AMS 700® avec MS Pump® (Pompe MS)

AMS 700® avec MS Pump® (Pompe MS)
Informations et instructions pour
les patients qui envisagent la
pose d’une prothèse pénienne
®
AMS 700 avec
®
MS Pump (Pompe MS)
Français
Liste de contacts :
American Medical Systems, Inc.
U.S. Headquarters
10700 Bren Road West
Minnetonka, MN 55343
U.S.A.
U.S. Toll Free: 800 328 3881
Tel: +1 952 930 6000
Fax: +1 952 930 6157
American Medical Systems Europe B.V.
Haarlerbergweg 23 G
1101 CH Amsterdam Zuid-Oost
The Netherlands
Tel: +31 20 593 8800
Fax: +31 20 593 8830
American Medical Systems Australia Pty.
Unit 31, Building F
16 Mars Road
Lane Cove NSW 2066
Australia
Tel: + 61 2 9425 6800
Fax: + 61 2 9427 6296
American Medical Systems France S.A.S.
19 avenue de Norvège
Les Fjords - Bâtiment Nobel
91953 Courtaboeuf Cedex
France
Tél. : + 33 (0) 1 69 59 97 00
Fax : + 33 (0) 1 69 59 97 29
American Medical Systems Benelux BVBA
Haarlerbergweg 23 G
1101 CH Amsterdam Zuid-Oost
The Netherlands
Tel: +31 20 593 8800
Fax: +31 20 593 8830
American Medical Systems Ibérica S.L.
C/Joaquin Turina 2
Planta primera - Oficina 6
28224 Pozuelo de Alarcón (Madrid)
España
Tel: + 34 91 799 49 70
Fax: + 34 91 715 75 26
American Medical Systems do Brasil
Produtos Urológicos e Ginecológicos Ltda.
Av. Ibirapuera, 2907 Conj. 1212
São Paulo-SP CEP 04029-200
Brasil
Tel: + 55 11 5091 9753
Fax: + 55 11 5053 9709
American Medical Systems Canada Inc.
P.O. Box 461
Guelph, Ontario N1H 6K9
Canada
Tel: +1 519 826 5333
Fax: +1 519 821 1356
American Medical Systems Deutschland GmbH
Voßstr. 20
D-10117 Berlin
Deutschland
Tel.: +49 (0) 30 2064 39 0
Fax: +49 (0) 30 2067 39 99
AMS Sverige AB
Frösundaviks allé 15
169 70 SOLNA
Sverige
Tel: + 46 (0)8 - 624 74 90
Fax: 020 - 160 58 04
Kundtjänst: 020 - 160 58 03
American Medical Systems U.K. Ltd.
Capital Court
Capital Interchange Way
Brentford
TW8 0EX
United Kingdom
Tel: + 44 (0) 20 8996 3100
Fax: + 44 (0) 20 8995 3720
Table des matières
Thème
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
Précautions et mises en garde générales
1.1 Quels sont les risques associés aux prothèses en élastomère de silicone ?
1.2 Ma prothèse devra-t-elle être remplacée ?
1.3 Besoin de dextérité manuelle
1.4 Possibilité de mauvais fonctionnement
1.5 Possibilité de modification de l’aspect du pénis et du scrotum
1.6 Disparition de toute possibilité d’érection naturelle latente
1.7 Sensation différente en cours d’érection
1.8 Moins flaccide quand il est dégonflé
1.9 Risque d’infection
1.10 Attendre l'accord de votre médecin avant de reprendre
les relations sexuelles
1.11 Érosion
1.12 Douleur
1.13 Migration
1.14 Réaction allergique
Quelle est la définition de l’impuissance ?
2.1 Comment une érection survient-elle ?
2.2 L’impuissance est courante
2.3 L’impuissance peut être traitée
Causes de l’impuissance
3.1 Causes psychologiques
3.2 Causes physiologiques
Suis-je impuissant ?
4.1 Auto-évaluation de l’impuissance
À quoi faut-il s’attendre pendant l’examen ?
5.1 Examen clinique
5.2 Les examens que l’on pourra vous demander de passer
Options thérapeutiques pour les causes physiologiques de l’impuissance
6.1 Traitements médicamenteux
6.2 Pompes à vide
6.3 Injections
6.4 Chirurgie vasculaire
6.5 Implants chirurgicaux
Description de la gamme de prothèses péniennes AMS
À quoi faut-il s’attendre pendant et après l’implantation ?
8.1 La technique chirurgicale
8.2 Après la chirurgie
8.3 Problèmes éventuels
Mode d’emploi
9.1 Gonflage
9.2 Dégonflage
En cas de problèmes
Synthèse
Index
Page
1
1
2
3
3
3
3
3
3
4
4
4
4
4
5
5
6
8
8
9
9
10
11
12
14
14
15
16
16
16
17
17
17
19
21
21
23
24
30
30
31
32
34
36
1
Précautions et mises en garde générales
1.1
Quels sont les risques associés aux prothèses en élastomère de silicone ?
La gamme de prothèses péniennes AMS 700® avec MS Pump® (Pompe MS) sont des
dispositifs implantables en élastomère de silicone solide (un type de caoutchouc). Les
prothèses péniennes, ou les élastomères de silicone, ne contiennent pas de gel de
silicone. Les élastomères de silicone sont utilisés dans plusieurs types de dispositifs
biomédicaux depuis plus de 40 ans.
Les élastomères de silicone solides servent aussi de produit de référence lorsqu’un
nouveau matériau est envisagé pour les dispositifs biomédicaux. Le nouveau matériau est
testé afin de vérifier s’il est aussi biocompatible (cause le moins de problèmes possibles
dans les tissus vivants) que les élastomères de silicone.
La littérature scientifique comprend des rapports sur les événements indésirables et
d’autres observations sur les patients portant des dispositifs en silicone implantables.
Ces événements indésirables signalent des réactions de type allergique ou des
symptômes de type auto-immunitaire. (Au cours d’une réaction auto-immune, les
cellules du système immunitaire, celles propres au corps, peuvent attaquer [par erreur]
certains ou plusieurs des tissus de notre propre organisme.) Toutefois, bien que ces
réactions ou symptômes aient été observés chez quelques patients, rien ne semble
prouver qu’ils aient été causés par l’élastomère de silicone.
L’élastomère de silicone peut parfois perdre des particules minuscules de sa surface
après avoir été implanté. Parfois ces particules migrent (se déplacent) vers les
ganglions lymphatiques et dans les autres parties au corps où elles resteront.
(Vos ganglions font partie intégrante du système de défense de votre corps contre
les infections.) La littérature scientifique a cependant indiqué que la migration
de particules n’a aucun effet indésirable sur la santé du patient.1,2
Le fluorosilicone (un liquide à base de silicone) est aussi utilisé comme lubrifiant entre
l’élastomère de silicone et les couches de tissu dans la partie interne du cylindre pour
réduire l’usure. Les liquides à base de silicone sont largement utilisés dans les
dispositifs médicaux comme pour la lubrification des seringues hypodermiques.
1
Barrett DM, O’Sullivan DC, Malizia AA, Reiman HM and Abell-Aleff PC. “Particle Shedding and Migration from Silicone
Genitourinary Prosthetic Devices,” J. Urol.146: 319-322, (1991)
2
Reinberg Y, J. Urol. 750: 694-696, (1993)
-1-
1.2
Ma prothèse devra-t-elle être remplacée ?
Il n’est pas possible de prévoir la durée pendant laquelle une prothèse pénienne
fonctionnera chez un patient en particulier. Comme pour tout dispositif biomédical,
les prothèses péniennes peuvent s’user et moins bien fonctionner avec le temps ; par
conséquent, elles ne doivent pas être considérées comme des implants à vie. D’autres
facteurs peuvent entraîner l’apparition plus rapide d’un mauvais fonctionnement de
la prothèse. Discutez avec votre médecin de tout changement que vous auriez
constaté dans le fonctionnement de votre prothèse.
L’usure du produit ou d'autres problèmes d’ordre mécanique, tels qu’un gonflement
ou un dégonflement non souhaités ou la difficulté à gonfler ou dégonfler, peuvent
nécessiter une intervention chirurgicale supplémentaire pour retirer ou remplacer
le dispositif.
Comme il n’est pas possible de prédire la manière dont la prothèse pénienne
fonctionnera chez un patient particulier, AMS a rassemblé des informations à partir
de trois ensembles de données concernant les retraits et les révisions des dispositifs
pour vous aider à comprendre le fonctionnement du produit au fil du temps.
Le premier ensemble de données provient d’un essai clinique concernant la prothèse
pénienne. Ces données ont démontré que 84 % des patients qui ont reçu l’implant,
n’ont pas eu besoin d’être opérés à nouveau (pour retirer ou remplacer la prothèse)
pendant une période de 5 ans après l'implantation initiale.
Le deuxième ensemble de données provient des formulaires d’informations des
patients (PIF) adressés à AMS par les médecins à la suite des interventions
chirurgicales pour des prothèses péniennes nécessitant des pièces de rechange.
Ces données indiquent qu’environ 89 % des patients qui ont reçu des implants n’ont
pas eu besoin d’être opérés à nouveau (pour retirer ou remplacer la prothèse)
pendant une période de 5 ans suivant l'implantation initiale.
Le troisième ensemble de données provient directement des dossiers des médecins.
Ces dossiers contiennent des informations concernant toute intervention chirurgicale
effectuée par le médecin, quelle qu’en soit la raison, après la pose de l’implant initial.
Ces données indiquent qu’environ 82 % des patients n’ont pas eu besoin d’être opérés
à nouveau (pour retirer ou remplacer la prothèse) pendant une période de 5 ans
suivant l'implantation initiale.
-2-
1.3
Besoin de dextérité manuelle
Les prothèses AMS 700 avec MS Pump (Pompe MS) nécessitent une certaine dextérité
manuelle pour les gonfler et les dégonfler.
1.4
Possibilité de mauvais fonctionnement
La possibilité de fuites, de blocage ou de mauvais fonctionnement du dispositif existe.
1.5
Possibilité de modification de l’aspect du pénis et du scrotum
L’implantation d’une prothèse pénienne pourrait raccourcir le pénis, le courber ou
laisser une cicatrice. Une difformité du scrotum (la pompe produisant une
boursouflure dans le scrotum) pourrait aussi survenir.
1.6
Disparition de toute possibilité d’érection naturelle latente
L’implantation d’une prothèse pénienne risque d’altérer ou de faire disparaître toute
possibilité résiduelle d’érection naturelle.
1.7
Sensation différente en cours d’érection
Votre érection avec la prothèse pourrait être différente de votre érection naturelle.
Les différences peuvent inclure un pénis plus court, moins ferme, moins large et une
sensation diminuée dans le pénis. De plus, comme la prothèse ne s’étend pas jusqu’au
bout de votre pénis (le gland), cette partie de votre pénis pourrait être flasque.
1.8
Moins flaccide quand il est dégonflé
Lorsque votre prothèse est dégonflée, votre pénis pourrait ne pas être aussi mou
(flaccide) qu’il l’était naturellement.
-3-
1.9
Risque d’infection
Contactez immédiatement votre médecin si vous notez la présence de rougeurs,
d’un gonflement et/ou d’une chaleur et de suintements au niveau de l’incision.
Ces symptômes peuvent être les signes d’une infection.
1.10 Attendre l'accord de votre médecin avant de reprendre les
relations sexuelles
Si vous essayez d’avoir des relations sexuelles avant que l’incision ne soit
cicatrisée, vous courez le risque de développer une infection, des douleurs
ou des complications chirurgicales.
1.11 Érosion
Contactez immédiatement votre médecin si vous constatez un amincissement de la
peau ou des tissus qui enveloppent la prothèse. Ceci peut être le signe d’une érosion.
Une érosion non traitée peut s’aggraver et causer des infections et la perte de tissus.
1.12 Douleur
Contactez votre médecin si vous ressentez des douleurs trop importantes ou qui
durent trop longtemps. Ces douleurs peuvent être le signe d’une complication
médicale ou d’un mauvais fonctionnement mécanique du dispositif
1.13 Migration
Contactez votre médecin si la surface de n'importe quelle partie du dispositif devient
visible à travers la peau ou si vous n’arrivez pas à localiser la pompe MS dans le
scrotum. Ces symptômes peuvent indiquer qu’une partie de votre dispositif a pu se
déplacer à l’intérieur de votre corps ou qu’elle est en train de se déplacer vers
l’extérieur de votre corps.
-4-
1.14 Réaction allergique
Si vous avez reçu la prothèse AMS 700 avec MS Pump (Pompe MS) avec InhibiZone®
et que vous avez des symptômes de réaction allergique tels qu’une éruption cutanée,
de l’urticaire ou le souffle court, contactez immédiatement votre médecin. À cause de
ce faible risque de réaction allergique, veillez à informer votre médecin de toutes les
allergies aux antibiotiques que vous pouvez avoir avant votre opération.
2
Quelle est la définition de l’impuissance ?
L’impuissance (ou la dysfonction érectile) est l’incapacité à maintenir une
érection qui soit assez ferme et qui dure assez longtemps pour avoir des
relations sexuelles satisfaisantes.
L’impuissance :
• est frustrante
• a des causes physiologiques et psychologiques
• est courante
L’impuissance :
• n’est pas l’éjaculation précoce
• n’est pas le trouble du désir
• n’est pas le besoin d’une stimulation orale ou manuelle pour obtenir une érection
• n’est pas causée par un surmenage sexuel
• n’est pas causée par la masturbation quand vous étiez jeune
• n’est pas liée à l’infertilité
• n’est pas « normale », quel que soit l’âge
-5-
2.1
Comment une érection survient-elle ?
Plusieurs parties du corps doivent travailler ensemble pour permettre la survenue
d’une érection. Le cerveau envoie des messages qui contrôlent les nerfs, les taux
hormonaux, le débit sanguin et les muscles qui produisent l’érection. S’il y a des
interférences sur un ou plusieurs de ces messages, ou si n’importe quelle partie
du système ne fonctionne pas correctement, l’érection n’aura pas lieu.
Le cerveau contrôle toutes les fonctions
sexuelles, en commençant par l’excitation
sexuelle puis en contrôlant les changements
hormonaux, psychologiques, nerveux et le
débit sanguin, qui aboutiront à l’érection.
Les artères fournissent le sang
supplémentaire qui induira une érection
du pénis. Les veines vident le pénis de
sang à la fin de la relation sexuelle.
Les influx nerveux transmettent les
signaux d’excitation et de sensation
à partir du et vers le pénis.
Les hormones, y compris la testostérone,
contrôlent l’énergie sexuelle de
l’homme. La testostérone est sécrétée
par les testicules.
-6-
Le pénis flasque
La verge du pénis contient les corps
caverneux, deux canaux qui font la longueur
entière du pénis pour pénétrer dans le bassin.
Ces canaux sont richement irrigués par des
vaisseaux sanguins spéciaux qui contiennent
relativement peu de sang lorsque le pénis est
flaccide (mou, au repos, et non augmenté de
volume). Sans la présence de stimulation
sexuelle, le pénis reste flasque.
Le pénis tumescent (en semi-érection)
Lorsque le cerveau est stimulé sexuellement, il
envoie des signaux au système nerveux pour
dilater les vaisseaux sanguins dans les corps
caverneux afin d’augmenter l’apport de sang.
Les corps caverneux absorbent le flux de sang
artériel comme une éponge. À ce stade, le
pénis est enflé, mais pas encore assez rigide
(dur) pour avoir des relations sexuelles.
Le pénis en érection
Au fur et à mesure que les corps caverneux
continuent à absorber le sang, le gonflement
comprime les veines du pénis. La pression
sanguine intracaverneuse augmente pour
rendre le pénis rigide (dur).
-7-
Corps
Caverneux
2.2
L’impuissance est courante
La plupart des hommes ont parfois du mal à avoir une érection. Toutefois, à peu près
un homme sur dix souffre d’impuissance chronique (permanente).
L’impuissance peut avoir des conséquences dévastatrices pour ceux qui en souffrent.
Malheureusement, il peut aussi être très difficile d’en parler. Mais il faut en premier
lieu solliciter l’avis d’un professionnel de santé. Si votre médecin traite les problèmes
liés à l’impuissance régulièrement, vous pouvez être certain que toutes les questions
que vous voudrez lui poser l’ont déjà été par d’autres patients.
2.3
L’impuissance peut être traitée
Plus de la moitié des cas d’impuissance sont la conséquence du diabète, d’artères
bloquées, de troubles hormonaux, ou d’autres causes. Dans les autres cas, la cause
peut être psychologique – le résultat du stress ou de la dépression et dans de
nombreux cas, les causes physiologiques peuvent déclencher des effets
secondaires psychologiques.
Le diagnostic de la cause est la première étape avant de recommander un traitement.
Votre médecin exigera un examen clinique avec antécédents détaillés, et des analyses
de laboratoire afin de déterminer si votre impuissance est d’origine physiologique
ou psychologique.
La bonne nouvelle est qu’il existe des traitements pour vous aider et vous aurez
probablement le choix entre plusieurs options. Les choix varient, allant des conseils
psychologiques sur la sexualité et le couple jusqu’aux traitements médicaux et
chirurgicaux. Votre médecin pourra déterminer l’option thérapeutique la plus
appropriée pour vous. La plupart des problèmes d’impuissance peuvent être
traités d’une manière satisfaisante.
-8-
3
Causes de l’impuissance
3.1
Causes psychologiques
La dépression peut entraîner un manque d’énergie et une baisse de la libido. Ceci
peut avoir pour résultat une incapacité occasionnelle à avoir une érection. Dans ce
cas, vous deviendrez encore plus déprimé. Ceci peut mener à l’impuissance. Il faut
traiter la dépression en premier lieu.
Le stress peut également avoir comme conséquence une incapacité occasionnelle
d’avoir une érection. Le stress peut être provoqué par votre travail, des troubles
d’ordre matrimonial, financier, ou toute autre situation. Comme la dépression, cette
incapacité d’avoir une érection aggrave le stress et peut mener à l’impuissance.
Une anxiété liée à la performance (la crainte d’échouer en essayant d’avoir des
rapports sexuels) peut toucher la plupart des hommes de temps à autre. Si elle
continue à survenir, elle peut mener à l’incapacité d’avoir une érection et, finalement,
à l’impuissance.
La mauvaise information au sujet de la sexualité et au sujet des « performances »
que les hommes devraient ou ne devraient pas pouvoir atteindre à un certain âge
peut mener à l’anxiété et au stress qui peuvent, à leur tour, mener à l’impuissance.
Pour traiter une cause psychologique, votre médecin peut vous recommander
de consulter un psychologue, un psychiatre, un sexothérapeute ou un conseiller
matrimonial. Ce soutien psychologique peut souvent résoudre le problème
psychologique responsable de l’impuissance ou faire partie du traitement
recommandé. Vous et votre partenaire pouvez souhaiter aller en thérapie ensemble.
Même si le problème est physiologique, il peut y avoir des effets secondaires
psychologiques. Par conséquent, la thérapie peut également faire partie du
traitement recommandé pour un problème physiologique.
-9-
3.2
Causes physiologiques
Le diabète peut endommager les nerfs ou les vaisseaux sanguins qui contrôlent le
débit du sang dans le pénis. Dans certains cas, contrôler votre régime alimentaire peut
aider. Mais les dommages permanents aux nerfs et vaisseaux peuvent avoir comme
conséquence une impuissance chronique (permanente).
Les problèmes cardiovasculaires, tels que le durcissement des artères, peuvent
diminuer l’apport de sang vers le pénis. Ceci rend une érection difficile à avoir
et à maintenir. Dans d’autres cas, les veines qui maintiennent le sang dans le pénis
pendant une érection sont endommagées. Si ceci se produit, vous ne pouvez
pas maintenir une érection assez longtemps pour avoir des rapports sexuels.
L’impuissance peut également se produire si les nerfs qui contrôlent cet apport
de sang au pénis sont endommagés par un manque de sang.
Traumatisme (blessures) ou chirurgie sur le petit bassin (le pelvis), y compris la
chirurgie du cancer de la prostate, de la vessie, du rectum et du colon peuvent causer
une impuissance. Dans la chirurgie du cancer, le but le plus important du chirurgien
est d’enlever tout le cancer. Les nerfs et les vaisseaux sanguins qui commandent les
érections peuvent être près du tissu cancéreux. Parfois ceux-ci sont endommagés au
cours de la tentative faite pour enlever le cancer.
Les troubles neurologiques tels que les lésions de la moelle épinière peuvent causer
une impuissance. La moelle épinière est le centre de relais pour les influx nerveux, les
messages du cerveau et le débit sanguin. Lorsque la moelle épinière est
endommagée à certains endroits, les messages ne peuvent pas être transmis aux
nerfs du pénis, causant l’impuissance.
Les traitements médicamenteux peuvent causer une impuissance en interférant sur
les influx nerveux ou le flux sanguin au pénis. Ces traitements médicamenteux
comprennent certaines prescriptions pour l’hypertension, la dépression et un certain
nombre d’autres maladies. Parfois une modification des traitements médicamenteux
ou du dosage diminuera le risque d’impuissance.
PRÉCAUTION : Les traitements médicamenteux ne doivent jamais être modifiés
sans l'accord du médecin.
- 10 -
L’alcoolisme change les taux hormonaux et peut causer des dommages permanents
au niveau des nerfs, entraînant ainsi l’impuissance. Ce type d’impuissance peut être
réversible, selon la gravité des lésions nerveuses.
Les troubles hormonaux sont rarement la cause de l’impuissance, mais certaines
maladies peuvent changer l’équilibre des hormones qui contrôlent les érections.
L’insuffisance rénale et les troubles hépatiques font partie de ces maladies.
4
Suis-je impuissant ?
Si, après avoir lu ces informations, vous vous demandez toujours si vous êtes ou
non impuissant et quelle pourrait en être la cause, les questions suivantes peuvent
indiquer s’il est nécessaire que vous consultiez un urologue, médecin spécialisé dans
le traitement des troubles de l’appareil génito-urinaire. Si vous répondez « oui » à
n’importe laquelle de ces six premières questions, vous devriez consulter un urologue
spécialisé dans le traitement de l’impuissance.
Si votre médecin ne traite pas régulièrement des problèmes d’impuissance, vous
pouvez lui demander de vous envoyer chez un urologue spécialisé dans le diagnostic
et le traitement de l’impuissance.
Quand vous allez voir l’urologue, partagez avec lui vos réponses au questionnaire
d’auto-évaluation suivant. Ces informations seront très importantes pour le médecin
afin qu’il ou elle établisse un diagnostic.
La chose la plus importante à savoir, est que l’impuissance chronique n’est pas un
problème avec lequel vous êtes obligé de vivre ou qui disparaîtra tout seul. Il est
important de prendre rendez-vous avec un médecin dès que le problème devient
évident. Il est important d’éviter les problèmes psychologiques qui pourraient
aggraver cette impuissance. Rappelez-vous que l’impuissance est traitable dans
la plupart des cas.
- 11 -
4.1
Auto-évaluation de l’impuissance**
Performance sexuelle actuelle
1.
Avez-vous récemment eu des difficultés à avoir des érections ?
2.
Ce problème se produit-il au moins trois fois sur quatre quand vous essayez
d’avoir des rapports sexuels ?
Les tendances de la performance sexuelle
3.
Avez-vous des difficultés depuis plus d’un mois à avoir des
érections régulièrement ?
4.
Les érections matinales ou spontanées sont-elles devenues plus rares ?
5.
Vous faut-il beaucoup plus de temps que par le passé pour avoir une érection ?
6.
Est-il devenu plus difficile d’avoir des rapports sexuels dans certaines positions ?
Antécédents médicaux
7.
Vous-a-t-on déjà dit que vous aviez une certaine forme de maladie du
cœur, particulièrement le durcissement des artères, une maladie artérielle
périphérique (MAP), ou de l’hypertension ?
8.
Avez-vous déjà été opéré pour une maladie du cœur ou un autre
problème cardiovasculaire ?
9.
Vous-a-t-on déjà dit que vous aviez un taux de cholestérol élevé ?
10.
Éprouvez-vous parfois des douleurs importantes aux jambes quand
vous marchez ?
11.
Avez-vous une prescription que vous devez prendre régulièrement pour une
autre maladie ?*
12.
Avez-vous un trouble endocrinien connu, notamment un diabète ?
13.
Avez-vous une affection neurologique comme la sclérose en plaques
ou l’épilepsie ?
- 12 -
14.
Avez-vous déjà été opéré dans la région pelvienne, notamment une chirurgie
de la prostate ou du colon ?
15.
Avez-vous déjà eu des blessures de la région pelvienne, du dos, de la mœlle
épinière ou de la tête ?
16.
Avez-vous déjà subi une radiothérapie pour une maladie de la
région pelvienne ?
17.
Avez-vous déjà eu une épisode de priapisme (une érection prolongée
devenant douloureuse) ?
Style de vie
18.
Êtes-vous fumeur ou étiez-vous fumeur pendant une longue période ?
19.
Buvez-vous beaucoup d’alcool ou souffrez-vous d’alcoolisme ?
20.
Avez-vous déjà pris des drogues illicites, notamment la cocaïne ?
21.
Êtes-vous un utilisateur fréquent de médicaments que vous pouvez acheter
à la pharmacie sans la prescription d’un médecin ?
22.
Êtes-vous excessivement obèse ?
Si on détermine que vous êtes impuissant et que votre impuissance est provoquée
par un problème physiologique, votre médecin peut proposer plusieurs possibilités
de traitement. Celles-ci peuvent inclure l’hormonothérapie, les injections, les pompes
à vide, les implants péniens, ou la chirurgie vasculaire.
*PRÉCAUTION : Les traitements médicamenteux ne doivent jamais être modifiés
sans l'accord du médecin.
** Les questions d’auto-évaluation sont réimprimées et éditées avec la permission de Love Again, Live Again de Steven
Morganstern, MD, et Allen Abrahams, PhD.
- 13 -
5
À quoi faut-il s’attendre pendant l’examen ?
5.1
Examen clinique
Votre médecin vous posera plusieurs questions afin de comprendre quand et dans
quelles circonstances vous présentez des signes d’impuissance. Puis votre médecin
procédera à un examen clinique complet. Cet examen doit déterminer si les vaisseaux
sanguins, les nerfs, et les tissus de votre pénis fonctionnent normalement.
Votre médecin pourra tout d’abord rechercher le pouls
dans votre pénis et la région pelvienne environnante.
Ceci indiquera si l’afflux de sang à votre pénis est suffisant.
Votre médecin doit également effectuer un examen
rectal afin de rechercher l’existence éventuelle d’une
inflammation de la prostate (une prostate trop
volumineuse). Les troubles de la prostate peuvent
diminuer le débit sanguin et les sensations dans le pénis.
Une inflammation de la prostate peut également rendre
les rapports sexuels désagréables.
Votre médecin recherchera également l’existence d’anomalies
physiologiques telles que la maladie de Peyronie (une érection
courbée et douloureuse provoquée par les tissus cicatriciels
dans le pénis). Il étudiera également vos antécédents pour
déceler des lésions antérieures ou toute chirurgie dans la
région pelvienne qui aurait pu endommager les nerfs.
- 14 -
5.2
Les examens que l’on pourra vous demander de passer
Pour confirmer votre diagnostic, d’autres tests peuvent détecter des anomalies
hormonales, déterminer des problèmes de débit sanguin, et peuvent aider à éliminer
des troubles psychologiques.
Analyses de sang et analyse d’urine
Ces tests sont utilisés pour mesurer vos taux d’hormones, de cholestérol, et de
triglycérides (pour détecter le durcissement des artères), et évaluer les fonctions
hépatiques et rénale. Pour détecter le diabète, un dosage de votre taux de glucose
sanguin peut également être demandé.
Études du débit sanguin dans le pénis
Des tests supplémentaires peuvent être effectués pour vérifier l’efficacité du débit
sanguin dans le pénis. Un test comprend l’injection d’un médicament qui augmente
le débit sanguin dans le pénis directement, sans stimuler les nerfs du pénis. Si les
vaisseaux sanguins de votre pénis sont sains, cette injection induira une érection.
Surveillance du sommeil
La plupart des hommes éprouvent au moins 3 à 4 érections
chaque nuit quand ils rêvent. Si vous n’avez pas d’érections
nocturnes, il est possible que la fonction des nerfs ou le débit
sanguin dans votre pénis soient insuffisants pour induire
une érection. Votre médecin vous demandera de mesurer
vos érections nocturnes chez vous à l’aide d’un test simple
qu’il/elle vous fournira.
- 15 -
6
Options thérapeutiques pour les causes
physiologiques de l’impuissance
Le traitement recommandé peut être médical ou chirurgical en fonction de votre
diagnostic. Les traitements médicamenteux peuvent comprendre la simple
modification de votre prescription actuelle, l’hormonothérapie, les antidépresseurs,
et les dispositifs et médicaments auto-injectables pour induire une érection. Les
traitements chirurgicaux comprennent la chirurgie vasculaire et les implants. Votre
médecin vous expliquera les options qui pourraient être appropriées à votre cas,
ainsi que les risques et bénéfices de chaque option.
6.1
Traitements médicamenteux
Changer les traitements médicamenteux prescrits ou leurs doses
peut changer les effets secondaires possiblement responsables
de votre impuissance. L’hormonothérapie pourrait être
recommandée si vous présentez une insuffisance hormonale.
Les antidépresseurs pourraient constituer la première ligne de
traitement si vous avez un diagnostic de dépression clinique
grave. Des médicaments qui augmentent le débit sanguin vers
le pénis pour induire une érection sont aussi disponibles.
6.2
Pompes à vide
Ces dispositifs sont placés autour de la partie externe du pénis
ce qui permet d’aspirer le sang dans le pénis par la création
d’un vide. Puis vous ou votre partenaire placerez un anneau
de constriction à la base du pénis (bande élastique) pour
empêcher le sang de ressortir pendant la durée des
relations sexuelles.
- 16 -
6.3
Injections
L’injection de traitements médicamenteux directement dans
le pénis avant les relations sexuelles peut aussi produire une
érection. Si vous et votre médecin choisissez cette option,
on vous apprendra comment pratiquer les injections.
6.4
Chirurgie vasculaire
La chirurgie vasculaire peut être indiquée chez quelques personnes pour améliorer le
débit sanguin dans le pénis. La fuite veineuse peut aussi être réparée d’une manière
chirurgicale. Dans les cas où un blocage artériel réduit l’afflux de sang vers le pénis,
une pontage artériel peut être recommandé.
6.5
Implants chirurgicaux
Les implants ou les prothèses péniennes, peuvent être un choix qui dure plus
longtemps pour un certain nombre d’hommes impuissants, particulièrement pour
ceux qui ont essayé les traitements psychologiques et d’autres traitements médicaux
sans succès. Les implants ont aidé plus de 300 000 personnes à retrouver une vie
sexuelle active. Plusieurs études ont montré que la plupart des patients et leurs
partenaires sont très satisfaits des résultats.
Les implants sont entièrement cachés dans le corps. Ils nécessitent une manipulation
de votre part (ou de la part de votre partenaire) avant les rapports sexuels de manière
à rendre le pénis assez ferme pour les rapports sexuels. La manipulation est aussi
nécessaire plus tard pour ramener le pénis au repos (à l’état flaccide).
Vous pouvez choisir parmi plusieurs types d’implants. Les différences se situent dans la
technique d'utilisation, l'aspect de l’érection, et le nombre de composants implantés.
En choisissant une prothèse pénienne vous devez prendre en compte l’habileté
manuelle nécessaire pour actionner chaque type de dispositif. Le choix d’une
prothèse pénienne dépendra de votre état de santé et, de votre style de vie.
- 17 -
Avant de faire le choix d’une prothèse pénienne, il est nécessaire d’interroger votre
médecin sur les résultats physiologiques, psychologiques, esthétiques et fonctionnels
de la chirurgie d’implantation. Vous devez être sûr d’avoir compris les risques et les
avantages de la chirurgie.
Dans certains cas, vous et votre médecin pourrez décider que la chirurgie
d’implantation n’est pas le bon choix pour vous, si :
• les risques associés à la chirurgie sont trop importants du fait de votre
état de santé ;
• vos antécédents médicaux comprennent une intervention chirurgicale qui rend
l’implantation impossible à réaliser ;
• vous êtes satisfait avec l’une des options thérapeutiques moins invasives
expliquées dans la section 6 ;
• vous choisissez de ne pas recevoir l’implant d’élastomère de silicone ;
• vous voulez préserver la structure physiologique interne de votre pénis au cas
où vous pourriez un jour avoir à nouveau une érection normale.
En plus des discussions avec votre médecin, vous aurez peut-être besoin de discuter
des différentes options avec votre partenaire.
- 18 -
7
Description de la gamme de prothèses péniennes AMS
Les prothèses AMS 700 avec MS Pump (Pompe MS) sont composées de quatre parties
reliées par des tubulures : un réservoir, deux cylindres et une pompe MS.
Le réservoir est implanté dans le bas abdomen, sous les muscles et est rempli d’une
solution saline stérile.
Les deux cylindres sont insérés côte-à-côte dans les corps caverneux du pénis.
La pompe est posée dans le scrotum. La partie inférieure arrondie de la pompe est la
poire de la pompe. La partie supérieure de la pompe, de forme rectangulaire, est le
bloc de dégonflage. Les éléments de la pompe sont détaillés dans l’illustration
suivante. Le fait d’appuyer sur le bouton de dégonflage déclenche le dégonflage des
cylindres. Continuez d’appuyer sur le bouton pendant 4 secondes environ pour
dégonfler les cylindres complètement.
Réservoir
Tubulure
Bouton de
dégonflage
Cylindre
Bloc de
dégonflage
Pompe
- 19 -
Poire de
gonflage
Il existe trois modèles de prothèses péniennes gonflables dans la gamme de produits
AMS 700®. Vous retrouverez ci-dessous leurs caractéristiques. Votre médecin choisira
le modèle qui vous conviendra le mieux en fonction de votre anatomie et de vos
antécédents médicaux.
Prothèse pénienne AMS 700 LGX® avec MS Pump® (Pompe MS)
Les cylindres 700 LGX sont conçus pour s’étirer en longueur et en largeur. Le niveau
d’allongement des cylindres qui se produit effectivement avec son utilisation dépend
de la capacité des tissus de votre pénis à les laisser s’allonger et de votre capacité
à gonfler complètement les cylindres. Ceci signifie que même si les cylindres à
l’intérieur de votre pénis s’allongent quand vous les remplissez de liquide, ils
ne peuvent pas rendre votre pénis plus long qu’il ne l’est à présent.
PRÉCAUTION : L’implantation d’une prothèse pénienne peut rendre le pénis plus
court, courbé ou le rendre cicatriciel.
Prothèse pénienne AMS 700® CX avec MS Pump® (Pompe MS)
Les cylindres s’étendent en largeur uniquement et, comme tous les cylindres AMS,
ils ont été conçus pour se gonfler d’une manière homogène.
Prothèse pénienne AMS 700® CRX avec MS Pump® (Pompe MS)
Les cylindres 700 CXR ont les mêmes caractéristiques que les cylindres 700 CX.
Toutefois, ces cylindres sont plus appropriés pour les patients dont l’anatomie
nécessite des cylindres plus courts et plus étroits.
- 20 -
8
À quoi faut-il s’attendre pendant et après l’intervention ?
L’implantation d’une prothèse pénienne implique une intervention chirurgicale qui
dure habituellement de 30 minutes à 2 heures. La durée de votre séjour à l’hôpital
dépend de votre état physiologique et du type de prothèse choisi. Vous pourrez
reprendre votre travail et vos activités quotidiennes à la discrétion ou selon les
indications de votre médecin (les activités quotidiennes comprennent toute
activité qu’il vous était possible d’exécuter avant votre chirurgie, par exemple,
les exercices, le travail, les baignades).
8.1
La technique chirurgicale
Votre médecin devrait pouvoir vous expliquer en détails ce qui se produira pendant
la chirurgie et le reste de votre séjour à l’hôpital. En général, la procédure commence
par des tests préopératoires, qui peuvent inclure des analyses de sang, une analyse
d’urine, et l’administration d’antibiotiques.
Selon votre état physique et les préférences de votre médecin, vous recevrez une
anesthésie locale (qui engourdit seulement la région concernée par l’opération) ou
une anesthésie générale (qui vous endormira pour la durée de la chirurgie). Si vous
devez recevoir une anesthésie générale, on vous demandera de ne rien manger ou
boire pendant les 12 heures précédant l’opération.
Il existe deux types d’incisions. Votre médecin choisira la plus appropriée pour vous :
• méthode péno-scrotale (entre le pénis et le scrotum)
• méthode infrapubienne (dans le bas abdomen au dessus du pénis)
Méthode péno-scrotale
Si votre médecin opte pour la méthode péno-scrotale, une incision sera effectuée
dans la peau entre le pénis et le scrotum. Votre médecin posera normalement les
cylindres, la pompe MS et le réservoir à travers cette incision. Parfois, le médecin
effectuera une petite incision dans la région du bas abdomen pour poser le réservoir.
- 21 -
Pour implanter les cylindres, votre médecin dilatera d’abord (élargira) les corps
caverneux (les deux canaux à l’intérieur de la verge qui se remplissent de sang
lorsqu’une érection naturelle se produit). Puis votre médecin mesurera cette
région afin de choisir la taille de cylindre la plus appropriée à votre anatomie.
Quand les cylindres auront été mis en place, le médecin créera de la place dans
votre scrotum pour la pose de la pompe. Il mettra la pompe en place de manière
à ce qu’elle soit facile à retrouver.
Ensuite, votre médecin fera de la place dans votre abdomen pour le réservoir et
raccordera toute la tubulure.
Finalement, avant de fermer l’incision, votre médecin gonflera et dégonflera la
prothèse pour s’assurer qu’elle fonctionne correctement.
Méthode infrapubienne
Une incision sera effectuée dans la peau de votre bas abdomen. Votre médecin
implantera les cylindres, la pompe, et le réservoir à travers cette incision. Les mêmes
étapes utilisées dans la méthode péno-scrotale décrite ci-dessus sont employées ici.
Méthodes péno-scrotale et infrapubienne
Après l’opération, votre médecin dégonflera la prothèse et fixera votre pénis à
votre abdomen à l’aide de bande adhésive. Votre médecin pourra insérer une sonde
(ou cathéter : un tube creux) dans votre pénis pour vider la vessie. Le cathéter sera
enlevé avant que vous ne quittiez l’hôpital.
Votre médecin peut également insérer un tube dans votre abdomen pour
drainer l’excès de liquide (du sang) du site de l’incision. Ce drain sera aussi enlevé
normalement dans un délai de 12 à 24 heures suivant la chirurgie (ou dès qu’il
n’y aura plus de suintement).
- 22 -
8.2
Après la chirurgie
Après votre sortie de l’hôpital, vous serez encouragé à éviter de porter les
sous-vêtements trop serrés. Ceci aide à empêcher toute courbure de votre pénis
qui pourrait se produire pendant votre rétablissement. De même, après la miction,
vous devrez fixer votre pénis à l’abdomen à l’aide de bande adhésive dans la
position (rectiligne) dans laquelle il était avant que vous ne le dégagiez.
Beaucoup de médecins recommandent que vous attendiez quatre à six semaines
avant d’avoir des rapports sexuels. Ce temps permet à votre incision de cicatriser.
PRÉCAUTION : Si vous essayez d’avoir des rapports sexuels avant que l’incision
ne soit cicatrisée, vous courez le risque de développer une infection, des douleurs
ou des complications chirurgicales.
Vous aurez probablement un rendez-vous avec votre médecin pendant cette période
pour s’assurer que vous vous rétablissez correctement. Assurez-vous d'aborder ces
questions avec votre médecin et demandez-lui combien de temps il faut attendre
après l’opération avant d’avoir des rapports sexuels.
Vous pouvez éprouver de la douleur au(x) site(s) de l’incision dans les suites
postopératoires immédiates et lors des premières utilisations de votre prothèse.
Dans la plupart des cas la douleur se dissipe au bout de quelques semaines après
l’opération ; toutefois, des cas de douleur chronique (permanente) ont été décrits.
Le temps de rétablissement varie selon les patients. Vous pourrez reprendre votre
travail et vos activités quotidiennes à la discrétion ou selon les instructions de votre
médecin (les activités quotidiennes comprennent toutes les activités que vous aviez
l’habitude de faire avant l’opération, par exemple, les exercices physiques, le travail,
les baignades). Votre médecin vous dira aussi quand vous pourrez utiliser votre
dispositif.
Lorsque votre médecin vous aura permis de commencer à utiliser le dispositif,
suivez les consignes d’utilisation données dans la section 9.
PRÉCAUTION : L’utilisation d’un traitement par injections dans le pénis (c’est-à-dire
l’injection de traitements médicamenteux destinés à traiter l’impuissance) peut
endommager la prothèse pénienne. N’utilisez pas de traitement injectable
après avoir reçu votre implant.
- 23 -
Vous aurez également plusieurs visites postopératoires et des visites de suivi
annuelles ou semestrielles avec votre médecin après la chirurgie. Pendant et après ce
temps de rétablissement, veillez à éviter tout traumatisme de la région pelvienne ou
abdominale. Gardez toujours à l’esprit que vous avez reçu un implant chirurgical
et choisissez vos activités avec soin. On peut citer comme exemples d’un tel
traumatisme la secousse brutale de la ceinture de sécurité dans un accident de
voiture, un coup ou un tacle dans les sports de contact, ou encore glisser et tomber
sur la glace. Le traumatisme peut endommager la prothèse ou les tissus adjacents.
PRÉCAUTION : Évitez tout traumatisme de vos régions pelviennes et abdominales
tels que ceux qui pourraient se produire pendant les sports de contact, ou si vous
glissez sur la glace, etc.
8.3
Problèmes éventuels
La chirurgie d’implantation comprend les mêmes risques que toute autre intervention
chirurgicale, y compris les risques d’infection et ceux liés à l’anesthésie. En plus, la
chirurgie peut ne pas réussir. Par exemple, le dispositif peut ne pas fonctionner
comme prévu. Dans ce cas, vous pourriez avoir besoin d'une nouvelle opération pour
retirer ou remplacer la prothèse. Si la prothèse doit être retirée, la réimplantation
d’une nouvelle prothèse peut être compliquée par la durée écoulée entre les deux
procédures. Discutez de ces éventualités avec votre médecin.
L’infection
Les infections peuvent survenir après n’importe quel type de chirurgie. Votre médecin
fera de son mieux pour minimiser vos risques en vous prescrivant des antibiotiques
avant et après votre intervention chirurgicale et en rinçant abondamment le site
de l’incision avec des antibiotiques au cours de l’opération. Certaines maladies
augmentent le risque d’infection :
• le diabète ;
• les lésions de la moelle épinière ;
• les plaies ouvertes ;
• une infection de la peau existant à proximité du site de l’incision ;
• une infection urinaire existante.
- 24 -
Les informations relatives à l’efficacité du traitement antibiotique, appelé InhibiZone®
(IZ), en matière de prévention des infections proviennent des fiches de suivi des
patients (PIF), qui sont des dossiers transmis à AMS par les médecins à la suite
d’interventions chirurgicales d’implantation de prothèses péniennes ou de
remplacements d'éléments de dispositifs précédemment implantés. Plus de
43 000 interventions ont été enregistrées dans la base de données PIF d’AMS depuis
l’introduction d’IZ, il y a plus de 6 ans. Au cours de cette période, environ 1,2 % des
patients implantés avec une prothèse traitée à l’IZ ont nécessité une deuxième
intervention pour remplacer ou retirer la prothèse en raison d’une infection. Ce taux
est comparé au nombre de patients implantés avec des prothèses qui n’avaient pas
été traitées à l’IZ (non traitées à l’IZ), dont environ 2,5 % ont nécessité une deuxième
intervention en raison d’une infection.
MISE EN GARDE : Contactez immédiatement votre médecin si vous notez la
présence de rougeurs, un gonflement et/ou de la chaleur et des suintements au
niveau de l’incision. Ces symptômes peuvent être les signes d’une infection.
Si vous avez une infection résistant aux antibiotiques, votre médecin pourrait
être obligé de retirer la prothèse. Il ne serait peut-être pas possible d’en implanter
une nouvelle.
En plus, si votre prothèse doit être retirée à cause de l’infection, cette même infection
pourrait laisser des lésions cicatricielles à l’intérieur de votre pénis. Ceci peut rendre
l’implant d’une nouvelle prothèse plus difficile.
Réaction allergique
Les réactions allergiques peuvent survenir si vous avez une allergie aux antibiotiques
utilisés au cours de la procédure d’implantation de la prothèse ou, si vous recevez
l’implant AMS 700 avec MS Pump (Pompe MS) avec InhibiZone®*, aux antibiotiques
imprégnés dans la prothèse pénienne.
*MISE EN GARDE : Contactez immédiatement votre médecin si vous remarquez des
signes de réaction allergique tels qu’une éruption cutanée, de l’urticaire, une
difficulté à respirer.
- 25 -
Érosion
L’érosion se définit par « l’usure » des tissus entourant n’importe quelle partie
du dispositif. Les situations qui peuvent causer une érosion sont, notamment :
• l’infection ;
• une pression sur les tissus provoquant une interruption de l’apport sanguin ;
• une taille incorrecte de l’implant ;
• des lésions tissulaires ;
• une mauvaise mise en place des cylindres, du réservoir, de la pompe MS.
L’érosion impliquant les cylindres concerne le plus souvent :
• le gland (le bout du pénis) ;
• l’urètre (le tube à l’intérieur du pénis qui transporte l’urine vers l’extérieur
du corps) ;
• la peau du pénis.
La pompe peut provoquer une érosion à travers la peau du scrotum.
Le réservoir peut provoquer une érosion vers la vessie ou l’intestin.
Les symptômes de l’érosion dans le scrotum ou le pénis peuvent inclure, après une
période asymptomatique, des douleurs, une rougeur de la peau, une sensibilité
anormale au-dessus de la région impliquée, un changement de texture de la peau, un
suintement, et/ou le fait de voir la prothèse à travers la peau. L’érosion dans la vessie
peut avoir comme conséquence, des douleurs, une sensibilité anormale dans la région
vésicale, une modification de votre capacité à uriner ou un changement de la couleur
de l’urine. Moins de 1,5 % des patients de l’essai clinique ont éprouvé une érosion
d’une partie quelconque du dispositif.
MISE EN GARDE : Contactez immédiatement votre médecin si le site de l’opération
devient douloureux, sensible, si vous remarquez un changement dans la texture de
la peau, un suintement, ou si vous pouvez voir la prothèse à travers la peau. Ces
symptômes peuvent être le signe d’une érosion. Si l’érosion n’est pas traitée, la
situation pourrait s’aggraver et finir par causer une infection et la perte de tissus.
Votre médecin doit examiner toute érosion probable. Parfois, il est possible de réparer
les tissus et juste une partie de la prothèse aura besoin d’être remplacée. Dans
d’autres cas, tout le dispositif devra être retiré.
- 26 -
Traumatisme
Un traumatisme (blessure) dans la région des hanches ou de l’abdomen peut
endommager le dispositif ou les tissus environnants dans votre pénis, scrotum ou
abdomen. Ceci peut provoquer un mauvais fonctionnement du dispositif et pourrait
nécessiter une chirurgie supplémentaire pour le remplacer. Pour limiter les risques
possibles de dommages, vous pouvez :
• éviter les sports de contact au cours desquels vous pourriez être blessé ;
• prendre des précautions supplémentaires si vous marchez sur la glace pour éviter
de glisser et tomber.
Douleur
Il est normal de ressentir une certaine douleur dans votre pénis et scrotum juste après
la chirurgie et quand vous commencez à utiliser le dispositif. À peu près la moitié des
patients dans l’essai clinique de cinq ans ont signalé des douleur à leurs médecins
après l’opération.
MISE EN GARDE : Contactez votre médecin si vous ressentez des douleurs trop
importantes ou qui durent trop longtemps. Ces douleurs peuvent être le signe d’une
complication médicale ou d’un mauvais fonctionnement mécanique du dispositif.
Quelques patients ont ressenti une douleur chronique (permanente) sans
cause médicale connue. Ces cas ne sont pas fréquents mais regrettables quand
ils surviennent. Ces patients ont parfois choisi de faire enlever le dispositif car la
douleur ne se dissipait pas.
Migration
La migration est le déplacement d’un ou des deux cylindres, de la pompe,
ou du réservoir dans la zone du corps où ils ont été initialement placés.
S’il y a migration, elle peut provoquer des douleurs, des complications d’ordre
psychologique/médical, ou un dysfonctionnement du dispositif. La chirurgie
peut être nécessaire pour corriger la migration.
Les causes de la migration comprennent :
• une mauvaise mesure de la taille des cylindres ;
• un positionnement incorrect de la pompe MS ou du réservoir ;
• une longueur inadaptée de la tubulure.
- 27 -
La migration d’éléments du dispositif n’a eu lieu que chez 1 % des patients de
l’essai clinique.
MISE EN GARDE : Contactez votre médecin si n’importe quelle partie du dispositif
devient visible à travers la peau ou si vous n’arrivez pas à localiser la pompe MS
dans le scrotum.
Problèmes mécaniques
L’usure du produit (l’utilisation du dispositif sur une certaine période de temps)
ou d’autres problèmes mécaniques peuvent se produire avec le temps. La chirurgie
peut être indispensable pour corriger le problème.
Ces problèmes peuvent inclure le gonflement ou le dégonflement involontaire du
dispositif (c’est-à-dire sans aucune manipulation de votre part) ainsi que la difficulté
ou l’impossibilité de gonfler ou dégonfler le dispositif.
Si de tels problèmes se produisent, veuillez consulter le mode d’emploi pour vous
assurer que vous utilisez le dispositif correctement. Si vous avez toujours le même
problème, contactez votre médecin.
Dans l’essai clinique de 5 ans, environ 10 % des patients ont décrit des problèmes
mécaniques. Le dispositif AMS 700 avec MS Pump (Pompe MS) comprend une
nouvelle valve de verrouillage et un revêtement de parylène afin de réduire les
problèmes mécaniques.
Œdème
L’œdème se définit comme le gonflement des tissus entourant n’importe quelle partie
du dispositif. Il est normal qu’un certain gonflement ait lieu au cours de la période de
convalescence postopératoire. Environ un tiers des patients de l’essai clinique a
signalé un œdème.
Ecchymoses ou décoloration du pénis
Il est normal d’avoir des ecchymoses après une opération chirurgicale. Environ 10 %
des patients de l’essai clinique ont signalé l’existence d’ecchymoses à leur médecin.
Chez ces patients, les ecchymoses ont normalement disparu en environ 13 jours.
Rougeur évidente du pénis ou du scrotum
Il est normal d’avoir une certaine rougeur de la peau autour de l’implant. Cependant,
une rougeur extrême doit être signalée à votre médecin. Dans l’essai clinique, moins
de 5 % des patients ont signalé une rougeur évidente à leur médecin. La rougeur a
disparu en 43 jours, en moyenne.
- 28 -
Autres
Les autres problèmes survenus chez moins de 4 % des patients de l’essai clinique ont
été : des difficultés de miction, des articulations douloureuses, une sensation
pénienne estompée, un hématome, des troubles de l’éjaculation, une courbure du
pénis, des problèmes au site de l’incision chirurgicale, un engourdissement, des
fourmillements, une douleur dans le conduit à intérieur du pénis par lequel passe
l’urine, et une douleur ou une sensation de brûlure lors de la miction.
Les autres effets secondaires suivants sont survenus chez 1 % ou moins des patients
de l’essai de 5 ans : impossibilité d’uriner, faiblesse physique, pièces du dispositif
« adhérant » aux tissus du pénis ou du scrotum, fièvre, étourdissements,
positionnement incorrect du dispositif, dépression (sentiment de tristesse ou de
désespoir), cellulite (gonflement et infection des tissus bien au-delà de la surface de
la peau), fibrose (formation de tissu fibreux autour du dispositif), hématurie (présence
de sang dans l’urine), nécrose (la mort des cellules, des tissus ou de la peau), fonction
sexuelle anormale, pollakiurie ou besoin d’uriner fréquemment, infection de la vessie
(ou du conduit par lequel passe l’urine), modifications d’aspect de l’extrémité du pénis,
épaississement de la peau, fuites de selles (coliques), arthrose (gonflement des muscles
ou des tendons autour des articulations), bouche sèche, troubles de la mémoire,
calvitie, diabète, troubles oculaires, maux de tête, vertiges, douleurs pelviennes ou
dorsales, problèmes rénaux, urgence urinaire (le besoin urgent d’uriner), réactions à
la lumière du soleil (photosensibilité) et douleurs épigastriques (brûlures d’estomac).
Veuillez demander à votre médecin de vous expliquer tout problème que vous ne
comprenez pas.
REMARQUE : Tous les taux de complication indiqués dans cette section sont basés
sur une version préalable de la prothèse pénienne gonflable. En se basant sur les
similarités entre le dispositif AMS 700 avec MS Pump (Pompe MS) et la version
plus ancienne, on s’attend à ce que les taux de complications soient comparables.
- 29 -
9
Mode d’emploi
9.1
Gonflage
Lorsque vous comprimez puis relâchez la poire de la pompe, le fluide se déplace du
réservoir, à travers la pompe, vers les cylindres. Lorsque les cylindres se remplissent
de fluide, l'érection du pénis se produit.
1.
Localisez la pompe dans votre scrotum.
2.
Saisissez la tubulure au-dessus du bloc de
dégonflage d’une main pour tenir la pompe
en place.
3.
Avec votre autre main, trouvez la poire de la
pompe arrondie.
4.
La première fois, comprimez la poire de la pompe
rapidement et fermement, puis relâchez pour activer la pompe. Les autres
manipulations de la poire de la pompe peuvent être effectuées plus lentement.
L’action de relâcher la poire de la pompe lui permet de se remplir à nouveau de
fluide. Continuez à comprimer et à relâcher jusqu’à ce que les cylindres se
remplissent de fluide et deviennent rigides. Une érection peut ne nécessiter
que 10 ou exiger jusqu’à 25 manipulations de la poire de la pompe.
REMARQUE : Ne pas comprimer le bouton de dégonflage
et la poire de la pompe simultanément.
- 30 -
9.2
Dégonflage
Lorsque vous appuyez sur le bouton de dégonflage pendant environ quatre secondes,
le fluide commence à quitter les cylindres et à retourner au réservoir. Après quatre
secondes, relâchez le bouton de dégonflage et les cylindres retourneront à leur
position dégonflée. Le pénis devient mou.
1.
Localisez la pompe dans votre scrotum.
2.
Saisissez la tubulure au-dessus du bloc de
dégonflage d’une main pour tenir la pompe en
place.
3.
Avec votre autre main, trouvez le bouton de
dégonflage saillant sur le bloc de dégonflage.
4.
Pour pouvoir bien comprimer le bouton de
dégonflage, vous devez placer votre pouce et votre
index sur les côtés opposés du bloc de dégonflage.
5.
Appuyez sur le bouton de dégonflage de la pompe
pendant quatre secondes et puis relâchez. Les
cylindres continueront à se dégonfler et le pénis
deviendra mou (flasque).
REMARQUE : Ne pas comprimer le bouton de
dégonflage et la poire de la pompe simultanément.
6.
Une fois les cylindres dégonflés, vous pourrez comprimer
votre pénis avec la main pour le rendre plus flasque.
- 31 -
10
En cas de problèmes
Signes et symptômes pouvant apparaître après la chirurgie
Symptôme
Impossibilité de gonfler.
Problème
Ce qu’il faut faire*
Bouton de dégonflage comprimé
simultanément à la poire de la pompe.
1. Saisissez la tubulure au-dessus du bloc de dégonflage
d’une main pour maintenir la pompe en place.
2. Ne pas appuyer sur le bouton de dégonflage
et comprimer la poire de la pompe
simultanément.
3. Gonflez normalement.
La poire de la pompe ne se remplit plus
et est creuse ou aplatie.
1. Appuyez sur le bouton de dégonflage. La poire de
la pompe doit se remplir.
2. La première fois, comprimez la poire de la pompe
rapidement et fermement, puis relâchez.
3. Ne pas appuyer sur le bouton de dégonflage
et comprimer la poire de la pompe
simultanément.
4. Continuez à comprimer et relâcher la pompe
normalement pour gonfler les cylindres.
La première compression de la poire de
la pompe n’était pas assez ferme ou
assez longue pour activer la poire de la
pompe.
1. Comprimez fermement le bouton de dégonflage.
2. La première fois, comprimez la poire de la pompe
rapidement et fermement, puis relâchez.
3. Ne pas appuyer sur le bouton de dégonflage
et comprimer la poire de la pompe
simultanément.
4. Continuez à comprimer et relâcher la pompe
normalement pour gonfler les cylindres.
Bouton de
dégonflage
Bloc de
dégonflage
Poire de la
pompe
REMARQUE : Ne pas appuyer
sur le bouton de dégonflage et
comprimer la poire de la pompe
simultanément.
Impossibilité de dégonfler.
Problème mécanique possible.
Difficulté à localiser le bouton
de gonflage.
Les cylindres restent gonflés après avoir
comprimé puis relâché le bouton de
dégonflage.
Le bouton de dégonflage et la poire
de la pompe ont été comprimés
simultanément.
Contactez votre médecin.
1. Saisissez la tubulure au-dessus du bloc de dégonflage
d’une main pour maintenir la pompe en place.
2. Avec votre autre main, trouvez le bouton de
dégonflage saillant sur le bloc de dégonflage.
Comprimez plus longtemps le bouton de
dégonflage (au moins 5 secondes).
1. Comprimez les côtés du bloc de dégonflage
pendant environ 4 secondes, puis relâchez.
Compression des côtés
du bloc de dégonflage
2. Appuyez ensuite sur le bouton de dégonflage
pendant au moins 5 secondes, puis relâchez.
3. Les cylindres devraient se dégonfler normalement.
Problème mécanique possible.
- 32 -
Contactez votre médecin.
En cas de problèmes (suite)
Signes et symptômes pouvant apparaître après la chirurgie
Symptôme
Problème
Ce qu’il faut faire*
Douleur. Suintement au niveau
de l’incision. Rougeur, gonflement.
Infection.
Contactez votre médecin.
La surface du cylindre devient
apparente à travers la peau.
Érosion des cylindres
(associée à une infection).
Contactez votre médecin.
Douleur abdominale.
Érosion de la pompe
(associée à une infection).
Contactez votre médecin.
Douleur.
Douleur postopératoire liée à la
chirurgie.
Contactez votre médecin.
Douleur au cours des rapports
sexuels.
Contactez votre médecin.
Les cylindres restent partiellement
gonflés après avoir enfoncé puis
relâché le bouton de dégonflage.
Comprimez le bouton de dégonflage pendant
une plus longue période de temps.
Fluide restant dans les cylindres.
Pressez plus longtemps sur le bouton de
dégonflage.
Le fluide s’est déplacé vers les
cylindres.
Suivez les instructions pour le dégonflage,
page 30.
Problème mécanique possible.
Contactez votre médecin.
Les cylindres n’ont pas été gonflés
complètement.
Suivez les instructions pour le gonflage,
page 29.
Le bouton de dégonflage a été
comprimé involontairement.
Suivez les instructions pour le gonflage,
page 29.
Problème mécanique possible.
Contactez votre médecin.
Courbure ou bosse sur le pénis.
Problème mécanique possible.
Contactez votre médecin.
Impossibilité de localiser la pompe.
La pompe s’est déplacée.
Contactez votre médecin.
Une partie quelconque de votre
dispositif est visible à travers la peau.
Problème mécanique possible.
Contactez votre médecin.
Douleur, rupture (ouverture) cutanée,
fuite de fluides corporels, ecchymoses.
Traumatisme.
Contactez votre médecin.
Éruption cutanée ou urticaire.
Réaction allergique possible.
Contactez votre médecin.
Difficultés respiratoires.
Réaction allergique possible.
Contactez votre médecin.
Flaccidité insuffisante.
Gonflage involontaire.
Dégonflage involontaire ou perte
de la rigidité.
*Pour de plus amples renseignements au sujet du fonctionnement du dispositif, appelez votre interlocuteur patient AMS au 1-800-328-3881,
poste 6261, ou visitez notre site Web au www.AmericanMedicalSystems.com.
- 33 -
11
Synthèse
Cette synthèse n’entend pas remplacer les instructions complètes qui se trouvent
dans ce manuel. Il faut lire le manuel en entier avant de faire fonctionner votre
dispositif.
Votre prothèse pénienne gonflable nécessite une certaine dextérité manuelle pour
être gonflée et dégonflée.
La possibilité de fuites, de bloquage ou de mauvais fonctionnement du dispositif
existe. Discutez de tout changement que vous remarquerez dans le fonctionnement
de votre prothèse avec votre médecin.
Contactez immédiatement votre médecin si vous remarquez :
•
des rougeurs ;
•
un gonflement ;
•
de la chaleur dans la région de l’incision ou des suintements provenant
de l’incision (symptômes d’érosion) ;
•
si vous ressentez une douleur importante ou prolongée ;
•
si n’importe quelle partie du dispositif est visible à travers votre peau ; ou
•
• si vous n’arrivez pas à retrouver la pompe MS dans votre scrotum.
- 34 -
- 35 -
12
Index
Sujet
Numéro de section
Dextérité
[Section 1.3]
Érosion
[Sections 1.11, 8.3]
Impuissance
[Sections 2.2 - 4.1]
Infection
[Sections 1.9, 8.3]
Relations sexuelles
[Sections 1.10, 8.2]
Mauvais fonctionnement
[Section 1.4]
Migration
[Sections 1.13, 8.3]
Brûlures d’estomac
[Sections 1.12, 8.2, 8.3]
Modification de l’aspect du pénis
[Section 1.5]
Innocuité des élastomères de silicone
[Section 1.1]
- 36 -
- 37 -
0 0 8 6
American Medical Systems, Inc.
U.S. Headquarters
10700 Bren Road West
Minnetonka, MN 55343
U.S.A.
U.S. Toll Free: 800 328 3881
Tel: +1 952 930 6000
Fax: +1 952 930 6157
www.AmericanMedicalSystems.com
American Medical Systems Europe B.V.
Haarlerbergweg 23 G
1101 CH Amsterdam Zuid-Oost
The Netherlands
© 2012 American Medical Systems, Inc.
Tous droits réservés. Imprimé aux États-Unis.
1004118 (P/N)
09-230006-02 (A/W Rev E) fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising