besoins de la population et l’intérêt
privé des sociétés productrices.
Problématique 11 :
Le commerce
fausse-t-il la valeur
du travail ?
(texte p. 97)
Problématiques 6,
24
Problématique
accomplie
Il n’est pas nécessaire de répondre par « oui » ou « non » pour
avancer dans la discussion. Ces divers « paramètres » devraient être
articulés en une ou plusieurs propositions qui exprimeraient le
problème qui se pose ici.
HÉLOÏSE – Lesquels ?
VICTOR – D’une part, comme je l’ai déjà exprimé : la justice sociale.
HÉLOÏSE – Quelle est l’autre part ?
VICTOR – Une entreprise doit être rentable.
HÉLOÏSE – Qu’est-ce que cela signifie ?
VICTOR – Elle ne doit pas travailler à perte sinon elle
fait faillite.
76
Une problématique est avancée, concernant la détermination de la
valeur des marchandises : « coincées entre coûts de production et
prix du marché, entre concret et abstrait ».
VICTOR – Mais dans tout ça on oublie quelque chose.
HÉLOÏSE – Quoi donc ?
VICTOR – Qui achète les produits ?
HÉLOÏSE – Qui, d’après toi ?
VICTOR – Ce sont les salariés des entreprises qui achètent les produits.
HÉLOÏSE – Continue…
VICTOR – Que font les autres ?
HÉLOÏSE – Quels autres ?
VICTOR – Ceux qui n’ont pas de travail, ni de salaire.
HÉLOÏSE – Que font-ils ?
VICTOR – Ils n’achètent rien.
HÉLOÏSE – Qu’en conclus-tu ?
VICTOR – Eh bien, qu’ils n’achètent rien !
HÉLOÏSE – Et du tien ?
VICTOR – Elles ont trop de pouvoir dans la société.
HÉLOÏSE – Te souviens-tu de ma question ?
VICTOR – Non, je n’ai pas vraiment fait attention.
HÉLOÏSE – Les entreprises ont-elles tort de ne pas vouloir perdre d’argent ?
V ICTOR – Ce n’est pas si simple de trancher : il y a
divers paramètres qui entrent en conflit.
Incertitude
paralysante
HÉLOÏSE – Qu’est-ce que cela implique pour le prix des
marchandises ?
VICTOR – Pour être viable, une entreprise doit vendre
en fonction de ses coûts de production. Pour elle, c’est là
que se trouve la vraie valeur de ses produits. En ce sens,
les entreprises qui veulent survivre doivent être gérées
en se conformant à une réalité très concrète. Mais elles
sont coincées entre les coûts réels de production et le
prix qu’elles arrivent à obtenir pour leur marchandise sur
le marché, la loi de l’offre et de la demande, ce qui est
beaucoup plus subjectif et abstrait. Sans compter les spéculations en bourse, particulièrement abstraites, qui faussent souvent la donne, car elles se basent sur le futur des
entreprises, ce qui est très incertain.
➤ CITATIONS 3 ET 4
Perte de l’unité
Il serait utile d’examiner les conséquences de cette idée sur ce qui a
déjà été exprimé, afin de faire progresser la réflexion, plutôt que de
simplement réitérer la même idée.
HÉLOÏSE – Tu crains que les entreprises perdent des
clients.
VICTOR – Tu es vraiment maligne… Ce n’est pas ça du
tout.
77
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 8 / L’ h o m m e e t l a t e c h n i q u e
HÉLOÏSE – Tu sais, si tu ne m’expliques pas ta pensée…
VICTOR – Ce que je voulais dire est que ceux qui n’ont
pas de travail ne peuvent pas satisfaire leurs besoins
essentiels.
HÉLOÏSE – Que faire alors ?
Problématique 13 :
Peut-on parler d’un
droit au travail ?
(texte p. 98)
Problématiques 4,
5, 6, 9, 11, 12
Idée réductrice
serions alors inutiles. C’est le statut de l’homme tout
entier qui est menacé, il n’est plus que l’adjoint de la
machine. ➤ CITATIONS 7 ET 8
Difficulté
à problématiser
VICTOR – Chacun devrait avoir un emploi, l’État pourrait obliger les entreprises à employer tous les chômeurs,
pour plus de justice sociale. Les députés devraient élaborer une loi qui détermine comment établir le plein emploi
en créant des postes pour tous ceux qui en ont besoin.
➤ CITATIONS 5 ET 6
HÉLOÏSE – Mais pour qui travaillent les machines ?
VICTOR – Pour les hommes bien sûr !
HÉLOÏSE – Ne vois-tu pas un problème ?
VICTOR – Parce que je dis à la fois que l’homme est
dévalorisé face aux machines et que les machines travaillent pour l’homme ?
Bien qu’une conclusion soit proposée quant au problème des « chômeurs », elle n’est pas mise en rapport avec les nécessités de l’entreprise, déjà évoquées. Cette mise en rapport permettrait d’élaborer une
problématique.
HÉLOÏSE – Cela résoudrait-il le problème du chômage ?
VICTOR – Je n’en suis pas sûr : ça ne fonctionnerait
peut-être pas.
HÉLOÏSE – Qu’en penses-tu ?
VICTOR – Que ce n’est pas nécessairement contradictoire.
Illusion
de synthèse
VICTOR – Déjà à cause du problème de rentabilité des
entreprises.
VICTOR – Tout peut être considéré contradictoire par
rapport à autre chose.
HÉLOÏSE – C’est-à-dire ?
HÉLOÏSE – Certains rapports n’entretiennent-ils pas plus
de contradiction que d’autres ?
V ICTOR – Si elles ont plus de salariés, elles devront
vendre leurs produits plus cher. À cause de cela, les entreprises essaient toujours d’avoir le moins de salariés possible. C’est d’ailleurs une des raisons du progrès technique.
VICTOR – Si tu veux : c’est tellement général que ça
n’engage à rien.
HÉLOÏSE – Et pour notre affaire ?
HÉLOÏSE – Comment cela ?
HÉLOÏSE – Quelles sont les conséquences de ce changement sur le coût des produits ?
Problématique 23 :
La technique
peut-elle masquer
le réel ? (texte p. 108)
Problématiques 8,
14, 16, 17, 18, 22
VICTOR – Naturellement, les machines coûtent souvent
moins cher que le personnel, surtout dans les pays développés où les salaires sont hauts. Mais je pense que la
mécanisation fausse tout. Déjà, elle dévalorise la valeur
du travail humain, car on pourrait presque croire que
bientôt les machines feront tout à notre place : nous
78
Si ces deux propositions ne sont pas nécessairement contradictoires, elles le sont potentiellement, de manière assez explicite, ce qui
justifie la prise en charge de cette contradiction dans le discours.
H ÉLOÏSE – Mais cela peut-il être considéré comme
contradictoire ?
HÉLOÏSE – Pourquoi pas ?
VICTOR – Les machines remplacent le personnel : elles
sont plus rapides et elles reviennent moins cher que les
salariés.
Implicitement, on peut voir que la tendance à la « mécanisation »
pour raison de « coût » se heurte aux conséquences générales de la
« mécanisation » sur le « statut de l’homme », mais ce rapport
conflictuel n’est pas rendu assez visible.
VICTOR – Quand on dit l’homme, il ne s’agit pas de tous
les hommes.
Paralogisme
Lorsque l’on utilise une catégorie générale, elle implique de fait
tous les membres de cette catégorie, sauf à spécifier certaines
exceptions.
HÉLOÏSE – De qui s’agit-il alors ?
VICTOR – De l’homme en général.
HÉLOÏSE – L’homme en général représente-t-il tous les
hommes ?
VICTOR – Oui, bien sûr. Sauf qu’il y a des exceptions.
HÉLOÏSE – Et ces exceptions ne changent rien au sens ?
79
Partie 1 / Dialogues
Problématique 7 :
Tout travail
est-il productif ?
(texte p. 93)
Problématiques 2,
5, 9, 10, 11, 16
Problématique
accomplie
D i a l o g u e 8 / L’ h o m m e e t l a t e c h n i q u e
VICTOR – Si, d’ailleurs je vois la différence pour notre
problème.
HÉLOÏSE – Explique-toi.
VICTOR – L’homme en général se sert des machines
comme outils pour subvenir à ses besoins, mais certaines catégories d’hommes, comme les ouvriers, sont là
uniquement parce qu’on n’a pas encore inventé de
machines pour les remplacer ou pour entretenir les
machines ; une sorte d’homme-machine. C’est l’histoire
de l’homme : ceux qui ont le pouvoir abusent des autres.
Le goût du pouvoir est la source de bien des injustices, et
pourtant le pouvoir, c’est aussi une sorte de travail : la
politique, la gestion, etc. ➤ CITATIONS 9 ET 10
La contradiction entre « la machine-outil de l’homme » et de
« l’homme-machine », la machine au service de l’homme et
l’homme au service de la machine, se comprend dans la mesure
où certains hommes « abusent d’autres hommes ».
HÉLOÏSE – Le pouvoir est donc une nécessité ?
VICTOR – Le pouvoir est une idée qui ne me plaît pas trop.
HÉLOÏSE – Peut-on faire autrement ?
VICTOR – Pour l’instant, je ne vois pas comment, alors
il faut bien l’accepter comme un état des choses. De plus,
je crois que l’homme est ainsi fait : il cherche toujours le
pouvoir, qu’il l’ait ou qu’il ne l’ait pas.
Penser
l’impensable
En dépit de la critique du « pouvoir » et de ses abus, idée « déplaisante », on finit par admettre que le « pouvoir est un état des
choses », puisque « l’homme est ainsi fait ».
HÉLOÏSE – Est-il le seul être qui est fait ainsi ?
VICTOR – Dans le fond, tous les animaux sont pareils.
HÉLOÏSE – Le lièvre est en quête de pouvoir aussi ?
VICTOR – Il n’en a pas trop les moyens. Mais c’est pareil.
HÉLOÏSE – Est-ce vraiment pareil ?
VICTOR – C’est pareil et pas pareil.
HÉLOÏSE – Tiens !
VICTOR – Oui, chaque animal est en quête de pouvoir,
mais il le fait en fonction des capacités que la nature lui a
données.
HÉLOÏSE – L’homme est donc comme les autres ?
VICTOR – Lui domine la nature, ce n’est pas pareil.
80
HÉLOÏSE – Il n’agit pas en fonction de ce que la nature
lui a donné ?
VICTOR – L’homme peut par exemple se cloner.
Exemple
inexpliqué
Problématique 20 :
La technique met-elle
la nature au service
de l’humain ?
(texte p. 105)
Problématiques 8,
14, 19, 21, 23
Exemple
analysé
On ne sait pas vraiment ce que prouve ou illustre cet exemple.
HÉLOÏSE – Explique-toi.
VICTOR – L’exemple du clonage montre que par son travail et sa technique, l’homme change la nature elle-même,
il va jusqu’à se changer lui-même, ce que nulle autre
espèce ne peut faire. Les autres espèces animales peuvent
aussi modifier leur environnement, mais l’homme peut de
surcroît le faire de manière délibérée.
➤ CITATIONS 11 ET 12
L’homme se distingue des autres animaux parce qu’à travers « son
travail et sa technique, il peut changer sa propre nature ».
HÉLOÏSE – Cela ne semble guère t’enchanter ?
VICTOR – Je n’en sais rien. Parfois je me dis que de
transgresser les lois de la nature par son travail, c’est le
destin de l’homme, sa finalité, l’exception humaine,
sinon la nature ne l’aurait pas produit, et d’autres fois, je
préférerais que l’homme n’existe pas : il est peut-être une
erreur de la nature. Les problèmes que nous engendrons
sont peut-être des maladies de croissance, dont nous
souffrons temporairement, dont nous pouvons guérir.
Problématique
accomplie
Le rapport conflictuel entre le « travail humain » et la « nature »
renvoie tour à tour à la « finalité naturelle de l’homme » et à « une
erreur de la nature ».
Les échos des philosophes
➝ LES
NUMÉROS DES CITATIONS RENVOIENT AU DIALOGUE.
1- « D’ailleurs chaque marchandise est plus fréquemment
échangée, et par conséquent, comparée, avec d’autres marchandises qu’avec du travail. Il est donc plus naturel d’estimer
sa valeur échangeable par la quantité de quelque autre denrée
que par celle du travail qu’elle peut acheter. » SMITH, Recherches
sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776.
2- « […] Le travail donne, de loin, la plus grande partie de leur
prix aux choses dont nous jouissons en ce monde. » LOCKE,
Second Traité du gouvernement civil, 1690.
81
Partie 1 / Dialogues
D i a l o g u e 8 / L’ h o m m e e t l a t e c h n i q u e
3- « Il faut faire attention que ces répétitions de ventes et
d’achats qui multiplient infructueusement la circulation ne sont
que transposition de marchandises, et augmentation de frais,
sans production de richesses. » Q UESNAY , Physiocratie, ou
Constitution naturelle du Gouvernement économique d’un royaume
agricole, 1768.
4- « Le libéralisme est basé sur la conviction que la concurrence
est le meilleur moyen de guider les efforts individuels. » HAYEK,
La Route de la servitude, 1946.
5- « Art. 28. – Hommes et femmes ont droit à une juste rémunération selon la qualité et la quantité de leur travail, en tout cas,
aux ressources nécessaires pour vivre dignement, eux et leur
famille. » Projet de constitution du 19 avril 1946 (extrait).
6- « Ils proclamaient, comme un principe révolutionnaire, le
droit au travail. Honte au prolétariat français ! Des esclaves
seuls eussent été capables d’une telle bassesse. » LAFARGUE, Le
Droit à la paresse, 1883.
7- « La matière inerte sort ennoblie de l’atelier, tandis que les
hommes s’y corrompent et s’y dégradent. » PIE XI, Quadragesimo
Anno, 15 mai 1931.
8- « L’évolution technique obéit à une logique qui correspond à la
structure de l’activité rationnelle par rapport à une fin et contrôlée par son succès, c’est-à-dire en fait à la structure du travail. »
HABERMAS, La Technique et la Science comme idéologie, 1968.
En résumé…
On ne peut voir dans le travail une activité qui serait séparée
et isolable d’un contexte social précis dans lequel il s’effectue,
cette constatation valant aussi bien pour ses produits que pour
les conditions dans lesquelles il s’effectue. On constate de nos
jours un affaiblissement de la valeur sociale et économique du
travail, qui ne semble pas tellement provenir d’une dégénérescence qui lui serait propre, comme s’il avait perdu toute utilité, mais plutôt du modèle de civilisation, de la culture
moderne, en particulier la domination inconditionnelle, le
règne de l’argent, dont on ne sait s’il faut y voir une cause ou
un symptôme. Ainsi la justice sociale, qui présuppose de
garantir une certaine égalité d’opportunités et de moyen d’existence, se confronte aux questions de rentabilité, principalement des entreprises. Les coûts de production eux-mêmes se
heurtent aux « réalités » du marché. Les salariés s’opposent
directement aux machines susceptibles de les remplacer.
Le développement de la technique semble parfois assigné à la
réalisation d’objectifs trop particuliers pour rencontrer une
adhésion universelle. Des hommes en exploitent d’autres.
L’homme accroît son pouvoir sur la nature, souvent sans souci
autre que ses propres désirs et volontés. Sont-ce là la destinée
humaine, une erreur de la nature, ou des problèmes temporaires de croissance ?
9- « [Les machines] sont certainement devenues une condition
de notre existence aussi inaliénable que les outils aux époques
précédentes. » ARENDT, Condition de l’homme moderne, 1958.
10- « Quelqu’un possède une machine qui accomplit le travail de
cinq cents hommes. Dans notre système basé sur la propriété et
la concurrence, cinq cents hommes se retrouvent alors au chômage, ont faim et se mettent à voler. » WILDE, Aphorismes, 1904,
posthume.
11- « À quoi que ce soit que l’homme s’applique, la Nature l’y
Les notions-outils
Rentabilité : qualité d’un bien ou d’un capital par laquelle il produit un bénéfice ou un avantage considéré comme satisfaisant
par rapport à l’investissement nécessaire pour se l’approprier.
destinait. » DIDEROT, Le Neveu de Rameau, 1762.
12- « Tout notre progrès technologique, dont on chante les
louanges, le cœur même de notre civilisation, est comme une
hache dans la main d’un criminel. » EINSTEIN, Correspondance,
1980 (posthume).
82
Contradiction : rapport entre des termes, mots ou actions, ou
idées, tel que l’un étant posé, l’autre est nécessairement exclu.
Principe de contradiction (ou principe de non-contradiction) :
principe logique selon lequel il est impossible qu’un même
terme, envisagé sous le même point de vue, soit à la fois luimême (A) et son contraire (non-A).
83
Partie 1 / Dialogues
Concurrence : situation de rivalité entre des individus ou des
groupes poursuivant une fin identique, par exemple l’appropriation de biens ou d’avantages.
Valeur : ce qui en soi est absolument digne d’estime et de
considération. Norme à laquelle il faut absolument se conformer ; critère d’évaluation ou de critique, de nature morale,
esthétique ou intellectuelle.
Valeur d’usage/valeur d’échange : le premier désigne la valeur
d’un bien lié à son utilité réelle, par exemple comme satisfaisant un besoin, le second le prix, c’est-à-dire la valeur de ce
bien comparé à un autre avec lequel on peut l’échanger.
Efficacité : qualité d’une action ou d’un objet lui permettant
d’être cause d’un effet désiré. Critère de rapidité, de productivité ou de rendement.
Général : qualifie un caractère ou une propriété convenant globalement à un ensemble d’objets donnés, ou du moins à la
plus grande partie de cet ensemble. On lui oppose l’exceptionnel ou le particulier. Se distingue de l’universel, qui ne connaît
pas l’exception.
Particulier : qualifie un caractère ou une propriété convenant à
un être individuel, à un élément unique, à quelques éléments
spécifiques ou à une partie réduite d’un ensemble plus étendu.
Abstrait : se dit d’une idée, d’une qualité, extraite par la pensée d’une totalité dont elle fait partie, et hors de laquelle elle
n’a pas d’existence réelle.
Concret : se dit d’un objet, d’un être, qui peut être perçu pas
les sens. Renvoie au singulier plutôt qu’à la généralité.
84
Partie
2
Textes
En relation avec les problématiques
mises au jour dans les dialogues.
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématique
Arendt
Condition de l’homme
moderne (1958),
trad. G. Fradier, coll.
« Agora », © Éditions
Calmann-Lévy,19611993, pp. 153-155.
Problématiques 1 et 2
1
L
Travail et souffrance vont-ils nécessairement
de pair ?
e « bonheur », la « joie » du travail est la façon humaine de
goûter le simple bonheur de vivre que nous partageons avec
toutes les créatures vivantes, et c’est même la seule manière
dont les hommes puissent tourner avec satisfaction dans le
cycle de la nature, entre la peine et le repos, le travail et la
consommation, avec la tranquille et aveugle régularité du jour
et de la nuit, de la vie et de la mort. Fatigues et labeurs trouvent
leur récompense dans la fécondité de la nature, dans la calme
assurance que celui qui a bien travaillé à la sueur de son front
continuera de faire partie de la nature dans ses enfants et dans
les enfants de ses enfants.
[...] La joie de vivre, qui est celle du travail, ne se trouvera
jamais dans l’œuvre : elle ne saurait se confondre avec le soulagement, la joie inévitablement brève, qui suivent l’accomplissement et accompagnent la réussite. Le bonheur du travail, c’est
que l’effort et sa récompense se suivent d’aussi près que la production et la consommation des moyens de subsistance, de
sorte que le bonheur accompagne le processus tout comme le
plaisir accompagne le fonctionnement d’un corps en bonne
santé. Le « bonheur du plus grand nombre » dans lequel nous
généralisons et vulgarisons la félicité dont la vie terrestre a toujours joui, a conceptualisé en « idéal » la réalité fondamentale
de l’humanité travailleuse. Le droit de poursuivre le bonheur
est, certes, aussi indéniable que le droit de vivre ; il lui est
même identique. Mais il n’a rien de commun avec la chance qui
est rare, ne dure pas et que l’on ne peut pas poursuivre, car la
chance, la fortune, dépendent du hasard et de ce que le hasard
donne et reprend, bien que la plupart des gens en « poursuivant
le bonheur » courent après la fortune et se rendent malheureux
même quand ils la rencontrent, parce qu’ils veulent conserver
la chance et en jouir comme d’une abondance inépuisable de
« biens ». Il n’y a pas de bonheur durable hors du cycle prescrit
des peines de l’épuisement et des plaisirs de la régénération, et
tout ce qui déséquilibre ce cycle – pauvreté, dénuement où la
fatigue est suivie de misère au lieu de régénération, ou grande
richesse et existence oisive où l’ennui remplace la fatigue, où
les meules de la nécessité, de la consommation et de la digestion
écrasent à mort, impitoyables et stériles, le corps impuissant –
ruine l’élémentaire bonheur qui vient de ce que l’on est en vie.
86
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Quel genre de satisfaction le travail procure-t-il ?
2 Quel rapport temporel lie le travail au plaisir ?
3 Quelle idée du bonheur est-elle présente dans le travail ?
Problématique
Marx
Manuscrits de 1844,
trad. J.-P. Goujon,
© Éditions
Flammarion, 1996,
pp. 112-113.
2
E
Le travail aliène-t-il l’être humain ?
n quoi consiste l’aliénation du travail ?
D’abord, dans le fait que le travail est extérieur à l’ouvrier, c’està-dire qu’il n’appartient pas à son essence, que donc, dans son
travail, celui-ci ne s’affirme pas, mais se nie, ne se sent pas à
l’aise, mais malheureux ; il n’y déploie pas une libre activité
physique et intellectuelle, mais mortifie son corps et ruine son
esprit. En conséquence, l’ouvrier ne se sent lui-même qu’en
dehors du travail et dans le travail il se sent extérieur à luimême. Il est à l’aise quand il ne travaille pas et, quand il travaille, il ne se sent pas à l’aise. Son travail n’est donc pas volontaire, mais contraint, c’est du travail forcé. Il n’est donc pas la
satisfaction d’un besoin, mais seulement un moyen de satisfaire
des besoins en dehors du travail. Le caractère étranger du travail apparaît nettement dans le fait que, dès qu’il n’existe pas de
contrainte physique ou autre, le travail est fui comme la peste.
Le travail extérieur à l’homme, dans lequel il se dépouille, est
un travail de sacrifice de soi, de mortification. Enfin le caractère
extérieur à l’ouvrier du travail apparaît dans le fait qu’il n’est
pas son bien propre, mais celui d’un autre, qu’il ne lui appartient pas, que dans le travail l’ouvrier ne s’appartient pas luimême, mais appartient à un autre. […]
On en vient donc à ce résultat que l’homme (l’ouvrier) se sent agir
librement seulement dans ses fonctions animales : manger, boire
et procréer, ou encore, tout au plus, dans le choix de sa maison,
de son habillement, etc. ; en revanche, il se sent animal dans ses
fonctions proprement humaines. Ce qui est animal devient
humain, et ce qui est humain devient animal. [...]
Nous avons considéré l’acte d’aliénation de l’activité humaine
pratique, le travail, sous deux aspects : 1) le rapport de l’ouvrier
au produit du travail en tant qu’objet étranger qui le tient sous
sa domination. [...] 2) le rapport entre le travail et l’acte de production à l’intérieur du travail.
87
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématiques 3 et 4
tions sexuelles ne sont permises dans le mariage qu’à
titre de moyen voulu par Dieu pour accroître sa gloire, selon le
commandement : « Croissez et multipliez ». Contre toutes les
tentations sexuelles aussi bien que contre les doutes religieux
ou le sentiment de l’indignité morale, outre une alimentation
végétarienne frugale et des bains froids, on dispose du
précepte : « Travaille ferme à ta besogne [Beruf] ».
Le travail cependant est autre chose encore ; il constitue surtout
le but même de la vie, tel que Dieu l’a fixé. Le verset de saint
Paul : « Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas
non plus » vaut pour chacun, et sans restriction. La répugnance
au travail est le symptôme d’une absence de la grâce.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Le travail est-il aliénant ?
2 Le travail satisfait-il un besoin, chez le travailleur ?
3 En quoi l’ouvrier est-il comparable à une bête ?
Problématique
Weber
L’Éthique protestante
et l’esprit
du capitalisme
(1920), chap. II, coll.
« Presses Pocket »,
© Éditions Plon,
2001, pp. 189-191.
3
Peut-on considérer le travail comme une valeur
morale ?
G
aspiller son temps est donc le premier, en principe le plus
grave, de tous les péchés. Notre vie ne dure qu’un moment, infiniment bref et précieux, qui devra « confirmer » [...] notre
propre élection. Passer son temps en société, le perdre en
« vains bavardages », dans le luxe, voire en dormant plus qu’il
n’est nécessaire à la santé – six à huit heures au plus –, est passible d’une condamnation morale absolue. […] Le temps est
précieux, infiniment, car chaque heure perdue est soustraite au
travail qui concourt à la gloire divine. Aussi la contemplation
inactive, en elle-même dénuée de valeur, est-elle directement
répréhensible lorsqu’elle survient aux dépens de la besogne
quotidienne. Car elle plaît moins à Dieu que l’accomplissement
pratique de sa volonté dans un métier [Beruf]. Le dimanche
n’est-il pas là d’ailleurs pour la contemplation ? Selon Baxter
[ndé : Richard Baxter, XVIIe siècle] ce sont toujours ceux qui lambinent à l’ouvrage qui manquent du temps à consacrer à Dieu
au moment opportun.
Bref, l’œuvre capitale de Baxter est imprégnée d’une prédication incessante, presque passionnée parfois, en faveur d’un
labeur dur et continu, que celui-ci soit manuel ou intellectuel.
Deux thèmes se conjuguent ici. En premier lieu, le travail a dès
longtemps fait ses preuves en tant que moyen ascétique, et l’Église d’Occident l’a toujours fort prisé. Cela en opposition marquée non seulement avec l’Orient, mais avec presque toutes les
règles monastiques du monde entier. En particulier, le travail
est le remède spécifique à employer à titre préventif contre
toutes ces tentations que le puritanisme a réunies sous le terme
d’unclean life (vie dissolue) et dont le rôle n’est pas mince. La
continence du puritain diffère dans son degré, non dans son
principe fondamental, de la chasteté monastique ; en fait, par
suite de la conception puritaine de la vie conjugale, sa conséquence pratique revêt beaucoup plus d’importance. Les rela88
Beruf : vocation dans un contexte religieux, métier dans un contexte professionnel.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Travailler peut-il être un devoir religieux ?
2 Quelle est la dimension proprement morale du travail ?
3 Peut-on accorder une place à la contemplation religieuse ?
Problématique
Henry
Du communisme
au capitalisme,
théorie
d’une catastrophe,
© Éditions Odile
Jacob, 1990,
pp. 117-119.
4
T
Le travail est-il uniquement un concept
économique ?
out procès de production est double : il se déroule sur deux
plans qu’il convient de distinguer soigneusement si on ne veut
pas se mouvoir, comme le font en général les économistes,
dans la confusion. C’est d’une part un procès réel, d’autre part
un procès économique. En tant que procès réel il contient deux
sortes d’éléments : en premier lieu la force subjective des individus, le travail vivant ; c’est cette force, elle seule, qui produit. En
second lieu le procès réel comprend les instruments de travail
et les matières premières qui, à la différence de la force de travail, sont des éléments objectifs, arrachés à la nature par cette
force et transformés par elle. Le résultat de cette transformation, ce sont […] les produits fabriqués, mais d’abord les instruments de travail eux-mêmes. Il importe de souligner que ce procès réel de production n’est pas un procès économique et
qu’aucun de ses constituants n’est en lui-même un élément
économique : ils ne le deviennent qu’au moment où les produits du travail doivent être échangés contre d’autres – au
moment où le travail réel et vivant se double d’une entité abs89
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématiques 4 et 5
traite susceptible d’être quantifiée et calculée à sa place. C’est
alors seulement que nous sommes en présence du procès économique de production.
Le procès économique de production comprend l’ensemble des
réalités économiques qui se sont substituées aux éléments du
procès réel, à savoir leurs équivalents idéaux irréels. Ce sont
d’une part le travail social ou abstrait, d’autre part les valeurs
d’échange, celles des marchandises produites, des instruments
et des matières premières, ou encore ces valeurs d’échange
sous leur forme pure, à savoir des sommes d’argent, par
exemple celle des salaires. Il est évident, d’après sa genèse
même et en quelque sorte par définition, que le procès économique dans son ensemble est le double du procès réel, de
même que chaque constituant de ce procès économique est le
double d’un constituant du procès réel.
Montrer que dans le régime capitaliste pris à titre d’exemple, c’est
l’individu vivant qui fait tout, c’est montrer 1) que la production
qui s’effectue dans le procès réel, que l’action qui fait cette production, c’est la propre action de l’individu, identique à son être
et coextensive à lui ; 2) que toutes les déterminations économiques qui constituent le procès économique sont elles aussi
produites par le travail vivant de l’individu vivant et par lui seul.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Qu’est-ce réellement que le travail ?
2 Comment obtient-on le concept économique de travail ?
3 Quel est l’objet de l’économie ?
Problématique
5
L’intégration sociale passe-t-elle par le travail ?
Durkheim
Nous sommes ainsi conduits à nous demander si la division du
De la division
du travail social
(1930), livre premier,
coll. « Quadrige »,
© PUF, 5e éd. 1998,
pp. 26-27.
travail ne jouerait pas le même rôle dans des groupes plus étendus, si, dans les sociétés contemporaines où elle a pris le développement que nous savons, elle n’aurait pas pour fonction
d’intégrer le corps social, d’en assurer l’unité. Il est très légitime
de supposer que les faits que nous venons d’observer se reproduisent ici, mais avec plus d’ampleur ; que ces grandes sociétés
politiques ne peuvent, elles aussi, se maintenir en équilibre que
90
grâce à la spécialisation des tâches ; que la division du travail
est la source, sinon unique, du moins principale de la solidarité
sociale. C’est déjà à ce point de vue que s’était placé Comte. De
tous les sociologues, à notre connaissance, il est le premier qui
ait signalé dans la division du travail autre chose qu’un phénomène purement économique. Il y a vu « la condition la plus
essentielle de la vie sociale », pourvu qu’on la conçoive « dans
toute son étendue rationnelle, c’est-à-dire qu’on l’applique à
l’ensemble de toutes nos diverses opérations quelconques, au
lieu de la borner, comme il est trop ordinaire, à de simples
usages matériels ». Considérée sous cet aspect, dit-il, « elle
conduit immédiatement à regarder non seulement les individus
et les classes, mais aussi, à beaucoup d’égards, les différents
peuples comme participant à la fois, suivant un mode propre et
un degré spécial, exactement déterminé, à une œuvre immense
et commune dont l’inévitable développement graduel lie
d’ailleurs aussi les coopérateurs actuels à la série de leurs prédécesseurs quelconques et même à la série de leurs divers successeurs. C’est donc la répartition continue des différents
travaux humains qui constitue principalement la solidarité
sociale et qui devient la cause élémentaire de l’étendue et de la
complication croissante de l’organisme social » [A. Comte,
Cours de philosophie positive, IV, 425.].
Si cette hypothèse était démontrée, la division du travail jouerait un rôle beaucoup plus important que celui qu’on lui attribue
d’ordinaire. Elle ne servirait pas seulement à doter nos sociétés
d’un luxe, enviable peut-être, mais superflu ; elle serait une
condition de leur existence. C’est par elle, ou du moins c’est
surtout par elle, que serait assurée leur cohésion ; c’est elle qui
déterminerait les traits essentiels de leur constitution. Par cela
même, et quoique nous ne soyons pas encore en état de
résoudre la question avec rigueur, on peut cependant entrevoir
dès maintenant que, si telle est réellement la fonction de la division du travail, elle doit avoir un caractère moral, car les
besoins d’ordre, d’harmonie, de solidarité sociale passent généralement pour être moraux.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 La division du travail peut-elle diviser la société ?
2 En quoi la division du travail peut-elle être un facteur de luxe ?
3 La division du travail entraîne-t-elle des conséquences morales ?
91
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématique
Nietzsche
Le Gai Savoir
(1882-1887),
trad. H. Albert révisée
par J. Lacoste,
in « Œuvres
complètes », D.R.,
tome II, 1968,
pp. 78-79.
Problématiques 6 et 7
6
Travaille-t-on uniquement pour survivre ?
D
ans les pays civilisés presque tous les hommes maintenant
sont égaux en ceci qu’ils cherchent du travail en vue du salaire ;
pour eux tous, le travail est un moyen et non le but lui-même ;
c’est pourquoi ils mettent peu de finesse au choix du travail,
pourvu qu’il procure un gain abondant. Or il y a des hommes
rares qui préfèrent périr plutôt que de travailler sans que le travail leur procure de la joie : ils sont minutieux et difficiles à
satisfaire, ils ne se contentent pas d’un gain abondant, lorsque
le travail n’est pas lui-même le gain de tous les gains. De cette
espèce d’hommes rares font partie les artistes et les contemplatifs de toute espèce, mais aussi ces désœuvrés qui consacrent
leur vie à la chasse, aux voyages ou bien aux intrigues d’amour
et aux aventures. Tous ceux-là cherchent le travail et la peine
lorsqu’ils sont mêlés de plaisir, et le travail le plus difficile et le
plus dur, si cela est nécessaire. Mais autrement ils sont d’une
paresse décidée, quand même cette paresse devrait entraîner
l’appauvrissement, le déshonneur, des dangers pour la santé et
pour la vie. Ils ne craignent pas pour autant l’ennui que le travail sans plaisir : il leur faut même beaucoup d’ennui pour que
leur propre travail puisse leur réussir. Pour le penseur et pour
tous les esprits inventifs l’ennui est ce désagréable « calme
plat » de l’âme qui précède la course heureuse et les vents
joyeux ; il leur faut le supporter, en attendre l’effet à part eux :
c’est cela précisément que les natures moindres n’arrivent
absolument pas à obtenir d’elles-mêmes ! Chasser l’ennui de
n’importe quelle façon est aussi vulgaire que travailler sans
plaisir. Les Asiatiques se distinguent peut-être en cela des
Européens qu’ils sont capables d’un repos plus long et plus profond que ceux-ci […].
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Comment la plupart des hommes considèrent-ils le travail ?
2 La paresse est-elle un manque de courage ?
3 Travail et plaisir sont-ils liés ?
Problématique
More
L’Utopie (1516),
trad. V. Stouvenel
revue et corrigé
par M. Bottigelli,
© Éditions Librio,
1999, pp. 63-64.
7
Tout travail est-il productif ?
O
n me dira peut-être : Six heures de travail par jour ne suffisent
pas aux besoins de la consommation publique, et l’Utopie doit
être un pays très misérable. Il s’en faut bien qu’il en soit ainsi.
Au contraire, les six heures de travail produisent abondamment
toutes les nécessités et commodités de la vie, et en outre un
superflu bien supérieur aux besoins de la consommation.
Vous le comprendrez facilement, si vous réfléchissez au grand
nombre de gens oisifs chez les autres nations. D’abord, presque
toutes les femmes, qui composent la moitié de la population, et
la plupart des hommes, là où les femmes travaillent. Ensuite
cette foule immense de prêtres et de religieux fainéants.
Ajoutez-y tous ces riches propriétaires qu’on appelle vulgairement nobles et seigneurs ; ajoutez-y encore leurs nuées de
valets, autant de fripons en livrée ; et ce déluge de mendiants
robustes et valides qui cachent leur paresse sous de feintes
infirmités. Et, en somme, vous trouverez que le nombre de ceux
qui, par leur travail, fournissent aux besoins du genre humain,
est bien moindre que vous ne l’imaginiez.
Considérez aussi combien peu de ceux qui travaillent sont
employés en choses vraiment nécessaires. Car, dans ce siècle
d’argent, où l’argent est le dieu et la mesure universelle, une
foule d’arts vains et frivoles s’exercent uniquement au service
du luxe et du dérèglement. Mais si la masse actuelle des travailleurs était répartie dans les diverses professions utiles, de
manière à produire même avec abondance tout ce qu’exige la
consommation, le prix de la main-d’œuvre baisserait à un point
que l’ouvrier ne pourrait plus vivre de son salaire.
Supposez donc qu’on fasse travailler utilement ceux qui ne produisent que des objets de luxe et ceux qui ne produisent rien,
tout en mangeant chacun le travail et la part de deux bons
ouvriers ; alors vous concevrez sans peine qu’ils auront plus de
temps qu’il n’en faut pour fournir aux nécessités, aux commodités et même aux plaisirs de la vie, j’entends les plaisirs fondés
sur la nature et la vérité.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Quelle est la fonction du travail ?
2 Certains travaux peuvent-ils ne rien produire ?
3 Peut-on réduire la durée du travail sans changer le mode de consommation ?
92
93
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématique
Pascal
Pensées
(1670, posthume),
fragment 139,
éd. L. Brunschvicg,
© Éditions
J.-C. Lattès, 1988.
Problématiques 8 et 9
8
Est-ce par le travail
que l’homme prend conscience de soi ?
L’ homme est si malheureux, qu’il s’ennuierait même sans
aucune cause d’ennui, par l’état propre de sa complexion ; et il
est si vain, qu’étant plein de mille causes essentielles d’ennui, la
moindre chose, comme un billard et une balle qu’il pousse, suffisent pour le divertir. […]
D’où vient que cet homme qui a perdu depuis peu de mois son
fils unique, et qui, accablé de procès et de querelles, était ce
matin si troublé, n’y pense plus maintenant ? Ne vous en étonnez point : il est tout occupé à voir par où passera ce sanglier
que ses chiens poursuivent avec tant d’ardeur depuis six
heures. Il n’en faut pas davantage. L’homme, quelque plein de
tristesse qu’il soit, si on peut gagner sur lui de le faire entrer en
quelque divertissement, le voilà heureux pendant ce temps-là ;
et l’homme, quelque heureux qu’il soit, s’il n’est diverti et
occupé par quelque passion ou quelque amusement qui
empêche l’ennui de se répandre, sera bientôt chagrin et malheureux. Sans divertissement, il n’y a point de joie, avec le
divertissement, il n’y a point de tristesse. Et c’est aussi ce qui
forme le bonheur des personnes de grande condition, qu’ils ont
un nombre de personnes qui les divertissent, et qu’ils ont le
pouvoir de se maintenir en cet état.
Prenez-y garde. Qu’est-ce autre chose d’être surintendant,
chancelier, premier président, sinon d’être en une condition où
l’on a dès le matin un grand nombre de gens qui viennent de
tous côtés pour ne leur laisser pas une heure en la journée où
ils puissent penser à eux-mêmes ? Et quand ils sont dans la disgrâce et qu’on les renvoie à leurs maisons des champs, où ils ne
manquent ni de biens, ni de domestiques pour les assister dans
leur besoin, ils ne laissent pas d’être misérables et abandonnés,
parce que personne ne les empêche de songer à eux.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Doit-on opposer travail et jeu ?
2 Pourquoi l’homme ne supporte-t-il pas l’ennui ?
3 Pourquoi travaille-t-on ?
94
Problématique
Mill
L’Utilitarisme (1861),
trad. G. Tanesse,
© Éditions
Garnier-Flammarion,
1968, pp. 145-146.
9
Le travail engendre-t-il l’inégalité
entre les hommes ?
Dans une société coopérative de production, est-il juste ou non
que le talent ou l’habileté donnent droit à une rémunération plus
élevée ? Ceux qui répondent négativement à la question font
valoir l’argument suivant : celui qui fait ce qu’il peut a le même
mérite et ne doit pas, en toute justice, être placé dans une position d’infériorité s’il n’y a pas faute de sa part ; les aptitudes
supérieures constituent déjà des avantages plus que suffisants,
par l’admiration qu’elles excitent, par l’influence personnelle
qu’elles procurent, par les sources intimes de satisfaction
qu’elles réservent, sans qu’il faille y ajouter une part supérieure
des biens de ce monde ; et la société est tenue, en toute justice,
d’accorder une compensation aux moins favorisés, en raison de
cette inégalité injustifiée d’avantages plutôt que de l’aggraver
encore. À l’inverse, les autres disent : la société reçoit davantage
du travailleur dont le rendement est supérieur ; ses services
étant plus utiles, la société doit les rémunérer plus largement ;
une part plus grande dans le produit du travail collectif est bel et
bien son œuvre ; la lui refuser quand il la réclame, c’est une
sorte de brigandage. S’il doit seulement recevoir autant que les
autres, on peut seulement exiger de lui, en toute justice, qu’il
produise juste autant, et qu’il ne donne qu’une quantité moindre
de son temps et de ses efforts, compte tenu de son rendement
supérieur. Qui décidera entre ces appels à des principes de justice divergents ? La justice, dans le cas en question, présente
deux faces entre lesquelles il est impossible d’établir l’harmonie,
et les deux adversaires ont choisi les deux faces opposées ; ce
qui préoccupe l’un, c’est de déterminer, en toute justice, ce que
l’individu doit recevoir ; ce qui préoccupe l’autre, c’est de déterminer, en toute justice, ce que la société doit donner. Chacun
des deux, du point de vue où il est placé, est irréfutable et le
choix entre ces points de vue, pour des raisons relevant de la
justice, ne peut qu’être absolument arbitraire. C’est l’utilité
sociale seule qui permet de décider entre l’un et l’autre.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Quels sont les deux points de vue distincts qui permettent de poser le problème
de la justice dans le travail ?
2 Est-il facile de départager ces deux exigences de justice ?
3 La rémunération est-elle la seule motivation pour travailler mieux ou davantage ?
95
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématiques 10 et 11
Problématique
10
Platon
a Cité réduite aux nécessités les plus élémentaires serait donc
formée de quatre ou cinq hommes.
– Il semble bien.
Mais alors ? Faut-il que chacun offre le service de son propre
travail, le mettant en commun à la disposition de tous les
autres, par exemple que le laboureur procure à lui seul les
vivres pour quatre et multiplie par quatre le temps et l’effort
pour fournir le blé et le partager avec les autres, ou encore,
sans se soucier d’eux, qu’il produise pour ses seuls besoins le
quart de ce blé, en un quart de temps, et qu’il consacre les trois
quarts restants, l’un à la préparation d’une maison, l’autre aux
vêtements, l’autre à des chaussures, et qu’au lieu de chercher à
mettre en commun les choses qu’il possède, il exerce sa propre
activité par lui-même et pour lui seul ?
Et Adimante répondit : « sans doute, Socrate, serait-il plus facile
de faire ce que tu as dit d’abord.
Par Zeus, dis-je, rien d’étonnant à cela ! De fait moi aussi, pendant que tu parles, je réfléchis au fait que chacun de nous, au
point de départ, ne s’est pas développé naturellement de
manière tout à fait semblable, mais que la nature nous a différenciés, chacun s’adonnant à une activité différente. N’est-ce
pas ton avis ? […] Qui exercerait l’activité la mieux réussie, celui
qui travaillerait dans plusieurs métiers, ou celui qui n’en exercerait qu’un seul ?
– Celui qui n’en exercerait qu’un seul.
– Mais il est néanmoins aussi évident, je pense, que si quelqu’un laisse passer l’occasion propice de réaliser quelque
chose, le travail est gâché.
– C’est clair, en effet.
– C’est que, je pense, la chose à faire n’est pas disposée à
attendre le loisir de celui qui doit la faire, mais nécessairement,
celui qui fait doit s’appliquer à faire ce qui est à faire, en évitant
de le considérer comme une occupation secondaire. […] Le
résultat est que des biens seront produits en plus grande quantité, qu’ils seront de meilleure qualité et produits plus facilement, si chacun ne s’occupe que d’une chose selon ses dispositions naturelles et au moment opportun, et qu’il lui soit loisible
de ne pas s’occuper des travaux des autres.
La République
(IVe s. av. J.-C.),
livre II (369 e-370 c),
trad. G. Leroux,
© Éditions
GF-Flammarion,
2002, pp. 138-139.
L
96
La division du travail est-elle inévitable ?
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 La division du travail est-elle favorable à la vie sociale ?
2 Quelles sont les trois raisons qui justifient la division du travail ?
3 La division du travail dépend-elle seulement de la volonté plus ou moins arbitraire
des hommes ?
Problématique
11
Smith
La division une fois établie dans toutes les branches du travail, il
Recherches
sur la nature
et les causes
de la richesse
des nations (1776),
livre I, chap. 5, trad.
G. Garnier revue
par A. Blanqui,
© Éditions GarnierFlammarion, 1991,
pp. 99-101.
Le commerce fausse-t-il la valeur du travail ?
n’y a qu’une partie extrêmement petite de toutes ces choses qu’un
homme puisse obtenir directement par son travail ; c’est du travail
d’autrui qu’il lui faut attendre la plus grande partie de toutes ces
jouissances ; ainsi il sera riche ou pauvre, selon la quantité de travail qu’il pourra commander ou qu’il sera en état d’acheter.
Ainsi la valeur d’une denrée quelconque pour celui qui la possède et n’entend pas en user ou la consommer lui-même, mais
qui a l’intention de l’échanger pour autre chose, est égale à la
quantité de travail que cette denrée le met en état d’acheter ou
de commander.
Le travail est donc la mesure réelle de la valeur échangeable de
toute marchandise.
Le prix réel de chaque chose, ce que chaque chose coûte réellement à celui qui veut se la procurer, c’est le travail et la peine
qu’il doit s’imposer pour l’obtenir. Ce que chaque chose vaut
réellement pour celui qui l’a acquise et qui cherche à en disposer ou à l’échanger pour quelque autre objet, c’est la peine et
l’embarras que la possession de cette chose peut lui épargner et
qu’elle lui permet d’imposer à d’autres personnes. Ce qu’on
achète avec de l’argent ou des marchandises est acheté par du
travail, aussi bien que ce que nous acquérons à la sueur de
notre front. Cet argent et ces marchandises nous épargnent,
dans le fait, cette fatigue. Elles contiennent la valeur d’une certaine quantité de travail, que nous échangeons pour ce qui est
supposé alors contenir la valeur d’une quantité égale de travail.
[…]
Mais quoique le travail soit la mesure réelle de la valeur échangeable de toutes les marchandises, ce n’est pourtant pas celle
qui sert communément à apprécier cette valeur. Il est souvent
difficile de fixer la proportion entre deux différentes quantités
97
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématiques 13 et 14
de travail. Cette proportion ne se détermine pas seulement par
le temps qu’on a mis à deux différentes sortes d’ouvrages. Il
faut aussi tenir compte des différents degrés de fatigue qu’on a
endurés et de l’habileté qu’il a fallu déployer. […] D’ailleurs
chaque marchandise est plus fréquemment échangée, et par
conséquent, comparée, avec d’autres marchandises qu’avec du
travail. Il est donc plus naturel d’estimer sa valeur échangeable
par la quantité de quelque autre denrée que par celle du travail
qu’elle peut acheter.
cette inégalité et de mener à son terme la Révolution de 1789
qui n’a su mettre en place, reconnaître et protéger que des
droits formels. […]
Que répondent les libéraux à ces arguments ? Que le droit au
travail attente à la liberté et à la réciprocité contractuelle. […]
Qu’en lieu et place des individus libres et responsables on va
définir une entité, qui sera le support d’obligations, et qu’il ne
pourra s’agir que de l’État. On entend donc donner à celui-ci le
pouvoir de contraindre des individus. La méconnaissance de la
liberté et de la réciprocité contractuelle, la substitution aux rapports entre individus de rapports obligeant la société tout entière
ouvrent de surcroît la porte à la guerre civile, à l’opposition de
classes entre elles : l’État risque tout simplement d’être pris en
otage par la classe ouvrière pour réclamer à la classe possédante, celle qui donne du travail, l’ensemble des richesses. L’État
deviendrait ainsi l’instrument de la lutte des classes.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Quelle est l’utilité de l’argent ?
2 Disposer d’argent me dispense-t-il de travailler ?
3 La valeur d’échange est-elle une mesure fiable du travail ?
Avez-vous compris l’essentiel ?
Problématique
13
Méda
Que signifie la reconnaissance du droit au travail ? Que l’indi-
Le Travail, une valeur
en voie de disparition,
coll. « Alto »,
© Éditions
Flammarion, 1995,
pp. 121-122.
Peut-on parler d’un droit au travail ?
vidu dispose d’une créance sur la société et qu’il va pouvoir
obliger celle-ci – donc l’État – à lui fournir du travail. De plus,
cette reconnaissance ébranlerait l’organisation sociale fondée
sur la coexistence d’une classe d’employeurs qui donne, quand
elle le peut, du travail aux ouvriers : « Est-il vrai, oui ou non,
que les hommes apportent en naissant le droit à la vie ? Est-il
vrai, oui ou non, que le pouvoir de travailler est le moyen de
réalisation du droit de vivre ? Est-il vrai, oui ou non, que si
quelques-uns parviennent à s’emparer de tous les instruments
de travail, à accaparer le pouvoir de travailler, les autres seront
condamnés, par cela même, à se faire esclaves des premiers, ou
à mourir ? […] Les socialistes de l’époque [1848 NDE] se livrent
donc également à une véritable critique en règle du contrat,
masque d’une pure relation de domination : la pseudo-liberté
qui est celle de l’ouvrier contractant avec le patron est un
mythe, car l’ouvrier est obligé de vendre son corps-travail, alors
que le patron peut toujours attendre ou faire jouer la concurrence. […] La vraie liberté du travail ne peut donc prendre son
sens que si elle est appuyée sur le droit au travail, sinon les
conditions sont toujours déjà inégales. Seul le droit au travail,
véritable droit réel, droit-créance, est capable de venir à bout de
98
1 Quel argument permet de faire du droit au travail un droit naturel fondamental ?
2 Quelle critique peut-on faire d’une vision exclusivement contractuelle du travail ?
3 À quelle objection se heurte l’idée d’un droit au travail ?
Problématique
14
Bergson
À quelle date faisons-nous remonter l’apparition de l’homme
L’Évolution créatrice,
1907, chap. II,
coll. « Quadrige »,
© PUF, 9e éd. 2001,
pp. 138-139.
La technique est-elle spécifiquement humaine ?
sur la terre ? Au temps où se fabriquèrent les premières armes,
les premiers outils. On n’a pas oublié la querelle mémorable qui
s’éleva autour de la découverte de Boucher de Perthes dans la
carrière de Moulin-Quignon. La question était de savoir si l’on
avait affaire à des haches véritables ou à des fragments de silex
brisés accidentellement. Mais que, si c’étaient des hachettes, on
fût bien en présence d’une intelligence, et plus particulièrement
de l’intelligence humaine, personne un seul instant n’en douta.
Ouvrons, d’autre part, un recueil d’anecdotes sur l’intelligence
des animaux. Nous verrons qu’à côté de beaucoup d’actes
explicables par l’imitation, ou par l’association automatique des
images, il en est que nous n’hésitons pas à déclarer intelligents ; en première ligne figurent ceux qui témoignent d’une
pensée de fabrication, soit que l’animal arrive à façonner lui99
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématiques 14 et 15
même un instrument grossier, soit qu’il utilise à son profit un
objet fabriqué par l’homme. Les animaux qu’on classe tout de
suite après l’homme au point de vue de l’intelligence, les Singes
et les Éléphants, sont ceux qui savent employer, à
l’occasion, un instrument artificiel. Au-dessous d’eux, mais non
pas très loin d’eux, on mettra ceux qui reconnaissent un objet
fabriqué : par exemple le Renard, qui sait fort bien qu’un piège
est un piège. Sans doute, il y a intelligence partout où il y a inférence ; mais l’inférence, qui consiste en un fléchissement de
l’expérience passée dans le sens de l’expérience présente,
est déjà un commencement d’invention. L’invention devient
complète quand elle se matérialise en un instrument fabriqué.
[…] En ce qui concerne l’intelligence humaine, on n’a pas assez
remarqué que l’invention mécanique a d’abord été sa démarche
essentielle, qu’aujourd’hui encore notre vie sociale gravite
autour de la fabrication et de l’utilisation d’instruments artificiels, que les inventions qui en jalonnent la route du progrès en
ont aussi tracé la direction.
Inférer : raisonner déductivement ; certains éléments étant donnés, on en conclut
d’autres, à titre de causes ou de conséquences.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Quelle idée ressort de la controverse au sujet de la découverte de Moulin-Quignon ?
2 Peut-on parler d’une intelligence animale ?
3 Pourquoi prendre la technique comme critère d’intelligence, plutôt que la capacité
de raisonner ?
Problématique
15
Simone Weil
quoi sert-il aux ouvriers d’obtenir à force de lutte une augmentation de salaires et un adoucissement de la discipline, si
pendant ce temps les ingénieurs de quelques bureaux d’études
inventent, sans aucune mauvaise intention, des machines qui
épuisent leur corps et leur âme ou aggravent les difficultés économiques ? À quoi leur servirait la nationalisation partielle ou
totale de l’économie, si l’esprit de ces bureaux d’études n’a pas
changé ? Et jusqu’ici, autant qu’on sache, il n’a pas changé là où
il y a eu nationalisation. Même la propagande soviétique n’a
jamais prétendu que la Russie ait trouvé un type radicalement
L’Enracinement (1943),
in « Œuvres »,
coll. « Quarto »,
© Éditions Gallimard,
1999, pp. 1061-1062.
À
100
Le travail est-il dépendant de la technique ?
nouveau de machine, digne d’être employé par un prolétariat
dictateur. Pourtant, s’il y a une certitude qui apparaisse avec une
force irrésistible dans les études de Marx, c’est qu’un changement dans le rapport des classes doit demeurer une pure illusion
s’il n’est pas accompagné d’une transformation de la technique,
transformation cristallisée dans des machines nouvelles. Du
point de vue ouvrier, une machine a besoin de posséder trois
qualités. D’abord elle doit pouvoir être maniée sans épuiser ni
les muscles, ni les nerfs, ni aucun organe – et aussi sans couper
ou déchirer la chair, sinon d’une manière très exceptionnelle.
En second lieu, relativement au danger général de chômage,
l’appareil de production dans son ensemble doit être aussi
souple que possible, pour pouvoir suivre les variations de la
demande. Par suite une même machine doit être à usages multiples, très variés si possible et même dans une certaine mesure
indéterminés. C’est aussi une nécessité militaire, pour la plus
grande aisance du passage de l’état de paix à l’état de guerre.
Enfin c’est un facteur favorable pour la joie au travail, car on
peut ainsi éviter cette monotonie si redoutée des ouvriers pour
l’ennui et le dégoût qu’elle engendre.
En troisième lieu, enfin, elle doit normalement correspondre à
un travail de professionnel qualifié. C’est là aussi une nécessité
militaire, et de plus c’est indispensable à la dignité, au bien-être
moral des ouvriers. Une classe ouvrière formée presque entièrement de bons professionnels n’est pas un prolétariat. Un très
grand développement de la machine automatique, réglable, à
usages multiples, satisferait dans une large mesure à ces
besoins. […]
Jusqu’ici les techniciens n’ont jamais eu autre chose en vue que
les besoins de la fabrication. S’ils se mettaient à avoir toujours
présents à l’esprit les besoins de ceux qui fabriquent, la technique entière de la production devrait être peu à peu transformée. Cela devrait devenir une matière d’enseignement dans les
écoles d’ingénieurs et toutes les écoles techniques – mais d’un
enseignement qui ait une réelle substance.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Quelle erreur commet-on en général dans la conception technique du travail ?
2 Peut-on transformer réellement le travail par des décisions économiques et politiques ?
3 Le travail peut-il rester intéressant alors que les machines jouent un rôle croissant ?
101
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématiques 16 et 17
Problématique
16
Lévinas
l serait urgent de défendre l’homme contre la technologie de
notre siècle. L’homme y aurait perdu son identité pour entrer
comme un rouage dans une immense machinerie où tournent
choses et êtres. Désormais, exister équivaudrait à exploiter la
nature ; mais dans le tourbillon de cette entreprise qui se
dévore elle-même, ne se maintiendrait aucun point fixe. Le promeneur solitaire qui flâne à la campagne avec la certitude de
s’appartenir, ne serait, en fait, que le client d’une industrie hôtelière et touristique livré, à son insu, aux calculs, aux statistiques, aux planifications. Personne n’existerait pour soi.
Il y a du vrai dans cette déclamation. La technique est dangereuse. Elle ne menace pas seulement l’identité des personnes.
Elle risque de faire éclater la planète. Mais les ennemis de la
société industrielle sont la plupart du temps des réactionnaires.
Ils oublient ou détestent les grands espoirs de notre époque. Car
jamais la foi en la libération de l’homme n’était plus forte dans
les âmes. Elle ne tient pas aux facilités que les machines et les
sources nouvelles d’énergie offrent à l’enfantin instinct de la
vitesse ; elle ne tient pas aux beaux jouets mécaniques qui tentent la puérilité éternelle des adultes. Elle ne fait qu’un avec
l’ébranlement des civilisations sédentaires, avec l’effritement
des lourdes épaisseurs du passé, avec le pâlissement des couleurs locales, avec les fissures qui lézardent toujours ces choses
encombrantes et obtuses auxquelles s’adossent les particularismes humains. Il faut être sous-développé pour les revendiquer comme raisons d’être et lutter en leur nom pour une place
dans le monde moderne. Le développement de la technique
n’est pas la cause – il est déjà l’effet de cet allègement de la
substance humaine, se vidant de ses nocturnes pesanteurs.
Difficile Liberté
(1963),
coll. « Le livre de
poche », © Éditions
Albin Michel, 1984,
pp. 323-324.
La technique, asservissement ou libération ?
I
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 En quoi la technique est-elle asservissante et dangereuse ?
2 Qu’est-ce qui disqualifie habituellement les contempteurs du progrès technique ?
3 Peut-on voir dans la technique l’instrument d’une libération ?
102
Problématique
17
Freud
ous reconnaissons donc le niveau de culture d’un pays quand
nous trouvons qu’en lui est entretenu et traité de façon appropriée tout ce qui sert à l’utilisation de la terre par l’homme et à
la protection de celui-ci contre les forces de la nature, donc,
brièvement résumé : ce qui lui est utile. Dans un autre pays, les
fleuves qui menacent de provoquer des inondations auraient
leur cours régularisé, leur eau amenée par des canaux là où on
en est privé. Le sol serait travaillé avec soin et serait planté des
végétaux qu’il est propre à porter, les richesses minérales des
profondeurs seraient extraites avec diligence et transformées
pour en faire les outils et instruments requis. Les moyens de
communication seraient abondants, rapides et sûrs, les animaux sauvages et dangereux seraient exterminés, l’élevage des
animaux domestiqués serait florissant. Mais il nous faut poser
encore d’autres exigences à la culture et il est remarquable que
nous espérions les trouver réalisées dans ces mêmes pays.
Comme si nous voulions dénier la revendication que nous
avons tout d’abord élevée, nous saluons aussi comme culturel
ce que font les hommes quand nous voyons leur sollicitude se
tourner vers des choses qui ne sont pas du tout utiles et sembleraient plutôt inutiles, par ex. quand les espaces aménagés en
jardins, nécessaires dans une ville comme terrains de jeu et
réserves d’air, portent aussi des plates-bandes de fleurs, ou
quand les fenêtres des demeures sont ornées de pots de fleurs.
Nous remarquons bientôt que l’inutile, dont nous attendons
qu’il soit estimé par la culture, c’est la beauté ; […]
Selon nous, aucun autre trait ne caractérise mieux la culture
que l’estime et les soins accordés aux activités psychiques
supérieures, aux performances intellectuelles, scientifiques et
artistiques, au rôle directeur concédé aux idées dans la vie des
hommes. Parmi ces idées se trouvent tout en haut les systèmes
religieux […], à côté d’eux, les spéculations philosophiques, et
enfin ce qu’on peut appeler les formations d’idéal des hommes,
leurs représentations d’une perfection possible de la personne
individuelle, du peuple, de l’humanité tout entière, et les exigences qu’ils élèvent sur la base de ces représentations.
Le Malaise dans la
culture (1929),
trad. P. Cotet, R. Lainé
et J. Stute-Cadiot,
© PUF,
coll. « Quadrige »,
5e éd. 2002,
pp. 35 et 37.
N
103
Le progrès humain est-il indissociable du progrès
technique ?
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématiques 18 et 20
aux œufs d’or ou de ne pas scier la branche sur laquelle on est
assis ? Mais le « on » qui y est assis et qui tombe peut-être dans
l’abîme sans fond : qui est-ce ? Et quel est mon intérêt à ce qu’il
soit assis ou qu’il tombe ?
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Quelle est la première marque de la civilisation et du développement culturel ?
2 Le progrès des arts s’inscrit-il dans la même logique que le progrès technique ?
3 Le développement technique peut-il satisfaire à lui seul nos aspirations culturelles ?
Avez-vous compris l’essentiel ?
Problématique
18
Jonas
a technique moderne a introduit des actions d’un ordre de
grandeur tellement nouveau, avec des objets tellement inédits
et des conséquences tellement inédites, que le cadre de
l’éthique antérieure ne peut plus les contenir. […] Sans doute
les anciennes prescriptions de l’éthique du « prochain » – les
prescriptions de la justice, de la miséricorde, de l’honnêteté,
etc. –, en leur immédiateté intime, sont-elles toujours valables
pour la sphère la plus proche, quotidienne, de l’interaction
humaine. Mais cette sphère est surplombée par le domaine
croissant de l’agir collectif dans lequel l’acteur, l’acte et l’effet
ne sont plus les mêmes que dans la sphère de la proximité et
qui par l’énormité de ses forces impose à l’éthique une nouvelle
dimension de responsabilité jamais imaginée auparavant.
Qu’on considère par exemple […], la vulnérabilité critique de la
nature par l’intervention technique de l’homme – une vulnérabilité qui n’avait jamais été pressentie avant qu’elle ne se soit
manifestée à travers les dommages déjà causés. Cette découverte, dont le choc conduisait au concept et aux débuts d’une
science de l’environnement (écologie), modifiait toute la représentation de nous-mêmes en tant que facteur causal dans le
système plus vaste des choses. Par les effets elle fait apparaître
au grand jour que non seulement la nature de l’agir humain
s’est modifiée de facto et qu’un objet de type entièrement nouveau, rien de moins que la biosphère entière de la planète, s’est
ajouté à ce pour quoi nous devons être responsables parce que
nous avons pouvoir sur lui. Et un objet de quelle taille bouleversante, en comparaison duquel tous les objets antérieurs de
l’agir humain ressemble à des nains ! La nature en tant qu’objet
de la responsabilité humaine est certainement une nouveauté à
laquelle la théorie éthique doit réfléchir. Quel type d’obligation
s’y manifeste ? Est-ce plus qu’un intérêt utilitaire ? Est-ce simplement la prudence qui recommande de ne pas tuer la poule
Le Principe
responsabilité (1979),
trad. J. Greisch,
coll. « Champs »,
© Éditions
Flammarion, 1995,
pp. 30-32.
Le progrès technique transforme-t-il les questions
morales ?
1 Pourquoi « l’éthique du prochain » s’avère-t-elle aujourd’hui insuffisante ?
2 Quel est l’objet nouveau de l’agir humain dans la technologie moderne ?
3 Quelle est la conséquence morale du pouvoir accru que nous procure la technique
moderne ?
L
104
Problématique
20
Descartes
itôt que j’ai eu acquis quelques notions générales touchant la
physique [ndé. Sciences de la nature] et que, commençant à les
éprouver en diverses difficultés particulières, j’ai remarqué
jusques où elles peuvent conduire, et combien elles diffèrent
des principes dont on s’est servi jusques à présent, j’ai cru que
je ne pouvais les tenir cachées, sans pécher grandement contre
la loi qui nous oblige à procurer, autant qu’il est en nous, le
bien général de tous les hommes.
Car elles m’ont fait voir qu’il est possible de parvenir à des
connaissances qui soient fort utiles à la vie, et qu’au lieu de
cette philosophie spéculative qu’on enseigne dans les écoles,
on en peut trouver une pratique, par laquelle, connaissant la
force et les actions du feu, de l’eau, de l’air, des astres, des
cieux et de tous les autres corps qui nous environnent, aussi
distinctement que nous connaissons les divers métiers de nos
artisans, nous les pourrions employer en même façon à tous les
usages auxquels ils sont propres, et ainsi nous rendre comme
maîtres et possesseurs de la Nature. Ce qui n’est pas seulement
à désirer pour l’invention d’une infinité d’artifices qui feraient
qu’on jouirait, sans aucune peine, des fruits de la terre et de
toutes les commodités qui s’y trouvent, mais principalement
aussi pour la conservation de la santé, laquelle est sans doute le
premier bien et le fondement de tous les autres biens de cette
vie ; car même l’esprit dépend si fort du tempérament, et de la
disposition des organes du corps que, s’il est possible de trouver
Discours
de la méthode (1637),
sixième partie,
coll. « Les Intégrales
de Philo », © Éditions
Nathan, 1998,
pp. 78-79.
S
105
La technique met-elle la nature au service
de l’humain ?
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématiques 21 et 22
nationaux, qui sont autant de définitions de ce vide et qui, pour
le combler, provoquent aujourd’hui tant d’efforts désordonnés
et inefficaces : il y faudrait de nouvelles réserves d’énergie
potentielle, cette fois morale. Ne nous bornons donc pas à dire,
comme nous le faisions plus haut, que la mystique appelle la
mécanique. Ajoutons que le corps agrandi attend un supplément d’âme, et que la mécanique exigerait une mystique.
quelque moyen qui rende communément les hommes plus
sages et plus habiles qu’ils n’ont été jusques ici, je crois que
c’est dans la médecine qu’on doit le chercher.
Il est vrai que celle qui est maintenant en usage contient peu de
choses dont l’utilité soit si remarquable […].
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Quelle dimension de la physique Descartes se propose-t-il de mettre en évidence ?
2 Quelle vision de la nature est induite par la pensée cartésienne ?
3 Quel est l’intérêt particulier de la médecine ?
Problématique
21
Bergson
’homme ne se soulèvera au-dessus de la terre que si un
outillage puissant lui fournit le point d’appui. Il devra peser sur
la matière s’il veut se détacher d’elle. En d’autres termes, la
mystique appelle la mécanique. On ne l’a pas assez remarqué,
parce que la mécanique, par un accident d’aiguillage, a été lancée sur une voie au bout de laquelle étaient le bien-être exagéré
et le luxe pour un certain nombre, plutôt que la libération de
tous. Nous sommes frappés du résultat accidentel, nous ne
voyons pas le machinisme dans ce qu’il devrait être, dans ce qui
en fait l’essence. Allons plus loin. Si nos organes sont des instruments naturels, nos instruments sont par là même
des organes artificiels. L’outil de l’ouvrier continue son bras ;
l’outillage de l’humanité est donc un prolongement de son
corps. La nature, en nous dotant d’une intelligence essentiellement fabricatrice, avait ainsi préparé pour nous un certain
agrandissement. Mais des machines qui marchent au pétrole,
au charbon, à la « houille blanche », et qui convertissent en
mouvement des énergies potentielles accumulées pendant des
millions d’années, sont venues donner à notre organisme une
extension si vaste et une puissance si formidable, si disproportionnée à sa dimension et à sa force, que sûrement il n’en avait
rien été prévu dans le plan de structure de notre espèce : ce fut
une chance unique, la plus grande réussite matérielle de
l’homme sur la planète. […] Or, dans ce corps démesurément
grossi, l’âme reste ce qu’elle était, trop petite maintenant pour
le remplir, trop faible pour le diriger. D’où le vide entre lui et
elle. D’où les redoutables problèmes sociaux, politiques, inter-
Les Deux Sources
de la morale
et de la religion
(1932),
coll. « Quadrige »,
© PUF, 8e éd. 2000,
pp. 329-330.
L
106
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Quelle est la signification « mystique » du progrès technique ?
2 Pourquoi cette signification est-elle habituellement ignorée, inaperçue ?
3 Quelle contradiction habite aujourd’hui le progrès technique ?
Doit-on contrôler le progrès technique ?
Problématique
22
Marx
ans doute, longtemps avant la période de la grande industrie,
la coopération et la concentration des moyens de travail, appliquées à l’agriculture, occasionnèrent des changements grands,
soudains et violents dans le mode de produire et, par conséquent, dans les conditions de vie et les moyens d’occupation de
la population rurale. […] Quand les laboureurs furent jetés hors
d’emploi par des moyens de production agricoles, par des chevaux, des moutons, etc., c’étaient des actes de violence immédiate, qui, dans ces cas-là, rendirent possible la révolution économique. On chassa les laboureurs des champs pour leur
substituer des moutons. […] Dans ses débuts, ce bouleversement agricole a donc l’apparence d’une révolution politique
plutôt qu’économique.
Sous sa forme-machine au contraire le moyen de travail devient
immédiatement le concurrent du travailleur. Le rendement du
capital est dès lors en raison directe du nombre d’ouvriers dont
la machine anéantit les conditions d’existence. Le système de
production capitaliste repose en général sur ce que le travailleur
vend sa force comme marchandise. La division du travail réduit
cette force à l’aptitude de détail à manier un outil fragmentaire.
Donc, dès que le maniement de l’outil échoit à la machine, la
valeur d’échange de la force de travail [ndé : le prix à payer pour
obtenir la force de travail, c’est-à-dire le salaire.] s’évanouit en
même temps que sa valeur d’usage. L’ouvrier, comme un assi-
Le Capital (1867),
trad. J. Roy, livre I,
section IV, chap. XV,
collection « Champs »,
© Éditions
Flammarion, 2000,
pp. 307-308.
S
107
La technique rend-elle le travail humain
superflu ?
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématiques 23 et 24
gnat démonétisé, n’a plus cours. Cette partie de la classe
ouvrière que la machine convertit ainsi en population superflue,
c’est-à-dire inutile pour les besoins momentanés de l’exploitation capitaliste, succombe dans la lutte inégale de l’industrie
mécanique contre le vieux métier et la manufacture, ou
encombre toutes les professions plus facilement accessibles où
elle déprécie la force de travail.
Pour consoler les ouvriers tombés dans la misère, on leur
assure que leurs souffrance ne sont que des « inconvénients
temporaires » […] et que la machine en n’envahissant que par
degrés un champ de production, diminue l’étendue et l’intensité
de ses effets destructeurs. Mais ces deux fiches de consolation
se neutralisent. Là où la marche conquérante de la machine
progresse lentement, elle afflige de la misère chronique les
rangs ouvriers forcés de lui faire concurrence ; là où elle est
rapide, la misère devient aiguë et fait des ravages terribles.
désormais celles de l’information et de la communication, c’està-dire la création et le traitement des données et des images. Le
cœur de ces technologies, le logiciel (l’ensemble des règles et
des instructions qui gèrent le support physique et les flux), est
lui-même un bel exemple d’immatériel. L’information, ressource
auparavant insaisissable, est désormais apprivoisée ; elle peut
être captée, transformée, stockée, reproduite. Omniprésente,
elle est à la fois un facteur de production, un produit consommable et une variable économique. [...]
L’immatériel ne doit pas être assimilé uniquement à l’information et à la connaissance. Il englobe aussi bien l’utile – les données et le savoir – que le futile – les images et le spectacle. Un
des traits marquants de l’économie de l’immatériel est la croissance explosive du domaine de la distraction, comprenant le
cinéma, la télévision, le spectacle théâtral et musical, la
musique enregistrée, les livres et les journaux, les parcs
d’attraction, les jeux de hasard, la culture et les sports.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Quel rapport conflictuel entretiennent la machine et le travail humain ?
2 L’activité du travailleur se trouve-t-elle réellement modifiée par la technologie
industrielle ?
3 La mécanisation a-t-elle un impact sur le salaire du travailleur ?
Problématique
23
Goldfinger
Le monde palpable se trouve enserré dans un tissu de plus en
Travail et hors travail.
Vers une société
fluide, © Éditions
Odile Jacob, 1998,
pp. 76-80.
1 Peut-on dire qu’avec la technologie moderne, le virtuel se substitue au réel ?
2 Quel est l’objet privilégié de l’économie moderne ?
3 La révolution technologique ne touche-t-elle que le domaine économique
et la production des marchandises ?
La technique peut-elle masquer le réel ?
plus dense et capillaire d’activités, de produits et de services
dont la substance est immatérielle, qu’il s’agisse des données
informatiques, du volatil argent planétaire, des messages publicitaires, des images d’actualité ou de fiction, des jeux vidéo, etc.
Les objets physiques – les meubles et les immeubles, les
machines, les voitures – servent de support aux artefacts immatériels – la finance, le spectacle, l’information. La hiérarchie
économique est ébranlée, car dans ces artefacts c’est la composante immatérielle qui détermine la valeur. Les activités économiques essentielles ne sont plus la production et l’accumulation
d’objets physiques mais l’émission et le traitement de flux,
canalisés par les « autoroutes numériques » – une infrastructure
de réseaux visibles et invisibles de l’informatique, des télécommunications et de l’audiovisuel. Les technologies cruciales sont
108
Avez-vous compris l’essentiel ?
Problématique
24
Locke
[On voit] diverses nations américaines, riches en terres, mais
Deux Traités
du gouvernement civil
(1690),
trad. B. Gilson,
« Deuxième Traité »,
chap. V, © Librairie
Vrin, 1997,
pp. 160-161.
La valeur d’un bien est-elle déterminée
par le travail qui le produit ?
pauvres de tous les conforts de la vie ; la nature les a pourvues
aussi généreusement que n’importe quel autre peuple des
matières premières de l’abondance, c’est-à-dire, d’un sol fertile
et capable de produire avec libéralité ce dont on peut tirer nourriture, vêtement, ou plaisir ; mais, faute de tout travail de mise
en valeur, les commodités dont jouissent ces nations n’atteignent pas la centième partie des nôtres, et, là-bas, le roi d’un
territoire vaste et productif se nourrit, se loge et s’habille plus
mal qu’un travailleur à la journée en Angleterre.
Pour rendre cela un plus clair, il suffit de retracer les cheminements successifs de quelques-uns des produits qui servent ordinairement à la vie, jusqu’au moment où ils sont livrés à notre
109
P a r t i e 2 / Te x t e s
Problématiques 24 et 25
consommation, et de voir combien de leur valeur ils doivent à
l’industrie humaine. Le pain, le vin et les tissus, sont des objets
d’usage quotidien et qui se trouvent en grande abondance ;
pourtant, forcément, les glands, l’eau et les feuilles ou les
peaux, nous serviraient d’aliments, de boisson et de vêtements,
si le travail ne nous pourvoyait pas de ces autres biens plus
utiles. Tout ce que le pain vaut de plus que les glands, le vin que
l’eau, et le tissu, ou la soie, que les feuilles, les peaux ou la
mousse, cela résulte intégralement du travail et de l’industrie.
D’un côté, nous avons ici les aliments et les vêtements que
nous fournit la nature livrée à elle-même ; de l’autre, les provisions que nous préparent notre industrie et nos peines ; quiconque calculera de combien celles-ci excèdent en valeur ceuxlà, se rendra compte que le travail donne, de loin, la plus grande
partie de leur prix aux choses dont nous jouissons en ce monde ;
le sol, qui produit les matières premières, ne mérite guère
d’entrer en ligne de compte, ou, au plus, pour une part très
faible, si faible que, chez nous, à juste titre, on appelle friche
une terre entièrement abandonnée à la nature et que ne met en
valeur ni pâturage, ni labourage, ni plantation ; nous verrons
que le profit à en tirer se réduit à presque rien. […]
C’est donc le travail, qui donne à la terre la plus grande partie de sa
valeur, sans laquelle elle ne vaudrait presque rien ; au travail,
nous devons la plupart de ses produits utiles ; car tout ce que la
paille, le son, le pain, qui proviennent de cet acre de blé, valent
de plus que le produit d’un acre d’une terre aussi bonne, mais en
friche, s’explique uniquement par le travail. Ce ne sont pas seulement les peines du laboureur, le labeur du moissonneur et du
batteur, ou la sueur du boulanger, qui donnent son prix au pain
que nous mangeons ; l’ouvrage de ceux qui ont dressé les bœufs,
extrait et travaillé le fer et les pierres, abattu et façonné le bois
utilisé pour la charrue, le moulin, le four, ou tous les ustensiles,
en si grand nombre, dont le même blé oblige à se servir, depuis le
jour où on le sème jusqu’à celui où on en fait du pain, il faut le
porter entièrement au compte du travail, car tous ces biens viennent de lui : la nature et la terre n’ont fourni que les matières premières, qui sont presque sans valeur, prises en elles-mêmes.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 De quoi provient la valeur d’un bien ?
2 La richesse des nations dépend-elle essentiellement de ses ressources naturelles ?
3 Est-ce la seule activité du producteur qui donne la valeur à une marchandise ?
110
Problématique
25
Condorcet
es progrès de l’anatomie furent très lents, non seulement
parce que des préjugés religieux s’opposaient à la dissection
des cadavres, mais parce que l’opinion vulgaire en regardait
l’attouchement comme une sorte de souillure morale.
La médecine d’Hippocrate n’était qu’une science d’observation,
qui n’avait pu conduire encore qu’à des méthodes empiriques.
L’esprit de secte, le goût des hypothèses l’infecta bientôt ; mais
si le nombre des erreurs nouvelles l’emporta sur celui des vérités, si les préjugés ou les systèmes des médecins firent plus de
mal que leurs observations ne purent faire de bien, cependant
on ne peut nier que la médecine n’ait fait, considérée comme
une science durant cette époque, des progrès réels.
Aristote ne porta dans la physique, ni cette exactitude, ni cette
sage réserve, qui caractérisent son Histoire des animaux. Il paya
le tribut aux habitudes de son siècle, à l’esprit des écoles, en
défigurant la physique par ces principes hypothétiques qui, dans
leur généralité vague, expliquent tout avec une sorte de facilité,
parce qu’ils ne peuvent rien expliquer avec précision. D’ailleurs
l’observation seule ne suffit pas ; il faut des expériences : elles
exigent des instruments ; et il paraît qu’on n’avait pas alors
recueilli assez de faits, qu’on ne les avait pas vus avec assez de
détail, pour sentir le besoin, pour avoir l’idée de cette manière
d’interroger la nature, de moyens pour la forcer à nous
répondre. Aussi, dans cette époque, l’histoire des progrès de la
physique doit-elle se borner au tableau d’un petit nombre de
connaissances, dues au hasard et aux observations faites dans
la pratique des arts, bien plus qu’aux recherches des savants.
[…]
Les arts mécaniques commencèrent à se lier aux sciences ; les
philosophes en examinèrent les travaux, en recherchèrent l’origine, en étudièrent l’histoire, s’occupèrent de décrire les procédés et les produits de ceux qui étaient cultivés dans les diverses
contrées, de recueillir ces observations, et de les transmettre à
la postérité. Ainsi, l’on vit Pline embrasser, dans le plan
immense de son Histoire naturelle, l’homme, la nature et les
arts, inventaire précieux de tout ce qui formait alors les véritables richesses de l’esprit humain ; et les droits de Pline à notre
reconnaissance ne peuvent être détruits par le reproche trop
mérité d’avoir accueilli, avec trop peu de choix et trop peu de
Esquisse d’un tableau
historique des progrès
de l’esprit humain
(1793), © Éditions
GF-Flammarion,
1988, pp. 142-143.
L
111
La science précède-t-elle toujours la technique ?
P a r t i e 2 / Te x t e s
Liste des problématiques
crédulité, ce que l’ignorance ou la vanité mensongère des historiens et des voyageurs avait offert à cet inextinguible avidité de
tout connaître qui caractérisait ce philosophe.
Les problématiques apparaissent dans plusieurs dialogues et sont généralement
illustrées par un texte portant le même numéro que la problématique.
Ne l’oublions pas, ces problématiques se recoupent parfois. Elles peuvent donc se
remplacer les unes les autres, ou se cumuler en une même proposition.
Avez-vous compris l’essentiel ?
1 Quel est le danger d’une science ne prêtant nulle attention à la pratique concrète
et à la technique ?
2 La technique peut-elle apporter quelque chose à la science ?
3 À quelle condition l’étude des techniques peut-elle être favorable à la science ?
1 Travail et souffrance vont-ils nécessairement de pair ?
• Dialogues 1, 2, 3, 4, 5, 7 • Texte : Arendt
2 Le travail aliène-t-il l’être humain ?
• Dialogues 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 • Texte : Marx
3 Peut-on considérer le travail comme une valeur morale ?
• Dialogues 1, 2, 3, 6 • Texte : Weber
4 Le travail est-il uniquement un concept économique ?
• Dialogues 1, 2, 3, 4, 5, 6, 8 • Texte : Henry
5 L’intégration sociale passe-t-elle par le travail ?
• Dialogues 1, 2, 3, 4, 7, 8 • Texte : Durkheim
6 Travaille-t-on uniquement pour survivre ?
• Dialogues 1, 2, 3, 6, 7, 8 • Texte : Nietzsche
7 Tout travail est-il productif ?
• Dialogues 1, 2, 4, 5, 6, 7, 8 • Texte : More
8 Est-ce par le travail que l’homme prend conscience de soi ?
• Dialogues 1, 2, 3, 4, 5, 6, 8 • Texte : Pascal
9 Le travail engendre-t-il l’inégalité entre les hommes ?
• Dialogues 2, 3, 7, 8 • Texte : Mill
10 La division du travail est-elle inévitable ?
• Dialogues 2, 3, 7, 8 • Texte : Platon
11 Le commerce fausse-t-il la valeur du travail ?
• Dialogues 2, 5, 7, 8 • Texte : Smith
12 Travail et propriété sont-ils indissociables ?
• Dialogues 2, 3, 7, 8
13 Peut-on parler d’un droit au travail ?
• Dialogues 3, 8 • Texte : Méda
14 La technique est-elle spécifiquement humaine ?
• Dialogues 3, 4, 6, 8 • Texte : Bergson
112
113
Liste des remarques méthodologiques
15 Le travail est-il dépendant de la technique ?
• Dialogues 3, 4, 5, 6, 7 • Texte : S. Weil
Nous rencontrons deux catégories de remarques méthodologiques au fil des dialogues : obstacle et résolution. Les différents obstacles ou résolutions établis sont
parfois assez proches les uns des autres. Ils se recoupent, et peuvent donc se
remplacer ou se cumuler en un même endroit.
16 La technique, asservissement ou libération ?
• Dialogues 3, 4, 5, 6, 7, 8 • Texte : Lévinas
17 Le progrès humain est-il indissociable du progrès technique ?
• Dialogues 4, 5, 6, 7, 8 • Texte : Freud
18 Le progrès technique transforme-t-il les questions morales ?
• Dialogues 4, 5, 6, 7, 8 • Texte : Jonas
Obstacles
1
19 Faut-il opposer art et technique ?
• Dialogues 4, 5, 6, 7, 8
20 La technique met-elle la nature au service de l’humain ?
• Dialogues 4, 5, 6, 8 • Texte : Descartes
Exemple : transformer la proposition « L’homme a besoin de travailler » en « L’homme doit
travailler pour vivre ». La première proposition n’implique pas nécessairement la finalité du
travail que prône la première. Elle peut aussi signifier que le travail est nécessaire en tant
qu’effort ou accomplissement, et pas uniquement en tant que moyen de survie.
(Voir Précipitation, Emportement émotionnel)
21 Doit-on contrôler le progrès technique ?
• Dialogues 4, 5, 6, 7, 8 • Texte : Bergson
22 La technique rend-elle le travail humain superflu ?
• Dialogues 4, 5, 6, 7, 8 • Texte : Marx
Glissement de sens : dialogues 1, 4, 5, 7, 8
Transformation d’une proposition ou d’une idée, s’effectuant subrepticement et
insensiblement, par la conversion de cette idée ou de cette proposition en une
formulation voisine proche, mais de sens substantiellement différent.
23 La technique peut-elle masquer le réel ?
• Dialogues 5, 6, 8 • Texte : Goldfinger
Indétermination du relatif : dialogues 1, 4, 5, 7
Refus de répondre, d’expliquer une idée ou de mettre à l’épreuve son sens, en invoquant la multiplicité indéterminée des points de vue subjectifs possibles, fréquemment induits par « ça dépend », « c’est selon », « c’est plus compliqué que ça »…
24 La valeur d’un bien est-elle déterminée par le travail qui le produit ?
• Dialogues 5, 6, 7, 8 • Texte : Locke
Exemple : à la question « Le travail est-il bénéfique à l’homme ? », répondre simplement
que cela dépend de la personnalité de chacun et du point de vue d’où l’on se place.
(Voir Concept indifférencié)
25 La science précède-t-elle toujours la technique ?
• Dialogues 5, 6 • Texte : Condorcet
2
3
Fausse évidence : dialogues 1, 3, 5, 8
Fait de considérer comme indiscutable un lieu commun, un propos banal, justifié d’emblée par son apparente évidence, laquelle relève en fait de la prévention, du préjugé ou de l’absence de pensée.
Exemple : prendre d’emblée pour acquise la proposition suivante : « La technique est dangereuse ». Alors on pourrait se demander pourquoi l’homme se protège et subvient à ses
besoins grâce à la technique.
(Voir Certitude dogmatique, Alibi du nombre, Emportement émotionnel, Opinion reçue)
4
114
Certitude dogmatique : dialogues 1, 2, 3, 7
Attitude de l’esprit qui juge incontestable une idée particulière et se contente
de l’énoncer hâtivement, voire de la réitérer, sans chercher à la justifier, sans en
creuser les présupposés et les conséquences, sans tenter de la mettre à
l’épreuve, ni envisager une hypothèse contraire. Défaut de la pensée qui enraye
toute possibilité de problématique.
115
Exemple : affirmer que « Le travail est pour l’homme un facteur d’aliénation » sans envisager en quoi « L’homme peut se réaliser à travers son travail ».
(Voir Emportement émotionnel, Fausse évidence, Opinion reçue, Idée réductrice)
5
Alibi du nombre : dialogues 2, 4, 6
Allégation d’une prétendue multiplicité dont l’invocation est censée confirmer
indubitablement une proposition exprimée au préalable.
Exemple : « Il y a plein d’exemples qui montrent que le travail est un facteur d’aliénation. »
Le nombre, dans sa généralité, ne prouve rien en soi, sauf explicitation ou justification.
(Voir Certitude dogmatique, Fausse évidence, Opinion reçue)
6
Opinion reçue : dialogues 2, 3, 5, 6
Fait d’admettre une idée ou une proposition pour la seule raison qu’elle serait validée par l’autorité de la tradition, d’une habitude, du milieu social, d’un spécialiste,
reconnu ou non, ou par l’évidence d’une quelconque « nature éternelle ».
Exemple : affirmer la proposition « Le travail engendre l’inégalité entre les hommes » en la
justifiant par les expressions suivantes : « L’histoire nous prouve que… », « Depuis
l’Antiquité les hommes savent que… », « Le philosophe untel dit que… » ou bien « La
société est fondée sur l’idée que… », en guise de toute explication.
(Voir Alibi du nombre, Certitude dogmatique, Emportement émotionnel, Fausse évidence,
Idée réductrice, Précipitation)
7
Précipitation : dialogues 1, 2, 4, 6
Attitude consistant à formuler une réponse hâtive, voire peu claire, sans avoir au
préalable pris la peine d’identifier les divers facteurs pouvant intervenir dans la résolution de la question à traiter. Entraîne un risque de confusion et de contresens.
Exemple : à la question « Le travail est-il nécessairement un facteur d’aliénation ? »,
répondre « Depuis toujours, l’homme a travaillé », sans prendre le temps de se demander
en quoi cette affirmation répondrait à la question.
(Voir Glissement de sens, Certitude dogmatique, Emportement émotionnel)
8
Emportement émotionnel : dialogues 1, 3, 6, 7
Moment de la réflexion où nos convictions nous conduisent à refuser l’analyse
et la mise à l’épreuve de nos propos, afin de poursuivre notre discours sans
envisager d’autres possibilités de sens. Soit parce que nous refuse de répondre
aux objections qui nous sont faites, soit parce que nous ne prenons pas le
temps de formuler nous-même de telles objections.
Exemple : lorsque je soutiens l’idée « Le commerce fausse la valeur du travail » et que
lancé dans mon discours, je ne réponds pas à l’objection suivante : « En rendant l’échange
possible, le commerce est ce qui valorise le travail ».
(Voir Certitude dogmatique, Concept indifférencié, Idée réductrice, Fausse évidence, Idée
réductrice)
116
9
Exemple inexpliqué : dialogues 2, 4, 5, 8
Utilisation abusive d’un exemple consistant à considérer que sa seule formulation sous forme narrative ou même sa simple évocation suffit à justifier une idée
ou une thèse, sans que soit fournie l’analyse qui permettrait de démontrer
l’intérêt et la portée de l’exemple en question.
Exemple : lorsque pour défendre l’idée que « Le droit au travail n’existe pas », je mentionne en guise d’exemple le chômage, sans autre forme d’explication.
(Voir Concept indifférencié, Fausse évidence, Idée réductrice)
10 Concept indifférencié : dialogues 2, 5, 8
Utilisation imprécise et tronquée d’un concept, ayant pour conséquence d’engendrer une proposition qui n’est pas poussée jusqu’au bout, à la fois dans l’exploration de ses présupposés implicites et dans l’analyse de ses diverses conséquences
possibles. La position adoptée n’est donc pas assumée dans sa logique argumentative complète.
Exemple : « Le travail est nécessaire à l’existence humaine. » Mais le terme « existence »
renvoie-t-il ici à la vie biologique, au projet individuel, aux rapports sociaux, à la vie psychique ? La proposition varie énormément selon les diverses interprétations attendues, produisant différents sens qui peuvent radicalement s’opposer.
(Voir Certitude dogmatique, Précipitation)
11 Idée réductrice : dialogues 1, 5, 6, 8
Fait de choisir arbitrairement et de défendre un point de vue unique, qui s’avère
incapable de prendre en compte l’ensemble des données d’une question ou
d’un concept, en l’amputant ainsi de ses véritables enjeux. Justification d’une
idée particulière, mais absence de position critique.
Exemple : à la question « Le travail est-il une contrainte ? », répondre oui et travailler uniquement à l’élaboration de ce point de vue, sans évoquer en quoi cette position borne la réflexion.
(Voir Certitude dogmatique, Emportement émotionnel, Fausse évidence, Opinion reçue)
12 Incertitude paralysante : dialogues 2, 5, 7, 8
Attitude de l’esprit inhibé dans la progression de sa réflexion, parce que deux
ou plusieurs options contradictoires se présentent à lui, sans qu’aucune ne
réussisse d’emblée à emporter son adhésion, et sans qu’il ose se risquer à une
analyse des thèses en présence ou à articuler une problématique.
Exemple : énoncer premièrement l’idée que « Le travail est une contrainte », énoncer plus
tard que « Le travail libère, car il permet l’accomplissement de l’existence », puis simplement dire que l’on hésite entre les deux propositions, pour en conclure que le problème est
difficile et que l’on ne peut pas trancher.
(Voir Concept indifférencié, Difficulté à problématiser)
13 Illusion de synthèse : dialogues 4, 6, 7, 8
Refus de considérer séparément deux ou plusieurs composantes d’une idée en
les maintenant dans une unité factice, ce qui empêche d’évaluer adéquatement
117
la dimension conflictuelle et de formuler une problématique prenant en charge
ces divers aspects. Résolution superficielle d’une contradiction.
Exemple : la proposition : « Le travail est à la fois une contrainte et une liberté. » Il s’agit
ici d’expliquer en quoi « contrainte » et « liberté » peuvent concorder, mais aussi en quoi
elles peuvent être en contradiction.
(Voir Difficulté à problématiser, Perte de l’unité)
14 Perte de l’unité : dialogues 2, 3, 4, 5, 7, 8
Oubli de lien entre les différents éléments constitutifs d’une réflexion, au profit
d’une approche parcellaire et pointilliste et au détriment d’une prise en considération de l’unité d’ensemble du propos. Rupture de cohérence dans un développement d’idées.
Résolutions
1
Suspension du jugement : dialogues 1, 3, 6
Mise de côté temporaire de tout parti pris, afin d’énoncer et d’étudier les
diverses possibilités de lecture d’une thèse ou d’une problématique. Exemple :
même si l’on pense que « La technique est toujours un bienfait pour l’homme »,
suspendre sa conviction afin d’étudier et de problématiser la question.
(Voir Position critique, Penser l’impensable)
2-
Achèvement d’une idée : dialogues 1, 3, 4, 5, 6, 7
Étude et prise en charge des éléments importants d’une thèse, reconnaissance de ses
présupposés ou de ses conséquences, explication de ses différents sens ou nuances.
Exemple : pour répondre à la question « Le travail est-il nécessaire à l’existence
humaine ? », traiter l’aspect économique et social, voire élaborer une problématique à ce
propos, puis aborder l’angle existentiel de la question sans se soucier de relier ce nouvel
aspect au travail déjà effectué.
(Voir Difficulté à problématiser, Illusion de synthèse, Idée réductrice)
15 Paralogisme : dialogues 1, 2, 6, 8
Transgression, au cours d’une argumentation, des règles de base de la logique,
sans prise de conscience ni justification de cette transgression.
Exemple : si l’on énonce l’idée « L’homme n’est pas maître du progrès », montrer les différents sens du terme « progrès », comme relevant du domaine technique, scientifique,
moral, intellectuel ou autre, ou bien opter pour un de ces sens, en le précisant et en explicitant ses conséquences.
(Voir Problématique accomplie, Introduction d’un concept opératoire)
3
Exemple : affirmer « Puisque le travail dépend de la technique, la technique est essentiellement un outil de travail » sans justifier autrement la deuxième proposition, dont la déduction n’est en soi aucunement justifiée par les lois de la logique. Ainsi la technique peut
être un instrument de divertissement.
(Voir Fausse évidence)
Exemple : si l’on énonce l’idée « La technique est une menace pour l’homme », objecter
que la technique peut faciliter le travail, aider l’homme à satisfaire ses besoins essentiels,
engendrer un progrès culturel, et répondre à ces objections.
(Voir Suspension du jugement, Penser l’impensable)
4
16 Difficulté à problématiser : dialogues 3, 4, 6, 8
Insuffisance d’une réflexion qui, lorsqu’elle rencontre deux ou plusieurs propositions
contradictoires sur un sujet donné, hésite ou se refuse à les articuler ensemble. Elle
oscille dès lors entre l’une et l’autre, voire simplement les accole, sans chercher à les
traiter et à les relier véritablement en produisant une problématique.
Exemple : deux propositions sont énoncées en deux moments distincts : « Le travail est une
contrainte pour l’existence » et « Le travail est un facteur de liberté pour l’existence ». Elles
sont énoncées tour à tour, ou accolées, et l’on conclut simplement à une impossibilité de trancher, sans les articuler ensemble, entre autres sous la forme d’une problématique, ce qui permettrait de vérifier sur quelle notion pivote l’opposition entre les deux propositions. Ainsi l’on
pourrait proposer la formulation suivante : « Le travail représente une contrainte pour l’existence dans la mesure où il implique un effort et une nécessité de survie, mais il est un facteur
de liberté puisqu’il est la condition de l’accomplissement humain, ainsi que du progrès matériel et intellectuel à travers lesquels s’expriment notre liberté. »
(Voir Illusion de synthèse, Idée réductrice)
118
Position critique : dialogues 3, 4, 6, 7
Soumettre à des questions ou à des objections une thèse, afin de l’analyser et de vérifier ses limites, ce qui permet de préciser son contenu, d’approfondir la compréhension de ses présupposés et de ses conséquences, et d’articuler une problématique.
Penser l’impensable : dialogues 1, 4, 6, 8
Imaginer et formuler une hypothèse, en analyser les implications et les conséquences, même si nos convictions a priori et notre raisonnement initial semblent se refuser à cette possibilité. Accepter une hypothèse qui s’impose à nous
par la démonstration, même si intuitivement elle nous semble inacceptable.
Exemple : si l’hypothèse de départ est l’idée que « L’homme ne peut survivre sans travailler »,
affirmer une position inverse : « Le travail humain n’est pas une nécessité », et tenter de la justifier. En montrant par exemple comment les machines remplacent peu à peu l’humain.
(Voir Suspension du jugement, Position critique)
5
Exemple analysé : dialogues 1, 3, 6, 8
Citer ou inventer, puis expliquer un exemple mettant en situation une problématique ou un concept, afin de les étudier, de les expliquer ou d’en vérifier la validité.
Exemple : si l’on veut défendre l’idée que « Le progrès technique est dangereux pour
l’homme », on peut citer l’exemple de la bombe atomique, afin de montrer comment l’être
119
Index des notions-outils
humain, une fois détenteur d’un certain pouvoir technique, l’utilisera généralement à des
fins belliqueuses.
(Voir Achèvement d’une idée, Introduction d’un concept opératoire)
6
Introduction d’un concept opératoire : dialogues 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
Introduction dans la réflexion d’une nouvelle notion ou idée permettant d’articuler
une problématique ou d’éclairer le traitement d’une question.
Le rôle de ce concept est d’éviter tout relativisme vide de sens, comme « ça
dépend », d’éclaircir les hypothèses, et d’établir des liens entre les idées.
Exemple : pour justifier l’idée « Le travail est un facteur d’humanisation », introduire les
concepts de « conscience de soi » ou de « culture », puis expliciter leur sens et leur fonction.
(Voir Achèvement d’une idée, Problématique accomplie)
7
Problématique accomplie : dialogues 1, 2, 5, 6, 7, 8
Mise en rapport concise de deux ou plusieurs propositions distinctes ou contradictoires sur un même sujet, afin d’articuler une problématique ou de faire émerger un
concept. La problématique peut prendre soit la forme d’une question, soit celle
d’une proposition exprimant un problème, un paradoxe ou une contradiction.
Exemple : pour traiter la question du rapport entre technique et travail, formuler deux propositions contradictoires « La technique est un outil au service de l’humain » et « L’homme
moderne est asservi à la technique », puis articuler une problématique sous forme de question :
« Peut-on développer et utiliser de manière extensive un outil sans finir par en dépendre ? », ou
sous forme d’affirmation : « Le développement et l’utilisation extensive d’un outil induit nécessairement une forme de dépendance assimilable à un asservissement. »
(Voir Achèvement d’une idée, Introduction d’un concept opératoire)
120
Les numéros renvoient aux dialogues.
On a parfois présenté les notions-outils en relation avec d’autres notions-outils de
nature contraire ou voisine, afin de les mettre en valeur et d’en préciser le sens et
l’utilisation.
Abstrait (8)
Aliénation (7)
Analyse (7)
Argument (3)
Authenticité (1)
Autonomie (5)
Exemple (5)
Expliquer (2)
Général (8)
Hétéronomie (5)
Hypothèse (6)
Besoin (3)
Biologique (3)
Certitude (1)
Complexe (7)
Concept (7)
Conceptualiser (7)
Concevoir (6)
Concret (8)
Concurrence (8)
Conditionnement (5)
Contradiction (8)
Création (6)
Critère (5)
Critique (2)
Culture (2)
Idée (7)
Individualisme (3)
Inégalité (2)
Information (5)
Instinct (3)
Intention (2)
Intérêt (3)
Invention (6)
Jeu (6)
Justice (2)
Paradoxal (4)
Particulier (8)
Plaisir (1)
Pouvoir (7)
Pratique (2)
Preuve (5)
Problématique (2)
Problème (7)
Production (6)
Progrès (4)
Réalité (3)
Réel (3)
Réflexion (4)
Rentabilité (8)
Reproduire (6)
Respect (3)
Liberté (7)
Logique (6)
Loisir (6)
Sens (4)
Société (7)
Subjectif (1)
Synthèse (7)
Définition (1)
Déterminé (4)
Déterminisme (4)
Devoir (1)
Dialectique (6)
Machine (5)
Méthode (5)
Métier (1)
Morale (2)
Technique (4)
Technologie (4)
Théorique (6)
Travail (1)
Nature (2)
Nécessité (4)
Utilité (3)
Efficacité (8)
Égalité (2)
Égoïsme (3)
Évidence (5)
Évolution (6)
Objectif (1)
Objection (7)
Obligation (1)
Opinion (7)
Opposition (1)
Valeur (8)
Valeur d’usage/valeur
d’échange (8)
Vérité (3)
Volonté (4)
121
Réponses aux questions sur les textes
Texte 1
Arendt
1 - Une satisfaction qui est liée au fait même de vivre. C’est le plaisir simple, pour un
être, de perdurer, de persévérer dans son être. Satisfaction fondamentale sans
laquelle nulle autre n’est possible.
2 - Un rapport d’immédiateté. Le travail procure un plaisir sans délai ou presque, en produisant ce qui peut être immédiatement consommé en vue de la satisfaction des
besoins vitaux. Il n’en va pas de même d’une œuvre, technique ou artistique, qui ne
peut produire qu’une satisfaction différée, plus éloignée dans le temps.
3 - L’idée d’un bonheur qui ne dépendrait que de nous-mêmes. Cela s’oppose à une idée du
bonheur comme chance ou bonne fortune, dans la mesure où le plaisir ne dépend plus
alors entièrement de nous et peut donc nous échapper ou nous être retiré.
Texte 2
Weber
Henry
1 - C’est l’activité subjective d’un individu produisant, activité qui s’exerce sur un matériel objectif fourni par la nature, qu’il transforme. Il s’agit là du travail vivant, réel.
2 - Par abstraction. On oublie que le travail est l’activité d’individus concrets pour en
faire un processus de production anonyme, objectif, et l’on considère le résultat de
cette activité en le détachant de cette activité même.
122
Durkheim
1 - Non. Avec d’autres penseurs, Durkheim soutient que la division du travail est un facteur de cohésion sociale.
2 - Une société plus complexe et développée produit chaque jour des besoins nouveaux
plus ou moins superflus.
3 - Oui, car en assurant la cohésion, elle est constitutive de l’identité sociale : elle répond
aux besoins d’ordre, d’harmonie et de solidarité de l’humanité.
Texte 6
1 - Oui, au sens où en travaillant, on exécute la volonté de Dieu, on manifeste soi-même
l’effort pour participer à son œuvre.
2 - Il nous détourne des tentations, des penchants qui caractérisent une vie « dissolue » : paresse, luxure, complaisance, etc.
3 - La pure contemplation de l’essence divine, pratique essentiellement monastique ou
mystique, n’est tolérée que dans la mesure où elle n’empiète pas sur les activités
laborieuses. Elle est toujours soupçonnée, en effet, de servir d’alibi à la paresse.
Texte 4
Texte 5
Nietzsche
Marx
1 - Oui, d’abord parce qu’il apparaît comme extériorité, ensuite parce qu’il est contraint.
Le travail est étranger en tant qu’il n’appartient pas en propre au travailleur.
2 - Non, il fournit seulement les moyens de satisfaire des besoins, grâce au salaire.
3 - L’ouvrier n’est pas librement actif dans son travail, mais uniquement dans ses fonctions animales. Le travail est une activité subie, imposée par la force, sur lequel le
travailleur n’a aucune prise réelle.
Texte 3
3 - Les produits du travail humain en tant qu’ils ne diffèrent pas fondamentalement les
uns des autres, dans la mesure où l’on peut opérer sur eux des calculs, des mesures
qui permettent de les échanger. C’est quand le travail humain aboutit à des valeurs
d’échange que l’économique intervient.
1 - Non comme le but de leur vie, mais uniquement comme un moyen – en lui-même
indifférent – de survivre ou de mieux vivre. Ils ne visent pas le travail comme tel, mais
comme un gain qui lui est extérieur.
2 - Pas forcément. Elle peut signifier la résistance d’esprits qui refusent la dimension avilissante de certains travaux, et cela quoi qu’il en coûte. Par ailleurs, elle exige la
capacité d’affronter l’ennui, ce dont peu de gens sont vraiment capables.
3 - Ce n’est le cas que pour quelques rares individus, qui trouvent un plaisir dans leur
travail – fût-il du reste très dur, car le plaisir en question n’est pas dans la facilité.
Pour la majorité des gens cependant, ces deux notions restent complètement étrangères et elles s’y résignent : il ne leur reste qu’à chercher des satisfactions et des
joies vulgaires, en dehors de la sphère du travail.
Texte 7
More
1 - Il doit permettre de produire les biens nécessaires à la satisfaction des besoins
humains. Il produit des biens de consommation et tout ce qui peut faciliter la vie.
2 - Il existe en effet du travail improductif. En particulier toutes les activités qui n’ont
pour fonction que de produire de l’argent, ou autres occupations parasites : riches
propriétaires, prêtres et religieux, domestiques, mendiants, etc. Or on constate malheureusement que de plus en plus de gens s’occupent à des tâches ne contribuant à
aucun bien réel et utile.
3 - Non. On peut vivre et bien vivre en travaillant beaucoup moins (six heures de travail,
c’est très peu pour les normes du XVIe siècle !), mais cela ne se peut qu’en adoptant
une certaine frugalité : il faudrait renoncer au développement aberrant des besoins
qui ne relèvent que du luxe et de la futilité.
123
Texte 8
Pascal
1 - Non, car ils entrent tous deux sous la catégorie plus générale du divertissement, dont
ils sont deux formes. Tous deux chassent l’ennui et la solitude que l’homme est incapable de supporter longtemps.
2 - Parce qu’il s’agit d’un état où l’homme se retrouve face à lui-même, c’est-à-dire face
à sa tristesse et à sa nullité.
3 - Travailler nous évite de trop penser à nous-mêmes. C’est pourquoi, s’ils ne trouvent
pas un amusement ou une autre occupation, la plupart des gens s’ennuient lorsqu’ils
ne travaillent pas.
Texte 9
Mill
1 - Une conception part des désirs ou besoins des individus, égaux par principe. L’autre
part de la société, en considérant chez l’individu ce qu’il apporte à la collectivité.
2 - Non, et c’est bien là le problème. On peut indiquer cependant que c’est l’utilité
sociale qui doit décider. Par exemple, un égalitarisme excessif peut pénaliser les performances économiques, ce qui nuit à tous ; mais de trop grandes inégalités de
revenu, même si elles sont justes, peuvent être causes de troubles sociaux.
3 - Non, il y en a d’autres : la satisfaction personnelle, la réputation, le pouvoir ou les
honneurs qui peuvent découler d’une telle supériorité, qui en soi représente déjà un
avantage appréciable.
Texte 10
Platon
1 - Oui, puisque par elle les hommes sont utiles, voire indispensables les uns aux autres,
au moins pour la satisfaction des besoins élémentaires.
2 - a) Elle est utile en ce que chacun y trouve son avantage. b) Elle permet à chacun de
développer de manière spécifique ses talents naturels particuliers. c) Elle facilite la
production et la rend plus efficace.
3 - Non, elle est également liée aux choses elles-mêmes. Par exemple, quand le blé est
mûr, il faut bien que quelqu’un se consacre entièrement à sa récolte, sans se soucier
d’une autre activité.
Texte 11
Smith
1 - Il permet d’accorder une valeur commune et échangeable au travail.
2 - En effet, puisqu’il me permet d’obtenir ce que je désire en achetant le travail des
autres. Acheter des fruits au marché, par exemple, me permet de me les approprier
sans avoir à les récolter, nettoyer, transporter, emballer, etc. Et le prix que je paie est
précisément un équivalent de ces diverses opérations.
124
3 - En principe, oui. Mais sur le plan pratique, il s’avère assez difficile de tenir compte
des nombreux paramètres impliqués : le temps utilisé, la difficulté du travail, l’habileté nécessaire.
Texte 13
Méda
1 - Celui qui le relie au pur et simple droit de vivre. Car pouvoir vivre, c’est d’abord pouvoir s’assurer les moyens de subsister. Rien ne sert de parler d’un droit à la vie pour
tous si l’on retire la possibilité et les moyens de le faire.
2 - Il n’y a de réel contrat que sur la base de l’égalité des contractants. Cette condition
n’est pas remplie dans le travail, car l’ouvrier est contraint de travailler, mais non le
patron de l’engager.
3 - Un tel droit ne pourrait être garanti qu’en recourant à la force coercitive de l’État, qui
pourra forcer un employeur à engager un ouvrier au chômage, par exemple. Or, cela
ruine la liberté individuelle et entretient la lutte des classes.
Texte 14
Bergson
1 - Que nous voyons dans la fabrication d’outils, donc dans l’activité technique, le trait
fondamental et le critère de l’humanité. Si les hachettes n’étaient pas le résultat de
quelque hasard naturel, elles ne pouvaient qu’être le fait d’une intelligence, donc de
l’homme.
2 - Certes, et cette intelligence se rapporte toujours à quelque capacité technique, chez
eux comme chez l’homme : en premier lieu l’invention d’un outil, mais aussi son utilisation ou encore sa reconnaissance.
3 - On le pourrait. Mais le raisonnement n’est lui-même qu’un mode de la faculté d’inventer,
de produire du nouveau à partir de ce qui est donné. Or l’invention est plus complète
lorsque le raisonnement se matérialise en un instrument.
Texte 15
Simone Weil
1 - On n’y envisage d’ordinaire que le point de vue de la production, et non celui du producteur, de l’utilisateur. Ainsi le point de vue ouvrier n’est-il pas pris en considération,
mais seulement les exigences de la pure rentabilité comptable et technocratique.
2 - Ces décisions, par exemple des nationalisations, sont peut-être utiles, mais en ellesmêmes insuffisantes, comme le montre le cas de la Russie soviétique, si elles ne
s’accompagnent pas également d’une révolution technologique, sans laquelle le travail reste tout à fait inchangé.
3 - Oui, à condition que les machines soient conçues en tenant compte de cette exigence. Cela implique qu’elles soient plus adaptables, se pliant à des usages diversifiés, de sorte que le travail à la machine ne soit pas trop répétitif et mécanique, et
qu’il exige au contraire de l’ouvrier des capacités professionnelles développées.
125
Texte 16
Lévinas
1 - Car elle menace l’identité même de l’homme, elle l’aliène et il n’apparaît plus comme
un sujet autonome, libre et existant pour soi, mais comme un rouage d’un système
qu’il ne contrôle pas, qui pourrait faire éclater la planète.
2 - Le fait qu’ils n’ont rien d’autre à proposer, en réalité, que le pur et simple retour au passé,
une crispation passéiste sur la tradition, avec ses lourdeurs et ses points aveugles.
3 - Certainement, en ce que le progrès technique moderne nous arrache à tout ce qui
peut figer notre identité, la river à sa particularité. L’homme se libère, il peut échapper à la pure coïncidence avec soi-même qui est souvent synonyme d’abrutissement.
Texte 17
Freud
1 - Le développement de tout ce qui permet la satisfaction des besoins humains fondamentaux, en d’autres termes, de ce qui est utile.
2 - Oui, au sens où il témoigne d’un progrès culturel. Il s’en distingue toutefois fondamentalement en ce que, à la différence du progrès technique, il produit un intérêt
pour ce qui reste en soi inutile : la beauté par exemple.
3 - Non, car nous attachons une importance aussi grande aux œuvres de l’esprit, aux
développements de nos qualités morales et spirituelles.
Texte 18
Jonas
1 - Parce que cette conception morale valait essentiellement sur le plan de l’action individuelle, réglait des rapports de proximité entre individus. Dans notre monde technique, ni les décisions, ni les actions, ni leurs effets ne sont du ressort d’un individu
seul, quel qu’il soit, ils ne supposent pas non plus des rapports de proximité, et en
conséquence de tels préceptes restent lettre morte.
2 - Rien de moins que la nature elle-même, l’univers matériel dans sa totalité. Les
actions humaines ont désormais des effets planétaires. Et pas seulement pour le présent, mais aussi pour l’avenir.
3 - Une augmentation tout aussi grande de la responsabilité qui en découle, le sens de
cette responsabilité devenant d’ailleurs de plus en plus problématique.
Texte 20
Texte 21
Bergson
1 - C’est par lui que l’homme, maîtrisant son environnement matériel et naturel, s’élève
au-dessus de lui et de soi. Il s’arrache à sa propre animalité, s’ouvrant à une dimension plus spirituelle.
2 - Elle est difficilement perceptible, car le progrès technique est plutôt perçu à travers
une puissance accrue et des avantages matériels plus grands, ou à travers les problèmes sociaux et politiques qu’il engendre.
3 - Une contradiction que l’on peut formuler comme celle de l’âme et du corps. L’esprit, la
morale n’a pas bénéficié du même accroissement que la force, l’extension. L’humanité
se trouve ainsi dotée d’une immense puissance, mais celle-ci reste en grande partie une
puissance aveugle, qui ne peut plus être dirigée, contrôlée, pensée.
Texte 22
Marx
1 - Un rapport de concurrence. Les nouveaux moyens agricoles remplacèrent purement
et simplement le travail humain. Dans l’industrie moderne, la machine coexiste avec
le travailleur et lui fait directement concurrence.
2 - Oui. Le travail humain devient lui-même de plus en plus mécanique : répétition d’une
activité fragmentaire très précise et spécialisée.
3 - Le travail humain étant dévalorisé par rapport à celui de la machine pour des questions de rentabilité économique, sa valeur d’échange ne peut que suivre le même
chemin. Donc les salaires baissent pour la plupart des travailleurs, à commencer par
les moins qualifiés.
Texte 23
Goldfinger
Descartes
1 - Son utilité. Elle peut devenir une connaissance pratique, c’est-à-dire produisant des
effets dans le monde, si on sait la comprendre convenablement au lieu de s’engager
dans une conception purement spéculative et scolastique.
2 - Premièrement, la nature est perçue comme une mécanique, qui fonctionne comme
les instruments ou les machines que l’homme lui-même produit. Deuxièmement, elle
est mise à disposition de l’homme à travers le travail de l’artisan.
126
3 - Elle permet à l’homme d’agir sur sa propre nature humaine. D’une part sur le plan
physique, afin de rester en bonne santé, mais aussi sur le plan intellectuel, afin de
rendre les hommes plus sages et habiles.
1 - On le peut, en ce sens que ce sont les éléments invisibles, irréels, flux d’informations,
de programmes et d’images, qui, dans l’économie moderne, prennent le pas sur les
réalités matérielles et concrètes.
2 - L’information. Elle devient à la fois un facteur crucial de production et un produit susceptible d’être travaillé.
3 - Non, elle s’accompagne d’un développement sans précédent de la sphère des loisirs,
des activités non productives, qui deviennent elles-mêmes l’objet d’une industrie.
127
Texte 24
Locke
1 - Du travail qui l’a produit.
2 - Non, c’est le travail de mise en valeur qui est déterminant. C’est ce que montre
l’exemple de l’Amérique de l’époque : l’Angleterre est plus riche et développée alors
que l’Amérique se trouve bien plus pourvue en richesses naturelles de toutes sortes.
3 - Pas tout à fait, car il faut aussi considérer le rôle des instruments ou machines dont il
s’est servi. Mais ceci n’infirme pas la thèse, puisque ces outils ne sont après tout que
le produit du travail des générations antérieures de l’humanité.
Texte 25
Condorcet
1 - Celui – dont fut victime Aristote, dans sa Physique – de se perdre dans l’abstraction
et ses facilités. Lorsque la raison ne se contente que d’elle-même, elle se satisfait
trop aisément d’explications séduisantes, mais illusoires.
2 - Oui, et beaucoup, comme le montre l’exemple de la médecine, qui fut d’abord une
pratique empirique avant de devenir une connaissance de la vie. Par ailleurs, le travail scientifique est souvent conditionné par les instruments d’observation et d’expérimentation : pensons à l’astronomie ou à la biologie, par exemple.
3 - À la condition qu’en considérant ce domaine des pratiques et des techniques, l’esprit
conserve tout de même un esprit scientifique, c’est-à-dire critique. Ce qui signifie à la
fois qu’on opère des choix et que l’on reste prudent en évitant les excès de la crédulité ; écueils que Pline, par exemple, n’a pas toujours évités. C’est là le rôle du travail
expérimental.
128
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising