Télécharger le mémoire

Télécharger le mémoire
THÈSE
pour l’obtention du grade de
DOCTEUR de l’UNIVERSITÉ de CAEN
spécialité : informatique
Conception et exploitation d’une base de métadonnées
de traitements informatiques, représentation
opérationnelle des connaissances d’expert
Application au domaine géographique
par
Yann Abd-el-Kader
soutenue le 3 juillet 2006
Jury :
Rapporteurs
:
Examinatrice
Directrice de thèse
Encadrante IGN
:
:
:
Jérôme
Michel
Chantal
Marinette
Bénédicte
Euzenat
Mainguenaud
Reynaud
Revenu
Bucher
Remerciements
L’aventure de la thèse s’achève. Au-delà de la satisfaction du travail réalisé, je garderai un
excellent souvenir des trois années passées au laboratoire Cogit. Je voudrais ici exprimer ma
reconnaissance envers les personnes qui m’ont aidé et soutenu durant cette période.
Je souhaite tout d’abord remercier Bénédicte Bucher qui m’a encadré avec patience durant
ces trois ans, Marinette Revenu qui a assumé le rôle de directrice de thèse, et Anne Ruas qui
m’a accueilli au sein du laboratoire Cogit qu’elle dirige. Leurs conseils m’ont été bien utiles,
notamment pour la rédaction du mémoire. Plus généralement, leur soutien m’a permis de mener
ma thèse dans de bonnes conditions et avec un degré de liberté précieux.
Je remercie également Jérôme Euzenat, Michel Mainguenaud et Chantal Reynaud pour avoir
accepté de faire partie de mon jury de thèse. J’ai recueilli leurs remarques et leurs critiques avec
intérêt.
Parmi les personnes qui m’ont aidé, je tiens à remercier tout particulièrement Antoine Isaac
et Raphaël Troncy, experts du Web sémantique. Leurs conseils éclairés sur les principes de
représentation des connaissances et sur les subtilités du langage OWL m’ont été éminemment
utiles.
Je remercie aussi Christiane Muller, pour sa relecture de mon mémoire, et Nicolas Sabouret,
pour avoir bien voulu me fait part, dès la première année, de ses appréciations indulgentes. Cela
a été un encouragement important, à un moment où le chemin à parcourir est encore long.
Préparer une thèse est effectivement une tâche de longue haleine. Je me prends presque à
regretter qu’elle soit maintenant achevée, car le laboratoire Cogit aura vraiment été un lieu de
travail très agréable. Je tiens à remercier pour cela les différents collègues croisés au cours de
ces trois années ; je m’excuse de ne pouvoir les citer tous ici. Je mentionnerai toutefois Benoı̂t
Poupeau, Élisabeth Chesneau, Éric Grosso et Nathalie Abadie qui ont partagé successivement
mon bureau, ainsi qu’Olivier Bonin dont j’ai apprécié la grande science informatique et le regard
toujours aiguisé sur le monde de la recherche. Plus largement au sein de l’IGN, j’ai été très
heureux de pouvoir discuter avec des personnes aussi nécessaires qu’Olivier Delbeke et Vincent
Beauce.
Je voudrais pour finir spécialement remercier les personnes à qui je dois d’avoir pu réaliser
cette thèse : les professeurs qui ont contribué à me former au cours de ma scolarité, la communauté des développeurs qui participent au partage libre des connaissances sur Internet, et enfin
mes parents qui m’ont encouragé sur la voie des études.
ii
Table des matières
Introduction
Contexte et objectifs de la thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Organisation de la thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1 Les besoins d’informations sur les traitements
1.1 L’information géographique à l’IGN . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.1.1 L’information géographique et les missions de l’IGN . . . . .
1.1.2 Cycle de vie de l’information géographique à l’IGN . . . . . .
1.2 Quelles ressources décrire ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.2.1 La notion de traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.2.2 Les traitements informatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.2.3 Les traitements informatiques géographiques . . . . . . . . .
1.2.4 Les traitements informatiques géographiques à l’IGN . . . . .
1.3 Quels besoins ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.3.1 Les utilisateurs et les développeurs . . . . . . . . . . . . . . .
1.3.2 Rechercher les traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.3.3 Connaı̂tre les traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.3.4 Utiliser les traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.3.5 Accéder aux connaissances de l’expert . . . . . . . . . . . . .
1.3.6 Recevoir l’aide de l’expert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.4 Quelles réponses ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.4.1 Les métadonnées, pourquoi ? . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.4.2 La nécessité d’un modèle de métadonnées . . . . . . . . . . .
1.4.3 Système d’Information ou Système à Base de Connaissance ?
1.4.4 L’acquisition et la consultation des métadonnées . . . . . . .
1.4.5 Définition des objectifs à atteindre . . . . . . . . . . . . . . .
1.5 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1
1
3
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
5
5
5
6
8
8
8
10
17
18
18
20
20
21
26
34
34
34
35
37
38
38
42
2 Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements . . . . . . . . . . . . . . . .
2.1.1 Les producteurs de modèles de métadonnées . . . . . . . . . . . . .
2.1.2 Métadonnées des traitements informatiques . . . . . . . . . . . . .
2.1.3 Métadonnées des traitements informatiques géographiques . . . . .
2.1.4 Métadonnées des traitements informatiques géographiques à l’IGN
2.1.5 Modèles et langages de description de connaissances générales . . .
2.1.6 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.2 À propos des choix de modélisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.2.1 Comment notre modèle a-t-il été élaboré ? . . . . . . . . . . . . . .
2.2.2 Notre modèle de métadonnées est-il orienté objet ? . . . . . . . . .
2.2.3 Réifier les familles de traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.3 Définition de notre modèle conceptuel de métadonnées . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
43
43
43
47
69
77
82
88
92
92
93
94
96
iii
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
iv
TABLE DES MATIÈRES
2.4
2.3.1 Les traitements à décrire . . . . . . . . . .
2.3.2 Identification d’un traitement . . . . . . . .
2.3.3 Décrire ce que fait un traitement . . . . . .
2.3.4 Décrire comment fonctionne un traitement
2.3.5 Décrire comment utiliser un traitement . .
2.3.6 Évaluation d’un traitement . . . . . . . . .
2.3.7 Classes complémentaires . . . . . . . . . . .
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
3 Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
3.1 Le raisonnement de l’expert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.1.1 Le besoin de raisonner sur les métadonnées des traitements . . . . . .
3.1.2 Exemples de raisonnements de l’expert . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.1.3 Quelques travaux relatifs aux systèmes adaptatifs . . . . . . . . . . . .
3.2 Ontologies et règles, réceptacles des connaissances pour le raisonnement . . .
3.2.1 Les ontologies en représentation des connaissances . . . . . . . . . . .
3.2.2 Les langages de règles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.2.3 Validité, complétude, consistance et décidabilité . . . . . . . . . . . .
3.3 Proposition pour raisonner sur les métadonnées des traitements . . . . . . . .
3.3.1 Scénario d’une adaptation de mode d’emploi au contexte d’utilisation
3.3.2 Quatre types d’adaptation des modes d’emploi . . . . . . . . . . . . .
3.3.3 Contexte de l’utilisateur et contexte requis par le traitement . . . . .
3.3.4 Règles de l’expert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4 Implémentation du modèle de métadonnées
4.1 Le choix de langages documentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.1.1 Les langages à balises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.1.2 Les bases de données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.1.3 Les structures de données des langages de programmation . . .
4.1.4 Conclusion : le choix XML/XML Schema . . . . . . . . . . . .
4.2 Le choix de langages de représentation des connaissances . . . . . . . .
4.2.1 Quelques mots sur le Web sémantique . . . . . . . . . . . . . .
4.2.2 Langages pour exprimer des assertions et définir des ontologies
4.2.3 Langages de règles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.2.4 Conclusion : le choix RDF/OWL/SWRL . . . . . . . . . . . .
4.3 Discussion : pourquoi une architecture duale SI/SBC plutôt qu’un seul
4.4 Implémentation de la base de métadonnées – aspect “SI” . . . . . . .
4.4.1 Principes et aperçu général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.2 Identification d’un traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.3 Décrire ce que fait un traitement . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.4 Décrire comment fonctionne un traitement . . . . . . . . . . .
4.4.5 Décrire comment utiliser un traitement . . . . . . . . . . . . .
4.4.6 Évaluation d’un traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.7 Décrire les familles de traitement . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.8 Décrire les règles de l’expert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.5 Implémentation de la base de métadonnées – aspect “SBC” . . . . . .
4.5.1 Ontologie OWL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.5.2 Assertions RDF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.5.3 Règles SWRL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.6 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
SBC ?
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
96
100
101
107
108
110
112
115
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
117
117
117
120
126
127
127
132
134
137
137
137
139
140
141
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
143
143
144
149
150
151
151
151
153
155
157
158
160
160
162
162
166
167
169
169
171
172
172
173
173
177
TABLE DES MATIÈRES
v
5 L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
5.1 Architecture de l’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.2 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SI” . . . . . . . . . . . . .
5.2.1 Choix d’implémentation – aspect “SI” . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.2.2 Navigation et recherche dans la base de métadonnées . . . . . . . . .
5.2.3 Visualisation des descriptions de traitements . . . . . . . . . . . . .
5.2.4 Visualisation des descriptions de modes d’emploi . . . . . . . . . . .
5.2.5 Gestion des relations d’héritage dans la partie “SI” de l’application .
5.2.6 Validation et contrôle d’intégrité dans la partie “SI” de l’application
5.3 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SBC” . . . . . . . . . . .
5.3.1 Choix d’implémentation – aspect “SBC” . . . . . . . . . . . . . . . .
5.3.2 Simulation du raisonnement ER 1 – Recherche de traitements . . . .
5.3.3 Simulation du raisonnement ER 2 suite – Classification de problème
5.3.4 Simulation du raisonnement ER 3 – Adaptation de mode d’emploi .
5.3.5 Enrichissement de la base de métadonnées . . . . . . . . . . . . . . .
5.4 Discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.5 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6 Acquisition des métadonnées
6.1 Saisie manuelle des métadonnées . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.1.1 Saisie de description de traitement . . . . . . . . . . . . .
6.1.2 Saisie d’une règle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.1.3 Obstacles à l’acquisition . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.2 Acquisition (semi-)automatique des métadonnées . . . . . . . . .
6.2.1 Développement d’un doclet . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.2.2 Récupération et intégration de documentations existantes
6.2.3 Autres pistes non encore mises en œuvre . . . . . . . . . .
6.2.4 Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.3 Évolution future de la base de métadonnées . . . . . . . . . . . .
6.3.1 Évolution de l’ensemble des descriptions de traitements .
6.3.2 Évolution des ontologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.4 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
179
179
180
180
181
184
186
188
189
191
191
193
198
198
207
208
211
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
213
213
213
217
218
219
219
221
221
221
222
222
223
224
Conclusion
225
Annexes
Annexe
Annexe
Annexe
Annexe
Annexe
229
229
231
232
241
241
A
B
C
D
E
Bibliographie
Diagrammes de classes ISO 19107 et ISO 19115 . . .
Les questionnaires diffusés . . . . . . . . . . . . . . .
Codes de l’application . . . . . . . . . . . . . . . . .
Logiciels, programmes et librairies utilisés . . . . . .
Laboratoires de recherche et services de production à
. . . .
. . . .
. . . .
. . . .
l’IGN
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
242
vi
TABLE DES MATIÈRES
Table des figures
1.1
1.2
1.3
1.4
1.5
1.7
1.8
1.9
1.10
1.11
1.12
1.13
La construction de BDPays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Réduction et généralisation de cartes du 1 :25 000 au 1 :100 000 . . . . . . . . . .
Appariement de bases de données géographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Types de données vecteur et raster . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ER 1 : Recherche de traitements – mise en correspondance entre requête utilisateur et description de traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ER 3 : Adaptation de mode d’emploi – mise en correspondance entre contexte
utilisateur et contexte de traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Aide de Geoconcept 5.0 – Calage Helmert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Aide de Geoconcept 5.0 – Saisie par tablette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Connaissances requises pour le développement d’un visualisateur de MNT . . . .
Données, informations et connaissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Connaissances tacites et connaissances explicites . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Interface graphique d’Arcview 3.1 – vues cartographique et tabulaire des données
Application d’accès au métadonnées des traitements – principaux cas d’utilisation
2.1
2.2
2.3
2.4
2.5
2.6
2.7
2.8
2.9
2.10
2.11
2.12
2.13
2.14
2.15
2.16
2.17
2.18
2.19
2.20
2.21
2.22
2.23
2.24
2.25
Visualisation des propriétés des fichiers sous Windows . . . . . . . . . . . . . . .
Architecture Tâche-Méthode-Outil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Architecture des services Web . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Structures de données “noyau” d’UDDI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Niveau supérieur de l’ontologie OWL-S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Description OWL-S d’un service Web d’achat de livre . . . . . . . . . . . . . . .
Description du ProcessModel OWL-S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Trois niveaux de description des services Web selon ISO 19119 . . . . . . . . . .
Les classes principales ISO 19119 pour la description d’un service . . . . . . . . .
ISO 19115 – Description des traitements, indice de la qualité des données . . . .
Exemple de besoin impliquant la coordination de deux traitements géographiques
Modèle de métadonnées des traitements de généralisation proposé par P. Michaux
Le “quoi” et le “comment” de l’information géographique . . . . . . . . . . . . .
Visualisation avec Amaya 9.2.1 du code 2.2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Aperçu général de LOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Restriction de l’ensemble des valeurs possibles pour la propriété type donnée . . .
Restriction de l’ensemble des valeurs possibles pour la propriété appartient . . . .
Classes principales du modèle de métadonnées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Identification d’un traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fonction – description de ce que fait le traitement . . . . . . . . . . . . . . . . .
Données – description des entrées, sorties et paramètres . . . . . . . . . . . . . .
Fonctionnement d’un traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Mode d’emploi d’un traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
IHM d’un Logiciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
IHM d’un Logiciel (modélisation pour la programmation orienté objet . . . . . .
1.6
vii
6
7
7
16
20
21
22
23
26
27
30
31
39
48
58
60
63
64
65
66
70
70
73
74
80
81
85
87
95
95
96
100
101
103
108
109
111
111
viii
TABLE DES FIGURES
2.26 Évaluation d’un traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
2.27 Famille de traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
2.28 Classes annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
3.1
3.2
3.3
3.4
3.5
3.6
Visualisation des concepts de ER 2 suite avec Protégé 3.1 . . . . . .
Différentes acceptations du terme “ontologie” . . . . . . . . . . . . .
Diagramme de séquence UML pour l’adaptation d’un mode d’emploi
Les types d’adaptation des modes d’empoi . . . . . . . . . . . . . . .
Contexte de l’utilisateur et contexte requis par le traitement . . . . .
Règle d’adaptation de mode d’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.1
4.2
4.3
Exemple de Topic Maps pour la description de traitements . . . . . . . . . . . . 147
The Semantic Web “layer cake” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
Correspondances SI/SBC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
5.1
5.2
5.3
5.4
5.5
5.6
5.7
5.8
5.9
5.10
5.11
5.12
5.13
5.14
5.15
5.16
5.17
Architecure de l’application d’accès aux métadonnées . . . . . . . . . . . . . . .
Page d’accueil de l’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Visualisation de la liste des logiciels indexés dans la base de métadonnées . . .
Affichage de statistiques – Génération dynamique de camemberts JChart . . .
Description du programme Accordéon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Mode d’emploi “Visualisation MNT avec OpenGL” . . . . . . . . . . . . . . . .
Mode d’emploi de la FonctionLogiciel “calage Helmert” du SIG Géoconcept 5.0
Extrait d’une page de “Javadoc” classique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Formulaire d’expression de requêtes multi-critères . . . . . . . . . . . . . . . . .
Résultat ER 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Exemple ER 2 suite – définition de l’individu à classifier . . . . . . . . . . . . .
Description du logiciel FreeWRL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Formulaire de description du contexte de l’utilisateur . . . . . . . . . . . . . . .
Mode d’emploi de FreeWRL adapté au contexte de ER 3 . . . . . . . . . . . .
Opérations effectuées lors de l’appel du servlet SpecifContexteUtilisation . . . .
Classes et individus OWL du contexte de l’exemple ER 3 . . . . . . . . . . . .
Classification des fonctionnalités de détection de carrefours . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
180
182
182
183
185
186
187
187
193
197
198
199
200
200
202
205
208
6.1
6.2
6.3
6.4
6.5
6.6
6.7
6.8
Sélection d’une fonctionnalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Sélection d’un échantillon de la base de métadonnées . . . . . .
Enregistrement d’un échantillon de données au format shape . .
Saisie de la description d’une entrée . . . . . . . . . . . . . . .
Saisie de la description d’une propriété . . . . . . . . . . . . . .
Saisie d’une règle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Saisie d’une expression en notation de type DOM avec Eclipse .
Analyse automatique de code Java . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
214
215
215
216
216
217
217
220
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
122
128
137
138
139
140
A.1 ISO 19107 Geometry basic classes with specialization relations . . . . . . . . . . 229
A.2 ISO 19115 Metadata entity set information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230
Table des extraits de code
2.1
2.2
2.3
2.4
2.5
xml
soap
xml
xml
mml
– Description générée par JavInspector pour la classe GM Point . . . . .
– Exemple de requête et de réponse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
– Extrait d’une description de service WMS offrant des cartes de l’ozone
– Expression d’une condition dans le modèle de Lemmens et de By . . .
– Formule pour le calcul du nombre de points d’inflexion d’une ligne . .
.
.
.
.
.
55
61
72
76
84
4.1
4.2
4.3
4.4
4.5
4.6
4.7
4.8
4.9
4.10
4.11
4.12
4.13
4.14
4.15
4.16
4.17
4.18
4.19
4.20
4.21
4.22
4.23
xtm
rdf
cor
xsd
xml
xml
xml
xml
xml
xsd
xml
xsd
xsd
xml
xml
xml
xml
xsd
xml
owl
owl
rdf
swrl
– Exemple de Topic Maps pour la description de traitements .
– Exemple d’assertion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
– Exemple de règle exprimée avec le langage Corese . . . . . .
– Type simple mdt idType . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
– Aperçu général de la base de métadonnées . . . . . . . . . .
– Identitication du programme Accordéon . . . . . . . . . . .
– Fonction du programme Accordéon 1/2 . . . . . . . . . . . .
– Fonction du programme Accordéon 2/2 . . . . . . . . . . . .
– Type de donnée ligne vecteur et propriété sinuosité . . . . .
– Type complexe traitementType . . . . . . . . . . . . . . . . .
– Fonctionnement du programme Accordéon . . . . . . . . . .
– Dérivation par extension du type complexe traitementType .
– Importation du schéma MathML2 . . . . . . . . . . . . . . .
– Extrait de description comportant une expression MathML2
– Mode d’emploi pour créer un client de service Web . . . . .
– Évaluation du programme Accordéon . . . . . . . . . . . . .
– Famille de logiciels : les SIG . . . . . . . . . . . . . . . . . .
– Type complexe règleType . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
– Règle sur l’absence de topologie des données SHP . . . . . .
– Définition du concept SIG dans notre base de connaissances
– Restriction de propriété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
– Description du logiciel FreeWRL . . . . . . . . . . . . . . .
– Règle pour déduire le lieu de développement d’un traitement
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
147
153
158
160
161
162
163
164
165
166
166
167
168
168
169
170
170
171
172
173
174
174
176
5.1
5.2
5.3
5.4
5.5
5.6
5.7
5.8
5.9
5.10
5.11
5.12
xsd – Contrainte d’unicité des identifiants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
xsd – Contrainte d’existence des identifiants référencés . . . . . . . . . . . . . .
xsl – Vérification de la contrainte d’unicité des identifiants . . . . . . . . . . .
xsl – Vérification de la contrainte d’existence des identifiants référencés . . . .
serql – Requête ER 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
owl – Base de connaissances ER 1 avant inférences (partie terminologique) . .
rdf – Base de connaissances ER 1 avant inférences (partie assertionnelle) . . .
xsl – Construction du formulaire de saisie “pertinent” (genXML askCTX.xsl)
xml – Contexte de l’exemple ER 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
xml – Règle pour la détection du problème de RAM insuffisante . . . . . . . .
swrl – Règle pour la détection du problème de RAM insuffisante . . . . . . . .
xsl – Règle pour la détection du problème de RAM insuffisante . . . . . . . . .
189
189
190
190
193
194
195
202
203
204
206
207
ix
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
x
TABLE DES EXTRAITS DE CODE
A.1 xsd
A.2 xml
A.3 xml
A.4 xsl
A.5 xml
A.6 xml
A.7 rdf
A.8 owl
A.9 java
A.10 java
A.11 java
A.12 java
A.13 Java
A.14 java
– Le type des entrées en fonction de la valeur de la propriété “modifiable”
– Règle pour l’adaptation des format des entrées . . . . . . . . . . . . . . .
– Règle “menu calage Helmert inaccessible” . . . . . . . . . . . . . . . . .
– Génération d’index de la hiérarchie de modes d’emplois . . . . . . . . . .
– Descriptions initiales des modes d’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . .
– Index généré de la hiérarchie de modes d’emplois . . . . . . . . . . . . .
– Base de connaissances ER 1 avant inférences (notation arborescente) . .
– Transitivé de la propriété appartientLieuDeDev . . . . . . . . . . . . . . .
– Doclet pour la génération de métadonnées XML . . . . . . . . . . . . . .
– Classe Handle MDT utilisée par le doclet Doclet MDT . . . . . . . . . .
– Analyse de code et liens avec les ressources indexées . . . . . . . . . . . .
– Génération du Javascript remplissant le formulaire de saisie . . . . . . . .
– Exécution de requête SeRQL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
– Classification de problème avec Jena 2.2 (utilisé pour ER2 suite) . . . . .
232
233
233
234
235
235
236
236
237
237
238
239
240
240
Liste des tableaux
1.1
1.2
1.3
1.4
1.5
1.6
1.7
1.8
1.9
Classification “5A” des fonctionnalités des SIG . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Classification “5A” des fonctionnalités des SIG – détail de la catégorie “Analyser”
Parallèle entre les SGBD relationnels classiques et les SGBD spatiaux . . . . . .
Classification des opérations spatiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Comparaison des SIG et des logiciels de CAO/DAO . . . . . . . . . . . . . . . .
Une classification des connaissances (Korczak) . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Une classification des connaissances (Kayser) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Une classification des connaissances “imparfaites” . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Connaissances requises pour la compréhension de l’interface du SIG Arcview 3.1
11
11
13
13
14
28
28
29
32
2.1
2.2
2.3
2.4
2.5
2.6
2.7
2.8
2.9
2.10
2.11
2.12
2.13
2.14
2.15
2.16
2.17
2.18
Quelques-unes des informations disponibles avec les tables NTFS . . . . . . . . .
Mots-clés utilisés par l’outil de génération de documentation Javadoc . . . . . . .
Signature de méthode : une description parfois insuffisante . . . . . . . . . . . . .
Service Profile – Informations générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Service Profile – Description “fonctionnelle” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Constructeurs de contrôle OWL-S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Exemple de description OWL-S Process : généralisation d’un groupe de bâtiments
Ontologie pour les ressources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Description d’un service Web géographique selon les points de vue ISO/IEC 10746
Représentation MMM des services . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Modèle de métadonnées de traitements géographiques proposé par [LdB02] . . .
Éléments de description de code proposés par un groupe de travail de l’ICA . . .
Pages d’aide et interfaces des SIG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Modèle OEEPE de description d’algorithmes de généralisation utilisé au COGIT
Les quinze éléments du Dublin Core . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Quelques classes et propriétés FOAF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les modèles MASK . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tableau comparatif de quelques éléments de l’état de l’art et du modèle attendu
47
51
53
64
65
66
67
67
71
75
76
77
78
79
82
83
86
91
3.1
3.2
Formalisation de type “graphe conceptuel” de l’exemple ER 1 . . . . . . . . . . . 131
Les modes de trois types de logiques modales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
4.1
Différents modèles de SGBD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
5.1
5.2
Propriétés RDFS/OWL et règles SWRL utilisées pour ER 1 . . . . . . . . . . . . 196
Adaptation du mode d’emploi d’un traitement au pas à pas . . . . . . . . . . . . 201
6.1
Informations dont l’obtention peut ou pourrait être automatisée . . . . . . . . . . 222
A.1 Logiciels, programmes et librairies utilisées
xi
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
xii
LISTE DES TABLEAUX
Introduction
Contexte et objectifs de la thèse
Aujourd’hui, beaucoup d’organisations utilisent et développent des traitements informatiques
dans le cadre de leurs activités. Elles cherchent à faciliter en leur sein le partage de ces traitements informatiques, mais aussi – c’est plus délicat – le partage des connaissances sur lesdits traitements. À l’Institut Géographique National (IGN), où s’est durant trois ans déroulée
notre thèse, les développeurs et les utilisateurs des traitements informatiques ont besoin d’aide
pour rechercher, connaı̂tre et partager les bibliothèques de fonctions, logiciels, plug-in, programmes isolés et algorithmes disponibles. Ces traitements dessinent les cartes, analysent les
photos aériennes et exploitent les bases de données. Certains besoins, tels le traitement d’image,
la généralisation cartographique1 ou l’appariement2 de base de données, sont spécifiques. Ils ne
peuvent être satisfaits par les logiciels commerciaux standards du domaine, les Système d’Information Géographiques (SIG). C’est pourquoi les équipes de production et les laboratoires de
recherche de l’IGN conçoivent et implémentent leurs propres traitements, associés ou non aux
SIG existants. Il est nécessaire de décrire ces traitements, de recueillir les savoir-faire des experts
et de les rendre accessibles aux novices.
Les réponses aux questions “Que font les traitements ? Comment fonctionnent-ils ? Comment les utiliser ? En existe-t-il d’adaptés à un besoin donné ?” sont souvent difficiles à trouver
dans les documentations existantes. La dispersion et l’hétérogénéité des formats de ces dernières
rendent, en l’état, impossible la construction d’un système d’information unifié. Le niveau de
détail n’est, de plus, pas toujours à la hauteur souhaitée par l’utilisateur. Surtout, les documentations existantes sont en général statiques : elles ne peuvent fournir des modes d’emploi
adaptés aux contextes d’utilisation particuliers (caractéristiques des données, environnement,
connaissances de l’utilisateur).
Dans ce mémoire, nous soutenons la thèse qu’une réponse aux besoins d’informations sur les
traitements informatiques peut être fournie par un système basé sur l’association de métadonnées
structurées à des connaissances d’expert représentées de façon opérationnelle.
Nous contribuons à la résolution du problème de la description des traitements de plusieurs
façons. L’analyse des besoins que nous effectuons permet d’identifier les différents types de traitements de notre contexte et de cerner les connaissances tacites ou explicites que possède l’expert
mais qui manquent au novice. L’état de l’art des métadonnées des traitements que nous dressons ensuite, bien que partiel, permet d’obtenir un aperçu des forces et faiblesses des principales
documentations existantes ainsi que des caractéristiques de quelques standards de descriptions
de traitements, notamment des services Web. Plusieurs modèles de métadonnées sont exclusive1
Il s’agit de simplifier la représentation des cartes lorsque l’échelle décroı̂t, sauvegardant ainsi leur lisibilité
pour l’œil humain à la perception limitée (cf. fig.1.2 p. 7).
2
L’appariement de données géographiques consiste à établir des correspondances entre différentes
représentations d’une même réalité du monde.
1
2
Introduction
ment dédiés à un type particulier de traitements. Ils ne répondent donc que partiellement à nos
attentes. Nous visons en effet une certaine généricité. Nous souhaitons, par exemple, décrire à
la fois les façons d’utiliser les interfaces utilisateur des logiciels, comment appeler les fonctions
des librairies dans des programmes, ou comment invoquer un service Web. Une autre spécificité
du modèle de métadonnées que nous souhaitons est d’être à la fois approprié à la spécificité des
traitements du domaine géographique (description fine des propriétés des données avant et après
traitements, illustrations) et propre au recueil des connaissances d’expert. Pour ces raisons, nous
sommes amenés à définir notre propre modèle de métadonnées.
Un aspect particulier et important de notre travail réside dans l’objectif de l’opérationnalisation des connaissances d’expert. Nous montrons que cet objectif est nécessaire : construire,
grâce à l’instanciation du modèle défini, une base de métadonnées, ne peut suffire à répondre
à toutes les requêtes des utilisateurs. En effet, les réponses à ces dernières ne peuvent être
toutes stockées à l’avance. Il faut pouvoir dériver de l’information à partir de celle explicitement
présente dans la base de métadonnées. C’est ce que sait faire l’expert, lorsqu’il met par exemple
en œuvre ses connaissances pour déterminer les instructions à suivre adaptées à un contexte
d’utilisation particulier. Par conséquent, les connaissances d’expert doivent être représentées au
moyen d’un langage doté d’une sémantique opérationnelle.
Ce constat nous mène à adopter une double approche : documentaire et orientée représentation
des connaissances. L’approche documentaire apparaı̂t nécessaire afin de contrôler la structure
et le contenu des métadonnées, conformément au modèle défini. Sa mise en œuvre se traduit
par la construction d’un Système d’information (SI). L’approche orientée représentation des
connaissances est complémentaire de l’approche documentaire. Les connaissances d’expert y
sont représentées de façon opérationnelle au sein d’un Système à Base de Connaissances (SBC).
Un SI peut, certes, également être doté de fonctionnalités exploitant les métadonnées. Mais les
connaissances mises en œuvre y sont figées dans des algorithmes, et leur application est restreinte à des cas particuliers. Au contraire, dans un SBC, les connaissances sont des ressources
exprimées de façon déclarative au moyen de langages dont les constructeurs sont associées à des
opérations permettant d’effectuer des inférences (on parle de sémantique opérationnelle).
Concernant le volet “représentation des connaissances” de notre travail, nous étudions les
principes, langages et outils du très actuel Web Sémantique. Nous le faisons pour deux raisons
principales. Premièrement, il nous faut décrire et organiser les concepts des domaines informatique et géographique. Or le Web sémantique fournit des langages de définition d’ontologies (au
sens de la représentation des connaissances). Deuxièmement, certains traitements géographiques
se présentent désormais sous la forme de services Web. Il ne semble d’ailleurs pas impossible
que cette tendance se généralise à l’avenir ; certains auteurs le pensent [GM97]. Or, les services
Web sont l’objet d’une attention particulière dans la communauté du Web sémantique. Le but
poursuivi est de permettre à des agents logiciels de découvrir, invoquer et interopérer avec ces
services Web. Bien que, comme nous l’avons dit, les services Web ne constituent qu’une partie
seulement des traitements à décrire, et que dans notre contexte l’invocation automatique ne soit
pas un objectif, les modèles de description du Web sémantique ne peuvent que nous intéresser.
Comme dans le Web sémantique dont nous sommes donc proches, deux voies distinctes
sont possibles. L’une consiste à produire des métadonnées destinées aux humains, l’autre des
métadonnées destinées aux machines3 . Dans notre contexte, les destinataires des métadonnées
sont avant tout des humains. Mais nous ne renonçons pas pour autant à l’objectif d’une opérationnalisation des connaissances. Ce dilemme reflète l’existence de deux branches du domaine
de la représentation des connaissances : concevoir des systèmes qui raisonnent ou des systèmes
qui aident à raisonner.
3
Ce que Caussanel et al. nomment respectivement “Web cognitivement sémantique” et “Web computationnellement sémantique” [CCZC02].
LISTE DES TABLEAUX
3
Notre thèse traite donc du problème de la représentation des connaissances ; elle traite
également dans une moindre mesure de celui de leur acquisition. Nous montrons comment notre
modèle de métadonnées favorise le recueil des connaissances d’expert, en particulier celles tacites
sous forme de règles.
Organisation du mémoire
Au chapitre 1, nous effectuons une analyse des besoins d’informations sur les traitements.
Nous tâchons de recenser les traitements à décrire et de cerner leurs spécificités. Nous tentons
d’identifier les types de connaissances relatives aux traitements. Nous spécifions les objectifs à
atteindre concernant le modèle de métadonnées et l’application proposée aux utilisateurs.
Au chapitre 2, nous dressons d’abord un état de l’art partiel des métadonnées des traitements
informatiques en général, des traitements informatiques géographiques plus précisément ensuite,
des traitements informatiques géographiques à l’IGN enfin. Ceci effectué, nous proposons notre
propre modèle conceptuel de métadonnées.
Au chapitre 3, nous nous intéressons aux raisonnements de l’expert à simuler. Nous détaillons
une sélection d’exemples significatifs de cas où ces raisonnements interviennent. Nous en déduisons
le niveau nécessaire d’expressivité des langages de représentations des connaissances à mettre en
œuvre. Nous achevons alors de définir notre modèle conceptuel de métadonnées en y introduisant
les nouveaux éléments, tels ceux utiles à la description du contexte de l’utilisateur, nécessaires
à l’adaptation des modes d’emploi.
Au chapitre 4, nous effectuons les choix relatifs à l’implémentation de la base de métadonnées.
Nous justifions le choix de l’architecture duale SI/SBC. Nous traitons les questions correspondant
aux aspects “SI” de notre application d’abord, aux aspects “SBC” ensuite. Nous choisissons donc
d’abord des langages pour construire des métadonnées structurées, conformes à notre modèle,
persistantes et rendant aisée le développement de l’application Web présentée à l’utilisateur.
Nous choisissons ensuite des langages de représentation des connaissances exploitables par des
moteurs d’inférence.
Au chapitre 5, nous présentons l’architecture générale de notre application qui permet à l’utilisateur de rechercher, consulter, créer et modifier les métadonnées. Nous en décrivons en détail
les aspects “SI” et “SBC”. Nous montrons ensuite comment nous mettons en œuvre quelques-uns
des exemples de raisonnement exposés au chapitre 3. Nous tentons enfin de cerner quelques-une
des limites de notre l’application.
Au chapitre 6, nous présentons les parties de notre application dédiées à l’acquisition des
métadonnées. Nous exposons la façon dont se déroule la saisie manuelle des métadonnées, puis
nous détaillons comment s’effectue la saisie semi-automatique. Au-delà des simples questions
relatives à l’interface de l’application, nous essayons de cerner les facteurs qui entravent l’acquisition des métadonnées. Cette réflexion est également un moyen d’évaluer l’adéquation de notre
modèle aux connaissances que les experts souhaitent exprimer.
4
LISTE DES TABLEAUX
Chapitre 1
Les besoins d’informations sur les
traitements
1.1
L’information géographique à l’IGN
Dans ce premier chapitre, nous précisons ce que recouvre pour nous la notion de traitement géographique. Nous présentons l’Institut Géographique National (IGN), cadre de notre
travail (section 1.1). Les activités de l’IGN nécessitent l’emploi de traitements informatiques
géographiques. Cela implique des besoins d’information. Notre but est d’y répondre. Section
1.2, nous exposons les différents types de traitements auxquels nous nous intéressons. Section
1.3, nous analysons les besoins d’informations concernant lesdits traitements. Nous esquissons
section 1.4 les principales lignes de notre contribution au problème. L’objectif d’un modèle de
métadonnées est justifié, celui d’une application suivant une approche relevant à la fois du domaine documentaire et de celui de la représentation des connaissances également.
1.1.1
L’information géographique et les missions de l’IGN
Denègre et Salgé [DS96] définissent l’information géographique comme un ensemble reliant :
– une information relative à un objet ou un phénomène du monde terrestre, décrit plus ou
moins complètement par sa nature, son aspect et ses attributs (p. ex. un bâtiment décrit
par sa hauteur, son nombre d’étages, sa fonction, etc.) ; cette description peut inclure
des relations avec d’autres objets ou phénomènes (p. ex. ce bâtiment appartient à telle
commune, etc.) ;
– et sa localisation sur la surface terrestre, décrite dans un système de référence explicite (p.
ex. système de coordonnées ou adresse postale).
À cette définition peut être ajoutée la composante temporelle : on précise alors que la localisation de l’information est valable à un moment donné.
L’information géographique est au cœur des activités de l’Institut Géographique National.
Le décret du 22 novembre 2004 indique en effet que la vocation de l’IGN est “de décrire, d’un
point de vue géométrique et physique, la surface du territoire national et l’occupation de son sol,
d’en faire toutes les représentations appropriées et de diffuser les informations correspondantes”
[Off04]. L’IGN a ainsi pour missions principales d’assurer la production, la mise à jour, l’édition
et la diffusion de données géographiques de référence en France. Cela suppose des capitaux
humain et financier conséquents : en 2003, l’IGN employait plus de 1700 salariés et possédait un
budget annuel d’environ 120 millions d’euros, financé à part égales par l’État et par les recettes
commerciales [IGN04].
5
6
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
Derrière ces chiffres une réalité intéresse plus particulièrement notre travail de recherche.
Il s’agit de ce que l’on pourrait appeler le capital intellectuel de l’IGN, à savoir la somme des
“connaissances métier” des salariés anciens ou actuels, leurs compétences, leur savoir-faire. Les
outils matériels et informatiques permettant d’acquérir, traiter et produire les photographies
aériennes, images satellites, BD vecteur, cartes papiers, etc. constituent eux le capital outil.
Le capital intellectuel se manifeste par la réalisation de capital outil non volatile. Depuis la
numérisation des données, il s’agit de traitements informatiques immatériels (au sens où leur
existence ne dépend pas du type de support) qui sont développés, même si les outils situés en bout
de chaı̂ne du cycle de vie de l’information géographique (acquisition et, pour l’instant encore,
restitution papier) restent nécessairement matériels : caméra numérique, scanner, imprimante
laser, etc.
Le capital intellectuel n’est pas tout entier contenu dans les outils qu’il a permis de réaliser ; il
réside également dans les connaissances sur ces outils. Les besoins nécessitant ces connaissances
existent ; ils sont même très importants. Pour y répondre, il faut disposer de métadonnées. Cette
problématique est le point de départ de notre travail de recherche.
Pour des organismes comme l’IGN, l’enjeu économique est de taille. Il concerne directement
l’amélioration de la productivité, notamment par gain de temps, et la garantie de pérennité
des traitements. L’existence de projets de “mémoire d’entreprise” dans plusieurs secteurs de
l’industrie en est une autre illustration.
Une présentation succincte des laboratoires de recherche et des services de production de
l’IGN se trouve en annexe E.
1.1.2
Cycle de vie de l’information géographique à l’IGN
Une illustration de la coordination des différents services de l’IGN est fournie par la figure
1.1. On y voit, à travers les étapes de la construction de la BD Pays, un exemple du cycle de
vie de l’information géographique à l’IGN et des types de traitements qui lui sont appliqués.
De l’acquisition à partir de photos aériennes ou de cartes scannées à la constitution de la
base de données topographique BD Pays au format vecteur, les processus mobilisent plusieurs
corps de métiers. Les géodésiens, géomètres et photogrammètres interviennent lors de la saisie
de l’information ; les cartographes et les géographes interviennent ensuite pour respectivement
représenter et analyser l’espace géographique [Rua99].
Fig. 1.1 – La construction de BD Pays (tiré de [Buc02])
1.1 L’information géographique à l’IGN
7
Beaucoup d’exemples de ce mémoire sont liés aux traitements de généralisation cartographique. Il s’agit d’un des principaux domaines de recherche du laboratoire COGIT, dans lequel
s’est déroulé notre thèse. La figure 1.2 montre en quoi consiste la généralisation cartographique,
comparée à la simple réduction : la simplification de l’information permet de sauvegarder la
lisibilité de la carte.
Fig. 1.2 – Réduction et généralisation de cartes du 1 : 25 000 au 1 : 100 000 (tiré de [Mus01])
Un autre exemple de traitements géographiques développé au laboratoire Cogit est celui des
traitements d’appariement de bases de données géographiques (figure 1.3). Il s’agit d’établir la
correspondance entre différents objets représentant la même réalité.
Fig. 1.3 – Appariement de bases de données géographiques (tiré de [She05])
8
1.2
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
Quelles ressources décrire ?
Deux types de ressources1 apparaissent figure 1.1 : les données géographiques et les traitements qui leur sont appliqués. Notre travail a pour but de décrire les traitements. Ils possèdent
deux caractéristiques saillantes. Ce sont des traitements informatiques, car les données manipulées sont numérisées. Ce sont des traitements géographiques, car les données manipulées sont
géographiques.
Dans cette section nous détaillons ce qu’il en est exactement de ces traitements. Les connaissances d’expert sont également des ressources à décrire ; mais comme elles dépendent des besoins
que l’on se propose de satisfaire nous nous y intéresserons section 1.3.
1.2.1
La notion de traitement
Avant de détailler les deux catégories de traitements mentionnées, définissons ce qu’on entend
exactement par “traitement”. Le terme mérite d’être précisé car il est communément employé
dans plusieurs sens à la fois. Par exemple, l’expression “traitement de lissage d’une route” peut
désigner indifféremment l’algorithme de lissage2 , le programme informatique qui l’implémente,
ou le lissage lui-même.
Traitement : Dans ce mémoire, par convention, un “traitement” est un outil qui permet la
transformation d’une information fournie en entrée et livrée en sortie. Comme nous choisissons de nous intéresser aux traitements informatiques, cette définition devrait s’appliquer aux ordinateurs dans leur ensemble. Nous considérerons en fait avant tout la partie
logicielle (software) de ceux-ci. Les descriptions concernant la partie matérielle (hardware)
n’interviendront que de façon marginale, lorsqu’elles seront susceptibles d’influer sur les
aspects logiciels.
Par facilité de langage, nous dirons d’un traitement qu’il réalise une fonctionnalité. Pour être
précis, puisque nous ne considérons que la partie logicielle de l’outil informatique, il faudrait
plutôt dire qu’un traitement spécifie la façon de réaliser une fonctionnalité. Cette spécification
peut être exprimée en langage informatique ou en pseudo-code.
Le point de vue qui vient d’être exposé exclu de notre objet d’étude une partie des instruments géographiques utilisés à l’IGN. Par exemple les scanners, les caméras numériques et les
imprimantes laser sont en effet principalement constitués par leur dispositif matériel. Nous ne
nous interdisons pas de les décrire, mais cela n’est pas notre objectif premier. On ne rencontrera ainsi pas de champs de description matérielle (poids et taille p. ex.) dans le modèle de
métadonnées que nous allons définir. En revanche la partie logicielle de ces instruments pourra
être décrite.
A priori, nous excluons également de notre étude les instruments non informatiques tels que
loupes, les règles graduées, les sextants, les stéréo-restituteurs, etc.
1.2.2
Les traitements informatiques
L’informatique est souvent définie comme la science du traitement automatique de l’information par les ordinateurs. Les processeurs de ces derniers exécutent ce que nous appelons de façon
1
Le terme “ressource” désigne dans ce mémoire tout ce qui peut se voir attribuer un identifiant. On retrouve
cette idée dans la notion d’URI (Uniform Resource Identifier) [BFIM98]. Une ressource peut donc être n’importe
quoi. Mais concrètement, dans notre contexte, si par exemple les programmes se verront attribuer un identifiant,
ce ne sera pas le cas de leur date de création.
2
Le lissage (“smoothing”) est un traitement de généralisation cartographique qui a pour but de donner un
aspect lisse aux objets à la géométrie linéaire auxquels il s’applique. Les virages peuvent être arrondis, par
exemple.
1.2 Quelles ressources décrire ?
9
générique les “traitements informatiques”. Il en existe plusieurs variétés. Les noms des plus courantes sont : programme, logiciel, application, script, macro, plug-in, add-on, fonction, procédure,
template, méthode, classe, composant, package, librairie, module, plateforme, framework, service
Web, opération, servlet, applet, etc. À cette liste nous ajoutons les algorithmes, suite d’instructions non interprétable en l’état par une machine, mais pouvant l’être après implémentation
dans un langage informatique. Les différents termes évoqués seront définis section 2.3 lors de la
présentation de notre modèle de métadonnées ; nous ne voulons ici que donner un aperçu des
ressources à décrire. Dans ce but, cherchons à caractériser les traitements. Beaucoup de points
de vue sont possibles. Nous n’en présentons ci-après que quelques uns.
Taille et complexité des traitements
Certains traitements informatiques sont élémentaires. C’est le cas des opérations arithmétiques ou logiques de base et des interactions simples avec les périphériques (afficher un pixel sur
le moniteur, lire ou écrire sur le disque, envoyer un flux d’octets sur un port, etc.). Par le passé,
développer ou utiliser des traitements informatiques nécessitait de programmer en assembleur et
donc de manipuler des fonctions de bas niveau. Ce n’est plus guère le cas aujourd’hui. Les langages de programmation “de haut niveau” fournissent des jeux d’instructions qui masquent les
caractéristiques liées au matériel. Les nouveaux paradigmes de programmation, procéduraux,
orientés objets, maintenant par composants et orientés aspects, tendent toujours plus à abstraire les traitements informatiques de la machine pour se rapprocher de la conception humaine
de l’activité de programmation. La complexité des traitements est de plus en plus masquée à
l’utilisateur. Par exemple, l’opération de jointure entre deux tables d’une base de données relationnelle peut être considérée, du point de vue de l’utilisateur, comme un traitement simple ;
le placement automatique des toponymes d’une carte ou le détramage3 comme des traitements
complexes.
La complexité est habituellement définie comme la fonction qui lie la taille des données
d’entrée avec le nombre moyen d’opérations élémentaires exécutées lors du traitement. La complexité peut alors être linéaire, logarithmique, polynomiale, exponentielle, factorielle, ... Cette
acceptation du terme complexité n’est pas forcément liée au nombre de lignes de code qui constituent le traitement. Le temps processeur d’exécution est un critère classique de complexité de
traitement, la quantité de mémoire nécessaire également. Avec l’avènement annoncé des services Web, d’autres critères devront peut-être être imaginés : le randonneur qui demande un
calcul d’itinéraire à son système de navigation embarqué sollicite potentiellement un nombre
insoupçonné de services Web (calcul de géopositionnement, requêtes à des bases de données
géographiques et thématiques, calcul de graphe, programme de cryptage pour l’authentification,
etc.).
Façon d’invoquer les traitements
Comme nous le verrons par la suite, les traitements s’adressent à des publics divers. Leur
utilisation requiert des niveaux d’expertise variables. En particulier, certains s’invoquent via des
interfaces graphiques ou des lignes de commandes (c’est le cas des logiciels) ; d’autres nécessitent
l’écriture de programmes (c’est en général le cas des librairies de fonctions).
Dépendance des traitements à des environnements de travail
Un traitement informatique donné ne peut s’utiliser dans n’importe quel contexte. Les obstacles sont nombreux. Il faut disposer d’un système d’exploitation adéquat, parfois en plus de
logiciels ou de librairies particuliers. Il faut aussi disposer de bons formats de données. Ces
3
Les images imprimées sur papier sont formées de petits points de couleur, que l’on nomme la trame. Pour
numériser une image provenant d’un journal, il faut demander au scanner de la détramer, c’est-à-dire de reconnaı̂tre
globalement ces points comme des zones de couleur.
10
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
restrictions induisent, de fait, autant de catégories de traitements.
Question de licences
Du point de vue du droit, les traitements peuvent être commerciaux, propriétaires, libres,
du domaine public, copyleft, open source, etc. Ces différents statuts – et d’autres, la liste n’est
pas exhaustive – sont décrits sur le site du projet GNU4 .
Diverses licences précisent les conditions d’utilisation d’un point de vue légal. Les plus
connues sont GPL (General Public License), LGPL (Lesser GPL), BSD (Berkeley Software
Distribution), MPL (Mozilla Public License), etc. Le critère essentiel qui les distingue concerne
la liberté plus ou moins grande d’intégrer les projets sous licence à des projets commerciaux
[ATI02].
1.2.3
Les traitements informatiques géographiques
Les traitements informatiques auxquels nous nous intéressons manipulent des données géographiques. Ils sont principalement réunis dans des Systèmes d’Information Géographique (SIG),
mais on peut également les trouver sous d’autres formes que nous allons répertorier. Nous incluons dans notre revue les logiciels de graphisme car ils sont utilisés, notamment, pour la cartographie ou la visualisation 3D de MNT. Ils ne peuvent néanmoins être qualifiés de géographiques,
puisqu’en général ils n’exploitent pas l’aspect localisé des données qu’ils manipulent5 .
Les différentes formes des traitements informatiques géographiques
Les différentes formes des traitements informatiques géographiques que nous considérons
sont : les SIG, les logiciels de graphisme, les libraires de programmes et de fonctions, les services
Web géographiques, et les algorithmes.
Les SIG
Un SIG est un ensemble informatique de matériels, de logiciels, et de processus conçus pour
permettre la collecte, la gestion, la manipulation, l’analyse, la modélisation et l’affichage de
données à référence spatiale [Ele04].
Historiquement, les SIG sont apparus après l’informatisation de la production cartographique, qui a commencé à la fin des années 60. Cette informatisation a donné lieu à l’avènement
d’une nouvelle technologie, nommée géomatique, définie comme l’ensemble des techniques de
traitement informatique des données géographiques[Fra94] et dont un des buts premiers était
l’automatisation de la cartographie.
Un SIG sert à répondre à cinq questions principales :
–
–
–
–
–
4
Où ?
Quoi ?
Comment ?
Quand ?
Et si ?
recherche d’objets selon leurs caractéristiques (données attributaires)
recherche de caractéristiques d’objets
comment sont spatialement répartis des objets
recherche de changements intervenus sur les données
définir en fonction de certaines hypothèses l’évolution du terrain, étude
d’impact.
http://www.gnu.org/philosophy/categories.fr.html (GNU est l’acronyme récursif de Gnu’s Not Unix).
Par exemple, la retouche d’une carte sous Photoshop ou la visualisation d’un fichier VRML ne contenant
que la forme d’un objet et non son géoréférencement ne correspondent pas à proprement parler à des traitements
géographiques (cf. définition de l’information géographique p. 5). Ainsi les spécifications des bases de données
de l’IGN distinguent le niveau géodésique (positionnement sur la Terre à partir des coordonnées), et le niveau
géométrique (localisation par des coordonnées) [IGN05].
5
1.2 Quelles ressources décrire ?
11
Voici
–
–
–
des exemples de ces questions :
“Où se trouvent les forêts d’Ile-de-France de plus de trente ans ?”
“Quelle est la surface totale des forêts d’Ile-de-France ?”
“Quel arrondissement de Paris est à égale distance du Bois de Vincennes, du Parc de la
Courneuve, et du Bois de Boulogne ?”
– “Quand les tramways ont-ils investi les boulevards des maréchaux ?”
– “Quel impact aurait l’interdiction de la circulation automobile dans Paris sur le temps
moyen de transport professionnel des franciliens ?”
Les fonctionnalités offertes par les SIG sont couramment regroupées en cinq catégories
nommées les “5 A” [DS96] (tab.1.1). La catégorie “Analyser” se décompose elle-même en plusieurs sous-catégories (tab.1.2).
Acquérir
Archiver
Abstraire
Analyser
Afficher
Consiste à alimenter le SIG en données : numérisation, restitution, analyse
spatiale, etc. Les fonctions d’acquisition consistent à entrer d’une part la forme
des objets géographiques et d’autre part leurs attributs et relations.
Ex. : digitalisation, jointure de cartes bord à bord, reformatage.
Consiste à transférer les données de l’espace de travail vers l’espace d’archivage
(disque dur).
Ex. : gestion, stockage, sécurité.
Revient à concevoir un modèle qui organise les données par composants
géométriques et par attributs descriptifs ainsi qu’à établir des relations entre
les objets.
Répondre aux requêtes de l’utilisateur et modifier les données.
voir tableau 1.2 pour le détail
Visualiser les données, percevoir les relations spatiales entre les objets, produire
des cartes de façon automatique.
Ex. : Zoom (échelle +/-), généralisation cartographique, superposition de
couches.
Tab. 1.1 – Classification “5A” des fonctionnalités des SIG
Analyse spatiale
Recherche
Analyse d’endroit
Analyse de terrain
(3D)
Distribution /
voisinage des objets
Mesure
Interpolation d’information manquante, analyse multi-variables,
obtention du centre d’un objet, analyse de la forme.
Par thème
Par région
Par type (BD)
Buffer, corridor, overlay, polygones de Thiessen
Pente, aspect, analyse d’écoulement des eaux,
calcul des zones de visibilité
Etendue (calcul d’aire)
Proximité (calcul de distance)
Calcul du plus proche voisin (calcul de graphe)
Tout ce qui peut caractériser un objet géographique : direction, distance,
aire, volume, poids, etc.
Tab. 1.2 – Classification “5A” des fonctionnalités des SIG – détail de la catégorie “Analyser”
du tableau 1.1
Il est possible de distinguer trois types de SIG [Val04] :
– Les SIG généralistes bureautiques ont pour vocation essentielle l’import de données externes et leur analyse pour donner des cartes à insérer dans des rapports ou des présentations. Ils permettent bien sûr la modification de données géométriques ou descriptives
mais ils ne disposent pas d’outils d’assurance qualité perfectionnés pour saisir des Bases
12
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
de Données complètes. Ils disposent d’outils de développement pour s’adapter à tout type
d’application.
– Les SIG généralistes de gestion disposent des mêmes capacités que les SIG bureautiques,
sont fréquemment moins conviviaux, mais disposent d’outils de modélisation beaucoup plus
puissants, qui vont imposer des contraintes à la saisie et donc assurer une certaine qualité
des données. Ces SIG vont également disposer de capacités client/serveur permettant à
plusieurs personnes en réseau de travailler sur la même base de données à partir de postes
informatiques distants. Ils disposent d’outils de développement pour s’adapter à tout type
d’application.
– Les SIG “métiers” sont, dès le départ, très spécialisés, destinés à des métiers particuliers.
Leur champ d’application est réduit mais ils sont souvent les seuls ou les meilleurs dans
leur domaine. Ce sont néanmoins des SIG car ils possèdent les fonctionnalités “5 A” qui
définissent les SIG.
Des librairies de programmes complémentaires peuvent être importées (les plug-in ou add-on)
ou développées dans les langages éventuellement propriétaires des SIG. Par exemple, le plug-in
CadReader permet d’importer des données DXF 6 dans le SIG Arcview .
Nous venons de décrire ce que font les SIG. Mais nous n’avons pas encore dit précisément
ce qu’ils sont, à quelle famille de traitements informatiques ils appartiennent, et en quoi leur
spécificité géographique les rend particuliers.
Comme les données géographiques sont stockées dans des bases de données, on peut être
tenté de dire que les SIG sont une sorte de SGBD. En effet les SGBD (Système de Gestion de
Base de Données) sont des logiciels qui permettent la gestion et l’accès à une base de données
(BD), une BD étant un ensemble structuré et organisé de données permettant le stockage de
grandes quantités d’informations afin d’en faciliter l’exploitation (ajout, mise à jour, interrogation)7 .
En fait, plusieurs types de systèmes sont à distinguer : les SGBD classiques, les SGBD
spatiaux, et les SIG.
Un SGBD spatial est un SGBD doté d’une extension spatiale. Il permet de répondre à une
requête telle que : “quelles sont les rues qui intersectent la rue de Hayeps ?”. Cette requête est
spécifique car elle demande un calcul où intervient un opérateur spatial (à moins, bien sûr, que
la BD interrogée contienne déjà les informations sur les intersections ; auquel cas les opérateurs
de l’algèbre relationnelle classique suffisent). Il existe en fait de nombreuses relations spatiales
implicites entre objets géographiques (cf. tab. 1.4). Il faut pouvoir les calculer. C’est ce que
font les SGBD spatiaux. Cependant un SGBD spatial n’est pas un SIG ; pour le devenir des
sur-couches logicielles doivent lui être adjointes afin de proposer les fonctionnalités “5 A”.
Le tableau comparatif 1.3 montre que les SGBD relationnels classiques et les SGBD spatiaux
se distinguent par le type d’objets manipulés, par les opérations qu’on leur applique lors des
requêtes, et par la façon dont on y accède. Les techniques d’indexation, notamment, diffèrent
car il est difficile de définir un critère d’ordre qui traduise la proximité spatiale [Sch02]. Ainsi
les index B-tree8 ne sont pas adaptés car leur mise en œuvre repose sur l’existence d’un ordre
6
Drawing eXchange Format, format d’échange pour logiciels de CAO / DAO créé par Autodesk pour son
logiciel Autocad.
7
Définitions d’après http://fr.wikipedia.org. On pourra néanmoins objecter que les SIG ne possèdent en
général pas toutes les fonctionnalités classiques des SGBD, par exemple les aspects partagés comprenant la gestion
des accès concurrents.
8
Une démonstration graphique du fonctionnement peut être trouvée sur http://slady.net/java/bt/.
1.2 Quelles ressources décrire ?
13
total sur le domaine de la clé (2 objets dont les clés d’accès sont proches dans l’espace des clés
sont proches en mémoire). C’est pourquoi les index spatiaux reposent sur d’autres types d’arbres
(R-tree, quad-tree).
Données
SGBD relationnel classique
entier, réel, texte
Prédicats et calculs
=, >, contient, ...
Manipulation
opérateurs d’algèbre relationnelle :
sélection, projection, jointure.
Fonctions : count, sum, ..
Liens entre objets
par jointures sur les clés
Méthodes d’accès
index B-tree, hachage
SGBD spatial
point, ligne, région
prédicats et calculs géométriques et
topologiques
manipulation mono ou inter-thèmes
relations spatiales (souvent) implicites
index R-tree, quad-tree, grid-file, ..
Tab. 1.3 – Parallèle entre les SGBD relationnels classiques et les SGBD spatiaux (d’après [ZY00], cité
par [Buc02] p. 28)
M. Scholl propose une classification des opérations spatiales en six catégories, combinaisons
du nombre d’arguments et du type de la sortie [Sch01] :
sortie
nb.arg.
1
2
booléen
test de l’existence d’une
propriété spatiale d’un objet
convexité
prédicats spatiaux
intersecte, contient, adjacent
scalaire
spatial
calcul de longueur
transformation
gique
calcul de distance
opérations ensemblistes
topolo-
Tab. 1.4 – Classification des opérations spatiales (d’après [Sch01])
Au laboratoire COGIT les bases de données vecteurs telles que la BD Topo9 sont stockées
dans un SGBD Oracle 910 . Il lui est adjoint l’extension “Spatial analyst”11 , qui permet d’utiliser
dans les requêtes des opérateurs spatiaux12 . La possibilité de stocker et d’interroger des BD
géographiques avec des opérateurs spatiaux ne constituent qu’une partie des fonctionnalités “5
A”, ce n’est donc pas suffisant pour prétendre disposer d’un SIG. Nous n’obtenons ce dernier
qu’en adjoignant une couche logicielle comprenant une interface graphique pour visualiser les
données. Nous avons alors un ensemble de programmes qui se rapproche des SIG que l’on peut
trouver dans le commerce.
Il existe différents types d’architectures parmi les SIG existants13 , variant selon le mode
de représentation et de gestion de l’aspect géométrique (dimensions, coordonnées) des données.
Scholl montre par exemple que tous les SIG ne couplent pas de la même façon données géométriques et données attributaires [Sch01]. Moyennant quelques nuances, on peut globalement considérer que les SIG sont des SGBD dotés d’une extension spatiale. La raison pour laquelle il peut
9
La BD TOPO, ou Base de Données Topographiques, contient la description métrique 3D du territoire et de
ses infrastructures.
10
Les aspects payant et contraignant d’Oracle ont motivé l’étude du passage pour le COGIT à un SGBD gratuit
et libre : PostgreSQL/PostGIS.
11
développée par ESRI.
12
SDO DISTANCE, SDO DISTANCE, SDO POINTONSURFACE, SDO CONVEXHULL, etc.
13
Selon R.Vallée, on en recense en 2004 plus d’une soixantaine sur le marché [Val04].
14
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
paraı̂tre abusif de qualifier les SIG de SGBD est qu’ils n’en possèdent en fait pas toutes les
fonctionnalités (par exemple la gestion des accès concurrents).
Les logiciels de graphisme
Les SIG permettent d’afficher les données géographiques. Ils comportent des fonctionnalités
plus ou moins sophistiquées de symbolisation, de placement des toponymes, de gestion des
contraintes graphiques, généralisation, etc. Néanmoins, pour la dernière étape de finition des
cartes géographiques avant impression, des logiciels de graphismes sont utilisés. On peut citer
Adobe Illustrator et Autocad Map, mais il en existe beaucoup d’autres. Ce ne sont pas des purs
logiciels de dessin car ils manipulent des données vecteurs. C’est pourquoi ils sont rangés sous
la catégorie CAO (Conception Assistée par Ordinateur) plutôt que DAO (Dessin Assisté par
Ordinateur).
L’évolution des SIG, qui est d’offrir toujours plus de fonctionnalités cartographiques, pourrait
un jour rendre inutile le passage à un logiciel de CAO. C’est en tout cas l’ambition affichée,
par exemple, par la société ESRI qui présentait en 2005 à la Conférence Internationale de
Cartographie la version 9 de son SIG Arcview.
En attendant la convergence possible entre SIG et logiciels de CAO, empruntons à J.Perice
le tableau synthétisant leurs différences [Per95].
description
\
type
logiciel
priorités
CAO/DAO
représentation
graphique
des
données,
fonctionnalités
de
dessin et de calculs techniques
SIG
organisation
informatique
et
structuration
géométrique
des
données,
fonctionnalités
de
gestion
et
d’analyse
volume
de
données
petit volume
gros volume
unité
de
travail
mode
de
représentation
des objets
plan,
carte
fixée au moment de leur
description une
seule façon de
visualiser
territoire
pas de lien entre
description
et
représentation
graphique.
plusieurs
possibilités
de
représentation
lien graphiques /
attributs
utilisation
des attributs
outil
modélisation
des
données
type
hiérarchique
liste d’objets
et
quantités,
bordereaux
de
prixmétrés
et avantmétrés
aide à la
conception
pas
indispensable
type relationnel
requêtes
multicritèresvisualisation
d’attributsanalyse
spatiale
aide à la
décision
requise
au
niveau
géométrique
(topologie)
et
sémantique
(classe
et
couches
d’objets)
Tab. 1.5 – Comparaison des SIG et des logiciels de CAO/DAO (d’après [Per95])
À l’IGN des logiciels de PAO (Publication Assistée par Ordinateur) sont également utilisés.
Par exemple le SPI14 utilise XPress sous MacIntosh.
Les librairies de programmes et de fonctions
Pour leurs besoins spécifiques, les laboratoires et les services de productions développent
leurs propres programmes, liés ou non à des SIG. Dans un but de modularité et réutilisation, des
librairies de fonctions sont utilisées. Souvent les librairies de bas niveau ont déjà été développées
hors de l’IGN, par des organisations commerciales ou non, sous licences libres ou non. Dans
tous les cas, plus une librairie est utilisée, plus elle est éprouvée et donc plus on est fondé à lui
accorder confiance15 .
Au COGIT, la plupart des fonctions géométriques 2D de bas niveau (calcul de longueur,
d’aire, d’intersection, de buffer, etc.) utilisent une bibliothèque open-source codée en Java, ap14
Service de Photogravure et d’Impression, cf. p. 242.
On peut faire le parallèle avec le critère de scientificité énoncé par Popper : plus une théorie est testée sans
être réfutée, plus on est fondé à lui accorder confiance. Cela suppose que ladite théorie soit réfutable (l’adverbe
falsifiable est également employé) [Cha87].
15
1.2 Quelles ressources décrire ?
15
pelée JTS16 . Pour la 3D, c’est l’API Java 3D qui est utilisée. Elle repose elle-même sur les API
d’OpenGL ou de DirectX.
Les services Web géographiques
Dans le monde de l’information géographique, il est actuellement beaucoup question d’utilisation de composants accessibles via des services Web. Günter et Müller soutenaient par exemple
en 1998 que l’avenir des SIG passait par leur transformation de “logiciel client” en “client léger”,
i.e. du déplacement des grosses applications SIG des machines clientes vers des serveurs qui ne
fourniraient alors que les fonctionnalités demandées à un instant donné [GM97]. Sept ans plus
tard, l’intérêt pour les services Web semble bien se confirmer si l’on en juge par le nombre d’articles consacrés au sujet dans les conférences. On lira par exemple les propositions de Vogele
pour améliorer les infrastructures de données géographiques à l’aide des services Web [Vog04].
La tendance au développement des services Web n’est pas spécifique au domaine géographique,
comme l’illustre cet extrait d’article paru dans la presse :
“Microsoft risque de se faire défier, dans son cœur de métier, par les géants venus de
l’Internet, tels Yahoo ! et surtout Google. (...) Ces portails veulent devenir des fournisseurs
de “services logiciels” : les services (traitement de texte, tableur, messagerie, moteur de
recherche, comparateur mais aussi gestion de fichiers musicaux, photo, vidéo, etc.) seraient
accessibles en ligne, gratuitement ou par abonnement, au lieu d’être achetés et stockés sur
les ordinateurs. D’un usage plus souple, n’exigeant plus des machines très puissantes ni de
lourdes procédures de remise à jour, ces logiciels sont accessibles [par] tout appareil connecté
et permettent de court-circuiter Microsoft. Un vrai danger pour cette entreprise qui tire toute
sa puissance de son monopole sur les logiciels de base, équipant presque tous les ordinateurs
de la planète.” (G. Macke, “Microsoft, la vie au-delà du PC”, Le Monde daté du 03/12/2005)
Pour la géographie spécifiquement, une explication de l’intérêt pour les services Web réside
dans l’essor de l’informatique nomade. L’objectif est de répondre à des requêtes telles que “trouver le restaurant le plus proche”. La réponse peut être apportée par un seul service Web mais
peut aussi l’être par des composants séparés (opération de localisation, base de données des
commerces, opération de sélection, calcul de plus court chemin) [LdB02].
Ce type de scénarii suppose l’interopérabilité des services Web, que l’ISO TC21117 et Open
GIS espèrent faciliter grâce à l’établissement de normes.
À l’heure actuelle il n’existe quasiment pas de services Web disponibles à l’IGN, mais des
chercheurs y travaillent. Sur le Web mondial, dans le domaine géographique, les services Web qui
existent sont pour l’instant avant tout des fournisseurs de données : cartes, images satellites, etc.
Les algorithmes
Dans notre contexte les traitements sous formes d’algorithmes sont courants. Au sein du
laboratoire COGIT par exemple, plusieurs algorithmes ont été développés dans le cadre du
projet européen Agent pour la généralisation cartographique. De façon plus générale, beaucoup
de rapports de stages et de projets, de mémoires de thèse et d’articles de conférences présentent
des algorithmes. Il est important de les indexer et de les décrire, au même titre que les traitements
implémentés.
16
Java Topology Suite http://www.geotools.org/.
International Organization for Standardization, Technical Committee 211 (groupe de travail pour l’information géographique), http://www.isotc211.org.
17
16
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
Classification des traitements informatiques géographiques
Nous venons de donner un aperçu des diverses formes de traitements à décrire. Nous pouvons
maintenant proposer quelques-unes des autres façons possibles de classifier les traitements.
Classification des traitements en fonction du type de données manipulées
Il existe deux grands types de données utilisés pour représenter l’information géographique :
les types raster et vecteur.
Fig. 1.4 – Types de données vecteur et raster (tiré de [Mus01])
Tous les traitements utilisés dans le domaine géographique ne manipulent pas des données
raster ou vecteur. Certains par exemple manipulent des données purement numériques. La dichotomie raster / vecteur reste cependant un des critères principaux pour distinguer les traitements
géographiques.
Classification des traitements en fonction des points de vue “bases de données” ou de “analyse
spatiale”
Une autre façon de distinguer les traitements géographiques est relevée par J-P. Cheylan.
Il considère qu’il existe deux points de vue différents concernant les traitement géographiques :
celui des spécialistes des bases de données qui considèrent que les fonctionnalités géographiques
sont des opérations spécifiques de BD (car les données sur lesquelles elles opèrent sont souvent
contenues dans des BD) ; et celui des spécialistes de l’analyse spatiale qui ne s’intéressent qu’aux
fonctionnalités rentrant dans le cadre de leur domaine [Che92].
Classification des traitements en fonction des types de fonctionnalités réalisées
Certains auteurs proposent des classifications des traitements géographiques, et plus particulièrement les SIG, reposant sur [Bor02] :
– les thèmes des données manipulées : agriculture, aménagement, défense, environnement,
etc. Comme exemples de besoins on peut citer : l’identification des parcelles nécessitant de
l’engrais, le développement urbain, la cartographie des voies en fonction de leur largeur,
la cartographie du bruit à Paris, etc.
– les territoires des données : commune, département, région, pays, continent. Des exemples
de besoins sont l’étude de la démographie, des variables météorologiques, etc.
– les usages des données : inventaire, observatoire, étude, aide à la décision, etc. Un exemple
de besoins est le choix du lieu d’implantation d’une nouvelle pharmacie compte tenu de la
répartition de celles déjà existantes.
1.2 Quelles ressources décrire ?
1.2.4
17
Les traitements informatiques géographiques à l’IGN
L’IGN doit construire, entretenir et diffuser des produits d’information géographiques, à savoir, principalement, des bases de données vecteurs, des bases de données images et des cartes
papiers. Pour cela des traitements informatiques sont développés dans les laboratoires de recherche et dans les services de production. Certains traitements sont aussi directement achetés
dans le commerce.
L’exemple du laboratoire COGIT, illustration de la diversité des traitements
Dans les laboratoires, il s’agit de répondre à des objectifs de recherche en amont de la
production. Nous prenons ici l’exemple du laboratoire COGIT pour deux raisons. D’abord parce
que c’est en son sein que s’est déroulé pendant trois ans mon travail de thèse ; ensuite parce que
le COGIT fournit une bonne illustration des problèmes propres aux traitements informatiques
du domaine géographique évoqués section 1.2.3.
En effet on voit cohabiter au COGIT deux plateformes de développement (Lamps2 et GeOxygene), associées à divers SGBD (Gothic, Oracle et PostgreSQL/PostGIS). Les modalités de chargements de données sont parfois complexes, notamment lorsque le passage d’une modélisation
relationnelle à une modélisation objets doit être réalisé. Plusieurs systèmes d’exploitation cohabitent également (Linux, Windows, OS9), tout comme les langages (Java, Lull18 , C, ADA) et les
formats de données (shape, GML, SVG, ..). De plus, à ces problèmes purement informatiques
s’ajoutent des considérations sur les aspects gratuit et/ou libre des logiciels et librairies utilisés.
Le couple Lamps2/Gothic sert au COGIT au développement des traitements de généralisation,
dans la continuité du projet AGENT. Ainsi par exemple des traitements de lissage des routes
sont développés : on simplifie leur représentation en ne conservant que les virages les plus prononcés, les portions ne contenant que des faibles courbes devenant droites. Des traitements de
simplification des formes des bâtiments sont également développés.
L’autre principal environnement de développement utilisé au COGIT repose sur la plateforme GeOxygene. Elle est prévue pour accueillir les principaux développements du COGIT
autres que la généralisation. Par exemple, les traitements d’appariement établissent des correspondances entre différentes bases de données. Des objets géographiques distincts peuvent en
effet représenter la même partie du monde réel. Par exemple, un échangeur d’autoroute peut
être représenté par un nœud dans une base et par l’ensemble de ses bretelles dans une autre base.
Des traitements s’appuyant sur la géométrie, la sémantique et la topologie permettent d’établir
certaines de ces correspondances.
Voici, selon ses créateurs Thierry Badard et Arnaud Braun, ce qu’est GeOxygene [BB03] :
“GeOxygene vise à fournir un cadre ouvert de développement, compatible avec les spécifications édictées par l’Open Geospatial Consortium (OGC) et l’ISO, pour la conception et
le déploiement d’applications s’appuyant sur des données géographiques (SIG). Il s’agit
d’une contribution “open source” du laboratoire COGIT (http://recherche.ign.fr) de
l’IGN (Institut Géographique National, http://www.ign.fr). GeOxygene est diffusé selon
les termes de la licence LGPL (GNU Lesser General Public License).
GeOxygene est basé sur Java et les technologies open source. Il met à disposition des
utilisateurs un modèle de données objet et extensible (permettant la modélisation des objets
géographiques, de la géométrie, de la topologie et des métadonnées) compatible avec les
spécifications de l’OGC et les standards de l’ISO concernant l’information géographique. Il
est prévu dans un futur proche que GeOxygene implémente les interfaces Java développées
par le projet GeoAPI (http://geoapi.sourceforge.net).
Les données sont stockées dans un SGBD relationnel pour permettre un accès rapide et
sûr au système. Néanmoins, les utilisateurs n’ont pas à manipuler les données au travers
de SQL : Ils modélisent leurs applications en UML et les codent en Java. Le “mapping”
18
Laser-Scan User Language.
18
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
entre les environnements objet et relationnel est assuré par un composant open source, OJB.
Les fichiers de “mapping” pour le stockage flexible des objets géographiques dans Oracle et
PostGIS sont fournis.”
Aperçu sommaire du fonctionnement du laboratoire MATIS
Le laboratoire MATIS travaille sur des données raster : photos aériennes et satellites, cartes
scannées, etc. Les traitements d’image développés peuvent consister par exemple à distinguer
automatiquement les routes du paysage photographié. Des bibliothèques de fonctions C et C++
“noyau” sont disponibles. Les chercheurs peuvent les utiliser et les faire évoluer de façon collaborative grâce à CVS (Concurrent Versioning System), logiciel de gestion de versions de projets
informatiques utilisés dans plusieurs parties de l’IGN (notamment, également, au COGIT).
Le MATIS fournit un exemple parmi d’autres de l’utilisation de traitements open source.
Cela illustre l’apparition de communautés de développeurs rendues possibles grâce à Internet.
Néanmoins partager les traitements informatiques est une chose ; partager les connaissances
nécessaires à leur réutilisation en est une autre. À cet égard, les laboratoires sont un contexte
favorable au partage de traitements : les chercheurs se connaissent, ils se parlent.
Aperçu sommaire du fonctionnement de traitements au sein des services de production
Dans les services de production de l’IGN, les traitements informatiques peuvent être développés à la demande d’un service commercial ou de la direction technique, qui décident de l’opportunité de la réalisation et mettent au besoin en place un projet de développement spécifique.
Le résultat produit peut être un projet dont le résultat est un cahier de spécifications d’un produit, ou du code se présentant sous forme de librairies de fonctions ou de classes objets, associées
ou non à un logiciel préexistant. Ces développements répondent à des besoins qui ne peuvent
être satisfaits par aucun SIG, ni par les programmes disponibles sur le Web, ou bien lorsque les
SIG adéquats existent mais que l’on désire ne pas en être dépendant (licence, format de données
propriétaire).
Les développements peuvent prendre diverses formes, indépendantes ou non des logiciels
existants. Notons que certains ne comportent pas de traitements géographiques : par exemple,
un développement peut consister en une interface graphique destinée à faciliter l’accès à des
fonctions existantes. Ainsi, par exemple, une bibliothèque d’add-on a été écrite en 2001 pour le
logiciel Datadraw3. Les traitements réalisés simplifient la forme des bâtiments dans le cadre du
processus de généralisation (add-on pour la dilatation de formes, rectangulation d’angles, etc.).
1.3
Quels besoins ?
Nous venons d’effectuer un tour d’horizon des traitements dont la description est l’objet de
notre travail. Voyons à présent quels sont les besoins que nous nous proposons de satisfaire.
Nous commençons par préciser à quel public notre travail est destiné. Nous décrivons ensuite les
types de besoins auxquels ledit public est confronté. Il apparaı̂t alors nécessaire de représenter
différents types de connaissances. Nous les détaillons. Des exemples de besoins d’utilisateurs
permettent de se former une idée concrète du problème.
Concernant notre méthode d’investigation, signalons que nous avons diffusé deux questionnaires aux utilisateurs de notre application d’accès aux métadonnées. Les questionnaires, reproduits en annexe p. 231, ont été diffusés en juin 2003 et avril 2004 au sein du laboratoire
COGIT.
1.3.1
Les utilisateurs et les développeurs
Les personnes qui travaillent dans les laboratoires de recherche et les services de production
de l’IGN se trouvent en général amenées à jouer alternativement les rôles d’utilisateur et de
1.3 Quels besoins ?
19
développeur de traitements. Dans d’autres parties de l’IGN comme le service commercial ou
l’ENSG, on trouvera essentiellement des utilisateurs de traitements, plus ou moins experts.
En sus des catégories utilisateur et développeur, la charte logicielle de l’IGN définit celle
d’opérateur [IGN90]. Le but de ces distinctions est de fournir des documentations adaptées aux
trois publics auxquels elles sont destinées :
– un utilisateur est censé être simplement intéressé par le mode de fonctionnement général
et la connaissance de l’existence des fonctionnalités des logiciels ;
– un opérateur est appelé à utiliser les fonctionnalités des logiciels ;
– un développeur est concerné par la programmation des logiciels.
La distinction entre utilisateur et opérateur peut au premier abord ne pas sembler très claire.
En fait, un utilisateur peut, par exemple, être un responsable qui a simplement besoin de savoir
ce que peut faire un SIG pour assigner des tâches aux opérateurs, qui, eux, se serviront effectivement dudit SIG.
Parmi les utilisateurs de traitements géographiques, on peut aussi distinguer les utilisateurs
de données et les producteurs de données. Il y a là clairement deux publics dont les besoins en
terme de traitements diffèrent. On rencontre ces deux types de publics au sein de l’IGN.
Les profils des lecteurs de métadonnées
D’après la définition initiale de notre sujet de thèse, l’application attendue du travail de recherche consiste en un serveur de métadonnées accessible via l’intranet de l’IGN. Nous pouvons
donc raisonnablement supposer que tout lecteur de métadonnées possède un niveau de connaissance géographique et informatique minimum. Un contexte de métadonnées pour l’enseignement
à des débutants complets, par exemple, aurait impliqué d’autres choix pour le contenu de l’aide
à apporter.
Le niveau de connaissance des destinataires de métadonnées est cependant très variable. Il
constitue pour nous un des éléments du contexte d’utilisation d’un traitement. Nous verrons
qu’un de nos objectifs est d’apporter une aide adaptée à ce contexte.
Du point de vue des connaissances possédées, l’ensemble des lecteurs potentiels de métadonnées
est grand. Nous aurions pu définir des partitions au sein de cet ensemble, en vue de “personnaliser” les métadonnées ou les modalités de leur consultation. La charte IGN considère les
trois catégories sus-citées ; le clivage entre géomètres, spécialistes du traitement d’image, cartographes, informaticiens, etc. aurait aussi pu être établi. Nous avons en fait choisi de ne considérer
de façon spécifique qu’une seule frontière : celle qui sépare
– les développeurs capables de programmer,
– et les utilisateurs qui en sont incapables (ou non disposés à le faire)19 .
Cette séparation se concrétisera par une différenciation des types de modes d’emploi.
Dans la suite de ce mémoire, le terme utilisateur pourra être employé pour désigner les
personnes qui utilisent l’application de consultation des métadonnées. Ces personnes ont en
effet besoin de rechercher, connaı̂tre et utiliser les traitements20 .
19
Les utilisateurs de notre définition englobent donc les utilisateurs et les opérateurs de la nomenclature de la
charte IGN.
20
Pour leur part, [Gro00] (cité par [Buc02] p.34) distinguent trois niveaux d’utilisation de métadonnées :
– découverte : savoir si un traitement existe, s’il est accessible,
– exploration : savoir si un traitement convient à un besoin,
– exploitation : savoir comment utiliser un traitement.
Dans la phase de découverte, l’utilisateur est à la recherche d’un traitement ; dans les phases exploration et
exploitation, il en a trouvé un et il cherche à mieux le connaı̂tre.
20
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
1.3.2
Rechercher les traitements
Un utilisateur cherche un ou plusieurs traitements. Ce peut être en vue de satisfaire un
besoin précis et bien défini, ou au contraire vague. Voici des exemples de requêtes.
–
–
–
–
–
–
Où sont disponibles les programmes d’appariement ?
Quels algorithmes de détection de contour ont été développés à l’IGN en 1995 ?
Quels SIG possèdent la fonctionnalité “buffer” ?
Quels sont les algorithmes de calcul de flux sur un réseau ?
Quels sont les traitements utilisables sur les objets “bâtiments” ?
Quels sont les programmes du COGIT qui utilisent l’API GeOxygene ?
On devine que certaines requêtes sont plus complexes que d’autres. Plutôt qu’une simple
sélection dans la base de métadonnées, ces requêtes vont demander de mener des raisonnements. En effet leurs réponses ne vont pas toujours être explicitement présentes dans la base
de métadonnées. Mais elles pourront en être dérivées. Cette considération ne concerne pas l’utilisateur, c’est pourquoi nous reviendrons plus tard sur la question de la façon d’apporter les
réponses. Contentons-nous pour le moment de répertorier quelques requêtes a priori complexes.
– Quel SIG est le plus adapté pour une étude sur la démographie ?
– J’ai des données de la BD GeoRoute, que puis-je en faire ?
– Quelles sont les classes Java qui utilisent des objets de la classe GeomPrim (ou d’une de
ses sous-classes).
– Je cherche un logiciel gratuit de visualisation de données VRML qui fonctionne sous Linux
et puisse traiter un fichier de 5000 objets (sachant que mon PC est équipé d’une mémoire
vive de 256 Mo).
– Je désire avoir un aperçu comparatif des possibilités des SIG Arcview et Geoconcept.
Fig. 1.5 – ER 1 : Recherche de traitements – mise en correspondance entre requête utilisateur et
description de traitement
Parmi les requêtes nécessitant a priori un raisonnement (cela dépend en fait du contenu de
la base de métadonnées), choisissons-en une en particulier qui nous servira d’exemple type dans
la suite du mémoire. Nous la nommons ER 1 (pour Exemple de Raisonnement numéro 1). La
figure 1.5 la présente.
1.3.3
Connaı̂tre les traitements
L’analyse des requêtes typiques exprimées par les utilisateurs montre que pour un traitement
donné les besoins d’information portent sur cinq thèmes principaux : les métadonnées qui l’identifient (nom, date, auteur, etc.), “ce qu’il fait”, “comment il fonctionne”, “comment l’utiliser”
et “quelle évaluation en est faite”.
Voici un exemple de requêtes pour chacun des cinq thèmes en question.
– Quel chercheur a développé le plus de traitements au laboratoire COGIT en 2005 ?
1.3 Quels besoins ?
–
–
–
–
21
Quels sont les requêtes topologiques permises par Arcview 8 ?
Sur quelle théorie mathématique repose l’algorithme Accordéon ?
Comment faire un changement de projection Lambert 2 sous Geoconcept ?
Le programme de détramage “planches méres” est-il rapide ?
Outre l’identification des cinq thèmes susdits, l’enquête auprès des utilisateurs a permis de
révéler des besoins spécifiques au domaine géographique : par exemple pour comprendre ce que
fait un traitement, il est utile de fournir des illustrations graphiques sous forme d’échantillons des
données, ainsi qu’une description de l’évolution des propriétés des objets géographiques avant
et après traitement. Une partie de ces besoins avaient déjà été identifiés par P. Michaux lors
d’un stage de DESS au laboratoire COGIT sur le catalogage des traitements de généralisation
[Mic03]. Un besoin important est également celui concernant sur les modes d’emploi ; nous allons
y prêter une attention toute particulière.
1.3.4
Utiliser les traitements
Une des questions les plus couramment posées est probablement “comment utiliser ce traitement ?”. C’est également une des questions auxquelles il est le plus difficile de répondre. D’abord
parce qu’elle mobilise de nombreuses connaissances, souvent tacites et non liées directement au
traitement, ensuite parce que la réponse dépend du contexte d’utilisation. La figure 1.6 montre un
demande d’information de mode d’emploi d’un traitement dont l’utilisation dépend du contexte.
Fig. 1.6 – ER 3 : Adaptation de mode d’emploi – mise en correspondance entre contexte utilisateur et
contexte de traitement
Parfois l’utilisateur invoque les traitements via l’interface graphique d’un logiciel ; d’autres
fois il passe par le biais d’un programme qu’il doit alors développer. La figure 1.9 p. 26 montre un
exemple de besoin où les deux types d’invocation sont possibles. De façon générale, il apparaı̂t
nécessaire de distinguer deux types de modes d’emploi : ceux destinés aux utilisateurs nondéveloppeurs, et ceux destinés aux développeurs.
Les modes d’emploi destinés aux utilisateurs non développeurs
Les modes d’emploi des logiciels destinés aux utilisateurs existent. Plusieurs sortes de documentations les décrivent21 . Pour être en mesure de concevoir une amélioration éventuelle de l’aide
qu’elles apportent déjà, essayons de cerner quelques-unes des difficultés qui posent problème à
l’utilisateur.
La première difficulté réside dans le rôle joué par les connaissances tacites sur lesquelles nous
allons revenir. Une autre difficulté tient aux préconditions entre les actions à effectuer. Comme
les connaissances tacites, les préconditions sont délicates à décrire (cf. par exemple figures 1.7
et 1.8 les nombreuses instructions préalables à l’invocation de la commande “Calage Helmert).
21
Nous en discutons au chapitre 2, p. 49.
22
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
Fig. 1.7 – Aide de Geoconcept 5.0 – Calage Helmert (extrait partiel de la page d’aide)
Peut-être davantage que pour les autres types de logiciels, utiliser un SIG nécessite souvent
de la patience. Une fonction quelconque peut en effet rarement s’exécuter avant un nombre
important d’étapes préliminaires : conversion de format, ouverture de projet, importation des
données dans le SIG, projection, sélection des objets à traiter, actions parfois subtiles provoquant
l’apparition des menus contextuels désirés. Les figures 1.7 et 1.8 montrent des extraits de deux
pages d’aide du SIG Geoconcept 5.0. On voit que l’obtention des menus contextuels adéquats
et l’activation de leurs entrées grisées nécessitent toute une suite d’actions. Cela demande une
certaine habitude de la part de l’utilisateur – ou une certaine dose d’intuition (qui est une forme
de connaissances tacites).
Par ailleurs, une des préconditions d’utilisation des SIG les plus courantes est la conversion
de format de données. Il existe un grand nombre de ces formats, quasiment un par éditeur de
SIG. Cette multiplicité s’explique souvent par des raisons de concurrence et de stratégie commerciale, et non pour des raisons techniques. Les utilisateurs se trouvent souvent captifs d’un
SIG particulier. Ils se heurtent à des problèmes de compatibilité. Pour leur part, les fournisseurs
de données sont contraints de décliner leur catalogue suivant les divers formats. L’IGN propose
ainsi les jeux de données de la BD Topo en pas moins de cinq formats : SHP/SHX/DBF 2D et
3D (SHaPefile, SHapefile indeX et DataBase File pour les SIG de la famille Arcview), MIF/MID
(pour MapInfo), GCM/GCR (GeoConcept Model/Ressource, pour Geoconcept), DXF 2D et 3D
(Drawing eXchange Format, format d’échange pour logiciels de CAO / DAO créé par Autodesk pour son logiciel Autocad), Édigéo (norme d’échange de données géographiques définie par
l’AFNOR, et utilisée entre autres par les services de l’État tels l’IGN et la direction générale
des impôts.) [IGN03].
Face à cette situation, des problèmes de décision se posent aux utilisateurs. Les connaissances nécessaires pour y répondre concernent plusieurs SIG à la fois. C’est pourquoi elles sont
davantage fournies par l’expérience de la pratique plutôt que par les modes d’emploi existants,
généralement centrés sur un SIG particulier.
Outre l’expression des préconditions d’utilisation, un autre besoin d’information difficile
1.3 Quels besoins ?
23
Fig. 1.8 – Aide de Geoconcept 5.0 – Saisie par tablette (précondition au Calage Helmert Fig. 1.7)
24
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
à exprimer concerne la description de l’agencement des étapes d’utilisation. On relève dans
les modes d’emploi beaucoup de listes énumérées spécifiant explicitement des séquencements
d’étapes ; en revanche, les alternatives et les instructions conditionnelles et itératives (si ... alors,
tant que...) sont généralement indiquées en langue naturelle. Cela exige une lecture forcément
plus attentive de la part de l’utilisateur.
Complexité du paramétrage et spécificité géographique
La géographie est un domaine où les traitements sont souvent difficiles à paramétrer. On
peut penser que cela est lié au fait que les algorithmes dépendent de beaucoup de facteurs.
C’est effectivement ce à quoi on peut être confronté lorsque l’on tente de représenter le monde
réel (phénomènes physiques ou, en l’occurrence dans notre contexte, espace géographique), potentiellement plus complexe que des mondes “artificiels” tels que, par exemple, celui des données
bancaires (pour prendre un domaine où les traitements informatiques sont nombreux).
Outre le nombre de facteurs, une autre source de complexité et de difficultés dans la tâche
de paramétrage est celle des cas où des heuristiques sont nécessaires pour guider les traitements.
Cette fois, les traitements de mondes “artificiels” peuvent être concernés.
La complexité du paramétrage des traitements de généralisation cartographique tient probablement au nombre des facteurs en jeu et, de façon liée, au rôle important de l’heuristique.
Le comportement des algorithmes ne peut être prévu à l’avance de façon exacte. Ce comportement doit donc être guidé par autre chose que des instructions pré-écrites. Pour ce type de
problèmes des approches basées sur les agents (objets guidés par des buts et des contraintes)
ont été développées en intelligence artificielle. Les paramètres portent alors sur les critères de
satisfaction des buts et des contraintes qui déterminent le déroulement du traitement.
Les modes d’emploi destinés aux développeurs
Les modes d’emploi des librairies de fonctions ne différent pas fondamentalement de ceux
des logiciels, sinon que davantage de choix de mise en œuvre sont laissés à la discrétion de
l’utilisateur-développeur. À l’IGN, et particulièrement dans les laboratoires de recherche, la
spécificité des besoins implique souvent de se placer dans un contexte de programmation. Plus
généralement, dans le domaine de l’information géographique, le besoin de développer de nouveaux traitements et de ré-utiliser les anciens est constant. En effet les progrès technologiques
permettent l’acquisition de nouveaux types de données22 .
Parallèlement au renouveau constant des applications, leur conception tend à devenir de plus
en plus modulaire. Aujourd’hui, développer un traitement, c’est avant tout assembler du code
déjà écrit, l’apport du développeur se limitant même parfois à produire du code “colle” pour
adapter les différents composants de son application. Le guide de l’utilisateur de l’IDE Eclipse
va même jusqu’à pronostiquer que les développeurs vont désormais passer plus de temps à lire
du code qu’à en écrire. Dans ces conditions, on comprend bien l’importance de la documentation
et plus généralement des métadonnées des traitements.
Bien sûr, la (ré-)utilisation des traitements n’est possible que si les auteurs les rendent disponibles. C’est pourquoi la tendance que nous venons d’évoquer est très liée au succès de l’open
source et d’Internet.
Certains problèmes sont spécifiques au domaine géographique. A. Braun, ingénieur de l’IGN
qui a participé au développement de la plateforme géographique GeOxygene, pose ce diagnostic
22
Par exemple, l’apparition de nouveaux capteurs aéroportés et satellitaires a conduit à l’obtention d’images
numériques à des résolutions submétriques, qui permettent d’envisager de nouveaux modes d’étude des environnements naturels et humains [Mar05].
1.3 Quels besoins ?
25
([Bra03])23 :
“Le développement d’applications liées à l’information géographique se heurte à de nombreux
problèmes :
– L’absence d’interopérabilité entre les modèles de données des différents SIG commerciaux, malgré les efforts de standardisation de l’ISO24 et de l’OpenGIS25 . Une application
développée avec un modèle non standard peut ne pas être réutilisable.
– Les langages de programmation liés aux SIG commerciaux sont bien souvent des langages propriétaires ; ainsi le partage de code entre les différents SIG est impossible, et les
utilisateurs sont très dépendants des évolutions technologiques de l’éditeur.
– Sans des compléments onéreux, les SIG commerciaux ne sont pas ouverts sur le Web. Et
si de tels compléments permettent l’accès aux données à distance, l’appel de processus à
distance n’est quant à lui pas toujours possible (notion de service Web de traitement).
– Les SIG ne sont pas des SGBD purs, et des problèmes résolus par les SGBD ne sont pas
toujours adressés par les SIG (accès concurrent, sécurité, etc.).
Pour surmonter ces problèmes, des technologies ont émergé en génie logiciel : des langages
orienté-objets ouverts sur le Web (comme Java), des techniques d’analyse et de conception
orienté-objets, basées sur la réutilisabilité des composants (comme UML), des SGBD relationnels intégrant des fonctionnalités objets, et permettant le stockage de l’information
géographique (comme Oracle et [PostgreSQL]), des langages structurés pour l’échange d’information sur les réseaux (comme XML), et des technologies de service Web permettant
la description et l’appel de procédures à distance dans des environnements informatiques
hétérogènes et distribués (comme SOAP et WSDL)”.
Concrètement, si l’on prend l’exemple du mode d’emploi de la plateforme GeOxygene – justement disponible en Open Source26 –, on se rend compte que la tâche pour l’utilisateur est ardue,
ne serait-ce que pour saisir l’architecture globale qu’il est nécessaire de mettre en place avant de
manipuler effectivement les objets Java représentant les données géographiques (la difficulté de
la chose réside essentiellement dans la réalisation du mapping objet-relationnel).
Cet exemple confirme un besoin déjà pressenti : celui de représenter et de relier des connaissances de niveaux de généralité différents.
23
Les organismes ISO et OpenGIS ainsi que les langages UML, SOAP et WSDL mentionnés dans cette citation
sont décrits au chapitre 2, pages 44, 55, 61 et 60.
24
L’ISO (International Organization for Standardization) est l’organisme international pour la normalisation.
Il comporte un comité technique dédié à l’information géographique (TC 211).
25
L’OpenGIS Consortium (OGC) : groupement d’organismes actifs dans les technologies de l’information
géographique, visant à rendre interopérables les systèmes géoinformatiques, via des interfaces communes définies
dans des spécifications techniques.
26
http://geoapi.sourceforge.net
26
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
1.3.5
Accéder aux connaissances de l’expert
La recherche, le développement et l’utilisation de traitements informatiques géographiques
nécessitent la mobilisation d’ensembles étendus de connaissances. Des connaissances informatiques ou géographiques, contextuelles ou générales, théoriques ou empiriques, explicites ou tacites... toutes ces connaissances que possède l’expert et qui manquent au novice. Illustrons cela
avec l’exemple d’un utilisateur désirant développer un programme de visualisation de MNT27 (cf.
fig. 1.9).
Fig. 1.9 – Connaissances requises pour le développement d’un visualisateur de MNT
L’utilisateur novice qui ne disposerait que d’un simple catalogue de descriptions de traitements ne pourrait prendre la chaı̂ne de décisions qui aboutit à la réalisation de son besoin. La
raison en est que, prises isolément, les informations contenues dans les descriptions de traitements ne sont pas des connaissances. Elles le deviennent seulement lorsqu’elles sont reliées à
d’autres connaissances qui permettent de décider de l’action à effectuer pour réaliser le besoin
considéré.
B. Bucher, dans sa thèse traitant d’une problématique proche de la nôtre – l’aide aux utilisateurs pour l’accès aux données géographique [Buc02] –, cite [SAA+ 00] pour soutenir l’idée
que les informations sont des connaissances lorsque l’on sait quelle action y associer. Cette idée
est également présente, par exemple, dans [Dup99] :
“connaı̂tre, c’est effectuer, sur des représentations, des manipulations réglées”
27
Un Modèle Numérique de Terrain est une représentation numérique du relief sous forme d’un ensemble de
données d’échantillonnage (points cotés, courbes de niveau, lignes directrices) et d’une fonction d’interpolation
permettant d’obtenir une altitude en n’importe quel point [Rou04].
1.3 Quels besoins ?
27
et dans [Kay97] :
“il n’y a présomption de connaissance que si la faculté d’utiliser des informations
à bon escient est attestée” ; “les connaissances sont des données qui influencent le
déroulement de processus”.
En amont des connaissances et des informations, les données “brutes”, c’est-à-dire non interprétées, constituent pour [SAA+ 00] une troisième catégorie à distinguer (fig. 1.10).
Fig. 1.10 – Données, informations et connaissances (d’après [SAA+ 00], cité par [Buc02])
Les auteurs de la figure 1.10 nomment “interprétation” le passage de données à informations.
Nous verrons section 3.2.3 que nous attribuons un autre sens à ce terme. Pour nous le passage
en question mériterait plutôt d’être désigné par “décodage asémantique”.
La notion de connaissance est au carrefour de nombreux domaines : philosophie, psychologie,
sciences cognitives, I.A. (dont l’ingénierie des connaissances est une branche). Cela explique que
l’on trouve de nombreuses classifications de types de connaissances dans la littérature. Nous en
retenons ici trois.
Connaissances opératoires et connaissances factuelles
La première classification retenue, mentionnée entre autres par [Kor03], distingue six formes
de connaissance (tab.1.6). Elles ont pour particularité d’être potentiellement opératoires : elles
peuvent donner lieu à un calcul ou une inférence. Précisons ce qu’on entend par là. D’après
la définition adoptée, le propre d’une connaissance est de pouvoir être impliquée dans un raisonnement menant à une action ou à une nouvelle connaissance. Les formes de connaissances
listées par [Kor03], par exemple, portent en elles la spécification d’un calcul. Elles sont, si l’on
peut dire, dotées nativement d’une sémantique opérationnelle. Nous verrons par la suite que les
connaissances de forme 1, 2 et 3 sont représentables dans les langages d’ontologies basés sur les
logiques de description, tandis que les formes 5 et 6 nécessitent des langages à base de règles.
L’opérationnalisation des connaissances de la 4ème forme requiert, elle, un calcul qui pourrait
s’effectuer par un langage de programmation procédural traditionnel.
28
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
1– Structure28
X
2– Classification29
3– Définition
4– Loi, axiome
5– Règle d’expertise
6– Stratégie
Un thème est un ensemble d’objets géographiques.
Le package spatial.geomprim est une partie de la plate-forme
GeOxygene.
La fonctionnalité de lissage est une sorte de fonctionnalité de
généralisation.
La classe GM Curve est une sous-classe de GM Primitive.
Des données vecteur “spaghettis” sont des données où la topologie
n’est pas représentée.
La distance
p euclidienne d entre deux points P1 (x1 , y1 ) et P2 (x2 , y2 )
est d = (x2 − x1 )2 + (y2 − y1 )2
Si les données ne s’affichent pas convenablement dans un SIG, alors
suspecter une erreur dans la configuration de la projection ou du
géoréférencement.
Si les bâtiments à généraliser se trouvent en zone urbaine, alors commencer par un traitement d’élimination.
Tab. 1.6 – Une classification des connaissances (d’après [Kor03])
La classification qui suit montre qu’on a aussi besoin de logique modale, floue, non monotone
(révision de connaissance).
Connaissances universelles, évolutives, incertaines, vagues, typiques, sous-déterminées
Nous avons affaire à des connaissances (tab. 1.7) :
1– universelles éternelles
2– évolutives
3– incertaines
4– vagues
5– typiques
6– sous-déterminées
X
Un quadrilatère est un polygone à quatre côtés.
Le COGIT utilise le SGBD Oracle pour stocker les
données vecteurs.
Les données 3D utilisées au COGIT proviennent souvent
de la BD Topo.
Avec un PC équipé d’un processeur 1 GHz, l’exécution
du programme DétectionCarrefours prend environ 30 secondes sur un jeu de données 1000 objets.
Un moyen d’ouvrir un fichier est de double-cliquer sur
son nom.
Les données aux formats shape ne possèdent pas d’informations sur la topologie.
Les carrefours de 50m de diamètre sont représentés dans
la BD Topo par des objets surfaciques30 .
Tab. 1.7 – Une classification des connaissances proposée par D. Kayser [Kay97]
Les connaissances typiques se caractérisent par l’existence de contre exemples. En l’occurrence pour le premier exemple (tab.1.7, l. 5), il existe au moins trois cas de contre-exemples :
quand on visualise une page HTML un clic suffit ; le système d’exploitation peut être configuré
pour qu’un clic suffise ; si l’on double-clique sur le nom du fichier et non sur l’icône qui le symbolise, et que l’intervalle de temps entre les deux clics dépasse le délai prédéfini (≈ 500 ms par
28
Organisation
Organisation
cation peut aussi
30
Exemple tiré
29
des concepts selon la relation de méréologie (partie-tout).
des concepts selon la relation de subsumption (généralisation-spécialisation). Mais une classifise contenter d’énumérer des concepts, comme c’est le cas dans le présent tableau.
de la thèse de N. Gesbert au COGIT sur les spécifications des BD géographiques [Ges05]
1.3 Quels besoins ?
29
défaut), alors le fichier ne s’ouvre pas mais son nom se met en sur-brillance pour être renommé.
Ces contre-exemples fournissent de très bons exemples de connaissances tacites, catégorie sur
laquelle nous allons revenir.
Pour le deuxième exemple de connaissance typique, les données au format shape peuvent
être accompagnées de tables dans lesquelles figurent des relations topologiques. Par exemple, un
réseau routier pourra comporter une table “intersection”.
Connaissances “imparfaites”
Les connaissances peuvent également être “imparfaites”, au sens où elles peuvent être
(tab.1.8) :
1– incomplètes
2– imprécises
3– vagues
4– incertaines
5– inconsistantes
On connaı̂t le nom des paramètres du programme
détramage.exe, mais pas leur rôle.
Détramage a été développé entre 2001 et 2005.
Il faut environ 3 jours à un informaticien moyen connaissant le C++ pour développer un visualisateur de MNT
avec la librairie OpenGL.
Il est peut-être possible de faire tenir sur une disquette
de 1.4 Mo l’extrait de la BD Géoroute du XIème arrondissement de Paris.
Le programme Buffer.java implémente un algorithme
dont les types de données d’entrée ne correspondent pas.
Tab. 1.8 – Une classification des connaissances “imparfaites”
Connaissances explicites et connaissances tacites
Les notions de connaissances tacites et connaissances explicites ont fait l’objet de plusieurs définitions dans le domaine de la gestion de connaissances (knowledge management)
[Erm03][Ban00] ; elles résistent néanmoins à une définition nette. Selon I. Dostaler, dont l’objectif des travaux est d’explorer les applications pratiques des connaissances tacites dans les
organisations : “malgré leur caractère très empirique, les connaissances tacites apparaissent le
plus souvent comme un savoir caché, mal défini, presque inaccessible, voire comme une simple
hypothèse de recherche”. “Tacite” vient d’ailleurs du latin tacitum, qui signifie ce qui est secret,
caché ou mystérieux [BD00]. De façon concordante, M. Polanyi considère que les connaissances
explicites sont issues de l’observation empirique, et sont verbalisables. Au contraire, les connaissances tacites sont difficiles à exprimer et relèvent davantage de l’intuition ou du savoir-faire,
comme le montre la figure 1.11 empruntée à M. Grundstein [Gru95].
Nous dirons donc d’une connaissance qu’elle est explicite si son existence est identifiée, et
s’il existe un support quelconque qui en permet la transmission ; sinon elle est tacite. Cette
définition est hautement subjective. En effet une même connaissance pourra être qualifiée de
l’une ou l’autre des façons, suivant que la représentation considérée aura, ou non, su la mettre
à jour.
Il est toujours intéressant de remonter a posteriori le fil des raisonnements menés inconsciemment et de recenser les connaissances tacites qui ont été implicitement utilisées. Notre objectif
d’acquérir les connaissances d’expert pour l’utilisation des traitements demande que l’on s’attelle
à ces deux tâches. Plusieurs travaux de représentation des connaissances traitent de la question.
30
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
Fig. 1.11 – Connaissances tacites et connaissances explicites (extrait de [Gru95])
D. Kayser a exhibé un échantillon de connaissances nécessaires à la compréhension de la
vie scolaire (“à l’école, les élèves sont regroupés en classe”, “en général, un élève reste un an
dans la même classe”, “pour chaque période d’enseignement, les élèves d’une classe se trouvent
généralement dans une même salle, etc.” [Kay97]). D. Kayser a choisi ces exemples pour montrer
le caractère incomplet des connaissances présentes dans les dictionnaires, et par conséquent
l’importance du rôle des “méta-connaissances” implicitement supposées chez le lecteur.
P. Boyer, dans son essai sur les origines des religions, prend lui l’exemple concret de
raisonnement nécessaire à la compréhension d’un récit très simple impliquant un enfant, un
chien, un voleur et un policier. Un enfant joue avec un chien. Au cours du jeu le chien heurte
le voleur. Le policier assiste à la scène et intervient. Le voleur se méprend sur le motif de
l’intervention et, se croyant démasqué, se rend [Boy02]. Nous comprenons l’histoire parce
que nous possédons des connaissances sur la psychologie des protagonistes. Ces connaissances
sont tacites, elles relèvent selon l’auteur de la psychologie intuitive. Certaines connaissances
de physique intuitive sont également mobilisées : par exemple, le heurt du chien et du voleur
provoque la chute de ce dernier. Sans la connaissance tacite de ce lien de causalité, on ne peut
comprendre le récit. En l’occurrence, il s’agit de savoir que deux objets matériels solides ne
peuvent se traverser. On trouve dans [Pia70] beaucoup d’exemples de ce type de connaissances.
L’auteur, J. Piaget, mène diverses expériences avec des enfants pour tester le caractère
éventuellement inné des notions de physique intuitive : conservation des propriétés (longueur,
poids, nombre) d’objets que l’on déplace ou transforme, notions de temps et d’espace, ou encore
connaissances logico-mathématiques (transitivité des relations d’ordre ou d’égalité, par exemple).
Les connaissances des exemples qui viennent d’être cités présentent un caractère très général.
Il peut sembler inenvisageable de les recenser de façon absolument exhaustive31 (à supposer que
cela présente un intérêt). Le cas des traitements informatiques, et plus particulièrement celui de
leur utilisation, est peut-être différent. En effet on a affaire là à des artefacts. Les machines qui
exécutent les programmes sont des automates finis. Cela signifie que le nombre d’interactions
31
Une telle tentative a cependant été effectuée dans le milieu des années 80 avec le projet CYC de D. Lenat
http://www.cyc.com/cyc/opencyc/overview.
1.3 Quels besoins ?
31
possibles avec l’utilisateur est a priori limité, donc que les connaissances qu’un système d’aide
doit représenter est également limité.
On peut également faire remarquer, si l’on s’en tient strictement au critère de l’existence
de leur description, qu’aucune de ces connaissances32 n’est vraiment tacite : elles sont en effet
inscrites dans le code des programmes. Afin de diminuer l’effort d’apprentissage demandé à
l’utilisateur, les éditeurs de logiciels tentent de concevoir des interfaces graphiques “intuitives”.
Les paradigmes de fenêtre, de clic de souris, de menu, de drag and drop, etc. sont ainsi apparus.
Notre modèle de métadonnées doit permettre de décrire ces connaissances de base. Ceci
dit, nous ne nous sommes pas spécialement préoccupé de les recenser, car nous les avons
supposées acquises par le public visé dans notre contexte de travail. Nous avons en revanche
apporté davantage d’attention aux connaissances requises par les traitements spécifiquement
géographiques. Nous verrons plus loin des exemples précis d’utilisation de traitements mettant en
jeu des connaissances explicites. Regardons pour l’instant l’interface graphique d’un SIG (figure
1.12), en l’occurrence celle d’Arcview 3.1 (les données géographiques visualisées représentent
l’espérance de vie des populations de quelques pays). Cet exemple nous semble intéressant car
la compréhension de cette interface requiert à la fois la connaissance des paradigmes d’IHM
généralistes, de connaissances relatives aux bases de données, et de connaissances géographiques.
Fig. 1.12 – Interface graphique d’Arcview 3.1 – vues cartographique et tabulaire des données de quelques
pays symbolisés en fonction de l’espérance de vie des populations
La liste des connaissances du tableau 1.9 n’est pas complète ; notre objectif est simplement
d’initier le travail d’acquisition. Il incombera ensuite aux experts de l’IGN d’enrichir la base de
métadonnées. Pour cela ils pourront utiliser l’application que nous avons développée.
Dans l’optique d’une aide à l’utilisateur efficace, lister les connaissances ne suffit pas. Il faut
32
Quelles sont les actions possibles sur l’interface d’un logiciel, quels sont leurs effets (cf. la première catégorie
de connaissances du tableau 1.9).
32
Catégorie
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
Concept
layer
Connaissances
générales sur
les IHM des
logiciels
menu contextuel
surbrillance
verrouillage
zone cliquable
table
Connaissances
sur les bases
de données
relationnelles
enregistrement
attribut, champ
sélection
projection cartographique
Connaissances
sur la
cartographie
échelle et niveau
de détail
sémiologie
couleurs
Connaissances
sur les SIG
des
thème
fonctionnalités
Connaissances
spécifiques à
Arcview
thème Arcview
zone
cliquable
Arcview
Description et explication
Dans un contexte de dessin : couche d’objets graphiques, qui peut être affichée ou masquée, être
sélectionné ou non, etc.
Les menus et leurs entrées dépendent de l’espace de
travail courant ou des objets sélectionnés.
Indique la sélection.
Parfois, dans la présentation tabulaire de données,
l’italique indique le verrouillage des données.
Boutons, liens, menus, zones de la carte, etc. dont le
clic ou le double-clic déclenche une fonction du logiciel.
Collection d’enregistrements.
Ensemble d’informations concernant un même sujet.
Un enregistrement correspond à une ligne d’une table.
Une information d’un enregistrement. A une colonne
d’une table correspond un type d’attribut.
Opération qui permet de sélectionner une partie des
enregistrements d’une table.
Transposition d’une portion de l’ellipsoı̈de de référence
géodésique représentant la surface terrestre, sur une
surface plane, à l’aide d’un modèle mathématique.
Rapport entre les distances réelles et les distances apparentes sur une carte. Cependant, comme les données
ont une représentation géométrique plus ou moins
détaillée, elles ne sont adaptées qu’à une certaine
plage d’échelles. On parle donc dans le cas des BD
géographiques de niveau de détail géométrique[Ges05].
Traditionnellement, les couleurs foncées traduisent des
valeurs hautes (pour un attribut donné).
Ensemble
des
informations
attributaires
et
géométriques relatives à une portion de l’espace
géographique, plus éventuellement la description de
la symbolisation cartographique associée (en vue
cartographique d’un SIG, un thème est une sorte de
layer).
“5 A” (cf. tab. 1.1 p. 11)
Informations géométriques : SHP (shape, ou
forme) ; attributaires : DBF (database file), index géométriques : SHX (SHP index), légende : AVL
(ArcView Legend).
Pour éditer les légendes, double-cliquer sur les palettes de couleurs qui les symbolisent (sorte de zone
cliquable).
Tab. 1.9 – Quelques connaissances requises pour la compréhension de l’interface du SIG Arcview 3.1.
Les connaissances sont classées par catégories de spécificité croissante, de haut en bas.
1.3 Quels besoins ?
33
aussi les organiser, les hiérarchiser, voire, si l’on souhaite simuler une partie du raisonnement
de l’expert, les opérationnaliser.
Le tableau 1.9 montre que la compréhension d’une interface de SIG nécessite des connaissances relevant de plusieurs domaines à la fois. Ne pouvant toutes les représenter, les manuels
qui accompagnent les SIG laissent nécessairement dans l’ombre certaines explications ; le lecteur
est supposé pouvoir s’en passer ou être capable d’aller les chercher ailleurs. Les documentations
existantes sont donc le fruit d’un inévitable compromis entre précision et concision, compromis
dépendant du niveau d’expertise supposé du public visé. Ceci dit, la représentation des connaissances n’est pas qu’une question de quantité et de niveau de détail. Pour preuve, on observe que
souvent l’expert est capable de faire comprendre des notions au novice en lui fournissant des
explications absentes des documentations. Prenons un exemple. Le thème d’un jeu de données
géographique est similaire aux couches de données graphiques que l’on trouve dans divers logiciels dotés de fonctions de dessin, comme Photoshop ou PowerPoint. L’expert bon pédagogue
fait remarquer cette similarité au novice. De façon tacite, ce dernier déduit alors, sans qu’il soit
besoin de les lui énumérer, quelles sont les propriétés des thèmes (superposition, ordre, etc.)33 .
Les manuels utilisateurs, dont nous étudierons les caractéristiques au chapitre 2, recourent
parfois à l’analogie. Mais ils ne le font pas de façon systématique. Surtout, ils ne peuvent le faire
à la demande. Face à ce constat, un objectif d’un système d’aide basé que les métadonnées peut
être l’exhibition de prototypes pour chaque famille de concepts. En l’occurrence, la description
d’un SIG – Arcview p.ex. – peut être reliée à celle de la famille des logiciels utilisant des couches
de données graphiques dont un prototype est MS PowerPoint. Allons plus loin : si l’on sait que
l’utilisateur travaille sur une station Linux, le prototype exhibé pourra être le logiciel Grass34 .
L’idée de prototype est intéressante. Haton et al. en discutent, et évoquent des travaux qui la
mettent en œuvre ([HBF+ 91], p.321).
Nous venons de prendre des exemples mettant en jeu un SIG. Nous aurions pu en prendre
d’autres impliquant des tâches de programmation et non seulement d’utilisation d’interface
(nous aurions pu entre autres développer l’exemple exposé fig.1.9 p. 26). La problématique et
les objectifs sont les mêmes.
Connaissances tacites “triviales” nécessaires à une simulation informatique du raisonnement de
l’expert
Signalons enfin un cas particulier, celui des connaissances tacites parce qu’évidentes pour
les humains. S’il est inutile de les faire figurer dans les descriptions de traitement destinées à
la consultation, il faut en revanche les représenter explicitement dans celles destinées à servir
de support aux programmes de simulation du raisonnement de l’expert. Par exemple, supposons que dans la description de la fonction de fusion de thèmes d’Arcview figure simplement
l’information “appartient à Arcview”, sans aucune indication sur les conditions d’utilisation.
L’utilisateur qui consulte cette description sait de façon tacite que s’il veut utiliser ladite fonction, il doit disposer du logiciel Arcview. En effet ce type de logiciel forme généralement un
tout indissociable35 , au contraire de certaines API qui peuvent être composées de fonctions
33
On peut considérer que les thèmes héritent des propriétés et valeurs de propriétés d’un concept plus général
“ensemble d’objets graphiques”. Les frames de Minsky reposent sur cette idée, que l’on retrouve également dans
les noèmes de Husserl permettant de guider la perception que l’on a d’un objet. Le noème d’ “ensemble d’objets
graphiques” est associé à des croyances, il suscite une attente sur les perceptions futures. Cela peut provoquer des
erreurs. Par exemple le novice peut avoir l’intention de modifier les objets d’un thème – comme il le fait avec les
logiciels de dessin –, mais ne pas pouvoir mettre en œuvre la procédure habituelle. Selon Bachimont, “le noème
peut (...) être compris comme la structure cognitive analogue aux frames de Minsky” ([Bac92], p.252).
34
Le lecteur pourra objecter que ce dernier exemple est mal choisi : dans la pratique les utilisateurs de Linux ont
un niveau de compétence qui rend inutile une explication sur un concept aussi trivial que les couches de données
graphiques.
35
pour être exact, précisons qu’en fait les fonctions des logiciels sont quasiment toujours définies dans des
34
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
indépendantes. Par conséquent, il nous faut représenter explicitement la règle “si l’utilisateur a
besoin d’une fonction d’un logiciel, alors il a besoin du logiciel”.
1.3.6
Recevoir l’aide de l’expert
Les requêtes exposées figures 1.5 et 1.6 montrent le besoin de recevoir une aide de l’expert.
Le problème apparaı̂t lorsque les termes des requêtes ne correspondent pas exactement au
contenu de la base de métadonnées. Pour des requêtes comme celles qui suivent, l’utilisateur a
besoin de recevoir l’aide de l’expert :
– Quels sont les avantages de Lamps2 par rapport à Geoconcept 5.0 ?
– Pourquoi ne puis-je pas effectuer tel traitement sur cette donnée ?
– Quels sont les traitements utilisables sur les objets ”bâtiments” ?
–
–
–
–
–
Comment calculer l’enveloppe d’une triangulation ?
Quel est le processus actuel de mise à jour des cartes régionales ?
Comment calculer le plus court chemin routier entre Paris et Caen ?
Je connais Arcview et je veux calculer la distance entre deux codes postaux.
Je veux cartographier mon jeu de données routières. Je dispose d’une heure et ne connais
pas Arcview.
– Quels sont les traitements qui permettent de sélectionner les rues qui intersectent rue
Hayeps ?
1.4
Quelles réponses ?
Nous avons exposé les besoins d’information des développeurs et utilisateurs de traitements
informatiques géographiques. Nous proposons d’y répondre au moyen de métadonnées. Cela
implique plusieurs objectifs. La construction d’une base de métadonnées suppose la définition
d’un modèle et son instanciation. L’accès à cette base par l’utilisateur demande la construction
d’une application permettant la consultation et l’acquisition selon diverses modalités.
1.4.1
Les métadonnées, pourquoi ?
Une métadonnée est littéralement “une donnée sur une donnée” (préfixe méta : du grec
meta, ce qui dépasse, englobe un objet, une science36 ). Plus spécifiquement, c’est selon [Pec05a]
“un ensemble structuré d’informations décrivant une ressource quelconque”. Pourquoi les
métadonnées sont-elles indispensables ?
Une personne cherche ou souhaite obtenir des informations sur un livre, un document audiovisuel, une œuvre d’art, une personne ou un programme informatique. La solution qui consisterait
à parcourir physiquement les rayonnages des bibliothèques puis à lire l’intégralité du livre, ou
visionner le film, se déplacer au musée, rencontrer la personne, utiliser le programme, etc. n’est
pas envisageable, ne serait-ce que faute de temps. Il faut donc passer par un media intermédiaire.
Ce média, c’est les métadonnées, qui jouent le rôle de substitut aux ressources originales.
Nous obtenons donc cette nouvelle définition : “Les métadonnées sont des données relatives à
d’autres données et destinées à supporter des traitements impliquant ces autres données” [Rol99].
fichiers séparés. Par exemple, le fichier exécutable d’Arcview 3.1 s’accompagne d’une centaine de dll (dynamic
link library). On pourrait imaginer isoler et utiliser une partie seulement de ces librairies, mais dans la majeure
partie des cas ce type de logiciel n’est pas conçu pour être dépecé.
36
Définition du Robert.
1.4 Quelles réponses ?
35
Les métadonnées existent sous différentes formes et sont destinées à différents publics pour
différents usages. Dans les bibliothèques, par exemple, des documentalistes constituent des catalogues et rédigent des notices à l’intention de lecteurs humains. Au contraire, dans le domaine
du Web sémantique les auteurs de documents ou développeurs de services créent eux-mêmes
des descriptions destinées à des machines. De façon moins formelle, les critiques de films ou les
manuels d’utilisation d’imprimante sont également des métadonnées.
Différents usages, différents domaines : les normes, recommandations et initiatives ayant
trait aux métadonnées sont très nombreuses. Nous tenterons au chapitre 2 de dresser un état
de l’art de celles qui existent pour les traitements informatiques géographiques, bien sûr, mais
également de celles dont la vocation généraliste couvre nos besoins. On étudiera ainsi les
métadonnées du domaine informatique en général, et celles destinées encore plus largement à
tous types de ressources (Dublin Core et LOM notamment).
Lors de l’analyse des besoins d’informations sur les traitements37 , nous avons vu s’esquisser
une façon d’organiser les connaissances. Il est intéressant de compléter notre point de vue en
considérant différentes classifications de métadonnées. Par exemple, F. Role distingue38 :
– les métadonnées dépendantes du contenu (p.ex. : le langage informatique dans lequel le
traitement est implémenté),
– les métadonnées descriptives du contenu (p.ex : la fonctionnalité réalisée par le traitement),
– les métadonnées indépendantes du contenu (p.ex : la date de création du traitement).
De nombreux auteurs distinguent également les métadonnées internes ou externes aux ressources, dédiées davantage à l’indexation ou à la description, au type de public, au multilinguisme, à l’échange, à la sécurité, à l’authentification, aux droits, aux aspects administratifs,
etc. Le domaine est vaste ; nous n’approfondirons pas son exploration au-delà de la limite estimée des besoins de notre contexte.
1.4.2
La nécessité d’un modèle de métadonnées
Nous avons établi la nécessité des métadonnées comme intermédiaire entre l’utilisateur et
les traitements. Par ailleurs, l’analyse des besoins a permis de cerner les aspects des traitements
à décrire. Il est donc possible de créer “librement” des métadonnées en langue naturelle, de
les stocker sur un support quelconque et de les rendre accessibles aux utilisateurs. Ce type de
pratique perdure encore partiellement ; il tend à disparaı̂tre grâce à l’édiction de normes de
métadonnées.
Il est clair en effet que l’exploitation des métadonnées est facilitée lorsque celles-ci respectent
des contraintes de structure et de contenu. En particulier, l’exploitation informatique demande
l’adoption de normes. Cela était vrai pour des applications locales ; cela l’est d’autant plus avec
les possibilités d’échange qu’offre Internet.
Comme le note D. Hillmann [Hil01] :
“Le concept de métadonnées est antérieur à Internet et au Web. Toutefois, c’est avec
l’augmentation de l’édition électronique et des bibliothèques numériques que l’intérêt mondial
pour les pratiques et standards de métadonnées a véritablement explosé. La surabondance
d’information (...), résultant de vastes quantités de données numériques non différenciées
disponibles en ligne, explique cet intérêt soudain (...). L’adoption à grande échelle de normes
descriptives et de nouvelles pratiques pour les ressources électroniques va améliorer la possibilité de trouver des ressources pertinentes dans Internet.”
L’adoption d’un modèle de métadonnées permet de définir un ensemble d’éléments de descriptions, leur organisation, leurs relations, leur type et leurs valeurs possibles. Nous verrons
37
38
Connaı̂tre les traitements, sous-section 1.3.3 p. 20.
[Rol99] p.4, cité par [Rom01] p. 44)
36
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
qu’il peut également être doté d’une sémantique formelle. Le modèle considéré indépendamment
des questions d’implémentation39 sera appelé modèle conceptuel (chapitres 2 et 3). La traduction du modèle conceptuel dans un langage informatique sera appelée modèle d’implémentation
(chapitre 4).
Ces deux formes du modèle de métadonnées permettent à l’humain et à la machine de
manipuler une représentation des traitements décrits. Ainsi, par exemple, on ne comptera pas
les programmes ADA disponibles au laboratoire COGIT en cherchant un par un tous les fichiers
portant l’extension ADA, mais en effectuant une requête sur la base de métadonnées indexant
lesdits programmes.
La distinction entre réalité et représentation de celle-ci est fondamentale en science. C’est
pourquoi elle a fait l’objet de beaucoup de réflexions qui ont abouti à la notion de modèle40 .
Un modèle est une abstraction de la réalité. Compte tenu de notre contexte, l’exemple de
la carte géographique s’impose. Il illustre bien le fait que l’opération d’abstraction implique des
choix sélectifs : c’est une simplification de la réalité. Seuls les aspects utiles à un but donné sont
retenus ; sans informations parasites le raisonnement est plus aisé. Un modèle est donc une vue
abstraite, partielle, mais utile de la réalité. Dans ce qui suit nous poursuivons l’exemple de la
carte géographique pour illustrer notre réflexion sur les modèles, et nous établissons le parallèle
avec les besoins d’informations sur les traitements.
Pour un même lieu géographique, un urbaniste choisira une carte cadastrale tandis
que l’analyste des réseaux de transports optera pour une carte topographique. Différents
besoins impliquent différents thèmes ou différentes facettes de description d’une même
réalité. Un de nos objectifs est donc de créer un modèle multi-points de vues. Nous avons
indiqué par ailleurs que nous essaierons d’adapter les modes d’emploi au contexte de l’utilisateur.
Considérons cette fois des besoins de même nature mais de granularité ou complexité
différentes. Un randonneur choisit une carte routière d’échelle 1/25 000 ème , un cycliste d’échelle
1/100 000 ème . Le niveau de détail est différent. De même, un utilisateur à la recherche d’un SIG
pour cartographier grossièrement un jeu de donnée désirera consulter des descriptions ne contenant que les informations minimales (disponibilité, système d’exploitation, formats de données
acceptées). Au contraire un cartographe professionnel exigera des informations détaillées sur les
fonctionnalités offertes, les possibilités d’extension, les tests effectués, etc.
Nous sommes là face à un dilemme. Si l’enseignant humain peut adapter son cours au niveau
de sa classe, construire un modèle et une application qui permette une telle chose paraı̂t au
premier abord délicat. Simples, les descriptions seraient incomplètes ; complètes, elles seraient
trop complexes41 .
Comme nous l’avons déjà évoqué lors de l’étude des connaissances tacites, deux de nos
objectifs sont donc d’autoriser des descriptions de complexité variable et de permettre la
progressivité dans la présentation des informations.
Un modèle est conçu dans un but. En sciences physiques il s’agit de prédire les comportements
du système modélisé, par exemple la chute des corps. Le modèle dans ce cas est la traduction
d’une théorie qui comporte des lois et qui permet d’interpréter des faits.
Notre modèle de métadonnées aurait pu poursuivre un but du même type. Répondre à la
requête “Comment se comporte l’algorithme A sur tel type de données” suppose de pouvoir
simuler un aspect du comportement du traitement. Autre exemple, la fonction qui décrit le lien
39
du moins en théorie. Nous discutons de ce point sous-section 2.2.1.
parmi les sources traitant de la notion de modèle dont nous nous sommes inspirés, nous pouvons notamment
citer [Pie00].
41
variante de “Ce qui est simple est faux, ce qui est compliqué est inutilisable”, sentence attribuée à Paul Valéry
qui aurait par ailleurs affirmé “on ne raisonne que sur des modèles” [Moi87].
40
1.4 Quelles réponses ?
37
entre la taille et la qualité d’une image raster compressée en Jpeg est connue [CVM03]. Elle
pourrait être exploitable dans le cadre de notre application. Le calcul prédictif de la complexité
des traitements – donc de leurs temps d’exécution machine – peut également être intéressant,
par exemple si l’on souhaite comparer l’efficacité de deux algorithmes en fonction d’un jeu de
données particulier.
Un autre type de but est poursuivi dans le domaine mathématique. Les modèles servent là
à démontrer formellement des théorèmes, étant donné un ensemble d’axiomes et de règles d’une
logique formelle. L’équivalent existe dans le domaine informatique. Le but est d’apporter des
preuves de programmes (finitude, complexité, obtention du résultat escompté), au moyen de
méthodes formelles.
Notre modèle n’a vocation ni à prédire ou à simuler le comportement de traitements, ni à
apporter des preuves de programmes. Les buts que nous fixons à notre modèle sont ceux révélés
par l’analyse de besoins, c’est-à-dire permettre la construction de métadonnées pour rechercher,
connaı̂tre et utiliser les traitements. Ces métadonnées doivent posséder deux qualités difficilement
conciliables : elles doivent être à la fois expressives et opérationnalisables. Elles doivent en effet
être lisibles par l’homme (notamment avec du texte en langue naturelle et des images) mais
aussi dotées d’une sémantique formelle qui permette la mise en œuvre de raisonnements (cf. les
exemples ER 1 et ER 3 p. 20 et 21). Face à ce dilemme, vers quel type de solution allons nous
nous orienter ?
1.4.3
Système d’Information ou Système à Base de Connaissance ?
Nos métadonnées doivent pouvoir, en partie, remplacer l’expert humain. Ce but appartient
clairement au champ de l’Intelligence Artificielle. On peut considérer que l’IA construit deux
types de systèmes : les systèmes qui raisonnent et les systèmes qui aident l’humain à raisonner.
Historiquement, il semble que les systèmes qui raisonnent sont plus anciens que les systèmes qui
aident à raisonner42 . Les projets de systèmes intelligents cybernétiques apparus dans les années
cinquante, puis plus tard les premiers systèmes experts à base de règles, par exemple, ont en
effet précédé les travaux de représentations des connaissances aidant l’humain à raisonner (avec
p.ex. la représentation orientée objet, les réseaux sémantiques et les principes de génie logiciel).
La distinction entre les deux grands types de systèmes de l’IA que l’on vient d’évoquer se
retrouve de façon plus ou moins explicite dans les propos de plusieurs auteurs de la communauté des représentations des connaissances. B. Bachimont considère ainsi que “l’ingénierie des
connaissances comprend deux modalités essentielles : l’ingénierie des représentations formelles
de connaissances et l’ingénierie des inscriptions documentaires de connaissances” [Bac04].
De façon similaire, J. Caussanel et E. Chouraqui proposent une typologie des systèmes de
gestion de connaissances où apparaissent deux branches : les Systèmes d’Information (SI) et les
Systèmes à Base de Connaissance (SBC) [CC99]. Laquelle des deux orientations devons-nous
suivre ? Voyons plus précisément ce qu’il en est des SI et des SBC, et quel choix est le plus
approprié à notre but.
“Un SI est un ensemble organisé de ressources (matériel, logiciel, personnel, données, procédures, ...) permettant d’acquérir, de stocker, de transformer et de communiquer des informations
sous forme de textes, images, sons, ou de données codées dans des organisations”43 . Un système
de gestion de base de données indexant les ouvrages d’une bibliothèque, par exemple, constitue
un SI. Certes, il existe souvent des programmes informatiques pour traiter les informations
42
On pourra trouver, entre autres, dans [Teu00] une chronologie sommaire des systèmes d’informations et des
travaux d’intelligence artificielle.
43
Encyclopédie Wikipedia. http://fr.wikipedia.org/wiki/Système d’information
38
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
du SI ; par exemple, dans le cas d’un système d’information bibliothécaire, ces programmes
permettent d’effectuer des recherches, de gérer des emprunts, etc. Mais les traitements effectués
font appel à des connaissances figées dans le code des programmes et clairement séparées des
informations du SI.
Au contraire, un SBC est un systèmes où les connaissances font partie des données et non
des procédures. Selon, J. Pomian, un SBC est le résultat de la capitalisation des connaissances,
démarche qui vise à identifier, recueillir et rendre exploitable, quels que soient le contexte,
l’expérience acquise par une organisation [Pom96]. Aussi appelés systèmes experts de seconde
génération [ALR96], les SBC contiennent les connaissances destinées à être opérationnalisées.
Certains auteurs considèrent que les mémoires d’entreprises sont des SBC où les connaissances
sont destinées aux humains, et non opérationnalisables informatiquement [CC99]. Nous
pourrions décrire les connaissances d’utilisation des traitements suivant cette voie. Mais nous
ne pourrions alors pas simuler une partie du raisonnement de l’expert. Notre modèle de
métadonnées doit donc permettre la construction d’un SBC opérationnalisable informatiquement. Pour cela une approche possible est de formaliser les connaissances des domaines des
traitements dans des ontologies formelles et de représenter en complément les règles de l’expert
dans un langage de logique à l’expressivité adaptée44 .
En conclusion, notre objectif est double. D’abord nous allons construire un SI. Ensuite, par
la représentation logico-formelle et l’opérationnalisation d’une partie des connaissances du SI,
nous mettrons en place un SBC répondant à une gamme de besoins dont plusieurs exemples
seront donnés chapitre 3.
1.4.4
L’acquisition et la consultation des métadonnées
La figure 1.13 montre les principaux cas d’utilisation de l’application à construire. Une
même personne peut endosser alternativement les rôles d’utilisateur qui consulte la base de
métadonnées et d’auteur de métadonnées qui en saisit de nouvelles. Nous n’exposons pas ici
tous les cas d’utilisation. Par exemple, les différentes modalités de recherche dans la base de
métadonnées (par mot-clés, par soumission de formulaires de requêtes, par sélection dans des
index de navigations) ne sont pas détaillées.
1.4.5
Définition des objectifs à atteindre
Nous définissons deux types d’objectifs : relatifs au modèle de métadonnées, et relatifs à
l’application qui permet l’accès à la base de métadonnées qui instancie le modèle. Les principes
listés ci-dessous sont bien connus. Ils sont prescrits, entre autres, par [SB01] (cité par [Tao02]).
Objectifs relatifs au modèle de métadonnées
On a vu se dessiner plusieurs objectifs. Ils vont conditionner notre façon de modéliser
les connaissances sur les traitements. Premièrement, il faut organiser les connaissances de
telle sorte qu’une représentation progressive soit possible ; deuxièmement, il faut les décrire
systématiquement au niveau le plus général possible afin de factoriser les aspects communs
de leur description ; troisièmement, il faut introduire la notion de prototype afin de permettre
l’exhibition d’exemples basés sur l’analogie.
O1 : Universalité. Le modèle doit permettre de décrire tous les traitements informatiques
44
Nous verrons que ces deux approches complémentaires correspondent à deux des couches du “layer cake” du
Web sémantique proposé par T. Berner-Lee (cf. fig.4.2, p. 152).
1.4 Quelles réponses ?
Fig. 1.13 – Application d’accès au métadonnées des traitements – principaux cas d’utilisation
39
40
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
géographiques45 .
O2 : Homogénéité. Les traitements doivent être décrits de façon homogène. La structure et
le contenu des métadonnées doivent être contraints. En théorie, pour un niveau de détail
donné, il ne doit exister qu’une seule description de traitement conforme au modèle46 .
Autant que possible, les standards existants doivent être utilisés.
O3 : Intégralité. Les éléments de description du modèle doivent tendre à refléter tous les
points de vue des traitements pertinents pour l’utilisateur. Ceci dit, il est toujours possible de détailler plus précisément certains aspects des descriptions, d’où l’importance de
l’objectif O4 suivant.
O4 : Extensibilité. Le modèle doit être extensible. L’ajout d’éléments de descriptions ou de
relations entre ceux-ci doit être possible. La possibilité de référencer ou d’inclure des sources
de métadonnées existantes doit être offerte.
O5 : Intelligibilité. Le modèle doit autant que possible être simple, compréhensible, et non
ambigu. Il doit organiser les connaissances de façon logique. Il doit permettre une vision
progressive des connaissances ; c’est là un point important.
O6 : Opérationnabilité. Une partie des connaissances représentables à l’aide du modèle doit
être opérationnalisable. Un de nos objectifs est en effet la simulation de certains raisonnements de l’expert. Le modèle doit capturer les connaissances sous une forme déclarative,
mais suffisamment formelle pour permettre le passage à une forme procédurale. Pour certaines connaissances ces deux formes apparaı̂tront inconciliables ; nous renoncerons alors
à l’objectif d’opérationnalisation mais non à celui de l’acquisition.
Objectifs relatifs à l’application d’accès aux métadonnées
O7 : Acquisition.
O7a : L’application doit permettre l’instanciation du modèle, c’est-à-dire l’acquisition des
métadonnées sur les traitements et les connaissances sur les domaines associés.
O7b : L’acquisition doit être en partie automatisée (analyse de codes et de documentations
existantes, déduction à partir d’informations saisies).
O7c : La structure et le contenu des métadonnées doivent être contrôlés. La définition
formelle des concepts mobilisés doit, de plus, permettre de contrôler l’interprétation
d’une partie des métadonnées : pour le lecteur qui vérifie le sens des termes employés ;
pour l’application qui tire les conséquences logiques des faits explicitement spécifiés
et infère de nouveaux faits. L’acquisition des connaissances d’experts comprend ainsi
celle des définitions des concepts des domaines impliqués.
O7d : Dans un souci d’incitation à l’acquisition auprès des auteurs des traitements, les
descriptions incomplètes doivent être dans une certaine mesure tolérées.
O8 : Consultation.
O8a : L’application doit permettre la soumission de requêtes via des formulaires.
O8b : L’application doit permettre la recherche par mots-clé.
O8c : L’application doit permettre la navigation par le parcours des relations entre
métadonnées.
45
Si l’on considère notre modèle comme une fonction qui à un traitement associe une description, l’universalité
correspond à la propriété de surjection.
46
Relativement à la fonction de la note précédente, l’homogénéité correspond à la propriété d’injection.
1.4 Quelles réponses ?
41
O8d : Dans leur présentation à l’utilisateur, les descriptions doivent posséder une forme
qui répond à la fois aux spécificités du domaine géographique et aux limites identifiées dans les descriptions existantes (cf. chapitre 2). De plus, diverses fonctionnalités classiques de consultation seront offertes, telles le tri des résultats des requêtes,
la possibilité de croiser les critères de recherche, l’offre d’une interface ergonomique
et conviviale, l’exhibition de diagrammes statistiques.
O9 : Exploitation.
O9a : Sans préjuger de la forme qu’elle doit prendre, l’implémentation du modèle doit
suivre un certain nombre de recommandations prescrites notamment pour la conception de schémas de base de données relationnelles : présence d’attributs identifiant
de façon unique les ressources, absence ou limitations des redondances par l’usage de
références, etc.
O9b : Des mécanismes d’inférences doivent être mis en œuvre pour répondre aux besoins
qui seront exposés en détail au chapitre 3.
O9c : Les choix techniques adoptés doivent prendre divers critères de faisabilité tels le passage à l’échelle, la mise à jour de la base sans l’intervention d’un gestionnaire humain,
la modularité de l’architecture (séparation présentation, traitements des requêtes,
base de métadonnées), la gestion des accès concurrents, etc.
O9d : L’application doit tendre à l’indépendance vis-à-vis du modèle. Modifier le modèle
doit impliquer un minimum de répercussion sur le code de l’application.
Objectifs que l’on choisit de ne pas poursuivre
La compréhension du besoin de l’utilisateur est un des verrous des systèmes d’aide. Les
techniques de traitement automatique de la langue naturelle (TALN) permettent de faciliter le
dialogue entre utilisateurs et applications. Cette piste de recherche est intéressante, mais nous
ne l’explorons pas.
Nous ne poursuivons pas non plus la piste qui aurait consisté, pour décrire les effets des
traitements, à créer des descriptions capables de simuler le comportement des traitements,
ou de présenter les résultats de méthodes statistiques telles que les plans d’expérience. Si des
descriptions liées à ces techniques existent, elles pourront être référencées dans les descriptions
(objectif O4) mais ne seront pas validées par le modèle.
Nous n’essayons pas de concurrencer les outils de génie logiciel tels les IDE (Integrated
Development Environment, ou environnement de développement intégré) pour l’aide au
développement de traitements informatiques. Notre système d’accès aux métadonnées a un rôle
complémentaire plutôt que concurrent de celui des IDE, dont nous verrons d’ailleurs au chapitre
2 quelques-unes des fonctionnalités. Un objectif intéressant aurait été de coupler notre système
avec un IDE. Nous n’avons pas poursuivi cet objectif. Globalement, notre approche se situe
aussi à un niveau de description plus abstrait que le niveau code, même si nous considérons bien
sûr aussi ce dernier. Nous verrons néanmoins au chapitre 6 que nous avons été amenés à utiliser certains outils d’analyse de code pour automatiser l’acquisition d’une partie des métadonnées.
Concernant la simulation du raisonnement de l’expert, notre objectif n’est pas l’opérationnalisation totale des connaissances, mais la meilleure présentation de celles-ci à l’utilisateur, sous
une forme qui, par ailleurs, permet la mise en œuvre d’un certain nombre de mécanismes
d’inférence. Ce faisant, nous nous situons dans la lignée des travaux d’intelligence artificielle
qui parient davantage sur une coopération agent logiciel – agent humain que sur les capacités
des seuls agents logiciels. G. Boy formule ainsi ce point de vue : “l’optimum pour le système ne
42
Chapitre 1. Les besoins d’informations sur les traitements
se situe pas au degré d’automatisation maximum, mais à un point d’automatisation qui optimise
le résultat de son utilisation par l’agent-humain” (cité par [Aus89]).
1.5
Conclusion
Nous avons présenté le contexte de notre travail : les traitements informatiques géographiques
à l’IGN. Nous avons identifié ce qui nous semblait en être les principales catégories, en tentant
notamment de cerner les spécificités liées au domaine géographique.
Nous avons mené l’analyse des besoins. Il faut permettre aux utilisateurs et aux développeurs
de l’IGN de rechercher, connaı̂tre et utiliser les traitements géographiques. Il faut leur donner
accès aux connaissances de l’expert, et simuler une partie des raisonnements de ce dernier pour
répondre aux requêtes qui nécessitent de dériver de l’information non explicitement présente dans
la base de métadonnées. En particulier, nous souhaitons fournir des modes d’emploi adaptés au
contexte d’utilisation.
Il s’ensuit que nous nous fixons pour objectifs de définir un modèle de métadonnées, puis de
construire une application couplant un système d’information et un système à base de connaissance.
Chapitre 2
Proposition d’un modèle conceptuel
de métadonnées
Ce chapitre a pour but la définition de notre modèle conceptuel de métadonnées.
Nous commençons par dresser un état de l’art des métadonnées de traitements (section
2.1). L’exhaustivité n’est pas visée. Elle serait de toutes façons difficile à atteindre compte
tenu de l’étendue des travaux liés aux métadonnées des traitements informatiques. Il existe
notamment de nombreux projets cherchant à permettre la description de services Web. Après
nous être intéressés aux métadonnées des traitements informatiques en général, nous porterons
notre attention sur celles concernant plus spécifiquement le domaine géographique.
Notre état de l’art recense principalement des modèles de métadonnées, proposés par
exemple par les normes d’organismes reconnus. Mais il recense aussi des métadonnées comme
les manuels d’utilisateur. Dans ce dernier cas le modèle est implicite ; nous cherchons alors à en
identifier les éléments. L’aperçu des quelques normes et langages de métadonnées de ressources
généralistes est également utile à nos buts.
Ce tour d’horizon effectué, et après avoir précisé quelques points relatifs à notre démarche
et à nos choix de modélisation (section 2.2), nous présentons les diagrammes de classe de notre
modèle conceptuel (section 2.3).
2.1
État de l’art des métadonnées des traitements
L’état de l’art proposé ici regroupe une sélection de descriptions existantes, de modèles de
description (standards, normes et langages) et d’outils utiles à la connaissance des traitements1 .
Nous avons cherché à recueillir les éléments de description et les idées les plus intéressants en
vue de la construction de notre propre modèle. Nous abordons ainsi des modèles de métadonnées
et des langages aux vocations diverses : formels ou non, destinés aux humains ou aux machines,
à la conception ou à l’utilisation, etc. Tous sont potentiellement porteurs d’enseignements utiles
à notre but.
2.1.1
Les producteurs de modèles de métadonnées
Dès lors qu’une activité nécessite l’échange d’information entre agents humains ou logiciels,
des protocoles de communication apparaissent. Des langages sont créés, des normes et des
1
Parce que toutes informations sur les traitements ne sont pas à proprement parler des descriptions de ceux-ci,
nous préférons parler d’état de l’art des métadonnées plutôt que d’état de l’art de descriptions. Par exemple,
nous faisons figurer dans notre état de l’art la fonctionnalité d’un IDE comme Eclipse qui permet de savoir où est
utilisée une classe Java (un IDE – Integrated Development Environment, environnement de développement intégré
en français – est un logiciel réunissant les outils nécessaires à la création d’applications).
43
44
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
standards de métadonnées sont définis pour structurer les documents supports de l’information
échangée. Dans le domaine de l’informatique des consortiums d’industriels se constituent, des
communautés se dotent d’organismes dont elles reconnaissent l’autorité. Lorsque les intérêts en
jeu le justifient, les normes émanent de l’État.
Normes et standards
Les termes norme et standard se traduisent tous deux en anglais par standard. En français
il existe cependant une nuance. Elle se situe, selon G. Chartron [Cha00]
“au niveau des acteurs en jeu et des procédures de consensus attachées :
– La norme fait référence surtout à l’ISO et à ses instances nationales telles que l’AFNOR
[Association Française de NORmalisation] en France avec des processus de validation
assez lourds.
– Le standard est plus assimilé à un processus réactif de consensus du monde économique ou
du monde technique. Pour des organismes comme le W3C, l’enjeu est un accord consensuel pour le développement rapide du commerce ; pour l’IETF [Internet Engineering Task
Force], l’enjeu est le développement ou l’extension rapide de protocoles techniques. Les
méthodes de travail adoptées alors pour l’élaboration de ce type de standard répondent
à une exigence de vitesse : le courrier électronique et les forums sont des outils de travail
majeurs”.
Alors qu’un standard est un “ensemble de recommandations développées et préconisées
par un groupe représentatif d’utilisateurs”, une norme est, selon la définition de l’ISO, “un
document établi par un consensus et approuvé par un organisme reconnu, qui fournit, pour
des usages communs et repérés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques, pour
des activités ou leurs résultats, garantissant un niveau d’ordre optimal dans un contexte donné”.
Principaux organismes émetteurs de normes de métadonnées des traitements
Les organismes qui établissent des normes – notamment des normes de métadonnées – sont
très nombreux. Nous ne citons ci-après que les principaux dont nous avons été amenés à étudier
les propositions. Les normes mentionnées dans cette section seront présentées dans la suite du
mémoire.
Le premier producteur mondial de normes internationales est l’ISO (International
Organization for Standardization) [ISO05b]. Les 190 comités techniques2 de l’ISO travaillent
sur des domaines très divers. Celui qui nous intéresse tout particulièrement est le comité pour
l’information géographique et la géomatique, le TC 211. Il définit les normes ISO 19119 et 19115
respectivement pour les métadonnées des services Web géographiques et les métadonnées des
données et traitements géographiques. D’autres normes ISO, portant sur les métadonnées de
façon plus générale, sont également utiles à nos besoins. L’ISO n’est pas toujours à l’initiative
de leur création, elle se contente parfois d’entériner des standards existants, tels que Dublin
Core, SGML, LOM et TopicMaps.
Une autre organisation importante de standardisation est l’IEEE (Institute of Electrical
and Electronics Engineers). Même si elle est surtout connue pour l’édiction de normes informatiques “bas niveau” (télécommunications), on lui doit le modèle de métadonnées des objets
d’enseignement LOM.
2
Chiffre en 2005 (http://www.iso.org/iso/fr/aboutiso/isoinfigures/January2005-p1.html).
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
45
OASIS (Organization for the Advancement of Structured Information Standards), “consortium d’industriels visant à promouvoir l’utilisation de standards ouverts et auteur de nombreuses
spécifications liées à XML”3 , a, pour sa part, défini UDDI, standard pour les annuaires des
services Web. Dans le monde du Web, justement, l’organisation incontournable est le W3C
(World Wide Web Consortium). Son but est de standardiser les langages du Web. Nous
verrons que la partie “implémentation” de notre travail repose entièrement sur des langages
W3C. Ces langages ne sont pas à proprement parler des langages de métadonnées, ce sont
principalement des langages de définition de formats de contenus. Ce sont donc, en quelque
sorte, des normes de méta-langages applicables aux métadonnées. Nous les présenterons aux
chapitres 4 et 5. Pour l’heure, les normes W3C qui nous intéressent sont celles qui peuvent
être vues comme définissant directement des métadonnées. C’est le cas de WSDL et de SOAP
pour les services Web, de MathML pour les notations mathématiques. Le W3C comporte un
groupe de travail lié au domaine géographique4 , mais ses travaux ne nous sont pas utiles. Ils
ont en effet pour but de fournir un vocabulaire décrivant les informations de localisation spatiale.
Dans le domaine du génie logiciel, l’OMG (Object Management Group) a proposé des
normes célèbres comme UML, MOF, CORBA et IDL. Nous allons évoquer UML dans ce
chapitre, bien qu’il s’agisse plutôt d’un méta-langage de conception logicielle orienté objet que
d’un langage de métadonnées des traitements à proprement parler.
Dans le domaine spécifiquement géographique, l’organisme le plus connu semble être l’OGC
(Open Geospatial Consortium – anciennement Open GIS Consortium, avec GIS pour Geographic
Information Systems). L’OGC regroupe plus de 200 membres dans le monde entier. Alors que le
comité technique TC 211 de l’ISO édicte des normes sous forme de modèles conceptuels, l’OGC
s’attache à fournir des solutions techniques sous forme de définitions d’interfaces de services
Web (WFS, WMS et WCS pour Web Feature/Map/Coverage Service notamment, cf. p. 70),
sous forme de formats XML de descriptions de services (implémentation d’ISO 19119), et sous
forme de format XML de données (GML, Geography Markup Language).
Les normes de métadonnées géographiques existantes concernent principalement les données,
beaucoup plus que les traitements. De fait, on trouve sur les sites d’organismes comme le FGDC
(Federal Geographic Data Commitee5 ), avant tout des normes de métadonnées de données.
L’examen de ces normes n’est pas sans intérêt si l’on veut décrire ce que font les traitements,
comment ils affectent les données. C’est pourquoi nous avons par la force des choses été amenés
à examiner, par exemple, les normes de métadonnées ISO 19115 et CSDGM (Content Standard
for Digital Geospatial Metadata, élaborée par le FGDC)6 . S’il nous arrivera de les évoquer dans
la suite de ce mémoire, nous ne les détaillerons pas pour autant ; cela nous aurait éloigné de
notre sujet principal.
Tout comme les logiciels, les modèles de métadonnées sont le fruit d’un travail. Tout comme
eux, ils relèvent de réglementations liées à la propriété intellectuelle. L’accès aux normes n’est
donc pas toujours libre. Il en coûte par exemple 224 francs suisses à qui veut consulter la
spécification du standard SGML – ISO 88797 . En revanche, tous les standards du W3C sont
libres de droits. Les politiques de développement sont différentes ; il est en tous cas clair que
plus un travail – modèle, langage ou logiciel – s’offre aux regards et aux critiques, plus ses
défauts ont des chances d’être détectés et corrigés. Il existe plusieurs types de licences. Le W3C
3
http://xmlfr.org/index/org/oasis/
http://www.w3.org/2003/01/geo/
5
Créé par le gouvernement américain pour coordonner le développement de la NSDI (National Spatial Data
Infrastructure).
6
http://www.fgdc.gov/metadata/csdgm/
7
Prix indiqué en 2005 sur le site de l’ISO http://www.iso.org/iso/en/CatalogueDetailPage.
CatalogueDetail?CSNUMBER=16387.
4
46
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
a adopté le système RF, l’ISO, OASIS et l’OMG, le système RAND8 .
Un bon modèle de métadonnées participe de façon importante à l’efficacité d’un système
d’information et de gestion des connaissances. En cela c’est un facteur de compétitivité. Pour
cette raison, dans les secteurs d’activités régis par la loi de la concurrence, les entreprises n’ont
pas intérêt à partager les modèles fruits de leur expérience. L’espionnage industriel étant un
délit, l’état de l’art établi dans ce mémoire est forcément incomplet. Ceci dit, on peut penser
que s’il existe peut-être des modèles de métadonnées intéressants mais confidentiels, il est
probable que, même si nous y avions eu accès, des adaptations à la spécificité du contexte de
l’IGN auraient été nécessaires.
De façon générale, on peut penser que des besoins spécifiques nécessitent presque toujours
la création de modèles ad hoc. Les normes et standards qui ambitionnent de toucher un public
large ne peuvent être à la fois simples et adaptés à tous les besoins. Un nombre important de
travaux présentés dans les conférences informatiques et géographiques consistent justement à
présenter l’application d’une norme à un contexte particulier, et à en déduire les adaptations
nécessaires.
Des modèles de métadonnées peuvent être définis de façon locale dans le cadre de projets.
Nous avons pu nous inspirer des grilles de descriptions de l’OEEPE (Organisation Européenne
d’Etudes Photogrammétriques Expérimentales) utilisées par les développeurs du projet Agent
destiné à l’automatisation de la généralisation cartographique, projet auquel a participé activement le laboratoire COGIT.
8
RF (Royalty Free) : les auteurs renoncent aux droits sur les brevets qui pourraient être créés à partir de leur
travail ; RAND (Reasonable And Non Discriminatory) : les auteurs s’accordent pour être “raisonnables” et ne pas
s’attaquer entre eux, par contre ils se réservent le droit de faire payer les usages extérieurs faits de leur travail par
des personnes extérieures. Un article expliquant pourquoi le W3C a choisi RF plutôt que RAND comme politique
en matière de licence est disponible sur http://www.uzine.net/article1401.html.
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
2.1.2
47
Métadonnées des traitements informatiques
Sommaire
1) Métadonnées des fichiers informatiques
Les tables d’allocations et les informations internes
2) Les documentations destinées aux utilisateurs
Les documentations papier
Les fichiers et aides “helpdesk”
Les documentations du Web
3) Les documentations destinées aux programmeurs
Les documentations API
Les fichiers log
4) Outils utilisés par les programmeurs
Logiciels et programmes d’inspection de code
Les logiciels de versioning
5) Langages et modèles de conception en génie logiciel
UML
Réseaux de Pétri
Design-pattern
Qualité et fiabilité des traitements informatiques
6) Quelques descriptions et langages de descriptions de traitements en IA
Langage VDL
Un système d’aide à la conception d’applications de Traitement d’Images
KADS
7) Langages et modèles de description de services Web
Le trio WSDL-SOAP-UDDI
OWL-S
47
47
49
49
50
50
51
51
53
54
54
54
55
55
55
56
56
57
57
58
59
60
60
63
1) Métadonnées des fichiers informatiques
Les tables d’allocations et les informations internes
Les traitements informatiques se présentent sous forme de fichiers. Leur nom nous renseigne
déjà, leur extension (“.com”, “.exe.”, “.dll”, etc.) également.
Pour en savoir plus, demandons à voir les propriétés des fichiers, par les commandes adéquates
d’une console ou via l’interface de l’explorateur de fichiers (fig. 2.1).
NomE
Attributs
Propriétaire
Copyright
Version du produit
Taille
Commentaire
Titre
Description du module
Type
Créé le
Objet
Version du module
Modifié le
Dernier accès le
Catégorie
Nom du produit
Tab. 2.1 – Quelques-unes des informations disponibles avec les tables NTFS
Le numéro de version des logiciels, que l’on retrouve également dans la fenêtre “À propos...”
classiquement accessible à partir du menu “ ?”, est une information importante.
“La notion de version est importante en informatique. Nous avons affaire à des logiciels
(et maintenant à des documents électroniques) évolutifs. Le nom d’un logiciel, ou bien le
48
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Fig. 2.1 – Visualisation des propriétés des fichiers sous Windows
titre d’un document placé sur l’internet, ne suffisent pas toujours à le définir. Il convient
d’ajouter le “numéro de version”. En général, une version “de premier développement”, c’est
à dire qui n’est pas encore fiable, possède un numéro commençant par 0. (...). Chaque “mise
à jour” du logiciel voit progresser son numéro de version. On considère que les versions dont
seul le chiffre décimal progresse sont des versions qui améliorent un logiciel sans apporter
des changements profonds dans l’apparence ou dans les fonctionnalités. Régulièrement des
pas importants sont franchis, et les logiciels passent “à la version supérieure”, en modifiant
le chiffre des unités.(...) Entre deux versions existent des versions “bêta”, c’est-à-dire des
versions qui sont diffusées pour que les spécialistes puissent repérer les erreurs et les signaler
à l’auteur (ou à la société de production)” [Cro98].
On peut également ajouter que pour les logiciels commerciaux l’évolution des numéros de
versions répond souvent à une logique marketing.
Où sont stockées les informations ?
Les métadonnées telles que celles du tableau 2.1 proviennent des tables des systèmes de
fichiers : FAT, ou NTFS et des streams.
“En NTFS, un fichier consiste en plusieurs data streams qui sont un peu la généralisation
du concept de fork pour les fichiers Macintosh. Un stream particulier contient les informations
de sécurité (droits d’accès, etc.) et un autre stream appelé standard contient les données
habituelles, celles qui sont normalement accessibles par les applications. Quand on examine
avec l’Explorateur de Windows un fichier “normal” nommé MonFichier, c’est le stream appelé
en interne MonFichier::DATA qui est affiché. Mais il peut exister aussi d’autres streams
(alternate streams) liés au stream standard et contenant [d’autres] métadonnées” [Pec05b].
Les métadonnées qui viennent d’être évoquées ne sont pas a priori réservées à un public particulier. En revanche, il est bien demandé au concepteur de traitement informatique de produire
deux types de documents distincts : les “documentations utilisateurs” et les “documentations
programmeurs”.
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
49
2) Les documentations destinées aux utilisateurs
La recommandation en forme de boutade “Quand tout a échoué, lisez le manuel” insinue la
paresse des utilisateurs. Cette assertion n’est probablement pas totalement fausse. Mais on pourrait aussi mettre en cause la forme des documentations proposées. Elles existent essentiellement
sous trois formes :
– documents papiers (livres, manuels, revues),
– fichiers d’aide et programmes d’assistance qui accompagnent sous forme électronique le
traitement – on parle d’aide helpdesk,
– documents disponibles sur Internet (cours, tutoriels, sites spécialisés, articles, etc.).
Ces trois formes de documentation ne sont bien sûr pas exclusives : on peut imprimer des
fichiers d’aide ou trouver sur le Web des manuels au format électronique. Néanmoins, elles
possèdent chacune des caractéristiques propres. Elles traduisent également l’évolution des pratiques d’utilisation. Au début des années 90, les logiciels s’accompagnaient de manuels papiers volumineux. Ils ont progressivement été remplacés au profit de documentations au format électronique, qui aujourd’hui sont désormais de plus en plus souvent accessibles “en ligne”,
c’est-à-dire directement sur le Web. Entre autres avantages, ces évolutions successives ont eu
pour conséquence la résolution des problèmes de mises à jour. Cependant, si le recours au format
électronique a bel et bien entraı̂né une révolution dans les usages pour les besoins d’informations
ponctuels, la forme “livre papier” reste encore la plus pratique dès que le volume de connaissances à acquérir est important. On peut donc pronostiquer qu’il va subsister pour quelque
temps encore des rayons “informatique” dans les bibliothèques.
Les documents papiers
Une vision pessimiste de la documentation “papier” pourrait pousser à définir, de façon
quelque peu triviale, l’informatique comme “20% de hardware et de software et 80% de footware
dans les harmwares”9 . Il est vrai que les protocoles de gestion de projet imposent la rédaction
de documentations souvent volumineuses. La lecture des spécifications de normes informatiques
peut également paraı̂tre rebutante.
La première leçon à tirer de ce constat est qu’une documentation de traitement doit être
proche du besoin de l’utilisateur, et, en particulier, adaptée au niveau de détail qu’il attend.
Certains ouvrages tentent bien de proposer plusieurs niveaux de lecture (on trouve ainsi dans
les manuels d’utilisation des chapitres “démarrage rapide” pour les lecteurs pressés, ou des
résumés à chaque début ou fin de chapitre), mais la nature figée du texte limite fatalement
les possibilités. De ce point de vue, l’apparition de l’hypertexte présente une réelle valeur ajoutée.
Une deuxième leçon peut être tirée de l’étude des documentations papiers. Chaque type
(manuel utilisateur, cahier des charges fonctionnel, cahier des charges technique, article de
conférence présentant un traitement, thèse, etc.) respecte des conventions en termes de structure
et de contenu. Un article suit en général le plan résumé, contexte, analyse des besoins, état de
l’art, expérimentations, conclusion ; un manuel comporte la plupart du temps un sommaire, un
index, un glossaire, et des conventions typographiques particulières (définition, astuce, erreur
classique, point technique)10 . Cela signifie pour notre modèle de métadonnées autant d’éléments
de description potentiels à intégrer.
9
Dictionnaire terminologie informatique de F. de Solliers, cité par http://www.linux-france.org/prj/
jargonf/D/documentation.html.
10
Une des raisons du succès de la collection “Pour les nuls”, destinée à ses débuts à la vulgarisation informatique
avant d’être déclinée dans d’autres domaines, est probablement d’avoir systématisé le recours aux icônes aidant
le lecteur à se repérer. Chaque page comporte ainsi une part de texte et une part d’annotation, c’est-à-dire de
métadonnées.
50
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Les fichiers et aides “helpdesk”
Les fichiers Readme (ou LisezMoi) et HowTo qui accompagnent presque systématiquement
les logiciels ne respectent pas de format particulier. Les rubriques qu’on y trouve contiennent
généralement des informations sur le matériel requis, les problèmes connus, les évolutions par
rapport aux versions antérieures.
Un peu plus élaborées dans leur mise en forme que les simples fichiers textes, les pages d’aide
aux formats HTML, CHM ou HLP11 décrivent les fonctionnalités des logiciels et les instructions
pour les invoquer. Nous examinerons spécifiquement les éléments de descriptions des aides des
SIG dans la partie consacrées aux traitements informatiques géographiques (p. 77).
Les systèmes d’aide à l’utilisateur souvent associés aux pages d’aide proposent classiquement
un sommaire, une indexation par mots-clés et une fonctionnalité de recherche plein-texte. Plus
sophistiqués, les agents “intelligents” tels les compagnons Office en environnement Microsoft
tendent à permettre à l’utilisateur d’exprimer librement ses questions. L’intelligence réside,
en l’occurrence, en la capacité desdits agents à établir des relations de synonymies et à faire
le lien entre les termes du besoin spontanément utilisés par l’utilisateur et ceux décrivant les
fonctionnalités correspondantes. Ces outils restent cependant pour l’instant encore assez frustres.
Une caractéristique intéressante de certains systèmes d’aide est de fournir une aide contextuelle. Cela signifie que les pages d’aide présentées à l’utilisateur dépendent du logiciel qu’il
est en train d’utiliser, voire de l’action qu’il est en train de réaliser. Cette prise en compte du
contexte permet de faire gagner du temps de recherche à l’utilisateur, mais ne donne lieu à
aucune adaptation du contenu des pages d’aide.
Pour réellement obtenir une aide adaptée, il nous faut nous tourner non pas vers les
documentations évoquées ci-dessus, mais vers les programmes usuellement appelés wizards. Les
wizards guident l’utilisateur dans la réalisation des tâches comme le paramétrage.
Le couplage entre pages d’aide et code des logiciels est certainement une tendance appelée
à se développer. En environnement Microsoft, les pages d’aide permettent ainsi désormais de
visionner les sélections à effectuer au sein des différents menus. L’intérêt de cette fonctionnalité
est illustré par les deux premières phrases de la maxime :
Tell me, and I forget. Show me, and I remember. Let me do, and I understand.
Les documentations sur Internet
Parallèlement à la publication des documentations officielles, des communautés d’utilisateurs
se forment sur Internet. Les forums de discussion (newsgroups) sont accessibles publiquement sur
le Web. L’ensemble des personnes qui y participent forme le Usenet 12 . Par exemple, tous les sujets généraux relatifs aux SIG sont discutés sur comp.infosystems.gis13 ; les sujets concernant
plus spécifiquement les SIG Esri sont discutés sur comp.soft-sys.gis.esri.
Les utilisateurs novices posent souvent les mêmes questions. Afin d’éviter de polluer les
forums, les modérateurs créent des FAQ (Frequently Asked Question)14 .
Autre façon d’échanger des messages au sein d’une communauté sur Internet, l’abonnement
par mail à des listes de diffusion est également très répandu. Les utilisateurs du SIG Geoconcept
11
cf. p. 52 pour une description de ces formats.
http://usenet-fr.news.eu.org/fr.usenet.reponses/usenet/Qu-est-ce-que-Usenet.html
13
http://groups.google.fr/group/comp.infosystems.gis/about
14
Par exemple une FAQ sur les SIG se trouve sur http://www.faqs.org/faqs/geography/infosystems-faq/.
12
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
51
peuvent ainsi soumettre leurs problèmes et faire partager leurs expériences sur la Geoliste
(geo.liste@geoconcept.com). Il existe également au sein de l’intranet de l’IGN plusieurs listes
de diffusion. Les messages que l’on y trouve témoignent des besoins d’aide identifiés au chapitre 1.
Pour l’utilisateur qui ne fait que consulter leurs archives, le principal défaut des forums
de discussion, FAQ et listes de diffusions tient parfois à la difficulté d’y mener une recherche.
L’utilisateur qui publie sa question est tributaire de la disponibilité d’un humain ; le problème
se déplace hors du cadre fixé par nos hypothèses de travail.
Nous pouvons néanmoins retenir deux leçons de l’étude de ce type d’aide. La première
est que les utilisateurs sont confrontés à des problèmes. Ils doivent être indexés dans notre
base de métadonnées. La seconde leçon est que certains de ces problèmes nécessitent parfois
l’établissement d’un dialogue avec l’expert, et que l’exploitation des précisions apportées demande la mobilisation de connaissances pour s’adapter à des contextes imprévus dans les documentations officielles des traitements.
3) Les documentations destinées aux programmeurs
Les documentations API
Une API (Application Programming Interface) est une librairie de fonctions et de structures
de données servant à programmer des applications. Par opposition aux programmes dont les
fonctions internes sont réputées inaccessibles, il est possible d’invoquer les fonctions d’une API.
En général, les API proposent des fonctions de bas niveau permettant de programmer des applications de “haut niveau”. La spécification de l’interface consiste en la donnée de la liste des
fonctions et de leurs signatures. Les langages de programmation n’ont pas tous la même syntaxe
de définition d’interface. Mais la volonté d’interopérabilité, liée en particulier au développement
de la programmation par composant, a conduit au besoin de disposer d’un langage standard de
définition d’interface. L’OMG a ainsi défini en 2002 le langage IDL (Interface Definition Language). Il est utilisé dans le cadre d’applications basées sur CORBA (Common Object Request
Broker Architecture) ou sur COM (Component Object Model).
Les fichiers IDL ne constituent pas des documentations idéales. Les documentations API
classiques sous forme de fichiers HTML sont plus adaptées à la consultation15 . Générées automatiquement à partir du code, ces documentations utilisent les commentaires inclus par le
développeur. Des balises réservées sont définies 2.2. On remarque notamment le mot-clé since
qui permet de spécifier la compatibilité de la classe Java décrite. Par exemple, @since JDK 1.3
permet de signifier l’incompatibilité de la classe avec les versions antérieures de Java. Potentiellement, un système d’aide à l’utilisateur devrait pouvoir exploiter cette information, qui mériterait
alors d’être qualifiée de connaissance.
author
serial
link
exception
version
serialField
return
see
serialData
param
since
deprecated
throws
Tab. 2.2 – Mots-clés utilisés par l’outil de génération de documentation Javadoc [Sun04]
A l’IGN comme ailleurs, les documentations API au format HTML sont appréciées des
développeurs. Plus exactement, elles sont appréciées des développeurs experts qui savent à
l’avance de quelle API ils ont besoin et qui en connaissent les principes généraux d’utilisation.
15
À titre d’illustration, voir la copie d’écran figure 5.8, p. 187.
52
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
L’information manquante se réduit alors à la façon exacte d’invoquer les fonctions de l’API,
i.e. à trouver leur nom et leur signature. Dans ce type de cas, effectivement, les documentations API classiques remplissent bien leur rôle. On peut même penser qu’elles le remplissent
alors de façon optimale, puisque l’information pertinente y est représentée, et seulement celle-ci.
De fait, certains développeurs de l’IGN que nous avons interrogés se sont montrés sceptiques
quant à l’apport potentiel de toute autre forme de documentation. Les développeurs ayant émis
cette opinion comptaient parmi les plus experts. Dans le milieu informatique, certaines pratiques
sont parfois solidement ancrées. On peut ainsi encore rencontrer, par exemple, des développeurs
réfractaires aux facilités des IHM, préférant l’usage des lignes de commande et les éditeurs de
textes sommaires comme l’antique vi16 . L’intérêt de toute nouvelle proposition tendant à faire
évoluer les pratiques n’est pas d’avance forcément invalidée pour autant. Il existe plusieurs types
de publics et plusieurs types de besoins. Peut-être parfois le chercheur, davantage conscient des
enjeux de certains besoins, doit-il devancer les attentes du public. Ce faisant il prend un risque ;
c’est alors seulement la pratique qui, après coup, livre son verdict sur le bien fondé du travail.
Les documentations API classiques peuvent faire l’objet de quelques critiques.
Leur manque le plus important est probablement l’absence d’indexation sémantique,
i.e. d’indexation avec des termes d’un vocabulaire contrôlé. Autrement dit, les métadonnées
dont nous avons besoin sont aux documentations API classiques ce que le Web sémantique est
au Web actuel.
Une deuxième critique est l’absence de centralisation inter-langages et inter-domaines
de fonctionnalités. Elle est illustrée figure 1.9 avec l’exemple du besoin d’aide pour le choix d’une
API permettant le développement d’un programme de visualisation de MNT.
Diverses initiatives ont vu le jour pour pallier l’absence de centralisation inter-domaines
de fonctionnalités. Par exemple L. Perron, de la communauté organisée autour du site www.
developpez.com, a créé un moteur de recherche basé sur l’ensemble des documentations produites par l’outil javadoc. Il justifie ainsi son initiative :
“Comme tout programmeur en Java, j’ai régulièrement besoin de me plonger dans la documentation. La javadoc est bien faite et plutôt claire. Par contre, il n’existe aucun moteur de recherche simple permettant de trouver facilement les classes ou les méthodes recherchées. Lassé d’utiliser le “CTRL+F” de mon explorateur pour trouver le bon mot
dans la liste des 2700 classes, j’ai décidé d’indexer la totalité de la documentation java
(plus de 200 Mo de fichiers html !) pour créer un moteur de recherche rapide et simple.”
(http://javasearch.developpez.com/)
Dans le même ordre idée, Franck Allimant propose sur son site17 l’ensemble de la documentation de l’environnement standard Java (J2SE) aux formats hlp (WinHelp) et chm (Compiled Html Module)18 . C’est également à ce format que l’on peut trouver la documentation du
MSDN (Microsoft Development Network)19 réunissant la totalité des documentations relatives
au développement en environnement Microsoft.
Dans un contexte classique de programmation, ce type de mode de recherche présente un
bon rapport bruit / silence : on trouve ce que l’on cherche et l’on subit moins de parasites
16
Les éditeurs vi (pour vi sual) fonctionnent sur les systèmes de type Unix. L’ergonomie est limitée puisque
toutes les actions s’effectuent en ligne de commande.
17
http://www.allimant.org/javadoc/jdk14e.html
18
À titre expérimental, nous avons construit un fichier d’aide au format chm avec une partie des pages de
descriptions de notre application (à l’aide du logiciel Html Help Workshop 4.74). Entre autres raisons, la difficulté
de mise à jour en contexte C/S et l’obligation de spécifier les mots de chaque page écartait d’emblée l’éventualité
d’adoption de cette solution.
19
Version Web sur http://msdn.microsoft.com/library/. “The MSDN Library is an essential resource for
developers using Microsoft tools, products, and technologies. It contains a bounty of technical programming
information, including sample code, documentation, technical articles, and reference guides.”
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
53
qu’une recherche sur le Web entier. On dit que le rappel et la précision 20 sont satisfaisants.
Une dernière critique que l’on peut formuler à l’encontre des documentations API classiques
concerne leur inadéquation partielle à certains besoins pour lesquels il y a trop ou trop peu
d’informations. Par exemple l’utilisateur qui cherche simplement à se former une idée des principales fonctionnalités réalisées par une classe ou un package Java ne désire pas parcourir la
liste de toutes les méthodes sans distinction de niveau de complexité ou de vocation (réalisation
effective d’un traitement ou simples instructions “utilitaires” d’initialisations, de connexion à
une base de données, de lecture de fichier, etc.21 ). Typiquement, les accesseurs22 ne réalisent
pas de fonctionnalités à proprement parler, ce sont des méthodes de bas niveaux. Ceci dit, on
peut considérer ce problème marginal, compte tenu de l’existence souvent évocatrice des noms de
méthodes, de la présence de commentaires de code23 , et, en théorie, de l’organisation thématique
des packages.
Plus délicat est peut-être le problème de l’insuffisance de l’information portée par les signatures de méthodes. Pour la méthode de l’exemple du tableau 2.3, la notion de signature devrait
être étendue si l’on veut pouvoir répondre aux requêtes telles que “quelles sont les méthodes qui
donnent des mesures de surfaces comme résultat ?”.
void afficheAire() {
system.out.println(this.aire) ;
}
La documentation générée par javadoc
pour cette méthode ne permet pas, sur
la base de sa signature, de connaı̂tre les
entrées et sorties “effectives”. L’utilisateur
peut donc parfois avoir besoin d’une description complémentaire.
Tab. 2.3 – Signature de méthode : une description parfois insuffisante
En dépit des réflexions critiques qui viennent d’être exposées, les documentations API
classiques restent incontournables. Nous retenons de leur étude la souplesse de navigation
permise par la présence systématique d’hyperliens et d’index Overview et Tree. En particulier,
le principe objet d’héritage se reflète dans l’organisation des pages et permet une prise de
connaissance progressive du contenu des API (cf. fig. 5.7, p. 187).
Les fichiers log
Les fichiers log sont des sources d’informations sur le déroulement des traitements. Ce sont
des journaux d’événements utiles surtout en cas de problème, pour le débuggage. Parfois les
fichiers log ne sont générés que lorsque surviennent des erreurs d’exécutions, d’autres fois lorsque
l’utilisateur en fait la demande24 . Les fichiers log sont en général au simple format texte. Ils ne
respectent pas de structure particulière. D’une façon générale, les informations qu’on y trouve
concernent l’évaluation des traitements : par exemple la durée d’exécution, les statistiques liées
20
Pour une requête donnée : rappel = nombre de documents pertinents trouvés / nombre total de documents
pertinents ; précision = nombre de documents pertinents trouvés / nombre total de documents trouvés.
21
Ces méthodes sont souvent privées. L’option - public de la commande javadoc permet de ne pas les faire
apparaı̂tre dans la documentation générée. D’autres moyens existent pour configurer le comportement de javadoc,
notamment les doclet (cf. 219).
22
Simples méthodes de lecture et d’écriture des propriétés d’une classe, par exemple x = getX() ; et
setX(value) ;
23
Au niveau des packages Java, les auteurs de traitement sont invités à créer un fichier package.html.
24
Par exemple, la commande Java possède l’option -verbose. En programmation C et C++, les développeurs
prévoient également un mode “debug” que l’on choisit ou non lors de la compilation pour activer les instructions
qui génèrent les traces d’exécution.
54
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
à l’identification des utilisateurs et aux fichiers ouverts, les programmes et librairies utilisés en
arrière-plan, etc.
4) Outils utilisés par les programmeurs
Certains programmeurs pourraient prétendre de façon un peu provocatrice que le code d’un
traitement constitue sa meilleure description. De fait, il existe beaucoup d’outils pour faciliter
la lecture ou la gestion de code. Incidemment, la pratique de ces outils suggère de nouveaux
éléments de description des traitements.
Logiciels et programmes d’inspection de code
L’inspection de code peut être utile pour comprendre ce que fait un traitement, comment
il fonctionne... et pourquoi il ne fonctionne pas (activité de débuggage). Une des questions les
plus fréquentes concerne la localisation d’instructions particulières de code. Certains utilitaires
comme grep (General Regular Expression Parser, sélectionne toutes les lignes de code qui satisfont une expression régulière) permettent la recherche plein texte. D’autres outils exploitent
la signification du code pour retrouver les appels entre traitements. Par exemple, le logiciel
Dependency Walker permet de voir les dépendances entre librairies DLL sous Windows.
Certains logiciels comme Windasm permettent de désassembler les codes exécutables en
langage machine, d’y retrouver les chaı̂nes de caractères présentes et les instructions qui font
référence à ces dernières. Les informations de ce type sont a priori de trop bas niveau pour
figurer dans les métadonnées que nous souhaitons construire. Néanmoins les dépendances entre
traitements, en tant que préconditions d’utilisation, doivent être décrites.
Lorsque l’on veut obtenir des informations sur les appels de fonctions effectuées par un programme ou sur l’algorithme sur lequel il repose, mais qu’on ne dispose pas de son code source
et que l’analyse de son code exécutable, traduit en langage assembleur, ne s’avère pas instructif,
on peut recourir à des outils de trace d’exécution comme SoftIce. Dans ce type de scénarios l’obtention des métadonnées sur les traitements demande une participation active du programmeur.
Cela déborde donc un peu les objectifs que nous nous sommes fixés. Il est toutefois intéressant
de noter que les compétences de debuggage reposent grandement sur des connaissances tacites
fournies avant tout par l’expérience, connaissances qu’il sera utile de représenter.
Plus proches de nos besoins de description, des outils d’inspection de code comme par exemple
JavInspector [ZCG+ 03] génèrent des descriptions comme celle exposée code 2.1.
Concernant l’évaluation des traitements, les informations fournies par divers logiciels au sujet
des pourcentages d’utilisation du processeur et de mémoire vive utilisés constituent également
des éléments de description intéressants.
Les logiciels de versioning
Dès qu’un projet informatique atteint une taille conséquente, la capacité à obtenir des
informations sur l’évolution entre les différentes versions du code est cruciale. Des logiciels sont
spécifiquement dédiés au suivi de versions de code : ce sont les logiciels dits de versioning.
Ils permettent le travail collaboratif entre développeurs : pour chaque partie du projet, il est
possible de savoir qui la développe, qui y a participé, quand, pour quelle version du projet. Les
développeurs sont censés décrire chaque nouvelle version d’une partie de code en indiquant en
langue naturelle quelles sont les modifications par rapport à la version précédente. Les logiciels
de versioning MKS (Mortice Kern Systems) sont associés à des utilitaires de comparaison de
fichier texte tels Visual Difference et Examdiff. Aux laboratoires COGIT et MATIS, le logiciel
de versioning utilisé est CVS (Concurrent Versions System).
Les informations permettant la comparaison entre traitements constituent des métadonnées
utiles non seulement pour les développeurs, mais pour tous les types d’utilisateurs. La grande
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
55
<class>
<name>GM Point</name>
<modifier>1</modifier>
<superClasses>
<class>
<name>GM Primitive</name>
<packageName>spatial.geomprim</packageName>
</class>
</superClasses>
<methods>
<method>
<name>setPosition</name>
<returnType>void</returnType>
<params>
<param>
<type>DirectPosition</type>
</param>
< !-- ... -->
Extrait de code 2.1: XML – Description générée par JavInspector pour la classe GM Point
difficulté est l’acquisition de ce type d’informations. Les logiciels de versioning apportent une
solution dans le contexte particulier des développements de projets dotés de charte de bonne
conduite.
5) Langages et modèles de conception en génie logiciel
UML
L’Unified Modeling Language est un langage normalisé par l’OMG25 début 1997, permettant
de décrire une application en fonction des méthodes objet avec lesquelles elle a été construite.
Graphiquement, ces modèles sont des diagrammes : de cas d’utilisation, de classes, d’interaction
(collaboration et séquence), d’état, d’activités. Le but est de fournir des spécifications claires et
rigoureuses des traitements. Si le diagramme de classes prédestine plutôt UML à la description
des applications développées selon une philosophie orientée objet, les autres diagrammes peuvent
être utilisés de façon plus générale.
Comme le terme “application” recouvre davantage pour nous la notion d’ “ensemble de
traitements” que de celle de “traitement”, il n’est pas sûr que les diagrammes autres que celui
de classes trouvent une utilité dans le cadre de nos besoins de consultation. Le diagramme de
classe, lui, peut être adapté aux traitements individuels, mais l’information représentée est alors
celle déjà présente sous une autre forme dans les documentations API.
UML est une notation. UML ne fournit pas de vocabulaire pour la description des traitements, mais permet de représenter synthétiquement l’ensemble des objets manipulés par
un traitement, les dialogues, les scénarios de fonctionnements. A l’IGN, un langage voisin est
encore beaucoup utilisé : SADT (Structured Analysis and Design Technics).
Les réseaux de Pétri
Dans la lignée d’UML, les réseaux de Pétri sont destinés à exprimer des spécifications formelles. Leur avantage principal est l’absence d’ambiguı̈tés syntaxique et sémantique. Leur difficulté principale réside dans le niveau d’expertise nécessaire pour les manipuler. On associe
25
Object Management Group. Association de professionnels de l’informatique orientée objet ayant défini la
norme CORBA (Common Object Request Broker Achitecture, standard de gestion d’objets distribués rivalisant
avec COM de Microsoft), ainsi que l’OMA et les ORB.
56
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
des méthodes d’analyse à ces spécifications qui permettent d’établir formellement la preuve des
propriétés.
Les réseaux de Pétri sont particulièrement adaptés à l’expression du contrôle entre différents
processus.
Un réseau de Pétri est composé :
– de places associées aux états du système et aux ressources,
– de transitions modélisant les différents traitements,
– d’arcs, reliant places et transitions, exprimant les dépendances entre ces types d’objets.
De places en places circulent des jetons qui représentent les instances des ressources sur
lesquelles le système opère. Les descriptions sous forme de réseaux de Pétri, comme par
ailleurs les descriptions reposant sur les méthodes formelles permettant d’établir la preuve
des programmes, pourraient figurer dans les parties “fonctionnement” et “évaluation” de nos
métadonnées. Mais comme leur vocation est de servir plutôt au moment de la conception des
traitements qu’à celui de leur utilisation, nous n’y ferons en fait pas appel.
Les design-patterns
Les design-patterns, ou patrons de conception, sont des descriptions de connaissances utiles
à la conception de logiciels. Les design-patterns sont en fait constitués de trois descriptions :
celle du problème, celle de la solution et celle du contexte. Le but des design-patterns est en
quelque sorte de capitaliser l’expérience pour des problèmes récurrents de conception. Il ne
nous semble pas qu’il y ait d’éléments de description particuliers associés aux design-patterns
qui puissent nous être utiles.
Qualité et fiabilité des traitements informatiques
La sûreté de fonctionnement d’un traitement informatique est une information utile. Plusieurs déclinaisons de la notion de sûreté de fonctionnement sont possibles [Kor99] :
–
–
–
–
–
disponibilité : capacité à être prêt à délivrer le service,
fiabilité : capacité à maintenir la continuité du service,
maintenabilité : aptitude aux réparations et aux évolutions,
sécurité et innocuité : absence de défaillances catastrophiques,
confidentialité : absence de divulgation non autorisée.
La question de savoir comment établir ces propriétés n’est pas triviale et varie fortement selon
les traitements et leur capacité à se prêter à des jeux de tests. Ainsi, par exemple, l’évaluation
de différentes bibliothèques de programmes géométriques destinées à être intégrée dans la plateforme GeOxygene du COGIT a dû faire l’objet d’un stage de DEA [Pel03]. Les critères
d’évaluation retenus y étaient la rapidité d’exécution, la qualité des résultats, la stabilité des
algorithmes. A ce propos les informations telles que “fiabilité et efficacité sont contradictoires
car tests et gestion des exceptions ralentissent le code” doivent être stockées dans la base de
MDT. Elles font partie des méta-connaissances nécessaires à la compréhension et à l’utilisation
des traitements (cf. 1.3.1).
Une difficulté de l’évaluation des traitements est la variation de leur comportement en fonction des données auxquelles ils s’appliquent. Cet aspect ne semble pas être fréquemment abordé
dans les descriptions que l’on a pu rencontrer. Les méthodes formelles vues précédemment sont
une solution mais leur formalisation rigoureuse ne se prête probablement pas aux traitements
géographiques complexes.
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
57
6) Quelques descriptions et langages de description de traitements en IA
Langage VDL
N. Sabouret a réalisé une thèse sur un langage capable de représenter le fonctionnement
de ce qu’il appelle des composants actifs [Sab02]. Il s’agit par exemple de services Web ou de
robots type photocopieur. Ce langage, nommé VDL (View Design Language), unifie le code des
composants actifs sous une forme à la fois exécutable (après compilation) et descriptive de son
fonctionnement. Il est à la fois le formalisme de représentation interne des connaissances, le
langage de programmation des composants, le modèle dans lequel leur exécution s’effectue et le
support du raisonnement sur les connaissances et le fonctionnement de ces composants.
Le VDL est doté d’une expressivité permettant, en théorie, de décrire n’importe quel service. Le VDL est conçu pour servir de support aux questions générales de l’utilisateur sur le
fonctionnement des services.
Au premier abord les descriptions VDL sont assez déroutantes. Elles ne comportent pas
d’opérateurs usuels de programmation if, while, etc. On y trouve à la place des listes de variables
associées à des éléments prédéfinis, le tout englobé dans l’élément racine view correspondant au
concept grâce auquel il est possible d’accéder aux descriptions. Les éléments prédéfinis correspondent à des événements (start, stop, slower, faster, ..), des actions (action), des instructions
(précondition guard, put, get, opération arithmétiques, ..).
Le VDL a été conçu en fonction d’un certain nombre de principes. Il nous paraı̂t utile de
retenir deux d’entre eux que nous présentons brièvement.
D’abord les éléments des descriptions VDL sont conçus pour servir de support aux
mécanismes explicatifs. L’existence de chacun de ces éléments est justifié :
– soit d’un point de vue opérationnel (représentation des fonctionnalités du traitement)
– soit du point de vue de l’explication (représentation d’une information utile au raisonnement mais qui n’appartient pas à la description proprement dite du traitement)
Le VDL est un langage procédural puisque les descriptions sont clairement façonnées en vue
de leur exploitation, par opposition aux descriptions déclaratives écrites indépendamment des
considérations sur leur exploitation automatique future. Leur expressivité est alors meilleure.
L’objectif principal du VDL est de décrire le fonctionnement d’un traitement au cours du
déroulement de son exécution. Ce dernier aspect implique une nette différence d’orientation
entre les descriptions VDL et les nôtres. Certes, notre désir de rendre “intelligents” les outils
de consultation tend à donner un caractère “opérationnalisable” à nos descriptions. Mais nous
restons néanmoins au niveau “métadonnées”, au contraire de VDL qui unifie description et
code des traitements. Nous ne voulons pas atteindre le “niveau code”, ce que la complexité des
traitements géographiques nous interdirait probablement de toutes façons. C’est pourquoi l’état
de l’art des modèles de description de fonctionnement établi par [Sab02] ne semble pas pouvoir
nous être utile. Les travaux exposés (Qualitative Process Theory, algèbres évoluantes, logiques
de réécriture, etc.) semblent surtout appropriés à la description du code et incluent des notions
de temporalité ou de changement d’états éloignées de nos besoins de consultation.
En dépit de l’importance de la différence d’objectifs, certains principes de langage VDL
peuvent néanmoins nous être utiles. Celui du caractère nécessairement procédural des descriptions en est un. Au moment d’aborder l’implémentation, il nous sera également profitable de
nous inspirer des modalités de la communication homme-machine et du langage de requêtes
proposés par VDL.
Nous retenons enfin un des principes ayant présidé à la conception du VDL. Il est couramment
rencontré. Il s’agit de la décomposition successive d’actions en sous-actions, jusqu’au niveau des
actions atomiques de base.
58
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Réalisation d’un système d’aide à la conception d’applications de Traitement d’Images
Dans le domaine du TI (traitement des images), réaliser une tâche peut nécessiter d’enchaı̂ner
plusieurs dizaines d’opérateurs (programmes qui effectuent des opérations de base sur les images).
La modélisation du raisonnement permettant l’enchaı̂nement et le paramétrage des opérateurs a
fait l’objet d’une thèse [FC99], dont nous reprenons ici certaines idées. Le problème de description
des traitements y est abordé à travers celui de l’ordonnancement des tâches. L’optique est donc
différente de la nôtre (la catégorie de requête RT définie en 1.3.5 mise à part).
L’obtention des plans de tâches s’appuie principalement sur deux idées :
– décomposition hiérarchique du problème posé en problèmes plus simples. Chaque problème
ou sous-problème est associé à une tâche de TI, qui, suivant son niveau dans le plan,
exprime le but recherché, la technique à employer ou l’algorithme à appliquer.
– représentation et mémorisation des connaissances d’experts grâce au raisonnement à partir
de cas. Il s’agit d’une forme de raisonnement par analogie qui consiste à raisonner à partir
d’expériences ou de cas déjà rencontrés pour résoudre de nouveaux problèmes. Un cas est
composé de deux parties : la description du problème et la description de la solution. Une
solution est modélisée sous forme d’un arbre Tâche-Méthode-Outil, qui est repéré par sa
tâche racine.
La notion de Tâche-Méthode-Outil sur laquelle Ficet s’appuie pour décrire les solutions est
associée à des définitions particulières :
“Une tâche représente un but ou un sous-but dans le système. Une méthode décrit un savoirfaire, elle spécifie comment une tâche peut être réalisée. Un outil est la réification d’un code
informatique (opérateur de TI, fonction Lisp ou C) en termes conceptuels pour l’utilisateur
avec un lien sur le code pour la mise en œuvre” [FCRP99].
Les concepts de Tâche et Méthode ont un rôle heuristique, il s’agit d’informations pour
l’ordonnancement des Outils qui correspondent grosso modo à nos ressources Fonctionnalité et
Programme réunies. Concrètement, les classes TMO possèdent les propriétés suivantes : entrées,
paramètres, sorties, résultat, etc.
Fig. 2.2 – Architecture Tâche-Méthode-Outil (extrait de [FC99], p.157)
Dans la figure 2.2 :
– les rectangles aux coins droits représentent les tâches : ce sont les buts ou sous-buts, décrits
en termes génériques indépendants du domaine de l’image (médical, surveillance optique,
etc.) ;
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
59
– les ovales représentent les méthodes (i.e. le savoir-faire), qui décrivent l’utilisation des
outils pour atteindre un objectif. Elles expriment l’expertise combinée d’experts en analyse
d’image, en traitement d’image, et d’experts du domaine ;
– les rectangles aux coins arrondis représentent les outils, c’est-à-dire les algorithmes codés
et paramétrables.
Concernant l’IHM du système réalisé, nous retenons le moyen par lequel l’utilisateur définit
son problème. L’expression d’un besoin de traitement pourrait tout à fait employer le même
procédé :
“La définition du problème est composée d’un ensemble de mots clefs sélectionnés parmi
trois listes prédéfinies : une liste de verbes décrivant les opérations effectuées par la tâche
(détecter, classifier, binariser, lisser, ...), une liste de noms correspondant, soit aux objets
sur lesquels l’action est effectuée (contours, régions, fond, ...), soit à la technique appliquée
(variance, croissance, ...) et une liste d’adjectifs qualifiant, soit les objets sur lesquels l’action
est réalisée (petit, local, ...), soit l’action elle-même (partiel, fort, ...)” [FCRP99]
Nous retenons l’idée bien connue de décomposition de buts en sous-buts, et surtout la notion
d’outil qui permet de s’abstraire du code informatique et qui permet de réaliser une programmation au niveau connaissance. De façon sous-jacente nous retrouvons la nécessité de distinguer
les approches “utilisateur” et “programmeur”.
KADS
La méthode KADS (Knowledge Acquisition Design System) vise à modéliser les stratégies
de raisonnement de l’expert d’un domaine de façon abstraite et de développer une bibliothèque
d’actions génériques faisant intervenir une modélisation des connaissances stratégiques et des
connaissances du domaine. KADS offre un référentiel d’organisation de la modélisation des
connaissances, et une méthode permettant de développer des applications [Bar98].
Dans la philosophie KADS, une tâche est une partie d’un travail devant être accompli par
un agent humain ou logiciel, et se rapproche de notre concept de traitement en ce qu’elle se
caractérise par une entrée et une sortie. Par exemple la tâche de diagnostic prend la spécification
d’un problème et fournit sa catégorisation et des propositions de solutions.
Dans KADS il existe deux types de tâches : les primitives et les composites. Une tâche
composite est décrite d’une part par la spécification de ses entrées/sorties, d’autre part par une
méthode de tâche qui spécifie sa décomposition en tâches primitives. Tâche et méthode de tâche
correspondent respectivement au “quoi” (qu’est-ce qui est fait), et au “comment” (comment estce fait). Comme les tâches composites, les tâches primitives possèdent des entrées/sorties. Elles
sont soit des inférences, c’est-à-dire des pas élémentaires de raisonnement, soit des fonctions de
transfert, c’est-à-dire des fonctions d’échange d’information entre l’agent raisonnant et le monde
extérieur [SAA+ 00]. Dans KADS, l’expression de préconditions est également prévue.
Les quelques principes évoqués, qui font de KADS une méthode connue d’acquisition des
connaissances, pourront être adaptés à notre contexte particulier et utilisés pour la conception
de notre modèle.
7) Langages et modèles de description de services Web
Pour permettre le dialogue entre deux programmes, s’exécutant éventuellement sur des
machines distantes, de nombreux protocoles et langages informatiques ont été développés. Dans
le cas d’un dialogue empruntant le réseau Internet, le programme qui joue le rôle de fournisseur
de données est communément nommé service Web 26 . Cette appellation peut être jugée inexacte
26
Définition W3C : “A Web service is a software system designed to support interoperable machine-to-machine
interaction over a network. It has an interface described in a machine-processable format (specifically WSDL).
60
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
car elle repose sur la confusion entre Web et Internet27 . En effet le Web n’est que la sous-partie
d’Internet basée sur le protocole HTTP28 . La messagerie e-mail, basée sur POP et SMTP, en
est une autre, l’échange de fichier basé sur FTP une autre encore, etc. L’inexactitude du terme
service Web vient par exemple de ce que les programmes des serveurs de messagerie répondent
à la définition de service Web ci-dessus énoncée, mais ne reposent pas sur le protocole HTTP
qui caractérise le Web.
Quoiqu’il en soit, les protocoles, langages et outils visant à permettre la mise en œuvre de
services Web constituent un des principaux chantiers actuels dans le monde de l’informatique. Les
raisons de sécurité constituent un des obstacles au développement de systèmes à l’architecture
orientée service, mais également le manque de recul sur les langages de description. Nous allons
brièvement en étudier quatre : WSDL qui décrit ce que font les services Web, SOAP qui décrit
le format des messages échangés par les services Web, UDDI qui permet l’indexation des services
Web dans des annuaires, et enfin OWL-S qui tend à compléter le trio WSDL-SOAP-UDDI.
Fig. 2.3 – Architecture des services Web (adapté de [KT03])
WSDL
WSDL (Web Services Description Language) est, comme son nom l’indique, un langage
de description de services Web. Il définit de manière abstraite et indépendante du langage
l’ensemble des opérations et des messages qui peuvent être transmis vers et depuis un service
Web donné. C’est actuellement un rapport technique W3C (statut précédant celui de recommandation) [W3C01].
WSDL décrit la façon d’accéder aux services. Tandis que OWL-S se situe plutôt à un niveau
de description abstrait, WSDL décrit concrètement l’interface des fonctions publiques, le type
de donnée des requêtes et réponses, la liaison sur le protocole de transport utilisé, l’adresse du
Other systems interact with the Web service in a manner prescribed by its description using SOAP messages,
typically conveyed using HTTP with an XML serialization in conjunction with other Web-related standards”
(http://www.w3.org/TR/2004/NOTE-ws-arch-20040211/#whatis).
Dans un des ouvrages consacrés aux sevices Web on trouve également cette définition : “les services Web (...)
interagissent via les technologies standard d’Internet” [ABC+ 03], p.16.
27
“On the Net, you find computers – on the Web, you find document” (T. Berners-Lee, http://www.w3.org/
People/Berners-Lee/FAQ.html)
28
Créé en 1990 par Tim Berners-Lee, l’Hypertext Transfer Protocol est comme son nom l’indique initialement
dédié au transfert de documents HTML (http://www.commentcamarche.net/histoire/internet.php3).
Il se trouve qu’il est maintenant détourné de son but initial puisqu’il est également utilisé pour l’échange de
données via la méthode POST. Nous employons nous-mêmes ce procédé dans notre application pour permettre
à l’utilisateur d’enregistrer des échantillons graphiques (cf. p. 215). La méthode POST est également utilisée de
façon préférentielle par le protocole SOAP pour l’échange de messages entre services Web [SOA03].
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
61
service, etc. WSDL étant implémenté en XML, ses éléments sont décrits dans un schéma XSD29 .
WSDL se situe au niveau implémentation des interfaces de services. Cet aspect concerne une
partie des besoins de consultation que l’on se propose de satisfaire, mais une partie seulement.
Il sera utile d’associer WSDL à nos descriptions des services Web. Cela ne le sera pas pour les
autres types de traitements.
SOAP
SOAP est l’acronyme de Simple Object Access Protocol (Protocole Simple d’Accès aux
Objets). SOAP est une recommandation du W3C qui définit un protocole d’échanges de message
entre clients et services Web [W3C03c].
Une des principales caractéristiques de SOAP par rapport aux autres protocoles au but
similaire est d’être basé sur XML. Cela signifie que les messages échangés sont lisibles : ils sont
constitués de texte et non de flux binaires30 .
<-- Requ^
ete -->
< ?xml version="1.0" encoding="UTF-8" ?>
<soapenv:Envelope
xmlns:soapenv="http://schemas.xmlsoap.org/soap/envelope/"
xmlns:xsd="http://www.w3.org/2001/XMLSchema"
xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance">
<soapenv:Body>
<ns1:getFeatureType
soapenv:encodingStyle="http://schemas.xmlsoap.org/soap/encoding/"
xmlns:ns1="http://essaiJGraph.essaiGraph.consul"/>
</soapenv:Body>
</soapenv:Envelope>
<-- Extrait de la réponse -->
<soapenv:Envelope ...>
<soapenv:Body>
<ns1:getFeatureTypeResponse ... >
<getFeatureTypeReturn href="#id0"/>
</ns1:getFeatureTypeResponse>
<multiRef id="id0" soapenc:root="0"
soapenv:encodingStyle="http://schemas.xmlsoap.org/soap/encoding/"
soapenc:arrayType="xsd:anyType[48]" xsi:type="soapenc:Array"
...>
<multiRef xsi:type="soapenc:int">1</multiRef>
<multiRef xsi:type="soapenc:string">tronçon de route</multiRef>
<multiRef xsi:type="soapenc:string">portion connexe de route, de
chemin, de piste cyclable ou de sentier, homogène pour les relations
la mettant en jeu et pour les attributs qu’elle porte</multiRef>
Extrait de code 2.2: SOAP – Exemple de requête et de réponse lors de l’invocation de l’opération
getFeatureType d’un service Web du COGIT pour la diffusion d’informations sur les schémas de base
de données géographiques
29
http://schemas.xmlsoap.org/wsdl/2003-02-11.xsd
Avec certains protocoles le format des messages échangés est binaire. On peut citer par exemple IIOP (InterORB Protocol, pour la communication entre objets JAVA et CORBA), ORPC (Object Remote Procedure Call)
et JRMP (Java Remote Method Protocol utilisé par RMI – Remote Method Invocation pour les objets Java
distribués).
30
62
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Pour employer une métaphore avec le courrier postal, on peut dire que SOAP définit une
partie de la façon dont les enveloppes de lettres doivent être formées31 . En ce sens SOAP est
un protocole utilisé au-dessus de l’ensemble des protocoles de transport de plus bas-niveau du
modèle OSI32 .
SOAP présente un intérêt pour notre objectif de description des traitements pour deux
raisons.
D’abord, parce que certains traitements géographiques – encore très peu actuellement dans
le contexte de l’IGN, le code 2.2 étant un des rares exemples – sont des services Web invocables avec SOAP. Les descriptions de ces traitements doivent donc comporter les instructions
nécessaires à l’utilisation du protocole. En l’occurrence, que faut-il savoir et de quoi faut- il
disposer ? Il faut connaı̂tre le nom du service Web souhaité, le nom de l’opération à invoquer,
ses paramètres, etc., toutes informations classiquement fournies par la description WSDL du
service, et que nos descriptions doivent également comporter. Pour être exploitables par l’utilisateur, ces informations doivent être accompagnées de connaissances33 sur SOAP : comment
développer un programme client, quelles API utiliser, comment établir une connexion Internet,
etc.
La deuxième raison pour laquelle l’étude de SOAP peut être utile à notre réflexion sur
la description des traitements concerne les modes d’emplois en général. En effet, nous voulons
décrire les modes d’emploi des traitements de façon plus formelle que la langue naturelle, même si
nos descriptions s’adressent à des humains et n’ont pas pour vocation l’invocation automatique.
UDDI
Une fois qu’un service Web est développé, il faut publier sa description dans un catalogue
UDDI (Universal Description, Discovery and Integration) afin que les utilisateurs potentiels
puissent le trouver.
“Le protocole UDDI est une plateforme destinée à stocker les descriptions des services
Web disponibles, à la manière d’un annuaire de style “Pages Jaunes”. Des recherches sur
les services peuvent être effectuées à l’aide d’un système de mots-clés fournis par les organismes proposant les services. UDDI propose également un système de “Pages Blanches”
(adresses, numéros de téléphone, identifiants...) permettant d’obtenir les coordonnées de
ces organismes. Un troisième service, les “Pages Vertes”, permet d’obtenir des informations
techniques détaillées à propos des services et permettent de décrire comment interagir avec
les services en pointant par la suite vers un PIP RosettaNet ou une description WSDL.”
[BCES04]
Comme le montre la figure 2.4, une description UDDI doit contenir quatre catégories de
données [OAS02] :
– businessEntity (entité d’affaires) : information sur le fournisseur du service.
– businessService (service d’affaires) : information décrivant une famille particulière de services techniques.
– bindingTemplate (modèle de rattachement) : information technique sur les points d’accès
aux services et leur implémentation.
– tModel : (modèle technique) description des spécifications des services.
Le modèle de description UDDI semble très orienté “commerce” (ventes, prestations), donc
a priori éloigné des besoins de consultations de traitements géographiques. Si aucun élément de
description UDDI en particulier ne nous est apparu pouvoir être réutilisé dans notre contexte,
31
Le schéma XML de SOAP se trouve à l’adresse http://schemas.xmlsoap.org/soap/envelope/.
cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/TCP/IP
33
Nous avons là une illustration de la distinction entre information et connaissance décrite p. 27.
32
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
63
Fig. 2.4 – Structures de données “noyau” d’UDDI (extrait de [OAS02])
quelques principes, par ailleurs bien connus, peuvent en revanche être retenus.
L’attribution d’identifiants aux ressources (businessKey, serviceKey) facilite les tâches
d’indexation et la recherche. Les tModel permettent par exemple d’identifier et de réutiliser des
connaissances sur des domaines tels que les codes postaux américains et les produits industriels
d’Amérique du Nord.
Les annuaires UDDI existent sous une forme XML. Le modèle de description UDDI est donc
défini dans un schéma XML34 . Des API sont disponibles pour interroger les annuaires UDDI et
y référencer des services Web [OAS02].
OWL-S
OWL-S est l’acronyme de Ontology Web Langage – Services. OWL-S est une ontologie dédiée
à la description des capacités et des propriétés des services Web35 . Le but d’OWL-S est de permettre l’automatisation de la recherche, de la découverte, de l’invocation et de l’interconnexion
des services Web. OWL-S fournit des éléments de descriptions et spécifie les relations entre
ceux-ci. A ce titre, OWL-S peut être vu comme un modèle de description de services Web36 .
Le projet de cette ontologie des services a officiellement vu le jour au cours de l’année 200037 .
L’ontologie portait alors le nom de DAML-S car elle était exprimée dans le langage DAML+OIL
(Darpa38 Agent Markup Language + Ontology Inference Layer).
L’organisation créatrice de l’ontologie, regroupement d’universités et d’industriels39 , s’appelait initialement “DAML-S coalition” ; elle a été renommée “OWL-S coalition”.
OWL-S est complémentaire par rapport au trio WSDL-SOAP-UDDI. En effet, les des34
http://www.uddi.org/schema/uddi v3.xsd
Nous préciserons au chapitre 3 le sens du terme ontologie dans le contexte particulier de la représentation des
connaissances (section 3.2.1). Le langage OWL sera lui présenté au chapitre 4 (section 4.2.2).
36
Ontologie et modèle de documents structurés ne sont néanmoins pas la même chose. Nous discuterons de la
distinction, p. 128.
37
http://www.daml.org/2001/02/horus-daml/slide3-0.html
38
DARPA est lui-même l’acronyme de Defense Advanced Research Projects Agency. Il s’agit de l’agence du
ministère de la Défense américain chargée des projets de recherche militaire, à qui l’on doit notamment l’Arpanet,
ancêtre d’Internet, et le système de positionnement GPS (Global Positioning System).
39
Leur liste peut être trouvée sur la première page de [Coa03].
35
64
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
criptions OWL-S sont plutôt portées sur le niveau sémantique abstrait des services Web (ce
qu’ils font, comment ils fonctionnent). Par opposition, WSDL et SOAP sont liés au niveau
implémentation des protocoles de communication. Pour ce qui est du rapport aux annuaires
UDDI, Sycara et al. mentionnent l’existence de catalogues UDDI intégrant des descriptions
OWL-S ([SPAS03], cité par [Lew04] diap. 9) En terme d’architecture, une telle décision implique
une complexité croissante dans le processus de recherche (par rapport aux quatre étapes exposées
fig. 2.3) puisqu’il faut y introduire une base de données contenant les ontologies auxquelles font
référence les descriptions de services, et un serveur permettant de mener les raisonnements OWL.
C’est l’ambition de la communauté du Web sémantique que de mettre en place de telles architectures ; les travaux sont actuellement en cours. Il n’existe pas encore, à notre connaissance,
d’outils disponibles complets pour qui veut profiter des potentialités d’OWL-S.
La classe parente de l’ontologie OWL-S s’appelle Service (fig. 2.5). Une instance de cette
classe est décrite par trois concepts [Coa03].
ServiceProfile : qu’est-ce que le service fournit aux agents (ici des programmes clients) qui
l’invoquent ? Qu’est-ce qu’il attend d’eux ?
Le ServiceProfile permet aux agents de découvrir et d’identifier un service. Il donne entre
autre le nom du service, son niveau de qualité, le type de service rendu, mais également
des préconditions à la fourniture de ce service, comme “avoir une carte bleue valide” ou
“posséder des données géographiques avec la bonne projection” (cf. tab. 2.4 et 2.5)
ServiceModel : comment fonctionne-t-il ? Quel est son modèle d’exécution ?
Le ServiceModel permet aux agents de composer plusieurs services afin de résoudre un
problème complexe, ou encore de surveiller le fonctionnement d’un service et d’établir des
diagnostics en cas de défaillance. Le modèle d’exécution est décrit à l’aide de la classe
ProcessModel qui fournit une ontologie des processus (cf. fig. 2.7).
ServiceGrounding : comment y accéder ? (descripteurs WSDL).
Fig. 2.5 – Niveau supérieur de l’ontologie OWL-S (d’après [Coa03])
nom élément
serviceName
textDescription
contactInformation
description
nom du service, pouvant servir d’identifiant
description du service, de ce qu’il offre et des fonctionnalités pouvant être invoquées
référence, vers les responsables du service (vers une description
FOAF par exemple)
Tab. 2.4 – Service Profile – Informations générales (d’après [Coa03])
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
nom élément
hasInput
hasOutput
hasPrecondition
hasEffect
description
entrée
sortie
précondition
effet
Tab. 2.5 – Service Profile – Description “fonctionnelle” (d’après [Coa03])
Fig. 2.6 – Description OWL-S d’un service Web d’achat de livre (tiré de [Cho05])
65
66
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Voici un exemple de description de service d’achats de livres en ligne :
La figure 2.6 décrit le profile d’un service, i.e. ce qu’il fait. OWL-S permet également de
décrire comment fonctionne un service : c’est le rôle de la classe ProcessModel, sous-classe de
ServiceModel. Les services sont modélisés comme des traitements40 qui peuvent être atomiques
ou composites (cf. fig. 2.7).
Fig. 2.7 – Description du ProcessModel OWL-S (tiré de [Coa03])
Les traitements atomiques (AtomicProcess) sont directement invocables au moyen des messages appropriés. Du point de vue du client, ils s’exécutent en une seule étape : envoi de requête
puis réception de la réponse. Les traitements atomiques doivent fournir les informations sur les
arguments attendus (service grounding).
Les traitements simples (SimpleProcess) ne sont pas soumis à cette dernière contrainte, mais
ils sont également conçus pour s’exécuter en une seule étape.
Les traitements composites (CompositeProcess) sont, comme leur nom l’indique, eux-mêmes
composés de traitements. Leur décomposition est définie à l’aide de constructeurs de contrôle
présentés tableau 2.6.
sequence
concurrent
split
split+join
unordered
choice
if-then-else
repeat-until
iterate
Tab. 2.6 – Constructeurs de contrôle OWL-S
Pour illustrer l’utilisation de la classe ProcessModel, imaginons l’existence d’un service Web
de généralisation de bâtiments (tab.2.7). Ce service Web serait composé de plusieurs traitements :
Pour décrire les services Web, la coalition OWL-S définit, en complément des classes qui
viennent d’être exposées, deux ontologies dédiées respectivement aux ressources et au temps.
40
Dans ce contexte, nous traduisons process par traitement.
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
process
se décompose en :
atomic process
atomic process
atomic process
a pour structure de contrôle :
controlConstruct
67
généralisation d’un groupe de bâtiments
déplacement d’un bâtiment individuel
généralisation d’un bâtiment individuel
élimination d’un bâtiment individuel
repeat(.., .., ..) until (satisfaction contraintes)
Tab. 2.7 – Exemple de description OWL-S Process : généralisation de groupe de bâtiments
Les principales propriétés de l’ontologie pour les ressources sont présentées tableau 2.841 .
Dans l’ontologie OWL-S dédiée à l’expression des relations temporelles, on trouve, entre
autres, les classes Instant et Interval, et les propriétés start-of, end-of, inside, at-time, during 42 .
allocation Type
capacity Type
consumable
reusable
discrete
continuous
gone after it is allocated (carburant, argent, temps)
available after released (bande passante, ligne de métro)
resource has notion of granularity (nombre de chaises occupées)
allocate any amount (volume de carburant)
Tab. 2.8 – Ontologie pour les ressources
OWL-S : ce qu’on peut retenir
Au regard de nos besoins, OWL-S constitue la partie de l’état de l’art qui présente le plus
d’intérêt : en tant que source d’inspiration de notre modèle, et en tant que projet de
représentation opérationnelle des connaissances.
Concernant le modèle, nous reprenons à notre compte l’idée de réifier sous forme de classe
les trois facettes de description profile, grounding et model.
Nous retenons également la façon de décrire la décomposition des étapes de fonctionnement
à l’aide de structures de contrôle. Ceci posé, il est clair que notre modèle doit comporter d’autres
éléments de descriptions que ceux proposés par OWL-S. En effet :
– Les services Web ne sont qu’une forme de traitement parmi d’autres. Ces autres formes
possèdent des spécificités qui nécessitent des descripteurs particuliers (par exemple la façon
dont on invoque les fonctions des logiciels ne se décrit pas avec WSDL et SOAP, mais avec
des descriptions d’IHM).
– La vocation des descriptions OWL-S est l’automatisation de la recherche et de l’invocation de services Web ; ces descriptions sont donc avant tout conçues pour des machines.
L’objectif de concevoir un système d’information destiné aux humains implique d’autres
éléments de descriptions (par exemple l’inclusion d’images pour illustrer graphiquement
ce que fait un traitement).
– Au delà de l’opposition humains/machines des destinataires des descriptions, l’analyse des
besoins de notre contexte a révélé des besoins d’informations qui portent sur des aspects qui
dépassent le cadre d’OWL-S (par exemple sur la description fine des effets des traitements
ou sur l’évaluation de ces derniers).
Concernant les principes de représentation des connaissances sur lesquels repose OWL-S,
41
42
http://www.daml.org/services/daml-s/0.9/Resource.daml
http://www.ai.sri.com/daml/ontologies/time/Time.daml
68
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
nous retenons comme leçon essentielle qu’OWL est un langage adapté aux raisonnements nécessités par les besoins de recherche de traitements où expression de la requête et description
de traitements ne correspondent pas exactement. D. Lewis explique ainsi pour montrer l’intérêt
d’OWL-S que [Lew04] :
“Generally a match requires :
– Advertised outputs to be equivalent or more general than outputs of requested service ;
– Requested inputs to be equivalent or more general than inputs of the advert.”
C’est précisément en raison de ce type de besoins qu’au chapitre 1, nous nous sommes fixés
pour objectif de construire non pas seulement un simple SI mais un SBC. OWL-S nous indique
une voie possible : celle des ontologies formelles basées sur les logiques de description. Au-delà
du choix de ce type de représentations des connaissances, dont nous discuterons au chapitre 3,
ce qu’il faut noter c’est la proximité des problématiques de notre contexte et de celle d’OWL-S.
Subséquemment, nous sommes amenés à adopter la même démarche que celle mise en œuvre
dans le cadre du Web sémantique : concevoir des métadonnées sous une forme rendant possible
l’automatisation de raisonnements.
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
2.1.3
69
Métadonnées des traitements informatiques géographiques
Sommaire
1) Normes et standard
ISO 19119
OGC – Basic Service Model
ISO 19115
2) Travaux institutionnels ou industriels
Travaux relatifs à la description des services Web géographiques
Travaux relatifs à la description des SIG et programmes géographiques
Modèle de description des traitements informatiques géographiques proposé par l’ICA
3) Pages d’aide et interfaces des SIG
69
69
70
71
73
73
75
77
77
Dans le domaine de l’information géographique il existe des normes pour décrire les données,
mais peu encore pour décrire les traitements.
Le comité technique de l’ISO dédié à l’information géographique et à la géomatique43 propose
un modèle, l’ISO 19119, mais l’ensemble des descripteurs que fournit ce dernier est trop sommaire
pour nos besoins.
1) Normes et standard
ISO 19119
ISO 19119 est la norme produite par l’ISO/TC211 (comité technique TC 211 de l’ISO sur
l’information géographique et la géomatique) pour la description des services. Elle est encore
en cours d’élaboration. Son but est de fournir un cadre pour le développement des services
géographiques. Être conforme ISO 19119, c’est fournir un service implémentant l’interface proposée et satisfaire deux types de contraintes portant sur l’architecture et la spécification du
service [ISO01b].
ISO 19119 ne donne aucune indication sur la forme que peut prendre sa mise en œuvre ;
le consortium OpenGIS (OGC) se charge de l’implémentation et de la définition des interfaces
logicielles.
Les deux parties principales de la norme ISO 19119 sont constituées par les diagrammes
de classes (schémas des métadonnées sous forme de diagrammes UML) et par le catalogue des
objets (Data Dictionary). Ces deux parties sont spécifiées dans les annexes A et B de [ISO01b].
L’ensemble des éléments de descriptions ISO 19119 est assez succinct (cf. fig. 2.9) ; les règles
régissant l’extension du modèle sont décrites dans l’annexe C de [ISO01b].
La structure d’une description d’un service comprend 3 classes principales :
– description générale du service SV ServiceIdentification
– description des opérations SV OperationMetadata
– description des entrées et sorties du service MD DataIdentification
Ces trois classes correspondent respectivement aux niveaux de descriptions 1, 1+ et 0+
illustrés figure 2.8. Le diagramme de classe de la figure 2.9 montre les classes en question, ainsi
que SV Parameter et SV OperationMetadata. La classe MD DataIdentification (niveau 0+ figure
2.8) décrit les données ; elle appartient à ISO 19115.
43
http://www.isotc211.org/
70
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Fig. 2.8 – Trois niveaux de description des services Web selon ISO 19119 (extrait de [Per02])
Fig. 2.9 – Les classes principales ISO 19119 pour la description d’un service (d’après [ISO01b])
Comme le montre le tableau 2.9, ISO 19119 prévoit que les consultations des descriptions
de service puissent s’effectuer selon quatre points de vue différents : Computational viewpoint,
Information viewpoint, Engineering viewpoint et Technology viewpoint. Ces points de vue correspondent à ceux définis par ISO/IEC 10746 (Reference Model – Open Distributed Processing).
L’OGC a réalisé une implémentation RDF (Resource Description Framework, cf. p. 153) de la
taxinomie des services géographiques du point de vue “information” [Con01b] (cf. tab. 2.9). Cette
démarche rejoint celle d’OWL-S : l’adoption de ce langage de représentation des connaissances
ouvre des perspectives pour l’exploitation “intelligente” des descriptions.
OGC – Basic Service Model
À partir de la norme ISO 19119, l’OGC spécifie la façon d’implémenter les interfaces des
services. Quatre principaux types de services d’accès à l’information géographique ont été définis
[Con01a] :
– WMS (Web Map Server) fournit des cartes.
– WFS (Web Feature Service) donne accès à différents type de données : GML, Web Feature
Specification, Filter Encoding Specification, Feature Identifier Specification, et Transaction
Encoding Specification, etc. Pour accéder à ces différents types de données, WFS définit
plusieurs opérations : DescribeFeatureType, GetFeature, LockFeature, Transaction, etc.
– WCS (Web Coverage Server) donne accès aux valeurs numériques associées aux données
raster.
– WRS (Web Registry Server) est un catalogue de service Web.
Tous les services implémentés selon les principes de l’OGC doivent proposer au moins la
méthode GetCapabilites qui envoie au client un document XML les décrivant. Cette méthode
ressemble donc à celle nommée QueryInterface obligatoirement présente dans les objets COM.
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
Computational viewpoint
Information viewpoint
Engineering viewpoint
Technology viewpoint
71
Chaı̂nage des services : Defining Services with reusable interfaces Service Metadata (cf. fig. 2.9) Service/Data coupling Service Chaining
Intéropérabilité sémantique : Une taxinomie de services
géographiques est définie :
– éditeurs et viewers de données destinés aux humains,
– simples fournisseurs de données (vecteur, raster ou
texte),
– services réalisant des traitements (spatiaux, thématiques,
temporels, etc.),
– services utiles à la communication (p.ex. encodage),
– etc.
Distribution des services : Cette classification proposée par
l’OGC des services par catégories recoupe celle du point
de vue “information”, mais du point de vue de la mise en
œuvre : services avec IHM ou non, entre services effectuant
des traitements ou délivrant des informations, etc.
Spécification des services et de leur plateforme : protocoles
pour l’interropérabilité des services (DCP – Distributed
Computing Platform).
Tab. 2.9 – Description d’un service Web géographique selon les points de vue ISO/IEC 10746
Les réponses apportées aux requêtes GetCapabilites ne décrivent pas à proprement parler des
traitements, mais les possibilités d’obtention de données proposées par les services WMS, WFS et
WCS. Ainsi par exemple, la fonctionnalité getMap offerte par un WMS n’effectue pas réellement
de transformation de l’information, et la façon dont elle est décrite présente un intérêt limité
dans le cadre de notre travail.
Dans l’exemple ci-dessous (code 2.3) de description simplifiée d’un service WMS offrant des
cartes de l’ozone, on peut notamment retenir l’indication des formats disponibles, le protocole
de transmission, les différentes couches que comportera la carte demandée.
L’OGC propose des règles pour l’implémentation des catalogues de services Web
géographiques (WRS). Le but est de standardiser les interfaces des services de catalogage de services. Cette initiative peut être comparée à celle d’UDDI.
ISO 19115
ISO 19115 définit un modèle de métadonnées des données géographiques. Décrire ces
dernières, c’est, entre autres, décrire les traitements qui les ont produites. C’est-à-dire décrire
leur généalogie (lineage). Le diagramme figure 2.10 montre les classes dévolues à cet aspect des
métadonnées44 . Nous ne nous intéressons ici qu’à la partie d’ISO 19115-2 qui étend ISO 19115.
On y voit que les traitements (LE Processing) implémentent des algorithmes
(LE Algorithm) ; ce sont des ressources distinctes. Plus original est le choix de représenter ce
qu’on appelle communément les fichiers log (LE ProcessingReport) qui décrivent le déroulement
des traitements et que l’on a déjà évoqués. La production des données s’effectue rarement en
une seule étape, ceci explique la décomposition de la description de la généalogie en étapes
44
Signification des préfixes employés : MD (Metadata), CI (Citation), DQ (Data quality), EX (Extent), LI
(Lineage), MI (Metadata for imagery and gridded data) et LE (Lineage extended).
72
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
<WMS Capabilities>
<Capability>
<Request>
<GetMap>
<Format>image/gif</Format>
<Format>image/png</Format>
<Format>image/jpeg</Format>
<DCPType>
<HTTP>
<Get>
<OnlineResource
xmlns:xlink="http://www.w3.org/1999/xlink"
xlink:type="simple"
xlink:href="http://hostname:port/path ?"/>
</Get>
</HTTP>
</DCPType>
</GetMap>
</Request>
<Layer>
<Layer>
<Name>ROADS RIVERS</Name>
</Layer>
<Layer>
<Title>Weather Forecast Data</Title>
</Layer>
<Layer>
<Title>Global ozone distribution (1992)</Title>
</Layer>
<Layer>
<Title>World population, annual</Title>
</Layer>
</Layer>
</Capability>
</WMS Capabilities>
Extrait de code 2.3: XML – Extrait d’une description de service WMS offrant des cartes de l’ozone
[Con03]
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
73
(LI ProcessStep). Le présent diagramme concerne les données dont la source est de type raster,
d’où la spécification de la résolution (propriété de LE Source).
Fig. 2.10 – ISO 19115 – Description des traitements, indice de la qualité des données géographiques
produites – Généalogie (”Data quality information – Lineage” [ISO05a])
2) Travaux institutionnels ou industriels
En marge des normes ISO et standards OGC qui viennent d’être présentés, de nombreux travaux institutionnels ou industriels sont consacrés à la description des services Web géographiques.
Nous évoquons ici quelques-uns d’entre eux. Nous nous intéressons également aux travaux visant
à décrire les traitements informatiques sous forme de SIG ou de programmes traditionnels.
Notre choix parmi les travaux existants est plus ou moins arbitraire ; nous tentons simplement
de dégager les tendances actuelles du domaine, de nous positionner par rapport à elles, et le cas
échéant, de nous en inspirer.
Travaux relatifs à la description des services Web géographiques
Les sites Web (Google Earth45 , Mappy46 , etc.) donnant accès aux données géographiques
connaissent un grand succès. Les clients de ces sites utilisent des navigateurs Web standard ;
ils ne dialoguent pas avec les services au moyen de protocoles comme SOAP. Les vrais services
Web possèdent une interface WSDL ; leurs clients sont des programmes qui reçoivent autre
chose que des pages HTML. Dans le domaine géographique ces services Web existent mais les
architectures logicielles sont encore en gestation. Les nombreuses communications sur ce sujet
dans les conférences le montrent.
45
46
http://earth.google.com/
http://www.mappy.com/
74
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Par exemple, Neun et Burghardt proposent un service Web de généralisation [NB05]. L’utilisateur y accède au moyen d’un client SOAP qui se présente sous la forme d’un plug-in à intégrer à
la plateforme JUMP47 . Les données géographiques à généraliser sont converties au format GML
et encapsulées dans les messages SOAP. On voit qu’isolément, les techniques pour invoquer les
services sont au point.
Ce que relèvent divers auteurs comme [Tso02][LdB02], c’est la difficulté à mettre en œuvre
des scénarios où interviennent de façon planifiée différents services.
Pour illustrer l’intérêt du système d’information qu’il propose48 , M-H. Tsou prend l’exemple
d’une recherche d’épicerie située dans une zone résidentielle non-inondable du Colorado. Apporter une réponse à cette recherche nécessite d’interroger des bases de données distinctes, puis
d’invoquer un service Web acceptant les différents formats de données et capable d’intégrer les
données dans un même système de coordonnées (cf. fig. 2.11).
Fig. 2.11 – Exemple de besoin impliquant la coordination de deux traitements géographiques (extrait
de [Tso02])
Une des principales propositions de M-H. Tsou pour améliorer non seulement les standards
de métadonnées géographiques mais aussi les plateformes (framework ) qui les exploitent est
d’y intégrer ce qu’il appelle la notion de hiérarchie et qui en fait correspond aux problèmes de
recherche de ressources dont s’occupe le Web sémantique. M-H. Tsou souligne ainsi la difficulté
avec les métadonnées actuelles de trouver des informations routières sur San Diego lorsque
l’indexation de celles-ci mentionne l’état de Californie.
Parallèlement à ce problème de fond, M-H. Tsou relève un certain nombre de caractéristiques
des services Web qui montrent clairement les besoins d’adaptation au contexte de l’utilisateur.
L’utilisation des services Web est ainsi soumise à des contraintes sur le débit de la connexion
Internet ou sur la résolution des écrans affichant les données (notamment pour les applications
sur client mobile).
47
Java Unified Mapping Platform, permet de visualiser des données géographiques et de les manipuler via des
objets Java http://jump-project.org/.
48
“An Operational Metadata Framework for Searching, Indexing, and Retrieving Distributed Geographic Information Services on the Internet” [Tso02].
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
75
MMM – Un modèle pour les SIG “services Web”
Les auteurs de l’article “From GISystems to GIServices (...)” [GM97] partent du constat que
les SIG monolithiques (i.e. non modulaires) sont coûteux et sous-utilisés. L’avenir appartiendrait
donc aux services Web “à la carte” (customisable)49 .
Dans la même veine qu’UDDI ou que le catalogue de l’OGC (qui n’existaient pas à l’époque),
une méthode pour créer un middleware (i.e. un serveur) permettant l’accès aux services
géographiques est proposée. Il s’agit de MMM, acronyme de Middleware for Method Management.
Les premières des fonctionnalités supportées par MMM sont l’affichage, la recherche et le
requêtage pour permettre l’accès aux services pertinents. Les buts de MMM rejoignent donc en
partie les nôtres. Notons que MMM date de 1999 et est donc antérieur à WSDL et UUDI.
L’objet de l’article [GM97] est principalement de présenter les aspects techniques nécessaires
à la mise en œuvre de MMM. Le modèle conceptuel de MMM nous intéresse davantage. L’article
de Jacobsen et al. détaille l’implémentation de l’architecture MMM qui repose seulement sur
trois classes représentant [JGR00] :
– les données : spécification des types, lieu de stockage, taille, fournisseur, conditions d’utilisation
– les services : spécification des fournisseurs, auteur, E/S, code source, fonctionnalité, etc.
– l’exécution des traitements : spécification des identifiants d’un service et des données correspondant à ses E/S pour une exécution donnée.
Ces trois classes héritent d’une classe mère abstraite contenant des méthodes pour la
génération de documentation HTML, pour la recherche, l’accès et le stockage des instances
des classes.
Le contenu des descriptions MMM les destine à être exploitées par des programmes et non
à être consultées par des humains (cf. tab. 2.10). La langue naturelle est de fait quasiment
absente. Le contenu est clairement plus procédural que déclaratif. Les utilisations nombreuses
de références (par URL) déchargent MMM de certains aspects des descriptions, comme
apparemment les types complexes de données.
Classe représentant les
services
Method Service Object
Attributs
Détail des attributs
general
source
library
person, creation, right
reference (url) ou code
reference (url) ou code
language, input, output, precond, postcond
description, keyword, abstract
interface
domain
Tab. 2.10 – Représentation MMM des services (d’après la DTD de [JGR00])
Travaux relatifs à la description des SIG et programmes géographiques
L’article “User interface for the integration of GIS components” présente une méthode
pour décrire en XML & RDF les composants SIG et leurs relations afin de permettre leur
interopérabilité [LdB02]. Celle-ci dépend de la capacité à établir la correspondance entre le
format des données disponibles et celui des données attendues par les traitements. Il existe
49
La modularité des systèmes ne passe pas forcément par les architectures Web, mais c’est de ce contexte dont
il est question ici.
76
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
donc un lien fort entre description des données et description des traitements.
Lemmens et de By présentent donc une méthode pour modéliser les relations entre données
et traitements. Trois niveaux de connectivité entre données et traitements sont définis :
– niveau sémantique
– niveau structure de données
– niveau format de données
Pour chacun de ces niveaux, données et traitements doivent “parler” le même langage, c’està-dire utiliser les termes d’une même ontologie. C’est là l’idée forte de l’article. L’originalité du
schéma de description des composants proposé tient à l’élément data conditions qui exprime
concrètement les conditions d’interopérabilité.
Elément
general
detailled
access
Attributs
operation name, version, creation date, etc.
data format
name
type
order
description
parameters
direction
attribute
data conditions
comp (comparateur)
condition ou parametre attribut
prerequisites
operation provider information
Tab. 2.11 – Modèle de métadonnées de traitements géographiques proposé par Lemmens et de By
[LdB02]
Par exemple, dans le cas d’une opération de projection, le système de coordonnées du fichier
d’entrée doit être Geographic. Cela s’exprime ainsi :
<Data Conditions>
<Attribute>CoordSys</Attribute>
<Comp>=</Comp>
<Condition>Geographic</Condition>
</Data Conditions>
Extrait de code 2.4: XML – Expression d’une condition dans le modèle de Lemmens et de By [LdB02]
Dans cet exemple, Geographic est un terme dont le sens n’est spécifié nulle part. Il faudrait qu’il le soit dans une ontologie afin de pouvoir être partagé, donc de servir de support à
l’établissement de la connectivité. En pratique, les conditions ne peuvent donc être exprimées
que si elles portent sur des formats de données connus et référencés. En l’occurrence, [LdB02]
ne proposent malheureusement aucune ontologie des données géographiques (mais il suggère le
format GML – Geographic Markup Language).
Le schéma de description proposé par Lemmens et de By a pour but l’interopérabilité des
composants SIG. L’idée principale est de mettre en correspondance les données géographiques
et les entrées/sorties attendues par les traitements. Les moyens employés – partage de termes
et définition de niveau de connectivité définis dans des ontologies formalisées en RDF – nous
serviront pour faire le lien non pas entre composants, mais entre besoins ou données d’un
utilisateur et traitements recherchés.
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
77
Modèle de description des traitements informatiques géographiques proposé par l’ICA
Nous pouvons noter l’existence d’un autre modèle de description de traitements
géographiques intéressant pour nos besoins. C’est celui que propose le groupe de travail de
l’ICA (International Cartographic Association) pour la généralisation de cartes géographiques.
Ce groupe a construit une plateforme pour le partage du code des outils géographiques et un
schéma de description50 . Les éléments de description associés sont listés tableau 2.12.
Author
Contact
Status
Language
Short Description
Software Requirements
Pseudo Code
Parameters
Extended Description
Samples (pictures)
Comments by the author (author’s experiences,
weakness and strength of the tool)
History
References
Comments by other users
Tab. 2.12 – Éléments de description de code proposés par le groupe de travail de l’ICA de Zurich
Le schéma de description proposé couvre les besoins courants de consultation. De notre
point de vue particulier, la faiblesse vient de la liberté de format laissée aux valeurs des
rubriques. Seule celle des commentaires des auteurs possède l’ébauche d’une structuration. Les
descriptions courtes et détaillées (short & extended) sont en langue naturelle.
3) Pages d’aide et interfaces des SIG
Les fonctions des SIG sont accessibles via des menus. Leurs descriptions sont contenues
dans des pages d’aide. L’organisation des menus et des pages d’aide est le fruit d’une réflexion.
Elle respecte une logique. Le critère essentiel est le regroupement thématique des fonctions.
Examinons donc l’organisation choisie pour quelques uns des principaux SIG utilisés à l’IGN
(tableau 2.13).
Nous tirons deux enseignements de l’examen du tableau 2.13. Premièrement, les pages d’aide
et les IHM des SIG fournissent des classifications des fonctionnalités géographiques qui peuvent
servir à décrire nos traitements. Deuxièmement, il n’y a pas de réelle unité entre les différents
SIG et les pages d’aide sont faiblement et inégalement structurées. Ce constat nous conforte
dans l’analyse des besoins à l’origine de notre travail ; la création de métadonnées structurées
selon un modèle unifié comblera bien un manque.
2.1.4
Métadonnées des traitements informatiques géographiques à l’IGN
Sommaire
1) Grilles OEEPE
2) Modèle de traitement de P. Michaux
3) Modèle de tâches de B. Bucher
78
78
80
Il existe plusieurs types de description et modèles de description de traitements utilisés au
sein de l’IGN. Dans beaucoup de cas, la spécificité géographique n’apparaı̂t pas ou peu. Nous
50
http://www.geo.unizh.ch/ICA/docs/tools/code template.html
78
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
ArcExplorer
Arcview
Structure
d’une page
Pas de structure
d’aide
récurrente
décrivant
une
fonctionnalité
Pas de structure
récurente
Exploitation
Outils d’intégration
Web
Obtention et utilisation des attributs
des entités
Echelle et
représentation cartographique
Symbolisation des
données
Appariement
d’adresses
Types de données
Créer carte
Afficher carte
Requêter carte
Travailler avec
les données tabulaires
Classification
induite par
les menus
des IHM
et par le
sommaire de
l’aide
Geoconcept
Rôle
Disponibilité
Principes
Mise en œuvre
des principes
Intérêt
Conseil de manipulation
Apparence
Objets
Données
Topologie
Géocodage
GPS
Itinéraire
MapInfo
Pas de structure
réccurente, mais
orienté instructions utilisateurs
Outils
Objets
Sélection
Affichage
Carte
Tab. 2.13 – Pages d’aide et interfaces des SIG
avons ainsi rencontré diverses documentations API générées par des outils comme Javadoc (pour
les codes Java du COGIT) ou DOxygene (pour les codes C++ du MATIS), des informations
relatives aux suivis de versions fournies par le logiciel CVS, des spécifications formelles utilisant des diagrammes UML et SADT (Structured Analysis and Design Technics). Toutes ces
documentations sont informatiques avant d’être géographiques.
Nous avons néanmoins pu trouver trois modèles de métadonnées des traitements
spécifiquement dédiés au domaine géographique (même si le troisième peut être adapté à
un contexte plus générique) : le modèle OEEPE (Organisation Européenne d’Etudes Photogrammétriques Expérimentales), le modèle défini par P. Michaux, et le modèle défini par B.
Bucher. Tous trois sont utilisés ou ont été conçus au laboratoire COGIT.
1) Grilles OEEPE
Les descriptions créées à partir de ce schéma ne sont destinées qu’à la lecture : elles sont
contenues dans de simples documents Word (cf. tab. 2.14). Notons que les éléments schema et
example accueillent des dessins très utiles à la compréhension.
Le schéma de description est très complet. Beaucoup des sous-catégories sont clairement
dédiées aux algorithmes de généralisation. La plupart des catégories principales (colonne de
gauche) sont, elles, génériques. Pour le besoin de consultation qui consiste à découvrir un
algorithme, le schéma semble tout à fait adapté. Les descriptions déjà existantes pourront donc
être récupérées. Par contre, pour les besoins de consultation qui nécessiteront de disposer de
descriptions “opérationnalisables”, il faudra contraindre les valeurs des éléments du schéma.
Les éléments dont la valeur est en langue naturelle devront être décomposés ou complétés par
une liste de mots-clés. Les autres éléments devront être typés : booléen, entier, réel, chaı̂nes de
caractères prédéfinies, et surtout types de données géographiques.
2) Modèle de P. Michaux
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
79
Tab. 2.14 – Modèle OEEPE de description d’algorithmes de généralisation de lignes utilisé au
COGIT
80
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
P. Michaux a également développé une interface de consultation Topic Maps pour les traitements de généralisation au COGIT (cf. fig. 2.12). Etudiant en DESS Imagerie Electronique,
il a réalisé un stage sur les métadonnées des traitements. Il s’agissait de réaliser une interface
de consultation pour la soumettre à des utilisateurs pour faire ressortir leurs besoins [Mic03].
La fonctionnalité de base attendue dans le cadre du stage était de permettre à l’utilisateur de
naviguer dans les index des descriptions. Dans ce but, P. Michaux a adopté le standard Topic
Map, langage de représentation que nous étudierons chapitre 4. Deux modèles conceptuels de
descriptions de traitements ont été créés : l’un générique et l’autre dédié à la généralisation.
Fig. 2.12 – Modèle de métadonnées des traitements de généralisation proposé par P. Michaux [Mic03]
Notons la présence du topic “conflit”, spécificité des traitements de généralisation. Les conflits
surviennent lors des déplacements ou changements de forme d’objets géographiques imposés par
la généralisation, par exemple quand un bâtiment se retrouve sur une route.
La figure 2.12 présente l’écran de l’interface utilisateur. Elle a été introduite suite au souhait
exprimé par les utilisateurs de se situer visuellement au cours de leur navigation dans le modèle
de descriptions.
Au niveau du modèle conceptuel de descriptions de traitements nous retenons notamment la
propriété conflit spécifique à la généralisation ; et au niveau interface IHM la possibilité offerte
à l’utilisateur de se situer dans le modèle de descriptions.
3) Modèle de tâches. L’aide à l’accès à l’information géographique : un environnement de conception coopérative d’utilisations de données géographiques – B. Bucher
B. Bucher a réalisé une thèse sur l’aide à l’accès à l’information géographique [Buc02]. Son
but était de fournir des descriptions de données géographiques associées à leur mode d’emploi,
relativement à un besoin exprimé par un utilisateur. Ce travail a donc ceci de commun avec le
nôtre qu’il tente de relier l’expression d’un besoin à des métadonnées. Les deux travaux sont
en fait complémentaires : il s’agit d’abord d’identifier les données nécessaires à un besoin, et de
déterminer l’agencement de traitements qui le satisfasse (le travail de Bucher), puis de rechercher
lesdits traitements (notre travail). Pour atteindre son but, Bucher distingue deux catégories de
connaissances :
– les connaissances de description d’un domaine : le QUOI,
– les connaissances de manipulation des objets de ce domaine, le COMMENT.
Selon Bucher, le COMMENT doit être modélisé de telle sorte que puissent être apportés des
réponses aux questions :
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
81
Fig. 2.13 – Le “quoi” et le “comment” de l’information géographique selon [Buc02]
– Pourquoi ? : quel est l’objectif poursuivi dans la manipulation ?
– Comment ? : quelles sont les stratégies et les méthodes pour manipuler les objets ?
– Avec quoi ? : quels sont les outils (i.e. les traitements) utilisés ?
On voit que la description du COMMENT comporte une partie touchant aux fonctionnalités
des traitements, mais aussi les méta-connaissances nécessaires à l’élaboration de plans de tâches.
Trois notions sont justement introduites pour modéliser le QUOI, le COMMENT, et les liens
qui les unissent : les tâches, les méthodes et les rôles. Une tâche est un type de problème que
l’on sait résoudre (l’exemple donné est celui d’aller d’un endroit de Paris à un autre en métro).
La description d’une tâche se décompose ainsi :
– la description du problème posé (facette déclarative de la tâche),
– la description de la résolution du problème (facette opérationnelle de la tâche).
On distingue les tâches complexes, elles-mêmes constituées de tâches ; et les tâches primitives,
qui ne sont pas décomposables. Au final, la solution d’un problème consiste donc en un plan de
tâches primitives. Les connaissances heuristiques sont contenues dans les méthodes. Les rôles sont
les termes servant à l’utilisateur pour décrire ses besoins et au système pour décrire les tâches.
Les ressources décrites comme des tâches ou des traitements sont assez proches -manipulation
d’une entrée pour produire une sortie-. Au COGIT, nous choisissons de faire les distinctions
suivantes qui se situent au niveau des ressources décrites ou alors uniquement au niveau du
mode de description.
“Une tâche correspond à l’atteinte d’un objectif d’utilisateur, comme calculer un itinéraire
ou apparier des jeux de données. La description de tâches se concentre sur le mécanisme de
spécification d’une tâche générique dont la résolution peut comporter des alternatives pour
décrire une tâche totalement spécifiée dont la résolution est figée. La description d’une tâche
doit comporter des termes proches du niveau de compréhension de l’utilisateur, comme le
concept de localisation.
La description d’un traitement se concentre elle sur le niveau données et logiciel. Dans une
telle description, la résolution est plus ou moins figée, hormis les fenêtres de dialogue et
paramètres éventuels.
Ainsi, une tâche totalement spécifiée peut être associée à une description de traitement.”
82
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
2.1.5
Modèles et langages de description de connaissances générales
Nous serons amenés à parler en détail des langages de représentations des connaissances au
moment du choix de l’implémentation (chapitre 4). Ici, nous nous intéressons à quelques modèles
et langages de description de connaissances générales.
Sommaire
1) Métadonnées pour l’identification
Dublin Core
FOAF
2) Langage de notation mathématique
MathML
3) Capitalisation des connaissances
MKSM/MASK
LOM
82
82
82
83
83
85
85
86
1 Métadonnées pour l’identification
Dublin Core
Dublin Core est un schéma de métadonnées générique qui permet de décrire une ressource
numérique ou physique et d’établir des relations avec d’autres ressources. Il comprend 15
éléments de description listés tableau 2.15.
La signification de certains éléments peut être précisée à l’aide de raffinements. Un raffinement restreint la signification d’un élément, mais sans la changer fondamentalement. L’utilisation
des raffinements est facultative.
Title
Creator
Subject
Description
Publisher
Language
Type
Format
Identifier
Source
Date
Relation
Coverage
Rights
Audience
Tab. 2.15 – Les quinze éléments du Dublin Core [Ini04]
FOAF
Les traitements sont décrits, développés et utilisés par des personnes. Par conséquent, les
informations sur ces personnes sont, de façon annexe, des métadonnées pertinentes dans le cadre
de nos besoins.
Dans l’esprit de ce qui allait devenir le Web sémantique51 , un projet a vu le jour en 1998
afin de décrire les personnes, leurs relations et leur activités. Ce projet, nommé FOAF (Friend
Of A Friend52 ), vise à fournir un langage de métadonnées destiné aux machines, c’est-à-dire non
seulement destiné à l’affichage par les navigateurs Web, mais aussi conçu pour permettre la mise
en relation des personnes et les inférences basées sur la sémantique des termes FOAF. Pour cette
51
52
Vision du Web de demain que nous présentons p. 151.
http://www.foaf-project.org/
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
83
raison, le langage FOAF repose sur XML et RDF, standards du W3C que nous présenterons au
chapitre 4.
Le langage FOAF est en passe de devenir un standard pour la description des personnes sur
le Web. Dès lors qu’il s’avère adapté à une partie de nos besoins, il paraı̂t opportun de chercher à
être compatible avec lui. Effectivement, les éléments de description listés tableau 2.16 présentent
bien un intérêt pour nous.
Classes
Agent
Person
Organization
Group
Project
Document
Propriétés
knows
geekCode
currentProject
homepage
based near
member
theme
topic
phone
mbox
publications
logo
made
Tab. 2.16 – Quelques classes et propriétés FOAF [Pdc05]
2) Langage de notation mathématique
MathML
MathML (Mathematical Markup Language) est un langage dédié aux notations
mathématiques. Apparu en 1998, c’est une recommandation W3C depuis 2001 [W3C03b].
Nous nous y intéressons car dans le domaine géographique, il est fréquent que les descriptions
de traitements comportent des formules mathématiques. Or lorsque l’on édite du texte, la
présentation des formules mathématiques est souvent un problème. Dans le monde du Web,
HTML offre peu de possibilités ; dans le monde des éditeurs de texte généralistes, il n’y a que
TEX et LATEX qui soient vraiment adaptés. Face à cette situation, MathML propose une façon
d’encoder les formules mathématiques. Mais au contraire de LATEX, MathML n’a pas seulement
pour but la représentation graphique des formules, mais également celle de leur sémantique,
de leur sens mathématique (“Encode both mathematical notation and mathematical meaning”
[W3C03b] – Chap.1, §Design Goals of MathML).
Nous avons indiqué section 1.4.2 n’avoir pas pour objectif de construire des métadonnées
capables de simuler tout ou partie du comportement des traitements. Néanmoins, s’il se
trouve que le formalisme choisi pour représenter graphiquement les formules mathématiques en
préserve également le sens, ce peut être une bonne chose.
On peut ainsi imaginer que les descriptions formelles de la complexité des algorithmes
pourraient être exploitées pour effectuer des comparaisons. Actuellement, seul l’expert est
capable de prédire le temps d’exécution acceptable d’un programme en fonction du nombre
d’objets d’entrée ou des paramètres de qualité attendue du résultat.
La complexité concerne l’évaluation des traitements. On a également besoin des formules
mathématiques pour décrire leurs fonctions et leur fonctionnement. L’exemple qui suit est la
traduction en MathML d’une description d’un programme ADA calculant le nombre de points
d’inflexion d’une ligne. La description en question est issue de la documentation interne du
COGIT. La formule y est notée en simple texte. Elle apparaı̂t donc avec une lisibilité moindre
que sur la figure 2.14 et, bien sûr, ne peut servir que dans le cadre d’une lecture humaine.
84
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
< ?xml version="1.0" encoding="iso-8859-1" ?>
< !DOCTYPE math PUBLIC "-//W3C//DTD MathML 2.0//EN"
"http://www.w3.org/TR/MathML2/dtd/mathml2.dtd">
<math xmlns="http://www.w3.org/1998/Math/MathML">
<mn>1</mn>
<mo>-</mo>
<mrow>
<munderover>
<mo>&Sum ;</mo>
<mrow>
<mi>i</mi>
<mo>&le ;</mo>
<mi>taille</mi>
<mo>(</mo>
<mi>cptbis</mi>
<mo>)</mo>
<mo>&minus ;</mo>
<mn>1</mn>
</mrow>
<mrow>
<mi>k</mi>
<mo>&le ;</mo>
<mi>i</mi>
</mrow>
</munderover>
<mi>cptbis[k]</mi>
</mrow>
</math>
Extrait de code 2.5: MML – Formule pour le calcul du nombre de points d’inflexion d’une ligne
Le code MathML 2.5 est affiché de la façon souhaitée par le logiciel Amaya53 . (figure 2.14).
Nous ne connaissons pas suffisamment le langage pour être sûr que notre code est exempt d’erreur
du point de vue sémantique. Il est du moins syntaxiquement correct puisqu’il est valide vis-à-vis
de la DTD officielle MathML 2.054 .
Si nous limitons notre ambition à l’affichage, il n’est pas indispensable de connaı̂tre le rôle
de tous les éléments. Voici sommairement, à titre d’indication, quelques explications sur ceux
utilisés dans notre code :
– l’élément mrow définit une ligne ;
– les éléments mi, mn et mo représentent respectivement les identifiants, les nombres et les
opérateurs ;
– l’élément munderover permet de répartir ses trois éléments fils au dessus, sur et en-dessous
de la ligne courante.
On voit à ces descriptions que le langage MathML est orienté présentation. Cela peut sembler
gênant. La tendance générale du Web est justement de séparer contenu et présentation, comme
le montre l’apparition du langage CSS et l’usage de plus en plus fréquent du couple XML/XSL55
pour générer le HTML. Précisons d’ailleurs que MathML peut être vu comme une extension de
53
http://mozinet.free.fr/aut/amaya.html).
http://www.w3.org/TR/MathML2/dtd/mathml2.dtd. Dans cet exemple nous utilisons la DTD MathMl2 (et
XML Spy 2004 pour la validation), mais au final nous verrons par la suite que c’est la version XML Schema que
nous utilisons.
55
XSL (eXtensible Stylesheet Language) est le langage de description de feuilles de style du W3C associé à
XML [W3C99c]. XSL est composé de XSL-FO (Formatting Objects), un vocabulaire qui permet d’appliquer un
style à un document XML, et de XSLT, un langage de transformation de document XML. Dans la suite de ce
mémoire, conformément à un usage répandu, en l’absence de précision, XSL sera employé au sens XSLT.
54
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
85
HTML : il est possible d’intégrer du code MathML dans des documents HTML. Les navigateurs
Web peuvent les interpréter à l’aide des plugins appropriés56 .
Fig. 2.14 – Visualisation avec Amaya 9.2.1 du code 2.2
3) Capitalisation des connaissances
MASK
Les principes généraux évoqués se traduisent dans des modèles particuliers de représentation
de connaissances. Certains de ces modèles sont nécessairement très formels puisqu’ils servent
de support direct à l’exploitation informatique (langages tels que par exemple UML pour
la programmation objet). Le domaine est alors celui du génie logiciel ; or notre but en est
plutôt éloigné. Nous sommes davantage intéressés par les modèles de gestion de connaissances
(knowledge management) dont C.Bandza a fait une synthèse [Ban00] et parmi lesquels figure
MASK.
La méthode MASK (Method for Analysing and Structuring Knowledge) est une méthode de
gestion des connaissances qui permet de recueillir et capitaliser des savoirs tacites d’experts.
L’ancêtre de MASK est MKSM (Methodology for Knowledge System Management), conçue par
J.-L. Ermine afin de représenter les connaissances au sein du CEA (Commissariat à l’Energie
Atomique). Depuis MKSM a été utilisée par des sociétés comme EDF, VIVENDI, PSA, Renault
[Erm03][BA03].
MKSM a également été utilisée dans un but extrêmement proche du nôtre à l’INRIA Sophia
Antipolis. Il s’agissait en effet de mettre en place une “gestion opérationnelle des connaissances
sur les codes” [ME00]. Les auteurs de l’article présentant le projet, S. Moisan et J-L. Ermine,
partent pour beaucoup du même constat que celui que nous avons effectué lors de notre analyse
des besoins, notamment au sujet des connaissances tacites. ”Dans la chaı̂ne de moyens mis en
place pour la gestion des codes, [S. Moisan et J-L. Ermine ont] identifié deux points faibles : le
passage de la documentation scientifique et technique aux documents de développement (informatiques) et le passage de la documentation utilisateur à l’utilisation opérationnelle” (ibid). Les
auteurs proposent deux solutions : l’utilisation de livres de connaissances MKSM et des outils
de pilotage de codes.
L’élaboration de la méthode MKSM a pour origine un constat, celui de la difficulté
d’acquérir les connaissances tacites des experts parfois difficilement exprimables. D’où la
56
Par exemple, MathPlayer pour Internet Explorer 6 et supérieur (http://www.dessci.com/en/products/
mathplayer/).
86
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
nécessité de fournir un cadre afin de faciliter ce qui est avant tout un problème d’acquisition
des connaissances.
Les objectifs de MASK sont multiples [EBS00] :
– Capitalisation de savoir d’experts quittant leur poste (mutation, départ à la retraite, etc.),
– Structuration de corpus d’informations et/ou de documents,
– Intégration de savoir-faire dans des procédés industriels ou des processus d’entreprise pour
améliorer leur productivité et leur compétitivité,
– Diffusion des connaissances des experts à travers des Livres de connaissances.
Le Livre de connaissances, produit final de la méthode MASK, est une sorte d’encyclopédie
“métier” qui peut se présenter sous un format papier ou sous un format électronique. Il est
constitué par un ensemble de modèles formalisant la connaissance recueillie lors des interviews.
Les modèles, d’apparence graphique à la façon des diagrammes UML, sont complétés par des
fiches descriptives du domaine, des conseils, des retours d’expérience et des références bibliographiques. Les descriptions des six modèles MASK traduisant les différents points de vue sont
données tableau 2.17.
Connaissances
fondamentales
Activités
Contexte
historique
Savoir-faire
Concepts
Historique des
solutions et
justifications
Les connaissances fondamentales, scientifiques, techniques ou
autres, qui sont la base même du domaine, sont représentées par des
modèles de phénomène ou modèles du domaine, qu’on cherche
à maı̂triser, soit pour les favoriser, soit pour les inhiber, dans une
activité experte.
Les connaissances sur le déroulement de l’activité experte sont
représentées par des modèles d’activité. C’est une décomposition
en grandes phases (sous-activités) du métier considéré, ces grandes
phases étant articulées entre elles par des échanges de données, de
flux de matière, etc. Il s’agit d’une analyse de type “fonctionnelle”
descendante, où chaque activité est décomposée hiérarchiquement
en sous-activités de plus bas niveau.
L’évolution du domaine de connaissance, replacé dans son contexte
scientifique, technique, social, etc. est modélisé par des modèles
d’historique. Il s’agit donc d’intégrer l’évolution d’une connaissance, d’un concept, d’un objet dans un système contextuel qui
est explicatif de cette évolution, et permet d’appréhender globalement les lignes directrices qui ont amené la connaissance à l’état
actuel.
Les savoir-faire particuliers et remarquables, rattachés aux activités sont représentés par des modèles de tâches. C’est une
représentation de la stratégie mise en œuvre pour résoudre le ou les
problèmes qui sont posés dans des cas précis concernant le système
de connaissances considéré.
Les concepts manipulés dans l’activité experte considérée sont
modélisés par des modèles de concepts.
Un autre point de vue plus détaillé que l’historique pour
appréhender l’évolution du domaine de connaissances à travers le
temps est de reconstruire “l’arbre généalogique” des solutions qui
ont été conçues dans le domaine, en indiquant les justifications qui
ont amené à passer d’une génération à une autre. C’est le modèle
des lignées.
Tab. 2.17 – Les modèles MASK (d’après [BA03] et [Erm03])
LOM
Enseigner des connaissances demande en général de les représenter. Ce constat pourrait nous
inciter à nous intéresser au domaine de l’Enseignement Assisté par Ordinateur (EAO) ou, mieux,
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
87
à celui de l’Enseignement Intelligemment Assisté par Ordinateur (EIAO). Mais les systèmes
existants sont souvent dédiés à des disciplines particulières, par exemple la géométrie en 4ème,
et incluent la gestion de l’activité d’enseignement reliant la représentation de l’enseignant et
celle de l’apprenant. Cela constitue un prolongement extrêmement intéressant de nos objectifs,
mais qui, pour l’heure, les dépasse un peu.
Plus directement exploitables sont les travaux dédiés à l’enseignement à distance, aussi appelé e-learning. Ils ont été rendus possibles avec l’apparition d’Internet. Certes, les systèmes
mettent parfois en place, comme pour les EIAO, des situations d’apprentissage comprenant des
interactions avec l’apprenant. Mais il semble que l’apprentissage y est surtout étudié du point de
vue de la mise en place des formations – e.g. conception, médiatisation, diffusion des supports
[Tch02]. Or, comme ces systèmes sont par nature plus ouverts, des normes de métadonnées
généralistes deviennent nécessaires pour la description, le partage, la réutilisation et l’évaluation
des ressources pédagogiques.
C’est dans ce but qu’en 2002 l’IEEE a défini la recommandation LOM (Learning Object
Metadata) [Com02].
Fig. 2.15 – Aperçu général de LOM (diagramme extrait de [Gom04], d’après [Com02])
Que note-t-on dans le diagramme de la figure 2.15 ? D’abord que LOM reprend les
descripteurs Dublin Core pour l’identification des ressources. On en retrouve notamment six
sur huit dans la catégorie 1 Général. Ensuite, on note que beaucoup de descripteurs LOM se
prêtent tout à fait à la description des connaissances d’utilisation des traitements. Par exemple,
selon la complexité de son besoin, l’utilisateur d’un SIG devra préalablement savoir ce qu’est
un thème, une table de base de données relationnelle, une représentation vecteur, etc. Les
descripteurs LOM des catégories 4 et 5 (Technique et Pédagogique) seront utiles à la description
des prérequis d’utilisation des traitements.
Les ressources pédagogiques comme les traitements géographiques sont protégés par des
licences et peuvent être payants. La catégorie 6 Droits pourra donc également être intégrée à
notre modèle.
Le diagramme de la figure 2.15 ne fournit qu’un aperçu de LOM. Certains descripteurs se
décomposent plus finement. Il sera justement particulièrement intéressant pour nous de décrire
88
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
de façon fine les préconditions d’utilisation des traitements. On verra par exemple plus avant un
exemple où doit être exprimée une contrainte sur la version d’un logiciel57 . LOM a prévu ce type
de cas : les descripteurs 4.4.1.3 et 4.4.1.4 de la catégorie 4.1 Exigences techniques portent sur les
versions minimum et maximum des logiciels requis pour exploiter les ressources pédagogiques
[Com02]. Cela rejoint exactement le besoin de l’exemple sus-cité.
2.1.6
Conclusion
En quête d’un modèle de métadonnées correspondant à nos besoins, nous nous sommes
intéressés à ceux des domaines informatique, informatique géographique, et informatique
géographique à l’IGN. De façon annexe, nous avons également étudié quelques modèles
généralistes de description de ressources. Nous n’avons pas limité notre recherche aux stricts
modèles de métadonnées. Nous avons aussi étudié les langages, méthodes, travaux et outils
utiles à la description des traitements.
Une des principales raisons de l’inadéquation des modèles de métadonnées étudiés à nos
besoins est la divergence dans la vocation desdits modèles. Alors que nous visons avant tout la
création de métadonnées consultables par des lecteurs humains, les descriptions de services Web
tels ISO 19119, SOAP, WDSL,UDDI et OWL-S sont plutôt dédiées aux machines. Parmi les
buts des langages en question figurent certes la découverte de services Web, mais aussi surtout
leur invocation automatique et leur interopérabilité. De même, les langages de description de
composants, que nous avons peu évoqués, ne fournissent pas tous les éléments de description
dont nous avons besoin. Il leur manque par exemple la description des effets des traitements sur
les propriétés des données en termes pertinents pour l’utilisateur et non pas seulement du point
de vue de l’implémentation. C’est justement une des spécificités des traitements géographiques
que de nécessiter une description fine des entrées/sorties aux nombreuses propriétés.
Ce dernier reproche – relativement à nos besoins particuliers s’entend – peut être également
adressé aux outils et langages de description du domaine du génie logiciel dont le but est de
faciliter la phase conception de traitement et non l’utilisation a posteriori.
Dans le même ordre d’idée, parmi les documentations rencontrées certaines sont explicitement dédiées aux développeurs, d’autres aux utilisateurs.
Les inadéquations des modèles de métadonnées rencontrés lors de l’établissement de l’état de
l’art ne sont pas toujours liées à des divergences de vocation. Les inadéquations sont parfois aussi
simplement des niveaux de détail et de formalisation des modèles insuffisants. Certains modèles
ne sont pas assez détaillés. ISO 19119, par exemple, propose relativement peu d’éléments de
description. D’autres modèles de description en possèdent suffisamment, mais sont spécifiques
à un domaine. Par exemple, le modèle défini dans le cadre du projet Agent est spécifique aux
traitements de généralisation.
Par ailleurs, les éléments de descriptions des modèles ne sont pas toujours typés. Or
notre objectif de contrôle des valeurs des métadonnées nous incline à limiter le recours à
la langue naturelle. Nous avons vu en particulier que les documentations API classiques ne
sont généralement indexées avec aucun vocabulaire contrôlé. La formalisation s’y limite à la
signature des fonctions, ce qui n’est pour nous pas suffisant.
Néanmoins, les modèles étudiés comportent beaucoup d’éléments à réutiliser et d’idées à
retenir :
Divers éléments de description utiles. Les fonctionnalités et la signature des entrées,
sorties et paramètres se retrouvent dans quasiment tous les modèles. Nous retenons également
57
Exemple donné p. 123.
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
89
les idées des facettes d’OWL-S, de la décomposition des traitements et l’utilisation de structures
de contrôle (Moisan, Ficet, OWL-S), et de l’expression de préconditions (OWL-S, Lemmens et
de By, Tsou). Concernant les modèles et langages de description de connaissances générales,
les éléments des modèles Dublin Core, LOM, FOAF et MathML pourront être directement
réutilisés. Par ailleurs, les travaux de capitalisation des connaissances comme MASK montrent
comment décrire non seulement des ressources mais aussi les connaissances sur ces ressources.
Il est ainsi intéressant de prévoir la description des concepts utilisés. Il est également utile de
fournir un modèle capable de représenter les règles d’expert et de faciliter leur acquisition.
Représentation opérationnelle des connaissances. En tant que projet du Web sémantique,
OWL-S met en œuvre des principes de représentation des connaissances adaptés à nos objectifs
de simulation d’une partie du raisonnement de l’expert.
Traduction de la spécificité géographique des traitements. Signe des temps, les
modèles de description des traitements proposés par la communauté du domaine géographique
concernent essentiellement les services Web. Il semble en fait que la spécificité géographique
ne se traduit pas dans les éléments de description mais dans ses valeurs. De nombreux
travaux tentent ainsi de définir des classifications des fonctionnalités géographiques. On trouve
aussi des classifications des types de données géographiques, des problèmes géographiques
liés au processus d’acquisition des données géographiques, à la façon de les cartographier,
etc. Ces classifications présentent clairement un intérêt pour la description des traitements
géographiques. Mais elles ne transparaissent pas forcément dans le choix des éléments du
modèle de métadonnées. C’est pourquoi il ne nous est pas apparu nécessaire de les évoquer
dans ce chapitre.
Le tableau comparatif 2.18 liste les principaux critères définissant notre positionnement visà-vis de l’état de l’art établi. Il complète les paragraphes précédents et montre que les modèles
de métadonnées et les documentations existants que nous avons recensé ne répondent pas à nos
attentes. Nous allons donc définir un nouveau modèle. On peut se poser la question de l’apport
qu’il constituera.
Dans la mesure où le modèle à construire réunira les caractéristiques de la colonne de droite
du tableau 2.18, il constituera un apport par rapport aux modèles existants. Inversement, dans
des contextes différents du nôtre, certains modèles existants pourront s’avérer plus adaptés. Cette
évidence rappelle simplement qu’un modèle est conçu dans un but. Le nôtre est relativement
générique par rapport à ceux dédiés, par exemple, à la planification de tâches, à l’invocation des
services Web, ou à la description d’API pour des développeurs chevronnés.
En fait, les concurrents les plus directs des métadonnées que nous souhaitons sont les documentations pas ou peu formalisées, à savoir les commentaires des développeurs sur leurs propres
traitements (commentaires de code ou fiches externes) et les aides classiques des logiciels commerciaux. Par rapports à ces concurrents, notre apport résidera dans une plus grande formalisation
des métadonnées, et par les choix pertinents des éléments de descriptions que nous emprunterons
pour partie aux divers modèles déjà existants.
L’intérêt d’une plus grande formalisation des informations manipulées dans le cadre de
systèmes d’information est déjà bien connu. Dans le domaine du Web sémantique, c’est l’objectif d’une formalisation des connaissances qui est maintenant poursuivi. Nous accompagnons ce
mouvement.
L’objectif de décrire l’agencement des étapes du fonctionnement et des modes d’emploi
des traitements nous fait partager quelques points communs avec les modèles dédiés à la
planification de tâches et à la résolution de problèmes en IA. Nous allons ainsi avoir besoin
de recourir à des structures de contrôle (si / alors, tant que, et, ou, etc.).Pour autant, la
planification n’est pas notre objectif. Notre modèle n’a pas pour vocation à concurrencer sur ce
90
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
terrain les modèles existants.
Comparativement aux modèles existants, l’apport attendu du modèle que nous allons définir
est de permettre l’expression de connaissances actuellement peu formalisées. De façon sousjacente, un apport de notre travail réside dans l’identification de ces connaissances et dans la
démonstra-tion que leur formalisation permet une meilleure aide à l’utilisateur. Par exemple,
comme nous l’avons vu au chapitre 1, décrire les actions nécessaires à l’utilisation des SIG
nécessitent la description des IHM (menus contextuels, préconditions, problèmes réccurents). La
compréhension des IHM des SIG et plus généralement des traitements informatiques nécessite
également la description des caractéristiques communes de familles de traitements (les SIG, les
logiciels Windows, etc.). Permettre de décrire des catégories de traitements et non seulement
des traitements individuels est utile et nécessaire. Les modèles rencontrés n’offrent pas cette
possibilité de façon formalisée, à l’exception, potentiellement, d’OWL-S mais uniquement pour
le contexte des services.
2.1 État de l’art des métadonnées des traitements
Manuels, fichiers
d’aide, doc. API
Degré de
formalisation
des
métadonnées
Niveau de
détail,
généricité,
prise en
compte
spécificité
géographique
Planification
Préconditions
Support interopérabilité
Description du
mode
d’invocation
des
traitements
Recueil de
connaissances
tacites
Insuffisant car langue
naturelle. Pas (manuels) ou peu (doc.
API) de contrôle du
vocabulaire.
Métadonnées inégalement
détaillées,
souvent faibles pour
les effets des traitements.
La
plupart
des
éléments de description généralistes sont
à réutiliser.
Non.
Bonnes descriptions
des actions IHM des
logiciels ou des instructions pour la programmation.
Non (sauf MASK ou
SBC spécifiques).
91
OWL-S & autres
modèles pour services Web
ISO 19119, ISO
19115-2 & modèles
géo.
Suffisant, car descriptions destinées aux
machines
(optique
Web sémantique).
Suffisant
pour
les
éléments de description, pas toujours
pour leurs valeurs.
Pas de description
fine des effets des
traitements sur les
propriétés des E/S
Dédiés aux services
Web.
À
spécialiser
pour le domaine
géographique.
Des
éléments
à
réutiliser
et
à
spécialiser
ou
compléter
(grilles
OEEPE en particulier).
OWL-S
décrit
les
préconditions
sur les E/S et la
décomposition
des
traitements, permet
les
raisonnements
de logiques de description,
comporte
les structures de
contrôle classiques.
Oui,
mais
avant
tout
pour
les
machines,(WSDLUDDI-SOAP)
et
seulement pour les
services Web.
Non.
Oui en théorie (moins
développé qu’OWL-S
sur ce point).
Oui (peuvent être liés
aux standards pour
services Web).
Non.
Le
modèle
de
métadonnées que nous
attendons
Contrôle des éléments de
descriptions et de leurs valeurs. Uniformisation de la
façon de décrire les traitements.
Description des effets des
traitements
:
évolution
des propriétés des entrées
et
sorties,
illustrations.
Pour cela, description aussi
des
diverses
ressources
du domaine géographique
(types de données, format,
problèmes, concepts).
Description
des
agencements des étapes de
fonctionnement
et
des
étapes de modes d’emploi :
objectif
poursuivi
mais
de façon plus simple que
les travaux spécifiquement
dédiés à la planification.
Support aux raisonnements
pour l’adaptation à prévoir
(volet implémentation des
connaissances d’expert).
Invocation pour tous types
de traitements attendue
(donc, entre autres, description des IHM). Invocation
automatique : objectif non
poursuivi.
Plus spécifiquement à notre
contexte,
en
proposant
les concepts intervenant
dans les règles d’expert,
en réifiant des concepts
abstraits (p.ex. familles de
traitement), les connaissances tacites pourront être
explicitées.
Tab. 2.18 – Tableau comparatif de quelques éléments de l’état de l’art établi et du modèle de
métadonnées attendu
92
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
2.2
À propos des choix de modélisation
2.2.1
Comment notre modèle a-t-il été élaboré ?
Élaborer un modèle, c’est faire une succession de choix. Dans notre cas, la méthode de conception sciemment suivie a été principalement ascendante. L’état de l’art ayant abouti à la décision
de créer notre propre modèle de métadonnées, nous sommes partis de l’examen des traitements à
décrire. Cela a fourni le premier squelette du modèle (fig. 2.18 p. 96). Nous avons sélectionné des
exemples de traitements – pour la majeure partie des traitements de généralisation développés
au COGIT – et avons commencé à les décrire. Les éléments de description sont ainsi apparus progressivement. Des entretiens avec les utilisateurs ont été menés, des questionnaires diffusés (cf.
p. 231). Chaque besoin d’information nouvellement identifié impliquait la création d’un élément
de description supplémentaire du modèle.
Occasionnellement, nous avons procédé de façon descendante. Il n’avait ainsi pas été envisagé, initialement, de décrire l’environnement matériel des ordinateurs exécutant les traitements.
C’est en songeant à ce thème général que nous avons introduit plusieurs éléments de description
particuliers, éléments dont la présentation aux auteurs de traitements a rétrospectivement
permis d’identifier de nouveaux exemples de besoins (cf. exemple p. 123).
S’il est difficile de dégager une référence particulière de l’état de l’art qui ait notablement
influé sur le choix des éléments de description de base du modèle, on peut en revanche citer
OWL-S comme source d’inspiration dans la façon de les organiser. Nous reprenons et étendons
en effet l’idée des trois facettes de descriptions des traitements (ce que fait le traitement,
comment il fonctionne, comment y accéder). Les classes qui réifient ces facettes sont d’un
niveau d’abstraction supérieur à celui des classes correspondant aux ressources plus évidentes,
“concrètes” pourrait-on dire, comme les algorithmes ou les formats de données.
On peut subodorer que, pour des besoins tels que les nôtres, l’intérêt et l’originalité d’un
modèle résident surtout dans la présence de classes abstraites permettant une appréhension
et des manipulations efficaces des métadonnées. De ce point de vue, l’état de l’art pertinent
n’est pas tant celui des descriptions de traitements que celui des principes de représentation
des connaissances. Les notions d’orienté-objet et de frames ont été sommairement évoquées
dans les pages précédentes ; celles plus spécifiques aux systèmes à base de connaissances sont
présentées au chapitre 3. La volonté d’exploiter informatiquement les connaissances d’expert a
émergé à la fin de la première année de travail, notamment lorsque sont apparues les difficultés
à répondre aux utilisateurs demandant une adaptation des modes d’emploi. La prise en compte
de ce nouveau point de vue a alors rejailli sur le modèle, en particulier sur les classes présentées
au chapitre 3.
Modèle conceptuel,
métadonnées
modèle
d’implémentation
et
application
d’accès
aux
Un modèle conceptuel est une représentation d’un domaine exprimée dans un formalisme
autant que possible neutre vis-à-vis des soucis d’implémentation. Un modèle d’implémentation
est la traduction formelle d’un modèle conceptuel dans un langage informatique.
Dès le début de notre travail un langage d’implémentation a été choisi. En permanence, toute
évolution du modèle conceptuel se traduisait immédiatement dans le modèle d’implémentation.
Une application Web permettant de consulter la base de métadonnées naissante a été développée
dès la première année de thèse. Cela a permis de recueillir très tôt les commentaires d’utilisateurs
cobayes non seulement sur le modèle mais aussi sur l’interface de consultation. Ces deux types
d’enseignements ont été mutuellement profitables. Nous verrons par exemple p. 104 comment le
besoin de voir illustrées dans l’interface les données avant et après traitement a amené à enrichir
2.2 À propos des choix de modélisation
93
le modèle.
Le développement parallèle de l’application et du modèle a donc été profitable. Notre
démarche a été incrémentale. En effet la succession de phases “analyse – conception –
implémentation – tests – validation” [LJP98] a permis l’élaboration progressive d’un modèle
dont la base de métadonnées instance supportait un nombre croissant de besoins d’information.
Ce faisant, la faisabilité du projet répondant aux objectifs initialement définis a été contrôlée.
Notamment, de façon récurrente, les utilisateurs cobayes nous ont mis en garde contre une
complexité excessive du modèle.
Si construire tôt un modèle d’implémentation présente l’avantage de permettre des expérimentations précoces, cette démarche comporte néanmoins un risque, celui que la prise en compte
des propriétés du langage adopté biaise notre façon d’appréhender le problème et parasite le
modèle conceptuel. Soucieux d’éviter un tel travers, nous avons tenté de garder constamment
claire la séparation entre les deux modèles, conceptuel et d’implémentation. La réalité de l’activité de modélisation n’est cependant pas si simple. D’abord parce que le formalisme du modèle
conceptuel n’est pas neutre, ensuite parce que les caractéristiques des langages informatiques
peuvent jouer le rôle de masque ou au contraire d’aide selon ce que l’on souhaite représenter.
2.2.2
Notre modèle de métadonnées est-il orienté objet ?
Parmi les spécifications qui accompagnaient notre sujet de thèse lors de notre arrivée au
laboratoire COGIT, il figurait une demande particulière : le modèle conceptuel de métadonnées
à définir devait être exprimé sous forme de diagramme de classes UML. Compte tenu de cet
impératif, il nous parait utile de préciser notre position vis-à-vis des notions de l’orienté objet.
Une des raisons de la demande d’utilisation du formalisme UML était l’objectif d’interopérabilité avec une future plateforme58 de métadonnées. L’idée qui présidait au sein de
l’action de recherche Consul était que les différents modèles (de tâches, de métadonnées des
traitements et de métadonnées des données) soient instanciés sous forme de classes Java.
Par ailleurs, et de façon liée, l’usage au sein du laboratoire COGIT est d’utiliser la
notation UML comme support de communication59 . Quant au langage Java, il est utilisé pour
GeOxygene, l’une des deux plateformes de développement du COGIT.
Ce contexte étant posé, on peut se demander si notre modèle doit forcément être orienté
objet, et si par conséquent UML est bien la notation la plus adaptée à ce que l’on souhaite
exprimer (indépendamment du fait que le besoin d’un langage commun de communication est
une raison suffisante pour l’adopter).
Il existe parfois une confusion entre l’idée de représentation orientée objet et celle de programmation orientée objet. Clairement, nous considérons que notre modèle relève de représentation
OO mais non de la programmation OO. Nous allons voir que notre modèle fait appel à deux
principes :
– celui de classe et d’instance,
– celui d’héritage.
Ces deux principes sont caractéristiques des langages de représentation OO. Mais prétendre
faire de la programmation OO suppose de mettre en œuvre, en plus de ces principes, ceux
d’encapsulation des propriétés et des méthodes, d’abstraction (visibilité variable des propriétés
et des attributs entre les objets), de polymorphisme (mécanisme pour invoquer des méthodes
58
Ensemble de structures de données, de logiciels et de librairies facilitant le développement ou l’exploitation
de programmes.
59
Néanmoins, au sein de l’IGN, il existe une tradition de formalisation en HBDS. Cette notation est en effet
enseignée à l’ENSG par François Bouillé, qui en est le créateur.
94
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
désignées par un même nom, mais différentes selon le contexte) [LJP98]. Si l’on considère la programmation OO comme reposant avant tout sur l’encapsulation des propriétés et des méthodes,
elle est un dépassement de la programmation procédurale. Dans notre contexte au contraire,
l’exploitation envisagée de notre modèle dissocie clairement les données et les traitements qui
leurs sont appliqués. Cette dissociation est d’ailleurs un principe que l’on retrouve dans diverses
méthodes de conception de systèmes d’information : MERISE60 , par exemple, mais aussi plus
récemment des méthodes utilisées notamment dans le domaine bancaire.
La notation UML est désormais le standard pour la modélisation en programmation OO. En
revanche, elle n’est pas nécessairement la plus adaptée pour tous les modèles de représentation
OO. On pourra préférer adopter d’autres notations pour certains modèles d’implémentation
mettant en œuvre les notions de classes et d’héritage. On verra de plus qu’UML ne permet pas
d’exprimer certaines contraintes de modélisation61 .
2.2.3
Réifier les familles de traitements
Les connaissances que nous voulons représenter portent non seulement sur des traitements ou
ensembles de traitements (Buffer.java, Arcview, etc.), mais aussi sur des familles de traitements
(SIG, logiciels Windows, programmes Java, etc.).
Prenons un exemple. Supposons qu’une nouvelle plateforme de développement GéoEx basée
sur le langage Java doit être décrite. Les programmes de cette plateforme partagent un certain
nombre de propriétés : sur les pré-requis pour les lancer, sur leur compatibilité, sur le domaine
des fonctionnalités qu’ils réalisent, etc. Cette connaissance doit pouvoir s’exprimer grâce à
notre modèle. Certes, il serait possible de proposer à l’expert de définir un ensemble de règles
"si appartientPlateforme( ?prg, GéoEx) alors ...". Mais une telle solution n’est pas
propice à un recueillement systématique et contrôlé des connaissances. L’abandon des premiers
systèmes expert pour des systèmes basés sur les frames ou l’orienté objet le montre. Il est plus
élégant de proposer à l’expert de décrire la famille de traitement programmeGéoEx comme un
programme possédant les caractéristiques typiques attachées à ladite plateforme. Cela implique
qu’il existe dans notre modèle une classe FamilleTraitement.
Les FamilleTraitement héritent les unes des autres : dans notre exemple, on peut ainsi
imaginer que programmeGéoEx hérite de programmeJava.
Si les instances de FamilleTraitement étaient elles-mêmes des classes, FamilleTraitement
serait une méta-classe. Ce n’est pas exactement le choix que nous faisons. En fait, notre modèle
permet de dire, par exemple, qu’Arcview, instance de Logiciel, est lié aux deux instances de
FamilleTraitement SIG et LogicielWindows par la relation62 “type”. Si l’on considère “type”
comme une relation d’héritage, alors nous faisons là de l’héritage multiple.
“SIG” et “LogicielWindows”, pour des raisons d’extensibilité et parce que ce sont selon
notre point de vue des ressources à décrire, doivent figurer dans la base de métadonnées en tant
qu’instances de classe et non dans le modèle en tant que classes. Si de nouvelles familles de
traitements apparaissent, leur prise en compte ne doit pas affecter le modèle. Nous reviendrons
sur la question au moment de présenter les diagrammes de classes.
60
http://www.commentcamarche.net/merise/concintro.php3
cf., entre autres, l’exemple sur l’association entre entrée et sortie p. 102, ou la restriction de propriétés fig.
2.16 et 2.17, p. 95. Pour permettre à ces contraintes d’apparaı̂tre dans les diagrammes de classes UML, le langage
OCL (Object Constraint Language) a dû être créé.
62
relation est un terme employé notamment dans le langage UML. Nous parlerons également de propriété des
classes, qui sont des façons de représenter les relations. Dans les logiques de description, sur lesquelles reposent
les ontologies que nous verrons plus avant, les relations sont appelées rôles, et les propriétés attributs ou slots.
61
2.2 À propos des choix de modélisation
95
La sémantique que nous attribuons à la relation “type” permet simplement de transmettre
des valeurs de propriétés. Par exemple Arcview est de type LogicielWindows, donc son système
d’exploitation est Windows.
Restrictions de propriétés
Nous avons besoin de contrôler les valeurs des éléments de nos descriptions. Cela commence
par la restriction de l’ensemble des valeurs possibles pour une propriété. Les figures 2.16 et 2.17
donnent deux exemples de nos souhaits en la matière.
Un contrôle plus fin consiste à s’assurer de la cohérence entre différentes métadonnées. Par
exemple, si un programme qui implémente un algorithme doit réaliser le même type de fonctionnalité que lui, les informations sur les types de données abstraits et implémentés doivent
être cohérents. De même, les descriptions respectives d’une fonction et du logiciel à qui elle
appartient ne sont pas sans relations. Les règles de cohérence ne pourront pas apparaı̂tre dans
la définition du modèle. Elles seront donc exprimées en tant que méta-connaissances et utilisées
par l’application exploitant la base de métadonnées.
Fig. 2.16 – Restriction de l’ensemble des valeurs possibles pour la propriété type donnée
Fig. 2.17 – Restriction de l’ensemble des valeurs possibles pour la propriété appartient
96
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
2.3
Définition de notre modèle conceptuel de métadonnées
Les diagrammes de classes exposés dans cette section présentent notre modèle conceptuel
de métadonnées. La clarté plutôt que l’exhaustivité a été recherchée, c’est pourquoi certaines
relations et classes annexes ont été masquées. Le modèle d’implémentation sera lui présenté plus
en détails. Par ailleurs, l’expressivité du modèle est illustrée par divers exemples. La traduction
dans le modèle d’implémentation se trouvera dans la suite du mémoire, pour chacun d’eux.
Enfin, accompagnant la présentation de certaines parties du modèle, des hypothèses expliquant
les raisons de la spécificité des traitements géographiques ont été avancées.
Dans la suite du mémoire, les termes correspondant à des noms de classes ou de propriétés
apparaissent en police sans serif. Nous considérons ces termes comme des noms propres, c’est
pourquoi nous avons fait le choix de ne pas les accorder au pluriel. Par ailleurs, les classes dont
le nom est noté en italique sont des classes abstraites.
2.3.1
Les traitements à décrire
Le diagramme figure 2.18 donne un aperçu général du modèle de métadonnées. On y voit que
les différents types de traitements, désignés par le terme générique de RessourceTraitement, sont
décrits selon cinq points de vue réifiés par les classes Identification, Fonction, Fonctionnement,
ModeEmploi et Évaluation.
Fig. 2.18 – Classes principales du modèle de métadonnées
Certains des termes du modèle étant sujets à interprétations variables, précisons le sens
recouvert, selon nous, par chacun d’eux.
RessourceTraitement : classe abstraite désignant tout traitement ou ensemble de traitements,
ressources qui dans notre modèle ont en commun de pouvoir être décrites selon les cinq
facettes de description définies. Comme nous l’avons précisé section 1.2.1 (p. 8), le terme
“traitement” correspond dans notre contexte aux ressources qui réalisent ou décrivent
comment réaliser une transformation d’information. Le cas particulier des traitements qui
ne modifient ni ne créent de données est discuté p. 106.
Algorithme : “Suite finie d’opérations élémentaires constituant un schéma de calcul ou de
résolution d’un problème” (Larousse)63 . Plus particulièrement dans notre contexte, un algorithme est “une description de résolution de problème destinée à être implémentée sous
63
Étymologiquement, le mot algorithme est dérivé du nom d’un mathématicien perse qui a vécu au IXème siècle,
2.3 Définition de notre modèle conceptuel de métadonnées
97
forme de programme informatique” [Sed84], donc pour nous de TraitementCodé. Un algorithme est exprimé en langue naturelle ou en pseudo-code. Il n’est donc pas interprétable
par une machine.
Exemples : Accordéon, Douglas & Peucker et Gauss sont des algorithmes de généralisation
d’objets possédant une géométrie linéaire. Dans le cadre du projet Agent où de tels algorithmes sont développés, il est également question de mesures : “a measure is a method
that does not change the state of map objects, but is used to characterise it” [Con99]. Dans
notre modèle nous avons fait le choix de considérer les mesures comme des algorithmes, la
distinction “transformation ou caractérisation” des entrées étant spécifiée dans la partie
Fonction de la description. Par exemple une méthode de calcul de la distance de Haussdorf (plus petite distance entre deux objets) sera cataloguée dans notre modèle comme
Algorithme.
TraitementCodé : classe abstraite désignant tout ensemble d’instructions d’un langage informatique, interprétable par une machine. Formellement, tout TraitementCodé implémente
un Algorithme. Mais dans la base de métadonnées instanciant notre modèle, on trouvera
des TraitementCodé dont l’Algorithme n’est pas catalogué (surtout si ce dernier est trivial).
Un TraitementCodé peut appartenir à un EnsembleTraitementsCodés.
Nous décrivons ci-dessous les différents types de TraitementCodé.
Programme (sous-entendu, informatique) : ensemble d’instructions d’un langage informatique,
interprétable par une machine, et possédant un point d’entrée qui permet de lancer son
exécution sans passer par un autre programme. Un programme se présente soit sous forme
de code source (instructions lisibles pour un programmeur, et exécutables dans le cas
des langages interprétés comme le VisualBasic ou le Javascript), soit sous forme compilée
(code binaire que l’on peut néanmoins visualiser sous forme d’instructions en assembleur,
qui est le langage du processeur de l’ordinateur64 ou, pour le langage Java, byteCode,
intermédiaire entre code source et exécutable, destiné aux machines virtuelles Java). Le
support de stockage d’un programme est en général le fichier informatique, mais le listing
papier d’un code source sera également indexé, dans notre base, comme Programme. La
caractéristique discriminante des Programme vis-à-vis des autres TraitementCodé, quand
on dispose de sa forme compilée, est d’être invocable directement en ligne de commande
(ce qui équivaut usuellement, dans les IHM des divers systèmes d’exploitations, à lancer le
fichier exécutable). En effet un programme possède un point d’entrée, contrairement aux
fonctions, procédures et classes Java dépourvues de méthode main()65 .
Une classe Java qui possède une méthode main() est donc cataloguée dans notre modèle
comme Programme66 .
Exemples : programmes xls2tbl.ave qui permet la conversion de données Excel en vue d’une
importation dans un SIG de la famille Arcview ; caricatures.ada qui réalise des caricatures
de lignes vecteur.
FonctionProgramme : comme Programme, c’est un ensemble d’instructions d’un langage informatique, interprétable par une machine. La différence réside dans le fait qu’une FoncMohammed al-Khwârizmı̂ (en latin Algorismus). Il a proposé un ensemble d’opérations élémentaires à exécuter
séquentiellement, pour additionner, soustraire, multiplier et diviser des nombres décimaux [JJPJ04].
64
Le langage assembleur varie selon les processeurs. Par exemple, le MIPS R3000 est un langage assembleur
32-bits développé par MIPS Technology, une filiale de la société Silicon Graphics. Par mesure de protection,
certains auteurs cryptent parfois le code exécutable de leurs programmes. On ne peut alors pas les désassembler
directement de façon lisible pour un humain.
65
Le critère de distinction entre Classe et Programme est également retenu, entre autres, par L. Bodet, qui dresse
un tableau des programmes et classes des packages Java du JDK ([Bod97], p.122)
66
Ajoutons qu’en Java les méthodes main() sont obligatoirement static(), justement parce qu’elles doivent être
invoquées en ligne de commande et non via une instruction de code. En effet, on invoque la méthode Toto.main()
en exécutant la commande java Toto sans avoir au préalable créé d’objet par l’instruction new Toto().
98
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
tionProgramme n’est pas invocable directement : pour être exécutée elle doit être appelée
(par un Programme ou par une autre FonctionProgramme). Le terme de FonctionProgramme
est utilisé, dans notre modèle, pour les langages de programmation non-orientés objet (i.e.
procéduraux, fonctionnels, logiques ou autres). Pour ces langages, FonctionProgramme correspond à ce qui est usuellement appelé fonction ou procédure (procédure est une fonction
qui ne renvoie pas de résultat67 ). Une FonctionProgramme appartient à une Librairie.
Exemple : COGITgeom line false semi hausdorff qui renvoie un entier.
Méthode : équivalent de FonctionProgramme pour les langages orientés objet. Outre les valeurs
de la propriété langage, la distinction entre Méthode et FonctionProgramme apparaı̂t dans
les règles de cohérence des relations qu’ont ces objets avec les objets de la classe EnsembleTraitementsCodés.
Exemple : méthode addSegment() de la classe GM Curve.
FonctionLogiciel : TraitementCodé qui présente la particularité d’appartenir à un Logiciel et
d’être invocable via l’IHM de celui-ci. Deux cas de figures sont possibles.
Soit la FonctionLogiciel correspond à un Programme, une FonctionProgramme ou une
Méthode dont l’invocation, outre via l’IHM, est possible pour l’utilisateur via la programmation ou l’exécution d’une ligne de commande. Dans ce cas le Programme, la FonctionProgramme ou la Méthode en question est référencé par la FonctionLogiciel, et lui transmet
une partie de ses éléments de description.
Soit, et c’est le cas le plus courant, la FonctionLogiciel ne correspond à aucun TraitementCodé indexé car elle est encapsulée dans un logiciel “boı̂te noire”.
Exemples : AddTheme est une FonctionLogiciel. Elle appartient et est accessible via le Logiciel Arcview.
ConversionMilesKm est une FonctionProgramme. Elle appartient à la Librairie maLib.c.
Supposons qu’au moment de son indexation dans la base de MDT, elle n’est invocable que
par l’écriture d’un Programme. Supposons maintenant que l’on dote l’IHM d’Arcview d’un
nouveau menu permettant d’invoquer la FonctionProgramme ConversionMilesKm. Vis-à-vis
de la base de métadonnées, on choisit alors d’indexer une nouvelle FonctionLogiciel ConversionMilesKm, qui porte une référence vers la FonctionProgramme ConversionMilesKm.
OpérationSW : TraitementCodé qui présente la particularité d’être invocable via le Web. Une
OpérationSW appartient à, et est fournie par un ServiceWeb, dont la description – typiquement en WSDL68 – spécifie les modalités d’invocation (protocole Web employé, port,
format des messages, etc.).
De façon analogue aux FonctionLogiciel, une OpérationSW peut correspondre à un Programme, une FonctionProgramme ou une Méthode référencée dans la base de métadonnées
instanciant notre modèle.
Le terme “opération” que nous utilisons est celui que l’on trouve dans la littérature. Le
langage WSDL, notamment, y recours. Nous avons néanmoins décidé d’ajouter le suffixe
“SW” (pour Service Web) afin d’éviter toute ambiguı̈té.
Exemples : xmlUpload.do est une OpérationSW du ServiceWeb crsClient. Elle permet la
transformation de coordonnées de données géographiques codées selon une grammaire
XML69 .
EnsembleTraitementsCodés : classe abstraite désignant un ensemble de TraitementCodé.
67
.. du moins, qui ne renvoie pas directement de résultat au code appelant.
cf. section2.1.2, p. 60
69
Ce service Web est développé par l’équipe projet “Diffusion des données numériques sur le réseau” de l’IGN.
68
2.3 Définition de notre modèle conceptuel de métadonnées
99
Nous décrivons ci-dessous les différents types de EnsembleTraitementsCodés.
Classe : En programmation orientée objet, une classe est une structure de données comportant
des propriétés et des méthodes pour un type donné d’objet, à partir duquel sont créés des
objets concrets possédant des valeurs particulières. Dans notre modèle, Classe est à la fois
un EnsembleTraitementsCodés et un TypeDonnéeImplémenté.
Exemple : GM LineSegment est une classe de l’API GeOxygene70 qui permet de représenter
les segments de droites.
Logiciel : “Ensemble des programmes, des procédures et de la documentation et des données
éventuellement associées.” (selon l’ISO 1220771 ). Nous ajoutons que, en accord avec le
sens commun (et de façon plus ou moins arbitraire), un logiciel doit être doté d’une IHM
et posséder plusieurs FonctionLogiciel. Ce double critère nous permet de distinguer les
Logiciel des Programme. Cette distinction est une convention nécessaire dans le cadre de
notre travail. Néanmoins, globalement, dans la littérature, les logiciels sont qualifiés de
programmes.
Exemple : Arcview est un SIG (Sytème d’Information Géographique) qui permet de réaliser
plusieurs fonctionnalités et qui est doté d’une IHM. C’est donc un Logiciel.
Librairie : ensemble de Programme et/ou de FonctionProgramme. Nous avons choisi le terme
“librairie” parcequ’il est communément utilisé dans la communauté des informaticiens72 .
Une Librairie n’est pas forcément open source. On n’a parfois accès qu’à son interface. Par
exemple, en environnement Microsoft, on accède aux fonctions des objets COM via leur
interface IDL(Interface Definition Language), mais on n’a souvent pas accès à leur code.
Pour notre modèle de métadonnées, les objets COM sont des librairies, contenues dans
d’autres librairies que sont les DLL (Dynamic Link Librairies). De façon équivalente, les
packages Java (stockés dans les fichier JAR – i.e. Java Archive), sont des librairies qui
contiennent des classes Java, lesquelles peuvent être des composants JavaBean. Les plateformes et les API sont, dans notre modèle, des Librairie particulières qui sont composées
d’autres Librairie. Telles des poupées russes, les traitements codés sont ainsi organisés par
regroupements successifs en librairies de granularité croissante.
Exemples : GMT est une librairie gratuite de 60 fonctions Unix ou DOS pour la production
de document au format EPS à partir de données 2D ou 3D73 .
COGIT lib geom.lull est une librairie d’une cinquantaine de fonctions Lull pour la manipulation et les calculs d’objets géométriques.
Plug-in : “extension à une application qui vient se loger dans l’application elle-même”74 . Un
Plug-in, contrairement à une Librairie, est toujours associé à un Logiciel. De plus, un Plug-in,
lorsqu’il s’intègre à son Logiciel, provoque automatiquement l’enrichissement de l’interface
de ce dernier. Les Librairie, elles, sont davantage associées à l’idée de programmation. Pour
apparaı̂tre dans l’interface d’un Logiciel, le développement de code extérieur à la Librairie
est en effet nécessaire.
Exemple : 3D Analyst est un plug-in du logiciel Arcview pour la visualisation des données
3D.
ServiceWeb : en accord avec la définition communément admise75 , un ServiceWeb est pour
70
cf. section 1.2.4
Définition de l’ISO citée par http://www.alaide.com/dico.php?q=Logiciel&ix=1540
72
La raison de cet usage est peut-être à chercher dans l’identité phonétique avec le faux-ami “librairy” dont la
traduction est en fait “bibliothèque”).
73
http://gmt.soest.hawaii.edu/
74
Dictionnaire informatique Foldoc http://www.linux-france.org/prj/jargonf/P/plug-in.html
75
Par exemple, “A WSDL document defines services as collections of network endpoints, or ports. (...) port
types which are abstract collections of operations” [W3C01].
71
100
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
nous un ensemble d’OpérationSW. Un ServiceWeb permet l’invocation par un client de ses
OpérationSW via un protocole Web défini, par exemple HTTP ou IIOP (Internet InterORB Protocol).
Exemple : API GoogleMap.
Précisions et conventions à propos de la notation des diagrammes de classes
Les classes sont liées par des relations d’héritage, d’agrégation, de composition et d’association. Considérons deux classes quelconques liées par une relation d’association. Pour représenter
cette dernière nous définissons, le plus souvent, une propriété dans une des deux classes. Il arrive
également que nous réifions la relation sous la forme d’une troisième classe.
Parfois, il arrive que nous voulions juste indiquer l’existence d’une relation, sans préjuger de
la façon dont cette existence se traduira dans le modèle d’implémentation. La notation adoptée
est alors un arc orienté entre les rectangles symbolisant les deux classes, surmonté du nom en
italique de la relation, accompagné éventuellement des informations de cardinalité.
2.3.2
Identification d’un traitement
Quel est le nom d’un traitement ? Qui l’a créé ? Où et quand ?... Pour répondre à ces questions classiques d’indexation, nous avons défini un ensemble de descripteurs. Un certain nombre
correspond à ceux proposés par le Dublin Core (cf. p. 82).
Fig. 2.19 – Identification d’un traitement
Apportons quelques commentaires sur les classes du diagramme figure 2.19.
La classe Version doit son existence au besoin d’ordonner les traitements en fonction de leur
numéro de version. Le type simple “nombre réel” n’aurait pu convenir en raison de la présence
fréquente de chaı̂nes de caractères telles que “bêta”, “NT”, “XP”, etc. La propriété nom vient
donc compléter celle du numéro, qui est de la forme (nombre(.nombre)*) sur laquelle la relation
d’ordre lexicographique peut être appliquée (par exemple 1.4.1 < 1.5.0 ; malheureusement il
arrive que pour des raisons de marketing le mode de numérotation change subitement, par
exemple de 3.1 à 95 puis à 2000. On est alors contraint de se baser sur la date de création du
traitement).
La propriété commentaire n’est destinée qu’à recueillir des informations propres à la version
du traitement considéré. La description des différences entre version d’un même traitement, ou
plus généralement entre deux traitements quelconques, s’effectue au moyen de la classe Différence
(classe annexe non exposée).
2.3 Définition de notre modèle conceptuel de métadonnées
101
Les classes Contact (tél, mail, etc.) et Prix (valeur, monnaie) liées respectivement à Personne
et ConditionLégale ne sont pas détaillées. La classe Profil caractérisant Personne sera détaillée
plus loin dans le mémoire (p. 139.).
Lorsque sa valeur est zéro, la propriété prix de ConditionLégale signifie la gratuité de la
RessourceTraitement. Cette caractéristique n’est pas à confondre avec la propriété libre, qui pour
nous est vraie si le code source est disponible, modifiable et redistribuable librement. Ainsi, le
logiciel Acrobat Reader d’Adobe est gratuit mais n’est pas libre. De même, pour prendre un
exemple de SIG, ArcExplorer76 de la société ESRI est gratuit mais n’est pas libre.
Une définition plus complète que la nôtre du “libre” est proposée par l’Open Source Initative
(OSI)77 .
D’une façon générale, les types contraints (comme ceux des propriétés numéro de version
ou url), énumérés, ou prenant leur valeur dans des ontologies, sont qualifiés dans ce chapitre de
“string”. Ils seront détaillés dans le chapitre 4 présentant le modèle d’implémentation.
2.3.3
Décrire ce que fait un traitement
Dans notre modèle, la description de ce que fait un traitement consiste essentiellement en la
donnée de trois informations (cf. fig. 2.20) :
1)
2)
3)
la description des fonctionnalités réalisées,
la description des entrées, sorties, et paramètres,
la description de l’évolution des propriétés des données avant et après traitement.
Le terme “Fonction”, que nous avons choisi pour désigner l’ensemble de ces informations n’est
pas ici à confondre avec les formes de traitements que sont les FonctionProgramme, correspondant
à des portions de code. Pour faire le parallèle avec un des modèles vus dans l’état de l’art, notre
Fonction correspond au ServiceProfile d’OWL-S (cf. fig. 2.5 p. 64).
Fig. 2.20 – Fonction – description de ce que fait le traitement
76
77
http://www.esri.com/software/arcexplorer/about/overview.html
http://www.opensource.org/
102
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Dans la suite de cette section nous allons détailler successivement les trois aspects de Fonction
sus-cités.
1) Description des fonctionnalités réalisées
La classe Fonctionnalité représente le concept de fonctionnalité, qui est une abstraction pour
désigner ce que font les traitements. Les fonctionnalités sont plus ou moins spécifiques. La
propriété type représente la relation de spécialisation. Une taxinomie des fonctionnalités peut
ainsi être décrite au niveau des instances du modèle. Par exemple lissage est une spécialisation
de simplification, qui est une spécialisation de généralisation.
Outre son type, une Fonctionnalité est décrite par ses Entrée et Sortie. Il existe bien sûr des
conditions de cohérence entre la description d’un traitement et celle de la fonctionnalité qu’il
réalise.
2) Description des entrées, sorties et paramètres
Incidemment, décrire les traitements demande de décrire les données78 . Les classes Entrée,
Sortie et Paramètre (diagramme figure 2.20) sont des sous-classes de Donnée (diagramme figure
2.21). Détaillons quelques-unes de leurs propriétés à l’aide d’exemples.
Un traitement de rectangularisation prend en entrée une donnée contenant des objets à la
géométrie surfacique, par exemple des bâtiments. L’entrée est modifiable : à moins que les objets
ne soient déjà rectangulaires, leur géométrie est modifiée. L’entrée est associée à une sortie.
Un traitement qui mesure l’aire d’objets surfaciques possède également une sortie (la valeur de
l’aire), mais ne modifie pas l’entrée.
Une entrée modifiable est obligatoirement associée à une entrée. Ceci est un exemple de
contrainte qui n’apparaı̂t pas dans le diagramme.
Une entrée peut être associée à des sorties ; elle peut également l’être à d’autres entrées79 . Par
exemple le programme ContourV280 prend deux entrées : un fichier image TIFF (Tagged Image
File Format) et un fichier de géoréférencement TFW (Tiff World File). Ces deux entrées sont
associées. De même, les thèmes Arcview sont classiquement constitués de trois fichiers associés
(SHP, DBF et SHX). Nous considérons dans de tels cas avoir affaire à trois entrées associées
et non à une unique constituée de trois fichiers. Ce choix est justifié par l’existence de cas de
traitements où ces fichiers sont pris isolément ; il est alors souhaitable d’unifier la façon de décrire
les entrées en nous en tenant à la règle “un fichier – une entrée”.
Une donnée est décrite par son format (p.ex. shape), son type abstrait (p.ex. surface en
géométrie vecteur), son type “implémenté” (p.ex. classe GM Surface de l’API GeOxygene) et
ses propriétés (p.ex. origine : BD Topo).
Le diagramme de classe 2.21 montre comment nous modélisons les données.
Type de donnée abstrait et type de donnée implémenté
Considérons l’exemple du programme de lissage Lowe implémenté en Java sur la plateforme
GeOxygene du laboratoire COGIT. À la question : “quel est le type des données d’entrée de
ce programme ?”, l’expert répondra : “il s’agit de données vecteur à la géométrie linéaire”. Si
78
Dans notre contexte une donnée est une “représentation conventionnelle d’une information sous une forme
convenant à son traitement par ordinateur” (Larousse).
79
Il existe un point de vue où, algorithmiquement parlant, seuls sont considérés les entrées, les sorties et
les entrées-sorties. Ce point de vue est compatible avec le nôtre. Les “entrées modifiables” de notre modèle
correspondent aux “entrées-sorties” du point de vue évoqué ; les “entrées non modifiables” et les “paramètres” de
notre modèle correspondent aux “entrées” du point de vue évoqué ; les ‘sorties” de notre modèle correspondent
aux “sorties” du point de vue évoqué.
80
Conçu en 2004 à l’IGN (service SBV) par S.Motet et J.Pêcheur, ce programme vectorise des images raster
noir et blanc au format TIFF ; il livre en sortie des données vecteur aux formats Géoconcept ou SVG (Scalable
Vector Graphics).
2.3 Définition de notre modèle conceptuel de métadonnées
103
Fig. 2.21 – Données – description des entrées, sorties et paramètres
maintenant nous reposons la même question en précisant “du point de vue du code Java”, la
réponse sera “GM LineString”.
Dans notre modèle, une Donnée (Entrée, Sortie, ou Paramètre) est donc caractérisée par un
TypeDonnéeAbstrait et un TypeDonnéeImplémenté. On retrouve là la dualité abstrait/implémenté
qui distingue fonctionnalités abstraites (Fonctionnalité) et traitements codés (TraitementCodé).
Parmi les objets instances de TypeDonnéeImplémenté, on trouve les types simples (entier,
réel, chaı̂ne de caractères, etc.), les structures de données définies dans différents langages, et
enfin les Classe81 . Les Classe héritent donc dans notre modèle à la fois de TypeDonnéeImplémenté
et de EnsembleTraitementsCodés. C’est la traduction de la conception objet encapsulant
propriétés et méthodes.
Choix de la modélisation des types de données
Le standard ISO 19107 définit la hiérarchie des classes géométriques de base [ISO01a] (cf.
fig. A.1, p. 229). Notre façon de modéliser les types de données se situe à un niveau d’abstraction
supérieur. En effet, les classifications des types de données apparaissent au niveau des instances
de notre modèle et non dans notre modèle lui-même.
Les propriétés des types de données
Chaque type de donnée, abstrait ou implémenté, peut posséder des propriétés. Par exemple
une ligne vecteur est caractérisée par les propriétés longueur, direction, points d’inflexion, sa
sinuosité, sa sémantique (route nationale p.ex.), etc.
Chaque propriété peut être décrite par des valeurs minimum, maximum, par défaut ; par
des contraintes sur les valeurs autorisées ; par les types d’évolutions possibles d’un point de vue
qualitatif et quantitatif.
Un type de donnée peut regrouper ses propriétés par niveau. Par exemple, dans le cas des
traitements de généralisation des bâtiments, on utilisera les niveaux micro, méso, macro 82 du
81
82
Le lien d’héritage n’est pas montré dans le diagramme fig. 2.21.
Niveaux introduits dans le domaine de la généralisation par [Rua99].
104
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
TypeDonnéeAbstrait “ensemble de bâtiments83 ” (propriétés respectives position, orientation,
aspect, sémantique, forme, distribution, répartition sémantique, orientation spatiale ; proximité,
topologie ; quantité objets, répartition sémantique). Pour un traitement de généralisation de
réseau routier, ce pourra être en revanche les niveaux sémantique, géométrie, topologie 84 du
TypeDonnéeAbstrait “ensemble de routes85 ” qui seront jugés pertinents.
Le modèle de description des Entrée permet ainsi d’exprimer des préconditions précises de
façon standardisée. Par exemple, “le traitement de généralisation T ne marche que sur la BD
Topo car il se base sur l’attribut direction des routes”. On remarque avec ce dernier exemple
que notre modèle doit nécessairement indexer les différentes BD géographiques afin de valuer
les propriétés “origine” des types de données.
Voici un autre exemple de précondition exprimable, portant à la fois sur une propriété de
l’entrée et sur l’environnement matériel de l’utilisateur : “le logiciel FreeWRL de visualisation
VRML a pour précondition : pour un environnement de travail où la mémoire vive est de 512 Mo
et le système d’exploitation Linux SuSE86 10.0, le nombre d’objets de l’entrée doit être inférieur
à 5000” 87 .
La finesse dans la description des propriétés des données et des pré- et post-conditions
des entrées/sorties peut être améliorée, afin de retarder le moment où il faut se résigner à
recourir à la langue naturelle. On ne peut cependant augmenter indéfiniment le nombre de
descripteurs, au risque de rendre le modèle inutilisable (en particulier en ce qui concerne la
phase d’acquisition, souvent le maillon faible du cycle de vie des métadonnées). Ainsi, les deux
exemples qui précédent se situent à la limite maximale de ce que le modèle permet d’exprimer
de façon standardisée. L’analyse des besoins n’a pas, selon nous, fait apparaı̂tre de demande davantage poussée en terme de requête de l’utilisateur ou d’exploitation de la base de métadonnées.
La norme ISO 19115 de métadonnées des données géographiques propose plusieurs dizaines
de propriétés pour décrire les données [ISO03]. Ces propriétés pourront apparaı̂tre comme instance de notre classe Propriété (cf. fig. A.2, p. 230). En procédant ainsi, nous nous assurons, en
théorie, de la compatibilité entre nos métadonnées des traitements et les métadonnées existantes
conformes à ISO 19115. Réutiliser directement les classes ISO 19115 était un choix possible.
Nous ne l’avons pas fait car nous préférions nous situer au niveau “méta” supérieur. Cela nous
a permis d’attribuer des propriétés (type, description, unité, typeÉvolution, description qualitative,
description quantitative) à la classe Propriété.
3) Description des effets, évolution des propriétés des données avant et après traitements, illustrations graphiques
Des expérimentations ont été menées au cours de l’élaboration du modèle. Il s’agissait de recueillir les impressions d’utilisateurs face aux descriptions accessibles via l’application de consultation développée. Un des enseignements notables, qui a impliqué une évolution du modèle,
porte sur la façon de décrire les données avant et après traitement. L’utilisateur apprécie que
soit présentée l’évolution des valeurs des propriétés des données (d’un point de vue quantitatif
et qualitatif) et que, en complément, les états avant/après soient illustrés graphiquement. Ce
dernier point est spécialement utile pour les traitements géographiques qui présentent en effet
souvent un aspect visuel. C’est pourquoi nous avons introduit les objets Échantillon, poursuivant
ainsi l’idée qu’a mise en œuvre F.Hubert dans la thèse qu’il a effectué au COGIT en 2003, et
83
Sous-type de ensemble de surfaces vecteur.
Niveaux utilisés dans les grilles de descriptions OEEPE [Rua98].
85
Sous-type de ensemble de surfaces vecteur.
86
Software und SystemEntwicklung, développement logiciel et système.
87
Estimation d’après les tests effectués au sein du laboratoire COGIT, dans le cadre de l’action de recherche
travaillant sur les triangulations de MNT.
84
2.3 Définition de notre modèle conceptuel de métadonnées
105
qui visait à aider l’utilisateur à paramétrer les traitements de généralisation [Hub03].
Les problèmes que résolvent les traitements
Un de nos soucis étant d’homogénéiser la façon de décrire les traitements88 – donc également
leurs effets –, la classe Problème a été créée. On indique ainsi par exemple, de façon contrôlée,
qu’un traitement de caricature résout un problème d’empâtement.
Cela suppose qu’une typologie des problèmes géographiques résolubles par les traitements
soit définie.
C’est peut-être une particularité de certains types de traitements géographiques que de
résoudre des problèmes, quand d’autres traitements réalisent “simplement” des fonctionnalités.
D’une façon générale, on se doute qu’effectuer des transformations de formats de données crée
des “problèmes”. Or, de ce point de vue, le cycle de vie de l’information géographique est une
succession de transformations de format : de l’acquisition des photos aériennes à la cartographie
issue des bases de données vecteurs, des traitements sont utilisés pour résoudre ce qu’on appelle
des Problème. Par exemple, au laboratoire MATIS sont corrigés sur les photographies aériennes
les problèmes d’absence d’orthogonalité des bâtiments (ils apparaissent parfois penchés), les
problèmes d’ombres ; sur les cartes scannées divers artefacts, etc. Une fois les données vectorisées,
l’utilisation des SIG est précédée de problèmes de projection à résoudre, et de formats à convertir
parmi les nombreux existants. La mise en correspondance de jeux de données provenant de
différentes BD [Ges05], voire des schémas de BD eux-mêmes [She05], est à nouveau la source
de problèmes. Dans le domaine de la 3D, les différentes techniques de modélisation comme
la triangulation produisent des artefacts (p.ex. crêtes plates ou rivières qui remontent) qui sont
autant de problèmes à résoudre [Rou04]. Les traitements de généralisation, enfin, ont, par nature,
vocation de résoudre des problèmes de lisibilité cartographique qui se produisent lorsqu’on passe
d’une échelle à une autre.
Problème : ce terme qualifie, pour nous, tout obstacle à la réalisation d’une Fonctionnalité.
Le plus souvent, il s’agira de caractéristiques non désirées des données : type, format,
valeur de propriétés (origine, taille, etc.) ; il pourra s’agir plus généralement d’une “mauvaise” (au regard de l’usage attendu) caractéristique d’une ressource quelconque : langages
incompatibles, erreur dans le code d’un programme, etc.
La classe Problème comporte huit propriétés. Parmi celles-ci, figure solution, de type chaı̂ne
de caractères, c’est à dire destinée à recueillir du texte en langue naturelle. Cet élément de
description sert à fournir des explications, mais pas à référencer des Fonctionnalité. En effet le
lien entre Problème et Fonctionnalité est porté par cette dernière. Par exemple, la Fonctionnalité
“création de MNT optimisé” résout le Problème “triangles plats”. En effet un problème
existe indépendamment de l’existence d’une Fonctionnalité qui le résout, alors qu’en général la
réciproque n’est pas vraie, puisque la raison d’être d’une Fonctionnalité peut être de résoudre
un problème.
Néanmoins, la propriété solution a dû être définie pour les cas où les Problème ne sont pas
résolus par des Fonctionnalité référencées, mais par des actions de l’utilisateur. Par exemple, le
Problème “exécution d’un programme Java” qui se manifeste par le message d’erreur ‘‘J2EE.
Lang.UnsupportedClassVersionError" a pour solution “utiliser une machine virtuelle Java
aussi récente que le compilateur”.
La classe CausePb n’est pas détaillée figure 2.20. Ses propriétés sont : description, connaissance (lien vers une Connaissance relative au problème), fonctionnalité (qui peut être la cause du
problème) et référence (vers un document).
L’effet des traitements sur les données et sur “l’environnement”
88
Conformément à l’objectif O4
106
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Les traitements informatiques ne font pas que modifier ou créer des données persistantes.
Ils peuvent aussi avoir pour effet de modifier l’affichage de l’écran, de modifier le comportement
d’un logiciel, d’interagir avec un périphérique de l’ordinateur. A-t-on alors encore affaire à des
traitements ? Nous considérons que oui.
Prenons l’exemple de deux programmes de détection de carrefours89 . Les deux prennent en
entrée les tables d’une base de données contenant les objets un réseau routier (objets ponctuels
et linéaires). En sortie, le premier programme livrera la table des objets ponctuels modifiée
par l’ajout d’un attribut “carrefour”, tandis que le second n’affichera qu’une fenêtre temporaire
d’information pour indiquer les résultats à l’utilisateur.
Vis-à-vis de notre modèle, le premier programme modifie l’entrée fournie, au contraire du
second qui ne modifie que ce que l’on pourrait appeler “l’environnement utilisateur”. Pour décrire
ce dernier cas, on crée le type de donnée abstrait “interaction périphérique”, qui se spécialise en
“message utilisateur”, “changement affichage écran”, “impression imprimante”, etc90 .
Distinguer les traitements qui créent ou modifient les données de ceux qui ne le font pas peut
parfois sembler délicat. En effet, du point de vue de l’ordinateur, toute instruction informatique
a pour effet de modifier l’état de la mémoire (registres inclus) et éventuellement interagir avec
les périphériques91 . Néanmoins, pour faire la distinction dans notre modèle entre les traitements
tels que ceux de notre exemple de détection de carrefour, nous introduisant le critère suivant :
nous considérons qu’il y a création ou modification de données lorsque la durée de vie en mémoire
des données du résultat excède celle du processus du traitement qui les a crée.
Exposé de l’évolution de leurs propriétés : une information parfois insuffisante pour la description
des effets
Les effets de certains traitements n’ont pour ainsi dire pas à être décrits car la spécification
de leur sortie parle d’elle-même. Par exemple, un appariement de deux jeux de données d’objets
produit la liste des objets appariés ; une triangulation de MNT produit un ensemble de triangles.
Comprendre l’effet de ces traitements nécessite bien sûr la connaissance des domaines respectifs
et la qualité des résultats peut être interprétée, mais la description des sorties ne fait pas de
mystère quant à la Fonctionnalité réalisée.
En revanche, les effets de certains traitements ne peuvent être saisis sur la simple base de
l’exposé des modifications des propriétés des données. Par exemple, en généralisation, si plusieurs
propriétés sont modifiées simultanément, l’effet global du traitement n’apparaı̂t pas forcément.
Il faut alors créer une propriété plus générale résultat de l’agrégation des propriétés modifiés.
Cette problématique est montrée par [Bar04]. Ainsi, indiquer que des bâtiments ont vu leurs
propriétés orientation, taille et position modifiées ne permet pas de comprendre que l’effet du
traitement est de les aligner. On voit pour de tels cas la nécessité des illustrations graphiques et
des descripteurs effet et problèmes résolus. On voit également l’intérêt de descriptions à la fois
qualitatives et quantitatives, l’attribution de valeurs aux propriétés devant souvent, pour être
signifiantes, relatives à des critères plutôt qu’absolues. Une base de métadonnées instanciant le
modèle peut ainsi à la fois permettre des requêtes portant sur les effets sur des propriétés précises
(“quels sont les traitements qui diminuent la sinuosité des lignes vecteurs fournie entrée ?”) ou
générales (“quels sont les traitements qui ont pour effet de modifier la géométrie et non la
topologie des lignes vecteurs ?”).
Effets des traitements et paramétrage
89
Il existe au laboratoire COGIT un programme développé par Éric Grosso, qui détecte les carrefours en Y, en
T, en croix et en étoile.
90
Seule apparaı̂t au niveau de notre modèle conceptuel la classe parente TypeDonnéesAbstrait.
91
Même l’instruction assembleur nop (no operation), dont le rôle n’est que de consommer le temps d’un cycle
processeur, ne fait pas exception : elle réalise bien une opération d’écriture dans la mémoire. Par exemple dans
les processeurs MIPS R3000, le nop écrit la valeur 0 dans le registre R0 – ce qui équivaut à ne rien faire puisque
ledit registre vaut toujours 0.
2.3 Définition de notre modèle conceptuel de métadonnées
107
Les relations entre paramétrage et effets des traitements sont parfois difficiles à décrire. C’est
le cas dans le domaine de la généralisation cartographique. Des travaux traitent spécifiquement
du problème. Par exemple, F. Hubert a réalisé une thèse pour aider l’utilisateur à spécifier
ses besoins de symbolisation cartographiques, le système informatique proposé se chargeant de
traduire les informations recueillies en terme de paramétrage de traitements de généralisation
[Hub03]. La description des effets des traitements en fonction du paramétrage est également
complexe dans d’autres domaines géographiques tels l’appariement de bases de données ou le
traitement d’image.
La modélisation que nous proposons figures 2.20 et 2.21 permet de décrire le rôle des
paramètres de façon limitée mais générique. Il est possible d’indiquer pour chaque paramètre
l’influence sur les propriétés des sorties en particulier et sur les effets du traitement en général.
Ce niveau de formalisation donne déjà des descriptions de taille conséquente. C’est pourquoi
les informations complémentaires seront données en langue naturelle. Pour aller plus loin dans
la description des effets des paramètres, il faudrait enrichir notre modèle pour représenter
les résultats des plans d’expérience et des statistiques descriptives. Ces techniques proposent
des méthodes pour évaluer l’impact de la variation d’une variable ou d’un ensemble de
variables sur les autres. Le traitement considéré est alors considéré comme une boite noire
dont on n’observe que les entrées, paramètres et sorties. L’explosion combinatoire interdit une
application manuelle de ces méthodes. Nous n’avons pas suivi la piste de travail constituée par
les techniques évoquées, intéressantes mais paraissant spécifiques au regard de la généricité de
nos besoins.
Idéalement, exhiber les effets du paramétrage devrait passer par la démonstration
d’exécutions réelles des traitements. En effet, avec des exemples types et des images prémémorisés on ne peut illustrer qu’une plage limitée de paramétrage, et encore seulement pour
une donnée d’entrée particulière.
Si cela était possible, les réponses aux questions des utilisateurs sur le paramétrage devraient
s’appuyer sur le stockage massif des résultats de toute une gamme de paramétrage pour chacun
des éléments d’un échantillon type de données92 . Mais il serait plus élégant, et moins coûteux
en mémoire, de réussir à simuler l’exécution des traitements au moyen d’une modélisation qui
en capture les aspects comportementaux pertinents pour l’utilisateur, éventuellement en les
approximant.
Il est clair que l’obtention de fonctions prédictives du comportement pose un problème
énorme d’acquisition, et ce par ailleurs pour une utilité quand même incertaine. Néanmoins,
en théorie, étudier comment ces fonctions peuvent être établies peut constituer un sujet de
recherche intéressant.
2.3.4
Décrire comment fonctionne un traitement
Dans notre modèle, une RessourceTraitement peut être implémentée (TraitementCodé ou EnsembleTraitementsCodés) ou non (Algorithme). Cette alternative se traduit dans la description
du Fonctionnement par l’existence des deux sous-classes FonctionnementTraitementCodé et FonctionnementAlgorithme.
Nous ne la montrons pas ici, mais une petite extension de notre modèle consiste à spécialiser
la classe FonctionnementTraitementCodé en fonction des différents paradigmes de programmation. Cela est utile, par exemple, pour décrire le programme de généralisation cartographique
développé au COGIT par C. Duchêne [Duc04]. Des agents sont mis en œuvre. Les éléments de
description but et contrainte sont spécifiques à ce type de paradigme de programmation. Autre
exemple, le programme d’appariement de schémas de base de données développé par David
92
Idée qui a déjà été mise en œuvre par F.Hubert avec son outil d’aide au paramétrage de traitements de
généralisation [Hub03].
108
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Fig. 2.22 – Fonctionnement d’un traitement
Sheeren, également au COGIT ([She05]). Il est basé sur le principe des systèmes experts ; sa
description indique qu’il fonctionne avec la librairie Jess, a pour langage Java et CLIPS, et met
en œuvre des règles de détection d’incohérence dans les résultats des appariements.
De façon générale cette fois, les algorithmes sont également décrits par leur complexité. La
complexité d’un algorithme est liée à la quantité de ressources qui lui sont nécessaires pour
s’exécuter, les ressources les plus couramment considérées étant le temps (que l’on mesure en
nombre d’opérations élémentaires à effectuer en fonction de la taille des données d’entrée) et
l’espace (que l’on mesure en quantité de mémoire à allouer).
2.3.5
Décrire comment utiliser un traitement
À l’utilisateur novice souhaitant utiliser un traitement, nous voulons fournir un mode d’emploi détaillant pas à pas les instructions à suivre. Ce mode d’emploi ne doit pas être stéréotypé
mais au contraire adapté au contexte. Nous développons aussi dans cette section l’idée de
spécialisation des connaissances d’utilisation. Le but est de permettre un accès progressif à
la complexité des modes d’emploi, afin notamment de résoudre le dilemme classique de ces
derniers : concis ils sont incomplets, complets ils sont trop volumineux.
Nous présentons ici la structure générale des modes d’emploi. L’adaptation au contexte sera
développée chapitre 3.
1) Structuration des modes d’emploi
Chaque mode d’emploi est composé d’étapes. Les étapes ne se suivent pas toujours en
séquence, et ne sont pas toutes à mettre au même niveau. Il n’est donc pas satisfaisant de
les présenter sous forme de liste plate. C’est pourquoi nous nous dotons de structures de
contrôles classiques (fig. 2.23), comme dans les process OWL-S93 , les langages de program93
Les structures de contrôles utilisées par OWL-S pour l’agencement des services Web sont for, while, split
(exécution simultanée), etc. Le détail des descripteurs de processus selon OWL-S peut être trouvé dans [Coa03].
2.3 Définition de notre modèle conceptuel de métadonnées
109
mation procéduraux94 , les langages documentaires tels qu’XSD, ou comme encore de modèles
de tâches.
Fig. 2.23 – Mode d’emploi d’un traitement
Trois types d’étapes
Parce qu’elles se décrivent de façons différentes, il est apparu nécessaire de distinguer trois
types d’étapes :
– les étapePgr qui demandent à l’utilisateur de programmer,
– les étapeIHM qui demandent simplement d’utiliser un traitement existant (la plupart du
temps via l’IHM d’un logiciel, mais aussi via une ligne de commande),
– les étapeFct qui spécifient une fonctionnalité à réaliser, mais sans indiquer la façon de
procéder.
Les modes d’emploi peuvent être mixtes, c’est-à-dire composés d’étapes de différents types.
Les codeTemplate des étapesPrg permettent de décrire les instructions types et les modèles de
code qui correspondent aux parties routinières des codes des programmes. En informatique
géographique, c’est le cas par exemple des instructions qui permettent de faire des requêtes
sur les bases de données géographiques, de charger des données dans les structures de données
permettant de les manipuler, d’invoquer les méthodes des objets courants, etc.
Réalisation des étapes en fonction du contexte
Une même étape peut se réaliser de différentes façons suivant le contexte. Par exemple,
“importer des données dans le SIG ou le programme considéré”, se traduira par “appliquer tel
traitement de conversion de format”, puis “appliquer tel traitement de changement de projection”, etc.
2) Les connaissances associées aux modes d’emploi
Au contraire des concepts et modes d’emploi destinés exclusivement à la lecture humaine
(et non à l’invocation automatique), les règles d’adaptation et les heuristiques de choix de
94
MIL, sorte de langage Pascal simplifié, cours de compilation de licence Perraut.
110
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
ces règles sont, dans notre modèle, des connaissances opérationnalisables. En effet elles sont
destinées à être utilisées par l’application pour déterminer les réalisations des étapes. Elles
devraient également être intelligibles pour l’utilisateur lambda, mais les aspects procédural et
déclaratif sont difficiles à concilier. En l’état actuel de notre travail, les règles d’adaptations sont
consultables et saisissables sous forme de règles Si contexte Alors Adaptation. C’est ce que nous
allons détailler chapitre 3. Les heuristiques ne sont accessibles qu’au développeur de l’application
de gestion des métadonnées.
Comme dans MASK, plusieurs types de connaissances sont représentés dans notre modèle.
Nous en avons introduit quatre : Concept, ModeEmploi, Règle, et Heuristique.
Les concepts (par exemple “distance euclidienne”) et les modes d’emploi (spécifiques à un
traitement – p.ex. “faire une requête topologique avec Geoconcept” –, ou génériques – p.ex.
“interfacer du code Java et du C”–, “améliorer un Modèle Numérique de Terrain”95 ) sont des
connaissances destinées à la lecture humaine. C’est-à-dire qu’elles sont manipulables informatiquement (elles font l’objet de requêtes et sont affichées), mais leur signification n’est pas exploitée
par l’application ; elles ne sont pas dotées de sémantique opérationnelle. Cela aurait été le cas si,
pour reprendre nos exemples, le “concept distance” euclidienne avait été défini dans un langage
formel qui aurait effectivement permis le calcul, ou si le mode d’emploi “convertir des données
au format shape en MIF” avait été décrit dans un langage permettant l’invocation effective du
service Web réalisant le changement de format.
3) Les actions IHM
Décrire le mode d’emploi d’un logiciel à un utilisateur – i.e. décrire des étapeIHM –, demande
de décrire les actions à effectuer avec des interfaces homme-machine (IHM).
La figure 2.24 montre le diagramme de classes que nous avons défini pour décrire les actions
IHM96 . La figure 2.25 montre une autre façon de modéliser les actions IHM, plus classique
mais qui ne convient pas à nos besoins de description plutôt que d’invocation des fonctions des
logiciels.
Pour fixer les idées, disons que nous souhaitons permettre de représenter partiellement
l’équivalent du code produit par les enregistreurs de macro Visual Basic des applications Microsoft Office. La description des actions utilisateurs y est formalisée de façon non ambiguë :
sélection de portions de documents, activation de menu, ouverture de fenêtre, etc.
Nous pourrons ainsi atteindre l’objectif de décrire formellement les préconditions rencontrées
dans les manuels des logiciels (cf. fig. 1.7 et 1.8 p. 22). Nous pourrons aussi décrire les règles
d’expert correspondantes telles que Si itemListe(“Calage”).état = grisé Alors explication =
{commande(“SaisieTablette”).état = désactivé}.
2.3.6
Évaluation d’un traitement
Un traitement peut être évalué selon plusieurs points de vue. Nous en avons retenus trois,
associés respectivement à la qualité des résultats produits, aux performances et au comportement
des traitements, et à leur utilisation (cf. diagramme de classe figure 2.26).
Les valeurs de certaines propriétés sont contraintes. La qualité d’un résultat du point de
vue des données produites est ainsi décrite au moyen du vocabulaire contrôlé. Un traitement
de généralisation de bâtiments, par exemple, sera décrit comme possédant une qualitéRésultat
“bon” selon le critèreRésultat “conservation alignement”.
95
Les MNT décrivent la forme et la position de la surface du sol. Ils comportent souvent des défauts, des
artefacts qu’il est possible de corriger, par exemple en évitant qu’une rivière remonte ou qu’une crête soit plate.
96
Par souci de progressivité dans la présentation de nos diagrammes de classe – suivant en cela les principes de
Bloch, un de des créateurs d’UML –, nous ne faisons apparaı̂tre qu’ici la propriété appartientIHM reliant Logiciel
et ÉlémentIHM
2.3 Définition de notre modèle conceptuel de métadonnées
111
Fig. 2.24 – IHM d’un Logiciel
Fig. 2.25 – IHM d’un Logiciel (modélisation pour la programmation orienté objet, nous ne l’adoptons
pas.)
112
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Cet effort de formalisation a notamment pour but de rendre possible les comparaisons.
Mais une telle exploitation des métadonnées semble difficile à réaliser. D’une part, il faudrait
s’assurer au moment de l’acquisition que les auteurs font la même interprétation des termes
de description. D’autre part, et surtout, les critères d’évaluation sont relatifs à des critères
d’appréciation que notre modèle ne permet pas de décrire de façon rigoureuse. Par exemple, la
stabilité de comportement d’un programme de visualisation de données géographiques pourra
être jugée bonne dans le contexte d’une application d’un laboratoire de recherche et mauvaise
dans le contexte d’un système de navigation embarqué.
Nous aurions pu enrichir notre modèle pour atteindre le niveau de finesse de description
nécessaire à l’expression de l’exemple ci-dessus. Nous n’avons pas fait ce choix. Le prix à payer
aurait été une trop grande complexité du modèle, non justifiée par les besoins identifiés. Or,
les expériences d’acquisitions que nous avons menées tendent à montrer que pour la plupart
des auteurs de métadonnées le nombre d’éléments de description retenus est déjà élevé. Nous
prenons cet enseignement en compte.
Fig. 2.26 – Évaluation d’un traitement
Notre souci pragmatique de ne pas oublier l’utilisateur se traduit également par l’introduction d’éléments de descriptions comme le temps moyen d’utilisation d’un traitement. Cette
considération se démarque des descriptions rencontrées dans l’état de l’art où seul était décrit
le temps moyen d’exécution machine des traitements. Peut-être est-ce là un héritage des temps
où les puissances de calcul étaient encore faibles. Bien sûr le temps nécessaire pour l’utilisation
d’un traitement dépend des compétences de l’utilisateur. C’est pourquoi l’estimation du tempsUtilisationMoyen peut s’accompagner d’une description du niveau d’expertise correspondant.
Enfin, la description des tests effectués vient compléter utilement les éléments qui composent
la facette Évaluation des traitements.
2.3.7
Classes complémentaires
Les familles de traitements
Nous avons précédemment soulevé le problème de la représentation des connaissances relatives à des familles de RessourceTraitement et nous avons avancé l’idée de réifier ces dernières en
2.3 Définition de notre modèle conceptuel de métadonnées
113
FamilleTraitement.
Fig. 2.27 – Famille de traitements
Les familles de traitements se spécialisent. Une taxinomie est constituée. Elle n’est pas figée,
de nouvelles familles peuvent apparaı̂trent au fur et à mesure de l’acquisition des connaissances
d’expert. Pour cette raison, les instances de FamilleTraitement ne font pas partie du modèle
mais de la base de métadonnées. Un nouveau projet pour la production d’une nouvelle série de
carte ou pour la prise en compte de photos aériennes de résolution décimétrique voit le jour
à l’IGN ? Aussitôt de nouvelles FamilleTraitement sont créées. Elles servent de réceptacles aux
informations communes concernant le lieu de développement, le domaine de fonctionnalité, les
types de données, les langages et les plateformes de développement utilisés, les environnements
logiciel et matériel associés, etc.
Les attributs type de la figure 2.27 portent des relations de subsumption où sont héritées
les valeurs de propriétés. Il s’agit là d’un type d’héritage différent de l’héritage classique
de propriétés. Par exemple, Logiciel est subsumé par TraitementCodé. Il hérite donc des
propriétés concernant les cinq facettes. Il s’agit là de la relation d’héritage de propriétés
classique. En revanche, dans la relation de subsumption qui unit la FamilleTraitement SIG ESRI
à la FamilleTraitement SIG, ce sont des valeurs de propriétés qui sont héritées. À ce propos
nous préférons le terme de famille à celui de catégorie, car il suggère davantage la notion de
transmission de valeurs de propriétés.
Nous sommes convaincus que les FamilleTraitement sont des représentations propices à l’extraction des connaissances tacites de l’expert. Les simples règles le sont peut-être moins. Attendre
de l’expert qu’il exprime spontanément des règles tels que si lieu de développement = cogit alors
type donnée = vecteur n’est pas une méthode optimale. Cela suppose qu’il réfléchisse à la fois
à l’expression de la prémisse et à celle de la conclusion. Au contraire, si nous lui demandons
dans un premier temps de songer aux familles pertinentes de traitements – i.e. en fait à la partie
prémisse des règles, caractériser dans un second temps lesdites familles semble plus aisé. Cela a
notamment l’avantage de regrouper les règles au sein des définitions de familles, et de mettre en
place un mécanisme d’héritage.
On peut trouver une certaine similitude entre l’opposition des deux modes de représentation
règles isolées / caractérisation de familles avec l’opposition programmation procédurale /
programmation orientée objet. Dans les deux cas, il s’agit d’encapsuler au sein d’une même
structure des connaissances de même thématique. Un ensemble de structure de données et de
fonctions dispersées est plus difficile à appréhender qu’un ensemble d’objets ; un ensemble de
règles dispersées est plus difficile à appréhender qu’un ensemble de concepts définis chacun par
des conditions d’appartenance (“si un logiciel réalise les fonctionnalités 5A alors c’est un SIG”
versus “Une CNS définissant le concept SIG est : un logiciel réalisant les fonctionnalités 5A”).
114
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Une FamilleTraitement possède un prototype, i.e. un élément typique qui peut être exhibé à
l’utilisateur pour une meilleure compréhension (cf. p. 33). Haton et al. discutent de l’intérêt de
l’utilisation des prototypes dans les SBC en invoquant certains résultats d’études en psychologie
([HBF+ 91], pp. 314-316). Ils citent notamment E. Rosh, selon qui le codage des catégories de
concepts le plus économique sur le plan cognitif repose sur les prototypes. Les listes énumérant
les individus membres d’une catégorie ou l’énonciation des conditions nécessaires et suffisantes
d’appartenance seraient moins parlantes aux humains [Ros75].
Cependant, les représentations adaptées aux humains ne sont pas toujours adaptées aux
machines (et réciproquement). C’est pourquoi, pour décrire les familles de traitements, nous
proposons, en complément des prototypes, la définition de conditions nécessaires et/ou suffisantes
d’appartenance. Nous verrons par la suite que ces dernières se prêtent mieux à notre objectif
d’opérationnalisation des connaissances d’expert.
Classes annexes
Les diagrammes de classes exposés précédemment font référence à de nombreuses classes
annexes. Nous ne les détaillons pas toutes. Certaines néanmoins sont définies figure 2.28. Notons
que la classe Comparaison est inspirée des principes différentiels proposés par B. Bachimont pour
la conception des ontologies [Bac00]. Nous y reviendrons au chapitre 6 (p. 223).
Fig. 2.28 – Classes annexes
2.4 Conclusion
2.4
115
Conclusion
Nous avons proposé un état de l’art des modèles de métadonnées des traitements informatiques, notamment de ceux du domaine géographique. De façon un peu plus large, nous avons
considéré divers langages, méthodes, travaux et outils utiles à la description des traitements,
bien que ne proposant pas tous à proprement parler de modèle de métadonnées.
De ce travail de prospection forcément partiel, nous avons tiré un bref bilan (sous-section
2.1.6). Il en ressort qu’aucun des modèles de métadonnées existants – parmi les plus connus
du moins – ne répond totalement à nos attentes. L’ontologie OWL-S nous apparaı̂t toutefois
intéressante à plusieurs égards. Bien que son usage soit circonscrit à la description des services
Web et non des traitements informatiques en général, les éléments de description qu’elle propose
et les principes de représentation des connaissances sur lesquels elle repose nous intéressent fort.
OWL-S est conçu pour supporter des requêtes similaires à celles que nous avons identifiées dans
notre analyse des besoins fig. 1.5, p. 20. OWL-S s’inscrit dans le projet du Web sémantique. C’est
naturellement que dans la suite de ce mémoire nous nous orienterons vers le domaine dudit Web
sémantique.
Pour ce qui est du domaine géographique, nous nous inspirons en particulier du modèle de
description de traitement de généralisation cartographique défini dans le cadre du projet Agent.
Une fois l’état de l’art effectué, nous avons défini notre modèle conceptuel de métadonnées
au moyen du formalisme des diagrammes de classes UML. Auparavant nous avons discuté des
principes de modélisation orientée objet sur lesquels nous nous basons.
La spécificité géographique de notre contexte transparaı̂t peu dans notre modèle. Ce dernier
est donc générique aux traitements informatiques en général97 . Cela s’explique par notre choix
de faire partiellement de notre modèle un méta-modèle. Ainsi, par exemple, la hiérarchie des
fonctionnalités géographiques ne figure pas dans notre modèle. Elle figure dans la base de
métadonnées qui instancie notre modèle.
En l’état actuel, notre modèle permet de décrire les traitements mais il ne permet de capturer
qu’une partie des connaissances de l’expert. Si nous disposons donc d’une bonne base pour
construire un SI, nous ne sommes pas encore en mesure de construire un SBC. Il nous reste
notamment à modéliser les règles d’expert qui permettront d’adapter les modes d’emploi au
contexte d’utilisation.
97
Si les classes représentant les types de traitements n’appartiennent qu’au domaine informatique, en revanche
les classes qui permettent la description des différentes facettes pourraient trouver une traduction dans des domaines variés. Un domaine auquel s’applique étonnamment bien notre modèle est par exemple celui de la médecine.
Un traitement médical peut en effet se décrire ainsi : Identification (nom, date de création, auteur, version, lieu
de développement, référence), Fonction (entrée : le patient, paramètre : posologie, effets curatifs et indésirables,
problèmes résolus, préconditions : incompatibilité entre traitements, contre-indications), Fonctionnement (principes actifs, étapes), ModeEmploi (contexte : âge, allergies, antécédents familiaux, etc.), Évaluation (efficacité,
temps d’exécution, avantage, inconvénients, etc.).
116
Chapitre 2. Proposition d’un modèle conceptuel de métadonnées
Chapitre 3
Vers une représentation
opérationnelle des connaissances de
l’expert
Au chapitre précédent, nous avons défini un modèle de métadonnées “documentaire”. Nous
entendons par-là que sa forme, selon nous, le destine à servir de base à un système d’information
documentaire. C’est-à-dire à un système qui, s’il offre aux utilisateurs diverses fonctionnalités
plus ou moins sophistiquées pour rechercher, consulter, créer, modifier des métadonnées, voire
pour effectuer des procédures spécifiques, ne contient pas de connaissances permettant de dériver
de l’information non explicitement présente dans la base de métadonnées. Cette caractéristique
interdit la réponse aux requêtes ER 1 et ER 3 illustrées pages 20 et 21.
La solution pour répondre à ce type de requêtes réside, d’une part, dans le recours aux ontologies formelles et aux mécanismes d’inférences associés, et d’autre part, dans la mise en œuvre
d’un système à base de règles permettant notamment l’adaptation des modes d’emploi des traitements au contexte d’utilisation. Ontologies formelles et règles sont deux formes complémentaires
de représentation opérationnelle des connaissances d’expert.
Dans ce chapitre, nous détaillons une sélection d’exemples significatifs de cas où le raisonnement de l’expert intervient. Nous en déduisons le niveau nécessaire d’expressivité des langages de
définition d’ontologie et de règles à mettre en œuvre. Nous achevons alors de définir notre modèle
conceptuel de métadonnées en y introduisant les règles d’expert, le contexte de l’utilisateur et
le contexte requis par les traitements. Comme nous le verrons à travers différents exemples, ces
nouvelles classes nous permettent de calculer les instances de la classe ModeEmploiAdapté définie
au chapitre 2.
3.1
3.1.1
Le raisonnement de l’expert
Le besoin de raisonner sur les métadonnées des traitements
Qu’est-ce que l’expert en traitements géographiques ? C’est celui qui possède et sait mettre en
œuvre les connaissances liées aux traitements. Nous nous donnons pour objectif de simuler une
partie de son raisonnement1 . En effet, toute l’information sur les traitements ne peut être stockée
explicitement dans la base de métadonnées, tous les cas d’utilisations associés aux contextes
possibles des divers utilisateurs ne peuvent être prévus à l’avance. En revanche, l’information
recherchée peut être dérivée de celles explicitement présentes. C’est précisément ce que sait faire
l’expert, grâce à ses connaissances.
1
Le terme de “raisonnement” fait l’objet de beaucoup de tentatives de définition en IA et en sciences cognitives.
Dans ce mémoire, nous l’employons de façon générale pour désigner une suite d’inférences, qui en constituent les
pas élémentaires.
117
118
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
Notre ambition est limitée, notre cadre de travail restreint ; nous sommes loin d’espérer
construire un système d’aide assez puissant pour répondre aux requêtes des utilisateurs comme
le ferait un expert humain, atteignant ainsi le Graal de l’IA que constitue le succès au test de
Turing. Nous envisageons en fait trois cas typiques où un raisonnement est mis en œuvre.
Dans le premier cas, l’utilisateur cherche un traitement ; il exprime son besoin avec des motsclés qui ne correspondent pas exactement à ceux des descriptions enregistrées dans la base de
métadonnées. Le raisonnement permet de faire aboutir la recherche.
Dans le second cas, l’utilisateur a besoin d’un mode d’emploi adapté à son contexte d’utilisation, différent du contexte requis par le traitement. Le raisonnement consiste alors à identifier
les différences entre les contextes – à poser le diagnostic en quelque sorte –, puis à indiquer à
l’utilisateur les instructions à suivre.
Dans le troisième cas enfin, il s’agit d’enrichir la base de métadonnées par l’ajout de
nouveaux faits inférés. Les mécanismes mis en œuvre sont les mêmes que lors d’une recherche
de traitement, à ceci près que les inférences ne sont pas limitées au contexte d’une requête
particulière.
Le système d’aide à l’utilisateur que nous voulons construire manipule des symboles. Or
l’expert humain, pour raisonner, manipule des concepts. Le passage du niveau symbolique au
niveau conceptuel sémantique est une des principales problématiques de l’IA.
Dans le modèle de métadonnées que nous avons défini au chapitre 2 figurent des éléments de
description destinés à indiquer le sens des concepts aux humains au moyen de texte en langue
naturelle. Cette forme les rend inaptes à servir notre objectif d’une modélisation opérationnelle
des connaissances d’expert. Mais le modèle de métadonnées comporte également des éléments de
description dont les types sont des identifiants de ressources, des nombres ou des booléens. Ces
éléments représentent des relations auxquelles une sémantique peut être assignée. Par exemple
la propriété appartient à de la classe EnsembleTraitementsCodés est transitive. La chaı̂ne de caractères appartient à (niveau symbolique) est interprétée comme désignant la relation “appartient
à” (niveau “sémantique”).
Traduire notre modèle et ses instances sous forme d’ontologie formelle va nous permettre
d’opérationnaliser une partie des connaissances d’expert, notamment une partie de celles dont
nous avions identifié le besoin au chapitre 1 (tab. 1.6, p. 28, comportant les relations généralisation/spécialisation et partie/tout).
Une partie des connaissances sera ainsi représentée, mais une partie seulement. L’expressivité
des ontologies est en effet limitée. Or il appert au vu des différents exemples de raisonnement
qui vont suivre que les connaissances d’expert doivent également s’exprimer sous forme de
règles. Dans ce but, nous allons nous donner un langage de logique.
Le sujet de ce chapitre, la simulation du raisonnement de l’expert, ne doit pas occulter notre
objectif plus large de représentation des connaissances. Certaines sont opérationnalisables,
d’autres pas. Notre modèle de métadonnées vise à permettre le recueil des deux catégories.
L’expressivité des langages que nous utilisons sera parfois insuffisante2 ; l’expert exprimera alors
ces connaissances en langue naturelle. Notre démarche relève donc à la fois du domaine des SBC
où les connaissances sont opérationnalisées et de celui de systèmes de gestion de connaissances
comme MASK où les connaissances sont “simplement” recueillies.
Opérationnalisables ou non, nous devons permettre l’acquisition des règles d’expert. C’est
pourquoi, en section 3.3, nous enrichissons notre modèle de métadonnées de nouvelles classes.
Fidèle à notre démarche ascendante, nous avons tenté de partir d’exemples de règles exprimées
par des experts lors d’entretiens. Nous avons rencontré plusieurs experts en généralisation et en
2
Nous allons préciser nos hypothèses de travail concernant la simulation du raisonnement, et donner quelques
exemples des renoncements qu’elles impliquent.
3.1 Le raisonnement de l’expert
119
traitement d’image. Il ressort des entretiens menés que les obstacles potentiels à la représentation
des règles dépendent principalement de la richesse du modèle. Nous reviendrons sur cette question et plus largement sur les problèmes d’acquisition au chapitre 6.
Nous avons également cherché des documents répertoriant des règles d’experts sur les traitements. L’un d’eux est un rapport de stage réalisé par M. Dadou et consacré à la réalisation
d’une interface de saisie de connaissances d’expert pour l’automatisation de la généralisation
cartographique [Dad05]. Les règles dont il est question décident, par exemple, du traitement à
appliquer pour généraliser des groupes de bâtiments en fonction de leur taille et du nombre de
leurs voisins (une petite maison en zone urbaine sera supprimée, une grande isolée en zone rurale
sera simplifiée).
Dans le cadre de traitements d’appariement de base de données géographiques, des règles
sont aussi parfois utilisées. Mais il s’agit de règles sur les données et non sur les traitements
(par exemple, les spécifications de la base de données Géoroute indiquent que si un rond point
possède un diamètre de plus de 30m, alors il doit être représenté par un objet de géométrie
surfacique) [She05].
En fin de compte, c’est principalement en partant des besoins d’information des utilisateurs
et en nous demandant quels raisonnements sont nécessaires pour y répondre que nous avons
dressé la liste des règles à représenter.
120
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
3.1.2
Exemples de raisonnements de l’expert
Examinons à travers sept exemples les types de raisonnement que peut mener l’expert. Nous
nommons ces exemples “ER” (Exemple de Raisonnement). Une partie d’entre eux nous serviront
au chapitre 5 à illustrer concrètement la mise en œuvre de notre système. Le but n’est pas ici
de décrire comment raisonne l’expert humain – à ce sujet, nous ne pouvons émettre que des
hypothèses – mais de commencer à faire apparaı̂tre les moyens que nous allons devoir mettre en
œuvre informatiquement. Pour cette raison, les commentaires des exemples font référence à la
notion d’ontologie ; nous la présentons à la section suivante.
ER 1 : mise en correspondance entre requête et description de traitement –
subsomption, méréologie et condition suffisante d’appartenance à une classe
L’exemple de raisonnement ER 1 a été donné p. 20. On y voit l’expert effectuer
plusieurs inférences pour établir que le traitement “Buffer.java” répond à la requête
de l’utilisateur. Par hypothèse, on ne considère pas ici les problèmes potentiellement
liés à l’expression de la requête. En effet, on suppose que l’utilisateur définit les quatre
critères de recherche via un formulaire qui le contraint à sélectionner des termes parmi
ceux déjà référencés dans la base de métadonnées. On pourrait aussi supposer que
l’utilisateur a été autorisé à faire usage de la langue naturelle, mais qu’un programme
de TALN – étranger au cadre de notre étude – a permis la normalisation de la requête.
Des quatre critères de recherche définis, aucun ne correspond directement à la
description de “Buffer.java”. L’expert aboutit néanmoins à la bonne réponse car :
– Ses connaissances lui indiquent qu’une condition suffisante pour qu’un traitement
appartienne à la catégorie “géographique” est qu’il soit développé au COGIT (il
nous paraı̂t acceptable de faire, ici, cette hypothèse). Le premier critère “catégorie”
est donc satisfait.
– Il sait que le COGIT appartient au service de la recherche de l’IGN. Or le service de la
recherche appartient à l’IGN. Donc que le COGIT appartient à l’IGN (appartient est
une relation transitive). D’autre part, il existe une règle qui dit que si un traitement
est développé dans une organisation O1 et que cette organisation O1 appartient à
une organisation O2, alors le traitement est aussi développé dans l’organisation O2.
– Il sait que les types de données “TD VecteurLigne” et “TD VecteurSurface” sont
deux spécialisations de “TD Vecteur”. Par ailleurs, il sait quelles interprétations
faire de la propriété type, selon qu’elle caractérise les entrées ou les sorties des
traitements.
Commentaires sur l’exemple ER 1
La première condition pour effectuer des raisonnements tels que ceux mis en œuvre dans
l’exemple ER 1 est de désigner les ressources de façon non ambiguë, donc via des identifiants.
C’est pourquoi, dans le cadre de notre application, l’expression de la requête par l’utilisateur
d’une part et les descriptions de traitements d’autre part, doivent être contraintes, respectivement par l’interface d’interrogation et par le modèle de métadonnées.
Les ressources dont on manie les identifiants sont des traitements, des types de données,
des concepts, etc. Elles ont été exposées dans les divers diagrammes de classes au chapitre
précédent. Ce qu’il faut également, c’est représenter formellement les relations qui unissent les
ressources, car c’est sur leur exploitation que reposent les inférences. Nous verrons chapitre 4
3.1 Le raisonnement de l’expert
121
que les ontologies formelles ont vocation à représenter la plupart des relations impliquées dans
l’exemple ER 1 ; d’autres devront se traduire dans des règles de la logique des prédicats.
ER 2 : mise en correspondance entre requête et description de traitement –
subsomption et condition nécessaire d’appartenance à une classe
L’utilisateur cherche tous les logiciels capables d’afficher les données géographiques
en général. Pour cet exemple, on suppose que la description du logiciel “Arcview 8”
ne comporte qu’une seule indication, à savoir que sa famille est celle des SIG ESRI.
L’expert va déduire qu’Arcview 8 répond à la requête de l’utilisateur car :
– La famille de logiciel “SIG ESRI” est une spécialisation de la famille “SIG”.
– Une condition nécessaire d’un SIG est qu’il réalise cinq fonctionnalités, parmi lesquelles figure “afficher des données géographiques” (cf. tableau 1.1 p. 11).
Commentaires sur l’exemple ER 2
Le type de raisonnement mis en œuvre présente des similarités avec celui de l’exemple ER 1.
Comme dans ce dernier, il suppose l’existence de classifications hiérarchiques, en l’occurrence,
ici, de familles de logiciels. Si l’on considère ces familles comme les classes d’une ontologie,
alors pour chacune d’entres elles il peut être défini des conditions nécessaires et/ou suffisantes
d’appartenance (les “axiomes de classes”). En sus de la simple exploitation de la relation de subsomption (SIG ESRI spécialise SIG), le raisonnement de l’exemple ER 2 se base sur la définition
d’une condition nécessaire d’appartenance pour déduire qu’Arcview 8 est bien une réponse à la
recherche de l’utilisateur. Dans l’exemple ER 1, c’était une condition suffisante d’appartenance
qui était utilisée. Cela montre que les connaissances d’expert à représenter ne se limitent pas à
la simple spécification d’une hiérarchie de concepts (ce que Fürst et Trichet, citant [GFLC03],
appellent “ontologie légère” [FT05]). Il faut aussi décrire des règles qui apparaissent soit dans
la définition même des concepts (conditions d’appartenance à une classe des ontologies lourdes
(ibid.)), soit en tant que formalisation extérieure de connaissance comme dans les systèmes
experts à base de règles.
122
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
ER 2 suite : recherche de ressources – classification des problèmes de lisibilité
Dans l’exemple ER 2 l’utilisateur cherchait un logiciel pour afficher des données
géographiques ; l’expert lui a suggéré Arcview. Maintenant l’utilisateur veut cartographier son jeu de données en choisissant une autre symbolisation que celle proposée
par défaut. Ceci effectué, l’utilisateur n’est pas satisfait : il trouve que ses données
sont cartographiées de façon peu lisible. Il demande donc à l’expert de lui indiquer les
traitements qui peuvent corriger ce problème.
Le but est ici de réussir à conseiller à l’utilisateur un traitement d’amplification
des virages des routes. Un raisonnement est nécessaire car on suppose que dans la base
de métadonnées :
– La description de la fonctionnalité “amplification” mentionne uniquement comme
problème résolu : “problème d’empâtement”.
– Le problème d’empâtement et le problème de lisibilité sont indexés mais il n’est pas
indiqué que le premier est une sorte particulière du second. C’est cette information
manquante que l’expert va déduire.
– La fonctionnalité “généralisation” est définie comme ayant pour condition
nécessaire : résout un “problème de lisibilité” ;
– La fonctionnalité “caricature” est une sorte de “généralisation” ;
– La fonctionnalité “amplification” est une sorte de “caricature” ;
– La fonctionnalité “amplification” résout le problème d’empâtement (et seulement
celui-ci).
Fig. 3.1 – Visualisation des concepts de l’exemple ER 2 suite avec l’éditeur d’ontologie
Protégé 3.1
L’expert déduit que l’empâtement est un problème de lisibilité. Il déduit que les
traitements d’amplification répondent à la requête de l’utilisateur.
Commentaires sur l’exemple ER 2 suite
Dans l’exemple ci-dessus les problèmes et les fonctionnalités sont des concepts définis dans
une ontologie par des conditions nécessaires et/ou suffisantes. En anticipant un peu sur la
présentation de la façon dont nous allons opérationnaliser les ontologies, nous pouvons remarquer que, dans cet exemple, les valeurs de propriétés sont des concepts (“amplification” résout
3.1 Le raisonnement de l’expert
123
“problème d’empâtement”, ce dernier étant un concept pouvant être spécialisé). Nous verrons
que pour pouvoir raisonner certains systèmes d’inférences demandent que les valeurs de propriétés soient non pas des concepts mais des instances de concepts.
ER 3 : adaptation de mode d’emploi – précondition sur la propriété d’une entrée
Reprenons l’exemple ER 3 donné p. 21. Un utilisateur désire visualiser avec
FreeWRL un MNT au format VRML comprenant 5000 objets. Son ordinateur est
doté d’une mémoire vive de 128 Mo, son système d’exploitation est Linux Suse.
L’expert, sollicité par l’utilisateur, pose à ce dernier des questions pertinentes
sur son contexte d’utilisation. Ces informations obtenues, l’expert déduit que, compte
tenu du contexte requis par FreeWRL, un problème d’insuffisance de mémoire vive se
pose. Ce diagnostic étant posé, l’expert propose des solutions résolvant le problème,
ou le résolvant moyennant quelques écarts potentiellement admissibles vis-à-vis du
contexte initial de l’utilisateur. Enfin, l’expert livre quelques conseils relatifs à la cause
du problème :
– L’expert demande si l’utilisateur travaille au laboratoire Cogit. Si oui, il lui indique
les instructions à suivre pour utiliser FreeWRL sur une machine distante de mémoire
vive suffisante via un ClientCitrix.
– L’expert suggère d’installer une barrette de mémoire vive supplémentaire sur la
machine.
– L’expert sélectionne les autres logiciels de visualisation VRML pouvant être utilisés,
pour peu que leurs fonctionnalités soient supérieures ou égales à celles de FreeWRL,
et qu’ils soient par ailleurs compatibles avec le contexte spécifié par l’utilisateur
(système d’exploitation, licence, etc.). Par exemple : CosmoPlayer.
– L’expert sélectionne également les RessourceTraitement répondant aux critères
moyennant une adaptation. Par exemple, utiliser le programme de visualisation 3D
développé au Cogit demande une étape supplémentaire de conversion de format de
donnée (VRML vers les objet de l’API Java3D).
– Enfin, l’expert indique à l’utilisateur que d’une façon générale les problèmes de
mémoire vive insuffisante peuvent être causés par un trop grand nombre d’applications ouvertes.
Commentaires sur l’exemple ER 3
Dans le scénario ci-dessus l’expert effectue trois raisonnements. Le premier sert à poser à
l’utilisateur les questions pertinentes relativement au contexte. Le deuxième raisonnement sert
à diagnostiquer le problème qui se pose. Pour cela l’expert a dû appliquer une règle générale
concernant la mémoire vive des traitements au cas présent particulier. Une fois le diagnostic
posé, l’expert mène un troisième raisonnement pour proposer des solutions. Certaines requièrent
l’obtention de nouvelles précisions sur le contexte de l’utilisateur ; l’établissement d’un dialogue
peut être nécessaire. Par ailleurs les conseils peuvent être ordonnés, cela suppose l’utilisation de
méta-connaissances heuristiques.
124
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
ER 4 : adaptation de mode d’emploi – incompatibilité de traitements
Dans le cadre du développement d’un service Web de données géographiques au format GML, un utilisateur veut utiliser la classe Java ReqXML qui fournit des méthodes
pour l’accès aux documents XML3 . Comme il rencontre un problème empêchant la
réalisation de son besoin, l’utilisateur demande à l’expert les instructions à suivre.
Pour cela il indique :
– qu’il rencontre le problème : "cannot find symbol : class XPathFactory" à la
compilation ;
– qu’il utilise le moteur de servlet Tomcat 4.2.
L’expert possède les connaissances suivantes :
– Tomcat requiert le JDK,
– le package XPath n’est disponible qu’à partir de la version 1.5 du JDK,
– les Tomcat de version inférieure à 5 sont incompatibles avec le JDK 1.5.
L’expert déduit que l’utilisateur doit installer le JDK version 1.5 et Tomcat version 5 ; il indique les instructions à suivre (copie de fichiers, affectation de variables
d’environnement, inclusion de directives d’import, etc.).
Commentaires sur l’exemple ER 4
Outre le caractère un peu complexe du raisonnement effectué ici, on remarquera surtout
qu’il met en jeu des connaissances générales non pas sur un traitement particulier, mais sur
une famille de logiciels. Bien qu’on puisse éventuellement envisager de représenter l’assertion
“Tomcat requiert le JDK” par une règle, il est plus élégant de recueillir cette connaissance
d’expert au moyen d’une classe “méta” : c’est le rôle de la classe FamilleTraitement.
ER 5 : adaptation de mode d’emploi – sélection de traitements réalisant un ensemble
de fonctionnalités
L’utilisateur a besoin de calculer le nombre de stades situés à moins de 2km du
métro Saint-Mandé. Il demande à l’expert comment faire, précisant que ses données
sont au format shape et qu’il ne veut pas programmer.
L’expert indique à l’utilisateur que le mode d’emploi “calcul de la population proche
d’un fleuve” décrit dans la base de métadonnées correspond à son besoin. En effet
ce mode d’emploi sert d’exemple type (de prototype pour reprendre la terminologie
adoptée) au mode d’emploi générique “calcul du nombre d’éléments à proximité d’une
zone géographique”.
L’expert indique à l’utilisateur que le SIG Arcview correspond à son contexte
d’utilisation et possède les fonctionnalités requises.
L’expert traduit les ÉtapeFct abstraites du mode d’emploi prototype (importer les
différents thèmes de données dans un SIG, faire correspondre les projections respectives, effectuer un buffer autour du fleuve et effectuer une requête topologique à partir
de la zone buffer obtenue) en ÉtapeIHM correspondantes d’Arcview.
3
En effet le format GML de description d’objets géographiques possède une syntaxe XML.
3.1 Le raisonnement de l’expert
125
Commentaires sur l’exemple ER 5
Dans cet exemple, l’expert ne construit pas le mode d’emploi prototype. Il se contente d’adapter celui qui existe déjà au SIG Arcview. La construction du mode d’emploi prototype doit être
réalisée, en amont, par un expert.
ER 6 : adaptation de mode d’emploi – déductions au sujet des connaissances de
l’utilisateur
L’utilisateur veut visualiser son MNT au format “point-virgule”. Les solutions
exposées figure 1.9 (p. 26) reposent sur différents langages de programmation : VisualBasic, C++ ou Java.
L’expert va aiguiller l’utilisateur vers la solution correspondant à ses connaissances.
On suppose ici que l’utilisateur n’indique pas quels langages il connaı̂t. En revanche,
il indique qu’il utilise la plateforme GeOxygene.
L’expert en déduit que l’utilisateur connaı̂t le langage de ladite plateforme, Java
en l’occurrence. La solution prescrite est donc celle qui utilise l’API Java 3D.
Accessoirement, l’expert identifie l’utilisateur comme un programmeur Java, donc
connaissant, par exemple, les principes de l’orienté objet.
Commentaires sur l’exemple ER 6
Le raisonnement de cet exemple suppose qu’une plateforme ne peut être implémentée que
dans un langage. Cela n’est pas totalement exact car, en l’occurrence, du code C est parfois
également utilisé (pour les triangulations de Delaunay qui sont des traitements appliqués aux
données 3D). Toutefois, on peut considérer ici qu’une plateforme n’a bien qu’un seul langage
principal, que l’utilisateur connaı̂t forcément. La propriété a pour langage des plateformes est
donc une propriété fonctionnelle.
ER 7 : adaptation de mode d’emploi – requête topologique
L’utilisateur veut un traitement permettant de trouver les rues qui intersectent
une rue donnée. Un calcul d’intersection est donc nécessaire, à moins que l’information
ne figure déjà dans les données de l’utilisateur. L’expert demande à ce dernier d’où
proviennent ses données. L’utilisateur répond “de la BD Carto”. L’expert en déduit que
la topologie est peut-être déjà explicitement présente. L’expert sait que selon le format
des données, la topologie est explicitement représentée ou non. L’expert demande donc
dans quel format sont les données. L’utilisateur répond “ArcInfo”. L’expert déduit que
la topologie n’est pas explicite ; il conseille à l’utilisateur d’utiliser la fonction logicielle
de ArcGIS “requête topologique”.
Commentaires sur l’exemple ER 7
Dans ce scénario, un réel dialogue a lieu. Son déroulement doit être en partie pré-mémorisé :
les règles doivent prévoir les cas de figure où l’origine des données n’est pas renseignée et où il
faut demander spécifiquement cette information à l’utilisateur. Par ailleurs, cet exemple montre
la nécessité de disposer de métadonnées sur les bases de données géographiques qui puissent être
mises en relations avec les pré-requis des traitements.
126
3.1.3
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
Quelques travaux relatifs aux systèmes adaptatifs
Dans les exemples que nous venons d’exposer, les raisonnements ont essentiellement pour
but l’adaptation des modes d’emploi des traitements au contexte de l’utilisateur. Avant
de présenter comment nous proposons d’atteindre ce but, évoquons rapidement quelques
travaux relatifs aux systèmes adaptatifs. L’intérêt est, en particulier, de souligner la nécessaire
dérivation d’information non explicitement présente, le fait que pour cela les mécanismes
d’inférences associés aux ontologies sont utilisés – nous en discutons section 3.2 –, le fait enfin
que l’adaptation d’un système ou d’un document nécessite une modélisation du contexte de
l’utilisateur – notre proposition à ce sujet se trouve en 3.3.
La notion de système adaptatif se rencontre dans beaucoup de domaines. Pour une tâche
donnée, l’environnement, le contexte et le profil de l’utilisateur varient. De plus en plus,
grâce à l’informatique, les systèmes matériels ou logiciels possèdent la faculté de s’adapter.
Parmi les domaines concernés, deux sont particulièrement proches de notre problématique.
Il s’agit du Web sémantique4 et de l’enseignement intelligemment assisté par ordinateur (EIAO).
Dans leur article “Adaptation et personnalisation dans le Web sémantique”, S. Garlatti et
Y. Prié discutent de différents moyens pour adapter la recherche et le contenu des documents du
Web à l’utilisateur [GP03]. Ils suggèrent notamment de décrire et prendre en compte le profil de
l’utilisateur : ses connaissances, ses préférences et ses objectifs. Le but peut être de diminuer le
bruit lors de la recherche de documents existants ; il peut être également de créer dynamiquement
des documents sur mesure. Ces buts sont aussi les nôtres. Pour le second, S. Garlatti et Y. Prié
emploient le terme de document virtuel personnalisable (DVP). L’exemple de l’adaptation de la
forme d’un document à la taille de l’écran ou au débit de la connexion Internet de l’utilisateur
s’applique bien au domaine géographique, les nouveaux usages de consultation de cartes sur
PDA5 et de systèmes d’aide à la navigation le montrent.
Les DVP sont virtuels au sens où, au moment de la réception des requêtes, ils n’existent pas
sous la forme que va recevoir l’utilisateur. Cette proposition de définition des DVP mérite une
précision. Certains DVP ne sont que le résultat de l’agrégation de documents, résultat pouvant
être obtenu par de simples opérations de sélection sur une base de données. Typiquement, les
serveurs de pages Web dynamiques couplés à une base de données répondent à la définition
de DVP. En revanche, la construction de certains DVP nécessite réellement la mise en œuvre
des connaissances dans le cadre de raisonnements. Ainsi, pour montrer l’intérêt du langage
d’ontologie du Web sémantique OWL, ses auteurs donnent l’exemple non trivial d’un utilisateur
à la recherche d’un vin adapté à ses goûts.
Cette idée d’utiliser les ontologies pour créer des DVP adaptés à l’utilisateur a été mise
en œuvre dans le monde de l’entreprise, notamment, par Fortier et Kassel. Leur projet est
l’élaboration d’un système adaptatif d’interrogation de mémoire d’entreprise, ce qu’ils appellent
le Web Sémantique d’Organisation (WSO) [FK04].
Le domaine des EIAO fournit d’autres exemples de systèmes adaptatifs. Certains scénarii
proposés sont construits autour du triangle constitué de l’apprenant, du domaine de connaissance, et de l’enseignant. En cela l’application que nous visons diffère des EAIO : l’enseignant
n’est pas modélisé en tant que tel. Nous ne mettons pas en place de démarche pédagogique, et
les dialogues entre l’utilisateur et le système sont réduits au minimum.
L’étude des EAIO peut néanmoins être instructive. Nous avons vu avec le modèle LOM
comment modéliser des domaines de connaissances. L’idée de pré-requis, notamment, est
intéressante. L’utilisateur décrit ses connaissances ; le système déduit l’ensemble des traitements
4
Nous présenterons ce domaine au chapitre 4, p. 151.
Personal Digital Assistant, petits ordinateurs portables dont la vocation première est de servir d’agendas
électroniques. Ils tiennent généralement dans la poche et se présentent sous forme d’écran “ardoise”.
5
3.2 Ontologies et règles, réceptacles des connaissances pour le raisonnement
127
dont les modes d’emploi sont accessibles, et l’ensemble des connaissances manquantes pour un
mode d’emploi donné.
3.2
3.2.1
Ontologies et règles, réceptacles des connaissances pour le
raisonnement
Les ontologies en représentation des connaissances
Le terme d’ontologie remonte à Socrate et Aristote (400-360 avant JC) pour désigner, en
philosophie, l’étude “de ce qui est” [RNK+ 04]. Il est emprunté par la communauté de l’ingénierie
des connaissances pour désigner “la spécification explicite d’une conceptualisation” [Gru93]. Plus
précisément, dans notre contexte, une ontologie est constituée :
–
–
–
–
–
de concepts,
de relations entre concepts,
de contraintes sur les relations et d’axiomes de classes,
d’individus6 ,
de façon associée à l’ontologie, des fonctions d’interprétation sont définies pour les
constructeurs du langage utilisé, permettant ainsi de déduire les conséquences logiques
des connaissances représentées.
La vocation d’une ontologie est de définir un vocabulaire et une compréhension partagée.
Certaines ontologies sont particulières : ce sont les ontologies formelles représentées dans un
langage doté de fonctions d’interprétations. Les ontologies formelles peuvent servir de support au
raisonnement automatique. Elles sont utilisées, en particulier, dans le cadre du Web Sémantique.
Les principes sur lesquels reposent les ontologies formelles sont relativement anciens : les logiques
de description et les langages de frames datent des années 70. Ces principes sont exposés dans des
ouvrages comme Haton ou Kayser, sans qu’apparaisse le terme “ontologie” qui s’est maintenant
imposé.
L’intérêt pour les ontologies formelles semble de plus en plus évident, comme en témoigne
la variété des domaines où elles trouvent applications (médecine, industrie automobile, audiovisuel, e-learning, droit juridique, géographie, etc.). Cet intérêt n’est pas réductible à un effet de
mode dans la mesure où les ontologies répondent effectivement à des besoins de représentation
des connaissances auparavant insatisfaits. Cependant, il existe des formes et des exploitations
variables d’ontologies. La figure 3.2 le montre.
Les catalogues, glossaires et dictionnaires fournissent un vocabulaire, mais n’organisent pas
de façon systématique les concepts avec des relations déterminées. Les thesaurus7 tendent à une
telle organisation, principalement au moyen de la relation de subsomption sur laquelle repose les
taxinomies et les systèmes de frames. Les ensembles d’axiomes logiques, ou axiomes de classe,
permettent de définir des concepts en exprimant des conditions suffisantes d’appartenance. Les
notions de concepts primitifs et concepts définis sont introduites.
“Les concepts primitifs dénotent de grandes catégories naturelles comme les personnes, les
animaux, les plantes, etc., et servent à construire les concepts définis. (...) Un concept primitif
est une description incomplètement spécifiée car il exprime des conditions nécessaires mais non
suffisantes : il n’est pas possible de reconnaı̂tre un représentant d’un concept primitif au vu de
ses seuls rôles.” ([HBF+ 91] p.334-335.). Dans l’exemple ER 2 suite, Fonctionnalité est un concept
6
Les individus instances de concepts sont parfois considérés comme ne faisant pas partie de l’ontologie. Cependant, lorsque la définition de concepts comporte une référence à des individus (par exemple, les LogicielESRI sont
des Logiciel dont la propriété lieuDeDéveloppement a pour valeur l’individu ESRI instance du concept Organisation),
concepts et individus sont nécessairement associés.
7
Selon la définition de la norme ISO 5694-1, un thesaurus est un “vocabulaire d’un langage d’indexation
contrôlé, organisé formellement de façon à expliciter les relations a priori entre les notions (par exemple les
relations générique-spécifique)”.
128
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
Fig. 3.2 – Différentes acceptations du terme “ontologie” (extrait de [Tro04], d’après [SW01])
primitif et GénéralisationCartographique est un concept défini par les conditions nécessaires “être
une sorte de FonctionnalitéGéographique” et “résoudre un problème de lisibilité”.
Nous avons mentionné, lors de la discussion de l’exemple ER 2, que la présence d’axiomes
de classes distingue les ontologies légères des ontologies lourdes.
Lien entre modèle de métadonnées de traitements et ontologies
Les diagrammes de classes de notre modèle conceptuel de métadonnées présentés au
chapitre 2 ne définissent pas la taxinomie des concepts utiles à la description des traitements. Par
exemple, la hiérarchie des fonctionnalités géographiques n’apparaı̂t pas dans le modèle conceptuel. Elle apparaı̂t dans la base de métadonnées instance du modèle.
Pour répondre aux requêtes de l’utilisateur, il nous faut pourtant exploiter les relations de
subsomption qui unissent entre elles les fonctionnalités, les types de données, les familles de
traitements, les problèmes résolus par les traitements, les modes d’emploi, etc. Pour mener à
bien cette tâche, il faut transposer le modèle et la base de métadonnées dans des ontologies. Il
faut passer d’un SI à un SBC.
Plusieurs raisons motivent le choix de cette architecture duale ; nous y reviendrons par la
suite. Notons cependant dès maintenant trois différences importantes entre ontologie et modèle
de métadonnées. Les différences données ci-dessous s’appuient sur des citations où il est question
de comparaison entre ontologies et schémas de BD. Notre modèle de métadonnées étant utilisé
comme schéma de base de données dans le cadre d’un système d’information, les arguments
s’appliquent parfaitement à notre contexte.
– Au contraire des schémas de BD, les ontologies sont en général destinées à évoluer.
En particulier, elles doivent être étendues par l’ajout de nouveaux concepts et relations
[Cos03][Ges05].
– Une ontologie peut être très volumineuse, pas un schéma de BD [Ges05].
– Les différents SGBD permettent certes d’obtenir des informations sur les schémas de BD,
mais ils restent avant tout conçus pour répondre aux requêtes sur le contenu des BD.
Dans une ontologie on requête en revanche aussi bien les concepts que les instances. Cela
correspond, dans le langage de logiques de description qui implémentent les ontologies
formelles, à deux types de requêtes : celles qui portent sur la terminologie (T-Box) et
celles qui portent sur les assertions (A-Box).
Pour automatiser une partie du raisonnement nécessaire à nos besoins, nous établissons donc
le pont entre modèle de métadonnées et base de métadonnées d’une part, et ontologies d’autre
3.2 Ontologies et règles, réceptacles des connaissances pour le raisonnement
129
part. Mais il n’y a pas équivalence entre les deux parties. L’ontologie n’est qu’une représentation
formelle des connaissances contenues dans le modèle et la base de métadonnées. L’ontologie ne
constitue pas non plus tout le SBC, ce n’en est qu’une partie. Comme le souligne J. Charlet,
ontologie et base de connaissance sont bien à distinguer : “Une ontologie recense ce qui existe
et le définit par ses propriétés essentielles. Elle ne rapporte pas tout ce qui arrive. La base de
connaissances, elle, utilise les descripteurs ainsi fournis par l’ontologie, pour énoncer tout ce
qu’il faut savoir sur le domaine” [Cha03]. Dans notre contexte le SBC peut être vu comme
l’ensemble du modèle et de la base de métadonnées, des ontologies qui sont une représentation
formelle des concepts utilisés, de la représentation opérationnelle des règles de l’expert et enfin
de l’application qui exploite le tout.
Formalismes de représentation des connaissances appropriés aux ontologies
Afin d’utiliser les ontologies dans le cadre d’un SBC, R. Troncy, dans un contexte similaire au
nôtre, a été amené à étudier en particulier deux formalismes de représentation des connaissances
([Tro04] pp. 63-71). Ces deux formalismes sont les logiques de description (LD) et les graphes
conceptuels (GC). R. Troncy s’est inspiré des notes de cours de J. Euzenat donnés entre 1996 et
1999 à l’université J. Fourier de Grenoble [Euz99]. Nous nous référons également à ce document.
Les LD et les GC sont deux formalismes inspirés à la fois des réseaux sémantiques et des
langages de frames. Ils sont tous deux dotés d’une sémantique formelle qui permet la mise
en œuvre de mécanismes d’inférence sur les connaissances représentées. Bien que proches,
leurs caractéristiques propres destinent les langages basés sur les LD à représenter la partie terminologique des ontologies, et les langages basés sur les GC la partie assertionnelle [Tro04].
Les logiques de description
La définition que nous avons donnée des ontologies formelles p. 127 se traduit bien avec
le formalisme des logiques de description : nous avons affaire à des concepts, des rôles et des
individus. Les concepts modélisent des classes d’individus. Ils peuvent être primitifs ou définis.
Les rôles modélisent des relations entre classes. La relation de subsomption permet d’organiser
les concepts et les rôles en hiérarchies ; la classification et l’instanciation sont les opérations qui
sont alors à la base du raisonnement sur les descriptions (raisonnement terminologique). La
classification permet de déterminer la position d’un concept et d’un rôle dans leurs hiérarchies
respectives, tandis que l’instanciation permet de retrouver les concepts dont un individu est
susceptible d’être une instance.
Les logiques de description constituent un ensemble restreint de formules de la logique
du premier ordre. On parle de “logiques” au pluriel car il en existe plus d’une dizaine de
types à l’expressivité variable, selon que l’on autorise ou non la définition de concepts avec
les constructeurs “au moins”, “au plus”, avec des restrictions sur les rôles (i.e. les propriétés),
etc.8 .
Les logiques de description ont en général de bonnes propriétés computationnelles, mais ne
sont pas toujours décidables9 . Par exemple, les logiques de description U et R sont indécidables
pour le calcul de subsomption de concepts ([Euz99], p.39). P.F. Patel-Schneider indique
8
Pour plus de détails, se reporter à [Euz99], pp. 37-42. Un diagramme montrant les différents types de logiques
de descriptions, de ALC à SHOIQ, se trouve également à l’adresse http://www.cs.man.ac.uk/∼ ezolin/logic/
navigator/add/alc to shoiq.ps, et la page http://www.cs.man.ac.uk/∼ ezolin/logic/complexity.html propose un formulaire indiquant selon les besoins d’expressivité le type de logique de description nécessité.
9
“Une logique est décidable s’il existe un procédé de calcul qui, pour tout formule, indique en un temps fini
s’il s’agit ou non d’un théorème de cette logique” [Kay97] p.69.
130
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
également que le calcul de subsomption est indécidable pour le système NIKL10 [Pat03].
La vérification de consistance (est-ce qu’une classe peut avoir une instance ? ), la classification
(A est-elle une sous classe de B ? ) et la classification d’instance (à quelle classe appartient un
individu ? ) sont des inférences permises par les systèmes de logiques de description [KMN04].
Ces inférences ne suffiront pas à exprimer toutes les connaissances d’expert dont nous avons
besoin. C’est pourquoi nous allons voir plus loin que nous devons employer en complément un
langage de règles. En effet, les logiques de description et les langages de règles comme ceux
basés sur les clauses de Horn11 sont deux sous-ensembles de la logique du premier ordre qui ne
se recouvrent pas totalement :
– Les logiques de description ne permettent pas l’usage de variables pour définir les concepts.
Par exemple on ne peut définir le concept “ami” par la condition suffisante “ennemi d’un
ennemi”. On peut par contre exprimer cela par la règle ennemi(x, y) ∧ ennemi(y, z) ⇒
ami(x, z).
– Le langage de logique basé sur les règles de Horn nous interdit certaines inférences possibles
avec les logiques de description. Par exemple, définissons un docteur comme quelqu’un
ayant écrit une thèse. Un raisonneur de logique de description saura déduire que si Léon
est un docteur, alors il a écrit une thèse, même si à aucune instance du concept thèse n’est
présente dans la base de fait. Maintenant, ajoutons qu’un auteur comme est quelqu’un qui a
écrit un document et qu’une thèse est un document. Le raisonneur de logique de description
est capable de déduire qu’un docteur est un auteur12 . Ce raisonnement n’est pas possible
avec des règles où les variables du conséquent doivent apparaı̂tre dans l’antécédent.
Malgré ces différences, certaines connaissances peuvent être formulées de façon équivalente
avec une LD ou avec un langage de règle. Par exemple la définition du concept “électeur” a
pour condition nécessaire “est(majeur)” n’est qu’une autre formulation de la règle “si x est un
électeur alors x est majeur”. La première façon de représenter les connaissances peut sembler
plus “naturelle” [Euz99]. Nous la privilégions dans notre SBC.
Les graphes conceptuels
“Un réseau sémantique est un graphe étiqueté dans lequel les nœuds figurent des objets
ou des concepts et les arcs étiquetés des relations” [HBF+ 91]. On peut vouloir préciser cette
définition en ajoutant que le graphe est orienté [Kay97] ; sinon le sens des arcs étiquetés serait
parfois ambigu (pour les relations non symétriques).
Un graphe conceptuel est une sorte particulière de réseau sémantique : c’est “un multigraphe connexe biparti composé de deux types de nœuds : des concepts et des relations. Les
nœuds relations possèdent un ou plusieurs arcs qui les lient aux nœuds concepts”[Tro04]. La
notion de support permet de contraindre la construction des graphes : un vocabulaire et des
schémas de relations sont définis. Une définition formelle de la notion de support peut être
trouvée dans (ibid, pp. 65-66).
Il est possible de raisonner sur les graphes en introduisant la notion de conséquence : un
graphe G’ est conséquence d’un graphe G si toute information contenue dans G est aussi contenue dans G’. Par exemple, le graphe G’ qui indique que l’algorithme “Gauss” réalise la fonctionnalité “simplification” est conséquence du graphe G qui indique que ledit algorithme réalise la
fonctionnalité “lissage” (car un “lissage” est une sorte de “simplification”).
10
New Implementation of KL-ONE, Knowledge Language-ONE étant un langage de représentation de connaissances dont sont issus les logiques de description ([Mug02], p. 5.).
11
Une clause de Horn est une formule de la forme p1 ∧ p2 ∧ ... ∧ pn ⇒ q
12
Merci à Antoine Isaac pour m’avoir fourni cet exemple.
3.2 Ontologies et règles, réceptacles des connaissances pour le raisonnement
Le graphe ci-dessus est le graphe des faits, c’est-à-dire de la base de
métadonnées. Les graphes ci-dessous sont des graphes requêtes. Pour obtenir
les réponses des requêtes, on essaie d’appareiller les graphes requêtes au graphe
des faits.
Réponse souhaitée : Dessin, Buffer et Rectangulariser.
Expliquons ce souhait en prenant un exemple de code Java. Déclarons la classe
VecteurSurface ainsi :
class VecteurSurface extends Vecteur{}
Déclarons ensuite la méthode buffer :
void buffer(Vecteur v){}
Ceci posé, un utilisateur demande : “quelle méthode Java puis-je appliquer à
mon objet de type VecteurSurface ?”
La réponse est buffer(). Cet exemple est intéressant car pour aboutir à la
réponse, l’exploitation de la relation de subsomption est utilisée dans le sens
de généralisation, soit le sens inverse de celui utilisé par l’opération classique
d’appariement de graphes.
Réponse souhaitée : Dessin et Buffer.
Rectangulariser ne convient pas car les données de l’utilisateur peuvent être de
type VecteurLigne. En l’absence de précision, les seuls traitements dont on est
sûr qu’ils conviennent sont donc Dessin et Buffer
Réponse souhaitée : Buffer.
Tab. 3.1 – Formalisation de type “graphe conceptuel” de l’exemple ER 1
131
132
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
Nous avons besoin de réaliser l’inférence classique reposant sur ce type de conséquence basée
sur la relation de subsomption, mais pas uniquement. Nous avons aussi besoin d’inférences ad hoc
où les relations de subsomption sont exploitées dans les deux sens. C’est ce que montre le tableau
3.1. Nous aurions peut-être pu chercher à utiliser des moteurs d’inférences spécifiquement basés
sur les algorithmes d’appariement de graphes, mais nous verrons au chapitre 5 que nous avons
choisi de recourir à l’expression de règles pour répondre aux requêtes comme ER 1.
3.2.2
Les langages de règles
Nous avons besoin d’un langage de règles pour exprimer les connaissances non supportées
par les logiques de description. Plusieurs acteurs de la communauté du Web sémantique
confrontés à ce même constat citent l’exemple typique de la transmission de valeur de propriété
associée aux relations de méréologie : par exemple, si une voiture est de couleur verte alors la
portière, partie de la voiture, est verte (cette règle ne peut être exprimée en LD car elle requière
l’emploi de variables).
La question à laquelle nous allons répondre ici est de savoir de quels types de règles nous
avons besoin et quelle interprétation doit pouvoir être faite de la manipulation de symboles de
notre système formel.
Hypothèse de travail : des raisonnements basés sur la déduction
Les raisonnements permis par les logiques de description sont basés sur la déduction, ceux
que l’on va permettre avec nos règles également. Pourtant, l’expert humain est capable de
raisonnements d’autres types : induction, analogie, abduction13 , et peut-être même d’autres
processus cognitifs non identifiés (notamment tous ceux liés à la perception ou à l’apprentissage).
Haton et al. parlent aussi de raisonnement procédural lorsque la conduite du raisonnement est
figée dans des algorithmes, ou de raisonnement géométrique dans le cadre de la perception
visuelle [HBF+ 91].
L’analogie peut être mise en œuvre avec des systèmes de raisonnement à partir de cas (RàPC),
l’induction avec les divers systèmes d’apprentissage développés en IA14 , notamment les réseaux
de neurones. Nous n’explorons pas ces pistes de recherches. Par hypothèse de travail, nous
limitons notre ambition à la mise en œuvre de raisonnements basés sur la déduction.
La logique des prédicats : un degré d’expressivité nécessaire
Nous avons besoin d’exprimer des règles portant non pas sur des éléments individuels de
notre modèle de métadonnées, mais sur des classes d’éléments. Cela signifie que l’on ne peut se
placer dans le cadre étroit de la logique propositionnelle (ordre 0 ou 0+), mais au moins dans
celui de la logique des prédicats avec variables (ordre 1). Nous avons besoin d’écrire des règles
générales comme :
SI formatEntréeFournieParUtilisateur(X)
ET formatEntréeAttendueTraitement(Y)
ET ¬(sorte de(X, Y)
ALORS étapeAdaptation(X, Y).
13
L’abduction peut être vue comme une méthode de construction d’hypothèse. Si les éléphants sont gris et que
Clyde est gris, on infère par abduction que Clyde est un éléphant [HBF+ 91].
∀x(P (x) ⇒ Q(x)) Q(a)
.
Le schéma d’inférence est le suivant :
P (a)
14
Un tel système a été mis en œuvre dans le domaine de la généralisation cartographique. Dans son travail de
thèse, S. Mustière a utilisé l’algorithme d’apprentissage supervisé RIPPER pour acquérir des règles décidant des
traitements de généralisation à appliquer en fonction des propriétés des données [Mus01]. Cet exemple montre
l’intérêt de prévoir la spécialisation des descriptions du fonctionnement des traitements (évoquée p. 107).
3.2 Ontologies et règles, réceptacles des connaissances pour le raisonnement
133
L’expression de la règle ci-dessus appelle trois remarques.
Les symboles X et Y représentent des variables. De façon implicite intervient le quantificateur
universel ∀.
La troisième prémisse est ET ¬(sorte de(X, Y)) est plus restrictive que X 6= Y . Le prédicat
sorte de permet de gagner en expressivité. Pour l’évaluer nous recourrons aux T-Box des logiques
de description.
En marge de la question du type de logique employé, on voit se poser le problème du
moyen employé pour faire référence à des éléments de la base de métadonnées. L’utilisation des
prédicats formatEntréeFournieParUtilisateur et formatEntréeAttendueTraitement est possible
mais peu raisonnable car guère pratique à manipuler. Cela supposerait de renoncer à la structure
arborescente de nos métadonnées. La notation utilisée dans les langages de programmation
orientés objets est plus élégante ; elle permettrait en l’occurrence d’exprimer la règle sous la
forme : SI utilisateur.entrée.format 6= traitement.entrée.format ALORS ... Nous reviendrons
sur la question de l’adressage des éléments du modèle dans les règles au cours du chapitre dédié
à l’implémentation.
Nous venons donc de voir que l’expressivité de la logique d’ordre 1 est nécessaire à nos
besoins. Est-elle suffisante ?
Logique floue, logique modale, logique non-monotone : des pistes de recherches
intéressantes mais que nous ne mettons pas en œuvre
Logique floue
Les besoins de l’utilisateur s’expriment parfois de façon floue (“je veux un traitement de
généralisation qui ne déplace pas trop les bâtiments”). Néanmoins, la majorité des informations sur les traitements ne font pas intervenir de probabilités. La logique floue n’apparaı̂t
pas indispensable dans notre contexte. Nous avons donc choisi de ne pas y recourir. Dans
l’hypothèse d’un choix contraire, l’objectif d’une exploitation des règles floues n’aurait pas été
forcément irréalisable car des moteurs d’inférence existent.
Logique modale
Un utilisateur peut connaı̂tre de façon approfondie un traitement particulier, voire plusieurs
traitements. Cela n’en fait pas pour autant un expert véritable. Pour prétendre à ce titre,
il faut posséder une qualité supplémentaire, celle d’être capable de transformer son savoir en
connaissances générales qui permettent de fournir aux questions des réponses telles que :
– Il est possible qu’il existe une version Macintosh de FreeWRL.
– Il est certain que MSPaint ne peut manipuler des données vecteur.
– Il est plausible que l’erreur d’exécution de ce programme d’appariement provienne non pas
du programme mais des données.
– À l’IGN il est interdit d’utiliser des logiciels piratés.
On voit présents dans ces énoncés des opérateurs particuliers, les opérateurs modaux. Le tableau
3.2 montre les modes de trois logiques modales.
Les opérateurs modaux apportent de la connaissance sur la connaissance, donc de la
méta-connaissance. Ils peuvent avoir un rôle heuristique : par exemple il est inutile de chercher
un traitement dont on sait qu’il ne peut exister. Cette considération demande d’apporter une
15
d’après [Kay97] et http://fr.wikipedia.org/wiki/Logique modale
134
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
Modes classiques
(ou aristotéliciens)
nécessaire
contingent
possible
impossible
Modes épistémiques
(relatifs à la connaissance)
établi
contestable
exclu
plausible
Modes déontiques
(moraux)
obligatoire
interdit
permis
facultatif
Tab. 3.2 – Les modes de trois types de logiques modales15
précision importante : celle du choix de nous placer dans un monde ouvert ou dans un monde clos.
L’hypothèse du monde ouvert
Raisonnons-nous en faisant l’hypothèse d’un monde ouvert ou d’un monde clos ? Autrement
dit, les informations absentes de notre base de données sont-elles supposées fausses ou non ?
Prenons l’exemple de la description du SIG Geoconcept 5. Geoconcept 5 est indexé et décrit
dans notre base de métadonnées. Nous devons tolérer les descriptions partielles, donc incomplètes
(objectif O7d), car exiger une description exhaustive serait un obstacle à la tâche déjà difficile
d’acquisition des métadonnées. Il se trouve en l’occurrence que la description de Geoconcept 5
omet de mentionner que la fonctionnalité de détection d’incohérence entre les objets linéaires
est réalisée. C’est un manque. En revanche, il existe évidemment quantités de fonctionnalités
que Geoconcept 5 ne réalise pas et qui, de fait, sont absentes de la description. Par exemple
Geoconcept 5 ne permet pas d’effectuer de généralisation cartographique des données.
L’approche classique dans le monde des BD est d’adopter l’hypothèse du monde clos, au
contraire des systèmes basés sur les logiques de description où c’est l’hypothèse du monde ouvert
qui est postulée [CPSV03].
Nous choisissons de faire l’hypothèse du monde ouvert.
Logique non-monotone
Le tableau 1.7 (p. 28) montre que certaines connaissances à représenter peuvent être
évolutives ou sujettes à exception. Les représenter impliquerait de devoir tolérer la présence
de faits contradictoires dans notre base de métadonnées. Pour raisonner dans ces conditions,
il existe des systèmes proposant des mécanismes de révision de connaissance, donc permettant
une logique non monotone. Nous faisons le choix de ne pas nous situer dans ce cadre de travail.
Nous supposerons donc que notre base de métadonnées est consistante et que les règles acquises
auprès des experts ne souffrent pas d’exceptions16 .
3.2.3
Validité, complétude, consistance et décidabilité
Il paraı̂t difficile d’échapper, lorsque l’on prétend raisonner, aux questions concernant la validité des inférences effectuées. L’enjeu n’est pas que théorique. En pratique, dans un contexte
d’application plus large que le nôtre, le risque de fournir des instructions d’utilisation de traitements géographiques erronées pourrait ne pas être admissible. On imagine par exemple les
conséquences potentielles d’une erreur de changement de projection cartographique dans des
16
Il est possible de normaliser une règle avec exception : il suffit d’ajouter une condition “sauf si..”dans la
partie prémisse. Chalmers explique que si l’ajout est ad hoc le procédé est mauvais ; il est en revanche bon s’il
est l’expression d’une propriété qui permet de mieux comprendre le domaine modélisé[Cha87]. Par exemple pour
la règle “Si oiseau(x) Alors vole(x)”, l’ajout de “sauf si autruche” est une mauvaise restriction, alors que “sauf
si surface aile petite” en est une bonne. On retrouve prescrits ces mêmes types de principes en programmation à
propos du jugement des “verrues” de code chargées de gérer les exceptions.
3.2 Ontologies et règles, réceptacles des connaissances pour le raisonnement
135
domaines comme les transports aériens ou les conflits militaires. La question de la confiance
dans les informations fournies est donc importante. Notre système formel de raisonnement est-il
valide, est-il complet, est-il décidable ? Autrement dit, peut-on jurer que notre système calcule
la vérité, toute la vérité, et rien que la vérité ? Qu’entend-t-on par ailleurs par “vérité” ?17
Interprétation des langages utilisés et théorie des modèles
Pour représenter les connaissances nous nous dotons de langages de logique de description
et de logique basée sur les clauses de Horn. Ces langages sont constitués de symboles (de
constantes ou de concepts, de prédicats ou de rôles, de connecteurs logiques, de parenthèses ;
de variables et de quantificateur universel, en plus, pour les clauses de Horn). Ces langages
respectent aussi chacun une syntaxe.
Pour établir le “pont” entre le niveau symbolique et le niveau sémantique, on définit des
fonctions d’interprétations. C’est-à-dire que l’on définit les correspondances entre les symboles
de constantes des langages et les objets du “monde réel” d’une part, entre les symboles de
prédicats et leur signification d’autre part. Pour un langage L, l’ensemble des symboles de
constantes, de leur interprétation et des objets du “monde réel” forme ce qui est appelé une
L-structure. Considérant une L-structure donnée, une proposition se verra attribuer une valeur
de vérité “vrai” (1) ou “faux” (0). Par exemple, |sorte de(l, s))|A = 1 avec A = h“lissage”,
“simplification”, “sorte de”, l, s, sorte dei.
Une théorie est un ensemble de propositions. Par exemple on peut définir la théorie T
comme l’ensemble {“lissage sorte généralisation”, “simplification sorte généralisation”}. Si une
L-structure S satisfait tous les énoncés de la théorie T , on dit que S est vraie dans T , ou que S
est un modèle de T . On note cela S |= T .
Validité et complétude
L’existence d’un modèle pour une théorie équivaut à la non-contradiction de celle-ci
[DRL00]. La théorie des modèles garantit la validité logique d’une preuve : une règle de
déduction est valide lorsque tout modèle de ses prémisses est aussi un modèle de sa conclusion.
Cela répond à la question de la correction des inférences effectuées.
La complétude du calcul de la logique du premier ordre a été prouvée par K. Gödel en 1929
[Del02]. Bien sûr, la complétude du système dépend des axiomes de base que l’on se donne.
Pour poursuivre l’exemple précédent, si l’on omet de définir l’axiome sorte de(l, s) plusieurs
déductions au sujet de la hiérarchie des fonctionnalités géographiques deviennent impossibles.
De la même façon, la géométrie euclidienne ne serait plus complète si était enlevé l’axiome des
parallèles18 (ibid.).
Un système logique effectue, à partir d’un ensemble initial d’axiomes, des déductions. S’il
effectue toutes les déductions possibles, il est complet. Cela signifie n’implique pas que l’ensemble de faits obtenus soit non contradictoire ; cela signifie en revanche que si le système est
contradictoire on le saura.
Plus un langage est expressif, plus le risque de perdre la propriété de complétude est grand.
Par exemple, l’arithmétique basée sur les cinq axiomes de Péano est incomplète ; c’est le prix de
son expressivité.
17
Pour la rédaction de la suite de cette section nous nous sommes principalement inspirés de [Del02], [DRL00]
et [AS94].
18
Si on pouvait le déduire des autres axiomes – ce qui n’est pas le cas –, alors son omission n’aurait pas affecté
la complétude du système.
136
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
Calculabilité et décidabilité
Automatiser le raisonnement, cela signifie, en pratique, écrire des programmes informatiques
qui le simulent. La question qui se pose est alors de savoir s’il existe des algorithmes de calcul
pour le système de logique que nous nous sommes donné, donc si ce système est calculable. Il
y a un peu plus d’un demi-siècle, plusieurs définitions équivalentes de la classe des fonctions
calculables ont été proposées par Church, Gödel et Turing [HBF+ 91]. Les fonctions de certains
systèmes logiques ne sont pas calculables : elles sont indécidables.
La logique du premier ordre est semi-décidable, c’est-à-dire qu’ “il existe des procédures de
calcul dont l’exécution pour une formule quelconque donnée se termine toujours si elle est contradictoire mais ne se termine éventuellement pas si elle n’est pas contradictoire ” ([HBF+ 91]). Cette
propriété de semi-décidabilité peut faire penser à la dissymétrie des critères de scientificité définis
par K. Popper : il n’est en général pas possible de prouver la véracité d’un énoncé scientifique,
mais on doit en revanche pouvoir prouver sa fausseté.
On a vu que certaines inférences des logiques de description expressives étaient indécidables.
La logique du premier ordre réduite aux clauses de Horn, quant à elle, est décidable.
Concernant les langages d’implémentation que nous allons utiliser, les références sur la
décidabilité sont [W3C04d] (§5.1) pour le langage de définition d’ontologie OWL-DL, et [Pan04]
(p.2) pour le langage de règles SWRL Lite. Cependant, les propriétés théoriques de ces langages
ne seront pleinement exploitées que si, en amont, les connaissances que l’on exprime sont
effectivement valides, complètes et consistantes – objectif qui sera à la fois difficile à atteindre
et à vérifier.
Nous venons de voir que les deux formalismes de représentation des connaissances sur lesquels
nous comptons faire reposer notre système raisonnant sur les métadonnées sont les ontologies
et les règles ; et que ces deux formalismes offrent des garanties quant à la validité des inférences
rendues possibles. Il nous reste maintenant, concrètement, à achever de définir notre modèle de
métadonnées afin de permettre la représentation des connaissances nécessaire à la mise en œuvre
des exemples de raisonnements ER exposés en début de chapitre.
3.3 Proposition pour raisonner sur les métadonnées des traitements
137
3.3
Proposition pour raisonner sur les métadonnées des traitements
3.3.1
Scénario d’une adaptation de mode d’emploi au contexte d’utilisation
La figure 3.3 montre le déroulement d’un scénario type mettant en jeu une adaptation de
traitement. Le formalisme est inspiré des diagrammes de séquence UML. Les messages sont de
type synchrone.
Fig. 3.3 – Diagramme de séquence UML utilisateur / système pour l’adaptation d’un mode d’emploi
3.3.2
Quatre types d’adaptation des modes d’emploi
Les modes d’emploi sont des agencements d’étapes. Quatre types d’adaptation sont possibles :
– Lorsque que des pré- ou post- conditions ne sont pas satisfaites, l’adaptation consiste
à indiquer à l’utilisateur les instructions à effectuer. Par exemple, l’utilisateur veut des
donnés MapInfo avec Arcview. Une conversion au format shape est nécessaire. La règle
d’adaptation adéquate (cf. code A.2) est déclenchée : une étape est ajoutée au mode
d’emploi.
– Lorsqu’une étape de mode d’emploi est de type ÉtapeFct, l’adaptation consiste à proposer des ÉtapePrg ou des ÉtapeIHM correspondantes. Parfois, le système doit chercher
les RessourceTraitement qui réalisent les fonctionnalités nécessitées. Par exemple, “changer la projection d’un jeu de données” est une étape qui se réalise différemment selon le
SIG utilisé. Dans ce cas, l’adaptation peut se limiter à indiquer à l’utilisateur quels menus
sélectionner. Si la RessourceTraitement du contexte de l’utilisateur ne le permet pas, l’adaptation peut aussi nécessiter une recherche des plugins ou API complémentaires réalisant
le changement de projection.
– Lorsqu’une étape de mode d’emploi est de type ÉtapePrg ou ÉtapeIHM et qu’elle n’est pas
réalisable dans le contexte de l’utilisateur, l’adaptation consiste soit à proposer des conseils,
soit à proposer une RessourceTraitement alternative. L’exemple ER 3 p. 123 montre de telles
adaptations.
– Lorsque l’utilisateur soumet un problème d’utilisation, l’aide du système se traduit par l’indication d’un mode d’emploi adapté. Par exemple, le problème de qualité lié à l’impression
d’une carte peut avoir des causes multiples auxquelles les règles de l’expert associent des
solutions.
La figure 3.4 résume les différents types d’adaptation possibles. Notons que les premier et
quatrième types d’adaptation ajoutent des étapes ; il se peut que le traitement considéré ne
possède aucun mode d’emploi décrit dans la base de métadonnées.
138
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
Fig. 3.4 – Les types d’adaptation des modes d’emploi
Pour effectuer les adaptations ci-dessus, nous considérons ici que l’expert tient deux types de
raisonnement. D’abord il identifie les problèmes d’utilisation causés par l’écart entre le contexte
de l’utilisateur et le contexte requis par le traitement ; ce faisant, il effectue des raisonnement
de classifications (p.ex. pour déterminer si le format des données de l’utilisateur est une sorte
du format attendu). À chaque mal, son remède : une fois le diagnostic posé, l’expert applique
les règles déductives associant problèmes et adaptations de mode d’emploi. Comme souligné
p. 130, les deux types de raisonnements mobilisés peuvent faire appel à deux sous-ensembles
distincts de la logique du premier ordre.
Nous allons maintenant définir la façon dont nous proposons de modéliser les connaissances
impliquées dans les raisonnements permettant l’adaptation des modes d’emploi.
3.3 Proposition pour raisonner sur les métadonnées des traitements
3.3.3
139
Contexte de l’utilisateur et contexte requis par le traitement
Les règles d’adaptation sont composées de prémisses et de conclusions. Évaluer une prémisse,
c’est évaluer la correspondance entre le contexte de l’utilisateur et le contexte du traitement. Les
types des propriétés des classes ContexteUtilisateur et ContexteTraitement sont donc identiques.
Les instances des classes ProfilUtilisateur et RègleAdaptation sont stockées dans la base de
métadonnées. Les instances de ContexteTraitement ne le sont qu’indirectement, puisqu’elles
sont déduites dynamiquement à partir des facettes Fonction des RessourcesTraitement. Les
instances de ContexteUtilisateur, quant à elles, sont construites au cours de l’utilisation de
l’application grâce aux renseignements de l’utilisateur. Les instances de DeltaContexte sont
calculées automatiquement, ainsi que les NouvelleEtape, EtapeMEAdapté et QuestionUtilisateur.
Fig. 3.5 – Contexte de l’utilisateur et contexte requis par le traitement
Le diagramme de classes ci-dessus est important. Il sert de base à l’adaptation automatique
des modes d’emploi au contexte d’utilisation. Il sert aussi, sans préjuger de l’usage ultérieur,
à recueillir de façon formalisée les connaissances relatives aux contextes d’utilisation des traitements. La modélisation proposée fournit un cadre utile à l’utilisateur devant spécifier son
contexte. Elle fournit un cadre à l’auteur de traitement pour décrire les préconditions à l’utilisation de ce dernier. Elle fournit enfin un cadre à l’expert devant exprimer sa connaissance
des actions à effectuer pour résoudre les problèmes d’inadéquation du contexte utilisateur au
contexte requis par les traitements.
140
3.3.4
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
Règles de l’expert
Les règles de la figure 3.6 servent à recueillir et représenter toute une catégorie de connaissances que l’expert ne peut exprimer au moyen des éléments de descriptions des cinq facettes.
L’expert indiquera par exemple que si une donnée est au format shape, alors la topologie n’y est
pas représentée explicitement.
Exploitables informatiquement ou non, ces règles constituent des métadonnées utiles à
décrire. L’expert les saisit si possible en utilisant les classes de notre modèle, en texte libre
sinon. L’administrateur de l’application d’accès aux métadonnées décide ensuite ou non si elles
doivent être traduites dans le langage opérationnel de règle. Si c’est le cas, la forme sous laquelle les règles ont été saisies rend en théorie possible l’automatisation complète du processus
de traduction.
Les règles utiles à l’adaptation des modes d’emploi nous intéressent particulièrement. Certaines détectent les problèmes posés par le contexte de l’utilisateur ; d’autres permettent de
déduire les instructions adaptées.
Il existe enfin une catégorie à part de règles qui ne sont pas destinées à être consultées, mais
qui sont nécessaires au système pour répondre aux requêtes lors de la recherche de ressources
ou lors de la mise en correspondance du contexte de l’utilisateur et du contexte du traitement.
La règle r appartientLieuDeDev décrite tableau 5.1 p. 196 en est un exemple.
Fig. 3.6 – Règle d’adaptation de mode d’emploi
Nous n’abordons pas ici la modélisation de l’heuristique. Il s’agit d’un type de connaissance
difficile à représenter ; nous nous résignons ici à recourir à la langue naturelle. Une heuristique
étant une méta-règle, on peut néanmoins penser que le modèle de règle pourrait être utilisé si
nous voulions contraindre le format des descriptions d’heuristiques.
Quant aux stratégies internes de déclenchement des règles (chaı̂nage avant ou arrière, algorithme de graphes) ce sont là des questions d’implémentation ; elles seront abordées chapitre 5.
3.4 Conclusion
3.4
141
Conclusion
De l’idée d’un système d’information basé sur le modèle de métadonnées défini au chapitre
2, nous avons glissé vers celle d’un système à base de connaissances. Les exemples de besoins
que nous avons sélectionnés nécessitent en effet la mise en œuvre de raisonnements. Deux types
de langages ont été retenus pour représenter les connaissances d’expert de façon opérationnelle :
celui des logiques de description pour définir les ontologies formelles et celui reposant sur les
règles sous forme de clauses de Horn avec variables. Ces deux formalismes constituent des sousensembles presque toujours décidables de la logique du premier ordre – certaines LD expressives
faisant exception. Le choix de ces langages de représentation des connaissances suppose d’effectuer un certain nombre d’hypothèses de travail que nous avons précisé : les raisonnements sont
basés sur la déduction, sont monotones, et ne font appel ni à la logique floue ni aux opérateurs
modaux. Nous avons également fait l’hypothèse d’un monde ouvert. Contrairement à certaines
techniques d’IA tels que les réseaux de neurones ou aux algorithmes génétiques, les systèmes
d’inférences que nous utiliserons ne sont pas des boı̂tes noires, au besoin la trace des raisonnements pourra être exhibée en guise d’explication19 .
Afin d’adapter les modes d’emploi des traitements, nous avons défini les classes permettant
de représenter le contexte des utilisateurs et celui requis par les traitements. Le raisonnement
consiste à détecter les adaptations nécessaires – i.e. à poser le diagnostic en quelque sorte –,
puis à proposer à l’utilisateur un mode d’emploi contenant les instructions idoines. Dans un tel
scénario, la complémentarité entre les ontologies et les règles apparaı̂t : le raisonnement basé
sur les ontologies permet l’évaluation des prémisses (par exemple en effectuant une classification
qui détermine si le type de donnée de l’utilisateur correspond au type de donnée attendue par
le traitement) ; le raisonnement reposant sur les règles permet de déduire les adaptations qui
s’imposent.
Cette démarche est fort proche de celle du Web sémantique où doivent être rapprochés termes
de requêtes et de description de ressources. C’est précisément pour cette raison que nous allons
adopter les langages issus de ce domaine pour mettre en œuvre les principes qui viennent d’être
exposés.
19
Comme dans le système expert du domaine médical Mycin, où un module d’explication montre à la demande
les règles utilisées pour poser le diagnostic.
142
Chapitre 3. Vers une représentation opérationnelle des connaissances de l’expert
Chapitre 4
Implémentation du modèle de
métadonnées
Nous avons défini notre modèle conceptuel de métadonnées. Nous choisissons maintenant des
langages informatiques pour encoder le modèle, et pour encoder les instances du modèle, i.e. les
métadonnées elles-mêmes.
Reflet de la démarche générale suivie au cours de notre travail, le chapitre 4 traite des questions concernant l’implémentation de nos métadonnées selon le point de vue SI de l’application
d’abord, selon le point de vue SBC de l’application ensuite.
Section 4.1, nous choisissons donc des langages pour construire des métadonnées structurées,
conformes à notre modèle, persistantes et rendant aisée le développement de l’application Web
présentée à l’utilisateur. Section 4.2, nous choisissons des langages de représentation des connaissances dotés d’une sémantique exploitable par des moteurs d’inférence. Nous justifions le choix
de l’architecture duale SI/SBC caractérisant notre base de métadonnées section 4.3.
Nous montrons ensuite comment nous avons implémenté la base et le modèle de
métadonnées : du point de vue SI section 4.4, du point de vue SBC section 4.5. Les sections 4.4
et 4.5 correspondent donc, respectivement, à la mise en œuvre des langages des sections 4.1 et
4.2.
4.1
Le choix de langages documentaires
Pour rendre persistantes les métadonnées de traitements, il nous faut nous doter d’un
langage qui permette leur codage informatique. Ce langage est lui-même défini au moyen d’un
langage de définition de langage, donc d’un méta-langage. C’est le couple formé par ce langage
et ce méta-langage que nous allons maintenant choisir. Nous parlons pour cela de choix de
langages documentaires car le but ici est de définir et contrôler la structure des métadonnées,
pas de les doter d’une sémantique et d’en tirer les conséquences logiques.
Nous commençons par étudier le couple XML/XML Schema, basé sur le principe des langages à balises de la famille SGML. Le langage Topic maps, doté d’une syntaxe XML, apparaı̂t
comme un candidat pour représenter nos métadonnées ; nous en discutons. Les bases de données
constituent une autre solution de stockage et de définition de structuration des données. Nous
envisageons également une troisième solution : les langages de programmation permettent de
définir des structures de données et offrent des mécanismes de stockage des instances.
143
144
4.1.1
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
Les langages à balises
GML/SGML et DTD
Le GML (Generalized Markup Language) est souvent cité comme un des premiers langages
à balises. Apparu en 1969 chez IBM1 , le GML permet de définir des langages pour créer des
documents structurés avec des balises. Il évolue peu de temps après en SGML (Standard GML).
En 1986, SGML devient la norme ISO 8879. Ce sont ses descendants dédiés au monde du Web,
HTML et XML principalement, qui connaı̂tront le succès le plus large.
Le principe de base du SGML est d’enrichir des documents textuels par des balises véhiculant
des informations sur leur structure et leur contenu [Tro04]. Pour définir des modèles de documents, le SGML propose le méta-langage DTD (Document Type Definition). Les documents
textuels balisés sont donc des instances de DTD.
Les DTD décrivent la structure des documents : la hiérarchie des balises, leur nom, leurs
attributs. En revanche les DTD, entre autres limitations, ne permettent pas de contrôler finement
le contenu des balises ni d’imposer des nombres quelconques d’occurrences de balises au sein
d’autres balises. Les DTD ne permettent pas non plus l’importation de différents modèles de
documents (car les espaces de noms ne sont pas supportés). Pour ces raisons, un autre langage
de définition de modèle a été créé pour les documents structurés au format XML. Il s’agit de
XML Schema que nous allons présenter et adopter.
XML et XML Schema
Le langage XML (eXtensible Markup Language) connaı̂t depuis son apparition en 1996 un
succès considérable. Recommandation W3C en 1998, XML est devenu un standard pour les
documents structurés. Sans en exposer tous les détails, faisons-en une rapide présentation.
XML est un sous-ensemble de SGML. Un document XML est donc structuré en éléments. Les
balises marquent le début et la fin de chaque élément. Les éléments peuvent contenir du texte et
éventuellement d’autres éléments. L’ensemble des données du document XML est contenu dans
un élément unique appelé racine, élément qui contient tous les autres éléments.
Le seul langage XML ne prescrit que la syntaxe minimale des documents (qui renvoie à la
notion de document bien formé). En ce sens XML est un méta-langage servant de base aux
langages2 qui définissent des vocabulaires et des grammaires qui leur sont propres. Ainsi, par
exemple, le langage XHTML définit les éléments légaux (head, title, body, etc.) et la façon dont
ils peuvent s’agencer. Le langage HTML, qui est avec XML l’autre très célèbre descendant de
SGML, offre une plus grande liberté dans l’utilisation des balises définies, ce qui rend certains
documents HTML mal formés au regard de la syntaxe XML. Historiquement, la permissivité
de la grammaire du HTML était en effet considérée, lors de sa création par Tim Berners-Lee,
comme une condition du succès du Web et de sa “démocratisation” parmi les auteurs de pages
non-informaticiens3 .
Le langage XML Schema est une recommandation du W3C depuis 1998 [W3C04f]. Au
contraire des DTD, les schémas XML sont eux-mêmes des documents XML. Cette raison, en plus
de celles évoquées précédemment, explique que les DTD tendent aujourd’hui à être remplacées
par les schémas XML.
1
GML correspond aux initiales de ses trois auteurs Charles Goldfarb, Edward Mosher et Raymond Lorie
(http://en.wikipedia.org/wiki/Standard Generalized Markup Language).
2
On parle aussi de “dialectes” XML ; c’est même un terme plus approprié puisqu’un dialecte est un souslangage.
3
Cette liberté a d’ailleurs eu des contreparties préjudiciables pour les navigateurs Web, d’où les différentes
versions dont l’aboutissement est le XHTML, simple formulation de HTML 4 en XML 1.0 (du moins pour la
version 1.0 du XHTML, puisque la XHTML 2.0 introduit de nouveaux éléments tels que XForms et XFrames).
4.1 Le choix de langages documentaires
145
Quelques-uns des avantages d’XML et XML Schema relativement à nos besoins...
Les principales raisons qui justifient le choix d’XML sont les suivantes :
– XML permet l’utilisation d’espaces de nommage (namespace). Un namespace est un URI,
i.e une adresse. Un namespace pointe sur une collection de noms. Quand on utilise un nom
dans un document, indiquer son namespace permet d’éviter les ambiguı̈tés avec d’éventuels
homonymes [W3C04a].
– Il existe des langages et des outils rendant facile la manipulation des documents XML.
XPath permet d’effectuer des requêtes. XSLT permet :
– de produire le code HTML destiné à l’affichage sur le poste client,
– de mettre en place des mécanismes d’importation et d’exportation entre la base de
métadonnées conforme au schéma XML et la base de connaissance exprimée dans les
langages que nous allons voir section 4.2,
– de se réserver la possibilité d’importer ou d’exporter tous documents à la syntaxe XML
(notamment ceux utilisant les langages RDF, OWL et SWRL que nous allons utiliser
pour la partie SBC de notre application, ou aussi éventuellement les documents Topic
Maps au format XTM).
– XML n’est lié à aucun système d’exploitation particulier. Les documents XML sont de
simples fichiers texte lisibles pour un lecteur humain.
XML Schema est pour sa part un langage bien adapté à la traduction de notre modèle
conceptuel :
– XML Schema intègre le principe d’héritage. Il fournit même des mécanismes plus riches
que ceux habituellement rencontrés dans les langages à objets puisque les types d’éléments
définis peuvent être étendus par extension ou par restriction.
– XML Schema permet l’expression de contraintes fines sur le contenu des éléments. Notamment, il est possible de définir des motifs à l’aide d’expressions régulières. Il est également
possible de spécifier des contraintes non représentables en UML et plus simplement qu’avec
OCL4 .
– La structure arborescente des éléments permet d’exprimer des inclusions implicites. Ce
peut être un avantage par rapport aux bases de données relationnelles où pour une
représentation équivalente plusieurs tables seraient nécessaires.
– XML Schema gère les espaces de nom et propose des mécanismes d’importation de schémas.
Cela nous est notamment utile pour importer le schéma XML MathML2 définissant les
éléments contenant les expressions mathématiques (cf. p. 168).
– Enfin, un dernier point important sur lequel nous reviendrons est la possibilité offerte par
XML Schema d’exprimer l’ordre dans l’agencement des éléments. Cette notion d’ordre est
absente d’autres langages de représentation basés sur les graphes comme RDF-S. Or il est
clair, par exemple, que l’ordre des étapes de nos modes d’emploi est essentiel.
... et quelques inconvénients
La mise en œuvre de fonctionnalités telles que la gestion des accès concurrents est moins
aisée dans le cas d’une base de données XML que dans celui d’une base de données relationnelle
classique pour laquelle il existe de nombreux SGBD éprouvés. Cette situation est en train de
changer avec l’apparition de ce qui est appelé les bases de données XML natives 5 . Ces dernières
apportent une solution partielle à l’autre inconvénient des bases XML par rapport aux bases
de données relationnelles : le temps et les ressources mémoires requis par le parsing. En effet,
pour utiliser les langages XSL et XPath, il faut charger les documents XML dans des structures
4
Les figures 2.16 et 2.17, p. 95 fournissent deux illustrations du problème. Le code 4.10 p. 166 montre une
partie de notre modèle XML Schema où une contrainte lie le type d’un élément à la valeur d’un autre.
5
http://www.xmldb.org/projects.html
146
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
de données DOM (Document Object Model) qui prennent en mémoire environ 10 fois la taille
du document XML original. C’est beaucoup, mais non rédhibitoire dans notre contexte. Les
documents XML peuvent être parsés de façon nettement plus économique avec la méthode
SAX (Simple API for XML, dont le principe est un parcours séquentiel des documents, le
programmeur spécifiant les opérations à effectuer en fonction des types d’éléments rencontrés),
mais l’utilisation d’XPath et XSL est alors interdite.
Topic Maps
La norme Topic Maps (TM) est un modèle abstrait de métadonnées qui a pour but
la représentation d’informations de type “index, thesaurus, table des matières et glossaire”
[CCZC02]. L’origine du concept de TM remonte à 1993 [Top04]. Le modèle TM est devenu
une norme ISO en 1999. En 2001 le consortium indépendant “TopicMaps.org”6 a défini une
représentation XML des TM ; le langage XTM était né.
Aujourd’hui ce langage connaı̂t un certain succès dans la communauté du Web sémantique.
Son intérêt a été étudié dans le cadre de plusieurs projets de capitalisation des connaissances
en vue de satisfaire des besoins similaires aux nôtres. Par exemple [CCZC02] et [MABL03]
ont fait le choix des Topic Maps pour représenter respectivement des catalogues de stages de
formation informatique et des ressources pédagogiques pour l’enseignement de l’informatique
(projet MEMORAe, MEM oire ORganisationnelle Appliquée au e-learning). En 2003, un stage
au COGIT a eu pour sujet la création d’un catalogue de traitements de généralisation avec
le langage XTM (cf. p. 78) : P. Michaux a créé un modèle TM et développé une application
Web en permettant la consultation. Cette expérience concluante nous est utile pour situer les
capacités des TM relativement aux besoins à présent plus larges qui sont les nôtres.
L’idée essentielle des TM est la suivante : étant donné un ensemble de ressources ou
de description de ressources, on définit “par dessus” une couche d’indexation. Cette couche
supérieure, c’est la carte des topics – un topic étant la réification d’un sujet qui est “toute chose
qu’un homme peut concevoir” [Top04]. Autrement dit, les topics sont des termes d’indexation
qui vont permettre la navigation au sein des TM.
“Les trois concepts clés des TM sont les topics, les associations et les occurrences” [Top04] :
– Les topics peuvent être vus comme des types de ressources. L’une des originalités des cartes
topiques est la séparation des concepts et de leurs noms. Cela permet d’avoir plusieurs
noms pour le même concept (et donc d’avoir des cartes topiques multilingues) et des noms
partagés par plusieurs concepts [BCES04].
– Les associations entre topics décrivent leurs liens (ex : un traitement réalise une fonctionnalité).
– Les occurrences d’un topic sont des ressources contenant une information relative au dit
topic (p.ex. le site Web d’une personne).
La figure 4.1 montre un exemple simple de TM appliqué à notre contexte ; le code 4.1 montre
la façon dont cela se traduit en langage XTM.
La spécificité et l’originalité des TM résident dans des principes qui ne sont pas tous illustrés
dans cet exemple. Avec les TM, il est notamment possible :
– d’exprimer la relation de subsumption (associations instances de "supertype-subtype"
comme illustré dans [MABL03], §4.4.2 où le topic “book” spécialise celui de “document”),
6
http://www.topicmaps.org/
4.1 Le choix de langages documentaires
Fig. 4.1 – Exemple de Topic Maps pour la description de traitements
<topicMap xml:base="http://mycorp.com/xtm/mymap2.xtm"
xmlns="http://www.topicmaps.org/xtm/1.0/"
xmlns:xlink="http://www.w3.org/1999/xlink">
<topic id="algorithmeGauss">
<instanceOf>
<topicRef xlink:type="simple" xlink:href="#algorithme"/>
</instanceOf>
<baseName>
<baseNameString>algorithme de Gauss</baseNameString>
</baseName>
<occurrence>
<resourceRef xlink:type="simple"
xlink:href="http://www.ensg.ign.fr/CDOC/CDOC PDF/Bull art 12.pdf"/>
</occurrence>
</topic>
<topic id="realise">
<baseName>
<baseNameString>réalise</baseNameString>
</baseName>
</topic>
<association id="GaussRealiseLissage">
<instanceOf>
<topicRef xlink:href="#realise"/>
</instanceOf>
<member>
<roleSpec>
<topicRef xlink:href="#algorithme"/>
</roleSpec>
<topicRef xlink:href="algorithmeGauss"/>
</member>
<member>
<roleSpec>
<topicRef xlink:href="#fonctionnalite"/>
</roleSpec><e
<topicRef xlink:href="lissage"/>
</member>
</association>
</topicMap>
Extrait de code 4.1: XTM – Exemple de Topic Maps pour la description de traitements
147
148
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
– de typer les relations d’occurrences (une ressource relative à un topic peut être un livre,
une image, une page Web, un document vidéo, etc.),
– de fusionner des TM de sources différentes.
La question de l’intérêt d’une adoption éventuelle des TM pour nos métadonnées mérite
d’être posée. Elle concerne seulement le choix du langage de la partie SI de notre travail – ce que
nous appelons le langage documentaire –, et non celui du langage de la partie SBC. En effet, si
les TM peuvent être qualifiés de langage de représentation des connaissances, il ne n’agit pas de
représentation opérationnelle. Un moteur d’inférence pourrait peut-être exploiter les relations
de subsumption représentables avec les TM – et encore ce n’est sans doute pas là la vocation du
langage –, mais les raisonnements possibles seraient de toutes façons très loin de ceux permis
par les langages tels ceux basés sur les LD.
Ainsi, pour répondre à la question “Les Topic Maps sont-ils un bon candidat pour l’ingénierie
du Web sémantique ?”, Caussanel et al. ont été amenés à distinguer le Web sémantique cognitif
et le Web sémantique computationnel
“Il existe deux tendances en partie divergentes dans les approches du Web sémantique.
La première, qui nous semble relever d’un “web computationnellement sémantique”, vise
essentiellement à automatiser la recherche d’information via des agents logiciels. Selon cette
perspective, il est nécessaire que les modèles de connaissances représentant les documents, ou
plus largement les domaines de connaissance, soient exprimés de la manière la plus formelle
possible. Selon la seconde, qui nous semble relever d’un “web cognitivement sémantique”,
la structuration des contenus, si elle peut permettre une semi-automatisation de certaines
tâches, vise tout autant à accroı̂tre l’intelligibilité du Web pour des utilisateurs humains
engagés dans des pratiques de navigation et d’enrichissement des contenus.” [CCZC02]
La conclusion de Caussanel et al. est que les TM répondent aux besoins du Web sémantique
cognitif mais pas du Web sémantique computationnel. La question pour nous est donc de savoir
si les TM répondent à nos objectifs liés à l’aspect “SI” de notre application.
Selon notre point de vue, choisir les TM pour exprimer nos métadonnées présenterait
l’inconvénient de la lourdeur pour le développement de notre application. Cela est dû au
manque de hiérarchie du langage. Il est bien possible de définir des topics correspondant aux
classes de notre modèle d’une part, et de définir des topics et des occurrences correspondant à
notre base de métadonnées d’autre part, mais sans possibilité, nous semble-t-il, de regrouper
au niveau du code XTM les informations relatives à une même ressource au sein d’une même
entité. Cette caractéristique, citée notamment par Le-Grand et Soto comme une limite des
TM ([LGS02], diap. 11), peut être contournée et ne concerne a priori pas l’utilisateur final.
Mais comparativement, une base de métadonnées au format XML ad hoc est plus aisément
manipulable. De plus, du point de vue du contrôle de la structure et du contenu, le langage
XTM n’offre pas les possibilités du langage XML Schema.
A contrario, les TM présentent l’avantage de permettre la construction d’applications
offrant à l’utilisateur des qualités appréciables en terme de liberté de navigation. Il est par
exemple intéressant de pouvoir considérer les associations entre topics comme des instances de
topics 7 (dans notre exemple, l’association “algorithme Gauss réalise la fonctionnalité lissage”
est instance du topic “réalise”). Ceci dit, les possibilités de navigation ou de requêtes ouvertes
par cette propriété des TM ne nous semblent pas spécialement difficiles à mettre en œuvre
avec un autre choix de langage. Nous verrons ainsi, par exemple, que notre application permet
l’accès aux propriétés des entrées des traitements à la fois en tant que ressources et en tant
qu’associations entre ressources (cf. fig. 5.5 p. 185). De même, la mise en relation de topics
partageant de mêmes occurrences n’est pas l’apanage des TM. Ce qui fait la force de ces
7
Dans le même ordre d’idée, une assertion (“Accordéon réalise la fonctionnalité lissage”) peut être une ressource
en RDF.
4.1 Le choix de langages documentaires
149
derniers, c’est qu’une fois fixée la façon de décrire topics et occurrences, des outils standards
peuvent être proposés. Omnigator8 , de la société Ontopia, est ainsi par exemple un logiciel
de visualisation de TM assez agréable à utiliser. Mais nos besoins spécifiques de consultation
nécessitent le développement de notre propre application (de notre progiciel, pourrait-on dire).
Dans l’hypothèse du choix des TM, plus intéressant pour nous est l’existence d’un langage de
requête comme TMQL (Topic Map Query Language). Mais comparativement, le langage XPath
convient également à nos besoins.
Après étude, nous n’avons trouvé d’arguments décisifs ni en faveur des TM, ni en leur
défaveur. Il nous semble néanmoins globalement que, dans notre contexte, les inconvénients
l’emportent sur les avantages comparativement au choix du couple XML/XML Schema.
4.1.2
Les bases de données
Au sens large, une base de données est une collection de données structurées. Quand une
base de données atteint une taille conséquente et doit être consultée ou modifiée par plusieurs
utilisateurs, le recours à un Système de Gestion de Bases de Données (SGBD) devient nécessaire.
Un SGBD comprend la base de données, le schéma de base de données, et les programmes
qui permettent de manipuler ces derniers. Les premiers SGBD datent des années 60. Il existe
plusieurs modèles de SGBD. Le tableau 4.1 montre les quatre principaux.
le modèle hiérarchique : les données sont
classées hiérarchiquement, selon une arborescence descendante. Ce modèle utilise des pointeurs entre les différents enregistrements. Il
s’agit du premier modèle de SGBD.
le modèle réseau : comme le modèle
hiérarchique ce modèle utilise des pointeurs
vers des enregistrements. Toutefois la structure n’est plus forcément arborescente dans le
sens descendant.
le modèle relationnel : les données sont
enregistrées dans des tableaux à deux dimensions (lignes et colonnes). La manipulation de ces données se fait selon la théorie
mathématique des relations.
le modèle objet : les données sont stockées
sous forme d’objets, c’est-à-dire de structures appelées classes présentant des données
membres. Les [valeurs] des champs sont des
instances de ces classes.
Tab. 4.1 – Différents modèles de SGBD (d’après [Pil03]9 )
L’avantage des SGBD sur les autres solutions de stockage est de permettre l’exécution de
requêtes sur de très grandes quantités de données. Les inconvénients résident dans l’absence
des qualités du langage XML évoquées plus haut. La piste des BD XML natives peut être
une solution ; dans notre contexte il n’est pas apparu indispensable de la mettre en œuvre. De
8
http://www.ontopia.net/omnigator/
Ce document intitulé “Bases de données – Modèles de SGBD” issu de http://www.commentcamarche.net est
mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de
cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaı̂t clairement.
9
150
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
façon intermédiaire, une solution simple pour concilier les avantages d’un SGBD et du format
XML est d’éclater les métadonnées au format XML en plusieurs fichiers identifiés par leur id,
et stockés dans les champs BLOB (Binary Large OBject) d’une base de données relationnelle.
Pour préserver une partie de la puissance du requêtage XPath, des fichiers inversés XML sont
générés avec XSL. Ce type d’architecture existe actuellement dans des SI du domaine bancaire.
Nous ne l’avons pas mis en œuvre ici mais nous savons qu’il n’existe pas d’obstacle technique à
le faire.
Même si, en fin de compte, la solution que nous avons adoptée ne recourt pas à l’usage d’un
SGBD, il est intéressant d’en étudier les différents modèles. Nous appliquons en effet un certain
nombre de principes qui en sont issus :
– Comme dans le modèle relationnel, nous regroupons les ressources principales de notre
modèle dans des tables (cf. code 4.5 p. 161). Cela participe à la fois à la clarté de l’organisation et à l’efficacité des requêtes XPath, lesquelles peuvent ainsi porter sur des ensembles
restreints d’éléments XML.
– Nous mettons également en œuvre la notion de référence entre éléments de métadonnées,
notion similaire à celle des pointeurs du modèle réseau. Un des principes généraux des
SGBD est d’éviter la redondance : on ne répète pas une information, on lui attribue un
identifiant et on y fait référence.
– Comme dans le modèle objet, nos métadonnées font appel aux mécanismes d’héritages.
Un de nos objectifs étant la représentation des connaissances pour dériver de l’information
non explicitement présente dans la base de données, il est naturel qu’en complément du tableau
4.1 nous évoquions les SGBD déductifs. Nous ne nous sommes pas tournés vers ce type de
solution car pour représenter les ontologies et les règles d’expert nous avons choisi d’adopter
les langages standards du W3C. C’est ce que nous allons voir section 4.2. Dès lors, nous nous
écartons de l’hypothèse de l’utilisation d’un SGBD déductif qui n’aurait pas permis de mener
certaines inférences propres aux logiques de description.
4.1.3
Les structures de données des langages de programmation
Les langages de programmation permettent en général de définir des structures de données,
plus ou moins complexes. Certains langages offrent de plus la possibilité de rendre persistantes
les instances desdites structures de données. En l’occurrence, puisque notre modèle conceptuel
a été défini au moyen de diagrammes de classes UML, l’éventualité de le traduire en Java était
à examiner10 . Deux moyens courants de rendre persistants des objets Java sont l’emploi des
mécanismes associés à l’interface java.io.Serializable et la réalisation d’un mapping objetrelationnel, donc le couplage avec un SGBD.
Chacune de ses deux solutions pose des difficultés : gestion des accès concurrents dans le cas
de la sérialisation Java, lourdeur de l’opération de chargement dans le cas du mapping objetrelationnel. Mais, en fait, la question de l’adoption d’une de ses solutions ne se pose guère car
l’exploitation escomptée de nos métadonnées – une exploitation documentaire, en particulier
le requêtage et la génération de pages HTML – est éloignée de la vocation d’un langage de
programmation comme Java. Il en aurait été autrement si, par exemple, nous avions voulu
invoquer les traitements décrits. Mais cela ne faisait pas partie de nos objectifs. En comparaison
d’une solution Java, faire reposer une application Web de type SI sur un principe d’échange de
documents XML nous apparaı̂t au final bien plus adaptée.
10
Des outils de génie logiciel comme Eclipse permettent la génération automatique de canevas de classes Java
à partir des diagrammes de classes UML.
4.2 Le choix de langages de représentation des connaissances
4.1.4
151
Conclusion : le choix XML/XML Schema
Cette section avait pour but d’apporter réponse à deux questions liées : celle du choix d’un
(méta)langage documentaire, et celle du choix d’une solution technique de stockage.
Nous faisons le choix du couple XML/XML Schema. Il est adapté à nos objectif O4 (extensibilité du modèle), O7c (contrôle de la structure de la base de métadonnées, et, dans une
certaine mesure, du contenu), O7d (expression de la permissivité vis-à-vis des descriptions incomplètes grâce à la spécification des cardinalités minimum et maximum des éléments permise
par XML Schema), O8a, O8b, O8c et O8d (existence de langage et d’outils permettant l’expression de requêtes et les manipulations aisées telles que la génération de HTML – ici XPath et
XSL satisfont ces attentes).
Nous utilisons donc les langages recommandés par le W3C tant pour implémenter le
modèle et la base de métadonnées que pour développer l’application qui en permet l’accès
aux utilisateurs. Ces langages fortement liés au Web datent de moins d’une dizaine d’années.
Ce sont maintenant des standards largement adoptés dans le monde de l’entreprise pour le
développement de systèmes d’informations déployés en environnement Web client/serveur.
Ils sont appelés à cohabiter avec les solutions basées sur les SGBD traditionnels qui restent
précieux pour les questions de gestion d’accès concurrents et de gestion de gros volumes de
données.
Nous disposons maintenant d’un langage documentaire qui va nous servir à créer une base
de données instanciant notre modèle. Nous allons pouvoir construire un système d’information
reposant sur ladite base.
4.2
Le choix de langages de représentation des connaissances
Le second volet de notre travail, construire un système à base de connaissances, reste à
réaliser. Pour cela, il nous faut nous doter de langages de représentation des connaissances :
langages pour définir les ontologies et exprimer des assertions d’abord (en 4.2.1), langage pour
exprimer les règles ensuite (en 4.2.2). Ce faisant, nous progressons dans l’ascension du semantic
Web layer cake que nous allons commencer par présenter.
4.2.1
Quelques mots sur le Web sémantique
Pour décrire efficacement les ressources disponibles sur le Web, il faut utiliser des langages de représentation des connaissances. C’est l’ambition du Web sémantique. On y trouve
des problématiques similaires à celles que nous rencontrons dans le contexte des besoins de
métadonnées sur les traitements géographiques. Au département STIC11 du CNRS, une action
de recherche est dédiée au Web sémantique. Empruntons à ses membres cette présentation de
leur objet d’étude :
“L’expression Web sémantique, attribuée à Tim Berners-Lee [BHL01] au sein du W3C,
fait d’abord référence à la vision du Web de demain comme un vaste espace d’échange de
ressources entre êtres humains et machines permettant une exploitation, qualitativement
supérieure, de grands volumes d’informations et de services variés. Espace virtuel, il devrait
voir, à la différence de celui que nous connaissons aujourd’hui, les utilisateurs déchargés d’une
bonne partie de leurs tâches de recherche, de construction et de combinaison des résultats,
grâce aux capacités accrues des machines à accéder aux contenus des ressources et à effectuer
des raisonnements sur ceux-ci.
Le Web sémantique, concrètement, est d’abord une infrastructure pour permettre l’utilisation de connaissances formalisées en plus du contenu informel actuel du Web, même si
11
Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication.
152
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
aucun consensus n’existe sur jusqu’où cette formalisation doit aller. Cette infrastructure doit
permettre d’abord de localiser, d’identifier et de transformer des ressources de manière robuste et saine tout en renforçant l’esprit d’ouverture du Web avec sa diversité d’utilisateurs.
Elle doit s’appuyer sur un certain niveau de consensus portant, par exemple, sur les langages
de représentation ou sur les ontologies utilisées” [LRC02].
Le diagramme qui résume les principes sur lesquels repose le Web sémantique est connu sous
le nom de semantic Web layer cake (fig. 4.2).
Du bas vers le haut, on y voit la graduation progressive du niveau symbolique au niveau
connaissance :
– Le standard Unicode définit des ensembles des caractères constituant des alphabets, par
exemple l’ensemble UTF-8 où chaque caractère est codé sur 8 bits. Le protocole URI (Uniform Resource Identifier) permet d’identifier et d’adresser de façon unique les ressources12 .
– XML, XML Schema et le mécanisme de namespace permettent de construire des documents structurés et de définir leur syntaxe. Cette couche du layer cake permet d’implémenter des modèles de métadonnées. Les langages de cette couche sont des langages documentaires sur lesquels reposent – selon l’acception que nous avons du terme – les systèmes
d’informations.
– À partir de la couche RDF + rdfschema apparaissent les langages de représentation des
connaissances. Les notions de sémantique et de conséquence logique sont introduites.
– Au niveau de la couche Ontology vocabulary, les concepts de domaines de connaissances
peuvent être représentés dans des ontologies formelles avec les langages OWL. Nous allons
voir que nous utilisons OWL-DL.
– Les couches Proof (preuve) et Trust (confiance) constituent des objectifs non encore totalement atteints par la communauté du Web sémantique. Les moteurs d’inférence exploitant
les capacités des langages des couches inférieures ne sont pas encore achevés et les règles
permettant d’accorder un certain niveau de confiance dans les connaissances représentées
restent pour partie à définir (questions d’authentification notamment, certains parlent de
Web of trust).
Fig. 4.2 – The Semantic Web “layer cake” (adapté de [BM02]13 )
12
Nous avons déjà évoqué le sujet des URI p. 8. Davantage d’informations se trouvent sur http://www.w3.org/
Addressing/.
13
Il existe plusieurs variantes légèrement différentes du semantic Web layer cake. Dans celle qui est présentée
ici, nous avons pris la liberté d’apporter une modification minime en remplaçant l’intitulé de la couche “logic” par
“rules” afin de mieux montrer le parallèle avec notre démarche (il se trouve d’ailleurs que dans une autre version
répandue du SW layer cake les deux couches “rules” et “logic” apparaissent de façon distincte pour signifier qu’en
fait la couche des règles repose sur celle de la logique).
4.2 Le choix de langages de représentation des connaissances
4.2.2
153
Langages pour exprimer des assertions et définir des ontologies
Parmi les langages permettant d’exprimer des assertions et de définir des ontologies, certains
semblent aujourd’hui faire à peu près consensus au sein de la communauté du Web sémantique.
Ces langages sont recommandés par le W3C. C’est ceux-là que nous adoptons. Il s’agit de
OWL (Ontology Web Language) et de RDF (Resource Description Framework). OWL permet
de définir des ontologies. RDF permet d’exprimer des assertions, notamment en utilisant les
concepts et relations des ontologies OWL.
RDF et RDFS
RDF est un modèle, associé à une syntaxe, dont le but est de permettre à une communauté
d’utilisateurs de partager les mêmes métadonnées pour des ressources partagées. Il a été conçu
initialement par le W3C pour permettre de décrire l’information accessible sur le Web.
RDF n’est pas particulièrement conçu pour permettre de stocker les métadonnées de documents mais plutôt pour permettre leur échange et leur traitement par des agents humains ou
logiciels. Un des gros avantages de RDF est son extensibilité, à travers l’utilisation des schémas
RDF qui peuvent s’intégrer et ne s’excluent pas mutuellement grâce à l’utilisation du concept
d’espace de nom (namespace).
< ?xml version="1.0" ?>
<rdf:RDF
xmlns:rdf="http://www.w3.org/1999/02/22-rdf-syntax-ns#"
xmlns ="http://www.ign.fr/mdt">
<rdf:Description about="prgAccordeon">
<realise rdf:resource="#fctCaricature">
<rdf:Description/>
< ! ... >
<rdf:RDF
Extrait de code 4.2: RDF – Exemple d’assertion
RDF permet d’exprimer des assertions, mais pas de définir un vocabulaire de termes et
de relations. RDFS (RDF Schema) comble ce manque. RDFS permet de définir des classes
(rdfs:Class), des sous-classes (rdfs:subClassOf), des sous-propriétés (rdfs:subPropertyOf),
etc. [W3C04e]. RDFS apparaı̂t néanmoins insuffisant pour définir des ontologies. En effet, en
RDFS il n’y a pas de distinction entre les classes et les instances et on ne dispose pas de
la possibilité d’indiquer des contraintes sur un domaine, pas plus que sur les cardinalités ou
bien encore de préciser qu’une propriété est transitive, inverse ou symétrique. L’ensemble de
ces manques fait de RDF Schéma un support insuffisant pour répondre aux exigences du Web
Sémantique [Per04]. OWL, au contraire, possède les qualités requises ; c’est pourquoi il supplante
RDFS.
OWL
OWL (Ontology Web Langage) est un langage de définition d’ontologies destiné, en particulier, à décrire les ressources du Web. Il a le statut de recommandation W3C depuis février 2004.
OWL permet de formaliser un domaine en définissant des classes et leurs propriétés. Comme
RDF, OWL est doté d’une sémantique formelle en théorie des modèles [EB04]. La sémantique
formelle indique comment déduire les conséquences logiques d’une ontologie, c’est-à-dire les
faits qui ne sont pas littéralement présents dans l’ontologie mais peuvent être déduits par la
sémantique formelle [W3C04c]. Concrètement, la sémantique formelle d’un langage comme
154
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
OWL peut être vue comme un ensemble de règles génériques de raisonnement (par exemple
transitivité de la relation de subsumption). Il est ainsi possible de mener des raisonnements
sur les classes et les individus : raisonnements terminologiques et assertionnels. R. Costello
donne l’exemple des assertions “Kamehameha est né à Hawaii” et “Kamehameha est né dans
l’état d’Aloha”. Un moteur d’inférence OWL peut alors déduire que Hawaii et l’état d’Aloha
représentent le même lieu (en supposant que l’ontologie indique qu’une personne ne possède
qu’un unique lieu de naissance ; l’exemple ici n’évoque pas la possibilité que les lieux soient liés
par une relation d’inclusion) [Cos03].
OWL est le successeur de DAML+OIL, langage issu de la collision entre DAML et OIL14 et
s’inspirant donc des principes de frames et de logique de description. OWL peut-être vu comme
une extension de RDFS, mais auquel on aurait enlevé des propriétés telle que la possibilité de
traiter les assertions comme des ressources [Tro04].
OWL fournit un grand nombre de constructeurs permettant d’exprimer de façon très fine les
propriétés des classes définies15 . La rançon de cette expressivité est l’indécidabilité du langage
obtenu en considérant l’ensemble de ces constructeurs. C’est pour cela que OWL a été fractionné
en trois langages distincts, d’expressivité croissante :
– Le langage OWL Lite concerne les utilisateurs qui ont principalement besoin d’une
hiérarchie de classifications et de fonctionnalités de contraintes simples. Par exemple, OWL
Lite ne permet que des valeurs de cardinalité de 0 ou 1.
– Le langage OWL DL (Description Logic) concerne les utilisateurs qui souhaitent une
expressivité maximum sans perdre la complétude du calcul (toutes les inférences sont
assurées d’être prises en compte) et la décidabilité (tous les calculs seront terminés dans
un intervalle de temps fini) des systèmes de raisonnement. Le langage OWL DL inclut
toutes les structures de langage de OWL, avec des restrictions comme la séparation des
types (une classe ne peut pas aussi être un individu ou une propriété, une propriété aussi
être un individu ou une classe). OWL DL est ainsi nommé en raison de sa correspondance
avec la logique descriptive possède des propriétés de calcul avantageuses pour les moteurs
d’inférences.
– Le langage OWL Full est destiné aux utilisateurs qui souhaitent une expressivité maximale et la liberté syntaxique de RDF sans garantie de calcul. Par exemple, dans OWL
Full, une classe peut se traiter simultanément comme une collection d’individus et comme
un individu à part entière. Une autre différence significative par rapport à OWL DL réside
dans la possibilité de marquer un objet owl:DatatypeProperty comme étant un objet
owl:InverseFunctionalProperty. Il est peu probable qu’un système de raisonnement
puisse mettre en œuvre toutes les caractéristiques de OWL Full.
Chacun de ces sous-langages représente une extension par rapport à son prédécesseur plus
simple, à la fois par ce qu’on peut exprimer légalement et par ce qu’on peut conclure de manière
valide. Pour notre part, nous utiliserons le langage OWL-DL.
D’autres variétés de langages OWL ont aussi été proposées par des auteurs cherchant des
compromis particuliers entre expressivité et qualités calculatoires. Par exemple Grosof et al.
ont définit OWL DLP en 2003 (plus simple qu’OWL Lite, OWL DLP peut être traduit en
Datalog)[GHVD03], et ter Horst a défini OWL Horst en 2005 en introduisant l’usage de règles
[tH05]. Une autre variété encore de OWL a été proposée par Comte et al.. Il s’agit de OWL-SG
(OWL Simple Graphs). Le but est d’exploiter les qualités des graphes conceptuels perdues par
l’approche logique de description, tels la possibilité de manipuler des nœuds anonymes (blank
14
cf. la signification des acronymes page 63. Des détails sur DAML+OIL et la filiation avec OWL peuvent être
trouvés dans [Tro04], p.76.
15
Cette partie a été rédigée à partir de [EB04] et [W3C04c] §1.1
4.2 Le choix de langages de représentation des connaissances
155
nodes) et la possibilité d’exprimer des requêtes conjonctives [CL05] (dont la définition du
concept “ami” comme “ennemi d’un ennemi” pourrait être un exemple). Le langage de règles
que nous allons utiliser, SWRL, peut aussi être considéré comme une extension de OWL.
Un des buts d’OWL est d’améliorer les performances des moteurs de recherche du Web
qui ne reposent que sur le principe des mots-clés. On trouve ainsi dans la littérature du Web
sémantique des exemples de requêtes semblables à celui que nous avons exposé pour illustrer
le besoin de raisonnement ER 1. Par exemple, R. Costello montre comment franchir le fossé
(terminology gap) qui sépare les termes de l’utilisateur et ceux de la description de l’appareil
photo qu’il recherche [Cos03]. Le guide d’OWL publié par le W3C donne également l’exemple
“Dites-moi quels vins acheter pour accompagner chaque plat du menu suivant. Et, à propos, je
n’aime pas le Sauterne”. Appliqué à notre contexte, cela pourrait donner : “Dites-moi quelles
API utiliser pour développer un visualisateur de MNT. Et, à propos, je ne veux pas de problème
de compatibilité avec GeOxygene”. Un autre exemple d’application des inférences permises par
OWL, dans le domaine de la détection du signal en pharmacologie cette fois, est la réorganisation
automatique de concepts dont on cherche à établir la proximité sémantique [BCLJ04].
Les applications potentielles d’OWL sont en fait très nombreuses. Le W3C suggère plusieurs cas d’utilisation. Certains sont particulièrement proches de notre contexte. Ainsi, le cas
d’utilisation “administration d’un site Web d’entreprise” est présenté comme suit :
Un site Web mettant en oeuvre des ontologies [W3C04b] est susceptible d’intéresser :
– (...)
– Un technicien recherchant les poches d’expertise technique particulière et les détails de
l’expérience acquise ;
– Un chef de projet recherchant dans l’expérience acquise et les modèles passés afin de
soutenir un projet à phases multiples complexe, à la fois pendant la phase de proposition
et lors de l’exécution.
Un problème habituel pour chacun de ces types d’utilisateur est celui selon lequel ils ne
peuvent pas partager de terminologie avec les auteurs des contenus demandés. Le vendeur
peut ignorer le terme technique pour une caractéristique souhaitée, ou des techniciens dans
différents domaines de compétence peuvent employer des termes différents pour le même
concept. Pour de tels problèmes, il serait utile que chaque classe d’utilisateurs dispose de
différentes ontologies de termes, mais que chaque ontologie soit inter reliée, de sorte que des
traductions puissent être effectuées automatiquement [W3C04c].
“La documentation d’un concept” et “les agents et les services” sont deux autres cas d’utilisation qui sont en rapport étroit avec l’exploitation que l’on souhaite faire de notre base de
métadonnées de traitements. Concernant les services, nous avons souligné au chapitre 2 l’intérêt
d’OWL-S pour notre projet. Dans le même esprit, le cas d’utilisation nommé l’informatique
omniprésente :
On utilisera OWL afin de décrire les caractéristiques des appareils, les moyens d’accéder
à ces appareils, la politique d’usage d’un appareil établie par son propriétaire et les autres
contraintes techniques et conditions qui régissent l’insertion d’un appareil dans un réseau de
type informatique omniprésente [W3C04c].
4.2.3
Langages de règles
Nous devons maintenant choisir un langage opérationnel de logique du premier ordre pour
exprimer les règles avec variables dont on a montré le besoin au chapitre 3. Un certain nombre des
systèmes expert et systèmes à base de connaissances existant utilisent par exemple les langages
CLIPS, Prolog et Datalog.
Avant d’envisager l’emploi d’un de ces langages, rappelons qu’une particularité de notre
contexte est la nécessaire cohabitation des aspects SI et SBC de notre application. Les règles
de l’expert sont avant tout des métadonnées comme les autres. Elles sont donc stockées
156
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
dans notre base de métadonnées XML sous une forme déclarative. Un critère à prendre en
compte pour le choix du langage de règles est la facilité à passer du format déclaratif au format opérationnalisable. Concilier les formes déclarative et procédurale des règles est délicat ;
c’est un problème classique représentation des connaissances. Nous allons essayer d’en proposer une solution dans le contexte de notre travail. Même si nous cherchons à l’éviter, nous
n’écartons pas l’hypothèse d’une intervention humaine pour transformer les règles sous une
forme opérationnalisable.
CLIPS et Prolog
Dans un contexte très similaire au nôtre, Gandon et Sadeh, à partir d’une “base de faits”
constituée de descriptions RDF et d’une ontologie OWL d’une part, et d’une “base de règle”
reposant sur les langages ROWL, WOWL, SOWL et QOWL16 d’autre part, ont choisi de générer
du CLIPS avec des feuilles XSLT. Le but était d’utiliser un moteur d’inférence JESS pour déduire
de la base de faits les droits d’accès à l’information d’utilisateurs interrogeant des services Web
fournissant des informations sur le personnel d’une université. Autrement dit, il s’agissait de
mettre en place un système de gestion de la confidentialité [GS04].
CLIPS (C Language Integrated Production System)17 est un langage créé en 1985 par la
section IA de la Nasa ; le nom désigne aussi un environnement pour le développement de systèmes
experts. Il permet d’assigner des priorités aux règles, ce qui pourrait être intéressant par exemple
pour traduire les préférences dans les stratégies de réponse au besoin de l’utilisateur comme dans
le raisonnement ER 3. Par contre dans le cas de raisonnements comme ER1, il s’agit juste de
saturer la base de faits et l’ordre des règles n’importe pas. Quoiqu’il en soit, les connaissances
heuristiques figurent bien dans notre modèle de métadonnées, mais nous avons renoncé à les
rendre opérationnalisables.
Une autre caractéristique qui fait de CLIPS un langage potentiellement intéressant pour
nous réside dans l’existence du moteur d’inférence très répandu Jess (Java Expert System Shell).
Si nous décidions de charger nos métadonnées XML dans des classes Java, nous pourrions
utiliser les objets Java dans les règles CLIPS. Une telle architecture a été mise en œuvre
notamment par D. Shereen dans le cadre d’une base de règles pour l’évaluation de la cohérence
entre bases de données géographiques [She05]. Un avantage non négligeable dans notre contexte
de ce choix résiderait dans la facilité d’adressage des éléments de notre base de données. Nous
reviendrons sur cette question d’adressage p. 173.
Prolog (programmation logique) est un autre langage de règles très répandu. Il a été créé
en 1972 par A. Colmerauer et P. Roussel. Les nombreux moteurs d’inférences des différentes
versions de Prolog fonctionnent en chaı̂nage arrière. Certains développeurs ont choisi, dans le
cadre de leurs travaux, d’exporter leur base de faits et de règles au format XML en Prolog.
Par exemple, Khayati et al. transforment avec XSLT leurs fichiers XMI18 en formules Prolog.
L’idée globale est de représenter les signatures des composants et leurs fonctionnalités avec des
prédicats Prolog, puis de lancer les règles de production pour obtenir comme nouveaux faits les
informations sur l’interopérabilité desdits composants [KFG05]. On retrouve les mêmes calculs
d’héritage de types de données que ceux nécessités par notre exemple ER1.
CLIPS et Prolog font l’hypothèse du monde fermé : un fait absent de la base est supposé
faux. En ce qui nous concerne nous avons au contraire fait l’hypothèse du monde ouvert (cf. p.
16
Extensions de OWL utilisés par [GS04] pour exprimer différents types de règles : déduction de faits nouveaux,
invocation de services Web – on remarque donc que dans ce contexte, contrairement au notre, le lien entre SBC
et procédures externes est établi –, règles de confidentialité, et requêtes
17
http://www.ghg.net/clips/WhatIsCLIPS.html (site officiel de CLIPS).
18
XML Metadata Interchange (XMI) est un standard d’échange de données UML basé sur XML. XMI est un
standard de l’OMG.
4.2 Le choix de langages de représentation des connaissances
157
134). Ce n’est cependant pas pour ce motif que nous n’adoptons ni CLIPS ni Prolog, car nous
n’avons pas mis en œuvre de cas où cette hypothèse intervenait (par exemple en signalant à
l’utilisateur la nuance entre description incomplète d’un SIG ou négation explicite concernant
ses propriétés).
L’élément déterminant dans notre choix du langage de règles est en fait notre volonté de
coupler les raisonnements terminologiques propres aux logiques de description et les raisonnements propres aux règles avec prédicats et variables dites “de Horn”. Or ni CLIPS ni Prolog
ne permettent de mener les raisonnements propres aux logiques de description. C’est justement
parce que l’expression des inférences de LD en logique de Horn n’est pas toujours possible que
certains auteurs ont voulu considérer le sous-ensemble de la logique du premier ordre nommé
DLP (Description Logic Programming), et défini comme l’intersection de DL et de Horn. Dans
le prolongement des différences exhibées p. 130, Stoutenburg et al. énumèrent les raisons pour
lesquelles DL et Horn ne permettent pas les mêmes types d’inférences (§4.3 de [SON+ 04]).
L’autre critère qui intervient dans notre choix du langage de règle est de continuer à utiliser
les standards du Web sémantique. De façon liée, nous souhaitons adopter une syntaxe XML
pour l’encodage de nos règles afin de faciliter les imports/exports entre SI et SBC, grâce à XSLT.
Pour les raisons évoquées ci-dessus, nous adoptons le langage de règle du Web sémantique
SWRL.
SWRL
SWRL (Semantic Web Rule Language) est un langage de règles du Web sémantique combinant OWL et RuleML [HPSB+ 04]. Il est prévu pour supporter les raisonnements reposant sur
les logiques de description et les règles de Horn. Le langage RuleML19 (Rule Markup Language)
permet, selon ses différentes versions, de représenter les règles de divers sous-ensembles de la
logique du premier ordre.
La syntaxe de SWRL est totalement en XML. Le code 4.23 montre une règle SWRL de notre
base de connaissance.
Corese
Corese est un autre langage de représentation de règles du premier ordre. Il a été développé
à l’INRIA dans le cadre d’un projet de moteur de recherche sémantique basé sur le formalisme
des graphes conceptuels [CDF04]. La syntaxe de Corese n’est pas complètement XML : le “sucre
syntaxique” est allégé par rapport à SWRL.
Le code 4.3 montre l’expression d’une règle Corese indiquant que si une personne a écrit une
thèse sur un sujet, alors c’est un expert de ce sujet.
4.2.4
Conclusion : le choix RDF/OWL/SWRL
Nous avons choisi d’utiliser conjointement trois langages de représentation des connaissances : OWL pour définir les ontologies, RDF pour “peupler” ces ontologies (i.e. définir des
individus instances des concepts) et exprimer des assertions, SWRL pour définir des règles non
exprimables en OWL. Ces trois langages sont des recommandations W3C, et déjà des standards
du Web sémantique – du moins pour les deux premiers d’entre eux21 .
19
http://www.ruleml.org
Règle extraite de http://www-sop.inria.fr/acacia/corese/querydoc/node51.html.
21
Les outils associés à SWRL étant encore en gestation. L’implémentation du semantic Web layer cake s’effectue
progressivement, or SWRL correspond à une couche supérieure par rapport à RDF/OWL.
20
158
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
<cos:rule>
<cos:if>
?p rdf:type s:Person
?p s:hasCreated ?doc
?doc rdf:type s:Thesis
?doc s:concern ?s
</cos:if>
<cos:then>
?p s:isExpertIn ?s
</cos:then>
</cos:rule>
Extrait de code 4.3: COR – Exemple de règle exprimée avec le langage Corese20
Nous adoptons ces trois langages car ils sont dotés d’une sémantique formelle22 . Cela
signifie que des conséquences logiques peuvent être tirées à partir des faits de notre base de
connaissances. Cette propriété est absente des langages XML et XML Schema adoptés à la
section précédente.
La possibilité de combiner les raisonnements associés respectivement aux LD et à la logique
de Horn, ainsi que leur syntaxe XML23 ont été les principales raisons de la préférence de RDF,
OWL et SWRL par rapport à d’autres langages ; et ce, malgré des moteurs d’inférences moins
éprouvés du fait de leur conception récente.
4.3
Discussion : pourquoi une architecture duale SI/SBC plutôt
qu’un seul SBC ?
Si le besoin de recourir à un langage de représentation des connaissances apparaı̂t bien clairement, inversement, la justification d’utiliser les langages documentaires XML/XML Schema
mérite d’être précisée. On peut en effet se demander si la réciproque de l’affirmation de
J. Euzenat “un schéma XML n’est pas une ontologie car son but est de valider un document,
pas d’en définir les conséquences” [EB04] est vraie. C’est-à-dire, est-ce qu’il est également vrai
qu’ “une ontologie n’est pas un schéma de données car son but est de définir les conséquences
logiques d’un document, pas de le valider” ? Cette interrogation est légitime si l’on considère
par exemple que l’ontologie OWL-S est utilisée en tant que modèle de description des services
Web. Cela peut sembler étonnant dans la mesure où dans la cadre de la gestion d’une base de
description, il peut paraı̂tre souhaitable de mettre en place des mécanismes de validation non
permis par OWL. Du reste, OWL-S intègre WSDL dans sa partie grounding et il existe bien un
schéma XML pour WSDL24 .
Pour notre part, nous voyons deux raisons liées qui justifient d’utiliser XML/XML Schema
pour la partie SI de notre base de métadonnées.
22
La note de travail du W3C “LBase : Semantics for Languages of the Semantic Web” [W3C03a] présente le
cadre dans lequel la sémantique formelle des langages RDF et OWL peut être définie en théorie des modèles. On y
retrouve les notions que nous avons étudiées au chapitre 3, à savoir que les éléments d’un langage font référence aux
objets d’un “monde”, et qu’un monde particulier constitue une interprétation du langage. La théorie des modèles
garantit alors la validité du point de vue sémantique des manipulations effectuées sur le langage. La théorie des
modèles est également invoquée pour définir la sémantique de SWRL [HPSB+ 04]. L’idée de base est de définir
des liens (bindings), extensions des interprétations OWL, qui prennent en compte les variables apparaissant dans
les règles. Une règle SWRL est satisfaite par une interprétation si et seulement si tous les “liens-interprétations”
qui satisfont l’antécédent de la règle satisfont aussi le conséquent.
23
Il existe d’ailleurs différentes syntaxes XML plus ou moins verbeuses pour RDF, OWL et SWRL. Nous
utilisons les plus concises.
24
http://schemas.xmlsoap.org/wsdl/2003-02-11.xsd
4.3 Discussion : pourquoi une architecture duale SI/SBC plutôt qu’un seul SBC ?
159
D’un simple point de vue pratique, il est à l’usage nettement plus aisé de faire des requêtes
et de manipuler une base XML dont on a défini le schéma que de faire la même chose sur une
base RDF/OWL/SWRL. Cela s’explique pour deux raisons.
La première raison est que la syntaxe et la structure des documents RDF/OWL/SWRL
est variable. Cela rend compliqué l’application directe de feuilles XSL pour les manipuler, en
particulier pour générer des pages HTML. Pour manipuler les documents RDF/OWL/SWRL il
faudrait donc passer par des API. Comment ferions-nous alors pour générer des pages HTML,
pour prendre en exemple cet objectif central dans le cadre d’une application Web ? Plusieurs
solutions seraient envisageables. Générer directement le source HTML comme du simple fichier
texte est une mauvaise solution de par sa lourdeur en terme de maintenance et de modification.
C’est justement l’attrait du couplage XML/XSL de générer le HTML de façon aisée, en séparant
la question du contenu et celle de sa présentation. Ce type de solution est d’ailleurs à notre
connaissance largement adopté aujourd’hui dans le monde professionnel des applications Web
devant générer des pages dynamiques. Donc, à supposer que nous soyons initialement résolus à
n’utiliser qu’une implémentation RDF/OWL/SWRL pour nos métadonnées, nous serions en fin
de compte tout de même amenés à faire usage de documents intermédiaires XML.
La deuxième raison en faveur d’un format XML ad hoc est la possibilité pour nous de
structurer la base en créant des éléments “conteneurs”. Ils jouent le rôle de tables comme dans
une BD relationnelle25 . Par exemple, l’élément programmes contient des éléments programme.
Cela a le mérite à la fois d’organiser d’un point de vue logique la base et d’optimiser l’exécution
des requêtes grâce à une diminution du nombre d’éléments parcourus. On retrouve là des
principes d’algorithmique des arbres26 .
D’un point de vue plus théorique, XML Schema permet d’exprimer des relations d’ordre
entre les éléments, au contraire d’OWL. “Alors que XML (et XML Schema) sont basés sur
un modèle d’arbre où les nœuds sont totalement ordonnés, OWL (et RDF) sont basés sur un
modèle de graphes orientés où les arcs sont non ordonnés. En d’autres termes, la notion d’expression régulière utilisée pour contraindre la structure des documents XML est absente en OWL”
([Tro04], p.102). Dans le contexte du travail de R. Troncy, l’expression de la relation d’ordre
est requise pour décrire l’agencement des séquences audiovisuelles indexées dans le système
documentaire de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA). En ce qui nous concerne, ce sont
les étapes des modes d’emploi qui doivent être ordonnées. La mise en place d’un système de
numérotation aurait été possible mais inélégante et inutilement lourde.
Un point central de la thèse de R. Troncy est de montrer la nécessité d’une architecture duale
XML/XML Schema – RDF/OWL pour satisfaire ses besoins relevant à la fois de l’ingénierie
documentaire et de l’ingénierie des connaissances. Nos besoins sont similaires à ceux de R.
Troncy ; nous arrivons à la même conclusion que lui au sujet de l’architecture duale SI et SBC.
L’idée d’architecture duale est aussi présente dans les travaux de J-Y. Fortier et G. Kassel.
Leur projet est de construire “une mémoire d’entreprise” reposant sur les technologies du Web
sémantique. Il consiste “à développer des WSOs [Web Sémantique d’Organisation] 27 hybrides
réalisant un couplage – fort – entre une Base de Connaissances (BC) et une Base de Documents
(BDoc)” [FK04]. J-Y. Fortier et G. Kassel parlent de “couplage fort” car ils ne se contentent
pas d’annoter les documents au moyen de termes d’ontologies à de “simples” fins d’indexation.
Ils souhaitent de plus – si nous avons bien compris leur propos – représenter une partie des
connaissances de leurs documents dans un langage de représentation des connaissances basé sur
les ontologies. Cette question du couplage fort ou faible s’est également posée à nous. Prenons
25
Pour éditer notre base de métadonnées en phase de développement, nous avons justement beaucoup utilisé la
très pratique vue “table” (table view ) du logiciel XML 2004.
26
En cherchant à limiter le nombre maximum de fils des nœuds d’un arbre et en créant de nouvelles branches
pour équilibrer ces branches, on tend à obtenir des durées semblables lors des recherches de feuilles (avec des
requêtes de complexités comparables).
27
Synonyme de mémoire d’entreprise basée sur les technologies du Web sémantique.
160
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
un exemple concret. Nous aurions pu nous contenter de définir un schéma XML indiquant que
des traitements réalisent des fonctionnalités. Parallèlement, nous aurions défini une ontologie des
fonctionnalités géographiques. Nous aurions alors réalisé un couplage faible en nous limitant à
utiliser les termes de l’ontologie des fonctionnalités pour les valeurs de la propriété “réalise” des
traitements. Mais seul alors une partie des raisonnements souhaités auraient été possibles. C’est
pourquoi dans l’architecture duale pour laquelle nous avons opté les éléments de descriptions de
notre schéma XML sont tous transposés en RDF/OWL.
4.4
4.4.1
Implémentation de la base de métadonnées – aspect “SI”
Principes et aperçu général
Le schéma de la base de métadonnées à vocation documentaire se présente sous la forme d’un
ensemble de fichiers XML Schema. Ces fichiers portent l’extension .xsd (Xml Schema Description). Chacun définit un ensemble de type d’élément XML. Ce sont les équivalents des classes de
notre modèle conceptuel. Définir un type d’élément, c’est décrire quels sont ses attributs et quel
est son contenu : chaı̂ne de caractères ou éléments fils. Notre schéma XML complet définit un
élément racine, 129 types complexes et 7 types simples. Les éléments de type complexe peuvent
posséder des éléments fils, pas les éléments de type simple.
Le code 4.4 définit le type simple des identifiants des métadonnées. La convention que nous
avons adoptée impose qu’ils possèdent au moins 3 caractères. Cette contrainte s’exprime au
moyen d’une expression régulière. Les codes 4.10 et 4.12 sont des exemples de types complexes.
<xsd:simpleType name="mdt idType">
<xsd:restriction base="xsd:string">
< !-- 3 caractères non-espace minimum (préfixe + id) -->
<xsd:pattern value="[s]{3,}"/>
<xsd:restriction>
<xsd:simpleType>
Extrait de code 4.4: XSD – Type simple mdt idType
La dérivation par extension entre types complexes nous permet de traduire les relations
d’héritage. Par exemple dans notre modèle conceptuel fig. 2.18, Algorithme et TraitementCodé
héritent de RessourceTraitement. Dans notre schéma XML, traitementCodéType étend traitementCodé en ajoutant les nouveaux éléments de description langage, OS et implémente (code
4.12).
La base de métadonnées est stockée sous la forme d’un fichier XML unique dont l’élément
racine est nommé mdt (métadonnées des traitements). Cet élément racine contient une trentaine
de collections d’éléments. On peut les voir comme les tables de bases de données relationnelles.
Le code XML 4.5 en donne un aperçu général de la base.
On remarque que des cinq facettes de description des traitements définis dans notre modèle
conceptuel, seule ModeEmploi figure en tant que ressource dans la base de métadonnées. Un
mode d’emploi possède un identifiant. Il peut être consulté indépendamment des traitements
auxquels il est éventuellement rattaché. Les quatre autres facettes ne possèdent pas d’identifiant.
Identification et Evaluation ne peuvent apparaı̂tre qu’incluses au sein d’une RessourceTraitement
ou d’une FamilleTraitement, Fonction et Fonctionnement ne sont pas réifiées en tant qu’éléments28 .
28
Ce faisant, nous nous démarquons des descriptions OWL-S dont les trois facettes existent en tant que ressources RDF, donc en tant qu’éléments XML possédant un identifiant rdf:ID.
4.4 Implémentation de la base de métadonnées – aspect “SI”
161
Extrait de code 4.5: XML – Aperçu général de la base de métadonnées (vue “grille” de XML Spy 2004)
162
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
Nous avons fait ce choix car nous tenons à distinguer la question de la présentation des
métadonnées de celle leur implémentation. Or, selon nous, les facettes de description relèvent
avant tout de la présentation des métadonnées. Leur présence se justifie donc dans le modèle
conceptuel et dans l’interface graphique de l’utilisateur, mais pas obligatoirement dans le modèle
d’implémentation : seulement dans la mesure où cela semble pertinent d’un point de vue logique
et/ou efficace d’un point de vue de facilité de développement. En l’occurrence, créer par exemple
un élément “Fonctionnement” destiné à regrouper les éléments de description relatifs à ce thème
n’apporte aucune information ni aucun avantage du point de vue de l’exploitation informatique.
4.4.2
Identification d’un traitement
Le code 4.6 décrit l’identification du programme Accordéon. Ici l’élément de description nom
est le seul dont la valeur est de type chaı̂ne de caractère libre (sa longueur ne doit toutefois pas
être nulle).
Les autres éléments sont soit de type numérique ou de type date, soit de type mdt id (c’està-dire faisant référence à d’autres éléments de la base de métadonnées).
<programme id="prgAccordion2">
<identification>
<nom>Accordion v.2</nom>
<version>
<numéro>2</numéro>
</version>
<appartient>orgPlage</appartient>
<auteur>persMauffrey</auteur>
<auteur>persLecordix</auteur>
<auteur description>persMustière</auteur description>
<date création>01/04/1998</date création>
<date last modification/>
<lieu de développement>orgCOGIT</lieu de développement>
<condition>conDevIGN</condition>
<référence>refPlazanet96</référence>
</identification>
< !-- ... -->
Extrait de code 4.6: XML – Identification du programme Accordéon
4.4.3
Décrire ce que fait un traitement
Les codes 4.7 et 4.8 décrivent ce que fait le programme Accordéon. Il s’agit donc de la
facette Fonction. La plupart des éléments ont pour valeur des identifiants de ressources. Ce
n’est pas encore le cas pour tous. Cela devra le devenir si l’on souhaite augmenter le niveau de
formalisation des descriptions. Pour cela, il faudra importer des ontologies de haut niveau. Par
exemple, la description qualitative des propriétés fait appel à des concepts ou individus “peu”,
“beaucoup”, “petit”, “moyen”, “grand”, etc. Notre modèle permet de définir l’équivalent des
types énumérés pour les types de données (cf. l’élément valeurs code 4.9). Mais ces descriptions
appartiennent à la partie SI de notre application. Elles n’ont pas été traduites dans la partie SBC
en RDF/OWL. La sémantique potentielle d’une partie des descriptions reste donc inexploitée.
Par exemple, répondre à la requête “quel est le paramètre du traitement Accordéon qui influe le
plus sur le déplacement des points d’inflexion ?” nécessiterait de représenter une relation d’ordre
sur les valeurs des propriétés.
4.4 Implémentation de la base de métadonnées – aspect “SI”
<domaine>domAnalyseVecteur</domaine>
<description>élargit un virage ou une série de virages afin de supprimer les
fusions de virages. Le point d’inflexion central de la ligne ne bouge pas, et tous
les autres points sont écartés de ce point central d’une distance epsilon, dans
la direction orthogonale de l’axe de chaque virage. La valeur epsilon est propre à
chaque virage.</description>
<réalise>fctCaricaturer</réalise>
<effets>
<effet niveau="micro" ref="pteGénPosition">inchangée</effet>
<effet niveau="micro" ref="pteGénOrientation">moins</effet>
<effet niveau="micro" ref="pteGénAspect">inchangée</effet>
<effet niveau="micro" ref="pteGénSémantique">inchangée</effet>
<effet niveau="micro" ref="pteGénForme">inchangée</effet>
<effet niveau="micro" ref="pteGénDistribution">inchangée</effet>
<effet niveau="micro" ref="pteGénRépartitionSémantique">inchangée</effet>
<effet niveau="micro" ref="pteGénOrientationSpatiale">inchangée</effet>
<effet niveau="méso" ref="pteGénProximité">inchangée</effet>
<effet niveau="méso" ref="pteGénTopologie">inchangée</effet>
<effet niveau="macro" ref="ptGénQuantitéObjets">inchangée</effet>
<effet niveau="macro" ref="pteGénRépartitionSémantique">inchangée</effet>
<commentaire>Les extrémités de la ligne sont déplacées, l’aspect topologie du
réseau doit donc ^
etre recalculé.</commentaire>
</effets>
<entrées>
<entrée>
<nom>virage ou série de virages</nom>
<type donnée>tdVecteurLigne</type donnée>
<objet>objVirage</objet>
<modifiable>oui</modifiable>
<pte ref="pteSinuosité">
<avant>
<valeur qual>moyen</valeur qual>
</avant>
<après>
<valeur qual>petit</valeur qual>
</après>
<évolution>diminution</évolution>
<pb résolu>pbLisibilitéCarte</pb résolu>
</pte>
<pte ref="ptNbVirageKm">
<évolution>diminution</évolution>
</pte>
<pte ref="pteAspect">
<évolution>plus lisse</évolution>
<pb résolu>pbLisibilitéCarte</pb résolu>
<commentaire>on voit mieux l’écartement</commentaire>
</pte>
Extrait de code 4.7: XML – Fonction du programme Accordéon 1/2
163
164
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
<pte ref="ptePointInflexion">
<avant>
<valeur quant>n</valeur quant>
</avant>
<après>
<valeur quant>f(n, epsilon, param2)</valeur quant>
</après>
<différence>n - f(n, epsilon, param2)</différence>
<facteur>entre 1 et m</facteur>
<commentaire>dépend du paramètre tau (cf. étape 1)</commentaire>
</pte>
</entrée>
</entrées>
<sorties>
<sortie>
<nom>le virage ou la sortie de virage élargis</nom>
<correspond entrée>1</correspond entrée>
<type donnée>tdVecteurLigne</type donnée>
<objet>objVirage</objet>
</sortie>
</sorties>
<paramètres>
<paramètre>
<nom>logma</nom>
<type donnée>tdInt</type donnée>
<influe pte>
<pté ref="ptePointInflexion"/>
<influence/>
</influe pte>
<min>5</min>
<max>17</max>
</paramètre>
</paramètres>
<illustration>accordéon exemple.bmp</illustration>
<illustration echantillon>
<avant>echRouteMontagne1</avant>
<après>echRouteMontagne2</après>
</illustration echantillon>
Extrait de code 4.8: XML – Fonction du programme Accordéon 2/2
4.4 Implémentation de la base de métadonnées – aspect “SI”
<type données>
< !-- ... -->
<type donnée id="tdVecteurLigne">
<nom>ligne vecteur</nom>
<domaine>domAnalyseVecteur</domaine>
<description/>
<type donnée pere>tdVecteur</type donnée pere>
<propriétés>
<niveau>géométrie</niveau>
<propriété niveau="géométrie" ref="pteAspect"/>
<propriété niveau="géométrie" ref="pteDimension"/>
<propriété niveau="géométrie" ref="pteDirection"/>
<propriété niveau="géométrie" ref="pteLongueur"/>
<propriété niveau="géométrie" ref="ptePointInflexion"/>
<propriété niveau="géométrie" ref="ptePosition"/>
<propriété niveau="géométrie" ref="pteProvenance"/>
<propriété niveau="géométrie" ref="pteSinuosité"/>
<propriété niveau="géométrie" ref="pteTopologie"/>
</propriétés>
</type donnée>
</type données>
<propriétés>
< !-- ... -->
<propriété id="pteSinuosité">
<nom>sinuosite</nom>
<qualitatif>
<valeurs>
<valeur>petit</valeur>
<valeur>moyen</valeur>
<valeur>grand</valeur>
</valeurs>
</qualitatif>
<quantitatif>
<unités>
<unité>
<nom>virages/km</nom>
</unité>
</unités>
</quantitatif>
</propriété>
</propriétés>
Extrait de code 4.9: XML – Type de donnée ligne vecteur et propriété sinuosité
165
166
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
Détail d’un type d’élément : exemple du type traitementType
Nous avons vu des extraits de code de descriptions XML. Détaillons à présent un extrait
de code de schéma XML. Certaines entrées de traitements sont modifiables. D’autres ne le sont
pas. Elles ne se décrivent pas de la même façon.
Le code 4.10 montre comment s’exprime la dépendance entre la valeur de l’élément booléen
modifiable et les éléments fils autorisés de l’élément entrée. La version texte du code 4.10 est
donnée code A.1, p. 232.
Extrait de code 4.10: XSD – Type complexe traitementType (vue ”schema” de XML Spy 2004)
4.4.4
Décrire comment fonctionne un traitement
Le code 4.11 décrit comment fonctionne le programme Accordéon.
<langage>langADA</langage>
<code>http://walrus:8080/Mdt/documentsConsultables/code/plage/
ACCORDION V2.ADA</code>
<projet>pjAGENT</projet>
<OS>osVMS</OS>
<implémente>algoAccordion2</implémente>
<concept>conCirconvolutionGaussienne</concept>
Extrait de code 4.11: XML – Fonctionnement du programme Accordéon
4.4 Implémentation de la base de métadonnées – aspect “SI”
167
Un TraitementCodé comme Accordéon possède les mêmes propriétés qu’un Algorithme :
celles héritées de RessourceTraitement. Un TraitementCodé possède toutefois quelques propriétés
supplémentaires spécifiques à l’implémentation. Pour traduire cela, nous utilisons la dérivation
par extension. C’est ce que montre le code 4.12 (le type XML Schema traitementType correspond
à la classe RessourceTraitement du modèle conceptuel).
<xsd:complexType name="traitementCodéType">
<xsd:complexContent>
<xsd:extension base="traitementType">
<xsd:sequence>
<xsd:element name="langage" type="xsd:string"
minOccurs="0" maxOccurs="1"/>
<xsd:element name="OS" type="xsd:string"
minOccurs="0" maxOccurs="unbounded"/>
<xsd:element name="implémente" type="xsd:string"
minOccurs="0" maxOccurs="unbounded"/>
</xsd:sequence>
</xsd:extension>
</xsd:complexContent>
</xsd:complexType>
Extrait de code 4.12: XSD – Dérivation par extension du type complexe traitementType
Concernant les expressions mathématiques, nous importons le schéma XML de MathML2.
Le code 4.13 montre comment est spécifiée l’importation29 et comment il est fait référence
à l’élément math. Le code 4.14 montre un extrait de description comportant une expression
MathML2.
Un cas particulier, dont nous ne donnons pas d’exemple ici, est celui des services Web.
Leur description comporte un élément supplémentaire permettant de référencer les descriptions WSDL éventuellement existantes. Afin d’éviter les informations redondantes, les principes
généraux sur le fonctionnement des services Web et leurs modes d’emplois associés (p.ex. créer
une requête SOAP, créer un client SOAP, etc.) sont centralisés dans la description de la FamilleTraitement “service Web”.
4.4.5
Décrire comment utiliser un traitement
Pour illustrer la façon de décrire le fonctionnement d’un traitement nous n’avons pas choisi
l’exemple du programme Accordéon. Nous avons choisi l’exemple partiel du mode d’emploi pour
développer un visualisateur de MNT avec OpenGL (cf. fig. 1.9, p. 26). La description de ce
mode d’emploi est donnée code 4.15. La façon dont notre application affiche cette description
est montrée figure 5.6, p. 186.
Ce mode d’emploi a le mérite de comporter des étapes des types possibles : étape fct,
étape ihm et étape dév.
Les éléments séquence et choix permettent d’exprimer l’équivalent des arbres “et/ou” ordonnés.
Il est important de noter que les étapes font référence à différentes ressources, modes d’emploi ou traitements. C’est, notamment, ce qui va permettre à l’utilisateur de naviguer d’une
description à l’autre via des hyperliens.
29
Il est normal que l’attribut schemaLocation contienne une paire de valeurs : la première est l’espace de nom
du schéma auquel se réfère le document ; la seconde est l’endroit (URI) où le processeur XML peut trouver ce
schéma [W3C04f] – §5.6.
168
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
<xsd:schema elementFormDefault="qualified"
xmlns:xsd="http://www.w3.org/2001/XMLSchema"
xmlns:mml="http://www.w3.org/1998/Math/MathML">
<xsd:import namespace="http://www.w3.org/1998/Math/MathML"
schemaLocation="mathml2/mathml2.xsd"/>
< !-- ... -->
<xsd:complexType name="étape fonctionnementType">
<xsd:sequence>
<xsd:element name="description" type="xsd:string"
minOccurs="0"/>
<xsd:element ref="mml:math" minOccurs="0"/>
</xsd:sequence>
</xsd:complexType>
</xsd:schema>
Extrait de code 4.13: XSD – Importation du schéma MathML2
< ?xml version="1.0" encoding="iso-8859-1" ?>
<mdt xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
xsi:noNamespaceSchemaLocation="XSD/mdt.xsd"
xsi:schemaLocation="http://www.w3.org/1998/Math/MathML
mathml2/mathml2.xsd"
xmlns:mml="http://www.w3.org/1998/Math/MathML">
< !-- ... -->
<étape fonctionnement>
<description>Calcul du nombre de points d’inflexion d’une
ligne.</description>
<mml:math>
<mml:mn>1</mml:mn>
< !-- ... -->
</mml:math>
</étape fonctionnement>
< !-- ... -->
Extrait de code 4.14: XML – Extrait de description comportant une expression MathML2
4.4 Implémentation de la base de métadonnées – aspect “SI”
169
<mode emploi id="modVisualiserMNTavecOpenGL">
<type>modUtiliserAPI</type>
<nom>visualiser un MNT avec OpenGL</nom>
<requis>pjOpenGL</requis>
<séquence>
<étape ihm>
<référence>modOuvrirEclipse</référence>
</étape ihm>
<étape ihm>
<référence>modCreateNewFileC++</référence>
</étape ihm>
<étape dév>
<code trait="pjOpenGL">#include "glut.h"</code>
</étape dév>
<choix>
<étape dév>
<code trait="fpSscanf">sscanf() ;</code>
</étape dév>
<étape fct>
<description>lire le fichier texte du MNT</description>
</étape fct>
</choix>
<étape dév>
<code trait="fpGlVertex">glVertex3f(p.x,p.y,p.z) ;</code>
</étape dév>
</séquence>
</mode emploi>
Extrait de code 4.15: XML – Mode d’emploi pour créer un client de service Web
4.4.6
Évaluation d’un traitement
Le code 4.16 décrit l’évaluation du programme Accordéon. La plupart des éléments
contiennent du texte en langue naturelle. Une amélioration envisageable du modèle pourrait
consister à formaliser davantage ces descriptions par l’annotation avec, par exemple, les termes
d’une ontologie des avantages et des inconvénients des traitements.
4.4.7
Décrire les familles de traitement
Le code 4.17 montre la description de la famille des SIG. Il y est indiqué que les SIG sont
des logiciels qui réalisent cinq types de fonctionnalités. L’attribut condition permet d’indiquer
si les propriétés des familles sont nécessaires (N) et/ou suffisantes (S). Cependant notre modèle
XML Schema ne permet pas de définir les familles de façon aussi fine qu’en OWL. La traduction
des éléments FamilleTraitement en tant que concepts définis de l’ontologie de notre SBC ne
s’effectue donc pas de façon totalement automatique.
Il existe un mode d’emploi générique associé aux SIG ; il est référencé ici de façon centralisée. Par ce biais, tous les SIG voient figurer dans leur description les informations associées à
leur famille. Ces informations ont été identifiées au chapitre 1 (tableau 1.9 p. 32). Une même
RessourceTraitement peut appartenir à plusieurs FamilleTraitement : par exemple Arcview appartient aux familles “SIG” et “logiciel Windows”. On voit d’ailleurs indiqué dans le code 4.17
qu’Arcview est le prototype de la famille des SIG.
170
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
<évaluation>
<avantage>
<description>L’algorithme utilisé est bien adapté aux virages en
épingles à cheveux quand l’environnement n’est pas trop dense et quand
l’espace disponible autour des virage est suffisant. C’est un des rares
algorithmes qui déplace les extrémités de la ligne pour profiter de l’espace
disponible.</description>
</avantage>
<inconvénient>
<description>Most of the time, it has to be used with a segmentation
algorithm to focus onto the bends series, a caricature algorithm that is able
to enlarge the bend extremities, and with a point displacement propagation
algorithm to reconnect the network.</description>
</inconvénient>
<amélioration possible>La détermination de la direction du déplacement
par une méthode interactive pour obtenir epsilon ne marche pas à tous les
coups car l’angle qui donne la direction de l’axe du virage n’est pas orienté.
Quand les points d’inflexion sont proches du sommet du virage, l’approximation
de e dans la formule d’epsilon n’est pas entièrement valide. Le problème
pourrait ^
etre résolu en déterminant l’axe du virage et la tangente du virage
près du point d’inflexion. On obtiendrait alors la valeur réelle de la largeur
du virage.</amélioration possible>
<comparaison ref="algoAccordion">Contrary to the classical algorithm
of the accordion, this one is also adapted to bend series even badly
aligned and in a bend series, only the bends which need it are enlarged.
The enlargement direction and quantity is automatically chosen for each
bend according to the bend configuration and the symbol size. So there is
no parameter.</comparaison>
<complexité>o(n)</complexité>
<temps exécution max>S secondes pour V virages</temps exécution max>
<test>
<description>généralisation à petite échelle (1/100.000) sur
des extraits du réseau routier de la BD (10m. resolution) : R2 and
Route70</description>
<objet>objRoute</objet>
<format>forBDCarto</format>
</test>
</évaluation>
Extrait de code 4.16: XML – Évaluation du programme Accordéon
<famille traitement id="catSIG">
<nom>SIG</nom>
<type>catLogiciel</type>
<description>Système d’Information Géographique</description>
<prototype>logArcview</prototype>
<réalise condition="N">fctAcquérir</réalise>
<réalise condition="N">fctArchiver</réalise>
<réalise condition="N">fctAbstraire</réalise>
<réalise condition="N">fctAnalyser</réalise>
<réalise condition="N">fctAfficher</réalise>
<mode emploi>modUtiliserSIG</mode emploi>
</famille traitement>
Extrait de code 4.17: XML – Famille de logiciels : les SIG
4.4 Implémentation de la base de métadonnées – aspect “SI”
4.4.8
171
Décrire les règles de l’expert
Le code 4.18 est un extrait de notre schéma XML. On y voit le type complexe règleType qui
définit la structure des règles. Le code 4.19 montre une instance de ce type. La règle en question
indique que les données au format shape ne représentent pas les relations topologiques. Les
prémisses et les conclusions des règles utilisent une notation DOM pour adresser les différents
éléments de la base de métadonnées.
Un DOM (Document Object Model) est un modèle objet de documents. Il existe ainsi par
exemple un DOM HTML pour adresser les éléments des pages HTML et un DOM Word pour
adresser les éléments des documents Microsoft Word. Les principes DOM ont fait l’objet de
plusieurs recommandations du W3C30 .
Nous utilisons la notation DOM pour l’expression de nos règles de la partie SI de nos
métadonnées en raison de sa concision. Par exemple, le format de la première entrée du logiciel
FreeWRL est désigné par l’expression DOM : traitement[’logFreeWRL’].entrée[1].format.
Cette expression a pour valeur "forVRML".
Extrait de code 4.18: XSD – Type complexe règleType
30
http://www.w3.org/DOM/
172
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
<règle id="rgSHPpasTopologie">
<nom>shape absence topologie</nom>
<si alors>
<si>
<prédicat ref="predEgal">
<dom mdt>donnee.format</dom mdt>
<valeur>forSHP</valeur>
</prédicat>
</si>
<alors>
<prédicat ref="predEgal">
<dom mdt>donnee.pte(’pteTopologie’)</dom mdt>
<valeur>faux</valeur>
</prédicat>
</alors>
</si alors>
</règle>
Extrait de code 4.19: XML – Règle sur l’absence de topologie des données au format SHP
4.5
Implémentation de la base de métadonnées – aspect “SBC”
Nous allons maintenant traduire notre modèle de métadonnées et notre base de métadonnées
dans les langages de représentation des connaissances OWL, RDF et SWRL. La figure 4.3 résume
la façon dont on passe du SI au SBC.
Fig. 4.3 – Correspondances SI/SBC
4.5.1
Ontologie OWL
Examinons deux extraits de notre base de connaissances OWL.
Le code 4.20 montre que la classe SIG est définie comme étant à la fois – la conjonction
est implicite – sous-classe de la classe anonyme des logiciels réalisant cinq fonctionnalités, et
sous-classe de la classe des familles de traitement.
Le code 4.21 montre comment exprimer que la fonctionnalité de lissage, sorte particulière
de fonctionnalité de généralisation, s’applique à des données de type “ligne vecteur” et non à
des données de type “vecteur” en général (cf. fig. 2.16 p. 95). La propriété “typeDonnée” est
ObjectProperty, c’est-à-dire une propriété entre objets de la base de connaissance. La propriété
4.5 Implémentation de la base de métadonnées – aspect “SBC”
173
<owl:Class rdf:ID="SIG">
<rdfs:subClassOf>
<owl:Class>
<owl:intersectionOf rdf:parseType="Collection">
<owl:Restriction>
<owl:onProperty>
<owl:ObjectProperty rdf:ID="realise"/>
</owl:onProperty>
<owl:hasValue>
<Fonctionnalite rdf:ID="afficheDonnneeGeo"/>
</owl:hasValue>
</owl:Restriction>
<owl:Restriction>
<owl:onProperty>
<owl:ObjectProperty rdf:about="#realise"/>
</owl:onProperty>
<owl:hasValue>
<Fonctionnalite rdf:ID="analyseDonnneeGeo"/>
</owl:hasValue>
</owl:Restriction>
< !-- les trois autres fonctionnalités + catégorie Logiciel... -->
</owl:intersectionOf>
</owl:Class>
</rdfs:subClassOf>
<rdfs:subClassOf rdf:resource="#FamilleTraitement"/>
</owl:Class>
Extrait de code 4.20: OWL – Définition du concept SIG dans notre base de connaissances
“version” d’un traitement, par exemple, relie un objet et le type de données “nombre réel” ;
c’est une DatatypeProperty.
4.5.2
Assertions RDF
Le code 4.22 montre des assertions RDF correspondant à un extrait de la description du
logiciel FreeWRL. La syntaxe RDF utilisée ici est une syntaxe abrégée. C’est une syntaxe valide.
D’autres sont possibles. La syntaxe dite “de sérialisation” est plus verbeuse. Les différentes façons
de l’abréger sont exposées dans [W3C99a], §2.2.
4.5.3
Règles SWRL
La règle SWRL code 4.23 indique que si un traitement est développé dans une organisation
qui appartient à une autre organisation, alors le traitement est aussi développé dans cette autre
organisation. Cette règle simple apparaı̂t assez verbeuse en SWRL. Le problème s’aggrave encore
lorsqu’il faut adresser des éléments de la base de métadonnées situés à un grand niveau de
profondeur de l’arborescence XML.
En effet, les expressions en notation DOM que nous utilisons dans la partie SI de l’application
ne sont pas permises par SWRL. Elles ne font pas partie du langage. Il faut donc traduire
les expressions DOM sous forme de conjonction de prédicats. De façon similaire, Baget et. al,
notamment, évoquent la transformation de triplets RDF : “À chaque triplet <s, p, o> on associe
la formule atomique p(o, s), où p est un nom de prédicat, et o et s sont des constantes si ces
éléments sont des URIs ou des littéraux dans le triplet, et des variables sinon” [BCES04].
174
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
<owl:Class rdf:ID="Fct Généralisation"/>
<owl:Class rdf:ID="Fct Lissage">
<rdfs:subClassOf rdf:resource="#Fct Généralisation"/>
</owl:Class>
<owl:ObjectProperty rdf:ID="typeDonnée">
<rdfs:range rdf:resource="#TD Vecteur"/>
<rdfs:domain rdf:resource="#Fct Généralisation"/>
</owl:ObjectProperty>
<owl:Class rdf:ID="TD VecteurLigne">
<rdfs:subClassOf>
<owl:Class rdf:ID="TD Vecteur"/>
</rdfs:subClassOf>
<rdfs:subClassOf>
<owl:Restriction>
<owl:onProperty rdf:resource="#typeDonnée"/>
<owl:allValuesFrom rdf:resource="#TD VecteurLigne"/>
</owl:Restriction>
</rdfs:subClassOf>
</owl:Class>
Extrait de code 4.21: OWL – Restriction de propriété
<Logiciel rdf:ID="FreeWRL">
<version
rdf:datatype="http://www.w3.org/2001/XMLSchema#float">0.91</version>
<realise rdf:resource="#afficheDonnee3D"/>
<entree rdf:resource="#entFreeWRL"/>
</Logiciel>
<Donnee rdf:ID="entFreeWRL">
<typeAbst rdf:resource="#tda 3D"/>
<format rdf:resource="#forVRML"/>
<aPropriete>
<Propriete rdf:ID="nbObjetsEntFreeWRL">
<type rdf:resource="#nbObjets"/>
<valeurMaxInt
rdf:datatype="http://www.w3.org/2001/XMLSchema#int">5000
</valeurMaxInt>
</Propriete>
</aPropriete>
</Donnee>
Extrait de code 4.22: RDF – Description du logiciel FreeWRL
4.5 Implémentation de la base de métadonnées – aspect “SBC”
175
Cette transformation constitue un des points faibles de notre application. D’abord parce que
l’automatisation théorique réalisée à l’aide d’expressions régulières ne fonctionne pas toujours
en pratique. Davantage de développements seraient nécessaires, notamment en employant une
API pour générer proprement les règles SWRL31 plutôt qu’à partir de simples manipulations de
chaı̂nes de caractères comme actuellement.
Un autre problème des règles SWRL est celui de l’efficacité. Lorsque l’on utilise une
expression de type DOM en programmation Java par exemple, on manipule en fait des adresses
mémoire. L’évaluation d’une expression est alors très rapide, il n’y a pas de traitement à
effectuer. Mais en “éclatant” ces expressions en conjonction de prédicats, on perd cette notion
d’adresse : potentiellement, le parcours de toutes les assertions RDF de la base devient nécessaire
pour effectuer les jointures entre les prédicats et instancier les variables qui y apparaissent. Sans
doute les moteurs d’inférences SWRL peuvent-ils construire des tables stockant à l’avance des
résultats pré-calculés pour optimiser l’exécution des règles, mais un calcul sera de toutes façons
nécessaire. Ainsi, les tests que nous avons effectués avec notre base de règles SWRL prenaient
assez vite des temps d’exécution de l’ordre de la dizaine de secondes.
31
Par exemple http://protege.stanford.edu/plugins/owl/swrl/SWRLFactory.html.
176
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
<swrl:Imp rdf:ID="appartientLieuDeDev">
<swrl:body>
<swrl:AtomList>
<rdf:first>
<swrl:IndividualPropertyAtom>
<swrl:propertyPredicate rdf:resource="#lieuDeDeveloppement"/>
<swrl:argument2>
<swrl:Variable rdf:ID="l1"/>
</swrl:argument2>
<swrl:argument1 rdf:resource="#t"/>
</swrl:IndividualPropertyAtom>
</rdf:first>
<rdf:rest>
<swrl:AtomList>
<rdf:first>
<swrl:IndividualPropertyAtom>
<swrl:propertyPredicate rdf:resource=
"#appartientOrganisation"/>
<swrl:argument1 rdf:resource="#l1"/>
<swrl:argument2>
<swrl:Variable rdf:ID="l2"/>
</swrl:argument2>
</swrl:IndividualPropertyAtom>
</rdf:first>
<rdf:rest rdf:resource=
"http://www.w3.org/1999/02/22-rdf-syntax-ns#nil"/>
</swrl:AtomList>
</rdf:rest>
</swrl:AtomList>
</swrl:body>
<swrl:head>
<swrl:AtomList>
<rdf:rest rdf:resource=
"http://www.w3.org/1999/02/22-rdf-syntax-ns#nil"/>
<rdf:first>
<swrl:IndividualPropertyAtom>
<swrl:propertyPredicate rdf:resource="#lieuDeDeveloppement"/>
<swrl:argument1 rdf:resource="#t"/>
<swrl:argument2 rdf:resource="#l2"/>
</swrl:IndividualPropertyAtom>
</rdf:first>
</swrl:AtomList>
</swrl:head>
</swrl:Imp>
Extrait de code 4.23: SWRL – Règle pour déduire le lieu de développement d’un traitement, les relations
entre organisation étant prises en compte (cette règle est décrite sous une forme plus lisible dans le
tableau 5.1 p. 196)
4.6 Conclusion
4.6
177
Conclusion
Nous avons implémenté le modèle conceptuel défini aux chapitres 2 et 3 suivant une double
approche : documentaire, et orientée représentation des connaissances.
Nous avons d’abord défini la structure des métadonnées sous une forme qui en permet le
contrôle. L’objectif est alors la mise en œuvre de notre système d’information (SI) .
Nous avons ensuite décrit les traitements avec les termes d’ontologies qui constituent, avec
les règles de logique du premier ordre, le socle de notre système à base de connaissances (SBC).
Les choix des langages effectués, nous avons montré comment nous avons implémenté notre
modèle conceptuel défini aux chapitres 2 et 3. Des extraits de code du modèle d’implémentation
et de ses instances ont servi d’illustrations.
Il reste maintenant à développer l’application qui va permettre à l’utilisateur d’accéder aux
métadonnées et qui va mettre en œuvre une partie du raisonnement de l’expert.
178
Chapitre 4. Implémentation du modèle de métadonnées
Chapitre 5
L’application Web permettant
l’accès aux métadonnées
Les choix d’implémentation effectués au chapitre 4 nous permettent de construire une base
de métadonnées “documentaire” et une base de connaissances. Il nous faut à présent permettre
l’accès et l’exploitation de ces bases.
Après avoir présenté l’architecture générale de notre application d’accès aux métadonnées
section 5.1, nous en décrivons plus particulièrement les aspects “SI” et “SBC” sections 5.2 et 5.3.
Nous montrons ensuite section 5.4 comment nous mettons en œuvre quelques-uns des exemples
de raisonnement ER vus au chapitre 3. Section 5.4, nous tentons de cerner quelques-unes des
limites de l’application construite.
5.1
Architecture de l’application
Nous développons une application Web accessible depuis l’intranet de l’IGN. Nous adoptons
une architecture Web classique “n-tiers” :
L’utilisateur dispose d’un ordinateur équipé d’un navigateur Web standard et connecté au
réseau intranet de l’IGN. Via le protocole HTTP, l’utilisateur accède aux pages HTML de
l’application, soumet de requêtes et transmet des données au serveur Web.
Le serveur Web reçoit les requêtes de l’utilisateur. Il les reformule et les transmet au serveur
d’application. Le serveur d’application renvoie la réponse au format XML. Le serveur Web
effectue la mise en forme en transformant le XML en HTML qui est alors envoyé à l’utilisateur.
Le rôle du serveur Web se limite à générer du HTML à partir des réponses XML fournies par
le serveur d’application.
Le serveur d’application effectue toutes les opérations sur les métadonnées autres que
leur mise en forme : exécution des requêtes, adaptation des modes d’emploi, vérification de
la conformité de la base de métadonnées au modèle, pont entre les formalismes SI et SBC.
Le serveur d’application peut être découplé en plusieurs serveurs d’application distincts,
éventuellement répartis sur des machines distantes.
Les serveurs de données stockent les bases de métadonnées “SI” et “SBC”. Par choix
de simplicité, nous n’avons en fait pas réellement mis en place de serveur, du moins pas qui
utilise un protocole du Web. L’accès aux bases de métadonnées s’effectue en effet par simple
chargement de fichiers. Cette solution préserve la philosophie de l’architecture souhaitée, à
savoir que la base de données soit dissociée de l’application. Une nouvelle application doit-elle
179
180
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
accéder aux métadonnées ? Elle le peut, indépendamment des applications existantes.
La figure 5.1 illustre l’architecture que nous avons mise en place. Les flèches entre les parties
du système signifient “interagit avec”. L’application Consul apparaı̂t en grisé car nous ne l’avons
pas développée. Elle ne faisait pas partie de nos objectifs, mais nous devions prendre en compte
son existence future. Il est en effet prévu que notre serveur de métadonnées des traitements
soit intégré à une plateforme plus large dédiée également aux métadonnées sur les données
géographiques et au calcul de tâches (projet de l’action de recherche Consul dans laquelle s’inscrit
notre travail). Ceci, entre autres, explique pourquoi serveur d’application et serveur Web sont
séparés : les métadonnées des traitements ne doivent pas seulement être fournies au format
HTML mais aussi au format XML. Cette séparation rend ainsi aisée, par exemple, la construction
d’un service Web SOAP dont les réponses encapsuleraient nos métadonnées au format XML.
Fig. 5.1 – Architecture de l’application d’accès aux métadonnées
Aucune partie de notre application n’est liée à un système d’exploitation particulier. Les
parties “SI” et “SBC” du serveur d’application reposent sur différentes API Java ; la machine
virtuelle Java JRE 1.5.0 (alias Java 2 version 5.0) est utilisée. Les servlets Java développés
fonctionnent avec Tomcat 5.5. Les pages Web statiques de l’application sont fournies par un
serveur de pages Web Apache 1.3.27.
5.2
L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SI”
Après avoir succinctement indiqué nos principaux choix techniques concernant l’aspect SI
de notre application, nous présentons cette dernière en suivant le point de vue de l’utilisateur.
5.2.1
Choix d’implémentation – aspect “SI”
Pour manipuler les différents formats de données nous faisons appel à diverses API Java. En
particulier, pour manipuler les documents XML nous utilisons l’API standard Jaxp (Java API
for XML Processing). Cette API nous permet d’utiliser XSLT et XPath.
XSLT (eXtensible Stylesheet Language Transformation) est le langage standard de transformation de documents XML. XPath est le langage qui permet d’adresser les éléments du docu-
5.2 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SI”
181
ment XML à transformer. XSLT et XPath sont des recommandations W3C dont les premières
versions ont été rendues publiques en 1999 [W3C99b][W3C99c].
Nous nous servons d’XPath comme d’un langage de requêtes, de la même façon que nous
pourrions utiliser SQL si nos métadonnées étaient stockées dans une base de données relationnelle.
XSLT est un langage fonctionnel. Il est bien adapté à l’implémentation d’algorithmes
récursifs. Nous en mettons en œuvre dans de nombreux endroits de l’application, pour générer
des fichiers d’index inversés1 , des fichiers retrouvant les types parents ou sous-types des
ressources (cf. l’exemple des modes d’emplois code A.4 p. 234), des pages HTML représentant
des arbres XML dont on ne connaı̂t pas à l’avance la profondeur (cf. fig. 5.6, 5.12 et 6.8 p.
186, 199 et 220). D’une façon générale, les structures arborescentes se prêtent bien à la récursion.
Pour développer nos servlets nous utilisons le package javax.servlet. De façon annexe,
nous nous assurons de la validité de notre base de métadonnées vis-à-vis du schéma XML
avec XML Spy 2005, outil qui implémente toutes les spécifications W3C relatives aux éléments
du langage que nous utilisons. Nous effectuons également des contrôles supplémentaires.
Néanmoins, en théorie, la saisie via l’application ne permet pas d’enregistrer de description
invalide.
5.2.2
Navigation et recherche dans la base de métadonnées
Notre application de consultation des métadonnées se présente à l’utilisateur sous la forme
d’un site Web. L’utilisateur y accède avec un navigateur Web standard, via l’Intranet de l’IGN.
La figure 5.2 est une copie d’écran de la page d’accueil. La barre de navigation, située à gauche,
offre plusieurs fonctionnalités :
– Le lien “Navigation dans les index” mène au diagramme de la page d’accueil (dont les
éléments sont cliquables).
– Le lien “Soumettre une requête” mène au formulaire montré fig. 5.9 p. 193. L’utilisateur
ne fait que remplir ce dernier, il n’utilise aucun langage de requête (i.e. il ne saisit pas
d’expression de langages comme SQL ou XPath).
– Le lien “Statistiques” mène à la page montrée fig. 5.4.
– Le lien “Index de toutes les ressources” mène à la liste alphabétique de toutes les ressources
indexées dans la base de métadonnées.
– Le champ “Rechercher” permet d’effectuer une recherche plein-texte dans la base de
métadonnées.
La partie “Acquisition” sera discutée au chapitre 6.
La figure 5.3 montre le résultat de la sélection de “Ensemble de traitements” puis de “Logiciel/SIG” : la liste de ces derniers est affichée. La liste peut être triée en prenant comme critère
les propriétés affichées (les têtes de colonnes “nom”, “(domaine de) fonctionnalités”, etc. sont
“cliquables”) ou celles proposées dans la liste déroulante en haut de l’écran. Remarquons que les
flèches situées à gauche des noms de ressources permettent d’en visualiser une courte description.
Les RessourcesTraitements mises à part, la plupart des ressources de notre base de
métadonnées sont reliées entre elles par des relations de spécialisation. Lors de la navigation
dans les index, il est possible de visualiser les taxinomies constituées sous forme arborescente.
La figure 6.1 p. 214 montre un écran affichant la liste des fonctionnalités sous cette forme. Ce
1
Le principe est simple : étant donné un ensemble d’index décrivant les relations entre ressources, on construit
de nouveaux index décrivant les relations inverses. Typiquement, partant de pages Web contenant des listes de
mots, on construit les index inverses qui décrivent pour chaque mot les pages Web qui les contiennent.
182
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
Fig. 5.2 – Page d’accueil de l’application
Fig. 5.3 – Visualisation de la liste des logiciels indexés dans la base de métadonnées
5.2 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SI”
183
Fig. 5.4 – Affichage de statistiques – Génération dynamique de camemberts JChart
type d’écran est généré dynamiquement avec des feuilles XSL dont les templates parcourent
récursivement la hiérarchie des ressources (chaque ressource n’indiquant que son parent direct).
L’utilisateur peut naviguer dans les index ; il peut aussi soumettre des requêtes. Celles qui
s’effectuent via le formulaire proposé sont traitées par la partie SBC de l’application. Celles qui
reposent sur la soumission de mots-clés sont plus simples, elles reposent sur la simple recherche
plein-texte. Le résultat est la liste de toutes les ressources dont n’importe lequel des éléments
de description contient la chaı̂ne de caractère soumise par l’utilisateur. Un des obstacles de
ce type de recherche réside dans les problèmes de synonymies ou de multilinguisme. Notre
application permet de le surmonter en partie. Voici un procédé s’appliquant de façon générique.
L’utilisateur pensant avoir un problème de vocabulaire pour utiliser les bons termes de recherche
peut consulter la description des concepts décrits dans la base de métadonnées. Par exemple,
l’utilisateur recherche un programme de détection de talwegs. S’il soumet le mot-clé “talweg” le
résultat de la recherche ne comportera aucun traitement, mais comportera en revanche le concept
“relief”. L’utilisateur demande alors de visualiser la description de ce concept. La liste de toutes
les ressources liées s’affiche. Parmi elles figure le programme “caractérisation des MNT”, qui
répond au besoin de l’utilisateur.
Dans notre contexte, la question du tri des résultats en fonction de la popularité des ressources est un aspect secondaire. Nous n’avons pas cherché à le traiter. Néanmoins, si les utilisateurs le souhaitaient, il n’y aurait aucune difficulté à proposer un tri des résultats en fonction
du nombre de ressources dont la description “pointe” vers les ressources recherchées (“popularité d’après les métadonnées”), ou un tri en fonction du nombre de “clics” effectués depuis une
période donnée par les utilisateurs, indice éventuellement pondéré par l’ancienneté de l’accès ou
le profil des utilisateurs2 (“popularité d’après les utilisateurs”).
2
L’identité des utilisateurs est connue. Les servlets de notre application gardent une trace de leurs actions dans
des fichiers log. Étant dans un contexte Intranet, nous avons stocké la table de correspondances entre les noms des
184
5.2.3
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
Visualisation des descriptions de traitements
À partir des listes de ressources obtenues par un des modes de recherche évoqués, l’utilisateur
accède à la description d’une ressource particulière. La description du programme Accordéon
v.2 telle qu’elle apparaı̂t à l’utilisateur est montrée figure 5.5.
Les pages de descriptions de RessourceTraitement sont organisées selon les cinq facettes qui
structurent notre modèle conceptuel. Chaque facette est signalée par une barre horizontale bleue.
Les descriptions comportent une sixième barre nommée “Ressources liées”, représentant la partie
où sont listées toutes les ressources qui font référence à la ressource courante. Par exemple, à
la fin d’une description d’une librairie se trouvent indiquées toutes les RessourceTraitement qui
l’utilisent. Ce type d’information est simple mais précieux.
Pour plus de la moitié des éléments de description, les valeurs sont des références à
des ressources. De façon systématique, ces valeurs apparaissent sous forme de lien hypertexte (en bleu, ou en violet pour les liens déjà visités)3 . Les autres valeurs, de type simple
(texte, nombres entiers et réels, date, booléens) apparaissent sous forme de texte simple
(en noir). Les illustrations sont un cas particulier. Certaines ne sont que des images raster
non indexées en tant que ressources. C’est le cas de l’image, figure 5.5, où les routes sont
symbolisées en rouge. D’autres illustrations, au contraire, sont des ressources de type Echantillon.
Certains échantillons sont de simples images raster (au format bitmap, GIF, Jpeg ou PNG).
Les autres échantillons – il est important de le souligner – sont des jeux de données réels au
format shape. C’est le cas des deux échantillons qui illustrent la description du programme
Accordéon 5.5. Le jeu de données avant traitement est issu de la version d’octobre 2002 de
la BD Carto et représente des routes de la région de Nice. Il a été généralisé avec le module
AGENT du SIG Lamps2 en février 2006 ; Accordéon est un des programmes qui a été appliqué.
Les jeux de données sont stockés dans la base de métadonnées. Ils sont visualisés dans les pages
HTML de notre application grâce à des applets 4 Java Geotools inclues dans des frames HTML.
utilisateurs et le nom ou l’IP fixe de leur machine, ces derniers étant récupérés par les servlets avec la méthode
getRemoteHost() de l’objet HttpServletRequest créé à chaque accès à une page de l’application (pour les pages
statiques comme la page d’accueil, l’utilisateur est au préalable redirigé automatiquement vers un servlet dédié
au log grâce à une instruction Javascript location.replace(page )).
3
Les propriétés des données sont des éléments de descriptions, mais ce sont aussi des ressources. Elles sont
donc représentées par des liens hypertextes menant à leur description.
4
appl ication widget, un widget étant un élément graphique d’interface (contraction de windows gadget, mais
néanmoins utile ici).
5.2 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SI”
Fig. 5.5 – Description du programme Accordéon (haut de l’écran)
185
186
5.2.4
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
Visualisation des descriptions de modes d’emploi
Les descriptions des modes d’emploi sont visualisées de façon isolée (certaines informations
sont néanmoins également affichées directement dans les descriptions de traitements). La figure
5.6 montre la description du mode d’emploi correspondant au besoin exposé figure 1.9 p. 26.
Les étapes sont présentées sous forme arborescente. Dans le mode d’emploi figure 5.7, les
étapes ne sont pas décrites suivant le formalisme de notre modèle : la page HTML du manuel
de GéoConcept 5 a simplement été incluse automatiquement lors de la phase d’acquisition.
En attendant une éventuelle traduction dans notre modèle, cette possibilité d’intégrer des
documents existants est intéressante. Bien sûr, dans ce dernier cas, l’adaptation au contexte
d’utilisation est interdite. L’adaptation est, en revanche, possible dans le cas “normal” ; nous
verrons bientôt comment.
Les parties supérieures des écrans fig. 5.6 et 5.7 comportent des tableaux indiquant la “parenté” des modes d’emploi et les connaissances et pré-requis hérités. Ce choix de présentation
est fortement inspiré des documentations API classiques dont la figure 5.8 montre un exemple.
De la même façon qu’une classe hérite des propriétés de ses super-classes, un mode d’emploi
hérite des concepts et pré-requis de ses modes d’emploi parents.
Le code qui permet la génération du tableau est montré p. 234.
Fig. 5.6 – Mode d’emploi “Visualisation MNT avec OpenGL”
5.2 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SI”
Fig. 5.7 – Mode d’emploi de la FonctionLogiciel “calage Helmert” du SIG Géoconcept 5.0
Fig. 5.8 – Extrait d’une page de “Javadoc” classique
187
188
5.2.5
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
Gestion des relations d’héritage dans la partie “SI” de l’application
À plusieurs endroits de l’application, nous avons besoin d’obtenir des informations sur la
“généalogie” des ressources, i.e. la liste des ressources qui les spécialisent ou les subsument.
Par exemple, l’utilisateur veut visualiser les échantillons de type vecteur. Il faut lui présenter
les échantillons renseignés comme étant de ce type mais aussi de ses sous-types. Compte tenu
du fait que, dans notre base de métadonnées, chaque description de ressource ne renseigne que
sa parenté directe, trois solutions sont possibles pour obtenir les informations sur la généalogie.
Nous adoptons la solution 3 pour les besoins simples de la partie “SI” de l’application ; la solution
2 est utilisée seulement pour la partie SBC.
Solution 1 : requêtes naı̈ves avec jointures
La première solution est une mauvaise solution. Elle consiste à parcourir naı̈vement la
généalogie des ressources au moyen du langage de requêtes choisi (en l’occurrence XPath, mais
le problème serait exactement le même avec, par exemple, SQL si nous avions décidé de stocker
nos métadonnées dans une base de données relationnelle. Pour plus de clarté pour le lecteur,
nous adoptons d’ailleurs SQL pour l’exemple qui suit).
Ainsi, par exemple, pour retrouver les descendants de la fonctionnalité “TI” (traitement
d’image) on pourrait essayer d’écrire une requête de la forme :
SELECT f1
FROM Fonctionnalité f1, f2, f3, f4
WHERE
( f1.type = f2 and f2.nom = "TI" )
or ( f1.type = f2 and f2.type = f3 and f3.nom = "TI" )
or ( f1.type = f2 and f2.type = f3 and f3.type = f4 and f4.nom = "TI"
)
Mais aussi loin que l’on développe les requêtes de ce type, elles ne pourront retrouver des
descendants d’une profondeur quelconque. En effet, l’algèbre relationnelle n’a pas le pouvoir
d’exprimer des règles de fermetures transitives de relations. Nous écartons donc la solution qui
consisterait à écrire des requêtes telles que celles ci-dessus, même si, en pratique elles auraient
pu localement convenir si l’on avait fait l’hypothèse réaliste mais peu satisfaisante d’un nombre
borné de profondeurs dans les généalogies.
Solution 2 : couplage avec le SBC
La deuxième solution est la plus puissante. Elle consiste à faire appel aux capacités de la
partie SBC de notre application. C’est la solution que nous employons pour calculer les requêtes
soumises par l’utilisateur via le formulaire dédié et pour le calcul des adaptations des modes
d’emploi. Pour les besoins courants de l’application les développements, le couplage est possible
mais lourd. Concrètement, les feuilles XSL utilisées par les servlets Java de la partie SI ne
peuvent invoquer directement le SBC5 , elles ne peuvent accéder aux résultats de ce dernier que
via des fichiers XML qu’il faut faire générer par les servlets. Le processus est assez lourd lors
du développement et assez peu efficace à l’exécution. Nous préférons donc adopter la solution 3,
plus élégante.
5
En fait, en 2001, la version 1.1 du langage XSLT proposée par un groupe de travail du W3C a introduit une
nouveauté avec la possibilité d’utiliser des scripts dans divers langages (Javascript et VBscript notamment). Cette
possibilité a été critiquée car elle remet en question le principe de neutralité de XSL vis-à-vis des plateformes
[van01]. Néanmoins, par exemple, la version 3 de la librairie standard de Miscrosoft pour la manipulation de
documents XML (msxml3.dll) permet l’exécution de scripts au sein de feuilles XSLT, et par ce biais l’invocation
de librairies ou programmes externes. Le souci de sauvegarder la portabilité de notre application était une raison
suffisante pour que nous nous interdisions de recourir aux scripts XSLT.
5.2 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SI”
189
Solution 3 : génération de résultats pré-calculés
La troisième solution consiste à générer des fichiers XML décrivant pour chaque ressource
les informations sur ses ascendants et descendants. Ces fichiers sont construits de façon simple
et efficace au moyen de feuilles XSL parcourant récursivement les relations de spécialisation. En
annexes, les codes A.4, A.5 et A.6 montrent respectivement la feuille XSL qui génère le fichier
indiquant la hiérarchie des modes d’emploi, les extraits des descriptions initiales des modes
d’emploi et les extraits du fichier généré.
5.2.6
Validation et contrôle d’intégrité dans la partie “SI” de l’application
L’administrateur de l’application doit pouvoir s’assurer de la validité de la base de
métadonnées vis-à-vis du modèle. En plus de la spécification de la structure des éléments
XML, le langage XML Schema permet de définir des contraintes d’intégrité sur l’unicité des
identifiants et sur l’existence de ceux auxquels il est fait référence (codes 5.1 et 5.2).
Dans notre modèle XML Schema, chaque élément-ressource possède un attribut id. Le code
5.1 montre deux façons de s’assurer de leur unicité.
<xsd:unique name="uniciteId">
<xsd:selector xpath="."/>
<xsd:field xpath="@id"/>
</xsd:unique>
< !-- Alternative : utilisation du type prédéfini xsd:ID -->
<xsd:attribute name="id" type="xsd:ID"/>
Extrait de code 5.1: XSD – Contrainte d’unicité des identifiants
Le code 5.2 spécifie que les valeurs des éléments réalise sont des clés qui doivent être des
identifiants de fonctionnalités (existence dans les éléments fonctionnalité, chemin @id).
<xsd:key name="identifiantFct">
<xsd:selector xpath="fonctionnalité"/>
<xsd:field xpath="@id"/>
</xsd:key>
<xsd:keyref name="existenceId" refer="identifiantFct">
<xsd:selector xpath="réalise"/>
<xsd:field xpath="."/>
</xsd:keyref>
Extrait de code 5.2: XSD – Contrainte d’existence des identifiants référencés
Les validateurs XML Schema n’implémentent pas toujours toutes les spécifications du W3C.
Nous supposons que c’est pour cette raison que nous n’avons pas réussi à invalider des exemples
erronés à dessein avec XML Spy 2005. D’autres validateurs existent, mais il nous a paru plus
pratique de développer nous-mêmes des feuilles XSL détectant les violations des deux types de
contraintes mentionnées ci-dessus (codes 5.3 et 5.4).
De façon similaire, diverses feuilles XSL peuvent être écrites afin de vérifier la cohérence
entre les ressources. Par exemple, on pourrait vérifier que les fonctionnalités et les types de
données des entrées et sorties des traitements codés sont cohérents avec ceux des algorithmes
qu’ils implémentent.
190
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
<xsl:for-each select="//node()[@id]">
<xsl:variable name="vId" select="@id"/>
<xsl:variable name="vPosition" select="position()"/>
<xsl:for-each select="//node()[@id]">
<xsl:if test="position() != $vPosition and @id=$vId">
erreur : <xsl:value-of select="$Id"/> inconnu.<br/>
</xsl:if>
</xsl:for-each>
</xsl:for-each>
Extrait de code 5.3: XSL – Vérification de la contrainte d’unicité des identifiants
<h2>formats</h2>
<table>
<xsl:for-each select="//text()[starts-with(., ’for’)]">
<xsl:variable name="strReference">
<xsl:value-of select="."/>
</xsl:variable>
<xsl:if test="not(//@id= $strReference)">
<tr>
<td class="erreur">
<xsl:value-of select="$strReference"/>
</td>
</tr>
</xsl:if>
</xsl:for-each>
</table>
Extrait de code 5.4: XSL – Vérification de la contrainte d’existence des identifiants référencés
5.3 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SBC”
5.3
191
L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SBC”
Ce qui vient d’être évoqué concerne la partie “Système d’information” de notre application.
La partie “SBC” repose sur d’autres principes et sur d’autres choix de mise en œuvre.
5.3.1
Choix d’implémentation – aspect “SBC”
Au début des années 2000, la question au sein de la communauté de l’ingénierie des connaissances (IC) était encore ”quel langage pour définir les ontologies du Web sémantique ?”. La
réponse est maintenant connue ; OWL semble adopté. Pour des raisons de compromis entre calculabilité et expressivité, de nouvelles distinctions de sous-familles OWL autres que Lite, DL et
Full verront peut-être le jour mais cela ne remettra pas forcément en cause la base du langage.
À présent d’autres questions en suspens occupent la communauté de l’IC : “quels langages
pour effectuer des requêtes dans les ontologies OWL et les bases de connaissances RDF ? quels
langages pour définir les règles ? quels outils pour exploiter les nouveaux langages en question et
pour réaliser les inférences attendues ?”.
La variété des réponses possibles montre que le Web sémantique est encore en gestation. Les
couches du layer cake ne s’implémentent que de façon progressive.
Les besoins de standardisation du Web sémantique concernent les langages. L’implémentation
des outils est a priori laissée libre, pourvu que les spécifications des langages soient respectées.
Dans le cas des langages de requêtes et de règles, les outils définissent parfois leurs propres
langages. Choix des langages et choix des outils sont alors liés. Nous présentons d’abord le choix
des moteurs d’inférences OWL et SWRL utilisés dans notre application, puis le choix du langage
de requête associé.
Choix du moteur d’inférence
Il existe beaucoup de raisonneurs, spécifiques ou non à OWL. Tous ne se valent pas.
Certains ne raisonnent que sur les individus des ontologies, d’autres sur les concepts (capacités
correspondant respectivement aux T-Box et aux A-Box des LD), et ce, de façon plus ou moins
complète. Par exemple, FaCT++ (Fast Classification of Terminologies, implémenté en C++)
raisonne sur les concepts, Pellet et Racer (Renamed ABox and Concept Expression Reasoner)
permettent aussi de raisonner sur les instances de concepts. Selon le site de Mindswap, Pellet a
été en 2003 le premier raisonneur OWL-DL sûr et complet (“sound and complete”) construit6 .
Pour nos premières expérimentations en 2005 nous avons utilisé Jena 2.2, développé par Hewlett Packard. Ce choix n’a pas été motivé par une raison particulière, sinon que la présentation
sous forme d’API Java nous a paru simple à utiliser. Nous avons cherché un autre raisonneur
lorsque nous avons voulu définir et exécuter des règles avec variables. En effet, Jena 2.2 permet
bien l’usage de règles, mais il s’agit des règles JenaRules et non SWRL, langage que nous avions
choisi d’utiliser. Nous sommes donc partis en quête d’un moteur d’inférence SWRL. Nous en
avons trouvé très peu. Notre choix s’est arrêté sur un programme développé à l’université libre
de Berlin [Mei05] et reposant sur le raisonneur Sesame 1.2.1 développé par la société Aduna
[Ope05]. Le nom “Sesame” est une allusion au mot de passe ouvrant la grotte dans “les contes
des 1001 nuits”.
Sesame est une plateforme Java open source 7 pour stocker, effectuer des requêtes et
raisonner sur une base de documents RDF et RDF Schema [Ope05].
6
Site du projet Mindswap (Maryland Information and Network Dynamics Lab Semantic Web Agents Project),
http://www.mindswap.org/2003/pellet/.
7
Sesame est disponible sous licence LGPL, http://www.openrdf.org/
192
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
Ni Jena 2.2 ni Sesame 1.2.1 ne sont capables de saturer une base de connaissances OWL DL
(i.e. de mener toutes les inférences possibles prévues par la sémantique OWL DL). Quant au
moteur SWRL que nous utilisons, nous allons voir qu’il souffre malheureusement de limitations
rédhibitoires pour nos besoins.
Depuis notre choix de moteur SWRL, d’autres sont apparus. Par exemple, en décembre 2005
est sortie la version 1.9 du raisonneur commercial RacerPro, commençant pour la première fois
à implémenter un moteur SWRL ([KG05], §2.6). Le raisonneur KAON (KArlsruhe ON tology
and Semantic Web infrastructure) est également capable, dans sa version 2, d’exécuter des règles
SWRL8 .
D’autres nouveaux outils du Web sémantique sont référencés, notamment sur le site du
W3C9 .
Choix du langage d’interrogation
Le langage de requêtes que nous utilisons est SeRQL (Sesame RDF Query Language). Il a
été développé par Aduna, en tant que composant de la plateforme Sesame. SeRQL combine les
caractéristiques de plusieurs autres langages de requêtes tels que RQL, RDQL, N-Triples et N3
[BL05]10 .
Ce langage est en phase de maturation. Nous avons commencé par utiliser la version 1.2,
puis la version 2 bêta en décembre 2005. SPARQL (Sparql Protocol And RDF Query Language)
est un autre langage de requêtes RDF. Il est, lui, une recommandation du W3C. Nous avons
néanmoins utilisé SeRQL en raison de son association à Sesame.
Construction de la base de connaissances
Dès lors que le choix d’une architecture duale SI/SBC s’est imposé, un de nos objectifs a
été d’automatiser les opérations d’importation et d’exportation. Pour cela nous avons écrit des
feuilles XSL. Les taxinomies simples de concepts (ontologies légères) sont exportées facilement de
XML vers OWL. La simple indication du type des individus s’effectue également sans problème :
les instances XML des RessourceTraitement sont transformées en ressources RDF instances des
classes OWL.
En revanche, les axiomes de classes et le détail des descriptions ont dû être saisis manuellement via l’éditeur Protégé, version 3.0 bêta puis 3.1. Les axiomes de classes, hormis certains pour
les FamilleTraitement, sont absents de notre base de métadonnées SI : notre modèle XML Schéma
n’est pas un langage de définition d’ontologies lourdes (ce qui supposerait des développements
déraisonnables pour notre application Web, sachant que même une application aussi importante
que Protégé 3.1 ne permet pas la création d’ontologies aussi complexes que celles normalement
possibles en OWL11 ).
Concernant le détail des descriptions, le temps nous a manqué pour achever de développer
les feuilles XSL permettant le passage SI vers SBC. La gestion des identifiants des ressources
RDF ne rend pas la tâche insurmontable mais tout de même un peu compliquée. Inversement,
pour le passage SBC vers SI, ce sont les différentes syntaxes RDF possibles qui compliquent la
traduction (cf. les codes RDF équivalents 5.7 et A.7).
Concernant la traduction des règles de notre format XML en SWRL, l’obstacle essentiel
concerne l’adressage des métadonnées avec le passage de la notation “DOM” à la notation
“prédicats”. Au moment de l’achèvement de la rédaction de ce mémoire nous n’avions pas
surmonté cet obstacle, mais nous pensons que l’objectif n’est pas hors d’atteinte. Pour la saisie
manuelle des règles SWRL nous avons utilisé le plug-in fourni avec Protégé 3.1.
8
http://kaon2.semanticweb.org/
http://www.w3.org/2004/OWL/, section “Tools, Projects and Applications”.
10
Le domaine évolue. On trouve les archives du groupe de travail du W3C “RDF Data Access Working Group”
sur http://www.w3.org/2001/sw/DataAccess/
11
Par exemple, l’interface de Protégé 3.1 ne permet pas de sélectionner des concepts pour affecter une valeur à
une ObjectProperty. Pourtant, cela est normalement possible en OWL Full.
9
5.3 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SBC”
5.3.2
193
Simulation du raisonnement ER 1 – Recherche de traitements
Nous allons suivre pas à pas le déroulement de l’exemple de raisonnement ER 1. Nous
l’avons déjà présenté pages 20 et 120.
L’utilisateur accède à la page d’accueil de l’application. Il sélectionne le lien “soumettre une
requête” dans la frame de navigation. Il remplit le formulaire de saisie de requête qui s’affiche
alors, en renseignant, à l’aide des listes déroulantes proposées, le lieu de développement, le type
de l’entrée et le type de la sortie de la RessourceTraitement recherchée.
Fig. 5.9 – Formulaire d’expression de requêtes multi-critères
L’utilisateur soumet la requête ER 1 via le formulaire montré fig. 5.9. La requête en SeRQL
est générée (code 5.5).
SELECT trait
FROM {trait}
{trait}
{trait}
{entree}
{trait}
{sortie}
WHERE
AND
AND
AND
o
ldd
tdAbstE
tdAbstS
<http://www.w3.org/1999/02/22-rdf-syntax-ns#type
<http://www.ign.fr#lieuDeDeveloppement>
<http://www.ign.fr#entree>
<http://www.ign.fr#typeAbst>
<http://www.ign.fr#sortie>
<http://www.ign.fr#typeAbst>
=
=
=
=
<http://www.ign.fr#RessourceTraitement>
<http://www.ign.fr#IGN>
<http://www.ign.fr#vecteurLigne>
<http://www.ign.fr#vecteur>
Extrait de code 5.5: SeRQL – Requête ER 1
{o},
{ldd},
{entree},
{tdAbstE},
{sortie},
{tdAbstS}
194
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
À ce stade du déroulement de l’exemple, si on exécute la requête SeRQL on n’obtient
aucun résultat car la base de connaissances ne contient que les définitions OWL et assertions
RDF exposées codes 5.6 et 5.7. La notation RDF adoptée est celle de triplets “à plat”. Elle
nous semble plus claire que la notation “arborescente” équivalente des triplets. À titre de
comparaison, nous donnons en annexe la version “arbre” du code 5.7 page 236 (code A.7).
La comparaison entre les deux notations est nécessaire pour décider comment écrire nos
feuilles XSL d’importation et exportation SI/SBC. Elle est intéressante car elle montre pourquoi l’exploitation d’un fichier XML arborescent conforme à un schéma ad hoc est nettement
plus aisée que celle de fichiers RDF à la structure de graphes et, qui plus est, à la syntaxe variable.
< !-- Remarque : les id des classes commencent par des majuscules -->
<owl:Class rdf:ID="Programme">
<rdfs:subClassOf rdf:resource="#Traitement"/>
</owl:Class>
<owl:Class rdf:ID="Organisation"/>
<owl:Class rdf:about="#Vecteur">
<rdfs:subClassOf rdf:resource="#TypeDonneeAbst"/>
</owl:Class>
<owl:Class rdf:ID="VecteurLigne">
<rdfs:subClassOf rdf:resource="#Vecteur"/>
</owl:Class>
<owl:Class rdf:ID="VecteurSurface">
<rdfs:subClassOf rdf:resource="#Vecteur"/>
</owl:Class>
< !-- ... -->
<owl:Class rdf:about="#VecteurLigne">
<owl:disjointWith rdf:resource="#VecteurSurface"/>
</owl:Class>
< !-- ... -->
Extrait de code 5.6: OWL – Base de connaissances avant inférences (partie terminologique)
Pour inférer de nouveaux triplets RDF et les ajouter à notre base de connaissances, il faut
appliquer les trois règles SWRL du tableau 5.1. Nous réalisons cela en exécutant les instructions
du programme local.java développé à l’université de Berlin12 .
12
http://www.inf.fu-berlin.de/inst/ag-nbi/research/swrlengine/local.java
5.3 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SBC”
<Programme rdf:ID="buffer">
<lieuDeDeveloppement rdf:resource="#COGIT"/>
<entree rdf:resource="#entBuffer"/>
<sortie rdf:resource="#sorBuffer"/>
</Programme>
<Organisation rdf:ID="IGN"/>
<Organisation rdf:ID="ServiceRechercheIGN">
<appartientOrganisation rdf:resource="#IGN"/>
</Organisation>
<Organisation rdf:ID="COGIT">
<appartientOrganisation rdf:resource="#ServiceRechercheIGN"/>
</Organisation>
<Donnee rdf:ID="entBuffer">
<typeAbst rdf:resource="#vecteur"/>
</Donnee>
<Donnee rdf:ID="sorBuffer">
<typeAbst rdf:resource="#vecteurSurface"/>
</Donnee>
< !-- individus "uniques" de concepts créés pour remplacer ces
derniers lorsqu’on value la propriété "typeAbs". Ainsi on évite de
tomber dans OWL Full. -->
<Vecteur rdf:id="vecteur"/>
<VecteurLigne rdf:ID="vecteurLigne"/>
<VecteurSurface rdf:ID="vecteurSurface"/>
<swrl:Imp rdf:ID="r appartientLieuDeDev">
<swrl:head>
< !-- ... -->
Extrait de code 5.7: RDF – Base de connaissances avant inférences (partie assertionnelle)
195
196
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
Définition de la hiérarchie des classes : on utilise l’élément du langage RDFS
subClassOf. La transitivité de la relation est définie nativement. Il n’y a pas de fait
à ajouter explicitement, le moteur de requête SeRQL est capable de retrouver la
hiérarchie.
Transitivité de la propriété appartientOrganisation : on la spécifie en utilisant
l’élément du langage OWL transitiveProperty. appartientOrganisation est une
objectProperty pouvant relier deux Organisation.
Transitivité de la propriété sousType : on la spécifie en utilisant l’élément du
langage OWL transitiveProperty. sousType est une objectProperty pouvant
relier deux TypeAbst.
Pour les deux propriétés précédentes, il n’y a pas de fait à ajouter explicitement car
le moteur de requête SeRQL est capable d’exploiter la transitivité.
Règle “r appartientLieuDeDev” : si un traitement t est développé dans une
organisation o1 et que o1 appartient à une organisation o2, alors le traitement t est
développé dans o2. Le code SWRL est donné p. 176 (code 4.23). Voici une notation
plus compacte :
lieuDeDeveloppement(?t, ?l1) ∧ appartientOrganisation(?l1, ?l2)
→ lieuDeDeveloppement(?t, ?l2)
Règle “r typeAbstEntree” : si un traitement t a pour entrée une donnée d, que
d est de type abstrait tda1, et que tda1 est un sous type de tda2, alors d est de type
abstrait tda2.
entree(?t, ?d)
∧ typeAbst(?d, ?tda1)
∧ sousT ype(?tda1, ?tda2)
→ typeAbst(?d, ?tda2)
Règle “r typeAbstSortie” : la règle est identique à la règle précédente, à ceci
près qu’elle porte sur les sorties et que les types sont inversés dans la 3ème prémisse.
sortie(?t, ?d)
∧ typeAbst(?d, ?tda1)
∧ sousT ype(?tda2, ?tda1)
→ typeAbst(?d, ?tda2)
Tab. 5.1 – Propriétés RDFS/OWL et règles SWRL utilisées pour ER 1
5.3 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SBC”
197
Les faits suivants sont générés :
– lieuDeDéveloppement(Buffer, IGN)
– typeAbst(entBuffer, Vecteur)
– typeAbst(sorBuffer, VecteurSurface)
(règle appartientLieuDeDev)
(règle r typeAbstEntree)
(règle r typeAbstSortie)
Le moteur SWRL utilise les capacités de Sesame pour mener toutes les inférences nécessaires.
Il n’ajoute pas dans la base toutes les connaissances inférées – on ne le lui demande pas –, il
ajoute seulement les conclusions des règles déclenchées. Par exemple, l’assertion “appartientOrganisation(COGIT, IGN)” a été correctement utilisée mais n’a pas été ajoutée à la base de
connaissances.
La requête SeRQL ER 1 peut maintenant être soumise au moteur d’interrogation de Sesame
(cf. code A.13 p.240). Les identifiants des RessourceTraitement résultats – le seul programme
buffer.java, en l’occurrence – sont passés en paramètre de la feuille XSL qui récupère les descriptions dans la partie SI. Une dernière feuille XSL, enfin, génère le HTML qui est envoyé au
client (fig. 5.10).
Fig. 5.10 – Résultat ER 1
Commentaires
Pour réussir à faire fonctionner ce type de requête nous avons été contraints de faire
plusieurs choix de développement qui méritent quelques commentaires.
La contrainte la plus gênante à nos yeux a été de devoir créer l’ObjectProperty sousType
pour les règles du tableau 5.1 et des individus représentant les concepts pour le code 5.7. Sans
ces artifices, le moteur d’inférence que nous utilisons n’aurait pas fonctionné13 .
Nous aurions préféré n’utiliser que des concepts et le constructeur rdfs:subClassOf. Cela
nous a été interdit car d’une part, donner à des propriétés des concepts pour valeur fait basculer
dans OWL Full pour lequel il n’existe pas de raisonneurs complets, d’autre part, nous avons
échoué à utiliser des prédicats “isInstanceOf” ou “isSubclassOf” dans les prémisses de nos règles
SWRL.
Un autre point est potentiellement problématique. Il concerne la règle r typeAbstEntree (tab.
5.1) : on pourrait craindre que des faits erronés soient générés. Par exemple, cette règle implique
qu’une entrée de type vecteur est à la fois de type vecteurPoint et de type vecteurLigne. Or,
les concepts VecteurPoint et VecteurLigne sont déclarés disjoints dans l’ontologie OWL. La
base de faits devient donc inconsistante. En fait, on s’accommode de cet inconvénient car ici
les inférences sont contextuelles à la requête. Elles ne sont pas utilisées en dehors. Cette notion
d’interprétation contextuelle qui nous contraint à procéder de la sorte est illustrée tab. 3.1,
p. 131.
13
Les créateurs du moteur précisent : “OWL reasoning beyond RDF Schema inheritance is not considered in
the current version of the engine, yet it is subject of future work.” [Mei05].
198
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
Un dernier commentaire est à formuler au sujet de la démonstration de l’exemple ER 1. Notre
application n’a pu générer automatiquement le code RDF et SWRL requis à partir de la base de
métadonnées au format SI. La mise en œuvre de nouveaux exemples nécessitera l’intervention
d’un administrateur de l’application pour écrire “à la main”, ou via un éditeur comme Protégé,
le code RDF & SWRL.
5.3.3
Simulation du raisonnement ER 2 suite – Classification de problème
Le raisonnement ER 2 suite a pour but de déterminer que les problèmes d’empâtement sont
des problèmes de lisibilité (cf. p. 122).
Nous avons mis en œuvre ce raisonnement de classification en utilisant l’API Jena 2.2. Le
moteur d’inférence de Sesame 1.2, qui implémente seulement la sémantique du langage RDF-S,
n’est pas être capable d’effectuer les classifications reposant sur la sémantique que OWL ajoute
à RDF-S. Lors de nos tests nous n’avons utilisé les capacités d’inférence RDF-S de Sesame que
par l’intermédiaire du moteur SWRL. Les requêtes SeRQL, que nous avons exécutées via l’API
de Sesame, ne mettent pas en œuvre d’inférences.
Les expérimentations avec Jena 2.2 ont été réalisées par le biais de programmes Java sans
liens avec notre application. Les brancher pourra faire l’objet de développements futurs.
Nous introduisons ici une variante par rapport à l’énoncé du raisonnement donné p. 122 : nous
créons un individu “problème empâtement virage serré isolé” instance du concept “empâtement”
(cf. fig. 5.11). Les concepts de l’ontologie, notamment l’axiome de la classe “généralisation cartographique”, sont inchangés.
Le code A.14 donné en annexe p. 240 effectue la classification et indique ce que nous
attendions, à savoir que l’individu en question est un problème de lisibilité.
Fig. 5.11 – Exemple ER 2 suite – définition de l’individu à classifier (édition avec Protégé 3.1)
5.3.4
Simulation du raisonnement ER 3 – Adaptation de mode d’emploi
Nous allons maintenant suivre au pas à pas le déroulement de l’exemple de raisonnement
ER 3. Nous l’avons déjà présenté pages 21 et 123. Le scénario correspond au diagramme de
séquence défini page 137.
5.3 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SBC”
199
Du point de vue de l’utilisateur
Après avoir soumis une requête, navigué dans les index ou suivi un lien à partir d’une
page quelconque de l’application, l’utilisateur accède à la description du logiciel FreeWRL (fig.
5.12). Il demande la description d’un mode d’emploi adapté à son contexte d’utilisation en
sélectionnant le lien prévu à cet effet. Le formulaire de saisie du contexte d’utilisation s’affiche (fig. 5.13). L’utilisateur le remplit et le soumet. Le mode d’emploi adapté s’affiche (fig. 5.14).
Figure 5.12, le tableau jaune décrit les propriétés de l’entrée de FreeWRL. Le tableau
ne contient pas de colonnes avant et après traitement car l’entrée n’est pas modifiable (cf.
comparaison avec la fig. 5.5). Dans le cas présent, la seule propriété décrite est le nombre
d’objets. Deux préconditions lui sont associées, selon la valeur de la RAM (Random Access
Memory, ou mémoire vive) de l’environnement de travail de l’utilisateur.
Le lien “adaptation au contexte d’utilisation” mène à l’écran montré figure 5.13.
Fig. 5.12 – Description du logiciel FreeWRL
200
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
Fig. 5.13 – Formulaire de description du contexte de l’utilisateur
Fig. 5.14 – Mode d’emploi de FreeWRL adapté au contexte de ER 3
5.3 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SBC”
201
Du point de vue de l’application
Principe général
Hormis les pages d’accueil statiques, chaque écran de l’application est généré dynamiquement par un servlet. L’utilisateur clique sur les hyperliens, soumet des formulaires ; les requêtes
HTTP sont envoyées au serveur (avec les méthodes GET ou POST) ; les servlets appelés
effectuent diverses opérations puis envoient au client les pages HTML générées. Le tableau 5.2
décrit comment sont générées les trois pages de l’exemple ER 3.
Action utilisateur
Page appelée
Sélection d’un traitement
DetailElement
Demande
du mode
contexte
SpecifContexteUtilisation
d’adaptation
d’emploi au
Saisie et soumission du
formulaire de saisie du
contexte
ModeEmploiAdapte
Opérations effectuées côté serveurs
1 – On applique traitement.xsl au DOM XML correspondant au traitement dont l’id est donné en paramètre. Le HTML produit est envoyé au client.
1 – On génère le DOM askCTX.xml en appliquant la feuille XSL genXML askCTX.xsl à modele.xml. genXML askCTX.xsl contient des règles
pour adapter le formulaire de saisie en fonction du
traitement. Ces règles sont internes au système. On
obtient un DOM XML conforme à askCTX.xsd.
2 – On applique saisie contexte.xsl à askCTX.xml ;
on obtient le HTML du formulaire de saisie. On l’envoie au client.
1 – On écrit contexte.xml conforme à contexte.xsd
à partir des valeurs des champs de saisie. La partie
requise par le traitement existe déjà ; on la récupère.
2 – On infère tout ce qu’on peut sur l’utilisateur.
3 – On calcule le delta(ctx user inféré, ctx requis)
en utilisant les inférences OWL pour établir
les correspondances non évidentes. Grâce aux
résulats de ces mises en correspondance on est
en mesure d’évaluer les prémisses des règles
d’adaptation, donc de savoir s’il faut déclencher
ces dernières. On génère mode emploi adapte.xml
conforme à mode emploi adapté.xsd avec la feuille
genere mode emploi adapte.xsl (appliquée à modele.xml et utilisant contexte.xml).
4 – On applique mode emploi adapte.xsl à mode
emploi adapte.xml pour produire le HTML final.
Tab. 5.2 – Adaptation du mode d’emploi d’un traitement au pas à pas
Le principe général est de manipuler des documents XML14 au moyen de feuilles XSL pour :
– extraire les parties de la base des métadonnées répondant aux requêtes XPath (générées
par les servlets Java à partir des paramètres des requêtes HTTP),
– transformer et assembler les divers documents XML générés,
– générer les documents HTML finaux.
Le comportement des feuilles XSL dépend souvent de plusieurs paramètres comme l’id, le
type de la ressource courante ou le profil de l’utilisateur. La plupart du temps nous incluons ces
paramètres soit dans le fichier XML à transformer, soit dans des fichiers XML auxiliaires qui
sont lus par les feuilles XSL. Mais parfois ce procédé est impossible – par exemple dans le cas
de certaines expressions XPath – ou trop lourd ; nous générons alors dynamiquement le code
14
Parfois les documents XML doivent être sauvegardés. Ils sont alors stockés sur le disque en tant que fichiers
XML. Cela permet notamment de garder une trace précise des actions des utilisateurs. Mais la majorité du temps,
les documents XML n’existent en fait que temporairement dans la mémoire vive sous forme d’objet DOM.
202
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
source des feuilles XSL dans les servlets Java15 . Une solution que nous nous sommes interdit
aurait pu être l’emploi de scripts msxml autorisés à figurer dans les feuilles XSL s’exécutant
avec le parseur XML de Microsoft et capables notamment d’utiliser des objets COM, mais
notre application n’aurait alors pu fonctionner que sur des systèmes d’exploitation Windows.
Détaillons l’implémentation de quelques-unes des étapes décrites par le tableau 5.2.
Génération du formulaire posant les questions “pertinentes” sur le contexte de l’utilisateur
Le code 5.8 montre un extrait de la feuille XSL qui génère le document XML à partir duquel
l’écran de saisie du contexte de la figure 5.13 est généré.
Fig. 5.15 – Opérations effectuées lors de l’appel du servlet SpecifContexteUtilisation
<xsl:for-each
select="/mdt/mode emplois/mode emploi[@id=$vId me]//traitement requis">
<xsl:choose>
<xsl:when test="substring(., 1,3) =’cat’ ">
< !-- on va récupérer tous les logiciels de la catégorie -->
<xsl:variable name="vCat" select="."/>
<xsl:for-each select="/mdt/logiciels/logiciel[type=$SvCat]">
<traitement requis><xsl:value-of select="@id"/></traitement requis>
</xsl:for-each>
</xsl:when>
<xsl:otherwise>
<xsl:copy-of select="."/>
</xsl:otherwise>
</xsl:choose>
</xsl:for-each>
Extrait de code 5.8: XSL – Construction du formulaire de saisie “pertinent” (genXML askCTX.xsl)
15
Un exemple où l’on recourt à ce procédé est donné code A.12, page 239.
5.3 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SBC”
203
Calcul du mode d’emploi adapté
L’utilisateur a reçu le formulaire de saisie de son contexte. Il le remplit et le soumet. Le servlet
ModeEmploiAdapte est appelé. À partir des champs reçus, d’une part, et de la description de
FreeWRL présent dans la base de métadonnées, d’autre part, le document XML exposé code
5.9 est généré. Ce code correspond au diagramme de classe fig. 3.3, p. 137.
<contexte>
<traitement>logFreeWRL</traitement>
<contexte traitement>
<entrées>
<entrée>
<type donnée>td3D</type donnée>
<format>forVRML</format>
<modifiable>non</modifiable>
<pte ref="pteNombreObjets">
<précondition>
<plusPetitQue>
<environnementW>
<RAM>512</RAM>
</environnementW>
<valeur>5000</valeur>
</plusPetitQue>
</précondition>
</pte>
</entrée>
</entrées>
</contexte traitement>
<contexte utilisateur>
<entrée fournie>
<format>forVRML</format>
<type donnée>td3D</type donnée>
<pte ref="pteNombreObjets">7000</pte>
</entrée fournie>
<sortie attendue/>
<environnementW>
<OS>null</OS>
<logiciel>null</logiciel>
<RAM>128</RAM>
<DD/>
<fréquenceProcesseur/>
</environnementW>
<connaissances requises/>
<préférence/>
</contexte utilisateur>
</contexte>
Extrait de code 5.9: XML – Contexte de l’exemple ER 3
L’utilisateur peut omettre des informations lors de la description de son contexte. Soit
qu’il les ignore (p.ex. origine de ses données), soit qu’il néglige de les indiquer (p.ex. système
d’exploitation, version des logiciels dont il dispose). Les règles stockées dans la base de connaissances doivent servir à déduire des informations du contexte. En l’occurrence, si l’utilisateur
ne mentionne pas que ses données sont de type “3D”, l’application le déduit grâce au format
“VRML” indiqué. Nous avons implémenté quelques règles de ce type en XSL à des fins de
tests. Cependant, la philosophie de notre application est de les implémenter en SWRL. En
204
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
l’occurrence, cette dernière voie ne pose pas de difficulté mais a pour inconvénient de demander
un certain temps de développement (en raison du couplage en XSL et le moteur SWRL). Pour
cette étape de l’adaptation des modes d’emploi nous n’avons pas eu le temps d’achever les
développements comme il aurait convenu.
À partir de la description des contextes utilisateur et requis pas FreeWRL, le diagnostic du
problème de RAM est posé grâce à la règle dont nous montrons ci-dessous l’expression dans
trois formalismes : abrégé, au format de notre SI (code 5.10) et au format de notre SBC, i.e.
en SWRL (code 5.11). Le code SWRL 5.11 s’applique à la description OWL schématisée fig. 5.16.
Le formalisme abrégé, en employant la notation DOM, est la suivante :
Si
et
Alors
contexte traitement.entrée.propriété[’pteNombreObjets’].precondition.valeur <
contexte utilisateur.entrée.propriété[’pteNombreObjets’]
contexte traitement.entrée.propriété[’pteNombreObjets’].precondition.RAM =
contexte utilisateur.RAM
detection(diagnostic, RAM insuffisante)
<règle id="rgNbObjetsRAM">
<nom>RAM insuffisante - nb. d’objets</nom>
<description>détection de RAM insuffisante d^
ue au trop grand nombre
d’objets</description>
<si alors>
<si>
<et>
<prédicat ref="Egal">
<dom mdt>contexte.contexte utilisateur.entrée fournie.pte.
précondition.plusPetitQue.environnementW.RAM</dom mdt>
<dom mdt>contexte.contexte utilisateur.entrée fournie.pte.
précondition.environnementW.RAM</dom mdt>
</prédicat>
<prédicat ref="plusPetitQue">
<dom mdt>contexte.contexte traitement.entrée attendue.pte.
précondition.plusPetitQue.valeur</dom mdt>
<dom mdt>contexte.contexte utilisateur.environnementW.RAM</dom mdt>
</prédicat>
</et>
</si>
<alors>
<problème ref="pbRAMinsuffisante"/>
</alors>
</si alors>
<porte sur>problème</porte sur>
<formalisme>horn</formalisme>
</règle>
Extrait de code 5.10: XML – Règle pour la détection du problème de RAM insuffisante
5.3 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SBC”
205
Fig. 5.16 – Classes et individus OWL du contexte de l’exemple ER 3
Nous n’avons pas pu exécuter la règle code 5.11 – traduite en syntaxe SWRL officielle par le
plug-in de Protégé 3.1 – car le moteur que nous utilisons n’implémente pas encore les prédicats
swrlb:equal et swrlb:greaterThan. Ces prédicats sont des prédicats ”built-in” (d’où le ’b’ du
préfixe “swrlb”), c’est-à-dire des extensions au noyau du langage ([HPSB+ 04], §8).
De toutes façons, la règle 5.11 n’est en l’état pas capable de s’appliquer à tous les cas
possibles. En effet, en supposant que les RAM ne peuvent prendre que certaines valeurs (des
puissances de 2 la plupart du temps), il faudrait exprimer une condition par valeur. Or notre
règle 5.11 ne permet, en l’état, de ne considérer qu’une précondition. Nous n’avons donc pas
suffisamment poussé les développements pour réaliser l’exemple ER 3 de la façon espérée.
Nous voulions néanmoins réussir à atteindre au moins partiellement le but. Pour cela,
nous avons implémenté la règle de détection du problème de RAM de façon ad hoc en XSL,
la condition étant exprimée en XPath (code 5.12). La feuille XSL en question s’applique au
code XML 5.9. C’est une entorse à la philosophie de notre application car le mécanisme de
réponse ne repose plus sur un langage de représentation des connaissances mais sur un langage
de programmation où les connaissances sont figées dans le code. C’est donc une solution “SI”
et non une solution “SBC”.
Précisément en raison des problèmes qu’il pose, l’exemple ER 3 est intéressant à plusieurs
titres. Il permet de constater la lourdeur des règles SWRL dès lors que des structures de données
un peu complexes doivent être adressées. Comparativement, le couple XSL/XPath est d’une
expressivité plus faible mais d’une bien plus grande concision. En l’occurrence, une faible expressivité suffit puisque ER 3 ne requière pas de raisonnement de classification comme dans ER
1.
L’exemple ER 3 permet également de mesurer la difficulté qu’il y aurait à automatiser
totalement la traduction des règles au format XML “SI” vers le format SWRL “SBC”. Le
premier doit être sauvegardé pour faciliter la lecture et la saisie par les utilisateurs, le deuxième
206
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
∧
∧
∧
aTraitementCourant(contexteTrait, ?trait)
aEntree( ?trait, ?entreeTrait)
aPropriete( ?entreeTrait, ?nbObjetsEntTrait)
estUn( ?nbObjetsEntTrait, NombreObjets)
∧
∧
∧
aPrecondition( ?nbObjetsEntTrait, ?condition)
aPrédicat( ?condition, ?egal1)
est un( ?egal1, Egalité)
∧
∧
∧
aArgument1( ?egal1, ?RAMtrait)
est un( ?RAMtrait, RAM)
aValeur( ?RAMtrait, ?valeurRAMtrait)
valeur de la RAM requise
par le traitement
∧
∧
aRAM(contexteUser, ?RAMuser)
aValeur( ?RAMuser, ?valeurRAMuser)
valeur de la RAM
de l’utilisateur
∧
swrlb:equal( ?valeurRAMuser, ?valeurRAMtrait)
comparaison des RAM
∧
∧
∧
aPrédicat( ?condition, ?plusPetitQue1)
est un( ?plusPetitQue1, PlusPetitQue)
aArgument1( ?plusPetitQue1, ?nbObjTrait)
type de prédicat
∧
∧
est un( ?nbObjTrait, NombreObjets)
aValeur( ?nbObjTrait, ?valeurNbObjTrait)
valeur du nombre
requis par le traitement
∧
∧
∧
∧
aDonne(contexteUser, ?entUser)
aPropriété( ?entUser, ?pteNbObjUser)
est un( ?pteNbObjUser, NombreObjets)
aValeur( ?pteNbObjUser, ?valeurNbObjUser)
valeur du nombre
d’objet de l’utilisateur
∧
swrlb:greaterThan( ?valeurNbObjTrait, ?valeurNbObjUser)
comparaison des nb. obj.
⇒
detection(diagnostic, RAM insuffisante)
conclusion
propriété nb. objets
type de prédicat
Extrait de code 5.11: SWRL – Règle pour la détection du problème de RAM insuffisante
La syntaxe SWRL est simplifiée : c’est celle qu’accepte le plug-in SWRL de Protégé 3.1.
contexteTrait, contexteUser, diagnostic et RAM insuffisante sont des individus définis dans la base de
connaissances avant l’exécution de la règle.
RAM, NbObjets, Egalite et PlusPetitQue sont des classes.
Les noms des variables, préfixés par ’ ?’, sont quelconques ; nous ne les faisons correspondre avec les noms
d’individus existants fig. 5.16 que pour une raison mnémotechnique.
Le prédicat binaire est un(i, C) indique si l’individu i est instance de la classe C. Ce prédicat se note
en fait en SWRL sous la forme d’un prédicat unaire C(i) ([HPSB+ 04], §2.1). Nous avons créé de toute
pièce le prédicat est un pour contourner l’incapacité du moteur SWRL que nous utilisons à calculer les
prédicats C(i) : à chaque classe on associe un individu spécial qui la représente ; ces individus servent
ensuite de 2ème argument de l’objectProperty OWL / prédicat SWRL est un. Cette solution peut
sembler artificielle mais elle fonctionne bien.
5.3 L’application d’accès aux métadonnées – aspect “SBC”
207
est nécessaire à l’opérationnalisation des règles ; nous sommes là confrontés au dilemme classique
entre aspects déclaratif et procédural.
<xsl:if test="/contexte/contexte utilisateur/environnementW/RAM =
/contexte/contexte traitement/entrées/entrée/pte/précondition/plusPetitQue/environnementW/RAM
and
/contexte/contexte utilisateur/entrée fournie/pte[@ref = ’pteNombreObjets’] &gt ;
/contexte/contexte traitement/entrées/entrée/pte[@ref = ’pteNombreObjets’]/
précondition/plusPetitQue/valeur">
<problème ref="pbRAMinsuffisante"/>
</xsl:if>
Extrait de code 5.12: XSL – Règle pour la détection du problème de RAM insuffisante16
5.3.5
Enrichissement de la base de métadonnées
Les résultats des inférences effectuées de façon locale, contextuelle et temporaire pour répondre à des requêtes précises, comme dans l’exemple ER 1, ne sont pas destinés à être stockés.
D’autres inférences sont en revanche utiles pour compléter des descriptions de ressources. Par
exemple, un auteur de métadonnées saisit la description du logiciel Geoconcept, décrit ses
principales fonctionnalités, mais omet de spécifier qu’il s’agit d’un SIG ou, inversement, indique
qu’il s’agit d’un SIG mais omet de décrire les fonctionnalités réalisées. Les classifications
d’individus et de concepts OWL permettent de compléter les informations manquantes. Les
connaissances OWL et RDF générées peuvent être exportées au format XML de la base de
métadonnées de la partie SI.
Les inférences OWL et SWRL peuvent donc être utilisées pour enrichir la base de
métadonnées. Nous n’avons pas totalement automatisé le processus mais nous avons fourni
l’environnement logiciel pour qu’un administrateur puisse profiter des capacités d’inférences du
SBC.
Certains moteurs d’inférence OWL permettent également de vérifier la consistance des
ontologies. On peut aussi, par ailleurs, définir nos propres règles SWRL pour détecter les
incohérences entre descriptions de ressources liées (traitement codé/algorithme, ressource
traitement / fonctionnalité, etc.).
Une piste pour enrichir les descriptions incomplètes de logiciels ou de librairies est d’agréger
les propriétés des traitements qui les composent. Supposons par exemple que le package java
appli.bdmul.carrefour17 est indexé dans la base de métadonnées sans que soit spécifié le
type de fonctionnalités qu’il réalise. En revanche, il est indiqué que les classes qui composent
ce package réalisent respectivement les fonctionnalités : “détection de carrefours simples”, et
“détection de carrefours en étoile”, “détection de carrefours en T”, “détection de carrefours en
Y”. Notre système pourrait alors déduire que le package appli.bdmul.carrefour réalise la plus
proche fonctionnalité parente commune à ces fonctionnalités qui est “détection de carrefours”
(fig. 5.17).
16
Le symbole de prédicat “plus grand que” se note &gt ; dans l’expression XPath car > est un symbole réservé
des documents XML, donc également aussi des feuilles XSL.
17
Développé au laboratoire COGIT par É. Grosso.
208
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
Fig. 5.17 – Classification des fonctionnalités de détection de carrefours
L’enrichissement de la base de métadonnées passe également par l’application de règles
SWRL qui transmettent les valeurs de propriétés entre individus. Voici deux exemples typiques.
Certaines bases de données géographiques comportent des attributs représentant explicitement la topologie, d’autres pas. Les jeux de données extraits héritent de cette caractéristique :
Si estDonnée(d) et estBD (bd) et d.origine = bd
Alors d.pté(“topologie”) = bd.pté(“topologie”)
On peut ajouter des conditions supplémentaires afin de réaliser l’exemple ER 7.
Autre exemple de transmission de propriétés, une FonctionLogiciel hérite de beaucoup de
propriétés du Logiciel auquel elle appartient (ici le système d’exploitation).
Si estFonctionLogiciel(fl) et estLogiciel(l) et appartient(fl,l)
Alors fl.OS = l.OS
De telles règles peuvent décharger les auteurs de descriptions d’opérations de saisie fastidieuses. Le choix de l’alternative entre enrichir la base de métadonnées, au prix d’une taille
plus importante, ou de dériver dynamiquement l’information au moyen de règles appartient à
l’administrateur de la base de métadonnées.
5.4
Discussion
Avant de clore la présentation de la partie de notre application dédiée à la consultation des
métadonnées et à la simulation de certains raisonnements de l’expert, tentons d’en faire une
première évaluation.
Évaluation de la partie SI de l’application construite
Les cas d’utilisation relatifs à la consultation des métadonnées (cf. p. 39) ont été réalisés.
Nous ne pouvons pas pour autant affirmer que les besoins d’information des utilisateurs
sont effectivement satisfaits. Cela, seule une validation par la pratique pourra l’indiquer. En
attendant, des tests ont d’ores et déjà apporté plusieurs enseignements. Les tests que nous avons
nous-mêmes menés ne peuvent bien sûr se voir accorder qu’une valeur limitée, compte tenu du
biais méthodologique lié à notre forcément bonne connaissance du système. Les tests effectués
par des utilisateurs témoins sont plus intéressants. Nous avons recueilli les impressions d’une
dizaine d’entre eux, tous chercheurs ou stagiaires au laboratoire COGIT. Une étude sérieuse
aurait nécessité la mise en place d’un protocole de test reproductible, avec des entretiens libres
et non semi-dirigés comme cela a parfois été le cas ; le temps nous a manqué pour mettre cela
5.4 Discussion
209
en place de façon rigoureuse.
Néanmoins, on peut affirmer que, globalement, les fonctionnalités de base que sont la
recherche par mots-clés, la navigation dans les index et la visualisation des descriptions de ressources particulières sont utilisées de façon satisfaisante par les utilisateurs. Ces fonctionnalités,
du reste, n’ont rien d’inédit. Elles sont déjà familières aux utilisateurs habitués à la navigation
sur le Web et aux logiciels d’aide traditionnels, dont notre application ne fait que reprendre les
principaux principes, notamment ergonomiques.
La réalisation de la partie SI de notre application, en fait, ne présentait pas de difficultés.
C’est, en arrière plan, le modèle de métadonnées qui détermine l’adéquation aux besoins des
utilisateurs et, bien sûr, la richesse du contenu de la base de métadonnées. Si nous en jugeons
d’après les exemples de requêtes répertoriées lors des enquêtes et tests menés, notre modèle
comporte bien les éléments de descriptions adéquats. Cela est naturel : il a précisément été
construit à partir des résultats de l’analyse des besoins. Quant à la richesse de la base de
métadonnées dont dépend in fine la satisfaction de la réponse aux utilisateurs, elle ne dépend
plus de nous mais de la bonne volonté des auteurs de descriptions – en supposant toutefois que
notre application soit dotée d’une interface accueillante pour l’acquisition, ce qui est le cas,
comme nous allons le voir au chapitre 6.
En terme de temps d’accès, la partie de SI l’application présente des performances acceptables. Lors des tests effectués aucune page ne mettait plus de cinq secondes à s’afficher. Les
facteurs responsables de cette durée ne sont ni les caractéristiques du poste client18 , ni le débit du
réseau Intranet de l’IGN largement suffisant (réseau local Ethernet, 100 Mbits/sec. théorique),
mais les caractéristiques de la machine hébergeant les serveurs Web et d’application. L’opération
coûteuse en temps processeur et en mémoire vive est le chargement de la base de métadonnées
XML dans des objets DOM et l’application des feuilles XSL. Lors de nos tests, la base de
métadonnées XML occupait 600 ko sur le disque. La machine sur laquelle tournaient les servlets
de l’application était équipée d’un Pentium IV cadencé à 2.4 GHz, d’une mémoire vive de 512
Mo, et avait Windows 2000 pour système d’exploitation. Le moteur de servlets, Tomcat 5, occupait jusqu’à 80 Mo en mémoire vive. Nous n’avons jamais sollicité l’application avec plusieurs
accès simultanés ; cela pourrait dégrader fortement les temps de réponses. Sachant, de plus,
qu’à terme la base de métadonnées devrait normalement voir sa taille multipliée, le recours à
des fichiers index intermédiaires ou, mieux, l’adoption d’une base de données XML native sera
nécessaire.
Évaluation de la partie SBC de l’application construite
La partie SBC de l’application, quant à elle, n’a pas été testée en conditions réelles. Pour
son développement, les sept exemples de raisonnement ER nous ont servi de fil d’Ariane ; c’est
à travers ces sept exemples que, dans un premier temps, nous entendons valider notre application.
La recherche “intelligente” de traitement, comme dans les exemples ER 1 et ER 2 suite,
a été réalisée avec succès. L’adaptation des modes d’emploi au contexte d’utilisation, comme
dans l’exemple ER 3, n’a été réalisée que partiellement par rapport à nos espoirs initiaux. Il est
de toutes façons clair que la simulation du raisonnement de l’expert n’est pas un but que l’on
peut atteindre, mais seulement un but vers lequel on peut tendre.
18
Pour les pages les plus lourdes de l’application – 400 ko, sans les images et les données éventuelles –, on
note toutefois un écart de l’ordre de la demi-seconde selon les navigateurs Web, Internet Explorer 6 possédant un
moteur de rendu HTML un peu plus rapide que ses concurrents.
210
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
Notre système d’adaptation des modes d’emploi au contexte d’utilisation ne contient actuellement pas suffisamment de règles pour être réellement utilisé. Même si l’opérationnalisation
de nouvelles règles demandera l’intervention d’un administrateur du système, leur acquisition
en tant que simples métadonnées présente en soi un intérêt. Les utilisateurs devraient trouver
intérêt à les consulter.
Nous nous sommes heurtés à la difficulté de traduire en SWRL les règles au format SI
utilisant le formalisme DOM pour adresser les éléments de la base de métadonnées. Dès
lors, la question de renoncer à notre format SI se pose. Nous pensons qu’il faut le garder, et
poursuivre le développement de programmes effectuant la traduction automatiquement ou, à
défaut, prévoir de l’effectuer manuellement. En effet, l’interface d’acquisition des règles, élément
crucial pour inciter les experts à exprimer leurs connaissances, gagne beaucoup à employer le
formalisme DOM plutôt qu’une notation à base de prédicats (cf. §6.6 p.217).
Ceci étant entendu, l’administrateur soucieux d’adopter les choix de développement les
plus fiables, simples et rapides à mettre en œuvre pourra demander si en fin de compte il ne
vaut pas mieux implémenter les règles sous forme de templates XSL ad hoc, quitte à recourir à
des fichiers XML annexes générés par le SBC lorsque des raisonnements de classification sont
nécessaires19 . À cette question légitime, évoquée p. 188, nous répondons que la philosophie de
la construction d’un SBC commande d’utiliser SWRL, qu’à long terme ce choix nous semble se
justifier, notamment en terme de facilité de maintenance, les règles SWRL étant des ressources
externes au moteur d’inférence, mais qu’à court terme effectivement le choix de XSL ad hoc
apparaı̂t le plus facile à mettre en œuvre.
Concernant l’automatisation de l’importation et de l’exportation avec le SI, la partie RDF
de notre SBC, aux multiples syntaxes possibles, pose également des problèmes. Nous ne les
avons pas résolus. L’intervention humaine est nécessaire.
Un autre problème, qui n’est pas de notre fait, est dû à la jeunesse des langages OWL et
SWRL, qui implique un manque de maturité des moteurs d’inférence actuels. Cette faiblesse a
limité nos expérimentations, notamment celles de l’exemple ER 3. L’apparition prochaine de
nouveaux moteurs SWRL devrait résoudre ce problème.
Nous n’avons pas abordé les questions de stratégie d’application des règles SWRL, susceptibles d’influer sur les performances du SBC. Le moteur SWRL que nous utilisons fonctionne
en chaı̂nage avant. Contrairement au SI, les temps de réponse du SBC sont très importants. Ils
dépassent souvent la dizaine de secondes alors que nous n’avons mené nos expérimentations que
sur des bases de connaissances réduites (seulement une cinquantaine de concepts et une centaine
d’individus).
19
Pour les règles d’adaptations aux modes d’emploi, l’évaluation des prémisses requiert souvent un raisonnement
de classification (p. ex. le type de la donnée de l’utilisateur est-il une sorte de celui attendu par le traitement ?),
la conjonction des prémisses et le déclenchement de la conclusion requièrent une règle de la forme si - alors.
5.5 Conclusion
5.5
211
Conclusion
Nous avons présenté l’application développée sous ses deux aspects SI et SBC.
Les cas d’utilisation définis au chapitre 1 ont été réalisés. L’utilisateur recherche des traitements et des ressources liées. Il navigue dans la base de métadonnées. Des descriptions lui sont
présentées. Leur forme met en œuvre, notamment, des principes d’héritage permettant un accès
progressif aux connaissances.
L’objectif premier de notre travail est donc atteint : les principaux besoins d’information sur
les traitements sont satisfaits – l’acquisition des métadonnées faisant l’objet du chapitre 6.
Nous avons montré plusieurs exemples de mise en œuvre de raisonnements. Dans le cadre
d’une recherche de traitement, dans le cadre d’une adaptation de mode d’emploi au contexte
d’utilisation, et dans le cadre d’un enrichissement du contenu de la base de métadonnées.
212
Chapitre 5. L’application Web permettant l’accès aux métadonnées
Chapitre 6
Acquisition des métadonnées
La saisie manuelle des descriptions de traitements ou de toutes autres ressources du modèle
s’effectue via des formulaires HTML. La section 6.1 expose la façon dont se déroule le processus
pour l’auteur de descriptions. Au-delà des simples questions relatives à l’interface de l’application, nous essayons de cerner les facteurs qui entravent l’acquisition des métadonnées. La section
6.2 montre comment certains champs de description peuvent être remplis automatiquement. La
section 6.3 envisage les problèmes potentiellement posés par l’évolution future de la base de
métadonnées, en particulier de la partie “ontologique”.
6.1
Saisie manuelle des métadonnées
Nous exposons la façon dont se déroule une saisie de description de traitement à travers
l’exemple du programme Accordéon. Nous montrons ensuite comme se passe la saisie d’une
règle.
6.1.1
Saisie de description de traitement
Une personne veut décrire un traitement. Elle accède à la page d’accueil de l’application
et sélectionne le lien “Ajouter ou modifier des descriptions”. Avant de se voir proposer un
formulaire de description, la personne doit préciser le type de ressource et le domaine de celle-ci.
Dans l’exemple qui nous sert ici, la ressource est un programme du domaine “traitements
données vecteur”. Ces informations conditionnent le type des champs à remplir (p. ex. un fichier
WSDL pour un service Web ou l’absence de partie “implémentation” pour un algorithme) etc.)
et la valeur de ces champs (les types de données, les types d’effets généraux du traitement,
etc.). Les deux informations préliminaires renseignées, le formulaire de description principal
s’affiche (fig. 6.1).
Les valeurs de certains champs de descriptions sont des références à des ressources. Leur
saisie s’effectue au moyen de listes déroulantes ou via des fenêtres pop-up. Les listes déroulantes
sont adaptées aux ressources non hiérarchiques ou peu nombreuses comme les personnes. Les
ressources comme les fonctionnalités, au contraire, s’effectue via des fenêtres pop-up. Apportons
rapidement quelques précisions techniques au sujet de ces dernières.
La somme de toutes les références de ressources potentiellement sélectionnables dans le cadre
d’une description de traitement est trop importante pour les faire figurer toutes dans une unique
page Web. Découper le formulaire principal de description des traitements en plusieurs pages
n’est une solution souhaitable ni pour l’utilisateur, à qui l’on doit demander le minimum d’effort
cognitif, ni pour la simplicité de l’application côté serveur, les formulaires partiels devant alors
être sauvegardés avant l’enregistrement définitif. Le recours aux pop-up apparaı̂t comme une
alternative élégante.
213
214
Chapitre 6. Acquisition des métadonnées
Fig. 6.1 – Sélection d’une fonctionnalité
Enregistrement d’un échantillon de données
La personne qui décrit le programme Accordéon veut inclure une illustration de jeu de
données avant et après traitement. Elle indique que ses données sont de type “ligne vecteur”
puis actionne le bouton “sélectionner ...” associé au champ illustration. La fenêtre pop-up
montrée figure 6.2 apparaı̂t.
La liste des échantillons référencés dans la base de métadonnées s’affiche. Si aucun ne
convient, l’enregistrement de nouveaux échantillons est proposé via une nouvelle fenêtre pop-up
(fig. 6.3). La personne sélectionne les fichiers de données présents sur le disque de sa machine ;
ils sont envoyés au serveur au moment de la soumission du formulaire (cf. en annexe code 6.4
p. 240). De retour au premier pop-up, l’utilisateur visualise le nouvel échantillon ajouté à la liste.
Il valide son choix et revient au formulaire principal de description du programme Accordéon.
Saisie des propriétés des données avant et après traitement
La figure 6.4 montre les différents champs pour la description de l’entrée. La valeur du
type de données abstrait renseigné, ici “ensemble de ligne vecteur”, conditionne les champs de
description du pop-up qui apparaı̂t lorsque le bouton de saisie des propriétés est actionné (fig.
6.5).
À chaque propriété peuvent être associées les informations prévues par le modèle. Pour saisir
les préconditions l’utilisateur actionne le bouton “sélectionner” ; un nouveau pop-up apparaı̂t,
semblable à l’écran montré figure 5.13 p. 200, qui permet de décrire le contexte particulier
nécessité.
6.1 Saisie manuelle des métadonnées
Fig. 6.2 – Sélection d’un échantillon de la base de métadonnées
Fig. 6.3 – Enregistrement d’un échantillon de données au format shape
215
216
Chapitre 6. Acquisition des métadonnées
Fig. 6.4 – Saisie de la description d’une entrée
Fig. 6.5 – Saisie de la description d’une propriété
6.1 Saisie manuelle des métadonnées
6.1.2
217
Saisie d’une règle
En cours de développement à l’heure de la rédaction du mémoire, l’interface d’acquisition
des règles est composée de listes déroulantes permettant d’adresser n’importe quel élément
du modèle (fig. 6.6). L’idée est de reproduire la fonctionnalité des IDE qui facilite la saisie
d’expressions de type DOM (fig. 6.7). À chaque nœud de l’arbre représentant les structures
de données manipulées, les choix possibles sont proposés à l’utilisateur sous forme de liste
déroulante.
La figure 6.7 est une copie d’écran de l’IDE Eclipse ; les classes du modèle de métadonnées
ont ici été traduites en Java pour l’exemple. Une interface conviviale de saisie des règles pourra
s’inspirer du mécanisme ; à cette fin la réalisation d’une applet pourrait être envisagée.
Fig. 6.6 – Saisie d’une règle
Fig. 6.7 – Saisie d’une expression en notation de type DOM avec Eclipse
218
6.1.3
Chapitre 6. Acquisition des métadonnées
Obstacles à l’acquisition
Lors du développement de SI, la phase d’acquisition des informations n’est pas forcément
problématique. La phase d’acquisition des connaissances est, en revanche, connue pour être
fréquemment un point faible du développement de SBC.
Dans le cadre de notre application, nous avons constaté des obstacles à l’acquisition de
deux ordres. L’un dépend du niveau d’implication des auteurs de descriptions, l’autre tient aux
limites de notre application.
Malgré nos efforts pour rendre simple l’interface de saisie des descriptions, plusieurs des
utilisateurs témoins ont manifesté une certaine appréhension face au nombre de champs à remplir, perçu comme important. En réponse, nous avançons l’argument que le temps requis pour
une saisie de description de traitement, négligeable rapporté au temps de développement de ce
dernier, doit être considéré comme un investissement.
Il importe de convaincre les auteurs de traitements de l’intérêt qu’ils auront plus tard à
utiliser la base de métadonnées. Un travail préalable d’explication est donc nécessaire. S’il ne
s’avérait pas suffisant – il arrive qu’une certaine inertie dans les habitudes freine l’adoption d’un
nouvel outil – l’incitation pourrait passer par l’édiction de chartes au sein des services de l’IGN
concernés. Cela se pratique déjà dans certains projets de développement où obligation est faite,
par exemple, de commenter et d’indenter le code, de respecter des conventions de nommage des
variables, etc.
Nous avons toutefois tenté de prévenir les réticences éventuelles en modifiant l’interface de
telle sorte que les champs de descriptions d’importance secondaire soient initialement masqués.
Le formulaire de saisie apparaı̂t donc de prime abord relativement court. La visibilité des
champs secondaires est commandée, sur plusieurs niveaux de profondeurs, par les icônes +/– et
▽/.
Au cours des expérimentations menées nous avons également rencontré des obstacles à l’acquisition où étaient en cause l’expressivité du modèle et la richesse de la base de métadonnées.
Certains de ces obstacles nécessitent simplement une légère familiarisation des utilisateurs avec
les principes de l’application, d’autres ne peuvent être surmontés.
L’auteur de description veut référencer une ressource non indexée. Dans ce cas, il
doit créer lui-même la description de la ressource à laquelle il veut faire référence. Nous avons
ainsi vu précédemment, par exemple, comment un nouvel échantillon était ajouté à la base
de métadonnées. Le risque existe cependant qu’une personne ne sache pas, par exemple, dans
quelle catégorie classer une nouvelle fonctionnalité ou veuille créer une ressource qui existe
déjà sous un autre nom. La constitution de taxinomies de ressources, voire d’ontologies si l’on
introduit diverses relations, propriétés et contraintes entre concepts, demande parfois une réelle
réflexion ; il est délicat d’attendre de tous les auteurs de descriptions une contribution correcte.
En attendant que les principales ressources utilisées pour l’indexation soient toutes décrites, le
contrôle de l’évolution de la base par un expert est nécessaire.
L’auteur de description veut décrire une donnée au moyen d’un critère non indexé.
Ce cas de figure se ramène au précédent car, dans notre modèle, les propriétés et les unités sont
des ressources. Par exemple, comme les types de données du domaine de traitement d’image
ne sont actuellement que sommairement décrits, supposons que la propriété “résolution” ou
l’unité TSL (teinte, saturation, luminescence) de la propriété “couleur” manquent pour décrire
les images ; l’auteur de description peut créer ces nouvelles ressources. Si la compatibilité
avec des normes de métadonnées existante est souhaitée, l’administrateur de la base de
métadonnées devra créer les ressources correspondantes avant de permettre les descriptions
6.2 Acquisition (semi-)automatique des métadonnées
219
de traitements du domaine concerné. En cas de normes concurrentes, l’une d’elle devra être
privilégiée ; les feuilles XSL établissant les correspondances devraient ensuite pouvoir être écrites.
L’auteur de description veut exprimer, entre des ressources ou des éléments de
descriptions, des relations non prévues dans le modèle. Si les relations à exprimer sont
des relations génériques standard de logique de description, l’auteur ne pourra les exprimer via
l’interface de notre application. En effet, notre schéma XML ne permet de définir que des taxinomies de ressources, c’est-à-dire des ontologies légères (les FamilleTraitement faisant exception).
Ce n’est pas un vrai langage de définition d’ontologies comme OWL. De plus, notre application
n’a pas vocation à rivaliser avec de véritables éditeurs d’ontologies comme Protégé.
Si les relations à exprimer entre les ressources ou entre des éléments de descriptions ne sont
pas prévues par le modèle, il existe deux solutions : les règles ou les champs de description en
langue naturelle. Par exemple, un auteur veut spécifier que le bug d’un programme est lié à une
propriété particulière de l’entrée. Il se trouve que le champ de description proposé “bug” est en
langue naturelle car le besoin d’exploiter un référencement formel ne s’est pas fait sentir. Si,
cependant, l’auteur de description tient à exprimer la relation autrement qu’en langue naturelle
il a la liberté de créer une règle dont la prémisse comporte une expression DOM référençant
n’importe quel élément de description – en l’occurrence la propriété de l’entrée incriminée.
L’auteur de description de traitements ou l’expert ne songent pas aux connaissances qu’ils pourraient exprimer. L’affichage de la liste des propriétés des traitements et
du contexte utilisateur porte en elle la suggestion de règles. En cela, les écrans de saisie de
l’application fournissent un cadre propice à l’explicitation des connaissances tacites. Les familles
de traitements, créées spécialement pour servir de réceptacles aux connaissances générales sur
les traitements, sont également un élément favorable à l’extraction du savoir de l’expert. Les
règles de notre modèle étant des ressources comme les autres, elles peuvent être consultées et
ainsi stimuler aussi l’imagination des experts.
6.2
6.2.1
Acquisition (semi-)automatique des métadonnées
Développement d’un doclet
Au laboratoire COGIT une grande partie des développements se font en Java. De nombreux
outils sont associés à ce langage. Nous nous sommes servis de l’un d’eux, le programme standard
javadoc, pour automatiser le remplissage d’une partie des champs du formulaire de saisie de
description des classes et méthodes Java.
Pour réaliser cela nous avons développé un doclet. Proposée par Sun1 , la classe com.sun.
javadoc.Doclet permet de modifier le comportement standard du programme javadoc. Ainsi,
au lieu de produire la traditionnelle documentation au format HTML, le doclet que nous avons
développé produit des métadonnées XML conformes à notre modèle (cf. codes A.9 et A.10 p.
237).
Les informations du code à documenter, auxquelles on accède via l’API Reflection2 , étant
normalement déjà indexées dans la base de métadonnées, l’ “indexation sémantique” automatique est en partie possible. Par exemple, si notre doclet indique qu’une variable est de type
connu GM Object, alors le programme chargé de faire le lien avec les métadonnées de la base
déduit que le type de donnée abstrait est vecteur.
Ainsi, la personne désirant décrire une classe Java accède au formulaire de description,
actionne le bouton “analyse de code” symbolisé par un écrou, sélectionne dans le pop-up qui
s’affiche la classe à analyser (préalablement enregistrée sur le CVS du laboratoire COGIT, ce
1
2
http://java.sun.com/j2se/1.4.2/docs/tooldocs/javadoc/index.html
http://java.sun.com/docs/books/tutorial/reflect/index.html
220
Chapitre 6. Acquisition des métadonnées
qui constitue la démarche habituelle et donc n’est pas une contrainte liée à notre application),
puis valide son choix.
Le serveur d’application, à partir de la description générée par le doclet, produit dynamiquement le code JavaScript que, côté client, le pop-up va exécuter, remplissant ainsi automatiquement les champs du formulaire (cf. code A.12, p. 239). L’auteur de description doit ensuite
compléter les champs non remplis, ainsi que les descriptions des méthodes générés. Les descriptions de certaines méthodes, telles les accesseurs, présentent peu d’intérêt et pourront être
supprimées.
Fig. 6.8 – Analyse automatique de code Java
Afin de détecter automatiquement les fonctionnalités réalisées, nous avons développé un
programme qui compte le nombre de mots communs aux commentaires de code extraits et aux
descriptions de la base de métadonnées. Les résultats obtenus par ce procédé sont médiocres :
outre qu’il faudrait utiliser en complément un dictionnaire de synonymes et un lemmatiseur
(p. ex. convertir le verbe “détecte” en lexème “détection”), l’orthographe des commentaires de
code est très fréquemment martyrisée et le français et l’anglais y sont allègrement mélangés.
Nous n’avons pas poussé nos expérimentations. Les poursuivre demandera de recourir à des
outils de TALN (Traitement Automatique de la Langue Naturelle) et recouper les résultats
candidats à l’issue de l’analyse à un test de cohérence ; les capacités de classification du SBC
seront alors utiles (p. ex. si la fonctionnalité “appariement” est définie dans l’ontologie comme
ayant nécessairement des entrées de type “table de BD”).
Pour extraire les commentaires et signatures de fonctions des langages autres que Java,
comme Lull, nous avons développé des parseurs basés sur des expressions régulières (cf. code
A.11).
6.2 Acquisition (semi-)automatique des métadonnées
6.2.2
221
Récupération et intégration de documentations existantes
Les documentations disponibles sous forme électronique peuvent être indexées et enregistrées
dans notre base de métadonnées. Leur référencement dans les descriptions de traitements ne
peut se faire que de façon manuelle, sauf à imaginer la mise en œuvre d’outils de fouille de
données (data mining) et de TALN.
Une sorte particulière de documents est plus favorable à une intégration automatique dans
les descriptions de traitements : c’est celle des fichiers d’aide dont on connaı̂t le format. Nous
avons ainsi, par exemple, pu indexer plus de 200 FonctionLogiciel du SIG Geoconcept 5 en
décompilant le fichier d’aide livré par le fabriquant avec l’outil Html Help Workshop 4.743 . Le
fichier en question – HelpG5.chm – est en effet au format CHM (Compiled Help Module), le
format standard d’aide sous Windows. Sa décompilation produit des pages HTML, chacune
correspondant à une FonctionLogiciel. Un programme simple que nous avons développé génère
alors les descriptions de ces FonctionLogiciel comportant leur nom, leur logiciel d’appartenance
et la référence vers les descriptions des ModeEmploi également créés. Le code A.5 p. 235
montre un extrait des descriptions de modes d’emploi (les champs pré-requis ayant été ajoutés
manuellement). La figure 5.7 p. 187 montre un de ces modes d’emploi tel que le verra finalement
l’utilisateur à travers notre application Web.
Ces techniques sont semi-automatiques. Elles seront grandement améliorées si, à l’image des
documentations DocBook4 , les aides des logiciels adoptent une syntaxe XML. C’est le cas par
exemple de l’IDE Eclipse : chaque plug-in est décrit par un fichier plugin.xml déclarant son
contenu et la façon d’y accéder via l’interface5 . La liaison avec notre modèle de métadonnées
pourra alors être totalement automatisée, il suffira de spécifier les correspondances entre les
éléments de descriptions dans des feuilles XSL.
6.2.3
Autres pistes non encore mises en œuvre
La seconde piste vise à automatiser la description des actionIHM de nos modes d’emploi.
L’utilisateur expert ne saisirait plus les descriptions des modes d’emploi des FonctionLogiciel
manuellement, mais effectuerait des démonstrations qui seraient enregistrées. L’utilisateur
novice pourrait ensuite non seulement consulter les descriptions générées, mais aussi demander
que lui soient reproduites les démonstrations. Cela existe déjà en environnement Windows : les
applications de la suite Office permettent d’enregistrer des macros, et les pages HTML des aides
CHM comportent des liens “Démonstration” (qui déclenchent la fonction VBScript Showme(),
laquelle invoque les fonctions du logiciel concerné).
D’une façon plus générale, les programmes comportent souvent des options permettant d’activer un mode spécial destiné au débuggage et traçant les actions des utilisateurs. Les fichiers
log générées constituent des sources de métadonnées à exploiter.
6.2.4
Bilan
Le tableau 6.1 dresse le bilan des éléments de descriptions dont l’obtention peut être
automatisée, ou du moins dont on peut raisonnablement penser qu’elle puisse l’être à court
terme.
3
http://msdn.microsoft.com/library/default.asp?url=/library/en-us/htmlhelp/html/
hwMicrosoftHTMLHelpDownloads.asp
4
http://www.docbook.org/
5
http://wiki.eclipse.org/index.php/FAQ What is the plug-in manifest file (plugin.xml)%3F
222
Chapitre 6. Acquisition des métadonnées
Facette
Identification
Fonction
Éléments de description
nom
auteur
date dernière modification
date création
auteur description
lieu de développement
domaine
fonctionnalité réalisée
entrées / sorties
utilise
Fonctionnement
Mode d’emploi
langage
OS
modes d’emploi communs
à des familles de traitements
modes d’emploi spécifiques
Évaluation
bug
Moyen d’obtention
commentaires de code, propriétés des fichiers, ou informations de logiciels type
CVS
IP de la machine cliente utilisée
commentaires de code + recoupement
autres informations
Javadoc et autres outils basés sur des compilateurs, voire simples parsers capables
d’extraire les signatures des fonctions
détection des directives “d’import”
indiqué par l’extension du nom de programme ou par le logiciel de gestion de versions (type CVS)
déduits des autres éléments de description
déduits après classification du traitement
(d’après la fonctionnalités, l’OS, etc.)
enregistreurs de macros et/ou transformation de documentations existantes
fichiers log
Tab. 6.1 – Informations dont l’obtention peut ou pourrait être automatisée
6.3
Évolution future de la base de métadonnées
La base de métadonnées construite comporte des descriptions de traitements, mais aussi
des descriptions de ressources telles les fonctionnalités et les types de données. Ces ressources,
organisées de façon hiérarchique et liées par diverses relations, forment des ontologies.
Parallèlement à la croissance de l’ensemble des descriptions de traitements, les ontologies
sont aussi appelées à s’enrichir. Ces deux évolutions de la base de métadonnées n’ont pas les
mêmes implications ; celle des ontologies comporte des risques qu’il faut prévenir.
6.3.1
Évolution de l’ensemble des descriptions de traitements
En son état actuel, la base de métadonnées indexe plusieurs centaines de traitements
et ensembles de traitements. Seuls quelques dizaines d’entre eux possèdent des descriptions
complètes. Les compléter et en saisir de nouvelles, via notre application, ne devrait pas poser de
difficultés, les obstacles potentiels mentionnés précédemment se manifestant de façon marginale.
Le nombre de traitements indexés dans la base et la qualité des descriptions seront des clés
essentielles de la popularité de l’application. Il est important de permettre l’enregistrement de
descriptions incomplètes pour ne pas rebuter les auteurs de métadonnées, mais il est important
de ne pas décevoir les utilisateurs par la pauvreté des informations offertes. Un compromis et à
trouver. Actuellement la permissivité est maximale : seule les noms des ressources est nécessaire
à leur indexation.
Une autre clé du succès de l’application de consultation des métadonnées sera la confiance
dans les informations qui s’y trouvent. Les débats autour de l’encyclopédie libre Wikipedia6
basée sur le principe de la coopération, et la circonspection quant à l’attitude parfois prônée à
6
Wiki wiki signifie rapide en hawaiien ; pédia, du grec ancien paideia, éducation (http://fr.wikipedia.org/
wiki/Wikipedia).
6.3 Évolution future de la base de métadonnées
223
son égard, montrent l’importance de la question du contrôle et de l’autorité dans les systèmes
d’information auquel chacun peut contribuer. Actuellement, n’importe quelle personne peut
modifier directement le contenu de la base de métadonnées ; l’administrateur ayant toujours
la possibilité de restaurer après coup les états antérieurs sauvegardés en cas de signalement
d’erreurs
Néanmoins, les descriptions de traitements font davantage référence à des descriptions de
ressources que l’inverse. Cela signifie qu’une description de traitement erronée a des répercussions
limitées sur le reste de la base. Une description de fonctionnalité mal catégorisée, par exemple,
est beaucoup gênante. Or justement, si les erreurs dans les descriptions de traitements ont a
priori peu de raisons de se produire – d’autant que l’interface de saisie, en effectuant une première
sélection dans les valeurs possibles, prévient une partie des risques –, les défauts de conceptions
dans les ontologies sont beaucoup plus délicats à éviter.
6.3.2
Évolution des ontologies
Nous l’avons déjà souligné, notre application n’est pas un éditeur d’ontologie. Cela n’interdit
cependant pas de conseiller certains principes sains de conception d’ontologies à l’intention des
candidats à la création de nouvelles ressources-concepts.
Le premier critère de qualité d’une ontologie est sans doute sa validation par au moins un
expert du domaine. Hormis pour certaines fonctionnalités géographiques, nous ne nous sommes
pas assurés de cette validation. Selon F. Fürst, il faudrait faire suivre à nos ontologies un cycle
de vie semblable à celui des logiciels : construction, diffusion, utilisation et évaluation. Notre
but, en fait, était simplement d’amorcer le processus avant de laisser le soin aux experts de
poursuivre la tâche.
Si notre application ne permet de définir des taxinomies de ressources de façon sommaire –
bien loin de l’expressivité des constructeurs OWL , elle ne prescrit pas non plus de méthodes
garantissant le respect d’autres critères de qualité particulier. Or l’approbation des experts ne
suffit pas toujours. Par exemple, l’éditeur d’ontologie développé par R. Troncy et A. Isaac,
baptisé DOE (Differential Ontology Editor) [TI02], est dédié à la mise en application de ces
principes différentiels proposés par B. Bachimont [Bac00] :
–
–
–
–
le
le
le
le
principe
principe
principe
principe
de
de
de
de
communauté d’un concept avec son père
différence d’un concept avec son père
différence d’un concept avec ses frères
communauté d’un concept avec ses frères
La mise en application de tels principes et l’utilisation d’outils comme DOE les instrumentant compléteront utilement notre application (le format d’échange pourra s’effectuer en OWL)7 .
Les ontologies sont faites pour être partagées. On peut ainsi imaginer qu’une partie de nos
métadonnées servent à d’autres usages que l’indexation des traitements informatiques.
Réciproquement, on peut imaginer importer des ontologies extérieures dans notre base de
métadonnées. Des problèmes de fusion d’ontologies se poseront alors. Un problème lié est celui de
la gestion des répercussions sur les descriptions de traitements lors de l’évolution des ontologies8 .
7
Le lecteur trouvera un référencement des méthodes de conception d’ontologies et des outils les mettant en
oeuvre dans [Für05] pp. 19 et 25-26, dans [Isa01] pp. 13-23 et dans [Isa05] pp. 123-135.
8
Le versionnage des ontologies OWL est prévu ([W3C04c], §6) mais cela ne résout pas tous les problèmes
causés par les révisions dans les indexations devenues obsolètes. La description des évolutions et les mises à jours
seraient des pistes à creuser.
224
6.4
Conclusion
Conclusion
Nous avons présenté la façon dont les descriptions de ressources peuvent être saisies via
l’interface de notre application. En particulier, nous avons montré comment nous avons su
composer avec les contraintes inhérentes au contexte d’une application Web où l’utilisateur
client ne dispose que d’un navigateur standard. Nous avons ébauché une solution pour rendre
autant que faire se peu aisée la saisie des règles d’expert, objectif difficile comme nous l’avons
constaté au chapitre 5 avec l’exemple ER 3. La suggestion des éléments du modèle lors de
l’expression des prémisses des règles est sans doute un moyen propice à faire “parler” l’expert.
Plus généralement, nous avons discuté des obstacles rencontrés par les utilisateurs lors de la
saisie.
Dans ce chapitre nous avons également montré comment nous avions automatisé l’acquisition de certains éléments de description des traitements. En particulier nous avons profité de
la possibilité offerte par l’environnement standard Java de personnaliser le comportement du
programme javadoc au moyen d’un doclet.
Enfin, nous avons évoqué les problèmes potentiellement posés par l’évolution future de la
base de métadonnées. Il apparaı̂t nécessaire de mettre en place un contrôle minimum lors de
l’acquisition, imposant notamment le respect de certains principes de conception d’ontologies
afin d’en garantir la qualité, et par suite de permettre une exploitation optimale de la base de
métadonnées.
Conclusion
Bilan de la recherche
Rechercher, connaı̂tre et utiliser les traitements informatiques du domaine géographique
n’est pas toujours tâche facile. L’aide aux utilisateurs et développeurs de l’IGN est le besoin
à l’origine de notre travail. De nombreuses connaissances, parfois tacites, manquent au novice
confronté à différents types de traitements : les SIG possèdent leurs propres formats de données,
interface et langage de programmation associés ; les librairies et programmes développés au sein
de l’IGN requièrent des compétences spécifiques en programmation, en gestion des bases de
données, en cartographie, en traitement d’images, etc. ; les traitements sous forme de services
Web demandent, eux, des connaissances spécifiques sur les protocoles de communication.
Plusieurs types de documentations existent (manuels, documentations API, forums, etc.),
mais leur dispersion, l’hétérogénéité de leur format et l’absence d’un système d’indexation
commun (i.e. de l’utilisation d’un vocabulaire contrôlé commun) ne permettent pas de répondre
aux besoins d’information identifiés que de façon imparfaite.
Face à ce constat, l’idée de départ de notre travail était de créer une base de métadonnées
puis de construire un système en permettant la recherche, la consultation et l’enrichissement.
L’analyse des besoins a cependant montré que pour répondre à certaines requêtes de l’utilisateur,
une simple base de métadonnées, dont les informations explicitement présentes sont en nombre
nécessairement limité, ne pouvait suffire. Il fallait donc mettre en place des mécanismes de
dérivation de l’information s’appuyant sur une représentation opérationnelle des connaissances
d’expert. En particulier, notre ambition était de fournir des modes d’emploi adaptés au
contexte d’utilisation (caractéristiques des données, environnement logiciel, connaissances de
l’utilisateur).
Nous avons soutenu la thèse qu’une réponse aux besoins évoqués peut être fournie
par un système basé sur une double approche : documentaire, et orientée représentation
des connaissances. L’idée est de construire, d’une part, un dans lequel la forme structurée
des métadonnées, conformes à notre modèle, rende aisé le développement de l’application
Web présentée à l’utilisateur, d’autre part, un Système à Base de Connaissances (SBC) doté
des capacités d’inférences qui nous permettent de simuler une partie du raisonnement de l’expert.
Les principaux résultats obtenus peuvent se résumer en trois points.
Définition d’un modèle de métadonnées
L’état de l’art dressé au début de notre travail n’a permis de déceler aucun modèle de
description des traitements qui réponde pleinement à nos attentes. Nous avons donc défini notre
propre modèle, en nous inspirant toutefois, notamment, de l’ontologie OWL-S dédiée aux services
Web. Organisé selon cinq facettes de description, notre modèle est générique ; il s’applique a
priori aux traitements informatiques de n’importe quel domaine. Il prend cependant en compte
des aspects spécifiquement adaptés au domaine géographique, tels que la description fine des
225
226
Conclusion
propriétés des données avant et après traitements et le recours aux illustrations cartographiques.
De plus, si la partie grounding d’OWL-S décrit la façon d’accéder à des services Web, la partie
mode d’emploi a vocation à décrire la façon d’accéder aux traitements informatiques en général.
Développement d’un SI
Nous avons implémenté notre modèle en XML Schema, créé une base de méta-données XML
et développé une application Web qui permet la recherche, la consultation et la saisie des
métadonnées. Plusieurs caractéristiques notables mises en œuvre peuvent être relevées. Elles
correspondent aux objectifs identifiés lors de l’analyse des besoins et, parfois, tendent à dépasser
certaines des limitations qui affectent les documentations classiques.
Notamment, nous avons tenté de permettre une description progressive des modes d’emploi,
les plus spécifiques héritant des concepts et pré-requis des plus génériques.
Cherchant à permettre l’expression de connaissances générales, nous avons introduit dans
notre modèle la notion de famille de traitement. L’expert humain recourt à des exemples pour
clarifier ses explications ; l’association de prototypes aux familles de traitements pourra contribuer à rendre plus parlantes nos descriptions.
Les illustrations au moyen d’échantillons de données, dont l’intérêt a été montré dans le
contexte de la généralisation cartographique par le travail au laboratoire COGIT de F. Hubert
[Hub03], ont été intégrées à nos descriptions. Notre application en permet la visualisation et
l’acquisition aux formats image courants mais aussi au format vecteur shape.
L’acquisition automatique d’une partie des descriptions est possible. Pour cela nous avons
développé un doclet et des programmes basés sur des expressions régulières.
Développement d’un SBC
La recherche de traitement et l’adaptation des modes d’emploi au contexte d’utilisation
nécessitent de simuler le raisonnement de l’expert. Les connaissances de ce dernier sont représentées de façon opérationnelle grâce à deux sous-ensembles de la logique du premier ordre : les
logiques de description pour les ontologies et les clauses de Horn pour les règles avec variables. Les
langages d’implémentation choisis sont ceux du Web sémantique : RDF, OWL et SWRL. Notre
base de métadonnées documentaire, traduite dans ces langages, devient une base de connaissances. Pour effectuer sur celle-ci inférences et requêtes, notre système fait appel à la plateforme
Sesame 1.2.1 et à un moteur SWRL développé à l’université libre de Berlin. En marge de l’application, nous avons également expérimenté Jena 2.2.
Apports et limites de notre travail
En proposant aux utilisateurs et développeurs de l’IGN l’application Web SI/SBC présentée
dans ce mémoire, nous avons contribué à mieux répondre aux besoins d’informations mettant
en jeu des connaissances parfois tacites. Le modèle que nous proposons favorise la mise à jour
de ces connaissances.
Par rapport aux documentations existantes qui ne répondent que de façon imparfaite à nos
besoins en terme de contenu, de précision ou de niveau de formalisation, notre apport réside
dans l’expressivité du modèle de métadonnées défini et dans l’exploitation qui en est faite
grâce à la double approche SI/SBC. Isolément, il existe plusieurs modèles de métadonnées et
travaux qui répondent à une partie de nos objectifs ; notre travail a consisté à tenter de réunir
les avantages de chacun au sein d’un même modèle adapté au contexte spécifique des besoins
de l’IGN. Parmi les descriptions de traitements informatiques géographiques répertoriées lors
de notre état de l’art, beaucoup étaient insuffisamment détaillées pour nos besoins, et celles qui
l’était étaient insuffisamment formalisées. Nous avons en effet besoin de contrôler le vocabulaire
Conclusion
227
utilisé plutôt que de permettre l’usage de langue naturelle libre dans les descriptions. Des
descriptions opérationnelles permettant la planification existent également, mais elles sont
spécifiques à des catégories particulières de traitements (OWL-S pour les services Web par
exemple). Enfin, des descriptions formelles d’interfaces utilisateurs de logiciels existent, mais
sont destinées à un contexte de programmation plutôt que d’aide à l’utilisateur.
La proposition du modèle conceptuel de métadonnées des traitements constitue un des
principaux apports de notre travail ; les exemples créés et les premières expérimentations menées
montrent l’adéquation aux besoins d’information sur les traitements dans le contexte de l’IGN.
Un autre apport est d’avoir montré l’intérêt des principes de représentation des connaissances que sont les logiques de description (LD) et les règles de production en logique du premier
ordre dans le but de la simulation d’une partie du raisonnement de l’expert pour rechercher
les traitements et adapter leurs modes d’emploi au contexte de l’utilisateur. Les langages de
LD permettent de définir des ontologies. Celles que nous avons proposées spécifiquement pour
le domaine géographique (fonctionnalités, types de données, problèmes) demandent à être
validées et enrichies par de véritables experts ; elles ont en fait pour fonction principale d’amorcer le processus de spécification formelle des concepts utilisés pour la description des traitements.
Un intérêt possible de notre travail réside dans la façon dont nous avons tiré profit des
principes et langages du Web sémantique. La présentation imagée de ce dernier sous forme
de layer cake illustre d’ailleurs fort bien la progression de notre démarche, de la définition de
métadonnées structurées au contrôle des valeurs des éléments de description puis à l’exploitation
de la sémantique des connaissances représentées. Dès lors, l’adoption des langages du Web
sémantique RDF, OWL et SWRL pour la mise en œuvre de notre SBC était un choix naturel.
Des enseignements peuvent être tirés des mises en œuvre effectuées, en particulier concernant
les difficultés auxquelles nous nous sommes heurtés.
Cela nous amène à évoquer maintenant, après les apports, quelques unes des principales
limites de notre travail.
Si l’expressivité des langages OWL et SWRL satisfait bien à nos besoins, les moteurs
d’inférence existants, pas encore assez matures, n’ont pas permis d’exploiter pleinement les
connaissances de notre SBC. Ce problème sera vraisemblablement résolu dans peu de temps
avec l’apparition de nouveaux moteurs.
Plus délicate en revanche est la question de l’acquisition des connaissances dans le cadre
d’un SBC destiné, comme dans notre cas, à être accessible depuis une application Web ouverte
aux utilisateurs “lambda”. En effet, notre modèle de métadonnées fournit le cadre dans lequel
les connaissances doivent pouvoir s’exprimer ; or une des difficultés dans la conception d’une
interface d’acquisition des règles est d’offrir un moyen simple de désigner les éléments de ce
modèle, donc de faire référence à des ressources décrites. Il nous a semblé qu’une notation de
type DOM était une bonne solution. La traduction automatique en SWRL des règles acquises
sous cette forme s’est avérée quelque peu problématique, quoique non insurmontable. En raison
du grand nombre de variables à manipuler, la saisie manuelle de règles SWRL, via un éditeur
comme Protégé 3.1, est apparue lourde pour les exemples de complexité moyenne (comme celui
de l’adaptation de mode d’emploi ER 3).
Au-delà du cas particulier des règles, l’automatisation de la conversion entre les versions
SI et SBC de notre base de métadonnées constitue une difficulté, sinon une limite, de notre
application. Le choix d’une architecture duale, également effectué, par exemple, par R. Troncy
228
Conclusion
dans le contexte de l’indexation des documents audiovisuels [Tro04], était nécessaire pour
profiter à la fois des avantages d’un schéma XML documentaire ad hoc et des capacités
d’inférences d’OWL. Pour autant, il est clair que notre système n’a pas vocation à permettre la
conception d’ontologies pour lesquelles des éditeurs spécialisés et des méthodologies spécifiques
devront être employés de façons complémentaires. Par ailleurs, nous avons souligné la difficulté
qu’il y a à convertir dans notre format XML la partie assertionnelle des ontologies, exprimée
en RDF, en raison des multiples syntaxes du langage. L’emploi d’API indépendantes de ces
syntaxes, à envisager, impliquerait une certaine lourdeur dans les développements futurs.
Les expériences réalisées confirment l’adéquation des langages du Web sémantique aux besoins de notre contexte, mais pointent divers problèmes techniques qui se posent à l’usage et que
nous avons exposés. Si nous ne les avons pas tous résolus, les développements réalisés incitent à
penser qu’il est possible de le faire.
Perspectives
L’aide au paramétrage des traitements, complexe dans le domaine géographique, la
simulation partielle de leur comportement à des fins de prédiction ou de démonstration, et
l’opérationna-lisation de connaissances heuristiques pour mieux orienter l’utilisateur sont
quelques-unes des pistes possibles pour poursuivre sur la voie d’un système d’aide “intelligent”.
Les scénarios d’adaptation des modes d’emploi que nous avons mis en œuvre sont simples.
Cependant, l’utilisateur est parfois confronté à des situations où l’existence de nombreux choix
demanderait l’établissement d’un dialogue avec le système. La contrainte de ne sélectionner que
des termes proposés, qui est un des principes de base de notre interface utilisateur, pourrait
alors montrer des limites. Le recours à des outils de TALN pourrait permettre à l’utilisateur de
s’exprimer de façon plus naturelle.
Chercher à simuler le raisonnement de l’expert et chercher à concevoir des métadonnées qui
aident l’utilisateur à raisonner sont deux objectifs distincts que nous avons conciliés, les règles
de notre SBC étant des ressources certes opérationnelles mais aussi consultables. Un système
d’aide perfectionné nécessitera probablement de représenter des règles internes au système,
non destinées à l’utilisateur. Le modèle des métadonnées présentées à ce dernier n’est pas
forcément appelé à évoluer. Ce qui devra être amélioré, ce sont les ontologies dont les concepts
et individus servent à valuer les éléments de description des traitements. Des méthodes de
normalisation sémantique de ces ontologies devront être appliquées [Bac00], des consensus entre
experts obtenus. Parallèlement, l’intégration et la fusion avec d’autres ontologies du domaine,
en particulier celles qui ne vont pas manquer d’apparaı̂tre avec le développement annoncé de
nombreux services Web géographique, constituent des perspectives de travail nécessaires et
prometteuses.
Notre modèle de métadonnées est générique ; il pourra être utilisé pour décrire des traitements
informatiques de domaines autres que géographiques. Les principes, langages et techniques mis
en œuvre pour la conception du SI et du SBC sont également génériques ; ils sont issus du
domaine de l’ingénierie des connaissances. Un prolongement de notre travail pourrait consister
à effectuer la liaison avec le domaine voisin du génie logiciel, accompagnant ainsi la tendance
de l’informatique de fournir à l’utilisateur/développeur une vision des traitements affranchie
des considérations d’implémentation. Dans ce but et dans celui plus général de descriptions des
traitements informatiques, le développement de métadonnées support de la connaissance est un
objectif d’avenir.
Annexes
Annexe A
Diagrammes de classes ISO 19107 et ISO 19115
Fig. A.1 – Geometry basic classes with specialization relations (extrait de [ISO01a])
229
230
Annexes
Fig. A.2 – ISO 19115 Metadata entity set information (extrait de [ISO03])
Annexes
Annexe B
231
Les questionnaires diffusés
232
Annexes
Annexe C
C.1
Codes de l’application
Schéma XML – Entrées des traitements
<xsd:complexType name="entréeType">
<xsd:sequence>
<xsd:element name="nom" type="xsd:string" minOccurs="0"/>
<xsd:element name="description" type="xsd:string" minOccurs="0"/>
<xsd:element name="type donnée" type="xsd:string" minOccurs="0"
maxOccurs="unbounded"/>
<xsd:element name="type donnée impl" type="xsd:string" minOccurs="0"/>
<xsd:element name="format" type="xsd:string" minOccurs="0"
maxOccurs="unbounded"/>
<xsd:element name="objet" type="xsd:string" minOccurs="0"
maxOccurs="unbounded"/>
<xsd:choice minOccurs="0">
< !-- entrée non modifiable -->
<xsd:sequence>
<xsd:annotation>
<xsd:documentation>modifiable = non</xsd:documentation>
</xsd:annotation>
<xsd:element name="modifiable">
<xsd:simpleType>
<xsd:restriction base="xsd:string">
<xsd:enumeration value="non"/>
</xsd:restriction>
</xsd:simpleType>
</xsd:element>
<xsd:element name="pte" type="pteSimpleValeurType" minOccurs="0"
maxOccurs="unbounded"/>
</xsd:sequence>
< !-- entrée modifiable -->
<xsd:sequence>
<xsd:annotation>
<xsd:documentation>modifiable = non</xsd:documentation>
</xsd:annotation>
<xsd:element name="modifiable">
<xsd:simpleType>
<xsd:restriction base="xsd:string">
<xsd:enumeration value="oui"/>
</xsd:restriction>
</xsd:simpleType>
</xsd:element>
<xsd:element name="pte" type="pteAvantAprèsType" minOccurs="0"
maxOccurs="unbounded"/>
</xsd:sequence>
</xsd:choice>
</xsd:sequence>
</xsd:complexType>
Extrait de code A.1: XSD – Le type des entrées en fonction de la valeur de la propriété “modifiable”
Annexes
233
C.2 Base de métadonnées XML du SI – Règles pour l’adaptation des modes
d’emploi
Extrait de code A.2: XML – Règle pour l’adaptation des format des entrées
Extrait de code A.3: XML – Règle “menu calage Helmert inaccessible” pour l’adaptation des modes
d’emploi du SIG Géoconcept 5 (traduction d’une partie de l’exemple fig. 1.7 p. 22)
234
C.3
Annexes
Génération d’index de la hiérarchie des modes d’emploi
< ?xml version="1.0" encoding="UTF-8" ?>
<xsl:stylesheet version="1.0"
xmlns:xsl="http://www.w3.org/1999/XSL/Transform"
xmlns:fo="http://www.w3.org/1999/XSL/Format">
<xsl:template match="/">
<root>
<xsl:for-each select="/mdt/mode emplois/mode emploi">
<me id="@id">
<xsl:if test="substring(type, 1, 3) = ’mod’">
<xsl:call-template name="écritPère">
<xsl:with-param name="degré">1</xsl:with-param>
<xsl:with-param name="idPère" select="type"/>
</xsl:call-template>
</xsl:if>
</me>
</xsl:for-each>
</root>
</xsl:template>
< !-- ################################-->
<xsl:template name="écritPère">
<xsl:param name="degré"/>
<xsl:param name="idPère"/>
<père degré="$degré">
<xsl:value-of select="$idPère"/>
</père>
<xsl:variable name="nouveauPère"
select="/mdt/mode emplois/mode emploi[@id=$idPère]/type"/>
<xsl:if test="substring($nouveauPère, 1, 3) = ’mod’
and $degré != 20 ">
<xsl:call-template name="écritPère">
<xsl:with-param name="degré" select="($degré) + 1"/>
<xsl:with-param name="idPère" select="$nouveauPère"/>
</xsl:call-template>
</xsl:if>
</xsl:template>
</xsl:stylesheet>
Extrait de code A.4: XSL – Génération d’index de la hiérarchie de modes d’emplois
Annexes
235
<mdt>
<mode emplois>
<mode emploi id="modGCAccrochage au Z.htm">
<type>modUtiliserGeoconcept</type>
<nom>Accrochage au Z</nom>
<url>http://walrus:8080/Mdt/documentsConsultables/CHM/Geoconcept/
HelpG5/Accrochage au Z.htm</url>
</mode emploi>
<mode emploi id="modGCAccrochage aux extrémités des linéaires.htm">
<type>modUtiliserGeoconcept</type>
<nom>Accrochage aux extrémités des linéaires</nom>
<url>http://walrus:8080/Mdt/documentsConsultables/CHM/Geoconcept/
HelpG5/Accrochage aux extrémités des linéaires.htm</url>
</mode emploi>
<mode emploi id="modGCAccrochage aux points existants.htm">
<type>modUtiliserGeoconcept</type>
<nom>Accrochage aux points existants</nom>
<url>http://walrus:8080/Mdt/documentsConsultables/CHM/Geoconcept/
HelpG5/Accrochage aux points existants.htm</url>
</mode emploi>
<mode emploi id="modUtiliserGeoconcept">
<type>modUtiliserSIG</type>
<nom>utiliser Geoconcept</nom>
<traitement>logGeoconcept5</traitement>
<requis>logGeoconcept5</requis>
< !-- ... -->
</mode emploi>
<mode emploi id="modUtiliserSIG">
<type>modUtiliserLogiciel</type>
< !-- ... -->
</mode emploi>
<mode emploi id="modUtiliserLogiciel">
< !-- ... -->
</mode emploi>
< !-- ... -->
</mode emplois>
</mdt>
Extrait de code A.5: XML – Descriptions initiales des modes d’emploi
<root xmlns:fo="http://www.w3.org/1999/XSL/Format">
<me id="modGCAccrochage au Z.htm">
<père degré="1">modUtiliserGeoconcept</père>
<père degré="2">modUtiliserSIG</père>
<père degré="3">modUtiliserLogiciel</père>
</me>
<me id="modGCAccrochage aux extrémités des linéaires.htm">
<père degré="1">modUtiliserGeoconcept</père>
<père degré="2">modUtiliserSIG</père>
<père degré="3">modUtiliserLogiciel</père>
</me>
<me id="modGCAccrochage aux points existants.htm">
<père degré="1">modUtiliserGeoconcept</père>
<père degré="2">modUtiliserSIG</père>
<père degré="3">modUtiliserLogiciel</père>
</me>
< !-- ... -->
</root>
Extrait de code A.6: XML – Index généré de la hiérarchie de modes d’emplois
236
C.4
Annexes
Document RDF de l’exemple ER 1
<Programme rdf:ID="buffer">
<lieuDeDeveloppement>
<Organisation rdf:ID="COGIT">
<appartientOrganisation rdf:resource="#ServiceRechercheIGN"/>
</Organisation>
</lieuDeDeveloppement>
<entree>
<Donnee rdf:ID="entBuffer">
<typeAbst>
<Vecteur rdf:ID="vecteur"/>
</typeAbst>
</Donnee>
</entree>
<sortie>
<Donnee rdf:ID="sorBuffer">
<typeAbst>
<VecteurSurface rdf:ID="vecteurSurface"/>
</typeAbst>
</Donnee>
</sortie>
</Programme>
Extrait de code A.7: RDF – Base de connaissances ER 1 avant inférences (notation arborescente)
C.5
OWL
<owl:TransitiveProperty rdf:ID="appartientOrganisation">
<rdfs:domain rdf:resource="#Organisation"/>
<rdfs:range rdf:resource="#Organisation"/>
<rdf:type rdf:resource="http://www.w3.org/2002/07/owl#ObjectProperty"/>
</owl:TransitiveProperty>
Extrait de code A.8: OWL – Transitivé de la propriété appartientLieuDeDev
Annexes
C.6
237
Génération de métadonnées au moyen d’un doclet
Le code A.9 montre comment fonctionne notre doclet. La méthode start est définie de façon
standard par la classe Doclet. C’est en la surchargeant que l’on modifie le comportement du
programme javadoc prenant en paramètre le doclet en question.
import com.sun.javadoc.* ;
import java.util.* ;
/** doclet qui génère les MDT XML et écrit dans la base */
public class Doclet MDT extends Doclet {
public static boolean start(RootDoc root) {
Handle MDT handle = new Handle MDT() ;
ClassDoc[] classes = root.classes() ;
for (int i = 0 ; i < classes.length ; ++i) {
ClassDoc cd = classes[i] ;
String classe id = "cla" + cd.typeName() ;
handle.ajoutClasse(classe id, cd.typeName()) ;
MethodDoc methods[] = cd.methods() ;
for (int j=0 ; j<methods.length ; j++) {
handle.ajoutMéthode( classe id, methods[j] ) ;
}
// on sauve et on ferme
handle.saveAndClose() ;
}
return true ;
}
}
Extrait de code A.9: Java – Doclet pour la génération de métadonnées XML conformes à notre modèle
public class Handle MDT{
/* ... */
public void ajoutMéthode( String classe id, MethodDoc method) {
try {
NodeList list = nodeRoot.getElementsByTagName("méthodes") ;
Node node = list.item(0) ;
String strNewNum = "" ;
// on crée le nouveau noeud
Element newNode = document.createElement("méthode") ;
newNode.setAttribute("id", "meth" + method.name() + strNewNum) ;
node.appendChild(newNode) ;
// INFORMATIONS GENERALES
addChild(document, newNode, "nom", method.name()) ;
addChild(document, newNode, "appartient", classe id) ;
addChild(document, newNode, "modificateur", method.modifiers()) ;
addChild(document, newNode, "description", method.getRawCommentText()) ;
/* ... */
Extrait de code A.10: Java – Classe Handle MDT utilisée par le doclet Doclet MDT
238
Annexes
import java.util.regex.* ;
/** ...**/
/** ANALYSE DES COMMENTAIRES **/
if (strLangage.equals("langAvenue")) {
limitComment = "’([^\n])" ;
}
else if (strLangage.equals("langC")) {
limitComment = "[*]+ ([^*]*)" ;
}
else if (strLangage.equals("langCpp")) {
limitComment = "[*]+ ([^*]*)" ;
}
else if (strLangage.equals("langLull")){
limitComment = "[#*][^#]*#[^*]*([^-]*)" ;
}
// extraction des commentaires
Pattern p = Pattern.compile(limitComment) ;
Matcher m = p.matcher(wholeContent) ;
while (m.find()){
strDescription = strDescription + m.group(1) ;
}
// détection des fonctionnalités
public void detecteFonctionnalite(String strCode, int indexTableFunct){
Pattern pattern ;
Matcher matcher ;
String strFctClean ;
strFctClean = supprimeMotsVides(listOfFonctionnalites[indexTableFunct]) ;
// pattern pour matcher les blancs
Pattern p1 = Pattern.compile("[\\s]+") ;
// split suivant les blancs
String[] result = p1.split(strFctClean) ;
int localNbTrouvé = 0 ;
for (int i=0 ; i<result.length ;i++){
//on cherche le ième mot du nom de la fonctionnalité
pattern = Pattern.compile(result[i], Pattern.CASE INSENSITIVE) ;
matcher = pattern.matcher(strCode) ;
if (matcher.find()) {
localNbTrouvé++ ;
}
i++ ;
}
// if (localNbTrouvé == i) System.out.println(motif + " trouvé ! ! !") ;
if (localNbTrouvé > 0) tabTrouvé[indexTableFunct] = true ;
if (((localNbTrouvé == 1) && (result.length == 1)) || (result.length > 1
&& localNbTrouvé > 1)) tabTrouvéHigh[indexTableFunct] = true ;
}
Extrait de code A.11: Java – Analyse de code et liens avec les ressources indexées
Annexes
C.6
239
Remplissage automatique des formulaire de saisie de traitements Java
/* ...
import
import
import
import
*/
javax.xml.parsers.DocumentBuilder ;
javax.xml.parsers.DocumentBuilderFactory ;
javax.xml.xpath.* ;
org.w3c.dom.Document ;
/* ... */
/** 2- RECUPERATION DES INFORMATIONS DE LA DESCRIPTION GENEREE PAR LE DOCLET */
try{
DocumentBuilder builder = DocumentBuilderFactory.newInstance().newDocumentBuilder() ;
Document document = builder.parse(new File("C:/Abdelkader/MDT/generationXML/outputMDTDoclet.xml")) ;
//création du XPath
XPathFactory fabrique = XPathFactory.newInstance() ;
XPath xpath = fabrique.newXPath() ;
//évaluation de l’expression XPath
XPathExpression exp = xpath.compile("/mdt/classes/classe[@id=’" + id + "’]/nom") ;
nom = exp.evaluate(document) ;
/* ... */
}
/** 3- LA MISE A JOUR DU FORMULAIRE DE SAISIE */
out.println("<html><head><link href=\"http://walrus:8080/Mdt/css/coUA.css\" type=\"text/css\"
rel=\"stylesheet\"/>" +
"<script language=\"Javascript\">" +
// Informations générales nom du programme
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’nom’].value=’"
+ nom + "’ ;" +
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’version’].value=’" + version + "’ ;" +
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’date modification’].value=’"
+
date modification + "’ ;" +
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’cb auteur1’].options[" + pos auteur1 +
"].selected=’1’ ;" +
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’cb auteur description’].options[" +
pos auteur description + "].selected=’1’ ;" +
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’cb lieu de developpement’].options[" +
pos lieu de developpement + "].selected=’5’ ;" +
// Ce que fait le programme
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’description’].value=’"
+ description + "’ ;"
+
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’main inp fct1’].value=’" + fonctionnalité +
"’ ;" +
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’main fct1’].value=’" + strRealise1 + "’ ;" +
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’ztnb entree’].value=’" + nb entrées + "’ ;" +
"window.opener.document.getElementById(’entree2’).style.display = ’block’ ;" +
"window.opener.document.getElementById(’detail entree2’).style.display = ’block’ ;" +
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’nomEntree1’].value=’" + nomEntree1 + "’ ;" +
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’text tdE1’].value=’" + text tdE1 + "’ ;" +
"window.opener.document.forms[’saisieForm’].elements[’text tdE1 impl’].value=’" + text tdE1 impl +
"’ ;" +
/* ... */
Extrait de code A.12: Java – Génération du Javascript remplissant le formulaire de saisie
240
Annexes
C.8
Exécution de requêtes SeRQL avec Sesame 1.2.1
import org.openrdf.model.Value ;
import org.openrdf.sesame.Sesame ;
/* ... */
java.net.URL sesameServerURL = new java.net.URL("http://localhost:8080/sesame/") ;
SesameService service = Sesame.getService(sesameServerURL) ;
service.login("testuser", "opensesame") ;
SesameRepository myInRepository = service.getRepository("mem-rdfs-db") ;
String query = "" ;
/* Construction de la requ^
ete à partir des champs du formulaire soumis par l’utilisateur */
/* ... */
/* Lecture des résultats */
QueryResultsTable resultsTable = myInRepository.performTableQuery(QueryLanguage.SERQL,
query) ;
/* Ecriture du fichier XML des résultats pour l’appli Web */
/* ... */
Extrait de code A.13: Java – Exécution de requête SeRQL (d’après la section 7.2 de [Ope05])
C.9
Classification avec Jena 2.2
import
import
import
import
com.hp.hpl.jena.rdf.model.* ;
com.hp.hpl.jena.util.ModelLoader ;
com.hp.hpl.jena.reasoner.* ;
com.hp.hpl.jena.vocabulary.RDF ;
public class ClassifArcview {
public static void main(String[] args) {
Model schema = ModelLoader.loadModel("file:SBC/ER2suite.rdf") ;
Model data = ModelLoader.loadModel("file:SBC/ER2suite.owl") ;
Reasoner reasoner = ReasonerRegistry.getOWLReasoner() ;
reasoner = reasoner.bindSchema(schema) ;
InfModel infmodel = ModelFactory.createInfModel(reasoner, data) ;
// individu emp^
atement virage sérré isolé
Resource empatement = infmodel.getResource("urn :mdt/instEmpatementVirageSerreIsole") ;
// instEmpatementVirageSerreIsole est-il un ProblemeLisibilite ?
Resource pbLisibilite = infmodel.getResource("urn :mdt/ProblemeLisibilite") ;
if (infmodel.contains(empatement, RDF.type, pbLisibilite)) {
System.out.println("emp^
atement virage sérré isolé est un problème de lisibilité !") ;
}
}
}
Extrait de code A.14: Java – Classification de problème avec Jena 2.2 (utilisé pour ER2 suite)
Annexes
Annexe D
241
Logiciels, programmes et librairies utilisés
Application côté serveur
Apache 1.3
Tomcat 5.5.9
JDK 1.5
F
Apache Software Foundation
Apache Software Foundation
programme javadoc
com.sun.javadoc
java.lang.reflect
java.util.regex
javax.xml
...
Sesame 1.2.1
Sun Microsystems
O’Reilly Media
Jchart
R. Piola
Application côté client
F
uk.ac.leeds.ccg.geotools
Logiciels utilisés en marge
Amaya 9.2.1
Html Help Workshop 4.74
Jena 2.2
génération de documentation de code
Java
création de doclet
reflection du code Java
Moteur d’expressions régulières
Parser XML, moteurs XSL et XPath
Plateforme et moteur RDF(-S)
Échange de données via protocole HTTP
(images, shp, dbf, etc.)
Génération dynamique de diagrammes
statistiques
Aduna
com.oreilly.servlet.multipart
Serveur HTTP
Moteur de servlet Java
Visualisation des données au format SHP
(applet Java)
Confluence
F
de l’application
W3C & INRIA
Microsoft
Hewlett Packard
Lore’s source converter
L. Haendel
Protégé 3.1
Stanford Medical Informatics
XML Spy 2004
Altova
Éditeur HTML et MathML
Décompilateur de fichiers d’aide CHM
Moteur d’inférence OWL
Convertisseur de code source en pages
HTML avec coloration syntaxique
Éditeur d’ontologies OWL de règles
SWRL
Éditeur XML, XSL et XSD
Tab. A.1 – Logiciels, programmes et librairies utilisées
Annexe E
à l’IGN
Laboratoires de recherche et services de production
Il existe à l’IGN quatre laboratoires de recherche et une dizaine de services de production. La
recherche de l’IGN participe aux évolutions techniques qui ont profondément modifié l’activité
de l’établissement, avec l’émergence de l’informatique, de la télédétection, de la géodésie spatiale
et des bases de données géographiques ainsi que le renouveau des instruments aéroportés et de
la cartographie [IGN98]. Les résultats des laboratoires de recherche profitent ainsi aux services
de production, le but étant d’aboutir à moyen ou long terme à un procédé, un produit, ou un
outil de production.
En particulier, lorsque des besoins spécifiques tels que le détramage des cartes scannées ou la
généralisation cartographique ne peuvent être satisfaits par les logiciels commerciaux standards,
les laboratoires de recherche de l’IGN conçoivent et implémentent leurs propres programmes
informatiques ; le passage en production s’effectuant ensuite en cas de succès.
La recherche, qui se situe donc en amont du processus de production, s’articule autour de
quatre disciplines. À chaque discipline correspond un laboratoire :
Le COGIT (Conception Objet et Généralisation de l’Information Topographique) étudie
242
Bibliographie
les problématiques liées à l’utilisation des données topographiques vectorielles. Ses
compétences concernent les bases de données localisées et la cartographie. Les recherches
portent sur la gestion, la dérivation et la diffusion de l’information géographique.
Le LAREG (LAboratoire de Recherche En Géodésie) est un laboratoire de l’ENSG (Ecole
Nationale des Sciences Géographiques) couvrant plusieurs secteurs de la géodésie.
Le LOEMI (Laboratoire d’Optique, d’Electronique et de Micro-Informatique) est un laboratoire d’instrumentation. Les recherches visent à améliorer les prises de vue aériennes, par
le développement de nouveaux capteurs et des techniques de trajectographie. Le LOEMI
étudie aussi des instruments de métrologie.
Le MATIS (Méthodes d’Analyses et de Traitement d’Images pour la Stéréo-restitution) étudie
la photogrammétrie et des méthodes d’analyse et de traitement d’images. Les recherches
portent sur les photographies aériennes. Elles visent à détecter et restituer les éléments du
paysage, généralement en 3 dimensions par stéréoscopie. Le MATIS travaille en outre sur
les plans scannés.
Citons les principaux services de production de l’IGN :
Le SAA (Service des Activités Aériennes) prend en photo le territoire vu du ciel, hier en
argentique, aujourd’hui en numérique.
Le SBI (Service des Bases de données Images) corrige (ombres, jointures, redressement des
photos pour l’obtention d’ortho-images simulant la prise de vue à la verticale parfaite,
etc.), et stocke les images.
Le SBV (Service des Bases de données Vecteurs) produit des données en mode vecteur à
différentes échelles. Le produit qui mobilise le plus grand nombre de salariés est la composante topographique du référentiel à grande échelle (RGE) : la BD Topo. Il y a deux filières
thématiques distinctes : la saisie de la végétation par un processus semi-automatique et une
filière par restitution photogrammétrique et intégration de données existantes pour tous
les autres thèmes. La deuxième mission concerne la mise à jour en continu des référentiels.
Le SDC (Service De la Cartographie) se charge de la production des cartes.
Le SDOG (Service de la DOcumentation Géographique) est principalement chargé de l’archivage et de la mise à disposition des données produites par l’IGN : données analogiques
(cartes, photographies aériennes, ...) ou numériques (BD Topo, BD Ortho, ...). Ces activités sont partagées entre quatre unités : le serveur général, la photothèque nationale, la
cartothèque, le centre de documentation.
Le SGN (Service de Géodésie et Nivellement) a actuellement pour activités principales les
réseaux matérialisés de géodésie et de nivellement, les réseaux de stations GPS permanents,
l’information géodésique.
Le SPI (Service de Photogravure et d’Impression) est le dernier maillon de la chaı̂ne cartographique. Il est prestataire de service pour les autres unités de l’IGN. Il assure la partie Arts
Graphiques de la réalisation de la carte.
Bibliographie
[ABC+ 03]
D. Ayala, C. Browne, V. Chopra, P. Sarang, K. Apshankar, et T. McAllister. Services Web Open Source. collection Programmer to Programmer, trad. de l’anglais
par E. Burr, V. Campillo et V. Warion, Campus Press, Paris, 2003.
[ALR96]
N. Aussenac-Gilles, P. Laublet, et C. Reynaud. L’acquisition des connaissances,
une composante à part entière de l’informatique du futur. Acquisition et ingénierie
de la connaissance - Tendances actuelles, Cepadues, pp. 3-25., 1996.
[AS94]
J-M. Alliot et T. Schiex. Intelligence artificielle et informatique théorique.
Cépaduès, collection Intelligence Artificielle, 1994.
[ATI02]
ATICA. Guide de choix et d’usage des licences de logiciels libres pour les administrations - Annexe : Analyse détaillée des licences. rapport au premier ministre
de la république française, 2002. http://www.adae.gouv.fr/upload/documents/
analyse detaillee.pdf.
[Aus89]
N. Aussenac. Conception d’une méthodologie et d’un outil d’acquisition des connaissances expertes. Thèse de doctorat d’informatique. Université Paul Sabatier de
Toulouse, 1989.
[BA03]
J-M. Bézard et S. Ariès. La méthode MASK – Présentation pour la capitalisation des
connaissances. 2003. http://perso.wanadoo.fr/serge.aries/presentation/
MASKmet/frame.htm.
[Bac92]
B. Bachimont. Le contrôle dans les systèmes à base de connaissances. Hermès,
1992.
[Bac00]
B. Bachimont. Engagement sémantique et engagement ontologique : conception et
réalisation d’ontologies en ingénierie des connaissances. In J. Charlet, M. Zacklad,
G. Kassel et D. Bourigault, Ingénierie des Connaissances : Évolutions récentes et
nouveaux défis, Eyrolles, 2000.
[Bac04]
B. Bachimont. Ingénierie des connaissances. page de présentation des travaux de
recherche de B. Bachimont, hébergée sur le site de Université de Technologie de
Compiègne, 2004. http://www.utc.fr/∼bachimon/Recherche.html (accédé le 19
janvier 2006).
[Ban00]
C. Bandza. Des méthodes de formalisation des connaissances et de MKSM en
particulier. Thèse professionnelle du mastère MSIT, Management des Systèmes
dÍnformations et des Technologies, HEC-Mines, 2000. http://www.hec.ensmp.fr/
Theses/Theses2000/Bandza.doc.
[Bar98]
J-P. Barthes. Les systèmes à base de connaissances. cours de l’Université de Technologie de Compiegne (UTC), 1998. http://www.hds.utc.fr/∼barthes/IA03/
KADS.html.
[Bar04]
S. Bard. Méthode d’évaluation de la qualité de données géographiques généralisées –
Application aux données urbaines. Thèse de doctorat d’informatique de l’Université
de Paris 6, 2004.
243
244
Bibliographie
[BB03]
T. Badard et A. Braun. Oxygene – d’une plate-forme interopérable au déploiement
de services web géographiques. Les SIG sur le Web, revue internationale de
Géomatique, vol. 13, n˚3/2003, Hermès Sciences, Lavoisier, Paris, pp. 411-430,
2003.
[BCES04]
J-F. Baget, E. Canaud, J. Euzenat, et M. Saı̈d-Hacid.
Sémantique. In [CLR03], chapitre 2, pp. 9-24, 2004.
[BCLJ04]
C. Bousquet, C.Henegar, A.Lillo-Le Louët, et M-Ch. Jaulent. Apport d’une
modélisation ontologique pour la détection du signal en pharmacovigilance. In Actes
de la conférence IC’2004, 15èmes Journées francophones d’ingéniérie des connaissances, Lyon, pp.187-198, 2004.
[BD00]
O. Boiral et I. Dostaler. Mobiliser les connaissances tacites : l’exemple d’un atelier d’assemblage électronique. IXème Conférence Internationale de Management
Stratégique, AIMS, Montpellier, 2000.
[BFIM98]
T. Berners-Lee, R. Fielding, U.C. Irvine, et L. Masinter. Uniform Resource Identifiers (URI) : Generic Syntax. RFC 2396, IETF, 1998.
[BHL01]
T. Berners-Lee, J. Hendler, et O. Lassila. The Semantic Web. Scientific American,
n˚284, p.34-43, 2001.
[BL05]
Aduna B.V. et Sirma AI Ltd. The SeRQL query language (revision 1.2). 2005.
http://www.openrdf.org/doc/sesame/users/ch06.html.
[BM02]
T. Berners-Lee et E. Miller. The semantic web. présentation W3C, diapositive
17 Enabling Standards & Technologies – Layer Cake, 2002. http://www.w3.org/
Talks/2002/01/10-video/slide17-0.html.
[Bod97]
L. Bodet. Réalisation d’une machine virtuelle Java sous le système d’exploitation Plan9. Mémoire de maı̂trise d’informatique option micro-informatique /
micro-électronique, Université Paris 8, p.122, 1997. http://plan9.aichi-u.ac.
jp/netlib/java/rapport.ps.
[Bor02]
P. Bordin. SIG – concepts, outils et données. Hermès science, Lavoisier, p. 103,
2002.
[Boy02]
P. Boyer. Et l’homme créa les dieux. Folio essais n˚414, pp.138-146, 2002.
[Bra03]
A. Braun. Manuel OXYGENE. Document interne Cogit, 2003.
[Buc02]
B. Bucher. L’aide à l’accès à l’information géographique : un environnement de
conception coopérative d’utilisations de données géographiques. Thèse de doctorat
d’informatique de l’Université de Paris 6, 2002.
[CC99]
J. Caussanel et E. Chouraqui. Informations et connaissances : quelles implications
pour les projets de capitalisation des connaissances. In G. Dupoirier et J-L. Ermine,
Gestion des documents et gestion des connaissances, Document numérique 3, n˚3-4,
décembre 1999, Hermès, 2000. p.101-119, 1999.
[CCZC02]
J. Caussanel, J-P. Cahier, M. Zacklad, et J. Charlet. Les Topic Maps sont-ils un
bon candidat pour l’ingénierie du Web Sémantique ? In Actes de la conférence IC
2002, Rouen, 2002.
[CDF04]
O. Corby, R. Dieng, et C. Faron. Querying the Semantic Web with the Corese
Search Engine. In Actes de la Conférence Européenne d’Intelligence Artificielle
ECAI’2004 (dans le cadre de la conférence PAIS), 2004. http://www-sop.inria.
fr/acacia/pub/2004/corby-pais2004.pdf.
[Cha87]
A. F. Chalmers. Qu’est-ce que la Science ? Ed. la Découverte, Le livre de Poche
n˚4126, 1987.
[Cha00]
G. Chartron. Standards, normes, documents numériques. Urfist de Paris, 2000.
http://www.ccr.jussieu.fr/urfist/presse/standard/coursintro.htm.
Les langages du Web
Bibliographie
245
[Cha03]
J. Charlet. L’ingénierie des connaissances – Développements, résultats et perspectives pour la gestion des connaissances médicales. Mémoire d’Habilitation à diriger
des recherches, Université Pierre et Marie Curie, p. 59., 2003.
[Che92]
J-P. Cheylan. Classification des fonctions de traitements dans les SIG : éléments de
synthèse. communication à la conférence SIG-GIS, 1992.
[Cho05]
S. Chollet. Automatisation de la composition de web services. LIMOS ClermontFerrand, séminaire équipe BD, 15 avril 2005, 2005.
[CL05]
F. Comte et M. Leclère. OWL-SG : un sous-langage pour la famille OWL.
Journée thématique : Raisonner sur le Web Sémantique avec des Graphes, plateforme AFIA, juin 2005, Nice, 2005. http://www.lirmm.fr/∼leclere/recherche/
rwsg/ComteLeclereMugnier.ps.
[CLR03]
J. Charlet, P. Laublet, et C. Reynaud. Le Web sémantique. rapport final de l’action
spécifique 32 CNRS/STIC (version 3 de décembre 2003), publié chez Cépaduès
(Hors-série de la collection Information interaction intelligence), 2003.
[Coa03]
The OWL Service Coalition. OWL-S : Semantic Markup for Web Services (Technical Overview – a white paper describing the key elements of OWL-S). 2003.
http://www.daml.org/services/owl-s/1.0/owl-s.pdf.
[Com02]
IEEE Learning Technology Standards Committee. Draft Standard for Learning
Object Metadata. 2002. http://ltsc.ieee.org/wg12/files/LOM 1484 12 1 v1
Final Draft.pdf, New York, USA.
[Con99]
AGENT Consortium. Selection of Basic Algorithms. Rapport public du projet
AGENT version 2.3, numéro de projet ESPRIT/LTR/24939, 1999. http://agent.
ign.fr/deliverable/DD2.pdf.
[Con01a]
Open GIS Consortium. Basic Model Draft Candidate Implementation Specification
0.0.8. 2001.
[Con01b]
Open GIS Consortium. Web Services – Service Registry (version 0.2). OpenGIS
Project Document OGC 01-082 21-12-2001, 2001.
[Con03]
Open GIS Consortium. Geographic information – Web Map Service interface, (unofficial) ISO DIS 19128. 2003.
[Cos03]
R. Costello. OWL Web Ontology Language. The MITRE Corporation, 2003.
[CPSV03]
N. Cullot, C. Parent, S. Spaccapietra, et C. Vangenot. Des SIG aux ontologies
géographiques. Les SIG sur le Web, revue internationale de Géomatique, vol. 13,
n˚3/2003, Hermès Sciences, Lavoisier, Paris, pp. 285-306, 2003.
[Cro98]
H. Le Crosnier. Texte et informatique. Cours d’informatique, version 0.91, Université
de Caen, 1998. http://ariane.mpl.ird.fr/textes/crosnier.pdf.
[CVM03]
Y. Caron, N. Vincent, et P. Makris. Mesure de la qualité de la compression par
l’utilisation de la loi de Zipf. Compression et Représentation de Signaux Audiovisuels
- CORESA’03, Lyon, 16-17 Janvier 2003, pp. 239-242, 2003.
[Dad05]
M. Dadou. Aide à la saisie de connaissances d’experts : conception d’outils de saisie
et d’analyse. rapport de stage effectué au laboratoire COGIT, IGN, pour un Master
professionnel de sciences cognitives appliquées, Université Victor Segalen Bordeaux
2, 2005.
[Del02]
J-P. Delahaye. L’intelligence et le calcul, de Gödel aux ordinateurs quantiques.
Bellin – Pour la Science, p.152–156, 2002.
[DRL00]
Y. Delmas-Rigoutsos et R. Lalement. La logique ou l’art de raisonner. coll. Quatre
à quatre – Le Pommier, Fayard, 2000.
[DS96]
J. Denègre et F. Salgé. Les systèmes d’information géographique. collection Que
sais-je ?, PUF, Paris, p.12, 62, 1996.
246
Bibliographie
[Duc04]
C. Duchêne. Généralisation par agents communicants : le modèle CARTACOM.
Application aux données topographiques en zone rurale. Thèse de doctorat d’informatique de l’Université de Paris 6, 2004.
[Dup99]
J-P. Dupouy. Aux origines des sciences cognitives. nouvelle édition, Paris, La
découverte/Poche sciences humaine et sociales n˚69, p.22, 1999.
[EB04]
J. Euzenat et J-F. Baget. OWL : un langage d’ontologies pour le web – Une courte
présentation en français. INRIA Rhône-Alpes, 2004. http://www.inrialpes.fr/
exmo/cooperation/webont/owl.html.
[EBS00]
J. Erceau, P. Benhamou, et A. Seve. ONERA - mission VIE, Projet Gestion des
Connaissances. 2000. http://www.onera.fr/vie/mksm.html.
[Ele04]
D3E Electronique. Guide de l’utilisateur ArcView 8.3. 2004.
[Erm03]
J-L. Ermine. La Gestion des connaissances. Hermès Science, Lavoisier, 2003.
[Euz99]
J. Euzenat. Sémantique des représentations des connaissances. Notes de cours de
DEA d’informatique, Université Joseph Fourier - Grenoble I, 1999.
[FC99]
V. Ficet-Cauchard. Réalisation d’un système d’aide à la conception d’applications
de Traitements d’Image : une approche basée sur le Raisonnement à Parti de Cas.
Thèse de doctorat d’informatique de l’Université de Caen, 1999.
[FCRP99]
V. Ficet-Cauchard, M. Revenu, et C. Porquet. Conception d’applications de traitement d’images par raisonnement à partir de cas : définition, utilisation et gestion
de cas. RàPC’99 Plate Forme AFIA, pp. 7-16, Palaiseau, 1999.
[FK04]
J-Y. Fortier et G. Kassel. Présentation ’sur mesure’ de l’information. In
Présentation de l’information sur mesure, RSTI série RIA (Revue des Sciences et
Technologies de l’Information – Revue d’intelligence artificielle), vol. 18 - n˚4/2004,
sous la direction de C. Paris et N. Colineau, Hermes-Lavoisier, pp. 515-547, 2004.
[Für05]
F. Fürst. L’ingénierie ontologique. Rapport de recherche N˚02-07, octobre 2002,
Institut de Recherche en Informatique de Nantes, 2005. http://www.sciences.
univ-nantes.fr/info/perso/permanents/furst/papers/RR02-07.ps.
[Fra94]
République Française. circulaire du 14 février 1994 relative à la diffusion des
données publiques. JO, 1994.
[FT05]
F. Fürst et F. Trichet. Aligner les ontologies lourdes : une méthode basée sur
les axiomes. In Actes de la conférence IC’2005, 16èmes Journées francophones
d’ingéniérie des connaissances, Nice, 2005.
[Ges05]
N. Gesbert. Formalisation des spécifications de bases de données géographiques
en vue de leur intégration. Thèse de doctorat d’informatique de l’Université de
Marne-la-Vallée, 2005.
[GFLC03]
A. Gomez, M. Fernandez-Lopez, et O. Corcho. Ontological Ingeneering. Springer,
Advanced Information and Knowledge Processing, 2003.
[GHVD03] B. Grosof, I. Horrocks, R. Volz, et S. Decker. Description Logic Programs : Combining Logic Programs with Description Logic. In Actes de la conférence Word
Wide Web 2003, 2003. http://www.cs.man.ac.uk/∼horrocks/Publications/
download/2003/p117-grosof.pdf.
[GM97]
O. Günter et R. Müller. From GISystems to GIServices : Spatial computing on the
Internet Marketplace. In actes de la conférence Interopating Geographic Information
Systems, Santa Barbara, CA, 3-4 décembre, 1997.
[Gom04]
R.M. Gomez de Regil. Normes et standards : un processus de normalisation en cours.
présentation aux Journées d’études sur l’indexation des ressources pédagogiques
numériques. 16 novembre 2004, Lyon, 2004.
Bibliographie
247
[GP03]
S. Garlatti et Y. Prié. Adaptation et personnalisation dans le Web sémantique. In
[CLR03], chapitre 6, pp. 79-91, 2003.
[Gro00]
GSDI Technical Working Group. Developing Spatial Data Infrastructures : the SDI
Cookbook, v.1.0. Douglas Nebert Editions, 2000.
[Gru93]
T. R. Gruber. A translation approach to portable ontology specifications. Knowledge
Acquisition 5(2) :199-220, 1993.
[Gru95]
M. Grundstein. La capitalisation des connaissances de l’entreprise, système de
production de connaissances. In Actes du congrès L’entreprise apprenante et les
sciences de la complexité, Aix-en-Provence, 1995.
[GS04]
F. Gandon et N. Sadeh. Gestion de connaissances personnelles et contextuelles,
et respect de la vie privée. In actes d’IC’2004, 15èmes Journées francophones
d’Ingéniérie des Connaissances, Lyon, 2004.
[HBF+ 91]
J-P. Haton, N. Bouzid, F.Charpillet, M-C. Haton, B. Lâasri, H. Lâasri, P. Marquis,
T. Mondot, et A. Napoli. Le raisonnement en Intelligence Artificielle. InterEditions,
Paris, 1991.
[Hil01]
D. Hillmann. Using Dublin Core. Dublin Core Metadata Initiative, 2001. http:
//dublincore.org/documents/usageguide/ (traduction française de G. Teasdale
sur http://www.bibl.ulaval.ca/DublinCore/usageguide-20000716fr.htm.
[HPSB+ 04] I. Horrocks, P. Patel-Schneider, H. Boley, S.Tabet, B. Grosof, et M. Dean. SWRL :
A Semantic Web Rule Language Combining OWL and RuleML. W3C Member Submission 21 May 2004, 2004. http://www.w3.org/Submission/2004/
SUBM-SWRL-20040521/.
[Hub03]
F. Hubert. Modèle de Traduction des Besoins d’un Utilisateur pour la Dérivation
de Données Géographiques et leur Symbolisation par le Web. Thèse de doctorat
informatique Université de Caen, 2003.
[IGN90]
IGN. Charte Logiciel. IGN, Direction technique DT/133, 1990.
[IGN98]
IGN. La recherche en 1998, Bulletin d’information de l’IGN n˚70. service de la
recherche de l’IGN, 1998.
[IGN03]
IGN.
Descriptitif technique de la BD TopoPays – Édition 2.1.
http://www.ign.fr/telechargement/MPro/produit/BD TOPO/JT Agglo/
DT BDTOPOPays 1 2.pdf, p.6.
[IGN04]
IGN. Rapport d’activité 2003 de l’Institut Géographique National. Direction commerciale de l’IGN, 2004.
[IGN05]
IGN. Spécification de contenu de la BD CARTO. Version 3, Service de Base de
données Vecteur, 2005.
[Ini04]
Dublin Core Metadata Iniative. Dublin Core Metadata Element Set, Version 1.1 :
Reference Description. http ://dublincore.org/documents/dces/, 2004.
[Isa01]
A. Isaac. Vers la mise en oeuvre informatique d’une méthode de conception d’ontologies. Mémoire de DEA MIASH, stage effectué à l’INA (Institut National de
l’Audiovisuel), Université Paris 4, 2001.
[Isa05]
A. Isaac. Conception et utilisation d’ontologies pour l’indexation de documents
audiovisuels. Thèse de doctorat d’informatique de l’Université Paris IV – Sorbonne,
2005.
[ISO01a]
ISO. ISO 19107, Geographic information – Spatial schema. International Standard,
2001.
[ISO01b]
ISO. ISO 19119 : Geographic information – Services. Draft International Standard,
2001. http://www.ncits.org/ref-docs/DIS19119.PDF.
2003.
248
Bibliographie
[ISO03]
ISO. ISO 19115, Geographic information – Metadata. International Standard, 2003.
[ISO05a]
ISO. Geographic information – Metadata – Part 2 : Extensions for imagery and
gridded data. ISO TC TC211/SC N – ISO/WD 19115-2.5, version du 20-05-2005
(statut du document : préparatoire), 2005.
[ISO05b]
ISO. ISO en bref. 2005. http://www.iso.org/iso/fr/aboutiso/isoinbrief/
isoinbrief.html.
[JGR00]
H.A. Jacobsen, O. Günter, et G. Riessen. MMM, Component leasing on the WWW.
journal NETNOMICS, vol.2, Baltzer Science Publishers, Pays-Bays, pp. 191-219,
2000.
[JJPJ04]
J.Bovet, J-P.Ertz, et J.Hess. Bases de Programmation – Introduction et présentation
du cours. 2004. http://cours.eivd.ch/algo/pdfs/BaseDeProg Chap0 Intro.
pdf.
[Kay97]
D. Kayser. La représentation des connaissances. Hermès, 1997.
[KFG05]
O. Khayati, A. Front, et J-P. Giraudin. Génération et appariement de spécifications
formelles de diagrammes de classes pour la recherche de composants. In Actes de
la conférence INFORSID 2005, Grenoble, pp. 235-250, 2005.
[KG05]
Racer Systems GmbH & Co. KG. RacerPro User’s Guide Version 1.9. 2005. http:
//www.racer-systems.com/products/racerpro/users-guide-1-9.pdf.
[KMN04]
H. Knublauch, M.A. Musen, et N.F. Noy. Creating Semantic Web (OWL) Ontologies
with Protégé. Stanford Medical Informatics, 2004. http://protege.stanford.
edu/plugins/owl/publications/2004-07-06-OWL-Tutorial.ppt.
[Kor99]
Kordon. UML. cours de génie logiciel – licence informatique Université Pierre et
Marie Curie, Paris 6, 1999.
[Kor03]
J. Korczak. Systèmes Experts – CLIPS. cours de d’informatique de l’Université
Louis Pasteur Strasbourg, CNRS – Laboratoire des Sciences de l’Image, de l’Informatique et de la Télédétection, 2003. http://www-ipst.u-strasbg.fr/jjk/
SI-IPSTSystemesExperts.pdf.
[KT03]
P. Kellert et F. Toumani. Les Web Services sémantiques. In [CLR03], chapitre 7,
pp. 93-106, 2003.
[LdB02]
R. Lemmens et R.A. de By. Distributed GIS and metadata - Methods for the
description of interoperable GIS components. In actes de la conférence International
Workshop on Mobile and Internet GIS, Wuhan, China, 15-16 août, 2002.
[Lew04]
D. Lewis.
OWL-S Applications and Issues Support ontologies.
AI planing,
2004.
http://metadatos.cl/wiki/attach?page=RodrigoFrez%
2Fowl-s-applications-and.pdf.
[LGS02]
B. Le-Grand et M. Soto. TopicMaps et navigation “intelligente” sur le Web
Sémantique. présentation de l’AS2W – Action Spécifique Web Sémantique,
2002.
http://www.lalic.paris4.sorbonne.fr/stic/octobre/octobre/apr/
LeGrand.pdf.
[LJP98]
N. Lopez, J.Migueis, et E. Pichon. Intégrer UML dans vos projets. Eyrolles Informatiques, pp. 25-41 et 81-114, 1998.
[LRC02]
P. Laublet, C. Reynaud, et J. Charlet. Sur quelques aspects du Web sémantique.
In Actes des deuxièmes assises nationales du GdR I3 (information, interaction,
intelligence), Cépaduès, 2002.
[MABL03] C. Moulin, M-H. Abel, A. Benayache, et D. Lenne. Modélisation d’une Mémoire de
Formation : le choix des Topic Maps. In Actes de la conférence IC 2003, Grenoble,
2003.
Bibliographie
249
[Mar05]
G. Martinoty. Reconnaissance de matériaux sur des images aériennes en multirecouvrement, par identification de fonctions de réflectances bidirectionnelles. Thèse
de doctorat en méthodes physiques en télédétection de l’Université Paris 7 – Denis
Diderot, 2005.
[ME00]
S. Moisan et J-L. Ermine. Gestion opérationnelle des connaissances sur les codes. In
Actes de la conférence IC’2000, Journées francophones d’Ingénierie des Connaissances, Toulouse, 2000.
[Mei05]
J. Mei. An Engine for SWRL rules in RDF graphs. AG Netzbasierte Informationssysteme / Networkbased Informationsystems, Université libre de Berlin, 2005. http://www.inf.fu-berlin.de/inst/ag-nbi/research/swrlengine/
(version du 27/06/2005).
[Mic03]
P. Michaux. Réalisation d’une interface de consultation pour les traitements de
généralisation. Rapport de stage de DESS Imagerie Electronique de l’Université de
Paris VI, 2003.
[Moi87]
J.L. Le Moigne. Qu’est-ce qu’un modèle ? Les modèles expérimentaux et la clinique,
Confrontations psychiatriques, numéro spécial consacré au modèles, 1987.
[Mug02]
M-L. Mugnier. Candidature au diplôme d’habilitation à diriger des recherches – Document de synthèse. 2002. http://www.lirmm.fr/∼mugnier/hab/MLMsynthese.
doc.
[Mus01]
S. Mustière. Apprentissage supervisé pour la généralisation cartographique. Thèse
de doctorat d’informatique de l’Université Paris VI, 2001.
[NB05]
M. Neun et D. Burghardt. Web Services for an Open Generalisation Research
Platform. 8th ICA WORKSHOP on Generalisation and Multiple Representation,
La Corogne, 2005.
[OAS02]
OASIS. UDDI Version 3.0. UDDI Spec Technical Committee Specification, 19 July
2002, 2002. http://www.oasis-open.org/committees/uddi-spec/.
[Off04]
Journal Officiel. Journal Officiel de la République Française, décret n˚ 2004-1246
du 22 Novembre 2004. JO, 2004.
[Ope05]
OpenRDF.org. User Guide for Sesame – Updated for Sesame release 1.2.3. Aduna
B.V., Sirma AI Ltd., 2005. http://www.openrdf.org/doc/sesame/users/ch01.
html.
[Pan04]
J.Z. Pan. Requirements for a Semantic Web Rule Language. http: // www. w3.
org/ 2004/ 12/ rules-ws/ paper/ 51/ , 2004.
[Pat03]
P. F. Patel-Schneider. From KL-ONE to OWL : Description Logics in the Ivory
Tower and the Semantic Web. tutorial présenté aux conférences ISWC’2003 et
ENC’2004, 2003. http://www-db.research.bell-labs.com/user/pfps/talks/
history/all.html.
[Pdc05]
FOAF Project et RDF developer community. FOAF Vocabulary Specification –
Namespace Document 27 July 2005. 2005. http://xmlns.com/foaf/0.1/.
[Pec05a]
P. Peccatte. Métadonnées : une initiation. Soft Expérience, 2005.
peccatte.karefil.com/Software/Metadata.htm.
[Pec05b]
P. Peccatte. Windows NT/2000/XP et les fichiers Macintosh. Soft Experience,
2005. http://peccatte.karefil.com/software/MacNT.htm.
[Pel03]
C. Pelé. Développement d’une bibliothèque de géométrie algorithmique pour la plateforme OXYGENE. Mémoire de fin de stage de DEA Sciences de l’information
géographique, Université de Marne la Vallée, 2003.
[Per95]
J. Perrice. Les Sytèmes d’Information Géographique. DESS ID 1994-1995, module
GED, 1995.
http://
250
Bibliographie
[Per02]
G. Percivall. ISO 19119 and OGC Geographic Information Service Architecture.
présentation au XXII congrès international FIG (Fédération Internationale des
Géomètres), Washington, D.C. USA, 19-26 avril, 2002.
[Per04]
H. Perez. Découverte dynamique de Web Services à travers la mise en œuvre des
technologies du Web Sémantique. rapport de stage de DESS Génie des logiciels
applicatifs, centre R&D d’EDF de Clamart – Université Paris VI, 2004. http:
//www.orchaid.com/ressources/pdf/rapportstage.pdf.
[Pia70]
J. Piaget. Psychologie et épistémologie – Pour une théorie de la connaissance.
bibliothèque Médiations, ed. Denoël – Gonthier, 1970.
[Pie00]
L. Piechocki. Modéliser avec UML. 2000. http://uml.free.fr/cours/i-p6.html.
[Pil03]
J-F. Pillou. Bases de données – Modèles de SGBD.
commentcamarche.net/bdd/bddtypes.php3.
[Pom96]
J. Pomian. Mémoire d’entreprise : techniques et outils de la gestion du savoir.
Sapientae, 1996.
2003.
http://www.
[RNK+ 04] A. Rector, N. Noy, H. Knublauch, G. Schreiber, et M. Musen. Ontology Design Patterns and Problems : Practical Ontology Engineering using ProtegeOWL. Tutorial at the Third International Semantic Web Conference (ISWC 2004),
2004.
http://www.cs.man.ac.uk/∼rector/tutorials/iswc-tutorial-2004/
ISWC-Tutorial-Best-Practice.pdf.
[Rol99]
F. Role. Panorama des travaux en cours sur les métadonnées. Rapport de recherche
INRIA n˚3628, 1999.
[Rom01]
M. Ben Romdhane. Navigation dans un espace textuel – Accès à l’information
scientifique. Thèse de doctorat d’informatique de l’Université Jean Moulin Lyon 3,
2001.
[Ros75]
E. Rosh. Human categorization. Journal of Experimental Psychology, vol. 104, pp.
192-233, 1975.
[Rou04]
F. Rousseaux. Étude des modèles numériques de terrain pour améliorer la fiabilité
des calculs d’aléas et de vulnérabilité. Thèse de doctorat en sciences de l’information
géographique de l’Université de Marne-la-Vallée,, 2004.
[Rua98]
A. Ruas. First results on the OEEPE test on generalisation. OEEPE Newsletter,
vol.1, pp.5-10, 1998.
[Rua99]
A. Ruas. Modèle de généralisation de données géographiques à base de contraintes
et d’autonomie. Thèse de doctorat en Sciences de l’Information Géographique de
l’Université de Marne-la-Vallée, p.16 et pp.73-77, 1999.
[SAA+ 00]
G. Shreiber, H. Akkermans, A. Anjewierden, R. de Hoog, N. Shadbolt, W. Van
de Velde, et B. Wielinga. Knowledge Engineering and Management, The CommonKADS Methodology. MIT Press, p. 22 et 112, 2000.
[Sab02]
N. Sabouret. Étude de modèles de représentations, de requêtes et de raisonnement
sur le fonctionnement des composants actifs pour l’interaction homme-machine.
Thèse de doctorat informatique de l’Université Paris-Sud, 2002.
[SB01]
R. Schneeberger et R. Bolliger. Élaboration d’un modèle de métadonnées pour la
Suisse compatible avec la norme ISO 19115. Office fédéral de topographie COSIG,
2001.
[Sch01]
M. Scholl. Bases de données géographiques. In Bases de données et internet,
Modèles, langages et système, A. Doucet et G. Jomier, collection Informatique et
systèmes d’information, Hermes-Lavoisier, pp. 186-187, 2001.
[Sch02]
M. Scholl. Indexation spatiale. cours de DEA SIR Paris VI, module BD, 2002.
http://cedric.cnam.fr/vertigo/Cours/DEA-P6/indexSpat.pdf.
Bibliographie
251
[Sed84]
R. Sedgewick. Algorithms. Addison-Wesley Publishing Company, Inc. (USA), 552
p., cité par [Con99], 1984.
[She05]
D. Sheeren. Méthodologie d’évaluation de la cohérence inter-représentations pour
l’intégration de bases de données spatiales. Thèse de doctorat informatique de l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI), LIP6, 2005.
[SOA03]
SOAPuser.com. Bases SOAP : Qu’est-ce que SOAP ? 2003. http://www.soapuser.
com/fr/basics1.html.
[SON+ 04]
S. Stoutenburg, L. Obrst, D. Nichols, J. Peterson, et A. Johnson. Toward a Standard
Rule Language for Semantic Integration of the DoD Enterprise. W3C Workshop
on Rule Languages for Interoperability, 27-28 April 2005, Washington D.C., USA,
2004. http://www.w3.org/2004/12/rules-ws/paper/28/.
[SPAS03]
K. Sycara, M. Paolucci, A. Ankolekar, et N. Srinivasan. Automated discovery,
integration and composition of semantic web services. The Semantic Web Journal,
December 2003, pp. 1-28, 2003.
[Sun04]
Sun. How to Write Doc Comments for the Javadoc Tool. 2004. http://java.sun.
com/j2se/javadoc/writingdoccomments/.
[SW01]
B. Smith et C. Welty. Ontology : Towards a new synthesis. In Actes de la 2ème
conférence internationnale FOIS’01 (Formal Ontology in Information Systems),
Ogunquit, Maine, USA, 2001.
[Tao02]
A. Taouss. Mise en place d’un serveur de métadonnées géographiques. rapport de
stage de DEA SIG de l’Université de Marnce la Vallée, p.7, 2002.
[Tch02]
P. Tchounikine. Pour une Ingénierie des Environnements Informatiques pour l’Apprentissage Humain. Revue Information Interaction Intelligence, volume 2 (n˚1), p.
59-93., 2002.
[Teu00]
R. Teulier. L’ingénierie des connaissances et les organisations. Quels enjeux pour la
recherche ? IC’2000, conférence tutorielle, 2000.
[tH05]
J.H. ter Horst. Combining RDF and Part of OWL with Rules : Semantics, Decidability, Complexity. In Actes de la conférence ISWC 2005, Galway, Ireland, pp.
668-684, 2005. http://www-kasm.nii.ac.jp/∼i2k/tmp/iswc2005/papers/3729/
37290668.pdf.
[TI02]
R. Troncy et A. Isaac. DOE : une mise en oeuvre d’une méthode de structuration différentielle pour les ontologies. In Actes d’IC’2002, Journées francophones
d’Ingénierie des Connaissances, Rouen, pp. 63-74, 2002.
[Top04]
TopicMaps.Org.
XML Topic
Maps
(XTM
1.0),
http ://www.topicmaps.org/xtm/1.0/xtm1-20010806.html, 2004.
[Tro04]
R. Troncy. Formalisation des connaissances documentaires et des connaissances
conceptuelles à l’aide d’ontologies : application à la description de documents audiovisuels. Thèse de doctorat d’informatique de l’Université Joseph Fourrier - Grenoble
I, 2004.
[Tso02]
M-H. Tsou. An Operational Metadata Framework for Searching, Indexing, and Retrieving Distributed Geographic Information Services on the Internet. GIScience
’02 : Proceedings of the Second International Conference on Geographic Information Science, Lecture Notes In Computer Science, Vol. 2478, ed. Springer-Verlag,
Londres, p. 313-332, 2002.
[Val04]
R. Vallée. SIG et SGBD : Etude sur l’interconnexion et l’interopérabilité de Oracle
9i et de PostgreSQL. rapport de fin d’études de DESS OPSIE, Université Lyon II,
2004.
Specification.
252
Bibliographie
[van01]
E. van der Vlist. Les experts XSLT partent en guerre contre xsl:script. 2001. http:
//xmlfr.org/actualites/tech/010301-0001.
[Vog04]
Vogele. Enhancing SDI with SW technologies. In Actes de la conférence AGILE
2004, Heraklion, Crête, Grêce, 2004.
[W3C99a]
W3C. Resource Description Framework (RDF) Model and Syntax Specification.
1999. http://www.w3.org/TR/1999/REC-rdf-syntax-19990222/.
[W3C99b]
W3C. XML Path Language (XPath) Version 1.0. W3C Recommendation 16 November 1999, 1999. http://www.w3.org/TR/xpath.
[W3C99c]
W3C. XSL Transformations (XSLT) Version 1.0. W3C Recommendation 16 November 1999, 1999. http://www.w3.org/TR/xslt.
[W3C01]
W3C. Web Services Description Language (WSDL) 1.1. W3C Note 15 March 2001,
2001. http://www.w3.org/TR/wsdl.
[W3C03a]
W3C.
LBase : Semantics for Languages of the Semantic Web.
W3C
Working Group Note 10 October 2003, 2003. http://www.w3.org/TR/2003/
NOTE-lbase-20031010/.
[W3C03b]
W3C. Mathematical Markup Language (MathML) Version 2.0 (Second Edition).
W3C Recommendation 21 October 2003, 2003. http://www.w3.org/TR/2003/
REC-MathML2-20031021/.
[W3C03c]
W3C. SOAP Version 1.2 Part 1 : Messaging Framework. W3C Recommendation
24 June 2003, 2003. http://www.w3.org/TR/soap12-part1/.
[W3C04a]
W3C. Namespaces in XML 1.1 W3C – Recommendation 4 February 2004. 2004.
http://www.w3.org/TR/2004/REC-xml-names11-20040204/.
[W3C04b]
W3C. OWL Web Ontology Langage Use Cases and Requirements. 2004. http:
//www.w3.org/TR/webont-req/, traduction française de J.J.Solari datant du 4 mai
2004 : http://www.yoyodesign.org/doc/w3c/webont-req-20040210/.
[W3C04c]
W3C. OWL Web Ontology Language Guide.
owl-guide/.
[W3C04d]
W3C. OWL Web Ontology Language Semantics and Abstract Syntax. 2004. http:
//www.w3.org/TR/2004/REC-owl-semantics-20040210/.
[W3C04e]
W3C. RDF Vocabulary Description Language 1.0 : RDF Schema – W3C Recommendation 10 February 2004. 2004. http://www.w3.org/TR/rdf-schema/.
[W3C04f]
W3C. XML Schema Part 0 : Primer Second Edition. W3C Recommendation 28
October 2004, 2004. http://www.w3.org/TR/2004/REC-xmlschema-0-20041028/.
[ZCG+ 03]
G. Zerbib, L. Charbit, J. Gahide, X. Galbois, P. Crescenzo, M. Gautero, et P. Lahire.
JavInspector – Travail d’étude et de recherche. Maı̂trise d’informatique de l’Université de Nice Sophia Antipolis, 2003. http://www.i3s.unice.fr/∼crescenz/
publications/javinspector-minfo-rapport-2003-06.pdf.
[ZY00]
K. Zeitouni et L. Yeh. Le Data Mining Spatial et les bases de données spatiales. In
Actes des Journées Data Mining Spatial et Analyse du Risque, Versailles, 2000.
2004.
http://www.w3.org/TR/
Publications
Y. Abd-el-Kader, Indexation sémantique des API du domaine géographique, apports du langage
OWL, actes de l’atelier MetSI de la conférence INFORSID 2005, pp. 9-18, Grenoble, 24
Mai, 2005.
Bibliographie
253
Y. Abd-el-Kader, Conception et exploitation d’une base de métadonnées de traitements géographiques – Description des connaissances d’utilisation, IC’2005, 16èmes Journées francophones d’ingénierie des connaissances, pp. 1-12, Nice, 30 Mai-3 Juin, 2005.
Y. Abd-el-Kader, Cataloguing Geographical Data Processing Tools, Conception and Exploitation of a Metadata Model, ICC 2005 (International Cartographic Conference), La Corogne,
Espagne, 9-16 Juillet, 2005.
Y. Abd-el-Kader, Catalogage de traitements informatiques du domaine géographique, conception et exploitation d’un modèle de métadonnées, Le Monde des Cartes – Revue du Comité
Français de Cartographie (CFC), n˚186 consacré à la conférence ICC 2005, décembre 2005,
pp. 22-29.
Y. Abd-el-Kader et B. Bucher, Cataloguing GI functions and software resources within IGN,
actes de la 9ème conférence internationale AGILE (article publié en appendum des actes),
Visegrad, Hongrie, 2006.
Résumé
L’information géographique est construite, analysée et transformée par des traitements
informatiques. À l’Institut Géographique National (IGN), les utilisateurs et les développeurs
ont besoin d’aide pour rechercher, connaı̂tre et partager ces traitements.
Le but de notre travail est de fournir cette aide. Les documentations existantes ne permettent
pas toujours de répondre de façon satisfaisante aux besoins identifiés : elles sont éparses, aux
formats hétérogènes et ne décrivent pas les données avec toute la finesse souhaitée. Ces documentations sont également en général statiques : elles ne peuvent fournir des modes d’emploi
adaptés aux contextes d’utilisation particuliers (caractéristiques des données, environnement,
connaissances de l’utilisateur). Or, puisque toutes les réponses aux requêtes des utilisateurs ne
peuvent être stockées à l’avance, il faut que des mécanismes de dérivation de l’information soient
mis en œuvre.
Face à ce problème, nous soutenons la thèse qu’une solution peut être de recourir à des
métadonnées à la structure et au contenu contrôlés, conformes à un modèle à la fois approprié à
la spécificité des traitements géographiques (description fine des propriétés des données avant et
après traitements, illustrations) et propre à une représentation opérationnelle des connaissances
d’expert. Nous montrons l’intérêt de suivre une double approche en développant d’une part un
système d’information documentaire (SI) dédié à la consultation et la saisie des métadonnées,
d’autre part un système à base de connaissances (SBC) dédié à la simulation des raisonnements
de l’expert et reposant sur les langages standard du Web Sémantique RDF, OWL et SWRL.
Mots-clés : métadonnées des traitements géographiques, connaissances expert, adaptation
des modes d’emploi au contexte.
Abstract
Geographical information is built, analyzed, transformed by computing programs. At the
French National Mapping Agency (IGN), developers and users need assistance to seek, know
and share these computing programs.
The goal of our work is to provide this help, knowing that existing documentations are scattered, have heterogeneous formats and do not describe the data with all the desired smoothness.
These documentations are also static : they cannot provide instructions adapted to the context
of use (characteristics of the data, environment, user knowledge). However, since all the answers
to the requests of the users cannot be stored in advance, it is necessary to implement mechanisms
for derivate information.
Facing this problem, we propose to exploit metadata with controlled structure and contents,
in conformity with a model at the same time appropriate to the specificity of the geographical
computing programs (precise description of the data’s properties before and after processing,
illustrations) and designed for operational knowledge representation. We show the interest to
follow a double approach. On one hand, we build a documentary Information System (IS) for
metadata consultation and acquisition ; on the other hand, we build a Knowledge-Based System
(KBS) dedicated to the simulation of the expert reasoning. The KBS is based on the standard
languages of Semantic Web RDF, OWL and SWRL.
Keywords : metadata for geographical processing tools, expert knowledge, adaptation of instructions for use.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising