SUPERVISION - Marie

SUPERVISION - Marie
SUPERVISION
PRÉSENTE UNE SÉLECTION DES ÉDITIONS
DE BARTLEBY & CO. ET LA BOÎTE
DANS L’EXPOSITION ANIMAL DE BIBLIOTHÈQUE
À LA BIBLIOTHÈQUE DES ARTS DÉCORATIFS
DU 9 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2010
www.supervision-art.eu
www.bartlebyandco.com
www.ma-g.net/blog
www.bibliothequedesartsdecoratifs.fr
BÊTES DE SEINE
En fouinant dans la
Bibliothèque des Arts
décoratifs, on découvre avec
plaisir quelques spécimens
rares. Un univers de curiosités
s’ouvre à chaque album de la
collection Maciet, à chaque
trésor des fonds précieux et
des collections
photographiques. Un monde
merveilleux dédié à la
recherche pour les étudiants,
les historiens et critiques d’art,
les architectes mais aussi les
designers, graphistes, stylistes,
décorateurs de théâtre, artistes
et éditeurs...
Lorsqu’en octobre 2009, je
rencontre Chantal Lachkar,
Directrice de la Bibliothèque
des Arts décoratifs, elle
m’annonce que la prochaine
exposition qu’elle présente a
pour thème l’animal.
La Boîte ayant confié sa
communication à Supervision,
c’est tout naturellement que je
lui propose une sélection des
éditions de Marie-Ange
Guilleminot, Thorsten Baensch
et Jean-Jacques Rullier. Ils ont
chacun leur plume pour
interpréter l’animal dans leurs
livres d’artistes. Leurs éditions
opèrent la métamorphose de
l’animal de bibliothèque. Les
pages s’emballent, la peau se
tricote, dentelle et plis tissent la
toile.
Oui, ce sont des livres et de
beaux spécimens ! Bien reliés
aux anciens, japonais ou pliés
et vivants, ils nous le montrent
en sortant des vitrines le temps
d’une performance. Avec notre
Cauris sur les épaules en
compagnie de Marie-Ange,
nous papillonnons vers Le
Chapeau-vie et L’Oursin pour
Danser ou mourir. Les pages
de Nevers-Hiroshima nous livre
quelques définitions : « Danser
ou mourir est un livre de photos
souvenir dont certaines mettent
en situation les objets créés par
l'artiste. La version origami de
ce livre fait suite à la
découverte par Marie-Ange
Guilleminot du Monument des
enfants pour la Paix de
Hiroshima. Le livre original de
format rectangulaire a été
transformé : mis au format
carré, impression dans des
couleurs monochromes avec
un agrandissement de la trame.
Les pages évoquent ainsi les
motifs du papier d'origami
traditionnel. Ces feuilles sont
destinées à être pliées en tsuru
(grue) en hommage à la petite
Sadako Sasaki qui, avant de
mourir, confectionnait des
oiseaux de papier dans l'espoir
de guérir. Lors de l'exposition à
Hiroshima, ce livre a été coupé
en neuf parties égales,
invitation pour le public à
réaliser des tsuru miniatures.
L'Oursin est un objet-sculpture
à déployer en polyétylène
blanc. Créé en rapport avec Le
paravent et porté en cape, il
était destiné à protéger ses
utilisateurs. Conçus avec le
Fabric Workshop and Museum
de Philadelphie, les quatre
premiers oursins (Ø 4m) ont été
recouverts de peinture nacrée
blanche de façon à conserver
la mémoire du pliage au
moment ou celui-ci évoquait
une fleur. Aujourd’hui, L’Oursin
existe en quatre versions de
diamètres différents. Il possède
une dimension fonctionnelle et
symbolique qui s'est
notamment révélée à
Hiroshima.
Le Chapeau-vie est un objetsculpture de forme variable
réalisé dans un tube de jersey
polyester cloqué de 2 mètres
de long. Conçu à l'origine
comme un chapeau de
protection destiné à
accompagner une vie durant
son propriétaire, son usage est
laissé à l’initiative de ceux qui
le porte et, par là même, le
réinvente. La première version
du chapeau-vie, de couleur
noire, a été créée en 1994 pour
Hans-Ulrich Obrist. La
seconde, de couleur chair, a
été créée pour l'Etat d'Israël. La
troisième de couleur blanche a
été réalisée lors de la
naissance de Lara, en février
1995. La quatrième, de couleur
noire, a été confectionnée à
l'attention d'un sumo en 1996.
Dans le livre du chapeau-vie,
un dessin mode d'emploi
explique comment fabriquer ce
chapeau ». La performance
avec L’Oursin (Ø 12m), filmée
par Gilles Coudert au Musée du
Louvre à Paris pendant
l’exposition Contrepoint en
2004, est visible dans
l’exposition Animal de
bibliothèque.
er
Le 1 avril 2010 à 19h, nous
découvrons les livres animés
par Marie-Ange Guilleminot,
notamment Danser ou mourir ,
ce livre est dédié à cette
danseuse espagnole, nom
commun d’un poisson écarlate
des océans indien et pacifique.
Le temps d’une performance, le
public rencontre le Tsuru
(grue), Le Chapeau-vie
(nautile) et L’Oursin (méduse)
et reconnait les métiers et les
artisans qui donnent naissance
aux œuvres. Découvrons aussi
les poissons d’avril qui se
faufilent dans la salle de lecture
de la bibliothèque et dansons !
L’exposition présente
également une édition de
Thorsten Baensch. Artiste et
éditeur, il crée la maison
d’éditions Bartleby & Co. en
1995. Dans un article publié à
New York en 2002, il présente
ainsi ses créations : « Chaque
livre est étudié avec le plus
grand soin. Parfois, plusieurs
années sont nécessaires à la
réalisation d’une édition. Bien
que, très souvent, j’utilise des
images et des objets provenant
de la vie de tous les jours pour
illustrer les textes, il est
important pour moi que les
livres soient techniquement très
aboutis. C’est pourquoi je
travaille avec des relieurs, des
imprimeurs et des fournisseurs
pouvant garantir la meilleure
qualité des matériaux et des
services. Je choisis souvent
des matériaux produits en série
(du papier, du tissu, des roses
en plastique ou encore des
cartes postales,…) et je les
combine d’une manière très
particulière...».
Occasionnellement depuis
2007, l’artiste invite dans son
atelier à Bruxelles, des
collectionneurs de livres qui
viennent présenter des
ouvrages choisis favorisant
ainsi la diffusion des livres
d‘artistes.
Quant à Marie-Ange
Guilleminot, l’artiste diffuse
depuis 1997, des éditions et
des livres d’artistes dans une
boîte de bouquiniste située
actuellement quai de Seine, en
face du 31, Quai de Conti à
Paris. Cette œuvre favorise la
rencontre du livre d'artiste avec
le plus grand nombre. A
l’occasion de sa performance à
la Bibliothèque des Arts
décoratifs, La Boîte annonce
son actualité.
Au printemps 2010, La Boîte
accueille l’ensemble des
éditions de l’artiste JeanJacques Rullier. A l’automne, le
dessinateur de livres, Phillipe
Millot et le performeur poétique,
Olivier Saillard ouvriront La
Boîte à leur tour. La Boîte a le
plaisir d’annoncer également
qu’elle est désormais présidée
par Marie-Laure Bernadac, à
qui l’on doit notamment cette
présentation de Jean-Jacques
Rullier, l’œuvre incomplète en
1997 : « Jean-Jacques Rullier
développe de façon
méthodique et systématique un
véritable travail
d'encyclopédiste, de
"recensement du dérisoire". Le
dessin lui permet d'inventorier,
de classer, de décrire et de
mémoriser. Il travaille par série,
par collection, traçant aussi
bien des plans d'espaces de
promenade, d'églises,
d'intérieurs domestiques, que
dessinant ses rêves ou ses
visions. Amoureux des images,
surtout celles qui évoquent
l'enfance (publicités, étiquettes,
planches anatomiques, jeux), il
dessine en couleur d'un trait
précis et minutieux, captant
ainsi tout le charme et l'humour
de la poésie du banal et du
quotidien. »
Et on se prend à rêver, au
contact de cette archive vivante
qu’est la Bibliothèque des Arts
décoratifs, avec ses livres, ses
étiquettes de fromage, son
fonds japonais, ses agendas et
ses cartes postales... que les
artistes s’en emparent pour en
jouer les prolongations.
Sophie Brossais/Supervision
accompagne les artistes dans
la production et la diffusion de
leurs œuvres.
Contact: 06 20 39 25 89
[email protected]
Marie-Ange Guilleminot, Le Chapeau-vie, 1994, Oursin et Cauris, 1997, Tsuru (grue) 2009
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement