Mise en page 1 - Jean

Mise en page 1 - Jean
[S]EXTANT ET PLUS ET
LA FONDATION D’ENTREPRISE RICARD
P
R
E
S
E
N
T
E
N
T
ENLARGE YOUR PRACTICE
U N E
E X P O S I T I O N
A V E C
WILFRID ALMENDRA, OLIVIER BABIN,
BAD BEUYS ENTERTAINMENT ,
OLAF BREUNING, BRODY CONDON,
STÉPHANE DAFFLON, JOCHEN DEHN,
ALAIN DELLA NEGRA & KAORI KINOSHITA,
DANIEL DEWAR & GREGORY GICQUEL,
OLIVIER DOLLINGER, CYPRIEN GAILLARD,
FABIEN GIRAUD, PIERRE JOSEPH,
KOLKOZ, EMMANUELLE LAINÉ,
THOMAS LÉLU, ANTHONY PATTI,
JULIEN PRÉVIEUX, MAROUSSIA REBECQ,
LIONEL SCOCCIMARO, GUILLAUME SÉGUR,
RAPHAEL SIBONI, JIM SKULDT,
LAURENT TIXADOR & ABRAHAM POINCHEVAL,
RAPHAEL ZARKA.
U N
C O M M I S S A R I A T
D E
JEAN-MAX COLARD, CLAIRE MOULÈNE
ET
MATHILDE
VILLENEUVE.
N O T E
D ’ I N T E N T I O N
En l’an 2000, l’émission Jackass débarquait sur les chaînes de télévision
américaines, avant d’envahir quelques mois plus tard les sites et autres
blogs des jeunes internautes. D’abord initié par le magazine de skateboard Big Brother, puis diffusé sur MTV avant de devenir un film, Jackass
alignait cascades humiliantes et défis périlleux, sans autre but que le fun.
Devenu le modèle d’une socialité adolescente fondée sur le fou rire nerveux et les entreprises casse-gueule, Jackass pouvait aussi être vue
comme l’avatar adolescent et peut-être impensé des performances extrêmes de l’art contemporain, l’héritier lointain et décomplexé du Body Art
de Chris Burden dans les années 70, et des élucubrations plus récentes
de Paul Mac Carthy ou Mike Kelley.
Contemporaine de Jackass, mais aussi des jeux en réseau, du paintball,
du tuning et autres fan-fictions qui prolifèrent sur le net, et à l’inverse très
consciente d’une récente histoire de l’art, une nouvelle génération d’artistes, nés autour des années 80, ne cache plus aujourd’hui son goût pour
cette culture adolescente, avec ses délires de fans, ses super-héros, ses
jeux de rôle et sa guerre des étoiles. Au point de ne pas seulement se
contenter d’en observer les codes, mais d’incorporer bel et bien ces univers à leurs propres langages artistiques.
Avec son titre en forme de spam, l’exposition « Enlarge Your Practice
» se propose de faire le tour de ces pratiques importées aujourd’hui
dans le champ artistique, et qui contribuent à élargir massivement le paysage de l’art contemporain. D’où une gamme très ouverte de formes,
d’emprunts et de stratégies artistiques : on pense ainsi aux customisations spectaculaires mais toujours « hand made » du tandem Dewar &
Gicquel qui donne forme à des sculptures hétéroclites, comme cette raie
manta en latex noir, cloutée et armée d’un nunchaku. Mais aussi au jeune
Fabien Giraud lorsqu’il investit l’imaginaire carrossé d’un trio de mini
motos rugissantes ou les tréfonds d’un concert « straight edge » (mouvement punk végétarien né en Californie à la fin des années 1970), sans
compter les « fan films » de Raphaël Siboni conçus comme des prolongements de Starwars, ou encore les paysages vandalisés à coups de fumigènes par Cyprien Gaillard. Dans ces pratiques, dont la culture Internet a
largement contribué au développement (l’outil Internet qui participe au
nivellement des pratiques et à leur propagation, engendre à son tour des
formes, voire une esthétique d’esthétique – on peut par exemple parler
d’une « esthétique You Tube ») on retrouve une fascination pour un certain amateurisme qui, s’il semble à priori relever de l’accessoire et du loisir, recouvre en fait un niveau de codification quasi scientifique.
L’exposition implique ainsi de voyager dans des univers très pointus, avec
leurs rituels, leurs temples, leur jargon, leurs repères, leurs cultes, leurs
tribus bien particulières.
Reste que par-delà les stratégies proprement mises en œuvre par chaque
artiste dont la posture rappelle parfois celui du fan, il se manifeste dans
ce paysage élargi un certain surrégime esthétique. Soit une surenchère
de formes, une compilation de codes et de références, un excès d’énergies (décuplées même, dans le cas des artistes qui travaillent en collectif), et un certain engagement physique nécessairement requis par la
pleine réappropriation de ces pratiques à forte dose performative.
Une surenchère paradoxale quand on sait que la force motrice qui agite
la plupart de ces artistes repose largement sur le désoeuvrement.
Ennui du dimanche après-mid, passe-temps du skate; de la télévision ou
du surf sur Internet, hobbys plus ou moins sportifs, pratiques amateuristes : dans leur diversité, ces artistes incorporent en effet à leur pratique
les formes du loisir. Ou comment la sphère du “fun” s’invite aujourd’hui
dans le champ de l’art, y introduisant un clivage inédit entre “fun” et “non
fun” qui tend à se substituer aux critères de lecture traditionnels du beau
ou du jugement esthétique, voire de l’engagement politique. Un clivage à
prendre au sérieux quand on sait qu’il va jusqu’à justifier l’inacceptable,
dans certains jeux limites, comme celui de la “petite mort” (ou jeu du foulard) qui fit récemment des ravages dans les cours d’école ou du “happy
slapping” qui fait recette outre-mache et dont la règle consiste à agresser quelqu’un au hasard dans la rue, à le filmer-le plus souvent via son
téléphone portable-pour ensuite le diffuser sur le Net.
Accordant une large part aux oeuvres vidéos, médium largement lié au
développement de la culture Internet, qu’elles soient produites par les
artistes eux-mê^mes, ou directement importées d’Internet comme autant
de ready-made filmiques, incluant une base de documentation confiée à
l’artistes Fabien Giraud sur toutes ces pratiques extérieures dont s’inspire
celle nouvelle génération d’artistes, l’exposition “Enlarge your practice”
intégrera également des sculptures au volume sur-vitaminé, des installations extrêmement sonores, autant de pièces souvent ditées d’une forte
dimension performative. Un sur-régime de l’exposition.
Claire Moulène, Mathilde Villeneuve et Jean-Max Colard. Paris 2007.
FAN
DE...,
CATALOGUE
D’EXPOSITION
L’exposition Enlarge Your Practice implique de voyager dans des univers
très pointus, avec leur codes, leurs rituels, leurs temples, leur jargon,
leurs repères, leurs cultes, leurs tribus bien particulières. Pour le surf, par
exemple, ce sera des marques, des plages, des vagues, des surfeurs, des
films, des musiques : une ribambelle de noms que le profane ne peut
qu’ignorer. Ce lexique ultra-spécialisé fait partie du jeu des artistes « fans
de… ». C’est aussi un des aspects dominants de l’art contemporain des
années 2000. D’où l’idée de faire un catalogue en forme de dictionnaire
des références cultes le plus souvent avancées par les artistes. Ce sera
aussi une espèce de manuel de survie pour le spectateur forcément submergé par des univers pour lui inconnus.
Ce sera encore une feuille de route, un outil de navigation : les artistes ont
parfois des références communes, tout en les utilisant de manière très
diverses.
De ce point de vue le livre se parcourera vraiment comme un dictionnaire
: les entrées seront les références cultes sous formes de mot-clés. Après
avoir traversé l’ensemble des travaux qui s’en inspirent d’une manière ou
d’une autre, la notule se terminent par des renvois fléchés.
Au format d’un dictionnaire de poche d’environ 80 pages, le livre contient
des textes qui courent sur deux colonnes, comme un dictionnaire, et des
images en noir et blanc, pas forcément des oeuvres, mais un peu en
amont, leurs sources.
Un exemple avec un film culte pour les fans de sf :
2001, l’odyssée de l’espace : le film de Stanley Kubrick est une mine pour
les artistes. Pia Rönicke dans «somewhere out of there», vidéo de neuf
minutes, a bloqué sur les mouvements de caméras du film. Zoom avant/
puis zoom arrière, lent et méticuleux, le tempo a dans le film des vertus
hypnotiques. Que l’artiste danoise s’est empressée de maximiser, de radicaliser en construisant tout son film, moins sur une imagerie sf, que sur
ces battements. Tatiana Trouvé elle s’est inspirée de la scène finale, celle
où le cosmonaute débarque dans un décor ultra classique et sous dimensionné pour dresser ses installations miniatures et déplacer son spectateur dans un environnement décalé. Autrement dit, l’influence du film
court bien au-delà du fameux monolithe. Ce bloc minéral dans lequel vont
s’engouffrer les aventurier est, pour beaucoup, une synthèse de l’art minimal des années 60. Mais il en a surtout relancé la pratique. Comme chez
John McCracken, dont les sculptures géométriques, sont censées
déclencher une communication avec des extraterrestres. Mc Cracken,
comme chez Trouvé, ou Ronicke font ainsi fi du scénario (de toute façon
incompréhensible) du film pour se focaliser sur son décor, son tempo ou
ses accessoires.
Judicaël Lavrador. Paris 2007
[S]EXTANT ET PLUS
[S]extant et plus est une association qui développe des systèmes de production, de diffusion et de promotion d’œuvres d’art contemporain. Résidente de la Friche la belle de mai, à Marseille, elle y présente chaque été le travail d’un ou plusieurs artistes à travers une
exposition de trois mois. Après “AIRCLUBBING” d’Alexandre Perigot, “Viewer and Participant”, une exposition monographique de l’artiste franco-américain Michel Auder rassemblant plus d’une quarantaine de pièces vidéos et photographiques, l’année 2006 aura été
l’occasion de dévoiler un projet inédit de l’artiste suisse Christoph Büchel intitulé “Conquest of Paradise (RDX)”.
Pour l’été 2007, [S]extant et plus a confié le commissariat de l’exposition à Jean-Max Colard, Claire Moulène et Mathilde Villeneuve.
De juillet à septrembre, ils ont proposé le premier volet d’<ENLARGE YOUR PRACTICE, un projet réunissant le travail de 25 artistes, sur
près de 2300 m2, à la Friche la Belle de Mai et qui a compté près de 2900 visiteurs.
LA FONDATION D’ENTREPRISE RICARD
La Fondation d’entreprise Ricard a pour vocation de soutenir les jeunes artistes dans le domaine des arts plastiques. Elle programme
une dizaine d’expositions par an et donne régulièrement carte blanche à de jeunes curators pour les expositions collectives et pour
s'exprimer dans la rubrique "curators" de son site internet.
Lieu d’échanges et de dialogues, la Fondation d’entreprise Ricard invite chaque mois le public à participer à des débats, dans une
atmosphère spontanée et conviviale à l’occasion des « Entretiens sur l’art », animés par Catherine Francblin, des « Rendez-vous de
l’imaginaire » programmés par Michel Maffesoli et des « Lundi c’est théorie » qui donnent la parole aux jeunes auteurs de Fresh
Théorie. Point d’orgue de son action : le Prix Fondation d’entreprise Ricard, décerné chaque année à l’artiste le plus représentatif de
sa génération, consiste en l’achat d’une œuvre qui est offerte au Centre Pompidou et présentée dans ses collections permanentes.
En s'associant à l'exposition ENLARGE YOUR PRACTICE, la Fondation d'entreprise Ricard prolonge, à Marseille, son engagement aux
côtés d'une jeune génération d'artistes et poursuit le dialogue avec les commissaires d'expositions. En 2008, elle programmera un
deuxième volet de l'exposition.
PARTENAIRES PRIVÉS
PARTENAIRES INSTITUTIONNELS
PARTENAIRES MÉDIA
SALLE DES PETITES COLONNES, LA FRICHE BELLE DE MAI, MARSEILLE, 2007.
“LA GRANDE SYMBIOSE” DE TIXADOR ET POINCHEVAL (VUE DES CELLULES), MARSEILLE, 2007.
SALLE DES PETITES COLONNES, LA FRICHE BELLE DE MAI, MARSEILLE, 2007.
GALERIE DE LA FRICHE BELLE DE MAI, MARSEILLE, 2007.
WILFRID ALMENDRA
Num doce balanço caminho do mar, 2007. Bois, terre cuite, inox, résine, lazur, acier. 4,90 x 2,40 x 1,80m. Courtesy de l’artiste et Cosmic Galerie.
Né en 1972. Vit et travaille à Paris et Cholet.
www.cosmicgalerie.com
Wilfrid Almendra construit une pratique singulière de la sculpture. Il est de ceux en effet qui se coltine tout le boulot : fraisage, ponçage, découpage, massacre à la
tronçonneuse et séances de soudure, il sait tout faire ou apprend sur le tas. Backsleep dans un hangar, une de ses dernières sculptures, prend des allures de feu de
camp de fin du monde allumé par Mad Max et entretenu par un mage new-age, d'où jaillit des flammes en jean moletonné d’un foyer de ciment et de gravier, surmonté d’un carter de moto géant. Les œuvres de Wilfrid Almendra se tiennent en fait à la lisière de l’abstraction et de la figuration, en donnant naissance à une sculpture narrative. Chacune de ses réalisations adopte un postulat particulier, associant des références de l’histoire de l’art à l’imagerie populaire. Elles donnent à visiter un patrimoine de l’objet commun, vu sous un angle à la fois poétique et distant, chargé d’un optimisme et d’une considération dont notre regard était dépourvu. A
l’occasion de l’exposition Enlarge your practice, il propose une sculpture aux multiples dénivelés entièrement réalisée à base de tuiles aux formes arrondies directement importée des pavillons du sud de la France, sculpture qu’il présente par la suite au jardin des Tuileries à l’occasion de la Fiac 2007.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2006
HAZELNUT COTTAGE, Galerie Loevenbruck, Paris
Strike a pose, VCA Margaret Lawrence Gallery, Melbourne, Australie
UKIYO – E, FRAC Pays de la Loire, Carquefou
Driving in the abyss behind a 2 big tits lorry truck truck mental ray “, Ecole
municipale des Beaux-Arts / Galerie Edouard Manet, Gennevilliers
2004
Heavy duty self made material boy hardware strore, Galerie Loevenbruck, Paris
2003
Scierie Echo Ppk”, Public, Paris
2001
Alma Skate Shop, 40 M Cube, Rennes
2000
2000 Voyages, Rennes
1999
The flat programme, Glasgow
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2006
Cosa Nostra, Glassbox, Paris
FIAC 2006, Cour carré du Louvre, stand D17, Paris
Suites Baroques, Les Instants Chavirés, Montreuil
Offshore, Musée d'Art Contemporain, Marseille
Une Rétro-Perspective, Public, Paris
BIG, Galerie Loevenbruck, Paris
Supernova. Expérience Pommery 3, Domaine Pommery, Reims
Déjà 5 ans seulement, Galerie Loevenbruck, Paris
Hradacany, La Générale, Paris
2005
Offshore, CAPC, Bordeaux
Offshore, Espace Paul Ricard, Paris
Est-ce bien de l'art ?, Abbaye du Ronceray, Angers
Art Dealers 2005, Galerie Roger Pailhas, Marseille
Chantier public # 2, Orangerie, Jardin du Thabor, Rennes
2004
Prix altadis- arts plastiques, Palais de Tokyo, Paris
Hyperstyle, Loop, Berlin
OLIVIER BABIN
Speech Act 2 : Strength Island Lessons, 2007. Site de conférence et conférence. Courtesy de l’artiste et galerie Frank Elbaz.
Né en 1975 à Dijon. Vit et travaille à Paris.
www.galeriefrankelbaz.com
Le travail d’Olivier Babin s’intéresse à la façon dont l’industrie culturelle, la communication, le marketing économique et politique s’approprient des formes directement issues de l’art abstrait, conceptuel et minimal. Qu’il s’approprie directement des formes historiques (cover, remake, tribute) ou qu’il rejoue ces formes à travers la culture populaire, ses œuvres font toujours appel à l’humour et au déplacement pour créer des espaces d’autonomie, à la fois poétiques et désenchantés.
Pour l’exposition Enlarge your practice, Olivier Babin s’empare avec humour d’un des phénomènes contemporains les plus controversés : la télé-réalité. Sur le mode de
la performance mineure et conceptuelle, l’artiste s’engage en amont de l’exposition dans une préparation physique et mentale lui permettant de survivre, voire de remporter, les épreuves du jeu Kohlanta diffusé tout l’été sur TF1. Il nous livre dans l’exposition un long compte-rendu de ses activités et de ses réflexions.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2006
Nobody and Soul, galerie frank elbaz, Paris, France
Home Sweet Home, CCC, Tours, France, Curator : Judicaël Lavrador
2005
What If? So What?, Random Gallery (Air de Paris and Praz-Delavallade interface),
Paris
D-Day, Random Gallery, Paris
2004
Inner Gaz Serie, Circuit, Lausanne, Switzerland
Monky Business, Zoo Galerie, Nantes, France
Just Bring Your Elephant, Glassbox, Paris
2003
La fin du film, Cinema Le Balzac, Paris
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2006
'Notre Histoire… ' une scène artistique française émergente, Palais de Tokyo,
Paris
Off-Shore, Attitudes, Genève, Suisse. Curator : Jean Max Colard
Sol systeme, Passerelle, Brest, France. Curator : Jean Max Colard et Patrice Joly
Domaine Pommery,Reims, France. Curator : Judicaël Lavrador
Prague Biennale 3, Tcheck Republic
2005
Pilot 2, Farmiloes Building, London, UK
Snow Black, Project Room. Yvon Lambert, New York. Curator Agnieszka Kurant
Off-Shore, Espace Paul Ricard, Paris & Cacpc-MusÈe d’art contemporain de
Bordeaux, France, Curator : Jean Max Colard
The 15 Minutes Show, Stedelijk Bureau, Amsterdam, Curators : Alexis Vaillant &
Cristina Ricupero
Signs Of The Times, Galerie Martine et Thibault de la Ch‚tre, Paris ; Curator
Patrice Joly
Vorticanti, Galleria Maze, Turin, Italie, Curators : Ilaria Bonacossa & Charlotte
Laubard
Contrées, Exhibition of the Collection of Frac Poitou-Charentes, Angoulème,
France
2004
Vente à la criée du lot 49, Zoo Galerie, Nantes
Blanc sur blanc, Galerie de Multiples, Paris
M. Saissi de Chateauneuf Dabray, La Station, Nice, France
Last Exit to Diego’s, c/o Air De Paris, Paris
Plan 6/4, Crac, Sète, France
Black-Out, Exhibition of the Collection of Frac Poitou-Charentes, La Rochelle,
France
2003
Books Machines, Colette, Paris, Curator : Jean-Max Colard
Nuit blanche, Paris, Curator : Robert Fleck
Import-Export, La Fonderie, Montreal, Curator : Buy-Sellf
BAD BEUYS ENTERTAINMENT
Land Escape, 2007. Matériaux de construction. 250 m2. Courtesy des artistes. Production Sextant et plus, Mécènes du Sud et Fondation d’Entreprise Ricard.
Fondé en 1999, à Cergy Pontoise
http://badbeuysentertainment.com
Bad Beuys Entertainment, collectif d’artiste crée en 1999 à Cergy Pontoise, emprunte son fonctionnement à celui de la bande de jeunes : la hiérarchie au sein du groupe
n'est pas clairement définie, le nombre de ses membres est fluctuant et leur implication est inégale, les décisions s'y prennent à la volée, au consensus relatif. Le
groupe adopte une attitude "crossover". Actuellement le groupe est composé de deux membres, Olivier Cazin et Matthieu Clainchard, lesquels ont en commun la pratique et la connaissance d'une vie en zone urbaine/périurbaine et d'une "culture de banlieue". BBE navigue dans les méandres d’un large spectre d’activités et de références : tags, rap, mise à sac, injures, voitures brûlées, milieu sub-urbain, économie parallèle, légendes urbaines, grands ensembles architecturaux, culture populaire,
omniprésence de la télévision, urbanisme, hip-hop et graffiti.
Avec le projet Land Escape, une gigantesque installation de 500 m2 présentée pour la première fois, ils importent la culture adolescente du squat au cœur de l’espace
d’exposition. Land Escape est en fait la reproduction à échelle 1 d’un toit - terrasse à la fois lieu de rendez-vous privilégié d’une jeunesse désoeuvrée et improductive
et motif régulier d’une certaine production cinématographique – posée à même le sol de la galerie. Au cours de l’exposition, l’installation, praticable, pourrait devenir une aire de jeu ou d’ennui. Les déchets, clopes et bières comprises, du soir du vernissage resteront comme la preuve irréfutable d’une vie importée du toit.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2005
« Off the Wall + Une petite histoire de l’urbanisme », la Vitrine, Paris
« Renovex P”, Qubik. Paris
“Sictom Broadcasting on TV”, Plaisance. France
2003
“Babylone by _US”, galerie Corentin Hamel, Paris
2000
“Champions !”, Fnac, Cergy-pontoise
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2005
« I T A N O M T H U B », Mainsd'œuvres, Saint Ouen.
“Critical Mass part of Juggling 7 Holding 38”, Skulpturens hus, Stockholm
2004
« Trust », Glassbox, Paris
« Window cleaning Days are over » The Empire, London
“Hôtel Reliance”, Mains d’Oeuvres, St Ouen
« Grotesque, Burlesque et Parodies », Cac, Meymac
2001
« Voisin-Voisine », Glassbox /la vitrine, Paris
OLAF BREUNING
King, 2000. Installation vidéo et matériaux divers, 9 min. Courtesy de l’artiste et Air de Paris.
Né en 1970. Vit et travaille à New York et Zürich.
www.olafbreuning.com__www.airdeparis.com/olaf.htm__www.metropicturesgallery.com
Sous formes de photographies, de projections vidéos ou d’installations, l’œuvre d’Olaf Breuning détourne et fusionne un certain nombre de codes culturels puisés dans
des champs aussi divers que l’art contemporain, la musique (pop, heavy metal, techno, etc.), le cinéma, la télévision, ou encore la publicité, les magazines de mode, le
vidéo-clip qu’il renforce par des usages décalés, à la fois «ratés» et maîtrisés, du faux et du mauvais gout. Fort de ce vocabulaire existant et surdéterminé, l’artiste élabore néanmoins un univers esthétique personnel et indépendant, marqué avant tout par l’hybridation et l’indétermination, brouillant toutes sortes de limites et de
frontières entre les genres et les sexes, entre le réel et la fiction.
Pour l’exposition Enlarge Your Practice, l’artiste suisse présente l’installation vidéo King aux frontières du road movie américain et du jeu de rôle. La scène prend
la forme d’un jeu qui aurait mal tourné mettant en scène un chevalier médiéval échoué au sol qui aurait été expulsé de l’écran vidéo sur lequel sont retransmises
en direct ses propres aventures. Il présente également un dyptique vidéo Chris Croft (1998) qui donne à voir, dans un premier temps, le spectacle désenchanté
d’une voiture vandalisée échouée en pleine forêt, puis, dans un second temps, un groupe de jeunes gens endormis sur un yacht. Au centre, un personnage énigmatique affublé d’une capuche noire et de baskets jaunes effectue une étrange chorégraphie ésotérique.
EXPOSITIONS PERSONNELLES (SÉLECTION)
2006
Split-show with Torbjorn Rodland, Galeria Leyendecker, Santa Cruz de Tenerife -S
Olaf Breuning, Wolsberg, Ermatingen –CH jsq. 01.12.06
Home, Institut of Modern Art, Fortitude Brisbane -AUS
Olaf Breuning, Le Parvis Centre d’Art Contemporain, Pau –F
Olaf Breuning, Jim Shaw, Cindy Sherman, Metro Pictures gallery, New York -USA
Olaf Breuning, Gianni Motti, Cindy Sherman, galerie Nicola von Senger, Zürich
–CH
This and that and snowmen with carrot noses, Nils Staerk Contemporary Art,
Kobenhavn –DK
Olaf Breuning:Home, Sketch gallery, London –UK
2005
Chinatown Objects, Metro Pictures, New York –USA
Queen Mary, Air de Paris, Paris –F *
They Live, Chapter Visual Arts, Cardiff –UK*
Oh yes... it is a garden !, Chisenhale gallery, London –UK
Home, Kunst-Büro, Lupiod Lounge, Munich -G
Meyer & Kainer gallery, Vienna –A
Home, galerie Nicola von Senger, Zürich –CH *
Kodama Gallery, Osaka -J
2004
Niels Staerk Contemporary Art, Copenhagen –DK
Kodama Gallery, Tokyo -J
The New Stedelijk Museum CS/ Auditorium, Amsterdam -NL
Olaf Breuning-vidéos, Association EDV, Toulouse -F
Olaf Breuning-films, La Casa Encendida, Madrid -S
Home, Metro Pictures, New-York –USA
2003
Under the Bridge, Musée d’Art Moderne et Contemporain, Strasbourg –F*
Home, Magasin-Centre National d’Art Contemporain, Grenoble –F*
Museo Garillo Gil, San Angel, Mexico –M
Art Unlimited, Art Basel, Basel -S
Hello Darkness, Arndt & Parnter, Berlin -D
2002
Hello Darkness, Swiss Institute, New York -USA
Ars futura Galerie, Zurich -CH
2001
Imagespassages, Annecy -F
King, Galerie Meyer & Kainer, Wien -A
King, Galerie Arndt & Partner, Berlin -D
Kunstverein Freiburg, Freiburg -CH
Artspace, Auckland -New Zealand
Galerie Metro Pictures, New York -USA
Swiss Institute, New York, -USA
Only One, Air de Paris, Paris -F
Museum zu Allerheiligen, Schaffhausen, Manor-Kunstpreis
2000
Ugly yelp, Ars Futura Galerie, Zürich -CH
Woodworld, Centre d‘art contemporain, Geneva -CH
They live!, arsFutura Galerie, Zürich -CH
BRODY CONDON
Suicide Solution, 2004. Vidéo, 20 min. Courtesy de l’artiste et Virgil de Voldère Gallery.
Né en 1974 à Mexico. Vit et travaille à New York.
www.virgilgallery.com__www.tmpspace.com/content/
«Ma vie est un vaste ghetto, peuplé d'elfes néotolkiens, de lance-missiles, de hordes sans fin de gorilles surmusclés, de terroristes-du-jour, de troglodytes, de vampires, de tanks...» Brody Condon a baigné dans les jeux vidéo jusqu'à l'abrutissement, «je ne faisais que ça». Depuis, il a déposé les manettes, mais continue à s'y
intéresser d'un point de vue critique. Adepte des détournements et des modifications de jeu, il est mêlé de près ou de loin à des projets comme Velvet-Strike, 9-11
Survivor ou Waco Resurrection. Dans Fake Screenshot Contest, un projet plus personnel, il constitue une collection d'images réalisées par des artistes, des amis, des
étudiants ou des jeunes qu'il a rencontrés : «Au départ, ce n'était qu'une galerie sur le Web avant que les images ne soient imprimées et affichées dans le cadre de l'exposition Killer Instinct (1) qui vient de s'achever au New Museum à New York». Le but de cette compétition amicale était de créer des écrans de jeux vidéo qui n'existent
pas. A l’occasion de l’exposition, Brody Condon présente un montage vidéo intitulé Suicide Solution dans lequel l’artiste pousse dans ses retranchements la logique du
jeu vidéo et met en scène une succession de suicides de personnages.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2006
Museum Het Domein, Netherlands
Worship, Virgil de Voldere Gallery, NY
2004
Untitled War, Machine Project, Los Angeles
2003
Waco Resurrection, (with C-level) The Kitchen, NY
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2006
Next Level, Stedelijk Museum Post CS, Amsterdam
Art Rock, Rockafeller Center, NY
War and Nature, Virgil de Voldere Gallery, NY
2005
Breaking and Entering, Pace Wildenstein Gallery, NY
Artbase 101, New Museum of Contemporary Art, NY
Dump, Bergen Kunsthall, Norway
Just Do It, (with A-M Schliener and Joane Leandre), Linz Kunstmuseum, Austria
State of Play, (with C-level), Australian Center for the Moving Image, Melbourne
Living Apart Together, OdaPark Museum, Netherlands
2004
Whitney Biennial 2004, (with A-M Schliener and Joane Leandre), Whitney
Museum
Bang the Machine, Yerba Buena Center for the Arts, San Francisco
Media City Seoul 2004, Korea
Rotterdam Film Festival 2004, (with C-level), Netherlands
Cult Classic, Gertrude Contemporary Art Spaces, Melbourne, Australia
2003
Killer Instinct, New Museum of Contemporary Art, NY
DigitalMedia, American Museum of the Moving Image, Astoria, NY
Computerspiele von Kunstlerinnen, (with A-M Schliener and Joane Leandre),
Hartware-Projekte, Dortmund
Get Rid of Yourself, (with A-M Schliener and Joane Leandre), ACC Galerie,
Weimar, Germany
L’oading, Gallerio d’Arte Contemporaneo di Siracusa, Italy
Version>03 Technotopia vs. Technopocolypse, Chicago Cultural Center/MCA
Chicago
2002
Select Parks, www.selectparks.net
STEPHANE DAFFLON
EMP005, 2007. Installation en acier inoxydable. Courtesy de l’artiste et Air de Paris. Production Vranken - Pommery.
Né en 1972. Vit et travaille à Genève, Suisse.
www.stephanedafflon.com__www.airdeparis.com__www.francescapia.com__www.janwinkelmann.com
La peinture de Stéphane Dafflon reprend à son compte et recycle les méthodes de production et les formes du design industriel et du graphisme. Ainsi, avant de les réaliser, il conçoit chacun de ses tableaux par ordinateur, à l’aide de logiciels dédiés. Les motifs qu’il utilise (notamment les rectangles aux angles arrondis) sont puisés dans
le répertoire décoratif de la stylistique contemporaine. L’image peinte déborde souvent le strict périmètre de la toile sur châssis ; shaped-canvas, au mur, au sol, en
volume, les images de Stéphane Dafflon déploient leur immédiateté visuelle et leurs formes élémentaires et colorées hors de tout système métaphorique. L’œuvre
de Dafflon est “raisonnée”, tout à la fois dégagée des carcans idéologiques de la modernité, et des effets spectaculaires de l’Op-Art. Pour Enlarge your practice, l’oeuvre proposée est un plongeoir mauve brillant, un objet fonctionnel sans fonction, qui “plonge” le spectateur dans l’idée d’un art ludique sans prétexte. Objet critique
qui déjouerait les accusations contre l’abstraction d’être décorative et gratuite, et interrogerait en même temps la valeur de la peinture.
EXPOSITIONS PERSONNELLES (sélection)
(*indicatif de publication)
2006
PM 045, Frac des Pays de la Loire, Carquefou –F
2005
Instant Pleasure, galerie Francesca Pia, Berne –CH
Silent Gliss, Circuit, Lausanne –CH
Stéphane Dafflon, galerie Jan Winkelmann, Berlin –G
Stéphane Dafflon, galerie Georges Verney-Carron, Villeurbanne –F (avec Philippe
Decrauzat et
Stéphane Kropf, cur. Olivier Mosset)
2004
Pattern Recognition, Le Spot, Le Havre –F
Step-By-Step, Le Quai, Ecole Supérieure d’Art Visuel, Mulhouse –F
ED002, galerie Jan Winckelmann, Dusseldorf –G
Something More Abstract, galerie Air de Paris, Paris –F
2003
Wall Walk, Mamco, Genève -CH
Dream never end, Overgarden Institute of Contemporary Art, København -DK
No Alvo, Galerie Graça Brandao, Porto -P
2002
Stéphane Dafflon (avec Peter Kogler et Francis Baudevin), Villa Arson, Nice -F*
Silent Gliss, La Synagogue de Delme -F
Welcome 2, galerie Taché-Lévy, Bruxelles-Belgique
2001
Highway, CAN, Neuchâtel -CH
Artistes Fribourgeois : Stéphane Dafflon, hommage à Bruno Baeriswyl et Jacques
Silder , Fri-art,
Fribourg -CH
2000
4, le Hall, Ecole Nationale des Beaux Arts de Lyon, Lyon -F
Fiac 2000, galerie Air de Paris, Paris -F
Airless, galerie Air de Paris, Paris -F
1999
Beyond the Pleasure Principle, Forde, Genève -CH
EXPOSITIONS COLLECTIVES (selection)
2006
Aller-Retour, Centre culturel Suisse, Paris -CH 03.12.06-11.03.07
Big City Lab, 11.ART FORUM BERLIN 2006, Messe Berlin -G (cur. Friederike
Nymphius)
Eldorado, galerie Une, Auvernier –CH
The Poetics of Space, Whanki Museum, Séoul –K jsq. 03.12.06
Supernova, expérience pommery#3, Reims -F (cur. Judicaël Lavrador)
Ordnung + Verführung, Haus Konstruktiv, Zurich -CH (cur. Dorothea Strauss)
Surfaces polyphoniques, CRAC, Sète –F
L’exposition qui n’existe pas 3, Mamco, Genève –CH (cur. Agnieska Kurant)
2005
Passion beyond reason, Wallstreet one gallery, Berlin -G
Offshore, Espace Paul Ricard, Paris –F*; CAPC, Bordeaux –F ; Attitudes, Genève
–CH ; MAC,
Marseille –F (cur. Jean-Max Colard)
(...) et le canard était toujours vivant, Centre d’Art Contemporain, Meymac –F
WA-surface d’autonomie temporaire, Palais de Tokyo, Paris –F*
JOCHEN DEHN & FRÉDÉRIC DANOS
The answer to your next question, 2007. Vidéo, 14 min. Une collaboration avec Anisia Uzeyman, Tom Danos, Yves-Noël Genod et Nicolas Sburlati. Courtesy des artistes.
Né en 1968. Vit et travaille à Paris.
www.jochendehn.com
performance filmée.
La pratique de performer de Jochen Dehn prend les formes variées de performances théâtrales en appartement (2004), de combats dans la boue (Mud, 2005), de pièces pour actrice et éléphant (2005), de jeu avec les détecteurs de présence du Louvre (Liquid, 2006) ou d’un hommage à l’invention du velcro (I am you as an explosion,
2005). Il invente des liens entre espaces publics et privés, par la mise en jeu du corps et de l’espace concret qui l’entoure. Dans son travail Jochen Dehn élabore des
formes
et des stratégies qui tendent à toujours mieux révéler des zones de contact et ainsi, de réduire la distance qui sépareles corps de ses possibles collisions.
Il collabore régulièrement avec Frederic Danos, rekolonisation ou Gelitin entre autres. Ses performances et vidéos ontété montrées récemment à Paris, à Glassbox,
mains d’oeuvres et à La Générale ainsi qu’à Munich, Berlin, Hambourg,Zurich, Munster, Barcelone et Rome.
Pour « Enlarge your Practice », il organise en collaboration avec Frédéric Danos, le jour du vernissage une bataille de porcelaine.
EXPOSITIONS ET PERFORMANCES (sélection)
PARADIES / LEER / SANFTER KRIEG (paradise, emptiness, soft war) with
M.Gintersdorfer, K.Klassen, a.m.o.
NÖLE DINGSBUMS by John Bock with John Bock, Jytte-Merle Böhrnsen,
Thomas Loibl, Anne Tismer
Le spectre des armatures, group exhibition
Chinese Synthese Leberkäse collaborating with gelitin
Rekolonisation:
Ob du willst oder nicht, du mußt (want it or not, you have to) with Monika
Gintersdorfer and Knut Klaßen
ULTIMA NOTTE
last night with Laura Bombonato
C'est quoi la difference entre un voyage et une maladie?
SFX: publicnosc Dios es Nivea with Monika Gintersdorfer
Eispresse (ice crushing) with Monika Gintersdorfer a.o.
Aladin Center
Einatmen/Ausatmen
(Breathe in / breathe out) mit Monika Gintersdorfer, Knut Klassen,Jelka Plate,
Christin Vahl
Jaffa Road ,Piece for private spaces, Film
with Knut Klassen, Monika Gintersdorfer, Jeanne Faust
Friendly fire with Rebecca Keim for Monika Gintersdorfer
Ich bin du als Explosion (I am you exploding) with Laura Bombonato and Volker
Muthmann
ZEROHERO by John Bock with Thomas Loibl
Wie man Monster macht und wieso man sie braucht
( How monsters are made and why you need them) with Iris Minich and the elefant breeders:Elefantenhof Platschow
Gott ist Nivea with Monika Gintersdorfer
Rekolonisation
project in collaboration with Monika Gintersdorfer and many others
NevrastheniaSkorbuto in GhiaccioCapocadente by John Bock
FILMS
2006
toi c'est moi, 5 min, DV, with Jeanne Faust
2005
Ressourcen(Resources), 3 min, DV
Rekolonisation
Berührung ist Entzündung, 3 min, DV
Rekolonisation
Jede Öffnung nach unten ist eine Öffnung nach oben
An opening upwards is an opening downwards, 3 min, DV
Rekolonisation
Stück in Privatwohnungen, Piece for private space, 45 min, DV
Rekolonisation with Knut Klassen, Jeanne Faust, a.o.
2004
Ausziehen 2, 45 sec, mp4
Rekolonisation with Björn Bonn, William Parton and Volker Muthmann
Geysir 1, 35 sek, DV
Rekolonisation with Christian Broecker, Christian Venus, Christin Vahl and Juliane
Madsen
Ausziehen Strip, 7 min, DV
with Monika Gintersdorfer
Bitte You are welcome, 50 min, DV
with Knut Klassen, Marc Aschenbrenner, Gelatin
ALAIN DELLA NEGRA & KAORI KINOSHITA
Newborns, 2007. Vidéo, 22 min. Courtesy des artistes, Capricci production et Sextant et Plus.
Alain Della Negra. Né en 1975 à Versailles. Vit et travaille à Paris.
Kaori Kinoshita. Née en 1971 à Tokyo. Vit et travaille à Paris.
Alain Della Negra et Kaori Kinoshita, artistes et documentaristes, explorent les mondes virtuels.
A l’occasion de l’exposition Enlarge Your Practice, le tandem nous livre en avant première une série de portraits documentaires de joueurs racontant leur « naissance » sur Second Life. Si le rituel auquel se soumettent les avatars est toujours le même, arrivée sur une île déserte, apprentissage de la marche et de la langue par l’intermédiaire d’un perroquet ! - chaque expérience est unique. Et c’est dans cet écart entre expérience vécue et réalité virtuelle qu’oscille avec subtilité leur travail.
ALAIN DELLA NEGRA
EXPOSITIONS
Langues emmêlées, centre culturel F. Mitterrand, Périgeux, 2006
Burlesques Contemporains, Jeu de Paume, Paris, 2005
Ici l’ombre du castel coucou, Forbach, 2005
Monsters among us, Galerie basta à Lausanne, 2004
Scratching, TENT, Rotterdam, 2004
ALAIN DELLA NEGRA & KAORI KINOSHITA
RÉALISATIONS
Neighborhood, 17 mn, 2006, présentation au Palais de Tokyo, Paris, 2007
Second Party, 21 mn, 2006, présentation : Exposition «Re-Re» Espace Paul Ricard,
Paris
Un cicle de Saturne, 29 mn, 2005, production PLANET studyo+1, Patria (Osaka),
présentation : «Eyes of Cineastes» Sky Perfect TV 216ch (Japon) novembre 2005
Je suis un indien bourbonnais, 45mn, 2004, programme Européen Leader+,
Conseil général de l’Allier Présentation : «Horizon» Marie de Saint Menoux
(Allier) 16 octobre 2004
Name, age, skill..., 45mn, 2004, présentation : «Les Sims : Simulateur de vie»,
conférence, troisieme oeil, centre Pompidou. le 23 janvier 2005 «Jeux vidéo et
cinéma», Projection-Conférence, Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains. 3 novembre 2004
DANIEL DEWAR & GREGORY GICQUEL
Si tu traces une route, attention tu auras du mal à revenir à l’étendue, 2007. Acier taillé et caoutchouc. Courtesy de la galerie Loevenbruck.
Né en 1967. Vit et travaille à Paris.
www.galeriechezvalentin.com
Maître d’œuvres d’un univers plastique qui va de la quincaillerie à la scierie ou ils découpent à même le bois la forme d’un quad, ce duo basé entre Nantes et Paris est
passé en peu de temps des ready-mades artisanaux de baskets, de truelles, de cadres de vélo de BMX à des sculptures improbables, à la fois exotiques et high-tech ou
coquillages et crustacés côtoient les formes cylindrées de pocketmotos. Un hyperréalisme brut.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2007
DEWAR & GICQUEL, FRAC Basse-Normandie, Caen
Chapelle du Genêteil, Centre d'Art Contemporain, Château-Gontier
Nouvelles du monde renversé, Palais de Tokyo, Paris
2006
HAZELNUT COTTAGE, Galerie Loevenbruck, Paris
Strike a pose, VCA Margaret Lawrence Gallery, Melbourne, Australie
www.dd-gg.blogspot.com
UKIYO - E, FRAC Pays de la Loire, Carquefou
Driving in the abyss behind a 2 big tits lorry truck truck mental ray
Ecole municipale des Beaux-Arts / Galerie Edouard Manet, Gennevilliers
2004
(DA) HEAVY DUTY SELF MADE MATERIAL BOY HARDWARE STORE
Galerie Loevenbruck, Paris
2003
SCIERIE ECHO PPK, Public, Paris
2001
2000 Alma SKATE SHOP, 40 M Cube, Rennes
2000
2000 VOYAGES, Rennes
THE FLAT PROGRAMME, Glasgow
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2007
FIAC 2007, Cour carrée du Louvre, stand B07, Paris
Hamsterwheel, Printemps de Septembre, Toulouse
Ultramoderne, Nausbaum & Reding Art Contemporain, Luxembourg
Château de Tokyo / Tokyo Redux, Centre international d'art et de paysage, Île de
Vassivière
New Economy, Artists Space, New York City, USA
VOLTAshow03, ULTRA BRAG, Südquaistrasse 55, Basel, Swiss
ART BRUSSELS, 25th Contemporary Art Fair
Brussels Expo, Halls 11 & 12, Brussels, Belgium
Armory Show 2007, booth 1432, Pier 94, Twelfth Avenue at 55th Street, New York
City, USA
2006
Cosa Nostra, Glassbox, Paris
FIAC 2006, Cour carré du Louvre, stand D17, Paris
Suites Baroques, Les Instants Chavirés, Montreuil
Offshore, Musée d'Art Contemporain, Marseille
Une Rétro-Perspective, Public, Paris
BIG, Galerie Loevenbruck, Paris
Supernova. Expérience Pommery 3, Domaine Pommery, Reims
Déjà 5 ans seulement, Galerie Loevenbruck, Paris
Hradacany, La Générale, ParisFinlande.
2005
Offshore, CAPC, Bordeaux
Offshore, Espace Paul Ricard, Paris
Est-ce bien de l'art ?, Abbaye du Ronceray, Angers
Art Dealers 2005, Galerie Roger Pailhas, Marseille
Chantier public # 2, Orangerie, Jardin du Thabor / 40mcube, Rennes
2004
Prix altadis- arts plastiques, Palais de Tokyo, Paris
Hyperstyle, Loop, Berlin
OLIVIER DOLLINGER
Over-Drive, 2003. Installation vidéo sonore. Matériaux divers. Courtesy de l’artiste et galerie Chez Valentin
Né en 1967. Vit et travaille à Paris.
www.galeriechezvalentin.com
Les installations vidéo d’Olivier Dollinger semblent mesurer le degré de résistance d’une individualité à l’épreuve de certains codes culturels, parfois marginaux, qui
façonnent autant le corps que l’esprit : qu’un body-builder déambule seul dans une galerie d’art déserte (The tear builder, 1998), un jeune scooteriste exécute des brûlures de pneu au sol (Burning, 1999) ou un homme apparemment désœuvré s’affuble d’une énorme tête de Pokemon (Collapse, 2000). Soit : l’émouvante persistance
d’une nature littéralement cuirassée par la culture.
Pour Over-drive, présenté dans l’exposition, Dollinger a filmé en banlieue parisienne une compétition de SPL (Sound Pressure Level), une discipline originaire des
États-Unis qui consiste à optimiser, via de puissants haut-parleurs, la pression accoustique atteinte dans l’habitacle d’une voiture. À partir d’une observation attentive et
curieuse de cette dérive radicale du tuning, Dollinger oppose à l’éclairage documentaire une véritable expérience sensorielle, plus onirique qu’anthropologique ou
même sémiologique.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2007
“Screenmemory”
Galerie Toxic, Luxembourg, Luxembourg.
2005
Le projet Andy 1996-2002” Galerie Skopia, Genève, Suisse.
2003
“Over-Drive” Galerie chez Valentin, Paris, France.
“Reverb” CREDAC, Ivry-sur-seine, France.
2000
“Collapse” Galerie Skopia, Genève, Suisse.
1999
Galerie Skopia, avec Silke Schatz, Genève, Suisse.
“Lipstick Walldrawings” Galerie chez Valentin, Paris, France.
1998
“The Tears Builders” Galerie chez Valentin, Paris, France.
1996
“Do not re-freeze after defrosting” Galerie chez Valentin, Paris, France.
1995
“Céphalées” ART 3, Valence, Espagne.
1994
Galerie chez Valentin, Paris, France.
EXPOSITIONS COLLECTIVES (sélection)
2006
“Pièces choisies” Galerie Toxic, Luxembourg, Luxembourg.
“Sous Influence”, Nuit des Musées, Musée cantonal des beaux-arts, Lausanne,
Suisse.
“Seconds Rôles” FRAC PACA, Marseille, France.
“La force de l’Art” Grand Palais, Paris, France.
“Partenaire particulier...” Espace Paul Ricard, Paris, France.
“Partenaire particulier...” FRAC Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Marseille, France.
“Offshore” Centre d’Art Attitude, Genève, Suisse.
2005
“Scène d’intérieur” Ecole des Beaux-arts , Quimper, France.
“If you see something say something” Galerie Hat Home, Bratislava, Tchéquie.
“First we take Museums” Museum of Contemporary art, Kiasma, Helsinki,
Finlande.
“Offshore” Espace Paul Ricard, Paris, France.
“Magnetique” CCC, Tours, France.
“Offshore” CAPC de Bordeaux, Bordeaux, France.
2004
“14 + 1 = 20 - 5” Galerie Skopia, Genève, Suisse.
“f.2004@shangai” La Fabrique, Shangai, Chine.
2003
Festival “In & Out” , Prague, République Tchèque.
“Welcome to the pleasure dome” Le Cube, Issy-les-Moulineaux, France.
2002
“In/Ex-Hibition” Galerie Les Filles du Calvaire, Paris, France.
“Double Trouble” La Galerie, Montpellier, France.
“Les heures claires” Villa Savoye, Poissy, France.
2001
“Quotidien aidé, les locataires, sur une proposition de Franck Lamy” Ecole des
Beaux Arts, Tours, France.
2000
“Narcisse Blessée” Passage du Retz, Paris, France.
“High Fidelity” Downton Art Festival, New York, USA.
1999
“Extra-ordinaire” Printemps de Cahors, Cahors, France.
“Welcome in the art world” Kunstverein, Karlsruhe, Allemagne.
“Paris-Vilnius” Centre d’Art Contemporain, Vilnius, Lituanie.
“Ex-change” La Criée, Centre d’Art Contemporain, Rennes, France.
“Côte ouest” Santa Monica Museum of Art, Santa Monica, USA.
1998
Galerie de l’école des Beaux-Arts, Avignon, France.
Real Memnants of Fictive wars II, 2004. Vidéo, 35 min. Courtesy de l’artiste. (ci-contre)
Deniansky Raion, 2007. Vidéo, 30 min. Courtesy de l’artiste et Cosmic galerie.
CYPRIEN GAILLARD
Né en 1980 à Paris. Vit et travaille à Paris.
www.laurabartlettgallery.com__www.cosmicgalerie.com
A l’occasion de l’exposition le jeune Cyprien Gaillard expose un petit film mettant en scène des actes de vandalisme (explosion de fumigènes) sur fond de paysage
romantique. Il présente également un tryptique vidéo de grande envergure mise en musique par son groupe The Landsc Apes. Le premier volet montre un violent affrontement de hooligans sur le parking d’une cité de la banlieue de Saint-Pétersbourg, en Russie. Identifiables par la couleur de leurs vêtements, à l’image de deux équipes
de football, les deux «bandes» manifestement ennemies se livrent à une véritable bataille rangée. La vidéo, vraisemblablement filmée depuis la fenêtre d’un immeuble
alentour, donne à voir toute la chorégraphie de l’émeute. Le second volet de Desniansky Raion n’est pas moins percutant : une vidéo, achetée par l’artiste auprès de la
mairie de Meaux en banlieue parisienne documente la destruction spectaculaire d’une barre HLM à l’occasion d’un gigantesque spectacle son et lumière. Le troisième et dernier volet de la vidéo de Cyprien Gaillard achève de tisser une véritable poétique du chaos : un ULM, à bord duquel est embarquée une caméra, survole
sans autorisation le quartier Desniansky Raion, dans la banlieue enneigée de Kiev (Biélorussie). La multitude austère d’immeubles d’habitation, d’abord désordonnée, fait
bientôt place à un ensemble de tours agencées en un cercle parfait, évoquant le monument mégalithique de Stonehenge en Angleterre.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2007
Jeu de Paume, Paris
2006
Laura Bartlett Gallery, London
2005
One Shot By......Nuke, Galerie Nuke, Paris
2004
It’s Just Me And My Brother, Nuit d’Encre, Paris
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2006
Black Flag,Galerie de Multiples, Paris
Tunnel Vision, FotoMuseum, Antwerp
Bring The War Home, Elizabeth Dee Gallery, New York
Super, Le Festival du Exist, Maison des Arts de Creteil, France
Abstraction/Surface, Bureau des Videos, Pompidou Centre, Paris
2005
ECAL, Galerie de Multiples, Paris
FIAC 2005, Le Bal Jaune Caroussel du Louvre, Paris
L’ELAC, Espace Lausannois d’Art Contemporain, Lausanne, France
The Elated Pedestrian, Champion Fine Arts, Los Angeles
2004
Nuke, Anciennes Usines Sprint Court, Paris
2003
Moph, Parko, Tokyo
The Straight Edge, 2005. Vidéo, 13 min. Production Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains. Courtesy de l’artiste. Né en 1980. (ci-dessus)
Friendly Fire, 2007. Vidéo, 12 min. Production Sextant et Plus et Mécènes du Sud, CNC DICREAM. Avec l’aimable participation du Palais de Tokyo, de l’A.F.A.S, association
française d’airsoft et de Vidéochroniques. Courtesy des artistes.
FABIEN GIRAUD
Vit et travaille à Paris.
Ce jeune artiste de 26 ans réalise des vidéos performances. Il organise ainsi un concert « straight edge » (ce mouvement punk végétarien, à la fois radical et nietzschéen, né en Californie à la fin des années 1970), durant lequel il imagine une chorégraphie faisant intervenir plus de 200 personnes. Ailleurs, il met en scène
trois mini motos, à la fois sculptures brillantes juchées sur un podium et objets ludiques qui se prennent pour des grands lorsque, tout d'un coup, leur moteur se met
à vrombir. Associé à Raphaël Siboni, il réalise en 2007 le film Friendly Fire diffusé pour la première fois lors de l’exposition Enlarge your practice.
EXPOSITIONS
2006
Mains d’œuvres , « Horizons Synthtetiques » , Paris, Octobre 2006
Fondacio Miro, Barcelone, octobre 2006
Palais de Tokyo, « 5 milliards d’années » , Paris, Septembre 2006
Nuisances, Neufchatel, Suisse, Août 2006
Galerie Le Carré, Lille. Mai 2006
Jeu de Paume, Juin 2006
Panorama 7, Le Fresnoy, Juin 2006
25th Viper Festival, Bâle, Suisse
La Maison Rouge, fondation Antoine de Galbert, dans le cadre de la collection de
Jean-conrad et Isabelle Lemaitre.
2004 Courtisane Festival, Vooreuit, Gent, Belgique
2005
Le couloir de Chtulu en collaboration avec Jean Marc Chapoulie, Biennale de
Lyon
The Straight Edge Phatspace Gallery, Sydney, Australie
Panorama 6 Casting Stories. Le Fresnoy
FreeForm Festival, Varsovie, Pologne
Alchémicinéma avec Jean Marc Chapoulie, Frac Champagne Ardennes
Alchémicinéma Centre Culturel Suisse, Paris
22nd Dokumentarfilm- & Videofest, Kassel, Allemagne
Nordik 7, Transat Vidéo, Caen
Festival Paris-Berlin, Cinéma L’Entrepot, Paris
2004
Behavior, en collaboration avec Hikaru Fujii , Batofar, Paris
Emeute, Kanoria Center for the Arts, Ahmedabad, India
PIERRE JOSEPH
Purgatoire, 1991. Photo cibachrome. 62 x 92 cm. Courtesy de l’artiste et Air de Paris. Collection du Frac Poitou-Charentes.
Né en 1965 à Caen. Vit et travaille à Montpellier.
www.airdeparis.com
La popularité de Pierre Joseph repose principalement sur les Personnages Vivants (à réactiver). Un acteur réactive un personnage légendaire (Superman, la Belle au
Bois dormant, Don Quichotte) ou générique (une lépreuse, un guerrier médiéval, une sorcière). Au "qu’est-ce que je vois" auquel il invite le spectateur, c’est par un "qu’estce que je sais ?" qu’il répond aujourd’hui. Pierre Joseph invoque des savoir-faire pour les vivre : s’initier au japonais (Akane), au base-ball (My own experience of baseball), au travail dans une industrie (Join the work in Japan, knowledge). Les œuvres de Pierre Joseph désignent cette condition, cette sorte de précarité sociale et professionnelle qui, aujourd’hui, modifie singulièrement notre relation au savoir, au travail, au temps et à l’histoire. Précarité qui est devenue un enjeu dans la construction
de l’identité où l’individu se pose la question de son adaptation - en l’occurrence de son inadaptation. Pierre Joseph fait l’hypothèse d’un artiste inachevé, et dont l’inadaptation serait le moteur d’un savoir dont les étapes seraient l’unique production.
Pour l’exposition, il présente l’un de ses personnages à réactiver : « le surfeur » qui se promènera le soir du vernissage parmi les visiteurs,.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2006
Pierre Joseph, galerie les chantiers boîte noire, Montpellier -F jsq. 23.12.06
Pierre Joseph, FRAC Poitou-Charentes, Angoulême –F jsq. 02.12.06
2005
Atlas, images restaurées, Villa du Parc, Annemasse –F
Air de Paris, Paris –F
2004
Un projet de Marie de Brugerolles, La salle de bains, Lyon –F*
Atlas, Les Chantiers boîte noire, Montpellier –F*
2003
Action restreinte, Palais de Tokyo, Paris –F
2002
La théorie du trickster (avec M. Behlaj Kacem), Le Spot, Le Havre -F
Hors les murs, hors les cadres, hors les rôles, Lycée des Glières, Annemasse -F
Little Democracy, Château de Rivau, Chinon -F
1999
Little Democracy, affichage sur 20 panneaux Decaux, Madrid -S (C.C.C, AFAA)
1998
Air de Paris, Paris -F
Le Spot, Studio d’art contemporain, Le Havre -F
Le Consortium, Dijon -F
1997
FRAC Languedoc Roussillon, Montpellier -F
Little Democracy, C.C.C. Tours
Nippori, installation permanente dans un restaurant, Tokyo -J (avec Michihiro
Shimabuku)
1996
Annoville/ Ajaccio, Galerie Gabrielle Vitte, Ajaccio -F
Making of, C.C.C. Tours -F
1995
Personnages à réactiver, FRAC Champagne Ardennes, Reims / Le Parvis, Tarbes*
Art Cologne '95, Cologne -D (sponsored by BVDG)
1993
La chasse au trésor ou l'aventure du spectateur disponible, AIR DE PARIS, Paris F
1992
AIR DE PARIS, Nice -F
1991
Art Jonction (stand Artforum / Schipper / Air de Paris, avec P.Parreno), Nice -F*
Try Snaking, Air de Paris, Nice -F (avec P.Parreno)
1990
Ozone, FRAC Corse -F (avec B.J., D.G.F., P.P.) (plaquette)
Les Ateliers du Paradise, AIR DE PARIS, Nice -F (avec P.Parreno et P.Perrin)
Once upon a time in City bild... Esther Shipper, Köln-RFA (avec P.Parreno)
1989
Ozone, APAC, Nevers-F (avec D.Gonzalez-Foerster,B.Joisten et P.Parreno)
Ozone, Köln Messe § Esther Schipper -RFA (avec D. Gonzalez-Foerster, B.Joisten
et P. Parreno)
Galerie Intelligente, Galerie des Archives, Paris -F (avec P. Parreno)
KOLKOZ
Kolkoz computer, 2007. Courtesy de la galerie Emmanuel Perrotin.
Benjamin Moreau est né en 1973 à Paris - Samuel Boutruche est né en 1972. Vivent et travaillent à Paris.
www.galerieperrotin.com___www.kolkoz.org
L'ordinateur non plus comme une simple interface vers le virtuel mais comme une fin en soi : ainsi l'oeuvre est l'ordinateur. Machine surpuissante, construite suivant les codes de l'overclocking, une pratique qui s'apparente au tuning automobile pour PC, elle se suffit à elle-même. L’ordinateur est promu au rang d’objet
esthétique dont la forme et les performances se suffisent à elles-mêmes, sans nécessité fonctionnelle. L’ordinateur n’est ni le sujet de l’oeuvre, ni son médium, ni
son canal de diffusion, il est l’oeuvre en soi, sculpture technologique lointaine héritière de Brancusi.
La puissance de la Machine est l’essence de l’oeuvre d’art.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2007
Musée des Beaux Arts de Mulhouse, France
2006
Frieze Art Fair, Galerie Emmanuel Perrotin, Londres, Angleterre (octobre)
"La matière du mensonge", Galerie Emmanuel Perrotin, Paris, France
"Touristes", Ecole des Beaux Arts, le Havre, France
2005
"Touristes", Maison des Arts, Malakoff, France
2002
"Kolkoz.org", Galerie Emmanuel Perrotin, Paris, France
2000
Galerie Emmanuel Perrotin, Paris, France
EXPOSITIONS COLLECTIVES (séléction)
2007
"Playtime", Rurart, Rouillé, France
2006
"Version Animée", Centre pour l'image contemporaine, Genève, Suisse (Octobre)
(curator Laurence Dreyfus)
"Distorsions", Institut d'Art Contemporain, Villeurbanne, France (curator Nathalie
Ergino)
"La Force de l’Art", Grand Palais, (curator Olivier Zahm), Paris, France
"Cinéma d’ameublement", (curator : Julien Taïb et Gilles Alvarès), Espace Paul
Ricard, Paris, France
Scion Gallery, (curator Eva Newton), Los Angeles, USA
"Re : Re ", Espace Paul Ricard, (curator : Jean Marc Chapoulie ), Paris, France
"Notre Histoire", Palais de Tokyo, Paris, France
2005
"Limo", (collaboration avec Davide Bertocchi), Galerie La Blanchisserie, Boulogne
"Film de vacances, Hong Kong", Placemaker, Miami, USA
"Singuliers", Musée d’Art Contemporain de Guangdong, (curator : Thierry Raspail
et Thierry Prat), Canton, Chine
“Portraits Arabes”, Galerie Emmanuel Perrotin, Paris, France.
Biennale de l’urgence, Groznyï, Tchétchénie.
2004
Exposition art numérique, Angers, France
Biennale de Gwangju, Corée
INSA art center, Seoul, Corée
2003
"ART DIGITAL VIDEO", Hong Kong, Chine.
"Vidéo Séquences", Maison des Arts, Malakoff, France
2002
"Euro(pe) Campus Art", Exposition itinérante: Paris, Strasbourg, Toulouse, France.
2001
"Connivence", Biennale d'Art Contemporain de Lyon, Lyon, France
"kolkoz.org", FIAC, Galerie Emmanuel Perrotin, Paris, Fance
2000
Galerie Emmanuel Perrotin, Paris, France
"Conference about "rumours and virus"" avec Hans Ulrich Obrist, Fribourg, Suisse
Centre Culturel de Viry Chatillon, France
1999
Live Show: Kolkoz vs Gérard Faroux (drums), What's Up Bar, Paris, France
"ZAC 99", Musée d'Art Moderne, Paris, France
FIAC : "Friction, suite & states", Paris, France
1998
Galerie Emmanuel Perrotin, Paris, France
1997
"Bataille d'Austerlitz", FIAC, Galerie Emmanuel Perrotin, Paris, France
Espace de Flirt at Contemporary Art Fund, Marseille, France
Projet M.A.C Attack avec le soutien du Musée d'art Contemporain de Marseille
EMMANUELLE LAINÉ
Boptile, 2006. Tissus molletons, 3 x 1,20 x 0,4 m. Courtesy de l’artiste.
Née en 1974.
Vit et travaille à Paris.
Lauréate du programme mapXXL des Pépinières européennes pour jeunes artistes, Emmanuelle Lainé a effectué sa résidence à la Domus Academy de Milan du 17
janvier au 10 avril 2006. Son projet de résidence, Sarcomère sport et l'Extraballe, a été exposé à la Fabrica del Vapore de Milan. Il s'agit d'une installation décomplexée
qui compile les pratiques du custom et de la sculpture, où la référence au show-room et l'utilisation d'articles de sport modifiés fusionnent lifestyle et pratique artistique. Une proposition apparaît à travers les interférences entre les quatre éléments qui composent l'installation, celle de tester un environnement urbain complexe,
d'éprouver mentalement ses espaces, en jouant avec ses matériaux, en recyclant ses motifs. Par ailleurs, Emmanuelle Lainé détient un brevet d’invention pour un modele
de frisbee géant démontable.
Pour l’exposition elle présente une sculpture inédite posée au sol qui oscille entre la combinaison sportwear et une forme organique et tentaculaire.
EXPOSITIONS (sélection)
2002
'Tactic for a wild quest .' , group show, Artis, Den Bosch, NDL
'Barcelona', '3000 tickets', webshow.
2001
'I love you', group show, CAFA, Beijing, China.
'Chambre d'hivers', group show, Paris Project Room, Paris.
'Pamegui po ne', music video , Seoul, Korea.
2000
'To be annouced', group show, Kunstverein of Aachen, Germany
'Wershow' , group show, Kunsthalle of Baden-Baden, Germany
1999
'Orange', group show, St Eustache galery, Paris.
THOMAS LÉLU
Colin Maillard, 2007. Série de 8 photographies. Dimensions variables. Courtesy de l’artiste. Production Sextant et plus et Fondation d’Entreprise Ricard.
Né en 1976. Vit et travaille à Paris.
www.galeriefiat.com__www.thomaslelu.net
Par delà le monde, une poignée d’individus étranges arbore un t-shirt portant l’inscription « Je suis Thomas Lélu ». De Tokyo à Londres et Paris en passant par Rennes
où il habille une horde de jeunes filles en fleur, congénères de la sœur de l’artiste. « Pour l’instant ce que j’ai fait de mieux c’est mon nom » affirme sans rire Thomas Lélu
qui en rajoute aussitôt une couche : « entre la dégénérescence biblique et le gros gag, c’est une aberration et c’est ça qui me plait ». Le même Thomas Lélu à qui l’on
doit l’ébouriffant roman « Je m’appelle Jeanne Mass » ou le premier « Manuel de la photo ratée ». Plus récemment Lélu s’improvisait peintre avec un ensemble de toiles
à la bombe aux jeux de mots imbitables.
Pour l’exposition Enlarge Your Practice, il présente la série Colin Maillard réalisée en 2004, soit un panorama d’images amateurs exhibitionnistes collectées sur
Internet. Sur ces clichés quasiment bruts (l’artiste n’opère que quelques rares recadrages), les individus apparaissent le visage masqué mais le sexe découvert.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2007
It doesn't exist, galerie Dominique Fiat, Paris
2006
After, Jean-Max Colard/ Thomas Lélu, commissariat Éric Mangion, Villa Arson,
Nice (catalogue)
Thomas Lélu : peintre, Galerie Édouard Manet, Gennevilliers, France
2002
Manuel de la photo ratée, Galerie Porte-Avion, Marseille, France
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2006
Fiac, Galerie Dominique Fiat, Paris
Offshore, commissaire : Jean Max Colard, Espace Paul Ricard, Paris
Offshore, CAPC, Bordeaux, France
Offshore, Attitudes, Genève, Suisse
Exposition de réouverture du Magazin, Grenoble, France
2005
J’en Rêve, parrainé par Claude Closky, Fondation Cartier, Paris
2003
Littératures pirates, Galerie Éof, Paris
LECTURES ET PERFORMANCES
2006
Je m’appelle jeanne mass (Notre Histoire), Palais de Tokyo, Paris
2005
Je m’appelle jeanne mass, Espace Paul Ricard, Paris
Je m’appelle jeanne mass, Fondation Cartier, Paris
2003
Le livre et l’art, Le Lieu Unique, Nantes
ANTHONY PATTI
She’s the one, 2004. Aluminium, peinture de carrosserie, ampoules. Courtesy de l’artiste et Virgil de Voldère Gallery.
Né en 1976 à Toms River, New Jersey. Vit et travaille à New York.
www.virgilgallery.com
Trained as a custom car and boat mechanic from the Jersey shore, Anthony Patti’s work evokes his days spent hot rod racing coupled with the youthful energy he
found on the boardwalk. His slick automotive finishes produce a candy-like visual that is both seductive and precious. Flowing with desire and sexuality, Patti’s sculptures hang on the wall like high-gloss sport collector’s icons. Patti was born in 1976 and raised in Toms River, New Jersey and studied at the School of Visual Arts in New
York. He had solo shows at SlingShot Project in 2003 and Virgil de Voldère in 2005. Patti’s work was acquired in 2005 by the Jumex Foundation in Mexico. He lives and
works in Brooklyn
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2008
Virgil de Voldere Gallery – New York
2007
Jersey Boy - Maiden Lane Exhibition Space - New York
2005
Exit 82 - Virgil de Voldere Gallery - New York
2004
SlingShot Project - New York
2001
Visual Arts Sculpture Center - New York
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2007
Enlarge Your Practice – La Friche/ Belle de Mai - Marseille, France
Metals – Luna Lounge – Brooklyn
2006
Macy’s - New York
FIAC - Virgil de Voldere Gallery, Louvre - Paris
Blockparty at 14 Townhouses - Brooklyn
Pulse – Virgil de Voldere Gallery - Miami
2005 Etoiles et Rayures – Galerie Quang - Paris
FIAC – Virgil de Voldere Gallery - Paris
Replay Jeans - New York
50 Artists - Mushroom Arts Gallery - New York
Maco – SlingshotProject - Mexico City
2004
Scope – SlingshotProject - Miami
Surfeit - ZONE:Chelsea Center for the Arts - New York
FIAC – SlingshotProject - Paris
GrandWaterFest - Grand Ferry Park - Brooklyn
Awake - 1014 Art Space - Brooklyn
Scope - Slingshot Project - New York
The Best Idea Ever..., with Madagascar Institue – Volume - Brooklyn
City of Yonkers Public Library, in collaboration w/ Scott Pariser & Segal Fine ArtsYonkers - New York
2002
Startup - S1 - Brooklyn
2001 Oilsexscrews - Visual Arts Gallery - New York
Crash Test - Mode d’emploi, 1998. Vidéo, 5’40 min. Courtesy de l’artiste et galerie Jousse Entreprise. (ci-contre)
Roulades, 1998. Vidéo, 1’40 min. Courtesy de l’artiste et galerie Jousse Entreprise.
JULIEN PRÉVIEUX
Né en 1974. Vit et travaille à Paris.
www.jousse-entreprise.com__www.previeux.net
Cet artiste de 34 ans qui se définit volontiers comme un « hacker low tech » du réel, s’est fait connaître il y a quelques année grâce à ses « lettres de non motivation ».
Porte-parole discret d’une jeunesse précaire, il entreprit avec un brin de provocation de répondre par la négative aux multiples offres d’emploi récoltées dans la presse.
C’est lui encore qui revisite le légendaire James Bond à grands renforts d’effets spéciaux venus parasiter une intrigue déjà surpeuplée de trucages en tous genres ou
qui, plus récemment, recueille les empreintes d’un Nicolas Sarkozy plus habitué à contrôler qu’à se faire contrôler.
Retour à l’envoyeur donc chez Julien Prévieux qui présente pour l’exposition Enlarge Your Practice une série de trois vidéos inspirées des vidéos de skate des années
90. Dans Crash Test – Mode d’emploi (1’30’’), l’artiste se précipite sur tout ce qu’il croise sur sa route, architecture, meubles, voitures et passants avec un acharnement
digne des meilleurs gags de Jackass. Ce parcours d’obstacles se décline dans une série de saynètes dont l’humour mécanique et absurde n’est pas sans rappeler un
certain cinéma burlesque à la Buster Keaton. Dans « Roulades » (5’30’’), un individu armé d’un casque de moto, sort de son lit, tombe dans les escaliers, roule toute la
journée dans divers lieux publics avant de regagner ses pénates par le même moyen. La performance physique, difficile mais surmontée, répond moins à une intervention sur les limites du corps qu’à la nécessité d’inventer de nouveaux comportements et les inscrire dans une réalité quotidienne.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2007
exposition personnelle à la galerie Jousse Entreprise, Paris.
2004
Commotion », galerie Jousse Entreprise, Paris
2001
Window 42, Londres.
EXPOSITIONS COLLECTIVES (sélection)
2006
« Re:Re », Espace Paul Ricard, Paris
« My Way », galerie Jousse Entreprise, Paris
« www.magasin-cnac.org/with/previeux », Le Magasin - Centre National d’Art
Contemporain,
Grenoble
2005
« Artronica 2005 », Bogota, Colombie
« Au-delà du Copan », Espace Paul Ricard, Paris
« Timeline vol. 2 », Bétonsalon, Paris
« Rendez-vous 2005 », musée d’art contemporain , Lyon
Art Athina 2005, représenté par la galerie Jousse Entreprise, Athène
« Arbeitshaus : einatmen. ausatmen. », Kunsthaus Dresden, Dresde
« Attention à la marche (histoires de gestes) », La Galerie, Centre d’Art de Noisyle-Sec,Noisy-le-Sec
« Timeline », www.time-line.tv (exposition en ligne).
2004
« Apparemment léger », galerie de l'Ecole d'Art du Havre, Le Havre.
FIAC 2004, représenté par la galerie Jousse Entreprise, Paris
« L'horreur comique / esthétique du slapstick », Centre Pompidou, Paris.
« Terminal Five », aéroport JFK, New York
« Designed in France, Made in China », Espace Paul Ricard, Paris
« Maison / Témoins », The Store, Paris
« Beijing / dezoned / Paris », Le Cube, Issy-les-Moulineaux
« Happy 2004 !! », galerie Jousse Entreprise, Paris
2003
« Quitte à sauver le monde, autant le faire avec style.», The Store, Paris
FIAC 2003, représenté par la galerie Jousse Entreprise, Paris
« La crise économique, c’est fantastique », galerie Jousse Entreprise, Paris
« May your DV be with you », Palais de Tokyo, Paris
« Ne pas tourner le viseur vers le soleil », Centre d’Art contemporain, Brétignysur-Orge
2002
Festival « Acces-s 02 », Pau
« Objets de réflexion », programmation vidéo dans une installation de Fabrice
Gygi, Le Plateau, Paris
« Splash », Paris Project Room, Paris
« Dehors-dedans », Glacières, Bordeaux
MAROUSSIA REBECQ/ANDREA CREWS
A.C anthem, 2006. Vidéo, 3’23 min. Musique Jean Nipon. Courtesy de l’artiste. Production Palais de Tokyo. Spiral tribe 2, 2007. Installation ready made. Vêtements.
Né en 1975 à Bordeaux. Vit et travaille à Paris.
www.andreacrews.com
A travers Andrea Crews, Maroussia Rebecq combine plusieurs aspects de la création contemporaine. Entre art et mode, elle présente et met en scène ses collections
sous forme de performances, de happening, de vidéo clip, créant des évènements multiples aux frontières de l'art et du quotidien. Maroussia Rebecq fédère et s'associe avec des acteurs de la scène culturelle contemporaine: artistes, stylistes, vidéastes, Djs, venus d'horizons différents, mais issus de la même culture populaire et
excentrique, expérimentale et ludique...
Pour l’exposition Enlarge your Practice, l’artiste activiste présente une vidéo réalisée en 2006 au Palais de Tokyo à l’occasion de l’exposition Notre Histoire réunissant
la jeune scène française. On la voit débouler en force avec une équipe d’hurluberlus costumés dans les espaces d’exposition. La joyeuse troupe s’adonne à un
délire collectif et inoffensif, pourtant proche des élucubrations régressives du collectif Jackass.
Janvier 1999
WILD CLOTHES Maroussia Rebecq, étudiante aux Beaux arts de Bordeaux, présente le premier défilé de mode “ready-made” du Secours Populaire au CAPC,
Musée d’Art Contemporain de la ville de Bordeaux.
Juillet 2001
ANDREA CREWS création de l'association productrice d’événements artistiques
sous l’appellation “FASHION ART ACTIVISM”…
Mai 2002
DEUXIEME MAIN, Andrea Crews crée la première griffe de vêtements recyclés
du Secours Populaire au Palais de Tokyo, site de création contemporaine.
Juillet 2002
FLOCAGE, la collection « deuxième main » est présentée et vendue au Musée
Galliera, Musée de la Mode de la ville de Paris.
Février 2003
NŒUD, recyclage de maille pour l’hiver à Mains d’œuvre, lieu de culture pour la
création contemporaine à Saint Ouen 93.
Mars 2003
PULL présentation de la collection NOEUD dans les galeries de la rue Louise
Weiss. Back stage chez Air de Paris, séance photo chez Jousse Entreprise, défilé
sous les arcades et vente chez Louise 13.
Mars 2003
BERLIN M’EXCITE, atelier de transformation dans la galerie BGF avec la collaboration de Chicks on speed, Honey suckle company, ADD, Klein Corpse….en partenariat avec l’association humanitaire Humana et les Galeries Lafayette.
Mai 2003
Show performance dans la Heeresbackerei avec la Loop galerie
Mars 2004
DI HIDUP ADALAH, invitée par le Centre Culturel Français à Jakarta, et produite
par L’AFAA (l’Association Française d’Action Artistique) exposition de photos
dans la galerie Oktagon.
Mai 2004
LOCALISMOS, atelier de transformation et création de monstres, invitée par le
collectif d’artistes Perros Negros, en partenariat avec l’Ambassade de France et
l’Alliance Française à Mexico.
Octobre 2004
BILBAO SOLO, atelier de transformation avec la participation exceptionnelle de
Miriam Ocariz, Andrea Crews est invitée par Consonni (agence de production
d’événements artistiques) en partenariat avec l’Institut Français de Bilbao pour la
passarella Modorrra et l’ONG Caritas.
Mai 2005
NOTHING IS NEW, ALL IS RECYCLED, défilé-performance “do it yourself”, à la
Générale, Belleville.
Septembre 2005
GALERIES LAFAYETTE, Scénographie et mise en scène des vitrines du magasin,
Workshop et Showroom de vente, Paris.
Octobre 2005
NUIT BLANCHE, défilé populaire de Belleville, notre équipe de style relooke le
public de Nuit blanche et l’envoie sur le catwalk vivre son « quart d’heure de
gloire ». Avec la Mairie de Paris, les Galeries Lafayette, Kenzo, PFAFF et Carat
Culture.
Octobre 2005
Ethical Fashion Show, Performance- défilé, Espace des blancs manteaux Paris.
Décembre 2005
Oï MURAL, production de la première exposition personnelle de Lens, artiste psychotique et géni muraliste du collectif.
Février 2006
WHO’S NEXT 05 et 06, Paris, Atelier-performance de recyclage de vêtements.
Installation de Puppets géantes et espace de vente.
Customised Palm Tree, 2007. Arecastrum, casques, terre. Courtesy de l’artiste et VF Galerie. Production Sextant et plus et Mécènes du Sud. Avec l’aimable participation de GPA
Mini surf car, 2003. Installation sonore. Courtesy de l’artiste et VF Galerie.
LIONEL SCOCCIMARO
Né en 1973 à Marseille. Vit et travaille à Marseille.
www.sextantetplus.org/scoccimaro__www.vfgalerie.com
Directement empruntés à la palette des customs, du surf ou du rock, entre autres sections de la sous-culture américaine, les jaunes brillantissimes, les rouges flashants
ou les verts pomme teintent les sculptures de Lionel Scoccimaro d'un ton plus grinçant.. Hybrides, elles renvoient à des univers ultravoyants, suragités et radicaux,
ceux des sports ou des musiques undergrounds, volontiers contestaires des normes politiques et sociales établies.
Pour l’exposition, l’artiste présente une nouvelle sculpture monumentale très « see, sex and sun ». Soit un palmier d’où dégringole une centaine de casques de motos
customisés.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2007
"Sugar wall", galerie Aperto, Montpellier.
"Beyond the valley of the Sugar Histories", Centre d’art Chapelle Saint Jacques,
Saint Gaudens, Fance (commissaire Valérie Mazouin/Charlier)
"Post Opératoire", Galerie de l’Ecole des Beaux-arts de Pau, France.
"Heavenly bodies", Centre d’Art Image/imatge, Orthez, France (commissaire Emilie
Flory)
"Sugar Histories", Galerie In Situ, Aalst, Belgique
2006
Monsters of sounds, Galerie Espace à vendre, Nice*
Hot Pictures & Flammed Paintings, Centre d’art de Saint Fons*, (commissaire
Jean-Claude Guillaumon)
Custom Made, Buro bilden Kunst, DE WILLEM 3, Vlissingen, Hollande.
2005
Laudy VS Scoccimaro, Galerie Martagon, Malaucène
Hot Pictures & Flammed Paintings, In Situ Gallery, Aalst, Belgique
Diabolo, Bridge and Candy, Espace à Vendre, Nice
2004
Custom Made. Galerie Alain Legaillard. Paris
Rira bien qui rira le dernier, Centre d’art de Morsang sur Orge
2003
Quelques gouttes suffisent, Galerie de l’école d’Art d’Aix-en-Provence*
Galerie Aperto, Montpellier
2001
Plan B (avec Christophe Perez), Cinéma les Variétés, [S]extant et plus, Marseille
2000
Tohu-Bohu, Marseille. (avec Sébastien Carriau).
1999
Vacances Bleues, Marseille. (avec Florent Mattei)
L’art renouvelle... Passage de l’Art, Marseille*
1995
Aujourd’hui je ne me lèverai pas... Galerie de l’Université, Aix en Provence
EXPOSITIONS COLLECTIVES (sélection)
2007
"utopia, disutopia", culture center, Knokke le Zoute, Belgique, commissariat Jan
de Nys*
"utopia, disutopia",Gand, Belgique, commissariat Jan de Nys*
"Wonderkamer", culture center, Knokke le Zoute, Belgique, commissariat Jan de
Nys*
"vos dessins s’il vous plait", galerie Espace à Vendre, Nice
"Enlarge your practice", sextant et plus, la friche la belle de mai, Marseille, commissariat Jean Max Colard, Claire Moulène, Mathilde Villeneuve*
"cabinet démocratique", villa Cameline, Nice
"reflet, un printemps français à Jurmala", Léttonie, commissariat Inga Bruvere*
"Huge", Galerie Art Core Fabrice Marcolini, Toronto, Canada.
"photo london", galerie Alain Legaillard, Olivier Robert, Londres
"artbrussel", galerie In Situ, Bruxelles*
"Altitude de croisière", VF Galerie, Marseille France
2006
"Collection", Galerie Espace à vendre, Nice.
"Show Off” , galerie Alain le Gaillard, Paris, France
"L'artiste et ceux qui les soutiennent", Etude Tajan, Paris, France (Commissaire PA Parsy)
"Speed up your Life", Feld Fuer Kunst, Hamburg, Allemagne (Commissariat Erika
Lotokij)
"Du corps à l'âne", Galerie Martagon, Malaucène.
"Varium et mutabile semper...", Galerie Friche de la Belle de Mai, Marseille. (commissaires Sextant&plus)
GUILLAUME SÉGUR
Black Mat, 2007. Installation. Toile acrylique enduite, mousse polyéthylène, cable nilon, 6 x 5,30 x 1,30 m. Courtesy de l’artiste.
Né en 1978. Vit et travaille à Paris.
Le projet consiste à produire des sculptures à partir d’actions qui ont cours dans les films de Kung-fu chinois contemporain. Il s’agit de concevoir des objets qui puissent être à la fois l’incarnation d’un mouvement et le lieu de son expérimentation par le spectateur.
Friendly Fire, 2007. Vidéo, 12 min. Production Sextant et Plus et Mécènes du Sud, CNC DICREAM. Avec l’aimable participation du Palais de Tokyo, de l’A.F.A.S, association
française d’airsoft et de Vidéochroniques. Courtesy des artistes.
RAPHAEL SIBONI
Né en 1981.Vit et travaille à Paris et Roubaix.
Ce tout jeune artiste de 26 ans présente en collaboration avec Fabien Giraud une installation vidéo aux allures de fresque murale. Intitulé Friendly Fire en référence à
l’une des figures des jeux vidéo, le film donne à voir une partie d’airsoft (jeu de rôle militaire hyper réaliste) organisée par les deux artistes. Au réalisme des costumes,
des armes et des actions de chacun des figurants (plus de 200 joueurs en tout), viennent s’ajouter les événements d’un conflit virtuel. Les différentes équipes s’entrecroisent, les différents scénarios s’entremêlent. Ici, une armée de zombies s’oppose aux militaires, qui s’opposent à une secte, qui torture un groupe du GIGN… Plusieurs
fictions incompatibles se jouent simultanément.
EXPOSITIONS
2008
THE VILAINS, exposition personnelle en collaboration avec Fabien Giraud,
PALAIS DE TOKYO, Paris.
2007
BIENNALE DE LYON 2007 | 00s, l’Histoire d’une décennie qui n’est pas encore
nommée.
ENLARGE YOUR PRATICE, exposition collective, la FRICHE BELLE DE MAI,
Marseille.
KANT TUNING CLUB, exposition personnelle, Galerie ANALIX FOREVER, Genève.
2006
KANT TUNING CLUB, exposition personnelle, module 1, PALAIS DE TOKYO, Paris.
ANTIPODES (PART II), exposition collective, POINT EPHEMERE, Paris.
2005
PRIX ESPACE PAUL RICARD, exposition personnelle, ESPACE PAUL RICARD,
Paris.
ANTIPODES, exposition collective, SYDNEY COLLEGE OF THE ARTS, Australie.
2004
JEUNE CREATION 2004, exposition internationale d’art contemporain, Paris.
Serenade, 2006. Amplificateurs, baffles, radios, antenne flexible, émetteurs, lecteurs CD, câbles, prises, adaptateurs, scotch. Dimensions variables. Courtesy de l’artiste.
Production Sextant et Plus et Fondation d’Entreprise Ricard.
JIM SKULDT
Né en 1970, Minnesota. Vit et travaille à Los Angeles.
www.skuldt.com/work/short.htm
Jim Skuldt est un artiste californien issu du prestigieux MFA de CalArts. Le travail de cet artiste est à l’image de la côte ouest: décalé, underground, rétif à toute règle.
Qu’il pirate une radio dans le désert californien, organise son échapée de l’Ecole des Beaux-Arts ou décide de parcourir LA-NewYork en métro, Jim Skuldt met en
route des scénarios d’évasion particulièrement jubilatoires..
A l’occasion de l’exposition, dans une pièce plongée dans le noir, Jim Skuldt recrée à l’aide de multiples amplificateurs diffusant chacun un seul instrument de la partition, une ambiance déchaînée de fin de concert.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2005
Distribution I, Gallery D300, CalArts, Valencia, CA
2004
Swapping, Gallery A402, CalArts, Valencia, CA
2003
Communication, Nomad Gallery, Hoxton Square, London, UK
1999
Culture for Sale, Bloomington Art Center, Minneapolis, MN
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2007
Happiness of Object, Sculpture Center, New York, NY
Enlarge your practice - curated C Moulene, Friche la Belle de Mai, Marseille,
France
Impossibility - curated Irene Tsatsos, Park Projects, Los Angles, CA
2006
Chain Letter, High Energy Constructs, Los Angeles, CA
Aporia, The Elizabeth Foundation for the Arts, New York, NYA
2 Weeks Notice, Hangar 1018, Los Angeles, CA
11:59, Compact/Space (curated by Parker Jones of Black Dragon Society) Los
Angeles, CA
Daily Noise, LeRoy Neiman Gallery, Columbia University, New York, NY
2005
TBA, Angela Hanley, Los Angeles, CA
Southern Exposure, UCLA Wight Hall, Los Angeles, CA
No Heroics Please, Roy Edna Disney CalArts Theatre (REDCAT), Los Angeles, CA
Supersonic II, Los Angeles Design Center, Los Angeles, CA
Shipping and Receiving, Armory Northwest, Pasadena, CA
Video Selections, Art in General, New York, NY
Sweet Substitute, Virginia Commonwealth University, Richmond, VA
2004
LA Freewaves: Untitled Engagement, REDCAT, Los Angeles, CA
LA Freewaves: Installations, Museum of Contemproary Art (MOCA), Los Angeles,
CA
High Desert Test Sites 4 (curated by Andrea Zittel and Shaun Regen) Joshua Tree,
CA
Strange Animal, Los Angeles Contemporary Exhibitions (LACE), Los Angeles, CA
Mid-Residency Show, CalArts, Valencia, CA
Homeland Security (3 person), Gallery 825, Los Angeles, CA
2003
Grand Opening, REDCAT, Los Angeles, CA
Video 825: Boundaries & Frustration, (3-person Screening), Gallery 825, Los
Angeles, CA
Centered on the Center, Huntington Beach Art Center, Huntington Beach, CA
2002
Jumping, Monitor Space, Claremont, CA
Group Show, Peggy Phelps Gallery, Claremont, CA
1999
Lyn-Lake Exhibition, pARTs Gallery, Minneapolis, MN
La grande symbiose, 2007. Matériaux divers. Courtesy des artistes et de la galerie In situ - Fabienne Leclerc. Co-production galerie In Situ - Fabienne Leclerc, Sextant et Plus
et Fondation d’Entreprise Ricard.
LAURENT TIXADOR & ABRAHAM POINCHEVAL
Laurent Tixador est né en 1965. Vit et travaille à Nantes.
Abraham Poinchevalest né en 1972. Vit et travaille à Marseille.
www.insituparis.fr
Le travail de Laurent Tixador et Abraham Poincheval peut s’apparenter à une aventure, c’est-à-dire la découverte dans la réalisation d’un acte «extra-ordinaire» : “Ce
qui nous motive, c’est la découverte, et surtout ne jamais refaire les mêmes expériences. Nous avons vécu huit jours sur l’Ile du Frioul en face de Marseille comme
des hommes préhistoriques se nourrissant de figues et de moules. Nous avons marché de Nantes à Metz, avec une boussole, en ligne droite, d’octobre à décembre.
Laurent est allé en tant que premier artiste déposer un drapeau au pôle nord géographique. (...) Nous réfléchissons en permanence à imaginer des parcours, des
situations que nous n’avons jamais pratiqués. On souhaite ainsi s’immerger dans des milieux inconnus qui génèrent des réflexions, des approches, des comportements
que l’on n’aurait ja- mais eus sans cela.”
“Pour Enlarge your practice, à la fin du vernissage, nous rentrerons chacun dans des cellules qui seront aménagées dans la salle d'expo pour y passer un mois ferme.
Pendant ce mois, nous vivrons notre vie de detenus, mangerons, nous ennuirons, filmerons, bricolerons des trucs, essairons de nous évader, dessinerons sur les
murs etc... un mois plus tard, nous sortirons et le public pourra visiter les locaux.” Le tandem pousse ici à l’extrême le désoeuvrement propre à la culture adolescente.
EXPOSITIONS PERSONNELLES
2006
horizon moins vingt, Galerie in Situ, Paris
Résidence au Frac Pays de la Loire (septembre-octobre)
Centre d’art d’Hérouville St Clair (avril)
Marcher Maison des arts Georges Pompidou. Carjac
2005
Total Symbiose 2, résidence en Dordogne, Terrasson.
2004
Vers le Cap Horn, bureau d’hypothèse, Université Paris 1, Fontenay-aux-Roses
AFIAC 2004, expédition St Nazaire-Fiac à la rame, Tarn
From home, Galerie commune, Tourcoing
0 star hotel. Cimaise & portique, Albi. Octobre 2004
De l’exposition à l’expédition, entretiens sur l’art avec Ange Leccia, Nicolas
Moulin et Jean Max Colard, Espace Paul Ricard, Paris
Présentation du livre et du film L’inconnu des grands horizons, exposition GNS,
Palais de Tokyo
2002
L’inconnu des grands horizons, arrivée à pied dans la Galerie de l’école des
Beaux Arts de Metz L’inconnu des grands horizons, arrivée à pied au FRAC
Basse-Normandie
Total Symbiose, galerie 40m3, Rennes
2001
Total Symbiose, Triangle France, Friche Belle de Mai, Marseille
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2006
Off Shore, à Genève, puis Marseille
2005
Offshore, CAPC Musée d’art contemporain. Bordeaux
L’œil du touriste, galerie Frédéric Giroux. Paris
I Still Believe in Miracles / Derrière l’horizon, Musée d’art moderne de la ville de
Paris, ARC
2003
Unza Unza Time, Zoo Galerie, Nantes
2001
Détour vers la simplicité, expérience de l’absurde, Confort moderne, Poitiers
Psyclom, proposition de Joël Hubaut, les Abattoirs, Toulouse
Sobi Katalyse, proposition de Joël Hubaut ah why, centre d’art le Parvis, Tarbes
Rooler Gab, 2001-2007. Série de 10 photographies. Tirage Lambda, 52 x 72 cm. Production Sextant et Plus et Mécènes du Sud. Courtesy de l’artiste. (ci-contre)
Riding Modern Art, 2005. Vidéo.
RAPHAEL ZARKA
Né en 1977. Vit et travaille à Paris.
www.laplanck.com
Raphaël Zarka travaille comme le « curieux » qui rassemble à l’intérieur de son cabinet les bases d’un véritable monde en miniature. Figer le mouvement et découper le
monde sont des activités étranges, aussi les sujets que Raphaël Zarka s’autorise à photographier se donnent comme autant de natures-mortes naturelles, d’images toutes-faites. Il collectionne des objets en béton perdus dans la nature ou sur un terrain-vague et ces formes géométriques, plus ou moins reconnaissables, nous
posent toujours la question de leur usage. Les objets et les espaces que filme ou photographie Raphaël Zarka sont des parcelles d’urbanités isolées comme les mots dans
un dictionnaire. Après le Pentacycle réalisé en collaboration avec Vincent Lamouroux, un véhicule s’adaptant au rail de l’Aérotrain qui parcourt la Beauce sur 18 km, ill
s’est intéressé à une nouvelle utopie concrète : pour l’exposition, Zarka documente sous la forme de 8 photographies couleurs le projet avorté d’un retraité montpelliérain qui avait imaginé et fait construire sur une colline isolée un skatepark mégalomane peuplé de virages en lacets et d’improbables tire-fesses. Cet espace surréaliste n’est resté ouvert qu’une année, il est depuis, tout comme la voie de l’aérotrain, un fossile du mouvement à l’échelle du paysage.
EXPOSITIONS COLLECTIVES
2006
Etranges Fictions, Agathenburg et Hambourg
Exposition de multiples d_artistes, Astérides, Marseilles
Le Spectre des Armatures, Glassbox, Paris
Video-Salon, Galerija 10m2, Sarajevo, Bosnie-Herzégovine
Le Bord du Monde, Les Instants Chavirés, Montreuil
Récurrences Dérobées, Betonsalon, Paris
Exposition#3, Galerie Schirman & de Beaucé, Paris
Une Histoire Vraie, Galerie des Grands Bains Douches, Marseille
2005
Le Bord du Monde, Frac Languedoc-Roussillon, Montpellier
Duchêne/Zarka, Librairie Histoire de l__il, Marseille
Les Formes du Repos, La Planck , Galerie Air de Paris, Paris
Itanomthub, Mains d__uvres, Saint-Ouen
Liste 05, Galerie Corentin Hamel, Bâle
2004
Lieux Communs, Les Instants Chavirés, Montreuil
Cachez ce quotidien que je ne saurais voir!, Frac Languedoc-Roussillon,
Montpellier
2003
Festival accès(s) 03, Pau
Pas n_importe où: juste à côté, diplômés de l_Ensba, Couvent des
Cordeliers, Paris
Mursollaici, Centre Culturel Suisse, Paris
Galerie Vasistas, Montpellier
Pentacycle, Les Instants Chavirés, Montreuil
Reprise#1 (Iran Do Espirito Santo), parpaings et ciment, 76x76x15cm, 2002
OUVRAGES
La conjonction interdite, essai sur le skateboard, livre, éditions Moinsun,
Marseille, 2003
Une journée sans vague, Chronologie lacunaire du skateboard, livre, éditions F7,
Paris, 2006
revue de presse
et annonces
journal de la friche
été 2007
la marseillaise
11 juillet 2007
poptronics
31 juillet 2007
le monde
31 juillet 2007
libération
29 aout 2007
beaux arts magazine
sept 2007
technikart
sept 2007
archistorm
sept 2007
artpress
oct 2007
02
automne 2007
coming up
été 2007
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising