(jfo) - ORBi - Université de Liège

(jfo) - ORBi - Université de Liège
Université Catholique de Louvain
Faculté des Sciences économiques, sociales et politiques
Unité d’anthropologie et de sociologie
Le traitement clinique du chômage
Jean-François ORIANNE
Thèse présentée et soutenue publiquement
en vue de l’obtention du titre de docteur en sociologie
Directeur de thèse :
M. Christian Maroy
Professeur à l’Université Catholique de Louvain
Jury :
M. Georges Liénard
M. Didier Vrancken
M. Jean De Munck
M. Robert Salais
M. Didier Demazière
Professeur à l’Université Catholique de Louvain (lecteur)
Professeur à l’Université de Liège (lecteur)
Professeur à l’Université Catholique de Louvain
Administrateur de l’INSEE
Directeur du Laboratoire Printemps
Louvain-la-Neuve
- Novembre 2005 -
1
2
Remerciements
Mes premiers remerciements vont à mon épouse et à mes enfants qui m’ont encouragé et
supporté dans cette aventure.
Cette thèse n’aurait pu être réalisée sans l’encadrement « proactif » de Christian Maroy,
l’attention bienveillante de mes lecteurs, Georges Liénard et Didier Vrancken, et la complicité
de Thibauld Moulaert et de Bernard Conter.
Elle n’aurait probablement pu aboutir sans les encouragements de Jean De Munck, Didier
Demazière, François Eymard-Duvernay, Florence Lefresne, Philippe Pochet, Mike Saks,
Robert Salais, Stéphane Thys, Adinda Vaneerswynghels, Marie Verhoeven et Pascale Vielle.
Que toutes et tous trouvent ici l’expression d’une sincère gratitude.
Je tiens également à remercier les travailleurs du FOREM, de Carrefour Formation, du
Trusquin et du Phare, pour leur confiance et leur implication dans le travail de terrain. Merci
également à Christine Mainguet et Béatrice Van Haeperen de l’IWEPS pour leur soutien
inconditionnel.
J’ai passé de bons moments au GIRSEF en compagnie de Stefania Casalfiore, Branka
Cattonar, Bernard Conter, Nicolas Dauphin, Jean-Yves Donnay, Hugues Draelants, Xavier
Dumay, Vincent Dupriez, Mariane Frenay, Silvia Giraldo, Caroline Letor, Eric Mangez,
Christian Maroy, Thibauld Moulaert, Cécile Paul, Audrey Van Ouytsel, Vincent
Vandenberghe, Marie Verhoeven, Fabio Waltenberg et Marie-Denise Zachary. Je tiens à leur
exprimer toute mon amitié.
A l’occasion de colloques à Paris, Lincoln ou Varsovie, j’ai eu la chance de rencontrer
Yolande Benarrosh, Jean-Michel Bonvin, Florent Champy, Sophie Divay, Nicolas Farvaque
et Gilles Raveaud. La qualité de leurs travaux, leurs conseils précieux, leur écoute attentive
m’ont profondément touché. J’espère ne pas trop les décevoir.
Merci enfin à mes parents qui ont relu le manuscrit.
3
4
Sommaire
Introduction générale............................................................................9
Première partie. - L’activation des politiques d’emploi .....................21
Introduction à la notion d’activation................................................................ 22
Chapitre 1. Les théories normatives de l’activation ........................................ 27
Introduction ...................................................................................................................... 27
Section 1. Le modèle de la third way ............................................................................... 31
Introduction .................................................................................................................. 31
§ 1.1. Les cinq dilemmes.............................................................................................. 32
§ 1.2. Le modèle de la troisième voie .......................................................................... 34
Section 2. Le modèle des marchés transitionnels du travail ............................................ 36
Introduction .................................................................................................................. 36
§ 2.1. Trois dilemmes ................................................................................................... 37
§ 2.2. Les marchés transitionnels : mode d’emploi...................................................... 40
Section 3. Théories normatives et régimes d’Etat providence ......................................... 43
Section 4. Théories normatives et nouvel esprit du capitalisme ...................................... 46
Synthèse ........................................................................................................................... 50
Chapitre 2. Les cadres institutionnels des politiques d’emploi ....................... 51
Introduction ...................................................................................................................... 51
Section 1. Les politiques européennes de l’emploi .......................................................... 59
§ 1.1. Aux origines… ................................................................................................... 60
§ 1.2. Croissance, compétitivité et emploi ................................................................... 60
§ 1.3. Stratégie européenne pour l’emploi et méthode ouverte de coordination.......... 61
§ 1.4. Une « nouvelle » SEE ?...................................................................................... 63
§ 1.5. Traitement statistique du chômage et politique de concurrence ........................ 65
Section 2. Les politiques fédérales de l’emploi................................................................ 67
§ 2.1. Une architecture en quatre piliers....................................................................... 67
§ 2.2. Des Plans d’actions nationaux aux recommandations du Conseil européen...... 70
§ 2.3. Le renforcement des mesures de contrôle des chômeurs : le « nouvel » accord de
coopération ................................................................................................................... 71
Section 3. Les politiques régionales wallonnes de l’emploi ............................................ 72
§ 3.1. La création du Parcours d’insertion en Région wallonne .................................. 72
§ 3.2. Le dispositif intégré d'insertion socioprofessionnelle ........................................ 76
Chapitre 3. Activation et processus de civilisation : les politiques de
l’autocontrainte ................................................................................................ 78
Introduction ...................................................................................................................... 78
Section 1. Une théorie de la civilisation........................................................................... 79
Section 2. Modernité réflexive et individualisation ......................................................... 82
Section 3. Les politiques de l’autocontrainte ................................................................... 86
5
Deuxième partie. - Cadres théorique et méthodologique ...................91
Chapitre 4. Processus de mise en œuvre et transversalité ............................... 92
Introduction ...................................................................................................................... 92
Section 1. L’horizontalité des arrangements pragmatiques ............................................. 94
Introduction .................................................................................................................. 94
§ 1.1. L’Economie des conventions ............................................................................. 95
§ 1.2. Les intermédiaires des politiques publiques..................................................... 104
§ 1.3. Les intermédiaires « privés » du marché du travail ......................................... 111
§ 1.4. La professionnalisation des intermédiaires ...................................................... 118
Synthèse ..................................................................................................................... 124
Section 2. La verticalité de la socialisation professionnelle........................................... 127
Introduction ................................................................................................................ 127
§ 2.1. Les objets théoriques de la sociologie des professions : fonction, forme et
pouvoir ....................................................................................................................... 128
§ 2.2. Cadrage théorique pour l’analyse d’une profession consultante...................... 148
Synthèse ..................................................................................................................... 157
Chapitre 5. Descente dans le Maelström ....................................................... 159
Introduction .................................................................................................................... 159
Section 1. La phase exploratoire .................................................................................... 163
§ 1.1. Le « devis » initial : contrat de recherche et financement................................ 163
§ 1.2. L’exploration théorique.................................................................................... 164
§ 1.3. Entretiens exploratoires et échantillonnage...................................................... 165
Section 2. Le travail de terrain ....................................................................................... 173
§ 2.1. L’observation directe du travail d’insertion ..................................................... 173
§ 2.2. Les entretiens.................................................................................................... 179
§ 2.3. La collecte de documents ................................................................................. 185
Section 3. L’analyse ....................................................................................................... 186
Synthèse ......................................................................................................................... 190
Troisième partie. - Les professionnels de l’employabilité................193
Chapitre 6. Le conseiller en accompagnement professionnel de FOREM
Conseil ........................................................................................................... 195
Introduction .................................................................................................................... 195
Section 1. Contextualisation des activités de travail ...................................................... 195
§ 1.1. Le contexte organisationnel : l’administration passe à l’action ....................... 195
§ 1.2. Le contexte spatial du travail des CAP ............................................................ 200
Section 2. Licence et mandat.......................................................................................... 203
Section 3. La construction des identités professionnelles .............................................. 207
§ 3.1. Les procédés narratifs de construction de l’identité professionnelle des CAP :
« orientation client et travail social » ......................................................................... 207
§ 3.2. Les procédés symboliques de construction de l’identité professionnelle des
CAP : « généralistes et spécialistes » ......................................................................... 209
§ 3.3. Les « ritournelles » comme procédés de territorialisation de l’identité
professionnelle des CAP ............................................................................................ 212
Section 4. Les publics..................................................................................................... 216
6
§ 4.1. La catégorisation institutionnelle des publics .................................................. 217
§ 4.2. La catégorisation pratique des publics ............................................................. 219
Section 5. Les modes opératoires de l’accompagnement indiviualisé ........................... 221
§ 5.1. L’accueil........................................................................................................... 224
§ 5.2. Le pré-repérage ................................................................................................ 229
§ 5.3. L’analyse approfondie de la demande.............................................................. 231
§ 5.4. Le repérage des compétences et des leviers d’action ....................................... 233
§ 5.5. L’analyse des motivations professionnelles..................................................... 235
§ 5.6. La (co)-construction de projet(s)...................................................................... 237
§ 5.7. La mise en œuvre de stratégies d’approche du marché.................................... 238
§ 5.8. Suivi et clôture ................................................................................................. 240
Section 6. Les savoirs professionnels............................................................................. 243
§ 6.1. La gestion des compétences ............................................................................. 243
§ 6.2. Les compétences en action : la résolution de tensions techniques,
organisationnelles et morales ..................................................................................... 247
Synthèse ......................................................................................................................... 250
Chapitre 7. Le conseiller en formation de Carrefour Formation ................... 255
Section 1. Contextualisation des activités de travail ...................................................... 255
§ 1.1. Le contexte organisationnel : une organisation au carrefour de cinq opérateurs
de formation ............................................................................................................... 255
§ 1.2. La spatialisation du travail d’insertion ............................................................. 258
Section 2. Licence et mandat.......................................................................................... 264
Section 3. La construction des identités professionnelles .............................................. 268
§ 3.1. Les procédés narratifs....................................................................................... 268
§ 3.2. Les procédés symboliques................................................................................ 270
§ 3.3. Animateur pédagogique ou conseiller en formation ? ..................................... 272
§ 3.4. Les ritournelles du conseiller en formation...................................................... 274
§ 3.5. La schize identitaire ......................................................................................... 279
§ 3.6. La déterritorialisation des identités professionnelles ....................................... 281
Section 4. Les publics..................................................................................................... 284
Section 5. Les modes opératoires................................................................................... 288
Introduction ................................................................................................................ 288
§ 5.1. Recadrer la demande : l’orientation en question.............................................. 294
§ 5.2. La demande cachée .......................................................................................... 300
§ 5.3. La demande contrainte ..................................................................................... 303
§ 5.4. La demande parasitée par un tiers .................................................................... 306
§ 5.5. Le cas Dostoïevski : l’impossible individualisation du double........................ 308
§ 5.6. La demande incomplète ................................................................................... 311
§ 5.7. Carrefour Formation : un service à votre service …........................................ 314
Section 6. Les savoirs professionnels............................................................................. 316
Synthèse ......................................................................................................................... 326
Chapitre 8. Le travailleur social en Entreprise de Formation par le Travail . 329
Introduction .................................................................................................................... 329
Section 1. Contextualisation des activités de travail ...................................................... 331
§ 1.1. Le TRUSQUIN ................................................................................................ 331
§ 1.2. Le PHARE........................................................................................................ 332
Section 2. Licence et mandat.......................................................................................... 333
§ 2.1. Première licence : l’Arrêté de 1995.................................................................. 333
7
§ 2.2. Deuxième licence : le Décret de 2004.............................................................. 335
§ 2.3. La construction organisationnelle du mandat................................................... 340
Section 3. La construction des identités professionnelles .............................................. 342
§ 3.1. Identité « sectorielle » : un métier paradoxal ................................................... 342
§ 3.2. Identité « organisationnelle » ........................................................................... 352
Section 4. Modes opératoires et construction des publics.............................................. 357
§ 4.1. Entrée en formation.......................................................................................... 359
§ 4.2. Phase d’accueil ou d’observation : stabiliser les chutes................................... 366
§ 4.3. Phase d’orientation et pratique accompagnée : les rapports d’intéressement .. 369
§ 4.4. Phase d’autonomie et auto-évaluation.............................................................. 373
§ 4.5. Stage en entreprise et cours de recherche d’emploi : travailler l’employabilité
.................................................................................................................................... 377
Section 5. Savoirs professionnels et division sociale du travail..................................... 384
§ 5.1. Le directeur d’une EFT : visionnaire ou gestionnaire ? ................................... 385
§ 5.2. Les « polyvalent(e)s de service » ..................................................................... 386
§ 5.3. Les formateurs : hommes de métier reconvertis .............................................. 387
Synthèse ......................................................................................................................... 389
Chapitre 9. Le traitement clinique du chômage............................................. 393
Section 1. La professionnalisation des intermédiaires « publics » du marché du travail393
Section 2. La construction professionnelle des troubles de l’employabilité : une nécessité
fonctionnelle................................................................................................................... 397
Section 3. L’autonomie de l’usager : une quête d’autonomie professionnelle .............. 401
Section 4. Troubles de l’employabilité et segments professionnels : une quête de
monopolisation ............................................................................................................... 402
Conclusion générale .........................................................................405
Bibliographie ....................................................................................411
Liste des acronymes et abréviations .................................................429
Resumé .............................................................................................431
8
Introduction générale
La présente analyse prend pour objet une politique publique : la politique du Parcours
d’insertion. Le Parcours d’insertion est une politique européenne de l’emploi menée, dans les
différents Etats membres de l’Union depuis le milieu des années 1990, au nom d’une
meilleure intégration et coordination des multiples actions destinées aux personnes en
recherche d’emploi (Maroy et Van Haeperen, 2005). Le Parcours d’insertion est défini
comme un dispositif global d’accompagnement des demandeurs d’emploi vers l’emploi : cette
politique « active » d’emploi vise explicitement le développement de l’employabilité des
chômeurs, entendons par là leur capacité d’insertion socioprofessionnelle, leurs « chances »
d’accéder à un emploi durable et de qualité. En Belgique, cette politique européenne se traduit
dans le cadre d’accords (successifs) de coopération entre l’Etat fédéral et les Régions, relatifs
à l’accompagnement et au suivi actifs des chômeurs. En Région wallonne, la mise en œuvre
du Parcours d’insertion date de 1997 et, depuis 2004, cette politique s’inscrit dans un cadre
légal : le Décret du Gouvernement wallon du 01/04/2004 relatif au dispositif intégré
d’insertion socioprofessionnelle.
Nous procéderons à l’analyse de cette politique publique sous l’angle, bien particulier, du
travail quotidien des agents chargés de mettre en œuvre cette politique, d’en traduire les
énoncés en action sur autrui. En clair, nous proposons d’analyser cette politique d’insertion ou
d’activation à travers les yeux, le langage, les outils, le point de vue de celui qui insère ou qui
active : ni le point de vue du décideur, ni celui du bénéficiaire ne focaliseront notre attention,
mais bien celui de cet agent « intermédiaire », cet entremetteur qui agit la politique.
Pour mener à bien ce projet, nous mobiliserons et articulerons deux cadres théoriques : 1) une
approche conventionnaliste ou pragmatique, appliquée à l’analyse des intermédiaires des
politiques publiques et du marché du travail ; 2) la sociologie des professions et, plus
particulièrement, la synthèse théorique élaborée par Freidson. Le premier cadre théorique
nous permettra d’analyser les activités de traduction des agents intermédiaires (le « travail
spécifique » des agents : activer les chômeurs). Quant au second, il nous permettra
d’interroger la professionnalisation des intermédiaires (la construction du groupe
professionnel, des identités, des outils, bref ce « travail professionnel » qui tend à faire
évoluer le métier d’intermédiaire ou d’agent d’insertion en « profession établie »).
Mais avant de commencer, nous souhaiterions brièvement situer notre démarche, bien
spécifique, au sein d’une littérature, vaste et complexe, consacrée à l’analyse des politiques
publiques, afin de préciser l’intérêt de notre approche, son enjeu et ses limites.
9
L’analyse des politiques publiques
Comme le montrent Muller et Surel (1998), l’analyse des politiques publiques s’est
principalement développée en rupture d’un modèle « canonique » d’analyse de l’Etat, initié
par les « pères fondateurs » de la sociologie. A une approche « étatique » de tradition
allemande (Marx, Weber), qui considère la société comme un produit de l’Etat, - comme le
résultat non prémédité de cette fameuse « loi du monopole », dont nous parle Elias -, se
substitue une approche « pluraliste », de filiation anglo-saxonne, qui considère, à l’inverse,
l’Etat comme le résultat de processus sociaux irréductibles. « L’Etat est aujourd’hui perçu
pour l’essentiel à travers son action » (Muller et Surel, 1998 : 9).
Si l’analyse de l’action publique a contribué à sociologiser l’analyse de l’Etat, il convient de
rappeler que ce sont les économistes, directement concernés par la croissance des
interventions publiques et l’explosion corrélative des budgets publics, qui commencent à
s’intéresser à l’action de l’Etat, dans les années 1950-1960 aux Etats-Unis (Laswell, Simon,
Lindblom, Easton). L’école du Public Choice s’efforcera de montrer, en appliquant les
théories du jeu et du choix rationnel, que les bureaucraties et les mécanismes de
représentation sont responsables du gonflement des budgets publics, - prônant ainsi un retour
à un Etat minimal. L’analyse de l’action publique apparaît comme une critique de l’étatocentrisme des approches antérieures, comme le souligne Thoenig : « la puissance publique
n’a pas le monopole du politique et du travail en matière d’affaires publiques, de leur
traitement et de leur gestion » (Thoenig, 1998 : 298).
En France, l’analyse stratégique de l’action publique contribue directement à la remise en
question du modèle de l’Etat providence (la « crise » d’un modèle) : « rompant avec une
vision essentiellement hiérarchique de l’action publique qui méconnaît souvent les réalités de
terrain, l’analyse montre que les difficultés de coordination de l’action au niveau central
s’accompagnent généralement d’une faible pénétration des objectifs centraux au niveau
local » (Duran, 1990 : 235). Duran soutient ainsi l’idée selon laquelle l’analyse des politiques
publiques est une pensée de la « crise » (de l’Etat et de ses représentations).
Les apports de l’individualisme méthodologique de Raymond Boudon, permettant de dépasser
les limites théoriques des modèles successifs du choix rationnel de l’école du Public Choice,
sont ainsi utilisés pour identifier et expliquer « les processus de mobilisation et d’agrégation
autour d’enjeux et de préférences » (Thoenig, 1998 : 307). Mais l’analyse stratégique de
l’action publique s’affilie également aux interactionnistes de Chicago, à la sociologie
constructiviste de Berger et Luckmann, ainsi qu’à la sociologie des organisations et de
l’action organisée (Croizier, Friedberg, Reynaud, Sainseaulieu).
Dans cette perspective, Mény et Thoenig (1989) définissent la politique publique comme le
« produit de l’activité d’une autorité investie de puissance publique et de légitimité
gouvernementale » (Mény et Thoenig, 1989 : 129). Les auteurs précisent que cette
« production » se présente « comme un programme d’action gouvernementale dans un secteur
de la société ou dans un espace géographique » (op. cit. : 130-131). Les caractéristiques
suivantes lui sont généralement attribuées : un contenu, une programmation, une orientation
normative, un facteur de coercition, un « ressort » social (des publics). Cette définition insiste
sur les dimensions pragmatiques qu’il faut impérativement prendre en compte dans l’analyse
d’une politique publique. La politique se présente invariablement comme une « abstraction »
(op. cit. : 135), une « machine abstraite », dont il convient de reconstituer la genèse (analyse
de l’amont) et de suivre la mise en œuvre (analyse de l’aval). Cette perspective analytique se
fonde explicitement sur une distinction entre « politique publique » et « action publique ».
10
Depuis quelques années, de nouvelles approches ou théories de l’action publique apparaissent.
Elles tentent, précisément, de dépasser le dilemme du déterminisme (approche étatique) et du
volontarisme (approche pluraliste). Elles se déploient principalement : 1) dans une analyse de
l’« amont » des politiques, à travers le prisme des institutions (au sens large) ou des matrices
cognitives ; 2) dans une analyse de l’« aval » des politiques, à savoir leur mise en œuvre à
travers le prisme des organisations (au sens large) ou des conventions et dispositifs
intermédiaires.
C’est bien sur ce deuxième « versant » de l’analyse des politiques publiques que se déploie
notre analyse.
L’« amont » d’une politique publique : institutions et matrices cognitives
Initié par James March et Johan Olsen au milieu des années 1980, le néo-institutionnalisme se
présente comme une tentative de « relativiser la dépendance du système politique par rapport
à la société au profit d’une interdépendance entre des institutions sociales et politiques
relativement autonomes » (March et Olsen, 1984 : 738, cité par Muller et Surel, 1998 : 41).
Ce projet théorique se fonde sur deux postulats largement explicités : les institutions
constituent un facteur d’ordre (ou l’institutionnalisation comme processus de mise en ordre) et
la politique est un processus d’interprétation du monde (Muler et Surel, 1998 : 53). Dans un
article, désormais célèbre, Hall et Taylor (1997) identifient, au sein de ce vaste programme de
recherche, trois principaux courants ou trois néo-institutionnalismes : 1) le néoinstitutionnalisme historique qui souligne, par exemple, les phénomènes de « dépendance au
1
sentier » (path dependence) ; 2) le néo-institutionnalisme du choix rationnel qui reste attaché
à l’héritage de l’école du Public Choice ; 3) le néo-institutionnalisme sociologique de Powell
2
et DiMaggio (1991) qui s’écarte explicitement du postulat rationaliste de la sociologie des
organisations. Les théoriciens de ce troisième courant néo-institutionnaliste définissent les
institutions « de façon beaucoup plus globale que les chercheurs en science politique, de
façon à inclure non seulement les règles, procédures ou normes formelles, mais les systèmes
de symboles, les schémas cognitifs et les modèles moraux qui fournissent les ‘cadres de
signification’ guidant l’action humaine » (Hall et Taylor, 1997 : 482). Comme le soulignent
ces auteurs, cette approche brise la dichotomie conceptuelle qui oppose les institutions et la
culture, et va jusqu’à redéfinir la culture comme synonyme d’institution : le néoinstitutionnalisme sociologique reflèterait, à cet égard, un « tournant cognitiviste » au sein
même de la sociologie (op. cit., p483). Dans cette perspective théorique, l’analyse d’une
réforme institutionnelle s’envisage moins sous l’angle d’une « prétendue » recherche
d’efficacité que sous l’angle de la légitimité (du renforcement de la légitimité de certains
arrangements institutionnels).
Parallèlement à ce courant, d’autres travaux et questionnements, relevant plus spécifiquement
d’une approche cognitive des politiques publiques, apparaissent, et se développent autour de
trois concepts ou notions clés : le paradigme (Hall, 1993), l’advocacy coalition (Sabatier et
3
Jenkins-Smith, 1993 ; Sabatier et Schlager, 2000), le référentiel (Jobert, 1992). L’approche
1 La notion de dépendance au sentier (path dependence) recouvre des processus de sédimentation progressive des cadres
normatifs et institutionnels des échanges sociaux et de l’action publique, - sédimentation qui est susceptible de déterminer des
mécanismes de résistance ou de traduction (Surel, 1998 : 175). En clair, tout sentier emprunté tend à se cristalliser et à
devenir de plus en plus contraignant au fur et à mesure de son développement (Muller et Surel, 1998 : 133) : la sédimentation
progressive des politiques publiques apparaît comme un obstacle à toute forme de changement d’envergure. La théorie de la
dépendance au sentier s’appuie sur le modèle de l’incrémentalisme, ou du changement politique « à petits pas » (Duran,
1990 : 254). Ce concept est fréquemment mobilisé pour rendre compte de la stabilité des Etats providence : lire à ce propos
l’article de Bruno Palier et Giuliano Bonoli (1999), Phénomènes de path dependence et réformes des systèmes de protection
sociale.
2 Powell W. et DiMaggio P. (1991), The new Instituionnalism in organizational analysis, Chicago University Press.
3 Sabatier P. et Jenkins-Smith (1993), Policy Change and Learning. An Advocacy Coalition Approach, Boulder, Westview
Press.
11
cognitive se présente donc comme un courant de l’analyse des politiques publiques qui met
l’accent sur les idées, les valeurs et les représentations : le poids des éléments normatifs et
cognitifs. Le point de départ de l’analyse cognitive est sans doute l’idée toute simple selon
laquelle l’objet des politiques publiques n’est pas simplement de « résoudre des problèmes »
4
mais de construire des cadres d’interprétation du monde : le problem solving doit s’ajuster à
d’autres impératifs, comme la « conscience » des problèmes et des demandes, ou
l’accountabiltiy. Cette approche cognitive, à mi-chemin entre le fonctionnalisme et le
5
constructivisme , « s’efforce de saisir les politiques publiques comme des matrices cognitives
et normatives constituant des systèmes d’interprétation du réel, au sein desquels les différents
acteurs publics et privés pourront inscrire leur action. » (Muller et Surel, 1998 : 47). Dans
cette perspective, la politique publique s’envisage comme « un cadre normatif d’action ; elle
combine des éléments de puissance publique et des éléments d’expertise ; elle tend à
constituer un ordre local » (op. cit., p16). Le cadre normatif d’action assure la cohérence
entre produits et ressources (financières, réglementaires, matérielles) qui constituent la
substance visible de la politique.
Selon Radaelli (2000), l’intérêt actuel pour la dimension cognitive des politiques publiques est
6
davantage une redécouverte qu’une véritable nouveauté . Selon Sabatier et Schlager, cet
7
engouement nouveau aurait moins d’importance aux Etats-Unis qu’en Europe . En France
particulièrement, l’approche cognitive des politiques publiques semble est être en vogue
depuis quelques années, et se développe principalement autour des concepts de référentiel
d’action publique (Jobert) et de matrice cognitive et normative (Muller et Surel).
4 Les travaux de Jones (1970) illustrent cette perspective analytique qui traite et conçoit la politique publique comme un
processus de résolution de problème : 1) la mise sur agenda, 2) la production des solutions, 3) la décision, 4) la mise en
œuvre, 5) l’évaluation, 6) la terminaison. L’intérêt de cette approche n’est pas négligeable : d’une part, construire un objet
ayant une logique propre identifiable ; d’autre part, rompre avec des représentations qui orientent l’analyse de la politique à la
seule activité d’une élite dirigeante. Mais ce dépassement de l’approche séquentielle de l’analyse des politiques publiques
présente des limites évidentes : 1) une vision linéaire qui sous-estime le caractère chaotique de la prise de décision et de sa
mise en œuvre ; 2) la posture même du « problem solving » qui s’interdit d’analyser la « fabrication des problèmes »
(importance des processus d’apprentissage et de fabrication de sens).
5 D’un côté, les référentiels (ou matrices) assurent une fonction sociale d’intégration dans une communauté donnée
(alimenter une conscience collective) : production identitaire et processus de prise de parole et de prise de pouvoir. D’un
autre côté, bien que cette approche marginalise l’intérêt des acteurs, les référentiels (ou matrices) apparaissent comme des
« construits » ou produits d’échange entre des individus, des groupes et l’Etat ; néanmoins, comme le souligne Muller, « si
les matrices cognitives sont bien produites par l’interaction d’individus-acteurs, elles tendent à s’autonomiser par rapport à
leur processus de construction et s’imposer aux acteurs comme modèles dominants d’interprétation du monde » (Muller,
2000 : 194).
6 Radaelli nous rappelle ainsi les travaux « pionniers » de Lindblom relatifs à l’incrémentalisme, de Simon relatifs à la
rationalité limitée, d’Axelrod sur les cartes cognitives des élites politiques ou de Deutsch sur la politique comme
apprentissage.
7 « Les idées d’apprentissage jouent généralement un rôle mineur dans la perspective du choix rationnel institutionnel qui
domine la science politique aux Etats-Unis et les études comparatives de l’action étatique » (Sabatier et Schlager, 2000 :
210). Comme le rappellent ces auteurs, l’analyse des politiques publiques aux Etats-Unis a été dominée par les théories
systémiques, entre 1930 et 1960, « selon lesquelles les acteurs sociaux formulaient des demandes auprès des institutions
gouvernementales qui devaient alors les interpréter » (Sabatier et Schlager, 2000 : 209) ; ces auteurs soulignent l’influence
des travaux de Easton, de Lerner et Lassewell, de Sharkanski. Les auteurs mentionnent néanmoins : 1) des approches à
contenu cognitif relativement faible, où l’accent est plutôt mis sur des variables systémiques et où les êtres humains sont
absents ou considérés comme des boîtes noires (Sabatier et Schlager, 2000 : 214) ; 2) des « minimalistes » cognitifs « qui
souhaitent examiner toutes les explications alternatives raisonnables avant de conclure que les idées ont joué un rôle
important dans le changement du noyau dur de l’action publique » (Sabatier et Schlager, 2000 : 218) ; 3) des
« maximalistes » cognitifs mettant en avant les « cadres de l’action publique », les « récits » de politiques publiques, la
« culture » politique, et les « référentiels ».
12
Pour Jobert (1992), la conduite des politiques publiques s’exerce à travers un système de
représentations : « toute action sociale implique donc une opération de définition de la réalité
8
sociale » (Jobert, 1992 : 220) . L’auteur insiste sur le fait que les processus de définition
sociale de la réalité dépendent de deux caractéristiques, relativement stables, propres à tout
système politique : « Ils doivent s’insérer dans les représentations qui assurent l’intégration
sociale. En effet, la pertinence d’une définition sociale dépend de sa capacité à s’insérer dans
les modèles de référence qui prétendent rendre la société intelligible et qui sont à la base de
ces processus de légitimation. Ils doivent, en outre, être compatibles avec les modes de
médiation sociale qui caractérisent une société donnée. C’est à ce processus de modélisation
de la réalité sociale que nous visions avec la notion de référentiel des politiques publiques. »
(Jobert, 1992 : 220).
Les référentiels des politiques publiques comprennent trois dimensions : une dimension
cognitive (des éléments d’interprétation causale des problèmes à résoudre), une dimension
normative (des valeurs), une dimension instrumentale (des principes d’action). L’auteur
9
explicite le lien entre le concept de référentiel et celui de paradigme (Khun, 1983) : « A un
premier niveau, (…), le référentiel constitue un ensemble de croyances, de valeurs et de
techniques qui structurent la scène des politiques publiques. Au second niveau, le référentiel
apparaît comme un ensemble de recettes éprouvées qui sont censées permettre de répondre
aux problèmes jusqu’ici irrésolus. » (Jobert, 1992 : 221). Comme le précise Jobert, cette
analogie semble surtout utile pour expliquer la continuité plus que le changement : la
construction d’un nouveau référentiel ne se fait jamais tabula rasa, mais résulte de processus
d’apprentissage intellectuel. Muller (2000) pointe également cette limite : « alors qu’un
paradigme se verra invalidé, in fine, à travers l’épreuve de la vérification expérimentale, il
n’en est évidemment pas de même pour ce qui concerne l’invalidation d’un référentiel qui
reposera sur une transformation des croyances des acteurs concernés » (Muller, 2000 : 194).
Cependant, l’usage que fait Hall (1993) du concept de paradigme tend à rapprocher ces deux
notions : c’est d’ailleurs explicitement sur base de son analyse désormais célèbre, de la crise
du paradigme kénésien et de l’institutionnalisation progressive d’un paradigme monétariste,
que Muller et Surel identifient les cinq phases clés qui caractérisent le passage d’un référentiel
à un autre : 1) l’accumulation des anomalies ; 2) l’expérimentation ; 3) la fragmentation de
l’autorité ; 4) la contestation ; 5) l’institutionnalisation du nouveau paradigme (Muller et
Surel, 1998 : 138). Surel (1998) insiste également sur la coexistence de différents référentiels
au sein d’une même communauté, ainsi que sur les déclinaisons différentes d’un même
référentiel. Pour comprendre la différence de déclinaison d’un même paradigme ou
référentiel, il faut tenir compte des paradigmes antérieurs et des configurations
institutionnelles spécifiques : « un paradigme dominant ne « détruit » pas les matrices
antérieures légitimes, mais constitue plutôt le point de référence par rapport auquel ces
structures plus anciennes doivent s’adapter » (Surel, 1998 : 176).
Selon Muller et Surel (1998), le concept de « matrice cognitive et normative » intègre les
notions de paradigmes (Hall), de systèmes de croyances (Sabatier) et de référentiels (Jobert,
Muller). Muller et Surel (1998) identifient quatre composantes au sein des ces « matrices » :
8 Notons que l’intérêt porté, dans l’analyse, à la sélection d’un schéma d’interprétation n’est pas sans rappeler les travaux
d’Amartya Sen. Rappelons que pour mener une action collective, les institutions sociales agissent, selon Sen, en fonction de
« bases informationnelles de jugement en justice » : un ensemble de règles qui permettent de sélectionner certains types
d’information au détriment d’autres (Sen, 2000 : 111). « La base d’information sur laquelle se fonde un jugement identifie les
informations dont dépend directement ce jugement et, de façon non moins importante, affirme que le caractère vrai ou faux
de tout autre type d’information ne peut pas directement influer sur la justesse du jugement. La base d’information requise
pour juger la justice délimite ainsi l’ensemble des faits auquel s’appliqueraient directement les considérations en matière de
justice. » (Sen, 1993 : 215).
9 Khun T. (1983), Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion. Rappelons que Kuhn identifie quatre éléments
constitutifs d’un paradigme : des principes métaphysiques généraux, des lois et des hypothèses, la méthodologie, les
instruments et outils.
13
1) principes généraux ou métaphysiques (croyances ontologiques et normatives
fondamentales chez Sabatier, le paradigme keynésien chez Hall), 2) principes spécifiques qui
déclinent de manière variable les principes généraux (énoncés hypothético-déductifs qui
permettent d’opérationnaliser les valeurs), 3) considérations pratiques (modèles d’actions, de
pratiques et de comportements) , 4) spécifications instrumentales. Chaque matrice apparaît
alors comme un système d’interprétation, une « vision du monde ».
La politique européenne constitue un objet empirique de choix pour une analyse cognitive des
politiques publiques : comme le souligne Surel (2000), l’Europe se caractérise comme le lieu
de production des nouvelles matrices locales ou des nouveaux référentiels sectoriels. Muller et
Surel (1998) s’intéressent ainsi à la gouvernance européenne en tant que processus de
coordination d’acteurs, de groupes sociaux, d’institutions pour atteindre des buts propres
discutés et définis collectivement dans des environnements fragmentés, incertains (Le Gallès,
1998, cité par Muller et Surel, 1998 : 95-96) : « la gouvernance apparaît bien comme un
mode de gouvernement (…) dans lequel la mise en cohérence de l’action publique (…) ne
passe plus par l’action d’une élite politico-administrative relativement homogène et
centralisée (…) mais par la mise en place de formes de coordination multi-niveaux et multiacteurs dont le résultat, toujours incertain, dépend de la capacité des acteurs publics et privés
à définir un espace de sens commun, à mobiliser des expertises d’origines diverses et à mettre
en place des formes de responsabilisation et de légitimation des décisions (…). » (Muller et
Surel, op.cit., pp96-97). La gouvernance européenne est-elle entièrement fondée sur une
politique des idées ? C’est ce que tend à nous montrer Gilles Raveaud, qui envisage l’« ordre
communautaire » comme « un ordre cognitif qui restreint l’espace des possibles, parce qu’il
comprime l’espace des pensables » (Raveaud, 2004a : 5). Ces politiques de concurrence
10
(Dumez, Jeunemaître, 1995 ; Raveaud, 2004a), fixent, au niveau transnational, les cadres
intellectuels et normatifs qui déterminent les grandes orientations des politiques publiques
11
nationales .
Malgré l’engouement actuel pour l’approche cognitive des politiques publiques, quelques
questions théoriques et méthodologiques demeurent en suspens. On peut d’abord s’interroger,
comme le fait Simoulin (2000), sur le caractère opératoire des concepts (référentiel, matrice
cognitive, paradigme): cette approche permet-elle réellement d’identifier l’émergence, la
formation, l’institutionnalisation d’un référentiel ou simplement d’identifier rétrospectivement
des effets de modèles qui appartiennent déjà un peu au passé ? Notons que cet auteur souligne
également la dimension « performative » du concept de référentiel, qui semble reposer sur
deux présupposés largement implicites (vérité et réussite) : « le référentiel s’impose car il dit
la (ou une) vérité, et son triomphe même est la preuve qu’il dit la vérité, d’autant qu’il
façonne la réalité à son image en la disant. » (Simoulin, 2000 : 335).
Les critiques (et salutations) adressées par Sabatier et Schlager à « Muller et ses collègues »
(Sabatier et Schlager, 2000 : 224) retiendront également notre attention : « En premier lieu,
les discussions théoriques sont quasiment silencieuses sur le rôle des arrangements
institutionnels, des conditions socio-économiques, de la culture politique, etc. dans le
10 Dumez H. et Jeunemaître A. (1995), « La convergence des politiques de concurrence en Europe », in Mény Y., Muller P.
et Quermonne J.-L. (dir.), Politiques publiques en Europe, Paris, L’Harmattan, pp241-255.
11 Notons que Fouilleux (2000) s’intéresse également au rôle d’encadrement de la production des idées par les instruments
de politique publique, en se centrant sur le cas de la Commission européenne : l’auteur souligne les enjeux politiques de la
production des idées ; dans cette perspective, l’OCDE apparaît également comme un laboratoire international d’idées
(Fouilleux, 2000 : 297). Radaelli procède, quant à lui, à l’analyse de récits de politiques publiques, qui prennent généralement
la forme d’histoires causales (importance de l’ordre temporel des événements, tension dramatique) : l’exemple du récit de la
politique européenne en matière de taxation directe renvoie directement à ce processus d’institutionnalisation des idées, dont
parle DiMaggio.
14
développement et le contenu des référentiels. (…) En second lieu, il est nécessaire que le
modèle tout entier soit davantage intégré et produise quelques hypothèses falsifiables (…).
Enfin, il est nécessaire de développer un travail empirique systématique sur la question de
savoir quels sont les acteurs qui croient en un référentiel (…) et comment ils coordonnent
leurs activités pour le transposer dans l’action publique » (op. cit., p224). Afin que les idées
ne prennent essentiellement la forme d’un « air du temps en suspension » (Sabatier et
Schlager, 2000 : 229), ces auteurs soutiennent l’intérêt de prendre en compte, dans l’analyse,
les facteurs cognitifs et non cognitifs : l’advocacy coalition framework (ACF) constituerait,
selon ses défenseurs, ce juste équilibre analytique. C’est en ce sens également que Surel prône
pour un meilleur usage de l’approche cognitive : « une articulation plus systématique des
variables lourdes proposées par Hugh Heclo et Peter A. Hall dans le cadre du modèle des
« trois I » (intérêts, institutions, idées) » (Surel, 2000 : 241).
Enfin, une dernière critique, qui semble s’adresser tant à l’approche cognitive qu’au courant
néo-institutionnaliste, mérite d’être soulignée : comme le montre Bezes (2000), ces approches
auraient tendance à faire « largement disparaître les acteurs des processus de circulation des
normes véhiculées par les réformes administratives » (Bezes, 2000 : 311). C’est précisément
ce qui nous encourage à explorer l’autre versant de l’analyse des politiques publiques, à nous
centrer sur l’action des agents chargés de mettre en œuvre la politique du Parcours d’insertion.
En « aval » : processus de mise en œuvre et dispositifs intermédiaires
L’analyse de l’« aval » des politiques publiques constitue, historiquement, un des trois
12
principaux courants de la science politique (Knoepfel, Larrue et Varone, 2001) : il ne s’agit
plus ici d’expliquer le rôle de l’Etat dans la société, ni de comprendre le fonctionnement de
l’action publique, mais d’apprécier, d’évaluer les « effets » que produisent les politiques
publiques. On distingue généralement les évaluations prospectives qui s’intéressent à la
praticabilité et aux effets potentiels d’une politique publique (évaluation ex ante), des
évaluations rétrospectives qui s’intéressent à l’implémentation de la politique publique et à
ses effets réels (évaluation ex post). Notons qu’entre les évaluations ex ante et ex post, on
identifie également des évaluations concomitantes (program monitoring) et des métaévaluations.
C’est en ce sens que Nioche et Poinsard (1984) plaident pour une démarche évaluative en
continu, insistant sur le caractère pluraliste de l’évaluation, et sur la nécessité d’un débat
pluraliste sur l’évaluation. Dans la préface de l’ouvrage, Delors souligne le caractère
nécessairement pluraliste de l’évaluation, dans le sens où elle ne constitue pas un monopole
d’une seule catégorie d’acteurs de la vie publique. Pour qu’elle contribue au débat social, elle
se doit d’être pluraliste et ses résultats doivent être accessibles au plus grand nombre :
importance de la concertation entre tous les acteurs qui conçoivent, élaborent et appliquent les
politiques publiques. La démocratie est ainsi envisagée comme un instrument d’évaluation et
un facteur d’efficacité des politiques publiques. Duran et Monnier (1992) défendent
également une approche pluraliste de l’évaluation, entre une conception gestionnaire fondée
sur la logique d’expertise et une conception démocratique qui trahit les ambitions politiques
de l’évaluation. Ces auteurs proposent d’envisager et de pratiquer l’évaluation comme un
processus d’apprentissage collectif, qui constituerait un compromis entre nécessités
techniques et exigences politiques. Cet apprentissage collectif met en relation trois types
d’acteurs déterminants : les décideurs, les opérateurs et les publics ciblés (instance pluraliste
d’évaluation).
12 Knoepfel P., Larrue C., Varone F. (2001), Analyse et pilotage des politiques publiques, Helbing & Lichtenhahn,
Genève/Bâle/Munich. Ces auteurs retiennent en effet trois grands courants dans l’analyse des politiques publiques : 1)
l’analyse des politiques publiques centrées sur les théories de l’Etat ; 2) l’explication du fonctionnement de l’action
publique ; 3) l’évaluation des effets de l’action publique.
15
Mais l’analyse de l’aval des politiques publiques ne se limite pas à l’évaluation des « effets » :
elle s’ouvre rapidement à l’analyse des processus de mise en œuvre des politiques publiques
(Duran, 1990). Deux principaux courants peuvent être identifiés dans ce vaste programme de
recherche : 1) une analyse de l’action publique organisée, enrichie par les apports néoinstitutionnalistes ; 2) une analyse pragmatique de l’action publique, enrichie par les apports
de la sociologie cognitive.
Les travaux de Christian Maroy, menés conjointement dans deux champs d’action publique,
celui de l’éducation et celui de la formation professionnelle, s’inscrivent incontestablement
dans cette première approche de l’analyse des mises en œuvre des politiques publiques : ils
articulent fort habilement l’héritage de la sociologie des organisations et de l’action publique
organisée avec les apports récents des travaux néo-institutionnalistes, à travers le concept de
champ organisationnel (Powell et di Maggio, 1991 : 64-65). Dans un article récent, Maroy et
Van Haeperen (2005) posent les bases d’une analyse néo-institutionnaliste de la mise en
œuvre du Parcours d’insertion en Région wallonne, en interrogeant les principaux résultats
empiriques de l’évaluation du P.I., réalisée en 2000 par l’IWEPS (Lohest et Van Haeperen,
2001), à la lumière des phénomènes d’institutionnalisation des champs organisationnels (Scott
et Meyer, 1994 ; Scott, 1995). La structuration du champ de l’insertion en Région wallonne
est alors envisagée à travers les phénomènes d’isomorphisme institutionnel ou processus
d’homogénéisation : l’isomorphisme coercitif, les processus mimétiques et les pressions
normatives.
Notons d’emblée que pour analyser le même objet (la mise en œuvre du Parcours d’insertion
en Région wallonne) nous n’emprunterons pas la même voie. C’est davantage une analyse
« pragmatique » du processus de mise en œuvre que nous développerons ici.
En effet, parallèlement à cette approche ambitieuse et féconde qui relève incontestablement
d’un haut niveau d’abstraction, l’analyse des processus de mise en œuvre des politiques
publiques se pratique également sur les bases de la sociologie pragmatique de Garfinkel
(1967) et des apports théoriques de la sociologie des sciences (Callon, 1986 ; Latour, 1995).
L’analyse pragmatique de l’action publique envisage l’Etat comme une « une boîte noire »
qu’il convient d’ouvrir, une « machine » (Guattari, 1992 ; Becker, 2002) dont il faut
impérativement démonter les rouages un par un, comme « quelque chose de très concret » :
cet Etat au concret qui n’existe jamais en soi mais bien toujours sous l’angle de rapports avec
d’autres acteurs (Padioleau, 1982), cet Etat en action (Jobert et Muller, 1987), cet Etat au
guichet (Weller, 1999). Weller nous invite précisément à démonter les différentes
composantes d’une machine administrative, dont l’ensemble de la production s’oriente vers la
construction de dossiers : des territoires, des configurations d’individus (usagers, agents), des
configurations matérielles et techniques (PC, imprimantes, photocopieuses, classeurs
d’imprimés, …), des énoncés ou des styles d’énoncés.
L’ouvrage de Weller témoigne manifestement d’une rupture épistémologique décisive au sein
de l’analyse de l’« aval » des politiques publiques : l’ambition de l’auteur est « d’explorer le
guichet, cet espace de médiations liant une organisation bureaucratique et un public, des
innovations managériales et des valeurs morales, des pratiques professionnelles, des
préoccupations gestionnaires et des principes de justice » (Weller, 1999 : 11), tout en
s’écartant d’une sociologie des organisations, trop bien rôdée, qui repose sur des définitions a
priori des propriétés de l’action publique et néglige, ou masque, l’action des personnes à
propos de laquelle ces auteurs développent leurs analyses. « C’est pourquoi cet ouvrage
repose sur une tout autre démarche : le refus des essences. (…) Ainsi, cet ouvrage propose
d’apprécier l’évolution de l’appareil administratif d’Etat à travers l’étude du travail
bureaucratique tel qu’il se fait, au moment où il se fait et du point de vue de ceux qui le font. »
16
(op. cit. : 14). A la manière d’un ethnographe qui avance dans la forêt tropicale, l’auteur
pénètre pas à pas l’univers administratif, et nous livre, de manière séquentielle, l’organisation
du travail administratif en situation (décrire, s’accorder, agencer, troubler). Cette pragmatique
de l’action publique, qui passe par l’observation fine des activités de travail en situation,
oblige le chercheur à opérer au moins deux déplacements : tout d’abord, renouer avec toutes
sortes de questions relatives à l’organisation des interactions, ensuite, rompre définitivement
13
avec le modèle « téléologique » des pratiques de Crozier et Friedberg , selon lequel la valeur
explicative de l’action repose sur l’intérêt des acteurs. L’analyse fine des activités de travail
conduit à mettre l’accent sur d’autres aspects, comme les procédés interprétatifs des agents,
les configurations matérielles et organisationnelles, les dispositifs de coordination ou les
conceptions de justice. Weller nous rappelle que la faiblesse d’une analyse centrée sur l’action
publique ne tient pas tant au renversement qu’elle propose qu’aux réponses qu’elle peut
apporter. Comme le souligne Muller (2000), l’analyse stratégique, fondée sur l’individualisme
méthodologique, s’interdit de rendre compte de la complexité des relations entre l’acteur et le
système : « le global ne se réduit pas à des stratégies d’acteurs (...) il y a quelque chose de
plus qui transcende en quelque sorte les stratégies des acteurs (…) » (Muller, 2000 : 192193).
Cette analyse pragmatique de l’« aval » des politiques publiques s’affilie pleinement à la
sociologie cognitive de Cicourel. Rappelons que Cicourel définit les services publics comme
des espaces, des territoires de résolution de problèmes « conçus pour satisfaire les attentes de
leur clientèle et remplir leurs objectifs organisationnels. Les agents qui y travaillent
interagissent de manière directe ou indirecte avec d’autres agents, avec des clients, des
patients ou des consommateurs et utilisent des machines pour recueillir, rassembler ou
analyser de l’information. » (A. Cicourel in Joseph et Jeannot, 1995, p19). Ces interactions
sociales et conflictuelles sont déterminées d’une part, par les procédures cognitives de
traitement de problèmes, et d’autres part, par l’activité de cognition socialement distribuée et
inscrite dans une organisation hiérarchique et dans une écologie particulière. A travers une
étude ethnographique de consultations pédiatriques, l’auteur se livre à l’analyse des méthodes,
procédures de raisonnement humain où la cognition sociale est envisagée comme interaction
de cadres individuels de référence socialement contraints : « Les établissements hospitaliers
mettent en lumière ces interactions, dans un système cognitif socialement distribué, entre
14
modes de raisonnement, artefacts et individus, ces individus ayant des connaissances
d’arrière-plan différentes et des niveaux d’expertise différents. » (Cicourel in Joseph et
Jeannot, 1995, p24).
Dans cette approche pragmatique, la mise en œuvre d’une politique publique s’envisage
comme une activité de traduction, au sens de Callon (1986) : un travail concret, opéré par des
agents de « première ligne » ou agents intermédiaires, qui consiste à traduire en action des
règles, des énoncés, des « machines abstraites ». Rappelons que Michel Callon définit le
concept de traduction comme un processus « par lequel un monde social et naturel se met
progressivement en forme et se stabilise pour aboutir, si elle réussit, à une situation à
laquelle certaines entités arrachent à d’autres, qu’elles mettent en forme, des aveux qui
demeurent vrais aussi longtemps qu’ils demeurent incontestés » (Callon, 1986 : 205).
L’auteur identifie quatre étapes d’un processus de traduction : 1) la
problématisation (comment se rendre indispensable ?), 2) l’intéressement (comment sceller
des alliances ?), 3) l’enrôlement (comment définir et coordonner les rôles ?), 4) la
mobilisation des alliés (comment ?). La notion d’intermédiaire, centrale dans cette approche, qu’elle désigne des agents, des espaces, des dispositifs sociotechniques -, est étroitement liée
13 Crozier M. et Friedberg E., L’acteur et le système, Seuil, Paris, 1976.
14 L’artefact désigne un phénomène artificiel observé, qu’on attribue à la pratique ou à l’instrument, plus qu’à la nature ellemême.
17
à cette définition, proposée par Callon, du processus d’intéressement comme « l’ensemble des
actions par lesquelles une entité (…) s’efforce d’imposer et de stabiliser l’identité des autres
acteurs qu’elle définit par sa problématisation. » (Callon, 1986 : 185) ; l’auteur nous rappelle
l’étymologie de ce mot qui justifie son choix : intéresser, c’est se placer entre (inter-esse),
s’interposer, ce qui fonde cette attention toute particulière portée au rôle des
« intermédiaires ».
15
Les « conventionnalistes » se sont rapidement emparés de la notion d’intermédiaire pour
analyser la mise en œuvre des politiques d’emploi et, plus globalement, pour analyser la
formation des marchés du travail, par des relations de « proche en proche » (Simonin et al.,
1995 ; Eymard-Duvernay et Marchal, 1997 ; Bessy et Eymard-Duvernay, 1997 ; Gélot et
Nivolle, 2000 ; Bessy et al., 2001). Ces travaux présentent pour nous une valeur inestimable ;
ils constituent, le point de départ de notre travail de terrain et de nos réflexions théoriques. En
réalité, seuls les conventionnalistes se sont intéressés d’aussi près à l’objet que nous
ambitionnons : produire une analyse des politiques d’emploi centrée sur le travail de ceux qui
les mettent en œuvre, une analyse des politiques d’insertion du point de vue de ceux qui
insèrent.
Cependant, cette approche « pragmatique » des politiques publiques, centrée sur l’action des
intermédiaires du marché du travail, nous semble incomplète et tend à occulter le rôle des
acteurs dans la construction collective de ressources de coordination (normes, modèles de
justice), d’outils et de techniques spécifiques. En coulisses, derrière la scène des interactions
de face à face avec le public, ces agents œuvrent à la professionnalisation de leur métier. La
sociologie des professions nous permettra d’approcher le processus par lequel ces agents
tendent à faire évoluer leur métier en profession établie. Nous montrerons que ce mouvement
historique, encore émergent, oriente le sens de leur travail avec le public, et donc le sens des
politiques publiques qu’ils mettent en œuvre : ces groupes professionnels, directement issus
du développement de politiques « actives » d’emploi en Région wallonne, orientent le
traitement du chômage dans une voie résolument « clinique ». Dans le cadre de dispositifs
contraignants d’« accompagnement » de demandeurs d’emploi, le travail de ces
professionnels consiste principalement à mettre l’individu au travail … au travail sur luimême. Leur légitimité professionnelle vis-à-vis du public repose essentiellement sur leur
capacité à construire des « troubles de l’employabilité » ; leur autonomie professionnelle visà-vis de l’Etat qui les mandate tient en une déconnexion radicale entre le travail sur
l’employabilité et la mise à l’emploi.
*
*
*
15 Les économistes appartenant à l’école française de l’Economie des conventions.
18
Plan de travail
Ce document se compose de trois parties. La première partie est consacrée à la
contextualisation de notre objet empirique : une présentation sommaire de l’ « amont » de la
politique du Parcours d’insertion. Il ne s’agira pas, à proprement parler, d’une analyse mais
bien d’un « cadrage » : la description des cadres cognitifs, normatifs, institutionnels et
réglementaires de la politique du Parcours d’insertion (chapitres 1 et 2), dont nous
analyserons la mise en œuvre. Nous appuyant sur les travaux de Norbert Elias, nous
pointerons également, à titre d’hypothèse, les vecteurs de transformation de l’intervention
publique dont témoignent les multiples énoncés de cette politique « active » d’emploi
(chapitre 3).
La deuxième partie dresse le cadre théorique (chapitre 4) et précise notre méthode (chapitre
5). Comme nous l’avons déjà évoqué, le cadre théorique mêle « Economie des conventions »
et « Sociologie des professions » : le processus de mise en œuvre du Parcours d’insertion en
Région wallonne sera analysé transversalement, entre l’horizontalité des arrangements
pragmatiques et la verticalité de la socialisation professionnelle (Demazière, 2003).
L’explicitation des méthodes d’observation et d’analyse mobilisées dans le cadre de cette
recherche permettra de rendre compte du « cheminement réel des idées » (Whyte, 1996).
Notre travail s’inscrit incontestablement dans une approche dite « qualitative » et, de ce fait,
la réflexivité sur notre pratique (empirique et analytique) constitue probablement le seul
critère de « scientificité ».
Notons dès à présent que ce travail s’appuie sur une recherche empirique, menée au GIRSEF
16
(UCL) , au cours de laquelle nous avons suivi, dans la quotidienneté de leur travail, une
cinquantaine de professionnels de l’insertion en Région wallonne, issus du Service Public
d’Emploi (SPE), du secteur associatif, et de nouvelles structures multi-partenariales.
Dans la troisième partie, nous analyserons le processus de mise en œuvre du Parcours
d’insertion en Région wallonne à travers trois groupes professionnels relativement contrastés,
qui présentent, comme nous le verrons, bon nombre de caractéristiques communes : les
conseillers en accompagnement professionnel du FOREM (chapitre 6), les conseillers en
formation des Carrefours Formation (chapitre 7) et les travailleurs sociaux des Entreprises de
Formation par le Travail (chapitre 8). La logique d’exposé, pour chaque « monographie »,
sera la suivante : 1) les cadres organisationnels, 2) les licences et mandats (Hughes, 1996), 3)
la construction des identités professionnelles (Dubar, 1991), 4) la catégorisation des publics,
5) les modes opératoires, 6) les savoirs professionnels.
Dans un neuvième et dernier chapitre, nous reviendrons plus spécifiquement sur la
professionnalisation des intermédiaires, en tant que segment professionnel. Le cadre théorique
élaboré par Freidson nous permettra d’interroger la construction professionnelle de « troubles
de l’employabilité », autrement dit, d’apprécier le « sens » du traitement clinique du chômage.
Nous montrerons que le « savoir ésotérique » sur lequel repose la construction professionnelle
des troubles de l’employabilité permet aux groupes en présence de se construire une légitimité
vis-à-vis de leur public, ainsi qu’une certaine autonomie par rapport à l’Etat qui les mandate ;
il permet également de faire face à la concurrence interprofessionnelle.
16 Cette recherche a bénéficié d’un financement de la Politique scientifique fédérale de Belgique dans le cadre du
Programme de recherche pluriannuel concernant les problèmes actuels en matière de cohésion sociale. Elle a bénéficié
également d’une intense collaboration, pendant plus de deux ans, avec une cinquantaine de professionnels de l’insertion en
Région wallonne, dans les sous-régions de Liège et d’Arlon-Luxembourg. Lire à ce propos, Orianne et al. (2004).
19
20
Première partie. - L’activation des politiques
d’emploi
Cette première partie sera consacrée à la contextualisation de notre objet empirique : nous
présenterons ici les « cadres » cognitifs, normatifs, institutionnels et réglementaires des
politiques actives d’emploi, en particulier de la politique du Parcours d’insertion, dont nous
analyserons la mise en œuvre en Région wallonne (Belgique).
Nous commencerons par introduire le lecteur à la notion d’activation, à ses multiples usages,
afin de donner un sens précis à un vocabulaire banal (Dubet, 2002 : 21). Nous présenterons
ensuite deux théories normatives de l’activation (chapitre 1) : le modèle de la Troisième Voie
(Giddens) et le modèle « alternatif » des Marchés Transitionnels du Travail (Gazier et
Schmid). Selon nous, ces modèles contribuent directement au développement du nouveau
paradigme (ou référentiel d’action publique) de l’activation des Etats providence en Europe ;
elles produisent, ou permettent d’affirmer, une « identité politique » (Hassenteuffel et Smith,
2002).
Ce premier cadrage par les normes et les idées sera complété d’un second cadrage par les
institutions et les règlements (chapitre 2). Notre objectif principal sera donc de décrire la
politique régionale wallonne de l’emploi relative au Parcours d’insertion, cette politique
d’« employabilité » qui vise à développer la capacité d’insertion des chômeurs. Mais
l’exercice ne s’arrête pas là, dans la mesure où cette politique wallonne s’inscrit dans le cadre
de la Stratégie Européenne pour l’Emploi (SEE) et de la Méthode Ouverte de Coordination
(MOC) qui lui est associée ; l’approche même, en terme de parcours d’insertion, est une
« invention européenne » qu’il convient de replacer dans ce contexte transnational des
politiques d’emploi. En outre, l’articulation entre les politiques européennes et les politiques
régionales s’opère au niveau fédéral dans le cadre des Plans d’Actions Nationaux (PAN) et
d’accords de coopération entre les Régions et le Fédéral. Dès lors, nous procéderons en trois
étapes : dans un premier temps, nous présenterons les lignes de force de la SEE qui constitue
le cadre transnational des politiques d’employabilité, conçues et mises en œuvre en Région
wallonne (section 1) ; dans un second temps, nous décrirons brièvement les mécanismes
d’articulation entre la SEE et la politique régionale wallonne qui se jouent au niveau fédéral
(section 2) ; nous procéderons alors directement à la description des cadres réglementaires des
politiques régionales wallonnes qui ont trait à la mise en place d’un Parcours d’insertion en
Région wallonne (section 3).
Nous clôturerons cette première partie en pointant une série de transformations de
l’intervention publique dont témoigne l’énoncé de la politique du Parcours d’insertion
(chapitre 3). Les transformations à l’œuvre pourraient se résumer en un triple mouvement
d’individualisation, de conditionnalisation et de territorialisation de l’intervention de l’Etat, à condition que l’on prenne en compte le caractère dialectique de ce mouvement. La
sociologie de Norbert Elias nous permettra de faire apparaître la dialectique de ces
transformations (que peu d’auteurs soulignent) et de prendre distance par rapport aux théories
« normatives » de l’activation, ces théories du changement nécessaire, en replaçant les
transformations des politiques publiques dans le cadre plus large du processus de civilisation,
et non dans l’immédiateté de la « crise » économique des années ’70, dont nous ne sortirions
toujours pas, ou de la « crise » de l’Etat providence.
21
Introduction à la notion d’activation
La politique du Parcours d’insertion appartient à la catégorie des politiques « actives »
d’emploi. Il nous semble essentiel de commencer par clarifier la notion d’activation : cette
notion est devenue familière et, « tout compte fait, mieux vaut choisir des notions communes,
quitte à leur attribuer un sens précis, que de construire des concepts n’évoquant rien en
dehors d’une grammaire personnelle et finissant (…) par exiger un effort de traduction »
(Dubet, 2002 : 21).
La notion d’activation émerge du modèle « nordique d’Etat providence » : elle sert à désigner
la politique macroéconomique de plein emploi et de faible inflation menée dans ces pays.
Cette notion se diffuse, dès les années 1960, dans le vocabulaire international. Dans le cadre
de comparaisons internationales (OCDE, BIT,…), experts et consultants vont développer un
usage « dichotomique » de l’activation qui permet de classer aisément, mais non sans
ambiguïté, des ensembles hybrides de mesures disparates, en mesures « actives » et
« passives ». L’ambiguïté de cet usage dichotomique s’amplifie lorsque, dans les années
1990, les « sociaux-démocrates » belges, français, britanniques,… s’emparent de cet usage
dichotomique de l’activation pour légitimer les transformations des systèmes de protection
sociale. L’activation devient alors un « nouveau » référentiel d’action publique (Jobert, 1992 ;
Maroy, 2000) ou paradigme (Hall, 1993 ; Vielle et al., 2005) qui se décline en fonction des
contextes socio-historiques dans lesquels il émerge. En Belgique, ce nouveau référentiel a été
labellisé « Etat social actif » par Vandenbroucke (1999). L’Etat social actif (active welfare
state) fait, en même temps, son apparition sur la scène européenne, dans les conclusions du
sommet de Lisbonne en mars 2000. Les différentes versions (nationales et transnationales) de
ce référentiel « nouveau » s’enracinent dans des théories normatives de l’activation.
Les théories normatives de l’activation sont des modèles théoriques très particuliers, qui
reposent avec insistance la question épistémologique du lien entre le savant et le politique
(Weber, 1959) : ces modèles théoriques visent moins la production d’un savoir
« scientifique » sur l’Etat providence et ses vecteurs de transformation que la production de
concepts normatifs orientés vers l’action publique, politique, sociale, ... La finalité de ces
théories normatives est précisément la production de référentiels d’action. Nous présenterons
deux modèles normatifs d’activation relativement contrastés : le modèle de la Troisième Voie
de Giddens et le modèle « alternatif » des MTT de Gazier et Schmid.
1) L’activation : le « miracle » scandinave ?
Dans les pays nordiques, la notion d’activation a pénétré, bien avant chez nous, le vocabulaire
courant. L’activation est, d’abord, une « invention » scandinave, avec sa part de mythes, de
défis légendaires pour tout économiste : combiner une politique de plein emploi et le maintien
de hauts niveaux de protection sociale sans porter atteinte à la croissance économique.
Comme le montre Kwist (2003), au Danemark, la stratégie d’activation repose sur
l’articulation historique de principes de démarchandisation (assurance-chômage) et de
17
remarchandisation (politiques actives) . Cette articulation historique est présente également
en Suède, en Norvège et Finlande, ce qui témoignerait de l’existence d’un modèle d’Etat
providence nordique. « Le traditionnel « Etat providence nordique » conseillait de maintenir,
« à tout prix », le plein emploi et de multiplier les mesures actives sur le marché du travail,
afin d’éviter la fracture sociale et un taux de chômage de longue durée élevé. (…) A présent,
(…) seule la Norvège, avec ses revenus pétroliers et une dette nationale nulle, a été capable
de suivre le modèle nordique traditionnel, car elle pouvait se le permettre. La Finlande, la
17 Esping-Andersen définit la démarchandisation comme l’émancipation de l’individu d’une dépendance totale par rapport
au marché (1999 : 36).
22
Suède, le Danemark ont dû accepter des entorses au modèle (…) » (Arnakil et Nieminen,
1998 : 136). La principale entorse consiste à abandonner le plein emploi pour se contenter
d’un taux d’emploi élevé. C’est ainsi que Lefebvre (2003) insiste sur le fait que ce modèle
nordique n’implique pas une homogénéité des systèmes de protection sociale.
En Suède, c’est dans les années 1930-1940, que se développe, sur les conseils de deux
économistes (Gosta Rehn et Rudolf Meidner), une nouvelle politique d’emploi qualifiée de
« sélective », puis d’« active », qui vise conjointement le plein emploi et une faible inflation.
Cette stratégie d’activation est mise en œuvre, en Suède, dès les années 1950 (Barbier, 2002),
et se développe considérablement dans le courant des années 1970, face à la « détérioration »
de l’environnement économique international (Anxo et Erhel, 1998 : 187). La Finlande s’est
fortement inspiré du modèle suédois, prônant une politique « active » de l’emploi, comme le
montre (Arnakil et Nieminen, 1998). Joorgensen, Larsen, Lassen et Stamhus (1998) montrent
également que dès les années 1960 au Danemark, l’Etat combine une politique macroéconomique keynésienne traditionnelle avec toute une série de mesures, « de règles plus
sévères pour obliger les demandeurs d’emploi à se montrer plus actifs dans leur recherche
d’emploi » (p160). Ces auteurs montrent également que le système de double financement des
prestations de l’assurance-chômage (la Caisse d’Etat et l’aide sociale des municipalités) est un
élément constitutif de la politique d’activation.
Comme le montre Barbier (2003), le terme d’activation est introduit dans le vocabulaire
politique international à partir de cette conception nordique des politiques « actives »
d’emploi : Gosta Rehn a fortement contribué à la diffusion de cette notion lorsqu’il occupa,
entre 1962 et 1973, de hautes responsabilités à l’OCDE.
2) La distinction entre politiques « actives » et politiques « passives » : l’usage
technocratique
La distinction devenue classique entre politiques « actives » et politiques « passives », au sein
du dispositif complexe des politiques d’emploi, provient de cette conception scandinave de
l’activation et se construit rapidement comme un mode de classement (pratique et imparfait)
de l’ensemble des mesures relatives à l’emploi. Cet usage technique de l’activation se
développe principalement dans un milieu d’experts internationaux et nationaux des politiques
d’emploi et d’analystes du marché du travail. Dans le cadre de comparaisons internationales
produites par l’OCDE, le BIT, … s’institutionnalise cet usage « dichotomique » de
l’activation, permettant d’opposer d’un côté, des mesures « passives » qui s’efforcent de gérer
les excédents de ressources de main-d’œuvre, considérant le niveau d’emploi comme donné ;
de l’autre, les mesures « actives » qui tentent d’agir sur le niveau d’emploi déterminé par des
variables macroéconomiques (Freyssinet, 2004 : 92).
Contrairement à l’usage scandinave de l’activation qui se caractérise par une articulation
« historique »
de
mesures
« actives »
(remarchandisation)
et
« passives »
(démarchandisation), l’usage dichotomique de l’activation développé par les experts se fonde
sur l’opposition « technique » entre ces deux types de mesures. « Une distinction classique et
discutable oppose les mesures « actives » et les mesures « passives ». Les mesures
« passives » correspondent aux dépenses d’indemnisation et aux dispositifs qui cherchent à
limiter le nombre de candidats à l’emploi (…). A l’opposé, les politique « actives » cherchent
à augmenter le nombre de personnes qui retrouvent un emploi, ou à accélérer ce retour :
efforts de placement, subventions à l’embauche, emplois publics, programmes de formation
de chômeurs, telles sont les quatre mesures « actives » les plus connues. Toutes ces politiques
existent depuis bien longtemps, et sous leur forme actuelle depuis au moins trente ou quarante
ans. Ce qui change, c’est l’échelle d’utilisation des différents programmes et leur éventuelle
combinaison. » (Gazier, 2003 : 70).
23
D’un côté, les politiques « passives » concernent principalement l’indemnisation des
demandeurs d’emploi et la détermination de l’accès au marché du travail. En Belgique,
comme en France (Freyssinet, 2004 : 95), l’indemnisation des chômeurs articule une double
18
logique assurantielle et assistantielle, un double héritage bismarckien et beveridgien : tant
sur le plan des modes de financement (fonds publics et cotisations sur salaire), que sur le plan
des conditions d’accès (avoir cotisé ou être dépourvu d’un minimum de ressources), du
niveau des prestations (fonction du salaire antérieur ou d’un minimum de ressources), de la
durée des prestations (durée de cotisation et durée d’inactivité, âge, etc.) Quant à la
détermination de l’accès au marché du travail à l’entrée (durée de la scolarité obligatoire) et à
la sortie (pension), il est clair que, dans un contexte de chômage de masse, ces mesures
prennent une orientation bien précise : la réduction de la population active, réduire le
chômage en diminuant le volume de la population active. Freyssinet (2004) évoque, à ce
niveau, les mesures de freinage ou le blocage de l’immigration et les mesures de cessation
anticipée relevant d’une même logique d’exclusion (pp 98-100).
D’un autre côté, on regroupe dans la catégorie des politiques « actives » … tout le reste : 1)
des mesures de régulation du marché du travail visant à assurer une meilleure information
dans un marché segmenté et hétérogène : mesures de conseil, de placement,
d’accompagnement ; 2) la formation professionnelle, 3) l’arsenal des subventions à
l’emploi (mesures de subventions afin d’éviter des suppressions d’emploi, mesures d’aide à la
création d’emploi, incitations à l’embauche).
19
Si l’on s’en réfère à la typologie proposée par l’OCDE , on peut identifier cinq grandes catégories de politiques
actives d’emploi :
1) L’administration et les services publics de l’emploi qui incluent les activités de placement, les programmes
d’accompagnement et de guidance professionnelle, l’administration des allocations de chômage et le renvoi des
prospecteurs d’emploi vers des créneaux de politiques de mise à l’emploi (budget fédéral alloué 2002 = 0,17%
du PIB) ;
2) La formation professionnelle des travailleurs et des chômeurs adultes (budget fédéral alloué 2002 = 0,24% du
PIB) ;
3) Les mesures en faveur des jeunes ne couvrant que des programmes de transition de l’école à l’emploi (budget
fédéral alloué 2002 = 0,13% du PIB) ;
4) Les mesures d’aides à l’embauche, par subvention ou création directe d’emploi (budget fédéral alloué 2002 =
0,77% du PIB) ;
5) Les mesures en faveur des handicapés (budget fédéral alloué 2002 = 0,12% du PIB).
Cette distinction présente des limites évidentes. Est-ce l’objectif visé ou l’effet réel d’une
politique qui détermine sa qualification comme « active » ou « passive » ? Notons que
l’ensemble des mesures contribue (directement ou indirectement) à agir sur le taux
d’emploi… Et si la qualification d’une mesure d’« active » ou de « passive » dépend de
l’évaluation de l’effet final de la politique en terme de taux d’emploi, la distinction perd
inévitablement de sa praticabilité, eu égard à sa « volatilité ». Mais cette distinction d’experts
se brouille davantage lorsque se développe et s’intensifie son instrumentalisation politique.
18 Le « modèle bismarckien » renvoie au système d’assurance obligatoire introduit en Allemagne par Bismarck (1883 pour la
maladie et 1889 pour l’invalidité et la vieillesse) dont le financement se caractérise par un modèle « tripartite » : en ordre
principal, les cotisations des employeurs et des travailleurs, et de manière subsidiaire, les subventions de l’Etat. Il s’oppose au
modèle fiscal (basé sur l’impôt) qui privilégie les interventions financières de l’Etat. Le « modèle beveridgien » renvoie aux
principes d’unité et d’universalité des systèmes de protection sociale préconisés dans le « rapport Beveridge » (1942).
19 Cockx B. et Mahy B., Capital humain et marchés du travail : perspectives régionales et européennes, Namur – FUNDP,
15ème Congrès des économistes belges de langue française, 28 et 29 novembre 2002, CIFOP, pp11-12.
24
3) L’activation comme « nouveau» référentiel d’action publique : l’usage politique
L’activation se construit alors comme un nouveau référentiel d’action publique, un discours,
un programme politique qui oppose, de manière extrêmement caricaturale, de « vieilles
politiques qui coûtent cher » (l’indemnisation du chômage) à de « nouvelles politiques qui
peuvent rapporter gros » (les politiques d’employabilité où l’investissement dans le capital
humain). Ce référentiel nouveau valorise l’autonomie individuelle, les projets individuels,
l’égalisation des chances, ... et permet le développement de nouveaux modes de régulation du
champ par la responsabilisation des individus : « des règles doivent dès lors être édictées afin
d’inciter les individus et les organisations à se mobiliser autour du développement des
compétences et qualifications de tous les actifs, autour de l’apprentissage tout au long de la
vie ». (Maroy, 2000 : 50).
En Belgique, ce nouveau référentiel d’action publique a été labellisé « Etat social actif », en
1999, par Frank Vandenbroucke, à l’époque Ministre des Affaires sociales. L’Etat social actif
20
constituerait une tentative de réponse aux Etats sociaux en danger d’asphyxie : « l’asphyxie
progressive de l’Etat social peut être mesurée au moyen de simples taux de dépendance, soit
le rapport entre le nombre d’inactifs percevant une allocation et le nombre d’actifs. »
(Vandenbroucke, 1999 : 2). Le financement de la sécurité sociale poserait les limites d’un Etat
providence traditionnel : comment continuer à assurer une couverture sociale, face à de
nouveaux risques, avec de moins en moins d’individus actifs pour participer au financement
de la sécurité sociale, eu égard à la pression sur les finances publiques et à l’impératif de la
réduction de l’endettement public ? Pour Vandenbroucke, la réponse est à chercher du côté
d’un « Etat social actif » grand investisseur en capital humain, qui gère de manière proactive
les risques sociaux et qui tente d’augmenter la participation sociale à la gestion collective de
ces risques.
L’Etat social actif (active welfare state) fait son entrée sur la scène européenne, en mars 2000,
dans les conclusions du sommet de Lisbonne, et semble dessiner l’horizon des systèmes de
protection sociale en Europe (Barbier, 2002 : 309).
L’Etat social actif semble bien reposer sur deux socles éthiques, comme le soutient
Arnsperger (2001) : d’une part, le principe de la gestion préventive des risques et d’autre part,
le principe de la participation citoyenne. D’un côté, le vieil adage selon lequel il vaut mieux
prévenir que guérir ; de l’autre côté, l’idée selon laquelle les citoyens ont des droits mais aussi
des devoirs : la possibilité de recevoir des « aides » doit être conditionnée à la participation
des citoyens à la société. « Coupler l’égalisation des chances avec le devoir de participation,
c’est envoyer aux citoyens le message que ce que l’Etat entend égaliser, ce sont les chances
d’accès à des activités socialement utiles, soit parce que la cohésion sociale l’exige, soit
parce que le bien des personnes individuelles l’exige. (…) Cet Etat se considère non pas
comme une institution paternelle, mais comme un « investisseur en capital humain » (…). »
(Arnsperger, 2001). L’Etat social actif est avant tout pro-actif : au lieu d’un « repêchage »
après coup des individus, il faut les activer en amont ! L’Etat social actif investit dans la
responsabilisation des individus.
La responsabilisation des individus ne peut s’opérer que dans le cadre de politiques sociales
individualisées « sur mesure » : « le sur mesure signifie que les groupes cibles et les objectifs
doivent être identifiés avec soin et que les interventions de la politique doivent aller en
profondeur et répondre au mieux aux besoins. (…) il suppose que nous nous demandions si
les structures existantes sont bien adaptées pour résoudre un problème social, et pas
l’inverse. Le sur mesure signifie un accompagnement individuel lorsque cela peut et doit se
faire (…) mais le sur mesure n’est pas pour autant synonyme de contrôle et de
conditionnement des besoins individuels » (Vandenbroucke, op. cit. : 3). Ces politiques
20 Vandenbroucke F., L’état social actif : une ambition européenne, exposé Den Uyl, 13 décembre 1999, Amsterdam.
25
sociales individualisées impliquent une identification des groupes cibles et de leurs besoins,
une adaptation des structures à ces besoins (par exemple, la modernisation des
administrations), une intervention qui articule l’aide et le contrôle.
Le ciblage d’individus dans leurs contextes nécessite une décentralisation accrue de l’action
publique. Dès lors, l’Etat social actif ne dirige pas, il délègue : « Il ne doit pas être purement
donneur d’ordre, mais une autorité qui oriente les individus et les organismes en les
encourageant à choisir les voies voulues. Reconnaître les responsabilités sociales et les
attribuer avec justesse sont par conséquent d’une importance essentielle » (op. cit.). En plus
d’activer les bénéficiaires des politiques sociales, il convient également d’activer les
professionnels qui mettent en œuvre ces politiques sociales dans divers cadres
organisationnels. L’activation de ces professionnels doit être comprise comme une tentative
de responsabilisation des acteurs locaux afin d’accroître la qualité des services rendus.
Comme référentiel d’action publique, l’« activation » revêt ainsi une double signification : 1)
« activer » les dépenses de l’Etat afin d’assurer une gestion proactive des risques sociaux ; 2)
« activer » les individus concernés par ces dépenses, d’une part les bénéficiaires, et d’autre
part les professionnels chargés de mettre en œuvre les politiques publiques (Orianne et al.,
2004).
Dans le champ des politiques d’emploi, l’activation se structure autour de notions hautement
normatives comme celles d’employabilité et de partenariat. L’employabilité renvoie à
l’activation des bénéficiaires de ces politiques qui deviennent désormais responsables de leur
capacité d’insertion socioprofessionnelle (Gazier, 1990 & 2001). Le concept met en avant
deux éléments : l’insistance sur la mobilisation personnelle du demandeur d’emploi et
l’importance du niveau local comme lieu privilégié de l’action publique (Dubar, 2000). Le
partenariat renvoie à l’activation des professionnels chargés de mettre en œuvre ces politiques
qui deviennent responsables de la « qualité » des services rendus ; les pouvoirs publics
instituent, comme principal critère de qualité, la capacité à travailler en réseau.
26
Chapitre 1. Les théories normatives de l’activation
INTRODUCTION
Les théories normatives de l’activation sont des modèles théoriques, très particuliers, qui
visent moins la production d’un savoir « scientifique » sur l’Etat providence et ses vecteurs de
transformation que la production de concepts normatifs orientés vers l’action. Selon nous, ces
théories normatives contribuent directement à la construction du paradigme (ou référentiel
d’action publique) de l’Etat social actif ; elles produisent, ou permettent d’affirmer, « une
identité politique propre dans une logique de démarcation vis-à-vis de concurrents
politiques » (Hassenteuffel et Smith, 2002 : 68). Il s’agit là d’une hypothèse de travail,
empruntée à la littérature cognitiviste ou néo-institutionnaliste relative à la construction d’un
ordre communautaire en Europe, dont nous ne nous attacherons pas à démontrer la véracité ou
à pointer les limites, mais qui permettra néanmoins d’interroger et de situer les principaux
cadres cognitifs et normatifs des politiques actives d’emploi.
Nous présenterons deux modèles normatifs d’activation relativement contrastés : le modèle de
la Troisième Voie de Giddens et le modèle « alternatif » des Marchés Transitionnels du
Travail (MTT) de Schmid et Gazier (2002). Précisons un instant notre démarche : nous ne
proposons pas, ici, une comparaison de situations « idéales typiques » de l’activation des
systèmes de protection sociale en Europe, comme le fait Barbier (2002), mais bien une mise
en perspective de modèles cognitifs et normatifs. La comparaison ne porte donc pas sur des
réalités empiriques « idéalisées » mais sur les idées qui construisent ces réalités empiriques.
Les apports théoriques d’Esping-Andersen nous permettront d’introduire la présentation de
ces deux modèles. D’une part, le concept de « démarchandisation » posera la problématique
du lien entre emploi et protection sociale. D’autre part, la célèbre typologie des régimes
d’Etats providence permettra de situer ces deux théories normatives de l’activation : un
modèle anglo-saxon qui privilégie une approche par les « capitaux » (capital humain, social,
culturel, financier, etc.) et un modèle franco-allemand qui tendrait à privilégier une approche
21
par les « capacités » (Sen, 2000).
Ces théories ont ceci en commun : elles s’attachent principalement à pointer les défaillances
d’un modèle d’Etat devenu obsolète, pour convaincre d’un nécessaire « changement »
politique et institutionnel. D’une part, les institutions publiques et les politiques publiques
seraient inadaptées à la société actuelle, à ce monde qui a fondamentalement
changé (mondialisation de l’économie, nouvelles technologies de l’information et de la
communication, « crises » économique, démographique, écologique …). D’autre part, les
décideurs politiques ne proposeraient aucune solution satisfaisante quant à la transformation
de l’Etat et de l’intervention publique : alternative trop courte entre la « vieille gauche » ou la
« nouvelle droite » (Giddens, 2002 : 28-29), entre dérégulation ou régulation forcée (Gazier,
2003 : 102). Les théories normatives de l’activation sont, en ce sens, des théories du
changement nécessaire : l’activation constitue précisément la « troisième voie » qui permet de
dépasser ces alternatives trop courtes, ce « troisième œil » qui permet de lire, d’interpréter, de
saisir les nouveaux enjeux sociopolitiques. Le modèle qui concentre la critique des théories
normatives, n’est autre que le modèle historique de protection sociale, appelé communément
21 A. Sen définit la « capacité » (capability) comme la liberté réelle d’un individu, autrement dit, comme l’ensemble des
fonctionnements qu’il peut réellement atteindre (Sen, 2000 : 122). Pour Sen, la focalisation sur les « biens premiers », sur les
moyens (du bien-être, de la liberté) ne permet pas d’apprécier les possibilités de choix de l’individu. Il propose donc de
substituer la base informationnelle des « paniers de biens » par celle de la « capacité » pour se donner les moyens de
considérer directement les possibilités d’action des individus et d’interroger leur espace réel de liberté. L’approche par les
« capacités » se présente, dès lors, comme une approche alternative à la Théorie de la justice de Rawls (1971).
27
Etat providence ou Etat social. Les théories normatives soutiennent, dès lors, la thèse d’une
« crise » de l’Etat providence. Mais qu’est-ce, au juste, qu’un Etat providence ?
François Ewald (1986) propose une analyse sociogénétique de l’Etat providence : il décrit
l’émergence d’un système « assurantiel », comme accomplissement pratique d’une nouvelle
rationalité fondée sur la notion de risque, - qui s’oppose directement à la rationalité libérale
22
centrée sur la notion de faute . Ewald montre ainsi que l’émergence, à la fin du XVIIIème
siècle, de la raison probabiliste va permettre le développement d’une nouvelle technologie
politique : la technologie du risque. « On allait l’utiliser comme matrice générale pour poser
les problèmes sociaux et leur donner leur solution institutionnelle moderne : les assurances. »
(Ewald, 1986 : 145). Ces nouvelles pratiques de la responsabilité allaient fonder une nouvelle
rationalité politique, « une nouvelle manière d’identifier les individus, d’analyser leurs
conduites et de formuler leurs obligations apparaissait sous la forme de l’Etat providence »
(p226).
Gosta Esping-Andersen (1999) propose, quant à lui, une analyse comparative de différents
régimes d’Etat providence. Il définit l’Etat providence comme une configuration de liens
systématiques entre l’Etat et le marché, qui produit conjointement, et de manière dialectique,
de la démarchandisation individuelle et de la stratification sociale. Précisons d’emblée que
Les trois mondes de l’Etat-providence ne se limite pas à un exercice novateur de classification
des Etats providence. L’auteur cherche à rendre compte simultanément de la genèse et des
effets de ce modèle historique, dans ses multiples déclinaisons territoriales : dans quelle
mesure l’Etat providence transforme-il fondamentalement la société capitaliste et quels sont
les vecteurs de son développement ?
Par le concept de « régime d’Etat providence », l’auteur veut tourner le dos aux explications
23
monofonctionnelles , en se donnant les moyens de distinguer différentes formes d’Etat
providence. « Le régime d’Etat providence est le concept clé autour duquel s’articule ce livre.
En tout premier lieu, parce que la notion d’Etat providence est trop communément associée à
celle de politique sociale ou de politique d’amélioration sociale. En second lieu, parce que,
comme nous le montrons, les Etats providence peuvent être regroupés en catégories, non
seulement sous l’angle de leurs politiques traditionnelles de protection sociale, mais aussi
par la manière dont ils influencent l’emploi et la structure sociale. La notion de régime fait
référence à l’existence d’un complexe d’interrelations légales et organisationnelles
systématiques entre l’Etat et l’économie. » (Esping-Andersen, 1999 : 16).
Démarchandisation et stratification sociale
Pour Esping-Andersen, ni la citoyenneté prise isolément, ni la seule présence d’un droit social
ne constituent un critère suffisant qui permette de parler d’Etat providence. Le « bien-être »
ne constitue pas plus un critère pertinent. Quels sont les critères qui permettent de dire si et
quand un Etat est un Etat providence ?
22 Notons qu’Ewald envisage la rationalité politique sous un aspect diagrammatique (Foucault, 1975), comme une machine
abstraite (Deleuze et Guattari, 1972-1973), et moins dans ses dimensions programmatiques (Ewald, 1986 : pp50-51).
23 Partant du principe que le degré de mobilisation de la classe ouvrière est, à lui seul, incapable de rendre compte des
transformations du capitalisme, Esping-Andersen met en évidence les effets d’interactions entre plusieurs facteurs (trois
principalement) : la nature de la mobilisation de classe (surtout de la classe ouvrière), les structures de coalition de la classe
politique (coalition de la classe ouvrière avec la paysannerie, capacité à créer des intérêts communs entre la classe ouvrière et
la classe moyenne), l’héritage historique de l’institutionnalisation du régime (préférences idéologiques et politiques).
L’approche par les coalitions de classe, qu’il développe, permet de penser en termes de relations sociales et pas uniquement
en termes de catégories sociales (contrairement à l’approche par la mobilisation de la classe ouvrière) ; ce modèle interactif
invite à distinguer différents régimes d’Etat providence. « La recherche d’un modèle théorique alternatif à celui de la
mobilisation de classe est motivée par la nécessité analytique de passer d’une approche linéaire à une approche interactive
qui prenne en compte à la fois les Etats providence et leurs causes » (Esping-Andersen, 1999 : 47).
28
Si la citoyenneté sociale constitue le cœur de l’Etat providence, nous dit l’auteur, le concept
de « citoyenneté » doit impérativement être étayé, et inclure l’octroi des droits sociaux. « Si
l’on confère aux droits sociaux le statut légal et pratique des droits de propriété, s’ils sont
inviolables et accordés sur la base de la citoyenneté plutôt que sur celle de la production, ils
entraînent la démarchandisation du statut des individus vis-à-vis du marché. Mais le concept
de citoyenneté sociale implique également une stratification sociale : le statut de citoyen
rivalise, ou même remplace, celui de la position de classe (…) La démarchandisation
(decommodification) survient lorsqu’un service est obtenu comme un dû et lorsqu’une
personne peut conserver ses moyens d’existence sans dépendre du marché. » (EspingAndersen, 1999 : 35). L’apparition de modèles d’assistance ou d’assurance sociale ne
constitue pas plus une condition suffisante de démarchandisation substantielle, si ces modèles
ne parviennent pas à extraire, émanciper, l’individu de la dépendance vis-à-vis du marché.
« En d’autres termes, ce n’est pas la seule présence d’un droit social, mais les règles
correspondantes et les conditions antérieures qui dictent le point jusqu’auquel les
programmes sociaux offrent de véritables alternatives à la dépendance du marché » (EspingAndersen, 1999 : 36).
La démarchandisation individuelle, définie comme l’émancipation de l’individu par rapport à
une dépendance « totale » vis-à-vis du marché, nécessite une démarchandisation du travail et
de la main d’œuvre. Comme nous le rappelle l’auteur, la démarchandisation constitue à la
base, le fer de lance du syndicalisme, un des rares points communs à tous les types de
mouvements ouvriers et, plus globalement, à la politique du socialisme : la marchandisation
capitaliste de la main-d’œuvre (ou marchandisation du travail) est un élément essentiel
d’aliénation ; les travailleurs marchandisés, atomisés, sont incapables d’entreprendre des
actions collectives. Le degré de démarchandisation (des individus) et le degré de stratification
sociale constituent donc les deux critères qui permettent de définir et de situer les Etats
providence. A chaque régime d’Etat providence correspond un type bien particulier de
démarchandisation et de stratification sociale.
Une typologie des régimes d’Etat providence
La typologie des régimes d’Etat providence repose sur une démarche originale : l’auteur se
24
propose de mesurer les Etats providence. Trois régimes d’Etat providence sont ainsi
esquissés : un régime libéral, un régime corporatiste (ou conservateur) et un régime socialdémocrate.
La typologie des régimes d’Etat providence selon Esping-Andersen (1999)
1) L’Etat providence libéral :
Dans ce modèle « anglo-saxon » (Etats-Unis, Canada, Australie, Angleterre), dominé par l’assistance sociale, les
droits sont moins attachés au travail qu’à un besoin démontrable. L’éligibilité des droits sociaux s’appuie sur des
besoins absolus et démontrables. Enquêtes sur les besoins et faibles indemnités contribuent à diminuer l’effet de
démarchandisation et à renforcer les stigmates : le marché est renforcé dans la mesure où tous les individus –
24 Pour quantifier de manière adéquate les dimensions cruciales de la démarchandisation (p66), l’auteur crée d’une part des
dimensions relatives aux règles gouvernant l’accès des individus aux prestations (règles d’éligibilité et restriction des droits),
et d’autre part, des indicateurs relatifs aux niveaux de remplacement du revenu. Pour trois programmes de protection sociale
(la pension de retraite, l’assurance maladie et l’assurance-chômage), il compare empiriquement des scores de
démarchandisation différenciés de 18 pays, « les plus industrialisés » (p138), et les regroupe analytiquement en trois régimes
d’Etat providence. Quant aux dimensions analytiques de la stratification sociale, Esping-Andersen retient : 1) le degré de
segmentation de l’assurance sociale en fonction du statut ou du travail (corporatisme) ; 2) l’inventaire des privilèges accordés
aux fonctionnaires (étatisme) ; 3) le poids relatif de l’assurance volontaire privée et importance accordée à l’examen des
ressources des bénéficiaires (libéralisme) ; 4) le degré d’universalisme et le degré d’égalité dans la structure de prestation
(socialisme). Les relations entre l’Etat et le marché sont également analysées de manière transversale (p142-143) sous l’angle
des régimes de retraite différenciés, du salaire social, de l’aide aux pauvres, de la performance du plein emploi, de la
croissance de l’emploi public.
29
sauf ceux qui échouent dans le marché – sont encouragés à se tourner vers le secteur privé. « Il en résulte que ce
type de régime minimise les effets de la démarchandisation, enferme effectivement le monde des droits sociaux et
érige un ordre de stratification dont les éléments sont une égalité (de pauvreté) parmi les bénéficiaires de l’Etat
providence, une protection sociale de marché différencié parmi les majorités et un dualisme politique de classe
entre les deux catégories » (p41).
Ce modèle se caractérise par son faible niveau de démarchandisation et son haut niveau de stratification sociale,
– modèle créé dans un but de stratification, selon l’auteur, « en punissant et en stigmatisant les destinataires, elle
favorise des dualismes sociaux et c’est la raison pour laquelle, elle a toujours été une cible importante des
attaques du mouvement ouvrier » (p38).
2) L’Etat providence corporatiste (ou conservateur) :
Dans ce modèle « continental » (Autriche, Allemagne, France, Italie), dominé par l’assurance sociale obligatoire,
les droits sont attachés au travail, fortement liés à la classe et au statut. L’éligibilité des droits sociaux s’appuie
sur la vie professionnelle (travail et contribution financière) : système actuariel où l’individu possède un droit
personnel de type contractuel. Les indemnités relativement importantes n’assurent pourtant pas automatiquement
une démarchandisation substantielle car elles sont presque entièrement dépendantes des contributions ; le degré
de démarchandisation dépend fortement dans ce modèle de la structure d’éligibilité et des règles
d’indemnisation » (Esping-Andersen, 1999 : 36).
Ce modèle viserait deux résultats en termes de stratification : d’une part, consolider les divisions entre les
salariés au moyen du statut professionnel (ensemble de privilèges différenciés et hautement stratifiants), et
d’autre part, renforcer la loyauté des individus à la monarchie ou à l’autorité centrale de l’Etat. Ce modèle d’Etat
corporatiste de statuts différenciés découlerait principalement de l’ancienne tradition des corporations :
l’héritage corporatiste a été amélioré pour s’adapter à la nouvelle structure de classe postindustrielle (p41).
Ces régimes corporatistes sont également modelés par l’Eglise, et dès lors fortement liés à la préservation des
valeurs familiales traditionnelles (on décourage, par exemple, les femmes de travailler) et l’Etat n’intervient, en
quelque sorte, que lorsque la famille échoue (Etats providence « résiduels », comme le régime libéral, où l’Etat
intervient lorsque le marché échoue, contrairement aux Etats providence « institutionnels »).
3) L’Etat providence social démocrate (Scandinavie : Norvège, Suède) :
Ce modèle « nordique » (Norvège, Suède, Finlande, Danemark) d’indemnisation du citoyen serait le plus
« démarchandisant », selon l’auteur (p36) : indemnités de base égale à tous, indépendamment des gains
antérieurs, des cotisations ou rendement. L’éligibilité des droits sociaux s’appuie sur la citoyenneté : droits
universels du citoyen quel que soit le niveau des besoins ou l’étendue des performances professionnelles. Le
degré de démarchandisation dépend ici d’indemnisations suffisantes pour offrir une véritable option d’alternative
au marché (travailler ou non). « Plutôt que de tolérer un dualisme entre l’Etat et le marché, entre classe ouvrière
et classe moyenne, les sociaux démocrates cherchent à instaurer un Etat providence qui encourage une égalité
des plus hauts standards et non une égalité des besoins minimaux » (p42).
« Le système universaliste favorise l’égalité de statut de tous les citoyens, dotés de mêmes droits,
indépendamment de la classe ou de la position sur le marché » (p39). Ces pays semblent cultiver une solidarité
interclasses, une solidarité de la nation. La seule crainte pour ce régime d’Etat providence serait la prospérité
accrue de la classe ouvrière et le développement de nouvelles classes moyennes qui transformeraient alors
l’universalisme en dualisme, dualisme similaire au modèle d’assistance sociale, – les riches se tournant vers
l’assurance privée et revendiquant des avantages supplémentaires, les autres comptant sur l’Etat.
Ce modèle apparaît comme hautement fusionnel : fusion particulière de libéralisme et de socialisme, fusion entre
bien-être et travail (régime qui vise à fournir une garantie de plein emploi), fusion des classes sociales dans un
système où travailleurs manuels, cols-blancs et fonctionnaires profitent de droits identiques.
Ces trois « régimes » ne sont constituent pas encore des « mondes », pour Esping-Andersen.
Ce n’est que dans la seconde partie de l’ouvrage, centrée sur la protection sociale dans la
structure de l’emploi, que l’auteur tente de comparer trois « mondes » à partir de sa typologie
des « régimes ». Mais la perspective analytique change fondamentalement : le régime d’Etat
providence devient une variable explicative des « mondes ». L’auteur change également
d’outil méthodologique : tenant la typologie des régimes pour acquise, la comparaison porte
désormais sur trois pays, censés symboliser chaque régime, les USA (pour illustrer le modèle
libéral), la Suède (social-démocrate), l’Allemagne (conservateur). Cette deuxième partie
relève donc plus de l’essai (sur le capitalisme moderne, comme le sous-titre du livre l’indique)
30
que d’une analyse rigoureuse des trois mondes, - qui se donnerait par exemple les moyens de
25
remettre en question la typologie des régimes ou de la valider .
Près de dix ans après l’édition originale de l’ouvrage, à l’occasion de sa traduction française,
Esping-Andersen revisite les Trois mondes et s’interroge sur la « crise » des Etats providence
26
contemporains . Pour l’auteur, l’Etat providence a toujours été en crise ; la « crise » semble
même constituer le moteur de ce processus de démarchandisation, son mode principal de
reproduction, comme le suggère Ewald (1986 : 386-387). Cependant, il identifie trois
problèmes à travers lesquels se manifeste l’expérience d’une crise nouvelle : la globalisation,
la crise économique persistante, l’instabilité de la famille. De nouvelles contraintes de
restructuration pèseraient aujourd’hui sur les différents régimes d’Etat providence, contraintes liées aux incompatibilités fondamentales à mettre en œuvre trois impératifs : la
restauration du plein-emploi, l’assurance de l’égalité et de la sécurité sociale, et une plus
grande natalité (Esping-Andersen, 1999 : 284-285). Esping-Andersen identifie alors deux
stratégies de réforme : la stratégie de remarchandisation (consommation des prestations
27
sociales et privatisation) et la stratégie de familiarisation (renforcement des responsabilités
familiales).
SECTION 1. LE MODÈLE DE LA THIRD WAY
Introduction
Dans son ouvrage La troisième voie. Le renouveau de la social-démocratie, Giddens (2002)
s’interroge sur les possibilités actuelles de « survie » de la social-démocratie, en tant que
philosophie politique spécifique. D’emblée, l’auteur fait dépendre cette « survie » de la
capacité qu’auraient les sociaux-démocrates à trouver une autre voie, une « troisième voie »,
qui permettrait de transcender à la fois le modèle classique de la social-démocratie (la vieille
gauche) et le modèle néolibéral (la nouvelle droite). Il se présenterait presque comme un
défenseur de la gauche, à condition qu’elle rejoigne le centre : un centre radical (p83). Sans
conteste, Giddens nous incite à vivre avec le capitalisme plutôt qu’à chercher à le renverser,
comme le suggère Laidi (1999), puisqu’il faut impérativement concilier solidarité sociale et
économie dynamique.
Le style de l’ouvrage exprime ou trahit sa finalité : convaincre. Il est tantôt prescriptif (« la
politique devrait … ne devrait pas … »), tantôt racoleur, - l’auteur en appelle aux bons
sentiments et ne lésine pas sur les lieux communs. Qui cherche-t-il à convaincre ? Le savant,
25 Notons que cet essai présente, néanmoins, l’intérêt d’« activer » ou nourrir le débat (européen) relatif au lien entre
systèmes d’emploi et systèmes de protection sociale. Dans sa présentation des trois modèles de régulation du marché de
l’emploi, l’auteur montre que le régime libéral tend à maximiser l’offre de travail sans réduire la demande (ce type de régime
n’encourage ni la retraite anticipée, ni le travail des femmes) ; le régime corporatiste favorise la sortie du marché de
l’emploi (il tend à réduire conjointement l’offre et la demande de travail) ; le régime social-démocrate tend à maximiser
l’offre de travail sans réduire la demande (le taux de sortie du marché de l’emploi parmi les travailleurs âgés est modeste et le
taux de participation des femmes au travail est très élevé). L’analyse des trois « trajectoires de l’emploi dans les sociétés
postindustrielles » n’est pas convaincante et ne manque de trahir l’ethnocentrisme de la démarche : « La structure du marché
postindustriel suédois est l’ornement marqué par l’Etat social. Les Etats-Unis eux, ont produit un marché du travail avec,
d’un côté, le secteur des affaires et des services et, de l’autre, tout ce qui relève du domaine de l’industrie des loisirs, avec
les bons emplois dans le premier cas et les moins bons dans le second. En Allemagne, on ne peut pas vraiment dire qu’il s’est
produit un changement « postindustriel ». » (Esping-Andersen, 1999 : 267).
26 Mentionnons également les travaux de Palier (2002) et de Merrien (2002) sur cette question.
27 L’auteur propose alors de compléter le concept de démarchandisation par celui de défamilialisation, qui constituerait alors
un troisième critère définitionnel des Etats providence, en plus de la démarchandisation et de la stratification sociale. La
défamilialisation des politiques sociales signifie la collectivisation des responsabilités familiales (pp277-278) : la
défamilialisation apparaît comme la condition de possibilité, pour les femmes, d’harmoniser travail et maternité. A l’inverse,
les régimes familialistes posent la famille comme centre normal des responsabilités relatives aux besoins sociaux de ses
membres.
31
le politique, l’électeur ? Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute que Giddens s’attache moins
à produire un savoir sur les transformations récentes auxquelles sont confrontés les Etats
providence contemporains qu’à proposer des solutions « nouvelles » afin de répondre au
changement à l’œuvre dans l’ordre mondial (p23).
Cet ouvrage, composé de cinq parties, évolue en deux temps : une phase « analytique » et une
phase « propositionnelle ». Dans un premier temps, Giddens résume les dilemmes auxquels
sont confrontés les systèmes d’Etat providence européens. Dans un second temps, il propose,
comme réponse, le modèle normatif de la troisième voie.
§ 1.1. Les cinq dilemmes
Giddens commence par brosser à gros traits les systèmes d’Etats providence européens :
quatre groupes (britannique, nordique, d’Europe continentale et du sud) « qui partagent tous
des origines historiques, des structures et des buts communs. » (p27). L’apport théorique
d’Esping-Andersen est évident bien qu’implicite ; Giddens apporte même sa « touche
28
personnelle » en proposant d’adjoindre un quatrième régime ou modèle, « les systèmes du
sud, semblables dans leur forme à ceux d’Europe continentale, mais moins extensifs et
distribuant des niveaux de prestations inférieurs » (p28). Mais, ne nous fions pas aux
apparences : on est très loin de la démarche comparative d’Esping-Andersen … L’objectif ici
est, à l’inverse, de réduire toute forme de variabilité (historique, géographique, …) pour
aboutir à un « modèle réduit » d’Etat providence : cet Etat social-démocrate un peu
« vieillot » qu’il convient précisément d’activer.
Giddens esquisse alors une comparaison doctrinale « sommaire », plus que douteuse, entre la
social-démocratie « à l’ancienne » et la perspective « néolibérale ». Ce travail de
comparaison, opérant par réduction, est à la base de l’élaboration du nouveau modèle, comme
en témoigne le tableau ci-dessous : dans une perspective hégélienne allégée, Giddens pose la
troisième voie comme la synthèse actualisée d’une dualité obsolète (clivage vieille gauche /
nouvelle droite), - actualisée, dans le sens où cette synthèse ne se contente pas de digérer les
deux modèles antagonistes, mais intègre également les nouveaux grands enjeux ou dilemmes
sociaux qui rendent cette dualité obsolète.
Social-démocratie classique
Large engagement de l’État dans la
vie économique et sociale
L’État domine la société civile
Collectivisme
Gestion keynésienne de la demande et
corporatisme
Rôle limité des marchés : économie
mixte
Plein emploi
Égalitarisme fort
État-providence universel, protégeant
les citoyens « du berceau à la tombe »
Modernisation linéaire
Faible conscience écologique
Internationalisme
Néolibéralisme
Gouvernement minimal
Troisième voie
Le nouvel État démocratique sans ennemis
Société civile autonome
Fondamentalisme marchand
Autoritarisme moral et individualisme
économique puissant
Marché du travail libre comme tous les
autres
Acceptation de l’inégalité
Nationalisme traditionnel
Aide sociale en dernier recours
Renouveau de la société civile
Un État gestionnaire des risques
Un investissement social de l’État
Modernisation linéaire
Faible conscience écologique
Théorie réaliste de l’ordre international
Vision du monde bipolaire
Vision du monde bipolaire
Nouvelle économie mixte
Égalité d’intégration
Nation cosmopolitique
Assistance sociale positive
(« pas de droits sans responsabilités »)
Conservatisme philosophique
Forte conscience écologique
Démocratie et cosmopolitisme
(gouvernance mondiale)
Vers la mondialisation
Quels sont les grands dilemmes auxquels les Etats providence sont actuellement confrontés ?
L’auteur sollicite explicitement l’indulgence du lecteur : « Chacun de ces dilemmes renvoie à
des questions importantes. Or, il n’y a de place ici que pour des réponses sous une forme
28 Notons que Giddens n’est pas le seul à identifier un quatrième régime d’Etat providence européen dit « du sud, latin ou
méditerranéen » (lire à ce propos Merrien, 2002 : 215).
32
résumée. J’aurai donc du mal à convaincre un lecteur sceptique sur chacun des points. »
(p45). Giddens a le mérite d’être clair : dans cet ouvrage, il cherche à convaincre et ne
cherche pas à comprendre. L’intérêt des « questions » s’épuise dans le seul intérêt d’y
répondre.
a. La mondialisation. « La mondialisation, telle que je la conçois (…) ne peut être en aucun
cas limitée au phénomène d’interdépendance économique, mais doit être comprise comme la
transformation des notions de temps et d’espace dans nos vies. » (p 48). Giddens s’en tient ici
à de grandes généralités : la mondialisation va de pair avec l’émergence d’une société de
l’information, un monde de communication électronique instantanée. La mondialisation n’a
rien d’un processus naturel, nous dit-il, il s’agit d’un ensemble complexe de processus issus
d’un mélange d’influences politiques et économiques.
b. L’individualisme. S’inspirant des thèses de Beck relatives au processus d’individualisation,
Giddens souligne que l’enjeu actuel est moins celui du désengagement que du rattachement de
l’engagement à une tradition « instantanée », à une histoire « immédiate » : « Le nouvel
individualisme est associé au recul de la tradition et de la coutume dans nos vies ; c’est-àdire un phénomène qui vient de l’impact de la mondialisation au sens large, davantage que de
l’influence des marchés. (…) Plutôt que de voir notre époque comme celle de la décadence
morale, il s’agit plutôt de la comprendre comme celle d’une transition morale. Si
l’individualisme institutionnel ne signifie pas égoïsme, il ne présente pas de menace pour la
solidarité sociale, mais il implique que nous cherchions de nouveaux moyens pour produire
une telle solidarité » (p53). Giddens pose le problème sans l’approfondir, bien qu’il soit de
taille : le bouleversement temporel dans les processus de production de valeurs est inédit,
comme le souligne Z. Laidi (1999), dans la mesure où ce serait désormais le présent qui
fonderait la légitimité de tout combat.
c. L’action politique et les nouveaux mouvements sociaux. De nouveaux mouvements,
groupes et ONG sont désormais en mesure de montrer leur force sur la scène mondiale :
l’activisme de la « sous-politique » remet en question la « machine » politique traditionnelle.
Cette thématique nous renvoie à nouveau aux thèses de Beck (Beck, 2001 : Chapitre 8). Dès
lors, « les gouvernements doivent être prêts à les écouter, à réagir aux problèmes qu’ils
soulèvent et à négocier avec ces groupes, au même titre qu’avec les entreprises et les autres
acteurs économiques » (p67).
d. La question écologique. « Les hypothèses quelque peu optimistes de la modernisation
économique détournent notre attention de deux questions fondamentales soulevées par les
considérations écologiques : notre rapport au progrès scientifique et les réponses que l’on
apporte aux risques. » (p72). L’articulation théorique avec la société du risque de Beck est
explicite. Mais contrairement, à Beck qui analyse l’émergence d’une forme de
« totalitarisme légitime de la prévention » généré par la société du risque (Beck, 2001 : 145),
Giddens quant à lui, valorise cette approche proactive. Un principe de gestion préventive des
risques s’impose, selon Giddens, mettant en relation l’autonomie individuelle et l’influence
grandissante des changements scientifiques et technologiques. Le risque ne doit pas être
considéré simplement comme un phénomène négatif, nous confie Giddens, « c’est aussi le
principe dynamique d’une société qui a rompu avec la tradition et la nature » (p76).
e. L’obsolescence du clivage « gauche / droite ». « La mondialisation et la désintégration du
communisme ont profondément transformé les contours de la gauche et de la droite. Dans les
pays industriels, il n’y a pas d’extrême à proprement parler. Mais il y a une extrême droite,
qui se définit de plus en plus par rapport à la mondialisation. » (p58). Le clivage « gauchedroite » ne repose plus sur des désaccords fondamentaux comme par le passé et plus personne
n’a d’alternative à proposer au capitalisme, tout le monde accepte la nature duale de la science
et de la technologie, …
33
Ces cinq dilemmes, présentés séparément mais interagissant les uns par rapport aux autres,
constituent ce à travers quoi la politique de la troisième voie doit se frayer un chemin.
Giddens présente alors les valeurs de la troisième voie : un « nouveau » cadre normatif qui
apporte des réponses au cinq dilemmes (p79).
Valeurs de la troisième voie
Égalité
Protection des faibles
Liberté comme autonomie
Pas de droits sans responsabilités
Pas de d’autorité sans démocratie
Pluralisme cosmopolitique
Conservatisme philosophique (ou
conséquences de la science)
conscience
des
§ 1.2. Le modèle de la troisième voie
La troisième voie est construite par Giddens comme un nouveau modèle sociétal dont voici le
programme politique (p83).
Programme de la troisième voie
Un centre radical
Un nouvel Etat démocratique
Une société civile active
Une famille démocratique
Une nouvelle économie mixte
Une égalité d’intégration
Une assistance sociale positive
Un investissement social de l’Etat
Une nation cosmopolitique
Une démocratie cosmopolitique
La troisième voie suppose une démocratisation de la démocratie qui nous conduira vers un
« nouvel Etat démocratique sans ennemi ». Par la délégation du pouvoir et le principe de
subsidiarité, l’Etat doit apporter des réponses structurelles à la mondialisation. Par un
renouveau de la sphère publique (plus ouverte et plus transparente), le relèvement du niveau
d’efficacité des administrations assurerait la préservation ou le rétablissement de la légitimité
d’Etats désormais sans ennemis. « Sa structuration devrait observer le principe écologique
selon lequel il faut « obtenir plus à partir de moins », qui doit être compris non pas comme un
dégraissage, mais comme une amélioration de la qualité. » (p87). En outre, le recours à des
formes de démocratie autres que le processus orthodoxe du vote apparaît possible et même
nécessaire au regard de la pression vers le bas qu’entraîne la mondialisation (démocratie
locale directe, référendums électroniques, jurys populaires, …). Enfin, la double
démocratisation de la démocratie sera rendue possible par la mise en place d’un Etat
gestionnaire des risques : la légitimité d’Etats sans ennemis tient de plus en plus à leur
capacité à gérer les risques. La nécessaire gestion proactive des risques est précisément ce
totalitarisme « légitime » de la prévention. », dont nous parle Beck.
Ce nouveau modèle sociétal implique également un renouveau de la société civile qui doit
impérativement passer par un partenariat entre l’Etat et la société civile et par un renouveau
de la communauté à travers la promotion de l’initiative locale.
La troisième voie repose également sur une stratégie de « familialisation », de renforcement
des responsabilités familiales, en prônant la « famille démocratique » : ceci nous renvoie
34
directement à la seconde stratégie de réforme des Etats providence, mise en évidence par
Esping-Andersen. La famille démocratique, pour Giddens, est un modèle à atteindre de
famille socialement intégrée, basée sur l’égalité affective et sexuelle, qui articule toute une
série de droits et de responsabilités mutuels : la « coparentalité », des obligations parentales à
vie, une autorité négociée sur les enfants, des obligations des enfants envers les parents.
L’Etat comme investisseur social prend appui sur une nouvelle économie mixte, sur une
conception de l’égalité comme intégration et sur une assistance sociale positive
(l’investissement dans le capital humain).
1) La nouvelle économie mixte : « On peut dire que la politique de la troisième voie plaide en
faveur de la nouvelle économie mixte. (…) La nouvelle économie mixte cherche plutôt à créer
une synergie entre les secteurs public et privé, recourant au dynamisme des marchés tout en
gardant à l’esprit l’intérêt public. Cela implique deux équilibres : l’un entre la régulation et
la déréglementation, aux niveaux local, national et transnational, et l’autre entre
l’économique et le non-économique dans le fonctionnement de la société. » (p110).
2) Le sens de l’égalité comme intégration : « La nouvelle politique de la troisième voie définit
l’égalité comme intégration et l’inégalité comme exclusion » (p113). L’auteur identifie deux
formes d’exclusion : l’exclusion de ceux qui sont au bas de l’échelle et l’exclusion volontaire
des élites. Giddens esquisse les principes fondamentaux d’une société d’intégration (p115) :
l’égalité d’intégration, la méritocratie restreinte, le renouveau de l’espace public (ou
libéralisme civique), le dépassement de la société du travail, l’Etat investisseur social,
l’assistance sociale positive.
3) Une société fondée sur une assistance sociale positive :
Lorsque la « protection sociale » ne revêt qu’une connotation négative et vise trop
exclusivement « les pauvres », nous dit Giddens, elle finit par créer des fractures et produire
de l’exclusion. D’un côté, le système de Bismarck, comme forme classique de l’Etat
providence, se révèle, par principe, non démocratique, dans la mesure où il repose sur une
distribution unilatérale des bénéfices du haut vers le bas. D’un autre côté, cette forme
classique d’Etat providence ne serait plus à même de couvrir les nouveaux risques sociaux ;
deux types de problèmes apparaissent : soit les risques couverts ne sont pas adaptés aux
besoins, soit les mauvais groupes sont protégés. Dès lors, la distribution des prestations du
haut vers le bas devrait être remplacée par des systèmes de distribution plus localisés. Ainsi,
nous dit l’auteur, la ligne directrice doit être l’investissement dans le capital humain, plutôt
que le financement direct de mesures de soutien économique.
Parmi les stratégies d’investissement social, on compte, entre autres, l’éducation à vie (life
long learning), les partenariats de projets publics, l’aménagement du temps de travail qui tient
compte de la vie de famille, le renouveau de la culture civique (Giddens, 2002 : 128-136).
Les stratégies d’investissement social
Education à vie
Partenariats de projets publics
Transférabilité
Aménagements du temps de travail qui tiennent
compte de la vie de famille
Renouveau de la culture civique
Dans le champ des politiques d’emploi et de formation en Europe, la Third Way semble
s’imposer comme l’unique alternative entre un retour improbable de l’emploi fordiste
(stratégie de ré-encastrement de l’économique dans le social) et une déconnexion croissante
de l’économique et du social (stratégie néolibérale). Cependant, il ne s’agit là que d’une
version, certes dominante, du paradigme de l’Etat social actif : l’approche ressourciste de
l’activation, fondée sur une conception rawlsienne de la justice sociale, en termes de « paniers
35
de biens ». Dans ce modèle, fondé sur une assistance sociale positive, l’Etat prend les traits
d’un grand investisseur en capital humain et l’individu apparaît comme un petit propriétaire
déterritorialisé, entrepreneur de lui-même.
Le modèle des marchés transitionnels du travail (Schmid et Gazier, 2002) se présente comme
une alternative à la troisième voie de Giddens, une autre version du paradigme de
l’activation : plutôt que d’ « équiper » les individus pour faire face aux risques liés au travail,
il faut « équiper » le marché du travail pour doter les citoyens de droits nouveaux et étendre
leur liberté réelle, soutiennent les défenseurs de ce modèle.
SECTION 2. LE MODÈLE DES MARCHÉS TRANSITIONNELS DU
TRAVAIL
Introduction
L’approche en termes de « marché transitionnel du travail » (MTT), introduite par Gunther
Schmid (1995), apparaît comme un ensemble de propositions analytiques et politiques visant
à réformer les politiques publiques de l’emploi. Cette démarche nous est présentée
aujourd’hui comme un nouveau modèle d’articulation entre la protection sociale et le marché
du travail. Dans un ouvrage récent, Tous « sublimes », B. Gazier tente de synthétiser cette
démarche, l’enrichissant des travaux récents de Boissonnat (contrat d’activité), de Maurin
(égalité des possibles) et de Supiot (droits de tirage sociaux).
La démarche transitionnelle se donne trois priorités : l’égalité entre les hommes et les
femmes, la promotion des carrières désirées tout au long de la vie, la construction d’une
société plus égalitaire (Gazier, 2003 : 279). Elle vise également deux cibles : lutter contre
l’exclusion générée par le marché du travail, rechercher un plein emploi soutenable. (Gazier,
29
2003 : 281). En prenant en compte les externalités du marché du travail, le cœur de la
démarche transitionnelle vise à structurer des négociations locales multipartenariales sur les
mobilités. (Gazier, 2003 : 270).
L’approche en termes de MTT, mettant l’accent sur les « transitions », invite à concevoir le
marché du travail, non comme un processus d’ajustement entre offre et demande (stocks)
mais comme un espace de mobilité (flux) qui s’intègre dans un espace plus large que le
monde du travail. Cette approche accorde la priorité, non plus à la protection des « états » (ou
statuts) du travailleur, mais à la sécurisation de sa trajectoire tout au long de son cycle de vie,
passant d’une approche statique et globale à une approche plus dynamique et individualisée.
Les « transitions » sont définies comme tout écart à la situation de référence constituée par
l’emploi à temps plein et à durée indéterminée. Ces transitions peuvent être aménagées ou
laissées à l’initiative individuelle ; elles peuvent aussi se révéler progressives ou régressives
(transitions critiques – Gazier, 2003 : 136). Ces auteurs tiennent compte de cinq champs
principaux des transitions : « dès l’origine, les travaux fondateurs de Günther Schmid ont en
effet identifié cinq champs principaux de transitions : au sein même de l’emploi, entre emploi
et système éducatif, entre emploi et chômage, entre emploi et activités domestiques, enfin
entre emploi et retraite ou relégation. » (Gazier, 2003 : 135)
La démarche « transitionnelle » s’affilie, sans équivoque, au modèle de compétence (Zarifian,
1999) : « dans la perspective des « marchés transitionnels », le recours à l’idée de
compétences est naturel, et il est au centre des démarches collectives et négociées. » (Gazier,
2003 : 167). Étant soumises en permanence au risque d’obsolescence, les compétences des
travailleurs sont elles-mêmes en transition et appellent une gestion tout au long de la vie.
29 Gazier définit les « externalités » comme une sorte de plus-value aux transactions, un type d’avantage « extérieur » aux
transactions que peuvent réaliser les acteurs (Gazier, 2003 : 287).
36
Mobilité, flexibilité, transition : même combat ? La démarche des marchés transitionnels
propose de repenser globalement le type d’articulation à instituer entre les systèmes de
protection sociale et le marché du travail.
§ 2.1. Trois dilemmes
Gazier pose la démarche transitionnelle comme une réponse à trois dilemmes qui affectent les
Etats providence et, plus particulièrement, le lien entre emploi et protection sociale : 1) les
transformations des risques liés au travail et de la logique de répartition des risques ; 2) la
flexibilité du travail qui « balkanise » les statuts professionnels et « émiette » les droits
sociaux ; 3) les politiques d’emploi qui apparaissent comme des « machines à trier les
chômeurs ».
1) Transformations des risques liés au travail
Toute relation de travail, nous dit Gazier, implique un partage précis des divers risques qui lui
sont associés : les risques entrepreneuriaux ou économiques (faillite, erreur de production), les
risques d’emploi (perte d’emploi), les risques liés au capital humain, les risques liés à la
sécurité du travail, les risques liés à la variabilité des temps, les risques sociaux (maladie,
maternité, vieillesse). « Travailler, c’est gagner sa vie, mais aussi prendre des risques. (…)
Tout modèle social repose sur une répartition et un mode de gestion des gains et des risques
associés au travail. Il s’agit d’un équilibrage de droits et de responsabilités entre les
différents participants à la production, qui doit être à la fois efficace et acceptée par
chacun. » (Gazier, 2003 : 243). Les risques économiques et les risques liés aux conditions de
travail sont généralement assumés par l’entreprise ; les autres font l’objet d’une gestion
collective.
On assisterait actuellement à un renforcement et une complexification de tous les risques
traditionnels liés au travail, et à l’apparition de risques supplémentaires à caractère
dynamique. « Depuis une vingtaine d’années, avec l’intensification et la diversification des
risques, cette répartition est de plus en plus bousculée. Il en résulte une tendance
systématique au report des risques sur le travailleur individuel. » (Gazier, 2003 : 253). Au
niveau des risques économiques, Gazier rend compte d’une responsabilisation accrue du
travailleur allant de pair avec une individualisation des salaires (obligation de résultat,
performance). Au niveau des risques d’emploi, l’auteur souligne la tendance générale à la
gestion individualisée de l’employabilité (adaptabilité du travailleur et recherche active
d’emploi). Au niveau des risques sociaux, il prend acte d’une tendance forte de gestion
individuelle de la discontinuité des itinéraires. Quant aux risques liés à l’accomplissement du
travail, la pratique accrue du télétravail n’est, selon lui, qu’un exemple, parmi d’autres, qui
rend compte des difficultés accrues à contrôler collectivement les conditions de travail.
Cette thématique d’une nouvelle répartition des risques et de leurs transformations renvoie
directement aux écrits de Beck (2001) : « A travers de multiples canaux et processus, les
risques associés au travail se sont diversifiés, transformés, multipliés, et en définitive, accrus.
Au départ, les principaux risques envisagés par les juristes qui ont élaboré le contrat de
travail étaient externes et cycliques. (…). Les risques aujourd’hui ajoutent une dimension
« interne » au sens ou ils peuvent résulter, même dans des contextes favorables, des
interconnexions croissantes entre nations et entre monde financier et monde commercial. »
(Gazier, 2003 : 253).
Si la tendance actuelle se caractérise par un report de la responsabilité et de la gestion de
l’ensemble des risques liés au travail sur le salarié (processus d’individualisation), elle doit
être mise en relation avec la mise en cause des « marchés internes » (Favereau, 1989), ce
modèle d’emploi fordiste fondé sur la constitution et la stabilisation de collectifs de travail, et
de carrières à l’ancienneté assortie de fortes garanties collectives et sociales.
37
2) « Balkanisation » des statuts professionnels et le « mitage » des droits sociaux
Gazier se contente de rappeler divers facteurs économiques, démographiques et sociaux qui
ont participé aux transformations du marché de l’emploi, provoquant une déstabilisation des
systèmes de protection sociale : la globalisation de l’économie et l’accroissement constant du
pouvoir des actionnaires, le vieillissement de la population et la baisse de la fécondité, les
mutations de la structure familiale, l’individualisation croissante amorçant le déclin des
grandes identités professionnelles. Gazier nous rappelle également que la flexibilité constitue
aujourd’hui une caractéristique majeure du marché du travail ; la référence aux travaux de
Castel (1995), de Beck (2001) ou encore de Maurin (2002) est explicite.
Contrairement à Rosanvallon (1995) pour qui la nouvelle question sociale se formule en
termes d’exclusion, - et pour qui une nouvelle réponse est à chercher du côté d’un état social
« proactif » -, rappelons que pour Castel (1995), c’est l’effritement de la condition salariale
qui est en jeu : non pas la mise à l’écart de certains, mais la fragilisation généralisée, la
« déstabilisation des stables ». La flexibilité du travail remet en question la structure même de
la relation salariale et constitue, dès lors, un vecteur de transformation profonde de la
« société salariale ». Telle est également la thèse de Maurin (2002) qui montre : 1) que
l’instabilité professionnelle s’accroît indépendamment de la conjoncture macroéconomique
(p19) ; 2) qu’elle est générale, autrement dit, qu’elle affecte autant les ouvriers que les cadres,
les anciens comme les nouveaux salariés, les plus et les moins diplômés (p25), 3) que cette
instabilité progresse même dans les périodes où l’on renforce les dispositions de protection
des emplois. La flexibilité produit conjointement une fragilisation progressive des relations
d’emploi et d’une transformation profonde du contenu et des contextes dans lesquels
s’exercent les activités professionnelles : « l’activité demande de plus en plus à chacun de
réagir et de se comporter comme une personne à part entière, de moins en moins comme une
unité élémentaire de production, de moins en moins comme un « travailleur » ou une
30
« travailleuse ». » (Maurin, 2002 : 9) .
Castel définit la flexibilité comme une manière de nommer la nécessité de l’ajustement du
travailleur moderne à sa tâche, qui ne se réduit pas à la nécessité d’un ajustement mécanique à
30 La thèse soutenue par Maurin est intéressante : elle combat une représentation « duale » de la société ou du marché du
travail et, conjointement, une représentation de la société comme une grande classe moyenne. En effet, si la fragilisation des
relations d’emploi est générale et qu’il existe des flux importants entre les positions les plus instables et les positions les plus
stables, la représentation duale de la société tourne à vide. La représentation de la société comme une vaste classe moyenne
est également remise en question si elle demeure puissamment inégalitaire. Maurin insiste sur la persistance des inégalités :
persistance des situations salariales au fil des carrières et persistance (et même accroissement) des familles dans la pauvreté.
Mais ces inégalités ne s’ancrent plus dans la division sociale du travail et ne forgent plus des identités de classe. « Les
inégalités renvoient de moins en moins à la division sociale du travail entre grandes catégories de salariés et de plus en plus
à l’idée d’une inégale distribution des capacités personnelles à faire face aux exigences du marché du travail. » (Maurin
2002 : 71).
Sur les traces de Castel (1995), Maurin poursuit l’analyse des ruptures et transformations d’une société salariale de plus en
plus difficile à catégoriser. La « nouvelle condition ouvrière » ne signifie nullement, pour lui, un déclin mais bien une
recomposition profonde. La classe ouvrière n’a d’ailleurs jamais été un univers homogène, nous rappelle-t-il, trois grandes
familles s’y côtoient : les ouvriers industriels, les artisans, les ouvriers du transport et de la manutention. Si les ouvriers
industriels étaient encore majoritaires au début des années 1980, ils sont aujourd’hui minoritaires. « Les conditions de travail
des nouveaux métiers ouvriers sont ainsi très différentes des conditions de travail des métiers d’ouvriers de type industriel en
déclin » (Maurin 2002 : 34) : moins exposés au travail à la chaîne ou sous cadences mais beaucoup plus exposés à la pression
directe de la demande, qui nécessite davantage d’autonomie, de réactivité et de prise d’initiative. « La condition des ouvriers
s’éloigne de la condition d’unités élémentaires de main-d’œuvre pour se rapprocher de la condition de personnes à part
entière. » (Maurin 2002 : 36).
D’autres recompositions profondes s’observent au niveau des employés. Il y a vingt ans, la principale figure de la catégorie
des employés correspondait aux employés administratifs d’entreprise ; aujourd’hui, les personnels de services aux particuliers
et les employés de commerce (les « nouveaux employés ») sont devenus prépondérants par rapport aux employés des univers
bureaucratiques. « Les évolutions internes à la catégorie des employés comme à celle des ouvriers ont une même portée
sociologique fondamentale : les salariés les plus modestes sont plongés dans des contextes de plus en plus informels, plus
proches du client et de la demande finale. Ils ont certes gagné en autonomie, mais ils sont aussi sollicités de façon beaucoup
plus personnelle. » (Maurin 2002 : 43).
38
une tâche ponctuelle, mais qui exige de l’opérateur une disponibilité immédiate pour s’adapter
aux fluctuations de la demande (Castel, 1995 : 402). C’est ainsi que Barbier et Nadel
définissent la flexibilité comme la nécessité d’aligner le plus étroitement possible les
conditions d’utilisation des travailleurs sur les fluctuations des besoins ressentis par les
31
entreprises (Barbier et Nadel, 2000 , cité par Gazier, 2003 : 35). La flexibilité s’apprécie sous
différentes formes : pratiques d’externalisation et sous-traitance en cascade (« balkanisation »
des statuts et conditions de travail), polyvalence, individualisation des rémunérations et
responsabilisation (exigence de réactivité), individualisation du travail salarié, collectivisation
des contraintes et modalités d’exercice du travail indépendant (travail par projet), éclatement
des situations d’emploi, mise sous pression du travailleur (employabilité) et mise en
concurrence (« la course des rats » : Gazier, 2003 : 65).
On a tendance à regrouper ces différentes formes de flexibilité en deux grandes catégories : la
flexibilité interne et la flexibilité externe (Castel, 1995 ; Boltanski et Chiapello, 1999).
Atkinson (1984) distingue, quant à lui, quatre formes de flexibilité : la flexibilité fonctionnelle
(aplatissement de la hiérarchie, décloisonnement des métiers, adaptabilité), la flexibilité
numérique (sous-traitance et sous-emploi), la flexibilité financière (individualisation des
rémunérations), la flexibilité productive ou technique (adaptabilité de la production). Comme
le montre Périlleux (2001 : 25), le modèle de l’entreprise flexible s’oppose au modèle de
l’organisation planifiée sur trois points : absence d’initiative, cloisonnement hiérarchique des
fonctions, orientation de l’action et responsabilité fondées sur le passé. Dès lors, l’entreprise
flexible promeut la capacité d’initiative (autonomie, créativité, réactivité), l’apprentissage
coopératif (le coach et son team), l’orientation fonctionnelle vers le futur.
De son analyse de la flexibilité menée dans sept pays européens (France, Royaume-Uni,
Irlande, Belgique, Espagne, Italie, Allemagne), Boyer retient cinq définitions ou objectifs de
la flexibilité en Europe (Boyer, 1986 : 236-240) : 1) l’adaptabilité de l’organisation
productive (l’usine flexible) ; 2) l’aptitude des travailleurs à changer de poste de travail
(l’ouvrier flexible) ; 3) l’assouplissement des contraintes juridiques régissant le contrat de
travail (le salariat intermédiaire) ; 4) la sensibilité des salaires à la situation économique (le
salaire au rendement) ; 5) La possibilité pour les entreprises de se soustraire à une partie des
prélèvements sociaux et fiscaux (économie souterraine ou salariat à deux vitesses).
Notons enfin que chez Beck (2001), la flexibilité s’inscrit dans la problématique plus large du
processus d’individualisation. La flexibilité constitue une forme parmi d’autres
d’« émancipation » individuelle, nous dit-il, et cette émancipation ne peut être envisagée
indépendamment des resserrements des liens d’interdépendance engendrés par la
« sociétisation des destructions naturelles » et par la primauté nouvelle accordée à la logique
de répartition des risques. La société du risque génère un système de sous-emploi flexible,
pluriel, décentralisé et saturé de risques (Beck, 2001 : 304), un marché de « transitions
critiques », pour reprendre l’expression de Gazier. Ce marché du travail flexible génère des
carrières plurielles, discontinues qui ouvrent moins de droits (mitage des droits sociaux) :
ainsi, les « miettes » de l’emploi génèrent les miettes de la protection sociale (Gazier, 2003 :
62 ; Gautié, 2003 : 10).
Face à ces évolutions, au moins trois catégories d’interventions sont envisageables, nous dit
Gazier : 1) des mesures incitatives (subventions à l’embauche, bonus-malus en matière
d’assurance-chômage pour les entreprises), 2) des mesures légales, réglementaires et
conventionnelles (droits de tirage sociaux : cfr. A. Supiot, 1999 : 90-92), 3) de nouveaux
objets d’accords collectifs : les marchés transitionnels (cfr. Gazier, in Barbier et Gautié,
1998).
31 Barbier J.-C. et Nadel H., La flexibilité du travail et de l’emploi, Flammarion, Paris, 2000.
39
3) La « machine à trier »
Parallèlement à l’entreprise qui apparaît comme une machine à flexibiliser (travail et
travailleur), le service public d’emploi apparaît comme une machine à trier (emplois et
demandeurs). « De nos jours, elles (les politiques de l’emploi) insistent de moins en moins sur
la création directe de postes disponibles (…). Demeurent donc surtout des interventions sur
les activités de placement, la réduction du coût du travail et la formation des travailleurs. »
(Gazier, 2003 : 73).
Pour Gazier, l’activation que propose Giddens apparaît comme un compromis du compromis,
permettant de conserver les politiques de l’emploi tout en limitant les coûts et en combattant
la « passivité » des chômeurs. (Gazier, 2003 : 76). « La palette actuelle de l’activation
s’enrichit ainsi de deux côtés. Des traitements sur mesure et des actions de remotivation, et
d’autre part des contrôles, des convocations à des entretiens et éventuellement des sanctions
(limitation des payements, voire exclusion) en cas de refus d’accepter un entretien, un emploi
ou une formation. La carotte et le bâton. » (Gazier, 2003 : 77). Pour tenter d’enrayer les effets
pervers des politiques d’emploi comme machine à trier, à catégoriser, à stigmatiser, à
écrémer, une solution partielle et limitée voit le jour dans le courant des années 1990 : le
profilage comme rationalisation du tri (Gazier, 2003 : 89). « Le « profilage » est une
indiscutable rationalisation du tri auquel se livrent, ensemble, le marché du travail et les
politiques de l’emploi. Il n’en supprime pas l’arbitraire. » (Gazier, 2003 : 91).
L’individualisation des politiques d’emploi produit un déplacement de son objet, montre
Gazier : l’employabilité tend à se substituer à l’emploi : les politiques d’emploi ne produisent
pas d’emploi, elles produisent de l’employabilité. Cette tendance s’apprécie au niveau de
l’implémentation de ces politiques dans les organisations publiques : « L’ANPE n’a pas pour
vocation de créer des emplois, mais elle pourrait avoir pour métier de créer de
l’employabilité, ce qui est plus positif que de gérer des chômeurs. » (Gazier, 2003 : 93). Si
l’on s’en tient à une définition minimale (ou première) du concept, produire de
l’employabilité, c’est produire quelque chose de puissamment virtuel : la capacité individuelle
d’obtenir et/ou de conserver un emploi. Mais, nous dit Gazier, d’autres formulations ont fait
une place explicite à la dimension collective : celle qui fonde la démarche transitionnelle,
l’employabilité « interactive » que nous évoquerons plus loin. « Alors l’employabilité dépend
étroitement du contexte dans lequel évoluent les travailleurs et suppose une action associant
les services publics de l’emploi et les partenaires sociaux. En 1997, la « stratégie européenne
pour l’emploi », formulée lors du sommet de Luxembourg, a retenu une version de ce type. »
(Gazier, 2003 : 97). L’employabilité se définit alors comme la capacité à construire une
32
carrière autonome, comme le suggère Maurin dans L’égalité des possibles .
§ 2.2. Les marchés transitionnels : mode d’emploi
La démarche transitionnelle prétend apporter des réponses « nouvelles » à ces questions. Quel
type de réponse ? Le principe des marchés transitionnels se situerait à mi-chemin entre
l’allocation universelle et les subventions systématiques à l’emploi, mais également entre
dérégulation et (re-)régulation forcée. « Les « marchés transitionnels du travail » consistent
en l’aménagement systématique et négocié de l’ensemble des positions temporaires du travail
et de l’activité dans un pays ou une région. Ces positions temporaires, ici dénommées
32 Maurin (2002) se penche sur les mutations qui affectent les formes d’identités au travail, et plus globalement, la
perception des appartenances sociales, remontant aux sources d’un triple sentiment d’insécurité, d’isolement et d’injustice qui
marque le rapport de la société à l’économie et au monde du travail. C’est pourquoi l’auteur privilégie une réforme du
dispositif de formation continue, plutôt qu’une réforme du contrat de travail (nous verrons que la démarche en terme de
marché transitionnel permet de relier ces deux orientations) : redéfinir les priorités des politiques sociales pour une « égalité
des possibles », autrement dit repenser les politiques de réduction des inégalités, non en termes d’inégalités de fait, mais
d’inégalités des possibles. L’égalité des possibles de Maurin est une égalité des chances dans un sens assez proche des
« capabilities » de Sen. Nous reviendrons sur ce point.
40
« transitions », doivent être prises au sens le plus large. Les transitions comprennent tous les
écarts possibles par rapport à la situation de référence constituée par l’emploi régulier à
temps plein. » (Gazier, 2003 : 131). Les exemples danois et autrichien (fondation de travail en
Autriche et congés à la danoise) constituent, pour Gazier, des illustrations partielles de
marchés transitionnels : elles s’inscrivent dans le développement de la rotation de la main
d’œuvre, et cherchent à concilier flexibilité et sécurité (Gazier, 2003 : 144-158).
Le modèle des marchés transitionnels du travail s’appuie grandement sur les
recommandations faites par Jean Boissonnat, en termes de « contrat d’activité », dans le cadre
de travaux de prospective réalisés à l’initiative du Commissariat général du Plan (Le travail
dans vingt ans, 1995). L’enthousiasme de Boissonnat peut paraître déconcertant au premier
abord : « Ce n’est pas le travail qui manque. C’est nous qui manquons de clairvoyance pour
comprendre qu’il est en train de changer radicalement ; et qui n’avons pas assez
d’imagination pour l’organiser autrement (…). Longtemps considéré comme une peine,
comme un coût pour l’humanité, le travail est devenu progressivement avec la société
industrielle une source de prospérité pour tous et un moyen de réalisation personnelle pour
chacun. » (Boissonnat, 1995 : 9). Le contrat d’activité constituerait une manière d’organiser le
travail autrement. Selon Boissonnat, organiser le travail autrement, c’est tout d’abord prendre
en compte les évolutions sociétales, techniques et économiques en cours, de façon à actualiser
et élargir le cadre d’organisation de la relation d’emploi qu’est aujourd’hui le contrat de
travail. Autrement dit, il s’agit d’identifier clairement le passage progressif du « travail
marchandise » (Supiot, 1999) de l’ère industrielle taylorienne au « travail global » dont la
substance et les modalités d’exécution l’inscrivent dans un champ d’activités, de temps et de
relations professionnelles plus large. Organiser le travail autrement c’est aussi répondre aux
attentes des hommes et des femmes qui vivent ou vont vivre ces mutations du travail : le
contrat d’activité peut consolider la fonction d’intégration sociale du travail,
d’épanouissement personnel et d’accès à l’autonomie. Il peut favoriser une mobilité qui n’est
pas synonyme de précarité, d’insécurité ou d’exclusion. Travailler autrement, c’est enfin
donner au système productif les capacités d’adaptation requises : souplesse et réactivité qui
visent une meilleure compétitivité.
Si Gazier s’intéresse aux risques liés au travail et à leurs transformations récentes, Boissonnat
s’attache avant tout aux grandes fonctions du travail et à leurs mutations récentes et futures
33
(analyse prospective) : fonction de production (créer de la richesse), fonction de répartition
(rémunération), fonction d’insertion (réalisation personnelle).
Face à ces évolutions, Boissonnat dresse quatre scénarios d’évolution possible devenus
célèbres (Boissonnat, 1995 :171) : le scénario « catastrophe » de l’enlisement (pp 172-182), le
scénario du « chacun pour soi » (pp 182-190), le scénario de l’adaptation (pp 190-198), et le
scénario idéal de la coopération (pp 198-206). Pour se donner les moyens de ne pas sombrer
dans l’enlisement ou dans le règne du « chacun pour soi », Boissonnat propose quelques
principes d’action (Boissonnat, 1995 : 215), qui inspirent grandement les défenseurs de la
démarche « transitionnelle », en particulier l’idée selon laquelle il serait impératif de faire de
la mobilité un atout : 1) le travail reste une source de prospérité pour tous et un moyen de
33 Boissonnat montre que ces fonctions essentielles du travail connaissent de profondes mutations.
1) La fonction de production est modifiée par le développement économique.
Les modes d’organisation du travail se transforment : les emplois sont moins dans la production mais davantage dans la
commercialisation et les services. Le client deviendra l’interlocuteur privilégié du travailleur. Chaque client est un marché ;
chaque employé est un entrepreneur.
2) La fonction de rémunération est également transformée : baisse des revenus du travail et hausse des allocations. Il n’y a
plus de lien nécessaire et évident entre la perception de revenus monétaires et l’exécution d’un travail.
3) La fonction d’insertion est inégalement répartie : le manque d’emploi est vécu comme une exclusion surtout à ce niveau.
Ces trois fonctions vont continuer d’évoluer, nous dit Boissonnat, sous l’effet de tendances lourdes de nos sociétés, comme
l’évolution démographique et la globalisation croissante de l’économie.
41
réalisation pour chacun, 2) l’accès au travail est un droit, 3) l’efficacité économique est au
service de la dynamique nationale et de la cohésion sociale, 4) la mobilité doit devenir un
atout, 5) l’Etat a un rôle à jouer dans la réduction des incertitudes et des inégalités, 6) la
responsabilité active doit se développer. En plus de six principes d’action, l’auteur esquisse
six actions décisives qui, non seulement rejoignent la démarche « transitionnelle » mais la
concrétisent davantage, surtout les actions 2 et 5 :
1) en matière internationale, rejeter toute stratégie de repli (s’engager dans la voie de
l’unification européenne)
2) favoriser des partenariats entre grandes entreprises et sous-traitants, entre les
entreprises d’une même région ou d’un même secteur pour gérer les ressources
humaines
3) adapter le système de formation à ce monde nouveau, car l’appareil éducatif ne peut
plus assurer seul une formation qui devra être étalée tout au long de la vie. Passer du
contrat de travail au contrat de travail-formation.
4) réduire le temps de travail (le temps choisi permet au plus grand nombre de bénéficier
de cette fonction d’insertion sociale du travail)
5) rebâtir un cadre institutionnel et légal du travail : le contrat d’activité (pp30-31)
6) développer de nouvelles relations collectives de travail : occasion de rajeunissement
des syndicats et autres organisations professionnelles
Le contrat d’activité (Boissonnat, 1995 : 278-304) semble constituer une proposition de mise
en œuvre concrète de la démarche transitionnelle avant l’heure : le contrat d’activité se
présente comme une nouvelle catégorie juridique de la relation d’emploi. Penchons-nous un
instant sur l’architecture juridique générale de cette proposition. Tout d’abord, l’objet de la
relation d’emploi devrait être élargi pour permettre la mobilité : il s’agit d’inscrire dans le
contrat d’activité non seulement le droit d’accès à l’emploi et à la formation, mais aussi de
permettre à chacun de construire des itinéraires professionnels faisant alterner différentes
formes de travail (indépendant, associatif, …) tout en assurant la garantie d’un revenu, de
protections sociales, d’un statut et d’une identité professionnelle valorisante. Ensuite, il
convient également d’ouvrir l’espace temporel de la relation d’emploi : l’auteur envisage des
limites pluriannuelles à l’intérieur desquelles se succéderaient des sous-contrats de travail, de
formation professionnelle, des congés d’utilité économique et sociale. Enfin, élargir le champ
personnel de la relation emploi, c’est prévoir que le contrat d’activité établit une relation
contractuelle entre les actifs ou leurs représentants d’une part, et un collectif de responsables
économiques et sociaux composé d’une pluralité d’employeurs relevant d’un groupement
d’entreprises librement constitué d’autre part. On s’aperçoit que cette proposition vise
simultanément l’assimilation juridique du travail et de la formation professionnelle et un
rapprochement des statuts d’indépendants et de salariés.
En ce sens, la démarche transitionnelle vise l’aménagement systématique et négocié des
mobilités sur le marché du travail, au sein et hors des entreprises. « Les « marchés
transitionnels » sont des droits nouveaux qui sont destinés aux travailleurs. Ils ont une base
légale et conventionnelle, leur mise en application relevant de négociations. » (Gazier, 2003 :
244). Le développement des MTT consiste à s’appuyer sur les négociations collectives
existantes pour les enrichir de nouveaux objets de négociation. Les marchés transitionnels
constitueraient un prolongement, un enrichissement et une actualisation des « marchés
internes ». Cette démarche consiste à dépasser l’opposition classique entre « marché » et
« organisation », entre marchés internes et marchés externes (Favereau, 1989). « La
démarche « transitionnelle » (…) consiste à définir dans chaque entreprise une stratégie
générale d’amélioration de la qualité des emplois, ou du moins de minimisation des risques
associés à ces postes de travail. » (Gazier, 2003 : 201)
42
La démarche vise à stimuler une attitude active de prise de risques raisonnable par les
individus, prenant acte de risques diversifiés et croissants, pour déboucher sur un processus de
constitution de droits supplémentaires reconnus aux travailleurs. Les objets de négociation
supplémentaires sont les transitions. Les transitions constituent un champ d’observations et de
pratiques concrètes (transitions plus ou moins réussies, plus ou moins explicites, plus ou
moins gérées collectivement). Les transitions étaient initialement conçues comme des phases
temporaires, limitées ; aujourd’hui, elles tendent à absorber l’essentiel des situations
d’emploi, l’état étant de plus en plus appréhendé comme un processus dynamique et non
comme un état.
Le modèle des MTT nous invite, explicitement, à passer de l’assurance-chômage à
l’assurance-emploi. « L’assurance-chômage doit être transformée et être étendue en une
autre assurance plus vaste, l’assurance-emploi. Celle-ci inclut, à un premier étage en quelque
sorte, les protections traditionnelles de l’assurance-chômage : les composantes « actives » et
« passives » des politiques de l’emploi. Mais un second étage doit être formé de l’ensemble
des droits à transitions ouverts aux travailleurs, par exemple les droits à congés parentaux,
pour convenance personnelle et congés-formation. » (Gazier, 2003 : 161-162). Organiser les
mobilités sur une base permanente revient à développer les composantes préventives des
politiques de l’emploi : l’assurance-emploi, c’est donc instaurer des droits à la mobilité, des
« droits de tirage sociaux » (Supiot, 1999) distribués sur une base individuelle.
Gazier nous livre les principes de base (Gazier, 2003 : 139 et 225) de la démarche : 1)
accroître la liberté individuelle ou l’autonomie, 2) promouvoir la solidarité dans le gestion des
risques sociaux et des risques associés au marché du travail, 3) rechercher l’efficacité » des
mesures accompagnant les transitions, 4) mobiliser l’arsenal des techniques de gestion des
risques (contrôle, évaluation, auto-régulation) par le biais d’une démarche largement
décentralisée, ou par un management par objectifs. Gazier actualise ainsi la formulation
34
originale des quatre principes des marchés transitionnels de G. Schmid (1997) .
SECTION 3. THÉORIES NORMATIVES ET RÉGIMES D’ETAT
PROVIDENCE
La typologie des régimes d’Etat providence d’Esping-Andersen, présentée en introduction de
ce chapitre, gagnerait à être mobilisée également comme grille analytique des formules ou
modèles normatifs d’activation, postulant qu’à chaque régime d’Etat providence
correspondrait un modèle (cognitif et normatif) d’activation particulier. La typologie permet
clairement de (re)situer, de (ré)inscrire les deux modèles normatifs d’activation présentés dans
leur « dépendance au sentier » : le modèle anglo-saxon « libéral » qui privilégie une approche
par les « capitaux », et le modèle continental « néo-corporatiste » qui tendrait à privilégier une
approche par les « capacités » (Sen, 2000). Trois régimes d’Etat providence et seulement deux
théories normatives de l’activation : qu’en est-il du régime scandinave ? Rappelons que
l’activation est au cœur du régime d’Etat providence scandinave et, dès lors, ne constitue pas
dans ces pays un enjeu de transformation de l’intervention publique, un nouveau référentiel
d’action publique : elle correspond à une articulation historique entre des mesures
« passives » et des mesures « actives », comme nous l’avons souligné en introduction de cette
première partie.
La théorie normative de la Troisième voie, proposée par Giddens (2002), semble bien
s’affilier au régime « libéral » d’Etat providence. La Third way accorde une place centrale à
34 La formulation originale des quatre principes des marchés transitionnels selon G. Schmid (1997) est la suivante : 1)
renforcer le pouvoir individuel (empowerment), 2) rechercher l’efficience dynamique (recherche de solutions à long terme),
3) rechercher l’emploi durable, 4) activer les coopérations entre réseaux locaux et services d’emploi.
43
l’individu doté de « capitaux » ou d’actifs (« assets ») qui lui permettent d’agir, d’être acteur
de sa vie, entrepreneur de soi (Périlleux, 2005). Parmi les différentes formes de capital, le
capital humain est central dans ce modèle. Le rôle de l’Etat doit être de fournir aux individus
une partie de ces « capitaux » et/ou de les aider à les acquérir. Cette conception de l’individu
défini par sa propriété peut se nommer individualisme patrimonial, comme le suggère Gautié
(2003) : à l’Etat providence « passif », simplement protecteur, se substitue un Etat providence
35
patrimonial, qui s’efforce activement de démultiplier les ressources individuelles .
Le modèle des MTT s’inscrit dans une approche néo-institutionnaliste du marché du travail :
l’équipement institutionnel du marché vient compléter l’équipement individuel des actifs.
Cette troisième voie franco-allemande nous rendra tous sublimes (Gazier 2003) : des citoyens
au travail, maîtres de notre mobilité et de nos engagements. Ce modèle d’activation s’inscrit
clairement dans la filiation du régime « corporatiste » d’Etat providence, s’appuyant sur de
nouvelles conceptions du statut professionnel (Supiot, 1999), de la mobilité professionnelle
(Gazier, in Barbier et Gautié, 1998), de l’activité professionnelle (Boissonnat, 1995). Le
modèle des marchés transitionnels du travail apparaît comme une version « néo-corporatiste »
(Jobert, 1992 : 231) du paradigme de l’activation, dans la mesure où l’éligibilité des droits
sociaux reste liée à la vie professionnelle.
Comme le modèle de la Troisième voie, le modèle des MTT accorde une place centrale à
l’individu ; cependant, il ne fait pas l’impasse sur les supports institutionnels dans lesquels il
s’inscrit. Dans ce modèle « néo-corporatiste », l’employabilité ne se réduit pas à de simples
attributs individuels dans une conception purement marchande du travail, il s’agit d’une
36
construction sociale (employabilité interactive selon Gazier ) : « on peut alors définir
l’employabilité comme la capacité relative d’un individu à obtenir un emploi compte tenu de
l’interaction entre ses caractéristiques individuelles et le marché du travail » (Gazier, 2001 :
10). Pour Gazier, l’employabilité « interactive » est au cœur de la démarche transitionnelle : la
base informationnelle de l’employabilité, ainsi redéfinie, tente de s’affilier à celle de la
capabilité, au sens de Sen (voir encadré ci dessous), qui conduit à une nouvelle articulation
des responsabilités collectives et individuelles.
35 Le terme d’individualisme patrimonial, introduit par André Orléan dans Le pouvoir de la finance (Odile Jacob/1998),
renvoie à un spectre de transformations des formes légitimes de la solidarité sociale : la définition patrimoniale de l’individu
pose la propriété privée comme base de l’efficacité de l’ordre marchand (Orléan, 2000). C’est en ce sens que Gazier et Gautié
utilisent cette notion pour s’opposer à la version anglo-saxonne de l’activation. L’individualisme patrimonial ne renvoie
nullement à l’image d’un individu « rentier », « assis passivement sur ses capitaux », mais à une conception « ressourciste »
de la justice sociale.
36 Rappelons que Gazier s’est beaucoup intéressé à l’histoire de cette notion (Gazier, 1990 ; 2001 ; 2003), dont les premières
traces remonteraient au début du siècle, d’abord en Angleterre puis aux Etats-Unis, dans une forme
« dichotomique », permettant de distinguer les employables des inemployables, les valides des non valides, les aptes des
inaptes. Aux Etats-Unis, une traduction statistique de cette conception dichotomique de l’employabilité se développe selon
trois critères : l’âge, l’absence de handicap physique ou mental, l’absence de contrainte familiale forte. Dès la fin des années
50 aux Etats-Unis, la notion se développe et les usages tendent à se multiplier : l’« employabilité médico-sociale » avec ses
échelles de mesure et ses tests individuels d’employabilité ; l’« employabilité de politique de main d’œuvre », où la norme
médicale se double de normes d’acceptabilité sociale ; l’« employabilité flux » qui se centre sur les conditions globales de la
demande de travail (vitesse moyenne d’écoulement, où vitesse avec laquelle un groupe de chômeurs retrouve un emploi). Ce
dernier usage, davantage « français » selon Gazier, tenterait déjà de relier des situations individuelles (chômage) et
collectives (marché du travail). A partir des années 80, une nouvelle vague d’usages de ce concept se profile :
l’« employabilité performance sur le marché du travail » (essentiellement au Canada) qui tente de relier probabilité de trouver
un emploi et qualité de l’emploi (durée et salaire) ; l’« employabilité initiative » (aux Etats-Unis et en Angleterre) qui se
centre sur les capacités individuelles à « vendre » un « capital » (humain et social) sur le marché du travail, et qui met
l’accent sur la responsabilité individuelle et la capacité d’une personne à mobiliser autour de ses projets un processus
d’accumulation de capital ; l’« employabilité interactive » qui articule explicitement capacités individuelles dynamiques et
contexte (capacité relative) et réintroduit des dimensions interactives et collectives. L’auteur décèle, enfin, dans la pratique du
« profiling », apparue aux Etats-Unis dans les années 90, un nouvel usage du concept d’employabilité : « il s’agit d’établir,
au niveau local (d’une agence locale pour l’emploi, par exemple), un classement continu des clients potentiels d’une
politique active de l’emploi par degré de priorité, pour leur affecter, en sus des services destinés à tous les chômeurs, des
moyens d’ « activation » intensive et sur mesure. » (p17).
44
Selon les principes théoriques de Sen, l’emploi peut être considéré comme un moyen de se
procurer des « capabilités » essentielles ; a contrario, l’absence d’emploi génère des privations
de liberté (Sen, 1997 : 170). La « capabilité » de quelqu’un à trouver un emploi renvoie, à la
fois, à son aptitude ou sa compétence et aux opportunités concrètes qui s’offrent à lui ; la
responsabilité collective de la société est ici impliquée (Sen, 2000b). Le sens négatif de la
liberté serait « l’employabilité » (dans un sens restrictif, centré uniquement sur la
responsabilité individuelle) pour mettre en avant les contraintes que subissent les individus
par rapport au travail. Comment donc « équiper » les institutions et le marché en vue d’une
action sur les capacités individuelles ? Pour Gazier, la réponse est transitionnelle : un
aménagement systématique et négocié des transitions.
Le concept de « capabilité » chez Amartya Sen
L’approche de Sen se présente, avant tout, comme une critique du « welfarisme », - autrement dit des théories du
choix social qui ne retiennent que la valeur agrégée des utilités individuelles pour apprécier les arrangements
sociaux (utilitarisme) évalués uniquement en fonction de leurs conséquences (conséquentialisme) -, et des
théories du capital humain (Maric, 1996 ; Farvaque, 2003 ; Robeyns, 2005). Elle se présente également comme
une approche alternative à la théorie de la justice de Rawls (1971). La focalisation sur les « biens premiers », sur
les moyens (du bien-être, de la liberté) ne permet pas d’apprécier les possibilités de choix de l’individu. En ce
sens, les analyses purement monétaires de la pauvreté ne permettent pas d’évaluer les possibilités réelles de
l’individu. « Les revendications des individus ne doivent pas être jugées en fonction des ressources ou des biens
premiers qu’ils détiennent respectivement, mais de la liberté dont ils jouissent réellement de choisir la vie qu’ils
ont des raisons de valoriser. C’est cette liberté réelle qu’on appelle la ‘capabilité’ de l’individu d’accomplir
diverses combinaisons possibles de fonctionnements. » (Sen, 2000 : 122).
Selon Sen, pour mener une action collective, les institutions sociales agissent en fonction de « bases
informationnelles de jugement en justice » : un ensemble de règles qui permettent de sélectionner certains types
d’informations au détriment d’autres, pour juger, évaluer une situation (Sen, 2000 : 111). « La base
d’information sur laquelle se fonde un jugement identifie les informations dont dépend directement ce jugement
et, de façon non moins importante, affirme que le caractère vrai ou faux de tout autre type d’information ne peut
pas directement influer sur la justesse du jugement. La base d’information requise pour juger la justice délimite
ainsi l’ensemble des faits auxquels s’appliqueraient directement les considérations en matière de justice. » (Sen,
1993b, 215, cité par Farvaque, 2003). Les bases informationnelles agissent à la fois comme des appuis
conventionnels à l’action et comme des conventions d’évaluation.
Sen propose de substituer la base informationnelle des paniers de biens par celle de l’approche par la capacité
pour se donner les moyens de considérer directement les possibilités d’action des individus : partir des actions
effectives des individus pour interroger leur espace réel de liberté. En clair, Sen définit la « capabilité » comme
la liberté réelle de l’individu, les opportunités réelles qui s’offrent à lui, l’ensemble des fonctionnements
(réalisations) atteignables. Le rôle des institutions publiques ne peut se limiter à une simple distribution de biens
ou garantie de droits, sans se soucier de la « convertibilité » des ressources, autrement des facteurs individuels et
collectifs de conversion de droits ou de biens en accomplissements pratiques : encore faut-il s’assurer que ces
mesures conviennent, autrement dit qu’elles étendent les capabilités de l’individu, - tel serait le sens des
politiques publiques. Comme le souligne Farvaque (2003), une ambiguïté de la démarche réside dans la prise en
compte simultanée mais différenciée des accomplissements et de la liberté d’accomplir. Mais en théorie, il
semble que pour Sen, la liberté réelle prime invariablement sur les accomplissements : deux individus aux
réalisations identiques n’ayant pas la même capabilité sont dans des situations inégales. L’égalité porte ici sur les
espaces de capabilité.
Farvaque (2003), montre que « employabilité » et « capabilité » sont des concepts qui
expriment tous deux des potentialités, quelque chose de virtuel, mais véhiculant des
représentations très différentes de l’individu, du marché du travail, de la structure sociale. Si
actuellement, la base informationnelle de l’employabilité domine par sa vision appliquée et
conventionnelle des travaux sur le capital humain, la base informationnelle de la capabilité
conduirait à une nouvelle articulation des responsabilités collectives et individuelles
(Farvaque et Bonvin, 2003). Cette distinction notionnelle s’efface si l’employabilité se définit
de plus en plus comme une capabilité : tels sont en tout cas les efforts actuels de Gazier pour
faire de l’employabilité une capabilité, un ensemble des fonctionnements atteignables, liée au
45
marché du travail, cherchant à « équiper » le marché en vue d’une action sur les capacités
individuelles (employabilité et mobilité).
Retenons que c’est à ce niveau précis, que se situe l’opposition principale entre ces deux
« troisièmes voies », entre ces deux théories normatives de l’activation : au-delà d’une simple
dotation en « capitaux » mobilisables sur un marché concurrentiel, l’action publique, dans ce
modèle néo-corporatiste des MTT, agirait au niveau des capacités des individus à utiliser ces
capitaux dans un contexte donné (Gautié et Gazier, 2003).
SECTION 4. THÉORIES NORMATIVES ET NOUVEL ESPRIT DU
CAPITALISME
Malgré une orientation éthique (ou philosophique) sensiblement différente, due à leur
inscription dans des contextes institutionnels et géopolitiques contrastés, ces nouvelles
ressources cognitives et normatives pour l’action publique, que représentent le modèle de la
Third way et celui des MTT, semblent s’inscrire, plus globalement, dans cette nouvelle
idéologie ou nouvel esprit du capitalisme, dont nous parlent Boltanski et Chiapello (1999).
Le recours fréquent à l’image de la « crise » témoigne visiblement de cette affiliation : la
« crise » de l’Etat providence (et de la gouvernabilité) découle de cette mystification de la
« crise » économique des années 1970. Notons également que le modèle d’Etat qui sert de
repoussoir aux théories normatives de l’activation (la social-démocratie à l’ancienne, l’Etat
bureaucratique, la « machine » à trier, …) s’apparente grandement au modèle repoussoir du
« troisième esprit » du capitalisme (organisation planifiée du travail, entreprise
bureaucratisée). Notons enfin que la recherche d’une action publique « flexible » (menée en
partenariats) nous renvoie directement à cette quête de flexibilité dans les entreprises : il
faudrait agir en « réseaux » pour mieux gagner en « flexibilité » » (Duran et Thoenig, 1996 :
583). La glorification du territoire (promotion de l’initiative locale, partenariats de projets
publics, nouvelle économie mixte) au service d’une action « flexible » (op. cit., p613) est au
cœur des deux modèles normatifs d’activation. La gouvernance apparaît comme la
« réponse » à cette « crise » de la gouvernabilité, une stratégie politique de repositionnement
des Etats providence contemporains (Merrien, 1998) dans un contexte où le capitalisme se
libère progressivement (par absorption des critiques qui lui sont adressées) des entraves à son
épanouissement mondialisé : « désormais gouverner, c’est gérer l’action collective » (Duran,
1990 : 236).
Rappelons brièvement la thèse de Boltanski et Chiapello relatives aux transformations
récentes du capitalisme, - ce processus d’accumulation illimitée du capital par des moyens
formellement pacifiques (p37). Notons d’emblée que cette définition minimale du capitalisme
que ces auteurs utilisent, et qui met l’accent sur le caractère abstrait, absurde et insatiable de
ce processus d’accumulation (pp38-41), est assez proche de la conceptualisation proposée par
Deleuze et Guattari (Deleuze et Guattari 1972-1973 ; 1980 ; Guattari, 1992) : le capitalisme
37
est une machine abstraite qui se nourrit de ses critiques et s’incarne dans les machines
37 Nous renvoyons le lecteur aux thèses relatives à l’hétérogenèse machinique, développées par Guattari (1992), qui
nécessitent « de reconstruire un concept de machine qui se développe bien au-delà de la machine technique. » (Guattari,
192 : 54). L’hétérogenèse machinique désigne la prise en compte des multiples composantes des agencements machiniques :
les composantes matérielles et énergétiques, les composantes sémiotiques, diagrammatiques et algorithmiques, les
composantes d’organes, d’influx, d’humeurs des corps, les représentations mentales individuelles et collectives … et les
composantes (ou machines) abstraites. « Lorsque nous parlons de machines abstraites, par « abstrait » nous pouvons aussi
bien entendre « extrait » au sens d’extraire. » (p55). Les machines abstraites sont, en ce sens, extraites de la matérialité des
corps, mais agissant cette matérialité, et s’instaurent transversalement aux différents niveaux des machines matérielles,
affectives et sociales. Cette conceptualisation du capitalisme, comme machine abstraite, est développée tout au long des deux
tomes de Capitalisme et Schizophrénie (Deleuze et Guattari, 1972-1973 ; 1980). Boltanski et Chiapello s’appuient largement,
46
sociales, entendons par là les organisations, les institutions, les corps, les représentations
individuelles et collectives.
S’affiliant plus explicitement aux travaux de Max Weber (1964), Boltanski et Chiapello
nomment « esprit du capitalisme » l’idéologie qui justifie l’engagement dans le capitalisme
(p42) ; cette notion leur permet « d’associer dans une même dynamique l’évolution du
capitalisme et les critiques qui lui sont opposées » (p69). Les auteurs distinguent trois états
historiques de l’esprit du capitalisme.
« Le «premier» esprit du capitalisme, associé (…) à la figure du bourgeois, était en phase avec les formes du capitalisme,
essentiellement familial, d'une époque où le gigantisme n'était pas encore recherché, sauf dans de très rares cas. Les
propriétaires et patrons étaient connus en personne de leurs employés; le destin et la vie de l'entreprise étaient fortement
associés à ceux d'une famille. Le «deuxième» esprit, qui s'organise autour de la figure centrale du directeur (ou dirigeant
salarié) et des cadres, est, quant à lui, lié à un capitalisme de grandes entreprises, déjà assez importantes pour que la
bureaucratisation et l'utilisation d'un encadrement fourni et de plus en plus diplômé soit un élément central. Mais seules
certaines d'entre elles (une minorité) peuvent être qualifiées de multinationales. L'actionnariat est devenu plus anonyme, de
nombreuses entreprises se trouvant détachées du nom et du destin d'une famille particulière. Le «troisième» esprit devra
quant à lui être isomorphe à un capitalisme « mondialisé » mettant en œuvre de nouvelles technologies pour ne citer que les
deux aspects les plus souvent mentionnés pour qualifier le capitalisme d'aujourd'hui. »
(Boltanski et Chiapello, 1999, p57)
Ce nouvel esprit du capitalisme, Boltanski et Chiapello l’analysent principalement dans le
discours managérial, qu’ils considèrent comme une source principale de normativité. Ils
épluchent deux corpus de textes : un corpus de textes de management des années 1960 (60
textes parus entre 1959 et 1969) et un corpus de textes de management des années 1990 (66
textes parus entre 1989 et 1994). On ne peut s’empêcher de rapprocher leur démarche
empirique de celle d’Elias qui décortique le Traité de savoir-vivre d’Erasme (De civilitate
morum perilium) et qui voit dans l’évolution des relations sexuelles, des usages du mouchoir,
de la fourchette, … autant de manifestations de la psychogenèse du processus de civilisation
et des transformations des équilibres « nous-je ». On rapprochera également leur démarche de
celle de Divay (1996) : une grande partie de sa thèse s’appuie sur l’analyse d’un corpus de
manuels d’aide à la recherche d’emploi (32 manuels parus entre 1968 et 1995) ; Divay
interprète très clairement l’évolution de ces « conseils pour sauver la face », prodigués aux
chercheurs d’emploi, comme autant de manifestations tangibles d’une nouvelle phase du
processus de civilisation des mœurs (Divay, 1996 : 213).
Boltanski et Chiapello montrent que si le discours managérial des années 1960 se focalise
surtout sur la mobilisation des cadres, le discours des années 1990 invite à la mobilisation
générale de tous les employés (Boltanski et Chiapello, 1999 : 101). Ils montrent également
que, dans les années 1960, le « modèle » qui sert de repoussoir correspond au capitalisme
familial (le premier esprit) ; dans les années 1990, c’est le modèle de l’organisation planifiée
et bureaucratisée (le second esprit) qui concentre la critique.
En contrepoint de ce modèle de l’organisation bureaucratique et du travail planifié, c’est
aujourd’hui le modèle de l’entreprise flexible (Atkinson, 1984) et du travail en réseau (Latour,
1995) qui est valorisé, ce que les auteurs appellent la formation de la « cité par projet » (ou le
« dernier tiroir de la Vénus de Milo »).
Pour nous, l’intérêt majeur et incontournable de l’ouvrage réside dans la démystification
complète et irrévocable de la prétendue « crise des années 1970 » que ces auteurs proposent.
Si Castel insiste sur la nécessité de se débarrasser d’une célébration encombrante des « Trente
Glorieuses » en prenant en compte le caractère inachevé des acquis sociaux et les effets
pervers de cet Etat social (Castel, 1995 : 389), Boltanski et Chiapello vont beaucoup plus loin.
Certes, le découpage chronologique classique (Trente Glorieuses suivies de 30 ans de crise)
sans référence explicite, sur cette conceptualisation, lorsqu’ils proposent une « définition minimale du capitalisme »
(Boltanski et Chiapello, 1999 : 37-41).
47
présente des limites. Mais plus que ce découpage historique un peu abrupt, c’est son
interprétation qui doit être clarifiée. Boltanski et Chiapello rendent à la crise de 1973 son vrai
visage : une construction idéologique. Le lien entre le « choc pétrolier » et le chômage de
masse n’est pas un lien de cause à effet ; il doit impérativement être réinterprété comme le
lien entre de nouvelles pratiques capitalistes et les outils de légitimation qui lui sont associés.
« Contre les recours fréquents au topique de la « crise», régulièrement invoqué, quoique dans des contextes très différents,
depuis 1973, nous considérons que les vingt dernières années ont plutôt été marquées par un capitalisme florissant. Le
capital a connu durant cette période de multiples opportunités d'investissement offrant des taux de profit souvent plus élevés
qu'aux époques antérieures. Ces années ont été favorables à tous ceux qui disposaient d'une épargne (d'un capital), la rente,
qui avait disparu pendant la grande dépression des années 30 et qui, durant les décennies suivantes, n'avait pu se rétablir du
fait de l'inflation, étant de retour. Certes la croissance s'est durablement ralentie mais les revenus du capital sont en
progression. (…).
La déréglementation des marchés financiers, leur décloisonnement, la désintermédiation et la création de « nouveaux
produits financiers » ont multiplié les possibilités de profits purement spéculatifs, par lesquels le capital s'accroît sans passer
par un investissement dans une activité de production. Les dites « années de crise» sont donc marquées par le fait que,
désormais, la rentabilité du capital est mieux assurée par les placements financiers que par l'investissement industriel (lequel
souffre d'ailleurs du loyer de l'argent). (…)
Les entreprises multinationales sont également sorties gagnantes de ces années de redéploiement du capitalisme mondial. Le
ralentissement de l'économie mondiale depuis bientôt trente ans ne les a pas vraiment affectées et leur part dans le PIB
mondial, lui-même en hausse, n'a cessé d'augmenter (…).
Le capitalisme mondial, entendu comme la possibilité de faire fructifier son capital par l'investissement ou le placement
économique, se porte donc bien. Les sociétés, elles, pour reprendre la séparation du social et de l'économique, avec laquelle
nous vivons depuis plus d'un siècle, vont plutôt mal. »
(Boltanski et Chiapello, 1999 : Un capitalisme régénéré et une situation sociale dégradée, pp18-21)
En clair, ce mythe d’une « crise » économique (dont nous ne sortirions toujours pas), - cette
étrange histoire de « barils de pétrole » qu’on racontait aux enfants de chômeurs avant de les
endormir - , est une construction idéologique, pur produit d’un capitalisme renouvelé, qui va
permettre de légitimer l’engagement dans de nouvelles « pratiques » (économiques et
sociales) de gestion du marché du travail, de gestion de la main-d’œuvre, de gestion des
corps, des affects et des représentations mentales, … à grande échelle. Précisons que nous ne
sommes pas en train de remettre naïvement en question l’existence de restructurations « bien
réelles » du capitalisme et de l’organisation du travail, et donc de crises, au sens de Marx ou
de Boyer en économie (ou encore de Watztlawick en psychologie), comme vecteurs ou
dynamiques de changement ; c’est la naturalisation de la « crise » qui nous semble intenable
sur un plan théorique. Contrairement à ce que certains économistes néoclassiques, - inspirés
par les écrits quasi-mystiques de Walras -, tendraient à nous faire croire, il n’est pas de
chômage « naturel » et la « crise » économique n’a rien d’une force aveugle, fatale, qui s’abat
sur nos marchés, à l’instar d’un tsunami ou d’un nuage de sauterelles (Raveaud, 2004a).
La thèse de Boltanski et Chiapello nous permettra, dans le chapitre suivant, d’envisager
l’émergence de « nouvelles » politiques publiques en matière d’emploi, – les politiques de
formation et d’insertion, rebaptisées « politiques d’employabilité » –, dans un contexte où le
capitalisme est florissant et se libère progressivement (par absorption des critiques qui lui sont
adressées) des entraves à son épanouissement mondialisé.
Quelles sont ces critiques dont s’est nourrit la machine capitaliste pour produire une idéologie
nouvelle, et désarmer ces critiques ? Boltanski et Chiapello identifient deux critiques
distinctes qui s’unissent et s’annulent dans le mouvement historique français de « mai
68 » (Boltanski et Chiapello, 1999 : 69-90 ; 241-290) : une critique artiste et une critique
38
sociale . La critique artiste renvoie à la double critique du capitalisme comme source de
désenchantement et d’inauthenticité, mais également comme source d’oppression qui
s’oppose à la liberté, la créativité et l’autonomie. La critique sociale renvoie, quant à elle, à la
38 Si la critique semble être le moteur de l’esprit du capitalisme, Boltanski et Chiapello insistent toutefois sur l’existence de
modifications indépendantes de la critique (p89).
48
double critique du capitalisme comme source de misère et d’inégalités, mais aussi comme
source d’opportunisme et d’égoïsme.
39
La réponse qu’apporte le discours managérial à cette double critique se résume en une
recherche de « flexibilité » : la critique néo-managériale du taylorisme, dans les années 1980,
produit le désarmement radical de cette double critique sociale. Les auteurs montrent que les «
orientations du néomanagement sont souvent présentées (…) comme un effort pour orienter le
monde du travail dans un sens plus ‘humain’ » (p151) : thème de la confiance, de l’écoute, de
l’alliance, l’image du coach qui accompagne des équipes autonomes, etc. Les métaphores du
sport et du réseau sont les principaux instruments idéologiques de la mobilisation générale des
travailleurs. A la froide rationalité calculatrice et gestionnaire, s’oppose l’intuition créatrice de
managers « humanistes », « généralistes », « inspirés », « visionnaires » (p123). Boltanski et
Chiapello conceptualisent la notion de flexibilité dans une approche « civilisationnelle », sans
référence explicite à Norbert Elias, mais dont l’énoncé ne laisse aucun doute : « le passage du
contrôle à l’autocontrôle » (p126). Boltanski et Chiapello mettent en évidence la réponse
nouvelle apportée par le néomanagement à l’organisation du travail, au « défi organisationnel
» de contrôler l’incontrôlable : la solution réside dans l’autocontrôle, « ce qui consiste à
déplacer la contrainte de l’extériorité des dispositifs organisationnels vers l’intériorité des
personnes » (p125).
Cette quête de flexibilité désarme la double critique sociale et rend, dès lors, difficilement
praticable toute forme d’opposition politique aux transformations « nécessaires » des
structures d’emploi et des systèmes de protection sociale, - nécessaires à l’épanouissement
d’un capitalisme mondialisé. Le nouvel esprit du capitalisme apporte un « second » souffle
aux politiques d’emploi : quand l’heure était à la planification du travail et au modèle
d’organisation hiérarchisée, les politiques d’emploi oeuvraient à la stabilisation des carrières ;
à l’heure de la flexibilité, ces politiques contribuent directement à la « déstabilisation des
stables » (Castel, 1995). Par procédés ou processus mimétiques, la gestion publique du
marché du travail se redéfinit à l’aune du néo-management, de la logique privée de gestion de
la main d’œuvre en entreprise (ce nouvel esprit gestionnaire, dont nous parle Albert Ogien).
Les théories normatives de l’activation apparaissent ainsi comme de nouvelles ressources
cognitives de légitimation des « réformes » des systèmes de protection sociale en Europe,
qu’impose l’épanouissement du processus d’accumulation illimité du capital, par-delà les
frontières, à travers les corps, les territoires et les institutions.
L’« expérience européenne » a ouvert de nouveaux horizons aux politiques nationales
d’emploi : si ces politiques ne se sont pas révélées d’un grand secours pour réduire
sensiblement le chômage de masse persistant, elles se sont progressivement légitimées comme
instruments efficaces et incontournables de lutte contre l’inflation (Fitoussi, 1995). Comme le
montre Gazier et Lechevalier (2004), avec la mise en place d’une monnaie unique dans un
marché unique, la flexibilité du marché du travail s’est substituée à la flexibilité des changes
comme mécanisme d’ajustement en cas de choc asymétrique : « la flexibilité salariale doit
donc s’accroître pour faire face aux « chocs idiosyncrasiques », soit directement, soit
indirectement par la réforme des systèmes de protection sociale. » (Gazier et Lechevalier,
2004 : 10).
39 Nous ne pouvons nous empêcher d’émettre de sérieuses réserves quant à l’utilisation de la notion de critique « artiste ». Le
terme prête inutilement à confusion : la critique artiste n’a rien d’artiste ! Il serait préférable de parler d’une double critique
sociale (bourgeoise et ouvrière), pour ne pas assimiler la critique bourgeoise, que constitue le « mouvement hippie » ou
« étudiant » de mai 68, à de réelles critiques « artistes », comme la poésie d’Antonin Artaud, la musique de John Cage, la
peinture de Pierre Alechinsky, qui sont autant de critiques (de remises en question profondes de cette idéologie de
l’épanouissement ou de la créativité individuelle, du sujet autonome, etc.), qui n’ont jamais été intégrées à l’idéologie
capitaliste. Entendons-nous : cette confusion « notionnelle » ne serait pas relevée si elle n’induisait pas une confusion plus
sérieuse, - comme en témoigne ce besoin, qu’éprouvent les auteurs au terme de leur analyse, de devoir lutter « contre les
fatalismes » ou d’implorer le retour de la critique, - l’idée selon laquelle la machine capitaliste se nourrit de l’ensemble des
critiques qui lui sont adressées.
49
SYNTHÈSE
Dans ce premier chapitre, nous nous sommes attachés à présenter ou décrire les cadres
cognitifs et normatifs des politiques actives d’emploi : les théories normatives de l’activation.
Nous avons d’abord procédé à une analyse très sommaire de l’évolution de la notion
d’activation, afin d’en préciser le ou les usage(s) actuels :
1) l’usage scandinave (1940) : l’activation désigne l’articulation historique entre marché
du travail et systèmes de protection sociale, qui correspond au régime « nordique »
d’Etat providence ;
2) l’usage « dichotomique » (1970) : développé par des experts, dans le cadre de
comparaisons internationales, qui permet d’opposer, sur un plan « technique », des
mesures actives et des mesures passives ;
3) l’usage politique (1990) : développé comme nouveau référentiel d’action publique
(L’état social actif en Belgique), où l’activation désigne la transformation nécessaire
de l’Etat providence ou des systèmes de protection sociale.
Nous avons ensuite présenté deux théories de l’activation qui contribuent directement au
développement des référentiels d’action qui encadrent et légitiment les politiques dont nous
étudierons la mise en oeuvre.
Ces deux modèles normatifs d’activation relativement contrastés sont : le modèle de la
Troisième Voie de Giddens et le modèle « alternatif » des MTT de Gazier et Schmid. Les
apports théoriques d’Esping-Andersen (1999) nous ont permis d’introduire (et de conclure) la
présentation de ces deux modèles, de les situer dans leur « dépendance au sentier » : un
modèle anglo-saxon qui privilégie une approche par les « capitaux » et qui s’affilie au régime
« libéral » d’Etat providence ; un modèle « néo-corporatiste » continental qui tendrait à
privilégier une approche par les « capacités » (Sen, 2000). Malgré une orientation éthique
sensiblement différente liée à leur inscription dans des contextes institutionnels et
géopolitiques contrastés, ces nouvelles ressources cognitives et normatives pour l’action
publique s’inscrivent, plus globalement, dans cette nouvelle idéologie gestionnaire, ce nouvel
esprit du capitalisme, en quête de flexibilité.
Sur la scène européenne, le paradigme ou référentiel de l’activation s’alimente de ces deux
théories normatives : on aurait tort de réduire le cadre cognitif des politiques européennes de
l’emploi à la version anglo-saxonne de l’activation. Bien que la base informationnelle de
l’employabilité semble dominante, on ne peut ignorer l’existence de cette troisième voie néo40
corporatiste et son intrusion timide comme modèle « alternatif » : en plus des travaux de
Gazier et de Schmid commandités par la Commission, il convient de mentionner les travaux
du réseau de recherche EUROCAP (Salais et Villeneuve, 2005) qui s’attachent également à
défendre et promouvoir une conception « néo-institutionnaliste » du marché du travail, tant
sur le plan de l’analyse qu’au niveau de l’action publique (prise de décision et mise en
œuvre).
Notons qu’en Belgique, l’ « Etat social actif » se construit de manière assez particulière ou
fortement hybride : ce nouveau référentiel d’action publique s’appuie explicitement sur la
Troisième Voie « patrimoniale » de Giddens (Matagne, 2001), tout en s’inscrivant dans un
contexte institutionnel et sociopolitique « conservateur », une société « en piliers » de
tradition corporatiste (Vrancken, 2002). Nous montrerons que les migrations transnationales
de ressources cognitives se heurtent invariablement à des phénomènes de « dépendance au
sentier » (Palier et Giuliano, 1999) et nécessitent une série d’ajustements, de traductions, pour
prendre corps dans les institutions.
40 Lire à ce propos Pochet et Paternotre (1998).
50
Chapitre 2. Les cadres institutionnels des politiques
d’emploi
INTRODUCTION
Ce chapitre sera l’occasion de présenter les cadres institutionnels des politiques d’emploi, et
plus particulièrement des politiques d’insertion, rebaptisées « politiques d’employabilité »
sous l’influence des institutions européennes, - dont nous analyserons la mise en œuvre en
Région wallonne (Partie 3). Les politiques d’employabilité se définissent, de manière
minimale, comme les politiques d’emploi qui visent à développer la capacité d’insertion
socioprofessionnelle des demandeurs d’emploi, leurs « chances » d’accéder à l’emploi.
En Belgique, ces politiques sont des compétences régionales. Rappelons que depuis le début
des années 1980, la Belgique s’est progressivement transformée en un Etat fédéral composé
de trois Régions (flamande, wallonne, de Bruxelles-Capitale) et de trois Communautés
41
(française, flamande, germanophone) . Chaque Communauté et Région est gérée par un
gouvernement propre qui traite de matières spécifiques. Actuellement, l’emploi constitue une
« matière » répartie par le législateur en compétences fédérales et régionales : l’indemnisation
de l’assurance-chômage est une compétence exclusivement fédérale alors que le placement et
la formation professionnelle des demandeurs d’emploi sont des compétences régionalisées, du
moins pour la partie francophone du pays.
« En matière de formation, d'insertion et de mise à l'emploi, l'Etat fédéral occupe une fonction de redistribution
de l'effort national. A ce titre, il est responsable principalement de l'élaboration et de la gestion du système de
sécurité sociale (en ce y compris l'allégement des cotisations sociales). Il fixe les règles d'attribution des revenus
de remplacement (dont les allocations de chômage), ainsi que les dispositions et l'application de la législation en
matière de chômage au sens large.
Les autorités régionales sont investies des compétences économiques, des politiques actives d'emploi et, en
Région Wallonne, de certains aspects des politiques d'aide aux personnes. Plus explicitement, en matière
d'emploi, elles gèrent le placement des demandeurs d'emploi (en ce y compris l'accompagnement) : elles peuvent
mettre en oeuvre des mesures de stimulation en instituant diverses primes à l'embauche, et en créant directement
des emplois dans les secteurs public et non-marchand. (…)
Pour la partie francophone du pays (…), l'exercice d'une série de compétences communautaires a été transféré
de la Communauté Française vers la Région Wallonne et vers la Commission Communautaire Française de la
Région de Bruxelles-Capitale (accord du 4 juin 1993, d'application à partir du 1er janvier 1994).
Ont ainsi été régionalisées :
- les cours de promotion sociale, uniquement en ce qui concerne le budget lié aux crédits que les employeurs
accordent aux travailleurs en recyclage professionnel
- la reconversion et le recyclage professionnel
- l'Institut de formation permanente des classes moyennes
- l'Office communautaire et régional de la formation et de l'emploi : le FOREM en Région wallonne et l'Institut
bruxellois francophone pour la formation professionnelle (Bruxelles Formation) dans la Région de BruxellesCapitale.
- les ASBL d'insertion socioprofessionnelle (EAP, AFT, EFT, OISP)
- l'aide aux personnes et plus particulièrement la politique d'aide sociale (AWIPH) »
(Commission Européenne, Cadre communautaire d’appui (CCA), Objectif 3, Belgique 1994-1999, 1993 : 8-9)
41 C’est la loi spéciale du 08/08/1980 qui est à l’origine de cette réforme institutionnelle, complétée par les lois spéciales du
08/08/1988 et du 16/07/1993.
51
En Région Wallonne, les politiques d’employabilité se sont principalement traduites et
opérationnalisées par la mise en œuvre d’un « Parcours d’insertion » en 1997. L’objectif
principal de ce chapitre sera de décrire la politique régionale wallonne de l’emploi relative au
Parcours d’insertion, parce qu’elle constitue les cadres réglementaires, cognitifs et normatifs,
les appuis conventionnels de l’action des professionnels de l’insertion, dont nous analyserons
le travail quotidien.
Mais l’exercice ne s’arrête pas là, dans la mesure où cette politique wallonne s’inscrit dans le
cadre de la Stratégie Européenne pour l’Emploi (SEE) et de la Méthode Ouverte de
Coordination (MOC) qui lui est associée ; l’approche même en termes de parcours d’insertion
est une « invention européenne » qu’il convient de replacer dans ce contexte transnational des
politiques d’emploi. En outre, l’articulation entre les politiques européennes et les politiques
régionales s’opère au niveau fédéral dans le cadre des Plans d’Actions Nationaux (PAN) et
d’accords de coopération entre les Régions et le Fédéral. Enfin, de nombreuses mesures
fédérales conditionnent les politiques régionales d’employabilité.
Notre plan de travail sera donc le suivant. Dans un premier temps, nous présenterons les
grandes lignes des politiques européennes de l’emploi qui constituent le cadre transnational
des politiques d’employabilité conçues et mises en oeuvre en Région wallonne (section 1).
Dans un second temps, nous décrirons brièvement les mécanismes d’articulation entre la SEE
et la politique régionale wallonne qui se jouent au niveau fédéral (section 2). Nous
procéderons alors directement à l’analyse des politiques régionales wallonnes qui ont trait à la
mise en place d’un Parcours d’insertion en Région wallonne (section 3).
Mais avant de nous lancer dans cet exercice aride, commençons par situer notre objet, les
politiques d’employabilité, dans le large éventail des politiques d’emploi. Au risque de
paraître un peu trop schématique, on peut identifier, au sein du complexe hybride des
politiques d’emploi, quatre types de mesures ou d’intervention publique : 1) l’assurancechômage, 2) la gestion du marché du travail, 3) la création d’emplois, 4) les politiques de
formation (à l’égard des travailleurs) et d’insertion (à l’égard des demandeurs d’emploi). Il
n’existe pas de point zéro dans l’histoire des politiques d’emploi et l’on manque cruellement
d’études sociogénétiques dans ce champ (tout particulièrement en Belgique). On s’accorde
toutefois sur le fait que ces politiques sont relativement récentes : les deux premiers types de
mesures émergent au début du siècle et se développent considérablement dans un contexte de
plein emploi (à partir de 1945) ; les deux derniers types émergent à partir de 1945 et se
développent considérablement dans un contexte de chômage de masse persistant (à partir de
1975).
a) Aux origines des politiques d’emploi : l’invention du chômage
Le chômage est une invention, à l’origine des politiques d’emploi, produit hybride des
volontés réformatrices du début du siècle et des progrès de la statistique. (Salais, 1985 ; Salais
et al., 1986 ; Topalov, 1987). Pour Salais (1985), les procédures d’information et
d’anticipation des entreprises sont des processus cognitifs institutionnels ; l’évolution de ces
procédures entraîne inévitablement une modification des modèles de représentation du travail
et du non travail. C’est en ce sens que Robert Salais et ses collègues se proposent de restituer
la dimension historique de la catégorie « chômage » pour comprendre comment s’est
construite la connaissance des réalités du travail et du non-travail et par quels processus
historiques ces représentations se sont « objectivées » en produits sociaux durables ayant une
efficacité propre. L’hypothèse de ces auteurs est la suivante : « La crise contemporaine est
fondamentalement une crise des représentations et des catégories anciennement établies. Elle
ne peut se développer et s’achever sans modifications des représentations du travail et du
non-travail, employées dans leur activité par les divers acteurs sociaux (individus,
52
entreprises, institutions), ni sans transformations des catégories correspondantes. » (Salais et
al., 1986 : 20). Ces auteurs montrent que la catégorie de chômage émerge d’une part de la
codification de la relation de travail entre employeurs et salariés (comme la privation
temporaire et involontaire d’un lien avec un patron) et d’autre part de la formalisation des
procédures statistiques de recensement de la population (de la déclaration de sans-emploi à la
catégorie de chômage). « L’émergence du chômage comme catégorie sociale suppose une
objectivation des relations qui se nouent et se renouvellent en permanence entre les différents
producteurs dans leurs activités de travail (…) L’introduction d’outils de gestion, permettant
d’objectiver la relation et s’introduisant comme intermédiaire entre les personnes, apparaît
comme condition nécessaire à cette extériorisation. (…) Ces outils créent des distances, des
frontières des découpages, particulièrement entre travail et non-travail. » (Salais 1985 : 355356). Parallèlement à l’objectivation des relations de travail, Salais nous invite à prendre en
compte l’inscription des procédures dans les institutions sociales : « L’institution de
procédures sociales d’enregistrement d’individus par la création de fonds de secours urbains
nous est apparue l’autre condition nécessaire à l’émergence du chômage, comme catégorie. »
(Salais 1985 : 358).
Demazière (1992) insiste également sur le fait que l’institutionnalisation de mesures en
direction des personnes sans emploi contribue à l’émergence de cette catégorie : le chômage
est une catégorie qui émerge à la fin du 19ème siècle contre la catégorie de pauvreté (les
mesures de placement des chômeurs s’institutionnalisent contre les mesures d’assistance des
pauvres).
Comme le montre Piaser dans son analyse des mouvements longs du capitalisme belge
(Piaser, 1986), les origines de l’assurance-chômage en Belgique remontent à la fin du 19ème
siècle, lorsque les pouvoirs publics commencent à octroyer des subsides aux « caisses de
chômage » issues du mouvement ouvrier (basées sur le principe de « secours mutuel »).
« Le premier mouvement timide de soutien des pouvoirs publics à l'assurance-chômage est né dans la province
de Liège, en 1897, c'est-à-dire à la veille de la longue reprise économique qui va se poursuivre jusqu'en 1920.
Cette année, en effet, le Conseil provincial de Liège décida d'octroyer un subside aux "caisses de chômage" de
la Province.
Trois ans plus tard, la ville de Gand décida aussi de subsidier l'assurance-chômage, mais elle le fit selon un
autre système, en octroyant des majorations directement aux chômeurs, à cause d'un préjugé anti-syndicaliste
plus fort en Flandre qu'en Wallonie. La ville de Gand évitait donc de passer par les caisses de chômage pour
donner ses subsides, ce qui 1'obligea à créer un service administratif, appelé "Fonds de chômage" dont la
fonction était de recevoir les subsides et de les distribuer aux chômeurs.
En 1907, le pouvoir central commença à intervenir de manière timide en assurance-chômage, en se conformant
au système liégeois qui donnait pourtant la part belle aux syndicats. Il décida donc de subsidier, non les
chômeurs directement, mais les caisses de chômage qui, dans la logique des mondes, vont se rattacher de plus
en plus à un syndicat confessionnel; les subsides étaient toutefois attribués à condition que ces caisses admettent
un certain contrôle.
En 1909, la ville de Liège créa à son tour un Fonds de chômage, mais les subsides continuaient à être versés aux
caisses de chômage et non directement aux chômeurs, comme dans le système de Gand. D'institutions d'intérêt
purement local les Fonds de chômage se transformèrent petit à petit, en organismes intercommunaux, les
communes plus petites s'unissant aux plus grandes pour pouvoir subvenir aux besoins. En 1913, c'est-à-dire à la
veille de la première guerre mondiale, 29 Fonds de chômage étaient en activité. » (Piaser, 1986 : 211-212).
b) L’institutionnalisation des politiques d’emploi : l’assurance-chômage
42
En 1920, la création du Fonds National de Crise témoigne de l’institution progressive, au
niveau national belge, d’un régime « mixte » d’assurance-chômage, comme le souligne
Piaser, entre l’assurance libre subsidiée et l’assistance : « l’ intervention d'assurance à charge
42 A.R. du 30/12/1920.
53
des caisses de chômage n'était prévue que pendant les 60 premiers jours ; après cette date,
cette allocation d'assurance était remplacée par une allocation d'assistance, à charge du
Fonds National de Crise, qui était versée sans limite de durée mais moyennant contrôle et
preuve d'un "état de besoin" » (op. cit.).
C’est à partir de ce moment que le chômage, qui jusqu’alors était une construction
essentiellement « locale », - dans la mesure où la relation de travail est codifiée au niveau de
l’entreprise -, devient une « affaire d’Etat » : on observe un mouvement de monopolisation de
l’intervention publique (Elias, 1994). « A partir des années 1930, le rôle de l’entreprise
s’estompe au profit de celui de l’Etat. Ainsi peut-on résumer la convention keynésienne de
plein emploi. De multiples institutions ont été crées, essentiellement des années 1930 aux
années 1950, organisant les interventions économique et financière de l’Etat en direction des
entreprises, sociale vers les individus. L’Etat devient le médiateur obligé, lointain et anonyme
de la relation de travail. Le chômeur est un individu disponible pour travailler, qui cherche
un emploi salarié et auquel l’Etat doit trouver un emploi, en vertu de la responsabilité de
plein emploi (…). » (Salais et al., 1986 : 239). En 1935, le Fonds National de Crise est
43
remplacé par l'Office National du Placement et du Chômage . Selon Piaser, si l'ONPC
maintient un régime hybride (assurantiel et assistantiel) d’assurance-chômage, il amorce
cependant le passage d'une politique d'allocation de chômage à une politique d'insertion
professionnelle, par la mise en place des bureaux de placement publics gratuits. Piaser nous
rappelle que pendant la seconde guerre mondiale fut réintroduit le "régime de secours civil",
instauré pendant la première guerre, qui assimilait le chômeur involontaire à un indigent
(logique d’assistance). Au sortir de la guerre est immédiatement instauré un « Fonds
provisoire de soutien des chômeurs involontaires », pour une période transitoire entre le
régime assistantiel de secours civil illégalement établi sous l’occupation, - selon les termes du
Rapport au Régent (Plasterman, 2003) -, et un régime d’assurance obligatoire. Le régime de
sécurité sociale obligatoire pour tous les salariés est mis en vigueur en Belgique le 01/01/1945
(arrêté loi du 28/12/1944) : il prévoit une assurance obligatoire pour la maladie-invalidité, la
vieillesse, le chômage, les allocations familiales et les vacances annuelles. Comme le montre
Plasterman (2003), l’assurance-chômage d’après-guerre présente des caractéristiques qui la
distinguent fondamentalement de celle d’avant guerre : 1) le caractère obligatoire ; 2) le
caractère non limité dans le temps ; 3) la couverture des jeunes à la recherche de leur premier
emploi (ce n’est qu’en 1951 que sera introduite une condition de stage pour les jeunes).
Notons qu’en 1953, le Fonds provisoire de soutien des chômeurs involontaires (FPSCI)
reprend l’appellation d’avant-guerre d’Office National du Placement et du Chômage (ONPC).
c) Une politique de « plein emploi » ?
Les politiques d’emploi émergent de la société salariale et se développent avec la mise en
place d’Etats providence (Esping-Andersen, 1999), ces complexes d’interrelations légales et
organisationnelles systématiques entre l’Etat et le marché. En Belgique, l’assurance-chômage
se développe donc comme un système hybride (assurantiel et assistantiel) de protection des
travailleurs contre le risque de perte d’emploi (le chômage) : si le chômage est une invention
de la société salariale (Salais et al., 1986), les systèmes complexes de protection sociale contre
ces « risques manufacturés » (Beck, 2001) apparaissent également comme des produits d’une
société fondée sur la relation de travail salarié (Castel, 1995). Mais l’Etat social ne se veut pas
simplement protecteur, il est également régulateur (ou interventionniste). C’est ainsi que
parallèlement à l’assurance-chômage, les politiques d’emploi se développent également
comme des instruments de régulation économique, de gestion du marché du travail : l’accès
43 A.R. du 27/07/1935.
54
au marché du travail (à l’entrée et à la sortie), les conditions de travail, la gestion de l’offre et
de la demande (en ce compris les mesures de placement des demandeurs d’emploi). Pour
garantir le plein emploi, autrement dit pour garantir la « viabilité » économique du système de
protection sociale, l’Etat développe toute une série d’interventions « économiques » à l’égard
des entreprises et d’interventions « sociales » à destination de la population active.
Comme le montre Esping-Andersen, les trois régimes d’Etat providence sont tous confrontés
à la même problématique : comment assurer à la fois le plein emploi et une croissance
économique équilibrée ? L’auteur met en évidence les différentes réponses politiques ou
arrangements institutionnels qui sont apparus dans les années 1960 : politique déflationniste,
politique du revenu, réarrangement institutionnel (structures né-corporatistes), mobilisation de
nouvelles réserves de main d’œuvre (Esping-Andersen, 1999 : 208-209). Pour saisir ces
« arrangements institutionnels pour le plein emploi », Esping-Andersen nous invite à
identifier trois « révolutions silencieuses » qui ont reconfiguré les liens entre l’emploi et la
protection sociale, que seuls les cycles conjoncturels de la croissance ne parviennent pas à
expliquer : « Au cours des dernières décennies, trois « révolutions » progressives ont
fondamentalement altéré le lien du travail et de la Sécurité sociale. L’Etat providence est
désormais directement inséré dans le marché du travail (…) Dans l’ère de l’industrialisation
l’on pouvait compter sur la croissance économique pour fournir un grand nombre de
nouveaux emplois. Aujourd’hui, néanmoins, nous sommes témoins du phénomène de la
croissance économique sans création d’emplois » (Esping-Andersen, 1999 : 179-180).
Pour Esping-Andersen, la première révolution silencieuse s’opère dans notre conception du
plein-emploi, au lendemain de la seconde guerre mondiale, avec l’élargissement de la notion
de plein-emploi à tout le monde (y compris les femmes), - impliquant une énorme extension
des personnes auxquelles on doit garantir l’emploi. Comment faire face à ce nouveau défi ?
Une première manière de faire face, qui constitue en réalité la deuxième révolution
silencieuse, c’est de réduire la population active. Pour faire face à la montée du chômage, les
pouvoirs publics belges tentent, dans un premier temps, de stimuler la demande de main44
d’œuvre (obligation d’emploi dans les stages des jeunes en entreprises ) et de freiner l’offre
(programmes de retraite, politiques d’éducation qui retardent l’entrée dans la vie active). C’est
dans cette logique que diverses mesures de dissuasion à travailler se développeront à l’égard
des travailleurs âgés : la prépension « conventionnelle » après licenciement (CCT n°17 du
16/01/1975), la prépension « légale » à la demande du travailleur (loi du 22/12/1977), la
prépension « spéciale » des chômeurs difficiles à placer qui ont atteint 60 ans (loi du
22/12/1977). Il convient également d’évoquer les mesures, plus tardives, relatives à
45
l’interruption totale provisoire du travail .
Mais se posent alors les questions et difficultés de financement du système de protection
sociale avec de plus en plus d’inactifs et de moins en moins d’actifs … Une seconde manière
de faire face au nouveau défi d’un plein-emploi « élargi » (dans un contexte de chômage de
masse), qui constitue alors la troisième révolution silencieuse, c’est de créer de l’emploi
public. Les Etats providence ne se limitent plus à des systèmes d’allocations sociales, ils
deviennent des machines à créer des emplois virtuels (Esping-Andersen, 1999 : 181). En
Belgique, diverses mesures visant à mettre les chômeurs au travail se développent suivant une
politique de « chasse aux nouveaux besoins » (Piaser, 1986) : les Chômeurs mis au Travail
44 A.R. du 19/08/1975 et loi du 30/03/1976.
45 Dans le secteur privé, on notera le congé de la mère pour éduquer son enfant (loi du 11/07/1973) étendu au travail à temps
partiel (A.R. du 15/02/1982), la stimulation au travail à temps partiel dans le secteur hospitalier (A.R. du 03/05/1983),
l’interruption de carrière (A.R. du 22/01/1985) ; dans le secteur public, on notera la mise en disponibilité pour convenances
personnelles (A.R. du 13/11/1967 et du 16/11/1981) étendue au travail à temps partiel (A.R. du 30/03/1983), les congés de la
mère pour éduquer son enfant (A.R. du 26/05/1975 et du 16/11/1981), le congé à temps partiel pour raisons familiales ou
sociales (A.R. du 22/03/1982), l’interruption de carrière (A.R. du 22/01/1985). On notera également l’A.R. du 7/12/1983
relatif à la diminution à 40 heures par semaine du temps plein maximal toléré.
55
par les pouvoirs publics (CMT – loi du 20/12/1963) pour exécuter des travaux d’utilité
publique ; les Cadres Spéciaux Temporaires (CST - loi du 22/12/1977) ; le Fonds Budgétaire
Indépartemental de promotion de l’Emploi (FBIE - A.R. du 24/03/1982 et du 31/12/1983 ; loi
du 31/07/1984) ; le Troisième Circuit de Travail (TCT - A.R. du 24/03/1982 et du
31/12/1983 ; loi du 31/07/1984) pour les chômeurs structurels ; plus tard, les Agents
Contractuels Subventionnés (ACS) pour les chômeurs de longue durée. Parallèlement à la
création « directe » d’emplois publics, les pouvoirs publics contribuent indirectement à la
création d’emplois dans le secteur privé par diverses interventions économiques et financières
en direction des entreprises : mesures visant à stimuler l’embauche en entreprise par des
primes, par la détaxation des bénéfices ou la réduction des cotisations sociales ; mesures
visant à stimuler le travail indépendant (stimulation fiscale à l’installation, stimulation au
lancement par avance d’allocations : le prêt « subordonné chômeur » - loi du 13/07/1983).
d) Une politique de « plein emploi flexible » ?
A partir des années 1980, les pouvoirs publics belges prennent pleinement conscience des
limites des mesures de réduction de la population active (deuxième révolution silencieuse) et
des mesures de création d’emplois (troisième révolution silencieuse) comme instruments de
lutte contre le chômage, permettant d’assurer conjointement le plein emploi et la stabilité de la
croissance économique. Dès lors, les politiques d’emploi s’orientent dans une voie nouvelle :
la quête de flexibilité (cfr. Boltanski et Chiapello)
La flexibilité du travail se décline en diverses mesures publiques qui visent la redistribution
du travail en combinant la réduction du temps de travail, la modération salariale, l’embauche
compensatoire, les réductions de cotisations sociales (Maribel). Parallèlement, d’autres
mesures visent à flexibiliser les contrats et produisent dès lors de nouvelles formes atypiques
d’emploi : travail à temps partiel, travail temporaire, travail intérimaire, travail étudiant, … La
gestion publique du marché du travail se transforme progressivement en un processus de
régulation centré sur la déréglementation du marché du travail, nécessitant une flexibilisation
du système juridique (Piaser, 358).
La flexibilité vise également les systèmes de protection sociale. C’est ainsi que Plasterman
(2003) observe un glissement de l’assurance-chômage vers un régime d’assistance, durant les
années 1980. D’une part, il rend compte d’un assouplissement des conditions d’admission et
d’octroi, et d’autre part il pointe le renforcement de la sélectivité en fonction des besoins :
stratification du système d’allocations (sur base des études ou sur base d’une occupation,
chômeur isolé ou cohabitant, …), assouplissement des conditions d’accès aux allocations,
système d’indemnisation des heures d’inactivité des travailleurs à temps partiel
« involontaires » (A.R. du 03/07/1985), dispenses de pointage pour raisons familiales et
sociales (A.R. du 27/02/1985). Ce « glissement » témoigne, une fois de plus, du caractère
hybride et mouvant du système belge de protection sociale, dans la mesure où Plasterman
rend compte, durant les années 1990, d’un mouvement inverse de retour à l’assurance : 1) par
le retour de la sanction (A.R. de 1992 qui introduit une nouvelle sanction pour refus ou
abandon du plan d’accompagnement) ; 2) par l’augmentation sélective des allocations ; 3) par
l’A.R. du 16/06/1993 qui atténue la sélectivité familiale pour les chômeurs âgés.
La flexibilité vise enfin la main d’œuvre : les individus « actifs » sur lesquels reposeraient une
grande part de la responsabilité dans l’adaptation aux nouvelles donnes socioéconomiques
(Maroy et Conter, 2000). La mise sous pression des travailleurs et des demandeurs d’emploi
constitue un nouvel axe de la politique d’emploi qui se concrétise dans le cadre de politiques
de formation professionnelle : ces politiques s’adressent à l’ensemble de la population active,
mais ciblent prioritairement les jeunes faiblement qualifiés (enseignement en alternance,
entreprises d’apprentissage professionnel), les chômeurs difficiles à insérer (« groupes à
56
risques » dans l’accord interprofessionnel de 1988), les travailleurs menacés de chômage. « Il
s’agit donc de flexibiliser les structures et offres éducatives (jugées trop rigides), de
multiplier et individualiser l’accès à ces offres, de diversifier les parcours et les rythmes
éducatifs, les formes de reconnaissance des acquis, les espaces et temps d’apprentissage.
(…). Face aux transformations des sociétés industrielles, la construction de systèmes de
formation plus flexibles permettra de faire reposer une bonne part de l’adaptation nécessaire
sur les individus, capables de choix, d’évaluation et d’arbitrage » (Maroy et Conter, 2000 :
49).
Ce qui est nouveau bien entendu, ce n’est pas la formation professionnelle mais son
instrumentalisation (et son institutionnalisation) comme politique d’emploi. En effet, comme
le montrent Maroy et Conter (2000), c’est à partir des années 1950 que se développent, en
Belgique, trois types distincts d’institutions de formation d’adultes : 1) des institutions
scolaires de promotion sociale (puis, plus tard, l’enseignement supérieur « à horaire
décalé ») ; des associations de « d’éducation permanente » ; des institutions de formation
46
professionnelle « accélérée » de chômeurs et de travailleurs . Mais dans le courant des années
1980, on assiste à l’institutionnalisation du « champ » de la formation professionnelle, si l’on
en croit Maroy et Conter (op.cit.). Ces auteurs pointent plusieurs indices de ce mouvement
d’intégration de pratiques hétérogènes en un champ encastré dans le champ des politiques
d’emploi : développement de règles communes aux différentes institutions, développement de
sources conjointes de financement (FSE), émergence d’instances de régulation décentralisées
et partenariales, apparition de formes de concurrence entre opérateurs publics et privés. La
« régionalisation » de la formation professionnelle en 1993 (pour la partie francophone du
pays) témoigne également de cette instrumentalisation de la formation professionnelle comme
politique d’emploi : la formation est extraite des compétences des Communautés en matière
d’enseignement et d’éducation, et transférée dans les compétences des Régions en matière
d’emploi et de placement.
Cette quête de flexibilité « nécessaire » tendrait à occulter une quatrième révolution
silencieuse dans notre conception du plein-emploi : la substitution progressive de l’emploi par
l’employabilité comme objectif commun d’une politique transnationale de l’emploi. La SEE
s’est construite selon le principe de l’« auberge espagnole », pour reprendre l’expression de
Husson (2003), permettant à chacun de trouver confirmation que son objectif est le bon.
L’employabilité constitue ce dénominateur commun : un objectif volontairement flou et
polysémique qui permet à chaque Etat membre d’y adhérer tout en privilégiant, à sa guise et
selon ses convictions politiques, son histoire, … les dimensions collectives ou individuelles,
socio-cliniques, socio-techniques, ou néo-managériales de cette notion hautement
mobilisatrice. C’est sur base de cet usage fédérateur du concept d’employabilité, développé
par les institutions européennes au début des années ’90, que l’on parle aujourd’hui de
politiques d’employabilité pour désigner les mesures visant à développer la capacité
(individuelle ou collective, virtuelle ou réelle) d’insertion (sociale ou professionnelle) des
demandeurs d’emploi. Les politiques d’employabilité se sont principalement traduites, dans
les Etats membres, en termes de parcours d’insertion.
46 Notons à ce propos la création, en 1961, de l’Office National de l’Emploi (« loi unique » du 14/02/1961 et A.R. du
27/12/1961), dont la dénomination nouvelle (emploi au lien de placement et chômage) traduit la volonté de mettre en œuvre
une politique d’emploi « active et efficace » : l’accent est mis sur la formation professionnelle des adultes, non plus
seulement des chômeurs, mais des travailleurs occupés, en vue de répondre « aux besoins de main-d’oeuvre qualifiée ». Il
convient également d’évoquer le contrat d’apprentissage agréé par le Ministère des Classes Moyennes.
57
e) Le parcours d’insertion comme politique « active » d’emploi
La notion de « parcours d’insertion » témoigne de cette quatrième révolution silencieuse : elle
a été progressivement mobilisée par les institutions européennes, comme le Fonds social
européen, comme réponse à un constat d’échec généralisé des politiques traditionnelles de
lutte contre le chômage.
Créé sur base de l’article 123 du Traité de Rome, le Fonds social européen (FSE) constitue
l’un des principaux instruments financiers de l’Union européenne oeuvrant à la promotion de
l’emploi et au développement des ressources humaines. Jusqu’en 1989, le FSE finance en
majorité des projets de formation professionnelle visant la requalification et l’adaptation de
l’offre de formation pour des demandeurs d’emploi faiblement qualifiés. Les premières
évaluations, menées entre 1989 et 1992, recommandent de mieux associer les mesures de
formation avec les aides à l’embauche et de prévoir des « mesures combinées » : « accueil,
orientation, accompagnement individuel, recherche active d’emploi, coordination
systématique des actions de formation, approche intégrée, mise sur pied de partenariats
47
locaux élargis, etc. » (FSE, 1997 : 5) . Ces recommandations « activent », en quelque sorte,
le principe de subsidiarité de l’Union (Traité de Maastricht, 1992), selon lequel l’Union
européenne n’intervient que lorsque l’action commune est « plus efficace » que l’action isolée
d’un pays. Les objectifs des actions d’insertion sont alors progressivement redéfinis, au
niveau européen, comme des moyens d’accompagnement vers l’emploi. Les notions de
« suivi individualisé », d’« approche intégrée », de « partenariat local », puissamment
valorisées par les institutions européennes, se cristallisent dans une approche nouvelle :
l’approche en termes de « parcours d’insertion», cette approche « holistique »
d’accompagnement de demandeurs d’emploi vers l’emploi, qui se distingue d’une approche
« classique » de formation ou de placement (mise à l’emploi effective). L’approche se fonde
explicitement sur deux hypothèses (FSE, op. cit.) :
1) elle répond à un besoin d’individualisation : l’hétérogénéité des publics nécessite des
approches adaptées à leurs caractéristiques individuelles.
2) elle répond à un besoin de maintien de l’employabilité individuelle dans un contexte
de pénurie structurelle d’emploi, qui se traduit par des processus complexes de
transitions entre des états de formation, d’activité et de chômage.
En application du principe de convergence selon lequel les Etats membres oeuvrent à la
réalisation d’objectifs communs en matière d’emploi, la notion de parcours d’insertion est
alors introduite, dès 1993, comme critère d’éligibilité des actions (de formation et de
48
placement) cofinancées par le FSE dans le cadre de l’Objectif 3 .
Cette orientation politique commune renvoie à des réalités nationales ou régionales
relativement contrastées : le « Parcours d’insertion » en Belgique francophone (Bruxelles et
Région wallonne), le « Trajectbegeleiding » (accompagnement de trajet) en Flandre, le
« Eingliederungsweg » (chemin de l’intégration) en Communauté germanophone, les
« Forderketten » (chaînes de soutien) ou modèle « Koglin » en Allemagne, les « Pathways to
integration » (chemins vers l’intégration), « Pathways to employment » (chemins vers
l’emploi), ou encore de « Route counselling » (accompagnement ou guidance d’itinéraires) en
Angleterre, le Plan Local d’Insertion par l’Economique (PLIE) en France, ... Au sein de cette
diversité, les experts européens identifient toutefois deux « modèles » de parcours d’insertion,
qui coexistent dans l’orientation politique commune prise par les états membres (FSE, op.
cit.) : 1) un modèle en termes d’approche individuelle où « les causes du chômage – et donc
les manières d’y remédier – se trouveraient au niveau de l’individu (qualifications
47 Fonds Social Européen, Parcours d'insertion, Séminaire de Bruges, octobre 1997.
48 L’Objectif 3 est un programme du FSE destiné à lutter contre le chômage de longue durée et l’exclusion sociale, qui
finance deux types de mesures : la formation et le placement.
58
inadéquates ou insuffisantes, mauvais choix professionnels, techniques de sollicitation
défaillantes, etc.) » (FSE, op. cit. : 6) ; 2) un modèle en termes de partenariat, qui met l’accent
sur les responsabilités collectives et l’interdépendance entre les acteurs institutionnels, les
partenaires sociaux, les décideurs politiques. La coexistence de ces deux modèles permet
d’envisager le « parcours d’insertion », tout à la fois, comme une réponse individualisée
(l’« accompagnement ») à un problème collectif (le chômage) et comme une réponse
collective (« intégrée ») à un problème individuel (les « causes » du chômage).
En Belgique, le Parcours d’insertion est né du Cadre Communautaire d’Appui (CCA) de
l’Objectif 3 ; son opérationnalisation sur le terrain était prévue pour la seconde période de la
programmation 1994-1999. En Région wallonne, le Parcours d’insertion s’est mis en place en
1997 : officiellement le 15 mai, lors de la signature de la Charte du Parcours d’insertion par
l’ensemble des opérateurs de formation et d’insertion en Région wallonne. Par cette adhésion
au « dispositif-cadre » du Parcours d’insertion, élaboré conjointement par le Gouvernement
régional wallon et la Communauté française, les opérateurs wallons peuvent ainsi bénéficier
des financements du Fonds social européen. En signant la Charte, les opérateurs s’engagent à
travailler en partenariat, à donner la priorité aux filières d’insertion qui offrent des débouchés
réels (création de « passerelles » entre les opérateurs), à travailler sur les besoins des
utilisateurs (écoute structurée des usagers), à impliquer davantage les usagers dans la
conception et la gestion de leur parcours (responsabilisation et autonomie).
Nous pouvons dès à présent procéder à la description des politiques d’employabilité, en trois
temps, comme nous l’avons déjà évoqué : d’abord, le contexte européen des politiques
d’employabilité ; ensuite, les mécanismes d’articulation des politiques européennes aux
politiques régionales wallonnes qui se jouent au niveau fédéral ; enfin, les politiques
régionales wallonnes de l’emploi relatives au Parcours d’insertion, qui constituent l’objectif
principal de ce chapitre.
SECTION 1. LES POLITIQUES EUROPÉENNES DE L’EMPLOI
Les politiques européennes de l’emploi remontent aux origines de la construction d’un
marché unique, bien qu’elles se soient considérablement précisées et amplifiées à partir de
1993, date de publication par la Commission européenne du livre blanc « Croissance,
49
compétitivité et emploi » et du Conseil européen d’Essen (1994).
C’est alors qu’un discours propre aux institutions européennes se formule en termes
d’employabilité ou capacité d’insertion socioprofessionnelle (Lefresne, 1999). Ce discours
fait de la formation professionnelle une dimension essentielle de la politique d’emploi et se
structure autour d’un concept-clé, hautement mobilisateur, le concept de « lifelong
learning » : l’incitation à se former tout au long de la vie pour actualiser ses compétences. Ce
concept est étroitement lié à un processus de responsabilisation des individus à prendre en
charge leur employabilité, c’est-à-dire à faire en sorte d’avoir toujours les meilleures chances
d’entrer ou de rester sur le marché du travail.
Barbier (2004) s’est intéressé à saisir la construction de ce discours dans l’arène bruxelloise
composée d’acteurs décideurs de premier ordre, - discours qu’il convient impérativement de
bien distinguer des politiques réellement menées. Il montre que les acteurs s’efforcent
d’influencer la substance du discours en fonction de leurs intérêts. Il nous rappelle également
que tous ces acteurs ne sont pas égaux dans la prise de décision, comme les partenaires
sociaux qui n’interviennent qu’en second ordre (rôle consultatif). Tous seraient cependant
49 « Croissance, compétitivité, emploi. Les défis et les pistes pour entrer dans le XXIème siècle », Livre blanc, Commission
des Communautés européennes, Bulletin des Communautés européennes, supplément 6/93.
59
unanimes pour reconnaître que, pour être acceptable dans l’arène, le discours social doit
comporter une justification économique. Pour Barbier, si la SEE est avant tout un discours qui
se construit dans une arène privilégiée, elle est également un ensemble d’activités
administratives et politiques justifiées par un contenu réglementaire et un cadre cognitif. Ce
discours et ces activités administratives s’appuient bien évidemment sur l’existence de
politiques nationales, sans lesquelles cette politique de « douce convergence » resterait une
pure fiction.
Ce complexe processus de « marchandage » administratif, politico-administratif et politicoidéologique, pour reprendre l’expression de Pochet et Degryse (2003), que constitue la
politique européenne de l’emploi reste aujourd’hui, comme elle l’a toujours été, un instrument
de régulation au service de finalités économiques : la construction d’un marché unique, d’une
monnaie unique, d’une « économie de la connaissance la plus compétitive et la plus
dynamique du monde ».
§ 1.1. Aux origines…
Comme le montre Verly (1995), entre 1958 et 1972 dans un contexte de croissance
économique, la politique se concentre essentiellement sur l’harmonisation des conditions de
travail. C’est au cours de cette période qu’est créé le Fonds social européen dont le rôle
principal se traduit par des interventions financières dans des mesures pour l’emploi prises par
les Etats membres.
Une deuxième phase s’ouvre par le Programme d’action sociale (1974) en réponse à la
montée du chômage. Ce programme comporte diverses initiatives basées sur trois objectifs
principaux : le plein emploi (d’une meilleure qualité), l’amélioration des conditions de travail
et de vie et la participation des travailleurs. La Commission européenne œuvre alors
principalement à la protection contre le licenciement collectif, à l’égalité de traitement entre
les hommes et les femmes et à la sécurité des travailleurs.
Une troisième phase est marquée par un souci de dérégulation et de flexibilité du marché du
travail afin d’atteindre une cohésion économique et sociale entre les Etats membres. On
notera principalement le Programme d’action pour la croissance et l’emploi (1986),
l’adoption, en 1987, de l’Acte unique et, en 1989, de la Charte communautaire des droits
sociaux fondamentaux des travailleurs salariés.
§ 1.2. Croissance, compétitivité et emploi
En juin 1993, le livre blanc « Croissance, compétitivité et emploi », initié par la Commission,
ouvre le débat sur l’emploi en Europe. En décembre 1993, le Conseil européen de Bruxelles
adopte un plan d’action en faveur de l’emploi. Le livre blanc avance des priorités à suivre
pour « agir au service de l’emploi » : le développement de la formation tout au long de la vie,
la flexibilité des entreprises et des travailleurs, la décentralisation des mesures, la réduction
des coûts relatifs du travail peu qualifié.
L’ambition des politiques d’emploi se précise : favoriser la convergence requise pour réaliser
l’union économique et monétaire. En effet, la flexibilité des marchés du travail, la réduction
ciblée des coûts de la main d’œuvre, l’activation des chômeurs et l’insertion des jeunes sans
formation constituent les objectifs intermédiaires indispensables à l’objectif final d’une
monnaie unique dans un marché unique. Cette orientation nouvelle des politiques d’emploi
doit être interprétée en regard des transformations de l’idéologie capitaliste, dont nous avons
traité précédemment. Si les politiques nationales d’emploi ne se sont pas révélées d’un grand
secours pour réduire sensiblement le chômage de masse persistant, l’expérience européenne
60
leur offre une perspective nouvelle : la recherche de flexibilité comme instrument privilégié
de lutte contre l’inflation et comme vecteur d’épanouissement d’un capitalisme transnational.
En décembre 1994, le Conseil européen d’Essen définit cinq domaines prioritaires pour le
développement des politiques nationales de l’emploi, rebaptisées « politiques actives du
marché du travail », dans le cadre d’un premier plan d’action de lutte contre le chômage. Ces
cinq groupes de mesures prioritaires sont : l’investissement dans la formation
professionnelle ; la croissance de l’emploi ; la réduction des coûts salariaux indirects ; les
politiques du marché du travail ; les mesures en faveur des groupes particulièrement touchés
par le chômage (jeunes, chômeurs de longue durée, femmes, travailleurs âgés).
Le Conseil et la Commission, dans leur « Rapport conjoint sur l’emploi » de 1995,
reconnaissent qu’il convient de renforcer les mesures en faveur des groupes durement frappés
50
par le chômage. Ils s’assignent plus particulièrement les trois objectifs structurels suivants :
L'insertion des jeunes : « tous les jeunes doivent recevoir le niveau d'éducation et de
formation et l'expérience professionnelle requis pour assurer leur aptitude à l'emploi ».
La lutte et prévention contre le chômage de longue durée : « toute personne au
chômage doit avoir la possibilité de suivre une nouvelle formation ou avoir la
possibilité de se réinsérer avant d'en arriver au stade du chômage de longue durée ».
La promotion de l'égalité des chances : « une politique active de désagrégation du
marché du travail grâce à une nouvelle approche du travail à temps partiel considéré
comme une mesure transitoire, et conciliation de la vie familiale et de la vie
professionnelle entre les hommes et les femmes ».
Le Conseil européen d’Essen demande aux Etats membres de traduire, dans les politiques
nationales, ces recommandations en un programme pluriannuel qui tiendrait compte des
spécificités de la situation économique et sociale de chacun. La stratégie à moyen terme
conçue à Essen est confirmée au Conseil européen de Cannes (juin 1995).
En décembre 1995, le Conseil européen de Madrid évalue les progrès réalisés à partir de la
stratégie d’Essen et affine certaines recommandations qui ont trait à la problématique de
l’égalité des chances.
En décembre 1996, le Conseil européen de Dublin adopte la « Déclaration de Dublin sur
l’emploi » et formule cinq recommandations : poursuivre la stratégie macroéconomique axée
sur la croissance ; intensifier la modernisation des marchés des biens et des services ; investir
dans les ressources humaines ; rendre les systèmes d’imposition et de protection sociale plus
favorables à l’emploi ; renforcer les liens entre les politiques macroéconomiques et
structurelles dans les programmes pluriannuels pour l’emploi des Etats membres.
§ 1.3. Stratégie européenne pour l’emploi et méthode ouverte de
coordination
L’année 1997 constitue une étape clé : elle correspond à la naissance de la Stratégie
européenne pour l’emploi fondée sur la Méthode ouverte de coordination (Pochet, 2003 ;
Erhel et Palier, 2003). En juin, le Conseil européen d’Amsterdam adopte un Pacte de stabilité
et de croissance et décide de développer une « nouvelle » stratégie pour l’emploi : l’emploi
est reconnu comme une question d’intérêt commun à l’échelle européenne (art. 126) traduite
et traitée en terme d’employabilité. Le traité d’Amsterdam (octobre) institutionnalise la
procédure lancée à Essen : intégration de l’emploi dans les autres politiques communautaires,
mise en place de mécanismes de coordination au niveau communautaire.
50 Lire à ce propos, Commission européenne Emploi & affaires sociales, « La stratégie européenne de l’emploi : relever les
défis de l’intégration des jeunes dans le marché du travail, du chômage de longue durée et de l’égalité des chances »,
Luxembourg, 1999, 195pp.
61
En novembre, le Conseil européen extraordinaire de Luxembourg lance le cycle annuel de
mise en œuvre du processus et de suivi des politiques nationales de l’emploi. Ce processus
mis en place porte sur le développement d’une coordination des politiques de l’emploi des
Etats membres, d’une stratégie de la convergence.
Vingt et une lignes directrices pour l’emploi sont définies et agencées autour de quatre
piliers :
la capacité d’insertion socioprofessionnelle (employabilité) ;
l’esprit d’entreprise ;
la capacité d’adaptation (des entreprises et des travailleurs) ;
l’égalité des chances entre les hommes et les femmes.
La Méthode ouverte de coordination (MOC) est la suivante :
1) édiction de « lignes directrices pour l’emploi » par la Commission, regroupées en
quatre piliers (cfr. supra), compatibles avec les Grandes Orientations de Politique
Economique (GOPE) ;
2) rédaction annuelle des « plans nationaux d’actions pour l’emploi » (PNAE) par les
Etats membres ;
3) évaluation des PNAE par la Commission ;
4) émission de « recommandations » personnalisées à l’égard des Etats membres
(création d’un comité consultatif de l’emploi).
« Conçue pour aider les États membres à développer progressivement leurs propres politiques, cette méthode consiste à:
- définir des lignes directrices pour l'Union, assorties de calendriers spécifiques pour réaliser les objectifs à court, moyen et
long terme fixés par les Etats membres ;
- établir, le cas échéant, des indicateurs quantitatifs et qualitatifs et des critères d'évaluation par rapport aux meilleures
performances mondiales, qui soient adaptés aux besoins des différents Etats membres et des divers secteurs, de manière à
pouvoir comparer les meilleures pratiques ;
- traduire ces lignes directrices européennes en politiques nationales et régionales en fixant des objectifs spécifiques et en
adoptant des mesures qui tiennent compte des diversités nationales et régionales ;
- procéder périodiquement à un suivi, une évaluation et un examen par les pairs, ce qui permettra à chacun d'en tirer des
enseignements»
(point 37 des conclusions de la présidence, citées par Barbier, 2004 : p2).
En juin 1998, le Conseil européen de Cardiff souligne l’importance d’une croissance soutenue
et durable afin de promouvoir l’emploi. L’accent est mis essentiellement sur la modernisation
des marchés des biens et des services. Le processus de Cardiff complète le Pacte de
croissance et de stabilité et la surveillance multilatérale des plans d’action nationaux (PAN).
En décembre 1998, le Conseil européen de Vienne renforce la stratégie de convergence des
politiques économiques et la création d’un environnement favorable à l’emploi, et instaure
une plus grande synergie entre les grandes orientations de politiques économiques et les lignes
directrices pour l’emploi. Dans ce cadre, une participation et une responsabilisation accrues
des partenaires sociaux sont de rigueur.
En juin 1999, lors du Conseil européen de Cologne, un « Pacte européen pour l’emploi » se
construit autour des trois processus :
celui de Luxembourg : stratégie de la convergence des politiques d’emploi ;
celui de Cardiff : capacité d’innovation et modernisation des marchés des biens et des
services ;
celui de Cologne : amélioration de l’interaction entre l’évolution des salaires et les
politiques monétaires, budgétaires et financières.
En mars 2000, le Conseil européen extraordinaire de Lisbonne donne un nouvel élan au
processus de Luxembourg en étoffant les lignes directrices et en leur donnant des objectifs
62
plus concrets : un taux d’emploi de 70% et une proportion de femmes actives de plus de 60%
d’ici 2010. Une nouvelle dimension émerge du processus : la cohésion sociale dans le cadre
d’une économie fondée sur la connaissance. Faire de l’UE « l’économie de la connaissance la
plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d’une croissance économique
durable, accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus
grande cohésion sociale » (CCE, COM(2003)336 : 3).
Pourquoi privilégier la maximisation du taux d’emploi et non la réduction du taux de
chômage ? D’une part, comme le montre Fitoussi (1995), le chômage constitue un instrument
de lutte contre l’inflation, assurant la modération salariale. D’autre part, accroître les taux
d’emploi, c’est accroître les recettes publiques et assurer la viabilité des dépenses en matière
de pension, comme le souligne Raveaud (2003).
En juillet 2002, la Commission procède à une évaluation de la SEE qui sanctionne le succès
de la « méthode ouverte de coordination » (COM(2002) 416). Le Rapport conjoint sur
l’emploi (2002) dresse un bilan « positif » de la SEE, tout comme les GOPE 2003-2005
(grandes orientations des politique économique) : « le programme de Lisbonne s'est traduit
par des réussites notables », même si « beaucoup reste cependant à faire » (COM(2003)
170). Comme le souligne Husson, « tout se passe comme si la « conjoncture » était une
simple perturbation par rapport à une orientation fondamentalement saine et dont la seule
faiblesse serait la lenteur de mise en œuvre ». (Husson, 2003 : 2). A cette occasion, la
Commission redéfinit les politiques d’emploi dans un sens « actif et préventif ».
En septembre 2002, lors de la Communication sur la « rationalisation des cycles annuels de
coordination de la politique économique et de la politique de l’emploi » (COM(2002) 487), la
Commission fixe quatre objectifs : renforcer l'efficacité et le suivi de la mise en œuvre ;
améliorer la cohérence et la complémentarité des processus ; promouvoir une
responsabilisation mieux partagée en associant davantage le parlement européen et les
parlements nationaux, les partenaires sociaux et la société civile ; accroître la transparence et
la compréhension des cycles de coordination pour en renforcer l'impact. En clair, la
Commission préconise d’intégrer les processus économiques (GOPE) et sociaux (rapport
conjoint sur l’emploi) afin de rendre plus cohérente l’action de l’Union. Elle invite également
au passage d’un cycle annuel à un cycle triennal (logique de moyen terme) pour le suivi et
l’application de la SEE.
§ 1.4. Une « nouvelle » SEE ?
C'est dans ce contexte de rationalisation et d’arrimage de la SEE aux GOPE, que la
Commission propose, en janvier 2003, sa vision de l’avenir de la SEE. A cette occasion, la
Commission propose un calendrier à moyen terme, des objectifs quantifiés, la simplification
des lignes directrices dont le contenu reprend les objectifs de Lisbonne, ainsi qu’un
programme d’évaluation permanente de la SEE.
En avril 2003, la Commission adopte son premier « paquet » GOPE-SEE. Les GOPE
proposent des axes prioritaires clés pour la politique économique sur une période de trois ans,
et formulent des recommandations générales et des recommandations par pays. Croissance,
stabilité et réformes structurelles en sont les trois mots d’ordre. Au niveau des réformes
économiques, la Commission recommande principalement :
des mesures axées tant sur la demande que sur l'offre en vue de rendre le travail
« rentable » et de faciliter la création d'emplois : promouvoir une organisation du
travail plus flexible, réexaminer les réglementations du marché du travail, améliorer la
qualité de l'éducation et de la formation, accroître la mobilité du travail, adopter des
63
mesures actives du marché du travail ciblant les catégories de travailleurs qui ont le
plus de mal à trouver un emploi ;
des mesures visant à renforcer la productivité et le dynamisme des entreprises ;
des mesures visant à assurer la viabilité des finances publiques : augmenter les taux
d'emploi, réduire la dette publique, réformer les systèmes de retraite et de santé.
En ce qui concerne les politiques macroéconomiques, les GOPE formulent un principe
général concernant les salaires : leur évolution doit rester compatible avec la stabilité des prix
et les gains de productivité. « En cas de rebond conjoncturel de la productivité ou de bouffée
d'inflation liée aux prix du pétrole, l'évolution des salaires doit rester modérée pour permettre
la reconstitution des marges bénéficiaires et contribuer ainsi à soutenir la croissance des
investissements créateurs d'emploi ».
En août 2003 sont publiées au Journal Officiel de l’Union européenne (n° L 197/17 du
05.08.2003) les « 10 commandements de la Commission ». Ils poursuivent trois objectifs
globaux, remplaçant les 4 « piliers » appelés à disparaître : le plein emploi, la qualité et la
productivité au travail et la cohésion sociale. « Si l’on retrouve ici les priorités des quatre
« piliers » initiaux (priorités 1 à 3, et 6), les novations portent surtout sur l’employabilité
individuelle (priorités 4, 5, 8) ; le thème de la qualité et de la stabilité de l’emploi, mentionné
dans une liste initiale, a disparu » (Gazier et Lechevalier, 2004 : 5).
Les « 10 commandements de la Commission »
1. Développer des mesures actives et préventives en faveur des chômeurs et des inactifs : garantir à tous les chômeurs et à
30% des chômeurs de longue durée une formation, un recyclage, une expérience professionnelle.
2. Encourager l’esprit d'entreprise : simplifier les charges administratives, favoriser l'accès au capital, développer les
formations en gestion d'entreprise.
3. Promouvoir l’adaptation des travailleurs et des entreprises face au changement : rendre les contrats de travail plus
flexibles, promouvoir l'accès des salariés à la formation, améliorer les conditions de travail.
4. Développer la formation tout au long de la vie : augmenter la proportion de jeunes diplômés de l'enseignement secondaire
supérieur et le taux de participation des adultes à la formation continue.
5. Accroître l’offre de main d’œuvre et promouvoir le «vieillissement actif» : augmenter la participation au marché du travail
des travailleurs âgés, augmenter de 5 ans l'âge moyen de sortie effective du marché du travail.
6. Promouvoir l’égalité entre femmes et hommes (réduction des disparités en termes de taux d'emploi et de taux de chômage,
notamment par le développement des gardes d'enfants).
7. Lutter contre la discrimination à l’égard des personnes défavorisées (réduction significative des écarts en termes de taux de
chômage).
8. Rendre l’emploi financièrement plus attrayant grâce à des incitations financières à l'emploi (réforme des systèmes
d'indemnisation et d'imposition).
9. Lutter contre le travail non déclaré
10. Réduire les disparités régionales en matière d'emploi et promouvoir la mobilité professionnelle et géographique
Les lignes directrices sont assorties d’objectifs chiffrés définis au niveau national. Husson
souligne l’articulation problématique de ces objectifs ambitieux aux dix commandements de
la SEE. « Prenons l'exemple de 1'« élimination totale des disparités entre hommes et femmes
en matière d'emploi » qui passe forcément par « l'élimination totale du temps partiel
contraint ». N'est-ce pas contradictoire avec un autre objectif formulé dans les GOPE, visant
à « promouvoir une organisation du travail plus flexible »? Dans quelle optique faut-il
« réexaminer les réglementations du marché du travail » : en faveur de la flexibilité totale
réclamée par les employeurs, ou d'un encadrement des formes d'emplois atypiques ? »
(Husson, 2003 : 5).
Pour Philippe Pochet (2004), éminent spécialiste de l’évolution des politiques européennes de
l’emploi, il est clair que par rapport aux quatre piliers de 1997, on est en présence d’éléments
nouveaux (productivité au travail et cohésion) ; en outre, le plein-emploi revient à l’avantplan. Pochet et Degryse (2003) soulignent également les articulations peu évidentes entre les
64
trois grands objectifs et les 10 priorités : « qualité de l'emploi et productivité peuvent être des
objectifs contradictoires; augmenter le taux d'emploi et créer le plein-emploi ne recouvrent
pas exactement la même chose (priorité à la diminution du chômage ou à la mise à l'emploi
des personnes au dehors du marché du travail) ; il en va de même en ce qui concerne le
renforcement de la formation tout au long de la vie, au sens large, et l'augmentation de
l'employabilité ; ou encore la lutte contre le travail clandestin (par la réduction du coût
relatif du travail ou le renforcement des contrôles ?) ; enfin, le lien entre politique de l'emploi
et protection sociale n'a pas été réalisé. » (Pochet et Degryse, 2003 : 588). Ces auteurs
identifient enfin les distorsions entre la version finale et la proposition de janvier 2003 : les
priorités ne sont plus classées dans le même ordre, la formulation de certaines lignes
directrices a été modifiée (1'« intégration » des personnes défavorisées est transformée en «
lutte contre la discrimination »), la question de l'immigration n'apparaît plus, ainsi que celle de
l'investissement dans les stratégies d'éducation, la promotion du vieillissement actif est
assortie de l'accroissement de l'offre de main-d'œuvre.
En outre, le thème de l'amélioration des emplois (ligne directrice n° 3 dans la version de
janvier) disparaît purement et simplement (Pochet et Degryse, 2003 : 592). En fait, la
controverse relative à la question de la qualité du travail et de la qualité de l’emploi s’est
clôturée sur un compromis qui associe productivité et qualité : une sorte d’équation de la
flexibilité, que Bernard Conter (2004) ne manque pas de souligner.
§ 1.5. Traitement statistique du chômage et politique de concurrence
En retraçant brièvement l’historique des politiques européennes d’emploi, nous en avons
perçu les principes ou objectifs structurants (employabilité, adaptabilité, flexibilité) et les
modalités de fonctionnement (méthode ouverte de coordination). Ces politiques d’emploi sont
aujourd’hui soumises (sous peine d’incompatibilité) aux Grandes Orientations de Politique
Economique (GOPE) qui elles-mêmes gravitent autour d’un pivot : la politique monétaire.
Comme le rappelle Gazier et Lechevalier (2004), le cadre théorique qui sous-tend
l’architecture de la SEE reprend les principales hypothèses de la macroéconomie classique :
51
rationalité des agents, principes d’ « optimalité » et de « complétude » des marchés .
Qu’est ce que tout cela a-t-il produit comme effet ? Bien que la SEE n’ait pas
significativement réduit le chômage, on aurait tort de penser que ces politiques sont sans
effets. La SEE a permis des innovations sur le plan institutionnel, comme le soulignent Pochet
et Degryse (2003) : la création d’un Comité de l’emploi, un programme d’évaluations entre
pairs (peer review programme), un processus sophistiqué d’évaluation ex post (Rapport
conjoint sur l’emploi). Pour Dufresne et Raveaud (2004), force est de constater que la SEE a
fait émerger (ou systématiser) une politique de l’emploi dans les Etats et a très certainement
renforcé la coordination entre différents ministères et administrations. En outre, cette politique
européenne a permis la production d’un consensus sur une priorité absolue : l’activation des
chômeurs. « La SEE a-t-elle atteint ses objectifs ? (…) S’il s’agit de faire diminuer le
chômage, le résultat est négatif. Toutefois, il faut bien remarquer que l'UE s'est bien gardée
de donner pour objectif à la SEE de faire diminuer le taux de chômage de 1 'UE, même si elle
doit contribuer dans la pratique à cet objectif. Ce sont en effet les Grandes Orientations de
Politique Economique (ou GOPE) qui traitent de cette question. Or, de par les Traités, la
SEE est soumise aux GOPE. Elle n'a donc ni mandat, ni ressources, pour lutter activement
contre le chômage. On peut ainsi résumer son action comme le développement d'initiatives
51 Dans ce modèle, la politique monétaire est le principal instrument de la politique macroéconomique et le principal
déterminant de l’inflation ; une politique budgétaire expansionniste est à bannir car elle perturbe l’équilibre des marchés,
dégénère en inflation et aboutit à une « perte de bien-être ».
65
qualitatives, dans un cadre quantitatif contraint : aux GOPE le nombre d'emplois, à la SEE
leur qualité et le fonctionnement du marché du travail. » (Dufresne et Raveaud, 2004 : 7)
Salais, quant à lui, insiste sur la « dégénérescence instrumentale » de la méthode ouverte de
coordination. Son hypothèse est la suivante : « Il existe empiriquement et politiquement
suffisamment d’obstacles à un emploi effectif et efficace de la méthode au sein de la SEE pour
que l’ambition de l’étalonnage se réduise in fine à une simple méthode de scores (…). L’objet
du jeu (au sens de la théorie des jeux) est le rendement statistique des politiques d’emploi
nationales, appréciées du point de vue des indicateurs. » (Salais, 2004 : 288). L’auteur de
« L’invention du chômage » pointe tout d’abord une série d’ « étrangetés » dans l’étalonnage
des politiques d’emploi : la fausse comparabilité des indicateurs à l’échelle européenne, la
sélectivité de la description de ces indicateurs (minimisation du taux de chômage comme
objectif des politiques d’emploi et maximisation du taux d’emploi), l’absence de définition
commune de ce qu’est un emploi ou un chômeur. Salais nous rappelle également que les
résultats des politiques nationales sont évalués par « comptages procéduraux », mais que
l’effectivité des mesures quant au devenir des bénéficiaires sur le marché du travail n’est pas
examinée. La SEE apparaît dès lors comme une politique d’indicateurs, instrumentale et
autoréférentielle, qui procède à un traitement « statistique » du chômage, selon l’expression
de R. Solow (cité par Pierru, 2005 : 60).
Pour illustrer l’idée d’un traitement « statistique » du chômage, nous empruntons à Bernard
Conter (2005), l’exemple des Titres-services, ce dispositif permettant aux chômeurs de
compléter leurs revenus par des activités occasionnelles de service aux particuliers (tâches
ménagères, jardinage). Comme le montre Conter (op. cit.), cette mesure d’activation fédérale
n’offrant aucune perspective professionnelle est cependant valorisée politiquement car elle
contribue à une amélioration d’indicateurs statistiques : le taux d’emploi, d’activation, de
création directe d’emplois en sortent grandis et le taux de chômage a baissé.
Mais la SEE ne s’arrête pas là. Ce qui la sauve de l’absurdité d’un traitement statistique du
chômage, c’est sa détermination économique : flexibiliser le travail, le marché du travail et les
travailleurs. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que depuis la mise en place de l’euro,
la flexibilité reste le seul levier ou instrument de lutte contre l’inflation. Pour Salais, c’est ce
besoin de flexibilité qui constituerait le véritable fondement de la méthode ouverte de
coordination : « cette flexibilité est recherchée par les instances monétaire et économique de
l’Europe, car elle reste pour elles le seul outil macroéconomique disponible, suite à la mise
en place de l’euro, pour assurer la compatibilité entre les objectifs que ces instances
poursuivent : stabilité et croissance » (Salais, op. cit.). En clair, la maximisation du taux
d’emploi préconisée à Lisbonne ne peut s’opérer qu’à la condition expresse d’une stabilité des
prix afin d’éviter l’inflation.
Comme le montrent Gazier et Lechevalier (2004), la flexibilité du marché du travail s’est
substituée à la flexibilité des changes comme mécanisme d’ajustement en cas de choc
asymétrique : « la flexibilité salariale doit donc s’accroître pour faire face aux
« chocs idiosyncrasiques », soit directement, soit indirectement par la réforme des systèmes
de protection sociale. » (Gazier et Lechevalier, 2004 : 10). C’est ainsi que Raveaud (2003 ;
2004a) en arrive à la conclusion que la SEE est avant tout une politique de concurrence, en
clair, une politique qui organise la concurrence entre ceux qui ont un emploi et ceux qui n’en
ont pas : activer des chômeurs, c’est mettre la pression sur les salariés pour qui, les chômeurs
deviennent une « menace crédible » (selon le modèle « insider/outsider » de Richard
52
Layard ), afin d’assurer la modération salariale, condition de la stabilité des prix. Ces constats
52 Comme le rappellent Lucie Davoine et Céline Gratadour (2004), Richard Layard fut le conseiller économique de Tony
Blair. Cet économiste « néoclassique » soutient l’idée selon laquelle les jeunes chômeurs et les chômeurs de longue durée,
66
ne sont pas sans rappeler les thèses de Hoang-Ngoc (2000) et de Fitoussi (1995). Dans Le
débat interdit, Fitoussi montrait déjà que faute d’avoir pu réduire le chômage, la politique
d’emploi se contente désormais de lutter contre l’inflation (1995 : 80) : dans ce contexte, le
chômage n’est plus un « problème » mais devient une solution acceptable pour l’ensemble
des salariés, qui ne souhaitent pas, a priori, subir une baisse de leur pouvoir d’achat (1995 :
151-152).
SECTION 2. LES POLITIQUES FÉDÉRALES DE L’EMPLOI
Cette section consacrée à la présentation des cadres institutionnels des politiques fédérales de
l’emploi sera relativement concise, dans la mesure où les politiques qui nous intéressent, à
savoir les politiques d’employabilité – qui visent à développer la capacité d’insertion des
demandeurs d’emploi –, échappent majoritairement à ce niveau de pouvoir, comme nous
l’avons déjà montré. Depuis la fédéralisation de l’Etat belge, l’indemnisation de l’assurancechômage est restée une compétence fédérale alors que le placement et la formation
professionnelle des demandeurs d’emploi ont été transférés aux Régions.
Il sera principalement question, ici, de mettre en évidence l’articulation entre la stratégie
européenne pour l’emploi (SEE) et les politiques régionales wallonnes d’employabilité (en
particulier les politiques relatives au « parcours » ou « dispositif intégré » d’insertion). Le
niveau fédéral constitue précisément ce lieu institutionnel où se joue cette articulation.
Rappelons que c’est à partir des années ’90 que la politique de l’emploi, en Belgique, se
rapproche de plus en plus des orientations européennes, comme en témoignent ces mesures :
le Plan d’accompagnement des chômeurs (1993) qui organise un système de conseil et
d’orientation, éventuellement vers une formation adaptée, pour les chômeurs ayant
atteint une durée de chômage de 10 mois ;
le Plan global pour l’emploi (1993) qui articule différentes mesures de réduction du
coût du travail, d’assouplissement de certaines rigidités des contrats, de redistribution
du travail (les « Plans d’entreprise »), de stimulation de l’embauche des jeunes (les
« emplois-tremplin ») ; notons également le développement des Agences locales pour
l’emploi (ALE) ;
le plan d’action pluriannuel de l’emploi (1995) et la loi du 26/07/1996 relative à la
promotion de l’emploi et à la sauvegarde de la compétitivité ; comme le souligne Jean
Verly, « ces initiatives visent à inscrire la Belgique en conformité avec les normes du
traité de Maastricht, en vue de la création de la monnaie unique » (Verly, 1995 : 59) ;
les différents PAN, à partir de 1998, établis dans le cadre des lignes directrices
européennes pour l’emploi.
§ 2.1. Une architecture en quatre piliers
En 2000, le ministre fédéral de l’emploi expose sa politique générale en quatre plans distincts
: 1) la politique de l'emploi ; 2) l'assurance-chômage ; 3) la réglementation du travail et les
conditions de travail ; 4) la politique d'égalité des chances. Nous nous intéresserons
essentiellement à la politique fédérale de l'emploi construite à partir des lignes directrices
européennes : « le développement de la Belgique vers un Etat providence actif, déplace
l'accent d'une approche passive - l'attribution d'allocations - vers une approche active. L'Etat
providence actif investit en l'être humain, en formation, en travail et non seulement en
sans compétence, ni motivation ne sont pas assez compétitifs sur le marché du travail : « en d’autres termes, ils ne sont pas
des outsiders très inquiétants pour les insiders (…) ils n’exercent pas de pression à la baisse sur les salaires » (Davoine et
Gratadour, 2004 : 5).
67
53
allocations » . La politique fédérale de l'emploi est construite en quatre axes : l’insertion,
l’esprit d'entreprise, l’adaptation et l’égalité des chances. Il s’agit des quatre piliers qui
structurent les lignes directrices européennes pour l’emploi.
Des quatre piliers de la politique fédérale de l’emploi, c’est le pilier 1.a qui constitue le centre
de nos préoccupations, le pilier « employabilité » : l’accord de coopération entre le fédéral et
les régions, baptisé « Plan Rosetta ». Les autres piliers sont brièvement mentionnés pour
information et pour rendre compte de l’architecture générale « européanisée » des politiques
fédérales de l’emploi.
Pilier 1. L'amélioration des capacités d'insertion professionnelle
a) Un premier aspect concerne la capacité d’insertion professionnelle des jeunes. A ce niveau,
il convient d’évoquer l’élaboration effective d’un accord de coopération entre le pouvoir
fédéral et le pouvoir des régions (17/01/2000) optant résolument pour une approche
préventive du chômage (le « Plan Rosetta »). Cet accord de coopération prévoit trois mesures
d'emploi et de formation dont pourront bénéficier les jeunes, une fois sortis de l'école : le
parcours d'insertion, la convention de premier emploi et le programme de transition
professionnelle.
Le parcours d’insertion (P.I.) combat le chômage des jeunes : avant d’être inscrit
depuis trois mois comme demandeur d’emploi, chaque jeune peu qualifié est
convoqué par le service régional de l’emploi afin de conclure une convention
d’insertion adaptée à ses besoins spécifiques et qui le prépare en même temps à une
convention de premier emploi.
La convention de premier emploi (CPE), entrée en vigueur le 01/04/2000 et
remplaçant le stage des jeunes, stipule que chaque employeur occupant au moins 50
travailleurs est tenu d’engager, en plus de son effectif normal, des jeunes dans le cadre
d’un contrat de premier emploi à concurrence de 3% dans le secteur privé et de 1.5%
dans le secteur public et le secteur du non-marchand privé. Concrètement, la
convention de premier emploi peut prendre trois formes : un contrat de travail à temps
plein ou à temps partiel d’au moins un mi-temps, un contrat de travail à temps partiel
d’au moins un mi-temps lié à une formation, ou un contrat d’apprentissage. Lors de
l’engagement de jeunes peu qualifiés, l’employeur bénéficie d’importantes réductions
de cotisations.
Le programme de transition professionnelle (PTP) permet aux jeunes demandeurs
d’emploi et aux chômeurs de longue durée d’acquérir de l’expérience professionnelle
dans le secteur public ou le secteur privé non-marchand. Tant le gouvernement fédéral
que les gouvernements régionaux et communautaires contribuent au financement de ce
programme.
b) Un deuxième aspect concerne le chômage de longue durée : les chômeurs de longue durée
bénéficient d’autres mesures fédérales existantes comme le « Plan avantage à l'embauche »,
les « emplois – services » ou les emplois via les agences locales pour l’emploi (ALE). Un défi
majeur est d’étendre le ciblage, au moyen de mesures spécifiques, à d’autres groupes ou
catégories d’individus: les travailleurs âgés, les minimexés, les personnes handicapées, les
minorités ethniques …
c) Un troisième aspect concerne les pièges à l'emploi. Un ensemble de mesures ont été prises
qui augmentent le revenu disponible pour les bas salaires ou qui garantissent le maintien de
certains avantages sociaux (réduction des cotisations pour les bas salaires, prime à l’embauche
lors de la reprise du travail, …).
53 Chambre des Représentants de Belgique, Projet de budget général des dépenses pour l’année 2000 : note de politique
générale, 22 novembre 1999, document 50 0198/015 (2ème session de la 50ème Législature), p 17.
68
d) Un dernier aspect concerne la formation des travailleurs (entreprises) et des demandeurs
d'emploi (autorités publiques) : bien que la marge de manœuvre du pouvoir fédéral soit
limitée en matière de formation, il convient de rappeler l’engagement pris par les partenaires
sociaux fédéraux dans l’accord interprofessionnel de consacrer plus de moyens à la formation
permanente, avec pour objectif d’amener en six ans la Belgique au niveau moyen des trois
pays voisins. Pour la période 1999-2001, ceci signifie que l’effort consenti par les entreprises
passe de 1.2% à 1.4% de la masse salariale.
Pilier 2. Le développement de l'esprit d'entreprise
Depuis 1998, le Fédéral introduit différentes initiatives visant à réduire les charges
administratives des entreprises et simplifier le lancement et la gestion d’une entreprise. Dans
ce cadre, le gouvernement fédéral veut procéder à une diminution structurelle des charges sur
le travail.
Par ailleurs, afin d’encourager la création d'emplois dans le secteur du non marchand et de
l'économie sociale, le gouvernement fédéral a augmenté sensiblement le montant des
réductions de charges dans le cadre du MARIBEL social.
Enfin, pour mieux utiliser le potentiel de création d’emplois dans le secteur des services, le
gouvernement fédéral veut promouvoir le développement de services de proximité en utilisant
le système des « chèques » ou « titres services » et en améliorant le système des agences
locales pour l'emploi (ALE).
Pilier 3. La promotion de la capacité d'adaptation des entreprises et des travailleurs
L’accent est mis, au niveau fédéral, sur une meilleure répartition du temps de travail. Le
gouvernement fédéral encourage des accords collectifs sur la réorganisation du temps de
travail en octroyant des réductions de charges aux entreprises : au total, 82 commissions et
sous-commissions paritaires ont conclu des conventions sur la durée du travail. En ce qui
concerne les mesures individuelles, l’accent reste mis sur l’« amélioration » du statut du
travailleur à temps partiel et l’« amélioration » du système de l’interruption de carrière :
comme nous l’avons déjà évoqué, en quête de flexibilité, la politique d’emploi contribue
activement à la « déstabilisation des stables » (déconstruction de la société salariale et des
régimes de protection sociale qui lui sont associés).
Dans le cadre de la problématique dite de la « fin de carrière », l’accord fédéral pour le
secteur social marchand peut servir d’exemple pour trouver des formules novatrices de
réduction du temps de travail.
Le gouvernement fédéral souhaite également promouvoir la « démocratie dans l'entreprise »
au moyen des élections sociales. Enfin, l’accent est maintenu sur la participation financière
des travailleurs dans ce processus d’adaptation.
On retrouve clairement cette nouvelle idéologie capitaliste au sein des politiques d’emploi,
valorisant une entreprise « plus juste », « plus humaine », dans laquelle il devient « normal »
que le travailleur contribue financièrement à l’adaptation de ses compétences, à la gestion de
son employabilité (responsabilisation individuelle - mise sous pression des travailleurs).
Pilier 4. La politique de l'égalité des chances
L’objectif premier reste un accroissement du taux d’emploi, mais dans le cadre d’emplois
permanents et de qualité. La politique fédérale se caractérise, à ce niveau, par une approche
intégrée (principe du « gendermainstreaming ») et par des actions spécifiques. L’objectif du
« gendermainstreaming » est d’intégrer systématiquement, dans toutes les politiques, les
conditions de vie, priorités et besoins des femmes et des hommes afin de réaliser l’égalité
entre les sexes. Cette approche intégrée vise une représentation équilibrée et une participation
69
réelle des femmes à la prise de décision, porte une attention particulière aux différences
salariales et, enfin, lutte contre la violence physique et sexuelle.
§ 2.2. Des Plans d’actions nationaux aux recommandations du Conseil
européen
Nous avons esquissé précédemment la méthode ouverte de coordination (MOC) sur laquelle
repose la stratégie européenne pour l’emploi (SEE). La première étape de cette procédure est
constituée par la rédaction d'un Plan d’Actions National pour l’emploi (PAN). Pour la fin du
mois d'avril de chaque année, la Belgique, comme les autres Etats membres, doit avoir remis
son PAN dans deux langues de l'Union. Des consignes très précises ont été données pour la
rédaction des PAN. « On doit y trouver tout à la fois un chapitre qui procède à une évaluation
des mesures annoncées antérieurement et qui reprend notamment les données statistiques
nécessaires à celle-ci (des indicateurs), un chapitre consacré aux réponses apportées par le
gouvernement aux recommandations qui lui sont adressées et enfin un chapitre qui reprend
les nouvelles actions envisagées. Tout cela en 25 pages, ce qui est vraiment très peu. Pour
contourner la difficulté, certains pays dont la Belgique ont réduit la taille du caractère
typographique, ce qui n'en facilite pas nécessairement la lecture » (Rapport Jadot, 2000 :
172).
La rédaction du PAN belge est un exercice particulièrement fastidieux, dans la mesure où de
nombreuses administrations sont mobilisées à différents niveaux de pouvoir : le Ministère
fédéral de l'Emploi et du Travail, mais également le Ministère des Classes moyennes et de
l'Agriculture, le Ministère des Affaires économiques, le Ministère des Finances, les Régions
et les Communautés. La contribution des Régions à la réalisation du PAN s’effectue dans la
rédaction de Plans d’Actions Régionaux (PAR). « Comme on s'en doute, la tentation est
grande d'en faire un exercice de marketing politique; il ne peut évidemment pas être question
que le PAN remis par la Belgique stigmatise telle ou telle autorité. La lecture du PAN ne
donnera donc aucune idée des difficultés rencontrées. Au contraire, l'optimisme est de
rigueur. (…) Il ne faut pas croire que ce travers soit propre à la Belgique; cette façon de
procéder est largement partagée. » (Op. cit.)
Les PAN sont donc remis à la Commission à la fin du mois d'avril. A la mi-mai commence
l'examen par les « pairs » au sein d'un groupe de travail ad hoc constitué auprès du Comité de
54
l'emploi . Comme en témoigne le rapport Jadot l’examen par les pairs n’a rien d’une
discussion ouverte et approfondie, il s’agit d’une « procédure expéditive », « un peu
frustrante » où « l’efficacité est au rendez-vous » : deux journées sont consacrées à cet
examen et 50 minutes sont réservées à chacun des 15 pays. A partir de là, la Commission
rédige le rapport conjoint, en faisant appel à l'expertise d'instituts universitaires dans les pays
membres.
Le rapport conjoint est un document synthétique qui présente brièvement la situation sur le
marché du travail dans chacun des pays membres, avec un résumé de chacun des PAN et
certains commentaires. « Le rapport conjoint ne manie pas la langue de bois. Les jugements
sont formulés clairement; les insuffisances sont stigmatisées et l'importance des objectifs du
processus est rappelée avec insistance. Le langage diplomatique a cédé la place à la rigueur
des experts, la quantification a retrouvé tous ses droits. On fait largement usage de divers
indicateurs qui concourent à l’« objectivation » de la procédure de suivi » (Op. cit.). Le
rapport conjoint doit être avalisé par le Conseil des chefs d'Etat et de Gouvernement.
Depuis 1999, sur la base du rapport conjoint, la Commission formule un ensemble de
54 Le Comité de l'emploi est l'instance qui regroupe les experts des Etats membres (des hauts fonctionnaires) et les
fonctionnaires de la Commission. C'est l'instance qui, au niveau des structures de la Commission, est chargée du suivi du
processus de Luxembourg.
70
recommandations s'adressant à chacun des Etats membres. Ces recommandations ont pour
objectif d'indiquer la nécessité de certaines actions à mener pour s'inscrire plus efficacement
dans le cadre des lignes directrices. C'est le Conseil qui adresse les recommandations
formulées par la Commission à chacun des pays. A chaque PAN, les pays doivent rendre
compte de la prise en considération des recommandations qui leur avaient été adressées
l’année précédente.
Recommandations du Conseil concernant la mise en oeuvre des politiques de l'emploi des Etats membres – Belgique
(2000)
En 2000, la Belgique était invitée à:
1) Renforcer les politiques préventives en prenant des mesures précoces axées sur les besoins individuels afin d'endiguer les
flux d'entrée dans le chômage de longue durée. La Belgique devrait notamment se conformer pleinement aux lignes
directrices 1 et 2 et proposer des mesures efficaces d'insertion professionnelle aux jeunes chômeurs et aux chômeurs adultes
avant qu'ils n'atteignent, respectivement, six ou douze mois de chômage;
2) Examiner de manière plus approfondie l'effet dissuasif de la fiscalité et des prestations sur la participation au marché du
travail, notamment des femmes et des travailleurs les plus âgés. La Belgique devrait notamment reconsidérer les mesures
existantes d'encouragement de la retraite anticipée et envisager des options politiques plus adaptées pour prévenir le départ
précoce des travailleurs du marché du travail et favoriser l'emploi des travailleurs les plus âgés:
3) Adopter et appliquer des stratégies cohérentes incluant des mesures réglementaires, fiscales et du marché du travail, afin
d'exploiter davantage le potentiel de création d'emplois du secteur des services;
4) Renforcer la coopération entre les diverses autorités chargées de la mise en œuvre du plan d'action national.
(Rapport Jadot, 2000 : 174 ; c’est nous qui soulignons)
§ 2.3. Le renforcement des mesures de contrôle des chômeurs : le « nouvel »
accord de coopération
Dans cette partie consacrée aux politiques fédérales d’emploi, il nous faut encore préciser
l’articulation entre l’assurance-chômage (compétence fédérale) et les politiques
d’employabilité (compétence régionale). Il convient à ce titre d’évoquer l’accord de
coopération du 01/07/2004 entre l’Etat Fédéral, les Régions et les Communautés relatif à
l’accompagnement et au suivi actifs des chômeurs, ainsi que l’Arrêté royal du 4/07/2004
portant modification de la réglementation du chômage à l’égard des chômeurs complets qui
doivent rechercher activement un emploi (M.B. 09/07/2004).
Ces mesures officialisent les échanges de données entre l’Office national (ONEM) et les
offices régionaux de l’emploi (ORBEM, FOREM, VDAB). On y apprend que les Régions
sont tenues de communiquer au Fédéral les informations relatives aux refus, absences ou
abandons des chômeurs dans le cadre de leur parcours, - informations récoltées dans le cadre
des « entretiens de diagnostic du consultant avec le chômeur » (cfr Annexe 2, point 1.1.).
En clair, le Fédéral sous-traite (externalise) le contrôle des chômeurs aux Régions et ne
conserve que la sanction si l’on considère que : 1) les Régions (et les Communautés)
organisent le parcours d’insertion et mettent tout en œuvre pour offrir, à un stade précoce, un
accompagnement aux chômeurs ; 2) le Fédéral associe le droit aux allocations de chômage à
l’obligation pour les chômeurs de chercher activement du travail et de collaborer à toutes les
actions qui peuvent renforcer leur position sur le marché du travail.
71
SECTION 3. LES POLITIQUES RÉGIONALES WALLONNES DE
L’EMPLOI
La politique wallonne de l’emploi s’inscrit dans le cadre de la stratégie européenne pour
l’emploi, donnant la priorité à l’insertion socioprofessionnelle, à l’esprit d’entreprise et à la
création d’emplois nouveaux, à l’adaptation des travailleurs et des entreprises par la formation
tout au long de la vie et à la problématique de l’égalité des chances. L’articulation entre le
fédéral et les régions est principalement assurée, comme nous l’avons vu précédemment, par
les Plans d’Action Régionaux (PAR) et une série d’accords de coopération entre le Fédéral et
les Régions.
L'Administration de l'Emploi de la DGEE (Direction Générale de l’Economie et de l’Emploi)
et le Service Public de l'Emploi (SPE) sont les deux instruments que le Gouvernement wallon
utilise pour assurer la mise en œuvre de ses politiques d'emploi. La DGEE assure le respect de
l'encadrement juridique des politiques de l'emploi ainsi que les suivis des mesures
gouvernementales. Le FOREM, nom donné au SPE en Région wallonne, est l'instrument
majeur de la politique de gestion du marché du travail.
Les politiques d’employabilité se sont principalement traduites et opérationnalisées par la
création d’un « Parcours d’insertion » en 1997. L’objectif principal est de décrire la politique
régionale wallonne de l’emploi relative au Parcours d’insertion. Nous procèderons en trois
temps. D’abord, nous évoquerons la mise en œuvre initiale du Parcours d’insertion (19972000) en Région wallonne. Ensuite, nous analyserons la « refonte » du Parcours en un
dispositif intégré d’insertion, suite à l’évaluation commanditée par le Gouvernement wallon
en 2000. Entre 2001 et 2004, le Gouvernement wallon opère une reconfiguration complète du
champ de l’insertion socioprofessionnelle et réorganise la gestion du marché du travail. Une
55
intense activité décrétale traduit une volonté politique forte de conférer un statut légal au
Parcours d’insertion et de repositionner chaque acteur, chaque organisation, chaque public
cible dans un dispositif nouveau. Elle traduit également les bouleversements institutionnels
causés par la ratification de la Convention 181 de l'OIT relative à la gestion « mixte » du
marché de l’emploi.
§ 3.1. La création du Parcours d’insertion en Région wallonne
Comme nous l’avons déjà évoqué, le Parcours d’insertion est né, en Belgique, du Cadre
Communautaire d’Appui (CCA) de l’Objectif 3 ; son opérationnalisation sur le terrain était
prévue pour la seconde période de la programmation 1994-1999. Le CCA définit le Parcours
comme « un processus englobant l’orientation, le conseil, le suivi, la préformation, la
56
formation technique et professionnelle, la recherche active d’emploi, la mise à l’emploi » .
Le Parcours est présenté comme un processus, et non une simple juxtaposition
d’interventions ; sa mise en place était programmée pour une période de deux ans. Rappelons
qu’au séminaire de Bruges (FSE, 1997), la notion de parcours s’est révélée très peu
opérationnelle de par sa dimension polysémique, et même de par une relative imprécision
conceptuelle. Cependant, l’enjeu du Parcours d’insertion est, de toute évidence, le
partenariat : parvenir à créer des « trajectoires individuelles transversales ».
55 Il convient d’évoquer les avant-projets de décret relatifs à l’organisation et la gestion du marché du travail, l’avant-projet
de décret relatif au dispositif intégré d’insertion socioprofessionnelle, l’avant-projet de décret relatif à l’agrément et au
subventionnement des EFT/OISP, le contrat de gestion 2001-2005 du FOREM (cfr. supra).
56 Commission Européenne, Cadre communautaire d’appui, Objectif 3, Belgique 1994-1999, 1993 : 25.
72
Pour la partie francophone du pays, la structuration du Parcours d’insertion a pris une forme
sensiblement différente dans les deux régions, comme le soulignent les évaluateurs (FTUDULBEA, 2000) :
Tableau. Les étapes du Parcours d’insertion en Wallonie et à Bruxelles
Wallonie
Bruxelles
1
Socialisation / structuration
Accueil et remobilisation
2 Dispositif de socialisation
Mise à niveau –
Formation préqualifiante
préqualification
3
Formation qualifiante
Formation qualifiante
Dispositif de qualification
4
Transition à l’emploi
Insertion à l’emploi
En Région wallonne, le Parcours d’insertion est créé en 1997 : officiellement le 15 mai, lors
de la signature de la Charte du Parcours d’insertion par l’ensemble des opérateurs de
formation et d’insertion en Région wallonne. Par cette adhésion au « dispositif-cadre » du
Parcours d’insertion, élaboré conjointement par le Gouvernement régional wallon et la
Communauté française, les opérateurs wallons peuvent ainsi bénéficier des financements du
Fonds social européen. En signant la Charte, les opérateurs s’engagent sur cinq points :
rechercher les partenaires du secteur ;
améliorer la qualité des services offerts aux demandeurs d’emploi en les coordonnant
avec les autres opérateurs du système (transparence et coordination) ;
donner la priorité aux filières d’insertion qui offrent des débouchés réels (organisation
de passerelles entre les opérateurs) ;
travailler sur de vrais besoins des utilisateurs (écoute structurée des usagers) ;
impliquer davantage les usagers dans la conception et la gestion de leur parcours.
Le dispositif se fonde sur la création d’un partenariat et d’une coopération entre les opérateurs
d’insertion et les autorités publiques. Le dispositif du Parcours d’insertion s’est appuyé dès le
départ sur des structures préexistantes, en particulier les Comités Subrégionaux pour l’Emploi
et la Formation (CSEF), étant donné l’implication des partenaires sociaux dans ce champ. Le
dispositif s’est également articulé autour de structures nouvelles, en particulier les
Commissions de coordination (CSRC) et les Carrefours Formation (CF). Divers opérateurs
œuvrent dans le cadre du parcours d'insertion en Région wallonne :
D’une part, des opérateurs de coordination – régulation du P.I. : les Comités sub-régionaux de
l'Emploi et de la Formation (CSEF), les Commissions Emploi – Formation – Enseignement
(CEFE), les Commissions sous-régionales de coordination du P.I. (CSRC), les Carrefours
Formation (CF).
Les instances de coordination du P.I.
Le CSEF
Les Comités sub-régionaux préexistaient au P.I. : en 1989, un décret du conseil de la Communauté française institue ces
organes composés de partenaires sociaux, dont la mission principale est de diagnostiquer en permanence l’opportunité de
l’offre de formation sous-régionale. Concrètement, les partenaires sociaux émettent un avis sur les programmes de formation
déposés par les opérateurs. Ces Comités disposent en leur sein de deux commissions de conseils : la CEFE et la CSRC.
La CEFE
Pour concrétiser et permettre la coordination sous-régionale entre les opérateurs, chaque CSEF a créé une commission
consultative, constituée de représentants du monde de la formation, de l’insertion et de l’enseignement et des partenaires
sociaux. Cette commission traite de toutes les questions relevant de la formation en lien avec l’emploi : elle adresse des avis
et des recommandations au CSEF, que ce dernier n’est jamais obligé de suivre pour autant qu’il motive sa décision.
La CSRC
La commission sous-régionale de coordination des opérateurs de formation a été créée spécifiquement dans le cadre du P.I.
(1997-98) : elle est composée d’un président, de membres permanents et de membres agréés. La mission principale de la
73
CSRC est de promouvoir et de développer la coordination des opérateurs du P.I du ressort de sa sous-région : concrètement,
il s’agit d’établir une meilleure collaboration effective entre opérateurs, de créer entre eux des contacts de terrain, de
développer des passerelles entre opérateurs, de dégager des filières, etc. L’idée est également de favoriser la transparence de
l’offre de formation par une articulation étroite avec le Carrefour Formation.
Les CF
Les Carrefours Formation (CF) ont été créés dans la foulée du P.I. : ils sont régis par une convention cadre de janvier 1998,
une charte d’animation pédagogique et un règlement d’ordre intérieur. Les CF sont des centres de ressources multi-opérateurs
qui assurent une double tâche d’information et de conseil. Par cette même convention cadre, un comité d’accompagnement
des carrefours formation (CACF) est institué : il a pour mission d’assurer la cohérence des actions des CF au niveau régional.
D’autre part, des opérateurs publics et associatifs de formation – insertion – orientation : les
Entreprises de formation par le travail (EFT), les Organismes d'insertion socioprofessionnelle
(OISP), les Centres de formation en alternance (CEFA), les Services locaux d'accueil et
d'information pour l'emploi (SALAIE), les Missions régionales pour l'emploi (MIRE), les
Régies de quartiers, l’Education permanente, l’Enseignement de promotion sociale (EPS), les
CPAS, le FOREM, l’IFPME.
Le tableau ci-dessous présente la première tentative de formalisation de la structure du P.I., en
différentes étapes ou phases, définies dans le Vade-Mecum du P.I. en région wallonne : bien
que ce découpage soit relativement arbitraire ou abstrait, ce tableau rend compte de la grande
diversité d’organisations constituant le P.I en Région wallonne.
Tableau. Les phases du Parcours d’Insertion
Phases
Phase 1
Métiers
Socialisation (accueil – structuration)
Phase 2
Préqualification (mise à niveau – orientation)
Phase 3
Formation qualifiante
Phase 4
Transition à l’emploi
Phase transversale de Information orientation
Coordination
Organisations
Education permanente, OISP, EFT, CPAS,
CEFA, Régies de Quartier,
Aide aux justiciables
EFT, OISP, CPAS, FOREM, CEFA, CPMS
AWIPH, Régies de Quartier, EPS
FOREM, IFPME, CEFA,
AWIPH, EPS
CEFA, EPS, FOREM,
MIRE, CPAS – AWIPH
Centres sectoriels, EFT, OISP, IFPME
Carrefours Formation
CSEF – CSRC
L’évaluation du P.I. en Région wallonne commandée par la Ministre et menée en 2000 par le
Service d’Etudes et de Statistiques (SES) de la Région wallonne a mis en évidence plusieurs
57
difficultés liées à la mise en œuvre de cette politique . Le dispositif apparaît complexe et les
objectifs peu opérationnels. Ce problème est renforcé par l’absence d’instance de pilotage du
dispositif. Par ailleurs, l’état des lieux des réalisations fait apparaître des freins et des blocages
dans la réalisation de certains objectifs importants, en particulier les objectifs d’information
sur les formations (Formabanque) et de suivi des stagiaires (dossier stagiaire). Ces constats
étaient déjà en partie mis en évidence lors de l’évaluation de l’Objectif 3 menée par la FTU–
DULBEA. L’analyse fine des pratiques des opérateurs de formation présente des éléments
intéressants :
les partenariats entre acteurs se traduisent insuffisamment par des accords ou des
décisions ; ils restent insuffisants sur les pré-requis, les passerelles, la structuration des
filières et l’organisation du temps ;
57 Lohest O. et Van Haeperen Béatrice, Evaluation du fonctionnement du Parcours d’insertion en Région wallonne, rapport
final, SES-MRW, 09/12/2000.
74
divers facteurs de blocages externes aux opérateurs subsistent (différence de statut
entre les bénéficiaires, non uniformisation des concepts de compétence, …) ;
tensions entre les buts spécifiques des opérateurs et les objectifs du P.I. ;
manque évident de transmission plus « verticale » de l’information ;
la coordination interpersonnelle a bien fonctionné (bonne connaissance entre acteurs
mais manque de cohérence).
L’analyse revient sur les principales missions du P.I. qui encadrent le processus de mise en
œuvre. Il s’agit essentiellement de réorganiser l’offre de formation par plusieurs moyens :
meilleure visibilité de l’offre (Formabanque), cohérence accrue de l’offre, information neutre
sur les formations (les Carrefours Formation comme outil de transparence), contacts interopérateurs (partenariats, filières, passerelles), coordination des opérateurs (peu de
développement), harmonisation des pratiques, des concepts et méthodes de travail. Il s’agit en
outre de rencontrer les besoins de l’usager : faciliter le parcours de l’usager, connaître et
satisfaire les besoins des usagers, toucher le(s) public(s), faciliter l’insertion des usagers,
favoriser le suivi des stagiaires, la traçabilité. Les principales valeurs au centre du P.I. sont :
l’usager au centre des préoccupations et/ou des organisations, la citoyenneté et la
transparence.
Un autre volet de l’évaluation du SES se centrait sur les besoins et les trajectoires des
58
bénéficiaires du P.I. ; cette étude menée par le CERISIS auprès des bénéficiaires présente un
intérêt à plusieurs égards :
au niveau de l’effet du dispositif et du type de pédagogie, on apprend que les individus
en formation « qualifiante » s’inscrivaient majoritairement dans une trajectoire
d’insertion, alors que les individus en « socialisation » s’inscrivaient en majorité dans
une trajectoire de désinsertion. En ce qui concerne la pédagogie, il apparaît qu’une
pédagogie
incluant
l’immersion
professionnelle
favoriserait
l’insertion
socioprofessionnelle ;
au niveau des caractéristiques individuelles des bénéficiaires, on apprend que l’âge, le
niveau d’éducation initiale ainsi que la durée de chômage influencent, non seulement
la probabilité d’accès à une formation, mais aussi le type de dispositif auquel on a
accès – socialisation / qualification ;
au niveau des trajectoires des bénéficiaires, l’étude du CERISIS pose les premiers
jalons vers une connaissance raisonnée des besoins des bénéficiaires.
Sur base de cette évaluation, le CESRW pose les principes généraux devant guider la
réorganisation du P.I., dans son avis A.631 : remettre la personne au centre du dispositif ;
favoriser l’insertion rapide dans l’emploi ; ne pas considérer le P.I. comme une trajectoire
linéaire et séquentielle ; harmoniser le statut des demandeurs d’emploi en formation ;
développer l’accessibilité et la lisibilité de l’offre ; améliorer la cohérence des parcours
individuels (passerelles et filières / bilan et portefeuille de compétences).
Depuis 2002, le Gouvernement wallon œuvre à la refonte du Parcours d’insertion en un
dispositif intégré d’insertion socioprofessionnelle : projet de décret cadre (note du
13/03/2002, doc. Cd 475, Namur), avant-projet de décret (séance du 18/07/2002, doc.
3988/M.A., Namur), avant-projet de décret (2ème lecture). Le point suivant est consacré à la
présentation de ce nouveau décret.
58 Desmette D. et Liénard G., Les parcours d’insertion des chômeurs : analyse et propositions, Les cahiers du CERISIS,
2001/15, Charleroi, 75pp.
75
§ 3.2. Le dispositif intégré d'insertion socioprofessionnelle
Par le décret du 01/04/2004, le Gouvernement wallon crée un dispositif intégré d'insertion
socioprofessionnelle qui organise entre différents opérateurs des actions de formation et
d'insertion, intégrées, coordonnées et centrées sur les bénéficiaires, en ayant pour finalité leur
accès à un emploi durable et de qualité.
Ce dispositif offre un ensemble de services spécifiques, tant collectifs qu'individuels,
complémentaires et coordonnés, rendus par les opérateurs de formation et d'insertion, ainsi
que par les instances d'accueil, d'information et de suivi (Art. 2. § 1er).
Le gouvernement nomme spécifiquement les opérateurs de formation et d'insertion faisant partie intégrante du dispositif (Art.
2. § 2) :
1° l'Office wallon de la Formation professionnelle et de l'Emploi (le FOREM) ;
2° les centres de formation créés par l'Office ainsi que les organismes avec lesquels celui-ci a conclu un accord de partenariat;
3° les organismes d'insertion socioprofessionnelle et les entreprises de formation par le travail (OISP/EFT) ;
4° les missions régionales pour l'emploi (MIRE);
5° les centres de validation des compétences ;
6° l'Institut wallon de formation en alternance des indépendants et petites et moyennes entreprises (IFAPME);
7° les centres de formation de l'Institut wallon de formation en alternance des indépendants et petites et moyennes
entreprises;
8° les centres publics d'action sociale (CPAS) ;
9° les régies de quartier ;
10° l'Agence wallonne pour l'intégration des personnes handicapées et les centres de formation qu'elle agrée et subventionne
(AWIPH) ;
11° les établissements de l'enseignement de promotion sociale ;
12° les centres d'éducation et de formation en alternance (CEFA).
Le gouvernement détermine quatre missions que chaque opérateur de formation et d'insertion veille à assurer (Art. 2. § 3):
1° la transparence de son offre de formation et d'insertion, notamment en informant l'Office, en son entité "Régisseurensemblier";
2° le suivi du bénéficiaire pendant la durée de l'action de formation et d'insertion, ainsi que, si nécessaire, entre cette action et
la suivante, dans le cadre de la mise en place de filières et passerelles entre opérateurs de formation et d'insertion du
dispositif;
3° en étroite concertation avec le bénéficiaire, l'évaluation formative de ses acquis dans le cadre de l'action de formation et
d'insertion réalisée, ainsi que, avec l'accord exprès du bénéficiaire, la communication au conseiller particulier du résultat de
cette évaluation ;
4° la participation à la Commission consultative régionale ou aux Commissions sous-régionales.
Sont considérées comme instances d'accueil, d'information et de suivi des bénéficiaires au
sens du décret (article 9) : 1° les entités « déconcentrées » (article 26 du décret du 6 mai
1999 : en clair, les maisons de l’emploi, les carrefours formation et les espaces ressource
emploi du FOREM); 2° les directions régionales de l'Office; 3° les services d'accueil et
d'information des opérateurs de formation et d'insertion.
Qui sont les publics ciblés par ce dispositif ? Il s’agit de l’ensemble des demandeurs d'emploi
inscrits auprès de l'Office qui ne sont plus soumis à l'obligation scolaire (article 3). C’est le
Gouvernement wallon qui détermine, sur la base de l'avis de la Commission consultative du
dispositif intégré d'insertion, les publics prioritaires compte tenu de leur degré d'éloignement
du marché du travail. On apprend également que l'accès au dispositif est libre et gratuit pour
tous les bénéficiaires .
En vue d'accéder au dispositif, les bénéficiaires concluent un contrat de suivi et de soutien à
l'insertion socioprofessionnelle, appelé Contrat crédit insertion (Art. 4), avec l'Office en son
entité "Régisseur-ensemblier". Le Contrat crédit insertion a une durée maximale de deux ans,
en ce compris la durée maximale de six mois qui s'avérerait nécessaire à l'accompagnement
des bénéficiaires après leur insertion professionnelle. Le Contrat crédit insertion garantit au
bénéficiaire un suivi individualisé et un soutien à l'insertion professionnelle : réalisation d'un
bilan personnel et professionnel préliminaire, évaluation formative continue, offre permanente
76
de services relatifs à la formation et à l'insertion socioprofessionnelle, mise en place plus
fluide de filières, formalisation de passerelles entre les différents acteurs du dispositif et entre
les différentes actions. On apprend que chaque bénéficiaire du dispositif sera suivi, pendant
toute la durée du Contrat crédit insertion, par un conseiller particulier de l'Office (Art. 5).
Le Gouvernement wallon détermine également les missions de l'Office en son entité
"Régisseur-ensemblier" (article 6), de la Commission consultative (article 7) et des
Commissions sous-régioanles (article 8).
Les missions de FOREM Conseil (régisseur-ensemblier)
1° mettre en place, coordonner et promouvoir le dispositif ;
2° assurer le pilotage du dispositif en lien avec la Commission consultative et les Commissions sous-régionales du dispositif
intégré d'insertion ;
3° centraliser l'ensemble des données relatives aux bénéficiaires ;
4° financer ou cofinancer la Commission consultative et les Commissions sous-régionales ;
5° garantir l'accueil, l'information et le suivi des bénéficiaires en assurant une coordination des organismes en charge de ces
services ;
6° assurer la mise en oeuvre de toute stratégie définie de nature à garantir aux bénéficiaires un service de qualité en matière
d'insertion socioprofessionnelle ;
7° initier des passerelles et des partenariats entre les opérateurs de formation et d'insertion ;
8° procéder à l'évaluation globale des Contrats crédit insertion, informer la Commission consultative des résultats de
l'évaluation et transmettre celle-ci au Gouvernement wallon.
Les missions de la Commission consultative
1° remettre au Gouvernement wallon une série de propositions et d’avis relatifs aux bénéficiaires prioritaires, à la mise en
oeuvre du dispositif par l'entité "Régisseur-ensemblier" de l'Office, aux plans d'actions qui lui sont soumis par les
Commissions sous-régionales.
2° assurer la transmission aux Commissions sous-régionales de toutes les informations utiles relatives au dispositif.
Les missions de commissions sous-régionales
1° réaliser des plans d'actions annuels qui visent : a. la mise en place de passerelles et de filières entre les opérateurs de
formation et d'insertion, ainsi qu'entre les actions mises en place par chacun d'entre eux; b. l'adéquation, d'une part, entre
l'offre de formation et de services des opérateurs de formation et d'insertion et la demande des bénéficiaires, et, d'autre part,
entre l'offre de compétences des bénéficiaires et le besoin des entreprises;
2° superviser la mise en oeuvre des plans d'actions et en évaluer les effets;
3° assurer, au niveau des acteurs sous-régionaux, la diffusion des informations relatives à la gestion du dispositif et
susceptibles d'optimaliser l'efficacité de celui-ci en regard des besoins des bénéficiaires;
4° mettre en place et gérer les dispositifs d'écoute et de participation des bénéficiaires, tout en informant la Commission
consultative de leur évolution.
Dans l’article 10, le Gouvernement intègre les entreprises au dispositif, via les représentants
des organisations représentatives des travailleurs et des employeurs au sein des Commissions
consultatives régionale et sous-régionales. A ce titre, elles veillent notamment à : 1° rendre
plus visibles et plus accessibles les offres d'emploi destinées au public peu qualifié; 2°
intensifier leur participation aux dispositifs favorisant l'insertion socioprofessionnelle; 3°
faciliter la démarche d'accompagnement dans l'emploi des bénéficiaires par la désignation
d'un tuteur et par la participation au suivi et à l'évaluation de la mise en oeuvre, dans la phase
d'immersion en entreprise, du Contrat crédit insertion signé avec le bénéficiaire.
On apprend également dans ce décret que l'Observatoire wallon de l'emploi est mandaté pour
réaliser, chaque année, une évaluation qualitative et quantitative du dispositif, qu'il
communique, après avis de la Commission consultative, au Gouvernement wallon (Art. 11).
Le Gouvernement wallon institue enfin une Commission de recours (Art. 12). Celle-ci a
notamment pour mission de rendre des avis sur tout recours introduit par un bénéficiaire ou
par un opérateur de formation et d'insertion. Le Gouvernement wallon nomme les membres
effectifs de la Commission ainsi que leurs suppléants pour une durée de quatre ans.
77
Chapitre 3. Activation et processus de civilisation : les
politiques de l’autocontrainte
INTRODUCTION
Au terme de cette présentation des cadres cognitifs, normatifs et institutionnels des politiques
actives d’emploi (ou politiques d’employabilité), nous souhaiterions, en guise de conclusion,
pointer les transformations de l’intervention publique dont témoigne l’énoncé de ces
politiques, en particulier la politique du Parcours d’insertion. Les transformations à l’œuvre
pourraient se résumer en un triple mouvement d’individualisation, de conditionnalisation et de
territorialisation de l’intervention de l’Etat, - à condition que l’on prenne en compte le
caractère dialectique de ce mouvement.
Les théories normatives de l’activation, dont nous venons de présenter deux modèles
relativement contrastés, se révèlent à la fois indispensables et insuffisantes pour interroger ces
transformations : certes, on ne peut les ignorer, dans la mesure où elles contribuent
directement à la production de nouveaux référentiels d’action publique, mais il faut défaire
chaque concept de ses oripeaux normatifs.
Nous proposons, dès lors, de nous écarter un moment de ces théories du changement
nécessaire pour interroger les transformations de l’intervention publique, dans le champ des
politiques d’emploi, sous l’angle plus général du processus de civilisation et des
transformations de l’équilibre « nous-je ». Cette perspective nous invite à renouer avec la
sociologie de Norbert Elias. Si le « petit maître de Breslau » (Déchaux, 1995) nous permet de
comprendre pourquoi il est devenu « naturel » de se moucher dans un mouchoir ou d’utiliser
une fourchette pour manger à table, il nous permettra également de comprendre pourquoi il
devient « naturel » de se servir d’une formation ou d’un dispositif individualisé
d’accompagnement pour trouver un emploi. De nouvelles règles (publiques, administratives,
privées, comportementales, …) s’intériorisent, pour des raisons sociales, transforment
l’économie pulsionnelle ou affective des individus et reconfigurent les liens
d’interdépendance entre ces individus.
Nous utiliserons le terme de « politiques de l’autocontrainte », à forte consonance
59
éliassienne , pour désigner ces politiques dites « actives » qui oeuvrent à l’intériorisation de
normes, qui contribuent « à déplacer la contrainte de l’extériorité des dispositifs
organisationnels à l’intériorité des personnes » (Boltanski et Chiapello, 1999 : 125). Pour
développer cette lecture « civilisationnelle » de l’activation, les apports théoriques d’Elias
seront complétés par les travaux de Beck (2001) relatifs à l’individualisation dans la phase
actuelle du processus de civilisation. Ce cadrage théorique présente, à nos yeux, une double
vertu analytique ou heuristique : 1) prendre distance par rapport aux théories « normatives »
du changement nécessaire, en replaçant les transformations des politiques publiques dans le
cadre plus large du processus de civilisation, et non dans l’immédiateté de la « crise »
économique des années ‘70, dont nous ne sortirions toujours pas, ou de la « crise » de l’Etat
providence ; 2) faire apparaître le caractère dialectique de ces transformations, que peu
d’auteurs soulignent.
59 En référence à la sociologie de Norbert Elias.
78
SECTION 1. UNE THÉORIE DE LA CIVILISATION
Dans le Processus de Civilisation (Elias 1994 & 1995b), Norbert Elias esquisse une théorie de
la civilisation permettant d’articuler l’analyse des processus psychogénétique et
sociogénétique. « Pour expliquer le processus de civilisation, il faut procéder à l'examen
simultané du changement des structures psychiques et des structures sociales dans leur
ensemble. Il faut procéder ensuite, dans une vue plus rapprochée, à un examen
psychogénétique visant à appréhender le champ des conflits et activités des énergies
psychiques individuelles, la structure et la morphologie de l'auto-contrôle pulsionnel aussi
bien que conscient. Il faut enfin éclairer, par une étude sociogénétique, la structure
d'ensemble d'un champ social déterminé et de l'ordre historique dans le cadre duquel il se
transforme. » (Elias, 1994 : 256-257). L’examen sociogénétique du processus de civilisation
met l’accent sur les mécanismes de monopolisation (l’organisation de la société en « Etat ») ;
l’examen psychogénétique fait apparaître les mécanismes d’intériorisation de normes qui
modifient la sensibilité et le comportement humain (la civilisation des mœurs).
60
Pour Elias, cette évolution prend une direction bien déterminée mais non préméditée ; le
61
double processus de civilisation (individuel et social) opère de manière aveugle . « Les
actions volontaires se déroulent ainsi à l’intérieur d’un réseau humain d’interdépendance qui
résulte de l’enchaînement non voulu des besoins non voulus de beaucoup d’hommes euxmêmes non voulus, et non pas des actions et projets de tels ou tels êtres humains. » (Elias,
1995a : 159). Ce processus se caractérise par une division poussée des fonctions, par
l’instauration de monopoles policiers et fiscaux et par l’élargissement des interdépendances et
de la compétition sur des espaces de plus en plus vastes ; Elias parle également d’une
progressive égalisation de la dépendance de tous vis-à-vis de tous (p209).
Dans La dynamique de l’occident, Elias procède à l’analyse sociogénétique du royaume franc
et identifie trois phases distinctes : 1) la phase de concurrence libre (XIème- XIIIème), 2) la
phase des apanages (XIVème - XVème), 3) la victoire du monopole royal (XVème XVIème). Pour Elias, cette « dynamique occidentale » est relationnelle et s’analyse dans cet
« entrelacement d’innombrables intérêts, projets et initiatives de personnes isolées qui
converge vers un ensemble de lois régissant un réseau d'individus interdépendants et aboutit
à un résultat qu’aucun des protagonistes n’avait voulu, (…) » (p98). Selon l’auteur, les
monopolisations étatiques de la violence physique sont les structures de coercition légitime,
en attendant un niveau d’autodiscipline individuelle plus élevé (Elias, 1995a : 119).
La question principale qu’il se pose est la suivante : par quel mécanisme la configuration de
départ (petites unités indépendantes) aboutit-elle à une configuration d’hégémonie ? L’auteur
résume en quelques mots ce mécanisme : « quand, dans une unité sociale d’une certaine
étendue, un grand nombre d’unités sociales plus petites, qui par leur interdépendance
forment la grande unité, disposent d’une force sociale à peu près égale et peuvent de ce fait
librement – sans être gênées par des monopoles déjà existants – rivaliser pour la conquête
des chances de puissance sociale, en premier lieu des moyens de subsistance et de
production, la probabilité est forte que les uns sortent vainqueurs, les autres vaincus de ce
combat et que les chances finissent par tomber entre les mains d’un petit nombre, tandis que
les autres sont éliminés ou tombent sous la coupe de quelques-uns. » (Elias, 1994 : 27). Si la
60 « L’interdépendance entre les hommes donne naissance à un ordre spécifique, ordre plus impérieux et plus contraignant
que la volonté et la raison des individus qui y président. C’est l’ordre de cette interdépendance qui détermine la marche de
l’évolution historique ; c’est lui aussi qui est à la base du processus de civilisation. » (Elias, 1994 : 183)
61 Consciente ou inconsciente, nous dit l’auteur, « l’orientation du comportement en fonction d’une régulation sans cesse
plus différenciée de l’appareil psychique est déterminée par les progrès de la différenciation sociale, de la division des
fonctions, par l’extension des chaînes d’interdépendance dans lesquelles s’insère, directement ou indirectement, chaque
mouvement, chaque manifestation de l’homme isolé » (Elias, 1994 : 186).
79
situation de départ se caractérise par la compétition libre et l’utilisation de la force entre
différents membres d’une configuration où les chances monopolistiques sont diffuses, nonorganisées, et d’intérêt personnel ou « privé », l’évolution tend vers un stade où certaines
institutions centrales organisent les chances monopolistiques dans un intérêt « public », « en
fonction des exigences du processus de la division du travail et de la coopération optimale de
tous les individus entre lesquels la répartition des fonctions a tissé des liens ». (pp39-40).
62
La société de cour constitue pour Elias (1985) une configuration « inédite » du processus de
civilisation, une production « non programmée » de ce processus aveugle et des mécanismes
de monopolisation qui lui sont inhérents. Elle se caractérise par la « déterritorialisation » du
despote : le roi est extrait de son territoire privé pour devenir fonction de régulation d’un
63
territoire public . Mais, la société de cour cristallise également le passage d’une contrainte
sociale à une autocontrainte (les dimensions psychogénétiques du processus) : le phénomène
de curialisation des guerriers, par lequel les guerriers se changent en courtisans, apparaît
comme un produit de l’interdépendance croissante entre la noblesse et la bourgeoisie,
répondant à une nécessité de différenciation ou de distinction sociale. La curialisation est une
sorte de pacification interne de la société due à une modification de l’économie pulsionnelle
répondant à des exigences sociales. Cette pacification interne représente l’équilibre instable
de ces deux ordres (noblesse et bourgeoisie) et qui leur assure la liberté de disposer des
monopoles clefs sous l’arbitrage royal. « L’homme de cour a conscience qu’il se fait violence
pour des raisons sociales » (Elias, 1994 : 238) : il transforme son comportement par
64
refoulement des pulsions et par rationalisation . Parce que la cohabitation sociale change, le
62 Rappelons que la sociologie de Norbert Elias est une sociologie configurationnelle. La notion de « configuration »
constitue un outil conceptuel central dans la pensée de Norbert Elias. Pour Laplantine (1996), ce concept s’affilie pleinement
à celui de « forme » développé par Simmel, fortement inspiré par la « gestalt-théorie » (Laplantine, 1996 : 97). C’est dans son
manuel de sociologie, Qu’est-ce que la sociologie ?, qu’Elias définit cette notion à la fois précise et très souple : « Le terme
de configuration sert à créer un outil conceptuel maniable, à l’aide duquel on peut desserrer la contrainte sociale qui nous
oblige à penser et à parler comme si l’individu et la société étaient deux figures différentes et de surcroît antagonistes. »
(Elias, 1993 : 156-157).
Ce terme désigne toute situation concrète d’interdépendance et s’applique aussi bien à des groupes relativement restreints
qu’à des sociétés formées de milliers ou de millions d’individus interdépendants : un jeu de cartes, un match de football, la
société de cour, la société mondialisée … « Ce qu’il faut entendre par configuration, c’est la figure globale toujours
changeante que forment les joueurs (dans l’exemple du jeu de cartes); elle inclut non seulement leur intellect, mais toute leur
personne, les actions et les relations réciproques. » (p157) La configuration forme un équilibre instable de tensions : « Au
centre des configurations mouvantes, autrement dit, au centre du processus de configuration, s’établit un équilibre fluctuant
de tensions, un mouvement pendulaire d’équilibre de forces, qui incline tantôt d’un côté, tantôt de l’autre. Ces équilibres de
forces fluctuants comptent parmi les particularités structurelles de toute configuration. » (p158).
Le concept de configuration permet de dépasser la difficulté que l’on éprouve à penser l’articulation de devenirs individuels
et de devenirs sociaux. Le concept d’interdépendance, quant à lui, soulève en termes concrets et outrepasse la problématique
contemporaine de l’homo clausus (Elias, 1991 : 259), d’une illusion de « moi dans sa coquille » (p178), de « je sans nous ». Il
s’agit d’un problème d’habitus, lié au « devenir civilisé », nous dit Elias, d’un trait fondamental de la structure de la
personnalité sociale des individus de l’époque la plus récente (p262). Configuration et interdépendance constituent un couple
conceptuel, caractéristique de sa pensée, comme le couple conceptuel « psychogenèse – sociogenèse » ou « engagement et
distanciation » (Elias, 1995a).
63 Elias envisage Louis XIV comme une fonction royale. Il n’est pas un despote mais un connecteur. La célèbre phrase qui
lui est souvent attribuée (L’Etat, c’est moi !) témoigne moins de sa puissance despotique que de sa fonction ambiguë
d’articulation entre la sphère publique et privée. Le roi est enchaîné à sa fonction royale car « il n’aurait pu soumettre les
autres à la contrainte de l’étiquette et de la représentation, instrument de sa domination, sans y prendre part lui-même. »
(Elias 1985 : 142). « Par l’étiquette, la société de cour procède à son autoreprésentation, chacun se distinguant de l’autre,
tous ensemble se distinguant des personnes étrangères au groupe, chacun et tous ensemble s’administrant la preuve de la
valeur absolue de leur existence. » (p97). La logique de l’étiquette et du prestige constitue l’instrument central de domination
par la différenciation. (p116). Cette domination par la différenciation implique un contrôle des affects : la compétition de la
vie de cour oblige les hommes qui en font partie à maîtriser leurs passions, à s’astreindre, dans leurs rapports avec autrui, à
un comportement judicieusement calculé et nuancé. (p107).
64 Selon Elias, la rationalisation est une manifestation parmi d’autres de la civilisation, produit direct de l’interdépendance :
« la rationalisation tout autant que la progression du seuil de la pudeur et du sentiment de gêne traduisent la diminution de
la crainte d’une attaque directe par autrui et une accentuation de la peur intérieure, de la contrainte que l’individu exerce
alors sur sa propre personne. » (Elias, 1994 : 265).
80
comportement individuel, l’état de conscience et l’économie pulsionnelle se modifient
inévitablement : chez Elias, les circonstances ne sont pas l’extériorité de l’homme mais les
interdépendances mêmes qui façonnent l’individualité et le social.
Elias développe une véritable théorie de l’individualisation (Elias, 1991), comme processus
dialectique (Elias, 1995b : 241), qui se fonde sur sa théorie du processus de civilisation :
l’individualisation est l’orientation générale et non préméditée de ce processus aveugle.
« L’équilibre entre identité du nous et identité du moi a subi depuis le Moyen Age européen
un changement notable que l’on peut résumer comme suit en le ramenant à sa plus simple
expression : la prépondérance était autrefois du côté du nous. A partir de la Renaissance, la
balance pencha de plus en plus vers l’identité du moi, et l’on vit se multiplier les cas
d’individus chez qui l’identité du nous était tellement affaiblie qu’ils se percevaient euxmêmes comme des « je » sans « nous ». » (Elias, 1991 : 256). Ce qui se présente d’un côté
comme un processus de civilisation, est en même temps, de l’autre côté, un processus
d’individualisation croissante. Et c’est précisément cette intériorisation, « le fait que certaines
sphères de la vie sont exclues du commerce social et entourées de sentiments d’angoisse, de
pudeur et de gêne d’origine sociale, qui fait naître chez l’individu l’impression d’être
« intérieurement » quelque chose pour soi tout seul, qui existerait sans rapport avec les
autres, et n’entrerait en contact avec les autres, « à l’extérieur », qu’ « a posteriori ». »
(p170). La contradiction entre les impulsions spontanées et les impulsions répressives à long
terme que l’homme hautement individualisé ressent à ce stade du processus, lui apparaît
souvent comme un gouffre existentiel, comme une éternelle opposition entre société et
65
individu .
Mais Elias attire notre attention sur le fait que l’individualisation ne peut se résumer à
l’isolement (ce mythe de l’homo clausus), parce qu’elle va de pair avec un accroissement
considérable des liens d’interdépendance entre les individus. « On pourrait peut-être dire que
l’établissement de la domination d’une nouvelle forme d’organisation humaine, plus étendue
et plus complexe, va toujours de pair avec une nouvelle poussée et un nouveau mode
d’individualisation. Même les règles de comportement et surtout la portée de l’identification
d’un être à l’autre subissent une modification spécifique lors du passage à un nouveau stade
d’intégration.» (Elias, 1991 : 222).
65 « En un mot, ce sont les discordances internes de la société qui s’expriment par la représentation d’une tension éternelle
et d’un gouffre entre « monde intérieur » de l’individu et « monde extérieur » de la société. » (Elias, 1991 : 196).
« L’ « intériorité » est ressentie comme ce que l’on est par « nature » ; et ce que l’on est ou ce que l’on fait dans les rapports
avec les autres apparaît comme quelque chose qui est imposé de l’extérieur, un masque ou une enveloppe que la « société »
poserait sur le « noyau intérieur » de la « nature » individuelle. » (p176). La conscience individuelle est aujourd’hui modelée
de telle sorte que chacun se sent isolé des autres et emprisonné dans une société qui lui paraît extérieure. « En un mot, cette
conscience de soi correspond à une structure de l’intériorité qui s’instaure dans des phases bien déterminées du processus de
civilisation. (…) Ce conflit intérieur de l’individu, cette « intériorisation », cette manière d’exclure de la vie sociale certaines
sphères de l’existence chargées d’angoisse, de sentiments de honte et de pudeur produits par la société, entretient chez
l’individu la sensation qu’il y aurait quelque chose d’ « intérieur » qui n’existerait que pour soi, sans relation avec les
autres, « à l’extérieur ». » (pp65-66).
81
SECTION 2. MODERNITÉ RÉFLEXIVE ET INDIVIDUALISATION
66
Bien que la théorie de Norbert Elias soit loin de faire l’unanimité en sociologie , le
sociologue allemand Ulrich Beck (2001) s’intéresse aux formes que prend l’individualisation
dans la phase actuelle du processus de civilisation ; il reprend, en quelque sorte, l’analyse où
67
Elias l’avait laissée . Dans La société du risque, Beck propose un outillage conceptuel
séduisant pour rendre compte de transformations inédites de l’équilibre « nous-je », pour
appréhender une rupture survenue à l’intérieur de la modernité qui semble caractériser la
phase actuelle du processus de civilisation. Le passage de la société industrielle à la société du
risque renvoie à un spectre de transformations lourdes qui ébranlent la structure sociale : 1)
66 Rappelons que les écrits d’Elias ne furent traduits et discutés que tardivement. Sa mort en 1990 déclenche bien un
phénomène de mode, mais c’est par une porte dérobée que le « petit maître de Breslau » fait son entrée au « panthéon des
classiques » (Déchaux, 1995). Il n’accède pas au titre glorieux d’« ancêtre » de cette noble discipline ; il ne constitue pas non
plus un chef de file fédérateur et charismatique d’une nouvelle école. Cet isolement intellectuel tient, nous semble-t-il, à
l’ambition de son projet intellectuel : son œuvre entière tend à dépasser l’opposition (classique) entre individu et société, et
nous met en garde contre toute réification conceptuelle : la société n’est pas une substance, elle n’a pas d’existence propre,
extérieure aux individus. Comme le souligne Déchaux, sa démarche procède d’un nominalisme radical orientée vers la saisie
des processus (Déchaux, 1999 : 299). Elias ne se situe, dès lors, ni du côté des défenseurs de la liberté individuelle
(individualisme méthodologique, interactionnisme, actionnalisme) ni du côté des théoriciens du déterminisme social
(marxisme, structuro-fonctionnalisme, théorie de la reproduction), dans la mesure où l’historicité, à laquelle Elias accorde
une place centrale dans son analyse sociologique, n’est pas conçue de manière finaliste (Corcuff, 1995 : 29 ; Heinich, 1997 :
101). On peut donc facilement lui reprocher son éclectisme : « Elias louvoie constamment entre deux visions, que l’on
pourrait baptiser « structurelle » et « interactionniste » de la société » (Déchaux, 1995 : 311).
Notons que Déchaux va jusqu’à pointer les « faiblesses et incertitudes » du concept de configuration en le comparant au
concept d’habitus (Bourdieu) et à celui d’effet émergent (Boudon). Sa critique relative aux « coïncidences mystérieuses »
entre structures mentales et structures sociales nous laisse perplexe : relève-t-elle simplement de l’exercice de style ou d’une
lecture réellement problématique du processus de civilisation ? Peut-on reprocher à Elias de ne pas trancher une question
qu’il refuse explicitement de se poser (du moins en ces termes), à savoir la primauté qu’il faudrait accorder au tout ou aux
parties, à l’individu ou à la société, aux positions objectives ou aux productions de subjectivité ? Laissons de côté ces
sophismes. Plus intéressante est la « critique » relative au postulat d’une dynamique immanente (compétition, concurrence,
monopolisation) qui empêcherait Elias d’interroger la question des ressorts du jeu concurrentiel (p306). Il nous semble
effectivement que la question du « pourquoi joue-t-on ? » est totalement absente de la théorie de Norbert Elias, - davantage
attaché à élucider les questions du « quoi » et du « comment ». Autre « limite » théorique ou critique que l’on pourrait
adresser à Elias et qui retiendra notre attention : l’implicite sur son héritage intellectuel, son affiliation manifeste à la « pensée
allemande ». Chez Elias, la critique est dure, la dette est lourde, mais les sources sont rares. Son œuvre constitue une synthèse
souvent implicite (qui gagnerait à être explicitée), des apports théoriques de Weber (la rationalisation, la monopolisation, le
nominalisme), de Marx (la dialectique et les rapports de classes) et de Freud (essentiellement la seconde topique : les
instances « répressives » et « instinctives » du moi).
Ces critiques, essentiellement d’ordre théorique, ne sont pas les seules à jeter le doute sur les écrits du « petit maître de
Breslau ». Les sociologues ont également de « bonnes raisons empiriques » de bouder la pertinence de ses analyses. Comme
se plait à le souligner Kaufmann non sans une pointe d’ironie, « le monde d’aujourd’hui n’est-il pas en effet celui de la
recherche de la spontanéité des mouvements et des émotions, de la libération et de la souplesse du corps, de la levée des
carcans et des tabous ? » (Kauffman, 1995 : 17). Comment diable faire cadrer ce mouvement historique de répression des
pulsions (refoulement) mis en évidence par Elias avec des constats empiriques irréfutables tels que la « libération sexuelle »,
en ce compris la diffusion des pratiques nudistes, mélangistes, échangistes… Elias se serait-il trompé ? Nie-t-il l’évidence au
nom de sa théorie ? A notre humble avis, il n’en est rien. Elias est d’ailleurs explicite sur les mœurs actuelles observables à la
plage ou au dancing (Elias, 1995b : 200-201 et 271-272), et montre que ce « relâchement » actuel n’est rendu possible que
par un « haut niveau » d’intériorisation de la contrainte à un stade « avancé » du processus de civilisation, ce que Kaufmann
(1995) ou Divay (1996), nomment « seconde phase » du processus, - lorsque l’intériorisation des interdits se couple avec une
distanciation, toujours croissante, de l’immédiateté des corps.
67 En effet, Elias élabore une théorie de la civilisation et propose une analyse fine de la « machine curiale » ; cependant,
l’analyse de la phase actuelle de ce processus est à tout moment esquissée mais ne constitue jamais son objet d’analyse
principal. Elias est, en ce sens, un sociologue du devenir qui nous initie à la représentation inquiétante d’une infinité sans
commencement (Elias, 1995a : 178) : « où qu’on commence, tout est mouvement et continuation d’un stade précédent. »
(Elias, 1995b : 87) ; « il n’y a pas de point zéro » (Elias, 1995b : 229 et 312). Comme le rappellent Deleuze et Guattari
(1991) à propos du devenir, il n’a pas en lui-même de début ni de fin, seulement un milieu (Deleuze et Guattari, 1991 : 106) :
« sans l’histoire, le devenir resterait indéterminé, inconditionné, mais le devenir n’est pas historique » (op. cit.: 92).
Sociologue du mouvement perpétuel, - comme en témoigne son ouvrage sur le temps (Elias, 1996) -, Elias ne peut s’attarder
sur un « état » que s’il exprime le passage d’un « état » à un autre : la société de cour ne l’intéresse que parce qu’elle traduit
le passage de la contrainte à l’autocontrainte (dimension psychogénétique du processus : l’intériorisation) et constitue une
forme d’« accomplissement » du processus sociogénétique de monopolisation.
82
68
une intériorisation sociale, et même civilisationnelle, de toute forme d’extériorité , 2) une
primauté nouvelle de la logique de répartition des risques sur la logique de répartition des
69
richesses , 3) une forte poussée sociale de l’individualisation.
Ce dernier point retiendra particulièrement notre attention. Les transformations de l’équilibre
« nous-je » sont conceptualisées, par Beck, en une individualisation « tripolaire » : 1) un
arrachement aux formes sociales et aux liens sociaux historiques (l’émancipation), 2) une
perte des certitudes traditionnelles dans les domaines du savoir, des croyances, des normes (le
désenchantement), 3) l’émergence d’une nouvelle forme de lien social (la réintégration). C’est
en ce sens que Beck conçoit l’individualisation comme un processus historique de
sociétisation contradictoire : il atomise les individus par-delà les classes et les couches
sociales et fait conjointement émerger de nouvelles communautés socio-culturelles, de
nouveaux mouvements sociaux (Beck, 2001 : 165). Pour reprendre l’expression deleuzienne,
le processus d’individualisation ne cesse de « déterritorialiser / reterritorialiser » les corps, les
représentations mentales, les affects, … (Deleuze et Guattari, 1972-1973). « Les hommes ont
été arrachés aux conditions traditionnelles des classes et aux réseaux familiaux d’entraide
pour être renvoyés à eux-mêmes et à leur destin individuel sur le marché du travail, avec tous
les risques, toutes les chances et toutes les contradictions que cela représente
(…). L’individualisation aboutit à la suppression des fondements concrets d’une pensée
fondée sur les catégories traditionnelles des sociétés de grands groupes - classes sociales,
« états » ou couches sociales. » (Beck, 2001 : 158-159).
68 La société du risque renvoie à un nouveau « paradigme » de société, nous dit Beck, qui s’émancipe des contours de la
société industrielle (Beck, 2001 : 20). La « rupture » est la suivante : la modernisation ne connaît plus d’extériorité. La
société industrielle a brouillé les limites entre nature et société jusqu’à l’internalisation de la nature au processus de
civilisation. L’extérieur disparaît : la société se retrouve face au risque internalisé (pp146-147). « En cette fin de XXième siècle,
la nature est soumise et exploitée, et elle qui était un phénomène externe s’est transformée en phénomène interne, elle qui
était du donné est devenue du construit. (…) L’envers de la nature socialisée est la sociétisation des destructions naturelles
qui se transforment en menaces sociales, économiques et politiques intégrées au système et portant sur la société mondiale
industrialisée à l’extrême. » (pp16-17). Dès lors, le processus de modernisation devient « réflexif », il est lui-même objet de
réflexion et problème (p36). Dès lors, les risques liés à la civilisation constituent un réservoir de besoins sans fonds (p42) qui
s’autoproduit. La société du risque est, en ce sens, autoréférentielle : son économie est auto-référentielle et ses risques autoproduits (pp101-102), - Giddens parle, en ce sens, de « risques manufacturés ».
69 L’hypothèse de Beck est la suivante : dans la société industrielle, la logique de la répartition des richesses domine la
logique de la répartition du risque, alors que dans la société du risque, le rapport s’inverse. Les risques, - ces évènements non
encore survenus qui motivent l’action -, contrairement aux richesses dont l’existence est palpable, ont quelque chose d’irréel.
« Ils sont fondamentalement réels et irréels à la fois. » (p61) : d’une part, menaces et destructions sont bien réelles, et d’autre
part la véritable force sociale de l’argument du risque réside dans l’avenir. Ils sont également visibles et invisibles (p81).
L’augmentation des risques et leur nouvelle répartition génèrent des situations sociales de menace et produisent de nouvelles
inégalités, par delà les classes et les couches sociales. « Les risques générés au stade le plus avancé du développement des
forces productives (…) se distinguent fondamentalement des richesses. Ils provoquent systématiquement des dommages,
souvent irréversibles, restent la plupart du temps invisibles, requièrent des interprétations causales, se situent donc
seulement et exclusivement dans le domaine de la connaissance (…), et se prêtent donc particulièrement au processus de
définition sociale. » (p41) Beck montre que la production, la diffusion et la commercialisation des risques ne rompent
aucunement avec la logique capitaliste : il s’agirait d’un stade plus avancé de développement.
La société du risque se caractérise par une processus de paupérisation civilisationnelle où conditions de vie des personnes et
production de connaissances sont inextricablement liées (p98). Or, il faut prendre acte de l’impuissance de la rationalité
scientifico-technique à répondre à l’expansion des menaces et des risques liés à la civilisation. « Les sciences telles qu’elles
ont été conçues – avec leur répartition du travail ultraspécialisée, leur appréhension des méthodes et de la théorie, leur
absence totale de rapport avec la praxis – se révèlent totalement incapables de réagir de façon adéquate aux risques liés à la
civilisation, pour la bonne raison qu’elles participent activement à leur naissance et à leur développement » (p107). La
rationalité scientifico-technique est économiquement borgne, nous dit Beck, son regard étant dirigé vers la productivité, elle
est nécessairement aveugle aux risques (p109). « Dans les situations de classes, c’est l’être qui détermine la conscience, dans
les situations de risque, c’est le contraire : la conscience (le savoir) détermine l’être. » (p95 ; voir aussi p42). Nous entrons
donc dans une ère spéculative de risques invisibles (pp132-134) où se forge une solidarité dans la peur (p135). « Dans la
société du risque, la gestion de la peur et de l’incertitude finissent par constituer une qualification culturelle essentielle, tant
dans le domaine de la biographie que dans celui de la politique. » (p139).
83
Beck montre que d’une part, les relations d’inégalité sociale sont restées très constantes
depuis l’après-guerre, et d’autre part, les conditions de vie de la population se sont
radicalement transformées. En effet, la société de classes est intégralement transportée à
l’étage supérieur (effet d’ascenseur) : l’espérance de vie augmente, le temps de travail
diminue, les revenus augmentent. En outre, la mobilité sociale complexifie les trajectoires et
les conditions d’existence : prolifération de destinées personnelles. Enfin, l’élévation générale
du niveau de formation produit, entre autres, une rupture entre les générations. Toutes ces
évolutions diminuent les identités de classes. « La forme, le modèle et les médium de
répartition des risques se distinguent systématiquement de ceux de la répartition des
richesses. Cela n’exclut pas qu’un grand nombre de risques soient répartis spécifiquement en
fonction des couches sociales et des classes. En ce sens, la société de classes et la société du
risque coïncident très largement. (…) Il semble que les risques viennent conforter la société
de classes plutôt qu’ils ne l’abolissent. » (pp62-63). La société du risque forge de nouvelles
oppositions, par exemple entre ceux qui produisent les définitions du risque et ceux qui les
consomment (p84). « Les sociétés de classes restent attachées, dans la dynamique de leur
évolution, à l’idéal de l’égalité (…). La situation est différente dans le cas de la société du
risque. Son contre-projet normatif, qui en est le fondement et le moteur, est la notion de
sécurité. (…) Au fond, il ne s’agit plus d’atteindre quelque chose de « bien », mais simplement
d’empêcher que ne se produise le pire. » (pp89-90).
Beck montre que l’émancipation de l’individu par rapport aux classes sociales se double
d’une émancipation par rapport aux statuts sexuels, - faisant émerger des « familles négociées
de longue durée » (p161) ou « à durée déterminée » (p279). « Dans toutes ces évolutions –
émancipation démographique, déqualification du travail domestique, contraception, divorce,
insertion dans la formation et la vie professionnelle - , ce qui augmente globalement, c’est le
degré d’émancipation des femmes hors des attributions de leur destin catégoriel féminin
moderne, émancipation qui est irréversible. » (p248). La spirale de l’individualisation
intervient également à l’intérieur de la famille. Comme le souligne Gazier, c’est la question
du « partage des tâches » qui se pose de manière inédite : « le décalage reste ainsi énorme,
dans la plupart des pays, entre la féminisation du marché du travail – une révolution
accomplie – et le maintien des habitudes traditionnelles en ce qui concerne les tâches
domestiques et parentales – ici une révolution reste à faire. » (Gazier, 2003 : 219). Si EspingAndersen prône un nouveau contrat social entre les sexes, Beck nous rappelle qu’« il est
impossible de réaliser l’égalité entre hommes et femmes à l’intérieur des structures
institutionnelles qui présupposent l’inégalité entre hommes et femmes. » (Beck, 2001 : 244).
Beck esquisse trois scénarios d’évolution future : 1) le retour à la famille dans ses formes
traditionnelles qui signifie l’exclusion des femmes du marché du travail, 2) l’égalisation selon
le modèle masculin qui tend à produire une « société ultramobile de célibataires », 3)
l’expérimentation de nouveaux modes de vie qui transcendent les rôles des hommes et des
femmes, autrement dit, la création sur un plan institutionnel des conditions de possibilité de
réunification du travail et de l’existence.
Le caractère puissamment contradictoire du processus d’individualisation s’exprime
également par l’institutionnalisation et la standardisation des modes de vie que
l’individualisation génère. L’individualisation va de pair avec une massification des destinées
individuelles (p199). « L’individualisation a (…) pour corollaire une institutionnalisation, et
en conséquence un formatage politique des trajectoires et des situations d’existence. » (p285)
C’est ce que Beck nomme l’institutionnalisation des modèles biographiques. C’est ici que
l’auteur met en évidence, le plus clairement, le prix considérable que l’individu doit payer
pour l’inadaptation des nos institutions à la société du risque : résoudre individuellement les
contradictions de la collectivité. « Tous les éléments qui semblent distincts lorsqu’on les
84
aborde sous l’angle d’une théorie du système font partie intégrante de l’existence
individuelle. » (p292).
Le chômage de masse, pour Beck, exprime la dissolution des classes dans le rapport à
l’inégalité sociale, avec ces zones de plus en plus floues entre chômage comptabilisé et
chômage non-comptabilisé, et entre activité et sous-activité. La société industrielle est
fondamentalement une société du travail, nous rappelle Beck : dès lors, une transformation du
système de travail génère une mutation profonde de la société. Le système d’emploi de la
société industrielle repose sur une standardisation très poussée de toutes ses dimensions
essentielles : le contrat de travail, le lieu de travail, le temps de travail. On assiste aujourd’hui
à une flexibilisation des trois piliers porteurs du système de plein emploi standardisé :
déconcentration géographique de l’activité professionnelle, flexibilisation du temps de travail,
pulvérisation des conditions du contrat de travail et du marché de travail, … « Le principe de
la division du travail, voire de la décomposition du travail est remplacé par le principe
inverse : la réunion des différentes tâches à un niveau de qualification élevé, et la
souveraineté technicienne. » (p310). La société du risque génère un système de sous-emploi
flexible, pluriel décentralisé et saturé de risques (p304), un marché de transitions critiques
(Gazier, 2003). « De même que les périodes de chômage font désormais partie intégrante de
la biographie normale d’une grande part de la population, le sous-emploi, système du pleinemploi et du chômage, est « intégré » au système de l’emploi. A la « normalisation »
biographique fait écho une normalisation institutionnelle – dont l’issue est incertaine. »
70
(Beck, 2001 : 316) . Dans ce contexte, le chômage de masse est vécu comme un destin
personnel : « Le caractère transitoire de l’apparition du chômage finit par transformer les
causes extérieures en responsabilités individuelles, et les problèmes liés au système en échecs
personnels » (p202). « Le destin collectif se transforme d’emblée en destin personnel, en
destin individuel qui s’inscrit dans une société que l’on n’aborde plus que de façon
statistique. Pour sortir de l’impasse, il faudrait que ce destin personnel soit réintégré dans le
destin collectif. » (p195). Le chômage constitue bel et bien un « risque », au sens de Beck :
plus aucun groupe n’est épargné mais les capacités pour y faire face sont inégalement
réparties. « On accepte sans grande réaction politique un chômage de cet ordre de grandeur,
on s’en débarrasse en l’individualisant. (…) Cette petite dose de démocratisation du chômage
de masse a pour corollaire une petite dose de redistribution de la pénurie, un petit peu plus
d’égalité des chances, mais dans le mauvais sens. A tout cela correspond un modèle de
répartition spécifique (…) : les oppositions générées par l’inégalité sociale se sont
transformées en oppositions entre des moments déterminés de l’existence à l’intérieur d’une
même vie. » (pp201-202).
Beck rend compte de l’apparition de nouvelles dépendances de l’individu vis-à-vis du marché
qui soulignent, une fois encore, les contradictions immanentes du processus
d’individualisation. « L’individualisation intervient donc précisément dans un contexte social
qui exclut plus que jamais toute existence individuelle autonome. (…) L’individualisation est
synonyme de dépendance vis-à-vis du marché dans toutes les dimensions de l’existence »
(pp283-284). Ceci nous renvoie directement aux écrits de Esping-Andersen relatifs à la
stratégie de réforme des Etats providence visant la re-marchandisation de l’individu et du
travail.
70 Beck montre ainsi que le chômage de masse transforme le système de formation : le chômage structurel et durable rend
contradictoire la situation du système de formation orienté vers la vie professionnelle (phénomène de salle d’attente, de voie
de garage, la valeur en soi de la formation). Face à la menace du chômage, on observe une tendance prononcée à la
prolongation ou à la reprise des études (nouvelles stratégies d’évitement) : la formation n’est pas pour autant devenue
superflue, au contraire, les diplômes sont de moins en moins suffisants et de plus en plus nécessaires.
85
SECTION 3. LES POLITIQUES DE L’AUTOCONTRAINTE
Ce « détour » par la sociologie de Norbert Elias (et par les travaux de Beck qui en constituent
un prolongement direct) nous permet d’esquisser une hypothèse de travail, assez générale,
relative aux transformations des politiques publiques ou à l’activation des politiques d’emploi.
L’hypothèse est la suivante : la « construction européenne » apparaît comme un niveau
supérieur d’intégration au sein du processus de civilisation qui s’accompagne d’une
modification de l’économie pulsionnelle des individus. A l’instar de la société de cour, la
gouvernance européenne constitue une configuration « inédite » du processus : au niveau
sociogénétique, elle cristallise un mouvement de déterritorialisation de monopoles nationaux
et de reterritorialisation dans un espace transnational ; au niveau psychogénétique, elle se
caractérise par l’intériorisation de normes à grande échelle, par un passage significatif d’une
contrainte sociale à une autocontrainte.
A la curialisation des guerriers, correspond aujourd’hui le phénomène de « civilisation des
actifs » : une « nécessaire » socialisation de la population active occupée (les travailleurs) et
inoccupée (les chômeurs). La civilisation des actifs apparaît ainsi comme un produit de
l’interdépendance entre les différents Etats membres de l’Union européenne, - répondant à
une nécessité de différenciation, de distinction au sein même de cet espace (Etat providence
passif < > Etat social actif). La civilisation des actifs (ou activation des chômeurs et des
travailleurs) assure une pacification interne qui permet aux différents Etats membres de
conserver certains monopoles clés (comme l’assurance-chômage) sous l’arbitrage des
institutions européennes. Dans ce contexte, le chômeur (ou le travailleur) a conscience qu’il se
fait violence (par l’intériorisation de normes) pour des raisons sociales : tant au nom de
l’intégration européenne que de son intégration sur un marché du travail « sans frontière ».
Précisons encore un point : la construction européenne n’est ni la cause ni la conséquence
d’un nouveau stade du processus de civilisation des mœurs. Il s’agit là de deux phénomènes
interdépendants. D’un côté, c’est un stade plus avancé d’autodiscipline individuelle qui a
permis ce mouvement sociogénétique de dépassement des monopoles étatiques,
l’élargissement des interdépendances et de la compétition sur des espaces de plus en plus
vastes. D’un autre côté, ce stade d’intégration plus élevé nécessite l’intériorisation de normes,
- jusque là « extérieures » à l’économie pulsionnelle. Notons, à titre d’exemple,
l’intériorisation progressive de la « convention keynésienne de plein emploi » (Salais et al.,
1986 : 239) qui tend, dès lors, sous l’influence des institutions européennes, à devenir une
norme individuelle, celle du chômeur « pleinement employable ».
Le terme de « politiques de l’autocontrainte » nous sert à désigner ces politiques dites
« actives » qui oeuvrent à l’intériorisation de normes, qui contribuent directement « à
déplacer la contrainte de l’extériorité des dispositifs organisationnels à l’intériorité des
personnes » (Boltanski et Chiapello, 1999 : 125).
Cette hypothèse se décline en trois propositions analytiques, largement inspirées par les écrits
récents de Jean-Michel Bonvin et de ses collègues (Badan et al., 2003 ; Bonvin, 2004 ;
Bonvin et al., 2005) : l’activation des politiques d’emploi signifie conjointement
l’individualisation, la conditionnalisation (ou contractualisation) et la territorialisation de
l’intervention publique.
L’individualisation
La thèse relative à l’individualisation des politiques publiques n’est pas récente et déborde
largement du champ des politiques d’emploi et de formation. Robert Castel (1981) attirait
déjà l’attention sur le phénomène de la gestion prévisionnelle et individualisée des risques
dans le champ de la santé mentale. Les travaux d’Alain Ehrenberg (1995) confirment cette
86
tendance générale à l’individualisation systématique de l’ensemble des problèmes sociaux.
Sur le marché du travail, la thèse de l’individualisation (Demazière, 1995 ; Maroy, 2000 ;
Gazier, 2003 ; Cahuc et Zylberberg, 2004 ; Pierru, 2005), met l’accent sur la
responsabilisation, entendons par là le processus de transformation de responsabilités
collectives en responsabilités individuelles. C’est ainsi, comme nous l’avons vu, que Beck
rend compte de processus d’individualisation des risques sociaux dans la phase actuelle du
processus de civilisation : « dans ce contexte, vivre sa vie, cela équivaut à résoudre sur le
plan biographique les contradictions du système » (Beck, 2001 : 293).
Mais Beck, et avant lui Elias, montrent que l’individualisation est un processus dialectique :
un processus d’intériorisation de normes et de contraintes qui transforme, de manière
dialectique, les équilibres « nous-je » : d’une part, ce processus atomise les individus, les
extrait de leurs territoires existentiels (mouvement de déterritorialisation), et d’autre part, il
redéploie ces individus dans des chaînes d’interdépendance plus longues, plus complexes
(mouvement de reterritorialisation).
Contrairement à ceux qui opposent trop rapidement l’individualisation des politiques sociales
à la massification des destinées individuelles ou à la standardisation des pratiques, il nous
semble essentiel de penser conjointement ces phénomènes, comme les manifestations
contradictoires d’un seul et même processus.
La conditionnalisation
Dufour et al. (2003) parlent de l’« aide au conditionnel » pour désigner l’introduction
progressive, en Europe et en Amérique du Nord, de logiques de contrepartie dans les
71
programmes qui visent les personnes sans emploi . « La contrepartie désigne l’ensemble des
mesures d’aide qui comportent des conditions, par opposition à des aides ou des prestations
attribuées de manière inconditionnelle. La contrepartie concerne autant les pratiques de
workfare que les mesures actives moins sévères » (p12). Les auteurs sont bien conscients que
la contrepartie a toujours existé, contrairement à l’aide inconditionnelle qui relève davantage
du mythe. Cependant, la problématique de la contrepartie, poursuivent-ils, « s’est renouvelée
avec la grande diversification de ses formes et l’application à des politiques jusque-là fondées
uniquement sur le besoin de principe selon lequel une personne doit se soumettre à des
conditions (…) pour recevoir ses prestations » (op. cit.). Le passage des politiques
« passives » aux politiques « actives » témoigne de cette évolution, nous disent-ils (p56).
Ces auteurs soutiennent une thèse forte, montrant que de nouvelles interventions publiques se
construisent et se démarquent nettement des façons de faire antérieures : 1) ils soulignent le
nouveau rôle de l’Etat social qui consiste à agir sur le capital humain afin de faciliter
l’adaptation des personnes aux demandes du marché ; 2) ils soutiennent l’idée selon laquelle
la contrepartie n’est pas cyclique, mais est là pour rester (p176) ; 3) ils montrent la faible
efficacité des dispositifs de contrepartie dans la lutte contre le chômage et la pauvreté.
Duran et Thoenig (1996) soutiennent également l’idée selon laquelle la conditionnalisation ou
contractualisation tend à devenir un mode institutionnel et gestionnaire dominant : la sécurité
sociale est de moins en moins conçue comme un ensemble de droits du citoyen mais comme
71 Dans cet ouvrage, - dont l’objectif est de pointer les transformations générales en cours, par delà la diversité des formes
que revêt la contrepartie suivant les régimes d’Etat providence considérés -, le traitement des « sans emploi » est envisagé
sous l’angle d’une triple relation : la relation entre la personne et l’Etat (chapitre 3), entre la personne et le marché du travail
(chapitre 4), entre la personne et l’environnement social (chapitre 5). Les auteurs mettent en évidence deux « logiques
relationnelles » entre la personne et l’Etat : contrepartie autoritaire (traitement punitif) versus contrepartie plus souple. Ils
pointent trois logiques relationnelles entre la personne et le marché du travail : des stratégies institutionnelles qui privilégient
la sortie des dispositifs (pays anglophones) ; des mesures de formation qui visent l’intégration dans l’emploi (Allemagne,
France), des mesures de mise à l’emploi ou système de rotation de la main d’œuvre (Danemark). Ils insistent enfin sur la
grande diversité des logiques relationnelles entre la personne et l’environnement social (même au sein d’un seul pays comme
le Canada). Au total, les auteurs identifient deux modes de traitement des personnes sans emploi : un modèle fondé sur une
responsabilité collective (Europe continentale) et un modèle fondé sur la responsabilisation individuelle (pays anglophones).
87
une relation contractuelle entre l’individu et la société (comme en témoigne le « contrat
d’intégration » au niveau fédéral ou le « contrat crédit insertion » en Région wallonne),
toujours susceptible d’être révisable ou révocable, qui repose sur un ensemble de droits
respectifs et d’obligations mutuelles entre les parties. Notons cependant que cette forme de
relation contractuelle se développe dans une méconnaissance inquiétante du droit des contrats
et révèle d’emblée son caractère « ambivalent » (Supiot, 1999) : les deux parties de la relation
ne sont pas sur un pied d’égalité, les libertés de contracter ne sont pas équivalentes, etc
(Gilson et Glorieux, 2005). Sylvie Morel (2000 & 2004) parle ainsi d’une logique de
réciprocité, d’une « quasi-transaction de marchandage », dans son analyse transversale des
transformations des systèmes d’assistance en France et aux Etats-Unis, pour rendre compte du
« paradoxe » de la contractualisation.
La territorialisation
Les transformations à l’œuvre peuvent également s’analyser sous l’angle de la
territorialisation : cette « nouvelle gestion locale » des problèmes sociaux (Castel, 1995 ;
Duran et Thoenig, 1996 ; Hamzaoui, 2002 ; Bonvin et Burnay, 2002 ; Davoine et Gratadour,
2004).
Duran et Thoenig (1996) envisagent la territorialisation de l’action publique comme le
passage d’un modèle de régulation croisée (Crozier et Thoenig, 1976 ; Reynaud, 1988) à un
modèle marqué par l’institutionnalisation de l’action collective ou de la négociation, en clair,
le passage d’un système polarisé à un système « a-centrique » de coordination sans hiérarchie.
Comme le soulignait déjà Duran, gouverner aujourd’hui, c’est gérer l’action collective
(Duran, 1990 : 236). « Le territoire, plus que l’appareil d’Etat, constitue désormais le lieu de
définition des problèmes publics. (…) La théorie, et la réalité, de l’Etat unitaire sont mal en
point. (…). En conséquence, il faudrait agir en « réseaux » pour mieux gagner en
« flexibilité ». » (Duran et Thoenig, 1996 : 583). Ces auteurs montrent que la « nodalité », cette capacité de tisser des liens, d’associer autour de soi -, devient une condition généralisée
de la conduite des actions. « Les décideurs institutionnels, (…), ont de plus en plus tendance à
exercer une forte incitation – sinon une injonction – à faire travailler leurs représentants en
partenariats » (Kaddouri, 1997). Le partenariat est posé comme une nouvelle stratégie de
développement, un « nouveau contrat social », une réponse à l’exclusion, une « troisième
voie ».
Mais cette problématique de la territorialisation est loin de s’épuiser dans le seul phénomène
de « décentralisation » de l’Etat, dans cette glorification du territoire au service d’une action
72
flexible . La territorialisation, comme l’individualisation, est un processus dialectique. Mejed
Hamzaoui (2002 : 30) s’inscrit dans cette approche dialectique de la territorialisation,
montrant que la déterritorialisation de l’économie (ou mondialisation) va de pair avec une
territorialisation du social. Mais la thèse d’une disjonction entre l’économique et le social ne
nous semble pas satisfaisante.
La territorialisation de l’intervention publique nous renvoie à ce niveau « supérieur » de
coordination de l’action, qui génère un double dépassement de l’Etat nation par le haut et par
le bas. Il faut traiter conjointement la déterritorialisation de l’action publique et sa
reterritorialisation : d’une part, les politiques d’emploi sont partiellement extraites des
territoires nationaux et redéployées à un niveau transnational ; d’autre part, elles s’inscrivent
dans des dispositifs locaux. Nous montrerons que ce mouvement dialectique n’affecte pas
uniquement la prise de décision politique mais également sa mise en œuvre.
Si l’individualisation de l’intervention publique nous renvoie à la responsabilisation des
bénéficiaires de la politique, la territorialisation signifie la responsabilisation des
72 Comme certains travaux récents du CEREQ ou de l’INSEE tendraient à le montrer : cfr. Ourliac et Pierron, 2003 ; Giffard
et Guégnard, 2003 ; Bentabet et Michun, 2003 ; Caro et Roux, 2004.
88
professionnels chargés de mettre en œuvre ces politiques, qui se voient confier une plus
grande marge de manœuvre dans la gestion des relations contractuelles avec les bénéficiaires
de ces politiques, avec l’ensemble des partenaires de l’action publique, avec les entreprises.
Ce dépassement de la monopolisation étatique de l’intervention publique se traduit également
par l’externalisation de l’action publique : sous-traitance et travail en réseau au service d’une
action publique flexible. Nous montrerons que la problématique du « partenariat » ou du
« travail en réseau » est loin de s’épuiser dans ce concept caoutchouteux du « local », dans la
mesure où le travail en réseau déterritorialise et reterritorialise les professionnels de
l’insertion, à l’instar des bénéficiaires.
La politique du Parcours d’insertion cristallise l’ensemble de ces transformations de
l’intervention publique. Cette politique de l’autocontrainte tend à responsabiliser
conjointement les bénéficiaires et les professionnels chargés de mettre en œuvre cette
politique. La transformation de responsabilités collectives en responsabilités
individuelles passe par l’intériorisation de normes et de contraintes : le bénéficiaire est tenu
pour responsable de sa capacité d’insertion professionnelle (son employabilité) et le
professionnel de l’insertion est tenu pour responsable de la qualité du service rendu,
autrement dit de sa capacité individuelle à travailler en réseau.
Cette politique tend à privilégier la forme « contractuelle » comme mode de régulation : des
contrats qui lient des individus à des institutions (le contrat crédit insertion) et des contrats qui
scellent des alliances entre professionnels de l’insertion (chartes, conventions de partenariat).
Cette politique d’accompagnement, ou de suivi individuel, émancipe les individus de leurs
catégories ou statuts d’appartenance, de leurs territoires existentiels, et redéploie ces individus
dans des chaînes d’interdépendance plus complexes (les réseaux de généralistes et spécialistes
de l’employabilité, cfr. Orianne et al., 2004). Cette politique de ciblage individuel « à grande
échelle » contribue également à la massification des destinées individuelles des chômeurs, à la
standardisation de leurs modes de vie. Il en va de même pour les professionnels, chargés de
mettre en œuvre cette politique, qui se voient « extraits » de leurs territoires (professionnels et
organisationnels) d’origine et redéployés dans de nouveaux territoires (réseaux locaux, platesformes multipartenariales, dispositif intégré,…) ; l’injonction partenariale de cette politique
« globalisante » tendrait également à standardiser les pratiques professionnelles et les logiques
organisationnelles.
89
90
Deuxième partie. - Cadres théorique et
méthodologique
Cette deuxième partie dresse le cadre théorique (chapitre 4) et précise notre méthode (chapitre
5). Le cadre théorique mêle « Economie des conventions » et « Sociologie des professions » :
le processus de mise en œuvre du Parcours d’insertion en Région wallonne sera analysé
transversalement, entre l’horizontalité des arrangements pragmatiques et la verticalité de la
socialisation professionnelle (Demazière, 2003). L’explicitation des méthodes d’observation
et d’analyse mobilisées dans le cadre de cette recherche permettra de rendre compte du
« cheminement réel des idées » (Whyte, 1996).
Comme nous l’avons déjà évoqué en introduction, nous procéderons à l’analyse d’une
politique publique sous l’angle, bien particulier, du travail quotidien des agents chargés de la
mettre en œuvre, de traduire ses énoncés en action sur autrui : examiner la mise en œuvre des
politiques d’insertion ou d’activation à travers les yeux, le langage, les outils, le point de vue
de celui qui insère ou active, cet entremetteur qui agit la politique.
Pour mener à bien ce projet, nous mobiliserons et articulerons deux cadres théoriques : 1) une
approche conventionnaliste ou pragmatique, appliquée à l’analyse des intermédiaires des
politiques publiques et du marché du travail ; 2) la sociologie des professions et, plus
particulièrement, la synthèse théorique élaborée par Freidson. Le premier cadre théorique
nous permettra d’analyser les activités de traduction des agents intermédiaires (le « travail
spécifique » des agents : activer les chômeurs). Quant au second, il nous permettra
d’interroger la professionnalisation des activités de travail, du métier d’intermédiaire public
dans le champ des politiques d’emploi (le travail « général », de tout groupe professionnel,
qui tend à faire évoluer son métier en « profession établie »).
91
Chapitre 4. Processus de mise en œuvre et transversalité
INTRODUCTION
L’objectif de cette section est de construire un cadre théorique pour analyser le processus de
mise en œuvre des politiques d’insertion en Région wallonne, sous un angle bien précis, celui
du travail quotidien des « agents » d’insertion chargés de traduire ces politiques publiques en
action publique, en action sur autrui.
Nous partons d’une idée simple, dont nous ne tarderons pas à dévoiler les vertus heuristiques :
le travail de ces agents, comme de beaucoup de travailleurs, gagne à être envisagé comme
l’articulation d’un double travail, un travail « spécifique » et un travail général que nous
nommerons travail « professionnel ». Le travail spécifique correspond à l’activité principale :
dans le cas des agents d’insertion, il s’agit de leur travail avec l’usager (le chômeur). Le
travail « professionnel » correspond à l’ensemble des activités de construction (collective) de
l’activité spécifique : la construction des savoirs professionnels, des espaces professionnels,
des outils de travail, des identités, … Cette idée simple n’est pas le fruit du hasard ou de
spéculations purement théoriques : elle s’est largement imposée comme une réalité
incontournable lors de notre travail de terrain. Les acteurs rencontrés nous ont rapidement fait
prendre conscience de la double composante de leur travail : les travailleurs des Carrefours
Formation distinguent d’ailleurs explicitement le travail qui relève de la « production directe »
(travail en première ligne avec un usager) du travail qui relève de la « production indirecte »
(travail en coulisses où se construisent collectivement les cadres du travail en première ligne :
réunions d’équipes, groupes de travail, formations, …).
De cette idée simple découle une hypothèse : pour comprendre le travail spécifique de ces
agents, à savoir le travail d’insertion ou d’activation avec les chômeurs, il faut impérativement
interroger la professionnalisation de ces activités de travail. La professionnalisation des
activités de travail renvoie directement au travail « professionnel » : ce travail qui consiste à
construire son « métier » en « profession ». Pour l’analyse du travail spécifique avec le public
nous utiliserons un cadre théorique emprunté, principalement, à l’Economie des conventions,
et plus particulièrement aux travaux centrés sur l’analyse des intermédiaires des politiques
publiques et du marché du travail. Pour l’analyse du travail « professionnel », nous nous
tournerons, en toute logique, vers la sociologie des professions.
Notre étude s’inscrit pleinement dans la lignée des travaux « conventionnalistes » du Centre
d’Etudes de l’Emploi (Simonin, 1995) qui se proposent de substituer à une analyse classique
des politiques publiques centrée sur les mesures, une analyse de l’action publique centrée sur
les agents locaux qui mettent en œuvre ces politiques. L’idée forte de cet ouvrage collectif est
que les règles de droit n’ont pas d’effectivité automatique, elle sont toujours mobilisées, elles
constituent des ressources de coordination (Eymard-Duvernay et Marchal, 1994), des appuis
conventionnels de l’action (Dodier, 1993), et non des déterminants rigides. Telle est bien
notre hypothèse de départ : les politiques d’insertion ou d’activation ne produisent rien sans
l’action de ceux qui les mettent en oeuvre. Il en va de même en musique : la partition est une
« machine abstraite » qui ne produit des effets, en l’occurrence des affects, que lorsqu’elle est
interprétée, jouée. Pour apprécier les « effets » d’une politique publique, on ne peut se
contenter de l’analyse des « machines abstraites », il faut impérativement observer la manière
dont cette politique est « jouée », analyser les « productions polyphoniques de subjectivité »
(Guattari, 1992) que la mise en oeuvre pratique de cette politique génère.
Cependant, cette approche « pragmatique » des politiques publiques, centrée sur l’action des
intermédiaires du marché du travail, nous paraît incomplète. Malgré les apports incontestables
92
de cette perspective, diverses questions restent toutefois en suspens. Comment se construisent,
s’actualisent, se transforment les appuis conventionnels de l’action ? Comment sont-ils
appropriés collectivement ? Comment expliquer le recours à telle ou telle forme de
coordination ? Bref, comment saisir ces intermédiaires dans leurs dimensions collectives ?
Contrairement à ce que tendraient à montrer ces travaux, il nous semble que l’action des
intermédiaires ne se limite pas aux relations de face à face avec un usager, un client, un
employeur. La seule analyse de ces cadres d’interaction tendrait à occulter le rôle de ces
acteurs dans la construction collective de ressources de coordination (normes, modèles de
justice), d’outils et de techniques spécifiques. En coulisses, derrière la scène des interactions
de face à face avec le public, ces agents œuvrent à la professionnalisation de leur métier.
La sociologie des professions nous permettra d’interroger les dimensions collectives de ces
« agents » intermédiaires, prenant au sérieux la professionnalisation de leur métier qui émerge
de transformations de l’action publique et du marché du travail. On a beaucoup insisté sur la
précarité ou l’absence de statut des intermédiaires, sur l’inexistence de titres professionnels,
sur leur « isolement ». Il n’existe toutefois pas de point zéro à la professionnalisation d’un
métier, comme nous l’enseignerait Norbert Elias. Dès lors, quel que soit le stade de
professionnalisation atteint par ces groupes professionnels, le processus par lequel ils tendent
à transformer leur métier (occupation) en profession établie (profession) est en marche et
digne d’intérêt. Nous montrerons l’intérêt de faire apparaître ces « entremetteurs isolés face
aux incertitudes des situations » comme un collectif qui se bat pour sa survie, en quête de
légitimité vis-à-vis d’un public, de monopolisation vis-à-vis de la concurrence, et d’autonomie
vis-à-vis de l’Etat (Freidson, 1984). La sociologie des professions offre des outils
indispensables à l’analyse du travail « en coulisses » qui consiste à construire un métier :
stabiliser un territoire, construire des outils spécifiques, un langage commun, des valeurs, une
identité collective).
La complémentarité de ces deux approches théoriques renvoie directement aux travaux
récents de Demazière (2003) sur la catégorisation du chômage et des chômeurs, où l’auteur
nous invite précisément à penser le traitement du chômage entre l’horizontalité des
arrangements pragmatiques d’agents (continuité des catégorisations) et la verticalité des
processus de socialisation (discontinuité ou contiguïté des catégorisations) de chômeurs et de
groupes professionnels à l’œuvre dans ce champ.
93
SECTION 1. L’HORIZONTALITÉ DES ARRANGEMENTS
PRAGMATIQUES
Introduction
Pour comprendre une politique d’emploi, comme celle du Parcours d’insertion en Région
wallonne, il faut impérativement s’intéresser à l’action des agents qui mettent en œuvre cette
politique (Barbier, in Barbier et Gautié, 1998). Mais qu’est-ce que la mise en œuvre d’une
politique publique ? Comment s’analyse-t-elle ?
On peut définir, de manière minimale, la mise en œuvre, comme le travail quotidien de ces
agents qui agissent la politique publique, qui instrumentalisent des règles pour agir, pour
« accompagner » des chômeurs dans le cas qui nous occupe. La mise en œuvre gagne à être
envisagée comme une activité de traduction : traduire des règles, des énoncés, des
« machines abstraites », en une série d’actions sur autrui. Les travaux de Michel Callon et de
Bruno Latour sont particulièrement éclairants sur ce point, - surtout si l’on considère, comme
le fait Weller (1999), que l’activité d’un scientifique de laboratoire n’est pas très éloignée de
celle d’un agent administratif (ou d’un agent d’insertion) parce que tous deux sont conduits à
mobiliser des êtres hétérogènes (Latour, 1999), des ressources hétérogènes pour agir. Michel
Callon définit le concept de traduction comme un processus « par lequel un monde social et
naturel se met progressivement en forme et se stabilise pour aboutir, si elle (la traduction)
réussit, à une situation à laquelle certaines entités arrachent à d’autres, qu’elles mettent en
forme, des aveux qui demeurent vrais aussi longtemps qu’ils demeurent incontestés » (Callon,
1986 : 205). L’auteur identifie quatre étapes dans le processus de traduction : 1) la
problématisation (comment se rendre indispensable ?), 2) l’intéressement (comment sceller
73
des alliances ?), 3) l’enrôlement (comment définir et coordonner les rôles ?), 4) la
mobilisation des alliés (comment les mobiliser ?).
Les agents du FOREM, de Carrefour Formation, des EFT, que nous avons suivis dans le cadre
de notre travail de terrain, traduisent au quotidien les politiques d’employabilité en action sur
autrui. C’est au quotidien qu’ils doivent se rendre indispensables vis-à-vis de leurs clients
(chômeurs, entreprises) et de leurs partenaires. C’est en permanence qu’ils doivent les
intéresser, autrement dit déployer les actions qui permettent de stabiliser leur « identité », telle
que définie dans la phase de problématisation. Il convient également d’assurer un enrôlement
optimal et une mobilisation constante des clients et des partenaires.
Callon définit l’intéressement comme « l’ensemble des actions par lesquelles une entité (…)
s’efforce d’imposer et de stabiliser l’identité des autres acteurs qu’elle définit par sa
problématisation. Toutes ces actions prennent corps dans des dispositifs » (Callon, 1986 :
185). L’auteur nous rappelle l’étymologie de ce mot qui justifie son choix : intéresser, c’est se
placer entre (inter-esse), s’interposer, ce qui fonde l’attention portée au rôle des
« intermédiaires ». Nos agents peuvent être ainsi considérés comme des intermédiaires : des
agents qui se positionnent entre des individus, entre des individus et des objets, entre des
individus et des procédures.
73 Callon définit l’enrôlement comme un intéressement réussi (op. cit., p189). Pour se situer par rapport aux théories
fonctionnalistes, l’auteur précise que l’enrôlement n’implique pas mais n’exclut pas non plus les rôles préétablis.
L’enrôlement rend compte de l’ensemble des négociations, du véritable « combat qui est livré » (op. cit., 190).
94
74
Les « conventionnalistes » se sont rapidement emparés de la notion d’intermédiaire pour
analyser la mise en œuvre des politiques d’emploi et, plus globalement, pour analyser la
formation des marchés du travail, par des relations de « proche en proche ». Ces travaux
présentent pour nous une valeur inestimable ; ils constituent, comme nous l’évoquerons dans
la méthodologie, le point de départ de notre travail de terrain et de nos réflexions théoriques.
En réalité, seuls les conventionnalistes se sont intéressés d’aussi près à l’objet que nous
ambitionnons : une analyse des politiques d’emploi centrée sur le travail de ceux qui les
mettent en œuvre, une analyse des politiques d’insertion à travers les yeux, le langage, le
point de vue de ceux qui insèrent.
Nous partageons, avec ces auteurs, l’idée selon laquelle l’analyse des politiques d’emploi
s’essouffle rapidement lorsqu’elle est réduite à l’activité d’une élite gouvernementale,
administrative, gestionnaire. Il semble également que l’analyse des politiques d’insertion est
incomplète lorsqu’elle se borne à apprécier des effets sur les public ciblés : la focalisation sur
le « bénéficiaire » de la politique tend invariablement à occulter le rôle des « agents » qui
mettent en œuvre cette politique. L’approche pragmatique que développent conventionnalistes
(Simonin, 1995 ; Eymard-Duvernay et Marchal, 1997 ; Bessy et Eymard-Duvernay, 1997 ;
Gélot et Nivolle, 2000 ; Bessy et al., 2001) et cognitivistes (Joseph et Jeannot, 1995 ; Weller,
1999), contribue à explorer les zones d’ombre de l’analyse stratégique des mises en œuvre des
politiques publiques.
Nous proposons dans cette première partie de présenter une synthèse de ces travaux. Cet
exposé sera structuré en quatre parties. Nous commencerons par situer l’approche
conventionnaliste (point 1) avant de nous centrer sur son application particulière dans le
champ des politiques d’emploi : l’origine de cette école et son évolution, les enjeux
théoriques, les limites. Les travaux relatifs aux intermédiaires du marché du travail seront
présentés en deux blocs : d’abord les intermédiaires publics (point 2), ensuite les
intermédiaires privés (point 3). Ce découpage, relativement arbitraire, ne nous empêchera
nullement d’envisager les intermédiaires, publics et privés, comme un seul segment bien
particulier du marché du travail. Enfin, nous évoquerons la problématique de la
professionnalisation des intermédiaires, largement sous-exploitée dans le cadre de ces travaux
(point 4). Nous retiendrons de cette revue de la littérature, très ciblée, trois types de
« savoirs » : des connaissances empiriques (principalement la situation des intermédiaires en
France), des hypothèses théoriques, des outils d’analyse.
§ 1.1. L’Economie des conventions
1.1.1. Le « manifeste » conventionnaliste
L’Economie des conventions (EC) apparaît en France à la fin des années 1980, avec la
parution du numéro spécial de la Revue Economique en mars 1989. Cette approche en
économie, qui s’appuie sur d’autres disciplines comme le droit, la sociologie, l’anthropologie,
la psychologie, la science politique ou l’histoire, est immédiatement marquée du sceau de
l’hétérodoxie (Rameaux, 1997), dans la mesure où elle sort du cadre de l’économie
néoclassique, s’attachant à montrer que la coordination marchande est incapable de rendre
compte, à elle seule, du fonctionnement de l’économie. Deux hypothèses sont ainsi discutées
et profondément remises en question : « La première hypothèse stipule que les relations
marchandes et les contrats d’échange entre les personnes les affranchissent de toute
référence extérieure dépassant la rencontre de leurs volontés. (…). La seconde hypothèse qui
nous semble devoir être remise en cause consiste à considérer que le cadre néoclassique peut
74 Les économistes appartenant à l’école française de l’Economie des conventions.
95
s’étendre continûment à l’analyse des relations strictement marchandes (notamment les
relations organisées au sein de l’entreprise), en relativisant le marché mais en gardant
intactes les définitions de la rationalité et du calcul d’optimisation. » (Dupuy et al., 1989 :
142-143).
Les recherches réunies dans ce « manifeste », pour reprendre l’expression de François Dosse
(1995), développent une hypothèse inverse de l’interprétation néoclassique « en considérant
que l’accord entre des individus, même lorsqu’il se limite au contrat d’un échange marchand,
n’est pas possible sans un cadre commun, sans une convention constitutive » (op. cit.). Salais
(1989) s’intéresse précisément aux conventions constitutives de la relation de travail : « le
principe de la relation de travail échappe au paradigme du marché parce que la relation se
déroule dans le temps et parce que l’objet véritable de l’échange – le produit – n’existe pas
encore, n’est pas présent au moment où l’échange doit se faire » (p199). La relation de travail
tient par un compromis sur un inexistant, et face à l’incertitude de cette situation, s’établit une
double convention de productivité et de chômage.
Thévenot (1989), quant à lui, propose de réexaminer les deux notions de rationalité et
d’équilibre (centrales dans le modèle néoclassique) dans des situations qui s’éloignent de
l’échange sur un marché concurrentiel parfait qui garantit la possibilité d’un équilibre général.
L’auteur permet à l’analyse économique de s’intéresser à la pluralité des formes de
justification de l’action dans un univers complexe, en développant deux hypothèses. D’un
côté, il part du principe que les formes de coordination sont multiples et que, dès lors, il
convient de replacer la rationalité intéressée au sein d’une pluralité de justifications possibles
75
de l’action. L’auteur privilégie la notion d’accountability , empruntée à l’ethnométhodologie,
à la notion de rationalité : l’action n’est pas forcément rationnelle mais toujours justifiable, la
rationalité constituant une forme, parmi d’autres, de justification. Ensuite, il développe une
hypothèse relative à la place des objets dans la coordination des actions : « la justification des
actions et donc la possibilité de leur coordination supposent le recours à des objets cohérents
avec une forme de coordination (les biens, pour la coordination marchande) » (p148). Cette
hypothèse est nourrie des travaux pionniers que Thévenot mène avec Boltanski sur les
« économies de la grandeur » (cahier du CEE de 1987), qui seront publiés en 1991 dans une
version plus aboutie : « le modèle lie ensemble les notions de justification, de coordination et
d’objectivité, en mettant en évidence le système des contraintes qui pèse sur l’action
raisonnable dans un univers que nous disons complexe, au sens où plusieurs formes de
coordination y sont possibles, renvoyant à plusieurs formes d’objectivité » (p148). Ces
auteurs insistent sur le fait que le caractère conventionnel d’une forme de coordination
n’apparaît que dans un rapport critique avec une autre forme concurrente.
Par delà l’apparente diversité notionnelle, dont témoigne ce numéro spécial de la Revue
Economique (1989) pour appréhender les cadres collectifs de l’action individuelle, - Orléan
75 « Their central recommendation is that the activities whereby members produce and manage settings of organized
everyday affairs are identical with members’ procedures for making those settings ‘account-able’. The ‘reflexive’, or
‘incarnate’ character of accounting practices and accounts makes up the crux of that recommendation. When I speak of
accountable my interest are directed to such matters as the following. I mean observable-and-reportable, i.e. available to
members as situated practices of looking-and-telling » (Garfinkel, 1967). Pour les ethnométhodologues, la sociologie se
définit avant tout comme l’étude des activités quotidiennes, qu’elles soient triviales ou savantes, considérant que la sociologie
elle-même doit être envisagée comme activité pratique. « Dire que le monde social est « accountable », cela signifie qu’il est
disponible, c’est-à-dire descriptible, intelligible, rapportable, analysable. Cette analysabilité du monde social, sa
descriptibilité, son objectivité se révèlent dans les actions pratiques des acteurs. Le monde n’est pas donné une fois pour
toutes, il se réalise dans nos accomplissements pratiques » (A.Coulon, 1993, p42). Les activités pratiques des membres, dans
leurs activités concrètes, révèlent les règles et les procédures. « Autrement dit, l’observation attentive et l’analyse des
processus mis en œuvre dans les actions permettraient de mettre à jour les procédures par lesquelles les acteurs interprètent
constamment la réalité sociale, invente la vie dans un bricolage permanent » (A.Coulon, 1993, p28).
96
utilise le terme de « paradigme », Dupuy la notion de « sens commun », Favereau parle de
« modèle cognitif », Salais de « système de connaissance », Eymard-Duvernay de
« représentations » et « structures d’informations » -, ces auteurs convergent sur un point, qui
les amène à construire un concept, le concept de convention : la nécessité de s’extraire d’une
alternative trop courte entre « holisme » et « individualisme » méthodologique (Delaunay,
1997 ; Defalvard, 2000 ; Bessy, 2002), d’adopter une « posture intermédiaire » (EymardDuvernay et Marchal, 1994), d’explorer une « troisième voie » (Dosse, 1995). « La
reconnaissance d’une convention commune remet en cause l’opposition simple entre
individualisme et holisme. (…) la convention doit être appréhendée à la fois comme le résultat
d’actions individuelles et comme un cadre contraignant les sujets ». (Dupuy et al., 1989 :
143). Les auteurs s’accordent toutefois sur le fait « que le place admise à une convention
commune ne doit pas conduire à renoncer aux préceptes de l’individualisme
méthodologique » (op. cit.). Les auteurs définissent le concept de convention de la manière
suivante : « une convention est une régularité qui a sa source dans les interactions sociales
mais qui se présente aux acteurs sous une forme objectivée » (Dupuy et al., 1989 : 145).
Cette synthèse, entre l’individuel et le collectif, est-elle équilibrée ? Selon Raveaud (2004b),
l’EC se situe davantage du côté du holisme méthodologique comme en témoigne la primauté
accordée aux « cadres communs », aux cadres collectifs de l’action individuelle. Il
conviendrait de partir des cadres institutionnels, structurels, situationnels, conventionnels pour
analyser les actions individuelles, les comportements des individus insérés dans ces cadres.
Ainsi, Desrosières et Thévenot analysent les catégories (statistiques) socioprofessionnelles
comme le résultat d’opérations quotidiennes rattachées à des principes fondamentaux de
76
constitution d’un ordre social . Salais et Storper (1993), quant à eux, analysent les « mondes
de production » comme des cadres de référence communs, comme l’ensemble des différentes
formes de coordination accessibles aux acteurs dans le contexte d’incertitude radicale des
situations dans lesquelles ils sont plongés.
A l’inverse, Bessy (2002) pointe une forme d’individualisme méthodologique « refoulé »
inhérent à l’approche conventionnaliste qui, accordant le primat aux représentations
individuelles des acteurs, s’est initialement coupé de la notion d’institution. Nous reviendrons
sur ce point.
1.1.2. Le programme conventionnaliste et son héritage conceptuel
Si le numéro spécial de la Revue Economique de mars 1989 lance un nouveau programme de
recherche, il convient d’évoquer brièvement l’architecture théorique de ce programme,
rappelant son héritage conceptuel. Plutôt que de procéder à une « visite guidée » de la théorie
des conventions (Batifoulier, 2001), - qui risquerait inutilement de nous écarter de notre objet
-, nous proposons de sélectionner trois articles, devenus célèbres, qui interrogent cette
architecture complexe et l’opérationnalisent pour une analyse « post-ethnométhodologique »
des dispositifs intermédiaires : l’article de Lascoumes (1990) sur le droit en action, l’article de
Dodier (1993) sur « les appuis conventionnels de l’action » et l’article de Eymard-Duvernay
et Marchal (1994) sur les « les règles en action ». On peut identifier clairement une double
hypothèse commune à ces auteurs : les règles sont des ressources (et non des déterminants
rigides) et plusieurs formes de coordination se combinent dans le cours de l’action (principe
d’hétérogénéité interne de l’action). L’analyse du droit en action, développée par Lascoumes,
- cette idée d’un droit envisagé moins comme contrainte que comme ressource pour l’action -,
« implique tout d’abord de renoncer à l’idée d’impératif et d’envisager le droit comme un
système de potentialités à partir duquel se déploient des activités spécifiques de mobilisation
76 Desrosières A. et Thévenot A. (1988), Les catégories socio-professionnelles, La Découverte, Paris.
97
des règles. Dans cette perspective, le droit oriente les conduites, il ne les détermine pas »
77
(Lascoumes, 1990 : 45-50) . Si Dodier (1993) nous parle des « appuis conventionnels de
l’action », c’est précisément pour rendre compte de « l’ensemble des ressources qui
permettent d’élaborer une communauté, même minimale, de perspectives pour coordonner
des actions » (Dodier, 1993 : 65-66). Ces appuis s’articulent dans le temps selon trois modes,
nous dit l’auteur : la simultanéité, la succession, la confrontation. Ils s’organisent dans
l’espace par deux voies simultanées d’ancrage dans le monde : une voie interne et une voie
externe, en ce sens qu’ils sont ancrés à la fois dans des personnes et dans des supports
externes sous forme d’objets et de repères.
S’intéressant de près aux modes et formes de coordination intermédiaire de l’action (entre
« l’acteur et le système »), ces auteurs développent une analyse pragmatique des formes de
coordination, en articulant trois appuis théoriques : 1) la sociologie interactionniste, 2)
l’ethnométhodologie et la sociologie des réseaux, 3) les travaux précurseurs de Boltanski et
Thévenot. On pourrait également ajouter, à ce triptyque, la sociologie compréhensive de Max
Weber, en particulier ses travaux sur l’« esprit du capitalisme » et sa méthode de l’« Idéal
type ». Le lecteur conviendra aisément que le contenu de l’analyse conventionnaliste se
construit souvent, pour ne pas dire invariablement, à partir des différences entre des situations
idéal-typiques (Raveaud, 2004b): les trois « modes » de définition de la qualité d’un produit
que présente Eymard-Duvernay, soit par le client (monde marchand), soit par des standards
technologiques (monde industriel), soit en référence à la tradition (monde domestique) ; les
six « cités » esquissées par Boltanski et Thévenot (1991) (ou sept : cfr. Boltanski et Chiapello,
1999) ; les quatre « mondes de production » (interpersonnel, marchand, industriel et
immatériel) identifiés par Salais et Storper (1993).
L’approche conventionnaliste, - et plus particulièrement son application concrète dans le
champ des politiques d’emploi à travers l’analyse des intermédiaires (publics et privés) du
marché du travail -, s’appuie incontestablement sur la tradition de l’école de Chicago :
l’entreprise sociologique de Hughes, et de ses collègues, est une exploration inédite de la
complexité de la mise en œuvre des normes sociales, dans tous les types d’institutions,
comme le rappelle Chapoulie (1996 : 49). Les conventionnalistes poursuivent
incontestablement cette exploration de la complexité. Cependant, les conventionnalistes se
révèlent souvent prudents et sélectifs face à l’héritage de Chicago, pour une raison principale,
nous semble-t-il : dans la « vision » conventionnaliste, l’ordre prime invariablement sur le
conflit, dans l’analyse. Pour le dire autrement, les interactionnistes s’intéressent à la
complexité de mise en œuvre pour s’extraire de représentations ou visions « idéal-typiques »,
ordonnées de la vie sociale ; à l’inverse, pourrait-on dire, les conventionnalistes s’interrogent
sur les processus de mise en ordre dans une société qu’ils se représentent a priori comme
complexe. Et cette conviction que le monde est complexe constitue, sans doute, le principal
héritage de l’école interactionniste, qu’il convient de dépasser. Le conflit, la diversité, la
multiplicité, le chaos sont comme inscrits de force dans une sorte de processus inéluctable de
mise en ordre, si précaire soit-il. Faut-il, pour s’en convaincre, souligner toute l’ambiguïté de
l’emprunt, à Strauss, du concept d’ordre négocié ? Cette référence explicite à l’école de
Chicago, - une des seules d’ailleurs, à l’exception bien entendu du concept d’interaction -, agit
comme une ritournelle : un refrain populaire dont on aurait oublié la chanson originale.
Strauss élabore le concept d’ordre négocié (Strauss, 1992) pour montrer que l’ordre social
77 Lascoumes esquisse alors une typologie des règles secondaires d’application (ou d’arrangements locaux) : 1) les règles
d’interprétation visent l’opérationnalisation des dispositions abstraites contenues dans le cadre juridique de référence (les
circulaires et notes de services élaborées par la hiérarchie, les vade mecum, la « jurisprudence maison ») ; 2) les normes de
négociation ou d’évaluation (généralement non écrites : les seuils, les fourchettes, les normes techniques) ;
3) les normes de règlement des conflits (régularisation, sanction).
98
n’est pas donné a priori mais se construit dans le cours des interactions. Nous reviendrons
ultérieurement sur les apports théoriques de Strauss lorsque nous traiterons de la sociologie
des professions. Retenons simplement, à ce stade, l’inversion de perspective analytique que
prend ce concept dans l’usage conventionnaliste : il ne sert plus à montrer que l’ordre est une
construction précaire, une production instable, ces auteurs en sont pleinement convaincus,
mais permet de montrer que le chaos (l’incertitude des situations et la concurrence
relationnelle) se met en ordre « grâce » aux capacités réflexives des individus et à leurs
compétences « connexionnistes » de négociateurs, en tant que membres d’entités collectives.
Ceci nous conduit directement à l’héritage « californien » de l’ethnométhodologie. Rappelons
que l’ethnométhodologie se définit comme l’analyse des ethnométhodes, autrement dit des
78
raisonnements sociologiques pratiques par lesquels des individus construisent le réel . C’est à
partir de travaux pionniers de Garfinkel (1967), ancien élève de Parsons à Harvard, que ce
programme de recherche (Garfinkel in de Fornel et al., 2001) s’ébauche à U.C.L.A., au départ
d’une question, que Parsons se posait déjà, et avant lui Durkheim, la question des conditions
de possibilité de l’ordre social. « La thèse ethnométhodologique peut être ainsi résumée : les
propriétés d’ordre, de rationalité, d’intelligibilité, de régularité sont les produits des actions
elles-mêmes ; l’ordre résulte d’une production locale, c’est un ordre accompli de
l’intérieur. » (Chanial in de Fornel et al. 2001 : 300). Parallèlement, elle rompt avec toute
prétention interprétative : la descriptibilité du réel dispense le chercheur d’interprétations
« fumeuses », dans la mesure où les pratiques langagières des membres sont déjà des
interprétations, des mises en forme du réel. « L’ethnométhodologie ne participe pas à cette
affaire d’interprétation de signes. Elle n’est pas une entreprise interprétative. Les pratiques
locales accomplies ne sont pas des textes symbolisant des ‘significations’ ou des évènements.
Considérées dans leurs détails, elles sont identiques à elles-mêmes et ne représentent rien
d’autre. Les détails récurrents des activités ordinaires constituent leur propre réalité. »
(Garfinkel in de Fornel et al., 2001 : 36).
Les conventionnalistes empruntent à ce programme le concept d’accoutability, comme nous
l’avons déjà évoqué. Ils poursuivent également le questionnement relatif à l’incomplétude des
règles. La posture ethnographique est largement pratiquée et le principe de tracking (ou suivi
des acteurs) s’opérationnalise comme un suivi rigoureux des contraintes pragmatiques que les
acteurs éprouvent dans l’action (Dodier, 1993 : 68).
Selon Dodier (2001), l’approche conventionnaliste partagerait avec la sociologie des réseaux
de Michel Callon et Bruno Latour une même posture post-ethnométhodologique, retenant de
l’ethnométhodologie le principe du renversement initial (in de Fornel et al., 2001 : 325) : 1)
les entités collectives sont également considérées comme des ressources des membres, 2) il
s’agit également d’étudier, en tant que telles, les opérations des membres pour faire référence
au monde social, naturel et artefactuel. Les conventionnalistes empruntent à la sociologie des
réseaux le concept de traduction (en ce compris les dispositifs d’intéressement) et, bien
évidemment, la notion d’intermédiaire pour rendre compte de la construction du réseau par
des relations de « proche en proche ». Les travaux de Callon, comme ceux de Latour (1995),
78 Cette construction du réel est observée et analysée principalement dans les pratiques langagières : c’est à travers le
langage, que les individus, considérés comme des membres d’une communauté parce qu’ils partagent un savoir de sens
commun (et un langage commun), décrivent et construisent le réel (principe de réflexivité). Le cas Agnès, chapitre V des
Studies (Garfinkel, 1967 116-185), est particulièrement éclairant pour illustrer ce nouveau programme de recherche : étudier
les méthodes, les procédures par lesquelles ce jeune transsexuel construit sa réalité de femme dans le langage, les méthodes
d’accomplissement pratique de sa féminité. Toutefois, ce type d’étude sur le langage ne peut s’opérer in abstracto : le
langage (signifiant et signifié) est le produit d’un savoir commun socialement distribué qui ne peut être analysé que dans son
contexte local de production langagière (principe d’indexicalité).
99
invitent à prendre en compte le rôle des objets dans l’établissement de l’accord (le rôle des
79
artefacts dans le processus de fermeture des boîtes noires) .
Les conventionnalistes partagent encore avec la sociologie cognitive de Cicourel l’hypothèse
selon laquelle les règles sont des outils qui cristallisent un apprentissage. Orléan (1989)
développe ainsi une approche cognitive des conventions économiques, considérant les règles
comme des processus cognitifs. Dans un autre champ, les travaux conventionnalistes sur les
intermédiaires des politiques publiques que nous présenterons rejoignent directement les
problématiques mises en évidence par Joseph et Jeannot (1995), issues de cette tradition
cognitiviste : la construction d’un espace commun entre l’agent et l’usager pour leur permettre
de se coordonner, de s’ajuster, de négocier.
Enfin, il convient d’évoquer les apports théoriques directs des travaux précurseurs de
Boltanski et Thévenot qui ont été déterminants dans la publication du « manifeste »
conventionnaliste. Rappelons qu’une première version de Economies de la grandeur avait fait
l’objet d’une publication, deux ans avant la parution du numéro spécial de la Revue
Economique, dans un numéro des Cahiers du CEE (1987), avant la publication définitive de
1991.
Ce troisième socle théorique permet de préciser les ruptures par rapport à l’héritage
ethnométhodologique. Il convient d’évoquer, comme le souligne Dodier (1993), la distinction
significative entre l’action « descriptible » chez Garfinkel (1967) et l’action « justifiée » chez
Boltanski et Thévenot (1991). Pour Dodier, c’est dans cet ensemble de ressources tenues pour
« circonstancielles » par les ethnométhodologues (règles, normes, principes, usages,…) que
Boltanski et Thévenot recherchent les bases « conventionnelles » stables et disponibles pour
justifier les actions. C’est ainsi que les défenseurs de l’approche conventionnaliste se
situeraient à mi-chemin entre une coordination minimaliste et une coordination maximaliste.
On peut également se demander si la théorie des cités ne trahit pas un retour significatif de
l’interprétation du chercheur, qui constituerait une autre rupture par rapport à la démarche
ethnométhodologique : le contenu de l’analyse conventionnaliste apparaît souvent comme une
affaire d’interprétation de signes et de pratiques en regard de reconstructions théoriques
« idéal-typiques » du sens commun, dont nous parle Garfinkel.
1.1.3. Limites et évolution : des conventions aux institutions
Defalvard (2000) est un des premiers à avoir pointé l’évolution théorique notable de
l’approche conventionnaliste, à la fin des années 1990 : une sorte de glissement de l’analyse
des conventions vers l’analyse des institutions, permettant de renouveler la critique de la
rationalité standard et de repenser l’action individuelle. Cette évolution théorique a fait l’objet
d’un colloque « Conventions et institutions » à la Grande Arche de la Défense (Paris) le 12 et
13 décembre 2003. On y retrouve à l’exception du philosophe J.-P. Dupuy, les cinq
économistes co-auteurs du manifeste de 1989, à la recherche d’une certaine forme de
« verticalité », venant enrichir le pluralisme horizontal de l’approche conventionnaliste
(Eymard-Duvernay et al., 2003). Les travaux récents d’Eymard-Duvernay relatifs à
l’économie politique de l’entreprise (2004) témoignent incontestablement de ce passage des
conventions aux institutions, en particulier dans le chapitre IV de cette épure, où l’auteur
79 Précisons néanmoins que l’approche conventionnaliste s’oppose au postulat puissament relativiste, - fort bien soutenu par
Callon et Latour -, qui consiste à traiter sur le même pied les sujets, les objets, les symboles, etc. A l’inverse, l’EC se
construit sur le postulat de l’hétérogénéité, de la multiplicité d’objets, de sujets, d’idées, qui ne peuvent en aucun cas être
traités, envisagés, de manière équivalente. Une posture relativiste exclut toute forme d’analyse sociologique des valeurs. De
plus, si notre rapport aux objets est purement instrumental, la question de l’éthique s’interdit d’elle-même. Retenons que l’EC
reconnaît aux valeurs, aux idées, aux symboles une force à part entière, et leur réserve un statut particulier dans l’analyse.
100
traite des « institutions de l’entreprise » comme principes d’ordre, reliant ces institutions au
concept de « conventions constitutives » (Salais, 1989). Les travaux coordonnés par Salais et
Villeneuve (2005), dans le cadre du réseau européen de recherche Eurocap visant à
promouvoir une approche des politiques européennes en terme de « capacités » (Amartya
Sen), en témoignent également : l’approche par les capacités permet à ces auteurs d’interroger
80
le rôle des institutions sur le marché du travail . Boyer (2003) souligne, quant à lui, le passage
d’une rationalité cognitive ou informationnelle de l’acteur à une rationalité interprétative : cet
acteur plongé dans l’incertitude des situations et victime de l’incomplétude des règles apparaît
aujourd’hui comme un sujet moral.
Quelles sont les principales raisons théoriques qui ont amené les conventionnalistes de la
première heure à étendre leurs ambitions analytiques ? Cette question nous conduit à revenir
un instant sur les principales « faiblesses » du modèle initial, tel qu’on le trouve esquissé dans
le numéro spécial de la Revue Economique (1989). Tout d’abord, la prise en compte de la
seule « incertitude » des situations se révèle vite insuffisante pour rendre compte de la
complexité de l’action collective (Defalvard, 2000). Mais ce n’est pas le seul élément qui
explique l’intérêt renouvelé pour l’analyse des contextes institutionnels de l’action, comme en
témoigne la note d’Eymard-Duvernay (et al., 1999) sur les « institutions du recrutement »
dans la Lettre du CEE n°60.
Parallèlement à la notion d’incertitude, le concept de « convention » présente également une
limite évidente : la convention reste un équilibre, - qu’elle soit « équilibre de Nash » (comme
chez Lewis) ou « équilibre de sens » (comme dans l’EC). Rappelons que Batifoulier (2001 :
20-22) distingue deux versions ou approches de la convention : a) une version stratégique,
issue des travaux du logicien Lewis, fondée sur un postulat de rationnalité substantielle (ou
limitée, selon les cas), qui définit la convention comme une règle de comportement qui résulte
de l’interaction ; b) une version interprétative (celle soutenue par l’EC), issue des travaux de
Keynes, fondée sur un postulat de rationnalité procédurale : la convention n’est pas
uniquement une règle de comportement, elle est aussi un modèle d’évaluation qui permet
d’interpréter les règles. Bessy (2002) nous rappelle que les conventionnalistes empruntent la
notion de convention à Keynes, que ce dernier mobilisait pour rendre compte de l’émergence
d’un cadre commun à partir d’une situation où les agents économiques ne disposent pas de
repères communs pour coordonner leurs actions. Mais selon Defalvard, « les conventions,
même fondées sur des croyances intersubjectives, n’en demeurent pas moins des équilibres,
dont la stabilité repose toujours sur un calcul d’utilité » (Defalvard, 2000 : 7). Dès lors, la
critique de l’approche néoclassique soutenue par l’EC est incomplète ou se mord la queue.
Cette critique de la convention comme équilibre peut également être déclinée sous une autre
formulation : l’action collective peut-elle se résumer aux seuls problèmes de coordination ?
Cette limite ne semble pas très éloignées de celle de la sociologie interactionniste qui laisse
béante la question du contenu objectif des règles de signification (Pharo, 2000) : « même s’il
est vrai que toutes sortes de règles sociales peuvent être ‘construites’ par les agents pour se
désigner entre eux ou pour désigner leurs actions ou leur environnement, que ces règles sont
donc ‘relatives’ à certains contextes ou à certaines cultures, il ne semble pas vrai que ces
règles ne soient soumises à aucune contrainte d’objectivité plus générale et non-relative à ces
contextes » (Pharo, 2000 : 143). Sur cette question du sens objectif des faits sociaux,
81
mentionnons l’hypothèse récente du philosophe J. Searle (1995) qui suggère de traiter les
80 Déjà en 1998, Salais s’interrogeait sur le fondement conventionnel des institutions (Salais, 1998). L’auteur suggère de
rapprocher théoriquement le concept de convention du concept de base informationnelle de justice (Sen, 2001 : 111) pour
interroger le fondement informationnel du choix social. Lire à ce propos les écrits récents de Nicolas Farvaque qui
poursuivent le travail ébauché par Salais (Farvaque, 2003, 2004 et à paraître ; Farvaque N. et Benlemselmi, 2003).
81 Searle J. (1995), La construction de la réalité sociale, Gallimard, Paris.
101
« faits institutionnels » comme des « faits bruts », auxquels les hommes auraient attribué
conventionnellement une certaine valeur ou fonction dans certaines situations ou contextes
(Clément et Kaufmann, 1996). Certes, comme nous l’avons vu, la convention doit être
appréhendée à la fois comme le résultat d’actions individuelles et comme un cadre
contraignant les acteurs. Mais on comprend tout l’intérêt de pointer le moment où la
convention acquiert une certaine extériorité, cette stabilité, cette objectivité qui nous fait
oublier son caractère conventionnel, lorsque la convention devient une institution. Il semble,
en effet, essentiel d’adopter un point de vue « interne » et « externe » sur les règles.
Enfin, il convient de prendre acte d’une certaine difficulté (théorique) à doter les individus
d’une capacité à créer ou à faire évoluer les règles et les institutions qui leur permettent de se
coordonner (Defalvard, 2000 : 6). En clair, dans le modèle de l’EC, les individus sont dotés de
capacités réflexives (Bessy et Eymard-Duvernay, 1997 : 17) qui leur permettent d’interpréter
82
le monde et de justifier leurs actions, mais leur créativité est extrêmement limitée . Comme
en convient Bessy (2002), dans l’approche de l’économie des conventions, il n’y a pas de
place pour des individus réformateurs qui peuvent, à tout moment, proposer de changer de
convention, dans une relation de complète transparence. Les individus sont fondamentalement
« incomplets », comme les règles qu’ils mobilisent.
Pour échapper à cette critique, les premiers défenseurs de l’approche conventionnaliste
s’étaient réfugiés derrière un stratagème peu convaincant : « Pour concilier l’idée d’une
extériorité, d’une opacité de la « convention » avec l’idée qu’elle est le produit d’actions
individuelles, qu’elle a sa source dans les interactions sociales, l’EC distingue le temps
fonctionnel de la pratique et le temps plus ou moins long de l’émergence de la
« convention ». C’est par cette distinction qu’elle entend ménager une posture intermédiaire
entre « holisme » et « individualisme » méthodologique ». (Bessy, 2002 : 13). C’est peut-être
en ce sens que la synthèse initiale entre l’individuel et le collectif se révèle incontestablement
« compromise », pour reprendre l’expression de Delaunay (1997). Contrairement à Raveaud
ou à Bessy, nous ne pensons pas que cette synthèse est compromise parce que les
conventionnalistes seraient davantage du côté du holisme ou du côté de l’individualisme, mais
tout simplement parce qu’il ne s’agit pas d’une synthèse. Il s’agit moins de synthétiser que de
faire coexister des réalités ou temporalités autonomes : d’un côté, la temporalité des
interactions de face à face où les acteurs s’ajustent dans des situations incertaines, d’un autre
côté, des interdépendances de groupes, de classes où se joue la création de cadres communs,
de conventions, d’institutions.
1.1.4. Une application particulière de l’approche conventionnaliste : l’analyse des
intermédiaires des politiques publiques d’emploi et du marché du travail
L’approche conventionnaliste trouve une application particulière au Centre d’Etudes de
l’Emploi, cet établissement public de recherche dépendant en partie du Ministère du travail,
de l’emploi et de la formation professionnelle, qui concentre nombreux défenseurs et
initiateurs de ce programme épistémologique : l’analyse des intermédiaires des politiques
publiques d’emploi et du marché du travail (Simonin, dir., 1995 ; Eymard-Duvernay et
Marchall, 1997 ; Bessy et Eymard-Duvernay, dir., 1997 ; Meyer, 1998 ; Gélot et Nivolle, dir.,
2000). Cette analyse des intermédiaires ne s’est pas concentrée exclusivement sur la France :
elle a fait l’objet d’analyses comparatives avec la situation au Royaume-Uni (Bessy et al., dir.,
82 Rappelons cependant, que chez Garfinkel (1967), l’interprétation du monde contribue directement à sa mise en forme :
décrire le monde c’est le construire, nous rappelle très justement Weller (1995).
102
2001), et d’analyses plus ciblées en Suisse (Badan et al., 2003) et en Belgique (Orianne et al.,
2004).
La distinction entre intermédiaires des politiques d’emploi et intermédiaires du marché du
travail repose essentiellement sur un découpage « institutionnel » entre les intermédiaires
« publics » (principalement le service public d’emploi : ANPE en France) et les
intermédiaires « privés » (cabinets de recrutement, agences privées d’intérim, consultants).
Cette distinction entre deux segments de l’intermédiation laisse apparaître deux réalités de
travail assez différentes et surtout deux activités spécifiques qu’il convient, dans un premier
temps, d’explorer séparément avec un même outillage théorique et méthodologique : d’un
côté, des activités de « placement », d’un autre côté, des activités de « recrutement ». D’un
côté, l’activité d’agents qui assurent la mise en œuvre des politiques publiques d’emploi, qui
« exécutent » la commande publique ; d’un autre côté, des agents qui assument des
« commandes privées » de sélection de candidats.
Ce découpage institutionnel présente évidemment des limites : lorsque l’on parle des activités
de placement des intermédiaires publics, il convient de distinguer, comme le précisent très
justement Caire et Kartchevsky (in Gélot et Nivolle, 2000), le « placement », au sens
juridique du terme, formalisé dans un contrat de travail, qui a toujours été du ressort de
l’employeur, et l’activité de placement, au sens anthropologique ou sociologique du terme, à
savoir une activité d’intermédiation et d’information sur les emplois. C’est bien entendu dans
cette seconde conception que le « placement » est envisagé par les conventionnalistes. Dès
lors, l’activité de placement et l’activité de recrutement ne diffèrent que par les cadres
organisationnels et institutionnels dans lesquels s’inscrit cette même activité
« interprétative », « informative », « cognitive », « connexionniste ».
Qu’est-ce qu’un intermédiaire ? Nous l’avons déjà évoqué, on trouve dans les travaux
pionniers d’Eymard-Duvernay et Marchal (1994) une trace évidente de l’emprunt de cette
notion à la sociologie des réseaux, en particulier de Michel Callon (1984). Eymard-Duvernay
et Marchal identifient, sur base d’observations fines des interactions entre agents et usagers
dans un organisme gestionnaire de logements sociaux soumis à des réformes inspirées du
secteur privé (décentralisation des activités, valorisation de l’initiative individuelle, nouvelle
orientation à l’« usager », outils de gestion évolutifs produits par les agents, …), deux formes
principales d’ajustement : les rapports d’intéressement et les rapports d’évaluation. Ces
auteurs définissent les dispositifs d’intéressement comme la prise en compte de l’intérêt des
personnes que l’on cherche à mobiliser dans le cadre d’une négociation, et les dispositifs
d’évaluation comme l’évaluation de la conformité des conduites en référence à des principes
généraux (Eymard-Duvernay et Marchal ; 1994, p15). C’est dans ce texte, probablement, que
l’on trouve l’origine de cet intérêt que portent les conventionnalistes à la notion
d’intermédiaire : les rapports d’intéressement identifiés par Eymard-Duvernay et Marchal, sur
base des travaux de Callon (1984), font apparaître les dispositifs « intermédiaires »
(intéresser = être entre) qui rendent possible la négociation des règles et des équipements et
donc l’enrôlement des acteurs.
C’est en ce sens qu’un intermédiaire, avant d’être un « agent local », est un dispositif.
Eymard-Duvernay (1997) définit un dispositif comme un « ensemble de routines incorporées
et d’objets qui conditionnent son usage par les acteurs » (Bessy et Eymard-Duvernay, 1997 :
17). « Nous entendons par dispositifs les outils et les compétences incorporées qui permettent
la diffusion et le traitement de l’information ». (Bessy et Eymard-Duvernay, 1997 : 19). Le
lien entre le concept d’intermédiaire et le concept de convention prend alors tout son sens,
dans la mesure où « la notion de convention permet (…) de mettre l’accent sur la construction
du contexte informationnel de l’action (…) La notion de convention permet de marquer la
103
pluralité des procédures cognitives ou règles de comportement susceptibles d’encadrer les
actions » (op. cit.). Ces auteurs insistent fortement sur le fait qu’un dispositif ou un réseau «
n’est pas fait que de liens interpersonnels, il est cristallisé dans des objets (…) qui
instrumentent les relations » (Eymard-Duvernay et Marchal, 1997 : 42). Bessy (1997) offre
un très bel exemple de cette problématique dans un article où il envisage le rôle de plusieurs
intermédiaires sur un segment du marché du travail, en l’occurrence le secteur de la
photographie. « L’analyse des processus d’apprentissage, liés à l’accès à différents espaces
de valorisation du travail du jeune photographe, fait émerger une pluralité de formes
d’évaluation des compétences que l’on peut comparer à celles en œuvre dans les situations
plus classiques de recrutement » (in Bessy et Eymard-Duvernay, 1997 : 279). Convaincu de
l’idée selon laquelle la valeur du travail dépend de son espace de valorisation, Bessy montre
que le « book » du photographe constitue précisément un espace de valorisation de ses
compétences. Le book est cet objet qui cristallise des liens interpersonnels et instrumentent les
relations, entre le photographe, son agent, ses clients.
Résumons-nous : un intermédiaire est donc un dispositif qui permet le passage d’une
convention à l’autre (Eymard-Duvernay et Marchal, 1997 : 35). Ce concept permet « de
rendre compte de la formation d’un collectif par des relations de proche en proche : des
dispositifs, et en particulier les objets, permettent de faire circuler des points de vue, leur
donnant de la solidité » (Eymard-Duvernay et Marchal, 1997 : 37). Mais la notion
d’intermédiaire renvoie également aux agents « locaux » qui sont intégrés dans ces dispositifs
et qui les incorporent, les construisent, les mobilisent, … L’« agent » intermédiaire, du
marché du travail ou des politiques publiques, se définit alors de manière minimale (voire
tautologique) par sa « fonction » d’intermédiation, son « rôle ». L’intermédiaire est un
entremetteur : « l’action d’un intermédiaire (…) vise à mettre en relation les individus, à les
amener à négocier pour favoriser l’émergence ou la reconnaissance de leurs compétences. Sa
professionnalité se situe dans sa capacité à créer une synergie entre les parties du
recrutement » (Eymard-Duvernay et Marchal, 1997 : 41).
Plusieurs études mettent l’accent sur le caractère non-simultané de cette relation
d’intermédiation, dans la mesure où elle s’exprime, la plupart du temps, dans des interactions
de face à face. Ainsi Caire et Kartchevsky (in Gélot et Nivolle, 2000) identifient trois phases
de cette activité d’intermédiation qui rend compte de son caractère non simultané : 1)
relations entre agent et demandeur d’emploi ; 2) relations entre agents de l’intermédiation ; 3)
relations entre agent et entreprise. Meyer (1998), quant à lui, parle d’une intermédiation à
« double détente » pour exprimer la fragmentation de cette relation triangulaire, découpée en
diverses séquences de face-à-face.
*
*
*
Nous proposons dès à présent de présenter les principaux résultats produits par ces analyses
conventionnalistes des intermédiaires des politiques publiques d’emploi et du marché du
travail.
§ 1.2. Les intermédiaires des politiques publiques
1.2.1. Les politiques d’emploi et leurs acteurs : une pragmatique de l’action publique
L’ouvrage collectif du Centre d’Etudes de l’Emploi Les politiques publiques d’emploi et leurs
acteurs, dirigé par Bernard Simonin (1995), constitue une application particulière de
l’approche conventionnaliste à l’analyse des politiques publiques, en particulier des politiques
104
d’emploi. Comme le proclame Annie Fouquet dans l’avant-propos, une idée forte, relayée par
la théorie, fait converger l’ensemble des observations : « entre la règle générale émise par
l’Etat et son application particulière ici où là, le rôle des acteurs est essentiel ». Bernard
Simonin précise la démarche dès les premières lignes de l’introduction : « les effets produits
par les politiques publiques d’emploi ne peuvent pas être compris sans une analyse fine de
l’action des nombreux agents qui participent à leur mise en œuvre ». Simonin nous rappelle à
juste titre que la focalisation sur les mesures est insuffisante pour évaluer les politiques
d’emploi : on ne peut se limiter à l’analyse des choix réglementaires opérés par
l’administration centrale lors de l’élaboration de la politique. Il convient également de ne pas
assimiler les entreprises et les demandeurs d’emploi aux consommateurs rationnels de la
théorie économique standard, ces « idiots rationnels » dont nous parle Sen (1993 : 87-116).
Eric Verdier (in Simonin, 1995 : 44) pointe trois pôles d’analyse privilégiés dans cette
perspective de recherche, centrée sur la mise en œuvre locale par les acteurs des politiques
publiques, qui retiendront toute notre attention : 1) les modalités de traduction,
d’interprétation et d’appropriation par les agents locaux ; 2) les compétences mises en œuvre
par les agents dans l’application de la politique publique ; 3) L’inscription de l’aide publique
dans les dynamiques territoriales (les transformations de l’action publique : l’importance
accrue du local).
Sur ce dernier point, Jean-Baptiste de Foucauld et Laurent Thévenot (pp319-349) tentent
d’examiner l’évolution des politiques sociales et la transformation de l’action publique,
s’interrogeant sur la légitimité de la localisation ou territorialisation de l’action publique :
« Les politiques nouvelles qui sont apparues au niveau local ont une double fonction. D’une
part, elles répondent à une nouvelle finalité, une nouvelle problématique sociale
correspondant à l’atomisation des rapports sociaux et au souci de faire face à la complexité
et de personnaliser les actions ; en ce sens elles sont légitimes. Mais elles ont aussi une
fonction de compensation de l’ensemble des dysfonctionnements étatiques. Les structures
publiques sont devenues si désordonnées qu’on a besoin, avant de faire quoi que ce soit,
d’organiser tout un réseau de partenariat dans des conditions de plus en plus complexes et
avec des risques de dysfonctionnement très forts » (p321). « L’inscription locale des
politiques sociales oblige aujourd’hui à une redéfinition du « social » qui ne serait plus
l’étayage d’un compromis entre grandeurs civique et industrielle mais engagerait des liens de
personnalité et de proximité susceptibles d’être mis en valeur selon une grandeur domestique
de la confiance » (p323). Mais l’hypothèse d’une transformation de l’action publique est tout
à fait secondaire dans cet ouvrage. Elle permet tout au plus de situer prudemment une série de
contributions relatives à l’émergence et à l’activité de « nouveaux » intermédiaires publics et
de ne pas se limiter au service public d’emploi (ANPE).
C’est ainsi que Edith Kirsch montre qu’avec la mise en place de conventions de formationprévention (FNE-prévention) destinées à l’adaptation professionnelle des travailleurs,
l’intervention publique a évolué vers de nouvelles sphères d’activités qui échappent à la
réglementation du service public (p75) : l’incitation, le conseil, la coopération avec les
entreprises. Baron et al. s’intéressent à la construction de réseaux locaux d’insertion qu’ils
définissent comme l’ensemble des relations d’échange et de coopération (p172), insistant sur
les échanges de mémoire au sein du réseau concourant à stabiliser un sens commun (p193).
La contribution d’Hélène Hatzfeld sur les entreprises d’insertion (pp235-259) tente de mettre
en évidence les compromis difficiles que les structures d’insertion opèrent localement entre
entreprise et marché, entre modèle « industriel » et modèle « marchand ». Cette
communication fait écho à celle de Robert Ardenti qui traite justement des difficultés que
rencontrent les intermédiaires pour intéresser les entreprises à utiliser les dispositifs
d’insertion, dans le cas particulier de mesures en faveur de l’insertion professionnelle de
105
travailleurs handicapés. La réussite d’une politique d’emploi dépend de la capacité des acteurs
à créer des liens de collaboration avec les entreprises, rendue possible par le développement
de « nouvelles » formes d’intermédiation.
Deux hypothèses principales guident les auteurs de cet ouvrage collectif. La première
hypothèse est relative à la place de la règle administrative dans le travail concret des agents :
« les règles contenues dans les mesures, les fonds publics mobilisés constituent des appuis à
leur action, non des déterminants rigides » (Simonin, 1995 : 20). Les règles sont des
ressources de coordination que les agents sont parfois amenés à détourner afin de les rendre
compatibles avec les orientations de long terme qui les guident. Dans cette approche, les
règles de droit n’ont pas d’effectivité automatique ; de par leur incomplétude, elles doivent
être mobilisées, interprétées, agies (Simonin, 1995 : 39). « Puisque l’efficacité des politiques
publiques n’est pas réductible à la bonne application des règles édictées au niveau central, il
faut s’intéresser à la complexité de l’action des agents et aux tensions qui résultent de la
nécessité pour eux de combiner différents principes d’action hétérogènes » (Simonin, 1995 :
Introduction XII). Comme le reformulera plus tard Laurence Lizé (2000), une mesure n’est
pas efficace en soi : son efficacité va dépendre des interactions entre usagers et agents.
La seconde hypothèse concerne l’« instabilité » des situations qui génère la complexité de
l’action des agents qui doivent équilibrer différents profils ou régimes d’action. En clair,
comme l’information sur le marché du travail est imparfaite et que les situations sont
instables, le résultat de la politique dépend donc largement de la bonne information qui circule
sur le marché. L’action des intermédiaires est alors déterminante : ce sont eux qui créent et
diffusent de l’information, stabilisent des situations et construisent de la négociation (des
espaces de négociation). Comme le souligne Emmanuelle Reynaud sans ironie (in Simonin,
1995 : 36-37), la prise de position théorique est en même temps une posture de recherche et la
conclusion substantielle : c’est au niveau local que le sens des mesures pour l’emploi se
détermine ; ce sont les acteurs locaux qui détiennent le sens d’une politique, c’est d’eux qu’on
peut apprendre et qu’on doit attendre des enseignements.
1.2.2. Les trois « ordres » de production du service public d’emploi :
La contribution de Bessy, Eymard-Duvernay, Gomel, Simonin est extrêmement
intéressante, car elle nous initie à la problématique de l’hétérogenèse machinique du service
public d’emploi, pour reprendre l’expression de Félix Guattari (1992). Les auteurs du C.E.E.
dégagent trois profils types d’action d’agents du service public de l’emploi en analysant les
formes de jugement auxquelles ceux-ci se réfèrent lorsqu’ils appliquent la politique
publique (in Simonin, 1995). Cette construction de profils intègre les critères d’évaluation de
l’action des agents, la qualification et l’expérience professionnelles dont ils sont dotés, les
mesures de la politique publique sur lesquelles ils s’appuient, les formes de relation qu’ils
entretiennent avec leurs « clients » (ici, les jeunes) et partenaires, ainsi que les supports de
leur jugement (ressources idéologiques, symboliques).
a) Le profil d’agent civique
Ce profil correspond à l’organisation traditionnelle de l’administration du travail, avec un
attachement très fort aux règles. L’agent civique produit de l’inscription de cas, de
l’enregistrement de situations. L’action des agents civiques est évaluée par rapport à la mise
en œuvre efficace et juste des règles du droit du travail ainsi que des règles découlant des
dispositifs d’intervention et de gestion (extension au profil de coordinateur). Les agents
civiques sont spécialisés par mesure et chaque mesure constitue le support juridique de
l’action. Les auteurs pointent comme principales qualités requises : la capacité d’application
106
du droit, la motivation sociale et la capacité d’établir des rapports de force, par exemple avec
les entreprises, ainsi qu’une maîtrise technique solide s’appuyant sur une connaissance
approfondie des dispositifs. Outre la mise en œuvre efficace et juste des règles de droit, les
agents civiques ont pour mission de contrôler la bonne application des règles de droit par
d’autres acteurs (comme les entreprises).
b) L’agent vendeur de contrats
Il centre son activité sur les incitations financières à l’égard des employeurs. L’agent vendeur
de contrats produit de la consommation de services. Son action est évaluée au nombre de
contrats placés auprès des entreprises. Les contrats sont des « produits » et les entreprises des
« clients » ; ces agents gèrent des « portefeuilles de mesures ». Les principales qualités
requises sont : la capacité de vendre des mesures, la disponibilité, le dynamisme et le sens des
contacts. Les liens avec les « clients » sont ponctuels ; la prospection se fait au jour le jour
afin de saisir les opportunités. L’agent vendeur de contrats fait de la publicité : il incite à la
consommation de mesures ou de services. La politique est celle du « guichet ouvert ».
c) L’agent de réseau :
Il cherche à établir des relations d’échanges durables et personnalisés avec les entreprises et
les autres acteurs des politiques publiques, en utilisant sa connaissance du milieu local.
L’agent de réseau produit de la production ; il produit des machines à produire, des réseaux de
production de services, des agencements machiniques hétérogènes. Son action est évaluée
suivant sa capacité à entretenir et à créer des réseaux au sein du SPE, dans le monde associatif
ou des entreprises, … Ces agents doivent avoir une bonne connaissance du milieu local afin
d’intéresser les représentants de différents réseaux (administratif, professionnel, de la
formation, …). Leur capacité d’interaction et d’ajustement est contrainte par la nécessité de
stabiliser les réseaux de relations. Les liens avec les « partenaires » de réseaux sont
personnalisés ou s’effectuent par l’intermédiaire de représentants, de passeurs, qui assurent la
connexion avec le SPE.
Les auteurs précisent que ces profils renvoient moins à des types d’agents, comme le suggère
la présentation de cette typologie, qu’à des registres d’action que mobilisent conjointement ou
successivement les agents du service public. En ce sens, les trois profils présentés renvoient
directement aux trois niveaux de production que repère Barbier dans ce même ouvrage : l’Etat
produit des réglementations – l’Etat produit du « lien social » - l’Etat produit des services
immédiats aux usagers (Barbier, in Simonin, 1995 : 83-86). Il est intéressant de mettre en
relation les « profils » de Bessy et al. et les « niveaux » de Barbier aux trois « ordres » de
production de l’inconscient machinique mis en évidence par Deleuze et Guattari dans L’AntiOedipe (1972-1973). En clair, le service public d’emploi doit être analysé comme une
« machine », aux composantes multiples et hétérogènes, qui ne cesse de produire de la
production (produire du lien, des réseaux, des machines à produire), de la consommation
(produire la consommation de services, de mesures, des biens), de l’enregistrement (produire
de l’inscription, du tri).
Ces travaux pionniers inviteront d’autres chercheurs à interroger l’articulation complexe de
ces trois ordres de production et les tensions qu’elle génère, dans le chef des agents et des
usagers, à souligner l’ambivalence du « rôle » de l’ANPE comme intermédiaire public du
marché du travail.
107
1.2.3. Le « rôle » de l’ANPE : produire du lien social ou produire de la consommation de
services ?
Laurence Lizé (1997 et 2000) s’interroge sur le « rôle » de l’ANPE comme intermédiaire
public : quel est le marché couvert par l’agence et quels modes d’intermédiation pratique-telle, se demande l’auteur ? Elle propose une typologie des appariements entre offres et
demandes d’emploi sur base d’une analyse statistique, qu’elle affine par des enquêtes de
terrain (in Bessy et Eymard-Duvernay, 1997). Dans une publication plus récente (Lizé, 2000),
elle affine encore ces réflexions et propose d’envisager trois « positions possibles » de
l’intermédiation publique : 1) simple fonction de mise en relation ; 2) action sur la demande
d’emploi (stages et formations) ; 3) action conjointe sur l’offre et la demande. Elle pointe
également trois types d’instruments mobilisés par les agents dans leurs relations avec les
employeurs : 1) leur connaissance des règles ; 2) leur capacité de sélection ; 3) la nature des
relations avec l’employeur. Elle construit enfin une typologie en deux axes, laissant apparaître
six types d’intermédiation : d’une part, un axe « stratégique » (stratégie de défense,
d’accompagnement ou de négociation), d’autre part l’intensité de la « maîtrise » de la relation
par l’agent (forte/faible). Comme le souligne Simonin (in Gélot et Nivolle, 2000), Lizé met en
évidence les opérations de traduction de cet intermédiaire public : l’ANPE retraduit en
« critères d’agence » les besoins exprimés par l’employeur afin de rapprocher l’offre des
demandeurs d’emploi inscrits à l’agence. Ainsi, les marges de manœuvre des agents
intermédiaires sont étroites mais pas inexistantes, puisque ceux-ci semblent disposer de deux
leviers d’action précieux : capacité à fournir des solutions d’embauche avantageuses pour les
entreprises (Lizé, 1997 et 2000) et capacité à assurer un premier tri (Bennarosh, 2000).
Legay et Monchatre (2000) montrent que malgré son apparente unité d’établissement public,
l’ANPE présente une grande diversité de situations d’agences locales. L’« élasticité » du rôle
de l’ANPE à l’échelle locale, nous disent-elles, tient largement à la pluralité de ses missions.
Il ne fait aucun doute, pour ces chercheuses du CEREQ, que les pratiques indigènes
constituent le niveau pertinent de l’analyse ; cependant, « les ajustements locaux ne sont pas
réductibles à la somme des jugements portés par les agents sur des mesures destinées aux
employeurs. Des effets de territoires semblent également à l’œuvre » (Legay et Monchatre,
2000 : 41). De cette diversité d’ajustements locaux lors de la mise en relation de l’offre et de
la demande locales d’emplois, les auteurs retiennent deux systèmes d’intermédiation qui
positionnent l’ANPE dans des rôles marchands ou civiques : un système dominé par une
logique publique (lutte contre le chômage de publics en difficulté) et un système dominé par
une logique privée (au service de l’offre). Ces constats font directement écho aux travaux de
Simonin (1995) qui s’attachaient à faire ressortir les tensions éprouvées par les agents, entre la
recherche d’efficacité marchande et le maintien du principe d’égalité d’accès à l’aide
publique, entre le quantitatif et le qualitatif (Simonin, 1995 : 63)
On ne manquera pas de mentionner les travaux de Meyer (1998) qui présentent l’intérêt de
comparer deux types d’intermédiaires publics du marché du travail : d’une part, les Agences
locales pour l’emploi (ANPE), et d’autre part les Permanences d’accueil d’information et
d’orientation (PAIO) et les Missions locales (ML). L’analyse des processus de mise en
relation de l’offre et de la demande d’emploi, dans ces deux types d’institutions publiques
pour l’emploi, est centrée sur une catégorie bien particulière de public cible : les jeunes de
moins de 26 ans. L’auteur commence par pointer deux logiques organisationnelles distinctes :
1) le paradigme « gestionnaire » de l’ANPE, qui s’exprime entre autres par des changements
de vocabulaire significatifs (clients, parts de marché, …), 2) le paradigme « social » des ML
et PAIO, caractérisé par une approche globale de l’individu (processus relationnel de
socialisation). Il rapproche ensuite ces logiques organisationnelles des « cités » mises en
évidence par Boltanski et Thévenot : d’un côté, la cité marchande (l’ANPE), et d’un autre
côté, la cité domestique (ML et PAIO). L’auteur nous rappelle, à ce propos, toute l’ambiguïté
108
du rôle de l’agence vis-à-vis des employeurs qui oscille constamment entre partenariat et
sous-traitance.
Meyer insiste sur le fait que les conventions, les cadres communs, qui stabilisent le travail
d’intermédiation, se réfèrent « non pas à un monde exclusif mais à des mondes disparates,
qu’ils vont articuler entre eux pour assurer un compromis » (Meyer, 1998 : 359). L’auteur
envisage le service public d’emploi comme la figure (ou le masque) d’un compromis qui
s’organise autour de l’usager. Selon lui, les mondes civique et industriel doivent toujours être
articulés au monde marchand dans le cas de l’ANPE, et au monde domestique dans le cas des
missions locales et PAIO. « Contrairement au monde marchand qui structure la convention
des agents de l’ANPE, les conseillers des missions locales et PAIO justifient leur cohérence
procédurale et leur efficience professionnelle par une rhétorique qui s’appuie sur le
paradigme de la prise en charge psychologique. Cette manière de définir son action renvoie
typiquement au monde domestique. (…) L’établissement de diagnostics, de conseils, repose
sur une éthique professionnelle de non-jugement, de secret professionnel, qui garde ‘au sein
de la famille’ les informations confidentielles échangées » (Meyer, 1998 : 358).
On ne peut évidemment que regretter cet usage un peu réducteur des catégories d’analyse de
Boltanski et Thévenot (1991). La théorie des cités apparaît alors comme une sorte de « Venus
de Milo à tiroirs », une théorie esthétisante et classificatoire. La citation de Meyer (p358) est
d’ailleurs symptomatique des difficultés que pose cet usage très approximatif de l’idéal type :
les données empiriques qui n’entrent dans un aucun tiroir sont éliminées. L’auteur parle d’un
paradigme de la prise en charge psychologique, « clinique » pourrait-on dire, mais il ne retient
de cette « image » du médecin (ou clinicien) de « famille » que la dimension « domestique ».
Par manque de catégories ou de tiroirs (il n’existe pas encore à ce jour de « cité clinique »), la
dimension clinique est évacuée, ou écrasée, changée en un improbable résidu.
1.2.4. La production d’enregistrement : l’ANPE comme machine à trier les chômeurs et les
offres d’emploi
a) Le traitement des offres :
Delfini et Demazière (2000) se sont intéressés au traitement de l’offre de l’ANPE, mettant en
évidence la diversité des logiques d’intermédiation. Si le travail des agents de base (en contact
avec les usagers) ne se réduit pas à la mise en œuvre des injonctions nationales, dans la
mesure où la mission de placement nécessite un travail d’interprétation qui n’a rien
d’automatique, leur autonomie est cependant « relative », et s’exprime dans les divers
processus de catégorisation, à l’œuvre dans les tris et sélections des demandeurs en vue de
leur placement. L’analyse du traitement des offres vient ici éclairer le processus
d’intermédiation.
Les auteurs s’interrogent sur la mission de l’agence : s’agit-il d’une aide ou d’un pourvoi des
postes vacants par l’identification des besoins de l’entreprise et le traitement de l’offre
d’emploi ? La mission est ambiguë, tendue entre des critères de performance et des critères
d’égalité ou d’équité : d’un part, l’objectif qui consiste à accroître les parts de marché de
l’agence, augmenter les taux de satisfaction des offres et, d’autre part, l’objectif de lutte
contre l’exclusion. Ce dilemme alimente une diversité de logiques d’action. Pour rendre
compte de cette diversité, les auteurs proposent une typologie des modes d’intervention de
l’ANPE croisant deux variables : 1) l’objectif prioritaire (satisfaction de l’offre ou soutien au
demandeur) ; 2) les formes de négociation avec les offreurs (domination ou régulation). La
typologie articule ainsi quatre logiques ou formes d’intermédiation :
- Une logique commerciale (augmenter les parts de marché) qui se caractérise par une
absence de négociation sur les offres et une adaptation au marché
109
-
Une logique informationnelle qui se caractérise par une absence de négociation sur les
offres et une instrumentalisation par le marché
Une logique d’expertise qui se caractérise par une négociation sur les offres et une
structuration du marché
Une logique de justice sociale (contre sélective) qui se caractérise par une négociation
sur les offres et un rééquilibrage du marché
b) Le tri des chômeurs
Fortement inspirée par les travaux de Demazière relatifs à la catégorisation des chômeurs
(Demazière, 1992 & 1995), Yolande Benarrosh (2000) s’intéresse au « tri » des chômeurs, qui
résulterait d’un nécessaire consensus des acteurs de l’emploi. Les intermédiaires doivent être
envisagés comme des « transmetteurs de normes », les normes de l’employabilité /
inemployabilité, auprès des chômeurs amenés à les intérioriser de diverses manières.
Dans cette analyse du processus de catégorisation des publics à l’ANPE, l’auteur montre que
l’agence commence invariablement par définir ceux pour lesquels cette institution ne peut
rien, ce qui entraîne leur « invisibilisation ». Elle montre que ce premier tri opéré par l’agence
constitue une sorte de synthèse, de compromis entre les critères des employeurs, les
orientations de la politique d’emploi, et la gestion quotidienne de flux importants de
demandeurs d’emploi. Elle analyse les « critères minimum d’employabilité » qui régissent ce
premier tri opéré par l’agence : le chômeur doit être autonome et avoir un projet (ciblé). La
situation décrite ne manque pas d’absurdité dans la mesure où les chômeurs les plus
autonomes n’ont pas besoin de l’agence et l’agence ne sait trop que faire des demandeurs
d’emploi qui ne sont pas autonomes. L’auteur montre que le chômeur sans demande est
systématiquement laissé à lui-même car, comme en conviendraient les agents, le chômeur
sans demande doit faire son apprentissage, sa propre expérience de l’agence, personne ne peut
le faire à sa place, sinon il ne serait ni « demandeur » ni « autonome ». Elle insiste sur la
psychologisation du traitement du chômage : individualisation, valorisation du travail sur soi
et de l’univers thérapeutique. Les « maux » à diagnostiquer et traiter sont les inaptitudes à
chercher un emploi. Ceci nous renvoie aux interrogations de Didier Demazière relatives aux
impératifs cliniques du traitement du chômage (Demazière, 1995 : 79). Nous développerons
plus loin cette problématique du traitement clinique du chômage sous l’angle de la
construction professionnelle des « troubles de l’employabilité ».
Yolande Benarrosh, quant à elle, s’intéresse davantage à la problématique des « trappes
d’inemployabilité », une autre manière de poser le problème des « trappes de chômage » ou
« trappes à inactivité ». Yolande Benarrosh (2003) revient sur cette question dans un article
plus récent intitulé Les « trappes d’inactivité » : chômage volontaire ou chômage de
résistance ? Elle commence par rappeler les interprétations du chômage qu’une institution
comme l’OCDE véhicule : l’homo oeconomicus a un rapport essentiellement instrumental au
travail (intérêt financier) ; les systèmes de protection sociale sont trop généraux. Elle nous
rappelle, à juste titre, que le rapport au travail est un rapport au monde qui ne peut se résumer
à l’intérêt financier. En ces termes, pourquoi les gens « choisissent »-ils de dire non à un
emploi ? L’hypothèse de l’auteur est la suivante : dire non à un emploi, c’est souvent résister
aux précarités, à l’idée de « travailler à tout prix », ce qui, dès lors, peut être perçu comme une
recherche de stabilité professionnelle (future). L’auteur pointe enfin tous ceux pour qui il n’y
aurait plus le choix, ces chômeurs passés aux oubliettes, aux « trappes d’inemployabilité »,
victimes d’une invisibilisation résultant du processus de catégorisation.
*
*
*
110
Une grande part de ces travaux consacrés aux intermédiaires publics du marché du travail
souligne les relations de concurrence entre les intermédiaires publics et les agences privées de
placement. Ce constat nous initie à la problématique de la concurrence interprofessionnelle
sur un même segment du marché du travail. Bien que cette problématique, relevant davantage
de la sociologie des professions, ne soit pas explicitement traitée dans l’approche
conventionnaliste, la mise en perspective de ces deux groupes de travaux donnera lieu
ultérieurement à des interrogations nouvelles (Gélot et Nivolle, 2000). Existe-t-il une
profession d’intermédiaire ? La professionnalisation des intermédiaires est-elle possible ? La
professionnalité fait-elle le professionnel ?
§ 1.3. Les intermédiaires « privés » du marché du travail
Dans la foulée des analyses des intermédiaires publics et de l’activité de placement, les
conventionnalistes explorent l’activité de recrutement des intermédiaires privés. Deux
ouvrages de référence publiés en 1997 concentrent les efforts déployés dans cette direction
empirique parallèle : l’ouvrage de Eymard-Duvernay et Marchal Façons de recruter. Le
jugement des compétences sur le marché du travail, et l’ouvrage collectif dirigé par Bessy et
Eymard-Duvernay au titre plus convenu Les intermédiaires du marché du travail.
L’activité de recrutement est-elle entièrement déterminée par la technique et le marché, ne
laissant aucune marge de manœuvre aux recruteurs ou, à l’inverse, cette activité est-elle
totalement aléatoire, arbitraire, entièrement déterminée par l’incertitude des situations et
l’intuition irréductible des acteurs ? Il va sans dire, que les auteurs développent ici une
approche non déterministe de l’activité de recrutement, une approche constructiviste qui met
l’accent sur la variété et variation des formes de jugement. Suivant la voie des
interactionnistes et ethnométhodologues qui s’étaient intéressés à la formation du jugement
dans les arènes médicales (Goffman, Becker, Dodier), scientifiques (Latour) judiciaires
(Garfinkel), éducatives (Coulon), administratives (Joseph et Jeannot, Weller), sociales
(Astier), financières (Wissler) …, ces auteurs s’intéressent à la compétence des « juges », ces
recruteurs qui jugent les compétences des candidats. « Notre domaine d’investigation est
constitué par les épreuves au cours desquelles les acteurs portent un jugement sur les
compétences » (p11). Insistant sur la pluralité des informations qui sont mobilisées dans la
relation de travail, ces auteurs nous invitent à prendre en compte le rôle « cognitif »
(interprétatif) de ces intermédiaires, dans la mesure où ils véhiculent l’information utile pour
l’action. Ces intermédiaires ont également un rôle « actif » sur le marché, contribuant à sa
construction par des relations de proche en proche, d’appariements « locaux », que l’approche
néoclassique, en terme d’équilibre macroéconomique entre offre et demande passe largement
sous silence (Eymard-Duvernay et Marchal, 2000).
On trouve dans ces travaux toute une série d’analyses descriptives du travail des experts en
recrutement, en particulier de leur activité interprétative et des « étiquetages » qui résultent de
leur travail. L’intention est explicite : dénaturaliser l’expertise en mettant en évidence la
fragilité des repères sur lesquels s’appuient les experts pour juger les compétences des
individus. La rationalité du recruteur est limitée, les situations de travail de ce professionnel
sont instables, l’information sur le marché est incomplète, les conventions de compétences sur
lesquelles ils s’appuient sont multiples et contradictoires. Deux opérations ordinaires dans les
situations de recrutement sont généralement envisagées : le classement des candidatures
générées par la publication d’une annonce et la soumission des candidats à des épreuves de
recrutement.
111
1.3.1. Conventions de compétence et cartographie des « façons de recruter »
Pour ces auteurs, il est évident que les compétences n’ont pas d’existence autonome, détachée
de leur évaluation. « La notion de convention (…) vise à propager l’idée que la compétence
n’est pas une ressource « naturelle », mais résulte d’accords, et en particulier d’accords
collectifs » (p230). « Il n’y a pas de compétence existant préalablement au jugement et qu’il
s’agirait de découvrir : le jugement contribue à la formation de la compétence » (EymardDuvernay et Marchal, 1997 : 12). En clair, la valeur du travail dépend des cadres dans
lesquels il est évalué.
Ces auteurs s’intéressent incontestablement à la pluralité des modes d’évaluation de la qualité
du travail, comme en témoigne la première partie de l’ouvrage collectif dirigé par Bessy et
Eymard-Duvernay (1997). L’article de Eymard-Duvernay commence par dresser une revue de
la littérature relative aux principaux modèles de la « nouvelle économie du travail » centrée
sur les problèmes d’information dans les relations de travail. Pour l’auteur, la pluralité des
formes des relations de travail ne peut se réduire au modèle unique du « marché » ou, dans les
approches plus récentes, au modèle du « contrat ». La notion de convention est ainsi mobilisée
pour rendre compte des formes de relation qui ne relèvent ni du marché, ni du contrat. La
contribution de Bessy présente une analyse statistique de la pluralité des relations de travail ;
cette observation statistique permet à l’auteur de dégager des « cadres de référence » de la
relation de travail. Quant à Guillemette de Larquier, elle nous propose, dans une perspective
macroéconomique, une typologie des appariements sur le marché du travail entre postes
vacants et candidats disponibles : 1) les appariements marchands (p65), généralement à court
terme, qui reposent sur une information rudimentaire (comme le prix) qui circule dans un
espace large ; 2) les appariements industriels (p72) qui nécessitent une information
approfondie et nouent des rapports de long terme ; 3) les appariements domestiques (p78) qui
s’appuient sur des réseaux de liens interpersonnels où la confiance joue un rôle essentiel.
Comment articuler dans l’analyse ces différents cadres d’évaluation dont dépend la valeur du
travail ? Eymard-Duvernay et Marchal (1997) proposent une cartographie des régimes
d’action du recruteur en deux axes : le premier axe oppose la négociation à la planification
des compétences, le second met en regard l’individualisation des compétence et son
inscription dans un cadre collectif. Cette cartographie permet ainsi de contraster quatre façons
de recruter, quatre modèles ou cadres d’évaluation des compétences :
1) Le cadre d’une institution : le jugement est référé à des règles (incomplètes, nécessitant
l’interprétation) qui mettent en relation des catégories générales et des objets, le recruteur
apparaît comme un régulateur, le candidat est « traduit » par sa qualification.
2) Le cadre du marché : le recruteur est un sélectionneur, un genre d’idiot rationnel qui
intensifie la concurrence entre les candidats et tente d’évaluer, et donc de retenir uniquement
les aptitudes individuelles des candidats.
3) Le cadre du réseau : au sein d’une configuration relationnelle, le recruteur apparaît comme
un médiateur qui considère que les compétences des acteurs sont distribuées dans le réseau de
relations.
4) Le cadre de l’interaction : dans la relation de face à face, le recruteur cherche à établir une
relation de confiance en prenant appui sur son intuition, le jugement apparaît comme un ordre
négocié, au sens de Strauss, un produit émergeant de la configuration relationnelle de face-àface. Dans ce cadre, les compétences sont émergentes car elles résultent du déroulement de
l’interaction. Le chapitre cinq de Façons de recruter traite exclusivement de cette
problématique : l’intuition apparaît comme une forme de jugement qui émerge de l’interaction
112
et le recruteur comme un expert en « bonnes vibrations », en « feeling » (Eymard-Duvernay et
Marchal, 1997 : 157).
Les auteurs introduisent précisément la notion de « conventions de compétence » pour
exprimer la pluralité des registres ou cadres entre lesquels le recruteur doit arbitrer, mais aussi
pour rendre compte de la formation incertaine d’un équilibre entre ces différentes formes. Les
conventions de compétence, précisent ces auteurs, sont actualisées dans des dispositifs
constitués d’objets techniques qui configurent des relations entre les personnes (EymardDuvernay et Marchal, 1997 : 31).
Cette typologie ne sert pas uniquement à rendre compte de la variété des formes de jugement
(dans une perspective synchronique) mais également de la variation des conventions de
compétence (dans une perspective diachronique) : les passages d’un mode de jugement à un
autre, dans une temporalité courte (variation micro : dans le cadre d’un recrutement) ou dans
une temporalité plus longue (transformation macro : de la qualification à la compétence). Ces
auteurs nous rappellent que la notion de compétence est aujourd’hui mobilisée pour mettre en
valeur les caractéristiques personnelles des agents, au-delà des appartenances collectives.
« Ces formes d’évaluation font apparaître de nouvelles incertitudes, tenant en particulier à la
difficulté d’extraire l’activité d’un individu de son contexte » (Eymard-Duvernay et Marchal,
1997 : 11). Comme le montre Philippe Zarifian (1999), de nouveaux référentiels de
compétence apparaissent faisant abstraction des postes de travail. « Les qualifications
professionnelles ne sont pas considérées comme un appui déterminant pour l’insertion.
L’essentiel des compétences du candidat réside dans sa personnalité, qu’il doit être capable
de valoriser en décrochant un entretien au téléphone et en face à face. Les stagiaires sont
incités à gommer leur passé pour se centrer sur l’élaboration d’un projet professionnel »
(Eymard-Duvernay et Marchal, 1997 : 46).
En ce sens, dans le chapitre 6 de ce même ouvrage, Eymard-Duvernay explore une branche de
la psychologie qui s’intéresse à l’enregistrement et la mesure des aptitudes individuelles, et
montre que les dispositifs élaborés produisent une discrimination maximale entre les individus
et cadrent relativement bien avec la logique de marché : ces dispositifs contribuent
83
directement à extraire la compétence individuelle des contextes organisationnels . Le modèle
du psychotechnicien cristallise cette conception individualiste des aptitudes qui tente de courtcircuiter les dispositifs des organisations (Eymard-Duvernay et Marchal, 2000). C’est
précisément cette neutralisation des contraintes (et ressources) institutionnelles et
organisationnelles qui contribue à la valorisation du « modèle de compétence » (Zarifian, op.
cit.).
1.3.2. Les grammaires du marché et les opérations de traduction
Ces auteurs ne cessent de nous rappeler que l’activité de recrutement se situe entre
l’évaluation des compétences par les critères du marché et ceux de l’entreprise. Une
hypothèse forte sous-tend ce refrain : la valeur du travail varie fortement selon que l’on se
place dans le cadre de l’entreprise ou dans celui du marché. « Le jugement opéré dans une
situation de marché diffère donc structurellement de celui opéré dans un cadre d’entreprise,
parce qu’il extrait le travail des interdépendances propres à l’entreprise » (EymardDuvernay et Marchal, 2000 : 412).
L’étude de cas présentée dans le deuxième chapitre de Façons de recruter rend compte de
cette problématique. L’analyse de cette opération de recrutement par annonce permet
83 Dans leurs travaux antérieurs, Eymard-Duvernay et Marchal évoquaient déjà, dans un autre contexte, cette problématique
de l’évaluation « objectivée » par dispositifs exogènes (tableaux de bord d’indicateurs) qui tend à « extraire l’activité de son
contexte de réalisation » (Eymard-Duvernay et Marchal, 1994 : 26).
113
d’identifier les différents procédés de traduction réalisée par le recruteur en relation avec
l’employeur, dans la construction du profil assez vague de « bras droit » recherché par une
PME (entreprise d’emballage). Les auteurs montrent que le poste décrit par l’employeur au
consultant, ainsi que les critères qu’il retient, appartiennent à l’univers de son entreprise et ne
sont pas directement compréhensibles en dehors du réseau relationnel dans lequel ils
s’inscrivent. Le consultant en recrutement doit donc traduire un contexte relationnel en
critères de marché, selon les « grammaires du marché » (p76). Ces opérations de détachement
du poste de son cadre organisationnel et de retranscription des exigences de l’employeur en
standard de marché aboutissent, dans le cas analysé, à la juxtaposition de deux langages de
description, rendant ainsi compte des difficultés à trouver un langage commun. Lors de la
sélection du candidat, les auteurs s’aperçoivent qu’une fois opérées, les traductions
nécessaires à la construction du profil « acquièrent leur autonomie et fonctionnent comme des
« boîtes noires », le contexte de relations dont ils ont émergé étant oublié » (EymardDuvernay et Marchal, 1997 : 67-68). Ces « passages bricolés de l’entreprise au marché »
(Eymard-Duvernay et Marchal, 2000), cette « théorie » relationnelle qui fonde l’accord, ces
traductions s’évanouissent invariablement, aux yeux des acteurs, dans ce mouvement
d’objectivation.
1.3.3. Le recrutement : un processus discontinu, des résultats différenciés
Afin de « dénaturaliser l’expertise », comme se proposent ces auteurs, ou de démystifier sa
prétendue rationalité, il est intéressant de faire apparaître l’activité de recrutement comme un
processus hétérogène, discontinu, fragmenté, segmenté, afin de convaincre le lecteur de
l’incertitude « réelle » (pas uniquement théorique) inhérente à ces situations. « Le recrutement
n’est pas un processus de cumul d’une information homogène au cours de différentes phases :
il y a une pluralité d’informations conduisant à une pluralité de processus de décisions »
(Bessy et Eymard-Duvernay, 1997 : 21). Dès lors, l’information n’est pas cumulable d’un
dispositif à l’autre.
L’étude de cas présentée dans le troisième chapitre de Façons de recruter illustre cette
ambition, rendant compte des différentes phases de déroulement de l’opération de recrutement
: définition du profil du poste, publication de l’annonce, tri des candidatures, entretiens,
transmission du jugement du consultant à l’entreprise, réaction de l’entreprise. Emmanuelle
Marchal montre que l’action du recruteur ne progresse pas de façon linéaire au rythme des
différentes phases du recrutement. « Dans le cas étudié, la chaîne de recrutement n’est pas
continue. L’absence de liens de confiance entre le consultant et l’entreprise induit des
discontinuités, et donc un choix final hasardeux qui reste obscur pour le chercheur »
(Eymard-Duvernay et Marchal, 1997 : 112). La qualité de l’information produite par le
recruteur dépend de sa capacité à créer des liens de confiance avec l’entreprise. Ce constat
nous renvoie au constat relatif aux intermédiaires publics : l’efficacité de la politique publique
mise en œuvre par l’intermédiaire dépend également de la capacité de cet intermédiaire à
intéresser les entreprises, à tisser des liens durables avec les employeurs.
Bessy s’est justement intéressé aux coûts de l’intermédiation dont la variabilité influe sur la
qualité. Prenant un échantillon de cabinets de recrutement, il s’aperçoit immédiatement qu’un
critère différencie nettement ces cabinets : le prix de leurs prestations. L’auteur montre alors
que ces écarts de prix traduisent des modes d’intermédiation différents, avec des
conséquences importantes sur le fonctionnement du marché du travail (Bessy et EymardDuvernay, 1997 : 129) : les cabinets chers contribuent à constituer, créer de « nouvelles »
informations sur le marché alors que les cabinets bon marché mobilisent des informations déjà
114
existantes qu’ils se bornent à diffuser. L’auteur esquisse alors quatre type de formes
d’intermédiation opérée par les cabinets (op. cit.: 136) : 1) les interactions orientées vers la
création d’un profil de compétences propre à l’entreprise ; 2) les interactions conduisant à la
construction d’un micro-marché ; 3) l’intermédiation basée sur des engagements personnels ;
4) l’intermédiation basée sur des dispositifs standard.
Pascale Turquet (in Bessy et Eymard-Duvernay, 1997) s’interroge également sur la nature des
informations mobilisées par des entreprises de travail temporaire (dans le bassin de Rennes)
sur les intérimaires et les entreprises clientes. Partant de l’idée selon laquelle la précarisation
du travail a des effets sur le mode de jugement des compétences et contribue à instituer une
nouvelle façon de qualifier les individus, l’auteur analyse les formes de jugement que ces
agences contribuent à instaurer sur les compétences des candidats. Elle identifie deux types
d’entreprises de travail temporaires : 1) les « nationales » qui s’appuient sur des fichiers
nationaux de candidats classés selon des critères formalisés ; 2) les « locales » qui mobilisent
des relations de longue durée génératrices de confiance entre les intérimaires et les entreprises
clientes.
1.3.4. Les conditions d’équilibre du jugement
En contrepoint de l’étude de cas présentée par Emmanuelle Marchal qui témoigne des
discontinuités du processus de recrutement, un autre exemple, présenté à nouveau par
Emmanuelle Marchal, constitue un véritable cas d’école qui exemplifie la pluralité des formes
de jugement et la recherche d’un jugement équilibré entre ces différentes formes. Ici, le
consultant travaille régulièrement avec son client ce qui, selon les auteurs, favorise la
continuité de la chaîne, la possibilité pour le recruteur de faire varier les supports de son
jugement, la résolution des tensions entre les différentes façons de recruter (EymardDuvernay et Marchal, 1997 : 143). Ce cas de figure invite à la généralisation. Qu’est-ce qui
permet de distinguer un « bon » intermédiaire (ou une bonne intermédiation) d’un « idiot
rationnel » ? Pour ces auteurs, il ne fait aucun doute que le recruteur se comporte comme un
idiot rationnel lorsqu’il est éloigné de l’entreprise (de son contexte relationnel) et qu’il
applique des outils de marché, des procédures d’apparence rationnelle pour aboutir à un
résultat qui ne l’est pas (Eymard-Duvernay et Marchal, 2000).
Cet exemple est également l’occasion de s’interroger sur les conditions d’équilibre du
jugement. A quelles conditions un jugement est-il juste ? Il doit, entre autres, pouvoir
s’exprimer dans des justifications générales, emporter la conviction, être orienté vers la
satisfaction des intérêts mutuels. Dans la lignée des travaux de Boltanski et Thévenot, ces
auteurs s’intéressent aux « grammaires politiques de l’accord », à ces contraintes qui pèsent
sur le jugement et aux ressources qui l’alimentent.
Ces questions amènent à considérer ces travaux conventionnalistes sur les intermédiaires du
marché du travail comme un moyen détourné de traiter la question de la discrimination,
comme un « déséquilibre qui résulte d’un appui excessif sur certaines formes de jugement »
(p15). Comme le montrent ces auteurs, « le comportement discriminatoire n’est pas lié à la
méthode utilisée ou à l’attitude du recruteur qui serait plus ou moins impartial. Il provient de
ce qu’il préjuge des compétences des individus, en s’appuyant sur des données
irréversiblement attachées à leur personne ou considérées comme telles » (p16). Les
jugements déséquilibrés « résultent donc de l’irréversibilité d’une forme de jugement, qui ne
permet plus de faire varier les conventions » (p49). Les auteurs militent ainsi pour un marché
du travail composé de dispositifs hétérogènes permettant des passages d’une forme de
jugement à une autre (p226). Cependant les auteurs s’accordent sur le fait que le marché est
sans doute la forme la plus discriminante de jugement. « L’entreprise et le marché
115
correspondent à deux contextes informationnels différents qui induisent des modes différents
de jugement sur les compétences » (Bessy et Eymard-Duvernay, 1997 : 27). « Le marché est
plus « discriminatoire » que l’entreprise. (…) On peut donc inférer que la diffusion des
dispositifs de marché, aux dépens des dispositifs d’entreprise, amplifie le chômage de longue
durée : elle favorise l’établissement d’une frontière stable entre individus aptes et inaptes »
(Bessy et Eymard-Duvernay, 1997 : 28).
1.3.5. Des marchés du travail équitables ?
Eymard-Duvernay et Marchal (1997) concluent leurs premiers travaux sur les intermédiaires
du marché du travail en les reliant à la problématique du chômage. Selon eux, le chômage ne
résulterait pas uniquement d’une pénurie globale et inéluctable d’emplois, mais de nouvelles
manières « plus discriminantes » d’évaluer le travail. Cette conclusion provisoire constitue, en
réalité, le point de départ des réflexions et travaux ultérieurs sur les intermédiaires.
L’introduction de l’ouvrage collectif dirigé par Bessy et Eymard-Duvernay, publié également
en 1997, juste après celui d’Eymard-Duvernay et Marchal, le montre clairement. L’idée de
départ est la suivante : le volume global d’emplois n’est pas le seul paramètre pertinent pour
rendre compte du chômage de masse. Ces considérations quantitatives ont tendance à occulter
les dimensions qualitatives des transactions de marché, et leurs répercussions sur le volume
global. L’approche néoclassique focalise l’attention sur les rigidités, liées à des situations de
monopoles, qui entravent le bon fonctionnement du marché : les systèmes de protection
84
sociale qui réduisent la concurrence entre les salariés .
L’approche met ici l’accent sur d’autres types de dysfonctionnement liés à des problèmes
d’information. « L’étude des intermédiaires du marché prend tout son sens dans cette
perspective : ils jouent un rôle important dans la mobilisation de l’information utile pour les
échanges » (Bessy et Eymard-Duvernay, 1997, Introduction : VII). Ces auteurs défendent,
comme nous l’avons déjà évoqué, une approche pluraliste du marché du travail, qui permet la
confrontation de différentes formes de coordination : « Le cœur de l’approche développée est
la confrontation de plusieurs principes d’évaluation de la qualité du travail. Une idée simple
est explorée : le chômage résulte de processus de sélection de la main-d’œuvre » (EymardDuvernay, 2001 : 271-272). Quels sont alors les dispositifs d’évaluation qui génèrent du
chômage ?
Un premier ensemble de travaux fait apparaître, sur base d’une analyse comparative
(France/Royaume-Uni) de l’évolution des taux de chômage au cours de années 1990,
l’accroissement des inégalités dans les deux pays, suivant des formes différentes. Guillemette
de Larquier met ainsi en évidence deux types de dualisation de la main-d’œuvre renvoyant à
deux figures différentes de la flexibilité (pp39-40) : la précarité des statuts individuels en
France (la force du lien avec l’employeur : logique de marché interne), et la flexibilité des
salaires au Royaume-Uni (logique de marché externe). Olivier Thévenon identifie deux
84 Pour ces auteurs, l’interprétation néoclassique que véhicule l’OCDE sur la persistance du chômage en Europe est
insatisfaisante : « les marchés du travail européens ne seraient pas assez flexibles, ce qui induirait des défauts d’ajustement
et un chômage structurel » (Bessy et al., dir., 2001 : 9). Ces auteurs ne se privent pas de « tirer sur un fantôme », dans la
mesure où Freyssinet (2004 [1998]) et Fitoussi (1995) avaient déjà largement contesté ce diagnostic. Les travaux de
Boltanski et Thévenot permettaient également de ne plus considérer le marché « comme une forme de coordination
universelle, mais comme une forme de coordination adaptée à une conception particulière du bien » (Bessy et al., dir., 2001 :
11). Ce qui est « nouveau » au sein de l’école conventionnaliste, c’est essentiellement la lecture attentive des
institutionnalistes américains (Hall, Olsen, DiMaggio, Powel) qui nourrit un projet théorique ambitieux : esquisser une
théorie des « institutions du marché du travail » qui permette de renouveler la critique de la théorie néo-libérale. Cette
ambition exemplifie, une fois encore, le passage des conventions aux institutions qu’opèrent ces conventionnalistes de la
première heure, ou le passage d’une théorie de la justification aux théories de la justice (essentiellement les influences de
Rawls et de Sen), d’un acteur réflexif à un « sujet moral » (Boyer, 2003).
116
logiques d’intégration des femmes sur le marché du travail : un compromis « domestiquecivique » en France et un compromis « domestique-marchand » au Royaume-Uni. Il montre
que ces deux « modèles » de valorisation du travail féminin génèrent deux « types »
d’inégalité : un accès inégalitaire à l’emploi en France et une segmentation inégalitaire du
marché du travail au Royaume-Uni. Florence Lefresne, quant à elle, s’intéresse aux catégories
de l’action publique (en direction de jeunes), dans ces deux pays, dans la mesure où elles sont
porteuses « d’un système de représentations de l’entreprise, du fonctionnement du marché du
travail et de l’accès à la relation salariale » (p121). Cette chercheuse de l’IRES construit
alors une typologie des catégories de l’action publique en croisant deux variables (p136) :
d’une part, la manière dont l’employeur qualifie le jeune (opérationnalité, formation, pression
sur le salaire), et d’autre part, le registre d’action publique (incitation financière vis-à-vis de
l’employeur, contrainte vis-à-vis du chômeur ou réglementation négociée).
Ces analyses quantitatives sont éclairées par un second ensemble d’analyses qualitatives qui
comparent les dispositifs socio-techniques de placement, classement, recrutement de la maind’œuvre, dans ces deux pays. La contribution de Christian Bessy et Guillemette de Larquier
traite de l’organisation du placement en France et au Royaume-Uni. Les auteurs insistent sur
l’articulation différente entre acteurs publics et privés dans les deux pays. En GrandeBretagne, où le service public de placement n’a jamais bénéficié d’une situation de monopole,
les auteurs identifient un véritable marché du placement très segmenté suivant les types
d’emploi (plus grande mise en concurrence des acteurs publics et privés). A l’inverse, en
France, le monopole public du placement a freiné l’institutionnalisation d’autres intervenants,
en clair, la professionnalisation des intermédiaires : l’intervention des intermédiaires du
placement serait plus limitée, et l’efficacité de leur travail dépend de leur capacité à tisser des
85
liens avec les entreprises . Il convient, nous semble-t-il, de relativiser quelque peu ce mythe
du monopole public de placement en France, comme le suggèrent d’ailleurs Caire et
86
Kartchevsky (2000) . Cependant, comme le montrent Bessy et de Larquier, les agences
publiques des deux pays se rejoignent sur un point : le développement du suivi individualisé
des demandeurs d’emploi et le traitement de publics cibles, en particulier les jeunes (p193).
La contribution d’Emmanuelle Marchal et Clotilde Renard-Bodinier porte sur l’équipement
des relations sur le marché du travail, à savoir leur encadrement, leur canalisation. Les auteurs
s’interrogent sur les différences d’équipement des marchés français et britanniques : pourquoi
le marché britannique est-il davantage équipé que le marché français ? La monopolisation du
service public en France est à nouveau invoqué comme facteur explicatif. Les auteurs
soulignent également le rôle des « marchés internes », en France, entendus comme l’ensemble
87
des transactions sur le travail au sein des entreprises . Christian Bessy et Guillemette de
Larquier (en collaboration avec Marie-Madeleine Vennat) rejoignent également cette thèse en
opposant une logique de coordination par le marché (au Royaume-Uni) à une logique de
coordination par l’entreprise (en France) (p229 et 233). Ces auteurs se rejoignent également
sur l’idée selon laquelle deux facteurs tendraient à aplanir les différences entre les deux pays :
la pression du droit communautaire et la « mondialisation » du recrutement.
85 Ce constat rejoint directement celui de Baron et al. (in Simonin, 1995) : ces auteurs montraient déjà la faible capacité de
négociation avec les employeurs comme principale limite de l’action des intermédiaires (p227 et 232).
86 Ces auteurs insistent sur la monopolisation publique « partielle » de la gestion du marché du travail en France, rappelant
également la double préoccupation originelle (éthique et économique) des services publics (in Gélot et Nivolle, 2000 : 92).
Selon eux, la coopération entre secteur public et privé constitue d’ailleurs un trait caractéristique des sociétés européennes (in
Gélot et Nivolle, 2000 : 103).
87 Les auteurs de cet ouvrage collectif ne manquent pas de souligner les limites de ce concept de marché interne, développé
dans une approche institutionnaliste (lire à ce propos, Favereau, 1989), dans la mesure où le « marché interne » ne constitue
pas vraiment un « marché » et n’est pas exclusivement « interne » (p14).
117
§ 1.4. La professionnalisation des intermédiaires
1.4.1. Zone d’ombre ou absence d’objet ?
L’approche conventionnaliste a pratiquement ignoré la question de la profession
d’intermédiaire ou la problématique de la professionnalisation de cette activité de travail. Et
cela ne tient pas tant à un manque d’intérêt a priori ou à une mauvaise volonté caractérisée,
qu’à l’effet d’un découpage disciplinaire malheureux. Rappelons également que le concept
d’intermédiaire renvoie d’abord à des dispositifs, et seulement ensuite aux individus
incorporés dans ces dispositifs et qui les incorporent. Soulignons enfin, que certains constats
empiriques contribueront à laisser en suspens ces questions qui nous semblent essentielles.
Aussi étrange que cela puisse paraître, en l’absence de titre professionnel, de filière de
formation clairement établie, de profil de qualification standard, de statut ronflant, … bref
d’éléments incontournables qui attesteraient de l’existence d’une « profession établie », on
s’abstiendrait presque d’analyser ce qui n’existe pas encore !
Baron et al. (in Simonin, 1995) étaient sans doute les premiers à interroger la « qualification »
des intermédiaires ; leurs constats étaient sans appel : « la qualification des intermédiaires
n’est pas à ce jour clairement construite, comme en témoigne la diversité des parcours
individuels qui amènent à remplir cette fonction. » (p229). La qualification de l’intermédiaire
est réduite à des capacités individuelles d’empathie, d’objectivation, de négociation,
nécessaires à la bonne marche de son rôle, de sa fonction de mise en relation. Cette fonction
d’intermédiation constitue « un cas particulier d’un rôle plus large de médiation entre des
espaces sociaux, séparés par des rituels et des langages différents. (… ) La qualification de
l’intermédiaire, passeur entre différents espaces sociaux, repose donc largement sur son
métissage, c’est-à-dire sur l’expérience qu’il a acquise de différents univers sociaux et des
codes de communication qui leur sont propres » (p229-230).
Deux exceptions timides confirment cette tendance à éluder la question de la profession
d’intermédiaire. Tout d’abord, l’article de Meyer (1998) qui nous incite à rapprocher, même
de manière minimale, l’analyse conventionnaliste de la sociologie des professions. Meyer se
propose en effet d’analyser les intermédiaires comme un « segment particulier » du marché du
travail, où des travailleurs se dotent, en plus d’une simple mission de mise en relation des
offres et des demandes de travail qui leur est accordée, des missions « fortes » d’activer le
marché du travail et d’en réguler les flux. Parallèlement à ces questions largement implicites
et non traitées de la licence et du mandat (Hughes, 1996), l’auteur nous invite à l’analyse des
savoirs et rhétoriques professionnels : « pour mettre en œuvre l’intermédiation, les agents de
ces institutions construisent un système d’attentes réciproques, de cadres communs qui
peuvent s’analyser à partir des rhétoriques professionnelles » (p363).
La deuxième exception est la contribution d’Emmanuelle Marchal portant sur les
graphologues (Eymard-Duvernay et Marchal, 1997 : chapitre 7). Ce texte ouvre
incontestablement le champ d’analyse des intermédiaires à cette zone d’ombre laissée par
l’approche conventionnaliste : la construction du groupe professionnel. La graphologie est
précisément ce « savoir ésotérique » qui offre au collectif un instrument de distanciation :
l’écriture « parle » indépendamment de ce qu’exprime le candidat (Eymard-Duvernay et
Marchal, 1997 : 180). L’auteur se livre ici à une expérience relativement inédite dans
l’approche conventionnaliste appliquée à l’analyse des intermédiaires, qui consiste à prendre
en compte les dimensions collectives de ces « agents » (savoir professionnel, langage
commun, espaces ou territoires communs, …), de considérer ces agents « isolés » dans les
interactions de face-à-face, comme un collectif de praticiens : ici, la « tribu des
graphologues ». Dans ce cabinet spécialisé, la graphologie, nous dit l’auteur, « imprègne tout
autant l’ambiance du cabinet que ses méthodes de travail. Elle permet aux consultants de
118
parler le même langage et d’échanger à tout moment leurs points de vue. Elle est source
d’apprentissages collectifs. (…) La graphologie leur permet également de disposer de
routines communes » (pp175-176). Mais cette perspective analytique nouvelle tout à fait
passionnante est à peine esquissée, sans aucune référence à la sociologie des professions.
Plus récemment, on s’est intéressé à la profession d’intermédiaire. Gélot et Nivolle (dir.,
2000) se centrent principalement sur les intermédiaires des politiques publiques de l’emploi.
A l’origine de ces réflexions, c’est un appel à projets de la DARES sur les intermédiaires des
politiques publiques de l’emploi qui avait été lancé en 1994, nous dit-on, afin de combler un
certain vide : « peu de recherches avaient porté sur les professionnels en charge de la mise en
œuvre de ces politiques, leur rôle dans le fonctionnement du marché du travail, ou encore les
compétences nécessaires à leur activité » (p7). Deux hypothèses sont développées : 1) « audelà des critères administratifs qui définissent les publics cibles des différents dispositifs
d’emploi (sexe, âge, durée de chômage, etc.), il existe des critères moins « administrés »
définissant des procédures de diagnostic / sélection / orientation dans les pratiques des
agents du service public de l’emploi. » (op. cit.) ; 2) l’action des agents du service public de
l’emploi se situe dans un système de contraintes qu’il faut impérativement prendre en compte.
Dans ce Cahier Travail Emploi, on se propose d’analyser les « segments professionnels de
l’intermédiation de l’emploi » (Demazière, 2000 : 140), ce qui est encourageant. On se
propose également, ce qui est problématique, d’interroger la « professionnalité », - notion
hautement caoutchouteuse -, des métiers de l’emploi (placement, collecte des offres, relations
avec les entreprises) dont les objectifs, origines, statuts, pratiques se révèlent extrêmement
diversifiés. Nous reviendrons sur ce point.
1.4.2. Les statuts professionnels
Clasquin B., Meyer J.-L., Charlier M., Lioger R. (2000) s’interrogent sur le développement
des activités d’intermédiation en mobilisant une définition assez restrictive de la profession
comme un « marché fermé » (p83 et p86), - faisant indirectement allusion aux travaux
complexes de Catherine Paradeise sur lesquels nous reviendrons ultérieurement. Ces auteurs
reprennent l’article de Meyer (1998) sur l’analyse comparative des agences locales pour
l’emploi, missions locales et PAIO dans trois zones d’emploi en Lorraine (in Gélot et Nivolle,
2000). Demazière (2000) nous rappelle qu’un seul code professionnel réunit les travailleurs de
ces deux types d’institution : le code « conseiller en emploi et en insertion professionnelle »
du Répertoire Opérationnel des Métiers (ROME) de l’ANPE. Ces auteurs rappellent les deux
logiques organisationnelles que Meyer (1998) identifiaient. Comme le résument Caire et
Kartchevsky (2000), on a d’un côté, l’ANPE et des agents qui bénéficient de statuts et de
fonctions formalisées (logique économique forte : cité marchande), et d’un autre côté, les
missions locales et PAIO aux équipes temporaires et statuts précaires (logique sociale forte :
cité domestique). Les agents de l’ANPE sont dotés d’un statut, avec une garantie de l’emploi.
Ils ont passé un concours et sont salariés de l’agence nationale. A l’inverse, les agents des
missions locales et PAIO sont insérés dans des structures plus jeunes sous contrats précaires.
La division du travail entre les structures laisse apparaître une généralisation des pratiques de
sous-traitance et la multiplication de partenaires aux statuts pour le moins précaires. La
profession d’intermédiaire ne porterait dès lors que sur certains emplois.
119
1.4.3. Les identités professionnelles
Causse et Roche (2000), qui se revendiquent davantage de la sociologie clinique que de
l’approche conventionnaliste, alimentent également la comparaison entre l’ANPE et les
Missions locales, s’intéressant davantage au rapport au travail des intermédiaires.
Pour ces auteurs, le travail en agence est caractérisé par une réification de la relation à
l’usager et la principale qualité requise de l’agent serait son adaptabilité à toute épreuve :
adaptabilité au flux, à la diversité des publics et des situations. Les auteurs insistent sur le
sentiment de déqualification de ces travailleurs de l’ANPE qui n’ont pas l’impression, nous
dit-on, d’exercer un « vrai métier ». Le rapport subjectif au travail est envisagé en termes de
souffrance, de chosification, de sentiment d’impuissance, de culpabilité, de déficit de
reconnaissance sociale, de précarité, de frustration au travail, d’agressivité, de fatigue et
d’usure. Des stratégies de défense (fuite par le flux, fermeture à toute forme d’altérité) et de
résistance (faire du social, lutter contre l’exclusion, contre les discriminations) sont ainsi
perceptibles. Les auteurs ne manquent pas d’évoquer également le plaisir au travail,
principalement lorsque l’agent parvient à construire une relation de qualité avec son
interlocuteur (chômeur, employeur, partenaire).
En Mission locale, la conception du métier est sensiblement différente. Legay (2000) insiste
sur la diversité des figures de l’agir professionnel : l’accompagnement à l’emploi ou le
placement sur des offres correspondent à deux figures radicalement différentes du travail sur
l’emploi en mission locale. Faut-il faire du chiffre ou refuser d’en faire ? Legay montre
également que le rapport à l’efficacité se décline en trois postures de travail :
l’accompagnateur à l’emploi « généraliste », l’accompagnateur à l’emploi « spécialiste », le
référent emploi saisonnier. Cette segmentation de la profession, entre généralistes et
spécialistes de l’employabilité, retiendra toute notre attention. Causse et Roche (2000)
montrent, à ce propos, que cette spécialisation tend à induire une amorce de typification des
publics (p159) : un simple suivi pour les jeunes les plus « éloignés » de l’emploi ; un
accompagnement pour les jeunes non directement employables ; une action de placement
(rapprochement offre-demande) pour les jeunes directement employables.
Causse et Roche (2000) s’intéressent également à la pluralité de conceptions et de fonctions
du métier d’accompagnateur-conseil en Mission locale, cet intermédiaire chargé de mettre en
88
œuvre le dispositif « crédit formation individualisé » : accueil, information, orientation,
accompagnement et évaluation. Ils dressent deux constats : 1) ces fonctions s’interpénètrent et
tendent à constituer un système intégré complexe ; 2) la fonction d’accompagnement occupe
une place centrale et tend à transcender toutes les autres. Les auteurs nous invitent à
considérer le langage (dont le langage corporel) comme un medium privilégié de cette
relation d’accompagnement qui se déploie dans deux dimensions principales : le faire-avec et
l’aller-vers. Ces auteurs ne manquent pas de souligner une tendance générale à la
psychologisation, bien que les agents tentent manifestement de dépasser l’oscillation
constante entre culpabilisation et victimisation des chômeurs : « les accompagnateurs-conseil
ne peuvent déployer leur professionnalité que dans la reconnaissance de la souffrance des
jeunes » (p155). Afin de trouver la juste posture entre l’institutionnel et le compassionnel, ces
auteurs soulignent l’importance de l’acte de refus (le savoir-refuser) dans l’écoute de la
souffrance et la capacité de s’extraire de la pression du flux qui tend, malgré la bonne volonté
des agents, à imposer une gestion efficace du tri.
Il semble donc que les conceptions du métier varient fortement en fonction des contextes
institutionnels et organisationnels. Deux conceptions sont ainsi esquissées relevant soit d’une
logique d’action « technico-commerciale » (à l’agence) soit d’une logique « civiquedomestique » (dans les structures plus jeunes). Ces études montrent également que dans ces
88 Ce dispositif ressemble étrangement au « contrat crédit insertion » en Région wallonne (cfr. première partie).
120
structures plus jeunes, la polycompétence est de rigueur, dans la mesure où le métier se situe à
l’intersection de trois champs d’intervention : l’emploi, la formation et l’intervention sociale.
Ces constats sont largement confirmés par les travaux de Lacroix et Beccarelli (2000). Ces
auteurs insistent également sur le champ d’intervention de la production économique et du
développement local. Ces auteurs montrent également que 1) les professionnels de l’insertion
exercent des métiers « pluridimensionnels », c’est-à-dire, acquièrent, développent et
mobilisent des compétences extrêmement diversifiées ; 2) ces professionnels sont amenés à
construire (et sans cesse reconstruire) des organisations « hybrides », aux composantes
multiples et hétérogènes, pour répondre aux enjeux spécifiques des différents champs
d’intervention de l’activité d’insertion. L’activité professionnelle d’insertion se conçoit alors
comme une activité sociale et pédagogique, territorialisée, autrement dit inscrite dans des
contextes productifs locaux.
L’identité professionnelle des travailleurs de l’insertion oscillerait entre le contrat et le statut :
« on comprend que les agents puissent avoir des scrupules à se construire une identité et un
statut – et donc une certaine stabilité – au contact des personnes qui sont, elles, plongées
dans la précarité et la perte de repères » (Houzel et al., 2000 : 123).
1.4.4. Les compétences des intermédiaires : un savoir professionnel ?
Les compétences des intermédiaires ont été largement analysées dans les travaux
conventionnalistes. Concernant les intermédiaires privés, Emmanuelle Marchal identifie
quatre types de compétences spécifiques que possède ou développe un recruteur (EymardDuvernay et Marchal, 1997 : 95) : 1) une connaissance précise de l’activité de travail, 2) un
pouvoir de négociation sur le profil de poste, 3) une expérience de l’entretien, 4) une capacité
d’innovation et d’adaptation. Concernant les intermédiaires publics, nous avons vu que le
travail spécifique de ces agents pouvait être décomposé en deux opérations conjointes : 1) la
redéfinition des qualifications de l’individu ; 2) un travail de naturalisation (faire entrer le
demandeur d’emploi dans les catégories administratives du chômage). Les compétences de
l’intermédiaire public sont largement similaires à celle du recruteur : 1) une connaissance de
la politique d’emploi et des catégories administratives du chômage, 2) un pouvoir de
négociation avec l’usager ou le client (chômeur ou entreprise), 3) une expérience de
l’entretien, 4) une capacité d’adaptation à toute épreuve. Ces compétences constituent-elles un
savoir professionnel que détient et construit le groupe et qui construit la profession ?
Houzel, Outin et Ramaux (2000), s’interrogeant sur le « sens » du travail des intermédiaires
de l’emploi, montrent que dans les multiples tâches que ces intermédiaires sont amenés à
effectuer (accueil, conseil et orientation, suivi et contrôle, médiation, animation et création de
réseaux), trois compétences principales sont mobilisées : l’écoute, le diagnostic, le traitement.
Ces auteurs montrent que l’écoute n’est jamais passive mais suppose toujours une démarche
analytique, un travail d’interprétation (l’enregistrement de la demande chez Weller : décrire et
faire décrire). Les compétences associées à l’écoute sont la disponibilité, le calme, la
tolérance, la compréhension, le discernement, la distanciation. Le diagnostic concourt à
l’objectivation de la situation (agencer chez Weller). Le traitement correspond à la mise en
œuvre d’une solution (plus ou moins négociée).
Ces auteurs développent alors une hypothèse intéressante : le travail des intermédiaires repose
sur deux types de savoir-faire, des savoir-faire « socio-techniques » et des savoir-faire
89
« socio-cliniques » . Leur combinaison concrète dépend, nous disent-ils, des ressources et des
89 Cette hypothèse est très proche de la thèse soutenue par Dodier, dans le champ médical. Dodier met en évidence deux
approches d’évaluation : l’approche « administrative » dans laquelle l’individu est désingularisé, et l’approche « clinique »
où, au contraire, le médecin cherche à singulariser chaque individu. Le médecin du travail et l’intermédiaire du marché du
121
contraintes. Les savoir-faire « socio-techniques » désignent la capacité des agents à utiliser
des dispositifs réglementaires et technico-organisationnels : il s’agit de connaissances
générales et standardisées qui induisent une certaine routinisation du travail. Mais comme les
règles n’ont pas d’effectivité automatique, qu’elles doivent être mises en œuvre, elles
impliquent un travail constant d’interprétation et d’évaluation : afin de faire correspondre des
objets singuliers à des catégories générales. Les savoir-faire « socio-cliniques » désignent
précisément ces capacités de jugement. Selon Demazière (2000), cette dualité (technique et
clinique) est constitutive de la relation de service comme le montrent de nombreuses
recherches, centrées sur les agents des services publics, notamment les agents de première
ligne qui travaillent au guichet (Joseph et Jeannot, 1995 ; Weller, 1995). Cette dualité définit
le sens de leur travail. « Elle n’est pas réductible à un écart entre travail prescrit et travail
réel, elle traverse les pratiques professionnelles des intermédiaires de l’emploi » (Demazière,
2000 : 139) ; leur travail s’apparente à un « exercice d’équilibriste ».
Sur base de cette hypothèse, les auteurs s’interrogent sur le sens du travail d’intermédiation
(placement) quand le volume des emplois créés n’est pas suffisent pour absorber celui des
demandeurs. Comment s’équilibrent les savoir-faire « socio-cliniques » et « sociotechniques » dans un contexte de pénurie persistante d’emploi ?
Les auteurs soulignent toute l’ambiguïté de la mission de placement de l’ANPE et les
difficultés de mettre en œuvre cette mission de placement « dès lors que la demande d’emploi
est durablement supérieure à l’offre » (Houzel et al., 2000 : 116) : faut-il privilégier la
sélection renforcée et la satisfaction des offres ou la lutte contre l’exclusion et le travail
social ? Ils montrent qu’« à défaut d’emplois suffisants, tout se passe comme si la fonction de
placement nécessitait un travail de tri entre employables et inemployables ». (Houzel et al.,
2000 : 131). Demazière (2000) attire notre attention sur l’évolution du travail de tri du
chômeur qui, en soi, n’est pas nouveau : l’employabilité des individus ne s’évalue plus
uniquement par rapport à une offre à satisfaire mais permet d’orienter vers d’autres
prestations (formation) et, surtout, de porter des jugements d’inemployabilité signifiant le
renoncement à tout traitement. L’auteur montre que ces jugements ne sont plus formalisés ni
assumés par l’institution (ANPE) : ils sont la responsabilités des agents. Quant au sort des
« inemployables », il semble que la tendance soit un « traitement social du chômage » soustraité aux structures jeunes. Cette problématique renvoie directement à la division « morale »
du travail dont nous parle Hughes (1996), que ne manque pas de souligner Demazière : le sale
boulot des intermédiaires (Demazière, 2000 : 142). Comment se distribue le sale boulot ? Et
les sales usagers (Delfini et Demazière, 2000) ?
En Mission locale, ces structures jeunes à qui l’on délègue les « inemployables », le travail
d’insertion se définit par ce qu’il n’est pas : ni de l’assistance, ni de la mise à l’emploi.
« L’accent est mis, ici, sur le traitement « global » et « individualisé » de la population, afin
de répondre à l’ensemble de ses besoins » (Houzel et al., 2000 : 117). Il consiste
principalement à organiser des espaces de transition entre emploi et non-emploi : une
insertion sociale et professionnelle à la citoyenneté. Ceci nous renvoie directement aux
constats relatifs à l’identité professionnelle des intermédiaires, à la conception de leur métier,
au sens qu’ils donnent à leur travail. Ce n’est donc pas l’ajustement entre offres et demandes
d’emploi qui est au cœur du métier, en Mission locale, mais le suivi personnalisé de jeunes
qui se présentent dans leur institution. L’insertion professionnelle des jeunes donne un sens à
leur travail, mais il s’agit d’un objectif lointain, qui nécessite un travail sur le long terme
(formation et intervention sociale). Le traitement social du chômage se caractérise par un
processus de construction de l’employabilité qui se déroule à une plus grande distance du
marché du travail et de ses sanctions (Demazière, 2000 : 142).
travail ont ceci en commun qu’ils doivent opérer un diagnostic sur les capacités ou aptitudes du patient ou du
candidat (Eymard-Duvernay et Marchal, 1997 : 81).
122
« L’analyse du travail des agents montre bien que l’intermédiation, avec les chômeurs, est un
travail de persuasion, autrement dit un processus de socialisation visant fréquemment à faire
comprendre au chômeur qu’il se trompe, sur son employabilité, sur le fonctionnement du
marché du travail … » (Demazière, 2000 : 145). Cette persuasion peu prendre différentes
formes : la prophétie prudente et mesurée, la leçon de réalisme (révision des prétentions à la
baisse), la conversion des croyances professionnelles (faire son deuil de perspectives sur le
marché du travail ou même de toute forme de traitements). Dès lors, et ceci constitue sans
doute un autre trait saillant du métier, la légitimité de l’agent est remise en jeu de manière
permanente face à l’usager : son travail est marqué par l’accountability (Garfinkel, 1967), il
est indissociable d’une activité de justification, comme le montre Demazière.
1.4.5. La professionnalisation « bloquée » des intermédiaires
Sophie Divay (2000) s’interroge sur la professionnalisation de cette activité d’aide à la
recherche d’emploi, qui se développe depuis les années 80 parallèlement à l’augmentation du
chômage comme une « nouvelle activité de service ». Divay pointe toute une série d’éléments
qui entravent la professionnalisation de cette activité :
1) Ces agents ne se voient pas attribuer une « licence » ni un « mandat », éléments
structurants d’une pratique professionnelle : ces travailleurs ont peu de directives (les attentes
des employeurs sont imprécises), ils jouissent d’une grande autonomie en amont et
« subissent » peu d’évaluations en aval. L’auteur insiste sur le caractère invisible de ce travail.
2) L’activité de travail se construit « sur le tas ».
3) Le titre professionnel est inexistant et leur appellation est contestée.
4) Ces professionnels sont « isolés » : ils coexistent en se méconnaissant. L’isolement du
conseilleur est lié à sa pratique : il intervient seul.
5) Cette activité n’a jamais fait l’objet d’un recensement officiel : il est difficile de tracer un
profil moyen.
Le processus de professionnalisation est bloqué ; en revanche, précise l’auteur, les agents
revendiquent leur professionnalisme, mettant l’accent sur la mission de service public plutôt
que sur le profit privé (Freidson, 1984 : 79). Ils se construisent également une légitimité en
tant qu’experts, - une expertise d’un genre nouveau : « Impuissants face au marché du travail,
incapables de fournir des conseils infaillibles, ils ont développé une approche braquée sur le
chercheur d’emploi : l’aide à la recherche d’emploi s’est en effet révélée être le lieu de
l’application de technologies sociales. » (p77).
1.4.6. Professionnalisme et professionnalité ne font pas la profession
Les quelques travaux qui se sont centrés sur la profession d’intermédiaire montrent que cette
profession n’existe pas encore, que les « conditions d’existence » de la profession ne sont pas
encore réunies (Clasquin et al., 2000 : 82). Ils pointent principalement l’absence de règles
spécifiques (procédures de travail peu standardisées) mais notent cependant que les pratiques
se « professionnalisent ». C’est essentiellement dans le cadre des interactions avec le public
que se construirait actuellement la profession d’intermédiaire (émergence de compétences
spécifiques). Comme le soulignent Caire et Kartchevsky (2000), « la professionnalité se
construit dans l’institution sans toutefois que les éléments de la compétence professionnelle
soient nécessairement formalisés par celle-ci » (in Gélot et Nivolle, 2000 : 97). La
professionnalisation, envisagée comme le passage de l’informel au formel, de savoir-faire
diffus à la profession établie, est bloqué.
Dès lors, les auteurs qui coordonnent ce numéro concluent à l’absence d’un « champ
professionnel homogène » mais notent la reconnaissance d’une expertise (commune) fondée
123
sur leurs trois missions principales (l’écoute, le diagnostic et le traitement). Le verdict est sans
appel. En guise de commentaire final, Chopart oppose la « professionnalité » des
intermédiaires à la « profession » d’intermédiaire : « la professionnalité des intermédiaires de
l’emploi ne constitue en rien une garantie de leur constitution en tant que professions
reconnues » (p197). L’habit ne fait pas le moine ; la professionnalité ne fait pas la profession.
Ainsi, précise l’auteur, le groupe devra encore construire un rapport de force social.
Synthèse
L’objectif de cette revue de la littérature centrée sur l’analyse des intermédiaires du marché
du travail, était triple : 1) identifier des hypothèses théoriques, 2) prendre connaissance
d’outils analytiques, 3) nous familiariser avec un « objet » peu étudié. Ces travaux nous ont
directement conduit à analyser les politiques d’insertion, en Région wallonne, dans le cours de
leur fabrication, à travers l’action de ceux qui mettent en œuvre ces politiques. Il était
impératif de rendre compte des apports incontournables de ces travaux pionniers sur différents
plans.
De notre point de vue, la principale limite de cette approche est d’évacuer la problématique de
la professionnalisation de ces activités de travail, et des liens entre le travail professionnel et
le travail spécifique des intermédiaires. Et lorsque cette problématique est interrogée,
l’analyse s’essouffle rapidement. En effet, se demander si la profession d’intermédiaire existe,
conduit à répondre, hâtivement, par l’affirmative si l’on convient de l’existence d’une
« fonction nécessaire » d’intermédiation sur le marché du travail, ou par la négative si l’on
prend en compte l’absence de statut professionnel. Pour sortir de cette impasse, il nous paraît
essentiel de partir des groupes professionnels existants, et d’interroger la professionnalisation
de leur activité de travail, quel que soit le stade atteint par ces groupes.
L’horizontalité des arrangements pragmatiques
De cette approche conventionnaliste appliquée à l’analyse de la mise en œuvre des politiques
d’emploi, entendons par là, aux processus de traduction opérés par les « dispositifs
intermédiaires » du marché du travail, nous retiendrons une hypothèse centrale, celle de la
pluralité « horizontale » des arrangements pragmatiques. Rappelons qu’elle se fonde sur un
postulat, trop rarement explicité ou interrogé, selon lequel les individus recherchent
invariablement un équilibre, si fragile soit-il.
L’hypothèse centrale se décline en quelques « sous-hypothèses » : 1) les situations sont
incertaines (Salais, 1989) ; l’ordre est toujours négocié (Strauss, 1992) ; 2) l’accord n’est pas
possible sans un cadre commun : les conventions constitutives (Dupuy et al., 1989) ; 3) les
règles sont incomplètes (Garfinkel, 1967), elles doivent toujours être mobilisées,
interprétées (Lascoumes, 1991) : dès lors, elles ne doivent jamais être considérées comme des
déterminants rigides, mais bien comme des ressources pour l’action (Eymard-Duvernay et
Marchal, 1994), des appuis conventionnels (Dodier, 1993) ; 4) ces ressources de coordination
sont multiples et hétérogènes ; 5) les intermédiaires sont des « dispositifs » (EymardDuvernay et Marchal, 1997).
Les outils d’analyse
Pour penser cette pluralité « horizontale », divers outils d’analyse spécifiques sont
développés. Ces outils qui permettent d’analyser les matériaux collectés relèvent
invariablement d’une méthode idéal typique, à la manière de Boltanski et Thévenot (1991). La
production soutenue de cette véritable usine à tiroirs peut effrayer le lecteur au premier abord.
Nous retiendrons deux typologies incontournables : la typologie des régimes d’action de
124
l’intermédiaire public, esquissée par Bessy et al. (in Simonin, dir., 1995), et la
« cartographie » des régimes d’action du recruteur (Eymard-Duvernay et Marchal, 1997).
Précisons cependant que ces typologies nous intéressent moins comme outils d’analyse à
réutiliser pour notre matériau, que comme des constats empiriques contrastés à confronter aux
résultats que nous produirons.
Les éléments empiriques
Nous retiendrons de la typologie des profils ou régimes d’action de l’intermédiaire public, les
trois « ordres » de production du Service Public d’Emploi et la difficulté qu’éprouvent les
agents à agencer ces registres d’actions hétérogènes et souvent contradictoires. La
cartographie du recruteur attire notre attention sur la pluralité des conventions de
compétences, mais également sur le fait que le marché constitue le cadre d’évaluation des
compétences le plus discriminant, puisqu’il tend à extraire l’individu et le poste de travail de
leur contexte relationnel.
L’ensemble des travaux consacrés aux intermédiaires nous renseigne sur les compétences de
ces juges ou évaluateurs de compétences. Nous retiendrons principalement l’articulation entre
les savoir-faire « socio-techniques » et les savoir-faire « socio-cliniques », cette dualité qui
définit le sens de leur travail. Ce constat introduit la problématique du traitement « clinique »
du chômage que nous développerons ultérieurement.
Nous retiendrons enfin le « triste sort » des intermédiaires en France, en tant que groupes
professionnels : d’une part, le faible développement de ce segment du marché du travail,
comparativement à la situation au Royaume-Uni, causé par le rôle des « marchés internes »
(Favereau, 1989) et la forte monopolisation publique du placement ; d’autre part, la
professionnalisation « bloquée » par absence de statut, de licence et mandat, de filière de
formation spécifique, …
Les impensés de l’approche conventionnaliste
Revenons un instant sur les impensés de l’approche conventionnaliste et sur les limites de
l’intention théorique initiale : 1) la seule prise en compte de l’incertitude des situations est
insuffisante, 2) la convention reste un équilibre, 3) les individus sont incomplets comme les
90
règles qu’ils mobilisent : la créativité de l’agir, pour reprendre l’expression de Hans Joas , est
largement sous-estimée. L’approche conventionnaliste a considérablement évolué depuis le
« manifeste » de 1989, comme nous l’avons brièvement évoqué : la glissement progressif
d’une analyse des conventions à une analyse des institutions, d’une rationalité cognitive ou
informationnelle de l’acteur à une rationalité interprétative, de l’individu incertain au sujet
moral, ces évolutions notables ont permis de renouveler les réponses aux critiques. Nous ne
prétendons nullement avoir cerné l’ensemble de ces renouvellements théoriques ; nous nous
sommes contentés de pointer certaines orientations visibles dans le cadre de l’analyse des
intermédiaires, notamment la prise en compte des « institutions du recrutement » (de la
justification du recruteur aux théories de la justice).
Malgré ces évolutions récentes et les apports incontestables de cette approche, diverses
questions restent toujours en suspens, comme nous l’évoquions en introduction : comment se
construisent, s’actualisent, se transforment les appuis conventionnels de l’action, comment
sont-ils appropriés collectivement, comment expliquer le recours à telle ou telle forme de
coordination, comment saisir ces intermédiaires dans leurs dimensions collectives,
l’intermédiaire peut-il être réduit à son unique fonction de mise en relation, à son rôle
d’entremetteur ?
90 Joas H. (1999), La créativité de l’agir, Les Editions du Cerf, Paris.
125
Bien que plusieurs études mettent l’accent sur la caractère non-simultané de cette relation
d’intermédiation, dans la mesure où elle s’exprime, la plupart du temps, dans un emboîtement
discontinu d'interactions de face à face, l’action des intermédiaires ne se limite pas aux
relations de face à face avec un usager, un client, un employeur : cette exclusivité rend
l’analyse incomplète. La seule analyse de ces cadres d’interaction tendrait à occulter le rôle de
ces acteurs dans la construction collective de ressources de coordination (normes, modèles de
justice), d’outils et de techniques spécifiques. En coulisses, derrière la scène des interactions
de face à face avec le public, ces agents œuvrent à la professionnalisation de leur métier.
Ouverture à la « verticalité » de la socialisation professionnelle
La sociologie des professions nous permettra de penser les dimensions collectives de ces
individus, prenant au sérieux la professionnalisation de leur métier qui émergent de
transformations de l’action publique et du marché du travail. On a beaucoup insisté sur la
précarité ou l’absence de statut des intermédiaires, sur l’inexistence de titres professionnels,
sur leur « isolement ». Il n’existe toutefois pas de point zéro à la professionnalisation d’un
métier, comme nous l’enseignerait Norbert Elias, si toutefois il s’était penché sur la question.
Dès lors, quel que soit le stade de professionnalisation atteint par ces groupes professionnels,
le processus par lequel ils tendent à transformer leur métier (occupation) en profession établie
(profession) est en marche et digne d’intérêt. Il nous semble indispensable de faire apparaître
ces « entremetteurs isolés face aux incertitudes des situations » comme un collectif qui se bat
pour sa survie. La sociologie des professions offre des outils indispensables à l’analyse du
travail « en coulisses » qui consiste à construire un métier, stabiliser un territoire, construire
des outils spécifiques, un langage commun, des valeurs, une identité collective.
Pour éviter tout malentendu, précisons que nous ne sommes pas en train d’opposer naïvement
deux approches antagonistes et de vanter les mérites de l’une au détriment de l’autre. Ces
approches ne sont pas opposées, elles sont étrangères, et cela est dû au découpage
disciplinaire malheureux des sciences économiques et sociales. L’approche par les professions
n’est pas meilleure que l’approche par les conventions : elles nous semblent complémentaires.
L’une interroge le travail professionnel, l’autre le travail spécifique. Le risque, pour nous,
d’opter exclusivement pour une démarche centrée sur le travail « général » de tout groupe
professionnel qui consiste à construire son métier en profession établie ou, plus simplement à
construire un « espace professionnel », serait d’évacuer l’analyse du travail « spécifique » de
ces groupes.
La complémentarité de ces deux approches théoriques (par les agents et par les
professionnels) se justifie dans un souci de transversalité. Les travaux récents de Demazière
(2003) nous invitent, comme nous l’avons déjà évoqué, à penser le traitement du chômage
entre l’horizontalité des arrangements pragmatiques d’agents (continuité des catégorisations)
et la verticalité des processus de socialisation (discontinuité ou contiguïté des catégorisations).
126
SECTION 2. LA VERTICALITÉ DE LA SOCIALISATION
PROFESSIONNELLE
Introduction
Dans cette partie consacrée à la sociologie des professions, nous évoluerons en deux temps :
nous commencerons par nous familiariser avec cette vaste littérature sociologique avant de
construire un cadre théorique pour l’analyse d’une profession consultante.
Contrairement à L’Economie des conventions qui se développe, principalement en France,
depuis une quinzaine d’années, la sociologie des professions a une longue histoire qui
remonte aux origines de la sociologie. Prétendre à l’exhaustivité est inconcevable : nous
devrons nous contenter de survoler cette littérature gigantesque et passionnante, aidé en cela
par quelques ouvrages, articles et manuels de référence.
Nous présenterons, sans grande originalité, trois courants ou « modèles » théoriques, à la
manière de Claude Dubar et Pierre Tripier (1998). Nous tenterons cependant de nous extraire
d’une lecture paradigmatique de la sociologie des professions qu’induit inévitablement ce
genre de manuel. Nous nous efforcerons de ne retenir de ces écoles, de ces courants, que des
objets théoriques et des méthodes analytiques qui leur sont associées : 1) la méthode idéal
typique pour l’analyse des fonctions ; 2) la méthode interactionniste pour l’analyse des
formes ; 3) une méthode sociogénétique pour l’analyse du pouvoir. Cet exercice de synthèse
laissera apparaître l’incomplétude de chacun de ces objets théoriques et la nécessité de les
articuler dans l’analyse.
L’œuvre de Freidson constitue probablement, à ce jour, la synthèse la plus aboutie de cette
littérature foisonnante. On aurait d’ailleurs bien du mal à faire entrer Freidson dans un des
trois tiroirs de la sociologie des professions. Certes, il fait partie de la « bande » des
interactionnistes de Chicago. Mais ses discussions constantes avec les fonctionnalistes, qu’il
ne se contente pas de tourner en ridicule comme le voudrait l’usage, est suspect : ne
témoigneraient-elles pas d’un attachement irrépressible à l’analyse des fonctions sociales des
professions ? En outre, les nouvelles questions théoriques qu’il pose, dès 1970 dans La
profession médicale, et qu’il ne fait que préciser par la suite, influenceront considérablement
l’ensemble des recherches et écrits : Freidson est aussi chef de file des « nouvelles »
approches, néo-wébériennes ou néo-marxistes, de la sociologie des professions.
127
§ 2.1. Les objets théoriques de la sociologie des professions : fonction, forme
et pouvoir
2.1.1. La synthèse fonctionnaliste
Introduction
La « théorie » fonctionnaliste des professions renvoie principalement aux travaux de Parsons
91
(1939 ; 1951) et de Merton (1957). Ces travaux constituent la première synthèse de la
littérature sociologique anglo-saxonne sur les professions depuis les années 1930.
L’architecture théorique de cette synthèse plonge ses racines dans la sociologie durkhémienne
de la socialisation morale et professionnelle (la recherche d’un consensus social) et repose sur
une conception wébérienne de la profession qui met l'accent sur les critères « rationnels » de
spécialisation et de compétence spécifique. Sur ces bases, comme le souligne Raymonde
Moulin, « Parsons met en valeur les critères de formation (garantissant une compétence
spécifique, théorique et pratique), d'autonomie (soumission exclusive au jugement des pairs)
et de désintéressement (le professionnel n'obéit pas à la logique du profit mais à l'intérêt
général). » (Moulin, 1983 : 389).
Aux origines de la sociologie des professions, Dubar (1991) met en évidence une sorte de
consensus des pères fondateurs de la sociologie sur « l’enjeu des professions » (Le Play,
92
Tonnies, Marx, Durkheim, Weber, cités par Dubar). Les écrits de Durkheim sur le suicide
sont emblématiques, mettant en évidence la perte de lien social générée par la disparition
progressive de tous les groupes sociaux intermédiaires entre l’individu et l’Etat : face aux
fonctions économiques devenant de plus en plus importantes, ni la famille, ni les religions, ni
la société politique ne peuvent désormais jouer leur rôle (ou fonction) de régulateur social. La
« restauration des corps professionnels », envisagée par Durkheim pour remédier à l’état
d’anomie (Reynaud, 1979 : 370), ne doit en aucune manière se comprendre comme un retour
aux anciennes corporations de métier : la corporation doit, selon Durkheim, se transformer
pour s’adapter aux sociétés modernes et exercer sa fonction régulatrice.
L’organisation professionnelle se justifie moralement dans la mesure où elle constitue l’une
des instances de socialisation des individus et la forme moderne de réglementation
contractuelle des activités (Dubar et Tripier, 1998 : 73) : la socialisation professionnelle
s’entend alors comme l’intériorisation d’un corps de croyances et de sentiments communs
opérée par l’individu au sein d’une communauté concrète enracinée dans la sphère
économique qui devient prépondérante dans la vie sociale des sociétés modernes. La
sociologie fonctionnaliste des professions se construit sur ces bases : l’organisation des
professions se situe au cœur du développement des sociétés modernes car elles assurent une
fonction essentielle, la cohésion sociale et morale du système (Dubar et Tripier, 1998 : 68).
Cependant, comme le rappelle Chapoulie (1973), cette théorie fonctionnaliste constitue une
synthèse théorique « ex post » de nombreux travaux, issus d’une « longue tradition » anglosaxonne dans la sociologie des professions, principalement aux USA et au Canada. Ainsi,
comme le montre Desmarez (1986), le développement de la sociologie des professions aux
Etats-Unis est moins liée à cet héritage des « pères fondateurs » de la sociologie qu’à une
stratégie de professionnalisation des sociologues américains (après la « crise » de 1929). Le
91 Parsons T. (1939), « The Professions and the Social Structure », Essays in Sociological Theory, New York, Free Press,
pp34-49; Parsons T. (1951), « Social structure and Dynamic Structure : the Case of Modern Medical Practice », The Social
Sysytem, Free Press of Glencoe, pp428-479. Ces textes sont traduits dans Eléments pour une sociologie de l’action, Paris,
Plon, 1963.
92 Durkheim E. (1897), Le suicide. Etude de sociologie, Paris, PUF, 2ème édition de 1967.
128
modèle du « professionnel », comme alternative entre l’ouvrier et le patron, se diffuse dans la
littérature sociologique, tandis qu’une communauté scientifique se met au service des agences
gouvernementales.
La chronique des professions juridiques et médicales produite par le sociologue Carr93
Saunders et l’historien Wilson montre dans quelle mesure le système professionnel constitue
une alternative à la société salariale, structurée par l’exploitation du travail par le capital et par
la lutte des classes. « En établissant la coupure essentielle, non pas entre patron et salarié,
capitaliste et prolétaire, mais entre professionnel et non-professionnel, « intégrés » et
« exclus », cette théorie (…) substitue au monde des rapports sociaux de domination (ou des
interactions contingentes) et aux conflits (ou aux compromis instables), un monde de la
distinction morale et de la complémentarité fonctionnelle au sein duquel les professions
constituent les éléments unifiés d’une totalité fonctionnelle moderne et stable » (Dubar et
Tripier, 1998 : 81).
La « synthèse » fonctionnaliste, réalisée par Parsons, Merton et leurs élèves, se distingue des
travaux antérieurs (comme ceux de Carr-Saunders et Wilson), dans la mesure où ces auteurs
« n'accordent pas un privilège exclusif à l'une ou l'autre des formes principales d'occurrence
dans la vie sociale des corps de métier : l'existence d'un stéréotype social associé à une place
dans la division du travail, l'organisation d'associations professionnelles regroupant une
partie ou même la totalité des praticiens » (Chapoulie, 1973 : 91) ; ces recherches, poursuit
Chapoulie, « obéissent au contraire à l'intention explicite de construire les principes de
cohérence de l'ensemble des caractéristiques des professions, c'est-à-dire une théorie du
fonctionnement, sinon de la genèse, des groupes professionnels ».
2.1.1.1. Le fonctionnalisme : une théorie de l’action
Rappelons brièvement les grandes lignes de la sociologie fonctionnaliste. L’œuvre de Parsons
se caractérise, comme le souligne Bourricaud (1963), par un refus systématique de toute
forme d’empirisme irréductible (d’observation sans théorie) ; il cherche à développer une
théorie de l’action, qui lui permette d’envisager les « faits sociaux » en termes d’actions, de
considérer les rôles et les institutions comme des actions.
Parsons se plaît à rappeler, dans plusieurs écrits, son triple héritage de Pareto, Durkheim,
Weber, et l’intuition forte d’une convergence, entre ces auteurs, qui lui permet d’appréhender
la « structure de l’action sociale ». Il retient de Durkheim l’idée selon laquelle « les normes et
les valeurs qui définissent l’ensemble de relations en quoi consiste la société, sont
intériorisées, et (…) fournissent aux membres de ladite société la structure de leur
personnalité » (Parsons, 1963, préface : V). Il trouve aussi chez Marx une vision de
l’économie comme élément de l’équilibre social. « L’action sociale a une structure, en
d’autres termes elle se constitue comme un système de rapports, diversement, mais
rigoureusement combinables. La tâche du « théoricien » consiste à dresser la liste de ces
relations, et à déterminer lesquelles peuvent être combinées, et quelles conséquences
découlent de ces combinaisons pour la cohérence des divers systèmes d’action » (Parsons,
cité par Bourricaud, 1963 : 21).
La théorie qu’il développe se fonde sur une perspective analytique : l’analyse fonctionnelle,
comme l’étude des relations entre un élément et un ensemble. Pour comprendre le tout, nous
dit Parsons, il faut comprendre les parties qui le composent. Et cette unité élémentaire
93 Carr-Saunders A.M. et Wilson P.A. (1933), The Professions, Oxford, Clarendon Press.
129
94
d’analyse n’est autre que l’action, l’« acte » . Parsons définit l’action comme un
comportement intentionnel, orienté vers des buts, des fins, des anticipations ; elle est réglée
par des normes ; elle est située (l’action ne se déroule jamais dans le vide mais dans des
situations) ; elle implique une dépense d’énergie, un effort, une motivation.
95
Quant au système social , nous dit Parsons, il s’agit d’un système d’interactions situé (qui se
développe dans un milieu), entre des acteurs motivés, qui communiquent entre eux sur la base
96
d’une culture commune . Le système constitue ainsi une action « dépendante » (ou concertée
en fonction) de buts collectifs, de valeurs communes, d’un consensus d’anticipations
normatives et cognitives (p47). Parsons parle d’exigences fonctionnelles pour rendre compte
des « conditions » de la structure sociale : les « problèmes » d’adaptation, d’instrumentalité,
d’expression, d’intégration, sont dits « fonctionnels », dans le sens où aucun système social ne
peut fonctionner s’il ne donne une solution à chacun. Parsons retient alors cinq variables
fondamentales dans sa théorie de l’action : 1) Affectivité < > neutralité affective ; 2)
Orientation vers la collectivité < > orientation vers soi ; 3) Universalisme < > particularisme ;
4) Qualité < > accomplissement ; 5) Spécificité < > diffusion.
La sociologie de Parsons peut également s’envisager comme une théorie analytique des
systèmes sociaux, à condition que ces systèmes puissent être compris par leur propriété
d’intégrer des valeurs communes (p34). Dès lors, parallèlement à l’analyse des propriétés
structurelles des systèmes sociaux, il convient de mettre en évidence ces mécanismes
d’intégration de normes et de valeurs. Pour Parsons, les institutions n’imposent aux individus
des comportements que parce que ceux-ci ont été préparés par un long apprentissage à y
conformer leur conduite : les règles institutionnelles ne sont efficaces que si elles sont
97
intériorisées (p42-43). Cette hypothèse le conduit à l’analyse des rôles sociaux .
2.1.1.2. L’idéal type professionnel
Si l’entreprise sociologique de Parsons est d’étudier les rapports des valeurs, et par
98
conséquent de la structure sociale, à la motivation et à la personnalité , dans le cas qui nous
occupe, à savoir l’analyse des professions, elle nous invite à analyser « le rapport entre la
structure professionnelle de nos sociétés, et les motivations des individus vis-à-vis de ladite
société » (Parsons, 1963 : VI).
Dans une partie des Essais (1939) intitulée Les professions libérales dans la structure sociale,
Parsons se livre à un véritable exercice d’abstraction : il se propose d’extraire les éléments
communs à la « sphère des professions », dans le monde des affaires, des professions libérales
ou de l’administration publique (Parsons, 1963 : 185). Un premier élément commun identifié
est la prédominance de la technologie étroitement liée à une recherche de rationalité. Ce
souci de « professionnalisme » se réfère à une légitimité scientifique universelle, nous dit-il. Il
94 Nous ne reviendrons pas sur la critique virulente d’Elias adressée aux fonctionnalistes sur ce point : contentons-nous de
rappeler que, pour Elias, la perspective analytique du « tout et de ses parties » a contribué directement à la réification des
concepts d’individu et de société. Nous renvoyons le lecteur à la première partie du document.
95 « Le système social consiste en une pluralité d’acteurs individuels inclus dans un processus d’interaction qui se déroule
dans une situation affectée de propriétés physiques. Ces acteurs sont motivés selon une tendance à rechercher un
« optimum de satisfaction », et leur satisfaction leur est définie et médiatisée par un système de symboles, organisés par la
culture à laquelle ils participent » (Parsons, cité par Bourricaud, 1963 : 47).
96 On peut apprécier ici les germes de ce que Garfinkel développera sur le « sens commun » (Garfinkel, 1967).
97 Un rôle est un secteur organisé autour d’un certain nombre d’anticipations liées à un contexte déterminé d’interactions,
dans le système total des orientations de l’individu agissant ; Parsons identifie des anticipations instrumentales, expressives et
morales. « Un rôle est un secteur dans le système d’orientations des individus, organisé autour d’anticipations relatives à un
contexte particulier d’interaction, ou encore intégré à un groupe particulier de critères d’évaluation qui gouverne
l’interaction d’un ou de plusieurs sujets » (Parsons, cité par Bourricaud, 1963 : 54). Le rôle est un système de relations qui
lient celui qui l’exécute à ceux pour lequel il est exécuté.
98 Selon Parsons, la personnalité se construit sur les besoins (ou dispositions) des individus ; il définit assez simplement le
besoin comme une relation entre l’individu et son milieu.
130
pointe également une orientation commune vers le succès, dont la reconnaissance sociale
n’est qu’un aspect. Il convient également de prendre en compte l’existence d’un statut
supérieur, fondé sur une compétence technique spécifique. Parsons insiste sur le fait que cette
compétence doit être fonctionnellement spécifique pour légitimer ce statut supérieur.
Ce point nous renvoie directement à la problématique de la stratification sociale, thématisée
par l’auteur dans d’autres pans de son œuvre. Rappelons qu’une société est stratifiée, selon
Parsons, si, à chaque individu, ou à chaque groupe qui la compose, est affecté un statut, une
position dans un ordre hiérarchique. Parsons identifie quatre critères selon lesquels sont
répartis pouvoir et prestige dans une société stratifiée : la compétence technique,
l’engagement à réaliser certaines fins, la loyauté à l’égard du système ou la solidarité,
l’aptitude à intérioriser les valeurs dominantes de la société.
Si Parsons, et par la suite Merton, se sont tant intéressés à la profession médicale, au modèle
de la relation thérapeutique, c’est parce que la relation médecin-malade est typique, selon eux,
de l’activité professionnelle : d’une part, elle révèle la structure de cette activité fondée sur
l’institutionnalisation des rôles, d’autre part, elle révèle sa fonction essentielle, à savoir
assurer le contrôle social (de la déviance) et contribuer à la reproduction de cette structure
(Dubar et Tripier, 1998 : 83).
Parsons inclut la santé parmi les besoins fonctionnels du système : « la santé apparaît (…)
comme une des conditions requises par le fonctionnement de tout système social » (p193). La
maladie, nous dit-il, nous empêche de nous acquitter de nos rôles sociaux. Elle peut dès lors
être traitée comme un mode de réponse parmi d’autres à des pressions sociales, comme une
manière d’éviter certaines responsabilités. Selon Parsons, la maladie est une « déviance »,
d’un type particulier, dans la mesure où le malade ne peut être tenu pour responsable de sa
situation. Ce souci épistémologique de distinguer la définition biologique de la maladie de sa
définition sociale influencera considérablement les travaux interactionnistes, en particulier
ceux de Freidson.
Parsons envisage la pratique médicale comme une institution de rôles préétablis. En tant que
rôle professionnel, nous dit Parsons, la médecine a institutionnalisé un contenu technique, qui
l’emporte de loin sur tous les autres éléments qui déterminent le statut du médecin (Parsons,
1963 : 197). Ce haut niveau de compétence technique implique la spécificité de la fonction :
le médecin n’est plus un sage, nous dit-il, mais un spécialiste (p198). « Le traitement de ce
problème tourne autour des variables, et de la combinaison particulière des variables et des
valeurs qui caractérisent les professions libérales dans notre société : accomplissement,
universalisme, spécificité fonctionnelle, neutralité affective, orientation vers la collectivité, la
liste étant donné dans cet ordre. » (p224). L’accomplissement s’entend comme la réalisation
des fins ; l’universalisme est étroitement lié à la spécificité fonctionnelle. La neutralité
affective est cette capacité à traiter un problème « objectif » en termes « objectifs » ; elle est,
selon Parsons, ce qui distingue le « professionnel » du « commerçant » : l’« idéologie » de la
profession médicale, nous dit Parsons, met en évidence l’obligation du médecin de placer le
bien-être du malade (et de la collectivité) avant son intérêt personnel.
Le rôle du malade est envisagé comme un système d’anticipations liées à des normes sociales
: 1) le malade est exempté des responsabilités normales attachées à son rôle ; 2) le malade ne
peut s’en tirer tout seul : il a besoin d’autrui ; 3) la maladie est indésirable et entraîne
l’obligation de souhaiter « aller mieux » ; 4) le malade est obligé de rechercher un technicien
compétent. « Ce rôle est universaliste ; ce sont des critères généraux et objectifs qui
déterminent si l’on est ou l’on n’est pas malade, comment et de quelle sorte de maladie »
(p202-203). Ce rôle est « fonctionnellement spécifique » dans la mesure où il est limité au
domaine de la santé ; il est « affectivement » neutre au sens où il vise un problème objectif (la
guérison) et non la signification affective de certains. Ces normes qui régissent le système
131
d’anticipation, le rôle de malade, reposent sur divers éléments qui caractérisent sa situation :
le malade n’est pas responsable de sa situation, il est impuissant, il a besoin de secours, il est
incompétent sur le plan technique, il est impliqué émotionnellement (p205). Parsons met en
évidence la complémentarité des structures des rôles du malade et du médecin : le médecin est
responsable du malade, sa première responsabilité est de faire tout ce qu’il peut pour
promouvoir la guérison complète, rapide et sans douleur du malade (p218), il collabore avec
son patient pour y parvenir (il doit avoir libre accès au corps du malade et à tout une série
d’informations confidentielles, ces « savoirs coupables », dont nous parle Hughes).
Parsons centre son analyse de la place qu’occupe la médecine dans le « système social total »,
dans ce qu’elle a de « typique » (Parsons, 1963 : 247), en portant une attention particulière
aux rôles tenus par chacune des deux parties de la relation malade-médecin. Le médecin est le
« type » même du professionnel car il réunit, au plus haut point, les traits caractéristiques du
« rôle » professionnel : des compétences techniques « universalistes » (légitimité scientifique
universelle), une spécificité fonctionnelle, une neutralité affective, une orientation vers la
collectivité. « L’institutionnalisation des rôles est liée à l’équilibre des motivations se
déployant dans le système social (…), d’une manière somme toute inaccessible au sens
commun, mais qui illustre parfaitement notre analyse de la motivation dans ses rapports avec
les processus sociaux » (p249).
Comme le montre Chapoulie (1973), Parsons caractérise les professions par leur position
«intersticielle» dans la structure sociale : « Médiations entre besoins individuels et nécessités
fonctionnelles, les professions contribuent à la régulation et au contrôle qui permet le bon
fonctionnement (smooth functicming) de la société. (…). Ce schéma théorique – qui sous-tend
chez Parsons une interprétation apologétique du rôle des professions – explique pourquoi les
recherches empiriques qui se réclament de l'analyse parsonnienne étudient les corps
professionnels en eux-mêmes, et non à partir de leur position dans la structure sociale. Ces
recherches se réduisant ainsi à la comparaison entre les descriptions de situations concrètes
(tel ou tel corps professionnel des Etats-Unis) et un modèle, le «type idéal des professions»
construit par abstraction des caractéristiques «importantes» des professions établies. »
(Chapoulie, 1973 : 91-92).
2.1.1.3. Le schéma de professionnalisation
La « professionnalisation » occupe une place centrale dans la sociologie fonctionnaliste des
professions. Le schéma de professionnalisation exprime le passage des « occupations »
(métiers, emplois) aux « professions » (professions établies), il esquisse « le processus selon
lequel un corps de métier tend à s’organiser sur le modèle des professions établies »
(Chapoulie, 1973 : 89). Merton (1957) poursuit l’œuvre de Parsons en appliquant au monde
médical sa distinction entre fonctions manifestes et fonctions latentes afin de formaliser ce
schéma de professionnalisation : si la fonction manifeste des études médicales est de
socialiser tous les étudiants à la profession médicale pourvue de normes (cognitive and moral
standards), sa fonction latente est de différencier les étudiants en spécialités médicales
99
variées, pourvues de degrés de prestige et de statuts différents (Merton, 1957 : 65). Wilensky
complétera cette définition de la professionnalisation, en identifiant six critères ordonnés qui
permettent de distinguer une profession d’une simple occupation : l’exercice à temps plein de
l’activité, les règles d’activité, une formation et des écoles spécialisées, des organisations
professionnelles, une protection légale du monopole, un code de déontologie.
Chapoulie met en évidence, par-delà la différenciation marginale des approches, le très large
consensus sur les caractéristiques principales d’un idéal type professionnel et sur leur articu99 Wilensky H. (1964), « The professionalization of Everyone ? », American Journal of Sociology, 2, pp137-158.
132
lation, et le fait que « le monopole dans l'accomplissement des tâches professionnelles est
ainsi le plus souvent décrit comme reposant sur : a) une compétence techniquement et
scientifiquement fondée ; b) l’acceptation et la mise en pratique d'un code éthique réglant
l'exercice de l'activité professionnelle. » (Chapoulie, 1973 : 92). L’auteur y ajoute quelques
« traits dérivés » qui complètent le type-idéal des professions : 1. Une formation
professionnelle longue, délivrée dans des établissements spécialisés ; 2. Un contrôle technique
et éthique des activités professionnelles effectué par les pairs ; 3. Un contrôle généralement
reconnu légalement (accord entre la profession et les autorités légales) ; 4. Des communautés
réelles qui partagent des identités et des intérêts spécifiques ; 5. L’appartenance aux fractions
supérieures des classes moyennes, par les revenus, le prestige, le pouvoir des membres des
professions » (Chapoulie, 1973 : 93).
« Ainsi conçue, l'analyse sociologique se limitait à entériner les critères de reconnaissance
des professionnels socialement et juridiquement admis, sans se donner les moyens de saisir
les fondements sociaux de l'existence du fait professionnel. Par la suite, elle se condamnait à
ressasser dans un inépuisable débat typologique les vraies valeurs professionnelles contre les
prétentions excessives de telle ou telle occupation. La sociologie des professions ne pouvait
sortir de cette impasse qu'en interrogeant ses postulats implicites. » (Paradeise, 1988 : 11).
2.1.2. L’approche interactionniste : l’organisation formelle
La notion d’interaction, comme le rappelle Chapoulie (1996), n’est pas une notion de sens
commun, mais un concept qui sert à exprimer un postulat de base : « les membres d’une
société sont liés par un système d’influences mutuelles qui, en raison de ses propriétés, doit
être considéré comme un processus » (Park, cité par Chapoulie, 1996 : p48). Pour Park, le
terme d’interaction ne désigne pas uniquement des interactions de face-à-face entre
individus ; il est également employé pour désigner les relations de compétition entre des
groupes qui n’impliquent pas forcement de contact. (Chapoulie, 1984 : 587). Hughes définit
ainsi la sociologie « comme la science des interactions sociales et de leurs conséquences
culturelles et institutionnelles (qui deviennent à leur tour des facteurs conditionnant les
interactions futures) » (Hughes, 1996 : 279).
Baszanger retient trois idées primordiales qui permettent de situer l’interactionnisme en
général (Baszanger, 1992 : 14) : 1) une vision de la société comme production collective ; 2)
les ressources de l’activité humaine s’élaborent dans des relations intersubjectives qui
évoluent dans le temps ; 3) une vision des êtres humain comme réflexifs, créatifs et actifs.
Précisons également que l’approche interactionniste ne peut être assimilée à une analyse
« microsociale », dans la mesure où « structure » et « interaction » sont intimement liées
(Baszanger, 1992 : 45). L’entreprise sociologique de Hughes s’attache invariablement à
mettre en relation les dimensions « objectives » et « subjectives » des phénomènes sociaux,
par une attention extrême portée aux détails et une grande insistance sur les processus
macrosociaux (urbanisation, évolution de la division du travail, industrialisation), comme le
souligne Chapoulie (1996). Ainsi Hughes et ses disciples, dans le cas qui nous occupe,
montrent que pour analyser un groupe professionnel il faut comprendre l’ensemble du
système dans lequel il s’insère (en incluant les clients et leurs besoins) ; il faut sans cesse
interroger l’activité de travail (occupation) dans la « matrice institutionnelle » dans laquelle le
travail est accompli (Hughes, 1996 : 67).
Notons enfin que l’approche interactionniste se caractérise également par ses méthodes
d’observation et d’analyse : le travail de terrain (Hughes, 1996) et les théories empiriquement
fondées (Strauss, 1992). Bien plus que la découverte du travail de terrain, c’est le
développement d’une approche réflexive du travail de terrain (le terrain comme
« maïeutique »), s’écartant d’une simple valorisation de l’observation directe des phénomènes
133
sociaux, qui caractérise les interactionnistes de Chicago : la postface ou « appendice
méthodologique » de Street Corner Society publiée en 1955 (Whyte, 1996) n’est qu’un
exemple parmi d’autres de cette évolution tangible.
2.1.2.1. La prise de la « forteresse » fonctionnaliste
C’est donc à Chicago que se développe une sociologie interactionniste des « groupes
professionnels », qui se propose de rompre radicalement avec la conception fonctionnaliste de
la profession défendue à Harvard.
La prise de la forteresse fonctionnaliste s’est opérée en trois assauts conjoints : 1) à la base :
par la mise en doute d’une approche substantialiste des professions (la critique nominaliste),
2) au sommet : par la critique de l’idéal type professionnel (la critique relativiste), 3) au
centre : par la redéfinition complète de la socialisation professionnelle (la critique
constructiviste).
Nominalisme
Une première manière d’envisager la critique interactionniste adressée aux défenseurs de la
théorie fonctionnaliste des professions est de se demander si les « professions », telles qu’elles
sont conceptualisées par les sociologues fonctionnalistes, existent réellement. La sociologie
des professions nous parle-t-elle de mots ou de choses ? Les professions sont-elles des objets
de la pratique quotidienne ou des objets théoriques ? La théorie fonctionnaliste se caractérise
par une approche substantialiste de la profession (Chapoulie, 1973 : 113), dans la mesure où
ses défenseurs postulent a priori son existence : elle existe, et préexisterait même aux
individus qui doivent impérativement s’y « mouler » pour devenir des professionnels. La
profession est, comme nous l’avons vu, caractérisée par sa position « intersticielle » dans la
structure sociale : la profession est un rôle social, une fonction de régulation et de contrôle qui
assure le bon fonctionnement de la société. A l’inverse, l’approche interactionniste se
positionne par une attitude nominaliste (Champy, 2004a). « L’examen critique des propriétés
des termes du langage ordinaire qui constituent au moins une partie de la définition préalable
des objets étudiés par les sciences sociales est l’une des stratégies d’investigation que Hughes
applique à tous les sujets qu’il analyse » (Chapoulie, 1996 : 49).
Pour Le Moigne (1995 : 44), ce n’est pas seulement l’interactionnisme mais l’ensemble des
épistémologies constructivistes qui s’affilient à l’héritage des nominalistes médiévaux
(d’Abélard à Guillaume d’Ockham) : nous ne pouvons connaître la réalité en soi, dans son
essence, mais uniquement à travers les noms et les représentations. L’attitude nominaliste des
interactionnistes de Chicago n’est d’ailleurs pas sans rappeler les travaux d’Elias sur la
formation du concept de « civilisation » en France et en Allemagne ou sur l’usage des notions
d’« individu » et de « société » dans les sciences sociales ou dans la vie de tous les jours.
Notons que Foucault également, dans Les mots et les choses, s’intéresse à l’évolution entre
l’organisation des êtres et la flexion des mots à la fin du XVIIIe siècle (1966 : 238-249).
Dans What’s in a Name (1952), Hughes nous initie à la magie du langage : « Il existe en effet
une magie des noms. En tant que chercheurs en sciences sociales et en tant que citoyens, il
nous appartient de comprendre quand et comment fonctionne cette magie » (Hughes, 1996 :
250). Dans Work and Self (1951) : « Bien des gens dans notre société font un travail qui porte
un nom. Ces noms sont des étiquettes, à la fois des étiquettes de prix et cartes de visite (…) le
concept de « profession » dans notre société n’est pas tant un terme descriptif qu’un jugement
de valeur et de prestige » (Hughes, 1996 : 75-77). L’attitude nominaliste invite effectivement
à l’analyse de ces logiques de l’étiquette ou du prestige, dont nous parle Elias dans La société
de cour.
134
En revanche, cette posture théorique rend impraticable une sociologie des
« professions ». Comme le souligne Isabelle Baszanger, « les recherches interactionnistes
symboliques, au contraire des recherches fonctionnalistes, refusent la possibilité d’une
théorie générale des professions qu’elles considèrent comme des objets de la pratique
quotidienne, c’est-à-dire ne relevant pas d’une analyse conceptuelle spécifique (objet
conventionnel de Hughes, folk-concept de Becker) » (Baszanger, 1981 : 225). Dès lors, il faut
se contenter, plus modestement, d’une sociologie du « travail » professionnel, de l’activité
pratique de groupes « réels » … une sociologie de l’activité humaine et de ses formes
d’organisation.
Pragmatisme
Un second angle d’attaque réside dans la critique de l’idéal type professionnel, tant au niveau
de la méthode de construction de cet idéal type que de son usage (l’analyse des écarts de
divers corps de métier au type idéal). Il devient impératif de rompre avec ces représentations
établies, - ce modèle des professions établies du début du XXe siècle qui cadre de plus en plus
mal avec les données d’enquêtes actuelles -, et d’étudier les groupes professionnels comme
objet de la pratique quotidienne (Chapoulie, 1973 : 99).
L’idéal type professionnel s’accompagne d’une version élitiste de la professionnalisation dans
l’approche fonctionnaliste : toutes les « occupations » ne peuvent pas devenir des
« professions », seulement certains groupes professionnels, principalement les professions
universitaires qui se réfèrent à des savoirs théoriques, sont capables de faire évoluer leurs
« occupations » en « professions ». Hughes part de l’hypothèse inverse selon laquelle « tous
les types de travail figurent sur la même liste, quel que soit leur classement sur les échelles de
prestige ou de valeur morale » (Hughes, 1996 : 87). La critique à l’égard du fonctionnalisme
porte sur l’égale dignité et l’égal intérêt sociologique pour toutes les activités de travail, et pas
uniquement les emplois industriels et les métiers certifiés par l’université : « il s’agissait
souvent de comprendre les mécanismes vitaux et cachés de la ville et d’établir un point de vue
quasi ethnographique sur des « métiers peu recommandables et totalement ignorés des
sociologues académiques » » (Dubar et Tripier, 1998 : 98). Il y a aussi cette
intuition redoutable : « Dans les objets sociaux de moindre prestige, il peut être (…) plus
facile d’accéder à l’essentiel » (Hughes, 1996 : 80). Comme le montre Chapoulie, « des
premières études consacrées à des métiers marginaux ou de statut peu élevé, Hughes tirera la
conclusion que ceux-ci constituent un terrain d’observation privilégié, car leurs membres
sont moins susceptibles que ceux des professions de haut statut de maintenir une façade et
d’opposer aux chercheurs des symboles valorisés (« éthique professionnelle », « savoir
scientifique ») auxquels ceux-ci sont, du fait de leur propre position sociale, portés euxmêmes à adhérer. » (Chapoulie, 1984 : 600)
Ainsi, à la version apologétique du concept de profession se substitue une version
« pragmatique » ; à la version élitiste du concept de professionnalisation se substitue une
version « démocratique ». Rappelons que, chez Hughes, la professionnalisation s’entend
comme le processus d’organisation sociale des marchés du travail les plus divers : « dans
notre société, ceux qui exercent un métier cherchent souvent à l’élever dans la hiérarchie
professionnelle en le transformant en « profession » » (Hughes, 1996 : 77).
Hughes part d'un constat empirique, selon lequel les professions sont définies par un statut
juridique dérogatoire au droit commun, et à partir duquel il développe une
hypothèse percutante : le statut professionnel est convoité parce qu'il construit et légitime des
privilèges spécifiques. Comme le souligne Paradeise, Hughes transforme en objets d'analyse
les traits idéal typiques que le modèle de Parsons saisissait comme des données. « Deux
conséquences méthodologiques essentielles en résultaient. En premier lieu, l'étude des
135
professions par leurs fonctions macro-sociales était disqualifiée. (…) En second lieu, le
discours sur la profession ne devait plus être accepté comme un récit de nature, mais devait
être analysé comme une argumentation devenue croyance partagée par les publics internes et
externes de l'occupation, dans le mouvement d'organisation matérielle et symbolique lié à la
conquête et la pérennisation du statut. » (Paradeise, 1988 : 11-12).
Constructivisme
Parallèlement à ces assauts de la base (le substantialisme) et du sommet (l’idéal type
professionnel), les interactionnistes s’engouffrent dans une brèche centrale de la forteresse
fonctionnaliste : le socialisation professionnelle. Pour Merton (1957), les études constituent
un moment clef de la socialisation professionnelle dans la mesure où elles assurent
conjointement la transmission d’un savoir technique et la transmission de normes, de valeurs
100
qui permettent de réguler les comportements futurs . « Ratified by more than two generations
of use in psychology and sociology, the technical term socialization designates the processes
by which people selectively acquire the values and attitudes, the interests, skills, and
knowledge-in short, the culture-current in the groups of which they are, or seek to become, a
member. It refers to the learning of social roles. In its application to the medical student,
socialization refers to the processes through which he develops his professional self, with its
characteristic values, attitudes, knowledge, and skills, fusing these into a more or less
consistent set of dispositions which govern his behavior in a wide variety of professional (and
extraprofessional) situations » (Merton et al., dir., 1957 : 287). Comme le rappelle Baszanger,
l’acquisition d’un équilibre interne entre normes et contre-normes vient sanctionner cet
apprentissage : le nouveau médecin entre dans le système de valeurs de ses pairs. La critique
interactionniste, adressée aux fonctionnalistes, porte précisément sur la préexistence (aux
acteurs) d’un système de valeurs cohérent dans lequel l’individu se moule afin d’y assurer un
rôle prédéfini.
« Pour le fonctionnalisme, une profession est pour l’essentiel une communauté relativement
homogène dont les membres partagent identités, valeurs, définition des rôles et intérêts (…)
La socialisation des nouveaux membres consiste à les initier à ce noyau central » (Strauss,
1992 : 68). Dans Boys in withe, Becker et ses collègues montrent que les étudiants en
médecine ne se laissent pas passivement socialiser par la faculté : ils développent des
101
stratégies collectives (group perspectives ) qui leur permettent de concentrer leurs efforts
(Becker et al., 2002 : 33 et 192). « Student culture consists of collective responses to problems
posed for students by the environment » (p436). La socialisation apparaît, dans cette
perspective, comme une série d’ajustements situationnels : tout en intériorisant les valeurs
clefs de la culture médicale (responsabilité médicale et expérience clinique), les étudiants les
redéfinissent en fonction de situations immédiates. « Medical culture consists of the shared
understandings and perspectives of the medical profession as well as the technology of
diagnosis and treatment of human illness. (…) Student versions of medical culture differ from
those of the practicing physician because the position of the student in the medical school
100 « The spectrum of medical values and norms.(…) The Profession of medicine, like other occupations, has its own
normative subculture, a body of shared and transmitted ideas, values and standards toward which members of the profession
are expected to orient their behavior. The norms and standards define technically and morally allowable patterns of
behavior, indicating what is prescribed, preferred, permitted, or proscribed. The subculture, then, refers to more than
habitual behavior; its norms codify the values of the profession » (Merton et al., dir., 1957: 71). L'auteur dresse une liste de
valeurs, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, mais qui met en évidence les points principaux : values governing the physician’s
self-image, values governing the physician-patient relationship, values governing the relation to colleagues and the
community (pp73-75).
101 « We use the term perspective to refer to co-ordinated set of ideas and actions a person uses in dealing with some
problematic situation, to refer to a person’s ordinary way of thinking and feeling about and acting in such a situation »
(Becker et al., 2002 : 34).
136
differs radically from the physician’s » (p191-192). Cette « sous-culture » médicale garantit
aux étudiants une certaine autonomie face à l’institution.
En clair, la socialisation est moins un enrôlement (l’entrée passive dans un rôle prédéfini)
qu’une construction identitaire. Hughes parle ainsi de la « fabrication d’un médecin » qui
nécessite une conversion identitaire de l’individu à la culture médicale, à une vision du monde
et de soi qui rend possible la pratique de ce rôle, de cette fonction sociale. Rappelons les
quatre moments essentiels de cette conversion identitaire : 1) la séparation du professionnel
d’avec le monde profane, 2) la passage « à travers le miroir », 3) le dédoublement du Soi, 4)
l’identification au rôle professionnel. Le cursus universitaire est bien envisagé comme un
parcours initiatique, une imprégnation culturelle qui rend possible la construction d’une
identité, décisive dans la socialisation professionnelle (Dubar, 1991). S’il en est ainsi pour les
médecins, il en va de même pour les musiciens de jazz (Becker, 1985) : la déviance de ces
musiciens underground est envisagée comme la construction collective d’une contre-culture,
d’une culture alternative à la culture dominante.
2.1.2.2. Une sociologie « formelle » des professions : quelques concepts
L’approche interactionniste valorise les aspects formels des professions (en contrepoint des
aspects fonctionnels), dans la lignée des recherches de Georg Simmel sur les formes de la
102
socialisation . Les professions sont des formes collectives et historiques d’accomplissement
de soi : « le double point de vue défini par les termes interaction et biographie implique que
toutes les activités de travail soient analysées à la fois comme des processus subjectivement
signifiants et comme des relations dynamiques avec les autres ». (Dubar et Tripier, 1998, pp
94-95). L’essentiel est de pouvoir restituer l’activité professionnelle dans sa dynamique
temporelle (processus biographique) et dans sa dynamique relationnelle et interactive. La vie
professionnelle (career) est un processus biographique qui construit les identités. Pour
Hughes, la carrière comme synonyme de parcours d’une personne au cours de son cycle de
vie s’applique à tout le monde. Ce processus biographique est interdépendant du processus
interactif.
Hughes est un des premiers sociologues à s’intéresser à l’analyse « formelle » d’un processus
historique par lequel se constitue la division des tâches et la catégorisation des groupes en
présence. Comme le montre Chapoulie, « l'absence d'intérêt, dans les recherches inspirées
par le fonctionnalisme, pour les caractéristiques sociales de la division technique du travail,
s'explique sans doute par le postulat que l'existence d'un «besoin médical», d'un «besoin
d'enseignement» ou d'un «besoin religieux », entraîne l'existence d'un corps de spécialistes se
consacrant à leur satisfaction, selon une forme complètement déterminée par l'état de la
technique et que, par suite, la division du travail entre spécialistes n'affecte pas
l'accomplissement des tâches. » (Chapoulie, 1973 : 101). Cet intérêt particulier que Hughes
porte à la division du travail est au coeur de l’approche interactionniste, qui accorde la
primauté au travail dans l’analyse des phénomènes sociaux : la maladie (Hughes, 1996 ;
Freidson, 1984 ; Strauss, 1992), la déviance (Goffman 1968 et 1975 ; Becker, 1985), l’art
(Becker, 1988).
Dans Social Role and the Division of Labor (1956), Hughes montre que la division du travail
implique l’interaction, car nous dit-il, « elle ne consiste pas dans la simple différence entre le
type de travail d’un individu et celui d’un autre, mais dans le fait que les différentes tâches
sont les parties d’une totalité, et que l’activité d’un chacun contribue dans une certaine
mesure au produit final. Or l’essence des totalités, (…) c’est l’interaction. Le travail comme
102 Simmel G. (1908), « Sociologie ; Recherches sur les formes de socialisation », traduction française partielle de 1986
dans Simmel G., La Sociologie et l’expérience du monde moderne, Patrick Watier, Paris, Méridiens Klincksieck, pp21-45.
137
interaction sociale est donc le thème central de l’étude sociologique et psycho-sociologique
du travail » (Hughes, 1996 : 61). Hughes nous rappelle que « dans son usage ancien et plus
restreint, le terme de profession se référait au très petit nombre des métiers très prestigieux et
qualifiés dont les membres agissaient pour le profit d’autrui ; les avocats et les médecins en
sont les prototypes » (op. cit. 63). Il développe alors une hypothèse originale : si les médecins
jouissent d’un grand prestige, ce n’est pas tant sui generis qu’en vertu de leur place dans la
structure sociale, dans la structure spécifique de la division médicale du travail, à un moment
donné.
L’attitude nominaliste de Hughes, déjà évoquée, qui se caractérise par un souci d’examiner de
près la dénomination des métiers et les symboles qui lui sont associés, nourrit cette
hypothèse : la dénomination du métier correspond toujours à une position dans la structure
sociale, par exemple dans le cadre de l’organisation hospitalière. « Un métier ou un poste de
travail consiste en un faisceau de tâches (…) Toutes les tâches d’un même faisceau ne sont
pas également agréables à remplir, et toutes n’ont pas le même prestige » (p71). « Le
processus de conversion d’un art ou d’un métier en une profession établie comporte souvent
une tentative pour abandonner certaines tâches à une autre catégorie de travailleurs » (p72).
« Dans chaque métier, certaines tâches sont préférées à d’autres ; certaines sont jalousement
défendues, alors que d’autres sont volontairement déléguées à ceux qui sont considérés
comme inférieurs, comme les femmes ou les Noirs, qu’ils se trouvent à l’intérieur ou à
l’extérieur du métier ou de la profession » (p125).
Hughes introduit alors la notion de division « morale » du travail pour exprimer les « infinies
nuances psychosociologiques » de ce phénomène, et pas seulement ses dimensions
techniques : « la division du travail dans la société n’est pas purement technique, comme on
le suggère souvent. Elle est aussi psychologique et morale » (Hughes, 1996 : 89). Il souligne
l’intérêt de compléter toute description technique de la division du travail par des définitions
de « rôles ». Le notion de « rôle » est ici utilisée dans un sens pratique, référent au jeu : le rôle
social est le personnage que l’on joue dans une pièce. Hughes parle ainsi de social drama of
work. « Ainsi, une étude du travail d’infirmière doit-elle être aussi une étude de rôles sociaux
– c'est-à-dire des rôles que les gens pensent que l’on attend d’eux, ou des rôles qu’on leur
permet de jouer sur la scène (social drama) que constitue l’hôpital moderne » (p73).
La mise en forme : le concept d’ordre négocié
Dans The Hospital and Its Negotiated Order, - article publié en 1963 dans un ouvrage
collectif dirigé par Freidson -, Strauss et ses collègues nous initient au concept d’ « ordre
négocié » : ce concept leur permet de rendre compte de l’organisation de la profession comme
une succession d’équilibres instables. Strauss définit le concept de la manière suivante :
« Tout changement qui se heurte à cet ordre – qu’il soit ordinaire comme l’arrivée d’un
nouveau membre dans l’équipe, ou qu’il soit perturbant, un contrat trahi, ou qu’il s’agisse de
quelque chose d’exceptionnel comme l’introduction d’une nouvelle technologie ou d’une
nouvelle théorie –, tout changement imposera une renégociation ou une réévaluation, des
changements en découleront dans l’ordre organisationnel. (…) Cette reconstitution de l’ordre
social, nous nous risquons à dire qu’elle peut être conçue avec profit en termes de rapport
complexe entre le processus quotidien de négociation et un processus d’évaluation
périodique » (Strauss, 1992 : 108). L’incomplétude des règles qui régissent l’hôpital, ce lieu
professionnalisé par excellence, implique une négociation continuelle entre les professionnels,
le personnel profane et les malades : comme les règles sont loin d’être exhaustives, clairement
établies, ou clairement contraignantes, tous sont engagés dans ce processus de marchandage
qui contribue à construire un ordre négocié. D’un point de vue pragmatique, c’est ça un
hôpital : un ordre social négocié, nous disent ces auteurs.
138
En 1978, Strauss revient sur cette problématique, centrale dans la tradition de Chicago,
rappelant l’anti-déterminisme de Mead, Thomas et Park (Strauss, 1992 : 257). Pour Strauss,
les négociations obéissent à certains schémas et non pas au hasard (op. cit. : 250) ; les
résultats des négociations ont des limites temporelles. Dans l’analyse des négociations,
Strauss nous invite à prendre en compte : le nombre de négociateurs (et savoir qui ils
représentent), le nombre et la complexité des question négociées, la question de la
délimitation des questions négociées, la nature des enjeux de la négociation, le rythme des
négociations, les équilibres de pouvoir dans la négociation, la visibilité des transactions, les
options permettant d’éviter ou de rejeter la négociation (op. cit. : 260).
La dynamique relationnelle orientée vers la création d’un « ordre interne » négocié, provisoire
mais nécessaire, invite à considérer l’ensemble des groupes professionnels en quête d’une
stabilisation de leurs territoires face à la concurrence.
Forme et changement : le concept de segment
Dans Professions in Process (1961), Bucher et Strauss proposent de développer une approche
processuelle des professions afin de mettre l’accent sur les conflits d’intérêts et les
changements : une sorte d’alternative aux approches antérieures qui se centraient
essentiellement sur les mécanismes assurant la cohésion et sur l’étude détaillée de la structure
sociale des professions. Ces auteurs s’intéressent davantage à la « structure minimale » des
professions, autrement dit, à l’ensemble des mécanismes informels de sociabilité et de
contrôle qui contribuent à la division sociale du travail et à la segmentation de la profession :
la spécificité des missions, la variété des tâches et des situations de travail, la particularité des
méthodologies et techniques, des clients et des types de clients, des intérêts professionnels, la
confraternité, les associations, les relations publiques (avec le public).
Ils développent expressément la notion de segment pour désigner les groupements qui
émergent à l’intérieur d’une profession : « nous développerons une conception des
professions comme agrégation de segments poursuivant des objectifs divers, plus ou moins
subtilement maintenus sous une appellation commune à une période particulière de
l’histoire » (Strauss, 1992 : 69). Les professions sont dès lors envisagées comme « un
amalgame flou de segments en cours d’évolution ». Les segments ne doivent pas être
considérés comme de simples produits de la différenciation ; ils renvoient au contraire à des
identités organisées. « L’identité professionnelle peut être considérée comme l’homologue de
l’idéologie d’un mouvement politique : en ce sens les segments possèdent une idéologie » (op.
cit. : 83). Les liens avec Freidson sont évidents : nous y reviendrons. Strauss nous invite à
considérer les segments d’une profession comme des mouvements sociaux : « les segments ne
sont pas des parties absolument stables, définies pour l’éternité, du corps professionnel. Ils
sont soumis plus ou moins continuellement à des changements. Ils prennent forme et se
développent, se modifient et disparaissent » (op. cit. : 82). La dynamique relationnelle se
déploie dans deux cadres distincts : le cadre des arrangements institutionnels où se joue une
lutte de pouvoir pour l’acquisition de positions avantageuses (relation verticale avec l’Etat), le
cadre de la concurrence interprofessionnelle (relation horizontale avec les autres segments).
La compétition permanente entre segments professionnels doit impérativement être replacée
dans son contexte économique, social et politique.
Forme et pouvoir : licence et mandat
Pour les sociologues interactionnistes, tous les groupes professionnels cherchent à se
préserver du contrôle, de la domination ou de la dépendance : aucun n’y parvient
complètement et définitivement, et aucun n’est totalement privé de marge de manœuvre.
« Ainsi, tout collectif exerçant une activité (occupation), un métier, un emploi est conduit à
139
stabiliser son domaine, son territoire, sa définition en obtenant de ses partenaires (et
notamment de ceux qui ont ce pouvoir) une autorisation spécifique, limitant la concurrence,
et une mission reconnue, valorisant le groupe. Lorsqu’un groupe y parvient, il devient, pour
un temps au moins, une profession » (Dubar et Tripier, 1998 : 104). En clair, les groupes
professionnels sont des processus d’interactions qui conduisent les membres d’un même
groupe (exerçant une même activité) à s’auto-organiser, à défendre leur autonomie et leur
territoire, à se protéger de la concurrence. « Toutes cherchent à établir un monopole, par la
délimitation à la fois de leurs activités et du domaine dans lequel s’exerce leur responsabilité,
et par la délégation, intentionnellement ou par défaut, d’un grand nombre de tâches et des
responsabilités connexes à d’autres métiers. » (Hughes, 1996 : 128)
Hughes définit les concepts de « licence » et de « mandat » de la manière suivante : « On peut
dire qu’un métier existe, lorsqu’un groupe de gens s’est fait reconnaître la licence exclusive
d’exercer certaines activités en échange d’argent, de biens ou de services. Ceux qui disposent
de cette licence, s’ils ont le sens de la solidarité et de leur propre position, revendiqueront un
mandat pour définir les comportements que devraient adopter les autres personnes à l’égard
de tout ce qui touche à leur travail. (…) Licence et mandat constituent les manifestations
premières de la division morale du travail, c’est-à-dire des processus de répartition des
différentes fonctions morales entre les membres de la société, individus ou catégories
d’individus » (Hughes, 1996 : 99-100). La licence correspond en un sens étroit à l’autorisation
légale d’exercer un type d’activité, et dans une acceptation plus large comme la liberté
d’action (p108).
Les formes de l’art
103
: le concept de monde
Strauss et Becker développent tous deux une perspective en termes de « monde social »,
partant des travaux de Shibutani (1960) qui tendaient à montrer que chaque monde social est
un « univers de réponse réciproque singularisée », une « arène dans laquelle existe une sorte
d’organisation » (cité par Strauss, 1992 : 269). Pour Strauss, l’approche en termes de
« monde social » permet de mieux comprendre les processus du changement social, prenant
davantage en compte l’histoire sans pour autant affecter la position anti-déterministe : la mise
en parallèle des processus et des caractéristiques structurelles des mondes permet de
renouveler l’articulation des dimensions objectives et subjectives des phénomènes sociaux, de
dépasser peut-être un interactionnisme trop radical. Ces auteurs parlent d’ailleurs
d’interactionnisme symbolique pour qualifier leur démarche (Strauss, 1976).
Strauss montre que chaque monde social se caractérise par : 1) une activité primaire ; 2) des
sites ou territoires où se déroulent ces activités ; 3) des technologies ; 4) des organisations. Il
insiste autant sur l’infinie variété des mondes (Strauss, 1992 : 272) que sur le fait que les
mondes ne sont pas homogènes (la segmentation interne des mondes sociaux : cfr. p274).
« Dans chaque monde, fleurissent des modes » (Strauss, 1992 : 278).
Les travaux de Becker s’inscrivent dans cette même perspective : relier le langage, les
représentations et les croyances à des réseaux de partenaires et d’institutions légitimes. H. S.
Becker introduit le concept de « monde » dans son ouvrage Les mondes de l’art, (trad. 1988,
Flammarion) : il s’agit à la fois de systèmes de croyances partagées, de réseaux, de chaînes de
coopération nécessaires à l’action. « La définition d’un monde pourrait être la suivante :
l’ensemble des individus et des organisations dont l’activité est nécessaire pour produire les
événements et les objets qui sont caractéristiques de ce monde ». (Becker, 1983 : 404).
Becker distingue ainsi quatre rapports différents aux mondes de l’art qu’il décrit comme
103 Entendons par là les formes de l’activité humaine, comme le suggère Becker (1988).
140
quatre personnalités types constituant un monde : les professionnels intégrés, les francs-tireurs
104
(Mavericks), les artistes populaires et les naïfs .
Le concept permet incontestablement de réaffirmer le potentiel créatif des individus (Strauss,
1992 : 270) ; il permet également de redéfinir la socialisation comme le processus par lequel
les personnes entrent et sortent d’un monde (op. cit. 276). Cette définition nous renvoie
directement au couple conceptuel deleuzien, territorialisation – déterritorialisation (Deleuze et
Guattari, 1972-1973). « Il faut un rite de passage pour entrer dans la profession, et un autre
pour s’en échapper » (Hughes, 1996 : 110).
2.1.2.3. En France : sociologie des « groupes professionnels » et socialisation
A partir des travaux « pionniers » de Chapoulie (1973), on s’interroge, en France, sur
l’opportunité de développer une sociologie des « groupes professionnels » plutôt qu’une
105
sociologie des « professions » . La sociologie des « groupes professionnels » est l’option
retenue : elle emprunte la voie interactionniste de l’école de Chicago, contre une sociologie
fonctionnaliste des « professions établies ». Cette traduction française permet de « ne pas
distinguer les deux concepts que la langue anglaise désigne sous les vocables s’excluant
mutuellement de « profession » et d’« occupation » ». (Lucas, 1994 : 13). Yvette Lucas définit
en ces termes l’objet d’analyse : « Les groupes professionnels constituent des processus
dynamiques ayant une histoire et présentant variations et diversité selon notamment les
champs professionnels, les conditions sociales d’émergence, les modes de construction, de
légitimation et éventuellement d’institutionnalisation ». (Lucas, 1994 : 20). L’enjeu de cette
approche est d’identifier (et d’évaluer) les facteurs qui influencent la dynamique de groupes
professionnels. Dubar et Lucas (dir.) (1994) interrogent ainsi : 1) les processus de
socialisation et la construction des identités, 2) la fonction d’expertise et le rôle de la
formation (relations Savoir/Pouvoir), 3) la construction et la déconstruction des groupes
professionnels, 4) le rôle de l’Etat, 5) le rôle des changements technologiques, 6) la
féminisation du travail, 7) la question de l’accroissement numérique et/ou du poids spécifique
de certains groupes professionnels.
De ce vaste programme analytique, nous retiendrons essentiellement la problématique de la
socialisation professionnelle : elle constitue un apport incontournable de la sociologie
française des « groupes professionnels » à la sociologie des professions, qui s’inscrit
pleinement dans le programme interactionniste.
Isabelle Baszanger (1981) est sans doute la première sociologue française à reprendre la
problématique de la socialisation professionnelle à l’endroit où l’avait laissée les
interractionnistes de Chicago, s’interrogeant sur la manière dont une profession trace ses
propres frontières et construit son identité. Elle nous rappelle que le contrôle social constitue
une composante essentielle du processus de socialisation professionnelle qui s’exprime à
104 Les professionnels intégrés occupent, aux yeux de Becker, une place primordiale dans la mesure où ils garantissent la
pérennité d’un monde de l’art. Ces artistes « canoniques » sont, en quelque sorte, les membres permanents de cette
organisation en monde: ils assurent l’établissement du monde par la cohérence et le suivi des conventions. A l’opposé, se
situent les artistes naïfs qui, « totalement indépendants des structures de travail instaurées par les mondes de l’art, n’ont pas
accès aux circuits d’approvisionnement en matériel professionnel. » (Becker, 1988 : 270). Ces artistes développent un style
éminemment personnel lié à leur totale indépendance vis-à-vis des conventions. Les artistes populaires – l’auteur donne
l’exemple des fabricants de kilts – se rapprochent des professionnels intégrés dans la mesure où « ils produisent tous deux des
œuvres d’art au sein de la communauté très structurée à laquelle ils appartiennent. » (Becker, 1988 : 256). Quant aux francstireurs, il s’agirait plutôt d’artistes ayant appartenu au monde officiel de leur discipline, mais qui n’ont pu se plier à ses
contraintes. Contrairement aux naïfs, ils ont connaissance des conventions mais ne peuvent s’empêcher de les transgresser.
105 La sociologie des « professions » est une traduction littérale de l’anglais Sociology of the Professions qui, comme le fait
très justement remarquer Dubar (1991), n’est pas neutre et exige, dès lors, un éclaircissement préalable : en français, le terme
« profession » correspond à deux termes anglais, et désigne conjointement l’ensemble des emplois reconnus dans le langage
administratif (« occupations ») et les professions libérales et savantes (« professions »).
141
travers divers mécanismes de sélection et de rejet des nouveaux membres. Ainsi, l’analyse de
la socialisation professionnelle lui permet d’interroger les mécanismes assurant la
reproduction d’une profession. Le cas des étudiants en médecine « futurs généralistes » lui
offre un exemple intéressant pour sonder ces mécanismes, un « cas limite », dans la mesure
où les généralistes constituent la catégorie professionnelle que l’institution socialisante
(l’hôpital) ne fabrique pas pour elle-même (le généraliste comme laissé pour compte du
système professionnel : il ne travaille pas en hôpital).
Baszanger pointe alors trois difficultés au modèle théorique de la socialisation
professionnelle, par-delà les différences entre fonctionnalistes et interactionnistes :
1) ce modèle pose une entité étudiante sans passé, « profane », extrinsèque au monde
médical et qui n’existe que par opposition à une autre entité (la profession), et
inversement, une culture médicale sans contact avec le « mode profane » ;
2) ce modèle néglige les autres fonctions de l’institution hospitalière (que la
socialisation) et s’interdit d’analyser l’étudiant comme faisant partie intégrante de
l’organisation productive et d’interroger sa position dans la division sociale du travail
hospitalier ;
3) ce modèle définit un processus unique circonscrit à une période de temps qui recouvre
exactement celle des études (la séquence temporelle fixée par l’institution).
Ces difficultés ont conduit l’auteur à lier études et insertion professionnelle dans l’approche
des processus de socialisation. « En ce sens, j’envisage moins la socialisation professionnelle
comme l’étude d’un processus qui forme des professionnels que comme celle de mécanismes
menant à l’exercice d’une profession et, dans le cas de la médecine, au choix d’une discipline
et à l’inflexion, à l’intérieur de cette discipline, donnée par de nouveaux médecins à leur
pratique. » (Baszanger, 1981 : 229). Dans un article, paru dans la revue Sociologie du travail,
l’auteur précise sa critique des modèles fonctionnalistes et interactionnistes de la socialisation
professionnelle : « la littérature offrait un modèle de socialisation professionnelle qui
établissait une césure entre études et insertion professionnelle renonçant ainsi à inclure dans
l’analyse tous les choix qui déterminent la nature de cette insertion. En revanche, en
déplaçant le point d’aboutissement des processus de socialisation de la fin des études à
l’entrée dans la profession, j’ouvrais la possibilité de raisonner en termes de choix. »
(Baszanger, 1983 : 276).
Mais qu’en est-il de la socialisation professionnelle après l’entrée dans la profession ? Les
travaux de Claude Dubar invitent à analyser la socialisation professionnelle « tout au long de
la vie » : dans une perspective interactionniste « renforcée », Dubar conçoit la socialisation
comme la construction des identités sociales et professionnelles tout au long de la carrière de
l’individu, de son processus biographique. Dubar construit une véritable « théorie
sociologique de l’identité » (Dubar, 1991 : chapitre V) et développe un ensemble de
catégories d’analyse opératoires : « La conceptualisation esquissée (…) refuse de distinguer
l’identité individuelle de l’identité collective (…) pour faire de l’identité sociale une
articulation entre deux transactions (…) : une transaction « interne » à l’individu et une
transaction « externe » entre l’individu et les institutions avec lesquelles il entre en
interaction (…). » (Dubar, 1991 : 111). Pour Dubar, l’identité sociale est marquée par sa
dualité, et dès lors la socialisation doit être envisagée comme une construction identitaire
complexe résultant d’un double processus relationnel et biographique, ou de l’articulation de
deux processus identitaires hétérogènes : 1) le processus d’attribution de catégories qui vise à
définir l’identité pour autrui (catégories d’attribution « objectives ») : étiquetage (Becker),
106
identité sociale virtuelle (Goffman) ; 2) le processus d’intériorisation qui exprime l’identité
106 Goffman définit l’identité sociale virtuelle comme le caractère attribué par autrui à l’individu ; il parle d’une
caractérisation « en puissance ». L’identité sociale réelle est la catégorie, les attributs dont on pourrait prouver qu’il les
142
pour soi (catégories d’appartenance « subjectives ») : incorporation de normes, identité
sociale réelle.
Parallèlement aux apports théoriques de l’école de Chicago, Dubar s’affilie également à la
perspective théorique de l’école française de psychanalyse (d’obédience lacanienne). La
107
conceptualisation du stade du miroir constitue une deuxième base théorique qui lui permet
de construire les principaux outils conceptuels de la socialisation, renouant avec une certaine
forme de structuralisme : la dialectique.
Dans cette dualité entre l’identité pour autrui conférée et l’identité pour soi construite, naît un
champ du possible, nous dit Dubar, dans lequel l’individu déploie un ensemble de stratégies
identitaires (Dubar, 1991 : 122). « Cette problématique suppose de concevoir et d’analyser la
transaction « objective » comme une confrontation entre des demandes et des offres
d’identités possibles et non simplement comme des produits d’attributions d’identités préconstruites » (p117). La négociation identitaire constitue un processus communicationnel
complexe qui met en relation des demandeurs d’identité « en situation d’ouverture » et des
108
offreurs d’identité « en situation d’incertitude quant aux identités virtuelles à proposer ».
Dubar et Demazière développent, séparément et conjointement, une typologie des modes
d’articulation entre l’identification par soi et l’identification par autrui (Dubar, 1991 ;
Demazière, 1992). Conformément aux recommandations méthodologiques de Becker (2002 :
86), leur typologie ne classe pas des individus mais bien des processus sociaux, des formes
d’interaction, des logiques d’action. Quatre types sont ainsi esquissés : 1) les identifications
par soi et par autrui se confortent « dans un échange vertueux », 2) les identifications par soi
et par autrui s’affrontent, 3) l’identification par soi se construit en s’appuyant sur les
identifications par autrui, 4) les identifications par autrui s’imposent aux identifications par
soi.
L’identité, pour Dubar, « n’est autre que le résultat à la fois stable et provisoire, individuel et
collectif, subjectif et objectif, biographique et structurel, des divers processus de socialisation
qui, conjointement, construisent les individus et définissent les institutions » (Dubar, 1991 :
113). L’identité est ainsi conceptualisée comme « espace-temps générationnel », un
« territoire existentiel » dirait Guattari (1992) : « l’identité sociale n’est pas « transmise » par
une génération à la suivante, elle est construite par chaque génération sur la base des
catégories et des positions héritées de la génération précédente mais aussi à travers les
stratégies identitaires déployées dans les institutions que traversent les individus et qu’ils
contribuent à transformer réellement. » (Dubar, 1991 : 128).
possède réellement, nous dit Goffman (1975 : 12). Cette dialectique identitaire renvoie directement à la problématique de la
« distance au rôle » (Goffman, 1968 : Adaptations primaires et adaptations secondaires, pp245-262 ; Les techniques de
distanciation et La genèse du moi : 368-374).
107 J. Lacan, Ecrits I, Points Essais, 1994, pp. 88-97. La conceptualisation du stade du miroir, introduite par Lacan en 1936,
constitue un prolongement théorique des deux topiques freudiennes (« conscient – inconscient » et « moi – ça – surmoi »).
Pour Lacan, le stade du miroir, par lequel passe l’enfant de 6 à 18 mois, assure une fonction de mise en relation de
l’organisme à sa réalité, de l’Innenwelt à l’Umwelt. Cette relation spéculaire du moi (fonction de l’imago) à sa « semblable
illusion nécessaire » est à l’origine de l’identification. Elle engendre, nous dit Lacan, la « quadrature inépuisable des
récoltements du moi » (Moi – Sujet – autrui – Autre).
L’organisme (le moi corporel) se donne un miroir de lui-même dans le monde. Au terme du stade du miroir, la médiatisation
du désir par le désir de l’autre assure le passage du je « spéculaire » au je « social ». Pour Lacan, le désir est désir de l’autre.
« L’assomption jubilatoire de son image spéculaire par l’être encore plongé dans l’impuissance motrice et la dépendance du
nourrissage qu’est le petit homme à ce stade infans, nous paraîtra dès lors manifester en une situation exemplaire la matrice
symbolique où le je se précipite en une forme primordiale, avant qu’il ne s’objective dans la dialectique de l’identification à
l’autre et que le langage ne lui restitue dans l’universel sa fonction de sujet. » (Lacan, 1994 : 90). Le stade du miroir
constitue cette première ébauche du moi qui s’opère chez l’enfant.
108 C’est ainsi que Demazière (1992 ; 2003), sur les traces de Dubar, analyse la catégorisation des chômeurs comme un
ensemble de négociations identitaires. Ces auteurs développent la notion de logiques d’action (Dubar et Demazière, 1997)
pour désigner la reconstitution des rationalités à l’œuvre dans les entretiens : les logiques d’action sont des catégories
d’analyse des stratégies identitaires.
143
2.1.2.4. Les limites du programme interactionniste : le travail professionnel contre le travail
spécifique ?
Les travaux récents de Florent Champy nous invitent à interroger les limites du programme
interactionniste en adressant une série de questionnements épistémologiques à la sociologie
française des groupes professionnels (Champy, 2004b). S’intéressant aux professions
artistiques, et plus particulièrement aux architectes (Champy, 1998 et 2001), l’auteur
questionne « l’ontologie implicite » d’un programme théorique qui tend à éluder
systématiquement « la question de la spécificité du travail professionnel, ou encore de
l’existence d’une identité professionnelle collective qui produit des effets « techniques » dans
le travail, et non seulement des effets « moraux » dans les rapports de domination entre
groupes sociaux (…) » (Champy, 2004a : 7). Il tente, ni plus ni moins, d’élucider l’énigme de
Freidson (1986), lorsque ce dernier s’interrogeait sur les difficultés à conceptualiser le métier
d’artiste dans ce qu’il a de spécifique, de « sui generis » : les professions artistiques
constituent un « défi à l’analyse sociologique » dans la mesure où le travail spécifique, « non
aliéné », nous dit Freidson, échappe au cadre d’analyse de la sociologie de la profession.
109
Abott (1988) insiste également sur la nécessité d’analyser le travail spécifique pour
comprendre les mécanismes de monopolisation.
Champy relève trois limites théoriques du programme interactionniste qui tendent
conjointement à occulter la spécificité du travail professionnel dans l’analyse.
Tout d’abord, le nominalisme radical de l’approche interactionniste vide la profession de tout
contenu, en distinguant la catégorie langagière (ou pratique) des groupes réels, et en focalisant
l’attention sur les formes relationnelles que prend l’organisation sociale d’un marché du
travail, d’un secteur d’activité. Pour Becker, « il est vain de se demander ce qu’est une vraie
profession et de chercher des caractéristiques nécessairement associées à ce titre » (Becker,
2001, cité par Champy, 2004a) : cette mise en garde qu’adresse Becker aux apprentis
sociologues témoigne admirablement de ce que Champy identifie comme un « frein » à
l’analyse du travail spécifique d’un groupe professionnel. C’est ainsi qu’il recommande, à
juste titre, de considérer les professions à la fois comme des catégories de la pratique
quotidienne et comme des réalités objectives supra-individuelles, comme d’ailleurs Abott
(1988) nous y invite également (envisager les professions comme des contraintes objectives).
Ensuite, Champy montre que la pratique de la suspicion à l’égard du discours des acteurs que
prône le programme interactionniste (Becker, 2002 : 154) tendrait également à nous éloigner
de notre objet, surtout lorsqu’elle est pratiquée de manière asymétrique : pour rompre avec
l’idéologie professionnelle dominante, faut-il systématiquement donner la parole aux
dominés ? Poupart et al (1997) relèvent également cette tendance au parti pris pour les plus
faibles ou les exclus (1997 : 70-71). N’est-ce pas, à nouveau ce que Becker recommande à ses
étudiants : ne pas oublier « d’aller également parler aux concierges, aux employé(e)s de
l’administration, aux secrétaires (sans oublier les personnes qui ont cessé de travailler là) »
(Becker 2002 : 155) ? En ce sens Champy nous recommande une attitude plus nuancée : il
faut éviter, nous dit-il, tant l’acceptation sans examen du discours des acteurs que le
présupposé systématique que ce discours est faux.
110
Enfin, le relativisme « intenable » de ce programme théorique (Berthelot, 2004) contribue à
escamoter la question du travail spécifique. L’approche interactionniste est, comme nous
l’avons vu, constructiviste, processuelle. Mais, comme le souligne Champy, la construction
historique des phénomènes ne permet en rien de conclure que toute construction eût été
109 Abott A., the System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labour, Chicago, Univesrity of Chicago Press,
1988.
110 Berthelot J.-M., Les Vertus de l’incertitude, Paris, PUF, 2004.
144
possible : les professions sont historiquement construites mais le résultat de cette construction
n’est pas pour autant totalement contingent.
2.1.3. Approches néo-wébériennes et néo-marxistes : savoir et pouvoir
2.1.3.1. Le retour des professions établies ?
En réaction au relativisme « intenable » de l’approche interactionniste, les sociologues
commencent à réintroduire une certaine forme d’« objectivité » (ou simplement de bon sens)
dans l’analyse des professions : si l’on retient que l’idéal type professionnel de l’approche
fonctionnaliste est une construction théorique limitée, voire encombrante, on ne peut toutefois
pas nier l’existence de professions effectivement « établies », de situations
« monopolistiques » bien réelles.
C’est à partir des années 1970 que de nouvelles approches théoriques apparaissent,
111
112
d’inspiration wébérienne (Larson, 1977) et marxiste (Johnson, 1972) comme le montre
113
Mike Saks (1983) dans une revue de la littérature anglo-saxonne. Ces analyses accordent
aux structures économiques et aux relations de pouvoir une place beaucoup plus
importante que dans la perspective interactionniste. Comme le soulignent Dubar et Tripier,
« l’heure est désormais à la critique des professions dénoncées comme monopolistes et
abusivement privilégiées » (Dubar et Tripier, 1998 : 113). Parallèlement aux relectures de
Weber et de Marx, la découverte de Foucault alimente ces nouveaux débats : la traduction
anglaise de Surveiller et Punir en 1979 marque incontestablement les esprits (Freidson, 1986
& 2001) et L’histoire de la folie à l’âge classique oriente visiblement les travaux d’Abott
(1988).
Cette évolution théorique nous apparaît comme une nouvelle « synthèse » de la sociologie des
professions : synthèse de la thèse fonctionnaliste (qui constituait déjà une première synthèse)
et de l’antithèse interactionniste selon laquelle la sociologie des professions est impraticable.
Cette synthèse témoigne manifestement d’un retour de la méthode idéal typique et de la
problématique des « professions établies », ce qui ne pourrait être en aucun cas assimilé à un
retour de l’idéal type des professions établies. L’idéal type construit, dans ces nouvelles
approches, est celui du mouvement ou de la genèse des professions, du processus de
professionnalisation (et non de son établissement homogène et stable). Parallèlement, les
professions établies sont envisagées, non comme des idées ou des objets théoriques, mais
comme des « réalités objectives », dont il convient de dénoncer les abus, les excès. On passe
donc d’une critique théorique et méthodologique des professions établies à une critique
« politique » ou « citoyenne ».
Telle est bien la perspective de Freidson, - qui ne rompt toutefois pas avec la perspective
interactionniste comme stratégie empirique de recherche -, dans la quatrième partie de
Profession of Medecine (1970) : « Je crois, en fait, que la compétence des experts risque de
plus en plus d’être utilisée pour masquer privilèges et pouvoir, au lieu d’être une manière de
promouvoir l’intérêt public, comme elle le prétend » (Freidson, 1984, Les professions
libérales dans une société libre : 328). Freidson précise son intention analytique : « Ma
position est, pour l’essentiel, qu’on a de bonnes raisons pour estimer convenable de
restreindre la portée de l’autonomie professionnelle, en particulier quand l’activité en
question affecte l’intérêt public » (Freidson, 1984 : 334). Les recommandations de Freidson
111 Larson M.S., The Rise of Professionalism. A sociological Analysis, Berkeley, University of California Press, 1977.
112 Johnson T., Professions and Power, Londres, Macmillan, 1972.
113 Saks M. (1983), « Removing the Blinkers ? A Critique of recent Contributions of the Sociology of the Professions », The
Sociological Review, 31, 1, pp1-21.
145
visant à limiter cette autonomie dans l’intérêt public, s’appuient sur deux grands
principes (Freidson, 1984 : 360) : le droit des hommes à choisir eux-mêmes leurs fins et leurs
buts, c’est-à-dire leur droit à la dignité et à l’égalité civile ; l’autonomie accordée à une
profession ne doit pas être assez large pour lui permettre de contrôler des domaines dans
lesquels elle n’est pas compétente, et cela comprend sa propre réglementation.
L’ouvrage de Freidson, Profession of Medicine, paru en 1970, sur lequel nous nous
appuierons pour construire notre cadre d’analyse, incarne pleinement ces « nouvelles théories
des professions » (Dubar et Tripier, 1998). L’ouvrage doit être lu comme une synthèse entre
la théorie fonctionnaliste et le programme interactionniste, un dépassement qui ouvre à de
nouvelles interrogations : 1) les relations « verticales » entre les groupes professionnels et
l’Etat (l’autonomie professionnelle), et pas uniquement les relations « horizontales » de
concurrence interprofessionnelle, 2) les rapports entre savoir et pouvoir professionnels
(l’expertise), 3) les liens entre les professions et le marché du travail (la clôture économique).
Une sociologie des « professions » se reconstruit donc dans l’enceinte de Chicago, à l’endroit
même où l’on avait renoncé à toute possibilité épistémologique d’une telle discipline. Le
concept de profession se (re)définit dans un sens plus « fort » (que celui d’occupation),
comme un groupe professionnel qui a réussi à contrôler les conditions de sa production,
jusqu’à la sélection de ses membres, et à définir de manière autonome le contenu de son
travail.
2.1.3.2. Professionnalisation et professionnalisme : monopolisation et stratégies de
« clôture ».
La notion wébérienne de « fermeture sociale » (Larson, 1977 ; Saks, 1983 ; Paradeise 1984 et
1988), centrale dans ces nouvelles approches, sert à désigner « le processus par lequel une
catégorie sociale donnée tend à réguler en sa faveur les conditions du marché face à la
compétition actuelle ou potentielle des prétendants (outsiders) en restreignant l’accès aux
opportunités spécifiques à un groupe restreint d’éligibles » (Saks, 1983: cité par Dubar,
1991 : 164). Si dans l’approche interactionniste, la professionnalisation s’entend comme le
processus d’organisation sociale des marchés du travail les plus divers (Hughes, 1996), dans
ces « nouvelles » approches, la professionnalisation est redéfinie comme un processus
historique et relationnel de « clôture », comme un processus visant à la production de
114
marchés du travail fermés (Paradeise, 1988) .
Sur les traces de Freidson, M. S. Larson (1977) esquisse une théorie sociohistorique des
phénomènes de clôture sociale. Elle définit la fermeture sociale (social closure) comme
l’union d’une fermeture « économique » et « culturelle » : la clôture d’un segment du marché
du travail et la clôture d’un savoir pratique, d’un espace « culturel ». Larson montre que la
clôture du marché du travail crée le « marché professionnel » et que la clôture « culturelle »
ou « scientifique » transforme le professionnel en expert. Pour Larson (1977) comme pour
Paradeise (1985), la notion d’expertise permet de relier analytiquement les savoirs et les
relations de pouvoir : « une profession constituée comporte trois éléments indissociables : un
savoir expert, des professionnels comme interprètes de ce savoir, et un code qui régit les
114 « Tous les segments de marché qu'on propose de désigner du terme générique de «marchés fermés» possèdent un trait
commun, qui fonde et justifie leur clôture : ils définissent, construisent, entretiennent la qualification d'une main-d'œuvre
pour une tâche déterminée. La clôture du marché se manifeste par la restriction de l'accès aux postes de travail, qui filtre les
candidats en fonction des qualités considérées comme nécessaires à l’activité professionnelle (titre, ancienneté, nationalité,
etc). La création d'un monopole de marché du travail est subordonnée à la reconnaissance sociale d’une compétence
spécifique, comme valeur d'usage attachée à des savoirs et savoir-faire incorporés par certains travailleurs jugés non
substituables à un moment et dans un univers de production donnés (firme, branche, nation). La rareté de la compétence
ainsi définie engendre et justifie, dans des conditions d'équilibre, les avantages matériels et symboliques liés à la
monopolisation du segment de marché, dont bénéficie cette main-d'œuvre. » (Paradeise, 1988 : 13).
146
conditions d’usage de l’expertise. C’est donc à l’expansion de ces éléments qu’on peut
115
évaluer le développement de la professionnalisation. » (Paradeise, 1985 : 25) . Abott (1988)
s’intéresse également aux processus de monopolisation et se demande comment un groupe
parvient, pour un temps, à triompher de ses adversaires dans la compétition
interprofessionnelle pour la reconnaissance juridique de la compétence. « La clôture des
marchés du travail attache un ensemble de travailleurs, porteurs de compétences non
substituables à un ensemble de postes de travail, grâce aux rétributions et sanctions qu’elle
organise et qu’elle gère ». (Paradeise, 1988 : 14).
C’est en s’interrogeant « sur la validité du découpage qui autonomise une sociologie des
professions par rapport à une étude plus générale des marchés du travail » (Paradeise, 1988 :
10), que Catherine Paradeise développe le concept de « marchés du travail fermés » et le
définit comme des « espaces sociaux où l’allocation de la force de travail aux emplois est
subordonnée à des règles impersonnelles de recrutement et de promotion. » (Paradeise, 1984 :
352). La clôture protège les travailleurs contre la concurrence sur le marché du travail, et leur
permet d’accroître la valeur d’échange de leur travail (Paradeise, 1985 : 31). Le concept de
marché fermé insiste sur l’appropriation collective d’un marché du travail, d’un « territoire »,
sur la stabilisation institutionnelle du rapport au travail ; la particularité d’un marché fermé
tient à l’existence d’une « super-règle » (Reynaud, 1979) qui prétend articuler les intérêts des
travailleurs et des employeurs. « Le marché du travail fermé produit un optimum collectif
lorsqu'il satisfait tout à la fois les travailleurs, qu'il protège, tout en leur accordant des
rétributions différentielles intéressantes, les entrepreneurs, auxquels il assure la disposition
des compétences nécessaires, l'Etat, dans certains cas, auquel il permet d'accomplir des
tâches jugées indispensables. (…) A partir du moment où un marché fermé est
institutionnalisé, que ce soit sur une base contractuelle ou légale, il accorde aux travailleurs
des ressources de négociation importantes : d'abord parce qu'il leur concède un monopole
sur le secteur et donc une force de menace considérable; ensuite parce qu'il suscite une
identité de métier ou de firme, lorsqu'elle ne préexiste pas à son organisation. » (Paradeise,
1984 : 374).
Paradeise retient deux conditions de production du marché fermé : 1) l’emprise des
travailleurs concernés sur toute l’étendue du marché des produits ; 2) la capacité des
utilisateurs de la force de travail à supporter les coûts de la clôture. L’auteur insiste sur le fait
que la fermeture n’est jamais totale ni définitive puisqu’elle est « le résultat incertain
d’activités qui cherchent à transmuer les données contingentes de l’environnement en
nécessité sociale. » (Paradeise, 1988 : 17).
Ces nouvelles approches témoignent d’un certain retour de l’idéal type. Rappelons encore,
qu’il ne s’agit pas de ressortir purement et simplement l’idéal type fonctionnaliste des
professions établies, mais de construire un idéal type de la professionnalisation. La
construction de l’idéal type de la reproduction des marchés fermés permet à Catherine
Paradeise de confronter les marchés du travail concrets à cet idéal type et d’organiser l’étude
des faits de professionnalisation, d’évaluer l’état de clôture du segment professionnel à
chaque instant, de procéder à des comparaisons longitudinale et internationale (Paradeise,
1988 : 18).
Mais qu’est-ce qui alimente la professionnalisation des activités de travail ? L’étude de la
professionnalisation ne peut se réduire aux seules exigences fonctionnelles des systèmes. Ce
processus sociogénétique n’est pas plus la résultante totalement contingente des
configurations relationnelles. Freidson nous invite à prendre en compte l’orientation
115 Dans ce texte, Paradeise centre son analyse sur les problématiques d’argumentation et de légitimation, montrant que la
« crise » de la profession médicale (qui ne maîtriserait plus la science) ou de la légitimité professionnelle pousse les
professionnels à édifier une « super-déontologie » où la rhétorique de la vérité culmine dans la notion d’expertise.
147
« objective » de ce mouvement relationnel : la quête de pouvoir, où la problématique de
l’autonomie professionnelle (Freidson, 1984 et 1986). « La tendance à la monopolisation de
segments de marchés du travail, qu’elle soit légale, contractuelle, ou simplement factuelle, est
donc une donnée permanente et centrale des sociétés occidentales contemporaines, que
soulignait déjà Max Weber (…). » (Paradeise, 1988 : 10). Ce processus de monopolisation a
été largement théorisé par Elias, comme une ligne de force du processus de civilisation, au
même titre que l’individualisation dialectique : la monopolisation de situations ou d’espaces
concurrentiels n’est pas « extérieure » au processus de civilisation mais comme enroulée dans
le plan d’immanence (Deleuze et Guattari, 1991 : 38-59).
Pour analyser la professionnalisation, Freidson commence par redéfinir le professionnalisme,
comme une stratégie politique de « clôture », et non plus comme un simple « maniérisme
professionnel » résultant des interactions, une transfiguration contingente, et principalement
116
rhétorique, de gestes banals en gestes rares . Dans The Third Logic, Freidson (2001) élabore
une véritable théorie du professionnalisme : le professionnalisme est envisagé comme un type
idéal de contrôle des activités de travail, une « troisième voie » entre la bureaucratie et le
marché : le modèle de l’autocontrôle professionnel comme alternative au contrôle du travail
par la hiérarchie ou par les consommateurs.
La « clôture sociale » est bien l’orientation générale et l’aboutissement des stratégies
professionnelles (Larson, 1977) : Larson définit la stratégie professionnelle comme un
processus historique et interactif par lequel certains groupes professionnels, avec l’aide de
l’Etat, parviennent à monopoliser un segment du marché du travail et à légitimer leur
expertise auprès du public. Elle insiste sur la distinction entre la stratégie professionnelle
(professional project) et les stratégies individuelles des acteurs : la stratégie collective,
appelée également stratégie « objective », est une reconstruction ex post du chercheur :
comme le soulignent Dubar et Tripier, il s’agit d’une stratégie historique de constitution d’un
marché professionnel et non de l’exercice particulier d’une activité de travail.
§ 2.2. Cadrage théorique pour l’analyse d’une profession consultante
Nous voilà suffisamment outillé théoriquement pour construire notre cadre d’analyse.
Parallèlement au cadre d’analyse « conventionnaliste » ou « pragmatique » du travail
spécifique des groupes professionnels étudiés, à savoir leur travail de mise en œuvre ou de
traduction de politiques publiques, nous proposons ici un cadre d’analyse de leur travail
« professionnel ». Comme le rappelle Catherine Paradeise, « construire le collectif est (…) un
travail en soi » (Paradeise, 1988 : 15). Nous définissons simplement le travail professionnel
comme l’activité qui consiste à construire des espaces professionnels, - espaces qui tendent à
devenir des « territoires professionnels », voire des « monopoles ».
L’hypothèse qui justifie ce « détour » par la sociologie des professions est la suivante : pour
comprendre le travail spécifique qui se joue sur la scène des interactions de face-à-face avec
l’usager ou le client, il faut impérativement articuler cette activité au travail « professionnel »,
qui se joue principalement en coulisses, ou sur d’autres scènes d’interactions.
116 Dans un article intitulé Des erreurs dans le travail (1951), Hughes traite de cette question et montre que ce genre de
« rituel » se développe surtout dans les métiers où les risques d’erreurs sont inévitables, comme en médecine. L’auteur parle
ainsi de ritualisation ou de dramatisation du travail. « Une grande partie de l’activité destinée à protéger le soi contre les
risques d’erreurs que comporte son propre travail, réside dans la définition du rôle ; et dans certains métiers une des
gratifications consiste à donner pour définition de son rôle la protection des gens contre les erreurs des autres » (p95). C’est
ainsi que Hughes considère l’étude des mécanismes de répartition des risques comme une composante essentielle de l’étude
comparative des professions.
148
Nous construirons ce cadre d’analyse en nous appuyant principalement sur un ouvrage, La
profession médicale de Freidson, qui nous apparaît comme une synthèse extrêmement
stimulante des trois objets théoriques de la sociologie des professions (fonction, forme et
pouvoir) : 1) une attention particulière aux fonctions de socialisation (ou de régulation), 2)
une focalisation du travail de terrain sur les formes d’organisation des groupes et de leur
travail, 3) une redéfinition de la professionnalisation comme une stratégie politique de
monopolisation de micro-dispositifs de pouvoir.
L’émergence de la médecine comme profession « consultante » donne l’occasion à Freidson
de redéfinir les conditions de possibilité des professions. Comment un métier (occupation)
devient-il une profession ? A quelles conditions ? L’auteur nous rappelle que la médecine
n’est devenue que récemment (fin du XIXème) une profession consultante ; avant, elle n’était
au mieux qu’une profession savante. « La médecine occupe aujourd’hui une position
comparable à celle des religions d’Etat hier. Elle a le monopole officiellement reconnu de
dire ce que sont la santé et la maladie, et de soigner. Elle jouit d’autre part d’une grande
estime dans l’opinion publique, comme en témoigne son prestige » (Freidson, 1984 : 15). Les
médecins d’hier, comme les sorciers azandé, ne remplissaient pas les conditions préliminaires
à la professionnalisation, dans la mesure où ils dépendaient fortement de la croyance en leurs
capacités de ceux qui s’adressaient à eux, s’efforçant d’impressionner le client par un
maniérisme « professionnel » particulier (façons différentes de parler et de s’habiller). Ce qui
est en question, nous dit Freidson, « c’est la capacité qu’a un public récepteur d’accepter les
pratiques d’un groupe professionnel déterminé » (Freidson, 1984 : 22). La réponse en termes
d’intériorisation de normes, de valeurs, de rôles préétablis n’est pas satisfaisante.
Freidson repart de questions tout à fait fondamentales posées par les fonctionnalistes, que les
interactionnistes s’étaient refusés à traiter en ces termes parce que les réponses ne leur
convenaient pas, pour des raisons « théoriques » et « morales », au nom d’une conception
« démocratique » de la profession. Quelles propriétés permettent de distinguer un métier
d’une profession, s’interroge Freidson ? Les fonctionnalistes avaient répondu par le statut
supérieur fondé sur une compétence spécifique : la formation constitue alors un élément
central « dont les effets sont à peu près semblables à ceux qu’on observe pour le prestige,
pour l’indépendance et pour l’idée de responsabilité (…) La quantité de temps et d’énergie
consacrée aux études doit être d’autant plus grande, le recrutement d’autant moins aléatoire
et l’investissement professionnel d’autant plus intense que le métier occupe une place élevée »
(Freidson, 1984 : 64). Certes, la réponse est décevante ; mais, la question mérite d’être
reposée en ces termes. Pour Freidson, la formation en tant que telle ne permet pas de
distinguer clairement métiers et professions, « seule est décisive la question de l’autonomie et
du contrôle exercé par les métiers sur la formation, pour autant que l’un et l’autre lui sont
reconnus par une élite ou par un public persuadés de son importance » (Freidson, 1984 : 88).
L’auteur retient donc deux conditions de possibilité des professions : a) une profession
possède une technique pratique et sûre ; b) une profession détient un monopole sur l’exercice
du travail qui est le sien (autonomie). La première est une condition nécessaire mais pas
suffisante (obtenir de « bons résultats » constitue un motif décisif d’attraction). La seconde est
déterminante : « on discerne la profession du simple métier à ce qu’elle a acquis le droit
d’exercer son contrôle sur son propre travail. » (Freidson, 1984 : 81).
Résumons brièvement la thèse complexe de Freidson, avant d’en délier les principales
dimensions. La profession se définit, chez Freidson, comme une « organisation politique » en
quête de ce monopole sur l’exercice de l’activité de travail. La professionnalisation se définit
comme le processus par lequel le groupe transforme son métier en profession établie,
monopolise le segment du marché du travail qu’il partageait avec d’autres concurrents,
monopolise le savoir professionnel et ses conditions de mise en pratique. Ce processus n’est
149
pas un schéma abstrait ou désincarné : il est directement alimenté par les stratégies
professionnelles (le professionnalisme).
Ce processus se déploie dans trois directions, et dès lors s’analyse à trois niveaux, comme en
témoigne la structure de l’ouvrage : 1) l’autonomie professionnelle vis-à-vis de l’Etat, ou le
sens de l’organisation officielle d’une profession (les relations de pouvoir) ; 2) la
monopolisation du territoire vis-à-vis de la concurrence, ou les formes de la dynamique
relationnelle ; 3) la légitimité vis-à-vis du public, ou la construction professionnelle du malade
comme « nécessité fonctionnelle ».
2.2.1. Organisation politique et autonomie professionnelle
2.2.1.1. L’autonomie professionnelle : une affaire d’Etat
Tous les métiers luttent en principe pour obtenir un monopole sur l’exercice du travail qui est
le leur, mais le droit d’exercer cette autonomie, en toute légitimité, n’est reconnu qu’à la
profession, nous dit Freidson. L’autonomie professionnelle ne s’obtient pas naturellement,
précise-t-il ; elle ne se maintient pas naturellement non plus. Ainsi, il est essentiel pour qu’une
profession se maintienne, que l’élite au pouvoir reste persuadée que son travail a positivement
de la valeur ou, au moins, qu’il est sans danger.
Freidson montre que la médecine est parvenue à exercer, sur son propre travail, un contrôle
officiellement reconnu, à partir du moment où le travail médical a suscité l’intérêt et la
demande de l’ensemble de la population. « L’origine de ce contrôle a donc un caractère
nettement politique dans la mesure où l’Etat contribue à faire reconnaître et à confirmer la
prééminence de la profession » (Freidson, 1984 : 33). La caractéristique la plus décisive de la
profession, son autonomie, est due à ses rapports avec l’Etat. « Si le praticien jouit d’une
autonomie à l’échelle individuelle, c’est en vertu d’un ensemble de mécanismes
professionnels tant officiels que politiques qui circonscrivent un espace social et politique où
cette autonomie est permise. » (Freidson, 1984 : 33-34).
Freidson pose une question essentielle dans le cadre de notre problématique : la dépendance
de la profession par rapport à l’Etat peut-elle amoindrir son autonomie ? Il montre que l’Etat
laisse toujours à la profession le contrôle de l’aspect technologique de son travail ; à l’inverse,
le contrôle qui porte sur son organisation sociale et économique varie selon les relations
qu’elle entretient avec l’Etat. L’hypothèse de l’auteur est que la perte du contrôle sur ce
dernier aspect n’affecte pas l’élément le plus décisif de l’autonomie professionnelle, et qu’elle
n’a pas nécessairement d’incidence fâcheuse sur les statuts professionnels. En clair, il n’est
donc pas nécessaire que le contrôle soit total, si toutefois l’on distingue le contrôle exercé sur
le contenu du travail (primordial), du contrôle portant sur la manière d’organiser l’exécution
du travail du point de vue social et économique (secondaire).
2.2.1.2. Le professionnalisme : une idéologie de l’autorégulation
Comme le montre Hughes, « dans la mesure où le professionnel « professe », il demande
qu’on lui fasse confiance (…). Seuls les professionnels peuvent dire si un collègue a commis
une erreur » (Hughes, 1996 : 109). La prérogative d’une profession, qui consiste à échapper
au contrôle de tout ce qui est étranger au métier, s’appuie sur trois arguments, nous dit
Freidson : 1) un travail professionnel suppose un ensemble tellement exceptionnel de
qualifications et de connaissances que les profanes ne sont pas aptes à en juger ou à y prendre
part ; 2) les membres d’une profession sont responsables, on doit donc faire confiance à leur
sens moral sans qu’il soit nécessaire de surveiller leur travail ; 3) c’est la profession qui est la
seule instance compétente pour juger la déviance d’un comportement.
150
L’autonomie de la profession médicale est ainsi justifiée et attestée par son autorégulation.
D’abord, Freidson montre que les dispositifs officiels de contrôle ne sont pas courants en
milieu médical. Ensuite, il interroge la manière dont la profession pratique l’autodiscipline
qu’elle s’est fixée, et tente de décrire comment s’exercent les contrôles, compte tenu des
117
structures d’observabilité . La clinique apparaît comme une « société des égaux » dans la
mesure où il s’agit d’un organisme où, pratiquement, le seul contrôle est celui qu’exercent les
collègues. La principale sanction omniprésente dans la clinique consiste à « aller trouver
quelqu’un », démarche qui peut prendre plusieurs formes (persuasions amicales,
culpabilisation, menace). Dans tous les cas, cela reste une affaire d’homme à homme.
118
Freidson interroge la « mentalité du clinicien » , et montre que la « culture médicale »
entretient une solidarité entre médecins pour opposer un front uni aux attaques venues du
dehors : la critique ne doit jamais sortir de la « grande famille » des médecins. Le boycottage
(et son inverse le parrainage ou patronage) constitue le mécanisme de contrôle le plus répandu
119
chez les médecins, comme dans d’autres professions .
2.2.2. Configurations relationnelles et monopolisation
2.2.2.1. La dynamique relationnelle de la division du travail
Pour Freidson, c’est la position d’un métier dans la division du travail qui permet de dire si ce
métier est ou non une profession. Si la médecine s’est acquis le droit exclusif de la pratique
soignante, ce fut à l’encontre d’innombrables guérisseurs ou services concurrents. La
concurrence est d’une grande utilité pour une profession, même si elle menace son monopole.
La division du travail est réglée par la profession dominante, dotée de soutien politique : elle
prend la forme d’une hiérarchie. L’analyse des métiers paramédicaux, est l’occasion pour
Freidson, de mettre en évidence le contrôle que le médecin exerce sur la division du travail.
Ce contrôle se manifeste de plusieurs façons, montre l’auteur : a) les connaissances
techniques du personnel paramédical sont le fait des médecins (découvertes, applications,
approbation) ; b) le travail paramédical consiste à assister (et non à remplacer) la tâche
117 L’auteur attire notre attention sur le fait que pour critiquer le travail de quelqu’un, il faut que ce travail soit visible ; or,
l’activité clinique, consistant en un service personnel et confidentiel, ne se laisse pas aisément observer.
118 L’auteur s’efforce de dégager les normes et valeurs qui semblent jouer un rôle important dans le travail du médecin (la
mentalité du clinicien), en particulier celles qui commandent les réactions aux déviances de conduite professionnelle. La
spécificité de la profession est qu’elle est consacrée au service de l’humanité ou de la société : en découle un sentiment de
responsabilité. « En bref, le praticien est conduit à valoriser sa responsabilité personnelle au détriment d’une responsabilité
générale ou collective, d’où suit en retour le peu d’efforts accomplis pour faire respecter des normes professionnelles
d’efficacité. Cette situation conduit du même coup à valoriser la primauté de l’expérience clinique directe sur les lois
scientifiques et les règles générales » (Freidson, 1984 : 173). Il se réfère à Boys in White (Becker et al, 2002), où Becker et
ses collègues montrent que la culture médicale repose sur deux valeurs que le corps médical ne cesse de prôner : la
responsabilité et l’expérience clinique (Becker et al, 2002 : 221-238). La responsabilité est directe et personnelle : elle oblige
le médecin à endosser ses erreurs professionnelles. L’expérience clinique, acquise au contact des malades, est essentielle, et
peut aller jusqu’à remplacer un savoir scientifiquement vérifié.
Contrairement au théoricien ou au chercheur, le but du médecin n’est pas le savoir mais l’action : il veut agir avec succès,
mais à tout prendre il préfère agir sans grande chance de réussir que de ne pas agir du tout. Pour pratiquer, il doit croire en ce
qu’il fait. Le praticien est un pragmatiste : il se fie davantage aux résultats apparents qu’aux théories. Il est porté à croire qu’il
peut se fier à l’accumulation de son expérience directe et personnelle. Il met volontiers l’accent sur l’indétermination ou
l’incertitude, sans s’attarder à l’idée de régularité ou de constante. Contrairement à Parsons, Freidson considère donc le
praticien comme un particulariste et non comme un universaliste : dès lors, il faut s’abstenir de critiquer puisque les erreurs
sont jugées inévitables.
119 « Le dispositif du boycottage personnel opère donc de façon paradoxale : en éloignant les collègues déviants, il les
soustrait aux contrôles professionnels adéquats, et l’organisation officieuse de réseaux intrinsèquement homogènes, en les
coupant les uns des autres et en rendant toute interaction impossible, entretient et même renforce l’écart entre les normes
propres à chaque groupe » (Freidson, 1984 : 204-205). Derrière la façade sereine de la « profession comme un tout »,
apparaît une structure discontinue et fragmentée (Freidson, 1984 : 206).
151
principale et décisive que sont le diagnostic et le traitement ; c) les emplois paramédicaux sont
presque toujours subordonnés à la profession médicale (à la demande ou sur l’ordre du
médecin) ; d) le prestige de ces métiers est inférieur à celui de la profession dominante.
En ce sens, nous dit Freidson, la différence entre les métiers paramédicaux et les
« charlatans » ne tient pas à ce qu’ils font mais aux rapports qu’ils entretiennent avec la
profession dominante : rapport de subordination ou absence d’obligations envers un milieu
professionnel et absence d’identité avec lui. « Un métier paramédical peut atteindre le degré
d’autonomie d’une profession à condition de contrôler un domaine d’activité disjoint, qui
peut être isolé du champ global de la médecine et où la pratique n’exige pas le contact
quotidien avec les médecins ni le recours à leur autorité » (Freidson, 1984 : 79) : tel est le cas
des psychologues.
Pour Freidson, le milieu de travail constitue une variable clé, encore plus importante que les
études ou la formation initiale, pour comprendre le comportement professionnel : « ce que
l’on fait est moins le résultat d’intériorisations que du poids de la situation » (Freidson,
1984 : 99). Freidson distingue, au sein de la médecine, les professions consultantes des
professions savantes : les premières sont confrontées à une clientèle profane (extérieure à la
communauté), les secondes sont confrontées à des collègues. Les modalités de travail
changent profondément selon qu’il s’agit d’une pratique « sous la dépendance du client » ou
« sous la dépendance des confrères ».
2.2.2.2. L’analyse des postes de travail
Conformément à la démarche interactionniste, Freidson procède à l’analyse des postes de
travail en tant que configurations relationnelles : le cabinet et l’hôpital, deux configurations
très particulières. Dans le cas du praticien « à son compte », Freidson s’aperçoit que c’est en
s’unissant à ses confrères contre la tyrannie de la clientèle que le professionnel se protège de
la concurrence. Mais comment les médecins sont-ils amenés à coopérer ? « Quelle que soit la
forme du système qui les unit, tous les médecins qui coopèrent ont la même exigence : pouvoir
accéder à une clientèle relativement étendue » (Freidson, 1984 : 106). Le besoin de
s’entendre devient encore plus important quand on doit faire appel à un spécialiste. Le réseau
de confrères, parce qu’il est totalement informel, représente le mode de coopération le plus
élémentaire. Le mode de coopération le plus étendu entre médecins de même rang n’est pas la
collaboration mais l’association. L’auteur identifie également la collaboration bi-partite
contractuelle.
L’hôpital constitue une tout autre configuration relationnelle de travail. Freidson identifie
trois modèles de pratique hospitalière : 1) le modèle « service domestique » (effectuer
certaines tâches ménagères) ; 2) le modèle des « soins hospitaliers traditionnels » (modèle
d’intervention médicale : le profane doit se livrer passivement aux mains du personnel et lui
obéir) ; 3) le modèle « d’interaction thérapeutique » (courant en psychothérapie : le patient
fait partie de l’équipe).
Freidson montre que les médecins qui se servent de l’hôpital comme lieu d’hébergement et de
traitement pour leurs malades en contrôlent les stratégies et les procédures. Le médecin est
socio-juridiquement responsable de ses patients hospitalisés et il jouit d’une indépendance
socio-économique par rapport à l’hôpital ; c’est une personne qui peut agir de façon
relativement libre, qui échappe à l’emprise d’une hiérarchie organisationnelle explicite.
2.2.2.3. L’analyse des groupes « réels »
Quels sont les groupes à l’œuvre dans un hôpital ? D’une part les médecins et d’autre part les
travailleurs qui sont sous les ordres des médecins. Il faut également tenir compte des patients
et clients. Quel est l’agencement de toutes ces relations ? L’hôpital apparaît comme une forme
152
collégiale d’organisation où il n’y a pas un axe d’autorité mais deux. L’infirmière est sous les
ordres de son chef, qui est le supérieur officiel dans la hiérarchie de l’hôpital, mais également
du médecin qui soigne les patients dont elle s’occupe. A quel moment le deuxième axe
d’autorité fonctionne-t-il ? Les médecins qui auront le plus souvent recours « au deuxième
axe d’autorité » sont ceux qui peuvent invoquer l’extrême urgence.
Comment s’affrontent les différents participants au sein de l’hôpital ? Comment imposent-ils
leur point de vue aux autres ?
Le patient : c’est un profane, il ne sait pas interpréter les misères dont il souffre
comme le font les personnes qui le soignent, de même qu’il n’est guère capable
d’évaluer correctement le traitement qu’il subit. De manière générale, il aura des
difficultés à faire valoir son point de vue dans les interactions du service.
Les aides soignants et le personnel auxiliaire : il s’agit de travailleurs non qualifiés qui
n’envisagent pas leur travail comme des professionnels. La position qu’ils occupent
dans le service leur donne une certaine prise sur le patient.
L’infirmière : sa qualité professionnelle dépend des rapports avec le médecin. Il lui
faut donc trouver un équilibre entre les prescriptions du médecin pour chaque cas
individuel, les exigences personnelles des malades et l’obligation de gérer un
ensemble de cas d’une façon qui soit administrativement acceptable.
Le médecin : dans la division du travail, il est l’arbitre suprême en matière de pratique
médicale ; soutenu par son prestige et son mandat juridique, il détient une autorité
indépendante du pouvoir administratif.
Dans l’analyse des configurations relationnelles, Strauss nous invite également à prendre en
compte le travail d’articulation, ce travail « supplémentaire » qui doit être fourni « pour que
les efforts collectifs de l’équipe soient finalement plus que l’assemblage chaotique de
fragments épars du travail accompli. » (Strauss, 1992 : 191). Soulignant la difficulté et les
enjeux d’une rationalisation de la production médicale, l’auteur identifie différents niveaux
auxquels doit être opéré ce travail d’articulation : standardisation des flux, des ressources, des
pratiques, stratégie d’articulation généralisée visant à élaborer un système de communication
efficace.
2.2.3. La construction professionnelle de la maladie comme « nécessité fonctionnelle »
2.2.3.1. La maladie comme déviance sociale
En instituant un monopole sur son exercice (diagnostic et traitement), la médecine a obtenu
une juridiction quasi exclusive pour déterminer ce qu’est la maladie, telle est sa fonction
sociale. Dès lors, elle définit également comment il faut se comporter pour être considéré
comme malade : elle fait donc de la maladie un état social. Contrairement à Parsons, Freidson
ne se contente pas de dire que la médecine a le pouvoir de légitimer quelqu’un qui se conduit
en malade, en reconnaissant qu’il l’est vraiment, il soutient que la médecine crée les
possibilités sociales de se conduire en malade. Elle crée la maladie en tant que rôle social
reconnu. A la maladie sont imputées deux espèces de déviance par rapport à un ensemble de
normes qui représentent la santé ou la normalité : une déviance biologique et une déviance
sociale. La déviance biologique ne constitue une maladie que lorsqu’elle est construite comme
déviance sociale. Ainsi, comme A. Artaud nous l’affirme très justement dans un célèbre
plaidoyer, intitulé Aliénation et magie noire (1946), « s’il n’y avait pas eu de médecins, il n’y
aurait jamais eu de malades ».
Cette posture théorique, qui n’est pas sans rappeler les positions critiques des courants
antipsychiatrique et situationniste, est définie par Freidson comme une approche
« situationnelle » de la déviance : la déviance n’est pas un état en soi, mais plutôt l’évaluation
de la signification d’un état. Les apports théoriques de Becker (1985) sur la déviance
153
fonderaient en quelque sorte cette approche situationnelle : l’acte déviant peut bien avoir une
existence indépendante des normes, mais ce sont ces normes qui lui donnent la signification
de déviance. Dès lors, la perception ou la désignation de la déviance ont au moins autant
d’importance que l’acte ou le comportement réel pour déterminer si le rôle social de déviant
sera ou non assumé. Freidson se réfère également à Edwin Lemert pour conforter cette
approche situationnelle de la déviance : la distinction célèbre entre déviance primaire et
déviance secondaire. La déviance primaire est symptomatique ; il s’agit plutôt d’une
différence rationalisée et traitée comme socialement acceptable. La déviance secondaire est
significative, dans le sens où elle est fonction des réponses des autres plus que des
caractéristiques : elle s’organise socialement comme déviance.
Cette approche « situationnelle » permet à Freidson d’esquisser une typologie sociologique de
la déviance. Conformément à la démarche, les critères retenus pour cette typologie ne sont pas
des signes physiques (symptômes) mais des significations attribuées à des caractères
physiques (que la signification soit ou non correcte du point de vue médical et juridique). Les
deux variables principales (suggérées par Parsons, 1963) sont l’imputation de responsabilité
(oui/non) et le degré de gravité (mineure/grave). Cette typologie fait apparaître deux segments
professionnels principaux (Freidson, 1984 : 236) : la médecine s’occupe des actes de déviance
dont l’acteur n’est pas jugé responsable (traitement) ; la justice s’occupe des déviants tenus
pour responsables et qui doivent être sanctionnés (punition). Freidson esquisse alors une
typologie de la maladie, ces déviances pour lesquelles l’individu n’est pas tenu pour
responsable (Freidson, 1984 : 242) : le degré de gravité est alors croisé à la légitimé de la
maladie. L’auteur distingue trois espèces de légitimité :
légitimité conditionnelle : le déviant est temporairement exempté de ses obligations et
obtient quelques privilèges à condition de rechercher l’aide nécessaire pour se
débarrasser de sa déviance ;
légitimité inconditionnelle : le déviant est exempté de façon permanente de ses
obligations normales et obtient des privilèges particuliers au vu du caractère sans
espoir de sa déviance ;
illégitimité (stigmatisation) : le déviant est exempté de certaines obligations normales
du fait de la déviance dont il n’est pas tenu pour responsable, mais n’obtient pas ou
peu de privilèges et doit assumer de nouvelles obligations particulièrement
handicapantes.
Conscient du caractère statique des catégories analytiques de ces typologies, Freidson insiste
lourdement sur la maladie en tant que processus. Dés lors, la progression à travers les
différentes catégories de déviance s’analyse comme une carrière déviante (Goffman, 1968 :
177-225). « Ce concept de carrière fait plus que d’arranger les différents types de déviance
comme des perles sur le fil du temps, il fournit encore un mécanisme conceptuel qui relie les
individus et leurs expériences à la communauté (…) Il est plus utile pour moi de construire la
carrière du déviant en partant des agents et des organismes au milieu desquels il se déplace
(…) que de la construire directement à partir des modifications dans la déviance qui lui est
imputée ou de ses propres changements intérieurs » (Freidson, 1984 : 246).
2.2.3.2. La construction sociale du malade
En dialogue permanent avec Parsons, Freidson montre que les structures sociales, profanes et
professionnelles, organisent l’état social du malade, déterminent si on est vraiment malade, si
on peut adopter un rôle de malade, si on peut prendre une nouvelle identité sociale
particulière, et si on pourra un jour retrouver une identité et un statut normal. La thèse de
l’organisation sociale de la maladie est la suivante : une fois que l’on pénètre dans le domaine
de la profession médicale, celui-ci impose une organisation à l’expérience de la maladie et
154
une socialisation au rôle de malade. Freidson insiste tant sur la fonction de socialisation que
sur la fonction de régulation, les deux composantes du contrôle social (Freidson, 1984 : 301) :
les médecins ont obtenu, du fait de leurs qualifications professionnelles, de prendre des
décisions quotidiennes concernant le bien-être de leur clientèle. L’auteur met ainsi en
évidence diverses stratégies (pression, marchandage, contrôle) auxquelles le médecin a
recours pour établir un diagnostic et fixer un traitement, autrement dit pour exercer son
pouvoir sur les profanes : choix d’une clientèle cultivée, éducation et socialisation de sa
clientèle, visite à domicile, pressions diverses, …
Les fonctions de contrôle social (régulation et socialisation) de la médecine s’incarnent dans
la fonction du médecin comme « entrepreneur » moral, qui a pour mission d’intervenir
activement en direction de ce qu’il croit être mal dans le monde, en tout lieu et toute
époque, et qui s’efforce activement de trouver des maladies. La tâche quotidienne du praticien
est d’assigner une étiquette médicale à des symptômes que des profanes ont déjà repérés
comme indésirables, transformer en un problème grave ce qu’un profane voyait comme un
problème mineur, transformer de la déviance primaire (symptômes) en déviance secondaire
(rôle de malade). Ceci nous renvoie directement aux travaux de Hughes (1996) qui montrait
déjà que si les douleurs et les plaintes sont le lot de l’espèce humaine, les maladies quant à
elles sont bien des inventions, dans la mesure où elles procèdent d’une définition des
conditions et des situations : « Les membres des professions ne se bornent pas à offrir un
service, mais ils définissent les besoins même qu’ils servent » (Hughes, 1996 : 131).
Freidson montre clairement le sens de ce parti pris en faveur de la maladie : pour le médecin,
il est toujours plus sûr de diagnostiquer la maladie, à l’inverse du secteur légal, où il vaut
toujours mieux laisser un coupable en liberté que de condamner un innocent. Eu égard à son
mandat officiel pour définir et traiter la maladie, la profession médicale est plus portée à voir
la maladie et le besoin de traitement que la santé et l’état normal.
Les concepts de maladie sont construits par les institutions sociales dans lesquelles ils
prennent naissance et par les relations entre ces institutions et la société dont elles font partie.
Une condition impérative pour que la profession consultante puisse mettre en pratique ses
idées sur la maladie (exercer son pouvoir) est que les profanes se rendent compte qu’ils sont
malades et s’en remettent à ses soins. Comment le système médical est-il amené à peser sur le
profane ? Dans quelle mesure le forme-t-il à concevoir qu’il est malade et jusqu’à quel point
cela le détermine-t-il ? Le premier pas dans le processus qui mène à décider qu’on est malade
réside dans le fait qu’on a mal. La douleur est une expérience sociale dont témoignent les
variations culturelles de réponses et d’attitudes face à la douleur, et plus encore dans les
significations de la douleur. A une conception de la maladie participe implicitement une
culture ou un système donnés de connaissances et de significations. Qu’est-ce qui pousse les
gens à consulter un médecin ? Freidson insiste sur l’importance de la structure sociale comme
une organisation de relations interpersonnelles : le degré d’utilisation des services de la
médecine dépend fortement du rapport au système social (Freidson, 1984 : 293). Le degré de
gravité de la maladie, et surtout le type de légitimité imputée sont également des variables
clés dans les taux d’utilisation des services médicaux.
2.2.3.3. Une construction négociée
L’approche situationnelle de la déviance, permet à Freidson d’interroger la construction
professionnelle de la maladie. Il montre ainsi que le diagnostic et le traitement, les deux actes
fondamentaux de la pratique médicale, sont le résultat d’une construction professionnelle de
la maladie, et non l’application mécanique de la science médicale. Dans un article intitulé
Maladie et trajectoire, Strauss montrait déjà que la maladie, particulièrement dans le cas des
maladies chroniques, gagne à être envisagée comme une « trajectoire » pour rendre compte de
155
son organisation professionnelle, au-delà de son développement physiologique (Strauss,
1992 : 143). « Le diagnostic est le terme employé par les professionnels de santé pour
désigner les débuts du travail de trajectoire » (Strauss, 1992 : 161). « En ce sens, le
diagnostic est moins une lecture des états de maladie qu’une fabrication de ces états et c’est
l’organisation sociale du traitement qui crée les conditions de l’expérience de la maladie, des
rapports avec autrui et de l’existence même de la maladie ». (Baszanger, 1986 : pp5-6).
S’appuyant largement sur les travaux de Freidson, Isabelle Baszanger (1986) ne se prive pas
de pointer une « faille » dans ce modèle théorique : les malades n’ont aucune place dans la
construction professionnelle de la maladie. « Le malade en tant qu’acteur est donc absent non
seulement du processus de désignation mais aussi de sa carrière qui sera construite en
partant des agents et des organismes au milieu desquels le déviant se déplace » (Baszanger,
1986 : p8). Que le rôle du malade soit défini par un consensus normatif ou que la carrière de
malade soit construite par les médecins, nous dit-elle, les malades semblent écartés de
l’analyse : Baszanger conteste donc le « médicocentrisme » de ces deux approches, et invite,
dès lors, à étudier la situation de maladie dans tous les lieux de la vie sociale. Elle nous invite
également à replacer le malade comme faisant partie intégrante de la division du travail,
comme elle le faisait pour les étudiants en médecine dans le cadre de sa critique de la
socialisation professionnelle (Baszanger, 1981 & 1983).
Baszanger montre que la maladie n’est pas une donnée intangible ; elle ne se construit pas une
fois pour toutes ; elle se construit dans une suite de négociations, une succession
d’interactions dans le temps. Elle se centre sur les maladies chroniques et ce choix n’est pas
120
anodin : les maladies chroniques comme pathologies dominantes dans nos sociétés qui, par
leurs caractéristiques (durée, incertitude, gestion nécessaire opposée à guérison), mettent en
évidence le poids des négociations incessantes des rôles et des catégories. L’influence de
Strauss est évidente : le diagnostic est le résultat d’une négociation, bien que les deux
intervenants n’aient pas le même poids dans la décision finale : « la différence entre le malade
et le médecin est que ce dernier a davantage d’expérience en matière de recherche
diagnostique d’une part, et qu’il dispose d’autre part d’un meilleur jugement par rapport à la
fiabilité des moyens d’établir son diagnostic » (Strauss, 1992 : 163). Pour Baszanger, les
maladies chroniques forment un monde social spécifique dont l’ordre est négocié ; le malade
est un acteur indispensable de cette co-construction. L’auteur retient trois étapes clés de
production du « savoir médical » : le diagnostic, la construction du contenu des catégories
cliniques, le traitement.
Elle nous rappelle que le diagnostic est central dans l’activité médicale : « Il permet
l’organisation des interventions à venir. Il est aussi central dans ses conséquences sociales
puisqu’il introduit une nouvelle situation : celle de malade reconnue sur des bases
communément admises (le savoir médical). » (Baszanger, 1986 : p13). L’auteur nous invite à
considérer le diagnostic comme un « consensus normatif » auquel parviennent le malade et le
médecin (processus de négociation et contraintes normatives). Elle nous rappelle également
que le savoir médical est un savoir pratique, tourné vers l’action. Son hypothèse est la
suivante : le contenu des catégories cliniques, ou du moins une partie, est un enjeu de
121
négociations entre malade et médecin, rendu possible par l’incertitude des situations . Elle
parle ainsi de « catégories aménagées » de la maladie, construites par les médecins pour
affronter l’incertitude des situations, en la limitant. Quant au traitement, il s’agit
invariablement de gérer la maladie, et non de la soigner : l’auteur met en évidence l’impact
120 Ce choix de Baszanger, et avant de Strauss, pour les maladies chroniques, influencera largement les travaux de Didier
Demazière sur le chômage de longue durée, comme situation limite (et dominante), qui invite à mettre l’accent sur les
négociations identitaires (rôle, statut, catégorie).
121 Parsons insistait déjà fortement sur l’incertitude des situations dans laquelle se trouve le médecin (Parsons, 1963 : 219,
238, 241).
156
désorganisateur des maladies chroniques, « qui peut être abordé en termes de recomposition
négociée de contextes de règles, de rôles spécifiques à chaque monde social (famille, travail,
médecine …) dérangé diversement » (Baszanger, 1986 : p22).
Synthèse
La première partie de ce chapitre était consacrée à l’élaboration d’un cadre théorique pour
analyser le travail « spécifique » des intermédiaires des politiques publiques d’emploi en
Région wallonne (activer des chômeurs ou traduire des politiques actives en action sur autrui),
sous l’angle de l’horizontalité des arrangements pragmatiques.
Dans cette deuxième partie, nous nous sommes attaché à produire un cadre théorique pour
interroger la professionnalisation des activités de travail des intermédiaires, autrement dit,
pour examiner la mise en œuvre du Parcours d’insertion en Région wallonne sous l’angle de
la verticalité de la socialisation professionnelle (cfr. tableau de synthèse ci-dessous).
Dans un premier temps, nous avons survolé rapidement, sans prétendre à l’exhaustivité, cette
littérature gigantesque et passionnante consacrée à la sociologie des professions, aidé en cela
par quelques ouvrages, articles et manuels de référence. Nous avons présenté trois courants ou
« modèles » théoriques en nous efforçant de nous extraire d’une lecture paradigmatique de la
sociologie des professions, afin de ne retenir de ces écoles, de ces courants, que des objets
théoriques et des méthodes analytiques qui leur sont associées : 1) la méthode idéal typique
pour l’analyse des fonctions ; 2) la méthode interactionniste pour l’analyse des formes ; 3) une
méthode sociogénétique pour l’analyse du pouvoir. Cet exercice nous a permis de faire
apparaître l’incomplétude de chacun de ces objets théoriques, pris isolément, et la nécessité de
les articuler dans l’analyse.
Dans un second temps, nous nous sommes centré, plus particulièrement, sur l’œuvre de
Freidson afin de construire un cadre théorique pour l’analyse d’une profession consultante. Le
cadre théorique freidsonnien, nous permettra de développer la thèse du traitement « clinique »
du chômage ou, plus précisément, de la construction professionnelle de « troubles de
l’employabilité ». Comme nous l’expliciterons dans le chapitre suivant consacré à la méthode,
ce cadre théorique a été mobilisé dans une seconde phase analytique de notre matériau, suite à
la publication d’un rapport de recherche pour les commanditaires de l’étude sur laquelle se
fonde ce travail (Orianne et al, 2004).
Comment expliquer cette focalisation sur La profession médicale ? D’une part, pour des
raisons théoriques déjà évoquées : l’ouvrage constitue une synthèse stimulante des différents
« objets » de la sociologie des professions et des méthodes qui leur sont associées. D’autre
part, pour des raisons empiriques : au terme d’une première analyse du matériau, les
professionnels rencontrés nous apparaissent invariablement comme des « cliniciens » du
chômage. Ces intermédiaires des politiques d’emploi en Région wallonne se définissent
comme des généralistes ou des spécialistes de l’employabilité ; ils insistent sur la fonction de
diagnostic, - caractéristique principale d’une profession consultante -, qui apparaît
incontestablement comme une activité centrale du travail d’insertion ; ils définissent leur
travail comme un travail sur autrui, d’un genre particulier, qui consiste principalement à
mettre le chômeur au travail sur lui-même.
Ce cadre théorique nous permettra d’interroger les conditions de possibilité de ces pratiques
« réflexives » qui émergent des transformations de l’intervention de l’Etat. Comment ces
agents parviennent-ils effectivement, dans la cadre de dispositifs contraignants
d’accompagnement de chômeurs, « à déplacer la contrainte de l’extériorité des dispositifs
organisationnels à l’intériorité des personnes » (Boltanski et Chiapello, 1999 : 125) ? Avec
157
l’aide de Freidson nous montrerons que le savoir « ésotérique » sur lequel repose la
construction professionnelle des troubles de l’employabilité permet, aux groupes en présence,
de se construire une légitimité vis-à-vis de leur public, ainsi qu’une certaine autonomie vis-àvis de l’Etat qui les mandate ; il permet également de faire face à la concurrence
interprofessionnelle. C’est en ce sens que l’analyse du travail professionnel éclaire l’analyse
du travail spécifique des intermédiaires et, dès lors, enrichit considérablement notre
compréhension des politiques actives d’emploi qu’ils sont chargés de mettre en œuvre.
Tableau de synthèse du cadre théorique
Horizontalité des arrangements
pragmatiques
Cadres
théoriques
Paradigmes
Concepts
Catégories
analytiques
Enjeux
Objet
Economie des conventions
Verticalité de la socialisation
professionnelle
Sociologie des professions
Constructivisme - Interactionnisme
Ethnométhodologie
Approches cognitives
Fonctionnalisme (fonctions)
Interactionnisme (formes)
Approches néomarxistes et néowébériennes
(pouvoir)
Intermédiaire
Licence et mandat
Traduction
Profession / occupation / groupe pro.
Appui conventionnel de l’action
Identité professionnelle
Professionnalisation
Typologies : cartographie du recruteur / les
Autonomie professsionnelle % Etat
régimes d’action de l’intermédiaire public
Légitimité professionnelle % publics
Monopolisation de la concurrence
interprofessionnelle
Analyse du travail spécifique : activer des
Analyse du travail professionnel : construire le
chômeurs
métier d’intermédiaire en profession
consultante
Analyse du processus de mise en œuvre du P.I. en Région wallonne à travers l’action des
intermédiaires publics
158
Chapitre 5. Descente dans le Maelström
INTRODUCTION
La recherche n’est pas une « petite affaire privée ». La science, au même titre que l’art, est
une activité collective, un engagement (Becker, 1988 et 2002 ; Latour, 1995). Dans ce genre
d’entreprise, il n’y a pas de sujet, « il n’y a que des agencements collectifs d’énonciation »
(Deleuze et Guattari, 1975 : 33). Il en est ainsi pour la littérature de Kafka comme pour la
littérature scientifique de laboratoire : écrire, c’est l’affaire du peuple, d’une « meute », et non
la petite histoire privée d’un individu.
Certes, à ce stade du processus de civilisation, les formes d’organisation collective de la
production scientifique (et artistique) se caractérisent par des conventions, comme celle de
signer individuellement les résultats de cette production collective. Faut-il rappeler que d’une
part, il n’en a pas toujours été ainsi et que, d’autre part, la mise en pratique de cette
convention ne modifie pas substantiellement les modes de production ? Si le sentiment de
solitude ou d’isolement est une composante indéniable du « métier » de chercheur en
sociologie, il ne nie en rien une réalité de travail exclusivement relationnelle : 1) les objets
qu’on étudie sont des sujets ; 2) on travaille toujours en équipe ou, à tout le moins, intégré
dans une équipe (un centre, un labo, un institut …) ; 3) la relation du chercheur à la
« littérature scientifique » l’engage dans des collectifs, des alliances, qui le dépassent
largement. Deleuze montre que l’acte d’écriture, avant d’être orienté vers autrui (écrire pour),
est toujours le résultat d’une relation à autrui (écrire à la place de) : en ce sens, cette thèse
n’est pas écrite à l’attention des chercheurs en sociologie, des chômeurs, ou des
professionnels de l’insertion : elle est écrite à leur place.
Dans cette thèse, l’utilisation du « nous » n’a rien à voir avec un usage « majestatif » : il ne
fait que rendre compte de cette évidence selon laquelle on n’écrit jamais seul. Cependant,
dans ce chapitre consacré à la méthode, ce sera plus souvent moi qui prendrai la parole. Si,
comme l’enseignent Hughes et ses collègues, la méthode en sciences sociales se fonde sur la
réflexivité du chercheur, c’est en toute logique qu’à cet instant précis se rencontrent
l’entreprise collective et la « petite affaire privée ».
Cette partie sera entièrement consacrée à l’explicitation des méthodes d’observation et
d’analyse mobilisées dans le cadre de cette recherche, afin de rendre compte du
« cheminement réel des idées ». Comme le montre William Foot Whyte, le « compte rendu de
la vie du chercheur dans la communauté peut (…) contribuer à expliciter le processus
122
d’analyse des données » (Whyte, 1996 : 307-308) . L’étude s’inscrit incontestablement dans
une approche qualitative, et de ce fait, la réflexivité sur la pratique (empirique et analytique)
constitue probablement le seul critère de scientificité de ce type de travail.
Avant de procéder à la reconstitution chronologique des opérations et à l’explicitation des
« choix » ou des orientations prises, je souhaiterais brièvement définir le travail de terrain en
sociologie, tel que je le conçois et le pratique, et évoquer brièvement les implications
théoriques et pragmatiques de ce type d’intervention.
Pour Hughes, le travail de terrain est envisagé comme l’observation des gens in situ : « il
s’agit de les rencontrer là où ils se trouvent, de rester en leur compagnie en jouant un rôle
qui, acceptable pour eux, permette d’observer de près certains de leurs comportements et
d’en donner une description qui soit utile pour les sciences sociales tout en ne faisant pas de
122 Whyte ne manque pas de souligner l’intérêt de prendre en compte les éléments biographiques (du chercheur), dans ce
processus d’explicitation. Je me limiterai, ici, à ma « biographie » de chercheur au GIRSEF.
159
tort à ceux que l’on observe » (Hughes, 1996 : 267). Il conçoit l’apprentissage du travail de
terrain en deux phases : l’observation et la rédaction de comptes rendus.
Comme le souligne Chapoulie, « l’observation in situ par le chercheur, ne fut intégrée
qu’avec difficulté dans la panoplie des méthodes ordinaires des sciences sociales »
(Chapoulie, 1984 : 582) ; il nous rappelle, par exemple, qu’il aura fallu plus d’un siècle pour
que les ethnologues mettent à peu près en pratique leurs recommandations (observation
directe et prolongée) et que, même Malinowski, restera lui-même en pratique « largement en
deça du modèle qu’il décrit dans les Argonautes » (p583). Pour Chapoulie, il ne fait aucun
123
doute que c’est à Chicago qu’émerge et se développe le travail de terrain en sociologie .
« L’originalité de Hughes et, par exemple, dans la génération suivante, d’Anselm Strauss
réside dans leur souci d’expliciter les différentes étapes du travail de terrain et d’entretenir à
l’égard de celui-ci une attitude réflexive, à l’opposé de l’attitude de valorisation de
l’expérience subjective immédiate de l’observateur que l’on retrouve chez de nombreux
chercheurs de terrain et, en particulier, chez de nombreux ethnologues » (p595). Comme le
montrent Duchesne et Haegel, « la réflexivité de la pratique est, en dernier ressort, le critère
essentiel des méthodes de sciences sociales » (Duchesne et Haegel, 2004 : 115).
La réflexivité du chercheur se déploie principalement dans trois directions : 1) les modes de
relations appropriés avec les populations étudiées (au début, en cours et en fin de recherche) ;
124
2) la construction des catégories d’analyse ; 3) la validité de la documentation recueillie .
Poupart et al (1997) interrogent différents modèles typiques de « quête de la vérité en sciences
sociales ». En se référant à leurs travaux, il est possible de situer la pratique du travail de
terrain qui se développe à Chicago comme une synthèse de deux des trois modèles
présentés par ces auteurs : d’une part, le modèle de la valorisation de la neutralité et de
l’observation de l’intérieur et, d’autre part, la valorisation du parti pris et de l’observation
d’en bas. Dans la lignée d’une approche phénoménologique (Husserl, Schutz), les
interactionnistes prennent le contre-pied de la tradition positiviste en sociologie qui valorise
125
une observation de l’extérieur (Comte, Durkheim ) : « le point de vue interne, c’est-à-dire le
sens que les acteurs donnent à leurs conduites ou à leur vie, est alors matière d’observation.
Cette stratégie met en valeur une particularité des objets des sciences sociales : le fait que la
subjectivité revêt une importance capitale pour la compréhension, l’interprétation et
l’explication scientifique des conduites humaines » (Poupart et al, 1997 : 33). Mais cette
valorisation du point de vue interne se mêle à une autre forme de valorisation : celle du parti
pris et de l’observation d’en bas. Nous avions évoqué dans le chapitre précédent, l’influence
123 « C’est dans le département de sociologie de l’Université de Chicago que s’est développée dans un cadre universitaire
la première entreprise de recherche empirique à faire un large usage, à côté d’autres sources de documentation, de
l’observation in situ. (…). E.C. Hughes et, sous une autre forme, H. Blumer furent les principaux propagandistes de
l’utilisation de l’observation in situ comme moyen d’investigation, à la fois par leurs propres publications et par leur
enseignement à l’Université de Chicago (…). » (Chapoulie, 1984 : 584).
Si Hughes emploie les termes « observation in situ » ou « observation directe » pour désigner les activités d’un chercheur qui
observe, personnellement et de manière prolongée, une partie des situations et des comportements auxquels il s’intéresse,
Chapoulie utilise le terme de « travail de terrain » pour désigner l’ensemble de la démarche dans laquelle s’intègre
l’observation in situ, qui comprend également le recueil de témoignages, voire l’utilisation d’archives. Comme Chapoulie,
nous éviterons d’utiliser le terme ambigu d’« observation participante » qui désigne soit purement et simplement le travail de
terrain, soit le seul cas où le chercheur devient membre du ou des groupes sociaux qu’il étudie. Sur l’ambiguïté de la notion
d’observation participante, lire à ce propos Copans (1999 : 42-43).
124 A ce propos, Poupart et al (1997) identifient trois critères de scientificité des méthodes qualitatives (Poupart et al, 1997 :
365-390) : 1) la validité interne qui interroge la justesse et la pertinence du lien établi entre les observations empiriques et
leur interprétation ; 2) la validité externe qui apprécie le degré de généralisation des résultats d’une recherche à d’autres
populations ; 3) la fiabilité qui renvoie à la stabilité des résultats, à la robustesse des constats. Ces auteurs synthétisent un
ensemble de « ficelles », pour reprendre l’expression de Becker, permettant de contrôler ces trois critères (Poupart et al,
1997 : 384-388).
125 Rappelons que Durkheim définit les faits sociaux comme « des manière d’agir, de penser et de sentir, extérieures à
l’individu, et qui sont douées d’un pouvoir de coercition en vertu duquel ils s’imposent à lui » (Durkheim, 1950 : 5).
160
« politique » des écrits de Marx, notamment chez Becker, parallèlement aux apports
théoriques de la phénoménologie.
Hughes attire l’attention des chercheurs sur la dialectique sans fin entre le rôle de membre
(qui participe) et celui d’étranger (qui observe et rend compte) qui est au cœur du concept
même de travail de terrain (Hughes, 1996 : 275). Comme il est difficile de jouer les deux rôles
en même temps, la solution proposée par l’auteur est d’être participant et observateur à temps
partiel. Comment réaliser cet équilibre subtil entre le détachement (attitude réflexive) et la
participation ? Pour Hughes et ses collègues, la familiarité préalable avec l’objet d’étude
(Becker pianiste de Jazz, Roy travailleur à la chaîne, Davis chauffeur de taxi, …) permet
l’engagement du chercheur, son implication dans une participation immédiate, très différente
de la position de l’observateur désintéressé ; parallèlement, le statut d’étudiant ou de
chercheur leur procure la distance, comme le soulignent Poupart et al (1997 : 195). Chapoulie
montre également que l’utilisation inhabituelle et irrévérencieuse de la méthode comparative
offre à Hughes également un outil de distanciation privilégié (Chapoulie, 1984 : 599).
Cette problématique nous renvoie directement aux travaux d’Elias (1995a et 1996). Dans
Engagement et distanciation, Elias s’interroge sur la pertinence de la transposition pure et
simple d’un cadre conceptuel propre aux sciences de la nature, et ayant fait ses preuves, à
l’investigation scientifique en sciences humaines. La position du sociologue diffère de celle
du scientifique de laboratoire en ce qui concerne le rapport à leur « objet » : pour le
sociologue, les « objets » sont en même temps des « sujets », rappelle Elias. De plus, le
sociologue est lui-même un « sujet » et donc « objet » de sa propre investigation scientifique.
« Nous ne sommes jamais des témoins objectifs observant des objets, mais des sujets
observant d’autres sujets au sein d’une expérience dans laquelle l’observateur est lui-même
observé » (Laplantine, 1996 : 21).
Dès lors, le sociologue doit impérativement s’extraire du débat classique qui oppose
objectivité et subjectivité en philosophie des sciences : Elias propose alors le couple
conceptuel d’engagement et de distanciation pour dépasser ou retraduire ce questionnement
126
relatif à la scientificité des sciences sociales . « On préférera les concepts d’ « engagé » et de
« distancié » à d’autres plus courants – comme ceux de « subjectif » et d’ « objectif » – qui,
pour nous, entretiennent l’illusion d’un abîme statique et infranchissable entre deux entités
différentes, le « sujet » et l’ « objet » » (Elias, 1995a : 63).
Elias développe ce couple conceptuel au départ d’un constat empirique : « la possibilité de
toute vie de groupe ordonnée repose sur l’interaction, dans la pensée ou l’activité humaines,
d’impulsions dont les unes tendent vers l’engagement et les autres vers la distanciation »
(Elias, 1995a : 10). Ces pulsions, nous dit Elias, se tiennent mutuellement en échec et entrent
constamment en conflit les unes avec les autres. En clair, Elias développe, ici, une théorie de
la connaissance sur le « modèle » de sa théorie de la civilisation (Elias, 1995a : 88 et 91) : un
processus (dialectique) de synthétisation (Elias, 1996).
Pour exprimer la circularité des processus d’apprentissage et de production de connaissance,
Elias emprunte, au domaine socio-psychiatrique, le concept de double-bind (double lien). En
guise d’illustration, il se sert de la nouvelle d’Edgar Poe, Une descente dans le Maelström.
Dans ce récit, Poe met en scène trois frères, pêchant au large, et surpris soudain par la
violence d’un tourbillon gigantesque s’apprêtant à les engouffrer. La peur de mourir les
126 « Les deux concepts de « sujet » et d’ « objet » qui, à l’intérieur d’un seul et même processus cognitif, renvoient
simplement à une indissoluble corrélation fonctionnelle entre l’homme et la nature, ou entre l’homme et lui-même, sont
travestis par le discours philosophique en deux existences indépendantes, séparées l’une de l’autre par un infranchissable
gouffre spatial » (Elias, 1996 : 139). « Le dualisme ontologique, la représentation d’un monde scindé en « sujets » et
« objets » conduit à l’erreur. Cela suscite l’impression que des « sujets » pourraient exister sans « objets ». Cela amène les
hommes à se demander lequel des deux est la cause et lequel est l’effet ». (Elias, 1995a : 80).
161
soustrait totalement au contrôle du processus critique : l’interdépendance du niveau d’autocontrôle et du niveau de contrôle du processus critique crée le double lien. Ce n’est que
lorsqu’il se sent définitivement perdu, qu’un des frères perçoit une image cohérente du
processus dans lequel il est impliqué, lui permettant de « sortir du cadre » : a) les objets de
forme cylindrique s’enfoncent plus lentement dans le vortex ; b) plus l’objet est gros plus sa
127
descente est rapide . « A partir de cette image synoptique des régularités dans le processus
dans lequel il était impliqué, et après avoir reconnu sa signification pour sa propre situation,
il entreprit les démarches appropriées. » (Elias, 1995a : 76) : il se jeta à la mer attaché à une
barrique et survécut au tourbillon de Moskoe-Strom. Cette « parabole » souligne
l’interdépendance fonctionnelle entre l’équilibre affectif d’un homme et le processus plus
vaste sur lequel cet équilibre se règle : « une forte émotivité dans la réaction diminue les
chances d’une appréciation réaliste du processus critique et, en même temps, d’une
adaptation pratique à son égard (…). Cette forme de circularité – un double lien psychophysiologique et psycho-sociologique – n’est nullement rare dans l’évolution des sociétés
humaines » (Elias, 1995a : 79).
Ce qu’Elias nous enseigne, c’est que le travail de terrain de tout sociologue est une descente
dans le Maelström, au cours de laquelle le chercheur ajuste ces tensions contradictoires
inhérentes à tout processus d’apprentissage, à toute production de connaissance.
L’observation, qui désigne l’acte de « voir » (Laplantine, 1996 : 12-13), résulte
invariablement de cet équilibre instable de tensions opposées. Carlos Castaneda rend compte
admirablement de la complexité de cet acte, apparemment banal, qui implique conjointement
une série de ruptures cognitives et un fort engagement affectif : « tout ce que je percevais au
cours de ces séances où mes sensations étaient altérées demeurait incompréhensible et
impossible à interpréter selon notre compréhension quotidienne du monde » (Castaneda,
128
1973 : 19) . Whyte (1996 : 316) se rappelle également qu’il avait beau déambuler dans le
North End de Boston, il était toujours un étranger dans un monde inconnu ; il avait beau
regarder, il ne voyait rien. Pour se donner les moyens de « voir », nous dit Castaneda sur base
de l’enseignement d’un sorcier Yaqui, il faut impérativement s’extraire de l’anticipation
(prévoir) et du souvenir (revoir). En outre, on ne peut « voir » (comprendre les gestes, les
mots, l’univers de l’autre) qu’à travers les yeux de cet autre qu’on observe. C’est ce que
Whyte nomme l’intégration sur le terrain, qui lui a permis de « voir » ce quartier de Boston,
129
du point de vue de ceux qu’il observait. Jeanne Favret-Sada (1977) ne dit pas autre chose
lorsqu’elle prétend que l’observation et la relation aux personnes ne peuvent rester extérieures
au phénomène étudié, à savoir la sorcellerie.
L’implication corporelle, affective, cognitive nécessaire à l’observation ne peut dès lors
s’opérer que dans un travail de longue haleine, comme le rappelle Henri Peretz (1998 : 29) :
Whyte (1996) séjourna trois ans dans son quartier de Boston, Becker et al (2002) passèrent 2
ou 3 années universitaires à l’école de médecine de Kansas City, Goffman (1968) est resté un
an dans un hôpital psychiatrique et plusieurs années dans divers services psychiatriques,
Strauss (1992) a passé 2-3 ans dans les hôpitaux de San Francisco, …
Cette présence systématique et prolongée sur le terrain, ce rapport à la quotidienneté d’autrui
va de pair avec une certaine forme d’ennui, ou d’impression qu’il ne se passe rien. Becker
(2002) met en garde ses étudiants : il se passe toujours quelque chose mais cela ne nous
semble pas toujours digne d’attention. C’est précisément ce que John Cage, Steve Reich ou
Arvo Pärt nous enseignent à travers leur musique.
127 Poe E.A., Histoires extraordinaires, Traduites par Charles Baudelaire, Lattès, 1988, pp367-368.
128 Castaneda C., Voir. Les enseignements d’un sorcier Yaqui, Gallimard, Paris, 1973.
129 Favret-Saada J., Les mots, la Mort, les Sorts, Gallimard, Paris, 1977.
162
Ces balises étant posées, je propose, dès à présent, de décrire ma propre descente dans le
130
Maelström, un voyage de quatre ans et demi (retour compris) : une année de travail
exploratoire (2001), une année de travail de terrain intensif (2002), une année consacrée à la
première analyse des résultats et à la rédaction d’un rapport de recherche (2003), une année et
demie d’analyses complémentaires et de rédaction de la thèse (2004-2005). Cette visite guidée
de l’« arrière-cuisine » ou « cuisine interne » (Becker, 2002 : 27 ; Copans, 1999 : 92) se
déroulera en plusieurs étapes. Je commencerai par présenter les deux phases du travail de
terrain, - à savoir les observations en situation, les entretiens et la collecte de documents -, en
essayant de rendre compte des choix pratiques effectués : la phase exploratoire (section 1) et
la phase intensive (section 2). Dans un second temps, j’évoquerai les deux étapes du
processus d’analyse (section 3), assez brièvement, pour ne pas répéter ce qui a déjà été
présenté dans le cadre théorique et ne pas anticiper inutilement la présentation des résultats.
SECTION 1. LA PHASE EXPLORATOIRE
§ 1.1. Le « devis » initial : contrat de recherche et financement
La recherche empirique, sur laquelle se fonde cette thèse de doctorat, a bénéficié d’un
financement du Service public fédéral de programmation de la Politique Scientifique, dans le
cadre d’un programme pluriannuel de recherche concernant les « problèmes actuels en
matière de cohésion sociale ». La GIRSEF avait répondu à l’appel d’offre, lancé en 2000, en
proposant une étude sur les « mises en œuvre locales des formules d’activation des politiques
d’emploi ».
La proposition a été acceptée et mon contrat sur cette recherche a débuté en mars 2001. Ce
contrat de recherche n’était pas mon premier contrat au GIRSEF. En effet, je travaillais depuis
plus d’un an sur l’évaluation du programme Objectif 4 et de l’initiative communautaire
ADAPT, cofinancés par le Fonds Social Européen, visant à « adapter les travailleurs aux
mutations industrielles » (Orianne et Conter, 2001 ; Conter et al, 2002 & 2003).
Ce nouveau contrat m’a immédiatement enthousiasmé car il permettait un véritable travail de
recherche fondé sur des observations de terrain. Un vent de liberté soufflait dans le bureau
A284 du Collège Jacques Leclercq ; j’allais enfin sortir de ce bureau, sortir des logiciels
statistiques, de ces questionnaires arides, de ces inénarrables tableaux croisés.
Le « devis » initial de cette recherche se composait de deux volets : un volet économique et
un volet sociologique. Le volet économique a été réalisé par Fabio Waltenberg, sous la
direction de Vincent Vandenberghe ; le volet sociologique a été réalisé par moi-même avec
l’aide précieuse de Thibauld Moulaert, sous la direction de Christian Maroy. Précisons
encore, que ces deux volets ont évolué de manière totalement autonome, sans autre lien que le
financement et la présence conjointe aux différentes réunions du comité d’accompagnement
131
de la recherche , tenues dans les bâtiments du Service public fédéral de programmation de la
130 Il convient sans doute de préciser que j’ai toujours travaillé à mi-temps sur cette recherche menée au GIRSEF, - mon
autre mi-temps étant consacré à diverses activités d’expertise à l’Observatoire bruxellois du marché du travail et des
qualifications. Il convient également de souligner que mes activités à l’Observatoire ont indirectement enrichi cette
recherche, par une pratique intensive de l’analyse du marché du travail et des politiques d’emploi (ce qui m’a permis
d’acquérir une tout autre expérience de recherche que la recherche académique), et par une immersion « clandestine » au sein
de l’ORBEM. Différentes études sur des segments du marché du travail bruxellois m’ont conduit à m’intéresser au « métier »
comme objet sociologique, et ont très certainement influencé l’orientation de ma recherche au GIRSEF vers les « métiers »
de l’insertion. Cette position géographique et institutionnelle offrait, en outre, un point de comparaison intéressant avec mon
terrain, en particulier le FOREM.
131 Le comité d’accompagnement de notre recherche était composé principalement, en plus des commanditaires, de
membres de cabinets ministériels et d’administrations concernés par la problématique de recherche.
163
Politique Scientifique. Deux rapports de recherches ont ainsi été réunis dans un seul ouvrage
(Orianne et al. 2004).
Le volet sociologique de cette recherche, qui nous intéresse ici, avait été esquissé à l’origine
par Christian Maroy. La proposition initiale, à laquelle nous étions liés vis-à-vis de nos
commanditaires, était la suivante : il s’agissait, pour l’essentiel, d’apprécier, de manière
qualitative, compréhensive, les « conditions locales de mise en œuvre des politiques actives
d’emploi » ainsi que leurs « effets sur des jeunes faiblement qualifiés », au moyen
d’entretiens semi-directifs de jeunes et d’agents d’insertion, et d’une analyse documentaire
des politiques actives d’emploi. Cette proposition me renvoyait à trois énigmes : 1) qu’est-ce
que la « mise en œuvre » d’une politique publique ? 2) qu’est-ce qu’une politique « active »
d’emploi ? 3) qu’entend-on par « effets » sur des jeunes faiblement qualifiés ?
§ 1.2. L’exploration théorique
Les quatre premiers mois (mars – juin 2001) ont été consacrés à quelques lectures
exploratoires « ciblées ». La lecture attentive des évaluations du Parcours d’insertion en
Région wallonne et en Région de Bruxelles Capitale (F.T.U/D.U.L.B.E.A., 2000 ; Lohest et
Vanhaeperen, 2001) a été déterminante, tant au niveau du choix de l’objet empirique que de la
démarche. D’un côté, le Parcours d’Insertion apparaissait comme une mesure emblématique
d’activation : une politique active « exemplaire ». Bien qu’à l’époque, je n’étais pas en
mesure de théoriser les transformations de l’intervention publique dont me semblait être
porteuse cette politique « active » (conditionnalisation, individualisation et territorialisation
dialectiques), leur nouveauté me paraissait intéressante à interroger, en particulier cette
redéfinition, opérée à un niveau transnational, des objectifs visés par les politiques d’emploi
nationales : l’objectif de cette politique, d’un genre nouveau, introduit par les institutions
européennes, ne vise pas directement la mise à l’emploi des chômeurs, encore moins la
création d’emplois, mais le développement des capacités d’insertion des chômeurs, leurs
« chances » de trouver un emploi, - au moyen d’un accompagnement « global » (en
partenariat) et « individualisé » (sur mesure).
Mais d’un autre côté, la démarche évaluative, que j’avais moi-même pratiquée pour le FSE,
me semblait insatisfaisante, pour un ensemble de raisons théoriques et pratiques : 1) elle se
limite à l’analyse des choix réglementaires de quelques acteurs, opérés par l’administration
lors de l’élaboration de la politique ; 2) elle est conséquentialiste : elle prétend mesurer les
« effets » de l’action publique, en fonction des objectifs de la politique et des moyens mis en
œuvre, et déterminer les relations de causalité qui sont à l’origine de ces résultats ; 3) elle
reste souvent empreinte des théories du Public Choice qui se bornent à assimiler les individus
aux consommateurs rationnels de la théorie économique standard, ou de l’analyse stratégique
et de son modèle téléologique des pratiques (Crozier et Friedberg, 1976) selon lequel la clé de
l’explication de l’action repose sur l’intérêt des acteurs ; 4) focalisée sur les « bénéficiaires »
de la politique, elle tend à occulter le rôle déterminant des agents qui mettent en œuvre ces
dispositifs réglementaires. La lecture de ces évaluations, largement comparable à l’exercice
auquel je m’étais livré pour le FSE, me confortait dans l’idée que je souhaitais, à tout prix,
m’extraire de cette perspective analytique. J’étais, à ce moment, ouvert à toute proposition
théorique permettant de dépasser l’analyse de l’action (publique) organisée, à la recherche de
« nouvelles » analyses de l’action publique.
Attiré par la dénomination de la politique visée comme objet empirique (le Parcours
d’Insertion), j’ai rapidement survolé la littérature scientifique, principalement francophone,
relative à l’insertion des jeunes. Ce programme de lecture, volontairement minimal afin de ne
pas sombrer immédiatement dans la « gloutonnerie livresque » (Quivy et Van Campenhoudt,
1995 : 10), m’a également permis de préciser, essentiellement par défaut, mon intention
164
analytique. Je ne souhaitais ni faire de l’évaluation de politique publique, ni produire une
étude de plus sur l’insertion des jeunes. Ce qui m’ennuyait dans cette littérature, c’était
principalement la zone d’ombre laissée par un parti pris analytique inconditionnel pour les
« victimes » des politiques d’insertion. Je souhaitais entendre les « bourreaux » : ne pas partir
du point de vue des « bénéficiaires » des politiques, encore moins des décideurs, mais du
point de vue de ceux qui mettent en œuvre, qui agissent ces politiques. J’étais ainsi parvenu à
formuler une première piste ou proposition de recherche.
Trois ouvrages m’ont profondément influencé et encouragé dans cette voie peu explorée :
l’ouvrage collectif du CEE (Simonin, 1995), l’ouvrage collectif dirigé par Joseph et Jeannot
(1995), et l’ouvrage de Weller (1999). Cette approche post-éthnométhodologique, - d’un côté,
une approche conventionnaliste (CEE), d’un autre côté, une approche cognitive -, offrait un
cadre analytique stimulant pour analyser les mises en œuvre des politique d’insertion : une
analyse du travail de traduction, du point de vue de celui qui l’exerce. Je souhaitais,
naïvement et plein d’enthousiasme, « faire quelque chose dans ce style », contribuer au
développement d’une pragmatique de l’action publique, à la manière d’Eymar-Duvernay, de
Weller ou de Cicourel … C’est donc avec ce bagage théorique minimal que je décidai de me
lancer dans l’aventure.
Mais comment procéder à l’analyse des mises en œuvre locales du Parcours d’insertion ?
L’insistance sur le « local » invitait au contraste : saisir le processus de mise en œuvre dans
une diversité de situations. Il était urgent de circonscrire un champ d’observation, de trouver
un terrain. J’étais un chercheur de terrain, au sens premier du terme, tel un chercheur d’or.
Quel est ce terrain ? Où me rendre ? Qui rencontrer ? Pour observer quoi ? Combien de
temps ? Incapable de répondre seul à ces questions, je me rendis à l’évidence : seuls des gens
de terrain pourraient m’aider à trouver « mon » terrain. Je procédai alors à quelques entretiens
« exploratoires ».
§ 1.3. Entretiens exploratoires et échantillonnage
Les entretiens exploratoires ont été effectués entre le mois de juillet 2001 et le mois de mars
2002. Il s’agissait d’un premier « tour de piste ». L’objectif de ces entretiens était précisément
de trouver des « pistes », des idées, des hypothèses de travail, - et non de vérifier des
hypothèses préétablies (Blanchet et Gotman, 1992 : 43-45). « Les entretiens exploratoires ont
donc pour fonction principale de mettre en lumière des aspects du phénomène étudié auxquels
le chercheur n’aurait pas pensé spontanément lui-même et à compléter ainsi les pistes de
travail que ses lectures auront mises en évidence. Pour cette raison, il est essentiel que
l’entretien se déroule de manière très ouverte et très souple et que le chercheur évite de poser
des questions trop nombreuses et trop précises. » (Quivy et Van Campenhoudt, 1995 : 63).
Qui rencontrer dans cette phase exploratoire ? Quivy et Van Campenhoudt identifient trois
catégories de personnes à interroger dans ce cadre : 1) des experts ; 2) des personnes
recommandées ; 3) les personnes visées par l’étude.
C’est dans cet ordre que j’ai procédé. D’abord, j’ai rencontré les évaluateurs du Parcours
d’insertion dont j’avais lu les travaux avec grand intérêt. Ensuite, j’ai rencontré les personnes
recommandées par ces experts : les présidents et coordinateurs des commissions sousrégionales de coordination du Parcours d’insertion (CSRC). Enfin, je me suis entretenu avec
les responsables des services et organisations ciblés par l’étude, largement recommandés par
les agents des CSRC.
165
C’est, donc, dans le cadre de ces entretiens exploratoires que j’ai procédé à la construction de
132
l’« échantillon » , selon la méthode d’échantillonnage par cas multiples de micro-unités
sociales. Ce terme technique mérite quelques explications. Pour faire bref, si l’on distingue
généralement l’échantillonnage probabiliste (aléatoire, systématique, stratifié, …) de
l’échantillonnage non probabiliste (choix raisonnés, quotas, accidentels, …) pour les données
chiffrées (Javeau, 1978), cette distinction est peu pertinente dans les recherches qualitatives,
où rien ne se produit jamais par hasard : il convient plutôt de distinguer l’échantillonnage par
cas unique (un acteur, un milieu, un événement) de l’échantillonnage par cas multiples
(Poupart et al, 1997 : 116-117). Ces auteurs précisent encore que l’échantillonnage par cas
multiples des micro-unités sociales peut s’opérer de deux manières : par contraste ou par
homogénéisation. Nous avons opté pour l’échantillonnage par contraste afin « d’ouvrir les
voies à la comparaison (externe) ou à une sorte de « totalité hétérogène » ». (Poupart et al,
1997 : 157).
1.3.1. Les experts scientifiques
C’est au mois de juin (2001), que j’ai rencontré les évaluateurs du Parcours d’insertion :
d’abord, Enrique Moro de la F.T.U., et ensuite, Béatrice Vanhaeperen du S.E.S. (devenu
IWEPS). L’objectif de ces entrevues était clair : il s’agissait de délimiter les « localités »
d’observation (régions et sous-régions). J’avais, parallèlement, plusieurs questions précises à
leur poser, sur base de la lecture de leurs travaux. Face à l’enthousiasme et à l’ignorance dont
je faisais preuve à l’époque, ils ont répondu avec bienveillance à l’ensemble de ces questions.
Je me suis largement appuyé sur leur expérience d’évaluateurs ainsi que sur leur connaissance
du champ de l’insertion, pour circonscrire mon terrain.
Notons, pour l’anecdote, que le financement fédéral de l’étude (et l’instance des
commanditaires à nous le rappeler, lors des premiers comités d’accompagnement) avait
induit, dans mon esprit comme dans celui de Christian Maroy, la possibilité de comparer des
situations dans chacune des trois régions du pays (Wallonie, Bruxelles, Flandre) ; on avait
même pensé engager un chercheur néerlandophone pour effectuer le travail de terrain en
Flandre. Les experts rencontrés n’ont pas manqué de nous faire part de leurs réserves quant au
gigantisme de cette entreprise ; ils m’ont vivement conseillé, sans d’ailleurs s’être concertés,
de me centrer sur une seule région. La région flamande a été rapidement écartée pour des
raisons de faisabilité évidentes, principalement liées à la langue et à l’éloignement
géographique. La région de Bruxelles-Capitale a été écartée pour une autre raison : je ne
souhaitais pas centrer exclusivement mon travail de terrain dans cette région, pour la simple
raison que j’y travaillais comme « expert » dans un Observatoire dépendant de l’ORBEM.
Dès lors, s’il fallait se centrer sur une des trois régions, la région Wallonne semblait aller de
soi. Mais parmi les dix sous-régions de la Wallonie, lesquelles choisir ? Combien ? Et selon
quels critères ? Soucieux de diversifier l’échantillon, mais largement encouragé par les
132 Faut-il rappeler que la pratique d’échantillonnage ne concerne pas exclusivement les recherches quantitatives ?
« Contrairement à ce que certains chercheurs pensent, la recherche qualitative recourt aussi à l’échantillon, qui sera le plus
souvent de type non probabiliste » (Poupart et al, 1997 : 97). Le mot échantillon peut prendre une double signification : « au
sens strict ou opérationnel, il désigne exclusivement le résultat d’une démarche visant à prélever une partie d’un tout bien
déterminé ; au sens large, il désigne le résultat de n’importe quelle opération visant à constituer le corpus empirique d’une
recherche » (op. cit.113). Ce qui est commun à ces deux conceptions, c’est l’idée centrale de généralisation (Becker, 2002 :
118). L’échantillonnage se distingue ainsi d’un simple procédé de sélection par l’intention explicite d’extrapoler, de dépasser,
de placer, de transcender, de mettre en rapport les données sélectionnées (Poupart et al, 1997 : 121).
Poupart et al. (1997) mettent en évidence deux principes épistémologiques au cœur de l’échantillonnage : la diversification et
la saturation (diversification interne). Il est préférable, pour les recherches qualitatives, de parler de diversification plutôt que
de représentativité des échantillons : diversification à l’intérieur et à l’extérieur des groupes étudiés. La diversification
externe nous conduit directement au principe de saturation. La saturation empirique désigne « le phénomène par lequel le
chercheur juge que les derniers documents, entrevues ou observations n’apportent plus d’informations suffisamment
nouvelles ou différentes pour justifier une augmentation du matériel empirique » (p157). En ce sens, la saturation est moins
un critère de constitution de l’échantillon qu’un critère d’évaluation de celui-ci.
166
évaluateurs à réfréner des ambitions de terrain pharaoniques, je me suis rapidement résolu à
me limiter à deux sous-régions contrastées (conformément au devis initial de recherche
esquissé par Christian Maroy).
Lors des « réunions de travail » avec ces experts, différents critères de sélection ont été mis en
évidence : certains insistaient sur l’existence ou non de partenariats locaux préalables à la
mise en œuvre du P.I. en 1997 (la sous-région d’Arlon – Luxembourg constituait alors un
exemple intéressant de « tradition partenariale » dans le champ de l’insertion) ; d’autres
insistaient davantage sur le « niveau » de structuration et d’effectivité des partenariats locaux
(la sous-région de Liège apparaissait, sur base des évaluations, comme un exemple de
« réussite ») ; tous s’accordaient sur la prise en compte du critère de faisabilité (quelques
sous-régions, dont Liège et d’Arlon – Luxembourg, étaient retenues sur base de ce critère
relatif à l’accessibilité de l’information nécessaire). En réalité, aucun de ces critères, pris
isolément, n’a été déterminant dans le choix des deux sous-régions. Cependant, leur
confrontation faisait apparaître, très clairement, deux sous-régions particulièrement
intéressantes et accessibles, selon les experts rencontrés : Liège et d’Arlon – Luxembourg. Le
choix définitif, en accord avec Christian Maroy, ne s’est stabilisé, à la fin du mois du juin
2001, qu’autour d’un quatrième critère ou argument de sélection : la comparaison du travail
quotidien de mise en œuvre des politiques d’insertion en contexte urbain et en contexte rural.
Je m’étais fixé sur deux sous-régions wallonnes contrastées mais je ne savais toujours pas où
me rendre, qui rencontrer … Les évaluateurs m’avaient vivement conseillé de me rendre dans
les CSRC de ces deux sous-régions pour « tâter le terrain ». L’idée me parut excellente. En
effet, qui d’autre pourrait mieux me guider dans cette jungle inconnue que ceux qui
coordonnent, au niveau sous-régional, la mise en œuvre du Parcours d’insertion, en réunissant
régulièrement différents représentants de l’ensemble des opérateurs de formation et
d’insertion actifs dans le territoire, et ayant signé la Charte du Parcours d’insertion ?
1.3.2. Les experts de terrain
C’est au mois de juillet (2001), que j’ai pris contact avec les CSRC de ces deux sous-régions :
d’abord, des contacts téléphoniques et de brèves entrevues avec les présidents des CSRC,
ensuite, de longs entretiens exploratoires avec les chargés de mission, - véritables « chevilles
ouvrières » de ces structures nouvelles de coordination sous-régionale du Parcours
d’insertion. L’objectif de ces entretiens était donc de délimiter, au sein des sous-régions,
quelques sites d’observation. J’avais accessoirement une série de questions précises à leur
poser, essentiellement d’ordre empirique, à propos des évaluations … et c’est, dès ce moment,
que je commençai à percevoir la manière dont ces évaluations avaient été vécues par les
acteurs de terrain : je dus à plusieurs reprises m’efforcer de montrer « patte blanche », de me
défendre d’être un évaluateur, un « espion à la solde du fédéral », sans cesse préciser que mon
intention était d’approcher le sens du travail d’insertion, et non de porter un jugement sur ce
travail.
Lors de ces entretiens exploratoires dans les CSRC, je fus initié aux particularités territoriales
des deux sous-régions retenues pour l’analyse. La particularité du territoire couvert par la
CSRC d’Arlon, qui correspond à la province de Luxembourg, est très certainement son
étendue relativement importante et sa faible densité de population ; la province se caractérise
aussi par un grand consensus des partenaires sociaux, me disait-on. Ce qui est apparu, lors de
l’entretien, comme une problématique centrale et propre à ce territoire, dans la mise en œuvre
du P.I., c’est la problématique de la mobilité : « chez nous, pour s’insérer, il faut un moyen de
locomotion ! ». Etroitement liée à la problématique de la mobilité, la problématique de la
solidarité (exclusion sociale, isolement) : le gouverneur de la province, également président
du Comité Sous-régional Emploi Formation (CSEF), avait conclu, avant le mise en œuvre du
167
Parcours d’insertion, un « pacte de solidarité » avec les partenaires sociaux de la province, et
133
développé différentes actions de formation, en partenariat .
Les problématiques auxquelles la CSRC de Liège doit faire face sont d’un tout autre ordre
qu’en province de Luxembourg : ici, la mobilité physique ou l’accessibilité géographique aux
structures d’insertion ne pose pas problème, il s’agit plutôt d’une mobilité sociale, d’une
accessibilité socioculturelle aux structures d’insertion. Dès lors, l’axe « participation –
citoyenneté » constituait, dès le départ, un pilier majeur de la mise en œuvre du P.I. à Liège.
Dans le cadre de l’axe « participation et citoyenneté » et dans un souci de répondre
concrètement à l’objectif d’écoute structurée des usagers, la CSRC de Liège avait créé, dès
1998, une Commission de concertation, comme le prévoyait la circulaire ministérielle du 3
134
juillet 1998 . Sur l’ensemble de la Wallonie, seule la CSRC de Liège était parvenue à mettre
135
sur pied ce type de structure participative , réunissant tous les mois des représentants des
opérateurs de formation et des représentants des stagiaires, représentants directs (demandeurs
d’emploi en formation) et indirects (syndicats).
Ces deux sous-régions présentaient toutefois des caractéristiques communes, ou plutôt,
rencontraient des difficultés similaires au niveau de la mise en œuvre du P.I. : manque de
coordination des pratiques, absence de dispositif de traçabilité des stagiaires, absence de
filières communes, manque de circulation systématique de l’information.
Lors de ces entretiens, je prenais conscience du « capharnaüm » organisationnel et
institutionnel que je m’apprêtais à pénétrer, ce montage hybride, cet « être hétérogène » … En
effet, plusieurs centaines d’organisations, au sens large du terme, sont impliquées dans ces
réseaux locaux d’insertion. Lesquelles choisir et pour quelles raisons ? Je me sentais
totalement incapable de trancher et encore moins de justifier un choix quelconque. Je me suis,
une fois encore, largement appuyé sur l’expérience et la connaissance d’experts, - ici, de
terrain -, pour circonscrire le champ d’analyse. C’est en discutant avec les chargées de
mission des CSRC, que mon choix s’est porté sur trois entrées organisationnelles contrastées :
le FOREM, les Carrefours formation, les EFT. Pourquoi privilégier ces trois sites
d’observation dans chaque sous-région ?
Le FOREM me paraissait incontournable en tant que Service Public d’Emploi. Deux services
avaient particulièrement retenu mon attention : le service de conseillers particuliers, et plus
encore pour leur dénomination, le service des agents d’insertion. Les Carrefours Formation
m’intéressaient en tant que structures « nouvelles », directement issues de la mise en œuvre
du Parcours d’insertion, mais surtout comme structures « multi-partenariales », c’est-à-dire
133 Comme me l’explique la chargée de mission : « Dans la région de Vielsalm depuis 1991, le CSEF a rassemblé la
Promotion sociale, les Classes moyennes, le Forem et les opérateurs de formation pour élaborer des projets communs de
formation » (Entretien CSRC d’ Arlon).
134 « Les comités sub-régionaux mettront en place une commission de concertation réunissant des opérateurs de formation
et des représentants des stagiaires. Il s’agit ainsi d’organiser une véritable communication structurelle entre les organismes
et les usagers » (circulaire ministérielle du 03/07/98).
135 Selon la chargée de mission, cette réussite tient à deux facteurs : « Tout d’abord, les partenaires sociaux ont été d’accord
immédiatement de suivre ce projet. Ensuite, on a su faire l’impasse sur le concept de « représentativité » des usagers, et cette
impasse théorique nous a permis d’avancer, alors que d’autres se sont épuisés sur ce concept. Nous avons introduit la notion
de « témoin de parcours » qui remplace le concept de représentativité. L’idée est de réunir un éventail le plus large possible
de ces témoins du parcours » (Entretien CSRC de Liège). Lors de ma visite, cette commission avait déjà travaillé sur
différents points précis : les entraves administratives du parcours, le dispositif d’orientation professionnelle, et l’élaboration
de la « Charte du stagiaire » signée en octobre 2000 par tous les opérateurs.
A l’inverse, en province de Luxembourg, l’écoute structurée des stagiaires semblait être un échec : « Ca n’a rien donné », me
confie la chargée de mission. « Il y a eu l’expérience unique d’Houffalize, une journée « participation – citoyenneté » (le 21
mai 1999) : 200 stagiaires qui émettent beaucoup de revendications et qui ne se sentent pas écoutés de la part des
syndicats. De toute façon, créer comme à Liège une Commission de concertation, c’était impossible : les partenaires sociaux
ne voulaient pas en entendre parler, et même chez nous, à la commission, personne n’y croyait. (…) C’est de l’esbroufe. »
(Entretien CSRC de Liège). Comme l’explique la chargée de mission, les acteurs n’ont pu contourner les difficultés liées à la
représentativité des stagiaires (rotation des stagiaires) et liées à la mobilité (l’accès).
168
réunissant, au sein d’une même organisation, cinq opérateurs de formation concurrents
(FOREM, EFT/OISP, AWIPH, IFPME, EPS). J’avais là un site particulièrement intéressant,
un cas unique fortement contrasté, qui me donnerait accès à la diversité de ce réseau que je
me proposais d’explorer. Quant aux EFT, elles m’intéressaient pour deux raisons : d’une part,
elles m’avaient été présentées comme les « laissées pour compte » du dispositif ; d’autre part,
je percevais, de manière assez confuse, une sorte d’alternative intéressante entre la logique du
service public et la logique du marché, qu’offraient ces structures « associatives » d’insertion.
Le choix des deux EFT ne s’est pas fait par hasard : les chargées de mission des CSRC nous
ont « naturellement » orientés vers les EFT qui représentaient, dans chaque CSRC, le secteur
associatif présent sur le territoire, à savoir l’EFT le Phare à Liège et l’EFT le Trusquin à
Marloie. Cette orientation me plaisait : il ne s’agissait pas de n’importe quelle EFT ou d’EFT
« moyennes », mais d’EFT « exemplaires », « représentatives », non dans un sens statistique
mais pratique.
A ce stade, mon échantillon « théorique » était constitué. Il me fallait alors explorer les
différents sites d’observation retenus et négocier mon entrée sur le terrain. Cette exploration a
été « retardée » de quelques mois par la rédaction d’un rapport intermédiaire que le GIRSEF
était tenu de présenter aux commanditaires. Ce rapport fut l’occasion de mêler différentes
notes de travail : des notes théoriques, des notes méthodologiques, des notes théoriques. Ce
rapport contenait : 1) une revue de la littérature, très partielle, relative à l’insertion des
jeunes : elle ne constituait pas, à proprement parler, le cadre théorique, mais elle avait été
négociée dans le contrat de recherche (elle ne fut jamais véritablement intégrée à ce travail, si
ce n’est comme modèle « repoussoir ») ; 2) une analyse descriptive assez sommaire des
politiques d’emploi aux niveaux européen, fédéral et régional (à l’origine de la première
partie de ce document) ; 3) un cadrage théorique « post-ethnométhodologique » (Simonin,
1995 ; Joseph et Jeannot, 1995 ; Weller, 1999) et une première définition de l’objet, à savoir
le travail de mise en œuvre, de traduction, d’interprétation des politiques d’insertion (à
l’origine du premier volet de notre cardage théorique actuel : cfr. section 1, chapitre 2) ; 4)
quelques éléments empiriques issus des premiers entretiens exploratoires et de la lecture des
évaluations du Parcours d’insertion ; 5) quelques éléments méthodologiques : la logique
d’échantillonnage ainsi qu’une stratégie empirique de recherche minimale basée
essentiellement sur quelques principes d’ethnométhodologie.
Libéré de cette échéance vis-à-vis des commanditaires, - qui me cloua trois mois au bureau
avec un mal de crâne épouvantable -, je me remis plein d’entrain, dès le mois de novembre
(2001), en quête de mon terrain.
1.3.3. Les responsables de terrain
Je commençai, en novembre (2001), par l’exploration des Carrefours Formation : d’abord, je
rencontrai le responsable du Carrefour Formation de la province de Luxembourg, situé à
136
137
Libramont , dans la foulée, la responsable du Carrefour Formation de Liège , et enfin, la
coordinatrice du Pôle d’appui des Carrefours Formation, en clair la supérieure hiérarchique
138
des deux responsables .
139
Je rencontrai, à la même époque, le directeur de l’EFT Le Phare à Liège , ainsi que le
140
directeur et la responsable pédagogique de l’EFT Le Trusquin à Marloie .
136 Le 14/11/2001 PM
137 Le 21/11/2001 PM
138 Le 12/12/2001 PM
139 Le 29/11/2001 PM ; je profitai de la matinée pour me rendre au CALIF de Liège afin de rencontrer deux chargés de
mission qui étaient en train de réaliser une étude sur les « compétences fortes » des professionnels de l’insertion, dans cette
sous-région.
169
Ce n’est qu’en mars (2002), après quelques mois de harcèlement téléphonique, que je pénétrai
l’univers administratif du FOREM, d’abord en province de Luxembourg, et ensuite à Liège.
En province de Luxembourg, je rencontrai d’abord la responsable du service des « conseillers
141
particuliers » (qui allait être rebaptisé quelques mois plus tard le service des « conseillers en
accompagnement professionnel »), ensuite la responsable du service des « agents
142
d’insertion » (qui allait disparaître quelques mois plus tard), et enfin le responsable du
« pôle particulier », réunissant l’ensemble des services à destination des demandeurs
d’emploi, en clair, leur supérieur hiérarchique (statut de n+2 dans l’organigramme du
143
FOREM) . En province de Liège, je dus me contenter d’un entretien exploratoire avec la
144
responsable du « pôle particulier » (n+2) et sa collaboratrice directe (n) , parce que, m’avaiton dit à cette occasion, « les différents services étant en pleine restructuration, il est difficile
de vous recevoir pour l’instant ».
L’objectif de ces entretiens était double : d’une part, négocier mon entrée sur le terrain
(obtenir les autorisations officielles et la collaboration effective des équipes), d’autre part
préparer ce travail de terrain (prendre connaissance des implantations géographiques, des
activités de travail, de l’organisation de ces activités). J’avais élaboré à cette occasion une
« grille » d’entretien, une liste de questions que j’avais classées en 5 points :
1) le contexte organisationnel : faire décrire l’organisation, son histoire, son évolution, sa
situation actuelle (implantation, composition des équipes, organisation du travail, statut des
travailleurs) ;
2) le contexte institutionnel : faire décrire les missions « officielles » de l’organisation et les
textes « institutionnels » qui les définissent (lignes directrices, accords de coopération,
décrets, conventions-cadres, chartes) ;
3) le nature des activités de travail : faire décrire le travail d’insertion avec les publics
« ciblés », les différents « services » ou « activités » proposés.
4) le profil du responsable : faire parler le responsable de son parcours professionnel, de son
travail quotidien, de son rapport au travail et à cette entité qu’il gère ;
5) la faisabilité du travail de terrain : présenter mon projet, mon intention de « comprendre »
le nature et le sens du travail d’insertion et non d’évaluer ce travail, préciser que cette
démarche « compréhensive » nécessite la collaboration des équipes.
Il va sans dire que cette grille s’est considérablement enrichie au fil des entretiens
exploratoires : les questions se reformulaient, se précisaient, de nouvelles questions
apparaissaient, … Et ce n’est pas uniquement l’outil de collecte qui était en train de se
construire au contact du terrain, c’était l’ensemble de « ma » problématique. Telle est sans
doute une des spécificités du « devis » de recherche qualitative : la construction progressive
145
de l’objet de recherche au contact des acteurs de terrain (Poupart et al, 1997) .
Il me semble important de préciser que c’est, dès les premiers entretiens, que j’ai commencé à
percevoir la pluralité des cadres d’interactions dans lesquels s’opérait le travail d’insertion.
Certes, les interactions avec les usagers sont centrales, mais elles sont loin d’épuiser les
multiples canaux relationnels dans lesquels ce travail coule, s’écoule. Tous ces responsables,
sans exception, ont attiré mon attention sur les réalités du travail en équipe, ce travail en
140 Le 06/12/2001 de 14H00 à 16h00
141 Le 07/03/2002 AM
142 Le 13/03/2002 AM
143 Le 03/04/2002 PM
144 Le 20/03/2002 PM
145 « En recherche qualitative, la construction de l’objet de recherche se fait progressivement, le chercheur focalisant son
attention sur l’objet et cernant graduellement les contours de sa question » (Poupart et al, 1997 : 107).
170
« coulisses » pour reprendre l’expression indigène des Carrefours Formation, ce travail
collectif qui se déploie derrière la scène des interactions avec le public, principalement à
l’occasion de réunions d’équipes, de pôles, de filières, de sous-groupes de travail, … Ils m’ont
également invité à prendre en compte les réalités du travail inter-organisationnel : ces agents
ne jouent pas uniquement à domicile, ils jouent aussi en déplacement.
Un autre élément important ressortait de ces entretiens exploratoires : la pluralité de
« métiers » en concurrence dans le champ de l’insertion. C’est, à partir de ce moment, que j’ai
commencé à raisonner en terme de « métier », ce qui me permettait d’associer, sous un même
terme, des groupes réels, des positions institutionnelles, des situations de travail et des
situations d’emploi (des positions sur le marché du travail).
Après de nombreuses précisions quant à la nature « compréhensive », « non évaluative » de
mon travail de recherche, j’ai obtenu un premier accord de principe des différents
responsables. Dans les EFT, il s’agissait d’une réelle victoire ; dans les Carrefours Formation
et au FOREM, je n’étais pas au bout de mes peines. Au FOREM, les responsables de pôles
m’avaient assuré qu’ils se chargeaient de faire « remonter » ma demande par la voie
hiérarchique (d’abord aux directions régionales d’Arlon et de Liège, et ensuite au siège
central de l’administration, situé à Charleroi) et de m’avertir lorsqu’une réponse serait
« redescendue ». La réponse tardait à venir et c’était « de bonne augure », me disait-on. En
réalité, aucune réponse officielle n’est jamais « descendue » de Charleroi, ce qui signifiait
concrètement que les deux responsables rencontrés étaient implicitement autorisés à me
donner le « feu vert ». A Carrefour Formation, suite aux entretiens exploratoires, j’étais
autorisé à formuler une demande officielle au Comité d’accompagnement des Carrefours
Formation (CACF). Cette demande a été rédigée avec la responsable du Carrefour Formation
de Liège et la responsable du Pôle d’Appui, dans le cadre d’une réunion de travail. Entouré de
ces précieux alliés, je me sentais invulnérable. Pour l’anecdote : le Comité a refusé, dans un
premier temps, et ce n’est que par l’intermédiaire du SES de la Région Wallonne, en
particulier grâce au dévouement de Béatrice Van Haeperen, que notre demande a finalement
été acceptée. Armé de ces autorisations « officielles », j’étais enfin convié à présenter le projet
aux équipes et à solliciter leur collaboration.
Les entretiens des responsables du FOREM clôturaient ainsi la phase exploratoire. Sur les
conseils de mon patron, je me suis efforcé de produire une note de synthèse, mêlant un peu de
théorie, un peu de méthode et quelques éléments empiriques. Cette note, finalisée en avril
2002, s’appuyait évidemment sur le rapport intermédiaire déposé aux commanditaires de
l’étude. Cependant, la littérature relative à l’insertion des jeunes semblait évacuée de ma
problématique. Seul le cadrage « post-éthnométhodologique » subsistait et se précisait
sensiblement.
Cette note était essentiellement nourrie des entretiens exploratoires des responsables de
terrain. L’analyse de ces entretiens s’est effectuée de manière très ouverte, sans grille
d’analyse précise, en écoutant et réécoutant les bandes d’enregistrement : le discours des
acteurs constituait avant tout une « source d’information », et n’était pas encore interrogé, à ce
stade, en tant que « processus » (Quivy et Van Campenhoudt, 1995 : 74). J’essayais
également d’inclure quelques éléments empiriques de mes premières observations
« intensives » déjà réalisées à L’EFT le Phare à Liège, - en attendant les autorisations du
146
CACF et les premiers contacts au FOREM .
146 Dès le mois de janvier (2002), j’avais été invité à présenter le projet d’étude à l’équipe du Phare (le 09/01/2002 de 8h30 à
12h30). Face à l’accueil chaleureux qui m’avait été réservé et à l’enthousiasme manifesté quant à ce projet de
« collaboration », je me suis « installé » au Phare jusqu’à la fin février. Je reviendrai plus tard sur la nature de mon travail
d’observation « intensive » au Phare.
171
Un an s’était écoulé depuis le début de mon contrat. N’avais-je pas passé trop de temps à
explorer le terrain ? Si l’on en croit Kaufmann, la pratique de l’entretien « compréhensif »
permet de réduire cette phase exploratoire ((Kaufmann, 1996 : 38). Peut-être est-ce le cas,
lorsqu’on se promène sur une plage « en quête de seins nus », ou dans l’intimité de couples
anonymes ; en ce qui me concerne, la pratique assidue de ce type d’entretiens « semidirectifs » n’a pas produit l’effet « escompté », du moins par Kaufmann. Je ne me l’explique
que par ma grande ignorance face à la complexité (« objective ») du champ que je me
proposais d’arpenter.
J’avais malgré tout esquissé une problématique, « trouvé » mon terrain, bricolé et affiné des
outils de collecte (grille d’observation, grille d’entretien, instrument de collecte de documents
en tous genres) et élaboré une « stratégie » d’observation. Mon « objet théorique » initial, un
peu nébuleux (les mises en œuvre locales des politiques actives d’emploi), s’était d’une part
cristallisé en un « objet empirique » palpable (le Parcours d’insertion en Région wallonne), et
d’autre part, il s’était délié en une série de « propositions » analytiques, en une esquisse
timide de « problématique ». Je souhaitais observer le travail d’insertion « en situation »,
suivre au quotidien, pendant une durée limitée, différents collectifs d’agents chargés de mettre
en œuvre les politiques d’insertion en région wallonne, de traduire ces politiques en action sur
autrui. Ce travail d’observation permettrait l’étude compréhensive du « sens de l’action », - un
des objets privilégiés de la recherche qualitative, comme le rappellent Poupart et al (1997 :
89). Ma « stratégie » empirique de recherche se caractérisait par : 1) le souci du contraste ; 2)
la pratique du « tracking » ; 3) le souci de contextualisation.
Je ne reviendrai pas sur la méthode d’échantillonnage par contraste et cas multiples. Quant au
« tracking », il faut l’entendre dans le sens courant de « pister », de marcher sur les « traces »
de quelqu’un. Le « tracking » constitue un des traits spécifiques de l’observation en
ethnométhodologie : « par la filature, le chercheur essaie de voir ce que le sujet voit » (A.
Coulon, 1983, p84). Latour (1995) propose ainsi d’étudier la science en action, en train de se
faire : « puisque les chercheurs que nous filons se trouvent à l’intérieur des laboratoires, nous
devons les y suivre, quelle que soit la difficulté de ce voyage » (Latour, 1995 : 153-154) ; «
notre première règle de méthode exige en effet que nous filions les chercheurs pendant qu’ils
sont engagés dans leur travail. » (Latour, 1995 : 353-354). Je souhaitais étudier les politiques
actives dans le cours de leur fabrication et de leur mise en œuvre, par la porte dérobée de
l’état social actif en action. Concrètement, je me proposais de : 1) suivre des acteurs,
physiquement, dans différents cadres de travail, principalement avec le public, mais aussi en
« déplacement » chez des partenaires ou en réunion d’équipe 2) suivre leurs « conseils »
(d’adopter leur point de vue) ainsi que leurs contacts, - ce que je faisais déjà largement ; 3)
suivre également les contraintes qui pèsent sur l’action (Dodier, 1993).
Parallèlement à la diversification de l’échantillon et à la filature d’acteurs, j’étais soucieux de
« contextualiser » l’action, dont je me proposais de suivre le déroulement (Becker, 2002 :
103). Selon Dodier, l’ethnométhodologie se caractérise par une éthique radicale de
l’indexicalité : l’étude en toutes circonstances du caractère indexical des activités s’impose
catégoriquement : « la manière dont nous manifestons le caractère ordonné de nos pratiques
est ancrée dans des circonstances éminemment locales, et ce que nous manifestons ainsi n’est
intelligible pour autrui que moyennant la mobilisation, hic et nunc, de notre part, des
ressources ad hoc fournies par le moment présent, à nul autre strictement pareil » (Dodier, in
de Fornel et al. : 318). Le principe d’indexicalité renvoie à l’incomplétude naturelle du
langage, des gestes, des mots qui ne prennent leur sens complet que dans leur contexte de
172
147
production . Cette pratique intensive de la contextualisation m’apparaissait comme une piste
intéressante de généralisation, - ce qui témoigne peut-être d’un usage irrévérencieux de ce
principe. Les contextes de production du travail d’insertion sont multiples et enchevêtrés : les
contextes européen, fédéral, régional, où sont produits les énoncés officiels des politiques
d’insertion ; les contextes sous-régional, organisationnel, professionnel, identitaire ou
existentiel, où s’opère, principalement par le langage, la mise en œuvre quotidienne. Replacer
l’action située d’un agent du FOREM de Liège dans son contexte de production, nécessite de
prendre en compte cette pluralité de contextes imbriqués, et rend alors comparables les
situations observées.
SECTION 2. LE TRAVAIL DE TERRAIN
Il est évident que la phase exploratoire fait partie intégrante du travail de terrain. Pourquoi
cette distinction ? Elle exprime simplement une réorientation générale de mes efforts : au
terme de cette phase exploratoire, je ne cherchais plus un terrain ; j’y habitais. Une nouvelle
situation se dessinait : l’expérience inédite d’une présence systématique sur le terrain allant de
pair avec un éloignement provisoire de l’univers académique et de mes collègues du GIRSEF,
l’orientation « analytique » de mon travail se précisait au contact du terrain, avec la
perspective réjouissante, puis le bonheur, de ne plus travailler en solitaire. A partir du mois de
septembre 2002, Thibauld Moulaert m’a rejoint sur le terrain.
Pour présenter cette phase « intensive » du travail de terrain, je ne suivrai pas la chronologie
des événements, par ne pas alourdir inutilement l’exposé ; je ne présenterai pas non plus ce
travail site par site. Je présenterai les principaux enjeux et composantes de cette entreprise
148
menée sur un an, à six endroits différents : les observations, les entretiens, la collecte de
documents en tous genres.
§ 2.1. L’observation directe du travail d’insertion
2.1.1. L’observation à découvert au sein d’organisations formelles
Comme je l’évoquais en introduction, l’observation désigne, au sens large, le travail de
terrain, et implique une présence systématique et prolongée sur les lieux mêmes de l’enquête
au sein du ou des groupes étudiés. Dans un sens plus restreint, l’observation « consiste à se
trouver présent et mêlé à une situation sociale pour l’enregistrer et l’interpréter en
s’efforçant de ne pas la modifier. Cette situation sociale est toujours le produit d’une
interaction entre les participants eux-mêmes et, d’une façon ou d’une autre, entre les
participants et l’observateur ; elle prend la forme d’événements composés de séquences
149
successives avec un début et une fin » (Peretz, 1998 : 5) . J’ai effectué, en solitaire, le travail
de terrain à l’EFT le Phare sur cinq mois à mi-temps, janvier-février et de mai à juillet 2002.
147 Le principe d’indexicalité st étroitement lié au principe de réflexivité selon lequel les pratiques décrivent et constituent un
cadre social : « décrire une situation, c’est la constituer. La réflexivité désigne l’équivalence entre décrire et produire une
interaction, entre la compréhension et l’expression de cette compréhension ». (A.Coulon, 1993, p38).
148 Pour rappel, il s’agit des Carrefours Formation de Liège et de Libramont, des services aux particuliers de FOREM
Conseil, dans ces mêmes sous-régions et de deux EFT.
149 Peretz (1998 : 14) retient quatre tâches essentielles de l’observation directe : 1) être sur place ; 2) observer le
déroulement des événements ; 3) enregistrer ; 4) interpréter (ou, au minimum décrire, produire un compte rendu).
Concernant l’enregistrement, Peretz déconseille la pratique du journal de terrain tenu sur un mode narratif (ou passif) mais
encourage l’enregistrement des observations sur une pluralité de supports. La pluralité des supports et des observations
nécessite un système de classement opérationnel : il propose ainsi de classer les données d’observation en cinq domaines (les
actions, les groupes, les dispositifs matériels, les points de vue des participants, la situation de l’observateur, cfr. Peretz,
1998 : 83).
173
150
Pour les cinq autres sites d’observation , j’ai bénéficié de l’aide précieuse de Thibauld
Moulaert qui, contrairement à moi, était engagé à temps plein sur ce contrat. Nous sommes
parvenus à concentrer en quatre mois (septembre – décembre 2002) l’essentiel du travail de
terrain, qui m’aurait sans doute pris, seul à mi-temps, plus d’une année.
Comme le fait très justement remarquer Henri Peretz, l’observation n’est pas une méthode
« tout terrain » (Peretz, 1996 : 48) : chaque terrain impose une démarche particulière, un statut
d’observateur particulier. Notre démarche se caractérise par une pratique de l’observation « à
découvert » au sein d’organisations formelles.
On distingue classiquement deux types d’observation : l’observation « à découvert » et
l’observation « incognito » (Arborio et Fournier, 1999 : 29-30 et 96), - ou observation
« clandestine » (Poupart et al., 1997 : 222 ; Peretz, 1998 : 53). Peretz propose encore de
distinguer, parmi les différentes formes d’observation à découvert, deux situations très
différentes : l’observateur à découvert au sein d’un groupe informel (l’exemple de W. F.
Whyte) et l’observation à découvert au sein d’une organisation formelle. Dans le contexte
particulier d’une organisation formelle, « l’observateur est accepté comme tel au sein d’une
organisation sociale régie par des règles formelles et hiérarchisées ; il séjourne au milieu des
participants au su et au vu de tout le monde ou presque. Il peut prendre des notes
simultanées, circuler librement, consulter des documents » (Peretz, 1998 : 71). L’auteur
pointe deux tensions caractéristiques de ce type d’intervention sur le terrain : d’une part, il
convient d’être attentif, tout au long de l’expérience du système hiérarchique, à ne pas se
laisser enfermer dans l’organigramme ou « piéger » par la hiérarchie ; d’autre part, en tant que
sociologue, le chercheur peut se heurter à d’autres « spécialistes » locaux (sociologues,
psychologues, éducateurs).
2.1.2. La trame de la négociation
Ce qui caractérise la position de l’observateur non déclaré, c’est qu’il ne négocie pas son
151
entrée sur le terrain . A l’inverse, le statut de l’observateur à découvert résulte d’un
152
processus continu de négociation avec le terrain . Nous avons évoqué l’amorce de ce
processus de négociation dans la phase exploratoire, essentiellement avec la « hiérarchie » des
différents sites d’observation. L’immersion sur le terrain étendait la négociation à l’ensemble
des acteurs impliqués dans l’étude : les professionnels des Carrefours formations, du FOREM,
des Entreprises de Formation par le Travail, - sans oublier leurs « clients » (les demandeurs
d’emploi) et leurs « partenaires ». Sur chaque site, l’entrée sur le terrain s’est négociée dans le
cadre de « réunions de travail » avec les équipes, où je présentais le projet de recherche tel
qu’il s’était esquissé au cours de la phase exploratoire, et où l’on débattait de la pertinence et
de la faisabilité du travail de terrain.
L’enjeu de ces réunions était de taille. Les responsables rencontrés lors de la phase
exploratoire m’avaient averti que les autorisations officielles étaient nécessaires mais
nullement suffisantes. Seules les équipes auraient « le dernier mot » ; et d’après eux, c’était
loin d’être gagné, - invoquant tour à tour la surcharge de travail, le contexte institutionnel
mouvant, la méfiance généralisée à l’égard des évaluateurs ou des universitaires, les tensions
au sein des équipes,… J’avais essayé de préparer ces réunions : d’une part, soigner la
150 Carrefour Formation de Libramont (entre le 18/09 et le 15/10) ; Carrefour Formation de Liège (entre le 19/09 et le
17/10) ; EFT le Trusquin (entre le 25/10 et le 16/12) ; FOREM de Liège (entre le 05/11 et le 05/12) ; FOREM de la province
de Luxembourg (entre le 05/11 et le 17/12).
151 Nous renvoyons le lecteur aux écrits de Peretz (1995 : 54-55) qui mettent en évidence les problèmes éthiques, techniques
et méthodologiques de cette pratique très particulière d’observation directe.
152 C’est ainsi qu’Arborio et Fournier suggèrent, dans un souci de réflexivité, de prêter attention aux places parallèlement ou
successivement assignées par les acteurs à l’observateur (Arborio et Fournier, 1999 : 82).
174
présentation du projet d’étude, et d’autre part, synthétiser mon exploration préalable des
sources « administratives » et « institutionnelles ». Comme le souligne Peretz (1998), dans le
cadre particulier de l’observation à découvert au sein d’une organisation formelle, les
« sources administratives » constituent un point de vue interne qui permet de préparer
l’observation directe : en effet, lors des entretiens exploratoires auprès des experts et
responsables de terrain, j’avais récolté, - en plus de l’entretien et d’observations furtives -,
toute une série de documents plus ou moins officiels (rapports d’activité, convention-cadre,
chartes, profils de fonction d’agents, plannings d’équipe, « traductions » de dispositifs
règlementaires « à usage interne », …). Par « sources institutionnelles », j’entends les énoncés
de la politique du Parcours d’insertion : au niveau européen (l’employabilité), au niveau
fédéral (le Plan « Rosetta »), au niveau régional (le « Plan Jeune + »).
La présentation du projet se déroulait de la manière suivante. J’évoquais brièvement la nature
de mon intervention, - précisant qu’il s’agissait d’une recherche compréhensive et non d’une
évaluation -, et l’origine du financement (la politique scientifique fédérale). Je présentais
l’objet, à savoir une analyse des mises en oeuvre locales des politiques « actives » d’emploi
en RW et de leurs « effets » sur des jeunes D.E. faiblement qualifiés, - en insistant assez peu
sur la question des « effets » tant elle était peu développée, à ce stade, dans la problématique.
J’expliquais rapidement les raisons qui me poussaient à me centrer sur la politique du
Parcours d’insertion : une mesure « emblématique » de l’activation des politiques d’emploi.
Je leur parlais de « mon » hypothèse ou postulat de départ, - emprunté à une « bande » de
post-ethnométhodologues (Simonin, 1995) : les règles sont des ressources pour l’action et non
des déterminants rigides, elles doivent être agies … Il faut donc s’intéresser de près à la mise
en œuvre des politiques. Je leur faisais part de mon intention d’observer leur travail « en
situation » pour approcher le sens de cette politique active d’emploi du Parcours d’insertion.
Cette stratégie de recherche impliquerait, en plus d’une simple présence physique d’un ou
deux chercheurs, leur collaboration : des entretiens, du suivi, des contacts avec leurs clients et
leurs partenaires.
Chaque équipe a réagi de façon assez similaire face à la présentation de ce projet de recherche
et à la demande de collaboration. Invariablement, les agents exprimaient leur crainte face au
danger, à la menace d’un regard extérieur sur leur travail. « Qu’est-ce que le fédéral vient
faire chez nous ? », « Encore une évaluation ? », « Quelle utilisation politique sera faite des
résultats de votre étude ? ». Ces « ritournelles » étaient manifestement liées à l’expérience
douloureuse de l’évaluation réalisée en 2000 par le Service Etudes et Statistiques de la Région
Wallonne, à la demande de la Ministre wallonne de l’Emploi et de la Formation. Nous avions
déjà eu un aperçu de ces tensions lors de la phase exploratoire. Ces agents manifestaient un
sentiment de trahison, - certains allant même jusqu’à nous faire entrevoir un probable
complot, une « machination politique » : l’impression générale de s’être « fait avoir ». Ils
avaient dû « tout construire » eux-mêmes, se « lancer dans l’aventure » du Parcours
d’insertion « sans cadre », « sans soutien », « sans directive claire », … Et puis, tout d’un
coup, une évaluation fut réalisée « à la va-vite », et « Arena (la Ministre) décide de tout
changer comme ça » : « on fait quelques entretiens sur un coin de table, et hop, on tire des
conclusions générales comme quoi ça ne marche pas ». « Les conclusions avaient déjà été
rédigées par la Ministre avant l’évaluation », nous disaient certains. D’autres mettaient en
doute la « pertinence » du cadre théorique de l’évaluation : « ils partent de la sociologie des
organisations pour montrer que le Parcours d’insertion n’est pas une organisation avec des
objectifs clairs, etc… C’est malhonnête ». En clair, ce que les acteurs n’acceptaient pas,
c’était la rationalisation « ex post » de leurs pratiques (à laquelle ils n’étaient pas associés)
légitimée par une évaluation qui « trahissait » des finalités « politiques ».
175
Parallèlement, les acteurs manifestaient de l’intérêt pour notre démarche ou nos
« hypothèses » : on s’intéressait à leur travail, à « eux » en priorité, et pas uniquement à leurs
clients, encore moins aux « résultats chiffrés » de leur travail. Ils se sentaient flattés. C’était
déjà ça. En outre, on avait pas l’air d’« espions », nous disait-on, sans doute « un peu naïfs »
quant à l’utilisation politique qui serait faite de l’étude, mais « visiblement de bonne foi ».
C’est sur ces bases extrêmement précaires et sous certaines conditions communes aux
différentes équipes, qu’un accord a pu être scellé avec chaque collectif de travail. Ces
conditions tournaient principalement autour de trois idées étroitement liées : la
« transparence », le mode de la « collaboration », le caractère « volontaire » de la démarche.
La transparence signifiait qu’on était tenu, au minimum, de leur présenter nos résultats, non
seulement avant la diffusion publique comme le veut l’usage (Peretz, 1998 : 72-73), mais
surtout avant de les livrer aux commanditaires de la recherche. Dans certains cas, ils
attendaient en outre une présentation plus ou moins régulière de l’état d’avancement des
travaux et de nos réflexions ; je m’en tenais généralement à lister les tâches effectuées et
celles qui restaient à faire, car ni Thibauld ni moi n’étions en mesure de fournir la moindre
piste interprétative ou explicative.
Cette « clause » était liée à une autre condition plus générale : le mode de la « collaboration »
comme seul mode acceptable d’interaction avec eux. « Collaborer » signifiait non seulement
rendre des comptes, mais également leur offrir quelque chose en échange de ce qu’ils allaient
nous offrir : « ça va nous rapporter quoi ? ». Ce qu’on avait à leur offrir, c’était un regard
extérieur sur leurs pratiques émergentes. Ce « feed back à l’œil » semblait les satisfaire.
Certains allaient même jusqu’à convaincre des collègues plus réticents de l’opportunité de
cette recherche comme un instrument potentiel de « contre-pouvoir », face à l’évaluation
« politique » et à toute une série de transformations programmées par la Ministre (nouveaux
décrets en cours d’élaboration, réorganisation des services du FOREM, projet de
rapprochement des Carrefours Formation avec les Espaces Ressources Emploi du
FOREM,…). Ce mode de collaboration nous permettait d’attendre d’eux qu’ils jouent
également la carte de la « transparence ». Ils acceptaient d’être interviewés, observés, suivis
(« partout, vraiment partout ?... »). Rapidement, ils iraient jusqu’à nous encourager à ouvrir
chaque armoire, chaque tiroir, à « fouiller partout » (jusque dans les caves du FOREM
d’Arlon), à explorer leur PC (disque dur et intranet), à photocopier leur agenda, leurs
« notes » en tous genres, à s’enregistrer spontanément lors des entretiens avec des demandeurs
d’emploi (même quand nous n’étions pas sur le terrain).
Mais tout ceci n’était possible qu’à une dernière condition : ne pas exercer de pressions sur les
« informateurs ». En plus de l’accord collectif des équipes, chaque agent, chaque demandeur
d’emploi, chaque partenaire, à titre individuel devait se sentir totalement libre de participer ou
non à l’étude.
Sur les six sites d’observation, il n’y a qu’avec le FOREM de Liège que nous ne sommes pas
parvenus à ce mode de « collaboration ». Au terme de la réunion de présentation, l’équipe
avait accepté le projet du bout des lèvres, sans grand enthousiasme comparativement aux cinq
autres sites. Mais après quelques journées passées sur le terrain, l’équipe s’est rétractée et
nous a demandé de nous retirer, lors d’une dernière réunion, à la fin du mois de décembre
2002. Les tensions au sein de l’équipe étaient trop fortes pour permettre la collaboration
escomptée, nous disait-on : plusieurs agents étaient sur le point d’être licenciés, l’équipe était
scindée en deux clans (dont un était favorable à notre venue) répartis provisoirement sur deux
étages, un « facilitateur » avait été engagé, les conseillers semblaient en conflit ouvert avec
d’autres services ou collectifs de travail de la DR de Liège. Bref, ils se sentaient menacés et
incapables de répondre à des questions, d’être « épiés en permanence », …
176
Nous étions sur le coup extrêmement déçus : la déception de perdre un pan entier de « notre »
terrain (1 site sur 6) ; on nous coupait un bras. Rapidement, ce refus nous apparaissait comme
un soulagement : on était fin décembre, et il nous restait un peu plus de six mois pour tout
analyser et rédiger un rapport de recherche. En outre, après ces quelques jours passés au
FOREM de Liège en décembre, on saturait un peu … D’une part, on était épuisé ; d’autre
part, on n’avait plus l’impression d’apprendre grand-chose de neuf. Les deux entretiens
d’agents qui ont pu être effectués, avant notre départ anticipé, témoignent de ce phénomène
de saturation empirique ; il en va de même pour les quelques notes d’observations, où l’on se
bornait visiblement à confirmer ce qu’on avait observé à Arlon, Libramont, Marche et Virton.
2.1.3. Les cadres d’interaction
La phase exploratoire avait permis de déterminer trois niveaux d’observation privilégiés du
travail de mise en oeuvre de politiques actives d’emploi : 1) le travail d’insertion stricto
sensu, autrement dit le travail avec les demandeurs d’emploi (travail individuel et collectif
avec le public) ; 2) le travail en équipe (sans le public, « en coulisses ») ; 3) le travail en
réseau (avec ou sans le public). Sur chaque site, nous nous sommes efforcés d’observer et de
décrire ces trois composantes du travail d’insertion (au sens large), de suivre l’action publique
dans ces différentes configurations relationnelles.
Au FOREM, nous nous sommes centrés exclusivement sur le groupe des Conseillers en
153
Accompagnement Professionnel (CAP), anciennement appelés Conseillers Particuliers .
Leur travail avec les demandeurs d’emploi s’opère principalement dans le cadre d’entretiens
154
individuels d’accompagnement, dans les bâtiments du FOREM . Plus rarement, ces agents se
déplacent chez des « partenaires » du secteur associatif (EFT ou OISP) pour réaliser des
« suivis individuels » de stagiaires en formation : dans ce cas, il ne s’agit plus d’une
interaction de face-à-face qui se joue à domicile mais d’une relation triangulaire qui se joue
« en déplacement » entre le formateur (ou le responsable pédagogique) de l’organisation
partenaire, le CAP et le demandeur d’emploi. Nous avons observé une vingtaine d’entretiens
individuels d’accompagnement de jeunes demandeurs d’emploi (18-21 ans), dans le cadre du
PJ+, dont seulement 10 ont pu être enregistrés (5 à Arlon, 4 à Libramont, 1 à Liège).
Dans les Carrefours Formation, le travail du conseiller en formation avec les usagers s’opère
dans trois cadres d’interaction contrastés : 1) accueil en flux continu dans « l’espace ouvert » ;
2) entretien-conseil individuel sur rendez vous ; 3) séances d’information collective
programmées en interne ou chez des « partenaires ». Nous avons passé une dizaine de demijournées à observer les interactions dans l’espace ouvert de chaque Carrefour Formation.
Nous avons assisté à plusieurs entretiens-conseils, dont 8 seulement ont pu être enregistrés (3
à Libramont et 5 à Liège). Nous avons suivi trois séances d’information collective : 1 à Liège
et 2 en Province de Luxembourg (une réalisée en interne à Libramont, l’autre au CPAS de
Rochefort).
En EFT, le travail avec les stagiaires s’effectue dans le cadre de cours théoriques et pratiques,
dans le cadre d’évaluation individuelle, d’entretien d’entrée, et dans toute une série de cadres
153 Entre les entretiens exploratoires menés au FOREM en mars – avril 2003 et le début du travail de terrain en septembre
2003, l’administration avait subi de lourdes transformations organisationnelles : nouvel organigramme, nouvelle
dénomination de fonction, suppression d’anciens services, développement de nouvelles « lignes de produits »,… Ces
transformations avaient, entre autres, causé la disparition pure et simple du profil d’Agent d’Insertion, que nous souhaitions
approcher. Dans l’ensemble des directions régionales du FOREM, ces agents avaient été contraints de se « repositionner » sur
d’autres fonctions au sein de l’administration. L’agent d’insertion de Libramont, que nous avions rencontré à l’époque, était
devenue conseillère en techniques de recherche d’emploi.
154 Ils accompagnent essentiellement des jeunes demandeurs d’emploi dans le cadre du « Plan Jeunes + », mais également
des chômeurs de longue durée dans le cadre du « Programme de transition professionnelle », des « demandes volontaires »
(travailleur ou chômeur qui sollicite de lui-même un accompagnement), des « stagiaires » en formation pré-qualifiante.
177
plus informels (temps de midi, pauses, altercations furtives, …). L’existence de cadres de
travail moins formalisés qu’au FOREM ou à Carrefour Formation est liée à la présence
quotidienne et prolongée des stagiaires au sein des EFT. Nous avons suivi quelques cours
théoriques : cours de remise à niveau en langue (1), cours en math (2), en français (1) ; cours
de législation sociale (2) ; cours théoriques de la section bâtiment des deux EFT (Polygum,
installation de portes, enduits, plomberie). Nous avons observé quelques cours pratiques : sur
chantier, en atelier, en cuisine, en salle, dans une sandwicherie, au volant de la camionnette du
Trusquin , … en fonction des filières (Bâtiment, HORECA, Chauffeur-livreur). Nous avons
participé à la vie quotidienne de ces deux EFT pendant des périodes limitées : 5 mois (seul à
mi-temps) pour l’une, 1 mois et demi à deux pour l’autre. Nous avons observé et enregistré : 4
évaluations à mi-parcours (2 à Liège et 2 à Marloie), une évaluation finale (Liège), 5
entretiens d’entrée (Marloie).
Tableau de synthèse des interactions enregistrées entre agents et usagers par site d’observation
Interactions enregistrées
CF Liège
5
CF Libramont
3
EFT Marloie
7
EFT Liège
3
FOREM Arlon-Luxembourg
9
FOREM Liège
1
TOTAL
28
Parallèlement au travail avec le public, nous avons assisté à plusieurs réunions d’équipes : 6
au Phare, 4 au Trusquin, 2 dans chaque Carrefour Formation, 5 au FOREM (2 à Libramont, 1
à Arlon, 2 à Liège). Nous avons également suivi les CAP de la province de Luxembourg en
formation (2 séances dispensées sur place).
Nous avons enfin suivi le travail effectué à l’extérieur de l’organisation ou au travers de
différentes organisations partenaires. A Carrefour Formation, en tant que structure
mutlipartenariale, le travail en interne est déjà du travail en réseau. Nous avons, en outre, eu
l’occasion de suivre l’équipe du Carrefour Formation de Liège à un colloque sur l’insertion à
Liège et à une campagne de communication interne du FOREM (à la DR de Liège). Pour les
CAP du FOREM, le travail en déplacement se limite à la visite de stagiaires en EFT ou en
OISP : la pratique du réseau est essentiellement téléphonique et informatique. Il convient de
signaler, qu’au sein de cette administration, le travail en réseau est principalement assuré par
d’autres conseillers : les conseillers du service « relations partenariales » (SRP). En EFT, nous
verrons que le travail en réseau est une condition d’existence et de survie : il se pratique au
quotidien et nécessite de nombreux déplacements. Nous avons ainsi eu l’occasion de suivre
ces professionnels en visite en entreprises et chez des fournisseurs, en réunion de travail chez
des partenaires (ASBL, CPAS, autre EFT, OISP), en réunion à l’Interfédération des
EFT/OISP, aux (dernières) réunions de la CSRC de Liège.
2.1.4. Grilles et « ficelles » d’observation
Pour réaliser ce travail d’observation, nous avons construit une série de grilles d’observation,
à partir d’un modèle préalablement esquissé lors de la phase exploratoire. La grille devait
impérativement être adaptée à chaque cadre organisationnel et chaque type de situations
155
observées. Toutes se structuraient néanmoins au départ d’un modèle relativement standard ,
en quatre axes : 1) une définition de la situation (les participants, l’objet, la durée de l’action,
sa fréquence) ; 2) une description du lieu et de son usage (la contextualisation) ; 3) un
155 Lire à ce propos Peretz, (1998 : 84-88) et Poupart et al. (1997 : 225).
178
inventaire des outils, objets et ressources mobilisés dans le cadre de cette situation (en ce
compris les règles formelles) ; 4) la répartition des tâches (en incluant l’usager dans la
division technique et morale du travail).
Parallèlement aux grilles d’observations, nous nous sommes appuyés sur quelques principes
156
ou « ficelles » mises en évidence par Becker (2002). Commençons par rappeler que notre
démarche de terrain se fonde sur cette « ficelle » de la société comme machine (pp73-80) :
notre analyse de l’état social actif en action relève de cette idée selon laquelle l’état est une
machine qui ne cesse de produire (de la production, de la consommation, de l’enregistrement)
et qui, à tout moment, peut tomber en panne, contrairement à une mécanique abstraite,
immuable, inengendrée (Guattari, 1992). « Nous devons démonter cette machine, comprendre
comment elle fonctionne, voir quelles en sont les composantes, comment elles sont reliées
entre elles, et tout ce qui se passe dans cette boîte noire (…) » (Becker, 2002 : 79). Deux
autres ficelles nous ont permis de stabiliser la pratique de l’observation directe du travail
d’insertion : 1) voir les gens comme des activités (cette ficelle qui nous évite de dresser des
typologies de gens) (Becker, 2002 : 86) ; 2) voir les choses comme des gens qui agissent
157
ensemble .
§ 2.2. Les entretiens
2.2.1. L’entretien compréhensif
Parallèlement aux observations du travail d’insertion, nous avons procédé à une série
d’entretiens auprès de professionnels (50) et de leurs clients (30). Pratiqués dans une
démarche largement inductive et compréhensive (visant à comprendre le sens du travail
d’insertion), nos entretiens s’affilient pleinement au « modèle » de l’entretien compréhensif
158
(Kaufmann, 1996) .
Pour Hughes, si la sociologie est devenue la science de l’entretien c’est parce qu’elle a pour
objet l’interaction : l’entretien est bien plus qu’un instrument, c’est l’« art de la sociabilité
sociologique », notre « flirt » avec la vie (Hughes, 1996). « L’objectif principal de la
sociologie est de parvenir à une connaissance systématique de la rhétorique sociale ; pour
cela, il nous faut maîtriser la rhétorique elle-même » (Hughes, 1996 : 282). Hughes identifie
deux conventions qui fondent ce mode de rencontre unique (Hughes, 1996 : 285) : la
convention d’égalité et la convention de comparabilité. Il définit ainsi l’entretien comme
« une relation entre deux personnes où les parties se comportent comme si elles avaient un
statut égal pendant sa durée (…) et comme si leur rencontre n’avait de sens que par référence
à un grand nombre de rencontres du même type » (Hughes, 1996 : 288). La convention de
comparabilité génère, en ce sens, de la standardisation.
Pourquoi pratique-t-on l’entretien ? Poupart et al. (1997) présentent les principaux arguments
à l’appui du recours à l’entretien de type qualitatif (Poupart et al., 1997 : 174) : 1) l’argument
épistémologique de valorisation de l’analyse des réalités sociales selon la perspective des
156 « Voilà ce que j’appelle une ficelle : un truc simple qui vous aide à résoudre des problèmes » (Becker, 2002 : 23).
« J’entends par « ficelle » une opération spécifique qui vous fait découvrir, comment surmonter telle difficulté commune, qui
propose une procédure permettant de résoudre de manière relativement simple un problème qui, sans elle, pourrait sembler
inextricable et persistant. » (p25).
157 « Ainsi, les objets sont des accords sociaux figés ou, plus précisément, des moments figés de l’histoire des interactions
humaines » (Becker, 2002 : 94).
158 Kaufmann situe l’entretien compréhensif dans la lignée de la sociologie compréhensive de Max Weber et l’inscrit dans le
programme épistémologique de Norbert Elias et de Strauss, à savoir la production d’une théorie « enracinée dans les faits »,
« partant du bas ». Ainsi pour Kaufmann, le terrain n’est pas le lieu de vérification d’hypothèses préétablies mais le point de
départ de la problématisation (Kaufmann, 1996 : 20).
179
acteurs ; 2) l’argument éthico-politique de la nécessité de dénoncer les préjugés, les pratiques
discriminatoires, les iniquités ; 3) l’argument méthodologique de valorisation d’outils
privilégiés d’information sur les entités sociales et d’exploration du vécu des acteurs. Comme
le rappelle Henri Peretz l’entretien, comme l’enquête par questionnaire, remplit une triple
fonction : 1) il fournit les caractéristiques sociodémographiques des personnes observées ; 2)
il indique les attitudes générales des personnes et la fréquences des actes ; 3) il restitue les
événements passés et désormais inobservables (Peretz, 1998 : 12). C’est ainsi que chaque
questionnaire ou grille d’entretien doit impérativement comporter deux parties : celle sur
l’objet proprement dit et celle permettant d’en approcher les déterminants sociaux (de Singly,
1992 : 35).
Comment pratique-t-on l’entretien ? On oppose généralement l’entretien standardisé à
l’entretien non-directif. Selon Poupart et al (1997 : 199), cette distinction relèverait d’une
mystification. Comme le soulignent Blanchet et Gotman, l’entretien, comme l’habitus, est
toujours une sorte d’« improvisation réglée » (Blanchet et Gotman, 1992 : 22). En pratique,
l’entretien « reste fondé sur un savoir-faire artisanal, un art discret du bricolage »
(Kaufmann, 1996 : 7). C’est ainsi que Maroy (1995) parle plus judicieusement d’entretiens
« semi-directifs », ou Kaufmann (1996) d’entretiens « compréhensifs », pour s’écarter du
mythe de la standardisation et de la non-directivité. « La particularité de l’entretien
compréhensif est d’utiliser les techniques d’enquête comme des instruments souples et
évolutifs : la boîte à outils est toujours ouverte et l’invention méthodologique est de rigueur »
159
(Kaufmann, 1996 : 39) . Dans ce cadre, la grille d’entretien se conçoit comme un guide très
souple qui sert de base à la discussion. Kaufmann recommande d’apprendre par cœur les
questions, d’assimiler complètement cette grille pour se donner les moyens d’improviser (op.
cit., p44). Kaufmann attire ainsi notre attention sur le fait que « la meilleure question » n’est
jamais dans la grille : « elle est à trouver à partir de ce qui vient d’être dit par l’informateur »
(op. cit., 48). En ce qui concerne la formulation des questions nous étions soucieux de prendre
en compte les recommandations de Becker (2002 : 105) : ne demandez pas « pourquoi »,
demandez « comment » (Becker, 2002 : 105). En effet, le comment invite à la narration, à un
discours prolixe, tandis que le pourquoi a tendance à bloquer l’interlocuteur ; cependant, cette
invitation à l’explicitation, à la justification se révèle souvent judicieuse dans un second temps
comme pratique minimale du « breaching » (cfr. infra).
L’entretien consiste à faire parler autrui. Cette technique, cet art de délier les langues, se
fonde sur un ensemble de stratégies, souvent contradictoires, d’écoute et d’intervention.
Poupart et al (1997) insistent sur la capacité (ou perspective) du chercheur à obtenir la
collaboration de l’interviewé, à gagner sa confiance, mais surtout, à amener l’interviewé à
prendre l’initiative du récit et à s’engager (Poupart et al., 1997 : 191). Comme le rappellent
ces auteurs, cet enjeu répond à l’idée selon laquelle le discours se rapproche d’autant plus de
l’idéal de la parole « vraie » qu’il est spontané. C’est ainsi que dans l’entretien compréhensif,
l’enquêteur s’engage activement dans les questions, pour provoquer l’engagement de
l’enquêté (Kaufmann, 1996 : 17). L’empathie est de rigueur : elle invite le chercheur à
« oublier » (momentanément) ses opinions et ses catégories de pensée (op. cit., p51).
Kaufmann recommande également la pratique de l’humour comme tactique efficace
d’engagement (op. cit., 55).
Blanchet et Gotamn (1992) s’intéressent particulièrement aux stratégies d’intervention de
l’enquêteur dans le cadre de l’entretien : les consignes, la contradiction, les relances. Chaque
entretien commence par l’énoncé de consignes inaugurales : l’explicitation du contexte et de
la logique de l’entretien et de son enjeu. En cours d’entretien, les consignes permettent de
159 « L’entretien compréhensif est une méthode créative, fondée sur la souplesse des instruments » (p119).
180
recadrer le discours : ces auteurs attirent notre attention sur le fait que plus le discours est
structuré par l’enquêteur, moins le discours est prolixe, associatif et articulé à une cohérence
interne.
La contradiction est ce mode d’intervention qui contraint l’interviewé à soutenir
l’argumentation de son discours (Blanchet et Gotman, 1992 : 80). Cette stratégie s’apparente à
la pratique du « breaching » préconisée par les ethnométhodologues : la « provocation
expérimentale » permet de faire apparaître, par le dérangement, l’arrière-fond moral des
160
activités communes . Le breaching entre donc en conflit avec les stratégies visant à établir
une relation de confiance avec l’acteur ; il est également en tension potentielle avec ce
principe éthique du travail d’observation qui consisterait à ne jamais prendre parti (Poupart et
al., 1997 : 235).
Contrairement aux questions qui sont des actes incitatifs, les relances sont des actes réactifs
qui prennent pour objet « le dire antérieur de l’interviewé ». Blanchet et Gotman proposent
une typologie des relances (Blanchet et Gotman, 1992 : 83), selon que l’acte de langage
consiste en une réitération, une déclaration ou une interrogation, et que le registre du discours
soit référentiel ou modal. Six types de relances sont ainsi esquissés : l’écho, le reflet, la
complémentation, l’interprétation, l’interrogation référentielle, l’interrogation modale.
2.2.2. Les entretiens de « professionnels de l’insertion »
L’enjeu de ces entretiens était de faire décrire, par les agents, des phénomènes « objectifs »,
des pratiques, des événements passés, en essayant de les impliquer (affectivement) dans ce
travail descriptif, afin d’approcher les représentations subjectives, le sens qu’ils donnent aux
« mots », aux « choses » et au « faire ».
Il convient de signaler une particularité essentielle des entretiens menés dans le cadre de ce
travail de terrain, - particularité liée à notre « objet ». Nous nous trouvions face à des
professionnels de l’entretien individuel (et collectif), souvent mieux expérimentés que nous :
les entretiens-conseils à carrefour Formation, les entretiens d’entrée ou d’évaluation des
stagiaires en EFT, les entretiens d’accompagnement des chômeurs au FOREM. Certains ne
manquaient d’ailleurs pas de nous faire part, à Thibauld et moi, de leurs conseils, critiques ou
interrogations quant à notre manière de pratiquer l’entretien : « (agacée) pose-moi des
questions plus précises, s’il te plaît … », « (amusé) c’est pas très scientifique tout ça ! »,
« (complice) moi, je ne prends jamais de note en entretien », « (amical) arrête de gratter
comme ça, t’as ton enregistreur », « (ennuyé) et ça te sert à quoi de savoir ça ? » … Nous
devions gérer cette « concurrence interprofessionnelle », cette proximité disciplinaire, et pas
uniquement sur un terrain méthodologique. Nous étions confrontés à des tribus de
sociologues, psychologues, assistants sociaux, enseignants, diplômés de la FOPES et de la
FOPA (UCL). Faut-il préciser que ces agents lisent comme nous, souvent les mêmes livres ou
articles que nous, ou d’autres tout aussi intéressants. Ils développent sur base de ces lectures
et de leur expérience personnelle et professionnelle des hypothèses interprétatives,
d’éventuelles thèses explicatives, bref théorisent constamment les problématiques du
chômage, de l’activation des politiques d’emploi, de la justice sociale, du rapport à l’usager,
de la modernisation des services publics … Ils maîtrisent en outre, et bien mieux que nous, le
contexte institutionnel de ces problématiques, … Nous avions donc beaucoup à apprendre de
ces agents, dans le cadre d’entretiens qui se construisaient inévitablement comme des
160 Coulon précise que « le scandale n’est pas tant dans l’accroc à la règle du jeu, mais bien plutôt dans l’atteinte portée à
la confiance, qui est la condition fondamentale mais habituellement cachée du jeu avec ses règles convenues » (A. Coulon,
1993, p74).
181
161
discussions empiriques, méthodologiques et théoriques : la comparabilité de ces
« discussions » étaient principalement assurée par la « structure » de l’entretien, à la base de
chaque discussion ; la convention d’égalité semblait « aller de soi », s’imposer dans le cadre
de cette collaboration entre « pairs », « chercheurs de sens », « professionnels de l’entretien ».
Dans ce cadre particulier, il était impensable de ne pas poser aux enquêtés les questions que
l’on se posait en tant que chercheurs, comme le suggèrent pourtant Duchesne et Haegel
(2004 : 69). A la distance initiale qui séparait des universitaires et des acteurs de terrain, se
substituait progressivement un engagement commun dans un processus cognitif, où chacun
trouvait sa place, y trouvait son compte.
Nous présenterons brièvement la structure commune de ces entretiens. Elle constituait une
étape d’un processus de structuration amorcé dans la phase exploratoire : en effet, c’est sur
base de la grille d’entretien exploratoire que s’est progressivement élaborée une série de
grilles d’entretiens adaptées à chaque contexte organisationnel. Chaque discussion était
préalablement scénarisée en cinq plans-séquences assurant une implication progressive de
l’agent dans son exercice descriptif, narratif et interprétatif. A l’intérieur de chaque plan,
l’improvisation était de rigueur mais nous essayions d’orienter la discussion du plus général
au plus précis (Duchesne et Haegel, 2004).
1) Caractéristiques sociodémographiques (sexe, âge, état civil, domicile) et parcours
professionnel (diplômes, formations continues, emplois antérieurs) des agents. Nous
commencions par faire parler l’agent de lui, se présenter brièvement de manière assez
générale, en l’invitant à évoquer brièvement son « passé » professionnel et son entrée en
fonction.
2) Description du cadre organisationnel et institutionnel. L’enjeu était de faire décrire
162
l’organisation dans laquelle il travaille : son histoire, ses missions « officielles », les
objectifs réellement visés, les publics ciblés, la position de l’organisation au sein du P.I., la
hiérarchie, les logiques organisationnelles, les espaces de travail.
3) Description de la fonction ou du métier. On abordait ici le coeur de l’entretien par une
entrée assez générale : le profil de fonction ou profil de compétence. D’abord, il était question
des « compétences » requises ou formalisées par l’organisation ou le collectif de travail ;
ensuite, il leur fallait décrire des situations de travail vécues dans lesquelles leurs
compétences sont en jeu, en action. Il était alors intéressant de croiser ces informations avec
nos observations de situation de travail.
Le terme « compétence » s’est stabilisé rapidement dans nos grilles d’entretien tant il était
« parlant », évocateur, pour ces agents qui évaluent en permanence les compétences de
demandeurs d’emploi. Il est intéressant de constater, et nous reviendrons bien évidemment sur
ce point, que lorsque ces professionnels utilisent le terme de compétence dans le cadre de leur
travail avec des demandeurs d’emploi, la notion renvoie à un ensemble d’aptitudes
individuelles déterritorialisées (extraites des territoires organisationnels, existentiels, …). A
l’inverse, lorsqu’ils évoquent leurs compétences, ils parlent invariablement de savoirs
collectifs : des savoirs théoriques et des savoirs pratiques (techniques et relationnels)
construits collectivement dans des cadres organisationnels et institutionnels en pleines
mutations.
4) Description du travail : a) faire décrire les différentes tâches à accomplir ; b) faire décrire
les outils de travail, la manière dont ils avaient été conçus et dont ils sont utilisés, c) faire
161 Lire à ce propos les écrits de Dubet (1990 ; 1994) relatifs à la pratique du débat rationnel avec les acteurs de terrain
comme méthode d’analyse de l’action, et la question particulière de la vraisemblance comme stratégie de clôture de la
délibération entre sociologues et acteurs impliqués dans un même processus interprétatif.
162 Pour les agents des Carrefours Formation, la grille était adaptée à leur double appartenance organisationnelle :
l’organisation multi-partenariale (CF) et leur opérateur d’origine (FOREM, EFT/OISP, AWIPH, EPS, IFPME).
182
décrire les publics, les collègues et les partenaires (et les rapports que l’agent entretient avec
eux) ; d) évoquer les conditions de travail (rythmes, horaires, contraintes, ressources) et le
rapport au travail (motivation, stress, ce qui est pénible, ce qui est agréable, valorisant, …)
avec les collègues, avec le public, avec la hiérarchie) e) aboutir à une discussion très libre sur
les représentations subjectives du sens de ce travail.
A ce stade de l’entretien, l’agent est mis à rude épreuve : d’une part, la description que nous
lui imposons devient de plus en plus précise, d’autre part tous les moyens sont mis en œuvre
pour favoriser son implication affective et morale. A nouveau l’ouvrage méthodologique de
Becker, dont la traduction française venait de paraître, fut une source d’inspiration, en
particulier à propos de la ficelle du « sinon quoi ? » (Becker, 2002 : 254-259), c’est-à-dire
l’idée selon laquelle rien n’est jamais totalement nécessaire : ce type de relance permet de
dépasser l’apparente nécessité de choix individuels, collectifs, organisationnels et de faire
apparaître cet arrière-fond moral des activités des membres, dont nous parlent les
ethnométhodologues. Un autre type de relance, qui relève d’une pratique circonstanciée du
« breaching », consistait à alimenter l’entretien par des éléments « contradictoires » extraits
d’observations réalisées sur place ou sur d’autres sites, pour inviter l’agent à préciser ses
informations, à s’impliquer dans ses descriptions ou rendre compte de choix, stratégies ou
positionnements identitaires. L’enjeu de cette implication n’est autre que l’approche des
représentations du travail, du sens du travail d’insertion ou d’activation de chômeurs.
5) Description des conditions d’emploi : des représentations de l’agent et de son rapport au
marché du travail (perspectives d’emploi, carrière). Sous un retour apparent à des données
objectives (type de contrat, salaire, congés, statut …), l’occasion nous était donnée
d’approcher le rapport subjectif au marché du travail, les représentations du marché du
travail à travers l’expérience professionnelle. Ce cinquième plan de l’entretien assurait une
forme de clôture, de lien avec le début de l’entretien relatif à son parcours professionnel :
évoquant son passé professionnel et ses perspectives d’emplois ou de carrière, l’agent nous
livre sa vision du marché et la place qu’il y occupe.
Ces entretiens duraient généralement de 2 à 4 heures. Au-delà de deux heures, une pause était
nécessaire ; elle ne pouvait se faire qu’au terme d’un « plateau ». La plupart des entretiens ont
été effectués individuellement ; à quelques rares occasions, ces entretiens ont été menés
collectivement. Si Duchesne et Haegel insistent sur l’intéressante complémentarité des
entretiens collectifs et des entretiens individuels (Duchesne et Haegel, 2004 : 40-41), dans
notre cas, cette réalité ne procède nullement d’une curiosité ou fantaisie épistémologique mais
de choix contraints : c’est essentiellement par manque de temps, que nous avons décidé de
163
constituer à l’improviste des groupes « homogènes » , dans l’unique but de donner la parole
à des acteurs qui souhaitaient absolument la prendre ou que nous souhaitions entendre à tout
prix : les quatre conseillères pédagogiques du Carrefour Formation de Liège issues de
l’enseignement de promotion sociale, trois formateurs bâtiments de l’EFT le Phare à Liège,
l’équipe du FOREM de Liège lors de notre dernière journée de terrain (entre 15-20 présents).
Nous avons procédé à ces entretiens principalement sur chacun des 6 sites d’observation ;
nous avons également effectué quelques entretiens complémentaires dans d’autres lieux
auprès de personnes « recommandées » par les acteurs de « notre » échantillon (le président
d’une fédération d’EFT/OISP, le directeur d’une OISP, un chef d’entreprise qui accueillait un
stagiaire, la responsable des ressources humaines du FOREM d’Arlon, la ministre de
l’emploi, à l’occasion d’un colloque où nous suivions les acteurs de terrain).
163 Selon Duchesne et Haegel (2004), l’homogénéité sociale des groupes constituerait la règle d’or des entretiens collectifs
(p47).
183
Tableau de synthèse des entretiens de professionnels de l’insertion par site d’observation
Entretiens
Entretiens
Total
exploratoires
Compréhensifs
CF Liège
2
12
14
CF Libramont
1
7
8
EFT Marloie
2
7
9
EFT Liège
1
6
7
164
FOREM Arlon3
15
12
Luxembourg
FOREM Liège
2
3
5
CSRC Liège
1
1
CRSC Arlon
1
1
Evaluateurs
2
2
TOTAL
15
47
62
2.2.3. Les entretiens de « jeunes demandeurs d’emploi faiblement qualifiés »
Parallèlement aux entretiens de professionnels de l’insertion, nous avons mené,- Thibauld
Moulaert et moi-même -, une trentaine d’entretiens auprès de leurs « clients », en essayant de
privilégier des « jeunes demandeurs d’emploi faiblement qualifiés ».
Quel était le sens de ces entretiens ? Ils étaient avant tout motivés par le souci de répondre à
l’attente de nos commanditaires quant à la question des « effets » des mises en œuvre locales
sur des jeunes faiblement qualifiés ; cependant, on ne pouvait espérer, dans le cadre de ces
entretiens, mesurer les « effets » du travail d’insertion sur ces jeunes. C’est ainsi que sous le
couvert d’une analyse des effets, nous nous sommes plus modestement contentés d’une
analyse exploratoire des usages et des représentations des dispositifs d’insertion, auprès des
clients, usagers ou stagiaires des professionnels que nous étions en train de suivre au FOREM,
à Carrefour Formation, en EFT. Ces « jeunes demandeurs d’emploi » ont tous été interviewés
sur place, dans les cadres organisationnels des politiques actives d’emploi, un cadre a priori
peu propice à la confidence ou à la parole libre. L’enjeu de l’entretien était malgré tout de
saisir leur point de vue sur le travail d’insertion, sur les professionnels qu’ils rencontraient, les
organisations qu’ils arpentaient.
Il convient d’évoquer deux réalités d’entretien assez différentes : d’un côté, des usagers
anonymes de passage au FOREM ou à Carrefour Formation ; d’un autre côté, des stagiaires
inscrits en EFT (pour plus d’un an) qu’on avait l’occasion d’approcher au quotidien.
Précisons également le caractère minimal des consignes d’entretien : au terme d’une brève
présentation du projet de recherche dont ils ne constituaient pas l’objet principal, ces usagers
acceptaient ou refusaient la discussion. Les marges de négociation avec ces acteurs étaient
extrêmement réduites.
Notre grille d’entretien se composait d’une série de questions, variables en fonction du
contexte de l’entretien, organisées en 5 axes :
1) Caractéristiques sociodémographiques : sexe, âge, état civil, domicile, nationalité, situation
familiale, statut ;
2) Parcours individuel d’insertion : diplômes, expérience scolaire, formations continues,
expérience du marché du travail, projet professionnel ;
3) Usage de l’organisation : fréquence des visites, origine de la démarche, actions réalisées ;
4) Rapports aux professionnels ;
5) Motivations, attentes, satisfaction par rapport aux mesures d’activation.
164 7 conseillères en accompagnement professionnel, 2 gestionnaires, 2 conseillères en recherche d’emploi, 1 conseiller du
service « relations partenariales »
184
Tableau de synthèse des entretiens d’usagers par site d’observation
Entretiens exploratoires
CF Liège
7
CF Libramont
6
EFT Marloie
6
EFT Liège
7
FOREM Arlon-Luxembourg
5
FOREM Liège
1
TOTAL
32
Evoquons brièvement le principal « effet » observé, dès les premiers entretiens : ces jeunes
demandeurs d’emploi assimilent aisément, bien qu’à des degrés divers, le discours des agents
et des politiques. Sur le coup, nous étions un peu déçus : ces jeunes ne nous disent pas
vraiment ce qu’ils pensent, ils se bornent à nous ressasser ce que les agents viennent de leur
asséner en entretien … On attribuait cela aux conditions particulières de production du
discours. Ce n’est que plus tard, que nous nous sommes rendus compte que ces
« répétitions », apparemment inintéressantes au premier abord, témoignaient
incontestablement d’un processus d’intériorisation de normes, dont nous ne percevions que
des manifestations isolées, situées dans le temps et l’espace.
Il convient encore de préciser que ces entretiens occupent une place secondaire dans
l’analyse, en regard des entretiens d’agents et surtout des interactions enregistrées entre agents
et usagers qui, eux, occupent une position centrale. Cela s’explique principalement par la
focalisation sur le travail des agents. Ces entretiens sont le plus souvent mobilisés à titre
documentaire. Une analyse spécifique de ces entretiens a cependant été réalisée par Thibauld
Moulaert ; elle constitue un chapitre du rapport de recherche (Orianne et al., 2004 : chapitre
6). Nous n’aurons pas l’occasion, ici, d’en discuter les résultats.
§ 2.3. La collecte de documents
En plus d’observations d’interactions et d’entretiens, notre matériau se compose également
d’un ensemble de documents récoltés, principalement sur le terrain. Comme la pratique de
l’entretien, l’analyse documentaire introduit une dimension temporelle dans le cadre
d’observations in situ : elle permet d’accéder à ce qu’il n’était pas possible d’observer
directement, - ces événements d’un passé plus ou moins récent (Poupart et al, 1997 : 251).
Quel genre de documents avons-nous récoltés et dans quel but ? Notre « corpus » se compose
de documents « officiels » et « non officiels ».
La documentation officielle renvoie principalement aux différents énoncés des politiques
actives d’emploi aux niveaux européen, fédéral et régional : lignes directrices,
communications et recommandations de la Commission des Communautés européennes,
Rapports conjoints, Plans d’actions nationaux pour l’emploi, Accords de coopération,
Décrets, Arrêtés, Circulaires ministérielles … Il convient également de mentionner les
différentes « chartes », « conventions-cadres » ou conventions de partenariat, signées entre
opérateurs, qui instituent le Parcours d’insertion en région wallonne, sans oublier les quelques
avant-projets de décrets du Gouvernement wallon qui témoignent de l’orientation (future) de
la politique régionale.
Parallèlement aux énoncés des politiques qui constituent le cadre institutionnel du travail
d’insertion, notre corpus comprend également diverses « publications officielles » : les
publications du Fonds social Européen (FSE), les publications et avis du Conseil Economique
et Social de la Région wallonne (CESRW), les productions des CSRC, des Missions
régionales (MIREL et MIRELUX) et des observatoires économiques (ŒIL et INTEGRA) , les
185
rapports d’activités des différents sites d’observations (dont les CSRC). Ces documents, d’un
intérêt relativement limité, contribuent néanmoins à la contextualisation de l’action observée,
sur un plan idéologique, institutionnel, organisationnel et socioéconomique.
La documentation « non officielle » correspond aux différents outils de travail des
professionnels rencontrés. Si, comme nous l’enseignent les ethnométhodologues et leurs
disciples, les objets cristallisent des liens interpersonnels et instrumentent les relations, la
prise en compte de ces outils nous semblait indispensable pour approcher le sens du travail
d’insertion. On peut les regrouper en deux catégories selon leur usage principal : soit en
première ligne avec le public, soit « en coulisses » entre collègues ou partenaires.
Les outils de travail en première ligne : des cahiers ou notes appartenant aux agents,
des dossiers d’usagers, des grilles d’évaluation et des grilles d’entretien, des vademecum ou guides méthodologiques (sortes de traductions de dispositifs règlementaires
en mode opératoire), des syllabus de « cours » dispensés par certains agents, des
formulaires administratifs en tous genres, des conventions de stage en entreprise,
conventions PJ+, conventions PFI, conventions de premier emploi, la documentation
sur les emplois et les formations (en particulier à Carrefour Formation), la
documentation sur les différents services du FOREM
Les outils du travail en coulisses : des notes de travail internes, des syllabus de
formations suivies par les agents en interne, des règlements d’ordre intérieur, des
plannings d’équipes et certains agendas individuels, des documents internes émanant
de l’Administration Centrale du FOREM, du Comité d’Accompagnement des
Carrefours Formation, de deux Fédérations (ACFI et ALEAP) et de l’Interfédération
des EFT/OISP, des PV de réunions d’équipes, (+ PV des réunions plénières des CSRC
de 1998 à 2001), des productions de différents groupes de travail (l’exemple des GàT
et GTA dans les Carrefours Formation), des profils de compétences d’agents, des
documents statistiques internes
SECTION 3. L’ANALYSE
L’analyse du matériau s’est opérée en deux temps : d’abord, dans le cadre de la production
165
d’un rapport de recherche pour nos commanditaires , et ensuite, dans le cadre de ce travail
académique. Je présenterai très brièvement ces deux étapes analytiques, - sans m’attarder sur
des détails événementiels qui, ici, n’ont plus guère d’intérêt -, en m’efforçant d’éviter les
répétions et d’inutiles anticipations sur la présentation des résultats.
La méthode d’analyse déployée dans ce travail se caractérise par une démarche largement
inductive, sans toutefois prétendre à la production d’une théorie ancrée (Grounded Theory).
On peut définir l’induction analytique comme une démarche logique, qui consiste à partir du
concret pour passer à l’abstrait, en cernant les caractéristiques essentielles d’un phénomène
(Poupart et al, 1997 : 295). Dans cette perspective, et comme le suggère Becker à ses
étudiants, il faut laisser le cas définir le concept (Becker, 2002 : 198-201). Cette manière de
procéder se situe aux antipodes de la démarche hypothético-déductive. Poupart et al (1997)
165 Rappelons que le travail de terrain s’est clôturé à la fin du mois de décembre 2002 et qu’il restait donc six mois pour
analyser l’ensemble du matériau et produire un rapport de recherche. Dans ce timing de plus en plus serré, j’ai heureusement
pu bénéficier d’une part, de la collaboration (bénévole) de Thibauld Moulaert pour l’analyse des entretiens de jeunes
demandeurs d’emploi et pour la rédaction d’un chapitre du rapport sur ce point (cfr. Orianne et al, 2004 : chapitre 6), et
d’autre part, d’un délai supplémentaire de deux mois, accordé par les commanditaires, pour la remise du rapport final
(septembre 2003).
186
rappellent brièvement les grandes étapes de la démarche inductive, surnommée la « méthode
des cas typiques » : identification d’un phénomène, formulation d’une hypothèse provisoire,
confrontation des cas à l’hypothèse provisoire, reformulation de l’hypothèse, recherche d’un
cas négatif, reformulation de l’hypothèse, validation externe.
La méthode comparative continue en analyse qualitative développée par Glaser et Strauss
(1967) constitue un modèle parmi d’autres de méthode inductive, orienté spécifiquement vers
la production d’une « théorie », - théorie d’un genre un peu particulier -, enracinée dans la
réalité empirique, mais n’en constituant pas une simple description (Poupart et al, 1997 :
166
309) . C’est ce qu’Isabelle Baszanger nomme la pratique du terrain comme « maïeutique »
(Baszanger, 1992 : 51), lorsque les seuls énoncés théoriques légitimes sont ceux qui
s’enracinent dans des études de terrain minutieuses. Ce modèle témoigne d’une approche
hautement réflexive d’explicitation des procédures de codage et d’analyse ; il est fondé sur
l’idée selon laquelle la comparaison continue des occurrences génère rapidement certaines
propriétés théoriques de la catégorie. Strauss (1992) présente le déroulement de cette méthode
167
in vivo en quatre étapes : 1) comparer les occurrences relatives à chaque catégorie , 2)
168
intégrer les catégories et leurs propriétés, 3) délimiter la théorie , 4) écrire la théorie.
Face à cet idéal type de la production théorique en recherche qualitative, on ne peut adopter
qu’une attitude admirative et pleine d’humilité. Lors de l’analyse du matériau, je me suis
rapidement rendu compte que ni les catégories, ni les concepts, ni la théorie n’émergeaient
miraculeusement des entretiens ou des mes notes de terrain, comme des grenouilles jailliraient
d’une mare… Quand on n’a pas la virtuosité d’un Hughes, l’intuition visionnaire d’un Becker
ou tout simplement le talent de Glaser et Strauss, il est difficile de prétendre à la production
d’une théorie fondée. Je me suis contenté, plus modestement, de produire une « description
analytique », - ce qui, en un sens, est un pléonasme.
En pratique, ce sont moins des catégories « inédites » qui émergent du matériau, que des
usages particuliers de catégories analytiques préexistantes, qui semblent s’imposer. N’en va-til pas toujours ainsi, même lorsque l’on prétend produire une théorie empiriquement fondée ?
L’analyse structurale que mobilisent Demazière et Dubar (1997) pour analyser les entretiens
biographiques n’induit-elle pas inévitablement toute une série de catégories analytiques
préexistantes au matériau, et dès lors, « non ancrées » (le schéma actantiel de Greimas, les
totalités dialectiques de l’analyse structurale, le sujet dialectique de Lacan, …) ?
C’est donc, me semble-t-il, de l’usage émergent de catégories analytiques préexistantes au
matériau qu’il convient de préciser la pertinence ; il convient également d’évaluer la
cohérence générale de l’ensemble des catégories analytiques mobilisées. Il convient
également de préciser que le recours à telle ou telle catégorie analytique n’émerge pas
exclusivement du matériau : dans certains cas, les catégories sont induites par les outils de
collecte de données (grille d’entretien ou grille d’observation) conçus au contact du terrain ;
dans d’autres, elles sont induites par des lectures ou des discussions avec les collègues. Ma
166 Poupart et al (1997 : 324) synthétisent assez bien les « canons et procédures » de la théorisation ancrée : 1) la collecte et
l'analyse des données sont des processus interreliés ; 2) les concepts sont les unités de base de l'analyse ; 3) des catégories
conceptuelles doivent être élaborées, puis mises en relation ; 4) l'échantillonnage répond à des objectifs théoriques ; 5)
l'analyse procède par comparaisons constantes ; 6) la théorie doit tenir compte à la fois des régularités et des variations des
données ; 7) la théorie s'articule en termes de processus ; 8) l'élaboration de la théorie se fait par la rédaction de mémos ; 9)
les hypothèses sur les relations entre catégories sont élaborées, puis vérifiées tout au long de la recherche ; 10) le phénomène
à l'étude, si «micro » soit-il, doit être analysé au regard des conditions structurelles plus larges dans lesquelles il s'inscrit.
167 Glaser et Strauss précisent que: « lorsqu’on code une occurrence dans une catégorie, on doit la comparer avec les
occurrences précédentes codées avec la même catégorie dans le même groupe et dans des groupes différents » (Strauss,
1992 : 288). Il s’agit de la règle de base de cette méthode comparative continue, - la seconde règle consistant à arrêter
rapidement le codage pour rédiger un mémento théorique (p290).
168 Selon Glaser et Strauss, il convient à ce stade de réduire la théorie et les catégories, en supprimant les propriétés non
pertinentes (principe de saturation).
187
pratique de l’induction est donc impure… comme toute pratique. Il conviendra d’identifier ces
« impuretés » et leurs conséquences épistémologiques.
Expliciter le processus d’analyse implique, dans mon cas, de revenir sur l’élaboration
progressive d’une « synthèse descriptive », à partir d’éléments empiriques épars. Comment aije procédé ? La première étape a principalement consisté à produire des synthèses du travail
de terrain réalisé sur chaque site d’observation : six documents, d’une cinquantaine de pages
169
chacun , ont ainsi été réalisés. Chaque document mêle des notes d’observation, des
« résumés » d’entretiens, des analyses descriptives d’outils et de documents clés, et un
inventaire complet du matériau. Ce premier classement initial du matériau a permis de
procéder à un début d’agencement analytique. En écoutant et réécoutant les bandes
170
enregistrées comme le suggère Kaufmann (1996 : 80) , en lisant et relisant les
retranscriptions d’entretiens et les notes d’observations, un ensemble de catégories
analytiques commençaient à se stabiliser, à produire des concentrations intéressantes
d’éléments empiriques divers.
Ces catégories émergent moins directement du « matériau » que de la « problématique »
construite progressivement au contact du terrain. Entre la fin de la phase exploratoire et la fin
de la phase intensive du travail de terrain, la problématique s’était encore enrichie,
complexifiée, développée. Certes, pour comprendre le sens d’une politique, il faut s’intéresser
au travail des agents qui mettent en œuvre cette politique, car les règles sont incomplètes et
les situations indéterminées. Mais, ce que notre travail de terrain nous apprenait chaque jour,
c’est que pour comprendre le travail de ces agents, il fallait s’intéresser à leur « métier », aux
cadres « professionnels » de ce travail. A ce stade, notre approche conventionnaliste initiale se
heurtait à une série de questionnements relevant clairement de la sociologie des groupes
professionnels.
Présentons brièvement les catégories analytiques retenues : les cadres organisationnels, les
licences et les mandats, les savoirs professionnels, les identités professionnelles, les modes
opératoires du travail avec l’usager, les statuts.
1) La contextualisation du travail d’insertion impose une analyse descriptive des cadres
organisationnels, par triangulation des sources : notes d’observations, descriptions d’acteurs,
documents récoltés sur le terrain.
2) Les concepts de licence et mandat permettent d’interroger les relations des groupes
professionnels étudiés avec la société qui les entoure (l’Etat, d’autres groupes professionnels
concurrents, les clients) sur base d’un ensemble d’éléments empiriques : l’énoncé des
politiques et ses diverses traductions organisationnelles qui stabilisent ces relations.
3) L’axe des « savoirs professionnels » met en regard des compétences individuelles requises,
formalisées par les organisations, et des connaissances pratiques, en action, élaborées et
stabilisées par les collectifs de travail.
4) Les catégories analytiques de Dubar (1991), relatives à la problématique de l’identité
professionnelle, constituent des outils indispensables pour interroger le « sens » du métier,
analyser les représentations subjectives du soi, du travail et du collectif de travail, résultant de
processus biographiques et relationnels.
5) L’axe des « modes opératoires » permet d’envisager la construction professionnelle du
rapport à l’usager à travers des séquences d’action observées et enregistrées, des instruments
techniques et de cadres normatifs mobilisés in situ.
169 A l’exception du document relatif au FOREM de Liège, nettement plus réduit, eu égard aux limites de notre travail de
terrain dans ce contexte organisationnel.
170 L’auteur suggère d’adopter une attitude générale d’attention « flottante » (p80), mais de réserver une attention toute
particulière aux phrases récurrentes (p95), aux contradictions (p98), plus encore aux contradictions récurrentes (p101).
188
6) La question des statuts professionnels met en relation des positions objectives et
subjectives d’agents, au sein des organisations et, plus globalement, sur le marché du travail.
171
Sur cette base, j’ai progressivement « organisé » le matériau, par codage , en croisant la
structure de l’échantillon à ces catégories d’analyse. Le tableau ci-dessous illustre la logique
de ce processus de synthétisation et correspond, grosso modo, à la logique d’exposé des
172
résultats (cfr. Orianne et al, 2004 : chapitre V).
Carrefour
formation
Liège
Lux.
FOREM
Liège
Lux.
EFT
Liège
Lux.
Le contexte
organisationnel
Licence et mandat
Les savoirs
professionnels
Les identités
professionnelles
Les modes opératoires
Les statuts
Une lecture horizontale et verticale de ce tableau, nous avait permis de dresser un ensemble
de constats, comme par exemple, le fait que le travail d’insertion ne consiste pas à mettre le
chômeur à l’emploi, mais à le mettre au travail sur lui-même, dans une approche « clinique ».
Pour faire bref, la seconde phase d’analyse correspond à une lecture transversale du tableau,
centrée sur un point précis, une seule question : comment ces agents parviennent-ils
effectivement, dans le cadre de dispositifs contraignants, à mettre un chômeur au « travail sur
lui-même » ?
Ce constat et cette interrogation ont orienté mes efforts dans trois directions : 1) prendre enfin
le temps de lire certains ouvrages, 2) présenter mes résultats empiriques et mes
questionnements, dans le cadre de colloques, 3) réinterroger « mon » matériau.
Il convient de préciser que, jusqu’alors, j’avais très peu lu : mon cadre théorique initial se
limitait aux apports théoriques de quelques « post-ethnométhodologues » et d’un exercice
avorté de revue de la littérature relative à l’insertion des jeunes. Le travail de terrain et
d’analyse du matériau m’avait conduit à étendre ce cadre théorique minimal à la sociologie
des professions. Mais cette piste méritait d’être davantage explorée, qu’elle ne l’avait été dans
le rapport. Dans cette voie, l’ouvrage de Freidson (1984) sur la profession médicale m’a
profondément bouleversé, et inspiré dans la construction (tardive) de ma problématique de
thèse : le traitement clinique du chômage.
L’articulation théorique entre une approche conventionnaliste du travail d’insertion et une
sociologie des groupes professionnels était précisément l’objet de mon épreuve de
171 Par codage, il faut entendre, « l’inventaire exhaustif des données recueillies, leur examen systématique, leur
interprétation, au moyen de catégories générales, leur classement, leur insertion dans le compte rendu, et la réflexion sur
leur pertinence » (Peretz, 1998 : 97).
172 Les premiers résultats ont été présentés et discutés dans chacune des équipes, dans le courrant du mois de juillet 2003.
Les agents étaient globalement « impressionnés » par la synthèse et assez « émus » de nous retrouver, et plus encore de se
retrouver dans l’analyse. Nous leur avons laissé un exemplaire du « draft » de notre rapport, et leur lecture attentive a permis
d’encore améliorer le document sur quelques points précis. Nous les avons enfin invités à un séminaire organisé au GIRSEF
à l’occasion de la publication du rapport de recherche (février 2004). Cet événement clôtura notre « collaboration » de
recherche.
189
confirmation (05/02/2004). Cette entreprise théorique fut alimentée de rencontres livresques
mais aussi de véritables rencontres, dans le cadre de colloques à l’étranger. J’ai eu la chance
de pouvoir présenter mes résultats empiriques et mon questionnement théorique dans de
173
« prestigieux cénacles » de la sociologie des professions ou de l’économie des conventions ,
et d’y rencontrer de fervents « discutants ».
J’ai réalisé la seconde analyse du matériau sur base du cadre théorique « freidsonnien », tel
que présenté dans le chapitre théorique de ce document, afin d’éprouver la thèse d’une
construction professionnelle des troubles de l’employabilité : le traitement clinique du
chômage comme stratégie collective de professionnalisation du travail d’insertion.
SYNTHÈSE
Notre travail de terrain s’est déroulé en Région wallonne de Belgique, entre mars 2001 et juin
2003, dans les sous-régions de Liège (contexte urbain) et d’Arlon-Luxembourg (contexte
rural). Nous y avons suivi, dans la quotidienneté de leur travail, des professionnels de
l’insertion issus de diverses organisations du Parcours (ou dispositif intégré) d’insertion.
Dans chaque sous-région, nous avons privilégié trois entrées organisationnelles contrastées :
le Service Public d’Emploi (FOREM), des structures multi-partenariales (Carrefours
Formation) et des associations œuvrant dans le champ de l’insertion (Entreprises de
Formation par le Travail). Nous nous sommes principalement centrés sur trois groupes
professionnels :
les conseillers en accompagnement professionnels de FOREM Conseil,
les conseillers en formation des Carrefours Formation
les travailleurs en Entreprises de Formation par le Travail.
La recherche a commencé par une phase exploratoire d’analyse de documents
« institutionnels » relatifs aux politiques actives d’emploi, couplée à une première salve
d’entretiens. La documentation institutionnelle comprend toute une série de lois (ou décrets),
règlements, conventions-cadres, chartes de partenariat,… La première série d’entretiens
regroupe d’une part les quelques réunions de travail avec les évaluateurs du Parcours
d’insertion en Région wallonne (SES, FTU / DULBEA), et d’autre part, une quinzaine
d’entretiens exploratoires auprès de professionnels de l’insertion issus de diverses
organisations.
La phase principale de l’enquête s’est déroulée sur l’année 2002. Nous avons réalisé une
cinquantaine d’entretiens de professionnels et une trentaine d’entretiens de jeunes demandeurs
d’emploi faiblement qualifiés. Nous avons, en outre, observé de nombreuses interactions entre
professionnels et demandeurs d’emploi, dont une trentaine ont pu être enregistrées. Nous
avons également observé de nombreuses interactions entre professionnels, dans la
quotidienneté de leur travail et dans le cadre particulier de réunions d’équipes ou de réunions
de travail chez des « opérateurs partenaires ». Nous avons enfin procédé à l’analyse des outils
de travail de ces professionnels : outils de communication (interne et externe), outils
pédagogiques, outils de traitement et d’analyse de données, outils de traduction de dispositifs
réglementaires, …
173 European Sociological Association Symposium, Professions, Social Inclusion and Citizenship, University of Licoln, 1517 April 2004 ; International Sociological Association (RC52), Knowledge, Work, Organisations, Université de Versailles
Saint-Quentin-en-Yvelines, colloque organisé par le Laboratoire Printemps, 22-24 septembre 2004 ; IEP-LEST-GAPPCSPC, Action publique et légitimité professionnelle, Aix-en-Provence, 21-22 janvier 2005.
Colloque du Matisse, L’accès inégal à l’emploi et à la protection sociale, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, 16-17
septembre 2004 ; Eurocap-Capvoice Conference, Social Dialogue and Politics of Capabilities in the enlarged Europe,
Warsaw, 10-11 June 2004 ; Eurocap Workshop (WP4), IDHE ENS Cachan, 3 décembre 2004.
190
Une dernière phase de « clôture » ou de retour sur le terrain correspond aux divers entretiens
complémentaires et contacts ponctuels pendant la phase d’analyse du matériau, jusqu’à la
phase finale de rédaction du rapport. Elle comprend également la présentation des résultats de
l’étude dans chaque équipe et l’organisation d’un séminaire au GIRSEF (UCL) réunissant
chercheurs et professionnels de terrain.
*
*
*
Procédons dès à présent à l’analyse de la mise en œuvre du Parcours d’insertion en Région
wallonne, sous l’angle du travail quotidien de trois groupes professionnels, qui émergent tous
de transformations institutionnelles et organisationnelles générées par le développement de
politiques actives d’emploi.
191
192
Troisième partie. - Les professionnels de
l’employabilité
Nous avons esquissé le contexte institutionnel des politiques d’emploi. Nous avons ensuite
présenté les cadres théorique et méthodologique de notre travail. Nous pouvons dès à présent
procéder à l’analyse de la mise en œuvre de la politique du Parcours d’insertion opérée par
trois groupes professionnels œuvrant dans le champ de l’insertion en Région wallonne : les
conseillers en accompagnement professionnel de FOREM Conseil (chapitre 6), les conseillers
en Formation de Carrefour Formation (chapitre 7), et les travailleurs en Entreprises de
Formation par le Travail (chapitre 8).
Notre analyse est centrée sur le travail quotidien, les outils, les adaptations techniques ou
éthiques par lesquelles des organisations et des professionnels tentent de concrétiser les
nouvelles orientations des politiques d’emploi, dont on résume la nouvelle teneur en parlant
« d’activation » de l’Etat social.
Nous analyserons l’émergence et le développement d’un nouveau segment professionnel,
dans le champ de l’insertion socioprofessionnelle, comme accomplissement pratique des
politiques actives d’emploi. Notre démarche relève d’un certain pragmatisme ou
« matérialisme historique » : l’énoncé des politiques actives ne produit pas encore
d’activation. Pour produire de l’activation, il faut produire des « machines » à activer,
autrement dit, de nouveaux métiers et de nouveaux cadres organisationnels prévus à cet effet.
Notre intention est de suivre les faits et les « machines » dans le cours même de leur
fabrication, avant la fermeture des « boîtes noires », par la porte dérobée de l’Etat social actif
en action, en train de se faire, et non par l’entrée plus grandiose de l’Etat social actif déjà fait
(Latour, 1995).
Qui sont ces nouveaux professionnels de l’activation ? Quel est le sens (et la nature) de leur
travail ? Quelles compétences faut-il pour exercer de tels métiers ? Sous quels statuts et dans
quelles conditions travaillent-ils ? Quelles sont leurs motivations à exercer ces activités ?
Quelles sont les principales tensions (techniques, organisationnelles, identitaires ou morales)
liées à l’exercice de ces activités de travail ? Comment se construisent les identités
professionnelles ?
La logique d’exposé, pour chaque « monographie professionnelle », sera la suivante : 1) les
cadres organisationnels, 2) les licences et mandats (Hughes, 1996), 3) la construction des
identités professionnelles (Dubar, 1991), 4) la catégorisation des publics, 5) les modes
opératoires, 6) les savoirs professionnels.
Pour contextualiser notre propos, nous présenterons brièvement les cadres organisationnels
mouvants dans lesquels ces travailleurs évoluent. Sur base des concepts de licence et de
mandat (Hughes ; 1996), nous analyserons le processus par lequel les groupes parviennent à
stabiliser leur territoire professionnel, par rapport à d’autres, sur base d’autorisations
spécifiques (loi, décret, arrêté, …) qui limitent la concurrence et légitiment les pratiques.
Parallèlement à ces définitions politiques ou institutionnelles des métiers étudiés que
constituent généralement la licence ou le mandat, nous procéderons également à l’analyse
d’autres sources définitionnelles : les définitions produites au niveau des organisations, des
groupes ou collectifs de travail. Ces conceptions pratiques du métier, produites par les
travailleurs en action, seront analysées sous l’angle du concept d’identité professionnelle.
193
Nous nous intéresserons tout autant aux procédés par lesquels ces professionnels construisent
leur identité professionnelle qu’aux productions identitaires elles-mêmes.
Nous nous pencherons également sur la manière dont ces professionnels construisent et se
représentent leurs publics. Sur base de leur expérience quotidienne mais également de la
catégorisation institutionnelle des « publics cibles », ces professionnels produisent et
véhiculent des représentations de jeunes demandeurs d’emploi et construisent des typologies
ou taxonomies indigènes de « relations à la clientèle ».
Nous procéderons ensuite à l’analyse des modes opératoires de ces professionnels de
l’insertion. Nous verrons que dans certains cas, le travail et les modes opératoires sont plutôt
définis par des règlements, dans d’autres, ils sont surtout induits par des espaces de travail
extrêmement codés, dans d’autres encore, ils sont davantage produits par les publics.
L’analyse fine du travail d’insertion en situation s’accompagnera d’une analyse des
compétences et savoirs professionnels : d’une part, les compétences prescrites et formalisées
(au niveau politique, organisationnel, local), et d’autre part, des savoirs pratiques en action.
Nous montrerons que la finalité subjective du travail de ces intermédiaires des politiques
d’emploi en Région wallonne (du point de vue des professionnels) vise moins directement la
mise à l’emploi, - comme le faisait anciennement le placeur sur le marché du travail -, qu’un
travail sur l’employabilité du chômeur : mettre l’individu au travail… sur lui-même. Nous
verrons que cette finalité semble la seule tenable, viable pour les professionnels sur un plan
moral. En effet, les professionnels de l’insertion n’ayant de pouvoir d’action ni au niveau de
la création d’emploi, ni au niveau de l’accès à l’emploi, c’est à un autre niveau que doit se
situer leur intervention : n’étant pas responsables de l’emploi ou du non-emploi des individus,
ils responsabilisent les individus à travailler leur employabilité.
Dans un neuvième et dernier chapitre, nous reviendrons plus spécifiquement sur la
professionnalisation des activités de travail des intermédiaires. Nous soutiendrons l’idée selon
laquelle l’émergence et le développement de ce nouveau segment professionnel, dans le
champ de l’insertion en Région wallonne, orientent le « traitement » du chômage dans une
voie résolument « clinique ». Le traitement « clinique » du chômage reposerait sur un savoir
« ésotérique » construit par un groupe professionnel, une capacité collective à traduire de la
souffrance en troubles de l’employabilité. Dans le cadre de dispositifs contraignants
d’ « accompagnement » de demandeurs d’emploi, la construction des troubles de
l’employabilité permet de responsabiliser l’individu, de l’impliquer dans le travail qu’il opère
sur lui-même. Comme nous le rappelle très justement Freidson, pour qu’une profession
consultante puisse mettre en pratique ses idées sur la maladie et exercer son pouvoir, il faut
impérativement que les profanes se rendent compte qu’ils sont malades. En outre, la
construction des troubles de l’employabilité permet à ces professionnels de s’opposer aux
outils d’évaluation externe de leur travail (traçabilité, ratios, taux d’insertion, …) qui
tendraient à nier la légitimité de leur action. La construction de troubles de l’employabilité
contribue également à la stabilisation des territoires professionnels. D’une part, la
construction de troubles participe activement au processus de segmentation de l’organisation
professionnelle entre généralistes et multitudes de spécialistes de l’employabilité. D’autre
part, la construction de troubles permet de faire face à la pression concurrentielle des agences
privées de placement et d’intérim générée par la nouvelle gestion mixte du marché de
l’emploi (ratification de la Convention 181 de l’OIT) : dans un contexte où l’on manque
cruellement de places sur le marché de l’emploi, le « placement » tend à devenir un travail
ingrat, un « sale boulot » dont ces professionnels tentent de se débarrasser, au profit
notamment des placeurs d’agences privées.
194
Chapitre 6. Le conseiller en accompagnement
professionnel de FOREM Conseil
INTRODUCTION
Les conseillers en accompagnement professionnel du FOREM, Service public d’emploi (SPE)
en Région wallonne, émergent des transformations de l’action publique, de l’intervention de
l’Etat dans l’organisation du marché du travail. Ces travailleurs sont directement issus du
passage de politiques d’emploi centrées sur des mesures publiques de placement à des
politiques d’employabilité centrées sur l’accompagnement des chômeurs. Cette évolution
politique en cours depuis le début des années 1990, qui se déploie sur de multiples scènes
institutionnelles, à différents niveaux de pouvoir, transforme en profondeur les cadres
organisationnels des administrations publiques, et de leurs « partenaires », chargés de mettre
en œuvre ou d’implémenter ces « nouvelles » politiques. Cette évolution contribue également
au développement de nouveaux acteurs publics, privés, associatifs, « hybrides », dans ce
champ.
Ces transformations politiques et organisationnelles génèrent des transformations
professionnelles des activités d’intermédiation sur le marché du travail : le métier de
« placeur » public, ce groupe professionnel qui émerge, en 1935, de la création de l’Office
National du Placement et du Chômage (ONPC) et se développe considérablement au
lendemain de la seconde guerre mondiale, se transforme aujourd’hui, se décline sous nos
yeux, en une multitude de nouveaux « métiers » de l’intermédiation. A un groupe
relativement homogène de fonctionnaires du service public d’emploi spécialisés comme
techniciens des processus d’appariement sur le marché du travail, se heurtent et se substituent
progressivement de nouveaux groupes de « contractuels » aux statuts hybrides, souvent
précaires, porteurs de « compétences » nouvellement valorisées au sein de l’administration,
liées à la clinique ou au travail social, à la communication, au marketing, au « néomanagement », … Les « conseillers » du FOREM forment une nouvelle « tribu »
d’intermédiaires publics, et les CAP constituent la figure centrale de ce nouveau segment
professionnel.
Nous présenterons l’analyse de ce groupe en six étapes : 1) la contextualisation
organisationnelle et géographique des activités de travail ; 2) la licence et le mandat ; 3) la
construction des identités professionnelles ; 4) les publics ; 5) les modes opératoires ; 6) les
savoirs professionnels. Nous nous tiendrons à cette logique d’exposé pour chacun des trois
groupes analysés : les CAP du FOREM, les conseillers en formation de Carrefour Formation,
les travailleurs sociaux des EFT.
SECTION 1. CONTEXTUALISATION DES ACTIVITÉS DE TRAVAIL
§ 1.1. Le contexte organisationnel : l’administration passe à l’action
En Région wallonne, les mutations récentes du SPE portent incontestablement les stigmates
des transformations politiques à l’œuvre sur la scène internationale. Depuis 2002, le FOREM
se présente explicitement, dans le cadre de campagnes de communication interne et externe,
comme une administration « qui passe à l’action » (novembre 2002). La rhétorique de
l’activation, le référentiel de l’Etat social actif, permettent de légitimer le désinvestissement
progressif qu’opère le SPE à l’égard du placement des chômeurs au profit de
l’accompagnement de « chercheurs d’emplois », du conseil individualisé de « clients »
(chercheurs d’emplois, mais également entreprises et partenaires).
195
Cette campagne marketing du FOREM se fonde sur une étrange équation : « politiques
actives = nouveau modèle d’intervention publique = accompagnement individualisé =
administration qui passe à l’action ». L’équation est instable par sa formulation inversée,
largement implicite : « politiques passives = modèle archaïque = placement standardisé =
administration bureaucratisée ». Si l’association du « placement » aux mesures « passives »
est délicate, elle est visiblement jugée préférable à l’opposition explicite entre « politiques de
mise à l’emploi » et « politiques d’employabilité », difficilement tenable, sur un plan
stratégique, face à l’électorat wallon.
Evoquons brièvement les grandes lignes des transformations récentes du SPE en Région
wallonne. Le FOREM naît en 1989, dans un contexte de fédéralisation accrue de l’Etat belge,
lorsque l’Office National de l’Emploi (ONEM) se sépare des services de placement et de la
174
formation professionnelle . En Région wallonne, ces services sont regroupés au sein d’un
nouvel organisme appelé FOREM, pour Office de la Formation professionnelle et de
l’Emploi. Quant à l’ONEM, il conserve les missions liées au paiement des allocations de
chômage. Les missions de placement sont gérées par les Bureaux de Placement Permanents
(BP) et les Bureaux de Placement Non Permanents (BPNP) au sein desquels les agents portent
le nom de « placeurs ». Les Bureaux s’inscrivent dans la continuité des « Services
Subrégionaux de l’Emploi » ; ils constituent l’aboutissement d’une logique de « placement »,
où le « placeur » gère seul l’offre et la demande d’emploi.
Dans l’histoire récente des politiques d’emploi, l’année 1993 marque incontestablement un
tournant : au niveau transnational, la parution du « Livre Blanc », qui ouvre le débat sur
l’emploi en Europe, au niveau national, la mise en place du Plan d’Accompagnement des
Chômeurs (PAC), qui constitue une première étape clé dans la transformation des pratiques
professionnelles et des logiques d’action, par l’introduction d’une logique
175
d’accompagnement . Cette logique nouvelle se traduit, au sein du FOREM, par l’étape du
« Placement Nouveau » : dès 1995, les Bureaux de Placement se divisent en deux services
distincts, d’un côté le service « GO » (Gestion des offres) et d’un autre le service « GDE »
(Gestion des demandeurs d’emploi).
Suite à ce premier « choc » organisationnel, cette scission des « placeurs » en deux groupes de
« gestionnaires », le FOREM fait appel à un consultant privé, en 1997, pour conceptualiser
176
une nouvelle « orientation client » . Après avoir réalisé un diagnostic de la situation du
FOREM en 1997, Arthur Andersen projette le FOREM à l’horizon 2005 et propose un « Plan
stratégique » qui permettrait d’atteindre une projection « idéale ».
Arthur Andersen pointe six tendances fondamentales de l’« environnement » auxquelles le
FOREM sera confronté « et qui détermineront pour une large part les règles du jeu en 2005 »
(Andersen, 1997 : 48) :
La déréglementation, qui pousse le FOREM à adopter une attitude proactive dans un
marché ouvert à la concurrence ;
La dualisation du marché de l’emploi, qui favorise la coexistence d’un marché local et
d’un marché global ;
La flexibilité des travailleurs et des entreprises ;
174 Décret du conseil régional wallon du 16/12/1988 (M.B. 01/02/1989).
175 Accord de coopération du 22/09/1992 entre l’Etat, les Communautés et les Régions concernant le plan
d’accompagnement (M.B. du 21/11/1992) ; A.R. du 02/06/1993 portant financement du plan d’accompagnement (M.B. du
19/06/1993) ; Accord de coopération du 07/04/1995 entre l’Etat, les Communautés et les Régions concernant le plan
d’accompagnement des chômeurs (M.B. du 09/07/1995) ; Accord de coopération du 13/02/1996 entre l’Etat, les
Communautés et les Régions concernant le plan d’accompagnement des chômeurs (M.B. du 24/04/1996) ; Accord de
coopération du 03/05/1999 entre l’Etat, les Communautés et les Régions concernant le plan d’accompagnement (M.B. du
07/09/1999)
176 Arthur Andersen, FOREM, Projet Ulysse, Rapport Final, mai 1997.
196
Les changements socioculturels ;
La téléculture ou société de l’information ;
L’Europe sociale : l’harmonisation progressive des politiques sociales eu Europe.
Au moment même où l’OIT adopte la convention 181 qui autorise les opérateurs privés à
offrir des services en matière de placement des travailleurs (19/06/1997), Arthur Andersen
insiste sur le fait que l’« environnement global » du FOREM sera soumis à une concurrence
« forte et globale », dans la mesure où les entreprises de travail intérimaire se positionnent
déjà comme des concurrents globaux des différents métiers du FOREM : « le FOREM perdra
la totalité ou partie de son monopole et devra partager les opportunités du marché avec des
acteurs privés » (op. cit., p49). Pour faire face à la concurrence de ces acteurs privés du
placement, « très performants en matière de satisfaction des clients », le consultant encourage
l’Office à se repositionner sur des « activités nouvelles », à saisir les « opportunités
importantes de développement de nouveaux métiers, dans une société globale de services ».
Six actions stratégiques sont proposées par le consultant afin de concrétiser sa « Vision
FOREM 2005 » :
Le suivi du changement stratégique : suivi des mesures de performance stratégique,
GRH et communication ;
Les sites pilotes « marketing » et « orientation clients » : processus marketing et
commercial, mise en œuvre de « conseillers clients », nouveaux processus GRH et
promotion ;
Les sites pilotes « dossier unique » et « technologie » : dossier unique comme passage
obligé pour l’orientation clients du FOREM ;
Le site pilote « élaboration d’une datawarehouse » : construction d’une base de
données marketing du FOREM ;
Les sites pilotes « lignes de services rémunératrices » : déploiement maximal de lignes
de services payants aux entreprises afin d’entrer dans une logique d’autofinancement
partiel des activités du FOREM ;
Le site pilote « veille et produits de la veille » : mise sur pied d’une veille stratégique
des emplois et des technologies.
Dans un premier temps, la concrétisation des actions stratégiques prend la forme de
« Chantiers Expérimentaux » au sein des différents « sites pilotes ». Dans un second temps
(2002-2003), le FOREM étend le processus des « Chantiers Expérimentaux » à l’ensemble de
l’organisation. A la suite de ces expérimentations, le FOREM développe principalement : 1)
une large politique de communication interne et externe ; 2) des « lignes de produits »
différenciées pour les clients « entreprises » et les clients « particuliers » (demandeurs
d’emploi et travailleurs) ; 3) des outils de « traçabilité » : une base de données informatisée
(ERASME) et un dossier unique pour « les particuliers ». Selon l’audit Arthur Andersen,
l’une des actions prioritaires du FOREM (en 1997) pour atteindre la « Vision 2005 du
FOREM » concerne « la mise en œuvre des conseillers d’entreprises et des conseillers
particuliers ». Le « Conseiller en Accompagnement Professionnel » constitue la concrétisation
la plus aboutie, à ce jour, d’une logique d’accompagnement des demandeurs d’emploi.
Le « repositionnement » actuel du FOREM, et plus particulièrement de FOREM Conseil
comme « Régisseur – Ensemblier » (contrat de gestion 2001- 2005 du SPE) s’inscrit dans le
177
cadre de la ratification, en Région wallonne, de la Convention 181 de l'O.I.T , qui implique
une nouvelle gestion « mixte » du marché de l’emploi. Le développement considérable du
secteur privé de l’Intérim ces dernières années est étroitement lié au désinvestissement
progressif du placement opéré par le Service Public d’Emploi. La Convention 181 de l'OIT
177 Convention 181 de l’O.I.T. adoptée le 19 juin 1997. Lors de la séance du 14 mars 2002, le Gouvernement wallon a
adopté en première lecture l’avant-projet de décret portant assentiment à la Convention 181 concernant les agences d’emploi
privées.
197
(1997) ainsi que la Recommandation 188 qui la complète, dénoncent la Convention 96
interdisant les agences privées de l'emploi. Dès le départ, les orientations suivantes avaient été
retenues pour la Wallonie : procédure décrétale concernant tous les opérateurs (privés et
publics), prévoyant un système d'agrément, un code de déontologie, ainsi qu'une coopération
178
avec le SPE . Le décret relatif à l'agrément des agences de placement (13/03/2003)
réglemente de manière différenciée (sollicitation d'agréments distincts) chaque type de
179
services (intérim, placement, recrutement, …) .
180
Dans le cadre du contrat de gestion 2001-2005 du SPE , on perçoit clairement l’intention de
la Ministre compétente de repositionner le SPE en Région wallonne : un environnement de
gestion mixte du marché de l'emploi, nécessite une conception plus large du rôle du service
public. Comme le prévoit le contrat de gestion, le SPE assurerait distinctement les activités
181
suivantes réparties sur 3 niveaux :
Niveau 1 - champ du secteur public : SPE « régisseur-ensemblier » (régulation du
champ).
Niveau 2 - champ mixte de la coopération : SPE Opérateur d'actions gratuites
(formation - recherche active d'emploi).
Niveau 3 - champ de la concurrence : SPE Opérateur en concurrence pure (intérim placement payant).
Depuis février 2003, le FOREM se compose de trois entités autonomes aux objectifs
distincts : « FOREM Conseil », « FOREM Formation » et « FOREM Support ». « FOREM
Conseil » assure le suivi et le conseil des clients (demandeurs d’emploi ou « particuliers » et
entreprises). En outre, en tant que « Régisseur – Ensemblier », FOREM Conseil mène
également des missions de partenariat auprès des opérateurs du marché de l’emploi et de la
formation. De son côté, FOREM Formation devient l’opérateur public de formation en
Région wallonne. Enfin, FOREM Support rassemble les services internes (gestion des
ressources matérielles et gestion des ressources humaines) permettant aux deux autres entités
de fonctionner.
Le siège central de l’administration est situé à Charleroi (boulevard Tirou, 104). Les deux
premières entités sont déployées géographiquement dans toute la Région wallonne, alors que
les services de FOREM Support sont concentrés au siège central. FOREM Conseil compte 11
directions régionales : une par sous-région, à l’exception de la sous-région de Tournai qui en
compte 2 (une à Tournai et une à Mouscron). FOREM formation compte 9 directions
régionales : également une par sous-région, à l’exception de Huy qui n’en compte pas.
Le service des « Conseillers en accompagnement professionnel » se situe au sein de la ligne
des « Services aux particuliers » de FOREM Conseil. Le pôle particulier de FOREM conseil
comprend quatre principaux services, et concentre dès lors quatre groupes professionnels : les
CAP, les CDA, les COP et les CRE. Au sein du pôle, le CAP occupe une fonction centrale,
généraliste, tandis que les CDA, COP et CRE apparaissent comme des fonctions plus
spécialisées.
178 Lire à ce propos l’Avis A.670 du CESRW relatif à l’assentiment à la convention OIT n°181 concernant les agences
d’emploi privées.
179 Retenons également qu’une plate-forme de concertation entre le SPE et les opérateurs agréés est mise en place à la
DGEE (Direction Générale de l’Economie et de l’Emploi). L'inscription comme demandeur d'emploi auprès du SPE est
obligatoire pour bénéficier d'une action d'insertion ou de formation réalisée par un opérateur agréé. Le nouveau paysage
wallon de l'emploi, en ratifiant la Convention 181 de l'OIT, doit se conformer aux règles de droit européen : réglementation
de la concurrence, liberté de circulation pour les activités temporaires et d'établissement pour les activités durables,
modernisation des services publics d'emploi pour soutenir la stratégie européenne pour l'emploi (Traité d'Amsterdam).
180
Arena
M.,
Lignes
directrices
pour
un
projet
de
contrat
de
gestion
2001-2005,
in
http://www.gov.wallonie.be/gov/gov/recherche, 2001.
181 Lire à ce propos l’Avis A.671 du CESRW relatif à l’avant-projet de décret modifiant le décret du 6 mai 1999 relatif à
l’office wallon de la formation professionnelle et de l’emploi.
198
Le « CDA »
Le conseiller en démarches administratives (CDA) est ce spécialiste des droits sociaux et des
procédures administratives chargé d’inscrire les demandeurs d’emploi et d’orienter toute
personne concernée par une problématique d’emploi et confrontée à des questions d’ordre
administratif pouvant s’avérer très complexes.
« Les conseillers en démarches administratives du FOREM sont là pour expliquer à chacun les droits et les obligations
inhérentes à son statut, les cadres légaux spécifiques et pour orienter les personnes vers les institutions compétentes s’il y a
lieu. Ce sont également les conseillers en démarches administratives qui effectuent l’inscription des demandeurs d’emploi : à
ce titre, ils sont très souvent les premiers à rencontrer les personnes et ont de ce fait une importante fonction de première
analyse des besoins et d’orientation vers les conseillers qualifiés, qu’il s’agisse de conseillers FOREM ou d’interlocuteurs
actifs dans d’autres organismes ».
(in L’organisation passe à l’action, Brochure institutionnelle, novembre 2002, Le FOREM, Département
Communication et marketing, p14)
Le travail du CDA nécessite une grande patience et une bonne résistance au stress :
contrairement au CAP, qui ne travaille que sur rendez-vous dans le cadre d’entretien
d’accompagnement, le CDA travaille en flux continu. Le CDA peut être amené, sur une
matinée, à recevoir 30 personnes, tout en assurant une permanence téléphonique.
Notons que le CDA est un professionnel extrêmement bien outillé : il dispose d’une panoplie
impressionnante d’outils d’inscription (formulaires), de procédures d’inscription (Vade
Mecum, consignes d’encodage), et d’informations (dépliants : Info-demandeurs d’emploi –
Fiche Emploi).
Le « COP »
Le conseiller en orientation professionnelle (COP) est ce spécialiste de l’orientation
professionnelle chargé d’assister ponctuellement et d’orienter les demandeurs d’emploi dans
l’élaboration de leur projet professionnel, mobilisant tour à tour des méthodes collectives ou
individualisées (bilan de compétences).
« Les conseillers en orientation professionnelle du FOREM analysent de manière approfondie les compétences, les aptitudes
et les aspirations des personnes qui les consultent, éventuellement en complément du travail déjà réalisé avec les CAP. Ils
aident ensuite chaque personne à formuler un projet qui soit en concordance avec ces éléments et avec la réalité du marché et
déterminent avec elle les moyens à mettre en œuvre pour atteindre son objectif ».
(in L’organisation passe à l’action, Brochure institutionnelle, novembre 2002, Le FOREM, Département Communication et
marketing, p15)
Le « CRE »
Le conseiller en recherche d’emploi (CRE) est ce spécialiste des techniques de recherche
d’emploi chargé, dans le cadre de séances individuelles ou collectives, d’assister les
demandeurs d’emploi dans leur travail d’apprentissage ou de maîtrise de différentes
techniques de recherche d’emploi.
« Les différents moyens utilisés pour rechercher un emploi ainsi que les étapes qui jalonnent le chemin du candidat sont
explorés à travers :
- les tables de l’emploi consacrées à des échanges sur des thèmes (comme par exemple le CV, la lettre, l’entretien) permettant
ainsi aux personnes d’effectuer leur recherche à leur rythme et selon leurs besoins ;
- les modules spécifiques consacrés à la mise en situation concrète de démarches (prospection téléphonique ou simulation
d’entretien filmé).
Les conseillers apportent aussi un soutien aux personnes qui veulent promouvoir leur candidature auprès des employeurs
grâce à de multiples actions assurant un meilleur accès au marché de l’emploi. Par exemple, les séances Inter’Actif
permettent de bénéficier de la dynamique d’un groupe pour argumenter sa motivation, sa confiance en soi, et donc ses
chances de mener à bien son projet ».
(in L’organisation passe à l’action, Brochure institutionnelle, novembre 2002, Le FOREM, Département Communication et
marketing, p15)
199
Comme les CDA, les CRE sont des professionnels extrêmement bien outillés : ils disposent
d’outils spécifiques pour travailler l’entretien d’embauche, l’utilisation du téléphone,
l’approche du marché de l’emploi, la rédaction de lettres de motivation, de CV.
Ces trois groupes de spécialistes du « pôle particulier » de FOREM Conseil constituent les
collègues directs des CAP, les spécialistes auxquels ces généralistes de l’accompagnement
renvoient le plus souvent les demandeurs d’emploi.
Le tableau ci-dessous présente une ventilation des effectifs CAP, COP, CRE, CDA et de
l’effectif global de FOREM Conseil par directions régionales.
Charleroi
Huy
La Louvière
Liège
Mons
Mouscron
Namur
Nivelles
Tournai
Verviers
TOTAL
CAP
COP
CRE
CDA
TOTAL
Arlon
FOREM Conseil : répartition du personnel par directions régionales (ETP)
9,24
1,75
3,47
6,90
72,70
22,40
4,00
11,40
18,30
200,15
6,40
2,00
0,50
2,00
66,08
15,20
3,10
3,90
14,40
114,95
34,94
5,90
5,40
20,22
229,70
16,2
4,80
5,55
12,50
127,77
5,30
1,00
1,80
4,70
58,84
17,93
1,67
5,77
17,00
123,21
14,1
5,00
2,80
9,00
102,63
12,50
0,50
4,30
10,30
106,30
8,00
1,00
4,00
7,50
80,11
162,21
30,72
48,89
126,22
1282,44
(Source : FOREM conseil, GRH, situation en septembre 2002)
Dans la sous-région d’Arlon-Luxembourg, l’équipe des CAP se compose d’une dizaine
d’agents (9,24 ETP) ; à Liège, ils sont près de quarante (34,94 ETP), soit 21,5% de l’ensemble
des CAP de la Région wallonne. Notons enfin que les CAP représentent 12,6% de l’effectif de
FOREM Conseil ; avec les COP, CRE et CDA, ils représentent près de 30% de l’ensemble
des agents.
§ 1.2. Le contexte spatial du travail des CAP
Dans la sous-région de Liège, le service des CAP se caractérise par sa concentration
géographique dans la tour du Val Benoît, - ancienne tour des ingénieurs, avant que
l’Université de Liège (ULg) ne s’implante au Sart Tilman -, avec l’ensemble des services de
182
la Direction régionale liégeoise de FOREM Conseil .
Dans ce bâtiment de 12 étages, situé au Quai Banning n°4, l’équipe des CAP est répartie sur
les 3ème et 4ème niveaux. Deux « sous-équipes » évoluent sur deux espaces de travail
identiques comprenant chacun un grand plateau de travail de 15-20 bureaux individuels
entourés de dix alcôves en paravents pour les entretiens individuels, un espace d’accueil à
l’entrée qui donne sur une salle d’attente de 20 places, une salle de réunion, 4 bureaux
183
individuels réservés au CAPAS , un espace fumoir généralement équipé d’un frigo et d’une
machine à café. Ces deux « sous-équipes » sont encadrées par deux responsables (n+1), sous
la direction de la responsable du pôle (n+2) dont le bureau est situé au 11ème étage.
Dans cette direction régionale, comme dans la plupart des DR, l’ensemble des travailleurs de
FOREM Conseil sont logés à la même enseigne ; ils partagent les mêmes espaces de travail,
se croisent dans les ascenseurs, dans les couloirs, « bénéficient » d’horaires flexibles soumis à
182 Notons toutefois la présence à Seraing de services délocalisés de FOREM Conseil où travaillent quelques conseillers.
183 Les CAP Assistant(e)s sociaux(ales) qui assurent le « service social » du « pôle particulier » de FOREM Conseil. Nous
reviendrons sur leur rôle dans la division du travail au sein du service des CAP.
200
une seule et même pointeuse, vont manger à la même cantine au 2ème étage - la situation
géographique du site, légèrement décentrée, offrant peu d’alternative en matière de petite
restauration.
La DR de Liège possède une identité forte qui n’échappe pas à l’administration centrale, en
particulier à Monsieur Napoli, directeur général de FOREM Conseil, lorsque dans le cadre
d’une campagne de communication interne, - « grand-messe » dans le vocabulaire indigène -,
il vient motiver les troupes du Quai Banning. Il sait qu’il a affaire aux « fortes têtes » de cette
« grande famille » qu’est le FOREM et précise, à ce titre, qu’il ne faudrait pas que les « fortes
têtes » se transforment en « brebis galeuses » (Campagne de communication interne, FOREM
de Liège, décembre 2002). Cette forte conscience collective est liée à l’histoire de la Ville de
Liège, à son passé sidérurgique, à sa tradition syndicaliste, à sa position géographique aux
184
frontières de l’Allemagne et des Pays-Bas, à son taux de chômage particulièrement élevé .
Cette forte identité collective, liée à l’organisation sous-régionale de FOREM Conseil,
relativise ou atténue l’identité d’appartenance à un groupe professionnel : les CAP de Liège se
sentent avant tout appartenir à un service, parmi d’autres, d’une administration.
Dans la province de Luxembourg, le « Service des CAP » se caractérise, à l’inverse, par son
haut niveau de décentralisation. Le « service des CAP » est ainsi éclaté sur cinq sites : Arlon,
185
Libramont, Marche, Virton et Bastogne . Cette réalité correspond à une volonté de la
186
Direction Régionale du FOREM de répondre à la spécificité géographique de la province .
Elle est la plus étendue de Belgique, soit 14 % du territoire (et 25 % de la superficie de la
Région wallonne). Paradoxalement, elle connaît la densité de population la plus faible du
royaume avec seulement 2,4 % du total de la population belge (et 7,4 % de la population
187
188
wallonne) . Le taux de chômage est, ici, particulièrement bas .
A l’inverse d’autres Directions Régionales du FOREM, la particularité de celle d’Arlon est encore une fois liée à son
environnement provincial. De fait, le site même du chef-lieu n’est quantitativement et relativement guère plus important que
les 4 autres sites Services de l’Emploi en terme de flux et / ou de stock de demandeurs d’emploi. Le site Emploi le plus léger
en termes d’importance quantitative (celui de Virton) n’est que deux fois plus petit que le plus important de la Province (en
l’occurrence Arlon) : 440 jeunes PJ+ ont été ciblés en 2000 et 2001 dans la capitale gaumaise alors qu’ils sont 933 pour
Arlon.
(Extrait de « ventilation du Public cible », source : François Y.-M. (2002), Premier regard sur le Plan Jeunes + en
Luxembourg belge, FOREM, Direction Régionale d’Arlon.)
Sur Arlon, le « service des CAP » se trouve dans les bâtiments défraîchis de la Direction
Régionale (DR) du FOREM, un bâtiment de 5 étages situé au 8, rue du Général Molitor à
184 Le taux de chômage de la sous-région de Liège s’élève à 21,9%, contre 17,9% pour l’ensemble de la Région wallonne
(situation au 30/04/2005). Dans cette sous-région, on estime à 83.564 le nombre de demandeurs d’emplois inoccupés (DEI),
en moyenne annuelle pour 2004 (soit 32% du total régional). Notons enfin que le taux de chômage des jeunes (moins de 25
ans) s’élève à 34,1% à Liège, contre 30,2% pour l’ensemble de la Région wallonne (situation au 30/06/2002).
(Sources : IWEPS, Séries statistiques du marché du travail en Wallonie, avril 2005)
185 Rappelons que notre travail de terrain s’est opéré sur les 4 premiers sites, - l’unique « CAP » de Bastogne ayant préféré
ne pas participer à l’étude.
186 Comme l’évoque une « CAP » de Libramont en entretien : « Pour Charleroi (le siège central de l’administration), nous
sommes les deux DR avec Liège les moins appréciées car on se bat pour notre spécificité et elle n’est pas reconnue.
Expliquer à Charleroi que des DE ont 100 kilomètres à faire pour venir, c’est pas simple. Je suis d’accord pour une
standardisation, mais faut respecter les particularités ! »
187 FRANCOIS Y.-M. (2002), Premier regard sur le Plan Jeunes + en Luxembourg belge, FOREM, Direction Régionale
d’Arlon.
188 Le taux de chômage de la sous-région d’Arlon-Luxembourg est inférieur à 11% (10,9% au 30/04/2005). Dans cette sousrégion, on estime à 11.845 le nombre de demandeurs d’emplois inoccupés (DEI), en moyenne annuelle pour 2004 (soit 4,5%
du total régional). Notons enfin que le taux de chômage des jeunes (moins de 25 ans) est de 18% à Arlon, contre 30,2% pour
l’ensemble de la Région wallonne (situation au 30/06/2002).
(Sources : IWEPS, 2005)
201
189
Arlon, juste à côté du bâtiment de l’ONEM (au n° 8A de la même rue) . Au rez-de-chaussée
à côté de l’accueil, une « CAP » partage une large pièce avec deux « Conseillers en
Démarches Administratives (CDA) ». Disposant d’un mi-temps de « CAP » et d’un mi-temps
« EURES » (programme international du FOREM), elle est spécialisée dans les échanges
190
frontaliers . Au 3ème étage, deux autres « CAP » disposent d’un bureau relativement exigu.
La taille restreinte de la pièce nécessite des adaptations fréquentes dans l’organisation du
travail comme, par exemple, le fait que les entretiens individuels se réalisent souvent dans une
pièce voisine, à la demande du client. En plus de leurs bureaux à la rue Général Molitor, il
n’est pas rare que les CAP se rendent sur l’autre site d’Arlon, situé rue de la Meuse. Là, se
rassemblent l’ensemble des « CAP » de la province dans le cadre de réunions de service ou de
formations.
A Libramont, les « CAP » occupent le 1er étage d’un bâtiment situé au 37C, Grand Rue, audessus de l’« Espace Ressources Emploi ». A l’inverse des locaux vétustes d’Arlon, ceux-ci
ont été entièrement remis à neuf. Ici, tous les « CAP » sont rassemblés sur un plateau de
travail qu’ils partagent avec les « Conseillers en Démarches Administratives (CDA) ». A côté
de ce grand espace de travail, deux petites pièces servent de bureau pour la responsable des
« CAP » de la province et de pièce « polyvalente » utilisée par les « CAP » pour des
entretiens individuels ou par les « Conseillers en Recherche Emploi (CRE) » pour des
simulations vidéo d’entretiens d’embauche. Le plateau de travail est relié par un escalier à
191
l’« Espace Ressources Emploi (ERE) », situé au rez-de-chaussée. A côté de l’espace de
travail propre à l’ERE, une vaste pièce possède un double usage : soit comme lieu de travail
pour les groupes des « Tables de l’Emploi », soit comme lieu de réunion pour les « CAP » ou
pour l’ensemble des « Services aux Particuliers ».
Théoriquement, l’ensemble des services aux particuliers de Libramont devrait occuper ce site
mais en réalité, ils sont éparpillés dans la ville : l’ERE se trouve au 37, Grand Rue, le service
des « CAP » et des « CDA » au 37C de la même rue, le service d’orientation des particuliers
et le service d’analyse de marché sont au 17 de l’avenue Herbofin, la « Formation
Professionnelle (FP) » réside au 37 de la même rue, un bureau pour le SRP est situé au-dessus
du Carrefour Formation, rue de Bouillon. Si l’on compte encore le centre de formation
hôtelière qui se trouve au 38, rue de l’Ancienne Gare, on comprend que certains demandeurs
d’emploi aient du mal à s’y retrouver, et n’apprécient guère de se faire balader à travers la
ville à la recherche du « bon » guichet …
A Marche, le bureau des « CAP » est situé au 1er étage d’une vieille maison, au 15 rue du
Luxembourg. Ici aussi les bâtiments ont été remis à neuf, du moins en ce qui concerne
l’intérieur. Deux « CAP » partagent un espace confortable qui assure une certaine
confidentialité lors des entretiens individuels. Les demandeurs d’emplois sont accueillis par
une « Conseillère en Démarches Administratives (CDA) » au rez-de-chaussée.
A Virton, deux « CAP » occupent un bâtiment assez moderne. Une seule « Conseillère en
Démarches Administratives (CDA) » accueille les demandeurs d’emploi (il s’agit également
du lieu de l’inscription au FOREM pour Virton) et les oriente, si nécessaire, vers les « CAP ».
Lorsqu’elle est absente, les « CAP » doivent assurer les tâches multiples de la CDA : accueil
des usagers, suivi de dossier, envoi de courrier, affichage des offres de formation. Le bâtiment
compte de nombreuses pièces, permettant à chaque agent d’avoir son bureau. Le bâtiment
compte également une large salle de réunion servant pour les informations collectives
189 Pour certains demandeurs d’emploi, cette proximité géographique avec l’ONEM entraîne une réelle confusion entre ces
deux administrations, pourtant bien distinctes depuis 1989.
190 Cette demande est relativement importante à Arlon par rapport aux autres sites. En effet, Arlon se situe à proximité de la
France et du Luxembourg et de nombreux demandeurs d’emploi tentent leur chance dans ces pays frontaliers.
191 L’ERE est un centre de documentation sur les métiers et secteurs d’activité, fonctionnant en libre accès, à destination des
individus en recherche d’emploi (demandeurs d’emploi, travailleurs, étudiants, ...).
202
données par les « CDA » à l’attention des demandeurs d’emploi, ou pour les formations du
FOREM données dans le cadre d’un partenariat entre une grosse entreprise de papeterie et le
T-Interim.
Notons que la centralisation des services de FOREM Conseil de la DR d’Arlon est
programmée pour l’année 2005 dans l’« Espace Didier », un bâtiment moderne situé dans le
centre de la ville d’Arlon (Place Didier).
SECTION 2. LICENCE ET MANDAT
Rappelons que pour Hughes, « on peut dire qu’un métier existe, lorsqu’un groupe de gens
s’est fait reconnaître la licence exclusive d’exercer certaines activités en échange d’argent,
de biens ou de services. Ceux qui disposent de cette licence, s’ils ont le sens de la solidarité et
de leur propre position, revendiqueront un mandat pour définir les comportements que
devraient adopter les autres personnes à l’égard de tout ce qui touche à leur travail. (…)
Licence et mandat constituent les manifestations premières de la division morale du travail,
c’est-à-dire des processus de répartition des différentes fonctions morales entre les membres
de la société, individus ou catégories d’individus » (Hughes, 1996 : 99-100).
Comme nous l’avons montré précédemment, les conventionnalistes se sont fort peu intéressés
à la professionnalisation des activités de travail des intermédiaires. Les travaux de Sophie
Divay (1996 & 2000), à cet égard, sont précieux dans la mesure où l’auteur, spécialisée dans
la sociologie des groupes professionnels, interroge précisément le devenir de ces groupes
émergents. Et si les questions qu’elle pose nous éclairent pour comprendre le sens de ces
activités de travail et, par là-même approcher le sens des politiques actives d’emploi, les
réponses qu’elle apporte nous paraissent insatisfaisantes. Rappelons que pour Divay, comme
d’ailleurs pour Caire et Kartchevsky (2000), le processus de professionnalisation est
« bloqué », - ce qui découragerait plus d’un chercheur à persister dans cette voie -,
principalement parce que ces travailleurs ne disposeraient d’aucune licence, d’aucun mandat,
ces principaux éléments de structuration d’une activité professionnelle. C’est ainsi que
Clasquin et al. (2000) décrètent un peu trop rapidement, nous semble-t-il, que les conditions
d’existence de la profession d’intermédiaire ne sont pas encore réunies.
Ce constat est étonnant : comment des intermédiaires de politiques publiques, chargés de
mettre en œuvre ces politiques, pourraient-ils manquer, d’une manière ou d’une autre,
d’autorisations légales pour exercer leur activité, alors même que cette activité se situe au
cœur de la loi, de ce droit en action, dont nous parle Lascoumes (1990 : 47). En clair, les
politiques d’emploi constituent indubitablement les principaux éléments de cette licence tant
recherchée… L’énoncé des politiques, qu’ils sont chargés de traduire en action sur autrui,
structurent les pratiques, stabilisent les espaces professionnels, légitiment les savoirs pratiques
et ésotériques.
Les conseillers en accompagnement professionnel (CAP) du FOREM émergent de mutations
organisationnelles, au sein de l’administration, causées par des transformations politiques
articulées à différents niveaux de pouvoir (régional, fédéral, européen, international). Leur
« appellation » (CAP) ne date que de 2002, lors du processus de « réallocation des
ressources », dernière « mise à jour » ou réorganisation substantielle de l’ensemble des
services du FOREM, encadrée par des consultants extérieurs en ressources humaines et en
communication. Rappelons, une fois encore, que c’est au contact de consultants privés, de
« conseillers », que l’« entité 1 » du FOREM est devenue « FOREM Conseil ». Avant 2002,
les CAP s’appelaient « conseillers particuliers », depuis l’audit Andersen (1997). Notons que
ce terme n’a pas été abandonné, mais transformé en catégorie générique : il désigne
aujourd’hui l’ensemble des conseillers du « pôle particulier » de FOREM Conseil (CAP,
20