Télécharger - Ministère du Logement, de l`Égalité des territoires et

Télécharger - Ministère du Logement, de l`Égalité des territoires et
Le Schéma
de Cohérence
Territoriale
SCoT
Un projet stratégique partagé
pour l’aménagement durable
d’un territoire
Juin 2013
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page1
Le Schéma
de Cohérence
Territoriale
SCoT
Un projet stratégique partagé
pour l’aménagement durable
d’un territoire
Guide pratique
à l’attention des élus
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page2
Éditorial
a question de la transition écologique des territoires est un enjeu primordial pour que la France
se hisse à la hauteur des défis à venir en matière de
crise environnementale. Cet objectif doit s’inscrire
au cœur des politiques publiques.
L
C’est pour aller dans ce sens que le gouvernement
entreprend cette année une réforme ambitieuse
de l’urbanisme et de l’aménagement, qui va à la
fois impulser la transition écologique des territoires
et contribuer à la simplification et à la clarification
des procédures en matière d’urbanisme afin de
développer l’offre de logement.
Il s’agit bien de concevoir des villes et des territoires
plus compacts et moins consommateurs d’espace, en encourageant la densification et en donnant un coup d’arrêt à l’artificialisation des sols. Dans
ce cadre, le rôle du schéma de cohérence territoriale, le SCoT, est primordial.
Le SCoT a vocation à être généralisé sur tout le territoire national. Il doit englober les bassins de vie et
d’emplois sillonnés par les déplacements quotidiens de nos concitoyens. Il faut clarifier la gouvernance des projets de territoire et faciliter la possibilité, pour les établissements publics existants à la
bonne échelle, et qui ont déjà réfléchi à la définition de projets de développement, de conduire
et gérer l’élaboration de SCoT.
Parce que c’est un outil stratégique et prospectif, le
SCoT doit être le document de planification qui assure la cohérence avec les documents de rang supérieur des politiques publiques sectorielles : aménagement et gestion de l’eau, cohérence
écologique, parcs naturels, climat-énergie… Cette mission de cohérence du SCoT sera réaffirmée
dans la loi, permettant ainsi de simplifier à la fois les
contenus et les procédures des documents d’ur-
2 LE SCoT
banisme locaux, plans locaux d’urbanisme intercommunaux ou communaux, cartes communales, qui n’auront plus que le SCoT à considérer
comme document de référence.
Je veux insister sur un point qui me semble essentiel : l’élaboration d’un SCoT ne se décrète pas par
des oukases. Au contraire, ce doit être le moment
privilégié d’un débat entre toutes les parties prenantes sur la densification acceptable pour les
pôles de développement qui constituent le projet
d’aménagement. Cette densification ne pourra
être admise que si elle fait l’objet d’une concertation entre tous les acteurs, que si elle ne compromet pas la qualité du cadre de vie de la population.
Le guide que vous avez entre les mains est un outil
conçu pour les élus, pour les décideurs à qui il revient d’élaborer des SCoT de qualité. Ils y trouveront
des arguments pour conduire et définir les contours
de leur projet politique d'aménagement.
Je formule le vœu que ce guide serve en définitive
à faciliter l'émergence de nouveaux SCoT, ou à faire évoluer ceux déjà approuvés, pour des projets
de territoire qui répondent aux aspirations réelles de
l’ensemble des acteurs du territoire, au premier
rang desquels, les habitantes et les habitants.
Cécile DUFLOT
Ministre de l’Égalité des territoires
et du Logement
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page3
Le mot du Président
de la Fédération Nationale des SCoT
a mise en cohérence des politiques publiques
sur un territoire est un exercice très délicat qui demande une vision équilibrée de l'aménagement
du territoire et de l'urbanisme. La protection de l'environnement et des ressources naturelles est un objectif majeur aujourd'hui, au moment où notre pays
s'engage dans la transition écologique et énergétique. Mais nos concitoyens ont aussi besoin de
nouveaux logements, et des équipements et services qui vont avec, en particulier dans les métropoles et les agglomérations. En milieu rural, la population est fragilisée, notamment par le manque
de transports publics performants, par des communications électroniques ne correspondant plus
aux attentes, et doit faire face à une vulnérabilité
énergétique croissante. L'enjeu d'égalité des territoires est bien réel, et nous avons besoin de réflexions d'aménagement stratégique et prospectif,
à différentes échelles et sur tout le territoire national,
pour progresser dans cette voie.
Les schémas de cohérence territoriale, les SCoT,
sont les documents privilégiés pour contribuer à
relever ce défi. Ils permettent, à l'échelle du bassin
de vie vécu par les habitants, d'encadrer et coordonner les plans locaux d'urbanisme. Leur projet
d'aménagement et de développement durable
doit être ambitieux et volontaire. En particulier, ils ont
la mission de planifier la réduction de la consommation des espaces agricoles, naturels et forestiers.
Mais les choix et les arbitrages doivent être largement débattus, afin que chaque territoire adopte
des formes d'urbanisation et de développement
plus compactes, tout en respectant son patrimoi-
L
ne, ses caractéristiques paysagères, la qualité de
son cadre de vie. L'élaboration d'un SCoT est donc
un moment partagé de réflexion, riche et intense,
qui prépare l'avenir d'un territoire et de ses habitants.
La Fédération Nationale des SCoT est heureuse
d’avoir été associée à l’élaboration de ce guide :
il constituera sans conteste un outil particulièrement
utile pour les élus et leurs équipes techniques, que
ce soit lorsque, de plus en plus nombreux, ils s’interrogent quant à l’intérêt d’élaborer un SCoT,
quand ils s’engagent dans l’élaboration de leur
SCoT, mais aussi par la suite, lorsqu’il s’agit de mettre
en œuvre les orientations, de gérer le document ou
d’analyser les résultats de son application. Le contenu diversifié et illustré de ce guide pratique doit pouvoir les aider à faire de leur SCoT un élément essentiel de traduction de leur projet de territoire.
Michel HEINRICH
Président de la Fédération Nationale
des SCoT
3
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page4
fi I N T R O D U C T I O N
Introduction
Les schémas de cohérence territoriale (SCoT) sont
des documents de planification stratégique à
l’échelle intercommunale, créés par la Loi «Solidarité et Renouvellement Urbains» (SRU) en décembre
2000. Dans cet acte fort du renouvellement du
droit de l’urbanisme et de la décentralisation, le législateur a souhaité confier aux collectivités locales
une responsabilité de mise en cohérence des différentes politiques sectorielles d’aménagement du
territoire (organisation de l’espace, habitat, déplacements, environnement...) sur de larges bassins
de vie. Les champs d’intervention du SCoT ont depuis été complétés suite à l’adoption de la Loi portant Engagement National pour l’Environnement
(ENE) qui, au-delà de l’ambition de «cohérence»
des politiques publiques, renforce la prise en
compte des défis environnementaux dans la gestion des territoires.
Les élus sont les représentants des territoires et des
collectivités porteurs des démarches SCoT. Ils sont,
en ce sens, directement concernés par le choix
d’initier, puis de piloter et de mettre en œuvre ces
documents d’urbanisme. C’est donc logiquement
à eux que s’adresse en priorité ce guide.
Si la réalisation d’un SCoT n’est pas obligatoire, le législateur incite les élus à se lancer dans l’exercice,
et l’objet de ce guide est de mettre en évidence
les bénéfices qu’il peut apporter aux territoires. Le
guide révèle les intérêts d’élaborer un SCoT, notamment pour apporter des réponses aux défis
auxquels sont confrontés les élus locaux, à la fois sur
les plans politiques et techniques. De plus, au-delà
d’un document d’urbanisme, le SCoT est avant tout
un projet de territoire partagé qui s’inscrit dans une
réflexion collective sur leur devenir.
Pour pouvoir s’engager sereinement dans la réalisation d’un SCoT, les élus doivent par conséquent
en maîtriser les principes, les vocations, les champs
d’intervention, mais également les limites.
Ce guide a pour vocation d’être un document pratique et pédagogique qui donne les clefs pour
comprendre cet instrument central de la planification territoriale qu’est le SCoT.
4 LE SCoT
Après plus de 10 ans de retours d’expériences depuis l’approbation des premiers SCoT, il est apparu important de capitaliser cette vaste expérience
offerte par le terrain et de la mettre au service des
territoires qui ne se sont pas encore engagés. La
diversité des territoires de SCoT en France : situations géographiques, taille, organisation institutionnelle, problématiques de développement…
permet de disposer d’une grande richesse d’expériences et de savoir-faire dont ce guide souhaite donner un aperçu.
Par ailleurs, depuis la loi SRU, des évolutions législatives majeures, notamment les lois Grenelle, ont enrichi et complété les ambitions des SCoT en leur
conférant des moyens d’actions concrets et renforcés dans divers domaines (réduction des émissions de gaz à effet de serre, organisation des mobilités et des déplacements, préservation de la
biodiversité, réduction des consommations foncières, localisation des commerces...). Il est donc
nécessaire de porter à la connaissance des élus
ces nouvelles dispositions et les implications pour
leurs territoires.
Le guide met l’accent sur la démarche de
construction du projet de territoire avant d’aborder
le sujet de la formalisation du document réglementaire prévu par le code de l’urbanisme : le
SCoT est avant tout un projet.
Il s’agit ici de donner plus de sens à la planification
en positionnant clairement le SCoT comme un outil de développement durable à l’échelon intercommunal, répondant à des enjeux locaux et de
société, en structurant le développement des territoires par une vision prospective, déclinée par des
orientations et objectifs juridiquement opposables.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page5
1 Qu’est-ce qu’un SCoT ?
Un Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) est à la fois une démarche politique et un outil de planification juridique. Son élaboration est un processus qui s’inscrit dans la durée et qui mobilise diverses forces vives
d’un territoire : élus, acteurs institutionnels, société civile. C’est un document d’urbanisme dont le contenu,
les objectifs et la portée sont définis par le code de l’urbanisme.
Q
Une démarche
issue d’une volonté politique
de préparer collectivement l’avenir du territoire
Un Projet comprenant :
Un diagnostic
partagé
Une stratégie com
mune de
commune
dévelopement spatial et d’anticipation
Des règles du jeu
à respecter
Une gouvernance locale
à mettre en place pour l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi du SCoT
Figure 1 : Démarche et contenu du SCoT.
DGALN/SAGP/SDP
DGALN/SAGP/SDP
Bureau de la coordination
coordination
des systèmes d'information
d'information
Source : DGALN - Enquête auprès des DDTM
Cartographie : DGALN/Bureau CSI
Fichier : 'SCOT 2013 Semidetaille.WOR' | Auteur
te :bureau
rea C
reau
CSI/
SI/ DD
D | Av
Avril
vril 2013
l
État d’avancement
des SCoT au 01/01/2013
Périmètre du SCOT arrêté
EP support du SCOT créé
SCOT en élaboration ou SD en révision : délibération prise
SCOT en élaboration ou SD en révision : projet arrêté
SCOT approuvé
SCOT en révision : délibération prise
Source : DGALN/BCSI
5
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page6
fi I N T R O D U C T I O N
2 Pourquoi un nouveau guide des SCoT ?
«Comment rendre
mon territoire plus
attractif pour
tout le monde ?»
«Comment loger
tous mes habitants
sans sacrifier mes
terres agricoles ?»
«Comment
aller vers plus
de sobriété ?»
2.1 Pour sensibiliser les élus et encourager
la réalisation de nouveaux SCoT
De nos jours, les élus locaux sont confrontés à un
double défi : répondre aux attentes et nouveaux
besoins de leurs concitoyens tout en prenant en
compte les grands enjeux planétaires auxquels la
nation doit faire face (nature, climat, économie...).
Le SCoT, outil de planification stratégique à l’échelle intercommunale, leur donne les moyens d’agir
et de répondre ensemble à ces défis sur leur territoire.
2.2 Pour faire connaître les évolutions
de la Loi
Depuis la loi de Solidarité et Renouvellement Urbains (SRU) du 13 décembre 2000 ayant donné
naissance aux SCoT, le contexte législatif a évolué
et les textes se sont enrichis (notamment avec les
lois «Grenelle»). Ainsi, au fil du temps, les SCoT se
sont vus conférer de nouveaux moyens d’action
pour mieux prendre en compte le développement durable. L'un des objectifs de ce guide est
d'expliquer, notamment aux élus, l'étendue de ces
moyens.
2.3 Pour valoriser l'expérience du terrain
De nombreux territoires sont engagés dans une démarche de SCoT depuis l’adoption de la loi SRU
en 2000.
Les territoires peuvent aujourd’hui bénéficier de plus
de 10 ans de retours d’expériences, de toute la ri-
6 LE SCoT
«Comment agir
localement
pour préserver
la biodiversité ?»
chesse et la créativité d’un vaste terrain d’expérimentation qui a fait ses preuves. Cette matière mérite d’être mise à disposition des élus et acteurs des
territoires afin de produire des SCoT efficaces.
Le guide comprend des témoignages d’élus et des
exemples de territoires qui illustrent le propos et
montrent la diversité des approches possibles.
• Chiffres clefs (1er Janvier 2013)
• Stades d’avancement
- 179 SCoT approuvés (dont 23 en révision)
- 41 SCoT arrêtés
- 131 SCoT en cours d’élaboration
- 62 SCoT en projet
• Taille des SCoT
- de 3 à 485 communes
- 50 communes en moyenne
2.4 Pour accompagner l’évolution
des SCoT de première génération
Les élus sont confrontés à la question de l’évaluation des SCoT de première génération. Ce bilan de
la mise en œuvre des SCoT va révéler des besoins
d’évolution et d’adaptation des documents d’urbanisme au regard des nouveaux enjeux de leur
territoire.
Afin de répondre à ces besoins d’actualisation des
SCoT existants, le présent guide met l’accent sur les
nouveautés issues de la loi portant Engagement
National pour l’Environnement (ENE) du 12 juillet
2010 et met en avant les nouvelles ambitions que
peuvent aujourd’hui porter les SCoT.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page7
3 Le guide : mode d’emploi
Il s’agit d’un guide pour donner envie de faire
(et surtout de bien faire) un SCoT, mais qui ne
rentre pas dans le détail des aspects méthodologiques et juridiques. Ce guide privilégie la valorisation des expériences concrètes des territoires et
de leurs acteurs. Il est centré sur la démarche de
construction du projet de territoire.
La Partie 1 révèle les bénéfices apportés par le
SCoT aux territoires, le rôle central des élus dans sa
construction, les leviers sur lesquels il agit.
La Partie 2 est consacrée à la construction du projet de territoire. Elle constitue à ce titre le cœur de
l’ouvrage. La construction du projet de territoire a
été délibérément distinguée de la formalisation du
PARTIE
1
SCoT afin de mettre l’accent sur la démarche, le
processus collectif et transversal de fabrication du
SCoT.
La Partie 3 relative à la formalisation met l’accent
sur la façon dont les différents éléments doivent être
organisés dans les pièces du SCoT et identifie les
points de vigilance à observer, la procédure et les
consignes à respecter.
La Partie 4 met en évidence l’importance de l’accompagnement de la mise en œuvre du SCoT
pour atteindre les objectifs visés dans le document
d’urbanisme dès son approbation. Un travail important débute en effet à partir du moment où le
SCoT est approuvé.
La planification au service des territoires
1. Le SCoT : une opportunité pour vos territoires
2. La gouvernance : les clefs de la réussite
Les motivations
pour faire un SCoT
3. Equilibre, cohérence et anticipation : les
maîtres mots du SCoT
4. Le périmètre du SCoT : le juste dosage
entre la politique et la géographie
PARTIE
2
Construire le projet : du diagnostic aux
orientations et objectifs
1. Un document de planification nourri par le projet
2. Comprendre le territoire à l’aide du diagnostic
3. Elaborer le projet de territoire
4. Construire le projet avec les acteurs et les citoyens
5. Conduire l’évaluation environnementale
Les éclairages sur
la démarche et
le contenu du SCoT
Les fiches thématiques
PARTIE
3
PARTIE
4
Formaliser le SCoT
1. D’un projet de territoire à un document de
planification formalisé
2. Des pièces qui se complètent
3. Le contenu des pièces
Le rapport de présentation
Le PADD
Le DOO
4. La procédure d’élaboration et d’appropriation
du SCoT
Faire vivre le SCoT
1. Décliner les principes du SCoT dans les documents
de rang inférieur
2. Suivre et évaluer les acquis du SCoT
3. Permettre les évolutions du SCoT
4. Les démarches InterSCoT
Le formalisme requis
par la loi pour
structurer le SCoT
L’accompagnement
du SCoT après
son approbation
Figure 2 : Structure du guide.
7
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page8
fi I N T R O D U C T I O N
Afin de faciliter la lecture, le document comprend différentes catégories d’informations qui sont repérables
par une mise en page spécifique :
• Renvois internes au documents.
• Exemple d’approche dans
des SCoT réalisés ou en cours.
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
PA R O L E S D ’ É L U S
Nom,
Fonction.
• Des témoignages d’élus
en charge de SCoT.
Ce que dit la loi
• Extrait de textes du Code de l’Urbanisme.
• Lien avec les articles du code de l’urbanisme,
des ouvrages de références, site Internet
permettant d’approfondir le sujet abordé.
• Approfondissement de points clefs.
8 LE SCoT
Article et code
Pour en savoir plus
ZOOM SUR...
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page9
9
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page10
1
PARTIE
10 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page11
La planification stratégique
au service des territoires
11
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page12
fi L A P L A N I F I C AT I O N
1 Le SCoT : une opportunité pour les territoires
1.1 Répondre collectivement aux enjeux
de développement durable
Les territoires évoluent, la société génère des attentes, des besoins, mais également des nouvelles
contraintes d’aménagement du territoire. L’espace
périurbain se transforme, s’urbanise, alors que certains centres-villes ou cœurs de villages se dégradent et se dépeuplent. Les besoins de déplacements se renforcent avec l’étalement urbain et leur
coût pèse de plus en plus lourd dans le budget des
ménages. La crise du logement touche une part
PA R O L E S D ’ É L U S
Monique Bévière,
Présidente du Pays Beauce Gâtinais
en Pithiverais.
Extrait du journal du SCoT (2009)
Pourquoi le Pays Beauce
Gâtinais en Pithiverais
doit-il réfléchir à l’aménaPourquoi le Pays porte-
gement de son territoire ?
t-il un Schéma de
Cohérence Territoriale ?
Situé entre L'Île-de-France
et l’agglomération orléa-
Les 96 communes du
naise, notre Pays doit
Pithiverais se sont regrou-
s’attendre à une forte
pées pour organiser
augmentation de sa popu-
ensemble l’avenir de notre
lation. Où s’installeront
territoire. Unis, nous
ces nouveaux habitants ?
sommes plus forts pour
Quels seront leurs besoins
négocier avec l’État, la
en écoles, en emplois, en
Région, le Département.
services à la personne ?
Ensemble, nous pouvons
Comment, dans ces condi-
mieux affronter les grands
tions, préserver et aména-
défis de demain. Le Pays,
ger notre cadre de vie ?
c’est à la fois la force
Autant de questions
conjuguée d’une popula-
auxquelles le SCoT devra
tion de plus de 67 000
répondre pour que les
habitants et la richesse de
communes puissent mieux
chacun de nos villages
préparer leur urbanisme
dans leur diversité.
à ces bouleversements.
12 LE SCoT
croissante de la population et de catégories sociales. La recherche d’un emploi, enfin, demeure
une préoccupation forte des jeunes ménages.
Ces enjeux interpellent les élus. Pourtant, il n’est pas
évident pour eux d’y répondre individuellement car
leurs moyens d’actions sont limités à l’échelle communale.
Face à ces immenses défis, les communes doivent cultiver leurs complémentarités et développer
des solidarités intercommunales plutôt que d’opter pour des stratégies économiques et urbaines
concurrentes. Cet intérêt est d’autant plus fort pour
les territoires, en particulier ruraux, situés à proximité
d’agglomérations déjà organisées, structurées et
dotées d’un SCoT.
Le SCoT, grâce à un urbanisme coordonné et intégré à l’échelle des bassins de vie ou des aires urbaines, leur apporte de nouvelles marges de manœuvre pour accompagner le développement
local de façon durable :
• développement territorial équilibré entre emplois, habitat, commerces, services au sein du
territoire ;
• optimisation de la répartition spatiale de l’investissement public dans une perspective d’efficacité et de solidarité territoriale ;
• valorisation commune des richesses naturelles et
paysagères ;
• connaissance partagée du fonctionnement du
territoire.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page13
1.2 Faire face aux grands défis
environnementaux de la société
Chantier 1 : Lutter contre le changement
climatique et anticiper ses effets
Depuis la conférence de Rio, les États ont pris
conscience de leurs responsabilités face aux urgences environnementales. La France a franchi un
pas important avec l’adoption des Lois Grenelle en
2009 et 2010. Dorénavant, chaque échelon territorial doit apporter sa contribution à cette mutation
écologique qui est en marche.
La Loi confie une responsabilité nouvelle aux territoires et les engage à décliner trois chantiers majeurs de la politique environnementale nationale au
travers de l’élaboration de leurs documents d’urbanisme.
La lutte contre les changements climatiques, par la
limitation des émissions de Gaz à Effet de Serre
(GES), remet sérieusement en cause les modes de
développement dominants de ces dernières décennies (étalement urbain, croissance des déplacements, logements énergivores...).
Il s’agit aujourd’hui pour les territoires d’intégrer les critères de sobriété énergétique dans leurs choix de
développement et d’aménagement. Ainsi, le SCoT
contribue, par ses choix d'organisation spatiale, à
la maîtrise de l'énergie, à la réduction des émissions
de GES. Le SCoT contribue également à la mise en
place de stratégies de production d’énergies renouvelables afin de renforcer progressivement l’autonomie énergétique des territoires.
ZOOM SUR...
SCoT & Agenda 21
Ce sont deux outils qui visent à répondre aux enjeux de développement durable des territoires.
Ils résultent tous deux d’une démarche volontaire portée par les élus locaux (collectivités territoriales).
L’Agenda 21
• l’Agenda 21 peut être conduit à toutes
les échelles (commune, communauté
de commune, département, région…) ;
• il dispose d’une grande liberté d’élaboration : périmètre, modalités, contenu,
forme… et n’a pas de portée prescriptive pour les documents d’urbanisme
(SCoT, PLU...) ;
• il peut investir tous les champs du développement durable en réponse aux enjeux locaux (gestion environnementale,
actions sociales, développement économique...) ;
• il définit un programme d’actions qui s’articule avec les autres politiques publiques
et acteurs susceptibles de les mettre en
œuvre. A ce titre le SCoT peut constituer
l’un des volets opérationnels d’un Agenda 21 en matière d’urbanisme durable.
Le SCoT
• un SCoT est un document d’urbanisme
réalisé de préférence à l’échelle du bassin de vie ;
• il relève du code de l’urbanisme qui encadre strictement son élaboration, son
contenu et son champ d’action ;
• il a une portée prescriptive au travers de
son Document d’Orientation et d’Objectifs (DOO) dès son adoption (il est opposable) ;
• il définit des choix et orientations politiques qui doivent s’articuler avec d’autres
plans et programmes mis en œuvre
dans le territoire. A ce titre, l’Agenda 21
peut être un outil d’accompagnement
du SCoT en matière de développement
territorial durable.
13
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page14
fi L A P L A N I F I C AT I O N
Dans la perspective du changement climatique,
les SCoT doivent permettre aux territoires de développer une meilleure anticipation des risques naturels, de l’augmentation prévisible des températures
et des enjeux liés à la gestion des ressources (notamment en eau) dans leur projet de développement.
Chantier 2 : Stopper le gaspillage foncier
A l’échelle nationale, la consommation d’espace
a pris, depuis 30 ans, une ampleur qui menace
l’activité agricole ou extractive, les écosystèmes et
les paysages.
Il est devenu urgent de considérer l’espace comme un bien commun et limité, une ressource pour
la communauté, apportant des richesses économiques et des bénéfices écologiques.
Les territoires ont la pleine maîtrise du développement urbain et de leur choix d’extension de l’urbanisation. Lorsqu’un territoire fait le choix de sacrifier
cette ressource pour l’urbanisation, il doit aujourd’hui
être en mesure de le justifier et de démontrer que
des alternatives ont été étudiées. Il s’agit en particulier d’être plus innovant dans les formes urbaines
(compacité, densité acceptable…), d’investir la
question du renouvellement urbain même en milieu rural et de revisiter l’idée que l’on se fait de la
qualité et du confort résidentiel.
1 Article de la Revue
«Nature» du 7 juin 2012
sur l’état de santé
de la biodiversité à
l’échelle mondiale.
14 LE SCoT
Chantier 3 : Enrayer la perte de biodiversité
Tous les indicateurs nationaux et internationaux 1
démontrent l’ampleur du bouleversement que
connaissent les écosystèmes. La France n’est pas
épargnée par ce phénomène. Or la biodiversité et
la nature rendent des services à la société qui sont
largement sous-estimés (services rendus par les
écosystèmes pour certaines activités humaines, régulation climatique, capacité d’adaptation des territoires aux changements…).
Les territoires ont une responsabilité importante en
matière de préservation de la biodiversité, qu’il
s’agisse de la nature remarquable (biotopes et espèces menacées), de la nature ordinaire, des espaces exploités par l’homme ou de la nature «en
ville». Il s’agit, dans le SCoT, de matérialiser et de
protéger durablement un réseau écologique intercommunal composé d’espaces de nature (réservoirs de biodiversité) reliés les uns aux autres par
des connexions écologiques, constituant ainsi la
Trame Verte et Bleue (TVB) territoriale. Cette trame
doit permettre d’offrir les conditions nécessaires à la
pérennité de la biodiversité du territoire. Les remises
en état des carrières et les garanties financières qui
s’imposent à cette industrie peuvent constituer de
ce point de vue l’opportunité de restaurer une biodiversité disparue à l’état naturel.
Depuis juillet 2010, la loi portant Engagement National pour l’Environnement (ENE) engage ainsi les
territoires à intégrer les enjeux de la biodiversité dans
leurs arbitrages et choix de développement urbain.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page15
2 La gouvernance : les clefs de la réussite
La gouvernance est une démarche de concertation et de prise de décision qui implique, de fac
̧on
responsable, les acteurs ou les populations concernées par les politiques de de
́veloppement durable.
Elle est définie par la commission générale de terminologie et de néologie 2 comme la «manière
de concevoir et d’exercer l’autorite
́a
̀ la tête d’une
entreprise, d’une organisation, d’un État. Elle s’apprécie non seulement en tenant compte du degré
d’organisation et d’efficience, mais aussi et surtout
d’après des critères tels que la transparence, la participation et le partage des responsabilite
́ s».
Les modalités pratiques de mise en œuvre
de la démarche sont précisées dans la partie 2,
chapitre 4.
L’élaboration d’un SCoT est un processus s’inscrivant
dans la durée et mobilisant une grande diversite
́
d’acteurs. Leurs responsabilités dans la construction
du SCoT va dé pendre a
̀ la fois du rô le que leur
confère la loi et de la volonte
́ locale, plus ou moins
affirmé e, de mettre en place une gouvernance
fructueuse.
Il est donc essentiel, avant d’engager l’e
́ laboration
d’un SCoT (ou sa révision), d’anticiper la dimension
concertée du processus et des be
́néfices qui peuvent en être tirés pour l’ensemble de la démarche.
2.1 Les élus au cœur du processus
Le SCoT est avant tout un projet politique et straté gique. Il sert l’inté rê t gé né ral du territoire et de
ses habitants. Il est initie
́, piloté, validé, approuvé
et enfin mis en œuvre par les e
́lus.
La mobilisation forte des élus, dès le démarrage
et tout au long de la démarche, est un élément
décisif de la réussite du SCoT.
2 La commission générale de terminologie et de néologie est placée sous l’autorité du premier ministre et a pour objectif d’examiner les termes en veillant à
leur harmonisation et procéde à leur publication.
2.2 Une ingénierie spécifique au service
du projet politique
L'élaboration du SCoT requiert une ingénierie qui fait
appel a
̀ des compétences diverses, a
̀ la fois techniques, juridiques et d’animation.
Cette ingénierie nécessite un pilotage technique
performant généralement mis en œuvre au sein
de la structure en charge du SCoT. Le pilotage
technique fonctionne en binôme avec le management politique du projet au sein de la maîtrise
d’ouvrage. Ce tandem est un é lé ment essentiel
pour le bon dé roulement de la dé marche et la
qualité des propositions qui seront faites.
Le pilotage technique du SCoT doit être renforcé par une équipe pluridisciplinaire qui apportera les expertises né cessaires tout au long de
sa construction.
2.3 Des partenaires institutionnels
étroitement associés
L’élaboration d’un SCoT re
́interroge de nombreuses
politiques publiques. Les autorités, collectivités et organismes compétents doivent être étroitement associés a
̀ la démarche pour développer et mettre
en œuvre ces politiques. Ces partenaires institutionnels du SCoT sont appelés les «Personnes Publiques Associées» (ou PPA).
La démarche d’élaboration du SCoT s’inscrit dans
une relation privilégiée avec l’État, représenté par
le Préfet, qui est le garant du respect des principes
du code de l’urbanisme dans le SCoT. Les autres
partenaires institutionnels associe
́s a
̀ la construction
du SCoT, peuvent e
́galement fournir des e
́léments
qu’ils souhaitent voir pris en compte, notamment
au travers du Porté A Connaissance (le PAC) fourni
par le pre
́fet a
̀ l’établissement porteur du SCoT.
Ainsi, le SCoT n’est pas construit de façon isolée.
Il doit, au contraire, être élaboré en bonne intelligence avec les autres intervenants publics du
territoire et de ses franges.
Les personnes publiques associées sont
identifiées dans la partie 2, chapitre 4.
15
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page16
fi L A P L A N I F I C AT I O N
2.4 Une société civile concernée
par les choix politiques du SCoT
L’é laboration du SCoT, dans le respect des principes d’une bonne gouvernance locale, cherche
a
̀ impliquer et a
̀ sensibiliser les acteurs socio-économiques et les habitants du territoire.
Bien que les sujets abordés et l’approche spatiale
soient souvent, de prime abord, techniques et
complexes, les implications du SCoT concernent
tout le monde.
Au final, la mise en œuvre du sche
́ ma aura des
conséquences sur la vie quotidienne des acteurs et
des citoyens.
A ce titre, la population, le tissu associatif et les organisations professionnelles, me
́ritent d‘être informés, consulte
́s, et invite
́s a
̀ formuler des propositions pour enrichir le projet de territoire.
© Laurent Mignaux/METL-MEDDE
16 LE SCoT
ZOOM SUR...
Le coût d’é laboration d’un SCoT
L’é laboration d’un SCoT a un coû t qui diffè re
d’un territoire a
̀ l’autre. Il est en effet difficile d’estimer un montant standard tant la diversité des
situations, des superficies de territoire, des populations concernées, des études déja
̀ réalisées,
des modalités de concertation engage
́es, des
acteurs et des compétences (ingénierie disponible sur le territoire) varient d’un SCoT a
̀ l’autre.
Les expériences connues a
̀ ce jour peuvent cependant donner a
̀ titre indicatif une fourchette
chiffre
́e de coû t par habitant, pour les e
́tudes
seulement :
• de 2 a
̀ 3,50 €/habitant pour les SCoT
ruraux comprenant entre 30 000
et 100 000 habitants ;
• de 2,50 a
̀ 5,00 €/habitant pour les SCoT
comprenant une agglome
́ration
de plus de 50 000 habitants ;
• de 2,50 a
̀ 4,50 € /habitant pour les SCoT
incluant une me
́tropole de plus
de 300 000 habitants.
Ainsi, élargir le périmètre du SCoT et mutualiser les services permettent de réaliser des économies d'échelles.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page17
3 Équilibre, cohérence et anticipation :
les maîtres mots du SCoT
Le SCoT est un document de planification centré
sur un projet de territoire. Il relève du code de l’urbanisme qui définit précisément les objectifs a
̀ atteindre en termes de politiques publiques et pre
́cise les moyens d’actions concrets qu’il peut
mobiliser pour y re
́pondre.
Il est essentiel, avant d’engager une dé marche
de SCoT, de bien cerner les possibilite
́ s offertes par
l’outil mais e
́galement ses limites :
• ce que le SCoT doit impérativement
comporter ;
• ce que le SCoT peut faire ;
• ce que le SCoT ne peut pas faire.
Il s’agit ici de pre
́ ciser les finalite
́ s du SCoT, les leviers sur lesquels il peut agir et ce que l’on peut attendre de cet outil.
Les éléments de contenu du SCoT sont esquissés
dans ce chapitre puis déclinés et approfondis
en partie 2.
Ce que dit la loi
Article L. 121-1 du code de l’urbanisme
(Modifié par la loi n°2011- 525 du 17 mai 2011 - art. 123)
Les sché mas de cohé rence territoriale [...]
déterminent les conditions permettant d'assurer, dans le respect des objectifs du développement durable :
1° L'équilibre entre :
a) Le renouvellement urbain, le dé veloppement urbain maîtrisé, la restructuration des
espaces urbanisé s, la revitalisation des
centres urbains et ruraux ;
b) L'utilisation économe des espaces naturels,
la préservation des espaces affectés aux activités agricoles et forestie
̀res, et la protection
des sites, des milieux et paysages naturels ;
c) La sauvegarde des ensembles urbains et du
patrimoine ba
̂ti remarquables
1 bis° La qualité urbaine, architecturale et paysagère des entrées de ville ;
2° La diversité des fonctions urbaines et rurales
et la mixité sociale dans l'habitat, en
prévoyant des capacite
́s de construction et
de réhabilitation suffisantes pour la satisfaction, sans discrimination, des besoins présents
et futurs en matiè re d'habitat, d'activité s
économiques, touristiques, sportives, culturelles et d'intérêt général ainsi que d'équipements publics et d'équipement commercial,
en tenant compte en particulier des objectifs de répartition géographiquement équilibrée entre emploi, habitat, commerces et
services, d'amélioration des performances
énergétiques, de de
́veloppement des communications é lectroniques, de diminution
des obligations de dé placements et de
développement des transports collectifs ;
3° La réduction des émissions de gaz a
̀ effet de
serre, la maîtrise de l'e
́nergie et la production
é nergé tique a
̀ partir de sources renouvelables, la pre
́servation de la qualite
́ de l'air, de
l'eau, du sol et du sous-sol, des ressources
naturelles, de la biodiversité , des é cosystèmes, des espaces verts, la préservation et
la remise en bon e
́tat des continuite
́s écologiques, et la pre
́vention des risques naturels
prévisibles, des risques technologiques, des
pollutions et des nuisances de toute nature.
3.1 Les trois notions clefs du SCoT
1. Équilibre
Les politiques du SCoT contribuent a
̀ consolider
deux composantes essentielles du territoire :
Le territoire
aménagé
et urbanisé
Le territoire
protégé
et préservé
Les politiques du SCoT ne doivent pas produire
d’opposition entre ces deux composantes territoriales. Il s’agit de rechercher en permanence un
équilibre entre le de
́veloppement et l’urbanisation,
d’une part et la protection des ressources d’autre
part. Cette notion d’équilibre de l’aménagement
territorial est centrale dans le SCoT.
17
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page18
fi L A P L A N I F I C AT I O N
© Arnaud Bouissou/METL-MEDDE
2. Cohérence
La deuxième notion fondatrice du SCoT est la mise en cohérence des politiques publiques. Le SCoT
est, comme son nom l’indique, l’instrument privilé gié d’harmonisation des multiples politiques
sectorielles ou territoriales. Le code de l’urbanisme
précise la place du SCoT dans l’ordonnancement
juridique et de
́finit les documents qu’il doit respecter et ceux qu’il doit orienter.
Le lien juridique entre le SCoT et les autres
documents est précisé dans le chapitre 3.3
ci-après.
3. Anticipation
Le SCoT est un outil strate
́gique de préparation de
l’avenir, d’anticipation et de maîtrise des évolutions
futures du territoire. Il s’inscrit dans le temps (au
moins 10 ans) et nécessite que les élus se projettent
bien au-dela
̀ des temps électoraux.
Cette notion est essentielle pour donner du sens
au projet. Le SCoT engage les élus a
̀ prendre en
main leur avenir, a
̀ dessiner ensemble une vision
commune, afin d’e
́viter de subir des évolutions qui
pourraient sembler ine
́luctables. Le SCoT permet
une forme de prise de pouvoir de la politique sur
le territoire et ses dynamiques en matie
̀re d’organisation spatiale.
18 LE SCoT
3.2 Construire un territoire équilibré
Le SCoT vise en priorite
́ un développement équilibré
du territoire :
• entre espaces urbanise
́s et espaces non urbanisés ;
• entre ville et campagne ;
• entre protection et de
́veloppement ;
• entre centres et pe
́riphéries ;
• etc ...
Sur quoi peut agir concrè tement le SCoT pour
construire cet e
́quilibre territorial ?
Spatialiser la stratégie d’urbanisation
et les choix d’aménagement
Le SCoT est un outil de spatialisation des choix
d’amé nagement urbain, é conomique et de
construction de logements. La recherche de
l’équilibre territorial passe ainsi par la définition d’une
armature spatiale qui inclut des sites pre
́férentiels de
développement ou de renouvellement urbain et
des espaces a
̀ préserver.
Il s’agit également de préciser la vocation et le ro
̂le
que doivent ê tre amené s a
̀ jouer les diffé rentes
communes, les diffe
́rents quartiers ou les diffe
́ rents
espaces économiques dans l’armature urbaine du
territoire. A ce titre, le SCoT vise a
̀ réduire les inégalités sociales ou territoriales par des choix de spatialisation adapte
́s.
Un SCoT comprend des cartes ou des sche
́ mas qui
illustrent et pré cisent cette organisation spatiale
choisie par les e
́lus.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page19
© Laurent Mignaux/METL-MEDD
Préserver toutes les richesses non ba
̂ties
du territoire (naturelles, minérales, agricoles,
forestières)
Le SCoT permet de proté ger, sur le long terme,
tous les espaces non dédiés a
̀ l’urbanisation, qu’ils
soient a
̀ caractè re naturel, extractible, agricole,
forestier ou de loisirs.
Il s’agit de considérer les espaces nécessaires au
fonctionnement des e
́cosystèmes (Trame Verte et
Bleue), le foncier agricole et forestier productif, le
foncier des carriè res, les é lé ments ou structures
paysagè res remarquables ou identitaires, comme des facteurs essentiels de de
́ veloppement
territorial.
Le SCoT donne des moyens juridiques pour sécuriser et proté ger ces espaces de toute urbanisation, ou pour en définir les évolutions acceptables,
a
̀ travers les documents d’urbanisme locaux
(cartes communales, Plans Locaux d’Urbanisme
et Plan Locaux d’Urbanisme intercommunaux). La
maîtrise ambitieuse de la consommation fonciè re, enfin, est un levier majeur du SCoT. A ce
titre, l’e
́laboration du SCoT fournit un lieu de de
́ bat
politique sur les rythmes et vocations de développement diffé rencié s, dont la densification «acceptable». Le SCoT peut ainsi constituer un outil
puissant de limitation de l’artificialisation de l’espace dans les territoires. Il permet de privilégier le
renouvellement urbain plutôt que l’extension, de
promouvoir des formes urbaines renouvelé es
alliant qualité de vie et compacité et d’appliquer
des principes de densité a
̀ toute nouvelle opération d’aménagement.
19
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page20
fi L A P L A N I F I C AT I O N
© Bernard Suard/METL-MEDDE
Organiser la mobilité dans le territoire
Construire un territoire équilibré implique également
d’être en mesure d’agir sur les mobilités a
̀ différentes
é chelles au sein du bassin de vie ou de l’aire urbaine. L’offre de mobilite
́ est de plus en plus de
́terminante a
̀ la fois dans les choix d’installation des citoyens et des entreprises. Elle re
́pond également
aux enjeux de solidarité territoriale et d’amélioration de l’accessibilité aux différentes ressources du
territoire (équipements, services, emplois...).
20 LE SCoT
L’organisation de la mobilite
́ est enfin de
́terminante pour accompagner la mutation vers le territoire
«post-carbone». Le SCoT permet de rationaliser les
choix d’amé nagement au regard des é missions
de gaz a
̀ effet de serre. Le SCoT constitue un outil
d’organisation territoriale de la demande et de
l’offre de mobilite
́. Il permet de mettre en cohe
́rence les politiques de dé placement et l’armature
spatiale du territoire : chaque réflexion stratégique
devant alimenter l'autre et vice-versa.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page21
Foire aux questions (FAQ)
Le SCoT prend position sur des sujets majeurs qui concernent l’ame
́ nagement du territoire. Cependant, il
ne peut apporter des réponses sur l’ensemble des débats locaux. D’autres documents de planification
ou programmes prennent alors le relais du SCoT pour «pre
́ciser», «compléter» son approche globale et
aller plus loin sur ces sujets. Certains de ces thèmes ou questionnements, aux marges du SCoT, renvoient
a
̀ des interrogations fre
́quemment rencontre
́es lors de sa construction :
Le SCoT doit-il ré glementer
l’urbanisme à la parcelle ?
NON, mais...
Ce n’est pas sa vocation. La précision du tracé est sensiblement diffé rente entre SCoT et documents
d’urbanisme locaux (cartes communales, PLU, PLUi) en raison de l’e
́chelle des documents graphiques et de
leur portée juridique : le SCoT donne
des «orientations» qui peuvent e
̂tre
traduites spatialement, en localisant
des espaces ou des secteurs géographiques. Les documents d’urbanisme locaux doivent traduire a
̀ la
parcelle ces orientations dans leurs
plans de zonage selon le principe
de compatibilité. Cependant, pour
les zones d'amé nagement commercial, et pour les espaces naturels, agricoles, forestiers ou urbains a
̀
protéger, qui peuvent être délimités
dans le SCoT, les documents graphiques doivent permettre d'identifier
les terrains concerne
́s.
Le SCoT peut-il encadrer les types d’agriculture
sur un territoire ?
NON
Le SCoT peut présenter un projet agricole pour le territoire. Il
doit définir et protéger les espaces ne
́cessaires a
̀ l’activité
agricole. Pour autant, il reste un document de planification,
qui règlemente, quantifie, encadre les occupations d’un territoire et non un outil de gestion de l’activite
́ agricole.
Le SCoT peut-il interdire une typologie d’activité
(carriè res, industries en é nergies renouvelables...) ?
NON
Le SCoT ne peut aller a
̀ l’encontre d’autres outils juridiques qui
encadrent également l’implantation des activités économiques (commerces, industrie...) et des services publics
(énergie, transports...). Le SCoT doit aborder la question de la
pertinence de certaines activite
́s a
̀ la fois au regard des besoins territoriaux ou supra-territoriaux mais aussi de leur importance économique et de leurs impacts sur l’environnemental et le paysage. Il peut encadrer l’implantation d’activités
industrielles (localisations possibles, conditions a
̀ respecter
pour en maitriser les impacts environnementaux) mais ne
peut pas les proscrire.
Existe-t-il un lien entre le volet é olien du Sché ma Ré gional Climat-Air-É́nergie
(SRCAE) et le SCoT ?
NON
La planification du développement de l’éolien est dévolue a
̀ titre principal au SRCAE. Ce document
comprend le Schéma Régional Eolien identifiant les parties du territoire favorables au développement de l’éolien au titre de l’article L. 222-2 du code de l’environnement. Sur le plan juridique, le SRCAE n'entretient pas de relation directe avec les documents d'urbanisme, qu'il s'agisse des SCoT ou des
PLU. En revanche, le SCoT doit prendre en compte les Plans Climat Énergie Territoriaux (PCET), qui euxmêmes doivent e
̂tre compatibles avec le SRCAE. Il y a donc de ce fait un rapport indirect entre le contenu du SRCAE et le contenu du SCoT.
De plus, en raison du principe d'ame
́ lioration des performances e
́nergétiques, de re
́duction des e
́missions de gaz a
̀ effet de serre, de maîtrise de l'énergie et de production e
́nergétique a
̀ partir de sources
renouvelables, pre
́vu a
̀ l’article L. 121-1 du code d’urbanisme, le SCoT ne peut donc ignorer le SRCAE.
Pour en savoir plus
CERTU, Énergie et Climat dans les 12 SCoT grenelle, fiche n°1, mars 2010.
21
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page22
fi L A P L A N I F I C AT I O N
3.3 Mettre en cohérence les politiques
publiques dans le territoire
Un rôle d’intégrateur des politiques
publiques
Le SCoT constitue le «bras armé » des territoires
déterminés a
̀ renforcer la cohérence entre les diffé rentes politiques publiques a
̀ l’œuvre dans leur
périmètre d’intervention.
Il joue un rôle d’intégrateur appliquant et de
́clinant
localement les grandes politiques nationales,
régionales ou de
́partementales dans le projet de
territoire en s’appuyant sur une connaissance fine
des singularité s et des enjeux qui s’y expriment. Il
s’agit soit de politiques sectorielles (eau, risques, biodiversité, transports, logement & habitat, e
́nergie...)
soit de politiques territoriales (lois montagne et littoral, document stratégique de façade, charte de
parc naturel régional et de pays, plan de paysage...). C’est aussi un document de re
́férence qui
SDAGE,
SDAGE, SAGE,
SAGE, DTA,
DTA,
A
chartes de PNR et de PN,
chartes
Lois
Lois Montagne
Montagne et Littoral,
Littoral,
SDRIF,
SDRIFF, SAR, PADDUC,
PADDUC,
PGRI, directive
directive de protecprotection et de mise en valeur
valeur
des paysages
paysages
fait remonter la vision stratégique du «terrain». Ainsi, la Région, le Département et l’Etat vont pouvoir
se référer au SCoT pour ajuster un certain nombre
de leurs orientations stratégiques. Il constitue également un document cadre pour les investisseurs
privés (en particulier les agriculteurs) a
̀ qui il donne
suffisamment de visibilité a
̀ moyen et long terme
pour développer sereinement leurs projets.
Enfin, le SCoT favorise la solidarité et la complémentarite
́ entre les diffe
́rentes portions du territoire et atténue les phénomènes de compétition
au sein de son pe
́rimètre.
La juste place du SCoT
Le schéma ci-après met en évidence les rapports
juridiques existants entre le SCoT et les autres politiques et programmes publics (rapport de compatibilité, de prise en compte.).
SRCE,
SRCE, PCET,
PCET, Programmes
Programmes
d’équipement
d’équipement (Etat,
(Etat, collectivités
collectivités
établissements et
tterritoriales,
erritoriales, établissements
services
Chartes
tes de dévelopdévelopser
vices publics), Char
pementt d
d’un
pays,
ys, Document
Document
pemen
’un pa
stratégique
maritime,
itime,
str
atégique de façade mar
développement
eloppement
SSchéma
chéma rrégional
égional de dév
marine
de ll’aquaculture
’aquaculture marine
DTTADD, SR
DTADD,
SRCAE,
PRAD,
SRADDT,
ADDT,
CAE, PR
AD, SR
départemental
SSchéma
chéma dépar
temental des
car
carrières,
rières, schémas rrelatifs
elatiffs aux
déchets,
déchets, atlas
atlas des zones
zones
inondables,
inondables, atlas
atlas régional
régional et plans
de paysages,
paysages, schéma départemendépartemental des aires
aires de nomade,
nomade, PDH,
ST
STAN
TAN
SC
SCOT
OT «in
«intégrateur»
tégrateur»
PLH et PDU
PLUi
PLUi
comprenant
comprenant
des O
OAP
AP
vvalant
alant
PLH et PDU
(si ll’EPCI
’EPCI est A
AOTU)
OTU)
PLU
PLU
Rapport
Rapport de compatibilité
compatibilité
Doive
vent
ent être pris en compte
c
Figure 3 : La place du SCoT dans l'ordonnancement juridique.
22 LE SCoT
Documents
Documents de références
références
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page23
Définitions et liens juridiques entre
les documents :
La compatibilité
Le code de l’urbanisme recourt fre
́quemment
a
̀ la notion de compatibilité sans toutefois la
définir. Elle ne doit pas e
̂tre confondue avec la
notion de conformité. Lorsqu’un document doit
être conforme a
̀ une norme supérieure, l’autorité qui l’é tablit ne dispose d’aucune marge
d’appréciation. Elle doit retranscrire a
̀ l’identique
dans sa décision la norme supérieure, sans possibilité d’adaptation. C’est cette relation de
conformité qui prévaut dans les relations entre
permis de construire et PLU.
Dans le cadre d’un rapport de compatibilité,
l’autorité élaborant une décision n’est pas tenue
de reproduire a
̀ l’identique la norme supe
́rieure. La notion de compatibilité induit une obligation de non contrarie
́té de la norme inférieure aux aspects essentiels de la norme
supérieure. Le PLU devra donc respecter les options fondamentales du SCoT, sans être tenu de
reprendre a
̀ l’identique son contenu.
La prise en compte
Il s'agit d'une relation juridique a
̀ peine plus
souple que l'obligation de compatibilite
́ . Selon
le Conseil d'État, la prise en compte impose de
«ne pas s'écarter des orientations fondamentales sauf, sous le contrôle du juge, pour un motif tiré de l'intérêt [de l'opération] et dans la mesure où cet inté rê t le justifie» (CE, 9 juin 2004,
28 juillet 2004 et 17 mars 2010)
Temps court
(-de 5 ans)
Projets en cours
et opérations
programmées
Temps du projet urbain
(5-10 ans)
Programmation
à moyen-terme
des opérations
d’urbanisation et de
structuration urbaine,
d’infrastructures,
d’équipements...
Les documents et données de référence
Certains documents ne s’imposent au SCOT
ni au travers du lien de conformité, ni du lien de
compatibilité , ni du lien de prise en compte.
Néanmoins, ces donne
́es sont des éléments
de connaissance importants et doivent e
̂ tre
intégrées dans la réflexion préalable a
̀ la décision ; leur ignorance manifeste pouvant
conduire le juge a
̀ relever une «erreur manifeste d’appréciation» entrainant l’ille
́galité du document.
3.4 Anticiper et préparer l’avenir :
les temps du SCoT
Le SCoT oriente le développement territorial dans le
respect des principes du développement durable.
Il doit ainsi être en mesure de répondre aux besoins
du pré sent sans compromettre la capacité des
générations futures a
̀ répondre aux leurs.
La construction d’un SCoT implique d’appréhender
diffé rentes é chelles temporelles (5, 10, 20 voire
40 ans). Cette construction se base sur un dialogue,
un aller-retour permanent entre le temps de la prospective a
̀ long terme et l’é chelle de la straté gie
opérationnelle du court et moyen-terme.
La stratégie élaborée doit également viser a
̀ renforcer l’adaptabilite
́ du territoire, que ce soit vis-a
̀-vis
des grands choix d’ame
́nagement ou des usages.
Ainsi, le SCoT doit être en mesure d’intégrer et de
répondre en paralle
̀le a
̀ trois échelles de planification : court, moyen et long terme.
Temps long
(10-25 ans)
Réflexion à long terme
qui intègre les grandes mutations
envisageables (environnement et
ressources, économie et activités,
climat et énergie, mode de vie
et de consommation...)
auxquelles il est impératif
de préparer dès aujourd’hui
le territoire.
Figure 4 : Les temps du SCoT.
23
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page24
fi L A P L A N I F I C AT I O N
4 Le périmètre du SCoT : le juste dosage
entre la politique et la géographie
L’article L.122-3 du code de l’urbanisme précise les
règles et les modalités a
̀ respecter pour définir le
pé rimè tre d’un SCoT. Au-dela
̀ de l’aspect ré glementaire, il est important d’appréhender les critères
a
̀ inté grer pour arrê ter le choix du pé rimè tre du
SCoT le plus cohérent.
Il s’agit de trouver le bon dosage entre un pe
́ rimètre
géographique et socio- économique pertinent et
la volonté politique des élus locaux d'élaborer un
projet ensemble.
Les éléments réglementaires et la procédure
formelle sont présentés en partie 3.
4.1 Rechercher la cohérence
géographique et socio-économique
Dans cette première approche, la recherche du
périmètre pertinent invite souvent les territoires à sortir de leurs limites administratives. Le périmètre du
SCoT doit correspondre a
̀ l’unité territoriale dont les
communes et intercommunalités partagent des
enjeux et des interactions fortes.
Les notions de «bassin de vie» et «d’aire urbaine»
sont essentielles a
̀ prendre en compte dans la
réflexion préalable a
̀ la définition du périmètre. Un
SCoT dont le pe
́rimètre est proche de celui de son
aire urbaine bénéficie d’une certaine autonomie
de fonctionnement (taux é levé de ré sidents travaillant dans le territoire, déplacements et mobilités
intra- territoriale, accessibilite
́ aux é quipements).
Ceci accroît les marges de manœuvre du document de planification pour agir et répondre aux
grands enjeux du territoire.
Au contraire, un pe
́rimètre qui serait trop restreint au
regard de la réalité socio-économique du territoire risque de limiter les capacités d’action du SCoT
puisque les leviers a
̀ mobiliser peuvent se situer à
l‘extérieur du périmètre considéré.
Un pé rimè tre de SCoT peut en revanche comprendre plusieurs aires urbaines ou bassins de vie :
il correspond alors a
̀ un territoire multipolaire.
24 LE SCoT
D’après l’INSEE :
Le bassin de vie : il s’agit, dans les territoires a
̀
dominante rurale, du plus petit territoire sur lequel les habitants ont acce
̀s a
̀ la fois aux équipements de la vie courante et a
̀ l'emploi.
L’aire urbaine : une aire urbaine est un ensemble de communes, d'un seul tenant et sans
enclave, constitue
́ par un pôle urbain de plus
de 1 000 emplois, et par des communes rurales ou unite
́s urbaines dont 40% (au moins) de
la population re
́ sidente ayant un emploi travaille dans le po
̂le (ou dans des communes attirées par celui-ci).
La géographie et les paysages sont également
des é lé ments essentiels pour guider le choix du
périmètre pertinent de SCoT :
•les grandes composantes géographiques et paysagères constituent souvent des limites naturelles
a
̀ considérer : les massifs et vallées, les fleuves, riviè res et estuaires, les principales physionomies
agricoles. Elles structurent un territoire, marquent
son identité, participent a
̀ son attractivité et renforcent le sentiment d’appartenance : SCoT des
Rives du Rhône (38) ou de la Montagne du Haut
Languedoc (34) ;
• la notion de bassin versant, qui permet de
conduire une approche inté gré e combinant
développement urbain et gestion des ressources
en eau ou des risques : SCoT des Lacs Mé docains (33), SCoT du Bassin d'Arcachon-Val de Leyre (33) ;
• les écosystèmes et milieux naturels a
̀ enjeu écologique fort : Pays du Bocage Mayennais (53),
SCoT du Parc Naturel Re
́gional de la Fore
̂t d'Orient
(10) ;
• les grands terroirs agricoles tels que : plaine
céréalière, zone d’élevage, terroir viticole : SCoT
du Vignoble Nantais (44), SCoT du Pays Dieppois
–Terroir de Caux (76).
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page25
PA R O L E S D ’ É L U S
Rolland Castells,
Maire de Bagnères-de-Bigorre,
Président de la Communauté de Communes de la Haute-Bigorre (CCHB)
avait pour but de recenser à la fois les
atouts et les faiblesses de notre territoire
à partir de la perception qu’en ont ses
propres acteurs de manière large.
Sur cette base et celle des études déjà
réalisées sur le territoire,
En 2012, la Communauté de Communes
de la Haute Bigorre a été retenue par l’État
et le Conseil Régional dans le cadre d'un
appel à projets pour une étude préalable
à la mise en œuvre d’un SCoT sur son territoire. La décision des élus de s’inscrire dans
une telle démarche relève de deux
constats. Tout d’abord, récemment, avec
les dernières adhésions de communes,
notre intercommunalité a atteint
le périmètre qu’elle s’était fixée au moment
de sa création, à savoir, de regrouper
l’intégralité des cantons de Bagnères et de
Campan et constitue maintenant un bassin
géographique (territoire rural de montagne) et un bassin de vie cohérent. Ensuite, même si les collectivités, individuellement ou collectivement, ont beaucoup
réalisé dans le cadre de leurs compétences
respectives, il nous est apparu nécessaire
de nous doter d'un projet stratégique de
territoire qui nous permette d'œuvrer en
cohérence et avec une réflexion prospective
à 15 ou 20 ans.
Le Schéma de Cohérence Territoriale, outil
à la fois stratégique et règlementaire,
nous a semblé être une réponse possible
à nos préoccupations. L’étude préalable
a été organisée en deux parties complémentaires : un «audit patrimonial» et un
un portrait du territoire et de ses enjeux
les plus importants a été établi. Enfin,
un périmètre de SCoT pertinent au regard
de ces enjeux ainsi que les modes de gouvernance et de concertation a été proposé :
après examen de plusieurs scénarios de
périmètre de SCoT (trois vallées, Haut
Adour, bassin de vie et CCHB), les conclusions de l’étude préalable nous ont naturellement orienté vers un SCoT à l’é́chelle de
notre intercommunalité. En effet, il s’agit
du territoire qui nous rassemble autour
d’une identité patrimoniale clairement
identifiée et dans lequel nous avons
construit, depuis de longues années, une
habitude de travail en commun. A l'issue
de l'étude, nous avons ainsi décidé, en
toute connaissance de cause, de nous
engager dans une démarche de SCoT. C’est
une démarche longue et complexe, mais
dont l'intérêt est de dépasser le coup par
coup en se dotant d'une stratégie pour
le territoire dans son ensemble. Dans le
cadre du «diagnostic patrimonial», près de
deux cents acteurs ont été entendus et leurs
réactions sur la démarche engagée sont
tout à fait positives. Il nous faut aujourd’hui poursuivre cette dynamique collective
pour accompagner la construction de notre
projet.
portrait dynamique de territoire. L'audit
25
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page26
fi L A P L A N I F I C AT I O N
4.2 Identifier le «bon» périmètre politique
Comme rappelé précédemment, un SCoT est un
document d’urbanisme intercommunal qui
nécessite un projet politique. Il est donc essentiel
que le périmètre du Schéma rassemble des élus
motivés et souhaitant travailler ensemble.
La qualite
́ de la gouvernance et du pilotage qui seront mis en place par la suite de
́pendent en grande partie de cette volonte
́ politique commune de
réaliser le SCoT.
Le choix du pe
́rimètre, au regard de crite
̀res politiques, doit é galement tenir compte des autres
pé rimè tres intercommunaux ou de planification
avec lesquels le SCoT devra s’articuler : Pays, Agglomérations, Parcs Naturels Re
́gionaux (PNR) ...
La prise en compte des SCoT voisins dans l’e
́ laboration du périmètre d’un Schéma est un facteur a
̀
intégrer notamment pour renforcer la cohe
́rence
du territoire (inté gration des dynamiques pé riphériques susceptibles d’interagir avec le territoire)
et faciliter le démarrage des proce
́dures : partage
d’expériences, de méthodes, échanges de donné es et d’é tudes. Le pré fet peut aussi, par sa
connaissance du territoire, faciliter la coordination
du maillage entre pe
́rimètres de SCoT.
Chiffres clefs
1/3 des SCoT en cours ou approuve
́s sont réalisés a
̀ l’échelle d’un seul Établissement Public
de Coopération Intercommunale (EPCI).
2/3 des SCoT ont nécessité la création d’un établissement public porteur de SCoT (syndicat
mixte).
26 LE SCoT
4.3 L’élargissement et le renforcement
du rôle du préfet dans la détermination
du périmètre des SCoT
Le préfet voit son autorité et son pouvoir d’action
renforcé dans le choix d’adoption du bon pé rimètre des SCoT. Selon l’article L.122-5-1 du code
de l’urbanisme, il peut dore
́navant imposer la réalisation d’un SCoT sur «les secteurs ou l’absence de
SCoT nuit gravement à la cohérence des politiques
publiques d’urbanisme, d’habitat, de développement économique [...] de transports et de déplacements et de protection des espaces naturels,
agricoles et forestiers, [...] ou conduit à une
consommation excessive de l’espace». De même,
il peut demander a
̀ étendre le périmètre d’un SCoT
s’il juge que le périmètre proposé ne permet pas
de répondre aux objectifs de mise en cohe
́ rence
des questions d’urbanisme, d’habitat, de déplacements, de développement économique et d’environnement...
Le rôle du pre
́fet n’est pas limite
́a
̀ une fonction de
«contrô le». Si dans certains cas il peut arrê ter luimême un projet de pe
́rimètre (apre
̀s consultation
de la commission dé partementale de la coopération intercommunale), il peut e
́galement être
amené a
̀ assister et conseiller les é tablissements
publics et les communes dans la construction d’un
SCoT (délimitation du périmètre, création de l’établissement public...).
Pour en savoir plus
L’article L.122-5-1 du code de l’urbanisme précise
le rôle du préfet dans la démarche d’élaboration
des SCoT.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page27
27
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page28
2
PARTIE
28 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page29
Construire le projet :
du diagnostic aux orientations
et objectifs
29
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page30
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
1 Le SCoT : un document de planification
nourri par un projet de territoire
Construire le SCoT comme un projet
de territoire
Le SCoT est un document de planification supracommunal. Il donne une vision strate
́ gique et prospective d’un territoire sur le long terme. Cette vision
doit être construite pièce par pièce, tel un édifice,
et constitue in fine un véritable projet de territoire
partagé par tous ses artisans.
Le diagnostic repre
́sente les fondations de ce projet, en ce sens elles doivent e
̂tre suffisamment «solides» et s’adapter aux exigences locales afin d’aider efficacement a
̀ la décision.
Avec les éléments du diagnostic, le projet doit e
̂tre
«construit» progressivement, en produisant des esquisses, en revenant parfois en arrière pour affiner
certaines connaissances, en s’assurant que
chaque pièce trouve sa place a
̀ l’édifice final et en
ayant une vision claire des moyens que l’on souhaite allouer a
̀ sa mise en œuvre. La construction
du projet est au cœur de l’élaboration du document de planification territoriale et doit respecter
certaines exigences afin d’être porté par tous.
Une démarche itérative...
mentale et la concertation sont des de
́marches essentielles de la construction du projet qui participent
a
̀ son enrichissement, a
̀ son ajustement. Elles servent a
̀ la définition des enjeux, questionnent le projet et permettent d’améliorer la qualité et la pertinence de son contenu.
... pour un projet pleinement partagé
Le projet de territoire naît rarement d’une page
blanche. Comme tout projet d’ame
́nagement et
de développement du territoire, il s’inscrit dans son
environnement et inte
̀gre les initiatives en cours.
L’exigence de cohérence et d’anticipation du SCoT
sont de puissants leviers pour fédérer, autour d’un
projet commun, les forces vives et programmes en
cours sur le territoire.
Le présent chapitre aborde les différentes étapes
de construction de ce projet de territoire et en propose des cle
́s de lecture afin de guider la construction de SCoT qui soient véritablement au service de
leurs territoires.
Le passage du projet de territoire à un SCoT
formalisé est précisé en partie 3.
L’élaboration du projet est le fruit d’une démarche
itérative. Par conséquent, elle n’est pas toujours linéaire au cours du temps. L’e
́valuation environne-
Évaluation environnementale
DIAGNOSTIC
Figure 5 : La construction du projet de territoire.
30 LE SCoT
PROJET
DE TERRITOIRE
é
Construction concertée
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page31
2 Comprendre le territoire à l’aide du diagnostic
2.1 Un diagnostic construit
pour servir le projet
La première étape de construction du projet doit
permettre aux porteurs du SCoT de s’accorder sur
une lecture commune de leur territoire. Il s’agit de
produire la connaissance et la compre
́hension du
territoire dans toutes ses composantes afin de guider les choix strate
́giques. Cette phase ne
́cessite un
travail important d’investigation (e
́tat initial du territoire, potentialité s, dynamiques et projets en
cours...).
Il ne s’agit pas de ré aliser une encyclopé die de
données et d’études existantes, mais un travail de
synthèse, d’audit, et de critique. Une e
́tude prospective dè s la phase de diagnostic permet de
questionner l’avenir et d’en tenir compte pour tirer
des conclusions et des enjeux. L’identification des
ambitions des élus est aussi essentielle dès le début
du SCoT car cette e
́tape aidera a
̀ déterminer les
enjeux sur lesquels ils souhaitent agir en priorite
́. A
partir de ces éléments, le diagnostic doit être en
mesure de révéler les besoins du territoire et de ses
habitants ainsi que ses capacités a
̀ accueillir 3 des
éventuelles évolutions.
Pour être pleinement utile au projet, le diagnostic
doit croiser plusieurs types d’informations afin d’alimenter une lecture syste
́mique et transversale du
territoire. Le diagnostic doit aboutir a
̀ une lecture
globale du territoire, de ses besoins, de ses
contraintes, ainsi que de ses potentialite
́ s et a
̀ la
formulation d’enjeux hiérarchisés.
C’est a
̀ partir de ces e
́léments que la re
́flexion sur le
projet peut être engagée. Le diagnostic est donc
une é tape a
̀ la fois riche en é tudes et en
échanges.
Connaître le territoire pour construire le Projet du SCoT
Connaître le territoire
Analyse et diagnostics
thématiques
Prospective
et scenarii
Besoins actuels et futurs du territoire
et projets en cours
Volonté politique
Connaissance du territoire, de ses
potentiels et de sa capacité d’accueil
Synthèse croisée (environnementale, urbaine, socio-économique)
et détermination des enjeux
Hiérarchisation des enjeux
Construire le projet du SCoT
Figure 6 : Le processus de construction d'un diagnostic de SCoT.
3 Capacite d’accueil
Elle dé termine ce qu’un
territoire est capable de
supporter comme activité s,
usages ou dynamiques
au regard de ses ressources
naturelles actuelles et futures
(eau, espace, é nergie...)
de ses contraintes (risques
naturels et technologiques)
dans le respect de son
identité physique, paysagè re,
patrimoniale, é conomique,
socioculturelle et é cologique.
31
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page32
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
2.2 Un diagnostic a
̀ plusieurs facettes
Le diagnostic est alimente
́ par une grande diversité d’approches, complé mentaires les unes des
autres, qui doivent être combinées pour aboutir a
̀
une lecture satisfaisante des enjeux territoriaux.
Un diagnostic thématique
Le diagnostic donne une lecture pre
́cise et actualisé e de l’é tat du territoire a
̀ travers des analyses
thématiques : socle géographique et environnemental, dynamiques é conomiques et sociales,
démographiques et urbaines (le tableau de la page 36 et 37 donne quelques exemples de the
́ matiques a
̀ étudier).
ZOOM SUR...
La prospective territoriale
La prospective territoriale est un exercice d’anticipation
faisant ge
́néralement appel a
̀ la méthode des scénarios (eux-me
̂ mes é tablis a
̀ partir du diagnostic dynamique). Le sce
́nario recouvre a
̀ la fois la vision de l’avenir et le cheminement pour y parvenir. Ces scénarios
sont essentiels pour alimenter le de
́bat sur le devenir du
territoire a
̀ long terme, la dé finition des enjeux et la
construction du projet.
Sa fonction première est d'être une aide a
̀ la décision
stratégique. Elle a des vertus pédagogiques en guidant
les choix entre le possible, le souhaitable et l’inacceptable. Elle ne doit pas être confondue avec le projet : elle apporte le regard qui alerte et e
́ claire la décision.
Dans le cadre des SCoT, la prospective aide par
exemple a
̀ anticiper les perspectives de
́mographiques
et les besoins qui s’y rattachent. Elle permet e
́ galement
d’explorer les alternatives en termes de foncier et de
consommation d’espaces.
Pour en savoir plus
Des publications du Certu et de la Datar existent pour
aider les e
́lus et les techniciens a
̀ initier des de
́marches
prospectives.
32 LE SCoT
Les thé matiques environnementales permettent
d’alimenter la production de «l’État initial de l’environnement» et d’identifier le potentiel et le niveau
de contrainte d’un territoire.
Les principes guidant la production de l’état
initial de l’environnement sont abordés
dans la partie 2, chapitre 5 «Conduire l'évaluation
environnementale».
Cette lecture thématique doit faire émerger plusieurs types d’informations, essentiels a
̀ la compréhension d’un territoire :
• Quels sont les besoins issus des dynamiques
territoriales ?
il s’agit des besoins ré pertorié s en matiè re de
dé veloppement é conomique, d’amé nagement de l’espace, d’environnement, de logements (notamment social), d’é quipements et
services, d’emplois, de mobilite
́ s et transports,
etc...
• Quelle est la capacité d’accueil du territoire ?
Quelle est sa sensibilité environnementale, l’état
de ses ressources, de ses contraintes, de ses potentialite
́ s et donc de sa capacite
́a
̀ accueillir
un développement futur ?
• Quels sont les projets portés par les élus
et acteurs du territoire ?
Il s’agit de marqueurs de dynamiques a
̀ prendre
en compte dans la construction du document
de planification, mais aussi les plans et programmes déja
̀ établis, que le projet doit inte
́grer
et mettre en œuvre.
Un diagnostic prospectif
Le travail de diagnostic implique d’être en mesure
de quantifier les analyses produites. Les thématiques abordées doivent nécessairement faire appel a
̀ des chiffres, ou indicateurs, qui donnent une
vision objective de la situation et pré parent la
démarche d’évaluation ulte
́rieure.
Le diagnostic donne une lecture du territoire qui ne
doit pas être figée. Il doit, au contraire, amener à
envisager des futurs possibles et contraste
́s et des
solutions raisonnables au regard des tendances ou
projets identifiés. Ce travail de construction d’une vision prospective du territoire doit être mené dès cette étape préliminaire.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page33
Les objectifs de la prospective territoriale sont multiples et servent la construction du projet :
• placer les porteurs du SCoT dans une vision a
̀ long
terme, qui anticipe le devenir de leur territoire afin
de mieux s’y pre
́parer ;
• mesurer les risques et menaces de certaines tendances pour se donner les moyens de les inverser via un projet maîtrisé et non un projet subi ;
• imaginer des options de développement territorial qui vont donner des nouvelles marges de manœuvre pour l’avenir ;
• permettre aux e
́lus qui le souhaitent de libe
́rer la
créativité et l’inventivite
́ de leur territoire.
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Les scénarios de prospective démographique
du SCoT de la Métropole de Nantes-SaintNazaire
Projection de la population 2020
Pour chaque thé matique abordé e dans le diagnostic, il est important d’anticiper les é volutions
futures et d’e
́mettre des hypothe
̀ses réalistes quant
au devenir du territoire.
Un diagnostic transversal
Le diagnostic donne une vision croisé e des
thématiques, afin de bien mettre en e
́vidence des
enjeux induits :
• croiser les dynamiques urbaines ou spatiales d’un
territoire avec sa sensibilite
́ environnementale ;
• croiser les e
́volutions de
́mographiques et e
́conomiques possibles avec les ressources naturelles
disponibles ;
• croiser le fonctionnement écologique du territoire avec les usages, occupations et projets identifiés en son sein.
Autant de croisements sont possibles pour conduire a
̀ une meilleure compréhension du fonctionnement du territoire et des interactions existants entre
ses composantes. Ces analyses croisées s’accompagnent généralement d’une spatialisation qui localise les secteurs ge
́ographiques ne
́cessitant une
attention particulie
̀re dans le cadre du projet.
Source : INSEE, modèle Omphale, AURAN
Entre 100 00 et 150 000 habitants supplémentaires
à l’horizon 2020 ?
Selon les hypothèses, le territoire pourrait atteindre de 840 000
à 884 000 habitants, soit une progression de 14% à 20% sur
une vingtaine d’années.
Projection par âge 2020
Source : INSEE, modèle Omphale, AURAN
Augmentation de moitié de plus de 60 ans
Quelles que soient les hypothèse retenues, le nombre de personnes de 60 ans et plus devrait augmenter de manière significative ( environ + 70 000 personnes).
Les é lus portant le SCoT de la Métropole de NantesSaint-Nazaire avaient une double ambition : maintenir
l’attractivité du territoire, et conserver les grands e
́quilibres
sociaux, é conomiques, environnementaux. La prospective les a aide
́s, au travers de deux scenarios, a
̀ mener une réflexion sur les grandes e
́volutions de la me
́tropole, ses marges d’incertitudes, ses imponde
́ rables et
ses futurs possibles.
33
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page34
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
Un diagnostic dynamique et stratégique
Pour être pertinent et efficace dans la construction
du projet, le diagnostic doit e
̂tre dynamique et porter un regard critique sur le territoire : il s’agit de
mettre en évidence les leviers sur lesquels le projet
devra apporter des re
́ponses.
Le diagnostic du SCoT doit éclairer les acteurs sur les
forces, faiblesses, opportunite
́s et menaces, du territoire et soulever des questions :
• qu’est ce qui fonctionne sur le territoire ? Que fautil préserver et maintenir ? Que faut-il maîtriser ?
• quels sont les éléments qui font défaut ? Que fautil développer ?
• quelle dynamique conforter ? Quels potentiels exploiter ?
• quelles sont les pre
́occupations a
̀ avoir ? Quelles
sont les menaces a
̀ craindre ? Que faut-il restreindre ?
Un diagnostic articulé aux territoires voisins
La réalisation du diagnostic territorial implique e
́ galement de repositionner le territoire dans son environnement géographique et institutionnel : les territoires ne sont pas des «îles». Ils sont entourés par des
territoires et des villes ayant leurs propres dynamiques, strate
́gies et projets qu’il faut prendre en
compte dans l’analyse.
Un diagnostic spatialisé
La lecture du territoire s’appuie sur une analyse
spatialise
́e. La représentation, qu’elle soit cartographique ou sche
́ matique, est indispensable pour
comprendre et partager le diagnostic. Le travail de
repré sentation graphique né cessite un effort de
simplification et de synthèse. Il doit mettre en évidence des cohé rences, des polarité s, des carences ou des secteurs pré sentant une forte
concentration d’enjeux. C’est un outil de travail à
privilé gier, en particulier comme support de discussion et de débat, en complément des rédactions.
La spatialisation du diagnostic facilite la compréhension partagée du territoire et de ses dynamiques. Elle permet de visualiser les interactions
entre ces dynamiques et le socle physique.
Un diagnostic sur-mesure
Si certains sujets sont incontournables a
̀ la
démarche SCoT (car renvoyant a
̀ des champs d’intervention majeurs et obligatoires du document
d’urbanisme), le degre
́ d’investigation et d’approfondissement ne
́cessaires dépendront de chaque
territoire, des études existantes et des projets envisagés. De plus, des problématiques particulières ou
originales peuvent e
̂tre au cœur des enjeux du territoire. C’est souvent le cas de territoires avec de
faibles dynamiques de croissance dé mographiques ou de territoires spécifiques tels que le littoral, les milieux insulaires et les ré gions de montagne. Il existe une grande diversité de territoires,
une diversité d’enjeux et donc une diversité d’approches possibles.
Une approche sur-mesure, spécifique et adaptée
a
̀ chaque territoire est donc fortement recommandée.
Conclusion : un diagnostic a
̀ façonner
de mille façons
Les méthodologies pour re
́aliser un diagnostic pre
́alable a
̀ un projet de territoire sont diverses et varie
́es
et dépendent de beaucoup de paramètres (état
de la connaissance du territoire, e
́ tudes menées au
préalable, exigences spécifiques sur des thématiques particulie
̀res, etc...).
L’objet du guide n’est pas de mettre en avant une
méthode plus qu’une autre mais d’en comprendre
la logique et les implications pour la suite de la
démarche.
Le diagnostic doit avant tout être un «outil d’aide
a
̀ la décision» partagé pour la construction d’un
projet adapte
́ et cohérent avec les enjeux du territoire.
Le contenu obligatoire du diagnostic
est précisé dans la partie 3, chapitre 3.1
«Le rapport de présentation».
34 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page35
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
La synthèse des enjeux du SCoT du Bassin de Thau
Par cette cartographie, le SCoT du Bassin de Thau synthe
́ tise l’idée générale du
diagnostic. La réalisation d’une cartographie faisant figurer l’ensemble des enjeux transversaux du territoire permet une lecture plus aise
́ e de celui-ci. Il représente notamment les thématiques du développement urbain, de la protection des espaces naturels, et les spé cificité s lié es au territoire, a
̀ savoir les
menaces et potentialite
́s qu’offre le littoral.
Syndicat mixte du Bassin de Thau - carte SCE
35
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page36
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
Les thématiques à aborder dans le diagnostic
Domaines
Thématiques
Exemples de problématiques à étudier
Liste indicative à adapter au cas par cas
Diagnostic
socioéconomique
État initial
de l'environnement
Prévisions démographiques
L'évolution démographique globale et
par secteurs géographiques
Les caractéristiques de la population (âge, taille
des ménages, emplois, revenus…)
Les flux migratoires du territoire.
Parc de logements
Évolutions / caractéristiques (taille, superficie…)
Localisation du parc de logements
Les besoins en logements (équilibre social
de l’habitat)
Les dispositifs mis en place pour conforter le
parc de logements
Tissu économique
Caractéristiques du tissu économique
Situation spatiale de l'emploi et
des zones d'activité
Description et dynamiques par secteur
(agricole, commerces et services, tourisme,
industrie…)
Analyse des facteurs d’attractivité du territoire
Équipements et services
Description du niveau d'équipement
des communes : localisation des équipements
scolaires, administratifs, sportifs et de loisirs,
culturels, santé, sociaux, touristiques…
L’aménagement numérique du territoire
Échanges et mobilités
Les grands pôles extérieurs et intérieurs
au territoire
L’offre de transport (les différents services
proposés…)
Les motifs des déplacements
Modes de déplacements
Analyse par catégorie (transport routier,
transports collectifs, déplacements doux)
Socle géographique
La topographie et le relief
L'hydrographie
Occupation du territoire
Les équilibres entre espaces : naturels, boisés,
agricoles et urbains
Armature urbaine
Analyse de la répartition des fonctions
Hiérarchie des polarités urbaines
Typologie des bâtis
Tendances et estimations pour les prochaines
années
Réseaux viaires
et de déplacements
Paysages
36 LE SCoT
La structuration du territoire par le réseau routier,
les voies ferrées, maritimes et fluviales
Transport en commun en site propre
Les unités paysagères et les éléments
structurants du paysage
Les entrées de ville
Morphologie urbaine
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page37
État initial
de l'environnement
Biodiversité
Milieux naturels, espèces, fonctionnement écologique, inventaires
Fragmentation et continuités du territoire,
Protections règlementaires
Ressources en espace
Analyse de la consommation foncière passée
au cours des 10 dernières années par catégorie d’espaces (naturels, agricoles et forestiers)
Énergie et climat
La consommation énergétique et les émissions
de gaz à effet de serre
Les secteurs de production d’énergie
Énergies renouvelables
Ressources en matériaux
Nature et localisation des gisements
de matières premières minérales
Patrimoine
Servitudes monuments historiques / Secteurs
sauvegardés / Sites classés et sites inscrits / Les
aires de mise en valeur de l’architecture et du
patrimoine / Sites archéologiques
Inventaire du petit patrimoine (non réglementé)
Ressources en eau
Ressource en eau superficielles / souterraines :
aspect quantitatif et qualitatif
Eau potable et brute
Eaux usées et assainissement
Risques naturels
Inondations et submersion marine, incendies,
glissements de terrain…
Risques technologiques
Les installations classées (Seveso, carrières…)
Nuisances sonores,
atmosphériques, sols
Pollution de l’air et des sols
Bruit
Déchets
Elimination, recyclage et traitement
des déchets
37
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page38
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
3 Élaborer le projet de territoire
3.1 Un projet avant tout stratégique
Le projet de territoire constitue une réponse aux enjeux du territoire mis en e
́vidence par le diagnostic. Ce projet doit faciliter et guider les arbitrages politiques et la planification du territoire tant au niveau
global que local. Il doit également être réaliste et
durable.
La définition d’une ligne directrice est essentielle afin
de guider les actions et orientations du projet. Plus
le projet de territoire est clair, solide, cohérent, ancré
dans la réalité, et conforme a
̀ la volonté des élus,
plus la déclinaison juridique et ope
́rationnelle sera
facile a
̀ porter et a
̀ mener.
Les deux dimensions du projet du SCoT
Le projet du SCoT est conc
̧u selon deux dimensions
essentielles, comple
́mentaires et obligatoires :
• Une dimension politique et stratégique qui est a
̀
la base de la ré daction du Projet d’Amé nagement et de Développement Durables (PADD). Il
s’agit de fixer les objectifs souhaités par les élus, le
niveau d’exigence attendu et le cap à donner
pour pré parer le territoire aux anne
́ es a
̀ venir. Il
s’agit de l’expression du parti d’aménagement
du SCoT.
• Une dimension opérationnelle et prescriptive,
correspondant a
̀ la traduction des objectifs politiques en dispositions opposables. Elle permettra
d’alimenter la rédaction du Document d’Orien-
Le Projet du SCoT
• Dimension politique
et stratégique
• Dimension opérationnelle
et prescriptive
Figure 7 : Du projet de territoire aux pièces du SCoT.
38 LE SCoT
tation et d’Objectifs (DOO). Il s’agit des moyens et
des règles proposés pour mettre en œuvre le parti d’aménagement évoqué précédemment.
La construction du projet doit aborder ces deux dimensions en paralle
̀le afin de bien prendre la mesure des engagements porte
́s, les ambitions politiques et les implications ne
́ cessaires a
̀ une mise en
œuvre efficace.
3.2 Comment construire efficacement
le projet ?
Les principes de la démarche : un puzzle
plutôt qu’un cheminement inéaire
Le projet doit être construit a
̀ partir de diffe
́rents «ingrédients» qui doivent s’imbriquer les uns aux autres
comme les pièces d’un puzzle afin de former un
projet global, cohérent et adapté aux enjeux du
territoire.
Au-dela
̀ des obligations juridiques, construire un projet de SCoT, c’est avant tout ba
̂tir une réponse personnalisée à chaque territoire en imbriquant les différentes «pièces» suivantes :
• des objectifs politiques ;
• une ambition environnementale ;
• une stratégie de développement ;
• une structuration spatiale ;
• des moyens juridiques.


La formalisation
du document
• Le PADD
• Le DOO
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page39
Objectifs
O
bjecctifs
politiques
olit
litiques
politiques
Ambition
A
mbition
en
vironnementale
environnementale
Stratégie
Stratégie
e
de
développement
développement
Structuration
ructuration
spatiale
spatiale
Moyen
s
juridiq
ues
Fil conducteur
ducteurr
Figure 8 : Le projet de territoire.
La construction du projet implique également de
trouver le «fil conducteur» pour l’avenir du territoire. Il s’agit de l’ambition centrale, décidée par les
é lus, qui va donner un sens a
̀ ces diffé rents
éléments et ainsi permettre la construction d’un projet a
̀ la fois identitaire et fe
́dérateur, re
́pondant intelligemment aux diffe
́rents enjeux territoriaux. Le fil
conducteur est donc capital pour la réussite de
la démarche. Chaque territoire doit trouver le fil
conducteur qui lui convient le mieux.
Le projet doit préciser les intentions globales de
développement du territoire. Il s’agit de de
́finir les
principes de base qui encadreront l’organisation et
la croissance du territoire durant la pe
́ riode d’application du SCoT. Ces intentions peuvent, selon les
enjeux locaux et les secteurs, viser la dynamisation
du territoire (innovation, accélération, développement, renforcement...), l’inflé chissement de
phénomènes (limitation, reconquête, maîtrise...), la
protection de certains secteurs (interdiction, encadrement, accompagnement...), et la complémentarite
́ avec les territoires voisins.
Dans le même ordre d’idée, l’ambition environnementale visée par les élus, constitue un ingrédient
important du projet : souhaite-t-on l’excellence environnementale dans tous les domaines, comme
élément fort de la stratégie territoriale ? Vise-t-on plutô t une politique environnementale ambitieuse
dans un domaine particulier justifie
́ par le diagnostic (paysages, eau, expositions aux risques, biodiversité) ?
Le projet s’appuie sur des objectifs politiques
hiérarchisés par priorités. Ce travail de hiérarchisation facilitera les choix d’aménagement dans le
temps et dans l’espace. Les grands objectifs sont
déclinés en choix stratégiques qui doivent apporter des re
́ ponses concre
̀ tes aux enjeux identifie
́s
dans le diagnostic.
La construction du projet de SCoT devrait aborder
dès le début la question des moyens opposables
a
̀ mobiliser pour atteindre les objectifs politiques. Il
est essentiel de savoir jusqu’où on peut (veut) aller
dans le caractè re prescriptif du SCoT selon les
thé matiques. Ceci afin d’ajuster les objectifs en
conséquence.
Le projet est enfin de
́cliné sous forme d’orientations
localisé es qui complè tent, traduisent ou mê me
précisent les intentions exprimées. Le SCoT étant un
outil de planification territoriale, il est fortement recommandé de construire un projet spatialisé. Ainsi, les choix méritent d’être exprimés graphiquement sans ambiguïtés.
39
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page40
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
Explorer les champs du possible : sce
́narios
contrastés ou construction itérative ?
PA R O L E S D ’ É L U S
Pierre Meffre,
Président de la Communaute
́ de
Communes du Pays Vaison- Ventoux,
Maire de Vaison-la-Romaine (84)
séduites par la qualité du
cadre de vie qu’il peut leur
offrir.
Dans notre projet, c’est le
Le paysage comme fil
paysage qui dicte ses
conducteur du SCOT du Pays
«règles» aux villages et la
Vaison Ventoux.
C’est tout naturellement que
la qualité des Paysages s’est
imposée comme fil conducteur du projet du SCoT du
Pays Vaison-Ventoux. Tout
d’abord, car c’est le principal
élément fédérateur de l’iden-
tité de notre territoire. Les
habitants et les élus y sont
viscéralement attachés. Guidé
par une ambition centrale de
consolidation et de valorisation de ce patrimoine commun, nous avons décliné en
cohérence les autres objectifs
du projet : principe d’organisation spatiale, accroissement de population, développement économique...
Notre paysage est également
notre principale ressource de
développement territorial : le
Pays Vaison- Ventoux est un
territoire attractif qui accueille des populations résidentielles et touristiques
40 LE SCoT
ville-centre. Le développement urbain doit se faire discret, respectueux et s’intégrer
harmonieusement dans son
environnement. Les espaces
naturels structurants sont
protégés, les coteaux visibles
sont préservés et ne peuvent
accueillir qu’un développe-
ment urbain très limité, stric-
tement encadré. L’urbanisa-
tion est privilégiée dans les
secteurs de plaine, moins
sensibles. L’extension des villages doit respecter les motifs
et la structure paysagère environnante (limite d’urbanisation, traitement des
franges, écrins viticole à pro-
téger..).
La qualité de nos paysages
est notre image de marque,
notre meilleure publicité. Le
SCoT est un bon outil pour les
préserver durablement.
La construction du projet vise a
̀ répondre aux besoins et enjeux hiérarchisés du territoire. Cependant,
les choix en matière d’aménagement du territoire
sont multiples : pour un me
̂me enjeu, la re
́ponse
peut revêtir des formes et des moyens tre
̀s variés.
Ainsi, une me
́thode peut consister a
̀ comparer les
choix possibles pour répondre aux enjeux au travers
de scénarios contrastés. L’évaluation de chaque
scénario au regard de son acceptabilite
́ politique,
de son efficacité et de son impact pré visible sur
l’environnement permettront de juger sa pertinence et de sa probable application sur le territoire.
L’examen des solutions pour anticiper les
consé quences du changement climatique par
exemple se prête particulièrement bien a
̀ cet exercice.
Les scé narios proposé s peuvent ê tre pluriels:
thématiques, organisationnels, fonctionnels, straté giques... Ils permettent de dé battre des diffé rentes solutions envisageables et des moyens
nécessaires pour les mettre en œuvre.
Une autre mé thode peut amener a
̀ construire le
scénario ide
́ al par la validation et l'addition successive d’hypothè ses qui ont é té amé lioré es au
cours des démarches de construction ite
́ratives.
L’essentiel, dans la construction du projet, est de ne
pas subir un scénario au fil de l’eau alimenté par
des tendances lourdes. Il s’agit a
̀ contrario d’explorer les champs du possible et de faire preuve de
pertinence pour construire une réponse sur-mesure
aux problématiques du territoire. Ainsi les élus porteurs du SCoT peuvent faire les choix pour l’avenir
de leur territoire en connaissance de cause et avec
responsabilite
́.
Voir partie 2, chapitre 4 «Construire le projet avec
les acteurs» et chapitre 5 «Conduire l’évaluation
environnementale».
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page41
Réfléchir aux moyens opposables
dès la rédaction des scénarios
Un parti d’aménagement doit être accompagné
de moyens opposables suffisants pour garantir sa
mise en œuvre. Dans le cas contraire, le document
de planification est dénué d’efficacité et le projet
perd de sa force.
Les ré flexions sur les scé narios et les hypothè ses
d’aménagement peuvent e
̂tre enrichies par l’examen des conse
́ quences des choix effectue
́ s en
termes de prescriptions, afin de calibrer la dé cision politique et d’assurer la cohe
́rence d’ensemble
du projet.
Dans le cas où certains secteurs du SCoT ne
́cessitent un approfondissement plus encadré , des
schémas de secteur peuvent e
̂tre réalisés. Cet outil peut être élaboré simultanément a
̀ l’élaboration
du SCoT, ou après son approbation, selon les circonstances.
Voir partie 4, chapitre 4.1 «Accompagner la mise
en œuvre du SCoT».
3.3 Les champs d’intervention du projet
du SCoT
Les thèmes principaux a
̀ aborder sont synthe
́tisés
dans le schéma ci-après. Pour autant, il ne s’agit
pas de produire des re
́ponses sectorielles aux enjeux du diagnostic. A l’inverse, le sche
́ ma met en
évidence le caractère transversal du projet qui doit
croiser les différentes thématiques dans le cadre
d’une approche intégrée.
Les sujets à aborder dans le projet du SCoT sont
pré senté s de façon plus dé taillé e en fin de partie 2 sous forme de «Fiches» afin de faciliter leur
lecture. Les fiches permettent d’aller plus loin sur
le contenu technique du SCoT. Elles précisent les
obligations et moyens du SCoT dans chacun des
champs d’intervention et donnent des exemples
d'application sur des territoires variés.
Fiche 1 Le parti d’ame
́nagement du projet permet
de construire l’armature spatiale du territoire. Celle-ci de
́finit l’organisation souhaite
́e pour l’avenir, localise les grandes vocations (urbaines, agricoles,
naturelles, forestie
̀res), les équilibres a
̀ respecter, les
polarités urbaines et rurales a
̀ conforter ou a
̀ développer, les secteurs a
̀ revitaliser... Il s’agit en quelque
sorte d’un plan d’ensemble, de la logique spatiale
et fonctionnelle qui est propose
́e pour l’avenir du
territoire.
Le code de l’urbanisme pré cise les objectifs des
politiques publiques et the
́ matiques auxquels le
projet du SCoT doit répondre en matière de planification.
Fiche 1
Fiche 3
Fiche 5
Fiche 7
Fiche 9
Fiche 11
Fiche 13
Définir l’armature spatiale
du territoire
Planifier l’habitat et améliorer
la cohésion sociale
Limiter la
consommation
t
d’espace
Anticiper le développement économique
et l’aménagement commercial
Organiser les déplacements
et les mobilités
Protéger la biodiversité et la
Trame Verte et Bleue ( T VB)
Préserver les espaces à usage ou
à potentiels agricoles, forestiers
Valoriser le paysage et
le patrimoine bâti
Maîtriser les énergies et les
émissions de
d Gaz à eff
ffet
et de Serre
Prévenir les
risques
Utiliser avec efficacité
des ressources naturelles
Développer les communications
électroniques
Prévenir les pollutions
et les nuisances
Fiche 2
Fiche 4
Fiche 6
Fiche 8
Fiche 10
Fiche 12
Autres spécifités
du territoir
du
ie
Figure 9 : Les thèmes à aborder dans le projet de territoire.
41
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page42
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
La dimension lié e au dé veloppement
économique et commercial occupe une place
importante dans le projet. Celui-ci doit faire des
choix de localisation pré fé rentielle des activité s
économiques en cohérence avec l’habitat et les
transports.
Fiche 2
Fiche 3
Dans cette organisation spatiale, le projet
doit également définir une stratégie de l’habitat et
des objectifs de production de logements afin d’atteindre notamment des objectifs de mixité sociale.
Les questions des mobilité s et des
déplacements représentent un autre champ d’action majeur du SCoT. Celui-ci constitue un instrument privilégié de mise en cohérence des choix
d’urbanisme avec l’offre de transport alternative a
̀
la voiture particulie
̀re. Les échelles du bassin de vie
ou de l’aire urbaine sont particuliè rement pertinentes pour articuler transport et urbanisme dans
une logique de réduction des émissions de gaz a
̀
effet de serre.
Dans le mê me esprit, le projet du SCoT
doit clarifier la place ré servé e aux espaces a
̀
usages et potentiels agricoles et forestiers dans
l’armature spatiale et préciser leur rôle dans l’avenir.
Fiche 7
Fiche 8
Les paysages et le patrimoine sont
également des dimensions importantes auxquelles
le SCoT doit apporter des ré ponses : que ce soit
au niveau du maintien des grandes unités paysagères, de la protection des sites remarquables naturels ou construits, de la valorisation des entrées de
ville ou du patrimoine ba
̂ti.
Fiche 4
Si le projet du SCoT oriente les choix d'aménagement urbain du territoire, il vise également la protection des ressources et des milieux naturels et
cherche a
̀ minimiser ses incidences sur l’environnement (voir zoom dé veloppement durable et
SCoT page suivante).
Ainsi la consommation foncière doit être
ralentie et les choix d’extension de l’urbanisation explicités et argumente
́s.
Fiche 5
Le SCoT définit une stratégie de préservation de la biodiversite
́ qui passe par la mise en
réseau des espaces non urbanise
́s et l’adoption de
mesures de protection des espaces nécessaires au
maintien des e
́quilibres écologiques.
Fiche 6
42 LE SCoT
Comme é voqué pré cé demment,
la réduction des émissions de gaz a
̀ effet de serre et la maîtrise de l’énergie constituent des nouveaux champs d’intervention pour les SCoT.
Ils chercheront à y apporter des réponses
concrètes... en mobilisant tous les leviers disponibles : limitation de l’étalement urbain, cohérence entre urbanisme et transport, développement
des énergies renouvelables.
Fiche 9
Fiche 10
En tant que document d’urbanisme et
d’anticipation, le SCoT va chercher a
̀ minimiser l’exposition aux risques naturels par des choix d’urbanisme adapté s et des dispositions inté grant les
risques dans la strate
́gie globale d’ame
́nagement.
Fiche 11/12
Le projet doit rechercher un usage raisonné et parcimonieux des ressources en eau et
en matériaux et limiter les pollutions et nuisances
notamment engendrées par le développement urbain ou les activite
́s humaines.
Fiche 13 Enfin, le de
́veloppement des communications nume
́riques, nouvelle thématique imposée par la loi ENE, doit être effectuée dans l’optique
de faciliter l’accès des ménages et entreprises a
̀
des services, ceci participant au développement
équitable et durable du territoire.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page43
ZOOM SUR...
Le SCoT et les «cinq finalité s» du dé veloppement durable
La loi du 12 juillet 2010 portant Engagement national pour l’environnement soumet les collectivite
́s territoriales et EPCI de plus de 50 000 habitants a
̀ la présentation d’un rapport en matière de développement durable. Celui-ci doit comporter un bilan des politiques, programmes et actions publiques de la collectivite
́
au regard du de
́veloppement durable, ainsi qu'une analyse des processus de
gouvernance et doit s’accompagner des e
́léments nécessaires a
̀ leur amélioration.
Le projet du SCoT est avant tout un projet de développement territorial répondant
aux attentes et objectifs du de
́veloppement durable. A ce titre, il fait partie des documents a
̀ considérer lors de la rédaction du rapport. Il est donc utile de mettre
en relation les cinq finalite
́s du développement durable de
́finies par le code de
l’environnement (article L110-1) avec les moyens du SCoT pour re
́ pondre en tant
que politique publique territoriale.
1. La lutte contre le changement climatique
Le SCoT participe a
̀ la mise en place d’un aménagement du territoire qui atténue
et anticipe les changements climatiques notamment par les dispositions relatives
a
̀ l'énergie et aux e
́missions de gaz a
̀ effet de serre, et par la re
́duction des obligations de de
́placements.
2. La pré servation de la biodiversité , des milieux et des ressources
Le SCoT préserve la biodiversite
́ par la mise en place d’une Trame Verte et Bleue.
Il permet la maîtrise de la consommation d’espace et se
́curise le foncier agricole. Il protège également les paysages et favorise une consommation efficace
et raisonne
́e des ressources naturelles.
3. La cohé sion sociale et la solidarité entre les territoires et les gé né rations
Le SCoT vise a
̀ réduire les ine
́galités sociales et territoriales par un urbanisme favorisant la mixite
́ et la solidarite
́.
4. L'é panouissement de tous les ê tres humains
Le SCoT cherche a
̀ satisfaire les besoins en logements, notamment sociaux et a
̀
faciliter équitablement l’accès aux équipements et services, a
̀ un cadre de vie
environnemental, sanitaire et urbain de qualite
́ pour tous les habitants.
5. Une dynamique de dé veloppement suivant des modes de production
et de consommation responsables
Le SCoT favorise un développement urbain responsable minimisant son empreinte
environnementale et encourage le de
́ veloppement e
́conomique local.
Pour en savoir plus
«Premiers éléments méthodologiques pour l’élaboration du rapport sur la situation
en matière de développement durable» – Commissariat ge
́néral au développement durable – Juin 2012
43
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page44
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
4 Construire le projet avec les acteurs
et les citoyens
Le SCoT est un projet collectif par dé finition. Regroupant des dizaines, voire des centaines de
communes et plusieurs intercommunalités, le partage des enjeux et des orientations est une condition fondamentale pour aboutir a
̀ un projet concret
et acceptable par tous.
La mise en place d’une véritable gouvernance doit
donc être une préoccupation majeure des e
́lus du
territoire tout au long de son e
́laboration jusqu’a
̀ sa
validation et me
̂me au-dela
̀.
Le SCoT est porte
́ par un syndicat mixte ou un e
́tablissement public de coope
́ration intercommunale (communauté de communes, d’agglomération,
urbaine, pôle métropolitain...). La gouvernance du
SCoT doit intégrer de multiples partenaires institutionnels : chambres consulaires, repre
́sentants du
Conseil Général et Régional, services de
́concentrés de l’Etat, et de nombreux acteurs locaux : e
́ lus
locaux, groupes d’intérêt, citoyens intéressés, professionnels...
Les modalités de la concertation sont définies par
l’établissement public porteur du SCoT.
Si certaines e
́tapes sont impose
́es (information du
public, débat sur les orientations du Projet d'Aménagement et de Développement Durables, bilan
de la concertation, enquête publique,...), l’établissement porteur du SCoT dispose d’une marge de
manœuvre importante pour mettre en place une
gouvernance adaptée au territoire, a
̀ ses modes
de fonctionnement et a
̀ ses ambitions.
Ci-après, quatre niveaux de gouvernance sont distingués : l’assise politique et technique, l’association
des partenaires institutionnels et la participation de
la société civile.
4.1 Le portage du SCoT : donner une assise
large au pilotage politique du SCoT
Ce que dit la loi
Article L. 122-4 du Code de l’urbanisme
Le schéma de cohérence territoriale est élaboré par un é tablissement public de coopé ration intercommunale ou par un syndicat mixte
constitué exclusivement des communes et
é tablissements publics de coopé ration intercommunale compétents compris dans le péri-
44 LE SCoT
mè tre du sché ma. Cet é tablissement public
est également chargé de l'approbation, du suivi et de la révision du schéma de cohérence
territoriale.
ZOOM SUR...
La confé rence des maires
Les conférences des maires sont des instances
de concertation, des espaces de dé bat, de
propositions, d’initiatives, et de prise de position.
Les maires des communes peuvent au travers
des conférences exprimer des demandes collectives, être informe
́s des solutions propose
́es,
suivre l’activité du territoire, l’avancement des
opérations, valider le projet de de
́veloppement
de leur territoire...
Quelques SCoT de références : SCoT de l'agglomération Lyonnaise, Maires du Jura Bernois (intégrant les communes de Bienne et d’Evilard en
Suisse), Communauté d’Agglomé ration de
Mantes-En-Yvelines...
Les ateliers territoriaux
Les ateliers territoriaux rassemblent des e
́ lus, des
techniciens des collectivite
́s et organismes publics, voire des représentants du monde associatif... Ils permettent, dans un cadre plus restreint et souvent plus familier, d'identifier
collectivement les proble
́ matiques, les pistes
d'action, les priorité s et de té moigner d’expériences. Ces ateliers aident a
̀ appréhender le
territoire par une approche transversale et a
̀
déterminer les besoins et attentes des secteurs
étudiés.
Quelques exemples : les ateliers territoriaux du
SCoT de l’aire métropolitaine bordelaise (porté
par le SYSDAU), SCoT du Pic-Saint-loup et Haute
Vallée de l'Hérault, SCoT de la Communauté
d'agglomération Royan Atlantique…
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page45
Le SCoT est é laboré , arrê té , puis approuvé par
l’établissement public porteur du SCoT. Mais au-dela
̀ des représentants élus délégués qui y siègent, le
SCoT a besoin d’être porté par l’ensemble des e
́lus
locaux pour être efficace. En effet, le SCoT comme
projet de territoire va bien au-dela
̀ d’un cadre de
référence réglementaire qui s’impose (aux documents d’urbanisme locaux notamment). Il formalise une ambition commune et une stratégie pour
l’atteindre. Il ne suffit donc pas de déléguer l’élaboration du SCoT a
̀ un comité de pilotage, certes
nécessaire. Une assise politique large est essentielle pour impliquer tous les «dé cideurs» locaux. La
gouvernance a
̀ mettre en œuvre devra laisser une
place importante a
̀ l’échange et a
̀ la concertation
entre les élus locaux. Pour permettre ces e
́changes,
de nombreux outils diffe
́rents d’un territoire a
̀ l’autre
ont déja
̀ été expérimentés. Ces derniers peuvent
par exemple prendre la forme d’ateliers territoriaux,
de conférences des maires ou bien encore de visites collectives sur le terrain.
4.2 Mettre en place une ingénierie
adaptée
Le SCoT est un projet construit par les e
́lus d’un territoire. Il constitue un document tant «politique» que
technique. Cette bivalence du document ne
́ cessite de mettre en place, au-dela
̀ du portage politique fort, une inge
́nierie adapte
́e pour animer la
procédure, produire et formaliser les documents du
SCoT, aider a
̀ la dé cision des é lus et faire vivre le
SCoT après son approbation.
Animer la procédure
L’élaboration du projet de SCoT est conduite par
l’établissement public qui prend les décisions relatives a
̀ son élaboration (établissement public de coopé ration intercommunale ou syndicat mixte).
Quelle que soit la taille et la structuration de l’établissement porteur du SCoT, il joue un rôle fondamental dans l’organisation, l’animation et le suivi de
la procédure d’élaboration du SCoT.
Le «chargé de mission SCoT» repre
́ sente en ce
sens le maillon fe
́dérateur entre les e
́lus du territoire
et les experts techniques qui «produisent» le conte-
nu du SCoT. Il veille au respect de la procédure, des
impératifs du SCoT de
́finis par les textes de loi et les
ambitions politiques. Il assure la coordination entre
les différentes instances de pilotage, d’association
et de concertation du projet.
Assister les élus a
̀ construire le projet et
formaliser les pièces du SCoT
Selon ses moyens techniques et humains, l’e
́tablissement public peut assurer l’animation de la procé dure et la production des piè ces du SCoT en
«ré gie» ou s’appuyer sur des organismes techniques pour assurer des prestations d’e
́ tudes, d’animation, de communication et de veille juridique.
Ces organismes peuvent e
̂tre de deux types :
 La maîtrise d’œuvre déléguée a
̀ une institution
publique : les agences d’urbanisme, lorsqu’elles
sont présentes sur un territoire, peuvent accompagner l’élaboration des documents d’urbanisme
et notamment des SCoT. Elles peuvent é galement ê tre associé es en tant qu’experts the
́ matiques pour aider les é lus a
̀ faire les bons choix
comme d’autres organismes (CAUE notamment).
 La maîtrise d’œuvre déléguée a
̀ une instance
privée telle que des bureaux d’études spécialisés
dans la conception des documents de planification et de strate
́gie territoriale. Urbanistes, architectes, paysagistes, écologues, économistes, ingé nieurs... allient ainsi leurs compé tences au
service du projet de territoire.
Faire vivre le SCoT après son approbation
Une fois le projet de SCoT approuvé, il sera nécessaire de le faire vivre pour garantir l’atteinte des objectifs fixe
́s collectivement. Pour cela, l’inge
́ nierie
accompagne et soutient les élus pour assurer le suivi des projets initie
́s par le SCoT et la compatibilite
́
des documents d’urbanisme locaux avec le Document d’orientation et d’objectifs (cartes communales, PLU et PLU intercommunal).
Les modalités de suivi du SCoT sont détaillés
en partie 4 «Faire vivre le SCoT».
45
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page46
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
4.3 Réussir l’association des partenaires
institutionnels : la co-construction
du SCoT
L’association des partenaires institutionnels est obligatoire et cadre
́e par la loi. Elle doit avoir lieu tout
au long de l’élaboration du SCoT. Lorsque ce dernier est arrêté, les personnes publiques associe
́es
(PPA) doivent e
́mettre un avis.
Ce que dit la loi
2° les syndicats mixtes de transports cré é s en
application de l'article L. 1231-10 du code
des transports lorsque le schéma est élaboré
par un établissement public qui n'exerce pas
les compé tences dé finies aux articles
L. 1231-10 et L. 1231-11 de ce code ;
3° Les établissements publics chargés de l'élaboration, de la gestion et de l'approbation
des schémas de cohérence territoriale limitrophes.
Article L121-4 du code de l’urbanisme
I. - L'État, les régions, les départements, les autorités compétentes en matière d'organisation
des transports urbains, les établissements publics de coope
́ ration intercommunale compé tents en matiè re de programme local de
l'habitat et les organismes de gestion des parcs
naturels régionaux et des parcs nationaux sont
associés a
̀ l'élaboration des schémas de cohérence territoriale et des plans locaux d'urbanisme dans les conditions définies aux chapitres
II et III.
Il en est de même des chambres de commerce et d'industrie territoriales, des chambres de
métiers, des chambres d'agriculture et, dans les
communes littorales au sens de l'article L. 3212 du code de l'environnement, des sections
ré gionales de la conchyliculture. Ces organismes assurent les liaisons avec les organisations professionnelles inte
́ressées.
Les é tudes é conomiques né cessaires a
̀ la
préparation des documents prévisionnels d'organisation commerciale et artisanale peuvent
ê tre ré alisé es a
̀ l'initiative des chambres de
commerce et d'industrie territoriales et des
chambres de me
́tiers.
II. - Pour l'é laboration des sché mas de cohé rence territoriale, sont, en outre, associé s
dans les mêmes conditions :
1° Les communes limitrophes du périmètre du
schéma ;
46 LE SCoT
Article L122-6-2 A
Le président de l'e
́tablissement public mentionné aux articles L. 122-4 et L. 122-4-1 ou son repré sentant consulte la commission de
́ partementale de la consommation des espaces
agricoles prévue a
̀ l'article L. 112-1-1 du code
rural et de la pêche maritime ainsi que les associations mentionne
́es a
̀ l'article L.121-5.
Le président de l'e
́tablissement public, ou son
représentant, peut recueillir l'avis de tout organisme ou association compe
́ tent en matie
̀re
d'amé nagement du territoire, d'urbanisme,
d'environnement, d'architecture, d'habitat et de
déplacements, y compris des collectivités territoriales des États limitrophes.
L’article L. 122-3 du code rural et de la pe
̂ che maritime
Toute é laboration d’un SCoT ayant pour
consé quence la ré duction des surfaces des
zones agricoles est soumise a
̀ l’avis de la commission départementale de la consommation
des espaces agricoles. En outre-mer, tout projet doit faire l’objet d’un avis favorable de cette
commission. De la me
̂me façon, devront être
consultés, le cas échéant l’INAO ou le centre
national de la proprie
́té forestière.
L’importance de la cohérence entre les politiques
locales, départementales et re
́gionales justifie une
réflexion approfondie sur les besoins de concertation. Les réunions avec les PPA sont faites pour cela. La cohérence n’est pas uniquement descen-
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page47
dante (la prise en compte des politiques supé rieures dans les politiques locales), mais peut
aussi être ascendante (ajustement des autres politiques au regard du projet de SCoT).
Le SCoT est un outil parfaitement adapte
́ pour que
les institutions publiques travaillent ensemble sur la
vision d’un territoire, les besoins d’aménagement et
de dé veloppement, et leur de
́ clinaison dans les
politiques sectorielles. De nombreux domaines cle
́s
du SCoT sont en effet des compétences partagées
directement ou indirectement : articulation entre
dé veloppement urbain et dé veloppement des
transports, promotion économique et aménagement des zones d’activités, définition de corridors
écologiques et gestion des espaces concerne
́ s...
Certains de ces acteurs sont des spe
́cialistes permettant d’apporter une plus-value dans la re
́ daction de volets du SCoT. En tant que conseillers, ils facilitent la dé finition du projet par leurs
connaissances. En tant que partenaires, la convergence sur le projet est indispensable. Les associer,
c’est légitimer et renforcer le projet, mais aussi
négocier les garanties et les conditions.
Dans cet esprit, au dela
̀ de la liste expresse des personnes publiques associées prévues par la loi, les
porteurs de SCOT peuvent utilement consulter des
organismes dont l’expertise peut être précieuse :
gestionnaire des grands sites, du patrimoine mondial,...
L’État a un ro
̂le spécifique dans la co-construction
du SCoT. Il est un acteur incontournable non seulement par le poids de son avis et le contro
̂ le de
légalité exercé par le Préfet, mais aussi puisqu’il doit
porter a
̀ connaissance le cadre législatif et réglementaire a
̀ respecter, ainsi que les projets des collectivités territoriales et de l'État en cours ou existants.
4.4 Faire participer la société civile,
les habitants, et les associations
Au-dela
̀ de l’enque
̂te publique (proce
́dure imposée par l’article L.122-10 du code de l’urbanisme),
l’information et la concertation avec la socie
́té civile sont des é lé ments indispensables de la
démarche. Ici, le choix des possibles est quasiment
infini et fortement de
́ pendant des ambitions des
élus locaux.
Des simples réunions et expositions publiques aux
évènements innovants tels que des «RandoSCoT»
et les panels citoyens, en passant par les conseils
de développement, presque tout est possible.
Toutefois, une vigilance est nécessaire. La grande
échelle et les contenus parfois très techniques et
abstraits des SCoT ne facilitent pas toujours les
échanges avec le grand public. Pour pallier cette
difficulté, l’appel a
̀ la pédagogie et la créativité des
citoyens sont de bons conseils... Ainsi des initiatives
novatrices et originales peuvent être expérimentées. Ces tentatives sont souvent testées en complément de formules plus traditionnelles.
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Extrait de la lettre de transcription de la note d’enjeux du
préfet d’Indre-et-Loire concernant le projet du SCoT de
l’agglomération tourangelle :
L’imbrication et la multiplicité des enjeux présents sur
le territoire du SCoT de l’agglome
́ ration tourangelle
génèrent inévitablement une certaine complexité. Cela se traduit en particulier par le fait que l’application de
certaines des politiques de l’Etat est susceptible de les
faire entrer en conflit, notamment :
• La politique du logement, le maintien de la croissance démographique, le renforcement de l’attractivité économique, qui peuvent s’opposer à l’objectif de
ré duction des pré lè vements dans la nappe du Cé
nomanien.
• Le renouvellement urbain, la densification aux abords
des accè s aux transports en commun, la lutte contre
l’étalement urbain, qui peuvent s’opposer a
̀ l’objectif
de prévention des risques d’inondation.
• La décongestion du re
́seau routier dans les secteurs
problé matiques, par la requalification d’infrastructures existantes voire la cre
́ation d’infrastructures nouvelles, qui peut s’opposer au maintien et a
̀ la re- mise en état des continuités écologiques, ainsi qu’a
̀ l’objectif de ré duction de la part modale de la voiture
particulière.
Il y conviendra donc, pour concilier les objectifs qui
s’avè reraient antagonistes, que le SCoT adopte une forme d’é quilibre entre la prise en compte de ces différentes politiques, afin de re
́soudre ces oppositions».
47
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page48
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
Ce que dit la loi
Article L300-2 du code de l’urbanisme
Font l'objet d'une concertation associant, pendant toute la durée de l'élaboration du projet,
les habitants, les associations locales et les
autres personnes concerne
́es :
1° L'é laboration ou la ré vision du sché ma de
cohérence territoriale ou du plan local d'urbanisme.
Article L121-5 du code de l’urbanisme
Les associations locales d'usagers agré é es
dans des conditions dé finies par dé cret en
Conseil d'État, ainsi que les associations
agréées mentionnées a
̀ l'article L. 141-1 du code de l'environnement sont consultées, a
̀ leur
demande, pour l'e
́laboration des sche
́mas de
cohérence territoriale, des schémas de secteur
et des plans locaux d'urbanisme. Elles ont accès au projet de schéma ou de plan dans les
conditions pre
́vues a
̀ l'article 4 de la loi n° 78753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures
d'amélioration des relations entre l'administration et le public et diverses dispositions d'ordre
administratif, social et fiscal.
Commentaires
Les modalités de concertation ne sont pas prédéfinies par le code de l’urbanisme. Tout au
plus celui-ci précise que ces modalités doivent,
pendant une durée suffisante au regard de
l'importance du projet, permettre au public
d'accéder aux informations relatives au projet
L’accès à l’information :
gage de transparence
Au-dela
̀ de ces initiatives ambitieuses, quelques
démarches plus simples peuvent être établies. La
mise en ligne sur internet des documents en cours
d’élaboration, même a
̀ un stade précoce, complé té s par un espace de discussion (re
́ union publique, forum) permettent aux citoyens et professionnels, mais aussi aux é lus et partenaires
institutionnels, d’ê tre a
̀ jour et de faire des remarques.
Information
Consultation
Concertation
Co-construction
Expositions
Lettres/prospectus
Presse
Internet
Questionnaires aux
entreprises et
commerçants
Entretiens ciblés
Conseils de quartier
Débats publics
Réunions publiques
Ateliers
Forums
Ateliers thématiques
Figure 10 : Vue d'ensemble des outils disponibles.
48 LE SCoT
et aux avis requis par les dispositions législatives
ou réglementaires applicables et de formuler
des observations et propositions qui sont enregistrées et conservées par l'autorité compétente.
Pour garantir l’effectivité de la participation du
public à la décision, l’article L. 300-2 du code
de l’urbanisme prévoit que la collectivité devra
tirer un bilan de la concertation. Ce bilan se fera sur le projet arrêté, et sera joint au dossier
d’enquête publique.
Le juge est la seule personne pouvant apprécier si les modalités de concertation sont suffisantes. Dans le cas contraire, il pourra être
amené à sanctionner des faits révélant une carence ou absence de concertation (Cour administrative d'appel de Bordeaux, arrêt du
4 mars 2010, SCI MVP Paris).
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page49
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
© Frédéric LE LAN / Communauté d’Agglomération de La Rochelle
Les panels citoyens
Les RandoSCoT
Il s’agit d’un groupe de citoyens représentatifs
associés a
̀ différentes étapes de l’élaboration et
de suivi du SCoT. Ces derniers sont invités a
̀ se
réunir pour discuter de the
̀mes et être force de
contre - proposition. L’expertise «d’usage» du
groupe peut utilement e
̂tre complétée par l’intégration de techniciens ou par des modules
de «formation».
Afin d'enrichir les débats destinés a
̀ l'élaboration
du Schéma de Cohérence Territoriale, des randoSCoT ont é té expé rimenté es. À la fois randonné es et ateliers itiné rants destiné s aux citoyens, elles proposent d'é changer sur les
préoccupations et de partager leur vision de
l'avenir a
̀ partir d'exemples concrets sur le terrain. «Aller sur le terrain, pointer du doigt les
améliorations souhaitables, mettre en e
́vidence les atouts, telle est la vocation des randos,
pour que les scé narii de mise en œuvre du
SCoT et les solutions deviennent une e
́vidence».
Evènement citoyen, la participation d’élus est
un moyen puissant pour valoriser cette expérience dans le processus politique de décision.
Exemple de territoire ayant instauré
cette démarche : le SCoT du Pays
de Montbéliard.
Exemples de territoires ayant instauré
des randoSCoT : le SCoT de l'agglomération
de La Rochelle, SCoT du Bassin de Thau.
© Laurent Mignaux/METL-MEDDE
49
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page50
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
5 Conduire l’évaluation environnementale
Les documents d’urbanisme sont soumis a
̀ une
évaluation environnementale. Au-dela
̀ du caractère obligatoire de l’e
́valuation environnementale
pour les SCoT, il est important d’en comprendre l’inté rê t et les enjeux pour les territoires, mais e
́ galement d’en appré hender les exigences pour la
maîtrise d’ouvrage.
L’é valuation environnementale n’est pas une
démarche annexe ou accessoire. Elle fait partie
intégrante de la logique de construction du projet de territoire. Elle s’inscrit dans un processus itératif
qui engage un dialogue entre les choix d’urbanisation et des enjeux de préservation de l’environnement renforce
́s par le code de l’urbanisme.
Le cadre juridique de l’évaluation
L’obligation de procéder a
̀ une évaluation environnementale, prévue par la Directive européenne du 27 juin 2001 (2001/42/CE), est reprise aux articles L. 121-10 a
̀ L. 121-15 et R.
121-14 et suivants du code de l’urbanisme. Les
SCoT figurent parmi les documents d’urbanisme
devant, toujours, faire l’objet d’une évaluation
environnementale. Les dispositions réglementaires précitées, modifiées en dernier lieu par
le décret n°2012-995 du 23 aoû t 2012 relatif a
̀
l’évaluation environnementale des documents
d’urbanisme, pré cisent le contenu de cette
évaluation et les conditions dans lesquelles l’autorité administrative de l’Etat compe
́ tente en
matiè re d’environnement se prononce sur le
contenu de cette e
́valuation.
5.1 Les attendus de la démarche
d’évaluation : un guide pour
l’élaboration du projet
Comme précisé dans la première partie du guide,
réalisé par le commissariat ge
́néral au développement durable, les territoires ont des responsabilités
nouvelles en matière de protection et de prise en
compte de l’environnement.
La démarche d’évaluation vise a
̀ garantir le caractè re durable du projet au regard de la dimension environnementale.
50 LE SCoT
La dé marche comprend ainsi plusieurs objectifs
spécifiques :
• alimenter la construction du projet, en fournissant
les é lé ments de connaissance né cessaires et
utiles pour la re
́flexion ;
• accompagner et é clairer les dé cisions politiques ;
• dé montrer la bonne cohé rence entre les politiques au regard de l’environnement ;
• donner de la transparence aux choix re
́ alisés ;
• pré parer le suivi ulté rieur de la mise en œuvre
du schéma.
Pour en savoir plus
L'évaluation environnementale des documents
d'urbanisme - Le Guide
www.developpement-durable.gouv.fr
5.2 Les principes clefs de la démarche
La démarche d’évaluation, pour être bénéfique au
projet et de qualite
́, doit respecter cinq principes
fondamentaux : e
̂tre itérative, transversale, proportionnée, prospective et spatialisée.
Une approche itérative
En premier lieu, il s’agit d’une démarche itérative qui
interroge, propose, critique et amé liore le projet
au fur et a
̀ mesure de sa construction. Les modifications apporté es au projet gra
̂ ce aux recommandations de la dé marche d’é valuation sont
elles- mêmes réajustées en conséquence dans le
rapport environnemental.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page51
Comme l’illustre le sché ma ci-dessous, la
démarche s’inscrit dans un cycle de construction
de projet et pas dans un cheminement liné aire.
Elle n’intervient pas a posteriori du projet mais en
parallèle, comme une composante a
̀ part
entière de la méthode d’élaboration du SCoT.
Une approche transversale
En second lieu, l’e
́valuation environnementale doit
permettre d’appre
́hender le territoire comme un
écosystème et ainsi analyser les interactions existantes entre les proble
́ matiques environnementales, que ce soit en termes de synergies ou de
contradictions potentielles.
Une approche proportionnée
L’évaluation environnementale doit e
́galement permettre de cibler les the
́ matiques principales qui
revêtent un intérêt particulier et devant être analysées de façon détaillée au niveau des documents
d’urbanisme locaux (cartes communales, PLU et
PLU intercommunal).
Une approche prospective
L’é valuation environnementale ne doit pas ê tre
conduite de façon statique, comme une photographie a
̀ un instant donne
́. Elle interroge le passe
́
(la rétrospective) et surtout l’avenir (la prospective).
Elle doit évaluer les incidences prévisibles des choix
du SCoT a
̀ horizon 10-15 ans pour être en mesure
de comparer entre eux les sce
́narios.
5.3 Déroulement et contenu de l’e
́valuation
Les cinq e
́tapes e
́numérées ci-dessous permettent
de comprendre l’enchaînement de la de
́marche
d’évaluation environnementale et son ro
̂le dans la
construction du projet.
Identifier et hiérarchiser les enjeux environnementaux du territoire
L'é tat initial de l’environnement est la premiè re
brique de l’évaluation environnementale. Il s’agit de
produire les éléments de connaissance qui serviront
ensuite de références dans tout le processus d'e
́laboration du SCoT.
Il rassemble toutes les connaissances environnementales (au sens large) du territoire et en analyse
les enjeux pour l’avenir : l’e
́ tat des ressources naturelles, de la biodiversité, des espaces agricoles et
forestiers, du paysage et du patrimoine, mais aussi
les consé quences des activité s humaines en
termes d’émission de gaz a
̀ effet de serre, de pollutions et nuisances de toutes origines, de cadre
et de qualité de vie, de sante
́ publique...
L’état initial de l’environnement permet de de
́ gager
une vision strate
́gique et transversale de la situation
environnementale du territoire : il doit permettre
de révéler ses forces et ses faiblesses, ses valeurs,
ses richesses autant que ses contraintes et pressions.
Diagnostic
Une approche spatialisée
Comme le reste du SCoT, la démarche d’évaluation est un instrument de spatialisation : les enjeux
environnementaux, les interactions avec les territoires voisins, les incidences du projet sur certaines
portions du territoire doivent e
̂ tre graphiquement représentées.
Évaluation
environnementale
Projet
politique
et prospectif
Scénarios et options
stratégiques
Figure 11 : Principes de l’é valuation environnementale.
51
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page52
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
Il débouche sur la formulation d’enjeux environnementaux hié rarchisé s et territorialisé s. Cette
analyse est une é tape fondamentale de la
construction du projet qui va largement contribuer
a
̀ la définition des choix stratégiques et des orientations du SCoT. Ceci afin de proté ger efficacement les éléments de valeur du territoire.
Aider a
̀ la décision politique pour
construire le projet
La démarche d’évaluation environnementale joue
un rô le particulier dans la construction et le
«contrôle qualite
́» du document au regard de l’environnement.
En clarifiant les enjeux environnementaux, elle
alerte les élus sur les sujets qui méritent une attention particulière dans le projet :
• elle constitue une aide a
̀ la définition du projet sur
des sujets de socie
́té majeurs et contribue a
̀ renforcer l’ambition environnementale portée par les
élus ;
• elle assure la bonne prise en compte des enjeux
environnementaux du territoire dans le projet ;
• elle identifie les manques (en termes d’objectifs
stratégiques, de prescriptions ou de traductions
graphiques) et propose des réajustements, compléments et améliorations.
En offrant une vue d’ensemble sur les incidences
environnementales des diffé rents scé narii de
développement possibles, elle favorise le débat
politique sur les options d’aménagement :
• elle compare les incidences des diffé rents
scé narios sur l’environnement et fournit l’argumentaire nécessaire a
̀ la «justification des choix
opérés au regard des autres solutions de substitution raisonnables en tenant compte des objectifs et du champ d’application géographique
du schéma» ;
• elle caractérise, quantifie (dans la mesure du possible) et localise les incidences pré visibles du
schéma (qu’elles soient positives ou négatives) sur
les différentes composantes environnementales
du territoire. Elle pré sente et identifie l’é tat des
zones qui seront au premier chef «consommées».
52 LE SCoT
• elle présente «les mesures envisagées pour éviter
ou réduire les conséquences dommageables
du schéma sur l’environnement» ;
• elle peut dé finir des mesures compensatoires,
comme solution ultime, a
̀ défaut d’avoir pu éviter
ou réduire les impacts concerne
́s.
Assurer la cohérence interne
et externe du SCoT
L’évaluation environnementale permet de ve
́rifier
l’articulation du projet du SCoT avec un certain
nombre d’autres documents d’urbanisme et plans
ou programmes. Il doit e
́ galement expliquer les
choix retenus au regard «des objectifs de protection de l’environnement établis au niveau international, communautaire ou national». Il ne s’agit pas
d’en faire une simple vérification a posteriori, mais
bien d’assurer la cohérence, la complémentarité
voire la synergie entre des politiques publiques
mises en œuvre a
̀ différentes échelles.
L’évaluation vérifie également la cohérence interne du document (entre les différentes pièces) et assure que les prescriptions dé finies ne sont pas
contradictoires les unes avec les autres.
Donner de la transparence
aux choix réalisés
La loi attend du SCoT qu’il explique ses choix et propositions au grand public par un travail de pe
́dagogie. Le projet du SCoT ne peut pas être parfait
dans tous les domaines de l’environnement car il
doit é galement ré pondre aux pré occupations
économiques et sociales du territoire, ce qui peut
parfois s’avérer contradictoire. En revanche, c’est
un projet qui doit assumer ses choix en termes
d’environnement.
Le SCoT a donc un devoir de transparence aupre
̀s
des acteurs et citoyens d’un territoire qui est réalisé
au travers de l’information, de la concertation puis
de l’enquête publique en fin de de
́marche.
Il s’agit de communiquer et d’expliquer aux habitants du territoire :
• la manie
̀re dont ont e
́té pris en compte les enjeux
environnementaux dans le projet que ce soit en
termes de préservation ou de limitation des incidences négatives ;
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page53
• les critè res et les arguments ayant conduit aux
options d’urbanisation retenues et le poids des
considérations environnementales dans ces arbitrages politiques ;
• les nouvelles dispositions qui s’appliquent en matière de protection de l’environnement avec l’entrée en vigueur du SCoT.
Préparer le suivi de la mise en œuvre
du SCoT
Le dernier objectif de l’évaluation est de fournir les
éléments nécessaires a
̀ l’évaluation des résultats de
la mise en œuvre du SCoT en matière d’environnement, de transports et déplacements, de maîtrise
de la consommation d’espaces.
Cette analyse doit e
̂tre réalisée dans un de
́lai de
6 ans après l’approbation et permet de justifier si le
SCoT peut être maintenu en vigueur ou s’il ne
́cessi-
te d’ê tre ré visé . Le dé cret du 25 août 2012 introduit la «définition d’indicateurs permettant l’identification à un stade précoce des impacts négatifs
imprévus et d’envisager, si necessaire, les mesures
appropriées». Le dispositif de suivi e
́ laboré dans
l’évaluation environnementale doit donc être en
mesure de répondre a
̀ ces deux impératifs : réaliser
un bilan a
̀ moyen terme et e
̂tre capable de re
́activité a
̀ court-terme. Il comprend :
• un état de référence du territoire pour pouvoir effectuer une comparaison fiable et objective
après 6 ans ;
• les critères et modalités d’évaluation a
̀ réaliser (indicateurs, périodicité de relevé...) permettant un
suivi régulier et un bilan au terme du de
́lai légal.
Scénarios
D
I
A
G
N
O
S
T
I
C
Evalue les incidences
Identifie les enjeux
environnementaux
Evaluation
Environnementale
Justifie/réajuste/
élabore le cadre de suivi
Approfondit
P
R
O
J
E
T
Justification des choix
Facilite l’articluation avec les
documents d’urbanisme
Informe la population
Figure 12 : Contenu de la dé marche d’é valuation environnementale.
53
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:43 Page54
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
5.4 Le rôle de l’évaluation
environnementale au regard des trois
principaux chantiers environnementaux
La maîtrise de la consommation d’espace
L’état initial de l’environnement doit comprendre
l’étude de la consommation foncie
̀re passée au
cours des 10 années précédant l’approbation du
SCoT. L’analyse identifie également des potentialités de renouvellement et ve
́rifie l’ambition du projet
en matière de limitation de la consommation foncière.
Il est nécessaire de justifier les objectifs chiffre
́s de
consommation fonciè re et les moyens mis en
œuvre pour la limiter dans le DOO.
Ce que dit la loi
Article L122-11 du code de l’urbanisme
Le contrôle de légalité et le pouvoir du Préfet
sont renforcés. Celui-ci peut exiger des modifications «si les dispositions du SCoT autorisent
une consommation excessive de l'espace».
54 LE SCoT
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Une étude foncie
̀re a
̀ l’échelle de l’inter-SCoT
des SCoT Ouest et SCoT CASA (06) a été réalisée pour quantifier avec pre
́cision la consommation foncière au cours des 10 dernières années sur les terroirs et guider les choix des SCoT.
Trois grandes e
́tapes ont été conduites dans
l’analyse :
Évaluer la consommation foncière
au cours des 10 dernières années
(1999-2009)
Un travail de photo interpré tation, par comparaison des photos ae
́riennes (1999 et 2009)
a
̀ l’é chelle parcellaire permet de distinguer
deux formes d’urbanisation : la densification a
̀
l’intérieur de la limite urbaine et l’extension urbaine (a
̀ l’extérieur de la limite).
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:44 Page55
Analyser le gisement foncier
disponible en renouvellement urbain
Dans une deuxiè me é tape, l’analyse permet de
quantifier les espaces encore disponibles (dents
creuses) au sein des tissus urbains afin de définir un
potentiel d’urbanisation sans extension de la ta
̂che urbaine. La carte met en e
́vidence le stock mobilisable
en densification urbaine et en extension.
Le SIG (Systè me d’Information Ge
́ ographique) permet de calculer le cumul des surfaces consommé es (en densification et en extension) depuis
10 ans.
Comparer des scénarios
de consommation foncière
Dans une dernière étape, la démarche permet de
comparer plusieurs scénarios de consommation foncière en faisant varier la part de l’urbanisation et de la
production de logement qui pourront être réalisées
sans extension de la ta
̂ che urbaine. Cette analyse
permet d’alimenter la construction des orientations du
SCoT en matière de consommation foncière et de
justifier avec précision les choix réalisés au regard des
autres solutions envisageables.
55
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:44 Page56
fi C O N S T R U I R E L E P R O J E T
La réduction des émissions de gaz à effet
de serre et la maîtrise de l’énergie
La préservation de la Trame Verte
et Bleue (TVB)
L’évaluation environnementale va apporter des outils méthodologiques pour analyser, le plus objectivement possible, la situation du territoire en matière d’émissions de gaz à effet de serre par catégorie
(habitat et tertiaire, industrie, transport...).
L’évaluation environnementale vérifie le niveau
d’ambition du projet en matière de préservation de
la Trame verte et bleue. Elle confronte les avancées
du projet du SCoT par rapport au scenario «au fil de
l’eau» en posant différentes questions : les réservoirs
de biodiversité sont-ils tous protégés ? Les principaux
corridors écologiques sont-ils bien pris en compte ?
Les espaces favorables à la biodiversité sont-ils globalement plus importants et mieux connectés les
uns aux autres ?
L’évaluation environnementale peut également
conduire à apprécier les effets du projet de territoire retenu par le SCoT sur la fragmentation du territoire concerné, en dehors des continuités écologiques identifiées.
Lorsqu’une détérioration de la qualité de la Trame
Verte et Bleue est prévisible et justifiée par des impératifs socio-économiques ou urbains, des mesures d’évitements, de réduction, et le cas échéant
de compensation doivent être prévues.
Dans le cadre d’un SCoT, un dossier d’évaluation
des incidences Natura 2000 doit être réalisé
conjointement à l’évaluation environnementale. En
effet, les orientations du SCoT et les choix d’aménagement qu’il comporte doivent être compatibles avec les objectifs de conservation des sites
Natura 2000.
Elle va ensuite guider les choix du SCoT en analysant l’impact des différents scénarios examinés au
regard des critères énergétiques et des objectifs
que les élus souhaitent atteindre.
Le Ministère en charge de l’écologie, l’ADEME et le
CERTU ont développé le logiciel « GES SCoT » pour
aider les territoires dans leur démarche. Utilisé au
moment de la réflexion sur les scénarios dans le
cadre de l’élaboration du projet, l’outil permet de
comparer les émissions de GES des différentes hypothèses d’aménagement du territoire. Il précise les
thématiques pour lesquelles le SCoT peut avoir un
impact positif et aide à identifier les leviers d’action
pertinents afin de réduire les émissions de GES..
Pour en savoir plus
Ce que dit la loi
Article L122-11 du code de l’urbanisme
Projections climatiques accessibles librement pour
les collectivite
́s sous forme de carte d’e
́volution du
climat sur le site www.drias.fr.
56 LE SCoT
Le Préfet peut éxiger des modifications «si les
dispositions du SCoT ne prennent pas suffisamment en compte les enjeux relatifs à la préservation ou à la remise en bon état des continuités écologiques».
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:44 Page57
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
SCoT du Pays de la Provence Verte : des scénarios spatialisés pour aider
les élus à choisir les orientations
Source : Syndicat Mixte du Pays de la Provence verte (SCoT en cours d’e
́ laboration)
Pour établir la Trame verte et bleue, le SCoT de
Provence Verte a réalisé en amont une analyse
prospective sur les conséquences d’une évolution du territoire «au fil de l’eau» à l’horizon du
SCoT. Ce travail a permis de faire ressortir les souhaits et attentes des élus. De cette analyse, deux
scénarios, un minimaliste et un ambitieux, ont été
examinés pour construire la Trame Verte et Bleue
du SCoT. Chacun des scénarios est assorti de différents niveaux de prescriptions : renforcement du
statut de protection des cœurs de nature ; autorisation d’aménagement à vocation récréative
ou agricole ; autorisation d’urbanisation dans la
continuité du bâti….
En parallèle des scénarios proposés, l’évaluation
environnementale a permis d’identifier les possibles zones de conflits et mis en lumière les arbitrages qui seront nécessaires. Des alternatives,
permettant de limiter les impacts des choix politiques sur l’environnement, ont été proposées
(mesures d’évitement, de réduction et de compensation). Enfin, afin d’affiner le tracé de la Trame Verte et Bleue, les actions à mener sur les secteurs précis ont été définies (études et inventaires,
passages faunes, végétalisation à réaliser, gouvernance à mettre en place, sensibilisation du
public).
57
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:44 Page58
Les Fiches
Thématiques
Fiche n°1
Fiche n°2
Fiche n°3
Fiche n°4
Fiche n°5
Fiche n°6
Fiche n°7
Fiche n°8
Fiche n°9
Fiche n°10
Fiche n°11
Fiche n°12
Fiche n°13
58 LE SCoT
Définir l’armature spatiale des territoires
Anticiper le développement économique et l’aménagement commercial
Planifier l’habitat et améliorer la cohésion sociale
Organiser les déplacements et les mobilités
Limiter la consommation d’espace
Protéger la biodiversité et la Trame Verte et Bleue (TVB)
Préserver les espaces à usages ou à potentiels agricoles et forestiers
Valoriser le paysage et le patrimoine bâti
Maîtriser les énergies et les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES)
Prévenir les risques
Utiliser avec efficacité les ressources naturelles
Prévenir les pollutions et nuisances
Développer les communications électroniques
60
64
67
69
72
75
78
81
84
87
89
91
93
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:44 Page59
fi F I C H E
Contenu des fiches thématiques
Les fiches permettent d’aborder de façon systématique et plus approfondie les différents champs
d’intervention du SCoT. Elles proposent en premier
lieu une relecture du code de l’urbanisme pour guider les établissements porteurs de SCoT dans la
construction du projet. Elles sont enrichies par des
retours d’expériences illustrant la façon dont les
thèmes ont été appréhendés par différents SCoT.
Les éléments de stratégie
Comme présenté précédemment, le projet du
SCoT comporte un volet politique et stratégique qui
alimente essentiellement l’écriture du PADD.
Les moyens prescriptifs du SCoT
Le projet du SCoT comporte une dimension prescriptive qui sera formalisée par la suite dans le DOO.
Le code de l’urbanisme comprend des nuances
dans la formulation des dispositions qu’il édicte. Si
certaines dispositions sont obligatoires, d’autres restent facultatives et dépendent de la volonté des
élus et des situations rencontrées. Les fiches permettent de distinguer rapidement et pour chaque
thème ce que doit impérativement comporter le
SCoT et ce que la loi lui offre comme possibilités, de
façon volontaire, pour aller plus loin.
Une «boîte à outils» est ainsi mise à la disposition des
établissements porteurs de SCoT pour adapter le niveau d’ambition de leur projet en fonction des circonstances et des volontés locales.
Dispositifs obligatoires du code
de l’urbanisme
Il s’agit des articles du code de l’urbanisme qui utilisent les mots «doit», «définit», «détermine», «précise», «arrête»... L’usage de ce vocabulaire impose
à chaque SCoT le respect du contenu de l’article
considéré dans son DOO.
Dispositifs facultatifs du code
de l’urbanisme
Le code de l’urbanisme utilise également les mots
ou expressions suivantes : «peut», «en fonction des
circonstances locales», «sous réserve d’une justification particulière»... Dans ce cas, le choix est laissé aux élus de faire usage ou pas de l’outil juridique
considéré pour atteindre leurs objectifs politiques et
renforcer l’efficacité du document réglementaire.
Commentaires
et recommandations
Afin de faciliter l’interprétation des articles du code
de l’urbanisme et de capitaliser les bonnes pratiques observées dans les territoires, les fiches sont
enrichies par des recommandations : recours à la
cartographie, précisions sur les éléments de contenu, exemples de rédaction et de prescription...
Les articulations à prévoir avec
les autres outils de planification
et programmes
Cette rubrique permet de mettre en évidence des
besoins d’articulations et de mise en cohérence du
SCoT avec les documents de références s’appliquant sur les territoires. Les documents cités varient
en fonction des thèmes abordés. Cependant, certains documents, tels que les chartes de Parcs Naturels Régionaux (PNR) sont, comme les SCoT, des
documents transversaux qui vont interagir avec des
thèmes divers et variés (préservation du patrimoine,
développement des territoires, usages efficaces
des ressources, protection des espaces remarquables, Trame Verte et Bleue…) Bien que cités
ponctuellement dans certaines fiches, ces chartes
doivent néanmoins être adaptées au cas par cas
selon les enjeux et les territoires. Si elles sont parfois
absentes dans les fiches, elles ne doivent cependant pas être systématiquement ignorées.
D’autres documents auront des liens plus indirects
avec les thèmes des fiches. Les concernant, ils
n’ont pas été intégrés dans les fiches. Cependant,
comme le précise la figure 3 page 22, il est nécessaire de ne pas les oublier.
59
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:44 Page60
fi F I C H E
Définir l’armature spatiale des territoires
1
Une stratégie territorialisée
La straté gie d’amé nagement du territoire é laboré e dans le SCoT permet de ré pondre a
̀ des
questions clefs pour l’organisation future du territoire :
• quels sont les pô les urbains, les pô les intermédiaires, les centres ruraux et les secteurs straté giques qui seront le support des futurs projets
d’aménagement ?
• quels sont les espaces a
̀ proté ger de toute urbanisation ?
Il s’agit donc de définir, puis de répartir, avec un appui cartographique, de fac
̧on cohérente et équilibrée a
̀ la fois les espaces susceptibles d’accueillir
de nouvelles fonctions (habitat, activités, équipements, industrie, re
́seaux) et les espaces a
̀ préserver (espaces naturels, espaces agricoles, gisements de matiè res premiè res miné rales,
patrimoine urbain et naturel, espaces soumis a
̀ des
risques...). Cette re
́partition vise a
̀ consolider le caractère multifonctionnel et pluriel du territoire.
En parallèle, le projet vise a
̀ structurer une organisation spatiale qui respecte les diffe
́rentes caractéristiques et dynamiques de toutes les composantes
du territoire (espaces urbains, pe
́riurbains et ruraux)
dans une optique de solidarite
́ territoriale. En effet,
un espace trè s urbain n’assure pas les mê mes
fonctions qu’un espace rural (et vice versa). Chacun doit avoir sa place et son ro
̂le dans le projet de
territoire. Le SCoT permet donc d’assurer ces complémentarités et de développer les e
́changes entre
les différentes composantes de son territoire au service du projet global.
En ce qui concerne le projet commercial, le SCoT
doit dorénavant détenir un Document d'Aménagement Commercial (DAC). Les objectifs et les possibilité s d’action de ce document sont dé taillé s
dans la fiche 2.
60 LE SCoT
La localisation préférentielle :
le pouvoir du SCoT
Dispositifs obligatoires
Le SCoT a un réel pouvoir d’organisation spatiale du territoire en localisant les espaces
préférentiels d’aménagement en milieu rural
comme au niveau de l’espace urbain. Le
DOO du SCoT doit en effet dé terminer les
orientations gé nérales de l’organisation de
l’espace. Il dé termine les grands é quilibres
entre les espaces agricoles, forestiers, naturels et urbains. Il dé finit les conditions d’un
dé veloppement urbain maîtrisé et les principes de restructuration des espaces urbanisés. Il détermine notamment les conditions
d’un développement équilibré dans l’espace rural entre l’habitat, l’activite
́ économique
et artisanale, et la préservation des sites naturels, agricoles et forestiers.
Il définit également les objectifs et principes
de la politique globale d’urbanisme en de
́finissant dans son DOO les grands projets
d’équipements et de services et en affichant
les objectifs chiffre
́s de production de logements répartis par secteurs (EPCI ou commune) et par type (production de nouveaux logements, amé lioration et ré habilitation de
l’existant prive
́ comme public...).
Commentaires
et recommandations
Ainsi, sans réaliser une carte de destination
des sols, le SCoT détermine les grands équilibres territoriaux, en mettant l’accent notamment sur les secteurs charnie
̀res, où la frontiè re entre les diffé rents espaces est plus
incertaine et me
́rite d’être clarifiée.
La spatialisation des orientations est un exercice important, voire ne
́cessaire, pour affirmer les choix d’armature spatiale. Si le code
de l’urbanisme ne l’impose pas, la traduction
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:44 Page61
fi F I C H E
cartographique est ne
́anmoins fortement recommandé e pour faciliter la lecture des
grands principes d’amé nagement de l’espace. Ainsi, les SCoT comprennent généralement des cartes de re
́partition spatiale des
grandes entité s assorties des principales
orientations concernant ces espaces.
Les articulations à prévoir
avec les autres outils
de planification
Le SCoT entretien des liens juridiques avec les
documents de planification et de programmation. La rédaction des grands principes
d’aménagement des territoires doit notamment s’effectuer en compatibilité avec les
chartes de PNR et en prenant en compte les
chartes de Pays, les programmes d’équipement (de l’État, des collectivités territoriales,
des établissements et services publics) existants sur le territoire du SCoT.
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Le territoire du SCoT Sud 54 (Meurthe-et-Moselle)
présente une cohérence globale dans les rapports
qu’entretiennent les diffe
́ rentes composantes urbaines et rurales du territoire. La lecture du territoire
en diffe
́rents po
̂les a permis d’organiser et de spatialiser les diverses fonctions qu’assurent les espaces
du territoire. De ces fonctions dé couleront des
échanges et donc des déplacements. Afin de relier les pôles entre eux, le SCoT a initie
́ une politique
de renforcement des po
̂les intermodaux.
La répartition spatiale des po
̂les d’activités a aussi
contribué a
̀ mettre en œuvre une politique de
développement solidaire.
Chaque espace a en effet un rô le particulier a
̀
jouer dans la dynamisation du territoire et la lutte
contre les phénomènes dégradant la qualite
́ de
vie. Ce travail a notamment permis d’apporter une
réponse spécifique a
̀ chaque portion du territoire
dans le but de résoudre les difficultés liées a
̀ l’éta-
lement urbain (renouvellement des centres bourgs
de villages, extension limitée des communes périphériques, renforcement des centralite
́s autour des
pôles d'échanges...)
La polarisation du territoire a aussi mis en e
́ vidence
les espaces pouvant ou devant disposer d’une
offre en é quipements publics et en ba
̂ timents
commerciaux plus importants. L’identification de
ces secteurs pre
́férentiels a par la suite aide
́a
̀ structurer les logiques d’urbanisation et de transport affiliés a
̀ ces secteurs. L’identification des po
̂ les et des
futurs secteurs de développement a aussi aidé a
̀
déterminer les espaces agricoles et naturels qui seront nécessaires à l'équilibre du territoire.
61
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:44 Page62
fi F I C H E
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
1
Renforcer le maillage territorial
Source : SCoT Sud 54
Dans l’objectif d’offrir de meilleurs services a
̀ la population et de mutualiser les coû ts, le SCoT consolide l’armature urbaine en définissant des niveaux
de polarités et en localisant les fonctions du territoire selon les grands e
́quilibres spatiaux.
62 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:45 Page63
fi F I C H E
L’aménagement équilibré est au cœur du projet de territoire du SCoT de Marne, Brosse et Gondoire. Comme le montre la carte d’organisation
spatiale du SCoT, l’aménagement équilibré du territoire fait la synthèse des grandes orientations du
projet : constructions en logements privés et sociaux, structuration du territoire autour des centralités, développement de l’offre économique et des
grands équipements, préservation des terres agricoles et du foncier, protection des populations en
diminuant l’exposition aux risques…
Axe 2 Maîtriser
Une urbanisation active et solidaire
Source : PADD du SCoT Marne, Brosse et Gondoire
63
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:45 Page64
fi F I C H E
Anticiper le développement économique
et l’aménagement commercial
2
Articuler et anticiper l’offre
économique en fonction
de l’organisation territoriale locale
Les é volutions du code de l’urbanisme viennent
renforcer le rô le du SCoT en matiè re d’organisation du développement économique et notamment commercial.
Document porteur d’une vision intégratrice, le SCoT
est le cadre privile
́gié pour accompagner et anticiper le développement économique dans une logique de cohérence et de complémentarité avec
les autres composantes de la planification territoriale. Le SCoT est donc propice pour re
́fléchir aux
choix d’aménagements économiques en prenant
en compte l’organisation et l’armature du territoire,
les besoins des activite
́s, les bassins d’habitat, les
besoins de dé placements et de dessertes, les
zones dépourvues d’emplois ainsi que les secteurs
préférentiels pouvant potentiellement accueillir de
nouvelles activite
́s. La conception du volet e
́conomique du PADD doit aboutir a
̀ des articulations
entre les différentes politiques en matière d’emploi,
d’habitat et de transport.
L’approche de l’économie dans les SCoT va bien
au-dela
̀ d’une conception de «zonage» situant les
futures zones d’activite
́s. Elle doit inte
́grer les enjeux
du développement durable, en mobilisant notamment la prospective territoriale et en réfléchissant
aux besoins des populations (dynamiques de
́ mographiques, analyse de la demande locale), aux
ambitions du territoire (développement de grands
pôles, revitalisation de centre-ville et de certaines
zones d’activité s, compé titivité des territoires sur
l’échiquier régional, national ou européen) et aux
impacts engendre
́s par la cre
́ation de nouveaux
emplois (consommation d’espace, flux et de
́placements, besoins en e
́quipements).
Les ré flexions doivent porter autant sur une approche quantitative de l’offre économique (mobilisation du foncier et dimensionnement des zones
d’activités, nombre d’emplois...) que sur une ap-
64 LE SCoT
proche qualitative (inté gration paysagè re du
développement économique, formes urbaines et
architecturales des ba
̂ timents d’activité , offre
hiérarchisée structurant le territoire...).
Le code de l’urbanisme stipule que le DOO doit dorénavant contenir un Document d’ame
́nagement
commercial (DAC). Ce document doit permettre
d’organiser et réglementer l’armature commerciale des territoires, notamment entre les zones commerciales pe
́riphériques et les cœurs urbains. Les
choix opérés dans le DAC doivent e
̂tre justifiés par
des critè res d’amé nagement du territoire et de
développement durable.
Les moyens du SCoT : délimiter
les secteurs préférentiels
du développement
économique
Dispositifs obligatoires
Le DOO détermine les conditions d’un de
́veloppement e
́quilibre
́ entre les activite
́s économiques et artisanales, la préservation des
sites naturels, agricoles et forestiers et l’habitat.
Il précise les objectifs relatifs a
̀ l’équipement
commercial et artisanal et aux localisations
pré fé rentielles des commerces afin de
ré pondre aux exigences d’aménagement
du territoire, notamment en matière de revitalisation des centres-villes, de cohe
́ rence
entre équipements commerciaux, desserte
en transports, notamment collectifs, et
maîtrise des flux de marchandises, de
consommation économe de l’espace et de
protection de l’environnement, des paysages, de l’architecture et du patrimoine bâti.
Il dé limite, dans le DAC, des Zones
d’aménagement commercial (ou ZACom)
en prenant en compte ces diverses exigences d'aménagement du territoire.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:45 Page65
fi F I C H E
Dans les ZACom, le SCoT peut pré voir que
l’implantation d’équipements commerciaux
est subordonnée au respect de conditions
fixées et qui portent, notamment, sur la desserte par les transports collectifs, les conditions
de stationnement, les conditions de livraison
des marchandises et le respect de normes
environnementales, dè s lors que ces é quipements, du fait de leur importance, sont
susceptibles d’avoir un impact significatif sur
l’organisation du territoire.
L’article L 122-1-9 précise que l’implantation
des é quipements devant ré pondre aux
conditions fixées par le DAC dépend bien de
l’importance et non pas de la nature de ces
é quipements. De ce fait, la ré partition des
équipements en fonction des typologies des
commerces est contraire au code de l’urbanisme.
Commentaires
et recommandations
La délimitation des ZACom ne peut reposer
sur l'analyse de l'offre commerciale existante,
ni sur une mesure de l'impact de nouveaux
projets de commerces sur cette dernie
̀re.
Qualifier «l’importance des é quipements
commerciaux» sans pour autant empêcher
la liberté d’établissement de certains d’entre
eux est un exercice de
́licat dans les SCoT. La
fixation de seuils (superficie consommable,
surfaces de plancher a
̀ créer...) ne peut e
̂tre
une solution envisageable qu’a
̀ la condition
de les circonscrire dans un pé rimè tre gé ographique pre
́cis et de justifier leur existence
pour des motifs d’inté rê t gé né ral lié s a
̀
l’aménagement du territoire et au développement durable.
La définition de seuils n’est pas la seule possibilité pour caracté riser les é quipements
commerciaux. Leur importance peut e
́galement s’exprimer en fre
́quence de flux et en
zone d’attraction. Il est alors judicieux de distinguer par exemple des ZACom de proximité , intermé diaires, mé tropolitaines ou
régionales.
Quelques exemples de conditions aux implantations commerciales :
• promouvoir les déplacements doux (fixer
des conditions de dimensionnement pour
les deux roues) ;
• pour la gestion é conome de l'espace,
pré voir des conditions a
̀ partir desquelles
le stationnement est vertical (souterrain ou
aérien) ou promouvoir les parkings mutualisés ;
• pour les performances environnementales
renforcées, exiger de la production d'e
́nergie renouvelable pour les projets dans les
nouvelles ZACOM, favoriser les dispositifs
évitant le ruissellement des eaux ... ;
• demander l’utilisation pre
́alable des terrains
desservis par les transports en commun
dans les zones urbanise
́es ;
• demander la ré alisation d’une é tude de
densification des zones de
́ja
̀ urbanisées ;
• demander la re
́alisation d’une e
́tude d’impact.
Les articulations à prévoir
avec les autres outils
de planification
Les SCoT doivent intégrer dans leur réflexion
les documents de ré fé rence abordant les
stratégies de développement économique
des territoires : Schéma Régional de Développement Économique, Schéma Régional
d'Aménagement et de Développement des
Territoires (SRADT).
Pour en savoir plus
• La contribution des sche
́mas de cohe
́rence territoriale aux enjeux de de
́ veloppement é conomique des territoires - ETD
/CERTU - Sept 2011
• SCoT et développement économique des
territoires - État des lieux et perspectives CERTU/ ETD - Mai 2012
• Aménagement commercial dans les SCoT
- CERTU, Janvier 2011
Documents téléchargeables sur :
http://www.certu-catalogue.fr
65
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:46 Page66
fi F I C H E
2
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Dans le cadre du DAC, les élus du SCoT de la Communauté d’Agglomération du Choletais n’ont pas
souhaité fixer d’enveloppes foncières dédiées au
développement économique afin de «conserver
de la souplesse dans les négociations avec les entreprises d’une part, et de ne pas manquer une
éventuelle opportunité d’autre part, faute d’offre
foncière satisfaisante». Cependant, dans le but
de concilier l’exigence d’anticipation des besoins,
de rationalité des choix d’aménagement et de
Source : SCoT de l’agglome
́ration Choletaise
66 LE SCoT
mieux maîtriser les risques associés à l’incertitude de
la demande sur le long terme, des règles de phasage dans le temps des zones économiques ont
été inscrites dans le SCoT, en conditionnant l’ouverture et l’aménagement de nouveaux secteurs à
la réalisation d’objectifs intermédiaires : comblement des disponibilités foncières des zones activités existantes, mise en place d’équipements (amélioration de la desserte…).
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:46 Page67
fi F I C H E
Planifier l’habitat et améliorer
la cohésion sociale
Une stratégie de l’habitat claire
et spatialisée
Comme énoncé dans le code de l’urbanisme, les
éléments de planification relatifs à l’habitat dans le
SCoT doivent être quantitatifs, qualitatifs et territorialisés.
Ils doivent répondre aux objectifs d’accueil de population déterminés grâce au travail de prospective. L’idée n’est pas de retranscrire dans les SCoT les
éléments des Programmes locaux de l’habitat (PLH)
déjà existants, mais bien d’établir un cadre pour leur
établissement. Le SCoT permet en effet de planifier
de façon cohérente et sur le long terme la politique de l’habitat sur le territoire. Il engage à prévoir dans les documents d’urbanisme locaux la réalisation d’une offre diversifiée de logements, allant
du collectif à l’individuel et d’anticiper les problématiques liées à l’habitat (vacance, adaptation
des logements aux températures…).
Le SCoT vise à répondre aux besoins de la société
moderne et aux conséquences en termes d’habitat des changements de modes de vie. Ainsi l’allongement de la durée de vie, l’augmentation du
nombre de personnes âgées et des personnes
seules et le desserrement des foyers exigent une
adaptation de l’offre et des typologies de logement dans les territoires. L’accueil de gens du voyage, souvent négligé, mérite de faire l’objet, dans
le cadre du SCoT de recherche de solutions adaptées.
Le SCoT vise également une répartition spatiale
équilibrée des formes urbaines afin d’éviter une uniformisation des types d’habitats par secteur géographique, pouvant entraîner une spécialisation sociale du territoire. Il recherche aussi des moyens
d’actions afin de résorber les zones défavorisées.
Enfin, les liaisons entre zones d’habitat et zones
d’emplois doivent être consolidées et favorisées via
l’offre en services de transports.
Les moyens du SCoT :
fixer les grands objectifs
de la production de logements
Dispositifs obligatoires
3
Le SCoT définit dans son DOO les objectifs et
les principes de la politique de l'habitat au regard, notamment, de la mixité sociale, en
prenant en compte l'é volution dé mographique et économique et les projets d'e
́quipements et de dessertes en transports collectifs. Il pré cise les objectifs d'offre de
nouveaux logements (qu’il ventile par EPCI ou
par commune), d'amélioration et de réhabilitation de l’habitat existant (public comme
privé).
Dispositifs facultatifs
Le SCoT peut aussi prescrire des orientations
d’urbanisation en fonction des secteurs a
̀
réhabiliter et des espaces d’extension urbaine (densités, taille des parcelles maximales,
formes urbaines...).
Commentaires
et recommandations
L’échelle de précision de la planification est
a
̀ distinguer entre SCoT et PLH :
• le SCoT définit une réponse globale aux besoins en logements et la décline par EPCI
ou par commune :
• le PLH vise d'une part les actions a
̀ entreprendre sur le parc par construction de logements neufs, d'autre part les interventions
concernant l'occupation du parc existant.
Le PLH va toujours bien plus loin que le
SCoT, en exigeant une ventilation des besoins par quartier, par segment et par type
de public.
67
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:46 Page68
fi F I C H E
L’horizon temporel des deux documents est
é galement diffé rent : le PLH est un document-programme a
̀ court terme (6 ans) alors
que le SCoT est un document stratégique a
̀
long terme (bien que devant ê tre é valué
tous les 6 ans).
3
Les articulations à prévoir
avec les autres outils
de planification
© Arnaud Bouissou/METL-MEDDE
Les PLH doivent ê tre compatibles avec le
SCoT. Ceux qui ont été approuvés avant le
SCoT ont 3 ans pour se mettre en compatibilité (a
̀ partir de la date d’approbation du
schéma).
Les Opé rations de programmation et
d’amé lioration de l’habitat (OPAH), les
Opérations de renouvellement urbain (ORU)
et le Programme national de requalification
des quartiers anciens dé gradé s (PNRQAD)
mé ritent d’ê tre inté gré s dans le projet de
SCoT afin de favoriser la réussite de ces programmes en les insérant dans une politique
globale a
̀ l’échelle du territoire. De la me
̂me
faç on, il doit inté grer, lorsqu’ils existent, les
sché mas dé partementaux des gens du
voyage.
68 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:46 Page69
fi F I C H E
Organiser les déplacements et les mobilités
Une stratégie d’urbanisme
coordonnée avec la mobilité
L’urbanisme constitue un levier majeur pour agir
sur les déplacements dans le territoire. En favorisant
ou non l’allongement des distances parcourues, la
dépendance envers l’automobile, la qualite
́ des
espaces de proximité et l’efficacité des transports
publics, les choix d’urbanisme sont dé cisifs pour
l’avenir.
Cette interdé pendance entre ces thé matiques
fonctionne également dans l’autre sens : les transports faç onnent notre urbanisme et nos modes
de vie.
Ce lien fort entre organisation de la mobilité et urbanisme doit guider la construction du projet de
SCoT.
Il est essentiel d’aborder conjointement l’organisation du territoire et la mise en œuvre de la politique
de déplacements comme leviers communs a
̀ la
lutte contre le «tout automobile». Ceci afin de faciliter et fluidifier les mobilités tant en interne (sur l’ensemble du territoire) qu’en externe (liaisons avec les
espaces extra-SCoT). Il s’agit de proposer de ve
́ritables alternatives a
̀ l’usage de la voiture en agissant sur l’offre en dé placements doux (cycles,
marche a
̀ pied), en transports publics (bus, tramway, transport ferroviaire), en stationnement et en
gestion du trafic routier.
La strate
́gie élaborée dans le SCoT vise donc a
̀ diminuer l’usage de la voiture individuelle et des
véhicules polluants pour diminuer les émissions de
gaz a
̀ effet de serre et les autres nuisances.
La localisation projete
́ e des logements, activite
́s
économiques, équipements, commerces et tout
autre pôle générateur de flux participe a
̀ l’efficacité et la mise en œuvre de politiques publiques de
report modal et de mobilite
́ durable. A l’inverse, les
infrastructures, les po
̂les d’échanges et les nœuds
de communication sont autant «d’accroches»
possibles au de
́veloppement urbain, au renouvellement et a
̀ l’intensification urbaine.
Les moyens du SCoT : favoriser
l’urbanisation dans les secteurs
desservis par les transports
collectifs
4
Dispositifs obligatoires
Le DOO de
́finit les grandes orientations de la
politique des transports et de de
́placement.
Il définit les grands projets d’e
́quipements et
de desserte par les transports collectifs.
D’un point de vue des prescriptions, le DOO
doit préciser les conditions permettant de favoriser le développement de l’urbanisation
prioritaire dans les secteurs desservis par les
transports publics.
Il doit aussi préciser les secteurs urbains enclavés qui nécessiteraient un rattachement
au transport public.
Dispositifs facultatifs
La loi offre de nombreuses possibilités aux territoires pour aller plus loin dans l’inté gration
entre la politique des transports et les choix
d’urbanisme. Ainsi le projet du SCoT, au travers de son DOO, peut :
• subordonner l’ouverture de nouvelles zones
a
̀ l’urbanisation a
̀ leur desserte par les transports collectifs ;
• subordonner, dans les zones d'aménagement commercial, l’implantation des e
́ quipements commerciaux notamment a
̀ la
desserte par les transports collectifs ;
• préciser des obligations maximales en matière de stationnement pour ve
́hicules motorisés et minimales pour les non motorise
́s
(en l’absence de Plans de déplacements
urbains).
69
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:46 Page70
fi F I C H E
Commentaires
et recommandations
4
À la différence des PDU, le SCoT n’entre pas
dans le détail de la politique des transports
mais en fixe uniquement des grands objectifs. Par exemple, sur la the
́matique des transports en commun, le SCoT peut de
́finir des
axes a
̀ renforcer ou a
̀ cré er. Afin de lui e
̂ tre
compatible, le PDU devra prévoir le renforcement effectif de ces axes mais disposera
d’une marge de manœuvre quant aux
moyens et méthodes pour y parvenir, et notamment quant au choix pre
́cis du tracé.
Le SCoT constitue également un instrument
pour encourager les modes doux et la multimodalité (en pré conisant des actions par
exemple pour développer des itinéraires cyclables, ou des aires de covoiturage, ou bien
en diminuant la place de la voiture dans certains secteurs...).
Les articulations à prévoir
avec les autres outils
de planification
L’article L. 122-1-15 du code de l’urbanisme
précise que les PDU, lorsqu’ils existent, doivent
être mis en compatibilité avec le SCoT dans
un délai de trois ans a
̀ compter de l’approbation du sche
́ma.
Les Autorités organisatrices de transport (AOT)
sont en charge du fonctionnement de diffé rents ré seaux de transports (train, car,
métro, bus...). Leur gestion des re
́seaux a un
impact sur les projets d’urbanisme. Afin que
leurs projets s’accordent avec les orientations
du SCoT, l’EP porteur du SCoT doit renforcer le
dialogue entre les AOT. Si un syndicat mixte
de SCoT comprend au moins deux AOT, il
peut prendre la compétence et devenir un
syndicat mixte de transports pour assurer des
missions d’amélioration et d’interconnexion
des réseaux, d’unification de billettique, d’harmonisation tarifaire, de coordination des horaires, etc.
Pour en savoir plus
• Les dé placements dans les 12 Scot Grenelle – CERTU- Aoû t 2011
• Les déplacements dans les SCoT- DGALN,
Ed CERTU – Mars 2008
Documents téléchargeables
sur http://www.certu-catalogue.fr
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
De nombreuses agglomérations mettent aujourd’hui en place des dispositifs facilitant la densification et le développement de l’urbanisation dans
des secteurs desservis par les transports publics.
La communauté d’agglomération de Montpellier
a par exemple identifié des secteurs préférentiels,
situés dans un rayon autour d’arrêts desservis par le
tramway afin d’appliquer des logiques de renouvellement urbain. Les axes desservis par les transports publics que sont les bus, métro ou tramway,
peuvent donc être des supports de densification,
de réhabilitation et de rénovation urbaine.
Source : SCoT de l’agglomération de Montpellier
70 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:46 Page71
fi F I C H E
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
En complé ment de cette strate
́ gie, le SCoT de l’agglomé ration Lyonnaise n’a autorisé l’ouverture a
̀
l’urbanisation de 4 secteurs qu’a
̀ la condition d’ame
́liorer leur desserte en transports collectifs
Source : SCoT de l’agglomération Lyonnaise
71
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:46 Page72
fi F I C H E
Limiter la consommation d’espace
5
Une stratégie collective
d’économie foncière
La lutte contre l’étalement urbain a
̀ travers la maîtrise de la consommation foncière et le renouvellement urbain est un objectif explicitement confié au
SCoT. C’est le principal outil qui peut aujourd’hui
peser de façon significative sur les choix des bassins de vie en matière de consommation d’espace, gra
̂ce a
̀ un urbanisme coordonné.
Ainsi, la prise de position de l’institution porteuse du
SCoT et son niveau d’ambition dans ce domaine
vont être décisifs.
Les choix stratégiques du SCoT vont permettre de
«modérer» et «rationaliser» cette consommation
foncière en visant plusieurs objectifs : donner la priorité a
̀ l’intensification, au renouvellement et au re
́investissement des espaces urbanise
́s. Il s’agit de reconstruire la ville sur elle-mê me, ce qui favorise
é galement la revitalisation des centres ou la reconversion d’espaces abandonné s. Le SCoT va
ainsi réfléchir :
• au potentiel d’urbanisation des «dents creuses»,
c’est-a
̀ -dire les parcelles libres dans les tissus urbains et les diverses friches. Le SCoT permettra de
clarifier la vocation de ces espaces dans l’armature territoriale : ont-elles pluto
̂t une fonction écologique dans la Trame Verte et Bleu, une vocation
agricole, un rôle d’espace d’aération dans la trame urbaine ou de loisirs ? Ont-elles au contraire
une position strate
́gique pour consolider le tissu urbain ?
• à la densité urbaine «acceptable» imposable
aux nouvelles opérations. Il s’agit ici de revisiter les
formes et les faç ons d’habiter : privilé gier des
formes urbaines dont la densite
́ réelle est élevée
mais qui offrent une densité perç ue comme
beaucoup plus mode
́rée (comme l’habitat dense individualise
́ qui concilie densite
́ avec des espaces publics généreux, de la «nature en ville»,
des jardins familiaux...) ;
• aux possibilités de «greffes» urbaines et d’e
́paississement des centres (urbanisation en continuité)
pour limiter le mitage.
72 LE SCoT
Le SCoT a donc une forte responsabilité dans ce
domaine car il va donner le «cap» aux EPCI et aux
communes pour œuvrer collectivement contre
l’étalement urbain : il va fixer le niveau d’exigence
au regard des enjeux locaux, innover et lancer des
pistes, proposer des solutions originales et adapte
́ es
aux différents contextes géographiques ou urbains.
Des moyens prescriptifs
renforcés : quantification
obligatoire et urbanisation
conditionnée
Dispositifs obligatoires
Le SCoT doit impé rativement arrê ter (dans
son DOO) et justifier (dans son rapport de
pré sentation) des objectifs chiffré s de
consommation économe de l’espace et de
lutte contre l’e
́talement urbain.
Dispositifs facultatifs
Afin d’ê tre plus pré cis, le code l’urbanisme
précise que ces objectifs peuvent e
̂tre déclinés et ventilés par commune ou EPCI.
Par ailleurs, les extensions urbaines prévues
dans le SCoT peuvent e
̂tre conditionne
́es et
soumises a
̀ des exigences renforcées. Ainsi le
SCoT peut :
• préciser les conditions permettant de favoriser le dé veloppement de l’urbanisation
prioritaire dans les secteurs desservis par les
transports collectifs ;
• fixer, dans certains secteurs, une densité minimale de construction. Dans ces secteurs,
les normes minimales de hauteur, d’emprise au sol et d’occupation du sol impose
́ es
par les documents d’urbanisme qui seraient contraires au DOO cessent de s’appliquer ;
• imposer la réalisation d’une e
́tude de densification des zones de
́ja
̀ urbanisées préalablement a
̀ toute ouverture a
̀ l’urbanisation
d’un secteur nouveau ;
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page73
fi F I C H E
• dé finir des zones dans lesquelles les
constructions, travaux et aménagements
doivent respecter des performances environnementales renforce
́es ;
• fixer un seuil maximal de re
́alisation d’aires
de stationnement (dans les secteurs ne
possédant pas de PDU) ;
• définir des secteurs, situés a
̀ proximité des
transports collectifs existants ou programmés, dans lesquels les documents d’urbanisme locaux (cartes communales, PLU et
PLU intercommunal) doivent imposer une
densité minimale de construction.
Commentaires
et recommandations
Les prescriptions favorisant la densification, le
réinvestissement et le renouvellement urbain
(réhabilitation, rénovation de quartier, démolition, amélioration de l’habitat...) sont autant
de moyens qui peuvent être mobilisés par les
auteurs du SCoT. Le document peut notamment spatialiser ses intentions en de
́finissant
des secteurs privile
́giés de renouvellement et
d’intensification urbaine.
Afin de maîtriser la consommation d’espaces, le SCoT peut limiter de façon significative les possibilités d’extensions urbaines.
Les objectifs chiffre
́s de consommation des
espaces agricoles, naturels, forestiers et leur
ventilation par secteur ge
́ographique me
́ritent d’être accompagnés d’un appui carto-
graphique afin de faciliter la traduction ultérieure dans les documents d’urbanisme locaux.
Il est par ailleurs essentiel de veiller à ce que
cette mutualisation des objectifs de consommation fonciè re par secteur n’encourage
pas, a
̀ l’inverse de l’effet recherché, un excès
de consommation dans certaines communes.
Les articulations à prévoir
avec les autres outils
de planification
Le lien de compatibilite
́ entre SCoT et documents d’urbanisme locaux (cartes communales, PLU et PLU intercommunal) permet l’inté gration des orientations du SCoT au sein
des politiques communales et intercommunales.
Le SCoT s’impose e
́galement aux ope
́rations
foncières et d’ame
́nagement : Zones d’Aménagement Différé (ZAD), Zones d’Aménagement Concerté (ZAC), lotissements et ope
́rations de constructions de plus 5000 m2,
réserves foncières de plus de 5 ha d’un seul
tenant, autorisations d’exploitation commerciale, qui devront e
̂tre compatibles avec ses
orientations, notamment en matiè re de
consommation foncie
̀re et de densite
́.
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Le SCoT de l'agglomération toulousaine (approuvé en mars 2012) s’attache à maîtriser la consommation foncière en développant un urbanisme de
proximité au sein d’une ville accessible à tous,
compacte, offrant services et équipements et de
réelles alternatives à l’utilisation de la voiture.
La traduction spatiale du projet s’attache à indiquer
au travers du pixel :
• la définition des zones de densite
́s urbaines ;
• la territorialisation du développement par extension ;
• la localisation du renouvellement urbain ;
• la différenciation entre territoires mixtes et territoires
d’activités dédiées ;
73
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page74
fi F I C H E
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Le développement de zones d’extensions urbaines
dans le SCoT Toulousain est fortement rattaché aux
«contrats d’axe». Ces contrats visent a
̀ coordonner
la politique d’urbanisation a
̀ celle de l’offre en transport public.
5
Sur les secteurs couverts par un contrat d’axe, le
SCoT de l’agglomération toulousaine tolère un seuil
maximum de terrain a
̀ ouvrir a
̀ l’urbanisation a
̀ la
condition qu’une étude soit menée au préalable
sur l’ensemble du territoire accueillant le projet de
Transport en commun en site propre (TCSP) afin de
déterminer les secteurs prioritaires a
̀ ouvrir a
̀ l’urbanisation.
Des prescriptions spécifiques au milieu rural peuvent
être aussi appliquées afin de limiter la consommation excessive de surface. Par exemple, le SCoT du
Source : Syndicat Mixte du SCoT de la Grande Agglomération Toulousaine
74 LE SCoT
Piémont des Vosges, approuvé en juin 2007, a fixé
des objectifs quantifiés et modérés de consommation foncière à l’horizon du SCoT (2025). Il prévoit
entre autre un accroissement maximum de moins
de 19% de la tache urbaine en une vingtaine d’années. Pour cela, il détaille pour l’habitat les consommations foncières autorisées par commune et oblige qu’au moins 30 % des nouveaux logements
construits soient situés en secteur déjà urbanisé
(zones U et zones en cours d’urbanisation).
Des densités minimum et des formes urbaines variant en fonction des secteurs sont aussi imposées
pour les extensions urbaines. Par exemple, le SCoT
impose l’obligation de prévoir un minimum de 60%
d’habitat groupé (maisons accolées, petits collectifs…) dans les opérations de construction de logements en extension.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page75
fi F I C H E
Protéger la biodiversité et la Trame
Verte et Bleue (TVB)
Un outil d’aménagement
du territoire et une stratégie
de préservation de la biodiversité
Le SCoT est chargé de planifier, au niveau local, un
réseau cohérent de continuités écologiques (réservoirs de biodiversite
́ et corridors e
́cologiques), afin
de préserver durablement la biodiversité qu’elles
abritent.
Ainsi, il ne s’agit plus de protéger uniquement des
̂lots
i
de nature au sein de territoires de plus en plus
fragmentés, mais au contraire de mailler l’espace
non urbanisé, en intégrant les milieux naturels, les
espaces agricoles et les espaces de nature en milieu urbain.
Le SCoT permet aujourd’hui de construire une véritable armature écologique qui préserve la biodiversité et encadre les choix d’ame
́nagement urbain.
Des moyens de protection
à mobiliser
Dispositifs obligatoires
Le code de l’urbanisme précise que les enjeux de pre
́ servation de la biodiversite
́ , notamment a
̀ travers la préservation et la remise en bon e
́tat des continuite
́s écologiques,
doivent être intégrés par les documents d’urbanisme.
6
La loi vient renforcer le ro
̂le des SCoT dans la
préservation de la biodiversité : ainsi le DOO
détermine les espaces et sites naturels a
̀ protéger. Il doit pre
́ciser les modalite
́s de protection des espaces nécessaires au maintien de
la biodiversité et a
̀ la préservation ou a
̀ la remise en bon é tat des continuité s é cologiques.
Dispositifs facultatifs
Les objectifs du projet du SCoT visent notamment à :
• limiter la fragmentation des espaces naturels
par la maîtrise du développement urbain (prévenir les menaces futures sur la biodiversite
́) ;
• pré server tous les espaces né cessaires au
maintien de la biodiversité :
• les espaces de nature remarquable ;
• les espaces de nature ordinaire qui assurent
également des fonctions importantes pour
les écosystèmes ;
• les espaces agricoles ayant une valeur ou
une fonction e
́cologique avérée ;
• les corridors é cologiques : les espaces
propres a
̀ assurer la circulation des espe
̀ces
et le fonctionnement des milieux ;
• les espaces de nature dans le tissu urbain.
Afin d’aller plus dans cette ambition vis-a
̀-vis
de la Trame verte et bleue, le DOO du SCoT
peut :
• définir des objectifs a
̀ atteindre en matière
de maintien ou de cré ation d’espaces
verts dans les zones faisant l’objet d’une ouverture a
̀ l’urbanisation ;
• définir des secteurs dans lesquels l’ouverture de nouvelles zones a
̀ l’urbanisation est
subordonné e a
̀ l’obligation pour les
constructions, travaux, installations et
aménagements de respecter des performances environnementales renforce
́es ;
• imposer, pre
́alablement a
̀ toute ouverture
a
̀ l’urbanisation de nouveau secteur, une
étude d’impact.
• articuler si possible la trame verte et bleue et
le ré seau de circulations douces de faç on a
̀
renforcer sa valeur d’usage dans le territoire
(sous ré serve que cela soit compatible avec
l’objectif de préservation de la biodiversité).
75
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page76
fi F I C H E
Commentaires
et recommandations
6
Ainsi, dans le cas des espaces remarquables
ou essentiels a
̀ la préservation du bon fonctionnement écologique du territoire, le DOO
du SCoT peut localiser et, si besoin, de
́ limiter
de façon précise les terrains devant faire l’objet d’une protection ou d’une restauration. Il
peut également limiter leur constructibilité par
des prescriptions adaptées a
̀ la sensibilité des
milieux et aux exigences des espè ces
concernées.
Les articulations à prévoir
avec les autres outils
de planification
Le projet de SCoT doit prendre en compte
le Sché ma ré gional de cohé rence é cologique (SRCE). Le SCoT constitue ainsi un instrument pour de
́cliner et affiner localement la
Trame verte et bleue ré gionale. A l’inverse,
lorsque le SRCE n’est pas approuvé au moment de l’é laboration du SCoT, les orientations et e
́tudes du SCoT peuvent servir a
̀ alimenter les réflexions sur le contenu du futur
schéma régional, en proposant une trame
d’espaces de continuite
́s écologiques a
̀ son
échelle.
Le SCoT doit par ailleurs ê tre compatible
avec les continuités écologiques identifiées
par les chartes de PNR.
Les documents d’urbanisme locaux (cartes
communales, PLU et PLU intercommunal),
devront, dans leur relation de compatibilité
avec les SCoT, transcrire la Trame verte et
bleue au travers de leur zonage, de leur
rè glement, voire de leurs orientations
d’aménagement et de programmation.
Pour en savoir plus
SCoT Grenelle – SCoT et biodiversite
́–
8 Fiches – CERTU- Janvier 2011
Document téléchargeable
sur http://www.certu-catalogue.fr
© Laurent Mignaux/METL
76 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page77
fi F I C H E
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Le SCoT de Cergy-Pontoise considère l’armature
verte et bleue de son territoire comme un atout à
entretenir pour l’attractivite
́ de son territoire (cadre
de vie, sites remarquables, paysages...).
Le cas de la Trame Verte et Bleue du SCoT de Cergy-Pontoise est intéressant a
̀ étudier puisque les enjeux visant a
̀ réduire la fragmentation des milieux
naturels et à restaurer des continuités écologiques
sont majeurs sur ce territoire tre
̀ s urbain. Ce SCoT
souligne l’importance accordée aux morceaux de
nature en ville dans un contexte de pression urbaine forte.
Dans son DOO, le SCoT de Cergy-Pontoise identifie entre autres les espaces de «renaturation», de
création et de préservation de zones humides et
des cours d’eau, d’espaces boise
́s et agricoles.
Dans un souci de préserver les pénétrantes vertes
en milieu urbain, le SCoT interdit la construction de
certaines dents creuses du tissu existant. Il permet la
ré alisation d’amé nagements lé gers (cheminements doux pour pié tons et cycles) dans les espaces tampons situe
́s en bordure du milieu urbain
et au contact des espaces naturels remarquables.
Source : SCoT de Cergy-Pontoise
77
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page78
fi F I C H E
Préserver les espaces a
̀ usages
ou a
̀ potentiels agricoles et forestiers
7
Une stratégie pour les espaces
agricoles et forestiers
Le projet du SCoT appréhende les espaces agricoles et forestiers comme un patrimoine commun,
souvent fragilise
́ (pression foncie
̀re, déprise agricole...). Aussi, il s’agit d’inverser la fac
̧on de considérer
la vocation de ces espaces qui ne doivent plus être
perç us comme des ré serves fonciè res pour le
développement urbain.
Ces espaces présentent une grande diversité de
fonctions et de valeurs qu’il convient de pre
́server
pour les be
́néfices qu’elles apportent au territoire
(économique et productif, paysager, e
́cologique,
culturel et identitaire).
Le projet du SCoT n’a pas vocation a
̀ définir une politique agricole ou de gestion forestière (qui relève
d’autres organismes) ou d’affectation de terrains a
̀
l'agriculture ou a
̀ la foresterie. Il vise en revanche a
̀
clarifier la place accordée a
̀ l’économie agricole
et forestie
̀ re dans la strate
́ gie globale et l’importance des différents espaces dans la structuration
du paysage et dans les continuite
́s écologiques.
Le projet de SCoT fixe des objectifs de protection et
de pérennisation des espaces ne
́cessaires a
̀ l’agriculture, a
̀ l’agroforesterie, aux exploitations miné rales, aux é quilibres é cologiques et aux paysages. C’est un rô le d’anticipation fonciè re
fondamental du SCoT. Cette ambition diffe
̀re forcément d’un territoire a
̀ l’autre, en fonction des enjeux locaux, de la place et de l’importance accordée a
̀ l’agriculture par les acteurs politiques.
Les moyens prescriptifs du SCoT :
sécuriser durablement le foncier
agricole et forestier
Dispositifs obligatoires
Le DOO du SCoT dé termine les grands é quilibres entre espaces urbains et a
̀ urbaniser et les
espaces agricoles et forestiers. Il détermine les
espaces agricoles et forestiers a
̀ protéger.
De façon indirecte, il arre
̂te les objectifs chiffre
́s
de consommation économe de l’espace ventilés par secteur ge
́ographique, ce qui limite la
perte de terres agricoles et forestie
̀res.
Dispositifs facultatifs
Le DOO peut aussi :
• définir la localisation ou la de
́ limitation de
ces espaces ;
• imposer préalablement a
̀ toute ouverture a
̀
l’urbanisation de nouveau secteur l’utilisation de terrains de
́ja
̀ desservis par les e
́quipements de l’article L.111-4 (réseaux d’assainissement et re
́seaux électriques) ;
• définir des secteurs dans lesquels l’ouverture de nouvelles zones a
̀ l’urbanisation est
subordonné e a
̀ l’obligation pour les
constructions, travaux, installations et
aménagements de respecter des performances environnementales renforce
́es.
Commentaires
et recommandations
Ainsi, le projet de SCoT va e
̂tre en mesure de
protéger, par des dispositions réglementaires,
les espaces agricoles et forestiers selon leur
valeur. Diffé rentes mesures sont envisageables pour y parvenir :
• hié rarchiser et spatialiser les espaces en
fonction de leur vocation pour le territoire
(fonction écologique, paysagère, potentiel
productif ou de diversification, terroir d’exception, etc...) ;
78 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page79
fi F I C H E
• définir des niveaux de protection diffe
́ renciée selon les espaces conside
́rés ;
• pré ciser les limites de l’urbanisation pour
sé curiser le foncier agricole et freiner la
spé culation. Le projet de SCoT peut par
exemple ê tre force de proposition pour
mettre en place des outils de protection
spécifiques, en particulier du foncier périurbain (en identifiant par exemple des secteurs privilégiés d’instauration de Pe
́rimètres
de protection des espaces agricoles et naturels périurbains ou PAEN) ;
• imposer un seuil maximal de consommation d’espaces agricoles (a
̀ travers les objectifs chiffre
́s de consommation e
́conome
de l'espace et de lutte contre l'étalement
urbain).
Comme dans le cas de la Trame Verte et
Bleue, il est fortement recommandé de faire appel a
̀ la cartographie pour traduire les
orientations sur les espaces agricoles et forestiers.
Les articulations à prévoir avec
les autres outils de planification
et politiques publiques
Les orientations agricoles du SCoT doivent
être articulées et coordonnées avec les politiques agricoles conduites sur le territoire afin
de proposer des moyens adaptés aux ambitions recherché es. Les SCoT doivent par
exemple inté grer les Zones agricoles protégées (ZAP) qui sont des servitudes d’utilite
́
publique instaurées par arrêté préfectoral. Les
Plans régionaux d’agriculture durable (PRAD)
sont aussi des documents de re
́férences qui
doivent être intégrés lors de l’élaboration d’un
SCoT dans le porte
́a
̀ connaissance.
Les PAEN, mis en œuvre par les Dé partements, doivent eux, avoir leur dé limitation
compatible avec le SCoT (article L122-1- 12
du Code de l’Urbanisme).
Pour en savoir plus
L’agriculture dans les SCoT- Terres en Villes - Ed
CERTU – Juin 2012
Document téléchargeable
sur http://www.certu-catalogue.fr
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
En «inversant le regard», le SCoT de l'agglomération de Montpellier a opté pour une approche
innovante permettant de mettre en valeur l’organisation et les structures des espaces naturels, agri-
coles et forestiers. Elle vise à mieux comprendre leur
fonctionnement et leur contribution sans se focaliser sur le développement urbain.
i
inverser
le regard ...
Source : SCoT de l’agglomération de Montpellier
... pour révéler l’armature
des espaces naturels et agricoles.
79
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page80
fi F I C H E
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Par ailleurs, l’utilisation des principes de «localisation»
et de «délimitation» permet aux SCoT de définir diffé rents niveaux de protection des espaces agricoles.
7
Par exemple, le SCoT du Pays de Rennes localise
dans un premier temps l’ensemble de ses espaces
sur lesquels s’appliquent les objectifs de limitation et
de réduction de consommation d’espaces agricoles par l’urbanisation.
Il délimite dans un deuxième temps les «champs
urbains» devant être impérativement préservés afin
de contenir l’e
́talement urbain. Ces «champs» ont
é té dé terminé s pour la qualité de leur paysage
(schéma des vallées, forêts, etc.), de leur environnement naturel et en raison de la fréquentation importante qu’ils connaissent (cheminements, activités équestres, proximite
́ avec les centres urbains).
Source : SCoT du Pays de Rennes - Audiar
ZOOM SUR...
Illustration de quelques principes
de la ville des proximités
sur le territoire de l’agglomération
Source : Audiar – Hervé Ollivier
80 LE SCoT
Les champs urbains
Les élus du Pays de Rennes ont fait le choix,
dans le cadre du SCoT, de conserver un esprit de ville-archipel avec un développement
multipolaire, qui laisse une large part aux espaces agricoles et naturels entre des bourgs
et des villes compacts. Pour éviter l’artificialisation des interstices urbains soumis a
̀ une forte pression fonciè re, le choix a é té fait de
délimiter des «champs urbains». Ce sont des
espaces de production agricole qui ont été
repérés pour la qualité de leur paysage (vallées, forêts, etc.), de leur environnement naturel et en raison de la fre
́quentation de loisirs dont ils sont le support (cheminements,
activité s é questres, etc.). La proximité
ville/champs offre des services mutuels
bénéfiques a
̀ ces deux entite
́s : possibilités de
diversification de l’activite
́ agricole (fermes
pé dagogiques, vente directe, maraîchage...) et espaces d’aération, de loisirs et de
découverte accessibles rapidement.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page81
fi F I C H E
Valoriser le paysage et le patrimoine ba
̂ti
Une stratégie de préservation
et de mise en valeur des unités
paysagères
Le SCoT est un outil efficace pour appré hender,
pré server et mettre en valeur la qualité des paysages, des morphologies villageoises et des centres
urbains et des espaces non urbanisés qu’ils soient
protégés ou pas.
Il permet d’intervenir a
̀ l’échelle globale du territoire en déterminant des grands équilibres entre les
espaces urbains et a
̀ urbaniser et les espaces ruraux, naturels, agricoles et forestiers. Il identifie les
structures paysagères essentielles du territoire qu’il
convient de pre
́server et de mettre en valeur. Il doit
notamment viser la sauvegarde des ensembles urbains et du patrimoine ba
̂ti remarquable.
Sur la base de la connaissance des singularité s
paysagè res du territoire, il dé finit les principes
d’amé nagement et d’accroche urbaine a
̀ respecter pour accueillir harmonieusement les
aménagements et extensions dans leur environnement (formes urbaines, espaces de nature a
̀
prévoir...).
Il cherche é galement a
̀ identifier les espaces
dégradés qui nécessiteraient un traitement particulier (ame
́nagement des entre
́es de ville, revitalisation des centres urbains...).
Le SCoT accompagne a
̀ la fois la reconnaissance
des grands éléments identitaires a
̀ préserver et la
caractérisation des espaces ou secteurs a
̀ restaurer. En lien avec les thématiques naturelles et agricoles, il peut fixer des orientations sur les secteurs
mé ritant des é tudes de mise en valeur ou des
aménagements spécifiques (sentiers balisés, points
de vue, vallées, milieux naturels, ba
̂tisses agricoles,
réaménagement de carrie
̀res...).
Les moyens du SCoT :
imposer des prescriptions
d’aménagement
et de mise en valeur
Dispositifs obligatoires
8
Le DOO définit les conditions d’un développement urbain maîtrisé et les principes de restructuration des espaces urbanise
́s, de revitalisation des centres urbains et ruraux, de
mise en valeur des entre
́es de ville, de valorisation des paysages. Il dé termine les espaces urbains, agricoles, forestiers, naturels a
̀
protéger.
De plus, le DOO précise les objectifs relatifs
a
̀ l’équipement commercial et artisanal et la
localisation pré fé rentielle des commerces
afin de re
́pondre notamment aux exigences
de qualite
́ des paysages, de l’architecture et
du patrimoine ba
̂ti.
Enfin, il doit impé rativement dé terminer les
principes d’implantation des unité s touristiques nouvelles dans les zones de montagne.
Dispositifs facultatifs
Comme pour les espaces naturels et agricoles, le DOO peut aussi définir la localisation
ou la dé limitation des espaces a
̀ proté ger
pour leur valeur paysage
̀re.
Dans les communes ne disposant pas de
document d’urbanisme (PLU, PLUi, Plan d’occupation des sols, carte communale...) le
SCoT peut de
́finir des normes de qualite
́ urbaine, architecturale et paysagè re applicables par secteur.
Enfin, le DOO peut de
́finir des objectifs a
̀ atteindre en matière de maintien ou de création d’espaces verts dans les zones faisant
l’objet d’une ouverture a
̀ l’urbanisation.
81
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page82
fi F I C H E
Commentaires
et recommandations
8
Au-dela
̀ des objectifs de protection des
éléments de valeur, les orientations du SCoT
chercheront a
̀ guider l’intégration des nouvelles opé rations d’amé nagement, de renouvellement urbain et d’implantations commerciales en dé terminant des principes a
̀
respecter pour une inte
́gration harmonieuse
dans les sites d’accueil (morphologies urbaines avoisinantes, trame naturelle et agricole, topographie..).
Les articulations à prévoir
avec les autres outils
de planification
Le SCoT doit ê tre compatible avec les
chartes de PNR et avec les Directives de protection et de mise en valeur des paysages
(DPMVP).
Les Aires de mise en valeur de l'architecture
et du patrimoine (AVAP, qui ont remplace
́ les
Zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager ou ZPPAUP depuis la
loi ENE), les Plans de sauvegarde et de mise
en valeur (PSMV), sont des documents de
ré fé rence a
̀ inté grer dans la ré flexion du
SCoT. Celui-ci prend en compte e
́galement
les Grands sites et les sites du patrimoine
mondial. Le SCoT peut aussi inté grer, voire
compléter des opérations programme
́es sur
certains secteurs, tels que les projets retenus
dans le Programme national de requalification des quartiers anciens dé gradé s (PNRQAD).
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Le SCoT d’Uzège-Pont du Gard a décliné de nombreuses thématiques concernant le paysage. Parmi elles, celles concernant la détermination des typologies de silhouettes villageoises. Pour chacune
d’elles, le SCoT a ré digé des prescriptions et des
principes d’extension qui leur sont propres.
Par exemple, pour les villages identifie
́s de piémont,
le SCoT prescrit de :
• laisser dégagée la silhouette ancienne ;
• conserver ou créer une trame végétale qui accompagne le village historique et cadre les extensions ba
̂ties ;
• densifier les abords du village sur le coteau en articulant village ancien et nouvelles constructions.
• éviter l’urbanisation entre le village et la route principale irrigant la plaine ;
• maintenir les vues remarquables vers le village.
Source : Syndicat Mixte du SCoT Uzège Pont du Gard
82 LE SCoT
Au-dela
̀ des formes villageoises, le SCoT d’UzègePont du Gard rappelle les outils dont disposent les
communes afin de prote
́ger leur patrimoine.
Par exemple, il met en avant la possibilité de délimiter des emplacements re
́servés pour la re
́alisation d’espaces verts et définir des principes d’accompagnement ve
́gétal pour valoriser les qualite
́s
paysagè res des sites urbanisé s. Les communes
peuvent aussi identifier au titre de l’article L.123-1-7°
du code de l’urbanisme, les éléments de paysage
a
̀ protéger, a
̀ mettre en valeur ou a
̀ requalifier.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page83
fi F I C H E
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Le SCoT peut ré aliser l’interface en ré fé renç ant,
dans le cadre de son diagnostic, les éléments de
paysage et les structures paysage
̀res qui semblent
nécessaires a
̀ protéger et a
̀ valoriser au travers des
documents d’urbanisme locaux.
Le SCoT de Carcassonne Agglo a identifie
́ les principaux éléments participant a
̀ la qualité paysagère
du territoire. Il prescrit :
• la conservation des points de vue remarquables ;
• la valorisation des axes paysagers ;
• la mise en valeur et la protection du patrimoine ;
• la reconversion des entrées de ville et des traversées de village.
Source : SCoT de Carcassonne Agglo
83
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page84
fi F I C H E
Maîtriser l’énergie et les émissions
de gaz a
̀ effet de serre (GES)
9
Intégrer les critères de sobriété
énergétique dans la stratégie
d’aménagement spatiale
Le code de l’urbanisme place depuis 2010 la
réduction des émissions de GES ainsi que la maîtrise de l’énergie et des productions e
́nergétiques au
premier rang des objectifs assigne
́s aux SCoT.
Cependant, la traduction concrète des objectifs
de ré duction des gaz a
̀ effet de serre et de
consommation d'énergie n’est pas forcément aisé e pour tous les territoires, notamment ceux
présentant un caracte
̀re rural affirme
́.
Les établissements publics porteurs des SCoT peuvent être précurseurs en la matière : il s’agit d’expé rimenter des strate
́ gies visant a
̀ rationaliser les
choix d’ame
́ nagement urbain vis-a
̀ -vis du changement climatique.
L’ambition territoriale peut e
̂tre forte, en visant une
réduction importante des e
́missions de GES dans le
territoire, le de
́veloppement de facteurs favorables
a
̀ une stratégie industrielle «verte» et une plus grande autonomie en matiè re de consommation
é nergé tique au travers de la production locale
d’énergie.
Ainsi, la straté gie territoriale du SCoT permet de
pré parer les collectivité s a
̀ la «transition é nergétique» afin atteindre l'objectif du «facteur 4» fixé
en 2050.
L’analyse des impacts du projet en termes d’e
́ missions de gaz a
̀ effet de serre (voir partie 4 «Conduire l’évaluation environnementale») permet de re
́ ajuster ce dernier en arrê tant des objectifs plus
ambitieux : de
́veloppement significatif des transports collectifs et des axes de déplacements doux,
densification de certains pôles, lutte contre l’étalement urbain, usage de maté riaux é cologiques,
études sur le potentiel du territoire pour l’implantation et le dé veloppement d’é nergies renouvelables.
84 LE SCoT
Mobiliser tous les leviers du SCoT :
mobilités, limitation
de l’étalement urbain,
énergies renouvelables
Dispositifs obligatoires
Le code de l’urbanisme ne dote pas obligatoirement les SCoT d‘outils lé gislatifs spé cifiques agissant directement sur la re
́ duction
des émissions des gaz a
̀ effet de serre et la
maîtrise de la production de l’e
́nergie a
̀ partir de ressources renouvelables. Cependant,
c’est un objectif transversal qui doit guider
les choix du SCoT notamment en termes
d’armature urbaine et de politique de l’habitat, d’organisation des mobilité s, de lutte
contre l’étalement urbain, d’implantation des
zones é conomiques et commerciales, de
définition des projets d’e
́quipements. En particulier, les dispositions visant l’urbanisation
prioritaire des zones desservies par les transports collectifs concourent a
̀ cet objectif. Ainsi, c’est au travers des prescriptions rattache
́ es
a
̀ ces diffe
́rentes proble
́matiques que le SCoT
peut avoir un projet solide et cohérent, notamment en ce qui concerne la réduction
des GES (voir fiches 1, 2, 3, 4, 5 et 6).
Dispositifs facultatifs
Le SCoT dispose également de moyens prescriptifs facultatifs pour ame
́liorer l’ambition du
projet du SCoT sur la question de la réduction
des gaz a
̀ effet de serre. Ainsi, le DOO peut :
• définir des secteurs dans lesquels l’ouverture a
̀ l’urbanisation est subordonne
́e au respect de performances énergétiques et environnementales renforce
́es ;
• définir des secteurs, situés a
̀ proximité des
transports collectifs existants ou programmés, dans lesquels les documents d’urbanisme locaux doivent imposer une densite
́
minimale de construction ;
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page85
fi F I C H E
• préciser des obligations maximales en matière de stationnement pour ve
́hicules motorisés et minimales pour les non motorise
́s
(en l’absence de PDU) ;
• prévoir que l’implantation d’e
́quipements
commerciaux est subordonnée aux conditions portant notamment sur la desserte par
les transports collectifs dans les zones commerciales.
Commentaires
et recommandations
La loi confe
̀ re é galement au SCoT des objectifs relatifs a
̀ la production énergétique a
̀
partir de ressources renouvelables. Le SCoT
peut ê tre l’occasion pour la collectivité de
conforter voire de développer la production
locale d’énergie et d’identifier des secteurs
préférentiels de production d’e
́nergies renouvelables. En parallè le, le SCoT, par ses dispositions de protection, identifiera les secteurs
dans lesquels l’implantation de sites de production industriels d’e
́nergie, notamment renouvelable, est proscrite au regard des
autres enjeux environnementaux.
Les articulations a
̀ prévoir
avec les autres outils
de planification
Les SCoT doivent prendre en compte les
Plans Climat Énergie Territoriaux (PCET). Ces
documents tendent a
̀ se généraliser sur le territoire national puisque les collectivité s publiques (communales, intercommunales,
départementales, régionales) dont la population est supérieure à 50 000 habitants sont
tenues d’en adopter un. Les Schémas Régionaux du Climat, de l'Air et de l'Énergie (SRCAE) sont également des documents de
référence a
̀ intégrer dans la réflexion. Enfin, le
volet «Climat» de l’Agenda 21 qui vaut PCET
doit é galement ê tre pris en compte par le
SCoT.
Pour en savoir plus
• Energie et climat dans les 12 SCoT Grenelle –Série de Fiches - CERTU- Mars 2010
• Émissions de Gaz a
̀ Effet de Serre et SCoT Outil GES SCoT – CERTU – Janvier 2012
Documents téléchargeables
sur http://www.certu-catalogue.fr
• Intégrer les questions e
́nergétiques et la lutte contre le changement climatique dans
les SCoT – ETD - Mai 2012
http://www.etd.asso.fr
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Le syndicat mixte du SCoT du Pays du Mans, a
lancé dans le cadre de l’élaboration de son SCoT et
de l’élaboration concomitante du Plan Climat Énergie Territorial du pays, une étude «Énergie - Climat»
mutualisée. La mission se décline en 3 volets :
• le premier concerne un bilan énergétique territorial qui vise a
̀ établir «un point ze
́ro» des émissions de GES sur le territoire. Une première étape
indispensable tant pour le futur suivi de la mise en
œuvre des orientations du SCoT que pour l’évaluation des mesures du PCET ;
• le deuxie
̀me volet concerne la quantification du
potentiel de dé veloppement de production
d’énergies renouvelables sur le territoire. Il vise a
̀
faire prendre conscience aux décideurs du potentiel des filie
̀res locales notamment en matie
̀re
de «bois énergie». Un diagnostic également pro-
pice au rapprochement des instances porteuses
du pays et du SCoT, qui associe le conseil de
développement du pays, dans lequel sie
̀ ge notamment le directeur de
́partemental d’ERDF et la
chambre d’agriculture, qui apportent leurs
concours et leurs expertises a
̀ la démarche ;
• le troisiè me volet concerne la «vulné rabilité et
l’adaptation au changement climatique». Volet
souvent éludé, et pourtant pleinement du ressort
du SCoT, il vise a
̀ analyser la vulnérabilité du territoire face aux changements climatiques a
̀ venir, dans une logique d’anticipation des mesures
d’urbanisme propres a
̀ réduire l’exposition des populations et des activités. Ici le volet «risque» est
particulie
̀ rement de
́ veloppé et aboutira a
̀ des
propositions de recommandations, de mesures
ou d’objectifs pour le SCoT et le PCET.
85
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page86
fi F I C H E
9
Les gains d’une straté gie de mutualisation entre
é laboration du PCET et du SCoT sont ici mis en
avant. Outre la mutualisation des coû ts, importants,
d’une telle étude, l’élaboration concomitante des
deux démarches doit, dans l’esprit des acteurs du
Pays du Mans, permettre une meilleure prise en
compte dans le SCoT de la thématique «énergieclimat» tandis que le PCET be
́néficie lui d’une inscription réglementaire et spatialisée de ses orientions en matie
̀re d’urbanisme.
Le territoire du SCoT Boucle du Rhône en Dauphiné s’est engagé dans une démarche de gestion
durable de l’e
́nergie avec comme principaux objectifs :
• la limitation de la de
́pendance du territoire vis-a
̀vis des énergies et ressources fossiles ;
• une division par 4 de la production de gaz a
̀ effet de serre d’ici 2050.
Pour cela, le territoire s’appuie sur les diffe
́ rents rôles
de la collectivité qui peut agir en tant qu’aménageur, consommateur et gestionnaire de patrimoine, prescripteur pour les maîtres d’ouvrage, mais
aussi par son exemplarite
́ en tant que maître d’ouvrage d’équipements publics et en sensibilisant les
populations aux e
́conomies d’e
́nergie et aux e
́nergies renouvelables.
Dans ce cadre, le territoire du SCoT s’est engage
́a
̀
développer l’utilisation des ressources locales.
© Arnaud Buissou/MEEDM
86 LE SCoT
Le DOO prévoit plusieurs prescriptions permettant
d’aller dans ce sens :
• conformément a
̀ l’article L.123-1 14° du code de
l’urbanisme, le recours aux é nergies renouvelables sera recommande
́ pour les équipements
publics neufs. Pour cela, une e
́tude énergétique
comparative intégrant l’usage des énergies renouvelables sera re
́alisée pour tout investissement
supérieur a
̀ 500 000 euros ;
• dans les zones d’urbanisation dense (50 logements a
̀ l’hectare minimum), où des réseaux de
chaleur sont envisageables, l’implantation d’une
chaufferie collective bois (et son syste
̀ me d’alimentation) sera inté gré e a
̀ la ré flexion sur
l’aménagement du quartier ;
• les communes devront systématiquement être
accompagnées dans l’élaboration des PLU par
un volet maîtrise de l’énergie ;
• l’espace agricole local sera pre
́servé pour assurer la fonction de production alimentaire et e
́ nergétique ;
• toutes les possibilités de développement des filières d’énergies renouvelables seront étudiées :
mise en place d’e
́oliennes, filie
̀re locale de biocarburants pour une utilisation par les agriculteurs,
filière bois...
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page87
fi F I C H E
Prévenir les risques
Diminuer l’exposition aux risques
et anticiper les catastrophes
Les nombreuses catastrophes naturelles et technologiques qui sont survenues en France (et dont le
nombre tend a
̀ augmenter), rendent essentielles la
prise en compte des risques dans la planification
urbaine. Ceci se pose avec d’autant plus d’acuité
avec le réchauffement climatique. En effet, ces
catastrophes risquent d’être plus nombreuses dans
l’avenir.
Chaque territoire présente une vulnérabilité qui lui
est propre en matiè re de risques naturels et/ou
technologiques qu’il convient d’appréhender et de
spatialiser dans le diagnostic.
En premier lieu, la re
́flexion strate
́gique du SCoT va
permettre de fixer une série d’objectifs de prévention et de précaution dans le respect des principes
des Plans de Prévention des Risques (PPR) lorsqu’ils
existent ou en fonction de la connaissance des
risques avérés sur le territoire. En utilisant toutes les
connaissances disponibles, dont la mise à jour s’est
accélérée ces dernières années (calcul des hauteurs d’eau des submersions, e
́ tudes de danger
des digues...), les SCoT dé tiennent des donné es
leur permettant d’analyser, de minimiser et d'anticiper les risques :
• en réduisant l’exposition des populations et du territoire par des choix d’urbanisme adaptés ;
• en localisant de façon cohérente les projets d’infrastructures de protection ;
• en concevant un développement urbain et économique compatible avec les risques ;
• en donnant une vocation aux zones exposées
aux risques : espaces naturels ou de loisirs, TVB,
agriculture…
• en anticipant les risques potentiels.
Au-dela
̀ des obligations juridiques s’imposant, le
SCoT peut élaborer une ve
́ritable stratégie d’anticipation des changements climatiques gra
̂ce au travail de prospective. Les SCoT littoraux en particulier,
dont les territoires sont confronte
́s au risque de submersion marine aggravé par les perspectives
d’augmentation du niveau de la mer, doivent faire
un effort d’anticipation important. Le risque inondation peut être l’occasion de réfléchir a
̀ des stratégies
de reconquêtes et de préservation des zones d’expansion des crues, notamment en périphérie des
zones urbanisées. Le risque devient ainsi une partie
intégrante de la strate
́gie d’ame
́nagement durable des territoires.
10
Les moyens prescriptifs du SCoT :
déterminer les zones non
œdificandi et les dispositifs
d’accompagnement
Dispositifs obligatoires
Le DOO définit les principes de prévention
des risques.
Dispositifs facultatifs
En complément, le DOO peut également :
• imposer préalablement à toute ouverture à
l’urbanisation de nouveau secteur la réalisation d’une étude d’impact ;
• définir des secteurs dans lesquels l’ouverture de nouvelles zones à l’urbanisation est
subordonnée à l’obligation pour les
constructions, travaux, installations et aménagements de respecter des performances environnementales renforcées.
87
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page88
fi F I C H E
Commentaires
et recommandations
10
En fonction des situations et de l’importance
des risques dans le territoire, le SCoT peut
compléter les PPR en prescrivant la réalisation
d’études approfondies préalablement à l’ouverture à l’urbanisation de nouveaux secteurs
et le respect d’exigences complémentaires
dans les projets. En ce qui concerne les
risques d’inondation, le SCoT peut imposer
des conditions d’urbanisation à respecter
concernant les cheminements d’eau et la
transparence hydraulique. Dans le cas des
risques incendies, le SCoT peut instituer des
zones tampons (agricoles ou naturelles) dans
lesquelles la constructibilité est très limitée. Il
peut aussi définir et localiser les équipements
à ne pas construire en zone à risque afin de
les utiliser en temps de crise (relogement, aide aux sinistrés…). Le SCoT peut valoriser des
zones exposées aux risques naturels en les intégrant dans le maillage et les continuités
vertes et bleues. Les espaces exposés peuvent être aussi le support de projets agricoles
et paysagers valorisant le cadre de vie des riverains.
© Laurent Mignaux/METL
88 LE SCoT
Les articulations à prévoir
avec les autres outils
de planification
Le SCoT doit être compatible avec la préservation des zones inconstructibles et des
zones urbanisables sous conditions dont les
Plans de Prévention des Risques Naturels prévisibles (PPRN) font état.
Le SCoT doit être compatible avec les orientations des Plans de Gestion des Risques
d'Inondation (PGRI) lorsqu’ils existent. Il doit
aussi être compatible avec les objectifs de
gestion des risques d'inondation et les orientations fondamentales définis par les PPR approuvés. Lorsqu'un Plan de Gestion des
Risques d'Inondation est approuvé après l'approbation d'un Schéma de Cohérence Territoriale, ce dernier doit, si nécessaire, être rendu compatible dans un délai de trois ans.
Le SCoT, enfin, doit prendre en compte les
documents stratégiques de façade ainsi que
les DDRM (Dossier Départemental des
Risques Majeurs).
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page89
fi F I C H E
Utiliser avec efficacité
les ressources naturelles
Une stratégie visant à utiliser
raisonnablement et avec parcimonie
les ressources naturelles
Dans tous les territoires, l’extension de l’urbanisation
entraîne une pression accrue sur les milieux et les
ressources naturelles (eau souterraines ou de surfaces et gisements de matières premières minérales). Le SCoT doit s’efforcer de minimiser cette
pression dans le but d’assurer une consommation
efficace de ces ressources indispensables mais
seulement disponibles en quantités limitées. La stratégie du SCoT consiste à rechercher un usage raisonné et parcimonieux des ressources naturelles
consommées par l’homme et à garantir la préservation de la qualité de ces ressources.
L’eau est une ressource naturelle qui subit les effets
du changement climatique, de l’augmentation de
la population et de l’évolution des activités. Ce
constat montre un paradoxe préoccupant dont
le SCoT doit dès aujourd’hui évaluer les enjeux : d’un
côté, une raréfaction de la ressource, de l’autre,
une demande de plus en plus accrue en eau.
Dans le but d’accompagner les choix de développement durable et en complément des actions en
cours dans les Schémas Directeur de Gestion et
d'Aménagement des Eaux (SDAGE), le SCoT peut
construire une stratégie spécifique :
• en basant ses choix d’évolution de la consommation en eau sur les hypothèses d'évolution démographique ;
• en renforçant la protection des zones de vulnérabilité pour les ressources souterraines ou de surface, notamment dans les secteurs à enjeux
(captages desservant une population importante, réserves en eau à préserver pour le futur…) ;
• en identifiant les risques de dégradation des
masses d’eau présentes sur le territoire du SCoT.
La protection de ces masses d’eau d’importance peut avoir une double conséquence : conserver des réserves d’eau potentiellement utiles pour
les hommes et préserver la biodiversité en lien
avec les écosystèmes aquatiques. Ces réserves
peuvent notamment trouver leur place au sein
de la trame bleue ;
• en favorisant des modes d’urbanisation plus économes en eau (plus compacts et plus durables
dans leur conception) ;
• en présentant des solutions alternatives pour le
développement des activités dans l’optique de
limiter, voire réduire, la consommation en eau.
11
Les substances de carrières dont notamment les
granulats ou les minéraux industriels sont, au même
titre que l’eau, des ressources naturelles devant faire l’objet d’une attention particulière lors de l’élaboration d’un SCoT. Elles représentent des ressources indispensables pour couvrir l’ensemble des
besoins car ces substances entrent tant dans la
réalisation d’équipements et de logements que
dans la composition de nombreux produits manufacturés (automobiles, plastiques, verre, papier,
médicaments…). Les gisements de minéraux industriels, par leur caractère plus rare sur le territoire
national, doivent être étudiés et gérés avec d’autant plus de précaution.
Les moyens prescriptifs du SCoT :
le respect de performances
environnementales comme
le garant d’une urbanisation
«durable»
Le SCoT ne dispose pas d’outils réglementaires spécifiques en matière de ressources
naturelles. Il s’assure en revanche, via l’évaluation environnementale, de la bonne prise
en compte des enjeux de préservation des
ressources naturelles et justifie les choix stratégiques réalisés à cet égard.
Dispositifs facultatifs
Le DOO peut définir des secteurs dans lesquels l’ouverture à l’urbanisation est subordonnée à l’obligation de respecter des performances environnementales renforcées,
notamment en ce qui concerne la gestion et
les économies de la ressource en eau.
89
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page90
fi F I C H E
11
Le SCoT peut également imposer la réalisation d’une étude d’impact préalablement à
l’ouverture à l’urbanisation d’un secteur nouveau.
Il peut localiser, voire délimiter certains secteurs qui semblent être nécessaires de protéger strictement pour assurer la préservation
de la ressource en eau.
Commentaires
et recommandations
Le projet du SCoT doit aborder la question de
la ressource en eau potable selon plusieurs
angles complémentaires :
• la destination des sols aux alentours de la
ressource en eau doit être compatible
avec la nécessité de ne pas altérer cette
ressource par la présence d’activités polluantes liées à l’urbanisation ;
• le développement urbain engendrera une
augmentation de la population et donc
une hausse des besoins en eau potable :
le SCoT doit s’assurer de la disponibilité et
de la qualité de la ressource en eau pour
alimenter cette population nouvelle. Il peut
éventuellement conditionner l’urbanisation
à la disponibilité de la ressource ;
• le développement peut être accompagné de prescriptions pour limiter les prélèvements, faire des économies d’eau, utiliser l’eau de pluie, anticiper les risques de
sécheresse...
90 LE SCoT
Les articulations à prévoir
avec les autres outils
de planification
Le SCoT doit être compatible avec les orientations des SDAGE et les objectifs de protection définis par les Schémas d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE). Lorsqu’ils
existent, le SCoT doit notamment intégrer les
zones de protection, les aires d’alimentation
de captage, les restrictions d’usage et les
conditions d’installation de nouvelles activités.
Lorsqu’un de ces schémas est approuvé
après l’approbation du SCoT, celui-ci doit être
rendu compatible dans un délai de 3 ans.
Le SCoT doit s’appuyer sur les Schémas Départementaux d'Alimentation en Eau Potable
(SDAEP), lorsqu’ils existent.
Les diverses prescriptions et recommandations relatives aux schémas de gestion des
ressources naturelles (tels que les Schémas
Départementaux des Carrières) doivent, lorsqu’ils existent, être intégrés dans l’élaboration
des SCoT. Leur ignorance peut conduire le juge à relever une «erreur manifeste d’appréciation», entraînant l’illégalité du document.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page91
fi F I C H E
Prévenir les pollutions et nuisances
Inclure la qualité de l’environnement
et la santé humaine dans la stratégie
territoriale
Le SCoT doit «déterminer les conditions permettant d’assurer la préservation de la qualité de l’air,
de l’eau, du sol et du sous-sol, la prévention des
pollutions et des nuisances de toute nature».
Ainsi, le SCoT va intégrer des objectifs de préservation de la qualité de l’environnement (assainissement, déchets, bruits, émissions de particules…) et
de la santé humaine dans sa stratégie territoriale.
Divers objectifs peuvent être visés :
• la maitrise de la qualité de l’eau à travers une stratégie ambitieuse d’assainissement et de gestion
des eaux pluviales ;
• l’intégration d’une réflexion sur le traitement et la
valorisation (énergétique, agricole, économique..) des déchets en cohérence avec le
schéma départemental des déchets ;
• la lutte contre les nuisances sonores en appliquant les prescriptions des Plans de Prévention
des Bruits dans l'Environnement (PPBE), du Plan
d'Exposition au Bruit (PEB) : inconstructibilité de certains espaces, secteurs à faible densité de
construction, maintien de zones de calme… ;
• la préservation de la qualité de l’air en relation
avec la stratégie de réduction des émissions de
GES.
Les moyens du SCoT
Comme pour les ressources naturelles, le
SCoT ne dispose pas d’outils réglementaires
obligatoires en matière de pollutions. Il s’assure en revanche, via l’évaluation environnementale, de la bonne prise en compte
des enjeux de maîtrise des pollutions et des
nuisances et justifie les choix stratégiques réalisés à cet égard.
12
Dispositifs facultatifs
Le DOO peut cependant agir en définissant
des secteurs dans lesquels l’ouverture à l’urbanisation est subordonnée à l’obligation de
respecter des performances environnementales renforcées. En fonction des circonstances, il peut imposer la réalisation d’une
étude d’impact préalablement à tout projet
d’urbanisation d’un secteur nouveau. Dans
les Zones d'Aménagement Commercial (ZACom), le DOO peut prévoir que l’implantation
des équipements commerciaux est subordonnée au respect de normes environnementales particulières.
Commentaires
et recommandations
Les pollutions et les nuisances font déjà l’objet de plans, programmes et schémas, régis
pour l’essentiel par le code de l’environnement. Le SCoT doit s’assurer que ses orientations sont cohérentes avec les politiques existantes. En fonction des volontés politiques et
des nuisances rencontrées, le SCoT peut fixer,
dans certains secteurs, des règles plus ou
moins contraignantes aux différents projets
d’urbanisation :
• le DOO peut définir des obligations de respect de performances environnementales
renforcées par exemple en matière de
gestion des eaux pluviales, de limitation de
l’imperméabilisation des sols, de mise en
place de dispositifs de protection contre
le bruit, d’élimination des déchets… ;
91
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page92
fi F I C H E
12
• iI peut contribuer à la maîtrise des pollutions
urbaines en fixant des densités maximums
par secteur et en conditionnant l’ouverture
à l’urbanisation à la réalisation d’équipements spécifiques (bassin de rétention des
eaux pluviales, station d’épuration ayant
des capacités adaptées...).
© Laurent Mignaux/METL
92 LE SCoT
Les articulations à prévoir
avec les autres outils
de planification
Le SCoT doit être compatible avec les orientations fondamentales des SDAGE et des SAGE en matière de qualité des milieux aquatiques et de maîtrise des pollutions. Les Plans
d'Exposition au Bruit dans l’Environnement (PPBE), les plans de gêne sonore, et les Plans
d’exposition au bruit (PEB) s’appliquant sur le
territoire du SCoT sont à intégrer dans la réflexion sur le projet.
Les plans régionaux et les schémas territoriaux
(plan régional santé-environnement, plan de
la protection de l’atmosphère, schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie…)
sont également autant de documents de référence devant faire l’objet d’une attention
particulière lors de la rédaction des SCoT.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page93
fi F I C H E
Développer les communications
électroniques
Généraliser l’accès aux technologies
numériques pour renforcer la solidarité et l’attractivité des territoires
En l’espace d’une trentaine d’année, le numérique
a été à l’origine d’une refonte de nos modes de vie.
Il a en effet transformé nos façons de nous déplacer, de communiquer et plus généralement de
fonctionner. La vitesse de déploiement de nouveaux services permis par les infrastructures spécialisées, la multiplication des objets connectés situés
y compris sur l'espace public et la généralisation
des usages, entraînent une adaptation constante
des territoires. Une nouvelle génération de réseaux
est à prévoir à l’horizon 10 - 15 ans. Cet horizon temporel est similaire à celui des SCoT.
Les collectivités sont des acteurs majeurs du déploiement de ces réseaux de nouvelle génération.
Il s’agit notamment d’articuler la mise en place de
réseaux d'initiative publique avec ceux des opérateurs privés dans une optique de renforcement des
services à la population.
Le territoire est impacté par ces évolutions et se doit
d'interagir avec le projet d'aménagement numérique. Ces interactions peuvent s'effectuer en réaction pour la réduction des disparités géographiques, économiques comme générationnelles
liées au manque d’accès aux communications
électroniques (éviter la fracture numérique) mais
aussi en opportunité, pour le renforcement de l’attractivité et l'accompagnement du déploiement
en cohérence avec le projet de territoire du SCoT.
En effet, les politiques d'urbanisme et les choix politiques en termes de démographie, de déplacements, d’emplois et de spatialisation doivent être
pensés en lien avec l'évolution sociétale induite par
les communications électroniques. Par ailleurs, le
déploiement des infrastructures, qui s'effectuera
progressivement, doit être pris en compte en ce
qu'il impacte les équilibres territoriaux et la stratégie
du projet de territoire du SCoT. Il en est de même
pour les sites considérés comme stratégiques au
sens du Schéma Directeur Territorial d'Aménagement Numérique (SDTAN).
Les moyens prescriptifs du SCoT :
le déploiement du numérique
comme précurseur
au déploiement de l’urbanisation
13
Dispositifs facultatifs
Le projet peut définir des secteurs dans lesquels l’ouverture à l’urbanisation est subordonnée à l’obligation de respecter des critères de qualité renforcés en matière
d’infrastructures et de réseaux de communications électroniques.
Commentaires
et recommandations
Ces exigences renforcées peuvent notamment être mises en œuvre pour servir des intérêts plus globaux comme la garantie d’assurer des services pour des personnes ou
établissements dépendants (comme les hôpitaux) ou pour éviter le développement excessif du mitage.
Les articulations à prévoir
avec les autres outils
de planification
Le SCoT doit intégrer la Stratégie de Cohérence Régionale pour l'Aménagement Numérique (SCORAN) et le Schéma Directeur
Territorial d'Aménagement Numérique (SDTAN).
93
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page94
3
PARTIE
94 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page95
Formaliser le SCoT
95
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page96
fi F O R M A L I S E R L E S C o T
96 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page97
1 D’un projet de territoire à un document
de planification formalisé
La construction du projet de territoire a permis de
ba
̂ tir un certain nombre d’e
́léments : un diagnostic et des enjeux, des scénarios, un fil conducteur,
des objectifs politiques et des prescriptions, une
analyse des incidences pre
́visibles et, e
́ventuellement, des mesures compensatoires...
Il s’agit ensuite d’organiser ces e
́léments au sein des
pièces formelles du SCoT : le rapport de présentation, le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD), et le Document d’Orientation et d’Objectifs (DOO).
Des éléments nécessaires à la construction du projet ...
Un diagnostic
Un état initial de
l’environnement
Des enjeux
Des scénarios
Une évaluation des
impacts sur
l’environnement
Une stratégie
Des orientations
et objectifs
Des prescriptions
Des indicateurs
de suivi
...à un SCoT formalisé
1 Un rapport de
2
présentation
Un PADD
3
Un DOO
Figure 13 : Du projet de territoire au SCoT formalisé.
97
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page98
fi F O R M A L I S E R L E S C o T
2 Des pièces qui se complètent
Chacune des piè ces du SCoT a un rô le distinct.
Elles ont pour fonction soit de justifier le projet, soit de
le décrire, soit d’instaurer le cadre assurant sa mise
en œuvre.
1. Le rapport de présentation : le document
d’explication et de justification du projet
du SCoT
Le rapport de présentation est la première pièce
d’un SCoT. Il regroupe l’ensemble des e
́tudes et
analyses permettant d’assurer la connaissance
fine du territoire et de son évolution prévisible. Il
doit exposer les raisons qui ont présidé aux choix
du projet. A sa lecture, les enjeux du territoire doivent être identifiés. Il englobe aussi les re
́flexions
qui ont abouti au dessin des premie
̀res esquisses
de scénarios. Il intègre l’évaluation environnementale qui a permis de pré senter les incidences des scénarios sur l’environnement. Enfin,
il doit exposer les raisons qui ont présidé au choix
du scénario retenu.
2. Le PADD : le document politique du SCoT
Le Projet d’Amé nagement et de Dé veloppement Durables de
́taille les objectifs strate
́giques
fixés collégialement par les élus du SCoT. A ce
titre, c’est le projet politique des e
́lus du SCoT.
3. Le DOO : le document opposable
du SCoT
Le DOO est le document opé rationnel du
SCoT. Il définit, dans le respect du PADD, les prescriptions nécessaires pour assurer l’atteinte des
objectifs du document politique du SCoT. Il s’impose, au travers du lien de compatibilité , aux
documents et opérations subordonnés au SCoT.
98 LE SCoT
Ce que dit la loi
Article L. 122-1-2 du code de l’urbanisme
«Le rapport de présentation explique les choix
retenus pour établir le projet d’aménagement
et de dé veloppement durables et le document d’orientation et d’objectifs en s’appuyant
sur un diagnostic établi au regard des prévisions
économiques et démographiques et des besoins répertoriés en matière de développement
économique, d’aménagement de l’espace,
d’environnement, d’équilibre social de l’habitat,
de transports, d’e
́quipements et de services.
Il présente une analyse de la consommation
d’espaces naturels, agricoles et forestiers au
cours des dix années précédant l’approbation
du schéma et justifie les objectifs chiffre
́s de limitation de cette consommation compris dans
le document d’orientation et d’objectifs.
Il décrit l’articulation du schéma avec les documents mentionne
́s aux articles L. 122-1-2 et
L. 122-1-13, avec lesquels il doit e
̂tre compatible ou qu’il doit prendre en compte».
L'ensemble des éléments produits dans les chapitres 2 et 5 de la partie 2 doit se retrouver dans le
rapport de présentation.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page99
3 Le contenu des pièces
3.1 Le rapport de présentation
Le rapport de présentation : un recueil
des connaissances du territoire
Le rapport de pre
́sentation met en lumie
̀re tous les
éléments de diagnostic qui permettent de comprendre la situation dans laquelle se trouve le territoire. Il donne é galement une vision prospective
et ré trospective qui situe les choix opé ré s par les
élus dans leur contexte socio-économique et environnemental. En conclusion de ces analyses, le
rapport de présentation doit faire ressortir les enjeux
du territoire hiérarchisés ayant servi de fondations au
projet.
Le rapport de présentation démontre
l’articulation du SCoT avec les autres
politiques publiques, plans et programmes
Le rapport de présentation facilite la compre
́hension du SCoT, son inté gration et la compatibilité
avec les documents de planification de rang supérieur ou inférieur.
Il contient la description de l'articulation du schéma
avec les documents mentionné s aux articles
L. 111-1-1, L. 122-1-12 et L. 122-1-13 du code de
l'urbanisme et les plans ou programmes mentionnés a
̀ l'article L. 122-4 du code de l'environnement.
Voir partie 1, chapitre3.3 le schéma qui synthétise
les liens juridiques entre les différents documents
Le rapport de présentation : un document
mémoire retraçant la construction
du projet
Le rapport de présentation comprend
les éléments produits par l’évaluation
environnementale
Le rapport de présentation justifie les choix retenus
pour ré aliser le projet. En ce sens, il est un document mémoire exposant les diverses réflexions et
scénarios qui ont pu e
̂tre envisagés tout au long du
processus d’élaboration du projet et qui ont conduit
a
̀ un choix politique. Il apporte des e
́ lé ments de
«contexte» de la dé marche de construction du
projet.
Il expose dans un chapitre spé cifique les raisons
pour lesquelles les projets alternatifs ont e
́ té écartés,
au regard notamment des objectifs de protection
de l'environnement et du patrimoine issus du droit
international, communautaire ou national et les raisons qui justifient le choix opé ré au regard des
autres solutions envisagées. Il a pour obligation de
contenir une analyse de la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers au cours des
dix années afin de justifier les objectifs de limitation
de la consommation d'espaces qui sont e
́noncés
dans le DOO.
Les éléments produits par la démarche d’évaluation environnementale constituent une composante importante du rapport de pre
́sentation : état
initial de l’environnement, consommation d’espaces naturels et agricoles, analyse comparée des
scénarios du SCoT, analyses des incidences prévisibles de la mise en œuvre du schéma sur l’environnement, mesures de ré duction ou de compensation des effets du SCoT, indicateurs et
modalités de suivi des résultats de l'application du
schéma...
Conformément au code de l’environnement (articles L. 414-4 et R. 414-21), un dossier d’évaluation
des incidences Natura 2000 est é tabli dans un
chapitre distinct et de
́taillé de façon a
̀ évaluer la
bonne prise en compte des enjeux de conservation des habitats et des espe
̀ces d’intérêt communautaire présentes sur le territoire.
Les sources d’informations et les me
́thodes retenues
doivent être décrites dans le «résumé non technique». Ce document de
́crit notamment la manière dont l'évaluation environnementale a été effectuée.
Voir Partie 2, chapitre 5 les principes de la démarche
d’évaluation environnementale.
99
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page100
fi F O R M A L I S E R L E S C o T
En conclusion : le rapport de pre
́sentation
est un document explicatif et justificatif
Le rapport de pre
́sentation est la pie
̀ce d’information et d’explication du SCoT : il pre
́sente, explique
et détaille l’ensemble des réflexions qui ont aidé a
̀
construire le PADD et le DOO. Il pose aussi les bases
du suivi futur de l’application du projet qui doivent
donc ê tre pré vues bien avant l’approbation du
SCoT. Il comprend, comme le mentionne l’article
L.122-14 du code de l’urbanisme, l’ensemble des
indicateurs qui serviront de base a
̀ l’évaluation du
SCoT au terme des 6 années suivant son application et qui permettront d’identifier, a
̀ un stade
précoce, les effets ne
́gatifs impre
́vus du SCoT afin
d’envisager, si né cessaire, des mesures appropriées.
Confère partie 4, chapitre 1 «Accompagner la mise
en œuvre du SCoT».
LE RAPPORT DE
P R É S E N TAT I O N C O M P R E N D :
• Le diagnostic
• L’articulation du sché ma avec les autres documents d'urbanisme et les plans ou programmes
• Les enjeux identifiés et hiérarchisés
• Les scénarios envisagés
• L’évaluation environnementale
- L'état initial de l'environnement et les perspectives de
son évolution, incluant une analyse de la consommation foncière de ces 10 dernie
̀res années
- Les incidences notables prévisibles de la mise en
œuvre du schéma sur l'environnement
- Une explication des choix retenus pour établir le Projet d'Aménagement et de Développement Durables et le Document d'Orientation et d'Objectifs
- Les mesures envisagé es pour é viter, ré duire et, si
possible, compenser s'il y a lieu, les conséquences
dommageables de la mise en œuvre du sche
́ ma
sur l'environnement
- Un résumé non technique des e
́léments précédents
et une description de la manière dont l'évaluation
environnementale a e
́té effectuée.
- Les modalités d’analyse des re
́sultats de son application, notamment en ce qui concerne l’environnement (indicateurs)
100 LE SCoT
Le rapport de présentation fait le lien entre «l’avant»
et «l’après» SCoT en expliquant comment le projet
garantit un de
́veloppement durable du territoire.
Le travail de présentation et de représentation que
demande ce document n’est pas a
̀ négliger. Son
contenu peut être ponctué d’éléments de synthèse
facilitant sa lecture afin de le rendre plus pe
́dagogique. Le travail graphique, comprenant a
̀ la fois
les cartographies et les sche
́mas sont souvent une
aide utile pour clarifier et hie
́rarchiser les messages
que souhaite faire passer le SCoT. L’ensemble des
documents graphiques visant a
̀ illustrer le texte, justifier des choix, expliquer une logique et présenter
des grandes caractéristiques du territoire doivent
être intégrés au rapport de pre
́sentation.
Confère partie 2, chapitre 2 : l'exemple du SCoT
du Bassin de Thau.
Pour en savoir plus
L’article L.122-1-2 du code de l’urbanisme précise
les éléments composant le rapport de pre
́sentation.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page101
3.2 Le Projet d’Aménagement et
de Développement Durables :
le document politique du SCoT
Ce que dit la loi
article L 122-1-3 du code de l’urbanisme
«Le projet d'ame
́nagement et de de
́veloppement durables fixe les objectifs des politiques
publiques d'urbanisme, du logement, des transports et des dé placements, d'implantation
commerciale, d'équipements structurants, de
dé veloppement é conomique, touristique et
culturel, de de
́veloppement des communications électroniques, de protection et de mise en
valeur des espaces naturels, agricoles et forestiers et des paysages, de préservation des ressources naturelles, de lutte contre l'étalement
urbain, de pre
́ servation et de remise en bon
état des continuite
́s écologiques.
Lorsque le pé rimè tre d'un sché ma de cohérence territoriale recouvre en tout ou partie
celui d'un pays ayant fait l'objet d'une publication par arrêté préfectoral, le projet d'aménagement et de dé veloppement durables du
sché ma de cohé rence territoriale prend en
compte la charte de dé veloppement du
pays».
Le PADD énonce le fil conducteur du projet
Le Projet d’Ame
́nagement et de De
́veloppement
Durables (PADD) ré unit l’ensemble des volonté s
fé dé rant les é lus. Il met en lumiè re les grandes
orientations dont de
́couleront les prescriptions du
DOO. Il peut parfois pour plus de clarté détenir un
chapitre retraçant l’idée principale constituant la
colonne verté brale du projet qui se retrouvera
dans chacun des grands choix straté giques du
PADD.
Le PADD explicite les objectifs politiques
partagés
Le PADD du SCoT permet de prendre connaissance des choix politiques qui ont guidé les auteurs du
SCoT.
Ni prescriptif, ni explicatif, il «fixe» les objectifs politiques poursuivis et les décline en grandes orientations. Il doit être concis, clair et spatialisé. Il peut être
appuyé d’une ou plusieurs cartographies qui illustrent les principaux choix strate
́giques.
Le texte et les éléments graphiques du PADD doivent être élaborés de façon rigoureuse avant l’approbation du document, sans quoi, toute retouche
entraîne la révision du SCoT.
Pour en savoir plus
L’article L.122-1-3 du code de l’urbanisme précise
ce que doit contenir le PADD
L E PA D D C O M P R E N D
GÉNÉRALEMENT
• Un fil conducteur
• Une stratégie identifiée déclinée
en grandes orientations
• Les représentations graphiques
illustrant le projet de territoire.
101
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page102
fi F O R M A L I S E R L E S C o T
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Orientation thématique n°4 : une nouvelle mobilité pour un nouveau mode de développement
Source : SCoT de Caen Métropole
102 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page103
Le projet du SCoT de Caen-Métropole montre
comment l’urbanisation du territoire peut e
̂tre coordonné e a
̀ la desserte et au dé veloppement
des modes de transports collectifs. Pour mettre en
place cette politique, deux principes généraux
ont été déterminés : la polarisation du développement et la hiérarchisation des priorités concernant les déplacements en mettant en avant les
transports collectifs (et notamment le chemin de
fer).
Le recours a
̀ la cartographie, la plus sché matique soit-elle, suffit a
̀ mettre en lumière les principales orientations voulues par les élus. Pour les
questions relevant des transports, le projet du
SCoT de Caen-Métropole se résume de la façon
suivante :
• le centre urbain centralisera la croissance
dé mographique et é conomique forte sur le
territoire. Le renouvellement urbain y est dominant ;
• les secteurs situés le long de la voie ferrée et des
grands axes de communication seront des
pô les secondaires. Des formes denses et le
développement de l’accessibilite
́ seront favorisées a
̀ proximité des pôles de desserte (rabattement de la voiture individuelle aux extre
́ mités
des réseaux de transport public, centrer l’offre
en stationnement autour de ces pôles, améliorer la fréquence des passages...) ;
• le reste des communes du territoire devront
contenir leur développement en continuite
́ du
ba
̂ti.
103
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page104
fi F O R M A L I S E R L E S C o T
3.3 Le Document d’Orientation
et d’Objectifs : le document
opérationnel
Le Document d'Orientation et d'Objectifs (DOO)
dé cline les objectifs dé finis dans le PADD en
moyens d’actions et en prescriptions. Il s’agit d’un
document opposable s’imposant, au travers du
lien de compatibilité, a
̀ d’autres documents de planification (PLU, PLUi, cartes communales) ; aux documents de coordination et de programmation
des politiques sectorielles (PDU, PLH), a
̀ certaines
opérations foncières et d’aménagement telles que
les Zones d’Ame
́nagement Diffe
́ré (ZAD), les Zones
d’Aménagement Concerté (ZAC), les lotissements
de plus de 5000m2 de surface de plancher, les
réserves foncières de plus de 5 ha (d’un seul tenant)
et aux autorisations d’exploitation commerciale. Ce
caractère prescriptif invite a
̀ porter la plus grande
attention au mode rédactionnel et a
̀ l’éventuelle représentation graphique. Dans ce document, les représentations graphiques (cartes, sche
́ mas avec
leur lé gende) revê tent la mê me valeur juridique
que le texte.
ZOOM SUR...
Les pré conisations et recommandations
Le DOO est un document opposable. En cela, il ne
devrait contenir que des prescriptions. Tout conseil ou
action relevant de bonnes pratiques cite
́s a
̀ titre d’indication, de pre
́conisation et de recommandation ne
devraient pas figurer dans un document opposable.
Leur place se situe, si besoin, au sein du rapport de
présentation ou dans un document annexe a
̀ vocation pédagogique.
104 LE SCoT
Le DOO décline le PADD en objectifs chiffrés
et en moyens d’actions réglementaires
Le code de l’urbanisme détermine les domaines et
modalités sur lesquelles le DOO doit intervenir. Le
contenu du DOO est défini par les articles L.122-14a
̀ L.122-1-10 et R.122-3 du code de l’urbanisme.
Les moyens prescriptifs du DOO sont abordés par
champ d’intervention dans les fiches thématiques
en fin de Partie 2.
Le DOO doit apporter une réponse a
̀ chaque objectif abordé dans le PADD. Il précise les objectifs
a
̀ quantifier dans les domaines fixé s par la loi et
dans les conditions de
́finies par celle-ci (consommation d’espaces, objectifs de création d’espaces
verts, densité minimale, production et réhabilitation
de logements, aires de stationnement, aménagement commercial, capacité d’accueil touristique...). Diffé rents modes de chiffrage existent:
détermination d’une superficie minimale/maximale, pourcentage minimum/maximum, effectif a
̀ atteindre ou a
̀ ne pas dépasser, seuils, plafonds... Les
articles L.122-1-4 a
̀ L.122-1-10 du code de l’urbanisme précisent les the
́matiques pour lesquelles le
chiffrage peut e
̂tre ventile
́ par EPCI, commune ou
secteur géographique.
Au-dela
̀ des possibilités proposées par le code de
l’urbanisme, le DOO peut dé cliner a
̀ volonté les
orientations du PADD en prescriptions afin de donner plus de force a
̀ son application.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page105
Le DOO clarifie les articulations avec
les autres documents de planification
En localisant et en délimitant certains secteurs, le
DOO permet aux auteurs des documents de rang
inférieur (notamment les cartes communales, PLU
ou PLUi) d’identifier clairement le champ d’application territorial de certaines prescriptions. Le travail
cartographique prend ici toute son importance.
Le code de l’urbanisme mentionne les domaines
dans lesquels le DOO doit ou peut faire appel a
̀ la
spatialisation. Ainsi, il doit :
 déterminer les espaces et sites naturels, agricoles,
forestiers ou urbains a
̀ protéger qu’il peut soit localiser soit de
́limiter ;
 délimiter des zones d'aménagement commercial ;
 localiser les unités touristiques nouvelles mentionnées au I de l'article L.145-11 en zone de montagne.
Et il peut :
 déterminer des secteurs dans lesquels l'ouverture
de nouvelles zones a
̀ l'urbanisation est subordonnée a
̀ leur desserte par les transports collectifs ;
 définir des secteurs dans lesquels l'ouverture de
nouvelles zones a
̀ l'urbanisation est subordonnée
a
̀ l'obligation pour les constructions, travaux, installations et aménagements de respecter soit des
performances e
́ nergé tiques et environnementales renforcées, soit des critères de qualité renforcés en matière d'infrastructures et réseaux de
communications e
́lectroniques ;
 déterminer des secteurs où la densité maximale
ne peut être inférieure a
̀ un certain seuil :
 définir des secteurs, situe
́s a
̀ proximité des transports collectifs existants ou programme
́s, dans lesquels les plans locaux d'urbanisme doivent imposer une densite
́ minimale de construction.
Le nouveau pouvoir du DOO : influencer
l’aménagement commercial au travers
du Document d’Aménagement
Commercial (DAC)
Le DOO joue aujourd’hui un ro
̂le renforcé dans la
planification des implantations commerciales. Ce
dernier assigne au DOO le soin de pre
́ciser «les objectifs relatifs a
̀ l’équipement commercial et artisanal et aux localisations pré fé rentielles des commerces afin de ré pondre aux exigences
d’aménagement du territoire, notamment en matiè re de revitalisation des centres-villes, de cohérence entre équipements commerciaux, desserte en transports, notamment collectifs, et maîtrise
des flux de marchandise, de consommation e
́conome de l’espace et de protection de l’environnement, des paysages, de l’architecture et du patrimoine ba
̂ti». Le DOO détermine les objectifs relatifs
a
̀ l'é quipement commercial et aux localisations
préférentielles des commerces.
A cette fin, le DOO comprend un Document
d’Aménagement Commercial (DAC) : il ne s’agit
pas d’une pièce autonome, au même titre que
le rapport de présentation ou le PADD, mais bien
d’une partie du DOO en lui-même. Ce DAC doit
délimiter des Zones d’Ame
́nagement Commercial
(ou ZACom). Ces zones sont définies en fonction
des exigences d'amé nagement du territoire, de
protection de l'environnement ou de qualite
́ de l'urbanisme spécifiques a
̀ certaines parties du territoire couvertes par le sche
́ma.
La délimitation des ZACom ne doit cependant pas
être justifiée par une analyse de l'offre commerciale existante, ni par l’analyse des impacts des nouveaux projets commerciaux sur l’offre existante.
Même si l’usage de la cartographie n’est pas systématiquement impose
́, il est vivement conseille
́
dans la rédaction des orientations de faire appel
a
̀ ce support. Son e
́laboration n’est donc pas sans
conséquences.
105
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page106
fi F O R M A L I S E R L E S C o T
L’intérêt des ZACom re
́side dans le fait qu’a
̀ l’intérieur
de ces zones, l’implantation des é quipements
commerciaux susceptibles d’avoir un impact significatif sur l’organisation des territoires (grands centres
commerciaux, grandes enseignes spé cialisé es
dans l’équipement de la maison susceptibles de
générer des flux de de
́placements importants et
de modifier les équilibres internes au territoire) pourra être subordonnée au respect de conditions que
le DAC fixe avec le DOO et portant, notamment,
sur la desserte par les transports collectifs, les conditions de stationnement, les conditions de livraison
des marchandises et le respect de normes environnementales.
LE DO O COMPREND
GÉNÉRALEMENT
• Des prescriptions
• Des objectifs annoncés
• Un Document d’Aménagement
Commercial (DAC)
• Des représentations graphiques
(orientations spatialisées)
Pour en savoir plus
Les articles L.122-1-4 a
̀ L.122-4-10 et R.122-3 du
code de l'urbanisme présentent en détail les possibilités d’action du DOO.
106 LE SCoT
Les types d'orientation du DOO
Le code de l’urbanisme permet des niveaux de
prescription plus ou moins coercitifs. Ils précisent, au
travers des notions de «délimitation» et de «localisation / détermination», le niveau de représentation
et de précision à la portée du SCoT et, corollairement, les niveaux d’interprétation laissés aux échelons territoriaux inférieurs.
Le SCoT reste cependant un document de planification stratégique, qui ne saurait se substituer à une
sorte de «super PLUi». La règle générale est la relation de compatibilité. Cette dernière ouvre, par
principe, une certaine marge d’interprétation dans
l’élaboration du document de rang inférieur.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page107
Trois niveaux de prescriptions sont donc possibles
dans le DOO :
1. L’orientation générale s’applique sur l’ensemble du territoire du SCoT. L’identification cartographique n’est donc pas indispensable.
L’usage du croquis ou de la photo peut cependant être requis pour expliquer un principe.
Exemple de prescription du type «orientation générale» du pays de Brest concernant les grands principes
visant à concilier aménagement urbain et préservation des continuités écologiques
Concilier les continuités vertes et bleues et l'aménagement urbain
Source : SCoT du Pays de Brest.
107
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page108
fi F O R M A L I S E R L E S C o T
2. La localisation d’un principe correspond à
une représentation cartographique qui laisse
une marge d’appréciation au rang inférieur. Par
exemple, un figuré linéaire dans un SCoT peut
symboliser un espace boisé à créer dans un document d’urbanisme local (carte communale,
Inscription d’un principe de coulée
verte dans la SCoT (1/50 000ème)
PLU et PLU intercommunal), un pixel peut représenter une zone urbaine à densifier, un figuré
ponctuel peut être interprété par la création d’un
grand équipement à proximité d’un secteur précis, une surface hachurée peut refléter un secteur en extension, sans limites précises…
Transcription parcellaire et
zonale en PLU (1/5000ème)
Source : SCoT du Bassin Annecien
ZOOM SUR...
L’importance et la précision du vocabulaire
prescriptif
Les termes retenus dans le DOO que ce soit au niveau
du texte ou au niveau des légendes cartographiques
peuvent avoir un degré de précision variant et donc
des impacts différents. Par exemple, «l’urbanisation se
fera dans les secteurs desservis par les transports publics» et «l’urbanisation se fera en priorité dans les secteurs desservis par les transports publics» ne signifient
pas la même chose. Dans le premier cas, l’urbanisation en dehors des secteurs desservis par les Transports
en Commun n’est pas admise, dans le second cas,
elle est tolérée.
108 LE SCoT
Le document d’orientation localise une coulée verte, axée sur la rivière. Le PLU en tire les conséquences en manière de déclinaison parcellaire, de
zonage et de règlement, selon le principe de compatibilité.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page109
3. La délimitation géographique est le moyen
de représentation graphique laissant le moins de
marge de manœuvre dans sa traduction puisqu’elle identifie, à une échelle précise, les espaces concernés. Ce mode de représentation
est une exception qui s’applique à la délimitation
des espaces à protéger et des localisations préférentielles des équipements commerciaux (ZACom).
Exemple de prescription du type «délimitation géographique» du ScoT de la région grenobloise concernant la délimitation des ZACom.
109
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page110
fi F O R M A L I S E R L E S C o T
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Mettre en œuvre un système de déplacements en appui au développement urbain
Source : SCoT de Caen Métropole
110 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page111
identifiables. Le tracé du TCSP et des pôles d’intermodalité ne sont pas à négliger car les mesures dictées dans le DOO auront des conséquences sur l’aménagement des zones situées
à proximité, à savoir :
• le renouvellement urbain sera préféré à l’urbanisation en extension ;
• les opérations de plus de 1ha devront respecter des densités minimales ;
• des parcs relais ainsi que des liaisons routières
seront créés ou améliorés ;
• un rayon de 500 mètres autour des gares devra être défini. Dans ce corridor, les nouvelles
opérations devront répondre à des exigences
de densité, de mixité, et de desserte de transport collectif.
Le passage d’une cartographie de PADD à une
cartographie du DOO est délicat. Si la première est dénuée d’opposabilité directe, la seconde a, quant à elle, une portée prescriptive importante et sera à la base de la traduction des
dispositions dans les documents de rang inférieur au SCoT. Le mode de représentation graphique n’est donc pas identique d’une cartographie à l’autre.
Pour reprendre l’exemple du SCoT de Caen
Métropole, si l’on compare la cartographie du
PADD (page 102) à celle du DOO ci-contre, on
observe un niveau de détail différent. Le tracé
est plus précis et les actions à mener sont plus
111
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page112
fi F O R M A L I S E R L E S C o T
4 Cas particulier des SCoT littoraux
4.1 la mise en œuvre de la loi littoral
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Ce que dit la loi
Article L. 146-2 du code de l’urbanisme
«Pour déterminer la capacité d'accueil des espaces urbanisés ou à urbaniser, les documents
d'urbanisme doivent tenir compte :
- de la préservation des espaces et milieux
mentionnés à l'article L. 146-6 du code de l'urbanisme ;
- de la protection des espaces nécessaires au
maintien ou au développement des activités
agricoles, pastorales, forestières et maritimes ;
- des conditions de fréquentation par le public
des espaces naturels, du rivage et des équipements qui y sont liés.
[…] Les schémas de cohérence territoriale et les
plans locaux d'urbanisme doivent prévoir des
espaces naturels présentant le caractère d'une
coupure d'urbanisation»
La mise en œuvre de la Loi littoral
dans le SCoT du Pays de Brest
Le Pays de Brest considère que le SCoT
constitue l’échelon géographique pertinent
pour aménager et protéger le littoral. En effet,
il permet de dépasser la logique communale, de planifier les projets majeurs pour le développement équilibré du Pays et de faire
jouer les solidarités nécessaires à la protection
de paysages emblématiques et de vastes
ensembles naturels.
Le DOG a ainsi identifié 83 coupures d’urbanisation, délimité les espaces proches du rivage, les espaces remarquables, les zones
urbanisées ainsi que les agglomérations et villages.
Article L. 146-6 du code de l’urbanisme
«Les documents et décisions relatifs à la vocation des zones ou à l'occupation et à l'utilisation des sols préservent les espaces terrestres et
marins, sites et paysages remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel et culturel
du littoral, et les milieux nécessaires au maintien
des équilibres biologiques.»
Un aménagement équilibré du littoral suppose une
application des dispositions de la loi Littoral sur des
entités géographiques cohérentes.
Elaboré à l’échelle du bassin de vie, le SCoT permet, au regard des capacités d’accueil du territoire, de bâtir une vision cohérente de l’aménagement du littoral :
• en assurant un développement équilibré orienté
vers l’arrière-pays ;
• en limitant l’urbanisation dans les espaces
proches du rivage ;
• et en protégeant les espaces remarquables du
littoral.
112 LE SCoT
Le SCoT est l’occasion de concevoir une urbanisation en profondeur associant à la réflexion l’interface terre/mer, la zone côtière et l’arrière-pays. Il peut
ainsi prescrire des principes d’aménagement identiques sur des unités territoriales participant aux équilibres économiques et écologiques littoraux et dépasser une application des dispositions de la loi
Littoral limitée aux seules communes riveraines de
la mer.
Le SCoT est également l’échelle pertinente pour
gérer la problématique des risques littoraux (submersion marine, érosion du trait de côte et migration dunaire).
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page113
Source : SCoT du Pays de Brest
113
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page114
fi F O R M A L I S E R L E S C o T
4.2 Le chapitre individualisé valant schéma
de mise en valeur de la Mer (SMVM)
Le SCoT se substitue aux SMVM…
Ce que dit la loi
Article L. 122-1-1 du code de l’urbanisme
«Lorsqu'ils comprennent une ou des communes littorales, les schémas de cohérence
territoriale peuvent comporter un chapitre individualisé valant schéma de mise en valeur de
la mer tel que défini par l'article 57 de la loi
n° 83-8 du 7 janvier 1983 relative à la répartition
de compétences entre les communes, les départements, les régions et l'Etat, à condition que
celui-ci ait été approuvé selon les modalités
définies au présent chapitre».
Le Schéma de Mise en Valeur de la Mer (SMVM) est
introduit par la loi n°83-8 du 7 janvier 1983 relative à
la répartition des compétences entre les communes, les départements, les régions et l’Etat, complétée notamment par la loi du 3 janvier 1986 relative à l’aménagement, la protection et la mise en
valeur du littoral. Le SMVM détermine la vocation
générale des différentes zones et les principes de
compatibilité applicables aux usages maritimes. Il
est approuvé par décret en Conseil d’Etat.
Le décret n° 86-1252 du 5 décembre 1986 fixe les
règles relatives au contenu et à l’élaboration des
SMVM. En définissant les conditions de la compatibilité des usages entre la terre et la mer, les SMVM
visent une cohérence du projet au sein d’une unité géographique pertinente. Une fois approuvé, il
s’impose aux documents d’urbanisme locaux
(cartes communales, PLU et PLU intercommunal) au
travers du lien de compatibilité (article L. 123-1-9 du
code de urbanisme).
114 LE SCoT
Les SMVM peuvent toutefois être remplacés par le
chapitre individualisé du SCoT qui «vaut» SMVM. En
cela, plusieurs changements importants sont à noter en matière de gouvernance et de cohérence
de projet :
• le chapitre individualisé n’est pas réalisé par l’Etat
mais par l’établissement public porteur du SCoT
et par les élus du territoire ;
• les dispositions du chapitre individualisé valant
schéma de mise en valeur de la mer et relatives
aux orientations fondamentales de protection du
milieu marin, à la gestion du domaine public maritime et aux dispositions qui ne ressortent pas du
contenu des schémas de cohérence territoriale
tel qu'il est défini par l'article L.122-1-1 sont soumises pour accord au préfet avant l'arrêt du projet ;
• le chapitre individualisé est une «partie» du projet
de territoire du SCoT et respecte ainsi une véritable cohérence avec les autres thématiques du
projet. Il aborde les thématiques relatives à l’espace littoral et maritime non traité par ailleurs
dans le SCoT.
… mais en garde toutes les prérogatives
Le SCoT contient, au sein de son chapitre individualisé, les éléments composant le SMVM, à savoir :
• il propose un descriptif de la situation existante,
notamment l’état de l’environnement et les
conditions d’utilisation de l’espace marin et littoral
et les principales perspectives d’évolution de ce
milieu ;
• il fixe les orientations retenues en matière de développement, de protection et d’équipement à
l’intérieur du périmètre. A cet effet, il détermine
la vocation générale des différentes zones, et notamment de celles qui sont affectées au développement industriel et portuaire, aux cultures
marines et aux activités de loisirs. Il précise les vocations des différents secteurs de l’espace maritime et les conséquences qui en résultent pour
l’utilisation des diverses parties de littoral qui lui sont
liées. Il définit les conditions de la compatibilité
entre les différents usages de l’espace maritime
et littoral.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page115
• Il mentionne les projets d’équipement et d’aménagement liés à la mer tels que les créations et
extensions de ports et les installations industrielles
et de loisirs, en précisant leur nature, leur caractéristique et leur localisation ainsi que les normes
et prescriptions spéciales s’y rapportant.
• il précise également les mesures de protection
du milieu marin.
L’intégration du chapitre «individualisé»
valant SMVM dans les SCoT
Le chapitre individualisé présente un caractère «intégré» à l’image du reste du SCoT. Cette notion
d’individualité renvoie donc à une «distinction» particulière au sein des documents produits afin de
mieux identifier les éléments relatifs à la protection
des espaces littoraux et maritimes. Le chapitre individualisé est intégré aux pièces du SCoT :
• le rapport de présentation décrit la situation actuelle des espaces littoraux et maritime, justifie les
choix retenus et évalue les incidences du projet
sur l’environnement ;
• le PADD expose les objectifs politiques partagés
en la matière ;
• le DOO fixe les orientations et prescriptions relatives aux espaces littoraux et maritime, définit la
vocation et les usages de chaque espace et
prévoit les aménagements nécessaires.
PA R O L E S D ’ É L U S
François Commeinhes,
Président du Syndicat Mixte du Bassin
de Thau, Maire de Sète (34)
afin de mettre en place un
cadre règlementaire adapté au maintien et au déveLe SCoT du Bassin de Thau
remplacera le Schéma de
Mise en Valeur de la Mer
(SMVM) en vigueur sur
notre territoire depuis 1995.
C’est donc naturellement
que les 14 élus membres du
Syndicat Mixte se sont entendus pour intégrer la
réalisation d’un chapitre
individualisé valant SMVM
à la démarche d’élaboration du SCoT.
Le Bassin de Thau est marqué par l’empreinte de ses
activités traditionnelles que
sont la pêche et la conchyliculture. La réalisation
d’un chapitre individualisé
valant Schéma de Mise en
Valeur de la Mer a donc été
l’occasion d’établir un véritable dialogue avec les
acteurs de la profession
loppement de ces filières
traditionnelles et au respect des engagements pris
en matière de qualité de
l’environnement naturel, et
en particulier littoral et
maritime.
Intégrer un chapitre individualisé valant SMVM au
SCoT a été une opportunité
de concilier, au sein d’un
même document stratégique, les objectifs collectifs
de préservation du socle
environnemental (et notamment la qualité de
l’eau), de limitation des
conflits d’usages et des impacts du développement
urbain sur les ressources
naturelles, essentiels au
maintien des activités traditionnelles et de l’image
du Bassin de Thau.
115
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page116
fi F O R M A L I S E R L E S C o T
5 La procédure d’élaboration et d’approbation
d’un SCoT
La durée de réalisation varie d'un SCoT à l'autre et dépend souvent des études à effectuer, des imprévus
liés aux évènements politiques et aux blocages juridiques. La procédure d'élaboration d'un SCoT s'effectue donc dans la durée et s'étale le plus souvent sur plusieurs années.
Le périmètre du Schéma de Cohérence Territoriale délimite un territoire
d’un seul tenant et sans enclave.
Lorsque ce périmètre concerne des
EPCI compétents en matière de
SCoT, il recouvre la totalité du périmètre de ces établissements. Dans le
cas contraire, la création d’un établissement public est nécessaire. La détermination du périmètre est faite par
l’assemblée délibérante. Le préfet arrête le périmètre.
Délibération prescrivant
l’élaboration du SCoT et
définissant les modalités
de la concertation
Etudes préalables et
porté à connaissance
Elaboration du projet
Elaboration du contenu
du SCoT
Environ 3 ans
Débat d’orientations
du PADD
Formalisation des
pièces du SCoT
Délibération tirant le
bilan de la concertation
116 LE SCoT
La délibération doit préciser les objectifs poursuivis et les raisons amenant à
élaborer un SCoT.
Le préfet peut désormais porter à
connaissance de l’établissement public des informations d’ordre juridique
ou utiles tout au long de la procédure d’élaboration.
Au plus tard 4 mois avant l’arrêt du
projet, un débat sur le PADD doit être
organisé au sein de l’organe délibérant de l’établissement public (article
L122-8 du code de l’urbanisme).
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page117
D
élibération ar
rêtant le
Délibération
arrêtant
oT
projet
SCoT
projet de SC
C
onsultation des
Consultation
P
ersonnes P
ubliques
Personnes
Publiques
A
ssociées
Associées
Enquêt
e publique
Enquête
IInstruction
nstruction du pr
ojet
projet
de SC
oT
SCoT
En
viron 15 mois
Environ
R
apport du ccommissaire
ommissaire
Rapport
enquêt
eur
enquêteur
oT
Ajustement
A
justement du SC
SCoT
L’enquête est conduite par un commissaire-enquêteur ou une commission d’enquête sur une durée allant
de 30 jours à deux mois. Le dossier
d’enquête comprend les pièces du
SCoT, les avis émis par les collectivités ou organismes associés ou consultés, et éventuellement tout ou une
partie du porté à connaissance.
A l’issue de l’enquête, le commissaire
enquêteur remet son rapport. Une fois
l’enquête réalisée, le projet de SCoT
peut être modifié mais uniquement
pour tenir compte des observations
réalisées, sous réserve de ne pas modifier l’économie générale du projet
mis à l’enquête.
D
élibération
Délibération
appr
ouvant le SC
oT
approuvant
SCoT
C
ontrôle de légalit
é
Contrôle
légalité
Modifications
SCoT
M
odifications du SC
oT
exécutoire
Caractère
Caractère exécutoire
SCoT
du SCoT
A
pplication du SC
oT
Application
SCoT
L’établissement chargé de la gestion
du SCoT doit procéder à une analyse
des résultats de l’application du SCoT
et délibère sur son maintien en vigueur
ou sur sa révision partielle ou complète. En l’absence de cette délibération,
le SCoT est caduc.
Évaluation du SCoT
SCoT ttous
ous les 6 ans maximum
Évaluation
Figure 14 : La procédure d’élaboration et d’approbation d’un SCoT.
117
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page118
4
PARTIE
118 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page119
Faire vivre le SCoT
119
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page120
fi FA I R E V I V R E L E S C o T
120 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page121
1 Décliner les principes du SCoT dans les documents
de planification de rang inférieur
L’approbation du SCoT ne représente pas une fin
en soi. Bien au contraire, elle est le commencement d’une nouvelle étape : celle de la mise en
œuvre du document, notamment au travers de sa
déclinaison dans les documents d’urbanisme locaux (cartes communales, PLU et PLU intercommunal) et dans les documents de coordination ou
de programmation de politiques sectorielles (Plans
de Déplacements Urbains ou Programmes Locaux
de l’Habitat). Dorénavant, le rôle du maître d’ouvrage du SCoT est d’accompagner l’application et
le suivi du document qu’il a produit.
Un rôle essentiel d’accompagnement
de la mise en œuvre du SCoT
et de sensibilisation
Ce que dit la loi
Article L. 121-4 du code de l’urbanisme
III. ― Pour l'élaboration des plans locaux d'urbanisme, sont également associés, dans les
mêmes conditions :
1° Les syndicats d'agglomération nouvelle ;
2° L'établissement public chargé de l'élaboration, de la gestion et de l'approbation du schéma de cohérence territoriale lorsque le territoire
objet du plan est situé dans le périmètre de ce
schéma ;
3° Les établissements publics chargés de l'élaboration, de la gestion et de l'approbation des
schémas de cohérence territoriale limitrophes
du territoire objet du plan lorsque ce territoire
n'est pas couvert par un schéma de cohérence territoriale».
Afin de sensibiliser au mieux les élus et les acteurs du
territoire sur les ambitions du SCoT, le travail d'animation et d'accompagnement instauré en phase
d'élaboration par l'établissement public doit être
poursuivi durant la mise en œuvre. En effet, l’approbation du SCoT constitue l’aboutissement d’un
travail de production de savoir et de formulation
d’ambitions orientant la politique du territoire environ pour les deux décennies à venir. La mise en
œuvre, elle, consiste à intégrer dans les démarches
de planification (PLU, PLUi, PDU...) et de programmation (PLH) les messages produits au cours de
l’élaboration du SCoT. Le rôle de l’établissement public est primordial dans la diffusion de ces messages. Il doit «faire vivre l’esprit» du projet et impulser une dynamique de mise en compatibilité de
l’ensemble des documents de planification avec
le SCoT
L’établissement public du SCoT est aujourd’hui identifié comme une personne publique associée de
plein droit pour l’élaboration des documents d’urbanisme locaux. Ce nouveau rôle place les établissements publics porteurs des SCoT dans le paysage institutionnel local et devrait ainsi conforter son
rôle dans sa mission de suivi.
Les services de l’Etat peuvent également être des
partenaires complémentaires pouvant aider les
porteurs de SCoT à propager l’esprit du document
auprès des acteurs locaux.
Sensibiliser les publics sur les objectifs
et ambitions du SCoT
En tant que Personne Publique Associée dans l’élaboration de documents d’urbanisme de rang inférieur, les porteurs de projet SCoT doivent faire
preuve de pédagogie afin d’aider les élus locaux à
comprendre et intégrer la portée juridique des
orientations du SCoT. Au delà des réunions d’association des Personnes Publiques Associées auxquelles ils sont conviés, divers supports peuvent être
utilisés pour mieux appréhender les orientations du
SCoT : site internet, fiches par thématiques, ambitions ou secteurs géographiques... Des guides pédagogiques peuvent être réalisés à destination des
élus et techniciens des collectivités en charge des
documents d’urbanisme locaux (cartes communales, PLU ou PLUi) ou sectoriels (PLH, PDU) afin d’expliciter les modalités d’application des règles du
DOO.
Les divers indicateurs produits dans le SCoT
permettant de suivre ses évolutions (voir chapitre
suivant) sont autant d’occasions pour produire des
lettres d’information à destination des élus, des
121
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page122
fi FA I R E V I V R E L E S C o T
techniciens, des services de l’Etat ou bien encore
de la population locale et de mettre en évidence
l’apport du SCoT dans l’organisation du territoire.
De façon plus approfondie, le SCoT est une échelle souvent adaptée pour la réalisation d’observatoires calqués sur le périmètre de bassins de vie. La
structuration de ces observatoires au sein des établissements porteurs des SCoT sont des outils utiles
pour la production de données et la réalisation
d’analyses pouvant être ré-exploitées sur l’ensemble du territoire, et notamment lors de l’évaluation du SCoT.
Faciliter la traduction des orientations
du SCoT au sein des documents de rang
inférieur
• L’articulation entre le DOO et les documents
de coordination et de programmation
de politiques sectorielles (PLH, PDU)
Le Plan de Déplacements Urbains (PDU) et le Programme Local de l’Habitat (PLH) sont des documents de coordination et de programmation de
politiques sectorielles. Ils détaillent les objectifs, actions et moyens à mettre en œuvre pour répondre
de manière équilibrée et diversifiée, aux besoins en
mobilité pour l’un, et aux besoins en logements
pour l’autre. Tous deux viennent compléter, traduire et préciser les orientations générales inscrites au
SCoT selon le principe de compatibilité.
Le PDU définit les principes de l’organisation des
transports, de la circulation et du stationnement. Il
a comme objectif un usage coordonné de tous les
modes de déplacements, ainsi que la promotion
des modes les moins polluants et les moins
consommateurs d’énergie. Il précise les mesures
d’aménagement et d’exploitation à mettre en
œuvre ainsi que le calendrier des décisions et réalisations (d’après l’article 28 de la Loi d’Orientation
des Transports Intérieurs).
122 LE SCoT
Le PLH définit les objectifs et les principes d’une politique visant à répondre aux besoins en logements
et en hébergement, à favoriser le renouvellement
urbain et la mixité sociale, et à améliorer l’accessibilité du cadre bâti… Il indique les moyens, notamment fonciers, qui seront mis en œuvre pour
parvenir aux objectifs et principes qu’il a fixés
(d’après l’article L.302-1 du code de la construction
et de l’habitation).
La portée juridique du SCoT sur les PLH et PDU entraîne une obligation de mise en compatibilité de
ces documents dans un délai de 3 ans suivant l’approbation du SCoT. Les articulations avec les PLH
et les PDU doivent donc être facilitées afin de
rendre la mise en compatibilité aisée.
A leur tour, les PDU et PLH doivent être traduits dans
les documents d’urbanisme locaux (cartes communales, PLU ou PLU intercommunal).
• L’articulation entre le DOO et les documents
d’urbanisme locaux (cartes communales,
PLU ou PLU intercommunal)
Une fois le SCoT approuvé, les communes ou EPCI
ont 3 ans pour mettre leurs documents d’urbanisme locaux (cartes communales, PLU ou PLU intercommunal) en compatibilité. Pour éviter les erreurs
d’appréciation et faciliter cette mise en compatibilité, l’écriture des orientations doit être aussi claire
que possible. Des objectifs chiffrés, mais laissant
des marges de manœuvre, et la localisation cartographique facilitent la traduction du DOO dans
les documents d’urbanisme de rang inférieur, notamment au travers des Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP) du PLU.
La délimitation d’espaces naturels à préserver par
les SCoT peut se traduire dans les PLU, soit de façon
directe par l’identification d’éléments du patrimoine naturel en classant par exemple des espaces
boisés, soit indirecte par la maîtrise de l’étalement
urbain en privilégiant en priorité la densification des
espaces disponibles des secteurs agglomérés
avant toute extension d’urbanisation.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page123
L’identification d’enveloppes maximales de zones
d’extensions peut aussi éviter toute dispersion de
l’habitat dans des secteurs naturels sensibles et impose, de fait, une conception plus durable des
formes urbaines afin d’user au mieux du foncier disponible.
D’autres leviers existent pour éviter le gaspillage de
foncier. La fixation de seuil minimum de densité
dans certains secteurs peut amener les PLU à revoir
les coefficients d’occupation du sol (COS) et à modifier les règles de gabarit des constructions.
Les Schémas de Secteur :
un outil précisant les orientations
du SCoT sur un territoire particulier
Pour faciliter l’application du Schéma ou préciser
certaines orientations spécifiques sur une partie du
territoire d’un SCoT, le code de l’urbanisme met à
disposition des porteurs de SCoT, des communes
et des EPCI qui le souhaitent, l’outil «Schéma de
Secteur» permettant de décliner un ensemble
d’orientations avancées dans le SCoT sur un espa-
SDAGE,
SDAGE, SAGE,
SAGE, DTA,
DTA,
A
chartes
chartes de PNR et de PN,
Lois
Lois Montagne
Montagne et Littoral,
Littoral,
SDRIF,
SDRIFF, SAR, PADDUC,
PADDUC,
PGRI, directive
directive de protecprotection et de mise en valeur
valeur
des paysages
paysages
ce plus restreint que celui du périmètre du SCoT.
Cet outil est en réalité un document stratégique qui
fixe, comme un SCoT, les objectifs et orientations
à long terme (15-20 ans) pour l’aménagement du
territoire. Le schéma de secteur doit rester cohérent
avec les orientations du SCoT. Il s’impose aux documents de planification de rang inférieur.
Cet outil est généralement utilisé pour compléter et
préciser le contenu des choix retenus du SCoT en
approfondissant certaines thématiques sur une portion de territoire. C’est en quelque sorte un zoom du
SCoT qui facilite la traduction du projet politique
de territoire global avec les documents de planification locaux.
Les étapes d'élaboration d'un Sche
́ma de Secteur
ainsi que sa composition sont identiques a
̀ celles
d'un SCoT. Il contient donc un rapport de présentation, un PADD et un DOO pouvant e
̂ tre assorti de
documents graphiques. Le Schéma de Secteur est
aussi soumis a
̀ évaluation environnementale et a
̀
enquête publique.
SR
SRCE,
CE, PCE
PCET,
T, Programmes
Programmes
d
d’équipement
’équipement (E
(Etat,
tat, ccollectivités
ollectivités
ts et
établissements
tterritoriales,
erritoriales, établissemen
tes de dév
elopservices
Chartes
dévelopser
vices publics), Char
pementt d
d’un
pays,
ys, D
Document
ocument
pemen
’un pa
itime,
stratégique
maritime,
str
atégique de façade mar
eloppement
développement
SSchéma
chéma rrégional
égional de dév
Marine
arine
de ll’aquaculture
’aquaculture M
SRCAE, PRAD,
PRAD, SRADDT,
SRADDT,
DTADD,
D
TADD, SRCAE,
Schéma
Schéma départemental
départemental des
carrières,
carrières, schémas relatifs
relatiffs aux
déchets,
déchets, atlas
atlas des zones
zones
inondables,
inondables, atlas
atlas régional
régional et plans
de paysages,
paysages, schéma départemendépartemental des aires
aires de nomade,
nomade, PDH,
SDTAN
SDTAN
SC
SCOT
OT «in
«intégrateur»
tégrateur»
S
Schéma
chéma de sec
secteur
teur
PLH et PDU
PLU
P
LU
R
Rapport
apport de ccompatibilité
ompatibilité
PL
PLUi
Ui
ccomprenant
omprenant
OAP
des O
AP
vvalant
alant
PLH et PDU
(si ll’EPCI
’EPCI est A
AOTU)
OTU)
Doive
e être pris en compte
ent
Documents
Documents de références
références
Figure 15 : Ordonnancement du Sché ma de Secteur avec les autres plans et programmes.
123
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:47 Page124
fi FA I R E V I V R E L E S C o T
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Le Schéma de secteur de la CARENE, SCoT de la Métropole Nantes - Saint Nazaire
Source : schéma de secteur de la CARENE
Délimitation des coupures paysagères (communes de Saint-Nazaire, Trignac et Montoir-de-Bretagne) et d’une coupure d’urbanisation liée à la loi du littoral à Montoir
ouest.
La Communauté d'Agglomération de la Région Nazairienne
et de l'Estuaire (CARENE) a réalisé un schéma de secteur, correspondant au périmètre de l'EPCI. L'objectif de ce schéma
est de définir de grandes orientations relatives au développement social, économique et environnemental. Cinq défis ont été déterminés par les élus de l’agglomération. Parmi
eux, celui concernant l'ambition du développement démographique (l’agglomération vise un objectif de 135 000 habitants d'ici 2020 / 2025) et celui visant à économiser et préserver certains espaces pour inscrire le développement de
l'agglomération dans un cadre de vie exceptionnel, marqué
par la richesse et la fragilité de ses espaces naturels et agricoles. Pour arriver à concilier ces deux défis, le DOG décline
des objectifs et orientations fortes dont la portée est de :
• limiter l'étalement urbain dans la partie nord de l’agglo-
124 LE SCoT
mération (au nord de la Route Nationale 171/RD 213) ;
• organiser dans la partie sud de l'agglomération, un développement urbain dense et resserré sur un axe est/ouest,
dans un continuum littoral ;
• concentrer l'urbanisation autour des centres de communes
et des polarités urbaines.
Un travail fin de délimitation des coupures d’urbanisation et
d’identification des villages et agglomérations a été effectué
par l’établissement public afin de faciliter l’application des
objectifs du SCoT au sein des communes. Les cartographies
présentées soulignent les espaces à forts enjeux paysagers
et urbains et aident les communes dans la traduction de la
loi littoral sur le territoire.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page125
2 Suivre et évaluer les acquis du SCoT
Les SCoT doivent procéder à une analyse des résultats au plus tard six années après leur approbation dans l’objectif de mesurer les résultats de l’application du schéma. A la suite de cette analyse,
l’établissement porteur du SCoT délibère sur le
maintien en vigueur du document ou sur sa révision
partielle ou complète. L’importance du travail
d’évaluation du SCoT n’est pas à négliger puisqu’il
est à la base de la définition des besoins d’évolution du schéma. Cette évaluation n’est possible
qu’au travers des indicateurs précisés dans le rapport de présentation.
quant à lui, d’évaluer l’efficacité des orientations
proposées. Il permet d’estimer les impacts induits
par le SCoT (qu’ils soient positifs ou négatifs) afin
d’ajuster la stratégie territoriale à mettre en place :
poursuivre les objectifs actuels du SCoT ou réviser le
document pour les retravailler. Les indicateurs de
suivi annuels peuvent être utilisés pour effectuer
l’analyse des résultats du document au terme des
6 premières années suivant son approbation.
Ce que dit la loi
Article L 122-14 du code de l’urbanisme
Au plus tard à l'expiration d'un délai de six ans
à compter de la délibération portant approbation du schéma de cohérence territoriale (…..)
l'établissement public prévu à l'article L. 122-4
du code de l’urbanisme procède à une analyse des résultats de l'application du schéma en
matière d'environnement, de transports et de
déplacements, de maîtrise de la consommation d'espace et d'implantation commerciale,
et délibère sur son maintien en vigueur ou sur sa
révision partielle ou complète.
Le dispositif de suivi à mettre en place
• Le suivi en continu et l’évaluation au terme
des 6 années
Différents types d’indicateurs sont à déterminer dès
la phase d’élaboration du SCoT. Pendant que certains permettront de suivre «en continu» les actions
du SCoT (évaluation annuelle conseillée), d’autres
se feront dans le cadre du bilan obligatoire du
SCoT, une fois tous les 6 ans maximum.
Les indicateurs de suivi en continu sont souvent
considérés comme nécessaires pour juger de l’efficacité de la traduction du SCoT dans les PLU et
PLUi. Ils permettent ainsi de «ré-interroger» le contenu du DOO si jamais des difficultés d’interprétation
se font ressentir.
Le bilan obligatoire du SCoT au bout de 6 ans suivant l’approbation du document a pour objectif,
ZOOM SUR...
Les indicateurs couramment utilisés
Les indicateurs mobilisés sont présentés le plus souvent à partir du cadre du DOO, et de «tendances»
que l’on souhaite suivre. Les «entrées» sur le développement urbain, la protection des espaces naturels et
la cohérence urbanisme/déplacements, sont souvent
analysées au travers de :
• l’habitat : nombre (et nature) de logements construits
en extension et en renouvellement urbain à l’hectare, densité, taille des parcelles bâties ;
• la démographie : nombre de ménages
accueillis/perdus ;
• l’occupation des sols : état et consommation des
sols (habitat, activités…), superficie des espaces
agricoles et naturels perdus, protégés, hectare
consommé par nouvel habitant... ;
• le développement économique : inventaire des
zones d’activités créées, nombre d’emplois gagnés… ;
• les déplacements : kilomètres de voies créées,
nombre de places de parking supprimées, part modale des transports collectifs… ;
• l’environnement : superficie de zones inconstructibles
et corridors écologiques, superficie d’espaces agricoles et naturels, superficie de milieux naturels restaurés, volume des extractions de ressources, niveaux de pollution, de rejet de GES… ;
• les risques : nombre d'habitants et/ou d’emplois exposés à l’aléa…
125
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page126
fi FA I R E V I V R E L E S C o T
• Des indicateurs pour contrôler
l’efficacité du SCoT
Des indicateurs de contrôle sont à prévoir au sein
du SCoT visant à vérifier si les objectifs issus du DOO
sont atteints. Ces derniers varient d’un territoire à
l’autre et dépendent des ambitions et objectifs de
chaque territoire. Ils peuvent par exemple mettre
en lumière des évolutions en matière de développement résidentiel, de développement économique et social, de transports, de consommation
d’espace, de réduction des émissions de gaz à effet de serre… Les indicateurs «environnementaux»
issus pour la plupart de l’évaluation environnementale peuvent être notamment exploités dans ce
cadre afin de traduire les possibles «pressions» que
subit le territoire.
ZOOM SUR...
Le décryptage du SCoT : une méthode pour
rendre lisible le projet du SCoT
La méthode de décryptage consiste à identifier clairement les éléments de projet qui orientent significativement l’urbanisation. Par une lecture attentive et spécifique des documents du SCoT, cette méthode permet
de classer les dispositions du SCoT ni trop floues, ni trop
ponctuelles, suivant une typologie simple :
• développer ou étendre ;
• organiser, structurer ou polariser ;
• freiner, ralentir, limiter ;
• interdire, préserver, protéger.
Le décryptage d’un SCoT permet de mesurer sa portée
réelle, de faciliter son suivi et sa mise en œuvre, et de
mesurer son degré de volontarisme.
Cette méthode a été développée par le Centre
d’Études Techniques de l’Équipement (CETE) de Lyon.
126 LE SCoT
• Une évaluation quantitative et qualitative
Evaluer ne signifie pas seulement «apprécier à l’aide de mesures quantitatives». Le bilan du SCoT
ne se réduit pas qu’au chiffrage. Les expériences
connues à ce jour révèlent que des indicateurs
qualitatifs peuvent participer à évaluer un SCoT. Par
exemple, des observations photographiques paysagères ou le suivi qualitatif de secteurs à enjeux du
projet urbain et de tranches d’urbanisation peuvent
être effectuées…
Une ingénierie nécessaire pour réaliser
le suivi et la mise en œuvre du SCoT
Il est possible de réaliser en régie ou de confier à un
prestataire la mise en place et la gestion des indicateurs de suivi. Il peut également s’avérer opportun de faire appel aux compétences d’organismes
extérieurs en matière de veille territoriale (agences
d’urbanisme, départements...) afin de mutualiser
les outils d’observation du territoire.
Néanmoins, pour que le suivi du projet du SCoT soit
pertinent et approprié par les élus, il est préférable
que les mêmes acteurs (avec les mêmes méthodes) puissent accompagner le SCoT dans la
durée. Effectuer la maîtrise d’œuvre du suivi en interne ou avec l’aide des agences d’urbanisme (qui
ont une mission plus générale d’observation territoriale) apparaît donc être la meilleure solution.
Il est donc fortement recommandé de conserver,
voire compléter, l’ingénierie mise en place pour
l’élaboration du SCoT, qui peut également jouer un
rôle précieux de conseil auprès des communes et
des structures intercommunales pour mettre les PLU
en compatibilité, et initier des opérations d’aménagement.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page127
PA R O L E S D ’ É L U S
Jean-Marc Ayrault,
Président du syndicat mixte du SCoT de la
métropole Nantes Saint-Nazaire, octobre
2008
ment et de développement
durable. Cette volonté politique se traduira, dans les
années qui viennent, par
l’engagement des «ChanLa mise en œuvre du SCoT :
tiers du SCoT». Cette dé-
des études préalables pour
marche vise à apporter un
des projets urbains
appui aux collectivités
membres, à mobiliser l’en-
«L’adoption du SCoT n’est
semble des acteurs autour
pas une fin en soi. Nous
de ces projets et à partager
devons rester attentifs aux
une culture commune avec
évolutions économiques et
les SCoT et intercommuna-
sociales, nous adapter en
lités voisins. Dès la fin de
permanence dans un mon-
l’année 2007, le syndicat
de où les mutations sont
mixte a engagé une ré-
rapides. Nous devons ainsi
flexion partenariale pour
faire vivre les règles que
l’étude et la mise au point
nous nous sommes fixées,
de projets urbains ambi-
en engageant des ré-
tieux dans les quatre pôles,
flexions et des projets co-
principalement autour des
hérents avec les objectifs de
gares existantes ou en pro-
notre projet d’aménage-
jet».
RE TOUR D’EXPÉRIENCE
Exemple du SCoT du Pays de Rennes
Dans le cas du SCoT du pays de Rennes, un tableau de
bord de suivi a été défini dans une première étape à
partir du recensement des orientations du Document
d’Orientations Générales (75 orientations), et décliné en
prescriptions, donnant lieu à une centaine d’indicateurs.
Ce tableau de bord est un «outil de pilotage» qui sera
utile pour mettre en place si nécessaire des actions correctives, voire pour une aide à la révision du SCoT.
Par la suite, une sélection d’une vingtaine d’indicateurs,
priorisés à partir des enjeux principaux du SCoT a été
effectuée. Ces indicateurs ont permis une lecture
simple et représentative de l’efficacité du DOG et ont aidé au débat par l’apport de commentaires concis sur
les actions achevées, en cours ou à venir.
En parallèle, une commission spécifique à «l’aménagement et au suivi du SCoT» a été instituée. Cette commission présente les résultats de suivi du SCoT auprès des
techniciens et des élus, ce qui facilite le processus d’appropriation des enseignements du DOG.
127
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page128
fi FA I R E V I V R E L E S C o T
PA R O L E S D ’ É L U S
Christophe Moralès,
Vice-président de la Communauté d’Agglomération de Montpellier,
Président délégué de la commission Urbanisme et Politique Foncière.
entre Agglomération et Communes, par la mise en place de Zones d’Aménagement Différé
(ZAD) et de dispositifs d’intervention foncière
Etabli à l’issue d’une démarche originale
ayant mobilisé les acteurs du territoire et les
compétences d’équipes d’architectes-urbanistes chevronnés, le Schéma de Cohérence
Territoriale (SCoT) de la Communauté d’Agglomération de Montpellier a défini, en 2006, les
lignes directrices d’un véritable projet urbain
d’agglomération.
Son élaboration a été l’occasion, dès 2003, de
mettre en place une ingénierie opérationnelle
au service d’une politique de maîtrise publique des développements urbains articulant
les échelles communales et intercommunales.
C’est ainsi qu’ont été engagées, avec le
concours technique et financier de l’Agglomération, des études urbaines sur les sites d’extension potentielle identifiés au SCoT. Ces
études préalables à la mise en œuvre de projets urbains ont vocation à définir des principes d’aménagement et des hypothèses de
programmation aptes à alimenter les orientations des Plans Locaux d’Urbanisme (PLU)
communaux et à susciter des processus opérationnels adaptés, notamment dans le cadre
de Zones d’Aménagement Concerté (ZAC).
Parallèlement, une action foncière anticipatrice a été engagée sur ces mêmes sites de
projets afin de contenir les phénomènes spéculatifs et de permettre la constitution de réserves foncières publiques. Cela s’est notamment traduit, dans le cadre de partenariats
128 LE SCoT
(délégation du droit de préemption) ; dispositifs complétés par une convention nouée, en
2011, avec l’Établissement Public Foncier Languedoc-Roussillon.
Dans ce même esprit de compatibilité «active»
entre les PLU et le SCoT, l’Agglomération a mis
en place un accompagnement technique et
financier des études d’élaboration de PLU ;
accompagnement formalisé dans le cadre de
conventions entre Agglomération et Communes et fixant des objectifs renforcés en matière de densification des formes urbaines et
de mixité sociale des programmations résidentielles. Prenant appui sur le guide des PLU
établi dans le cadre du cahier de recommandations du SCoT, cet accompagnement vise
notamment à faire prévaloir la notion de projet et une approche contextuelle des formes
urbaines dans une logique de densification
raisonnée.
De cette démarche expérimentale émane la
conviction selon laquelle, quel que soit son
périmètre, il est essentiel qu’un projet, à
l’échelle du «grand territoire», intègre les
modalités de sa propre ingénierie opérationnelle, non pas comme fonction annexe, mais
comme élément à part entière de la démarche
de conception. La planification stratégique
doit également servir à «faire».
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page129
3 Permettre les évolutions du SCoT
Le SCoT n'est pas un document immuable, il peut
et doit évoluer. Son périmètre et son contenu peuvent changer, en fonction des évolutions juridiques,
économiques, démographiques, de l’émergence
de projets d’aménagement non prévus au moment de l’approbation du SCoT.
Le SCoT peut évoluer par la mise en œuvre de l’une
des 5 procédures prévues aux articles L.122-14 et
L.122-15 du code de l’urbanisme.
Les procédures susceptibles d’être mises en œuvre
sont : la révision générale, la modification, la modification simplifiée et la mise en compatibilité par
déclaration d’utilité publique ou déclaration de projet. Les conditions de recours à l’une ou l’autre de
ces procédures sont précisées aux articles précités.
Le schéma ci-après restitue le raisonnement à
mettre en œuvre pour déterminer la procédure
adaptée.
Question 1
Le projet induit-il de modifier les orientations du PADD ou de modifier les dispositions du DOO relatives …
• aux gisements de matières premières minérales, aux espaces naturels, agricoles et forestiers
• à la politique de l’habitat et ayant pour effet de diminuer l’offre globale de logement
OUI
NON
Question 2
1. Révision générale
2. Mise en compatibilité par déclaration de
projet
3. Mise en compatibilité par Déclaration
d’Utilité Publique
L’évolution du SCoT porte-t-elle sur les dispositions du
DOO relatives...
• aux orientations générales de l’espace et les grands équilibres
entre espaces urbains et à urbaniser et les espaces ruraux, naturels,
agricoles et forestiers ainsi qu’aux gisements de matières premières
minérales
• aux conditions d’un développement équilibré dans l’espace rural
entre habitat, activité économique et artisanale, et préservation des
sites naturels, agricoles et forestiers
• aux objectifs et principes de la politique de l’habitat, de la
politique des transports et de déplacement,
• aux objectifs relatifs à l’équipement commercial et artisanal et
localisation préférentielles des commerces
• à la définition des grands projets d’équipement et de services
• aux conditions permettant de favoriser le développement de
l’urbanisation prioritaire dans les secteurs desservis par les transports
collectifs ainsi que celles permettant le désenclavement par transport collectif des secteurs urbanisés qui le nécessitent
• aux conditions d’un développement urbain maîtrisé et principes
de restructuration des espaces urbanisés, de revitalisation des
centres urbains et ruraux, de mise en valeur des entrées de ville, de
valorisation des paysages et de prévention des risques
• en montagne, aux dispositions relatives à la localisation, la consistance, la capacité globale d’accueil et d’équipement des UTN et
principes d’implantation et nature des UTN
• en zone littorale, aux dispositions valant SMVM
OUI
NON
4. Modification
5. Modification simplifiée
129
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page130
fi FA I R E V I V R E L E S C o T
Les cinq procédures possibles se distinguent les unes par rapport aux autres en fonction de : l’exigence ou
non d’une concertation, d’une enquête publique, de l’identité de la personne publique susceptible de la
mettre en œuvre…
Le tableau ci-dessous permet de comparer chacune des procédures.
Caractéristiques principales des des procédures d’évolution du SCoT
Durée
théorique
130 LE SCoT
Initiative de
Pilotage de Concertation et/ou
la procédure la procédure enquête publique ?
Observations
1. révision
générale
2 ans
Etablissement public
en charge de l’élaboration
du SCoT
Concertation et
enquête publique
2. Déclaration
de projet
portant
mise en
compatibilite
12 mois
Autorité se prononçant
sur l’intérêt général du projet
Enquête publique
Mise en œuvre si aucune
DUP n’est requise. L’établissement public compétent
en matière de SCoT devra
délibérer pour approuver
la mise en compatibilité.
En cas de désaccord,
possibilité d’arbitrage du
préfet. Lorsque la déclaration de projet est portée
par l’Etat, l’EP compétent
en matière de SCoT émet
un avis sur la mise en
compatibilité.
3. Déclaration
d’utilite
publique
portant
mise en
compatibilite
16 mois
Collectivité à
l’initiative du
projet dont
l’utilité publique est
demandée
Enquête publique
Procédure dont la mise en
œuvre suppose d’avoir
besoin d’exproprier. Elle
permet à la collectivité
compétente pour réaliser
le projet de faire évoluer le
SCoT sans être nécessairement compétente en la
matière.
4. Modification
6 mois
Établissement public en charge de l’élaboration du SCoT
Enquête publique
5. Modification
simplifiée
2-3 mois
Etablissement public en charge de l’élaboration du SCoT
Ni concertation, ni
enquête publique.
Simple «mise à disposition» du dossier (pas
de commissaire enquêteur)
Préfet
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page131
Comment prendre en compte la loi ENE
pour les SCoT «SRU» déjà approuvés ?
Les principales obligations nouvelles à prendre en
compte sont les suivantes :
• la mesure de la consommation d’espace : le
SCoT doit analyser la consommation d’espaces
agricoles, naturels et forestiers au cours des dix
années précédant l’approbation du schéma, et
fixer des objectifs chiffrés de consommation économe de l’espace ;
• les objectifs d’amélioration des performances
énergétiques, de réduction des émissions de gaz
à effet de serre, la maîtrise de l'énergie et la production énergétique à partir de sources renouvelables ;
• les objectifs de développement des communications électroniques ;
• les objectifs de diminution des obligations de déplacement et de développement des transports
collectifs ;
• la préservation de la biodiversité, la préservation
et la remise en bon état des continuités écologiques.
Néanmoins, si certaines de ces thématiques
étaient déjà abordées dans le SCoT, il s’agira alors
de les approfondir dans des limites raisonnables.
Il n’est pas obligatoire de commander des études
spécifiques sur tous ces sujets : des éléments de
connaissance réunis pour l’élaboration d’autres
plans ou schémas peuvent être ré-utilisés, s’ils sont
utilisables à l’échelle du SCoT.
Par quelle procédure y parvenir :
révision ou modification ?
Cela dépend du degré de prise en compte de
ces thématiques, alors qu’elles n’étaient pas obligatoires dans les SCoT «SRU». Depuis l’application
de l’ordonnance du 5 janvier 2012, la révision est
obligatoire lorsque sont envisagés notamment
des changements portant sur les objectifs chiffrés de consommation économe de l’espace.
Comme la plupart des SCoT «SRU» n’en comportaient pas, c’est donc la révision qui est la procédure générale.
Pour en savoir plus
Les articles L. 122-14, L. 122-14-1, L. 122-14-3, L.
122-15 et L 122-16-1 du code de l'urbanisme précisent les procédures d’évolution du SCoT.
131
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page132
fi FA I R E V I V R E L E S C o T
4 Les démarches inter-SCoT
Le périmètre du SCoT, même sur un large bassin de
vie ou une aire urbaine, n’est pas forcément pertinent pour coordonner de grands projets ou planifier et gérer des politiques publiques sur une vaste
échelle.
Bien que le code de l’urbanisme n’aborde pas le
sujet de la coordination entre les SCoT, de plus en
plus d’élus ont compris la nécessité d’articuler les
projets d’aménagement sur plusieurs échelles.
Des démarches souvent très «souples» voient donc
le jour, facilitant les échanges et les réflexions sans
formalisme, permettant aussi de mutualiser études,
observatoires et moyens.
132 LE SCoT
Ainsi, l’aire urbaine de Toulouse est-elle planifiée par
4 SCoT avec une coordination organisée par un
groupement d’intérêt public (GIP) auquel ont choisi d’adhérer les établissements publics des SCoT,
appuyé par les compétences techniques de
l’agence d’urbanisme de l’aire urbaine de Toulouse, et soutenu par les services de l’État.
Dans la métropole lyonnaise, ce sont aujourd’hui
13 SCoT qui mènent une réflexion commune sur
l’évolution de leurs territoires, avec l’appui de l’agence d’urbanisme de l’agglomération lyonnaise.
Dans le Nord – Pas-de-Calais, l’interScot «Terres du
Nord» regroupe 4 SCoT autour, notamment, d’une
convention de partenariat et un programme d’actions commun. Une chargée de mission assure
l’animation de cet inter-SCoT.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page133
133
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page134
Index
134 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page135
135
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page136
fi I N D E X
Liste des abréviations (Sigles)
AOT
Autorité Organisatrice des Transports
AOTU
Autorité Organisatrice des Transports
Urbains
AVAP
Aire de mise en Valeur de l'Architecture
et du Patrimoine
CDAC
Commission Départementale
d'Aménagement Commercial
CDCEA
Commission Départementale de
Consommation des Espaces Agricoles
DAC
136 LE SCoT
Document d’Aménagement
Commercial
DDRM
Dossier Départemental des Risques
Majeurs
DDT
Direction Départementale des territoires
DDTM
Direction Départementale des territoires
et de la Mer
DOG
Document d’Orientations Générales
DOO
Document d’Orientation et d’Objectifs
DREAL
Direction Régionale de l'Environnement,
de l'Aménagement et du Logement
DTA
Directive Territoriale d’Aménagement
DTADD
Directive Territoriale d’Aménagement et
de Développement Durable
PADDUC Plan d'Aménagement et
de Développement Durable
de la Corse
PAEN
Périmètre de protection et de mise
en valeur des espaces Agricoles
et Naturels
PCET
Plan Climat Energie Territorial
PDH
Plan Départemental de l'Habitat
PDU
Plan de Déplacements Urbains
PEB
Plan d’Exposition au Bruit
PGRI
Plan de Gestion des Risques
d'Inondation
PIG
Projet d'Intérêt Général
PLH
Programme Local de l’Habitat
PLU
Plan Local d’Urbanisme
PLUI
Plan Local d’Urbanisme
Intercommunal
PNA
Plan National d’Actions
PNR
Parc Naturel Régional
PNRQAD Programme National de
Requalification des Quartiers Anciens
Dégradés
POS
Plan d’Occupation des Sols
PPA
Personne Publique Associée
PPBE
Plan de Prévention des Bruits dans
l’Environnement
EPCI
Établissement Public de Coopération
Intercommunale
GES
Gaz à Effet de Serre
INAO
Institut National de l'Origine et
de la Qualité
PPRIF
Plan de Prévention des Risques
d’Incendie de Forêt
OAP
Orientation d’Aménagement et
de Programmation
PPRI
Plan de Prévention des Risques
d’Inondation
OPAH
Opération Programmée d'Amélioration
de l'Habitat
PPRN
Plans de Prévention des Risques
Naturels Prévisibles
ORU
Opération de Renouvellement Urbain
PRAD
Plan Régional de l'Agriculture Durable
PADD
Projet d’Aménagement et
de Développement Durables
SAGE
Schéma d’Aménagement et
de Gestion des Eaux
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page137
SAR
Schéma d’Aménagement Régional
SCoT
Schéma de Cohérence Territoriale
SDAGE
Schéma Directeur d’Aménagement
et de Gestion des Eaux
SDRIF
Schéma Directeur Régional d’île
de France
SDTAN
Schéma Directeur Territorial
d’Aménagement Numérique
SMVM
Schéma de Mise en Valeur de la Mer
SRADDT
Schéma Régional d’Aménagement
et de Développement Durable
du Territoire
SRAN
Schéma Régional d’Aménagement
Numérique
SRCAE
Schéma Régional Climat Air Energie
SRCE
Schéma Régional de Cohérence
Ecologique
SRDE
Schéma régional de développement
économique
TVB
Trame Verte et Bleue
UTN
Unité Touristique Nouvelle
ZAC
Zone d’Aménagement Concerté
ZACOM
Zone d’Aménagement Commercial
ZAD
Zone d’Aménagement Différée
ZAP
Zone Agricole Protégée
ZNIEFF
Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique,
Faunistique et Floristique
ZPPAUP
Zone de Protection du Patrimoine
Architectural, Urbain et Paysager
137
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page138
fi I N D E X
Bibliographie
Ouvrages
ADEME
· Retour d’expériences sur la concertation vue par
les acteurs environnementaux et les élus locaux,
ADEME, 2011.
PAUL Gwendoline,
· Collectivités territoriales : relever le défi de la loi
Grenelle II, Gualino, 2011.
AGENCE DE L’EAU DE L’ADOUR GARONNE
· L’eau dans les documents d’urbanisme - Guide
méthodologique & Fiches de cas, Agence de
l’Eau Adour Garonne, 2010.
TERRES EN VILLES
· L'agriculture dans les SCoT, CERTU, 2012
ARPE
· SCoT et développement durable - Guide
Méthodologique, ARPE, 2010.
Notes de synthèse, rapports, fiches
CERTU
· Comprendre l'économie des territoires, CERTU,
2012.
· SCoT et développement économique
des territoires- État des lieux et perspectives,
CERTU, ETD, 2012.
· L’aménagement commercial dans les SCoT,
CERTU, 2010.
· Les déplacements dans les SCoT, CERTU, 2008.
CGDD
· Premiers éléments méthodologiques pour l’élaboration du rapport sur la situation en matière
de développement durable, MEDDTL, 2012.
· Urbanisation et consommation de l’espace,
une question de mesure, Coll.
«La Revue du CGDD», CGDD, 2012.
· L’évaluation environnementale des documents
d’urbanisme – Le guide, Coll.
«Références», CGDD, 2011.
DGALN
· Les déplacements dans les SCoT, CERTU, 2008
· Le Schéma de cohérence territoriale SCoT,
CERTU, 2004.
· Le Schéma de cohérence territoriale
SCoT – Contenu et méthodes, CERTU, 2003.
138 LE SCoT
FNAU
· KaléidoSCoT, CERTU, 2008.
· Prendre en compte l’agriculture et ses espaces
dans les SCOT, CERTU, 2009.
Une partie de ces documents est téléchargeable
sur le site du CERTU www.certu-catalogue.fr
ADEME, CERTU, CETE
· Évaluation des émissions de gaz à effet de serre
dans les Schémas de Cohérence Territoriale,
2010.
ADEME
· Émissions de Gaz à Effet de Serre et SCoT - Outil
GES SCoT, 2012.
CERTU, ETD, FEDESCOT, FNAU
· La mise en œuvre d’un SCoT, 2012.
CERTU, Etd
· La contribution des SCoT aux enjeux
de développement économique
des territoires - États des lieux et perspectives,
2011.
· Décryptage Grenelle 2 bâtiments et
urbanisme - Verdissement et renforcement
du Plan Local d’Urbanisme, 2011.
· Décryptage Grenelle 2 bâtiments et
urbanisme - Verdissement et renforcement
des schémas de cohérence territoriale, 2011.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page139
CERTU
· SCoT Grenelle - SCoT et Eau - Synthèse des
entretiens Scot Grenelle, 2012.
· SCoT Grenelle - Les déplacements dans
les 12 SCoT Grenelle, 2011.
· SCoT Grenelle - SCoT et Biodiversité, 2011.
METL
· Le SCoT et le projet d'aménagement durable
(projet urbain, écocité, écoquartier, ZAC...),
Note de problématique, 2012.
· La prise en compte de la mobilité durable dans
les SCoT, Note de problématique, 2011.
· SCoT Grenelle - Prise en compte de
la biodiversité et de la nature dans
les 12 SCoT Grenelle,
Synthèse des entretiens Scot Grenelle, 2011
· La prise en compte de l'eau dans les SCoT,
2011.
· SCoT Grenelle - Énergie et climat dans
les 12 SCoT Grenelle, 2010.
· La prise en compte de la biodiversité et
de la nature dans les SCoT Note
de problématique, 2010.
· Énergie et Climat dans les 12 SCoT Grenelle,
Mars 2010.
Une partie de ces documents
est téléchargeable sur les sites suivants :
www.territoires.gouv.fr ;
www.fedescot.org ; www.gridauh.fr ;
www.projetdeterritoire.com
CETE de L’ouest
· L’aménagement numérique des Territoires
dans les SCoT, 2010.
ETD
· Intégrer les questions énergétiques et la lutte
contre le changement climatique dans les SCoT,
2012.
· La prise en compte de l’énergie et du climat
dans les SCoT, 2009.
· La prise en compte de l’énergie et du climat
dans les SCoT, Note de problématique, 2010.
· La maîtrise et la mesure de la consommation
d’espace dans les SCoT, Note de problématique
2009.
Autres
FNAU
· http://www.fnau.org
CAUE
· http://www.fncaue.fr/
ADEME
· http://www2.ademe.fr
FEDESCOT
· Annuaire des SCoT, 2011.
· Principales modifications apportées au SCoT
(outil et procédure) par la loi ENE, 2011
GRIDAUH
· SCoT et équipement commercial,
Écriture du SCoT, 2012.
139
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page140
fi I N D E X
La liste des SCoT utilisés
· SCoT 2030 Agglomération Lyonnaise,
SEPAL – Syndicat mixte d’études et
de programmation de l’agglomération
lyonnaise, approuvé en décembre 2010.
· SCoT Boucle du Rhône en Dauphiné,
SYMBORD, approuvé en décembre 2007,
révision en cours.
· SCoT de Caen Métropole,
Syndicat Mixte du SCoT de Caen Métropole,
approuvé en octobre 2011.
· SCoT de Carcassonne Agglo,
Carcassonne Agglo, approuvé
en décembre 2012.
· SCoT de Cergy-Pontoise,
Communauté d'Agglomération
de Cergy-Pontoise, approuvé en mars 2011
· SCoT de l’Agglomération de la Rochelle,
Communauté d’Agglomération de la Rochelle,
approuvé en avril 2011.
· SCoT de l’Agglomération de Montpellier,
Communauté d’Agglomération de Montpellier,
approuvé en février 2006.
· SCoT de l’Aire Métropolitaine Bordelaise,
SYSDAU, révision du SD en cours.
140 LE SCoT
· SCoT de la Métropole de Nantes Saint-Nazaire,
Syndicat Mixte du SCoT de la Métropole de
Nantes Saint-Nazaire, approuvé en mars 2007.
· SCoT de la Montagne du Haut Languedoc,
Communauté de Communes de la Montagne
du Haut-Languedoc, approuvé en août 2001.
· SCoT de Pays de la Provence Verte,
Syndicat Mixte du Pays de la Provence
Verte, arrêté en juin 2013.
· SCoT de la Région Grenobloise,
Établissement Public du SCoT de la Région
Urbaine de Grenoble, approuvé en
décembre 2012.
· SCoT de Marne Brosse et Gondoire,
Syndicat Intercommunal d'Etude et
de Programmation du secteur III de
Marne-la-Vallée, approuvé en février 2013.
· SCoT des Lacs Médocains,
Communauté de Communes des
Lacs Médocains, approuvé en avril 2012.
· SCoT des Rives du Rhône,
Syndicat Mixte des Rives du Rhône,
approuvé en mars 2012.
· SCoT du Bassin d’Arcachon Val d’Eyre,
SYBARVAL, projet du SCoT arrêté en juillet 2012.
· SCoT de la Communauté d’Agglomération
du Choletais,
Communauté d’Agglomération
du Choletais, approuvé en janvier 2008.
· SCoT du Bassin de Thau,
Syndicat Mixte du Bassin de Thau (SMBT),
arrêté en février 2013.
· SCoT de la Communauté d'Agglomération
de Sophia Antipolis,
Communauté d'Agglomération de Sophia
Antipolis, approuvé en mai 2008.
· SCoT du Parc Naturel Régional
de la Forêt d’Orient,
Parc Naturel Régional de la Forêt d’Orient,
en cours.
· SCoT de la Grande Agglomération
Toulousaine,
SMEAT, approuvé en mars 2012 et complété
en juin 2012.
· SCoT du Pays Beauce Gâtinais en Pithiverais,
Pays Beauce Gâtinais en Pithiverais, approuvé
en décembre 2011.
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page141
· SCoT du Pays de Brest,
pôle métropolitain du Pays de Brest,
approuvé en novembre 2011.
· SCoT du Pays de Lorient,
Syndicat Mixte pour le SCoT du Pays de Lorient,
approuvé en décembre 2006.
· SCoT du vignoble Nantais,
Syndicat Mixte du SCoT
et du Pays du Vignoble Nantais,
approuvé en février 2008, révision en cours.
· SCoT Lille-Métropole,
Syndicat Mixte du SCoT Lille-Métropole,
révision du SD en cours.
· SCoT du Pays de Montbéliard,
Communauté d’agglomération du Pays
de Montbéliard, approuvé en mai 2006.
· SCoT Ouest Alpes Maritimes,
Syndicat Mixte du SCoT Ouest, en cours.
· SCoT du Pays de Rennes,
Syndicat mixte du SCoT du pays de Rennes,
approuvé en décembre 2007, révision en cours.
· SCoT Uzège-Pont-du-Gard,
Syndicat Mixte du SCoT Uzège Pont du Gard,
approuvé en février 2008.
· SCoT du Pays des Portes de Gascogne
et Pays d’Auch,
Pays des Portes de Gascogne et Pays d’Auch,
en cours.
· SCoT du Pays Dieppois – Terroir de Caux,
Syndicat Mixte du Pays Dieppois –
Terroir de Caux, en cours.
· SCoT du Pays du Bocage Mayennais,
Communauté de Communes du Bocage
Mayennais, en cours.
· SCoT du Pays Voconces,
Communauté de Communes Pays
Vaison Ventoux, approuvé en juillet 2010.
· SCoT du Pic-Saint-Loup – Haute Vallée
de l’Hérault,
Communautés de communes
Grand Pic-Saint-Loup – Haute Vallée
de l’Hérault, arrêté en juin 2012.
· SCoT du Piémont des Vosges,
Syndicat Mixte du Piémont des Vosges,
approuvé en juin 2007.
· SCoT du Sud 54,
Syndicat Mixte du SCoT Sud Meurthe-et-Moselle,
arrêté en février 2013.
141
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page142
fi I N D E X
La liste des figures
Figure 1
Figure 2
Figure 3
Figure 4
Figure 5
Figure 6
Figure 7
Figure 8
Figure 9
Figure 10
Figure 11
Figure 12
Figure 13
Figure 14
Figure 15
142 LE SCoT
Démarche et contenu du SCoT
Structure du guide
La place du SCoT dans l'ordonnancement juridique
Les temps du SCoT
La construction du projet de territoire
Le processus de construction d'un diagnostic de SCoT
Du projet de territoire aux pie
̀ces du SCoT
Le projet de territoire
Les thèmes à aborder dans le projet de territoire
Vue d’ensemble des outils disponibles
Principes de l’évaluation environnementale
Contenu de la démarche d’évaluation environnementale
Du projet de territoire au SCoT formalisé
La procédure d’élaboration et d’approbation d’un SCoT
Ordonnancement du Schéma de Secteur avec les autres plans et programmes
5
7
22
23
30
31
38
39
41
48
51
53
97
117
123
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page143
Table des matières détaillée
1. Qu’est-ce qu’un SCoT ?
2. Pourquoi un nouveau guide des SCoT ?
2.1 Pour sensibiliser les élus et encourager la réalisation de nouveaux SCoT
2.2 Pour faire connaître les évolutions de la Loi
2.3 Pour valoriser l’expérience du terrain
2.4 Pour accompagner l’évolution des SCoT de première génération
3. Le guide : mode d’emploi
5
6
6
6
6
6
7
Partie 1 : La planification stratégique au service des territoires
1. Le SCoT : une opportunité pour vos territoires
1.1 Répondre collectivement aux enjeux de développement durable
1.2 Faire face aux grands défis environnementaux de la société
2. La gouvernance : les clefs de la réussite
2.1 Les élus au cœur du processus
2.2 Une ingénierie spécifique au service du projet politique
2.3 Des partenaires institutionnels étroitement associés
2.4 Une société civile concernée par les choix politiques du SCoT
3. Equilibre, cohérence et anticipation : les maîtres mots du SCoT
3.1 Les trois notions clefs du SCoT
3.2 Construire un territoire équilibré
3.3 Mettre en cohérence les politiques publiques dans le territoire
3.4 Anticiper et préparer l’avenir : les temps du SCoT
4. Le périmètre du SCoT: le juste dosage entre la politique et la géographie
4.1 Rechercher la cohérence géographique et socio-économique
4.2 Identifier le « bon » périmètre politique
4.3 L’élargissement et le renforcement du rôle de préfet dans la détermination
du périmètre des SCoT
10
12
12
13
15
15
15
15
16
17
17
18
22
23
24
24
26
26
Partie 2 : Construire le projet : du diagnostic aux orientations et objectifs
1. Le SCoT : un document de planification nourri par un projet de territoire
Construire le SCoT comme un projet de territoire
2. Comprendre le territoire à l’aide du diagnostic
2.1 Un diagnostic construit pour servir le projet
2.2 Un diagnostic à plusieurs facettes
Conclusion : un diagnostic à façonner de mille façons
3. Elaborer le projet de territoire
3.1 Un projet avant tout stratégique
3.2 Comment construire efficacement le projet ?
3.3 Les champs d’intervention du projet du SCoT
4. Construire le projet avec les acteurs et les citoyens
4.1 Le portage du SCoT : donner une assise large au pilotage politique du SCoT
4.2 Mettre en place une ingénierie adaptée
4.3 Réussir l’association des partenaires institutionnels : la co-construction du SCoT
4.4 Faire participer la société civile, les habitants, et les associations
28
30
30
31
31
32
34
38
38
38
41
44
44
45
46
47
143
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page144
fi I N D E X
5. Conduire l’évaluation environnementale
5.1 Les attendus de la démarche d’évaluation : un guide pour l’élaboration du projet
5.2 Les principes clefs de la démarche
5.3 Déroulement et contenu de l’évaluation
5.4 Le rôle de l’évaluation environnementale au regard
des trois principaux chantiers environnementaux
Les fiches thématiques
144 LE SCoT
50
50
50
51
54
58
Partie 3 : Formaliser le SCoT
1. D’un projet de territoire à un document de planification formalisé
2. Des pièces qui se complètent
3. Le contenu des pièces
3.1 Le rapport de présentation
3.2 Le Projet d’Aménagement et de Développement Durables :
le document politique du SCoT
3.3 Le Document d’Orientation et d’Objectifs : le document opérationnel
4. Cas particulier des SCoT littoraux
4.1 La mise en œuvre de la loi littoral
4.2 Le chapitre individualisé valant schéma
de mise en valeur de la Mer (SMVM)
5. La procédure d’élaboration et d’approbation d’un SCoT
94
97
98
99
99
101
116
Partie 4 : Faire vivre le SCoT
1 Décliner les principes du SCoT dans les documents de planification de rang inférieur
2. Suivre et évaluer les acquis du SCoT
3. Permettre les évolutions du SCoT
4. La démarche inter-SCoT
118
121
125
129
132
Liste des abréviations (Sigles)
Bibliographie
Liste des SCoT utilisés
Liste des figures
Table des matières détaillée
136
138
140
142
143
104
112
112
114
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page145
Notes
145
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page146
Notes
146 LE SCoT
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 15:32 Page147
Cet ouvrage est issu d’une mission commanditée par le bureau de la planification
urbaine et rurale et du cadre de vie, sous-direction de la qualité du cadre de vie, au sein
de la direction générale de l’Aménagement, du Logement et de la Nature / direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Paysages, du ministère de l’Égalité des territoires et
du Logement.
La rédaction de cet ouvrage a été encadrée par Pierre MIQUEL, responsable du
pôle «planification territoriale stratégique».
La réalisation du guide a été confiée au groupement de bureaux d’études SCE
Urbanisme & Paysage (Mandataire), CREATER, SCET, ayant pour mission d’assurer la
collecte des références au niveau national, de concevoir et de produire les contenus
pédagogiques et d’assurer la rédaction et la mise en page finale.
147
GUIDE SCoT-02_Mise en page 1 12/06/13 08:48 Page148
Les auteurs
Conception, rédaction et réalisation des schémas
Sébastien RAMORA, Urbaniste (SCE Urbanisme
& Paysage)
Katherine BROOMBERG, Urbaniste OPQU (CREATER)
Jean-Philippe MOLINIER, Urbaniste (SCE Urbanisme
& Paysage)
Les experts
Maud JOALLAND, Architecte Urbaniste OPQU
(SCE Urbanisme & Paysage)
Christoph VON FISCHER, Géographe Urbaniste
(SCE Urbanisme & Paysage)
Laurent LECORRE, Juriste (SCET)
La conception et réalisation graphique
Christoph MEIER, Graphiste
Les bureaux d’études
SCE Urbanisme & Paysage
Agence de Montpellier - 128 avenue de Fès - Les Belvédères, bât. B - 34080 Montpellier - http://www.sce.fr
CREATER
85 avenue Clément Ader - 34170 Castelnau-Le-Lez
http://www.creater.fr
SCET, Groupe caisse des Dépôts
Agence de Nantes - Avenue Carnot - BP 71407 - 44014
NANTES Cedex 01
http://www.scet.fr
Agence Christophe Meier Graphic-Design
7 rue abbé Fabre - 30250 Sommières
http://www.christophemeier.com
148 LE SCoT
Le comité de pilotage
et de relecture
La rédaction de cet ouvrage a été suivie par un comité de pilotage et de relecture. La pertinence de leurs remarques et
de leurs observations a largement contribué à son amélioration.
Pierre MIQUEL (METL/DGALN/DHUP/QV3)
Jean-Philippe STREBLER (Directeur de la Fédération
nationale des SCoT)
Dominique MORAU (CETE Ouest)
Francis LALBA (DREAL Région Centre)
Christopher DE LABURTHE (ETD)
Dominique MORENO (CCI de Paris)
Carole LENGRAND (DREAL Champagne Ardennes)
Frédéric LAFFONT (MAAPRAT/BFB)
Eric SBRAVA (DDT 69)
Laure LETESSIER (MEDDE/DEB/EN2)
Dominique MUSSLIN (FNAU)
Isabelle RICHARD (AGU2 /FNAU)
Chahoul GAFFAR (CERTU)
Philipe SENNA (CGDD)
Dominique MASSON (MCC/sous direction des monuments
historiques et des espaces protégés)
Les personnes suivantes ont également contribué
aux réflexions sur la conception de ce guide.
François AMIOT puis Dominique PETIGAS-HUET(METL)
Alain VANDERVORST (METL)
Nathalie DENIS-GREPT (METL)
Emilie CHAUFAUX (METL)
Sandrine FOURNIS (MEDDE/CGDD / SEIDD / bureau
des territoires)
Jean-Louis PONS (MEDDE/CGDD)
Laurent HEITZ (CETE Ouest)
Charlotte DE FONTAINES (AMF)
Olivier LAIGNEAU (MIOMCTI/DGCL)
Frédéricke LONCHAMBON (CCI France)
Michael RESTIER (APFP)
Agnès BOUAZIZ (DREAL Poitou Charente)
Yseline CUZIN (Ministère des Affaires sociales et de la Santé)
Carole ROBERT (APCA)
Benoit LEMOZIT (ADEME)
Gaëlle SANTARROMANA (DDTM Pas-de-Calais)
Marina LAGUNE (DGITM / DST/ FCD1)
Bénédicte ROLLAND (EHESP DGS)
e Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) est à la fois une démarche
concertée de construction d’un projet territorial et un outil de maîtrise
des grandes dynamiques d’aménagement du territoire à l’œuvre dans
son périmètre. C’est un instrument d’anticipation qui offre aux élus l’opportunité de dessiner ensemble une vision commune de leur avenir territorial, pour ne pas subir des évolutions qui peuvent sembler inéluctables.
C’est également un outil qui doit être animé et piloté dans sa phase de
mise en œuvre afin de rester fidèle aux ambitions initiales.
L
Ainsi, la gouvernance du SCoT est l’une des clefs de la réussite de la démarche, et les élus sont au cœur de ce dispositif.
Le ministère en charge de l’urbanisme a souhaité, à travers ce guide, sensibiliser et accompagner les élus afin de favoriser la construction de «bons
SCoT», des SCoT utiles pour les territoires, leurs acteurs et leurs habitants. Il
cherche à convaincre les élus de s’emparer de cet outil en le mettant
au service de leur politique de développement territorial durable. Pour ce
faire, il est essentiel qu’ils en connaissent mieux les forces, les exigences
et les marges de manœuvre.
La première partie du guide vise à éclairer les décideurs, de manière synthétique, sur le rôle, l’utilité et la philosophie du SCoT (les défis environnementaux auxquels il permet de répondre, les enjeux de la gouvernance,
les ambitions du SCoT, les questions de périmètre…).
Une seconde partie, le cœur de l’ouvrage, précise la démarche, les éléments de contenu et de méthodes pour construire le projet de territoire.
En effet, le SCoT est avant tout une démarche de construction collective
d’un projet de développement territorial. Il doit comprendre un diagnostic partagé, une stratégie commune de développement et d’aménagement (notamment spatiale) et des règles du jeu à respecter. Le tout,
s’intégrant dans une gouvernance locale au service du projet et de l’intérêt général.
La troisième partie précise la manière dont les différents éléments produits
au cours de la construction du projet doivent être présentés et assemblés formellement, conformément au code de l’urbanisme. Elle rappelle
les étapes incontournables et la procédure formelle à suivre.
Enfin, la dernière partie du guide révèle l’importance du travail d’animation et de suivi de la mise en œuvre du SCoT après son approbation. Elle
aborde la question de l’articulation et de la traduction du SCoT dans les
autres documents de planification (notamment les PLU). Elle traite le sujet
essentiel du suivi et de l’évaluation du document d’urbanisme au terme
des 6 années suivant son application et présente, pour finir, les modalités
d’évolution possible d’un SCoT approuvé.
Ministère de l'Egalité des territoires et du Logement (METL)
Direction Générale de l'Aménagement, du Logement et de la Nature (DGALN)
Direction de l'Habitat, de l'Urbanisme et des Paysages (DHUP)
Sous-direction de la Qualité du cadre de vie (QV)
Bureau de la planification urbaine et rurale et du cadre de vie (QV3)
Arche sud
92055 La Défense cedex
Tél 01 40 81 97 85
[email protected]
www.territoires.gouv.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement