ICTAVRU Bibliographie

ICTAVRU Bibliographie
74
Références
`Éêíì
ÇáêÉÅíáçå=Ö¨å¨ê~äÉ=
ÇÉë=fåÑê~ëíêìÅíìêÉë
ÇÉë=qê~åëéçêíë=
Éí=ÇÉ=ä~=jÉê
ÇáêÉÅíáçå=Ö¨å¨ê~äÉ=
ÇÉë=fåÑê~ëíêìÅíìêÉë
ÇÉë=qê~åëéçêíë=
Éí=ÇÉ=ä~=jÉê
`Éêíì
C
ette collection comporte les guides techniques, les ouvrages méthodologiques et les autres ouvrages qui, sur un champ donné, présentent de manière pédagogique ce que le professionnel doit
savoir. Le Certu a suivi une démarche de validation du contenu et atteste que celui-ci reflète l'état de l'art.
Il recommande au professionnel de ne pas s'écarter des solutions préconisées dans le document sans avoir
pris l'avis d'experts reconnus.
Le Certu publie également les collections : débats, dossiers, rapports d'étude.
Instruction sur les conditions techniques
74
Références
d’aménagement
des voies rapides urbaines
IC TAVRU
Bibliographie
Instruction sur les conditions techniques
d’aménagement des voies rapides urbaines
a présente Bibliographie de l’ICTAVRU remplace celle éditée dans l’ouvrage ICTAVRU de 1990, bibliographie devenue obsolète par suite des très nombreuses nouvelles réglementations, portant sur les thèmes de l’environnement
et des ouvrages de génie civil. Elle a donc été enrichie de références de nouveaux ouvrages traitant de ces domaines ainsi
que de celui de la conception.
Contrairement à la première version de 1990 qui était incluse dans l’ouvrage de référence Ictavru, cette nouvelle édition
est séparée, pour des raisons de commodité d’emploi, mais elle renvoie à la nouvelle édition de l’ouvrage Ictavru publié en
2009.
L’Ictavru rassemble les règles de l’art pour l’élaboration des dossiers conformes aux procédures de mise en oeuvre
du projet routier ou autoroutier dans les territoires urbains.
Ses prescriptions s’imposent aux infrastructures à Maîtrise d’OuvrAge (MOA) État, dont celles avec un statut d’autoroute,
de route express ou de déviation dans les territoires urbains.Elle concerne deux catégories de voies :
- les voies à caractéristiques autoroutières (VCA) pour les VRU de type A ;
- les grandes voies (non VCA) pour les VRU de type U.
La bibliographie de l’Ictavru ainsi que l’ouvrage de référence Ictavru pourront également être consultés avec profit par les
collectivités territoriales, lors de la conception des grandes voies urbaines aux caractéristiques sensiblement identiques.
Instruction sur les conditions techniques d’aménagement des voies rapides urbaines Bibliographie
L
Cf. Summary of the content translated into English at the end of the work.
Versa la sintesis de la obra traducida al español al final del libro.
SUR LE MÊME THÈME
L’Instruction sur les conditions techniques d’aménagement des voies rapides urbaines ICTAVRU
Téléchargeable sur le site du Certu
Avril 2009
Éditions du Certu
www.certu.fr
ISSN : 1263-3313
ISBN : 978-2-11-097164-7
Certu
L’INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES
D’AMÉNAGEMENT
DES VOIES RAPIDES URBAINES
(ICTAVRU)
Bibliographie
Octobre 2009
centre d’Études sur les réseaux, les transports,
l’urbanisme et les constructions publiques
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Collection Références
Cette collection comporte les guides techniques, les ouvrages méthodologiques et les autres ouvrages qui, sur
un champ donné, présentent de manière pédagogique ce que le professionnel doit savoir. Le Certu a suivi une
démarche de validation du contenu et atteste que celui-ci reflète l'état de l'art. Il recommande au
professionnel de ne pas s'écarter des solutions préconisées dans le document sans avoir pris l'avis d'experts
reconnus.
Le Certu publie également les collections : débats, dossiers, rapports d'étude.
Avertissement
Cette édition, non exhaustive, est séparée de celle de l’Ictavru 90 réédition mars 2009 car l’ancienne était
obsolète compte tenu des très nombreuses nouvelles réglementations en particulier dans les domaines de
l’environnement et des ouvrages de génie civil. De même en conception, nous avons donné les références
des nouveaux ouvrages.
Nous vous recommandons vivement de rechercher les éléments actualisés dans la Documentation des
techniques routières françaises (DTRF), site : http://dtrf.setra.equipement.gouv.fr/
Remerciements
Cette édition a totalement été élaborée par le Cété Méditerranée : mesdames Sandrine ROUSIC et Cécile
CLEMENT et monsieur Jacques LEGAIGNOUX.
Certu – octobre 2009
2
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Sommaire
Avertissement.........................................................................................................................2
Introduction............................................................................................................................4
Titre II Partie I
Caractéristiques principales du projet ................................................................................5
Géométrie.......................................................................................................................................................5
Références réglementaires.......................................................................................................................6
Échanges........................................................................................................................................................7
Titre II Partie II
Maîtrise des impacts..............................................................................................................8
Aménagements paysagers .............................................................................................................................8
Références réglementaires.....................................................................................................................10
Ouvrages de protection contre le bruit.........................................................................................................12
Références réglementaires.....................................................................................................................14
Pollution des rejets.......................................................................................................................................15
Références réglementaires.....................................................................................................................16
Pollution de l’air..........................................................................................................................................17
Références réglementaires.....................................................................................................................19
Titre II Partie III
Conduite de l’opération.......................................................................................................20
Rétablissement des réseaux.........................................................................................................................20
Références réglementaires.....................................................................................................................20
Réalisation des travaux................................................................................................................................21
Références réglementaires.....................................................................................................................23
Titre II Partie V
Équipements.........................................................................................................................24
Équipements de gestion du trafic.................................................................................................................24
Équipements de sécurité..............................................................................................................................26
Équipements de signalisation
de direction et d’indication..........................................................................................................................29
Références réglementaires.....................................................................................................................30
Évacuation des eaux.....................................................................................................................................30
Références réglementaires.....................................................................................................................32
Éclairage......................................................................................................................................................32
Aires annexes...............................................................................................................................................33
Terrassements..............................................................................................................................................34
Titre II Partie VI
Ouvrages de génie civil........................................................................................................36
Chaussées.....................................................................................................................................................36
Tunnels et tranchées couvertes....................................................................................................................38
Principales directives concernant les tunnels........................................................................................38
Documents CETU (Centre d’études des tunnels)...................................................................................40
Publications d’autres organismes..........................................................................................................41
Certu – octobre 2009
3
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Introduction
La présente Bibliographie de l’ICTAVRU remplace celle éditée en 1990.
Deux catégories de voies sont concernées :
ƒ
les voies à caractéristiques autoroutières (VCA) pour les VRU de type A ;
ƒ
les grandes voies (non VCA) pour les VRU de type U.
L’Ictavru, rassemble les règles de l’art pour l’élaboration des dossiers conformes aux procédures de mise en
œuvre du projet routier ou autoroutier dans les territoires urbains.
Ces règles sont en cours de réexamen et feront l’objet de communications spécifiques en attente d’une
refonte complète de cet ouvrage de référence. Les spécificités des véhicules d’aujourd’hui, le comportement
des usagers, la sécurité routière dont la réduction des vitesses maximales autorisées, l’obligation de réduire
les gaz à effet de serre (GES), la nécessaire gestion dynamique des trafics dont, pour la multimodalité (TC,
covoiturage… ), l’intégration poussée dans un système global des transports en milieu urbain… sont autant
de thèmes actuellement en pleine recherche/développement.
Les prescriptions de l’Ictavru s’imposent aux infrastructures à Maîtrise d’Ouvrage (MOA) État, dont celles
avec un statut d’autoroute, de route express ou de déviation dans les territoires urbains.
L’Ictavru peut également constituer un guide technique à l’usage des collectivités territoriales pour la
conception des grandes voies urbaines aux caractéristiques sensiblement identiques.
Certu – octobre 2009
4
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Titre II Partie I
Caractéristiques principales du projet
Géométrie
-
-
-
ICTAAL - Instruction sur les conditions techniques d’aménagement des autoroutes de liaison Circulaire du 12 décembre 2000
01/08/1994, Guide technique - Aménagement des Routes Principales (ARP)
Ce guide donne les principes généraux à prendre en compte lors des projets d’infrastructures
nouvelles ou d’amélioration des routes existantes de type R (routes multifonctionnelles) et des
routes de type T (de transit) en milieu interurbain. Le chapitre 1,« conception générale », traite :
du choix du type de route et de sa catégorie,
de l’aménagement par étapes,- de l’environnement,
du service à l’usager,
Les chapitres suivants traitent respectivement :
du profil en travers,
du tracé en plan et profil en long,
de la visibilité,
des carrefours,
des routes en relief difficile,
des entrées et traversées d’agglomérations,
des équipements et de l’exploitation de la route : signalisation, dispositifs de retenue,
éclairage, réseau d’appel d’urgence (RAU).
En annexe, quelques éléments complémentaires : dévers, raccordements progressifs
(clothoïdes), visibilité, aménagement de type « fin provisoire d’autoroute ».Une bibliographie
et un index complètent ce guide.
01/01/1988, Guide technique - Guide général de la voirie urbaine. Conception, aménagement,
exploitation – CETUR - AIVF
Ce document présente des informations et des recommandations sur la conception,
l’aménagement, l’exploitation de la voirie urbaine par les collectivités locales. Il est constitué
de fiches, organisées en six thèmes :- les fonctions des voies urbaines ;- les éléments de base :
profils en travers, aménagement des sections courantes et des carrefours ;- la circulation
générale, les aménagements et l’exploitation : stationnement, carrefours, passages dénivelés,
sécurité, éclairage public, signalisation, nuisance, implantation des végétaux, chaussées
urbaines ;- les piétons : trottoirs, mobilier urbain, traversée des chaussées et des carrefours,
aménagements en faveur des handicapés, voies piétonnes ;- les deux-roues légers :
intersections, passages dénivelés, stationnement, revêtement, bordures, signalisation ;- les
transports collectifs : carrefours, arrêts, rues mixtes, signalisation, structure de chaussée. Ce
document est complété par une bibliographie.
Piste 5 – Logiciel de conception d’infrastructures linéaires - SETRA 2004
Boîte à outils à l'usage des projeteurs, Piste 5.05 permet une définition géométrique
complète de la route : mise au point, calcul, restitution des résultats, quel que soit le projet
routier, et selon la méthode traditionnelle de conception : - définition d'un axe en plan et d'une
tabulation ; - définition d'un profil en long ; - construction de profils en travers. Les résultats
des calculs offrent tous les éléments nécessaires à l'évaluation quantitative du projet. A chaque
étape de son élaboration, le projeteur peut constituer un dossier avec les éditions des résultats
numériques et le dessin des plans complets. La souplesse de Piste permet de traiter également
des études modélisables par profils en travers : canaux, digues, barrages, voies ferrées, travaux
Certu – octobre 2009
5
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
-
-
aéroportuaires, tranchées ... Piste 5.05 n'impose pas de norme particulière, mais permet le
calcul des longueurs de raccordement et des dévers selon les normes en vigueur sur le réseau
routier national (ARP, ICTAAL), ainsi que des distances de visibilité.
01/03/2006, Fiche SETRA
Aménagements de sécurité (les) - Les routes principales interurbaines
La série de fiches « Savoirs de base en sécurité routière » a été réalisée dans le cadre de la
démarche MPSR « Management et Pratiques de Sécurité Routière ». Cette série a pour seule
vocation de constituer un recueil d’expériences. Ces fiches ont été réalisées dans un contexte
précis et ne peuvent être reproduites sans précaution. L’objectif de la fiche « Les
aménagements de sécurité » est de permettre aux aménageurs et aux gestionnaires de la voirie
de connaître les principaux aménagements de sécurité en milieu interurbain, ceux dont
l’efficacité est avérée.
01/01/2006, Fiche SETRA
Comprendre les principaux paramètres de conception géométrique des routes
L’objectif de cette note est d’exposer le fondement des principales caractéristiques
géométriques des routes pour en rappeler le sens. Il fait état des connaissances actuelles dans le
domaine de la conception géométrique des routes. Il se situe en amont des guides de
conception auxquels il ne saurait se substituer. Les références aux guides existants ne figurent
donc que pour l’exemple et permettent d’illustrer les propos. Sans être exhaustif, il apporte des
éléments de compréhension sur les principales notions utilisées pour la détermination des
caractéristiques géométriques des routes. Rappelons que sa vocation n’est pas de remplacer les
guides de conception géométrique adoptés par la maîtrise d’ouvrage et donc applicable sur son
réseau, notamment l’ARP et l’ICTAAL pour le réseau national.
01/02/1997, Fiche SETRA
Descentes de fortes pentes et de grande longueur sur les routes de type « autoroute »
Cette note d’information définit à partir de quels critères on peut considérer qu’une
descente présente des risques d’insécurité, quelles sont les causes principales d’accidents et
quels sont les moyens pour y remédier en étudiant le comportement des véhicules lourds, outre
l’amélioration de l’équipement des véhicules et la formation des conducteurs.
01/10/1989, Fiche SETRA
Implantation des voies supplémentaires en rampes sur infrastructures à 2 X 2 voies
Cette note récapitule les éléments relatifs aux vitesses atteintes dans les rampes par les
véhicules lourds. Elle propose une approche simplifiée de la justification économique, dont
l’objectif est de fournir une évaluation rapide de la faisabilité d’une voie supplémentaire en
rampe à partir d’une donnée facilement préhensible : le TMJA (Trafic Moyen Journalier
Annuel). Elle schématise les caractéristiques des dispositifs d’extrémités selon que
l’élargissement est effectué par la droite (BA ou BAU) ou par la gauche (TPC).
Références réglementaires
-
Instruction relative à l’agrément et aux conditions d’emploi des dispositifs de retenue des véhicules
contre les sorties accidentelles de chaussée (en cours de révision)
Circulaire du 17 octobre 1986 sur le dimensionnement de la hauteur des ouvrages routiers sur le réseau
national
Cette circulaire précise les principes à appliquer en ce qui concerne le choix de la hauteur
des ouvrages d'art routiers. Le premier article rappelle la terminologie utilisée dans les textes et
instructions techniques (hauteur libre - ou tirant d'air), gabarit. Les articles suivants concernent:
- les principes généraux de détermination de la hauteur des ouvrages,- les dispositions
constructives (revanche de construction et d'entretien, revanche de protection) pour les ponts,
les tunnels ou tranchée couvertes, - la signalisation,- les procédures (dossier d'avant projet ou
dossier d'avant projet sommaire).En annexe, un tableau récapitule les éléments à prendre en
compte et donne les valeurs usuelles (hauteur libre minimale, revanche de construction et
d'entretien, revanche de protection).
Certu – octobre 2009
6
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Échanges
-
-
-
-
Logiciel GIRATION version 3.2 – CERTU 2000
GIRABASE permet de tester les projets de carrefours giratoires du point de vue de leur
capacité ou d'établir un diagnostic d'un giratoire existant. À partir de comptages directionnels,
GIRABASE permettra de vérifier : l'existence et la cause de dysfonctionnement éventuel,
l'efficacité des solutions envisagées, la capacité du giratoire à recevoir des trafics
supplémentaires. GIRABASE accepte les giratoires de 3 à 8 (...)
Giratoire en ville, mode d’emploi - CERTU 2000
01/08/2006, Fiche et note d’information - CERTU
- Généralités sur les carrefours plans
La série de fiches « savoirs de base en sécurité routière » a été réalisée dans le cadre de la
démarche MPSR (Management et Pratiques en Sécurité Routière) par les groupes de travail du RST
(Réseau Scientifique et Technique) pilotés par le Certu pour le milieu urbain et par le Sétra pour le
milieu interurbain. Elle rassemble les principales connaissances acquises pour chacune des
thématiques de la sécurité routière en milieu urbain. Ces fiches ne remplacent pas les différents
ouvrages existant ; en revanche, elles les signalent en références bibliographiques afin de permettre
au lecteur un approfondissement du sujet. Chaque fiche renvoie sur d’autres de la même série pour
les sujets associés à la problématique traitée. L’objectif de cette fiche est de mettre à disposition les
liens essentiels entre la sécurité et la géométrie des différents types de carrefours. Elle donne les
principes de base de conception des carrefours plans sans feux de circulation :- niveau hiérarchique
des voies et types de carrefours ;- analyse des données de base : usagers, véhicules, flux, vitesses,
vie riveraine, pratiques locales ;- règles de conception et équipements ;- stationnement. Elle propose
la géométrie des carrefours plans ordinaires et celle des carrefours giratoires.
01/01/1999, Guide technique - Carrefours urbains - CERTU
Ce guide fournit les principes généraux d’aménagement et de conception des carrefours
(carrefours plans sans feux, carrefours à feux, carrefours giratoires, passages souterrains à
gabarit réduit) en milieu urbain (centre ville et zone périurbaine).Il est composé :- de la
présentation de la problématique urbaine et de la démarche d’étude, - du diagnostic global :
recueil des données, analyses thématiques (fonctionnement urbain, usagers, trafic et
déplacement, sécurité, espace, choix du type de carrefour).- de recommandations techniques
concernant les besoins des différents usagers appelés à se déplacer en milieu urbain
(automobilistes, cyclistes, transports en commun).En annexe :- des précisions sur
l’accidentologie aux carrefours, sur le calcul de capacité des carrefours à feux et giratoires, une bibliographie (les logiciels et les ouvrages).
01/12/1998, Guide technique - Aménagement des carrefours interurbains sur les routes principales.
Carrefours plans - SETRA
Ce guide est un ouvrage de référence pour la conception des carrefours plans situés sur les routes
principales en rase campagne, en cohérence avec les orientations de l’ARP (Aménagement des
Routes Principales) dont il est le complément. Ce guide est structuré en deux grandes phases :La
première phase permet d’adapter le carrefour dans le contexte dans lequel il s’inscrit (conception
générale, études et données préalables, choix du type de carrefour). La seconde phase correspond à la
conception géométrique du carrefour. Carrefours plans ordinaires :- dispositions générales (principes
d’aménagement, conditions d’implantation),- aménagement de la route prioritaire,- aménagement de
la route non prioritaire (carrefours à trois ou quatre branches),- équipements et signalisation.2)
Carrefours giratoires :- dispositions générales (principes d’aménagement, adaptation aux trafics,
condition d’implantation, configuration géométrique générale),- géométrie des composants du
giratoire,- éléments particuliers (aménagements pour les piétons, les deux-roues, les transports en
commun et les transports exceptionnels, entretien, chaussées), - équipements et signalisation. En
annexe :- la sécurité des carrefours plans,- la capacité et le temps d’attente,- le retard géométrique en
carrefour,- l’estimation de la vitesse,- la mesure des conditions de visibilité avec la « méthode du
chronomètre »,- la conception des bordures,- un glossaire et une bibliographie.
Certu – octobre 2009
7
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Titre II Partie II
Maîtrise des impacts
Aménagements paysagers
-
-
-
Prendre en compte le développement durable dans un projet - Guide d’utilisation de la grille RST 02 CERTU 2006
Conçue par le Réseau Scientifique et Technique du ministère de l’Équipement (RST), cette
seconde version (RST02) s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue de la grille
RST01, dont le mode opératoire a été revu et la présentation remaniée, pour une utilisation plus
simple et un maniement plus agréable. C’est un outil de questionnement et d’analyse, destiné à
mettre en lumière les points faibles et les points forts d’un projet en regard de critères du
développement durable. La lecture « développement durable » résulte de la rencontre d’une
liste de critères à passer en revue et d’une échelle d’appréciation. Ce document présente la
grille RST02 :- architecture ;- critères ;- mode opératoire ;- guide de questionnement. Le guide
de questionnement comprend plusieurs parties : - gouvernance et démocratie participative ; dimension sociale ; - interface équitable ; - dimension économique ; - interface viable ; dimension environnementale ; - interface vivable. Les derniers chapitres présentent les
précautions d’emploi de la grille RST02 et le retour d’expérience. En annexe sont proposés : le principe de fonctionnement de la grille ;- la description du contenu du cédérom ;- les fiches
repères pour le développement durable ;- le glossaire du développement durable ;- la
déclaration de Rio sur l’environnement et le développement ;- un cadre de référence pour les
projets territoriaux de développement durable. Le cédérom se compose de plusieurs fichiers
sources, indispensables au bon fonctionnement de la grille RST02. Ces fichiers contiennent les
commandes macros et modèles permettant d’accéder aux modules et expressions graphiques de
la grille : - tableau de performances ;- profil développement durable ;- courbe de température ;escalier de la gouvernance.
01/06/2006, Guide technique - Paysage et lisibilité de la route - Eléments de réflexion pour une
démarche associant la sécurité routière et le paysage - SETRA
Ce document découle du rapport d’études « Paysage et lisibilité - Recueil d’expériences »
de juillet 2003. Il est destiné à faciliter l’appropriation des expériences présentées dans le
rapport d’études par toutes les personnes concernées par le paysage et l’infrastructure
(planification, conception, gestion, entretien...).Les outils présentés dans ce document
s’inspirent de méthodes développées à l’origine pour appréhender la complexité du milieu
urbain et transposées à l’interurbain. Il s’agit d’étudier les mécanismes de perception et
l’interprétation qui est faite de l’itinéraire. La lecture de l’environnement de la route a une
incidence sur le comportement des usagers. Une mauvaise interprétation peut-être la cause
d’accidents. La réflexion a été menée sur des voiries existantes (surtout bidirectionnelles) et
dans des conditions de visibilité normales. Cette démarche sur la lisibilité de la route est un
complément aux démarches plus classiques, telles que SURE (Sécurité des Usagers des Routes
Existantes).A consulter le site SURE : http://www.sure.equipement.gouv.fr/
01/07/2003, Guide technique – Direction des routes - Paysage (le) et la route
Ce fascicule étudie l’impact sur le paysage de la construction et du fonctionnement des
routes et ouvrages routiers. Il s’agit d’un document de travail qui trace d’abord une synthèse du
cadre législatif et réglementaire. Puis il récapitule l’évolution des mentalités en matière de
préoccupation paysagère. En effet, la prise en compte du paysage dans les projets neufs évolue
et conduit à l’intervention de nombreux corps de métier tels que les architectes-paysagistes,
architectes, géographes et urbanistes. Les différentes politiques et actions entreprises pour
Certu – octobre 2009
8
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
-
-
-
améliorer cette prise en compte sont passées en revues :
la politique 1% paysage et développement ;
les villages-étapes ;
les itinéraires de découvertes ;
les aménagements fonciers liés aux autoroutes ;
le paysage et les aménagements urbains.
La seconde partie traite de la gestion paysagère des routes existantes. L’entretien des
dépendances vertes et les arbres en bord de route y sont les principaux sujets abordés.
01/11/2002, Note d’information
Paysage (Le) dans les projets routiers : un outil pour l’aménagement du territoire
En milieu rural, la diversité des paysages français et la notion même de paysage nécessite une
approche systémique lors de la conception d’une infrastructure. Les différentes composantes d’un
projet (faune, flore, hydraulique, géologie, etc...) ne peuvent être étudiées séparément. La
cohérence du projet repose sur les interactions entre ces composantes, lesquelles sont centrées sur
le substrat paysager.Une réflexion axée sur le paysage dès les études amont, permet de réunir les
différents acteurs (concepteurs et acteurs locaux) autour d’intérêts communs tout en réfléchissant
à l’aménagement du territoire, dans une optique de développement durable.Les éléments de
méthode évoqués dans cette note d’information s’appliquent surtout aux grandes infrastructures,
mais ils offrent des pistes de réflexion et de travail pour les projets plus modestes.
01/05/2000, Note d’information - Ne pas oublier les délaissés routiers
A l'occasion de travaux routiers ou autoroutiers, en milieu interurbain, d'anciennes portions
de voirie ne sont plus utilisées et sont délaissées par le maître d'ouvrage en fin de travaux.
L'objet de cette note d'information est de présenter la procédure à suivre pour la réhabilitation
de ces infrastructures et de donner des éléments sur la suppression, le réaménagement, le
déclassement de ces reliquats de voirie pour qu'ils ne constituent plus des points noirs
paysagers du domaine public routier.
01/01/1998, Guide technique - Projets routiers urbains - Les études d’environnement dans les projets
routiers - CERTU et SETRA
Ce guide est destiné à faciliter l’application du décret du 25 février 1993 sur les études
d’impact, ainsi que la circulaire et l’instruction du 11 mars 1996 relatives à la prise en compte
de l’environnement et du paysage pour ce qui concerne le réseau routier national. Il identifie
pour le compte des responsables d’opérations routières, les principaux thèmes à étudier pour la
prise en compte de l’environnement dans la conception et la réalisation des infrastructures
routières en milieu urbain. Il comporte deux parties principales :- la première présente les
recommandations générales et précise la notion d’environnement dans le domaine routier. Elle
comporte en annexe quelques définitions relatives aux effets et un modèle de « charte de
concertation » ;- la seconde développe les principaux thèmes environnementaux dans leur
spécificité urbaine (aménagement de l’espace et urbanisme, qualité de l’air et climat, bruit,
vibrations, émissions lumineuses, risques et sécurité, agriculture et sylviculture, paysage,
patrimoine, milieu physique, eau, écosystème et milieu naturel - faune et flore).
01/12/1998, Guide technique - Boulevards, rondas, parkways... Des concepts de voies urbaines - CERTU
De nombreux projets municipaux affichent une politique de réaménagements urbains
autour de la voie. Une demande croissante de références sur sa conception a abouti aux études
historiques et techniques de trois villes:- boulevards hausmanniens de Paris, adaptation à la
voiture, tentatives récentes pour redonner plus de place aux autres usages,- qualité d’insertion
des rondas de Barcelone,- parkways de la fin du siècle dernier dans les grandes villes nordaméricaines, comme Chicago. Les préoccupations d’insertion urbaine des voies rapides, la
redécouverte du « boulevard urbain » ou le développement des « zones 30 » témoignent du
renouveau du traitement de la voirie qui touche tous les types de voies. Une bibliographie
complète chaque étude.
01/12/1998, Guide technique – La réhabilitation des voies rapides urbaines - Thème : paysage et
insertion urbaine – CERTU
Les voies rapides urbaines ont souvent été construites en force dans des tissus bâtis déjà
constitués, en créant des situations paysagères et urbaines peu satisfaisantes pour les riverains
et parfois pour les nombreux usagers qui les empruntent. Ce guide comporte 5 chapitres :- Le
Certu – octobre 2009
9
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
champ de la réhabilitation paysagère : ce chapitre décrit les voies rapides urbaines, précise la
définition de certains éléments et explique quelques notions de base. - Le constat des situations
paysagères : description de situations à améliorer ainsi que d’exemples à suivre en raison de la
qualité des aménagements réalisés.- Les moyens d’action : ce qu’il est possible de faire, selon
quels principes, sur quels espaces, avec quels moyens, à quels stades agir. - La méthodologie
de la réhabilitation paysagère : déroulement de l’étude, réflexion préalable, conception, gestion
et exploitation de la voie rapide, nécessité d’engager une action partenariale. -L’application à la
réalisation des espaces végétalisés : rôle primordial du végétal dans le paysage et la
réhabilitation des VRU.Les principes contenus dans ce guide réalisé pour la réhabilitation des
VRU existantes, s’appliqueront utilement aussi pour les projets neufs.
01/12/1995, Guide technique - Route et paysage - Guide méthodologique à l'usage des chefs de projet
et des paysagistes - SETRA
La première partie de ce guide présente le cadre général d’intervention, la politique en
matière de route et de paysage, puis la démarche globale d’aménagement. La deuxième partie
présente pour chaque mission, les objectifs, la méthode de travail, le type de documents à
remettre et les bases de rémunération. La présentation des missions reprend le cadre des phases
successives d’élaboration du projet routier, depuis l’analyse de l’état initial, les études
préalables au choix du tracé, le choix du tracé, la communication, la mise au point du projet.
01/03/1994, Guide technique - Végétalisation (la) : la végétation, outil d’aménagement - SETRA
Ce guide technique est un outil pour les aménageurs des dépendances des infrastructures
routières. Il est divisé en 3 parties : ‘) Les problèmes posés par la végétalisation en matière :d’objectifs : sécurité routière, qualité paysagère, écologie, stabilisation des sols, réduction ou
optimisation des travaux d’entretien ;- de contraintes: réglementaires, géométriques, de milieu,
techniques, commerciales ou de gestion. 2) Les éléments de réponse à :- la conception de projets
de terrassement ;- les travaux à effectuer ;- les matériaux végétaux et d’accompagnement.3) Les
méthodes d’intervention :- les semis ;- les plantations ;- la passation des marchés (CCTP types) ;le suivi et le contrôle des chantiers ;- la gestion et l’entretien des espaces végétalisés. Les annexes
se composent d’un lexique, d’une bibliographie et d’adresses utiles.
Références réglementaires
-
-
Décret n° 2005-935 du 2 août 2005 relatif à la partie réglementaire du code de l’environnement
Les dispositions annexées au décret n°2005-935 du 2 août 2005 constituent les livres I, III
et IV de la partie réglementaire du code de l’environnement. Attention : les dispositions de ces
même livres qui relèvent d’un décret en conseil des ministres figurent dans le décret n° 2005934 du 2 août 2005 relatif à la partie réglementaire du code de l’environnement. Par ailleurs, le
décret n° 2005-935 abroge, pour les territoires situés en France métropolitaine et dans les
départements d’outremer (DOM), certaines dispositions de la partie réglementaire du code de
l’environnement, ainsi que de nombreux décrets d’application. Il modifie en outre :
les livres II et VII de la partie réglementaire du code de l’environnement ;
le code de la voirie routière ; -le code général des collectivités territoriales.
Circulaire n° 2004-63 équipement-écologie du 22 novembre 2004
Circulaire relative à la concertation entre les services de l’environnement et les services de
l’équipement pour l’élaboration et l’instruction des projets routiers du réseau national
En 1999, le directeur des routes et la directrice de la nature et du paysage ont signé une
convention à l’attention des services déconcentrés et un protocole s’adressant aux
administrations centrales relatifs à la concertation entre les services de l’équipement et les
services de l’environnement pour l’élaboration et l’instruction des projets routiers du réseau
national. L’évolution des textes législatifs et réglementaires en matière de concertation et de
prise en compte de l’environnement dans les projets d’infrastructure impose d’en réviser les
modalités. Cette circulaire a été élaborée par la direction des routes et la direction des études
économiques et de l’évaluation environnementale, désormais compétente en matière
d’intégration de l’environnement dans les politiques publiques. Elle est accompagnée d’une
instruction rappelant :
Certu – octobre 2009
10
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
ses objectifs et son champ d’application ;
la méthode de concertation entre services ;
les étapes de l’élaboration d’un projet au cours desquelles la concertation doit être mise en
oeuvre ;
les règles de bonne pratique administrative entre services ;
les références méthodologiques existantes en matière de prise en compte des enjeux qui
font l’objet du dialogue entre le maître d’ouvrage et les services de l’environnement.
Circulaire n° 96-21 du 11 mars 1996
Circulaire relative à la prise en compte de l’environnement et du paysage dans les projets routiers
La prise en compte de l’environnement dans les projets routiers est une démarche continue
qui débute dès les études préliminaires et se poursuit, avec un niveau de précision croissant,
tout au long du processus de conception et de réalisation des infrastructures. L’étude d’impact
constitue la composante environnementale du dossier d’enquête publique. Cette circulaire
énonce les principes qui doivent présider à la conduite des études d’environnement relatives
aux projets routiers du réseau national, concédé et non concédé :
qualité des études,
objectivité des analyses,
transparence des choix.
Instruction annexée à la circulaire du 11 mars 1996 : prise en compte de l’environnement et du paysage
dans les projets routiers
Cette instruction précise les modalités de prise en compte de l’environnement et de
réalisation des dossiers d’études d’impact dans le domaine du réseau routier national. Elle
s’applique à l’ensemble constitué par l’élaboration des projets routiers et autoroutiers
nationaux, les études d’exécution, la conduite et le contrôle des travaux, la réalisation du suivi
et du bilan après la mise en service, l’entretien et l’exploitation, à l’exécution des phases
d’élaboration. Elle définit des données générales concernant :
les études globales d’aménagements routiers dans les domaines de la technique routière, de
l’aménagement de l’espace et de l’urbanisme, économique et social,
les principes fondamentaux : notion d’environnement, exigence de rigueur, transparence,
maîtrise des effets induits, implication des partenaires,
l’approche globale d’environnement : analytique et systématique, analyse des impacts,
l’organisation des services : principes, coordination et conduite des études avant travaux,
les conséquences des textes législatifs et réglementaires,
la conduite des études selon les phases : études d’environnement (autoroutes, réseau routier
non concédé, dossier des engagements de l’Etat, comité civil de suivi auprès des préfets),
impacts des chantiers, suivi après Déclaration d’Utilité Publique et bilan après mise en service,
écoute et concertation autour du projet, composition du dossier d’enquête publique.
En annexe :
contenu type de la pièce A (objet de l’enquête, informations juridiques et administratives)
du dossier d’enquête publique,
composition du dossier d’étude d’impact,
rappel des thèmes à prendre en compte,
notion de programme et appréciation des impacts.
Circulaire n° 94-56 du 5 mai 1994 et instruction annexée définissant les modalités d’élaboration,
d’instruction et d’approbation des opérations d’investissements sur le réseau routier national non concédé
Cette circulaire définit les modalités de la procédure d’élaboration, d’instruction et
d’approbation des opérations d’investissements routiers sur le réseau national non concédé à
l’échelon, national, régional et départemental. L’instruction annexée précise le contenu des
différentes phases d’études (études préliminaires, études d’avant-projets sommaires, études de
projets), clarifie les rôles des nombreux intervenants et décrit la circulation de l’information
entre ceux-ci. Elle fournit les grandes lignes du contenu des avis et des décisions qui ponctuent
le déroulement des études. Elle fournit également des indications sur les conditions de mise en
service et propose des modalités d’évaluation des ouvrages. En annexe : - spécificités des
études d’ouvrages d’art (articulation des études d’ouvrages d’art avec les études de tracé, les
ouvrages d’art non courants, études préliminaires, projets, estimations, cadres types,
-
-
-
-
-
Certu – octobre 2009
11
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
instruction),- spécificités des études de signalisation (schéma directeur de signalisation, projet
de signalisation),- spécificités des études d’exploitation (études préliminaires, études d’avantprojets sommaires, études de projets),- réhabilitation des VRU (Voies Rapides Urbaines),estimation (définition des postes et rubriques, découpage en éléments fonctionnels, cadres
d’estimation),- réestimation et réévaluation (principes, procédures, réestimation systématiques,
réévaluations provisoires, calendrier prévisionnel de réalisation),- bibliographie.(Cette
circulaire annule et remplace la circulaire du 2 janvier 1986 et celle du 18 décembre 1990)
Circulaire sur la qualité paysagère – Direction des routes – 24/09/84
Cette circulaire informe sur les suites données aux propositions formulées sur
l'établissement des projets routiers mis au point dans le souci du respect de la qualité paysagère
et architecturale des ouvrages routiers. Après un rappel des objectifs du projet et de leur
définition dans l'avant-projet, la circulaire aborde les modalités d'intervention des
professionnels (le rôle du chef de projet, le choix des intervenants). L'application des principes
qui régissent cette intervention se traduisent, au stade des travaux, par la rédaction adaptée des
clauses techniques particulières des marchés, par un contrôle en cours de construction et une
surveillance de chantier. Cette circulaire souligne l'importance du choix de l'entretien de
l'ouvrage afin d'assurer la valorisation esthétique de l'ouvrage. L'annexe présente :- les
définitions et les données générales sur les ouvrages, les principes pour la continuité du projet
dans l'action, les objectifs paysagers et architecturaux possibles, et les coûts des études et des
réalisations ;- les orientations permettant au maître d'ouvrages routiers de définir l'objectif
correspondant à des ouvrages destinés à s'adapter au site existant, à constituer des éléments de
sites futurs, à constituer un élément dominant du site et à des ouvrages sur lesquels on veut
attirer l'attention ;- les coûts de l'étude et de la réalisation d'un ouvrage.
Ouvrages de protection contre le bruit
-
-
Septembre 2009, Protections acoustiques : enjeux et modalités d'insertion dans le paysage – Note
d'information - SETRA
La réalisation ou l'aménagement d'une infrastructure engendre de fortes modifications des
sites traversés. Même si les mesures d'insertion, d'accompagnement ou compensatoires
participent à réduire de nombreux impacts, elles ne sont pas sans répercussions sur
l'environnement et le cadre de vie des territoires traversés. Ainsi, les protections acoustiques
font parties des mesures d'insertion mises en place dans le cadre de la politique d'atténuation
des nuisances sonores des infrastructures, et sont une composante du programme de résorption
des points noirs du bruit. L'étude acoustique a pour objectif d'étudier les solutions permettant
de ramener le niveau de bruit au seuil autorisé par la réglementation en vigueur et de
dimensionner des dispositifs de protection en fonction de la configuration de la voie, de son
trafic (estimation, prévision) et de la situation des habitations. Cependant ces protections
peuvent engendrer des impacts visuels et paysagers non négligeables à la fois pour les riverains
et les usagers de l'infrastructure (fermeture visuelle, effet de coupure, arrière des protections,
etc.). Le plus souvent situées en co-visibilité pour le riverain, ces premiers plans et leur qualité
de traitement sont déterminants pour l'image et la qualité future de l'infrastructure.
L'objectif de cette note d'information est de sensibiliser les concepteurs, les spécialistes du
bruit et les paysagistes à l'intérêt d'une insertion globale des protections acoustiques dans le
sens d'une meilleure adéquation entre protection contre le bruit, respect des paysages et du
cadre de vie et mise en valeur des sites traversés. Cette note d'information traite plus
particulièrement des protections acoustiques par écrans ou merlons (ou buttes de terre).
Février 2009, Catalogue des fabricants et des entreprises de pose d’écrans acoustiques – CERTU
Ce catalogue des fabricants et entreprises de pose d’écrans acoustiques est destiné aux
maîtres d’ouvrage et maîtres d'œuvre désirant réaliser un tel ouvrage. Il leur permet d’avoir
rapidement un aperçu des produits disponibles sur le marché, les coordonnées des fabricants les
proposant et les entreprises spécialisées dans leur pose. Chaque fiche précise aussi les
références de réalisations parfois accompagnées d’illustrations.
Certu – octobre 2009
12
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
-
Décembre 2007, Guide de conception et de réalisation – Les écrans acoustiques - CERTU
Les écrans acoustiques font partie du panel d'actions techniques possibles permettant de
réduire le bruit des infrastructures de transports terrestres. La réglementation française
recommande de privilégier la protection à la source du bruit et donc la mise en place d'écrans
acoustiques plutôt que des isolations de façades. Les écrans permettent en effet de protéger
également les espaces extérieurs. Bien entendu, les conditions d'insertion de ces écrans dans
l'environnement doivent être satisfaisantes et le coût des travaux raisonnable. Le présent guide
s'adresse plus particulièrement aux maîtres d'ouvrage publics ou privés, concepteurs et
exploitants d'écrans acoustiques. Après avoir rappelé un certain nombre de bases techniques, il
détaille la structure des écrans, évoque le contexte normatif applicable et fournit des
recommandations pour la rédaction des pièces de marché. De plus, cet ouvrage fait le point sur
les pathologies les plus souvent rencontrées et insiste sur les précautions à prendre pour les
éviter. Les aspects esthétiques et architecturaux ne sont pas oubliés, car ils se révèlent être
primordiaux surtout pour les riverains. De nombreuses figures explicatives et des photos
permettent d'illustrer les différents points abordés et les exemples présentés.
Juin 2003, Guide technique et administratif pour le traitement des Points Noirs Bruit - Isolation
acoustique des façades - CERTU
Ce guide est relatif à l'amélioration de l'isolation acoustique des façades de bâtiments. Il
développe plus particulièrement la mise en oeuvre de l'isolation acoustique des façades dans le
cadre de la résorption des points noirs dus au bruit (PNB) des infrastructures de transports
terrestres. La rédaction de ce guide a été confiée au CERTU par la Mission Bruit du Ministère
de l'Écologie et du Développement Durable. Il s'adresse aux DDE ainsi qu'aux prestataires de
services et entreprises susceptibles d'intervenir dans le cadre de ce nouveau dispositif.
Après une présentation des grandes lignes du programme national de résorption des PNB et des
conditions d'attribution de la subvention accordée par le Ministère de l'Ecologie et du
Développement Durable, ce guide technique détaille les différentes étapes du déroulement
d'une opération de résorption mettant en oeuvre une isolation acoustique des façades. Les trois
dernières parties de l'ouvrage abordent les aspects théoriques et pratiques de l'amélioration de
l'isolation acoustique des façades ainsi que les aspects connexes à prendre en compte :
exigences de pureté de l'air, de maintien du confort thermique et aspects liés à la sécurité.
Octobre 2001, Guide technique - Manuel du chef de projet « Bruit et études routières » – SETRA et
CERTU
Ce manuel, destiné aux responsables de la conduite des projets d’infrastructures routières, a
pour objectif de les guider dans leur rôle de pilote des études acoustiques au cours de
l’élaboration du projet et d’aider les acousticiens à mieux comprendre le contexte dans lequel
se situent les études qu’ils ont à mener. Il traite tous les types de :- projets : liaisons nouvelles
de grande ou faible longueur ;- sites : milieu rural, périurbain ou urbain, auxquels un chef de
projet peut être confronté. Après un rappel des phénomènes physiques et du contexte
réglementaire, les divers aspects de la réalisation d’une étude acoustique sont détaillés :’) Le
recueil des données nécessaires :- données relatives au site ;- la circulation ;- l’environnement
acoustique du projet.2) La définition des objectifs.3) Le choix des outils d’évaluation :- la
mesure ;- les calculs manuels : le guide du bruit ;- les logiciels ;- la NMPB-Routes-96 ;- les
maquettes.4) Le choix des dispositifs de protection :- le parti d’aménagement et la géométrie du
projet ;- l’organisation des déplacements et l’exploitation de la voirie ;- les revêtements de
chaussée ;- les protections à la source : buttes de terre, écrans, couvertures partielles ou lourdes,
revêtements absorbants, végétation ;- les protections de façades. Le manuel présente ensuite
leur articulation aux différentes phases du projet (choix de parti, comparaison et choix des
variantes de tracé, concertation, études de détail), illustrée en annexe par une étude de cas et un
exemple de note de calcul.
Certu – octobre 2009
13
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Références réglementaires
-
-
-
-
-
-
Loi n° 92-1444 du 31 décembre 1992 relative à la lutte contre le bruit
Cette loi prend des dispositions relatives à :- la prévention des nuisances sonores (réduction
des émissions et classification des activités bruyantes),- la prise en compte du bruit dans les
infrastructures de transport, l'urbanisme et la construction,- la protection des riverains des
grandes infrastructures contre le bruit des transports terrestres et du transport aérien,- les
modalités de contrôle et de surveillance,- les mesures judiciaires et administratives.
L'ordonnance n° 2000-914 du 18 septembre 2000 relative à la partie Législative du code de
l'environnement les abroge les articles 1er à 8, 12, 13, 16, 19, 21 à 27.
Décret n° 95-22 du 9 janvier 1995 relatif à la limitation du bruit des aménagements et infrastructures de
transports terrestres
Ce décret institue la nécessité d'accompagner les projets de réalisation, modification,
transformation significative d'une infrastructure de transports terrestres par des mesures
limitant les nuisances sonores. Ces mesures, ainsi que les niveaux sonores prévisionnels
doivent figurer dans le dossier d'enquête préalable.
Arrêté du 24 avril 2006 portant application aux dispositifs antibruit routiers du décret n° 92-647 du 8
juillet 1992 modifié concernant l’aptitude à l’usage des produits de construction
D’une manière générale, les produits de construction ne peuvent être mis sur le marché que
s’ils sont munis du marquage CE. Les produits marqués CE sont présumés aptes à l’usage,
c’est-à-dire présenter des caractéristiques telles que les ouvrages dans lesquels ils doivent être
utilisés puissent satisfaire aux exigences essentielles de résistance mécanique et stabilité,
sécurité en cas d’incendie, hygiène, santé, sécurité d’utilisation, protection contre le bruit,
économie d’énergie et isolation thermique. Le produit peut être muni du marquage CE s’il
satisfait aux normes le concernant ou à l’Agrément Technique Européen (ATE).Cet arrêté
dispose que les dispositifs antibruit routiers sont soumis aux mêmes obligations, bien qu’ils
bénéficient d’un délai leur permettant d’être mis pour la première fois sur le marché jusqu’au
1er mai 2007 et d’être commercialisés jusqu’au 1er mai 2009. Les dispositifs antibruit routiers
concernés sont tels que définis par la norme : NF EN 14388
Arrêté du 5 mai 1995 relatif au bruit des infrastructures routières
Cet arrêté évalue et définit les indicateurs de gêne due au bruit d'une infrastructure routière
pour les périodes diurne et nocturne, en fonction des types de locaux (établissements de santé,
établissements scolaires, logements, bureaux).
Circulaire du 25 mai 2004 relative au bruit des infrastructures de transports terrestres
Cette circulaire porte sur : - l’article L. 571-10 du code de l’environnement concernant le
classement sonore des infrastructures de transports terrestres et la réglementation acoustique
des bâtiments neufs dans les secteurs affectés par le bruit ; - les nouvelles instructions à suivre
concernant les observatoires du bruit des transports terrestres et le recensement des points noirs
dus au bruit des réseaux routier et ferroviaire nationaux ; - les opérations de résorption des
points noirs dus au bruit des réseaux routier et ferroviaire nationaux. En annexes 1) Données
relatives au classement sonore à transmettre à la DIREN. 2) Définition des points noirs,
objectifs acoustiques, méthodes de vérification. 3) Note technique sur les actions de réduction
du bruit : - les revêtements de chaussées peu bruyants ; - la réduction du bruit de roulement
ferroviaire ; - les écrans acoustiques ; - le renforcement de l’isolation acoustique des façades.
Circulaire du 12 juin 2001 relative à l'observatoire du bruit des transports terrestres - Résorption des
points noirs du bruit des transports terrestres
Depuis la publication de la loi du 31 décembre 1992 relative à la lutte contre le bruit, le
Gouvernement a décidé de renforcer la politique de lutte contre le bruit des transports
terrestres. Dans ce cadre, il a été décidé de mettre en place un observatoire du bruit des
transports terrestres. L'observatoire doit permettre :- de recenser les zones de bruit critique ;d'identifier les points noirs ;- de déterminer les actions à envisager ;- de porter ces informations
à la connaissance du public ;- de communiquer sur la mise en oeuvre du programme de
résorption. Cette circulaire précise les modalités de hiérarchisation et de financement des
opérations de résorption des points noirs du bruit des réseaux routier et ferroviaire nationaux.
Certu – octobre 2009
14
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
Circulaire n° 97-110 du 12 décembre 1997 relative à la prise en compte du bruit dans la construction de
routes nouvelles ou l’aménagement de routes existantes du réseau national
Cette circulaire complète les indications réglementaires quant à la prise en compte du bruit dans la
construction des voies nouvelles ou la transformation des voies existantes, et la maîtrise des
conditions de construction le long des voies routières. Elle fournit en annexe des précisions
techniques pour faciliter leur application :- liste des textes concernant le bruit routier,- principe
d'antériorité,- changement de période,- horizon des prévisions de trafic dans les études de bruit,zone d'ambiance sonore modérée,- modification ou transformation significative d'infrastructure,- les
hypothèses de trafic sur deux périodes,- calculs prévisionnels et prise en compte des conditions
météorologiques,- mode de protection (traitement des infrastructures ou de des abords),- appel
d'offre et réception des ouvrages,- contrôle du respect de la réglementation après mise en service.
Circulaire n° 96-21 du 24 septembre 1984 relative à la qualité paysagère et architecturale des ouvrages routiers
Cette circulaire informe sur les suites données aux propositions formulées sur l’établissement
des projets routiers mis au point dans le souci du respect de la qualité paysagère et
architecturale des ouvrages routiers. Après un rappel des objectifs du projet et de leur définition
dans l’avant-projet, la circulaire aborde les modalités d’intervention des professionnels (le rôle
du chef de projet, le choix des intervenants). L’application des principes qui régissent cette
intervention se traduisent, au stade des travaux, par la rédaction adaptée des clauses techniques
particulières des marchés, par un contrôle en cours de construction et une surveillance de
chantier. Cette circulaire souligne l’importance du choix de l’entretien de l’ouvrage afin
d’assurer la valorisation esthétique de l’ouvrage. L’annexe présente :- les définitions et les
données générales sur les ouvrages, les principes pour la continuité du projet dans l’action, les
objectifs paysagers et architecturaux possibles, et les coûts des études et des réalisations ;- les
orientations permettant au maître d’ouvrages routiers de définir l’objectif correspondant à des
ouvrages destinés à s’adapter au site existant, à constituer des éléments de sites futurs, à
constituer un élément dominant du site et à des ouvrages sur lesquels on veut attirer
l’attention ;- les coûts de l’étude et de la réalisation d’un ouvrage.
Pollution des rejets
-
01/02/2008, Fiche et note d’information – SETRA
Traitement des eaux de ruissellement routières - Opportunité des ouvrages industriels :
débourbeurs, déshuileurs et décanteurs-déshuileurs
Lors de la construction d’une route, la protection de la ressource en eau nécessite la mise en
place d’ouvrages de traitement de la pollution des eaux de ruissellement. Des études ont permis de
connaître les performances de la plupart des ouvrages classiques. Cependant, les performances des
« ouvrages industriels », ainsi que leurs modalités d’entretien (coût, difficulté) sont encore mal
connues. Cette note d’information apporte donc un éclairage sur l’opportunité de l’utilisation de ces
ouvrages industriels. Elle en décrit les performances théoriques, ainsi que les rendements observées
en situation réelle. Elle en expose enfin les modalités d’entretien.
01/02/2008, Fiche et note d’information – SETRA
Pollution (la) des sols et des végétaux à proximité des routes
La réalisation de bilans aux abords des infrastructures est difficile en raison de la multiplicité
des sources de pollution et en l’absence de normes françaises. Pourtant, ces bilans de pollution
sont nécessaires à la réalisation des études d’impacts « sol » rendues obligatoires par le décret n
°93-245 du 25 février 1993, qui précise la notion d’environnement et transpose en droit interne
les prescription de la directive CEE n°85-337du 27 juin 1985 concernant l’évaluation des
incidences de certains projets publics et privés sur l’environnement. Cette note d’information a
pour objectif de fournir des références et des éléments pour faciliter la réalisation des études
d’impact « sol », et plus précisément, pour permettre la prise en compte de la pollution
atmosphérique de proximité par les éléments traces métalliques, autrefois désignés métaux
lourds. es études sur lesquelles cette note d’information s’appuie ont été réalisées sur des voies
supportant des trafics de référence allant de 20 000 à 80 000 véhicules par jour.
-
-
Certu – octobre 2009
15
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
-
-
01/08/2007, Guide technique - Pollution d’origine routière - Conception des ouvrages de traitement des
eaux – SETRA
Ce guide technique propose une doctrine intégrant :- une méthode d’évaluation de la
vulnérabilité de la ressource en eau ;- la caractérisation des pollutions accidentelle, saisonnière
et chronique ;- la description et l’entretien des ouvrages de protection ;- la gestion des boues.
L’ensemble de la démarche s’appuie sur un retour d’expériences en matière de conception et de
gestion des ouvrages de traitement. Elle tient compte également des résultats de recherches
engagées depuis une quinzaine d’années sur la pollution et l’impact des eaux de ruissellement
de chaussées sur le milieu naturel. Ce document apporte aux concepteurs la possibilité d’unifier
leurs pratiques, d’acquérir des méthodes communes d’approche des problèmes de pollution et
d’appliquer les règles de calculs nécessaires au dimensionnement des ouvrages de traitement. Il
est le dernier d’un triptyque comprenant les guides « Drainage routier » et « Assainissement
routier » édités en 2006.
01/07/2007, Guide technique- Chantiers routiers et préservation du milieu aquatique - Management
environnemental et solutions techniques - CFTR
Ce guide est destiné aux prescripteurs, constructeurs et services instructeurs. Il rassemble les
éléments techniques permettant de prendre en compte les dispositions contenues dans la loi sur
l’eau de janvier 1992, intégrées depuis 2001 dans le code de l’environnement (Livre II, Titre
1er), lors de la réalisation de chantiers routiers vis à vis :- des pollutions des cours d’eau et des
nappes souterraines ;- des modifications des écoulements superficiels ou souterrains ;- des
variations du niveau des nappes phréatiques. Ce guide :- présente les risques possibles des
chantiers routiers sur les ressources en eaux ;- rappelle le cadre réglementaire et législatif en
vigueur en novembre 2006 et les démarches à entreprendre en conséquence ;- émet des
préconisations techniques pour la prise en compte de la protection des eaux dès les études d’un
projet et durant les diverses phases de préparation et de réalisation des travaux.- comprend des
fiches de cas, un bêtisier, des références bibliographiques et un glossaire. Ce document a été
établi dans l’optique d’une application aux infrastructures routières. Les principes généraux qui
y sont présentés peuvent néanmoins être valables pour les autres infrastructures linéaires.
01/09/2004, Guide technique
Eau (l’) et la route
Ce fascicule analyse les problématiques liées à la prise en compte de l’eau dans la réalisation
des projets routiers. Il s’agit d’un document de travail qui récapitule d’abord le cadre législatif
et réglementaire et les sources d’information disponibles. Il détaille ensuite les différents
milieux concernés : - milieux physiques : eaux de surface, eaux souterraines ;- habitats
humides : eaux stagnantes, eaux courantes, landes humides, tourbières, mégaphorbiaies,
sources, milieux temporaires ;- la faune inféodée aux milieux aquatiques. Puis il passe en revue
les facteurs d’impacts liés à la construction et au fonctionnement des infrastructures routières.
Enfin, il propose une démarche de prise en compte de l’eau à chaque étape du projet : de la
conception à l’exploitation de la route.
01/01/1987, Note d’information, Routes et pollution des eaux – SETRA
Cette note fait le point sur la perturbation du régime et de la qualité des eaux superficielles
et des eaux souterraines lors de l'aménagement et de l'exploitation du réseau routier, en
présentant pour chaque type de pollution, les causes, les conséquences pour le milieu récepteur
et les remèdes envisageables.
Références réglementaires
-
Circulaire du 29 avril 2002 relative à l’utilisation de produits absorbants sur le réseau routier national
Cette circulaire, relative à l’utilisation de produits absorbants sur le réseau routier national,
annule et remplace les circulaires du 29 novembre 1999 et du 17 février 2000. Elle présente :le nouveau référentiel technique à prendre en compte ;- la mise en oeuvre de ces produits dans
le traitement des cas de pollution accidentelle due aux hydrocarbures ;- les mesures
complémentaires à prendre en compte dans le cas des pollutions plus importantes.
Certu – octobre 2009
16
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Pollution de l’air
Février 2009, Études d'impact d'infrastructures routières – Volet « air et santé ». Etat initial et recueil de
données. Rapport d'étude CERTU
L’étude d’environnement et l’étude d’impact « air et santé » qui lui est associée nécessitent la
présentation d’un état initial, base de la connaissance de la réalité du territoire, élément de calage
des modèles utilisés et données nécessaires aux diverses méthodologies d’estimation des impacts.
Ce guide a pour objectif de recenser les éléments et méthodes nécessaires à la rédaction de ce type
de document.
L'établissement de l'état initial nécessite à la fois la collecte des données indispensables à la
définition de la qualité de l'air avant la réalisation du projet mais aussi le recueil de données
permettant d'établir le volet sanitaire de l'étude d'impact rendu obligatoire par l'article 19 de la loi
sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie et ses décrets et circulaire d'application. La
description de l'occupation des sols, la quantification des populations susceptibles d'être impactées
et la qualification de leur état sanitaire sont donc souvent nécessaires.
Dans un certain nombre de domaines, il s'est avéré difficile d'énoncer des recommandations ou des
règles strictes. L'adaptation du projet à son contexte local est à prendre en considération. De même
que pour l'étude proprement dite où il y a proportionnalité entre les enjeux et le niveau d'étude,
l'état initial nécessite dès le départ une réflexion afin de bien cadrer d'une part les études générales
à entreprendre d'autre part les données à collecter. Des moyens très différents pourront être mis en
place dès cette étape, aussi bien en terme de mesure de la pollution que de collecte des données
d'impact sanitaire.
En tout état de cause, la réalisation d'un état initial est une étape cruciale dans la programmation
générale de l'étude, tant sur le plan de l'importance de l'acquisition et du traitement des données
que sur le plan du délai des études. Il est important dès le début des études de bien dimensionner le
travail à mettre en place, les temps de collecte de certaines données, notamment les campagnes de
mesure.
Juillet 2005, Note méthodologique sur l'évaluation des effets sur la santé de la pollution de l'air dans les
études d'impact routières. CERTU
La présente note méthodologique annexée à la CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE N°DGS/
SD7B/2005/273 du 25 février 2005 relative à la prise en compte des effets sur la santé de la
pollution de l'air dans les études d'impact des infrastructures routières vise à uniformiser les
pratiques des différents ministères pour une meilleure prise en considération de la santé via
l'exposition à l'air dans les études d'impact d'infrastructures routières. Cette note annule la note
méthodologique de juin 2001 sur les études d'environnement dans les projets routiers « volet air ».
Par contre, l'annexe technique à cette ancienne note est toujours maintenue. Elle donne aux
services de l'État réalisant ou analysant des projets routiers, les éléments nécessaires à l'évaluation
des effets de la pollution atmosphérique sur la santé. Elle se limite aux sujets pour lesquels existent
des références scientifiques et méthodologiques, mais elle pourra être complétée et modifiée, le
cas échéant, au fur et à mesure des progrès en ce domaine. Les maîtres d'ouvrage routiers autres
que l'État pourront, également, s'inspirer du présent document dans la réalisation de leurs propres
projets. Du point de vue de la prise en compte de l'environnement dans la décision publique, une
meilleure appréciation de l'impact de la pollution de l'air sur la santé doit contribuer à
l'amélioration de l'information du public sur les risques sanitaires encourus et à une justification
plus précise de la solution retenue, parmi d'autres possibles.
Octobre 2004, Le cadrage préalable de l'étude d'impact sur l'environnement. Ministère de l’écologie et du
développement durable (MEED)
Le cadrage préalable consiste à définir le contenu de l’étude d’impact qui va être réalisée. Cette
démarche s’engage soit lors de la comparaison de plusieurs partis d’aménagement soit au moment
où les caractéristiques principales d’un projet sont connues, c’est-à-dire dès la définition de
l’esquisse technique de celui-ci.
Le maître d’ouvrage du projet1 le réalise avant de rédiger le cahier des charges des études à
Certu – octobre 2009
17
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
effectuer. Celui-ci peut alors demander à l’autorité chargée de l’instruction de la demande
d’autorisation1 de formuler son avis sur les informations qu’il se propose de recueillir.
Qu’il soit soumis à cette autorité ou qu’il reste un document préparatoire, le dossier de cadrage
préalable présente :
- les principales caractéristiques du projet et de ses variantes, voire les différents partis
d’aménagement envisagés ;
- le contexte administratif et institutionnel dans lequel se situe ce projet
- les enjeux environnementaux du territoire concerné ;
- les effets potentiels du projet, exposés à partir de cas semblables.
Le travail doit demeurer proportionnel aux enjeux du projet : il se limite à un recueil et à l’analyse
de données aisément accessibles pour les projets les plus simples, mais il implique une véritable
étude pour les cas les plus complexes.
Il est conduit par le porteur du projet qui sollicitera si besoin l’appui d’un consultant1.
La concrétisation pratique de ce cadrage préalable est la finalisation du cahier des charges de
l’étude d’impact qui définit les études à conduire et peut servir de base pour choisir un prestataire
de service (parfois celui qui a contribué à la réalisation du cadrage préalable) ou s’organiser en
interne pour conduire ce travail.
Novembre 2004, Sélection des agents dangereux à prendre en compte dans l’évaluation des risques
sanitaires liés aux infrastructures routières – Rapport du groupe de travail InVS, DGS, ADEME, INRETS,
Vincent Nedellec consultant, CETE Méditerranée, SETRA, CERTU.
L’article 19 de la loi n°96 1236 du 30 décembre 1996 sur l’air et l’utilisation rationnelle de
l’énergie a apporté des compléments sur le contenu des études d’impacts des projet
d’infrastructures de transport à la loi du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature.
Aux termes de l’article 19 précité, tous les projets requérant une étude d’impact, doivent établir «
une étude des effets du projet sur la santé » et présenter les mesures envisagées pour supprimer,
réduire, et si possible compenser les conséquences dommageables du projet sur l’environnement et
« la santé ».
Les services déconcentrés rencontrent des difficultés concernant l’application concomitante des
guides actuels ; les DDE et DRE utilisant le guide Certu-Setra, les Ddass et Drass le guide InVS.
En effet, le premier guide ne prend pas suffisamment en compte le volet « santé », se limitant à
l’exposition par l’air, et le second complet en terme d’évaluation sanitaire est cependant plus
adapté aux sources de pollution ponctuelle (installations classées) qu’aux sources linéaires
(infrastructures routières et ferroviaires).
Devant ce constat, la direction des routes (ministère chargé de l’équipement), la direction générale de
la santé (ministère chargé de la santé publique), la direction de la prévention des pollutions et des
risques et la direction des études économiques et de l’évaluation environnementale (ministère chargé
de l’environnement) ont mis en place un groupe de travail sur le sujet en début d’année 2002.
L’objectif de ce groupe de travail est d’élaborer un guide d’aide à la réalisation et à la lecture du
volet «sanitaire» des études d’impact des infrastructures linéaires de transport pour les services
déconcentrés et les bureaux d’études pour fin 2004. Ce guide aura pour vocation de définir dans le
contexte spécifique des infrastructures linéaires :
- les méthodes pour décrire l’état initial des projets,
- les matériels et méthodes à mettre en oeuvre pour réaliser une évaluation quantitative des
risques sanitaires (EQRS),
- les méthodes pour prendre en compte les expositions cumulées.
Rapidement, il s’est avéré que les questions méritant des réponses techniques et méthodologiques
étaient nombreuses et nécessitaient la constitution de sous-groupes de travail.
Parmi les quatre étapes d’une évaluation des risques sanitaires, les deux premières (identification des
dangers et caractérisation des relations doses réponses) sont les moins dépendantes du contexte local.
Un sous groupe piloté par l’InVS a donc été chargé de réaliser ces deux premières étapes à partir de
la description des process de construction, d’entretien et du fonctionnement d’une infrastructure
routière ou ferroviaire ; ceci afin de permettre une homogénéité des études au plan national.
Le rapport présenté ici est le résultat du travail de ce sous groupe. Il se limite au domaine routier.
Juin 2001, Les études d'environnement dans les projets routiers « volet air ». Annexe technique à la note
méthodologique sur les études d'environnement dans les projets routiers. SETRA-CERTU-ADEME.
Certu – octobre 2009
18
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Ce guide (annexe technique de la note méthodologique) présente un condensé des connaissances
techniques actuelles dans le domaine de la pollution atmosphérique.
Il regroupe les milieux urbain et interurbain dont les spécificités sont clairement identifiées. La
problématique de l'étude d'environnement « air » et de l' étude d'impact qui en découle est abordé
sous trois aspects :
- les recommandations ;
- le point des connaissances actuelles ;
- la justification de certaines décisions techniques.
Il est organisé en trois parties :
1- Les études « air » de l'étude d'environnement à l' étude d'impact
2- Caractérisation des polluants
3- Les effets. Identification, évaluation et mesures de prévention
Ce guide est complété par :
- 11 annexes : niveaux actuels en polluants, quelques notions de trafic, la circulation du parc des
véhicules en France, les émissions de polluants et consommation énergétique, cas particulier des
NOx, métrologie, la santé, l'écotoxicologie, relations avec les SIG, cas des ouvrages souterrains,
liste d'adresses utiles ;
- une bibliographie ;
- une liste des sigles utilisés.
Références réglementaires
30 décembre 1996 consolidé 14 juin 2006, Loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie
(LAURE)
25 février 2005, Circulaire interministérielle (Équipement/Santé/Écologie) relative à la prise en compte des
effets sur la santé de la pollution de l'air dans les études d'impact d'infrastructures routières.
Certu – octobre 2009
19
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Titre II Partie III
Conduite de l’opération
Rétablissement des réseaux
-
01/03/2001, Guide technique - Communication avec les mobiles - Application au trafic et aux
transports routiers – CERTU
Cet ouvrage constitue un support de travail pour les concepteurs et décideurs qui ont un
intérêt dans les télécommunications et le monde du transport. Il comprend les chapitres
suivants :- l’introduction replace la problématique des télécommunications dans le contexte
général et en retrace l’historique ;- le chapitre 2 est consacré aux usages qui peuvent être faits
des télécommunications dans les applications transport : transport en commun, taxi, véhicules
de marchandises, flotte d’entreprise, communication vers les infrastructures de transport ;- le
chapitre 3 reprend de manière synthétique et pour chaque fonction identifiée les informations
qui doivent être transmises ;- le chapitre 4 détaille les techniques et technologies propres aux
télécommunications, et analyse tous les médias ;- le chapitre 5 propose un comparatif des
techniques de communications ;- le chapitre 6 fait le lien entre les besoins identifiés dans les
applications de transport et les technologies de télécommunications ;- le chapitre 7 donne
quelques points de repères indispensables sur la réglementation des télécommunications ;- le
chapitre 8 présente l’offre industrielle et commerciale. Ce document est complété par une
bibliographie, des annexes techniques et un glossaire de termes techniques.
Références réglementaires
-
-
-
Loi du 3 janvier 2002 relative à la sécurité des infrastructures et systèmes de transport, aux enquêtes
techniques après événement de mer, accident ou incident de transport terrestre ou aérien et au stockage
souterrain de gaz naturel, d’hydrocarbures et de produits chimiques - Loi n° 2002-3
Cette loi est divisée en trois titres concernant respectivement : 1) La sécurité des infrastructures
et des systèmes de transport :- ouvrages du réseau routier dont l’exploitation présente des
risques particuliers pour la sécurité des personnes ;- ouvrages maritimes portuaires.2) La
sécurité autour des sites de stockage souterrain de gaz naturel, d’hydrocarbures et de produits
chimiques.3) Les enquêtes techniques et administratives après :- évènement de mer ;- accident
ou incident de transport terrestre ou aérien.
Arrêté du 22 décembre 2006 modifiant l’arrêté du 1er juin 2001 modifié relatif au transport des
marchandises dangereuses par route (dit “ arrêté ADR ”)
L'arrêté du 1er juin 2001 a pour objet :- de compléter les dispositions des annexes A et B de
l'accord ADR (accord européen relatif au transport international des marchandises
dangereuses par route) ;- de définir, le cas échéant, les règles spécifiques aux transports de
marchandises dangereuses effectués en France par route, que ces transports soient nationaux
ou internationaux. L'arrêté du 22 décembre 2006 apporte de nombreuses modifications
techniques et formelles à l'arrêté du 1er juin 2001.Il modifie notamment l'annexe D. 2
relative à l'art. 20 (liste des organismes certificateurs pour l'assurance qualité) en ajoutant
"URS France" et "AB Certification" à la liste* des organismes autorisés. *liste des
organismes certificateurs pour l'assurance qualité, déjà modifiée par les arrêtés :- du 8 février
2002 ;- du 15 mars et du 12 avril 2006.
Arrêté du 17 mai 2001 fixant les conditions techniques auxquelles doivent satisfaire les distributions
d’énergie électrique
Certu – octobre 2009
20
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
Cet arrêté fixe les modalités techniques d’implantation et de renouvellement des supports de
distribution d’énergie électrique pour le domaine public routier national et le domaine public
routier des collectivités territoriales
Circulaire n° 89-47 du 1er août 1989 relative à l’occupation du domaine public routier national (réglementation)
Cette circulaire, relative à l’occupation du domaine public routier national
(réglementation), présente la modification de l’arrêté du 15 janvier 1980, article 5.4,
paragraphe 6° b, relatif aux lanternes, enseignes lumineuses ou non lumineuses.
Réalisation des travaux
-
-
-
-
01/09/2003, Guide technique - Signalisation temporaire - Manuel du chef de chantier. Volume 3 :
voirie urbaine – CERTU
La signalisation temporaire, que ce soit celle de la route, des véhicules ou des personnes, est un
moyen essentiel à la sécurité de tous les usagers. Ce guide technique explicite les principales
règles et recommandations pratiques s’appliquant aux balisages des chantiers en milieu urbain.
Il s’adresse aussi bien aux gestionnaires, aux contrôleurs qu’aux autres intervenants publics ou
privés, concernés par les chantiers sur la voirie. Après un rappel des principes généraux et des
critères d’efficacité, le guide décrit la réalisation de la signalisation réglementaire dans les
différentes situations rencontrées en milieu urbain. Il porte principalement sur les cas
suivants :- signalisation d’urgence et danger temporaire ;- travaux sur trottoir ;- chantier fixe ;chantier mobile ;- déviation de la circulation ;- pose et dépose de la signalisation.
01/07/2002, Guide technique - Signalisation temporaire - Manuel du chef de chantier. Volume 2 :
routes à chaussées séparées – SETRA
Ce manuel s’adresse aux agents chargés de la mise en place et de l’entretien de la signalisation
temporaire. Il se veut pratique et a pour but de concrétiser, par de nombreuses illustrations,
l’application des règles de la signalisation temporaire définies par la 8 ème partie de
l’Instruction interministérielle sur la signalisation routière. Ce document contient :’) Des fiches
explicatives des éléments principaux de l’Instruction.2) Des schémas de signalisation
temporaire correspondant à divers cas :- chantiers fixes ;- chantiers mobiles ;- coupure d’une
chaussée.3) Des documents annexes :- caractéristiques des signaux et dispositifs temporaires ;signaux temporaires. Les schémas proposés n’ont qu’une valeur d’exemple et ne couvrent pas
tous les cas possibles. Une application réfléchie des règles de base reste nécessaire.
01/03/2001, Guide technique - Catalogue des activités et mesures d’exploitation - SETRA
Cet ouvrage est une introduction à divers documents techniques (veille qualifiée, patrouilles,
itinéraires bis, plans de gestion du trafic...) composant le corpus technique du SDER.Il a été
élaboré dans le but d’offrir une vue d’ensemble rapide sur les activités et les mesures
spécifiques à l’exploitation routière. Il constitue un outil de première approche dans la
résolution des problèmes d’exploitation. Il renvoie, par ses références bibliographiques, à des
documents spécifiques beaucoup plus complets. Il concerne les milieux interurbain et
périurbain. Il prend en compte l’exploitation des voies rapides urbaines. Ce document est
composé de deux parties :’) l’une concerne les activités, c’est-à-dire les tâches ayant pour
objectif la mise en place des moyens :- recueil des données ;- surveillance ;- élaboration
d’outils...2) l’autre se rapporte aux mesures : actions à mettre en oeuvre pour résoudre un
problème réel de façon optimale. Chaque partie est composée d’un ensemble de fiches traitant
chacune d’une activité ou d’une mesure particulière. Ces fiches sont regroupées par famille en
fonction des objectifs auxquels elles répondent : connaître le réseau, le surveiller, prévoir,
détourner le trafic, le répartir...
01/03/2001, Guide technique - Les techniques de localisation des véhicules – CERTU
Cet ouvrage s’adresse aux responsables techniques qui ont en charge un projet intégrant
une fonction de localisation de véhicules. Les fonctions de localisation prennent une part
grandissante dans les systèmes de gestion de flotte (parc de véhicules, marchandises, taxis,
voyageurs...). Des dispositifs individuels se répandent également chez les automobilistes,
facilitant le guidage et les appels de détresse. Plusieurs solutions techniques sont disponibles :
Certu – octobre 2009
21
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
-
elles sont analysées en terme de performances techniques (couverture, précision, disponibilité,
fiabilité...) et croisées avec les exigences fonctionnelles, variables selon les applications qui
peuvent être très variées : information routière, télépéage, recherche de véhicules volés, flottes
d’intervention...Ce document présente également un aperçu de l’offre industrielle et
commerciale. Une sélection de sites Internet et d’organismes figure en annexe.
01/10/1999, Guide technique - Guide de direction de travaux - SETRA
Ce guide destiné principalement à la maîtrise d'oeuvre des opérations de travaux, mais aussi à
la maîtrise d'ouvrage est un aide-mémoire qualité chronologique des actions à mener et des
précautions à prendre depuis l'analyse des offres jusqu'à la garantie de l'achèvement des travaux.
Il comprend quatre phases :') "Le choix de l'entreprise attributaire, la mise au point du marché et
la notification " contient l'essentiel de la mission relative à l'assistance apportée au maître
d'ouvrage pour la passation du ou des contrats de travaux au sens de la loi MOP (maîtrise
d'ouvrage public).La situation décrite dans ce guide est celle de l'appel d'offre ouvert des marchés
publics de travaux pour le compte de l'État.2) "La préparation du chantier, la délivrance de l'ordre
de service " regroupe plusieurs types de missions de la loi MOP suivant la nature des travaux
d'infrastructures (ouvrages d'art, travaux routiers).3) "L'exécution " correspond uniquement à la
mission de maîtrise d'oeuvre de direction de l'exécution du ou des contrats de travaux. Elle
comprend les principales phases de l'exécution en situation normale d'avancement de travaux et
un nombre important de situations particulières ou inattendues (problèmes techniques particuliers
liés à la qualité, problèmes financiers, de délais, difficultés administratives, difficultés liées à
l'environnement du chantier, problèmes liés à la sécurité, aux conditions de travail, aux
accidents).4) "La réception, la fin de la garantie de parfait achèvement " correspond à l'assistance
apportée au maître d'ouvrage lors des opérations de réception. En annexes :- un tableau des délais
administratifs ;- des exemples d'organisation de la maîtrise d'oeuvre dans quatre services "grands
travaux" ;- un index mots clés ;- une bibliographie.(L'ensemble du contenu de ce guide est repris
sous forme de cédérom fourni avec le document papier)
01/12/1998, Guide technique - Equipement (l’) des routes interurbaines - SETRA
Ce document apporte une aide et des solutions globales aux concepteurs et aux projeteurs pour
la réalisation des projets d’équipements d’itinéraires interurbains nouveaux ou faisant l’objet d’un
aménagement lourd, en fonction du type de routes. Ce guide traite :- des routes de liaison (L) :
autoroutes, - des routes multifonctionnelles ® : routes principales bidirectionnelles. Il concerne :les équipements statiques : la signalisation horizontale, la signalisation verticale, la signalisation
lumineuse, les dispositifs de retenue, les balises, les jalonneurs, les plots rétroréfléchissants, les
dispositifs à pales, les points de repérage, les clôtures, les perches à neige, les dispositifs
anticongères ;- les équipements de protection contre les éboulements rocheux ;- certains
équipements dynamiques : signalisation lumineuse - signal d’arrêt, feux de balisage et d’alerte, les
postes d’appel d’urgence (PAU), les panneaux à messages variables (PMV).Il décrit les fonctions
de base des équipements et leur domaine d’application. Une liste de documents de référence
(guides, circulaires, normes) accompagne chaque fonction et chaque domaine d’application traité.
01/12/1996, Guide technique - Exploitation des réseaux principaux des voiries d’agglomération - Guide
méthodologique - CERTU
Ce guide pour l’exploitation des réseaux de niveau 1 s’inscrit dans le cadre du schéma directeur
d’exploitation de la route. Il est destiné aux gestionnaires de réseau, aux concepteurs de la politique
d’exploitation, liés à l’État ou aux collectivités locales. Ce document est un guide méthodologique,
c’est à dire qu’il propose une démarche allant de la définition de la problématique à la fourniture
d’éléments de réflexion pour avancer dans les études préalables à la conception du projet. Il comporte
4 parties : 1) Une démarche d’étude ou phase préparatoire comprenant l’analyse des objectifs et
stratégies d’un SDER de niveau 1, la définition des partenariats, la conduite du projet, le contenu des
dossiers.2) Une phase opérationnelle comprenant un développement d’éléments utiles pour les études
permettant une bonne conduite d’opérations : missions et indicateurs, acteurs, structures, organisation
générale, moyens, conception d’un système d’aide à la gestion du trafic, contenu des dossiers.3) Un
volet d’évaluation recouvrant les deux premières parties. 4) Des annexes avec des exemples de
systèmes : détection automatique d’incidents, régulation et contrôle de vitesses, régulation d’accès,
cartographie automatique du trafic, indicateurs de trafic, réseau d’appel d’urgence, transmission de
données, maintenance d’équipements, logiciels, SIG.Une bibliographie complète ce document.
Certu – octobre 2009
22
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
01/06/1994, Guide technique - Guide du chef de projet - Analyse des procédures liées à la conception
routière - CCR
Ce guide offre aux ingénieurs une vision globale et synthétique du processus de conception
routière et les articulations entre les procédures techniques, administratives et financières. Liste
des procédures décrites :- procédures liées à l’aménagement (le projet d’intérêt général, la mise
en compatibilité des schémas directeurs, des POS, des PAZ, des lotissements),- procédures
techniques (la conduite des grands projets nationaux d’infrastructures, autoroutes concédées,
réseau routier national non concédé, l’avant-projet sommaire d’itinéraire, le dossier de voirie
d’agglomération, l’étude préliminaire, l’avant-projet sommaire, le projet, les études d’ouvrages
d’art non courants),- procédures liées à la déclaration d’utilité publique (l’étude d’impact,
l’application de la loi d’orientation des transports intérieurs, l’instruction mixte,
l’environnement et les sites classés, les installations sportives, l’enquête préalable à la
déclaration d’utilité publique, les procédures en application de la loi sur l’eau),- procédures
administratives foncières (l’enquête parcellaire, les acquisitions foncières, le remembrement,
les occupations temporaires),- procédures administratives liées aux travaux (ouverture de
carrières, installations classées, défrichements, procédures des marchés publics, concession,
convention, exploitation sous chantier),- procédures financières (le financement État, le contrat
de plan État-Région).Les acteurs impliqués dans le processus, intervenants dans les phases
d’études ou durant une procédure d’acquisition foncière ainsi que les articulations des
procédures repérées dans les projets existants complètent ce document.
Références réglementaires
-
-
09/03/1999, Circulaire relative au schéma directeur d’exploitation de la route. Démarche pour
l’organisation du travail. Circulaire n° 99-14
Cette circulaire propose une méthode pour l’organisation du travail dans le cadre du schéma
directeur d’exploitation de la route (SDER). Elle propose une approche de l’analyse préalable qui
doit être menée au plan local afin de déterminer l’organisation du travail à mettre en place pour
assurer les missions d’exploitation d’un axe ou d’un réseau. Elle concerne plus particulièrement
l’exploitation des voies rapides urbaines et des autoroutes non concédées. Le SDER hiérarchise le
réseau routier national en quatre niveaux :- niveau 1 pour les voies rapides des plus grandes
agglomérations ;- niveau 2 pour les corridors autoroutiers à fort trafic ;- niveau 3, avec 2 sous
répartition, pour les axes interurbains à perturbations régulières (3A) et saisonnières (3B) ;- niveau
4 pour les autres liaisons. En fonction de ce classement, l’analyse préalable des caractéristiques
locales s’attachera à déterminer les lieux de contraintes géométriques, géographiques et
météorologiques, à identifier les diverses pointes de trafic, et à apprécier le volume et la fréquence
prévisionnels des interventions du service et de l’information des usagers. Le SDER distingue trois
grands domaines de missions :- maintien de la viabilité ;- gestion du trafic ;- aide au déplacement.
La circulaire propose quelques schémas de rythmes de travail spécifiques pour les équipes
d’intervention et les personnes chargées de la régulation du trafic, de l’information des usagers et de
la gestion centralisée des tunnels. L’organisation du travail élaborée en tenant compte des
dispositions contenues dans cette circulaire doit faire l’objet d’une consultation étroite avec les
personnels et leurs représentants, durant laquelle les recommandations du comité central d’hygiène
et sécurité seront prises en compte.
06/02/1996, Circulaire relative à l’exploitation sous chantier. Circulaire n° 96-14
Cette circulaire définit les règles et procédures à appliquer pour la programmation, la
préparation et la mise en oeuvre des mesures d’exploitation des chantiers courants et non courants
en vue de limiter la gêne pour les usagers. Elle se réfère au SDER (Schéma Directeur de
l’Exploitation Routière) qui définit les niveaux d’exploitation usuels à atteindre sur le réseau routier
national de rase campagne et les organisations qui permettent de les obtenir (CIGT : Centres
d’Ingénieries et de Gestion du Trafic). En annexe :- définition des niveaux du SDER et des CIGT,définition des chantiers courants et non courants,- fiche de prévision de chantier et dossier
d’exploitation sous chantier,- procédures de programmation et d’approbation applicables aux
chantiers courants et non courants,- informations des services et des usagers,- glossaires et sigles.
Certu – octobre 2009
23
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Titre II Partie V
Équipements
Équipements de gestion du trafic
-
-
-
-
01/10/2002, Guide technique - Régulation (La) des accès - CERTU
La régulation des accès au réseau de voies rapides urbaines apporte des gains significatifs
pour les usagers et les exploitants :
elle améliore le confort des usagers, avec un gain de temps de parcours, l’amélioration de la
régularité et la diminution du stress de l’attente ;
elle améliore le débit de trafic sans report sur le réseau secondaire, et améliore la sécurité ;
pour l’exploitant elle permet une diminution de la durée, de l’étendue et de la « dureté » des
congestions.
Il existe plusieurs formes de régulation :
la régulation statique avec signalisation horizontale et balises ;
la régulation dynamique avec la fermeture des accès, la régulation locale ou coordonnée à
l’aide de feux fixes.
Deux types de régulation d’accès sont décrits : « goutte à goutte » et « peloton ».Ce
cédérom décrit de nombreuses installations connues à ce jour et fournit des exemples de
dispositifs opérationnels en France, aux Etats-Unis, au Royaume Uni, aux Pays-Bas et en
Allemagne.
01/06/2001, Guide technique - Transports exceptionnels et aménagements de voirie en milieu urbain
La circulation des transports exceptionnels, en nette progression au cours des dernières
années, pose de sérieux problèmes pour les infrastructures en zone urbaine : les aménagements
réalisés dans les communes sur des itinéraires empruntés par des convois exceptionnels
constituent des obstacles parfois infranchissables. Ce guide propose d’analyser les besoins liés
à ce type de convoi et formule des recommandations pour réaliser des aménagements urbains
ou périurbains tenant compte des spécificités du transport exceptionnel et des objectifs de
sécurité routière. Il comporte : - La réglementation actuelle : définition, autorisations de
circulation des convois, gabarits et poids autorisés par le code de la route, classification ;- Les
spécificités du transport exceptionnel : dégagement d’espace libre, épure de giration, analyse
des besoins ;- Des recommandations d’aménagements : traversée d’agglomération, carrefours
giratoires, gabarit en hauteur des ouvrages d’art.
01/03/2001, Guide technique - Capteurs (les) vidéo de trafic - CERTU
Cet ouvrage se veut un support de travail pour les décideurs qui souhaitent utiliser ou
concevoir un système de capteurs de trafic par vidéo. Sont étudiés :- la place des capteurs de
trafic dans le contexte de la régulation et de la surveillance de la circulation, que ce soit en milieu
urbain, routier ou autoroutier ;- les technologies des capteurs vidéo : composants, principes
d’analyse d’images, contraintes d’environnement (ensoleillement, luminosité, vent ...), éléments
de réception et de maintenance ;- les applications possibles : mesures du trafic, détection de
situations anormales, vidéosurveillance, influence des capteurs sur les fonctions d’exploitation ;une analyse comparative entre les capteurs vidéo et les autres technologies ;- une présentation de
l’offre commerciale existante sur le marché français et international. Une bibliographie, un
glossaire et des annexes techniques complètent ce dossier.
01/03/2001, Guide technique - Réseaux de télécommunications des systèmes d’aide à la gestion du
trafic sur voies rapides – SETRA - CERTU
Ce document s’inscrit dans le Schéma Directeur d’Exploitation de la Route. Il concerne le
volet technique et s’intéresse au sous-système de télécommunications entre les équipements de
Certu – octobre 2009
24
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
-
-
terrain et le centre de gestion. Cet ouvrage rappelle les bases du domaine des télécommunications
et explicite les différentes solutions techniques pratiquées ou en projet et leur mise en oeuvre.
Après une présentation de la démarche de définition pour le réseau de transmission d’un SAGT :les chapitres 3, 4 et 5 définissent les principes des réseaux de transmissions de données, de
vidéosurveillance et des appels d’urgence ;- les chapitres 6 et 7 définissent les règles d’ingénierie
en termes de génie civil et de génie électrique ;- le chapitre 8 fournit quelques éléments de coûts.
Des annexes apportent des éléments d’approfondissement dans plusieurs domaines :- notion sur
les réseaux ;- réseaux de terrain ;- règle de mise en oeuvre d’un câble fibre optique ;- techniques
Digital Subscrib (DSL) ;- Ansynchronous transfer mode (ATM) ;- réseau radiotéléphonique du
METL ;- coûts ;- gestion technique centralisée ;- compatibilité électromagnétique ;- règles
techniques (réseaux souterrains dans le domaine routier).Un glossaire des différents termes
techniques et une bibliographie complètent cet ouvrage.
01/03/2001, Guide technique - Exploitation des réseaux principaux des voiries d’agglomération - Guide
méthodologique – CERTU
Ce guide pour l’exploitation des réseaux de niveau 1 s’inscrit dans le cadre du schéma
directeur d’exploitation de la route. Il est destiné aux gestionnaires de réseau, aux concepteurs
de la politique d’exploitation, liés à l’État ou aux collectivités locales. Ce document est un
guide méthodologique, c’est à dire qu’il propose une démarche allant de la définition de la
problématique à la fourniture d’éléments de réflexion pour avancer dans les études préalables à
la conception du projet. Il comporte 4 parties : 1) Une démarche d’étude ou phase préparatoire
comprenant l’analyse des objectifs et stratégies d’un SDER de niveau 1, la définition des
partenariats, la conduite du projet, le contenu des dossiers.2) Une phase opérationnelle
comprenant un développement d’éléments utiles pour les études permettant une bonne conduite
d’opérations : missions et indicateurs, acteurs, structures, organisation générale, moyens,
conception d’un système d’aide à la gestion du trafic, contenu des dossiers.3) Un volet
d’évaluation recouvrant les deux premières parties. 4) Des annexes avec des exemples de
systèmes : détection automatique d’incidents, régulation et contrôle de vitesses, régulation
d’accès, cartographie automatique du trafic, indicateurs de trafic, réseau d’appel d’urgence,
transmission de données, maintenance d’équipements, logiciels, SIG.Une bibliographie
complète ce document.
01/04/1999, Fiche et note d’information SETRA - Détection automatique d’incidents
Cette note a pour objet de faire le point sur les systèmes de Détection Automatisée d’Incident
(DAI). Ces systèmes comprennent les technologies et les algorithmes ayant fait l’objet de
recherches et/ou de mises en oeuvre. Quel que soit le dispositif de mesure employé, les systèmes de
DAI reposent sur la mise au point d’algorithmes de détection utilisant les données du trafic acquises
en temps réel. Après avoir listé les matériels (capteur à boucles magnétiques, capteur vidéo, capteur
à hyperfréquence (radar), capteur phonique, les dispositifs embarqués) cette note traite :- de la
mesure des performances,- de la phase de calibrage dont dépendent les performances du système de
surveillance,- de l’exploitation des diverses technologies au travers d’exemples (DAISI, TRISTAR,
MEDIA4, TRAFICON, DIVA, EVA, ARMADA, MIGRAZUR),- des recommandations
d’utilisation,- des coûts des divers systèmes,- des perspectives.
01/11/1998, Fiche et note d’information - La gestion de la circulation par la signalisation tricolore: le
savoir-faire français – CETUR
La gestion de la circulation par la signalisation tricolore est un outil de mise en oeuvre de la
stratégie d’organisation des déplacements dans la ville. Cette stratégie est définie par les plans de
déplacements urbains. Dans le contexte général de réduction des investissements et de croissance
continue du parc de véhicules, est apparue la nécessité de gérer au mieux les déplacements tous
modes, d’optimiser l’usage de la voirie urbaine, grâce à une meilleure exploitation de la
signalisation tricolore. Plusieurs systèmes sont développés en France :- le pilote informatique
d’armoires à feux (PIAF),- la gestion centralisée des feux,- des algorithmes temps réel.
01/10/1998, Guide technique - Détection (la) automatique d' incidents par analyse d'images vidéo. Etat
des connaissances actuelles – CETU
Ce document présente la situation actuelle dans le domaine de la détection automatique d'
incidents (DAI) par analyse d'images vidéo dans les tunnels routiers. Dans ce secteur, l'offre
évolue très vite, car les systèmes proposés utilisent des techniques de pointes qui progressent
Certu – octobre 2009
25
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
constamment. Après quelques rappels techniques, on présente les principaux algorithmes de
traitement de l'image existants, ainsi que des méthodes pour évaluer leurs performances.
L'ouvrage aborde ensuite les contraintes spécifiques aux tunnels et rapporte les résultats
d'expérimentations réalisées tant en tunnel qu'à l'air libre. Enfin sont évoqués la réglementation
qui s'applique à la DAI et l'impact financier d'un tel système.
Carrefours à feux – 1988 – CETUR
Groupe de travail – Régulation du trafic en Ile-de-France – DREIF
Équipements de sécurité
-
-
-
-
01/02/2007, Fiche et note d’information – SETRA - Obstacles (les) en milieu urbain
La série de fiches "savoirs de base en sécurité routière" a été réalisée dans le cadre de la
démarche MPSR (Management et Pratiques en Sécurité Routière) par les groupes de travail du
RST (Réseau Scientifique et Technique) du ministère, pilotés par le Certu pour le milieu urbain
et par le Setra pour le milieu interurbain. L'objectif de cette fiche est de sensibiliser les
aménageurs aux problèmes de sécurité liés aux accidents se terminant par un choc contre un
obstacle en milieu urbain (poteau, panneau de signalisation, arbre, dispositif de retenue,
candélabre, abris bus...) et de présenter quelques actions possibles pour en limiter les
conséquences. Cette fiche est également téléchargeable en anglais sur le site du CERTU.
01/03/2006, Fiche et note d’information – SETRA - Obstacles (Les) latéraux
La série de fiches "Savoirs de Base en sécurité routière" a été réalisée dans le cadre de la
démarche MPSR "Management et Pratiques de Sécurité Routière".Cette série a pour seule
vocation de constituer un recueil d'expériences. Ces fiches ont été réalisées dans un contexte
précis et ne peuvent être reproduites sans précaution. L'objectif de cette fiche "Les obstacles
latéraux" est de permettre aux gestionnaires et aux aménageurs de la voirie de connaître les
principaux enjeux de sécurité liés aux obstacles latéraux et les solutions de principe qui
peuvent être mises en oeuvre.
01/05/2005, Guide technique - Accidents contre obstacles en milieu urbain - CERTU
Cet ouvrage s'adresse aux services techniques des collectivités locales et aux maîtres
d'oeuvre. Il fait le point sur les accidents contre obstacles en milieu urbain. Ce document dresse
un tableau statistique de ce type d'accidents. Il fait un classement des multiples objets
rencontrés dans la rue qui représentent un obstacle pour les véhicules, tels les objets urbains et
les différents dispositifs de sécurité. Il offre 4 pistes de réflexion pour traiter ce risque :contribuer à la maîtrise de la vitesse en ville : aménagements spécifiques, zones 30 étendues,
contrôles réguliers ;- sécuriser certaines lieux à risques : entrées de villes, voies principales,
rues en forte pente, grandes avenues, carrefours, piles de ponts... ;- travailler sur les
caractéristiques des objets pour éviter qu'ils ne deviennent des "obstacles dangereux" ;- faire
progresser les pratiques en matière de dispositifs de retenue, en s'assurant notamment de leur
compatibilité avec tous les types d'usagers. Il propose une action en fonction des obstacles et
dresse la liste des principaux types d'obstacles entraînant des accidents :- bâtiments, murs et
piles de ponts ;- supports et poteaux ;- arbres et plantations ;- mobiliers urbains, obstacles sur
trottoirs, fossés, talus, parois rocheuses ;- îlots, refuges, bornes hautes, bordures de trottoirs et
autres obstacles sur chaussée ;- dispositifs de retenue ;- VL en stationnement. Il comporte des
illustrations commentées des différents obstacles rencontrés. La troisième partie donne des
exemples de produits innovants : obstacles fragilisables, supports déformables et à absorption
d'énergie.
01/03/2004, Guide technique - Mise au point des dispositifs de retenue par simulation de chocs – SETRA
Dans le contexte de l’accidentologie liée à la circulation automobile, ce rapport de
recherche s’intéresse aux risques des sorties de chaussées suite à une perte de contrôle de
véhicule et aux dispositifs de retenue permettant de retenir les véhicules sur la chaussée dans
des conditions optimales. La mise au point des dispositifs de retenue nécessite la réalisation
d’essais de chocs avec les véhicules sur des prototypes à l’échelle 1. Les investissements et la
difficulté de faire varier la composition du dispositif de retenue et de pouvoir appréhender
Certu – octobre 2009
26
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
-
l’influence de tel ou tel composant font que cette approche est coûteuse et ne permet que de
lentes évolutions des produits. Cette approche expérimentale tient à la difficulté que constitue
le calcule en dynamique d’une structure subissant des efforts pendant des période très courtes
(moins d’une seconde). Depuis quelques années, les concepteurs de ces produits ont recherché
des solutions passant par des simulations de chocs à l’aide de modèles de calcul appropriés.
L’objet de ce rapport est de faire le point sur les étapes de cette démarche telle qu’elle a été
abordée à l’occasion de différentes études. Il constitue un état des lieux afin de préparer le
passage à l’étape suivante qui consisterait à codifier ce mode de mise au point d’un dispositif
de retenue dans le cadre de la refonte de la norme EN 1317, partie 1 notamment. Après une
présentation du contexte ayant conduit au développement de simulations de chocs pour la mise
au point de dispositifs de retenues, ce rapport explicite, au travers de la présentation de trois
études, la démarche retenue et les résultats obtenus pour tester des solutions techniques en
matières de barrières de sécurité sur les ponts.
01/06/2003, Guide technique - Télématique et sécurité routière - CERTU
La télématique routière (en d’autres mots, les STI, systèmes de transport intelligents, ou
encore ITS, intelligent Transport Systems, suivant l’acronyme anglais désormais très usité) se
développe depuis plusieurs années. Grâce à la télématique, de nouvelles perspectives s’ouvrent
en matière de sécurité routière, et de nombreux résultats peuvent déjà être mis en lumière ;
certains dans notre pays, d’autres à l’étranger. Ce dossier du Certu fait le point sur les
connaissances actuelles dans ce domaine, en s’appuyant sur les travaux d’un groupe de projet
ATEC / ITS-France.En particulier, il met l’accent sur la contribution possible des applications
suivantes, identifiées comme très prometteuses :- la réduction des infractions grâce au contrôlesanction automatique ;- la lutte contre l’alcool et l’hypovigilance ;- la diminution du délai
d’alerte, y compris pour les accidents isolés ;- le limiteur s’adaptant à la vitesse autorisée
(LAVIA) ;- la détection et la gestion des incidents. Le dossier détaille ensuite les freins au
développement des systèmes en question, puis donne un certain nombre de recommandations
pour tenter de les débloquer. Quelques pistes pour un déploiement des applications les plus
intéressantes sont ensuite données. De nombreuses annexes complètent le dossier, relatives aux
applications télématiques suivantes :- la détection automatique d’incidents (DAI) ;- la gestion
des incidents ;- la diminution du délai d’alerte, y compris pour les accidents isolés ;- la
prévention des accidents par mauvaises conditions météo ;- la régulation des vitesses ;- la
régulation dans les tunnels ;- la réduction des infractions grâce au contrôle-sanction
automatique ;- le limiteur de vitesse adaptatif (LVA) ;- les systèmes divers pour la sécurité des
poids lourds ;- les franchissements de passages à niveau ;- la détection des véhicules à
contresens sur autoroutes ;- les systèmes pour les personnes aveugles ou malvoyantes et les
usagers vulnérables en général ;- la lutte contre l’hypovigilance. Une bibliographie complète
l’ensemble. Ce document peut-être téléchargé telematique securite
01/10/2002, Guide technique - Traitement des obstacles latéraux sur les routes principales hors
agglomération - SETRA
Ce guide présente les savoirs et savoir-faire en matière d’aménagements de sécurité
minimisant les conséquences corporelles des sorties accidentelles de chaussées. Il concerne les
routes principales situées hors agglomération, et s’applique également aux voies rapides
urbaines à caractère autoroutier. Il se compose de deux parties : 1) « Connaissances et
méthodes ». Cette partie :- présente d’abord l’insécurité routière relative aux obstacles : les
enjeux, les risques et les processus ;- rappelle ensuite les recommandations générales pour
aménager une route qui pardonne, développe, explique et complète certains points de
doctrine ;- donne des outils méthodologiques pour mettre en oeuvre une politique de traitement
des obstacles latéraux.2) « Dossiers thématiques ». Cette partie expose des démarches et des
solutions spécifiques à chaque type ou famille d’obstacles :- les arbres ;- les poteaux ;- les
maçonneries ;- les équipements ;- les fossés ;- les talus ;- les barrières de sécurité :
réglementation, conditions d’emploi et d’implantation de ces dispositifs de retenue. Ce
document est complété par un glossaire, une table des abréviations et une bibliographie.
01/11/2000, Guide technique - Guide des coussins et plateaux. Recommandations techniques - CERTU
Ce guide présente les caractéristiques techniques et les domaines d’utilisation des coussins
et plateaux, implantés en milieu urbain pour obliger les conducteurs à respecter la vitesse
Certu – octobre 2009
27
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
réglementaire. Les conditions de mise en place de ces aménagements doivent permettre le
passage des bus et poids lourds, des piétons et deux roues, et ne pas causer de nuisances
sonores. Pour ces deux types de surélévations sont définis des recommandations de
dimensionnement et d’utilisation :’) les coussins : - caractéristiques géométriques ;- domaine
d’implantation ;- mode d’implantation général, avec passage pour piétons ou coussin unique ;signalisation.2) les plateaux :- caractéristiques géométriques communes aux quatre types de
plateaux ;- plateau en section courante, en carrefour, en prolongement de trottoir, en sortie de
giratoire ;- signalisation.Le dernier chapitre présente les matériaux utilisés :- la perception
visuelle ;- les techniques de pose. Le domaine d’utilisation des coussins ou plateaux sont
limités :- aux agglomérations ;- aux voiries internes des aires de service ou de repos routières
ou autoroutières ;- aux voies de lotissement hors agglomération ;- aux aires de stationnement.
01/12/1990, Fiche et note d’information – SETRA - CSTR
Normalisation des équipements de la route
Cette note décrit l’organisation des normalisations française et européenne dans le domaine
des équipements de la route : bureau et commissions rattachés à l’AFNOR, Comité technique
et groupes de travail indépendant du Comité Européen de Normalisation (CEN). Les travaux
des Commissions françaises de normalisation sont organisés dans les domaines :
des barrières de sécurité routières,
de la signalisation horizontale, la signalisation verticale,
des écrans acoustiques, les écrans anti-éblouissement et séparateurs modulaires de voies,
têtes d’aqueducs,
du matériel de protection des personnes et des chantiers sur la voie publique et feux de
balisage et d’alerte,
du balisage permanent,
de la régulation du trafic routier par feux de circulation,
des réseaux d’appel d’urgence le long des voies routières et autoroutières,
des candélabres et pièces de raccordement.
Cette note fournit aussi la liste des normes publiées, à l’enquête ou à l’étude au 30
novembre 1990 .
01/02/1986, Fiche et note d’information – SETRA
Dispositifs (les) de retenue : où les mettre ?
Cette note précise les exigences et recommandations des maîtres d’ouvrage pour
l’équipement du réseau routier en dispositifs destinés à retenir les véhicules lors des sorties
accidentelles de chaussées. La première partie rappelle l’ensemble des textes réglementaires
(ou incitatifs) qui traitent de l’équipement en dispositifs de retenue sur :- ouvrages d’art,autoroutes,- voirie rapide urbaine,- voirie nationale, voirie à faibles trafic. La deuxième partie
résume les conditions d’équipement qui en ressortent sur :- ouvrages d’art,- autoroutes : terreplein central (TPC), accotements,- route nationale : TPC, protection contre les obstacles
latéraux dangereux, section latéralement dangereuse,- voie rapide : TPC, niveau latéral,- voie à
faible trafic.
Certu – octobre 2009
28
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Équipements de signalisation
de direction et d’indication
-
-
-
-
-
01/02/2007, Fiche et note d’information - Signalisation en milieu urbain
La série de fiches « savoirs de base en sécurité routière » a été réalisée dans le cadre de la
démarche MPSR (Management et Pratiques en Sécurité Routière) par les groupes de travail du
RST (Réseau Scientifique et Technique) du ministère, pilotés par le Certu pour le milieu urbain
et par le Setra pour le milieu interurbain. L’objectif de cette fiche est de faire connaître les
principes élémentaires de la signalisation urbaine qu’elle soit horizontale ou verticale. On peut
la trouver en version anglaise sur le site du CERTU.
Répertoire des produits certifiés NF – 2001 - Equipements de la route
Ce répertoire comporte pour chacun des équipements certifiés une liste de rubriques
communes : - une liste des produits certifiés ;- des commentaires ;- les marques de
certification ;- des fiches techniques ;Un chapitre est consacré aux coordonnées des sociétés
titulaires de droits d’usage « NF-Équipements de la Route ». 1) Produits de marquage
permanent et temporaire de chaussées.2) Produits de saupoudrage.3) Balises J6 :
délinéateurs.4) Balises J11 et J12.5) Feux de balisage et d’alerte.6) Portiques, potences et hauts
mâts7) Panneaux de signalisation :- des types A, AB, B, C, CE, G, J4, J5, M ;- de direction.8)
Revêtements rétroréfléchissants.9) Glissières de sécurité en acier de profils A et B.’0) Barrières
de sécurité en acier BN4.(Listes arrêtées au 17/05/2001. Pour les mises à jour consulter le site
de l’Asquer www.asquer.asso.fr
01/06/2001, Guide technique - Signalisation de repérage - Signalisation d’animation – SETRA
La signalisation d'animation a pour but de rompre la monotonie que peut ressentir
l'automobiliste lorsqu'il emprunte le réseau autoroutier sur de longues distances, et de lui
permettre de se situer en référence à l'espace géographique qu'il traverse. L'objet de ce guide
est de regrouper l'ensemble des règles relatives à la signalisation d'animation, établies à
l'avancement et avec leurs justifications, et d'en préciser les modalités de mise en oeuvre. Il se
compose de 6 chapitres :') Présentation générale : - objet de la signalisation d'animation ; réseau concerné ; - définition et mise en oeuvre. 2) Que peut-on signaler ? Les thèmes
possibles : - thèmes pouvant faire l'objet d'une signalisation d'animation ; - thèmes ne pouvant
pas faire l'objet d'une signalisation d'animation. 3) Règles relatives à la sécurité routière : contraintes de densité ;- contraintes d'implantation : la lisibilité, la sécurité ;- contraintes de
continuité.4) Comment signaler ? Conception des panneaux :- nomenclature des panneaux
d'animation ;- forme et couleur des panneaux ;- dimensions des panneaux ;- mentions sur les
panneaux ;- composition des inscriptions ;- qualité du graphisme.5) Procédures :- démarche ;les concertations locales ;- fonctionnement de la commission nationale de signalisation
d'animation ;- composition des dossiers de présentation des thèmes ;- composition des dossiers
de présentation des projets de maquette ;- composition du dossier définitif.6) FinancementUne
bibliographie et 11 annexes complètent ce guide.
01/12/1994, Guide technique - Panneaux de signalisation à messages variables - SETRA
Les panneaux à messages variables (PMV) constituent un support important de
l’information routière. Ils sont l’élément de communication entre le gestionnaire et les usagers
de la route.Ce guide donne des recommandations d’ordre :- méthodologique (les usagers face à
l’information routière),- technique (les PMV et l’exploitation de la route),- réglementaire
(textes, normalisation-certification, innovation).En annexe :- la lisibilité des PMV à décors
discontinus, les PMV en France et dans le monde,- les pictogrammes recommandés par le
COST 30 bis, - un exemple de CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulières),- un
exemple de contrat de maintenance,- une bibliographie.
01/02/1992, Fiche et note d’information – Signalisation de direction en milieu urbain. Conseils pour
une bonne visibilité - CETE de l’Est
Cette fiche rappelle les dispositions prévues par l’instruction interministérielle de 1982 qui
Certu – octobre 2009
29
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
définit les règles de conception et de mise en place de la signalisation de direction, en tenant
compte des enseignements tirés des applications en milieu urbain :- sélection de mentions,utilisation de mentions globales,- mise en oeuvre des signalisations de confirmation, de
position et des présignalisations,- actions sur types de panneaux : taille, composition, message.
01/01/1989, Guide technique - Signalisation de direction : équipement d’une agglomération - Guide du
conducteur d’opérations - CETUR
L’efficacité d’une signalisation de direction dépend de la qualité de son implantation. Il
s’agit de disposer d’un plan de jalonnement de l’agglomération qui permette de répondre avec
cohérence à l’attente des usagers. Equiper l’agglomération se décompose en trois phases :l’étude préliminaire d’élaboration du plan de jalonnement : schéma directeur, projet de
définition,- l’implantation des panneaux,- l’organisation de la maintenance. Elles
s’accompagnent de deux phases complémentaires :- réfléchir sur les équipements
d’accompagnement en aval du jalonnement,- promouvoir les nouveaux équipements de
signalisation auprès des usagers et de la population. Ce document est illustré par deux
exemples de réalisations sur les agglomérations de Saint-Dié et de Wingles. Une bibliographie
complète ce guide.
Références réglementaires
-
Circulaire n° 95-13 du 6 janvier 1995 relative à la signalisation de direction sur les autoroutes et routes express
Cette circulaire précise les directives relatives aux modifications nécessaires à apporter à la
réglementation sur la signalisation de direction sur les autoroutes et les routes express. Ces
directives visent à rendre plus homogène la signalisation du réseau autoroutier. Les
modifications portent sur :- numérotation des échangeurs ;- panneau d'avertissement de type
D50 ou Da50 :- panneau de présignalisation de type D40 et Da40,- panneau de signalisation
avancée de type D30 et Da30 ;- géométrie difficile de cas d'affectation de voies ;- panneau de
confirmation de filante ;- emploi de panneaux de signalisation complémentaire de sortie ;nombre de mentions ;- composition des panneaux.
Évacuation des eaux
-
01/10/2006, Guide technique - Assainissement routier - SETRA
Ce guide propose une démarche méthodologique pour la conception technique des
ouvrages au niveau du rétablissement des écoulements naturels, de l’assainissement de la plateforme, du drainage interne et de la pollution d’origine routière. Il constitue également une aide
pour l’établissement d’un projet d’assainissement et pour l’application de la démarche qualité
au niveau des études. Seul le cas des petits rétablissements d’écoulements naturels est traité ici
(superficie du bassin versant inférieure à une centaine de kilomètres carrés).Ce document
intègre les aspects entretien, exploitation et gestion des ouvrages au stade de la conception du
projet. Il est composé de trois chapitres :- la conception technique des ouvrages ;- les études ;la démarche qualité. Des annexes techniques générales donnent des exemples de calcul et des
abaques à utiliser. Il a été conçu pour répondre aux besoins et aux attentes des maîtres
d’oeuvre. C’est avant tout un outil qui aide à la conception des ouvrages d’assainissement pour
les projets routiers neufs et aux études de réhabilitation des routes existantes.
-
01/11/2005, Guide technique - Réduire la vulnérabilité des réseaux urbains aux inondations – CERTU
Ce document analyse les effets des inondations sur les réseaux et leurs usagers, afin de mettre
en évidence les mesures de prévention permettant de réduire ces effets. Il montre aussi l’intérêt
d’élaborer un dispositif concerté de réduction de la vulnérabilité des réseaux urbains aux
inondations. Il traite uniquement des réseaux collectifs. Ce document a été établi à partir
d’enquêtes réalisées sur les inondations. Les thèmes exposés sont les suivants : ‘- Incidences
pour une ville des dysfonctionnements des réseaux (transport, télécoms, eau, VRD, éclairage,
Certu – octobre 2009
30
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
-
voirie, énergie, etc...) dus aux inondations :- perturbations subies par les réseaux et
conséquences sur les usagers ;- approche pour une évaluation des risques ;- effets directs et
réactions en chaîne sur les réseaux.2 - Présentation des actions de prévention :- pour réduire la
vulnérabilité des réseaux ;- pour la protection des personnes ; - actions de substitution pour
limiter les dégâts et plans de secours.3 - fiches par réseau avec mention des principes de
vulnérabilité du réseau aux inondations et les mesures de prévention, techniques et
organisationnelles. 4 - Exemples concrets.
01/04/2001, Guide technique - Réhabilitation des voies rapides urbaines. Thème : assainissement - SETRA
La majorité des voies rapides urbaines ont été construites avant le décret portant sur la loi sur
l’eau du 3 janvier 1992. Ces infrastructures anciennes sont-elles en conformité avec la loi sur
l’eau ? Quelles sont les actions à mener pour assurer la protection de l’environnement contre la
pollution routière ? Quels sont les coûts des aménagements avant rejet ? Ce guide a pour
objectif : 1) de définir la doctrine technique en matière de réhabilitation de l’assainissement des
voies rapides urbaines. 2) d’établir une méthodologie qui permet, en fonction des trois objectifs
suivants :- protection de l’environnement contre la pollution d’origine routière ;- sécurité des
usagers ;- conservation du patrimoine 3) de sélectionner les projets en vue de leur
programmation. Le guide s’articule autour de trois chapitres :- les réglementations en vigueur
qui fixent le cadre des interventions en s’appuyant sur les lois et arrêtés promulgués à cet
effet ;- la méthodologie qui fixe les règles permettant d’effectuer un diagnostic en privilégiant
les aspects relatifs aux travaux envisagés ;- le dossier type ou dossier de prise en considération,
qui est l’application concrète du contenu même du guide. Le dossier type « Périphérique de
Nantes, exemple d’application », joint au guide, est le résultat d’une expérimentation. L’objet
des études d’expérimentation est de formuler des propositions de mise à niveau des sections de
VRU, en ce qui concerne l’assainissement de la plate-forme et la protection de l’environnement
contre les pollutions routières en application de la loi sur l’eau.
01/01/2001, Guide technique - Commande et contrôle des reconnaissances géotechniques de tracés – LCPC
Ce guide propose un cadre pour définir les contenus de la commande (partie 1) et le contrôle
extérieur (partie 2) des reconnaissances géotechniques de tracés. La partie 1 est une aide pour
l’établissement du cahier des charges. Elle met l’accent sur la prise en compte des particularités
du projet et de la reconnaissance géotechnique à entreprendre. La méthodologie développée doit
permettre d’une part, de bien sélectionner le prestataire chargé de la reconnaissance et d’autre
part, de contrôler la conformité de l’exécution de l’étude. Ce contrôle nécessitant des
compétences très spécialisées, il est conseillé au donneur d’ordre de s’assurer la collaboration
d’un consultant, organisme de contrôle extérieur. La partie 2 traite en détail de ce contrôle et des
missions de l’organisme extérieur :Chapitre 1 : opérations de contrôle- évaluation des offres ;vérifications et suivi pendant le déroulement de l’étude ;- bilan de la reconnaissance géotechnique
et développements à prévoir pour les besoins du projet. Chapitres 2 et 3 : moyens et organisation
à requérir de l’organisme de contrôle, en particulier une bonne assurance qualité. Chapitre 4 :
détails des missions susceptibles d’être confiées au consultant pour assurer les différents
contrôles. En Annexes : méthodes opératoires et documents de suivi pour ces contrôles.
01/06/1999, Guide technique - Chaussées poreuses urbaines – CERTU
Les Chaussées Poreuses Urbaines (CPU) constituent une solution pour lutter contre les
nuisances dues aux bruits de la circulation automobile et contre les désagréments des eaux
pluviales. Les couches de roulement en matériaux drainants diminuent l’émission des bruits de
roulement des véhicules, amortissent leurs bruits mécaniques et drainent les eaux de
ruissellement en surface des chaussées. Les structures « réservoir » assurent un stockage
temporaire des eaux de pluie, évitant ainsi les inondations par engorgement des réseaux
d’assainissement, et filtrent les charges polluantes. Ce document qui s’adresse à tous les
concepteurs des voiries urbaines présente la technologie utilisée et propose une classification
des CPU en fonction de la structure de la chaussée et de la nature du revêtement. Il décrit les
caractéristiques des matériaux drainants ou poreux utilisés dans la construction des CPU et
aborde leur dimensionnement mécanique sachant que pour les chaussées à fonction réservoir
un dimensionnement hydraulique doit être également réalisé. Les abaques de dimensionnement
sont présentées. Il aborde ensuite la réduction du bruit obtenue à l’aide des chaussées poreuses
en analysant les composantes du bruit routier, les méthodes de mesures des qualités
Certu – octobre 2009
31
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
acoustiques des chaussées, et les performances des différents revêtements. L’étude de
l’assainissement pluvial en ville conduit à la conception de structures réservoirs, dont on décrit
le concept, l’entretien et les opérations de maintenance.
01/07/1991, Guide technique - Ouvrages (les) en terre armée - Recommandations et règles de l’art LCPC - SETRA
La technique de la terre armée est utilisée dans la construction de murs de soutènement, de
culées de ponts. Ce document aborde les thèmes suivants :- la classification et la conception
des ouvrages en terre armée (ouvrages de soutènement et culées de pont),- les règles de
justification, les spécifications sur le choix et la qualité des matériaux,- la mise en oeuvre,- la
surveillance, l’entretien et la réparation des ouvrages. Les annexes comportent des modes
opératoires spécifiques de la terre armée, les caractéristiques des éléments actuellement
employés et commercialisés (armatures, écailles en béton), ainsi que des notes de calcul.
Références réglementaires
-
Instruction technique relative aux réseaux d’assainissement des agglomérations (ITRAA)
Loi n°2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile
Cette loi relative à la sécurité intérieure et à la défense civile concerne notamment les
maîtres d’ouvrage et exploitants d’ouvrages routiers, ferroviaires ou fluviaux. Elle prévoit une
sensibilisation à la prévention des risques. Elle vise à garantir la compatibilité des réseaux de
communication des services qui concourent à la sécurité civile. Elle institue un plan unique
d’organisation des secours (plan ORSEC) dans chaque département.
Éclairage
-
-
-
01/07/2005, Guide technique - Eclairage urbain, vers des démarches d’évaluation et de régulation – LCPC
Le guide s’appuie sur une recherche expérimentale, menée par le réseau scientifique et
technique de l’Equipement, entreprise en 1999 sur les dispositifs d’éclairage en milieu urbain.
Elle répond essentiellement aux questions suivantes :- Comment évaluer la qualité des
dispositifs d’éclairage et leurs effets sur la perception des espaces publics en prenant en compte
le point de vue des usagers ?- En quoi cette évaluation peut-elle permettre d’améliorer les
actions en matière d’éclairage ?Un travail d’enquête sur un « site-laboratoire » de la ville de
Rouen a été mené en partenariat avec les gestionnaires de l’aménagement de cette ville. Une
démarche d’évaluation innovante, DEVISE (Diagnostic en Ville par scénario d’éclairage) a été
tirée de cette expérience. Les principes et les repères dégagés constituent des lignes directrices
pour élaborer de nouvelles actions d’aménagement, ajustées aux spécificités de chaque
collectivité, afin d’améliorer la qualité de la ville nocturne pour les citadins.
01/09/2003, Répertoire des textes officiels et des normes - Éclairage public - CERTU
Ce recueil constitue une mise à jour du répertoire des textes officiels et des normes publié
en juillet 1997. Il s’adresse aux maîtres d’ouvrage et aux professionnels. Les textes officiels
comportent les références des lois, décrets, arrêtés, circulaires, instructions, directives, CCTG,
DTU.Les normes AFNOR sont réparties par thèmes :- environnement et protection de la santé,
sécurité - métrologie et mesurage ;- essais ;- systèmes et composants mécaniques à usage
général ;- techniques de fabrication ;- électrotechnique ; - télécommunications ;- matériel de
manutention des matériaux ;- métallurgie ;- industrie des élastomères et des plastiques industries des peintures et des couleurs ;- bâtiment et matériaux de construction ;- génie civil.
Elles sont complétées par les normes EDF.
01/12/2003, Guide technique - Le Paysage lumière – CERTU
Afin d’assurer, dans les villes, la mise en oeuvre de politiques-lumière avec des méthodes
d’étude particulières, ce guide veut sensibiliser et informer, apporter des éléments
méthodologiques. La première partie définit les enjeux d’une politique d’éclairage qualitative,
en s’appuyant sur les techniques existantes. La deuxième partie fait le point sur les questions
Certu – octobre 2009
32
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
-
posées, concernant la lumière, dans l’aménagement de secteurs déterminés de la ville (voies
urbaines, architecture, sécurité des piétons, quartiers périphériques, eau et végétal, supports
d’éclairage, festivités, culture urbaine) et présente quelques cas. La troisième partie concerne la
méthodologie : comment s’engager dans une politique lumière ? Quelles études engager ? A
quel professionnel s’adresser ? Qu’indiquer dans un cahier des charges ? Ce document est la
mise à jour de l’édition de mai 1998.
Dossier pilote des tunnels (CETU) - Eclairage – 01/11/2000
L’éclairage artificiel diurne des tunnels routiers est indispensable pour assurer à l’usager des
conditions de visibilité, de sécurité et de confort proches de celles rencontrées à l’air libre.
L’éclairage est un équipement coûteux en investissement et surtout en exploitation, c’est pourquoi
une grande attention doit être apportée à sa conception. Ce document qui tient compte des
dispositions concernant l’éclairage imposées par la circulaire interministérielle n° 2000-63 du 25
août 2000 relative à la sécurité des tunnels du réseau routier national traite :- du principe de
l’éclairage des tunnels : rôle de l’éclairage, cas où il n’est pas obligatoire, éclairage de sécurité,
éléments de base pour une installation d’éclairage, amélioration de la visibilité et du guidage ;- de
l’éclairage des tunnels longs : en section courante, en zone d’entrée et de sortie, perte d’efficacité ;de l’éclairage des tunnels courts : tunnels urbains et tunnels interurbains en fonction du trafic et de
la vitesse, éclairage nocturne ;- de l’influence de la chaussée : caractéristiques photométriques,
influence du revêtement sur le besoin en éclairement ;- de la conception de l’installation : systèmes
symétriques, galeries d’éclairage, systèmes à contre-flux, implantation des appareils, qualités
requises pour l’installation, sources lumineuses et luminaires, conduite du projet ;- de l’alimentation
électrique et de la commande, éclairage de sécurité ;- de l’éclairage naturel : ouvertures latérales,
paralumes, couvertures translucides. Une bibliographie et un glossaire complètent ce document.
01/01/1991, Guide technique - Eclairage (l’) des carrefours à sens giratoire – SETRA - CETUR
Ce guide traite de la nécessité d’éclairer et des différentes méthodes d’éclairage des
carrefours à sens giratoire. Après avoir défini les fonctions de l’éclairage d’un carrefour giratoire
(participation à la signalisation...), les différentes méthodes d’éclairage suivant les sites (milieux
urbain, péri-urbain, rase campagne) sont étudiées. Dix types de carrefours giratoires sont analysés
au point de vue technique et économique selon des critères de visibilité, de fréquentation, de
localisation, et selon deux modes d’implantation (centrale, périphérique).Suivent :- deux
exemples d’éclairage par implantation dans le site,- les méthodes de calculs de limitation de
l’éblouissement,- une étude de sécurité nocturne des carrefours giratoires.
Guide pour la conception de l’éclairage public en milieu urbain (STU – CETUR – 01/01/1981)
Les différents thèmes traités dans ce guide sont les suivants :- la diversité, l’importance et le
champ d’application de l’éclairage public en milieu urbain,- les rôles de l’éclairage public en milieu
urbain,- les moyens utilisables (création d’ambiance, mise en valeur de lieux ou d’objets, repérage
et orientation, éclairage et points de conflits),- les données techniques d’aménagement,- les
principes de l’éclairage dans le cadre du bâti,- l’intégration de l’éclairage public en milieu urbain,les données à prendre en compte pour mener une étude d’éclairage public,- des exemples de
réalisation. En annexe :- textes de référence,- bibliographie,- index photographique.
Aires annexes
-
-
Circulaire n° 2001-17 du 5 mars 2001 relative à la concession des aires de service en bordure des
autoroutes non concédées, des routes express et des déviations
Cette circulaire modifie la circulaire 91-01 du 21 janvier 1991, annexe III, point 3.Il s'agit de
compléter par "les vins de pays" la liste des produits régionaux pouvant être vendus par dérogation.
Ceux-ci peuvent être vendus "à condition que les boissons concernées soient présentées selon un
conditionnement et dans un emballage qui dissuadent la consommation sur place et que les rayons
de vente correspondants soient nettement séparés des rayons de produits alimentaires".
Circulaire n° 91-01 du 21 janvier 1991 relative à la concession des aires de service en bordure des
autoroutes non concédées, des routes express et des déviations
Cette circulaire a pour objet de mettre à jour les dispositions de la circulaire du 23 août
Certu – octobre 2009
33
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
1978 en ce qui concerne les modalités de dévolution, le régime de redevances domaniales et les
conditions d’exploitation des aires de service établies sous le régime de la concession sur le
domaine public en bordure du réseau routier national, qu’il s’agisse d’autoroutes non
concédées, de routes expresses ou de déviations. Elle expose les dispositions à introduire dans
les futurs contrats de concession et celles à prendre pour adapter et harmoniser les contrats de
concession déjà conclus.
Circulaire n° 78-109 du 23 août 1978 – Stations service sur route express
Cette circulaire a pour objet de préciser les règles d’implantation des stations-service en
bordure des routes express. Elle abroge et remplace le titre III « stations-service » de la
circulaire n° 71-79 du 26 juillet 1971. Elle comprend quatre titres consacrés aux principes, au
régime juridique et financier de l’exploitation, aux conditions techniques de l’implantation et à
la procédure d’instruction des dossiers et d’attribution des emplacements.
Terrassements
-
01/03/2007, Guide technique - Conception et réalisation des terrassements –
Fascicule 1 : études et exécution des travaux – CFTR
Le guide « Conception et réalisation des terrassements » a pour but d’aider et de conseiller
le maître d’oeuvre pendant l’élaboration du projet jusqu’à la réalisation des travaux de
terrassements. Il se compose de 3 fascicules indépendants :- le présent fascicule 1 : études et
exécution des travaux ;- fascicule 2 : organisation des contrôles ;- fascicule 3 : méthodes
d’essais. L’objectif du présent guide est d’appréhender la problématique des terrassements dans
le respect de l’environnement dès les premières études de tracé, de compléter sur le plan
technique l’ensemble de la documentation existante et de rappeler sous forme de fiches
pratiques l’essentiel des informations existantes. Ce fascicule 1 a pour but de :- vérifier que
tous les points à examiner dans chaque phase d’études préliminaires, d’avant-projet sommaire
ou de projet, ont été réalisés et que la faisabilité de la partie d’ouvrage étudiée ne soit pas
remise en cause ;- appréhender une technologie à travers une fiche synthétique lisant la
problématique, les paramètres influents, les points à examiner et les recommandations en phase
travaux ;- approfondir et développer une compétence plus fine des difficultés de conception et
de réalisation d’ouvrages spéciaux ;- parfaire la rédaction des dossiers de consultation des
entreprises terrassements et la préparation des travaux ;- contrôler la qualité d’un projet ou les
dispositions constructives en phase travaux, sur des opérations autoroutières ou beaucoup plus
petites, comme sur une route départementale située dans un milieu environnemental, ou dans
un contexte géotechnique délicat.
01/03/2007, Guide technique - Conception et réalisation des terrassements –
Fascicule 2 : organisation des contrôles - CFTR
Le guide « Conception et réalisation des terrassements » a pour but d’aider et de conseiller le
maître d’oeuvre pendant l’élaboration du projet jusqu’à la réalisation des travaux de
terrassements. Ce fascicule 2 « organisation des contrôles » fournit une synthèse qui décrit les
actions et pratiques actuelles en matière de contrôle de l’exécution des travaux de terrassements.
Il indique les méthodes et moyens à utiliser pour ces contrôles avec leur domaine et limite
d’utilisation. Ce fascicule s’applique à la réalisation des travaux de terrassements généraux
routiers et prend en compte les différentes parties d’ouvrages en terre couramment rencontrées :sols supports ; - corps de remblais ;- couches de forme ;- déblais meubles ;- déblais rocheux. Il
exclut les applications particulières telles que remblais techniques, fondations, etc. Ce fascicule 2
est dédié essentiellement aux actions de contrôle à mener au cours de l’exécution des travaux de
terrassements des ouvrages en terre routiers. Il situe la place des contrôles dans la démarche
qualité appliquée aux travaux de terrassements. Il rappelle les principales règles techniques
d’exécution, les contrôles et les moyens à y associer. Pour la fin du chantier, il donne quelques
éléments pratiques pour assurer l’établissement des contrôles de terrassements.
01/03/2007, Guide technique - Conception et réalisation des terrassements –
Fascicule 3 : méthodes d’essais - CFTR
-
-
-
Certu – octobre 2009
34
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
-
-
Le guide « Conception et réalisation des terrassements » a pour but d’aider et de conseiller le
maître d’oeuvre pendant l’élaboration du projet jusqu’à la réalisation des travaux de terrassements.
Les fiches techniques présentées dans le fascicule « méthodes d’essais » synthétisent les
connaissances de base relatives aux principaux essais, appareils et méthodes couramment employés
dans le contrôle des travaux de terrassements. Ces fiches sont réparties en trois groupes :- contrôle
d’identification des matériaux ;- contrôle de mise en oeuvre ;- contrôle de matériels. Elles
comportent les rubriques suivantes :- objet ;- domaine d’application ;- principe de l’essai ;expression des résultats ;- interprétation ;- particularités et délai de réponse. Pour plus de détail dans
leur application, se référer obligatoirement aux normes indiquées sur chacune d’entre elles.
01/10/2006, Guide technique - Terrassements - Aide à la rédaction des CCTP - Guide méthodologique
– SETRA
Ce guide a été réalisé afin de faciliter le travail de rédaction des maîtres d’oeuvre lors de
l’élaboration de leurs marchés de terrassements généraux. Il prend en compte les
recommandations formulées, entre autres, dans les documents suivants :- réalisation des
remblais et des couches de forme (GTR) ;- traitement des sols à la chaux et/ou aux liants
hydrauliques - application à la réalisation des remblais et des couches de forme (GTS) ;organisation de l’assurance qualité dans les travaux de terrassements ;- terrassements à
l’explosif dans les travaux routiers. Le document est structuré en deux parties :- le texte
figurant sur la partie droite est une proposition de rédaction ;- les commentaires figurant sur la
partie gauche. Le maître d’oeuvre peut choisir de garder, de modifier ou de ne pas reprendre la
rédaction proposée. Dans les tableaux, les textes en italiques sont donnés à titre d’exemple.
01/01/2002, Guide technique - Terrassements à l’explosif dans les travaux routiers – CFTR
L’objectif de ce guide est de faire le point sur les différentes techniques utilisées en
terrassements à l’explosif dans les travaux routiers et de fournir les principaux éléments aux
maîtres d’oeuvre confrontés à ce type de travaux. Ce document est décomposé en trois
parties :’) « La technique du terrassement à l’explosif » rappelle les notions de base :description et caractérisation des massifs rocheux ;- les explosifs et leur mise en oeuvre ;- la
foration ;- adaptation des techniques de tir ;- nuisances engendrées par les tirs.2) « Le projet :
de la conception à la réalisation » concerne plus directement les maîtres d’oeuvre. Elle porte
sur :- l’établissement du projet ;- la rédaction des marchés ;- les suivis et contrôles des
chantiers de terrassement à l’explosif.3) « Aspects administratifs et réglementaires ». Cette
partie rappelle les textes en vigueur. Sept annexes et une bibliographie complètent ce guide.
01/01/2002, Guide technique - Réalisation des remblais et des couches de forme – SETRA - LCPC
Ce guide est une ré-édition actualisée en 2000 d’une première édition de 1992. Il définit les
conditions d’emploi des matériaux en remblais et en couche de forme. Il se présente en deux
fascicules. Le premier fascicule « Principes généraux » s’articule autour de quatre chapitres :classification des matériaux utilisés (sols, matériaux rocheux, sous-produits industriels),condition d’utilisation en remblai (extraction, action sur la granularité, action sur la teneur en
eau, traitement, régalage, compactage, hauteur des remblais)- condition d’utilisation en couche
de forme (conception, matériaux, dimensionnement, classement des plates-formes pour le
dimensionnement des structures de chaussée)- compactage des remblais et des couches de
forme (prescription, matériaux, compacteurs, règle de compactage). Une bibliographie
complète ce premier fascicule. Le deuxième fascicule « annexes techniques », partie
véritablement opérationnelle, est constitué de quatre annexes :- tableaux de classification des
matériaux utilisés pour la construction,- tableau des conditions d’utilisation des matériaux en
remblai,- tableau des conditions d’utilisation des matériaux en couches de forme,- compactage
des remblais et des couches de forme (condition de compactage, tableau de compactage).(Ce
guide remplace la « Recommandation pour les terrassements routiers » (RTR) parue en 1976.
Le fascicule 4 de l’ancienne RTR « Contrôle de l’exécution des remblais et des couches de
formes » n’a pas été modifié).
01/01/2000, Guide technique - Organisation de l’assurance qualité dans les travaux de terrassements –
SETRA - LCPC
Ce guide décrit la démarche en matière d’organisation de l’assurance qualité dans les travaux de
terrassements. Le chapitre 1 fait l’objet d’ un rappel général de la notion de qualité dans les
ouvrages de terrassements. Le deuxième chapitre présente le contenu de la démarche aux
Certu – octobre 2009
35
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
différentes étapes, du DCE (dossier de consultation des entreprises) à l’achèvement du chantier :obligations des partenaires et documents à établir ;- établissement du dossier de consultation des
entreprises (DCE) : esquisse du schéma directeur de la qualité (SDQ), exigences à formuler pour le
contenu du SOPAQ (Schéma organisationnel du plan d’assurance qualité) et du CCTP (Cahier des
clauses techniques particulières), éléments à inclure dans le règlement de la consultation (RC)
anciennement RPAO, éléments de planning à préciser ;- dévolution du marché ;- préparation du
chantier : plan d’assurance qualité, schéma directeur de qualité, plan de contrôle ;- déroulement du
chantier : vérification de la bonne application de la démarche qualité, traitement des anomalies ;achèvement du chantier : réception, récolement, point « zéro » éventuel, évaluation. Le troisième
chapitre traite de l’organisation de la communication entre les différents partenaires :- mise au point
des documents - réunions,- gestion des documents pendant le déroulement du chantier. Le
quatrième chapitre traite de l’organisation de la qualité des petits chantiers. En annexes :terminologie : termes généraux et termes spécifiques,- exemples : esquisse de schéma directeur de
la qualité, plan de contrôle, fiche de procédure ;- points susceptibles d’être sensibles dans les
travaux de terrassements ;- évaluation de la démarche qualité.
Titre II Partie VI
Ouvrages de génie civil
Chaussées
-
-
-
01/12/2006, Guide technique - Chaussées bus : Choix des matériaux et dimensionnement structurel - CERTU
Ce guide concerne les structures des voies bus (épaisseurs de chaussées, matériaux) qui
doivent faire face à des contraintes particulières : - poids d’essieu ;- canalisation des charges ;fréquence des passages ;- trafic ;- sollicitation accrue aux arrêts. Il ne concerne que les transports
collectifs de surface sur pneus, guidés ou non. Il aborde le cas des voies de bus « réservées « ou en
site propre intégral. Il concerne aussi :- les voies non spécialisées supportant un nombre important
de bus ;- les voies utilisées par les cars de tourisme ;- les zones de stationnement (arrêts de bus).
Une mention particulière est faite aux BHNS (Bus à Haut Niveau de Service). Des considérations
d’ordre esthétique, de confort et d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite (PMR) complètent
ce document. Il propose les chapitres suivants :-paramètres de dimensionnement ;- choix des
couches de surface ;- choix de structure ;- détermination de la plate-forme ;- abaques de
dimensionnement ;- mise en oeuvre ;- pathologies ;- hypothèses de calcul.
01/03/2005, Fiche et note d’information - Mesure de l’adhérence des chaussées routières - CFTR
Cette note d’information a pour objectif de clarifier les méthodes de mesure de l’adhérence
des chaussées les plus couramment pratiquées aujourd’hui en France. Elle actualise en partie la
note d’information n° 77, « Adhérence et texture des revêtements routiers : méthodes et
moyens de mesure », que le Sétra avait publiée en juin 1993.
01/03/2003, Guide technique - Construction des chaussées neuves sur le réseau routier national.
Spécifications des variantes – SETRA
Les règles qui figurent dans ce guide découlent des choix de la direction des Routes, et ont
été définies de façon à limiter les risques techniques (sous-dimensionnement, mauvaise prise en
compte des conditions climatiques, alourdissement des travaux d’entretien, fermeture d ‘une
section...).Elles sont à prendre en considération dans la conception d ‘une variante de chaussée
neuve sur le réseau routier national. Le guide est articulé en six chapitres :1) Présentation du
guide.2) Contexte réglementaire.3) Spécifications intangibles des propositions de variantes sur
le réseau routier national.4) Éléments techniques à incorporer dans le règlement de la
consultation.5) Examen des offres.6) Période de préparation et validation de la solution
variante. Une annexe reprend les éléments essentiels contenus dans le catalogue des structures
Certu – octobre 2009
36
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
-
-
et le guide de conception et de dimensionnement des chaussées pour faciliter l’utilisation du
guide :- caractéristiques mécaniques des matériaux normalisés ;- conditions aux interfaces ;couche de surface ;- épaisseur d ‘utilisation des matériaux par couche ;- durée de vie théorique
et taux de risque ;- vérification au gel-dégel ;- préfissuration et systèmes retardant la remontée
des fissures ;- limites d ‘emploi des familles de structure ;- combinaisons possibles couche de
base - couche de fondation. Une bibliographie et un glossaire complètent ce guide.
01/01/2001, Fiche et note d’information – CFTR
Nouvelle (la) circulaire « uni » de la Direction des Routes
Cette note d’information présente la nouvelle circulaire sur l’uni longitudinal des chaussées
qui a été publié en 2000. Jusqu’à présent, le contrôle de l’uni était fondé sur des mesures
effectuées avec l’analyseur de profil en long (APL) et sur le respect des spécifications
exprimées par un indice unique : le CAPL 25. Dans certains cas, ces spécifications ont pu être
jugées insatisfaisantes pour le confort de l’usager. D’où l’intérêt de faire évoluer les critères de
réception des travaux de couches de roulement neuves en abandonnant l’indice APL 25 au
profit de notes par bandes d’ondes obtenues à partir des mesures faites avec le même analyseur
de profil en long. Cette note montre l’apport de la nouvelle circulaire par rapport à l’ancienne
en les comparant, ainsi que les documents d’accompagnement. La comparaison est présentée
synthétiquement sous forme de tableaux. Elle précise également les changements avant,
pendant et après les travaux.
01/12/1994, Guide technique - Conception et dimensionnement des structures de chaussée - SETRA –
LCPC ( en cours de refonte)
Les principes exposés dans ce document se rapportent à la conception des structures de
chaussées routières. La méthode de dimensionnement s’applique aux différentes catégories de
routes, depuis les chaussées à faible trafic jusqu’aux structures autoroutières. Le document
explicite les étapes de la démarche du dimensionnement conduisant à la détermination des
épaisseurs des différentes couches de la structure de chaussée pour la stratégie d’investissement
et d’entretien, et en fonction des objectifs de service et du trafic. Il précise de quelle manière
les paramètres de calcul sont rattachés aux propriétés physiques et mécaniques des matériaux,
pour les différentes techniques de chaussée. Il est organisé en six parties :- fondements de la
méthode de dimensionnement,- relation entre les choix de conception des chaussées et de
gestion d’un réseau routier,- la couche de surface,- la plate-forme support de chaussée,- les
matériaux de chaussée,- dimensionnement des chaussées neuves. Ce guide est complété par des
références à des normes d’essais et de produits, une bibliographie, des exemples de calcul de
certains paramètres, et un aide mémoire résumant l’essentiel des valeurs numériques
nécessaires au dimensionnement.
01/04/1988, Guide technique - Etablissement des coupes transversales de chaussées - SETRA
Ce guide définit les dimensions et la constitution des éléments de la coupe transversale
d’une route en tenant compte de contraintes liées à l’étude du projet et à la réalisation de
l’ouvrage routier. Il constitue le prolongement de textes réglementaires cités en annexe. Il
assure la coordination des domaines mis en jeu dans la construction d’une route, la prise en
compte des problèmes pratiques de chantiers et la bonne tenue à terme de l’ouvrage. La
méthode proposée comporte plusieurs étapes : - les caractéristiques géométriques,- la
construction de la plate-forme support de chaussée,- la constitution des chaussées, accotements
et terre-pleins centraux,- la coordination des pentes transversales. Les profils singuliers (voies
de décélération et d’insertion, bretelles de raccordement, points d’arrêt, aires de repos,
raccordements aux ouvrages d’art, voies supplémentaires en rampe) font l’objet de fiches
annexées à ce guide.
Catalogue des structures types de chaussées neuves. Réseau routier national - SETRA – LCPC – 1998
Ce catalogue se présente sous la forme de trois fascicules et de deux séries de fiches de
structures, une série pour les voies du réseau structurant et une série pour les voies du réseau non
structurant.’) La « notice d’utilisation » constitue le mode d’emploi des fiches de structures. Elle
explicite la démarche de détermination d’une structure de chaussée (détermination de la catégorie
de la voie, de la classe de trafic et de la plate-forme support de chaussée, choix de la composition
de la couche de surface, vérification au gel-dégel, coupe transversale de la chaussée, mise en
concurrence de structures d’épaisseur différente, exemples d’utilisation).Ce fascicule est
Certu – octobre 2009
37
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
complété par des annexes :- bibliographie,- indices de gel,- classes de sensibilité au gel.2) Le
fascicule « hypothèses et données de calcul », explicite et motive les choix qui ont été effectués
pour conduire aux structures proposées. On y trouvera ainsi toutes les valeurs numériques et les
hypothèses qui permettent de recalculer les structures. Il se compose des chapitres suivants :constitution des structures de chaussées (familles retenues dans ce catalogue : chaussées
bitumineuses épaisses, chaussées à assise traitée aux liants hydrauliques, structures mixtes,
chaussées en béton de ciment, structures souples, structures inverses).- description des structures
et classes des matériaux utilisés,- détermination des épaisseurs nominales d’assise au bord droit,données d’entrée du dimensionnement.3) Les annexes proposent des synthèses sommaires de
documents techniques utiles pour l’utilisation de ce catalogue.
Scellement des fissures – Note technique - SETRA – LCPC – 1981
Entretien préventif du réseau routier national – Guide technique et répertoire des dégradations SETRA – LCPC – 1979
Régénération des couches de surface de chaussées – note technique - SETRA – LCPC – 1981
Tunnels et tranchées couvertes
Principales directives concernant les tunnels
-
-
-
Arrêté du 8 novembre 2006 fixant les exigences de sécurité minimales applicables aux tunnels de plus
de 500 mètres du réseau transeuropéen
Cet arrêté fixe :1) Les mesures de sécurité à mettre en oeuvre sur les ouvrages du réseau
routier transeuropéen : longueur du tunnel, nombre de tubes et de voies, géométrie du profil en
travers, profil en long...2) Les caractéristiques de l’infrastructure :- nombre de tubes et de voies
;- géométrie du tunnel ;- voies d’évacuation et issues de secours ;- accès des services
d’intervention ;- garages ;- drainage ;- éclairage ;- ventilation ;- postes de secours ;- poste de
contrôle-commande ;- systèmes de surveillance ;- équipements de fermeture du tunnel ;systèmes de communication ;- alimentation et circuits électriques ;- résistance au feu des
équipements.3) Les mesures d’exploitation :- travaux dans les tunnels ;- gestion des accidents
et incidents ;- activité du poste de contrôle-commande ;- transport de marchandises
dangereuses.
Circulaire interministérielle n° 2006-20 du 29 mars 2006 relative à la sécurité des tunnels routiers
d’une longueur supérieure à 300 mètres
Avertissement :La circulaire n° 2006-20 annule la circulaire interministérielle n° 2000-63 du
25 août 2000 relative à la sécurité dans les tunnels du réseau routier national, à l’exception de
l’instruction technique relative aux dispositions de sécurité dans les nouveaux tunnels routiers
(dénommée « annexe 2 « ) qui continue de s’appliquer aux tunnels du réseau routier national.
Elle a pour objet de présenter les principales dispositions du décret n° 2005-701 du 24 juin
2005 relatif à la sécurité d’ouvrages du réseau routier. Celui-ci :- définit les catégories
d’ouvrages routiers dont l’exploitation présente des risques particuliers pour la sécurité des
personnes ;- fixe les règles applicables aux ouvrages présentant un risque particulier ;- crée une
commission nationale d’évaluation de la sécurité des ouvrages routiers (CNESOR), en fixe la
composition et les règles de fonctionnement. De plus la circulaire n° 2006-20 précise le champ
d’application de la nouvelle réglementation et indique les orientations de politique générale à
suivre selon qu’il s’agit des tunnels du réseau routier national ou des tunnels situés sur le
réseau des collectivités territoriales ou sur le réseau d’intérêt communautaire relevant
d’établissements publics de coopération intercommunale (EPCI).Par ailleurs la circulaire donne
des consignes relatives à l’exploitation des ouvrages en service telles que la tenue d’un dossier
de sécurité comprenant notamment :- les prescriptions d’exploitation de l’ouvrage ;- le plan
d’intervention et de sécurité ; - la liste des exercices périodiques effectués et les enseignements
tirés ;- la liste des incidents et accidents significatifs.
Circulaire interministérielle n° 2000-82 du 30 novembre 2000 relative à la réglementation de la circulation
Certu – octobre 2009
38
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
-
-
-
des véhicules transportant des marchandises dangereuses dans les tunnels routiers du réseau national
Cette circulaire annule et remplace la circulaire interministérielle n° 76-44 du 12 mars 1976
relative à la réglementation de la circulation dans les tunnels de véhicules routiers transportant
des matières dangereuses et assujettis au port de panneaux rectangulaires orange (Accord
européen). Elle donne aux préfets et aux différents intervenants concernés des outils techniques
validés et des pistes en matière de prise de décision afin d’opérer des choix pertinents lors de
l’ouverture des tunnels à la circulation et pour établir la réglementation du transit des
marchandises dangereuses dans ces ouvrages. Cette circulaire qui concerne les ouvrages de
plus de 300 mètres du réseau routier national, pourra également servir de guide pour la
réglementation des tunnels relevant des collectivités territoriales et inspirer les autorités
chargées de l’élaboration du régime de transit des marchandises dangereuses dans les tunnels
routiers transfrontaliers. Elle décrit les études à mener et les procédures à suivre pour la
préparation et la mise en oeuvre de la réglementation pour les tunnels en projet, en construction
ou en service (ouvrages creusés, immergés, tranchées couvertes, couvertures non transparentes
à l’air, couvertures partielles).L’innovation essentielle de ce texte réside dans l’introduction,
pour tous les tunnels en projet ou en construction, d’une évaluation quantitative comparative du
risque « marchandises dangereuses « entre l’itinéraire empruntant le tunnel et les itinéraires
alternatifs en milieu ouvert. Cette modélisation (modèle EQR) a été développée sous l’égide de
l’OCDE et de l’AIPCR (présentation du modèle en annexe).
Circulaire du 26 décembre 1995 relative à la révision de l’instruction technique du 19 octobre 1979
pour la surveillance et l’entretien des ouvrages d’art
Les modifications apportées par cette circulaire sont les suivantes :- tous les ouvrages
entrant dans le champ d’application de l’instruction sont soumis à une surveillance
« organisée », dont la visite IQOA ;- l’inspection détaillée périodique a une périodicité de 6 ans
au lieu de 5 ;- l’inspection détaillée initiale est obligatoire pour tout ouvrage neuf ;- l’obligation
d’entretien courant annuel par la subdivision gestionnaire est formalisée. Les modifications
apportées à l’instruction portent essentiellement sur les chapitres 2 et 4. Les annexes 3 des
fascicules de la deuxième partie (modèles de procès verbaux de visite annuelle) relatifs à ces
ouvrages deviennent sans objet.
Circulaire n° 82-55 du 17 juin 1982 relative au fascicule 69 : « Travaux en souterrain » du cahier des
clauses techniques générales applicables aux marchés de travaux (BO 82-25 bis)
Le fascicule 69 du CCTG, approuvé par le décret 82-508 du 14 juin 1982 et non modifié
par les décrets suivants, concerne l’exécution des travaux neufs, d’entretien ou de réfection en
souterrain (tunnels, galeries, chambres, usines ou puits). Il définit :- la provenance et la qualité
des produits et matériaux (choix des ciments),- le mode d’exécution des travaux (prescriptions
générales, excavation, soutènement, revêtement, injections),- définition technique des
prestations (installation générale et repliement des chantiers, délimitation des travaux en
souterrain, limites contractuelles des volumes, déblais, soutènements, revêtements, aciers pour
béton, coffrages, sujétions pour venues d’eau et évacuation des eaux, forages et injections,
appareils pour les mesures effectuées pendant les travaux).
Circulaire du 17 octobre 1986 (Équipement – Logement) relative au dimensionnement de la hauteur
des ouvrages routiers sur le réseau national
Cette circulaire précise les principes à appliquer en ce qui concerne le choix de la hauteur
des ouvrages d’art routiers. Le premier article rappelle la terminologie utilisée dans les textes et
instructions techniques (hauteur libre - ou tirant d’air), gabarit. Les articles suivants
concernent :- les principes généraux de détermination de la hauteur des ouvrages,- les
dispositions constructives (revanche de construction et d’entretien, revanche de protection)
pour les ponts, les tunnels ou tranchée couvertes, - la signalisation,- les procédures (dossier
d’avant projet ou dossier d’avant projet sommaire).En annexe, un tableau récapitule les
éléments à prendre en compte et donne les valeurs usuelles (hauteur libre minimale, revanche
de construction et d’entretien, revanche de protection).
Certu – octobre 2009
39
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
Documents CETU (Centre d’études des tunnels)
-
-
-
-
-
01/09/1995, Guide technique - Recommandations pour la conception des tunnels urbains à gabarit
réduit – RECTUR
En zone urbaine, les contraintes de l’urbanisme et la congestion du trafic en centre-ville
poussent à rechercher des solutions souterraines pour la circulation automobile. Les
agglomérations étant généralement interdites au transit des poids lourds, il est tentant de
réaliser des ouvrages à gabarit réduit. Ces recommandations résultant des réflexions des
groupes de travail successifs examinent les conditions de réalisation et d’exploitation de
tunnels routiers urbains à gabarit réduit. Les principaux aspects traités sont :- l’intérêt et les
spécificités des tunnels à gabarit réduit ;- l’adaptation de l’ouvrage à son environnement :
vitesse de référence, gabarit autorisé, intégration au réseau ;- le niveau d’exploitation,- les
différentes classes de gabarits en hauteur : 2 mètres ou 2,7 mètres ou 3,5 mètres ;- la
conception géométrique des rameaux de liaison et des trémies d’accès et de sorties ;- les
moyens d’exploitation et les équipements de sécurité ;- l’éclairage, l’alimentation électrique, la
ventilation et le désenfumage.
01/12/1993, Guide technique - Application de la Circulaire du 29 août 1991 aux tunnels routiers
Cette circulaire réglemente la circulation à double sens sur les ponts ou viaducs à deux
chaussées unidirectionnelles en cas de fermeture d’une des deux chaussées pour travaux. Dans
les projets actuels, on a de plus en plus souvent une succession de viaducs et de tunnels. La
bonne perception de ces points singuliers par l’usager mène à une recherche d’homogénéité de
dimensionnement de ces ouvrages. Après un rappel des différents profils en travers types des
chaussées en tunnels unidirectionnels (tunnel court, tunnel long, tunnel peu circulé, tunnel à 3
voies), les contraintes liées à une circulation bidirectionnelle occasionnelle sont soulevées
(influence sur la ventilation et sur la circulation) et la possibilité d’appliquer la circulaire aux
tunnels en fonction du nombre de voies est envisagée sachant que la largeur roulable est
légèrement inférieure en tunnel.
01/07/1991, Guide technique - Architecture des têtes de tunnel
Cet ouvrage est un guide destiné à aider chacun à se constituer une méthode de travail. Le
premier chapitre replace les tunnels dans la démarche générale de prise en compte des aspects
paysagers et architecturaux, urbanistiques et plastiques des ouvrages d’art et indique quels
peuvent être les modes administratifs d’intégration à ce travail. Le deuxième chapitre définit
les critères d’analyse des têtes de tunnels du point de vue insertion dans l’itinéraire et
perception, et en donne une classification. Le troisième chapitre analyse l’architecture de
quelques têtes de tunnels existantes ou en construction.
Dossier pilote des tunnels routiers (1990-2003), 5 parties : présentation, géométrie, Génie Civil,
équipements, environnement. Documentation internet
Guide du gestionnaire de tunnel routier, novembre 1982
Ce guide a pour but de faciliter la tâche des services qui ont à gérer un tunnel routier, ainsi
que celle des services normalement appelés à participer à l’exploitation, la surveillance et
l’entretien (maître d’œuvre, bureaux d’études, constructeurs de matériels, entrepreneurs,
services administratifs...). En raison de la diversité des situations, il se limite à exposer les
tâches à assurer, les critères de choix entre les solutions possibles et les méthodes et les moyens
correspondants pour assurer correctement et au moindre coût cette gestion. Il traite de :l’organisation de l’exploitation,- de la prise en compte de la gestion technique avant
l’ouverture,- de la conduite des installations (surveillance du trafic et des équipements,
exploitation en situation normale, en situation exceptionnelle, en cas de travaux),- de la
surveillance et de l’entretien (du génie civil et des équipements d’éclairage, ventilation,
surveillance),- de la gestion administrative avant l’ouverture (locaux, textes réglementaires,
contrats divers) et après l’ouverture (personnel, travaux, budget, rapports).
Guide du béton coffré en tunnel, juin 1983
Ce document est une méthodologie pour l’étude et la réalisation du revêtement définitif des
tunnels, en béton coffré. Il fait ressortir les caractères spécifiques du bétonnage en souterrain au
Certu – octobre 2009
40
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
niveau du chantier. Les sujets traités sont :- le revêtement définitif des tunnels en béton coffré
non armé (nature, rôle, conception, mise en oeuvre, réception, surveillance, entretien,
réparations, qualités essentielles d’un béton en souterrain),- nature et qualité des composants du
béton (ciments, adjuvants, eau, granulats),- spécifications des bétons, épreuves d’étude, de
convenance et de contrôle,- le matériel de bétonnage (fabrication, transport, coffrage,
vibration),- le revêtement et l’étanchement (béton étanche, prédrainage, étanchéité extrados ou
intrados),- la pratique du bétonnage,- la surveillance et l’entretien du revêtement.
Publications d’autres organismes
-
PSGR 71 – Passages souterrains à gabarit réduit - SETRA – 1971
PSGN 77 – Passages souterrains à gabarit normal - SETRA – 197
Certu – octobre 2009
41
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
The ICTAVRU bibliography
The current ICTAVRU bibliography replaces the version that appeared in the ICTAVRU publication of 1990.
This older version is now obsolete, following the introduction of a range of new environmental and civil
engineering legislation. The current version includes references to new works that deal with these areas, as
well as the area of design.
Unlike the 1990 version, which was included in the Ictavru reference work, the new edition is a separate
publication which is designed to be easier to use. It refers to the new edition of the Ictvaru document,
published in 2009.
Ictvaru is a reference work that covers all good practices for creating dossiers that comply with road and
motorway project implementation procedures in urban territories.
The instructions it contains apply to all State-owned infrastructures, including motorway, expressway and
bypass infrastructures in urban territories. It applies to two types of road:
ƒ
motorway roads for type A urban carriageways;
ƒ
major roads (non-motorway) for type U urban carriageways.
The Ictvaru bibliography and Ictavru reference work may also be of use to local authorities when designing
major urban roads with similar characteristics.
Acknowledgements
This publication was created, in its entirety, by the CETE Méditerranée: many thanks to Sandrine Rousic,
Cécile Clement and Jacques Legaignoux.
Certu – octobre 2009
42
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
La bibliografía de la ICTAVRU
La presente Bibliografía de la ICTAVRU (instrucción sobre las condiciones de acondicionamiento de las
vías rápidas urbanas) reemplaza la editada en la obra ICTAVRU de 1990, bibliografía referente a temas de
medio ambiente y obras de ingeniería civil, hoy en día obsoleta a causa de las muy numerosas nuevas
reglamentaciones. La obra se ha enriquecido de referencias de nuevas obras, que no sólo tratan estos temas
sino también el de la concepción.
Al contrario de la primera versión de 1990, incluida en la obra de referencia Ictavru, esta nueva edición se
presenta separada, por razones de comodidad de empleo, pero remite a la nueva edición del volumen Ictavru,
publicado en 2009.
La Ictavru reúne las buenas prácticas para la elaboración de los dossieres conformes a los procedimientos de
puesta en marcha del proyecto de carreteras o autopistas en los territorios urbanos.
Sus prescripciones se imponen a las infraestructuras de dirección de obras del Estado, entre ellas las que
tienen un estatus de autopista, autovía o desviación en los territorios urbanos. Concierne dos categorías de
vías:
ƒ
las vías con características de autopista (VCA) para las vías rápidas urbanas (VRU) de tipo A;
ƒ
las grandes vías (no VCA) para las VRU de tipo U.
La bibliografía de la Ictavru, así como la obra de referencia Ictavru, podrán consultarlas igualmente de
manera provechosa las administraciones territoriales, en el momento de la concepción de las grandes vías
urbanas con características sensiblemente idénticas.
Agradecimientos
Esta edición ha sido totalmente elaborada por el CETE Mediterráneo: Sandrine ROUSIC, Cécile CLEMENT
y Jacques LEGAIGNOUX.
Certu – octobre 2009
43
INSTRUCTION SUR LES CONDITIONS TECHNIQUES D’AMÉNAGEMENT DES VOIES RAPIDES URBAINES (ICTAVRU)
BIBLIOGRAPHIE
© Certu – 2009
Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer
en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le Climat
centre d’Études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques
Service technique placé sous l’autorité du ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la
Mer, le Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques a pour mission de faire
progresser les connaissances et les savoir-faire dans tous les domaines liés aux questions urbaines. Partenaire des
collectivités locales et des professionnels publics et privés, il est le lieu de référence où se développent les
professionnalismes au service de la cité.
Toute reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement du Certu est illicite
(loi du 11 mars 1957). Cette reproduction par quelque procédé que ce soit, constituerait
une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.
Coordination : Pôle programme et produits (Aude Bertholon)
ISSN : 1263-3313
ISBN : 978-2-11-097164-7
Certu – octobre 2009
44
74
Références
`Éêíì
ÇáêÉÅíáçå=Ö¨å¨ê~äÉ=
ÇÉë=fåÑê~ëíêìÅíìêÉë
ÇÉë=qê~åëéçêíë=
Éí=ÇÉ=ä~=jÉê
ÇáêÉÅíáçå=Ö¨å¨ê~äÉ=
ÇÉë=fåÑê~ëíêìÅíìêÉë
ÇÉë=qê~åëéçêíë=
Éí=ÇÉ=ä~=jÉê
`Éêíì
C
ette collection comporte les guides techniques, les ouvrages méthodologiques et les autres ouvrages qui, sur un champ donné, présentent de manière pédagogique ce que le professionnel doit
savoir. Le Certu a suivi une démarche de validation du contenu et atteste que celui-ci reflète l'état de l'art.
Il recommande au professionnel de ne pas s'écarter des solutions préconisées dans le document sans avoir
pris l'avis d'experts reconnus.
Le Certu publie également les collections : débats, dossiers, rapports d'étude.
Instruction sur les conditions techniques
74
Références
d’aménagement
des voies rapides urbaines
IC TAVRU
Bibliographie
Instruction sur les conditions techniques
d’aménagement des voies rapides urbaines
a présente Bibliographie de l’ICTAVRU remplace celle éditée dans l’ouvrage ICTAVRU de 1990, bibliographie devenue obsolète par suite des très nombreuses nouvelles réglementations, portant sur les thèmes de l’environnement
et des ouvrages de génie civil. Elle a donc été enrichie de références de nouveaux ouvrages traitant de ces domaines ainsi
que de celui de la conception.
Contrairement à la première version de 1990 qui était incluse dans l’ouvrage de référence Ictavru, cette nouvelle édition
est séparée, pour des raisons de commodité d’emploi, mais elle renvoie à la nouvelle édition de l’ouvrage Ictavru publié en
2009.
L’Ictavru rassemble les règles de l’art pour l’élaboration des dossiers conformes aux procédures de mise en oeuvre
du projet routier ou autoroutier dans les territoires urbains.
Ses prescriptions s’imposent aux infrastructures à Maîtrise d’OuvrAge (MOA) État, dont celles avec un statut d’autoroute,
de route express ou de déviation dans les territoires urbains.Elle concerne deux catégories de voies :
- les voies à caractéristiques autoroutières (VCA) pour les VRU de type A ;
- les grandes voies (non VCA) pour les VRU de type U.
La bibliographie de l’Ictavru ainsi que l’ouvrage de référence Ictavru pourront également être consultés avec profit par les
collectivités territoriales, lors de la conception des grandes voies urbaines aux caractéristiques sensiblement identiques.
Instruction sur les conditions techniques d’aménagement des voies rapides urbaines Bibliographie
L
Cf. Summary of the content translated into English at the end of the work.
Versa la sintesis de la obra traducida al español al final del libro.
SUR LE MÊME THÈME
L’Instruction sur les conditions techniques d’aménagement des voies rapides urbaines ICTAVRU
Téléchargeable sur le site du Certu
Avril 2009
Éditions du Certu
www.certu.fr
ISSN : 1263-3313
ISBN : 978-2-11-097164-7
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising