Télécharger (1.0 Mo)

Télécharger (1.0 Mo)
> Rénovation
urbaine,
Bayonne
s’inscrit dans
un programme
national
p. 4
> Journées de
la propreté,
l’entretien de la
ville est l’affaire
de tous !
p. 12
> Les
Maimorables,
Sergent Garcia à
l’affiche
p. 26
MAGAZINE
Dossier
Le port de Bayonne, un atout
pour le développement local
BAYONNE
n° 146 > mai-juin 2007
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
En raison de la période
préélectorale des
élections municipales
de 2008, ce magazine
ne comporte pas les
pages de la rubrique
Capitale, éditorial du
maire de Bayonne.
sommaire
LE MAGAZINE DE LA VILLE > n° 146
Action publique
4
4 – CADRE DE VIE
> Rénovation urbaine : Bayonne s'inscrit dans le programme national
9 – VIE SOCIALE
> Seniors-services : des solutions nouvelles portées par le CCAS de Bayonne
10 – ESPACES PUBLICS
> Avenue du Capitaine Resplandy, un point sur les travaux
11 – CADRE DE VIE
> Les châteaux d’eau, maintenance et travaux
12 – VIE CITOYENNE
> Propreté : Passer du nettoyage à l'entretien de la ville
Dossier > Le port de Bayonne, un atout
15
pour le développement local
16 > Levier majeur pour l’avenir économique de la région
18 > Un port triplement certifié
20 > Port de Bayonne mode d’emploi
Vie de la cité
23
24 – ÉVÉNEMENT >
Le Printemps d’Ansot
25 – ÉVÉNEMENT >
Les journées du chocolat
26 – ÉVÉNEMENT >
Les Maimorables
27 – ÉVÉNEMENT >
La Fête de la musique
28 – ÉVÉNEMENT >
Gernika, de l’histoire basque au symbole universel
29 – PORTRAIT >
Rafael Zulaika, un manager culturel pour
30 – PORTRAIT >
Les hommes du pilotage de l’Adour
32 – PORTRAIT >
Concours d'affiche : la lauréate 2007
le musée Basque et de l’Histoire de Bayonne
Bloc-Notes > Actualité associative >
> Bayonne scope > Carnet
33
Directrice
de la publication
>S. Durruty
Responsable
de la rédaction
>A-M. Galé
Secrétaire de rédaction
>S. Daguin
Rédaction
>A-M Galé, M. Beyris,
J. Gallais, V. Auberty
Photos
>C. Pasquini, J.Ph. Plantey, L.
Zeller, José Arocena
>CCI Bayonne Pays Basque :
Bertrand Lapègue,
Balloïde-photo, ASP édition.
Infographie
>Nerea
Mise en page
>Scoopcommunication
Impression
>Imprim’33
Régie publicitaire
>Supports Promotion
4
Action publique
Cadre de vie
RÉNOVATION URBAINE
Bayonne s’inscrit dans
le programme national
La Ville de Bayonne porte un projet d’envergure sur le quartier des Hauts de
Bayonne : près de 94 millions d’euros vont être investis jusqu’en 2012-2013 dans
le cadre du programme national de rénovation urbaine. Le point sur les grandes
étapes du dossier bayonnais.
> ENTRETIEN avec Jean-René Etchegaray, adjoint au maire délégué à l’aménagement urbain, à l’environnement et au développement durable.
Bayonne Magazine : Qu’est-ce que le
« Programme National de Rénovation
Urbaine » (PNRU) ?
Jean-René Etchegaray
Jean-René Etchegaray : Le Programme
National de Rénovation Urbaine a pour
objectif la réduction des inégalités sociales et
le développement économique des quartiers
les plus en difficultés. Il s’inscrit dans le cadre
de la loi du 1er août 2003 (loi d’orientation et
de programmation pour la ville et la rénovation urbaine).
Ce nouveau dispositif de la politique de
la ville prévoit, sur le plan national, une
offre nouvelle de 250 000 logements locatifs
sociaux, en remplacement de 250 000 logements obsolètes à démolir, la réhabilitation de
400 000 logements locatifs sociaux, ainsi que
des équipements publics et des aménagements urbains pour la période 2004-2013.
Afin de déstigmatiser et redynamiser ces
quartiers, sont associées à ces opérations
« lourdes », des politiques essentielles de
réussite scolaire, de gestion urbaine de
proximité, d’insertion et développement
économique, élaborées et menées en concertation avec les habitants.
Ce dispositif, qui mobilise environ 10 milliards d’euros sur 10 ans, s’adresse en priorité
aux zones urbaines sensibles (les « ZUS »).
B.M. : Qu’est-ce que l’ « Agence Nationale de
Rénovation Urbaine » (ANRU) ?
J.R. E. : L’ Agence Nationale de Rénovation
Urbaine est un établissement public industriel et commercial créé afin d’assurer la
mise en oeuvre et le financement du PNRU.
Elle joue un rôle de « guichet unique »,
regroupant les financements des différents
ministères, de l’UESL (1% logement), et
de la Caisse des Dépôts et Consignations,
consacrés à la rénovation urbaine des zones
urbaines sensibles.
A travers l’accompagnement de ces projets
urbains globaux, l’Agence a pour objectif de :
- réinsérer les quartiers dans la ville ;
- créer la mixité sociale dans l’habitat ;
- introduire la mixité par la diversification des
fonctions (commerces, activités économiques,
culturelles et de loisirs).
B.M. : Quels sont les principes
d’intervention de l’ANRU ?
J.R. E. : Le projet de requalification de ces
quartiers est élaboré de façon partenariale
au niveau local. La collectivité porteuse et ses
partenaires déposent un dossier (programme
d’actions pluriannuel et plan de financement
partenarial) auprès du Préfet, délégué territorial de l’ANRU, qui l’instruit.
Ce dossier est ensuite étudié par les instances
de l’ANRU et validé par la signature d’une
convention pluriannuelle de rénovation
urbaine.
A ce jour, une seule convention globale a été
signée sur le Département : elle concerne le
quartier de l’Ousse-des-Bois à Pau. Mourenx
est en phase de dépôt du dossier. Bayonne
a signé fin 2006 un protocole de préfiguration ; dernière étape : la signature de la convention globale avec l’ANRU courant 2007.
Action Publique
Cadre de vie
B.M. : Quel positionnement pour Bayonne
dans le PNRU ?
J.R.E. : 188 quartiers dits prioritaires (dont
Pau), ont été retenus par l’ANRU pour valider
leur dossier en priorité. L’Agence a sélectionné,
parmi les 751 ZUS françaises, 341 « quartiers
supplémentaires », qui ont à leur tour la possibilité de déposer un dossier. La ZUS du plateau
Saint-Etienne (Hauts et Bas de Sainte-Croix,
Habas Sainsontan, Saute Ruisseau, Codry,
la Porcelaine, Le Bedat, Citadelle, Caradoc,
Grand Basque) fait partie de cette seconde
liste de quartiers. On doit à la forte implication
du maire le fait que ce dossier ait été pris en
considération.
B.M. : Où en est le dossier bayonnais ?
J.R.E. : Le 24 novembre 2006, en présence
de Jean-Louis Borloo, ministre de l’Emploi,
de la cohésion sociale et du logement, la ville
de Bayonne, en tant que porteur de projet, a
signé avec l’ANRU, la Foncière Logement, la
Caisse des Dépôts, et les organismes sociaux,
un « protocole de préfiguration de la convention pluriannuelle ».
Ce « coeur de projet » validé correspond
à une première étape du projet global.
Parmi les actions présentées dans le dossier
initial (mars 2006), l’Agence a retenu un
programme d’actions engageables à court
et moyen terme. La poursuite du dossier à
faire valider est conditionnée à la réalisation
de deux études :
- une étude portée par les HLM sur les
possibilités de mixité du peuplement et de
diversification d’usage du grand ensemble
avenue de Jouandin ;
- une étude de programmation sous maîtrise
d’ouvrage de la Ville, afin d’approfondir
un scénario d’aménagement des espaces
publics nord et sud de Jouandin, et de
requalification des pieds d’immeubles.
Une fois ces études abouties, un nouveau
projet pourra être présenté courant 2007
auprès du comité d’engagement de l’ANRU,
avec pour finalité la signature d’une convention pluriannuelle de rénovation urbaine à
l’horizon 2012-2013.
SAINSONTAN
périmètre de la zone urbaine sensible
quartiers concernés par le projet
CODRY
HABAS
LA PORCELAINE
LA CITADELLE
SAUTE
RUISSEAU
LE BEDAT
HAUTS DE STE CROIX
CARADOC
BAS DE STE CROIX
MOUNEDE
LE GRAND
BASQUE
5
6
Action publique
Cadre de vie
RÉNOVATION URBAINE
Hauts de Bayonne :
le renouveau d’un quartier
Réhabilitations de HLM, constructions de
logements neufs afin de promouvoir une
véritable mixité urbaine et sociale de l’habitat
d’une part, poursuite de la revalorisation du
cadre de vie des habitants avec la création ou
la requalification d’espaces et d’équipements
publics d’autre part. Ce sont quelques uns
des enjeux du projet global porté par la
Ville de Bayonne et élaboré dans le cadre de
l’Agence nationale de rénovation urbaine.
Après trois ans d’études préliminaires, la
première phase, appelée « cœur de projet »
débute cette année. Près de 30 millions
d’euros (dont le financement a été validé
par l’ANRU*) vont être investis d’ici à 2009
dans la réalisation de logements en accesPlus de 2000 logements vont
être réhabilités en concertation
avec les habitants comme ici,
avenue de Mounédé dans
le bas de Sainte-Croix.
Le projet
en chiffres
Investissement
prévisionnel :
93,85 M€ jusqu’en 2012
dont 29 M€
pour la première phase
(2005-2008)
Nombre de logements :
2085 réhabilitations,
80 démolitions et 300
constructions neuves
(dont 60 en accession
sociale)
sion sociale à la propriété, dans l’extension
de quartiers comme Habas-les-Vallons, dans
la réhabilitation de logements HLM avenue
de Jouandin et la construction de nouveaux
logements à la cité Caradoc avec l’Office
municipal HLM et Habitat Sud Atlantic. Pas
moins de 300 logements neufs dont 200
logements sociaux seront construits au cours
de la première phase avec, pour l’ensemble
du projet, la réhabilitation de plus de 2000
logements (voir encadré).
A ces opérations, menées en concertation
avec les habitants et pour l’amélioration
de leur cadre de vie, s’ajoute la mise en
œuvre d’un environnement favorable :
requalification des espaces publics en pieds
d’immeubles de l’avenue de Jouandin,
Action Publique
7
Cadre de vie
❶
❷
Le schéma ci-contre montre les grands
principes retenus pour le réaménagement des espaces collectifs du grand
ensemble des Hauts de Sainte-Croix.
❶ Transfert de l’avenue de Jouandin
sous forme d’une contre-allée en bordure
de l’avenue du 14-Avril, avec la création
d’un point d’accès routier au quartier ;
❷ Desserte, à partir de cette nouvelle
voie, de « poches de stationnement »
sectorisées ;
❸ Restitution des pieds d’immeubles
aux usages piétons avec sécurisation
routière
❸
développement d’équipements publics
(salle festive, crèche, piscine), de locaux
associatifs, commerciaux et de services,
aménagement de voiries.
La spécificité du projet des Hauts de
Bayonne : très peu de démolitions (80
logements) et beaucoup de réhabili-
tations avec la reconnaissance de la
qualité architecturale des immeubles
Breuer des Hauts-de-Sainte-Croix où
vivent 2 500 Bayonnais. ■
* ANRU : Agence Nationale de Rénovation
Urbaine
Les nouveaux pavillons HLM de
l’avenue Marcel-Breuer seront réalisés
en ossature bois, dans le respect
du développement durable.
Un projet partenarial
Le projet a été élaboré
localement avec des
partenaires et financeurs
multiples, en lien avec le
nouveau Contrat urbain de
cohésion sociale (CUCS, qui
fait suite au Contrat de Ville) :
- Ville de Bayonne
- Conseil régional d’Aquitaine
- Conseil général des
Pyrénées-Atlantiques
- Communauté de Bayonne
Anglet Biarritz
Les grandes étapes
2003-2006 : études préliminaires
2005-2008 : 1ère phase « cœur de projet »
2008-2012 : 2e phase, mise en œuvre du projet global
- HLM
- ANRU
- Etat
- Caisse des dépôts
Projet de 39 pavillons en accession sociale réalisé par l’architecte Bernard Bühler
pour l’Office public municipal de Bayonne le long de l’avenue Marcel-Breuer. Ici, vue des façades depuis l’avenue.
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
Action publique
9
Vie sociale
SENIORS-SERVICES
Des solutions nouvelles
portées par le CCAS de Bayonne
L’association Seniors-services a été créée suite à un travail de groupe mis en
place par le Centre Communal d’Action Sociale de Bayonne. Cet établissement
public a, parmi ses nombreuses prérogatives, celle d’accompagner dans leurs
démarches de réinsertion les bénéficiaires du RMI qui le souhaitent.
L’association Seniors-services
accompagne dans leurs
démarches de réinsertion
des bénéficiaires du RMI.
Seniors-services
Au mois de mars 2007 des quinquas, bénéficiaires du RMI, ont présenté leur association
Seniors-services. Quelques mois auparavant,
Sandie Davion, assistante sociale, proposait à
un groupe d’hommes au RMI, de participer
à un travail collectif. Les entretiens menés
habituellement dans ce cadre par les assistantes sociales, sont individuels. Le but était
d’unir leurs forces et leurs compétences, de
sortir de l’isolement et de mener à terme un
projet commun. Le groupe créé avait une
même problématique, celle de l’âge. Le bilan
de ces rencontres est positif : la création
d’un groupe homogène a été stimulante,
valorisante et une association est née (voir
encadré).
Quatre assistantes sociales et une secrétaire
s’occupent spécifiquement des personnes au
RMI au sein du CCAS de Bayonne*. Depuis
plusieurs années, elles constatent que cette
population est particulièrement fragile car
isolée et rejetée du monde du travail. Que
ce soit à Bayonne mais également sur tout le
territoire, les travailleurs sociaux témoignent
d’un processus de désocialisation des personnes au RMI qui est devenu courant.
Nouveaux besoins,
nouvelles solutions
Les travailleurs sociaux et ceux du CCAS de
Bayonne, notent au quotidien une évolution
de plus en plus complexe des situations. Si les
personnes bénéficiaires du RMI sont moins
nombreuses : 328 premières demandes en
2006 contre 340 en 2005 à Bayonne, les
problèmes sont multiples. La loi de 1988 qui
a créé le RMI inclut au-delà du revenu, un
contrat d’insertion qui englobe la formation,
le logement, la santé, l’emploi.
Il y a moins de 10 ans, il était courant d’avoir
un logement mais pas de travail, aujourd’hui
tous ces problèmes se chevauchent. Ce phénomène peut s’expliquer par la pénurie de
logements, l’augmentation du nombre de
divorces qui entraîne un isolement. En 2006,
sur les 636 hommes isolés bénéficiaires du
RMI ; 70% n’avaient aucun suivi médical.
« C’est pourquoi, précise Philippe EscapilInchauspé, président délégué du CCAS, il
est important d’évoluer et de répondre à ces
nouveaux besoins en proposant de nouvelles
solutions. » ■
Les membres de cette
association proposent de
faire vos courses, repasser,
cuisiner, jardiner, effectuer
du petit bricolage, gérer
votre maison pendant vos
absences,… Ou encore une
assistance administrative
comme l’informatique, la
formation, des cours de
langue,…
Ces services sont rémunérés
avec le chèque emploi service
universel qui apporte une
réduction d’impôts sur le
revenu, l’allègement des
charges patronales et la
simplification des formalités
de déclaration du salarié.
Association Seniors-services,
du lundi au vendredi,
le matin : 05 59 59 32 90
CCAS de Bayonne :
05 59 50 67 50
* Dans le cadre de ses nombreuses
missions le CCAS intervient dans
l’accompagnement social du RMI des
hommes isolés. Cette spécificité a été
établie suite à une convention passée entre la Ville de Bayonne et le
Conseil général en 1997. Les services
sociaux du Conseil général sont à la
disposition des femmes isolées et
des couples bénéficiaires du RMI.
10 Action publique
Espaces Publics
AVENUE DU CAPITAINE RESPLANDY
Un point sur les travaux
Débutés à l’automne 2006 par des travaux d’assainissement, les aménagements
de l’avenue Capitaine Resplandy se poursuivent avec la réalisation, en surplomb
de l’Adour, d’une voie de circulation douce dédiée aux piétons et aux cyclistes.
Un point info à la
disposition du public
Un panneau d’information
sur le chantier est installé
près de la salle Napoléon
aux abords du n° 29 de
l’avenue Resplandy, il
présente le schéma général
d’aménagement et un point
plus détaillé sur les travaux
en cours.
POUR EN SAVOIR PLUS :
Direction de l’eau
et des infrastructures :
tél. 05 59 46 60 55.
La future voie en encorbellement
au dessus de l’Adour est composée
d’un plancher de bois qui repose sur
des poutres en béton.
Les travaux d’assainissement entre le pont
Saint-Frédéric et la Société Nautique sont
terminés. Une voie en encorbellement au
dessus du fleuve, dédiée aux piétons et
vélos, est en cours de construction. Elle va
de la Guyenne Gascogne au giratoire des
Salines, au niveau des portions de l’avenue
où la voirie est trop étroite pour envisager
un cheminement sécurisé. L’ouvrage, long
de 480 m, est composé d’un plancher de
bois qui repose sur des poutres de béton,
fondées sur des micropieux. Son coût s’élève
à la moitié du montant des travaux de
requalification de l’avenue. Trois bureaux
d’étude en assurent la maîtrise d’œuvre :
ECCTA (Bayonne), Marc Delanne (Biarritz)
et EC4 (Mérignac). En dehors des portions
construites sur passerelles, la voie de circulation douce sera aménagée sur le quai
existant et trouvera son aspect définitif au
mois d’octobre. La fin de la totalité des
travaux du quai est prévue pour 2010.
La voie cyclable de l’Adour
Outre les promenades et les randonnées
touristiques, l’itinéraire sécurisé du quai
Resplandy totalement dévolu aux vélos
et piétons, devrait rapidement assurer les
déplacements quotidiens des riverains. Il s’inscrit
aussi dans le prolongement de la voie cyclable
qui longe l’Adour jusqu’aux plages d’Anglet et
à plus long terme, dans la continuité des deux
futures vélo-routes, celle des Pèlerins et celle
des Pyrénées-Gaves-Adour. ■
Action publique 11
Cadre de vie
CHÂTEAUX D’EAU
Maintenance et travaux
Bayonne compte six châteaux d’eau édifiés sur des collines et capables d’alimenter
la ville en eau potable. Très rigoureusement contrôlés, ils nécessitent un entretien
régulier. C’est le cas pour les ouvrages du Polo-Beyris et de Marracq.
Le château d’eau du quartier du Polo-Beyris,
édifié en 1964, a fait l’objet de janvier à mars
d’une réfection au niveau de l’étanchéité
de la cuve, de l’accès au personnel de
surveillance, du dôme de couverture, des
garde-corps et de l’ensemble des dispositifs
de sécurité. La façade a été repeinte, la terrasse débarrassée des anciennes antennes de
téléphonie remplacées par un matériel plus
moderne et discret.
Le plateau de Marracq abrite trois châteaux
alimentés par les sources de l’Ursuya, dont le
plus ancien bassin de stockage de Bayonne.
Construit en 1895, il est constitué de voûtes
et de poteaux en maçonnerie, le tout recouvert d’un tertre de terre. Il vient lui aussi de
bénéficier de la maintenance de rigueur. Sa
cuve a été vidangée, des échelles d’accès en
acier inoxydable remplacent les anciennes,
de nouvelles vannes de manœuvre et un
éclairage intérieur ont été installés. Après
un contrôle général, le bassin affiche un état
de solidité très satisfaisant et continuera de
remplir sa mission pendant de nombreuses
années.
La capacité de la cuve du château d’eau du
Polo-Beyris est de 1 000 m3 soit un million
de litres ce qui correspond à 24 heures de
consommation de tout le quartier en période
de pointe. Celle du bassin de Marracq est
de 6 000 m3, un volume d’eau qui couvre
l’alimentation d’une bonne partie de la ville
sur une journée de consommation. Tous ces
ouvrages sont équipés de télésurveillance
afin de sécuriser leur accès. ■
Infos pratiques
La régie des eaux à votre service !
Du lundi au vendredi
- pour un dépannage ou toute question relative à la qualité de l’eau :
05 59 46 60 50.
- questions concernant les abonnements et factures : 05 59 46 60 52.
- un numéro d’urgence 24h sur 24 : 05 59 46 60 60.
- sur le site Internet de la Ville, bayonne.fr, dans la rubrique
vie citoyenne (e.service - eau potable) sont disponibles les
formulaires téléchargeables : demande d'abonnement demande de résiliation - relevé de compteur
Le château
d’eau PoloBeyris
a été
débarrassé
des anciens
équipements
de téléphonie.
Élimination du plomb.
Depuis 1999, la Régie
des eaux procède au
remplacement des
branchements en plomb
situés avant les compteurs.
À ce jour, 65 % des
canalisations en plomb
ont été supprimés. Reste
à traiter environ 2400
branchements d’ici à 2013.
Cependant, l’élimination des
conduites en plomb situées
après compteur incombe aux
propriétaires, sachant que ce
matériau fut utilisé jusqu’en
1960. Une carte des quartiers
déjà traités sera bientôt
disponible sur le site Internet
de la Ville : bayonne.fr
12 Action publique
Vie citoyenne
PROPRETÉ
Passer du nettoyage
à l’entretien de la ville
A l’occasion des Journées de la Propreté qui se tiennent du 7 au 12 mai,
des actions sont menées pour sensibiliser les Bayonnais à leur environnement
et rappeler que la propreté est devenue l’affaire de tous.
Les agents de la propreté sont
aussi des relais d’informations
« Nous savons faire mieux, mais nous nous
n’en avons pas le temps ». C’est en résumé
ce que constatent les agents du service
Propreté de Bayonne. Afin de le démontrer,
une opération d’ « hyper nettoyage » est programmée dans quatre quartiers de Bayonne :
Polo-Beyris, Saint-Léon, Saint-Etienne et
dans celui des Arènes. Dans chacun de ces
quartiers, une rue sera « hyper nettoyée » :
les voitures seront évacuées, les trous de la
voirie bouchés, les herbes et les mousses
détruites et décapées, les graffiti, affiches et
autocollants enlevés, … et l’ensemble de la
rue sera nettoyée en haute pression à l’eau
chaude. Le résultat, très impressionnant, est
remarquable.
L’objectif de cette opération est de montrer
aux Bayonnais que leur Service Propreté
pourrait passer du nettoyage de la ville,
tel qu’il est fait aujourd’hui, à un véritable
entretien de la cité. Pour ce faire, chacun
de nous peut les y aider et libérer ainsi du
temps pour l’entretien. Le paradoxe est là :
l’homme est de plus en plus exigeant sur la
qualité de la propreté de sa ville mais c’est
aussi l’acteur principal de sa dégradation
quotidienne.
Des gestes simples
Avec des gestes individuels très simples, nous
pouvons participer activement à maintenir la
ville propre :
- Utiliser les corbeilles à papiers de la ville
- Ne pas jeter ses mégots sur la voirie
- Tailler les végétaux
- Respecter les horaires de sortie des déchets
ménagers
- Ramasser les déjections canines
- Surveiller l’entretien des véhicules
- Utiliser les panneaux d’affichage
- Et bien évidemment ne pas couvrir les
murs de graffiti, devenus le cauchemard
des équipes de propreté : 12 000 m² de
graffiti nettoyés par an ! ■
EN SAVOIR PLUS > www.bayonne.fr
Action publique 13
Vie citoyenne
Le Guide
de la Propreté
Les conteneurs enterrés de Saint-Esprit
Depuis le mois de mars, les habitants
du quartier Saint-Esprit disposent
de 9 ensembles de nouveaux
conteneurs enterrés destinés à la
collecte des ordures ménagères.
Deux d’entre eux sont aussi destinés
aux emballages, aux journaux et au
verre pour le tri sélectif. Six autres
conteneurs seront installés d’ici
2008. A tout moment de la journée,
vous pouvez déposer vos ordures
à l’intérieur de ces conteneurs.
Le principe général reste celui de
la collecte en porte à porte, c’està-dire au pied de votre immeuble,
7 fois par semaine ; Vous devez donc
toujours sortir vos déchets ménagers
devant votre habitation du lundi
au samedi à partir de 18h30 et le
dimanche soir à partir de 21h30.
A l’occasion des Journées
de la Propreté sort l’édition
réactualisée du Guide de
la Propreté. Il présente tous
les services et équipements
mis en place à Bayonne
pour la gestion des déchets,
la salubrité de l’habitat
et l’animal en ville. Il met
l’accent également sur
l’importance du tri sélectif
et propose des conseils afin
de diminuer les déchets à
la source. Il sera distribué
dans les boîtes à lettres et
sera disponible au Bureau
d’Information municipal, à
la Maison de la Ville et sur
bayonne.fr
Les habitants
de SaintEsprit
disposent
de neuf
ensembles
de nouveaux
conteneurs
enterrés.
Le point de vue de…
LAURENT GUILLAUMAT, conseil en propreté urbaine, Société Cité Net
« Plus d’estime pour les agents »
« Depuis dix ans, on assiste manifestement à une
évolution des mentalités qui se traduit par une
amélioration des rapports entre le citoyen et les
agents municipaux de la propreté. Plus d’estime,
et surtout plus de communication. Le dialogue
est renoué. Les agents ont aujourd’hui un rôle
important de relais de l’information et bien souvent
de conseiller auprès de la population, cela va de
l’emplacement d’un conteneur jusqu’aux horaires
des déchetteries. Une formation est prévue pour
appuyer les agents dans ce rôle complémentaire. »
Les autres déchets
Enlèvements gratuits
des encombrants
(électroménagers, matelas,
sommiers, etc.) :
tél : 05 59 57 00 00
Dépôts des autres déchets
(batteries automobiles,
huiles usagées, ...) :
déchetterie de Bayonne à
Saint-Frédéric, rue du Corsaire
Soustra ou déchetterie
d’Anglet, avenue de l’Adour,
ouvert tous les jours y
compris le dimanche matin.
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
Dossier
POUR EN SAVOIR PLUS >
w w w. b ayo n n e. f r
Le port de Bayonne,
un atout pour le
développement local
Dotée d’une plate-forme logistique capable d’accueillir tous les trafics,
Bayonne est depuis janvier le premier port décentralisé de France.
Géré par la CCI Bayonne Pays Basque et triplement certifié (QSE),
il s’inscrit désormais comme l’un des principaux
moteurs de l’économie de la région
16 - Levier majeur pour l’avenir
économique de la région
18 - Un port triplement certifié
20 - Port de Bayonne
mode d’emploi
Baionako portua, tokiko
garapenaren aldeko abantaila.
Trafiko guziei harrera egin diezaiekeen logistika-plataforma batez horniturik, iragan urtarrilaz geroztik Baiona
Frantziako lehen portu deszentralizatua
da. Baiona-Euskal Herriko Merkataritza
Ganbarak kudeaturik, eta hiru aldiz
ziurtaturik (QSE), hemendik aitzina gure
eskualdeko ekonomiaren eragile nagusienetarik bezala agertzen da.
Lo port de Baiona,un atot per lo
desvolopament locau.
Dotat d’ua plata-forma logistica capable d’arcuelher tots los carrèis, Baiona
qu’ei,despuish genèr,lo prumèr port
descentralizat de França.Gerit per la CCI
de Baiona Pais basco e triplament certificat (QSE),que s’arrotla d’ara enlà com
l’un deus màgers motors de l’economia
deu parçan.
16 Dossier
LE PORT DE BAYONNE
Neuvième port français avec plus de 4 millions de tonnes de trafic annuel,
Bayonne contribue largement au développement local. Désormais propriété
de la région Aquitaine et géré par la CCI de Bayonne Pays Basque, il vient de
recevoir, c’est une première en France, une certification en matière de qualité,
de sécurité et d’environnement. L’occasion pour les Bayonnais de découvrir
ou redécouvrir « leur » port.
Levier majeur pour l’avenir
Situé sur le bord du golfe de Gascogne,
Bayonne est un port industriel d’estuaire
bénéficiant d’un emplacement géographique
privilégié, au confluent de la Nive et de
l’Adour, et aux portes de l’Espagne. Neuvième
port français et premier port triplement certifié, son trafic de 4 017 455 tonnes en 2006
a enregistré une hausse de 3,11%. Avec un
foncier de 150 hectares sur les communes
de Bayonne, Anglet, Boucau et Tarnos, le
site héberge une trentaine d’industriels et
prestataires de services. Le port de Bayonne,
avec huit cents emplois directs et trois mille
induits, contribue grandement à la croissance économique de la région.
La région Aquitaine investit
> L’estuaire de l’Adour abrite le
neuvième port commercial de France.
C’est dans ce contexte favorable que le
Conseil régional d’Aquitaine est devenu
propriétaire du port de Bayonne, en application de la loi du 13 août 2004 prévoyant
le transfert des dix-sept ports d’intérêt
national français aux collectivités locales et
territoriales. Une convention de transfert du
port de Bayonne a été signée en septembre 2006 entre l’Etat et le Conseil régional
d’Aquitaine. Elle a fait de Bayonne le premier
port décentralisé de France, la compétence
étant transférée de l’Etat à la Région. Cette
dernière est désormais propriétaire du plan
d’eau, des quais, voies ferrées, digues et
chenaux et des équipements d’exploitation.
Elle assure la sécurité et le placement des
navires par le biais de la Capitainerie. Elle
a aussi en charge le contrôle de la conces-
Dossier 17
LE PORT DE BAYONNE
TRAFIC 2006 EN TONNES
Produits
2 006
1 - Maïs
511 342
2 - Hydrocarbures
744 397
3 - Ferrailles
668 624
4 - Billettes
666 438
5 - Soufre
370 755
6 - Produits Chimiques
509 111
7 - Engrais
349 879
8 - Bois
64 489
9 - Divers vracs solides
141 470
10 - Autres marchandises
7 667
Tonnage total
4 034 172
❺ 9,19 %
❻ 12,62 %
❹ 16,52 %
❸ 16,57 %
❼
8,67 %
❽ 1,60 % 3,51 %
❾ 0,19 %
❿
❶ 12,68 %
❷ 18,45 %
économique de la région
Le point de vue de…
sion accordée à la CCI. L’État, quant à lui,
continue de gérer les missions liées à la
sécurité et à la sûreté avec les polices de
plan d’eau, celles concernant les matières
dangereuses, ainsi que la police de l’eau et la
signalisation maritime. Trente-six personnes
appartenant à la Direction départementale
de l’équipement des Pyrénées-Atlantiques
(DDE) sont transférées dans le giron régional.
Sur le plan budgétaire, une dotation annuelle
de l’Etat couvrira, sans limite dans le temps,
les frais de fonctionnement, soit les salaires
du personnel et le dragage du chenal. De son
côté, la Région investit 11 millions d’euros
pour poursuivre l’aménagement des quais,
les rénover, les étendre, ou pour renforcer la
digue nord. D’autres enveloppes budgétaires
suivront, notamment pour soutenir la mise
en service de nouvelles lignes maritimes.
Un gestionnaire :
la CCI Bayonne Pays Basque
La Chambre de Commerce et d’Industrie
Bayonne Pays Basque (CCI) est chargée de
la gestion du port de Bayonne. Elle assure
l’exploitation commerciale (grues, hangars,
zones portuaires), gère les finances portuaires
(droits portuaires et taxes d’outillage) et
effectue la prospection commerciale (recherche de nouveaux services ou clients). Dans les
mois à venir le Conseil régional d’Aquitaine
lancera la procédure de renouvellement de la
concession. Le nouveau contrat devrait être
signé au début de l’année 2008. La CCI de
Bayonne a confirmé sa future candidature.
JEAN-MARIE BERCKMANS, président de la CCI Bayonne Pays Basque
Un outil essentiel pour
le développement économique
« Ancré au cœur de son agglomération, sur les quatre communes qui bordent l’estuaire de l’Adour, le port de Bayonne est une composante forte de
notre économie. Plus de 800 emplois directs, répartis entre une vingtaine
d’entreprises, sont présents sur la zone portuaire : emplois industriels,
emplois de services dans les agences maritimes ou au pilotage. À ces 800
emplois directs s’ajoutent environ 3000 emplois indirects dans les transports,
les services aux entreprises, la maintenance industrielle, etc. Sans parler bien
sûr des activités de notre arrière-pays qui dépendent très directement de
l’existence de notre port pour leurs besoins logistiques : agriculture, industries landaises et béarnaises.
Grâce à une politique ambitieuse d’investissement, notre port dispose
d’atouts majeurs pour rendre un service performant à nos entreprises clientes : une majorité de quais âgés de moins de 20 ans, des terrains disponibles
pour y implanter de nouvelles activités, des magasins de stockage adaptés
et des accès maritimes sécurisés. Au total, près de 100 millions d’euros ont
été investis au cours de ces dix dernières années. Cet effort est permanent :
ainsi, en 2007 et 2008, nous avons prévu avec notre nouveau concédant,
le Conseil régional d’Aquitaine, de commencer la reconstruction des quais
de Blancpignon, l’allongement des quais de Saint-Bernard et de l’Aciérie, le
développement des réseaux incendie et l’acquisition de nouvelles grues.
Nous croyons en l’avenir de ce port. La progression de l’activité portuaire, passée de 2,8 à
plus de 4 millions de tonnes au cours de ces 10
dernières années, montre que nous avons fait
les bons choix. D’où notre confiance à la veille
de la consultation que va lancer le Conseil
régional d’Aquitaine pour le renouvellement
de la concession portuaire. Notre Chambre de
Commerce et d’Industrie saura démontrer sa
capacité à gérer et à développer, pour l’intérêt
général de notre économie, cet outil essentiel
que constitue le port de Bayonne. »
18 Dossier
LE PORT DE BAYONNE
Bayonne est le premier port français à obtenir du Bureau Véritas une triple certification
en matière de qualité, de sécurité et d’environnement, avec pour objectif de prendre en
compte les aspirations de ses clients pour favoriser un développement pérenne tout en
réduisant les risques professionnels.
Un port
Avec la triple certification, le port bayonnais
et son gestionnaire la CCI Bayonne Pays
Basque obtiennent une reconnaissance dans
le développement du trafic, la sécurité des
personnes et des biens ainsi que dans le
respect de l’environnement. Les objectifs liés
à la qualité passent par la bonne gestion de
la clientèle et de la communauté portuaire.
La notion de sécurité prend en compte les
risques de chutes de hauteur (sécurisation
des flèches de grues), les risques liés à la
circulation et au stationnement sur les quais
(aménagement de zones), l’amélioration
des conditions d’intervention, et la mise
aux normes de sûreté internationales des
différentes zones du port. Le thème de
l’environnement est abordé sous diverses
actions. La mise en place du tri des déchets,
la maîtrise des rejets avec le raccordement
au réseau d’assainissement collectif et une
analyse régulière de l’eau pour mesurer
l’impact des activités de manutentions sur
l’Adour.
> Avec le label (QSE), le port de Bayonne et
la CCI Bayonne Pays Basque obtiennent une
reconnaissance dans le développement du
trafic, la sécurité des personnes et des biens
ainsi que dans le respect de l’environnement
Dossier 19
LE PORT DE BAYONNE
> Déchargement de grumes
exotiques (troncs d’arbres
prêts à être débités).
triplement certifié
Le domaine portuaire certifié
Les investissements d’amélioration
Les zones concernées par la certification sont
au nombre de trois :
❯ Saint-Bernard, la plus récente, est dévolue
aux marchandises diverses et à la logistique
pure (grumes exotiques, véhicules).
❯ Tarnos où se concentre le plus gros du
trafic portuaire et des activités industrielles
(engrais, maïs, produits sidérurgiques, bois
et divers).
❯ Blancpignon est un site en pleine rénovation qui regroupe la plupart des marchandises exportées vers la péninsule ibérique
(soufre, ciment, bois, aliment pour bétail).
Le label (QSE) concerne aussi un certain
nombre d’activités dans les domaines administratifs, techniques et commerciaux sous la
délégation du Conseil régional d’Aquitaine :
❯ la gestion commerciale, administrative et
financière du port
❯ la réalisation des manutentions avec
l’outillage public (grues, trémies, hangars…)
❯ la maintenance des équipements portuaires
❯ l’avitaillement en eau douce des navires
❯ la collecte des déchets des navires
En 2006, 550 000 euros ont été investis
dans le but d’améliorer la sécurité et
l’environnement du port de Bayonne
(matériel pour le tri des déchets,
appontement remorqueur, lignes de vie et
équipements de sécurité, etc.). Ce budget
est reconduit en 2007.
Il faut savoir que cette triple certification
s’est effectuée dans un contexte favorable
avec un trafic portuaire à la hausse en 2006.
Cependant les efforts engagés pour obtenir
ce triple label doivent être pérennisés par
tous les acteurs du port, afin d’assurer une
totale intégration de la qualité, de la sécurité
et de l’environnement dans les pratiques
quotidiennes.
> En 2006 le soufre a représenté 370 755 t
soit 9,2% du trafic total du port.
> Les efforts engagés pour obtenir le
label (QSE) doivent être pérennisés
par tous les acteurs du port, afin
d’assurer une totale intégration
de la qualité, de la sécurité et de
l’environnement dans les pratiques
quotidiennes.
La triple certification (QSE)
- qualité (ISO 9001)
- sécurité (OHSAS 18001)
- environnement (ISO 14001)
À Bayonne, les camions
prendront le large…
Chaque jour, ce sont plus de 8 700 camions qui passent la frontière
entre la France et la péninsule ibérique. Ce trafic augmente de 5 %
par an, ce qui à terme devrait poser un problème au niveau du
développement durable et de la sécurité routière. Dans ce contexte,
et pour venir compléter le ferroutage, le Conseil régional d’Aquitaine
envisage de favoriser le report d’une partie du trafic routier sur la
mer. Ainsi, des lignes régulières de feeders (porte-conteneurs) et des
postes supplémentaires de ro-ro (roll-on, roll-off, embarquement de
véhicules et de remorques sur navires rouliers) verront bientôt le jour
sur les quais de l’Adour, un atout de plus pour l’économie locale.
20 Dossier
LE PORT DE BAYONNE
!#)%2)%
!$!
-!Å3)#!
2!&&).%2)%$5-)$)
,)!.43%4-).%2!58
$%3!).4(),!)2%
3),/43
$%,!$/52
> Les neuf entreprises installées sur
le port de Bayonne, se répartissent
sur les communes de Bayonne,
Anglet, Boucau et Tarnos.
"!9/..%
-!.54%.4)/.
).4%2&%24),
,"#
4/4!,
&).!%,&
Port
Portde
de Bayonne
Bayonne La communauté portuaire est constituée d’industriels,
entreprises et prestataires de services implantés sur le site.
Au total, plus de 800 personnes participent au quotidien à
l’activité du port.
> Avec un tiers du tonnage total,
l’Aciérie de l’Atlantique représente
la première activité du port
(1 335 000 T)
> Les lamaneurs sont chargés de
l’amarrage des bateaux.
> Dockers déchargeant des
marchandises.
> Déchargement d’engrais.
• Raffinerie du Midi (8 salariés) : l’unique
établissement pétrolier de sa catégorie
dans le Sud-Ouest (certifiée ISO 9002
depuis 1996). Réceptionne, stocke et
redistribue les produits d’hydrocarbures
liquides.
• Bayonne Manutention (56 salariés) :
elle intervient dans les secteurs de
l’agroalimentaire, des minerais, engrais,
produits forestiers et biens de consommation.
• Maïsica (21 salariés) : présente sur
le port de Bayonne depuis 1963, elle
assure une activité de transit portuaire
dans la filière du maïs (800 000 tonnes
par an).
• Liants et minéraux de Saint-Hilaire
(11 salariés) : implantée sur le port
depuis 1999, cette filiale du groupe
Chaux et Ciments de Saint-Hilaire,
importe de Turquie du ciment en vrac
qu’elle conditionne dans des sacs, pour
le marché de la construction locale.
• Silos de l’Adour (6 salariés) : filiale de
la société Diva SAT implantée à Tolosa
(Guipúzcoa), elle est spécialisée dans
l’importation d’aliments pour bétail.
• LBC (25 salariés) : l’unité de stockage de
produits chimiques et pétroliers, implantée sur le port de Bayonne depuis 1980,
stocke les produits des arrières pays
aquitains et nord- espagnols.
• Interfertil (75 salariés) : filiale du groupe
Roullier de Saint-Malo (agro-fourniture,
agro-chimie, agro-alimentaire), elle est
implantée sur le port de Bayonne depuis
1965 et spécialisée dans la fabrication
d’engrais.
• ADA, Aciérie de l’Atlantique
(231 salariés) : créée en 1995 et certifiée QSE, l’aciérie électrique spécialisée
dans la production de billettes d’acier
a marqué le renouveau de l’activité
sidérurgique et représente la première
activité du port.
• Total Fina Elf (13 salariés) : implanté
sur le port depuis 1959, le terminal
soufrié réceptionne, stocke et expédie
actuellement environ 450 000 tonnes
de soufre par an sous forme solide ou
liquide, issu du gaz de Lacq.
Les prestataires de service
Une dizaine de prestataires de services
mène une activité sur le port :
• les consignataires et transitaires gèrent
le stockage, l’import et l’export des
marchandises.
• les manutentionnaires traitent les
chargements et déchargements.
• les avitailleurs sont chargés du ravitaillement des bateaux.
• les services de pilotage, remorquage
et lamanage permettent l’entrée et la
sortie des bateaux ainsi que leur escale
dans le port.
Dossier 21
LE PORT DE BAYONNE
Un super remorqueur
La CCI Bayonne Pays Basque a fait l’acquisition du « Balea »
(la baleine en basque), un remorqueur à la force de traction de
30 tonnes qui améliore la sécurité dans le port de Bayonne
puisqu’il est équipé pour lutter contre les incendies : 600 m3 de
mousse à l’heure peuvent être déversés par les deux canons situés
sur sa timonerie. Investissement : 2,5 millions d’euros (50% CCI –
25% Fonds européens – 25% Conseil régional d’Aquitaine).
> Le remorqueur « Balea »
-mode
moded'emploi
d'emploi
Pour tous les marins du monde !
Voilà dix ans que l’association Escale Adour (Seamen’s
Club) accueille les marins en transit dans le port, 1900
par an en moyenne. Situé sur la rive droite, le foyer
est géré par une vingtaine de bénévoles. Chaque fin
d’après-midi, un minibus fait la navette entre le port
et le foyer où, dans une ambiance conviviale, on peut
se reposer, passer un moment de détente, appeler ses
proches, échanger des devises, faire l’achat de nourriture ou de vêtements.
Dans le livre d’or du foyer sont consignés les
commentaires des marins en escale, leur nom, celui du
bateau et leur nationalité. Outre sa vocation d’accueil,
le foyer Escale Adour est parfois sollicité pour tenter
de régler certains problèmes liés au non respect de
la législation touchant à la vie à bord (sous-salaires,
temps de travail, manque d’hygiène, nourriture, etc.).
L’association Escale Adour travaille en partenariat avec
la CCI , le Conseil général, Bayonne, Anglet, Le Boucau,
Tarnos, l’Évêché, la Caisse d’Épargne, les Anciens marins
de la Côte, des Armateurs concessionnaires et Sociétés
Portuaires. Le foyer est ouvert chaque jour de 18 h à
22 h. Tél. 05 59 50 16 56.
> Jean Béhotéguy (retraité), bénévole de permanence
au foyer Escale Adour
Le point de vue de…
PHILIPPE IVANDEKICS, président de l'association
Port Bayonne Avenir et directeur de la société LBC
Solidarité et investissement
« Port Bayonne Avenir a deux ans d’existence. Nous
sommes seize membres, industriels et prestataires de
services du port à avoir créé cette association pour défendre
nos intérêts. Avant tout acteurs économiques de la région,
nous mettons tout en œuvre pour nous faire entendre.
L’expérience désastreuse de Derivados Forestales, nous a
conduit à mettre en place des plates-formes d’échanges et
de dialogue pour réfléchir à de nouvelles opportunités de
développement. Depuis que le port est géré par la Région, nos
interlocuteurs sont présents et ainsi beaucoup plus à l’écoute.
Avec le développement du port, nous devons nous montrer
inventifs et réfléchir à de nouveaux projets. La société
Abengoa Bioenergy France (ABF) a lancé la construction de
l’unité de production de bioéthanol de Lacq pour produire
250.000 tonnes de biocarburant. Nous espérons qu’une
bonne partie de cette production transitera par le port de
Bayonne. Nous suivons aussi de près la future mise en place
d’une passerelle ro-ro (transport de camions sur navires
rouliers) pour favoriser le report du trafic routier vers le mode
maritime. Des projets qui
s’inscrivent dans la logique
du développement durable.
Pour que nos enfants
puissent un jour travailler
dans notre région, il est
devenu urgent de créer
une offre diverse. C’est
dans cette optique que
nous nous montrons très
solidaires pour pouvoir
continuer à travailler sur le
port, le développer, et en
faire un outil pérenne. »
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
vie de la cité
POUR EN SAVOIR PLUS >
Copyright Succession - Picasso 2007. Copyright Musée d’Unterlinden, Colmar, France. Photo O. Zimmermann.
w w w. b ayo n n e. f r
24 Événement > Le Printemps
d’Ansot
25 Événement > Les journées
du chocolat
26 Événement >
Les Maimorables
27 Événement > La Fête de la
musique
28 Événement > Gernika, de
l’histoire basque au symbole
universel
29 Portrait > Rafael Zulaika,
un manager culturel pour le
musée Basque et de l’Histoire
de Bayonne
30 Portrait > Les hommes du
pilotage de l’Adour
32 Portrait > Concours d'affiche,
la lauréate 2007
ÉVÉNEMENT
24 Vie de la cité
A la découverte
des zones humides
Depuis le mois de mars et jusqu’au 30 juin, la plaine d’Ansot propose au
public, Le printemps d’Ansot. Cet événement rassemble des expositions et des
animations dont l’objectif est de faire découvrir la richesse des zones humides.
Jusqu’au 31 mai, l’exposition « Portraits de prairies » porte un éclairage sur la
diversité de ces espaces naturels sensibles.
nombreuses espèces animales, la végétation spécifique et les ressources pastorales.
Mais également leur rôle important de
zone d’expansion des crues ou comme outil
d’épurateur des eaux. Ces prairies privilégient
l’activité d’élevage grâce à leur production
d’herbe pour la saison des pâturages.
Un fragile équilibre
L’exposition “portraits de prairies”
fait découvrir la richesse des zones
humides.
■ Pour en savoir plus sur
le Printemps d’Ansot :
bayonne.fr
Renseignements sur le
site du Forum des marais
atlantiques :
forum-marais-atl.com
L’exposition « Portraits de prairies » est une
mise en lumière de ces prairies qui composent notre territoire. Certaines sont connues
de tous comme la Camargue, première zone
humide de France. Elle est dotée d’une
réserve naturelle de 13 117 hectares et d’un
parc naturel de 30 000 hectares. On y pratique l’élevage des taureaux et des chevaux.
Des informations sur les barthes de l’Adour,
les marais d’Orx, le marais poitevin, les bords
de Loire, le marais breton, les marais du
Cotentin et du Bessin, la baie de Somme, sont
également présentées.
Des espaces ressources
Cette exposition est l’occasion de découvrir
la grande richesse des ressources écologiques
de ces prairies naturelles : les ressources
alimentaires et habitats recherchés par de
L’exposition a été conçue par le Forum des
marais atlantiques qui alerte régulièrement
l’opinion publique sur la disparition de ces
zones. Son directeur,Yves Le Maître, souligne
une problématique à l’image du rapport
homme / nature : si l’homme intervient trop,
ces espaces perdent leur identité paysagère,
mais s’il n’intervient pas assez, c’est le retour
à l’état sauvage avec la mise en friche des
marais ». Il précise également que l’élevage
en zone humide, indispensable pour maintenir l’écosystème, est en nette diminution
depuis 20 ans et pourtant il reste la principale
production susceptible de valoriser les prairies
de marais tout en répondant aux objectifs
environnementaux. Ces milieux façonnés par
l’homme nécessitent cette présence humaine
pour les entretenir, maintenir leurs fonctionnalités et préserver ainsi la diversité de la
faune, de la flore et de la culture qui leur
est reconnue. Les activités développées par
l’homme sont aussi diverses que la pisciculture, la saliculture, l’ostréiculture, l’élevage
de bovins, d’ovins…
Une exposition qui permet de mieux comprendre l’importance d’un lieu telle que
la plaine d’Ansot, à proximité du centreville. ■
ÉVÉNEMENT
Vie de la cité 25
Les journées du chocolat :
de nouvelles animations
Pour l’édition 2007 des journées du chocolat, c’est la République
Dominicaine qui se retrouve sous les feux des projecteurs les 18 et
19 mai prochains. Dégustations, animations, visites et découvertes…
les artisans-chocolatiers de Bayonne sont dans la rue pour faire
goûter et connaître leur savoir-faire.
Le rendez-vous des
amateurs gourmands
Saint-Domingue, petit producteur de cacao,
sera cette année le fil rouge des journées du
chocolat. Les amateurs de ce rendez-vous
gourmand retrouveront les animations traditionnelles : trempage du chocolat devant les
boutiques de 14h30 à 19h, animations musicales, visites guidées de l’Office de tourisme
sur le thème du chocolat, exposition…
Cette année, les organisateurs ont souhaité étendre la manifestation au quartier
Saint-Esprit, le quartier historique du chocolat. Ainsi, quelques nouveautés viennent se
glisser dans le programme 2007. En prélude,
le mercredi 16 mai, un circuit débutera à
14h30 à l’Atalante : projection d’un film
suivie d’une dégustation, visite des ateliers
du CFA, visite de l’atelier du chocolat de la
maison Andrieu.
Autre nouveauté : la chasse au trésor chocolaté. Pour jouer, il faudra retrouver un même
objet relatif à la République Dominicaine,
caché dans trois vitrines de commerçants
(signalées par le drapeau dominicain). Il suffira ensuite de remplir le coupon réponse
disponible chez les commerçants participant,
d’y indiquer l’objet caché, l’enseigne commerciale des trois vitrines et de répondre à
la question subsidiaire. Le tirage au sort et
la remise des prix s’effectueront le 19 mai à
l’Office de tourisme. A gagner : un voyage
en République Dominicaine, des paniers de
chocolat et des soins en chocolat en centre
de thalassothérapie. ■
La République Dominicaine
• La République Dominicaine
occupe la majeure partie de l’île
des Caraïbes partagée avec Haïti.
• Superficie : 48 442 km2
• Capitale : Saint-Domingue
• Population : 8,616 millions
d’habitants
• Surface consacrée à la
production de cacao (2000) :
680 000 hectares
• La République Dominicaine
produit 2% du cacao mondial, ce
qui en fait le huitième plus grand
pays producteur au monde.
• Le pays compte environ 40 000
cultivateurs de cacao.
La plupart disposent de moins
de 3 hectares et rares sont
ceux qui possèdent plus de
10 hectares. Un grand nombre
d'entre eux doit travailler sur les
quelques grandes plantations du
pays en échange d'un salaire.
• Plus de la moitié du cacao
produit en République
Dominicaine est exportée vers
les États-Unis.
• En 2002-2003, le pays a produit
45 000 tonnes de fèves de cacao.
ÉVÉNEMENT
26 Vie de la cité
Les Maimorables
Tous en scène
Sergent Garcia revient au
quartier Sainte-Croix.
La 7e édition des Maimorables met l’accent sur la
participation active des jeunes. Plus acteurs que spectateurs,
ils bénéficient de conditions valorisantes pour présenter
toutes leurs productions artistiques.
Battle hip hop au quartier
Habas-La-Plaine.
Cette année, plus encore que par le passé,
le champ des expressions artistiques sera
largement exploré tout au long du mois de
mai : musique, danse hip hop, photo, arts
plastique, théâtre. Pour ce faire, aux côtés
d’actions « éphémères », ont été conçus des
dispositifs au caractère plus pérenne :
■ Peinture, sculpture, dessin, collages, graff.
Tous les coups sont permis pour gagner le
Trophée des Jeunes Talents dont les œuvres
seront exposées du 2 au 13 mai dans le
quartier des Hauts-de-Sainte-Croix (Espace
socioculturel, Maison de la Ville, Annexe de la
Bibliothèque). La dotation est de 1800 euros
en bons d’achat.
■ Sur la place Francis Jammes, au cœur du
quartier Habas-La-Plaine, danseurs de hip
hop du sud-ouest de la France et du nord de
l’Espagne se lancent un défi lors d’un Battle
Hip Hop le 19 mai à 17h. La dotation est de
1 000 euros pour l’équipe gagnante et de
500 euros pour les finalistes.
■ Le Tremplin Musiques à l’Appel met en
scène des groupes dont la variété et la
provenance égalent le professionnalisme. Il
se tiendra un samedi après-midi. La dotation a de quoi motiver tous les musiciens :
programmation en première partie d’un des
groupes professionnels programmés aux
Maimorables, participation sur scène à la
Fête de la Musique, enregistrement d’une
maquette professionnelle.
Deux concerts gratuits sont à l’affiche
de ces Maimorables 2007 :
Sergent Garcia revient au quartier SainteCroix le 3 juin à 18h30. Un mélange détonnant de salsa et de reggae qui devrait convaincre toutes les générations autour d’une
musique véritablement festive. Salsa, funk,
jazz, rap et rythmes afro-cubains avec les
musiciens de La Mecanica loca (concert sous
réserve) qui fusionnent avec une énergie
folle. ■
■ Les Maimorables sont organisés du
2 mai au 3 juin par la Scène nationale
Bayonne - Sud-Aquitain et la Ville de
Bayonne, avec le concours des Villes
de Boucau et d’Anglet.
Programme détaillé disponible
au théâtre de Bayonne, au bureau
d’information de la rue Bernède, à
l’Office de Tourisme, dans les lieux
publics habituels et sur internet :
www.snbsa.fr
ÉVÉNEMENT
Vie de la cité 27
Fête de la Musique
La ballade nocturne
C’est devenu une institution, un rituel, un hymne. La fête de la Musique
rassemble depuis bientôt 10 ans à Bayonne des musiciens de talents
et des milliers de personnes venues les écouter.
Chacun attend cette soirée exceptionnelle
avec impatience. Le 21 juin est devenu le
rendez-vous incontournable des mélomanes
de tous horizons. Cette année encore, c’est
la diversité et le talent qui priment. La place
des Halles prendra un petit air de Bretagne
avec Pascal Lamour et son bagad. Il nous fera
découvrir un mélange de musique traditonnelle bretonne et de musique électronique.
Mikel Urdangarin nous arrive, lui, de Biscaye.
Ce jeune auteur compositeur jouera au lycée
Le Guichot. Il est devenu l’une des voix les
plus originales et vigoureuses de la chanson
d’auteur basque. La cour du Château Vieux
sera investie par le Conservatoire de Bayonne
dès 19h, tandis que la place de Victoires
accueillera les chœurs d’hommes. Le métissage se retrouvera aussi chez Burrunka, place
Pasteur, avec un mélange d’instruments traditionnels et de percussions. De nombreux nouveaux groupes disséminés dans toute la ville
attendront leur public. Le mieux reste bien sûr
de se construire son propre voyage musical
au fil des rues et de se laisser surprendre par
tous ces talents différents. ■
Cette année,
80 groupes
musicaux
attendront leur
public dans
toute la ville
Musikaren besta
Instituzio, erritu, himno bihurtu da. Hamar urtez geroztik gutxi gorabehera,
Musikaren bestak talenduzko musikariak eta hauen entzutera etorri milaka
jende elkartzen ditu Baionan. Ekainaren 21a hodeiertz guzietako musikazaleen arteko ezinbesteko hitzordua da. Aurten, aniztasuna eta talendua dira
nagusi. Merkatuko plazak Bretainiaren antza hartuko du Pascal Lamouren bagad-i esker. Ohiko musika eta musika elektronikoa nahasten dituen
Bretainiar musika berria ezagutaraziko digu. Mikel Urdangarin Bizkaitik heldu
zaigu. Musikari eta kantuegile gazteak Le Guichot lizeoan emanen du bere
kontzertua. Dudarik ez gaur egungo euskal kantuaren ahots berezi eta bizkorrenetarik bat bihurtu dela.
La Hesta de la Musica
Qu'es devienut ua institucion, un rituau, un imne. La hesta de la musica
qu'amassa despuish 10 ans a Baiona musicaires de talent e milèrs de personas vienudas entà escota'us.Lo 21 de junh qu'ei lo rendetz-vos obligatori
deus melomans de tots orizonts. Aqueste annada enqüèra,la diversitat e lo
talent que priman. La plaça de las Halas que pre éra un petit aire de Bretanha
dab lo Pascal Lamour e lo son bagad. Que'ns hara descobrir ua mesclanha
de musica tradicionau bretona e de musica electronica. Mikel Urdangarin
que'ns arriva,eth,de Biscaya.Lo joen autor compositor que jogara au liçèu
Lo guichot. Qu'ei devienut ua de las votz las mei originaus e vigorosas de la
cançon d'autor basco.
POUR EN SAVOIR PLUS : bayonne.fr ou tél : 05 59 46 01 47
ÉVÉNEMENT
28 Vie de la cité
Guernica, Ateliers Dürrbach
d’après Pablo Picasso,
Guernica, 1937. Tapisserie
de basse-lice, 330 x 700
cm, 1976 (ex. 2/3).
Copyright Succession
Picasso 2007. Copyright
Musée d’Unterlinden,
Colmar, France.
Photo O. Zimmermann.
« Gernika, de l’histoire basque
au symbole universel »
À l’occasion du 70e
anniversaire du
bombardement de
Gernika, le musée
Basque et de l’Histoire
de Bayonne propose,
en partenariat avec
son homologue de
Bilbao, une exposition
qui pose un regard sur
l’histoire de la capitale
spirituelle des Basques
devenue symbole
universel et intemporel
de la lutte contre la
guerre et ses infamies.
Le drame de Gernika est un petit morceau
d’Histoire basque qui appartient au monde
entier, tant fut lourd l’impact qu’il suscita
au sein d’une communauté internationale
indignée. L’exposition qui sera présentée
tour à tour au musée Basque et de l’Histoire
de Bayonne, et au musée Basque de Bilbao,
dépasse le cadre des spécificités locales. Elle
invite à une réflexion sur la barbarie de la
guerre, sur la nécessité de s’en indigner et de
la refuser, et sur le devoir de ne pas oublier.
« Gernika, de l’histoire basque au symbole
universel » est organisée selon trois thèmes
majeurs : Gernika dans l’histoire basque,
l’événement du 26 avril 1937, la naissance
d’un message universel.
Gernika, la capitale politique
du peuple basque
Le choix du général Franco de tester
l’armement de la Légion Condor sur la petite
cité biscayenne, ne fut pas le fruit du hasard.
Les fueros (autorités et privilèges locaux) y
tenaient leurs assemblées. Le chêne sacré
des Basques trônait au centre de la place,
Le bombardement de Gernika
Le 26 avril 1937, la guerre civile espagnole bat son plein. C’est jour de marché
à Guernica (Gernika en basque). De 16h30 à 19h45 quatre escadrilles de
la Légion Condor (force aérienne de la Luftwaffe allemande), bombardent
sans relâche la petite ville biscayenne pour tester leurs nouvelles armes. Ce
bombardement aujourd’hui considéré comme le premier raid de l'histoire de
l'aviation militaire moderne sur une population civile sans défense, fit près de
2 000 victimes.
celui-là même sous lequel les rois d’Espagne
prêtaient le serment d’observer les fueros.
Le Bombardement du 26 avril 1937
Il est évoqué à travers les journaux de
l’époque et bien situé dans le contexte de la
guerre civile espagnole et de l’embrasement
latent de l’Europe. Les diverses interprétations du drame sont mises en exergue afin de
bien distinguer les passions qu’il suscita alors,
ainsi que le travail de propagande dont il fit
l’objet immédiat.
Un symbole universel
Le Guernica de Picasso est une expression
artistique de l'indignation contre la cruauté
fasciste. En exposant l’une des trois tapisseries réalisées par les ateliers Dürrbach en
collaboration avec le peintre à partir de son
célèbre tableau, l’idée est d’évoquer l’impact
de la tragédie à travers la communauté
internationale et d’expliquer la naissance du
symbole universel et intemporel. Des photographies de Dora Maar, la femme de Pablo
Picasso, montrant les étapes de la création de
la peinture seront également présentées au
public. Figureront aussi, des travaux de sculpture d’Oteiza d’après le cheval de Guernica,
un projet de maquette en fer réalisé en 1987
par Nestor Basterretxea, des films et autres
documentaires.
Comme un trait d’union entre les deux
musées, l’exposition sera présentée à
Bayonne du 17 avril au 1er juillet et à Bilbao
du 13 juillet au 30 septembre 2007. ■
PORTRAIT
Vie de la cité 29
Rafael Zulaika,
un nouveau manager culturel
Rafael Zulaika est nommé directeur du musée Basque et de
l’Histoire de Bayonne, avec pour objectif de développer une
stratégie de communication pour relancer la fréquentation
et le rayonnement du musée.
Il est vrai que depuis sa réouverture en 2001,
le musée Basque n’a pas connu le succès
escompté. C’est pourquoi la mission de son
directeur, très différente de celle du conservateur, consistera à trouver des solutions
pour séduire un public jugé plutôt boudeur
ces dernières années. Le Donostiar Rafael
Zulaika semble posséder les meilleures compétences pour mener à bien ce nouveau défi.
Diplômé d’Histoire de l’Art, un master de
muséologie en poche assorti d’un diplôme de
lecture d’image et connaissance des médias,
Rafael s’est d’abord initié dans les murs du
prestigieux museo de Bellas Artes de Bilbao,
puis s’est aguerri au musée naval de SaintSébastien avant de prendre la direction de
celui San Telmo. De plus, son expérience
dans la communication en tant que gérant
de la société transfrontalière Luberri présente
un atout majeur pour mener à bien sa nouvelle fonction.
Pour Rafael, le musée Basque avec son équipe
jeune et la richesse de ses collections, couve
un fabuleux potentiel. « C’est un excellent
terrain de jeu. » affirme-t-il en insistant sur
le fait que le plus beau des musées perd sa
vocation s’il ne suscite plus l’intérêt.
Une nouvelle relation avec le public
Le nouveau directeur souhaite que le public
devienne son premier interlocuteur pour
connaître ses goûts et ses envies : « Je veux
inscrire le musée dans l’agenda de chaque
Bayonnais, des habitants de la région et
plus encore... ». Devant un public de moins
en moins séduit, Rafael a pour projet de
jeter des ponts entre le passé et le présent,
estimant que l’on doit expliquer pourquoi
l’on conserve précieusement tel costume
ou tel ustensile, à l’heure où l’on se
débarrasse si facilement des vieilles choses.
Il insiste aussi sur le fait que les pièces
exposées doivent sortir de leur léthargie :
« Il faut réveiller le bel objet dormant... »
conclut-il, bon prince. ■
Un syndicat mixte pour gérer le musée
La gestion du musée Basque et de
l’Histoire de Bayonne va être confiée
à un syndicat mixte constitué par la
Ville de Bayonne, le Conseil général
des Pyrénées Atlantiques et la
Communauté d’Agglomération du BAB.
Les participations des trois collectivités
en matière de fonctionnement et
d’investissement seront réparties à
hauteur de 40 % pour Bayonne, 30 %
pour le Conseil général des PyrénéesAtlantiques et 30 % pour la CABAB.
Le rôle du syndicat mixte consistera à
définir une politique de développement
du musée et à assurer les financements
nécessaires aux nouvelles orientations.
Il vient notamment de recruter Rafael
Zulaika au poste de manager culturel.
Rafael Zulaika, nouveau manager
culturel du musée Basque et de
l’Histoire de Bayonne.
PORTRAIT
30 Vie de la cité
Les hommes du pilotage de
l’Adour
« Le pilote tout aussitôt
A fait filer la grand écoute
Notre navire soulagé
A repris sa première course
Courage, mes enfants, courage !
Notre pilote gouverne bien
Il faut promettre une grand messe,
Pendant qu'on en a les moyens. »
Au temps de la
rengaine du Navire de
Bayonne, les pilotes
avaient comme leurs
en 1861 sur l’embouchure de l’Adour,
collègues d’aujourd’hui, Érigée
la Tour des Signaux de la Barre abrite la
la mer et leur port pour corporation des pilotes de la Barre, l’une des
plus anciennes de France. Quatre pilotes,
vocation. Accompagnés six patrons de vedette et une secrétaire en
constituent l’équipe. Par tous les temps, 24h
par les patrons de
sur 24 et 7 jours sur 7, ces hommes courageux ont pour mission de ramener dans le
vedette, ils assurent
port, les bateaux de plus de 60 m de long
en permanence
ou de les en faire sortir. Une assistance qui
2000 opérations dans l’année,
l’entrée et la sortie des représente
soit de deux à dix sorties par jour.
bateaux en rade de
Arrivée du « Tim Buck »,
Bayonne, un métier à en provenance d’Afrique
h 30 sur le quai Armand Gommes.
haut risque mal connu 13
Aux commandes de la pilotine, les patrons
de vedette Pierre Trocq et Fabrice Kerr (la
du grand public.
Ci-dessus : La bordée de service,
conduit un pilote au mouillage.
À droite : Le patron de vedette aide le pilote
à se hisser de la pilotine au bastingage.
Les pilotes de la Tour des Signaux,
de gauche à droite : François
Cazeils, Bertrand Moutard, Georges
Strullu et Jean-Noël Faurie.
bordée de service), embarquent le pilote
Jean-Noël Faury. Ils vont le mener à la rencontre du « Tim Buck », cargo de 160 m de
long, chargé de bois exotique. Parvenue au
mouillage, la vedette file vers le navire, s’en
approche jusqu’à s’appuyer sur son flanc.
Une échelle de corde est lancée depuis le
bastingage, le pilote l’agrippe et grimpe à
bord. « Lorsque la mer est forte, toute la
difficulté consiste à bien surveiller chaque
mouvement de la pilotine pour ne pas risquer
de toucher le pilote » confie Pierre Trocq. Sur
le pont, Jean-Noël Faury est accueilli par le
commandant russe qui le mène à la passerelle (timonerie) et lui confie son bateau. Le
pilote, très concentré, intime ses ordres par
radio en anglais. Le port de Bayonne n’est
pas facile d’accès avec ses passes étroites
PORTRAIT
Vie de la cité 31
Recrutement
Les pilotes sont recrutés parmi les
officiers de la Marine marchande
possédant un brevet de
commandement du plus haut niveau
et ayant au moins navigué 72 mois
dans la Marine marchande ou sur des
bâtiments de l'État. Chaque station
de pilotage organise le recrutement
de ses pilotes et son effectif est
directement lié au trafic du port.
Les patrons de vedette possèdent
un Brevet de patron de petite
navigation, BPPN (dispensé au
Lycée Maritime de Ciboure).
Le « Konstantinos » surveillé de près par
la pilotine, dérive vers les brisants.
et très peu protégées de la houle. Et, s’il
connaît comme sa poche les jetées, l’avantport, les courbes du chenal, toute mauvaise
manœuvre peut s’avérer fatale. Le cargo
s’engage dans l’embouchure, puis dans le
fleuve, lentement, escorté par la pilotine et
bientôt rejoint par le remorqueur « Balea ».
On approche du quai. De gros cordages sont
lancés aux vedettes. La première se place à
la poupe pour freiner le navire tandis que
la seconde s’appuie sur le flanc tribord. À
terre, les lamaneurs attrapent les câbles
d’amarrage. « Balea » et pilotine, à présent
perpendiculaires au navire, le poussent vers
le quai. Le pilote toujours très attentif continue de donner ses ordres, tout en mesurant
les espaces dont il dispose entre deux autres
cargos déjà à quai. Le « Tim Buck » accosté,
l’un des deux patrons de vedette s’exclame
en plaisantant : « Celui-là, il l’a rentré avec
un chausse-pied ! », tant le bateau est
étroitement encadrés par les deux autres. Le
pilote quitte déjà le navire pour se rendre à
bord d’un autre cargo prêt à quitter le port
ou pour monter dans la pilotine qui va le
conduire au devant d’un nouvel arrivant. ■
À gauche : Le commandant confie
son bateau au pilote.
Ci-dessus : Le « Tim Buck » pénètre dans
le port escorté par le « Balea ».
Le « Konstantinos » en perdition,
chronique d'un sauvetage
Le mardi 21 janvier 2003, le vraquier chypriote Konstantinos, 140 m
de long, quitte le port de Bayonne pour l’Irlande. À son bord, le
pilote Bertrand Moutard supervise les manœuvres de routine. Le
bateau a presque atteint l’embouchure lorsque survient une panne
de moteur. Le temps commence à grossir et le jusant le fait dériver
dangereusement vers la digue. Le remorqueur Aturi lancé à son secours,
casse une remorque et est contraint de rebrousser chemin. Les patrons
de vedette Pierre Trocq et Jean-Pierre Darrort (aujourd’hui retraité)
aux commandes de la pilotine de gros temps, tentent désespérément
d’éloigner le bateau de la digue. Cinq ans après, Pierre Trocq se
souvient « Une sale affaire ! On s’est placé à tribord pour lui écarter le nez,
mais la mer grossissait et on s’est dégagé juste à temps pour ne pas être
pris en étau ». Le bateau se pose sur la digue vers 9 h, ce qui provoque
une voie d’eau. Tandis que le pilote continue de dispenser ses ordres
par radio, la pilotine s’escrime par tous les moyens à bouter le bateau
hors de la digue, elle y parvient finalement. Le Konstantinos se met à
dériver vers le sud-ouest de l’entrée du port, en direction des brisants,
menaçant de s’échouer. Le moteur repart in extremis. À l’arrière, l’hélice
tourne parfois dans le vide car l’avant du cargo est alourdi par les
voies d’eau. « On a eu de la chance que les voies d’eau n’aient pas touché
les cuves de carburant. On s’est laissé glisser par le courant. » se rappelle
Bertrand Moutard. Un hélicoptère survole le bateau prêt à évacuer
l’équipage. La mer est grosse avec des creux jusqu’à 10 m à trois milles
des côtes. En fin de matinée, le pilote Georges Strullu rejoint son
collègue sur le vraquier qui fait maintenant route vers le Sud, « Je suis
monté soutenir Bertrand car l’équipage était paniqué. À bord, j’ai expliqué
que la situation était stabilisée, le bateau ne polluait pas et sa gîte était
bien marquée .» Dans la soirée, le Konstantinos parvient au mouillage
du port de Passajes qui lui refuse l’accès. De surcroît le commandant
refuse l’aide d’un remorquage, « Il refusait de prendre le remorquage
car son armateur ne voulait pas payer, l’assistance était pourtant
gratuite, mais il ne voulait rien savoir… » raconte Georges Strullu. Le
navire poursuit sa route, double Saint-Sébastien et refuse un second
remorquage. Il parvient le lendemain matin en rade de Bilbao et gagne
les quais sans encombre. À la suite de cette avarie, le commandant
du vraquier s’est suicidé et le Konstantinos est aujourd’hui inscrit
sur la liste noire des navires bannis des ports européens.
PORTRAIT
32 Vie de la cité
Concours d'affiche
la lauréate 2007
Avec une affiche très
colorée, Marie-Céline
Hondelatte, graphiste
et illustratrice,
remporte le concours
d’affiche 2007.
Le soleil d’été déclinant le long des façades du quai Jaureguiberry
et la foule bigarrée des festayres en liesse sur le pont Pannecau,
ont inspiré à la lauréate du concours d’affiche des fêtes
de Bayonne, une composition qui a séduit le jury 2007.
C’est une Bayonnaise, Marie-Céline
Hondelatte qui remporte cette année le concours d’affiche des fêtes de Bayonne après
deux essais infructueux. « Je m’étais donné
vingt ans pour réussir, il faut croire que j’ai
anticipé… » s’exclame-t-elle ravie, ajoutant
Le concours 2007
L’exposition des 164 affiches aux
arènes de Bayonne a été visitée
par 3886 personnes dont 2235
ont voté pour désigner les 50
affiches à soumettre au jury officiel.
Ces affiches proviennent des
quatre coins de France : on en
compte 76 pour les Pyrénées
Atlantiques (53 affiches sur le BAB
dont 30 de Bayonne, 11 d’Anglet,
et 12 de Biarritz) et 87 pour les
autres départements. On note
aussi une affiche en provenance
de Bruxelles.
Pour ceux qui n’ont pu se rendre
à l’exposition de la Maison de
la Ville, les 50 affiches choisies
par le public sont visibles sur
le site des fêtes de Bayonne :
fetes.bayonne.fr.
qu’elle a avant tout cherché à se faire plaisir.
Il est vrai que la composition et les couleurs
chaudes de son affiche se démarquent
radicalement du style des précédentes, « J’ai
peint à la gouache une scène de fin d’aprèsmidi sur les bords de quais de la Nive où
j’aime tant flâner avec mes amis pendant les
fêtes… ». La fête, elle en connaît un rayon,
elle a même signé avec quatre amies, Peña
Etxetera, un recueil de portraits des peñas
bayonnaises.
Graphiste-illustratrice, diplômée de l’École
Supérieure Estienne des Arts et Industries
Graphiques de Paris, Marie-Céline succède à
l’Angloy Romain Gautry, au Bayonnais Manu
Froment, au Japonais Yashushi Yokodé, et
tient à préciser : « Je suis la première femme
à remporter le concours… » ■
>>>>
BLOCNOTES
33
SPECTACLE
Fred Fort dit Ferré
Vendredi 4 mai à 21h à la MVC centre-ville, le
« diseur de poésies » Fred Fort accompagné
par les violoncelliste et accordéoniste MarieLaurence Tauziède et Jésus Aured, offrira une
vingtaine de textes du poète disparu Léo Férré.
Tarifs : 7 € (5 € adhérents MVC).
Rens : 06 08 94 91 89.
FÊTES DES MÈRES
Les chèques-cadeaux
Bayonne La Belle Vie
La bonne idée cadeau pour la Fête des Mères : les chèques-cadeaux Bayonne La Belle Vie. Les
mamans auront le plaisir d’aller dénicher le cadeau de leur choix chez plus de 120 commerçants
bayonnais. Les chèques-cadeaux sont valables un an. Liste sur www.bayonne-commerces.com.
Office de tourisme du lundi au samedi de 10h à18h et Office de commerce, du lundi au
vendredi de 9h à 17h. Tél. : 05 59 59 78 03.
EXPOSITION
« Sur un piédestal »
Le patio du Musée Bonnat sera aménagé pour la
première fois en hall d’exposition pour la sculpture.
Sous la lumière zénithale, présentation des plus
belles pièces des grands ensembles de sculptures
conservés au musée : des marbres antiques (collection Bonnat), des bronzes de la Renaissance (collection Petithory), des terres cuites néoclassiques
(collection Cailleux), des bronzes animaliers du
sculpteur Barye (collection Bonnat).
Musée Bonnat. Jusqu’au 21 septembre 2007
CONCERTS
Les concerts de
l’été aux Arènes
7e Peñas y Salsa : samedi 16 juin à 19h
Pascal Obispo : lundi 16 juillet à 21h. Tarif unique : 40€.
Gad Elmaleh : mardi 17 juillet à 21h30.
Place à 45€ et 48€
L'actualité du BIJ > > > > > > >
Le 2e Forum Jeunes
Spécial jobs d’été
Le 2e Forum Jeunes se tient mercredi
16 mai à la Maison des Associations.
Lycéens et étudiants y retrouveront les
centres d’intérêt qui composent leur
univers : l’orientation avec les différentes
filières présentes sur le secteur, le
recrutement, les loisirs, la vie pratique,
les sorties et le sport. Plus de cinquante
partenaires seront présents sur ce forum,
ainsi que les différents corps de l’Armée,
la gendarmerie et les pompiers.
L’accent est mis cette année sur les jobs
d’été, thème plébiscité par les jeunes
lors de la première édition. Outre les
partenaires présents, de nombreuses
entreprises du Pays Basque et Sud
Landes proposeront aux visiteurs des
jobs d’été sur l’ensemble du forum. Le
Bureau d’Information Jeunesse de Bayonne
en association avec Anglet et Biarritz
centralisera ces offres sur son stand.
Les animations sont très diversifiées :
espace Quizz, espace « défi à l’élastique »
à l’extérieur, maquillage, coiffure, jeux
vidéos, démonstrations d’une école de
conduite. De nombreux lots seront offerts
par tirages au sort sur le podium central,
notamment des places de match de la
Coupe du Monde de Rugby 2007.
Maison des Associations –
Mercredi 16 mai. De 11h à 19h.
Entrée gratuite.
Pour plus de renseignements :
BIJ de Bayonne.
Tel : 05 59 59 35 29.
Opéra Aïda : vendredi 27 juillet à 21h30. Opéra de
Giuseppe Verdi, par la « Compagnie Française de
l'Opéra à l'Opérette ». Places de 87€ à 45€
Yannick Noah : jeudi 2 Août à 21h30.
Ouverture des Fêtes de Bayonne.
Tarif unique : 43€.
Location : Office de tourisme :
Tel : 05 59 46 01 46 et points de vente habituels.
PHOTO ??
34
ACTUALITÉASSOCIATIVE
ACTUALITEASSOCIATIVE
DANSE
Gala de
danse à
Lauga
Le gala de danse de l’Ecole Irène
Popard se tiendra au Palais des
Sports de Lauga le 25 juin à 21h.
Le spectacle, à la fois Modern Jazz
et New Style, met en scène tous
les élèves de l’Ecole. Les bénéfices
seront entièrement reversés au
profit de la Ligue contre le cancer.
>>>>
SPORT
Découverte de l’aviron pour
une classe de Sainte-Croix
Depuis le 23 avril, vingt élèves de la classe de CM2 de l’école Jean-Pierre Brana bénéficient d’un stage
d’initiation à l’aviron. Après un atelier natation avec un examen final d’aptitude, ils suivent un parcours soutenu
par un enseignant. Les neuf séances d’initiation s’échelonnent jusqu’à fin juin. Elles sont encadrées par le personnel de la Société Nautique de Bayonne. Cette activité a pu être programmée grâce à la participation des
différents partenaires : enseignants, intervenants en sport et la Direction Départementale Jeunesse et Sport.
Pour plus de renseignements : Marylène Phillips,
Ecole Irène Popard :
Tél : 05 59 52 17 23
CÉCITÉ
Ecoute
déficience
visuelle
0800 21 21 62
Ecoute Déficience Visuelle est un
service téléphonique gratuit créé
par l’Association Valentin Haüy
pour répondre à l’attente des personnes aveugles et malvoyantes
souffrant de solitude ou ayant
simplement besoin, de temps
en temps, d’une oreille amicale.
Initialement réservé à l’Ile-deFrance, ce service est maintenant
étendu à toute la province et fonctionne deux fois par semaine.
Les lundis et jeudis, de 14h
à 18h. Composez le
0 800 21 21 62
EXPOSITION
Les Puces de l’Art, rencontre avec
des artistes plasticiens de la région
Parce qu’il est difficile pour un artiste de « sortir » de son
atelier et d’aller à la rencontre du public, l’association
Arcad organise Les Puces de l’Art deux fois par an.
Peintres, sculpteurs, photographes, vidéastes, mosaïstes, céramistes, créateur textile, graphe, …participent
à la troisième édition de cette grande exposition collective les 12 et 13 mai, à la Maison des Associations. Ces
artistes ne sont pas tous connus du grand public. Une
bonne raison de venir les rencontrer, découvrir les 500
œuvres exposées, se laisser aller à un coup de cœur.
Des ateliers de pratique artistique sont proposés
aux petits et grands : métamorphose coiffure, atelier
maquillage, calligraphie, sculpture (à partir de bois
flotté), sculpture virtuelle (multimédia).
Entreprises et particuliers intéressés par le mécénat
culturel (avantages fiscaux, acquisitions d’œuvres d’art)
trouveront toutes ces information au stand Arcad.
Maison des Associations. Samedi 12 mai
de 14h à 19h et Dimanche 13 mai de 10h à
18h. Entrée gratuite. Information : 06 15 07 46 99
>>>>
ACTUALITÉASSOCIATIVE
ACTUALITEASSOCIATIVE
SOLIDARITÉ
35
ART
Marché
Montmartre
Une fête du vin et
de la gastronomie au
profit des Restaurants
du Cœur
Le Marché Montmartre rassemblera Place Pasteur le 19 mai et le
16 juin plus de trente exposants :
peintres, sculpteurs, caricaturistes,
mosaïstes. Toujours de nouveaux
talents à découvrir lors de cette
manifestation qui sera ponctuée d’animations musicales.
De 10h à 19h.
L’association Ardantza organise samedi 2 juin à la Maison
des Associations une journée de bienfaisance au profit
des Restaurants du Cœur, suivie d’un dîner spectacle. Un
programme réjouissant dès 10h30 avec présentations et
dégustations de vins et produits régionaux destinés aux
amateurs et aux professionnels, dégustations à l’aveugle,
exposition de peintures d’Erwin Dazelle sur le thème du
vin et des vendanges, ventes aux enchères, animations et
chants.
Pour plus de
renseignements :
Amicale Porte d’Espagne :
Tél : 05 59 59 25 73
Le dîner, prévu à partir de 20h30, sera suivi d’un premier
spectacle basé sur les meilleurs moments des concerts des
« Enfoirés » de 1994 à 2007, puis du spectacle « Envoyer la
musique » avec la Troupe Cabaret « Les années BOUM ! ».
La fin de soirée sera dansante. Sur chaque place de dîner
spectacle vendue, 20 € seront directement reversés aux
Restaurants du cœur. Attention, le nombre de places est
limité.
Tarif entrée journée : 5€ - Dîner spectacle :
45€. Location : Office du Tourisme Bayonne,
Anglet, Biarritz ; Leclerc, Virgin et auprès de
l’association Ardantza. Tel. 06.08.03.42.85.
Programme complet sur www.ardantza.fr
DEGUSTATION
Sagarno
Eguna
HUMANITAIRE
Grande Braderie de printemps
La Croix-Rouge de Bayonne
organise sa grande braderie de printemps à la Maison
des Associations, samedi 5
mai de 9 h à 17 h sans interruption. Vêtements pour
femmes, hommes et enfants,
chaussures, linge de maison,
jouets, bibelots, livres. Le tout
est en excellent état, pour des
prix à partir de 1 €. L’occasion
de faire de bonnes affaires et
une bonne action.
L’association Hiruki organise le
26 mai le traditionnel Sagarno
Eguna, la journée du cidre, à la
Porte d’Espagne. De 18h à 21h, une
vingtaine d’associations et peñas
bayonnaises se réunissent pour
proposer au public une dégustation
gratuite de leurs productions de vins
et cidres. Les peñas vendront leurs
pinchos. Les capitaines de soirée
pourront déguster d’excellents jus
de pomme. Parmi les animations :
les danses folk d’Eta Konpani et
l’orchestre de Kiki Bordatxo. Un
accueil est prévu pour les enfants.
Croix-Rouge –
Délégation locale de
Bayonne.
Tel. 05 59 59 40 46 ou
bayonne.croix-rouge.fr
Samedi 26 mai, Porte
d’Espagne, à partir de 18h.
Entrée 6€ donnant droit à
un verre à cidre pour toutes
les dégustations gratuites.
36
BAYONNE SCOPE
Ça s’est passé à Bayonne et vous ne l’avez peut-être pas vu...
1
2
3
1 à 3 - Journées de la petite enfance : -1- Le 5 mars, le goûter enchanté a inauguré les journées de la petite enfance à
la Maison des Associations – 2 - Des ateliers d’initiation à l’art étaient proposés aux enfants – 3 - Le spectacle « Perette,
Plume et Dragon » a été joué le 5 mars à la Maison des Associations – 4 - Noces d’or : le 31 mars, onze couples ont été
reçus dans le grand salon de l’Hôtel de Ville par Jean Grenet, Maire de Bayonne et par Christine Lauqué, adjointe déléguée
à la Solidarité Intergénérationnelle, pour fêter leur 50 et 60 ans de mariage – 5 - Françoise Hardy, une des marraines de la
4
BAYONNE SCOPE
5
37
7
6
FNAC de Bayonne, lors de son inauguration le 21 février en compagnie du PDG de la FNAC, Denis Olivennes. – 6 - Jean-Luc
Petit Renaud fait son marché à Bayonne en compagnie de Maria Jesus Freitas du restaurant El Asador, à l’occasion de son
émission « Les escapades » diffusée le 25 mars sur France 5. – 7 à 9 – Foire au Jambon : 7 - Dégustation du jambon et de
ses produits dérivés - 8 - Jean Gayas, Capitaine des Corsaires Basques, fait partie des nouveaux impétrants à l’occasion du
47e Chapitre de la Foire au Jambon. – 9 – Le sondage des jambons : l’instant important du concours du meilleur jambon fermier.
8
9
38
CARNET
DÉCÈS
Marie RODRIGUEZ 01/02/2007 ■ Marie POCHULU-MENDY 05/02/2007 ■ Christine
POLAT 10/02/2007 ■ Renée KNIDLER 10/02/2007 ■ Andrée SARDA 12/02/2007 ■
Marie BARATS 13/02/2007 ■ Catherine OLHARAN 23/02/2007 ■ Andrée LAJUS
25/02/2007 ■ Marcelle MILHÉ 27/02/2007 ■ Marie Germaine OXANDABURU
27/02/2007 ■ Yvette Paule MARTINEZ 01/03/2007 ■ Pascaline CAUMONT
07/03/2007 ■ Marie GOURSSOL 08/03/2007 ■ Armande VILMONY 08/03/2007 ■
Chantal BERRIEGTS 08/03/2007 ■ Jacqueline VILLANOVA 09/03/2007 ■ Michelle
HAURY 11/03/2007 ■ Emma JARY 14/03/2007 ■ Marguerite RODRIGUEZ
17/03/2007 ■ Jeanne POUEYMIDOU-BERG 19/03/2007 ■ Laure Louise RUMBAU
19/03/2007 ■ Simone MAJESTÉ 21/03/2007 ■ Marie Louise BORTOLOSSY
24/03/2007 ■ Françoise BRUNET 25/03/2007 ■ Brigitte NAMBOT 26/03/2007 ■
Irma Sara AGNÈS 28/03/2007 ■ Josette PAPY 29/03/2007 ■ Julien DESTREMAUT
03/02/2007 ■ Henri PUCHOL 06/02/2007 ■ Jean GALLAIS 07/02/2007 ■ Jean
JOURDAN 10/02/2007 ■ Philippe MAUCORPS 11/02/2007 ■ François ERRÉCART
14/02/2007 ■ René LATAPY 28/02/2007 ■ Jean SABAROTS 05/03/2007 ■
Paul HILLER de GUILLER 15/03/2007 ■ Florimond PETIT 23/03/2007 ■ André
BILOUROU 27/03/2007
MARIAGES
Nathalie Louise ROUSSY et Mickaël CZERW le 03/02/2007 ■ Emmanuelle PEINGSMILHÈRES et Mickaël BOURBON le 03/02/2007 ■ Tatiana MARIEL et Brahim Ali
KRIM le 03/02/2007 ■ Véronique RABILLÉ et Denis FAUCHEUX le 14/02/2007 ■
Marie Bernadette ANDRÉ et Yves Joël LAMARQUE le 24/03/2007 ■
NAISSANCES
Bienvenue
à
Luken Goñi
né le 8 février 2007
Louis Roger René NOVOTNY 01/02/2007 ■ Léandra Maiana MANO 02/02/2007
■ Baptiste Xan PEYTRIN 02/02/2007 ■ Jon Antton ERNAGA-OSPITAL 02/02/2007
■ Luken GOÑY 08/02/2007 ■ Eva LARROUY 08/02/2007 ■ Jimmy Guillaume
ROY 09/02/2007 ■ Alice Joëlle FORTÉ 09/02/2007 ■ Xan Jean-Pierre Gérard
PRIEUR 09/02/2007 ■ Paco Oihan CAVAILLÉ 10/02/2007 ■ Estéban Carlos
ALMEIDA--SANTIAGO 10/02/2007 ■ Maïana ELIE 11/02/2007 ■ Eñaut Battitt
Xalbat MAYTÉ 12/02/2007 ■ Oïhana REVEILLAUX--DASSAIN 12/02/2007 ■ Eloïse
TAPIE-LASSERRE-BISCONTE 13/02/2007 ■ Kévin Iban CHANTRE 13/02/2007
■ Simon DARRICAU 13/02/2007 ■ Inès BASSOMPIERRE 14/02/2007 ■ Léa
LABURTHE 17/02/2007 ■ Lola Ericka MARIN 20/02/2007 ■ Txomin Emile
JAUREGUI 21/02/2007 ■ Théo Albino Michel LE CHEVALIER 21/02/2007 ■ Ninon
Marie Paule DETRIE 23/02/2007 ■ Alexandre MORA 23/02/2007 ■ Clarisse Sylvia
Lorena HOCHET 23/02/2007 ■ Timmy Jean André BARDOUX 24/02/2007 ■ Loïc
ASCARAT 25/02/2007 ■ Rose Daphné Maialen BARREYAT 25/02/2007 ■ Candice
Chloé GUERIN 26/02/2007 ■ Sam Alex BOUARD 27/02/2007 ■ Justine Victoire
Itxaso SARRAILH 02/03/2007 ■ Sarah Samantha COLARDELLE 02/03/2007 ■
Gabriel Benjamin Léo Mar BORDES 03/03/2007 ■ Chloé GLAZIOU 04/03/2007
■ Alexi PEREZ 05/03/2007 ■ Alban Afshine LORBLANCHES 06/03/2007 ■ Iban
André Daniel BERGÉ 07/03/2007 ■ Loriane BRUN 08/03/2007 ■ Jon Gabriel
FLOREY 08/03/2007 ■ Iluna Marie Léïa TAILLANDIER 12/03/2007 ■ Lou-Stefano
FLAMME 14/03/2007 ■ Martin René LAJUNCOMME 15/03/2007 ■ Andoni Henri
Dominique BARBIRA 15/03/2007 ■ Belen VANDEPOËL 16/03/2007 ■ Lucas Pierre
BORDACHAR 18/03/2007 ■ Yacine Mounir Malek MEDMON 21/03/2007 ■ Ilyas
Matiàs Abd-El-Mali CAPLAT 22/03/2007 ■
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
MAGAZINE
n° 146
Expression
des groupes politiques
La gauche plurielle
BUDGET 2007 : COMME UN PARFUM D’ELECTION
Le Maire disait : il faut consolider le patrimoine.
Aujourd’hui, il vend le Vauban, une partie de l’école Aristide Briand, le château Lauga… A qui le tour ?
Dans le budget 2007, année préélectorale oblige, le Maire ne pouvait laisser les impôts s’envoler à l’automne.
Seules les apparences seront sauves : Colette CAPDEVIELLE a observé le
22 Février que Bayonne ne se désendette pas, empruntant non plus pour
investir mais pour rembourser le capital de la dette.
Si vous en arriviez un jour à vendre votre patrimoine, cela sera-t-il un signe
que vos finances sont saines ?
LES PRIORITES DE LA GAUCHE PLURIELLE
Le moment serait pourtant venu de se recentrer sur des priorités, à commencer par les priorités sociales.
• Qu’en est-il de l’accès au logement ? La situation s’aggrave même si le
haut de gamme se porte bien. L’hébergement d’urgence continue, lui, à
poser problème.
• Qu’en est-il des difficultés qui perdurent pour la garde des enfants alors
que la Municipalité prétend faire revenir vivre des familles au centre ville ?
• Qu’en est-il du développement de politiques culturelles quand le
Maire imagine de faire venir à Bayonne un Zénith alors qu’il a été dans
l’incapacité de proposer un local pour qu’Ebaki reste à Bayonne ?
• Comment comprendre que soit à ce point ignorée toute articulation avec
le projet d’agglomération 2007/2013, adopté le 9 février sans avoir été
discuté ni en conseil municipal, ni en commission municipale, ni même
en conseil communautaire ?
Quand aurons-nous une vraie vision intercommunale, en matière de développement économique, de stationnement, de transport, y compris dans le
social et la culture, étrangement absents des compétences retenues par
les Maires du BAB ?
Oui, il est temps de se tourner vers l’avenir.
LA PHRASE DU JOUR
Devant assumer les effets d’annonce et les virages à 180° du Maire, son
adjoint aux finances a trouvé la parade. Pressé d’indiquer le Programme
Prévisionnel d’Investissements qui guide l’action de la Ville, notre adjoint a
invité l’opposition à « reconstituer ce programme prévisionnel a posteriori ».
Prévoir le passé, voilà un nouveau mode de gestion qui laisse moins de
marges d’erreur.
SUBVENTIONS 2007 :
SOUVENT MAIRE VARIE (SUITE)
Le Maire disait le 16 février 2006, défendant le principe d’une rallonge
« exceptionnelle » pour la SASP Aviron Bayonnais Rugby Pro, qui portait
la subvention de 579 à 679 000 € : « la subvention de cette année, elle était
exceptionnelle puisque je m’étais engagé auprès du président qu’il y aurait
100 000 euros de plus à titre exceptionnel, c’est-à-dire que vous ne les retrouverez pas l’an prochain. »
Pari tenu : on n’a pas retrouvé en 2007 la subvention pour l’AB rugby pro
de 679 000 € puisqu’elle a été portée à … 779 000 € !
Philippe CASENAVE l’a indiqué, le rôle de l’Aviron à Bayonne est reconnu de
tous. Mais le contribuable est déjà intervenu lourdement pour la rénovation du stade et le traitement est bien différent pour les autres sections de
l’Aviron et nombre d’associations.
BAYONNE
Vous voulez nous contacter, donner votre avis ?
Groupe des élus de la Gauche plurielle,
26 Place des Gascons, 64100 BAYONNE - 05 59 50 25 63
Le Maire disait : « toutes nos subventions sur le plan social sont en augmentation » (Sud-Ouest du 22 février).
La vérité est très différente : quand les subventions à l’office de tourisme et
à la SASP Aviron Bayonnais rugby pro ont augmenté en 2 ans de 24,2% et
34,5%, les associations à caractère social ont vu leurs subventions chuter
de -25% en 4 ans.
COMMERCE : PROMESSES, PROMESSES…
Le Maire disait le 21 avril 2006 : « la commission extra-municipale commerce
se réunira avant l’été ».
Monique LARRAN-LANGE a rappelé que cette commission, comprenant
les élus de toutes tendances, ne s’était réunie qu’une fois en début de
mandature.
Plus rien depuis, malgré les nombreuses promesses.
Pas davantage de commission sur le dossier présenté pour subvention
auprès du FISAC (Fonds d’Intervention pour les services, l’Artisanat et le
Commerce) qui méritait largement une réunion.
La politique municipale est pourtant concernée par ce dossier qui
englobe des opérations de rénovation-réhabilitation, une politique de
stationnement, le transport, le nettoyage, la requalification des quais, des
rues, des animations...
Pour la gauche plurielle, la dimension commerciale est une partie importante de l’identité de Bayonne. Une politique forte à l’égard du commerce
doit en conséquence être intégrée dans un projet municipal global.
A 63 : COMME UN GOUT D’INACHEVE
Le Maire reprenait dans la délibération sur le projet d’élargissement de
l’autoroute A63 toutes les réserves exprimées avec force par l’association
Lurra Zain dans un travail remarquable.
Martine BISAUTA l’a exprimé, tout y était : la démarche environnementale,
la protection des zones sensibles, notamment la plaine d’Ansot, la nécessité de respecter les normes Haute Qualité Environnementale, la protection
des riverains notamment en ce qui concerne le bruit ou les conditions
d’exploitations agricoles… Autant d’arguments qui auraient du tout
naturellement amener le Maire à mettre les Autoroutes du Sud de la France
au pied du mur.
Contre toute attente, la majorité municipale a émis un vote FAVORABLE
avec « réserves », donc juridiquement : RIEN
Autrement dit, on fronce les sourcils et on laisse le désastre se faire !
VOUS AVEZ DIT UNIVERSITE ?
Nos édiles locaux parlent souvent à Bayonne d’université.
Bernard CAUSSE a rappelé que nous n’avons qu’une antenne de l’Université
de Pau. Pour avoir le label Université, il faut une reconnaissance du
Ministère sur la base d’un projet cohérent : création de nouvelles filières,
d’activités de recherche, transfert de technologie…
La construction de nouveaux locaux ne suffit pas pour créer une Université.
Faute de volonté politique, les effectifs étudiants ne pourront que stagner,
les jeunes fuyant vers de véritables sites universitaires et les cerveaux vers
d’autres laboratoires de recherche.
POUR QUI SONNE LE GLAIN ?
Après le cinéma et la maison des associations, la Ville va se lancer dans
l’installation de restaurants et maintenant d’un bowling sur Glain. La
gauche plurielle avait approuvé l’installation d’un parking de périphérie
à cet endroit avec l’instauration de navettes. Mais, par amputations successives, ce parking va arriver à saturation. « Que se passera-t-il quand 2
500 étudiants iront s’installer dans le campus de la Nive ? », s’est interrogé
Bernard CAUSSE.
IKEA : CHAT ECHAUDE…
Souvenez-vous : en 2005, la communauté d’agglomération du BAB est
contrainte de racheter à des banques allemandes 3,3 millions d’euros un
MAGAZINE
n°146
Expression
des groupes politiques
terrain cédé dans le passé par la collectivité publique pour l’installation de
Sony. Laissant sur le carreau 350 salariés, la société Ruwell a purement et
simplement abandonné ces anciens terrains publics devenus site industriel. Et depuis, malgré les engagements, pas la moindre entreprise sur ce qui
devait devenir un grand pôle aéronautique selon le premier vice-président
de la CABAB, M. GRENET.
Concernant l’installation d’Ikéa, « Chat échaudé craint l’eau froide » !
Colette CAPDEVIELLE a souhaité que la Ville ait la prudence de conserver
la propriété du terrain, par exemple au travers d’un bail emphytéotique,
permettant de récupérer le terrain si la société Ikéa venait à se désister
dans le futur.
UNE AFFICHE POUR LES FETES DE BAYONNE,
BAIONAKO PESTAK, LAS HESTAS DE BAIONA
Baionako bestei dogokienez, Martine BISAUTAk eskatu dio auzapezari
kartelen herena euskaraz eta gaskoineraz idatzia izan dadin.
Bayonne 100 % à gauche
Plan de sauvegarde du Bayonne ancien :
coté pile et coté face
Coté pile, c’est positif, le plan de sauvegarde et mise en valeur de Bayonne
a permis , comme l’exprime le rapport de la mairie, « un embellissement de
la ville » et « la préservation de l’authenticité du cœur historique ».
Coté face, au delà de cet embellissement de façade, cette mise ne valeur
illustre une politique de classe. Toutes ces réalisations du centre ancien
dans le grand et petit Bayonne ont été réalisées grâce aux importantes
défiscalisations de la loi Malraux. Drôle de loi que cette loi qui s’adresse
aux riches pour les enrichir encore plus !
Ainsi la loi Malraux permet des réductions colossales d’impôts sur le
revenu, lors d’acquisition d’immeubles anciens en secteur sauvegardé. Elle
s’adresse aux personnes qui ont de très hauts revenus, celles qui, selon les
prospectus publicitaires, ont plus de 15 000 euros d’impôts sur le revenu.
Elle leur permet d’acquérir un patrimoine immobilier largement financé
par l’Etat. Même le gouvernement Villepin a tenté, lors du vote du budget
de 2006,d’amenuiser cette « niche fiscale » scandaleuse qui coûte cher à
l’Etat et aux contribuables que nous sommes. Mais il a trouvé face à lui des
députés de droite dont, notamment, le député-maire UMP de Bayonne,
Jean Grenet, fortement outragé qu’on puisse réduire à la marge cette
manne donnée aux riches et menaçant de voter contre la loi des finances
proposée par le gouvernement.
Le plan local d’urbanisme fait état que, dans le Bayonne ancien , 70% des
logements vétustes abritent une population à très faible revenu, payant
des loyers modérés, souvent plus faibles que dans le parc HLM. Or , selon
les rapports de la mairie, seulement 30% des logements , restaurés dans
le cadre de la loi Malraux , sont conventionnés. Nombreux sont les nouveaux propriétaires qui préfèrent ne pas bénéficier des subventions ANAH
(Association Nationale d’Amélioration de l’Habitat) ou autres de façon à
réaliser d’importants profits en libérant le prix des loyers et en alimentant la spéculation immobilière. Autrement dit , la restauration du centre
ancien avec la loi Malraux non seulement enrichit les catégories les plus
riches mais elle contribue en même temps à en chasser les populations
bayonnaises les plus démunies.
C’est ce que la majorité municipale appelle la « mixité sociale ».
Pour tout contact :
Tél/Fax : 05 59 63 01 41
E-mail : lcr.pb@wanadoo.fr
BAYONNE
L’alternative pour Bayonne,
Baiona Berria
Dans son rapport sur l’enquête publique du Plan Local
d’Urbanisme (PLU), le commissaire enquêteur donne
raison à Baiona Berria !
Le PLU est un document extrêmement important : il détermine les orientations d’aménagement urbain des années à venir. BAIONA BERRIA a été le
seul groupe d’opposition à déposer un dossier sur le PLU lors de l’enquête
publique. Le commissaire enquêteur note à cet égard (p.26) :
« il est édifiant de constater que seul le groupe BAIONA BERRIA et Mr Elosegui
(observation n°28) se sont exprimés sur des sujets généraux ».
Par rapport à la CABAB, BAIONA BERRIA dénonce l’absence d’un projet
commun entre les 3 villes : nous déplorons l’absence d’un PLU communautaire.
Réponse du commissaire enquêteur sur ce point (p.26) : « Nous relayons
très volontiers le souhait de Baiona Berria de voir mettre en œuvre un PLU
communautaire voire la visualisation globale des PLU du BAB ».
Nous avons rappelé que le PLU doit être compatible avec d’autres
documents de planification supra-communales dont le SCOT (Schéma
de Cohérence et d’Orientation Territoriale) qui est censé fixer les objectifs d’aménagement et d’urbanisme sur une aire donnée. Or, le SCOT
BAYONNE-Sud des Landes n’est pas achevé. Finaliser un PLU aujourd’hui
revient « à mettre la charrue avant les bœufs » et va à l’encontre de ce qui
est préconisé par la loi SRU.
Le commissaire enquêteur nous donne raison là encore raison. Il se réfère
à l’article L 122-2 du code de l’urbanisme et remarque (p.27) : « Cet article
interdit effectivement l’ouverture à l’urbanisation en l’absence de SCOT mais
prévoit une dérogation à ce principe avec l’accord de l’Etablissement Public
ayant en charge l’élaboration de ce document ».
C’est en jouant sur cette possibilité dérogatoire que la procédure du PLU a
pu être mise en œuvre à Bayonne. Il faut dire que Mr ETCHEGARAY, Adjoint
au Maire, est Vice-Président de ce SCOT inachevé.
GRENET jaunaren etxebizitza politikari buruz, Baionako biztanleentzat pentsatua den dudan emanez, ohar bat ere pausatu genuen. Auzapez jaunak
etengabean azpimarratzen du, bere politika, klase sozial ertaineri begira
pentsatua dela. Ezaguna denez, familien %75ak etxebizitza sozialaren kriterioetan sartzen da. Eta Baionan, 2/3ak langileak eta enplegatuak dira.
Horri begira ere, komisarioak arrazoin eman digu, azpimarratuz (27.orrian) :
« 2012ari begira, egia da eraikuntza berrien programa etxebizitza sozialen
ekoizpena ttipituko dela. Hori kritikagarria da.».
Euskaraz ezkontzeko aukera : oraindik irabazia ez den
eskubide bat Baionan !
Joan den apirilean, Baiona Berriko hautetsiek bikote bat euskaraz ezkonduak izateko eskariari eruntzun diote. Jakin behar da, ez dela ezkontza hori
arazorik gabe iragan… Zeren Baionak, Euskararen Erakunde Publikoarekin
hitzarmen bat izenpetu berri badu ere gure hizkuntzaren erabilpena sustatzeko, gure Jaun auzapezak hastapen batean erabateko ezezkoarekin
erantzun dio euskaraz ezkondu ahal izateko eskariari. Hainbat tirabira izan
ondotik, azkenenan hirugarren aldikotz, ezkontza elebidun bat iragan da
Baionako herriko etxean.
BAIONA BERRIA / L’alternative pour BAYONNE
15 Chemin de HAYET, 64100 BAYONNE - Tel : 0559550471 / 0616680623
http://baiona-berria.hautetfort.com/ - baiona.berria@ouvaton.org
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising