Malades de l`environnement ?

Malades de l`environnement ?
Bruxelles
X
no 66 • printemps 2005
Bruxelles–X
1/2241
SYMBIOSES
Le magazine de l’Éducation relative à l’Environnement (ErE)
Malades de l’environnement ?
Trop d ‘hygiène peut
nuire
p.6
L’environnement
cancérigène
p.8
Un cœur à la cité
de l’école
p.10
Dis-moi où tu vis,
je te dirai ce dont
tu souffres
p.20
S Y M B I O S E S e s t l e b u l l e t i n t r i m e s t r i e l d e l i a i s o n d e l ’ a s b l ré s e a u
Réseau
d’Information et de
Diffusion
en Éducation à
l’Environnement
association sans but lucratif
L’asbl Réseau IDée veut promouvoir l’Éducation relative à
l’Environnement à tous les
niveaux d’âge et dans tous les
milieux socioculturels.
Elle a pour objet d’assurer la
circulation optimale de l’information, la valorisation et la
diffusion des réalisations ainsi
que la réflexion permanente
dans le domaine de l’Éducation relative à l’environnement.
Trimestriel, SYMBIOSES s’adresse à tous ceux et celles qui
sont amenés à pratiquer ou
promouvoir l’éducation à l’environnement.
Le Réseau IDée fournit l’abonnement à SYMBIOSES en
échange de la cotisation de
membre adhérent (10 € – pour
l’étranger 14 €), à verser au
compte no 001-2124123-93
du Réseau IDée – 266 rue
Royale – 1210 Bruxelles.
Présidente
et éditrice responsable :
1 Marianne von FRENCKELL
266 rue Royale
1210 Bruxelles
Édition et diffusion :
1 Réseau IDée,
266 rue Royale
1210 Bruxelles
T : 02/286 95 70
F : 02/286 95 79
e-mail :
[email protected] be
www. reseau-idee. be
q Éditorial
1 La plus jolie des misères du monde
p.3
q Infos en bref
q Truc pratique
p.4
1 Trop d’hygiène peut nuire!
p.6
q En mouvement
1 Rencontres en images
p.20
q Lu et vu pour vous
q Agenda
p.22
p.24
Dossier
Malades de l’environnement ?
q Matière à réflexion
1 L’environnement cancérigène
p.8
q Expériences
1
1
1
1
Un cœur à la cité de l’école
Pour que cesse la corvée d’eau
Dis-moi où tu vis, je te dirai ce dont tu souffres
Mellery se bouge
qActivités
1 Emballez votre santé
p.15
q Outils
q Adresses utiles
Prochain SYMBIOSES
p.16
p.18
mobilité
Parution : été 2005
Si vous connaissez de bonnes initiatives en la matière, des adresses ou des outils
intéressants, contactez-nous : T. 02 286 95 76, [email protected]
Rédaction :
1Christophe DUBOIS
rédacteur en chef
1Nathalie PINSON
1Joëlle VAN DEN BERG
directrice de publication
Ont collaboré à ce numéro :
1 César CARROCERA GIGANTO 1
Christophe DUBOIS 1 Marina
GRUSLIN1 Sandrine HALLET 1
Charles PEPINSTER 1 Nathalie
PINSON 1 Christophe ROUSSEAU
1 Joëlle VAN DEN BERG 1
Dominique WILLEMSENS
Illu couverture :
1 Philippe DE KEMMETER
Mise en page :
1 César CARROCERA GIGANTO
Impression :
1 VAN RUYS
SYMBIOSES est imprimé sur papier recyclé.
Le Réseau IDée bénéficie du soutien du Ministre de l’Environnement et du Ministre de l’Emploi
en Région de Bruxelles-Capitale, du Ministre de l’Environnement de la Région wallonne
et du service d’Éducation permanente de la Communauté française.
SYMBIOSES est envoyé gratuitement dans les écoles grâce aux soutiens des Ministres de l’Environnement
des Régions wallonne et bruxelloise.
2
p.10
p.11
p.12
p.14
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
La plus jolie des misères du monde
En matière d'éducation, qu'elle soit à l'environnement, à la santé, ou au développement durable, la tendance actuelle portée par nombre de penseurs et pédagogues serait de "montrer le joli monde des possibles ". Nulle autre option si nous voulons faire évoluer les comportements et les actes du citoyen
lambda. Surtout ne pas culpabiliser, ne pas faire peur. Inciter par la peur serait un jeu dangereux aux effets
collatéraux imprévisibles, allant du rejet à l’impuissance, voire pire : "ne parlons pas des méfaits des drogues, car des études 1 prouvent que le fait d’en parler, même objectivement, attire les jeunes à en consommer ".
Positivons donc. Parlons d'avenir radieux, de forêts épaisses et d'oiseaux qui chantent. De nos projets et
de nos capacités à soulever des montagnes, à lutter et à agir pour ce à quoi on croit, pour l'avenir que
l'on veut. Symbioses le fait depuis plus de dix ans, en vous montrant d'ambitieux projets d'écoles, d'associations, de citoyens. En vous outillant pour que vous aussi vous puissiez passer à l'action. Montrons
l'exemple. Qui en effet ne voudrait pas agir pour ces enfants de demain, pour ces enfants d'ici et d'ailleurs,
de Belgique et d'Asie. D'Asie... tiens, là pourtant, en Asie, on a eu peur. Le flot d'images du Tsunami et
de ses suites étaient plutôt du style "documentaire catastrophe ". Et le comportement recherché (« faites
vos dons »), a été obtenu. "C'est un autre contexte, une autre volonté, donner l'argent n'est pas un changement de comportement sur le long terme ", nous direz-vous. C'est vrai. Et l'explosion des actions bénévoles qui ont suivi le drame, autant dans le chef d'expatriés que de la ménagère du coin, n'est-ce pas là
l'émergence d'un changement plus profond de comportement ? Ne pourrait-il se reproduire dans d'autres
contextes ?
Autre exemple des « bienfaits de la peur » : une campagne pour la ceinture de sécurité dont j’ai personnellement été « victime ». Un CD-Rom sanguinolent, produit par un constructeur automobile, montrait
des photos d'accidentés de la route. Magique ! Mon comportement a depuis évolué favorablement, sur le
long terme : je mets désormais (presque) toujours ma ceinture.
Faire peur ou éduquer ?
Symbioses va-t-il pour autant passer son habit de noir et de misère, vous abreuver de drames écologiques,
dans l’espoir d’infléchir les comportements ? Non. Nous continuerons à croire en la force de l'exemple.
Car nous estimons que l’efficacité d’une éducation se mesure avant tout par la mise en place d’un processus, par le développement d’un regard critique et de capacités de choix personnels. Loin des techniques
qui nous effraient ou, à l’opposé, nous allèchent.
Nous ne voilerons cependant pas non plus la part d'urgences planétaires et de risques individuels encourus. C'est le parti que nous avons choisi pour ce numéro sur la santé environnementale. La réflexion du
Professeur Belpomme en page 8 nous annonce que "l'humanité est en danger", que le cancer est à côté de
notre porte. C'est alarmiste. Mais c’est réel : la dégradation de l’environnement met notre santé en péril.
Les scientifiques s'accordent pour la plupart, même si certains nuancent. N'attendons pas qu'ils tombent
tous d'accord sur les chiffres et les effets précis. Le principe de précaution veut que nous passions à l'action. Pour nous, et pour les autres. Et là aussi, pour agir, Symbioses sera auprès de vous.
Ne refusons pas de décrier avec force le mur vers lequel nous nous dirigeons. N’oublions pas de proposer, avec encore plus de force, les chemins qui nous le feront éviter. Au bout du compte, chacun choisira
sa route. Dangereuse ou sûre, qu’importe, car l’éducation vise bien à développer des capacités de choix en
toute autonomie. Non à manipuler ou à persuader.
Christophe DUBOIS
Rédacteur en chef
1in
Internationale Journal of health education, 18 supplement, De Haes We Schuuman,
"Results of an evaluation study on three adult education models"
Lisez également le très intéressant dossier de Bruxelles Santé consacré au couple « Peur et prevention », réalisé par l’asbl Question santé,
2003. Téléchargeable sur www.questionsante.org
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
3
Votre école agit pour
l’environnement
Vous êtes une école fondamentale ou secondaire de la
Région Bruxelles-Capitale ?
Votre classe ou toute l’école
souhaite contribuer à la qualité de l’environnement ? Le
sixième appel à projets « En
route pour une école en développement durable » est lancé
par la Région de BruxellesCapitale dans le but d'encourager les enseignants et les
directions à intégrer l'éducation à l'environnement (ErE)
dans leur école. Cet appel
vous offre la possibilité de
collaborer avec une association d’ErE tant pour son
apport de compétences que
pour le souffle extérieur bien
précieux qu'elle apportera. Un
soutien financier peut également être octroyé. Remise des
dossiers de candidature, au
choix: 16 juin ou 18 octobre
2005
Pour en savoir plus contactez le
Réseau IDée,Dominique
Willemsens, T. 02 286 95 72
[email protected], www.reseau-idee.be/
bruxelles/index.htm
Des jeunes responsables et solidaires
Vous travaillez avec des jeunes
au niveau local et dans un
cadre organisé, comme une
maison de jeunes, la section
locale d’un mouvement de
jeunesse, une association, un
club… ? Envie de réaménager
un local avec des matériaux
durables, de faire la fête avec
des gobelets réutilisables, d’organiser des débats ou des
actions ludiques ? Els Van
Weert, la Secrétaire d’État
fédérale au Développement
durable et à l’Économie sociale, en collaboration avec la
Fondation Roi Baudouin,
vous propose de passer à l’action pour changer les choses.
Vos idées durables peuvent
être financées à hauteur de
5.000€. Date limite des candidatures : le 29 avril 2005.
Infos : FRB, T. 070 233 065
www.billy-globe.org
4
Ça passe par moi
gue avec des consommateurs.
« Ça passe par moi », ça passe
par toi, ça passe par nous… Le
1er mars dernier, six
associations - Crédal, Réseau
Eco-consommation,
Max
Havelaar, Nature & Progrès,
Oxfam magasins du monde et
SOS faim - sont entrées en
campagne. Leur objectif : sen-
Infos : FRB, Hervé Lisoir, T. 02
549 02 23, [email protected],
www.kbs-frb.be
ciblent les différentes tranches
d'âge, et propose des pistes de
régulation. Révélateur et interpellant.
Vous habitez Bruxelles ?
Plus d’infos : CRIOC, T. 02 547 06
11 - www.oivo-crioc.org
Inter-Environnement
Bruxelles, la fédération des
comités
d'habitants
de
Bruxelles, lance une newsletter hebdomadaire. Si vous
souhaitez savoir ce qui se
passe dans la Région et être
partie prenante de votre ville,
envoyez un courriel à
[email protected]
Nature côté action
sibiliser le grand public, les
unifs, les entreprises, les institutions et les collectivités en
les invitant à prendre des
engagements concrets. Côté
mode d’emploi, le principe
est de s’engager via une
Charte, à poser un geste concret en faveur du commerce
équitable et, au moins, un
autre geste en faveur de l’écoconsommation, de l’économie et de la finance alternatives ou de l’agriculture biologique. Sur le terrain, une
armada de bénévoles organiseront ce printemps et cet été
une foule d’activités locales.
Avec une attention particulière sur les campus universitaires et la remise d’un titre :
celui de Fairtrade campus.
Pour s’engager :
www.capasseparmoi.be
Les consommateurs ont
la parole
La consommation est un sujet
qui intéresse bon nombre de
personnes, que ce soit pour
exprimer leurs goûts, leurs
préférences ou leurs attentes
par rapport aux biens ou aux
services qui leur sont proposés. C’est pourquoi la
Fondation Roi Baudouin soutiendra à hauteur de maximum 15.000€ les institutions
ou les organisations à but
non lucratif qui, seules ou en
partenariat avec des entreprises, développeront un projet
de collaboration ou de dialo-
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
L’agenda 2005 des Chantiers
Nature des RéservesNaturelles
RNOB - Natagora vient de
sortir de presse. Il propose
plusieurs dizaines de journées
et séjours actifs pour protéger
la nature aux quatre coins du
pays. Creuser une mare, faucher un pré ou une roselière,
enlever des arbustes trop envahissants… sont autant d’actions que des volontaires peu-
© C. Van Roy
vent réaliser pour protéger la
nature. Près de 140 chantiers
nature sont ainsi proposés
dans une cinquantaine de
réserves naturelles différentes.
Disponible gratuitement sur
demande à Réserves Naturelles
Natagora, T. 081 830 570,
www.rnob.be
Savoir, c’est prévoir
Le Groupe de recherche pour
une stratégie économique
alternative lance un agenda
sur son site www.gresea.be.
Tout ce qui se passe ici et
maintenant, là et prochainement, et que le GRESEA juge
important pour la réflexion
et l’action des peuples. Il sera
actualisé chaque semaine.
La biodiversité en
Belgique
Saviez-vous que 55 000 espèces vivent en Belgique ? Que
nous n’avons pas encore vu
voler, ramper ou nager un
tiers de celles-ci ? Que toutes
ensemble elles nous permettent de respirer, boire et manger, vivre? La moitié de ces
espèces est pourtant menacée,
principalement par des activités humaines. Histoire de
vous donner des idées pour
conserver notre faune et notre
flore, l’Institut Royale des
Sciences
naturelles
de
Belgique a publié la brochure
« La biodiversité en Belgique
». Un mode d'emploi pour
sauver la planète.
Vous souhaitez commander
notre brochure gratuite?
Envoyez un email à
[email protected]
naturalsciences.be,
téléphonez au 02 627 45 45
Vos poubelles sur la
Grand Place
Après les pyramides du Caire,
la Grande Muraille de Chine
Les enfants, cibles du
marketing
Les enfants jouent un rôle
important de prescripteurs
d'achat des biens de consommation : non seulement de
ceux qui leur sont destinés
(céréales, fournitures scolaires,
jeux), mais aussi des produits
et services destinés à la
famille: alimentation, accès à
Internet, appareils électriques.
Derrière cette tendance, le
CRIOC a publié une analyse
des stratégies de marketing de
plus en plus poussées qui
et la Défense à Paris … le célèbre artiste allemand Ha
Schult a installé ses 1000
« Trash People » (des personnages fabriqués à partir d’ordures) sur la Grand-Place de
Bruxelles, quelques jours
durant les vacances de Pâques.
Un miroir de notre temps qui
rappelle la fameuse armée chinoise de Xi'an composée de
8.000 guerriers en terre cuite.
Spectaculaire et interpellant.
Ou quand l’art se met au service de l’environnement, et
inversement.
Mes courses à vélo
Selon une enquête sur la
mobilité des Belges, plus de la
moitié des déplacements font
moins de 5 kilomètres (soit
un bon quart d'heure à vélo).
Et un tiers de tous les déplacements ont lieu uniquement
pour « faire ses courses », qui
sont dans seulement 4% des
cas supérieures à 10 kg. D’où
l’idée de l’asbl Pro Velo d’organiser sa semaine annuelle
du vélo autour du thème
« commerce et vélo ». Au programme de « Dring dring
2005 » : Grande fête du vélo
au cinquantennairele le 1er
mai, « à vélo au travail » le 3
mai, « à vélo à l’école » le lendemain, et remise des « Vélos
d'or » le mercredi 11 mai.
Le 17 mars dernier, la Communauté française inaugurait la Décennie de l’Éducation au
Développement durable (DEDD). De la maternelle à l’université du troisième âge, de l’organisation de jeunesse à la télévision. Un but commun : mobiliser tous les processus éducatifs pour
susciter des changements de comportement permettant de créer une société plus viable et plus
juste.
Bien entendu, c’est une bonne nouvelle pour les pédagogues idéalistes d’ici et d’ailleurs, pour
tous ces acteurs de l’éducation déjà investis sur le terrain des droits de l’homme, de la santé, de
l’environnement, de l’équité, du renforcement Nord-Sud, de la culture... Toutes ces personnes
qui se nourrissent de projets participatifs, développant une critique constructive de nos dysfonctionnements contemporains et proposant des alternatives ambitieuses. Leur travail devrait
être et sera reconnu. Visibilisé aussi. Histoire de donner des idées aux enseignants, éducateurs,
formateurs, parents, qui n’ont pas encore osé se lancer sur la route du « développement durable », terme barbare qui trop souvent effraie.
Chaque année, un programme sera défini sur base des forces mobilisées, des acquis des années
antérieures et des problèmes restant à lever. Pour 2005/2006, trois moments sont prévus pour
rassembler les acteurs et faire remonter les préoccupations : 1) Un forum se tiendra le 1er juin
au PASS à Frameries. Il permettra d’identifier les pratiques, de les améliorer et de recenser les
questions auxquelles une réponse plus structurelle doit être apportée. 2) Une semaine d’actions
concrètes dans les écoles à l’automne sur le thème de « mon assiette », permettant de comprendre que nos comportements quotidiens ne sont pas sans impact sur les réalités globales. 3)
Une autre semaine au printemps, sur le thème de « ma planète », permettant de comprendre
que les enjeux d’ailleurs se jouent également ici.
En attendant, pour vous aider à comprendre ce que «Éduquer vers un développement durable»
veut dire, pour vous montrer ce qui se fait concrètement sur le terrain, le site www.billy-globe.org
propose depuis fin mars un dossier spécial « éducation vers un développement durable ».
Infos :
Pro Velo, T. 02 502 73 55,
www.provelo.be
GRATUITS
5 vélotours guidés + location de vélo 1
aux cinq premiers lecteurs2 qui en font la demande en téléphonant au 02 286 95 70
Pro Velo vient de sortir son programme 2005 des vélotours guidés à
Bruxelles. « Cafés et bande dessinée », « L’architecture contemporaine à
Bruxelles vue par un architecte de renom », « Balade contée en forêt de
Soignes »… Partez à la découverte de l'histoire cachée et de la nature préservée de la capitale, par plus de 40 balades thématiques super originales.
Pas de vitesse et pas d'exploit sportif : rien que la beauté des sites et le
bonheur de la balade.
Vélotours également à Liège, Charleroi, Namur et Mons.
Réservation indispensable.
Pour recevoir le programme complet :
Pro Velo, T. 02 502 73 55, www.provelo.be
2
1 Un bon donne droit à un tour guidé d’1/2 journée avec location de vélo, pour une personne. Valeur : 14 €
2 Offre valable en priorité pour les abonnés en règle de cotisation (et non les écoles, qui
reçoivent SYMBIOSES gratuitement).
Pour recevoir vos places gratuites, contactez sans tarder le
Réseau IDée : 02 286 95 70 – [email protected]
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
5
Trop d’hygiène peut nuire
lus d’un consommateur sur deux pense que pour
qu’une maison ne contienne pas de microbes, elle doit
être nettoyée régulièrement avec des produits désinfectants. A
peine un sur quatre pense qu’un nettoyage régulier peut remplacer l’usage de désinfectant1. Pourtant l’exposition aux produits de nettoyage peut être nocive pour la santé puisque
beaucoup d’entre eux sont corrosifs, inflammables, toxiques
ou chimiquement réactifs.
P
L’imaginaire hygiéniste
Les messages publicitaires cherchent à nous convaincre que
nous, consommateurs, vivons dans un univers envahi de
micro-organismes dangereux contre lesquels nous devons
déclarer une guerre sanitaire sans merci. Cette idée germe
d’autant plus facilement dans l’imaginaire que l’actualité
de base sont suffisants pour assurer un nettoyage efficace et
sain de toute la maison2 :
1 du vinaigre blanc : pour les éviers et douches, excellent
détartrant, fait briller les carrelages en céramiques (pas le
marbre !), nettoie les cuivres (+ sel), rafraîchit les tapis
(dilué), indispensable pour nettoyer le frigo (abaisse le
pH)…
1 un produit multi-usages à base de tensio-actifs végétaux :
pour les sols et autres surfaces
1 du bicarbonate de soude : moins agressif que les crèmes à
récurer pour les appareils électriques et pour ôter les mauvaises odeurs d’un réfrigérateur
Ainsi que du jus de citron, de l’alcool à brûler, du savon mou
ou liquide, du sel, de l’huile de lin, de la cire d’abeille ou végétale… pour des usages plus particuliers (2).
Quelques torchons, vieux chiffons, du papier journal, une
vieille brosse à dents complèteront le tout.
Quelques précautions d’usage
1 Lire l’étiquette du produit avant l’achat
1 Lire les consignes de sécurité avant usage
1 Ne pas dépasser les dosages
1 Ranger les produits de nettoyage hors de la portée des
enfants et des animaux et loin des salles de repas.
récente comporte de nombreux exemples de problèmes sanitaires et d’épidémies (crises alimentaires, maladies infectieuses…). Mais une maison familiale a rarement besoin d’être désinfectée ; au contraire, il s’y établit des équilibres microbiens
stables et protecteurs que l’utilisation de détergent désinfectant vient compromettre, laissant la place à de nouveaux germes qui peuvent même être plus dangereux. En outre, ces nettoyants désinfectants ne sont pas aussi efficaces qu’ils veulent
le faire croire, ils sont chers, plus dangereux pour la santé et
à l’origine de rejets polluants et de plus de déchets d’emballages.
Quelques habitudes revues
1 Un entretien régulier à l’eau avec un nettoyant tous usages
rend les habitations propres, saines et agréables à vivre et
permet de se passer aisément de produits plus agressifs.
1 L’utilisation d’une lavette en micro-fibres, plutôt que des
lingettes jetables, permet de réduire les quantités de détergents et de déchets, tout en obtenant d’aussi bons résultats.
1 Le choix de produits efficaces, conçus et développés de
manière à réduire leur impact sur l’environnement et la
santé.
1 La pose d’une crépine sur l’orifice des éviers permet de retenir les particules et autres déchets, évitant ainsi la formation de bouchons dans les canalisations et le recours aux
déboucheurs chimiques très dangereux (pour le cycle de
l’eau).
... l’armoire à produits allégée
Alors que les rayons de magasins regorgent de produits de nettoyage encore plus colorés et plus parfumés, quelques produits
6
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
Quelques exploitations à l’usage d’enseignants , d’intervenants sociaux et de la santé3:
1 Chimie, éveil : produits toxiques et logos, vinaigre et détartrage, fabrication de savon et autres produits nettoyants ,
lecture des étiquettes et contenus de produits de nettoyage…
1 Biologie : micro-organismes et bactéries, leurs rôles en
matière de santé et d’environnement
1 Mathématiques : dosage des produits, volumes et fractions…
1 Français, morale : lecture des modes d’emplois, rédaction
d’une saynète ou mime d’une pub pour un produit nettoyant, analyse critique de pubs pour des produits nettoyants (avec le prof de sciences, par ex.).
1 Aide ménagère, aide familiale : déployer de nouveaux
savoir-faire pour un nettoyage favorable à la santé, à l’environnement … et au portefeuille !
Joëlle van den Berg
Sources
1. « L’hygiénisme », étude réalisée par le CRIOC, novembre 2004: consultable sur http://www.oivo-crioc.org/documents/Recherches => consommation durable
2 Différentes fiches du REC dont « Une autre façon de nettoyer » ;
« Comment puis-je fabriquer mes propres produits de nettoyage écologiques ? » (071 300 301 - www.ecoconso.be).
3 « Que peut-on rejeter à l’évier ?» Activité et infos sur
http://www.ac-orleans-tours.fr/sciences-loire/Activites/evier2/evier2.htm
Infos et recettes écologiques sur le site du réseau canadien de la santé :
http://www.canadian-health-network.ca/ (> santé de l'environnement >
questions/réponses)
© CEMJ Neuilly
Malades de l’environnement ?
L’espèce humaine est en danger, clament aujourd’hui haut et fort nom-
Dossier
bre de scientifiques. Cancers, allergies, asthme, maladies respiratoires,
infertilité, etc... sont en recrudescence dans tous les pays industrialisés.
Notamment parce que nos activités dégradent et polluent de plus en
plus l’environnement dans lequel nous vivons. Et en premier lieu, nos
habitations. Alors, que faut-il faire pour y échapper ? S’enfuir très loin
sur une île déserte ? Pas forcément. S’informer est un bon point départ.
Dans ce dossier, de l’interview du cancérologue Dominique Belpomme,
auteur de « Ces maladies créées par l’homme », aux pages d’Outils et
d’Adresses utiles, vous trouverez de nombreuses pistes dans ce sens. De
l’information à la compréhension, certains passent à l’action. De nos
intérieurs à l’école, en passant par nos quartiers de vie, un tas d’initiatives se mettent en place pour rendre nos cadres de vie plus sains. Sans
oublier le Sud, pour qui accès à la santé rime encore avec survie.
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
7
L’environneme
Depuis la seconde guerre mondiale, le nombre de décès dus au cancer a doublé. Selon Dominique
Et de fustiger notamment les produits chimiques envahissant nos rues, nos maisons, nos assiettes.
et scientifiques de haut vol. Pour alerter la population européenne et mettre le politique sous pres
Selon vous, la cause principale est environnementale, n’estce pas plutôt le fruit de nos modes de vie ?
D’abord le cancer. En Europe, il est en augmentation de 1%
chez l’enfant chaque année. On ne sait pas exactement à quoi
cela est dû, mais on suspecte très fortement la pollution de l’air
dans les lieux d’habitation, et en particulier ce que l’on
appelle les composés organiques volatils, formaldéhyde ou autres, qui émane par exemple des meubles. Autre cause également :
l’utilisation de pesticides à usage domestique. On est maintenant certain que les pesticides et les dioxines sont cancérigènes.
Ils agissent non seulement comme promoteurs – c’est-à-dire
qu’ils stimulent la division des cellules touchées et donc accélèrent le cancer – mais également comme mutagènes – qui altèrent le gène et font ainsi naître le cancer. C’est clair pour les
enfants, mais aussi pour les adultes (voir encadré « en chiffres »).
Outre le cancer, d’autres maladies sont induites par la pollution chimique, notamment les allergies. Un français sur cinq
est allergique. Pire : en Europe, un enfant sur sept est asthmatique, c’est énorme. Cela est dû aux poussières dans l’environnement, qui transportent des allergènes naturels. L’enfant est
le plus vulnérable parce qu’il respire à ras du sol et que la quantité d’air et d’eau – souvent polluées - dont il a besoin pour sa
croissance est largement supérieure à celle de l’adulte.
On sait qu’un cancer sur quatre est lié au tabac, notamment
par les composés mutagènes que l’on retrouve dans la fumée et
le goudron. C’est certain. Mais le problème se pose pour les
trois quarts des cancers restants. Là, il y a deux théories. La
thèse classique avance le mode de vie : l’alcoolisme, le stress, la
pilule, les régimes alimentaires… La théorie actuelle, elle, dit
que des facteurs environnementaux sont à l’origine de 75% de
ces cancers. L’argument est très simple : pour faire un cancer, il
faut des mutations de cellules. Autrement dit : sans facteur
Dossier
Vous avez publié l’an dernier “Ces maladies créées par l’homme”1 . Ces maladies, quelles sont-elles et d’où viennent-elles?
« si nous continuons, c’est l’espèce
humaine qui sera mise en danger »
mutagène pas de cancer. Or, lorsque l’on analyse tous ces facteurs liés au mode de vie, hormis le tabagisme, aucun ne sont
mutagènes. Donc, s’ils ne sont pas dans nos modes de vie, il faut
les chercher ailleurs. Cet ailleurs est l’environnement.
Quel est l’état des connaissances dans ce domaine ?
Pratiquement nul. Sur les 100.000 substances chimiques qui ont
été mises sur le marché, seulement 5.000 ont été à peu près correctement étudiées au plan toxicologique. Sur ces 5.000, seules
quelques centaines ont été étudiées correctement quant à leurs
propriétés cancérigènes. D’où l’Appel de Paris (voir encadré).
Que dit cet Appel de Paris ?
L’Appel de Paris insiste sur les relations entre pollution
chimique et santé. Avec trois articles : premièrement, un grand
nombre de nos maladies actuelles est lié à la pollution
chimique. Ensuite, l’enfance est en danger. Enfin, si nous continuons à polluer l’environnement comme nous le faisons depuis
la dernière guerre, et bien c’est l’espèce humaine elle-même qui
risque un jour d’être mise en danger.
L’Appel de Paris est aujourd’hui signé par 500 scientifiques
internationaux, dont plusieurs Prix Nobel, et surtout par l’ensemble des Conseils de l’Ordre des Médecins – ou syndicats de
médecins - des 25 États membres, représentant 2 millions de
médecins. C’est une force majeure.
Déclarer que « l’espèce humaine est en danger », n’est-ce pas
catastrophiste ?
Mais non ! C’est une R-E-A-L-I-T-E ! Le message est alarmant,
mais indiscutable, incontournable. Ce n’est pas un scénario de
science-fiction, mais une réalité scientifique !
« les écoles devraient inclure le bio dans les cantines »
8
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
Actuellement, REACH, un projet de réforme de la législation
nt cancérigène
Belpomme, cancérologue français de renom, 75 % de ces cancers sont d’origine environnementale.
Via l’association Artac dont il est président, il lance l’Appel de Paris, appuyé par plusieurs Prix Nobel
ssions. Sommes-nous tous malades ? Entretien.
européenne sur les substances chimiques, est examiné au
Parlement européen. Cette législation imposerait aux entreprises produisant ou important plus d’une tonne par an de
substances déterminées de les faire enregistrer, et donc analyser. Êtes-vous satisfait ?
Bien que moins exigeant que la version initiale, notamment
suite au puissant lobby industriel, le programme REACH 2 dans
sa version actuelle est déjà pas mal puisque l’on compte réétudier une à une 30.000 molécules pour le moment sur le marché.
Le but étant bien sûr de retirer les produits trop toxiques, cancérigènes ou mutagènes, et de les substituer par d’autres de toxicité moindre. Cela nécessiterait une douzaine d’années
d’études. Ce qu’il faut surtout faire aujourd’hui, c’est se mobiliser pour que REACH dans sa version actuelle passe en étant
le moins possible amendé. Il est essentiel que cette réglementation soit la plus stricte possible, il y va de notre santé et de celle
de nos enfants.
L’Appel de Paris
L’Appel de Paris, lancé le 7 mai 2004, affirme en substance que
les produits chimiques mis sur le marché sont impliqués dans de
nombreuses maladies et qu’il est donc urgent de les analyser
et - pour les substances « certainement » ou « probablement »
cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction - de
les interdire. Parmi les signataires, on retrouve des noms comme
Boutros Boutros-Ghali, Albert Jacquart, Samuel Epstein, Hubert
Reeves, Edgard Morin, deux Prix Nobel de médecine…
Pour prendre connaissance du texte dans son entièreté, et rejoindre cette gigantesque communauté de pression, signez en ligne
sur http://appel.artac.info ou envoyez vos coordonnées (nom,
email, fonction, organisme, pays) à ARTAC (0033 1 45 78 53
53) - 57-59 rue de la Convention 75015 Paris [email protected]
Que pouvons-nous faire en tant que citoyens pour influencer ces mesures internationales ?
Votre axe de bataille s’ancre dans la prévention et la précaution, trop peu investies selon vous par les politiques de
santés publiques. À ce niveau, quel rôle peut jouer l’éducation à l’environnement ?
Ça se joue dès l’école maternelle. Les enfants devraient apprendre à lire dans des bouquins parlant d’environnement. Par
ailleurs, je ne connais pas les programmes belges, mais s’ils
sont comparables aux nôtres, il faut aussi que les programmes
d’histoire naturelle dans le primaire et le secondaire s’orientent beaucoup plus vers l’environnement. Enfin, les écoles doivent inclurent le bio dans les cantines, afin d’éduquer enfants
et parents par la force de l’exemple. Car il est démontré
scientifiquement aujourd’hui que le bio développe moins de
maladies. Je le montre d’ailleurs dans mon prochain bouquin
« Guérir d’un cancer et s’en prémunir », publié chez Fayart de
ces jours-ci.
L’éducation à l’école et dans les ménages, comme toujours,
joue un rôle majeur. Cela n’empêche qu’il faille résolument
agir au niveau politique, il nous faut un plan Marshall 3 de
l’environnement au sein de l’Europe mettant en cause le
modèle économique et industriel dominant.
Propos recueillis par Christophe Dubois
En chiffres
On ne compte plus les études 4 prouvant l’implication de divers
polluants largement répandus dans l’augmentation de nombreuses maladies graves ou chroniques, particulièrement dans
nos sociétés industrialisées. Les chiffres nouent l’estomac :
- 15 % des couples en Europe sont stériles. Aujourd’hui, la
quantité de spermatozoïdes est à 50 % de ce qu’elle était il y a
50 ans 5
- Sur ces 20 dernières années, le nombre de cancers du sein
chez la femme a doublé, et celui de la prostate chez l’homme
a triplé.
- Dans certains pays industrialisés, dont les États-Unis, le nombre de leucémies, lymphomes et tumeurs cérébrales a augmenté de 30 à 50 % en 20 ans .
- En France, au moins 9 % des salariés sont exposés durant
leur travail à des produits cancérigènes et au moins 10.000
cancers par an sont dus à une alimentation polluée .
- En volume, 99 % des produits chimiques n’ont jamais passé
les tests nécessaires.
- En Europe, l’environnement est reponsable du décès d’un
enfant sur trois…
Dossier
Signer l’appel de Paris ! Nous avons déjà près de 100.000 signatures de citoyens. Un million de signatures représenteraient une
force politique considérable. Même si les gouvernements ne
sont pas d’accord, c’est une pression importante. C’est maintenant que ça se joue. Mobilisez-vous et signer l’appel, rien n’est
acquis !
1 D.
Belpomme, « Ces Maladies créées par l’homme », Ed. Albin Michel, 380p.,
2004, 19,50 €.
référence utile: REACH pour les Nuls, Guide pour une réglementation chimique européenne performante, Greenpeace, Janvier 2004 http://www.greenpeace.fr/vigitox/dossiers/REACH_pour_les_nuls.pdf
3 Programme d'aide financière visant à soutenir la reconstruction de l'Europe
dévastée par la deuxième Guerre mondiale.
4 Les sources précises et le résumé de toutes ces études scientifiques éclairantes,
allant de la Commission européenne aux plus imminents toxicologues, sont reprises dans le dossier « santé et pollution » de la revue « L’écologiste » n°13, septembre 2004.
5 Chez nous, le Pr. Frank Comhaire, de l’Université de Gand, a démontré qu’en
Flandre, en zone rurale d’agriculture intensive, il y avait une augmentation de fréquence des stérilités liées aux pesticides.
2Autre
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
9
Un cœur à la cité de l’école
L’Institut Robert Schuman, régulièrement cité par Symbioses pour la force de son projet environnemental,
a également une culture d’éducation à la santé bien ancrée. Ces dimensions intrinsèquement liées
ne pouvaient que se croiser et contribuer à la perspective de développement durable dans laquelle
l’école est engagée.
1
a dimension centrale de l’agora , concept global de notre éta«L blissement,
est bien de remettre un cœur à la cité qu’est l’école »,
lance avec force Jean-Michel Lex, coordinateur et enseignant à
l’Institut Robert Schuman (IRS). « On se rend compte que notre
école, comme bien d’autres, n’est pas conçue pour favoriser les relations
humaines, la curiosité intellectuelle. Notre projet global vise ainsi à
repenser les fonctions des espaces et leurs situations ». Il se base notamment sur l’analyse des difficultés de mobilité dans l’école, des
aberrations de construction, et bien-entendu des problèmes
d’enseignement, de motivation des jeunes, de qualité de relations qui y sont liées. L’objectif est la reprise en main de l’espace par les professeurs, entraînés par deux architectes.
Rénovation, consommation durable et santé
Dossier
Lors des rénovations, sont pris en compte l’ensoleillement, l’accoustique, les matériaux, les couleurs… de manière à intégrer au
mieux la consommation durable et la santé. Par exemple, l’école n’utilise plus depuis un bon bout de temps des peintures
avec solvants. Lors du remplacement de postes d’éclairage, ce
sont des équipements performants en terme de luminosité et
d’économie d’énergie qui sont choisis.
La cantine scolaire est un bon exemple intégrant ces dimensions à la fois sociales, environnementales et de santé. Un soin
important a été apporté pour veiller à l’équilibre alimentaire
des jeunes tout en rendant les services et les lieux plus attractifs. Le mobilier a été changé par des tables rondes plus conviviales. L’éclairage et les nouvelles fenêtres apportent une
ambiance bien plus agréable. Résultats : on constate
aujourd’hui une plus grande fréquentation de la cantine, un
plus grand respect de la propreté et moins de gaspillage… Tout
n’est pas parfait, le bio n’est par exemple pas de la partie, mais
la situation est nettement améliorée.
Management environnemental et sécurité
Une étude récente montre que les jeunes les plus exposés aux
risques pour la santé dans l’enseignement sont issus du technique et du professionnel, plus particulièrement encore dans
les sections menuiserie et coiffure. Dans le cadre de la certification ISO 14001 (système de management environnemental)
dans laquelle est engagée l’école, la mise en ordre avec les lois
existantes touche aussi la santé et la sécurité : cela peut aller de
l’équipement d’une machine en menuiserie pour éviter de se
couper un doigt, à la mise en place de protections, en section
artistique, pour éviter d’inhaler des substances toxiques et des
poussières. Sans parler des formations relatives aux règles de
sécurité. « Cela coûte une fortune ! Le cadre d’enseignement est souvent en contradiction avec le discours», déplore Jean-Michel Lex.
Santé et relations Nord - Sud
D’une problématique à l’autre, les liens santé et environnement
sont évidents, il suffit de les faire apparaître. Actif tout terrain,
l’Institut travaille avec quatre écoles dans un projet Comenius,
sur le thème « Quality in life, quality in school ». La journée
sportive traditionnelle de l’école sera dès lors colorée « santé »
cette année. Un jogging parrainé déferlera dans la ville. A la
clé : le soutien à un projet au Nicaragua en partenariat avec
Entraide et Fraternité. Quelle relation avec la santé ? Le surpoids ici et la malnutrition là-bas, pays où les récoltes partent
directement à l’exportation sans profiter à la population locale. Le projet concerne des jeunes là-bas et consiste à leur permettre d’avoir accès à une éducation de base via une école, à
pouvoir se construire un emploi et à gérer leurs petites entreprises (cirage de chaussures, charrette à glaces, …) à l’aide de
micro-crédits. L’objectif est de leur offrir la possibilité de subvenir à leurs propres besoins…
De la course, à l’activité sportive, à l’équilibre alimentaire, aux
relations nord-sud, il n’y a donc qu’un pas. D’autres pas seront
encore franchis par l’école pour faire des liens avec l’accès à
l’eau potable, les pratiques d’agriculture, etc. Nous en reparlerons.
Joëlle van den Berg
Institut Robert Schuman , 89 route de Verviers,
4700 Eupen (087/ 59 12 70).
(1 Agora : au-delà de la réflexion et des évolutions structurelles, l’IRS est engagé dans
une transformation du bâtiment de l’école avec un budget à la clé qui vise autant
la qualité environnementale que relationnelle. L’architecte Krol a été choisi suite à
Les jeunes les plus exposés aux risques pour la santé dans l’enseignement sont
issus du technique et du professionnel
10
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
un appel à projets, il est notamment le premier à avoir construit un lycée HQE
(Haute qualité environnementale), en France.
Pour que cesse la corvée d’eau
L’eau est essentielle à la vie. Et plus encore : avec l’accès à l’eau potable, on offre un passeport pour
une meilleure santé, des ouvertures pour l’éducation des enfants, une plus grande émancipation des
femmes, le tout au bénéfice de communautés entières. C’est le défi qu’espère relever Green en
s’investissant dans un triple projet au Maroc.
’eau est loin. Qu’importe, il faut bien aller en chercher.
Pour approvisionner la maisonnée, Driss parcourt plusieurs fois par jour, à pied, les 4 kilomètres aller-retour qui séparent sa maison de la borne fontaine la plus proche. Son village, Douar Karia, est un petit bourg perdu au milieu d’un paysage rude. Arrivé à la fontaine, Driss retrouve des camarades de
corvée. D’autres garçonnets comme lui, dont les journées sont
rythmées par la quête de l’eau. D’un tour de main habile, ils
chargent les lourds bidons de 5 litres sur leurs épaules. Les plus
chanceux les pousseront à l’aide d’une carriole.
Douar Karia est l’un des trois villages pour lesquels Green
Belgium a lancé un projet de développement autour de l’accès
à l’eau, en partenariat avec l’Office National de l’Eau Potable
(ONEP) du Maroc. Trois douars situés dans des régions et des
contextes socio-économiques différents. « Donner l’accès à l’eau,
c’est faire sauter un premier verrou de développement, explique Luc
Michiels, responsable du projet chez Green Belgium. De fait, ça
permet d’améliorer les conditions de santé et d’hygiène puisqu’on évite
un tas de maladies liées à la consommation d’une eau souillée. En libérant les enfants de cette corvée, on ouvre la porte à une fréquentation
plus régulière de l’école. Et pour les femmes, ce temps libéré peut être utilisé à des activités utiles à leur famille, à leur communauté. »
L
Douar Karia est un village très pauvre. Les 140 habitants vivent
pour la plupart de l’agriculture. Coûte que coûte. Car ici, au
grè des sécheresses ou des pluies diluviennes, les récoltes sont
aléatoires. La borne fontaine la plus proche est à 2 km, dans le
village voisin. Il suffirait pourtant d’1,5 km de tuyaux pour
faire jaillir l’eau potable au centre de ce petit douar. Et pour la
suite ? En étroite collaboration avec un élu local, Green planche sur une formation orientée vers des pratiques d’agriculture
durable, à l’intention de ces jeunes dont la scolarité a été
« sacrifiée » à la corvée d’eau.
A Zaouit, le second village du projet, les 750 habitants sont
mieux lôtis : ils disposent de leur propre borne fontaine au centre du village. Mais une seule, c’est bien peu pour un gros
bourg. Du coup, les navettes pour l’eau restent nombreuses.
« Et les conditions de transport dans des bidons parfois douteux ainsi
que les modes de conservation de cette eau destinée à la consommation
ne sont pas toujours optimaux, raconte Luc Michiels. Ce village
compte même une école de plus de 200 élèves, située à 300 m d’un château d’eau… mais sans raccordement. Conséquence : pas de sanitaires,
un vrai souci de santé publique.» Ici, le projet vise un raccordement individuel de chaque habitation sur le réseau d’eau courante.
Pas d’hommes autour des bassins
Enfin, Green apporte son aide à Douar Tighfert, une grosse
bourgade aux portes du désert qui compte trois bornes fontaines. Mais comme souvent, il faut payer leur gardien. Du coup,
Dossier
De l’eau potable pour tous
les habitants préfèrent des khettaras, des aqueducs traditionnels
dont l’eau vient des sources montagnardes. Le problème, c’est
que l’eau n’y est pas forcément potable. « L’urgence, ici, est de donner un accès à une eau de qualité, essentielle pour la santé de ces populations, et de soulager les femmes de la corvée d’eau, rapporte encore
Luc Michiels. Après les raccordements, il ne faudrait pas que les jeunes filles soient cantonnées à la maison. Sur ce terrain, nous marchons
un peu sur des œufs. Et pourtant ces filles veulent fréquenter l’école ou
s’inscrire dans une vie sociale active. Nous misons sur un partenariat
avec une association locale pour faire avancer cette idée. »
Aujourd’hui, Green multiplie les démarches pour réunir des
fonds. L’essentiel viendra de dons de Rotary Clubs. En septembre prochain, de jeunes occidentaux rencontreront à Rabat
des Marocains du Parlement des jeunes et une quinzaine de jeunes qui font la corvée d’eau. « Nous espérons que ces délégations de
la jeunesse du « Nord » prendront ensuite à cœur leur mission d’ambassadeurs du projet, pour sensibiliser dans leur pays, lancer des initiatives, voire collecter des fonds. Nous avons associé les intercommunales
belges liées à l’eau CIBE (Compagnie Intercommunale Bruxelloise des
Eaux) et IBDE (Intercommunale Bruxelloise de Distribution d’Eau).
Notre idée est de montrer que des partenariats entre les intercommunales d’ici et celle du Maroc sont des voies vers une reconnaissance et
la concrétisation de l’eau comme un droit humain. Le droit à la vie,
en bonne santé. » En effet, à l’heure où les Nations Unies lancent la Décennie de « L’eau, source de vie », n’oublions pas que
30 000 personnes meurent chaque semaine après avoir consommé de l'eau insalubre.
Nathalie Pïnson
Green Belgium, Luc Michiels, 171/3 Rue Royale à 1210
Bruxelles, T. 02 209 16 30, www.greenbelgium.org,
www.porteursdeau.be, [email protected]
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
11
Dis-moi où tu vis, je te d
Humidité, moisissure, acariens, produits chimiques… Si nous n’y pre
Attention santé ! Descente dans l’univers insalubre des « toubibs du logem
ruxelles. Quartier de la gare du midi. Ici, le taux de chômage et de précarisation crève les plafonds belges. Et
lorsque l’on n’a pas le sou pour s’offrir un logement décent,
les plafonds belges sont crevés, au sens littéral cette fois : ils
tombent en miettes. « Là, pour le moment, les moisissures nous tombent dessus, nous les respirons sans le savoir », explique Laurent Van
Asselt, fondateur de l’asbl Habitat Santé, venu visiter un appartement où l’humidité ronge autant les murs que le corps de ses
habitants. Dans la chambre parentale, sous les combles, la tapisserie noircie se décolle du mur. « Cela fait longtemps que c’est
comme ça ? ». « Oui, très. Et je suis tout le temps malade », répond
le mari, les cheveux suintants. Laurent Van Asselt pose un testeur d’humidité aux quatre coins de la pièce. L’écran affiche
150. « Au-dessus de 100, c’est que c’est trempé ». Tel un chirurgien,
il prélève alors un échantillon, pour analyse. Son diagnostic est
pourtant déjà presque établi : « neuf chances sur dix que ce soit du
stachybotris, une moisissure aux effets allergisants, émettrice de toxines
responsables de fatigue, d’infections, de problèmes articulaires, musculaires,
nerveux. Une chose à retenir : elle s’attaque aux points sensibles de la
personne. Bronchites, asthme, rhinite, conjonctivite… ». La liste noue
l’estomac. Le couple de Marocains comprend mieux son mal-être
chronique.
B
Dossier
Le Colombo du logement sort alors la tête par la fenêtre : « pas
étonnant, la toiture part en morceaux, le propriétaire doit arranger ça.
Vous avez des problèmes dans d’autres pièces ? ». Oui. La chambre de
la fille de 6 ans est dans un état similaire. L’an dernier, la fenêtre, une simple lucarne, s’est envolée. Le constat s’aggrave encore dans la pièce qui sert de salle de bain. « Ma fille est allergique
à tout ». « Je vais réaliser un rapport que vous donnerez aux médecins,
pour qu’ils comprennent l’origine de vos maux, explique Laurent
Van Asselt. Vous en donnerez aussi un exemplaire à l’union locale
du logement et à votre propriétaire, pour qu’il répare tout ça ». « Mais
le propriétaire ne voudra pas réparer, rétorque le bon monsieur,
souriant malgré les tuiles lui tombant sur la tête. Il nous a donné
notre préavis. Il n’y a pas de contrat. Je me demande comment je vais
trouver un autre logement pour 400 euros. »
Humidité ou condensation : mêmes effets
Seconde visite de la matinée pour Laurent Van Asselt. Autre
rue, autre appartement, autres problèmes. Ici, les pièces sont
plutôt cosy. Parquet, cuisine équipée, séjour agréable. « Regardez,
là c’est tout noir ». Dans le salon, le linteau au dessus de la fenêtre est en effet piqué par la moisissure. « Ici, les murs sont secs,
contrôle le professionnel. Les tâches sont dues à la condensation. Il
y en a aussi dans la chambre de la petite fille et dans la cuisine ». La
toussotante occupante des lieux dit aérer tous les jours, en créant
un courant d’air. Un comportement adéquat pourtant peu courant. Instinctivement, L. Van Asselt se dirige dans la salle de
bain, prend un morceau de papier toilette, l’effeuille et le pose
à l’entrée de la buse d’aération. La feuille ne frissonne pas.
« Cela montre que l’air - et donc l’humidité - ne sont pas aspirés et se
Au gré de leurs réalisations et grâce à leurs explications, les élèves font vivre leurs
expériences vécues tout au long de l’année.
12
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
diffusent dans toute la maison lors de chaque douche ». Dans la cuisine, autre lieu d’évaporation par excellence, la superbe hotte
électronique n’aspire en réalité que les odeurs, rejetant l’humidité dans la pièce. Plus grave : la chaudière refoule du CO, le
monoxyde de carbone, un gaz mortel. « Dans l’immédiat, puisque
vous ne pouvez pas éteindre votre chaudière, laisser la fenêtre du local
à chaudière ouverte en permanence, et nettoyez les taches d’humidité
avec de l’eau de javel, en la déposant délicatement avec une éponge, en
laissant agir, puis en rinçant à l’eau claire », conseille le licencié en
sciences agronomiques spécialisé en acariens. Un aménagement
du pire. Pour le reste, là encore, la facture sera salée pour le propriétaire.
La batte de base-ball, ce n’est pas une fiction
Sur une année, près de 300 logements sont ainsi auscultés par
Habitat Santé pour des questions d’humidité et d’acariens, à
L'humidité dans les logements est responsable de nombreuses infections
quoi s’ajoutent 800 autres pour le CO. Rien que sur Bruxelles.
Le plus souvent sur demande de travailleurs sociaux, d’infirmières à domicile, de médecins, des habitants eux-mêmes, trop
peu expérimentés en matière de pollution intérieure. Mais beaucoup de victimes se taisent encore. « Il y a la peur, raconte
Laurent Van Asselt. Le propriétaire doit dépenser des milliers d’euros
et continue à croiser le « responsable » dans le couloir. Le proprio avec
une batte de base-ball, ce n’est pas une fiction. Puis il y a aussi la
crainte de l’ex-mari, qui veut récupérer les enfants et qui risque de se servir de notre rapport sur l’insalubrité du logement. Sans parler de la hantise d’être mis à la rue ».
Les solutions ? « Il faudrait développer des partenariats entre les différents acteurs sociaux, et surtout former les professionnels en contact
avec ces habitants. J’ai entendu un technicien conseillant de respirer
moins ! Par ailleurs, les néo-arrivants devraient être informés de leurs
droits, des loyers moyens, des règles de base, des moyens de prévention.
Le public le plus touché est d’origine étrangère. Or, si vous allez en
Afrique, on devra vous expliquer comment se prémunir des serpents et
des araignées. Nos serpents à nous, ce sont les acariens ».
dirai ce dont tu souffres
enons garde, nos locaux peuvent devenir des bombes à retardement.
ment ». Tout en sensibilisation.
Des formations adaptées
Pour combler en partie ce manque de formation, le Centre
d’Action Sociale Globale (CASG) de l’Entraide des Marolles a
développé un projet santé et environnement, en partenariat avec
de nombreux organismes 1, grâce au Contrat de quartier des
Tanneurs. Au départ : un an et demi d’enquête porte à porte sur
ce que les habitants pensent de leur quartier et des effets sur
leur santé. Elle lance les pistes. S’en suit notamment une formation pour intervenants sociaux à domicile, sur l’humidité, le
CO, les cafards, en partenariat avec Habitat Santé. Enfin, tout
récemment, le CASG a développé un kit pédagogique « santé et
logement », pour les intervenants sociaux et de santé. Il le présente en ce mardi ensoleillé à une vingtaine d’assistants sociaux 2.
« J’ai entendu un technicien conseillant de
respirer moins ! »
dans le logement, mais très peu accessibles aux locataires plus démunis
ou aux moins lettrés », explique Florence Goens, du CASG. D’où
l’idée de cette valisette ludique, comprenant un testeur sonore
d’humidité, un thermohygromètre (indiquant la température et
le taux d’humidité dans l’air), et quatre brochures directement
à l’intention des habitants (respectivement sur l’humidité, les
cafards, les économies d’électricité et celles de gaz ). « Ces brochures
sont le fil conducteur de l’animation du professionnel qui se déplace à
domicile. Elles sont un support de discussion avec l’habitant, qui les
conservera par la suite. Nous avons donné la priorité à l’image, pour
que même sans savoir lire, chacun puisse comprendre les conseils
pratico-pratiques prodigués », explique Alain Charbonnier, de l’asbl
Question Santé, qui a apporté son soutien méthodologique au
projet.
Dans la salle les questions fusent : « quand les personnes arrivent
ici, au CASG, n’y a-t-il pas d’autres attentes, notamment d’avoir un
nouveau logement ? ». « Si, répond Delphine Louterman, qui utilise la valisette sur le terrain depuis décembre dernier. Mais nous
sommes très clairs : ce n’est pas notre mission et de toute façon il n’y a
pas assez de logements sociaux. Nous leur disons que nous pouvons par
contre venir chez eux pour voir comment améliorer les choses. Par des
conseils faciles à mettre en œuvre. »
De la ville à la campagne
A une centaine de kilomètres de là, à Burdinnes, les immeubles décrépis font place aux champs bucoliques. « A votre avis,
l’air est plus pollué à l’intérieur de votre maison ou à l’extérieur ? »,
demande Françoise Jadoul, du Réseau Eco-consommation, venue
prodiguer ses conseils en matière d’humidité et de substances chimiques à l’École des Consommateurs 3 du coin. « A l’intérieur,
car il y a plein de produits nuisibles et inutiles, répond une agricul-
La différence entre un nettoyant écologique ou toxique ? Vous la lirez sur l'étiquette
trice sexagénaire à l’accent roulé. Dans l’étagère chez ma sœur, il y
a des produits pour l’inox, pour la vitrocéramique, pour le sol, pour les
fenêtres… Je n’ai pas tout ça chez moi, même si on nous pousse à en acheter ». « Non, enchaîne sa voisine, c’est quand même plus pollué dehors ».
Verdict : en moyenne, l’intérieur des locaux, où nous passons 80
% de notre temps, est plus pollué que la rue, que ce soit en ville
ou à la campagne.
Mais comment changer les choses ? Edurne Gil, fait passer les
produits de nettoyage naturels (lire article p.6), un peu à la
façon « Réunion Tupperware ». Sa collègue Françoise enchaîne
par des conseils pour éviter d’utiliser des pesticides et des substances chimiques dangereuses à la maison. Puis explique comment diminuer l’humidité dans une pièce : par exemple, en
aérant 15 minutes chaque jour ou en mettant un couvercle sur
une casserole… « Ce sont des comportements que l’on apprenait avec
les grands-parents, s’exclame une dynamique mamie. Maintenant
c’est fini, on apprend plein de choses à l’école, mais pas ça » C’est
pourquoi des associations ont pris le relais. Car si l’habitant
maîtrise mieux son environnement immédiat, sa santé globale
s’en trouvera améliorée.
Christophe Dubois
Dossier
« Il existe beaucoup de revues sur l’humidité ou les économies d’énergie
Contacts :
- Habitat Santé, 101 rue saint-Vincent à 1140 Bruxelles, T. 02 242 02 92,
[email protected], www.habitat-sante.org. 6 € par visite à domicile.
- CASG des Marolles, 169 rue des Tanneurs à 1000 Bruxelles, T. 02 510 01 80,
[email protected]
- Réseau Eco-consommation, 27 Boulevard de Fontaine à 6000 Charleroi,
T. 071 300 301, [email protected], www.ecoconso.be. Vous y trouverez tous
les conseils utiles en matière de santé et logement.
1Les partenaires du projet sont : Habitat & Rénovation, Maison médicale des
Marolles, Centre de santé du Miroir, CPAS de Bruxelles-Ville, Vrieden van’t Huizeke.
2Le CASG des Marolles (voir coordonnées ci-dessus) prête la valisette et vend les
brochures (0,50 €)
3Les écoles de consommateurs sont des groupes ouverts de consommateurs qui se
réunissent périodiquement pour débattre et chercher des informations sur des problèmes de consommation qu’ils rencontrent : logement, alimentation, communication, crédit, droits sociaux… Aujourd'hui 124 écoles de consommateurs sont reconnues et subventionnées par la Région wallonne. Plus d'infos ? Observatoire du
Crédit et de l'Endettement, T. 071 33 12 59, [email protected]
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
13
Mellery se bouge !
Un village plongé dans la tourmente. Nous sommes au milieu des années 80. Des tonnes de déchets
dangereux non traités sont stockées dans la décharge de Mellery. Contre vents et marées, un comité
d’habitants luttera pour la prise de conscience politique et institutionnelle de l'un des plus importants
désastres environnementaux en Région wallonne.
n faisan. Deux hérons s’envolent et un épervier fait du sur-
U place au-dessus d’une prairie un peu bizarre, où poussent
des tuyaux qui rentrent et sortent du sol. Le paysage est insolite, mais la nature bien en place. Difficile d’imaginer que l’endroit a été le théâtre de la pollution du village de Mellery, qui
dure depuis près de 20 ans. Et pourtant… Ancienne sablière, ce
site de 20 hectares fut l’objet, dans les années 80, de déversements de centaines de tonnes de déchets chimiques allemands
et hollandais. La nature perméable du sol et la position haute
de la décharge laissaient les lois de la physique s’exprimer : les
métaux lourds et les gaz (280 différents répertoriés !) s’écoulaient irrémédiablement dans le sol et l’air, vers les maisons de
la rue de Thébais et alentours, exposant dangereusement les
habitants.
Plus de 10 ans après les premières mesures, la Région wallonne
investit un milliard d’anciens francs et charge la SPAQuE
(Société Publique d’Aide à la Qualité de l’Environnement) d’assainir le site. Un travail de titan, apparemment bien réalisé. En
outre, un accord de coopération entre la Région wallonne et la
Communauté française finance un programme de suivi médical pour les habitants de la commune. Voilà pour le contexte.
d’assainissement de la SPAQuE et le suivi médical des riverains ont
probablement été favorisés par la pression permanente que notre association exerce sur les pouvoirs politiques. Notre rôle est de ne jamais
être contents ! Même si la SPAQuE a certainement réalisé un excellent
travail, nous maintenons une veilleuse sur ce site ! ».
Des habitants las
Outre cette conscience permanente, le comité d’action tente de
sensibiliser les autres habitants à l’importance qu’il y a de participer régulièrement au programme de suivi médical. Ce programme doit faire face à deux problèmes : d’une part, l’ancienneté du dossier provoque la lassitude des riverains. Celle-ci
est renforcée par l’autre problème : le sentiment d’inéluctabilité. « On sert de cobayes, de toute façon, il est trop tard, on a déjà morflé », a déjà pu entendre Yves Kayaert. « Notre mission est de leur
faire comprendre que, même si le problème est avéré chez nous, nous
sommes les premiers capables de tirer les enseignements de cette expérience. Enseignements qui pourraient être appliqués dans un cas de
figure futur… » En effet, aucun précédent n’a laissé d’étude sanitaire suffisante sur laquelle se baser pour déterminer les risques
précis encourus.
Une poignée de citoyens passe à l’action
Ce problème du manque de certitude scientifique, souvent
alibi à l’absence de décision politique, est également souligné
par John Pauluis, médecin généraliste à Mellery, dans son analyse de cas de la décharge* : « Il est urgent, en Belgique comme
ailleurs, de structurer l'expertise en santé publique, de développer des
outils d'évaluation et de gestion des risques environnementaux ». En
attendant cette expertise, continue-t-il, « le principe de précaution
en matière d'environnement doit s'appliquer raisonnablement ».
Car, bien entendu, les hommes politiques auront de plus en
plus à prendre des décisions « dures » basées sur des preuves
scientifiques « molles ».
Charles Pepinster
*Disponible sur le site www.ful.ac.be/hotes/sandrine, onglet
« dossiers »
© SPAQuE
© SPAQuE
Dossier
Le CADEV ( Comité d’Action pour la Défense de
l’Environnement à Villers-la-Ville) est né en 1988, à l’initiative
de résidents qui refusaient le silence, alors que Cockerill
Sambre désirait rejeter ses déchets de production dans une
autre sablière, voisine de celle qui nous occupe. Après avoir
obtenu gain de cause, l’association s’attaqua au dossier de
Mellery. D’abord simple comité d’habitants, érigée ensuite en
asbl, elle compte une centaine de membres (que l’inertie de certains dossiers rend parfois « dormants ») dont dix permanents.
Tout comme les médecins de l’entité, inquiets des conséquences sanitaires des déversements intempestifs sur la décharge
(dont certains de nuit), l’association n’a de cesse d’éveiller l’attention politique et scientifique sur les problèmes de pollution
qu’elle soupçonne. Yves Kayaert, du CADEV explique : « Sans
parler de cause directe, on peut considérer que l’action des habitants a
été déterminante dans le suivi du dossier et de ses enjeux, le chantier
La décharge de Mellery, aujourd’hui: le désastre environnemental a laissé place à un cadre plutôt bucolique.
14
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
Emballez votre santé
Durée : deux séquences de 50 ’au minimum si vous fonctionnez dans le système éducatif scolaire (ou plus si projet),
une demi-journée ou plus dans un cadre associatif.
Objectifs et compétences ciblées : savoir décoder l’environnement qui nous entoure, percevoir les risques et les bienfaits de certains éléments de notre environnement naturel,
chimique ou médiatique et en déduire des comportements et
des choix de consommation responsables dans le quotidien.
Stimuler l’esprit critique et la prise en charge de sa propre
santé. Pouvoir établir des liens entre certains éléments de
notre environnement et notre physiologie.
Déroulement :
1) Préparation du matériel
Ce matériel se constitue d’une part de photos exprimant des
paradoxes que nous croisons au quotidien (publicités par
opposition au message de prévention), d’autre part d’emballages d’objets de consommation courante qui intéragissent
avec notre physiologie (systèmes digestif, cutané, auditif, sensoriel, nerveux, respiratoire, sanguin, reproducteur et immunitaire…). Vous les accompagnerez d’une farde de documents
ressources, vulgarisés mais scientifiquement fiables, pour chacune des thématiques choisies. Les exemples qui suivent ne
sont pas exhaustifs (choisissez en fonction de la documentation dont vous disposez) :
• Alimentaires : jus de fruits et boissons gazeuses dans différents conditionnements, emballages de charcuterie,
fruits, chips, produits laitiers, etc.
• Cosmétiques : shampoing, crème hydratante, produit de
protection solaire ou autobronzant, etc.
• Produits « sanitaires » : produits d’entretien, produits
phytosanitaires, parfums, etc.
• Produits de bricolage : huile de vidange, etc.
• Assuétudes : paquet de cigarettes, alcool, etc.
• « à usage médical » : quelques plantes médicinales, des
huiles essentielles, des médicaments avec notice.
2) Mise en questionnement, émission des hypothèses
« Croyez-vous qu’il existe des interactions entre notre santé et
notre environnement ? »
Notez leurs réponses et les justifications qu’ils évoquent
(hypothèses) en expression collective. Les photos «paradoxes »
peuvent être utilisées pour stimuler la discussion (les problèmes de pollution de l’air par les combustions industrielles
sont souvent plus cités que les interactions directes de leurs
propres choix de consommateurs : tabac,…).
3) Distribution du matériel, travail en atelier
Pour en savoir plus, répartir les apprenants en ateliers sur
quelques « situations problèmes ». La consigne est de manipuler, de lire les étiquettes et d’en retirer des informations :
contenu du produit, informations utiles pour la santé ou
pour l’environnement.
Ils découvrent sur certains produits très peu d’informations et
sur d’autres, un étiquetage contenant quelques messages préventifs ou d’alerte (pictogrammes), les noms ou formules de
produits chimiques, les codes des colorants ou des conservateurs, la teneur en éléments biodégradables, logo recyclage, les
dates de péremption, les conseils de conservation. Ils ne
connaissent pas tous les produits cités sur les emballages ou
les codes utilisés. Ils éprouvent des difficultés à extraire une
information.
4) Recherche guidée et/ou en autonomie
Parmi les objets qu’ils ont reçus, y a-t-il des risques pour leur
santé ? Pour l’environnement ? Les informations de l’emballage sont-elles suffisantes pour répondre à ces questions, sontelles fiables ? Les groupes peuvent alors recevoir et consulter
les dossiers de documentation ou, si vous êtes bien équipés,
visiter quelques sites internet bien ciblés*.
Suivant le temps dont vous disposez, vous pouvez aussi les
laisser en autonomie se documenter, consulter d’autres sources ou des personnes ressources : pharmaciens, nutritionnistes, médecins environnementalistes, toxicologues.
5) Mise en commun des informations récoltées dans les
différents groupes, apparition des contradictions entre les
sources scientifiques. Dans le domaine de la toxicologie, on
navigue dans les risques par la probabilité et non avec des certitudes scientifiques. Le risque zéro n’existe pas, y compris
pour des éléments du milieu naturel, baies ou plantes peuvent
être toxiques si on les utilise mal où à trop fortes doses ; les
effets varient selon l’âge et le dosage, l’individu, etc.
Dossier
Public cible : jeunes ou adultes
6) En conclusion
Après l’expression des groupes, qu’avons-nous appris, nos
hypothèses de départ sont-elles confirmées ?
La synthèse reprendra les recommandations pratiques utiles au
quotidien que nous pouvons déduire des travaux en ateliers :
Lire et pouvoir analyser (décrypter) les informations contenues sur ou dans un emballage est utile à notre réflexion et
la prise en charge de notre santé et de l’environnement.
Le naturel n’est pas toujours sans risque toxique (bactéries,
champignons, plantes), il est intéressant d’en connaître le bon
usage (plantes médicinales). Chacun peut mieux appliquer les
principes d’hygiène de base et aussi au quotidien faire des
choix de consommation plus responsables.
Mar ina Gruslin,
coordinatrice de Cerise
(centre d’éducation relative aux interactions santé environnement)
[email protected] - www.formation-cerise.be
*sites conseillés : www.poisoncentre.be, www.conso.org,
www.sante-environnement.be, www.iph.fgov.be, www.phytoweb.fgov.be
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
15
Pédagogiques
Anciens Symbioses
Divers numéros de Symbioses ont proposé des dossiers
touchant à la santé. N°45
« Environnement et santé »
(hiver 2000), N°52
« Consommation responsable » (automne 2002), N°58
« Eau » (printemps 2003),
N°60 « Bruit » (automne
2003) N°63 « Alimentation »
(été 2004). Vingt-quatre pages
pour vous aider à mener des
activités, des projets ou des
événements d'éducation à
l'environnement.
livret pour chaque enfant
dont les 4 pages centrales
sont à emporter à la maison
pour inciter à un dialogue
avec les parents, une frise
composée de 5 panneaux
pour décorer la classe, un jeu
collectif, des documents
d'évaluation.
CFES, INPES, 1996. En prêt aux
CLPS (voir adresses utiles p.18).
L’air heureux
Claire Berthet, Christine
Deliens, Coordination
Education/Santé, 1999. 5 €,
uniquement chez l’éditeur.
Réseau IDée, T. 02 286 95 76,
[email protected]
2,50 € / expl. ou téléchargeable gratuitement à partir du
n°47 sur www.reseau-idee.be
Décibelle et grosboucan
Valise pédagogique pour
approcher, de manière non
moralisatrice, le bruit et les
nuisances sonores, pour les 814 ans. Elle comprend : un
jeu de plateau coopératif éducatif ; un CD "Décibelle et
Groboucan les chasseurs de
bruits" ; des fiches techniques
et pédagogiques ; une échelle
de décibels à construire avec
les élèves ; un sourdirisque.
Dossier
Jeunesse et Ecologie
(081 22 96 28 [email protected]),
2004. Location (modalités à
définir) ou achat 100 €, uniquement chez l’éditeur.
Léa et l’air/Léo et l’eau
Etre en bonne santé, c'est d'abord se sentir bien : dans son
corps, dans sa tête, dans ses
relations à autrui, dans son
environnement. L'air, comme
l’eau, y contribuent et les
manières dont ces outils l’évoquent sont nombreuses,
par une histoire, des jeux, des
tests, des activités, des expériences. Léa et l’air (5-8 ans),
et Léo et l’eau (8-12 ans),
comportent chacun : un
guide pour l'enseignant, un
16
outils », est que chaque école
construise un projet ajusté à
sa réalité pour améliorer les
« midis » sous ses deux
aspects : repas et récréation.
Au menu : la concertation
entre élèves et entre adultes,
ainsi que la recherche de partenariats au sein de l'école et
avec l'extérieur. Le tout agrémenté des techniques pour y
parvenir et d’organismes ressources.
Cartable vert
Livret pédagogique accompagnant une cassette vidéo
regroupant 18 séquences
environnementales apparues
dans les Niouzz (le JT des
enfants de la RTBF).
Ou comment mieux comprendre, par des activités
ludiques réalisées en classe,
l’impact de nos choix de
fournitures scolaires et collations.
Réseau IDée (textes livret),
RTBF (vidéo), DGRNE, 2003.
Diffusé gratuitement par la
DGRNE, T. 081 33 51 80.
Je vais bien à l’école
Ces deux dossiers pédagogiques (pour le primaire et le
secondaire) publiés par la
Région wallonne en 2002
comportent un chapitre sur
les effets de la pollution de
l’air sur la santé. Au menu :
informations, expériences et
activités. Fiches pour les élèves et les professeurs.
Diffusés gratuitement par la
DGRNE, T. 081 33 51 80.
Recette pour un projet
de collations collectives
à l'école
Cet excellent outil pédagogique, réalisé par l'asbl
Tournesol suite à une expérience pilote, vise à aider les
enseignants du fondamental
à organiser des collations collectives dans leur classe. Les
objectifs sont multiples :
réduction des déchets, partage et convivialité, collations
saines… Le guide présente les
animations, les lettres types à
envoyer aux parents, une idée
de planning et des idées de
collations : tout y est!
Tournesol-Zonnebloem, 2002.
Gratuit chez l’éditeur, T. 02 675
37 30.
Les Midis à l'école
L'objectif du programme de
Coordination Education /
Santé, « Les Midis à l'école »,
par sa brochure et ses « fiches
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
Une fontaine à l’école
Dossier pédagogique primaire
du Réseau Eco-consommation, pour parler des bienfaits de l’eau du robinet,
pour l’environnement et la
santé. Des informations précises et simples accompagnées de propositions d’activités se référant aux socles de
compétences. En complément, un jeu coopératif ainsi
qu’une liste d’organismes,
des sites web et des idées de
visites. Diffusés gratuitement
par la DGRNE, T. 081 33 51
80 ou téléchargeable sur
www.ecoconso.be/
documents/288.pdf
Davantage pour le grand public,
citons aussi la brochure « L’eau
du robinet, ça coule de source »
d’Espace Environnement (téléchargeable sur :
www.minidechets.org/
brochureau.htm).
Sans oublier la fiche « Atout
eau », de l’asbl Univers Santé,
qui fait partie d’une série de
fiches santé, au ton jeune,
reprenant des informations
claires, précises, pratiques, à
destination des étudiants du
supérieur. Disponibles à prix
coûtant auprès d’Univers
santé, T. 010 47 28 28,
www.univers-sante.ucl.ac.be
Tout est dit dans le sous-titre:
« 70 activités pour promouvoir la santé des jeunes à
l’école ». Ajoutons que ces
fiches très pratiques évitent le
blabla superflu pour proposer des activités stimulantes à
destination des 6-18 ans.
Elles encouragent le questionnement et offrent des
réponses sur des thèmes aussi
variés que le stress, le tabac…
le cadre de vie.
Du même éditeur, et en utile
complément, citons également « L’école en santé »,
qui explique pourquoi et
comment mener un véritable
« projet santé » à l’école.
Service Education pour la Santé,
Croix-Rouge de Belgique, 2002.
T. 02 371 33 34
Comment créer un
outil pédagogique en
santé
Si vous souhaitez construire
un outil pédagogique de
qualité - qu’il soit en santé
ou en environnement - ce
nouveau guide méthodologique aussi clair que pratique est LE compagnon
indispensable. Il parcourt le
processus de construction
d’un outil, dans une multitude d’étapes, de l’émergence
de l’idée au communiqué de
presse, en vous offrant balise, conseils, exemples, mémo
pour le chef de projet… Tout
simplement génial !
Service Promotion de la santé
Union nationale des Mutualités
socialistes, 2004.
T. 02 515 05 85. 17,20 €
Il était une fois ... ma
chambre, mon univers, ma santé
Campagne réalisée en 2004
par le CERES, comprenant
une affiche, un dépliant
grand public sur l’aménagement de la chambre d’enfant,
ainsi qu'un guide d'accompagnement pour les professionnels de la santé. Ce guide
bien structuré et très pratique
est un ouvrage collectif, synthétisant de manière très simple les travaux de plusieurs
chercheurs. Son dernier chapitre « Pour en savoir plus »
vous renseignera une foule
d’organismes, de documentation et de sites utiles pour
aborder la santé environnementale (allergies, bruit, pesticides, pollution intérieure…).
CERES, T. 04 366 90 60,
[email protected]
Gratuit ou téléchargeable sur
www.ste.fapse.ulg.ac.be/ste/
ceres/index, onglet
« Productions ».
Eco-consommation
Le Réseau Eco-consommation a réalisé de nombreuses
publications pratico-pratiques
pour le grand public, mettant
en lien santé et environnement dans nos actes quotidiens :
- « La Terre est notre maison».
L’objectif de cet ouvrage très
complet (208 pages) est repris
dans son sous-titre :
« Construire, rénover, habiter
en respectant l'homme et l'en-
vironnement ». Un aperçu
complet des informations utiles pour construire un habitat
durable, mais aussi pour gérer
notre consommation d'énergie, d'eau et nos déchets.
- Fiches-conseils air, construction et bricolage, jardinage et
pesticides…
- Dossiers de la Lettre de
l’éco-consommation : N°44
« REACH », N°36 « santé et
environnement », N°32 « À
plein nez : le marché des
odeurs », N°30 « une maison
bio »,
- Brochures « Des poisons
plein le nez », « Soins du
matin, la terre s’en souvient »
Audiovisuel
manière de les diagnostiquer,
leur impact sur la santé, les
alternatives. Lisible sans être
chimiste de formation, les
enseignants de cette discipline y trouveront cependant
une véritable matière à application.
George Méar, Ed. Terre vivante,
coll. L'écologie pratique, 2003.
16 €
Vivre dans une
maison saine
Réseau Eco-Consommation,
T, 071 300 301, toutes les publications sont téléchargeables sur
le site www.ecoconso.be
Nos maisons nous
empoisonnent
Guide pratique de l'air pur
chez soi
En ville comme à la campagne, l’air est plus pollué à l’intérieur de nos maisons qu’à
l’extérieur ! Ce guide pratique
vous présente de manière simple et claire les sources polluantes dans la maison, la
Cet ouvrage pratique et accessible à tous vous propose des
solutions écologiques pour
construire et aménager votre
logement tout en préservant
votre santé et l’environnement. Après un petit test
« État des lieux », vous pouvez voir en un clin d’œil quelles sont les priorités dans le
cas qui est le vôtre. Reste à
suivre les conseils de matériaux sains, de techniques
efficaces, promulgués pour
chaque poste et à chaque
étape de votre projet.
Seul regret: les adresses utiles
sont… françaises.
Cécile Flé, Ed. Eyrolles,
2002. 19 €
Informatifs
Pesticides,
le piège se referme
L’auteur dresse un état des
lieux édifiant de nos connaissances de l’impact des pesticides sur l’environnement et
notre santé. D’une lecture
facile (schémas, tableaux,
photos, …).
François Veillerette, Ed. Terre
Vivante, 2002. 12,50 €.
Santé, mensonges et
propagande
Trois ans d'enquête pour ce
livre accusateur, dense et parfois technique... Les auteurs
s'attaquent à ces conseils
nutritionnels devenus vérités
premières : « les laitages renforcent la solidité des os »,
« pour maigrir, il faut diminuer les graisses », « les vitamines sont dangereuses ». Ils
mettent en lumière les intérêts privés, le poids des lobbies, le rôle de la publicité…
Vous cherchez des vidéos
documentaires, des CDroms, des CD-audio en environnement et/ou santé? La
Médiathèque dispose de
deux énormes collections
thématiques, l’une consacrée
à l’éducation pour la santé,
l’autre à l’éducation à l’environnement.
Voici
quelques
vidéos
« coup de cœur » en santé
environnementale :
- « Les OGM : du rififi dans
les gènes »: les OGM sont-ils
utiles, inoffensifs ou dangereux ? La géniale équipe de
« C’est pas sorcier » explique.
(TT6516)
- « Ces maux qu’on n’entend
pas » parle de ces maladies de
l’environnement méconnues
(TN1411).
- « L’amiante en héritage »
montre des cas concrets, en
Belgique, de l’utilisation d’amiante dans la construction
et de ses effets sur la santé
(TN0440).
- « Le fond de l’air effraie » :
faut-il avoir plus peur des
pics de pollution ou de l’air
de nos maisons ? (TM3951)
- « Toms River : la ville
empoisonnée » un excellent
documentaire montrant que
le film « Erin Brockovich »
n’est pas qu’une fiction
(TM8601).
Dossier
Pratiques
Citons enfin la toute nouvelle brochure de la médiathèque « Bien manger pour
mieux vivre » qui reprend
une sélection d’outils audiovisuels en lien avec la problématique de l'alimentation.
et proposent une alternative
nutritionnelle, mais aussi un
cadre susceptible de garantir,
à l'avenir, l'indépendance de
l'information médicale. Pour
ne plus manger naïvement !
Thierry Souccar, Isabelle Robard,
Ed. du Seuil, 2004. 19 €.
Pour avoir le relevé des outils
audiovisuels santé et environnement, souvent accompagnés de fiches pédagogiques, surfez sur
www.lamediatheque.be,
ensuite cliquez sur l'onglet
"Collections Thématiques"
ou contactez le responsable
de la Collection Education à
l'Environnement
(02/737 19 30 - thematiques
@lamediatheque.be).
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
17
S’informer et agir
Les centres locaux de
promotion de la santé
Les Centres locaux de promotion de la santé (CLPS) au nombre de 10 en
Communauté française apportent une aide pour la
mise en œuvre d’actions de
terrain liées à la santé. Ils
mettent à la disposition des
organismes ou des personnes
qui lancent un projet, de la
documentation en matière de
promotion de la santé et de
prévention (voir aussi Outils
pp. 14-15).
Coordonnées des CLPS :
www.sante.cfwb.be/dochtml/
centres.html
ou au 02 788 83 11 (Direction
générale santé Communauté
française).
Question Santé
Dossier
L’asbl Question Santé contribue à la mise en place de projets de promotion de la santé
auprès de différents types de
publics par le biais de publications (vers les écoles, les
professionnels de la santé,
etc.), d’outils (jeu D-Stress,
expo « Images de la santé »,
etc.), de campagnes médiatiques et d'actions sur le terrain. L’asbl propose aussi des
formations, une aide méthodologique et logistique, à
ceux qui veulent initier un
projet de communication
autour de la santé. A télécharger sur leur site : les actes
d’un colloque Santé et environnement.
Rue du viaduc, 72 à 1050
Bruxelles, T. 02 512 41 74,
[email protected],
www.questionsante.org
Ambulances vertes
Il existe des services d’intervention à domicile pour traquer les pollutions intérieures en Belgique francophone.
A Bruxelles, il s’agit du
CRIPI (Cellule Régionale
d’Intervention en Pollution
Intérieure) mis en place par
l’interface Santé / Environnement et joignable au 02
775 77 69. En Wallonie, c’est
le SAMI (Service d’Analyse
des Milieux Intérieurs) qui
offre ce service à Namur (081
72 37 43) et à Liège (04 250
18
66 38), www.sami.be. Ces
interventions se font suite à
une prescription médicale. A
Bruxelles, sur simple appel et
pour le prix de 6 €, l’asbl
Habitat Santé propose le
même service : 02 242 02 92,
www.habitat-sante.org (voir
article p.12).
intégrer cette dimension dans
les politiques environnementales. Beaucoup d’informations sur leur site rénové.
Croix rouge
Réseau
Eco - consommation
Le service Education pour la
santé de La Croix rouge soutient la mise en place d’actions liées à la santé et au
bien-être en milieu scolaire,
en conseillant et motivant les
acteurs éducatifs désireux de
se lancer.
Rue de Stalle 96 à 1190
Bruxelles, T. 02 371 33 34,
[email protected],
http://www.croixrouge.be
STOP poisons santé
L'asbl Stop Poisons Santé soutient les malades qui souffrent
de pathologies attribuables à
leur environnement. Elle veut
sensibiliser au fait qu'une
exposition faible mais prolongée à des substances nocives qui interagissent entre elles
peut créer des troubles graves
aux personnes hypersensibles.
Rue Saint-Donat 30 à 6700
Arlon, T./F. : 063 23 57 54.
Hector asbl
Health and Environnement
Care Technical Organisation
est une association active dans
le domaine de la Santé environnementale qui a pour but
de construire une approche
pilote de communication, de
sensibilisation et de participation, réunissant les experts
scientifiques de différentes disciplines, les décideurs politiques, les décideurs économiques et le grand public (au
travers des acteurs de 1ère
ligne : les responsables communaux et médecins).
Boulevard Neuf 1 à 1495
Villers-la-Ville, www.hectorasbl.be, [email protected]
Inter-Environnement
Wallonie
IEW a une section Santé
Environnement pour informer le public et contribuer à
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
Véronique Bouttin,
[email protected],
www.iewonline.be, Boulevard du
Nord 6 à 5000 Namur, 081 25
52 80.
www.oasis-allergies.org
Le centre anti-poison,
répond à toutes les questions
concernant les intoxications
24h/24 sur appel gratuit au
070 245 245 ; beaucoup
d’informations sur son site
www.poisoncentre.be
Ondes de choc
Le REC donne aux particuliers
des conseils pour une
consommation respectueuse de
l’environnement et de la santé
(bricolage, entretien, fournitures
de bureau, etc.) en axant sur la
prévention.
Boulevard de Fontaine 27 à
6000 Charleroi, permanence
téléphonique 071 300 301,
[email protected],
www.ecoconso.be (toutes les
fiches-conseil y sont téléchargeables).
Nature et Progrès
Cette association promeut une
agriculture biologique, sans
pesticides et sans OGM, et un
mode d’habitat sain, donc
respectueux de l’environnement et de la santé de ses
occupants. Leurs outils : leur
site www.natpro.be, leurs
publications, leur librairie très
complète, leurs salons, leurs
séances de formation, etc.
Rue de Dave 520 à 5100
Jambes, 081 30 36 90,
[email protected]
RISE
Le Réseau Intersyndical de
Sensibilisation à est un projet
mené en front commun par
la FGTB et la CSC. Il développe des actions de sensibilisation pour le public syndical,
notamment dans le domaine
de la santé et de l’environnement. N.B.: leur publication
La Santé environnementale au
travail.
FGTB T. 02 506 83 97,
CSC T. 02 246 32 52,
[email protected], www.rise.be
Et aussi :
La Fondation pour la prévention des allergies
Rue de la Concorde 56 à 1050
Bruxelles, 02 511 67 61,
Teslabel Coordination asbl
se bat contre les nuisances
électromagnétiques,
les
implantations de pylônes à
haute tension ainsi que les
antennes GSM d'émission à
très haute fréquence à proximité de l'habitat. Depuis
plus de 10 ans, Teslabel
multiplie les actions tous
azimuts : réunions avec des
citoyens concernés par les
antennes GSM, communiqués de presse, contacts avec
les mandataires politiques.
En outre, l’asbl a souvent
apporté son aide à des particuliers ayant introduit des
recours en justice contre des
projets d’installation d’antennes GSM ou de lignes à
haute-tension. Toutes ces
démarches figurent sur leur
site www.teslabel.be, ainsi
que des informations techniques et chiffrées, des résultats d’études scientifiques,
des avis d’experts et des
témoignages. Ainsi, ceux de
ces habitants de villages où
un opérateur de téléphonie
mobile « squatte » le clocher
de l’église avec une antenne
GSM, profitant du fait que
ce cas de figure exempt de
toute enquête publique et
même de permis. Dans bien
des cas, une école se trouve
à proximité… B.P. 89 à 1170
Bruxelles 17, T./F. 02 673 12
01, [email protected]
Du côté des institutions
L’Institut Bruxellois de
Gestion de l’Environnement
a mis en place depuis 1999
une
interface
Santé /
Environnement. Ses missions :
identifier les acteurs et établir
des liens entre les structures et
les experts concernés ; relever,
analyser et confronter les données en santé et environnement ; définir des priorités
d’action et soutenir et/ou
orienter les politiques en
matière
d’environnement
Catherine Bouland, IBGE, 100
Gulledelle à 1200 Bruxelles,
02 775 75 11, [email protected]
DGRNE
En région Wallonne, la
Direction générale des ressources naturelles et de l’environnement met à disposition
de tous le service SOS
Pollutions, un n° d’appel gratuit (070 23 30 01), 24 h/24.
En cas de grave pollution accidentelle ou malveillante, des
agents de la police de l’environnement sont prêts à intervenir en urgence.
Plan national
A l'initiative de l'Organisation
Mondiale de la Santé, l'autorité fédérale, les Régions et les
Communautés ont élaboré
ensemble un Plan National
d'Action Environnement et
Santé (NEHAP). Ce plan,
finalisé depuis 2003, est
consultable au départ du site
de l'IBGE (www.ibgebim.be).
Dans le cadre du NEHAP, par
exemple, un Plan pic d’ozone
a été mis en place, ainsi qu’un
projet sur la définition d’indicateurs santé/environnement.
Observatoire de la santé
et du social
© Global Green
Se former
CERES
Li Cramignon
Le Centre d'Enseignement
et de Recherche pour
l'Environnement et la Santé
propose diverses formations :
communication pour la santé
et l'environnement ; promotion de la santé à l’école ;
Education et Communication
pour la santé.
Ce groupe d’animation propose 23 rencontres tous
publics. L’objectif est de proposer aux participants une
initiation à des pratiques
culinaires différentes, plus
respectueuses de la santé, de
l'équilibre de la planète et des
droits humains fonda-mentaux. Jusqu’en juin 2005.
Réservation obligatoire.
Val Benoît, rue A. Stévart, 2 Bât.
C1 à 4000 Liège,
T. 04 366 90 60,
[email protected],
www.ste.fapse.ulg.ac.be/ste/
ceres/formations.html
CERISE
Le Centre d'Education relative
aux Interactions Santé et
Environnement propose une
formation d'intervenant éducatif en santé et environnement.
Haute Ecole Charlemagne,
implantation « Les Rivageois »,
rue des Rivageois 6 à 4000
Liège, T. 04 254 76 21,
[email protected]
asbl De Bouche à Oreille
Verte Voie 13 à 4890 Thimister,
T. 087 44 65 05,[email protected],
www.dbao.be
L’Observatoire bruxellois de
la santé et du social rassemble,
analyse et diffuse des informations qualitatives et quantitatives autour de la santé et
de la pauvreté en Région de
Bruxelles-Capitale. Cet organisme a notamment développé une recherche-action avec
des généralistes bruxellois
dans le domaine des liens
entre santé et habitat. Centre
de documentation accessible
sur rendez-vous.
Avenue Louise 183 à 1050
Bruxelles, 02 552 01 89,
[email protected]
Organisation Mondiale
de la Santé
Le bureau européen de l’OMS
a adopté un Plan d’action
pour l’environnement et la
santé des enfants en Europe
(www.euro.who.int/
childhealthenv/). En outre, le
site de l’OMS est une mine
d’informations : www.who.int
Commission européenne
DG Environnement
On y planche sur le projet de
loi REACH, qui doit permettre l'identification et l'élimination progressive des produits chimiques les plus
dangereux (voir aussi article p. 89). Si cette loi est approuvée,
elle sera d'application dans
tous les pays de l'UE.
http://europa.eu.int/comm/env
ironment/index_fr.htm
Sur la toile
www.pipsa.org
PIPSA est le site de référence
des jeux et outils pédagogiques utiles en Promotion
de la santé. On y trouve aussi
un agenda de formations, de
conférences, d’expositions.
www.sante-environnement.be
Pour tous ceux qui souhaitent
être informés sur les pollutions intérieures et adopter
des mesures efficaces pour en
réduire les nuisances.
www.rbdsante.be
où on peut télécharger le
Répertoire du réseau bruxellois de documentation en
promotion de la santé.
www.pesticides.be
Un site pour convaincre les
particuliers que les pesticides
sont loin d’être anodins
pour notre santé et notre
environnement.
www.pan-europe.net
Le site de Pesticides Action
Network Europe, qui coordonne les activités en faveur
d'une réduction du risque lié
à l'utilisation des pesticides
pour le vieux continent.
www.ful.ac.be/hotes/sandrine
Le site Sandrine, créé par IEW,
est dédié à la prévention des
problèmes de santé liés à la
pollution intérieure des habitations. On y trouve beaucoup
d’informations sur les risques
domestiques, notamment en
déambulant dans une maison
virtuelle. Pour chaque pièce,
on obtient une notice sur les
pollutions et risques et des
infos pour les éviter.
www.greenpeace.fr/vigitox/in
dex.html
Le site de Greenpeace sur
l’exposition aux substances
chimiques.
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
Dossier
urbain.
IBGE
19
Rencontres en
Le monde de l’éducation à l’environnement en Régions wallonne et bruxelloise évolue, se renforce et s’ou
d’acteurs du secteur, issus de plus de 40 organisations, présents aux 10es Rencontres de l’Éducation rela
au superbe Domaine de Mozet. Durant trois jours, les animateurs et coordinateurs de tous crus ont ains
se connaître, de réfléchir et de construire ensemble. Évocation par l’image d’un événement à vivre… et à
Engagements
Des menhirs, des galets, des cailloux, petits, obèses, difformes, colorés …
Partout, au plafond, à la cantine, dans les couloirs , la vieille batisse namuroise
avait revêtu ses habits de pierre, pour ces 10es Rencontres. Une façon pour
les organisateurs* d’illuster ce rendez-vous belge francophone de l’ErE par
un thème fort: « Notre pierre à l’édifice ». Ou, autrement dit : « Engagez-vous ».
Car l’engagement est l’un des fondements de l’éducation relative à l’environnement, engagement pour un autre monde, d’autres pratiques, d’autres
comportements.
* ont apporté leurs pierres à l'édifice de ces Rencontres :
le Réseau IDée avec la collaboration du Réseau des CRIE - et plus particulièrement les CRIE de la Forêt d'Anlier,
du Fourneau St-Michel, d'Harchies et de Villers-la-Ville -, le CIFEC de Comblain-au-Pont et l'Institut d'EcoPédagogie. Avec le soutien de la Région wallonne
Ouverture
L’autre fil rouge de cet événement bisannuel était « Casse
Fronti’ErE » : l’ouverture, à l’autre, l’autre secteur, l’autre engagement, l’autre regard. Pour ne pas rester à l’étroit dans nos murs.
Pour s’offrir un miroir. Outre les acteurs de l’ErE, des professionnels d’autres secteurs - allant des industriels aux agriculteurs – ont
ainsi animé plusieurs ateliers. Comme ici, où Christine Mahy, de
l’asbl Le Miroir vagabond, présentait les liens entre les acteurs
de l’environnement et les gens du voyage ou vivant en caravane
résidentielle : « L’environnement est vécu comme une contrainte. Parce que certains décrètent qu’une caravane ce n’est pas
beau. Cette question de savoir qui va déterminer les choix esthétiques en matière d’aménagement du territoire, de la propriété, est
en réalité une affaire de lutte entre classes sociales ».
Ambiance
Les Rencontres de l’ErE, c’est aussi une ambiance à
vivre, dans la décontraction (le spectacle de clôture
–photo de gauche), la convialité (jeux du soir - photo du
milieu), ou le recueillement (conte accompagné de
vidéo et de bruitages de pierres –photo du bas)
20
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
images
uvre. Tel était le sentiment partagé par la bonne centaine
ative à l’Environnement (ErE), du 16 au 18 février dernier
si pris le temps d’échanger sur leurs pratiques, de mieux
revivre. (photos de Sandrine Hallet)
Réflexions
Comment parvenir à faire changer les comportements?
« Par la théorie de l’engagement » répond Robert-Vincent
Joule, psycho-sociologue français de renom, exposant
« ses techniques de manipulation à l’usage des honnêtes gens » (voir article dans le Symbioses d’hiver,
n°65). Dans la salle, les réflexions fusent : « Est-ce bien
honnête, éthique ? », « Moi je ne pourrais pas manipuler de la sorte, même pour une bonne cause », « Nous
sommes pourtant en permanence manipulés, influencés, déterminés ». C’est aussi cela les Rencontres : des
réflexions engageant le débat, la polémique.
Échanges
Le programme chargé de ces trois jours laissait la part belle aux animations de terrain. Vingt ateliers d’échanges pour découvrir de nouveaux projets ou des outils en construction. Chacun présente le fruit de son travail, son « enfant », le fait vivre
aux participants, histoire d’entendre ensuite les feed-back et les suggestions d’amélioration. Un mixte entre l’avantpremière et l’évaluation par les paires.
Aperçu.
Ci-dessus à gauche. Animation scientifique du CRIE de Liège proposant de comprendre l’air et l’eau pour progressivement interpréter le temps qu’il fait, en passant du cognitif au pratique, de l’affectif à l’imaginatif. Ici, le gris de la terre
glaise filtrant la lumière du miroir prend des allures de ciel neigeux : est-ce un altostratus ?.
Ci-dessus à droite. Avec « Les fêtes saisonnières comme ancrage pour l’ErE », Françoise Hendrickx, assistante à l’ULB et
enseignante à l’Institut Roger Guilbert, fait découvrir la légende de Saint-Nicolas et ses rapports aux milieux aquatiques
(marais, étangs, rivières, …), la Chandeleur et ses rapports à la purification (déchets, épuration...)
Ci-dessous. Partage d'une expérience d'approche artistique dans la nature : « des petits événements visuels... », par Pierre
Rasse et Samuel Puissant, de Virelles Nature.
En savoir plus
Pour découvrir ces Rencontres - en lisant la « gazette »
téléchargeable - et la diversité des organismes, des
animations et des outils disponibles toute l’année en
Wallonie et à Bruxelles, surfez sur www.reseau-idee.be
21
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
Outils pédagogiques
Carnet du luthier
en herbes
Ce petit livre propose une
découverte des principes de
la lutherie traditionnelle et de
l'origine des sons… mais aussi
des pistes pour approcher la
nature d'une façon originale.
Au fil des pages, le lecteur se
familiarise à l'art de produire
des sons en manipulant ou
en transformant des matières
naturelles ramassées lors de
promenades.
Joelle Spierkel et Maryse Mathy,
Ed. du Service du patri-moine
culturel de la Province de
Namur, 2004, T. 081 72 97
07,[email protected]
.namur.be, prix : 1 €.
L’eau, un droit
pour tous
CD-Rom Eau secours
Un dossier et un CD-Rom
qui livrent un aperçu complet
des enjeux liés à l’eau : l’eau
et la vie, l’eau droit ou
marchandise, l’eau et les
guerres, l’accès à l’eau pour
tous... Le dossier est largement
illustré par des exemples sur
les situations d’accès à l’eau
dans différents pays. Dans le
CD-Rom, on trouve, en plus
du diaporama, des dossiers et
des interviews, des fiches
d’activités/animation. Facile
à utiliser avec, en outre, des
liens avec les cours scolaires.
Entraide et Fraternité, 2005,
www.entraide.be, T. 02 227 66 80,
dossier 5 €, CD-Rom PC/Mac 6 €.
Dessins pour le climat
En recensant près de 150 dessins, Greenpeace propose une
approche inattendue pour
sensibiliser aux changements
climatiques. Des oeuvres qui
peuvent fournir un bon
point de départ pour une discussion et une réflexion en
Pour tous
Espaces naturels de
Belgique à vol
d’oiseau
Un des livres les plus intéressants sur la nature en
Belgique. Les auteurs ont
réalisé les images illustrant
l’ouvrage à l’aide d’un appareil photo accroché sous un
cerf-volant. 23 sites naturels,
de la mer du Nord à la
Lorraine en passant par la
Basse Sambre, l’Ardenne, etc.
sont présentés avec de nombreuses photos. A (s’)offrir.
Gaspard Jedwab & Michel
Clinckemaille, Ed. du Perron,
2004, env. 39 €.
Cabanons à vivre
Un livre pour tous ceux qui
ont un jour rêvé de s’échapper dans la nature. Trouver
un lieu, construire un nid,
vivre en autonomie, se ressourcer, respirer. Il propose
ainsi de découvrir et de construire un cabanon, c’est-à-dire
une vraie petite maison où
vivre quelques jours ou pour
toujours. Au-delà des considérations pratiques (lieu d’implantation, techniques de
22
construction, plans et dessins,
etc.), cet ouvrage transmet
aussi un « esprit cabane » : animaux et plantes qui gravitent
autour du cabanon, recettes
naturelles, etc.
Christian La Grange, Ed. Terre
vivante, 2004, env. 25 €.
Les mers et les
océans
Un petit livre qui va à l’essentiel sur le monde océanique : la formation des
océans, la vie qui les habite,
les marées, les menaces créées
par les activités humaines,
etc. En plus, des conseils
pour préparer un exposé
pour la classe et des ressources pour creuser le sujet. A
partir de 9 ans.
Jean-Benoît Durand, Ed. Milan,
Les Essentiels Milan Junior,
2004, env. 6 €.
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
classe. A partir de 12 ans.
L’encyclopé[email protected]
Greenpeace, collectif
d’auteurs, Ed. Glénat, 2004,
env. 20 €.
De l’encylopédie à internet, il
n’y plus qu’un pas avec ce
nouveau livre. Côté encyclopédie, plus de 700 entrées,
réparties en dix sections, brossant les thèmes habituels
(corps humain, histoire…) jusqu’aux thèmes d’actualité
dans lesquels l’environnement
n’est pas oublié (OGM, déforestation,…). Pour chaque
entrée, figure une définition
générale, des illustrations, des
questions/réponses, des schémas, des renvois vers d’autres
entrées dans le livre et - voici
l’originalité - des mots-clés à
taper sur le site créé pour
l’occasion (www.gallimardjeunesse.fr/encyclopédia/). Ils
offrent la possibilité d’approfondir chaque sujet tout en
ne s’égarant pas dans une
recherche interminable sur
internet. Un ouvrage conçu
pour les jeunes dès 10 ans, en
Les climats …
pourquoi changent-ils?
Comprendre les phénomènes
liés aux changements climatiques à l’aide d’expériences
simples : c’est ce que propose
ce nouveau volume des Petits
Débrouillards. En outre, grâce
aux dessins et aux explications détaillées, formation
des vents, énergie, inondations, rayonnement solaire,
etc. n’auront plus de secret
pour vos enfants de 8 à 12
ans ! Un livre chaudement
recommandé aux enseignants
et animateurs… et aux
parents.
Les petits débrouillards, Ed.
Albin Michel jeunesse, 2004,
env. 8,90 €.
Jardins
Jardins écologiques
d’aujourd’hui
Un livre qui vous invite à la
promenade au coeur de 22
jardins répartis en France.
Tous créés par des hommes
et des femmes qui ont un
point commun, celui de vouloir respecter leur environnement. Aujourd’hui, ils partagent dans ce livre leurs
réussites, leurs bonnes idées
pour réaliser un jardin écologique. Et comme la plupart
de ces coins de verdure se
visitent, pourquoi ne pas
aller discuter avec l’un de ces
jardiniers… sur la route de
vos prochaines vacances ?
Bacher Rémy, Englebert
Florence, Gauge Béatrice,
Baudelet Laurence, Ed. Terre
Vivante, 2004, env. 35 €.
Des légumes pour le
balcon
Avec ce livre, la preuve en est
faite : point besoin de jardin
pour cultiver des légumes, un
balcon ou une terrasse feront
l’affaire. Une mine d’idées
d’associations potagères et
florales et des conseils de culture, le tout très joliment
illustré.
Nelly et Pierre Tourmente,
Rustica Editions, 2004, env.
15 €.
Je Jardine avec Cléo
Pour les enfants qui rêvent
de jardiner. Bonne copine,
Cléo leur apprend à créer un
mini-jardin de rocaille, faire
pousser des potirons, des
tomates et des radis, des tulipes et de la lavande, des herbes aromatiques, créer un
compost, un épouvantail, etc.
Et tout ça même sur un balcon !
F. Eberhard, B. Costa-Prades et
D. Godard, Ed. Nathan, Coll.
Carnets de copines, 2004,
env. 4,75 €.
Multimedia
collaboration avec Google, où
les moins jeunes s’y retrouveront pour les domaines qu’ils
ne maîtrisent pas du tout.
Ed. Gallimard Jeunesse, 2004,
env. 29,50 €.
Défends ta planète!
L'encyclopédie du
développement durable
Ce CD-Rom d'utilisation facile et au graphisme très réussi
Des outils pédagogiques à tester !
propose un contenu très vaste
sur le thème du développement durable. Les 16 thèmes
sont abordés transversalement
au travers des trois piliers du
DD (surtout environnemental et social), à l’aide de textes explicatifs nombreux (200
articles), illustrés de cartes,
schémas et diaporamas et de
quelques vidéos. Quelques
pistes pour agir au niveau
individuel et des exercices et
jeux pour fixer les connaissances complètent le tout. Un
moteur de recherche permet
de retrouver tous les articles
abordant un mot-clé donné.
Un site web (encore en construction) (www.educationdeveloppement-durable.fr/
ressources/index.html) propose un contenu plus vaste et
actualisé.
Strass Productions, Ed.
UNESCO, Hachette multimédia,
2004, env. 24,95 €.
s no 22 : Eau s no 23 : Littoral s no 24 :
Vélo s no 25 : Nature en cage s no 26 :
Alimentation s no 27 : Publicité verte, Pub
à l’école s no 28 : Énergie s no 29 : Art et
Environnement s no 30 : Éco-tourisme
s no 31 : Patrimoine s no 32 : Propreté
publique s no 33 : Internet s no 34 :
Opération Sources s no 35 : Audit environnemental s no 36 : Mobilité s no 37 :
Forêt s no 38 : Animation s no 39 :
Agriculture et Alimentation (copies 2 €)
s no 40 : Développement durable s no 41 :
Prévention des déchets (copies 2 €) s no 42 :
Parcs et Jardins s no 43 : Patrimoine
s no 44 : Cadre de vie et participation
s no 45 : Environnement et Santé s no 46 :
Habitat écologique s no 47 : Migrations
s no 48 : Mesurons les pollutions s no 49 :
De l’ErE au Musée s no 50 : Paysages
s no 51 : L’ErE à l’école s no 52 :
Consommation responsable s no 53 :
Émois… et moi dans la nature s no 54 :
Touristes or not touristes? s no 55 : Vous
avez dit développement durable? s no 56 :
Air & climat s no 57 : CréActivités s no 58 :
Aux fils de l’eau s no 59 : Pour tout l’ErE
du monde s no 60 : Silence, on écoute
s no 61 : Déchets : ras-la-planète s no 62 :
L’environnement au programme des écoles
s no 63 : La planète dans son assiette.s
no 64 : Biodiversité s no 65 : Energie
s no 66 : Santé et environnement
À paraître – no 67 : Mobilité.
s Abonnement, 4 numéros l’an (10 €).
Animateurs, enseignants,
nous vous proposons un
panel de nouveautés françaises, à tester sur le terrain ! Ces
outils seront mis à votre
disposition pour quelques
mois, en échange de vos évaluations, qui alimenteront le
futur catalogue franco-belge à
paraître en 2006. Consultez la
liste complète sur
varient de l’est à l’ouest, du
nord au sud. En plus, outils à
l’appui, un petit balcon suffit pour cultiver les espèces
venues d’ailleurs : il y a un
livret de voyage, un carnet
d’activités, un jeu de poursuite à jouer en famille et des
www.reseau-idee.be/interreg/
Info : [email protected], T. 02 286 95 73
Un exemple parmi la nouvelle
cuvée 2005 :
Mon jardin du monde
Ce livre-coffret instructif invite les jardiniers en herbe à un
amusant voyage. Il leur ouvre
les portes de la planète par le
biais des plantes de la Terre.
Des aventures à la pelle, qui
graines de blé, de maïs, de riz
ou de sorgho à semer. A vos
arrosoirs !
Eric Prédiner et Frédéric Lisak,
Ed. Plume de carotte, 2004,
env. 16,50 €.
Déjà 66 numéros parus
Pour vous procurer un numéro de SYMBIOSES ou un abonnement, deux possibilités :
q Verser directement le montant sur notre compte avec les numéros choisis
de « SYMBIOSES » (2 € jusqu’au no 33 – 2,5 € à partir du no 34). Pour recevoir
régulièrement SYMBIOSES (trimestriel, un an) : verser 10 € avec la mention
« Cotisation SYMBIOSES ». (14 € pour l’étranger)
q Renvoyer ce bon par courrier ou par fax en cochant les mentions
utiles et en indiquant :
Nom et prénom : ________________________________________________________________
Fonction : __________________________________________________________________________
École/organisation : ______________________________________________________________
Adresse : _____________________________________________________________________________
Localité : _____________________________________________________________________________
Code postal : ________________ Téléphone : ________________________________________
E-mail : ________________________________________________________________________________
Je verse à ce jour la somme de
Je souhaite une facture
Date
_____________ €
sur le compte du réseau IDée
P oui
P non
Signature :
Compte no 001-2124123-93
La commande sera expédiée dès réception du paiement.
Bon de commande également disponible séparément au Réseau IDée,
266 rue Royale, 1210 Bruxelles
(Tél. : 02/286 95 70 – Fax : 02/286 95 79 – [email protected] be).
Commandez SYMBIOSES depuis notre site Web : www.reseau-idee.be.
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
23
Surtout n’oubliez pas de donner un petit coup de fil avant
toute activité. Les horaires, les dates et les lieux peuvent
changer en dernière minute…
Activités pour tous
Jour née de la Ter re
Di 24/04, Les CRIE de la Région
wallonne organiseront, de 10 à
17 h, une grande journée de
découverte aux quatre coins de
Wallonie. Au programme, des
activités gratuites pour petits et
grands: ateliers créatifs, cuisine
de plantes sauvages ou du
Monde, création d'instruments
de musique verte, contes et poésie, activités de découverte de
l'eau, de la forêt, de la nature en
ville, du patrimoine, visites guidées de réserves naturelles, jardinage, bourse aux plantes, dégustation de produits naturels, bios,
et commerce équitable, exposition d'oeuvres d'art, conférences.
Il y en aura pour tous les goûts !
Infos: 0800 1 19 01 (n° appel
gratuit) ou www.crie.be
L'Aube des oiseaux
Di 01/05. Une trentaine de sites
à Bruxelles et en Wallonie, seront
le cadre de matinées de découverte des oiseaux et d'initiation à
leurs chants. La participation est
entièrement gratuite !
Infos: Aves - Natagora 04/250 95
90 - [email protected] - www.aves.be
Moules nature
Du 04/05 au 30/06, L'Institut
Royale des Sciences naturelles de
Belgique vous propose Moules
nature, une exposition décalée
qui va vous intriguer, vous amuser, vous surprendre ! On y parlera culture, cuisine, voyage et,
comme toujours au Museum,
environnement et développement durable ... De l’art à la
table, de la mer au laboratoire :
Moules nature, une expo à
déguster sans modération !
29 Rue Vautier 29 à 1000
Bruxelles (à proximité du quartier européen), T. 02 627 42 11,
www.sciencesnaturelles.be
Conférences, séminaires,
colloques
Le réchauf fement climatique
Me 20/04, Conférence – Débat à
20h, UCL, auditoire Sciences 10,
place des sciences à Louvain la
Neuve. Entrée gratuite. Infos:
Matthieu Leroy, Kot Astro,
[email protected]
Samedis de la bioconstr uction
Dr ing, dr ing
Les 01, 03, 04 et 11/05, Dring Dring 2005: Vélo et commerce.
Durant toute cette semaine, le
vélo sera à l'honneur à tous les
coins de la capitale! Entre autres,
un village d'économie positive
sera mis sur pied dans le parc du
cinquantenaire, et un grand rassemblement cycliste aura lieu le
1er mai! Le Réseau IDée sera de
la partie!
Infos et programme complet :
Pro Velo, Maison des Cyclistes
Bruxelles, T. 02 502 73 55,
www.provelo.org
Green week
Du Lu 31/05 au Ve 03/06, la
Commission européenne organise la semaine verte (Green Week).
Le thème de cette année est le
changement climatique. Vous
trouverez le programme des
conférences et des expos sur
http://europa.eu.int/comm/envi
ronment/greenweek
24
Ou comment et avec quels matériaux construire ou rénover
« durable » ? Ouvert à tous, en
présence de professionnels.
23/04 : techniques de construction alternatives + le bois sain
21/05 : Isolation écologique +
choix et mise en œuvre de
matériaux de construction écobiologiques
7/05 : Installation électrique biocompatible
De 9h30 à 12h45, à Nature et
Progrès, rue de Dave 520 à
Jambes. 12,50 €/séance.
Infos: 081 32 30 63 –
[email protected] www.natpro.be
Refuges naturels
Me 04/05 à 20h, soirée d'info par
Natagora: « Un refuge naturel.
Pourquoi? Pour qui? ». Vous avez
envie de connaître les différents
moyens de faire de votre jardin,
un havre de paix pour les animaux et les fleurs de chez nous?
Au
Gemeenschapscentrum
"Nekkersdal" - Studio 3 - av Emile
Bockstael, 107 à 1020 Bruxelles
Gratuit sur inscription :
Natagora, T. 02 245 55 00,
[email protected]
SYMBIOSES no 66 – Printemps 2005
Une hydrolienne à Virelles
Sa 07/05, dès 18h00, conférence à
l'Aquascope Virelles, par Cédric
François : « L'hydrolienne à
Virelles : Une piste vers une
meilleure qualité des eaux ? ». Un
engin aux formes étranges va
trouver sa place sur les eaux de
l'étang de Virelles... Son utilité ?
Aérer les eaux de l'étang en utilisant l'énergie éolienne. Si la
météo le permet, observation de
plus près et mesure de l'efficacité
de l'appareil sur le terrain.
Réservation conseillée au
060 21 98 74 ou virellesnature.
[email protected] 1,50 €.
Les mercredis durables
Conférences interactives, ouvertes
à tous, pour consommer autrement. Sous forme d'échange d'expériences et d'avis, de rencontre
des acteurs du développement
durable et solidaire.
27/04 : Chiques, gougouilles et
chocolat, des douceurs qui font
mal ?
25/05 : L'édition est un romanfleuve tranquille...
27/06 : « Y' a plus de saisons,
mon chou », disait une fraise à
un chicon.
Organisé par le CRIE de Liège et
l'asbl Ainsi fonds font fond
(AFFF). Dans les locaux de AFFF,
rue Volière 9 à Liège, de 19h45 à
22h. 1€
Inscriptions: 04 237 08 76 [email protected]
For um EDD
Me 01/06. EducA21 organise au
PASS (Frameries) un Forum
visant à favoriser l’échange et le
partage d’informations sur leurs
pratiques et expériences en matière d’éducation au développement
durable (EDD). Ouvert à tous les
praticiens de l'éducation qui
interagissent avec les acteurs associatifs, depuis le monde de l'enseignement, le secteur public, le
secteur culturel ou la société civile en général.
Infos : EducA21, Anne Versailles,
T. 02 662 25 27,
[email protected],
www.educa21.be
Formations
Éducation au dé veloppement
Je 21 et Ve 22/04, ITECO propose un module de formation sur
les méthodes et techniques pédagogiques en éducation au développement. Pour qui? Animateurs ONG, animateurs socio-culturels, enseignants, étudiants,...
En collaboration avec Nadine
Liétar, formatrice à l'Institut
d'éco-pédagogie (ErE).
Inscriptions : ITECO, Adélie
Miguel Sierra, T. 02 243 70 30,
[email protected] 25 €
(indiv.) ou 35 € (organisation)
Éducation au dé veloppement
durable
Me 25/05, journée de formation
gratuite au PASS (Frameries)
pour les enseignants travaillant
avec des élèves de 10 à 14 ans :
«Travailler le développement durable en classe, à partir des outils
existants et de son propre contexte
scolaire, comment faire ? ». En
collaboration avec l'ULB. Infos
et inscription : 070 22 22 52
Éducation à l’environnement
Les 20, 21, 22 et 27/05, l’Institut
d'Eco Pédagogie organise à Liège
4 jours (dont 3 résidentiels) de
formation de base aux techniques d'animation en ErE.
Objectifs : explorer et expérimenter diverses façons de concevoir et d'animer des activités relatives
à
l'environnement.
Méthodologie participative et
active. Mise en situation/immersion sur le terrain. Pour toute
personne ayant une expérience
de terrain dans l'animation, la
sensibilisation et la formation.
Inscriptions : IEP, T. 04 3663818,
[email protected] 100 €
Animer un g roupe : des outils
pour mieux communiquer
Les Je 02 et Ve 03/06, sur le
Campus de la Plaine – ULB.
Comment améliorer la communication dans un groupe, comment faciliter la prise de contact,
comment aider chacun à se
situer et à trouver sa place dans
le groupe ? La formation a pour
but de proposer, d'expérimenter
et d'analyser des outils pédagogiques pratiques et concrets destinés aux situations d'animation,
de formation et de dynamique
de groupe.
Formation proposée par la Ligue
de l'Enseignement et de l'éducation permanente, T. 02 511 25 87,
www.ligue-enseignement.be. 85 €
Vous cherchez un stage d’été Nature-Environnement pour votre enfant?
Vous trouverez inséré dans ce Symbioses notre inventaire 2005. Un répertoire de plus de cent stages francophones proposés par différents organismes en Belgique et à l’étranger .
Réalisé et diffusé gratuitement par le Réseau IDée asbl, T. 02 286 95
70 - [email protected] Consultable sur le web : www.reseau-idee.be
Pour recevoir par courriel les stages, activités, formations, expositions organisées ici et là, toute l’année, inscrivez-vous à notre newsletter périodioque Infor’ErE. Il suffit d’envoyer votre demande à [email protected]
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement